Les actualités Malgaches du Mercredi 23 Août 2017

Modifier la date
News Mada9700 partages

BNI Madagascar : place au crédit « Fianarana »

A travers les 61 agences réparties au niveau national, la BNI Madagascar met à la disposition de ses clients le crédit «Fianarana». Il s’agit d’une offre conçue pour faciliter le quotidien des ménages dans le cadre des préparatifs de la rentrée scolaire. Ce crédit personnalisé est proposé au taux de 1% par mois. La nouvelle campagne durera jusqu’au 31 octobre.

«Cette solution de financement permettra aux parents de couvrir les dépenses relatives à la scolarité de leurs enfants en toute sérénité et ce, dans les meilleures conditions. La durée de remboursement du prêt varie de 3 à 10 mois selon les besoins du client», a annoncé une responsable au niveau de la Banque, à l’occasion d’une rencontre avec la presse, hier, à Analakely.

Par ailleurs, la BNI propose également d’autres crédits à la consommation pour financer les projets et besoins personnels avec une réduction de 3 points sur le taux d’intérêt, jusqu’au 31 octobre.

R.R.

Midi Madagasikara316 partages

Insécurité grandissante : Les Forces de l’ordre se trompent de cible

Hier, plusieurs centaines de militaires, gendarmes et policiers ont été mobilisés à Mahamasina pour interdire la manifestation des Forces de changement.

Selon une information non officielle, l’Etat aurait débloqué 125 millions de Fmg pour financer la manœuvre militaire dénommée « Tintotry 2017 » qui s’est déroulée du 10 au 18 août dernier au centre d’instruction des Forces d’intervention de l’Armée à Tamponketsa. Une source proche des Forces armées a laissé entendre que chaque élément ayant participé à cette manœuvre aurait touché une indemnité journalière de 50 000 Fmg. Des militaires du CAPSAT, du 1er RM1, du 1er RTS, du RAL, du RAS, du 1er RFI et du RAAA ont participé à cette manœuvre qui consistait à des exercices de tirs de gros calibres et de canons anti-aériens, ainsi que des simulations d’attaque en cas d’agression étrangère touchant la souveraineté nationale.  Malgré les explications avancées par les tenants du régime HVM et les hauts responsables des Forces armées, cette manœuvre est critiquée de toutes parts. Se référant à l’insécurité grandissante qui sévit actuellement dans les grandes villes comme dans les brousses, bon nombre d’observateurs estiment que les Forces de l’ordre se trompent de cible.

Simulations. Au moment où les militaires perdent leur temps à s’exercer à des simulations d’attaque en cas d’agression étrangère, les attaques à main armée et les vols de bovidés font rage. Pour ne citer que ce qui s’est passé dans les communes d’Antanimenabaka et Morafeno, District d’Andilamena les 14 – 16 août dernier où 700 bovidés ont été volés. Du côté d’Antsirabe, 15 hommes en uniforme ont dérobé 10 millions d’Ariary chez un grossiste dans le « fokontany » de Fiadanana. Un retour en force des attaques des « dahalo » est aussi à signaler dans les Districts classés zones rouges tels qu’Ankazoabo Sud, Ihosy et à Ambohimahasoa. Ce qui s’est passé à Antananarivo lundi dernier prouve également l’inefficacité monumentale des Forces de l’ordre. Juste au moment où plusieurs centaines d’éléments de l’Emmoreg étaient mobilisés à Mahamasina et dans le centre ville pour interdire la tenue de la manifestation prévue par les Forces de changement, des bandits armés ont tiré sur tous ceux qu’ils ont croisés du côté de Tsiadana, après l’attaque d’un grossiste. Une attaque ayant fait un mort et trois blessés graves.

Erreur stratégique. La question qui se pose est alors de savoir si la mission principale des Forces de l’ordre est d’assurer la défense des biens et des personnes ou bien de défendre les « seza » et les intérêts des dirigeants politiques. Bon nombre d’observateurs dénoncent également une erreur stratégique des hauts responsables des Forces de l’ordre. Au lieu de rester dans les casernes et se regrouper dans le centre ville, une forte présence policière est de mise au niveau des quartiers. Nul n’ignore qu’actuellement à Tana, aucun quartier n’est plus épargné par les problèmes d’insécurité. Prioriser les contrôles routiers qui favorisent la corruption et qui n’apportent aucun résultat en matière de lutte contre l’insécurité, ne constitue pas une solution. Il est désormais temps de mettre en œuvre une nouvelle stratégie plus efficace et conforme aux réalités du moment. Au cours du Conseil du gouvernement d’hier, le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a félicité les responsables des départements ministériels en charge de la sécurité pour le démantèlement d’un réseau de voleurs de bovidés à Antsiranana. On s’attend désormais à ce que les Forces de l’ordre fassent aussi des résultats palpables face aux attaques à main armée qui font plusieurs victimes chaque jour.

Davis R

Midi Madagasikara221 partages

ESS Agronomiques : 25 étudiants en visite à l’exploitation de Tozzi Green à Satrokala

Les étudiants prennent la pose devant le Challenger.

A cette occasion, les étudiants ont aussi découvert l’agro-écologie, concept tenant compte de l’environnement naturel.

Des échanges enrichissants. Dans le cadre de leur cursus universitaire, 25 étudiants en 5e année de l’École Supérieure des Sciences Agronomiques (ESSA) ont visité le site de Tozzi Green Madagascar à Satrokala, dans la région d’Ihorombe. Ils y ont appris les rouages de l’agriculture mécanisée, notamment pour la culture du maïs et la plantation de géranium. Une agriculture mécanisée qui est un des facteurs clés de la production à grande échelle où Tozzi Green Madagascar exploite sur une superficie de 4 000 hectares environ, utilisant des tracteurs à roues et à chenilles. La productivité est améliorée, pour une agriculture à grande échelle efficace. Mais cela nécessite une main-d’œuvre spécialisée, difficile à trouver à Madagascar.

Agro-écologie. Dans le Sud, les espaces sont désertiques et Tozzi Green Madagascar a contribué à la fertilisation des terres et à la lutte contre les phénomènes de désertification et d’érosion. A cette occasion, les étudiants ont aussi découvert l’agro-écologie, concept tenant compte de l’environnement naturel. L’agriculture pratiquée sur place fédère de véritables opportunités pour de futurs ingénieurs agronomes. A l’ère de la modernisation, l’avenir appartient à ceux maîtrisant l’agriculture industrielle. Les étudiants de passage à Satrokala ont pu élargir leur vision, à travers une agriculture moderne, l’agriculture de demain. « La visite de Tozzi Green a été une expérience enrichissante, à plusieurs égards. Nous avons été impressionnés et émus par ce que nous avons pu découvrir là-bas. Les réalisations sur place nous ont insufflé une ambition certaine et nous donnent surtout la certitude que notre branche a de l’avenir et que les opportunités sont très vastes et intéressantes. Nous avons surtout appris qu’en y mettant du nôtre, de la volonté et de l’audace, nous pourrons faire de grandes choses dans le domaine de l’agriculture à Madagascar » a fait savoir Sitrakiniaina Raharimalala, étudiante en 5e année à l’ESSA, mention agriculture tropicale et développement durable. En quête de techniciens spécialisés, pour répondre aux besoins d’une activité qui se développe sans cesse, Tozzi Green Madagascar ambitionne d’ouvrir une école dédiée aux futurs techniciens en agriculture mécanisée.

T.H

Midi Madagasikara195 partages

Telma Coupe de Madagascar : Le tableau des 1/16es !

Les 1/16es de finale de la Telma Coupe de Madagascar auront lieu ce week-end sur divers stades de Madagascar. Voici le calendrier des rencontres.

Samedi 26 août

Tsiroanomandidy : Ajesaia contre FC Rabaza Atsimo Atsinanana

Mahamasina :

Elgeco Plus contre Mi 20FC Viva contre Fosa Juniors Boeny

Carion : Tana Formation contre FCA Avaradroa Alaotra Mangoro

Dimanche 27 août

Ambatondrazaka : OTIV Ambatondrazaka  contre AS Fortior

Fandriana : Fisakana FC contre CNaPS Sport Analamanga

Fianarantsoa :

Relais FC contre CNaPS Sport ItasyZanakala FC contre Costem Atsimo AndrefanaFC B Haute Matsiatra contre AS Adema

Ihosy : FC Ilakaka Ihorombe contre AS Besakoa Atsimo Andrefana

Mahajanga :

Racing Soma Beach contre COSFA ou AS JOFAMAENAC Boeny contre USCAFOOT

Manakara : Black Star FC contre FC Mapaci Atsimo Andrefana

Port Bergé : TAM Port Bergé contre OSBSA Ambanja

Toamasina :

FCE Toamasina contre RTS JET Mada ItasyFIFAFIFI Atsinanana contre Mama FC

Clément RABARY

Midi Madagasikara147 partages

Jean-Eric Rakotoarisoa : En pleine campagne avec le président !

Le président de la HCC n’était pas dans son domaine malgré sa casquette style US Navy .

Une casquette bleue style US Navy vissée sur la tête et une paire de jumelles dans la main pour scruter on ne sait trop quoi, en tout cas, pas les dispositions de la Constitution sur une éventuelle habilitation du président de la République à porter un uniforme militaire.

En voyant le président de la HCC à côté du chef suprême des forces armées à Ankazobe, bon nombre d’observateurs avertis ou pas, se sont posés la question suivante : « Inona no idiran’ny vitsika amin’ny pétrole ? »  Une manière de demander qu’est-ce qu’il a à voir avec la manœuvre militaire dans le Tampoketsa? Et pour cause, cela ne fait pas, mais pas du tout, partie du champ de compétences de la haute juridiction qui ferait mieux de jouer son rôle de gardien de la Constitution. Le fait pour le numéro Un d’Ambohidahy de trop s’afficher avec le futur président candidat ne pourrait que nourrir, à tort ou à raison, les suspicions à l’endroit de la HCC qui sera chargée de statuer sur le contentieux de l’élection présidentielle de 2018 et d’en proclamer les résultats officiels.

Crise postélectorales. C’est dire que Jean-Eric Rakotoarisoa a intérêt à rester en dehors de la …cour des grands (candidats) pour prévenir une nouvelle crise postélectorale. Pour l’instant, c’est la période creuse à Ambohidahy où la dernière audience remonte au 24 juillet dernier. Elle concerne la loi de règlement pour 2015. L’année même d’une autre décision de la HCC qui disposait en son article 5 que « les Institutions de la République œuvrent en faveur d’un pacte de responsabilité, garant du bon fonctionnement de l’Etat, dans le cadre de la Constitution en vigueur ». Deux ans après, quoique les décisions de la HCC « s’imposent à tous les pouvoirs publics ainsi qu’aux autorités administratives et juridictionnelles », on n’a rien vu venir par rapport à ce fameux « pacte de responsabilité », en dépit de la promesse de plus amples explications de la part de Jean-Eric Rakotoarisoa qui a accompagné le 18 août dernier le président de la République en pleine …campagne pour ne pas dire en pleine manœuvre.

R. O

Tia Tanindranaza113 partages

Marc Ravalomanana“Tsy voafehy ny filaminana raha mbola mahantra ny olona”

Tany Ambanja indray omaly Andriamatoa Marc Ravalomanana, nijery ny zava-misy ka voalohany hita

tamin’izany ny faharatsian’ny lalana, ny tanàna maloto ary ny firongatry ny asan-jiolahy. Tsy voafehintsika eto mihitsy io resaka filaminana io raha mbola mahantra sy tsy manana asa ny olona, hoy izy. Distrika 50 izao no efa notsidihako mba hamantarana ny tena zava-misy marina, hoy i Marc Ravalomanana ary hita fa tena sahirana ny olona. Ho an’Ambanja manokana dia maro ny hetahetan’ny mponina izay nozarain’izy ireo tamin’i Dada. Anisan’ny tsy maintsy hojerena ny fanadiovana ny tanàna, hoy izy hahafahana manampy ireo mpamokatra Cacao. Latsaka ambany dia ambany mantsy ny vidin’izy io amin’izao fotoana. Eo amin’ny ara-politika indray dia tsy maintsy karohantsika ny hevitra hanatanterahana fifidianana madio sy mangarahara ary hahafahan’ny rehetra mandray anjara, hoy hatrany izy.

RTT

 

Midi Madagasikara107 partages

Toliara – Sarimbavy nifamono : Vaky loha naratra mafy voavely tavoahangin-toaka ny iray

Tovolahy pelaka iray manodidina ny 22 taona eo no naratra mafy vaky loha nihosin-drà omaly naraina tokony tamin’ny 9 ora, tany Toliara. Raha ny fanazavana azo dia niara-nisotrosotro nanala makafoka teny amoron-driaka ireto telolahy mpinamana mpisera vazaha. Tsy hay izany nitranga tao fa raikitra ny fifandirana niafara tamin’ny fifampikasihan-tanana teo amin’ny sarimbavy roalahy. Nisendoatra mafy tsy nahafehy fo ny iray ka tsy nisalasala nively tavoangy « Dzama » an’ity niady taminy. Niboba ny rà ka nitsoaka ilay nahavanon-doza. Rehefa nokarohina dia tratra ka naratra mafy ihany koa niharan’ny angaredona. Maso mahita ao Toliara ao dia efa tsy menatra intsony, mitovy amin’ny etsy Antaninarenina ireo sarimbavy mihafy mpanjifa, ary ny tena tilian’izy ireo dia ny teratany vahiny, indrindra ireo efa nahazoazo taona.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara93 partages

DESTINATION SURPRISE – Aire protégée de Loky Manambato : Un taux d’endémicité de la biodiversité ...

Cette espèce de lémurien à couronne dorée constitue un produit phare de l’aire protégée.

Parmi ses espèces faunistiques phares, on peut citer entre autres, le lémurien à couronne dorée connu sous le nom scientifique « propithecus stattersalli ».

 Le complexe de « Loky Manambato » étalé sur une superficie de plus de 70 000 ha constitue une nouvelle aire protégée créée dans la partie nord-est de Madagascar, soit dans la région de SAVA. Cette aire protégée recèle une biodiversité exceptionnelle avec un taux d’endémicité atteignant les 84%. Elle est délimitée par les fleuves de Loky et de Manambato. Parmi ses espèces faunistiques phares, on peut citer entre autres, le lémurien à couronne dorée connu sous le nom scientifique « propithecus stattersalli ». Mais en tout, ce site dispose de dix espèces de lémuriens diurnes et nocturnes dont trois espèces sont endémiques. On y trouve également le plus grand scorpion à Madagascar ainsi que 127 espèces d’oiseaux, dont 44 espèces issues du lac Sahaka, 75 espèces de reptiles et 36 espèces d’amphibiens dont deux espèces de tortues marines. Il y aussi le fosa ou « Cryptoproctaferox », le plus grand carnivore de la Grande Ile.

En danger critique. Parlant des espèces floristiques, l’aire protégée est spécifique par la présence de différents types de formations végétales allant d’humides à sèches dans une superficie réduite. On y recense 1.773 espèces de plantes dont une cinquantaine d’espèces ont été découvertes récemment. Il s’agit entre autres, du baobab de Perrier endémique appelé « Adansoniaperrieri ».  Par contre, on a détecté trois espèces végétales endémiques classées en danger critique selon la catégorie de la liste rouge de l’IUCN, à savoir « l’Aspidostemontrichandra » ou l’arbre de 8,5m de hauteur du massif de Binara, le « Dalbergia gautieri » ou une liane arbustif du massif de Bonbakora et d’Antsahabe et le  « Combretumnusbaumei » ou une liane connue uniquement d’Antsaharengy.

Centre de formation. Notons que cette aire protégée de « Loky Manambato » est accessible depuis Daraina, à 53km de Vohémar. L’ensemble de la zone est gérée par l’association Fanamby. Celle-ci propose ainsi des guides pour accompagner les touristes aussi bien nationaux qu’étrangers à visiter le parc. Cinq tentes aménagées avec des sanitaires privées y ont été mises en place afin de les héberger dans la nuit. Les touristes auront également l’occasion de côtoyer la population locale située dans cette zone un peu reculée. Il faut savoir également que l’association Fanamby a pour principale mission de préserver les ressources naturelles en impliquant les communautés de base, dans tout processus de gestion durable. En juillet 2017, elle a inauguré un centre de formation et d’information sur la pêche pour le village d’Ambavarano dans la Nouvelle Aire Protégée de « Loky Manambato ». Ce qui a permis aux pêcheurs locaux de vendre à un meilleur prix leurs produits sur le marché de Diégo. Cela les incitera en même temps à mieux respecter l’environnement.

Sites éco touristiques. Par ailleurs, l’une des premières attractions de la commune de Daraina est le massif forestier de Binara étant donné la richesse de sa biodiversité. Les potentialités  éco touristiques du massif sont diversifiées. A titre d’illustration, on peut découvrir le paysage, la faune comme les lémuriens, les oiseaux, les reptiles et les mammifères ainsi que la cascade sacrée d’Antsahabe Est. Le trekking y est également recommandé. La visite du site éco touristique de Binara peut être également associée avec celle de la chute d’eau de Manambato dénommée Ambalamarenina. La rivière est idéale pour des descentes en canoë, et la vision des rochers combinée avec le bruit des chutes est spectaculaire. Le troisième site éco touristique est la forêt sèche de Bekaraoka. Le potentiel touristique de la zone est énorme. Cependant, son développement rencontre un problème d’accès au niveau de la zone, du fait du mauvais état de la piste.

Navalona R.

Tia Tanindranaza82 partages

Vonon-kiady amin’ny HVMManetsika ny olony Rajoelina

Miketrika sy manomana ny ho avy politikany, indrindra ny fifidianana 2018 i Andry Rajoelina, ka mety tsy hipetra-potsiny intsony na eo aza ny antsojay politika efa nahazo sy mbola mety hahazo azy sy ny ekipany.

Manetsika tsikelikely ny olony

Tsy mbola tena midina an-kianja aloha i Andry Rajoelina na eto an-tanindrazana aza. Ny volana novambra izao ny tenany vao mety tena hiditra an-tsehatra amin’ny fitetezam-paritra, raha ny loharanom-baovao iray. Manomboka mihetsiketsika kosa ireo fikambanana sy rantsan’ny antokony, izay heverina fa toromarika avy aminy sy ny lohandohan’ny mpisorona. Tontosa ny faran’ny herinandro teo ny Fihaonambem-paritry ny CSANR V7V (Club des supporteurs Andry Rajoelina) any amin’ny faritra Vatovavy Fitovinany. Nanatanteraka fihaonana ny PRO-ANR eny Ivato ny faran’ny herinandro teo ihany mba hanomanana ny fanohanana an’i Andry Rajoelina amin’ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny taona 2018. Manomana hetsika ara-panatanjahantena izy ireo, mba hanangonana olona. Ho raikitra ihany koa ny fizarazaran-javatra hakana ny fon’ny vahoaka, toy ny fanampiana ho an’ny zokiolona sy ny fizarana fitaovam-pianarana ho an’ny ray aman-drenin’ny mpianatra mialoha ny fidiran’ny taom-pianarana 2017-2018. Miezaka mifoha ny MAPAR amin’izao saingy toa efa reraka sy rava ihany. Ireo olony tsy voavily na tsy voavidin’ny HVM, dia nanaovan’ny fanjakana don-tandroka sy ramatahora ny ankamaroany, toa an’i Kolonely Lylison, Solombavambahoaka Rahantanirina Lalao (Ninah), Augustin Andriamananoro, Elysée Ratsiraka … ka toa nipirina. Ny hafa kosa efa lasa namadika palitao toa an-dry Maharante Jean de Dieu, Ndaimananjara Johanita,… izay midika fa niparitaka sy lefy tanteraka ny herin’ny MAPAR.

Toky R

 

Midi Madagasikara71 partages

Tapatapany

# Raikitra ny fifampitifirana omaly tetsy Amboanjobe. Nisy efa-dahy nanafika bar ka tsikaritry ny olona. Nodidinin’ny olona ny roa izay taraiky tao. Maty voatifitra ny iray ary tapaka lalandra noho ny hatairana ny faharoa. Naratra nohonjy tifitra nahazo azy ny tompon’ny bar ary zandary roa koa naratra nandritry ny fifamaliana tifitra tamin’ireo olon-dratsy

# Voaambana basy ny mpamily taxi-be iray tetsy Avaradoha. Nasaina nandeha nankaby Nanisana avy eo ilay fiara ary izany dia teo imason’ny mpandeha rehetra tao. Tsy hay izay tanjon’ireo nitazona basy izay nidina fotsiny nony avy eo…

D.R

Midi Madagasikara62 partages

Halatr’omby : Miverina indray ireo dahalo an-jatony manafika

Na eo aza ny ezaka hampandriana fahalemana ny eny ambanivohitra indrindra ireo faritra izay malaza amin’ny halatr’omby toa an’i: Bongolava, Ihorombe, Amoron’i Mania, ary Alaotra-Mangoro, azo lazaina fa miverina indray ireo dahalo am-polony maro na an-jatony mihitsy aza miara-manafika. Ireo tatitra avy amin’ny zandarimariam-pirenena mahakasika ireo trangana halatr’omby tao ho ato dia manamarina izany. Ohatra azo raisina amin’izany ity niseho tao Andilamena tamin’ny 15 aogositra ity. Dahalo 120 nirongobasy sy fitaovam-piadiana samihafa no nangalatra omby  400 tao amin’ny fokontanyTsaratanimbary, kaominina Tanananifololahy. Tao amin’ny Faritr’Ihorombe koa torak’izay. Jiolahy 60 no indray nanafika tao Andambario, kominina Analavoka ka naka omby 200 tamin’ny 20 aogositra teo. Nitohy ny 21 Aogositra ka 400 an’Atoa Souvenir  no lasan’ny dahalo am-polony maromaro tao amin’ny kaominina Andiolava. Tany amin’nyfaritra Bongolava indray, dahalo am-polony mitondra basim-borona sy fitaovam-piadina tsotra no nandrava omby 80 teny an-tsaha, an’Atoa Vakimana ny andron’ny 20 Aogositra tao Ambohitromby, Fenoarivobe. No entin’ireo  dahalo ho takalon’aina ny zaza mpiambina ny omby. Tany amin’ny Faritra  Amoron’Imania indray. Omby 80 an’Atoa isany Zafikely sy Velonorono nangalarin’ny dahalo 40 mitondra fitaovam-piadiana mahery vaikasy basim-borona, ary basy vita eto an-toerana tamin’ny 19 Aogositra.

T.M

Midi Madagasikara59 partages

Mahajanga : Ankizivavy valo namonjy « sport scolaire » indray nihetsika ambalavelona

Tranga hafahafa no niseho tao an-drenivohitr’i Boina tao, ny alatsinainy alina lasa teo, nandritra ny lalao ara-panantanjahantena an-tsekoly. Ankizivavy maromaro, avy amin’ny fari-piadidim-pampianarana Vakinankaratra no indray niara-nanao « krizy ». Valo miraharavavy izy ireo , hoy ny fampitam-baovao avy amin’ny pejin’ny Ministeran’ny Fanabeazam-pirenena ao anaty tambajotra sosialy. Raha ny zava-nitranga, dia voalaza fa avy niatrika ny fifaninana tamin’ity lalao ara-panantanjahantena an-tsekoly ity izy ireo no sendra an’izao zavatra nahazo azy izao. Samy nilaza izy ireo fa nahatsiaro tena ho hafahafa sy nalemilemy avokoa. « Eny fa na teny ambony kianja aza dia nahatsapa ireo mpanabe fa niova ny filalaon’izy ireo. Nandritra io lalao io, nahagaga hoy hatrany ireo mpanabe fa nilaza ho tsy nahazaka ilay baolina « hand » intsony ireo ankizy teny ambony kianja. Nisy fotoana aza moa tsy hita tampoka atramin’ny mpiandry ny tsatoby fa kay nitsoka an-daharana izy naka toerana raha vao nahatsapa fa hafahafa tamin’ny vatany » hoy hatrany ny loharanom-baovao avy any an-toerana. Nihanihetsika mahery izany « krizy » izany, nony tonga tany amin’ny toerana nitobian’izy ireo, tokony ho tamin’ny valo ora alina tany ho any. Teo ho no eo ihany dia nentina namonjy ny Fiangonana loterianina tao Tsaramandroso, Mahajanga ireto ankizivavy nihetsika aretina ireto, ary mpiandry maromaro no nandray an-tanana azy ireo. Nandritra ny ora maro ny niasan’ireto farany tamin’izany. Nentina namonjy ny toby nisy azy ireo nony avy teo, rehefa nilamindamina. Nentina nialàna tamin’ny fikorotanan-tsain’ny maro anefa dia mbola natokana efitra aloha izy ireo. Omaly, raha ny fampitam-baovao avy tamin’ny Ministera hatrany dia efa salama tsara ireo ankizy ary tsy misy ahiana intsony. Marihana fa samy nandray andraikitra tamin’ity tranga hafahafa ity avokoa ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy tany an-toerana. Na dia teo aza izany dia nizotra am-pilaminana ny fifaninana ara-panantanjahan-tena an-tsekoly, izay tontosaina any an-toerana amin’izao.

m.L

Midi Madagasikara57 partages

Ambatondrazaka : Miparitaka ny fitaovam-piadiana sy ny vola sandoka

Noho ny ezaky ny zandarimarian’Ambatondrazaka ,dia sarona sy rava  avokoa hatramin’izao ny fanafihana mitam-piadiana saika ho nitranga teto amin’ny tananan’Ambatondrazaka tato ho ato   noho  ny fisian’ireo tsara sitrapo ary ny andrimasom-pokonolona  miara-miasa amin’ny zandary.  Basy   KALACHNIKOV  iray miaraka amin’ny bala maromaro izay voalaza fa an’ny  miaramila no saron’ny zandary  tao Ranofotsy Ambatondrazaka  (RN 44) ny faran’ny herinandro lasa teo ,saika hamidy ary hanaovana fanafihana teto amin’ny renivohitry ny faritra Alaotra Mangoro io basy io no izao sarona izao nohon’ny ezaky ny zandary nohon’ny  ny loharanom-baovao  azo  ,Basy vita gasy iray ihany koa no sarona tao Antanifotsy Ambatondrazaka ny faran’ny herinandro  lasa teo ihany ,izay efa teo ampanafihana trano fivarotana iray ireo jiolahy ,no nandalo tampoka ny fisafohana nataon’ny zandary ,ka tafatsoaka ireo jiolahy ka tavela ny basy fampiasan’izy ireo ,ka izao noraisim-potsiny izao  .Vola sandoka iray alina ariary ihany koa izay vola teo aloha no efa miparitaka eto Ambatondrazaka amin’izao fotoana izao  ka mpivarotra iray no nahitana azy ka nampandre ny mpitandro ny  filaminana  amin’ny tokony hitandremana . Olona roa aloha hatramin’izao no voasambotra , ary mandeha ny fanadihadiana, satria toa efa tambazotra iray avokoa ireo mpanao asa ratsy hoy ny fanazavana. Midina ifotony mandray andraikitra amin’ny fampandriana fahalemana ny faritra, ny zandary tarihin’ny kaomandan’ny kaompanian’Ambatondrazaka, Atoa Ramboasalama Bruno  amin’izao fotoana izao ;  izay nampihena ny fanafihana mitam-piadiana , ary manentana ny vahoaka ny hampandre ny zandary haingana   raha  misy ny trangana-tsy fandriampahalemana miseho mba hisorohana izany. Nisaotra ny avy teny anivon’ny zandary ny fokonolona aty Alaotra amin’izao fotoana izao, noho ny ezaka hataony ary miantso ny rehetra mba ho samy tompon’andraikitra ireo mpitandro ny filaminana   amin’izao fotoana izao  mba hanafoanana  ireo mpanao ratsy

Janus R

News Mada55 partages

Fifidianana 2018 : mitady hisolo an-dRavalo i Guy Rivo ?

Manana tanjona hafa ve ny depiote Randrianarisoa Guy Rivo? Raha ny resaka mandeha any ambadika any, tsikaritra fa mikatsaka ny ho kandidà filoham-pirenena amin’ny taona 2018 izy, hisolo an-dRavalomanana, mety tsy ho eken’ny sasany ny hirotsahany.

Miseho etsy sy eroa mandritra ny fitetezam-paritany, ataon’ny filoha teo aloha Ravalomanana, ny depiote Randrianarisoa Guy Rivo. Na milaza aza ny vondrona iraisam-pirenena fa tsy tokony hisy intsony ny fanilikilihana kandidà hirotsa-kofidina, maro ny fanehoan-kevitra samihafa tsy mankasitraka ny hirotsahan-dRavalomanana intsony amin’ny fifidianana 2018. Mety mahatsapa izany koa ny depiote Guy Rivo, ka miezaka sy manao ny fomba rehetra manakaiky ny filoha teo aloha, toy ireny fitetezam-paritra ataon-dRavalomanana ireny. Hita izany fihetsiny izany, amin’ny alalan’ny famoahana sary aparitaka any anaty tambajotra sosialy, toy ny “facebook”, ohatra. Toa manamarina izany koa ny fidirany an-tsehatra tamin’ilay disadisa tao amin’ny trano fiantranoana any Antsiranana farany teo.

Tsy mahita olon-kafa Ravalo

Anisan’ny feo mandeha fa hampiasain’i Guy Rivo ho amin’ny tombontsoany ny fitiavan’ny olona an-dRavalomanana, hanatonany bebe kokoa ny mpifidy amin’ny taona 2018.

Iaraha-mahalala fa mahatoky tanteraka an’ity depiote ity ny filoha teo aloha. Na izany aza, mampanahy ihany ny zavatra hitranga raha tarafina amin’iretsy voalaza etsy ambony. Tranga mety hiseho koa ny hirotsahany amin’ny anaran’ny tenany manokana rehefa tsy hahazo ny tso-dranon’ny Tim, satria ataony izay ahazoan’ny fon’ny mpifidy azy amin’ny alalan’ny fitiavan’ny olona an-dRavalomanana, ka ataony ny fomba rehetra ho eo akaikin’ity farany mandritra ny dia alehany rehetra eto an-toerana sy any ivelany. Tsikaritra koa fa tsy tazana intsony ireo olona tena akaiky ny filoha teo aloha, toa an-dRavatomanga Roland, ry Andriamahefamparany Donnat sy ny hafa rehetra, ka tsy mahita olon-kafa izy.

Randria

Midi Madagasikara43 partages

Du rôle des forces de l’ordre face à l’insécurité

Voir le président de la République parader en uniforme lors des manœuvres militaires qui se sont déroulées la semaine dernière provoque une certaine amertume chez les citoyens. A voir la fierté des chefs militaires devant l’efficacité de leurs troupes donne l’envie d’ironiser pour ne dire plus lorsqu’on voit une population à la merci des malfaiteurs et des « dahalo ». Quoique le pouvoir dise, il a failli dans la lutte contre l’insécurité.

Du rôle des forces de l’ordre face à l’insécurité

Le chef de l’Etat n’avait pas caché sa fierté devant l’efficacité des troupes censées lors des manœuvres de Tamponketsa repousser des ennemis envahissant le pays. Les militaires dotés de nouveaux matériels sont opérationnels, dit-on. Mais, plutôt que de se prémunir contre un ennemi extérieur hypothétique, ne vaut-il pas mieux protéger la population des bandits armés qui font de plus en plus preuve d’audace. Les attaques à main armée qui se produisent tous les jours montrent que les autorités  montrent que les autorités font preuve d’une impuissance rare. Les victimes de ces braquages se comptent par dizaines et les forces de l’ordre vers qui l’on se tourne ne semblent pas réagir. Les pouvoirs publics préfèrent les mobiliser pour empêcher les manifestations de protestation de l’opposition. Dans ce cas, ces militaires et gendarmes n’hésitent pas à sévir pour disperser des hommes et des femmes  marchant pacifiquement. Aujourd’hui, l’opinion ne cache pas son désarroi et exprime de plus en plus ouvertement son mécontentement. Nous avions dit, dans une précédente vision,  que les autorités au plus haut niveau de l’Etat étaient conscientes de l’urgence de la situation et qu’elles avaient décidé de prendre le problème à bras le corps. Toute la stratégie de la lutte contre l’insécurité, nous affirmait-on, était à repenser. Le temps passe et on ne voit pour l’instant aucune amélioration. C’est le régime qui subit les reproches d’une population lasse des promesses qui ne sont pas suivies d’effet. Il doit se réveiller d’une léthargie où il semble se complaire.

Patrice  RABE

Tia Tanindranaza42 partages

Herisetra sy Asan-jiolahyLasa faritra mena Antananarivo

Mitaintaina andro aman’alina ny mponina eto Antananarivo satria isan’andro dia misy herisetra sy fandrobana mitranga foana.

