Les actualités Malgaches du Samedi 23 Septembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara475 partages

Election 2018 : Démission du président candidat Cinq mois avant le scrutin

Le président de l’Etat, s’il sera candidat à sa propre succession, devrait abandonner le pouvoir le 25 août 2018. (Photo d’archives)

Si le chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina, sera candidat à sa propre succession pour les prochaines présidentielles, il sera tenu de quitter le pouvoir cinq mois avant le scrutin.

Il ne s’agit guère d’une désinformation. Tout est inspiré de la Constitution en vigueur qui est d’une interprétation stricte. L’article 47, alinéa premier de la loi fondamentale de disposer que « l’élection du président de la République a lieu trente jours au moins, et soixante jours au plus, avant l’expiration du mandat du président en exercice ». Compte tenu de ces dispositions constitutionnelles et du début du mandat présidentiel – soit le 25 janvier 2014 – les premier et second tour de la présidentielle devront respectivement se tenir le 25 novembre et le 25 décembre 2018. Et l’article 46 prévoit que « le président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel (…) ». Si Hery Rajaonarimampianina compte briguer un second mandat, il devrait donc quitter son poste le 25 août 2018.

Empressement. Dans cette optique, la révision de cet article 47 semble être l’unique solution pour le régime qui souhaite rester « un tout petit peu » au pouvoir. En effet, avec la cote de popularité du chef de l’Etat qui ne cesse de baisser vu les circonstances actuelles ternissant son image (la corruption, les abus signés par ses proches, l’application inégalitaire des textes en vigueur, et la liste est loin d’être exhaustive), sa réélection reste incertaine. Pour le régime, il faut donc échapper à cette démission. Et c’est ce qui explique cet empressement à réviser la Constitution. Le Premier ministre a même affirmé qu’« il y a plusieurs problématiques à résoudre comme la concrétisation de l’article 47 au moment voulu ». Le chef du gouvernement qui est également le chef de l’Administration, mais qui s’exprime en faveur du HVM.

HCC. Pendant ces cinq mois de transition, ce sera la deuxième personnalité du pays qui prendra le relai. Il s’agit d’Honoré Rakotomanana, le président du Sénat. Le chef de l’Etat démissionnaire ne goûtera plus aux prérogatives de puissance publique dont il en avait droit et n’aura plus de pouvoir, car c’est le numéro Un du Sénat qui se chargera des « attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau président ». Mais étant donné que le régime et ses proches ont été et sont bercés par les « bling bling » du pouvoir, pour eux, il serait moins loisible de devoir l’abandonner…si tôt. Dans tous ces cas, le régime en place saisira sans doute la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), d’abord au niveau de l’appréciation de la fameuse « nécessité impérieuse » (même si la Constitution a omis de préciser qui devrait l’interpréter) et puis, des « attributions présidentielles courantes ». Quoi qu’il en soit, le président de la HCC pourrait être lié par une certaine redevabilité – de par sa nomination par le chef de l’Etat – qu’il suffit d’un coup de…« considérant que » pour tout changer.

Aina Bovel

Midi Madagasikara435 partages

Bianco : Un colonel de l’armée placé sous mandat de dépôt

Deux dossiers ont été traités par le Bianco de la branche territoriale d’Antananarivo dans la région Menabe. Pour le premier dossier, le Bianco a été saisi d’une doléance rapportant les agissements d’un officier supérieur de l’armée commandant la région militaire numéro 5 qui aurait fait louer les entrepôts de l’armée pour son intérêt personnel. Les enquêtes effectuées auraient confirmé  les allégations énoncées par les plaignants et le manque à gagner causé à l’Etat malagasy avoisinerait les 145 000 000 Ariary. Le colonel aurait été déféré dans la soirée du 21 septembre dernier auprès du parquet de Morondava pour répondre des faits d’abus de fonction et de détournement d’usage. Par la suite, il a été placé sous mandat de dépôt.

 

Abus de fonction. Le deuxième dossier fait état d’abus perpétrés par un élu de la dite région. Toujours est-il que ce parlementaire s’adonnerait à des activités d’exploitation forestière illicite. Les enquêtes du Bianco concernant cette affaire auraient également confirmé les actes corrompus d’abus de fonction accomplis par l’élu et le dossier y afférent a été transmis au Tribunal de Première Instance de Morondava. La levée d’immunité de ce parlementaire est attendue dans les prochains jours afin de permettre à la justice de faire son travail.

Recueillis par Dominique R.

News Mada207 partages

Yali 2017 : mitantara ny traikefa azony Rakotonjanahary Fidèle

Tsy misy mafy tsy laitran’ny zoto. Izay raha fintinina ny dingana nosedrain-dRakotonjanahary Fidèle, ka nahazoany ny vatsim-pianarana ao anatin’ny fandaharanasa Yali ary nianarany momba ny fahaiza-mitarika tany Etazonia. Mitantara ny traikefa azony izy.

Gazety taratra (*) : Afaka lazainao amin’ny mpamaky ve ny mombamomba anao?

Rakotonjanahary Fidèle (-) : Rakotonjanahary Fidèle no anarako, 32 taona, manambady, manan-janaka ary mpikaroka ao amin’ny Institut à l’ethique et science marine (IHSM) ao Toliara. Eo am-panomanana ny “doctorat” ny tenako ankehitriny. Mpikambana ao anatin’ny Young research organization of Madagascar (Yso-Madagascar) aho, izay mikirakira ny tontolon’ny ranomasina sy izay azo trandrahina rehetra ao aminy.

* Tantarao fohy ny nahatonga anao ho anisan’ny tsara vintana nahazo ny vatsim-pianarana amin’ny fandaharanasa Yali.

– Efa naniry mafy ny hahazo an’io vatsim-pianarana io aho tamin’ny taona 2016. Tena vonona tamin’ izany saingy tsy nahay teny anglisy. Tsy nihemotra anefa fa niezaka nianatra teny anglisy, nampiana-tena, nitrandraka… Tonga ny septambra 2016, nisokatra ny fisoratana anarana ary nisy ny fanentanana ho an’ny tanora manana fandaharanasa tsara handray anjara. Nisoratra anarana avy hatrany aho satria manana fandaharanasa mikasika ny tontolon’ny ranomasina aho izay hanaovako fikarohana rahateo.

Tonga ny volana janoary 2017, nivoaka ny lisitr’ireo tanora voafantina. Tafiditra tao anatin’ireo 160 voafantina ny anarako dia tena faly be mihitsy tamin’izany. Nanomana ny “interview” satria izay indray no dingana hiakarana amin’ny fifantenanan manaraka. Natao ny “interview” teto Antananarivo ary volana febroary dia efa nivaly ka anisan’ny tao anaty lisitra ihany ny tenako. Teo dia fantatra fa anisan’ny nahazo ny vatsim-pianarana hiofana any Etazonia momba ny fahaiza-mitarika ny tena.

* Nanahoana ny fiatrehana ny fiofanana?

– Lalam-piofanana momba ny Civic leadership no niofanako tany izay mifandraika tanteraka amin’ny fanitarako ny fikarohana hataoko sy ny fandaharanasa efa natomboka. Tany amin’ ny oniversite Delaware, tao Etazonia, aho no niofana. Betsaka ny traikefa azo. Nahay ny fomba fiainan’ny Amerikanina, nahafantatra ny tokony hatao hahafahana mampiroborobo ny fikambanana mpanao asa soa ireny. Nianatra momba ny fahaizana miresaka imasom-bahoaka. Nianatra ny fomba fandresen-dahatra. Teo koa ny fomba fitadiavana loharanom-bola hahafahana manatsara ny tetikasa…. Ankoatra izany, nitsidika foibe fitaizana olona marefo toy ny zokiolona, olona manana fahasembanana… Nahafinaritra ny fifampizarana teo amin’ ny Malagasy sy ny fianakaviana amerikanina izay nandray ny tena tany. Nahazo namana betsaka aho avy any toy ireo tanora afrikanina sy amerikanina marobe.

* Tafaverina an-tanindrazana ianao, inona ny fampiharana ny traikefa azo?

– Tena betsaka ny hevitra ato an-doha amin’izao fotoana izao. Fa ny azo ampiharina avy hatrany dia ny fitetezana ny sekolim-panjakana any Toliara, hampahafantarana ny ankizy ny tontolon’ny ranomasina. Hanairana ny sain’ny ankizy sahady ho liana amin’ny fitrandrahana rehetra azo hatao ao anatin’io ranomasina io no tanjona amin’izany. Ezahina hiitatra amin’ny faritra hafa io fampahafantarana io ao anatin’ny roa taona.

Faniriana lavitr’ezaka indray ny hanangana toerana manokana hampahafantarana ny tontolon’ny ranomasina. Natao indrindra ho an’ireo mpizahatany sy ny mpivahiny mpiala sasatra tonga mitsidika any Toliara io toerana io. Hanatona ny USAID izahay amin’ny fanatanterahana izany satria efa nanaiky ny hanampy izy ireo, raha maharesy lahatra ny fandaharanasa hataonay.

* Hafatrao ho an’ny tanora?

– Tena nofinofin’ny tanora izany ho any Etazonia izany. Azo atao ary mila manao dingana anefa fa tsy ajanona ho nofy fotsiny. Rehefa misy zavatra eritreretin’ny saina, tsy mila miandriandry fa avy hatrany dia hatomboka. Manofinofisa zavatra goavana. Atombohy ny fanatanterahana azy fa mihamatanjaka ianao amin’ny fanatanterahana izany ary mila sahy ihany koa manao zavatra.

Tolona ny fiainana ary mila mahatratra ny fanamby apetraka. Mikarokaroka, sahy manontany ary sahy manomboka. Ireo ihany dia efa ampy hanombohana zavatra ary tohizana hatrany ka lasa tanteraka izany avy eo.

Efa misokatra ny fisoratana anarana ho an’ny Yali manaraka. Manentana ny tanora 25 ka hatramin’ny 35 taona handray anjara. Vitanao io rehefa hatombokao.

Nangonin’i Tatiana A

Midi Madagasikara195 partages

SMM – Syndicat des greffiers : Grève illimitée sans service minimum

Fanirisoa Ernaivo met en garde contre toute tentative d’intimidation et/ou de représailles.

La cessation totale des activités au niveau des cours, juridictions et tribunaux a été décidée au cours de l’Assemblée générale qui s’est déroulée hier à Anosy.

L’on s’achemine vers un nouveau blocage total de l’appareil judiciaire. En effet, le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) et le Syndicat des Greffiers de Madagascar (SGM) prévoient d’observer une grève illimitée à partir du mercredi 27 septembre prochain. Cette décision a été prise à l’issue de l’Assemblée générale extraordinaire des deux Corps qui s’est tenue hier à Anosy. En ce qui concerne les magistrats, tous les délégués au niveau des Cours d’appel et des représentants des 42 juridictions installées dans les six provinces ont assisté à cette Assemblée générale. D’après Fanirisoa Ernaivo, présidente du SMM, aucun service minimum ne sera effectué durant les jours de grève. Toutes les procédures judiciaires au niveau des juridictions, cours et tribunaux existant sur toute l’étendue du territoire malgache seront donc à l’arrêt. « La grève ne s’arrêtera que lorsque l’Exécutif accordera une réponse favorable à nos revendications », a lancé le numéro Un du SMM. Reste à savoir toutefois si cette grève illimitée sera suivie à 100%. En tout cas, Fanirisoa Ernaivo a déjà annoncé la couleur. « Le SMM ne reculera pas face à d’éventuelles représailles ou intimidations, que ce soit de la part des autorités étatiques ou politiques, ou venant des supérieurs hiérarchiques », a-t-elle averti.

Promesses. Jusqu’ici, le gouvernement n’a donné aucune suite aux revendications des magistrats. Les promesses avancées par la ministre de la Justice Rasolo Elise Alexandrine lors de la rencontre qui s’est tenue à Faravohitra le 29 août dernier restent des paroles en l’air. La nouvelle Garde des Sceaux n’a également donné aucune suite aux quatre demandes d’audience déposées auprès de son Cabinet. Face au comportement des dirigeants étatiques qui continuent de faire la sourde oreille, les leaders du SMM et ceux du SGM ont décidé de radicaliser leur mouvement. « Désormais, nos revendications sont non négociables », a déclaré Randriambololona Haja, président du Syndicat des Greffiers de Madagascar au cours d’une conférence de presse organisée hier à Anosy. Faut-il rappeler que le SMM revendique le respect de l’Etat de droit et l’indépendance de la Justice, ainsi que la non-immixtion des dirigeants politiques dans les affaires judiciaires. De leur côté, les greffiers réclament l’amélioration de leurs conditions d’avancement et le règlement de leurs émoluments. La question est désormais de savoir si avec cette menance de cessation totale des activités au niveau des tribunaux, le Ministère de la Justice et le gouvernement vont prendre en considération les revendications de ces deux corps en grève.

Davis R

Madagascar Tribune179 partages

Enième grève illimitée des magistrats et greffiers

Pour la énième fois, cette année, le syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) et celui des greffiers annoncent qu’ils vont une fois de plus entrer en grève à partir du 27 septembre 2017, pour une durée illimitée et sans service minimum. Grève applicable dans tous les tribunaux de Madagascar selon la présidente du SMM Fanirisoa Ernaivo. Ceci dans la mesure où la nouvelle ministre de la Justice n’a pas pu satisfaire leurs revendications. Décision prise à l’issue de l’assemblée générale de ces corps du personnel de la justice ce 22 septembre 2017.

Les justiciables qui ont affaire à la justice paniquent déjà. Les prisonniers qui devraient passer devant les magistrats resteront derrière les barreaux jusqu’à ce que le personnel de la justice daigne reprendre le travail. Même ceux qui ont besoin d’un dossier quelconque au niveau de la justice, si ce n’est que la traduction d’un acte de naissance seront donc bloqués avec toutes les conséquences que cela implique.

Le personnel qui va entrer en grève note qu’il s’insurge contre toute tentative de représailles des autorités mais reste ouvert aux négociations et dialogues. On attend maintenant les décisions du gouvernement pour régler cette affaire une bonne fois pour toute car les justiciables ont marre de ces menaces et contre menaces, grève et autres des fonctionnaires de tout bord.

L'express de Madagascar153 partages

Corruption et abus de fonction – Un parlementaire et un colonel épinglés dans le Menabe

Abus de fonction et corruption. Tels seraient les actes perpétrés par deux hautes personnalités dans la région Menabe. « Un colonel et un parlementaire », selon les informations. Des méfaits récemment démasqués par le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), suite à une mission effectuée par la branche territoriale d’Antananarivo, dans cette partie de Madagascar.Selon les explications, chaque branche territoriale du Bureau anti-corruption effectue des descentes nommées « antennes régionales mobiles » dans les parties de la Grande île où il n’est pas présent. Celle d’Antananarivo a ainsi profité d’une mission dans la région Menabe pour boucler des dossiers sur des doléances qui leur sont parvenues. Ces plaintes concernent des actes de corruption et abus de fonction par l’élu et l’officier supérieur. « Commandant de la région militaire numéro 5 », le colonel, selon les sources, aurait « mis en location pour son compte personnel, des entrepôts de l’armée ».Cette activité illicite aurait permis à son auteur d’amasser, au détriment de l’État et de l’armée, une somme estimée à 145 millions d’ariary. Accusé « d’abus de fonction et de détournement d’usage », le colonel, d’après les informations a été déféré devant le parquet de Morondava. Le placement sous mandat de dépôt de l’officier supérieur a été décidé par le juge.

Immunité parlementaireLe parlementaire, pour sa part, serait accusé d’avoir usé de son statut pour s’adonner à « des activités d’exploitation forestière illicites », selon les sources contactées. « Les enquêtes du Bianco ont confirmé les actes de corruption et d’abus commis par l’élu. Le dossier vient d’être transmis au Tribunal de première instance (TPI) de Moron­dava », indique l’une d’elles. Celle-ci ajoute que la procédure de demande de levée de l’immunité parlementaire du suspect a été lancée. Les informations collectées n’indiquent pas s’il s’agit d’un député ou d’un sénateur.Selon la Constitution néanmoins, aucun parlementaire « ne peut, pendant les sessions, être poursuivi et arrêté en matière criminelle ou correctionnelle, qu’avec l’autorisation de l’Assemblée [ou du Sénat], sauf en cas de flagrant délit ». La loi fondamentale ajoute que le parlementaire « ne peut, hors session, être arrêté qu’avec l’autorisation du bureau de l’Assemblée [ou du Sénat], sauf en cas de flagrant délit de poursuites autorisées ou de condamnation définitive ».Permettre à la Justice de trancher sur les méfaits dont est accusé l’élu est alors plus compliqué que pour le cas de l’officier supérieur.  La deuxième session du Parlement ne démarrera que le 3e mardi du mois d’octobre, soit le 17 octobre. Affaire à suivre.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara139 partages

Mahamasina : Andiana mpanendaka tratra niaraka tamin’ny sabatra sy « cagoule »

Andiana mpanendaka mampikaikaika ny mponina eny amin’iny faritra Mahamasina iny no voasambotry ny pôlisin’ny boriborintany fahadimy ny alarobia lasa teo. Mbola tratra teny amin-dry zalahy ireto ny sabatra lava lela iray, fentiny manao ny asa ratsiny, niaraka tamin’ny « cagoule » fanafenan’izy ireo ny tarehiny. Ny alina izy ireto no tena manao ny asa ratsiny, ary izay azony dia velon-taraina avokoa. Efa misy andiany maromaro izy ireo no « miara-miasa ». Asa raha hoe entina hisorohana angaha sao afa-manohitra ilay lasibatra. Ary rehefa tratrany dia didinin’izy ireo avy hatrany. Voambana sabatra sy antsy ka tsy afa-manoatra intsony amin’izay ilay olona lasibatra, ka manao izay danin’ny kibony mitaky izay rehetra sarobidy ireto olon-dratsy. Ary tsy vitan’izay fa mbola miaraka amin’ny vono sy daroka. Teo am-panaovana ny asa ratsiny mihitsy ireto mpanendaka ireto no sendra  ny pôlisy mpanao fisafoana. Raikitra teo ny fifanenjehana ka izao niafara tamin’ny fahatraratrarana azy ireo izao. Tamin’ny fanadihadiana natao azy ireo dia niaiky ny heloka vitany izy ireo.

m.L

L'express de Madagascar112 partages

Ambatolampy – La centrale solaire se concrétise

Les travaux de construction de la première ferme solaire à Madagascar vien­nent de démarrer. Le site d’Ambohipihaonana sera opérationnel en juin.

L’heure est aux énergies renouvelables. Madagascar disposera bientôt de sa toute première ferme solaire. Mais il faut attendre le mois de juin 2018 pour voir le projet opérationnel. Sur le site de Menabe, dans la commune rurale d’Ambohipihaonana, dans le district d’Amba­tolampy, la société Green Yellow est encore en début de chantier. Les gros engins présents sur le chantier effectuent les travaux de terrassement. « Il faut compter huit mois pour la mise en place de cette ferme solaire », a confié Alvaro Fuenzalida Cleary, directeur de Green Yellow Madagascar.La centrale produira 20 mégawatts d’électricité, laquelle sera vendue à la Jirama, pour les Réseaux interconnectés d’Antana­narivo (RIA).L’énergie produite permettra de couvrir ainsi les besoins en électricité d’environ cinquante milles ménages, tout en répondant à la demande croissante d’énergie liée au développement économique et industriel de la région du Vakinankaratra. Cette société française, spécialisée dans l’énergie renouvelable, compte ainsi installer un parc de soixante quinze mille plaques photovoltaïques s’étendant sur un peu plus de trente hectares. Celui-ci a apporté un grand changement au paysage de la route nationale 7, entre Ihazolava et Ambohimandroso.

À volontéLes énergies renouvelables sont une source d’énergie inépuisable. Disponibles à volonté, l’énergie solaire est largement plébiscitée dans le secteur énergétique et se développe à la vitesse grand V. « La population de Maevatanàna est la première bénéficiaire de l’énergie solaire à Madagascar. Le solaire nous permet de réduire le coût de production de l’électricité », a déclaré Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures. Le gouvernement compte sur une mise en branle rapide de la transition énergétique, afin de combler les manques de la Jirama et ses centrales thermiques budgétivores.L’exploitant du site d’Ambohipihaonana se lance ainsi dans une course contre la montre. Les travaux accusent déjà un retard par rapport au calendrier initialement prévu. Lors de la pose de la première pierre en décembre 2016, elle s’est donné dix mois pour laréalisation des travaux. « Les différentes procédures ont empêché la société de débuter le chantier », a expliqué une source proche du dossier. Ce n’est donc que partie remise. Elle donne ainsi rendez-vous en juin 2018, à la veille de la fin du quinquennat de Rajao­narimampianina.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara96 partages

Andohatapenaka : Jiolahy saika hanafika ravan’ny pôlisy

Efa teo an-dalana hananatanteraka ny asa ratsiny ireto andian-jiolahy no ravan’ny pôlisin’ny UIR, izay efa nahazo loharanom-baovao mialoha. Araka izany, jiolahy roa no azo sambo-belona niaraka tamin’ny basy poleta vita gasy sy ny famaky. Nisy namany iray kosa tafaporitsaka ary efa eo am-pikarohana ity farany ireto hery vonjy taitra avy eo anivon’ny kaomisaria foibe ireto. Raha ny fanazavàna azo dia nikasa ny hanafika toeram-pivarotana iray teny Avarabohitra Itaosy ry zalahy ireto. Teny amin’iny faritra Andohatapenaka iny kosa no toerana nifanarahan’izy ireo fa hifanatonana alohan’ny handehanana hanao ilay asa ratsy. Efa fantatr’ireto mpitandro filaminana mialoha anefa izany tetika izany ka izy ireo no tonga aloha teny an-toerana. Napetraka ny vela-pandrika, ary nony mitataovononana teo no indro fa tamy tokoa ireto olon-dratsy, izay efa niaraka tamin’ny fitaovam-piadiana, ary efa nivonona haka fiara ho any amin’ilay toerana hanaovany ny asa ratsiny. Niditra an-tsehatra avy hatrany ireto pôlisin’ny UIR ireto. Raikitra teo ny fifanenjehana. Voatery nanapoaka basy mihitsy moa ireto farany, nentina nampitahorana ireto olon-dratsy ka nibaboka tamin’izany ny roa tamin’ireto farany, izay nahitàna ireo fitaovam-piadiana voalaza etsy ambony ireo. Ny iray tamin’izy ireo kosa, nanao tsoa-pe nandositra sy niroboka an’Ikopa mihitsy ary nihazo an’Ambohidrapeto iny. Nisy nanaraka ihany ny sasany tamin’ireo mpanenjika saingy tsy tratra ilay zalahy tafatsoaka io. Efa natolotra ny pôlisy miandraikitra ny fanadihadiana moa ireto olon-dratsy ireto. Mbola mitohy kosa ny fikarohana ireo izay mety ho namany. Tsy mitsahatra hatrany ny mangataka fiaraha-miasa amin’ny fokonolona ny pôlisy. Loharanom-baovao avy amin’ireo mpiara-monina tokoa mantsy no ahafahana misoroka ny asa ratsy mety hiseho. Raha tsy voasakana tokoa moa ry zalahy ireto, mety ho efa nisy ny rà mandriaka ary fananana maro no very.

m.L

Midi Madagasikara88 partages

Epidémie de Peste : 60 cas suspects enregistrés

Le ministère de la Santé publique affirme que la situation de la peste estmaîtrisée.

Le Ministère de la Santé publique vient de sortir les résultats des 36es et 37es semaines de l’épidémie de peste qui sévit actuellement. Ainsi, « 60 cas suspects ont été enregistrés dans toutes les régions de la grande-île » d’après les dires de Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la Santé joint au téléphone hier. Ce dernier d’expliquer que « les statistiques comprennent les cas suspects et ceux avérés ». Avant d’ajouter que « cinquante cas parmi ceux cités ont été traités et complètement guéris ». Profitant de l’occasion, Manitra Rakotoarivony a également fait état des nombres de décès enregistrés. Ainsi « Dix personnes ont succombé à la peste » d’après les dires du directeur de la Promotion de la Santé. Ce dernier de faire savoir que les lieux de décès sont connus pour cinq d’entre eux. A savoir : « Deux à Tamataves, une à Moramanga, une à Faratsiho et une autre à l’Hôpital Militaire de Soavinandriana ». Par ailleurs, les lieux de décès des cinq autres personnes ne sont pas connus selon toujours les explications de Manitra Rakotoarivony.  Par ailleurs, les campagnes de désintrication continuent toujours pour la capitale malgache si les autres régions ont presque fini les leur.

José Belalahy

Midi Madagasikara87 partages

Antsahamanitra : « Afon-dasy » fait son grand retour avec des « Legends » du rap

Les artistes qui vont monter sur scène lors de l’Afon-dasy.

Le rendez-vous « Afon-dasy » refait surface et ravit son public. Le rendez-vous est fixé pour le 30 septembre prochain à Antsahamanitra.« Afondasy est un évènement spécialement dédié au rap. Donc, non, Stéphanie ne sera pas de la partie ». Une affirmation de Raboussa qui devrait éclaircir tous ceux que la question démangeait. Sur le clip officiel, la chanteuse joue effectivement le rôle de porte-fanion.  «Sa participation à cette vidéo démontre seulement que la musique est sans frontière », selon toujours l’interprète de « Hotrn’lah ihany zah ». La grand messe des amoureux de rap qui se tiendra à Antsahamanitra le 30 septembre réunira par contre quatre groupes qui ont fait et continuent de faire les beaux jours du rap gasy : des « Legends ». Da hopp qui figure parmi les premières formations à avoir évolué dans le rap figure en haut de la liste des participants à cet évènement. On ne saurait d’ailleurs si le rap aurait eu autant de succès si Tax et ses amis ne s’étaient pas lancés dans l’aventure Da hopp. Bon nombre de jeunes ont effectivement pris exemple sur eux et leur ont emboîté le pas. Raboussa, qui figure également à l’affiche fait partie de ceux-là. Ayant débuté sa carrière à la même époque, donc comptant aujourd’hui à son actif près de vingt ans de scène, Big Jim Da, dont le style très particulier où se mêlent rap et les rythmiques de la musique traditionnelle malgache dans ses compositions, a, lui aussi été choisi par les organisateurs. Le dernier et non des moindres : Krutambull. Précurseur du genre raggamuffin dans la Grande Ile à la musicalité bien chevelue, ce groupe aura marqué de sa patte la scène de la musique urbaine nationale. Après huit ans d’absence, voilà donc « Afon-dasy » de retour à Antsahamanitra ce 30 septembre pour un concert inédit, prêt à en mettre plein la vue au public… avec les « Legends » du rap gasy.Mahetsaka

Midi Madagasikara75 partages

Hafari : Son président sorti de prison hier

Le président de l’association Hafari Malagasy, Jean Nirina Rafanomezantsoa.

