Les actualités à Madagascar du Vendredi 23 Août 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara34 partages

Galeries d’art : Des espaces d’expression pour les artistes

Joël Andrianomearisoa, directeur artistique de cette nouvelle galerie.

Revaloriser l’art, les artistes et  redonner leur place dans la société actuelle. Tel est le combat mené par un passionné de l’art malgache qui soutient les artistes à travers l’ouverture prochaine d’une galerie d’art à Ankadimbahoaka.

L’ouverture prochaine d’une galerie d’art à Antananarivo, à Ankadimbahoaka, est une bonne nouvelle pour les artistes. Cette initiative purement privée du Fonds de dotation HY du groupe Filatex est une démarche qui soutient qu’il ne peut y avoir de développement durable s’il n’y a pas de revalorisation de l’art et de l’identité culturelle malgache. « L’art n’est plus à sa place » se désole la directrice des relations publiques et mécénat du FDDHY, Romy Voos Andrianarisoa. Et pourtant, dans ce grand village du monde, il est important que le Malgache s’approprie ses propres valeurs artistiques pour continuer à exister. Les artistes en sont les ambassadeurs et ces derniers devraient donc avoir leur place dans la société actuelle, tel qu’il en est dans les pays développés. Malheureusement, il y a trop peu de musées et de galeries à Madagascar, pas assez d’espaces d’expression et d’exposition pour les artistes. « Il faut donner aux artistes les moyens nécessaires pour qu’ils s’expriment, et qu’ils s’épanouissent » , ajoute Romy Voos Andrianarisoa.

Programmation nationale

Cette galerie d’art, qui occupe un étage entier dans la galerie Alhambra à Ankadimbahoaka, est composée de deux structures: une galerie proprement dite qui servira à exposer les œuvres artistiques, et une autre qui pourra recevoir des résidences création et des ateliers de formation. « Ce sera une coproduction avec des experts internationaux, et qui sera bénéfique pour les artistes nationaux » explique Romy Voos Andrianarisoa. Car la programmation prévoit déjà l’invitation d’artistes internationaux qui vont échanger avec les artistes malgaches. « Nous collaborons avec les 22 Alliances Françaises réparties dans tout Madagascar, ce qui permettra aux artistes de toutes les régions de bénéficier du programme, et aux œuvres de voyager dans tout le pays« ,dit-elle. Avec comme directeur artistique Joël Andrianomearisoa, qui est l’un des artistes à avoir déjà bénéficié du FDDHY, les artistes qui pourront suivre des ateliers gratuitement peuvent déjà s’estimer privilégiés d’avoir comme mentor un artiste Malgache qui s’illustre à l’international. « Cette initiative est privée, mais j’espère qu’un jour, c’est l’Etat qui deviendra le premier et le plus grand soutien des artistes malgaches en leur redonnant la place qu’ils méritent dans la société« , conclut-elle. Une lutte de longue haleine qui ne fait que commencer, mais à cœur vaillant, rien d’impossible.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara12 partages

Compagnie Tsaradia : Bientôt un 6e appareil ATR-72 pour renforcer la flotte

(De g. à dr.) Le nouveau DG de Tsaradia, Andriamamonjy Rafanomezantsoa et le DG d’Air Madagascar, Rolland Besoa Razafimaharo.

Elle a transporté 326 000 passagers en desservant dix destinations depuis son lancement en juillet 2018.

Une filiale de la compagnie aérienne nationale Air Madagascar, dénommée Tsaradia a été créée en juillet 2018 afin d’assurer le réseau domestique. C’est inscrit dans le cadre du « business plan » pour le redressement de cette compagnie proposé par son partenaire stratégique Air Austral. « A un an d’existence, Tsaradia affiche déjà une nette amélioration en termes de qualité de l’offre pour satisfaire la demande de la clientèle. A titre d’illustration, la compagnie desserve actuellement dix destinations en effectuant jusqu’à 200 vols hebdomadaires. Et depuis son lancement, elle a transporté plus de 326.000 passagers », a expliqué Andriamamonjy Rafanomezantsoa, le nouveau directeur général de la compagnie Tsaradia lors d’une conférence de presse hier, à Antsahavola. Celui-ci a pris ses fonctions depuis le 16 août dernier.

Ponctualité. Et à part l’augmentation des fréquences de vols, le taux de remplissage a atteint 69% en juillet dernier. « En réponse à la demande croissante, nous allons acquérir un 6e appareil ATR-72 pour renforcer la flotte en octobre prochain. L’arrivée bientôt de ce nouvel appareil permettra en même temps à Tsaradia d’améliorer la flexibilité dans son exploitation ainsi que la régularité et la ponctualité de ses vols » a-t-il enchaîné. Parlant justement de cette ponctualité de la compagnie qui a fait la grogne des passagers depuis ces derniers temps, le directeur général d’Air Madagascar, Rolland Besoa Razafimaharo, a évoqué que Tsaradia a été confrontée à d’importantes perturbations durant la haute saison juillet août 2019 à cause des problèmes techniques survenus sur certains de ses appareils. Il en est de même pour la compagnie Air Madagascar.

Trois moteurs remplacés. En effet, « On a dû remplacer les moteurs de nos trois avions Airbus A 340 et le Boeing 737, suite aux recommandations techniques de L’EASA (Agence Européenne de la Sécurité Aérienne) en juin dernier, et ce, en l’espace d’une semaine. Or, un moteur vaut un million de dollars. En attendant, on était obligé de louer un autre avion Airbus A380 pour ne pas perturber les programmes de vols. La location de cet appareil est de 400.000 dollars par mois. Nous avons également cherché de nombreuses solutions afin d’assurer le transport des supporters des BAREA en Egypte », a fait savoir le directeur général d’Air Madagascar. En revenant sur la compagnie Tsaradia, son taux de ponctualité moyen est de 80% si l’objectif est de 85%. Elle prévoit également d’assurer deux vols par jour sur chaque destination. « La reprise des dessertes sur Ambatondrazaka, Mananara et Antalaha est prévue d’ici à la fin de l’année. Quant à celles de Maintirano et de Fianarantsoa, c’est en vue l’an prochain. La compagnie affiche une rentabilité », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara10 partages

Portrait : Sur les pistes des héros malgaches : Ampelamananisa, Ibotity…

La bête à sept têtes retrouvée dans la civilisation grecque, les récits monothéistes, l’hindouisme (ici Bouddha et les Rois du Naga)… Il se retrouve à Madagascar avec « Papangofitoloha ».

Depuis des millénaires, les civilisations ont toujours été bercées par leurs héros. Ces personnages incarnent l’idéal humain, en réalisant des exploits et des actions digne d’être supérieur. Ils communient également, souvent des hommes, le désir de justice tant espérer par chacun.

Sauveur, pourfendeur des féroces et des méchants, le héros se retrouve souvent derrière les plus vulnérables. A Madagascar, avec une civilisation séculaire, des migrations et des influences de plusieurs horizons, des contacts et échanges humains multiples depuis des millénaires… Il est temps de se lancer sur la trace de ces héros, d’antan et d’hier, qui ont permis à l’ensemble des groupes humains du pays de se construire des repères. Du moins, s’ils existaient en réalité ou en légende.

Pouvoirs à la MCU. Plusieurs noms viennent souvent quand on parle des êtres surhumains malgaches, Ibonia est un personnage à part. Inscrit dans la mythologie malgache, il apparaît  selon les chercheurs depuis un poème épique vers 1830 en trois versions. Ce n’est qu’en 1877 que l’histoire a été imprimée. Nul ne sait s’il s’agissait d’une tradition orale uniquement imérinienne, mais Iboniamasimanoro a intrigué par son périple déjanté. Sa mère a dû subir une grossesse de dix ans pour pouvoir le mettre au monde. Son caractère héroïque lui est transmis par lignée royale. Par ailleurs, ses combats, notamment contre le grand Raivato, pour délivrer Iampelamananoro fit un des moments héroïques de son parcours. A l’instar du prince charmant combattant le méchant dragon aux portes du château, Ibonia épousa sa dulcinée.

Dans sa thèse doctorale, « Héros en quête de l’humain : transformations des récits héroïques malgaches » en 2010, Lala Modeste Rakotondrasoa évoque un personnage qui se retrouverait dans presque toutes les traditions orales de Madagascar. « Ampelamananisa », ou La-femme-avec-des-ouïes aurait des pouvoirs surnaturels. Dans son ouvrage « Sirène, rois et démocratie – Ancestralisation et conscience nationale dans un rituel inédit » en 2001, Thomas Mouzard évoquait qu’Ampelamananisa « être issu des fonds marins est en outre capable de contrôler les éléments, tels que l’orage et la pluie, ce qui représente un immense pouvoir dans une région semi-aride ». Ce personnage possède le « Hasina »ou « Hasy ». D’ailleurs héroïsme malgache ne s’éloigne guère du spirituel, d’un élément essentiel : l’eau et d’un mystère cosmogonique.

Rapeto « le géant » Vazimba, un des rares héros dont les traces visibles sont restés avec l’empreinte d’un de ses pas à Ambohidrapeto.

Faiseur de héros. D’autres noms apparaissent également en tant que héros ou anti-héros dans la mythologie malgache. « Papangofitoloha », conté jusqu’à aujourd’hui chez une « petite partie du littoral Vezo », selon toujours Lala Modeste Rakotondrasoa. « Papangofitoloha » a volé la femme de Rezatovo, ici le héros, qui a dû la reconquérir en arrachant un à un les sept têtes du malotru. « Tsimamangafalahy » ou « Tsimalangafalahy » serait également un haut personnage de la tradition orale partagée entre les groupes humains Masikoro et Vezo. Sa réputation vient du fait qu’il s’est circoncis lui-même. Il fallait avoir le courage de quatre hommes, voire plus, pour pouvoir se couper le prépuce. Ensuite, cette épreuve s’accompagne de prouesses héroïques légitimant ainsi ce rite de passage malgache.

Au fil des recherches, on s’aperçoit que l’héroïsme malgache ne se constitue pas seulement de forces surhumaines, parfois gores. La matière grise écumait également les légendes malgaches de personnages conquérants. Ibotity fait partie de cette catégorie, il aurait été le révélateur du monothéisme malgache antérieur aux influences musulmanes et chrétiennes. Sans oublier, les fameux Ikotofetsy et Imahakà, les rois de la fourberie. Si la lecture de leur exploit force à s’attarder sur leurs manigances l’un contre l’autre. Qui au final, leur a permis de comprendre qu’en s’associant ils seraient plus redoutables.Ces deux personnages ont déjà modélisé le « fihavanana » dynamique, réactif  et productif. Tout est dans l’intérêt équilibré.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara4 partages

Fin de mandat : Pas d’intérim des maires, selon la HCC

Les maires pourront occuper leurs sièges même après l’expiration de leur mandat. (Photo d’archives)

Les maires actuels sont maintenant fixés sur leur cas. Ils pourront ainsi occuper leurs postes même après l’expiration de leur mandat sauf s’ils se présentent candidats aux prochaines communales et municipales. Et ce, en attendant les nouveaux maires élus.

La Haute Cour Constitutionnelle a tranché sur le cas des maires dont le mandat expire le 22 septembre prochain. Et ce, suivant l’avis n°08-HCC/AV du 22 août 2019 relatif à une demande d’avis sur les dispositions à prendre pour les autorités communales jusqu’aux prochaines élections communales. Cette Institution stipule en son article premier que les maires et les conseillers municipaux et communaux sortants et en fin de mandat sont maintenus provisoirement en activité jusqu’à l’élection de leurs successeurs. En son article 2, le procédé de l’intérim assuré par l’adjoint au maire n’est pas transposable au maire atteignant la fin de son mandat. Et en son article 3, les dispositions de l’article 309 de la loi n°2014-020 figurant au considérant 10, qui édicte que « les membres des Conseils municipaux ou communaux et Maires et leurs adjoints, qui se portent candidats aux élections communales, sont déclarés démissionnaires d’office aussitôt que leur candidature aura été affirmée recevable par l’Organe de vérification et d’enregistrement des candidatures. L’intérim des Maires déclarés démissionnaires d’office sera assuré par l’Adjoint au Maire dans l’ordre de leur nomination» sont applicables dès la publication officielle de la liste des candidats aux élections communales par l’Organe de vérification et d’enregistrement des candidatures.

Mesures. Considérant que, dans sa saisine, le Premier ministre pose à la Cour de céans les questions suivantes : « les mesures envisagées pour les cas de l’Organe exécutif ne contreviennent-elles pas aux dispositions constitutionnelles ? En d’autres termes, les mesures exigées par la situation générée par le maire se portant candidat aux prochaines communales prévues le 27 novembre 2019, confiant l’expédition des affaires courantes à l’adjoint, sont-elles transposables au maire atteignant les termes de son mandat ? Toujours dans le même esprit, qu’en est-il des cas des membres de l’organe délibérant ? ». Comme nous l’avions dit précédemment, la HCC a ainsi donné son avis sur l’éventuel remplacement des maires en fin de mandat notamment prévu le 22 septembre prochain.

Chronogramme. Faut-il rappeler que le chronogramme portant sur le processus d’organisation de ces élections municipales et communales a été également fixé lors du Conseil de gouvernement du 14 août dernier. Ainsi, le dépôt des candidatures auprès de l’OVEC (Organe de Vérification et d’Enregistrement des Candidatures) sera effectué entre le jeudi 29 août à 9h et le jeudi 12 septembre à 17h. La fixation de la liste et de l’emplacement des bureaux de vote par délibération de la CENI se fera 60 jours au plus tard avant la date des scrutins. Par ailleurs, la fixation du siège et de la composition des SRMV (Section de Recensement Matériel des Votes) par délibération de la commission électorale, et à porter à la connaissance du public, sera effectuée le lundi 28 octobre, 30 jours au plus tard avant la date des scrutins. Les membres du bureau électoral seront désignés par la CENI 30 jours au plus tard avant la date des scrutins. Les demandes de badges pour les observateurs nationaux, étrangers et les journalistes agréés, devront être déposées au plus tard 15 jours avant la date des scrutins, soit le mardi 12 novembre à 17h. Et la campagne électorale durera 20 jours, du mardi 5 novembre à 6h du matin au lundi 25 novembre à minuit. Le gouvernement a précisé que le scrutin uninominal à un tour sera utilisé pour l’élection des maires.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara2 partages

Cybercriminalité : Silence complice des autorités concernées

Les entités en charge de la lutte contre la cybercriminalité à Madagascar sont-elles réellement opérationnelles ? C’est la question que se posent les observateurs. En effet, plus d’un ont fait la constatation de l’utilisation inappropriée des réseaux sociaux par les internautes mais pour l’heure, aucune mesure n’a été prise. Pour certains, « facebook » est devenu une arme de dénigrement et/ou de déstabilisation. Plusieurs « compte fake » œuvrent ou manœuvrent sur les réseaux sociaux pour lancer des insultes ou publier des « fake news » contre des personnalités politiques ou contre des artistes. Pour le moment, ils peuvent agir en toute impunité. Pour ne citer que le cas d’un politicien et non moins ancien candidat malheureux à l’élection présidentielle qui ne cesse de proférer des attaques ouvertes contre le président Andry Rajoelina. Résidant à l’étranger et bénéficiant de la nationalité française, cette personnalité se considère intouchable. D’ailleurs, à travers ses vidéos, il affirme bénéficier du soutien des autorités françaises.

« Complice ». « Moi je peux t’atteindre mais toi tu ne pourras pas m’atteindre là où je suis ». C’est ce genre de message qu’il adresse régulièrement au président de la République. Chaque dimanche, il envoie via son compte « facebook » une vidéo où il lance des accusations contre le Chef de l’Etat, tout en n’avançant aucune preuve. Pas plus tard que dimanche dernier, ce politicien a proféré des insultes et a accusé Andry Rajoelina de meurtrier. Pour l’heure, les autorités malgaches ne font aucune réaction face à ces attaques. Aucune mesure n’a pas non plus été prise ni au niveau des ministères concernés ni de la part des organes responsables de la lutte contre la cybercriminalité, que ce soit au niveau du ministère de la Communication et de la Culture, qu’au niveau de la Gendarmerie ou de la Police nationale. La question est donc de savoir si ce silence, que l’on peut considérer de « complice », confirme la véracité des informations véhiculées par l’auteur. Quoiqu’il en soit, l’inaction actuelle des responsables concernés reflète l’existence de failles dans la lutte contre la cybercriminalité.

Davis R

Midi Madagasikara2 partages

Paositra Malagasy et Ny Havana : Renforcement de la coopération

Les responsables au niveau de la Paositra Malagasy et la compagnie d’assurances Ny Havana. (crédit photo : HAR)

Signature d’une convention entre la Paositra Malagasy et la compagnie d’assurances Ny Havana le 22 août 2019 dans les locaux de Ny Havana à 67 ha. Le partenariat entre les deux entités qui rappelons-le ne date pas d’hier, sera bénéfique à la fois pour la compagnie d’assurances et la poste d’après les responsables rencontrés sur place. Un moyen d’améliorer la distribution des produits d’assurance pour la compagnie d’assurances d’un côté et la vulgarisation des innovations de la Paositra  Malagasy de l’autre. Lors de la conférence il a été dit que la Paositra Malagasy, agent général d’assurance, va représenter la société d’assurances Ny Havana dans l’ensemble du territoire malgache et en contrepartie, Ny Havana exploitera les possibilités des produits de la PAOMA (Paositra Money, Paositra Rapida) via ses agences implantées dans toute l’île.

Paositra Money. Avec Paositra Money, la Paositra Malagasy vise 300.000 utilisateurs de ce système de paiement électronique d’ici à 2020, « ce qui rend particulièrement important cette collaboration avec la compagnie Ny Havana » a déclaré le directeur de cabinet du ministère de la Poste, Charles Rakotolahy. De son côté, le Directeur général de Ny Havana, Ramahenina Alain a annoncé que « le placement d’agent général Ny Havana au sein de tous les bureaux de poste est prévu. La Poste va distribuer nos produits d’assurance, la gestion financière, les produits de microfinance ainsi que la Paositra Rapida ». Enfin, à travers cette stratégie, les deux protagonistes souhaitent prouver que la synergie entre deux entités complémentaires peut faire la différence dans un marché très concurrentiel et dynamique.

Anja RANDRIAMAHEFA.

Midi Madagasikara2 partages

Incendie de la forêt amazonienne : un désastre écologique à méditer

La dégradation de l’environnement est aujourd’hui une réalité qui s’impose avec une certaine gravité. Et elle ne doit pas être traitée à la légère car ses répercutions sont mondiales. Les photos satellite de l’immense incendie qui embrase en ce moment la forêt amazonienne, considérée comme le poumon de la planète ne  peuvent que nous interpeller et nous font prendre conscience de la gravité de la situation.

Incendie de la forêt amazonienne : un désastre écologique à méditer

Peut-on dire qu’il est déjà trop tard ? A Madagascar, la prise de conscience des habitants est de plus en plus aiguë. Deux photos prises par un satellite et publiées sur facebook montrent la  Grande Ile il y a quelques années et aujourd’hui. On ne peut qu’être effaré de voir ces terres de couleur ocre la recouvrant. C’est le résultat de la destruction de l’environnement causée par la trop grande permissivité et le laisser-aller des autorités. C’est une petite partie de la catastrophe écologique qui tue petit à petit la nature. Le gigantesque incendie qui est en train de détruire la forêt amazonienne a alerté tous les défenseurs de l’environnement et la nouvelle a été diffusée en boucle par les chaînes d’information. Le président brésilien Bolsonaro qui se moque des conséquences de la déforestation a été pointé du doigt et n’a rien trouvé de mieux que d’accuser les ONG d’avoir provoqué ces incendies. Cette catastrophe écologique n’est pas la première et d’autres un peu moins spectaculaires se produisent tous les jours La fonte des glaces du pôle nord se poursuit à grande vitesse et elle est irréversible. Les résolutions de l’accord de Paris, qui a été montré comme une grande avancée dans la lutte contre le réchauffement climatique, sont restées lettre morte jusqu’à présent. Les querelles d’experts battent leur plein. Certains disent qu’il est trop tard pour sauver la planète, d’autres disent qu’il faut agir maintenant pour arrêter la dégradation.

