Les actualités à Madagascar du Samedi 23 Novembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara17 partages

Bataille sur les Iles éparses : Une raison économique avant tout selon Randy Donny

Randy Donny fait un tour des actualités économiques et politiques

Journaliste et Rapporteur Général du Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’état de droit (HCDDED), depuis 2018, Randy Donny nous livre ses impressions sur certains sujets brûlants dont la bataille sur les Iles éparses où la question économique occupe une place importante. Interview.

° Question : L’événement de cette semaine aura été les négociations autour des Iles éparses. Quelle lecture vous en faites ?

* Randy Donny : Ce n’est qu’un début. C’est comme un combat de boxe. Il y aura certainement plusieurs rounds. Ne croyez pas que la France va lâcher facilement les Iles éparses, même si elle sait pertinemment qu’elle n’a aucun droit de les garder. Il y a une raison économique : les Iles éparses recèlent 3 à 5 milliards de m3 de gaz et 6 à 12 milliards de barils de pétrole. Il y a aussi une raison stratégique : les Iles éparses se trouvent dans le canal de Mozambique qui voit passer 30% du trafic mondial des pétroliers, sans parler des porte-conteneurs. Enfin, il y a une raison géopolitique : les îles épares représentent 630.000 km2 de zones économiques exclusives de la France, la deuxième plus vaste du monde. Lâcher les Iles éparses équivaut donc pour la France à s’amputer d’une grande partie de sa superficie.

Ceci dit, Madagascar dispose d’un argument choc pour le retour des Iles éparses en son sein : la résolution des Nations Unies de 1979 qui “invite le Gouvernement français à entamer sans plus tarder des négociations avec le Gouvernement malgache en vue de la réintégration des îles précitées, qui ont été séparées arbitrairement de Madagascar“. J’estime que cela ne souffre d’aucune interprétation : les Iles éparses appartiennent bel et bien à Madagascar. Le décret français de 1960, qui a séparé “arbitrairement” les Iles éparses de Madagascar, ne peut être opposable ni à Madagascar, un Etat indépendant, ni à la Résolution des Nations Unies qui “réaffirme la nécessité de respecter scrupuleusement l’unité nationale et l’intégrité territoriale d’un territoire colonial au moment de son accession à l’indépendance”. L’Onu demande donc à la France ” de rapporter les mesures portant atteinte à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de Madagascar et de s’abstenir d’en prendre d’autres qui auraient le même effet et pourraient affecter la recherche d’une solution juste au présent différend“. Autrement dit, le débat sur la licéité de la souveraineté française  sur ces îles n’a plus lieu. La France veut seulement gagner du temps et chercher une porte de sortie honorable. C’est de bonne guerre, elle défend ses intérêts envers et contre tout. Ce que doit aussi faire Madagascar qui ne doit pas non plus céder d’une pouce. Le contraire serait faire preuve d’une légèreté avec des conséquences fâcheuses sur nos relations avec l’Onu qui nous apporte les Iles éparses sur un plateau d’argent. Après tout, si on n’est pas capable de gérer 43,2 km2, comment peut-on prétendre pouvoir développer 590.000 km2 ?

° Vous êtes membre du Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l’état de droit (HCDDED), lequel est consignataire d’un communiqué conjoint, le 18 octobre 2019, recommandant l’arrêt du projet à Ambohitrimanjaka. Pourquoi cette décision ?

* Tout d’abord, il ne s’agit pas d’un arrêt définitif, mais juste d’un stand-by, le temps d’aplanir les différends. Les cosignataires du communiqué ne sont pas contre le projet Tanamasoandro. Ils sont simplement soucieux d’état de droit, de “fihavanana” et de droits humains. Personnellement, j’ai déjà préconisé l’aménagement du Betsimitatatra en ville nouvelle dès 2005 (c’est sorti dans un journal et sur mon blog, c’est facile à vérifier), mais il faut le faire dans les règles de la bonne gouvernance. En France, pour moins que ça, on a abandonné le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes et récemment, l’arrêt du projet EuropaCity qui aurait dû pourtant attirer 30 millions de visiteurs par an !

° Le président Andry Rajoelina a inauguré le premier KFC implanté à Madagascar. Ceci a été diversement interprété. Qu’en pensez-vous ?

* Je présume que la décision “d’envoyer” le président de la République inaugurer un fast-food était une décision mûrement réfléchie par ses conseillers. Cela rehaussera-t-il son image ou pas ? J’imagine la Présidence disposer d’un bataillon de coachs en communication, de spin doctors et autres storytellers qui contrôle ses moindres faits et gestes, comme cela se fait partout ailleurs.

Ceci dit, il faut savoir que ce KFC là fait partie d’un important groupe qui participe activement à l’essor économique du pays en générant des centaines d’emplois; même si, dans l’opinion publique , le KFC, c’est juste du bling-bling.

Propos recueillis par R.Edmond.

Midi Madagasikara13 partages

Lutte contre les dahalo : Des commandos s’entraînent avec de l’artillerie lourde

Mercredi dernier, les militaires du Régiment d’Artilleries Anti-Aériennes (RAAA) et ceux du Régiment d’Appui et de Soutien (RAS) de l’Armée magache se sont donné rendez-vous au centre d’entraînement de tirs à Langaina. Ils étaient là pour s’initier à l’utilisation des matériels de combat nouvellement dotés par le pouvoir en place à ces deux corps de l’Armée. Durant cette journée, ces éléments de la Force d’intervention de l’Armée malgache ont pu renforcer leur compétence en matière de tactique de guerre pour lutter contre l’insécurité aussi bien en ville qu’en milieu rural, une des priorités du président de la République, Andry Rajoelina. En effet, cet entraînement répond exactement à la recommandation du ministre de la Défense nationale, le Général Richard Rakotonirina sur la nécessité pour chaque militaire de mieux maîtriser les armes qu’il a entre les mains. Et ce, en tout respect de l’Etat de Droit.

Compétents

Il a été prouvé durant cette manœuvre que les participants sont tous compétents dans leur domaine respectif. C’est pourquoi, la prochaine étape de cet exercice devra être axée sur l’entretien et le renforcement des acquis. Plusieurs types d’armes dont des véhicules blindés et des artilleries légères et lourdes, ont été déployés durant cet exercice. Il est à noter qu’en participant à l’opération de pacification dans les zones réputées rouge en matière de banditisme rural, l’armée malgache collabore étroitement avec la police nationale et la gendarmerie nationale. La collaboration avec ces deux entités, qui ont la fonction de police judiciaire, est de mise pour la légalité de leur action. Les militaires interviennent dans la lute contre les dahalo à travers la mise en place des Zones Rurales prioritaires de Sécurité (ZRPS).

T.M.

Midi Madagasikara10 partages

Un week-end caniculaire en perspective

C’est un week-end lourd et oppressant que les Tananariviens s’apprêtent à passer à cause de la chaleur étouffante qui règne actuellement. Le fait peut être banal en cette période car nous sommes en plein été austral, mais sur les hautes terres, on a l’impression d’un véritable changement climatique. L’effet de serre engendré par la pollution en ville est bien là, mais la déforestation et les feux de brousse ont cet effet pernicieux engendrant une sécheresse de l’air que l’on respire. Nous sommes bien passés à l’ère du réchauffement climatique qui perturbe notre environnement.

Un week-end caniculaire en perspective

Les Tananariviens se plaignent et ont du mal à supporter cette chaleur torride qui enveloppe la capitale. Elle provoque des dégâts dans l’organisme peu habitué à cette température presque caniculaire. Les temps ont bien changé. Avant, à la fin du mois d’octobre, on entrait dans la saison, des pluies et même si les précipitations étaient abondantes, on ne se plaignait pas de ces ondées bienfaisantes. La nature se régulait et absorbait le trop plein d’eau et cela faisait le bonheur des agriculteurs. Aujourd’hui, tout a changé. Le changement climatique est à l’échelle planétaire. Sur tous les continents, les saisons se dérèglent. Les étés sont de plus en plus chauds et la canicule sévit un peu partout. Les incendies de forêts prennent des proportions alarmantes. On a vu ce qui s’était passé en Amazonie, mais il y a eu d’autres sinistres d’une ampleur similaire en Afrique. C’était le résultat de l’action de l’homme dont les pratiques ont mis à mal l’équilibre de la nature. Madagascar n’échappe pas à la règle. La déforestation et les feux de brousse pour dégager des aires de culture ont produit ces espaces désertiques. La prise de conscience est réelle et les pouvoirs publics réagissent. Mais les conséquences de plusieurs années de laisser aller sont là. Cette chaleur étouffante qui nous oppresse en ce moment en est une des conséquences. Le week-end sera donc chaud et même torride. Mais cela ne devrait pas nous empêcher de profiter pleinement du temps de repos qui nous est offert.