Le président de l’association Hafari Malagasy, Jean Nirina Rafanomezantsoa, est sorti de prison, hier et ce, après 13 mois d’emprisonnement. En effet, il a été placé sous mandat de dépôt, à Antanimora,  le 22 août 2016. Il a comparu 8 fois devant les juges. Notons qu’à un certain moment, il a été hospitalisé à l’hôpital militaire de Soavinandriana pour suivre des traitements. Faut-il souligner qu’à sa sortie de prison, il a déclaré qu’il va continuer les œuvres de l’association et qu’il reprendra son poste à partir de lundi.

Recueillis par Dominique R.

Tia Tanindranaza73 partages

Lalao RavalomananaOlon’ny Fifanakalozana

Manoloana ny fanararaotan’ny sasany ny fahanginan’ny ben’ny tanàna tato ho ato, hoy ny fanazavan’ny tompon’andraikitry ny iraka eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra, Sarah Zoe,

 dia manana adidy ny tenako hanazava ny sain’ny vahoaka mikasika ny laharam-pahamehana sy ny tanjon’ny kaominina izay iniana tsy henoina sy hodian’ny sasany tsy hita. Andraikitry ny mponina rehefa miaina eto aan-drnivohitra na gasy na vahiny no mifanome tanana amin’ny fanatsarana ny tanàna. Tsy nitsangantsangana akory ny ben’ny tanàna raha nivoaka tany ivelany toy izay nataony tany Kanada sy Afrika atsimo ireny fa zava-dehibe no nentiny avy any dia ilay kolontsain’ny fiaraha-miaina na ilay hoe « vivre ensemble ». Tsy hoentina amin’ny fifandrafiana ny fahasamihafana sy fitovian-kevitra fa ho amin’ny tombontsoa iombonana sy ny fampandrosoana. Porofon’izany dia vao ny alakamisy teo no nisian’ny fiaraha-miasa teo amin’ny kaominina sy ny vondrona japoney JICA ary ny minisiteran’ny asa vaventy hametrahana tetikasa momba ny fanatsarana ny tanàna na ny « plan d’urbanisme ». Olon’ny fifanakalozana, hoy ny tenany, ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana, saingy tsy tia misehoseho fa rehefa misy vokatra azo vao miteny.

Tsy nahazo famatsiam-bola

Tiana, hoy izy, ny manamarika fa mitotaly 220 kilaometatra ny lalana eto Antananarivo ka ilana hanomanana vola  mitentina hatrany amin’ny 120 tapitrisa ariary isan-taona eo ny fikojakojana izany. Tsy misy anefa, hoy izy, ny famatsiana tonga avy amin’ny fanjakana fa tsy nataonay sakana. Niezaka izahay niara-niasa tamin’ireo sehatra hafa hatramin’ireo tsy miankina amin’ny fanjakana. Tsy midika akory izany hoe amidy amin’ny tsy miankina daholo ny tetikasa rehetra fa tafiditra ao anatin’ilay antsoina hoe EPIC na sehatra iombonana mifantoka amin’ny varotra sy indostria avokoa ireny. Isany ny Omavet izay tsy mampifanaraka ny mpitatitra sasany amin’ny kaominina amin’izao fotoana izao. Rantsa-mangaikan’ny CUA efa hatramin’ny taona 2004 io fa ninian’ireo mpitantana teo aloha tsy nampahafantarina. Natao hanapiana ireo fiarakaretsaka satria dia maimaimpoana ny fitsirihana fiara atao ao ary tsy nisy niova ihany koa ny sarany. Aleo mifanakalo hevitra, hoy ity tompon’andraikitra ity, fa mampalahelo amin’izao ny mahita hoe etsy diovina dia etsy misy manary fako. Maro moa amin’izao no miandry ny fifanatonana mivantana eo amin’ny ben’ny tanàna sy ny fikambanan’ireo mpitatitra am-piarakaretsaka na ny FTAR.

J. Mirija

Tia Tanindranaza72 partages

Hikatso ny fitsaranaHitokona ny mpitsara sy ny mpiraki-draharaha

Nampitovy tadin-dokanga omaly ny sendikan’ny mpitsara sy mpiraki-draharahan’ny fitsarana ary nanao fanambarana iombonana teny Anosy fa hiroso amin’ny fitokonana faobe tsy misy fetrany manomboka amin’ny alarobia 27 septambra ho avy izao.

RTT

 

Midi Madagasikara72 partages

Top International Model : G Dicaprio, un Malgache dans la course

G. Dicaprio, le M. Malgache qui participe à cet événement.

Le Top International Model of the World 2017 se tiendra cette année en Bulgarie et le concours se déroulera au DIT Majestic Beach Resort, le 27 septembre prochain. Parmi les candidats dans la catégorie Mister, un Malgache représente la Grande Île. Il s’agit de G. Dicaprio, qui est encore plus beau que l’acteur du même nom. Il affrontera plusieurs autres beaux gosses du monde entier venant des 4 coins du monde : Europe, Amérique Latine, Etats-Unis, Asie et Afrique. Les modèles, des filles et des garçons, défileront sur le catwalk des plus grands fashion show du monde. Une opportunité unique pour ces Miss et Misters d’embrasser un métier de rêve et de paillette.

Anjara Rasoanaivo

L'express de Madagascar69 partages

Évaluation du FMI – La gouvernance à améliorer

Les missionnaires du FMI encouragent les autorités malgaches. Les cadres législatifs et juridiques de lutte contre la corruption restent à améliorer.

Loin du compte. Des efforts sont à redoubler concernant la gouvernance. Bien que globalement satisfaits des performances de Madagascar dans le programme de réformes économiques, appuyé par la Facilité élargie de crédit(FEC), les missionnaires des services du Fonds monétaire international (FMI) rappellent les retards accumulés par la Grande île en matière de gouvernance. Il s’agit notamment des cadres législatifs et juridiques, stipulés dans la stratégie nationale de lutte contre la corruption.Lors d’une rencontre avec la presse, Marshall Mills, chef de mission des services du FMI pour Madagascar a dressé le point de la situation. Sur les quatre lois prévues dans la stratégie nationale de lutte contre la corruption (SNLCC) 2015-2025, seule la loi anti-corruption a été adoptée en 2016. « Ces dispositifs législatifs forment un tout pour lutter efficacement contre la corruption à Madagascar », soutient Boto Tsara Dia Lamina, directeur général du Service de renseignement financier à Madagascar (SAMIFIN).Dans la situation actuelle, les projets de loi sur le recouvrement des avoirs, ainsi que celui relatif à la coopération internationale ont été déposés au Parlement.« Effectivement, nous avons eu connaissance de ces deux projets de loi, lors de la première session de l’Assemblée nationale. Comme il s’agit de textes d’une portée importante, nous voulons accorder le temps nécessaire pour les examiner », affirme le député Jean Adrien Vanovason, questeur chargé des relations publiques et de la législation à l’Assemblée nationale.

Dispositions Dans le cadre de la première revue de la FEC, une remarque a été formulée par les services du FMI sur la régression des indicateurs de gouvernance à Mada­gascar. Pour inverser cette tendance, les autorités malgaches ont érigé la stratégie de lutte anti-corruption adoptée en 2015, en mettant dans un premier temps le cadre juridique en conformité avec les normes internationales. Il s’agit de la nouvelle loi anti-blanchiment de capitaux, la loi anti-corruption, la loi relative à la coopération internationale et celle régissant le recouvrement des avoirs.Figurant dans la matrice des conditionnalités des bailleurs de fonds, la mission du FMI porte une attention particulière à la lutte contre la corruption. Ainsi, pour clore son intervention sur l’appréciation de l’évolution des « repères structurels » concernant la gouvernance, les services du FMI, à travers Marshall Mills « ont encouragé les autorités » à renforcer progressivement le dispositif de déclaration de patrimoine, et à adopter les trois autres lois inscrites dansla SNLCC.

Andry Rialintsalama

Midi Madagasikara63 partages

Pont Vohiposa : Circulation rétablie

La circulation sur le pont de Vohiposa, effondré le week-end dernier après le passage d’un camion semi-remorque surchargé, est maintenant complètement rétablie. Avec l’achèvement hier matin, des travaux d’installation d’un pont Bailey, les usagers de la RN7 peuvent désormais circuler normalement, si depuis le début de la semaine, les automobilistes et autres taxis-brousse devaient emprunter tant bien que mal, une déviation mise en place en urgence, lundi dernier.

Hanitra R.

Midi Madagasikara60 partages

MOIO- DYGEM : Un bond pour la gestion rationnelle des mangroves

Les participants de l’école d’été DYGEM avec leurs certificats

L’école thématique DYGEM (Dynamique et gestion des mangroves) et le colloque MOIO (Mangroves de l’Océan indien occidental, dynamiques, pressions et gestion) ont boosté la vie intellectuelle de Mahajanga jusqu’au 20 septembre.

Pour l’Océan indien, il en ressort une meilleure compréhension des mangroves et une mobilisation effective pour leur gestion et leur sauvegarde. Pour les Comores, Madagascar et Mayotte, l’avenir des mangroves se joue entre co-gestion, exploitation rationnelle, restauration et instauration de la justice environnementale. Pour Rodrigues et Maurice en revanche où les mangroves semblent plus épanouies, les actions convergent vers une implication plus conséquente du gouvernement dans la préservation de cet écosystème exceptionnel. Par ailleurs à l’issue du colloque, les participants à l’école DYGEM, ont obtenu leur attestation, dont une collègue, avec la mention Très bien. Notons que DYGEM, était une école d’été pas comme les autres, car étant multiculturelle et ayant réuni aussi bien hommes de terrain, qu’académiciens, scientifiques et littéraires. A l’issue du colloque, une table-ronde a eu lieu- honorée par la présence du préfet de Mahajanga- et les participants ont communiqué leur message visant à mobiliser les autorités et le plus grand nombre à entreprendre une synergie d’actions pour une gestion rationnelle et inclusive des mangroves, où leur exploitation et le bien-être des populations iront de pair.

Luz R.R

Midi Madagasikara60 partages

Ambilobe : Un enfant et 15 millions d’ariary calcinés dans un incendie

Dans la uit du jeudi 22 septembre, un incendie mortel s’est produit dans le district d’Ambilobe. La maison d’un couple de planteurs de vanille a pris feu. Le drame est survenu juste au moment où les occupants de la maison étaient dans les bras de Morphée. C’est pourquoi, ils ne se sont rendus compte de l’accident que lorsque le feu s’est répandu dans toute la maisonnée. En effet, le bilanest lourd. Piégé par le feu, un garçon de 3 ans est mort calciné. Puisque le couple venait de vendre de la vanille à Ampanefena-Vohémar, 15 millions d’ariary, argent avec lequel ils comptaient recommencer une nouvelle vie à Sambava, ont disparu dans cet incendie. Selon les informations, la cause du drame n’est pas encore identifiée. Ce cas rappelle ce qui s’est passé récemment dans le district d’Antanifotsy où 6 personnes d’une même famille ont péri dans l’incendie de leur maison d’habitation. La différence est que pour ce dernier, il s’agit d’un acte criminel perpétré par des bandits. Reste à savoir si la gendarmerie qui se charge de cette affaire réussira à traquer le coupable.

T.M.

Midi Madagasikara54 partages

Révision de la Constitution : Le parti « Hiaraka Isika » craint le symptôme togolais

D’après « Hiaraka Isika », Madagascar risque de connaître le même sort que certains pays africains où la révision de la Constitution se trouve à l’origine des crises pré-électorales.

L’annonce faite par le régime HVM sur la révision de certains articles de l’actuelle Constitution continue de faire réagir. Dans un communiqué publié hier, le parti « Hiaraka Isika » demande à tout un chacun de tirer des leçons de ce qui se passe actuellement dans certains pays africains où les dirigeants persistent à réviser la Loi fondamentale à la veille des élections présidentielles. C’est le cas en ce moment au Togo où le président de la République Faure Gnassingbé tente de faire adopter une Constitution qui lui permettrait de rester au pouvoir le plus longtemps possible. Face à cette tentative, l’opposition togolaise va actuellement jusqu’à demander le départ du président Faure Gnassingbé pour éviter le chaos. Dans son communiqué, la formation politique de l’ancien Premier ministre Camille Vital propose de laisser aux futurs dirigeants le soin de retoucher l’actuelle Loi fondamentale.

Sombre tableau. En même temps, le parti « Hiaraka Isika » dresse dans son communiqué un sombre tableau de la situation socio-économique et sécuritaire à Madagascar. Un tableau où cette formation politique membre de la plateforme ARMADA dénonce les échecs sur tous les plans du régime HVM. Ces échecs, selon l’affirmation du parti politique de Camille Vital, sont constatés dans la lutte contre la pauvreté, la corruption et l’insécurité, ainsi que dans l’exécution des décisions de justice et dans le respect des droits et de libertés des syndicats. « Hiaraka Isika » dénonce également la hausse du coût de la vie à Madagascar alors que le prix du baril de pétrole connaît une baisse au niveau mondial. La recrudescence des actes de vindicte populaire est aussi pointée du doigt par la formation politique de l’ancien PM. Bref, après le parti Vert « Hasin’i Madagasikara » et le MMM (Malagasy Miara Miainga), voilà une troisième entité politique de l’ARMADA (Alliance Républicaine de Madagascar) qui vient de dire non à la révision de la Constitution à la veille de l’élection présidentielle.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara52 partages

Kidnappind d’Arnaud et Annie : Le procès reporté à une date ultérieure

Prévu hier au Tribunal Anosy, le procès de l’affaire portant sur le kidnapping des deux enfants d’un opérateur économique bien connu des Tamataviens, à savoir Annie et Arnaud qui a eu lieu il y a près des deux ans dans la ville de Toamasina est reporté à une date ultérieur. Pour le moment, une information sur ce renvoi. Quoi qu’il en soit, les circonstances de ce procès font penser que des conditions ne sont pas encore réunies pour la tenue de cette audience. Rappelons que ce double enlèvement a eu lieu en 2015. Le procès de cette affaire est fortement attendu par la famille des victimes. Etant donné qu’il ne s’agit pas d’un simple kidnpping mais un  véritable crime de sang. Les ravisseurs ont sauvagement tué la petite Annie. Elle a été, rappelons-le, exécutée après une agression sexuelle qu’elle a subie.  Les proches des victimes s’interrogent sur le fait qu’aucun procès n’ait  été tenu sur cette affaire et pourtant des gens sont déjà en liberté.

T.M.

Tia Tanindranaza46 partages

«Grille indiciaire unique»Tokony hampiharina amin’ny PSE

Tsy hitondra vokatsoa hoan’ny zaza sy tanora Malagasy ny fanapahan-kevitra mandeha ila noraisin’ny fanjakana hampihatra ny PSE (Plan Sectoriel de l’Education),

Ramano F.

Midi Madagasikara40 partages

Soavinandriana : Deux enfants foudroyés

La foudre a frappé de deux enfants à Soavinandriana. Le drame s’est produit durant une forte pluie qui a sévi dans la localité en début de cette semaine. Selon les informations, ces enfants étaient dans la maison quand l’accident a eu lieu. Touché à la tête, l’un d’eux est tué sur le coup tandis que l’autre est grièvement blessé et se trouve jusqu’ici sue le lit de l’hôpital. Ce n’est pas la première fois que la foudre a tué dans cette localité. Mais ce qui s’est passé cette fois-ci, est sorti de l’ordinaire dans la mesure où il s’est produit dans une période d’intersaison.

T.M.

Midi Madagasikara34 partages

Tourisme : Mise en place d’une confédération

Le secteur Tourisme dispose dorénavant d’une confédération. En effet, la Confédération du Tourisme de Madagascar vient d’être créée, à l’issue d’une assemblée générale constitutive qui s’est déroulée le 20 septembre dernier. Il s’agit d’un organisme qui rassemble tous les métiers du Tourisme et qui a pour ambition de porter la voie de l’industrie touristique dans le développement de ce secteur qui a un rôle éminemment important dans le développement économique du pays. Raison pour laquelle, d’ailleurs la Banque Mondiale et le projet PIC 2 apportent leur assistance technique à la mise en place de la Confédération. « La mobilisation des opérateurs privés pour un dialogue constructif avec les partenaires de développement permettra de bâtir une stratégie commune, à travers des actions concrètes et pertinentes, pour une destination compétitive et durable »  soutient-on du côté des fondateurs de la Confédération.  Les membres du bureau de la Confédération sont : Patrice Raoull (Président), Tojo Lytah Razafimahefa (Vice-Président) et Mirana Ralison (Trésorière). Les membres fondateurs sont au nombre de 32 entités réunissant les groupements, associations et entreprises touristiques.

R.Edmond.

Midi Madagasikara29 partages

CCI : Huit peintres chinois partagent leur savoir-faire

Dans le cadre de la commémoration du 45e anniversaire des relations diplomatiques sino-malgaches, une conférence et une exposition se sont tenues au CCI Ivato lors du China Exhibition. Huit peintres chinois de la région de Fujian, dirigés par le président de la fédération provinciale de la culture de Fujian, M. Zhang Zuoxing, participent à ce grand événement. Hier, ils ont offert un vrai spectacle à travers une performance en live qui a impressionné l’assistance, dont le ministre de la Culture qui a aussi laissé ses traces. De la calligraphie qui véhicule de vraies poésies, avec une dextérité sans pareille, ou encore des paysages, avec de la peinture à l’eau ou à l’encre. Ces artistes finissent un tableau en un temps record. Ces peintres chinois, très peu loquaces, mais très inspirés, vont rejoindre la ville de Toamasina ce jour où ils effectueront la même performance, à la congrégation chinoise de Tamatave, à partir de 15h30. Quant à la centaine de tableaux qui sont exposés au CCI Ivato, le grand public aura le bonheur de les apprécier jusqu’au 26 septembre.

Anjara Rasoanaivo

News Mada24 partages

Fandefasana tovovavy hiasa any Koweit sy Arabia Saodita : olona telo saron’ny polisy naiditra am-ponja

Niakatra fampanoavana, afakomaly ka naiditra am-ponja eny Antanimora ireo olona telo (lehilahy roa sy vehivavy) voarohirohy ho nikasa hanondrana tovovavy any Koweït sy Arabie Saodita. Ny polisy miasa ao

amin’ny Service central des enquêtes spécialisées et de la lutte contre les fraudes documentaires (SCESLFD) no nahasambotra azy ireo. Araka ny fanazavan’ny polisy, nahazo loharanom-baovao izy ireo fa misy olona mandefa tovovavy hiasa any Koweït sy Arabie Saodita. Nanao fikarohana sy fitsirahana ny polisy ka tratra tao amin’ ny trano iray eny Ankasina, ny talata lasa teo ny vehivavy dimy hihazo ny firenena Arabo. Nilaza izy ireo nandritra ny fanadihadian’ny polisy fa hoe avy any amin’ ny faritra Sava no tonga hiakatra eto Antananarivo hitady lalana hiasa any Koweït sy Arabie Saodita. Niainga avy amin’ny fanadihadiana ny tompon-trano ny nahafantarana ireo olona tena mpanondrana ireo vehivavy ireo hiasa any amin’ny tany Arabo.

Niroso tamin’ny fikarohana ireto olona ireto indray ny polisy taorian’izay ka lehilahy roa no voasambotra teny Ambodin’Isotry ary vehivavy roa hafa teny Ivato. Nahitana paosipaoro Malagasy marobe miaraka amin’ny antontan-taratasy hosoka maromaro tao an-tranon’izy ireo nandritra ny fisavan’ny polisy.

Manome vola 1 400 000 Ar isaky ny olona…

Fantatra nandritra ny fanadihadiana ireo mpanondrana fa akan’izy ireo vola 1 400 000 Ar isan’olona izay nalefany ho tambin’ny fandefasana sy ny fikarakarana ny taratasy rehetra. Niaiky izy ireo fa tena mpanondrana tovovavy hiasa any amin’ny tany Arabo.

Tsiahivina fa mbola manan-kery ny didy hitsivolana laharana 2013-594, ny 06/08/ 13 mirakitra ny fampitsaharana ny fandefasana mpiasa mankany amin’ny firenena Arabo.

Ireny efa niaraha-nahita ireny ny fahoriana nianjady tamin’ireo tovovavy sasantsasany niasa tany Koweït sy Liban ary Arabie Saodita. Efa marobe ireo niharan’ny herisetra ataon’ny mpampiasa azy any amin’ireo tany Arabo ireo. Misy aza ny fatiny sisa no tsenain’ny fianakaviana eny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato. Tsy mahatonga saina ireo vehivavy sasany anefa izany fa izao mbola misy misisika ny handeha an-tsokosoko ihany. Tsy mety fay mihitsy na efa noraran’ny fanjakana aza ny fandefasana olona hiasa any. Iza indray izany no omen-tsiny raha misy zavatra mahazo ireto nikasa handeha an-tsokosoko ireto? Ekena fa sarotra ny fitadiavana asa eto amintsika fa aleo ihany mitsimpona kely eto. Tokony hojeren’ny fanjakana akaiky koa ny politikan’ny asa sy ny famoronana asa.

Jean Claude

 

L'express de Madagascar22 partages

Tourisme – Un safari des oiseaux en novembre

Découvrir les oiseaux endémiques. Après le succès de la première édition en 2016, l’Office régional de Boeny compte organiser une nouvelle édition du « safari des oiseaux ». L’évènement se déroulera du 3 au 8 novembre 2017, dans le complexe de zones humides de Mahavavy–Kinkony, dans le nord-ouest du pays. « Pour  les amoureux  des oiseaux, les photographes amateurs ou professionnels et les simples touristes, c’est l’occasion unique de s’émerveiller dans un complexe de trois cent mille hectares, voir de près des oiseaux aux mille couleurs, et d’autres espèces endémi­ques », explique l’Office national de tourisme de Mada­gascar (ONTM), sur son site internet.Localisé dans le village d’Ampitsopitsoka, à 15 kilomètres de Namakia, le complexe de zones humides Mahavavy–Kinkony est géré par l’Asity Madagascar, une ligue malgache pour la protection des oiseaux. Le site est le refuge naturel de nombreuses espèces endémiques terrestres et aquatiques. Elles se repartissent dans les différents habitats naturels comme les lacs, les rivières, les forêts denses sèches…

L.R.

Midi Madagasikara22 partages

Sécurité routière : Les élèves sensibilisés

Les récents accidents successifs qui ont fait des victimes mortelles particulièrement nombreuses sur les routes nationales, ont amené certains responsables d’établissements scolaires privés à inclure la sécurité routière dans leurs cours d’éducation civique. D’autres organisent des séances d’information destinées aux élèves, dans le dessein de conscientiser les enfants sur l’importance de l’attitude responsable en matière de sécurité routière. « Cette initiative est une contribution de notre établissement à l’amélioration de la situation de laisser-aller quasi-généralisée qui a longtemps régné dans notre pays en matière de sécurité routière », explique une directrice d’école qui a pris l’initiative, comme plusieurs autres établissements privés, d’organiser quelques séances d’échanges et de partage consacrées au chapitre de la sécurité routière. « En nous adressant aux enfants, nous visons les futurs citoyens qu’ils seront plus tard. Et ce, en les informant à la fois  les dangers et lesbonnes pratiques en matière de sécurité routière. C’est leur vie et celle de leur entourage qui est en jeu. De même, nous leur donnons la parole pour qu’ils puissent exprimer leurs avis. On s’aperçoit alors que bien souvent, les enfants sont parfois beaucoup plus sensés que certains adultes ! », ajoute-t-elle. Les parents sont entièrement du même avis.

Hanitra R.

Midi Madagasikara19 partages

Régions SAVA-ALAOTRA : Changement inévitable du calendrier cultural

Le changement de calendrier cultural malgache est une décision à prendre pour les agriculteurs malgaches.

Madagascar souffre actuellement des effets du changement climatique dont elle n’est pas « l’initiateur » direct.

Madagascar figure actuellement parmi les pays où les effets du changement climatique se font le plus ressentir. Un paradoxe étant donné le fait que le pays figure parmi les moins polluants. En effet, la baisse de la pluviométrie dans les régions de la SAVA et de l’Alaotra Mangoro, les sècheresses dans les régions du Sud ne sont que quelques manifestations de ces effets. Lesdites manifestations affectant particulièrement la production rizicole, dans les régions Alaotra Mangoro et SAVA selon les dires du général Mamy Razakanaivo, Secrétaire exécutif de la Cellule de Prévention et Gestion des Urgences (CPGU). Interviewé dans le cadre de l’atelier national de validation des résultats de l’étude sur l’influence de la variabilité climatique sur la production agricole à l’hôtel Panorama hier, le général Mamy Razakanaivo d’affirmer que des mesures pour l’amélioration de la production de riz devraient être mises en place à la suite de l’atelier d’hier. Lesdites mesures consistant en réhabilitation des infrastructures agricoles et la mise en place de points d’eau potable.

Nouveau calendrier. Etant donné les changements climatiques, il est temps pour les agriculteurs malgaches de penser à revoir le calendrier climatique. Ce que le général Mamy Razakanaivo a tenu à noter. « Un changement de calendrier cultural est envisageable pour les régions de SAVA et Alaotra » a-t-il fait savoir. Le secrétaire exécutif de la CPGU d’ajouter que « les agriculteurs malgaches persistent à suivre le calendrier classique sans tenir compte des changements, majeurs actuels ». La mise en place de mesures d’adaptations (répondant aux besoins des régions concernées et reflétant les réalités de celles-ci) est donc plus que nécessaire pour assurer une meilleure résilience des populations dans les deux régions. La mise en place du nouveau calendrier cultural figure parmi lesdites mesures.

José Belalahy

Midi Madagasikara18 partages

China Exhibition Madagascar : De la danse du dragon parmi les animations

Des voitures de marque chinoise sont exposées à la China Exhibition Madagascar.

Un passage à la China Exhibition Madagascar qui se poursuit ce jour au CCI Ivato est une occasion de joindre l’utile à l’agréable.

Plateforme avant tout économique, China Exhibition Madagascar  est aussi un lieu de détente. Ce sera en tout cas aujourd’hui avec la prestation prévue d’artistes chinois de talent.  Venus directement de Chine, ces artistes chinois réaliseront, en marge des expositions les fameuses danses du dragon et du lion. Ce sera en tout cas, l’occasion pour les visiteurs de joindre l’utile à l’agréable. Ce d’autant plus que le spectacle sera une grande première dans la mesure où cette danse traditionnelle chinoise est rarement présentée à Madagascar.