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

Projet photographique : « We are family », Madagascar vu par David Cho

Les photographes Cho, You et Kim à l’ambassade de la Corée du Sud.

Photographe de renommée internationale, le Sud-coréen David Cho a choisi Madagascar pour enchaîner son projet baptisé « We are family ».

Après le Sénégal, le Rwanda, l’Ouganda et l’Ethiopie, c’est au tour des familles malgaches aux cambrousses de Morondava et de Besalampy de jouir du talent du photographe. Parmi les 50 pays africains restants, la candeur, l’innocence et la gentillesse malgaches l’ont séduit. Assez pour mettre son focus sur la Grande Ile. Au programme shooting, exposition et cérémonie de remise des clichés aux familles respectives. En deux semaines, il a déjà fait les rencontres, sympathisé avec les doyens des villages dans le but d’établir ce climat de confiance entre l’artiste et ses sujets. Le projet « We are family » consiste à prendre des photos de famille dans les endroits les plus reculés. Sur ses clichés, toutes des famille, grandes ou peu nombreuses, selon la cellule, posent  paisiblement devant leurs maisons. D’après le photographe, « pour moi, la maison est un espace important car plus que quatre murs, c’est tout un univers de vivre ensemble. C’est l’endroit où l’on se fabrique des souvenirs avec nos proches, et c’est justement pour cela que j’aime associer chaque famille à sa maison », relate-t-il. De ce fait, il immortalise des moments forts et les visages familiers des personnes âgées. Pour que les descendants se souviennent de leurs sources de vies. Chaque cliché sera imprimé sur un papier spécifique dont la longévité peut atteindre une bonne centaine d’années. Et sera  remis aux familles respectives.

Changement d’images. « Quant au projet, l’idée est de véhiculer une toute autre image de l’Afrique en Occident. Au-delà de la pauvreté, le continent noir est aussi un lieu où l’on trouve le bonheur dans les petites choses. Si on se réfère aux visages joyeux, ils dégagent un aura de sérénité et de paix intérieure. Des petites choses qui produisent des lueurs d’espoir dans les yeux des gens. Voilà pourquoi mon idée est de changer le stéréotype sur l’Afrique depuis bon nombre d’années. Car il y a aussi une joie de vivre indéniable dans la vraie vie malgré la pauvreté. Et c’est cette lueur d’espoir dans les prunelles des gens que j’aimerais mettre en avant. » Démontrer l’acceptation de la vie par les Africains. Ce qui leur donne cette force que l’on ne retrouve que chez ce continent qu’il qualifie de « jeune et avenir de l’humanité ».

Expositions. Photographe de mode et publicitaire à la base, le photographe est fort de 30 ans de carrière. Il y a cinq ans, David Cho a connu un revirement en voulant apporter plus de contribution pour l’humanité. Depuis, il a laissé les mannequins pour les scènes de vies africaines. Ses œuvres feront par ailleurs l’objet d’une grande exposition prochainement !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara1 partages

Vendredi joli

Nully Ratomosoa à l’Is’Art Galerie

L’un des bassistes les plus en vue actuellement, Nully Ratomosoa, sera sur la scène de l’Is’Art Galerie Ampasanimalo ce soir, à partir de 19 h. Ancien étudiant en droit à l’Université d’Antananarivo, il a préféré se tourner vers la musique avec un instrument assez atypique pour se porter au-devant de la scène : la basse. Mais voilà, le talent se reconnaît toujours entre mille. Nully Ratomosoa gravit les échelons et se retrouve avec les meilleurs. Depuis quelques années, il a décidé de lancer son propre projet, ce qui a abouti à son rythme signature, le Ga-funk. Inlassable, il multiplie les scènes pour être un digne ambassadeur de son instrument préféré.

Tovo J’hay au taquet

A l’Aire By Bypass, l’ambiance est plutôt réservée à la variété tananarivienne ce soir, à partir de 20 h. Puisque les noctambules y retrouveront Tovo J’hay qui refait de plus en plus surface. Parolier et compositeur à succès dans les années 2000, il possède toujours un fan base consistant dans la Capitale. Rien de mieux donc que de quitter, le temps d’un concert, le brouhaha de la ville et se relaxer dans un endroit délassant en périphérie. De plus, un Tovo J’hay, cela arrive encore à faire chavirer les émotions avec ses titres comme « Lazao azy », « Antsika roa irery »… Ce compositeur de talent a déjà travaillé avec des pointures comme Shyn, Aina Cook et bien d’autres encore.

Place à Mamada au « Bonara Be »

Au Bonara Be des 67 ha, on ne change pas la formule qui gagne. De la musique puissante, beaucoup de rythmes et un public qui ne demande qu’à se défouler. Devenu un des lieux les plus visités pour profiter des soirées complexes en compagnie de jolies dames assez audacieuses, ce soir, il accueille le chanteur Mamada. Un artiste reconnu dans le sud de Madagascar, ce chanteur n’aura sûrement pas à faire de grands efforts pour chauffer la salle. D’autant qu’il possède quelques titres phares comme « Moramora avao », « Namako », « Many »… qui trouveront certainement écho auprès de son public. La soirée risque de finir vers les petites heures.

Jaojoby Family au Jao’s Pub

Cela vaut le détour, le maître des lieux, Jaojoby Family sera dans leur salon ce soir au Jao’s Pub Ambohipo à partir de 21 h. Sur scène, ce sera toute la famille qui va se relayer pour mettre le feu à ce lieu. D’habitude, ce genre de soirée fait toujours salle comble. On retrouvera donc Jaojoby Eusèbe en personne, le roi du « salegy ». Mais il sera également épaulé par sa femme, ses fils et ses musiciens. Il ne reste qu’à espérer de retrouver des morceaux comme « Pilovera mena », « Mangala vaiavy », « Samy mandeha samy mitady »… Le « salegy » de Jaojoby Family est maintenant une école pour les apprentis chanteurs voulant tenter leur chance avec ce genre musical. Autant ne pas bouder cette soirée sur les hauteurs de la Capitale.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara1 partages

Mpiasam-panjakana avy aty amin’ny faritra : Lasa an-jorom-bala tanteraka ka mampiaka-peo

Efa nanao antso avo ny fikambanana Adopt, ny teo momba ny fanaovana an-jorom-bala ny zanaky Toamasina, indrindra ireo mpiasam-panjakana sy ireo « avarapianarana ». Nanao toy izany koa ireo fikambanana avy ao Fenerivo atsinanana, tamin’ny fametrahana ny governemanta farany teo, noho izy ireo nampiseho fitia tamin’ny filoha ka miandry ny valim-pitia avy taminy nefa lasa rano an-damosin’ny gana ny zava-nisy. Noho izany, dia manomboka mampiaka-peo sy mivoaka amin’ny fahanginany ireo mpiasam-panjakana sy ireo « avarapianarana » eto Toamasina ireo. Ireo eo anivon’ny sampandraharahan’ny fananan-tany, ny fadintseranana, ny sampandraharahan’ny hetra, …ary ny sampandraharahan’ ny tetibolam-panjakana no tena efa re mitroatra amin’izao. Mahita izy ireo, fa tena an-jorom-bala foana tato ho ato izay, nefa misy ihany ireo nianatra tamin’ireo sekoly ambony mpanofana ny mpiasam-panjakana taorian’ny fifaninanana natao. Eo ireo efa manana traikefa manokana amin’ny fitantanan-draharaham-panjakana. Ohatra velona fanaovana an-jorom-bala ny zanaky ny faritanin’i Toamasina ny zava-nisy nandritra ny filan-kevitry ny minisitra ny 14 aogositra 2019 farany teo, izay ny zanaky ny faritra sy ny faritany avokoa no notendren’ny filan-kevitry ny minisitra hiasa sy hampadroso ny faritra sy ny faritany niaviany avy, afa-tsy ny zanaky Toamasina ihany. Ny fampandrosoana isam-paritra anefa dia miainga amin’ny fanandraisan’andraikitry ny zanaky ny faritra sy ny faritany niaviany avy. Amin’izao anefa ilay sehatra ahafahana mandray fanapahan-kevitra ara-panjakana mihitsy no esorina amin’ny zanaky Toamasina avokoa. Efa mikasa ny hampihatra ny fijitsaram-paritra tena izy raha teo ny fanjakana malagasy, ho avy koa ny fametrahana ny governora ka takian’izy ireo ny fametrahana ny zanaky Toamasina hisahana izany andraikitra izany, raha tonga ny fametrahana izany. Eo koa ny mpiasam-panjakana eo anivon’ny sampandraharahan’ny hetra ; izay mitaky ny fametrahana ny lehiben’ny foibem-pitantanana ankapobeny ny hetra , sy ny rantsa-mangaikany amin’izao, ho zanaky ny faritra no hapetraka amin’izany.

Malala Didier

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Agenda du Pape François lors de sa visite officielle sorti récemment.

L’agenda officiel du Pape François pour sa visite à Madagascar, le 6 au 9 septembre 2019, a été mis en public. Une messe dirigée par le Pape se tiendra à Soamandrakizay, pendant laquelle tous chrétiens de Madagascar seront invités. Les préparatifs pour accueillir le pape sont toujours en cours.
Selon les croyants, l’arrivée du Pape dans le pays pourrait être une source de bénédiction pour tout le peuple malagasy. Avant, pendant et après la venue du Pape, les marchands de rue seront écartés pour réduire au maximum les trafics. Des agents de la Commune Urbaine d’Antananarivo et de la Préfecture de la Police d’Antananarivo seront mobilisés pour avoir une circulation plus fluide dans presque toute la ville d’Antananarivo.
Madagate0 partages

Andry Rajoelina. Ses fermes directives au gouvernement, du 21 août 2019

Finies les tergiversations. Après les élections législatives, la mise en place d'un gouvernement de continuité et la présentation d'une PGE (Politique générale de l’État) définitive, place à la fermeté dans la poursuite des actions inscrites dans les 13 « velirano » du Président Andry Rajoelina dont l'objectif est clair pour son mandat 2019-2024: Transformer Madagascar et rattraper en cinq ans les retards cumulés de développement du pays.

Ainsi, chaque semaine, à compter du 21 août 2019, le Président de la République rédigera une lettre destinée à tous les membres du gouvernement. Elle consignera toutes ses directives pour aller vers l’Émergence effective de Madagascar et constituera aussi des jalons de l'Histoire ainsi que des étapes permettant à l'opinion publique de savoir si le pays avance réellement, fait du sur-place ou recule. Place la première lettre!

Jeannot Ramambazafy

 

Lettre de Monsieur le Président de la République à Monsieur le Premier Ministre, Chef du gouvernement, à Mesdames et Messieurs les Ministres, à Monsieur le Secrétaire d’État

Objet : Nécessité d'accélérer le rythme du développement et du changement

Transformer Madagascar et rattraper en cinq ans les retards cumulés de développement du pays. Telle est ma vision première de l’Émergence.

 

ROMPRE AVEC LES MAUVAISES HABITUDES :

Cette vision doit devenir une réalité. Elle doit se traduire en actions et projets concrets. Elle doit être perceptible à l’échelle nationale et avoir des impacts sur le quotidien de chaque citoyen.

Le temps est compté. Les attentes de nos concitoyens sont grandes. J’ai formulé des engagements à travers les 13 « velirano ». Ils ont été intégrés dans la Politique générale de l’État. Nous sommes chargés de la mettre en œuvre chacun en ce qui nous concerne.

Un défi a été relevé. Il est de taille. Il appelle à une nouvelle ère, un autre mode de pensée, une autre façon de travailler, une certaine manière de gouverner. Nous sommes, certes, enfermés dans le principe de continuité de l’Administration mais nous ne devons pas hésiter à bousculer et aller dans une démarche du changement et de la transformation. L’objectif final est de servir l’intérêt général et d’assurer le bien-être de la population.

Nous devons rompre avec les mauvaises habitudes, la culture du non-résultat et du faire semblant, des faux résultats et des résultats de façade destinés à falsifier l’évaluation ou les rapports vers les échelons supérieurs, généralement par peur de perdre la face sinon de devoir abandonner sa place. Cela est valable à l’endroit de tous les agents de l’État et à tous les niveaux de l’Administration.

Le fonctionnement de l’Administration doit être en perpétuelle adéquation et en phase avec les objectifs fixés dans la Politique générale de l’État. En effet, la machine administrative est un outil de plus à disposition de l’État. L’Administration doit adhérer à la vision de l’Émergence, accompagner la croissance et concourir à transformation du pays.

 

ACTIONS CONCRÈTES EXIGÉES :

Depuis le début du mandat actuel, j’ai donné le ton sur la nécessité de prendre en compte cet impératif temporel. Nous avons impulsé un dynamisme qui s’est manifesté par la rapidité dans la prise de décision et dans la réalisation des actions.

Les effets de ce dynamisme accompagné par la clarté de nos intentions, ont emmené nos partenaires techniques et financiers à intensifier leurs appuis pour accompagner l’Émergence de Madagascar.

Le nouveau Président de la banque mondiale a effectué sa première visite à l'étranger dans notre pays. A cette occasion, il a annoncé l'intensification de l'aide budgétaire octroyée à notre pays à hauteur de 100 millions de dollars. En outre, faisant suite à notre engagement d'atteindre l'autosuffisance alimentaire par la transformation de notre agriculture, la Banque mondiale a doublé son financement pour le projet de croissance agricole et de sécurisation foncière (CASEF). Ainsi, cela permettra l'octroi de 2 millions de certificats fonciers jusqu'en 2022; la réhabilitation des pistes rurales pour connecter les marchés et les producteurs agricoles, et le soutien de l'amélioration de nos produits d'exportation.

Plus symbolique encore, la signature de l'accord de financement de la RN 5-A et, surtout, les

travaux en cours actuellement, qui démontrent ce dynamisme dans nos prises de décision et surtout dans l'impulsion de nos actions concrètes sur le terrain.

Ces deux décisions cruciales que je viens de citer changeront radicalement la vie de plusieurs milliers de foyers de nos concitoyens. Un certificat foncier facilitera l'accès au financement de nos agriculteurs, ce qui impactera sur la productivité, sécurisera le patrimoine familial si cher dans la conscience collective car il perpétuera le « lova » dans la famille.

Pour rester dans cet état d’esprit, plusieurs points sont à soulever sans qu’ils soient exhaustifs :

- Exécuter dans les meilleurs délais les projets prévus pour l’année 2019 conformément à la Loi de finances rectificative ;

- Déterminer les projets prioritaires dans la réalisation des « velirano » en vue de leur intégration dans le cadrage budgétaire de 2020;

- Finaliser la rédaction du Plan Émergence Madagascar avant l’adoption de la Loi de finances 2020 ;

- Augmenter le taux de décaissement des financements octroyés par les bailleurs en améliorant la gestion des projets tant au niveau de la conception, réalisation, suivi et évaluation.

 

INTENSIFICATION DES PROJETS SOCIAUX :

Par ailleurs, les impacts de certains projets doivent être perceptibles à moyen terme. Nous devons ainsi intensifier les projets sociaux afin d’atténuer la dureté de la vie et aider les couches vulnérables à se relever.

Il faut mettre en place et pérenniser une véritable politique de protection sociale pour une société juste et équitable. D’ores et déjà, il faut utiliser à bon escient les 90 millions de dollars octroyés par la Banque mondiale au mois de mars 2019. Ce financement renforcera les transferts monétaires aux ménages vulnérables.

La destination des financements extérieurs est souvent axée sur les volets institutionnels à travers les formations, les dotations en matériels informatiques et en véhicules au profit de l’Administration. Or, ils n’ont pas d’impacts réels, directs et concrets sur la vie de la population. Désormais, ils devront être affectés dans la construction des infrastructures telles que les barrages, les routes, les outils agricoles, des hôpitaux, des écoles. Les projets financés doivent créer des externalités positives sur les activités économiques.

Nous devons avoir une capacité de négociation et de persuasion auprès des bailleurs pour choisir les projets utiles pour le Peuple malagasy. Il nous incombe de proposer et d’avancer des projets. En effet, tout financement a besoin d’un document stratégique démontrant la pertinence, la fiabilité, la soutenabilité financière de nos projets et leur cohérence avec la PGE.

A ce titre, le Plan Émergence Madagascar doit être décliné en politique sectorielle conformément aux 13 « velirano ». Chaque Ministre doit entamer des négociations avec les bailleurs. Les arbitrages finaux seront effectués en Conseil des Ministres. L’initiative de l’Émergence commence par chacun de nous. Elle doit être à la fois individuelle et collective et ce, afin d’obtenir de meilleurs résultats.

Nous allons aller loin ensemble. Maintenant, il nous faut aller vite. Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Mesdames et Messieurs les Ministres et Monsieur le Secrétaire d’État, Tel est l'objet de la présente communication.

Antananarivo, le 21 Août 2019

Andry RAJOELINA

Madagate0 partages

Andry Rajoelina sur le front de l'insécurité dans la région Betsiboka

Rétablir l'ordre et faire régner la sécurité protéger les personnes et leurs biens. Inscrites dans le PGE (Programme général de l’État), telle est la priorités des priorités du régime actuel à Madagascar. Pour donner le bon exemple, la marche à suivre, le Président Andry Rajoelina s'est rendu, le vendredi 23 août 2019, dans les localités de Tsaratanàna et Maevatanana, deux zones classées rouges en terme de sécurité, dans la région Betsiboka située dans le Nord-Ouest de Madagascar.

Il s'agissait, dans un premier temps, de procéder à la pose de la première pierre de la construction d'une base opérationnelle avancée de l'armée Malagasy à Bekapaika. C'est une infrastructure légère stratégique qui pourra accueillir plus de 80 militaires. Elle sera dotée d’équipements de dernière génération et pourvue d’un héliport. Cette base de Tsaratanàna qui sera construite en 3 mois, constitue une base pilote. En effet, cinq bases du même genre seront mis en place dans d'autres régions à travers la Grande île.

Durant son discours, le président de la République a réaffirmé que la lutte contre l'insécurité continuera d'être renforcée. Et, pour motiver et encourager encore plus les membres des forces de sécurité assignés à cette noble mission, il a été mis en place un système de récompense. Ainsi, dans un premier temps, aux valeureux soldats participant à une mission d'une durée d'un semestre, une prime exceptionnelle leur sera attribuée. Parallèlement à cette mission de renforcement de la sécurité, la localité de Tsaratanàna et ses environs bénéficiera d'actions de développement comme la réhabilitation de la route menant vers Andilamena; la mise en place d'engins de forage pour l’adduction en eau potable ou encore l’amélioration de l'environnement scolaire local.

Le Président Andry Rajoelina a ensuite rallié le district de Maevatanàna pour effectuer une visite de la centrale solaire d’Ambalarano où il s’est entretenu avec les responsables. A l'issue de la cette visite, le chef de l’État a déclaré que la production en électricité de cette centrale devra être augmentée à 100 MWh. Ce, afin de pourvoir réellement à l’indépendance énergétique de Maevatanàna.

Dans le cadre du maintien de l'ordre et de la lutte contre l'insécurité, le Président Rajoelina a procédé à la livraison de 23 véhicules blindés et équipés à l'unité de la Zone Rurale Prioritaire de Sécurité (ZRPS - DELTA PC) de Maevatanàna, déjà opérationnelle.

Enfin, pour venir en aide aux enfants des foyers défavorisés, il a annoncé que l’État octroiera des fournitures scolaires aux élèves de cette localité pour la prochaine rentrée scolaire.

Jeannot Ramambazafy

Source : Direction de la Communication et des Relations Publiques

Tia Tanindranaza0 partages

Fahatongavan`ny Papa Ray MasinaVonona ny mpitandro filaminana

Nivory ny OMC NAT (Organisme de conception mixte national) tao amin`ny toby Ratsimandrava omaly niaraka tamin`ireo minisitra mpikambana ao anatin`ny governemanta, izay misahana ny fandriampahalemana eto amin`ny tany sy ny fanjakana.

