Les actualités à Madagascar du Lundi 23 Septembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara32 partages

S.I.C : Bodo Ramangason élue pour un mandat de 2 ans  

Bodo Ramangason, la nouvelle présidente de S.I.C.

Cérémonie de remise du collier symbolisant la présidence du Soroptimist International Club Antananarivo Mandrosoa s’est déroulée  vendredi dernier à l’hôtel Colbert Antaninarenina. Elu présidente, Bodo Ramangason sera au commande du S.I.C  pour 2 ans. Une cérénomie rehaussée par la présence des     membres du club, des présidentes de 2 autres clubs à savoir Antananarivo Doyen et Antananarivo Tanamasoandro et de leurs invités

Lors de son allocution,  la nouvelle présidente a souligné «  les concepts fondateurs du Soroptimist International en l’occurrence la paix, la foi, l’espoir, l’amour et l’avenir ». Elle a remercié également ces prédécesseurs d’avoir accompli   leur mission . « Les présidentes se sont succédé mais ne se ressemblent pas » a-t-elle affirmé.

Lors de la soirée, quatre  nouveaux membres ont été intronisés. Donc, Soroptimist international club Antananarivo Mandrosoa est désormais composés de 35  membres. En effet, les « Soroptimist » sont des femmes professionnellement actives qui travaillent ensemble aux niveaux local, national et international pour éduquer et autonomiser les femmes et les filles et leur permettre de réaliser leur plein potentiel dans le but d’améliorer leur vie. Actuellement, la grande île compte onze clubs dont trois dans la capitale.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara18 partages

Alakininina hopitaly be Toamasina : Fokontany feno miaramila, saingy anjakan’ny tsy filaminanana

Isan’ny làlana anjakan’ny halatra moto.

Tena mifampanontany mihitsy isaky ny maraina ny andro ny mponina ao amin’ny fokontany Analakininina Hopitaly be ity, fokontany misy ny tobin’ny Tafika sy misy ny tranon’ireo manamboninahitra miaramila, ireo trano olombelona miaramila ary ireo olombelona zandary sasany nefa dia tena malaza sy mampikolay ny mponina tara mody mitondra moto ilay lalam-baovao “Beton” vao vita amin’ity fokontany ity. Tao anatin’ny roa herinandro izay araka ny vaovao nomen’ny mponina kivy amin’ny zava-misy, dia tsy latsaky ny 10 ny moto efa norobain’ireo andian’olona voalaza fa mitondra fitaovam-piadiana mahiry vaika mandritra izany. Ny 07 tamin’ireo voaroba moto ireo amin’izany dia renim-pianakaviana mamonjy fodiana ka misafidy ilay lalam-baovao. Ankilan’izay dia tao anatin’io roa herinandro io koa dia tokantrano 6 no nisy namaky tao amin’ny ka ny moto sy ny vola ihany no alain’ireo andian-jiolahy amin’izany. Misy sahy mijoro ho vavolombelona mihitsy ireo voa mandritra izany, tahaka ity renim-pianakaviana iray sahy nitantara ny nanjo azy ity. Nirava niasa aho araka ny nambarany, dia namonjy fodiana, eo akaikin’ny trano fianarana mpitsabo mpanampy izay tsy lavitra ny tranona miaramila. Tokony ho tamin’ny 07ora hariva efa akaiky ho tonga an-trano dia nosakananan’olona enina samy mitondra basy mahery vaika. Tsy nisy ny resabe fa voadaroka aloha ny tenany, hoy ilay ramatoa ary tsy nahazo mikiaka miantso vonjy, lasa ny moto sy ny finday teny aminy tamin’izay. Mangataka vonjy ny mponina ao Analakinina Hopitaly be mba hanao ny asany ho mpiaro ny vahoaka sy ny fananany marina ireo toby miaramila sy toby na zandary ao anatin’ny fokontany, mba hiaina ao anatin’ny filaminana sy tsy fitaintainana isaky ny hody ny mponina ao an-toerana…

Malala Didier

Midi Madagasikara4 partages

Litige foncier à Sambava : Guerre déclarée entre Jacques Randrianasolo et Richardson Rakotomanana

Guerre déclarée entre le ministre de la Justice, Jacques Randrianasolo et le Directeur du Bureau des Doléances au niveau de la Présidence de la République, Rakotomanana Richardson. Ayant effectué une descente dans la Région SAVA vendredi dernier, ce responsable au sein de la Présidence a rencontré les personnes concernées par une affaire de litige foncier au niveau du District de Sambava. A l’occasion, Rakotomanana Richardson a avancé une autre alternative que l’exécution du verdict du tribunal pour régler le conflit. Une initiative que le ministre de la Justice considère comme une velléité à encourager les justiciables à refuser la mise en application d’une décision de Justice. Il convient de noter en effet que le tribunal local a déjà rendu son verdict par rapport à cette affaire. « Comment peut-on envisager que Madagascar soit un Etat de droit si on refuse d’appliquer une décision de Justice », s’est insurgé le ministre Jacques Randrianasolo qui a également dénoncé une démarche qui pourrait entacher l’image du président Andry Rajoelina.

Rappel à l’ordre. Au cours d’une descente à Sambava samedi dernier, le numéro Un de la Justice s’est permis de rappeler à l’ordre le Directeur du Bureau des Doléances auprès de la Présidence. « La mission du Bureau des Doléances est de recueillir les réclamations des citoyens, de réfléchir là-dessus et de proposer des solutions », a-t-il soutenu. Considérant le comportement des personnes concernées par cette affaire comme « une entrave à la Justice », le ministre de la Justice Jacques Randrianasolo de faire savoir qu’il a déjà ordonné au Procureur de la République de sortir un mandat d’arrêt. « Le non application d’une décision de Justice constitue une infraction », a-t-il martelé. Reste à savoir toutefois si Rakotomanana Richardson, accusé d’avoir encouragé un refus d’exécution d’une décision de Justice, ferait lui aussi l’objet d’une poursuite. Histoire à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara3 partages

World clean-up Day : Un écho favorable à Toliara

Ils sont vingt-deux, mais travaillent comme le double de l’effectif.  Des jeunes de 22 à 35 ans, plus de garçons que de filles, composant l’association « Fitsinjova » qui veut dire « qui scrute loin ». Ce samedi  21  septembre a été choisi par Fanomezantsoa Thierry, président de l’association, pour nettoyer l’hôpital principal de Toliara. « La propreté est un gage de santé » a lancé le leader de « Fitsinjova », sensibilisant ses membres avant de débuter la tâche. « Travailler, pas palabrer », semble être la devise de « Fitsinjova » pour se solidariser avec « World clean-up Day » mais aussi « Tangnamaro, andron’olom-pirenena » qui se déroulait, ce troisième samedi, un peu partout dans l’île. « Agrivet » a fourni le nécessaire pour pulvériser et dératiser, comme prestataire. Les services de protection des végétaux et de l’environnement ont encadré l’opération, sous l’égide de l’adjointe du directeur de l’Hôpital.

« Fitsinjova » n’a pas encore un an mais roule déjà comme un Club de service. Les membres bougent, s’animent comme des enfants qui ont de l’énergie à dépenser. Après avoir sué à l’Hôpital Be, ils sont partis prêter main forte à d’autres jeunes, du côté du Port de Toliara.

Charles RAZA

Midi Madagasikara1 partages

Présidence – Gouvernement : Mini-remaniement

Le nouveau patron du MAE pourrait être connu mercredi.

Un vent de changement souffle au niveau du staff présidentiel et dans la composition de l’équipe gouvernementale.

La nature a horreur du vide. A fortiori quand il s’agit d’un poste stratégique comme celui du directeur de cabinet du président de la République. Ce qui a amené le locataire d’Iavoloha à combler à la vitesse d’un TGV, le vide occasionné par le départ de Stéphanie Delmotte en la remplaçant aussitôt par Lova Hasinirina Ranoromaro, un transfuge de Telma. Contrairement à ce qui a été écrit par erreur de …réseau dans notre précédente édition, la nouvelle DirCab n’a pas été recrutée chez Orange même si c’est la couleur d’Andry Rajoelina qui nomme et dégomme ses collaborateurs. C’était déjà le cas avec l’ex-Directeur du Protocole d’Etat (DPE) Lila Andriambalo dont le successeur n’a pas été officiellement nommé jusqu’à présent. Qui plus est, le service du protocole ne serait pas épargné par le remaniement interne à Iavoloha. En tout cas, c’est un autre vide que le chef de l’Etat devra également remplir pour ne pas trop laisser le temps au temps.

Pole position. Le président de la République est également amené à pourvoir le siège de Ministre des Affaires Etrangères (MAE) devenu vacant pour cause de candidature de Naina Andriantsitohaina qui est de toute évidence, en pole position dans la course à l’hôtel de Ville de Tana. Contrairement à Irma Naharimamy et  Thérèse Volahaingo qui ont réintégré le gouvernement en dépit de leur élection à la Chambre basse, il est peu probable que le chef de la diplomatie sortant revienne à Anosy après le scrutin communal. Un autre ministre des Affaires Etrangères va être inéluctablement nommé à sa place. Peut-être lors du prochain conseil des ministres de mercredi. Un « alarobia tsy miverina ». A l’image du désormais candidat de l’IRD à la mairie de la capitale.

Pressentis. Parmi les successeurs potentiels de Naina Andriantsitohaina, figurait le nom d’Yvette Sylla qui était déjà à la tête de la diplomatie malgache en 2009. Depuis sa nomination en qualité d’Ambassadeur, Déléguée permanente de Madagascar auprès de l’UNESCO à Paris, elle ne fait plus partie de la liste des pressentis. Les supputations ont repris avec le remplacement de Stéphanie Delmotte que bon nombre d’observateurs considèrent, à tort ou à raison, comme possible MAE. Ou à la limite d’Ambassadeur au Canada qu’elle connaît très bien pour avoir été cadre dans une multinationale canadienne après avoir décroché son MBA à l’université de Montréal au Québec.

Domaines réservés. De toute façon, en tant que premier responsable de la sécurité, de la paix et de la stabilité sur  toute l’étendue du territoire national, le Premier ministre ne pourra pas assumer trop longtemps l’intérim des Affaires Etrangères qui font d’ailleurs partie des domaines réservés du Président de la République. Lequel pourrait saisir la nomination du nouveau ministre des Affaires Etrangères pour opérer un mini-remaniement technique. Quoique le second semestre ne soit pas terminé, il n’est pas exclu que certains ministres changent de portefeuilles. A l’instar des Barea, les joueurs peuvent changer de poste sans laisser un vide sur le terrain, sauf si l’arbitre sort un carton rouge. Dans le cas d’espèce, « le président de la République est le garant, par son arbitrage, du fonctionnement régulier des pouvoirs publics », y compris le gouvernement.

R.O

Midi Madagasikara1 partages

Rocade Tsarasaotra : Collision entre voiture et scooter, deux personnes tuées sur le coup

La rocade de Tsarasaotra était de nouveau le théâtre d’un  terrible accident. Vendredi dernier en début de soirée, soit vers 19 heures, deux hommes, âgés respectivement de  20 et 23 ans, à bord d’un scooter ont été tués  sur le coup dans une collision entre leur moto et une voiture légère de marque Golf. Le drame s’est produit quand ces deux moyens de locomotion roulaient sur la voie rectiligne à la sortie d’Ivato pour rejoindre Tsarasaotra.   La voiture, en provenance d’Ivato,  et le scooter sont entrés en collision.  La violence du choc,   a complètement détruit le « deux-roues » et a sérieusement endommagé la partie avant de la Golf. Cette dernière serait sortie de sa ligne afin d’éviter des embouteillages quand elle est tombé nez à nez sur la moto, selon la gendarmerie du poste fixe de Mandrosoa Ivato qui se charge de l’enquête. Le chauffeur de la voiture, qui est actuellement gardé à vue au poste de la gendarmerie l’a avoué durant son interrogatoire. Quoi qu’il en soit, l’excès de vitesse serait à l’origine de cet accident. Ce n’est pas la première fois qu’un drame de ce genre s’est produit sur cet axe. Déposées à la morgue de l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona à Ampefiloha, les dépouilles des victimes ont été déjà récupérées, avant-hier.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Musée de la Photo : Une nouvelle programmation pour six mois

Une photo de  Randrianampizafy.

Le mercredi 18 septembre dernier, dans les locaux du Musée de la Photo à Anjohy, s’est déroulé le vernissage de sa programmation septembre 2019 – mars 2020. Désormais, la grande salle du Musée accueille pendant six  mois une exposition sur le Riz. La nouvelle programmation comporte également quatre  films, montés à partir de photographies. Cette fois-ci, les thèmes des films sont: marchés – Fianarantsoa – sport – Photos de famille. Helihanta Rajaonarison, présidente de ce musée, a expliqué pendant le vernissage que les thèmes ont spécialement été choisis pour “montrer aux gens que le Musée de la Photo n’est pas qu’un Musée de la Photo d’Antananarivo mais un Musée de la Photo de Madagascar”.

Cédric Donck, Président d’honneur, a souligné que le bilan du Musée est positif avec plus de 1.000 visiteurs par mois dont 70% de Malgaches et 50% de jeunes. Il n’a pas hésité à exprimer sa joie en disant que “ce sont 27 .000 personnes qui nous suivent dans le monde à travers Facebook”.

A côté de cette nouvelle programmation, le Musée continue sa mission d’éducation citoyenne par l’organisation de Café-histoire. Il s’agit d’un événement dédié à l’histoire et à la culture, ouvert au grand public, dans une ambiance conviviale. Le 28 septembre, à 10heures, pour une quatorzième édition du Café-histoire,  l’historienne Jacqueline Ravelomanana interviendra sur le thème de la circoncision à Madagascar.

Recuilli par Iss Heridiny

Midi Madagasikara1 partages

Hauts Emplois de l’Etat : Les Administrateurs Civils sortiront de leur mutisme

Le bureau du SYNAD arrivera-t-il à défendre les causes des administrateurs civils ?

Une administration publique efficace et performante reste une utopie tant que ses piliers ne sont pas placés là où il faut le faire.