Patrice RABE.

Midi Madagasikara2 partages

Développement numérique : Rencontre internationale à l’occasion des 25 ans d’Internet à Madagascar

Il y a 25 ans, Madagascar se connecte à Internet. Depuis, des avancées ont, certes, été observées, mais le pays reste nettement à la traîne.

L’heure est au bilan. 25 ans après la connexion de Madagascar à Internet, ISOC Madagascar Chapter (le Chapitre malgache d’Internet Society), WSA (World Summit Award) Madagascar, et NIC-MG (le gestionnaire du nom de domaine .mg) organisent une rencontre internationale, les 12 et 13 décembre 2019 pour célébrer les 25 ans de l’Internet et les 25 ans du registre ccTLD .mg, (domaine internet géographique de 1er niveau). Organisée en partenariat avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES), le ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement  numérique (MPTDN), l’Autorité de Régulation des Technologies de Communication (ARTEC) et Orange Madagascar, cette rencontre internationale se tiendra à l’hôtel IBIS Ankorondrano où seront attendus près de 180 participants. La rencontre permettra, à travers les témoignages sur le vécu et les expériences des acteurs nationaux et internationaux, de faire le bilan des 25 ans d’Internet à Madagascar, mais également de voir les perspectives envisageables.

Une personne sur vingt. En effet, en 25 ans, des étapes significatives ont, certes, été franchies grâce notamment au raccordement aux câbles sous-marins EASSy et LION, suivi du déploiement d’un backbone national en fibre optique et de réseaux de BTS (systèmes de transmission de base) pour amener la connectivité dans les Régions. Actuellement, quatre opérateurs locaux se partagent le marché d’Internet : Airtel, BlueLine, Orange et Telma. Cependant, le développement d’Internet en est encore à ses balbutiements à Madagascar. D’après les chiffres publiés en 2017 par le MPTDN, le taux de pénétration d’internet n’était que de 6,30% et celui des ménages ayant un accès internet de 6,97%, tandis que le pourcentage d’individus utilisant internet à Madagascar était de 4,71%, soit moins d’une personne sur vingt.

Evolution lente. L’évolution est ainsi extrêmement lente. Une réalité confirmée lors du Forum national sur la gouvernance de l’internet (IGF) qui a eu lieu en septembre 2019 à Antananarivo : seulement 11,6% de la population sont connectés, la couverture en téléphonie mobile 3G et 4G est encore très faible, sans parler des grandes disparités entre les régions. Certaines sont à peine connectées. De même, le monopole de la fibre optique freine considérablement le développement d’une concurrence saine dans le secteur.

Par ailleurs, l’usage d’Internet profite peu aux différents secteurs économiques et sociaux du pays. L’apport des TIC au PIB National était de 1,6% durant l’année 2016. Quelques programmes phares méritent, toutefois, d’être cités, entre autres, le Réseau National de l’Enseignement et de la Recherche Scientifique (NREN) iRENALA qui interconnecte les universités, les instituts supérieurs et les centres de recherche publics et privés, ou encore le portail du ministère des Finances et du Budget avec ses différents formulaires en ligne.

Quatre thématiques. Durant la rencontre internationale des 12 et 13 décembre, à laquelle ont également été invitées des organisations et sociétés internationales (Union  africaine, ICANN, ISOC, IUT, les Af*, OIF, Coopération française, UbuntuNet Alliance), les participants incluant des représentants des pouvoirs publics, les acteurs du domaine Internet (fournisseurs d’accès, sociétés spécialisées, usagers) enseignants, magistrats, conseils juridiques, entreprises, ONG et associations, ainsi que la presse, aborderont quatre thématiques, à savoir, « Gestion et exploitation des noms de domaine – Industrie des noms de domaines » ; « e-gouvernance – Protection des données – Cyber-sécurité – DNSSEC » ; « Trafic des données – Point d’échange Internet IXP » ; et « Plateformes d’enseignement et de recherche – e-learning », dans le cadre d’une série de conférences-débats, avec des interventions de personnalités invitées par vidéoconférence.

L’évènement sera diffusé en temps réel en live streaming sur Internet. Une plateforme dédiée permettra la participation à distance des internautes, notamment durant les séances de questions/réponses. Notons au passage la tenue d’une rencontre avec les universitaires (enseignants et étudiants) au campus d’Ambohitsaina, une occasion d’engager les universités et les jeunes à apporter massivement leur vision innovante d’Internet et des services numériques de demain à Madagascar.

Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

Amnesty international : Pour l’amélioration des conditions carcérales

La déclaration publique d’Amnesty International suivant l’Examen périodique universel (EPU) de Madagascar.

Madagascar a accepté 163 recommandations, notamment celles portant sur la nécessité d’améliorer les conditions carcérales dans les plus brefs délais, de mettre fin au recours excessif et abusif à la détention provisoire prolongée et de renforcer le système judiciaire national. Il s’agit là d’une avancée mais qui doit être suivie de mesures concrètes, a déclaré Amnesty International le 22 novembre dernier.

Le gouvernement a aussi accepté des recommandations l’invitant à promouvoir la liberté de réunion pacifique et à lutter contre l’impunité dont jouissent la police et les forces de sécurité pour l’usage excessif de la force et pour la perpétuation d’actes de torture et de mauvais traitements.

Recommandation. Le gouvernement malgache a accepté une recommandation portant sur le droit des femmes et des jeunes filles à avoir accès à des services d’information et d’éducation sur la santé sexuelle et reproductive, y compris l’éducation complète à la sexualité. Mais il a rejeté la recommandation formulée par l’Islande et soutenue par des groupes locaux et internationaux de défense des droits humains, dont Amnesty International, l’invitant à dépénaliser l’avortement en toutes circonstances.

Adopter une législation. Toujours d’après Amnesty International, le gouvernement de Madagascar a aussi rejeté dix autres recommandations, dont certaines portaient sur l’amélioration des moyens disponibles pour protéger les droits humains des femmes, des enfants et des minorités, y compris les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées. D’autres invitaient la Grande île à adopter une législation globale de lutte contre la discrimination ou à poursuivre la réforme de la législation nationale visant à s’attaquer aux dispositions discriminatoires en matière de genre qui persistent tant dans le droit que dans la pratique.

Recueillis par Dominique R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Donation de fonds pour la résilience climatique pour Madagascar.

Le 21 Novembre, un fonds a été donné à la Cellule de Prévention et Gestion des Urgences ou CPGU. Ceci a pour but de favoriser l’adaptation et résilience de chaque région face au changement climatique. Selon le Directeur Général de l’aménagement des territoires, les constructions de la population actuelle ne correspondent pas à l’intensité des catastrophes naturels qui sont de plus en plus fortes vu le changement climatique.
Plusieurs infrastructures d’Etat ne conviennent plus aux conditions climatiques actuelles. Un atelier a eu lieu pour présenter le projet pilote qui s’étendra dans toutes les régions de la grande île. Cet atelier s’est axé sur l’élaboration d’un guide d’intégration de l’adaptation et résilience face au changement climatique.
Midi Madagasikara0 partages

Corée : Participation à l’observation des élections communales

L’ambassadeur de la Corée du Sud à Madagascar, Lim Sang-Woo, a convié les journalistes à un déjeuner-débat, hier, à la Résidence de ce pays sise à Ivandry. Ce fut une occasion pour l’ambassadeur d’annoncer la venue d’une délégation sud-coréenne dans la Grande île du 25 au 27 novembre prochain. Une délégation placée sous la houlette du vice-président de l’Assemblée nationale de la Corée du Sud, SEM Lee. Le but de cette visite est de raffermir davantage la coopération entre les deux pays. La délégation va se rendre également à Morondava. Et pour terminer son séjour à Madagascar, qui coïncide avec la tenue des municipales et des communales, elle va participer notamment à l’observation de ces élections de proximité. L’ambassadeur a tenu d’ailleurs à souligner que cela rentre dans le cadre du soutien de la démocratie à Madagascar.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Ankasina : Mpanendaka anaty fitohanana nosamborin’ny fokonolona