 

Handray ny Papa Ray Masina isika, izay ho tonga andro vitsivitsy  ka voninahitra lehibe ho an`ny Malagasy iray manontolo, hoy ny minisitry ny fiarovam-pirenena, Jeneraly Richard Rakotonirina. Nomarihany fa miverina tanteraka eo amin`ny sehatry ny iraisam-pirenena  isika eto Madagasikara.  Zava-dehibe eto amin’ny firenena ny fitsidihan`ny Papa Ray Masina ka niompana amin`ny fepetra horaisina momba izany ny fivoriana. Notapahina koa ireo pitsopitsony hanatontosana ny fahatongavan’ny Papa Ray Masina mba ao anaty saina milamina. Tsiahivina fa maherin`ny enina hetsy ireo mpino ho avy ka  ny dimy hetsy avy eto amin`ny diosezin`Antananarivo. Miandrandra ny fahaiza-manao sy mampiseho ny reherahantsika malagasy amin`ny fahaizana fandraisana olona ny minisitry ny fiarovam-pirenena. Handray vahiny goavana i Madagasikara ka miomana ny mpitandro filamanana amin`ny fivahinianan`ny Papa Ray Masina ao anatin`ny fandriampahalemana, ao anaty filaminana tanteraka, fifankatiavana eo amin`ny samy Malagasy. Ny minisitry ny filaminana anatiny jeneraly Roger Rafanomezantsoa dia nitondra fanamarinana amin`ireo fiaraha-miasa eo amin`ireo samy mpitandro filaminana. Nahitana olana sy zavatra tsy nety tamin`ny 26 jona na koa tamin`ny fandraisana ny BAREA ka mila sorohina izany fa tsy misy tokony hifanilika andraikitra. Noho izany, ilaina ny firaisankina, hoy izy. Mila hamafisina ihany koa ny fanangonana loharanom-baovao, hoy ihany izy. Ny sekreteram-panjakana jeneraly Richard Ravalomanana miadidy ny zandarimariam-pirenena dia nitondra ireo fanamarinana ara-teknika izay tokony hojerena akaiky toy ny resaka fitaovana fanaraha-maso (OTME). Hanetsika mpitandro filaminana 7 500 ny fitondrana. Vonona ny mpitandro filaminana ary efa tao anaty andro maromaro no nanao fanazaran-tena. Miantso ny vahoaka kosa ireo mpitandro filaminana mba hanaraka ny toromarika rehetra omen`ireo mpitandro filaminana na koa omen`ireo tompon’andraikitra katolika mba tsy hisian`ny zavatra manahirana raha misy tranga tsy dia matotra loatra. Ny fanarahana toromarika dia fomba handrindrana ny fivahinianan`ny Papa Ray Masina eto amintsika izao, ny 6 hatramin`ny 10 septambra.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Miaramila sandoka teny AnalakelyFanamian’ny rainy efa maty no entiny manala azy

Tovolahy iray mpisandoka ho miaramila no nifanehitra tamin’ireo tena miaramila mpanao fisafoana amin’ny alina.

 

 Nandritra ny famotorana  no nahafantarana fa avy any Vangaindrano ity tovolahy ity, ary miaramila efa nodimandry ny rainy ka ny fanamian’ity farany no entiny mandeha misotrosotro. Voalazany fa rehefa mivoka alina mankeny Analakely izy no manao io fanamiana io. Fantatra ihany koa fa efa hatramin’ny faha 25 taonany izy no nifoka rongony. Lehilahy 31 taona izy io, monina eny Ankorondrano. Natolotra ny polisy ao Analakely ny alarobia 21aogositra  teo noho io fisandohana sy nanao fanamiana miaramila io.

Avy nanao fisafoana tany Isotry sy ny manodidina ireo miaramila ny alarobia teo tokony ho tamin’ny 9 ora sasany alina ka nandalo teo Analakely, nahita tovolahy iray nanao fanamiana miaramila tanteraka. Nahatsikaritra kosa anefa izy ireo fa tsy mandeha araka ny laoniny ny fipetrak’ireo grady teny aminy sy ny endrik’ilay akanjo miaraka amin’izato lobaka. Noho izany dia nanatona azy ireo miaramila ireo . Nitonona ho miaramila moa ity tovolahy ity raha nanao « présentation » ary nilaza fa «sergent chef» no gradiny. Rehefa nohamarinin’izy ireo anefa dia fantatra fa mpisandoka io tovolahy io fa tsy miaramila. Natolotra ny Fampanoavana izy omaly alakamisy 22 aogositra.

Haja Nirina

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fambolena “Algue” ataon’ny SinoaMampihena ny vokatra amin’ny jono any Vohemar

Ny minisitry ny jono teo aloha Augustin Andriamananoro no nanao sonia ny fahazoan-dalàna manao fikarohana sy andrana fambolena Algue rouge ho an’ireo sinoa tany Vohemar.

 

 Tsy misy ny mpanara-maso ireo mpandraharaha vahiny ireo amin’izao ary manampa-pahefana sy manambaka ireo tompontany. Trandrahana amin’ny fomba tsy ara-drariny ny haren’ny Malagasy ary tsy mampiditra hetra araka ny tokony ho izy ao amin’ny kitapom-bolam-panjakana akory izy ireo. Manao antso avo ireo mponina any an-toerana amin’ny tokony hanokafana fanadihadiana sy handraisana fepetra haingana avy amin’ny minisiteran’ny fambolena sy fiompiana ary jono manoloana ny fanararaotana sy fambotriana ny Malagasy, indrindra ho an’ireo mivelona amin’ny jono izay lasibatra amin’ny ataon’ireto Sinoa. Tsy manana fahazoan-dalana hitrandraka sy hanodina akory ilay orinasa sinoa any kanefa efa nahatafapetraka fotodrafitrasa mihitsy hikirakirana “Algue rouge”. Any amin’ny helo-dranon’Iharana any Vohemar no misy ilay toerana. Tsiahivina fa andrana amin’ny fambolena Algue Rouge amina velarany voafetra ihany no tao anatin’ny taratasy fahazoan-dalan’ireo sinoa ireo ary izao hitarin’izy ireo amin’ny fomba tsy ara-dalàna izao. Ankoatra izay dia tsy avelan’izy ireo miasa sy manjono eo amin’ity fari-dranomasina ity ny mponina. Tandindonin-doza, araka izany, ny vokatra avy amin’ny jono ao Vohemar satria hihena izany ary efa tsy mahavita manaraka ny filana maro avy amin’ny faritra intsony ireo mpanjono.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Besarety niova endrikaMisy manangana tsena sahady amin’ny sisin-dalana

Tsikaritra tato ho ato fa efa misy manomboka manangana tsena ny sisin-dalana eny Besarety na dia tsy mbola miverina amin’ny laonina akory aza ny fifamoivoizana, ary tena miditra ao anaty arabe rah any fahitana ilay izy.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsarana ireo dosie mafana ao amin’ny PACHo hentitra ny fanaraha-maso sy ny fitandroana ny filaminana

Maro ireo dosie mafampana hotsaraina eo anivon’ny PAC na “Pôle Anti-Corruption” tsy ho ela.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo madio sy milamina no tanjonaNesorina avy hatrany ireo mpandoto tanàna

Araka ny vinan’ny ben’ny tanànan’Antananarivo Renivohitra Lalao Ravalomanana : “Antananarivo Soa Iombonan’ny Malagasy”, dia niara-nisalahy avokoa ireo hery velona rehetra teo anivon’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) nanomboka tamin’ity herinandro ity,

 

 tamin’ny fandraisana andraikitra goavana amin’ny fandaminana sy fanadiovana ny renivohitr’i Madagasikara. Nidina teny an-toerana samy nanao ny asa tandrify azy ireo ekipan’ny boriborintany, ny departemanta misahana ny asa sosialy, ny departemanta mpiandry ny lapa, ny mpamonjy voina, ny polisy monisipaly, ny ekipan’ny kabinetra, ny polisy nasionaly, mifanome tanana ho fanatanterahana izany  hetsika goavana izany. Efa nisy ny fifampiresahana sy ny fanentanana manokana natao tamin’ireo rehetra voakasika, toy ireo mpivarotra amoron-dalana mba hamonjy tsena sy tsy hibahana ny lalan’ny mpandeha an-tongotra sy ny fiara, ireo mpamily rehetra manohintohina ny fifamoivoizana, ireo mpatory an-dalana izay mamela ny lotony etsy sy eroa ary manakorontana ny fandriampahalemana ihany koa, ireo mpivarotena sy mpirenireny amin’ny alina izay manao maloto sy manakotaba ny hafa. Nizotra am-pilaminana ny fanatanterahana ny asa. Tsara ny manamarika fa efa nisy ny fihaonana tamin’ireo ambaratonga ara-panjakana maro amin’ny fiaraha-miasa sy fandraisana andraikitra amin’ity hetsika izay efa natomboky ny CUA ity. Hitohy ny fandaminana sy fanatsarana, ka tsy mitsahatra ny manentana ny tsirairay mba samy handray ny andraikitra tandrify azy avy ny CUA, ho tombontsoan’ny besinimaro.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsika goavana « Haona Fi 2019 »Eny amin’ny Village Voara Andohatapenaka ny fotoana

Hatao ny 30 aogositra hatramin’ny 2 novambra eny amin’ny Village voara ny hetsika goavana « Rodorodo Haona Fi 2019 » andiany faharoa, karakarain’ny foibe FJKM (Fiangonan’i Jesosy Kristy eto Madagasikara),

 

 

hisokatra amin’ny olon-drehetra tsy ankanavaka. Ho hita ao ny hetsika ara-pilazantsara, ara-java-kanto, ara-tsosialy, ara-barotra,… raha ny nambaran’ny Sekretera Jeneralin’ny FJKM Pasitera Radimisaona Jonah.  Hisongadina ny lafin-javatra 3 dia  ny Fitoriana amin’ny lafiny rehetra : zava-kanto, hirahira, tenin’Andriamanitra ; fifaninanana tenin’ny soratra masina, fialamboly iarahana amina mpanakanto fanta-daza,… Faharoa ny asa sosialy ahitana ny ara-pahasalamana, arak’asa, fampianarana sy tantsoroka (formation). Tsy hohadinoina ny resaka ara-barotra amin’ny alalan’ny Tsenabe, ka tranoheva manodidina ny 200 no homanin’ny mpirakarakara hampirantiana ny vokatry ny tany, ny asa tanana,… ka mbola afaka manatona eny amin’ny Foibe FJKM Ifanomezantsoa Analakely ireo te handray anjara. Hisy ny fitiliana diabeta, areti-maso, nify, VIH/Sida, fanolorana ra, acupuncture, homamiadan’ny nono, homamiadan’ny vozon’ny tranonjaza. Misy sarany 5.000Ar ny fitiliana ny homamiadan’ny vozon’ny tranonjaza sy ny nono ka misoratra anarana mialoha any amin’ny fitandremana na eny amin’ny Foibe FJKM ireo hanao, raha toa ka maimaimpoana avokoa ireo fitiliana hafa. 10.000Ar kosa izany raha eny amin’ny Village Voara vao manoratra anarana.  Hanolotra fiofanana isaky ny hariva ny mpikarakara. Ny andro voalohany dia momba ny “leadership Chretien”, faharoa ny “entreprenariat au féminin”, ary ny “agri-business” na fampianarana ny olona hanorina orinasa amin’ny sehatry ny fambolena sy ny fiompiana. Hisy ny tolotr’asa eny an-toerana ka mila mitondra “CV” ireo liana satria efa misy tompona orinasa manao tolotra ao, ary raisina raha mahafeno ny fepetra. 500 eo hatreto ny tolotr’asa efa vonona. Hisy ihany koa ny fisian’ny fifaninanana mamily fiarakodia ny sabotsy, arahina famaliana fanontaniana ara-tsoratra masina,… Tamin’ny herintaona dia 10.000 ny isan’ny mpitsidika, fa amin’ity kosa dia 30 000 eo no andrandraina ho tonga, ka manentana ny rehetra ho avy izahay, hoy Rtoa Disaine Lala, komitin’ny Haona Fi.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

FEOI andiany faha-12Hitrandraka ny tsenan’i Afrika

Hotanterahina any Saint Dénis La Réunion amin’ny 25 hatramin’ny 27 septambra ho avy izao ny Fihaonambe ara-Toekaren’ny Oseana Indiana (FEOI) andiany faha-12.

Nampahafantarina tetsy amin’ny Tranoben’ny Varotra sy Indostria tetsy Antaninarenina ny fizotran’ny hetsika izay narahana mivantana avy any La Réunion tamin’ny alalan’ny Vidéo-Conférence. Hetsika ara-toekarena izay hifandraisan’ireo Nosy ao amin’ny Oseana Indiana ary handray anjara mavitrika amin’izany ny firenena Malagasy. Ny Antenimieran’ny Varotra sy ny Indostria izay miisa 24 manerana an’i Madagasikara no mandrindra ny asa rehetra ary tanjona ny hahazoan’ny firenena Malagasy tombony amin’ity hetsika goavana ity. Ny mampiavaka ity andiany faha-12 ity dia ny fisian’ireo firenena afrikana vahiny nasaina ka anisan’izany Kenya, Mozambika, Afrika Atsimo ary Tanzania. Samy handresy lahatra ireo firenena ireo ny amin’ny vokatra sy ny fandraharahana ireo mpandray anjara. Fotoana hampiroboroboana sy hambolena fifandraisana ara-toekarena ihany koa io. Homen-danja manokana amin’ity foara be ara-toekarena ity ny “huiles essentielles” sy ny nomerika izay sehatra efa nahatafarina sy nahalasa lavitra firenena maro. Tsiahivina fa efa in-3 i Madagasikara no nandray ny FEOI ary vao tamin’ny taona 2018 teo no natao teto izany ka 165 ny Malagasy nandray anjara. Nahatratra 320 ny mpandray anjara rehetra tamin’izany. Amin’ity andiany faha-12 ity dia miisa 400 ireo mpisehatra andrasana ho tonga  any Saint Denis ary miisa 200 000 ireo orinasa haranty avy amin’ny Nosy 6. Mila misisika mafy i Madagasikara amin’ny hetsika ara-toekarena lehibe sahala amin’itony satria izao no fanararaotana fitadiavana lalam-barotra sy hijerena ireo mpiara-miombon’antoka tsara iarahana miasa amin’ny fandraharahana atao.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoEntin’ny tsy fahalalana !

Tsy misy izany krizin’angovo sy hanoanana ary tontolo iainana izany fa ny krizin’ny tsy fahalalana no tena manjaka eto amin’izao tontolo izao, hoy manampahaizana iray.

Rehefa dinihina, tsy amin’ireo lafin-javatrab ireo ihany no mitombina io fa amin’ny fiainam-pirenentsika iray manontolo mihitsy. Tsy mahagaga raha hatramin’izao dia mbola maro hatrany ireo miantso ny vahoaka Malagasy ho valalabemandry. Vahoaka ihany koa, hoy ilay mpamakafaka iray izay, satria mbola misy “vahoa” tsy afaka aminy mandrak’androany. Io izao teo aloha teo niteraka adihevitra ny fahalanian’ny filohan’ny antenimieram-pirenena tamin’ny salan’isa 100% dia samy avo vava daholo izay nanana fahafahana hanao izany. Tetsy an-kilany anefa, sarona ilay teny volamena atao hoe IEM. Ankehitriny, lasa ny PGE izay tsy fantatra ny ilazana azy na praograma na politika ankapoben’ny fanjakana fa sarotra koa ny tsy hino fa tsy holalaovina maharitraritra ireo fiantso roa ireo ato ho ato. Dia samy ho rendrika eo indray isika mianakavy. Miteraka adihevitra amin’izao fotoana koa ny fahalanian’ny satan’ny fanoherana ary misy vondrona parlemantera manda azy. Mahalala ny antony ve isika sa entin’ny tsy fahalalana hatrany ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Nicolas DupuisMpanolotsaina teknikan’ny governemanta hatreto

Mbola miandry ny fipetrahan’izay ho filoha vaovaon’ny federasionina malagasin’ny baolina kitra hatreto ny fitohizan’ny fifanarahana amin’ny mpanazatra ny ekipam-pirenena malagasin’ny baolina kitra teo aloha, Nicolas Dupuis.

 Raha tsiahivina, ny 31 jolay teo no nifarana ny fifanarahana voalohany taorian’iny vokatra azon’ny Barea tany amin’ny CAN 2019 iny. Raha ny nambarany tetsy amin’ny Carlton Anosy omaly nandritry ny fisaorany ampahibemaso ireo mpanohana sy mpiara-miasa taminy ary ny mpitondra sy ny vahoaka malagasy kosa dia ny 24 aogositra izao, izany hoe, rahampitso no nifanarahana tany am-boalohany fa hanatanterahana ny fifanavaozan-tsoniam-piaraha-miasa aminy amin’ny maha mpanazatra ny ekipam-pirenena azy. Mandra-paha, hoy izy, aloha ny tenako dia efa nanao fifanarahana tamin’ny fitondrana malagasy fa ho mpanolotsaina teknikan’ny governemanta eo amin’ny sehatry ny baolina kitra ary isaorako ny vahoaka malagasy satria izy ireo no nangataka ahy mbola hijanona ka mahatonga ahy mbola aty Madagasikara.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tambin-karaman’ny BareaMbola ny ampahefany no azo

Ankoatra ny fisaorana tamin’ny fomba ofisialy ny mpanohana ny ekipam-pirenena rehetra ka nahazoana iny vokatra nahavelom-bolo nandritry ny tompondakan’i Afrika eo amin’ny taranja

 

baolina kitra tontosa tany Ejipta farany teo iny dia namintina ny dingana rehetra nolalovana tamin’izany koa ireo mpiara-miasa mivantana tamin’ny Barea. Nohaazavaina tetsy amin’ny Carlton Anosy omaly ny mikasika ireo tambin-karama isan-karazany tokony ho nositrahan’ireo maherifon’ny firenena. Efa azo, raha ny fanazavana, ilay 700 tapitrisa ariary, natolotra voalohany indrindra. Teo koa ireo tambin-karama taorian’ny fahavitan’ny CAN 2019. Nanamafy kosa anefa ny mpanazatra, Nicolas Dupuis, fa ny ampahefany amin’ireo nampanantenaina hatreto no azon’ny STAFF sy ny mpilalao. Matoky anefa aho, hoy ny tenany fa ho azo tanteraka io rehefa tafapetraka ny biraon’ny federasionina vaovao.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lahatra Andriamahatsangy“Tena ilaina ny tanàn-dehibe vaovao saingy…”

Tena ilaina ny fisian’ny tetikasa tanàn-dehibe. Ny fahitako azy amin’ny ankapobeny,

 

raha ny toerana misy azy rehefa nodinihina sy nofakafakaina ary efa nifampiresaka tamin’ireo tompon’andraikitra, dia hitako fa akaiky loatra ny Tanamasoandro, hoy ny mpandraharaha eo amin’ny sehatry ny asa vaventy Lahatra Andriamahatsangy. Mba tsy hahasempotra an’Antananarivo Renivohitra no atao, ka tsy tokony hiala metatra vitsivitsy an’Antananarivo fa mivoaka lavitra kokoa raha ny hevitro manokana, hoy izy. Raha tena hototofana ihany koa ilay tany satria 1000Ha no hanaovana azy, izay tsy hahita izany raha tsy eo ampita eo, dia atao tsara aloha ny fifanarahana amin’ny tompon’ny tany satria Malagasy ireo. Raha ny sehatra momba ny Tanamasoandro dia famatsiam-bola avy any ivelany no tena hanatanterahana azy. Mba tsy hilazako hoe hatrany amin’ny 80% dia mpanam-bola avy any ivelany, ka raha tsy dia mifanaraka loatra amin’ny tompon-tany eto kanefa hanao fampiasam-bola be, dia mety tsy haharitra ary mety tsy hitsangana akory. Tena ilaina ny fananganana tanàn-dehibe vaovao, fa ao anatin’ny fifampidinihana tsara. Ny fanatanterahana ao anatin’ny fotoana fohy, dia ireo tompon’andraikitra no tena mahalala izay fa raha ho anay teknisianina aloha dia tsy ho vita ao anatin’ny 5 taona ny hananganana tanàna vaovao izany, toy ny hamindrana ny tranom-panjakana, minisitera,… Mila fifampidinihana ary na ho an’ireo mpampiasa vola aza dia mila jerena tsara ny « faisabilité » an’ilay izy, ary tsy lazaiko intsony ny volabe an-tapitrisany dolara ao anatiny, kanefa maro ny zavatra tokony ho laharam-pahamehana ho an’ny Malagasy aloha hatreto. Na izany aza, ilaina ihany koa io, fa mila fandinihana tsara, hoy ity mpandraharaha ity.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiaram-panjakana nanararao-pahefanaVoasazy avy hatrany ilay Tale

Namoaka taratasy ofisialy fialan-tsiny omaly ny minisitry ny fahasalamam-bahoaka ny Pr Rakotonirina Julio.