Bonheur et prospérité

La danse du dragon est une forme de danse traditionnelle et de spectacle de la culture chinoise mettant en jeu le dragon oriental, un symbole chinois du bonheur et de la prospérité. Comme la danse du lion, elle est le plus souvent pratiquée lors de fêtes. Elle est exécutée par une équipe de danseurs qui manipulent une longue figurine de dragon flexible à l’aide de perches positionnées à intervalles réguliers le long de son corps. Un spectacle à ne pas rater, en somme. Toujours, en marge des expositions, une grande tombola est également organisée. Et ce avec de gros lots comme un billet d’avion Tanà-Chine.

Conférences thématiques

Pour en revenir aux échanges entre les opérateurs économiques chinois et ceux de Madagascar et des îles de l’Océan Indien, de nombreux contacts ont déjà été réalisés durant les deux premières journées. Par ailleurs, les conférences thématiques tenues durant la manifestation intéressent au plus haut point les participants et visiteurs dans la mesure où elles présentent les potentialités et les modalités pratiques des potentiels investissements et partenariats entre les opérateurs économiques de Madagascar et de la Chine. Bref, l’événement à ne pas rater de ce week-end, aussi bien pour les professionnels que le grand public est à coup sûr la China Exhibition Madagascar qui se  déroule au CCI Ivato.

R.Edmond.

Midi Madagasikara18 partages

IMGAM : Ratsimiseta R. Mija, major des majors de sa promotion

Elle est le major des majors.

Après avoir soutenu son projet intitulé « La mise en place d’une stratégie de fidélisation clientèle pertinente. Cas de la société « Sitma S.A », Ratsimiseta Rajaonarivony Mija Nastia, a obtenu la meilleure des notes. Le jury lui a ainsi attribué le titre de major des majors de sa promotion « Lafatra » au sein de l’Institut de Management des Arts et Métiers (IMGAM). Elle a décroché le diplôme en Master II, spécialisé en Management d’entreprise et banque.

Fidéliser. Son projet vise en effet à développer une stratégie de marketing dans le but de fidéliser les clients, face aux multiples concurrences. « Il s’agit notamment d’évaluer la satisfaction des clients, d’étudier les comportements des clients potentiels, d’étudier la notoriété de la société et de proposer un plan d’action. Les acquis en matière de management, marketing et commercialisation au sein de mon établissement m’ont permis de développer des approches spécifiques en matière de stratégie marketing », a-t-elle confié. En fait, « avoir une stratégie bien définie est un atout pour une entreprise, car étant un acteur économique, il faut réaliser des profits pour assurer la survie, le développement et la pérennité de ses activités. De ce fait, une société est toujours en recherche permanente des moyens pour accroitre leur chiffre d’affaires et pour maintenir sa position sur le marché. C’est pourquoi, une politique commerciale est définie à chaque cycle de vie d’un produit, allant du lancement à la croissance jusqu’à la maturité», a enchaîné l’impétrante. Et face à la mondialisation et aux exigences des clients : « On ne peut plus se limiter à vendre des produits mais il faut créer un attachement avec ces clients via une stratégie de fidélisation dans l’organisation d’une entreprise », a-t-elle conclu

Navalona R.

Midi Madagasikara16 partages

Climat politique au beau fixe malgré la vivacité des débats

C’est toujours le débat sur le projet de révision de la Constitution qui alimente les chroniques des journaux cette semaine. Il est maintenant solidement étayé par les arguments des experts qui, pour la plupart, ne sont pas favorables à la démarche du pouvoir. Certes, aucune décision officielle n’a été prise, mais l’intention est là. L’équipe au pouvoir avance ses pions un à un et c’est à mots couverts qu’elle parle de cette révision. L’opinion en a pris conscience et elle jugera en connaissance de cause. On est pour l’instant qu’au début du processus et elle pourra en suivre les péripéties dans les mois à venir. Ces derniers jours, la population tananarivienne a assisté à une manifestation inédite. Les chauffeurs de la Capitale ont choisi de défiler dans les rues de la ville et de bloquer certains axes pour montrer leur opposition à la prise en main du contrôle technique des véhicules par la société OMAVET et à l’obligation d’installer une nouvelle lanterne. Le mouvement a été très suivi, mais certains slogans lancés au cours de cette démonstration de force ont laissé penser à une récupération politique. La demande de démission de la maire d’Antananarivo et de son remplacement par un PDS a jeté un certain discrédit sur cette manifestation. La réponse de la CUA ne s’est pas fait attendre et elle a dénoncé cette revendication. Les deux parties devraient se rencontrer aujourd’hui et entamer des négociations,  mais au vu des déclarations des uns et des autres, les discussions risquent d’être tendues.

La 72e session de l’A.G. des Nations Unies a vu tous les chefs d’Etat présents défiler à la tribune. Les médias internationaux ont surtout retenu les discours des présidents Donald Trump et Emmanuel Macron. Le premier a été  égal à lui-même, en faisant preuve d’intransigeance envers ceux qui font partie de l’axe du mal, le second a pris le contrepied des positions adoptées par ce dernier. Le président français a une fois de plus réussi à imposer sa stature sur le plan international. Son attitude responsable a été saluée par tous les éditorialistes et le leader nord coréen a eu beau jeu de qualifier son homologue de la Maison blanche de le traiter de « dotard » ou « gâteux » ; Les propos belliqueux de Donald Trump n’ont fait que le renforcer dans sa détermination de réagir contre les Etats-Unis. Il est persuadé que ce dernier n’osera pas mener des actions militaires contre son pays.

La zone atlantique continue de subir les assauts d’ouragans qui n’ont jamais connu une telle intensité. Irma, José et Maria ont déferlé sur les Antilles françaises avec une violence rare et ont tout détruit sur leur passage. Cuba n’a pas été non plus épargnée. Dans le même temps, c’est une autre calamité naturelle qui a frappé le Mexique. Après avoir été ébranlé par un séisme de magnitude 8,2, début septembre, c’est un séisme d’une intensité un peu moindre qui a ravagé Mexico. La  ville a subi des dégâts considérables et a fait au moins 230 morts. Les pertes en vies humaines devraient être encore plus élevées.

En France, les ordonnances réformant le Code du Travail ont été signées par le président  Macron. Elles seront appliquées dès la semaine prochaine en dépit des manifestations organisées par la CGT et la France Insoumise.

En Catalogne, une vague d’arrestations a été opérée parmi les hauts dirigeants du gouvernement de la province. A quelques jours de la tenue du référendum  pour l’indépendance de la Catalogne, le pouvoir central durcit sa position et veut tout faire pour empêcher la tenue de cette consultation populaire.

Le climat politique à Madagascar est pour le moment au beau fixe. Les débats sur la révision de la Constitution sont certes passionnés, mais ils sont courtois. La confrontation est vive sur le plan des idées, cependant  pour le moment, le pouvoir n’envisage pas de passage en force. Il reste encore quelques mois pour convaincre ou renoncer.

Patrice RABE

Midi Madagasikara15 partages

Le jeu de rôle de Donald Trump et de Kim Jung Un

Entre Donald Trump et Kim Jung Un, les échanges verbaux s’apparentent  beaucoup plus à une sorte de querelle d’ego qu’à une véritable menace destructrice. Même si les membres de la communauté internationale sont consternés par les propos du président américain, ils ont pris la mesure du personnage et ils ne le contrarient en aucune manière. C’est en coulisses que se joue un jeu diplomatique subtil et qu’ils font tout pour amener chaque camp à la raison.

Le jeu de rôle de Donald Trump et de Kim Jung Un 

«Je ferai payer cher à l’homme à la tête du commandement suprême des Etats-Unis son discours appelant à la destruction totale de la Corée du nord ». Cette déclaration de Kim Jung Un a jeté un froid parmi les membres de la communauté internationale. Le leader nord coréen a ainsi montré qu’il n’entend pas céder aux menaces du président américain. Ce dernier n’a cependant pas fait mine de recourir à la force armée et malgré ses propos belliqueux, il a d’abord décidé de renforcer les sanctions économiques vis-à-vis de ce pays qu’il qualifie d’Etat voyou. La Chine et la Russie qui ne veulent pas d’escalade militaire font tout pour faire retomber la tension dans la région. Le leader nord coréen semble jouer sur cette crainte de ces deux grandes puissances qui sont conscientes des conséquences d’une guerre dans la région. La situation est grave, mais elle n’est cependant pas du même ordre que celle de la crise des missiles de Cuba. Le risque d’une confrontation est sérieux du fait de l’attitude des deux protagonistes, mais il n’est pas exagéré. Les analystes restent plutôt circonspects et disent avoir l’impression d’assister à un jeu de rôles. Donald Trump est tout à fait à l’aise dans son personnage de chef d’Etat, sans peur et sans reproche, bien conscient de sa puissance et est prêt à écraser celui qui le défie. Kim Jung Un, lui, est prêt à jouer son va tout avec les moyens dont il dispose. Il prend  le locataire de la Maison blanche à son propre jeu et Il parie que les pressions de la communauté internationale ne seront pas à sens unique.

Patrice RABE

Midi Madagasikara13 partages

Volley-ball- Finale : « La CNaPS va se saisir des instances supérieures ! »

Le président de la Mutuelle de la CNaPS, Tex Randriamanantena, utilisera tous les recours pour ne pas léser ses volleyeurs.

Les volleyeurs de la CNaPS n’ont pas véritablement baissé les bras face à la décision de la Fédération d’avoir fait rejouer la finale alors qu’ils étaient en train de soigner leurs blessés et que les règlements n’autorisent pas le remplacement des joueurs ayant figuré sur la feuille de match.

L’affaire sur les incidents de la finale du championnat de Madagascar de volley-ball est loin d’être close. En tous cas pas pour la CNaPS qui se sent lésée selon les propres termes du président de la Mutuelle de la CNaPS, Tex Randriamanantena, qui ne se fait pas à l’idée des agissements du président de la Fédération pour trouver une solution à cette crise, car c’en était une.

« Quoiqu’on dise, nous avons eu quatre blessés qui avaient été certifiés par le personnel médical et cela doit suffire pour reporter le match et ne pas s’entêter à faire jouer une finale alors que la partie adverse n’était pas en mesure de le faire », confie Tex qui affirme ne pas vouloir s’arrêter là.

« Nous allons saisir le ministère des Sports pour faire part de nos doléances, mais au besoin, nous ferons un rapport aux instances internationales », rapporte encore le président de la Mutuelle.

« Le passé de GNVB ne nous intéresse pas, mais on devait tout de même savoir que ces gendarmes ont également eu le titre de champion de Madagascar en battant Tiavo par forfait en 2013 », précise un ancien joueur de Tiavo et de rajouter qu’à sa place, ce club ne devait pas être fier d’avoir agi de la sorte. Et il a parfaitement raison, car c’est sur le terrain et en face d’un adversaire que tout devait se jouer. Toute autre référence aux règlements n’est qu’une échappatoire dans la mesure où le gymnase du CRJS à Toamasina n’était pas dans les règles et ne présentait pas toutes les garanties nécessaires à la tenue d’une finale nationale.

Affaire à suivre…

Clément RABARY

Midi Madagasikara12 partages

Basket-ball / CCCOI : Et va pour des matches d’exception

Le basket-ball malgache fera sa démonstration de force pour cette semaine à partir de ce jour. Du 23 septembre au 1er octobre, l’équipe de Jean Michel Ramaroson remplira le Palais des Sports de Mahamasina pour le compte de la Coupe des clubs champions de l’Océan Indien. Cela servira aussi d’éliminatoires de la 32e édition de la CACC ou Coupe d’Afrique des Clubs Champions et les premiers chez les dames et les messieurs iront en Afrique. Pour les phases finales et l’ouverture officielle, le prix d’entrée sera de 3 000Ar sinon, ce sera à 2  000Ar pour les autres matches..

Les participants :

ASCUT Madagascar

GNBC Madagascar

COSPN Madagascar

Usoni Basket Comors

Real Basket ball Maurice

Basket-club M’tsapere Mayotte

Tonic Club Omnisport Mamoudzou Mayotte

Beauvallon Heat Seychelles

Premium Cobra Seychelles

Fandrefiala Madagascar

MB2ALL

TAMIFA

M’tsapere Mayotte

Golden Force Chiconi Mayotte

B Challenge Seychelles

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara10 partages

Vacances Numériques : Des trophées attribués aux meilleurs participants

Cérémonie de clôture des Vacances Numériques hier à Ankorondrano.

Cinq semaines d’expériences numériques enrichies ont été offertes aux jeunes d’Antananarivo, dans le cadre des Vacances numériques. Cet événement s’est également tenu dans les autres provinces.

Une forte participation des jeunes  aux Vacances numériques, l’événement qui s’est tenu du 16 août au 22 septembre, a été remarquée. Initié par le MPTDN (Ministère des Postes des Télécommunications et du Développement Numérique), en partenariat avec Orange Madagascar, ce projet vise à mettre à la disposition des jeunes, des outils de nouvelles technologies, pour des expériences numériques. « Le ministère a organisé cet événement, en vue de promouvoir la création d’emplois. Il a été organisé dans les six provinces et la première édition à Antananarivo a été réalisée en partenariat avec Orange Madagascar. Ce qui a permis d’avoir au programme des jeux collaboratifs et des concours de création de sites web, des bots sur Messenger, etc. », a indiqué Volanarindra Andriamanjatoarimanana, directrice de Communication auprès du MPTDN. De leur côté, les représentants d’Orange ont noté que l’essentiel pour cette société, c’est d’apporter la connectivité et permettre aux jeunes de découvrir le monde du numérique.

Récompenses. Au programme des Vacances numériques figuraient l’initiation Bots sur Messenger qui a compté 40 participants ; le Challenge Bots avec plus de 300 participants ; la journée Web Dev qui a permis aux 35 participants d’apprendre comment développer un site ; le Mini Hackaton avec 60 participants ; une séance de formation sur la création de jeu vidéo ; et bien d’autres. Lors d’une cérémonie organisée hier à la Tour Ankorondrano, des certificats ont été attribués aux jeunes ayant suivi les séances de formation ; et des trophées ont été remis aux meilleurs participants aux divers concours. Pour le DG d’Orange Madagascar, Michel Degland, les Vacances Numériques, malgré sa dénomination, étaient studieuses pour les participants  et ont permis de développer la capacité d’innovation des jeunes Malgaches. Avec le directeur du Cabinet du MPTDN qui a mis en avant le projet « Numérique pour tous », Michel Degland a affirmé que le partenariat entre Orange Madagascar et le ministère en charge du Développement Numérique se poursuivra pour de prochaines éditions de Vacances Numériques.

Antsa R.

Midi Madagasikara9 partages

Rugby- Analamanga : Un sulfureux TAM- UASC au menu

Le Championnat d’Analamanga de rugby va encore connaître une belle ambiance dimanche à l’occasion de ce duel très prometteur entre les Besetroka et le TAM Anosibe pour le compte de la division Elite. Ces deux équipes en grande forme tenteront de donner le meilleur d’eux-mêmes pour un public de plus en plus nombreux dans un très beau stade de Malacam.

Mais avant cette rencontre qui débute à 15h, on aura une autre rencontre toute aussi intéressante même si TF Anatihazo part avec la faveur des pronostics devant le Stade Olympique de l’Emyrne.

A 11h, Iarivo Rugby Club qui s’est donné un très bon moral en venant à bout du 3FB, constitue un sacré morceau pour XV Family.

Tôt dans la matinée, les amoureux du rugby auront une belle occasion de vivre l’ambiance du championnat de la section avec, dès 7h30, le match entre RCL et Savage Rose et qui sera suivi par cette franche explication entre CFM et Wallaby.

Clément RABARY

Midi Madagasikara8 partages

Canal + : Les productions malgaches à l’honneur

Canal + Madagascar remet ça. Après le succès de  l’édition de juillet 2017, CANAL+ a  en effet décidé de mettre en place la quatrième édition des productions malgaches. Il s’agit, rappelons-le d’une campagne de mise en avant des productions malgaches sur le canal évènementiel. Ainsi, jusqu’au 2 octobre 2017, tous les abonnés de CANAL+ Madagascar sans exception pourront suivre des séries malgaches, des concerts inédits et des lots de clips de tout genre sur le canal Event (99).

En somme, cette année, les productions malgaches sont vraiment à l’honneur  du côté de Canal + Madagascar : deux éditions en une année alors qu’au début les abonnés ont eu droit à une édition par an. Par ailleurs, cette deuxième édition dure une semaine de plus que les éditions précédentes.  Pour ce week-end, les abonnés de Canal+ auront droit à des émissions d’exception, comme  les concerts en live de Mahaleo, Njila, Poopy Bodo … La grille de programmation est disponible sur la page FB de CANAL+ MADAGASCAR.

R.Edmond.

News Mada7 partages

Saison cyclonique 2017-2018 : la liste des noms dévoilée

Pour la saison cyclonique 2017-2018, la météo malgache a publié hier les 26 noms  à attribuer aux cyclones attendus dans la zone de l’océan indien dont 7 féminins, 12 masculins et 7 autres neutres.

Quatorze pays, (Madagascar, Seychelles, Zimbabwe, Swaziland, Kenya, Les Comores, Mozambique, Botswana, Maurice, Lesotho, Afrique du Sud, Malawi, Tanzanie et La France par le biais de la Réunion), membres du Centre météorologique régional spécialisé (CMRS) des cyclones tropicaux pour le Sud-ouest de l’océan Indien, se sont donc concertés pour trouver ensemble ces fameux noms. Ces derniers sont classés par ordre alphabétique et la Grande île ouvre la liste avec «Ava», un genre de prénom neutre, et «Pelagie», un prénom féminin.

A noter que la saison cyclonique de cette année commence à partir du mois de novembre et se termine fin mai 2018 pour Madagascar.

Sera R

 

L'express de Madagascar7 partages

Traitement des maladies – Fièvre et toux prises à la légère

Des maladies persistent à Madagascar malgré des programmes nationaux de lutte et de prise en charge. La défaillance du système de santé l’expliquerait.

Non prioritaire. Le traitement de la fièvre et de la toux serait négligé à Madagascar. Beaucoup auraient recours à l’automédication et s’abstiennent de traitements thérapeutiques. Selon les résultats de recherche du Dr Andry Herisoa Andrianasolo, Sociologue-Démographe dans quatre zones, à savoir à Antana­narivo-ville, Moramanga,  Ankazobe et Brickaville, par exemple, « en cas de l’infection respiratoire aiguë (IRA), seulement 45% des malades  font appel aux professionnels de santé. 41% font de l’automédication. 7% s’abstiennent de soins médicaux. 8% ont cité d’autres recours ».C’était à l’Institut international des sciences sociales (ITSS) à Ampasa­nimalo, hier, dans le cadre d’une conférence sur les déterminants à l’accès aux soins et à la santé, en cas de toux et de fièvre à Madagascar, présentée par ce docteur.La défaillance du système de santé et la perception des malades figurent parmi les causes déterminantes de cette négligence. « Ils croient que la fièvre et la toux sont des maladies faciles à guérir, avec des médicaments achetés ici et là. Et avec le coût exorbitant des soins, à savoir les frais de déplacement dans les hôpitaux, le coût des médicaments, l’hébergement de leurs proches au cas où ils seraient hospitalisés en dehors de leur village, les malades préfèrent s’abstenir de soins médicaux », renchérit la sociologue-démographe au sein de l’Institut Pasteur de Madagascar.

Maladies gravesDans la majorité des cas, les malades ne consultent un médecin qu’une fois que maladie s’aggrave. La fièvre et la toux pourraient déjà être, pourtant, des symptômes d’une maladie. Et les maladies graves, à savoir le paludisme grave, ne seraient pas prises en charge au niveau des centres de santé de base, mais dans des centres hospitaliers. À part le risque de contamination des proches des malades, la famille de la victime sort ruinée de l’hôpital, avant même la fin du traitement. Il n’est donc pas étonnant que les maladies comme le paludisme, la tuberculose, les infections respiratoires aigües demeurent des problèmes de santé publique, malgré les programmes nationaux de lutte et de prise en charge.Pour diminuer les incidences du paludisme, de la tuberculose et IRA, le Dr Andry Herisoa Andrianasolo recommande, entre autres, le renforcement de capacité et des moyens techniques des médecins pour la prise en charge communale du paludisme, le renforcement de capacité des agents de santé, des piliers de la prise en charge des malades au niveau des communautés, notamment, dans les zones enclavées, la mise en place de dispositif de diagnostic de la tuberculose dans les zones enclavées.

Miangaly Ralitera

Madagate7 partages

Hery Rajaonarimampianina. Evité plutôt qu’invité par Donald Trump

VIDÉO DE CE DÉJEUNER DE TRAVAIL ICI

A beau mentir qui vient de loin. Certes, taire n'est pas mentir mais l'impact est le même lorsqu'on prétend bien gouverner une nation et qu'on doit donc des explications à son peuple. Connaissent-ils la définition même de redevabilité ces dirigeants du régime Hvm à Madagascar, qui ignorent aussi et toujours ce que Millénaire de l’information en temps réel signifie? Ainsi de leur séjour à New York -payé par le pauvre con..tribuable malgache- dans le cadre de la 72è session de l’Assemblée générale des Nations Unis.

VIDÉO INTÉGRALE DU 20 SEPTEMBRE 2017 ICI

Oui, le président Hery Rajaonarimampianina et le ministre Henry-Rabary-Njaka (Aux deux extrêmités ci-dessus. Au centre, le Général Herilanto Raveloharison, ministre de l’Économie et de la Planification) ont joué aux présentateurs de présidents. Mais ce rôle honorifique sans plus développera-t-il très vite la Grande île de l'océan Indien?

Mme Arisoa Razafitrimo, en rouge à gauche

Oui, le président au nom le plus long a fait une beau discours (signé Mme Arisoa Razafitrimo tout de même) en moins de 20 mn. Son sport favori? Limoger les ministres et les récupérer ensuite.

Oui, il a ratifié trois documents bien que n’étant pas du tout des priorités dans un pays pauvre comme Madagascar;

Oui, au côté de Michaëlle Jean, Secrétaire générale de l'OIF, il est intervenu lors du forum organisé par l’UA et intitulé: «Feuille de route de l’UA sur le dividende démographique: de l’engagement à l’action»;

Oui, il a rencontré le Secrétaire général, Antonio Guterres, comme tous les présidents et chefs d’État présents à New York et réunis pour l'Assemblée générale annuelle des Nations Unies.

Mais ce que le service de communication évite de nous… communiquer, c’est l’essentiel, l'important. Et cela démontre le fiasco du ministre des Affaires étrangères, Henry Rabary-Njaka et la concrétisation des déclarations du président Donald Trump de se débarrasser des dictateurs africains.

En effet, à New York, le mercredi 20 septembre 2017, le Président américain a organisé un déjeuner de travail à l'honneur des chefs d'États et les ministres des Affaires étrangères de l'Afrique subsaharienne. Voici la liste officielle des chefs d'États et ministres des Affaires Étrangères invités par Donald Trump:

- Alpha Condé et Mamadi Touré (Guinée)

- Alassane Ouattara et Marcel Amon-Tanoh (Côte d' Ivoire)

- Macky Sall et Sidi Kaba (Sénégal)

- Nana Akufo Addo et Shirley Ayorkor Botchwey (Ghana)

- Hage G. Geingob et Netumbo Nandi-Ndaitwah (Namibie)

- Muhamadu Buhari et Geoffroy Onyeama (Nigeria)

- Jacob Zuma et Maite Nkoana-Mahabane (Afrique du Sud)

- Yoweri Museveni et Sam Kahamba Kutesa (Ouganda)

- Hailemariam Desalegn, Premier ministre et Workneh Gebeychu (Éthiopie)

Fiasco donc du nouveau ministre des Affaires étrangères, Henry Rabary-Njaka, et concrétisation des déclarations du président Donald Trump, de se débarrasser des dictateurs africains.

Certes, il n’a pas été le seul chef d’État africain absent, mais c’est bien malheureux lorsqu’on sait que, dans son discours même du 20 septembre, le président malgache au nom le plus long, n’a pas omis de rappeler qu’il est le Président de l’organisation du Marché commun de l’Afrique orientale et australe, le COMESA (Common Market for Eastern and Southern Africa).

Et concernant les relations Madagascar-U.S.A., Me Henry Rabary-Njaka n’a pu qu’organiser une rencontre entre le président Rajaonarimampianina et Donald Yamamoto, Sous-Secrétaire d’État américain en charge des Affaires africaines par intérim (photo ci-dessus). Mon dieu! Sous-secrétaire et par intérim en prime. Hery vaovao méritait-il cela, sans minimiser la valeur de ce Mister Yamamoto.

Ainsi, plutôt évité qu’invité à ce dîner organisé par Donald Trump, cela constitue un cinglant camouflet pour cet énième président africain qui entend aussi toiletter sa constitution pour tenter de perdurer au pouvoir.

Le Président Hery Rajaonarimampianina a pris la parole très tard dans la nuit de ce mercredi 20 septembre 2017. «C’est pour moi une très grande fierté et un immense honneur de prendre la parole à cette tribune à l’occasion de la 72ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies, en ma qualité de Président de la République de Madagascar, au nom du peuple malagasy, mais également en tant que Président de l’organisation du Marché commun de l’Afrique orientale et australe, le COMESA (Ndlr: l'entité anglophone Common Market for Eastern and Southern Africa ou Marché commun de l'Afrique orientale et australe), et Président en exercice du Sommet de la Francophonie».

Rien que pour ce COMESA, Hery vaovao aurait être invité à ce déjeuner de travail donc d'affaires. Seulement, le monde entier n’est pas dupe. Comme quoi, on peut tromper quelqu’un une fois mais on ne peut tromper le monde tout le temps. Madagascar reconnu, oui, car ayant un président élu. Madagascar accepté, non, par la faute d’apprentis dictateurs qui, en quatre ans, ont appauvri leurs compatriotes et ont vendu leur propre pays pour quelques misérables ariary de plus.

Et qui veulent s'accrocher au pouvoir malgré leur impopularité, leur illégitimité totale.

Jeannot Ramambazafy – 23 septembre 2017

News Mada6 partages

Vacances numériques : «Alfred Bot» a séduit le jury

Donner au public des réponses à certains problèmes ou des astuces au quotidien. Tel est en gros le but de l’application «Alfred Bot», qui a permis à ses concepteurs, plus précisément, les trois étudiants en Master 2 de l’Ecole nationale d’informatique (ENI) à Fianarantsoa, de rafler le premier prix lors du concours «Vacances numériques» dans la catégorie Productivité et utilité sur le volet «Bots for Messenger challenge». La cérémonie de remise de trophées et de certificats  aux gagnants et participants, s’est déroulée, hier, à la Tour Orange à Ankorondrano.