L’Ecole Nationale d’Administration de Madagascar (ENAM) forme des grands commis de l’Etat dont les compétences ne sont pas utilisées là où il faut. Ce constat vient d’un membre du bureau du SYNAD (Syndicat National des Administrateurs Civils) qui tiendra sa prochaine assemblée générale à Mahajanga à partir du  05 octobre. « Ce rendez-vous national permettra de remettre tout à plat. », promet notre interlocuteur qui a félicité la décision du ministère des Affaires   étrangères de prioriser désormais les agents diplomatiques et consulaires (ADC) formés à Androhibe pour les nominations dans les représentations diplomatiques de Madagascar à l’extérieur. En ce qui concerne les administrateurs civils, force est de constater qu’après leur formation de deux ans à l’ENAM, ils ne sont pas placés là où il faut. Or, l’article 2 du décret n°2006-340 portant régime particulier du corps des Administrateurs Civils dispose : « Les Administrateurs Civils sont chargés principalement des tâches administratives générales, de gestion financière, économique et sociale, de commandement, de conception générale, de direction, de planification, de coordination, de contrôle et de négociation. A cet effet, ils ont vocation à exercer les fonctions de secrétaires généraux, directeurs généraux, directeurs et chefs de service au sein des Institutions, des départements ministériels et organismes publics et semi-publics. »

Médiocrité. Un membre du SYNAD affirme que la médiocrité qui est presque devenue une culture dans l’administration publique malgache peut s’expliquer par le fait qu’on ne nomme pas les personnes qu’il faut à la place qu’il faut. « Le copinage, le favoritisme, le clientélisme politique et le népotisme priment toujours sur les compétences. », déplore notre interlocuteur. A ce propos, l’incompétence flagrante d’un magistrat nommé à la tête d’une importante direction générale d’un ministère suscite l’indignation ces derniers temps. Son poste n’a rien à voir avec la formation qu’il a suivie à l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes (ENMG). En tout cas, l’Assemblée générale qui sera organisée à partir du 05 octobre à Mahajanga sera une occasion pour les administrateurs civils de se pencher sur leur statut et de discuter de leur situation actuelle. Une délégation du SYNAD conduite par son président Andriamanana Ramahavokatsoa vient d’effectuer sur place une visite de préparation de ce rendez-vous. Cette délégation a rencontré les administrateurs civils en fonction et retraités de la région Boeny. A noter que nombreux sont les administrateurs civils restent sans poste depuis leur sortie de l’ENAM ou qui occupent des postes qui ne correspondent même pas à leur position statutaire dans certains départements ministériels. Pour le SYNAD, l’assainissement de l’administration devrait passer par la bonne gestion des compétences disponibles.

R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Football- CHAN 2020 : Une précieuse victoire pour les Barea !

Football- CHAN 2020 : Une précieuse victoire pour les Barea !

Dur. Dur. Le match des Barea contre les Brave Warriors namibiens d’hier dans un stade de Mahamasina à trois quart rempli, l’était. Il a fallu la rentrée de Besna pour transformer les cris réprobateurs du public à un magnifique claping.

Un but, un seul, pouvait faire le bonheur du public qui laissait exploser sa joie après que Besna, rentré à la 80ème mn à la place de Lalaina, ait victorieusement repris un ballon lâché par le portier namibien Ratanda Mbazuvara sur un puissant tir d’Arnaud alors qu’on jouait les arrêts du jeu depuis 2 mn.

Baggio à côté. Une fin heureuse pour les Barea qui avaient du mal à retrouver leur jeu devant des Namibiens très entreprenants au milieu du terrain. Là où le camp malgache montra des lacunes incompréhensibles à l’image de Baggio qui n’a jamais pu trouver le bon tempo.

Le 4-4-2 inhabituel avec Arnaud et le Fianarois Eliot en pointe y est quelque chose car Baggio a l’habitude d’une position juste derrière l’attaquant où il pouvait armer ses puissants tirs comme le faisait souvent Ibra Amada.

Mais la comparaison entre les deux hommes s’arrête là car pour retrouver son efficacité, le capitaine du Fosa a besoin d’être entouré et d’être servi par Lôlôdy avec qui il s’entend très bien. Or Franklin Andriamanarivo n’a pas tenu compte de ce paramètre en remplaçant Baggio par son coéquipier.

Tsito blessé. Heureusement pour le camp malgache, il a su garder sa cage inviolée grâce en grande partie à un Théodin impérial mais aussi le capitaine Ando qui ne lâchait rien. Malgré une certaine fébrilité, Berajo a aussi montré une certaine efficacité.

Bref, le groupe pouvait être encore perfectible pour peu que le staff technique tire les leçons de cette difficile victoire notamment de faire rentrer Tsilavina sur le flanc gauche de la défense et pourquoi pas envisager de titulariser Safidy qui n’était même pas dans la feuille de match.

Tsito, s’il se rétablit de cette blessure au genou gauche, peut constituer une meilleure arme que le grand Eliot dont l’apprentissage se poursuit.

Comme on a encore du temps avant le match retour dans 15 jours, on garde espoir.

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

Pétanque : La FSBM a toutes les cartes en main !

Au four et au moulin, le ministre Tinoka Roberto mène sa mission avec doigté.

L’implication personnelle du ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto, a permis de dénouer la crise qui minait la pétanque à Madagascar. Un ouf de  soulagement donc pour les amateurs de pétanque qui apprennent par la même occasion que l’engagement de Madagascar aux championnats du monde au Cambodge a été déjà envoyé à la fédération internationale.

Après des tractations qui ont mis face à face le MJS et la Fédération Malgache des Sports Boules imposée par la Fédération internationale, les deux camps ont fini par accorder leur violon.

Un accord qui a abouti à la reconnaissance de la FSBM avec à la clé un certificat de conformité signé par la Directrice Générale des Sports, Rosa Rakotozafy.

Statut de haut niveau. Le fameux sésame que réclamait Dolys Randriamarohaja pour lui permettre d’être en règle vis-à-vis des autorités et notamment sur les impôts et  l’identité fiscale sans lesquels la FSBM ne pourra rien faire pour demander des dons auprès des mécènes et surtout pour pouvoir jouir des subventions de l’Etat.

De par son statut en effet, la pétanque devrait être une priorité pour Madagascar dans la mesure où cette discipline est l’une des rares où nos athlètes flirtent avec le plus haut niveau. Il est d’ailleurs fréquent que les boulistes ramènent à la maison des titres de champions du monde.

Mauvais pas. La FSBM n’a pas attendu longtemps pour établir un calendrier lui permettant de sélectionner les équipes jeunes et dames qui vont participer aux championnats du monde qui auront lieu au Cambodge vers mi-novembre.

C’est ainsi que le championnat de Madagascar chez les jeunes auront lieu le 5 et 6 octobre à Antsirabe avec probablement cette formule avec des phases de groupe afin de trouver les boulistes les plus en forme du moment.

En attendant, la FSMB exprime toute sa reconnaissance au ministre Tinoka Roberto qui a su trouver les mots justes pour tirer la pétanque de ce très mauvais pas.

Clément RABARY

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Un très faible taux de réussite aux examens de BEPC à Toamasina I.

D’après les informations reçues sur les résultats des élèves admis au BEPC, la circonscription scolaire de Toamasina I affiche des résultats catastrophiques. En effet, on a recensé 28,61% de réussite par rapport à l’année dernière qui est de 41%. Malgré les révisions et les préparations intensives effectuées durant les deux derniers mois, les résultats ont considérablement chuté.
Selon un enseignant, les grèves incessantes des enseignants et la durée trop longue de l’année scolaire font partie des raisons de ces échecs. Vu l’évolution de la technologie et l’accès internet, l’utilisation excessive des réseaux sociaux tel que Facebook a nuis aux révisions des élèves. Ce genre de résultat dégradé a également été le cas pour Antananarivo.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Une grande amélioration de la qualité des vanilles.

La région SAVA affiche de très bonnes récoltes par rapport à la saison précédente. Ceci est associé au fait que les cultivateurs ont bien respecté les campagnes des vanilles noires et vertes. Pour cette année, la foire économique de la vanille dans la région SAVA aura lieu le 24 jusqu’au 27 Octobre prochain.
En 1990, Madagascar a occupé le premier rang sur le plan international de la production de vanille. Depuis quelques temps, l’Indonésie est devenue numéro 1. Les Etats-Unis figurent actuellement parmi nos pays importateurs. Néanmoins, les vols des gousses vertes et le mauvais état des routes constituent un blocage pour les producteurs.
Tia Tanindranaza0 partages

Fitrandrahana ataon’ny Vatosoa MiningNandefa taratasy ho an’ny kaominina Andohanilakaka ny prezidansa.

Tonga nifanatrika tamin’ireo vahoaka ao Bepeha i Fernand Cello omaly alahady 22 septambra tokony ho tamin’ny 2 ora sy sasany tolakandro,ary nampiseho ny valin‘ny taratasy fitarainana nataon’ireo vahoaka ao an-toerana.

 

 

Teo ihany koa no nanaovany fanambarana fa kandida amin’ny fifidianana ben’ny tanàna eto Andohanilakaka ny tenany. Raha hiverenana kely dia mijaly noho ny fitrandrahana ataon’ity orinasa mpitrandraka safira ity ireo vahoaka any an-toerana, satria lasa mifanohitra tanteraka amin’ny voalaza ao anatin’ny bokin’andraikitra ny zava-misy ao Bepeha. Tsy azo atao intsony ny mandeha amin’ny lalana manakaiky ny toerana misy ny orinasa, eny fa na dia handeha hiantsena any Manombobe aza ireo olona avy ao Bepeha, satria dia henjehina.  Maro amin’ireo olona no voadaroka sy hiharan’ny tsindry hazo lena ary niafara tamin’ny aina nafoy mihitsy aza farany teo.Andrasan’ny mponina any an-toerana moa ny fametrahana drafitra sy tetiandro mazava ho fanatanterahan’ity orinasa ity ny zavatra voalaza ao anatin’ny bokin’andraikitra.

 

Nangonin’i RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Tandindomin-doza ny fiarahamoninaMpisotro toaka ny 77%-n’ny Malagasy

Mampivarahontsana ny nandre ny tarehimarika : Malagasy 3 amin’ny 4 no misotro toaka, izany hoe 77%-n’ny Malagasy. Mitambatra ao avokoa rehefa zava-pisotro misy alikaola.

 

 

Ny tena loza dia latsaka ambany ny taonan’ny Malagasy misotro satria 9 ka hatramin’ny 64 no salan-taonan’ireo mpisotro, izany hoe misy ankizy latsaky ny 10 taona izany eto Madagasikara fa efa misotro toaka sahady. Fantatra ihany koa fa manodidina ny 25 tapitrisa tavoahangy no lany isam-bolana eto Madagasikara, ho ana orinasa mpamokatra iray monja io. Miandahy miambavy io fisotroana io ary tsy miandry misy fety na lanonana fa tena isan’andro. Tsy tapaka olona mihitsy eto aminay, hoy ny tompona BAR na toeram-pisotroana iray nanaovana fanadihadiana. Vao maraina amin’ny 6 ora dia efa misy tonga maka kely dia ireo olona handeha hiasa maraina toy ny dokera, mpitarika posy sy sarety … Misy koa ireo tra-maraina, izany hoe efa nisy dia nalehany ny alina ka efa nisotrosotro saingy mba maka vazony kely arak’ilay fomba fiteny. Aorian’io dia efa maresaka ny Bar maraina, atoandro, hariva, hatramin’ny alina. Voatondron’ny lalàna fa amin’ny 9 ora alina no tsy maintsy mikatona ny toeram-pisotroana rehetra eto Madagasikara saingy misy ihany ireo maningana. Fantatra fa misy mahalany 10 000 ka hatramin’ny 30 000 ariary isan’andro amin’ny fisotroana toaka ary io tsy hoe olona mpanefoefo fa Malagasy antonony. Misy aza ireo sokajiana sahirana saingy mahita vola foana hisotroana. Mandeha ihany koa moa ny tsipaipaika dia mitambatambatra eo ny vola ka mahamamo ihany ny farany. Tombanana ho manodidina ny 100 isan’andro ny olona mifamezivezy amina toeram-pisotroana iray raha ny fanadihadiana natao. Tsara homarihana fa ambony kokoa ny tahan’ny homamiadana amin’ny olona misotro toaka sy mifoka sigara. Manimba ireo taova ao anatin’ny vatan’olombelona toy ny vavony, aty, voa, tsinay koa ny fibobohana zava-pisotro misy alikaola. Misy akony ratsy any amin’ny atidoha ihany koa ny toaka sy ny rongony. Izay no maha zava-mahadomelina azy ireo. Maro ny milaza fa misotro satria mba te hanadino kely ny rotorotom-piainana. Efa lasa fomba amam-panaon’ny Malagasy ny misotro na an-kafaliana io na an-karatsiana. Misy maty na famadihana ao an-tanàna, misy toaka eo izay. Misy tera-bao, misy toaka eo izay; any anaty vodiondry sy mariazy ao foana ny toaka. Ny mampihoron-koditra dia ny ankizy mpianatra, tsy ampy taona efa misotro ihany koa. Mety izany ve no mahatonga ny voka-panadinana miha ratsy isan-taona eto Madagasikara ? Mety ho izany koa ve no mahatonga ny Malagasy tsy mety tafavoaka amin’ny fahantrana sy mikorotan-dava ?

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fandriampahalemana eny AvaradranoNamory ireo tompon’andraikitra ny depiote

Nirongatra ary niha nahazo vahana tato ho ato ny tsy fandriampahalemana tao amin’ny distrikan’Avaradrano.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

AndoharanofotsyMaty voahitsaky ny fiara ilay zaza nilalao amoron-dalana

Rehefa ho tonga tokoa ny loza dia tonga. Ankizy nisangisangy teny an-tsisin’arabe no voahitsaky ny fiara 4x4 iray teny Andoharanofotsy ny sabotsy lasa teo.

Voahitsaky ny kodiarana ny tapany ambony tamin’ilay zazakely vao 4 taona monja tokony ho tamin’ny 4 ora sy sasany ny sabotsy tolakandro teo. Tsy nandeha mafy akory ilay fiara raha ny fitantaran’ireo nanatri-maso saingy ampy nahafaty ilay zaza kosa anefa ny dona sy hitsaka nahazo azy. Nentina avy hatrany teny amin’ny CSB II Andoharanofotsy moa ilay zaza saingy nanamafy ny mpitsabo tao fa efa tsy misy aina intsony izy raha tonga teny. Ny kibony sy ny lamosiny no tena voa mafy, hoy ny mpitsabo. Nilalao niaraka tamin’ny namany i Heriniaina Navalona, tsy teo kosa ny reniny fa mbola niasa. Fantatra fa tsy manan-kialofana ny fianakavian’ity zaza ity fa mipetraka sy matory eny amoron-dalana, izany hoe tena fianakaviana sahirana. Nilaza moa ny havan’ireo tompon’ilay fiara nandona fa vonona ny handray an-tanana ny lany rehetra amin’ny fikarakarana ny razana ary mbola vonona hifampiraharaha amn’ny fianakaviana ihany koa ny amin’izay tokony hatao aorian’izay. Natao famotorana teo anivon’ny zandarimariam-pirenena moa ireo tompon’ny fiara. Tena mila mailo sy malina ny ray aman-dreny amin’ireo ankizy mety zatra milalao na misangy eny an-dalambe fa ny loza tsy mampandre mialoha.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taom-baovao Malagasy tany ToamasinaTapaka ny vato lehibe saika hatao tsangam-bato

Ambohipihaonan’ny sokajin’olona samihafa eto amin’ny firenena ny tao Toamasina ny faran’ny herinandro teo satria omaly 22 septambra no nankalazana ny Taom-baovao Malagasy iraisana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Marary ny toekarenaMitotongana hatrany ny Ariary

Tsapa tato anatin’ny iray volana izao fa tsy nitsaha-nitotongana ny sandan’ny vola Malagasy ariary raha oharina amin’ny euro.