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsinjaram-pahefanaAfaka mahavita tena ireo vondrom-paritra raha…

Maro ireo vahaolana azo eritreretina amin`ny fametrahana ny tena fitsinjaram-pahefana.

 Betsaka rahateo ireo soso-kevitra efa natolotry ny sokajin’olona na mpitondra samy hafa saingy rehefa misy atrikasa ihany no miseho izany. Ohatra, tokony hifanaraka amin’ny tantara napetraky ny teo aloha, ny toetra jeografika, ny fizaran’ny toetrandro, ny endri-pifandraisana eo anivon’ny samy vondrom-paritra …  ny fizaram-paritra misy. Amin`izay, tsy maintsy mandray an-tanana ny fampandrosoana ny vondrom-paritra sy ny lafin-tany misy azy ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny manomboka amin’ny olom-boafidy izany fa tsy hionona amin’ny famatsiam-bola sy fanampian’ny fitondrana foibe mpanelanelana sy manamora ny fiaraha-miombon’antoka heverin’ny Faritra fa hampahomby ny ezaka fampandrosoana ataony. Mila mametraka fomba fijery tsy mitanila ny fitondrana foibe amin’ireo asa sy fampitaovana ny vondrom-paritra ary hanome koa ny herijikin’ny isam-paritra amin’ny tena fampandrosoana mifanaraka amin’ny filan’ilay Faritra na lafin-tany mihitsy. Mahakasika ny toe-bola tena ilain’ny vondrom-paritra itsinjaram-pahefana mba hifanaraka amin’ny filan’ny vondrom-paritra tsirairay  dia tokony apetraka eo anivon’ny andrim-panjakana mpanao lalàna ny fandinihana izany satria ny famatsiam-bola sy ny fampitaovana ireo vondrom-paritra itsinjaram-pahefana no fototra sy fanoitra lehibe  hampandrosoana azy ireo ary tokony hatao vaindoham-piniavan’ny mpitondra izany. Mila hatsaraina ny vovonan’ireo vondrom-paritra itsinjaram-pahefana (intercommunalité) mba hampirindra ny tetika sy hevitra hitondrana ny tena fampivoarana satria moramora kokoa ny mampivondrona ny fomba fijery ao anatin’ny faritra na lafin-tany ka mitovitovy ny toe-tany sy ny zava-bita. Mbola betsaka ny ezaka atao raha te hametraka ny fitsinjaram-pahefana mifototra amin’ny fampandrosoana sy ny demokrasia isika, mitaky finiavana avy amin’ny rehetra na olon’ny fitondrana na olom-boafidy na mpandraharaha na mpamatsy vola, indrindra ny vahoaka hiantefany. Ny fahaizan’ny mpitondra sy tompon’andraikitra eo amin’ny vondrom-paritra itsinjaram-pahefana mifehy ny fampidiran-ketra eo aminy dia fomba iray mitarika ho amin’ny fananan’ilay vondrom-paritra fahavitan-tena eo amin’ny fitantanana sy ny fampandehanana ny rafitra misy.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Lalàna BrunelleFasan'ny demokrasia

Adihevitra tsy vita ny tolo-dalàna 01-2019/PL Razafitsiandraofa Jean Brunelle nanovana ny lalàna mifehy ny fanoherana sy ny antoko mpanohitra, izay efa nolanian’ireo depiote mpomba ny fitondrana.

Na ireo antoko  mpanohitra 21 nivondrona ao amin’ny Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara (RMDM) sy parlemantera TIM nametraka an’i Marc Ravalomanana ho Lehiben’ny mpanohitra na ireo antoko vitsivitsy hafa milaza ho mpanohitra ka nanolo-kevitra tetsy Tsimbazaza dia samy manakiana io lalàna io. Ireto farany, dia misy ny milaza fa tsy noraharahiana ny tolo-dalàna natolony ary ny tetsy amin’ny antenimierandoholona no niantso sy nanokatra adihevitra fa tsy tahaka ireo depiote IRD tetsy Tsimbazaza. Ny RMDM sy ireo depiote TIM dia mitaky tsy misy fepetra ny fampiharana ilay lalàna 2011-013, ary toa mizotra amin’izany ihany koa ireo hafa milaza fa mpanohitra. Kajy politika maloto, amboletra, didy jadona,… no hanasokajian’ny an-daniny ilay « lalàna  Brunelle », izay toa zary lasa fasan’ny demokrasia sy ny fahalalahana ho an’ny fanoherana. Mihevitra ve ny fitondrana fa hahomby ny fangejana hampanjakana hevitra sy loko tokana toa mizotra mankany amin’ny fanjakana tsy refesi-mandidy ? Zary voizin’ny depiote mpomba ny fitondrana ny hoe nahoana i Marc Ravalomanana no hoekena ho Lehiben’ny mpanohitra sy haka ny toerana filoha lefitra fahafito eny amin’ny antenimieram-pirenena kanefa tsy depiote akory ? Hikipiana ny lalàna natao sy ny lojika politika niainga tamin’ny fifidianana kanefa Atoa Andry Rajoelina sy ny ekipany tamin’ny tetezamita ihany. Ao hitarina amina adihevitra hafa, raha samy hifampitsongoloka ny an-daniny sy ny an-kilany hoe : i Andry Rajoelina tsy miaramila ka nahoana no filoha farantampon’ny foloalindahy ? Tsy mpitsara kanefa filohan’ny filankevitra ambonin’ny mpitsara ? Aiza ho aiza amin’izany ny fisaraham-pahefana ? Lalàna io na mamaritra izany ary lalàna koa no mametraka an-dRavalomanana ho Lehiben’ny mpanohitra, saingy tsy levon’ny vavonin’ny mpitondra. Hisy moa ny fifanatrehana mivantana eo amin’Atoa Alain Andriamiseza (RMDM) sy Atoa Brunelle Razafitsiandraofa anio zoma ao amin'ny fahitalavitra TVM mandritra ny fandaharana Kao-dalina ka ho hita eo ny tohiny.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana ny firenenaMahatsiaro atao an-jorom-bala ny zanak’i Toamasina

Efa nanao antso avo ny fikambanana Adopt ny teo momba ny fanaovana an-jorom-bala ny zanak’i Toamasina, indrindra ireo mpiasam-panjakana sy ireo avara-pianarana.

Nanao toy izany koa ireo fikambanana avy ao Fenerivo atsinanana tamin’ny fametrahana ny governemanta farany teo, noho izy ireo nampiseho fitia tamin’ny filoha ka miandry ny valim-pitia avy taminy nefa lasa rano an-damosin’ny gana ny zava-nisy. Noho izany dia manomboka mampiaka-peo sy mivoaka amin’ny fahanginany ireo mpiasam-panjakana sy ireo avara-pianarana ao Toamasina ireo. Ireo eo anivon’ny sampandraharahan’ny fananan-tany, ny fadintseranana, ny sampandraharaha ny hetra, …ary ny sampandraharaha ny tetibolam-panjakana no tena efa re mitroatra amin’izao. Mahita izy ireo fa tena anjorom-bala foana tato ho ato izay, nefa misy ihany ireo nianatra tamin’ireo sekoly ambony mpanofana ny mpiasam-panjakana taorian’ny fifaninanana natao ; ary eo ireo efa manana traikefa manokana amin’ny fitantanan-draharaham-panjakana. Ohatra velona fanaovana anjorom-bala ny zanaky ny faritanin’i Toamasina ny zava-nisy nandritra ny filan-kevitry ny minisitra ny 14 aogositra 2019, izay ny zanaky ny faritra sy ny faritany avokoa no notendren’ny filan-kevitry ny minisitra hiasa sy hampandroso ny faritra sy ny faritany niaviany avy, afa-tsy ny zanaky Toamasina ihany. Ny fampandrosoana isam-paritra anefa dia miainga amin’ny fanandraisan’andraikitry ny zanaky ny faritra sy ny faritany niaviany avy. Amin’izao anefa ilay sehatra ahafahana mandray fanapahan-kevitra ara-panjakana mihitsy no esorina amin’ny zanaky Toamasina avokoa. Efa mikasa ny hampihatra ny fijitsaram-paritra tena izy raha teo ny fanjakana malagasy, ho avy koa ny fametrahana ny governora ka takian’izy ireo ny fametrahana ny zanaky Toamasina hisahana izany andraikitra izany raha tonga ny fametrahana izany. Eo koa ny mpiasam-panjakana eo anivon’ny sampandraharahan’ny hetra izay mitaky ny fametrahana ny lehiben’ny foibem-pitantanana ankapobeny ny hetra , sy ny rantsa-mangaikany amin’izao, ho zanaky ny faritra no hapetraka amin’izany.

 

Rakoutou

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hafa mihitsy i MadagasikaraNy fitondrana indray no manohitra ny mpanohitra....

Hafa mihitsy ny politika eto Madagasikara fa mitsimbadika ambony ambany.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiainam-pirenenaVariana amin`ny adilahy politika ny maro

Ny politika amin`ny ankapobeny dia tsy misy “adilahy” fa fombany io. Misy no tsy mitovy hevitra ary lojika raha misy ny adihevitra politika.

 

Tsy tokony ho sakana amin`ny fampandrosoana kosa amin`ny alalan`ny fitantanana raharaham-panjakana sy rafitra ara-toekarena  maro samihafa. Ekena fa tsy tonga dia nanaraka ny hafainganam-pandehan`ny fitondrana ny rehetra satria niaina tao anaty gaboraraka tanaty fotoana maro. Mila ezaka ny mitarika ny fanovana toe-tsaina sy fampandrosoana ary ny olom-pirenena tsirairay ihany koa dia mila miaraka misalahy. Tsy maintsy miara-mirona satria tombontsoa iombonana no jerena. Efa ho avy ny fifidianana ben`ny tanàna ary any amin`ny fifidianana ny fifandrombahana fahefana na dia amin`ny  lafiny politika aza. Mila sarihana ny adihevitra ankehitriny dia ny amin`ireo fepetra entin`ny fitondram-panjakana amin`ny fampandrosoana sy fitantanana raharaham-panjakana. Samy mitondra ny tsikera sy ny fanatsarana ary rehefa tonga ny fifidianana dia any no mifaninana.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitondra fanjakana« Hahita afaka 5 taona… »

Nahagaga ny nivoahan’ny depiote TIM tamin’ny fifidianana lehiben’ny mpanohitra teny Tsimbazaza satria raha tsy diso aho dia 100%,

 

 hoy ny sekretera jeneralin’ny antoko politika ABA na antokom-bahoaka malagasy, Dany Rakotoson, no nandanian’izy ireo ny filohan’ny antenimieram-pirenena. Be dia be ny lalàna tsy niasa teto. Mety misy antony ny tsy nampiasana sy nanovana azy ireny ka noho izany dia azon’ny depioten’ny Tiako I Madagasikara natao ny nijanona sy niady hevitra, hoy izy, satria tompon’andraikitra amin’ny hoavin’i Madagasikara isika mianakavy. Tompon’antoka 100% amin’ny zava-misy eo amin’ny firenena koa ny mpitondra ary izay no antony hahaizana mifidy rehefa tonga ny fifidianana mba tsy hahazo depiote mivilana. Manana maro an’isa ao amin’ny parlemantera ny fitondram-panjakana ka averiko indray fa tomponandraikitra hampandroso antsika izy. Rehefa tsy tsapany izay dia ho hitany eo ny hahazo azy afaka 5 taona, hoy hatrany ity mpanao politika ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanohitra sy mpitondraMpiara-miasa fa tsy mpifahavalo, hoy ny CFM

Manoloana ny tsy fandraisan’anjaran’ny antoko Tiako i Madagasikara tamin’ny fandaniana ny sata mifehy ny mpanohitra sy ny mety hitranga aorian’izany dia nilaza ny fahitany ny toe-draharaha ny filoha lefitry ny komitin’ny fampihavanana malagasy na CFM,

 

 Gerard Ramamimampionona. Tokony hotsaroana foana, hoy izy, ny fiaraha-mientan’ny antenimieram-pirenena tamin’ny fifidianana ny filohan’izy ireo. Zava-dehibe tamin’iny ny hoe tsara fiainga ny antenimiera satria olona afaka mifampiresaka no tafaray tao anatiny. Matoa nisy izao fivoriana tsy ara-potoana izao handinihana ny resaka fanoherana dia noraisina ho zava-dehibe izany io resaka io. Ny lalàna dia miaina. Manana andraikitra amin’ny famerenana ny fitokisany ny vahoaka ny mpanao politika ka inoako fa na ny mpanohitra na ny mpitondra dia manana tanjona hanatsara ny fanaovana politika eto Madagasikara. Tokony ho mpiara-miasa fa tsy mpifahavalo ireo noho izany. Ny antso avo ataon’ny CFM dia hoe aoka hojerena ny tombontsoam-bahoaka. Tsy maintsy hevitra iray no avoaka ao Tsimbazaza ka zava-dehibe ny fahaizana miady hevitra anaty fifanajana sy fitiavan-tanindrazana. Hipetrahan’ny olana ilay hoe lalàna tsy nampiharina anefa ovana sahady. Be dia be ny lalàna toy izany teto ka ny vahaolana dia tokony hipetraka ny fanadihadiana mikasika ny antony tsy nampiharana azy ireny, hoy hatrany izy.

J. Mirija

 

Ino Vaovao0 partages

FITSIDIHANA : Nihaona tamin’ny Praiminisitra Ntsay Christian ny Masoivohon’i Frantsa sy Alemana

Nambaran’Andriamatoa Bouchard Christophe fa efa maro ireo fiaraha-miasa nisy teo amin’ny firenena roa tonta hatramin’izay, ary nohamafisiny ny fahavononan’i LaFrantsa hanamafy orina izany, ho fampandrosoana an’i Madagasikara. Indrindra eo amin’ireo sehatra izay napetraky ny Fitondram-panjakana ho laharampahamehana, toy ny fampianarana, ny fahasalamana, ny angovo, ny fambolena ary ny fanarenana ny toekarena.

Ho an’Andriamatoa Derus Michael kosa dia nohazavainy fa nifantohan’ny dinika tamin’izao fihaonany voalohany tamin’ny lehiben’ny governemanta izao, ny fijerena ireo sehatra hahafahan’i Allemagne sy Madagasikara miara-miasa. Eo amin’ny sehatry ny fiarovan’ny tontolo iainana, ny fampianarana fa indrindra ny fitsinjaram-pahefana. Naneho ny fahavononany hifampizara traikefa amintsika izy, amin’ny maha Repoblika federaly azy, ny governemanta rahateo efa miroso amin’ny fametrahana ny fitsinjaram-pahefana tena izy, maro ihany koa ireo tetikasa efa hiarahan’ny firenena roa tonta amin’io sehatra io.

Ho fankalazana ny volana natokana ho an’ny vehivavy ao Afrika Atsimo kosa, dia nanatanteraka iraka eto Madagasikara Ramatoa Baleka Mbethe. 

Nifanakalo hevitra sy traikefa amin’ireo vondrona isan-karazany miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana Malagasy mahakasika ny anjara toeran’ny vehivavy amin’ny fampandrosoana izy. Nohararaotiny izao fihaonana tamin’ny Praiminisitra izao, nisaorana ny Fitondram-panjakana amin’ireo ezaka rehetra natao ho fampivoarana ny vehivavy, tahaka ny fanendrena ireo mpikambana eo anivon’ny governemanta sy ireo parlematera vehivavy ary mampirisika ireo vehivavy handray andraikitry misimisy kokoa izy.

A.Lepêcheur sy Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

MPANENDAKA TENY ANTOHOMADINIKA : Niakatra fampanoavana omaly ny raharaha

Nandalo teo Antohomadinika ireo polisy mpanao fisafoana tamin’io alarobia io tokony ho tamin’ny 09 ora sasany alina . Tamin’izay indrindra no nahatsikaritra tovolahy 01 nanaraka olona avy ao aoriana ka dia nanapa-kevitra ny hanao fizahana ny mombamomba azy. Raha nahita ny Polisy nanatona azy anefa izy dia nandositra avy hatrany. Raikitra ny fifanenjehana ka voasambotra tsy lavitra teo. 

Nandritra ny fisavana dia tsy nahitana kara-panondro teny aminy. Nandritra ny fanadihadiana azy no nahafantarana fa efa nifonja izy ny taona 2017 noho ny antony harom-paosy hatrany. Niaiky ihany koa izy fa efa hatramin’ny taona 2016 no nifoka rongony alohan’ny hanaovany ny asa ratsiny. Natolotra ny Fampanoavana ny alakamisy 22 aogositra 2019 izy.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FIARA VAKY KODIARANA TAO MAEVATANANA : Tafakatra dimy ireo namoy ny ainy

Namoy ny ainy  tao amin’ny  Hopitaly Joseph Ravoahangy Andrianavalona  omaly  ny iray raha toa ka efa  maty  tsy tra-drano taorian’ny  nitrangan’ny  loza  ny roa, ny roa hafa  kosa efa maty  tao  amin’ny Hopitalin’i Maevatanàna  ny  alatsinainy  teo. Fantatra tamin’ny  angom-baovao  azo   hatrany  fa  mpandeha  naratra iray  sisa no tavela  mitsabo tena ao amin’ny hjra raha toa ka efa lasa   nody  avokoa   ireo  naratra miisa 15 hafa namany . 

Nandritra ny fitsidihana  notanterahan’ny Talem-paritry ny  Fitaterana  Betsiboka  Randrianarivony  Narson  azy ireo  dia nanambara  ity  farany fa “ efa nahatontosa ny adidiny tamin’ireo  mana-manjo  sy   ireo naratra avokoa ireo tompon’andraikitra mahefa  miaraka tamin’ny tompon’ny fiara nahavanon-doza tao an-toerana  izay  tamin’ny  alalan’ny  famangiana, fanomezana fanampiana  ary  koa  ny  fanaterana ireo razana tany  amin’ny toerana niaviany avy“ . Raha tsiahivina moa dia ny alahady lasa teo no  niharan-doza ny fiara taksiborosy  iray  mpitatitra nampitohy an’i Mahajanga sy  Maevatanàna. Vaky  kodiarana no voalaza fa nitarika ny  loza mahatsiravina tamin’ io fotoana io.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FIFIDIANANA : “Tsy tokony hafangaro ny lisitry ny Ben’ny tanàna sy ny lisitry ny mpanolotsaina”

Tsy nitovy ny lalam-pifidianana tamin’ireo vanim-potoana ireo satria tany aloha, niavaka mihitsy ny lisitry ny Ben’ny tanàna ary nitokana ihany koa ny lisitry ny mpanolotsaina. Rehefa tsy lany ho Ben’ny tanàna ilay kandida natokana ho amin’izany dia mipetraka amin’izao fotsiny izy. Tamin’ity farany ity kosa, lisitra tokana ny kandidà Ben’ny tanàna sy ny kandidà mpanolotsain’ny tanàna, ka rehefa tsy lany ho Ben’ny tanàna ilay lohalisitra dia mety ho mpanolotsaina arakaraka ny vato azony.

Izay indrindra no nanontaniana ity Ben’ny tanànan’Antehiroka ity satria fombam-pifidianana roa samy hafa no nahalany azy. Ny inona amin’izy roa tonta ireo no ahafahana mampandroso kokoa ? Araka ny nambarany, ity farany ity dia tsy nahafahana nanao zavatra loatra satria saika zary famalifaliana ireo mpanolotsaina fotsiny ny androantokon-draharaha, hoy izy. Ny mahamaika an’ireo koa dia ny tombontsoany mandritra ny androm-pivoriana, hoy hatrany ity Ben’ny tanàna voky traikefa ity.

Ho azy araka izany, mila avahana tsara ny lisitry ny Ben’ny tanàna sy ny lisitry ny mpanolotsaina raha tiana marina ny hisian’ny fampandrosoana fa tsy hifamingana anaty fotsiny eo ireo samy olom-boafidy ireo na koa hifanakon-dravina satria voatery mitady kopaka isasahana na koa marimaritra iraisana fa raha tsy izany, sakanana fotsiny izao ilay tetikasam-pampandrosoana. Tsotra ny antony, ilay mpifaninana politika taminao no lany mpanolotsaina, na mety aza no ataon’ny mpanatanteraka, mitady hirika hitsivalanana izany hatrany ilay mpifanandrina.