Raha tsy nisy ny firaisan-kinan’ny fokonolona nisambotra ity mpanendaka iray teny amin’iny faritra Ankasina, dia efa tany dia tsy hita intsony indray ny entan’ity vehiavy iray, lasibatra tanaty fitohanana. Raha ny fanazavàna azo tamin’ny pôlisy dia « efa ela no narahin’ilay mpanendaka maso ny findain ity vehivavy anaty fiara fitaterana ity ka rehefa hitany fa nisokatra ny fitaratr’ilay fiara nisy ilay vehivavy dia avy hatrany dia nosintominy ilay finday teny am-pelantanan’ilay vehivavy ». Ny alakamisy lasa teo, tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany antoandro no nitrangan’ity trangana fanendahana ity tetsy  « amin’ny mpanao lavage Ankasina nandritran’ny fitohanan’ny fiara lavareny manodidina ny faritra 67ha iny ». « Raha iny nikasa saika handositra iny ilay mpanao sinto-mahery dia nisy olona nandona azy ka nianjera ity farany ary noraisim-potsin’ireo fokonolona »  hoy ny vaovao. Rehefa nentina teny amin’ny biraon’ny pôlisy natao fanadihadiana ity mpanendaka ity dia fantatra fa isan’ireo mpanendaka rain-dahiny, nampikaika ireo mponina teny an-toerana ranamana. Efa maro ireo nataony lasibatra tamin’izany, indrindra moa ireo mpandeha fiara.

Efa sakafo andavanandron’ny mponina eto an-drenivohitra tokoa ity resaka fitohanan’ny fiara ity tato ho ato. Indrindra moa fa ho avy izao ny fety aman-danonana isan-karazany dia asa fotsiny e. Fa ny fahorian’ny sasany tokoa, fifalian’ny hafa, indrindra fa ireo mpanao ratsy. Vahaolana ? Fandrasain’andraikitra avy amin’ny tsirairay toy izao nataon’ireo fokonolona teny Ankasina ihany. Ekena mantsy fa miasa ireo mpitandro filaminana mametraka ireo paik’ady isan-karazany hisamborana ireo mpanao ratsy saingy aza adino izy ireo tsy afaka hanara-maso tsirairay ny elakelaky ny fiara mitohana sy ny elakelan-trano rehetra any.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Baolai : Super promotion pour les fêtes

Les produits de Baolai sont très prisés par les consommateurs

Une grande braderie. Pas celle de Madavision, mais celle de Baolai qui lance en cette fin d’année une super promotion sur tous ses produits. « Comme tous les ans, notre objectif est de satisfaire tout le monde durant les fêtes de fin d’année » explique, Ren Yujie, le PDG de Baolai. Il y aura des remises de 15% à 30% sur tous les produits et en fonction des modèles. Des produits de grande qualité évidemment, pour ne citer que les téléviseurs Changhong, Hisense et Skyworth, très prisés par les consommateurs malgaches qui ont toujours confiance en Baolai depuis ses plus de 20 ans d’existence à Madagascar. Importante remise également sur les Subwoffer Jeyoo, Sea Piano et Enkor, des produits certifiés authentiques. Ou encore les réfrigérateurs et congélateurs Hisense ainsi que les téléphones portables de la même marque très connue dans le monde entier. Et pour épargner ses clients des effets néfastes du délestage, et pour permettre aussi à ceux qui habitent dans les zones non électrifiées, Baolai offre sa gamme de panneaux solaires avec kit complet : convertisseur, régulateur et batterie. Et ce, toujours avec des prix qui défient toute concurrence.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Omnisports : Siteny Thierry reçoit le certificat d’honneur du Japon

Siteny Randrianasoloniaiko présentant son fameux certificat avec l’ambassadeur, Ichiro Ogasawara.

Le Japon est reconnaissant de sa contribution à la promotion du judo à Madagascar et au renforcement des liens d’amitié entre les deux pays.

La grande famille du mouvement sportif s’est réunie à la résidence du Japon hier, pour honorer un des leurs. Siteny Randrianasoloniaiko, président de la Fédération malgache de judo et du Comité olympique malgache a reçu le certificat d’honneur du ministre des Affaires étrangères du Japon, remis par l’ambassadeur du Japon à Madagascar, Ichiro Ogasawara, hier, à Ivandry. C’était le 23 juillet 2019 que le ministère des Affaires étrangères du Japon a décidé d’attribuer ce certificat d’honneur à Siteny Thierry, en reconnaissance de sa contribution à la promotion du judo dans le pays et au renforcement des liens d’amitié entre les deux nations. Chaque année, le certificat d’honneur du ministre des Affaires étrangères est décerné aux personnes et aux groupes qui ont contribué de manière significative au renforcement des relations amicales entre le Japon et les autres pays dans le but de demander au peuple japonais sa compréhension et son soutien pour ses activités. Siteny Thierry est le président de la Fédération malgache a de Judo et du Comité Olympique malgache. Il a commencé sa carrière en tant que judoka, il est devenu plusieurs fois champion de Madagascar en judo entre 1989 et 2003, il a déjà participé à plusieurs tournois internationaux tels que le championnat d’Afrique, les Jeux Olympiques d’Athènes en 2004 et aux Jeux des Iles de l’Océan Indien. Depuis sa formation de moniteur international de judo au Japon en 1998, il s’est encore beaucoup investi dans la promotion de cette discipline à Madagascar en devenant l’entraîneur national des judokas pendant les 7es JIOI en 2007. Il a été élu président de la FMJ en 2010 et ce jusqu’à ce jour. Ses engagements dans le monde du judo sont connus non seulement à Madagascar, mais aussi en Afrique, à travers ses activités en tant que directeur au sein de la commission de direction stratégique régionale de la Fédération Internationale de Judo depuis 2012 et en tant que chairman de l’Union africaine de Judo depuis 2015. Discipline originaire du Japon, l’ambassade n’a pas manqué d’apporter son soutien au développement du judo à Madagascar.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

’Zay : Un avant-goût du 25e anniversaire au Palais des Sports.

Le groupe ’Zay enflammera la grande scène du Palais des Sports Mahamasina.

Le groupe ’Zay, au grand complet, livrera un concert sans précédent au Palais des Sports Mahamasina dimanche 1er décembre, à partir de 15 heures 30.

Après 20 ans de carrière, ’Zay occupe toujours une place importante dans le cœur des Malgaches en général et des habitants de Tana en particulier. La formation offrira un concert qui s’annonce exceptionnel. Une occasion pour les Tananariviens de redécouvrir Malala et Nary. Depuis ces deux décennies, ils ne cessent de se renouveler et de donner le maximum pour satisfaire le public.

En étroite collaboration avec Orange Madagascar et la Star, ce concert sera un moment de communion « énergétique ». Le « live » de ’Zay n’est jamais un simple concert. C’est plutôt une performance. « Notre objectif est de donner satisfaction à nos fans » a avancé Nary lors de la conférence de presse hier, à la Tour Orange d’Ankorondrano. Ceux qui connaissent le savent, ’Zay donne tout, il ne fait pas les choses à moitié.

« Tsy miova » ! Oui le groupe n’a pas changé. Il ne compte pas signer sa retraite. Le collectif est loin de ces groupes qui touchent le sommet en deux ou trois mois puis qui disparaissent en quelques années. En fait, ce show fait un rappel des chansons les plus nostalgiques que le groupe a composées dans l’univers de la musique malgache. Cependant, ’Zay jouera également des morceaux qui figurent dans son nouvel album « Tsy ho voavaliko » sorti au mois de juin dernier. La jaquette a été appréciée par bon nombre de jeunes.