Fandrarana famoriam-bahoaka no aloha

Mangina sy tsy andrenesam-peo ny fanjakana manoloana ny asan-jiolahy. Ny mpitandro ny filaminana moa tsy manan-tsafidy fa toa ataon’ny fanjakana HVM fitaovana. Raha any anaty fisakanana sy fandravana famoriam-bahoaka, dia efa tena mahery sy matanjaka ary manana paikady avo lenta. Resaka fandrarana “zumba” eny Mahamasina sy fisakanana famoriam-bahoaka ao anaty kianja mitafo, dia mahavita mikaon-doha ny jeneraly maro tompon’andraikitra ambony amin’ny resaka fitandroana filaminana. Raha paikady hamongorona ny tsy fandriampahalemana kosa, dia lavitry ny kitay ny afo matoa izao no zava-misy. Fialana bala hatrany no re matetika hoe tara ny fampandrenesana ny mpitandro filaminana, tsy misy solika,…rehefa miseho ny asan-jiolahy. Toa tsy mba manana fotoana hisainana sy hitadiavana paikady manoloana an’ireny angamba satria efa lany fotoana miketrika ny fandrarana hetsika politika. Ny fanazaran-tenan’ny tafika, izay hireharehan’ny filoha Rajaonarimampianina sy ny lehiben’ny mpitandro filaminana fatratra aza moa resaka fiarovan-tena amin’ny fananiham-bohitra avy any ivelany, kanefa ny ady amin’ny jiolahy eto aza tsy vita, hany ka sady mampihomehy no mahamenatra, ary mahatezitra ihany koa. Tsy afa-manoatra anefa ny Malagasy eo anatrehan’ny mpitondra tsy manaiky ho diso sy tsy vonona hanitsy ny tsy mety, fa lomoron’ny fitiavam-pahefana sy ny fitiavan-karena.

Toky R

 

Midi Madagasikara42 partages

Association Akamasoa : Coup de pouce à trois dispensaires

Trois dispensaires des « fokontany » de  Manantenasoa, d’Andralanitra et de Mahatsara, de l’association Akamasoa ont bénéficié, en début de semaine, d’un coup de pouce du ministère de la Santé qui leur a remis un lot de médicaments, de matériels et consommables médicaux.  La démarche entre dans le cadre des recommandations du chef de l’Etat lors de sa visite, la semaine dernière, à l’issue de laquelle le domaine de la santé des populations et l’approvisionnement en médicaments semblent préoccupants et nécessitent un soutien auprès du ministère de la Santé. A cet effet, le service d’urgence en réponse des catastrophes (SURECA) et la direction de la pharmacie, du laboratoire et de la médecine traditionnelle (DPLMT) ont apporté leur contribution pour renforcer le fonctionnement des dispensaires de l’association Akamasoa à Andralanitra, Ambohimahitsy et Betsizaraina, rattachés au centre de santé de base de la commune rurale d’Ambohimangakely. Une trentaine d’employés dont cinq médecins, trois sages-femmes et trois aides-soignantes, assurent le fonctionnement de ces dispensaires, lesquels assurent les consultations internes et externes, les soins dentaires, la vaccination des enfants et des femmes enceintes, les consultations prénatales, l’accouchement, le dépistage du VIH/Sida, de la tuberculose et du cancer.

Hanitra R.

L'express de Madagascar33 partages

Accélère… il y a un handicapé !

Que les personnes en situation de handicap ne s’offusquent point, loin de nous l’idée de rendre risible ou dénigrer les situations catastrophiques qu’ils vivent dans les transports en commun. Les participants qui avaient collaboré lors de l’atelier sur l’élaboration des normes des transports en faveur des personnes en situation de handicap avaient un magnifique sens de l’humour pour partager le calvaire qu’ils vivent tous les jours. Alors, prenons un peu de légèreté pour faire passer nos messages.Les Tananariviens qui ne sont pas en situation de handicap confirmeront que prendre le bus relève déjà des travaux d’Hercule. Imaginons un instant ce que peuvent subir les personnes non valides. Car malgré tout, beaucoup essaient avec tant bien que mal de jouir de leurs droits fonda­mentaux. Les difficultés sont multiples mais leur manière de raconter les faits nous fait sourire.Pour les personnes ayant des difficultés motrices, courir derrière un taxibe est plus qu’héroïque. Non seulement parce que quand il s’agit de le faire, personne ne regarde plus qui a des difficultés, c’est chacun pour soi et Dieu pour…les athlètes ! Certains ont développés des tactiques comme aller une heure avant tout le monde pour pouvoir avoir une place en toute quiétude. Ils ont ainsi modulé leur rythme de vie. Seulement, des fois,  pour ne pas dire beaucoup de fois, quand le receveur aperçoit la personne avec un handicap moteur, on peut entendre : « accélère chauffeur, c’est un handicapé » !Pourquoi ? Parce que si pour un athlète taxibeen, il suffit de 30 secondes pour sauter de la rue à la marche du véhicule qui est encore en mouvement. Une personne en situation de handicap prend 3 à 4 minutes voire plus. Une fois dans le taxibe, monsieur et madame tout le monde peuvent se faufiler avec quelques difficultés pour rejoindre athlétiquement une place en sautant entre les strapontins. Avec des béquilles, un atèle en fer, c’est nettement plus difficile.Pour les malvoyants, il est plus que difficile de savoir quel bus prendre vu qu’il n’y a aucune infrastructure qui pourrait les renseigner. La majorité des malvoyants utilisent pourtant les bus. Ailleurs des plots en brailles sont plantés aux arrêts et les bus font une annonce sonore. Comme les bus arrivent toujours ou presque au même moment, c’est plus facile. Ici, dès que les receveurs ne crient pas le trajet, ils ne peuvent pas connaitre quel bus est en face. Et pourtant, selon les histoires racontées par nos amis, quand le receveur aperçoit une canne blanche, ils se taisent pour ne pas « s’encombrer » de ce passager atypique.Les non verbaux et les sourds ne sont pas non plus en paix. Après avoir fait le sprint pour attraper au vol un taxibé pris d’assaut par une trentaine de personnes, puis après avoir fait la course avec haie dans le bus pour avoir une place, comment faire pour dire au receveur de rendre la monnaie ou pour juste dire qu’on descend au prochain arrêt ? De multiples accrochages naissent de ces situations.Ne parlons même pas des cas pour les personnes avec des troubles psychiques et comportementaux qui sont aussi membre à part entier de notre société.Un grand pas en avant avec ce travail sur la normalisation des transports. Mais du texte aux mœurs, mater et pénaliser les discriminations sont  malheureusement utiles dans l’état d’esprit et d’éducation que nous vivons. Certes, éduquer, sensibiliser est bien ; mais dans une situation extrême de non-respect des droits des personnes en situation de handicap des règlementations strictes et punitives sont nécessaires.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Tia Tanindranaza32 partages

Angovo azo havaozina tohanan’ny EoropeaninaTokantrano 9000 no hahazo tombontsoa

Manohana ny fitsimbadihana amin’ny fampiasana ny angovo azo havaozina ny vondrona eoropeanina,

 

RTT

Midi Madagasikara32 partages

Ankorondrano : Suppression d’un arrêt de taxi-be

Un arrêt de bus a été supprimé sur la route des hydrocarbures à Ankorondrano. Il s’agit de celui situé en face de Midi Madagasikara et juste devant un établissement bancaire. Ce qui a eu pour effet de contraindre les usagers à ne descendre du taxi-be que plusieurs centaines de mètres plus loin. Cette nouvelle disposition n’est évidemment pas au goût des usagers, lesquels devront cependant s’y habituer.

Hanitra R.

Midi Madagasikara26 partages

COI : Neuf projets de production d’énergie lancés

Lors du lancement de ces neuf projets de production d’électricité.

Suite à un appel à proposition lancé par la Commission de l’Océan Indien à travers le programme Energies financé par l’Union européenne, neuf projets sur les dix sept projets mis en œuvre en Indianocéanie ont obtenu un financement. Il s’agit notamment des projets d’énergie à partir de l’exploitation des ressources renouvelables, comme l’énergie solaire, l’hydraulique, la biomasse et le jatropha, et ce, au profit des communautés dans le milieu rural afin de contribuer au développement économique et social local. Ces projets ont été présentés à l’hôtel Colbert hier. Force est de reconnaître que le taux de l’électrification rurale reste encore très faible à Madagascar. L’objectif de la mise en œuvre de ces nouveaux projets vise ainsi à développer les capacités locales de production d’énergie propre, faciliter l’accès des populations à ces sources d’énergie et à promouvoir le développement d’activités génératrices de revenus. Cela permettra également de développer des équipements tels que les établissements scolaires, les centres de santé tout en soutenant l’agriculture et les entrepreneurs ruraux. Parmi ces neuf projets, on peut citer, entre autres, la production d’électricité par le biais de l’utilisation de l’huile de jatropha pour faire fonctionner les groupes.

Navalona R.

Midi Madagasikara25 partages

« Rock dona be final » : Le dernier concert auquel participe Tselatra pour cette année !

« Rock dona be final » est le dernier concert auquel participe Tselatra pour cette année. (photo d’archives)

Les amoureux de rock attendent l’évènement avec impatience. Ce dimanche 27 août, ils vont effectivement retrouver deux des plus grandes figures du rock sur la scène d’Antsahamanitra. Un évènement à ne rater sous aucun prétexte, surtout pour les inconditionnels de Tselatra, puisque pour Erick, ce sera le dernier concert à Mada pour 2017. « Oui, Erick n’habite pas la Grande Ile mais a quand même fait l’effort d’être très présent à Mada, surtout cette année. Ses fans ont été gâtés car il n’a cessé de se produire ici et là, donnant le meilleur de lui-même. Pour ce « rock dona be », il va donner une prestation à la hauteur de sa renommée. D’autant qu’avec son groupe, il a répété depuis plusieurs semaines », explique un responsable de la  CDC Corporation. Selon également les précisions des organisateurs, les deux groupes entreront  ensemble sur scène et finiront le concert ensemble. Il n’y aura pas un mais deux « backlines ». Quand l’un aura fini de chanter, l’autre prendra de suite le relais. Pas de pause, ni blanc. Un marathon musical qui émerveillera sans aucun doute tous ceux qui se rendront à Antsahamanitra ce dimanche 27 août.Mahetsaka

Tia Tanindranaza19 partages

Saosisy karakaraina eny IkopaMety hitarika amin’ny fahapoizinana ara-tsakafo

Tranga iray tsy zoviana amintsika intsony ny fanasana tsinain’omby hanaovana saosisy eny amin’ny ranon’Ikopa mandalo eny ambany tetezan’Anosizato sy Ampasika iny.

 

 Saika isan’andro no  ahitana izany tranga izany eny an-toerana noho ny fisian’ireo toeram-pamonoan’omby eny amin’ireo faritra roa ireo. Tena zava-doza ho an’ny fahasalamam-bahoaka  anefa ny fanaovana izany. Raha araka ny fanazavan’ny dokotera Fidy Bariniaina mantsy dia rano tsy madio ny rano mandeha. Mety hanasan’ny olona tongotra izany, hanasany lamba, hidiovany, raha misy amin’ireo trano fivoahana eny amin’ireo faritra ireo ihany koa no mivarina anaty rano ny malotony. Midika izany fa betsaka ny aretina mety hoentiny  manomboka amin’ny aretin-kibo,  izay  mety hiafara amin’ny fahapoizinana ara-tsakafo mihitsy sy ny aretina hafa. Nomarihin’ity dokotera iray ity moa fa tokony hisy hatrany rano madio  azo antoka entina hikarakarana ny sakafo ao an-tokantrano mialoha ny hahandrona azy. Mikasika ilay feo mandeha fa matin’ny hafanana 180 °C ny mikraoba amin’ny sakafo ka tsy misy  atahorana dia nomarihin’ny dokotera Fidy Bariniaina fa mety tsy ho masaka tsara ny  sakafo indraindray noho izany tokony hohajaina hatrany ny fahadiovany.

Pati

 

Midi Madagasikara19 partages

Commerce de services : Une délégation de l’OMC à Madagascar

Un atelier sur le commerce de services se tient du 22 au 24 août, à la CCIA Analakely.

Avec les difficultés qui persistent dans le processus d’industrialisation, le secteur des services peut améliorer considérablement l’économie de Madagascar. Dans cette optique, un atelier se tient du 22 au 24 août à la CCIA à Analakely.

Le commerce de services occupe plus de la moitié du Produit intérieur brut (PIB) de Madagascar, et représente près de 40% des exportations du pays. Ce secteur est déterminant pour le développement de l’économie malgache. « Sans les services, il est impossible de produire des produits manufacturés, de transporter des marchandises, de trouver des financements, ou de communiquer au niveau national et international », soutient le Ministère du Commerce et de la Consommation (MCC). En effet, les économies développées parlent même de « servicification » pour illustrer le fait que le secteur des services occupe plus de 70% de leur PIB. Pour Madagascar, ce secteur est en plein essor et sa promotion se poursuit. Cette semaine, un atelier d’assistance technique nationale sur le commerce de services se tient, pour trois jours, à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo (CCIA). Organisé par le MCC et l’PMC (Organisation Mondiale du Commerce), cet atelier a pour objectif de renforcer les capacités de Madagascar dans le domaine du commerce de services. Pour les participants, c’est également l’occasion de réfléchir sur la manière d’améliorer la coopération entre les autorités en charge des différents secteurs des services, afin de mener du mieux possible le développement des services dans l’économie, et de mener à bien les négociations commerciales des services.

Savoir-faire. Lors de l’ouverture officielle de l’atelier, le secrétaire général du MCC, Jean Jacques Rasamoel a soutenu l’importance du commerce de services pour les pays en  développement. « La libéralisation du commerce mondial des services a engendré des conséquences positives dont l’accroissement de l’investissement direct étranger, la génération de nouveaux emplois occasionnés par une nouvelle division internationale du travail, et les transferts de connaissance et de technologie », a-t-il indiqué. A noter que des pays émergents ont su améliorer  leur savoir-faire et ont réussi à tirer profit de cette situation pour développer leurs économies. Pour le ministère de tutelle, Madagascar devrait suivre cette voie face à ces opportunités qui se présentent actuellement. D’autant plus, le pays est signataire et en partie des accords qui mettent en place le cadre pour le commerce international des services, tant au niveau de l’OMC que des Communautés Économiques Régionales. Par ailleurs, la GrandeIle dispose de possibilités de diversifications des activités productives qui appellent à des éventails  de services pouvant être fournis localement, ou importés de l’extérieur. Ceci pour dire que Madagascar, en  suivant le courant de la libéralisation auquel le monde s’est engagé, a plus que besoin de ressources humaines capables de contribuer efficacement à la gestion des échanges du pays.

Sujets. Pour les organisateurs de l’atelier, les techniciens malgaches doivent être armés des connaissances et des informations sur l’environnement des services, pour être à la hauteur des exigences internationales.  Au programme de l’atelier figurent, entre autres, la présentation de l’Accord général sur le commerce des services (AGCS) , les services, le commerce des services et « servicification » ; la structure et la portée de l’AGCS ; ainsi que les listes nationales d’engagements spécifiques et exemptions NPF (Nation la Plus Favorisée). Il y aura également la Liste d’engagements spécifiques de Madagascar, les objectifs de négociations de Madagascar et le mécanisme de dérogation en faveur des pays les moins avancés.

Antsa R.

Midi Madagasikara19 partages

« Nosy-Be Symphonie » : De Tanà à Nosy-Be

Elzbieta Dedek, marraine du festival.

La 4e édition du « Nosy-Be Symphonie » se déroulera du 25 août au 2 septembre à Tanà et à Nosy-Be. Quatre artistes internationaux participent à ce festival, et plusieurs artistes malgaches de Tanà et de Nosy-Be.

De la musique classique sous les tropiques, voilà maintenant quatre  ans que cela est rendu possible grâce au COAC, organisateur du « Nosy- Be Symphonie ». Un pari plutôt risqué, dans un pays, mais surtout une petite île où la plupart des populations locales sont habituées à la musique tropicale. Mais d’année en année, les mœurs commencent à changer. Aussi, pour cette 4e édition, le COAC continue à proposer de la musique classique, avec d’autres courants musicaux, pour montrer d’autres horizons au public. Et comme innovation, le festival débutera par Tanà. Deux concerts à l’hôtel Colbert le 25 août, puis au Café de la Gare le 26 août, verront la participation de tous les invités nationaux et internationaux. Il y aura, comme chaque année, la marraine de l’événement, la pianiste Elzbieta Dedek. On aura également l’accordéoniste Jonathan de Neck, le pianiste et compositeur Vincent Rouard, et le groupe mauricien « L’Ensemble 415 ». Du côté malgache, il y aura le groupe vocal Cantiamo, l’orchestre à cordes Mozartiana, le LMM Saxophone Quartet, ainsi que les artistes de Nosy-Be.

Carrefour musical. Comme pour les éditions précédentes, le festival se veut être le carrefour des artistes de la scène classique. Mais pas seulement, car depuis deux éditions maintenant, la rencontre entre le classique et un autre style musical est devenu le leitmotiv de l’événement. L’année dernière, les musiciens classiques ont rencontré ceux du jazz. Parany Ramaromisa a signé l’hymne du festival, que l’on a joué lors de la clôture au Mont-Passot. Cette année, ce sont les accordéonistes et les saxophonistes qui vont apporter une touche de couleur au classique. Mais toujours dans le même état d’esprit. A quelques jours de la fête, les organisateurs sont dans tous leurs états. Puis, place à la musique, maestro !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara15 partages

BNI Madagascar : Lancement du Crédit « Fianarana » pour la rentrée scolaire

Lancement du Crédit « Fianarana » de la BNI Madagascar, hier à Analakely.

Comme chaque année, la banque BNI Madagascar lance une nouvelle campagne, à l’occasion de la rentrée scolaire. Un prêt de trois à 10 mois, avec un taux d’intérêt mensuel de 1%. C’est ce que BNI Madagascar met en avant pour la préparation de la prochaine rentrée scolaire. Cette offre a été présentée officiellement aux médias hier, lors d’une conférence organisée au siège de la banque à Analakely. « La rentrée scolaire et un vrai casse-tête pour les parents d’élèves et peut même devenir une source de soucis durant la période de vacances. C’est pour cela que la BNI a mis en place ce crédit scolaire, avec cette campagne qui a commencé le 14 août et qui se tient jusqu’au 31 octobre prochain », a annoncé Gervais Atta, directeur du département commercial et marketing au sein de la BNI Madagascar. Pour sa part, le responsable marketing et communication de la banque, Lanja Randriatsimialona a souligné que cette offre est dédiée aux salariés et fonctionnaires, surtout les parents d’élèves. « Le prêt est à partir de 200.000 Ariary, suivant la capacité du client », a-t-elle indiqué.

Simulations. Le crédit « Fianarana » est déjà disponible dans les 61 agences de la BNI, selon Amélie Cabrera, responsable Animations-ventes de la banque. « Pour accompagner ce crédit, nous avons prévu des petits cadeaux comme des cartables et des stylos multi-couleurs. Sur notre site web les clients peuvent également faire gratuitement une simulation en ligne des crédits qu’ils peuvent obtenir, suivant leurs capacités. Mais ils peuvent également contacter directement leurs gestionnaires de compte au sein de la banque », a-t-elle expliqué. Pour cette campagne, la BNI Madagascar prévoit de conclure jusqu’à plus de 2000 contrats avec ses anciens et nouveaux clients. Par ailleurs, durant cette même campagne, la banque applique également une réduction de trois points sur le taux d’intérêt, jusqu’au 31 octobre, pour les autres crédits à la consommation qu’elle offre. Selon les explications, ces crédits concernent les projets et besoins personnels comme l’achat de voiture, l’organisation d’événement, les voyages, etc. Bref, malgré le faible taux de bancarisation dans le pays, la BNI a mis au point plusieurs options, dans le cadre de cette campagne, pour toucher le maximum de personnes par le biais de ces offres promues dans ses 61 agences à Madagascar.

Antsa R.

Midi Madagasikara12 partages

Membres du CFM : Le veto présidentiel n’est pas à exclure

« La mission du comité de sélection national était officiellement terminée dimanche le 20 août. Et ce après avoir remis entre les mains du président de la République en personne le résultat de nos travaux. Moi personnellement, j’ai déjà rejoint en brousse mon champ de manioc. Le dernier mot appartient à Hery Rajaonarimampianina car il est le président de la République.», a déclaré hier le président du Comité de sélection national, le Pasteur Tehindrazanarivelo Emmanuel Djacob. Une manière pour lui de faire comprendre que le veto présidentiel sur certains noms que le comité a sélectionné n’est pas à exclure. En fait, l’alinéa 2 de l’article 13 de la Loi n° 2016-037 relative à la Réconciliation Nationale crée une ambiguïté qui ne permet pas de délimiter clairement le pouvoir du président de la République qui a un quota personnel de 11 membres dans le CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy) et celui du Comité de sélection national. Ces dispositions législatives stipulent que « les membres du Conseil du Fampihavanana malagasy » sont désignés sur une liste proposée par un comité de sélection national ». A s’en tenir à ces dispositions, le comité de sélection national n’est pas souverain dans ses décisions car il ne peut que proposer. Le président de la République a encore le droit de remettre en cause le résultat de ses travaux.

Mainmise de l’Exécutif. Le processus est dès le début biaisé par la mainmise de l’Exécutif. Les neuf membres du Comité de sélection ont été désignés par décret en Conseil des Ministres où siègent le président de la République et les membres du gouvernement. Ce qui a surpris, c’est que des proches collaborateurs des dirigeants HVM ont été nommés pour composer le comité. Par ailleurs, les membres du CFM ne peuvent entrer en fonction qu’après constatation par décret pris en Conseil des Ministres de leur désignation. Pire, la transparence n’a pas été respectée par le Comité de sélection. Et ce contrairement à l’élection des membres des autres organes constitutionnels dont entre autres le Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit et la Haute Cour de Justice. Une fois élus, les membres de ces organes ont été publiés et connus en attendant le décret de constatation. Ce qui n’a pas été le cas pour le comité de sélection national qui a immédiatement remis au président de la République le résultat de ses travaux. On ne sait pas combien de noms composent la liste soumise au chef de l’Etat. Le comité a-t-il proposé plus de 44 noms pour permettre au locataire d’Iavoloha de faire ses choix ? Si le président de la République est correct, il doit constater par décret en Conseil des Ministres d’aujourd’hui la désignation des 22 membres titulaires et des 22 membres suppléants du « Conseil du Fampihavanana Malagasy ».

R. Eugène

Midi Madagasikara12 partages

« Andao hilalao » : L’évènement s’invitera en provinces pour 2018

« Andao hilalao 2017 » a été un grand succès ! C’est ce qu’affirme Natolotra Rakotozafy, responsable au sein de l’association Lato, organisatrice de l’évènement. «Les parents étaient très nombreux à avoir envoyé leurs enfants à l’ANS Ampefiloha. Nous avons enregistré plus de 80 participants par jour pendant les cinq semaines durant lesquelles s’est tenue la manifestation. Certains parents se sont même prêté au jeu et ont replongé en enfance et jouaient volontairement au vitsilihy et autres ». Pour les prochaines vacances, en 2018, les organisateurs ne manqueront donc pas de rééditer la manifestation. Mieux, ils vont adapter l’évènement en provinces. « On pense à Antsirabe, Tamatave et Majunga. Ceux qui ne sont pas à Tana pour les vacances pourront ainsi jouer à la marelle, jomaka… quand ils ne profitent pas de la mer ». Andao hilalao, pour rappel, est destiné aux enfants de 3 à 13 ans. Outre les divers jeux à l’ANS, des sorties dans des lieux historiques ont également été organisées.Mahetsaka

Midi Madagasikara12 partages

Greffiers : Revendications non satisfaites, menace de grève

Deux mois et demi après la grève générale que les greffiers ont observée, ces derniers entendent de nouveau entamer une suspension de leurs activités, au cas où leurs revendications ne seraient pas satisfaites. Le syndicat des greffiers revendique notamment qu’il faudrait donner suite à leur rencontre avec le Premier ministre. Il invite notamment ce dernier à trouver une solution à leurs revendications. D’ailleurs, le syndicat des greffiers, par le biais de son président, Randriambololona Haja, a déclaré :« Nous nous attendions à ce que notre revendication soit acceptée dans le courant de cette semaine ». Autrement dit, passé ce délai, ce syndicat va enclencher la vitesse supérieure, à savoir la grève générale.

Révision. Une grève générale aura des impacts sur le traitement des différents actes afférents au tribunal. Ce qui entraîne de ce fait que les audiences et les procès initialement prévus pourraient être renvoyés à une date ultérieure. Faut-il rappeler que les greffiers avaient exigé la révision de leurs indemnités de risque et le « reversement » dans le corps des fonctionnaires des greffiers titulaires d’un diplôme de Master.

Recueilis par Dominique R.

Midi Madagasikara11 partages

Dispensaire de Manantenasoa : Les fumées des ordures et les travaux de carrière font des dégâts

Les travaux de carrière, sans protection adéquate, ont des répercussions sur la santé du travailleur. Photo d’archives.

La pollution due aux fumées des ordures de la décharge publique et les travaux de carrière effectués par les habitants des localités proches d’Andralanitra, font des dégâts sur la santé de cette population, notamment les enfants.

Outre les maladies saisonnières telles les diarrhées durant les périodes de pluies, les infections pulmonaires figurent parmi les maladies les plus fréquentes traitées au dispensaire de Manantenasoa, de l’association Akamasoa fondée par le père Pedro. Selon les explications du médecin-chef de ce dispensaire, le Dr Voahangy Nirina Andrianarivony, les infections respiratoires aiguës font partie des maladies fréquemment observées chez les patients, notamment les enfants. La pollution due aux fumées des ordures et les travaux de carrière ont été indiqués comme principales causes de ces maladies.

Poussières de roches. L’inhalation des particules de poussières de roches qui émanent des lieux où sont exercés ces activités dans les carrières affectent en effet les voies respiratoires, causant des troubles au niveau de l’appareil respiratoire. Les enfants, plus vulnérables face à de telles situations, peuvent développer des maladies ou des allergies. Les dégâts peuvent être sérieux, lorsqu’il s’agit d’exposition répétée ou prolongée dans un environnement où la pollution et les poussières des carrières sont présentes. Une situation qui nécessite une prise en charge adéquate pour éviter les complications. C’est ce à quoi s’attelle régulièrement le personnel de santé du dispensaire de Manantenasoa.

Hanitra R.

Midi Madagasikara11 partages

Urban Café : Harty Andriambelo & co jouent Tôty

Harty Andriambelo va rendre hommage à Tôty ce samedi 26 août.

Harty Andriambelo, accompagné d’autres musiciens, tout aussi talentueux que lui, va jouer les compositions de Tôty sur la scène de l’Urban Café ce samedi 26 août.

Une référence ? Oui, il l’est resté. Auteur du succès de bon nombre d’albums, « Feno loatra » de Arison Vonjy, « Tsy moramora mitady vôla » de Mily Clément, « Ikalangita » de Olombelo Ricky, Rija Ramanantoanina dans « Jamba » ou encore Bodo dans « Solitaire », Tôty est une légende dans le monde musical malgache. Arrangeur, compositeur, bassiste, batteur ou directeur artistique… Andriamampianina Olivier Georges de son vrai nom a déjà tenu tous les rôles. Les jeunes musiciens s’identifient à lui. Les plus âgés quant à eux, se souviennent encore de son génie. Neuf ans après sa disparition, le souvenir de Ra Bentrol comme on le prénommait à l’époque, reste encore très vif.  Pour Harty Andriambelo qui avait eu la chance de le côtoyer, il reste l’un des meilleurs bassistes qu’il ait jamais connu et admiré. Entouré de Zo Tantely Ralaiharimino au clavier, Tams Rasam aux percussions, le fils Andriambelo retrouvera également Nini communément connu sous le nom de « Nin’s » (légendaire batteur du Tôty groupe et plusieurs autres grandes formations bien connues). Ensemble, ils vont investir la scène de l’Urban Café pour faire résonner les compositions de Tôty. Un évènement exceptionnel ! Pour plus d’ambiance et de « saveur », Joël Rabesolo, actuellement de passage au pays rejoindra la formation. Un évènement qui promet !Mahetsaka

Midi Madagasikara11 partages

Forces de changement : Rendez-vous manqué avec la population

Des dirigeants des forces de changement en pleine concertation. ( Photo Nary Ravonjy)

Face à la décision de la Préfecture de police d’Antananarivo d’interdire l’utilisation du gymnase couvert de Mahamasina, les dirigeants des forces de changement ont déposé dans la matinée d’hier, une requête auprès du tribunal administratif à Anosy, pour annulation de cette décision mais également annulation de l’ordre de réquisition des forces de l’ordre à Mahamasina. Selon un avocat présent sur le lieu, une fois cette requête déposée, le tribunal administratif délivre une attestation aux fins de sursis à exécution de toutes décisions prises antérieures. Notons que le couvert de Mahamasina a été quadrillé par les forces de l’ordre, hier. Est-ce la présence de ces dernières, toujours est-il qu’il y avait eu peu de monde sur le lieu. Un rendez-vous manqué avec la population tananarivienne, en sorte. Mais les forces de changement n’entendent pas pour autant baisser les bras, un autre meeting est prévu le 25 août prochain, toujours sur le même lieu. Par ailleurs, les leaders de cette plateforme, après avoir obtenu une attestation aux fins de sursis à exécution de la décision de la préfecture de police, délivrée par le tribunal administratif, ont voulu déposer cette attestation auprès de la préfecture, hier après-midi, mais chose curieuse le préfet a déserté les lieux. Ce ne serait ainsi que partie remise.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara10 partages

Football- CNaPS Sport Analamanga : Le fruit d’une belle aventure humaine !

La CNaPS Sport Analamanga lors de son entraînement d’hier à Vontovorona.

Le CNaPS Sport football vient de rajouter une autre étoile à son palmarès avec la victoire de son équipe d’Analamanga lors de la finale de la Ligue 2. Une victoire qui a certes mis un temps fou à se dessiner face au Fosa Juniors mais elle restera une des plus belles dans cette série de 10 matches officiels sans défaite de ce club qui traîne derrière lui une histoire fabuleuse.

Cette CNaPS Sport version tananarivienne n’est pas et ne sera pas un club réserve des champions de Madagascar issus de la Ligue d’Itasy.  C’est ce qu’a dit le DG de la CNaPS, Arizaka Rabekoto Raoul séduit par le parcours atypique de Patrice et ses camarades qu’on ne voyait pas, il y a un an, jouer dans la cour des grands et dans le très relevé championnat d’Analamanga qui plus est.

Pas de club. Mais elle est là. Solide au poste et surtout très solidaire même si on sait que pour l’instant, elle ne fait pas encore partie de l’élite malgache. Mais cela viendra, nous assure Jeremia Randriambololona, l’entraîneur de ce sacré groupe avec l’aide de deux autres anciens internationaux notamment le défenseur Parfait Rakotoasimbola et le portier Simon Rafidiarison.

L’ancien du Club M de Peter Schnittger raconte non sans une certaine émotion, l’histoire de cette CNaPS Sport Analamanga qui est partie d’un rien car mû par son amour pour le football, Jeremia Randriambololona a assisté à un match sur la terre battue d’Andohatapenaka. Des garçons qui n’ont pas de club et encore moins de licence mais qui ont fini par séduire l’ancien coach des Scorpions.

Il a d’abord donné deux ballons au grand bonheur des garçons, puis de fil en aiguille, il a décidé d’emmener cinq d’entre eux pour une tournée de la CNaPS Sport Itasy à Manakara et à Betroka.

Comme c’est en forgeant qu’on devient forgeron Lava, Fano, Pat et Harifetra font aujourd’hui partie du club. D’abord pour le plaisir mais comme les dirigeants de la CNaPS dont le DG Arizaka Rabekoto Raoul en premier ont trouvé le défi génial, ils ont décidé ensemble de lancer. Par amour pour le football mais aussi par cet objectif de faire du sport un moyen d’éduquer les jeunes des quartiers vulnérables de surcroît.  A croire Jeremia Randriambololona, il a sous la main de jeunes garçons de moins de 19 ans capables de briller au plus haut niveau pour peu qu’on leur donne l’occasion. Le trio Tendry, Feno et Fano en fait partie mais si les autres commencent aussi à sortir du lot.

L’aventure avec un grand A. Il y a bien sûr des joueurs d’Itasy qui sont également bons mais qui n’ont pas suffisamment de temps de jeu, qui sont venus grossir les rangs de la troupe. Avec bonheur, car pour ne citer que le gardien Patrice à qui on a confié le brassard de capitaine, il a retrouvé ses jambes de 20 ans. Mais les attaquants tels Fanja, Toky ou Kwasa sont également montés en régime.

Pour ce groupe de bénévoles, le plaisir est au quotidien. Même le déplacement en car pour s’entraîner à Vontovorona est perçu comme un voyage de plaisir. Certains jeunes joueurs piaffent d’ailleurs d’impatience dans l’attente du match contre le Fisakana FC de dimanche à Fandriana et comptant pour les 1/16es de finale de la Telma Coupe de Madagascar. Un début à tout en fait car il n’est exclu que l’équipe va encore se qualifier pour les huitièmes et aller dans une ville que les garçons ne connaissaient pas encore.

Preuve qu’ils adorent cela, l’effectif de la CNaPS Analamanga est aujourd’hui de 36 joueurs. Une liste qui risque encore de grossir dans les jours à venir car le bon traitement du groupe n’est pas un secret pour personne que tous les jeunes des quartiers veulent participer avec cette aventure avec un grand A. San rien demander en échange. Ce qui est extraordinaire.

Clément RABARY

Midi Madagasikara8 partages

Centre national de transfusion sanguine : Changement de statut

Le CNTS assure l’approvisionnement en sang dans les hôpitaux de la capitale.