Paikadim-pampandrosoana…

Zavatra faharoa nambaran’ity Ben’ny tanànan’Antehiroka ity ihany koa ny momba ny tokony tsy hifandisoan’ny paikady fampandrosoana any an-tampony sy eny ifotony. Tahaka ny bokotra akanjo io, hoy hatrany izy ka na mety aza ny any ambony rehefa mifandiso ny aty ambany, ny haingo iray manontolo no lasa mandringa. Izany hoe, na mametraka izao karazana vina sy velirano ary tetikadim-pampandrosoana samihafa izao aza ny Filoham-pirenena rehefa olona hafa loko politika na hafa foto-kevitra aminy no ho lany Ben’ny tanàna eny ifotony, hifanipaka ihany ny raharaha. Koa aminy, tokony hojeren’ny mpifidy akaiky sy ireo antoko politika izay mba tsy ho lany andro hifanjihitra fotsiny ny Ben’ny tanàna sy ny fitondrana foibe.

Izy manokana, resy lahatra fa mbola ananan’ny mponin’Antehiroka trosa satria nisy ireo vinavinan’asa nokasiany hotanterahina kanefa noho ilay rafitry ny fomba fifidianana teo, zary sakana ny filankevitry ny tanàna satria izay nety tamin’izy ireny notanterahina. Misy ny vita na izany na tsy izany ary ankasitrahany ireo tsara sitrapo nanampy azy tamin’ny fanatanterahana izany kanefa mbola misy koa ny tiany hovitaina. Iray amin’ireny ny famitana ny Lycée satria Antehiroka irery ihany eny amin’ireo kaomina mpifanolobodirindrina no tsy manana an’io ka voatery mankany Ambohimanarina na Talatamaty na Ambohidratrimo na koa Ivato no miezaka ireo mpianatra.

Izy moa dia nanohana ny Filoham-pirenena am-perin’asa na tamin’ny fihodinana voalohany na tamin’ny fihodinana faharoa, izany indrindra no mahatonga azy miteny hoe aleo ny mitovy loko no mitondra ny fampandrosoana fa raha tsy izany ho lany andro hifamingana fotsiny eo.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FILOHA ANDRY RAJOELINA : Maika ny famadihana ireo vina ho asa azo tsapain-tanana

Nisy ny taratasy nataon’ny filoham-pirenena izay nambarany tao anatin’ny filan-kevitry ny minisitra, ny alarobia lasa teo. Taratasy miompana amin’ny fampahatsiahivana an’ireo mpikamban’ny governemanta, fa miandry vokatra mafonja avy amin’ny fitondrana ankehitriny vahoaka. Namariparitany mazava tsara an’ireo tanjona rehetra tsy maintsy hotratrarina.

Anisan’izany ny fitadiavana tombotsoa iombonana ho an’ny vahoaka Malagasy ary hiantoka izay mahasoa ny fiainan’izy ireo. Nosoritan’ny Filoha Andry Rajoelina tao anatin’ity taratasy nataony ity fa raharaha maika sy apetraka ho laharam-pahamehana ho an’ny fitondram-panjakana ny mamadika ho asa azo tsapain-tanana an’ireo vina mba hositrahin’ny vahoaka iray manontolo. Takian’ny Filoha Andry Rajoelina ny hanatanterahana izany ato anatin’ny fotoana fohy sy faran’izay haingana, ary hohatsaraina ireo tetikasa miaraka amin’ireo lamina efa napetraka hatrany am-boalohany mba hipaka mivantana amin’ny fiainam-bahoaka. Miainga amin’ny fanovana ny fisainana hoenti-miasa ary fanovana ny fomba fitantanana. Hentitra, araka izany ny Filoha raha nilaza fa mila atsahatra ireo fahazaran-dratsy sy ny kolontsaina tsy nahazoam-bokatra. Voakasika ao anatin’izany avokoa na ireo mpiasa tsotra na  ireo mpiasam-panjakana isan’ambaratongany. 

Hatrany am-boalohany dia efa hita taratra fa haingam-piasa ity fitondrana ity. Nanamarika izany ny fandraisana fepetra tao anatin’ny fotoana fohy sy ireo asa efa hita mivaingana sahady tao anatin’izay enim-bolana voalohany nitantanan’ny Filoha Andry Rajoelina izay. Nohamafisin’ny Filoha tamin’ireo mpikamban’ny governemanta fa mila tohizana hatrany izay fomba fiasa izay satria mila mandeha lavitra i Madagasikara. Betsaka ireo tetikasa mbola mila tanterahina izay notanisainy tato anatin’ity taratasy ity.  Anisany ny fanatrarana ny fahaleovan-tena ara-tsakafo, ny fanatrarana ny fanamarinana taratasin-tany miisa roa tapitrisa hatramin’ny taona 2022, ny fanamboarana ireo lalàna any ambanivohitra, ny fanohanana ny vokatra haondrana mankany ivelany, fanatsarana ny sosialim-bahoaka. Fanamby lehibe nataon’ny Filoha Andry Rajoelina ny hanova ny fiainan’ny isa-tokantrano,  ary ny hanamora ny ahazoan’ireo tantsaha famatsiam-bola.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FITANTANANA NY KAOMININA : « Manohy ny asany ireo Ben’ny tanàna sy mpanolotsaina » hoy ny Hcc

Omaly, namoaka ny heviny ny Hcc araka ny «  Avis n°08-HCC/AV  » nivoaka tao amin’ny tranokalam-pifandraisany ho valin’ ny tataratasy nalefan’ny praiminisitra lehiben’ny governemanta Ntsay Christian, voalaza tetsy ambony.

Nohazavain’ny Hcc fa tapitra amin’ny 18 septambra 2019 ny fe-potoana farany iasan’ny Ben’ny tanàna, ary tsy miankina amin’iireto farany ny fanemorana ny fifidianana fa ny governemanta sy ny vaomiera mahaleo tena misahana ny fifidianana no manapaka ny mahakasika izany. Mangina tsy ahitana rijan-teny rahateo, na ny Lalàmpanorenana, na ny lalàna, manoloana io fahabangana io. Etsy andanin’izay anefa, ilaina ny fitohizan’ny asam-panjakana eo anivon’ny kaominina mba tsy hampihantona ela ireo izay mila izany. Ny kaominina rahateo no isan’ireo  akaiky ny vahoaka indrindra.

Nilaza ny heviny ny HCC fa «  manohy ny asany ihany ireo Ben’ny tanàna sy mpanolotsaina mandra-pifidy ireo Ben’ny tanàna sy mpanolontsaina vaovao.  » Notsipihin’izy ireo ihany koa fa «  Tsy mahasolo Ben’ny tanàna tapitra fe-potoana iasana ny fametrahana mpisolo toerana. » Araka izany, raisina ho toy ny mametra-pialana avy hatrany ireo ben’ny tanàna sy mpanolo-tsaina mirotsaka hofidiana mandritra ny fifidianana.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

TSY FANJARIAN-TSAKAFO : Fananganana vovonana no hitan’ny sasany fa vahaolana

Ratsamangaika eto Boeny izy ity ka fikambanana miisa 30 no nantsoina handray anjara. Voalaza mantsy fa 44,7% ny vahoaka malagasy no tratran’ny ny tsy fanjarian-tsakafo. Efa nisy ny vahaolana entin’ny ONN hiadiana amin’ny tsy fanjarian-tsakafo dia ny fametrahana ireny toby isaky ny fokontany ireny. Ny secaline no nanomboka azy ary notohizan’ny ONN tato aoriana. Misy mpanentana sy mpitsabo ao mifanerasera amin’ireo vahoaka ifotony, mampahafantatra ny olona momba ny sakafo ara-pahasalamana ary manome sakafo ireo zaza tena voa mafy amin’izany tsy fanjariantsakafo izany. 

Misy koa karazana sakafo omena ny zaza rehetra izay tonga eny. Misy fanaraha-maso manokana koa ho an’ireo zaza tena tsy ampy lanja sy mitondra aretina noho ny tsy fanjarian-tsakafo. Nandalo fotoantsarotra izy ireny toby ireny taorian’ny taona 2009 satria nijanona ny famatsiam-bola azy ireny ka nijanona toy izany koa ny fanomezana sakafo sy fanarahamaso ny zaza eny ifotony. Nisy ny tombanezaka sy ny fijerena ny olana taona vitsivitsy izay izay niantsoana ny mpanao gazety teto Mahajanga. Nisy ny fidinana ifotony sy fitsidihana ireny toby ireny ary samy nahita fa tena ilaina ny iverenan’ireny toby secaline manara-maso ny zaza ireny satria raha ny eto Mahajanga ohatra dia ny teny Sotema sisa nisokatra ary mpiasa antsitrapo japoney no mbola nanohana azy ireo . 

Efa nihidy kosa ny teny Mahavoky sy ny Tsaramandroso ary tamin’ny fokontany maro. Ankehitriny kosa dia fananganana vovonana hisahana ny tsy fanjarian-tsakafo no hitan’ny tompon’andraikitra ho vahaolana hiadiana amin’ny tsy fanjariantsakafo. Hadinon’izy ireo ve fa ny tsy fahampiana no tena mahatonga ny tsy fahampiantsakafo voalohany ? Betsaka amin’ny Malagasy no miaina amin’ny vola ambanin’ny 1 dolara isanandro.  Zara raha mahita vary hohanina ny fianakaviana sasany ka tsy misy na zara fa misy ny laoka. Marina fa misy ny atao hoe sakafo maro loko ka zavatra tsotsotra dia afaka mifameno hahazoana ilay sakafo ara-pahasalamana. Misy peta-drindrina mampahafanttra izany eny amin’ny toby mpanara-maso isam-pokontany nireny, ary mampahafantatra izany ihany koa ireo mpanentana. 

Manana mpanentana mahay sy efa za-draharaha ary efa voaporofo ny asa vitany tamin’io sehatra io i Mahajanga. Misy amin’izy ireo ny nanohy hatrany ny asany na tsy nandray karama intsony aza, ary nitady fomba hafa entina hanampiana ireo ray aman-dreny amin’ny fanomezana sakafo ara-pahasalamana ny zanany. Tamin’izany dia voalaza ombieny ombieny fa ilaina ny famatsiam-bola indray ny toby ahafahana misahana avy hatrany ireo zaza. Mahagaga anefa fa mbola fiivorivoriana’ ihany no andaniana ny vola izay tokony efa nanavotra zaza maro amin’ny tsy fanjarioan-tsakafo. Misy ny tambazotra efa miorina sy voaporofo fa mahavita azy nefa dia mbola mamorona sehatra hafa izay tsy hiasa mivantana amin’izany akory. 

Efa an-dohalika ny ranombary matoa ny 44,7% ny malagasy no efa tratran’ny tsy fanjariantsakafo. tsy vovonana sy mpiasa birao ary kivorivory intsony no ilaina fa asa avy hatrany izay mipaka avy hatrany amin’ireo olona tratran’izany. Dia ny fanatsarana ny fari-piainan’ny fianakaviana tsirairay, ny fanaraha maso ireo zaza tena tsy ampy lanja, ary ny fanomezana sakafo ampy sy sahaza azy ireo hampihena haingana ny vokatry ny tsy fahampian-tsakafo aminy. Fotoana hiasana izao ary tokony hisy vokatra avy hatrany ny asa atao, indrindra fa vahoaka sy aim-bahoaka no resaka. Misy ny asa efa natao taloha nahitam-bokany ka tokony hotohizana fa vtsy ho lany andro hamorona zava-baovao sy rafitra vaovao, handany vola fotsiny, vola izay efa afakan ampiasaina avy hatrany amin’ireo tratry ny tsy fahampiana ara-tsakafo.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

HANAO EZAKA NY FITONDRANA : Ho atao laharam-pahamehana  ny famahana ny olan’ny rano

 Ho- Ampiakarina ny teti-bola hamatsiana ny sosialim-bahoaka. Tanjona hananan’ny Malagasy isan-tokantrano fiainana mendrika sy ara-dalàna. Tafiditra ao anatin’izany ny fahasalamana, ny fanabeazana, ny foto-drafitrasa izay mamaly ny filàn’ny mponina. Ho an’ny eto an-drenivohitra manokana dia anisany olana sedrain’ny faritra maro ny tsy fahampian-drano. Anisany nandraisana fanapahan-kevitra io tao anatin’ny filan-kevitry ny minisitra, ny alarobia lasa teo. 

Tapaka nandritra izany fa  hisy fandinihana manokana mahakasika io olana io. Tsy maintsy apetraka ny tetik’ady mafonja mikasika ny famatsian-drano mba hampifanarahana ny filan’ny mponina sy ny famatsian-drano manerana ny faritra ary indrindra eto an-drenivohitra. Tsy ny eto Antananarivo ihany no mizaka io olan’ny tsy fahampian-drano io fa anisany mibaby izany ihany koa ireo any amin’ny Faritra.``

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FOTOAMPIALAN-TSASATRA : Miakatra avokoa ny vidin-javatra eto Mahajanga

Tsy ny hazan-dranomasina ihany anefa fa ny zavatra rehetra sia miakatra avokoa. Ny hofan’ny elo eny amin’ny torapasi-dranomasina izay 3 000Ariary amin’ny andavanandro dia tafakatra 5 000Ariary amin’izao. Ny paillote misy seza izay 10 000Ariary dia efa misy manombana 15 000Ariary. Ny sasany mitazona vidiny ihany fa raha araka ny fotoana ipetrahan’ny olona eo ka, na iray andro maninjitra aza teo aloha dia adiny iray an kehitriny dia efa mandroaka ireo mpanofa eo ireo mpampanofa. 

Mitaraina, araka izany, ireo mpitsangatsangana na ny eto an-tanàna na ireo mpivahiny satria dia efa lasa fananaraotana ny an’ny mpivarotra sasany. Misy dia misy tokoa anefa ireo mihazona ny vidin-javatra andavanandro fa manenjika isa fotsiny tahaka ireo mpivarotra brochettes. Mbola 300Ariary ny brochette iray ankehitriny. 200Ariary kosa ny boantamo sy ny pakopako. Ny vidin’ny hena eny amin’ny bazary koa tsy dia nahitana fiakarana, fa mbola mijanona 10 000Ariary ka hatramin’ny 13 000Ariary ny kilaon’ny henaomby mifangaro. 20 000Ariary kosa ny filet. 10 000Ariary ka hatramin’ny 12 000Ariary ny kilaon’ny henan- kisoa. 

Ny legioma no niakatra ka 3 000Ariary ny kilaon’ny tomaty, 4 000Ariary ny kilaon’ny tongolo. 2400Ariary kosa ny kilaon’ny ovy. 3 000Ariary ny kilaon’ny karôty. Ao bazary Marolaka no tena mora. Misy isafidianana kokoa kosa ao amin’ny bazary Mahabibo saingy betsaka ny mpivarotra no mangalatra lanja. Ao bazary be kosa no tena atokisana na dia lafolafo aza miohatra min’ireo bazary hafa. Ankoatra ireo dia mbola ao koa ny bazary Tsaramandroso sy ny bazary Sotema ary ny bazary Tsararano. Betsaka ihany koa ireo mpivarotra mandehandeha na mpanao dalaly, ary amin’ny maraina izy ireo no tena miasa. Mahita entana tsara izy ireo saingy lafolafo kosa. 

Mila mitandrina ihany koa amin’ny lanja satria raha variana dia mety latsaka hatramin’ny 250g ny entana rehefa tonga an-trano. Tsy mandritra ny fotoam-pialan-tsasatra fotsiny kosa izany fa mandava-taona. Ny entana ilaina amin’ny fiainana andavanandro kosa dia tsy miova fa mbola 400Ariary ka hatramin’ny 600Ariary ny vaingantsavony. 200Ariary ka hatramin’ny 400Ariary koa ny vovony. Samihafa kosa anefa ny vidin-javatra araka ny fokontany satria any Amborovy no tena lafo entana. 9 000Ariary ny litary ny menaka izay 5 000Ariary na 6 000Ariary aty an-tanàna ka tsara ihany ny mividy an-tanàna alohan’ny mandeha any indrindra ho an’ireo mpiala sasatra ka mba izay hadino sisa vidiana any.

Vanessa

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny lozam-pifamoivoizana sy kolikolyNanentana ny mpampiasa lalana ny CIRGN Toliara

Mitohy hatrany ny fanentanan’ny CIRGN Toliara na Circonscription inter-régionale de la gendarmerie nationale ho an’ireo mpamily mampiasa ny lalam-pirenena faha-7 ho fiarovana amin’ny lozam-pitaterana.

Namoaka io baiko io ho amin’ny fampahafantarana indray ny aro lozan’ny fifamoivoizana ny lehiben’ny fari-piadidian’ny Zandarimaria-pirenena any an-toerana, Hermelan Serge Razafindrakoto, ny 18 aogositra teo. Tsikaritra tato ho ato fa nahazo vahana ny lozam-pitaterana an-tanety ary sorohana hatrany izany izay be mpitranga amin’ny vanim-potoana mahabe olona toy izao. Efa manomboka mitombo isa ireo mpandeha mivezivezy manerana ny Nosy amin’izao main-tany izay fanatanterahana ny lanonam-pianakaviana sy ny famadihana ary ny fialantsasatra izao.

Ankoatra ireo toromarika ho an’ny sivily, nampatsiahy ny fitsipi-pitondrantenan’ny mpitandro filaminana ihany koa ity Lehibem-pibaikoana ny CIRGN ity amin’ny fisorohana ny herisetra sy ny kolikoly. Ho hentitra amin’ny fampiharana ny lalàna sy ny fitsipi-pifehezana ireo manampahefana aorian’izao fanentanana izao, voalaza mihitsy aza ny ho fandroahana sy ny hofamonjana ho an’ireo mpandika lalàna. Ny kolikoly izay manarona ny olana ara-teknika sy mekanika ary ara-taratasy maro an’ny fiara matetika no anisan’ny fototry ny loza eto Madagasikara.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Halatra 120 tapitrisa ariary tany AntsirabeNy mpiasany ihany no namadika ilay mpambongady

Nahazo vahana tato ho ato ny fivadiham-pitokisana niafara tamin’ny halatra vola be, indrindra amin’ny fotoana androtsahana izany amin’ny banky.

 Taorian’ilay raharaha tany Mahitsy, nitrangana halatra 120 tapitrisa Ariary ihany koa tany Antsirabe. Araka ny fampitam-baovao ofisialin’ny polisim-pirenena, enina no voasambotry ny ao amin’ny kaomisaria Antsirabe, ny 16 aogositra teo, teny Vatofotsy mahakasika ilay fahaverezana vola ana mpamongady. Raha tsiahivina, io zoma io, nisy mpiasa roa nirahina nandrotsaka izany tao amin’ny banky immeuble « HAVANA », ao Antsirabe. Nony tonga tao izy ireo, niantso ny mpampiasa azy fa very avokoa  ny vola rehetra.

Taorian’ny fitoriana nataon’ny tompom-bola, nikaroka ny polisin’Antsirabe. Nohazonina avy hatrany ny mpamily niaraka tamin’ireo mpitondra ny vola.  Tsikaritra fa tsy very ny vola ary mbola tsy tonga tany amin’ny banky akory. Niala teny Vatofotsy ilay fiara nitondra azy io, efa niandry azy teny an-dalana ny namany niaraka tamin’ny moto scooter. Ireto farany no nandray ilay vola izay efa tao anaty gony.  Efa tafaverina tamin’ny tompony ny vola izay voalaza fa very ary 100.000 ariary no nobangain’ireo mpangalatra.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Trafikana zavamahadomelinaRongony 86 kg indray no tratra tany Port-Berger

Eo am-pidinana ifotony hizaha ny mpandray any Mahajanga sy mpivarotra ambongadin'ny rongony avy any Ambanja ary ireo roalahy tafaporitsaka ny mpitandro filaminana.