Traverser les époques. Le groupe est monté sur les planches pour la première fois en 1996. 23 ans après, il reste toujours indémodable, même s’il conserve son style. Selon les organisateurs de l’évènement, « la particularité du groupe ’Zay réside avant tout au niveau des duos de Nary et Malala, piliers incontournables de la formation. Animés par des liens fraternels, les deux chanteurs créent une parfaite osmose au sein du groupe. Ils poussent d’ailleurs leur art  à son paroxysme en s’entourant de mélomanes avertis et de professionnels tels que Haingo et Tovo à la guitare, Nini à la batterie, Mika à la basse, Mamy au clavier ». Cette complicité a permis à la formation de traverser toutes ces années. En 2021, le groupe célébrera ses 25 ans de scène. Pendant toutes ces années, le collectif a bercé la génération 2000, pourtant il ne vieillit pas. Il prend de l’ampleur et il mûrit.  Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

HCC : Appui technique aux 6 tribunaux administratifs

Les tribunaux administratifs sont compétents pour gérer les contentieux relatifs aux prochaines Communales et proclamer les résultats officiels de ces élections. C’est dans ce cadre que la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) apporte depuis hier, en partenariat avec le projet SACEM, son appui technique à ces juridictions. Cet appui consiste en un renforcement de capacités technique et matérielle organisé à Ambohidahy. Lors de cet atelier, chacun des six tribunaux administratifs (Antananarivo, Antsiranana, Mahajanga, Toamasina, Toliara et Fianarantsoa) est doté d’un ordinateur et d’une imprimante, accompagnés de leurs consommables. Par ailleurs, les présidents et les techniciens informatiques de ces tribunaux ont pu bénéficier de l’expertise et de l’expérience de la HCC en matière de traitement et de contrôle des résultats électoraux.

Elections crédibles et transparentes. La HCC a ainsi mis à leur disposition un logiciel permettant l’accomplissement de ces travaux de traitement et de contrôle. « L’objectif de cet appui est de garantir des élections transparentes, crédibles et acceptées par tous au niveau des structures de base grâce à l’optimisation de l’exercice de la fonction juridictionnelle des tribunaux administratifs. », souligne la Haute Cour Constitutionnelle. Cette dernière d’affirmer que les tribunaux administratifs sont fin prêts à assumer leur rôle de gardien de la démocratie locale et s’engagent à utiliser à bon escient les dotations et formations dont ils ont bénéficié.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Football : Construction d’un terrain synthétique à Tsarahonenana

Une trentaine de terrains aux normes internationales sera mise en place dans les six provinces de Madagascar, dans le cadre du projet présidentiel, ainsi que le « Velirano » numéro 13 du Président concernant le sport.

Il tient parole. Deux chantiers de construction de terrain à pelouse synthétique ont débuté cette semaine dans la Capitale. Le premier se trouve dans le district d’Ambohidratrimo. Le gouverneur de la région Analamanga, Hery Rasoamaromaka, envoyé spécial du président de la République, a effectué une descente sur place mercredi dernier pour la pose des premières pierres. Selon ses explications, ce stade sera opérationnel dans quelques mois. Hery Rasoamaromaka est convaincu que le développement du sport et plus particulièrement du football passe par les quartiers. C’est dans cette optique qu’il a annoncé, hier, la construction d’un second terrain à Tsarahonenana dans le Ve arrondissement. Les travaux ont débuté hier même, et durera quatre mois. « 22 entreprises malgaches ont répondu à notre appel d’offres. Cela signifie que des ouvriers locaux en tireront profit. Tout le monde pourra jouer ici  le foot à 11 et le terrain sera géré par les autorités locales » a expliqué le gouverneur. Et lui de continuer : « Cela fait dix ans qu’on attend la construction d’infrastructures de ce genre. Nous allons bien entretenir ce terrain comme notre petit stade de Mahamasina » a fait savoir le député Naivo Raholdina durant son allocution. Dans les autres régions, le stade Barikadimy à Toamasina sera inauguré demain par le président Andry Rajoelina suivi de celui d’Antsiranana.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Rocade : Niakatra « tension » ny mpamily dia nivadika an-tanimbary

Mbola nitsikian’ny vintana ilay mpamily fiara raha nojerena tamin’ny fahavoazan’ny fiara izay nivadika ambony ambany tao anaty tanimbary. Omaly tolakandro no nisehoan’izany tetsy amin’ny lalam-baovao Rocade izay mizotra ho any Andohatapenaka. Raha ny fanazavan’izay nahita ny lozam-pifamoivoizana izy nitranga dia nisy olana ara-pahasalamana ilay ramatoa izay nitondra ny fiara. Niakatra ny tosi-drany ary tsy voafehiny intsony ny familiana vokatr’izany. Nitarika ny fialàn’ny fiara kely tamin’ny lalany izany ary nivadika tany an-tanimbary. Mba tsy nisy ny aina nafoy. Vetivety dia tonga ihany koa ny olona ary nanampy tamin’ny famoahana ilay ramatoa tao anatin’ny fiara. Ratra madinika no nisy noho ny fidonan’ny fiara tamin’ny tany. Afa-doza tanteraka ilay ramatoa satria raha elaela tao anaty fiara dia mety ho sempotry ny rano tao noho ny fiara izay nivadika ambony ambany. Tsy nilaozan’izay tsy nisy lozam-pifamoivoizana ny Rocade, toa ny lalam-baovao rehetra ihany, toa ny by-pass tamin’ny vao nisokatra, eny fa hatramin’izao aza. Ny antony matetika dia ny tsy fitandremana noho ny làlana tsara ary lasa misy mpisetrasetra. Momba ny Rocade indray, vao nisokatra andro vitsivitsy tamin’izany fotoana dia efa nisy lozam-pifamoivoizana nahafaty olona, indrindra teo amin’ny sampanana izay mihazo ny digue. Nasiana dongona taorian’izay ary koa nasiana famantarana manokana, ireo fepetra ireo no isan’ny  nampihena ny loza. Momba ilay lozam-pifamoivoizana izay nitranga teny an-toerana omaly indray dia tsy hita firy izay lazaina satria ara-pahasalamana no nitarika azy. Mety mahazo ny tsirairay ny fihetsehan’ny aretina tampoka. Ny tsara kokoa angamba dia ny fijanonana avy hatrany na tsy mitondra mihitsy raha vao misy zavatra mampiahiahy.

D.R

 

Midi Madagasikara0 partages

KMF/CNOE et les Communales : Contre l’instrumentalisation politique des chefs de fokontany

Les dirigeants du KMF/CNOE devant la presse hier à Antanimena.

Les tentatives d’instrumentalisation politique des chefs de fokontany ont été dénoncées hier à Antanimena.

Le KMF/CNOE a sorti hier son premier communiqué sur les Communales du 27 novembre. En tant qu’entité de la société civile engagée dans l’éducation citoyenne, la commission nationale d’observation des élections sensibilise les citoyens à s’acquitter de leur devoir électoral le 27 novembre. « On assistera à deux scrutins le 27 novembre prochain, l’un pour l’élection des maires, et l’autre pour celle des conseillers communaux et municipaux. Les électeurs auront donc à voter deux fois le même jour. », précise le KMF/CNOE dans son communiqué. Un communiqué où il rappelle les 9 étapes du vote, de la remise aux responsables du bureau de vote des cartes d’identité nationale ou des cartes d’électeur à l’utilisation de l’encre indélébile. Le KMF/CNOE rappelle par ailleurs que les bureaux de vote s’ouvriront à 6h du matin et seront fermés à 17h. Mais, cette entité d’observation électorale ne s’arrête pas à cette traditionnelle mission de sensibilisation. Dans son communiqué d’hier, elle fait constater des faits dont elle est témoin durant les jours de campagne qui se sont déjà écoulés. « Ce qui est positif, c’est que la majorité des candidats ont essayé de faire connaître aux électeurs leurs programmes. Ce qui est négatif, c’est que la campagne pour l’élection des conseillers semble éclipsée par celle pour l’élection des maires. », affirme le KMF/CNOE.