Nouvelle organisation auprès du ministère de la Santé publique. Le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) ne fonctionne plus désormais en tant qu’établissement public à caractère administratif (EPA). C’est-à-dire, un établissement disposant d’une certaine autonomie administrative et financière pour assurer une mission d’intérêt public.  « Il s’agit d’une disposition transitoire », explique le Pr Zely, directeur du CNTS. Et lui d’ajouter que l’établissement redeviendra probablement, à terme, une direction ministérielle. Rappelons que le CNTS – anciennement dénommé Banque de Sang qui existe depuis 1953 – a été modifié, en 2014, en EPA et a pris sa dénomination actuelle. En dépit de ce changement de statut, l’établissement continue d’assurer sa mission, celle de rendre disponibles les poches de sang sûres et sécurisées dans les formations sanitaires. Outre le centre national, six centres régionaux de transfusions sanguines ou CRTS existent dans plusieurs villes du pays : à Antsiranana, Antsirabe, Toamasina, Mahajanga, Toliara et à Fianarantsoa. Rappelons que les objectifs des CNTS sont de faire connaître la nécessité et l’utilité du don de sang et d’augmenter le nombre des donneurs bénévoles.

Hanitra R. – José Belalahy

Midi Madagasikara8 partages

Universiades 2017 : Fanja éliminée d’entrée

La compétition a débuté, hier, pour les représentants malgaches aux 27es Universiades de Taïpei. Sans surprise. La jeune judokate malgache Fanjanirina Rabehariniaina qui a pris part aux Universiades à Taïpei a eu du mal à s’affirmer lors de cette compétition. Engagée chez les moins de 57 kg, Fanjanirina Rabehariniaina a été battue d’entrée par l’Américaine Imamura Miranda par ippon au Gymnase Hsinchu County, Taïpei. Cette étudiante à l’ENI Fianarantsoa n’a pas été en mesure de rivaliser avec les autres forces en présence. Cette première participation aux Universiades de Taïpei n’était pas la bonne pour Fanja pour une quête de médaille.  Autant dire, c’est normal que la compétition soit aussi rude car les judokas étrangers sont vraiment au-dessus du lot avec les Championnats universitaires et les nombreuses compétitions. « Après les 8es Jeux de la Francophonie à Abidjan, cette participation aux Universiades constitue une ouverture pour moi. Il faut beaucoup de préparations pour évoluer sur le haut niveau » a expliqué Fanja. Mariola Ramananjatovo, l’autre représentant malgache  participera ce jour aux séries du 100 m au Stade de Taïpei.  Cet athlète du Cospn étudiant à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) mention EPS sera également engagé dans le concours du saut en hauteur.

T.H

News Mada6 partages

Arts de rue : appel à candidature pour Zegny’Zo 2018

La compagnie Zolobe, organisateur du Zegny’Zo, le premier festival d’arts de rue de Madagascar, lance un appel à candidature ouvert à tous les artistes qui adoptent ce genre artistique, entre autres, le théâtre, la danse, le cirque, les marionnettes… La date limite des inscriptions est prévue au mois d’octobre.

Le festival Zegny’Zo a célébré ses 10 ans d’existence en 2016. Etant un évènement qui ne se produit que tous les deux ans à Antsiranana, la prochaine édition aura ainsi lieu l’année prochaine. Pour mieux s’y préparer, la compagnie Zolobe a déjà ouvert les inscriptions, depuis le mois de juillet. Elle recherche donc des artistes ou compagnies qui véhiculent l’art de rue, qu’ils soient malgaches ou étrangers, qu’ils pratiquent le style traditionnel ou moderne. Pour l’inscription, les intéressés doivent remplir le dossier de présentation en ligne sans oublier d’envoyer un aperçu de leur prestation.

Toute proposition à étudier

« Au fait, nous étudions toute proposition avec intérêt. Avec ces deux ans d’intervalle, nous priorisons la création  », a annoncé l’un des membres de la compagnie Zolobe. Ainsi, les spectacles qui utilisent trop de textes ne seront pas qualifiés. « Nous voudrions qu’il n’y ait aucune frontière de langage pour que les artistes et surtout le public puissent comprendre et mieux apprécier les spectacles », a-t-il annoncé.

Le but du festival est de développer les arts de rue de Madagascar. « Il permet non seulement d’éduquer les Malgaches à aimer l’art en général, mais aussi d’offrir une scène spécifique aux artistes », a-t-il ajouté. A noter que tous les spectacles du festival se tiendront en plein air et seront gratuits. Et pour que la prestation soit excellente, tous les artistes participants effectueront des ateliers de formation et d’échange. « Plusieurs groupes issus de différents genres partageront ainsi leurs expériences », a affirmé notre interlocuteur.

Le festival attire plus de 15 000 spectateurs à chaque édition. Une quarantaine d’artistes internationaux et 75 artistes nationaux étaient présents lors de la dernière édition. Ils ont fusionné plusieurs disciplines sur une seule scène, entre autres, la danse contemporaine, les échasses, la jonglerie, les marionnettes, le théâtre de rue… Une trentaine de spectacles ont été programmés.

Holy Danielle

 

L'express de Madagascar6 partages

Hova et Mainty, ensemble au sein du Menabe

«L’organisation et l’évolution du système de castes sont étudiées par maints auteurs», indique Janine Razafindratovo dans les Annales de l’Université de Madagascar. Notamment G. Condominas dans le Fokon’olona en Imerina. Selon ce dernier, sous la monarchie, le royaume est organisé suivant deux considérations principales. D’une part, le souci d’une hiérarchie qui assoit le pouvoir royal sur des bases stables, car son absence engendre l’anarchie. D’autre part, le respect des ancêtres car l’on appartient à la caste de ses ancêtres et ce serait les offenser que de vouloir sortir du groupe familial.À l’intérieur de l’organisation Menabe, explique Janine Razafindratovo qui mène une étude sur le village d’Ilafy, comme le gouverneur andriana est « pratiquement à l’extérieur du système », les deux castes en présence sont celle des Hova et celle des Mainty (elle utilise ce dernier terme pour désigner indifféremment les Mainty enin-dreny et les Andevo). Elles sont différentes par leur origine d’hommes libres ou d’esclaves et par leur fortune. Les premiers sont installés sur leurs terres depuis plusieurs règnes, leurs familles sont regroupées en lignages et tous sont membres de droit du fokonolona.« Hommes libres, ils participent au soutien de la monarchie par l’exécution des corvées royales et du service militaire, par le paiement d’impôts de toutes sortes. Ils possédaient des terres. » Rappelant l’histoire, l’auteure signale que les circonstances font qu’avec le ralliement de Hagamainty, un des chefs Tsimiamboholahy, à Andrianampoinimerina et l’arrivée au pouvoir de Rainiharo, issu des Tsimiamboholahy, leurs privilèges, leur influence ne cessent de croître. « Tous les Hova n’appartenaient évidemment pas à ces lignages dominants, mais l’ascension de tous fut aidée directement ou indirectement par l’appartenance de ceux-ci au village. »Les Mainty, eux, proviennent en général des autres groupes ethniques de l’ile ou d’Afrique, soit de castes merina déchues par les guerres, la traite, l’esclavage par dette. Pour Ilafy, c’est surtout la première cause qui est valable. Ils sont « propriété d’autrui », plus exactement leur vie appartient au roi si leurs maitres usent d’eux à leur gré : corvée, culture des champs, services domestiques, bouviers. « Ils pouvaient être vendus à tous moments, avaient de famille que si leurs maitres leur donnaient le temps de s’en créer une, ne faisaient évidemment pas partie du fokonolona, avaient perdu la mémoire de leurs parents et ancêtres restés dans leurs tribus d’origine. »Leurs conditions de vie matérielle sont fonction de celles de leurs maitres et du sort qu’on leur fait. Leur nombre ne fera que croitre parallèlement à la fortune de leurs maitres, « la possession d’esclaves» étant un capital comme un signe de richesse. « Ils devinrent avec le temps majoritaires par le nombre, tout en restant exclus du droit de propriété et du pouvoir de décision. »Pour que la hiérarchie et l’ordre règnent, les castes doivent rester chacune à leur place et, par conséquent, elles ne peuvent se marier entre elles. De toute façon, les esclaves sont des étrangers au royaume par leur exclusion du fokonolona, quoique pleinement intégrés et indispensables par le rôle économique qu’ils occupent. Ce n’est qu’avec le temps et les liens noués par celui-ci qu’ils feront, en quelque sorte, partie des familles hova, cela en tant qu’«andevon-drazana ». Comme le souligne Andrianampoinimerina, « ils sont à la fois un butin et un héritage ».En tant que butin, il ne faut pas leur permettre « d’allonger la tête pour prendre le bien d’autrui, se hausser au-dessus de leur condition et, entre autres, vouloir prendre pour femme dans la caste supérieure ». En tant qu’héritage, « ils sont un trésor qu’on tient des ancêtres et un lamba épais qui nous protège contre la gelée : quand il fait froid, ils nous mettent à l’abri des frimas, quand il fait chaud, ils sont le matelas sur lequel on se couche, la base de notre bonheur, notre orgueil et notre richesse. »En 1896, avec la conquête française et l’abolition de l’esclavage par les Français, se produit l’affranchissement. Mais après les premiers moments d’enthousiasme, de joie, cela les désoriente. On leur donne la possibilité de quitter leurs maitres pour travailler à leur compte- les premiers salaires datent des missionnaires anglais- ou de rester auprès d’eux si ceux-ci y consentent.À Ilafy, la plupart sont restés : les liens avec les Hova sont trop forts, la terre manque de bras, les maitres restent la sécurité. « Et l’on préfère éviter l’aventure. Comme leurs maitres cependant, ils sont libres et sujets des Vazaha, soumis aux prestations ou travaux forcés, et à l’indigénat jusqu’en 1946. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Internet

Midi Madagasikara6 partages

Jeux Corporatifs 2017 : Dernier jour pour les inscriptions

Les inscriptions pour les Jeux Corporatifs d’Antananarivo 2017 prendront fin ce jour au bureau de la Ligue de football d’Antananarivo de 8h à 16h. La séance de travail aura lieu le jeudi 24 août à 14h30.

A noter que jusqu’ici, le cap des 30 sociétés est largement franchi. On citera celles qui se sont déjà inscrites notamment la CNaPS, Midi, SICMA, North South Connexion, Kraomita. E-Tech Consulting, Ny Havana, JIRAMA, les Ateliers du Capricorne, Value Data, AJS, et Loxea Avis.

Les fidèles de l’épreuve qui se sont manifestés, sont attendus ce jour dont la Direction Générale du Trésor, Total, les Assurances Aro, Ambatovy, l’Ordre des Avocats, VIVETIC, Institut Pasteur, OSTIE, Air Madagascar, Graphoprint, Heidelberg Intergraph, les Brasseries Star, Savonnerie Tropicale et Epsilon.

Clément RABARY

Orange Madagascar5 partages

#KZ18 épisode 13 : Paul Rabary

Dans #KZ18, des célébrités répondent aux questions posées par des internautes sur Facebook et Twitter.Pour le treizième épisode, c'est le ministre de l'Education nationale, Paul Rabary, qui se prête au jeu.Retrouvez-nous sur :Facebook : http://www.facebook.com/orangeactu/Twitter : http://twitter.com/orangeactuWebsite : http://www.orange.mg/actualite/

 

Orange Madagascar5 partages

« Star Tour à Mahajanga », une destination familiale

Star Tour a été organisée du 18 au 20 aout dernier à Mahajanga. Il s’agit d’un évènement dont le thème était « destination familiale » avec diverses animations, des sensibilisations et notamment rencontres sportives. Orange Madagascar était partenaire du groupe Star pour la bonne le bon déroulement de ces programmations.

Durant ces trois jours de célébration, toutes les marques étaient en fête. Tous les matins, les moments en familles ont été favorisés avec les activités sur la plage du Grand Pavois. Le temps des vacances en famille a été donné dès la première journée avec les olympiades en famille, suivie de séances photos et de diverses activités ludoéducatives et sportives.

Plusieurs centaines de participants se sont inscrits pour les tournois de goal par Caprice, de beach-soccer, de beach-volley et de beach-pétanque. Pour les plus petits et les moins sportifs, le concours de château de sable a également a été une occasion d’amusement et de partage. Dans la matinée du samedi, l’un des points forts de la Star Tour a été la caravane qui a sillonné la ville de Mahajanga et s’est terminée au Bord. Plusieurs entités locales ont participé à cette grande parade aux couleurs de Caprice dont les écoles, les fédérations sportives, les associations et les partenaires de l’évènement, à savoir Orange Madagascar, Salto ou encore Socolait.

Plusieurs animations

Le ciel de cerfs-volants dans l’après-midi du samedi a également été un spectacle haut en couleur. Au niveau de la Grande Scène du Bord, la musique était à l’honneur. Plusieurs activités se sont succédé, dont les animations DJ de l’après-midi, et tous les soirs, avec la RDJ’S Team, Dj Nicki Di Manu et Dj Sniper aux platines. Cette grande scène a également accueilli les spectacles. Vendredi soir, l’ambiance a été chaude, avec D’Alvis qui n’a pas manqué d’entonner ses meilleurs tubes comme « Izy sa izaho ». Directement suivi par Nina’s avec sa voix douce et enivrante, le public est resté dans un ton tropical. Samedi soir, le public a été entrainé par le Zumba Géant avec XXL avant de découvrir les G5 sur scène. Ces jeunes lauréats de la téléréalité ont préchauffé la scène pour ensuite laisser la place au roi du Salégy, Jaojoby. En véritable maitre du show, il a fait danser toute la place jusque tard dans le soir. Enfin, la dernière journée de la Star Tour Mahajanga a débuté activement par la course Eau Vive sur une distance de 10 km.

En début de soirée, les notes de « Tanya » ou « Efiko Parsi » de Rak Roots ont retenti et ont été fortement reprises par le jeune public. La série de concerts s’est terminée par celui du groupe Ambondrona. Indétrônables bêtes de scène, les 5 compères du rock ont une nouvelle fois fait bouger les vacanciers de Mahajanga au rythme des riffs et des coups de baguette. La dernière soirée de cette Star Tour Mahajanga s’est terminée en apothéose par des feux d’artifice. Comme à chaque évènement organisé par le Groupe Star, la sécurité a particulièrement été au cœur des préoccupations des organisateurs. En partenariat avec la commune urbaine de Mahajanga, les agents de sécurité et la sécurité civile ont été mis à contribution pour que la Star Tour Mahajanga se passe sans incident, et que les familles puissent vivre sereinement ces vacances.

Star Tour, c’était également près de 25 000 personnes par jour. Ces gens, ces vacanciers s’y ruaient pour participer aux activités et aux divertissements proposés par Star Madagascar. Aussi, chacun a été amené à participer aux actions de nettoyage à travers l’action « J’aime ma plage » au Grand Pavois. Il s’agit tout simplement d’une bonne action de bénévolat au cours de laquelle un participant a gagné des boissons d’une valeur de 150.000 ariary pour avoir amassé le maximum de déchets. Outre cette animation, les équipes de nettoyage de la Star Tour, en compagnie de la commune urbaine de Mahajanga, ont été présentes tous les jours pour nettoyer les lieux et ont procédé au grand nettoyage le lundi matin, après les 3 jours de festivités.

Faly R.

Orange Madagascar2 partages

Neypatraiky A. Rakotomamonjy : "le numérique est universel, et crée des emplois"

A l’occasion d’une interview accordée à Orange actu, le ministre des Postes, des télécommunications et du développement numérique, André Neypatraiky Rakotomamonjy, s’est livré sur sa vision du développement du secteur des télécommunications à Madagascar. Entretien. 

Orange actu : Monsieur le ministre, quel est votre vision du secteur des Télécommunications pour les prochaines années ?

André Neypatraiky Rakotomamonjy : Je pense que le secteur des Télécommunications est le moteur du développement de ce pays. Après, avant de se projeter dans le futur, il faut savoir d’où on vient. Depuis 2005, le secteur des Télécommunications a été libéralisé totalement grâce à la loi 2005/023 qui avait été promulguée. Néanmoins, ce n’est que 10 ans plus tard, en 2015, que le décret d’application a pu être publié.   

A Madagascar, les règles sont claires. Il appartient aux opérateurs de mettre en place les infrastructures, et j’estime que c’est une excellente chose.  Par contre, il appartient à l’administration de réguler le marché et de mettre en confiance les opérateurs qui ont investis, et qui vont investir.

Je pense d’ailleurs que la présence des quatre opérateurs sur le territoire suffit largement pour le marché malgache.

Mon département ministériel est complètement conscient de notre rôle, dont le Développement numérique que monsieur le Président de la République nous a demandé mettre en œuvre depuis 2015.  Et le grand enjeu du futur du secteur des Télécommunications, il est là : le développement numérique.

Notre principale mission est donc de mettre en place les textes règlementaires afin de bien gérer le secteur, et de sécuriser les investissements des opérateurs privés. Lorsque j’évoque les opérateurs privés, je parle d’opérateurs au sens large, c’est-à-dire tous ceux qui travaillent dans le secteur du numérique, et pas seulement les opérateurs de réseaux.

Le numérique est universel, et crée des emplois. Et c’est ce dont on a besoin pour développer le pays.

Ma vision par rapport au secteur des télécommunications à Madagascar, c’est d’insuffler un vent nouveau pour que les jeunes pensent d’ores et déjà, après leurs études, à créer leur propre entreprise. C’est comme cela que le numérique participera au développement économique de Madagascar.

 

En tant que premier responsable du secteur des Télécommunications à Madagascar, de quel œil voyez-vous les engagements d’Orange à Madagascar ?

Je constate qu’Orange a toujours investi à Madagascar et ce, même durant le contexte trouble de la période de transition. Et les investissements continuent. La preuve avec la mise en place du réseau 4G. C’est ce que l’Etat attend d’un investisseur.

A travers l’association Orange Solidarité Madagascar, Orange démontre également son engagement citoyen. C’est une entreprise qui ne pense pas seulement à son profit, mais aussi au bien-être de la population.

Je félicite Orange qui a réussi le pari de s’intégrer dans le tissu social malgache. Vous savez, on m’a dit il fut un temps qu’Orange va quitter Madagascar. Je n’y crois pas. Les engagements sociaux d’Orange à Madagascar, et leurs investissements au profit du développement du pays sont autant de signes qui montrent qu’Orange est attaché à Madagascar.

 

Vous parliez de numérique pour tous, parmi les objectifs qui vous sont assignés. Quels sont les moyens à votre disposition pour atteindre ces objectifs ?

Il y a le projet numérique pour tous. C’est un projet présidentiel. Lorsque le Président Hery Rajaonarimamampianina a émis sa vision, celle de faire de Madagascar un pays prospère et moderne, le Gouvernement a le devoir de mettre en œuvre et de réaliser cette vision.

Mon département s’occupe du développement du numérique, et en tant que tel, nous voyons les investissements consentis par les opérateurs dans les infrastructures. Après, si le Gouvernement ne les accompagne pas, il est inutile de parler de développement du numérique.

Je peux vous dire qu’au sein du Gouvernement nous étudions en profondeur les différentes taxes qui frappent le secteur des Télécommunications. Je citerais par exemple le droit d’accise. Par essence même, le droit d’accise concerne les produits de luxe. Je pose alors la question, est-ce que la téléphonie est encore un produit de luxe ?

Aujourd’hui, les terminaux, les smartphones et les tablettes qui nous permettent de naviguer sur internet  sont non seulement frappées par les droits d’accise, mais aussi par les droits et taxes d’importation.

J’ai discuté de tous cela avec le ministre des Finances, et le Gouvernement, et je peux vous dire que nous sommes en train de réfléchir sur la meilleure façon de supprimer ces taxes.

Pensez-y, à quoi bon déployer la 4G si c’est seulement pour en faire profiter quelques privilégiés. Mon département ministériel est là pour travailler, et se mettre au diapason avec les opérateurs en charge des infrastructures, afin de permettre au plus grand nombre d’accéder au numérique.      

Propos recueillis par Renaud Raharijaona  

Tia Tanindranaza2 partages

Fanendahana teny 67Ha1 voasambotra, 2 tafaporitsaka

Nalaza tato ho ato ny resaka fanendahana sy ny fanafihana anaty taksibe. Voasambotry ny polisy avy ao amin'ny boriborintany faha-7 etsy 67 Ha ny zoma 18 aogositra 2017

 tokony tamin'ny 10 ora alina teny amin'ny Vatobe 67Ha ny tovolahy iray vao 20 taona antsoina hoe Jimmy anisan’ny mpanendaka eny an-toerana, rehefa avy nanendaka tovovavy iray. 3 lahy izy ireo no nanao ny asa ratsy, ka mody alatsak'izy ireo afovoany ilay olona avy eo hendahany. Nitsoaka avy hatrany izy ireo rehefa vita ny asa ratsiny, ka dia niantso vonjy ilay tovovavy. Nisy polisy nanao fisafoana tamin'ilay toerana ka dia raikitra ny fisamborana. Tafaporitsaka ny roa fa tratra kosa i Jimmy. Lasan'ireo namany anefa ny sakaosin'ilay vehivavy izay nisy finday iray sy vola 50.000Ar ary antontan-taratasy maromaro. Rehefa nosavaina i Jimmy dia nahitana antsy tany aminy. Malaza mihitsy moa ry zalahy ireo amin'ny asa fanendahana eny amin'iny faritra 67 Ha iny. Manahirana ny fandriampahalemana eny an-toerana sy saika manerana ny renivohitra na andro alina na mazava noho ny afitsoky ny jiolahy sy ny mpanendaka, ary ny mpangarom-paosy. Fotoana fialantsasatra amin’izao fotoana, ka ho an’ireo vahiny tsy dia mahalala loatra, dia ny mailo ihany no fanafodiny.

Toky R

 

 

 

Madaplus.info1 partages

Insécurité : Attaque à main armée à Tsiadana

La population de Tsiadana et ses environs se plaint de l’insécurité grandissante dans cette partie de la Capitale. Pas plus tard que lundi, trois malfrats ont attaqué un grossiste vers la fin d’après-midi du mardi.
Ils étaient trois qui sont entrés de force dans le magasin, dont les deux se sont chargés de rafler tout l’argent tandis que le dernier est resté à l’extérieur pour surveiller les clients sur le lieu. Après avoir obtenu le butin, les bandits ont pris la fuite et la recette au total de 4.400.000 Ariary du magasin a été dérobée. C’est la troisième attaque enregistrée dans l’espace d’un mois, dans ce quartier d’Antananarivo. Un père de famille a reçu une balle et mort sur le coup pendant la fuite des bandits, et trois autres personnes ont été gravement blessées. D’après la Police nationale, les patrouilles ont été déployées dans ce quartier et des informateurs ont été dépêchés sur place pour collecter toutes informations relatives.
News Mada1 partages

Pour revendications ignorées : les greffiers menacent d’aller en grève

La menace de grève refait surface au sein de la Justice. Les greffiers manifestent leur insatisfaction vis-à-vis de la Primature à propos de leur revendication.

Les auxiliaires de la justice attendent toujours la réponse du gouvernement sur leurs diverses revendications. «Cela fait un mois que nous n’avons plus aucune nouvelle de la Primature bien que le chef du gouvernement s’est dit prêt à considérer notre cas», a indiqué le président du Syndicat des greffiers de Madagascar, Haja Andriambololona, hier à Anosy. «Jusqu’à ce jour, les textes régissant le versement des émoluments des greffiers sont toujours entre les mains de la Primature sans que cette dernière ne donne signe de vie», a-t-il souligné.

A cela s’ajoute la gestion des promotions de carrière des greffiers. Le syndicat attend ainsi une réponse du gouvernement d’ici cette semaine faute de quoi, une grève pourrait se tenir très prochainement. D’ailleurs, Haja Andriambololona a fait savoir que cela fera bientôt deux mois que les greffiers ont suspendu la grève étant donné que la Primature a donné sa parole  afin que le problème soit résolu le plus vite possible. Ce qui n’est pas le cas jusqu’ici.

Même mode opératoire

De ce fait, les greffiers lancent un appel au chef du gouvernement, Olivier Mahafaly Solonandrasana pour que celui-ci prenne les mesures nécessaires afin de régler le problème. «Nous enjoignons le Premier ministre à trouver une solution dans les plus brefs délais», a sommé le président du syndicat, face à la presse. Dans l’attente d’une réponse satisfaisante cette semaine, le syndicat pourrait par la suite lancer un ultimatum au chef du gouvernement pour que ce dernier puisse recevoir ses membres.

Le dialogue de sourds entre les auxiliaires de la justice et la Primature est un feuilleton sans fin depuis près un an. En juin dernier, les greffiers ont déjà observé plusieurs journées de grève pour exprimer leur mécontentement mais en vain. La dernière rencontre en date s’est déroulée lors de la mise en place d’une commission pour examiner l’attente des greffiers, à savoir le versement de leur émolument, la contestation d’un projet qui aurait été élaboré par le ministère de tutelle consistant à destituer les greffiers de l’authentification de l’acte et à leur enlever la comptabilité des greffes ou encore la gestion du Registre national du commerce et des sociétés (RNCS).

La mise en place d’une commission semble, par ailleurs, être le mode opératoire choisi par le gouvernement pour calmer les esprits à chaque revendication sans que la commission en question arrive à mettre un terme au bras de fer. C’etait aussi le cas avec le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) avec la mise sur pied d’une commission tripartite qui, au final, n’a abouti à rien de concret.

T.N/J.P

 

News Mada1 partages

Électrification rurale : la COI finance neuf projets de production d’énergie

La Commission de l’océan Indien(COI), à travers son programme «Energies» financé par l’Union européenne (UE), vient de subventionner neuf projets relatifs à la production d’énergie à partir des sources renouvelables. Le lancement et la présentation de ces projets ont été effectués, hier, à Antaninarenina.

«Le taux d’électrification à Madagascar dans le monde rural est encore assez faible. Il est actuellement de 6%. Ces neuf projets contribueront à atteindre les objectifs de la nouvelle politique énergétique et des Objectifs de développement durable (ODD), comme le fait d’avoir un taux d’électrification à 70% en 2030», a expliqué le directeur de l’énergie, Marc Rakotofiringa.

Les projets retenus ont un objectif commun qui est de «Permettre aux zones hors réseau d’accéder à l’électricité et ainsi de contribuer au développement économique et social des territoires».

Il faut savoir que ces neuf initiatives font partie des 17 projets mis en œuvre en Indianocéanie à travers ce programme COI-Energie. Les dix-sept projets sélectionnés sont issus de trois des pays bénéficiaires du programme, à savoir l’Union des Comores, Madagascar et Maurice. Ils seront cofinancés pour un engagement total de plus de 4,6 millions d’euros sur crédits du 10e Fonds européen de développement (Fed).

Amélioration des conditions de vie

«L’électrification rurale de Madagascar est, en effet, un objectif absolument prioritaire. Avec elle, c’est tout un écosystème qui en sort gagnant. De la population au premier chef mais également les services de base comme les écoles, les centres de santé, les mairies et naturellement, les agriculteurs et les entreprises. L’électricité est un outil indispensable sans lequel il est totalement illusoire de vouloir parler de développement», a déclaré le secrétaire général de la COI, Hamada Madi.

L’Union européenne, par le biais de son ambassadeur à Madagascar, Antonio Sanchez-Benedito, a salué l’engagement du gouvernement malgache. «Madagascar a compris les enjeux des changements climatiques et l’utilisation des énergies renouvelables», a –t-il affirmé.

Selon les explications, l’électrification des zones rurales de Madagascar est un objectif important, dans la mesure où elle améliore les conditions de vie des populations et permet le développement des infrastructures, tels que les établissements scolaires, les centres de santé. L’électrification rurale joue également un grand rôle en matière d’agriculture, notamment pour les entrepreneurs ruraux.

La mise en œuvre de ces neuf projets s’appuie sur les énergies renouvelables, comme les énergies solaire et hydraulique, la biomasse à travers l’utilisation d’une ressource locale comme le jatropha, ou encore le biogaz en alternative au bois.

Nadia

 

News Mada1 partages

Rallye TMF : 23 ireo mpifaninana handray anjara

Hiditra amin’ny dingana fahefatra ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, eo amin’ny familiana fiarakodia. Ny klioban’ny TMF Rally no mikarakara izany. Andrasan’ny rehetra ny fifanandrinan’i Ndrianja sy i Boana.

 

Hotanterahina manomboka ny 25 – 27 aogositra, ho avy izao ny Rallye TMF, dingana fahefatra amin’ny fifaninanam-pirenena. Fiara 23 no handray ny fiaingana. Anisan’ny hifampitana amin’ity ny ekipazy Ndrianja sy Boana, izay samy mitondra ny fiara Subaru. Mirefy 391, 83 km ity rallye ity, izay misy dingana manokana “ES” miisa 12 manana halavana, 182, 52 km.

 

Torcelin

 (Tahirin-tsary)

Ny lisitr’ireo mpifaninana :

1 – Nirina – Alcazaria Jr – (FMMSAM) – P.206

2 – Patty – Jenny – (Asacm) – Citroen Visa

3 – Sitraka – Rado – (FMMSAM) – Clio

4 – Ndrianja – Fanja – (Asacm) – Subaru PMU

5 – Fidy – Naina – (Asacm) – Clio

6 – Louvel – Teddy – (FMMSAM) – Mitsubishi Evo IX

7 – Dom – Ral – (Asacm) – VW Polo

8 – Yves – Nitro – (TMF/Asacm) – Subaru

9 – Tahina – Baovola – (Asacm) – Subaru

10 – Tahiana – Tahiry – (Asacm) – Subaru

11 – Alcazaria – Mini Alcazaria – (FMMSAM) – P.205

12 – Tanjona – Dinax – (FMMSAM) – Subaru

13 – Rova – Judi – (FMMSAM) – P.106

14 – Hery Be – Fafah (TFM/Tac’s) – Mitsubishi Evo X

15 – Haja – Alain – (TMF/Asacm) – Ssang Yong

16 – Hanitra – Toonie – (ACCT/Ama) – Subaru

17 – Andy – Andrea – (TMF/FMMSAM) – P.205

18 – Boana – Miangaly – (FMMSAM/ACCT) – Subaru

19 – Kevin – Princy – (FMMSAM/Asacm) – Citroen Saxo

20 –Vahatra – Yoan – (FMMSAM) – Golf Type 2

21 – Dany – Hendry – (Asa Tana/FMMSAM) – Citroen Saxo

22 – Njara – Gasyla – (FMMSAM/Asacm) – Subaru

23 – Jeffy – Jordan – (TMF/Asacm) – P.205

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans : les feux de brousse dans la province de Farafangana

Par décision provinciale du 15 juin 1917 du chef de la province de Farafangana, approuvée par le Gouverneur Général, les incendies pour le renouvellement des pâturages sont autorisés de juillet à novembre et ne pourront être allumés à moins de 2 kilomètres des massifs forestiers et des plantations.

Les auteurs de feux de brousse allumés à l’intérieur de ces zones d’interdiction seront passibles des peines prévues par l’article 114 du décret du 28 août 1913, modifié par le décret du 23 septembre 1916, et par l’article 458 du Code pénal, s’il y échet.

En dehors des zones d’interdiction, les feux de brousse ne pourront être allumés que sur autorisation des chefs de district et de leurs délégués. L’autorisation ne sera accordée qu’à 500 mètres au moins des villages, cultures indigènes, travaux d’art, lignes télégraphiques, bouquets d’arbres importants et en général de tous points qu’il importe de protéger dans l’intérêt public.

Les feux dûment autorisés ne pourront être allumés que de jour, par temps calme ; les arbres ou bouquets d’arbres disséminés dans la brousse et en général toutes productions du sol, ainsi que tous ouvrages ou constructions qui devront être protégés devront être isolés de l’incendie par un défrichement circulaire d’une largeur de 30 mètres au minimum.

Toutes mesures nécessaires devront être prises pour empêcher la propagation de l’incendie. Le feu ne pourra être mis qu’après avis aux autorités indigènes locales, chefs de gros village, des quartiers de fokontany.

Les auteurs de feu de brousse allumés sans autorisation, en dehors des zones d’interdiction absolue, et ceux qui, dûment autorisés, ne se seraient pas conformés aux dispositions ci-dessus ou bien auraient par ces feux occasionné des dégâts seront, suivant les cas, passibles des peines et réparations civiles prévues ou visées par les articles 4 et 5, paragraphe 1er, de l’arrêté du 13 février 1907.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada1 partages

Miandrivazo : quinze morts en huit mois

La situation sécuritaire dans la partie nord du district de Miandrivazo, plus précisément dans la commune d’Ankondromena, est préoccupante. Les dahalo dictent leur loi au détriment de la population.

Le maire de la commune d’Ankondromena, Evariste Marcel Razafimandresy, a affirmé que la population vit la peur au ventre au quotidien. «Je peux dire qu’à l’heure actuelle, c’est le chaos total. De jour comme de nuit, les dahalo pillent et tuent. Une quinzaine de personnes ont perdu la vie depuis le début de l’année. Il y a quatre jours de cela, des dahalo ont froidement abattu un villageois et sans le moindre scrupule, ils ont jeté le corps du malheureux non loin du bureau de la gendarmerie », a expliqué le maire.

L’élu a également ajouté qu’à cause de cette insécurité ambiante, des habitants ont préféré quitter Ankondromena. «Il n’y a pas si longtemps, deux commerçants ont bradé leurs marchandises avant de partir ailleurs. Des agriculteurs ainsi que des revendeurs de zébus ont également fait autant», a-t-il fait savoir.

Face à cette situation, Evariste Marcel Razafimandresy interpelle les autorités et demande le renforcement de l’effectif de la gendarmerie.

