Les actualités Malgaches du Lundi 23 Octobre 2017

Modifier la date
La Vérité18000 partages

Quelle mesquinerie !

Le micmac autour de la nomination de Rivo Rakotovao au poste de sénateur à Anosikely continue de clouer l’attention des uns, de choquer les âmes sensibles des autres et d’alimenter les débats sous les chaumières. Une vile manigance révèlant une bassesse d’esprit et qui ne dit pas son nom ! Rivo Rakotovao qui lorgne depuis toujours le prestigieux fauteuil du président du Sénat n’a pas fait de détail pour y parvenir. Il fonce, la tête baissée, des pieds et des mains, bec et ongles, que sais-je encore pour atteindre l’objectif, son rêve inavoué : être un jour « le numéro Deux de l’Etat ».

Et qui sait, peut-être, si tout va bien, le… numéro Un, définitivement, le moment propice !Le président du Hvm, le principal intéressé et instigateur numéro un de la destitution de Honoré Rakotomanana, n’a que faire des retombées négatives sur l’image du parti et du régime auprès de l’opinion nationale et, même, internationale. A travers les combines et tractations obscures relatives aux tentatives d’occuper le perchoir d’Anosikely, les dirigeants Hvm se discréditent et dans leur chute, atterrissent au fond d’une cave pestiférée.L’honorable et le notable Honoré Rakotomanana aurait dû décliner, jusqu’au bout, l’offre alléchante d’Iavoloha. A 82 ans ou plus, cet éminent juriste et émérite Professeur de Droit à l’université dut se contenter de vivre paisible et heureux, de sa retraite méritée, auprès des siens. A cet âge, les dédales de la politique politicienne ne lui conviennent plus. Et de l’autre côté, au sein du clan des « durs » et sans morale du parti du président, un minimum de respect devrait être rendu à l’égard de ce Sénior (« Olo-be ») parmi les Aînés (« Zoky raiamandreny ») méritant la révérence digne de leur rang de la part de la Nation. Il n’est pas du tout correct de percher quelqu’un, une personnalité de marque de surcroît, sur un « trône » d’en haut pour le faire dégringoler en bas, un moment après. Une blague de très mauvais goût ! C’est une mesquinerie que seuls les voyous oseraient perpétrer.   Mais la principale responsabilité de la dérive revient au Chef de l’Etat dont émanent toutes les initiatives et les grandes orientations de l’Etat. Le choix de nommer Honoré Rakotomanana au perchoir du Sénat ne pourrait être que son œuvre personnelle. Il est, en fait, à l’origine voire l’auteur principal de la petitesse sans qu’il soit, peut-être, conscient de son acte ou bien l’effet délétère de ses agissements.Dès lors que Rivo Rakotovao débarque, physiquement, à Anosikely, les heures de départ du tenant du perchoir actuel, Honoré Rakotomanana, seraient comptées. Le fait de l’accueillir en grande pompe traduit, en soi, l’importance qu’ils (les sénateurs et proches) accordent à leur futur patron. Un coup de massue à encaisser pour le vieux Rakotomanana, sinon une couleuvre qu’on le fasse avaler… en séance solennelle.Les maladresses s’accumulent. Avec un tel geste ignoble, le désamour de l’opinion vis-à-vis de ce régime prend de l’ampleur. Le mépris que les tenants du pouvoir affichaient à l’encontre des valeurs morales immuables de nos Ancêtres dès le début de leur mandat et qu’ils continuent de braver va leur coûter cher. La chute, au fil des jours, de la cote de popularité du Président de la République le confirme d’ailleurs.Ndrianaivo

L'express de Madagascar732 partages

Epidémie – Un Français succombe à la peste à Toamasina

La peste pulmonaire a eu raison d’un Français, résident de longue date à Toamasina, ce samedi. La dépouille a été déjà mise en terre dans une fosse commune.

Un Français d’une quarantaine d’années a tiré sa révérence dans le service d’Urgence de l’hôpital Be de Toamasina, ce samedi matin, selon une source locale. Il a succombé suite à des complications de la peste pulmonaire. « Son état était déjà grave lorsqu’il a été admis dans ce service. Il ne répondait plus au traitement », affirme le Dr Raymond Rakotoarimanana, directeur régional de la Santé publique Atsinanana, joint au téléphone, hier. Cet étranger qui vivait à Toamasina depuis des années, aurait perdu la vie, juste quelques heures après son admission à l’hôpital. Sa dépouille a été déjà inhumée à la fosse commune du cimetière de Manan­gareza, le jour même, pour éviter la propagation de la maladie.Ce ne serait pas le premier étranger à avoir été victime de cette épidémie de peste à Toamasina, en cette saison. Le Dr Raymond Rakotoarimanana a indiqué qu’il y en avait eu un autre, mais qui a été guéri, car a reçu le traitement à temps. À Antananarivo, un Seychellois et un Comorien faisaient partie des victimes. « La peste peut toucher tout le monde. Elle se transmet facilement, peut tuer très rapidement, mais se soigne lorsqu’elle est prise en charge à temps. On doit rejoindre une formation sanitaire, en cas de forte fièvre, de toux avec possibilité de crachats striés de sang, de fatigue, de frissons, de douleur thoracique », recommandent les médecins.

Douzième décèsC’est le douzième décès de peste répertorié à Toamasina, depuis le début de l’épidémie, en septembre. Dix d’entre eux ont succombé dans des services sanitaires et les deux, au niveau de la communauté. Les premières victimes ont contracté la bactérie dans un taxi-brousse reliant Antananarivo et Toamasina, fin août. Un des passagers de ce véhicule était un pestiféré en provenance d’Ankazobe qui a perdu la vie à Moramanga, le 28 août.Hier, une vingtaine de malades sont encore sous traitement à l’hôpital à Toamasina. Deux cent seize sont guéris, depuis l’apparition des premiers cas, selon le rapport du ministère de la Santé publique, le 21 octobre. À Toamasina, l’épidémie commençait à se stabiliser jusqu’au moment où des rumeurs sur des vaccins contre la peste ont fait paniquer la population, la semaine dernière. Des habitants ont refusé de bénéficier de toutes interventions effectuées au niveau de la communauté, en pourchassant les agents de santé avec des armes improvisées.Au sein du ministère de la Santé publique, la crainte d’une recrudescence du nombre de malades renaît. « En refusant la chimioprophylaxie, les personnes atteintes peuvent tomber malades et transmettre la maladie aux autres », affirme avec regret une source. Le Dr Raymond Rakotoari­manana rassure que les interventions de riposte au niveau de la communauté ont été déjà reprises, suite à la collaboration avec les autorités locales.

La barre des cent morts dépassée

La barre des cent morts a été dépassée. Le ministère de la Santé publique a rapporté, ce samedi, que cent sept personnes sont décédées depuis le début de la saison pesteuse, en août. Il est probable qu’il y ait encore des cas de décès non répertoriés. Dans le bilan envoyé par le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC), ce samedi, il a été précisé qu’il y a soixante et un statuts inconnus, vivants ou décédés, et vingt-deux cas en cours d’investigation, au niveau de la communauté. À Antananarivo, un autre enfant a succombé à la maladie dans un hôpital des enfants, en cette fin de semaine. Vingt-neuf malades ont été admis à l’hôpital, le 21 octobre. Et sur les milliers de cas enregistrés depuis août, six cent quatre-vingt sont guéris. Deux cent vingt suivent encore des traitements.

Miangaly Ralitera

Madagate363 partages

CESD Madagascar. Sortie de la 13è promotion «Andriantsitohaina»; Bienvenue à la 14è!

Hôtel Carlton Anosy, 23 octobre 2017. L’arrivée du couple Ginette et Charles Andriantsitohaina, nom donné à la 13è promotion du CEDS.

Nom : ANDRIAMAMPIANDRASOA Prénom : Jean Christian Fonction : Directeur administratif et financier Adresse professionnelle : Villa ANOR Ampanotokana Route d’Andraisoro Ampandrianomby

Nom : ANDRIANIANA Prénom : Harivelo Rijasoa Fonction : Secrétaire Exécutif du Comité National de Lutte contre le SIDA Adresse professionnelle : Imm. ARO p. B204 Ampefiloha TANA

Nom : BOTRALAHY Prénom : Ralalanirina Lucette Fonction : Chargée de Communication ANOR Adresse professionnelle : Villa ANOR Ampanotokana Route d’Andraisoro Ampandrianomby

Nom : CURRAN-RANDRIANARISOA Prénom : Annick Nadia Fonction : Responsable des relations extérieures Adresse professionnelle : Secrétariat d’Etat chargé de la Mer Imm. Aro 3ème étage Ampefiloha

Nom : HASSANALY Prénom : Natacha Fonction : Coordinatrice du Service d’Appui Institutionnel (MFB/DGB) Adresse professionnelle : Imm. MFB Porte 210 Antaninarenina Antananarivo 101

Nom : KARGARSHOUROKI Prénom : Mohammad Ali Fonction : Attaché de presse et interprète Adresse professionnelle : Ambassade de la République Islamique d’Iran à Antananarivo

Nom : FELANTSOA Prénom : Miharivola Diadema Fonction : Chef de service Adresse professionnelle : Imm. MFB Antaninarenina P.225

Nom : MAMY HARISOLO Prénom : Amédée Fonction : Chef de Région Itasy Adresse professionnelle : Bureau de Région Itasy

Nom : NOROFAZY Prénom : Patrick Fonction : Inspecteur des douanes, chef de service Adresse professionnelle : Imm. DGD, MFB Antaninarenina p.110

Nom : PILAZA Prénom : Brillant de l’or Jean Colbert Fonction : Inspecteur d’administration pénitentiaire Adresse professionnelle : MINJUS Faravohitra Antananarivo

Nom : PLESS Prénom : Johann Maria Fonction : Gérant de société Adresse professionnelle : 15, rue de la Réunion Isoraka TANA 101

Nom : RABEARINOSY Prénom : Hasimanitra Razafitseheno Fonction : Inspecteur des Impôts Adresse professionnelle : Imm. FJKM rue RAZAFINDRATANDRA Amparibe TANA 101

Nom : RABEARILAZA Prénom : Mamy Princia Fonction : Responsable de zone Adresse professionnelle : Orange Magadascar, La Tour Ankorondrano

Nom : RABETOKOTANY Prénom : Heriarimanantsoa Eric Victor Fonction : Inspecteur des Douanes Adresse professionnelle : MFB/Douanes

Nom : RAJAONARISON Prénom : Andriamahazomanana Liva Fonction : Directeur des Ressources Humaines Adresse professionnelle : Ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions

Nom : RAKOTOARIMANANA Prénom : Ravaka Fonction : Directeur adjoint communication Adresse professionnelle : TELMA Alarobia

Nom : RAKOTOARISOA Prénom : Marie Jean Lucien Fonction : Directeur du cabinet du Ministre de la Défense Nationale Adresse professionnelle : MDN Camp Général Gabriel RAMANANTSOA Ampahibe TANA 101

Nom : RAKOTOARISON Prénom : Mialisoa Fonction : Avocat Adresse professionnelle : Imm. REGUS EXPL BUSINESS PARK I Village des Jeux Ankorondrano

Nom : RAKOTOBE Prénom : Nöela Brigitte Valérie Sylvia Claire Fonction : Fonctionnaire du MPAE Adresse professionnelle : Imm. MPAE Anosy 101 TANA

Nom : RAKOTONDRASOA Prénom : Rinarijaona Fenohery Fonction : Ingénieur agronome, Expert en gouvernance et foncier Adresse professionnelle : Lot III AB 15 Ter A Andrononobe Antananarivo 103

Nom : RAKOTONDRASOA Prénom : Toky Miarinjaka Fonction : Fonction Chargé d’études - Direction de la dette publique DGT/MFB Adresse professionnelle : Ex Imm. NEGRESKY Ambatonakanga Tana 101

Nom : RALAMBOSON Prénom : Hantsa Iarivelo Fonction : Enseignant formateur auprès des instituts universitaires Adresse professionnelle : Université ACEEM Manakambahiny

Nom : RAMANANARIVO Prénom : Junnot Fonction : Directeur société Adresse professionnelle : Bvd Ratsimilaho p/lle 32/41/43 Ampasimazava Est place du golf Toamasina 501

Nom : RAMANANKAMONJY Prénom : Alain Brilland Fonction : Inspecteur des douanes Adresse professionnelle : Direction des affaires juridiques et de la lutte contre la fraude, Rue Général Rabehevitra Antaninarenina

Nom : RAMIANDRISOA Prénom : Tolotra Heriniaina Fonction : Fonction Chargé d’études Adresse professionnelle : BP 129 TANA 101

Nom : RANDRIAMANANTENA Prénom : Ina Johannick Fonction : Fonction Responsable département développement informatique Adresse professionnelle : Lot II W 27 B Ankorahotra Tana 101

Nom : RANDRIANARISON Prénom : Fonction : Magistrat, chef de service de la legislation Adresse professionnelle : Porte B 102 MINJUS Faravohitra

Nom : RANOROHARISOA Prénom : Tiavina Fonction : Président du Conseil d’Administration de l’Agence National de l’Or (ANOR) Adresse professionnelle : Villa ANOR Ampanotokana - Route d’ Andraisoro Ampandrinomby

Nom : RARIVOMANANA Prénom : Tahirimamy Fonction : Chargé de mission Adresse professionnelle : Secrétariat d’Etat à la Gendarmerie SEG/CAB

Nom : RASOLOFOMANANA Prénom : Andriatiana Fonction : Directeur de Cabinet- Directeur du réseau OTIV Boeny Adresse professionnelle : MCRI - Villa DISMA Avenue de libération Mangarivotra Mahajanga

Nom : RASOLOFONIRINA Prénom : Ambinintsoa Sitraka Fonction : Medecin militaire Adresse professionnelle : BP 10 Bis Infirmerie de Garnison Ampahibe TANA

Nom : RATIAMBOLOLONIAINA Prénom : Alain Harivony Fonction : Fonctionnaire du MPAE Adresse professionnelle : DEEP MINAGRI Anosy

Nom : RAVOAVY Prénom : Nandrasanarisoa Zafisambatra Fonction : Commandant du Groupement de la région ANALAMANGA Adresse professionnelle : Groupement TANA Ville Ankadilalana

Nom : RAZAFIMAMONJY Prénom : Elie Delphine Fonction : Chef de service du suivi et de la programmation MEETFP Adresse professionnelle : Ministère de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle

Nom : RAZAFINAVALONA Prénom : Harimisa Lalanirina Fonction : Directeur exécutif Adresse professionnelle : ORTANA Escalier RANAVALONA Bâtiment Ifanomezantsoa Antananinarenina

Nom : RAZAFINDRAZAKA Prénom : Fenolaza Tsiory Fonction : Inspecteur des impôts Adresse professionnelle : Imm. MFB Antaninarenina P.261 TANA 101

Nom : RAZAFINDRAZAKA Prénom : Maminirina Fonction : Chargé d’études Adresse professionnelle : DP3P rez de chaussée Imm. DGAI MFB rue Rainitovo

Nom : RAZAFITSIAROVANA Prénom : Nirisoa Harilala Fonction : Chargé de projet Bonne gouvernance Adresse professionnelle : Catholic Relief Services, route de l’Université TANA 101

Nom : RAZAFITSIAROVANA Prénom : Abraham Tsirofo Tsialiva Fonction : Journaliste Adresse professionnelle : TVPlus Madagascar -Villa AN FI Lot VN 12C Bis Ivanja Ankazolava Ambohitsoa

Nom : TOVONDRAZANE Prénom : Anasyle Camille Fonction : Assistant du DG APMF Adresse professionnelle : P. 303 APMF Route des Hydrocarbures BP 581 TANA 101

C’est ce lundi 23 octobre 2017 qui a donc été choisi pour procéder à la sortie solennelle de la 13è promotion du CEDS (Centre d’études stratégiques et diplomatiques) Madagascar, dénommé « Andriantsitohaina ». Il s’agit de l'ambassadeur à Londres de la reine Ranavalona I, Andriantsitohaina IX Honneurs. Il est l’ancêtre de Charles du même nom, opérateur économique archi-connu et qui a pris de l’âge… Il y a également le cérémonial de la passation de flambeau à la 14è promotion.

Photos inédites sans légende. Mais je tiens à rappeler que l'actuel ministre malgache des Affaires étrangères, Me Henry Rabary-Njaka (30 ans passés en France et avocat au barreau de Paris et, donc, de nationalité française), présent au Carlton, ne fait pas partie de ce sérail.... Le poste de MAE, à Madagascar, est devenu un poste à visée copinage pure et simple sous ce régime Hvm, heureusement en fin de mandat...

Jeannot Ramambazafy – Haja Randria

*************************

Midi Madagasikara296 partages

Peste : Le vicaire général d’Antananarivo contre la rentrée du 6 novembre

Le ministre de l’Education nationale Paul Rabary n’a pas tardé à réagir sur son compte facebook.

La Direction Diocésaine des Ecoles Catholiques (DIDEC) d’Antananarivo désapprouve la décision du Ministère de l’Education nationale de reporter la rentrée scolaire au 6 novembre prochain. Les écoles catholiques d’Antananarivo ouvriront leurs portes le 25 octobre de ce mois. C’est ce qu’a déclaré le Vicaire général du Diocèse d’Antananarivo, le Père Ludovic Randrianantoandro. Une déclaration qui va à l’encontre de la décision du Ministère de l’Education nationale de reporter la rentrée scolaire dans les Cisco et ZAP concernées par la peste, dont Antananarivo Renivohitra. En quelque sorte, les écoles catholiques pestent contre un énième report de la rentrée scolaire, prévu pour le 6 novembre. Pour appuyer sa décision, la DIDEC a déploré « le manque de clarté dans les causes réelles qui ont poussé le ministère de tutelle à reporter – de façon répétitive – la rentrée scolaire ». La DIDEC Antananarivo a également fait remarquer la continuité d’autres activités dans les domaines de la vie publique présentant les mêmes risques de propagation de la peste. « Pourquoi les autres secteurs ne sont pas contraints de fermer leurs portes alors qu’ils présentent les mêmes risques de propagation de la maladie ? » se demande le Père Ludovic Randrianantoandro. Cette décision de la Direction Diocésaine des Ecoles Catholiques a provoqué un véritable tollé sur les réseaux sociaux. Bon nombre d’observateurs estiment que c’est une manière de contraindre le Ministère de la Santé publique et le régime HVM à trouver une solution définitive à l’épidémie de peste. Pour l’heure, les autorités étatiques semblent impuissantes face à cette épidémie dont le bilan des victimes ne cesse d’augmenter.

Immondices. Apparemment, la DIDEC Antananarivo partage la position du Secrétaire général de la Croix Rouge internationale qui estime qu’« il aurait été plus judicieux de garder plus longtemps les enfants sur les bancs de l’école plutôt que de les laisser livrés à eux-mêmes jouer près des détritus et des immondices ». De son côté, le Ministère de l’Education nationale n’a pas tardé à réagir à cette déclaration de la DIDEC. Le ministre Paul Rabary a publié sur son compte facebook que la DIDEC Tana est libre de prendre sa décision. Et lui de noter toutefois que « le report de la rentrée scolaire a surtout été effectuée pour protéger les enfants contre la peste ». La décision de la direction des écoles catholiques d’Antananarivo n’a pas manqué de faire des réactions de la part des parents d’élèves et observateurs de la vie publique. Les avis sont partagés. Si d’un côté, certains approuvent la décision. De l’autre, bon nombre de parents voient en cette décision une « insoumission pure et simple des écoles catholiques à une décision émanant des responsables étatiques ». « Les écoles catholiques sont-elles un Etat dans l’Etat ? » s’est demandée Rivo R., un père de famille. Avant d’ajouter que par la décision, « la DIDEC bafoue les valeurs et disciplines de citoyenneté enseignées dans les écoles catholiques ». Quoi qu’il en soit, la décision de la DIDEC Antananarivo de reprendre les cours le 25 octobre 2017 continue de faire des polémiques. Histoire à suivre.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara251 partages

Zafy Albert : Anecdotes et révélations sur le défunt président

Le peuple malgache a rendu un dernier hommage à l’ancien président Zafy Albert. Les funérailles se sont déroulées samedi dernier à Betsiaka, dans le District d’Ambilobe. Au lendemain d’un enterrement qui s’est déroulé sous le signe de la réconciliation nationale, Serge Zafimahova, proche-famille et bras droit de l’ « homme au chapeau de paille » a accepté de révéler quelques anecdotes et des révélations sur lui.

95 et non 90 ans. Né d’une famille paysanne, l’ancien président Zafy Albert n’a été enregistré au registre de l’état civil qu’à l’âge de cinq ans, c’est-à-dire, l’année où il allait entrer à l’école. Pour l’obtention de son acte de naissance, il a fait l’objet d’un jugement supplétif. Né le 1er mai 1922 et non en 1927, le Professeur est donc décédé à l’âge de 95 ans et non à 90 ans. Ses proches n’ont révélé son véritable âge qu’à sa mort. Le recours à un jugement supplétif est une pratique très typique dans le milieu paysan malgache. L’ancien président n’a donc pas pu faire exception. Comme tous les enfants qui vivent en milieu rural, Zafy Albert a aussi participé aux tâches ménagères. Durant son enfance, il devait sortir les bovidés avant d’aller à l’école et les faire rentrer à son retour.

Un « Fanorolahy ». Dans sa jeunesse, l’ancien président était un « Fanorolahy » (quelqu’un qui pratiquait le  « moraingy »). Selon Serge Zafimahova, Zafy Albert était un grand champion de  « moraingy ». C’est aussi un des sports qu’il affectionne. C’est pourquoi avant son enterrement à Betsiaka, son corps a été transporté par des « Fanorolahy » venant de la partie Nord de la Grande Ile.

Rigoureux avec ses hôtes. Zafy Albert était très rigoureux même au niveau familial (« Masiaka be ronono »). Exemple, quand il vous invite chez lui, vous devez finir tout ce que vous mettez dans vos assiettes. Même topo pour les desserts, les hôtes ont le droit de prendre tout ce qu’ils veulent à condition de les finir, sinon, ils risquent de subir la colère du Prof. Il a aussi fait preuve de la même rigueur au sein de sa famille. Pour corriger les enfants capricieux, il suffisait de leur dire qu’ils vont être amenés chez Zafy pour les dissuader dans leurs caprices.

Réunion secrète. Après la chute du régime Tsiranana, il a participé à une réunion secrète au domicile d’Albert Zafimahova avec d’autres personnalités. Au total, au moins deux sur les 12 ministres qui ont composé le gouvernement ont participé à ladite réunion.

CSB. Zafy Albert a été à l’origine de la mise en place du système décentralisé au niveau de la santé publique. Il est le précurseur des centres de santé de base (CSB) et a formé les infirmiers qui ont été affectés au niveau des sous – préfectures. A cette époque, le nombre de médecins était insuffisant et il a fallu former des paramédicaux. Il figurait également parmi les premiers à tisser des relations étroites avec la République populaire de Chine à travers le monde médical. Il a contribué à l’arrivée des médecins à l’hôpital de Mahitsy.

Un Président « sauveur ». Alors qu’il fut déjà président de la République, il a sauvé la vie d’un enfant en effectuant une opération chirurgicale, et ce, au cours d’un déplacement dans le cadre de son « Mada-Raid ». Par la suite, les parents de l’enfant ont décidé de changer le nom du petit et de l’appeler Zafy Albert, comme le président. Beaucoup de parents ont vécu la même situation et ont tous décidé de faire porter le nom du président à leurs progénitures.

Relation conflictuelle avec Ratsiraka. La tension entre Zafy Albert et Didier Ratsiraka remonte à l’époque du gouvernement Ramanantsoa. Les deux anciens présidents ont entretenu une relation plutôt conflictuelle. D’ailleurs, durant la deuxième République, Zafy Albert a même été placé en résidence surveillée à Mantasoa avec Bao Andriamanjato. Cependant, en dehors des désaccords politiques, les deux personnalités ont entretenu une relation amicale. Les couples Zafy et Ratsiraka se sont donné rendez-vous autour d’un dîner notamment en France, mais aussi à Madagascar. « Tout conflit doit se terminer sur la table des négociations », telle est la philosophie du Professeur Zafy Albert. Après cette résidence surveillée à Mantasoa, plusieurs rencontres secrètes entre Zafy et Ratsiraka ont eu lieu, notamment celle dirigée en 1991 par Razanamasy Guy Willy.

Eclat de grenade. Lors du « Diabe » du 10 août 1991 à Iavoloha, la Garde présidentielle a reçu l’ordre de viser particulièrement la voiture 404 noire du Professeur Zafy Albert. Ce dernier a pourtant pu sortir de la voiture et prendre la fuite dans les rizières tout comme des milliers de partisans du « Herivelona Rasalama » qui ont participé à cette grande marche visant à réclamer le départ de l’Amiral Didier Ratsiraka. Cet évènement a fait plusieurs dizaines de morts. Pour sa part, le Professeur Zafy Albert figurait parmi les blessés car il a reçu un éclat de grenade sur le poignet gauche. D’ailleurs, cet engin, il l’a porté jusqu’à sa mort.

Exfiltration d’Andry Rajoelina. A l’époque où le Général Fidy était recherché par le régime Ravalomanana, les forces de l’ordre ont fouillé de fond en comble la maison de Zafy Albert, la Villa La Franchise à Ivandry. En 2009, lorsque l’Emmoreg a encerclé la résidence d’Andry Rajoelina à Ambatobe, ce dernier s’est caché pendant une nuit à la Villa La Franchise après avoir été exfiltré par un membre du Corps diplomatique et consulaire. Ce n’est que le lendemain qu’Andry Rajoelina a été déplacé à la Résidence de France.

Avantages fiscaux à Tiko. « Défendre les plus faibles ». C’est le principe de vie de l’ancien président Zafy Albert. C’est pourquoi durant les négociations de sortie de crise en 2009, il s’est rangé du côté de Marc Ravalomanana qui était en exil en Afrique du Sud. Sous la Transition, il a eu de nombreuses rencontres à huis clos avec les membres de la mouvance Ravalomanana. Les deux personnalités ont entretenu une relation assez particulière. A noter que durant l’époque où Zafy Albert était président de la République, Ravalo qui était alors à la tête du Groupe Tiko, faisait toujours partie de la délégation présidentielle lors des déplacements à l’étranger en tant que représentant du « Vita malagasy ». Le Professeur aurait même encouragé son fils aîné qui voulait fonder sa propre entreprise à l’époque, à prendre Marc Ravalomanana comme modèle. D’ailleurs, sous l’ère Zafy Albert, le régime a accordé des avantages fiscaux à l’Entreprise Tiko.

Dossier réalisé par Davis R

Tia Tanindranaza198 partages

Marc Ravalomanana« Havotantsika i Madagasikara »

Maizina ny hoavin’i Madagasikara ary miaina ao anatin’ny fahasahiranana sy ny fitaintainan-dava ny vahoaka Malagasy.

 

 Aiza ve ka misy ny olona voatery miala ny tokantranony ka matory any an-tsaha sy any anaty ala noho ny tahotra ny dahalo, hoy i Marc Ravalomanana nandritra ny fihaoanany tamin’ireo diaspora Malagasy sy Tiako i Madagasikara sampana Frantsa sy Eoropa tany Paris ny sabotsy 21 oktobra lasa teo. Efa tena maika sy dodona ny olona hahita ny fahazavana ary vonona aho ny hitarika azy ireo amin’izany, hoy i Marc Ravalomanana izay mbola nanamafy ihany ny maha kandida filoham-pirenena azy amin’ny 2018. Tsy tonga hanakiana ny mpitondra ankehitriny aho, saingy tsy maintsy milaza ny fahoriana mianjady amin’ny Malagasy mpiray tanindrazana ary manolotra soso-kevitra sy tetikasa hanavotana ny firenena. Zavatra tsy maintsy jerena akaiky ny fahasalamana sy ny fandriampahalemana satria mampikaikaika ny olona. Notsipihiny fa mila mifanampy sy mifanohana ihany koa ka atomboka amin’ny fanaraha-maso ny lisi-pifidianana sy ny fahazotoana mandeha mandrotsa-bato rehefa tonga ny fifidianana. Aoka hifanentana isika fa zava-dehibe io fifidianana io. Mbola zava-dehibe ihany koa ny fifanampiana ara-pitaovana sy ara-bola amin’ny fiatrehana ny fifidianana. Mila mandray andraikitra ny Malagasy mipetraka aty ampitan-dranomasina amin’ny fandresen-dahatra ny Malagasy ny maha zava-dehibe ny fifidianana, izay fomba demokratika hakana ny fahefana. Manana anjara toerana goavana amin’ny fanarenana ny firenena ianareo Diaspora Malagasy ka andao hiara-kihetsika fa vitantsika miaraka ny fanarenana an’i Madagasikara, hoy izy. Nanamafy izany ireo tompon’andraikitry ny TIM any Frantsa ary nanome toky ny fanohanan’izy ireo an’i Marc Ravalomanana ho filoham-pirenena amin’ny 2018. Tsy nisalasala ihany koa ireo mpikambana TIM any Frantsa nilaza fa mahafeno ny fepetra hitantana sy hanarina ny firenena ny filoha Ravalomanana izay mahalala tsara an’i Madagasikara, manana fandaharanasa mifandraika amin’ny zava-misy, mahay mikaroka vola ary afaka mifampiraharaha tsara amin’ny fianakaviambe iraisam-pirenena kanefa sahy mijoro miaro ny tombontsoan’ny Malagasy. Efa niaraha-nahita ny zava-bitany, fantatra ny mbola fahavononany fa anjarantsika mpifidy sisa ny mandany azy amin’ny isam-bato mavesatra, hoy ireto mpikambana amin’ny Tiako i Madagasikara Frantsa ireto. Fomba fijery izay eken’ny olona maro na tsy mpikambana TIM aza, indrindra fa rehefa hita ny fomba fintantanana sy fiasan’ny mpitondra nifandimby teto nanomboka tamin’ny 2009.

RTT

La Vérité133 partages

Exactions policières - Les auteurs impunis…

Des policiers au-dessus de la loi ? La question est de nouveau d’actualité avec l’énième ajournement de l’affaire Rehavana. Aucune sanction n’a jusqu’ici été prononcée contre les policiers mis en cause dans cette affaire, tout comme dans d’autres affaires tout aussi brûlantes. 

Seront-ils jugés un jour ?  Les policiers mis en cause dans l’affaire Michel Rehavana du nom d’un substitut du procureur du tribunal de première instance de Tuléar, lynché à mort en décembre 2011, ont vu hier leur procès reporter pour la énième fois. Les faits impliquant ces policiers remontent à décembre 2011 et ont eu pour cadre la ville de Tuléar. Appelés à être jugés il y a quelques mois pour la première fois, les intéressés ont été absents pour cause d’irrégularités dans leur convocation. Seul un policier s’était alors présenté au Tribunal d’Anosy, parmi les 39 autres policiers mis en accusation dans cette affaire. Depuis, l’affaire avait déjà été renvoyée une fois encore, selon les précisions fournies. Rebelote hier, où de nombreux accusés n’ont toujours pas donné signe de vie. Manifestement, ces policiers bénéficient de la protection indéfectible de leur hiérarchie. Interrogé par la justice, le responsable au niveau de la Police nationale n’a donné aucune réponse probante pour expliquer ces absences. L’avocat général a affirmé sa volonté à faire juger l’affaire hier même.  Les mêmes causes produisant les mêmes effets, ne pouvant pas procéder en l’absence à la fois des accusés et des plaignants, la juridiction a toutefois, pour l’énième fois, été contrainte de renvoyer l’examen du dossier à une date ultérieure. En espérant que cette fois sera la bonne. Jusqu’ici donc les policiers présumés coupables dans cette affaire n’ont toujours pas été entendus… ImpunitéCe cas n’est pas isolé. Il existe d’autres affaires où des policiers sont responsables d’actes violents et où ces membres des forces de l’ordre jouissent pourtant d’une certaine impunité. En effet, la majorité des policiers accusés de violences s’en sortent visiblement sans sanctions, un blâme au pire des cas. Par exemple, la quarantaine de policiers impliqués dans l'incendie criminel d’Antsakabary ne semblent toujours pas être inquiétés huit mois après les faits. En étant limogé, le ministre de la Sécurité publique Norbert Anandra a jusqu’ici été le seul à « payer » les frais. La dernière audition des 40 policiers se serait tenue le 16 août. Le dossier devait être en cours de finalisation en vue d’un transfert auprès du Tribunal de première instance d’Antananarivo.  Aucun développement n’a plus été communiqué depuis maintenant deux mois. Dans le même temps pourtant, 5 prévenus dont un chef fokontany avaient été déférés au tribunal de première instance d’Antsohihy le 27 février 2017 et croupissent en prison depuis plusieurs mois, pour le meurtre de deux policiers. Il y a un an jour pour jour, un membre de la rédaction du journal Free News aurait été pris à partie par des éléments de la police nationale, qui l’ont embarqué à bord d’un pickup, tabassé puis laissé pour mort. Nul ne sait si des enquêtes ont été menées après la plainte déposée par le jeune homme. Un an après les faits, les auteurs courent toujours et bénéficient d’une apparente impunité… Recueillis par A.R.

Midi Madagasikara125 partages

Cinéma : « Benja kely », dans les bacs !

Lors du tournage de « Benja kely ».

Ça y est ! « Maki production »  a enfin accouché de son dernier-né. « Benja kely » est disponible dans tous les points de vente à partir de ce jour.

L’histoire met en scène un jeune homme issu du quartier populaire de « La Réunion kely ». Le personnage principal n’est autre que Rakotoarivony Heriniaina Rolland, technicien au sein même de la maison de production qui a décidé de basculer de l’autre côté de la caméra.Abandonné par ses parents quand il était enfant, « Benja kely », pour survivre, vit de petits boulots. Quand il ne lave pas les voitures, il joue les porteurs. Parfois, il investit les rues pour se glisser dans la peau d’un vendeur de cola ou de pistache. Oui, « Benja kely » se bat pour survivre, mais cela ne l’a pas empêché d’accéder au bonheur. Il se prend une femme. De cette union naît un fils. Le destin lui joue malheureusement des tours. Sa femme décède. Et pour ajouter à cette épreuve difficile, des braqueurs l’indiquent comme étant un de leurs complices. Il est envoyé en prison. Le film raconte donc les galères de ce jeune homme à qui la chance n’a que très rarement souri.

Les cinéphiles retrouveront également une personnalité très connue dans le milieu cinématographique : Tsarafara. Excellent dans le rôle de traître et de fourbe, on lui a, cette fois encore, attribué un personnage aussi controversé que ceux qu’il a déjà campés auparavant. Après avoir dilapidé et gaspillé toute sa richesse et après qu’il a été renversé par une voiture, Tsarafara devient donc mendiant. Un autre personnage qui tient un rôle clé dans ce long métrage qui plaira sans aucun doute aux inconditionnels de film  « gasy ». « Benja kely », outre  son côté comique et très émotionnel,  fait découvrir la réalité des gens vivant à « La Réunion kely » ainsi que celle des locataires d’Antanimora où ont eu lieu les tournages. « Benja kely », un long métrage à découvrir!Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune116 partages

La princesse Anne, fille d’Elisabeth II en visite à Madagascar

Un membre de la famille royale britannique en la personne de la princesse royale Anne Elizabeth Alice Louise sera en visite à Madagascar à partir d’aujourd’hui. Il s’agit de la seule et unique fille parmi les quatre enfants du prince Philippe, duc d’Edimbourg et d’Elizabeth II, reine de la Grande Bretagne et de l’Irlande du Nord. Une visite intéressante de celle qui se trouve au 12ème rang dans la lignée de succession de la couronne britannique vu l’épidémie de peste qui touche la Grande ile actuellement. Dans son programme officiel figurent entre autres un diner avec le président de la République qui se tiendra aujourd’hui même. Pour ensuite visiter l’ONG écossaise Feedback Madagascar et l’association européenne pour l’étude et la conservation des lémuriens sur l’ile Radama. Une visite du « Commonwealth war graves commission cemetery » à Diego est également dans l’agenda de la princesse royale. Et enfin, elle se rendra au Bureau Municipal de l’Hygiène (BMH) à Isotry le 26 octobre prochain. Des visites qui n’ont sûrement pas été programmées au hasard. La question est de savoir si cette visite de la princesse Anne fait suite à l’ouverture dernièrement de l’ambassade de Madagascar en Grande Bretagne et la recherche de coopération du régime actuelle avec le Royaume-Uni. Les actions de l’ambassade de Grande Bretagne et des associations et ONG britannique n’étant pas insignifiantes dans la Grande ile, notamment dans le domaine de la paix et de la démocratie.

L'express de Madagascar100 partages

Découverte macabre

Le corps sans vie d’un nouveau-né a été découvert dans les toilettes, à Maiba­hoaka, vendredi. Le WC se trouve au bord de la route et ce serait un passant qui aurait jeté le bébé, d’après les premiers élé­ments d’étude des circons­tances du pro­priétaire soumis à un inter­rogatoire à la gendar­merie de Talata­maty. L’auteur du crime est activement recherché.

Midi Madagasikara98 partages

Karaté : Les 80 ans de Sheriff célébrés avec faste !

Me René Ramanitrandrasana conserve de beaux restes malgré ses 80 ans.

80 ans et 9e Dan plus tard, Me René Ramanitrandrasana a encore de beaux restes. Il l’a encore prouvé le samedi 14 octobre, date de son 80e anniversaire qu’il a tenu à célébrer avec tous ses amis de tous bords et bien évidemment avec ses premières amours qu’est le MAKA représenté massivement par sa section internationale.

La fête ne pouvait que réussir tant tout le monde lui voue du respect, comme le veut la tradition au sein du petit monde du karaté. Et cet anniversaire de Me René Ramanintrandrasana que de nombreux adeptes surnomment Sheriff incarnant du coup ce grand patron qu’il est, mais un statut qu’il ne montre pas à cause de sa grande modestie, est un des plus réussis. Une salle comble et un plateau très relevé des grands noms du karaté, mais également des anciens footballeurs et même du monde du tennis.

Le plus haut gradé. C’était le samedi 14 octobre dernier dans les locaux de la Mairie du 14e arrondissement à Paris.

Au centre se trouvait un Sheriff heureux comme tout. Et on le comprend, car il est aujourd’hui le plus gradé de l’histoire du karaté malgache avec ce 9e Dan Hanshi de Jundokan So Honbu d’Okinawa en 2013 et comme son école, le Shorei Ryu Karaté Do, fonctionne en plein régime, il a tout pour être heureux. Mieux encore, il est resté toujours alerte comme si l’âge ne lui fait aucun effet.

Pour revenir à sa fête d’anniversaire, il n’avait pas eu du mal à convaincre les nombreux membres de MAKA International Association à être de la fête avec, cerise sur le gâteau, la présence massive des combattants de la première heure de MAKA Behoririka.