Listes électorales. Par ailleurs, le KMF/CNOE estime qu’il ne devrait y avoir des problèmes concernant le remplacement des chefs de fokontany quand ce remplacement respecte la procédure exigée par la loi. « Par contre, l’instrumentalisation politique de ces chefs de fokontany pour des soutiens à des candidats durant la campagne est inadmissible. », fustige cette entité engagée dans l’observation électorale à Madagascar. Cette dernière déplore également que les listes électorales à utiliser aux scrutins du 27 novembre prochain ne sont pas encore parvenues au niveau de certains fokontany. A propos de ces listes électorales et suite aux inquiétudes exprimées par les députés TIM élus dans la Capitale, le président de la CENI Hery Rakotomanana a déclaré que les preuves de manipulation doivent être apportées pour pouvoir effectuer des confrontations publiques des listes électorales originales avec leurs extraits. Reste à savoir si en cas des suspicions, ces confrontations publiques peuvent être effectuées le jour-J et avant le début du vote. En tout cas, la campagne électorale pour l’élection des maires et des conseillers communaux et municipaux touchera à sa fin dans 72 heures. Les candidats organisent leur « Faradoboka » aujourd’hui et demain. « Nous encourageons les candidats à respecter la loi. Madagascar est un Etat de droit. Tout le mode est soumis à la même loi. Les candidats doivent agir pour l’apaisement et la paix. », a lancé hier le KMF/CNOE.

Eugène
Midi Madagasikara0 partages

Vehivavy hita faty tany Andapa : Olona enina nadoboka am-ponja vonjimaika

Enin-dahy, voarohirohy tamina resaka vono olona nitranga tao Andapa ny faram-paran’ny volana oktobra lasa teo no nosamborin’ny zandary tany Mandritsara ny herinandro lasa teo. Raha ny zava-nitranga : ny 25 oktobra lasa teo dia vehivavy iray no hita faty, nisy namono tao amin’ny kaominina Belampona. Voalaza tamin’izay fa hoe nisy nanala ny taovany. Nohamarin’ny zandary anefa fa tsy marina velively io filazàna io, araka ny taratasy nataon’ny mpitsabo nanao ny fizahana ary natrehin’izy ireo. Na izany aza anefa dia niroso tamin’ny fikarohana izay nahavanon-doza ireo mpitandro filaminana ka niafara tamin’izao fisamborana azy enin-dahy izao. Natolotra ny Fampanoavana izy ireo taorian’ny fakàna am-bavany azy ny alarobia lasa teo ary nadoboka am-ponja avy hatrany miandry ny fotoam-pitsaràna.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Protection de l’environnement : Les bouteilles en plastique dans les bacs

Savez-vous qu’une bouteille en plastique met 100 à 1.000 ans à se décomposer totalement ? (crédit photo : Princy)

Les médias nationaux et internationaux, les activistes en faveur de la préservation de l’environnement et les divers organismes non gouvernementaux n’ont pas arrêté d’en parler depuis quelques décennies : la protection de l’environnement est primordiale. On connaît toutes les statistiques sur la durée de vie de certains matériaux et déchets sans parler de la pollution qu’ils engendrent. Et si ailleurs, les spots publicitaires et les actions de sensibilisation de la population se font nombreux, à Madagascar, c’est encore un grand défi. Il n’y a qu’à voir les montagnes de déchets qui jonchent nos rues pour se rendre compte que la population n’est pas assez informée ou éduquée. Face à cela, diverses entreprises ont décidé de lancer un projet environnemental baptisé « Kopakelatra ». Présenté mercredi dernier dans les locaux de la STAR à Andranomahery, ce projet, fruit du partenariat tripartite entre STAR-ADONIS et le réseau de la grande distribution réunissant Galana, Total, Jovena, Leader Price, Score Jumbo, Shoprite, Supermaki et Shop Liantsoa, concerne la mise en place d’un système de collecte des bouteilles en plastique ou PET (Polyéthylène Téréphtalate) dans une finalité de recyclage.

Système bien rôdé. « Kopakelatra » n’est encore qu’un projet pilote car la lutte contre la pollution de la planète ne saurait se contenter d’un unique programme. Pour cette phase de lancement, les sociétés de la grande distribution vont mettre en place 24 points de collecte répartis dans les quartiers suivants : Digue, Talatamaty, Ankorondrano, Ambatobe et Tanjombato. Le grand public est ainsi invité à jeter leurs bouteilles en plastique dans les bacs à collecte placés auprès des grandes et moyennes surfaces ainsi que des stations-service. Ce sera par la suite ADONIS qui collectera les bouteilles PET pour les recycler dans le respect des normes en vigueur. Quant à la STAR, sa mission consistera à la communication et à la sensibilisation du grand public tout en fournissant les matériels nécessaires à la collecte.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Guide du week-end : La world musique s’invite au Fara West

Jazz, rock, tous les genres seront au menu ! Jacques Ralph, Toky Ar, Andry Sylvano, Harty Andriambelo, Bim Andrianariseheno, formant le groupe Iz’Avy, livreront un cabaret au Fara West Faravohitra ce soir, à partir de 20 heures. Créé en 2013 par cinq mélomanes, Iz’Avy prend de l’ampleur ces derniers temps.

 

 

 

Du salegy typiquement Haramy au Le Glacier

 L’équipe de Mameno n’a pas déposé ses valises cette année. Elle a fait le tour du triangle du Nord et ses alentours depuis le mois de janvier. Ce soir, c’est au tour de la Capitale de recevoir son salegy. Haramy est dans la Ville des Mille. Il offrira un cabaret ce soir, à l’hôtel Le Glacier à partir de 20 heures 30. Une occasion en or car c’est peut-être le dernier concert de ce groupe à Antananarivo. Avec Haramy, l’ambiance sera chaude voire bouillante. Son dernier concert date du 5 février dernier en prolongement de la fête du Nouvel An. Et ce soir, il anticipe déjà sur les fêtes de fin d’année.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

SIM : Un Salon sur l’industrie et la recherche en décembre

Le Syndicat des Industries de Madagascar milite pour la promotion du « vita malagasy».

La recherche est indispensable face à la concurrence et à l’évolution de l’économie mondiale. C’est ce qu’a soutenu le Syndicat des Industries de Madagascar (SIM), lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier à l’Université d’Antananarivo. Une manière pour les représentants du secteur privé qui organisent en décembre prochain la 5e édition du Salon sur l’industrie et la recherche de soutenir que la recherche est impérative, dans le contexte actuel du pays. « C’est très important pour les entreprises et également pour le peuple malgache. La recherche vise à améliorer les choses et à trouver des solutions innovantes. Nous sollicitons les recherches sur l’agroalimentaire, les technologies, les matériaux, la santé et médecine, l’agriculture, l’élevage, l’environnement, les sciences sociales, le tourisme etc. bref, tous les domaines, car même si un produit a du succès sur le marché, il peut être très vite démodé. Une entreprise ne peut rester au statu quo. Ce qui est bien avec la recherche, c’est qu’on trouve parfois des solutions et des innovations auxquelles, on n’a même pas pensé. Donc j’incite vraiment les entreprises et les chercheurs à venir à cette 5e édition du Salon de la Recherche au service de l’Economie et de l’Emploi », a affirmé le président du SIM, Amiraly Hassim. A noter que le Salon se tiendra les 2 et 3 décembre prochain au Carlton Anosy, sous le thème « Malagasy ny Antsika ».Selon les organisateurs, il vise à promouvoir, non seulement les produits des chercheurs locaux, mais également la création d’emploi décent.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Filière lait : Menacée par les importations massives de poudre de lait

Le Malagasy Dairy Board (MDB) qui est chargé de promouvoir et de coordonner le développement de la filière lait à Madagascar, tire la sonnette d’alarme.

En effet, « la filière lait est en danger pour diverses raisons », a déclaré Haingotiana Razafindraibe, le PCA de MDB lors d’une conférence de presse hier. « Elle est menacée par les importations massives de poudre de lait. En plus, des importateurs pratiquent le dumping ou la vente de ce produit importé à un prix inférieur à celui pratiqué dans le pays d’origine de l’entreprise afin de conquérir des parts de marché, sans compter les fausses déclarations au niveau de la Douane en disant qu’il s’agit du riz import car celui-ci bénéficie d’une détaxation. Ce qui entraîne une concurrence déloyale, et ce, au détriment des producteurs de lait locaux. En outre, on a observé une augmentation de poudre de lait importé cette année comparé à la quantité importée en 2018, atteignant près de 86 millions de litres de lait. Tout cela entraîne un cercle vicieux mettant en danger la filière lait à Madagascar », a-t-il poursuivi.