Mparany

 

News Mada1 partages

Volahasiniaina : hitety faritra maro miaraka amin’i Labelle

Hitety faritra maromaro, indrindra aty amin’ny ranomasimbe Indianina, haneho ny talentany sy ny fahaizany miara-miasa amin’ny mpanakanto amin’ny sehatra hafa, i Volahasiniaina Linda, tovovavy mpitendry karazan-javamaneno, manomboka amin’io tapatapaky ny volana septambra io, araka ny nambarany.

Raha tsiahivina, nijanona, tany Frantsa, ity mpanakanto malagasy ity, nandritra ny fotoana maromaro (jona sy jolay teo). Tsy fotoana nitsangantsanganana akory izany fa natao hamokarana, izay tafiditra ao anatin’ny tetikasany miaraka amin’ilay mpanakanto reonioney, Labelle, mpiangaly « maloya » miaraka amin’ny mozika elektronika.

Notsongainy manokana i Volahasiniaina hiara-hitendry aminy amin’ireo hirany vaovao, hivoaka ao anatin’ny rakikira mitondra ny lohateny hoe « Univers-île », ny 8 septambra izao. « Tsy mitendry aho amin’ireo hira heno ao anatin’io rakikira io, saingy mandray anjara kosa rehefa mitondra izany an-tsehatra », hoy ny fanazavan’ity mpanakanto ity. Milantolanto kokoa ny mozika entin’i Volahasiniaina amin’izany. Na izany aza, misy ampahany ahenoana amponga ihany.

Efa naseho tany amin’ny « Festival Rio Loco », tany Toulouse, ity tetikasa ity, ny volana jona teo. Avy eo, nentina tany amin’ny « Festival Les nuits de Fourvière », ny 9 jolay. Aorian’ny 8 septambra, fotoana ivoahan’io rakikira io, hanomboka ny fitetezam-paritra iarahan’i Labelle amin’i Volahasiniaina ary mpanakanto maromaro hafa.

Landy R.

L'express de Madagascar1 partages

Programme énergie COI – Soutien aux communautés rurales

Neuf projets sont financés par la Commission de l’océan indien et l’Union européenne.  Tous exploitent les ressources renouvelables.

Hardiesse. La précarité énergétique faisant état  de 4,7% de taux d’accès à de la population rurale à l’électricité a conduit des porteurs de projets  à contribuer à l’amélioration de la situation. Les objectifs et plans d’action respectifs des neuf porteurs de projets présentés, hier à l’hôtel Colbert, justifient cette détermination.  Les neuf projets sur les dix-sept retenus sont financés à hauteur de 4, 6 millions d’euros par la Commission de l’océan indien (COI) en partenariat avec l’Union européenne (UE). « Ceci prouve que la COI est dynamique dans l’impulsion de la bataille pour la lumière des communautés vulnérables de ses pays membres », souligne Hamada  Madi Boléro, Secrétaire général de la COI, à la cérémonie de lancement des projets financés dans le cadre de l’appel à proposition du Programme COI –Énergie à Madagascar.Un dynamisme confirmé par le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures en mettant en exergue que le lancement de ces projets fait partie de la mise en œuvre de la nouvelle politique de l’Energie (NPE) adoptée en 2015. « La NPE est axée surtrois secteurs pour répondre aux défis d’électrification des communautés rurales, périurbaines et urbaines, à savoir l’exploitation de la biomasse, l’électricité et les hydrocarbures », explique le représentant du ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures.Les neuf  projets des associations, pouvoirs publics et opérateurs privés  des régions Alaotra Mangoro, Menabe, Diana, Itasy, Atsimo Andrefana et Analamanga, développent l’exploitation des énergies renouvelables.

PotentielsCirad et ses partenaires ont effectué des recherches sur la transformation du Jatropha en huile et tourteaux pour produire de l’électricité et servir de combustibles aux ménages de Tsihombe et d’Ambo­vombe dans l’Androy. FemSolar de WWF  appuie des femmes entrepreneurs pour la maintenance des photovoltaïques et l’exploitation de l’énergie solaire à Ambakivao dans le Menabe. ADER lancera des unités de production d’électricité à Beforona Ampasimbe jusqu’à Antsampanana. Une ONG dans le Diana, Etc aetera a choisi d’appuyer des ménages dans les alternatives de bois de chauffe. Patmad a déjà lancé une centrale hydraulique à Sarobarotra Itasy. JiroMeva opère à Moramanga dans l’Alaotra Mangoro. Jirove fait louer des lampes solaires et Baobab+ de Microcred accorde des facilités de paiement pour l’octroi de kits énergétiques.Le représentant de l’Union européenne a souligné, par ailleurs, les enjeux de la transition énergétique dans le programme Énergies renouvelables et mise en œuvre de l’efficacité énergétique de l’Union européenne. Lutte contre le changement climatique et surtout contre la pauvreté.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Amboanjobe – Deux bandits tués dans un braquage

Deux sur quatre individus armés pris en flagrant délit dans un braquage à Amboanjobe, hier à 15h45, ont trouvé la mort.

Lynchage et fusillade. Une attaque à main armée s’est déroulée à Amboanjobe, hier. Un gang de quatre individus munis d’un pistolet automatique de fabrication locale ont fait irruption chez un grossiste en boissons. Le bilan de la gendarmerie fait état de deux morts dont l’un a été lynché par la foule tandis que l’autre est tombé sous les balles des gendarmes. Deux de ces derniers, de deuxième classe ont été blessés. Deux complices des brigands ont pu s’échapper avant que les éléments des forces de la sécurité ne viennent pour intervenir. « Ils sont repartis les mains vides », a indiqué un témoin. D’après les explications des voisins, les malfrats ont abandonné les deux scooters lorsqu’une série de coups de feu a retenti sur les lieux. Le patron du magasin, devant la caisse, a dégainé son revolver et a répliqué aux tirs de l’un des braqueurs. Il a été toutefois touché et a reçu une balle dans le ventre. « Ce grossiste a été acheminé d’urgence à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona. Le médecin nous a dit qu’il serait admis au bloc opératoire », a expliqué un proche de la victime.Un bandit est sorti du magasin et a tenté de prendre la fuite alors que les habitants du quartier se sont déjà massés.

FusilladeLa foule l’a capturé un peu plus loin et l’a passé à tabac. « Des amulettes ont été découvertes sur celui-ci », a indiqué un employé du grossiste.Les gendarmes d’Ando­ha­ranofotsy se sont immédiatement diligentés sur place pour prendre en chasse les truands. Ils n’ont pas hésité à tirer sur l’un des bandits qui se trouvait à l’intérieur du magasin et l’ont tué sur le coup. Deux gendarmes de deuxième classe ont été également touchés par des balles, mais ont déjà reçu des soins au centre de santé de base (CSBII) d’Andoha­ranofotsy.« Onze munitions, un pistolet automatique et un portable ont été saisis sur ce cambrioleur », a précisé le chef d’escadron Andry Sedera Randriatsarafara, commandant de la Compa­gnie Tana-ville. Les deux autres fuyards sont activement recherchés par la gendarmerie. Aucune pièce d’identité n’a été retrouvée sur les deux dépouilles.

Hajatiana Léonard 

L'express de Madagascar1 partages

Consommation – Une solution pour les ménages

En perpétuelle hausse, le coût de la vie en général pénalise la majorité des ménages. Une pénalisation qui se ressent surtout en ce moment, période de préparation des rentrées de classe. Les dépenses relatives à la scolarité des enfants sont souvent synonymes de difficulté financière pour la plupart des parents. C’est dans ce contexte qu’interviennent les institutions bancaires afin de faciliter le quotidien des ménages dans le cadre de ces préparatifs de la rentrée. À l’instar de la BNI Mada­gascar qui, a proposé depuis hier, des crédits personnalisés à la consommation pour les parents qui ressentent le besoin d’y recourir. L’insti­tution propose des taux avoisinant le 1% pour chaque mois de remboursement. Baptisé « crédit Fianarana », il sera remboursable dans un délai compris entre trois et dix mois. « Tous les salariés inscrits dans une agence de la banque pourront profiter de l’offre. De cette façon, les charges scolaires pour la prochaine rentrée seront moins conséquentes dans le budget annuel de chaque famille », souligne Gervais Atta, directeur du développement commercial.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Opposition – La manifestation des Forces de changement avortée

La manifestation que les Forces de changement ont organisée n’a pas eu lieu. Maharavo Ratolojanahary, leader du « Dinika ho Fana­votam-pirenena » ou DFP, est allé à la préfecture de police à Tsimbazaza pour « informer » le préfet, Angelo Ravelo­narivo, du sursis à exécution que les Forces de changement ont déposé auprès du tribunal administratif, tôt dans la matinée.« Nous sommes venus à la préfecture pour informer le préfet de l’existence du sursis à exécution et du recours en annulation que nous avons déposé au tribunal administratif et aussi l’informer qu’une ordonnance lui sera envoyée en fin de journée », a-t-il déclaré lors d’un entretien sur les lieux. Si les deux hommes n’ont pas pu se voir, ils ont toutefois eu une conversation téléphonique, d’après les dires de Maharavo. « Il n’est pas là mais nous avons pu nous entretenir par téléphone. Je lui ai demandé une audience, pour cet après-midi, avec l’organe mixte de conception et l’EMMO Analamanga pour discuter de l’application du sursis », a-t-il soutenu. Selon lui, la manifestation aura probablement lieu vendredi. « Nous avons demandé à la commune urbaine d’Anta­nanarivo une autorisation pour le 22 au 26 août car nous savions qu’un incident comme celui-ci pouvait se produire», a-t-il affirmé avant d’ajouter « cela nous laisse le temps de bien nous organiser jusqu’à vendredi ».

QuadrillagePendant ce temps à Mahamasina, les forces de l’ordre ont quadrillé le gymnase couvert. L’entrée du côté du collège Sainte-Famille et l’entrée du stade ont été gardées par des camions de la police et de la gendarmerie. Des éléments du FIP et du FIGN ont effectué des rondes tout autour du palais des sports. En face de l’entrée du gymnase couvert, une poignée de politiciens attendaient la suite des évènements. Joint au téléphone hier en fin d’après midi, le leader du DFP a déclaré qu’il n’a finalement pas pu s’entretenir de vive voix avec le préfet. Il a, cela dit, annoncé qu’une audience sur ce sursis à exécution aura lieu aujourd’hui au tribunal administratif. Également joint au téléphone hier, le préfet a expliqué pourquoi les deux hommes n’ont pas pu se voir. « Je suis en pleine rédaction de mon mémoire de défense pour l’audience », a-t-il affirmé.

Loïc Raveloson

Madaplus.info0 partages

Menace de reprise de grève du Syndicat de Greffier de Madagascar

A titre de rappel, en mois de juillet, tous les greffiers du Tribunal d’Anosy ont gelé tous les procès judiciaires pendant une semaine pour une manifestation d’intérêt sur la révision de leur salaire ainsi que leur condition de travail.
Un comité constitué de greffier du Ministère de tutelle et de la Primature a été mis en place pour mettre fin à la grève. Ce comité est devenu actuellement, la plateforme de discussion pour toute revendication. Jusqu’à ce jour, les greffiers n’ont pas encore obtenu les recommandations en leur faveur. Le Syndicat de Greffier de Madagascar menace donc l’entrée en grève à nouveau, et avise le Chef de gouvernement, qui est lui-même l’initiateur des pourparlers de la rencontre entre les deux parties. Le Syndicat donne une semaine au premier ministre, avant de déclencher officiellement la grève.
Madagate0 partages

OIT. Mise en place de la Commission mondiale sur l’avenir du travail

Dans le cadre de l’Initiative du Centenaire sur l’avenir du travail, l’Organisation internationale du Travail (OIT) a mis en place la Commission mondiale sur l’avenir du travail. Le lundi 21 août 2017, le Premier ministre de Suède et la Présidente de la république de Maurice ont inauguré le nouvel organisme international lors d’un évènement de haut niveau à Genève.

Cette instance mondiale doit aborder les nombreux enjeux cruciaux de notre époque et pour l’avenir qui sont ancrés dans le monde du travail. Elle traitera d’une question fondamentale: comment devrait s’organiser un monde du travail qui se transforme rapidement pour répondre aux valeurs de justice sociale? Cet évènement a été retransmis en direct sur le web. Ci-après les tenants et aboutissants de cette Commission mondiale sur l’avenir du travail

Pourquoi une Commission mondiale sur l’avenir du travail?

Par Ameenah Gurib-Fakim et Stefan Löfven

Nous sommes convaincus que le travail est le fondement de l’épanouissement des personnes et des sociétés. Source de revenu décent, le travail ouvre la voie au progrès social et économique au sens large, en renforçant les individus, leurs familles et leurs communautés.

Pourtant, la technologie, la démographie, le changement climatique et la mondialisation transforment le travail à une vitesse, une profondeur et une échelle inédites. Ces changements sont pleins de promesses mais également porteurs de beaucoup d’incertitudes sur l’avenir du travail. La crainte que si certains peuvent tirer grand profit de ces changements radicaux, beaucoup d’autres ne le pourront pas, est devenue une préoccupation majeure, surtout au moment où de nombreux pays sont confrontés à un chômage de masse.

Si trop de personnes s’inquiètent d’être laissées pour compte, si nos sociétés ne sont plus capables d’apporter des changements positifs, il y a de fortes chances pour que des forces perturbatrices minent la croissance et déstabilisent l’harmonie sociale et politique. En effet, la tendance dont nous sommes témoins d’un virage vers la pensée populiste est l’un des principaux défis de notre époque.

C’est pour cela que nous devons encourager le potentiel de création d’emplois que représente la transition vers la viabilité environnementale et vers un système mondial d’échanges ouvert et équitable, fondé sur des valeurs fortes de droits, de liberté et de solidarité. La mondialisation doit bénéficier à tous. Seules les personnes qui éprouvent un sentiment de sécurité au présent peuvent accueillir favorablement un avenir incertain.

Plutôt que d’adopter une approche attentiste, nous devons réfléchir sérieusement à l’avenir du travail que nous voulons et comment y parvenir. L’avenir n’est pas prédéterminé, il peut être influencé par les choix de société et de politique que nous faisons aujourd’hui.

Pour favoriser l’émergence d’idées et de solutions face à ces enjeux fondamentaux liés au travail, nous avons accepté de coprésider la nouvelle Commission mondiale sur l’avenir du travail lancée aujourd’hui par l’Organisation internationale du Travail (OIT). Cette Commission, qui s’inscrit dans le cadre de l’initiative du centenaire de l’OIT sur l’avenir du travail, rassemble d’éminents penseurs et experts du monde entier. Elle soumettra son rapport aux Etats Membres de l’OIT en 2019.

Cette initiative est en effet une mobilisation véritablement mondiale – plus de 100 pays ont organisé des dialogues nationaux entre gouvernements, employeurs et travailleurs, afin de réfléchir aux approches qui permettront de relever les futurs défis au sein du marché du travail. La contribution de la Commission sera aussi une partie importante du suivi du Programme historique de développement durable à l’horizon 2030. L’Objectif 8, en particulier, concerne la promotion d’une croissance économique durable et partagée, du plein emploi productif et du travail décent pour tous.

Depuis près d’un siècle, l’OIT a contribué de manière remarquable à faire du monde du travail un monde meilleur. Elle l’a fait en rassemblant les représentants des gouvernements, des travailleurs et des employeurs au service de la justice sociale.

Reconnaissant qu’il nous appartient de créer l’avenir du travail plutôt que de laisser des forces que nous sommes incapables de contrôler nous l’imposer, nous sommes convaincus que l’avenir recèle un puissant message d’espoir. Nous sommes engagés à diriger cette Commission mondiale dans cet état d’esprit, et de donner la priorité aux solutions concrètes, aux conseils politiques et aux bonnes pratiques, dans le but de faire de l’avenir du travail un avenir qui inclue chacune et chacun.

Selon Guy Rider, 10ème Directeur général de l’OIT, le monde du travail connaît de nombreux changements notamment en matière de technologie. Cela entraîne des bouleversements et des incertitudes quant à la sécurité d’emploi. Or, il est important pour la commission d’adopter de nouvelles politiques afin de guider les institutions dans la création de nouvelles opportunités d’embauche.

La Commission mondiale sur l’avenir du travail

La formation d’une Commission mondiale sur l’avenir du travail correspond à la deuxième phase de l’Initiative de l’OIT sur l’avenir du travail. Sa mission consiste à procéder à un examen approfondi de l’avenir du travail afin de fournir la base analytique nécessaire à la poursuite de la justice sociale au 21e siècle.

Le Rôle de la Commission

La Commission va produire un rapport indépendant sur les mesures à prendre en vue d’un avenir du travail qui garantisse des emplois décents et durables pour tous. Ce rapport sera soumis à la session du centenaire de la Conférence internationale du travail en 2019.

Au cours des 18 derniers mois, les mandants tripartites de l’OIT - gouvernements et organisations des employeurs et des travailleurs - ont organisé des dialogues nationaux dans plus de 110 pays dans la perspective du lancement de la Commission mondiale.

Les travaux de la Commission seront organisés autour des quatre « conversations du centenaire »:

Travail et sociétéDes emplois décents pour tousL’organisation du travail et de la productionLa gouvernance au travail.

La Commission bénéficiera des services techniques et opérationnels du BIT.

Dossier de Jeannot Ramambazafy pour www.madagate.org

************************

Why a Global Commission on the Future of Work?

By Ameenah Gurib-Fakim and Stefan Löfven

It is our belief that work is the foundation for people and societies to grow.With a decent income, work can pave the way for broader social and economic advancement, strengthening individuals, their families and communities.

Yet technology, demography, climate change and globalization are transforming work more quickly, more profoundly and on a greater scale than ever before. These changes have great potential, but we also face many uncertainties about the future of work. The fear that while some may benefit greatly from these sweeping changes, many will not, has become a major concern, not least at a time when so many countries are facing high unemployment.

And if too many people worry that they are being left behind and that our societies are no longer capable of delivering positive change, there is a strong chance that disruptive forces will undermine growth and destabilize social and political harmony. Indeed, the tendency that we are witnessing of a shift towards populist thinking is one of the key challenges of our time.

Therefore, we need to support the job-creating potential of the shift to environmental sustainability and a fair and open world trading system, founded on strong values of rights, freedom and solidarity.Globalisation must benefit all. Only people who feel safe in the present can welcome an uncertain future.

Rather than adopting a wait and see approach, we must think seriously about the future of work that we want and how to get there. The future is not pre-determined and can be influenced by the societal choices and policies that we make today.

To generate ideas and solutions for addressing these fundamental work-related challenges, we have agreed to co-chair the new Global Commission on the Future of Work launched [today] by the International Labour Organization (ILO). This Commission, which is part of the ILO’s Future of Work initiative, brings together eminent thinkers and practitioners from around the world. It will report to the ILO’s member states in 2019.

This initiative is, indeed, a truly global effort - over 100 countries have held national dialogues, with governments, employers and workers, to elaborate on approaches to meet the future challenges in the labour market. The contribution of the Commission will also be an important part of the follow-up to the landmark 2030 Agenda on Sustainable Development. Goal eight, in particular, entails promoting inclusive and sustainable economic growth, full and productive employment, and decent work for all.

For almost a century, the ILO has made a significant contribution to making the world of work a much better place.It has done this by bringing together representatives of governments, workers and employers to promote social justice.

By recognizing that the future of work is ours to create, rather than one imposed by forces which we are powerless to control, we are convinced that the future holds a powerful message of hope. We are committed to leading this Global Commission in that spirit, and to focus on concrete solutions, policy advice and best practises, with the goal of making the future of work, a future that includes everyone.

http://www.ilo.org

News Mada0 partages

Angovo azo havaozina : tetikasa sivy tohanan’ny Vondrona eoropeanina

Nampahafantarina, omaly, ny tetikasa famatsiana herinaratra avy amin’ny angovo azo havaozina, amin’ny faritra maro manerana ny Nosy. Tetikasa tohanan’ny Vondrona eoropeanina (UE), ho an’ny tany mpikambana ao amin’ny COI.  50 % hoenti-miasa avy amin’ny UE  amin’izay tetikasa atao rehetra.

Famatsiana herinaratra avy amin’ny karazana tetikasa sivy atao na efa natao any amin’ny faritra maro, mahakasika indrindra ny tontolo ambanivohitra hatramin’ny 2019. Tanjona ny hampiakatra ny tahan’ny famatsiana herinaratra any ambanivohitra. Nohamafisin’ireo nandray fitenenana, anisan’izany ny masoivohon’ny UE, Antonio Sanchez, ny maha zava-dehibe ity tetikasa ity, izay hiantsoana ny fiaraha-miasan’ny rehetra. Efa nisy solontenan’ny mponina any amin’ny faritra Menabe, nalefa niofana tany Inde, momba ny famatsiana herinaratra avy amin’ny masoandro. Ny fiverenan’ireo olona ireo any an-toerana, nanohizan’izy ireo ny fiofanana azony any amin’izay fokontany ametrahana izany famatsian-jiro izany.

Tetikasa iray, “Jiro Ve”, atao any Alaotra Mangoro, Analamanga, Bongolava, Menabe, Diana, Itasy ary Vakinankaratra. “Jiro Meva”, any Alaotra Mangoro. “Gemaha”, any amin’ny faritra atsimo, fampiasana angovo avy amin’ny menaka zava-maniry jatropha. Azo atao tsara ny mitrandraka io zava-maniry io, araka ny fanazavan’ny teknisianina avy amin’ny Cirad. Tetikasa iray, omena anaran’ny vehivavy misahana ny asa, “Femsolar”, atao any Menabe. Iray hafa, fampiasana angovo avy amin’ny rano, heverina apetraka any Alaotra Mangoro, Atsinanana ary Itasy. Ahitana toerana maro misy rano azo ahodina afaka mamatsy tanàna maromaro. “Biogaz”, hitan’ireo nanao fanadihadiana ny hanaovana izany any amin’ny faritra Diana. Fanodinana angovo avy amin’ny masoandro kosa, saika ametrahana izany avokoa ny faritra manerana ny Nosy.

R.Mathieu

News Mada0 partages

BNI Madagascar : « Fianarana », tolotra toy ny raharaham-barotra rehetra

Aroson’ny banky BNI Madagascar izao ny tolotra fampindram-bola « Fianarana », azo ifampiraharahana any amin’ireo masoivohony 61 manerana ny Nosy. Toy ny raharaham-barotra rehetra izany ho fantatry ny mpanjifa, atokana indrindra ho fanamaivanana ny fiatrehana ny fidiran’ny mpianatra, taom-pianarana vaovao 2017/2018. « Telo hatramin’ny 10 volana ny fotoana famerenana ny vola miaraka amin’ny zana-bola manokana 1 % isam-bolana », hoy ireo tompon’andraikitra ao amin’io banky io,

Hatramin’ny 31oktobra 2017, fanentanana ny ray aman-dreny amin’izany fampindramam-bola izany, hisy kojakoja fitaovam-pianarana zarain’ny BNI amin’izay manao io findramam-bola ao aminy io. Notsiahivin’ny banky ihany koa ireo tolotra maro samihafa ao aminy, araka izay tadiavin’ny mpanjifa (trano, fiara, sns), izay ahena ny tahan’ny zana-bola mahakasika ireo hatramin’ny 31 oktobra 2017.

Mbola matahotra mindram-bola amin’ny banky ny Malagasy, araka ny fanadihadiana nataon’ny mpandalina momba ny raharaham-barotra avy amin’ireo mpamatsy vola. Izany findramam-bola izany, anisan’ny singa iray mampiroborobo ny varotra sy ny tetikasa fampandrosoana.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Fahalalahana maneho hevitra : miady hatrany hanaovana hetsika ny Herin’ny fanovana

Hanao ahoana ny amin’ny fahazoana manao hetsika famoriam- bahoaka? Miady hatrany ny Herin’ny fanovana… 

Arahaba soa, arahaba tsara… Tsy nisy aloha ny fifandonana teny Mahamasina, raha ny omaly, manoloana ny fikasan’ny Herin’ny fanovana hanao hetsika famoriam-bahoaka ao amin’ny kianja mitafo. Na izany aza, miady hatrany izay hahatanteraka ny hetsika ny Herin’ny fanovana. Hohazavaina amin’izany ny amin’ny zo sy fahalalahana manao fivoriana sy ny maneho hevitra, ny toe-draharaham-pirenena…

Nangataka teny amin’ny fitsarana misahana ny ady ifanaovana amin’ny fanjakana, Anosy, ny Herin’ny fanovana, omaly. Anisan’izany ny hanafoanana ny fanapahan-kevitry ny préfet de Police, izay manakana ny tsy hanaovana hetsika famoriam-bahoaka. Eo koa ny hampiatoana ny fakana mpitandro filaminana hanakana izany hetsika izany.

« Rehefa mivoaka ny didim-pitsarana fa foana ny fanapahan-kevitry ny fitondram-panjakana manakana ny famoriam-bahoaka. Inona no hatao? » hoy ny mpandrindra ny Herin’ny fanovana, Ratolojanahary Maharavo, teny Tsimbazaza, omaly. Raha milamina ny resak’izy ireo amin’ny préfet de Police sy ny eo anivon’ny fitandroana filaminana: malalaka ny  famoriam-bahoaka, na hatao anio na amn’ny zoma.

Tokony hiala eny Mahamasina ireo mpitandro filaminana

 « Raha tokony ho izy: tokony hiala manodidina ny kianja mitafon’i Mahamasina ireo mpitandro filaminana ireo, satria mihantona ny fanapahan-kevitry ny préfet de Police naniraka ireo mpitandro filaminana hanakana ny Herin’ny fanovana haneho hevitra », hoy kosa ny mpisolovavan’ny Herin’ny fanovana, ny Me Tsaralahy C. Hilaire.

Na mbola tsy mivoaka aza ny didim-pitsarana momba ireo fangatahana roa nataon’ny Herin’ny fanovana, manakana avy hatrany sy tsy mampanankery ny fanapahan-kevitry ny préfet de Police ny taratasy fanamarinana ny naharaisin’ny fitsarana ny fitoriana. Mampiato ihany koa ny fakana mpitandro filaminana hanakana ny hetsika izany, araka ny fanazavany ihany.

« Ny fitsarana no manana ny teny farany », hoy Ratolojanahary Maharavo. Mila aseho hoe: misy tany tan-dalàna marina tokoa ve eto? Misy ny ady araka ny lalàna, misy ny ady politika. Ny ady araka ny lalàna, manao fanapahan-kevitra ny fitsarana: harahin-dry zareo mpitondra fanjakana sa tsia? Tsy miankina amin’ny mpanao hetsika izay. Hiarahany amin’ny rehetra kosa ny ady politika.

Mbola ahina ihany ny fifandonana, raha mitohy ny fifanenjanana?

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Forum de la diaspora Malgache : les avis divergent

Invité sur Alliance Fm 92 hier, le président de l’association «Zanak’i Madagasikara am-pielezana» (Zama), Olivier Razafindranaivo, a donné son avis sur le forum de la diaspora malgache en France prévu se tenir du 26 au 28 octobre prochain.

«Personnellement, je pense que cet évènement est essentiel dans la mesure où l’on peut se pencher sur ce qui pourrait être notre contribution au développement socio-économique du pays. Mais les avis divergent chez les Malgaches résidents en France. Certains sont prêts à y participer, d’autres pensent qu’il faudrait réfléchir à deux fois car c’est peut-être une récupération politique. La majorité se demande quelles sont les raisons de l’organisation de cet évènement à une année des élections», a déclaré Olivier Razafindranaivo.

L’association Zama est prête à participer à ce forum mais pose des conditions. «Si ce n’est que de la communication et s’il s’avère qu’il y ait des dessous politiques, on se retire», a-t-il prévenu.

Le directeur en charge de la Diaspora du ministère des Affaires étrangères, Lanto Raharizafy, a par ailleurs anticipé ce scepticisme de la diaspora. Dans une interview parue sur les Nouvelles en date du 7 juin dernier, elle essaie de rassurer la diaspora. «Nos activités sont principalement axées sur le renforcement des liens entre ces Communautés malgaches à l’étranger et le pays à travers l’appui et l’organisation de diverses activités culturelles, des événements visant justement à raviver la fibre patriotique. Nous espérons ainsi que les efforts fournis pourraient convaincre les sceptiques à rejoindre notre démarche», a-t-elle avancé.

Apolitique

Si les membres de l’association Zama sont si prudents sur les questions politiques,  c’est parce qu’elle se targue d’être apolitique et laïque. Créée en 2015, ladite association essaie de mobiliser les Malgaches de France afin d’émettre leurs réflexions sur le développement du pays. Les membres ont déjà réalisé des activités sociales comme la construction d’écoles, de dispensaires, la réalisation d’un projet d’adduction d’eau. Zama organise également des rencontres B to B entre membres et opérateurs.

Il fait savoir que les associations de la diaspora sont présentes dans nombreuses localités en France comme dans les autres pays : Afrique du Sud, Canada, Lille ou encore la Suisse.

Nadia

News Mada0 partages

«Sport scolaire 2017» – Atletisma : misongadina i Melaky sy i Atsimo Andrefana

Niditra tamin’ny andro fahatelo ny fifaninanam-pirenena amin’ny fanatanjahantena an-tsekoly, omaly talata. Fihaonana, tanterahina any Mahajanga. Anisan’ny taranja niadiana medaly ny atletisma. Misongadina aloha, ry zareo avy any Melaky sy Atsimo andrefana, izay samy nandrombaka volamena roa avy. Norombahin’i Melaky avokoa ny voalohany, teo amin’ny fanipazana lefona sy ny viki-miakatra, sokajy lehilahy.

Teo amin’ny tsipy lefona, azon’i Tiandrainy Raymond Zafikely ny volamena, rehefa nahatsipy izany, tany amin’ny 43 m 90. Caed Houssen, avy any Diana kosa nahazo ny volafotsy, izay nahavita nitoraka izany, tany amin’ny 41 m 66 ary Raniasy Adelaide, mpianatra avy any Atsimo atsinanana no niravaka ny medaly alimo.

Ho an’ny viki-miakatra, Andriamanantsoa Rodin, no niravaka ny volamena, izay nahatsambikina, ny 1 m 80, narahin-dRavalimanampisoa Jinhos, avy any Ihorombe ary fahatelo, Andriamanalina Richard Nixon, avy any Anosy.

Nisongadina kosa ny tovovavy avy any Atsimo andrefana, teo amin’ireo taranja roa ireo ihany. Lasan’i Zia Pastine ny volamena, rehefa nahatoraka ny lefona tany amin’ny 26 m 70. Teo amin’ny viki-miakatra, 1 m 49 nahavitan’i Soafaranirina Mamitiana Herline, ny fifaninanana ka nibatany ny medaly volamena.

Torcelin

News Mada0 partages

Insécurité : une haute autorité étatique pointée du doigt

Ces derniers temps, le communiqué du conseil de gouvernement semble de plus en plus intriguant. Pas plus tard qu’hier, une note portant l’intutilé «lutte contre l’insécurité» a fait tiquer les observateurs avertis. Tout d’abord, le Premier ministre, Chef du gouvernement, a félicité les responsables des départements ministériels en charge de la sécurité après le démantèlement d’un réseau de voleurs de bovidés à Antsiranana II.

Mais en même temps, il a affiché sa fermeté en ce qui concerne l’existence de fortes interventions en faveur des criminels de la part d’une haute autorité étatique. A ce sujet, le PM a donné un ordre formel pour que les enquêteurs ne prennent pas en considération de telles interventions et doivent mener la procédure judiciaire à son terme, comme l’exigent les textes en vigueur.

Pression

Plus concrètement, le gouvernement est au courant que d’autres personnalités ou entités font pression pour que les enquêtes n’aboutissent pas. Le gouvernement qualifie cette entité de «Haute autorité étatique». Si c’est le cas, comment se fait-il alors que le gouvernement traîne des pieds pour mettre fin à ces agissements? Cette position révèle, a priori, l’incapacité du gouvernement à éradiquer le trafic d’influence de toute sorte qui mine l’administration à Madagascar.

A ce titre, lors de la 15e édition de son émission «Fotoam-bita – Le Rendez-vous», le président de la République avait déjà demandé aux responsables incompétents dans son administration à démissionner.  Il a aussi appelé ceux qui n’ont pas encore été limogés à l’autoévaluation et suivre, par la même occasion, le pas de ceux et celles qui ont déjà été remerciés sans attendre.

Jusqu’ici, personne n’a répondu à l’appel. Car c’est à l’Executif de prendre ses responsabilités en fonction de leurs prérogatives. Pareil pour la «haute autorité étatique» évoquée lors du conseil de gouvernement d’hier.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Championnat du monde de judo : Daniella Nomenjanahary accompagne Fetra Ratsimiziva

La capitale hongroise, Budapest, accueillera le championnat du monde de judo du 28 août au 3 septembre. Pour la 6e année consécutive, Madagascar sera présent avec deux judokas.

Choix inédit de la Fédération malgache de judo (FMJ) ! Pour défendre les couleurs malgaches au Sommet mondial de la discipline, l’équipe de Siteny Randrianasoloniaiko va propulser sur le devant de la scène internationale Daniella Nomenjanahary (-63 kg) dans la catégorie féminine, après le retrait d’Asaramanitra de la compétition.

Figure de proue de la discipline sur le plan national, Daniella Nomenjanahary tente depuis cette saison une percée au très haut niveau. Pour cela, elle a changé de catégorie de poids. Ainsi, après deux saisons dantesques chez les -70 kg durant lesquelles elle a raflé les titres dans les grands tournois locaux, elle a opté pour une catégorie plus légère, les -63 kg.