Me René Ramanitrandrasana et Me Tsiory Randrianindriny avec les karatékas et ceux ayant été promus 5ème Dan.

Belle opportunité. L’ambiance monta d’un cran quand Sheriff, de concert avec Tsiory Randrianindriny, un 7e Dan Kyoshiy, avait promu plusieurs grands noms du karaté malgache au grade de 5e Dan. C’est ainsi que Clark Raharimanantsoa (ESCA), Cyriac Ramamonjisoa (AKKA), Thomas Ramboaniaina « Baby » (MAKA), Alain Maximin Ramaroson « Cobra » (MAKA) sont montés sur le podium pour recevoir cette haute distinction qui conforte si besoin est la vitalité de karaté malgache même hors de nos bases.

Questionné sur l’avenir du karaté dans le monde, Me René Ramanitrandrasana se réjouit sur l’entrée de la discipline au sein de la grande famille olympique. « Cela ne peut que faire du bien au karaté, car il s’agit d’une très belle opportunité pour le développer davantage avec un champ d’action de plus en plus vaste ». Et lui de rajouter au passage que le transfert du karaté traditionnel à celui plus sportif n’enlève en rien au mérite de cette discipline.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada89 partages

Toamasina : tariby herinaratra 400 m tratra tany Ivolobe

Mitohy ny halatra tariby mitondra herinaratra aty Toamasina. Naharay antso an-telefaonina avy amin’ny olona tsara sitrapo ny polisin’ny Fip Ankirihiry, ny marain’ny alahady 22 oktobra teo, tokony ho tamin’ny 1 ora maraina, fa misy andian-jiolahy mianika ny andrin-jiron’ny Jirama, ary manapaka mangalatra ny tariby mitondra herinaratra. Tsy niandry ela, fa tonga teny an-toerana ny mpitandro filaminana. Vaky nandositra avy hatrany ireo olon-dratsy raha vao nahita ny jiron’ny fiaran’ny polisy. Tavela teo koa ny tariby mirefy manodidina ny 400 metatra efa tapaka. Tafatsoaka avokoa ireo jiolahy fa tsy nisy tratra na iray aza, ka efa mandeha ny fanadihadiana sy ny fikarohana azy ireo.

Midika izany fa tsy mbola tratra ny atidoha mpanao ity asa ratsy ity. Ny tsy azo lavina, tsy maintsy tambajotra matanjaka ny ao ambadik’izao halatra izao, satria tsy maintsy misy ny mpividy mpandray ny tariby, izay saika vita amin’ny varahina ny ankamaroany matoa misy ny mangalatra mpamatsy azy ireny. Raha ny any Antananarivo, efa tratra ny teratany sinoa teny Talata Volonondry, taona vitsy lasa izay, nahitana tariby mitondra herinaratra maro vita amin’ny varahina, sy bateria fiarakodia efa maty.

Sajo sy Njaka A.

Midi Madagasikara85 partages

Marc Ravalomanana : Candidature sollicitée par le « Tim Frantsa »

Les membres du « Tim Frantsa » recommandent également la réouverture de la MBS et condamnent la fermeture de Tiko AAA.

Le quinzième anniversaire du « Tiako i Madagasikara » en France a été célébré samedi dernier à Athis-Mons en région parisienne.  

Des appels à la candidature de Ravalomanana et un grand soutien à son endroit. En général, c’est ce que les membres du « Tim Frantsa » ont sollicité lors de la grande manifestation du Tim à Athis-Mons en région parisienne ; manifestation qui a eu lieu samedi dernier en marge de la célébration du quinzième anniversaire du parti en France. Lors de son intervention, Marc Ravalomanana, donnait l’image d’un futur chef d’Etat qui connaît les desiderata des Malgaches. « L’horizon est sombre pour Madagascar. Le peuple est pressé de voir la lumière éclairer son quotidien », lance-t-il. Par rapport à cela, la frange de la diaspora qui était présente lors de la manifestation ne recommande qu’une chose : que Ravalomanana se présente aux prochaines présidentielles. « Le ‘Tim Frantsa’ soutient la candidature de Marc Ravalomanana en 2018, sollicite l’appui de la communauté internationale pour une élection inclusive, condamnant fermement le « ni… ni… » et propose un plan de développement social et économique durable pour Madagascar », a mis en relief Dany Andrianarivelo, la représentante du Tim Frantsa.

Mobilisations. Cette même frange de la diaspora remuera ciel et terre donc pour que Ravalomanana qui s’est dit « être l’homme de la situation »  soit de nouveau élu à la tête de Madagascar en 2018. Pour ce faire, des mobilisations familiales et numériques auront lieu d’ici peu selon les recommandations du président national du Tim. D’après les informations qui nous ont été communiquées, ces mobilisations se pencheront principalement sur « les enjeux électoraux de 2018 et la nécessité de conquérir le pouvoir ». Par ailleurs, la rencontre de Ravalomanana avec la diaspora malgache de France a été l’occasion pour les deux parties de discuter également de l’épidémie de la peste, des situations sanitaires et sécuritaires du pays pour lesquelles l’ancien chef de l’Etat a promis « des solutions concrètes et pragmatiques » en cas de victoire en 2018. Notons que « Tim Frantsa » a été mis sur pied ce samedi et se présente comme étant la première branche internationale de la formation politique. Actuellement, la formation politique est dirigée par Hortense Rajohanison.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara84 partages

Ankazobe : Nisy taxi-brousse nivadika indray

Nitsoaka ny mpamily raha vao nitranga ny loza, ny asabotsy teo tokony ho tamin’ny dimy ora maraina.   Nivadika ny taxi-brousse nentiny izay sady nitondra razana saika entina aty Antananarivo raha avy any Maevantanana. Tao Bemahatanina no nisehoan’ny loza rehefa tapaka hisatra ilay fiara ka nifatratra tany anaty hatsana. Naratra ny olona 18 tao anatiny ka ny 10 tamin’izany no tena voa mafy. Nentina notsaboina faran’izay maika taty an-drenivohitra, ao amin’ny hopitaly Hjra. Mateti-pitranga ny lozam-pifamoivoizana eo an-toerana ary efa nahafaty olona maro izany, tamin’ity taona ity fotsiny.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara83 partages

« Afro pépites show » : « Kristel Ratri band » en course pour le « Rêve africain »

« Kristel Ratri Band » a été sélectionné par le « Rêve africain » et est donc en course pour « l’Afro pépites show ».

A vos votes ! Ils sont 10 artistes dans la course. Parmi eux, un Malgache ! Tous n’évoluent pas dans le domaine de la musique. Certains sont connus dans le milieu de l’art plastique ou la sculpture, d’autres dans la réalisation, la photographie, ou encore la danse. Tous partagent néanmoins un point commun : leur passion pour l’art et leur désir de mettre en avant la culture de leur pays. Aujourd’hui tous sont donc en course pour remporter la huitième édition de « l’Afro pépites show », un évènement organisé par « Le Rêve africain », une association qui déniche et coordonne des talents via les réseaux sociaux avec un seul et unique but : valoriser les cultures afro. Ayant postulé, « Kristel Ratri band » a été sélectionné avec 11 autres artistes venant de divers pays (entre autres la Tunisie, le Zimbabwe, l’Afrique du Sud, le RDC Congo, le Togo et l’Egypte…) pour bénéficier de ses réseaux professionnels. Une opportunité pour lui de partager son art au-delà de nos frontières ! Mais auparavant, il lui faudrait gagner. Afin de voter pour Kristel Ratri, entrer dans le site http://www.lereveafricain.com/, trouver Kristel Ratri et  envoyer un mail pour voter. Les internautes peuvent exprimer leur choix jusqu’au 2 novembre. Le 20 novembre, les trois projets sélectionnés par le public et le comité d’écoute seront dévoilés au grand public ! Faites passer, soutenez nos artistes !Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara80 partages

Haute-Matsiatra : Des adolescents utilisent des kalachnikovs

Ils n’ont que 10, 13 et 16 ans et ils sont déjà membres actifs d’une bande de criminels faisant parler d’eux dans le district de l’Isandra. Loin d’être dans une séance de jeux vidéo, ces adolescents qui n’ont pas froid aux yeux ont osé, kalachnikovs entre les mains, s’affronter avec une unité mixte des forces de l’ordre. Vendredi dernier, après une violente attaque à main armée à Ambohilava, l’unité composée de militaires et des éléments de la gendarmerie s’est lancée à la poursuite des assaillants. Quelques minutes de marche plus tard, les deux parties se sont finalement croisées et un échange de tirs nourris s’est enchaîné. Des blessés parmi les brigands. Une arrestation s’est faite dans la foulée et grande fut la suprise : des enfants parmi les bandits. Pire encore, ils étaient en détention d’armes de guerre, deux AKM 47 courtes. Un autre fusil de chasse de marque Baïkal a été également saisi auprès de ces mineurs. On sait que les bandits des grands chemins, ces « dahalo », recrutent des jeunes pour intégrer leur groupe. Mais de là à recruter des enfants d’une dizaine d’années parmi leurs compères, la situation est inquiétante dans cette région. L’image ne s’apparente-t-elle pas à ces enfants qui se battent dans les rangs des rebelles en Syrie ? La seule différence repose, peut-être, sur les principes.  En Syrie, on soutient plutôt une cause dogmatique et dans le sud de Madagascar, le trafic juteux des bovidés est à l’origine d’une recrudescence de l’insécurité et un recrutement des jeunes pour exécuter des attaques.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara78 partages

Cité-Itaosy : Lehilahy mpanao soudure nipoahan’ny gaz

Nipitika ary feno ratra nony avy eo.

Mpanao « soudure » iray no naratra mafy, vokatry ny fipoahan’ny « gaz », izay fanaovany izany asany izany, teny Itaosy. Na izany aza dia avotra soa aman-tsara izy ary efa tsy misy atahorana ny ainy, hoy ny tompon’andraikitry ny filaminana teny an-toerana. Raha ny zava-nitranga : fipoahana mafy dia mafy, tsy mbola nisy toa izany no nanaitra ireo mponina teny amin’iny faritra Itaosy Cité iny, ny sabotsy lasa teo. Fipoahana izay niainga tao amina toeram-piasàna iray, izay fanaovana ireny karazana « soudure » ireny. Nihazakazaka namonjy io toerana niavin’io feo io avokoa ny olona. Tao anatin’izany, lehilahy iray, toa efa tsy nisy aina intsony no nitsirara teo am-povoan’ny tokontany, nihoson-drà tanteraka. Araka ny fanazavàna azo dia teo am-panaovana ny asany izy no nipoaka ilay tavoahangina « gaz » kely iray. Mbola teny aminy rahateo moa izany fitaovana izany. Karazan’asa iray isan’ny mampidi-doza tanteraka ity fanaovana « soudure » ity eto amintsika. Ambonin’ny hoe filalaovana ilay entona mampidi-doza izay, mora mirehitra sy mipoaka, dia eo ihany koa ny tsy firarahian’ny sasany manao izany asa izany, ny fikajiana ny aro loza sy ny maro samihafa. Noeritreretin’ny maro fa mety nisy tandrevaka nataon’ity mpiasa naratra ity tao matoa nipoaka ilay « gaz ». Nirefotra indray mandeha izany, ary nahazo ny tongony. Nipitika ary tsy nahatsiaro tena avy eo ilay lehilahy. Ireo olona nahita ny fahavoazana teny an-toerana no niezaka, naka fiara teny an-toerana nitondra ity lehilahy ity tany amin’iny toeram-pitsaboana. Tetsy an-danin’izay koa dia nidina teny an-toerana ireo mpitandro filaminana nijery ifotony ny zava-nisy. Feno ary saika isaky ny kartie dia misy mpanao soudure ankehitriny. Mividy « gaz » izy ireo ary maka toerana kely antsisin-dàlana dia efa raikitra ny asa. Izany anefa dia loza mitatao andro aman’alina na ho an’ny mpandalo na koa ho an’izy mampiasa azy, ary indrindra koa ho an’ireo olona izay manaoa fanamborana amin’izy ireo.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza75 partages

Hopitalim-panjakanaMaty raha tsy manam-bola ny marary

Tena mahakivy ny maro ny fandraisana an-tanana eny anivon'ireo hopitalim-panjakana maro isan-tsokajiny eo amintsika amin'izao fotoana. Maty raha tsy misy vola.

 

Pati

 

Madagate72 partages

Madagascar. On a peut-être du fuel lourd, mais on n’a vraiment aucune suite dans les idées… politiques

Au début des années 1970, j’étais jeune étudiant en France. A l’époque, la crise pétrolière mondiale était à son paroxysme. Disons surtout qu’en 1973 (premier «choc pétrolier»), les pays de l’OPEP (Organisation des pays producteurs et exportateurs de pétrole) faisaient la pluie et le beau temps sur le prix du baril du pétrole. A ce moment-là, Valéry Giscard d’Estaing -né le 2 février 1926- était ministre des Finances. Sachant que cette crise du pétrole allait durer, il annonça que s’il était élu président de la république, il mettrait en pratique le changement d'heure pour limiter la consommation d'énergie.

Le 27 mai 1974, Valéry Giscard d'Estaing devient le troisième président de la Vème République française, à travers une élection anticipée due au décès du président Georges Pompidou (atteint de la rare maladie de Waldenström). Pour votre culture, sachez que M. d’Estaing a été secrétaire d'État aux Finances de 1959 à 1962 et ministre des Finances et des Affaires économiques de 1962 à 1966. Puis, ministre de l'Économie et des Finances de 1969 à 1974. Et le tout nouveau président n’oublia pas son idée de changement d’horaire pour la raison cité plus haut.

C’est lors du Conseil des ministres du 25 septembre 1974 qu’est décidée alors la création de l’Agence pour les économies d’énergie (AEE). La puissance de l'AEE reposait surtout sur sa politique de communication active en faisant appel à tous les médias sans exclusive. Certains slogans de l’AEE sont restés dans les mémoires, et particulièrement: «En France, on n'a pas de pétrole, mais on a des idées». Après maintes études ayant permis de prouver que le changement d’horaire annuel peut permettre des économies d'énergie considérables et après une grande campagne de sensibilisation populaire sur le sujet, l’heure d’été est adopté le 28 mars 1976.

Depuis, en France, l’heure est changée deux fois par an.Au printemps, en mars, pour passer de l'heure d'hiver à l'heure d'été, l'horloge est avancée d'une heure. A l’automne, en octobre, pour passer de l'heure d'été à l'heure d'hiver, l'horloge est retardée d'une heure. Voilà ce qui s’appelle bien une anticipationsur l’avenir et une mise en pratique d’une excellente idée en moins de la moitié d’un mandat présidentiel (septennat à l’époque).

A Madagascar, c’est également un ministre des Finances au très long cours (de 2009 à 2013) qui a été élu premier président de la IVème république de Madagascar. Dans le domaine de l'énergie aussi, lui il a annoncé que s’il était élu président de la république, il n’y aurait plus de « délestages » en 3 à 6 mois à Madagascar. C’était en 2013. Actuellement, nous sommes au mois d’octobre 2017, cela persiste mais la Jirama (société nationale pour l’énergie et l’eau) parle de «coupures» et non plus de «délestages». Oui, mais le résultat est exactement le même: il n’y a plus de courant électrique durant un laps de temps qui peut bousiller tout matériel chèrement acheté mais qui ne sera jamais remboursé (frigos, télés, appareils de coiffure, de sonorisation…).

Le comble dans cette histoire est ceci: certes, Madagascar a peut-être du fuel lourd mais cela ne mène pas loin étant donné que c’est la Jirama qui doit fournir ce carburant à la société Symbion Power qui n’a fait que réparer des groupes électrogènes finlandais Wärtsilä datant de plus d’un quart de siècle et qui ont été adaptés pour marcher au fuel lourd donc. Mais le président Hery Rajaonarimampianina les a présentés comme «des Rolls Royce de la production d’énergie». Ah bon? C’est certainement pour cela que les factures augmentent sans que personne ne sache pourquoi alors? Ainsi, dans cette démarche volontaire de paupériser durablement la population malgache, cela s’appelle « avoir de la suite dans les idées ». On verra bien aussi lorsque la Jirama n’aura plus de sous pour payer ce carburant déjà taxé de toxique…

Dans ce même ordre… d’idée, penchons-nous dans le domaine de la politique et du mode de gouvernance que pratique l’actuel régime malgache en place. C’est à la fois la notion du Monopoly et de la monopolisation. Rappelez-vous: le Monopoly est un jeu de société dont le but est de ruiner vos adversaires grâce à des achats immobiliers. Vous devez connaître le groupe Filatex déjà et, à présent, ces incroyables mais vraies histoires d’expulsion manu militari, pour cause de projets présidentiels, de pauvres Malgaches vivant sur des terrains depuis des lustres. Cela, à travers pratiquement tout Madagascar. Quant au verbe monopoliser, il signifie: « Réduire une production, un secteur d'activité à un monopole de fait ou de droit par suppression de toute concurrence. Se réserver, s'attribuer exclusivement l'usage, le profit, l'avantage, la possession de quelque chose: monopoliser la conversation, monopoliser toutes les fonctions ».

Sur 25 millions de Malgaches vivant à Madagascar, le président promu docteur honoris causa de l’université de Milan es sciences politiques, n’a trouvé qu’un certain Rivo Rakotovao pour remplacer au Sénat, Ahmad Ahmad élu président de la CAF (Confédération africaine de football). J’aurai applaudi des mains et même des pieds si ce n’était le parcours stérile de ce Rivo, en moins de quatre ans, pour le développement de Madagascar. Cet ami rotarien du président Rajaonarimampianina a été propulsé président du parti présidentiel Hvm (Hery Vaovao ho an’i Madagasikara), et parallèlement nommé seul ministre d’État en charge de l'Equipement, des Projets Présidentiels et de l'Aménagement du Territoire. Faits d’armes principaux: avoir emprisonné deux journalistes qui n’avaient fait que publier une lettre de lecteur et avoir été à l’origine du limogeage du Dg du Trésor, Orlando Robimanana, qui avait dénoncé une tentative d’extorsion de fonds au dit Trésor. C’est-à-dire sans suivre les démarches légales, la hiérarchie et l’orthodoxie financière.

Puis, il a été soudainement dégradé au rang de simple ministre, même «auprès de la Présidence», chargé de l'Agriculture et de l’Elevage. Faits d’armes ici? De très beaux discours prometteurs qui n’ont pas empêché l’Etat malgache de doubler l’importation de riz, pourtant aliment de base des Malgaches (où diable est le grenier à riz de l’océan Indien tant clamé?), et qui n’ont pas fait cesser les vols de zébus, entrainant mort d’hommes. Jamais deux sans trois, dit-on. Alors qu’il accompagnait à Rome son copain rotarien devenu «filoha», Rivo Rakotovao vient de cesser d’être membre du gouvernement, sous trois Premiers ministres, pour devenir «Loholona» (Sénateur). Dites-moi un peu où est le mérite dans ce parcours du con battu (à défaut de combattant)?

La suite est évidente, claire comme de l’eau de roche: faire en sorte que ce Rivo remplace Honoré Rakotomanana, actuel président du Sénat, taxé pro-Ratsiraka, qui était déjà tombé dans les pommes le 14 juillet 2017 à la Résidence de France à Ivandry. D’accord ou pas, l’Honoré sera déshonoré (sans jeu de mots). Ainsi le veut la HVM (Haute volonté manipulatrice) avec le concours du grand Considérateur Jean Eric Rakotoarisoa de HCC (Hou là là! C’est du Cinéma). Aucun esprit d’ouverture, ils ont inventé l’autarcie politique, ma parole !

Aussi, si le projet de référendum constitutionnel est abandonné ou tombe à l’eau, Rivo Rakotovao deviendra chef d’État durant trois mois. Mais à condition encore que le président Hery se présente à la prochaine élection présidentielle. Tout cela, en fait, pue l’amateurisme et le mauvais calcul, ce qui est un comble pour un expert comptable qui agit vraiment sans réfléchir et en vase clos. Ci-après, un extrait de l’article «Madagascar: le Président, seul (ou presque), dans sa tour d’ivoire») de LOI (La lettre de l’océan Indien) en date du 20 octobre 2017: «Alors que le scrutin présidentiel doit se tenir l’an prochain, bien qu’aucune date n’ait encore été déterminée, le pouvoir du président Hery Rajaonarimampianina est gagné par une fébrilité tous azimuts. L’épidémie de peste qui touche la Grande île depuis fin août déstabilise un peu plus un régime déjà fragilisé par un bilan économique en berne et entaché de scandales politiques qui atteignent l’entourage direct du Chef de L’État. Attaqué sur tous les fronts, ce dernier multiplie maladresses et inconséquences (…)».

Jeannot Ramambazafy – Publié dans la Gazette de la Grande île du 21 Octobre 2017

Tia Tanindranaza67 partages

Mpitandrina Lala Haja RasendrahasinaNankasitrahan’ny FJKM ny asa vitany

Notontosaina omaly alahady 22 oktobra nanomboka tamin'ny 3ora tolakandro tao amin'ny FJKM Ankadifotsy ny fisaorana ny Mpitandrina Lala Haja Rasendrahasina noho ny nitantanany ny FJKM nandritra ny 12 taona.

 

 Nahavita be ho an’ny  Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara ny mpitandrina Lala Rasendrahasina. Anisan’ny niaina vanim-potoana mavaivay ihany koa tamin’ny krizy 2009 kanefa nijoro hatrany amin’ny maha FJKM azy ary niasa mafy nifanampy tamin’ireo filoham-piangonana tamin’ny fampihavanana nataon’ny FFKM ka nahafahana nampihaona ireo filoham-pirenena 5 nifandimby teto Madagasikara, dingana iray lehibe amin’ny fampihavanam-pirenena. Zanaky ny mpitandrina Titus Rasendrahasina izay anisan’ireo angady nananana sy vy nahitana tamin’ny fananganana ny FJKM ary filoha voalohany nitarika azy ny mpitandrina Lala Haja Rasendrahasina. Nitarika ny fotoana omaly teny Ankadifotsy ny filoha am-perinasan’ny FJKM, ny mpitandrina Irako Andriamahazosoa Ammi. Tazana teny an-toerana ihany koa ny ben’ny tanànan’Antananarivo Lalao Ravalomanana.

RTT

Midi Madagasikara67 partages

Tourisme et business : La Chine, une destination de plus en plus prisée par les Malgaches

« Window of the World », très visitée à Shenzen, regroupeen réplique, des sites de renommée mondiale dont la Tour Eiffel.

Trois destinations en huit jours en Chine et avec un tarif qui défie toute concurrence. L’offre ne peut être qu’alléchante et l’expérience, tentante.

« C’était un voyage très agréable, car il  m’a fait découvrir la Chine avec ses énormes avantages aussi bien en termes de tourisme  d’affaires ». Fernand Rasoamanana fait partie de la deuxième vague des passagers qui ont expérimenté les offres de voyage de Sourc’In.  Satisfait, il est prêt à refaire le voyage. Tout comme Niaina Vy, un opérateur économique qui, durant son séjour accompagné en Chine a décroché le jackpot en trouvant des fournisseurs adéquats pour sa petite entreprise. La jeune Mitia Niaina quant à elle était partie seule comme une grande en Chine pour des vacances méritées. Grâce à l’assistance de l’organisateur, elle a pu partir sans ses parents pour un séjour inoubliable en Chine.

Aubaine. La Chine qui devient actuellement une destination de plus en plus prisée par les Malgaches. Simples vacanciers ; commerçants à la recherche de marchandises comme les vêtements, téléphones, ordinateurs  et autres ; de simples particuliers venus pour le shopping… Nombreux sont les voyageurs malgaches qui empruntent les vols reliant Antananarivo et Guangzhou ou d’autres villes chinoises. Les compagnies aériennes desservant la Chine ont même décidé d’augmenter leurs fréquences et concurrence oblige, les tarifs aériens entre les deux pays affichent une tendance à la baisse. Une aubaine, en somme pour les organisateurs du  voyage qui proposent des offres très intéressantes.

Fenêtre du monde. A l’instar de Sourc’In qui a déjà réalisé quatre vagues de voyage organisé sur la destination Antananarivo – Guangzhou – Shenzen. « La plupart des voyageurs sont rentrés satisfaits aussi bien pour le déplacement d’affaires que pour le simple tourisme »  explique un responsable de Sourc’In qui prépare actuellement les 5e  et 6e vagues. Et avec une grande nouveauté puisque, outre Guangzhou et Shenzen, les voyageurs auront également l’occasion de découvrir Hong Kong. Trois destinations en huit jours qui permettront aux voyageurs de découvrir des sites d’exception. Pour ne citer, entre autres le Chime Long Paradise et Safari ainsi que le Water Park à Guangzhou. Et surtout le « Windows of the World », la fameuse fenêtre du monde, un immense parc d’attraction de Shenzen sont reproduits les grandes sites touristiques du monde. La Tour Eiffel, les Pyramides d’Egypte… Tout y est reproduit, même les Ravinala de Madagascar. « En visitant Windows of the World, vous découvrez tout, comme si vous avez fait le tour du monde » explique un voyageur.

Package. Pour les deux prochaines vagues qui auront lieu du 14 au 22 novembre et du 21 au 29 novembre, le principe sera le même. Il s’agit d’un package qui inclut le billet d’avion, l’hôtel, le transfert et le guide multilingue (voir encart publicitaire, par ailleurs). Les voyageurs sont également appuyés dans les recherches de fournisseurs, dans l’achat des marchandises en Chine, jusqu’aux procédures de dédouanement. Pour ceux qui viennent pour le shopping, les visites des grands centres commerciaux se font en métro et en bus. La restauration ne pose pas beaucoup de problème puisqu’en Chine, les restaurants ne sont pas chers.  L’obtention de visa fait également l’objet d’une assistance de la part de Sourc’In qui réalise cette expédition en partenariat avec Maglott et KaraIle Voyage.

R.Edmond

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada65 partages

Santé bucco-dentaire : 1.000 dentistes 24 millions de Malgaches

L’accès aux soins dentaires est assez limité pour la population à Madagascar. Les dernières statistiques, datant de 2016, font état de 200 cabinets dentaires fonctionnels actuellement, avec 1.000 dentistes pour plus de 20 millions d’habitants, soit en moyenne 1 dentiste pour 20.000 personnes. Or, la santé bucco-dentaire est à suivre de près car les problèmes dentaires sont souvent à l’origine d’autres aggravations ou d’autres maladies comme le diabète, les infections de la gorge, ou encore les maladies cardio-vasculaires.

Sur la base de ces constats, le club Soroptimist Antananarivo vient d’ouvrir une nouvelle dentisterie aux 67 Ha. Cette unité de dentisterie, mise en place grâce au partenariat avec l’Ambassade du Japon, a été inaugurée le 19 octobre dernier.

Sollicité par le Club Soroptimist pour l’aider à mener à bien ce projet, le Groupe Star a répondu favorablement à la demande en faisant don de matériels médicaux d’une valeur de plus de 7 millions d’ariary. Une aide qui s’inscrit dans le cadre des actions sociales du groupe.

Grâce à l’ouverture de ce centre de dentisterie, près de 600 personnes bénéficieront de soins dentaires à des prix abordables.

Arh.

 

Midi Madagasikara55 partages

Suspicion de kidnapping : Un homme est disparu après avoir tenté de déposer une plainte à la BC

La famille d’Andriamamonjisoa Andoniaina se trouve actuellement dans l’angoisse totale. Cet homme a disparu depuis le vendredi 20 octobre quand il est sorti de sa maison pour aller à la Brigade criminelle à Anosy. La famille s’inquiète de la possibilité d’un enlèvement, car selon les informations, Andriamamonjisoa est allé à cet endroit pour déposer une plainte relative à une affaire qui l’oppose à une tierce personne. Ce matin de ce vendredi, il était accompagné par son oncle à la Brigade criminelle. Vers midi, il a quitté les lieux pour aller déjeuner parce que le responsable qui devait les accueillir n’était pas encore dans le bureau. Quelques minutes plus tard, son oncle qui est resté sur place l’a appelé par son téléphone en disant que « la personne à qui ils devront s’entretenir est déjà là », mais personne n’a répondu. L’oncle a insisté en appelant les trois portables dont dispose son neveu. Deux heures après, l’appelant a constaté que seul l’un des trois téléphones a répondu, mais c’était par SMS disant : « Je vous rappelle tout à l’heure ». Mais ce ne serait qu’une diversion de la part de la personne qui pourrait tenir en otage le présumé disparu.

En effet, soupçonnant de l’éventualité d’un kidnapping dans cette disparition, la famille et la police qui est déjà informée de la situation invitent tous ceux qui ont des informations sur cette personne à appeler les numéros ci-après : 03426 846 62, 034 66 531 99, 033 74 189 16.

T.M

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara54 partages

Groupe STAR : 7 millions Ar. pour équiper une dentisterie aux 67 ha

Equipements médicaux offerts par le Groupe STAR à la dentisterie du Club Soroptimiste aux 67 ha.

1 000 dentistes pour plus de 20 millions d’habitants, soit environ un dentiste pour 20 000 personnes… Ce sont les statistiques actuelles à Madagascar qui ne dispose que de 200 cabinets dentaires fonctionnels. Et pourtant, les problèmes dentaires sont souvent à l’origine d’autres maladies ou d’aggravation. C’est à la suite de ce constat et de la carence en infrastructure que le club Soroptimiste Antananarivo a mis en place un centre de soin bucco-dentaire, en partenariat avec l’Ambassade du Japon, pour les quartiers des 67 ha. Ce club a ensuite sollicité l’appui du groupe STAR qui a répondu positivement à la demande, en faisant dons de plusieurs matériels médicaux d’une valeur de plus de sept millions Ariary. « Pour le Groupe STAR, apporter sa contribution à la mise en fonction du centre de santé dentaire est une fois de plus un renforcement de notre engagement auprès de la population, surtout les plus démunis. L’accès aux soins dentaires étant presque un luxe pour la plupart des habitants des quartiers d’Andohatapenaka et des 67ha, nous espérons que cette nouvelle infrastructure pourra faciliter la prise en charge de leur santé » a affirmé Anna Rabary, SG du Groupe STAR, lors de la cérémonie de remise de dons.

 Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara47 partages

MPPSPF : « Asa tana-maro » à Farafangana et Manakara

Onitiana Realy a mis en terre un plant de « mahampy » à Farafangana, la ville de sa naissance.

Après Nosy Varika et Mananjary dans la région Vatovavy Fitovinany, le Ministère de la Population de la Protection Sociale et de la Protection de la Femme (MPPSPF) poursuit son périple dans le Sud-Est en mettant sur le cap sur Farafangana et Manakara, de la région Atsimo- Atsinanana.

Ce fut l’occasion pour la ministre Onitiana Realy de rencontrer les communautés locales, dont celle de Manambotra Farafangana, sa ville natale. Dans cette localité, la population a participé aux travaux de Haute intensité de main-d’œuvre (HIMO), à l’image de ceux mis en place sur l’étendue du territoire national dans le cadre du dispositif « Asa tana-maro », depuis trois ans grâce aux divers partenaires techniques et financiers. Cependant, il s’agissait d’HIMO un peu particulier. En effet, contrairement aux travaux d’assainissement habituels, le chantier de Manambotra était consacré à la plantation de « mahampy » ou encore « penjy », suite à une initiative de la population locale. Récoltable très rapidement -six mois seulement après la semence- cette plante sert de matière première pour divers produits artisanaux : natte, panier, ou encore des chapeaux, dont celui emblématique du défunt président Albert, auxquels les hommages pleuvaient dernièrement. Pendant trois jours, 500 personnes gagneront quotidiennement 5 000 Ariary en participant à cette plantation massive de  « penjy » sur un ancien site de culture réhabilité s’étalant sur une cinquantaine d’hectares.

Autonomisation financière. Les candidatures féminines étaient encouragées, d’autant plus que la vannerie peut rapporter jusqu’à 60 000 Ariary par semaine par artisane. D’où l’engouement de gente féminine locale à procéder à ce « revival » de la filière « penjy ». D’ailleurs le MPPSPF, en tant que ministère de la Promotion de la Femme a toujours milité pour son autonomisation financière, raison pour laquelle il a adhéré à cette initiative locale. Par ailleurs, comme à chaque descente du MPPSPF, des matériels ont été offerts aux associations de femmes pour promouvoir leurs activités génératrices de revenu. Conformément à leur demande, des formations en couture ont aussi été dispensées. En effet, seules cinq mères de famille sur 100 savaient coudre. Le MPPSPF a également pensé à leurs enfants en leur offrant des kits scolaires.

Manakara. Le 20 octobre, le « Sosialim-bahoaka » comme le souligne le communiqué du MPPSPF tournait à plein régime à Manakara qui a accueilli la délégation ministérielle dans la liesse. Le premier magistrat de la ville, Giscard Andriano a relevé l’urgence du nettoyage et du désengorgement d’une canalisation pluviale, bouchée après le passage d’Enawo. Les mères de familles les plus démunies ont donc participé à ces travaux de HIMO et ont touché un per diem de 5 000 Ar pendant cinq jours. Par ailleurs, les jeunes sportifs en ont également eu pour leur compte, grâce au partenariat avec le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Des filets de but, des ballons et jeux de maillots ont été remis aux jeunes de six sections de football de Manakara.

Sensibilisation et HIMO. Lors de cette descente dans le Vatovavy Fitovinany et l’Atsimo Atsinanana, Onitiana Realy n’a eu de cesse de souligner l’apport et l’intérêt de ces travaux d’assainissements. La ministre a également insisté sur le caractère indispensable de la salubrité des espaces publics et privés, dans la prévention des fléaux de santé publique tels que la peste qui fait des ravages actuellement dans d’autres régions de la Grande Ile. De retour dans la capitale, cette délégation ministérielle va intensifier dès cette semaine les travaux de HIMO.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara45 partages

Relations bilatérales : La princesse Anne et Sir Timothy Lawrence à Madagascar

La présence de la princesse Anne et du vice- amiral, sir Timothy Lawrence marque la solidarité entre Madagascar et le Royaume-Uni.

Dans le cadre de la célébration du bicentenaire des relations d’amitié entre Madagascar et le Royaume-Uni, la princesse Anne et le vice-amiral, sir Timothy Lawrence, sont dans nos murs. Aujourd’hui – dans l’après-midi – ils seront reçus par le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, au palais d’Iavoloha. Le mardi, toujours dans l’après-midi, un culte d’action de grâce aura lieu à la Cathédrale anglicane Saint-Laurent Ambohimanoro. Notons que la princesse Anne est la deuxième enfant du prince Philippe et de la reine Elisabeth II. Et le vice-amiral Timothy Lawrence n’est autre que son époux.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune39 partages

Le DIDEC décide d’entamer l’année malgré l’épidémie de peste

Le ministère de l’Education nationale a décidé de repousser une fois de plus la rentrée scolaire à cause de l’épidémie de peste pour certaines ZAP et CISCO dont notamment à Antananarivo Renivohitra. Le MEN a donc annoncé la prochaine rentrée pour le 6 novembre prochain. Une décision qui n’a plus fait l’unanimité car la Direction diocésaine de l’enseignement catholique (DIDEC) a décidé que les cours au niveau des écoles catholiques du diocèse d’Antananarivo reprendront ce mercredi 25 octobre prochain. Le manque de cohérence et de clarté dans les raisons avancées par le ministère de tutelle dans les reports répétitifs de la rentrée est une des causes qui ont amené la DIDEC à prendre cette décision après une réunion le 21 Octobre dernier.

Cette décision concerne particulièrement les établissements dans le diocèse d’Antananarivo. La rentrée scolaire ayant été fortement perturbée, les écoles catholiques plus particulièrement et les écoles privées en général touchées ces reports de la date de rentrée accusent actuellement un certain retard dans la mise en œuvre de leurs programmes scolaires. La rentrée scolaire dans ces établissements aurait dû commencer au début du mois d’octobre.

Le ministre de l’Education nationale, Paul Rabary, n’a pas tardé à répondre à la DIDEC sur son page Facebook : « les écoles catholiques ont pris cette décision en toute liberté, en leur âme et conscience. Le ministère de l’Education nationale vu la situation de l’épidémie de la peste qui touche encore certains endroits du pays et de la capitale, préfère prendre les mesures nécessaires quitte à reculer la rentrée pour éviter que l’épidémie n’affecte le milieu scolaire donc les enfants. ». Toutefois, on imagine bien que cette décision du DIDEC sera accompagnée de mesures préventives afin d’éviter tout risque de contraction de la maladie ou de transmission de cas entre les élèves. Un comité de vigilance et une salle d’isolement doivent être mise en place au niveau des écoles d’après l’explication d’un responsable au sein de la MEN pour qu’elles puissent ouvrir ses portes aux élèves.

De l’autre côté, la question est de savoir si les parents d’élèves inscrits dans les établissements catholiques suivront ces indications. Actuellement, nombreux sont ceux qui s’inquiètent de la propagation rapide de la peste. D’ailleurs, les chiffres délivrés par le ministère de la Santé publique le week-end dernier font état de presque 1 000 cas dans toute la Grande Ile avec plus d’une centaine de décès. Un nombre qui se multiplie rapidement, preuve que l’épidémie est loin d’être maitrisée. D’autre part, certaines personnes ne croient tout bonnement pas à l’existence de la maladie. Du côté des établissements scolaires privés, le caractère et l’impact financier du report de la rentrée n’est pas non plus à exclure.

L'express de Madagascar39 partages

Basketball – Cinquante arbitres en formation

Cinquante arbitres nationaux et élèves arbitres ont suivi une formation ce samedi à l’Académie nationale des sports à Ampefiloha. La formation a été organisée par la commission centrale des arbitres dans le cadre de la promotion du nouveau règlement de compétition du basketball pour les années 2017-2018. Les participants sont issus des trois sections de la ligue d’Analamanga entre autres Tanà ville, Atsimondrano et Avaradrano, ainsi que quelques représentants d’autres ligues comme Vakinankaratra, Boeny et Bongolava. Andry Rabe­mananoro et consorts, de la CCA ont expliqué en détails avec illustration à l’aide d’une projection vidéo durant cette demi-journée, les quelques points du nouveau règlement de compétition du basketball sortis en mars 2017 et qui sont à appliquer à partir du 1er octobre dernier.« Un des points ayant accaparé la plupart du temps était la nouvelle règle du marcher qui a été modifiée pour favoriser un peu plus le spectacle. Deux nouveaux signaux sur la simulation et l’arbitrage vidéo seront aussi désormais appliqués », a souligné Andry Rabe­mananoro. Concernant l’équipement des joueurs, il est autorisé de porter des hauts de maillot à manche courte. Et il a été aussi validé que les couleurs du serre-bras devrait être blanc, noir ou celle dominante du maillot. La prochaine formation sur le nouveau règlement du basketball sera plus ouverte et destinée à tous les entraineurs ainsi que les représentants des joueurs, en plus des arbitres. Elle sera cette fois dirigée par le directeur technique national, Angelot Razafoarivony.