 

4085,69 ariary ny 1 euro tamin’ny 20 aogositra 2019, lasa 4140,28 ariary izany nanomboka ny 20 septambra lasa teo araka ny tarehimarika nalaina tao amin’ny tranonkalan’ny Banky foiben’i Madagasikara, izany hoe nisy elanelana 54,59 ariary. Tahaka izao manaraka izao io fivoaran’ny fitotongan’ny sandan’ny ariary io tato anatin’ny andro vitsy. Ny 19 septambra, ny 1 euro mira 4128,89 ariary, ny 18 septambra 1 euro mira 4126,27 ariary, ny 17 septambra 1 euro natakalo 4108,3 ariary, ny 16 septambra 1 euro mira 4122,83 ariary ary 1 euro mira 4123,8 ariary tamin’ny 10 septambra. Tsara homarihana fa 3780, 27 ariary ny 1 euro tamin’ny 10 septambra 2018 ary 3983,00 ariary izany ny faran’ny volana septambra 2018. Ankehitriny anefa dia io efa mihoatra ny 4100 ariary io ny euro iray. Tsy misy adihevitra be fa dia mazava ny resaka betsaka ny vola mivoaka amin’ny kitapom-bolam-panjakana hanafarana sy hividianana entana avy any ivelany, mety handoavana trosa ihany koa saingy manify ny vola miditra…tena tsy ampy ny vola vahiny miditra amin’ny kitapom-bolam-panjakana, ny tahan’ny fampidiran-ketra moa dia anisan’ny ambany indrindra aty Afrika ny an’i Madagasikara na dia nisy aza ny ezaka efa natao noho ny firoborobon’ny sehatra tsy manara-penitra sy ny kolikoly avo lenta. Ny fanjakana izay efa tsy manam-bola anefa dia mbola manentsina ny banga ao amin’ny jirama, ary misy fotoana tsy maintsy manefa ny volan’ireo orinasan-tsolika goavana eto amintsika. Tsy mety tonga ny famatsiam-bola hahafahana tena miasa, ary karazan’ny manao sangy ratsy ihany ny mpitondra mampanantena an’izatsy sy izaroa kanefa efa tena manify ny ao am-bata. Tsy maintsy vola vahiny no hividianana solika, fanafody sy entana ilaina amin’ny fiainana andavanandro (PPN) izay hafarana avy any ivelany. Inona no hitranga rehefa tsy ampy intsony  ny tahiry vola vahiny eo am-pelatanan’ireo banky eto Madagasikara ? Raha hanetsika ny azy ny ao amin’ny banky foibe, ahiana ny hikorontanan’ny tsenam-bola ka vao miha hitotongana hatrany ny ariary. Tondro iray manaporofo fa tena marary ny toekarena Malagasy izao fitotongan’ny ariary izao, 8 volana nitantanana ny firenena i Andry Rajoelina saingy tsy mbola hita manangasanga izay famatsiam-bola be hanatanterahana ny programanasany ary efa tena miha sahirana amin’ny fiainana andavanandrony ny Malagasy : tsy misy ny asa, tsy misy ny vola,  manampy trotraka ny tsy fandriampahalemana izay tsy hahafahan’ny olona miasa sy mamokatra araka ny tokony ho izy.

RTT

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpamosavy malemy!

Nanomboka tany amin’ny folo taona lasa sy ny tetezamita no tokony ho efa fantatra ny hazo hamoa sy ny tsy hamoa, raha ny ambara fa fampandrosoana hataon’ny mpitondra ankehitriny no resahina. Inona no notazan’ny Malagasy tao anatin’ny tetezamita?

 

Tena tanteraka ve ny fandrosoana sy ny famirapiratan’ny firenena nampanantenaina? Tena niova nakany amin’ny tsara ve ny fiainan’ny Malagasy sa vao mainka nihemotra? Tsy sanatria te hamoha fota-mandry, fa mila todihana foana ny lasa hahafaha-mandinika sy maminavina ny ho avy. Dia mbola gaga ve isika raha izao no zava-misy ankehitriny? Miditra amin’ny dimy taona vaovao indray, ka 9 volana izay no lasa. Miakatra andro aman’alina ny vidim-piainana, saingy lany andro mampanantena hanao izatsy sy zaroa. Tsy misy vahaolana mafonja sy asa mivaingana, fa ny an-tratra tsy lavo dia antsoy ihany koa Rainilahibe. Mbola manam-potoana handranitana ady sy hananganam-pahavalo, raha jerena amin’ilay resaka tsy dia manao ahoana nanenjehana mpanao gazety. Ireny ve no laharam-pahamehana sa kosa misy manipy hoditr’akondro? Tsy misy fanetren-tena sy fahavononana hifanome tànana sy hiantso tolo-tànana amin’ny hafa na efa hita izao aza fa tsy mahatafavoaka baolina. Tsy ho vitan’ny filoha samirery izany fampandrosoana izany. Tena natosiky ny fitiavan-tanindrazana tokoa ve anefa ireo olona manodidina azy, indrindra fa ireo matretre voalaza fa tena tompon’ny fibaikoana? Sa kosa sady manao mpamosavy malemy manipy hoditra akondro ankolaja no mampitombo ny ambaindain’ny hareny? Ny filoha hatrany no mahita loza! Tsy rototra sy tsy mahatsapa angamba fa mihisatra famindra, mba tsy hilazana fa mikatso ilay masinina haingam-pandeha.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jean Michel RamarosonNiaiky fa tsy tomombana ny fikarakarana N1 A farany

Rehefa naheno ny tatitra avy amin’ny tompon’andraikitry ny Fmbbtompo-marika tamin’ny fanatanterahana ny fifaninana basikety N1 A

Tia Tanindranaza0 partages

FahasalamanaMiha mahazo vahana ny aretin’ny taovam-pisefoana

Ny aretin’ny taovam-pisefoana no nisongadina, nanomboka amin’ny sery madinidinika sy kohaka, tao anatin’ny ririnina, raha ny fanazavan’ny dokotera Fidy Bariniaina, mpitsabo etsy Manjakaray.

 Ny fisorohana azy io moa dia ny fitoerana amina trano azon’ny rivotra sy tsy mando ary tsy misy vovoka. Tsy tokony ho be fanaka ny trano hatoriana satria kely rivotra ary ny voankazo sy legioma no tokony hameno ny sakafo. Ankehitriny isika manomboka miditra tsikelikely amin’ny andro mafana. Ady amin’ny moka sy tazo indray no miandry eto, hoy izy. Ny fanalana rano miandrona sy lobolobo, fampiasana lay, tena mety ilay fametrahana aro vy na “grille de protection” kely amin’ny varavarankely. Tokony hidina ny trano vao mamono jiro, hoy izy. Ankoatra izay, ny aretin-kibo sy fivalanana koa dia mpahazo rehefa miha mafana, hoy izy, ka mila tandremana ny fahadiovana. Hatreto aloha dia ilay kohaka sy tazo no tena manomboka mamely.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basket Rdj Alley hoop 2K19 RdjNy Mb2All lahy sy vavy no handeha ho any Botswana

Norombahin'ny ekipan’ny MB2ALL lahy sy vavy avokoa ny anaram-boninahitra tamin'ilay Fifaninanana basket Rdj 3 x 3 Alley hoop 2K19 andiany faha-2 sokajy U 18 niaraha-nisalahy tamin’ny Fmbb sy ny Orange.

 

 Resin’ny Mb2All lahy  22 - 10  ny ekipan’ny Dtsc teo amin’ny lalao famarana nontontosaina tetsy amin’ny “Parking” anatin’ny lapan’ny fanatanjahantena Mahamasina omaly alahady 22 septambra 2019. Ny ekipan’ny Fandrefiala kosa no lavon’ny Mb2All vehivavy 17 - 12 teo amin’izany famaranana izany. Izy 8 mianadahy ireo izany no nahazo ny tapakila mankany Botswana hahazoana miatrika an’ilay Camp “Young Lions 3 x 3”ho tontosaina any an-toerana amin’ny 28 novambra ka hatramin’ny 02 desambra 2019.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifanintsanana CHAN 2020Ambivitra no nandresen’ny Barea an’i Namibie

Ambivitra dia ambivitra fa efa tany amin’ny minitra faran’ny ora fanampiny (90’+3) vao nahatafiditra baolina tao amin’ny haraton-dry zareo Namibiana ny Barea Malagasy, omaly

Tia Tanindranaza0 partages

Kariera ao IkalamavonyManara-dalàna izahay, hoy ny tompony

Lainga ary diso tanteraka ny filazana fa nisy ady sy fikasihan-tanana niteraka vono sy naharatrana olona tao amin'ny vohitr'i Befitsiotsy misy kariera ao Ikalamavony, hoy ireo tompon’io kariera io.

 

Tia Tanindranaza0 partages

AnkadifotsyNoraisim-potsiny tao an-tranony ilay vehivavy mpisoloky

Noraisim-potsiny tao an-tokantranony ilay tovovavy 25 taona izay nivadi-pitokisana tamin’ny renim-pianakaviana mifanila vodirindrina azy nisamborany vola mitentina 4 tapitrisa ariary.

Tia Tanindranaza0 partages

Olom-pirenena mandray andraikitraAndiana tanora nanadio ny moron-dranomasina

Vondrona tanora vitsivitsy monina ao Toamasina I no tonga saina sy resy lahatra fa zava-dehibe ny fahadiovana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Maitre Olala “Tanteraho ny zavatra nampanantenaina e !”

“Amin’ny ankapobeny dia mitady hikezaka ny fitondrana. Mitady ho tia azy ireo aho.

 

Mitady hanaraka fa mety ny fitantanana kanefa rehefa atonina akaiky dia ilay fanatanterahana asa no mampihemotra.”hoy i Willy Razafinjatovo na Maitre Olala raha nanontaniana ny heviny mahakasika ny sivy volana nitondran’ny filoha Rajoelina. Tsy hiverina ny fanantenana raha toy izao ny fanapahan-kevitra, hoy izy. Ohatra ny resaka mpanao gazety sy angidimby, inona no hisakanana ny kaominina Antananarivo Renivohitra tsy hamoaka ny sata mifehy azy ? Ny famoahana sata dia lazaina fa manala baraka satria teny Mahamasina ilay elikaoptera, hoy ity mpisolovava ity. Tsara ho fantatra fa ny angidimby dia taty aorian’ny fandalovan’ireo sinoa izay saika hijery manokana ny fanamboarana ny kianjan’i Mahamasina. Avy eo, namoaka fampitam-baovao ny minisiteran’ny fiarovam-pirenena ka izay no nanararaoatany nanaovana ny fitoriana. Tsy nisy fangatahana nataon’izy ireo fa tonga dia nandeha fotsiny tamin’izao. Midika izany fa fanaovana tsinontsinona sy tsy fahalalam-pomba, hoy ny Maitre Olala. Amin’ny saina tsy miangatra, hoy izy, saingy tsy midika hoe tsy tiako ny miaramila satria izy ireo no miaro ny tanindrazako fa tsy tiako kosa ny fanapahan-kevitra satria ve mpikambana eo anivon’ny governamanta iray tsy manara-dalàna dia izy mangalatra ketsa tahaka ilay gisa lahy no avo vava ? Izy tsy manara-dalàna sy manitsakitsaka ny sata mifehy ny tanànan’Antananarivo izy indray no mitory.  Tsy mety ireny ary raha tsy nisy saina hafahafa, maninona raha natao ny « démenti » satria izany no zony ? Amiko fanaovana zavatra tahaka ireny dia mampihemotra fitiavana sady mampangatsiaka ahy amin’ny saina nahafahana mankatia sy amin’ny zavatra tiany hatao. Nohamafisiny kosa fa ireo fampanantenana rehetra dia toa ny asa nation-dRajaonarimampianina no tohizana fotsiny dia mitokana izany fotsiny ny filoham-pirenena. Ireo tena fampanantenana natao nandritra ny fampielezan-kevitra dia tsy mbola hita loko loatra ary raha manana ny marina dia tsy tokony mihemotra fa kosa  raha nahatsapa tena fa diso dia mila mahay mifona, hoy i Willy Razafinjatovo.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Henry Rakotomalala“Hafahafa ity fifidianana ity.”

Misy zavatra mampiahiahy amin’ny fomba fikarakarana fifidianana, hoy ny mpitarika ny MCFIE, Henry Rakotomalala.

900 isa mahery ny kaominina nolazaina fa tsy misy kandida, herinandro latsaka nialoha ny fikatonan’ny fandraisana ireo antontan-taratasim-pirotsahana kanefa tampoka teo dia 2 sisa no nolazaina fa tsy misy izany. Rehefa nanao fanadihadiana izahay eo anivon’ny MCFIE na ny hetsiky ny olompirenena miady amin’ny hosoka sy hala-bato dia nahita fa nomena baiko avy amin’ny minisiteran’ny atitany ny delegen’ny boriborintany rehetra any ambanivohitra hitady kandida atao ben’ny tanàna. Na koa ilay kandida ben’ny tanàna teo ihany no haverina harotsaka fa atao mahaleotena. Izany hoe kandidam-panjakana fa mahaleotena, hoy izy. Mampiahiahy koa ny famenoana dosie. Tena feno marina ve ny antontan-taratasin’ireo kandida amin’ny kaominina miisa 1695 ? Ireo olon’ny OVEC isaky ny distrika dia saika olom-panjakana. Hiandany amin’ny kandidam-panjakana ireo. Efa tsy hala-bato intsony raha ny marina no mampiahiahy anay na dia izay ary no fomba fiteny satria tokana ireo kandida any amin’ny toerana ambanivohitra misy ny maro an’isa. Ny renivohi-paritany sy distrika ihany no mety misy kandida maromaro ka antony hilazanay fa hafahafa ity fifidianana ity. Eo koa ny fanovana ireo sefo fokontany mamofompofona TIM isaky ny boriborintany, toy ireo sefo fokontany miisa 5. Maninona, hoy izy, no nesorina ny tale jeneralin’ny trano printy nasionaly. Anjaran’ny vahoaka no tonga saina ary izahay dia tsy hanaiky hatramin’ny farany raha mbola misy ny hala-bato, hoy hatrany izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Imbiki Herilaza« Lesoka amin’ny Diplaomasia ny tsy fahasahiana »

Teboka lehibe telo no azo voizina mahakasika ireo masoivoho efatra voatendry nandritra ny filankevitry ny minisitra farany teo araka ny hevitr’i Imbiki Herilaza, mpahay lalàna.