Sélectionnée dans l’équipe nationale cette saison dans les grandes compétitions,  elle a fait montre d’une grande capacité à s’adapter au haut niveau. Pour son premier pas lors du Sommet africain, elle a terminé en 5e place. Présente aux Jeux de la Francophonie, la jeune championne malgache a raté de peu la médaille de bronze.

Cette fois-ci, le plateau sera le plus relevé qui puisse exister en judo. Daniella Nomenjanahary, considérée comme la meilleure judokate du moment, combattra les stars de la discipline.

Avide de sensation forte

La présence de Fetra Ratsimiziva (-81 kg) à ce championnat du monde est une aubaine pour Daniella Nomenjanahary. En effet, comme lors des éditions précédentes chez les hommes, il sera de nouveau notre porte-fanion.

L’envie de gagner, il en a après avoir raté le championnat d’Afrique et les Jeux de la Francophonie pour cause de blessure. Cela se voit dans sa préparation actuellement. Le moment est peut-être venu pour lui de démontrer qu’il possède un mental de fer contrairement à l’année dernière où il a failli tout arrêter après sa non-qualification pour les jeux Olympiques de Rio.

Naisa

 

News Mada0 partages

Aikido – Stage : Philippe Léon dans nos murs

Bien que les férus de la discipline prônent la discrétion de leur art, les stages et formations dispensés dans la capitale ont fait des échos. Pas plus tard que dimanche dernier, Philippe Léon, 7e dan aikikai de Tokyo, a partagé son savoir-faire au dojo de l’Aska aux 67 Ha avec les passionnés de la capitale. Un avant-goût de la grande assemblée des aikidokas prévue les 30 et 31 août. Un autre rendez-vous est inscrit dans l’agenda des organisateurs les 1er et 2 septembre au gymnase couvert d’  Ankorondrano. Les deux séances se dérouleront sous la houlette de l’expert Philippe Léon.

Rojo N.

News Mada0 partages

Foot – Telma Coupe : place aux 16e de finale

Les grosses pointures ont passé sans encombre les 32e de finale de Telma Coupe de Madagascar. A l’image de  Cnaps Sport qui a fait une véritable démonstration de force en remportant le championnat d’Analamanga. Les Caissiers disputeront une place en 8e de finale dimanche prochain face à Fisakana FC (Amoron’i Mania) au stade de Fandriana.

Fosa Juniors FC (Boeny) sera également sous le feu des projeteurs samedi prochain au stade de Mahamasina pour affronter FC Viva (Analamanga). Grande favorite de l’édition 2016, Elgeco Plus devra écarter Mi 20 (Analamanga) pour pouvoir passer au prochain tour. Autant d’affiches alléchantes dans les différentes sites de compétition de Mahamasina jusqu’à Toamasina en passant par Fianarantsoa, Ihosy, Mahajanga et Fandriana. Classé parmi les sérieux prétendants, Cosfa se mesurera à l’AS Jofama ce jour pour rejoindre ses principaux protagonistes.

Pour rappel, Cnaps a fait le minimum le 6 août dernier à Mahamasina face à FC Onive (2-0). La bande à Njiva a ensuite corrigé Disciples FC par 6 à 0. Pour sa part, Uscafoot a fait sortir Zam Ambandrika par 2 buts à rien. L’attraction de cette journée des 32e de finale a été sans aucun doute la victoire tonitruante de Fosa Juniors aux dépens de l’Aza Ambatondrazaka. Les deux formations se sont séparées sur le score sans appel de 12 buts à rien. On peut dire que les footballeurs majungais ont montré leur rage de vaincre. Les grands clubs sont donc prévenus.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

«Sport scolaire» any Mahajanga : mpianatra valo vavy nihetsika ambalavelona

Teo am-panaovana ny fifaninanana taranja handball, nandritra ny hetsika “Sport scolaire”, tanterahana amin’izao fotoana izao, any Mahajanga indrindra ireto tanora valo mirahavavy, avy any amin’ny faritra Vakinankaratra no nihetsika ny aretiny… Ambalavelona. Ny alatsinainy teo no nitrangan’izany.

Hatairana ny an’ny rehetra nahita ireo tovovavy maromaro niara-nihetsika aretina tao amin’ny Lycée Philibert Tsiranana ao Mahajanga, ny alatsinainy hariva teo. Tovovavy hiatrika ny fifaninanana « sport scolaire » izy ireo.

Valo mirahavavy izy ireo ka ekipan’ny handball Faratsiho ny fito vavy ary iray atiletan’ny ekipa Ambatolampy, Dren Vakinankaratra raha ny fanazavana. Nahavariana ny maro satria nihetsika tsiroaroa izany aretina izany. Mitsahatra kely ny krizin’ny roa hafa dia mihetsika indray ny roa manaraka…

Voalaza fa Ambalavelona no mahazo ireto ankizy ireto, ka nentina avy hatrany tany amin’ny fiangonana Loterana Tsaramandroso Ambony, entina am-bavaka sy androahana ny fanahy ratsy ao aminy. Atokana toerana aloha izy ireo mba ialana amin’ny fikorontanan-tsain’ireo ankizy manodidina.

Avy nikatroka ny lalao handball tamin’ny faritra Sofia teny amin’ny kianjan’Ampisikina, ireto ankizivavy ireto. Efa tsikaritra ho tsy nahazo aina izy ireo teo am-pilalaovana. Nody tany amin’ny Lycée Philibert Tsiranana izy ireo avy eo ka nanomboka nihetsika krizy amin’izay taorian’ny sakafo hariva.

Raha ny tatitry ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, efa mahazo aina ireo ankizivavy, omaly saingy mbola natokana mba hanaraha-maso akaiky ny fahasalamany.

Efa nilamindanina ity resaka ambalavelona ity tato ho ato kanefa izao nipongatra tampoka any amin’ny fifaninanana “sport scolaire” izao indray. Lasibatra ny ankizivavy ary tsy tompon’ny tenany izy ireo rehefa mihetsika krizy. Reraka tanteraka kosa ny vatana aorian’ilay krizy ka mila fakana aina tanteraka.

Hatreto, tsy mbola tena fantatra ny fototry ny aretina ambalavelona. Milaza kosa ireo mpitondra fivavahana fa asan’ny fanahy ratsy no mahatonga ireny aretina ireny.

Tatiana A

News Mada0 partages

Ampasampito : voaambana basy teo imason’ny mpandeha ny mpamily taxi-be

Tsy fantatra intsony na fanafihana taxi-be na asa nataona mpitandro filaminana no niseho teny Ampasampito omaly tokony ho tamin’ny 9 ora maraina. Araka ny fanazavan’ny vehivavy iray anisan’ny mpandeha tao anatin’ilay taxi-be, nahita maso ny zava-nitranga. Teo Avaradoha no nisy lehilahy iray niakatra ny fiara ary nanatona ny mpamily. Voalaza fa voaambana basy ilay mpamily ary notereny niditra ny lalana nihazo ny CEG Nanisana ny fiara. Ireo mpandeha tamin’io tsy nisy nahetsika nanoloana izany. “Vao nijanona ny fiara, saika hitsoaka ny olona no nisy hafa tonga avy any ivelany nilaza fa polisy ary niteny ny olona mba hipetraka sy tsy hihetsika. Nanatona ilay lehilahy nanambana basy ilay mpamily azy ireo, ary nentiny nanaraka azy io avy eo”, hoy ny fitantaran’ity tovovavy tao anaty fiara.

Voalazan’ny mpandeha fa  rehefa lasa ireo olona ireo, nivoaka moramora ilay taxi-be ary nanohy niasa avy eo, ary nihazo an’i Mahazo.

“Nahagaga anay mpandeha ary samy nametra-panontaniana ny amin’ny hoe tena polisy ve ireny tonga naka nanambana basy ilay lehilahy ny mpamily ireny sa namany ihany? Nimenomenona fotsiny ny nataon’ny olona tao anaty taxi-be”, hoy ihany ny fanazavan’ity tovovavy niaina ity tranga ity.

Resaka tsaho?

Rehefa nanontaniana ny fisian’ity “fanambanana basy na fanafihana taxi-be” ity ny teo anivon’ny polisy, nilaza fa tsy nisy fitarainana tonga teny amin’izy ireo, ary tsy nisy ny fanenjehana jiolahy nataony.

Mipetraka ny fanontaniana: jiolahy sa mpitandro filaminana ireo niditra tao anaty taxi-be teny Ampasampito? Raha jiolahy, tsy nahomby ny teti-dratsy ka nihemotra tamin’ny ora farany izy ireo?

Na izany na tsy izany, nisy ny vavolombelon’ny zava-nitranga tao anaty taxi-be. “Tena nisy ny fanambanana basy nataon’io lehilahy io ary samy nahita daholo ny mpandeha rehetra, najanony ny fiara teo amin’ny lalana mangingina”, hoy ny fanamafisan’ilay tovovavy tao anaty taxi-be.

Ity resaka fanafihana anaty taxi-be ity, izay nolazain’ny polisy fa resaka tsaho sy fanakorotanan-tsaina fotsiny ihany. Maro anefa ny mimenomenona sy mitaraina ny olona, saingy tsy nametraka fitoriana  teny amin’ny polisy. Rehefa tsy misy ny fitoriana, tsy misy ny tranga amin’ny polisy. Samy miandry ny rehetra raha tena misy tokoa no ho sendra ireo polisy manao fanamiana sivily ireo voalaza fa jiolahy mpanao ity asa ratsy ity, na tena resaka tsaho tokoa.

Yves S.

News Mada0 partages

Ambanidia : saron’ny polisy ny jiolahy iray saika hangalatra fiara

 Noraisim-potsiny teo am-pangalarana fiara nipetraka teo akaikin’ny banky iray eny Ambanidia ny jiolahy iray nikasa hangalatra fiara, omaly, antoandro. Nahitana taratasy fahazoan-dalana mamily fiarakodia tany aminy…

 

Tratra teo am-panaovana ny asa ratsiny mihitsy ity jiolahy iray nikasa hangalatra fiaran’olona iray nanao raharaha tao amin’ny banky ity. Efa maty paika tanteraka ny fomba fiadiny rehefa manao ny asa ratsiny toy izao, araka ny fanazavan’ireo nahita ny zava-nitranga teny an-toerana, omaly. Fiara maromaro no nipetraka manoloana ny banky iray eo Ambanidia. Raha vantany vao niditra tao amin’ny banky anefa ny tompony dia tonga ireo jiolahy. Nivezivezy teo akaikin’ireo fiara ireo ry zalahy sady toy ireny hoe olona tompom-piarakodia ireny mihitsy ny fombafomba raha ny fahitan’ny olona azy. Manana fanalahidy maroanaka fitondran’izy ireo rehefa mangalatra fiara ry zalahy. Mihidy anefa ilay fiara nokasainy hangalariny, saingy nahavariana ny olona fa tafiditra tao anatiny ilay olon-dratsy. Efa tsikaritry ny olona teny amin’ny manodidina ilay banky anefa ny fihetsiny ka noraisim-potsiny izy taorian’izay. Efa any am-pelatanan’ny polisy ity jiolahy ity raha tafaporitsaka kosa ny namany mpiara-manao asa ratsy aminy.

Saika matin’ny fitsaram-bahoaka koa ny jiolahy iray tratra teo am-panendahana teny Anosy, omaly antoandro raha tsy nalaky tonga ny polisy. Avy nanendaka olona teo amin’ny fiantsonan’ny taxi-be eo Anosy ity jiolahy ity no nifanenjehan’ny olona ka niharan’ny daroka avy hatrany. Marobe rahateo ireo olona mitaraina amin’ny fanendahana ataon’ny jiolahy amin’iny faritra iny.

J.C

News Mada0 partages

Chronique : conséquences des demi-mesures

Port du casque obligatoire pour les usagers de deux roues ? Le règlement en dispose. Téléphoner tout en conduisant ? Le code en fait une interdiction… Sur papier Madagascar vit à l’heure du siècle. Conclusion que ne confirme pas l’impression qu’inspire la réalité  de la quotidienneté. Les scootéristes ne s’embarrassent pas de rouler sans casque, les flics s’ils le voulaient pourraient passer leur journée à verbaliser les indisciplinés, sauf peut-être les jours de dèche ces menus fretins ne les intéressent pas d’autant plus qu’aussi désargentés qu’ eux, les mecs des deux-roues rechignent à mettre la main à la poche. Les agents de la circulation manifestent pareille tolérance à l’endroit des dangers publics qui s’ignorent inconscients du danger qu’ils représentent à s’entêter à s’accrocher au téléphone tout en conduisant. Même parmi ceux qui leur passent sous le nez, les flics n’en alignent peut-être pas un sur quarante.

A se demander s’il aurait pas mieux valu que ces articles du code n’aient pas encore été adoptés. Ça n’aurait pas changé grand-chose à la situation actuelle, mais au moins, même en mérite négatif, ça n’aurait pas contribué à cultiver cette mentalité semi-citoyenne dont la pratique préférée consiste à jouer avec les règlements tout en caressant la prétention d’avoir un comportement civique. Les gens s’illusionnent et s’imaginant peut-être à l’égal d’un président ou d’un ministre ils s’autorisent à tordre la loi pour l’adapter à leur mesure. De plus en plus dans leur inconscience, de façon générale  les gens tendent à penser que la loi est celle qu’ils croient qu’elle doit être, enlevant ainsi valeur de loi à celle même écrite qui stipule le contraire.

Les interprétations et applications fantaisistes de la loi éloignent de l’état de droit que non seulement l’on dit vouloir restaurer mais que l’on prétend même avoir installé. Comme en plusieurs domaines on traite les choses en théorie, mais lorsqu’il s’agit de passer à la pratique on rivalise de ruse pour cacher la nullité. A l’aide des illusionnistes est apparu le concept du «virtuel». Euréka, s’est on écrié au ministère du tourisme. Au fronton des services régionaux «Centre du Tourisme virtuel». A bientôt le traitement virtuel du kéré.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fahaiza-mandefitra

Samy te hiseho sangany izao ve dia tsy hahay hifehy tena eny imasom-bahoaka amin’ny fihatsarambelatsihy fa andeha hanahy vary ka hifanao tarehy ratsy. Diso fanantenana izay nihevitra hahita an’i Marc Ravalomanana sy Hery Rajaonarimampianina mody tsy hifampijery na hifangarika rehefa mifanila. Raharaham-pivavahana koa moa no niraisan-toerana ary noho ny tetika pôlitika dia samy misintona an’ilay fivavahana iombonany hanaovana antoky ny maha olo-marina ny tenany tsirairay. Samy manam-bava ary samy mahay fanodikodinana hevitra ka samy nisarika soratra avy amin’ny fampianaran’ny Tompo hanaovana balam-pilesy itifirana tsy nahy ny rahalahy fahavalo.

Tsy azo lazaina hoe nihoa-pefy tsy ampy fanajana Andriamatoa Ravalomanana. Notsipihiny mihitsy aza ny adidin’ny rehetra eo amin’ny fanomezana haja ny tompom-pahefana amperin’asa ary porofon’izany ny fanarahana ny arofenitra amin’ny famelana ny teny farany ho an’ny raiamandrenin’ny firenena. Saro-pady anefa izay raha toa be ahiahy ny tena, naman’ny kabary tsy valiana moa ny teny famaranana. Tsy nanararaotra firy an’izany ny Filohampirenena nefa tsy niova amin’ny maha izy azy koa Ingahy Rajaonarimampianina fa iny nitsidika kely teo ihany ilay fanambonimboniana tena. Maro amin’ireo nifandimby toerana no tsy nahatsindry an’izay fisehoana hajejoana kely izay. Tsy efa eny tampony ve ka inona indray no manosika hanondronondrotra tena. Raha tena alalinina ny tenin’i Kristy dia izay tsy ampy fanetre-tena dia mietry.

Nahazo ny anjarany Ravalomanana. Anatra mamerina azy amin’ny toerany. Vava tsy latsaka fotsiny fa ny foto-kevitra efa nitsidika. Teo no voailika ka mahaiza mipetraka amin’

ny zavatra hay dia tsy inona fa ny fikarakarana fiangonana. Adinon’ny mpananatra fa toy ny voankazo voarara anie ny fahefana sy fitondrana, manta dia efa mety hilatsaka hoazy noho ny biby ao anatiny. Tsy ferana koa ny fisian’ny mpanozongozona ny hazo ary manodidina maro no miandry kendry tohina mpitaty reraka tsidrian-daona maika hitaty an’izay milatsaka na hitsindroka ny raraka. Ny andian’ny mpanara-maso ny toetrandro eo amin’ny tontolon’ny raharaham-pirenena izay manana adidy manokana hampitandrina mialoha raha vao manambana ny rahona dia toa voan’ny fandraikiraikena ka tsy mahatazana fa efa miainga any ny rivo-mahery.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : de la boue à la traîne d’un treillis

Les réseaux sociaux réservent parfois des pièges à qui se laissent entrainer dans des polémiques par des propos provocateurs. A vouloir clore ce que l’on pense n’être que faux débats, on ne fait que les attiser. Les excès de susceptibilité donnent du grain à moudre aux milliers d’anonymes qui trouvent plaisir et raison à titiller les provoqués là où ils sont chatouilleux. Mettre la souveraineté nationale en enjeu suite à la risée organisée lors du port d’un treillis par le Chef Suprême des Armées est disproportionné donc maladroit. Que des gens se moquent de ce qu’ils qualifient d’accoutrement de marionnette en le rapprochant à un déguisement de soldat d’opérette ne vaut pas le ridicule d’en faire un fromage.

 

News Mada0 partages

Mananjary : sarona ny vola sandoka 50 tapitrisa Ar

 Saron’ny zandary tao Mananjary ny herinandro teo ny raim-pianakaviana iray nahatrarana vola sandoka mitentina 50 tapitrisa Ar amin’ny ravim-bola 10 000 Ar teo aloha. Niainga avy amin’ny loharanom-baovao no nahafahan’ny zandary nanao ny fanarahan-dia ity voarohirohy ity. Marobe rahateo koa ireo mpivarotra mitaraina amin’ny fiparitahan’ny vola sandoka ao Mananjary. Nanao hetsika, araka izany, ny zandary manoloana ity tranga ity ka izao nahitam-bokany izao satria noraisim-potsiny ilay raim-pianakaviana. Mbola nahitana vola sandoka marobe tao anaty sakaosiny nandritra ny fisavana nataon’ny zandary. Raha jerena tampoka ireo vola ireo dia mitovy amin’ireo vola tena izy ka eo no anairan’ny zandary ny tsirairay mba ho mailo hatrany fa tsy kely lalana ny ratsy. Hatramin’ilay ravim-bola vaovao aza izao efa ahavitan’ireo olon-dratsy vola sandoka. Tsy vao izao fa efa malaza ratsy amin’ny fanaovana vola sandoka ao Mananjary ity raim-pianakaviana ity, saingy izao kosa izy vao tratra. Mitohy ny famotorana momba ity raharaha ity.

J.C

News Mada0 partages

Fitsarana : mandrahona fitokonana indray ny mpirakidraharaha

« Mety hisy ny fitokonana, raha ohatra tsy hamaly ny fitakianay ny fitondram-panjakana. Raha mamaly izy, ka amin’ny hetahetanay: tsy hisy ny fitokonana », hoy ny filohan’ny sendikàn’ny mpirakidraharaha fitsarana, Randriambololona Haja, teny Anosy, omaly, momba ny fitakian’izy ireo.

Tsy mbola azon-dry zareo an-tanana ny lafiny vola, na ny fandaharana ny asan’izy ireo, ny fanatrehana ny famotorana ataon’ny mpitsara sy ny fitazonana ny rejisitra rehetra ao amin’ny fitsarana, araka ny fanazavany.

« Efa nifanaiky ny telo tonta tamin’ny nanangana ny vaomiera, ary niteny ny tale kabinetran’ny minisitra tamin’izay fa hanome tenimita momba ny raharaha rehetra ny mpirakidraharaha », hoy izy. Ankehitriny, miandry izy ireo… Eo koa ny fanamboarana ny lalàna momba ny fanondrotana grady sy ny fampiakarana karama, mbola mijanona any amin’ny primatiora.

Manery ny mpitondra fanjakana ny sendikà

Manoloana izany, manao antso ny fitondram-panjakana, indrindra ny Praiminisitra, izay nampanantena hamaha ny olana ny sendikà. « Manery izahay hamaha ny olana, satria efa izay no teniny taminay. Mba tokony hahita valiny izahay amin’ity herinandro ity », hoy izy.

Efa mba nangataka izy ireo, niaritra, niandry…

Efa ho roa volana mahery izay no tsy nitokonan’izy ireo, fa izay no nifampidinihana farany. Amin’ity herinandro ity, mangataka mba horaisin’ny Praiminisitra izy ireo. Amin’izany no  hahalalana izay valin-teny farany: hamaha ny olana sa tsia?

« Tsy maintsy hiroso amin’ny fitokonana izahay raha tsy mamaly izy, ary hanome fe-potoana ny Praiminisitra amin’ny handraisany anay izahay », hoy ihany izy.

R. Nd.

News Mada0 partages

Mandrahona hanidy ny CSB ny paramédicaux

 Nanomboka omaly ny fivoarimben’ny sendikà sy ny fikambanan’ny « paramédicaux » manerana ny Nosy any Taolagnaro. Fihaonana faha-13 fanao isan-taona izao tanterahina izao ary ahitana solontena avy amin’ny faritra maro. Anisan’ny lohahevitra lehibe hodinihina sy hotapahana mandritra ny fivoriana eo amin’ny mpikambana ny tsy fandriampahalemana mihatra amin’ny « paramédicaux » miasa any ambanivohitra lavitra. Tao anatin’ny herintaona, CSB tantanan’ny « paramédicaux » 15 no voatafika. Tao ireo namoy ny ainy mihitsy na naratra na koa afaka nandositra ka avotra soamantsara ny ainy. Fepetra horaisin’izy ireo manomboka izao ny fanidina ny CSB raha voaporofo fa mety hitera-doza ho azy ireo ny asa noho ny fandrahonana avy amin’ny dahalo. « Ny zandary ao amin’ilay toerana na koa ny mpitantana ny kaominina no afaka manome ny taratasy manaporofo izany toe-javatra izany », hoy ny nambaran’ny filohan’ny sendikàn’ny « paramédicaux », Rakotondrazafy Aimé, omaly. Ahitana ny infirmier sy ny mpampivelona ny fivondronan’ny « paramédicaux ».

 

Tsy ampy ny isan’ny “paramédicaux” am-perinasa

Raha vao tsy hitan’ny tomponandraikitra ao amin’ny CSB ny paramédicaux dia lazaina fa mandao ny asany (abandon de poste), rehefa misy manafika kosa tsy tsapa izay fandraisana andraikitry ny fanjakana. Olana faharoa mbola sedrain’ny paramédicaux koa ny tsy fahampian’ny isa eny am-perinasa. Matetika, « paramédical » iray mampihodina CSB iray manontolo any ambanivohitra. Rehefa maka fanafody na manao vaksiny mitety tanàna ilay mpiasan’ny fahasalamana, mihidy ny CSB. Tokony ho roa ny « paramédicaux » miasa amin’ny CSB iray ka afaka mifandimby indrindra amin’ny fiandrasan-draharaha amin’ny alina.

Ankoatra ireo, hotapahina mandritra ny fivoriana ny daty hanombohana ny asa fananganana ny tranon’ny « paramédicaux » eto Antananarivo. Fotodrafitrasa natao ho biraon’ny sendikà sy ny holafitra ary ny foiben‘ny fikambanan’ny « paramédicaux » io hajoro io. Manentana ny mpikambana mbola tsy nahaloa ny latsakemboka ny biraon’ny sendikà hanao izany. Avy amin’ny fandraisana anjaran’ny mpikambana 13 000 ny sorabola hananganana ny tranon’ny « paramédicaux », hoy ny fanazavana azo.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Manaode Andravoahangy : koba Fenohery 2 500 nozaraina ho an’ny ankizy

Nizara koba notovonantsoa Fenohery 2 500 fonosana ho an’ny ankizy raisina an-tanana ao amin’ny foibe Manaode ao Andravoahangy ny mpikambana ao amin’ny Lions Club Tananarive Doyen, ny faran’ny herinandro teo. Fanampiana avy amin’ny Ofisim-pirenena momba ny fanjarian-tsakafo (ONN) ny koba nozaraina. Mpanohana ny fiaraha-miasa koa ny Fandaharanasan’ny Firenena momba ny sakafo (Pam). Natokana ho an’ireo zaza (6-18 taona) voan’ny tsy fanjarian-tsakafo, kamboty, ankizy niharan’ny herisetra ary marary noho ny aretina maro ny sakafo. Nomena fampianarana amin’ny fomba fikarakarana ny koba Fenohery ireo ankizy. Koba azo avy amin’ny ananambo (Moringa) ny koba Fenohery ary novokarin’ny orinasa malagasy Homeopharma.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Mausolée – Fort Duchesne : tapahina ireo hazo mety hitera-doza

Miroso amin’ny asa fanapahana ireo hazo lehibe mety hitera-doza ho an’ny mpandalo sy ny trano manodidina ny sampana mpamonjy voina etsy Tsaralalàna, amin’izao vanim-potoan’ny main-tany izao. Notanterahina ny alahady 13, 20, 27 aogositra ary mifarana ny 3 septambra 2017 ny fanatanterahana izany. Isaky ny amin’ny 8 ora maraina hatramin’ny 1ora antoandro ny fanapahana ny hazo mba tsy hanelingelina ny fifamoivoizana rehefa andavanandro.

Nisy ny lalàna monisipaly mitondra ny laharana 182CUA/M/SG/DTMU.17, ka voarara araka izany ho an’ny fifamoivoizan’ny fiara rehetra tsy an-kanavaka amin’ny lalana Farafaty eo anelanelan’ny faran’ny arrêt bus Mausolée mihazo ny fidirana amin’ny « Caserne de la Gendarmerie » Fort Duchesne. Mihazo avy hatrany ny lalana Docteur Rabenitany izay efa misy polisy monisipaly mandrindra sy mandamina ny fifamoivoizana eny an-toerana.

Araka ny voalazan’ny lehiben’ny sampana mpamonjy voina, ny kolonely Rabemanantsoa Michel, tsy tsara raha mihoatra ny hahavon’ny trano ny hahavon’ny hazo eo an-tokontany na ny manodidina ary aleo misoroka indrindra rehefa ho tonga ny fotoam-pahavaratra.

Nanentana ny mpampiasa iny lalana iny mba hanaraka ny toromarika rehetra napetraka ny sampana mpamonjy voina.

Marihina fa asa fanaon’ny sampana mpamonjy voina eto amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ny fanapahana ireny hazo lehibe izay voasokajy ho loza mitatao ho an’ny mponina ireny.

Tatiana A

News Mada0 partages

Amboanjobe : deux braqueurs abattus

Le quartier d’Amboanjobe a été le théâtre d’ une attaque à main armée dans l’après-midi d’hier. Deux bandits ont été abattus.

Deux morts et deux blessés. C’est le bilan d’un braquage qui s’est produit, hier vers 16 h, à Amboanjobe, commune de Bongatsara.

Les quatre assaillants ont agi à visage découvert et au moins l’un d’eux était équipé d’une arme à feu. Selon une source locale, ils ont fait irruption à l’intérieur du magasin et n’ont pas hésité à ouvrir le feu, blessant ainsi le commerçant qui, grâce à l’aide des riverains, a réussi à sortir à temps. Depuis, tout s’est déroulé très vite.

Face à la riposte inattendue des villageois, trois des bandits ont décidé d’abandonner la partie et ont pris la fuite.

Du coup, une course poursuite a eu lieu. Les villageois n’ont pas mis longtemps à mettre la main sur l’un des fuyards. Ce dernier s’est attiré les foudres de la foule. Sur ces entrefaites, des gendarmes rapidement alertés sont arrivés sur les lieux.

Sans attendre, ils ont tenté de débusquer le quatrième bandit qui était bloqué à l’intérieur du magasin. Voulant vendre chèrement sa peau, celui-ci a tiré sur les gendarmes. Le projectile a blessé superficiellement deux de ces derniers. Après des échanges de coups de feu, le malfaiteur a été abattu. Un pistolet de fabrication artisanale a été découvert sur lui.

Les gendarmes ont ratissé les alentours en vue de retrouver les deux autres bandits mais ne les ont pas trouvés. Entre-temps, le commerçant blessé a été envoyé d’urgence à l’hôpital. L’on sait que son pronostic vital n’est pas engagé.

Le bilan s’est alourdi à Tsiadana 

Toujours dans le domaine de l’insécurité, l’on sait que l’une des trois personnes blessées par les balles des bandits à Tsiadana  n’a pas survécu. Pour rappel, des bandits ont fait irruption à l’intérieur d’un magasin de gros sis à Tsiadana vers 18 h. Ils ont fait main basse sur une somme d’un montant de 4,4 millions d’ariary.

Avant de quitter les lieux, l’un d’eux a ouvert le feu, blessant ainsi le propriétaire du magasin attaqué. En fuyant, ils ont de nouveau fait feu. Trois autres personnes ont été touchées. L’une d’elle a succombé à ses blessures peu de temps après son admission à l’HJRA. Des policiers sont intervenus mais les bandits étaient déjà hors de portée.

Mparany

 

News Mada0 partages

Loi sur la statistique : des amendements en gestation

Des amendements seront apportés à la loi régissant la statistique, datant de 1968. Le processus y afférent est actuellement en cours de finalisation.

Obsolète. Les contenus de la loi sur la statistique ne répondent plus à la réalité alors qu’elle devrait être adaptée au contexte actuel et à l’évolution de la technologie, outil indispensable à la vulgarisation des données statistiques. Cette réalité  justifie l’initiative de l’Institut national de la statistique (Instat), qui compte apporter des réformes sur les textes régissant ce secteur. «Les responsabilités des usagers des données statistiques tout comme la confidentialité de celles-ci, qui ne sont pas mieux développées dans l’ancienne loi, figurent parmi les points à améliorer», a soulevé le directeur général de l’Instat, Ida Clément Rajaonera, hier à Anosy, au cours d’une interview.

La confection du projet y afférent est actuellement en cours de finalisation mais en attendant sa soumission auprès de l’Assemblée nationale, une consultation des parties prenantes est actuellement sur les rails. A ce propos, les avis des responsables au sein des secteurs de la Santé et de l’éducation et des représentants du secteur privé, ont été consultés en marge d’un atelier qui s’est déroulé vendredi dernier. Ces derniers ont apporté leurs critiques et suggestions sur le  contenu de cette nouvelle loi.

Système de statistique national

Les clauses relatives à la responsabilité de toutes les parties prenantes, dont celles de l’Etat qui devrait assurer la tenue d’une opération de recensement général de la population tous les dix ans, seront également renforcées dans ce nouveau texte régissant la statistique. Pareil pour l’Instat qui a pour mission principale de gérer les données sur la croissance économique, les indices de prix ou encore le recensement de la population.

Ce projet de loi prévoit également la mise en place du système de statistique national, réunissant toutes les entités incluses dans une opération de recensement, entres autres,  les ménages, les producteurs, les consommateurs, les secteurs privés… En guise d’exemple, les mesures de sanctions financières devraient être renforcées en cas de refus sur le partage des données collectées au sein des industries. «Le montant de  celles-ci est insignifiant car se situant seulement à 200 ariary selon l’ancien loi», a fait savoir le DG de l’Instat. «Bref, c’est une refonte totale qu’on essaie d’apporter pour améliorer la statistique dans le pays, qui est indispensable au développement économique dans la mesure où elle sous-tende de nombreuses décisions des pouvoirs publics, des entreprises et de collectivités», a conclu la source.  Ce dernier a profité de cette interview pour faire savoir que les préparatifs de l’opération de recensement général de la population et de l’habitat (RGPH3) vont bon train. Une bonne partie des cartographies censitaires, menées actuellement dans les 116 districts, sont en phase de finalisation si l’ensemble de l’opération est prévu s’achever en octobre.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Andralanitra : les infections respiratoires continuent de sévir

Les infections respiratoires aigues restent toujours la préoccupation des habitants d’Andralanitra et de ses environs. «Elles figurent parmi les maladies les plus fréquentes frappant les habitants, en particulier les enfants», selon le médecin-chef du dispensaire Manantenasoa, le Dr Voahangy Nirina Andrianarivony, un centre médical fondé par l’association «Akamasoa» du Père Pedro.

Les travaux de carrière, exercés par un bon nombre de la population, ainsi que les résidus de fumée d’incinération des ordures, ont été cités comme à l’origine de cette situation. S’ensuivent les maladies saisonnières, comme la diarrhée durant la saison des pluies, et les petites blessures résultant des accidents domestiques.

A cet effet, le Service d’urgence en réponse des catastrophes (Sureca) et la Direction de la pharmacie, de laboratoire  et de la médecine traditionnelle (DPLMT) ont apporté leur contribution en vue  de renforcer le fonctionnement des dispensaires de l’Akamasoa à Andralanitra, Ambohimahitsy et Betsizaraina, rattachés au Centre de santé de base de la commune rurale d’Ambohimangakely.

Le ministère de Santé à la rescousse

Trois dispensaires des fokontany de  Manantenasoa, d’Andralanitra et de Mahatsara, de l’association «Akamasoa», ont reçu, lundi dernier, des médicaments ainsi que des équipements et consommables médicaux de la part du ministère de Santé publique (MSP). L’objectif est ainsi de faciliter l’accès aux soins des malades de l’association, ainsi que ceux des quartiers environnants.