S. R.

Midi Madagasikara35 partages

Dans la déferlante des hommages à ZAFY Albert : MACRON ET KOLO ROGER SE PARTAGENT LA POLE POSITION

Inhumation samedi 21 octobre dans sa terre natale d’AMBILOBE du Professeur Zafy Albert, Premier Président de la IIIe République décédé le 13 octobre dernier dans sa 90e année. Dans la déferlante des hommages tous azimuts qui saluent la mémoire de l’Homme au chapeau de paille, deux témoignages se partagent la pole position chez les observateurs de la vie publique. Celui d’Emmanuel Macron, président de la République française et celui de KOLO Roger, le  premier ministre de la IVe République malgache.

Le Chef de l’Etat français, dans sa lettre de condoléances adressée à son Homologue malgache, écrit en effet : « …c’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès de l’ancien Président de la République de Madagascar, Monsieur Albert Zafy. Votre pays vient de perdre un grand homme d’État. Médecin de formation et premier président de la IIIe République, Albert Zafy aura joué un rôle fondamental dans la vie politique de Madagascar. Homme d’une très grande sagesse, il n’aura eu de cesse de défendre les valeurs démocratiques et de prôner une véritable réconciliation nationale, notamment lors de la crise politique de 2009. En ce moment de deuil national, je vous présente mes sincères condoléances et je vous prie de bien vouloir les transmettre à sa famille et à l’ensemble du peuple malgache »

La CULTURE du SERIEUX. Pour sa part, l’ancien PM et actuel premier vice-président du Sénat entendu sur une radio privée, a égrené de lointains souvenirs d’élève puis d’étudiant du professeur Zafy – non sans écraser de temps en temps une larme furtive, dixit le journaliste qui l’interrogeait, tellement Kolo Roger contenait mal son émotion. « C’est un homme juste, je l’ai considéré comme mon père, il est de la race des gens sérieux, professant justement la culture du sérieux et de la rigueur à tous ses étudiants, et poussant dans le bon sens et dans l’excellence tous ceux de ses étudiants qui voulaient émerger après le Bac ».

Tous ceux, comme M. Kolo Roger, qui ont connu le Prof, savent que certains ont jugé superficiellement sans connaître le fond de la pensée de cet homme pétri d’un sens aigu de la Justice et du « fihavanana » et de son acharnement pour rapprocher les tribus de toutes les régions de l’Ile et globalement entre celles d’Antananarivo et celles des provinces. Selon M. Albert Zafy, il y aurait souvent dans nos comportements un oubli total des régions côtières et même à Tana un oubli des petites gens des quartiers.

JUSTICE et VERITE. Kolo Roger précise que dans la stratégie de Zafy pour la réconciliation nationale, celui-ci s’est efforcé justement de lutter contre l’oubli : « Il n’est pas nécessaire, selon l’ancien président de demander PARDON, ni de se lancer dans des palabres creux et démagogiques, il faut respecter toute action tendant vers la JUSTICE ». L’ancien Premier ministre réfute ainsi, de la manière la plus énergique, que Zafy aurait été un raciste ou un adepte de l’ostracisme : « Il était contre toute discrimination tribale ou ethnique et militait plutôt pour la recherche de la vérité et rien que la vérité et la base de la réconciliation se fondait – se fonde – sur l’égalité de tous et entre tous, car il n’y a pas de réconciliation dans l’inégalité ».

Et lui de poursuivre que le Président Zafy appelait de ses vœux un authentique brassage des tribus. « Merina » et Côtiers devraient vivre ensemble, se marier et les tabous tomberaient, il n’y aurait plus de dénivellement entre « Malagasy ».

Selon Kolo Roger, le Pr Andrianjatovo pensait également comme le Pr Zafy dans la culture de l’excellence et du « FIHAVANANA », en poussant les gens à se dépasser. Ces deux Professeurs bien connus de Kolo Roger, avaient une faculté inouïe d’apprendre et de faire comprendre, d’où l’observance sans relâche d’une sacro-sainte impartialité, de ses grandeurs et de ses servitudes, sur le thème éternel de la TOLERANCE.

FIHAVANANA, TOUJOURS et TOUJOURS. Homme libre, doué et doté d’une évidente probité intellectuelle, Zafy Albert – selon toujours le témoignage de Kolo Roger – nourrissait une philosophie qui unissait intimement les questions communes à tous et celles qui s’imposent à chacun à partir des épreuves et des énigmes de son existence. Pour l’homme d’Etat champion du « Madaraid » qui le conduisait à la rencontre des populations des contrées les plus éloignées, les questions politiques ne sont vraiment passionnantes que lorsqu’elles sont les symptômes de mouvements plus profonds qui touchent aux valeurs fondamentales du « FIHAVANANA » ou lorsqu’ils concernent les pratiques propres à une culture ou à une civilisation, celle-ci n’étant rien d’autre qu’un mélange de traditions et de créations communes que personne ne peut décréter et ce dont tous sont responsables. Et Kolo conclut : « …que l’œuvre de ZAFY Albert ne périsse jamais dans les mémoires » !

Recueillis par

J. RANDRIAMBELONA

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza29 partages

Sekoly KatolikaTsy manaiky ny fandaminan’ny fanjakana

Niteraka adihevitra be tetsy sy teroa ny fanampahan-kevitry ny DIDEC (DIrection Diocesaire de l'Enseignement Catholique)

Tsy mbola voafehy

Ny zoma 20 oktobra teo dia nilaza mazava ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena fa ny alatsinainy 6 novambra vao tokony hiverina an-tsekoly ireo mpianatra naato. Nanamafy ny minisitra Paul Rabary fa nandray fanapahan-kevitra an-kalalahana ny sekoly katolika. Tsy maintsy mitandrina sy mailo ny fitondram-panjakana, hoy izy. Manahirana sady mampalahelo raha any an-tsekoly no hahazoan’ny mpianatra pesta, anton’ilay tsy fianarana herinandro indray aloha. Nanamafy an’io tamina fanambarana ofisialy ny minisiteran’ny fampianarana ambaratonga ambony sy ny fikarohana siantifika ny sabotsy 21 oktobra teo ka nanamarika fa na dia maro aza no efa sitrana dia mbola misy ihany koa ny tranga pesta hita etsy sy eroa, ary tsy azo atao ny milaza avy hatrany fa efa voafehy izy io. Noho izany, mila malina ka dia miato avokoa aloha ny fampianarana eny amin’ny oniversite. Ny faran’ny herinandro teo dia mbola nanizingizina ny Dr Ibrahima Socé Fall talem-paritry ny sampandraharahan’ny firenena mikambana momba ny fahasalamana aty Afrika  fa ao anatin’ny fotoana mbola tena mampatanjaka ny otrikaretin’ny pesta ny eto Madagasikara ka laharampahamehan’ny ekipan’ny OMS sy ny mpiara-miasa aminy aloha izao ny fanakanana ny fiparitahan’io aretina io. Ny governemanta Britanika dia mampitandrina ny olony manana eritreritra ny hizahatany fa misy pesta eto Madagasikara ary efa maherin’ny 100 ankehitriny no maty, araka ny tatitra nataon’ny gazety mpiseho isan’andro “The Sun”. Izay no zava-misy kanefa dia nanapa-kevitra ihany noho ny antony miankina amin-dry zareo manokana ny mpitantana ny sekoly katolika fa miverina mianatra manomboka amin’ny alarobia izao. Mazava ny resaka eto fa dia tsy manaiky ny fandaminana avy amin’ny fitondram-panjakana ny sekoly katolika. Tsy nisy koa hatreto ny fampitandremana na sazy avy amin’ny fitondram-panjakana fa dia toa mamela malalaka ny sekoly hiverina hianatra ny fanjakana na tsy azo antoka aza fa voafehy ny pesta ary tsy misy afaka manome toky fa tsy hisy fifindrana aretina mihitsy any an-tsekoly. Mety ho avy koa ny fivorian’ireo fikambanan’ny sekoly tsy miankina dia hanambara fa hiverina hianatra koa ry zareo. Mazava ho azy fa tsy afaka hanakana ny fitondram-panjakana satria efa nilefitra. Ny ankizy Malagasy ana hetsiny izany no hifamoivoy etsy sy eroa ka mety ho voan’ny pesta amin’ny fotoana rehetra. Antananarivo sy Toamasina moa no tena ahitana trangana pesta maro indrindra ary anisan’ny faritra be mpianatra koa.

RTT

News Mada28 partages

Epidémie de peste : les transports régionaux désertés

Le secteur du transport est également affecté par la peste. Le taux de remplissage des transporteurs régionaux atteint à peine les 30 à

40% depuis la propagation de l’épidémie de peste. «D’habitude, en cette fin de période, nous enregistrons encore un taux de remplissage de 60%. C’est surtout le transport de colis qui permet d’assurer le voyage actuellement», a confié un transporteur qui dessert  Mahajanga.

Par ailleurs, tous les voyageurs au départ d’Antananarivo sont obligés d’effectuer  un test de dépistage de la peste avant le voyage, cela après une décision de la préfecture de police d’Antananarivo. Tous les voyageurs sont donc soumis à ce test avant leur départ au niveau des gares routières d’Ambodivona et du Fasan’ny Karana.

R.R.

 

Midi Madagasikara28 partages

Delestazy tao Toamasina : Halatra “fil” sy “transformteur” nipoaka

Nanomboka ny alarobia tokony ho tamin’ny 7 ora sy sasany alina, ka naharitra telo andro sy roa alina, dia tapaka ny herinaratra tao Mangarano II manontolo, tonga hatrany Tsarakofafa, noho ny fipoahan’ity “Transformateur” manana tanjaka 160 Kva mpitsinjara herinaratra tany an-toerana.

Raha ny fanadihadian’ny Jirama, dia tsy mipoaka fahatany ny fitaovana tahaka ity nisy tao Mangarano II ity, fa vokatry ny fivoahana herinaratra be loatra tsy mifanaraka amin’ny herinaratra tokony hosahaniny, satria araka ny vaovao nangonina tany an-toerana, dia isan’ny tanàna tena mpangalatra herinaratra ity fokontany ity. Na izany dia niantso vonjy tamin’ny biraon’izy ireo tao Antananarivo ny talen’ny Jirama Toamasina Atoa Veloson Leonard, ka nahazo “Transformateur” manana tanjaka 250 Kva izay tonga ny zoma maraina teo. Io omaly zoma io ihany, dia efa napetaka ity fitaovana vaovao vao tonga ity, ka omaly fiafaran’ny tolakandro ihany dia efa niverina nahazo herinaratra avokoa ny mpanjifan’ny Jirama tao Mangarano II sy Tsarakofafa avaratra.

Isany miverina mahazo vahana eto Toamasina ny halatra tariby- na herinaratra, isan’izany ilay tranga niseho farany teo izay nahavery tariby na herinaratra 400 m amin’ny tamba-jotra Volobe Toamasina II sy Toamasina renivohitra, ka ny sabotsy alina nifoha ny alahady teo indray dia niverina izany halatra izany; izay mbola tamin’ity tamba-jotra ity hatrany. Nidina nijery ifotony ny zava-nisy ny polisin’ny FIP sy ny ekipan’ny Jirama Toamasina, ka nandritra izany no nahatraran’izy ireo taribin-kerinaratra efa tapatapaka mirefy 400 m eo ihany koa, izay niaraka tamin’ireo fitaovana nangalarana azy  ireto. Raha nifanenjehan’ny FIP tany anaty ala ireto andian-jiolahy nanao izany, dia tsy nisy aloha ny tratra, ka mbola mitohy ny fikarohana.

Ankoatra izay, dia efa tonga eto Toamasina tamin’ity faran’ny herinandro ity ny ekipan’ny talen’ny fitantanana ny mpiasa eo anivon’ny foiben’ny Jirama, hanao fanadihadiana ilay mpiasan’ny Jirama tratra tamin’ny halatra herinaratra sy mbola nivarotra izany tamin’ireo trano mahery ny 60 manodidina azy tao Ambalamanasy. Miankina amin’ity ekipa ity ny ho- aviny eo anivon’ny Jirama.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara28 partages

Naivo Raholdina : « Plus on m’intimide, plus je fonce »

Lors de la célébration de ce 10e anniversaire du Fafi V, le 1er Juillet 2017 à Ankerana, Naivo Raholdina a été fait Commandeur de l’Ordre des Lettres, des Arts et de la Culture et Chevalier de l’Ordre National par le ministre de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine, Jean Jacques Rabenirina. (Photo d’archives)

La culture malgache comme le nombril du monde. C’est ce qu’il a toujours mis et continuera à mettre en exergue jusqu’au jour où il tirera sa révérence. Lui, c’est Naivo Raholdina – figure bien connue de la politique et de l’art oratoire – et qui est avant toute chose fier d’être Malgache.

Lors des grandes cérémonies, Naivo Raholdina – député Mapar élu dans le Ve arrondissement – diffère de ses pairs de par son look très original qui rappelle le parfum de la royauté malgache. L’objectif étant d’exhiber sa fierté pour ses origines malgaches. « Dès mon plus jeune âge, j’ai déjà soutenu que les Malgaches ont leurs valeurs », transmet-il. Par ce grand amour pour la culture malgache, il s’est lancé dans l’art oratoire, le « kabary », dans lequel il excelle.

Multiples compétences. A l’université, Naivo Raholdina a décidé d’approfondir le « Malagasy ». Après avoir obtenu son diplôme, il a commencé à écrire beaucoup de livres et de manuels entre autres, « Ny politikan’ny kabary sy ny kabary politika ». Par ailleurs, il est membre de l’Académie malgache depuis 2002 où il exerce son métier de chercheur. En tant que poète de renom, aussi fait-il partie de l’Havatsa-Upem. Toujours dans le cadre de l’art et de la culture « malagasy », Naivo Raholdina a fondé le Fimpimi (Fikambanan’ny Mpianadahy Mianala) regroupant les jeunes engagés dans la promotion de la culture et l’art « malagasy ». En passant, il était membre du Fimpama durant sa jeunesse. Mais ce n’est pas tout. Naivo Raholdina s’y connaît également en foncier. Fils d’un géomètre assermenté, il a eu l’occasion de travailler en tant que technicien au Service des Domaines quand il était en deuxième année universitaire. Il y a évolué en tant que contractuel puis cadre supérieur au sein du Service Réclamations. En outre, le député sait manipuler l’informatique, car c’est un analyste programmeur, sortant de l’IST Ampasampito.

Vie quotidienne. Naivo Raholdina est un mari et un père aussi. « J’aime ma famille et j’aime passer du temps avec ma femme et mes deux enfants  », a-t-il confié. Sa femme est toujours présente dans tout ce qu’il entreprend. Etant styliste, c’est elle qui crée les modèles des vêtements de son mari. Par ailleurs, Naivo Raholdina adore ses enfants, ses faux jumeaux qu’il considère comme ses plus grands trésors. Et comme toute autre personne, il a ses propres divertissements. « Ça m’arrive de chanter lors des rencontres familiales, mais aussi de m’occuper des instruments musicaux tels la batterie, la guitare, le piano »,  affirme-t-il. Néanmoins, la lecture et le « kabary » restent ses premières passions. Par ailleurs, le député est aussi un grand sportif, car il a déjà fait du judo, du karaté et du Kung Fu. Côté nourriture, il a tellement un grand faible pour le chocolat et les crevettes qu’il en est devenu allergique. « J’adore les délicieux plats, mais je les consomme avec modération pour ne pas détruire mon foie. Actuellement, mon plat préféré est le dindon préparé avec du porc », indique-t-il.

Carrière politique. En 2007, Naivo Raholdina a fondé l’association apolitique Fafi V pour le cinquième arrondissement à travers laquelle il effectue beaucoup d’actions sociales. Durant la dernière transition, Naivo Raholdina a été nommé membre du Conseil supérieur de la Transition. En 2013, il y a eu la création du Mapar après laquelle il est devenu un des coordinateurs du bureau politique. En même temps, il assure le rôle de coordonnateur du Mapar dans le cinquième arrondissement. « Ce qui m’a marqué le plus, c’est quand Andry Rajoelina a placé sa confiance en moi en me désignant son candidat aux législatives  dans le cinquième arrondissement que je sois élu ou non », a-t-il livré.

Fort caractère. Naivo Raholdina est un homme qui a un fort caractère. « Je suis trop sincère et trop droit », a-t-il décrit. Pour lui, c’est un défaut et une qualité en même temps. « Beaucoup d’individus ne m’apprécient pas avec ce caractère, mais j’ai sauvé beaucoup de familles avec cela », rassure-t-il. Il ne tergiverse pas non plus, il réagit promptement face à un problème. « Ceux qui me détestent avancent que je suis un justicier, mais là encore j’ai sauvé beaucoup de personnes en me comportant comme tel », soulève-t-il. En agissant ainsi, il applique les principes de vie des ancêtres malgaches : la vérité, la justesse et la rectitude.

Coups bas politiques. La politique est, pour lui, une voie qui lui a permis de réaliser des actions positives pour la population malgache. Elle lui a valu beaucoup d’adversaires aussi. « Je suis véritablement sidéré par l’attitude de certains journalistes politiques que j’ai aidé hier et qui arrivent à me trahir aujourd’hui ». Mais il n’y a pas qu’eux qui l’agacent, un membre de sa famille l’est aussi. « Avoko Rakotoarijaona est mon neveu. Sa mère est la cousine germaine de la mienne. Et le père d’Avoko dit Pierre be m’a appris le Kung Fu ». Il raconte qu’ « à ses débuts, le Kung Fu malagasy avait un problème de locaux. Il était au St-Exupéry à Antaninandro puis à Behoririka en passant par notre maison à Tsiazotafo. Actuellement, dans l’unique objectif de protéger le régime, Avoko Rakotoarijaona a osé affirmer que je n’ai pas fait du Kung Fu et qu’il m’est interdit de citer le nom de son père ». Mais quoi qu’il en soit, Naivo Raholdina avance la tête haute et vit pour atteindre ses fins.  Un message de sa part : « La vie est une école et petit à petit, l’oiseau fait son nid. Il n’y aura pas de développement si on fait preuve d’égoïsme, de complexe d’infériorité et surtout si l’on ne fait pas de sacrifices ».

Recueillis par Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza26 partages

Frantsay voan’ny pesta nitsoaka hopitalyNodimandry rehefa avy nandoa ra

Anisan’ny mahatonga ny tsy fifehezana sy fiparitahan’ny pesta ao Toamasina ny fisian’ireo olona marary sy voan’ny pesta mahalala tsara ny loza mitatao aterany kanefa dia tsy mety manaraka fitsaboana.

 Tao anatin’ny herinandro monja dia olona telo marary mitsabo tena eo anivon’ny hopitaly be no ifampitadiavana ankehitriny fa nitsoaka. Nahalala tsara ny fisian’ny pesta taminy ity teratany frantsay mpandraharaha ara-pizahantany eo amin’ny sehatry ny trano fisakafoanana “Philippe Ranom”, 40 taona ity. Notsaboina izy ny alatsinainy teo ka niabo ny fitiliana natao taminy, dia ompa sy fanivaivana ary teny ratsy indray no nataony ireo mpitsabo nisahana ny fitsaboana azy ka nahatonga azy nitsoaka ny fitsaboana ary nody tany an-tranony tao Ampanalana. Ny  zoma nifoha ny sabotsy teo tokony ho tamin’ny 2ora maraina anefa dia nihombo ny aretina pesta nahazo azy, izay efa niteraka tsy fahatsiarovan-tena teo aminy sy nahatonga azy efa nandoa ra ihany koa, dia nentin’ny vadiny teratany malagasy sy ireo namany teratany frantsay teo anivon’ny vonjy taitra sy ainan’ny hopitaly be ny tenany. Tsy nisy azo natao intsony taminy na niezaka nanavotra aza ny mpitsabo. Nandritra ny fanangom-baovao nataon’ny mpanao gazety anefa dia niezaka nanafina mafy ity tranga ity ny fianakaviany sy ireo teratany frantsay namany, saingy nivoaka ihany ny marina noho ny pesta loza mitatao ao Toamasina izay nateraka ny fandosirany ny hopitaly nitsaboana azy. Ny sabotsy tolakandro teo dia nalevina araka ny lalàn’ny fahasalamana amin’ny olona voan’ny pesta ny vata mangatsiakany tao amin’ny fasana natokana amin’izany tao Manangareza.

 

Rakoutou

 

Midi Madagasikara26 partages

Rencontre autorités et diaspora à Paris : La question relative à la Constitution au menu

Henry Rabary-Njaka, ministre des Affaires étrangères, Lanto Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures et Rivo Rakotovao, sénateur de Madagascar ont effectué un petit passage dans la capitale française afin de rencontrer quelques membres de la diaspora malgache de France. Et comme il fallait s’y attendre, la question relative à la Constitution était au menu. « Le président n’a ni dit qu’il allait organiser un référendum, ni qu’il allait changer de Constitution », a affirmé Henry Rabary-Njaka. Toutefois, il émet des réserves. « Sans même aborder la démission du Président, spécificité de la Constitution de la République de Madagascar, pourrions-nous réellement avoir un président élu le 24 janvier 2019 en ayant organisé les élections dans un délai de deux mois quand la Ceni doit récolter les bulletins et les PV originaux de 20 000 bureaux de vote avant de proclamer les résultats provisoires du 1er tour avant le délai légal de 45 jours pour traiter toutes les réclamations ? », s’interroge-t-il.

Aller sur le terrain. Lors de son intervention, Rivo Rakotovao – secrétaire général du HVM – s’est érigé en avocat du régime et incite ceux qui trouvent que le régime en question « n’a rien fait » à « aller sur le terrain » pour reprendre ses termes. « On dit que rien n’a été fait depuis trois ans et demi, chose déjà difficile à entendre, surtout quand vous avez pour mission de donner l’occasion au président de la République d’aller sur le terrain autant que possible dès la fin du conseil des ministres de chaque mercredi. Alors venez sur le terrain, venez en provinces, venez constater par vous-mêmes », a-t-il exhorté. Pour en discuter un peu plus profondément sur les maux du pays, rendez-vous est donné les 26, 27 et 28 octobre prochain au Village Voara Andohatapenaka lors du forum de la diaspora malgache.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara23 partages

Secteur des TIC : Parmi les meilleurs pourvoyeurs d’emplois

Le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy, avec les représentants du groupe Outsourcia

Le développement numérique figure parmi les meilleurs atouts de Madagascar, pour la création d’emplois et la promotion des investissements. Les opérateurs économiques de ce secteur d’activité en témoignent, avec les résultats qu’ils ont enregistrés.

 1 000 collaborateurs malgaches dans moins de deux ans ! C’est la prévision indiquée par le Groupe Outsourcia, spécialisé dans les services liés aux TIC et qui vient d’inaugurer ses nouveaux locaux à Tanjombato. En effet, ce groupe marocain dispose déjà actuellement de 650 employés malgaches, avec 100 créations nettes d’emplois par an, selon son président, Youssef Chraibi. Présent à la cérémonie, le ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique (MPTDN), Neypatraiky André Rakotomamonjy a souligné que ces impacts sur le marché de l’emploi sont les résultats escomptés par le Gouvernement. « Actuellement, la politique de mon département est surtout axée sur la promotion de la création d’emploi pour les jeunes, à travers le digital. Dans ce sens, j’encourage toutes initiatives permettant d’atteindre cet objectif. Pour le secteur télécommunication et numériquenous travaillons étroitement avec les opérateurs privés dans leur implantation, leur croissance et la sécurisation de leurs investissements. Dans ce sens, vu l’énorme potentiel offert par le secteur d’externalisation de service, le gouvernement, par le biais du MPTDN projette de mettre en place un centre de formation, spécialisé en télé opération, l’objectif est de mettre à la disposition des opérateurs des ressources humaines suffisantes en quantité, mais surtout en qualité pour développer leurs activités », a-t-il déclaré.

Infrastructures. En effet, dans cet objectif de promouvoir la création d’emplois et les investissements, le MPTDN mise sur le partenariat avec le secteur privé. La semaine dernière, le réseau 4G d’Orange Madagascar a été officiellement lancé à Mahajanga. Cette ville est donc celle qui bénéficie désormais des meilleurs débits de connexion Internet, après Toamasina, Nosy-Be et Antsiranana. « Lors de son passage à Mahajanga en février 2017, le président Hery Rajaonarimampianina avant clairement indiqué que l’Etat fera de cette ville un pilote en termes de développement. Le Gouvernement travaille étroitement avec les autorités locales pour donner vie à cette noble ambition. Par ailleurs, des investisseurs étrangers ont déjà exprimé leurs intérêts pour Mahajanga et la région Boeny, notamment dans le domaine de la cimenterie, les infrastructures, les nouvelles technologies, afin de créer des emplois pour les jeunes », a évoqué le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy. Celui-ci de préciser que son ministère assure le rôle de catalyseur, afin de soutenir les efforts entrepris par les opérateurs privés, pour le déploiement du digital dans les actions de développement. Une stratégique qui  fonctionne bien … jusque- là.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara21 partages

Peste, « Quatre-mi » et Darwin

Dans ces moments difficiles où l’on ne parle que de la peste et des moyens de s’en prévenir. Tout  le monde s’étonne à tort ou à raison qu’une frange de la population jugée la plus vulnérable à savoir les « quatre-mi » semble être épargnée. A tort, parce que de par leurs caractéristiques ces individus déjà difficilement qualifiables ne sont pas non plus quantifiables. Les analyses statistiques de la morbidité de la maladie n’étant  pas encore disponibles et donc on n’a pas  les données chiffrées exactes et la proportion « quatre-mi » morts pour cause de peste. Par contre ces personnes dites indigentes sont facilement repérables puisqu’elles ont « leur quartier » autour des montagnes d’ordures où elles sont en quête de nourriture. Bien des fois nous détournons nos regards de dégoût quand nous les voyons  porter à la bouche ce que mangeables leur semblent. Et nous nous disons comment font-ils ou qu’est-ce qu’ils ont de plus que nous pour s’épargner de toutes ces maladies liées à l’insalubrité ? Nous, lettrés et instruits sommes unanimes à répondre que leur organisme devient résistant aux microbes, virus, bactéries de tout genre à force d’ingurgiter des saletés et seuls survivent, ceux que voyons, les plus forts. Et les grands mots savants surgissent  comme « Sélection Naturelle, Darwinisme, Survie et adaptation, Sélection artificielle… »

Notre propos n’est pas de traiter l’évolution des espèces  ni de faire un raccourci de ce qu’on appelle sélection darwinienne ni de polémiquer avec les points de vue théologiques  sur l’alpha et l’oméga mais de constater sur une période très courte (ce phénomène social- et biologique ?- ne date en fait que depuis 1982) comment un groupe passivement, survit, s’adapte et se reproduit dans un environnement  qui lui est a priori hostile.

« La sélection naturelle est un tri qui s’opère naturellement au sein d’une espèce. Elle se traduit par la reproduction des organismes qui ont les caractéristiques leur permettant de mieux survivre dans leur milieu, il en résulte qu’au fil des générations, ce mécanisme explique l’adaptation des espèces  à leur environnement. Cette théorie de Darwin de la sélection naturelle permet d’expliquer et de comprendre comment l’environnement influe sur l’évolution des espèces et des populations, en sélectionnant les individus les plus adaptés… » Ainsi se résume la théorie de Darwin (1809-1882)

Et si involontairement, nous avons enfanté des individus (un bouillon de culture) plus à même d’affronter le combat pour le développement  avec ses nouvelles contraintes comme le changement climatique, la déforestation …par exemple. Matière à réflexion, cynisme mise à part.

M.Ranarivao

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada19 partages

Poesam 2017 : Orange Madagascar récompense 10 projets

Le projet Manzer-Partazer a remporté le Prix de l’entrepreneur social à Madagascar (Poesam) au niveau national. Le projet porte sur la réduction  de gaspillage de nourritures de bonne qualité et consommable.

Les 10  meilleurs projets malgaches dans le cadre de ce concours ont été récompensés par Orange Madagascar à l’occasion d’une cérémonie organisée à Andohalo, samedi dernier. Parmi eux, trois projets ont été élus pour représenter Madagascar au concours international qui a débuté le 25 septembre dernier. Il s’agit notamment de  «Manzer-Partazer», «Majika» et «Betaksys System Madagascar».

Outre les trophées, Orange Madagascar a octroyé des dotations financières aux lauréats afin de les soutenir et en guise de reconnaissance. Ces trois meilleurs projets malgaches font partie des 51 projets mis en concurrence par les 17 filiales Orange en Afrique et au Moyen-Orient dans le cadre du Poesam 2017. Au niveau international, «Manzer-Partazer» et «Majika» sont classés parmi les 10 finalistes du concours.

Les trois projets sont en train de définir une forme de collaboration avec Orange Money pour aider au développement de leurs activités. Ils ont également reçu chacun, entre autres, un certificat de reconnaissance et un domino 4G avec un an d’internet.

Riana R.

 

Midi Madagasikara18 partages

Pari à Paris

Le HVM et le TIM ont réuni à tour de rôle et chacun de son côté, les membres de la diaspora en France où les deux formations politiques menaient une campagne avant la lettre quoique le droit de vote ne soit pas acquis pour les Malgaches de l’étranger.

Pari à Paris

De retour de la Conférence Economique de Rome, les barons du HVM ont fait escale à Paris mercredi dernier. Le temps d’organiser une réunion dans le XIIIe arrondissement où l’on rencontre plus d’Asiatiques que de Malgaches. Ceci expliquant cela, les « Cravates bleues » de France n’étaient pas légion ce soir-là à descendre du RER C ou des lignes 5, 6 et 7 du métro qui se croisent Place d’Italie, pour rejoindre l’hôtel Campanile où les attendaient Rivo Rakotovao et d’autres membres du bureau national. A croire que le HVM aime faire des réservations sur cette chaîne d’hôtels qui avait déjà abrité la réunion du 7 mars 2015. Plus de deux ans après, le menu a peu ou prou changé avec les affaires nationales en entrée froide ou chaude (c’est selon), avant le plat de résistance qu’est la Constitution. La question posée ce soir-là avant même un éventuel référendum, était la suivante : faut-il Oui ou Non réviser la loi fondamentale ? Tout particulièrement l’article 47 relatif à l’obligation de démission du président candidat quand bien même le problème serait réglé avec l’accession programmée du numéro Un du HVM au perchoir de la Chambre haute. D’ailleurs, après l’installation de leur chef à Anosikely ce jour, les cadres du parti au pouvoir vont se réunir dans un endroit qui reste à déterminer. En tout cas, ce ne sera pas dans un hôtel Campanile car cette enseigne n’existe pas à Tana, fut-elle de milieu de gamme. Au moins, ses détracteurs ne pourront pas dire que les caciques du HVM descendent dans des palaces sans pour autant dormir à la belle étoile lorsqu’ils sont de passage en France. Et où ils n’ont pas pu faire interdire par le Préfet de Police de Paris, la célébration du 15e anniversaire du TIM. C’était samedi dernier à Athis-Mons, dans le département de l’Essonne où « Ramose » a dressé un tableau noir de la situation dans la Grande Ile devant les militants et sympathisants du « Tiako I Madagasikara » en …France. Ces derniers sont contre un second « ni… ni… » et sollicitent la candidature de l’ancien président qui a fait, comme le HVM,  le pari de réunir la diaspora à Paris.

R. O

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada15 partages

Musique : Mr Sayda signe son tout premier EP

« Misie Milay », c’est à travers ce titre que Mr Sayda signe son premier Extended play (EP) inédit composé de 7 titres aussi entraînant les uns que les autres.

Un must pour les artistes en quête de reconnaissance, le mini-album trouve actuellement toute sa place sur la sphère musicale malgache. L’interprète de « Mba marina anie » fait partie de ces artistes qui comptent bien s’imposer sur la scène nationale.

Il est vrai qu’après sa collaboration avec Pit Leo, le rappeur s’est fait plus discret, sûrement pour travailler afin de concrétiser la sortie d’un premier projet solo. C’est désormais chose faite puisque monsieur a sorti mercredi dernier l’opus, en téléchargement libre sur la plateforme de datpiff. « Il faut savoir que cet EP n’empruntera pas la couleur musicale pour laquelle on me reconnaît sur les ondes et à la télé », a-t-il tout simplement commenté.

Parcours atypique

Représentant de la nouvelle scène malgache, Mr Sayda a fait ses premières armes en 2009 auprès du groupe Zanadjah’z dont les membres ont partagé les mêmes bancs de l’école. Il a débuté la chanson au sein d’un groupe d’étudiants, un peu plus tôt au collège, lors de festivités scolaires. Pour assouvir sa folle passion pour la musique, le jeune artiste a intégré le collectif Ambani’dia Rekordz et monte son duo avec Pit Leo. Il évolue dans le milieu du roots et du rap en puisant son inspiration généralement des femmes dans la société malgache. Un parcours atypique qui lui a permis de rafler le « Trophée de mérite masculin 2016 », au début de l’année.

La sortie de cet EP sera accompagnée d’une série de concerts promotionnels. C’est ainsi que l’artiste sera à l’espace Cardia Alakamisy Ambohidratrimo ce dimanche et au SK Melody Mandriambero le 5 novembre prochain.

Joachin Michaël

 

News Mada15 partages

Administration pénitentiaire : une centrale d’achats

L’Administration pénitentiaire (AP) a ouvert en fin de semaine à Antanimora une centrale d’achats d’effets vestimentaires pour ses agents. En plus des uniformes, tous les équipements, répondant aux normes, nécessaires pour un agent pénitentiaire, à l’exclusion de l’armement, sont en vente auprès de cette centrale. Entre autres les bérets et képis, les insignes et les sacs à dos. «L’ouverture d’une telle centrale nous aide à mieux nous équiper par nous-mêmes pour l’image de notre administration ; la dernière dotation de l’Etat en effets vestimentaires remonte à une dizaine d’années», a indiqué un agent pénitentiaire. Lui de préciser également que seuls les agents qui participent au défilé du 26 juin ont droit à une nouvelle uniforme.

La mise en place d’une telle centrale d’achats entre aussi dans le cadre de la lutte contre le port illégal de tenue militaire. En effet, seul un agent muni de sa carte professionnelle pourra y effectuer des achats, et les acquisitions ainsi que l’immatriculation seront consignées dans un registre, à titre de suivi.

Sera R.

 

Midi Madagasikara14 partages

TVM et RNM : Grogne du Vakinankaratra

Betafo est isolée de toute source d’information.

Cela fait un bail que le tout Vakinankaratra ne reçoit plus la RNM et encore moins la TVM. Le tout au grand dam de la population privée d’un droit qui devait être acquis surtout durant cette épidémie de peste où toutes les informations sont toutes bonnes à prendre.

Certes la situation n’est pas irréversible, car l’Etat fera, c’est certain, un retour juste à temps pour servir les intérêts de l’élection présidentielle en attendant que les employés de la RTV,  les nombreux ECD y compris, puissent reprendre correctement leur job et non plus tourner au ralenti tout en percevant le salaire. Une mort à deux vitesses pour la fameuse Radio Télé Vakinankaratra qui servait pourtant de caisse de résonance. Et si la télé s’était éteinte du temps où notre confrère Haja Ralandy occupait le poste de directeur régional du Vakinankaratra, la radio a disparu sans qu’on sache pourquoi avec l’arrivée de Tharsisus Raherinandrasana aux commandes.

Les victimes sont bien entendues la population rurale qui n’a pas accès aux réseaux câblés.  On citera tout particulièrement celle de Betafo non desservie par les journaux et qui n’a plus la TVM, car la seule antenne mise en place par le ministre Rolly Mercia  quand il portait encore les couleurs orange, a tout bonnement disparu. Maintenant qu’il est de retour en bleu (de travail), Betafo aimerait bien entendre les nouvelles.

 Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara12 partages

POESAM 2017 : Les meilleurs projets récompensés par Orange Madagascar

Remise de prix aux meilleurs projets du POESAM.

Les porteurs des 10 meilleurs projets du POESAM (Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient), édition 2017, présélectionnés au niveau national, sont connus. Ces startups sociales concernent divers domaines comme l’énergie, l’éducation, l’e-commerce, l’agriculture, etc. Parmi ces 10 projets, trois projets ont été élus pour représenter Madagascar au concours international qui a débuté le 25 septembre dernier : « Manzer-Partazer », « Majika » et « Betaksys System Madagascar ». Orange Madagascar a attribué des trophées à ces trois meilleurs projets et leur a octroyé des dotations financières pour les soutenir et en guise de reconnaissance. Les trois projets sont par ailleurs en train de définir une forme de collaboration avec Orange Money pour aider au développement de leurs activités. Ils ont également reçu chacun un certificat de reconnaissance et un domino 4G avec un an d’internet, ainsi que des goodies Orange. Les sept autres projets  ont obtenu chacun un certificat de reconnaissance, un Smartphone avec trois mois de communication et des goodies Orange. Nous en reparlerons.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara9 partages

Droit au but : L’arbitrage en question !

Faut-il reprogrammer les matches importants pour que nos arbitres internationaux puissent rester au pays et assurer ce qu’on est en droit d’attendre d’eux pour que la TELMA Coupe de Madagascar et la THB Ligue des champions puissent se dérouler sans le moindre incident ?

La question mérite d’être posée, car autant le dire, l’absence au pays de notre meilleur sifflet, Hamada Nampiandraza, retenu à la Coupe du Monde des moins de 17 ans en Inde est préjudiciable au bon déroulement des matches importants.

C’était le cas pour cette finale avant la lettre confiée à un « national, du nom d’Ibrahim et qui a failli tourner au vinaigre par les nombreuses erreurs d’arbitrage. Le plus flagrant est cette injustice dont est victime l’entraîneur de la CNaPS Sport, l’ancien international Patrick « Tipe » Randriambololona expulsé dans les vestiaires pour avoir protesté sur une faute de l’arbitre. Bien une faute, car son assistant, l’international Eric avait bel et bien indiqué une touche pour la CNaPS en levant le drapeau dans la bonne direction, un joueur d’Elgeco s’est empressé de le faire et Monsieur Ibrahim a intimé au joueur de poursuivre le jeu.

Que serait-il arrivé si la CNaPS est restée solidaire avec son entraîneur en arrêtant tout bonnement le match, car à défaut d’une vidéo, la faute a été commise aux yeux de tous.

Le problème risque de ressurgir lors des demi-finales de la Coupe de dimanche prochain, puisque tous les internationaux sont de Mahajanga alors que le match oppose les Majungais du Fosa Junior à JET Mada ? Alors on se rabat forcément sur un arbitre qui ne serait pas d’Itasy et encore moins de Mahajanga par précaution même si le choix d’un Hamada Nampiandraza s’annonce comme incontournable.