 Voalohany dia efa mazava ny filamatry ny minisiteran’ny raharaham-bahiny fa ny diplaomasia ara-toekarena izany. Nilaza izy fa ireo olona voatendry ireo dia efa zatra  amin’ny asam-panjakana ambony. Olona mahafehy ihany koa ny fiarovana ny tombontsoan’ny firenena sy ny vahoaka Malagasy any amin’ny sehatra ambony iraisam-pirenena. Faharoa, hita taratra ny fivelarana amin’ny fanendrena ambasadaoro. Aza hadinoina fa ny hafatry ny Papa Ray Masina nandritra ny fandalovany teto Madagasikara dia « aza mitondra tokana fa mila misokatra ». Nomarihany fa ny praiminisitra teo aloha Omer Beriziky dia kandidà nifanandrina tamin’ny filoham-pirenena nandritra ny fihodinana voalohany. Misy tokoa ny fametrahana izay fisokafana izay amin’ny fanendrena. Farany dia ny fanadiovana ny fitantanana ao anatiny any amin’ireny masoivoho ireny. Mihoapampana ny tombontsoa sy karama raisin’ireny olona voatendry taloha ireny, hoy izy. Misy no nikarama 120 tapitrisa ariary iray volana ka raha ao anatin’ny enim-bolana fotsiny no raisina ny politikan’ny fanadiovana any amin’ny masoivoho dia 12 miliara ariary sahady no tahiry ho azon’ny fitondram-panjakana. Matoa ireo olona efatra ireo no voatendry ho masoivoho dia mamaly ny fepetra voalaza teo, hoy hatrany i Imbiki Herilaza. Nitondra ny heviny kosa izy mahakasika ny lesoky ny diplaomasia ka nilazany fa tsy ampy ny fahasahiana mampahafantatra an’i Madagasikara sy ny tombontsoa ara-toekarena eto Madagasikara. Mila mpamatsy vola sy mpandraharaha vahiny isika amin’ilay famatsiam-bola vahiny mivantana « investissement direct étranger ». Ohatra amin’ny lafiny fizahantany, miandrandra hampiditra 500 000 mpizahatany amin’ny fotoana farany izay fohy ny fanjakana dia anjaran’ireny masoivoho ireny no manao izany sady eo koa ny fiarovana ny tombontsoan’ireo Malagasy monina eny amin’ireny firenena ireny, hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fampandrosoana an’AlasoraHotohizana ny lalàntsika, hoy i Jimmy Randriantsoa

Nampahafantarina tamin’ny fomba ofisialy teny amin’ny Planet M Amboarohy Alasora ny sabotsy teo ny firotsahan-dRandriantsoa Jimmy ho kandida ben’ny tanànan’Alasora sy ireo mpanolotsaina kaominaly tarihin-dRakotomalala Benjamin, izay atolotry ny antoko Tiako i Madagasikara na ny TIM avokoa.

 

 Nentina am-bavaka sy notsofin-drano izy ireo, izay notronin’ny mpanohana maro. Nandrisika ahy hilatsaka ho ben’ny tanàna ny fahafantarana sy ny fahatsapana, indrindra ny traikefa ananako hoenti-mamaha ny olana samihafa izay mianjady amin’ity kaominina Alasora ity, hoy i Jimmy Randriantsoa. Anisan’izany ny resaka rano, fitaterana, fampianarana, fahasalamana sy ny mahakasika ireo tantsaha, izay nijaly tao anatin’ny 3 taona noho ny tsy fidiran’ny rano avy any amin’ny tohodranon’Antangirika. Atao laharam-pahamehana ny fandriampahalemana ka hapetraka ny Borigady, hapetraka ny jiro hanazavana ny tanàna izay fanohizana ny efa nataoko ihany, hoy izy. Miara-miasa amin’ny mpiara-miombon’antoka samihafa avy eto an-toerana sy avy any ivelany ny tenany, izay efa nahafahana nanatanteraka ireo fotodrafitrasa maro tao amin’ny kaominina Alasora, toy ny kaomisaria. Ny fanazavana ny tanàna, dia efa niara-niasa ary mbola vonona ny hiara-kiasa aminy ny « Electricité sans frontière » izay efa nisitrahan’ny fokontany maromaro jiro manazava ny tanàna. Mbola misy Jiro 3000 isa hapetraka amin’ireo toerana tsy misy izany, hoy izy. Tena hainy ary fantany ny hampandrosoana ny kaominina Alasora, ary izany no naharesy lahatra ny tenako amin’ny maha solombavambahoakan’Avaradrano ahy, hoy ny Depiote Andriambolaina Gerry. Miisa 5 ireo naniry ny hitondra ny lokon’ny TIM, fa i Jimmy Randriantsoa no voatsonga farany ary nifanome toky izy rehetra ireo fa hifanohana. Tsy ny ho ben’ny tanàna no nanosika fa ny hampandroso Alasora. Betsaka ny zavatra efa natao, ka hotohizana ny làlantsika, hoy ity kandida ben’ny tanàna vao erotrerony ity.

Toky R         

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifanitsahana andraikitraVaky ny adin’ny Fitsarana sy Prezidansa

Raikitra ny ady eo amin’ny minisitry ny fitsarana Randrianasolo Jacques sy ny Talen’ny Birao mpandray fitarainana na « Bureau des doléances », eo anivon’ny fiadidiana ny Repoblika, Rakotomanana Richardson.

Tsy fanatanterahana didim-pitsarana mikasika ady tany tao Sambava no anton’io. Raha ny fizotry ny tantara, nitarika delegasiona namita iraka mikasika ady tany tao Sambava io Talen’ny « Bureau des doléances » eo anivon’ny fiadidiana ny Repoblika io. Voalaza fa nanao fihaonana mikaton-trano tamin’ireo nahazo rariny teny amin’ny Fitsarana mikasika io ady tany io, ny ny zoma 20 septambra teo. Nizotra tany amin’ny vahaolana hafa fa tsy fampiharana didim-pitsarana. Tsy nahafaly ny minisitry ny fitsarana io tsy fanatanterahana didim-pitsarana io, izay nosokajiany ho fanakorontanana sy fampisaraham-bazana  ary fanosoram-potaka ny filoham-pirenena mihitsy. « Inona no maha tany tan-dalàna an’i Madagasikara, raha didim-pitsarana izay efa didy raikitra no tsy ampiharina », hoy io minisitra io, izay nidina tany Sambava mihitsy  ny sabotsy 21 septambra teo, izay nifanojo rahateo tamin’ny lanonana amin’ny hanorenana fonja vaovao ao an-toerana. « Mandray fitarainana no andraikitry ny « Bureau des doléances », dia mandinika izany ary manao tolo-kevitra », hoy izy. « Efa nalefako any amin’ny Procureur de la République ny baiko mampisambotra ireo olona ireo ary ny hampidirana azy am-ponja fa manao « entrave à la justice ». Heloka izany tsy fanatanterahana didy izany », hoy ny minisitra Randrianasolo Jacques tamin'ny teny hentitra. Tsy vao izao no handrenesana resaka fanohintohinana fanatanterahana didim-pitsarana raikitra tahaka izao ataon’ny olona avy ao amin’io « Bureau de Doléances » io. Ohatra iray ny raharaha ady tany tetsy Andavamamba vao tsy ela, raha ny fanazavan’ny vadin-tany iray. Nandeha ny fitsarana ambaratonga voalohany resy ireo mipetraka eo, nisy fampiakarana tamin’ny ambony kokoa mbola resy, tany amin’ny fitsarana mpandrava didy mbola resy ihany. Teo am-panatanterahana ny didy raikitra nanesorana ireo voalaza fa mibodo tany vadin-tany no nisy ny olona nilaza fa avy any amin’io “Bureau de doléances” ao amin’ny fiadidian’ny Repoblika nitondra fiara takelaka mena nanao tsindry bokotra tamin’ny filazana hoe : « ajanony io fa efa saisie ny présidence ». Tsy voahaja izany ny fisaraham-pahefana, dia ny fahefam-pitsarana sy ny fahefana mpanatanteraka fa raikitra ny fifampitsabahana sy ny tsindry bokotra. Izany ve ilay antsoina hoe fanjakana tan-dalàna ?

 

Toky R

 

Ino Vaovao0 partages

ANDRAVOAHANGY : Sarona ny ekipan’ilay ramatoa mpivarotra rongony, efa nifonja

Taorian’ny angom-baovao voarain’ny Polisy miasa ao amin’ny CSP3 izay milaza fa misy olona mivarotra rongony eny amin’iny faritra Andravoahangy sy ny manodidina iny dia nandray ny andraikiny avy hatrany izy ireo. Natao ny fanaraha-maso sy ny paikady ka lehilahy 01, 32 taona sy ramatoa 01, 39 no tra-tehaka teo am-panaovana izany asa ratsy izany. Mbola nahatrarana rongony 10 fonosana teny amin’izy ireo nandritra ny fisamborana azy. 

Tamin’ny fanadihadiana no nahafantarana fa vidiany eny Ankorondrano amin’ny vidiny 500Ariary ny singany 01. Izy ireo kosa avy eo no mamatsy an’Andravoahangy, Mascar ka amidiny 1000Ariary ny fonosana 01. Ilay ramatoa kosa dia efa nigadra teny amin’ny fonjan’Antanimora resaka famarotana rongony ihany. Tsy mitsahatra manentana ny mponina ary koa manao fisafoana ny tanana fieren’ny jiolahy sy fiparitahana zava-mahadomelina ny mpitandro filaminana.

Tatiana R.

Ino Vaovao0 partages

SAHORANA FENOARIVO - ATSINANANA : Fiara sprinter nivadika, 10 naratra

Fiara sprinter manao zotra Fenoarivo-Atsinanana sy Toamasina niala tamin’ny 3 maraina tao Fenoarivo io tra-doza io. Vao 4 km monja, niala ny tanànan’i Fenoarivo-Atsinanana no nitrangan’izany. Raha ny fanazavan’ny mpandeha tao anatiny, dia nisy vato be maromaro nisy nametraka teny amin’ny lalana. Somary nandeha mafy ihany koa ny mpamily ka tsy voatazony intsony ny familiana rehefa niantefa teny amn’ireo vato ny kodiarana.

Vokany, mpandeha miisa 10 naratra. Ny telo no tena voa mafy. Ny roa izay samy naratra teo amin’ny loha avokoa. Tao ny nivoaka ra avy anaty sofina. Tsy nisy kosa ny aina nafoy.  Efa samy nahazo fitsaboana sahaza avokoa ireo mpandeha naratra.Sotasosa sa saika hanafika ?

Mbola mifamaofao ny mety ho antony nisian’ny vato be nirantiranty teny amin’ny lalana akaiky ny tanànan’i Sahorana Fenoarivo-Atsinanana io. Ao ny milaza fa gafy atan’ireo olona mamo avy namonjy tsaboraha. Tsara mantsy ny manaramarika fa tsy nisy entana very. Ao kosa no miteny fa fikasana hanafika fiara mpitondra lavanila no ambadak’io vatobe io. Efa mandeha ny fanadihadiana ataon’ny mpitandro filaminana any an-toerana.

TH

Ino Vaovao0 partages

RN7 - FIARA NIFAOKA MPANDEHA AN-TONGOTRA : Maty tsy tra-drano ilay zaza nipotsaka ati-doha

Raha ny loharanom-baovao voaray dia fiara "mercedes sprinter" iray no fantatra fa nifaoka mpianaka nandeha an-tongotra teny amin’ny sisin-dalana. Vokany, nindaosin’ny fahafatesana avy hatrany ilay zaza rehefa nipotsaka ati-doha, ny reniny kosa nifamonjena haingana tany amin’ny toeram-pitsaboana raha toa ka very ra betsaka sy naratra mafy. 

Araka ny nambaran’ny nahita maso ny zava-nitranga dia nandeha mafy io fiara io raha saika nikasa hisongona ny fiara teo alohany. Kinanjo nifatratra tany amin’ny sisin-dalana izay nahavoadona ireto mpianaka ireto. Efa manokatra ny fanadihadiana momba ny raharaha ny eo anivon’ny mpitandro filaminana amin’izao fotoana izao. 

Tsy mitsahatra mampitandrina ny mpampiasa lalana rahateo koa ny Polisy misahana ny fifamoivoizana satria vokatry ny tsy fanajana ny hafainganam-pandeha hatrany matetika no mahatonga ny lozam-piarakodia misesisesy na eny amin’ny lalam-pirenena izany na anaty tanàna.

Tatiana R.

La Vérité0 partages

Résultats catastrophiques du BEPC - Le sureffectif en classe de troisième

Les résultats de l’examen du Brevet d’études du premier cycle (BEPC) ont des impacts sur l’organisation au sein des écoles publiques ou privées. Dans la plupart d’entre elles, l’effectif des élèves en classe de 3e a doublé, pour la prochaine année scolaire. En même temps, les établissements devraient s’occuper des passants et ne pas mettre à l’écart les redoublants. Les responsables au sein de ces écoles ont le même avis, ces résultats ont changé totalement la donne, notamment pour les collèges. « C’est difficile pour nous de gérer cette situation, d’autant plus que nos effectifs sont limités, autant que l’infrastructure », avance un directeur d’école privée sise à Alarobia. Avant même la sortie des résultats, les parents ont déjà terminé la réinscription et actuellement, il ne reste que quelques places seulement.

 

Face à cette situation, beaucoup de parents, ayant des enfants en classe de 3e sont confrontés à d’autres problèmes que l’échec. D’un côté, les inscriptions sont déjà clôturées pour les classes de 3e et occupées par les passants. Ainsi,  bon nombre des établissements refusent de prendre d’autres élèves ou d’augmenter le nombre des effectifs. « La réinscription de nos enfants est encore en suspens. Selon les responsables, ils sont encore en pleine réunion concernant cette classe d’examen, notamment l’infrastructure », avance Lalanirina, une mère de famille dont sa fille a échoué à l’examen du BEPC.  Mais à entendre dire, les écoles ont peur que la même situation revient et détruit leur image.