Ces dispensaires assurent des consultations internes et externes, des soins dentaires, la vaccination des enfants et femmes enceintes, les consultations prénatales, l’accouchement, le dépistage du VIH/Sida, de la tuberculose et du cancer.

Sera R

 

Ino Vaovao0 partages

MPIVADY NIFAMONO : Tapaka voakapa tamin’ny famaky ny tanan’ilay ramatoa

Araka ny loharanom-baovao voaray avy tamin’ny mpiaramonina dia matetika miady lava ireto mpivady ireto ary samy nifampikasi-tanana. Ny afak’omaly alina àry dia nandre horakoraka ny fokonolona ka samy nivoaka ny trano avokoa. Nisy ireo tsy taitra intsony satria efa matetika loatra ny tabataba ao amin’ity fianakaviana ity. Akory ny hatairan’ny rehetra raha nahita ny tanan-kavian’ity ramatoa teo amin’ny gorodona .

Amin-dranomaso no nilazan-dravehivavy fa nokapain’ny vadiny tamin’ny famaky ny tanany ary mbola hitan’ireo mponina tokoa ny famaky nanaovana izany. Nandriaka dia nandriaka ny rà ka avy hatrany dia nosamborin’ireo mpifanolo-bodirindrina teny an-tanàna ilay nahavanon-doza tamin’io fotoana io. Noentina tany amin’ny Hopitaly Tambohobe ity niharan’ny herisetra. Tsy nanaiky hatramin’ny farany ny fianakavian-dravehivavy sy ny zanany fa nametraka fitoriana.

Ny mpitandro filaminana tao Ampitakely no nandray an-tanana ny raharaha ka efa natolotra ny Fampanoavana omaly ihany ity lehilahy vadiny .

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

SALAZAMAY - TOAMASINA : Saron’ny polisy ireo jiolahy mpanao fanafihana mitam-piadiana

Nanafika olona handeha hividy fanamafisam-peo ity jiolahy ity. Nanapoaka basy saingy tsy nipoaka. Niantso polisy ny fokonolona ka nosamborim-potsiny ilay ranamana. Tratra niaraka taminy ny basy poleta iray sy bala miisa enina. Nanoro ny namany antsoina hoe Benedicte Nanga izy taorian’izay.

I Nanga izay mpanoro ireo olona hotafihina. Voasambotra koa ity farany. Niara-nisalahy tamin’ny fisamborana ireo olon-dratsy ireo ny polisy avy amin’ny Kaomisaria Bazarikely nahitana ny UIR (Unité d’Intervention Rapide) sy ny USI (Unités spécialisées d’intervention) avy eo anivon’ny Fip.

Ny tolakandron’ny ala-tsinainy 21 aogositra lasa teo no nampahafantarina ny mpanao gazety tao Toamasina ny fahatratrarana azy roalahy ireo. Fantatra ihany koa fa mbola misy naman’izy ireo iray mbola karohina.

Ity fahatelo ity izay karohin’ny polisy fatratra ary efa anatin’ny lisitry ny jiolahy ikoizana eto Toamasina tokoa, dia i Tsivahiny fantatra amin’ny aranam-bositra Volafotsy.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

SOALALA-MAHAJANGA : Mpanjono sivy lahy tsy hita popoka niaraka amin’ny lakana

Mitaintaina tsy misy ohatr’izany ireo fianakaviany izay tsy mahafantatra na maty na velona ireto havany amin’izao fotoana izao.

Sivy lahy mivelona amin’ny asa fanjonoana no niara-tsy hita popoka hatreto. Efa tamin’ny faran’ny volana jolay lasa teo izy ireo no niala tao an-tanànan’Antsahabe, kanefa mbola tsy niverina an-tanàna hatramin’izao. Araka ny loharanom-baovao avy amin’ny fianakaviana dia nitondra lakana fitondra manjono izy ireo ary nanara-morona nihazo ny lakan-dranon’i Mozambika iny, tahaka ny fandehanan’izy ireo isaky ny mandeha mihaza trondro any an-dranomasina.

Hatramin’ny nandehanany ka hatramin’izao anefa dia tsy nandrenesam-baovao intsony izy sivy lahy ireto ary tsy hita popoka niaraka tamin’izy ireo ihany koa ilay lakana be fitondrany. Mitaintaina fatratra ny fianakaviany vokatr’izany satria tsy fantatra izay manjo azy ireo.

Amin’izao fotoana izao efa mandeha ny filazana hataon’ireo havany amin’ny haino aman-jery ao Mahajanga amin’ny fikarohana azy sivy lahy ireto, manao antso avo amin’ireo mponina manamorona ranomasina toa an’i Soalala ihany koa izy ireo mba hampita vaovao maika amin’ny tompon’andraikitra raha mahare vaovao mahakasika ireto mpanjono ireto.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

SAMBAVA : Tafakatra 2 000 Ariary ny 1m amin’ny tahon’ny lavanila any amin’iny Faritra Sava iny

Miaina ao anatin’ny fahasahiranana ihany koa ny mpamboly satria taorian’ny fisokafan’ny fotoam-piotazana iny dia efa ao anatin’ny fotoana fikarakarana voly ny tantsaha ankehitriny.

Tafakatra 2 000 Ariary ny 1m amin’ny tahony iray, any an-toerana, ka efa miteraka tsy fandriampahalemana sahady izany. Voalaza fa tombanana eo ho eo amin’ny 20 000 ariary ny vidin’ny fotony iray. Nefa mbola tsy misy ny lavanila dia efa izany ny zava-mitranga. Mahazo vahana indray ny halatra tahona lavanila, ka voatery matory any anaty tanimboly ireo tantsaha ankehitriny, araka ny vaovao voaray avy any an-toerana. Ilaina mba hambolena no liana na mahalafo ny tahon’ny lavanila any an-toerana. Ny fiandrasana ny voany no nataon’izy ireo mialoha iny fotoam-piotazana teo iny ka mitohy hatrany izany hatramin’ izao. Tsy afaka miaina ao anatin’ny filaminan-tsaina tanteraka ireo mpamboly lavanila any amin’iny Faritra Sava iny. Raha ny fiantombohan’ity taona ity dia naharenesana fanafihana voly sy halatra lavanila maitso saika ho isan’andro tany amin’iny faritra iny, ka mety hiverina indray izany ny faharenesana izany ato ho ato.

Manoloana izany dia mitaraina ireo tantsaha any Sava ary mangataka ny mba hisiany fandraisana andraikitra hisorohana izany. Manahy mafy amin’ny ain’izy ireo ny mpamboly ka mahatonga azy ireo manao izao fitarainana izao, araka ny loharanom-baovao.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FOTOANAN’NY FIALAN-TSASATRA : Mahavoasazy 10 taona an-tranomaizina ny fizahantany mamofady

Tsy ny vahiny vazaha ihany no manao fizahantany mamoafady fa na ny Malagasy avy any amin’ny toerana na faritra hafa tonga eto Mahajanga, ka manao firaisana ara-nofo amin’ny zazavavy eto an-toerana dia efa tafiditra amin’io daholo. 

Raha samy ampy taona sy iaraha-manaiky dia tsy misy olana fa raha zaza tsy ampy taona izany hoe latsaka  ny 18 taona kosa dia mahavoasazy. Eny amin’ireo trano fandraisam-bahiny sy fisakafoanana ary ireo trano mandray olona rehetra dia misy io fampitandremana io avokoa. Noraisina izao fanapahan-kevitra izao mba hiarovana ny ankizy. Tsy ny zazavavy ihany fa ny zazalahy ihany koa dia voakasik’io fizahantany mamoafady io. Ny olona mampirisika ihany koa dia raisina ho mpiray tsikombakomba ka voasazy.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

MANANJARY : Vola sandoka mitentina 50 tapitrisa Ariary tra-tehaky ny mpitandro filaminana

Ravim-bola iray alina Ariary taloha no nanaovany hosoka izay nahavitany lelavola mitentina hatrany amin’ny 50 tapitrisa Ariary.

Loharanom-baovao avy tamin’ny olona tsara sitrapo no nahalalan’ny mpitandro filaminana an’ity olon-dratsy. Nandeha ny fikarohana, mpivarotra maro tao an-tanàna no efa lasibatra ka maro tamin’ireto farany ihany koa no nanao fitarainana.

Nandeha ny hazalambo, ka tamina Fokontany iray tao anatin’ny Kaominina Mananjary no nahatratrarana azy, ny faran’ny herinandro teo. Rehefa natao ny fisavana dia mbola nahitana ireo vola sandoka nisy efa iray sakaosy lehibe tao aminy.

Araka ny fanazavana nomen’ny Zandary mpanao fanadihadiana dia mitovy tsy misy valaka amin’ny tena vola ireto vola sandoka ary tsy misy havahana azy mihitsy fa mila mailo ny tsirairay.

Tahaka izany ihany koa ireo vola vaovao izay efa anjakan’ny hosoka sahady ka tsy misy afa-tsy fahamailoan’ny mpikirakira vola rehetra no vahaolana.

Nodorana avokoa ireto vola sarona tany Mananjary ireto taorian’ny fahatratrarana azy, natolotra ny Fitsarana kosa ilay olon-dratsy.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIDIRAN’NY MPIANATRA : Nanome tolotra fampindramam-bola ny BNI Madagasikara

Manoloana izay fidiran’ny mpianatra izay dia misy ny tolotra fampindramam-bola ho  an’ireo mpanjifa, izay karakarain’ny banky BNI Madagasikara, ka  manomboka amin’ny roa hetsy Ariary mihoatra ny vola azo alaina amin’izany. 

Ireo olona mandray karama isam-bolana sy ireo mpiasam-panjakana   no voalaza fa afaka mindram-bola avokoa.  “Crédit Fianarana” no iantsoana ity tolotra ity, ka izay mpanjifa arivo voalohany tonga  mamaly ny antso amin’ny tolotra dia hozaraina   fanomezana, toy ny  kitapo sy penina daholo.  Izany no natao dia ny mba hitsinjovana ny  ray aman-drenin’ny mpianatra  amin’ny fampidirana ny zanany an-tsekoly. 

Efa  mahazo miditra amin’io tolotra io araka izany ireo mpanjifa ary efa hita eny amin’ny ivon-toerana BNI miisa 61 manerana ny Nosy izany ankehitriny. Marihina fa ny 31 oktobra 2017 vao hifarana ny tolotra ka ny fepetra noraisina dia ao anatin’ny  telo volana ka hatramin’ny folo volana no hamerenana ireo vola izay nalaina. Miezaka hatrany ity banky ity hanome fahafaham-po  ny mpanjifany.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANATANJAHANTENA AN-TSEKOLY : Vonona hiatrika sahady ireo zazavavy nihetsehana aretina

Tokony ho tamin’ny fito ora alina teo ny alatsinainy 21 aogositra no nisehoan’izany. Avy nifaninana tamin’ny lalao ara-panatanjahantena «  hand-ball  » ireto ankizy ireto, izay avy any amin’ny faritra Vakinankaratra. 

Nifaninana tamin’ny faritra Sofia ireo zazavavy avy ao Vakinankaratra no nihetsehan-javatra tampoka tamin’io andro nifaninanana io ihany. Nahoraka hatrany  ivelan’ny faritra nipetrah’ireo zazavavy ireo ny feo nikiakiaka. 

Taitra ny lehibe nitondra ireo mpianatra hanao ity hetsika ara-panatanjahantena an-tsekoly ity raha nahita ny zava-nitranga. Tsy voatazon’ny vatan-dehilahy maro ireo zazavavy nihetsika ambalavelona ireo,  noho ny tanjak’ireo fanahy ratsy tao amin’izy ireo, hoy ny olona teo. Noentina nivavahana tao amin’ny fiangonana Loterana tao Tsaramandroso Ambony avy hatrany ireo zazavavy ireo. Aretina mpahazo ny zazavavy vao erotrerony ny ambavelona ary mifindra haingana, hoy ny fanazavana azo. 

Nifindra tamin’ny ankizy namany hafa ity aretina fanahy ity  ka isany nahatonga ireo zazavavy ho betsaka no tratrany. Naharitra ora maro ny fanesorana ny fanahy ratsy nataon’ireo mpiandry avy amin’ny fiangonana loterana. Samy natahotra ny zava-nitranga ny mpanabe sy ireo ankizy hafa naman’ireo tovovavy ireo. Afaka ihany ny fanahy ratsy tamin’izy sivy mirahavavy ireo avy eo ary efa vonona ny hiatrika ny lalao indray izy ireo ny ampitson’io. 

Seho mampieritreritra ny maro ny ambalavelona  ; misy ny milaza fa fanahy ratsy no mahatonga azy io, misy koa manambara fa tsy fahampian’ny kasinga ao  amin’ny vatan’olona iray. Matetika dia zazavavy vao mpitovo no voan’io aretina ratsy io ary rehefa mihetsika izy dia maromaro hatrany no voa.

Inv

Ino Vaovao0 partages

FANANGANANA RAFITRA : Hivoaka tsy ho ela ny anaran’ ireo handrafitra ny FFM

Tsy ho ela dia hivoaka amin’ny fomba ofisialy ny anaran’ireo izay voafantina handrafitra ity rafitra vaovao. Araka ny fanazavana voaray avy amin’ny kaomity mpifantina, Andriamampionontsoa Lanto dia mahatratra 44 ny isan’izy ireo ary samy manana solontena roa avy ny avy amin’ny Faritra 22 manerana ny Nosy.

“Nomena naoty isany avy ireo mpifaninana ka tahaka ireny manao fanadinana rehetra ireny ihany no noentina nanaovana ny fifantenana, hatambatra ny naoty azon’ireo mpifaninana, ka izay nahazo ny ambony indrindra no tafiditra ao anatin’ny lisitra”, hoy hatrany ny fanazavana. Efa any am-pelatanan’ny Filoham-pirenena io lisitra io, ka ny fanapahan-kevitra farany avy aminy no ahafahana mamoaka ireo izay tena handrafitra ny FFM. 

Araka ny baiko azon’ny kaomity mpifantina dia ny fanapahan-kevitra farany avy aminy no ahafahana mandrafitra ireo olona hikambana ao anatin’ny filan-kevitry ny fampihavanana Malagasy. Miisa 33 ireo olona tsy maintsy hofantenana handrafitra ny FFM, ka misy ampahany amin’ireo no hotendren’ny filoham-pirenena. Fantatra fa mijanona ho tsiambaratelo tanteraka ny anaran’ireo voafantina ao anatin’ny lisitra, ka amin’ny fotoana hamoahana ny anaran’izy ireo amin’ny fomba ofisialy vao ho fantatry ny besinimaro izany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIFIDIANANA 2018 : Mangataka ny filoha Andry Rajoelina hilatsaka hofidina ny Pro ANR

Samy mitady izay ho vahaolana sy fialana amin’izay fahasahiranana izay ny rehetra. Manodidina izany indrindra no nahatonga ny antoko PRO ANR, izay marihina fa antoko vao niorina, hangataka an’ny Filoha Andry Rajoelina hilatsaka hofidina ho Filoham-pirenena amin’ny 2018.

 “Resy lahatra izay tsirairay ato amin’ny fikambanana, fa efa diso fanantenana tanteraka ny vahoaka Malagasy, ka ny fanampiana sy fanohanana an’ny Filoha Rajoelina hofidiana amin’ny 2018 no vahaolana hitanay fa tena mety”, hoy ny filohan’ny  Pro ANR, Heriniaina Andry Tiana .

Tonga nanotrona ny lanona izay natao teny Ivato, afak’ omaly, nanaovana ny fanambaràna  ny mpikambana avy ao amin’ny vondrona MAPAR.

Heritiana.Danielie

Ino Vaovao0 partages

FIZAHANTANY : Azo vidiana eto Mahajanga ny tapakila hidirana ao amin’ ny complexe Mahavavy Kinkony

Ankoatra ny tontolo kanto dia mampiavaka ity valanjavaboary ity ireo vorona isan-karazany hita ao. Betsaka ny toerana azo tsidihina araka ny karazam-borona tiana ho hita. Misy toerana efatra aloha no azo tsidihina hatreto dia Ampitsopitsoka sy ny farihy Kinkony ho an’ny vorona. Boeny Aranta kosa dia misy ireo sisa amin’ny trano sy toerana nipetrahan’ireo Indo-arabes taloha. 

Analalava indray no ijerena ny Delta du lac Kinkony. Ny tapakila ihany anefa no vidiana eto fa samy manao izay ahatongavany any izay liana hitsidika rehetra  ary any ihany koa no maka ireo mpitari-dalana. 15 000 Ariary ny saran’ny tapakila ho an’ny vahiny lehibe, 5 000 Ariary ny an’ny zaza vahiny. 2 000 Ariary kosa ny an’ny Malagasy lehibe ary 500 Ariary ny an’ny zaza Malagasy.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FOTOANAN’NY FIALAN-TSASATRA : Mahavoasazy 10 taona an-tranomaizina ny fizahantany mamofady

Tsy ny vahiny vazaha ihany no manao fizahantany mamoafady fa na ny Malagasy avy any amin’ny toerana na faritra hafa tonga eto Mahajanga, ka manao firaisana ara-nofo amin’ny zazavavy eto an-toerana dia efa tafiditra amin’io daholo. Raha samy ampy taona sy iaraha-manaiky dia tsy misy olana fa raha zaza tsy ampy taona izany hoe latsaka  ny 18 taona kosa dia mahavoasazy. 

Eny amin’ireo trano fandraisam-bahiny sy fisakafoanana ary ireo trano mandray olona rehetra dia misy io fampitandremana io avokoa. Noraisina izao fanapahan-kevitra izao mba hiarovana ny ankizy. Tsy ny zazavavy ihany fa ny zazalahy ihany koa dia voakasik’io fizahantany mamoafady io. Ny olona mampirisika ihany koa dia raisina ho mpiray tsikombakomba ka voasazy.

Vanessa

Tia Tanindranaza0 partages

TRANGAM-PIARAHAMONINA

Nitangoronan’ny olona ny teratany vahiny iray sy vehivavy Malagasy iray teny Anosy omaly maraina.

 

 Raha variana niambina an'i Mahamasina ny mpitandro ny filaminana, raikitra kosa ny fandrobana mpandeha taksibe tetsy Avaradoha. Nilaza ho tsy naheno ny polisy raha nanontaniana.Nisy nanafika ny "cash point" iray tetsy Anosizato. Dimy lahy mitam-basy no tompon'antoka tamin'izany ary vola iray tapitrisa ariary no lasan'ireo olon-dratsy. Amin'ny atoandrobe nanahary no nitranga ny tantara. 

 Raikitra ny fihazan'ny polisy monisipaly ny taksibe manao dona miverina eny Ivato. Tsy latsaky ny roa isan'andro ny haiditra fourrière any an-toerana nandritry ny herinandro izay. Misy "virus" miparitaka amin'ny tambajotra sosialy facebook. Misy mandefa hafatra manokana ary misy "vidéo" anao izay handefasana. Raha vao mijery an'io dia tratra izay ary miparitaka ny sarinao mamoafady. Izay namanao rehetra manao facebook no mahita. Mila mailo.

 

Lehilahy iray mpangalatra fiara tratra teny Ambanidia vao minitra vitsy lasa izay. Teo akaikin'ny BOA, raha iny nametraka ny fiarany iny ny lehilahy iray, ary niditra tao amin'ny banky dia efa nihaodihaody teo ilay olon-dratsy, izay manana fahazoan-dalana hamily. Fiara mihidy kanefa tafiditra tao anatiny ny tenany, saingy tra-tehaka ary voasambotra. Sary: Ambanidia

 

FAMPIANARANA

Tontosa soa aman-tsara ny 19 sy ny 20 Aogositra lasa teo ilay  kongresy nasionaly voalohany nokarakarain’ny vondrona ANNEFA tany Mahajanga. “Mpanabe tsara vatsy, antoky ny fampandrosoana” no lohahevitra novoaboasana, nahitana mpandray anjara marobe tokoa. Fehin-kevitra lehibe nivoaka nandritra ny fihaonana ny fanatsarana ny tontolon’ny fanabeazana miankina amin’ny fanjakana raha eo ihany koa  ny fanomezan-danja ny mpanabe amin’ny alalan’ny famerenana ny hasin’izy ireny.

Nihena ny voka-panadinana Bakalôrea ho an’Antananarivo Renivohitra. Raha araka ny fantatra mantsy dia betsaka tamin’ireo taranja nampitaraina ny mpianatra toy ny kajy no nilatsaka ambany ny naoty, indrindra fa ireo nisafidy ny sokajy siantifika. Na izany aza anefa dia fantatra fa nisy tamin’ireo taranja ihany koa no nahazoan’ny mpianatra naoty tsara. Ny zoma ho avy izao moa no hivoaka ny voka-panadinana ary rahampitso alakamisy no hanaovana ny déliberation.

Miatrika fiofanana avokoa ireo mpampianatra any amin’ny distrikan’i Betioky Atsimo. Mahatratra 215 mianadahy izy ireo ka karazam-piofanana marolafy no hatrehiny entina hanatsarana ny sehatry ny fanabeazana. Nanomboka ny 21 aogositra lasa teo ny fiofanana hifarana ny zoma ho avy izao.

POLITIKA

Mahatratra hatrany amin'ny 85 miliara ariary ny vola ilaina amin'ny fanatanterahana ny fifidianana 2018. Ny 12 tapitrisa Euros, izany hoe 35 miliara eo ho eo dia avy amin'ny mpiara-miombon'antoka teknika sy ara-bola avy amin'ny sehatra iraisam-pirenena ary ny 40 ka hatramin'ny 50 miliara ariary kosa hiantohan'ny Fanjakana Malagasy, izay efa noresahina ao anatin'ny lalàna momba ny tetibolam-panjakana 2017.

Tsy azo hanaovana fihetsiketsehana mihitsy etsy amin’ny Stade annexe Mahamasina mandrapahatapitr’ity volana aogositra ity. Io no nambaran’ny lieutenant Andriantsiferana omaly nandritra ny fahatongavany teny an-toerana saika hanara-maso sy hijery akaiky ny famoriam-bahoaka nokasain’ny DFP hatao. Tsy nisy na inona na inona nitranga anefa teny an-toerana hatramin’ny omaly hariva ary afaka nitsofoka tao amin’ny kianjaben’i Mahamasina ihany koa ny olon-drehetra.

FIOMPIANA

Handray ny andraikiny manoloana  ny famonoana ireo omby vavy sy zanak’omby eto amintsika ny minisiteran’ny fiompiana. Ny mba hahafahana miaro ny omby tsy ho lany taranaka no tanjona. Hisy ihany koa ny fijerena ireo toeram-pomonoan’omby tsy manara-penitra eto an-drenivohitra.

Efa nampiharina hatramin’ny taona 2010 ny fandrarana ny famonoana ny zanak’omby sy ny ombivavy, tamin’ny alalan’ny didim-pitondrana mitondra ny laharana 744/35. Hamafisina hatrany izany ary ho henjana ny fanaraha-maso, ka handray anjara ny OPJ (Officier de Police Judiciaire) eo anivon’ny minisiteran’ny fiompiana sy ny fambolena, ny mpitsabo biby.

SOSIALY

Olona miisa 15 hatramin’ny volana desambra no ho mankaty no namoy ny ainy tany amin’ny kaominina ambanivohitra Ankondromena, distrikan’i Miandrivazo vokatry ny fanafihan-jiolahy. Misy amin’izy ireo no mpandraharaha, mandalo any amin’ny mpitsabo eny hatrany amin’ny olon-tsotra izay lasa mangoron’entana mody avokoa ny ambiny ankehitriny sao dia ripaka. Trano miisa 35 tafo indray moa no nodoran’ireo jiolahy tao amin’ity kaominina ity ny herinandro teo.

ANTSIRABE

Miomana fatratra amin’ny hisokafan’ny seranam-piaramanidina ao Antsirabe ny ADEMA amin’izao fotoana. Nisy sahady ny andrana amin’ny fiatrehana ny loza ka mpamonjy voina 10 mirahalahy avy amin'ny sampana mpamonjy voina avy ao amin'ny seranam-piaramanidina eto Madagasikara no manao fanazaran-tena ao amin'ny seranam-piaramanidina Antsirabe efa herinandro mahery izao ary hifarana ny zoma faha 25 aogositra izao. Fantatra ihany koa efa hisokatra tsy ho ela ity seranana eto Antsirabe ity satria efa an-dalana ny fifampidinihana rehetra eo amin'ny fitantanana azy. Ankoatra an'io dia efa miroso amin'ny fanatsarana ny toerana ny ADEMA toy ny efa namefena ny toerana rehetra.

Hankalazaina any amin’ny kaominina Antanambao, distrikan’Antsirabe faharoa ny “Isan-taonan’ny SPAM”, na ny Synodam-paritany Avaratr’i Mania, eo anivon’ny fiangonana Loterana Malagasy. Andiany faha-126 ity hankalazaina ity, izay fihaonamben’ny Synodam-paritany rehetra. Efa nisy moa ny ezaka manokana nataon’ny Fikambanana Elgeco-Plus sy ny Faritra Vakinankaratra tamin’ny fanatsarana ny lalana ahafahan’ireo mpino miatrika ny fotoana. Haharitra herinadro eo ho eo moa ity fotoan-dehibe ity any an-toerana, izay hanomboka amin’io voalohan’ny volana septambra io.

FANATANJAHANTENA

Nanambara ny orinasa Ferrari fa mbola hitondra ny fiara vokarin’izy ireo amin’ny fifaninanana fanamarihana fiarakodia F 1 amin’ny taona 2018 ilay Finlandey Kimi Räikkönen izay avy nanavao ny fifanarahany tamin’ity orinasa ity. (Photo A)

 

Tsy mbola nifarana teo ny amin’ny tantara fifindran’i Neymar any amin’ny ekipan’ny PSG any Frantsa. Fantatra mantsy izao fa nitaky lelavola 8,5 tapitrisa euros aminy ho “ dommages et intérêts » ny ekipan’ny Barça nialany ary raha tsy mandoa ity mpilalao ity dia takian-dry zareo amin’ny mpitantana ny PSG. Mbola notakian-dry zareo handoa 10% fanampiny ho “préjudice morale » koa ity mpilalao malaza ity. (Photo B)

 

Mbola mety hijanona ao amin’ny ekipan’ny Fc Barcelone koa ve ilay mpilalao kalaza Lionel ? Izany no fanontaniana mieloelo ao an-tsain’ny maro taorian’ny feo niely nanomboka tamin’ny alahady 20 aogositra lasa teo fa mety ho vidian’ny ekipan’ny Manchesteer City  300 tapitrisa euros koa izy atsy ho atsy.

FIZAHANTANY

Mitombo be ny mpizahatany eto amin’ny faritra Analamanga raha ny tatitra nataon’ny Ortana. Paikady hiatrehana izany ny fametrahana mpisera dia sy ny drafitry ny tanàna. Maro ireo tolotra ara-pizahantany eto Antananarivo. Tanàna miaina Antananarivo amin’ny maha renivohitr’i Madagasikara azy, ka izany no tena mahaliana ireo teratany Malagasy avy any amin’ny faritra miakatra eto. Mirona kokoa amin’ny resaka natiora kosa ny teratany vahiny. Anisan’ny mahasintona olona maro ny rovan’Ambohimanga sy Manjakamiadana.

FITATERANA

Manoloana ny firongatry ny lozam-pifamoivoizana dia handraisana fepetra manokana ireo fiara hampanofaina na ny "Voiture de location", ary efa nisy ny naoty navoaka. Mivoitra ao anatin'izany ny mikasika ny taratasin'ny fiara sy ny kalitaony ao anatiny sy ivelany amin'ny alalan'ilay antsoina hoe: “visite de conformité", araka ny nambaran'ny kolonely Andry Rakotondrazaka, tale jeneralin'ny ATT.

Tia Tanindranaza0 partages

Fokontanin’i TsiadanaVahiny ireo nanafika ny tanàna, hoy ny sefom-pokontany

Manao sesilany ny fanafihan-jiolahy eto Antananarivo Renivohitra. Ho an’ny fokontany Tsiadana manokana ao anatin’ny Boriborintany faharoa

 

 izay vao lasibatry ny asan-jiolahy afaka omaly alatsinainy hariva dia hatao peta-drindrina isaky ny faritra manomboka izao ny laharam-pinday hiantsoana ny sefom-pokontany sy ny mpitandro ny filaminana, raha araka ny fanazavan’Atoa Solohery Ravelomanantsoa sefom-pokontany ao an-toerana. Ny mba hahafahana mandray andraikitra avy hatrany ny tanjona fa tsy hiandry olona maratra sy vola very tahaka ireny vao hihetsika. Nomarihiny manokana moa fa efa nisy ihany ny fanentanana natao tamin’ny mponina saingy adinon’ireto farany rehefa sendra ny tsy ampoizina izy ireo. Olona vahiny ihany koa ireo nanafika tao amin’ny fokontany iadidiany fa tsy mponina ao an-toerana. Efa voahefy tsara mantsy ny fandriampahalemana ao amin’izy ireo. Raha tsiahivina, trano fivarotana mpambongady iray no lasibatra  ka maty voatifitra teo amin’ny tratrany ny tompon-trano ary lasan’ireo tsy mataho-tody ny vola mitentina 4 tapitrisa Ar. Olona  roa no mbola miandry ny fandidiana hanalana ny bala tafiditra ao amin’ny vatany  etsy amin’ny hopitaly HJRA  ankehitriny ka anisan’izay ilay lehilahy voa teo amin’ny sandriny raha efa nalefa nody kosa ilay ankizy vao 12 taona monja lasibatra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tontolon’ny varotraMila mampitombo traikefa i Madagasikara

Mivahiny eto Madagasikara ny delegasionina avy amin’ny sampandraharaha iraisam-pirenena momba ny varotra (OMC),

 

 izay miatrika atrikasa lehibe iarahana amin’ny minisiteran’ny varotra sy ny fanjifana eto amintsika. Nisokatra tamin’ny fomba ofisialy omaly teny eny amin’ny Antenimieran’ny varotra sy ny Indostria (CCIA) eny Antaninarenina nanomboka io atrikasa io, ary tsy hifarana raha tsy rahampitso alakamisy 24 aogositra. Nohamafisin’ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny varotra sy ny fanjifana Rasamoel Jean Jacques nandritra ny lanonam-panokafana ny fananan’ny sehatry ny varotra anjara toerana lehibe ho an’ny firenena an-dalam-pandrosoana. Maro ny voka-tsoa ateraky ny fanalalahana ny varotra maneran-tany, toy ny firoboroboan’ny fampiasam-bola avy any ivelany, famoronan’asa vaovao, ary indrindra ny fifanakalozana na fampitana fahaiza-manao sy ny teknolojia. Tanjona lehibe ny hampitomboana ny traikefan’i Madagasikara eo amin’ny tontolon’ny varotra. Fotoan-dehibe hiaraha-mandinika ny fomba hoenti-manatsara ny fiaraha-miasa eo amin’ny manampahefana miandraikitra io sehatra io ihany koa ny atrikasa. Hojerena ny fomba hahafahana mitondra fampandrosoana  ny tolotra eo amin’ny sehatry ny toekarena. Tafiditra ao anatin’ny tetiandro ny fampahafantarana ny fifanarahana ankapobeny momba ny tolotra ara-barotra (AGCS), ny rafitra AGCS … Marihina fa mitana ny antsasa-manila mahery amin’ny harinkarena eto Madagasikara ny tontolon’ny tolotra eo amin’ny sehatry ny varotra, ary manodidina ny 40% kosa ho an’ny fanondranana. Fotoan-dehibe fanararaotra ho an’i Madagasikara ny hetsika toy izao, mba hahafahan’ireo mpisehatra manana fahalalana sy traikefa, ka tena hisy fiantraikany azo tsapain-tanana amin’ny toekarena ny hetsika tahaka izao. Tsy tena mbola misy fiantraikany firy rahateo ny maha mpikambana antsika ao anatin’ny SADC, COMESA,… izay mila hararaotina.

 

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fidiran’ny mpianatraHanampy ny isan-tokantrano ny BNI

Mikolay amin’ny fanomanana ny fidiran’ny mpianatra amin’izao fotoana izao ny ray aman-dreny.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tononkira sisa tsy levona !

Nofofinofy sy zary tononkira tsy lefin’ny vanim-potoana nifanesy sisa ilay voalazan’ny hiram-pirentsika hoe “Ny fitiavanay anao tsy miala, fa ho anao doria tokoa” sy ilay hoe “hiadana sy ho finaritra, he! sambatra tokoa izahay”.