 

Araka ny tafa manokan'ny mpanao gazetinay tamin'ny mpitandro filaminan'ny Borigadin'ny zandarimariam-pirenena avy any Leanja dia avy any amin'ny faritra Analabe, ditrikan'Ambanja no nakan'ireo efa-dahy ny rongony nentiny. Nahazo fampitam-baovao ny kaomandin'ny tobim-paritry ny zandary ka nandefa mpitandro filaminana 4 nizaha ifotony. Tazana tao Begiriga, kaominina ambanivohitra Leanja, distrikan'i Port-Berger  tokoa tamin'ny mamatonalina ireo efa-dahy. Ny roa tafaporitsaka noho ny haizina sy ny kirihitra fa ny roa ambiny sy ny zavamahadomelina 86 kg no tra-tehaky ny zandary. Nandritra ny famotorana ireto farany no nahalalana fa andro maro izy ireo no mandeha an-tongotra ary eo anelanelan'i Malaikalina sy Mampikony no nikasa handray fiara fitaterana. Voalaza fa hoentina hamatsiana an'i Mahajanga ireto zavamahadomelina ireto.

Haja Nirina

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Bar – karaoke – DiscothèqueMila alalana any amin’ny prefe raha hanitatra ny ora fisokafana

Ny ankamaroan’ireo Bar misokatra ao amin’ny Boriborintany fahatelo dia saika manaja ny ora fidina amin’ny 9 ora alina avokoa, saingy, mbola misy ny manidy ny varavarana fotsiny, nefa mbola misy olona misotro ao anatiny.

 

La Vérité0 partages

Education scientifique - Meilleurs résultats avec la médiathèque numérique

100 établissements membres. Le programme EDUCMAD, focalisé sur le soutien à l'enseignement scientifique, met à la disposition de ces établissements des ressources éducatives numériques (REN) et des équipements informatiques. 25 000 collégiens et plus de 55700 lycéens en classe de seconde, première et terminale ont accès à la médiathèque numérique dudit programme, priorisant les matières scientifiques à savoir les Mathématiques, la Physique-chimie et les Sciences de la vie et de la terre (SVT).

« En 15 années de mise en œuvre de l'EDUCMAD, le taux de réussite auprès des établissements membres s'est nettement amélioré, soit 22 % de plus au Baccalauréat grâce à la médiathèque numérique. De plus, les élèves en classe de seconde auprès de certains établissements optent directement pour les séries scientifiques en passant en première. C'est le cas pour le SFX Fianarantsoa et le collège Saint-Joseph d'Ambalavao, lesquels n'enregistrent plus de classes de 1ère Littéraire, ces dernières années », résume Carine Roditis, responsable dudit programme. D'un autre côté, davantage de filles optent actuellement pour les séries scientifiques, bien que leur effectif ne soit pas encore égal à celui des garçons. Bref, les activités entreprises semblent porter leurs fruits.

Treize Régions d'intervention

Les ressources éducatives numériques sont en ce moment accessibles sur environ 1 300 ordinateurs. Elles se composent de cours, animations, expériences et travaux pratiques ainsi que des exercices, sujets et corrigés. A cela s'ajoutent les 5 000 documents pédagogiques, sans oublier les 1 500 enseignants formés chaque année depuis le début du projet. EDUCMAD intervient dans 13 Régions, notamment à Analamanga, Vakinankaratra, Itasy, Bongolava, Haute-Matsiatra, Amoron'i Mania, Diana, Alaotra-Mangoro, Boeny, Atsinanana, Sava, Analanjirofo, Vatovavy-Fitovinany. En 2018, 7 établissements ayant accès à l'électricité et 3 autres issus de zones enclavées  ont été intégrés dans le programme.

Parmi les perspectives, EDUCMAD et son partenaire « Jiro Gasy » vont installer des ordinateurs solaires auprès de 4 établissements, à savoir le Lycée de Belo-sur-Tsiribihina, celui de Sainte-Marie, celui de Firavahana et le Centre de formation professionnelle d'Amparafaravola. La formation des enseignants va également se poursuivre, notamment avec le Groupe des éducateurs sans frontières. Jusqu'en 2021, ce dernier va contribuer, deux fois par an, au renforcement de capacité des enseignants sur la pédagogie active et l'orientation sur les TICE (Technologies de l'Information et de la Communication au service de l'Education).

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Braquage raté à Antsahamanitra - Deux des six présumés braqueurs éliminés

Deux suspects exécutés en recevant des balles dans leur crâne et visage, et deux policiers blessés ! C’est le bilan de ces scènes violentes en relation avec une action du Service anti-gang de la Police (SAG), hier matin. Cette action meurtrière des Forces de l’ordre, est survenue respectivement à Antsahamanitra et à Ampefiloha, hier vers 9h du matin. A un intervalle de quelques minutes seulement, elles ont eu un échange de tirs avec les 6 présumés membres d’une bande armée. Ces derniers ont répliqué aux tirs, une situation qui a été finalement fatale pour deux d’entre eux.

 

Avec quatre femmes dans leurs rangs, les suspects, qui avaient déjà la Police à leurs trousses,  ont circulé en double montée sur quatre motos : un scooter, un moto-cross et deux Bol-d’Or.  Ils ont alors pris en filature la voiture d’un particulier qui a tranquillement gravi la rue en pente à Antsahamanitra. L’homme qui était dans le véhicule devrait verser un fonds dans une  banque se trouvant dans le secteur. C’est donc sur cette rue que le sang allait gicler pour la première fois quand les suspects étaient sur le point d’intercepter et de braquer l’occupant de la voiture. Car au même moment, quatre éléments du SAG à bord d’un véhicule banalisé et qui ont pris en chasse le gang sont intervenus afin de le neutraliser.

Puisque les assaillants ont presque aussitôt ouvert le feu, la Police a fait autant. Plusieurs témoins furent terrorisés. Les armes ont crépité. « Nous avons entendu plus de 6 détonations. Les gens ont paniqué », raconte une bureaucrate. Encore choquée, une riveraine partage son avis. « J’ai pris peur car j’étais persuadée que la fusillade allait faire perdre des vies tant elle était violente », dit-elle. Les deux femmes avaient raison car quelques moments après, un corps gisait dans une mare de sang sur le macadam, juste en face du portail du théâtre de verdure d’Antsahamanitra. Il s’agit de celui d’un agresseur tandis que ses acolytes ont réussi à s’échapper. Preuve que les escarmouches ont été assez brutales, deux membres des Forces de sécurité ont été blessés. L’un d’eux l’est au niveau du crâne, selon le directeur de la Police, un peu plus tard à l’HJRA, Ampefiloha.  

Dans la confusion totale, un assaillant a, lui aussi, réussi à prendre la fuite sur son scooter. Il a rapidement pris la rue en sens inverse et en trombe. Mais là encore, la Police a pris le fugitif en chasse. La course-poursuite s’est terminée de façon tragique à Ampefiloha, du moins pour le fuyard. A son tour, il fut mortellement touché par les balles des Forces de l’ordre juste près de la voie ferrée à Ampefiloha.

Toujours lors de son entrevue avec la presse à l’HJRA, le DG de la Police nationale a expliqué que ces bandits tués ont été depuis longtemps recherchés pour d’autres faits de banditisme. Ce dernier précise que la traque des autres fugitifs se poursuit et la perspective d’une autre action musclée de la Police, n’est pas à écarter.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Ambatondrazaka - Le degré d’insécurité inquiète les autorités locales

Ces dernières semaines, on assiste à une recrudescence sans précédent de l’insécurité à Ambatondrazaka. Cambriolage, attaques à main armée, extorsions avec menaces en tout genre proférées par téléphone, etc. La liste n’est pas exhaustive. La situation est si explosive que même les autorités locales sont désemparées.

 

Néanmoins, elles ont décidé de réagir pour mieux faire face à cette situation. Mercredi dernier, le préfet de la ville a convoqué une réunion d’urgence à laquelle a participé l’Organisation mixte de conception locale (OMC). Une occasion pour le préfet d’Ambatondrazaka d’annoncer qu’il n’y aura plus aucune tolérance pour les auteurs de forfaits ou autres hors-la loi. Il a également lancé une sérieuse mise en garde à l’encontre des bandits en cavale sur le fait qu’ils encourent des sanctions les plus sévères en cas d’arrestation.

Un appel qui serait adressé indirectement aux migrants d’autres Régions dont les autorités locales soupçonnent d’être à l’origine du mal. Car depuis que des carrières ou autres gisements d’or ou de pierres précieuses de la Région, ont été ouverts à l’exploitation sauvage, cette situation ne pouvait qu’attirer de façon massive ces migrants des Régions. Et quand l’accès à l’or est impossible pour leur survie ou leur petit business, ces personnes seront obligées de se reconvertir dans le banditisme.

Franck R.

La Vérité0 partages

Fonctionnaires fantômes - 1 470 cas suspects à vérifier

Plus qu’une semaine. Vendredi prochain, tous les fonctionnaires, sans exception, devront intégrer le logiciel dénommé AUGURE (« Application unique pour la gestion uniforme des ressources humaines de l’Etat »), la nouvelle application unique de gestion du personnel de l’Etat. En tout cas, jusque-là, la mise en œuvre de ce nouveau logiciel au sein des différents ministères et institutions publiques a permis de mettre en lumière la situation de tous les employés de l’administration publique.

Effectivement, depuis l’insertion d’AUGURE dans le système de gestion des ressources humaines, 96 985 employés figurent aujourd’hui sur cette application. « Parmi ces employés recensés par le logiciel, seulement 89 023 sont en exercice. 1 084 ont déjà rempli leur contrat, 552 sont déjà morts et 6 163 sont partis pour la retraite. Toutefois, ces derniers figurent encore dans le logiciel pour des raisons techniques. Ces fonctionnaires sont notamment en train de préparer leur dossier de départ en passant par le logiciel. De ce fait, si nous les retirons du logiciel, ils ne pourront pas terminer leur dossier à temps et bénéficier de la retraite en bonne et due forme », explique un responsable auprès de la Direction générale des Finances et des Affaires Générales (DGFAG).

En tout cas, les cas de 1 470 fonctionnaires suspects restent encore à vérifier jusqu’à la fin du mois. « Ces gens ne sont pas tous des fonctionnaires fantômes. Chaque cas est différent. Après des vérifications par exemple, nous avons pu déduire que certains employés sont déjà morts sauf qu’aucune déclaration n’a été faite auprès des autorités centrales. D’autres n’ont pas encore renouvelé leur contrat. Mais les fonctionnaires fantômes existent bel et bien. Et c’est pour les retirer de la liste que nous faisons ce recensement et la dématérialisation des données. En cas de doute sur la liste envoyée, nous faisons impérativement des descentes. Cela a été le cas dans les Régions de Sava, Atsimo-Andrefana, Vatovavy-Fitovinany mais aussi Atsinanana et Matsiatra-Ambony », rajoute-t-il.

Descente

En quatre mois, le nombre des fonctionnaires et des agents de l’Etat est passé de 215 629 à 96 985, soit une réduction de plus de la moitié. Mais ces chiffres peuvent encore changer d’ici la fin de la semaine prochaine. Dans tous les cas, le ministère de l’Economie et des Finances, ainsi que celui du Travail, de l’Emploi, de la Fonction  publique et des Lois sociales effectuent déjà des descentes auprès des autres ministères pour voir de près l’intégration d’AUGURE dans leur système. Jeudi dernier, les représentants des deux entités ont visité le ministère de l’Education nationale (MEN). « Tous les employés du ministère ont déjà intégré AUGURE. Toutefois, nous faisons aussi des tris en adéquation avec l’organigramme mis en place. Mais des détails techniques sont encore à revoir pour perfectionner l’application du logiciel », souligne Dera Harimanana Ravelonahina, chef de service du personnel administratif de l’Education nationale, lors de la descente.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Jeux Africains - Le ministre  booste les athlètes

A six jours de la compétition, Madagascar n’a toujours pas débloqué son compteur de médailles aux Jeux Africains de Rabat qui se déroulent du 19 au 31 août. L’Egypte mène provisoirement avec 49 médailles dont 13 en or devant l’Afrique du Sud ayant 27 médailles mais 12  en or  et l’Algérie 30 médailles parmi lesquelles 10 en or.  Sur les 95 athlètes en lice, les judokas, les taekwondais sont déjà sortis de la compétition sans médaille. A noter que deux judokas malagasy, Karmaly et Norah, ont échoué au pied du podium. Pour le taekwondo, Sahondra Rakotoarinosy  a été disqualifiée dès le pesage sans même  monter sur le tatami. Un cas rare car elle a eu un surpoids dans la catégorie des moins de 49 kg.

Ialisoa Rakotovaoarisoa, engagée en moins de 53 kg, a été battue d’entrée par la Somalienne Munirah Abdiwahid par 53 à 32. Le passage de Junko Rakotobe sur le tatami a été de courte durée. Sans attendre, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto Raharoarilala, a fait le déplacement au Maroc pour venir auprès des athlètes afin de les motiver par sa présence. « Quand une autorité de l’Etat est présente durant la compétition, nos athlètes sont plus motivés et ne se sentent  pas seuls durant leur bataille. Ils se sentent soutenus et donnent plus d’enthousiasme à défendre l’honneur du pays », annonce le ministre Tinoka Roberto.

Comme le cas du basketball, avec la présence du ministre dans les tribunes, les joueurs ont donné un bon résultat. Pour la journée d’hier, Madagascar a disputé les quarts de finale contre l’Angola et Elly Andriamampionona, le numéro un du basket malagasy,  s’est qualifié en finale des tirs à trois points, après avoir dominé la compétition « Shoot-out- Contest » avec 6 paniers marqués.

Pour le basketball trois contre trois, Madagascar a battu le pays hôte, le Maroc 22-10, le Kenya (15-21) et battu par l’Egypte (22-18). Cette étape place au moins Madagascar à la huitième place sur 54 pays africains. Pour les autres disciplines, le ministre a conforté que nous sommes à une étape d’aiguisement.

« Par rapport aux Jeux des îles, le niveau de compétition monte d’un cran. Cette compétition vous permet de vous affûter. Ce n’est  que le début de la montée de notre sport. Les Jeux sont la vitrine de tous les sports. Il est temps de raviver le talent de nos sportifs et de les aider à atteindre leur objectif », souligne le ministre lors de sa rencontre avec les athlètes, dès son arrivée au Maroc. La boxe et le basketball tenteront de gagner respectivement des médailles en cette fin de semaine tandis que l’haltérophilie, le karaté et le tennis seront en lice ce samedi et dimanche.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Servir et non se faire servir !

En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

En effet, dès les premières réunions de la première session extraordinaire à Tsimbazaza, la presse locale fit état de la « grogne » de certains élus concernant les avantages dus aux élus dont entre autres le remboursement des carburants. Du coup, on sentait le retour au galop des mauvaises pratiques de l'ancien régime liées au pillage de la caisse de l'Etat.

Dès lors que les nouveaux tenants du régime prônent et affichent noir sur blanc à qui veulent le savoir la nécessité d'appliquer à la lettre la politique de l'austérité, le rappel à l'ordre du perchoir arrive à point nommé. D'aucuns se rappellent de la « mise à sac » du Trésor public par les anciens dignitaires (membres du Gouvernement, parlementaires, hauts responsables d'Etat) du régime HVM. L'histoire de « mallettes » et « tablettes » qui rôdaient en permanence dans les coulisses du Palais de Tsimbazaza firent grincer les dents des concitoyens contribuables. On dilapidait l'argent du peuple. On se fait servir sans le moindre souci des intérêts de la Nation. A table, tout le monde, notamment les membres du cercle du pouvoir « mangeaient à satiété ». Et après moi, le déluge !

Les parlementaires, les représentants légitimes du peuple, en vertu de leur mission sacrée et au nom des intérêts supérieurs du pays, sacrifient leur ego. Le siège ou le fauteuil à l'Assemblée nationale ne doit pas, en aucun cas, être saisi pour une occasion d'enrichissement au détriment du « vahoaka » ou de la caisse publique. Il faut toujours garder à l'esprit qu'on est là pour « servir » et non pas « se faire servir ». Etre serviteur est une situation qui ne permet à jamais d'avoir la tentation de se faire servir.

Seulement, à entendre les résolutions adoptées à Tsimbazaza lors de la séance à huis clos touchant le Règlement intérieur, destinées aux membres de cette Institution et relatives aux droits et avantages des députés, on ne peut s'empêcher d'être perplexes. Les membres du Bureau permanent ont droit chacun à un directeur de cabinet et des conseillers et chaque député a droit à un conseiller technique et six assistants parlementaires. Décidément, mais où sommes-nous ? Le parlementaire malagasy n'a rien à envier d'un membre du Congrès américain. Quel privilège ! Peut-être le fait que l'Exécutif a écarté à toute option « d'offrir » un véhicule tout-terrain aux élus de Tsimbazaza que voilà Messieurs et Mesdames les députés se rattrapent indûment à d'autres avantages qui, au final, risquent de porter un coup fatal à la moribonde caisse de l'Etat. Tant qu'on y est, on doit aussi annoncer publiquement tous les avantages en numéraires (salaires, indemnités et avantages divers) accordés aux députés. Transparence et austérité obligent !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité

Priorité à la paix et la sécurité. Un des points importants parmi les 13 « Velirano » du Président Andry Rajoelina qu’il a faits devant le peuple malagasy. Ainsi, dans le cadre de la concrétisation de ces engagements, l’Etat améliore les mesures de renforcement de lutte contre les dahalo et le fléau de l’insécurité en général dans toutes les zones rouges au niveau des régions de la Grande île. C’est justement dans cette optique qu’une délégation dirigée par le Président de la République a effectué une descente dans deux localités de la Région Betsiboka à savoir Tsaratanàna et Maevatanàna. Ces deux endroits sont actuellement considérés comme des zones rouges en matière d’insécurité. Le ministre de la Défense nationale, le Général Rakotonirina Léon Jean Richard, faisait également partie de la délégation.

 

La visite a débuté à Tsaratanàna où le phénomène d’attaques de malfaiteurs ainsi que celui de kidnapping ont défrayé la chronique ces derniers mois. Des crimes perpétrés par une bande dirigée par le tristement célèbre « Del kely ». Pour entamer un combat sans merci contre l’insécurité, le Chef de l’Etat a procédé à la pose de la première pierre en vue de la construction d’une Base opérationnelle avancée. Le bâtiment est destiné à abriter un commandement militaire avec une capacité de 84 hommes en treillis. Le lieu sera doté d’un espace de stockage d’équipements de matériels ainsi que d’un tarmac pour l’atterrissage d’hélicoptère.

Motivation pour les Forces de l’ordre

« Afin de lutter efficacement contre l’insécurité et d’encourager les Forces de l’ordre, un système de récompense et de motivation sera mis en place pour les agents qui arrivent à mener à bien leurs missions », a annoncé le Président Andry Rajoelina. A en croire la déclaration du numéro un de l’Exécutif, les militaires qui effectueront des missions pendant une durée de 6 mois se verront octroyés d’avancement et prime exceptionnels. Pour résoudre le problème d’enclavement auquel Tsaratanàna fait face, le Chef de l’Etat a promis que des travaux de réhabilitation de l’axe routier vont débuter très bientôt.

Après Tsaratanàna, la délégation a pris la direction de Maevatanàna où les attaques de dahalo font également rage. Sitôt arrivé sur les lieux, Andry Rajoelina a visité le centre de production d’énergie solaire dans la localité.  Il s’est concerté avec les responsables et a annoncé l’extension de cette infrastructure afin d’augmenter la production énergétique de 100 mégawatts. Il a, par la suite, fait le déplacement à un endroit prévu par le ministère de l’Education nationale pour la construction d’un centre de formation agricole à Ambalaranokely. Le lieu étant éloigné du village, le Président a donné des consignes pour trouver un endroit plus rapproché. Maevatanàna présentant déjà une Zone rurale prioritaire de sécurité, le numéro un de l’Etat a remis 23 véhicules 4x4 aux Forces de l’ordre. Le Président a profité de cette descente pour annoncer la prochaine dotation de kits scolaires aux écoliers pour la prochaine rentrée scolaire.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser

Cela fait bientôt une semaine que le Chef de l'Etat en exercice, Andry Nirina Rajoelina, a fait l'objet d'une agression particulièrement virulente et totalement débridée sur internet, de la part du nommé Fleury Rakotomalala, un candidat contrarié à l'élection présidentielle de 2013. Malgré cette attaque en règle contre la plus haute Institution de la République, aucune réaction des autorités en place n'a été observée jusqu'ici. L'opinion publique commence sérieusement à se poser des questions sur cette attitude pour le moins permissive, comme le témoignent les titres de la presse de ces derniers jours.