«Alfred Bot», inspiré du rôle d’Alfred Pennyworth, le personnage de fiction de l’univers de Batman, qui est capable de tout faire, figure dans le top dix des projets des concurrents à travers l’Afrique et le Moyen Orient.

«Accessible aux Facebookeurs, via Messenger, cette application, fruit de l’intelligence artificielle, fournit une assistance et apporte des réponses aux questions de ses interlocuteurs, entre autres, sur la météorologie du jour, les dernières nouvelles d’une équipe de football mondiale de renom en temps réel, ou encore l’itinéraire pour rejoindre un endroit donné…», a expliqué l’un des développeurs, Hasina Andrianantenaina.

Appui d’Orange Madagascar

Orange Madagascar, qui ne cesse de soutenir les initiatives en vue du développement numérique inclusif dans le pays, a appuyé l’organisation de ce concours dans la capitale, initié par le ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique (MPTDN).

«Toutes nos actions s’inscrivent dans ce sens et contribuent à la réduction de la fracture numérique dans la Grande île. Il s’agit notamment du déploiement des réseaux 4G sur tout le territoire national et des services numériques innovants entrant dans le cadre de la Responsabilité sociétale entreprise, dont le programme d’éducation numérique…», a soutenu le DG d’Orange Madagascar, Michel Degland.

Fahranarison

Midi Madagasikara5 partages

Hippisme : Un programme alléchant pour dimanche

A l’occasion de son 21e anniversaire , l’A.H.C.EL organise, ce dimanche à l’hippodrome de Bevalala, six courses dont deux prix : celui du Prix Zazakely et le Grand Prix 21e Anniversaire de  l’A.H.C.EL.

La 1re course, Prix Fanampiana, d’une distance de 1.000 m, mettra aux prises des chevaux de la catégorie VI et V, contre des chevaux de 2 ans et demi.

La 2e course sera réservée aux apprentis mauriciens et malgaches dans les catégories V et IV.

Lors de la 3è course, Prix Famporisihana, d’une distance de 1.800 m, s’affronteront pour la victoire Lutteur d’Or, Luna Bella et Orchidée.

Pour la 4e course, Prix Fitsinjovana, la bataille fera rage entre des chevaux confirmés tels Koldikova, Lolita Star, Osarus et même Navigateur sans oublier Négus.

Le Grand Prix Zazakely sera une occasion pour Perle de Carmen de confirmer tous les biens qu’on pensait d’elle. Mais elle aura toutefois à repousser les attaques de Prince Nomade.

Le clou de cette journée dominicale reste toutefois le Grand Prix du 21e anniversaire de l’A.H.C.EL disputé sur la distance classique de 2.200m et opposant tous les grands chevaux du moment. On citera L’Oiseau Bleu, mais également Mascotte de Star et Kamar’All Star. Mais s’agissant d’un Grand Prix et ce que cela suppose de primes conséquentes, une surprise peut toujours arriver.

A noter qu’entre les courses, les enfants auront droit à une belle animation portant les griffes d’Okalou.

Clément RABARY

News Mada2 partages

“Challenge bots for messenger” : tafiditra amin’ny Top 10 ny Alfred bot

Nahazo ny laharana voalohany tamin’ny fifaninanana nampanaovin’ny “Facebook” ho an’i Afrika sy i Moyen Orient miaraka amin’ny Orange momba ny Challenge bots for messenger ny ekipan’i Alfred bot, tao anatin’ny hetsika vakansy nomerika. Tafiditra ao amin’ny sokajy productivité et utilité no nandrombahany ny laharana voalohany teto Madagasikara. Namorona “application” azon’ny mpikirakira “facebook” rehetra ampiasaina ao amin’ny messenger izy telo mirahalahy. Afaka manampy amin’ny lohahevitra maro, manoro lalana, manome ny toetry ny andro, mitady vaovao mikasika tranga iray… ny “application Alfred bot”. Iray volana sy tapany no namoronan’izy ireo izany ary nentina nifaninana avy eo. Mpianatra M5 eny amin’ny Ecole nationale de l’informatique ao Fianarantsoa ary manomana ny master avokoa i Hasina sy i Avotra ary i Nampoina. Tafiditra ao anatin’ny Top 10 nahitana vondrona mpandray malagasy 300 izy telo mirahalahy voalohany.

Notontosaina ny 16 aogositra -22 septambra lasa teo ny vakansy nomerika niarahan’ny minisiteran’ny Paositra sy ny teknolojia vaovao sy ny Orange Madagascar. Tanjona ny fampiroboroboana ny nomerika hamoronana asa ho an’ny tanora malagasy. Ho an’ny eto Antananarivo, notanterahina teny amin’ ny Alliance française Andavamamba sy ny teny amin’ny Cemdlac Analakely ny hetsika rehetra. Ankoatra ny fifaninanana, nisy ny fampiofanana mamorona lalao “video” nandraisan’ny tanora enina anjara. Teo koa ny famoronana tranonkala ho an’ny Merite Internationale Madagascar izay mpiara-miasa amin’ny orinasa Orange ihany.

Notolorana loka, omaly teny Ankorondrano, ireo nandrombaka ny fandresena tamin’ny fifaninanana rehetra natao.

Vonjy A.

 

L'express de Madagascar1 partages

Cinéma – « Tsisy mipika » laisse la part belle à l’histoire

Un projet cinématographique inédit de la part de la maison de production Scoop Digital, mettant plus en avant les divers aspects de la société. « Tsisy mipika » nous convie dans ses coulisses où faits réels et fictifs se conjuguent dans son scénario.

Dans la longue liste des adaptations originales de longs métrages ou de feuilletons télévisés, Scoop Digital s’est, depuis plus d’une décennie maintenant, affirmé comme une véritable maison d’idées du septième art malgache. Toujours débordant de créativité, enchainant un rythme de production dynamique, cette maison de production cinématographique s’est toujours plu à surprendre et à fédérer les cinéphiles de la Grande île à travers chacune de ses œuvres.Scoop Digital s’est démarquée en promouvant une identité populaire dans le milieu culturel, autant à travers ses films que les séries qu’elle produit. Elle joue ainsi depuis ses débuts sur les codes dits folkloriques de la société, tout en accentuant sa proximité avec ses spectateurs, via les personnages devenus iconiques à travers chacune de ses productions.

Bien qu’inédite, la nouvelle série de Scoop Digital entre quand mêmedans la lignée des précédentes productions, mais en accentuantun peu plus l’aspect technique de sa réalisation.

Un cinéma convivial, jovial ou plus précisément populaire émerge ainsi à travers le travail de Scoop Digital. Un parcours qui n’est plus à exposer, aussi bien depuis la saga « Malok’ila » jusqu’à la série « Safelika ». C’est ainsi  avec grande fierté que Scoop Digital présente sa nouvelle production, affichant une évolution et un renouveau à la fois technique et scénaristique. Sobrement intitulée « Tsisy mipika », il s’agit d’une nouvelle série inédite de deux cent cinquante épisodes qui relate donc  sans équivoque, ou plutôt sans ellipse, des faits de société.

Taquin ou bien sérieux, Akomba Mazoto(à dr) donne le meilleur de son répertoire artistique.

La société comme acteur principal

La quatrième série produite par Scoop Digital, « Tsisy mpika », est forgée principalement au sein de la société. Officiellement lancée sur la télévision nationale au début de cette semaine, elle met ainsi en avant les méandres de la société, surtout à travers cette touche taquine propre à Scoop Digital. La série illustre aussi ces faits insolites et curieux de notre quotidien. Portée par un scénario avec une vision caricaturale sans concession ou presque, de la part de ses auteurs, « Tsisy mipika » reste néanmoins fortement ancrée dans les réalités du quotidien. De même, la série honore, comme à l’accoutumée, divers aspects de la culture traditionnelle, mais aussi contemporaine de la société. Affichant ainsi à la fois, à travers une excellente résolution, ses richesses artistiques et techniques. La série s’affirme comme prometteuse en quantité avec ses deux cent cinquante épisodes, mais aussi par une qualité propre à elle-même.

Chanteuse de variétés de renom, Dah Mamas’est découvert un talent d’actrice.

L’art de raconter

Pour s’attarder un peu plus sur le scénario de « Tsisy mipika », il illustre plusieurs facettes de la société. Le tout sera sublimé par une mise en scène particulière, propre à chaque histoire. De même, quelques aspects pédagogiques, mais aussi ludiques y seront à l’honneur. Pareil pour l’émerveillement des téléspectateurs, puisque l’émotion sous toutes ses formes y sera également mise en avant, notamment autour des questions en rapport avec les différences hiérarchiques au sein de la société. Le tout est porté par les deux personnages principaux interprétés avec fougue et passion par Dah’ Mama et Akomba Mazoto. « Tsisy mipika » part du vécu de deux familles auxquelles les téléspectateurs peuvent s’identifier et qui seront animées à travers plusieurs péripéties où les problématiques de la religion, du travail, du foyer et du statut économique de chacune d’entre elles seront exposées.

Entre fiction et réalité, Tsisy mipika affiche des représentations à la fois colorées, mais relatant des histoires réalistes à chaque épisode.

Affiche d’une diversité culturelle

La série, d’envergure nationale, promeut avant tout la solidarité et l’entraide, mais également la compréhension d’autrui. Diffusée sur la télévision nationale depuis le 18 septembre, « Tsisy mipika » accorde une grande place aux dialectes des autres régions, donnant la part belle à une diversité langagière dans son scénario donc. Les tribulations des personnages seront ainsi parfaitement compréhensibles par la majorité des Malgaches. La série accorde plus de 30% de son scénario à faire valoir les us et coutumes, les traditions et les cultures des régions de la Grande île, dans l’optique d’éveiller la conscience collective quant à l’importance de la solidarité et de l’unité. « Tsisy mipika » et Scoop Digital embarquent également les téléspectateurs dans une belle épopée à travers le pays, valorisant en même temps la beauté de son environnement et de ses paysages. Le feuilleton est à suivre et à découvrir au quotidien pour tous les férus de cinéma à la malgache.

Andry Patrick RakotondrazakaPhotos : Scoop Digital

 

Midi Madagasikara1 partages

Banque : La BFV Société Générale mise sur la clientèle chinoise

Nouer une plus forte relation avec les opérateurs chinois et dans l’absolu, la communauté chinoise présente à Madagascar.  Tel est l’un des objectifs du China Desk, mis en place auprès de la Bfv Société Générale. Présenté pendant la manifestation China Exhibition Madagascar, le China Desk intéresse visiblement les potentiels clients. China Desk est une plateforme spécifique dédiée à la clientèle travaillant en relation avec l’Asie notamment, les opérateurs chinois et locaux. Doté de deux chargés relations-client parlant couramment chinois, elle facilite la gestion efficace des flux financiers des entreprises. L’accès au réseau bancaire international du Groupe Société Générale facilité, ainsi que leurs transactions avec le China Desk, les clients ont la possibilité de régler les importations chinoises directement en Renminbi au travers de la salle de marché BFV Société-Générale. Il y a également l’accès à la langue chinoise sur les écrans DAB (distributeurs automatiques de billets) de la BFV-SG pour diverses opérations : mini-relevé – consultation de solde – retrait cash – retrait sans carte (Mvola). Par ailleurs, les TPE BFV-SG sur lesquels sont installés le nouvel applicatif Sogepos permettent d’accepter des cartes chinoises du réseau Union Pay International.

R.Edmond.

Madaplus.info0 partages

Andre Neypatraiky: une révision impérative des Articles 47 et 152 de la Constitution

La révision de quelques articles de la Constitution ne devrait en aucun cas générer un trouble selon le Ministre de la Télécommunication et membre actif du parti HVM Neypatraiky Rakotomamonjy. Selon ses propos, la Constitution se révèle inutile à la veille de la présidentielle et doit connaître des révisions impérativement.
Les Articles 46 et 47 de la Constitution stipulent que le premier et le second tour de l’élection présidentielle doivent se tenir dans la succession de 60 jours, alors qu’il serait difficile de prévoir le second tour à l’espace de 30 jours. La modification à apporter pour cet Article 47 se porte notamment sur le report du second tour.
Par ailleurs, l’Article 152 ne mentionne pas que le canton fait partie intégrante des Collectivités décentralisées telles que les provinces, les régions, et les communes. Ce présent Article n’évoque non plus si le Chef du canton est à élire ou à designer. Cette Constitution de 2010 mérite une bonne raison d’être révisée et le Chef de Canton doit être y inclus.
Un débat sera au rendez-vous au Parlement sur l’adoption de la révision par les députés. Et la révision de la Constitution se fera par le moyen d’une élection référendaire.
Tia Tanindranaza0 partages

Dahalo miendrika loloLasa saina ny mponina

Faritra mena amin’ny asan-dahalo ao andrefan’i Betafo, kaominin’Ambohimanambola, izay sady misy toeram-pitrandrahana volamena.

 Ny herinandro lasa teo dia nisy dahalo 9 lahy voalaza fa nanafika tao ary dia ireny fanaon’ny dahalo mitsoka kiririoka sy mitondra jiro fanao am-paosy mazava be ireny, tokony ho tamin’ny folo ora alina, no nataony. Vao nahita izany ireo mpihady volamena milasy any an-tsaha dia samy nanavotra aina fa lehilahy lehibe iray kosa no lasan’ireo dahalo. Tsy fantatra izay nitondran’ireo dahalo azy fa rehefa nazava ny andro dia raikitra ny fanarahan-dia ka ny alahady 17 septambra dia hita ilay rangahy efa tena reraka tany amin’ny lalana tokony ho tapakandro dia an-tongotra. Rehefa nahazo aina izy dia nitantara ny nanjo. Nambarany fa toa tsy olona ireo dahalo nitondra azy fa lolo. Hitany tsara sy fantany ny lalana nitondran’ireo dahalo azy raha ny fitantarany satria nandalo toerana fihadian’ny olona vato krisitaly tao Volavaky ary nambarany fa toy ny andro aman’alina no dian’izy ireo. Rehefa teny an-dalana dia gaga izy fa 2 lahy sisa niaraka taminy raha tokony ho 9. Rehefa nitaraina ho vizana izy dia nanondro vehivavy iray ireo dahalo ary nikopakopaka lamba io ka natonin’izy ireo. Namelatra lamba avy eo ilay vehivavy ary nampandriany ilay rangahy lehibe. Taorian’ny torimaso lalina nahazo azy dia tsy nahita na inona na inona izy rehefa taitra fa teo ambony vatolampy no hitan’ny olona efa tena reraka tokoa io. Tombanan’ny maro araka ho angatra na fanahy ireo dahalo nanafika tanàna satria tsy naka omby na nandroba, hoy ireo mponina.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihana teny AvarabohitraTratra teny amin’ny “digue” ireo andian-jiolahy

Horonantsary hafa indray no tazana teny amin’ny “route digue” omaly zoma. Tranga mampiseho hatrany ny firongatry ny tsy fandriampahalemana eto an-drenivohitra sy ny manodidina.

Ramano F. 

Tia Tanindranaza0 partages

Vondrona SADCTsy politika fotsiny fa ekonomika koa

Nifarana omaly ny loabary an-dasy nasionaly nandritry ny 2 andro momba ny drafitra lasitra stratejika ho fampandrosoana ny vondrom-paritra Sadc izay natao tetsy amin’ny hotely Carlton Anosy niaraka tamin’ny hetsiky ny fiarahamonim-pirenena Rohy.

 

 Nampahafantarina tamin’ny andro voalohany moa ny fidirantsika ao anatin’izay paikady rezionaly izay, raha ny fanazavana,  ary napetraka omaly kosa ny paikady izay iraisan’ny fitondram-panjakana sy ny sehatra tsy miankina ary ny firaisamonim-pirenena. Ny tanjona, hoy ny filohan’ny Rohy, dia ny hampiroborobo ny fifanakalozana ara-barotra sy indostria aty amin’ny fari-piadidian’ny Sadc sady fampahatsiahivana ny rehetra ihany koa fa be ny tombony eo amin’ny lafiny toekarena ao amin’ity vondrona ity izay tokony tena ifantohan’i Madagasikara. Ny lafiny fandraisan’anjaran’ny Sadc tamin’ny fandaminana ny raharaha politika nisy teto amintsika hatrany mantsy, hoy izy, no tena tsaroantsika.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Hery Rajaonarimampiana tany New YorkNampandry adrisa sy niaro tena

Voninahitra ho an’i Madagasikara ny nahalany azy ho filoha lefitra nitantana ny fihaonana lazaina ho mariky ny fahatokisana eo anivon’ny sehatra iraisampirenena tahaka ny fandraisana anjara mavitrika tamin’ireo fihaonana samihafa nitranga tao amin’ny foiben’ny fikambanan’ny

 firenena manerantany notarihan’ny filoha Hery Rajaonarimampianina. Nitondra ny fahitany ny fitombon’ny mponina  sy ny fanomezan-danja manokana ny tanora eo amin’ny lafiny fanabeazana, fahasalamana ary ny fanomezana asa tamin’ireo firenena namana afrikanina, ohatra, ny filoham-pirenena Malagasy. Nampahafantatra an’i Madagasikara toy ny hareny sy ny andraikitry ny mponina 24 tapitrisa manoloana ny fampandrosoana, antony mahasarika ireo mpampiasa vola ihany koa ny tenany. Hifampizaran’ny ny fitondrana HVM amin’ireo mpiara-miombon’antoka ara-bola sy ara-teknika ny fiabon’ny harinkarena ho 7% amin’ny taona 2020. Tsy noresahana teo amin’ny adihevitry ny Firenena mikambana kosa ny momba ireo Nosy Malagasy satria efa mandroso ny fifampidinihana amin’ny filoha frantsay Emmanuel Macron, hoy hatrany ny fampitam-baovao.  Niresaka lohahevitra maro ihany koa ny filoha Hery Rajaonarimampianina nandritra ny fivahinianany tao amin’ny «Radio Onu Info». Hevi-dehibe nasongadiny tamin’izany ny hoe «nandroso i Madagasikara ary nisy ny dingana vita, indrindra teo amin’ny ady famongorana ny fahantrana izay tanjona fototra amin’ny fomba fijeriko». Nambaran’ny filoha Malagasy fa misy ny olana amin’ny fanomanana ny fifidianana amin’ny taona 2018 saingy tsy maintsy vonona amin’izany i Madagasikara. Nivoaka tamin’ny fifidianana nitokisana, nandraisan’ny besinimaro anjara ary nangarahara ny tenako ka hiaro izany aho amin’ireo fifidianana ho avy, hoy ny tenany. Io ny famintinan’ny ny fampitam-baovaon’ny Fiadidiana ny Repoblika ny dian’ny delegasionina Malagasy tamin’ny fivoriambe faha-72-n’ny Firenena mikambana tao New York. Tatitra toa mampandry adrisa sy fiarovantena fotsiny manoloana ny tena zava-misy iainan’ny fiarahamonina Malagasy.

Ramano F.

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana amin’ny 2018Mandindona ny tsy fangaraharana

Toy izay fanazavana nentin’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina ihany no fanazavan’ny filohan’ny antoko Hery Vaovaon’i Madagasikara,

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

TOP INTERNATIONAL MODEL

Tovolahy iray antsoina hoe Dicaprio Groubel no hitondra ny anaran' i Madagasikara amin'ny fifaninana mpilatro izay antsoina hoe "Top International Model of the World" izay atao any Bulgarie ny 20 ka hatramin’ny 27 Septambra ho avy izao.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fametrahana tsangambaton’ny firaisankinaSaika nisy olana teny Analakely

Saika nanondrana indray omaly ny mpitandro ny filaminana tamin’ny fametrahana ny tsangambaton’ny Firaisan-kina notanterahin’ireo olobe avy amin’ny foko 18 mpikambana ao amin’ny Komity

 

Mpikarakara ny taona vaovao iraisan’ny Malagasy eto Madagasikara sy ny komity MAMAFI na Malagasy Mampiray Firenena. Saika nosakanan’izy ireo mantsy ny fametrahana ity tsangambato ity satria tsy nahazoana alalana avy amin’ny prefektioran’Antananarivo, hono, raha nanamafy ireo olobe fa nahazo alalana mazava avy amin’ny fiadidian’ny tanànan’Antananarivo no sady nahazo tso-drano avy tamin’ny praiministra lehiben’ny governemanta ihany koa nandritra ny tafa nifanaovan’izy ireo hatramin’ny 11 ora alina, taorian’ny nankalazana ny taom-baovao Malagasy afaka omaly teny Ambohimanga. Somary gaga sy talanjona ihany araka izany ny rehetra nahita ireo mpitandro ny fiara tamina fiara 4x4 telo izay efa nihatrana niaraka tamin’ny fitaovam-piadiana avokoa. Tsiahivina moa  fa tsangambato natao hampiray ny Malagasy rehetra izy io, nifanaovana dina, no sady tantara hapetraka ho an’ny taranaka ihany koa  raha araka ny fanazavan’Atoa Andriandrainarivo Josephin mpikambana ao amin’ny MAMAFI ka izay mivadika  amin’izany dia Andriamanitra sy ny hasin’ny tany no hitsara azy. Ilaina ny fananganana tsangambato tahaka izao hoy hatrany izy nanohy ny teniny hamerenana ny hasin’ny tany rehefa nandalo fotoana lava ny Malagasy  izay tsiahivina fa namonoana omby mihitsy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

BICI - IT UniversityEfa fanta-daza eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena

Sekoly iray manofana momba ny teknolojia avo lenta eto amintsika ny IT University eny Andoharanofotsy.

 

Nivoitra nandritra izany ny fanazavana sy fampahafantarana ny momba  ny BICI (Bureau International de Consultant Informatique) sy ny asa hiantsorohany ary ny zava-bitany, orinasa iray misahana manontolo ny resaka informatika misy ireo mpianatra sy mpampianatra ao amin'ny IT University. Toraka izany koa ny zava-bitan'ireo mpianatra tamin'ny alalan'ny fikarohana  izay efa naranty sy  nampahafantarana tamin'ny alarobia teo ny ampahany. Nahaliana ny maro tokoa ity kaonferansa ity tamin'ny ankapobeny, indrindra fa ireo tanora. Nambaran'ny Rektora Robinson Olivier fa mahita asa avokoa ireo mpianatra mivoaka ao amin'ny ITU,  ary efa mananika ny sehatra iraisam-pirenena mihitsy ireo orinasa mandray ny mpianatra avoakany amin'izao fotoana. Hampitomboina ho 100 isan-taona manomboka amin'ny taona ho avy ireo mpianatra havoakan'ity oniversite tsy miankina iray ity.

 

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Porofoy fa tsy ambadika !

Olana novolena sa noriritin’ireo na ilay lohandohan’ny mpisorona mitarika ny tolon’ireo apahana mpitatitra am-piarakaretsaka eto an-drenivohitra ity fifanolanan’izy ireo amin’ny fiadidiana ny kaominina noho ny fanapahan-kevitra handraisan’ny Omavet an-tanana ny fitsirihana ny fiara ity ?

 Maro ihany ireo tranga nahagaga sy hita ho hafahafa avy amin’ireto milaza azy ho miaro ny tombontsoan’ny mpitatitra ireto hatramin’izay nisian’ny fanapahan-kevitra avy eo anivon’ny kaominina na ny CUA mikasika ity hoe fanatsarana kasaina hatao ity izay. Tany am-boalohany dia ny filazana fa midangana loatra, raha tsiahivina, ny saran’ny fitsirihana no nampitabataba ireto mpitatitra ireto ary teo ihany koa ilay hoe volabe no hanoloana ilay lanterna vaovao raha sanatria very. Na ilay voalohany na ilay faharoa anefa ankehitriny dia efa samy nolavina daholo satria dia nanambara ny CUA fa maimaimpoana ny fitsirihana ary toy izany koa ny fanoloana. Inona ihany no mbola mampitabataba ireo milaza azy ho mitolona kanefa fanampin’izay dia mbola miantso fifanakalozana ihany koa anio ny CUA. Inona no porofo mafonja azon’ilay na ireo mpitarika haseho ilazana fa tsy mpikarama an’ady izy na izy ireo ? Aiza no porofo ahafahana miteny fa tsy misy ambadika ny fitarihana ity tolona ity ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanondram-bokatra MalagasySahirana amin’ny tanjaky ny «Ariary»

Teboka iray nomarihan’ny Tahirimbola iraisampirenena tao anatin’ny tatitra nataony mikasika ny tomban’ezaka fizahana nataony teto Madagasikara nandritra ny roa herinandro ny tanjaky ny vola Malagasy.

Ramano F.

Tia Tanindranaza0 partages

Orange MadagascarNamaly soa ireo ankizy nahay nikirakira solosaina

Ankizy sy tanora miisa valo, mendrina indrindra nandray anjara tamin’ilay vakansy nomerika nokarakarain’ny Ministeran’ny Paositra sy ny fifandraisan-davitra ary ny orinasam-pifandraisana Orange Madagascar omaly no notolorana loka, ankizy tafiditra tao anatin’ilay fifaninana top 10 “Bots for messenger Challenge”.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jean Nirina – Filohan’ny HAFARINivoaka ny fonja, afaka madiodio

Nivoaka ny fonja omaly zoma 22 septambra rehefa avy namita sazy nandritra ny herintaona mahery teny amin’ny fonjaben’Antanimora ny filoha nasionalin’ny fikambanana HAFARI Malagasy Rafanomezantsoa Jean Nirina.

 Omaly vao nivoaka ny didy mifandraika amin’izany izay marihina fa nanafaka azy madiodio tao anatin’ireo fitoriana nahatratra 104 nanenjehana azy. Nambarany fa nametraka foana ny fahatokisany ny  fitsarana ny tenany sy ny fikambanana entiny tao anatin’izay fotoana lavalava izay.  Tsy diso mihitsy, hoy hatrany izy, ny fampanoavana raha nampiditra am-ponja vonjimaika ny tenako satria be loatra ireo dosie nanenjehana ahy. Notsiahiviny fa hiverina hiasa amin-kery  indray  ny tenany manomboka  izao entina hanampiana ireo mpiara-belona sahirana ara-pivelomana sy hiharan’ny tsindry hazo lena. Tsy latsa-danja amin’izany ny asa fampiroboroboana ilay tetikasa fifindra-monina any Soaniedanana PK 67.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mamy Rabetokotany « Mitovy ny sazy ho an’ireo tsy fanajana zon’olombelona rehetra »

Iraka fototra miaraka amin’ny andraikitra sahanin’ny Cnidh (Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme) ny miaro sy mampahafantatra ny zon’olombelona.

Ramano F.

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanAza manaiky atao fitaovana !