De l’autre côté, les établissements ont mis en place une nouvelle organisation, afin de ne pas délaisser les parents et les élèves. « Nous n’avons que quelques semaines avant la rentrée scolaire. Pourtant, nous devons trouver d’autres solutions que de renvoyer les redoublants. Nous avons  donc décidé de supprimer une classe de seconde pour la transformer en 3e », avance Sarah Herimamy, directrice d’un lycée privé. C’est d’ailleurs une solution provisoire qui peut affecter de nouveau les résultats des examens à cause du sureffectif.

Ces  résultats est une sonnette d’alarme pour la qualité de l’éducation dans le pays. Outre le renforcement des capacités des enseignants, la surveillance des parents, le renforcement de la surveillance du ministère de tutelle pour la création des écoles dans chaque coin de la rue est de rigueur. Ces derniers temps, la création d’une école est devenue un autre business dans le pays.

 Anatra R. 

La Vérité0 partages

Tourisme - Morondava attire toujours des visiteurs

Déforestation, insécurité. Malgré ces situations, la Commune de Morondava attire toujours les touristes. Leur effectif a d’ailleurs grimpé cette année par rapport à l’année dernière. La ville a déjà accueilli en huit mois 20 000 touristes, un chiffre déjà atteint durant l’année précédente. En effet, Morondava reçoit chaque année les voyageurs qui visitent l’Allée des baobabs et le « Tsingy de Bemaraha ». Ce dernier reste une destination incontournable puisque 2 340 touristes s’y sont rendus pour visiter le parc.

En parallèle à cela, lors d’une descente sur le lieu la semaine dernière, une centaine de touristes internationaux se sont arrêtés le soir pendant une trentaine de minutes à l’Allée des baobabs, uniquement pour admirer le coucher du soleil. « Je viens de Belgique et je passe mes deux semaines de vacances dans la Grande île. Nous avons droit à un coucher du soleil tous les jours mais le spectacle s’avère époustouflant à l’Allée des baobabs. Nous avons déjà visité Antananarivo, Antsirabe et le "Tsingy de Bemaraha". Il faut dire que Madagascar est un vrai paradis avec ses faunes et flores », constate Eric, un touriste. « Nous avons également effectué une petite escale à la plage de Kimony et à Nosy Kely », poursuit une autre touriste.

Le changement de statut de Morondava en zone touristique internationale va également promouvoir davantage le secteur. « Le changement du statut de Morondava en zone touristique internationale améliorera certainement notre économie. Nous avons un avantage puisqu’une école internationale de tourisme est déjà mise en place dans la ville. La Commune de Morondava possède ainsi des mains-d’œuvre qualifiées pour travailler dans le secteur », s’enthousiasme Kolo Frijof, maire de la Commune de Morondava.

En dehors de la disparition des forêts, une situation qui défavorise l’affluence des visiteurs venant des pays étrangers, ces derniers ont encore peur des éventuelles attaques des « dahalo ». « Les Forces de l’ordre ont déjà effectué une opération de restauration de la sécurité. Malgré cela, les touristes ont encore peur des bandits de grand chemin. Pour rassurer les voyageurs, nous quittons Antananarivo à 3 heures du matin pour éviter d’emprunter l’axe Miandrivazo-Morondava après 16 heures », explique un guide.

Solange Heriniaina

 

La Vérité0 partages

Produits artisanaux de Madagascar - Interdiction d’entrée des marmites malagasy à La Réunion

Un marché régional bloqué. Les autorités réunionnaises interdisent l’entrée et l’utilisation sur leur territoire des marmites malagasy. La raison invoquée expliquant cette interdiction en vigueur depuis vendredi dernier a trait au taux de plomb sur ces produits malagasy fabriqués à partir de l’aluminium. Cette interdiction concerne non pas uniquement les marmites « made in Madagascar », mais également les autres ustensiles (poêles et louches…) créés à partir de ce métal.

 

D’après les informations livrées par la presse de l’île de la Réunion « plusieurs opérations de contrôle, réalisées par la DIECCTE Réunion, ont révélé que les marmites et autres ustensiles en aluminium provenant de fonderies artisanales malagasy, contiennent des taux de plomb supérieurs aux limites légales.

 Les analyses ont notamment démontré que la libération du plomb dans les aliments était entre 3 et 4 600 fois supérieure à la limite autorisée. Ces ustensiles pourraient ainsi favoriser une intoxication au plomb, ce qui peut avoir des effets sur le système nerveux, notamment chez les enfants avec un retard du développement mental, sur les fonctions rénales et le système cardio-vasculaire. Selon les analyses menées par le laboratoire de Bordeaux, manger tous les jours 32 grammes de carry qui aurait été cuisiné dans l’une de ces marmites, présenterait un danger pour la santé humaine ».
La préfecture de l’île de La Réunion appelle ainsi à la vigilance dans l’utilisation des produits en possession des consommateurs. «  Il ne peut y avoir aucune assurance du fait de l'absence totale d'identification, de traçabilité et d'historique de tous ces ustensiles ». Les marmites et ustensiles malagasy sur place et qui n’ont pas été encore vendus seront du coup retirés du marché. Une grosse perte en somme pour les importateurs et les commerçants locaux mais également pour les fabricants malagasy. Une contre-étude approfondie de la part des autorités malagasy pour infirmer ou confirmer la thèse réunionnaise est plus que souhaitée. Si elle est avérée, une mesure devra être prise pour protéger les utilisateurs malagasy et dans la foulée donner une directive aux fabricants afin qu’ils puissent rectifier les tirs. Si la théorie est par contre fausse, ce n’est ni plus ni moins que d’un protectionnisme à dénoncer…

La Rédaction

 

La Vérité0 partages

Commission de l’océan Indien - Faire de Madagascar un grenier alimentaire régional

Les îles de l’océan Indien consomment en majorité des produits importés. Une vraie nuisance pour la production locale et en particulier pour la sécurité alimentaire. En effet, ces aliments sont hautement transformés, avec des additifs alimentaires excessifs mais de faible teneur en nutriments étant donné leur long processus de conservation et de transport. « Ces aliments, quoique joliment emballés et aux allures modernes, sont en fait à l’origine de beaucoup de maladies, celles appelées non transmissibles, comme le diabète, les maladies cardio-vasculaires mais aussi artérielles, l’anémie et certains cancers.

Le taux de ces maladies a connu une hausse alarmante au niveau des îles ces dernières années. Il est donc plus que nécessaire d’agir vite », soutient le représentant de la Commission de l’océan Indien (COI). Avec le projet PRESAN, les pays membres se concertent alors pour que les produits agricoles et alimentaires soient dorénavant produits et échangés entre les îles.

Toutefois, certains systèmes alimentaires des pays concernés sont presque majoritairement dépendants des importations alimentaires que ce soit en provenance de l’Amérique Latine, de l’Europe mais surtout de l’Asie. « Il est vrai que ces îles peuvent produire localement les aliments pour leurs populations, mais pour les petites îles cette production serait en quantité limitée. Mais Madagascar, avec son potentiel tant sur le plan de l’espace que de la main-d’œuvre, peut nourrir tout l’ensemble de la Région  à condition que les normes soient respectées et que la solidarité entre les îles soit renforcée » a affirmé le représentant de la FAO, organisation des Nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture, hier, lors d’un atelier régional tournant autour du PRESAN, un projet pour la sécurité alimentaire des Etats membres de la COI comme Les Comores, La Réunion, Les Seychelles ainsi que Maurice et Madagascar.

Etant un pays à vocation agricole, Madagascar dispose des atouts nécessaires pour développer cette filière avec ses terres cultivables estimées à ce jour à une dizaine de millions d’hectares, sans oublier que plus de 80% de la population active travaillent dans la filière.

Rova Randria

 

La Vérité0 partages

Anosipatrana - Mort suspecte d’un employé de MBS

Situation déplorable dans un foyer du quartier d’Anosipatrana. Le corps sans vie de Herizo Rajaonarivony, de son vivant cadreur au sein de la chaîne de télévision privée MBS, était retrouvé dans son propre domicile à Anosipatrana, hier matin. Selon un constat sur place, le corps est pendu dans des circonstances non élucidées. Le mystère reste entier qu’on n’hésite pas à parler aussi d’une mort suspecte. C’est ce qu’a d’ailleurs confirmé le Commissariat du 4ème Arrondissement dont ses éléments ont fait la constatation sur place à côté de leurs collègues de la Brigade criminelle, précisément la BC1 et du médecin légiste. « Nous ne pouvons prononcer davantage sur la situation, l’équipe sur place étant encore en plein travail », confie une source auprès de la Brigade criminelle.

 

Herizo vivait seul et ses proches n’étaient pas au courant de cette triste nouvelle qu’une fois à l’HJRA où le corps a été transporté. Les amis de la victime se sont dit choqués et ont largement commenté de cette mort suspecte d’un des leurs sur Facebook. Personne n’est en mesure d’affirmer la cause du décès de Herizo Rajaonarivony : suicide ou meurtre.

Cette triste affaire n’est pas sans rappeler le triste cas d’une jeune mère de famille de 29 ans, employée de banque de son vivant à Andraisoro. Le 23 septembre 2018, son corps avait été également retrouvé pendu sur les garde-fous d’un pont de ce quartier, donnant ainsi, du moins à première vue, l’hypothèse d’un suicide. Or, lorsque la Police a poussé un peu plus ses investigations, on a finalement appris qu’il s’agissait d’un meurtre maquillé d’un semblant de pendaison…

Franck R.

La Vérité0 partages

Toamasina - 4 suspects interpellés pour vol de moto

Samedi dernier, la Police a interpellé quatre personnes pour une affaire de vol de moto à Toamasina. Tout a commencé le samedi 14 septembre dernier par la plainte d’un particulier résidant à Andranomadio, qui était la cible d’un cambriolage.

 

En démarrant une enquête sur cette affaire, la Police a fini par repérer la moto volée à l’issue du cambriolage en train de circuler dans les rues de la ville. Depuis, les Forces de l’ordre ont commencé à prendre en filature le deux-roues. C’était dans ces circonstances qu’elles ont pu localiser l’endroit où habite le suspect qui l’a pilotée. Suite aux renseignements, les Forces de sécurité s’étaient rendues sur les lieux. Là, elles découvrent six motos et mettent la main sur deux suspects. La poursuite de l’enquête a permis de sa- voir que l’un d’eux serait l’un des cambrioleurs tandis que le second serait le receleur.

Franck R.

La Vérité0 partages

En chute vertigineuse !

Les résultats définitifs des examens officiels au niveau de l'Education fondamentale (niveau de base ou primaire et niveau secondaire du premier cycle) sont maintenant publiés à travers le pays. Constat général décevant ! Dans tout le territoire national, les taux de réussite accusent une baisse inquiétante. A Tanà, il est de 37 %. Un pourcentage parmi les plus bas durant les dix dernières années. Il existe même dans certaines CISCO des taux de réussite avoisinant les 11 % ou tout au plus autour de 20 %. On cite même le cas d'un centre d'écrit (CEG) où il n'y a eu aucun admis (tsy nahavaky atody). En chute libre, c'est le cas de le dire, les résultats scolaires des potaches illustrent malheureusement l'état de lieu catastrophique de l'éducation à Madagasikara.

 

Réseaux sociaux, presse locale, simples citoyens et surtout les observateurs de la vie nationale ne s'en privent d'émettre leurs avis. Les commentaires vont bon train ! Les jugements, plus exactement les accusations pleuvent de tous les côtés.

C'est faux de dire que le phénomène est nouveau. Ces dernières années notamment en plein régime HVM, les résultats scolaires s'effritèrent. Le niveau des élèves diminue d'une année à l'autre. Et la descente aux enfers continue. Et si la tendance ne change pas, on touchera le bas-fond, la cave, dans un an ou deux. Quelques paramètres se trouvent à la base de cette triste réalité.

Le portefeuille de l'Education nationale, un poste éminemment technique a été ces derniers temps confié à des personnalités politiques qui n'ont rien à voir directement avec l'enseignement primaire et secondaire. On peut être un bon enseignant chercheur ou chercheur enseignant à l'université sans être forcément un bon technicien pédagogue du niveau primaire et secondaire et encore moins pour diriger le département du MEN. C'est un domaine qui requiert une compétence technique précise.

Le niveau généralement bas des enseignants ne fait qu'aboutir à des résultats pour le moins troublants. Le recrutement massif d'enseignants pour la plupart sans qualification pédagogique n'a d'autre issue que des résultats catastrophiques. Paul Rabary se félicitait d'avoir recruté par dizaines de milliers d'enseignants qui au final ne répond qu'à des critères politiques. Du clientélisme partisan clouant au pilori les élèves. Il existe de nombreux établissements scolaires (EPP, CEG ou même lycée) où les « mpampianatra daba » constituent le gros lot de la troupe. Seul le chef d'établissement qui émarge du ministère. Donc, l'enseignement est laissé à des amateurs sinon à des aventuristes.

Les parents, aux prises à des difficultés de survie quotidiennes, n'ont plus le temps matériel à accompagner ou à suivre de près les études de leurs enfants. Et encore s'ils en ont les moyens de le faire.

Le problème lié à la langue d'enseignement complique la chose. Nos enfants à l'état actuel des choses  ne savent plus écrire ni le français ni le malagasy. En tout cas, le niveau du français baisse au fil des années. L'enseignant lui-même ne maitrise pas ni le français ni le malagasy. Conséquence inéluctable : la chute libre ou vertigineuse du niveau des élèves.

C'est dans ce cadre chaotique que la nouvelle ministre de l'Education se trouve plongée avec l'assistance de ses collaborateurs. Il leur appartient de remettre en selle ce département éternellement victime des aléas de la politique politicienne.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Propagande déguisée du Sg de la CUA - Rendez aux pompiers ce qui est aux pompiers !

Les heures de Tahiry Ny Riana Andriamasinoro, au secrétariat général de la CU Antananarivo sont comptées. Candidat à la mairie d’Antananarivo, il devra, comme la loi l’exige, démissionner de son poste dès la publication officielle des candidats. Usant de ses prérogatives au maximum et ce jusqu’à la dernière minute, voire seconde, Tahiry Ny Riana Andriamasinoro multiplie depuis quelques jours les descentes au niveau des Fokontany pour superviser les petits travaux, les sorties dans les manifestations populaires ainsi qu’à la cérémonie officielle de la CUA.