 

Il faut savoir en effet que les accusations proférées par le personnage en question sont d'une extrême gravité. Se basant sur ses interprétations personnelles des faits -  lesquelles ne sont en réalité que des suppositions rocambolesques - l'homme insinue que l'actuel Président de la République de Madagascar serait l'instigateur du massacre du 7 février 2009, une tuerie dont le procès s'est pourtant déjà tenu et dont on en connaît le verdict. De même, donnant libre cours à ses masturbations intellectuelles, cet exilé volontaire fait croire en des termes à peine voilés que Andry Rajoelina serait derrière les disparitions subites et autres accidents de santé dont certaines personnalités ont été victimes depuis 2009 jusqu'ici. A croire ses sous-entendus, les décès des célébrités civiles ou militaires qui ne sont pas morts de vieillesse ces dix dernières années   -  de Mamy Rakotoarivelo à Jaona Randriarimalala, alias Jaona Elite, en passant par le général Noël Rakotonandrasana, pour ne citer que ceux-là   -  auraient été commandités par le leader de la Révolution Orange.

Il faut savoir que Fleury Rakotomalala n'en est pas à ses premières sorties du même acabit sur Facebook. Cependant, force est de constater que, dans la vidéo qu'il a publiée sur cette plateforme dimanche dernier, cet homme d'affaires à la réputation controversée s'est totalement affranchi de toute retenue, allant jusqu'à mouiller son pays d'accueil et d'adoption qu'est la France. Car outre ses diatribes contre Andry Rajoelina, il n'hésite pas à se prévaloir d'une prétendue protection qui le mettrait à l'abri de toute poursuite tant qu'il est sur le sol français. Et il en arrive même à déclarer être en mesure d'octroyer cette « impunité »  (sic) à des tiers qui pourraient lui en faire la demande.

Pour en revenir à l'attitude du Gouvernement malagasy, d'aucuns s'interrogent sur ce que pourraient être les raisons de son immobilisme. Beaucoup se demandent en effet, quel autre affront doit-on encore attendre de la part de ce personnage avant d'agir alors qu'il est déjà en train de marcher sur la tête du premier personnage de l'Etat. Par leur abstention, les autorités compétentes (Service de la Présidence, Primature, Police, Gendarmerie) sont en train d'écorner sérieusement leur crédibilité.

La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Antohomadinika : Vao nivoaka ny fonja dia efa tratra nanendaka indray

Anisan’ny faritra mena amin’ny  fanendahana sy ny fanafihana raha iny faritra Antohamadinika sy ny manodidina iny, indrindra moa fa raha mbola maizimaizina iny. Soa ihany anefa, fa manao fisafoana andro aman’alina ireo mpitandro filaminana eny an-toerana.

Tamin’izany indrindra mantsy no nahasamborana tovolahy iray, ny alarobia alina lasa teo. Tokony ho tamin’ny sivy ora sy sasany alina tany ho any no nahatsikaritra lehilahy hafahafa fihetsika ireo pôlisin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahefatra. Teo am-panarahana olona hafa teo alohany mantsy ity lehilahy ity; izay heverina fa nokasainy hendahina teny an-toerana. Nanatona avy hatrany ireo mpitandro filaminana ka vaky nandositra ity farany. Nifanenjehana ary voasambotra. Rehefa nosavaina dia tsy nahitana kara-panondro tany aminy ary rehefa nofotorana lalina dia fantatra fa efa nifonja ny lehilahy noho ny  harom-paosy. Tamin’io fotoana io, dia niaiky ranamana fa saika hanendaka an’ilay olona narahany. Tsy vitan’izay , fa dia fantatra ihany koa fa mpifoka rongony ikoizana ingahirainy. Taorian’ny fakàna am-bavany azy, dia natolotra ny Fampanoavana omaly ary naverina nadoboka am-ponja. Amin’izao tokoa dia tsy vitsy ireo mpanendaka sy tontakely no miverina manao ny asa ratsiny indray aorian’ny fivoahany ny fonja. Ny tena loza, raha mpangaraom-paosy fotsiny izy teo aloha dia lasa mivadika ho mpandeka miaraka amin’ny fitaovam-piadiana izy aty aoriana. Ary miafara hatramin’ny fidirana amin’ny tambajotran-jiolahy mahery vaika. Tsy toeram-panarenana intsony ny fonja amin’ireny karazan’olona ireny, fa lasa karazana toerana fanazaran-tena sy fampitomboana fahaizana amin’ny ratsy.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Faibles investissements sociaux : Grand handicap du Capital humain, selon le CREM

Les organisateurs de l’atelier de concertation sur les secteurs sociaux, avec quelques participants à l’Espace Dera.

Un point d’amélioration de l’espérance de vie à la naissance, peut apporter une augmentation du PIB (Produit intérieur brut) nominal de 447 milliards d’Ariary, d’après une étude réalisée par le CREM, qui plaide pour la priorisation des secteurs sociaux.

L’Etat doit investir davantage dans les secteurs sociaux, et assurer que l’allocation du budget soit optimale. C’est ce qu’ont soutenu les participants du 2e Atelier de concertation, coorganisé par l’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’Enfance) et le CREM (Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar), hier à l’espace Dera. Des représentants de la société civile, de ministères et des partenaires techniques et financiers ont assisté à la rencontre de travail axée sur les analyses des dépenses publiques dans les secteurs sociaux à Madagascar. Ces participants se sont accordés à dire que l’éducation, la santé, l’eau, l’assainissement, l’hygiène, la protection sociale et la nutrition, constituent le levier du développement social du pays. « Ces secteurs conditionnent la qualité du capital humain et influe beaucoup sur la croissance économique du pays », ont soutenu les organisateurs de l’atelier.

Protection sociale. Plusieurs projets financés par divers bailleurs de fonds ont déjà été menés à Madagascar pour améliorer la protection sociale. Et pourtant, les résultats ne sont toujours pas satisfaisants, faute d’efficacité sur terrain et de bonne coordination au niveau des ministères chargés de la mise en œuvre de ces projets, d’après les propos de Patrick Randriamisata, coordinateur national du CREM. « Nous avons une stratégie nationale sur ce volet qui nécessite beaucoup de fonds. En tant qu’économistes, nous faisons appel à l’Etat pour soutenir l’amélioration du capital humain, sinon on ne pourra jamais sortir de la pauvreté », a-t-il souligné.

Impacts. En ce qui concerne la santé, les résultats d’étude réalisée par le CREM affiche une forte corrélation entre le niveau du budget alloué à la santé publique et l’espérance de vie à la naissance. « L’Etat doit accroître ses dépenses destinées à la santé publique. Actuellement, ce sont les ménages ainsi que les partenaires techniques et financiers, qui contribuent le plus aux dépenses de santé. Selon les chiffres de 2014, l’Etat n’a contribué qu’à hauteur de 10% des dépenses totales pour la santé. L’espérance de vie à la naissance à Madagascar est aux environs de 66 ans, ce qui est bon par rapport aux autres pays de l’Afrique subsaharienne, mais faible par rapport aux pays développés. Si cet indicateur s’améliore de seulement 1 an. Les impacts à court terme sur le PIB nominal s’élève à 447 milliards d’Ariary par an. Nous sommes un pays indépendant. L’Etat doit prendre ses responsabilités. Par exemple, la mortalité infantile à Madagascar est très élevée et affaiblit beaucoup l’espérance de vie à la naissance. L’Etat doit mettre en place un programme à moyen terme pour moins dépendre des partenaires techniques et financiers, car améliorer la santé conduit à l’amélioration du capital humain, donc de l’économie », a soutenu Romuald Sergio Razafitsoa, économiste chercheur au sein du CREM.

Remis en cause. La situation de l’éducation est pire, si l’on constate que 75% des enseignants dans les écoles primaires publiques n’ont aucun diplôme. D’après les simulations présentées par l’économiste Ramarifeno Andrianantenaina, il faudrait dépenser au moins 200 USD par élève, par an, pour assurer un enseignement de qualité à l’école primaire, 300 USD par élève par an, à l’école secondaire et garantir une couverture nationale. Et pourtant, si l’on se réfère au Plan sectoriel de l’éducation (PSE), les dépenses allouées à l’éducation, vers 2030, ne seront que de 70 USD par élève pour le préscolaire, 100 USD pour l’école primaire et 120 USD pour le secondaire. « Ce budget de 2030 que nous avons estimé à partir du PSE est insuffisant. Même le scénario optimiste dans le PSE ne répond pas aux critères d’une éducation de qualité », a expliqué l’économiste. Bref, de grands efforts restent à faire, bien que les dirigeants aient toujours affirmé que les secteurs sociaux soient priorisés. De leur côté, les organisateurs de l’atelier d’hier prévoient d’organiser une conférence de présentation des résultats de concertation. Ils ont également annoncé que le troisième atelier organisé prochainement se focalisera sur les diverses possibilités de financements.

 Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Drjs Alaotra Mangoro : Du sport pendant les vacances

Le sport commence à avoir une place dans la région Alaotra Mangoro.

La compétition sportive, une des activités des vacances organisées par la Maison des jeunes, sous le haut patronage du Directeur Régional de la Jeunesse et du Sport à Alaotra Mangoro. Il s’agit du foot à 3, de la pétanque et de l’échec. L’organisateur a choisi particulièrement les jeunes de moins de vingt ans. Les participants ne doivent payer aucun frais ni une quelconque somme pour y participer, autrement dit, tout est gratuit alors que nombreux étaient les lots gagnés pour les finalistes et lors de la phase finale, mercredi dernier.

Pour les résultats, quatorze clubs ont participé au foot, et la coupe était remportée par le FC Avaradoha. Le duo de Dominick et Bolo était sacré champion pour la pétanque. Et pour les jeux d’échec, Dollit s’est fait remarquer par rapport à ses adversaires.

« C’était le premier évènement initié par la Maison des Jeunes et qui a connu un grand succès. Nous, au sein de la DRJS, organiserons chaque année des évènements similaires pour faire plaisir aux jeunes dans la région Alaotra Mangoro. La seconde édition sera au programme en octobre puisque nombreux sont les jeunes qui nous l’ont demandés, avant la prochaine nouvelle année scolaire »,a expliqué le directeur, Arnaud Andrianiaina.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Ambatovy : Des opportunités de marchés pour une dizaine de coopératives

Les coopératives appuyées lors de la FIER-MADA.

Ambatovy accompagne les associations paysannes à saisir des opportunités de marchés. Ambatovy a appuyé la participation à l’édition 2019 de la FIER-MADA, à Antananarivo, de 13 paysans représentant une dizaine de coopératives villageoises basées à Toamasina II (village de relocalisation de Vohitrambato et autour du Parc de résidus d’Ambatovy à Tanandava), autour de sa Mine à Moramanga et le long de son Pipeline. Cela entre dans le cadre des programmes d’accompagnement et de renforcement de capacités au profit de ces paysans issus des zones concernées par ses activités. L’objectif est de permettre ces producteurs à valoriser leurs produits auprès des opérateurs économiques afin de saisir des opportunités de marchés. A rappeler que, outre cette mise en relation avec les acheteurs et partenaires potentiels, le soutien qu’Ambatovy apporte à ces coopératives comporte, entre autres, suivant les besoins de chaque association, l’appui technique (formation en techniques agricoles, gestion d’association,…), la dotation d’intrants et l’organisation de visites d’échanges dans d’autres régions. Ceci, afin de leur faire découvrir de nouvelles techniques et d’autres réalités de leurs filières respectives.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Ankadindratombo : Un voleur d’accessoires de voiture arrêté

Un homme de trente ans, pris sur le fait, a été arrêté sur un parking à Ankadindratombo mardi dernier aux environs de 19 heures. Des policiers du commissariat de la Sécurité publique d’Alasora ayant effectué la ronde dans la localité l’ont surpris alors qu’il était en train de détacher la pièce de la voiture. Arrêté, il était emmené au poste de police pour enquête. Selon les informations qui nous sont parvenues, il figure parmi les auteurs des vols d’accessoires d’automobiles que déplorent les riverains d’Ankadindratombo. Pour répondre aux nombreuses plaintes reçues, le CSP Alasora a décidé de quadriller la zone. Des mesures sont aussi mises en place afin de traquer les auteurs de ces méfaits. Les résultats ne se font pas attendre. Les policiers ont pu arrêter ce malfaiteur. Ce dernier a été déféré au parquet le mercredi. Il est placé en détention préventive à la maison centrale d’Antanimora en attendant son procès.

Voarisoa Davidson

Midi Madagasikara0 partages

Fonction Publique : La traque des fonctionnaires fantômes intensifiée

La ministre Ranampy Gisèle réitère son engagement pour la lutte contre toute forme de laxisme dans la Fonction Publique.

L’opérationnalisation du logiciel AUGURE est sur le point de non-retour à en croire les déclarations de la ministre Ranampy Gisèle.

La lutte contre la corruption dans l’Administration publique fait partie des priorités du programme de mise en œuvre de la Politique Générale de l’Etat présenté par le Premier ministre le vendredi 16 août dernier à l’Assemblée nationale. Le Chef du gouvernement a annoncé qu’une politique nationale de l’E-Gouvernance sera incessamment élaborée. En attendant, le premier ministre Ntsay Christian a réitéré que les noms de tous les agents de l’Etat en activité doivent être inscrits dans le logiciel AUGURE avant la fin du mois de septembre de cette année. Cette ferme déclaration du chef du gouvernement a été confirmée lundi dernier par la ministre du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales Ranampy Gisèle. Elle a précisé que l’utilisation du logiciel AUGURE permettra de traquer les fonctionnaires fantômes et de connaître ainsi le nombre exact des agents de l’Etat. « Elle permettra également de mettre la dose de transparence nécessaire à l’assainissement du milieu administratif en général et en particulier, à l’instauration d’une gestion reformée des Finances publiques du point de vue notamment des salaires. », a souligné la ministre Ranampy Gisèle.

Pointage électronique. La ministre en charge de la Fonction Publique a fait ces déclarations lundi dernier en marge de la mise en place du système de pointage électronique à son ministère aux 67ha. La mise en place de ce nouveau système s’inscrit dans le cadre de l’automatisation et de la dématérialisation des services publics. Le pointage électronique permettra essentiellement de contrôler l’assiduité du personnel de ce département ministériel et le flux des usagers et autres visiteurs. Revenant au logiciel AUGURE, la ministre du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales a mis l’accent sur l’importance de l’alignement de l’organigramme de chaque ministère sur l’application de ce nouvel outil de gestion des ressources humaines de l’Etat. Elle a ainsi exhorté les hauts responsables concernés à procéder le plus rapidement possible au rapprochement des agents de l’Etat répartis dans chaque département ministériel.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Football : La gratitude du coach Nicolas Dupuis à l’égard de ses partenaires

Nicolas Dupuis aux côtés du Directeur Général de Telma.

Un mois écoulé, après la CAN, les clubs des partenaires avec le coach Nicolas Dupuis ont organisé pour la  première fois une conférence de presse relative au parcours des Barea à la CAN. Tous les représentants de chaque partenaire du football étaient présents, hier au Carlton Anosy.

Le sélectionneur, Nicolas Dupuis n’a pas manqué de remercier tous ceux qui ont contribué de près ou de loin aux succès des Barea à la CAN. Il a commencé la conférence de presse d’hier, par des remerciements adressés à tous les acteurs de cette aventure de quatre semaines intenses en Egypte. « D’abord, je tiens à remercier  le chef de l’Etat dont  la présence a été primordiale. Le ministre a également fait preuve de soutien durant toute la compétition, ainsi que les partenaires ici présents. Je remercie aussi tous ces nombreux spectateurs, qu’ils soient venus en Egypte ou restés à Madagascar, pour leur soutien indéfectible. Un fait qui, sans conteste, procure un immense plaisir. Sans eux on n’est rien », a-t-il évoqué. Ses remerciements s’adressent de même aux joueurs, qui ont fait preuve de force et de courage. Il a bien précisé qu’ils étaient à l’écoute de ses instructions. « Je n’ai même pas eu le temps pour être sincère de les remercier et de leur dire au revoir, parce qu’il s’agissait bien d’un au revoir lorsqu’on s’est quitté. J’en profite aujourd’hui pour leur dire un grand merci. Ils ont su donner  le plaisir, la joie et le sourire et réunir tous les gens », a-t-il ajouté.

Ensuite, le Coach a fait un petit « background » du chemin des Barea à la CAN. Il a relaté  les sensations fortes qu’ils ont partagées ensemble. Un de ces plus beaux souvenirs était  la victoire de Madagascar face au Nigeria, qui est triplement champion d’Afrique ,sur un score de 2 à 0.De même pour les stress et les angoisses ressentis, qui se sont multipliés durant les huitièmes de finale opposant Madagascar à la RDC. « Egalité  à la 90e minute (2-2), j’ai vu les larmes de mes joueurs. Nous devrions chercher de buts pour les 30 minutes supplémentaires à jouer et faire de notre mieux  pour donner du plaisir aux plus de 500 spectateurs qui y sont venus. Qui aurait cru que Madagascar a pu battre la 45e équipe du classement de la FIFA. Après cette victoire, nous rejoignions l’hôtel et nous étions accueillis par des Malgaches et certains gens qui se vantent d’être Malgaches ainsi que des Egyptiens détenteurs de Visa malgache. Tout le monde était heureux  et nous commençons à rêver», a-t-il expliqué. Dès rentrée au pays, Nicolas Dupuis était surpris de l’accueil chaleureux des spectateurs. Ils étaient remplis de joie en réservant un accueil chaleureux   à ces  héros depuis l’Ivato jusqu’à Mahamasina. « De toute ma vie, je n’oublierai jamais ce moment ».

L’histoire continue. Le contrat de Dupuis s’est expiré le 31 juillet dernier. Cela n’a pas encore de suite tant qu’on n’aura pas élu le nouveau président de la FMF. Par contre, Nicolas Dupuis a accepté la demande du président de la République de travailler ensemble pour le bien du football malgache, selon ses explications. Il restera quatre ans à Madagascar pour réaliser certains projets, tels que la construction des infrastructures liées au football, l’encadrement et la détection des meilleurs joueurs. Dans tous les cas, il serait toujours disponible pour l’équipe nationale. Le prochain rendez-vous sera le match amical en octobre et la qualification de la CAN 2021 en novembre. Une projection du film qui résume le parcours des Barea a clôturé la conférence de presse.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Analakely : Un homme arrêté pour port illégal de treillis militaire

Poursuivi pour usurpation de fonction et port illégal de treillis militaire, un homme a été déféré au parquet du tribunal Anosy, hier. Des militaires effectuant une patrouille dans le cadre de l’opération de  rétablissement de la sécurité dans la Capitale l’a surpris en flagrant délit la nuit du mercredi 21 août dernier. Vers 21 heures, ils venaient de faire la ronde à Isotry quand ils sont tombés sur le suspect à Analakely. Ce dernier se promenait vêtu d’une tenue de combat de l’Armée malgache. Ayant constaté quelque chose d’anormal dans sa manière de s’habiller, la patrouille l’a tout de suite interpellé. Interrogé sur son statut, il s’est présenté comme étant un sergent-chef de l’Armée. Son galon n’était pas correctement placé à l’endroit où il devrait être. Après vérification, les militaires se sont rendu compte qu’ils ont affaire avec un usurpateur. C’est pourquoi, ils l’ont emmené au commissariat du Ier Arrondissement de la Sécurité publique à Analakely pour la suite de l’enquête. Cela a permis de savoir que le suspect vient de Vangaindrano. Il est fils d’un militaire mais celui-ci est déjà décédé. Il affirme que la tenue qu’il portait appartenait à son père. Il se sert de ces vêtements à chaque fois qu’il vient à Analakely pour se distraire et boire. Âgé de 31 ans, il a avoué avoir fumé de la drogue depuis ses 25 ans. L’arrestation de cet homme a de nouveau confirmé la nécessité de l’implication de l’Armée dans le maintien de l’ordre dans la ville d’Antananarivo à travers la mise en œuvre de la police militaire. Le pire est de constater que ces derniers temps, voir des civils portant des uniformes réservés aux forces de l’ordre devient chose courante.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Tinoka Roberto : « L’Etat poursuit son engagement à soutenir les sportifs »

Par rapport à l’engagement présidentiel de faire du sport une priorité, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto est présent à Rabat aux 12es Jeux Africains aux côtés des athlètes malgaches engagés. D’un niveau plus supérieur que les Jeux des Iles, les jeux africains constituent une étape importante pour les athlètes en quête d’une qualification olympique. Le numéro un du sport malgache nous livre ses impressions. Interview.