Miarahaba Jean a ! Ianareo ve dia tsy mba tonga saina hoe maninona ireo namanareo hafa no niala an-daharana amin’io tolona ataonareo io fa ianareo irery sisa no najanony eo ee?

 Misy antony daholo anie ny zava-drehetra ry Jean ee! Izaho dia mba mananatra anareo foana hoe jereo ihany aloha ny fihetsiky ny olona sao dia misy sera ambadika ao fa ianareo fotsiny no ataony fitaovana eo. Ilay haheno anareo mimenomenona be miteny hoe tahaka izay avy eo anie rangahy ity no mahakamo be ee ! Efa tsy misy azo atao intsony amin’izay fotoana izay afa-tsy ny misafo loha aa! Raha izaho aloha ry Jean no teo amin’ny toeranao dia hadihadiako tsara mihitsy aloha hoe taiza io namanareo mitarika anareo io no niandoha. Inona no fantany momba io fivelomanareo io? Sao mantsy ry Jean dia misy olona kendreny manokana fotsiny anie amin’ilay hetsika atao dia rehefa vita ny iraka hampanaovina azy ka azony izay ilainy dia ho ataony ianareo sy ny siligaoma no mitovy avy eo ee!!

Marco

News Mada0 partages

Ho an’ny rehetra ny herinaratra : latsaky ny 50 % ny hetra ho an’izay mivarotra

«Manao antso ho an’ny rehetra aho, fa samy afaka mamokatra herinaratra ho azy», hoy ny minisitra Rasoelison Lantoniaina. Nohamafisiny manokana ny antso ataony amin’ny minisitera rehetra, hametraka herinaratra ho azy ireo. “Afaka manao izany daholo, araka ny lalàna vaovao momba ny angovo. Tsy handoavana haba any amin’ny fadintseranana ny fitaovana momba izany ary ho an’izay hanangana orinasa hamokatra izany, latsaky ny 50 % ny hetra aloan’izy ireo”, hoy ihany ny minisitra, nanazava ny lalàna vaovao hanentanana ny rehetra hamokatra herinaratra, avy amin’ny angovo azo  havaozina.

Vitsy, raha ny mpandraharaha malagasy miditra amin’izany famokarana herinaratra izany. Afaka miditra amin’izany ny orinasa madinika sy salantsalany (PME) ; tokony hamaritra politika vaovao ho fampindramam-bola ho an’izany koa ny banky eto an-toerana. Maro ny azo trandrahina manerana ny Nosy, masoandro, rano, rivotra, ary manana izany isika. Ny fako ahodina avadika manome herinaratra, efa misy manao any Toliara. Tetikasa azon’ny kaominina maro hitadiavana fiaraha-miasa.

R.Mathieu

 

News Mada0 partages

Angovo avy amin’ny masoandro : hamokarana 20 Mw ny avy ao Ihazolava Ambatolampy

Mandeha ny asa ataon’ny Green Yellow, any Ihazolava Ambatolampy, tafiditra ao anatin’ny fiaraha-miasan’ny fanjakana sy ny tsy miankina, momba ny famokarana angovo. Tonga nitsidika izany asa izany, omaly, ny minisitry ny Angovo, rano sy ny akoranafo, Rasoloelison Lantoniaina sy ireo tompon’andraikitra samihafa avy amin’ny minisitera sy ny Jirama.

Nahazo fifanarahana avy amin’ny fanjakana ny orinasa Green Yellow hitrandraka angovo azo avy amin’ny masoandro, amin’ny alalan’ny «panneaux photovoltaïques», hanome hery 20 Mw. Hampifandraisina amin’ny tambajotran’ny Jirama izany, mamatsy ny faritra Analamanga sy Vakinankaratra. Manadio ny faritra sy mametraka fotodrafitrasa hametrahana izany ny Colas. “Hampihena betsaka ny fampiasana solika izao, afaka fotoana fohy, tsy hampiasa gazoala intsony isika fa solika mavesatra”, hoy ny minisitra Rasoloelison Lantoniaina.

Hatao ny asa fanajariana rehetra hatramin’ny volana oktobra, ho an’ireo fitaovana (panneaux) miiasa 75.000 hapetraka amin’izany toerana izany. Araka ny nandrafetana ny lamin’asa, tokony ho vita tanteraka amin’ny volana jona 2018 ny asa rehetra ary hamokatra herinaratra vaovao manomboka amin’io fotoana io. Amin’izao fotoana fanaovana ny asa izao, efa manomboka mahita tombontsoa ny mponina eny an-toerana, noho ny asa vaovao omena azy ireo, hitombo hatrany izany mandritra ny fihodin’ny orinasa, araka ny fanazavana nomen’ny mpitantana ao amin’ny Green Yellow.

Tsy hijanona eo ny tetikasa fa hitohy any amin’ny faritra hafa. Manomboka ny fanadihadiana izany. Efa misy ny fotodrafitrasa, tahaka izao, any Maevatanana, vita ny taona 2016, tantanan’ny orinasa vahiny roa : First Energy sy Serris Engeneering. Iaraha-mahalala fa mety tsara any amin’iny faritra be masoandro iny izany tetikasa izany. Ireo angovo avy amin’ny masoandro trandrahin’ny orinasa roa ireo mamatsy an’i Maevatanana mandritra ny andro, manampy ny famatsiana ireo milina mbola mandeha amin’ny solika. Tetikasa hafa fanampiny any Betsiboka ihany ny hanamboarana tohodrano hamokarana angovo.

R.Mathieu

 

News Mada0 partages

Tsy novalin’ny fanjakana ny fitakiana : hitokona tsy misy fiafarany ny mpitsara sy ny «greffier»

Voarirarira sy nanaovan’ny fanjakana bemarenina. Nanapa-kevitra ny fivoriamben’ny Sendikàn’ny mpitsara (SMM) sy ny eo anivon’ny mpirakidraharaha fitsarana (SGM) fa hiroso amin’ny fitokonambe tsy voafetra izy ireo. Anton’izany ny tsy namalian’ny minisitera sy ny fitondrana ireo fitakian’ireto sendikà ireto.

Hiroso amin’ny fitokonana tsy voafetra, sady tsy hisy asa farafahakeliny, “service minimum”, ny sendikà roa, mpitsara sy ny mpirakidrahara fitsarana, manomboka ny alarobia izao, araka ny fanambarana iombonana tetsy Anosy, omaly. Samy niatrika fivoriambe avokoa ny roa tonta ary izao tapa-kevitra izao. “Efa niaraha-nahita hatrany ny antsojay mahazo ireo sendika nanao fitokonana tato ho ato. Eo ny fandroahana sy fanasaziana na fampiakarana eo amin’ny filankevi-pifehezana. Tsy hanaiky hatramin’ny farany izahay raha toa ka hiharan’izany ireo mpitsara na mpirakidraharaha manao fitokonana hiharan’izany”, hoy ny filohan’ny SMM, Fanirisoa Ernaivo. Na izany aza, milaza  ho vonona  amin’ny fifampidinihana ireto sendikà ireto, saingy tsy hanaiky intsony ny fampanantenana, mitarika fihemorana lava eo amin’ny fandraisana fanapahan-kevitra amin’ny famaliana ny fitakiana. Momba ny valin-tenin’ny minisitry ny Fitsarana amin’ny filazana fa efa mandeha ny raharaha, karazan’ny fandrirarirana izany, araka ny nambaran’ireto sendikà roa ireto. “Mijanona ho fampanantenana avokoa fa tsy misy tanteraka. Efa hatramin’ny volana jolay izany resaka izany. Mangataka izahay hoe mba homeo tetiandro telo na enim-bolana ny hahavitana azy io. Tsy misy valiny fa lasa mifandrebireby nefa samy olon-dehibe… Mety hoe tsy taitra ry zareo satria tsy zava-dehibe na laharam-pahamehana ny anay”, hoy ihany ny SMM.

Tompon’andraikitra ny minisitera sy ny fanjakana

Tsiahivina fa anisan’ny takin’ny mpirakidraharaha ny fanondrotana grady amin’ ny sehatr’asan’izy ireo. Mitaky ny fahaleovantenan’ny fitsarana sy ny tsy itsabahan’ny politika amin’ny asan’ izy ireo ary koa ny fampiharana ny tany tan-dalàna kosa ny an’ny SMM.

Midika izany fa hikatona avokoa ny lapan’ny Fitsarana sy ny rantsam-pitsarana rehetra manomboka ny alarobia izao. Miara-miasa sy mifameno rahateo ny asan’ireto mpiasa ireto ka hikatso avokoa izany ny asam-pitsarana rehetra. Anjaran’ny fanjakana ny mitady vahaolana mba tsy hiantraika any amin’ny vahoaka izao  hetsika izao. Tompon’andraikitra voalohany ny minisitry ny Fitsarana.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Hiaraka isika – Jly Camille Vital : “Aleo hahitsin’ny mpitondra manaraka eo ny lalàmpanorenana”

Nivoaka amin’ny fanginany. Nanao fanambarana ny fikambanana Hiaraka isika tarihin’ny Jly Camille Vital. Nivoitra tamin’izany ny tsy tokony hikitihana ny lalàmpanorenana amin’izao fotoana izao. Notanisainy koa ny olana mianjady amin’ny vahoaka malagasy, amin’izao fotoana izao.

Manolo-kevitra am-panetren-tena ny Hiaraka isika : Avelao hataon’ny mpitondra vaovao lany ao aorian’ny fifidianana raha ilaina ny fanitsiana ny lalàmpanorenana… Efa miandry fatratra ny fifidianana amin’ ny taona 2018 sy ny manaraka eo ny vahoaka..”, hoy ny fanambarana. Nanteriny fa malalaka kokoa isika amin’ izany mandinika am-pahatoniana ny lesoka sy ny fanarenana ilaina.  “Aoka tsy hadinointsika fa  tsy azo ovana ny fe-potoana iasan’ny filohan’ ny Repoblika. Farito amin’ny fotoana mialoha ny andron’ ny fifidianana raha heverina ho tsy ampy ny fotoana. Ndao horaisintsika ho lesona ny fikorontanana rehetra tany amin’ireo firenen-kafa nikitika ny lalàmpanorenany mialoha ny hanatanterahana fifidianana efa voatondro. Omano sy tanteraho ny fifidianana”, hoy ny Hiaraka isika.

Notsiahivin’ny fanambarana fa maro tsy tambo isaina ireo olana mianjady amintsika mpiray firenena ary samy mitaky vahaolana maika sy tena izy ka rariny raha toa iarahana miatrika ny famahana izany. Nanterin’izy ireo fa mibahana sy mihanaka ny tsy fandriampahalemana. Mihamahantra ny vahoaka, tsy voajery ireo tanora. Tsy misy fepetra hanampiana ireo mpandraharaha malagasy ahafahan’izy ireo mampivelatra ny asany, hiatrehany ny mpifaninana avy any ivelany. “Lasa migalabona eto amin’ ny tsena anatin’ny firenena izy ireo ka mamono ireo orinasa madinika sy salasalany, mba manome asa ny tanora…”, hoy ihany ny Hiaraka isika.

Fanapahan-kevitra tsy matotra

Ankoatra izany, notanisain’izy ireo fa mandrimpaka ny Malagasy ny valan’ aretina samihafa : ambalavelona, pesta, raboka, tazomoka… “Maro ireo nidiran-doza noho ny fanantanterahana fanapahan-kevitra tsy matotra noraisin’ny mpitondra. Ohatra ny fanaovana vaksiny tany an-tsekoly ataon’ny olona tsy voaomana hanao izany, famoriana olona analina mba izarana fanekena fandraisana ho mpiasam-panjakana sady fandaniam-poana nefa indrisy namoizana aina”, hoy ny Hiaraka isika. Tsy mitsaha-miakatra ny vidim-piainana… Tsy voaloa ny tambin-karaman’ireo sefo fokontany, mpampianatra iantohan’ny ray aman-dreny. Zary lasa  natao fitaovana politika. Hatrany amin’ny sampandraharaha ao amin’ny fiadidiana ny Repoblika aza, tsy nandray karama aman-taony.

Synèse R.

News Mada0 partages

Voifiraisana : « Hiteraka korontana ny fanitsiana lalàmpanorenana »

Mbola adihevitra be ny amin’ny fikasan’ny fitondrana hanitsy ny lalàmpanorenana.

Hiteraka korontana izany amin’izao, raha ny fijerin’ny filoha nasionalin’ny firaisamonina sivily Voifiraisana/ PFNOSCM.

« Inona moa no tokony hovaina amin’ny lalàmpanorenana? Tsy mahita aloha izahay. Tokony hiala amin’ ny fe-potoana voalazan’ny lalàmpanorenana ny filoham-pirenena, raha ohatra ka hirotsa-kofidina izy. Ara-dalàna izany. Izay tokony hitondra ny fanjakana no mitondra, araka ny voalazan’ny lalàmpanorenana. Izay ihany.« 

Io ny fanehoan-kevitry ny filoha nasionalin’ny firaisamonina sivily Voifiraisana/ PFNOSCM, Ndriandahy Mahamoudou, manoloana ny fikasan’ny fitondrana hanitsy ny lalàmpanorenana. Raha misy tokony hahitsy na hovaina ao anatin’ny lalàmpanorenana, tokony ho vita alohan’ny fampihavanam-pirenena izany.

Mila tafapetraka avokoa ny fanavaozana ny fomba fitantanana ny raharaham-pirenena. Miainga amin’izay no hanorenana lalàmpanorenana vaovao. Izay no atao hoe fanorenana ifotony ny Repoblika. Ahoana, ohatra, no hahazoana mampihatra araka ny tokony ho izy ny zon’olombelona amin’ny lafiny rehetra?

Be dia be ny zavatra tsy mandeha amin’ny laoniny, ny kolikoly… Tokony hapetraka mazava amin’ny fanitsiana ny fomba fitantanana eto Madagasikara ireny rehetra ireny. Ny dikan’izay, tsy tokony hihazakazahana ny fanovana lalàmpanorenana, fa mety hiteraka korontana.

Ny filoha manaraka eo no tokony hanitsy ny lalàmpanorenana

« Tokony amin’ny fe-potoam-piasan’ny filoham-pirenena manaraka eo no hametrahana an’izay lalàmpanorenan vaovao izay« , hoy izy. Be dia be ny zavatra nifangaro, nahatonga ny fampihavanam-pirenena tsy tafavoaka araka ny tokony ho izy. Tamin’izao fe-potoam-piasana izao, taorian’ny krizy, no tokony ho namitana izay rehetra izay. Tokony ho talohan’ny fifidianana, taona 2013, no natao ny fanovana ny lalàmpanorenana.

Raha nandeha araka ny tokony ho izy ny fitantanana ny fiainam-pirenena, tokony ho vita tao anatin’izao fe-potoam-piasana izao izany rehetra izany. Noho ny antony samihafa, tsy voatery hoe miankina amin’ny fitondram- panjakana ihany: nanao ny nataony ny mpanohitra; ny mpitondra, tsy nanaja ny lalàmpanorenana. Hatramin’ izao, tsy tafapetraka, ohatra, ny Fitsarana avo (HCJ).

R. Nd.

News Mada0 partages

Kanto ankehitriny : notokanana ny mozea lehibe indrindra aty Afrika

«Zeitz Museum». Io ny anaran’ilay mozea momba ny kanto ankehitriny aty Afrika, notokanana omaly, atsy Le Cap Afrika Atsimo. Ampirantiana ao ny angon-tahirin’ ilay mpanefoefo, teratany alemà, Jochen Zeitz, mpankafy zavakanto. Izay no nahatonga ny anaran’ity mozea ity hitondra ny anarany ihany koa.

Goavana ny trano misy ity mozea ity. Naharitra efa-taona ny fanamboarana azy ary nahatratra 31 tapitrisa euros ny vola lany tamin’izany. Marihina fa sompitra lehibe, izay efa tsy niasa intsony nanomboka ny taona 2001, ity navadika ho tranombakoka ity.

An’i Jochen Zeitz, mpanan-karena malaza tamin’ny fanorenana ny orinasa Puma, ny tahiry aranty ao amin’ny mozea. Na izany aza, nambarany fa maneho ny harena ananan’ny fireenena afrikanina tsirairay, eo amin’ny tontolon’ny zavakanto ankehitriny, ireo tahiriny ireo. Marihina fa anisan’ireo nanampy tamin’ny fanangonana ireo zavakanto ireo ilay mpanakanto malagasy, Joël Andrianomearisoa.

Any amin’ny toerana fandehanan’ny mpizahatany, tonga atsy Le Cap, no misy ny Zeitz Museum. Izany hoe, kendrena mba handalo ao izy ireo. Na izany aza, fanirian’i Jochen Zeitz ny hitsidihan’ny Afrikanina ity toerana ity. Noho izany, ho maimaimpoana ny fandalovana ao, ho an’ny mpitsidika afrikanina, isaky ny indray mandeha isan-kerinandro.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Fomba sy kolontsaina : miketrika hamotika ny firenena ny volambita

Nanao ny nataony, nilaza ho nanamarika ny taombaovaony ireo andian’olona maromaro tetsy Analakely sy Ambohimanga, omaly. Fiketrehana tsotra izao ny hamonoana ny hasina sy ny kolontsaina anefa izany. Mifanipaka amin’ny hasin’ny tanàna ny omby mainty nanaovana sorona. Ireo fihetsika sy fomba natao rehetra ary ny vanim-potoana, mifanohitra amin’ny kolontsain’ny Ntaolo. Volambita na septambra na adimizana midika ho fihetsehan’ny hadalana sy ny adala. Mihetsika haromontana ny biby, indrindra ireo misy poizina mamono. Volana ho an’ireo mpandroba sy mpivarotra tanindrazana ary ny mpanongam-panjakana. Famotehana sy fanotana fady ny firenena sy ny tanindrazana, miainga amin’ny tantaram-pirenena. Manamarika izany ireo daty maromaro amin’ny volambita na septambra teto amintsika, nifandray tendro amin’ireo mpanjanaka. Nipoitra sy niseho masoandro izany izao, niainga tamin’ireo hetsika, omaly, ireo niafina hatramin’izay ?

Mifanohitra tanteraka amin’ny alahamady, avrily sy marsa ny volambita. Maneho ny avaratra atsinanana ny alahamady, mariky ny taom-baovao, fiandrianana, mpitondra, vary, zokiolona sy ray aman-dreny…

Manaporofo izany ny lahatsoratra nalaina tao amin’ny boky Ratany, mpampianatra tao anatirova,  nosoratan-dRanianarivelo Lucien.

Randria

 

News Mada0 partages

Police et gendarmerie : le torchon brûle

L’arrestation qui a conduit à l’incarcération d’un gendarme, impliqué à tort ou à raison dans une affaire de braquage, a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Personne n’est sans savoir qu’entre la gendarmerie et la police, ça n’a jamais été le grand amour. Cette mésentente s’est amplifiée quand la police a procédé à l’arrestation d’un gendarme principal de 2e classe de l’Escadron blindé n°4 (EB4) qui, après son défèrement au Parquet d’Anosy, a été placé en détention préventive à la maison de force de Tsiafahy, au même titre que quatre autres présumés braqueurs.

Le jour même du défèrement, une forte tension a été observée au Palais de justice d’Anosy car des éléments de l’EB4, environ une dizaine, conduits par un colonel et un commandant s’y sont également rendus en vue de suivre l’évolution de l’affaire et en guise de solidarité avec leur collègue. Une trentaine de policiers surarmés issus des unités d’élite ont alors été mobilisés. Quoi qu’il en soit, le bon sens a fini par prendre le dessus ce soir-là.

Cela ne signifie pas pour autant que la tension a baissé. Afin de montrer leur mécontentement, certains gendarmes ont en effet indiqué sans détour que la vengeance est un plat qui se mange froid.

Enquête parallèle

De son côté, le chef d’escadron Herilalatiana Randrianarisaona, chef du Service des relations publiques auprès du commandement de la gendarmerie, a fait savoir que l’arrestation de samedi dernier a été menée dans le cadre d’une opération conjointe. « Les enquêtes doivent se faire pareillement mais aussi curieux que cela puisse paraître, la gendarmerie a été mise à l’écart », a-t-il précisé.

Malgré tout, la gendarmerie a mené une enquête parallèle à l’issue de laquelle il a été prouvé, selon le procès-verbal d’enquête, que l’adjudant-chef n’a rien à voir avec cette affaire. D’après toujours le rapport, un adjudant-chef et un sergent-chef de l’armée qui avaient participé à l’opération mixte ont déclaré que le gendarme n’était pas armé contrairement à ce que la police avait affirmé. « Il était en service commandé mais la police n’a voulu rien entendre », a souligné la gendarmerie.

Face à cette série de réactions plutôt hostiles, le commissaire Ostrom Whenss, chef de la Brigade criminelle a expliqué que « Parallèlement à l’enquête diligentée par la police, la gendarmerie a mené la sienne. Un avocat a également défendu la cause du suspect mais le Parquet a prononcé sa décision », a-t-il déclaré laconiquement.

Mparany

 

News Mada0 partages

Anosibe sy Namontana : saron’ny polisy ireo jiolahy raindahiny amin’ny fanendahana

Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahadimy eny Mahamasina teny Anosibe sy Namontana, ny talata teo ny andian-jiolahy raindahiny amin’ny fanendahana. Araka ny fanazavan’ny polisy teo amin’ny faritra atao hoe Lapse Anosibe ny nahatrarana ireo jiolahy telo tamin’io fotoana io. Manao andiany ry zalahy rehefa manao ny asa ratsiny ka ataon’ izy ireo eo afovoany ireo olona hoendahina. Ny sasany mody mankeo aloha ary ny hafa kosa any aoriana ka endahin-dry zalahy sady ambanan’izy ireo sabatra ilay olona. Olona iray no lasibatr’ireto jiolahy ireto ka lasan’izy ireo tamin’izany ny entana sarobidy tany aminy. Nifanehatra tamin’ny polisy nanao fisafoana ry zalahy ka noraisim-potsiny. Voasambotry ny polisy ny jiolahy iray ka nanoro ny namany. Tratra tany amin’izy ireo ny sabatra sy saron-tava.

Tratra teo am-panaovana ny asa ratsiny koa ny jiolahy roa teny Namontana, omaly maraina. Malaza ratsy amin’ iny faritra iny ry zalahy ireto.

J.C

News Mada0 partages

Trophée du jeune entrepreneur : pour le dynamisme de l’entrepreneuriat

Promouvoir le dynamisme de l’entrepreneuriat à Madagascar, c’est dans ce sens que la BNI Madagascar a lancé, depuis l’année 2003, le Trophée du jeune entrepreneur (TJE). Et cette année encore, «La BNI est toujours prête à apporter sa contribution aux jeunes entrepreneurs malgaches qui ont des offres professionnelles et concurrentielles à proposer», a souligné Ndriana Ralaimanisa, directeur de la Communication et du marketing de la BNI-Madagascar, lors d’une entrevue jeudi dernier à Anakely.

Le TJE est ouvert à tous les jeunes entrepreneurs malgaches au niveau national. Le dépôt des dossiers de candidature a commencé depuis le 16 août, et cela jusqu’au 16 octobre. A ce propos, la Banque organise une réunion d’informations en son siège à Analakely, ce 26 septembre.

Un crédit de 100 millions d’ariary à taux zéro

Pour participer au TJE, le chef d’entreprise doit avoir moins de 40 ans à la date de dépôt du dossier et son entreprise doit avoir au moins une année d’existence avec un chiffre d’affaire hors taxe de 60 millions d’ariary au minimum. Le gagnant bénéficiera d’un crédit à taux zéro de 100 millions d’ariary. En effet, la BNI détient une direction de crédit destiné aux professionnels et aux particuliers dont l’objectif est de booster l’accès au crédit.

Dans ce sens, Ndriana Ralaimanisa a précisé que «Une hausse de 22% du crédit en terme de volume était enregistrée par la direction en 2016». Ce responsable de poursuivre que «L’accès au financement n’est pas un facteur de blocage pour le développement de l’entrepreneuriat à Madagascar. Le jeune entrepreneur qui a une vision, un bon produit adapté au marché ou un produit qui anticipe le besoin du marché, ainsi qu’un bon business plan, trouvera toujours un financement».

Riana

Onze jeunes entrepreneurs dans tous secteurs d’activités ont pu développer leurs projets à travers l’appui de la BNI.

News Mada0 partages

Ferme solaire d’Ambatolampy : 20 MW supplémentaires pour le RIA

Les travaux pour la construction d’une ferme solaire à Menabe Ambatolampy se poursuivent. Une délégation du ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, conduite par le ministre Lantoniaina Rasoloelison, est descendue, hier, sur les lieux, pour voir l’avancement des travaux.

Le terrassement du terrain de 33 hectares, devant accueillir les installations, a débuté cette semaine. Ladite centrale d’une capacité nominale de 20 MW sera raccordée au Réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA), au mois de juin 2018. 75.000 panneaux solaires composeront cette ferme solaire. Chaque panneau produira environ 275 W et l’ensemble des installations va fournir 30 GWh par an pour une capacité nominale de 20 MW.

A noter que ce projet de plus de 20 millions d’euros relève d’un contrat de concession entre l’Etat malgache et la société française GreenYellow. Dans ce sens, l’Etat à travers la Jirama achète l’électricité produite.

Après les travaux de terrassement, GreenYellow commencera ensuite à poser les socles pour les panneaux solaires. «La pose des panneaux va se faire entre mars et avril de l’année prochaine. La centrale devrait commencer à fonctionner à partir du mois de mai. Après l’installation et la mise en service qui nécessite plusieurs semaines, la centrale va être raccordée au RIA au mois de juin 2018», a expliqué Alvaro Fuenzalida, directeur de GreenYellow Madagascar.

Par ailleurs, plusieurs autres projets de ce type sont actuellement à l’étude. Les sites seront de préférence installés le plus près possible des grandes lignes électriques pour faciliter le transport et la distribution.

Allègement du coût de production

C’est la première centrale solaire qui sera intégrée dans le RIA. Par ailleurs, la centrale solaire de Maevatanàna est déjà opérationnelle. «Les projets de ce genre allègent davantage le coût de production et modernisent le mode de production respectant l’environnement. Si les travaux se déroulent comme prévu, d’ici un mois, nous allons arrêter l’utilisation du gasoil dans les centrales thermiques. Ceci dans l’optique d’utilisation d’une énergie propre et durable», a expliqué le ministre Lantoniaina Rasoloelison.

Pour ce qui est du coût de production, il s’avère que le solaire reste largement moins cher que le thermique et l’hydroélectrique. Sans plus de précisions, le ministre a indiqué que «La Jirama achète en moyenne le KWh à 26 centimes de dollars pour le vendre 15 à 20 centimes». Toutefois, il a tenu à souligner que le tarif actuel reste en dessous de celui appliqué en 2008 grâce à deux baisses successives de tarif de 10% chacune en 2008 contre une hausse de 15% cette année.