 Tononkira sisa tsy levona, fa raha resaka fitiavan-tanindrazana izany dia an-kavitsiana sisa tena mijoro sy madio fo sy vonon-kiaro an’i Madagasikara. Ny mpitondra mihitsy no lohalaharana amin’ny famotehana sy ny famadihana tanindrazana raha tarafina amin’ny zava-misy ankehitriny. Hampanjakaina ny kolikoly, homena vahana ny afera maizina, ny fanondranana harem-pirenena,… Mba hahafahana mitsentsitra hatrany ny harem-pirenena, dia hampiasaina ny herim-pamoretana hanaovana fahirano, izay manelingelina. Ny fanomezana vahana ny vahiny mpandroba firenena manginy fotsiny satria ny sinoa sy ny karana no manankarena mihoapampana sy manjakazaka eto Madagasikara. Izay Malagasy sahy mijoro sy hifaninana ary vonona ny hifanandrina amin’ny tsy rariny ataon’ireny vahiny ireny, dia potehin’ny Malagasy mpiray tanindrazana aminy ihany satria misy ny efa jamban’ny vola aman-karena, ka tsy te hiraharaha izany tanindrazana sy mpiray tanindrazana aminy izany intsony. Miaina fahoriana sy fahantrana lalina eo amin’ny taniny ny vahoaka, ary miadam-pinaritra kosa ny vahiny tsara aron’ny mpitondra mpamadika tanindrazana. Aiza ilay hoe hambompom-pirenena sy fitiavan-tanindrazana ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sekolin’ny Baolina Kitra TA.FAHankalaza ny faha-8 taona nijoroany

Hanomboka amin’ny volana oktobra ho avy io ny fifaninanana baolina kitra eny anivon’ny fokontany 60 eto Antsirabe raha ny nambaran-dRandrianarison Olivier filoha sady mpanorina ny SB TA.FA.

Tafiditra ao anatin’ny fankalazana ny faha-8 taonan’ity sekolin’ny Baolina Kitra Tanora sy Fanantanjahan-tena izay naoriny ity ny hetsika ka ireo katitakely no hifaninana manerana ny fokontany, ho fanomezan-danjana ny taranja baolina kitra ao Antsirabe. Nifarana ny herinandro teo moa ny fifaninanana faha-56  nokarakarain’ity tompon’andraikitra ity ka hiditra amin’ny andiany vaovao indray ny fifaninanana ka izao mifanandrify amin’ny fankalzana ny faha-8 taonan’ny S.B TA.FA izao. Miara-miasa amin-dry frera ao amin’ny kolejy Md josefa amin'ny alalan’ny fampiasana ny kianja ao aminy ity sekolin'ny baolina kitra ity.

Caius

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby tompondakan’AnalamangaNitohy tetsy Malacam indray

Tsy mety misy fifanarahan-kevitra eo amin’ny disadisa misy eo amin’ny tontolon’ny baolina lavalava ankehitriny.

Tia Tanindranaza0 partages

Mponin’i Mandrosoa IvatoTsy manaiky ny fanalana sefo fokontany

Manoloana ny resaka fanesorana amin’ny toerany ny sefo fokontany ao Mandrosoa Ivato izay voarain’izy ireo ny faran’ny herinandro dia mivonona ny hanao fitokonana amin’izao fotoana izao ny mponina eny an-toerana.

 

Mandeha rahateo ny fanangonan-tsonia, raha ny fampitam-baovao, ho fangatahana ny lehiben’ny distrika misahana azy ireo mba hanafoana io fanapahan-kevitra voalaza io. Raha voatery tsy maintsy hiziriziry amin’ny heviny kosa anefa ny avy eo anivon’ny distrika, hoy hatrany ireo mponina, dia aleo farafaharatsiny mba ireo mponina ihany no mifidy izay tiany hitantana azy. Azo lazaina ho  kaominina mandroso moa ny misy ity fokontany ity ary heverina fa ahitana taratra izany ihany koa i Mandrosoa Ivato. Nanamafy omaly ny ben’ny tanànan’Ivato Penjy Randrianarisoa fa tsy marina ny filazana hoe olona tsy monina ao an-toerana no atao sefo fokontany vaovao; teny mponina ao io, hoy izy ka aoka tsy ho korontanina ny saim-bahoaka fa misy fandaminana atao dia tanterahana izany.Mahatoky ny fahendren’ny vahoaka ety amin’ny kaominin’Ivato aho , hoy ny ben’ny tanàna.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hazo mety hitera-doza eto IarivoNotapahan’ny kaominina

Miroso amin’ny asa fanapahana ireo hazo lehibe mety hitera-doza ho an’ny mpandalo sy ny trano manodidina ny sampana mpamonjy voina eny Tsaralalàna amin’izao ankatoky ny vanim-potoana hidirana amin’ny lohataona izao.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fidinana an-dalambeTsy tokony hakana alalana, hoy ny Aro Riaka

Efa tamin’ny taona 2015 izahay ato amin’ny Aro riaka, hoy ny filohany, Odon Grégoire Rakotonirina, no nilaza fa tsy misy fahafahana eto na hiteny na haneho hevitra.

 

 Tamin’izany koa no nangatahanay mba hamohana ny kianjan’ny demokrasia fa tsy nisokatra. Ny tena mahasorena, hoy hatrany ny tenany, dia ity resaka fangatahana alalana ity izay matetika misy mandà hatrany. Raha mijery ny tena atao hoe tany demokratika anefa dia ny vahoaka no antsoina hoe fanjakana ka tokony halalaka amin’ny fanehoan-kevitra. Eto amintsika, na ny depiote aza tsy mitaky izany akory. Amiko, tsy mila mangataka alalana rehefa haneho hevitra fa avy hatrany dia manatanteraka rehefa vonona. Raha izao fandehan’ny raharaha izao koa, hoy izy, na ny fahefan’ny fiadidiana ny kaominina aza tsy asian’ny prefe sy ny OMC hasina intsony.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsiky ny « Herin’ny Fanovana » Mifanilika andraikitra ny prefektiora sy ny zandary

Azo lazaina ho tratry ny vela-pandrik’ilay vovonana politika Herin’ny fanovana indray ihany koa ny fitondrana Rajaonarimampianina omaly.

  Niharihary teo imason’ny vahoaka sy ny mpanara-baovao indray fa toy ny fandikan-dalàna izay nataony raha nandà ny didy navoakan’ny fitsarana tamin’ny alalana didim-pitondrana nanakanana ny antoko Tiako i Madagasikara tsy hankalaza ny tsingerintaony teto Antananarivo sy tany Mahajanga dia niala bala sisa no hany azon’ny avy eo anivon’ny prefektiora tetsy Tsimbazaza sy ny fiadidiana ny CIRGN tetsy Ankadilalana ka nifanilika andraikitra tsy nisy nandray ny didy navoakan’ny fitsarana misahana amin’ny ady amin’ny fanjakana izay mamela malalaka ny Herin’ny fanovana hanao hetsika ao amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina ny 22 ka hatramin’ny 26 aogositra izao. Vao nivoaka moa ny didy nanome rariny ity hetsika ity avy etsy Anosy dia nihazo avy hatrany teny amin’ny prefektiora etsy Tsimbazaza ny Herin’ny fanovana hanolotra azy ilay alalana azon’izy ireo. Voalaza anefa fa tsy tao amin’ny biraony ity farany. Rehefa izay dia nihazo tetsy Ankadilalana indray ny vovonana ary nilaza koa ny tao fa ny eny anivon’ny prefektiora ihany no afaka mandray ilay taratasy. Miha mijabaka eo amin’ny fanapahan-kevitra noraisiny tato ho ato ny fitondrana. Na ireo mpiara-miasa ao anatiny aza mila hisitri-belona, raha ny zava-nisy omaly.

J. Mirija

La Vérité0 partages

Afrima Award - « Resim-pitia » de Shyn sélectionné dans la catégorie « révélation de l’année »

Shyn, ce jeune artiste qui a commencé timidement sa carrière musicale il y a quelques années de cela. Ce personnage sort rarement des titres mais est toujours célèbre partout dans la Grande île et même ailleurs. Cet homme est minutieux dans son travail. En effet, il est l’interprète de la fameuse chanson « Resim-pitia » qui affiche plus d’un million de vues sur Youtube. Cet artiste pourra devenir l’artiste africain révélation de l’année 2017 s’il gagne au concours Afrima Award.

Et oui, Shyn vient d’être sélectionné dans la catégorie révélation de l’année dans ce prestigieux concours africain. Durant une conférence de presse hier, l’artiste lui-même, fier et heureux, a annoncé à la presse sa sélection tout en faisant appel au soutien de la population malgache étant donné que le vote se fait en ligne. « Les Prix  All Africa Music Awards ou Afrima sont destinés à promouvoir la musique africaine dans le monde entier, engageant des millions de fans en propulsant la musique africaine  au-delà des frontières de l'Afrique. Je représente donc Madagascar pendant ce concours c’est pour cela que je demande l’appui de tous en votant pour moi. Il suffit juste d’aller sur ma page facebook et voir le lien que j’y ai posté. Allez ensuite dans la catégorie révélation de l’année,  cliquez sur le bouton vert qui s’affichera à côté de ma photo. Le public aura droit à un vote par jour jusqu’au 10 novembre. J’irai sur place durant la cérémonie de remise de trophée qui se tiendra au Nigéria du 10 au 12 novembre et j’espère sincèrement que Madagascar remportera pour la première fois le prix. C’est une occasion pour les artistes malgaches d’enfin percer dans le showbiz Africain et s’ouvrir à l’international », confie Shyn. A préciser que le vote se base sur celui du public avec une notation de 50% et celui de l’académie avec 50%. Les fans et les malgaches pourront voter pour l’artiste une fois par jour. L’édition de 2017, présentera une ossature d’un collège d’électeurs de 100 membres et de 13 membres du jury parmi lesquels l’on retrouvera pour cette année, Charles Tabu (République démocratique du Congo), David Tayorault (Côte d’Ivoire), Joett (Tanzanie), Olisa Adibua (Nigéria), Hadja Kobélé (une guinéenne résidente aux USA). De véritables références en matière de musique africaine, venues enrichir l’expérience déjà acquise par l’équipe d’Afrima. Espérons donc que Shyn, à travers son morceau « Resim-pitia » emmènera haut le flambeau de la musique malgache en gagnant à ce concours.T.A.

La Vérité0 partages

Rugby-CAN féminin - Les Makis Dames à pied d’œuvre

La Coupe d’Afrique des Nations de rugby féminin à 7 se disputera les 16 et 17 septembre prochains à Monastir, Tunisie. La compétition verra la participation de neuf pays à savoir, la Tunisie, South Africa, Zimbabwe, Kenya, Ouganda, Madagascar, Sénégal, Namibie, Maroc.

L’équipe nationale féminine est à pied d’œuvre pour  se rattraper compte tenu de la compétition de l’année dernière.  Au départ, elles étaient 23 joueuses à suivre le regroupement et maintenant il n’en reste que 16 après le tournoi d’Antsirabe organisé au mois de juillet dernier. Au final, elles ne seront que 12 à prendre le départ pour la Tunisie. Au vu du bilan de l’année dernière, les Malgaches ont encore beaucoup de chemin à faire. D’ailleurs, le rythme des entraînements s'intensifie à l'approche de la compétition. Les présélectionnées se donnent à fond pour gagner une place dans la liste définitive de la sélection nationale. Cette semaine,  les Makis féminins  travaillent d’arrache-pied leur séance de plaquage pour préparer une défense commando.  « Un exercice très dynamique qui met  les joueuses plaqueuses à rude épreuve. L’objectif est de faire diminuer le nombre de plaquages ratés en faisant travailler les joueuses dans des situations d’urgence afin de supprimer complètement l’appréhension du contact », souligne le coach de l’équipe. Pourtant, à la lumière du sommet d’Harare, les dames malgaches ont terminé à la dernière place de leur poule, se faisant battre à trois reprises dont une énorme raclée de 40 à 0 face au Kenya. Battues par les Ougandaises par 12 à 10, elles ont connu le même sort face aux Tunisiennes par 22 à 15. Bref, Madagascar a terminé 7ème de la compétition devant la Namibie. La seule  équipe avec laquelle  les Makis Dames ont arraché leur unique victoire (15 à 0) de la compétition, lors du match pour la 7ème place.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Fausse route

Le régime fait fausse route. Il fonce dans une direction qui ne mène nulle part ailleurs, tout au plus, au fond de l’abîme où règnent désolation et tourmente. Une impasse qui inquiètent plus d’un. Les déblocages des fonds alloués par les Institutions de Bretton Woods, en particulier, et les partenaires techniques et financiers (Ptf), en général, tardent à venir. Sur place, la situation se corse. Des voix s’élèvent. Les échéances électorales approchent.

A rappeler que les fonds, en question, avaient déjà fait l’objet d’accords de principe, seulement, les déblocages effectifs dépendent de certaines conditions que le Gouvernement malagasy doit préalablement satisfaire. Et les bailleurs traditionnels sont intraitables vis-à-vis des conditionnalités qu’ils imposent. Le cas, par exemple, de la Conférence des Donateurs et Investisseurs potentiels à Paris, fin d’année 2016 et le Gouvernement malagasy qui avait abouti aux accords de financements à hauteur de 10 milliards de dollars. Une prouesse pratiquement jamais réalisée auparavant. Une coquette somme que les Zafy Albert, les Ratsiraka Didier ou même un certain Ravalomanana auraient rêvé.Cependant, huit mois après, les pauvres malagasy n’ont pas pu voir la couleur ni flairer l’odeur d’un éventuel billet vert. La tergiversation des hauts responsables de l’Etat  d’obtempérer aux « ordres » des bailleurs se trouve pointée du doigt. De leur côté les Ptf affichent l’intransigeance. Le régime- Hvm, acculé au mur, cherche désespérément d’autres issues et s’oriente vers des « sources » aux accès faciles. La tentation aux financements parallèles succombe. La réaction des bailleurs traditionnels  ne s’était pas fait attendre. Mais, les barons de l’Etat brandissent l’arme de la souveraineté nationale et n’ont qu’à faire des objections en fonçant sur le tas tel un camion bélier. Les pays comme la Chine et la Turquie, principaux pourvoyeurs de fonds aux pays accusant des besoins urgents, font miroiter des espèces sonnantes et trébuchantes. Bailleurs traditionnellement informels, ils accordent des prêts ou « aides » aux déblocages rapides et faciles. Une manne que le Gouvernement malagasy veuille bien attraper au vol. Les Ptf conventionnels n’ont pas manqué de l’avertir sur les dangers courus par la Nation en s’engageant dans une fausse route de ce genre. Mais rien n’y fait ! Pour incompatibilité, le Grand Argentier, Gervais Rakotoarimanana, devait abandonner son poste.Le président Rajaonarimampianina et son épouse, catholique de confession, s’étaient rendus à Andralanitra pour rendre visite à Père Pédro, le rebelle, et la « Cité des démunis » qu’il a fondée et dirige en personne. Le couple présidentiel, geste de bon Samaritain, a offert des dons en nature et en espèces  (20 millions d’ariary). Sans vouloir minimiser les besoins des « pensionnaires déjà casés » aux bons soins du Père Pédro et ses partenaires à Andralanitra, on aurait dû se pencher plutôt au sort des milliers, sinon, des millions de  nécessiteux aux conditions misérables, souvent, sans abris éparpillés à travers le pays. Nous croyons fort que l’appel de détresse de Pédro, « Insurgez-vous », s’adresse surtout à l’intention de ces pauvres citoyens laissés-pour-compte. En fait, le Gouvernement n’a rien de concret et de durable pour pallier à ce mal, la pauvreté, devenu incurable. Aucune politique visible ni une stratégie nationale bien structurée pour le combattre ou l’éradiquer ! Et le régime continue son bonhomme de chemin sur une fausse route !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

« Agriculture climato-intelligente » - Rémédier à la famine avec des méthodes plus réfléchis

L’insécurité alimentaire et nutritionnelle, une conséquence récurente du changement climatique. L’agriculture est la base de l’alimentation. Par conséquent, si elle rencontre des difficultés dans la production, l’alimentation en aura également. Et actuellement, le changement climatique impacte beaucoup sur les récoltes des agriculteurs, surtout avec les variations de température et le manque de pluies.

Des chercheurs ont ainsi essayé de trouver de meilleures alternatives afin d’adapter l’agriculture aux réalités climatologiques actuelles et remédier à l’insécurité alimentaire. Cette transition agricole permettra alors une meilleure lutte contre la malnutrition et la sous-nutrition.Lancé en 2010, ce nouveau concept prend forme petit à petit. Depuis, forums et conférences s’enchaînent dans le but de répondre au mieux aux besoins de l’agriculture de chaque pays.  L’« agriculture climato-intelligente » a pour objectifs d’augmenter de façon durable la productivité et les revenus des agriculteurs, renforcer la résilience et les capacités d’adaptation des systèmes agricoles et alimentaires au changement climatique, mais également de rechercher des possibilités pour atténuer les émissions de gaz à effet de serre. Pour ce faire, elle repose sur 3 piliers : la sécurité alimentaire, l’adaptation et l’atténuation. Des piliers qui ne peuvent fonctionner qu’en fonction des initiatives prises par le secteur et les agriculteurs eux-mêmes.Madagascar s’y met aussi1,2 million d’individus sont touchés par l’insécurité alimentaire dans le grand Sud. Face à ces chiffres, les entités concernées veulent trouver des initiatives mieux réfléchies afin de mieux lutter contre l’insécurité alimentaire surtout avec le changement climatique qui pèse. Depuis hier, paysans, chercheurs et responsables du développement du milieu rural se sont réunis à Ampandrianomby, afin de discuter de l’application de « l’agriculture climato-intelligente » dans le pays. Pour ce faire, des expositions ont été présentées et des colloques sur différents thèmes tournant autour de l’agriculture et de sa relation avec le climat ont été organisés. Pour aujourd’hui, les participants recevront une formation particulière pour améliorer leur production. Un concours sera même organisé pour choisir le meilleur prestataire qui représentera Madagascar au concours qui se déroulera en Afrique du Sud. Pour la Grande île, l’ultime objectif est l’application d’une transition agricole répondant aux besoins du peuple malgache. Rova R.

La Vérité0 partages

Forces de changement - Le Tribunal administratif juge les requêtes irrecevables

Suite à la décision préfectorale de refuser l'autorisation de tenir une réunion au gymnase couvert de Mahamasina, les Forces de changement ont  introduit des requêtes au niveau du Tribunal administratif mardi. Cette dernière n'a pas tardé à donner son verdict. A l'issue de trois heures d'audience, hier, elle a déclaré irrecevable les requêtes déposées en son sein par les Forces de changement.

Les juges administratifs ont estimé que l'entité dirigée par Maharavo Ratolojanahary dit Doudou n'avait pas la qualité pour agir. « Notre demande a été déclarée irrecevable étant donné que les Forces de changement n'ont  pas la capacité juridique requise pour intenter l'action », a indiqué Doudou au sortir de l'audience. Il est utile de rappeler que l'entité « Forces de changement » n'est pas une entité légalement constituée, au contraire de certaines entités qui la composent.Etant donné que la demande ne réunissait pas l'ensemble des conditions fixées par la loi, le juge n'a donc pas examiné le fondement ou non des requêtes.  Il s'agit de requêtes pour demander le sursis à exécution et annulation du refus de l'autorisation de tenir une réunion au gymnase couvert de Mahamasina ainsi que de la réquisition des forces de l'ordre. La manifestation programmée par les Forces de changement mardi a avorté mardi suite à cette décision du Préfet. Les forces de l'ordre avaient totalement bloqué les accès au lieu prévu pour le rassemblement. Les leaders au sein des « Forces de changement », organisateurs de la manifestation, ont aussitôt déposé des requêtes au niveau du Tribunal administratif pour contrer la décision préfectorale mardi. Le Préfet aurait motivé sa décision par des risques de troubles à l'ordre public. Les leaders des Forces de changement prévoyaient de tenir  un meeting quotidien, les 22, 23,25 et 26 août afin de défendre la liberté d'expression. Malgré le camouflet infligé par la justice, les forces de changement n'entendent pas baisser les bras. Une autre manifestation est d'ores et déjà programmée pour la semaine prochaine. « Une nouvelle demande sera déposée auprès de la Préfecture de police lundi prochain », à entendre Maharavo Ratolojanahary. Cette demande sera faite au nom d'une entité politique légalement constituée au sein des Forces de changement.  Recueillis par L.A.

La Vérité0 partages

Pouvoir Exécutif - Conseil des ministres très attendu ce jour

Le conseil des ministres prévu hier a été reporté à aujourd'hui. Un remaniement serait en vue.Les membres du gouvernement n'ont pas tenu leur traditionnelle rencontre du mercredi au Palais d'Etat d'Iavoloha. Le conseil des ministres hebdomadaire prévu hier a été annulé. Selon une source généralement bien introduite, la séance a été reportée à ce jour par le Président de la République. 

Notons que le Conseil de gouvernement a eu lieu mardi, le jour normal, au Palais de Mahazoarivo. Celui des ministres a été reporté de 24 heures pour permettre au Chef de l'Etat de vaquer à des obligations personnelles. En effet, des sources rapportent que Hery Rajaonarimampianina a assisté aux obsèques du père d'un de ses conseillers.  Au-delà des sempiternelles « communications » et « nominations aux hauts emplois de l'Etat », la réunion du chef de l'Etat avec ses ministres de ce jour sera très scrutée par l'opinion.  Ce conseil des ministres intervient après une grosse vague d'insécurité dans la Grande île. Des décisions fortes en matière de lutte contre ce fléau sont attendues de la part du Président de la République. Surtout après les gesticulations de ce dernier, en fin de la semaine dernière. En déplacement à Tampoketsa-Ankazobe pour assister à la cérémonie de la fin de la manœuvre militaire dénommée « Tintotry », le Chef suprême des forces armées avait enfilé le treillis militaire. Une initiative qui lui a valu les critiques de l'opinion  dû au contexte marqué par une forte montée de la violence liée à l'insécurité dans le pays.  La désignation des 22 membres titulaires et des 22 membres suppléants du Conseil du fampihavanana malagasy est également attendue à l'issue de ce Conseil des ministres. Le Comité de sélection national a bouclé sa mission en fin de la semaine dernière en remettant entre les mains du Président de la République, en personne, une liste de candidats éligibles.Un remaniement en vue ? Si le conseil des ministres de ce jour est particulièrement scruté, ce sera aussi et surtout à cause des informations persistantes sur l'imminence d'un remaniement. Près de 15 mois après l'installation de l'équipe actuelle, conduite par Mahafaly Solonandrasana Olivier, un changement au niveau du gouvernement serait en effet plus que jamais d'actualité.  Un gouvernement dont l'action a déjà été émaillée de légers réaménagements.  Dans les milieux autorisés, on soutient qu'il devrait cette fois-ci s'agir non d'un « toilettage » ou d'un « mini-remaniement » mais plutôt d'un changement plus important. Cinq ministères devraient être principalement concernés par ce remaniement, d'après les informations qui reviennent.  Les sources assurent toutefois que le départ du Chef du gouvernement n'est pas encore à l'ordre du jour.  Certains grands ministères pourraient en revanche changer de tête, à l'instar du ministère de l'Intérieur également occupé par le Premier ministre. Comme relaté dans une de nos précédentes éditions, le ministère des Mines, celui des Affaires étrangères pourraient être touchés par ce remaniement. Dans les coulisses, l'on parle également du fait que le président Rajaonarimampianina veut constituer une équipe plus ressoudée pour positionner les autres cadres dans la préparation dès maintenant des échéances de 2018 déjà en ligne de mire. Le ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions, et porte-parole du gouvernement, a pour l'instant démenti l'information relative à l'existence d'un remaniement. La décision finale de procéder à ce changement appartient au Chef de l'Etat qui est connu pour ses tergiversations au moment de changer ou de trancher…Recueillis par L.A.

La Vérité0 partages

Braquage à Amboanjobe - Deux suspects restent toujours en cavale

Le braquage survenu mardi après-midi et qui a touché un débit de boissons à Amboanjobe (Atsimondrano), a connu un dénouement tragique pour ses 4 auteurs dont 2 furent abattus par la population et les gendarmes.Toutefois, les deux bandits qui ont survécu aux arrestations musclées sont toujours en cavale. Dans un communiqué émanant de la Gendarmerie, la recherche des fugitifs s'était poursuivie jusqu'aux alentours de 21h le même soir sans qu'elles n'aient toujours abouti à aucun résultat. A part la mort des deux malfaiteurs, la fusillade qui a accompagné la volonté des civils et des Forces de l'ordre pour neutraliser et capturer les assaillants, s'était soldée par la blessure du commerçant, touché à son ventre ainsi que 2 gendarmes de la Brigade d'Andoharanofotsy.

Tout a commencé par l'arrivée en motos des agresseurs, qui ont fait irruption dans l'épi-bar. Le tenancier des lieux fut menacé avec une arme à feu afin qu'il donne toutes les liquidités dans son comptoir. La menace n'a pas empêché ceux qui étaient à l'intérieur du local pour donner l'alerte. En même temps, ceux qui ont réussi à s'échapper en ont profité pour appeler les gendarmes. C'était dans ces circonstances que les bandits ont ouvert le feu, touchant ainsi au ventre le propriétaire du bar.En réalisant que les villageois ont encerclé le bar, les assaillants ont essayé de battre en retraite. L'un d'eux, celui qui était armé, s'était attardé à l'intérieur et s'y était fait piéger. Le rideau métallique de protection s'est abaissé brusquement, ne lui donnant aucune possibilité pour sortir. Pire, la fenêtre qui donne sur l'arrière-cour n'offre aucune issue, étant donné qu'elle se trouve juste au-dessus d'un ravin. Durant cela, le « fokonolona » a voulu arrêter ses trois acolytes qui se trouvaient à l'extérieur du batiment. Deux d'entre eux étaient parvenus à s'enfuir tandis que le troisième a inutilement tenté de s'opposer aux villageois et fut finalement éliminé.Cinq minutes après la confusion totale, les gendarmes ont débarqué sur place. Le bandit qui est resté barricadé dans le magasin, les a accueillis par des tirs. Après 5 minutes de bras de fer entre le premier et les gendarmes, ces derniers ont fini par le toucher mortellement et ont pu accéder dans le local. Enfin, les membres des Forces de l'ordre ont secouru le commerçant victime tandis que les deux gendarmes touchés, dont l'un au niveau du pouce et l'autre à une jambe, ont reçu des soins.Franck R.

La Vérité0 partages

Transport et mobilité urbains - La Commune urbaine d’Antananarivo se défend

Des explications tardives ? La Commune urbaine d’Antananarivo (Cua), à travers sa Direction des Transports et de la Mobilité urbaine (Dtmu) a finalement apporté sa version des faits hier, suite à la grogne de la population  et ce par la suppression ou le déplacement de certains arrêts de bus. C’est le cas du côté d’Ankorondrano où l’élimination de l’arrêt intermédiaire devant une agence de banque a entraîné le mécontentement des usagers. Ces derniers ont même continué à prendre le bus sur les lieux, malgré la surveillance des agents de sécurité dans les parages.

Pour « l’axe Ankorondrano, depuis l’Eglise « Jesosy Mamonjy » jusqu’à Anosivavaka, il s’agit d’une voie rapide, c'est-à-dire que les arrêts intermédiaires doivent respecter une certaine distance. Mais ce n’est pas le cas. Ainsi, les embouteillages s’y pérennisent quotidiennement, notamment du côté du rond point », se défend Landy Raveloson, premier responsable de la Dtmu. « Outre l’étroitesse du lieu, les véhicules qui stationnent dans le voisinage de cette double voie, depuis le Coloris jusqu’à la pharmacie principale, sont les principales causes de l’engorgement du trafic. Il a fallu prendre cette décision et supprimer certains arrêts intermédiaires pour les déplacer à quelques mètres, dans des places plus spacieuses. Le but étant à la fois la fluidité de la circulation et le respecter des lois en vigueur », poursuit le Directeur.  Outre ce cas d’Ankorondrano, la Municipalité a également adopté le changement de certains arrêts de bus dans d’autres localités, comme celui à Ankadimbahoaka. « L’arrêt « Fasika » se trouvait en plein rond point vers le By-Pass, d’où son déplacement en face du Leader Price », explique le Dtmu. « Nous allons continuer les efforts déployés dans l’identification des arrêts les plus utilisés pour apporter une amélioration. Behoririka, Antanimena et Ankadivato en sont concernés. Les arrêts sur l’axe Anosy-67Ha seront touchés à partir de la semaine prochaine », ajoute notre source. Dans tous les cas, l’on constate que certains changements mis en œuvre ont  permis effectivement de désengorger la mobilité urbaine, comme le cas du côté de la Petite vitesse et d’Isotry. D’autres ne font qu’engendrer des problèmes, non seulement faute d’instruction des usagers mais aussi à cause du mauvais choix des lieux. Les responsables municipaux devraient réviser leurs études pour y remédier.Recueillis par Patricia Ramavonirina

L'express de Madagascar0 partages

Pédiatrie – Des cas de méningocoque apparaissent

Des pédiatres poussent les parents à vacciner leurs enfants contre le méningocoque. Des cas de méningite auraient été répertoriés.

À titre préventif. Ianja Andria­na­vahy, mère d’un enfant de 12 mois, cherche éperdûment un vaccin contre le méningocoque dans les pharmacies. Le pédiatre de son enfant le lui a recommandé. « Il m’a fortement conseillé de vacciner mon enfant contre cette bactérie. Une épidémie circulerait, mais il m’est difficile d’en trouver », a-t-elle indiqué, hier. Au mois de juillet, d’autres mères de famille à Antananarivo ont également été incitées par des pédiatres à vacciner leurs enfants.Ce vaccin échappe, pour l’instant, au programme élargi de vaccination du ministère de la Santé publi­que. Pourtant, des cas de méningite dûs à la bactérie du méningocoque ont été répertoriés ces derniers temps.

DangerAu service de la pédiatrie du Centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU JRB), par exemple, les résultats des analyses effectuées sur deux petits patients ont été positifs à cette bactérie, en 2016. Le Dr Mbola Rakoto­mahefa, chef de service de la pédiatrie du CHU JRB évite pour autant d’effrayer en soulignant qu’il n’y a pas d’épidémie. « Les cas de méningite n’ont pas augmenté. Il y a seulement ces cas de méningocoque qui ont été découverts, récemment. Peut-être qu’il y a d’autres cas, mais ce sont, pour le moment, les seuls cas enregistrés », explique-t-il.Le mode de transmission et les symptômes de la maladie sont les mêmes, autant pour celle transmise par les bactéries que par les virus. Forte fièvre, convulsion. Elles peuvent engendrer des déficits moteurs. Les méningites transmises par le méningocoque seraient, toutefois, plus dangereuses. « Elles se répandent facilement, elles engendrent des complications et tuent rapidement. Le taux de mortalité est plus élevé », détaille ce pédiatre.Le Dr Mbola Rakoto­mahefa invite les parents à effectuer les vaccins contre les méningites inclus dans le programme élargi de vaccination. « Si vous en avez les moyens, effectuez aussi celui qui n’y est pas inclus pour protéger vos enfants. Si les symptômes de la maladie se présentent déjà, consultez des médecins. Ils vous indiqueront sûrement des hôpitaux appropriés si nécessaire », recommande-t-il.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Insécurité dans le Sud – Envoi d’aéronefs et de trois cents commandos

Un régiment interarmes constitué de près de trois cents commandos va frapper d’une main de fer dans cinq régions. Des hélicoptères, des avions et une mitrailleuse semi-lourde seront utilisés. 

Un arsenal militaire et trois cents hommes régis par une discipline de fer vont à la reconquête des zones rouges du Sud. « La mise en place d’un régiment interarmes dans le Sud bat actuellement son plein. Deux compagnies comptant cent-vingt combattants chacune sont en passe de constitution pour donner un coup de pouce dans la lutte contre l’insécurité. Un effectif en charge de la logistique va s’y ajouter. Ces hommes couvriront les régions Ihorombe, Atsimo Andrefana, Atsimo Antsinanana, Anosy et Androy », lance le général de brigade Théophile Rakotonirina, deuxième adjoint du Chef d’État-major Général de l’Armée Malgache.Crème de l’armée malgache, ces éléments d’élite prêts à en découdre seront triés sur le volet dans les plus grands corps militaires de la Grande Île. Des parachutistes du 1er Régiment des Forces d’Intervention (1er RFI), de fleurons de l’armée de l’Air issus de la Base Aéronavale d’Ivato (BANI) ainsi que de la Base Aérienne Tactique (BATAC) à Arivoni­mamo seront entre autres de cette opération de sécurisation, ainsi qu’une petite armée de fantassins des plus qualifiés. Des militaires surentraînés, formés au Centre National d’Entraînement de Commandos (CNEC) à Ambatolaona vont eux aussi mettre leurs acquis et expériences à l’épreuve des hordes de dahalo les plus redoutés du Sud.L’entrée en scène de ce régiment interarmes est prévue au début de l’année 2018. Le quartier général sera basé à Ihosy, où l’armée dispose déjà d’une compagnie. A pied d’œuvre dans l’effectivité du projet, des techniciens y ont déjà fait de nombreux déplacements.

Attaques concentréesL’État-major général de l’armée annonce que les armes utilisées seront à la hauteur de l’envergure de l’espace couvert.« Le recours aux libellules de fer et aux avions légers de l’armée sera préconisé pour les vols reconnaissance. C’est là qu’interviennent les pilotes des forces aériennes du Bani et du Batac », poursuit l’adjoint du CEMGAM.L’armée de l’Air malgache possède en effet des hélicoptères Alouette II ainsi que des avions Tetras. L’officier général indique dans la foulée qu’une mitrailleuse semi-lourde sera utilisée. Dans le concret, cette machine de guerre sera montée sur un véhicule tout-terrain tactique qui sera intégré à l’arsenal cracheur de feu et de projectiles mortels, déployé sur le champ de bataille.Des envois et des positionnements de pelotons prêts à livrer bataille dans les points névralgiques sont également prévus. Des buggys et des quads montés par des hommes armés vont pour leur part sillonner les zones d’incidence et passer au peigne fin les lieux de retranchement potentiels des dahalo. Des centres opérationnels ou encore des postes de commandement secondaires seront de ce fait implantés dans certaines circonscriptions où sont concentrées les attaques de bandits de grand chemin.« Cette opération est inscrite dans les lignes budgétaires du ministère de la Défense Nationale. Elle est prévue dans la loi de Finances initiale 2017 », confie le général Rakoto­nirina.Des sites d’atterrissage des aéronefs de l’armée, mobilisés dans cette opération de grande envergure sont localisés. L’État-major travaille de concert avec l’aéroport de Madagascar ainsi que l’Avia­tion Civile de Madagascar dans l’opérationnalisation de ses appareils.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Gouvernance – Le Premier ministre peste contre une intervention

Le Premier ministre Solonandrasana Olivier Mahafaly ordonne la poursuite de criminels impliqués dans un réseau de voleurs de bœufs à Antsiranana II. Il met en garde un haut responsable tenté d’user de son influence.