 

Hier, dans le cadre du 70e anniversaire des sapeurs-pompiers de Tsaralalàna, Lalao Ravalomanana, la première magistrate de la Ville des mille, s’est volontairement effacée laissant le champ libre à son Secrétaire général- candidat de son parti TIM. Bien que Lalao Ravalomanana soit présente, elle l’a mis au-devant de la scène aux moments forts de la cérémonie. Histoire de le faire connaitre un peu plus au public. Une des photos publiées, par le service de la communication de la CUA a frappé plus d’un et a été la risée des internautes. Cette photo montre en effet le futur candidat couper le ruban sur une moto, soi-disant,  offerte par la CUA aux sapeurs-pompiers dans le cadre de ce 70e anniversaire. Donation d’une (01) moto en quatre ans de règne à la mairie d’Antananarivo, le ridicule ne tue vraiment pas. Au fait, il ne s’agit là que d’une propagande déguisée et toutes les occasions de se montrer  et s’illustrer sont bonnes. Mais de là à se ridiculiser, l’équipe de campagne de Tahiry Ny Riana Andriamasinoro manque cruellement d’imagination.

Déjà dimanche, elle l’a « envoyé » au stade de Mahamasina pour assister au match international des Barea contre la Namibie (1-0). Une manière pour l’équipe et le futur candidat de montrer à qui de droit qu’ils s’intéressent aux sports et  soutiennent les Barea de Madagascar. Et pourtant, le terrain de combat de ces derniers, propriété de la CUA ressemble plutôt à champ de patate qu’à une pelouse digne du plus grand stade de Madagascar. Et pas plus tard qu’il y a un mois, la Commune a publié un communiqué mentionnant que la réhabilitation ou la rénovation du stade de Mahamasina n’est pas sa priorité. Cela n’a pourtant pas empêché le Sg de la CUA de se pavaner en public, composé en majorité par des frustrés de l’état actuel de la pelouse.

Pour revenir à la cérémonie d’hier à l’Hôtel de ville d’Analakely, des informations infirment les dires de la CUA. En effet, selon une source, cette moto est loin d’être une donation de la CUA comme il a été annoncé par cette dernière. Elle a été acquise par le corps des sapeurs-pompiers grâce à un bienfaiteur particulier…

Dans ce cas, l’honneur revient uniquement au corps des sapeurs-pompiers qui devant l’insuffisance des matériels à sa disposition, s’est débrouillé par ses relations pour en bénéficier. «  Rendez  ainsi au corps des pompiers ce qui est au corps des pompiers ».

La rédaction

La Vérité0 partages

Election municipale à Antananarivo - La course à la mairie au masculin

Le successeur de Lalao Ravalomanana à la tête de la Commune urbaine d'Antananarivo sera un homme. Sur les 5 postulants, aucune femme ne figure donc en liste sur la ligne de départ de la course à la mairie d'Antananarivo. Dans cette liste figure notamment Faniry Alban Rakotoarisoa (APM), Feno Harison Andriajoelina (Indépendant), Tahiry Ny Riana Andriamasinoro (TIM), Naina Andriantsitohaina (Isika rehetra miaraka amin'i Andry Rajoelina) et Eliace Ralaiarimanana (Indépendant).

 

Contrairement à l'élection municipale de 2015 qui avait enregistré la participation de cinq femmes, la réalité est donc tout autre cette année 2018 à Madagascar. En 2015, la parité homme/ femme avait été respectée. Sur les 10 candidats en course à la mairie, la moitié était des représentantes de la gent féminine. Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, Harilala Ramanantsoa, Lalao Ravalomanana, Lalatiana Ravololomanana, Nicole Véronique Rajerison, étaient dans les starting- blocks lors de la dernière course à la mairie de la municipalité d'Antananarivo.

Quatre ans plus tard, aucune femme n'a osé se porter candidate à la mairie de la municipalité d'Antananarivo. Et pourtant, les conditions d'éligibilité énoncées dans les textes électoraux sont conformes autant pour les hommes que les femmes. Pourquoi aucune femme ne s'est intéressée à ce poste? Se sentent-elles incompétentes? Où sont-elles incapables financièrement ? Ces questions restent sans réponses. Notons que, depuis l'indépendance jusqu'à ce jour, la ville d'Antananarivo n'a eu qu'une seule femme comme maire en la personne de Lalao Ravalomanana de 2015 à 2019. Pour la prochaine mandature, les Tananariviens n'auront pas pour le moment la chance d'être dirigés par une femme.

Dans d'autres anciens chefs-lieux de province, la situation est similaire à Antananarivo. La Commission électorale nationale indépendante devra publier incessamment la liste officielle des candidats retenus, conformément à la loi électorale en vigueur à Antananarivo. Sauf erreur et sauf changement, aucune candidature féminine n'a été enregistrée dans les Communes urbaines d'Antsiranana I, de Mahajanga I, de Toamasina I et de Toliara I.  La Commune urbaine de Fianarantsoa est la seule à ressortir du lot avec deux candidatures féminines enregistrées.  Pour quelques observateurs, il s'agit d'une reculade. Une preuve supplémentaire que le chantier de la participation politique des femmes dans le pays est vraiment énorme, qu'il y a fort à faire pour renverser la tendance ou convaincre même les concernées à monter au créneau.

Recueillis par Lalaina A.

Midi Madagasikara0 partages

Barea « vita gasy »

Les Barea ont dû attendre le temps additionnel pour venir à bout de l’équipe nationale de la Namibie qui s’est battue comme des « Brave Warriors ».

Barea « vita gasy »

D’après le classement de la FIFA établi en juillet 2019, les Barea sont à la 96e place. Se hissant ainsi dans le top 100 mondial après leur exploit en Egypte. Il s’en est même fallu de peu pour que Madagascar figure dans le top 20 africain, en arrivant juste 21e derrière le Congo qu’il a éliminé en quarts de finale et le Gabon qui n’était pas qualifié pour la CAN 2019. La Namibie quant à elle, est à la 121e place selon toujours le classement de la FIFA. Sur le papier, 25 points séparent les deux adversaires d’hier. Un écart sur le papier qui ne s’est pas traduit sur le terrain de Mahamasina, malgré l’avantage de jouer à domicile, mais aussi surtout avec le soutien du public. Acquis entièrement aux Barea CHAN 2020, sans toutefois la même ferveur ni le même élan qu’avec les Barea millésime CAN 2019. C’est peut-être le syndrome sinon le complexe de l’importé par rapport au « vita gasy » puisque si la bande à Faneva Ima évolue en majorité à l’extérieur, les coéquipiers d’Ando Rakotondrazaka joue pour la plupart au pays. Des devises sonnantes et trébuchantes pour les uns et du « Franc Mofo Gasy » pour les autres. Une « inégalité de traitement » qui ne devrait pas être de mise du côté du douzième Homme. Avec un grand H. Comme celui qui différencie les Barea CAN 2019 de ceux de la CHAN 2020. Une seule lettre de plus pour moins de spectateurs. Sans être clairsemés, les gradins de Mahamasina n’étaient pas archibondés comme lors des matchs des Barea composés d’expatriés que les supporters ont rarement l’occasion de voir évoluer en chair et en os. Un intérêt – notamment commercial – pour les joueurs « importés » également perceptible au niveau des grandes sociétés qui donnent l’impression d’accorder peu d’importance aux joueurs du terroir. A l’image du label « vita gasy » qui a du mal à s’imposer face aux produits venus d’ailleurs, même s’ils ont été fabriqués à Madagascar comme bon nombre de sociétaires des Barea version Nicolas Dupuis.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

FOM : Appui aux très petites entreprises à travers la formalisation

La Présidente de FOM, Fiona Tsiranana, avec Mme Jackie, la micro-entrepreneure de Mahitsy.

Pour le groupement patronal Fikambanan’ny Orinasa Malagasy (FOM)  la relance économique passe par l’efficacité des entreprises

Mme Jackie fait partie de ces micro-entrepreneurs qui veulent réussir. Propriétaire d’une petite entreprise de décortiquerie, de provenderie, et d’une petite unité avicole sise à Mahitsy, elle fait actuellement son chemin vers la réussite.

Entraide

Une réussite qui n’a pas laissé insensible la Fikambanan’ny Orinasa Malagasy (FOM) qui a décidé de lui venir en aide. Mercredi dernier, une délégation de la FOM, dirigée par son Président Fiona Tsiranana s’est déplacée à Mahitsy pour visiter l’exploitation de Mme Jacquie et étudier ainsi les moyens de l’appuyer dans son initiative. Une manière en tout cas pour la FOM  de pratiquer la philosophie  d’entraide  et de constater sur terrain les problèmes subis par les micro-entreprises et de les appuyer en conséquence. « Sur place nous avons pu constater que les problèmes rencontrés par Mme Jackie se situent au niveau du ravitaillement en matières premières pour sa provenderie, à l’accès aux marchés aux coûts élevés des aliments pour les poulets. Elle a également besoin de rénover ses matériels »  explique un membre de la FOM qui va partager le cas  de cette entrepreneure rurale à l’ensemble des membres.  « On va par la suite essayer de trouver les moyens pour aider Mme  Jackie, afin qu’elle réussisse son petit business et trouver des solutions pérennes à ses problèmes ».

Entreprenariat

Créée en 2017, la FOM  est un groupement professionnel, qui milite pour le développement et l’appui selon les besoins des très petites et moyennes entreprises dirigées par ses membres en particulier pour les femmes et les jeunes. « Nous basons notre philosophie sur le concept du « Fihavanana malagasy » appliqué à l’entreprenariat, c’est-à-dire promouvoir l’échange entre les membres, mettre en place de réseau de partenariat entre les membres, avoir un œil particulier pour les très petites entreprises dans toutes les régions de Madagascar pour un développement harmonieux sans discrimination ».  précise Fiona Tsiranana. L’intégration de ces petites entreprises dans le secteur formel figure parmi les actions prioritaires de la FOM. « Nous sensibilisons les très petites entreprises,  sur l’importance de la formalisation administrative de leurs activités,  car c’est une des clés  pour obtenir des financements,  et trouver des partenaires. Pour cela nous travaillons en étroite collaboration avec la Direction Générale des impôts et la Direction Générale des Douanes, pour des formations, partage d’informations, pour nos membres ».

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Communales à Tana : Tirage au sort ce jour

Le tirage au sort pour le numéro d’ordre d’inscription des candidats sur le bulletin unique, pour les élections communales aura lieu ce matin  pour la Commune Urbaine d’Antananarivo. L’évènement aura lieu au siège annexe de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) à Nanisana. Faut-il rappeler que cinq candidats participent à la course pour la Mairie de Tana. Il s’agit de Rakotoarisoa Faniry Alban alias Gangstabab représentant le parti APM, Naina Andriantsitohaina, le candidat de l’IRD, Randriamasinoro Tahiry Ny Rina du « Tiako i Madagasikara », Ralaiarimanana Elias (Indépendant) et Feno Harison, l’ex-mandataire du candidat Andry Rajoelina à la CENI lors de la Présidentielle, qui se présente aussi sous une liste indépendante. Il convient de rappeler pourtant que la CENI publiera les listes des candidats officiellement retenus demain, 24 septembre. Tout candidat exclu de la liste ont droit à présenter un recours devant la Commission Electorale Nationale Indépendante, ou devant le tribunal administratif dans un délai de 48h après la publication de la liste définitive. Si l’on se réfère au chronogramme établi par la CENI, l’impression des bulletins uniques qui vont être utilisés au niveau des 25 388 bureaux de vote répartis dans tout le territoire de Madagascar  devrait débuter  cette semaine. D’après les informations, cette tâche sera assurée par l’Imprimerie nationale. 22 602 588 bulletins vont être imprimés. A noter que le tirage au sort pour le numéro d’inscription des candidats a déjà été réalisé samedi dernier pour certaines communes, à l’exemple de Mahajanga I et d’Antsirabe.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

eTech : Participation au World CleanUp Day

Dans 150 pays à travers le monde, des millions de citoyens se sont donné la main pour nettoyer la planète. À Madagascar plusieurs opérations de ramassage en synergie avec l’Association Let’s Do It Madagascar vont être mises en place, à Antananarivo mais aussi en province, pour débarrasser la Terre des décharges sauvages et autres détritus qui souillent notre environnement. Avec l’objectif de mobiliser 5% de la population mondiale, le World CleanUp Day est la plus grande mobilisation citoyenne et environnementale jamais ambitionnée à l’échelle de la planète. Samedi dernier à Anosivavaka, eTech, Entreprise de Services du Numérique, a participé à cette manifestation mondiale. « Cette opération de nettoyage s’inscrit à la fois de manière double dans le programme RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise) d’eTech et le programme Roots Shoots de Jane Goodall (éduquer les enfants à tendre vers une harmonie entre Humains, Animaux et environnement), à la fois dans la plus grande mobilisation citoyenne et environnementale à l’échelle du monde : le World CleanUp Day, qui propose de nettoyer la planète durant 1 jour ! », ont déclaré les représentants d’eTech.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping sy fanolanana : Nidoboka am-ponja i Jimmy sy ny vadiny

Nadoboky ny PAC eny Tsiafahy.