Exonération des droits de douanes et de TVA

En effet, le Gouvernement a décidé récemment d’accorder une exonération des droits de douanes et de TVA pour les pièces détachées, des produits finis destiné à produire d’énergies renouvelables. Aussi, ceux qui veulent construire des centrales à 100% énergies renouvelables obtiennent un abattement fiscal de 50% sur les impôts sur les revenus.

Par ailleurs, le Conseil de gouvernement du 20 septembre dernier a adopté deux textes relatifs à la production d’électricité : l’avant-projet de loi portant sur le Code de l’électricité à Madagascar et l’avant-projet de loi sur la réforme du Fonds national de l’électricité (FNE). Des textes qui devraient aider à booster le secteur énergie.

Arh.

 

News Mada0 partages

Expofinance : un salon dédié aux services financiers

L’Expofinance Madagascar, le premier salon dédié aux services financiers dans le pays, se tiendra du 27 au 29 septembre à l’hôtel Carlton Anosy. «L’inclusion financière et la dématérialisation de la monnaie», seront le thème de cette rencontre, comme l’ont annoncé les organisateurs, hier, à l’immeuble Sonapar Andraharo.

«Expofinance se veut être un carrefour, mais aussi une vitrine des acteurs et futurs acteurs de la finance sur le marché malgache. Les exposants pourront rencontrer leurs clients tout en proposant également une visibilité de leurs produits,  afin d’acquérir une nouvelle clientèle. Le salon mettra en place un espace d’échanges et de réseautage pour favoriser les possibilités de collaboration entre professionnels», a expliqué Nirianja Ralison, un des organisateurs de l’évènement.

Pendant ces trois jours, 20 participants issus du secteur bancaire et monétique ainsi que les établissements de capital risque, exposeront leurs produits. Cette vitrine permet de valoriser et de développer leurs activités et services financiers, mais aussi de partager d’informations sur les avantages de la bancarisation.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Des magistrats et greffiers insatisfaits : grève illimitée à partir de mercredi

A l’issue de leur Assemblée générale à Anosy hier, le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) et le Syndicat des greffiers de Madagascar (SGM) vont entamer une grève générale illimitée à partir de mercredi.

Une décision ferme. «  A partir de mercredi, nous allons entamer une grève illimitée ». Une information annoncée devant la presse par la présidente du SMM  Fanirisoa Ernaivo et entérinée par le président du SGM Haja Andriambololona.

A entendre leur déclaration, aucune de leurs revendications n’a été solutionnée, malgré les rencontres avec les autorités étatiques. « Ce n’était que simple promesse sans suite. D’ailleurs, nous n’avons plus été reçus par la ministre de la Justice après la première rencontre. Qu’on arrête de nous berner en nous annonçant à chaque fois que les solutions sont en bonne voie », se sont relayés à expliquer les deux leaders syndicaux.

Cette grève sera généralisée et concernera toutes les circonscriptions judiciaires. « Et qu’on n’essaie pas d’entraver notre action car c’est notre droit absolu de faire une grève. Nous prévenons déjà ceux qui auront l’intention de nous persécuter ou nous faire des représailles. Il n’y aura aucun service minimum », ont précisé Fanirisoa Ernaivo et Haja Andriambololona.

A partir de mercredi donc, l’appareil judiciaire risque fort d’être paralysé. « Nous n’en serons pas à ce stade si on a daigné nous écouter », ont  déclaré les membres du syndicat.

Le SMM et le SGM pointent du doigt l’inaction du ministre de la Justice et accablent en même temps le président de la République. D’après eux, les réponses du ministre de tutelle sont floues et imprécises. « Elle aurait dû nous donner une date précise », a avancé la présidente du SMM.

Aucune considération

« Nos revendications peuvent être réalisées car certaines d’entres elles ont déjà été acquises en 2006 », a lancé pour sa part le président du Syndicat des greffiers de Madagascar. En effet, ils demandent la hausse de leur émolument à 100.000 ariary par mois. Ils réclament également que la gestion du registre national du commerce et des sociétés leur revienne.

Le SMM, quant à lui, revendique l’indépendance de la justice, l’arrêt de l’ingérence des responsables dans les décisions de justice et exige l’application de ces décisions sans condition.

Sur le même registre, le Syndicat des magistrats de Madagascar réclame aussi la réforme du statut des magistrats et les dispositions régissant le Conseil supérieur de la magistrature (CSM). « Nous nous sommes opposés par exemple à la procédure d’élection et de désignation des membres du CSM. A ce sujet, nous allons prochainement  procéder à l’élection des nouveaux membres avec ce statut qui ne nous convient pas. Et même le président de la République, garant de l’indépendance de la Justice, ne bouge pas le petit doigt pour répondre à nos requêtes », a conclu la présidente du SMM.

Nadia

 

News Mada0 partages

CUA – BMH : hamafisina ny ady amin’ny aretina pesta

Misy ny fiaraha-miasa eo amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra amin’ny alalan’ny BMH sy ny minisiteran’ny Fahasalamana manoloana ny fepetra tokony horaisina amin’ny fisian’ireo aretina eto an-dRenivohitra sy ny fahafatesana mampiahiahy.

Voaresaka amin’izany ny fisian’ny aretina pesta. Nanambara ny talen’ny BMH, Herivonina Durand Derys, fa misy karazany roa ny pesta, ny “bubonique” izay ahitana fivontosana sy ny pesta “pulmonaire” izay misy fivontosana miampy aretin’ny tratra.

Efa olona iray izao no matin’io aretina io teto Antananarivo Renivohitra. Raha natao ny fanadihadiana momba ny niavian’ izany aretina izany, niainga avy any amin’ ny faritra iray nisy ity olona matin’io aretina io izy.

Nentina niakatra taty Antananarivo ny razana , avy eo, maty indray ny vadiny. Mbola nisy maty fanintelony indray taorian’izany izay tsy iza fa ny fianakavian’iretsy maty teo aloha ihany.

Fantatra fa nampidirina tamin’ny hopitaly eto Antananarivo io olona io. Anjaran’ny BMH ny mikarakara ny razana matin’ ny pesta amin’ ny fandevenana azy etsy Anjanahary. Nanamafy ny BMH fa tsy azon’ny fianakaviany alaina ny razana mandritra ny ampolo taony sady tsy azo avadika.

Misy ireo hopitaly mandray ireo olona ahina ho voan’ny aretina ary entanina ny rehetra raha vao misy tranga hafahafa mba hanatona haingana tobim-pahasalama na ny CSBII akaiky azy.

Tsy azo atao ny mihinana fanafody tsy nahazoana alalana avy amin’ny dokotera, indrindra ny “cotrime” fa mety hiteraka fahafatesana. Efa nisy ireo fanentanana eo anivon’ny boriborintany enina eto Antananarivo izay tanterahin’ny BMH amin’izao fotoana izao.

Noho izany, misy ny fampiantsoana ireo sefo fokontany tsirairay ary hamafisina ny tsy fahazoana manary voalavo maty eny rehetra eny fa dorana.

Marihina fa ny voalavo “Ratus Ratus” no tena mitondra io aretina io. Ny olona maty rehetra eto Antananarivo Renivohitra, tsy maintsy mandalo BMH mampilaza ny taham-pahafatesana sy ny antony nahafaty azy mba hisorohana ny fiparitahan’ny aretina. Nentanina koa ny fianakaviana manana ny maty mba hanisy “formol” ny razana mba hikajiana azy ireny sy hiadiana amin’ny areti-mifindra tsy hiparitaka.

Tatiana A

 

News Mada0 partages

Saison cyclonique : le BNGRC fin prêt

Le BNGRC se dit fin prêt pour faire face aux impacts des éventuels passages de cyclones dans la Grande île lors d’une signature de convention de partenariat, entre le Programme alimentaire mondiale (Pam) et le Lion’s club Tananarive doyen, hier à Antanimora.

«Plus de la moitié des équipements et matériels nécessaires y afférents sont déjà acheminés au niveau de nos démembrements existant dans toute l’île, depuis juillet», a affirmé le secrétaire exécutif du BNGRC, Thierry Venty, lors d’une rencontre avec la presse, hier, à Antanimora.

Il a précisé par la suite que la résilience de la population malgache dans la Gestion des  risques et catastrophes (GRC) s’améliore, d’année en année, depuis la mise en œuvre du plan de contingence national.

A ce propos, l’équipe du BNGRC s’active fébrilement au niveau des axes susceptibles d’être affectés par le passage des cyclones, selon les prévisions de la Météo, durant l’année cyclonique 2017-2018. «Si la préparation pour faire face aux risques et catastrophes se réalise toute l’année, les réponses d’urgence, notamment pour les cyclones, devront être fin prêtes à partir de ce mois de novembre», a indiqué le SE du BNGRC.

Convention de partenariat

Cette collaboration se focalisera surtout sur l’anticipation des risques et catastrophes pour renforcer la capacité de résilience de la population dans la GRC. Les 39 Lions clubs et 14 Léo clubs dans toute l’île seront mobilisés dans ce sens.

Actuellement, le Lion’s club Tananarive doyen se forme auprès du BNGRC sur les bonnes pratiques en GRC, avant de partager ses acquis au sein des clubs qui interviendront, à leur tour, au niveau de la population à risque.

Sera R

 

News Mada0 partages

Maladies infectieuses : l’automédication en recrudescence

Andry Herisoa Andrianasolo, une chercheuse en Sociologie et démographie de la santé, à l’Institut Pasteur de Madagascar a présenté hier,  à l’Institut international de sciences sociales à Tsiadana ses travaux de thèse relatifs aux maladies infectueuses.

D’après les résultats de recherche, en cas de symptômes de  paludisme, des infections respiratoires aigues (Ira) et de la tuberculose, force est de constater un faible  recours aux soins professionnels médicaux, aussi bien dans les zones rurales que dans les milieux urbains. Alors que ces pathologies demeurent un problème de santé publique dans la Grande île. Et une telle situation favorise l’automédication et l’abstention thérapeutique.

Ces résultats de recherches s’inscrivent dans un contexte où il s’avère primordial pour Madagascar d’atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) par les actions, notamment les cibles n°3 relatives à la santé.

Concernant les Ira par exemple, seulement 45% des malades dans les zones de l’étude ont eu recours auprès des professionnels de santé, publics ou privés. 41% des premiers recours concernent l’automédication et 7% des malades ont choisi l’abstention thérapeutique, 8% de recours n’ont pas été identifiés.

«Le recours aux soins est essentiellement déterminé par la représentation de la maladie, la perception de la gravité des symptômes, les coûts directs et indirects des soins», a fait savoir l’impétrante. Cette dernière n’a pas manqué de soulever la non concrétisation de la gratuité de diagnostic et de traitement, prévue par les programmes nationaux, tout en proposant des solutions idoines pour inverser les tendances évoquées ci-dessous.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires : unis les uns davantage dans la tourmente

Les autres plus dans la déraison

Les choses vont à vau-l’eau, on dirait que les gens pensent de travers et agissent en contradiction de ce qu’ils déclarent. La bande au pouvoir a peut-être réussi à baigner tout le monde dans la tourmente et à faire perdre ainsi la raison. Elle-même n’a su pour autant se protéger pour échapper à cette ambiance, comme de coutume voulant occuper les premières places elle se trouve à la pointe pour dériver vers la déraison.

Au 1er rang du

hit-parade, la révision

de constitution

L’annonce de cette initiative a produit un vif effet de surprise, et pour cause l’idée paraissant tant saugrenue aucune personne de sensée ne se serait aventurée à l’imaginer. Prenant tout le monde au dépourvu le piège a failli fonctionner. Dans un premier réflexe nombreux ont mordu à l’hameçon, se précipitant à émettre des suggestions sur les dispositions litigieuses qui de leur point de vue nécessitent corrections. Les initiateurs ne pouvaient espérer meilleur accueil au projet. Discuter le contenu signifie une acceptation de principe à engager la procédure. Très vite, se rendant compte de la bévue à être tombés dans le panneau, nombreux se sont ressaisis et ont établi des alliances pour organiser une forte opposition au principe même de procéder à cette révision. Ce ne sont pas les dispositions discutables voire aberrantes qui font défaut dans la constitution, en légions celles contestables font tentation, seulement le moment ne parait pas opportun et la manière de vouloir la faire semble par trop suspecte. De façon maladroite une fois encore on agite un chiffon rouge, (promouvoir les fokontany en collectivités décentralisées), dans le dessein de cacher l’intention essentielle qui est de tordre le cou à l’obligation faite au Chef de l’Etat de démissionner 60 Jours à l’avance s’il veut se présenter à l’élection pour sa succession.

Toute supputation et autres petits calculs concernant les risques de réussite ou les chances d’échec du projet à travers les étapes de la procédure (passage devant le parlement, épreuve d’un référendum) jouent le jeu de la révision en hypothéquant de l’issue ; également toute proposition manifestant l’idée de mettre à profit l’occasion dans l’intention de réajuster un cas particulier (le statut de la Justice) procède d’un opportunisme qui roule en faveur du projet. Retenir en hypothèse l’idée d’un «dès fois que…», d’office engage le débat sur le contenu de la révision et constitue implicitement une acceptation du processus, noyant dans la foulée les nombreux arguments qui combattent le principe même d’y procéder actuellement, (cf. chronique 20-09-17 : «sur un malentendu entretenu»).

Taxi ! Une course

pour véhiculer une idée politique

Les professionnels qui exercent le métier de chauffeur de taxi, ont sûrement leurs raisons pour entreprendre les actions qu’ils mènent dans le but de s’opposer à la décision de la Mairie de la capitale, décision imposant aux véhicules servant de taxi une contre-visite technique opérée par Omavet organe ayant lien avec la commune. Comme tous opérateurs et travailleurs les pros du taxi jouissent d’une liberté d’action pour défendre leur activité, sans autant avoir autorité d’en déborder. Le pas a été pourtant franchi, non seulement des voix se sont élevées pour réclamer la tête de madame la maire, et demander son remplacement par un PDS, mais comme Madame est l’épouse d’un monsieur Ravalomanana, potentiel sérieux rival de tout candidat à la prochaine présidentielle, certaines de ces voix ont poussé la chansonnette jusqu’à appeler à voter contre cet homme. Faire un rapprochement et de cette coïncidence suspecter une manœuvre téléguidée ne relèvent pas nécessairement d’une malveillance satanique.

Insécurité : l’abondance ennemie du bien

Hasardeux de vouloir citer toutes les unités d’élite que comptent gendarmerie nationale et police nationale, on risque d’en oublier quelques unes et pour si peu il ne fait pas bon de se les mettre à dos même si de façon générale les éléments qui les composent possèdent de la hauteur par essence ou au moins sur présomption. Moins hasardeux, sans grand risque de se tromper, on peut rapporter que malgré les qualités de ces corps voués à faire régner l’ordre et la paix, la population ne baigne pas dans un climat serein de sécurité. A l’égal une psychose relative à l’instabilité envahit les rangs du pouvoir malgré les gages de pérennité du système grâce à une protection agissante des corps armés. Dans les trois corps rivalisent en nombre des unités d’élite. En rapport aux résultats (climat général d’insécurité) d’élites il y a insuffisamment ou trop.  Choix inclinant à interroger à propos de l’adage affirmant un paradoxe : abondance de biens peut nuire. Pis encore, si  en vrai faux cul comme pour atténuer la portée du paradoxe, style sainte Nitouche on s’aventure à prendre la liberté d’y ajouter : «seulement et surtout abondance en des mains aussi malhabiles que peu innocentes».

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : le concours agricole de Tamatave

À l’heure où paraissent ces lignes, le Concours agricole bat son plein, et son succès a dépassé de beaucoup les prévisions les plus optimistes.

Le fait suivant en donnera une idée. Dès la première heure, les parcs destinés aux bovidés se sont trouvés insuffisants, au point que ces animaux couvraient tout le champ des courses depuis la Prison jusqu’au Boulevard Galliéni.

À notre prochain numéro des détails.

En attendant, toutes nos félicitations aux organisateurs et notamment à notre très sympathique Administrateur-Maire qui en a eu l’initiative.

Nouvelles de Ste-Marie de Madagascar

Service postes et télégraphe de Tamatave. – Depuis assez de temps qu’on nous traitait en quantité négligeable, nous avons pu voir mettre fin aux manques de renseignements dont souffraient les commerçants et les industriels sur la marche des courriers de France et annexes de Madagascar. C’est ainsi que nous avons fait intervenir la haute bienveillance de notre nouveau Gouverneur Général.

À la date du 26 août courant, notre Doyen a signalé à M. Merlin par télégramme la négligence apportée à aviser le public St-Marien sur l’arrivée du Sidon en rade de Tamatave le 23 août sans donner la moindre information au service postal de Ste-Marie et il en était de même pour tous les autres courriers. Le 27 août, toute satisfaction nous a été donnée par ordre supérieur, ce dont nous ne saurions assez remercier notre nouveau Gouverneur Général.

Riz de la Grande Île. – Encore une singulière histoire sur le compte de certains fonctionnaires du district de Fénérive. Depuis plus d’un mois, interdiction était imposée aux détenteurs de riz de Fénérive, Manantsetra, Manakatafa et Soanierana d’exporter ce produit sur Ste-Marie seulement. Mais aucun empêchement pour expédier sur Tamatave. En vérité, en vérité, je vous le dis, il était temps que notre distingué Gouverneur Général, M. Merlin, soit mis au courant du procédé administratif de ces ronds de cuir indésirables, car le coup de balai a fait justice en proclament toute liberté d’exportation de riz sur Ste-Marie.

Correspondant.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Kitra – «Can 2019» : hanoman-tena any Irak sy Frantsa ny Barea

Ao anatin’ny fandinihana ny hiatrehana ny fihaonana manaraka,  fifanintsanana ny “Can 2019”, ankehitriny ireo mpanazatra ny Barea de Madagascar. Fantatra àry izao fa hisy lalao ara-pirahalahiana telo hatrehina, ato ho ato.

Tsy mbola mifarana akory ny fifaninanana ho an’ny Barea de Madagascar. Mbola miandry ny ekipam-pirenena malagasy ny fifanintsanana, eo amin’ny fiadian-toerana amin’ny “Can 2019”.  Anisan’ny fihaonana akaiky indrindra ho an’ny Barea de Madagascar, ny fiatrehana ny andro faharoa, ho an’ny vondrona “A” eo amin’ io fifaninanana io.

Ny fandraisana ny Liona-n’ i Téranga, avy any Senegal, ny 19 marsa 2018. Fihaonana hotanterahina etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina. Hiady ny lohany ao amin’ity vondrona “A” ity ny roa tonta. Hatreto samy manana isa 3 avy saingy manantombo amin’ ny “goal difference” ry zareo Senegaly, izay +3 raha +2 kosa ny an’ny Barea.

Ho fanomanana izany fihaonana izany, hiatrika lalao ara-pirahalahiana miisa telo ny Barea de Madagascar. Raha ny fandaharam-potoana, ho any Kampala, ny Barea de Madagascar, ny 4 oktobra ho avy izao, ka hifandona amin’ny The Cranes, Ogandà. Herinandro aorian’izay, izany hoe ny 10 oktobra, handeha hanafika any Patsoura, ka hifanandrina amin’ny ekipam-pirenen’i Irak ary ny farany, ao Paris, hifanandrinana amin’i Kaomoro. Tsy mbola voatondro ny daty hanatontosana io lalao io, fa any amin’ny volana novambra.

Marihina fa ao anatin’ny fanomanana ity “Can 2019” ity ihany koa ry zareo Kaomorianina, izay ao anatin’ny sokajy “B”, miaraka amin’i Malawi sy i Kaomoro ary i Kameronina, saingy tsy miatrika ny fifanintsanana intsony ry zareo Kameronina, noho izy mpampiantrano.

Nambaran’ny tomponandraikitra eo anivon’ny federasiona fa mbola eo am-pandaminana izy ireo ankehitriny. Tsy mbola fantatra kosa hatreto ny ho firafitry ny mpilalaon’ ny Barea de Madagascar  ny amin’ireo fihaonana ireo.

Tompondaka

 

L'express de Madagascar0 partages

Justice – Magistrats et greffiers annoncent une grève illimitée

Les syndicats des magistrats et des greffiers font front commun pour bétonner leurs revendications. Ils annoncent une grève illimitée à partir de mercredi.

Une paralysie. C’est ce qui risque d’arriver à l’appareil judiciaire, à en croire ce qui a été dit devant la presse hier, au siège de Cour suprême Anosy.À l’issue de leur assemblée générale extraordinaire respective, le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), et celui des greffiers de Madagascar, ont annoncé d’une seule voix qu’ils comptent faire une grève illimitée à partir de mercredi.De prime abord, les deux entités syndicales ont changé de stratégie. Afin de peser et de faire plier le pouvoir exécutif, et obtenir gain de cause dans leurs revendications respectives, magistrats et greffiers ont alors décidé de s’ali­gner sur un front unique.Une position univoque qu’ils se sont évertués à afficher devant les journalistes, hier. « Après leur assemblée générale, le syndicat des magistrats et celui des greffiers feront grève à partir de mercredi », a lâché d’emblée Fanirisoa Ernaivo, présidente du SMM.Une déclaration bétonnée par Haja Randriambo­lolona, président du syndicat des greffiers. « La grève sera illimitée. Il n’y aura pas non plus de service minimum. Nous ferons grève jusqu’à ce que les responsables trouvent une solution à nos revendications », a-t-il soutenu. Selon le chef de file du SMM, les deux entités « ne veulent plus entendre de promesses non suivies de concrétisation ».Bien que les deux syndicats affirment être ouverts au dialogue, le président de celui des greffiers a toutefois enchaîné que nous n’engagerons les négociations seulement que si cela concerne la concrétisation de nos revendications. Que pour la détermination d’un calendrier pour leurs réalisations. Une rencontre entre les deux organisations syndicales et Ale­xan­drine Elyse Rasolo, ministre de la Justice, s’est tenue le 31 août à Faravohitra.

PrioritéUn face-à-face à l’issue duquel magistrats et greffiers ont affiché une relative satisfaction. « Des avancées ont été constatées », ou encore, « l’espoir est permis », figuraient parmi les réactions des syndicalistes à l’issue de la réunion avec la Garde des sceaux, au lendemain de sa nomination.À entendre ce qui a été dit hier à la Cour suprême, toutefois, cet engouement a été douché. « Plusieurs promesses sont données, mais rien n’est fait. Ils pourraient au moins, nous donner un calendrier pour la concrétisation de nos revendications », a affirmé Fanirisoa Ernaivo.La présidente du SMM a, par ailleurs, déploré que depuis cette première rencontre, nous n’avons plus été reçus par la ministre. Peut-être avait-elle des choses plus importantes à faire. En marge d’une cérémonie de prestation de serment, à la Cour suprême le 13 septembre, la Garde des sceaux a soutenu que  même s’il est discret, le ministère fait de la concrétisation de ces revendications sa priorité. La discrétion de la démarche ministérielle ne semble visiblement pas rassurer les deux syndicats.« Nos revendications sont réalisables. Nous n’exagérons pas lorsque nous parlons d’une augmentation de nos émoluments [une hausse de 100 mille ariary, selon les informations]. Le versement [qui consiste en une augmentation de grade] a déjà été appliqué, depuis l’année 2006 », a martelé Haja Randriambololona, rappelant les attentes des greffiers hier. Le SMM, quant à lui, insiste sur l’engagement de réformes et l’encadrement de certains principes, dans le but d’assurer l’indépendance de la magistrature.Une réforme du statut de la magistrature, du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), ou encore, l’encadrement du principe de subordination des magistrats du ministère public et de communication des dossiers, ainsi que l’application des décisions de justice sont parmi les revendications du SMM. Selon le Syndicat, la rencontre avec la ministre Rasolo aurait dû être suivie de la mise en place d’une commission de réforme, l’adop­tion de décrets ou encore la publication de circulaires pour concrétiser leurs demandes.« Ce n’est pourtant pas le cas jusqu’ici », a conclu sa présidente.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Androhibe – Les Orchidés Blanches font peau neuve

Le bureau d’administration du centre les Orchidées Blanches à Androhibe fait peau neuve grâce à l’appui de la Principauté de Monaco. Ce bâtiment a été inauguré, hier à Androhibe. « Ce bâtiment date de cent ans, nous avons choisi entre le démolir ou le rénover. Afin de ne pas perdre son authenticité et en signe de respect à la famille de Jean Charles Rasoanaivo qui a offert ce bâtiment pour les Orchidées Blanches, on a opté pour la rénovation. Il s’agit également de respecter les personnes en situation d’handicap. Ils ont leur dignité et le droit de vivre dans une maison en bon état », affirme Bakoly Rafaralalao Andria­narivony, coordinatrice au niveau du centre les OrchidéesBlanches.

Réfection totaleLa véranda a été faite en béton. Les portes et les fenêtres ont été remplacées par des ouvrages métalliques. Le bâtiment a été également repeint. Toute l’administra-tion de ce centre est basée dans ce bâtiment. Il y a aussi une salle d’activité informatique, un atelier de poterie et le logement de fonction de la coordinatrice. Actuellement, le centre s’occupe de cent vingt personnes en situation d’handicap suivant des pro­grammes de rééducation afin de ne pas devenir un fardeau pour leur famille ainsi que pour la société.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Madajazzcar – La crème locale melée aux ténors

La machine est officiellement relancée pour l’édition annuelle du Festival. Annonçant d’ores et déjà à son affiche une ribambelle d’artistes talentueux tous d’envergure internationale. 

Des têtes d’affiche qui promettent d’entrée des prestations ardentes et enivrantes de jazz. Pour ses  retrouvailles qui s’annoncent chaleureuses et mélodieuses comme à l’accoutumée. Le festival international Madajazzcar mise une nouvelle fois sur le talent et le prestige des artistes tous d’envergure internationale dans sa programmation. Ceci-étant, comme à l’accoutumée Madajazzcar se plait à surprendre à la fois ses inconditionnels et les profanes également. Pour sa 28ème édition du 2 au 14 octobre, le festival affiche ainsi une pléiade d’artistes et de groupes à la musicalité émérite et tous doués d’un caractère propre à eux.Le comité d’organisation du festival Madajazzcar a ainsi officiellement annoncé la venue de Atle Nymo de Norvège, un saxophoniste ténor et clarinettiste basse de renom, fier porte-étendard du jazz norvégien. Damien Schmitt de France, batteur et pianiste de jazz qui débarquera sur la scène du Madajazzcar en y présentant un jazz énergique et harmonieux.