La seule solution pour la FMF c’est d’élargir le choix de ses arbitres dans les 22 régions pour pouvoir aligner, le cas échéant, un arbitre neutre mais formé suffisamment pour qu’il puisse tenir la partie et avoir l’autorité nécessaire.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara8 partages

Football – Poule des As : Confirmation pour la CNaPS Sport

La troisième journée de la Poule des As a été conforme, hier, à l’attente du public avec cette victoire d’Elgeco Plus et de la CNaPS Sport dans un stade d’Ampasambazaha des grands jours.

Qui va arrêter la CNaPS Sport qui signe une troisième victoire en autant de sorties ? C’est la question que tout le monde se pose en attendant une phase retour qui ne va plus servir à grand-chose tant la suprématie de la CNaPS saute aux yeux.

Doublé de Niasexe. Hier encore, on assista à une belle démonstration des protégés de Arizaka Rabekoto Raoul qui a déplacé l’artillerie lourde à Fianarantsoa incluant une bonne centaine de supporters.

Après une mi-temps très équilibrée, les artificiers de la CNaPS prirent position pour ajuster presque coup sur coup un but de Njiva (56e) et un autre de Niasexe (58e).

Le même Niasexe a réussi à déjouer la vigilance de Romaric et sa bande pour marquer un troisième but durant les arrêts de jeu. Un plus en quelque sorte pour éviter le piège du goal average d’ailleurs peu probable car Elgeco Plus, le poursuivant de la CNaPS, n’a réussi qu’un score de 2 buts à 1 devant le HZAM qui parvenait à réduire le score à la 45e mn par Dominique et répondant ainsi aux buts de Bela (18e) et de Dino (34e).

Un nul suffit. La CNaPS Sport se trouve donc en tête avec 9 points avant les matches retour prévus se tenir à Mahajanga. Son poursuivant n’est autre qu’Elgeco Plus qui n’a pas pour autant tout perdu avec 6 points et attend avec impatience sa prochaine confrontation avec les caissiers même si le contexte n’est plus à son avantage, car un nul suffirait au bonheur de la CNaPS Sport pour ravir le titre et espérer dans la même occasion que le HZAM et le COSFA dont le compteur est bloqué à un point, ne se révoltent pas dans l’unique but de brouiller les cartes.

Théoriquement, la CNaPS a un grand avantage pour espérer se hisser sur la plus haute marche, mais on sait également qu’Elgeco Plus ne va pas lâcher et tenter de faire douter ces caissiers même si on sait très bien que l’arme principale des caissiers réside dans leur capacité à défendre.

Ando et Lanto sans parler des deux latéraux, Ronald et Toby, font partie du mur en béton de la CNaPS Sport avec un premier rideau formé par Rija et Mika.

Même les doublures avec Feno, Jean Ba et Pierralit peuvent tenir leur rang quand on leur fait confiance. Une remarque qui s’applique aussi à l’éternel second gardien Jolce que tout le monde loue les qualités d’autant plus qu’il a le physique de l’emploi avec sa grande taille. En clair, la CNaPS Sport est maintenant suffisamment armée pour une nouvelle aventure africaine.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar8 partages

Funérailles du Professeur Albert Zafy – La Nation salue l’icône de la démocratie

Une semaine après son décès, le professeur Albert Zafy a été inhumé dans sa terre natale. Hery Rajaonarimampianina qualifie son départ de grande perte pour la Nation.

Fin du parcours. Le professeur Albert Zafy a rejoint les siens à Betsiaka Ambilobe, samedi dernier. Comme la tradition le veut, la dépouille mortelle du professeur Albert Zafy a été portée par la foule de l’église catholique de Betsiaka jusqu’à son tombeau familial.Les hommes, à pas de course entonnent le fameux goma, chant spécialement consacré à de telles circonstances. Derrière, les femmes, vêtues de pagnes salovana kisaly suivent le mouvement. Le corps du cardiologue a été inhumé en fin d’après-midi, ce samedi.Un dernier hommage qui a été précédé par celui rendu par l’armée malgache à leur ex-chef suprême. En plus de la traditionnelle mélodie de la Sonnerie aux morts, l’armée lui a accordé la « marche funèbre pour lui rendre honneur. Une messe officiée par monseigneur Marc Benjamin Ramaroson, archevêque d’Antsiranana s’est tenue à l’église catholique. Dans son homélie, l’archevêque a rendu un vibrant hommage au chirurgien cardiologue en orientant son sermon sur l’éducation du professeur Albert Zafy.

Un grand homme« C’est un Raiamandreny qui nous laisse en héritage des valeurs importantes sur la vie », s’est-il adressé à l’assistance dont le président de la République Hery Rajaona­rimampianina et son épouse.Pendant sa prise de parole, à la fin de la messe, le président de la République, après un rappel de la biographie du professeur Albert Zafy, lui a rendu hommage. « Le professeur Albert Zafy fut un modèle, un homme exemplaire, tant dans sa vie professionnelle que politique. La Nation malgache a perdu un grand homme. Nous allons nous souvenir de ce grand professeur et homme politique. Il était le père de la démocratie et de la réconciliation nationale. Un homme d’État au caractère simple mais ferme», a-t-il déclaré.Avant la messe, le président de la République et son épouse avaient également présenté leurs condoléances à la famille du défunt, et ont exprimé le réconfort qu’ils sont venus apporter à l’épouse du professeur, Thérèse Zafy, avant de signer le livre de condoléances, manifestant du respect au professeur Zafy Albert. La famille de l’ancien chef d’État a exprimé ses remerciements et sa reconnaissance au couple présidentiel pour son soutien notamment pour la mobilisation de tous les moyens depuis les soins hospitaliers du professeur Albert Zafy jusqu’à son inhumation à Betsiaka.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar7 partages

Extraction d’ilménite -Toliara Sands procèdera à l’extraction en 2020

Le projet minier de Ranobe organisera demain avec l’ONE une séance d’infor­mation publique sur l’avancement de ses travaux d’exploitation d’ilménite.

Acta. L’extraction proprement dite commencera en 2020. Selon le chronogramme présenté hier dans les locaux de Toliara Sands au Bazar be de Toliara, la construction de la jetée à La Batery à Andaboly Toliara, pour transporter les minerais vers les bateaux, durera deux ans. De nouvelles routes, parallèle à la RN9 au départ de Ranobe jusqu’à Toliara seront construites pour supporter les camions wagons de 100 000 tonnes. « La phase d’exploration avec le démarrage des exploitations aura duré en tout vingt ans », explique Jules  Le Clezio, représentant de la compagnie australienne World Titanium Resources, porteur du projet Toliara Sands. « Les étapes ont été franchies, lesquelles ne sont  guère faciles  dans un projet de cette envergure, mais nous ne battrons pas en retraite quelles que soient les difficultés », affirme-t-il. Près de trois cents millions de dollars d’investissement ont été apportés dans ce projet Ranobe, d’extraction d’ilménite, de zircon et de rutile, situé dans la commune d’Ankili­malinike et celle de Tsianisiha, district de Toliara II. Six types de permis ont été obtenus jusqu’ici dont trois relatifs aux recherches (PR 3315 du 12/01/2001, PR 12026 du 15/09/2004, PR 17388 du 28/07/2005) et deux portant autorisation d’exploitation (PE 37242 et 39130 du 21/03/2012) et le permis  environnemental du 23 Juin 2016.

Augmentation de capacitéUne demande de fusion de permis de recherche et d’exploitation est en cours auprès des instances concernées. « Le projet a augmenté son gisement de minerais et nous sommes en train de demander un permis d’exploitation unique pour une seule délimitation de carré minier, afin d’éviter de refaire le même parcours à chaque exploration et exploitation à faire », a fait savoir Toliara Sands. Le gisement s’étend sur 15 km et le projet est passé de 8 millions de tonnes à 12 millions de tonnes de minerais à exploiter. La durée de l’exploitation peut aller jusqu’à 60 ans au lieu des 20 prévus. La prévision reste dans le cap des six cent milles tonnes de production par an. La qualité de sable noir à exploiter dans cette localité est dite de type « lourd » avec 8,2% de sable minéralisé.  Deux bateaux de 30 000 tonnes par mois sont prévus accoster à la jetée de La Batery. La séance d’information publique organisée avec l’Office national de l’Environnement (ONE) demain mardi, fera savoir spécifiquement cette augmentation de capacité d’extraction. « Qui dit augmentation de capacité, dit augmentation d’impact », précise Jules Le Clezio. La question d’approbation sociale est cruciale pour ce projet. Les cinq communes à savoir Ankili­malinike et Tsianisiha où sont basés le site minier, Belalanda, Maromiandra et Toliara qui serviront de voies de dessertes des minerais seront de nouveau informées sur ces nouvelles donnes.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar6 partages

Deux morts dans  un accident de moto

Deux motards se sont téle­scopés sur la piste de l’avion à Tanambao, district de Maintirano, vendredi soir. Ils n’ont pas mis leur casque avant de monter à moto, selon les informations de la gendarmerie. Les victimes n’ont pas survécu à leurs blessures. Une sensibilisation pour rappeler le code de la route et conduite a été faite dans le district.

News Mada5 partages

Hatsaraina ny kalitaon’ny fampianarana zaitra

Miezaka ho amin’ny tsaratsara kokoa hatrany. “Hatsaraina ny kalitaon’ny fampianarana ary ezahina ny mamaly ny hetahetan’ny olona eo amin’ny lamaody sy ny fanjairana ary koa fandidiana”, hoy Razanamanalina Volana, ny faran’ny herinandro teo, tetsy Analakely. Anisan’ny niatrika  ny fanadinam-panjakana ireo mpianatra notantaniny avy amin’ireo foibe fanofanana miisa 14 manerana ny Nosy, ny zoma teo. Niatrika  ny teoria sy ny fampiharana izy ireo tamin’izany. “Tratra ny tanjona fa nahavita ny fianarana araka ny tokony ho izy ny anay. Moramora amin’ireo mpianatray ny niatrika izany satria efa nomena ny toromarika rehetra sy ny fanomanana izy ireo nandritra ny taom-pianarana”, hoy ihany izy.

Efa manomana ny fidirana amin’ny fiandohan’ny volana novambra izao sahady izy ireo, ka anisan’ny horaisina amin’izany ireo mpanao ravaka, ny poketra, ny lamaody… “Manampy izany ny fanofanana sy fampianarana ny masinina indostrialy…”, hoy izy.

Synèse R.

 

News Mada5 partages

Douanes : contrôle renforcé des véhicules

La direction des douanes, à travers le Service de la surveillance et de la lutte contre la contrebande a lancé  une opération sur le contrôle des véhicules immatriculés WWT, ainsi que d’autres immatriculations après avoir constaté récemment l’introduction illicite de nombreux véhicules sur le  territoire.

«Des mesures drastiques seront désormais prises afin de freiner ces pratiques frauduleuses grâce à des sources anonymes. La Direction générale des douanes a déjà en sa possession la liste de tous les véhicules introduits frauduleusement», a indiqué l’administration douanière.

Cinq check-points ont été établis en ce sens depuis le 13 octobre dernier. Ils se situent sur la Rocade, à Analamahintsy, Bypass, à Mahamasina et à Ankadindramamy. Alors que  certaines anomalies ont pu être relevées, comme la discordance entre les cartes roses des véhicules et la liste fournie par le centre immatriculation, aucune saisie n’a été encore effectuée jusqu’ici.

En outre, le Service de la surveillance et de la lutte contre la contrebande fait appel à chaque individu à donner les renseignements en leur possession concernant des trafics ou des contrebandes.

R.R.

Madaplus.info4 partages

Deux membres de la famille royale britannique à Madagascar

La diplomatie malgache a le vent en poupe. Deux grandes personnalités britanniques sont actuellement en visite à Madagascar. Il s’agit de la fille unique de la reine d’Aglettere d’Élisabeth II, la princesse royale Anne Elizabeth Alice Louise et de son mari Timothy Laurence. Malgré l’épidémie de peste, ils ont décidé de venir.
Ils sont arrivés aujourd’hui et ont été accueillis par la première dame, Voahangy Rajaonarimampianina à l’aéroport international d’Ivato. Cette visite entre dans le cadre du bicentenaire de l’établissement de la relation entre Madagascar et le Royaume-Uni. Ils ont été reçus au palais d’Iavoloha par le couple présidentiel. La princesse Anne a été élevée au titre de Grand croix de deuxième Classe de l’ordre nationale malgache par le président Hery Rajaonarimampianina. Le couple royal va visiter l’ONG écossaise Feedback Madagascar et l’association européenne pour l’étude et la conservation des lémuriens sur l’ile Radama. Ils vont se rendre à Diego également pour visiter le « Commonwealth war graves commission cemetery ». Et enfin, elle se rendra au Bureau Municipal de l’Hygiène (BMH) à Isotry le 26 octobre prochain.
News Mada2 partages

Nitsoaka tao amin’ny Hopitalibe Toamasina : matin’ny pesta teny an-dalana ilay vazaha

Ho sarotra ny ady amin’ny fihanaky ny aretina pesta, noho ny mbola fisian’ny fandosirana toeram-pitsaboana ataon’ny ankamaroan’ny olona tokony hanaraka fitsaboana eny anivon’ny hopitaly.

Hatramin’ny fotoana nanoratana, misy olona telo hafa mararin’ny pesta nitsoaka ka heverina ho manaparitaka valanaretina eny rehetra eny. Fantatra fa namoy ny ainy teny an-dalana raha nihetsika aretina tampoka tany an-tokantranony i Philippe Ranom, 40 taona, teratany Frantsay monina sy mipetraka ao amin’ny fokontany Ampanalanina, ao Toamasina. Mpandraharaha amin’ny fikirakirana trano fisakafoana sy fandraisam-bahiny ity lehilahy ity. Raha ny loharanom-baovao, efa notsaboina tao amin’ny Hopitalibe, sampana misahana ny areti-tratra sy havokavoka ( pneumologie et phitosiologie) izy, andro vitsy nialohan’ny nahafatesany izao. Saingy nitsoaka ny toerana nitsaboana azy izy ary tsy vitan’ izay nitsoaka fotsiny fa mbola nanao teny ratsy ny mpitsabo tao amin’ny PPH.

Ny asabotsy lasa teo, tokony ho tamin’ny 2 ora maraina, tonga tampoka tao amin’ny sampana vonjy taitran’ny Hopitalibe noentin’ny fianakaviana indray ity  lehilahy frantsay, ity saingy tsy tana intsony ny ainy. « Nanao ezaka ihany ny mpiasan’ny fahasalamana fa noho ny aretina efa nihombo be (kohaka sy fandoavana ra sy hafanana be), nitambotsotra ny ainy tamin’ny fahatongavany teto amin’ny sampana vonjy taitra« , hoy ny mpitsabo. Adim-pamataran’andro telo taorian’ny nahafatesan’ ity teratany frantsay ity, nivaly ny fitiliana izay natao avy tamin’ny havokavoka sy fo fa pesta no nahafaty azy.

Sarotra ny fikaroham-baovao amin’ ny pesta, ho an’ny fianakavian’ i Philippe Ranom, matin’ny pesta, nilaza ny havany fa tsy pesta no nahafaty azy fa fahasemporana ka tsy tokony havoaka gazety  mihitsy. Fanambarana izay nolavin’ny vokatry ny fitiliana nataon’ny  teknsianin’ny hopitaly. Vokany, niova indray ny fanambaran’ny fianakaviany, hanahirana amin’ny fizahantany sy fanondranana vokatra letisia avy eto Madagasikara ny famoahana vaovao momba io vazaha io. Nahavariana koa fa niantso an-tariby ny minisitry ny Fizahantany ary nitovy hevitra tamin’ ireo teratany vahiny izy. Ny asabotsy hariva, noraisin’ny fitondram-panjakana an-tanana tamin’ny alalan’ny BMH ny fandevenana ny razana tao amin’ny fasana kaominaly Manangareza.

 

Hiditra amin’ny dingana fahatelo raha tsy voafehy

Marihina fa manana  mpiasa  64 ity teratany frantsay tompon’ny toeram-pisakafoana namoy ny ainy noho ny pesta ity. Ahina hahazo vahana hatrany ny fiparitahan’ny valanaretina ka raha izao no mitohy, hiditra amin’ny dingana (phase) fahatelo ihany isika”, hoy ny mpitsabo nanaovana ny fanadihadiana.  Nohamafisin’ny sekretera mpanantanteraka ny BNGRC, Venty Thierry, fa raha tsy voafehintsika amin’ ity herinandro ity ny fiparitahan’ny valanaretina, hiakatra amin’ny dingana fahatelo izany ka hihasarotra ny fifehezana azy.

Sajo

News Mada2 partages

Haute Matsiatra : les dahalo de plus en plus jeunes

Malgré les réformes mises en place au niveau des autorités responsables de la sécurité nationale, les dahalo semblent aussi préparer leur relève. Trois dahalo âgés de moins de 16 ans ont été capturés par les gendarmes.

Ces derniers temps, la région Haute Matsiatra a été  le théâtre de multiples attaques de dahalo armés. C’est à la suite des opérations mixtes entreprises par les forces de l’ordre présentes dans la localité que cinq dahalo, dont des adolescents, ont été capturés. Deux Kalachnikov, deux fusils de chasse, un pistolet automatique de fabrication artisanale, ainsi qu’une balle qu’ils utilisent dans leurs attaques, ont été saisis.

Depuis le 9 octobre, les investigations menées dans le cadre de la lutte contre l’insécurité par la gendarmerie et les militaires issus du Détachement autonome de sécurité (Das), ainsi que ceux du Régiment militaire numéro 2 (RM2) de Fianarantsoa, ont porté leurs fruits dans le District d’Isandra. Suite aux renseignements recueillis par les limiers, un dahalo nommé Pasy, réputé pour vols de zébus et attaques sur les routes, a été arrêté en possession d’un pistolet automatique à Soatanana, ce jour- là.

Des élèves du secondaire

Pas plus tard que le 14 octobre, des dahalo armés ont été interceptés par les éléments du Das dans le cadre d’une opération. Dans l’affrontement qui s’en est suivi, un dahalo a été abattu tandis que les autres ont réussi à s’enfuir. Un fusil d’assaut Kalachnikov avec une balle a été retrouvé sur ce dernier.

Vendredi dernier vers 6 heures du matin, plusieurs dahalo armés ont pris pour cible le village d’Ambatolahilava, commune de Mahazoarivo. Les habitants de la localité ont pu informer à temps les gendarmes et les éléments du Das qui sont arrivés rapidement sur les lieux. Après une course-poursuite lancée par les limiers et les hommes du village, un affrontement a éclaté, à l’issue duquel un bandit a été abattu après des échanges de tirs. Quatre autres bandits ont été capturés dont trois adolescents de moins de 16 ans. Selon les explications, ils sont des élèves du secondaire. Les autres dahalo ont pu prendre la fuite malgré leurs blessures. Un fusil d’assaut Kalacknikov et 2 fusils de chasse de marque Baikal ont été également retrouvés sur les adolescents.

Ando Tsiresy

 

News Mada2 partages

Manakara et Farafangana : les chantiers Himo se multiplient

La délégation du ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF) a poursuivi sa mission dans les districts de Manakara et de Farafangana, après Nosy Varika et Mananjary, vendredi dernier.

Des travaux de Haute intensité de main-d’œuvre (HIMO) ont été réalisés dans la commune rurale de Manambotra, à Farafangana, dans le cadre du dispositif «Asa tana-maro» sur tout le territoire, initié par le département.

Des choix sur les travaux à effectuer

Cinq cent personnes ont opté pour la réhabilitation d’un ancien site de culture de «mahampy», communément appelé «penjy»  sur une cinquantaine d’hectares, pendant 3 jours, moyennant 5000 ariary chacune quotidiennement. Récoltables 6 mois après la mise en terre d’une pousse, les tiges de cette plante pouvant atteindre 1,5 m de longueur, servent de matière première pour la fabrication de divers produits artisanaux : chapeau, panier, natte. Les femmes qui, après la reprise de la culture sur ce champ quasiment en friche, envisagent de redynamiser la filière artisanale dérivée du «penjy» ont été priorisées dans ce chantier particulier. La vente de produits artisanaux peut rapporter d’ailleurs entre

40 000 et 60 000 ariary par semaine à chaque vannière. Les associations de femmes du district, dotées de matériels destinés aux activités génératrices de revenu, ont en outre obtenu des formations en couture.

Les actions prévues pour 5 jours de chantier ont été réalisées à la demande du maire, à savoir le nettoyage et le désengorgement d’une canalisation pluviale totalement bouchée depuis le passage du cyclone Enawo dans la commune urbaine de Manakara.

Manou

 

L'express de Madagascar2 partages

Protection sociale – Farafangana et Manakara à l’honneur

Poursuivant sa mission à travers l’ile, la délégation du ministère de la Population s’est rendue à Manakara et Faranfagana. Elle a allégé les problèmes des populations.

Filière « penjy » relancée à Farafangana, assainissements et activités sociales à Manakara. Après Nosy Varika et Mananjary, la délégation du ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF) s’est rendue dans les districts de Farafangana et de Manakara, vendredi. Dans la matinée, la ministre Onitiana Realy est allée à la rencontre de la population de la commune rurale de Manambotra (Farafangana) où des travaux de Haute intensité de main-d’œuvre (HIMO) ont été initiés.Contrairement aux autres HIMO, à Manambotra, la population locale a proposé d’entreprendre non pas un chantier habituel d’assainissement, mais des plantations de « mahampy. Les tiges de cette plante - récoltables six mois après la mise en terre d’une pousse - peuvent atteindre 1,5m de long et servir de matière première à la fabrication de divers produits artisanaux : chapeaux, paniers, nattes… Le mahampy est plus connu sous l’appellation de  penjy », grâce à l’emblématique couvre-chef du regretté Professeur Albert Zafy, ancien président de la République à qui les intervenants ont rendu hommage dans leurs discours respectifs.

Les femmes de la filière « penjy » à Farafangana ont bénéficié d’un soutien financier pour mettre en terre cette plante .

Cinquante hectaresCinq cents personnes qui ont bénéficié  de ces plantations, vont réhabiliter un ancien site de culture qui s’étend sur une cinquantaine d’hectares, pendant trois jours, moyennant 5 000 ariary chacune au quotidien. Dans l’attribution du « Asa tana-maro », la priorité est accordée aux femmes qui, après la reprise de la culture sur ce champ quasiment en friche, envisagent de redynamiser la filière artisanale « penjy ». La vente des produits artisanaux peut rapporter entre 40 000 et 60 000 ariary par semaine à chaque vannière. L’initiative est vivement soutenue par le MPPSPF qui « milite » depuis trois ans pour une véritable autonomisation financière des femmes.Toujours dans cette optique, les associations de femmes du district ont reçu du matériel pour leur permettre de s’investir dans des activités génératrices de revenu, comme à chaque déplacement de la délégation ministérielle. À leur demande, elles ont obtenu des formations en couture. Les enfants n’ont pas été non plus oubliés : ils ont reçu des kits scolaires.

Les mères de famille les plus démunies s’activentau curage d’une canalisation pluviale à Manakara.

Dans l’après-midi du vendredi 20 octobre, c’est au tour de la commune urbaine de Manakara d’accueillir la délégation ministérielle. Le « Sosialim-bahoaka » (vie sociale) s’est traduit ici aussi en travaux HIMO par les femmes les plus démunies. Elles vont toucher 5 000 ariary quotidiennement pendant les cinq jours de chantier. Les travaux demandés par le maire de la ville, Giscard Andriano, portent sur le nettoyage et le désengorgement d’une canalisation pluviale totalement bouchée depuis le passage du cyclone Enawo.Dans toutes ces localités, Onitiana Realy a rappelé l’intérêt des opérations d’assainissement déployées dans plusieurs districts par son département, dans le cadre du dispositif « Asa-tana-maro », opérationnel depuis trois ans grâce au financement des partenaires techniques et financiers. Elle a ensuite insisté sur la nécessité d’entretenir la salubrité publique et de rester vigilants pour prévenir les risques de santé publique comme l’épidémie de peste, même si les deux régions visitées (Atsimo-Atsinanana et Vatovavy-Fitovinany) en sont épargnées jusqu’ici.Enfin, des équipements sportifs - filets, ballons et jeux de maillots - ont été attribués aux jeunes de six sections de football. La prochaine mission du MPPSPF se déroulera dans les six arrondissements de la capitale, cette semaine.

Faralalao

Madaplus.info1 partages

Les 80 printemps de Maître René Ramanitrandrasana organisé par MAKA

MAKA International Association (M.I.A) a organisé samedi 14 Octobre dernier une journée festive afin de célébrer les 80 printemps de Maître René Ramanitrandrasana. >visionnez l'album en cliquant sur la photo !
Ce fut une très belle fête où près de 250 personnes ont pu assister.
L’animation musicale prodiguée par le groupe Les Bandys ont été à la hauteur de cet évènement historique. Un duo composé de Nary (NY Railovy) et Mister Fa, bien connu du milieu dU show d’animation musicale en France.
La cérémonie a débuté par la delivrance de certificat de grade de Karaté, au nom de Maître René Ramanitandrasana, permettant de régulariser les grades d’anciens pratiquants
C’est l’occasion pour nous de revenir sur une carrière exceptionnelle que représente celle de Maître René.
Avec Maître Adolphe Ratafika, Maître René Ramanitrandrasana fût l’un des pionniers du karaté Malgache dans le milieu des années 60, encore en activité. Il obtint la ceinture noire 1er Dan en 1967 et devint le premier malgache à remporter le titre de Champion de Madagascar de Karaté lors de la première édition la même année.
Le développement du Karaté à Madagascar et à l’international ont toujours été parmi ses principales motivations.
Mais c’est surtout à travers les différents titres nationaux remportés par ses élèves du club mythique Malagasy Karate-Do (MAKA) qu’il a créé en 1973 qu’il a developpé sa renommée.
Tout au long de son parcours d’enseignant, le respect envers les anciens pratiquants et le respect mutuel entre les pratiquants sont les valeurs fondamentales qu’il met au centre de son enseignement. La présence de ses anciens élèves qui sont venus très nombreux honorer l’évènement reflète cet état d’esprit.
Avec le grade de 9ème Dan, il est actuellement le représentant officiel de la prestigieuse école Goju Ryu Jundokan Okinawa (Japon) en Europe.
Avec les maîtres japonais de cette école, il dirige régulièrement de nombreux stages à travers le monde entier.
On peut également bénéficier de ces enseignements à travers différents clubs dans le monde :
France : MAKA International Association (Paris) , Shorei Ryu Karaté-Do (Cachan )
Madagascar : MAKA Madagascar (Antananarivo Renivohitra), MAKA Antsirabe, MAKA Analamanga
Etats-Unis : RCC Traditional Karate (Rockville)
Pour terminer toute l’équipe de MAKA International Association et son président Ninel Rasamoely (6 ème Dan) ainsi que Maître René Ramanitrandrasana et toute sa famille tiennent à remercier tous ses honorables convives pour leur chaleureuse participation sans oublier tous les partenaires qui ont participé à la réussite de l’évènement :
- Madaplus, GasyKaManja, Madatsara, gasykarts, croissance.com
- Radio Bitsika
- Le traiteur FIA, Bazar Be, Auchan
- Les Bandys (DJ et animation musicale)
Nous souhaitons une longue vie à Maître René Ramanitrandrasana car, sans nul doute, il a encore beaucoup de choses à nous apprendre.
M.I.A communication
News Mada1 partages

Réconciliation : pas d’amnistie . Sans repentir public

Lors de son intervention dans une émission sur une chaîne télévisée privée vendredi soir, le rapporteur général au sein du «Conseil pour le fampihavanana malagasy» (CFM), Me Valisoa Razafimahatratra, n’a pas hésité à dévoiler les différents critères pour bénéficier d’une amnistie.

Le CFM est actuellement à pied d’œuvre pour enfin concrétiser la réconciliation nationale tant attendue au pays depuis belle lurette. Mais dans ce processus, le mot amnistie a souvent été source de discorde. Certains politiciens ne sont en effet pas favorables au fait d’accorder une amnistie générale, évoquant la plupart du temps l’impunité.

«Il n’y aura pas d’amnistie sans rétablissement de la Vérité. En contrepartie de l’amnistie, nous demanderons une repentance publique et sincère», a fait savoir le rapporteur général au sein du CFM, Me Valisoa Razafimahatratra. Il y va notamment de l’indemnisation des politiciens.

Comme il s’y fallait attendre, ce membre du CFM a expliqué que la réconciliation nationale est un long processus.

«Le CFM a mis en place trois commissions. Une commission vérité pardon, une commission réparation et indemnisation et enfin une commission pour la refondation de la Nation et de la République malgache. Pour ce qui est de l’indemnisation, il ne sera pas seulement question de réparation pécuniaire, la réparation morale de la victime devra être incluse», a souligné Me Valisoa Razafimahatratra.

Une réconciliation partant de la base

Le concept de la réconciliation se basera sur le concept de vérité, justice, pardon amnistie et réconciliation.

Le CFM a choisi de procéder par la base. «Tous les citoyens seront concernés par le processus. Cela requiert la participation de tous. Nous allons mettre en place une structure partant de la base, c’est-à-dire au niveau des fokontany, des communes, des régions. Un décret sortira incessamment», a précisé Me Valisoa Razafimahatratra.

Il faut savoir que les membres de bureau de ce conseil ont été élus. Le CFM se réunira tous les trois mois avec comme ordre du jour l’étude des différents dossiers se rapportant à la réconciliation nationale comme les demandes d’amnistie, ou celles des indemnisations.

Nadia

 

News Mada1 partages

Rentrée du 6 novembre : les écoles catholiques passent outre la décision

A l’issue de la réunion entre les responsables des écoles confessionnelles catholiques et le vicaire général du diocèse d’Antananarivo à Antanimena, samedi dernier, les participants réclament plus de persuasion de la part de l’Etat, notamment le ministère de la Santé et celui de l’Education nationale, sur le report de la rentrée scolaire pour ce 6 novembre.

«Il ne faut pas prendre les établissements scolaires comme cause probable de propagation de la peste. Les ministères, les marchés, les usines et autres restent toujours ouverts alors que ces endroits sont aussi des facteurs de propagation de cette maladie », a fait savoir le vicaire général, Monseigneur Ludovic Rabenatoandro. Et de se poser la question de savoir où l’Etat veut-il en venir exactement avec ces reports successifs de la rentrée effective. «Cela pourrait cacher d’autres raisons, car l’épidémie s’est amplifiée bien avant la rentrée scolaire», a-t-il souligné. De plus amples explications sont ainsi sollicitées de la part de l’Etat quant à cette série de reports.

Rentrée ce mercredi

A défaut, la Direction diocésaine des écoles catholiques (Didec) a décidé d’ouvrir les portes de tous ses établissements ce mercredi. Toutefois, avant de procéder à cette ouverture, le vicaire général lance un appel au ministère de la Santé publique, pour qu’il y ait une formation des directeurs des écoles catholiques, ce jour et demain, sur les dispositions et précautions à prendre face à cette maladie. A noter que la Didec d’Antananarivo compte actuellement quelques 500 établissements scolaires qui ont été, en principe, déjà désinfectés.

Seule responsable

De son côté, le ministre de l’Education nationale Paul Rabary a rappelé, par le biais d’une déclaration publiée sur les réseaux sociaux, que la décision de reporter la rentrée pour ce 6 novembre a été prise communément avec la cellule de riposte, les PTF comme l’OMS et l’Unicef, ainsi que des responsables des établissements scolaires privés, pour que la peste ne se propage pas dans les écoles. Lui de noter ainsi que la Didec du diocèse d’Antananarivo était complètement libre dans son choix d’une reprise des classes pour ce mercredi, contrairement aux directives du département de l’Education. Une manière sans doute de dire qu’elle portera seule la responsabilité de cette décision…

Sera R.

 

Tia Tanindranaza1 partages

Profesora Zafy AlbertHotsaroana mandrakariva, hoy ny Filoha

Tontosa soa aman-tsara tany amin'ny fasan-drazany any Betsiaka Ambilobe ny sabotsy 21 oktobra teo ny fandevenana ny Profesora Zafy Albert.

 

Tia Tanindranaza1 partages

Kitra Malagasy – « Poules des As 2017 »Mitarika ny CNaPS Sport

Mitarika lavitra amin’ny isa 9 ny CNaPS Sport Itasy rehefa nandresy 3-0 indray ny Cosfa Analamanga omaly alahady 22 oktobra 2017 teo amin’ny andro faha-3-n’ny “Poules des As”

Tia Tanindranaza1 partages

Mpivarotra hani-masakaTsy manana toerana fanariana fako ny ankamaroany

Tsy manana toerana fanariana rano maloto sy poti-kanina ny ankamaroan’ireo mpivarotra hani-masaka amoron-dalana eto an-drenivohitra.

Pati

Orange Madagascar1 partages

La Région Boeny rend hommage au Professeur Albert Zafy

Le samedi 21 octobre 2017, le jour du deuil national, la Région Boeny en collaboration avec la Préfecture et la Commune Urbaine de Mahajanga a organisé  un culte œcuménique  à la Maison de la Culture Mahajanga (MCM) dans le but de rendre un dernier hommage à l’ancien Président de la République  Professeur Albert Zafy.

Musulmans et membres de l’FFKM se sont réunis le jour de l’enterrement dans la grande salle de la  MCM pour  témoigner une dernière fois du respect  à l’ancien Président de la République et pour partager le sentiment de tristesse avec sa famille.

La cérémonie a été initiée par un discours élogieux narrant la vie du défunt.  Une présentation faite par  Le Chef de la Région Boeny Mr Saïd Ahamad Jaffar  en personne. Ce dernier a  rappelé à toute l’assistance combien le Professeur Zafy a été important pour la nation. «  Président durant la troisième République, l’homme au chapeau de paille a été qualifié en tant que père de la démocratie.  Non seulement il  incarnait en lui l’esprit de la sagesse mais aussi celui de la  réconciliation. » Souligne-t-il.

A part le culte œcuménique, un poste téléviseur a été mis en place  devant la Commune Urbaine de Mahajanga diffusant ainsi l’histoire du défunt afin de rappeler à tous  les  parcours qu’il a  entrepris tout au long de sa vie.  La cérémonie de son funérailles a été aussi transmis en directe via la RNM ce samedi. 

La Vérité1 partages

Riposte à la peste - Le Maroc vient avec du lourd

Le Maroc ne reste pas de marbre face à l'épidémie de peste qui sévit dans certaines régions de Madagascar. Une maladie qui, depuis le mois d'août, a fait 107 morts d'après le dernier bilan livré par les autorités malagasy dimanche.

Face à cette situation, le Roi Mohammed VI qui a effectué une visite dans le pays au mois de novembre de l'année dernière a décidé d'acheminer une aide conséquente dans la Grande île en guise de contribution du Maroc à la lutte contre la peste. Au-delà d'une simple relation bilatérale, Madagascar et le Maroc a un lien historique particulier que les Marocains en général et le Roi Mohammed VI en particulier n'omettent jamais de rappeler à chaque événement. Il s'agit, rappelons- le, du séjour agréable du Roi Mohammed V et sa famille à Antsirabe durant leur exil forcé et au cours duquel la famille Royale est tombée amoureuse de Madagascar et de sa population. C'est dans les périodes difficiles qu'on reconnait les vrais amis, dit-on, le Roi Mohammed VI en est conscient. C'est ainsi qu'il a décidé d'envoyer une aide conséquente aux malagasy. Cette aide de 34 tonnes est composée entre autres de médicaments, de dispositifs médicaux et  d'équipements de protection conformes aux normes de l'organisation mondiale de la santé (Oms).Trois avions militaires transportant ce don médical ont quitté le Maroc hier et sont attendus au pays ce matin, plus précisément à l'aéroport international d'Ivato. Là où, toujours dans la matinée, les représentants à Madagascar du pays donateur remettront  officiellement l'aide aux autorités malagasy.R. Michel

L'express de Madagascar1 partages

Secteur aérien – Air Mauritius perfectionne sa flotte

Le nouvel Airbus A350 a été réceptionné par la compagnie pour booster les performances d’Air Mauritius. La compagnie aérienne en rajoutera encore d’autres appareils.

Innovation, c’est à travers cette vision que la compagnie mauricienne a marqué ses cinquante années d’existence. Pour ce faire, Air Mauritius a tout simplement fait l’acquisition d’un nouvel appareil auprès du constructeur Airbus dont le vol inaugural a été effectué vendredi, de Toulouse à l’aéro­port de Plaisance. Récep­tionné en grande pompe, le premier Air Mauri­tius A350-900, baptisé « Le Morne Brabant » rejoint ainsi la vision de la compagnie quant à l’idée de se « con­necter au futur » adoptée pour son cinquantenaire. Ce nouveau paille en queue (ndlr : oiseau emblématique de la compagnie) réunit à la fois le confort, l’espace et surtout la technologie. Le meilleur moyen pour la compagnie de trans­port d’apporter un souffle nouveau à sa flotte vieille de cinquante ans et par la même occasion d’agrandir son champ d’activité. « Nous ambitionnons de devenir le prochain Hub de la région océan Indien. Nous nous approchons peu à peu de cet objectif par l’acquisition de cet aéronef axé sur la technologie et la performance » s’enthousiasme Somas Appavoo, Chief Executive Officer (CEO) de la compagnie nationale mauricienne. Cette acquisition sera prochainement suivie par cinq autres appareils de la même famille que l’A350 qui complètera la flotte d’Air Mauritius à quinze avions à la fin de cette année. Air Mauritius devient ainsi le premier opérateur A350 basé dans l’océan Indien.

Tourisme boostéPrès de trois millions de places sont enregistrées par la compagnie annuellement. « Un chiffre qu’Air Mauritius compte doubler d’ici peu de temps avec ces nouveaux appareils ainsi que les projets d’élargissement des destinations », toujours selon le CEO. D’excellentes perspectives pour le secteur touristique qui profitera à tous les opérateurs de l’île.En effet, grâce à cette nouvelle famille de long courriers Airbus de moyenne capacité, la connectivité entre toutes les destinations d’Air Mauritius n’en sera que plus fluide. Notam­ment venant d’Asie, d’Aus­tralie, du Moyen Orient, en passant par l’Afrique et, bien entendu, pour tous les grands aéroports européens. Ques­tionné sur la destination Mada­gascar, au CEO de conclure qu’« il n’y aura aucun changement concernant nos vols à fréquence quotidienne avec le partenariat que nous avons avec Air Madagascar. Cepen­dant, nous devrons attendre que la Grande île puisse s’accommoder des  infrastructures nécessaires pour accueillir ce genre d’appareil ». Pour le moment, les vols de l’Airbus A350 se font en direction d’Afrique du Sud pour des raisons techniques.