Eny Tsiafahy i Jimmy ary eny Antanimora kosa ny vadiny. Izay no fanapahan-kevitry ny mpitsara eo anivon’ny fampanoavana  misahana ny ady amin’ny kolikoly na ny « pôle anti-corruption ». Nidoboka am-ponja vonjimaika izany izy mivady mandra-piandry ny fitsarana azy ireo. Ny asabotsy teo no nohadihadian’ny mpitsara mpanao famotorana izy ireo raha ny zoma kosa no nandalo tetsy amin’ny fampanoavan’ny fitsarana ambaratonga voalohany, tetsy Anosy. Izany ambaratonga nandalovan’ny dosie izany, dia midika fa tsy natao ambanin-javatra ny fikirakirana ity raharaha ity. Nanavesatra ny fiampangana an’i Jimmy koa ny maha mpamerin-keloka azy ary indrindra, efa nalaza ho mpanao kolikoly izy rehefa sarona sy tsaraina. Ny an’ny vadiny indray dia ny firaisana tsikombakomba tamin’ny fanafenana azy no tena antony nitazonana azy. Izany dia nandritra ny fotoana nikarohana sy nisamborana an’i Jimmy. Raha tsiahivina, dia nanao fakana an-keriny teny amin’ny manodidina an’Ambohidratrimo ity lehilahy ity. Tovovavy roa izay nampiresahany tamin’ny tambajotra sosialy «facebook» no nanaovany fotoana rehefa notambazany finday vaovao. Tonga tokoa ireo ary avy hatrany dia nentiny nitsoaka rehefa norahonany tamin’ny fitaovam-piadiana. Ny fisian’ny iray tamin’ireo tovovavy izay mba tafatsoaka ka nitantara tamin’ny mpitandro ny filaminana no nahafantarana ny zava-nisy. Teo dia efa nanomboka ny fikarohana an’i Jimmy. Tao anatin’izay koa anefa dia tafatsoaka ihany ilay tovovavy faharoa izay indrisy, fa efa voaolana. Nitohy hatrany ny fikarohana nataon’ny zandary avy etsy Ambohidratrimo tao anatin’izany rehetra izany ary nanomboka hita ny fiaran’i Jimmy rehefa nandeha ny fisafoana hatreny amin’ny lalam-pirenena. Raikitra ny fifanenjehana ary tonga hatreny Manakambahiny izany. Hitan’i Jimmy fa ho ratsy ny tantara dia najanony teo an-toerana ny fiara tsy mataho-dàlana mitondra ny marika Rexton ary izy kosa tafaporitsaka. Nanantena izy, fa tsy misy izay tsy vitan’ny vola ary sahiny, tany am-pitsoahana tany, ny niantso an-telefaonina ny zandary. Nampanantenainy vola mitentina enina tapitrisa ariary izy ireo mba handaminana ny raharaha. Torak’izany koa ny ray aman-drenin’ireo tovovavy. Tsy nisy nanaiky ny telo tonta ary dia nitohy ny fikarohana. Nanaovan’ny zandary vela-pandrika ary voasambotra ihany i Jimmy. Ny vadiny koa dia noraisina ho mpiray tsikombakomba taminy. Mila mitandrina ny tanora amin’ny fampiasana tambajotra sosialy…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Sabotsy Namehana : Telo lahy tra-tehaka saika hanaparitaka vola sandoka

Mitentina roapolo tapitrisa ariary tany ho any ny vola sandoka nokirakirain’ireto olon-dratsy ireto. Tsy nisy afa-tsy iray tapitra mahery anefa sisa no tratra tany aminy.

Lalam-barotra iray mivelatra dia mivelatra tokoa ny tsena anaty tambazotra sosialy sy ny aterineto amin’izao. Efa maro dia maro ireo olona sy orinasa no misehatra amin’izany. Amin’ny mahabe mpampiasa azy izay, dia anisan’ny tokotany iray filalaovan’ireo olon-dratsy ihany koa io sehatra io. Ny alarobia lasa teo dia telo lahy, mpanaparitaka vola sandoka no tra-tehaky ny pôlisy avy ao amin’ny kaomisarian’i Sabotsy Namehana. Raha ny fampitam-baovao azo, dia “amin’ny alàlan’ny fifanakalozana ara-barotra ao anatin’ny aterneto sy ny tambajotran-tserasera no nentin’izy ireo hampidirana sy hanadiovana ilay vola sandoka ao anatin’ny lalam-bola madio”. Nitetim-bidy any amin’ny roapolo tapitrisa ariary tany ho any no voalaza fa efa nokirakirain’ireto olon-dratsy ireto tao anatin’izany, manodidina ny valo alina sy efatra hetsy sy iray tapitrisa ariary anefa sisa sarona tany amin’izy ireo tamin’ny fotoana nisamborana azy. Marihana fa fiparitahana vola sandoka izay rehefa nozohiana dia saika natao tamin’ny fifanakalozam-barotra tao anaty tambazotra sosialy no nahafahana nisambotra azy ireo. Amin’izao, dia “ahiana tanteraka ho mety mihodina any ambadika any ny ambin’ireto vola sandoka aman-tapitrisany ireto” hoy ny fanomezam-baovao avy tamin’ny pôlisy. Mila mailo dia mailo tokoa araka izany. Inoana ihany koa mantsy, fa mety ho tambazotra iray matanjaka ny ao ambadik’ity fanaparitahana vola sandoka ity,ary tsy mijanona amin’izy telo lahy ireto ihany. Mbola eo am-pikarohana izany ny pôlisy raha ny fantatra hatrany. Izy telo lahy kosa natolotra ny Fampanoavana omaly ary heverina fa tsy maintsy ho nadoboka am-ponja vonjimaika.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Concert : « Week-end évangélique »  dans la capitale 

Samedi dernier était un jour pour  louer le Seigneur.  A Sabotsy namehana un grand plus, quatre groupes ont partagé l’estrade installée au Kianja Herisetra Rafanodina.  Rija Rakoto,  Isaac de Paul,  SI-C Praise Nightingale, Teenage Choir   ont interprété leurs chansons  devant des milliers de spectateurs.

A Antsahamanitra,  c’est au tour du groupe Antsan’i Kristy de prêcher la bonne parole à travers leurs belles chansons. Des cries de joie  retentissaient  aux alentours.

Hier, Azaria  Tsatan’i Mahamasina ont offert un concert au FJKM Ifanihy Famonjena. Une foule en liesse les a  regardés avec passion. Avec ces  concerts évangéliques, la population de la capitale verra leur foi fortifiée et débutera avec bravoure cette semaine.

Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

Chronique de Mickey : Monsieur Baba et les quatre voleurs de sièges

Le conte « Ali baba et les 40 voleurs», rappelons- le  brièvement, est l’histoire d’un brave bûcheron qui a surpris 40 voleurs  qui ont caché leurs rapines dans une grotte hermétique qui s’ouvre et ferme grâce aux formules célèbres « sésame ouvre-toi et sésame ferme –toi ». La morale veut évidemment que le dénouement s’achève par la mort des voleurs et la fin glorieuse de notre brave Ali Baba.

Comme dans toute fiction, la nôtre  commence par «  Les personnages sont imaginaires et toutes ressemblances ne sont que fortuites. Il était une fois donc, un chanteur, un troubadour sur les bords, un peu griot  surtout qui entend répandre la sagesse  traditionnelle  autour de lui. Il a été connu avec  son  « Je me mets en couple » où il tance  une toute jeune fille qui s’entête  à sacrifier sa vertu par amour .Chanson qui a connu un immense succès et salué par tous  par la  justesse morale et « authentiquement malgache  »  du discours  qui en dégage.

Enfin dopé par sa notoriété  ou poussé par conviction il se met en tête de semer cette vertu dans sa  cité et laver ses concitoyens de toutes les vices et salissures sources des malheurs. Mais voilà que quatre  usurpateurs, selon lui,  veulent lui barrer la route de son destin.

Le premier, avec ses gros sabots  veut attendrir  le cœur de ses sœurs et frères en vantant la modernité et le  dynamisme  qui lui reviennent de droit de par son âge selon toujours le jeune Baba. Il connaît dit-il les aspirations des jeunes  de la cité et ne veut pas qu’on empiète  sur ses plates- bandes, lui seul peut et sait  parler des sésames propres à ses congénères assène-t-il.

Le second est  paraît-il, est l’ iznogoud qui veut être calife à la place du calife. Baba dit que c’est un usurpateur, un ersatz du vrai et unique calife, il ne peut être l’authentique,  qui ne peut s’appeler que Baba.  Il entend qu’on écarte « les pirates ».

De même pour lui, le troisième concurrent, est un produit de la contrefaçon puisqu’il a renié ses origines  et s’invente une famille d’origine qui n’est pas la sienne. Sa place n’est pas à la tête de la cité car il ne manquera pas de changer de tunique  comme à son habitude selon  l’artiste.

Quant au quatrième,  pour lui il s’agit d’un pseudo candidat  inconnu dans le sérail, il peut s’appeler  Baba au Rhum ou baban’ny zaza , peu lui importe  il n’en a pas peur.

L’histoire commence ainsi, on ne sait pas comment elle va finir, toujours est-il que le troubadour va arpenter les ruelles de sa cité  en clamant « Sésame aime moi ! »

Mais comme dans tout conte malgache on conclut : Angano !angano ! arira ! arira ! Izahay mpitantara ianareo…

M.Ranarivao

Midi Madagasikara0 partages

Rugby – Championnat fédéral 1 : Les vingt équipes  connues !

Le rugby, un moyen pour passer un message de paix ainsi que  de prévention de la grossesse non désirée et précoce.

Après quelques semaines de compétition, les vingt équipes qualifiées pour le championnat de Madagascar fédéral 1 du rugby ou Top20 sont officiellement connues. Le sommet national commencera le 29 septembre.

La dernière journée de la qualification Top 20 était marquée par la rencontre entre l’Union sportive et culturelle d’Antananarivo Renivohitra (Uscar) et l’Union amicale et sportive des  Cheminots (Uasc) du groupe F.  Cela s’est tenu  hier, au stade des Makis Andohatapenaka.  Après un match très disputé, l’Uscar rejoint l’Union sportive  d’Ikopa (Usi) leader du groupe pour la prochaine étape. Ses joueurs se sont imposés sur le score de 35 à 24 face à ceux des Cheminots. Selon les explications auprès du Malagasy Rugby, ce championnat national fédéral 1 se démarrera dès ce week-end. Les vingt équipes seront  réparties en quatre poules et le tirage au sort aura lieu demain au centre de formation  d’Andohatapenaka. Cette qualification a été  marquée par une nette domination des clubs de la ligue d’Analamanga. Les grandes équipes n’ont pas manqué leur tickets à savoir le 3FB et le 3FAI pour la poule A, TFM Ankasina et les XV Avenirs pour la poule B, le Tam Anosibe et le VTM pour la poule C, la STM et le 3F5 pour la poule E. Par contre, les représentants des autres régions n’ont pas pu faire grande chose, vu qu’ils sont aussi battus par un large score. Les équipes admises dans le Top20 sont : COSFA, FTM, TFA, FTA, JSTA, USA, XV FA, SCB, FFFB, 3FAI, TFMA, TAM, XV AVENIR, VTMA, STM, 3F5, CNAPS, FTBA, USI, USCAR.

Entre autres, le tournoi rugby santé féminin a rencontré un grand succès durant ce week-end, toujours au stade des Makis. Une initiative de Malagasy Rugby et l’Association Tanora Garen’Teen sur la sensibilisation reliée à la santé reproductive des adolescents et jeunes afin de réduire la grossesse précoce. Vingt-deux équipes féminines de rugby ont participé à ce tournoi. Pour les moins de dix-huit ans, le Sporting Club de Besarety (SCB) était sacré champion. Les joueuses de Besarety ont écrasé l’Ecole de Sport Avaradrano sur le score de 14 à 7. Le Taria a arraché la troisème place. Chez les seniors,  aucune grande surprise lors de la finale entre FTM Manjakaray et  JSM. L’équipe championne de Madagascar a reconfirmé son titre en s’imposant contre son adversaire sur le score de 14 à 5. Le RCTS  Soavinandriana  s’est trouvé à la troisième place.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Tahala Rarihasina : Voyage  de 365 jours  pour les passionnés de la peinture 

Harintsoa, accompagné de son père et sa petite sœur, est venue pour admirer les toiles exposées au Tahala Rarihasina.

La grande Salle de Tahala Rarihasina abritera plus  de soixante   tableaux   du septembre 2019 au septembre 2020. Un voyage d’une année  pour les passionnés du troisième art malgache. Certainement,  c’est une grande  exposition    que l’histoire de la peinture malgache n’ait  jamais connue !  

Des parents accompagnés  de leurs enfants sont venus observer et admirer les toiles exposées par les membres de l’association  « l’Atelier d’art » samedi dernier.  Harintsoa , une jeune fille de 12 ans est sidérée par les œuvres de ces peintres qui sont à la fois expressives  et   porteuses  de messages. «  Ces tableaux sont fascinants, a-t-elle remarqué, les couleurs sont vivantes,  ces peintres sont extrêmement talentueux. J’aimerai être comme eux ».   Chef traditionnel bara, une femme vêtue de « lambaoany », la vie quotidienne à la campagne, la faune et la flore de l’île Rouge sont les images inscrites  sur  les toiles. En effet, à  travers ces tableaux, les visiteurs voient l’identité malgache. Cette identité qui commence à s’effacer dans la mémoire de la nouvelle génération.  Observateurs de la société, les peintres expriment dans chaque coup de pinceau la réalité de la vie quotidienne.

A Madagascar, il n’existe pas de musée exposant les œuvres des peintres  malgaches contemporains. Les arts plastiques ne sont plus enseignés à l’école primaire et secondaire publique. Actuellement, aucun artiste malgache n’a reçu de formation académique. Le savoir -faire se transmet entre artistes. Pour pouvoir évoluer  dans la peinture ,les jeunes côtoyaient les aînés pour demander des conseils. Chacun regarde ce que produisent les autres et s’en inspire.

« Troisième âge », un tableau d’ Andriatsilavo.