Concerts inéditsUn Rabeson en cache toujours un autre dans le monde du jazz national, Eddy Rabary Rabeson nous revient depuis l’Hexagone pour jouer aux rythmes de sa guitare basse l’amour de sa patrie, mais également pour un vibrant hommage à l’un de ses pairs disparu. Pareil pour la diva du jazz, Lalatiana qui sublimera également de sa voix le festival cette année pour son passage au pays. Madajazzcar égayera ainsi la capitale de divers concerts inédits, majoritairement gratuits pour tous les mélomanes.C’est, en tout, une bonne soixantaine d’artistes et de groupes talentueux qui garnissent la programmation du festival. Ce sont des Fanja Andriamanantena, Silo, Datita Rabeson, Solo Andrianasolo, Sammy Andriamanoro ou encore Jaojoby grand amateur de jazz et de blues que le public de Madajazzcar aura le plaisir de retrouver.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – IIe Championnats d’Afrique – Six raquettes au Caire de l’action

La FMT claque trente cinq millions d’ariary pour l’envoi des U14 en Égypte, après trente autres millions pour les U12 au Maroc. Un engagement en réponse aux promesses électorales.

Une aubai­ne pour le tennis malga­che. Madagas­car sera présent durant la deuxième édition de l’année des championnats d’Afrique U14, qui se dérouleront au Caire en Égypte du 25 au 30 septembre.La délégation conduite par le coach national Hari­vony Andrianafetra quitte le pays ce jour (après deux jours de regroupement à Ankatso), pour un vol passant par Nairobi avant d’atteindre le Caire. Si la première édition de ces championnats d’Afrique U14 s’est jouée sur dur en Afrique du Sud au mois de mars, la seconde se joue donc sur terre battue, sur les courts de l’hôtel El Solaimaneyah, à une heure du Caire.Ce sommet continental regroupera les vingt meilleurs du classement africain, ainsi que les deux meilleurs joueurs par zone. Madagascar a donc pu qualifier six jeunes raquettes que sont Toky Ranaivo, Lanja Rakotozandriny, Feno­soa Rasendra et Sampras Rakotondrainibe chez les garçons, ainsi que Mialy Ranaivo et Narindra Ranaivo chez les filles.Durant les championnats d’Afrique en Afrique du Sud, Narindra Ranaivo et Toky Ranaivo ont atteint la phase des quarts de finale. L’objectif de la délégation malgache sera de faire mieux que cette performance.

EngagementLes chances malgaches pour briller au terme de ce rendez-vous continental résident sur Toky Ranaivo, boursier au centre de la fédération internationale de tennis de Casablanca.Après avoir financé le voyage de l’équipe nationale U12 garçons et filles, qui a coûté plus de trente millions d’ariary, la Fédération malgache de tennis (FMT) s’est engagée totalement a se charger de l’envoi au Caire de la délégation malgache toute entière, allant des visas jusque dans l’achat des billets d’avion, et autres frais relatifs au déplacement.« La FMT fait tout son possible pour honorer ses promesses de prendre en charge les déplacements des équipes nationales, promesses tenues jusqu’à maintenant. Pour ce déplacement, les billets seuls ont coûté trente cinq millions d’ariary. Mais nos joueurs U14 méritent d’être soutenus. Ils ont le niveau nécessaire pour briller durant ces championnats d’Afrique. C’est une belle génération qui représente la relève du tennis malgache », rappelle Stéphane Rakoton­drainibe, président de la FMT.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Enquêtes criminelles – La gendarmerie déplore des abus policiers

Un gendarme gradé a été incarcéré à Tsiafahy. La gendarmerie charge la brigade criminelle pour extorsion d’aveux, fabrication de preuves et menace de mort sur un témoin.

Le clash. La gendarmerie crève l’abcès et cloue au pilori la brigade criminelle après l’arrestation et la mise en détention préventive d’un gendarme principal de deuxième classe (NDLR : adjudant) de l’Escadron Blindé numéro 4 (EB4). L’affaire concerne une attaque de pharmacie perpétrée à Anosy Avaratra, dimanche après-midi, aux alentours de 14 heures. Une voix officielle s’élève dans le désarroi et déballe un tissu d’irrégularités cousu avec des aveux extorqués, une menace de mort sur un témoin ainsi que des déclarations écrites et des témoignages montés de toutes pièces.Les faits remontent à dimanche lorsque le gendarme de l’EB4 et trois autres suspects ont été arrêtés à bord d’un taxi-be, à Sabotsy Namehana, après l’attaque d’une pharmacie, commise à Anosy Avaratra, une quarantaine de minutes plus tôt. Les quatre individusont été débarqués manu militari lorsque des éléments mixtes, conduits par l’adjoint du commissaire central de la police d’Avara­drano, ont intercepté le véhicule de transport en commun où ils se trouvaient. Sitôt les suspects appréhendés, des hommes de la brigade criminelle sont arrivés pour les emmener.« Ce coup de filet est l’aboutissement d’une opération conjointe. La police a surveillé la RN 3, sur laquelle le taxi-be a été immobilisé. La gendarmerie a, en revanche, verrouillé les ramifications périphériques que la bande pouvait emprunter pendant sa fuite. Comme c’est une opération mixte, les enquêtes devraient aussi l’être. Curieusement, la gendarmerie a été mise à l’écart », se désole le chef d’escadron Herilala­tiana Randrianarisaona, chef du service communication et des relations publiques auprès du commandement de la gendarmerie nationale.

Armes intervertiesL’affaire se corse encore plus après que la brigade criminelle a signifié dans une conférence de presse qu’un pistolet automatique a été retrouvé sur le gendarme. Bien qu’ayant botté en touche, la gendarmerie a ordonné à la compagnie territoriale de Tana ville de diligenter une enquête parallèle. Le résultat de ses recherches a donné un coup de massue à la brigade criminelle. Dans un procès-verbal, un adjudant-chef et un sergent-chef de l’armée, ayant été parmi les éléments mixtes qui ont procédé à l’arrestation du gendarme de l’EB4, ont souligné que celui-ci n’était en possession d’une  arme quelconque. Une somme d’une valeur de 200 000 ariary a été par ailleurs retrouvée sur lui avec sa carte professionnelle. Consigné, l’acte écrit a été transmis au parquet mais le gradé n’a pas pour autant échappé à la prison.Cette confusion autour de l’arme intrigue, du fait que la brigade criminelle, sous la supervision directe du directeur de la police judiciaire, a été chahutée par la presse, il y a à peine deux semaines,  pour intervertissement d’armes. Alors que la brigade criminelle a défendu becs et ongles que deux armes de poing, dont une de fabrication artisanale, ont été découvertes sur deux individus tombés sous les balles de la police à Ampa­sika. de nombreux journaux ont mis en avant que les défunts ont été abattus, Kalachnikov à la main.Lors des enquêtes préliminaires, un multirécidiviste, figurant parmi les trois suspects arrêtés à bord du véhicule de transport en commun avec l’adjudant, a retenu ce dernier comme étant l’un des leurs. Toute une liste d’actes de banditisme antérieurement commis était alors venue s’ajouter à l’attaque de pharmacie perpétrée à Anosiavaratra.Une extorsion d’aveu sous menace de mort, incriminant la brigade criminelle (BC) a provoqué une onde de choc, mercredi, à la réunion de l’État-Major Mixte Opéra­tionnel National (Emmo-Nat) au Toby Ratsi­mandrava. C’était lorsque la gendarmerie a donné du grain à moudre à la police criminelle en clamant haut et fort qu’un bref entretien a révélé que ce dernier aurait été menacé de mort s’il ne faisait pas en sorte de faire plonger avec lui le gendarme de l’EB4. Un entretien à travers les barreaux de la cellule de sûreté de la BC, entre un colonel, supérieur hiérarchique du gendarme incriminé, et le repris de justice délateur, ex-détenu de Tsiafahy.L’incrimination a laissé bouche-bée les représentants de la police criminelle présents à la réunion. Ces détails troublants ont éclaté au grand jour après le passage à la BC de l’officier-supérieur, chef hiérarchique de l’adjudant, entendu pour les besoins de l’enquête. À la lumière de ces éléments, le colonel en question a eu pour consigne de remettre un rapport au commandement des Forces d’Intervention de la Gendar­merie Nationale (FIGN), où est rattaché l’EB4.«Cette affaire est désormais entre les mains du tribunal. Il est le seul habilité à trancher. Nous avons fait notre travail. La gendarmerie a fait une enquête parallèle et a envoyé un avocat pour défendre le suspect, mais le parquet en a décidé autrement », a expliqué le commissaire Whenss Ostrom, chef de la brigade criminelle, joint au téléphone. Affaire à suivre.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Le festival Sômatsika voit le jour

Dans la Diana, la capitale du  Nord n’a pas encore son festival : on peut citer le Donia de Nosy Be et le Sôrogno d’Ambanja. Mais la lacune est maintenant comblée. 

Cette fois, la commune urbaine d’Antsiranana et ses employés, qui se regroupent  au  sein d’une association, ont pris le taureau par les cornes pour redorer le blason de la cité, réputée pour un melting-pot unique quant à la diversité de sa population. Pour ce faire, un festival dénommé « Sômatsika » a vu le jour, à leur initiative. Le coup d’envoi de cette manifestation culturelle aura lieu demain au stade municipal et elle durera jusqu’au dimanche 1er octobre.Une chose est sûre, Antsiranana est enclavée côté activité culturelle à cause de l’éloignement et de la difficulté du déplacement des artistes, sans parler du manque d’initiateurs ou d’investisseurs. C’est très onéreux d’y organiser un spectacle. Ce festival constitue donc un défi à relever pour les acteurs des secteurs public et privé, de la société civile et de la population  toute entière, lesquels contribueront ensemble au développement de la ville.« Par ailleurs, l’image de la ville, parfois mise à mal par les faits divers, en matière d’insécurité s’améliorera progressivement », a expliqué le responsable.

ValorisationPour la première édition de Sômatsika, les manifestations sont axées sur la valorisation de la culture traditionnelle notamment antakarana et anjoaty. Le thème porte sur le « Fomban-drazako, kolotsaiko, hindesiko hampandroso ny tanànako ». Des danses et des chansons traditionnelles, des kabary, des séances de débats sur la culture locale seront au programme. Des concours de kabary, des échanges culturels entre les dix-huit ethnies seront à l’affiche.« Ce grand événement  boostera, d’une part, les différents secteurs, en faisant appel au dynamisme et à la créativité des acteurs économiques et socio-culturels, et relancera, d’autre part, la demande pour la destination Diego », a mentionné le maire Jean Luc Desiré Djaovojozara.Des artistes de renom participeront à Sômatsika. Citons entre autres Jaojoby, D’Alvis, Serge Oxy, Janga Rata, Tarika Sambirano, Lelahy Theo, Rycia, Tence Mena, Babaique…

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Slalom Hankook Motul – Retour sur le circuit d’Ivato

111 points pour Hugo Louvel (Citroën C2) et 101 pour Laza Randriamifi­dimanana (Peugeot 106). Telle est la situation actuelle en tête du championnat de Madagascar de slalom.Dix points séparent donc les deux pilotes, à l’entame de la sixième et avant-dernière manche de la saison, à savoir le Slalom Hankook Motul de ce weekend. Cette course organisée par le club FMMSAM se tiendra sur le circuit d’Ivato.On revient donc sur le circuit où Laza avait décroché deux victoires en début de saison. Par la suite, le champion sortant s’est incliné à trois reprises devant son rival dans la course au titre national.Après trois revers, Laza se doit de réagir. D’autant plus qu’il est dos au mur, avec seulement deux échéances restantes au calendrier de l’exercice 2017. S’il réduit son retard de dix points, alors on aura une ultime bagarre très prometteuse pour la septième manche du mois de décembre.En face, le leader actuel au classement général semble intouchable depuis le mois de juillet. En début de saison, Hugo Louvel était en phase de prise en main de sa nouvelle C2. Mais une fois à son aise, il a élevé son niveau à tel point qu’il est imbattable depuis trois manches. Il visera le quatre à la suite ce weekend.Le retour sur le circuit d’Ivato signifie également le retour à la formule poursuite, avec deux pilotes sur la même ligne de départ, en sens opposé, sur les pistes A et B. La pression monte ainsi d’un cran, surtout à l’approche du passage sous le drapeau à damier, avec les deux coureurs toujours en sens opposés. Ce qui pimentera encore un peu plus ce sixième rendez-vous de la saison.Les partenaires du club FMMSAM mettront le paquet sur les récompenses promises aux lauréats de ce week­end. Hankook offrira un lot de quatre pneus au premier du classement général. Ce sera aussi quatre enveloppes pour les vainqueurs en quatre roues motrices et en cross cars.Motul, pour sa part, offrira un pack vidange plus filtre à huile pour les premiers de chaque catégorie, en l’occurrence espoir, jeune, rookie, féminin et propulsion.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Recouvrement fiscal – Les contribuables à mobiliser

Le civisme fiscal laisse à désirer. Le taux de recouvrement fiscal est au bas de l’échelle dans l’agglomération d’Antananarivo. Il ne serait que de 20%, dans plusieurs communes de la région d’Ana­la­manga. Et dans la commune urbaine d’Antana­narivo, 60% des citadins manqueraient à leur devoir. Dans la commune rurale d’Anosizato Ouest, pourtant, 90% de la population locale payent leurs impôts. « Une telle réticence s’explique par le fait qu’ils ne constatent que très peu de redevabilité de la part de l’État et des collectivités territoriales décentralisées », explique un expert en matière de fiscalité locale, hier.Les personnes éduquées, avec un niveau de vie amélioré, s’acquitteraient moins de leur devoir fiscal que celles des couches sociales vulnérables. Ces derniers dépendraient davantage des services que les premiers.Pour pallier ce manque de civisme fiscal, une vaste campagne de sensibilisation des contribuables sera initiée par la Direction Générale des Impôts (DGI), avec le soutien technique du Projet de Développement Communal Inclusif et de Décentralisation (ProDéCID/GIZ) de la Coopération allemande. Elle débutera au mois d’octobre, avec seize communes rurales cibles dans la région d’Analamanga. « La volonté d’améliorer l’état de la fiscalité locale est bel et bien présente, tant du côté des CTD, que du côté de l’État central. Surtout que beaucoup ont quand même conscience de l’importance du paiement des impôts et taxes. Il ne reste plus qu’à réussir à convaincre les contribuables à s’acquitter davantage de leurs devoirs fiscaux, en optant pour une meilleure stratégie », reprend cet expert.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Bemiray – « Pour que la mer ne soit plus la limite de notre rizière »

Bemiray aborde le photojournalisme en évoquant la photographe américaine Dorothea Lange, laquelle a su transparaître la détresse de ses compatriotes à travers ses clichés, lors de la Grande Dépression dans les années 1930. Le passage du Hilton au Carlton a fait l’objet d’une interview de François Van Rens par Tom Andriamanoro, des enseignes de grands hôtels où y prendre du thé, peut-être produit à Sahambavy, ne détonne guère.

Photojournalisme – Dorothea Lange : témoigner, un sacerdoce

Son nom ? Dorothea Lange. Handicapée par la poliomyélite, passionnée de photographie. Auteur, grâce à son appareil, des meilleurs reportages photo sur la période la plus dramatique traversée par l’économie américaine, celle de la Grande Dépression  des années trente. Mais plus qu’un chasseur d’images-chocs, Dorothea consacra son art à changer les conditions de vie de nombreux de ses concitoyens. Ses photos reproduisent plus que des aspects extérieurs de personnages ou des scènes de vie, elle parvient à pénétrer les pensées les plus secrètes enfouies au fond de ses sujets. La Grande Dépression, ce n’était plus seulement le manque de travail, donc d’argent pour la nourriture, les vêtements, et les dettes de la famille. C’était tout cela certes, mais vu et vécu de l’intérieur par les victimes de la crise économique. Et il fallait une sensibilité exceptionnelle comme celle de Dorothea Lange pour parvenir à les extérioriser et graver sur sa pellicule. La Grande Dépression, il fallait se l’imaginer par nous qui sommes d’une autre époque avec ces hommes et ces femmes assis ou allongés sur les bancs publics dans l’attente d’un travail qui, ils le savaient tous, ne viendra pas. Après les usines, les écoles fermaient les unes après les autres, la nature également se mettait de la partie avec une terrible sècheresse et le « dust bowl » de sinistre mémoire : il s’agissait de tornades de poussière se déplaçant d’un endroit à l’autre, et acculant la population à la fuite, dans la recherche d’endroits mieux abrités.Le Président Franklin Delano Roosevelt essaya de solutionner le manque de travail par la création d’une agence, la Works Progres Administration ou WPA. Non seulement l’Agence recrutait des chômeurs pour planter des arbres, construire des ponts, ou percer des routes, elle faisait aussi appel à des intellectuels pour écrire des guides, ainsi qu’à des acteurs, des peintres, des musiciens, chacun dans son domaine d’activité. L’objectif était, non seulement de donner du travail, mais aussi d’étendre la culture dans tout le pays. Dans les campagnes, quelque chose devait être fait en faveur des victimes du «dust bowl», beaucoup de fermes s’étant littéralement vidées de leurs travailleurs, notamment dans l’Oklahoma, l’Arkansas, et le Texas, alors que les lieux de migration comme la Californie ne pouvaient offrir du travail à tous.

Dorothea Lange sur le toit d’une Ford B, en Californie.

VocationDes photographes et des rédacteurs furent enrôlés pour couvrir les pérégrinations de ces migrants en quête d’une hypothétique embauche, afin de persuader le gouvernement et l’opinion publique de la nécessité de les aider. Dorothea qui faisait partie des rares femmes-photographes, gagnait bien sa vie en photographiant les riches communautés. C’est en 1929 qu’elle réalisa sa vraie vocation qui n’était pas de travailler uniquement pour le profit. Pour elle, la photographie c’est aussi témoigner d’une souffrance qu’autrement les cibles n’auraient peut-être pas remarquée. Parmi ses œuvres les plus  caractéristiques figurent un gros plan sur le visage buriné et ridé d’un homme, Hopi, ainsi et surtout que sa « Migrant mother », une femme âgée seulement de 32 ans mais qui semble porter avec courage tous les soucis existentiels du monde, se nourrissant avec ses enfants uniquement de pois glanés sur le champ où elle travaillait. La toute première diffusion de cette photo à forte charge émotive permit d’acheminer vers le camp une importante quantité de nourriture. Dorothea avait réussi à secouer l’indifférence, et à convaincre les mieux nantis à aider les autres.Durant la Deuxième guerre mondiale qui marqua la fin de la Grande Dépression, le gouvernement américain avait décidé d’interner dans des camps de nombreux Américains uniquement à cause de leur ascendance japonaise. Là aussi Dorothea n’hésita pas à se mobiliser, obtenant grâce à ses photos le retour des Japonais-Américains dans leurs foyers.Dans ses dernières années, elle multiplia les voyages dans le monde entier avec son mari Paul qui, lui-même, était journaliste, ramenant des images de tous les pays visités. C’est en 1965 qu’elle mourut alors qu’elle était en pleine préparation de ce qui devait être sa plus grande exposition. Aujourd’hui encore son œuvre est saluée comme étant celle d’une personne courageuse qui a voulu montrer ce à quoi la vie ressemblait réellement.Née en 1895, la petite Dorothea Lange aimait déjà observer les gens sans pour autant les incommoder. C’est de cette prédisposition qu’est certainement venu son goût pour la photographie au point d’en faire son métier. Et peut-être que la polio, contractée seulement à l’âge de sept ans, n’a fait que rendre encore plus excitant le défi à relever. Elle forma avec son mari Paul Taylor un excellent tandem sillonnant tous les États-Unis pour le compte de la Farm Security Administration, traquant la souffrance des travailleurs migrants pour qu’elle ne soit pas enterrée dans l’indifférence. On peut même affirmer que c’est grâce à des gens comme Dorothea et Paul que les camps ont pu être humanisés, notamment en matière de commodités et de ravitaillement. Et on ne se tromperait pas de beaucoup en affirmant que le sens qu’elle a donné à sa vie était de changer celle des autres….

Les belles feuilles de thé de Sahambavy.

Agriculture – Sahambavy, champ des femmes et du thé

Le village de Sambaina est à moins d’une heure de Fianarantsoa. Avec sa petite gare et son lac, c’est le cadre idéal pour un weekend campagnard. En arrière-plan, les collines se succèdent, avec sur leurs flancs des tracés de niveau formant à perte de vue des strates d’un vert tendre et lumineux. Ici les plants de thé ont accaparé les reliefs, ceinturant le fond des vallées dessinées en damiers par les rizières betsileo. Nous sommes à Sahambavy, le champ des femmes, mais surtout du thé malgache.L’idée d’introduire cette culture dans la région remonte aux années 70. Les conditions de climat, de sol, et d’altitude se prêtaient à un bon aboutissement de la transplantation de boutures kényanes. Le domaine s’étend aujourd’hui sur 335ha dont 94ha sont autogérés par les paysans eux-mêmes. Le concours de 250 ouvriers et ouvrières, hottes en osier sur le dos, est nécessaire pour récolter les quelque 20 tonnes journalières de feuilles humides ramassées à la main. Il faut compter environ 5 kg de feuilles pour obtenir un kg de thé noir prêt à la consommation qu’on aura fait passer par plusieurs opérations : le flétrissage durant lequel les feuilles perdent 30% de leur eau, le roulage qui consiste à les broyer pour les réduire en fines boulettes, la fermentation qui développe  le goût et l’arôme, la torréfaction ou séchage qui se fait dans une chaudière alimentée au feu de bois. Le cycle se termine avec le triage durant lequel le thé est défibré et calibré grâce à d’antiques machines de bois et d’acier. Enfin, 80% de la production sont exportés principalement vers Mombassa où se tient une des plus importantes bourses du thé au monde.Grâce à Sahambavy, Madagascar a une place, quand bien même elle serait encore modeste, dans l’univers de la boisson la plus consommée après l’eau. À chacun sa… tasse d’exotisme ! Le thé noir et le thé vert sont issus d’un même arbuste : le théier ou camellia sinensis. La différence vient de ce que, après la cueillette, les feuilles de thé vert ne sont soumises qu’à un léger chauffage les dispensant du processus énuméré précédemment. Le thé est diurétique et dissout les graisses alimentaires. Théine et théophylline ont des effets bénéfiques sur la circulation sanguine, et agissent contre l’artériosclérose. Le thé favorise l’attention et l’activité cérébrale, ses bienfaits sur le cœur sont connus. Il est riche en vitamines et oligo-éléments, et ne contient pas de calories. À consommer sans appréhension, d’autant plus qu’à Madagascar, ce ne sont pas les arômes qui peuvent délicieusement l’épouser, qui font défaut. Un clin d’œil à la vanille, entre tant d’autres tentations gourmandes…

Hôtellerie – Quand le Hilton devint le Carlton

Il y eut un soir, il y eut un matin, et le quartier administratif d’Anosy se réveilla un jour avec, à son extrémité, apparemment le même grand hôtel, lequel n’était en fait plus tout à fait le même. Le passage du Hilton au Carlton s’était fait sans accroc, ce fut même une affaire entre grands seigneurs. Pour en savoir un peu plus, Tom Andriamanoro avait alors approché François Van Rens, general manager du Carlton. Quelques points forts de l’entretien réalisé pour le compte du magazine touristique Go To Madagascar.

La question du personnel ?Il a fallu lui faire comprendre qu’il y a eu un changement de nom, mais que le contexte général n’a pas changé. La clientèle est restée la même, elle a les mêmes attentes, peut-être en plus exigeant. Il a aussi fallu le rassurer, dissiper son inquiétude sur la sécurité de l’emploi. La nouveauté de notre politique a été de réduire le nombre des contractuels au profit des emplois permanents.

L’impact des décennies Hilton ?Bien sûr il y a chez le personnel cette fierté d’avoir appartenu à une chaîne internationale qui est aussi une garantie de qualité. Il nous appartenait de démontrer que le changement n’allait pas équivaloir à une baisse de nos standards. Ces paramètres, c’est nous tous et notre professionnalisme qui sommes appelés à les façonner. Maintenant que nous sommes indépendants, nous pouvons mieux les définir et adapter à notre clientèle.

L’image Carlton ?Carlton est un nom avec lequel les voyageurs ont des affinités. On le trouve un peu partout dans le monde. Il y a une petite chaîne Carlton Hôtels en Australie, un Carlton Group aux Pays-Bas et un autre au Luxembourg, mais sans lien entre les deux. Il y a des Carlton à Nice, à Lille, aux États-Unis… Le Carlton Madagascar est une marque déposée par le propriétaire qui est la Société malgache d’hôtellerie. L’image de marque que nous voulons être la nôtre est celle d’un grand hôtel international apprécié pour la qualité de son accueil et la personnalisation de ses services. Souvent dans les grands hôtels le client « est » un numéro de chambre. Pas chez nous. Un homme d’affaires chinois n’a pas les mêmes habitudes qu’un touriste français. Nous voulons aller d’un service qui était globalement bon, à un autre qui prend mieux en compte les spécificités.

François Van Rens a été le general manager du Carlton lors du changement de nom du Hilton.

Les premiers mois de démarrage ?Cela s’est passé très vite. Il y a eu   énorme premier travail de rebranding, de remplacement de tout ce qui était Hilton par la griffe Carlton, depuis les stylos jusqu’à l’enseigne géante sur le toit, en passant par les formulaires et les uniformes. Nous nous sommes également engagés dans des travaux lourds comme la rénovation totale des cuisines, bientôt suivie par la climatisation. Je citerai aussi le rafraichissement de la peinture, l’installation de grands lustres, le réaménagement des jardins, question d’adoucir l’architecture années 60 du bâtiment. Mais il ne s’agissait pas non plus d’un changement radical du tout au tout.

La fidélisation de l’ancienne clientèle Hilton ?Bien sûr il y a eu le problème des points auxquels donne droit la carte Hilton. Nous disons à cette clientèle « d’accord nous ne pouvons pas vous donner des points, mais tous les autres avantages du fait de votre régularité, vous continuerez à en bénéficier ». Au début aussi, nous avions un petit problème de visibilité sur l’international, car ce n’est pas aussi simple que cela d’être bien représenté dans les systèmes de distribution. On n’est pas encore à 100%, mais la question est en bonne voie d’être résolue.

Les évènementiels ?Comme son prédécesseur, le Carlton continuera d’être un haut-lieu de la « vie tananarivienne ». Nous renforcerons même ce point fort de l’hôtel, hérité d’un excellent emplacement et des habitudes de sorties de qualité. Tous les mois nous créons des évènements autour de thèmes spécifiques. C’est très important car un grand hôtel comme le nôtre se doit aussi d’être un lieu de vie.