Manque de contrôle. Le MDB dénonce également un manque de contrôle des produits importés de la part des autorités. En citant notamment l’entrée de poudre de lait déprotéinés mélangés avec de l’huile de palme qui est déjà interdit sur le marché européen, mais qui ne l’est pas encore à Madagascar . D’autres sont même déflatés », selon Mira Rakotondrandria, le directeur exécutif de MDB. En outre, pire, selon Mira Rakotondrandria, Directeur Exécutif de MDB « plus de 90% de lait collectés et mis en vente contiennent des additifs et mélangés à 50% avec de l’eau ». Tout cela nécessite un contrôle rigoureux des autorités compétentes sinon les efforts entrepris depuis des années par la MDB pour garantir la traçabilité et la qualité de lait, seront en vain », a enchaîné le PCA de MDB. A part cela, il a rajouté que face à ce danger réel de la filière lait, le MDB revendique la prise de mesure par l’Etat en mettant en place une politique de protectionnisme pour contrôler les importations abusives de poudre de lait à Madagascar.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

RN31 : Misy mangalatra ireo ao ambany arabe

Mety hitera-doza ny toy izao raha sendra nisy fiara nandeha no nitrangan’ny fihotsahana

Voatohitohina tanteraka ny fifamoivoizzana tamin’iny lalam-pirenena faha-31 iny nanomboka ny marainan’ny alakamisy 20 novambra lasa teo. Nitranga izany noho ny fisian’ny lavaka be mikodana eo anelanelan’ny Bealalana sy Antsohihy, eo amin’ny fokontany Antanambao Ambony, kaomina ambanivohitra Antsahabe, distrika Antsohihy. Noho izany, tsy afaka mifamoivoy amin’io lalana io ireo fiara lehibe. Mitranga moa izao olana izao noho ny ataon’ireo tsy mataho-tody izay mangalatra ireo bizo ao ambanin’ny arabe. Mbola hita teo amin’ny sisin-dalana moa ny – tamin’ireo bizo ireo izay heverina fa saika mola hiverenan’ireo mpagalatra halaina. Vao nahare izany moa ireo tompon’andraikitra avy ao amin’ny Sampandraharahan’ny Fanajairana ny Tany, ny Toeram-ponenana, sy ny Asa Vaventy ao Antsohihy dia nandray andraikitra ka niroso tamin’ny fanarenana ny simba mba hamerenena haingana ny fifamoivoizana ao anatin’ny fotoana fohy.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

La filière fromage également concurrencée par les importations

Il n’y a pas que le lait qui est menacée par les importations massives. La filière fromage qui fait pourtant vivre beaucoup de personnes notamment dans le milieu rural risque aussi d’être fortement concurrencée par des produits venus d’ailleurs. « Nous avons constaté dans les médias qu’une société va importer du fromage pour développer ses activités. Cela sous-entend que les produits locaux ne sont pas de qualité alors que nous garantissons qu’il y a des producteurs locaux respectant bien cette qualité et pouvant même concurrencer les produits importés. Nous sollicitons ainsi les acteurs opérant dans la filière et les Malgaches à consommer le « Vita Malagasy », afin de booster l’économie nationale ». C’est ce qu’a notamment déclaré le Malagasy Dairy Board (MDB), hier. Une manière de dénoncer la non protection de la production locale. « L’application de la TVA sur le maïs qui constituent les 60 à 65% des matières de base pour la fabrication de provende animale, pourra également mettre en péril les activités des éleveurs ». selon toujours le MDB qui interpelle ainsi, l’Etat à prendre des « mesures adéquates ». A noter que le MDB va clôturer la célébration de son 15e anniversaire en organisant une soirée blanche de la filière lait le 06 décembre 2019 à l’hôtel Carlton.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Réunion des DRH des entreprises et du ministère : Insertion et orientation professionnelle au centre des ...

Le jeudi 21 novembre 2019, le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel (MENETP), en collaboration avec l’UNESCO, a tenu une réunion d’information avec les directeurs des Ressources humaines (DRH) des entreprises du secteur privé et ceux du ministère. Cet atelier a eu lieu dans le local du ministère à Ampefiloha et entre dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale de l’emploi et de la formation professionnelle (PNFEFP).

Inadéquation formation et emploi. Selon les explications du coordinateur général de programme et projet au sein du MENETP, « cet atelier s’adresse tout d’abord aux entreprises car sans l’adhésion du secteur privé, les réformes et chantiers en cours au sein du MENETP ne pourront pas aboutir ». Cette réunion de partage et d’échange s’est concentrée sur les attentes des entreprises en matière de compétence afin de faciliter l’insertion mais aussi l’orientation professionnelle des jeunes. Ainsi, les sortants de l’enseignement technique doivent bénéficier d’une formation en adéquation avec la réalité sur le marché du travail. Le président de l’association malgache des DRH, Zo Andriantsilavo a, par exemple, évoqué lors de cette réunion l’inadéquation formation-emploi dans l’enseignement supérieur, « dans mon secteur, je cherche des étudiants qui maîtrisent la programmation informatique, à savoir le langage informatique normalisé SQL (Structured Query Langage), or nos étudiants apprennent en cours le langage de programmation VBA ou Visual Basic for Applications » a-t-il souligné avec précision. La recommandation des DRH des entreprises est donc l’adaptation de la formation et du programme dans l’enseignement technique de manière à ce que les connaissances et techniques transmis aux élèves correspondent aux besoins du marché professionnel.

Les secteurs prioritaires. Selon ce qui nous a été communiqué lors de cette réunion, le marché professionnel à Madagascar compte cinq secteurs prioritaires, à savoir l’agroalimentaire, l’industrie agroalimentaire, le tourisme et l’hôtellerie, textile sans oublier les technologies de l’information et de la communication. Ces domaines sont très présents actuellement et les offres sont nombreuses. D’où la grande importance d’adapter les programmes dans l’enseignement technique.

Anja RANDRIAMAHEFA

Madagate0 partages

Razanamalala Marie Eliane. Fahagagana nataony tao Masinandriana amina PA manjavozavo

Raha toa ka mba tsapain-tànana ny fanovana (eo amin'ny lafin'ny tsara) ao amin'ny sampan'ny fanànan-tany (“Service des Domaines”) dia toa mbola rakotry ny fakam-panahin'ny lava tànana mitondra malety ihany ny eo anivon'ny Tribonaly ao Anosy ao. Ity lahatsoratra ity dia karazana fanaovana vavolombelona ny tranga hitako sy niainako tao amin'ny fokontanin'ny Masinandriana. Araho tsara ny tantara fa tena... mahagaga.

Tsy vao izao mihitsy aloha no nisy fangalaran-tany avo lenta eny amin'iny faritra iny. Tsaroan-tsika no nitranga tamin'ny fianakavian'i Tintin Ravonison sy ny an'i Gégé Rasamoely, fony fitondrana Rajaonarimampianina sy Hvm... Rehefa lany Filoham-pirenena anefa i Andry Rajoelina dia velom-bolo ny daholo be fa hanomboka ny tena hoe fampiarana ny tena Tany tan-dalàna (“Etat de droit”) sy ny Ady amin'ny koliloky (“Lutte contre la corruption”). Ary efa nisinisy ihany ireo nigadra na noroahina tamin'ny asany, izay tafiditra amin'izany baiko izany eo anivon'ny sampam-panjakana rehetra misy eto amin'ny tany sy ny fanjakana.

Mbola misy ihany anefa no sahy mangalatra tsotra izao ny tanin'olona satria vadim-bazaha ka manam-bola be afahany mividy izay mety ho vidiany. Ary dia miseho manara-dalàna kanefa tsy misy mandeha amin'ny laoniny daholo na ny fomba ataony eo anatrehin'ny lalàna (“procédure”) na ny fomba fihetsika mitomany mpanefoefo be sy ny fiteny mieboebo manambany olona. Ilay tany resahina dia izao no anarany voasoratra ao amin'ny “Domaines”: “Ambohimailala, BH, Parcelle 166, Rejistra 01, Takelaka 77” mirefy 13A 66 Sa. Ny anaran'ny tompony, izay efa nodimandry dia: Razanadranto sy Rasoanandrianina. Fito no isan'ny mpandova hita ao amin'ny “acte de notoriété” ka ny iray dia mbola velona ary 82 taona amin'izao fotoana izao. Mbola tsy nisy nikitika mihitsy io tany hatramin'izay nahalasan'ireo razambe ireo.