MIDI : On vous voit un peu partout ces derniers. Que signifie votre présence aux côtés des athlètes ?

Tinoka Roberto (T.R) : « L’Etat essaie à tout prix de rapprocher et de soutenir les sportifs malgaches engagés aux compétitions internationales. On connaît tous les niveaux de ces jeux africains par rapport aux Jeux des Iles qu’on vient de disputer. Plusieurs sportifs africains habitués des championnats du monde et des Jeux Olympiques sont présents ici en quête d’une qualification pour Tokyo 2020. Nous sommes en période de relance et d’affutage des armes pour nos athlètes. Il est temps de raviver le talent de nos sportifs et de les aider à atteindre leur objectif. Nul n’ignore que la préparation de la relève est primordiale et nous allons travailler dans ce sens car en sport il n’y a pas de miracle. Plus tu es préparé, on peut s’attendre à de bons résultats. Ici au Maroc, les résultats des basketteurs qui ont arraché leur qualification pour les quarts de finale sont satisfaisants. Nos valeurs sûres sont surtout les haltérophiles dont nombreux sont des champions d’Afrique en titre ».

MIDI : D’habitude, une fois les compétitions finies, l’Etat s’éclipse. Est-ce que athlètes peuvent espérer la continuité de leur prise en main ? 

T.R : « On peut dire que nos athlètes ont entamé une belle préparation. Avant et pendant les Jeux des Iles, sitôt de retour de ces rendez-vous indianocéaniques, ils ont repris les entraînements et surtout la grande majorité d’entre eux ont été médaillés à l’Ile Maurice. L’Etat poursuit son engagement à soutenir les athlètes même si les compétitions se sont enchaînées ces derniers temps. Et pour continuer sur cette lancée, le projet « sport-études » sera mise en place réellement, ce pour permettre aux athlètes d’étudier et de se préparer convenablement. Nous allons mettre en cela ».

MIDI : Dans deux semaines, Madagascar sera l’hôte de la conférence de la mise en œuvre du plan de Kazan ?

T.R : « Oui, nous accueillerons les ministres et les haut dignitaires du sport du continent du 8 au 10 septembre à Antananarivo. J’ai profité de mon séjour ici en terre marocaine pour discuter avec mes homologues du continent. La ministre sud-africaine de la Jeunesse et des Sports a confirmé sa participation à cette réunion ministérielle ».

Dossier réalisé par TANJONA DEVAUX (MAROC)

Midi Madagasikara0 partages

Mohammed Ali Iata : « Les bons artistes sont devenus rares»

Philosophe pour les uns, musicien pour les autres, Mohammed Ali Iata est avant tout un libre-penseur.

Mohammed Ali Iata s’intéresse à la littérature dès son jeune âge. Apres avoir eu son bac, il poursuit ses études de philosophie à l’Université d’Antananarivo. Au début, il s’intéressait à la philosophie existentialiste . Après son master, il se penche sur la philosophie de l’Art.

Mohammed Ali Iata ne cache pas ses sentiments par rapport à la qualité artistique des œuvres malgaches. Pour lui « un artiste ne cherche pas à plaire à tout le monde… Chaque création est une prouesse. Or, les artistes de nos jours produisent pour  vendre vite ». Interview !

Qu’est- ce qu’un artiste ? Le titre d’artiste est-il réservé aux chanteurs ? Qu’en est-il de ceux qui sont passionnés de dessin, de danse, de la peinture ?

Bon nombre de Malgaches usent le mot « artiste » sans savoir sa signification exacte. Certains pensent même à tort que ce mot est valable uniquement dans l’univers musical ; et que les peintres, les sculpteurs, les poètes, les écrivains, les tatoueurs, les génies chirurgiens et les génies scientifiques ne sont pas des artistes. En vérité, les Malgaches ne savent non seulement ce qu’il en est du domaine artistique mais en outre le fait que l’art diffère de l’artisanat.

Quelle est la différence entre un artiste et un artisan ?

Un véritable artiste ne se soucie nullement de la célébrité ; il se moque carrément du commerce, de la vente, du besoin du peuple d’où la grosse différence entre un artiste et un artisan. A mon avis, ce dernier n’est pas un sujet dans des engagements sociaux telle les luttes et l’éducation.

Quel est alors le rôle d’un artiste dans la société?

Les artistes doivent participer au développement dans le cadre des actions de sensibilisation contre les différents maux qui minent la société (les maladies, chômage, enfants de la rue, guerre, drogue) en imaginant toutes les images avec les tons qu’il faut, ainsi que les formes utiles et nécessaires à l’équité sociale, afin que la population soit éduquée et conscientisée.

 

Quelle est l’importance de l’art dans le développement?

Ce qu’on appelle «art » avant tout, c’est la création. Et par rapport, au mythe de la création évoqué par la Bible ou le saint Coran, Dieu ou Allah est l’image d’un véritable artiste, car sa création était faite à partir du néant, c’est ce qu’on appelle « création ex-nihilo » ou création à partir du rien. De ce point de vue, on pourrait dire que tout acte de création est artistique que ce soit musical ou extramusical. L’art est auto-suffisant, il se suffit à lui-même, et sa seule et unique raison d’être c’est la création du beau. Les œuvres d’art développent la réflexion et la créativité. Elle suscite la réflexion sur la vie et ses écueils. Le développement dans toutes ses dimensions est nourri par la réflexion.

La simple création est-elle assez suffisante pour déterminer un travail d’artistique ?

La réponse est non, car le véritable art va au-delà de la simple création, il est la manifestation de l’intériorité. Certains appellent cela l’inspiration. Cela dit, même s’il existe une création, tant qu’elle n’est pas la manifestation de l’intériorité, elle ne peut pas être qualifiée d’artistique. D’où l’imitation, le plagiat ne sont pas de l’art. Tout de même, afin qu’un travail soit artistique, l’imagination inventive et l’émotion ne suffisent pas ; c’est-à-dire que l’art dépasse la simple création et la manifestation de l’intériorité, car il nécessite le génie. Sans ce «Genius», aucune œuvre ne mérite l’appellation d’artistique. Seul le génie peut engendrer le beau qui fait de l’art un art. Ce qui veut dire que le beau est le dessein de toute véritable création artistique. Autrement dit, la création du beau est la seule et unique finalité de l’art.

Pour promouvoir l’identité culturelle, quelles sont les solutions que vous proposez ?

La création d’institutions spécialisées (écoles, musées, galeries, centres d’art etc.) pour éveiller le goût esthétique au sein de la population, les musées doivent devenir des unités de production culturelle et artistique au même titre que les stades pour le sport. Il s’agit donc de les promouvoir. Nous devons favoriser également la solidarité entre les auteurs en organisant les expositions communes, et vulgariser le savoir et la connaissance en matière d’art.

Recueillis par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Jeux africains – Basket 3 x 3 : Madagascar affronte l’Angola en quarts

Les Malgaches ont eu le dessus sur les Marocains.

Les basketteurs malgaches trouvent les Angolais en quarts de finale du tournoi de basket-ball 3 x 3 cet après-midi.

Trois victoires contre une défaite. Ce sont les résultats de l’équipe nationale malgache de basket-ball en match de poule du tournoi de basket-ball 3 x 3 des 12es Jeux africains à Rabat. La bande à Livio Ratianarivo termine deuxième de la poule A derrière l’Egypte et file pour les quarts de finale. Après une défaite encaissée par 22 à 14 contre l’Egypte, les Malgaches ont repris le poil de la bête contre le Maroc, hôte du tournoi. Emmené par Elly Andriamampionona auteur de 10 points, intraitable sur les tirs à longues distances, le succès de la Grande Ile contre le Maroc n’a souffert d’aucune discussion. Face à la défense blindée des Malgaches, les Abdelkarim et ses coéquipiers ont du mal à pénétrer dans le panier et à contrer les offensives malgaches. Livio arrive aussi à marquer 9 points lors de cette rencontre ce qui a permis à l’équipe malgache de s’imposer par 21 à 10 à deux minutes de la fin du temps de jeu. La différence de niveau entre les deux formations était évidente. La rencontre contre le Kenya n’était plus qu’une simple formalité pour la bande à Fiary en remportant la victoire par 21 à 16. C’est sur un shoot d’ Elly qui conclut les éliminatoires pour le clan malgache. « Lors du premier match contre l’Egypte, on n’a pas eu le temps de s’entraîner. On a eu du mal à rentrer dans le jeu et d’où la raison de cette défaite. Bien rentré dans le jeu, on a retrouvé notre rythme lors de la rencontre contre le Maroc » a expliqué, Livio Ratianarivo, capitaine de l’équipe nationale. Ce jour à partir de 17 heures (19h heures malgaches) débute les éliminatoires du concours de dunk et de tirs à trois à points. Elly Andriamampionona, champion d’Afrique de « shoot-out contest » défendra les couleurs malgaches dans cette catégorie et Arnold Solondrainy en concours de dunk. « Nos joueurs ont respecté les consignes, ce qui nous a permis de remporter ces victoires » a lancé le coach, Deda Randrianarisoa.

Midi Madagasikara0 partages

FEIOI 2019 : 400 entrepreneurs attendus à La Réunion

La 12e édition du Forum Economique des Iles de l’Océan Indien (FEIOI) se tiendra à Saint-Denis La Réunion du 25 au 27 septembre prochain. Il s’agira du grand rendez-vous des entreprises de Madagascar, Comores, Mayotte, Seychelles et La Réunion, pour faciliter les affaires entre ces îles. « Les îles de l’Océan Indien sont très bien placées au niveau du commerce mondial, si l’on ne cite que l’existence de la route de la soie. Il faut que nous profitions de cet avantage en facilitant la circulation et les échanges entre les îles. C’est l’une des raisons qui motive l’organisation de ce Forum », ont soutenu les représentants de l’Union des Chambres de Commerce des Iles de l’Océan Indien (UCCIOI), qui ont tenu une visioconférence diffusée hier, à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo (CCIA) à Analakely. D’après les organisateurs, plus de 140 participants malgaches ont été présents à la dernière édition de ce Forum. Pour cette fois-ci, ils attendent 400 participants issus des îles de l’Océan Indien, pour les trois jours de l’événement.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Autour des Jeux africains : Les pongistes malgaches éliminés en 8es

Fin de parcours pour les pongistes malgaches engagés au tournoi par équipes hommes. Les Tacko, Setra, Lino et Jonathan Nativel se sont inclinés par deux victoires contre trois face aux Ghanéens au terme d’une bataille acharnée au stade des huitièmes de finale. Les pongistes malgaches devront attendre le début du tournoi double et du simple pour espérer une chance de médailles même si le tableau s’annonce très relevé.

Marco Jérôme plie bagages

Très attendu, le boxeur Marco Jérôme déçoit sur le ring de la salle Al Amal Hall de Rabat. Il n’a pas tenu le coup face au Zambien, Mulenga Everisto en s’inclinant par 5 à 0 à l’unanimité des juges dans la catégorie des moins de 57 kg. Dès le premier round, Marco a encaissé et a eu beaucoup de peines à contrer son adversaire. L’espoir de la boxe malgache repose sur Tony Nomenjanahary  engagé chez les moins de 52 kg. Il disputera les huitièmes de finale ce samedi.

Le test anti-dopage renforcé

Le contrôle anti-dopage existe dans tous les sites compétitions. L’haltérophilie malgache et triple championne d’Afrique, Rosina Radafiarison a subi un contrôle antidopage hier au village des Jeux de l’Université Internationale de Rabat.

Quelques photos marquantes

Les athlètes lors du défilé d’ouverture et les supporteurs malgaches au basket-ball 3 x 3.

Midi Madagasikara0 partages

Bourses d’études du gouvernement chinois : 40 étudiants malgaches s’envolent pour la Chine

Photo de famille avec les étudiants, la ministre de l’Enseignement Supérieur et l’ambassadeur de Chine. (crédit photo : Kelly)

Le gouvernement chinois par le biais de l’ambassadeur de Chine à Madagascar, madame YANG Xiaorong a remis à quarante étudiants malgaches des bourses d’études lors d’une cérémonie qui s’est tenue à l’ambassade de la République populaire de Chine à Nanisana le jeudi 22 août.

Ce sont quarante étudiants malgaches, accompagnés de leurs familles qui ont été conviés à la cérémonie de remise de bourses d’études du gouvernement chinois hier à Nanisana. C’est un record comparé au nombre de bourses octroyé chaque année aux étudiants malgaches d’après les dires de l’ambassadeur de Chine à Madagascar. « Depuis le début de la collaboration éducative entre les deux pays, ce sont plus de 700 étudiants malgaches qui ont obtenu des bourses d’études de la part du gouvernement chinois » a-t-elle ensuite ajouté. Et ce ne sont certainement pas les dernières bourses d’études puisque la Chine compte fournir encore plus de bourses d’études aux étudiants africains pour les prochaines années. Le but est de former le plus de professionnels possible pour en faire des acteurs de développement en Afrique et à Madagascar toujours selon les explications de l’ambassadeur. C’est ainsi que la Chine entend renforcer la coopération éducative entre les deux pays ; « Vive l’amitié sino-malagasy ! » a-t-elle crié pour terminer son discours lors de cette cérémonie de remise de bourses d’études.

Présent de Madagascar. Pour sa part, la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Pr. Blanche Nirina Richard a voulu rappeler aux étudiants qu’ils représentent le présent de Madagascar. « Notre pays est un pays jeune, et vous n’êtes pas que le futur du pays, vous êtes le présent ! » a-t-elle dit. « L’éducation occupe une place primordiale dans le projet du gouvernement et comme vous le savez, près de la moitié de nos jeunes bacheliers n’ont pas l’opportunité de poursuivre leurs études. Vous devez donc vous rappeler que vous êtes des privilégiés car vous êtes les quarante sélectionnés parmi tous les candidats que nous avons présentés à l’ambassade de la Chine », s’est-elle adressée à ces jeunes bénéficiaires des bourses d’études en Chine. Elle a ensuite conseillé aux quarante étudiants de revenir au pays une fois les études en Chine terminées afin de contribuer au développement de Madagascar. « Restez sages, réussissez dans vos études et sachez profiter des échanges socioculturels pendant votre séjour là-bas », a-t-elle dit. Pour ce qui est de la coopération entre Madagascar et la Chine, la ministre a tenu à remercier le gouvernement chinois et a promis de faire fructifier cette coopération.

Des billets d’avion. Si d’habitude, les étudiants qui reçoivent une bourse d’étude étrangère payent de leur poche les frais de transport, cette fois-ci, le gouvernement chinois a décidé d’offrir aux quarante étudiants boursiers les billets d’avion qui vont les ramener dans les 29 universités chinoises qui les attendent. C’est la ministre de l’Enseignement Supérieur et l’ambassadeur de Chine en personne qui ont remis les billets en mains propres à chacun des étudiants durant la cérémonie.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Gestion des risques et catastrophes : Renforcer les capacités de préparation des institutions, des enfant...

Les inondations mettent en péril la vie des populations, dont les enfants et les personnes vulnérables.

Particulièrement vulnérables face aux catastrophes tels les cyclones et les inondations, certains groupes de personnes incluant les personnes âgées, les enfants, les personnes handicapées, ou encore les femmes enceintes, doivent être mieux préparés à la survenue de telles catastrophes, au même titre que l’ensemble de la population.

Trois régions du nord et nord-ouest de Madagascar, à savoir Betsiboka, Boeny et DIANA bénéficieront des retombées de la mise en œuvre d’un nouveau projet de gestion des risques et catastrophes (GRC). Mis en œuvre par le consortium CARE International à Madagascar et Humanité et Inclusion, anciennement connu sous le nom de Handicap International, ce projet intitulé « La Gestion des Risques et des Catastrophes (GRC) est l’affaire de tous, même des enfants ! » vise le renforcement des capacités de préparation et réponse de la population et des institutions face aux catastrophe d’origine hydrométéorologique tels les cyclones et les inondations.

Système d’alerte. Régulièrement exposé à de telles catastrophes, Madagascar en subit les impacts et est confronté à la situation de vulnérabilité de certains groupes de population face aux risques et catastrophes. En font partie les personnes âgées, les enfants, les femmes enceintes, ainsi que les personnes handicapées. Ne prenant pas part, généralement, aux activités de préparation au passage des cyclones, ils sont confrontés à des difficultés pour recevoir l’alerte, la comprendre et agir en conséquence. Et même, ne s’agissant pas de cyclone, d’autres situations comme les fortes pluies peuvent exposer les populations à des risques importants car provoquent de graves inondations, notamment dans certains bassins versants comme celui du Betsiboka. Les « flash floods », crues soudaines et rapides, représentent un véritable danger pour les populations en l’absence d’un système d’alerte opérationnel et accessible.

 Interventions. Les groupes de personnes estimées plus vulnérables sont exposés aux mêmes risques, au même titre que l’ensemble de la communauté lors de la survenue des cyclones et des inondations. Ce projet a ainsi été élaboré afin, entre autres, de mieux les inclure, avec l’ensemble de la population, dans le processus de préparation. Mis en œuvre sur une période de 24 mois, il interviendra sur le renforcement de capacité des institutions et des communautés en GRC, le renforcement de capacité des élèves et de la communauté éducative, le renforcement des résiliences des communautés par l’amélioration des revenus des ménages. « Une pointe d’innovation sera l’utilisation de drone pour les analyses locales de risque et des Nouvelles Techniques de l’Information et de la Communication (NTIC) pour la GRC dans le secteur éducatif et les réponses d’urgence. En cas de catastrophe, des réponses rapides seront apportées aux besoins immédiats et vitaux de la population affectée, en particulier les groupes les plus vulnérables / à risque, grâce au fonds d’urgence du projet », précise CARE International.

Zones d’intervention. Ce projet lancé officiellement à Maevatanana et à Antsiranana, les 13 et 20 août 2019, mobilise les préfectures et districts d’intervention dans les régions DIANA, Boeny et Betsiboka ; les collectivités régionales et les communes de Maevatanana, Berivotra 5/5 (région Betsiboka), Ambato Ambarimay (région Boeny) ainsi que Ambilobe, Mantaly et Ambato Boen’Anjavy, (région Diana). Elaboré de manière conjointe avec le Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC), le ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique et Professionnel (MENETP), la direction générale de la Météorologie (DGM), l’UNICEF, et la Plateforme Humanitaire du Secteur Privé, le projet est financé à hauteur de 2 millions d’euros par l’Union  européenne – Aide Humanitaire (DG ECHO).

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Précision : Le débat « Légalisation du Toaka Gasy » organisé par Juritechmad

L’industrie artisanale du « toaka gasy » implique villages, familles, hommes et femmes. (crédit photo : Toliara tsymiroro)

Suite à la conférence « Légalisation du Toaka Gasy » organisé par l’association de jeunes juristes et techniciens de Madagascar, Juritechmad, mercredi à 12 h 15. Il est ici à préciser que le Youth Civic Center (YCC) à Analakely ne faisait pas partie de l’organisation mais seulement a mis à disposition ses locaux pour le déroulement de cette rencontre. Cela afin de dissiper tout malentendu à ce sujet comme il a été mentionné dans nos colonnes le 19 août dernier. Ainsi, YCC n’a rien à voir avec ce débat sur le débat du rhum malgache. En ce qui concerne ce débat, Juritechmad annonce la publication prochaine du « Rapport des arguments » sur les arguments prononcés par les panélistes et les intervenants lors de ce débat « Légalisation du Toaka Gasy ». Un sujet assez épineux quand, dans le monde entier, la légalisation de certains produits narcotiques commencent à gagner du terrain pour des raisons économiques. D’ailleurs, les retombées positives se font déjà sentir au niveau de la sécurité, de l’économie et du rapport des consommateurs avec la société dans ces villes qui ont légalisé des produits anciennement prohibés. Pour le cas du rhum artisanal malgache, ce rapport des arguments pourra apporter une base de réflexion pour les décideurs.

MaminirinaRado