Fiche technique Airbus A350-900

Nombre de sièges (configuration 3 classe)     325Motorisation (poussé lbx1000) :     Trent XWB-84Poids     280 tonnesRayon d’action     8100 kmLongueur     68.80mEnvergure     64.75mDiamètre du fuselage     5.96mHauteur     17.05m

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Traite de personnes – Un hébergeur de migrantes écroué

Le Parquet a placé sous mandat de dépôt un hébergeur de migrantes à la maison centrale d’Antanimora, hier. Les éléments du Service central des enquêtes spécialisées ont intercepté trois jeunes filles s’apprêtant à s’envoler pour Guangzhou, en Chine, à l’aéroport international d’Ivato, mercredi. Auditionnées à Anosy, elles ont révélé que leur plan consiste à se marier avec des Chinois, une fois sur place.D’après les premiers éléments de l’investigation policière, deux femmes, résidant en Chine, sont les commanditaires de ce réseau de traite humaine. Pris en filature, deux  colporteurs qui se chargent de l’envoi des migrantes depuis Antana­narivo ont été cueillis, le même jour. « L’un d’entre eux s’occupe de l’obtention des passeports et visas des jeunes femmes recrutées, l’autre les héberge jusqu’à ce qu’elles partent en Chine », a indiqué une source proche de l’enquête.  Seul l’hébergeur parmi les neufs individus ayant comparu devant le juge d’instruction a été mis sous les verrous en attendant son procès.Trois autres jeunes femmes, venant de Sambava et réfugiées chez le couchsurfeur, se sont fait également embarquer par la police.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar1 partages

Cinéma – Benja kely 2 sera beau  mais triste

Nouveauté. Ce sera dans un climat passionné que « Benja kely 2 », le long-métrage de la maison de production Maki Prod fondé par Tovomanana Rabarison, sortira en VCD et DVD aujourd’hui. Doté d’un budget record de cent millions d’ariary, ce film est l’une des plus grosses productions malgaches. Concernant le casting, on sait que le premier rôle sera confié à Rolland Heriniaina Rakotondravony qui incarnera Benja Kely.« Benja kely 2 » rassemble également  plusieurs acteurs, à l’instar de Jirah, Tsarafara… « Benja kely » est en résumé, l’histoire émouvante de la vie d’un enfant issu d’une famille qui sombre dans la misère des bas quartiers de la capitale, abandonné dès son très jeune âge par sa mère, et récupéré par une femme qui vit à « La Réunion Kely », le foyer des bidonvilles d’Antananarivo.Pour  la suite de l’histoire, les galères de Benja kely continuent dans « Benja kely 2 ». Après avoir baigné dans le fleuve à La Réunion kely, l’acteur principal va jouer dans d’autres scènes austères. Cette fois-ci, le tournage qui a duré  plus de onze mois, fait une escale dans la prison d’Antanimora, la vraie. Le film comporte donc des images de prisonniers, des vrais. De quoi attiser la curiosité de tous les téléspectateurs.Comme le premier volet, « Benja kely 2 » transmettra sans aucun doute beaucoup d’émotion qui donneront la chair de poule et feront venir les larmes aux yeux. Un véritable carton qui s’annonce plutôt bon pour ce deuxième  opus ! Un film émouvant et passionnant… pour toute la famille.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

« De la peste maladie à la peste politique »

C’est dans le dernier chapitre de son étude … que Faranirina V. Esoavelomandroso explique la raison de l’intitulé de son travail, « De la peste maladie à la peste politique, interprétation par les Merina du phénomène endémie pesteuse sur les Hautes Terres centrales (1921-1936) ». Elle l’a publiée dans la Revue d’études historiques de l’Université de Madagascar, Omaly sy Anio, N°11 du premier semestre 1980 (lire nos précédentes Notes sur le sujet).D’entrée, l’historienne annonce que dès 1922, Jean Ralaimongo s’élève de manière officielle, dans le cadre d’un procès général des méthodes coloniales, contre « le caractère arbitraire de la lutte antipesteuse ». Mais même si dans les milieux malgaches, la rumeur d’une maladie politique se répand vite jusqu’en 1929, sa réaction reste isolée, le contexte ne se prêtant pas à une accusation publique du pouvoir. « Paradoxalement, seule la presse des colons, à l’affut  de toutes les occasions d’attaquer l’incurie administrative, le fait dans un but très intéressé. »Finalement, le 19 mai 1929, pour la première fois, quelques milliers de personnes défilent dans les rues de la capitale pour manifester leur mécontentement, « les autorités ayant interdit aux non-citoyens l’accès de la salle Excelsior », où devait se tenir une conférence sur le thème de l’égalité. Enhardis par cette manifestation et l’évolution du mouvement nationaliste, les leaders politiques se risquent à « des critiques plus directes et plus virulentes, sûrs de susciter chez les Malgaches des échos favorables ». Mais il faudra encore attendre 1936, année d’intenses agitations politiques et sociales pour que « les réactions soient les plus exacerbées ».À l’époque, précise Faranirina V. Esoa­velomandroso, presque toutes les protestations et pétitions indigènes consacrent unpassage au thème de la peste. Le problème comporte différents aspects : une critique de la politique médicale et, plus particulièrement, de l’Assistance médicale indigène (AMI) incapable de dispenser les soins adéquats et d’enrayer le fléau ; une critique de fond de tout le système colonial reposant sur la discrimination, l’inégalité, l’oppression. Ces deux critiques débouchent tout naturellement sur « la dénonciation des crimes de l’impérialisme français entretenant à dessein une peste politique et raciste ».La « Pétition des Indigènes de Madagascar », exposée au public par Paul Dussac, dans la conférence prévue le 19 mai 1929, contient déjà la revendication « d’une œuvre sanitaire efficace, requête circonstanciée assurément liée à l’échec de la lutte antipesteuse, mais rappelant les insuffisances réelles de l’AMI ». À preuve, les manifestants clament dans la rue les slogans « Finie la peste », « À bas l’indigénat », « Tous des citoyens », « Droit de réunion »… Bref, la peste s’insère dans le débat politique portant sur  l’égalité entre Malgaches et Français.Car soignés dans des conditions défectueuses, les pestiférés indigènes échappent rarement à la mort. Comme le décrit le leader nationaliste Emmanuel Razafindrakoto, « les lazarets de brousse, avec leur toit en piteux état, laissent pénétrer la pluie et le froid, nourriture et soins y sont, par ailleurs, insuffisants ».Les journaux d’opposition, comme Patrie Malgache et Prolétariat Malgache, abondent dans ce sens, souligne l’historienne, et comparent les lazarets sans fenêtre, avec une porte en « zozoro » et le toit qui s’effondre, « à des porcheries ou des écuries, et encore les écuries des impérialistes semblent plus habitables que ces établissements dits hospitaliers » (Patrie Malgache du 25 mai 1934). De surcroit, comme ils paient la taxe spéciale de l’AMI, les indigènes s’estiment en droit d’exiger une médecine gratuite et efficace.La Nation Malgache (29 novembre 1935) enfonce le clou : « Ce qui exaspère les Malgaches, c’est que l’on impose ces mesures aux Malgaches seuls et que l’on exempte d’une façon odieuse et grotesque, non seulement tous ceux qui ne sont pas malgaches, mais aussi ceux qui sont des citoyens français d’origine malgache. »Bref, « les Malgaches non citoyens sont assujettis à la peste comme ils le sont au Service de la main-d’œuvre pour les travaux d’intérêt général, Smotig, aux taxes et impôts vexatoires, à l’indigénat… »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : : Archives personnelles

Madaplus.info0 partages

Banditisme: des Mineurs prennent part

L’insécurité devient le quotidien des Malgaches dans presque toutes les régions de Madagascar, les dahalo dans certaines, les hold-up dans d’autres. Actuellement, des mineurs font aussi partie de ses acteurs d’insécurité.
Pas plus tard que que le 20 octobre dernier, une attaque a eu lieu dans la commune de Mahazoarivo dans le district d’Isandra. Une fois informées, les forces de l’ordre ont tout de suite poursuivi les malfrats. Un échange de tirs a eu lieu entre ces derniers et les forces de l’ordre. Un d’entre eux sont tombés sous les tirs des forces de l’ordre les 3 autres ont été capturés vivants et les autres ont pris la poudre d’escampette. Ces bandits sont entre 10 à 20 ans.
News Mada0 partages

Poesam 2017 Madagasikara-Orange : voalohany eto amintsika ny “tetikasa Manzer-partazer”

Anisan’ny tetikasa tsara indrindra, ao anatin’ny Poesam 2017, karakarain’ny Orange ny “Manzer-Partazer », novolavolain’ny Zero hero, ao anatin’ny orinasa DHL. Nifantoka amin’ny fitandroana ny tontolo iainana sy ny fahaiza-mizara ny sakafo ny tetikasa.

Manome lanja ny mpandraharaha mampiseho vokatra vaovao sy miavaka, manome vahana ny fampiasana finday ny teknolojia ny loka Orange amin’ny sosialy aty Afrika sy Moyent Orient (Poesam). Nahazo ny loka voalohany amin’ny fifaninanana eto amin’ny firenena ny “tetikasa Manzer-partazer ». Manohana ity tetikasa ity ny Vaomieran’ny ranomasimbe Indianina, miara-miombon’antoka amin’ny orinasa DHL Madagasikara sy ny minisiteran’ny Tontolo iainana sy ny ekolojia. Mifantoka amin’ny fizarana amin’ny hafa ny sakafo tsara kalitao ny tetikasany, mba tsy hanarinariana azy ireny fahatany sy ho verivery fotsiny.

Ho an’ny andiany faha-17, nankasitrahana ny tetikasa 10 voalohany mendrika eto Madagasikara, ary haroso handray anjara amin’ny fifaninanana iraisam-pirenena ny telo, nanomboka ny 25 septambra teo. Voafidy tamin’izany ny tetikasa «  Manzer-partazer », faharoa ny « majika » ary fahatelo ny « Betaksys system Madagasikara ». Maromaro ny nisahana ny fitsarana, toy ny Solidis, ny Agence France Universitaire, ny Orange Money sy ny Orange Madagasikara. Nandray anjara tamin’ny alalan’ny fifidianana amin’ny finday (voting) koa ny besinimaro.

Tafiditra telo voalohany iraisam-pirenena

Hahazo fiaraha-miasa amin’ny Orange Madagasikara ireo tetikasa telo voalohany ireo. Nahazo famatsiam-bola ihany koa, hampiroboroboana ny tetikasany sy ny fihariany avy. Manampy ireo ny mari-pahalalana fankasitrahana sy fitaovan-tseratsera domino 4 G, ahazoana internet mandritra ny herintaona ary goodies Orange.

Nomena mari-pankasitrahana sy finday smartphone misy famandrihana telo volana kosa ny tetikasa fito ary goodies Orange.

Misafidy torak’izany avokoa ireo firenena 17 ahitana ny orinasa Orange aty Afrika sy Moyen-Orient. Tafiditra ao anatin’ny hanao famaranana 10 voalohany ny “tetikasa Manzer-partazer” sy ny “Majika”. Anisan’ireo telo voalohany hahazo loka amin’ny 8 novambra ho avy izao ihany koa ny “Manzer-partazer”, ary anisan’ny nahazo vato be indrindra tamin’ny fifidiananan’ny besinimaro tamin’ny alalan’ny finday voting ny “majika”.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Kitra – «Poule des As» : tompondakan’ny lalao mandroso ny Cnaps Sport

Tontosa, omaly, tany amin’ny kianja Ampasambazaha Fianarantsoa, ny lalao mandroso amin’ny “Poule des As”, hiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja baolina kitra. Mitarika aloha hatreto ny Cnaps Sport Itasy.

 

Voahosotra ho tompondaka teo amin’ny lalao mandroso, amin’ny “Poule des As”, hiadiana  izay ho tompondakan’i Madagasikara, eo amin’ny baolina kitra ny Cnaps Sport. Nahazo fandresena telo, tamin’ny lalao telo nataony, izy ireo.

Mbola nandavo ny ekipan’ny Cosfa, tamin’ny isa mazava, 3 no ho 0 ry zalahy, teo amin’ny andro farany. Baolina izay nampidirin’i Njiva, teo amin’ny minitra faha-56 sy ny an’i Niasexe, teo amin’ny minitra faha-58. Nahafaty baolina iray ihany koa ny miaramila, tamin’ny alalan’i Ndimby, teo amin’ny minitra faha-62 saingy nolavin’ny mpitsara, izay nanamarika fa “hors-jeu”. Tsy nijanona teo ny baolina tafiditry ny Cnaps fa mbola nampian’i Niasexe, ihany teo amin’ny fanampim-potoana (90 mn + 2). Manana isa 9 ny Cnaps taorian’ity fihaonana ity. Niady ny lalao teo amin’ny fizaram-potoana voalohany ary samy niezaka nampiseho ny endri-dalaony ny andaniny sy ny ankilany. Na izany aza, nanantombo teo amin’ny fanafihana ny Cnaps Sport, izay nahay namezivezy baolina.

Teo amin’ny fihaonana voalohany, nandresy 2 noho 1 ny Elgeco Plus, raha nikatroka tamin’ny Hzam Amparafaravola. Nampiditra ny  baolina voalohany, i Bela, ho an’ny Elgeco Plus,  tamin’ny alalan’ny “penalty”, teo amin’ny minitra faha-18, rehefa nandray baolina tamin’ny tanany ny vodilaharan’ny Hzam. Mbola nampian’i Dinoh, indray izany teo amin’ny minitra faha-34. Nampihena ny isa kosa i Dominique, teo amin’ny minitra faha-45. Manana isa 6 kosa ny Elgeco Plus, ary mitana ny laharana faharoa. Samy manana isa 1 avy kosa ny Hzam sy ny Cosfa. Aorian’ny fanatontosana ny manasa-dalana, amin’ny fiadiana ny amboara, vao hotontosaina ny lalao miverina amin’ity “Poule des As” ity.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Kitra – «Mondial U17» : tafita amin’ny manasa-dalana i Mali

Manohy ny lalany eo amin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, ho an’ny sokajy U17, taranja baolina kitra ny Voromaherin’i Mali. Fihaonana tanterahina any Inde. Tafakatra amin’ny lalao manasa-dalana ny boaikely malianina, rehefa nandresy ny Kintana maintin’i Ghana, ny asabotsy lasa teo.

Tamin’ny isa tery, 2 no ho 1, ny nandresen-dry zalahy ny Ganeanina. Tsy niady ny fihaonan’ny roa tonta satria nanjakan’ny Malianina, ny fe-potoana nilalaovana. Efa nitarika, tamin’ny isa 2 no ho 0 izy ireo vao nahatafiditra ny baolina tokana ho azy ry zareo Kintana mainty. Nanokatra ny isa i Dramé, teo amin’ny minitra faha-15 taorian’ny baolina votsotra teo amin’ny vodilaharana ganeanina. Mbola nampian’i Djemoussa, izany teo amin’ny minitra faha-61. Nampihena ny isa, tamin’ny alalan’ny “pénalty” kosa i Mohammed, teo amin’ny minitra faha-70. Hifandona amin’ny La Furia de Roja-n’i Espaina, izay nandavo an’i Iran, tamin’ny isa, 3 no ho 1, i Mali eo amin’ny manasa-dalana. Lalao hotontosaina ny alarobia 25 oktobra, ho avy izao. Anisan’ny tafita ihany koa i Angletera, rehefa nanilika an’i Etazonia, tamin’ny  isa 4 no ho 1.

 Tompondaka

News Mada0 partages

Foot – poule des AS : Cnaps Sport remporte la première phase

Le match aller de la poule des as de la THB Ligue des champions de Madagascar a rameuté la foule hier au stade moderne d’ Ampasambazaha. La dernière journée de la phase aller de cette compétition de haute volée a été remportée par Cnaps Sport qui est au top du classement avec 9 points à son compteur.

Les dés semblent jetés et aucun signe ne montre que les Caissiers veulent faire machine arrière à l’issue de la phase aller de la poule des as de la THB Ligue des champions de Madagascar après la troisième journée hier, au stade moderne d’Ampasambazaha à Fianarantsoa. En effet, les protégés de Typeh sont à mi-chemin et protègent farouchement leur trône en vue d’un second titre consécutif. Le club occupe actuellement la première place avec 9 points après avoir battu Cosfa par 3 buts à rien.

Njiva Rakotoharimalala a encore fait parler de lui en signant le premier but à la 56e minute avant que Niasexe ne creuse l’écart à la 58e minute. Les militaires de Cosfa ont également marqué un but à la 62e minute mais celui-ci a été refusé par l’homme en noir. Finalement, Cnaps Sport s’est mis à l’abri en donnant le coup de grâce au terme du temps réglementaire (90e minute+2).

Autant dire que l’expérience a primé pour les Caissiers qui ont su exploiter leurs atouts offensifs contrairement aux éléments de Cosfa. Un parcours sans faute pour Foroche et compagnie après les deux succès remportés aux dépens de HZAM (1-0) et Elgeco Plus (4-2). La phase retour de la poule des as a été programmée pour le 12, 15 et 19 novembre prochain. Par contre, le site de compétition n’a pas encore été dévoilé.

Rojo N.

Résultats de la poule des as « aller » :

1ère journée :

-Cosfa-Elgeco Plus : 1-2

-Cnaps Sport-HZAM : 1-0

2nde journée :

-Cosfa-HZAM : 2-2

-Cnaps Sport-Elgeco Plus : 4-2

3e journée :

-Elgeco Plus-HZAM : 2-1

-Cnaps Sport-Cosfa : 3-0

Classement :

1-Cnaps Sport : 9 points

2-Elgeco Plus : 6 points

3-HZAM : 1 point

4-Cosfa : 1 point

 

News Mada0 partages

Raid – Lemur Trophy : quand humanitaire rime avec sanitaire

Les organisateurs du raid touristique Lemur Trophy sont toujours en quête de l’innovation et restent fidèles à leurs principes.  Au-delà du volet humanitaire de l’évènement, Festiv a décidé de placer la barre haut en participant aux actions de solidarité dans le cadre de la lutte contre la peste.

«La mission humanitaire est devenue une mission sanitaire de prévention et de détection. Il s’agit d’un appel à l’aide à tous les acteurs économiques, sociaux et médicaux de Madagascar pour sensibiliser informer et se prémunir de la peste sur le littoral du grand Sud», ont déclaré les organisateurs. Et de poursuivre que Lemur Trophy, dans son concept même, est à la base une aventure humaine fondée pour la solidarité. Cette mission humanitaire 2017 va se transformer en mission sanitaire auprès de la population qui jalonne le parcours. Avant le départ, on prendra la température de chaque participant pour s’assurer que la caravane ne soit pas porteuse de  l’épidémie.

«Toutes ces actions nécessitent l’achat de médicaments, de matériels de propreté et de contrôle, des véhicules supplémentaires pour le transport avec du carburant du personnel de santé. Le challenge est de rassembler les moyens financiers et fournitures avant la fin de la semaine avant le coup d’envoi prévu le 3 novembre à Toliara », indique-t-on.

Rojo N.

News Mada0 partages

Rugby à 7 : Madagascar invité à Maurice

Les invitations pleuvent pour les Makis de Madagascar. Effectivement, l’on sait que Madagascar a été sollicité par la fédération mauricienne pour prendre part au tournoi international de Maurice du 3 au 5 novembre prochain. Un plateau de rugby à 7 qui réunira les pays africains et trois d’entre eux ont déjà répondu par l’affirmative à l’appel des organisateurs. Cette invitation fait suite aux résultats des Makis féminins lors de la Coupe d’Afrique (Can) de rugby à 7 qui s’est déroulée récemment à Tunis, Tunisie. Pour rappel, l’équipe nationale malgache a bouclé le top 5 à l’issue d’un parcours en dents de scie mais les résultats sont encourageants.

Les Sud-africaines viendront en masse en alignant trois équipes pendant cette joute. Pour leur part, La Réunion et Maurice mettront respectivement à l’épreuve deux formations. Par ailleurs, la fédération kényane a également déclaré qu’elle sera de la partie. Autant dire que ce tournoi international de Maurice se déroulera sur un air de joute continentale et inutile de dire que les Sud-africaines sont les grandissimes favorites en rugby à 7.

De leur côté, les Makis féminins vont affûter leurs armes à partir d’aujourd’hui au stade des Makis à Andohatapenaka. Il s’agit du repérage des potentielles joueuses aptes à défendre les couleurs nationales en vue d’un regroupement des sélectionnées. La détection se fera sous le regard critique du coach national Eric Sefo et le staff technique de Malagasy rugby.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

CMA sy i Rija Ramanantoanina : tontosa ny seho « Feo miantso… avy Aminao »

Tafiditra ao anatin’ny fankalazana ny faha-35 taona nitorian’ny Chorale maintimolaly Ambohitantely (CMA), notanterahina ny zoma 20 oktobra teo, teny amin’ny American center eny Tanjombato ny rindran-kira « Feo miantso… avy Aminao ». Fampisehoana nahitana ny fiaraha-mihira teo amin’ity antoko mpihira manana ny lazany ity sy i Rija Ramanantoanina.

22 ny hira nentina nitory teny an-tsehatra. 5 nohirain’i Rija Ramanantoanina manokana, ny 15 niarahany tamin’ny CMA ary ny hira 2 nataon’ny CMA. Hira nanana ny tantarany izay nampifamatotra ny roa tonta. Nanakoako ny sanganasan’ireo andrarezin’ny famoronan-kira toa an’i Bessa sy Raminosoa Victor, izay anisan’ny nitarika ny CMA teo aloha. Teo koa ny  hiran’i Henri Ratsimbazafy sy ny an-dRija Ramanantoanina.

Marihina fa efa nisy ny hetsika tafiditra ao anatin’ny faha-35 taon’ny CMA. Anisan’ny tanjona tamin’izany ny hahazoana fanamafisam-peo. Mifandraika amin’izay rahateo ny tanjona nanaovana ny « Feo miantso… avy Aminao », hametraka marika hita maso ho an’ny fiangonana

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Nabalüm sy Sanzy : haneho ny hakanton’ny mozika « afro », « fusion » ary « soul »

Ho tonga eto amintsika ireo anisan’ny sangany aty Afrika eo amin’ny tontolon’ny mozika, amin’izao fotoana izao. Nabalüm sy Sanzy, mpanakanto samy avy atsy Afrika.

 

… Sangany, satria tsikaritra sy nisongadina tao amin’ny « Visa pour la musique », tsenaben’ny mozika avy aty Afrika sy avy any Moyent-Orient ; hetsika tontosaina isan-taona any Maraoka.

Tsy iza ireo mpanakanto ireo fa i Nabalüm, teratany borkinabe. Nanomboka tamin’ity taona  ity ny tovovavy no malaza any an-tanindrazany any. Raha toa ka azony, efa tamin’ny taon-dasa, ny fandresena tamin’ny fandaharanasa « Visas pour la création ».

Fantatra fa manam-peo miavaka, matanjaka ary ahenoana fihetseham-po i Nabalüm. Andalana kosa, amin’izao fotoana izao, ny fanomanany ny tahirin-kirany voalohany, mitondra ny lohateny hoe « Saké ».Sanzy Viany kosa ny mpanakanto faharoa, teratany kameroney izy. Nirona kokoa tamin’ny mozika « gospel » izy ary namoaka ny rakikirany voalohany, ny taona 2009. Nanatsara ny lalana nizoran’ity mpanakanto ity ny fifanakalozana traikefa tamin’ny andrarezina maromaro, aty Afrika, toa an-dry Manu Dibango, Ismaël Lô, Monique Seka. Nivoaka ny taona 2014 kosa ny vokatra faharoa, « Ossu », izay nalaza tokoa tany Kamerona.

Manome fotoana amin’ny mpankafy ny kanto izy roa vavy ireo, ny zoma 10 novambra izao etsy amin’ny Institut français de Madagascar (IFM) Analakely. Samy nanana ny lalany, eo amin’ny tontolon’ny mozika, izy ireo, saingy miara-manandratra ny hakanton’ny mozika afrikanina, ny « soul » ary ny « fusion » rehefa tafaraka.

Landy R.

News Mada0 partages

Musique classique : Madagascar Mozarteum réorganise son agenda

Ces deux derniers mois auront été sombres pour le monde culturel et notamment, les organisateurs événementiels. Vu la situation actuelle au pays, Madagascar Mozarteum se voit obligé de suspendre ses activités de promotion de la musique lyrique.

«  Suite aux restrictions imposées par le gouvernement sur les manifestations publiques, l’Institut français de Madagascar (IFM) a annulé tous les spectacles qu’il a programmés. Par conséquent, Madagascar Mozarteum a le regret d’informer son aimable public que tous ses événements (concert classique de midi, masterclass de guitare et projection d’opéra), prévus pour ce mois-ci, sont annulés et reportés. Le nouveau calendrier pour ces événements sera publié ultérieurement », a annoncé Antsanirina Rakotoarimino, responsable de communication auprès de cette institution.

Un concert classique autour de la guitare avec Josiane Rabemananjara était prévu se tenir mercredi dernier et une projection d’opéra « La Traviata » de G.Verdi, samedi prochain. Devenues une véritable institution, les 82 éditions du concert classique de midi se sont succédé  sans relâche.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Nipoahan’ny gazy : rotika ny vatan’ilay mpanao « soudure » eny Itaosy

 Nirefotra tahaka ny baomba ny fitaovana fanaovana “soudure” iray, teny Andramahavola Itaosy, ny asabotsy teo, tokony ho tamin’ny 9 ora maraina. Nitangorona ny olona, nifamonjena ilay niharam-boina.

Lehilahy iray miasa eny Andrahamavola Itaosy no nipoahan’izany ka rotika mihitsy ny vatany. Potika ny tongony sy tanany roa. Toy izany koa, ny teo amin’ny kibony sy ny filahiany, raha ny filazan’ny nahita maso. Izy irery rahateo, izay teo am-piasana mihitsy no nipoahan’ny “gaz”. Nitsoaka ny olona raha vao naheno ny fipoahana, ka efa nahita azy nitsirara sy nihosin-dra vao nanatona teny ary nitondra azy teny amin’ny hopitaly. Nilaza ny avy amin’ny mpitandro filaminana fa avotra soa aman-tsara izy io rehefa notsaboina. Nisy kosa anefa ny olona nahalala ity lehilahy ity, nilaza fa namoy ny ainy izy, izay tokony hatao fisehoana amin’ny faran’ity herinandro ity. Raha ny fanazavana ihany, efa asan’ity lehilahy ity ny fanaovana “soudure” ary efa aman-taony izy nanao io asa io. Tsy nisy mihitsy ny loza nitranga hatramin’izay, raha tsy io asabotsy io. “Tsy nisy nanam-po ny zava-nitranga. Tampoka loatra izay tsy nampoizina satria efa zatra nampiasa ireo fitoavana izy”, hoy ny fitantarana.

Fitaovana tsy matihanina

Na efa zatra miasa sy mivelona amin’ny fanaovana “soudure” aza ity niharan-doza ity, fantatra fa tsy matihanina sy arifomba ny fitaovana nampiasainy. “Ireny fitaovana namboarina vita tanana ireny ny nampiasiana ankoatra ny “bouteille d’acétylène”. Tsy voaara-maso ny mety hisian’ny gaz very mety hitarika amin’ny fipoahana”, hoy ny fanazavan’ny olona teny an-toerana. Ity tranga fampiasana fitaovana tsy arifomba ity matetika no mitera-doza amin’ny mpanao ireny asa ireny. Toy ny nitranga teny Ambohimanarina taona vitsy lasa izay. Tranga mitovy amin’izao ihany izay nahafatesana olona ihany koa tamin’izany. Raha tsy tiana ny mety hiverenan’ny loza toy izao amin’ny olon-kafa manao ity asa ity, ny fandraisan’ny tompon’andraikitra fepetra amin’ny fanaraha-maso ireny olona ireny, mety hisoroka ny loza. Anisan’ny asa be mpanao, ary ahitana isaky ny elakelan-trano sy amoron-dalana ihany koa izy ity.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Miandry fampiofanana avy amin’ny minisitera : hianatra ny sekoly katolika amin’ny alarobia izao

Tsy manaiky ny fanapahan-kevitry ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena amin’ ny mbola hanemorana ny fampianarana ny 6 novambra ho avy izao ny fikambanan’ny sekoly katolika eto amin’ny diosezin’Antananarivo. Nisy ny fivoriambe nataon’ny talen-tsekoly katolika niaraka amin’ny mpitantana ny diosezy, ny asabotsy lasa teo. « Tapaka fa hiverina hianatra avokoa ny sekoly katolika rehetra eto amin’ny diosezin’Antananarivo manomboka ny alarobia 25 oktobra ho avy izao », araka ny fanambaran’ny Vikera jeneraly ao amin’ny diosezin’Antananarivo, Rabenantoandro Ludovic. Mangataka ny handefasana mpanentana ara-pahasalamana eny ifotony, na mpitsabo na paramédicaux na mpilatsaka an-tsitapon’ny Croix rouge malagasy ny tomponandraikitra hanome ny fahalalana rehetra ho an’ny talen-tsekoly hiatrehana ny fidirana manoloana ny valanaretina pesta. Ny minisitera rahateo efa nametraka arofenitra arahina raha misy pesta na tranga mampiahiahy eny anivon’ny sekoly rehetra ka tokony hozaraina amin’izy ireo izany.

Miandry ny fandefasan’ny minisiteran’ny Fanabeazana ireo sokajin’olona afaka manofana ny tale ny mpiandraikitra, ny talata izao. Raha toa tsy maniraka ireo mpanentana ara-pahasalamana ireo hanofana ny minisitera, tsy mihemotra fa miroso amin’ny fidirana ihany ny sekoly rehetra ao anatin’ny diosezin’Antananarivo ny alarobia, hoy ny fanamarihiny ihany.

Mahatsiaro ho voasazy ny mpitantana ny sekoly manoloana ny tsy fisokafan’ny ivontoeram-pampianarana nefa ny sehatra hafa miasa sy mihodina tsara avokoa na eo ary ny valanaretina pesta. Nametra-panontaniana izy hoe : « Inona ny hadisoan’ny sekoly no mbola tsy afaka misokatra ? ». Ny vaovao mivoaka rahateo miovaoa matetika indrindra ny tarehimarika avy eto an-toerana sy avy any ivelany raha ny fahitany ny toe-draharaha. Hisy fivoriana hataon’ny mpiandraikitra ny diosezy anio ary hanamafy ny fanapahan-kevitra amin’ny alalan’ny fanambarana amin’ny haino aman-jery sy ny taratasy ho an’ny sekoly ny tomponandraikitra. Mahatsapa ny mpanabe ao amin’ny diosezy fa betsaka ny voka-dratsin’ny fampiatoana ny fampianarana izay mety hitarika amin’ny taona fotsy mihitsy.

Malalaka ny sekoly katolika amin’ny safidiny, hoy ny minisitra

Etsy andaniny, nanambara tamin’ny kaonty facebook-ny kosa ny minisitry ny Fanabeazana Rabary Paul fa malalaka amin’ny safidy hampiditra ny mpianatra ny alarobia izao ny Didec. Noho ny fisian’ny trangana pesta amin’ny faritra maro no nandraisan’ny minisitera fepetra iarovana ny ankizy mba tsy ho any an-daklasy no ahazoan’ny mpianatra ny pesta. Efa mametraka lamina rehetra ny minisitera ahafahana mamita ny fandaharam-pianarana rehetra ara-potoana. Nanamafy ny tale jeneralin’ny fanabeazana fototra fa tsy tokony hanana ahiahy ny mpianatra sy ny ray aman-dreny fa tsy hisy ny taona fotsy ary tsy hiova ny datin’ny fanadinam-panjakana rehetra.

Manoloana ny fanambaran’ny diosezin’Antananarivo hanokatra ny sekoly ny alarobia izao, maro ny ray aman-dreny naneho ny hatezerana sy manohitra ny fanapahan-kevitra tamin’ny tambajotra sosialy.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Tratra ireo basy nanafihana : tsy ampy taona ny telo tamin’ireo jiolahy

Jiolahy miisa dimy voasambotry ny zandary, niaraka tamin’ny basy kalacknikov miisa roa, basim-borona roa , poleta vita gasy iray ary bala enina. Nandritra ny hetsika niarahana (opération mixte) ho fisorohana ny asan-jiolahy sy asan-dahalo niarahan’ny zandary avy ao amin’ny Brigade Andoharanomaitso sy ny tafika malagasy Das Andoharanomaitso sy ny RM2 Fianarantsoa, ny 9 ka hatramin’ny 20 oktobra 2017 teo ny nahazoana ity vokatra ity.

Anisan’ny nanaitra tamin’ny fahatrarana ireo olon-dratsy ireo ny fisiana zaza tsy ampy taona telo. 10, 13, 16  taona ireo, araka ny filazan’ny zandary ary tany amin’izy ireo mihitsy no nahitana ilay basy Kalachnikov iray. Ny 20 oktobra tamin’ny 6 ora maraina, nisy fanafihan-jiolahy tao Ambalamarina distrika Isandra. Namonjy tany ireo zandary sy tafika ka rehefa natao ny fanarahan-dia niarahana tamin’ny fokonolona, tratra ny dian’ireo jiolahy ka raikitra ny fifampitifirana. Maty ny jiolahy iray, ary efatra voasambo-belona aryisan’izany ireo tsy ampy taona. Tratra niaraka tamin’ireo voasambo-belona ireo ny basy Kalacknikov iray miampy basim-borona marika Baikal miisa roa. Tratra tany amin’ny faritra hafa kosa ny basy hafa, niaraka tamin’ny bala. Atolotra ny fampanovana, anio, any Fianarantsoa ireo.

Yves S.

News Mada0 partages

Rugby – «Tournoi International de Maurice» : nahazo fanasana ny Makis de Madagascar

Tsy mitsahatra ny mahazo fanasana ny baolina lavalava malagasy. Fantatra mantsy izao, fa voaasa, handray anjara amin’ilay “Tournoi international de Maurice”, eo amin’ny rugby lalaovina olona 7, ho an’ny sokajy vehivavy, ny Makis de Madagascar. Fihaonana hotanterahina ny 3 ka hatramin’ny 5 novambra, ho avy izao.

Noho ny zava-bitan’ny Makis, nandritra ny Can 2017, notanterahina tany Tonizia, farany teo ka nahazoan’ny tovovavy malagasy ny laharana fahadimy, ny anton’izao fanasana manokana izao. Marihina fa firenena telo no efa namaly ny antson-dry zareo mpikarakara, amin’ity dia ry zareo Afrikanina tatsimo izay handefa ekipa telo. Ankoatra izay, eo koa, ry zareo Renionezy miampy an’i Maorisy, izay hanana ekipa roa. Andrasana ihany koa ny fiavian-dry zareo Kenyanina izay efa nanambara fa ho avy.

Hangotraka tokoa, araka izany, ity fifaninanana ity izay hiendrika fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika kely mihitsy. Anisan’ny goavana amin’ity rugby à 7 ity mantsy ry zareo Afrikanina tatsimo.

Ho an’ny Makis, hanomboka amin’ity anio alatsinainy ity, eny amin’ny kianja Andohatapenaka, ny fampivondronana ireo mpilalao, hifantenana izay ho ao anatin’ny Makis de Madagascar. Marihina fa hisahana izany, i Eric, sefo miaraka amin’ireo ekipa teknika eo anivon’ny Malagasy rugby.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

29 ny tranga vaovao ny asabotsy teo : iray matin’ny pesta teny Ambohimiandra

Iray ny olona maty teny anivon’ny hopitaly misahana ny reny sy ny zaza eny Ambohimiandra araka ny antontanisa nalefan’ny minisiteran’ny Fahasalamanan, ny asabotsy alina. Nitombo valo izany ny marary matin’ny pesta, teny amin’ny hopitaly, teto Antananarivo. Mahatratra 124 ny marary manaraka fitsaboana eto an-dRenivohitra ka eny Ambohimiandra no maro indrinfra 48, eny amin’ny hopitaly HJRB ny 33, marary 19 kosa eny Anosiala, 13 ao amin’ny hopitaly misahana ny reny sy zaza Ambohimiandra. Any Matsiatra ambony no mbola ambony ny tahan’ny marary manaraka fitsaboana 38, mahatratra 24 any Toamasina ary 17 any Vakinankaratra. 225 ny fitambaran’ny manaraka fitsaboana eny amin’ny hopitaly manerana ny Nosy. 29 ny tranga vaovao ahina ny asabotsy teo ary 37 ireo sitrana tamin’io andro io.

61 ny marary maty teny amin’ny fokontany fa tsy nanatona toeram-pitsaboana, 61 hafa tsy fantatra na maty na velona ary 22 mbola fantarina ny tena toe-pahasalamana manerana ny Nosy.

Vonjy

News Mada0 partages

Iadiana amin’ny pesta : nanome vola 50 tapitrisa Ar ny GPM

Nanolotra vola mitentina 50 tapitrisa Ar ny fvondronan’ireo orinasa mpandraharaha amin’ny famatsiana solika efatra (GPM) miasa eto amintsika : Vivo energy, Jovenna, Total ary Galana, Galana Raffinerie, la Logistique Pétrolière. Hoentina hanampiana amin’ny asa rehetra iadiana amin’ny aretina pesta mbola mandrava eto amintsika ny tohana, araka ny fanazavana nandritra ny fanolorana ny taratasim-bola, ny herinandro lasa teo, teny Andraharo.  Hoentin’ny cellule de crise miasa ny sorabola hanamafisana ny sahanasa atao, indrindra ho an’ny hamehana iarahana amin’ny minisiteran’ny Fahasalamana. Nanatrika ny fanehoana ny fanampiana ny mpandrindra ny Firenena mikambana eto amintsika, Violet Kakyomya. « Vonona hatrany ny mpiray ombon’antoka malagasy sy vahiny hanohana ny fanjakana malagasy amin’ny ady amin’ny pesta », hoy ny voalazany. Nisaotra ny GPM rahateo ny tenany amin’izao fanampiana goavana izao.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Analamanga : le Hafari reprend du service

Les volontaires du projet exode urbain initié par la plateforme Hafari malagasy à Ambohipivoarana-Soaniadanana jouissent pleinement de leur droit au développement social et spirituel. La construction d’un temple a démarré dans la nouvelle ville, le week-end dernier.

Un temple FJKM sortira de terre à Ambohipivoarana-Soaniadanana, domaine du projet exode urbain, dans un an au plus tard d’après le calendrier révélé par le président national du Hafari malagasy, Jean Nirina Rafanomezantsoa. La cérémonie de pose de la première pierre de l’édifice cultuel dans cette nouvelle ville du district d’Ankazobe a été effectuée vendredi dernier en présence du vice-président du synode régional «Vonizongo-Vavolombelona» et des autorités locales.