Fa nanomboka ny volana jona 2019, dia tazana mivezivezy teny io Razanamalala Marie Eliane io ary dia tonga tokoa ny fahagagana... Eny an-toerana dia misy an'i Ramatoa Ramary izay mipetraka teny amin'ny manodidina nanomboka ny taona 1968 ary nahalala tsara ny tena tompon'ireo tany eny. Tamin'izany izy no efa nomen'ireo alalana hanajary. Izany hoe namboly sy niompy toa tompon-tany fa tsy tompony mihitsy. Raha ny marina izany dia tokony io Ramary io no nangataka ny atao hoe “prescription acquisitive” (Fanamaintisa-molaly no azo andikana azy) -na koa USUCAPION ho an'izay nianatra làlana- satria nandritra ny 30 taona izy sy ny taranany no nahamaintimolaly ny tany manodidina io atao hoe “Parcelle 166” io.

Fa tsy nisy telo volana anefa dia natafatsangana fefy biriky avo be manodidina io io “Parcelle 166” io ity Marie Eliane ity ary nasiany vavady mainty be makadiry tsy hafahan'ny olo-kafa miditra ao. Tsy norarahiny mihitsy ireo taratasy avy any amin'ny solontenam-panjakana ao amin'ny Kaominina ambanivohitra Ankadikely Ilafy, Antananarivo Avaradrano, ka mandrara azy tsy hanangana fotodrafitr'asa eo amin'io tany io, izay fitohizan'ny fanohanana in-telo miantaona nalefan'ny mpandova ny 11, 16 ary ny 20 Septambra 2019. Ny 19 Novambra 2019 moa dia nandefa taratasy tany amin'ny Lehiben'ny Sampan-draharan'ny Fananan-tany mivantana ireo mpandova ireo izay mampahatsiahy ihany koa f'efa nisy peta-drindrindra (“affichage”) tany amin'ny biraon'ny Kaominina Ankadikely Ilafy milaza ny fanohanana izay fotodrafitra rehetra kasaina atao, avy any amin'ny tena tompon-tany dia ireo mpandova, taranak'i Razanadranto sy Rasoanandrianina.

Fa misy tokoa Andriamanitra ary tena mitahy tokoa ireo razambe ireo. Satria sendra topi-maso no nahafantaran'ireo mpandova ny tany fa io 19 Novambra 2019 io dia hisy ny fitsirihina hanaovana tombana ny fanajariana na “constat de mise en valeur”. Eto dia efa misy tsy milamina satria amin'ny anaran'ny reniny Razafindravao Jeannette no nanaovana io fitsirihina io. Amin'ny alalan'ny inona no nafahany nangataka io fitsirihina io ? Satria olona ivelan'ny fianakaviana ry zareo. Taratasim-barotra (“Acte de vente”) ? Iza avy no nifanaraka taminy ary ohatrinona ? Taratasy fanomezana (“acte de dotation”) ? Iza no niresaka sy nifandray taminy ? Taratatsy famindram-pananàna (“Acte de mutation”)? Amin'iza sy iza? Manomboka mivarina an-kady ilay fiseho fanarahan-dalàna ivelany nataon'ity Marie Eliana ity. Toa manambara mihitsy fa zavatra fanaony io manodikodina tanin'olona io...

Fa ny karazana fitsirihina toa io moa dia tsy maintsy mpiasa ao Kaomisiona manokana ao amin'ny “Domaines” no any afaka manao izany, ary miala avy amina baiko nomena tribonaly. Nisy tokoa izany dia ny “Ordonnance laharana 6491 tamin'ny 27 Jona 2019” navoakan'ny Tribonaly Ambaratonga voalohany eto Antananarivo. Tsy afaka manao izany anefa ny Tribonaly raha tsy misy ny atao hoe “prescription acquisitive”. Hiverenako rehefa avy eo io.

Na dia maro ireo mpandova tsy nahafantatra io fidinana eny an-toerana io dia nisy nahalala ihany ka nifampiantso ny mpiray tampo ary voasolo tena daholo ny taranaky ny mpandova fito mianadahy. Raha tamin'ny 11h30 ny fotoana nomena dia efa tamin'ny 13h mahery vao nipoitra ry zareo ao amin'ny “Domaines”, izay tonga nandeha tao anatin'ny fiara 4X4 an'i Razanamalala Marie Eliane. Zony ve izany? Tsy fantatro fa hafahafa ihany izany... Somary nihemotra moa ireo vao nahita aho ary indrindra nahita ny caméra-ko. Tsy mahazo maka sary, hono. Rehefa nazavaiko azy ireo fa fitondra sy mpitondra mandàla ny tany tan-dalàna sy ny ady amin'ny kolikoly no misy izao ary mila porofoina ny tranga rehetra -indrindra fa io resaka tany satria be loatra ireo mpangalatra mahitahita, ary manerana an'i Madagasikara mihitsy- dia nilefitra ry zareo. Ary dia niakatra teny an-toerana ny rehetra. Mbola saika hanakana indray moa ity Marie Eliane ity fa hoe solontena roa na telo ihany fa tsy nanaiky aho satria farafaharatsiny olona fito misolo ny tompon-tany no tokony hiditra ao amin'ilay rindrindra be natsangana malaky dia malaky tokoa. Nahazo niditra daholo ny rehetra. Ary nahazendana tokoa ny “fanajariana” (“aménagement”) natao tao.

Nilaza ary io Razanamalala Marie Eliane fa efa tamin'ny taona 1998 izy no nanajary io toerana io. Ny mamany voalaza fa nanao ilay fangatahana fitsirihana moa dia moana tanteraka nandritra ny fanazavana rehetra nataony. Dia nanambara koa izy fa efa nanomboka ny taona 2015 no natsangany io fefy biriky makadiry io. Ny tazana tao moa dia tany lava volo tsy voakarakara misy trano vao natsangana, lava-drano ary fototra akondro vitsy vitsy tsy ampy telo volana akory ny habeny. Izay izany no vitany tao anatina 20 taona (1998-2019) fe-potoana afahana manao “prescription acquisitive”. Voasoratra ao amin'ny peta-drindrina tsy maintsy hatao eny amin'ny biraon'ny kaominina Ankadikely Ilafy daholo moa ny antsipirihin'iny “fanajariana” tsy manam-paharoa iny. Marihina fa ny zanak'i Ramary noresahina etsy ambony no nanangana io trano io. Izany hoe rindrinda efatra sy tafo fa na varavarakely aza tsy misy. Ny marina dia teo anelanan'ny volana Aogositra sy Novambra 2019 io “fanajariana” peta-toko io no natao. Tany mikaotaona tsy misy voly na ny iray aza. Marina fa nanao fangatahana fananganana fefy na “clôture” izy Marie Eliane io kanefa ny dosie nentiny sy nasehony dia “plan juridique” ihany. Tsy feno izany fa notohiziny ihany ny fananganana ary tena tao anatina fe-potoana nahatalanjona ny manodidina.

Rehefa nanontany aho, io 19 Novambra 2019 io, imason'ny olona rehetra nanatrika teo, hoe misy ve ary aiza ny fahazoan-dalàna manangana na “Permis de construire” momba ny fefy sy io trano kely io. Izao no valiny sady niedinedina be : “Misy ary manana mihitsy aho !” ary lasa izy nivoaka ny vavahady. Niverina anefa izy avy eo toa akoho voakapoka. Tsy notohiziko intsony moa satria tsy hiady no nalehako tany fa anao vavolombelona. Fa taty aoriana, rehefa nanontaniako ny mpiandraikitra ao amin'ny Kaominina Ankadikely Ilafy, izay tonga teny an-toerana tao anaty ambulance-ny Kaominina, dia nilaza tamiko mazava fa tsy misy “permis de construire” ireo foto-drafitr'asa izay natao tamin'ny taona 2019 tao anatina fotoana fohy dia fohy, fa ilay “fiche technique n° 221” tamin'ny 16 Jolay 2019 no nasehony, izay tsy mahasolo velively “permis de construire”. Eto izany dia efa tsy ara-dalàna na ny fefy tamboho makadiry na ilay trano kely ao anatiny.