Treizième colline, un projet ambitieux. Créée  en 2005 par un groupe d’artistes  de  la capitale,  l’Association « l’Atelier d’art » a pour objectif principal de  développer  le troisième art malgache. Elle a déjà mené de nombreuses actions permettant la rencontre et les échanges entre les artistes de Madagascar et organise stages et expositions. Selon les membres, « l’association valorise et transmet l’identité culturelle de Madagascar à  la génération montante ».  Alors, l’association a  élaboré un projet : « la 13ème colline ». Ce projet permettra aux enfants et aux jeunes défavorisés de découvrir et d’apprécier les arts plastiques. Des cours seront proposés à ceux qui sont intéressés. Les formateurs offriront aux participants  un apprentissage leur permettant d’exprimer ainsi que de développer leur créative et leur talent.  Le projet « la 13ème  colline » permet à la ville d’Antananarivo de jouer son rôle de berceau de la culture malgache dont elle est un diffuseur essentiel.  Il enrichi l’offre culturelle  en proposant un point d’attraction et une étape complémentaire pour les écoles, les tananariviens et les visiteurs étrangers. « 13ème  colline » offrira également une halte agréable au cœur  du circuit touristique de la ville dans un lieu vivant entièrement  dédié à l’art malgache contemporain.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Cefomar Toamasina : Namoaka andiany roa

Ny sabotsy teo no natao ny lanonana manokana teo anivon’ny ivon-toerana mpampiofana ho tatsambo, Cefomar, manana ny foibeny ao Salazamay ny famoahana ny andiany roa tamin’ireo mpianatra avy nihofana roa herinandro teo amin’ny momba ny fototry ny resaka asa an-dranomasina. Teo ny andiany “Zoto” izay niofana ny momba ny asa an-tsambo izany aloha (initiation maritime), ka niisa 21 mianadahy izy ireo no nahazo ny mari-pahaizana fandraisana anjara tamin’izany. Teo koa ny andiany “Winner’s” izay niisa 24 mianadahy izy ireo izay avy niofana nandritra ny roa herinandro kosa ny momba ny aro loza an-tsambo sy an-dranomasina (sécurité de base). Raha tao anatin’ny enin-taona nisian’ny Cefomar Toamasina izay, dia andiany faha-36 ireo navoaka niofana momba ny sambo sy ny ranomasina ity; ary andiany faharoa kosa hatramin’izay teo anivon’ny sekoly ny momba ny aro loza an-tsambo sy an-dranomasina. Tao anatin’izay enin-taona nisian’ny Cefomar izay, dia nahazo ny fankatoavana (agrément) avy amin’ny fanjakana amin’ny alàlan’ny Apmf izy ireo izao. irao mari-pahaizana fandraisana anjara mivoaka avy amin’ny ivon-toerana izany, dia anjaran’ny Apmf no mamoaka ny taratasy mifanaraka amin’ny filan’ny mpihofana. Ankoatra izay dia manao antso avy hatrany ny tale jeneralin’ny ivon-toerana, fa natao hoan’ny lahy sy vavy ary ny tanora rehetra ny ivon-toerana ho an’ireo te-hiofana.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Ambohijanaka : « Epicérie » voatafika, voatifitra ny mpivarotra

Raim-pianakaviana iray no naratra vokatry ny tifitra nataon’ireo jiolahy, nandritra ny fanafihana toeram-pivarotana enta-madinika sy zava-pisotro iray teny Ambihijanaka, distrikan’Antananarivo Atsimondrano, ny sabotsy hariva teo. Araka ny loharanom-baovao, dia mbola teo am-pivarotana ity niharam-boina sy ny vadiny no niditra tampoka ny lehilahy roa. Tsy nisy alaharo fa nitifitra avy hatrany izy ireo ka nahavoa ilay rangahy. Avy eo dia nandraoka ny vola tao anaty fitoeram-bola. Vokany naratra mafy ilay rangahy; izay mbola tsaboina eny amin’ny hôpitaly hatramin’ny omaly, fotoana izay nanoratanay izao vaovao izao. Vola 40 000 ariary no voaroba. Raha vao nandre izany ny zandary dia nidina teny an-toerana avy hatrany mba hanao ny fanenjehana ireo nahavanon-doza. Ireto farany izay efa tafatsoaka. Ity tranga ity dia manaporofo, fa miverina indray ny tsy fandriampahalemana eny amin’iny faritra Atsimondrano iny tato ho ato. Efa notaterina matetika teto ny fisian’ireo jiolahy izay nampihorohoro ny mponina teny amin’iny faritra iny, teo aloha teo. Ahiana arak’izany fa izy ireto ihany no miverina manao ny asa ratsiny ity.

T.M. 

Midi Madagasikara0 partages

Foire économique de la SAVA : Fusion de quatre événements économiques internationaux 

Les plus importants produits de l’économie malgache seront exposés durant la Foire économique de la SAVA.

Les secteurs les plus pourvoyeurs de richesses au niveau national, seront fortement représentés durant la première édition de la Foire économique de la SAVA. 70 exposants et plus de 20.000 visiteurs seront au rendez-vous.

Un événement quatre en un. La Foire économique de la SAVA se tiendra du 24 au 27 octobre prochain à Sambava et regroupera festivals et foires qui ont déjà affiché leurs succès durant les années précédentes, selon la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Région. En effet, les acteurs économiques de diverses compétences ont décidé de réunir leurs efforts pour la promotion de l’économie, afin de mieux valoriser les produits de Madagascar. D’après leurs dires, ces produits ont de fortes potentialités, mais restent peu compétitifs sur le marché mondial. « La biodiversité de la région SAVA (Sambava, Antalaha, Vohémar, Andapa) constitue des ressources importantes pour l’essor économique de la région en particulier et de Madagascar, d’une point de vue générale », ont-ils soutenu, lors d’une conférence de presse organisée au Tamboho Suites Ambatonakanga, vendredi dernier.

Programme. Des expositions, des conférences, des rencontres B2B et des rencontres B2C sont au programme durant les quatre jours de l’événement, sous le thème « Assurer la qualité, garantir les ventes ». A noter que la Foire économique de la SAVA inclut également trois événements. Le premier est à sa troisième édition. Il s’agit du Coco Festival ou la « Fête de la noix de coco ».   Ce festival est initié par la société Soavoanio de Sambava, l’une des plus grandes cocoteraies du monde, qui profitera de la Foire économique pour célébrer son 40e anniversaire. Pour son organisateur, l’objectif du Coco Festival est de promouvoir le cocotier de Madagascar et de mettre en exergue les bienfaits et vertus des produits de la noix de coco. Le deuxième événement est la foire intitulée « Madagascar Vanilla Fair – Sweet Smelling Fair », organisé par FairTrade Africa. Celle-ci entame sa deuxième édition d’évènement du commerce équitable. « Les associations et coopératives producteurs et traders dans le système Fairtrade feront présenter des produits certifiés FairTrade, tels que la vanille et d’autres herbes et épices, des fruits transformés, ainsi que d’autres produits du territoire. Ils présenteront également les réalisations d’impacts socio-économiques de leurs activités. Des collaborateurs de la première édition de cette foire et des acteurs clés du secteurs de la vanille sont invités à prendre part à cet événement », ont indiqué les représentants de  FairTrade Africa. Enfin, le troisième événement inclus dans la Foire économique de la SAVA est la Festivanille, une manifestation culturelle qui sera à sa 10e édition. Pour la région, il s’agit d’un événement incontournable, organisé par l’ONG COFSAT (Collectif des organisateurs du FestiVanille Satrahagna).

Rencontres. Certes, la Foire économique de la SAVA présentera des opportunités pour les opérateurs économiques, surtout les producteurs et les commerçants qui œuvrent dans  le commerce international. Pour ses organisateurs, cette manifestation économique vise la promotion des produits du territoire, le partage d’idées sur les facilités permettant aux coopératives et les opérateurs économiques de valoriser les produits, la présentation de recommandations pour maintenir la haute qualité de la vanille de Madagascar, et le développement des réseaux commerciaux. Outre les touristes, les opérateurs économiques et la population de la région SAVA, des représentants d’entreprises de grande envergure au niveau international sont attendus à l’événement. Raison pour laquelle les grands partenaires comme DHL Madagascar et le groupe SMTP appuient l’événement. La station Radio Vanille figure également parmi les partenaires de la Foire, d’après les organisateurs. Bref, même s’il s’agit d’une première édition, cet événement quatre en un est très prometteur, selon ses promoteurs.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Morondava : Sans-Fil et Antsakoameloka éclairés par Filatex

Les lampadaires qui ornent les ruelles de Morondava.

20 lampadaires solaires ont été installés pour faire face à l’insécurité  dans cette ville touristique.

Un des acteurs économiques majeurs dans le pays, le groupe Filatex, en tant qu’entreprise citoyenne, n’oublie pas la communauté avec qui elle travaille. Les actions sociales du groupe s’étendent un peu partout dans le pays et dans plusieurs domaines. Si beaucoup d’actions ont été menées dans la capitale et récemment à Antsiranana, voilà que le groupe met le cap dans la ville de Morondava. Un des problèmes que la population de Morondava fait face au quotidien est l’insécurité souvent liée au manque d’éclairage public  dans les ruelles. Et conscient de cette réalité et surtout du lien qui unit le président directeur général du Groupe, Abdoul Rassoul et la ville de Morondava,  20 lampadaires ont été installés dans les fokontany de Sans-Fil et d’Antsakoameloka, mercredi dernier. Ces deux fokontany ont été choisis par la mairie de la ville de Morondava compte tenu de leurs besoins et des  réalités locales. « Ce quartier est réputé être chaud où à la nuit tombée, il y a trop d’insécurité  avec les pickpockets et le vol à l’arraché. Avec la mise en place de ces lampadaires, on espère que cela va s’améliorer » a annoncé, Alexandre Germain, habitant du quartier. Morondava, une ville touristique de renommée internationale a bénéficié des actions sociales basées sur l’atteinte des Objectifs du Développement Durable (ODD) dont celui de la lutte contre le changement climatique à travers cette dotation de lampadaires solaires. La commune urbaine de Morondava n’aura pas à payer  de charge supplémentaire mensuelle avec la JIRAMA. Originaire de Morondava, le PDG du groupe Filatex n’a pas oublié sa ville. C’est un peu le retour aux sources et une redevabilité pour lui. « Ce n’est que le début du partenariat entre le groupe Filatex et la ville de Morondava » a lancé, Dominique Andreas, directeur  administratif du groupe. Après Antananarivo, Antsiranana et Morondava, d’autres villes du pays vont encore bénéficier de ce projet de dotation de lampadaires solaires pour un peu plus de lumière.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre la corruption, 152e place pour Madagascar : Formation des jeunes pour y remédier

Comment combattre la corruption à Madagascar ? Ce phénomène social qui touche désormais tous les secteurs et qui ne cesse de gagner du terrain est un des grands facteurs d’appauvrissement du pays. Pour leur part, le ministère de la Jeunesse et des Sports, l’association Transparency International-Initiative Madagascar et l’American Corner Antananarivo ont décidé d’offrir une formation sur la lutte contre la corruption à 35 jeunes du 18 au 20 septembre 2019. Les séances ont eu lieu à la salle de conférences du Palais des Sports de Mahamasina. Grâce à cette initiative, les organisateurs visent à renforcer la capacité des jeunes pour qu’ils puissent devenir des vecteurs de changement dans la lutte contre la corruption et des acteurs proactifs en matière de bonne gouvernance.

Une urgence. La lutte contre la corruption est une urgence selon les initiateurs de cette formation des jeunes. En effet, si on se réfère à l’Indice de Perception de la Corruption de Transparency International, Madagascar occupe une très mauvaise position, 152e sur 180 pays qui éprouvent des difficultés à lutter contre la corruption. En 2018, le score du pays était 25/100, un résultat médiocre. C’est donc une des raisons qui a motivé l’organisation de ce type de formation, afin de trouver vite une manière efficace de lutter contre ce fléau qu’est la corruption. Et si l’atelier s’est adressé aux jeunes, c’est parce que de ces 25 millions d’habitants de la Grande Île, une grande majorité est jeune d’après le Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH-3) de l’Instat Madagascar. Enfin, cette formation a pris fin vendredi dernier, il ne reste plus qu’à attendre les résultats que cela pourrait engendrer  et surtout la prochaine vague.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Football- COSAFA U17 Filles : Madagascar échoue d’entrée !

Le football féminin malgache a encore besoin de prendre du recul pour espérer faire jeu égal face aux Africaines. Samedi à Maurice et dans le cadre du COSAFA U17, elles ont essuyé une sévère correction de 6 buts à 0 face aux Botswanaises. Un naufrage prévisible car l’engagement fait par le Comité de Normalisation est resté comme un effet d’annonce puisque la préparation n’a duré en tout et pour tout que deux semaines et encore le regroupement faisait l’objet d’un scandale avec la présence de 11 joueurs qui n’avaient plus l’âge requis.

On a donc dû aligner une équipe B qui n’a pas fait long feu devant les Botswanaises qui marquaient trois buts dans les dix dernières minutes, preuve que le physique des Malgaches n’y est pas. Certes il y aura le match de cet après-midi contre les Seychelloises pour sauver ce qui peut encore l’être et qui est largement à la portée des Malgaches. Enfin on l’espère car ces mêmes Seychelloises ont été corrigées à plate couture par les Sud-Africaines sur un score de rugby de 28 à 0.

Cette lourde défaite malgache renforce l’idée lancée par le président Andry Rajoelina qui veut mettre dans les quatre coins de l’île des centres de formation. La seule option qui permettrait au football malgache dans son ensemble de sortir des sentiers battus. L’objectif avoué du nouveau DTN, le Français Nicolas Dupuis.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Le petit salon Gourmand-1ère édition : La gastronomie malgache mise à l’honneur

Thonny, Hartina, Aina, les organisateurs du « petit salon gourmand ».

L’influence de la gastronomie étrangère  fait sentir de plus en plus. La cuisine  malgache  apparaît rarement et commence  à se faire oublier dans l’esprit des  jeunes. Néanmoins, actuellement, nombreux sont les jeunes passionnés, qui rêvent, un jour, de devenir des cuisiniers ou  des traiteurs. Ces jeunes mérites d’être appuyés. Alors,  Thonny Rakotomalala, et son équipe ont pris l’initiative d’organiser  « le petit salon Gourmand » pour que ces jeunes puissent s’affirmer et réaliser leur rêve.

Etant  un groupe qui adore mangé, Thonny-Tahiana Rakotomalala, Mégane Hartina et Aina Rajaonah, jeunes aventuriers de la bonne bouffe,  ont eu une idée  de créer un évènement exclusivement pour les jeunes entre  20 et  40 ans  passionnées de la gastronomie et art culinaire malgache.

A l’initiative  de Peps Event, la première  édition du salon « le petit gourmant » se tiendra   samedi 2 novembre prochain à l’hôtel le Pavé Antaninarenina. Selon  le coorganisateur Thonny Rakotomalala, « cette action s’inscrit dans une volonté de promouvoir les projets des startups innovants dans le domaine de la gastronomie. Les fins gourmets pourront profiter des  20 stands pour faire découvrir  aux  visiteurs les  produits d’exception et de les expliquer leur particularité ».    Chaque stand  sera un voyage gustatif.  En outre, le salon est un outil à part entière dans la stratégie de communication et marketing d’une entreprise. Il permet notamment de prospecter de nouveaux marchés et de rencontrer  de nouveaux clients.  Sans parler des démonstrations culinaires  et les dégustations   des produits locaux,  les organisateurs conseilleront les participants afin qu’ils puissent acquérir de l’expérience. Ce salon regroupe tous les jeunes entrepreneurs  ayant  une personnalité et un  savoir -faire unique. Sortants d’une école hôtelière, ils  connaissent les difficultés qu’ils rencontrent en tant qu’entrepreneurs  dans le secteur de la restauration et service.  « Nous avons créé  le petit salon gourmand pour donner  aux entrepreneurs l’opportunité  de rendre service aux visiteurs, et de trouver en un seul endroit du talent et de bonnes choses » a  confié Aina Rajaonah, le coorganisateur du salon.  Le but de l’évènement est de contribuer à étendre les réseaux des participants. Une opportunité pour ceux-ci   de mieux connaître les consommateurs, leur attente et surtout  leurs besoins.

Iss Heridiny