Ses partisans ont été informés de ses déboires judiciaires à l’occasion de son témoignage dans lequel il leur a prêché la tolérance et la foi. Le Hafari malagasy ne bénéficie d’aucun financement depuis son début, a-t-il annoncé, mais peut tout entreprendre en se basant sur la solidarité de ses membres.

Manou

 

Ino Vaovao0 partages

ASAN-DAHALO BELOBAKA : Malaso miisa 2 lavon’ny bala, tafaverina amin’ny tompony ny omby

Manoloana ny tsy fandriam-pahalemana amin’izao fotoana àry dia miezaka mandresy sy manafoana ny asan-dahalo ireo mpitandro filaminana ka amin’ny alalan’ny fiaraha-miasa amin’ny fokonolona no anatanterahana izany. Efa hita soritra ankehitriny fa efa miparitaka manerana ny Nosy ny fitaovam-piadiana ary mampiasa izany avokoa ireo dahalo rehefa mandeha manatanteraka ny asa ratsiny. Araka izany dia tsy mitovy ny hery ary mihorohoro fatratra ny vahoaka ka noho izay antony izay dia tsy maintsy mampiseho fahavononana sy mampiasa fitaovana mahery vaika hamongorana azy ireo ihany koa ny eo anivon’ny Kaompanian’ny Zandary.

Porofo mivaingana amin’izany ny nahafatesan’ireo malaso miisa roa nandritra ny fanarahan-dia natao ny sabotsy lasa teo. Marihana fa tao an-tampon-tanànan’i Belobaka no nisy tranga fanafihana ary fantatra fa omby maherin’ny roapolo, izay an’ny fianakavian’ny ben’ny tanàna ao an-toerana no lasan’ny dahalo tamin’izany. Nampandre haingana ny Zandary ity ben’ny tanàna ity nandritra ny fanafihana ka nidina haingana teny amin’ny manodidina izy ireo nanao ny asany.

Rehefa natomboka ny fanarahan-dia dia nohamafisin’ny mponina fa nandeha nianatsimo ny dian’omby ka izay no narahana. Tsy tonga lavitra akory ireto dahalo dia efa nifanehitra tamin’ny fokonolona sy ny Zandary ka raikitra ny fifampitifirana. Tamin’izay fotoana izay no nahalavo ireo dahalo roa ireo, tafaporitsaka ny ambiny nony avy eo. Tafaverina soa aman-tsara amin’ny tompony ireo omby taorian’izay. Raha ny tatitra aloha hatreto dia mbola manohy mikaroka ireo dahalo tafatsoaka izy ireo ankehitriny.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’AMBOHIDRATRIMO : Zazakely 7 volana hita faty tao anaty trano fivoahana

Araka ny loharanom-baovao voaray momba ny raharaha dia olona taminà tokantrano iray handeha hivoaka tany amin’ny lavapiringa no nahita ny tranga voalohany. Avy hatrany dia nampandre ny mpiaramonina aminy ny tenany tamin’izany ka nampiantso ny tompon’andraikitra teny amin’ny fokontany sy ny zandary izy ireo nony avy eo. Rehefa natao ny fizahana dia fantatra fa notombanana ho fito volana eo ho eo io zaza io ary milanja 2,5kg.

Hatreto aloha dia mbola tsy misy mahalala ny olona nanary ity zazakely ity tao ary nomarihan’ireo fokonolona fa amoron-dalana loatra ny toerana nisy ilay toeram-pivoahana ka mety ho izany no nanararaotan’ny olon-dratsy ny fanariana azy tao. Vokatr’izay dia nandray fepetra ny mponina ary tapaka tamin’ny fivoriana natao fa noraisin’ny fokontany ny fandevenana ilay zaza.

Ny Borigadin’ny Talatamaty no misahana ny tohin’ny famotorana ankehitriny.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA : Teratany Frantsay nitsoaka toeram-pitsaboana matin’ny pesta

Ny sabotsy 21 oktobra tokony tamin’ny 9 ora maraina, lehilahy teratany frantsay iray 40 taona no matin’ny aretina pesta.

Ny angom-baovao no nahalalana fa tao Ampanalana Toamasina izy izao maty izao. Izy izay manana efitrano fisakafoanana ao Ampanalana ary mampiasa olona manodidina ny 60 eo ho eo.

Efa herinandro nanarahana fitsaboana

Ny fanangonam-baovao momba ity fahafatesan’ny teratany frantsay vokatry ny pesta ity hatrany no nahalalana fa efa herinandro izay no nitsaboana azy tao amin’ny toeram-pandraisana olona mararin’ny pesta ao Toamasina na ilay fantatry ny maro amin’ny anarana hoe Pph Analankininina Hopitaly Be.

Tsy mbola tapitra anefa ny fotoana anarahany fitsaboana, dia nitsoaka ny Pph izy ka izao niafara tamin’ny fahafatesany izao. Ny andro nahafatesany io ihany, sabotsy 21 oktobra, dia natao avy hatrany ny fandevenana ny razana. Fandevenana izay nanaraka ny fombafomba rehetra amin’ny fandevenana olona matin’ny pesta. Ahiana hisy fiantraikany amin’ny fivezivezen’ny Malagasy any Frantsa izao zava-nisy tao Toamasina izao.

Nanentana ny vahoaka mba tsy handà fitiliana ny Bngrc

Mivezivezy eto Toamasina hatrany ny Sekretera mpanatanteraky ny Bngrc na birao misahana ny fitantanana ny loza voajanahary, Venty Thierry, manara-maso akaiky ny fivoaran’ny ady amin’ny pesta sy ny anjara andraikitry ny Bngrc manoloana izany. Ny antoandron’ny sabotsy 21 okobtra, nisy ny fihaonany tamin’ireo tompon’andraiki-panjakana tao Toamasina. Fihaonana manodidina hatrany amin’ny ady atao amin’ny pesta. Taorian’izay, dia nitafa tamin’ny mpanao gazety ny Sekretera mpanatanteraky ny Bngcr izay nampatsiahivany fa tokony hanaiky hatao fitiliana ny olona rehetra sendra ny fandalovan’ny mpiasan’ny fahasalamana satria fiarovana ny tena sy ny manodidina ny fanaovana fitiliana. Tsy mamindra aretina pesta velively ny fanaovana fitiliana ary tena manampy betsaka antsika amin’ny ady atao amin’ny fanafoanana io valan’aretina io.

Manamafy i Venty Thierry fa tsy aretina noforonina velively akory ny pesta fa aretina tena misy.

Tsy tokony hihorohoro kosa isika fa ny ady atao aminy no imasoana. Ilaina ny fifanomezan-tanana, hoy hatrany ny antso nataony ho an’ny vahoakan’i Toamasina.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FANDEVENANA NY PROFESORA ZAFY ALBERT : Niavaka tanteraka ny fitiavana nasehon’ny vahoaka

An’arivony maro ny olona tonga nanatanteraka ny fanitrihana ny vata-mangatsiakan’ity olomanga ity. Maro ihany koa ireo olo-manan-kaja tonga nanotrona izany. Hita tany an-toerana ireo lehiben’ny andrim-panjakana maro samihafa, ny solombavambahoaka maro, ireo mpiray antoko amin’ Itompokolahy.

Tsy ambakan’izany ireo solombavambahoaka maro mpanara-dia ny filoha Andry Rajoelina tonga tany Betsiaka nanome voninahitra farany ny nofo mangatsiakan’ity rain’ny demokarasia ity. Marihina fa iny fandevenana iny no hany natrehan’ny Filoham-pirenena mivady.

« Fantatra fa tafaverina teto an-tanidrazana ny alakamisy alina ingahy filoha ary azony natao tsara ny namonjy ny fotoam-pivavahana farany natao tao Ambilobe, ny zoma, fa tsy izay no zava-misy.

Mbola lasa tany amin’ny faritra Sava ny filoha Hery Rajaonarimampianina ny zoma ary tsy tonga tao Betsiaka raha tsy tamin’ny andro nandevenana ny profesora Zafy Albert.

Aminay avy aty amin’ny tapany avaratry ny Nosy tsy fihetsika mendrika loatra izany rehetra izany. Toy ny tsy firaharahana manokana ny fahalasanan’ ity filoha teo aloha mamim-bahoaka ity ny fahitanay izany rehetra izany. Asa aloha enga anie ho diso ny eritreritray », hoy ny fanazavana nomen’ny raiamandreny iray tafaresaka taminay.Fomba Antakarana

Nasehon’ny vahoakan’ny tapany avaratry ny Nosy iny ny maha Antakarana ny profesora Zafy Albert sy ny fitiavan’izy ireo an’ity farany. Raha ny hamaroan’olona no jerena dia tsy mbola nahitana tahaka izany tao Ambilobe sy Betsiaka. Eny fa na ireo teratany vahiny tonga nanome voninahitra farany ity rain’ny demokrasia ity aza. Narahana antsakany sy andavany ny fomba Antakarana tamin’ny fandevenana ny nofo mangatsiakan’ity olomanga ity.

Tsy nahazo nanatrika ny fanitrihana ny vata mangatsiakan’ny vadiny tao Bekaraoko araka izany ramatoa Zafy Thérèse fa nody avy hatrany tany Ambilobe taorian’ny fombafomba natao. Ny zanany kosa afaka nandevina fa tsy nanao kapa na kiraro ary tsy maintsy manasa tanana rehefa vita ny fandevenana dia mody ihany koa. Ny lehilahy tsy maintsy manao kitamby ary ny vehivavy manao salovana mandritra ny fandevenana. Tafiditra anatin’ny fomba Antakarana izany rehetra izany.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

MAROANTSETRA : Tsy mbola tafiditra ny aretina pesta, amperinasa ny komity

Ireo mpandeha rehetra tonga amin’ny fiaramanidina na fiarakodia dia tsy maintsy mandalo fitiliana avokoa. Fitiliana izay ataon’ireo mpiasan’ny fahasalamana. Misy ireo ekipa mitarika amin’ny fanadiovana ny tanàna.

Misy ny mpanao fanentanana any anaty tanàna. Na dia tsy mbola tonganan’ny valan’aretina pesta aza ity distrika farany avaratra ao anatin’ny Faritra Analanjirofo ity dia noraisina avokoa ireo fepetra fisorohana rehetra.Ny zoma 20 oktobra, namory ny komity miady amin’ny pesta tao an-toerana ny lehiben’ny Faritra Analanjirofo, Ramaroson Jacques. Nanao tombana ireo dingana efa vita sy ny mbola hatao.

Nisy ny fanomezany fanafody parasy Hth 2% miisa 2 zerikana miampy « pulvérisateur » 6 ary fiara iray miaraka amin’ny solika. Ireo rehetra ireo izay samy hampiasain’ny ekipa miady amin’ny pesta avokoa.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

PESTA AO TOAMASINA : Nivory hiady amin’ny tsaho ireo sefo fokontany 138

Fivoriana izay notanterahina tao amin’ny lapan’ny prefektoran’i Toamasina notarihin’ny Prefet, Benandrasana Cyrille.

Nivoitra tamin’izao dinik’asa niarahana izao ny ady atao amin’ny tsaho sy ny fanamafisana orina ny ezaka atao amin’ny valanaretina pesta. Ho an’i Toamasina manokana, dia mihatsara ny vokatra azo amin’ny ady atao amin’ny valan’aretina. Raha maherin’ny 200 ny olona nanaraka fitsaboana tao amin’ny Pph Analankininina Hopitaly Be nanomboka nisian’ny valan’aretina pesta ny fiandohan’ny volana septambra, dia nidina ho 32 izany amin’izao fotoana izao.

Antontan’isa voaray ny zoma 20 oktobra. Afaka namonjy fodiana mantsy ireo rehetra sitrana taorian’ny fanarahana fitsaboana feno.

Ho an’ireo sefo fokontany, dia ny fanamafisana ny fanafainganana ny fampitam-baovao avy amin’ny komity miady amin’ny pesta mankany amin’ny sefo fokontany no nangatahin’izy ireo. “Raha tonga ara-potoana ny fanomezam-baovao, dia mora aminay ny manazava amin’ny vahoaka fehezinay”, hoy hatrany ireo sefo fokontany sy ny lefiny izay tonga marobe niara-nidinika tamin’ny komity miady amin’ny pesta. Vonona ny hifanome tanana amin’ny komity amin’ny ady atao amin’ny tsaho ireo sefo fokontany. Ho an’ny talem-paritry ny fahasalamam-bahoaka Atsinanana, Dr Rakotoarimanana Raymond, nisy ny antso nataony tamin’ireo sefo fokontany mba hiara-hiasa hatrany amin’ireo mpanentana ara-pahasalamana tonga any anaty elakelan-trano any manentana ny olona hanatona tobim-pahasalamana sy mampahafantatra ny momba ny aretina pesta.

22 volana tsy nandray tambin-karama ny sefo fokontany ao Toamasina

Nandritra ny dinika momba ny pesta tao amin’ny lapan’ny prefektiora Mangarano ny zoma teo izay niarahan’ireo sefo fokontany sy ny lefiny tamin’ny komity miady amin’ny pesta ao Toamasina, dia nanararaotra ny fahitana ny Prefet an’i Toamasina izy ireo nitondra fitarainana momba ny tsy mbola fahazoana tambin-karama volana maro.

Ny volana desambra 2015 no nandray tambin-karana farany ireo sefo fokontany sy ny lefiny ao anatin’ny fokontany 138 misy ao Toamasina.

Nanomboka ny volana janoary 2016 ka hatramin’izao oktobra 2017 izao dia tsy nandray tambin-karama intsony izy ireo. Izany hoe, tambin-karama 22 volana no mbola tsy voaray.Na eo aza anefa izany dia miezaka manao ny asany ara-dalàna hatrany ireo solotenam-panjakana eny ifotony ireo, indrindra manoloana izao fiparitahan’ny valan’aretina pesta izao.

Hiakatra any Antananarivo

Nilaza handefa solontena any amin’ny minisiteran’ny Atitany Antananarivo ireo sefo fokontany ao Toamasina amin’ny herinandro ambony io hitaky ny fandoavana ireo vary mangatsiaka ireo. Mahatsiaro ho miasa jamba rafozana mantsy izy ireo. Tsara ny manamarika fa 30 000 Ariary isam-bolana ny tambin-karama ho an’ny sefo fokontany raha 15 000 Ariary kosa ho an’ny lefiny.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

MIVERINA INDRAY NY FAHATAPAHAN-JIRO : Mitady hitroatra ny mponina eto an-drenivohitra

Efa nisy roa herinandro lasa izay ny fitokonana nataon’ireo mponina eny amin’iny Faritra Itaosy iny saingy vao maneho hatezerana ireo vahoaka dia tampenam-bava avy hatrany. Ankehitriny dia tsy ny any amin’iny toerana iny intsony no maty jiro lava fa saika manerana an’Antananarivo mihitsy.

Izany indrindra no mahatonga ny vahoaka milaza fa te-hanomana hetsika hanairana ny tompon’andraikitra eo anivon’ny Jiro sy Rano Malagasy. Raha tsiahivina kely ny tamin’ny fiandohan’ny taona dia efa fantatra fa nisedra olana goavana ny vahoaka Malagasy raha toa ka delestazy hatrany no niainana. Nilaza ireo tompon’andraikitra tamin’izany fa noho ny fahasimban’ny milina mpamatsy ny rano no nahatonga ny fahasarotana.

Ny volana jona lasa teo no fantatra fa hanomboka hiverina amin’ny laoniny ny famatsiana jiro ary azo lazaina fa mba niato kely tokoa izany. Raha ny zava-misy anefa dia manomboka mitsitapitapy indray ny fisian’ny jiro, hany ka leo tanteraka ny mponina. Manginy fotsiny ny vidin-jiro ampiakarina lava izay tsy mifanaraka amin’ny kalitao.

Vokatr’ireo fahasahiranana mihatra ireo anefa dia nanazava ny Tale Jeneralin’ny Jirama, Olivier Aimé fa “antony roa lehibe no mahatonga ny olana ka ny voalohany indrindra dia ny fahanteran’ny fitaovana ampiasaina, faharoa manaraka izany kosa dia tsy maharaka intsony ny herinaratra vokarina ka tsy maintsy miteraka fahatapahana”.

Ho an’ny faritr’i Mahajanga manokana dia nanao fialan-tsiny ny tenany mahakasika ny fahatapahan-jiro lavareny nanomboka ny alakamisy teo satria misy tsy tomombana ireo fitaovana ka mbola eo an-dalam-panaovana izany izy ireo omaly. Mangataka fifampiresahana mivantana araka izany ireo vahoaka manoloana izao tranga miverina izao indray ka mba hitady vahaolana maharitra ny atao.

Tatianà R.

News Mada0 partages

Aires protégées : sauvegarde sociale réalisée dans deux corridors forestiers

Le projet de sauvegarde sociale et environnementale ((PSSE) mis en œuvre dans les deux corridors forestiers d’Ankeniheny- Zahamena (Caz) et Ambositra-Vondrozo (Cofav), prend fin en décembre prochain. Près de 6 000 personnes ont pu bénéficier de ce projet.

Le Projet de sauvegarde sociale et environnementale (PSSE) est la dernière phase du processus de mise en place des deux corridors forestiers d’Ankeniheny-Zahamena et Ambositra-Vondrozo. Lancé en 2016 et financé de la Fondation des aires protégées et de la biodiversité de Madagascar (FAPBM), ce projet  prévoit d’appuyer les communautés locales affectées par la création de ces deux aires protégées. Il s’agit en effet de prendre des mesures pour réduire les impacts négatifs (social et environnemental) par rapport aux habitudes des communautés, auteurs de la déforestation et de la dégradation des forêts naturelles, dans leur pratique habituelle et dépendante à divers degrés de ces ressources avant l’installation des aires protégées.

48 communes touchées

Le PSSE est réparti dans 48 communes (8 dans le Caz et 40 dans le Cofav) et 6.443 personnes sont classées Population affectée par le projet (PAPs) dont 5.485 dans le Cofav  et 958 dans  le Caz. 80% des objectifs fixés sont atteints dans le Caz et 40% dans le Cofav, apprend-t-on de la Conservation internationale (CI). En effet, des microprojets sur les moyens de subsistance alternatifs ont été lancés dans 48 communes, notamment des projets d’agriculture, d’aviculture, d’apiculture…

En outre, la mise en œuvre de ce projet dans les 48 communes n’a pas été chose facile en raison de l’enclavement des villages cibles, mais aussi pour des questions d’insécurité. Dans le Cofav, les interventions ont été suspendues entre juin et juillet 2017 en raison de la recrudescence des incursions des dahalo dans les communes d’Ambohimiera et d’Analampasina.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Vie de partis : TIM et HVM se défient en France

Le bras de fer entre les partis TIM et HVM se poursuit dans l’Hexagone alors que le peuple malgache se bat pour sa survie au pays. A l’occasion de la célébration du 15e anniversaire du parti

TIM, ses partisans en France ont organisé une cérémonie à laquelle ils ont invité le président national du parti, Marc Ravalomanana, samedi dernier. Au cours de la cérémonie, Marc Ravalomanana a sensibilisé l’assistance pour apporter sa contribution au pays. «Je ne suis pas venu ici pour simplement et intentionnellement critiquer les actions des autorités en place. Cependant, il est de mon devoir de porter à la connaissance de tous la désolation dans laquelle le peuple malgache est plongé et la souffrance ressentie régulièrement par tout un chacun. La diaspora peut jouer un rôle crucial dans la résolution de telles crises, en elles-mêmes devenues insondables tant elles sont profondes, en se ralliant sans aucune exclusion au TIM Frantsa», a-t-il déclaré.

Une réunion improvisée

Le parti au pouvoir a également réuni ses partisans en France mercredi dernier, une réunion improvisée selon le communiqué publié à cet effet. Le président national du parti, Rivo Rakotovao, a fait le point sur la situation générale qui prévaut au pays actuellement. Il a fait un tour d’horizon sur la question de la peste, du projet de révision de la constitution, des prochaines élections.

Le président du HVM en a profité pour renforcer son soutien à la candidature de l’actuel président de la République.

En tout cas, il apparaît que les deux parties ont déjà commencé l’offensive de charme auprès des Malgaches vivant à l’étranger en vue de les soutenir dans leur projet respectif. Etant donné que le vote à l’étranger pour la diaspora malgache n’est pas possible pour le moment, il est incontestable qu’un soutien financier serait le bienvenu pour les protagonistes.

Rakoto

News Mada0 partages

Chronique : vous avez dit ro matsatso ?

On dit que pour les Malgaches se laisser envahir par les émotions et les dévoiler devant les autres, c’est inélégant parce que c’est mettre dans l’embarras les témoins de ce manque de savoir vivre. Ce portrait du Malgache tout en retenue peut surprendre tant il est vrai que la discrétion et la pudeur sont des qualités qu’on peine à transmettre ces dernières années. Il faut bien l’admettre, nous ressemblons beaucoup moins à nos arrière-grands-parents que nous voudrions le croire et le faire croire. Les médias, les réseaux sociaux ou tout simplement la rue sont le théâtre quotidien d’une culture en mouvement, rarement élégante, de plus en plus éloignée des canons de la sagesse ancestrale, mais toujours très vivante. O tempora, …

Il y a toutefois des poches de résistance inattendue comme dans l’anecdote du ro mazava, qu’en bon Malgache vous ne confondrez jamais au grand jamais avec le ro matsatso. C’est pourtant ce qu’on attendrait d’un étranger qui, par définition, est incapable d’apprécier le riz rouge plus d’une fois dans le mois, fait la fine bouche devant un ravitoto sy hena kisoa et ne comprend pas le plaisir de se désaltérer en buvant un verre de ranon’ampango. L’étranger, ou pour l’exprimer plus clairement le vazaha, est souvent l’incarnation du manque de savoir vivre qu’auraient déploré nos arrière-grands-parents.

Voici donc qu’entouré de convives malgaches, un étranger distingue sans hésiter le ro mazava du ro matsatso. Impressionnés par cet exploit sans précédent, les Malgaches félicitent le gastronome étranger qui a su goûter les traditions culinaires des Anciens. Il affirme adorer le ravitoto sy hena kisoa, ne jure que par le ranon’ampango et connaît une très bonne adresse pour les ramanonaka ? C’en est fait de l’assemblée, l’émotion est à fleur de peau et c’est très embarrassant… Les choses rentrent dans l’ordre au dessert. Vous avez le choix : une tarte Tatin, un strudel, des baklavas ou même un simple gâteau au chocolat font aussi bien l’affaire.

 Kemba Ranavela

News Mada0 partages

La peste à Madagascar (1907) : bulletin de la peste

L’état sanitaire s’est si subitement et nettement amélioré qu’il est enfin permis d’entrevoir la fin prochaine de l’épidémie. Aucun nouveau cas n’a été enregistré depuis dimanche et les esprits les plus pessimistes commencent à se tranquilliser. Les commissions d’hygiène et de salubrité, avec un zèle utile encore qu’il ne soit pas unanimement approuvé, redoublent de précautions pour nous épargner une reprise du fléau. Vingt-cinq constructions sordides qui étaient une lèpre pour notre cité ont été condamnées cette semaine.

Ceci ne nous dispense aucunement, bien au contraire, de présenter quelques critiques de détails étranges qui nous sont signalés.

Il paraît que les effets de literie ayant servi à des malades européens entrés en traitement, voire même décédés à l’hôpital, au compte de la peste, n’ont pas été détruits. On se serait bénévolement contenté de les passer à l’étuve de désinfection, après une promenade en voiture dans les rues de la ville et un stationnement d’environ une journée sur la voie publique !!! Il nous est même affirmé que le véhicule employé au transport des cadavres… et malades, depuis le début de l’épidémie, n’a jamais été désinfecté.

L’autorité militaire, embarrassée pour caserner les 280 tirailleurs sénégalais arrivés par le Mangoro en supplément d’effectifs, a été obligée de faire camper sous des abris en feuillage une partie du contingent de la garnison, d’autant qu’il a fallu procéder récemment au Rova à des mesures de salubrité.

Cet état de choses, qui menace de durer jusqu’à l’époque des pluies, est on ne peut plus déplorable et on ne sait trop comment y remédier, même provisoirement.

Il est écrit que, tout en nous trouvant sur place, nous n’aurons pas la joie d’être les premiers à annoncer la fin de la peste et à rassurer nos familles de la Métropole.

On lit en effet dans le Petit Journal de Paris, à la date du 28 août, la grosse nouvelle que voici :

Fin d’une épidémie

Tananarive, 27 août.

« L’épidémie de peste qui sévissait à Majunga a complètement disparu. »

Il est impossible de battre un pareil record d’informations ! Mais qui diable, à Tananarive, a eu intérêt à faire les frais de ce câblogramme de divination anormale ?

L’Action à Madagascar (Majunga)

Samedi 5 octobre 1907.

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tarehiny fotsiny ireo vola taratasy vaovao

Zara raha hahazatra ny sasantsasany amin’ireo vola vaovao dia efa tsy hanan-kery intsony toy ny vola madinika teo aloha. Very hasina ho azy teny ny vola vy, lasa nanavesatra paosy fotsiny, tsy ho ela dia hanahaka an’izay ireo vola taratasy vao natonta. Inona intsony moa no azo takalona roa arivo, hoy ny fanontanin’ny olona raha miresaka ny fihenan-danjan’ny vola. Na ny iray alina aza dia tsy mahefa mankaiza. Mahalasam-borona ihany ny fisehon’io fihenana io. Tonga ity ny fotoan’ny manga, tsy efa milaza loza ve raha ao anatin’ny taona iray dia nitombo avo roa heny ny vidiny. Efa mampikiakiaka ny mpandraharaha rehefa mihena 2% ny herin’ny vola-pirenena eo amin’ny tsenan’ny takalo amin’ny vola vahiny, eto amin’ny tsena fivezivezen’ny rehetra anefa dia misy fisondrontam-bidy izay midangana tampoka sady tsy arakarak’izay. Asa izay tena anton’izany ? Ny tena moa toy ny olona rehetra tsy mahafantatra ny fomba fandinihana ny fizotran’ny kajy mikasika ny toe-karena, samy mizaka amina fihafina ny zava-mitranga.

Na izany aza dia mahatsapa ny fangirifiriny miantraika aty amin’ny tena. Tsy vata-kazo sanatria ny olona ka afaka ho kapaina nefa tsy haheno marary. Matetika anefa dia miharitra ao anaty fahanginana ny mponina, ho an’izay tsy mandinika dia toa afaka kapaina tsy hita fery ny vahoaka.

Ombieny ombieny dia misy fanambarana ny taha mikasika ny fisondrontan’ny vidi-piainana araky ny kajy ataon’ireo manam-pahaizana. Tsy miteny firy amin’ny sarabambem-bahoaka izany, hany fantatry ny olona dia ny fahatsapany ny fihenan-danjan’ny vola any aminy. Mikoroso mihahaingana hatrany io fihenan-danja io araky ny fahatsapan’ny maro. Kajy tsotsotra ny fomba entin’ny maro handinihana ny tranga-javatra : ny fikoroson’ny vidi-bola dia manambara ny fidangan’ny vidi-piainana, ny fisondrontan’ity farany ity dia mampiahiahy fitotonganan’ny fari-piainana raha tsy manaraka toy izay ny fiakatry ny fidiram-bola. Ireo rehetra ireo moa dia mifamahofaho tsy mitsahatra eo amin’ny tsena sy takalo samihafa. Ny fandrosona dia rehefa tsapa ny fisondrotry ny fari-piainan’ny maro vokatry ny fihenan’ny fahasahiranana. Iza no sahy hilaza fa mihena ny fahasahiranana ankehitriny ? Fihemorana ve noho izany no mitranga ? Ny tranga dia manana tompon’andraikitra fa tsy afaka ho ahilika lalandava any amin’ny faharatsim-bitana, ary tsy afaka hangatahan’andro amin’ny fanaovana ampitso-ampitso tsy misy fitsaharana. Anjaran’ny vahoaka no mitsara, fitaka ny tetika ho fanemorana ny fotoana hahafahany hitsara.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : soirées magnifiques et lendemains répugnants

On a eu peur, un peu, beaucoup, mais pas trop tout de même. Il faut continuer à vivre ! L’ambiance festive du vendredi magnifique, précédé du jeudi magnifique et suivi du samedi magnifique a eu raison de la brève période de panique collective. Les fêtards et autres soûlards ont retrouvé leurs habitudes devenues avec le temps une tradition qu’une épidémie de peste ne va pas faire vaciller. On boit, on mange et on jette les assiettes en plastique, les piques de brochettes et les os de poulets dans la rue. Demain, peut-être, des gens nettoieront. Et s’ils ne nettoient pas, tant pis. On a eu peur mais on ne fera pas le boulot à leur place !

 

Ino Vaovao0 partages

FIATREHANA NY FIFIDIANANA : Malaina hanamarina ny lisi-pifidianana ny olom-pirenena

Fantatra fa saika malaina amin’ny fandraisana anjara amin’ny fanaraha-maso ny fivoaran’izay lisitra misy ny anaran’ireo mpifidy izay ny ankamaroan’ireo olom-pirenena. Io no nambaran’ny tatitra nataon’ireo fiarahamonim-pirenena teo anatrehan’ ny vaomieram-pirenena nasionaly misahana ny fifidianana na ny Ceni ny faran’ny herinandro lasa teo. 

Nambaran’izy ireo fa raha manjary feno ary raha mametraka ny tenany ho tompon’andraikitra ny tsirairay dia maro ny olana tokony ho voasoroka. Ankoatra ny fahalainan’ireo mpifidy amin’ny fanaraha-maso ny fivoaran’izay lisi-pifidianana izay dia nanamafy ihany koa ireo mpikambana ao anatin’ny fiarahamonim-pirenena fa anisany mbola olana mitambesatra ihany koa ny fomban-tany any amin’ny Faritra sasany eto Madagasikara izay mametra mihitsy ny vehivavy tsy ho tompon’andraikitra. Manoloana izany, raha tiana ny hahatomombana an’izay lisi-pifidianana izay dia mila hamafisina ny fanentanana atao amin’ireo olom-pirenena, araka ny vahaolana naroson’ireo fiarahamonim-pirenena.

Marihina fa ireto farany dia anisany tena mandray anjara feno amin’ny fanentanana ny olom-pirenena mba hanamarina ny anarana sy ny fisoratana anarana ao anatin’ny lisi-pifidianana. Ankilan’izay efa mandeha amin’ny antsakany sy andavany ny lamina rehetra hoentina hiatrehana ny fifidianana. Nambaran’ny filohan’ny Ceni, Rakoto- manana Hery tamin’izany, ohatra, fa hampitomboina ny isan’ireo birao fandatsaham-bato manerana ny Nosy. 

Ankoatr’izay  ihany koa dia tsy mitsahatra mampivelatra hatrany ho amin’ny fahantanterahan’ny fifidianana madio sy eken’ny rehetra eto amin’ny firenena. Ny herinandro lasa teo, nisy ny fakan-kevitra nifanaovan’izy ireo tamin’ny mpanao gazety dia niroso tamin’ny fifampidinihana niarahana tamin’ireo fiarahamonim-pirenena indray ny zoma teo. Ireto farany dia nahazo lelavola mitentina iray tapitrisa dolara avy amin’ny vondrona Eropeanina hoentina indrindra hanaovana izay fanentanana eny ifotony izay.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANDRIAMISEZA ALAIN : « Efa zatra manitsaka ny lalàmpanorenana ny fitondram-panjakana »

Nahitsy ny filazàn’ny mpanao politika avy amin’ny mpanohitra, Andriamiseza Alain fa «  efa zatra manitsaka ny lalàmpanorenana ny fitondram- panjakana  ». Manao tohivakana hatrany ny fanehoan-kevitra manoloana ny fanapahan-kevitra noraisin’ny filoham-pirenena, Hery Rajaonari- mampianina tamin’ny nanendreny ny filoha nasionalin’ny antoko Hvm ho lasa loholona. Raha atambatra, mitovy fijery ireo mpanao politika izay mahita fa mibaribary tsy takona afenina intsony ny fitiavan-tsezan’ny fitondrana ka atao avokoa ny tetika rehetra hitazomana izany. 

Ho an’ny mpanao politika, Alain Andriamiseza manokana dia nambarany fa mariky ny tsy fanajana ny lalàmpanorenana iny fanapahan-kevitra iny sady tahotra hialana eo amin’ny fitondrana ihany koa. «  Mametraka olana eo amin-dry zareo ny fisian’ny roa volana na telo volana ho an’ny filoha izay mitarika ny fitondrana miaolohan’ny fifidianana ka tadiavina daholo ny vahaolana amin’izany, ohatra  ny fanovàna ny lalàmpanorenana ary anisan’izany ihany koa ny fanendrena tao amin’ny antenimierandoholona. 

Avelao hanao izay hataony eo ny fitondram-panjakana satria efa zatra manitsaka ny lalàmpanorenana izy ary efa zatra manitsa-dalàna  », hoy ny fanazavana nomeny. Nambarany fa tsy misy afatsy ny firaisankina eo amin’ny samy mpanohitra ihany no hany tokana afaka hanoherana ny tsy rariny rehetra mitranga eto amin’ny firenena. «  Ny lalana ihany no hotohizantsika, dia ny firaisankina no hery ary tsy maintsy tonga amin’ny fanalàna an’io fitondrana io  », hoy hatrany izy.

Tahaka ny fanehoan-kevitra noentin’ireo mpanao politika dia nohamafisin’ity farany ihany koa fa anisany paikady iray nokasain’ny fitondrana hifikirana teo amin’ny toerany ny fanovàna ny lalàmpanorenana ary kasain’izy ireo ho asiam-panitsiana ilay fametraham-pialan’ny filoha ankehitriny raha ho kandida ny tenany. Amin’izao anefa manamafy izay filatsahan-kofidiany izay ny zava-misy ka mitady olona azo antoka hitantana ny firenena ny tenany mba hahafahany mampiasa ny fahefam-panjakana rehetra amin’ny maha kandida azy.

Avotra Isaorana

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Nicolas RandrianasoloAvoahy izay manana « Dossier » mikasika ahy

Tafaverina an-tanindrazana ny sabotsy 21 oktobra teo ny solombavambahoakan’i Madagasikara Randrianasolo Jean Nicolas voafidy tany Betroka rehefa avy nanatrika ny fivorian’ny parlemanta Panafrikana notontosaina tatsy Afrika Atsimo ny 03-19 oktobra lasa teo.

Tia Tanindranaza0 partages

FAMPIANARANA

Nosokafana tamin’ny fomba ofisialy tamin’ny alalan’ny lamesa lehibe ny taom-pianarana 2017-2018 ho an’ny sekoly katolika eto Madagasikara,

 ka ny 20 oktobra tao Sambava no nanombohan'ilay tetikasa « ProFuturo » tohanan’ny Papa François, tetikasa natao indrindra hampidirana ny nomerika sy teknolojiam-pifandraisan-davitra eo amin’ny fampianarana eny anivon’ireo sekoly katolika, ka Ramatoa Voahangy Rajaonarimampianina no Reny mpiahy ity tetikasa ity. 

Sekoly katolika 28 isa ao Antsiranana no hisitraka sy handray ireo fitaovana sy teknolojia avo lenta avy amin’i Hery Rajaonarimampianina mivady. Nisy ny fanolorana vola 10 tapitrisa ariary ho fanatsarana hatrany ny tontolon’ny fianarana ao amin’ny diosezy.

POLITIKA

 

Tsy misy iraharahian'ny vahoaka izay fanendrena an'i Rivo Rakotovao, hoy ny olon-tsotra Tintin Ravonison. Zon'ny Hvm ny manendry izay olona tiany hotendrena amin'ny toeran'ny filohan'ny Antenimierandoholona dia aleo hataony izany.

 

 

Tsy misy kajikajy politikan'ny Hvm ary tsy hanilika an'i Honoré Rakotomanana velively ny namadihana an'i Rivo Rakotovao ho senatera, raha ny fanazavan'ny depiote Harijaona Randriarimalala (John Elite). Nahomby hatrany izy tamin'izay sehatra nisy azy ka hampahomby azy kokoa io toerana vaovao io amin'ny maha filohan'ny Hvm azy.

 

Fandanian'andro sy vola ny fanaovana fitsapan-kevi-bahoaka hanitsiana ny lalàmpanorenana, hoy i Sarah Georget, filohan'ny PND. Ny fakan-kevitra amin'ny olom-pirenena, indrindra fa ny mpanohitra ny amin'ny fanatanterahana ny fifidianana 2018 no tokony hatao.

 

ADY AMIN’NY PESTA

Tsy manao fanaraha-maso araka ny tokony ho izy ireo mpitsabo sasany eny amin’ny toeram-piantsonan’ny fiarakodia. Tsy ny anarana no zahana fa ny bokin’andraikitra fotsiny no nampiana fitomboka. Tokony ho any amin’ny toerana efa tafavoaka an’Antananarivo ny fanaovana ny famendrahana fanafody, hoy ny mpitatitra

MAHAJANGA

Tsy mandray ny andraikiny amin’ny fitsinjarana trano ny tompon’andraikitra eny eny anivon’ny anjerimantolo any Mahajanga. Manakiana izany amin’ny fikambanan’ny mpianatra isam-poko, ka miteraka ny disadisa. Niara-nientana nanadio ny trano izay potika sy rotiky ny gidragidra ireo mpianatra ny faran’ny herinandro teo.

FANATANJAHANTENA

Efa mitsinjo ny taom-pilalaovana manaraka ny USCAFOOT, ekipa mpilalao baolina kitra eo anivon’ny kaominina Antananarivo ankehitriny. Efa mitety faritra sy mitrandraka mpilalao, ka ny faran’ny herinandro teo dia tany Mananjary izy ireo no nandranto lalao ara-pirahalahiana tamin’ny ekipa voafatin’i Mananjary. Nahita ilay lohalaharana antsoina hoe Badal izy ireo tany an-toerana.

Fanatanjahantena hatrany saingy mahakasika ny asa fanaovan-gazety kosa dia miverina indray ankehitriny ny fikotranana eo anivon’ireo vehivavy mpanao gazety manao Basikety. Isaky ny sabotsy moa no hanatanterahan’ireto andriambavilanitra ireto ny fanazarantenany etsy amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina ary dia mitohy hatrany ny fanentanan’izy ireo amin’ny hanatevenan-daharana ny ampela manao gazety manao basikety.

HAIN-TRANO MAHATSIRAVINA

Trano 220 no may kila forehitra vokatry ny hain-trano mahatsiravina niseho tany Ambodimanga Betsiboka, kaominina Maevatanàna Faharoa ny faran’ny herinandro teo. Mitentim-bidy 3,945 miliara ariary ny fahamaizana. Olona 1280 no tsy manan-kialofana.