Io tany atao hoe “Ambohimailala, BH, Parcelle 166, Rejistra 01, Takelaka 77” io dia ao anatin'ny fokontanin'i Masinandriana. Ary ny fokontany mifanolom-bodin-drindrina aminy dia Mandrosoa, Antanetibe, Manazary ary Ambohibe. Tsy nisy na iray aza ireo fokontany dimy ireo nahavoaray an-tsoratra fangatahana “prescription acquisitive” na PA. Torak'izany koa ny teny amin'ny Kaominina Ankadikely Ilafy. Ny marina anefa tsy afaka totofana (n'inona n'inona ny fomba atao) ela loatra ka rehefa nanao fanadiadiana ny tenako dia any Mahamasina, boriboritany faha-4 ao anatin'ny Kaominina Renivohitr'Antananarivo no nipoitra ny nafenina.

Mbola misitera hatreto aloha ny taratasy nasehon-dr'izy mianaka, dia Razafindravao Jeannette sy ny zanany Razanamalala Marie Eliane, fa nisy fangatahina PA nanaovana “légalisation” tao. Ary dia iny no nafahany nanatona ny tribonaly etsy Anosy namoaka ilay “ordonnance” nafahany nanao ilay fitsirihina tamin'ny 19 Novambra lasa teo. Tsy maintsy ho fantatra foana ny taratasy nentiny nafahany nanao izany “légalisation” izany ary iza no nanao sonia. Satria na henjana ny kolikoly tsy maintsy atao an-tsoratra daholo rehefa asam-panjakana. Ary ny soratra mitoetra. Fa amin'ity raharaha “Parcelle 166” ao Ambohimailala ity dia izao ny fanontaniana mipetraka: ny làlana (“Lois”) ve no tena mandringa mila ho potraka sa ny ao amin'ny tribonaly no jamba sy tsy mahay io làlana io? Mety izy daholo izany. Mbola hitohy ny tantaran'ity tany “Parcelle 166” ao Masinandriana Ambohimailala ity fa izao no tokony ho fantatry ny rehetra mikasika io PA io.

Ity aloha no niaviany sy ny fanovana natao ka najanoko teny frantsay aloha: Ordonnance n° 60-146 du 3 octobre 1960 relative au régime foncier de l’immatriculation (J.O. n° 129 du 22.10.60, p.2205), modifiée par ordonnance n° 62-036 du 19 septembre 1962 (J.O. n° 245 du 26.9.62, p.1976), ordonnance n° 66-022 du 19 décembre 1966 (J.O. n° 514 du 31.12.66, p. 2600), ordonnance n° 74-034 du 10 décembre 1974 (J.O. n°1025 du 10.12.74, p.3926), par loi n°90-028 du 10 décembre 1990 (J.O. n° 2036 du 24.12.90, p. 2504, édition spéciale), et par loi n° 99-024 du 19 août 1999 (J.O. n° 2595 du 30/08/99, p. 2001 -2005, éd° spéciale et n° 2597 du 06.09.99, p. 2041, édition spéciale; Errata: J.O. n° 2602 du 11.10.99, p. 2267), LOI N° 2003-029 du 27 août 2003

La prescription acquisitive est un principe institué par l’ordonnance n°60-146 du 3 octobre 1960 relative au régime foncier de l’immatriculation. Il a marqué le droit malgache en ce que les dirigeants de l’époque post-coloniale ont voulu régulariser la situation juridique des terres laissées en déshérence après le départ des colons. Le législateur a, de ce fait, prévu dans cette loi la possibilité d’immatriculer un immeuble au nom des occupants sous certaines conditions. Il faut que l’occupation réunisse deux éléments : le « corpus » qui consiste à effectuer des actes matériels sur la chose, par exemple cultiver un champ, couper du bois dans une forêt ; et « l’animus » qui est l’élément essentiel qui fait que l’occupant se sente propriétaire.

Raha afohezina dia roa ny fepetra hafahana manoratra tany voalaza tsy manam-tompo amin'ny anaran'izay mangataka izany tany izany:

Misy ny atao hoe “Corpus”. Teny latinina io milaza fa tokony hita mazava fa manajary ilay tany marina, toa ny fambolena, fanapahana hazo... Manamaintimolaly ny tany e. Ao ihany koa ny atao hoe “Animus”. Teny latinina ihany milaza fa tokony asehon'ilay mpampiasa ny tany an-danandro sy tsy ankiato fa efa tompony sahady mihitsy izy.

En outre, pour qu’une occupation puisse devenir une véritable propriété, elle doit réunir quatre éléments :

elle doit être continue : l’occupant doit avoir un usage normal et régulier de la chose ;

ensuite, publique : l’occupant doit se comporter en public comme le véritable propriétaire ;

en outre, l’occupation doit être paisible : l’entrée en possession et la jouissance doivent avoir lieu sans violence ;

et enfin, elle doit être non équivoque : il ne doit pas y avoir d’ambiguïté sur le comportement de l’occupant.

Ireo fepetra efatra eo ambony ireo no adikako eto ambany :

Ny fipetrahana eo amina tany ireo dia tsy maintsy manaja ireto fepetra efatra manaraka ireto, vao afaka milaza fa tompon'ny tany marina ianao aorian'ny fangatahana PA :

Tsy ankiato : tsy maintsy ara-dalàna sy tsy misy fahabangana ny fampiasana ilay tany najariana ;

Tsy maintsy fanta-poko fantam-pirenena : ilay na iray mampiasa ilay tany angatahina dia tokony manana fihetsika toa hoe tompony mihitsy ;

Tsy maintsy milamina ny fampiasana ny tany : tokony tsy misy fifandonana mihitsy na aminiza na amin'iza ny fampiasana ny tany ;

Tsy misy fisalasalana : tokony mazava sy mangarahara ny fomba sy fihetsika amam-panao ataon'ilay na ireo mampiasa ny tany angatahana PA.

Io “Parcelle 166” io aloha tsy tanim-panjakana. Fantatry tomponandraikitr'ireo fokontany dimy voalaza eo ambony izany. Misy mihitsy aza taranaka mpandova monina eny akaiky eny. Ireo no nifampiresaka tamiko ary nilaza izao manaraka izao: “Mivezivezy eo foana izahay mpandova. Ary tamin'ny volana Jolay 2019 no tsikaritray fa misy mamefy io taninay io. Vao nanomboka kely ny asa dia efa nasainay najanony nefa mbola nanaovany di-doha notohizany ary tsy nasiany fanazavana mihitsy”.

Tantara mitohy, hoy aho, misy teny latinina milaza hoe “Ô tempora, o mores” izany hoe fomba fitantanana vaovao, fomba amam-panao vaovao, amin'ny teny malagasy. Misy porofo daholo ireo voalaza rehetra ireo. Havoaka rehefa hisy ny ilana azy ireo any aoriana. Ary ho fantatra tsy ho ela ny rangory fototry ny afo. Fa mila mailo hatrany ireo mpandova ireo satria volabe tokoa no lanin'io Razanamalala Marie Eliane io na dia ilay fefy be io fotsiny aza. Hanao izay mety mihitsy izy satria koa, hono: “tany raiketan'ny fony ka tsy hamelany intsony”.

Ny fahitako azy dia tsotra : hamboariny tsara io tanin'olona io ary avy eo hamidiny lafo dia lafo amin'izay mpanambola. Satria tsara toerana tokoa aloha ilay izy. Tsy izy no voalohany nanao izany, fa tokony izy no farany ka ho sazian'ny làlana mafy dia mafy. Raha tsy izany mbola hanontany ihany ny daholo be hoe : f'iza marina ny filoham-pirenena voafidy amin'izao taona 2019 hifarana izao? Mbola Hery vaovao fsy ny forongony mpangalatra foana ve? Sanatria dia sanatria...

Farany: amiko manokana dia fomba loza aminatambo afahan'ny olon-dratsy maka ny taninao io PA io sady nilaozan'ny toetrandro satria efa tsy misy intsony ny fanjanahantany. Tokony tsy atao manan-kery intsony izy io satria zavon-tany anie ry zareo ny Malagasy very fananana sy fanahy mbola velona no io PA io e!

Jeannot Ramambazafy - Dosie mivoaka ihany koa ao amin'ny "La Gazette de la Grande île", Sabotsy 23 Novambra 2019