Rétro pêle-mêle

2004 fut l’année de bien des extrêmes. Celui de la bêtise humaine, comme ce qui s’est passé dans un centre commercial d’Asuncion ravagé par le feu : plus de 45 morts asphyxiés, brulés ou piétinés, dont plusieurs enfants surpris par les flammes dans le parc de jeu de la grande surface. Des gardes auraient bloqué toutes les sorties sous prétexte d’empêcher les clients resquilleurs de s’esquiver sans payer. À la décharge de ces vigiles l’on pourrait arguer que, vu l’étendue du centre, très certainement compartimenté en plusieurs zones, ils avaient mésestimé la gravité de l’explosion initiale. La vitesse de propagation des flammes et la panique auront fait le reste. Sans vouloir comparer l’incomparable, il est difficile de ne pas penser à certaines ruches commerçantes d’Antananarivo où, du matin au soir, la foule s’adonne avec insouciance à sa chasse aux produits synthétiques dans des dédales que la moindre étincelle transformerait en enfer. Dis, c’est loin le Paraguay ?

Loin de ce cauchemar, ce fut cette année la fête en Grèce pour célébrer le retour des Jeux en Olympie, comme sept siècles avant J.C. Quelque deux cents nations s’associèrent à l’évènement, le premier du nouveau millénaire. Concernant Madagascar, la Grande île participait régulièrement aux Jeux Olympiques depuis 1964 grâce aux subventions du CIJO. Un sommet a été atteint en matière de performance avec la qualification de Jean-Louis Ravelomanantsoa pour la finale de l’épreuve reine du 100m en 1968 à Mexico, quoiqu’il ne faille pas oublier qu’à Sydney, Nicole Ramalalanirina s’est classée sixième au 100m haies, mais pour le compte de la France. À Athènes, Madagascar engagea neuf athlètes sur cinq disciplines, en misant sur les compétitions à catégories de poids.

Lettres sans frontières

Driss ChraïbiIn Les Boucs

Ils marchaient à la file indienne

Ils marchaient à la file indienne dans le matin brumeux. Des trilles de rire les accueillaient, instinctifs, vite étouffées, et on se demandait ensuite comment on avait pu rire, si même le rire avait une valeur d’instinct.Ils avaient le pas pesant, les bras ballants et la face effarée. Leurs narines fumaient. Ils rasaient les murs, l’un suivant l’autre comme une fuite de rats ; un angle de rue se présentait, saillant et soudain comme une digue : ils s’immobilisaient, éblouis un instant par le tintamarre mécanique des klaxons et des freins, le pas fiévreux des foules, les mille et une manifestations menues et disparates d’une vie qui n’était pas la leur. Précipitamment ils tournaient l’angle qui les avait arrêtés, retrouvaient devant eux le dos familier qui les guidait, reprenaient peur, pas de pierre, mais c’est ainsi à chaque angle de rue, à chaque aspérité du trottoir, à toutes les saillies, à tous les carrefours… comme des sources de diffraction, comme si leur étonnement eut été un réflexe intermittent et sans fin, pareil à ces vessies de chiens giclant sur tous les réverbères d’une rue, à raison d’un petit jet rapide et furtif par réverbère.Ils étaient une vingtaine et ils marchaient depuis l’aube. Le soleil levant avait essayé de s’absorber en eux, de les teindre ou, tout au moins, de leur donner des contours, une forme, une ombre. Puis le vent s’était levé, bref et péremptoire comme un policier, déterminé à les balayer. Mais ces deux tentatives avaient été vaines. Maintenant le soleil était tapi derrière un amas de nuages comme autant de témoins, le vent bougonnait, et eux marchaient toujours.Leurs pieds quittaient à peine le sol, comme si la pesanteur eût reconnu en ces êtres de futurs et excellents minéraux et les eut déjà liés à la terre, chaussés de semelles qu’ils croyaient être du cuir, du caoutchouc ou du bois, simples formes de pieds découpées dans de vieux pneus ou dans de la tôle galvanisée et qui avait fini par les mouler jusqu’aux ongles des orteils, jusqu’à la mécanique du pas, et cela représentait d’incroyables godillots graissés au saindoux ou peints à la gouache, qui semblaient vides de tout pied, animés tout juste d’une ancestrale habitude qui les eût soulevés et fait retomber sur le pavé, gauches et dérisoires comme des souliers vides.Ils étaient vingt-deux. Ce jour-là, comme tous les jours, l’aube les avait vus surgir de leur taupinière et uriner tous en rond dans la brume et le froid. Le Caporal avait marché devant, un Bicot mélancolique gratifié de ce grade parce qu’il séjournait en France depuis 1920 (toujours chômeur ou presque toujours), et que la taupinière lui appartenait, du moins c’était lui qui l’avait découverte : une ex-cabine de  camion Dodge dans un terrain vague de Nanterre, et ils lui avaient emboîté le pas. La veille, à la lueur d’une boule de suif où l’on avait enfoncé une baguette de bois, ils avaient discuté ferme. Ce jour-là ne ressemblerait à aucun autre.

Textes : Tom AndriamanoroPhotos : L’Express de Madagascar - AFP  

L'express de Madagascar0 partages

Nosy-Be – Formation sur l’approche des requins baleines

Une vingtaine de personnes ont répondu à l’appel durant la quatrième séance de formation organisée par l’association locale Mada Megafauna et visant à la mise en place de la charte d’approche des requins-baleines. L’assistance a été composée d’opérateurs touristiques et leurs marins. Chaque séance portait sur les codes de conduite à tenir lors d’une approche des requins-baleines pour éviter les éventuels accidents des personnes et aussi des bêtes. Éteindre le moteur des embarcations lorsque les clients sont à l’eau, un seul bateau pour suivre un requin-baleine pour ne pas le perturber, ne pas s’approcher à moins de trois mètres, et surtout ne pas les toucher. Ce dernier point évite les risques d’infection aussi bien pour les humains que pour ces espèces en voie d’extinction. Ces séances de formation rentrent dans le cadre de la cinquième édition de la fête de la baleine de Nosy-Be du 15 septembre au 7 octobre.L’initiative de la mise en place de la charte d’approche pour les requins-baleines revient aux opérateurs touristiques et à l’organisation du Madagascar Whale Shark Project ou MWSP.Le MWSP est une organisation scientifique tripartite composée de l’association locale Mada Megafauna, la Florida International University ou FIU, et la Marine Megafauna Foundation ou MMF. Le MWSP était en place à Nosy Be depuis 2016. Les séances de formation sont tenues par la responsable du projet, Stella Diamant, présente chaque année durant toute la saison des requins-baleines. Stella et ses assistants profitent des excursions touristiques de Baleines Rand’eau pour collecter des données scientifiques.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Golf – Ringer Score – Sylvain et Ony  proches du titre

La septième et avant-dernière étape du tournoi de Golf Ringer Score de BNI Mada­gascar s’est déroulée ce dimanche, à l’International Golf Club du Rova Andakana. Les assidus golfeuses et golfeurs de ce tournoi ont profité du beau temps de la journée dominicale pour améliorer leur performance, dans le cadre du tour 7 de la saison.Chez les messieurs, cette étape a permis aux favoris de confirmer leur suprématie et de garder leur fauteuil de leader au classement provisoire. À l’issue de ce tour 7, Sylvain Rabetsaroana con­serve toujours la pole position, avec une carte de 62. Avec le même score, Hiridjee Djawad et Benjamin Memmi, également crédités de 62, complètent le top 3 du classement provisoire.Du côté des dames, Ony Marchand garde toujours une longueur d’avance en terminant le parcours avec une carte de 66. À trois points d’écart, Noyon Monique est restée en deuxième place en réalisant une carte de 69. Ny Voara Raveloarison se retrouve pour sa part à la troisième place avec un score de 70.Dans la catégorie des juniors, Rick Vallery Rajerison est toujours au top en signant une carte de 64. Six points plus bas, Tamby Rakoton­janahary et Ony Rabenja occupent les deuxième et troisième places, avec respectivement une carte de 70 et 71.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Imerimandroso Alaotra – Quarante tables-bancs offerts au lycée

Appui au développement. Le lycée d’Imeri­mandroso Alaotra, doté de nouvelles infrastructures en pleine finalisation de construction, a reçu quarante tables-bancs ainsi que 2,4 tonnes de ciment offerts par Voahangy Rajaonari­mampianina, Première Dame, qui a dépêché son conseiller sur le terrain. La remise officielle de ce gros paquet de dons s’est tenue l’après-midi du jeudi dans l’enceinte du CEG d’Imerimandroso, un établissement scolaire devenu en même temps lycée depuis quelques années.« Il n’y a pas que du ciment et des tables-bancs, mais aussi des tables de bureau pour les enseignants et un ordinateur complet doté d’une imprimante et d’un onduleur », a souligné une responsable au sein du lycée.Désiré Ranarisoa, chef de la région Alaotra-Mangoro, a mentionné l’importance de cet appui pour l’amélioration du domaine scolaire et les efforts de scolarisation dans cette localité d’où sont issues des personnalités. En outre, il a été annoncé dans les discours qu’un arrivage de livres et d’équipements pour la toute nouvelle bibliothèque serait imminent.

Hery fils Andrinandraina

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Rencontre sportive  entre clubs de motards

Un évènement hors du commun. Le domaine des Frères Capucins à Ambohi­malaza Imerikasinina accueille les Olympiades des Motards, ce samedi à partir de 9h. La discipline basketball uniquement a été retenue pour cette première édition, en format 4×4 sur demi-terrain, mais d’autres viendront s’y ajouter prochainement.Huit clubs y prendront part, et certains ont monté plusieurs équipes. Au total, l’on dénombre treize formations, départagées en quatre groupes pour les élimi­natoires. Citons Iarivo Moto Club 1, IBMoto 2, Maxiscooter 2 et Gasy Motards Club dans le groupe A ; Maxiscooter 1, Thirty Thirds et IMC 2 dans le groupe B, IBMoto 1, Team Bikers Gasikara et Mad’Bikers 2 dans le groupe C ; et enfin IMC 3, KTM Mada et Mad’Bikers 1 dans le groupe D.Les deux meilleurs de chaque poule seront qualifiés pour les quarts de finale. « Les clubs de la capitale ont décidé d’organiser plusieurs activités, afin de pérenniser la fraternité entre les passionnés des deux roues. Cette fois-ci, ce sera du basketball. Le but n’est pas seulement de renforcer notre amitié, mais aussi de s’éduquer entre nous, dans le cadre du respect du code de la route et des autres usagers de la route, ainsi que du port des équipements de protection en deux-roues. Nous tenons à exprimer notre reconnaissance à tous ceux qui ont soutenu notre initiative, à savoir Motul, Tecno, Madauto, Funbike, Pilokak Moto, Maxiscooter MDG, Néron Sport et XXL», confie un des organisateurs à propos de cet évènement.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Réouverture de la route nationale 7

La circulation sur la route nationale 7, reliant Antananarivo et Toliara, est revenue à la normale six jours après l’effondrement du pont de Vohiposa. Les travaux d’installation d’un pont Bailey sont achevés, hier. Ce pont pourrait supporter jusqu’à 44 tonnes. Le contrôle des surcharges sera renforcé, selon le ministre des Travaux publics, Eric Razafimandimby.

L'express de Madagascar0 partages

Taux de croissance à 5,1%

La croissance économique du pays est prévue s’ac­célérer à 5,1% en 2018, selon Marshal Mills, chef de mission du Fonds monétaire international (FMI), jeudi. Cette hausse sera boostée par la hausse de l’investisse­ment public et un rebond dans le secteur agricole. Pour cette année, celle-ci devrait atteindre 4,1%, soit l’un des taux les plus élevés en Afrique subsa­ha­rienne. En ce qui concerne l’indice de prix à la consomma­tion, «l’infla­tion devrait redes­cendre aux alentours de 8%, d’ici la fin de l’année, et poursuivre sa baisse progressive en 2018 », note le cadre du FMI.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – La gabegie perdure dans les transports  en commun

Le centre de visite technique de Mahajanga met en garde contre les infractions perpétrées par les tricycles ou taxis motos. Le chef de centre sera intransigeant et appliquera la loi face aux nombreux accidents qui se produisent chaque jour.« Nous allons effectuer une descente, la semaine prochaine, pour contrôler les papiers. Les surcharges sont formellement interdites. Mais j’ai encore remarqué tout dernièrement quatre passagers plus le conducteur sur un tricycle. Le quatrième voyageur était placé près du conducteur et il gêne complètement celui-ci », a déploré le chef de service.Le laisser-aller se constate surtout la nuit durant la période des vacances. Des surcharges sont constatées et continuent encore jusqu’à présent. Les agents de police ne les voient même pas.Les conduites dangereuses telles que le demi-tour et l’arrêt brusque sans prévenir, le non-respect de la vitesse autorisée de 40kmh sont légion.Aujourd’hui, on compte plus de 1 250 tricycles qui possèdent une licence sur les 2 500 qui circulent en ville. Le reste travaille clandestinement, sans autocollant.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Myanmar ou la décadence d’une étoile

Jusqu’où le pouvoir peut-il corrompre l’être humain ? Une question à laquelle beaucoup d’entre nous ont des réponses toutes faites. Mais en voyant ce qui se passe au Myanmar, le doute, la confusion, la peine, le désarroi viennent s’entremêler dans l’espoir que j’avais en quelques poignées de personne sur cette terre. Suu Kyi, son poster trône dans mon salon avec celui d’une quinzaine d’autres« lumières » sous lesquels je voulais que mes enfants grandissent. Et aujourd’hui, j’ai envie de voiler par un drapeau noir son visage si paisible.Amnesty International dénonce largement que ce qui arrive en ce moment aux Rohingyas, au Myanmar, a été planifié, et ils sont délibérément pris pour cible. Cette crise des réfugiés est celle qui, au niveau mondial, connaît le développement le plus rapide. Il s’agit d’un nettoyage ethnique. Il faut savoir que depuis le 25 août, 412 000 Rohingyas ont fui le Myanmar et rejoint le Bangladesh, de l’autre côté de la frontière. Il s’agit de la crise des réfugiés qui connaît le développement le plus rapide au niveau mondial. Ils arrivent chaque jour par milliers, traumatisés et épuisés, sans nulle part où aller.L’armée du Myanmar continue, chaque jour à tuer en toute impunité dans le silence totale de la « madone ». Viols, enlèvement de femmes, d’hommes d’enfants sont perpétrés sous ses yeux par les forces de sécurité du Myanmar. L’organisation internationale de protection des droits de l’Homme annonce que de nouvelles images satellites montrent que plus de 80 villages de l’État d’Arakan, au Myanmar, ont été réduits en cendres. Il s’agit d’attaques délibérées contre des familles rohingyas déjà vulnérables. Non seulement les forces de sécurité ont recours à la violence pour chasser les Rohingyas, mais en plus elles tirent aveuglement sur eux quand ils tentent de s’enfuir.Aung San Suu Kyi, elle avait pourtant une image d’idole pour la communauté internationale et les activistes des droits de l’homme dans le monde entier. Je me souviens encore de ses postures pleines de calme et de fleurs alors qu’elle était une farouche opposante à la junte militaire. Courageuse militante des droits de l’homme, elle a été durant quinze longues années une prisonnière politique. Lauréate du prix Sakharov pour la liberté de l’esprit, prix Nobel de la paix et je ne sais quelles autres distinctions, elle a une place parti­culière dans l’histoire du monde. Aujourd’hui conseillère spéciale auprès de l’État birman elle est donc de facto celle qui dirige le Myanmar.Une pétition signée par plus de 423 000 personnes demande le retrait du Nobel à la dame aux fleurs. Le comité Nobel se cantonne à expliquer qu’il n’y a pas de recours. Heureusement d’autres lauréats du Noble lèvent le ton. C’est entre autre le cas du Dalaï lama, de l’Iranienne Shirin Ebadi (Nobel 2003), la Yéménite Tawakkol Karman (2011), la Libérienne Leymah Gbowee (2011) ou encore la Pakistanaise Malala (2014).« Power tends to corrupt, and absolute power corrupts absolutely » disait John Emerich Edward Dalberg-Acton dans sa lettre à Bishop Mandell Creighton en 1887. Le pouvoir tend à corrompre et le pouvoir absolu corrompt absolument.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Un traité pour reconstituer les grands royaumes

Début 1894, un projet de traité avec Ranavalona III est ébauché. En effet, à peine signé, le traité franco-merina de 1885 est vivement critiqué en France. « Une partie de la presse, des milieux politiques, économiques, militaires, des porte-parole des intérêts réunionnais se disent convaincus qu’il faudra bientôt imposer à la souveraine de Tananarive et à son Premier ministre, une domination plus effective, même au prix d’une nouvelle guerre », écrit Yvan Georges Paillard, vers la fin des années 1970. Ce qui explique, ajoute-t-il, la multiplication des études sur la géographie, l’armée, le gouvernement, l’administration, les possibilités économiques de Madagascar. Il est alors question d’une expédition éventuelle à Madagascar à partir de toutes ces études.L’historien résume ainsi ce projet qui, précise-t-il, déborde largement des perspectives proprement militaires et comprend six parties. La première partie parle de la situation politique de la France à Madagascar qui est une récapitulation des raisons de la future intervention française. Parmi celles-ci, « les obligations de protection… envers les ressortissants britanniques et allemands à Madagascar, obligations conférées en quelque sorte par les conventions de 1890 avec Londres et Berlin ».Le deuxième point concerne la géographie militaire et les auteurs de l’étude recommandent de ne pas sous-estimer les capacités de l’armée merina. Pour ce qui est de la constitution du corps expéditionnaire, c’est avec un chiffrage précis, au total environ 20 000 hommes, plus de 1 300 coolies et 2 800 chevaux dont cinq mulets sont prévus…C’est dans le quatrième chapitre que le programme des opérations est évoqué. Pour atteindre la capitale, la route de l’Ouest par Mahajanga est recommandée, ce qui est admis depuis quelque temps. Le chapitre étudie la saison souhaitable pour l’entreprise (du 1er avril à fin mai) surtout pour des raisons sanitaires. Et pour attaquer Antananarivo, on esquisse de contourner la ville par le Nord et surtout par l’Est, d’autant que l’on craint une sérieuse résistance.La cinquième partie constitue la partie la plus intéressante. Les auteurs de l’étude déclarent s’inspirer des leçons données par les Anglais aux Indes, tout en reconnaissant des différences fondamentales entre les Indes et Madagascar. Selon Y. G Paillard, « ils repoussent les solutions simples, annexion ou protectorat, alors que les partisans de chacune de ces deux options s’affrontent à Paris. » Ainsi, « il faut trouver une combinaison mixte, susceptible de mieux se plier au temps, aux lieux et aux circonstances ».Pour ces experts, l’annexion imposerait des charges financières très supérieures aux résultats à en espérer. Bien plus économique, un protectorat effectif aurait pour première conséquence d’obliger les forces françaises, après leur victoire, à imposer encore la domination de la reine merina dans toute l’ile, « alors que sa suzeraineté n’est vraiment acceptée que dans un tiers du pays ». Et d’après l’historien, « en somme, il faudrait maintenant soutenir le gouvernement d’Antananarivo, foncièrement et insidieusement hostile aux Français, de façon probablement durable, contre des populations non merina qui sont plutôt amies de la France et qui deviendraient à leur tour hostiles ».Finalement, le projet propose de subdiviser Madagascar en « plusieurs zones pratiquement indépendantes les unes des autres, dont le royaume hova, État feudataire de la France parmi d’autres, est réduit à l’Imerina et au Betsileo ». Le traité ayant pour but de mettre fin aux hostilités, « devrait être signé avec ce seul royaume ». Dans les autres régions, rien ne presse : « Il suffirait pour l’instant d’y placer quelques commandants militaires, chargés d’une éventuelle pacification et  prenant en somme la place des gouverneurs merina lorsqu’il y en a. » Par la suite, on pensera à la possibilité de reconstituer les anciennes grandes unités politiques périphériques comme le royaume sakalava.À la tête de Madagascar, on placerait un résident général dont la fonction serait analogue à celle du vice-roi des Indes. Il lui incombe d’entretenir avec les différents peuples de Madagascar, des relations de nature variable adaptées aux besoins. « Il est tout à fait souhaitable que le premier résident général soit le commandant en chef des troupes d’occupation, pour éviter toute solution de continuité. »Y. G. Paillard, après analyse, commente que toutes ces propositions sont fort éloignées et du traité du 17 décembre 1885 et de celui du1er octobre 1895. Elles annoncent plutôt la politique des races de Gallieni et dans une certaine mesure, les futurs protectorats intérieurs. Et l’historien de terminer : « D’une façon un peu inattendue, les auteurs se demandent ici si, après tout, l’expédition en vaut bien la peine. Car Madagascar est loin d’être l’Eldorado que certains voyageurs et écrivains d’imagination ont décrit. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Football - Telma Coupe – Plusieurs rencontres hors place

Elgeco Plus descend sur Fianarantsoa ce dimanche. Le champion d’Analamanga y affrontera le Black Star Vatovavy Fitovinany, dans le cadre des huitièmes de finale de la Telma Coupe de Madagascar.Tana Formation Anala­manga aussi évoluera loin de ses bases, à Mahajanga, face à un Fosa Juniors Boeny qui a enregistré le retour de ses cadres après une tournée en Hollande. Toujours dans la Cité des Fleurs, on suivra de près aussi le match entre la Cnaps Sport Itasy et Tam Port Berger Sofia.Pour Antananarivo, quatre rencontres sont au programme. À Carion notam­ment, AS Adema Analamanga sera aux prises avec Cnaps Sport Analamanga, donc avec un avant-goût de Ligue 1. La Cnaps Sport Analamanga étant promue en première division pour l’année prochaine.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Telma soutient Expo­finance

Précurseur du service de mobile banking à Mada­gascar, MVola soutient le salon Expofinance Mada 2017, du 27 au 29 septembre, au Carlton Madagascar. L’accom­pagnement de ce service de transfert d’argent par téléphonie mobile répond essentiellement à ses engagements de favoriser l’inclusion financière et de contribuer à l’éducation financière et bancaire de l’ensemble de la population.

Midi Madagasikara0 partages

Fikambanana be amboa Sambava : Tsy manaiky ny famonoana alika faobe, ka hidina an-dalambe anio

Tsy manaiky ny hetsika famonoana alika mpirenireny faobe izay tanterahin’ny avy ao amin’ny sampana mpitsabo biby ao Sambava ny Fikambanana be amboa, ka hidina an-dalambe hamakivaky ny tanànan’i Sambava miaraka amin’ny alikany anio sabotsy. Raha ny fantatra dia efa nanomboka tamin’ny 16 septambra lasa teo ny hetsika famonoana alika mpirenireny ao an-drenivohitry ny Faritra Sava, ary efa nanohitra izany hatramin’ny voalohany ny filohan’ny Fikambanan’ny be amboa ao Sambava. Miteraka fikorotanana ny zava-misy ankehitriny noho ny fifandroritana misy eo amin’ny roa tonta, hoy ny tati-baovao voaray. Raha ny fanazavana azo avy amin’ny lehiben’ny sampana mpitsabo biby ao Sambava, dia tsy tokony hampisy olana ny famonoana an’ireo alika mirenireny, satria sady fanatsarana sy fanadiovana ny tanàna io hetsika io no hisorohana ny aretina haromotana, pesta izay efa miparitaka tokoa ankehitriny, ka izany no anisan’ny mahatonga ny hetsika famonoana ireo biby fiompy mirenireny. Baiko midina ihany koa ny azy, raha ny nambaran’ity tompon’andraikitra ity.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Route des œufs à Mahitsy : La population se soulève contre la démolition de 200 maisons

La commune rurale de Mahitsy était en effervescence, hier. Les habitants concernés par la réalisation du projet de construction de la route dit « Route des œufs » sur laquelle, 200 maisons d’habitation devront être démolies sont descendus dans la rue. Ils se sont soulevés contre ce projet qu’ils qualifient d’une décision unilatérale du gouvernement. En effet, la manifestation d’hier réclame aux responsables de la commune rurale de Mahitsy de faire preuve de transparence dans la gestion de ce grand projet. Portant sur 20 km de long, cette route devra relier les communes  d’Ampanotokana et Mahazaza. Compte tenu de cette distance, le projet exige la démolition de près de 200 maisons d’habitation dans le fokontany d’Antandrokomby , affirme Dieudonné-Marien, chef de ce fokontany. D’après lui, cette destruction massive fait suite à l’exagération da la largeur de cette route  si l’on se réfère au croquis déjà établi.  En effet, elle s’étend jusqu’à 12 m dans les zones où il y a des constructions contre 7 à 8 mètres dans les terrains non bâtis. Il déplore également l’existence des maisons qui ne sont pas concernées par cette mesure de démolition. Des habitants soupçonnent la possibilité de corruption dans cette affaire. La manifestation d’hier a alors été organisée pour demander des explications aux autorités concernées sur ce projet. Pour ce faire, ces habitants déclarent que chaque vendredi, ils vont descendre dans la rue pour résoudre ce problème.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Imerintsiatosika : Andian-jiolahy tratra niaraka tamin’ny basy PA

Enin-dahy, izay isan’ny nampitondra faisana ny faritra maro tao Imerintsiatosika no voasambotry ny zandary tany an-toerana ny alarobia teo. Tratra niaraka tamin’izy ireo ny basy PA fentin’izy ireo manao ny asa ratsiny, izay mbola nisy bala iray, fa teo ihany ireo fitaovana maro isan-karazany fitondran’izy ireo manafika sy mamaky trano. « Tamin’ny fikaroham-baovao izay nohamarinin’ny olona tsara sitrapo no nahafahana nisambotra ireo jiolahy ireo», hoy ny fampitam-baovao. Marihana fa misy amin’ireto olon-dratsy ireto no avy aty an-drenivohitra fa misy ihany koa anefa ny avy amin’ny tanan’Imerintsiatosika ihany. Tamin’ny fanadihadiana dia niaiky tanteraka izy ireo fa isan’ireo olon-dratsy nampihorohoroho ny mponina teo an-tanàna ary efa maromaro ihany ny asa ratsy vitany. Efa nisy tamin’ireo olona voatafika moa no efa tonga nametraka ny taratasy fitarainany mahakasika ireto andian-jiolahy ireto teny amin’ny biraon’ny zandary. « Noho ny fifampitokisana mipetraka eo amin’ny Zandarimariam-pirenena sy ny vahoaka any an-toerana dia nisy izao vokatra izao izay azo lazaina fa hanamafy ny fandriam-pahalemana amin’iny faritra iny sy ny manodidina »

m.L