Trano 150 tafo no indray kila forehitra vokatry ny hain-trano tany amin’ny kaominina Bekidoka any amin’ny distrikan’i Besalampy ny sabotsy lasa teo. Fianakaviana an-jatony no tsy manan-kialofana. Ireo mpivaro-mandeha avy any amin’ny kaominina Andina sy Imady, distrikan’Ambositra no tena lasibatra tamin’izany. Ny Biraon’ny kaominina sisa niangana nandritra ity loza ity, ka manao antso avo amin’ny manampahefana hijery akaiky azy ireo ny mponina. Tombanana ho ankasoparana tsotr’izao no nahatonga ny loza raha ny fampitam-baovao.

 

Any amin’ny Kominin’i Bekidoka ihany dia manjaka ny tsy fandriampahalemana. Sefom-pokontany iray no notifirin’ny dahalo ny herinandro lasa teo. Nilaza ny hanao fitombokase ireo olon-dratsy, kanjo novonoiny ity tompon’andrakitra ity.

 

VATOMANDRY

1500 kilao, izany hoe 18 gony, no lanjan’ny taolam-paty tra-tehaky ny mpitandro ny filaminana tao Vatomandry tamin’ny herinandro teo ary dia voasambotra niaraka tamin’izany koa moa ireo 10 lahy. Efa niakatra fampanoavana ny raharaha. Raha ny fanazavana dia tsy mbola nisy trafikana taolam-paty goavana nihoatra iny tany amin’ny faritra atsinanana tany, eny teto Madagasikara mihitsy. (SARY: Taolam-paty)

 

 

BIANCO

Hanampy ny Bianco amin’ny famongorana ny kolikoly ny tranoben’ny varotra Amerikanina, araka ny nambaran’ny filohan’ny filankevi-pitantanany. Afaka mifanampy tsara ny sehatra tsy miankina ny Bianco satria misy rafitra napetraka hatramin’ny 2025 satria mila manao ny “certification ISO 7001” eo amin’ny sehatry ny fandraharahana.

 

SOSIALY

 

Nanapa-kevitra ny nisintaka tanteraka an’i Madagasikara i Yanish Ismael ary nipetraka ao amin’ny nosy Maorisy. Izany dia taorian’ny kidnapping izay nahazo azy sy niainany. Tsy izy irery ihany no voatery niala teto amintsika toy izany. Na teratany Malagasy aza, ka misy atao, dia aleony miala mba tsy hiverenan’ny kidnapping izay mbola mety hanjo azy hatrany.

PESTA

 

Efa nivoaka omaly ny CHAPA Ambohimiandra ny telo tamin'ireo efatra mpanao gazety izay notsaboina tao. Vita ny tsindrona 36 ary afaka namonjy ny toeram-ponenany izy telo izay nisaotra ny mpanao gazety nanotrona azy ireo hatrany.

Tena vahaolana mila ampiharina avy hatrany ilay soso-kevitra niainga momba ny fampiatoana ny asa aman-draharaha sy ny fampianarana rehetra ao anatin'ny telo andro mba hamongorana ny pesta, raha araka ny depiote Tim Mamy Rabenirina, lany tao Ambohidratrimo. Tsy misy vahaolana matotra mihitsy raisin'ny fanjakana ka mampitombo isa ny maty. Raikitra ny asa fanadiovan-tanana eny amin'ireo faritra iva eto an-drenivohitra. Efa nanomboka ny faran'ny herinandro teo izany, indrindra taorian'ny fiakaran'ny rano nateraky ny ranon'orana. Anisan'ireny ny teny Ambodin'Isotry....Ny kaominina Antananarivo Renivohitra no nitarika ny hetsika teny an-toerana, hahafahana miady amin'ny fihanaky ny valanaretina pesta.

 

Hanao hetsika hanadiovana ny faritra misy azy ihany koa ireo mponina eny amin'ny fokontany Anosizato Atsinanana. Hitohy hatrany izany izay nomarihin'izy ireo fa tsy vao sambany akory saingy hotohizana hatrany kosa ho fiarovana ny mponina amin'ny fihanaky ny aretina.

 

ANDOHARANOFOTSY

Manao antso avo amin’ny mponina mba hitandro ny fahadiovana ny ben’ny tanànan’Andoharanofotsy Hasina Ranirison. 11 hatramin’izao no trangana pesta. Nisy ny efa sitrana ary nisy ny mbola manaraka fitsaboana. Tsy misy ahiana mihitsy ny fahasalamany na ny ainy. Momba ny fanadiovana ny tanàna amin’ny ankapobeny. Miangavy ny tenanay ary misy olona fantatray fa manao fanahiniana mba hanaratsiana ny kaominina, hoy izy. Eo amin’ilay hoe fivorivoriana dia tsy lalàna fa hafatra, ka matoa natao izay dia misy dikany, ka aleo hajaina.

FANDRAHARAHANA NY FONJA

Misokatra ho an’ireo rehetra mpandraharaha ny fonja ny « centrale d’achat » hahafahan’izy ireo manjifa ny fanamiana manavaka azy. Tsy natao ho fieren’ny jiolahy akory ny fandraharahana ny fonja, hoy ny tale jeneraliny Razafindramanana Perrot. Tsy ekena ny fanosoram-potaky ny mpitandro ny filaminana sasany ary tokony hohamarinina ny vaovao vao havoaka, hoy izy.

TOAMASINA

Manohitra ny fanapahan-kevitry ny APMF ny mpitondra lakana sy zahatra, izay tsy afaka misitraka ny lakandranon’i Pangalana ao Tanambao Verrerie. Tsy maintsy any amin’ny “Port Fluavale” ny fiantsonana, ka mangataka ny hahafahan’izy ireo miantsona eo amin’ny Port Verrerie izy ireo.

 

FANAMBOARAN-DALANA

 

Noraisina vonjimaika ny faran'ny herinandro teo ny asa fanamboarana ny lalana eny Antanimenakely Itaosy, raha herinandro mahery izay no nanombohana ny asa. Ny minisiteran'ny asa vaventy no manatanteraka izany, niara-dalana tamin'ny fanamboarana ny lalana eny Vassacos. Ankoatra ireto toerana roa ireto moa dia toerana hafa toy ny eny Tsimbazaza sy Ankadifotsy ihany koa no efa namboarin'ity minisitera iray ity.

 

FAMPIANARANA

 

Betsaka amin'ireo sekoly tsy miankina eto an-drenivohitra no fantatra  fa hanome enti-mody mangingina ny mpianany mba tsy hahavarian-dalao loatra ny ankizy mandrapahatongan'ny datin'ny 6 novambra fotoana hidiran'izy ireo mianatra indray. Vao manomboka mantsy ny volana novambra hoy izy ireo dia efa ny fetin'ny Krismasy no malaza izay tena misarika be dia be tokoa ny sain'ny mpianatra.

 

SOSIALY

50 hatramin’ny 60 isa eo amin’izao fotoana izao sisa ireo taksibrosy miainga etsy amin’ny Fasan’ny karana raha nahatratra 150 teo aloha. Ny firongatry ny pesta no tena nampidina io isa io, raha ny fanazavan’ny tomponandraikitry ny fitaterana eny an-toerana, ary dia mazava ho azy fa miha miditra amin’ny fatiantoka hatrany ireo mpitatitra noho ny fihenan’ny mpanjifa hatrany amin’ny 70%.

Efa an-taonany maro izao no tsy nanana dabam-pako ny fokontanin’Ankasina fa dia eny rehetra eny foana no narian’ireo mponina ny loto sy ny fakony ary ny tatatra sy lakandrano ary ny tanimbary moa no tena lasibatra. Na eo aza ny fahatsetsenana dia mbola amin’ny volana martsa 2018 indray vao afaka misikotra ireo fako ny tompon’andraikitra, araka ny fanazavan’ny sefo fokontany ao an-toerana, satria efa antomotra ny fahavaratra.

FAKANA AN-KERINY

Matetika dia tsy hita soritra ny toerana misy ireo mpaka an-keriny, raha ny fanazavana azo avy eo anivon’ny minisiteran’ny filaminana anatiny ary nahasarotra ny fandehan’ny fanadihadiana rehetra natao izany teo aloha teo. Antony io nivondronan’ny minisiteran’ny filaminam-bahoaka, minisiteran’ny fitsarana, ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena, ny sampandraharaha misahana ny teknolojiam-pifandraisana eto amintsika ary ireo tambajotram-pifandraisana ihany koa ka nanao sonia fifanarahana fa hifanampy hanamorana ny fanenjehana ireny tontakely ireny.

 

TOEKARENA

Tsy ny avy eo anivon’ny Synad na ny sendikan’ireo administratera sivily intsony no mikarakara ny fifidianana izay ho filohan’izy ireo hotanterahana ny 27 oktobra izao. Ny CRAC na ny boriborim-piketrehana eo anivon’ny fandraharahana sivily kosa no hiantsoroka ny fanaraha-maso rehetra avy ety ivelany na dia efa misy aza ny komity mikarakara ao anatiny. 4 moa ireo kandida handray anjara amin’izany.

Hanampy ny birao misahana ny ady amin’ny kolikoly eto amintsika ny tranoben’ny varotra amerikanina na ny Amcham. Anisan’ny ahitana azy io tokoa eo amin’ny tontolon’ny fandraharahana eto amintsika ary dia izay indrindra no hery nanosika ity tranobe ity hiady amin’io fahalovana voalaza io. Isan’ny vina napetraka mba hahatongavana amin’ny tanjona iriana ohatra ny fanamorana ny fampandoavan-ketra sy ny fanampiana ireo orinasa tsy ara-dalàna hiditra eo amin’ny sehatry ny ara-dalàna.

Lalam-pihariana mbola malalaka sy azo trandrahana tsara ny fiompiana tantely ary ho fanatsarana izany indrindra dia tafatsangana ny faran’ny herinandro teo ny vovonana nasionaly hikambanan’ireo mpisehatra amin’ity fandraharahana tantely ity. Ao Ambositra, faritra Amoron’i Mania moa no misy ny foiben’izy ity ary antony nisafidianana ny toerana dia maro ireo mponina mivelona aminy ao an-toerana saingy tsy mivelatra araka ny tokony ho izy ny seha-pihariany.

 

 

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Parasy Gasy

Voalavo be, mpitondra aretinaParasy kely fa tena misy entina.Fako aman-taonina toa tranon'ny pesta,Gasikara manontolo no tsy afa mihetsika.

 Ny ankizy mpianatra ho lasa donendrina

Tsy afa mandalina fa matahotra aretina.

Ny ekolazy ve nefa tsy maintsy efaina ?

Na dia efa iray volana aza no niala maina.

 

Governemanta ovaina matetika

Izany tokoa ve no tena tetika ?

Minisitra aza tampoka eo lasa loholona

Tena izany ve ilay vahaolana ?

 

Miandry fa gasy, hoy ilay fiteny mahazatra

Dia izay ve izany no anjara sy lahatra ?

Nareo anie ry Jean ka mbola Malagasy.

Tadidio fa na mafy na osa samy lanin'ny parasy.

 

 

Marco Zafi

 

Tia Tanindranaza0 partages

Voly PenjyHovelomina ao Farafangana

Tapa-kevitra ny hamelombolo indray ny voly “Mahampy” izay ampisaina amin’ny fanamboarana harona sy satroka sy asa tanana maro samihafa ny fikambanam-behivavy ao amin’ny kaominina ambanivohitr’i Manamboatra distrikan’i Farafangana.

 

 Mahatratra 1m sy sasany ny haavon’ity voly ity rehefa tena vokatra, ary tsara kalitao ny entana vita aminy rehefa voakarakara tsara.  « Penjy » moa no hahafantaran’ny olona  kokoa ny « Mahampy », ary manerana ny nosy dia hain’ny Malagasy tsara izany hoe « satroka penjy » izany izay nampiavaka an’ny Pr Zafy Albert. Asa tanamaro no atao, izay tetikasa tohanan’ny minisiteran’ny mponina sy ny fampiroboroboana ny vehivavy. 500 ny olona mandray anjara mivantana aminy izay mahazo 5.000 ariary isan’andro. Mety hampidi-bola 40 000 ka hatramin’ny 60 000 ariary isan-kerinandro ho an’ireo mpanao asa tanana ny fikirakirana ny penjy, izay efa zava-dehibe ho an’ny mponina any an-toerana ary mahavonjy azy ireo amin’ny fahasarotan’ny fiainana sy tsy fananan’asa. Tonga tany an-toerana ny zoma lasa teo ny minisitra Onitiana Realy nijery ny zava-misy ary nifanakalo hevitra tamin’ny mponina ihany koa. Tsy diso anjara ny fikambanam-behivavy tao Farafangana fa dia nahazo milina fanjairana ary hahazo fampiofanana manokana momba ny zaitra. Nitodi-doha nankany Manakara indray avy eo ny minisitra Onitiana Realy sy ny delegasionina notarihany. Asa avy hatrany no natrehana dia ny fanadiovana ireo lakan-drano tsentsina noho ny rivodoza sy andro ratsy. Asa niarahana tamin’ny vahoakan’i Manakara notarihan’ny ben’ny tanàna Giscard Andriano. Asa tsy maintsy natao mba ho fanadiovana ny tanàna sy hisorohana ny mety ho fiparitahan’ny valanaretina maro toy ny pesta. Hifantoka amin’ireo boriborintany 6 eto Antananarivo Renivohitra indray moa ny asa tanamaro hiandraiketan’ny minisiteran’ny mponina amin’ity herinandro ity, araka ny fantatra.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

FahasalamanaRatsy nify ny 90 %-n’ny Malagasy

Marary sy ratsy nify avokoa ny 90 %-n’ny Malagasy, raha araka ny fanazavan’ny dokotera Rénaud Rasolonirina, tompon’andraikitra misahana ny fahasalaman’ny nify sy ny ativava eto amin’ny Faritra Analamanga.

Antony mahatonga izany ny fihinanana sakafo diso mamy loatra, ny tsy fahaizana manadio ny nify arahin’ny tsy fanatonana ny tobim-pitsaboana. Amin’ny ankapobeny, mila manadio nify in-telo isan’andro ny olona iray, izany hoe isaky ny avy misakafo. Tokony hatao ihany koa ny fampitondrana borosy nify ny ankizy madinika any am-pianarana hahafahany manadio ny nifiny rehefa avy mihinana odiambavafo izy ireny. Tokony hanatona tobim-pitsaboana in-droa isan-taona ihany koa ny olona  na dia tsy marary nify aza. Nomarihiny fa efa miezaka ny mampitombo isa ireo mpitsabo nify eto amintsika ny fanjakana saingy mbola olana ny fitobian’izy ireny eto an-drenivohitra. Mahatsiaro sahirana noho izany ny any ambanivohitra ka tsy vitsy ireo manao dokotera tenany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tany tsy misy fanjakana !

Raha resaka rafitra no resahina, dia mbola misy tokoa ny fanjakana eto amintsika, fa raha ny lamina ara-piarahamonina sy ny fifehezana ny firenena, dia ara-bakiteny mihitsy ny hoe : tany tsy misy fanjakana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana ho filohan’ny FMF vaovaoNy tsara toerana amin’ireo akaiky an’i Ahmad

Efa mandeha sahady ny tombantombana samihafa ho an’izay olona tena hisolo tanteraka ny toeran’i Ahmad taorian’ny datin’ny sabotsy 14 oktobra teo nivoahan’ny daty hanatanterahana an’ireo fifidianana amin’ny fitantanana ireo rafitra hitantana ny baolina kitra Malagasy.

Tia Tanindranaza0 partages

Famatsiana herinaratra ao ToamasinaAzo ny “transformateur”, mitohy ny halatra tariby

“Transformateur” manana tanjaka 160Kva iray no nirefotra tao Mangarano II ny alarobia lasa teo ka telo andro sy roa alina tsy mahazo herinaratra ny mpanjifan’ny jirama maro be hatrany Tsarakofafa.

 

 Taorian’ny fangatahana fitaovana nataon’ny talen’ny jirama Toamasina Veloson Leonard tany amin’ny foibe, dia ny zoma teo no tonga ny “Transformateur” vaovao manana tanjaka 250Kva. Ny zoma io ihany dia efa napetraka, ny tolakandro ihany dia efa niverina ny herinaratra tao Mangarano II sy Tsarakofafa tapaka. Raha ny halatra taribin’ny Jirama kosa dia ny tambajotra Volobe Toamasina II mandalo ao Tanandava hatreo Toamasina renivohitra no mazàna tena hitrangany. Taorian’ilay 400 m nisy nangalatra efa nosoloin’ny jirama farany teo, dia mbola nitrangana halatra ihany koa ilay tambajotra ny zoma nifoha ny sabotsy teo tokony ho tamin’ny 1 ora sy sasany maraina. Nandritra ny fidinana ifotony nataon’ny FIP dia azon’izy ireo ny tariby efa voatapataka mirefy manodidina ny 400m eo ihany koa, mbola tratra koa ireo fitaovana nampiasain’ireo mpangalatra, saingy nandritra ny fifanenjehana tamin’ireo andian-jiolahy tany anaty ala sy tao anatin’ny haizina dia tsy tratra ireto andian-jiolahy ireto na efa nanapoaka basy aza ny FIP. Mbola miantso fiaraha-miasa amin’ny andrimasom-pokonolona sy ny fokontany hatrany ny Jirama hisorohana sy hanoro izao halatra herinaratra sy halatra tariby izao ho tombontsoan’ny rehetra.

 

Rakoutou

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mécanicien nipoahan’ny “Gaz”Tapaka ny tongony, nipotsaka ny tsinainy…

Zava-doza no nitranga teny Ankinininabe Andramahavola Ambohidrapeto ny sabotsy teo. Tovolahy iray nitondra ny anarana hoe Solo 30 taona no nipoahan’ny « gaz » teo am-perinasa.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Clémence RaharinirinaHitarika fanakorontanana

Milaza ny hitarika fitokonana indray ireo mpitarika ny Fikambanan’ny “Taxi” Antananarivo Renivohitra (FTAR), tarihin’i Clémence Raharinirina manomboka ny zoma 27 oktobra ho avy izao.

Ny hanohitra hatramin’ny farany ny lamina sy ny fanatsarana ny tontolon’ny fitaterana amin’ny alalan’ny fanomezana ny “contre visite” hiandraketan’ny OMAVET no tanjona. Ambara fa bemarenina hatrany ny kaominina, kanefa ireny niaraha-nahita ireny ny antso sy ny fifampiresahana natao, saingy ireo mpitarika ny FTAR vitsivitsy no minia manoha riana, ka nivoaka ny efitrano tetsy amin’ny Lapan’ny tanàna Analakely. Hitohy ny sabotsy 28 oktobra ny fifampiresahana kenefa toa tsy te hahalala intsony izy ireo, fa ny hitokona sy hanakorontana no masaka an-doha. Ny fivoriana tetsy amin’ny Lapan’ny tanàna aza moa dia nambaran’ny mpitarika ny FTAR, fa mpiasan’ny kaominina sy mpanjifa ary mpamily fiarakaretsaka vitsivitsy no nameno ny seza. Olona tsy manan-katao ve izany ireny, ka andeha handany andro amin’izany ? Ny hanakorontana sy hanohitra no tena tanjony, izay manaporofo ny resaka fikaramana an’ady hanaratsy ny kaominina no tanjona. Efa manomboka tsipahin’ny maro ny tenany ankehitriny noho izay kajikajy maloto izay. Mitaky ny hanajanonana ny asa fitsirihana fiara ho eny Antsakaviro hatrany i Clémence Raharinirina sy ny ekipany. Efa tonga hatramin’ny hoe foanana ny “visite technique” aza ny resaka. Ny mahagaga sy mahatalanjona amin’ity raharaha ity dia ny fivoizana hatrany fa mitaky ny hanilihana ny fiara sasany ny kaominina, ary mitady hampiditra fiara vaovao, izay efa nodisoina tanteraka. Efa nohazavaina ihany koa fa ny saran’ny fitsirihana hatramin’izay ihany no sarany amin’izao, fa ny kalitaon’ny asa no tsara kokoa satria manana ny fitaovana ampy ny OMAVET. Efa masaka an-tsaina kosa ny hoe hitsivalam-pandry ho an’ireto mpitarika vitsivitsy ny FTAR. Misokatra amin’ny fifampidinihina hatrany kosa ny kaominina.

Toky R

 

La Vérité0 partages

Affaire magistrat Michel Rehavana - Le procès repoussé pour la énième fois

Pour la troisième fois consécutive, le procès qui a débuté hier vers 10h45 et concernant la mort suspecte du magistrat Michel Rehavana, survenue le 9 décembre  2011 à Toliara, a été repoussé à une date ultérieure. C’était la décision de la présidente de la Cour saisie de l’affaire après une courte délibération à huis clos avec les assesseurs et dans une salle d’audience quasi vide du Tribunal d’Anosy, hier. Un ajournement pour le simple motif que ni les 39 inculpés, tous des policiers, ni les proches de la victime, encore moins les nombreux témoins à l’affaire, n’étaient venus pour cette audience.  « Vu que toutes les parties concernées sont absentes, la Justice a décidé de renvoyer la session pour une autre date. On ignore si elles avaient reçu leurs convocations ou non », a annoncé le juge.

Une conversation en coulisses a permis de savoir que tous les agents de police entraînés dans la mort du premier substitut au procureur Michel Rehavana, ont bénéficié d’un mandat de dépôt expiré.  Depuis, ils auraient tous regagné leur poste respectif à travers le pays et seraient sur le point de n’être plus du tout inquiétés. Or, certains d’entre eux sont directement ou indirectement incriminés pour avoir maltraité le juge Michel Rehavana, au point d’entraîner sa mort toujours à l’époque où les vives hostilités s’embrasaient entre la Police et les gardes-chiourmes à Toliara. Après qu’une horde de policiers s’en était violemment pris au magistrat qui a élaboré la sentence sur le sort d’un policier accusé de trafic d’arme, le juge a succombé au cours de son évacuation vers l’hôpital de Toliara, selon l’information. Aujourd’hui encore, les causes exactes de son décès soulèvent de vives polémiques. Si certaines sources ont parlé d’une mort des suites de ses blessures, d’autres ont avancé un décès sous le coup de  l’émotion.  Côté plaignant, seul un sur les 4 prévus d’être entendus à la barre, était venu à la salle 4. Il s’agit du prénommé Rado, agent pénitentiaire de son état et qui n’a pas caché sa déception devant cette situation. Ce n’est pas la première fois qu’il a dû ainsi rentrer bredouille à Antsirabe où il est actuellement basé. Comme au 20 août dernier, date à laquelle l’affaire aurait dû être initialement jugée dans la Capitale,  rien ne s’était passé. Même déception le 21 septembre et enfin hier.  Le garde pénitentiaire s’estime être donc mené tout simplement en bateau. Le cas de Rado qui se constitue partie civile, est spécial. A l’époque où l’affaire a éclaté, il était chef de poste à la Maison centrale de Toliara. Il a voulu empêcher une horde de policiers venue pour chercher à faire la peau au directeur du centre de détention de Toliara. « J’ai  réussi à réaliser leur funeste objectif en claquant le portail au nez des policiers déchaînés », a-t-il raconté. Une confusion d’une rare violence s’était alors produite lorsque les gardes pénitentiaires ont réussi à repousser les assauts de leurs adversaires de la Police. Ces policiers, furieux d’avoir échoué à faire évader leur collègue qui y est emprisonné pour 5 ans ferme car impliqué dans une affaire de location d’arme à feu aux membres d’un gang, auraient donc voulu s’en prendre violemment au directeur. C’était dans le chaos total que les policiers et les agents pénitentiaires ont fait des échanges de tirs pendant au moins 3 heures de temps et pendant lesquels le garde-chiourme Rado s’était fait déposséder de son revolver à barillet de service et qu’il ne devait plus retrouver. Pire, on l’a embarqué manu militari, les poings menottés, pour une détention policière, c’est-à-dire au violon. « Or, j’étais encore vêtu de l’uniforme réglementaire. Idem pour mes collègues qui étaient aussi battus. Ce qui est inadmissible. D’où ma décision de porter plainte », a-t-il renchéri.Franck Roland

La Vérité0 partages

Epidémie de peste - « L’enterrement digne et sécurisé » des victimes en suspens

Aucune date précise. Le ministère de la Santé publique (Msp) semble réticent quant à la validation du protocole d’accord pour la recherche d’un modèle d’enterrement digne et sécurisé, proposé la semaine dernière par l’Organisation mondiale de la santé (Oms) et la Croix-Rouge Malagasy (Crm). Ce protocole d’accord autorise, rappelons-le, l’enterrement des pestiférés dans les caveaux familiaux, mais sous nombreuses conditions.

Des agents de la Crm ont bénéficié d’une formation pour traiter les corps de façon sécurisée avant de les rendre à leurs familles respectives, afin que leur enterrement respecte les coutumes, la religion et la culture, à en croire un responsable auprès de l’Oms. Le Msp a pourtant avancé la nécessité d’un test d’une semaine pour voir si cette méthode est vraiment sécurisée. « La validation de ce protocole d’accord requiert diverses études, entre autres des études anthropologiques et culturelles, c’est pourquoi ni le test y afférent ni sa validation n’ont encore été appliqués pour le moment. En tout cas, une commission spéciale a été mise en place pour ce faire », avance le Dr Mahery Ratsitorahana, directeur de la Veille sanitaire et de la Surveillance épidémiologique auprès du Msp. Bref, l’enterrement digne et sécurisé dans les tombeaux familiaux restent en suspens.Utilisation de sacs mortuairesL’enterrement des victimes décédées de la peste se fait dans des fosses communes pour la plupart des Districts touchés. Pour la ville d’Antananarivo, le Bureau municipal d’hygiène (Bmh) enchaîne l’enterrement des pestiférés dans la fosse provisoire, au cimetière d’Anjanahary. « L’on y a enterré plus de 30 corps depuis le 11 septembre jusqu’à samedi dernier. La dernière personne enterrée étant un bébé de 10 mois, décédé à l’hôpital des enfants », fait part Durand Derys Herivonona, premier responsable auprès du Bmh. Néanmoins, les agents utilisent désormais des sacs mortuaires, dons des organismes onusiens, pour donner un peu de dignité aux gens décédés. « Les sacs mortuaires sont à la fois solides, pratiques et sécurisés. Tous les autres pays ayant fait face à des épidémies, à l’exemple celle de l’Ebola, les utilisent pour enterrer les victimes dans la sécurité », avance notre source. Le Bmh a pu utiliser ces sacs mortuaires pour 3 cadavres si auparavant, il a juste scellé les corps dans des sacs en plastique. « Nous disposons actuellement du stock nécessaire de ces équipements pour assurer un enterrement digne des victimes décédées de la peste », rassure le numéro un dudit bureau.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Football- THB Ligue des Champions - Rien n’est encore joué

Les rideaux sont tombés sur la phase Aller de la poule des As THB ligue des champions avec la victoire en apothéose du tenant du titre, la CNaPS Sport Itasy. Une occasion pour Lucien Kassimo alias « Foroche » de briller de nouveau sous le feu des projecteurs. Titularisé par le coach des caissiers lors de la deuxième journée de la Poule des As, « Foroche », baptisé la terreur des défenseurs, a encore frappé fort en marquant deux buts à lui seul donnant la victoire à la CNaPS (4-2) face à l’Elgeco Plus Analamanga.

Et ce, avant sa piètre prestation devant les militaires du Cosfa dimanche dernier. Une victoire qui a permis aux caissiers de prendre les commandes du classement provisoire avec 9 points contre 6 pour sa dauphine, l’Elgeco Plus. C’est le prochain choc entre les deux équipes, CNaPS- Elgeco au seconde manche qui déterminera le futur vainqueur du championnat de Madagascar 2017. Malgré tout, crédités respectivement d’un point sur leur compteur, Cosfa Analamanga et Hzam Amparafaravola ont encore leur chance en cas de revirement de la situation. Chacune des trois équipes doit prendre son destin en main. Pour cela, il faut battre la CNaPS au moins deux fois durant cette ultime manche. E.F.

La Vérité0 partages

Jirama - Ambiance tendue au sein de la société

Le courant risque de ne plus passer entre les dirigeants et l'ensemble du personnel de la Jirama. Des bruits d'information annoncent le début de grogne des employés de la compagnie d'eau et d'électricité de Madagascar suite à des décisions prises par les dirigeants qui tendent vers une privatisation de certains secteurs. Une privatisation déguisée sous forme d'externalisation de services.

Actuellement, 300 nouveaux agents technico commercial étoffent l'équipe existante qui effectue le relevé de compteur, la coupure et remise  ainsi que la facturation. Dans la pratique, ces nouveaux agents sont intégrés  dans les six agences de la capitale et au sein du groupe des anciens. Ces derniers voient d’un mauvais œil le concept et craignent qu'un beau jour ils soient affectés à d'autres postes ou pire perdent leur travail. En effet, des bruits courent que les dirigeants de l'entreprise vont d'ici peu externaliser  ces services et les confieront à une société privée. Le cas de handling de Air Madagascar fait ainsi école dans cette société d'Etat qui monopolise la distribution de l'eau et de l'électricité à Madagascar. Si ce concept est déjà en marche, un projet est également en cours pour les services de branchement et de dépannage. La panique commence à s'installer ainsi au sein des employés de la Jirama d'autant plus que tout se fait et se réalise sans que les dirigeants leur avisent sur quoi que ce soit. D'après un employé qui veut garder l'anonymat, les motifs invoqués ont trait entre autres au manque de confiance faisant suite à la découverte des branchements illicites opérés, certes, par des éléments de la société. Comme partout ailleurs, il y a toujours les brebis galeuses mais c'est inadmissible de mettre tout le monde dans le même panier, plaide cet employé. Lui qui n'hésite pas à défendre ses collaborateurs qualifiés ainsi d'indélicats en avançant que la faute incombe en majeure partie à la Jirama. « Tous les jours que le bon Dieu fait, les agents de la Jirama entendent les plaintes des clients qui veulent à tout prix que leur foyer soit doté d'eau courante et d'électricité. Certains ont déjà entre leurs mains un devis payé auprès de la société mais la réalisation tarde à se concrétiser »,  affirme -t-il. Face à cette situation, il est tout a fait compréhensible que des agents avec leur débrouillardise parviennent à satisfaire les demandes des « clients -arnaqués » par la Jirama. On peut effectivement qualifier d'arnaque la non- exécution des travaux  dans la mesure où les demandeurs ont effectué toutes les démarches légales nécessaires pour l'obtention des produits de la Jirama et se sont acquittés des frais y afférents. Mais rien n'est fait. Selon les informations recueillies, 28.000 potentiels clients de la Jirama sont en attente depuis belle lurette de leur branchement après avoir payé les frais estimatifs inscrits sur le devis établi par les agents de la société.  Une fois ces demandes honorées par la Jirama, il est impensable que des clients vont encore recourir à des services « sous -terrain ». Par ailleurs, des cadres supérieurs de la Jirama se plaignent également de l'opacité des recrutements  à opérer bientôt. Un appel à candidature a été lancé  pour occuper les différents postes de directeur mais jusqu'à maintenant les résultats tardent à sortir. Même l'étape de l'entretien n'a pas  été encore franchie, à moins que ce soit déjà faite pour les copains et certains éléments assurés de porter la cravate bleue au moment opportun.A tous les niveaux, c'est ainsi la grogne et la démotivation au sein de la Jirama. Ce qui pourrait expliquer les délestages inexpliqués et inexplicables qui sévissent dans la Grande île.R. Michel

La Vérité0 partages

Epidémie de peste à Madagascar - Déception totale des organisateurs événementiels

Depuis le début de cette malheureuse épidémie de peste, beaucoup de choses ont changé dans la vie quotidienne et professionnelle des malgaches. Une épidémie qui ne cesse de faire des ravages et des malheureux voilà maintenant plusieurs semaines. Le secteur le plus touché enregistrant le plus d'impact reste l'économie. Il est difficile d'évaluer et surtout de prédire les impacts de la crise sur ce plan, mais les séquelles pourraient être importantes. Une crise sanitaire ravageant plusieurs domaines d'activité dont le transport, la restauration, le tourisme, les loisirs et surtout l'évènementiel.

La suspension dans la Capitale de « toutes réunions ou manifestations » a provoqué une grande polémique car malgré ces mesures prises, plusieurs événements ont quand même eu lieu. Le pouvoir a même pris l'initiative de suspendre les cours dans tous les établissements scolaires privés ou publics de la Grande île. Décision hâtiveUne prise de décision hâtive. L'objectif est d'éviter la propagation de la maladie lequel ne sera jamais atteint puisque que la peste ne se transmet pas uniquement dans les écoles mais également dans d'autres endroits accessibles au grand public. Les observateurs attirent l’attention du régime qu’ il devrait également suspendre toutes les autres activités quotidiennes dans différentes institutions privées ou publiques et bien d'autres encore. Raison pour laquelle d'autres établissements scolaires décident de reprendre prochainement les cours. Cependant, des mesures devront être prises par les écoles afin de protéger les élèves de la peste. Quoi qu'il en soit, le gouvernement n'a pas pris les dispositions nécessaires pour vraiment interdire toutes manifestations publiques. Des événements ont quand même eu lieu malgré cela. Et on ne peut en vouloir à qui que ce soit, les organisateurs ont aussi besoin de survivre et gagner leur vie. Des cabarets et soirées privées se sont déroulés mais discrètement, aucune publicité, du moins dans les médias. Ces derniers se sont juste contentés d'affiches ainsi que des publications sur les réseaux sociaux. Un risque qu'ils ont dû prendre pour ne pas subir de lourdes pertes financières, comme le cas de plusieurs organisateurs qui sont livrés à eux-mêmes face à la situation. Des pertesC'était le cas de Voots Kongregation qui a voulu célébrer pour la première fois à  Madagascar la journée internationale de la musique. Finalement, le grand show a été annulé définitivement par le planificateur. « Nous avons préparé cet événement il y a déjà plusieurs semaines. Les artistes qui devraient y participé ont été contactés à l'avance et les dispositions déjà prises plusieurs semaines avant le grand jour. Effectivement, des frais ont été déjà payés comme la prise en charge des artistes venant dans les régions sans parler de la communication, la scène, la sonorisation, les lumières, la décoration et bien d'autres choses encore qui ont déjà été arrangés à l'avance. Même si les artistes, les musiciens ainsi que les techniciens ont été déçus par l'annulation de la manifestation, ils ont compris que  ce n'était pas la faute de l'organisateur et que c'était un cas exceptionnel. Néanmoins, ils ont affirmé leur désir de toujours collaborer avec nous pour le prochain projet », confie un responsable au sein de Voots Kongregation. Parmi les grands grand rendez-vous ayant également été annulés figure Madajazzcar. Le festival, une activité culturelle à but non lucratif, a dû annuler ses différentes activités à Antananarivo à la veille de son ouverture. Ceci, suite à l'injonction des autorités du fait de l'épidémie de peste qui sévit dans le pays. Cette annulation a réduit à néant plusieurs mois de préparation et causé la déception des différents partenaires, des artistes et du public. Cette annulation de la programmation du festival Madajazzcar a eu également des conséquences fâcheuses notamment en termes financiers, même si nous essayons de les limiter à travers la négociation avec les prestataires. Santé avant toutCependant, concernant l'annulation du festival à Antananarivo, les pertes sont bel et bien élevées. « Nous n'avons rien pu faire face à la situation qui s'aggrave. Nous avons donc pris la décision d'annuler la manifestation même si des invités internationaux sont déjà arrivés au pays. La programmation en province a pu être maintenue, notamment à Tuléar, Fort-Dauphin et Antsirabe. C'est le contrebassiste suisse, Stephan Kurmann, entre autres, qui s'est produit dans ces 2 dernières villes avec des artistes malgaches. Le saxophoniste norvégien, Atle Nymo, n'a pas pu se produire comme prévu mais, tout comme avec le Suisse, il y a eu des rencontres informelles avec les musiciens malgaches. Les autres artistes internationaux et nationaux programmés n'ont pu venir et/ou réaliser leur prestation », confie Désiré Razafindrazaka. La campagne de communication avait effectivement déjà commencé quand la peste s'est avérée et que l'interdiction de manifester a été annoncée. Les prestataires ainsi que tous les frais afférents au matraquage et communication ont déjà été payés. Heureusement que les artistes et musiciens qui devraient participer à l'événement ont compris la situation et n'ont pas fait toute une histoire, même au niveau du cachet. « Nous avons eu des échanges avec quelques représentants des musiciens qui se sont montrés compréhensifs par rapport à une situation que personne n'a souhaitée et nous comprenons que c'est aussi très difficile pour eux.  Nous restons optimistes. Le rendez-vous des mélomanes continuera d'exister mais on ne peut pas encore donner de date pour le moment car la situation actuelle ne nous le permet pas encore. Espérons juste que ça s'améliorera et que les événements pourront de nouveaux êtres organisés », conclut-il.Des perdantsMais le comité d'organisation de Madajazzcar n'était pas le seul à subir cette perte. La maison de production Mi'Ritsoka a également été touché en étant obligée d'annuler le concert de Lalatiana, prévu se tenir dimanche dernier au Palais des sports Mahamasina. L'organisateur a été obligé de remboursé les tickets. « Les organisations étaient déjà accomplies à 100%, les billets ont été vendus à 60%. L'artiste était venu dans la Capitale et a déjà entamé les répétitions avec son équipe. Bref, tout était au point et on n'attendait plus que le grand jour. Pourtant, la situation de la peste ne semblait pas encore s'améliorer ce qui nous a emmenés à prendre une décision d'annuler définitivement le concert si au début, nous l'avons juste reporté. Cela attriste tout le monde et croyez nous que l'organisateur est complètement ruiné car la perte s'élève à plus de 100%. Nous avons pris en main le frais de déplacement et de séjour de Lalatiana et de son musicien Rija Randrianavonisoa qui l'a accompagnée pour l'occasion. Notre plus grande perte est les droits et taxes qui ont été déjà payés auprès de la commune urbaine, et à l'office malgache de droits d'auteur, les jours de répétitions des artistes et musiciens. Sans oublier les diverses communications, comme les panneaux publicitaires et les annonces dans les médias. Nous ne pouvons pas faire autrement », explique un responsable au sein de Mi'Ritsoka production. Mais l'organisateur n'est pas le seul perdant dans l'histoire, l'artiste l'est aussi étant donné qu'elle devrait participer à d'autres événements au pays comme Madajazzcar et Nosy Be Jazz Festival qui ont aussi été annulés d'ailleurs et même la soirée qui devrait se tenir, le 5 novembre prochain à Antsirabe n'aura pas lieu.  En tout cas, les organisateurs événementiels espèrent que la situation va s'améliorer pour que leurs activités puissent reprendre leur cours. Tahiana Andrianiaina

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Frantsay voan’ny pesta nitsoaka hopitaly, maty

Tsy ny Malagasy matahotra ny ho very faty ihany no mitsoaka ny fitsaboana azy amin’ity resaka pesta eto Toamasina ity, fa hatramin’ny teratany vahiny mahalala tsara ny voka-dratsiny ihany koa; nefa izy ireny indrindra no tena loza mitatao amin’ny ady atao amin’ny pesta ankehitriny.

Frantsay 40 taona. Tamin’iny herinandro iny, dia nisy teratany frantsay antsoina hoe P.R, 40 taona, hita miabo tamin’ny fitiliana ny pesta natao taminy. Raha tsy maintsy nampidirina hopitaly teto Toamasina anefa izy ny alatsinainy lasa teo, dia teny ratsy sy vavabe ary ompa maro no nataony ireo mpitsabo nitsabo azy, ka nitarika azy nitsoaka ny hopitaly. Ny zoma tamin’ny 02ora maraina anefa dia nihombo be ny pesta nahazo azy izay efa nahatonga azy nandoa rà sy tsy nahatsiaro tena intsony. Nanao ny ezaka rehetra nanavotana ny ainy ny mpitsabon’ny vonjy taitran’ ny hopitaly be, nefa ny sabotsy maraina teo dia tsy tana ny ainy ka natao ny fepetra mifanaraka amin’ireo matin’ny pesta ny fandevenana azy tao amin’ny fasana Manangareza.

Trano fisakafoana. Raha ny angom-baovao natao, dia tompona trano fisakafoana sy fisotroana iray ao Ampanalana Toamasina ity teratany frantsay ity izay iarahany amin’ny vadiny teratany malagasy. Mpampiasa olona 64 eo anefa izy ireo misahana ity trano fisakafoana sy fisotroana ity, teo koa ireo mpanjifan’izy ireo nandritra iny herinandro talohan’ny nahafatesany, ny sabotsy teo ity, dia ao anatin’ny loza mitatao avokoa. Ny vadiny sy ireo mpiasa ary ireo namany nifanosina taminy aloha dia efa nezahan’ny komitin’ny pesta nomena ny fanafody avokoa, torak’izany koa ny famendrahana fanafody; ireo mpanjifan’izy ireo izao no olana  ny fikarohana azy ireo, satria mitatao amin’izy ireo ny pesta izay anaovan’ny komity antso avo.

Safidy roa ihany. Tonga eto Toamasina nanomboka ny sabotsy teo ihany koa ny tale mpanatanteraky ny Birao fitantanana ny loza sy ny loza voajanahary Atoa Venty Thierry, izay nilaza mazava fa safidy roa ihany no azon’ny olona tsirairay atao raha sendra mitondra sy voa ary mararin’ny pesta, dia “mitsabo tena dia sitrana” sy ny “mitsoaka hopitaly sy mijanonana an-trano dia maty”; satria nomarihany fa “tsy miy olona afaka miaina miaraka amin’ny  pesta izany”. Nisy noho izany ny fihaonana niarahany tamin’ireo komitin’ny pesta eto Toamasina sy ireo mpitandro ny filaminana, satria atahorana hirongatra ny aretina pesta taorian’iny tsaho niely teto Toamasina iny, ka nampitsaharan’ireo mpitsabo ny fitsaboana ireo havan’ny marary any an-tranony

Noho ity tranga niseho teto Toamasina nahafaty ity tera-tany frantsay 40 taona tsy nanaiky ny fitsaboana azy ity, dia misedra olana ny fizahantany izao. Araka ny vaovao nangonina dia hanafoana ny diany roa voalohany hihazo an’i Toamasina manomboka ny 7 novambra izao ny sambo Costa, fa hamindra izany ho any amin’ny  Comores sy Mayottes aloha. Ho hita eo ny ho tohiny…

Malala Didier 

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar0 partages

Antrafonomby-Itaosy – Un soudeur amputé des jambes 

Une violente explosion d’un poste autogène au gaz a été entendue, samedi vers 9h30 à Antrafonomby-Itaosy et a arraché les jambes du soudeur.

Des jambes arrachées devant l’atelier de soudure autogène, selon le vocabulaire employé par les témoins oculaires de la détonation survenue à Antrafonomby-Itaosy, samedi aux environs de 9h30. Une bouteille de gaz a explosé et a blessé un jeune soudeur d’une vingtaine d’années. Touchée aux jambes, la victime a été évacuée d’urgence à un hôpital à proximité, mais devait être transférée à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) à cause de la gravité de ses blessures. Tôt samedi, ce jeune homme travaillait tout seul dans son atelier de soudure au gaz. « Il aurait oublié de fermer le robinet de son poste autogène lorsqu’il est allé boire du café », raconte un voisin.En revenant, il reprend le travail et a allumé son briquet pour commencer à souder. Tout à coup, la bouteille surchargée de gaz a sauté. L’ouvrier a été projeté en l’air avant de tomber. « Cette déflagration lui a arraché les jambes. Des débris métalliques ont été découverts dans ses blessures », décrit un témoin.Alerté sur les faits, des gendarmes de la brigade d’Itaosy ont été mobilisés sur l’intervention et se sont rendus sur les lieux. Un périmètre de sécurité a été dressé. Secoués par le souffle, les entourages ont pris une mesure de précaution et certains ont fermé leur pavillon par peur d’une nouvelle explosion d’une autre bouteille de gaz non utilisée ou vide.

ContrôléeLa situation était sous le contrôle des secouristes qui ont fait le déplacement sur place. Les sauveteurs se sont employés à refroidir l’autre bouteille de gaz avec de l’eau, même si elle est déjà inutilisée. La victime a été transporté au service d’urgence de l’HJRA, mais n’a pas survécu à ses blessures. Elle a été ensuite transférée à la morgue. Elle a subi des lésions osseuses, vasculaires des membres inférieurs et aux tissus, d’après les explications d’un chirurgien.Un spécialiste sapeur-pompier indique que les étincelles rentrent dans la bouteille, brûlent le gaz et provoquent un retour de flamme. Le soudeur n’aurait peut-être pas de dispositif anti-retour qu’il faut installer près de la source d’émission.Cette explosion de poste autogène est le deuxième cas dont un soudeur est victime après celui mortel au By-pass au mois de septembre.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Isandra – Un collégien armé de kalachnikov capturé

Un collégien criminel et ses quatre complices ont défié la gendarmerie, avec les forces armées et les villageois d’Ambalamarina à Maha­zoarivo, dans le district d’Isandra, et ont été capturés vifs. Les faits remontent à la nuit du vendredi à samedi où un jeune homme, comparse de ces bandits est tombé sous les balles des forces de l’ordre. Deux fusils d’assaut kalachnikovs, deux fusils de chasse et un pistolet de fabrication artisanale, ainsi qu’une dizaine de munitions ont été saisis sur eux. Les malfrats ont tenté d’attaquer un village à Ambala­marina lorsqu’ils sont tombés dans un guet-apens. « Des renseignements nous sont parvenus, selon lesquels une bande de braqueurs concocte un vol aggravé. Et nous nous sommes apprêtés à leur tendre un piège », a signalé une source sécuritaire. Des tirs en rafales ont retenti sur le champ de bataille.Cet élève du collège d’enseignement général (CEG) local est encore mineur et a participé à des attaques à main armée. Quelques-uns des éléments de la gendarmerie et des forces armées ont été touchés par les balles des malfrats, mais ils ont déjà reçu des soins.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Betsiaka – Edgard Razafindravahy regarde vers l’avenir 

Parmi les personnalités présentes aux funérailles de l’ancien président Albert Zafy samedi à Betsiaka figurait Edgard Razafindravahy, le chef du parti ADN. Une présence qui est loin d’être fortuite.Edgard Razafindravahy a tenu à raccompagner l’ancien président à sa dernière demeure, pour tout ce qu’il représente. « Il faut maintenant raviver l’héritage qu’il a laissé si on veut vraiment avancer et partir sur de nouvelles bases dans la pratique politique et la réconciliation nationale. C’est bien de louer ce qu’il a fait mais c’est mieux de concrétiser ses principes si on a vraiment la volonté de tourner la page. Autrement dit refonder la nation qui est le credo de l’ADN », a déclaré Edgard Razafindravahy en marge de ces funérailles.Il pense à l’avenir plutôt qu’au passé et à mettre en pratique les valeurs laissées par le Professeur Albert Zafy. Si le pays se trouve là où il est aujourd’hui, c’est justement parce que le pays n’a jamais atteint le niveau recherché par le professeur Albert Zafy en terme de démocratie, de fédéralisme et de réconciliation nationale.«Il va falloir réunir toutes les forces pour y parvenir », conseille Edgard Razafindravahy.

 

L'express de Madagascar0 partages

Karting - Rotax – Sacre de Tommi Rajoelison

En très bonne posture avant le quatrième et dernier Grand Prix de la saison, hier à Imerintsiatosika, le jeune Tommi Rajoelison (Kosmic) a remporté le championnat comme prévu.

Quatorze ans et déjà champion de Mada­gascar de karting. Tommi Rajoelison (Kosmic) semble promis à un avenir brillant dans le monde des sports mécaniques. Hier, il a remporté le championnat au terme du quatrième et dernier Grand Prix de la saison, sur le circuit Total Karing Imerintsiatosika.Certes, la victoire finale lui a échappé et est allée entre les mains de Haja Nirina Rakotomalala (Sodikart). Mais grâce à sa troisième place au bout de la finale de treize tours, Tommi est assuré du titre.Haja Nirina a dominé du début jusqu’à la fin cette dernière course de l’exercice 2017. Auteur du meilleur temps lors des essais chronos, soit 1min 14,13 sec, il a enchainé durant la première manche et la pré-finale, attaquant ainsi la finale dans les meilleures conditions. Cepen­dant, John Andry-Ratoby (Sodikart) et Tommi lui ont mené la vie dure dans les quatre premières boucles.Tour à tour les trois pilotes ont occupé le fauteuil de leader avant de le céder. Dans le quatrième tour, Tommi est parti en tête à queue alors qu’il était devant, favorisant 0Haja et John, qui se sont envolés très rapidement. Ce fut le tournant du GP et il n’y eut plus de changement dans le top 3 jusqu’au treizième tour.

Retour sur investissementAu classement général, Tommi finit avec un cumul de 340 points. La place de vice-champion revient à Haja Nirina, crédité de 300 unités. Au pesage, le néo cham­pion de Madagascar était soulagé et content, même s’il n’a pas pu conclure la saison avec une nouvelle victoire. Ce fut le moment pour lui et son père, Mami­kely, champion de Mada­gascar de rallye 2003, de sortir le champagne et de savourer leur succès. Un retour sur investissement remarquable, sachant que le jeune coureur a bénéficié d’un nouveau kart de marque Kosmic cette année.Du côté des Espoirs, Nathan Baumann (Mach 1) l’a emporté au terme d’un mano-a-mano mémorable avec Noa Pfau (Merlin). Nathan a pris le dessus en plongeant à l’intérieur dans le dernier virage, pour s’imposer. Cette deuxième place suffit, cependant, à Noa pour s’adjuger la couronne nationale. Il termine l’exercice avec un total de 360 points, tandis que Nathan prend la place de vice-cham­pion avec 320 unités.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Concerts – Lalatiana rentre à l’Hexagone déçue

La diva du jazz national, Lalatiana était fin prête ce mois-ci pour délecter ses inconditionnels de son talent. Mais ils devront patienter l’année prochaine pour la retrouver, vu le contexte.

Les jours et les semaines se suivent et se ressemblent. Voilà trois semaines que l’arrêté ministériel interdisant toutes manifestations publiques a été décrété au sein du gouvernement, suite à l’épidémie de peste dans la capitale. Paralysant depuis le domaine de l’événementiel à un niveau inédit, cette décision fut comprise et acceptée par la majorité durant les premiers jours, mais s’avère problématique, vu son impact sur le milieu culturel et artistique. En effet, dès son annonce, elle a enchaîné une successiond’annulations et de reports d’événements censés se tenir dans la ville des Mille et que le public avait hâte d’apprécier.Parmi les plus grands perdants dans cette affaire se retrouvent sans aucun doute, à la première place, les fans inconditionnels de la chanteuse Lalatiana. Une artiste de renom que le public de tous âges avait hâte de retrouver au devant de la scène, pour des retrouvailles qui s’annonçaient mélodieuses et romantiques. Le public qui doit prendre son mal en patience, puisque Mi’Ritsoka Production qui devait produire un grand concert avec elle au palais des Sports et de la Culture Mahamasina, vient d’annoncer officiellement l’annulation de ce dernier. Un concert qui était prévu se tenir le 8 octobre, mais qui fut reporté en attendant que la situation s’améliore.« Je suis affligée par cette situation, et je suis de tout cœur avec les organisateurs, mais surtout mes fans et le public en général. Le meilleur reste à venir, ce n’est que partie remise et j’espère pouvoir vous retrouver bientôt », souligne Lalatiana, déçue par ses rendez-vous manqué avec les mélomanes. La chanteuse essuie avec ce concert une énième annulation.

Déception !En tant que diva du jazz malgache, Lalatiana comptait en effet parmi les illustres têtes d’affiche du festival international Madajazzcar et avait, entre autres, prévu un concert à l’Alliance française d’Antananarivo, mais aussi sur plusieurs scènes du festival. Or, Madajazzcar compte parmi les premiers événements annulés, suite à l’arrêté ministériel sur l’interdiction des manifestations publiques. De plus, Lalatiana devait participer au Nosy Be Jazz Festival sur l’île aux parfums, mais même ce dernier n’a pas pu échapper à la règle, et a été également annulé. Sans parler des quelques soirées cabarets-concerts que la diva avait prévues pour ses fans noctambules, mais qui n’ont pas eu lieu.« On n’y pouvait rien, on a tout tenté pour pouvoir relancer le concert, mais malheureusement, il en est ainsi. On tient quand même à remercier grandement le public pour sa patience. Nous invitons tous ceux qui ont déjà acheté leurs billets à passer au Super Music à Analakely à partir d’aujourd’hui jusqu’au 28 octobre car nous allons vous rembourser », affirme Hery Randria­mampianina de Mi’Ritsoka Production. De nature optimiste et loin de s’endormir sur ses lauriers, Lalatiana, quant à elle, s’apprête à tenter une nouvelle aventure musicale accompagnée des guitaristes Rija Randrianivosoa et D’Gary, pour un projet d’album en trio. Un projet que les fans espèrent retrouver le plus tôt possible.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – U14 Maurice – Seize Malgaches en vadrouille à Phoenix

Une aubaine pour le tennis malgache. Si à Mada­gascar, le sport est au point mort avec l’épidémie de peste, sur le plan international, c’est le début de l’effervescence.Le circuit africain pour les U14 garçons pour 2018 démarre du 2 au 9 novembre par deux tournois de grade 2 et 3 qui se joueront sur les courts du Tennis Club de Petit Camp à Phoenix (Ile Maurice). Ces deux tournois serviront de qualificatifs pour les premiers cham­pionnats d’Afrique U14 qui se joueront vers la fin du mois de mars si le second volet de l’année de ce sommet continental est prévu pour le mois de septembre.D’ici le mois de mars, plusieurs tournois comme ceux de Maurice se joueront un peu partout en Afrique. Il y aura des points à gagner sur chacun de ces tournois qui permettront à la confédération africaine de tennis de faire un classement et de retenir les vingt premiers déjà, pour les championnats d’Afrique au mois de mars.Après une sensationnelle clôture de saison en U14 où il avait gagné le Masters africain, Toky Ranaivo passera chez les U16 pour la saison 2018, tout comme Lanja Rakotozandriny et Fenosoa Rasendra. Du coup, le fer de lance de la délégation malga­che ne sera autre que Sampras Rakotondrainibe, 27e africain, boursier au centre de la fédération internationale de tennis de Nairobi et tête de série numéro un des deux tournois à Maurice.Les trois Sud-africains Rohan Loubser, Gérard Hening ainsi que Devin Badenhorst seront ses principaux adversaires. Sampras fera directement le voyage de Nairobi à Maurice sans passer par Madagascar comme les autres membres de la délégation malgache.Avec Sampras, on aura aussi Johny Rovanantenaina, Mahefa Rakotomalala et Finoana Rakotomalala dans le quatuor de tête. Chez les filles Miotisoa Rasendra, Maholy Razakaniaina, Mialy Rabearisoa et Fitia Rako­ton­dramboa feront le déplacement.Les frais de voyage et autres dépenses telles les inscriptions et autres seront a la charge des parents des joueurs. La délégation malgache est prévue partir pour Maurice le 30 octobre prochain car des joueurs sont prévus effectuer les qualifications pour pouvoir entrer dans le tableau principal

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Écoles catholiques – Reprise éventuelle des cours mercredi

Pourquoi les écoles seraient les seules concernées par la possibilité de la propagation rapide et pourquoi les autres départements ne le seraient pas. Est-ce que l’État peut assurer que la peste sera maîtrisée au cours de deux semaines, telles sont, entre autres, les questions soulevées par le père Ludovic Rabenantoandro, directeur diocésain de l’enseignement (Didec) de la région d’Anala­managa, au cours d’une conférence de presse, samedi au Falda Antanimena. Faisant fi de la décision du ministère de l’éducation de reporter une nouvelle fois la rentrée scolaire, les écoles catholiques comptent reprendre les cours, le 25 octobre.Paul Rabary, ministre de l’Éducation nationale a réagi sur son compte facebook face à cette décision. « Dans cette décision de repousser la rentrée, prise en concertation avec la cellule de riposte, les partenaires tels que l’OMS et l’Unicef, nous privilégions tout d’abord la sécurité des enfants au niveau des écoles. Nous ne pouvons pas garantir que l’épidémie ne touche pas les enfants dans leur environnement familial, mais nous faisons en sorte qu’au moins la peste ne leur soit pas transmise a l’école », affirme t-il. Les écoles catholiques ne se trouvant pas dans la liste des zones pesteuses, ont déjà repris les cours. « Il faut savoir que la suspension des cours ne concerne que la direction diocésaine de l’enseignement catholique d’Antananarivo », explique le père Jules Ranaivoson, directeur national des écoles catholiques (Dinec).

Point de vue parentalLe risque de transmission peut ne pas arriver si les dispositions nécessaires sont mises en place, d’après Manitra Rakotoarivony, directeur de la promotion de la santé au niveau du ministère de la Santé publique. « La rentrée scolaire est possible au cas où l’école aurait pris toutes les dispositions nécessaires pour éviter la propagation de la maladie comme la prise de la température. Si les écoles catholiques ont pris cette décision, nous espérons qu’elles ont aussi pris les différentes dispositions par rapport à cela », affirme t-il. Il poursuit que « Le côté négatif de cette décision est que, l’enfant en tant que tel, ne sait pas encore faire preuve de discernement par rapport à une telle maladie. Le côté positif est que les enfants peuvent sensibiliser leurs parents et la société sur comment on peut éviter la peste.Les écoles catholiques invitent, mardi, le ministère de tutelle à envoyer des agents de santé pour les former sur toutes les mesures à prendre. Sinon, les écoles reprendront quand même mercredi.Suspendre ou ne pas suspendre les cours, les parents s’angoissent. « Je préfère que les enfants n’aillent pas à l’école, même pour une année. On  ne sait plus vraiment quoi faire. Mais si telle est la mesure du ministère de tutelle, il est très difficile de faire le suivi des élèves en classe, malgré la désinsectisation des salles de classe », affirme Jean Robert, un père de famille, vendeur de tissu à Ambodin’Isotry. D’autres déplorent la non-maîtrise de la situation par l’État qui ne prend pas des mesures drastiques par rapport à l’éducation des enfants. « Je ne suis pas contre la suspension des cours mais il faut admettre que l’État ne maîtrise pas la situation », explique Mirana Rakotoari­naivo, une mère de famille.Certains pensent que les catholiques ont peur que les programmes ne soient pas terminés. « Une réunion avec tous les responsables des écoles catholiques dans le diocèse d’Antana­narivo est prévue se tenir avant la rentrée des élèves, avant que cette décision ne soit vraiment officielle », a annoncé Odon Razana­kolona, archevêque d’Antananarivo, à la fin de la grand messe au collège Saint Michel à Amparibe, hier.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Préparation des éléctions – Le nouveau code électoral soumis au débat public

En gestation. Ceux qui ont des remarques sur le nouveau code électoral doivent se préparer. Le gouvernement prévoit la tenue d’un débat public  le jeudi 26 octobre. À entendre le Premier ministre Olivier Solonan­drasana Mahafaly, le Comité interministériel en charge de l’élaboration d’un nouveau code électoral arrive à la fin de son mandat. Ainsi, la restitution publique des travaux de ce comité, suivie d’un débat public se tiendront dans une semaine. « Je lance un appel aux partis politiques, à la société civile ainsi qu’aux citoyens d’y participer », soutient le Premier ministre en marge de la cérémonie d’ouverture de la deuxième session ordinaire du Sénat.Issu d’un long processus piloté par la Commission électorale nationale indépendant (CENI), le nouveau code électoral est la traduction d’une large consultation, à travers des ateliers régionaux et nationaux, menée depuis décembre 2016. Les avis des participants ont été par la suite analysés et consolidés par un comité consultatif. Les recommandations de ce comité consultatif ont été remises officiel­lement au gouvernement au mois de juillet. Pour continuer le processus, un comité interministériel, composé de la Primature, du ministère des Finances et du budget, du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation et du ministère de la Commu­nication et des relations avec les institutions, a été mis en place. « Ce comité est chargé d’élaborer un projet de loi tout en relevant les incohérences de l’actuel code électoral par rapport aux recommandations du comité consultatif », développe le Premier ministre.Réparti en sept points, les recommandations du comité consultatif concernent l’amélioration du cadre juridique régissant les opérations avant, pendant et après les élections. Partant de constats et de l’analyse des précédentes expériences électorales, le comité consultatif a soulevé entre autres le plafonnement du financement des campagnes électorales à cent milliards d’ariary pour l’égalité des chances des candidats. Il est également proposé la fixation de manière pérenne et définitive de la date de la tenue des élections. Par ailleurs, les recommandations du comité consultatif prévoient le droit de vote pour la diaspora, l’assainissement des partis politiques ainsi que l’interdiction des dons pendant la campagne électorale.En marge de la restitution publique des travaux du comité consultatif, Ihanta Randriamandrato, une des représentants des partis politiques s’est déclarée satisfaite du travail abattu. Ce membre du parti Teza espère ne pas revivre les polémiques entre les journalistes et le ministère de la Communication et des relations avec les institutions  lors de l’adoption du Code de la communication de l’année dernière. « Nous sommes conscients qu’il y aura certaines modifications mais nous allons réagir si l’on touche aux principes fondamentaux », a-t-elle martelé.Après le débat public, les avis et remarques seront débattus en conseil des ministres. « Nous déployons tout nos efforts pour que le nouveau code électoral soit adopté lors de cette deuxième session parlementaire », conclut Olivier Mahafaly Solonandrasana.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Réveillon 2017 – La diva Bodo sera sur Le River Palace

Le concept promet quelque chose d’exceptionnel. Un réveillon-croisière sur la Seine. Robe longue et nœud papillon comme code vestimentaire. Passer la soirée de la Saint Sylvestre à bord d’un bateau de luxe, Le River Palace, avec la diva Bodo comme tête d’affiche, ressemble à un scénario de film des grosses productions ou presque.  Pour ceux qui cherchent à savourer un moment extraordinaire pendant la dernière nuit de l’année, cette option s’adresse à eux, et il conviendrait de réserver à l’avance.Le River Palace incarne l’élégance sur la Seine. Inspiré des « Ballrooms » des grands palaces, le River Palace offre un cadre à la fois raffiné et contemporain. Sous des grands lustres en cristal de Bohème on admire le spectacle de la Seine au travers de hautes baies vitrées. Il est également possible d’accéder à un toit terrasse découvert, permettant une vue panoramique sur Paris. Représentant l’élégance même, le River Palace est un bateau d’exception. À la fois raffiné et contemporain, il dévoile toute sa splendeur. Ce sera dans ce somptueux cadre que la grande star de la variété malgache apportera sa touche personnelle, en matière d’animation. Elle sera assistée par le groupe Groove Fusion dans cette impériale conception. Les paysages défileront, le cocktail dînatoire battra son plein et le champagne coulera à flots. L’esprit de fête à la malgache enivrera la Seine, pour cette occasion.Selon notre source, une tête malgache est derrière cette idée innovatrice. Une formule qui rassemblera la diaspora malgache pourl’« Asaramanitra ». Et Herilala Andriamparany, un membre de l’entité organisatrice de cet événement de laisser entendre « Cette soirée nous permettra de voir si notre cible réagira à notre offre. Et je suis plutôt optimiste. On compte la rééditer chaque année. Ce sera une scène prestigieuse de plus dans l’Hexagone pour les artistes malgaches »,

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Barea – Madagascar vs Comores à Saint Leu

La rencontre amicale entre Madagascar et les Comores est définitivement fixée pour le samedi 11 novembre. Le stade municipal Saint Leu La Forêt, situé dans la périphérie Nord de Paris, en sera l’hôte.Le coup d’envoi sera donné à 15h, heure locale. Comme ce fut le cas pour le déplacement en Ouganda, il y a trois semaines, cette sortie entre dans le cadre de la préparation pour la suite des qualifications de la Coupe d’Afrique des Nations 2019.La Grande île prépare désormais la CAN comme le font les grandes nations, avec plusieurs rencontres amicales au programme. Précisons cependant que la confrontation avec les Cranes ougandais, conclu par un succès deux buts à un, n’a pas pu être enregistrée auprès de la FIFA comme un match amical en bonne et dûe forme.Par contre, ce duel Mada­gascar vs Comores est bien inscrit au calendrier de l’entité mondiale du ballon rond. Et donc, son résultat comptera dans l’établissement du prochain classement mondial de la FIFA.Comme cité précédemment, il s’agit de bien préparer la suite des éliminatoires de la CAN. Des éliminatoires qui reprendront au mois de mars 2018 avec la deu­xième journée, durant laquelle la Grande île accueillera le Sénégal.Auparavant, en ouverture de ces qualifications, les Barea avaient enregistré une belle victoire à l’extérieur, sur le sol soudanais.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Le Coach Deda – « On peut créer la surprise »

La préparation de l’équipe nationale en vue de l’Afrobasket Fiba 3×3 à Lomé se poursuit. La liste des quatre retenus sera connue avant samedi.

L’équipe nationale pour le championnat d’Afrique de basketball Fiba 3×3 entamera ce lundi la deuxième et dernière semaine de regroupement. Six présélectionnés suivent un entrainement intensif biquotidien au palais des sports à Mahamasina depuis le 16 octobre sous l’encadrement du directeur technique national, Angelot Solofohery Razafiarivony et l’entraineur national, Jean de Dieu Randrianarivelo alias Deda. Cet Afrobasket Fiba 3×3 à Lomé, Togo prévu du 3 au 5 novembre sera la toute première édition de ce style de basketkball à trois. Une discipline qui rejoindra désormais celles olympiques à partir des Jeux de Tokyo en 2020. « Les pays africains en lice ne connaissent que le classement international de l’équipe malgache qui n’est pas du tout impressionnant. Et ils vont se tromper car nous serons l’équipe outsider qui pourrait créer la surprise », a souligné le coach national, Jean de Dieu Randrianarivelo «Deda ».« On a de bons éléments. Peut- être qu’on est un peu défaillants question taille mais on est plutôt agiles, adroits et rapides », rassure-t-il. « Outre les techniques fondamentales du Fiba 3×3, on travaille aussi l’agressivité en attaque et en défense, sans oublier l’endurance et l’explosivité car on y prévoit au moins trois à quatre matches par jour », a-t-il poursuivi. Seul un des six présélectionnés a une expérience internationale vu que le basketball malgache en général et pour le moment est limité au niveau océan Indien. Il s’agit de Fabrice Mandimbison de la GNBC, équipe championne nationale en titre. Mandimbison faisait partie de l’équipe nationale qui a décroché la médaille d’argent des jeux des îles de l’océan Indien en 2015 à la Réunion. Avec son club, il a déjà participé trois fois à la coupe des clubs champions de l’océan Indien et vient récemment de terminer vice champion cette année.

ExpériencesLes techniciens ont aussi appelé trois jeunes joueurs d’un des clubs phares du pays, l’association sportive et culturelle du Boeny dans la sélection. Entre autres, Elie Randriampionona âgé de 20 ans, Mmadi Msaidi Ahmed Rakotoson 21 ans et Rick Ley Loubachy 21 ans, qui ont évolué ensemble dans ce club depuis 2014. Ce jeune club majungais a remporté le titre de champion de Madagascar de Fiba 3×3 en 2016 et a fini troisième cette année, puis champion de l’Open national lors de l’événement Big Soma version 2017. Dans la foulée, l’ASCB est aussi l’équipe détentrice de la coupe du président 2017, et se trouve en tête du classement à l’issue de la phase aller du championnat de Madagascar N1A. Les deux autres présélectionnés sont Claudio Mbolatiana Rajaonarivony de Cospn et Jean Arnold Solondrainy de 2BC, club finaliste du championnat national Fiba 3×3. « Pour se mettre petit à petit dans le bain, en plus de l’entraînement sur terrain, on visionne chaque soir des vidéos des matches Fiba 3×3 en Afrique ou en Europe » a confié Deda. « Vu qu’en compétition de Fiba 3×3, les quatre joueurs qui constituent l’équipe se débrouillent seuls sans entraineur. Ainsi, on leur apprendra cette semaine à gérer tout seuls le match, toutes les situations spéciales, en restant toujours lucides, sans paniquer », a conclu l’entraineur national. La date limite d’engagement est fixée au samedi 28 octobre, et la liste des quatre retenus devrait être bouclée la veille. La délégation partira le 29 octobre, via l’Éthiopie, le Ghana.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Deux pickpockets armés capturés

Deux voleurs à la tire armés de big-boss, matraque et sabre ont été pris en flagrant délit, près d’un terminus de bus à Antanimena, vendredi. Ils ont été placés en garde à vue au commis­sariat du troisième arron­dissement à Antaninandro avant de comparaître au parquet, samedi. Sept autres complices demeurent insaisissables.

L'express de Madagascar0 partages

Piment Café Behoririka – Olombelo Ricky transcende les noctambules

Bravant les interdits chaque vendredi soir depuis le début de ce mois-ci, le Piment Café Behoririka a ravi son public noctambule d’un instant de convivialité et d’euphorie musicale inédite, ce week-end. Dans la soirée du 20 octobre, c’est ainsi un autre mastodonte de la scène musicale et artistique qui a égayé la scène du Piment Café de sa présence. Sobrement intitulé « Mozika fotsiny », c’est aussi un cabaret-concert enchanteur qu’Olombelo Ricky a tenu à partager avec le public privilégié venu le rejoindre.Les lieux étaient copieusement remplis, confirmant comme toujours, le charisme de ce chanteur intemporel qui arbore fièrement le rythme dans la peau. Mélomanes de tous horizons, ils sont venus au Piment Café à l’occasion, et n’en déplaise à la peste, ils s’en sont donnés à cœur joie en festoyant chaleureusement presque main dans la main, aux rythmes des compositions d’Olombelo Ricky.L’initiateur de l’incontournable « Manal’Azy » qui reste toujours aussi débordant d’énergie, enchaîne un à un ses plus grands tubes. De « Mena masoandro » à « Adolatsainto » en passant par « Hirahira no tsara » ou l’incontournable « Ikalangita», Olombelo Ricky a fait en sorte que le tout Piment Café ne tienne pas en place à chacune de ses performances. Accompagné de ses fidèles camarades du Vazimba Mpanazary, il a littéralement fait vibrer les lieux, ce soir là. Un artiste d’envergure internationale, Olombelo Ricky a particulièrement réussi l’exploit de rameuter un public majoritairement étranger. Hâte d’être aux prochains rendez-vous.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Football - Poule des As – CNaPS Sport garde  son invincibilité

Parcours sans faute. La CNaPS Sport Itasy a enregistré un nouveau succès, hier à Fianarantsoa, en clôture de la troisième et dernière journée de la phase aller, en Poule des As.Le club quadruple champion de Madagascar a disposé du Cosfa Anala­manga, trois buts à zéro. Aucune des deux équipes n’a réussi à trouver le chemin du filet durant la première période. Les Caissiers doivent leur salut à Njiva et Niasexe, auteurs de deux réalisations quasiment coup sur coup, à la 56e puis à la 58è minute de jeu. Cinq minutes plus tard, Ndimby a cru réduire le déficit des militaires. Mais son but a été refusé en raison d’une position de hors-jeu. Le Cosfa semblait avoir laissé passer sa chance.Pour parachever le succès des siens, Niasexe y est allé de son doublé dans les dernières secondes du temps additionnel. Le tenant du titre en est à trois victoires en autant de matches, au terme de cette phase aller. Les Caissiers gardent donc leur invincibilité, sachant qu’ils n’ont pas perdu la moindre rencontre depuis le coup d’envoi de la campagne 2017 en Champions League.Dans le premier match d’hier, Elgeco Plus Anala­manga était opposé au HZAM Alaotra Mangoro. L’équipe de Careca l’a em­porté sur le score de deux buts à un. Le double cham­pion d’Analamanga a construit son succès en première période.Et ce, grâce à une première réalisation de Dino, à la 18e minute, suivi du but du break signé Bela, à la 34e minute. Certes, Dominique a redonné un peu d’espoir au HZAM avant la pause, en réduisant l’écart. Mais en deuxième mi-temps, plus aucun but n’a été inscrit et le tableau d’affichage est resté figé à 2-1 jusqu’au coup de sifflet final.Au classement général de cette phase aller, la CNaPS Sport occupe le fauteuil de leader avec neuf points. Elgeco Plus se trouve à la place de dauphin, avec six unités. Enfin, Cosfa et HZAM sont chacun crédité d’un point.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

L’Indri femelle, star d’un jeu virtuel

Elle s’appelle Beby, une femelle de « Babakoto » ou indri. Elle devient la star d’un jeu de réalité, lancé par Safari Central, peut se jouer sur un téléphone mobile. Grâce à une collabo­ration entre Conser­vation Inter­national et « Internet of Elephants », les membres de la famille peuvent jouer avec elle en lui téléphonant, en se promenant ou en prenant une photo avec elle. Disponible sur IOS et Android, les joueurs peu­vent le télécharger gratuite­ment en se rendant sur le site web https://www. safaricentralgame.com.

L'express de Madagascar0 partages

Épilogue en guise d’épitaphe et point trop de superlatifs

Une certaine décence commandait de s’abstenir de commentaires imprudents, et impudents, pendant la semaine proclamée de «deuil national» qui accompagne le décès d’un ancien Président, élu, de la République. Comme disait le général Gallieni, à l’inhumation du Premier Ministre Rainilaiarivony, vieil ennemi de la France, au Fasan-dRainiharo familial en 1900, «on ne se dispute pas avec les morts».Cette Chronique n’a jamais été une littérature de superlatifs. En ces colonnes, depuis bientôt un quart de siècle, la force du dithyrambe l’a toujours cédé à la relativité de la mesure. Faisant écho à un vieux discours qu’on aura loisir de disséquer en son temps, cette Chronique a fait sien un cri de dépit, à la fois reproche d’incompréhension, supplique de reconnaissance et nomination dans l’ordre improbable des contempteurs : «Mes Aristarques, mes Amis».Le «best of» des pages de l’histoire de l’Humanité aura retenu le nom de deux Artistarque.  D’abord, l’astronome de Samothrace (310-230 BC) dont la théorie, méconnue, annonçait les hypothèses, pas très catholiques mais absolument scientifiques, de Copernic (1473-1543) et Galilée (1564-1642), dix-huit siècles après : oui, c’est bien la Terre qui gravite autour du Soleil, et non l’astre ultime qui circumambule autour de son satellite, n’en déplaise au dogme ecclésiastique d’une époque de tant d’obscurantismes. Le second Aristarque fut le grammarien de Samolhemce (222-150 BC) qui annota, corrigea, commenta, les textes de maîtres comme Aristophane pour dégager des règles générales. C’est son nom qui passera à la postérité comme générique du CRITIQUE éclairé, bien longtemps avant qu’on accole le même épithète à celui de DESPOTE. J’incurve la ligne droite de ce rébus vers l’angle d’un troisième point qui est celui d’une synthèse toute personnelle : l’audace d’une idée iconoclaste chez le premier, l’effronterie d’annoter un Maître chez l’autre, discernement et remise en cause chez les deux.De tous temps, en chaque pays, et sans qu’aucune monarchie, république ou dictature, y échappe, on a toujours compté des courtisans autrement plus royalistes que le roi lui-même : des «sarotiny alohan’ny tompony» qui usurpent les épithètes, convoquent les mots et font marcher au pas les paragraphes, dans un défilé d’éloges familiaux et partisans que le devoir de mémoire et le droit d’inventaire doivent refuser d’adouber en épopée nationale.Il ne faudrait pas qu’une semaine de «Silence est d’Or» puisse devenir prétexte à réécrire l’histoire. La période 1993-1996, que j’avais pu qualifier, en son temps, c’est-à-dire en direct, de «parenthèse», ne doit pas passer à la postérité autrement que ce qu’elle fut vraiment. Elle avait commencé par le malentendu du défilé sanglant du 10 août 1991 : faut-il mettre à l’index les défenseurs d’un palais d’État ou pointer du doigt ceux qui ont envoyé la foule au-devant de la garde présidentielle ? Elle se sera conclue dans le quiproquo de l’empêchement de juillet 1996. Et ne feignons pas d’oublier le «bordel» des invectives publiques entre le Président de la République et le Premier Ministre «parlementaire» (qui, lui, tenait à cet adjectif jusque sur sa carte de visite) qu’il avait fallu «régler» par le référendum constitutionnel du 17 septembre 1995, bannissant (déjà) les velleités moins présidentialistes de 1992.La démocratie, donc, mais laquelle. Et comment pourrait-elle avoir un «Père» si, vingt-cinq ans après sa proclamation, elle n’existe toujours que dans les textes et nos incantations. Ne faisons pas dire aux mots, à l’encre des émotions rétrospectives et sous la dictée des revirements rétroactifs, autrement que ce que les générations futures devraient retenir dans leurs manuels d’histoire : 1993-1996, ne fit sans doute pas bien pire, mais 1993-1996 ne fit guère beaucoup mieux.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Manakara se relève après Enawo

Après le passage du cyclone Enawo dans le district de Manakara, le maire de la ville décrète le nettoyage et la décongestion du système de canalisation pluviale, obstruée depuis cet aléa climatique. Le  programme « Sosialim-bahoaka » du Mppspf dicte cet assainis­sement et les familles les plus démunies qui partici­pent aux travaux de Haute intensité de main d’œuvre, bénéficieront quotidien­nement de la somme de 5 000 ariary pendant 5 jours. Ce modèle sera également appliqué dans les six arron­dis­sements de la capitale.

Madagate0 partages

Madagascar. Blueline Business est arrivé sur le marché