Ferme. Les criminels au bras long doivent se taire. Le Pre­mier ministre Solonandrasana Olivier Mahafaly est sorti de sa réserve sur les agissements d’une haute autorité étatique dans le Nord de Madagascar.Lors du Conseil du gouvernement d’hier au Palais de Mahazoarivo, il a ordonné aux enquêteurs de ne pas céder aux pressions d’une personnalité connue dans la ville d’Antsiranana. C’était alors qu’un réseau de voleurs de bœufs a été démantelé à Antsiranana II.Une réaction qui fait suite aux agissements d’un haut responsable dans cette région lequel aurait usé de sa position pour ordonner aux forces de l’ordre d’arrêter la poursuite de ces malfrats. Mis au courant de cette situation, le sujet a été discuté en Conseil du gouvernement.Le communiqué rapporte qu’il [le Premier ministre] «a donné ordre formel aux  enquêteurs de ne prendre en considération de telles interventions et de s’assurer que la procédure judiciaire soit menée à terme, comme l’exigent les textes en vigueur».Le Premier ministre a tenu à expliquer qu’il a donné des ordres sur ce cas précis de vol de bœufs. Joint au téléphone il s’est abstenu de s’exprimer sur d’autres cas. «Dans celui-ci, c’est le commandant du CIRGN qui a rapporté l’existence de l’intervention d’une haute autorité. Nous condamnons ce genre d’agissement car cela nuit à l’image du président de la République ou de celle du Premier ministre», explique-t-il.Questionné sur les mesures à prendre suite à cet ordre, Solonandrasana Olivier Mahafaly a ajouté que les sanctions vont tomber si ce responsable persiste. « Avec une telle mise en garde, voyons s’il ose encore intervenir » a-t-il martelé.

Unité spécialeDepuis quelque temps, le vol de bœufs sévit également dans le Nord de Mada­gascar surtout dans le district d’Antsiranana II. Lors de la dernière session ordinaire de l’Assemblée nationale, le député de cette circonscription, Ahmed Nasser a exposé lors de la séance des questions-réponses avec le gouvernement, la recrudescence de ce fléau. Il a ainsi exhorté le gouvernement à prendre les mesures adéquates.Les régimes successifs ont tenté d’endiguer ce fléau de plusieurs façons. En plus des coups d’arrêt tels que l’opération «Fahalemana», la mise en place d’Unité spéciale anti-dahalo dans les zones rouges a été avancée.Dans le Sud, l’opérationnalité du bataillon interarmes basé à Ihosy, composé de commandos et des éléments héliportés, est attendue. Un dispositif adapté à la situation d’Antsiranana II est également souhaité.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Festival de musique classique – « Nosy Be Symphonies » résonnera jusque dans la capi...

L’île de Nosy Be a tous les atouts pour plaire. L’île aux parfums fera davantage vibrer une autre corde de son arc pendant neuf jours pour émouvoir l’âme à travers son festival de musique classique.  

La quatrième édition du Festival de musique classique de l’océan Indien dénommé « Nosy Be Symphonies » sera marquée par un passage dans la capitale avec deux concerts. L’hôtel Colbert à Antaninarenina sera le théâtre d’un moment intense en  musique classique  dans la soirée du vendredi 25 août. La soirée suivante, la même armada d’artistes talentueux  se produira au café de la Gare Soarano, avec quelques variations dans la composition pour le plus grand bonheur des inconditionnels à cette noble musique.C’est seulement ensuite qu’ils se dévoileront devant les spectateurs de Nosy Be à partir du mardi 29 août jusqu’au samedi 2 septembre. « Nosy-Be Symphonies » se produira dans cinq localités différentes sur l’île qui l’a vu naître dans le but de promouvoir, de faire connaître et apprécier la musique classique aux habitants de Nosy Be. Vanila Hôtel, Ravintsara, Nosy-Be Hôtel, Sarimanok et le Mont Passot sont les endroits où l’on pourra apprécier les œuvres des maestros de la musique classique.Nosy Be Symphonies est le petit bébé atypique de l’île aux parfums en matière de festivals, plus habitué aux rythmes tropicaux. À chaque édition, il gagne en ampleur et en notoriété et ce passage dans la capitale est une manière d’affirmer son envergure nationale, sa reconnaissance et son ambition à conquérir l’océan Indien. Une équipe d’une chaîne de télévision réunionnaise fera le déplacement pour l’occasion. Ceci permettra de diffuser «Nosy-Be Symphonies» et toutes ses dérivées dans le monde entier. «Tous les ingrédients sont là, le COAC n’a plus qu’à vous souhaiter des moments magiques durant ces sept concerts», a formulé l’entité organisatrice.

Plus grande envergureC’est ainsi que des artistes virtuoses internationaux et malgaches meubleront chaque soirée. Autour de sa marraine, Elzbieta Dedek, l’accordéoniste Jonathan De  Neck, le pianiste et compositeur Vincent Rouard impressionneront avec leur talent. « L’ensemble 415 » de l’Ile Maurice ainsi que les talentueux malgaches pour ne citer que l’orchestre à corde Mozartiana, l’ensemble vocal Cantiamo, le LMM Saxophone Quartet, les pianistes et les guitaristes d’exception, entre autres, seront mêlés autour de l’hymne des symphonies pour faire de ce festival un moment qui restera graver dans toutes les mémoires. Ce festival vise à favoriser les échanges entre les plus grands artistes internationaux avec les plus grands talents de l’océan Indien. La création d’une école de musique à Nosy Be figure aussi dans leur optique.Comme à chaque édition, le Comité d’organisation d’activités culturelles ou COAC, l’initiateur de ce festival, se fait un devoir de convier vingt jeunes ou groupe d’enfants différents à chaque représentation à Nosy Be afin d’intéresser sa jeunesse à cette  forme de culture musicale. Une démarche qui aboutira bientôt dans la création d’une école de musique à Nosy Be.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Ambohitrimanjaka – Les briquetiers expulsés de la rive d’Ikopa

Les bords de l’Ikopa sont interdits à la fabrication de briques. Telle est la décision prise par la Commune d’Ambohitrimanjaka. « La fabrication de briques abîme la terre. Les gens creusent profondément or aucun d’eux ne pense à remblayer les fossés. Les habitants des villages riverains de l’Ikopa craignent les éboulements de terrain. Les fumées des briques nuisent à la santé des gens vivant à Ambohitrimanjaka », affirme Mino Mbolatiana Rabe­mi­hoatra, maire de la Com­mune d’Ambohitriman­jaka.La police communale est descendue dans les rizières mais la plupart de ces briquetiers ne veulent pas se retirer et continuent encore leurs activités. « Si nous sommes là, c’est qu’il y a une entente entre nous et les propriétaires des rizières. Donc il n’y a aucune raison de nous éjecter d’ici. Nous étions présents lors de la réunion avec le maire et nous nous sommes demandés où iront toutes ces personnes qui vivent de cette activité. En plus, cela fait trente ans que j’exerce ce métier et il n’y a aucun enfant tombé malade à cause des fumées provoquées par les briques. Je peux confirmer également que ces rizières ne sont pas irriguées », explique Rakoto­malala, briquetier à Ambohitrimanjaka. La Com­mune a sorti un arrêté lors d’une réunion, invitant lespersonnes concernées et les habitants d’Ambohitri­manjaka, il y a deux semaines en présence des autorités pour la protection des inondations dans les plaine d’Antananarivo (Apipa) et le ministère d’État chargé des projets présidentiels et de l’aménagement du territoire et de l’équipement (Mepate).

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Tsiroanomandidy – Un couple enlève une fillette

Ils ont « kidnappé » leur jeune nièce en vacances chez eux et exigent une rançon. Ils sont activement recherchés par la police. 

Introuvable. Une fille âgée de 11 ans, enlevée depuis une semaine à Tsiroanomandidy, est toujours entre les mains de ses ravisseurs. Ces derniers qui ne sont autres que son oncle et sa tante, sont activement recherchés par la police.D’après les premiers éléments de l’enquête policière, la fillette est venue de Soaviandriana pour passer ses vacances à Tsiroano­mandidy, chez sa tante, la sœur de sa mère. C’est là qu’elle s’est fait kidnapper puisque c’est elle-même et son époux, qui ont projeté le coup. Le couple de malfaiteurs a demandé une rançon, minime certes, deux cent mille ariary, mais une rançon quand même,  pour relâcher leur nièce.Des avis de recherche ont été lancés au niveau des commissariats de Miarinarivo et d’Antananarivo dès que les forces de la sécurité ont reçu la plainte des parents.

RancœursLa dernière conversation téléphonique entre les ravisseurs et ces derniers a eu lieu le week-end dernier. « L’on a pu constater que la prisonnière est saine et sauve. Mais d’après les kidnappeurs, elle ne retrouverait pas la liberté tant que ses parents n’auraient pas payé la rançon », signale une source proche de l’enquête.Des éléments des forces de l’ordre se sont dépêchés pour procéder à la fouille du domicile des suspects principaux qui se sont évanouis dans la nature. « La porte principale était verrouillée et nous n’y avons trouvé personne », indique un policier.Si l’on s’en tient aux explications d’un proche de l’enfant, cet enlèvement fait suite à un litige familial. « Les parents auraient dû payer les frais d’hébergement de leur fille, mais ils ne l’ont pas fait. Ce qui n’aurait fait qu’attiser  de vieilles rancœurs  du couple qui ontprofité de la présence chez eux de la petite fille pour se venger », précise-t-il. Jusqu’à hier, la police de Tsiroano­mandidy n’a toujours pas de nouvelle de la fillette ni de ses oncle et tante kidnappeurs.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Rallye – L’écurie TMF mise à l’épreuve

Les équipages de l’écurie TMF défendront chèrement leur peau dans la quatrième manche de la saison. Ils sont trois à faire honneur à leur couleur.

Revenons au mois de juin. Au terme du Rallye Asacm, la victoire finale était revenue à Ndrianja Raje­mison, navigué par son épouse Fanja, sur Subaru Impreza N4. Un duo membre de l’Asacm même donc.Très certainement, le club TMF rêverait de réaliser pareille performance durant son rallye, prévu en fin de semaine. Parmi les têtes d’affiche qui défendront l’honneur du Team Mika Faniry, trois pilotes sortent du lot dans la liste des vingt-deux inscrits pour cette quatrième manche de la saison.Yves Rabarijoely sur Subaru Impreza N4, associé à Lanja « Nitro » Ralambo, Hery Rasoamaromaka, alias Hery Be, sur Mitsubishi Lancer Evolution X N4, copiloté par Fabrice « Fafah » Rasata et Haja Danielson sur SsangYong Actyon Sports T2M, copiloté par Alain Rasamimanana.Il y a quelques semaines, Yves avait récupéré l’ancienne Impreza d’un certain Olivier, double champion de Mada­gascar au volant de la japonaise. Et ses investissements ont porté leurs fruits, puisqu’il a terminé en deu­xième position au Rallye Haute Matsiatra du mois de juillet.En phase d’apprentissage à Fianarantsoa, il doit maintenant être plus habitué au comportement et à la puissance de sa nouvelle Subaru. Et il tentera certainement de faire mieux ce weekend et donc de ravir son premier succès.

ConstancePour sa part, Hery Be s’était payé l’Evo X, cham­pionne nationale avec Boom au volant, en 2015. Malheu­reusement pour lui, sa première sortie au volant de sa nouvelle machine s’est soldée par un abandon au Rallye Haute Matsiatra.Cependant, ses chronos lors de la première journée de la course semblaient prometteurs. On attend de voir ce que çà va donner durant ce Rallye TMF. Quant à Haja Danielson, troisième à Fiana­rantsoa, il est toujours en lice pour le podium à chaque course.Ce sera encore le cas ce weekend. Grâce à sa constance, il occupe actuellement la troisième place du classement général du cham­pionnat derrière Hariandry Razakaboana, vainqueur à Fianarantsoa, et Ndrianja Rajemison.Comme cité précédemment, vingt-deux équipages seront au départ de ce Rallye TMF. Une course composée de douze épreuves chronométrées, d’une longueur totale de 182,52 kilomètres. Soit une spéciale pour ce vendredi, six pour samedi et cinq pour dimanche. Le PC sera installé au CCI Ivato.

Liste des équipages engagés

Equipages                  Voitures                          Cat1    Nirina-Alcazaria Jr    Peugeot 206 Bomba Kely    M112    Pattie-Jenny    Citroën Visa Elefanta    M103    Sitraka-Rado    Renault Clio 4GOrange    M114    Ndrianja-Fanja    Subaru Impreza PMU    N45    Fidinera-Naina    Renault Clio Propneu    M116    Louvel-Teddy    Mitsubishi Lancer Evo IX Louvel Rally Rent    N47    Dom-Rhal    Volkswagen Polo Sitma    M128    Yves-Nitro    Subaru Impreza    N49    Tahina-Baobola    Subaru Impreza Vidy Varotra    M1210    Tahiana-Tahiry    Subaru Impreza Skyone    N411    Alcazaria-Mini Alcazaria    Peugeot 205 Total Quartz Jejoo    M1112    Tanjona-Dinax    Subaru Impreza T2R RRS    M1213    Rova-Judi    Peugeot 106 T2R    M1014    Hery Be-Fafah    Mitsubishi Lancer Evo X TMF    N415    Haja Danielson-Alain    SsangYong Actyon Sports CT Motors    T2M16    Hanitra-Toonie    Subaru Impreza    M1217    Andy-Andrea    Peugeot 205 RRT    M1118    Boana-Miangaly    Subaru Impreza Love Rallye    M1219    Kevin-Princy    Citroën Saxo Friends    M1020    Vahatra-Yoan    Volkswagen Golf Two Go Racing    M1121    Dani-Hendry    Citroën Saxo Kolo TV    M1022    Njara    Subaru Impreza    N4

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Football – La CAF s’installe à Mahajanga

Le président de la Confé­dé­ration africaine de football (CAF) et an­cien président de la Fédé­ration malgache de football, Ahmad, est actuellement de passage à Mada­gascar. Il est venu pour superviser l’avan­cée des travaux de construction de son futur bureau, dans la ville de Mahajanga.Un projet qu’il avait déjà dévoilé plusieurs mois auparavant et qui est en passe de prendre forme. Nous l’avons rencontré dimanche, quand il a assisté aux finales du cham­pionnat de Madagascar de tennis, à l’Acsa Ambohidahy.« Je suis à Madagascar depuis la semaine dernière. Je viens pour suivre la mise en place du bureau de la CAF, à Mahajanga. Celui-ci me sera utile pour travailler lors de mes allées et venues. À l’heure actuelle, la construction du bâtiment est presque terminée. Le poste de directeur sera occupé par Stan (Rakotomalala) », a-t-il expliqué à propos de cette nouvelle bâtisse dans la Cité des Fleurs.Ahmad a également évoqué ses premiers jours à la présidence de l’entité continentale du football : « Cela n’a pas été facile. C’est une administration qui vivait dans la léthargie, en place depuis trente ans. Comme je l’ai dit, je veux être le président qui prend des décisions en conformité avec les textes et après consultation des membres du comité exécutif. Il a fallu réorganiser cette administration, d’où l’organisation du symposium. »

InquiétudesLe sujet à chaud au niveau de la CAF actuellement concerne l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. La compétition doit se tenir au Cameroun. Sauf qu’il y a quelques jours, plusieurs médias du continent avaient rapporté des propos alarmants du président de la CAF, à ce sujet : « Même à quatre équipes, le Cameroun n’est pas prêt. Nous avons décidé que désormais ce ne sont plus les membres du comité exécutif qui vont inspecter les pays retenus pour l’organisation de la CAN. Ce sont désormais des experts qui le feront et la CAF statue au regard des résultats. Pour ce qui concerne le Cameroun, nous allons envoyer les experts et on décidera à l’issue de leur mission d’inspection. », Ahmad a bien évidem­ment statué sur ce cas et il a réitéré ses inquiétudes, dimanche. « Je ne peux pas ne pas m’inquiéter quand on parle de la CAN », a-t-il martelé.Il s’agit tout de même de la compétition phare de la CAF. Si jamais l’organisation de la compétition est retirée au Cameroun, deux pays ont déjà confirmé leur intérêt. Il s’agit de l’Algérie et du Maroc, dont les présidents ont exprimé leur souhait d’accueillir le tournoi par voie de presse.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Miandrivazo – Quinze personnes tuées,  trente- cinq maisons incendiées

Cris de détresse des opprimés. « Quinze victimes innocentes ont été tuées par des dahalo et trente-cinq foyers brûlés », se désole Evariste Marcel Razafimandresy, maire de la commune rurale d’Ankon­dromena à Miandrivazo. Ne sachant plus  à quel saint se vouer, l’élu désemparé a confié que les médecins ont quitté la localité et que les acheteurs de bœufs sur pied désertent depuis quelque temps les lieux, en raison de l’insécurité grandissante, pour se ravitailler à Tsiroano­mandidy. Pour leur part, deux grands commerçants de la commune ont vendu aux enchères leurs biens pour s’installer là où il y plus de sécurité.« La situation nous dépasse. Les malfaiteurs frappent depuis peu en plein chef lieu de commune. Ils ne se contentent plus de dérober les troupeaux, ils en arrivent à entrer par effraction dans les foyers, éclairent avec leurs lampes torches les victimes puis les abattent sans état d’âme. Même la gendarmerie en a déjà fait les frais. Lors d’un accrochage, des gendarmes ayant engagé le combat, ont étédélestés de la boîte à chargeurs des kalachnikov et de toutes les munitions qui s’y trouvaient »,  déplore Evariste Marcel Razafimandresy.Le dernier homicide commis par ces malfaiteurs qui ne cessent de faire parler d’eux, remonte  à vendredi. Enlevé, un villageois a été tabassé à mort avant que son corps inerte ne soit balancé non loin de la caserne de la gendarmerie.« Il faut envoyer des gendarmes en  renfort à Ankondromena et très vite. L’heure est grave », conclut le maire.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Africa Games Show – Trois gamers rejoindront Maroc

Trois Malgaches vont participer à l’Africa Games Show à Casablanca au mois de septembre. Ils ont été sélectionnés à l’issue d’un tournoi national organisé par Orange Madagascar.

Le rideau est tombé sur le tournoi national d’eSport. La finale nationale s’est déroulée le samedi 19 aout, à l’IKM d’Antsahavola à Antananarivo. À l’issue de ce challenge et vu la grande participation des adeptes de jeux vidéo de la Grande île, trois gamers vont rejoindre la ville de Casablanca au Maroc, pour représenter Madagascar à l’Africa Games Show, au mois de septembre. Il s’agit de Ranto Manoro Ratsimialavahoaka ou Maka pour la discipline Street Fighter V, de Ony Michael Rabarison pour la PES 2017 et Mamitiana Michel Rakotoarison pour le jeu Asphalt 8.L’Africa Games Show regroupera les meilleurs gamers africains de Madagascar, de Guinée Conakry, du Sénégal, du Maroc, de la Tunisie, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de la République démocratique du Congo, du Mali et de La Réunion. Ce sera ainsi l’occasion pour nos challengers de démontrer leurs talents devant leurs pairs africains dans leurs disciplines respectives.Depuis le mois de juillet, des tournois de présélection régionale ont eu lieu dans plusieurs villes, notamment à Antsirabe, Toamasina, Mahajanga et Antananarivo.Les gagnants de ces tournois ont pu participer à la phase finale de samedi. La plateforme utilisée pour le tournoi est le « Wolrd Gaming Federation » (WGF). Elle offre un profil unique pour tous les joueurs et regroupera tous les tournois de la phase finale des dix pays en plus de ceux effectués lors de la dernière CAN (Orange Football Club e-Sport).

Un divertissement grand publicOrange Madagascar ne cesse d’apporter son soutien à la communauté des gamers dans le pays. L’e-Sport est devenu un divertissement grand public à forte audience, qui a besoin du meilleur des réseaux et d’une connexion optimale. Éléments essentiels de l’arsenal de toutcompétiteur qu’Orange Madagascar met à la disposition de la communauté des gamers avec la 4G Orange.Depuis 2013, Orange Madagascar s’est lancée dans la démocratisation de l’usage de l’internet sur mobile, en mettant à la disposition des Malgaches des smartphones performants et abordables. En 2017, Orange Madagascar s’est fortement impliqué dans le domaine du gaming en soutenant, par exemple, la start-up Lomay pour le développement du jeu 100% Malagasy « Gazkar ».Orange collabore avec l’association e-Sport Mada et des influenceurs, startups et acteurs web spécialistes du e-Sport, pour mieux accompagner la communauté et explorer ce terrain d’innovation à la croisée des jeux, des contenus vidéo et des médias sociaux. Avec ces différentes initiatives, Orange est aujourd’hui l’opérateur le plus impliqué sur la scène e-Sport malgache et contribue à populariser la pratique et à structurer l’écosystème.

Divertissement – Découvrir l’informatique pendant les vacances

Quand les vacances riment avec les « numériques ». C’est, entre autres, l’idée de l’évènement « vacances numériques » organisé par le ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique, en partenariat avec Orange Madagascar en cette période de vacances. Le concept est très simple : apprendre et faire découvrir aux jeunes qui n’ont pas forcément les équipements à la maison, l’utilisation des outils du numérique et animer la communauté de développeurs.Depuis le 17 août et pendant presque un mois, plusieurs programmes sont au rendez-vous dans les différents endroits de l’évènement, c’est-à-dire, au CMDLAC à Analakely, pendant les jours ouvrés. Les animations du samedi se feront à l’AFT à Andavamamba. Les visiteurs peuvent aussi venir se connecter en wifi sur place avec leur propre équipement.On peut citer parmi les points focaux de cet évènement une journée web dev sur la création de site internet en mode collaboratif, l’initiation à la création de bot sur Messenger, un mini hackathon. Une initiation sur la base de l’informatique se tiendra tous les jours.

Actus – Facebook introduit en Chine une application photo

Facebook, dont le réseau social est bloqué par Pékin, a introduit en catimini en Chine une discrète application de partage de photos: une façon de revenir par la petite porte sur le colossal marché chinois, sans mécontenter la censure.Le géant technologique californien a reconnu la semaine dernière être l’initiateur d’une application nommée en chinois « Ballons colorés ». Celle-ci ne contient aucune référence au groupe, ni son nom, ni son logo.Depuis 2009, Facebook n’est plus accessible en Chine, sauf pour les internautes munis d’un logiciel pouvant contourner la censure qui encadre le web chinois. Pour autant, le géant américain multiplie les gestes pour revenir sur ce marché crucial. Le PDG et fondateur Mark Zuckerberg a ainsi fait plusieurs visites en Chine, où il a rencontré des dirigeants politiques. Il s’est même lancé dans l’apprentissage du mandarin.« Nous disons depuis longtemps que nous sommes intéressés par la Chine et nous consacrons du temps à mieux comprendre et apprendre de ce pays, de diverses façons », déclare un représentant de Facebook la semaine dernière, lorsque l’existence de l’application a été révélée par le quotidien américain New York Times.Mais les analystes doutent d’un déblocage de Facebook en Chine à court terme, et l’application de photos n’a connu qu’un très modeste début depuis son lancement en mai.Selon le cabinet américain spécialisé App Annie, « Ballons colorés » n’occupe que le 46e rang en Chine dans la catégorie photos et vidéos et le 758e rang de l’ensemble des applications.« Facebook a tenté ce coup inattendu pour accéder au marché chinois. Ce ne sera peut-être pas efficace. Mais c’est assurément bien essayé », estime Zhang Yi, du cabinet iiMedia Research Group basé à Hong Kong.La Chine gère un vaste système de contrôle d’internet: les commentaires ou articles considérés comme sensibles sont effacés. Et de nombreux sites occidentaux sont rendus inaccessibles: Google, Instagram, Twitter, YouTube ou encore Dailymotion. Une nouvelle loi sur la cybersécurité entrée en vigueur en juin est censée renforcer plus drastiquement la surveillance du web par le régime communiste.

Textes : Lova Rafidiarisoa - Photo : FourniePage réalisée en collaboration avec Orange Madagascar

L'express de Madagascar0 partages

Musique r’n’b – « Resim-pitia » de Shyn en lice pour le « Afrima Awards »

Sans aucun doute le tube de l’année, « Resim-pitia » de Shyn figure parmi les sélectionnés dans la catégorie « Révélation de l’année » du prestigieux concours « All Africa Music Awards » ou « Afrima » pour son édition de cette année. C’est avec fierté et joie que l’artiste lui-même l’a annoncé en direct sur les réseaux sociaux hier. Aux côtés d’artistes Sud-africain, angolais, gabonais, marocain, nigérian et camerounais, Madagascar part favori parmi les voting en ligne qui ont débuté cette semaine sur le site afrima.org et les réseaux sociaux. Cette grande messe de la musique contemporaine africaine quant à elle se tiendra au Nigéria du 10 au 12 novembre. D’ici là, Shyn invite le public à activement voter pour « Resim-pitia ». Un titre à la fois évocateur de la passion que Shyn porte pour sa musique, tout aussi bien représentatif d’une carrière parfaitement arrivée à maturité.« Resim-pitia » est chanté et repris en chœur par un public de tous âges, des plus jeunes aux adultes s’y retrouvent. Racontant un amour intarissable, cette composition de Shyn est une véritable ode au romantisme, à la persévérance et à la dévotion qu’une personne peut éprouver pour son être aimé. Sorti officiellement au début de cette année, « Resim-pitia » est depuis devenu l’hymne de tous les fans de Shyn partout dans la Grande île, voir même au-delà de ses frontières. Plus encore, ce morceau s’affirme même désormais comme le digne porte étendard du R’n’b malgache.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Ligue 2 – CNaPS Sport sacrée

La CNaPS Sport Anala­manga a remporté la finale du championnat régional de deuxième division, dimanche au stade de Mahamasina. Et ce, après avoir disposé de Fosa Juniors Analamanga sur la plus petite des marges, un but à zéro.Il s’agit du premier titre pour cette équipe récemment montée. Précisons qu’il s’agit de deux clubs dont les organisations sont entièrement indépendantes par rapport à celles de la CNaPS Sport Itasy et de Fosa Juniors Boeny.CNaPS Sport Itasy Anala­manga et Fosa Juniors Anala­manga évolueront en première division, l’année prochaine.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Deux marchands d’armes écroués

Deux hommes épinglés dans un trafic d’armes ont été placés sous mandat de dépôt dans la maison centrale d’Antanimora. Un fusil de chasse de calibre douze, cinq munitions et un poignard ont été saisis sur eux. Un individu, leur présumé complice, est recherché par la police.

L'express de Madagascar0 partages

Madagascar encore mal connecté

L’association mondiale des opérateurs en télécom­munication, dans son classement 2017 en connectivité mobile, met Madagascar presque à la queue, 36e place sur quarante et un pays africains. Le pays est classé 138e sur 150 au classement mondial. La notation est basée sur les infrastruc­tures existantes, le prix et le coût des appareils, du coût de la connexion et des disponibilités de service.

L'express de Madagascar0 partages

Anosy – Du matériel informatique  pour les communes

Améliorer la gouvernance communale. C’est l’objectif du chef de la région Anosy, Juliot Tanjaniaina, en dotant les vingt communes des districts d’Amboasary-sud (neuf) et de Taolagnaro (onze) d’équipements. Ceux-ci sont composés d’ordinateurs, d’imprimantes et de panneaux solaires. « Les commune du district de Betroka ont déjà été équipées », indique le chef de la région qui espère que ce matériel informatique améliorera dorénavant les services qu’elles rendent à la population.Les services régionaux et la Chambre de commerce et d’industrie d’Anosy ont également reçu leur part d’ordinateurs et imprimantes.  Cependant, l’utilisation de ce matériel sera renforcé pour éviter que les maires  ne croient qu’il est mis à leur unique disposition .

Moïse Fanomezantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Sierra Alone

You’ll never walk alone. Le fameux hymne des Reds de Liverpool retentira à n’en pas douter ce soir dans le kop d’Anfield Road. Pour ce match retour des barrages de la ligue des champions face aux Allemands d’Hoffenheim, tout le stade observera une minute de silence en hommage aux quatorze victimes de l’attentat de Barcelone.Loin de là à la Sierra Leone, on enterre les quatre cents victimes des écoulements de boue et d’inondation dans l’indifférence totale du reste du monde. Même les pays africains très enclins à s’associer au deuil qui frappe les pays occidentaux, en décrétant un deuil national pour certains, sont restés totalement silencieux et sans réaction. Pas même un petit télégramme de condoléances pour  faire bonne conscience. Triste et lamentable comportement envers un pays contre lequel le sort semble s’acharner.Foyer naturel de la fièvre Ebola qui l’a pratiquement banni du reste du continent, la Sierra Leone, théâtre de plusieurs coups d’État depuis son indépendance en 1961,a été ravagée par la guerre du diamant de 1991 à 2002. La Sierra Leone semble ainsi habituée autant au drame et abonnée à l’hécatombe qu’à l’indifférence du monde. La décennie de guerre pour le contrôle des zones diamantifères a causé la mort de quatre cent mille personnes face auxquelles les quatre cents victimes des coulées de boue et de l’inondation ne pèsent pas grand chose. Ceci explique peut-être cela. À moins que la mort assénée par les terroristes soit plus émouvante que celle due aux cataclysmes naturels, à la fatalité ou a la volonté divine.Les cent trente victimes de l’attentat de Paris le 13 novembre 2015, les quatorze morts de l’attentat de Bruxelles le 22 mars 2016, les quatre vingt quatre morts de l’attentat de Nice le 14 juillet 2016, les vingt deux victimes de l’attentat de Manchester le 22 mai et les quatorze victimes de l’attentat de Barcelone, soit en tout, deux cent soixante quatre, valent mieux que les quatre cent pauvres sierra léonais. C’est le cas de le dire étant donné que la Sierra Leone, où seize mille enfants de moins de 16 ans sont séropositifs, figure parmi les trois derniers pays au monde en terme d’indice de développement humain malgré l’existence du diamant qui se ramasse à la pelle. L’appel à l’aide d’urgence internationale lancé par l’État sierra léonais n’a trouvé aucun écho. Aucun pays, aucun organisme international, aucun bailleur de fonds ne s’est manifesté pour le moment.Mais cette émotion à deux niveaux ne nous est pas étrangère. La disparition d’une célébrité de la musique a récemment plus touché les autorités que les vingt deux victimes carbonisées d’un accident de la route. Dans le jargon, cela s’appelle tout simplement loi de proximité. Pour les médias, les victimes des pays riches se vendent mieux que les sous-hommes sierra léonais dont le sort disputé d’ailleurs par la guerre, la fièvre Ebola, le sida et l’ivresse du climat. La mort est plus une délivrance qu’un drame. Un cadeau divin comme le diamant.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Six morts dans  une embuscade

Six dahalo sur soixante sont tombés sous les balles de la gendarmerie et des kalony lors d’une embuscade qui s’est déroulée dimanche aux environs de 6h du matin, à Andambario, district d’Ihosy. Les bandits munis de fusils de chasse ont abandonné leur butin et ont vidé les lieux. La poursuite en toujours en cours. Aucun nouvel accrochage n’est encore signalé jusqu’à hier soir.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis - ITF U18 Petit Camp Open – Fin de parcours  pour les Malgaches

Le premier épisode est terminé. La délégation malga­che representée par Miary Zo Rakotondramboa et Finaritra Andriamadison, engagée au tournoi ITF U18 Petit Camp Open de l’île Maurice a livré ses derniers matches hier.En double, Miary Zo Rakotondramboa qui s’est allié avec le Mauricien Kenny Ah Chuen n’a pu franchir l’obstacle suédois composé de Patrik Alvestrand et de Hugo Brungs. Dans un match à sensation qui a duré deux tours d’horloge, le duo malga­cho-mauricien s’est incliné honorablement en deux sets sérrés 5/7, 6/7.« On a tout donné et on pouvait revenir à un set partout mais la chance n’a pas été avec nous sur quelques points importants », assène Miary Zo Rakotondramboa qui, a aussi perdu dans l’épreuve du simple, avant hier, contre le même Suédois Hugo Brungs 5/7, 2/6.Pour Finaritra Andria­madison, l’association avec la jeune Sud africaine Arista Siebrits en double s’est soldée par un échec. Les deux joueuses ont perdu en huitièmes de finale contre Rufaro Magarira et Vimbai Moyo, du Zimbabwe, en deux petits sets 2/6, 0/6.Fin de parcours donc pour Finaritra et Miary Zo dans ce tournoi ITF U18 Petit Camp Open Grade 4. Place doncaux entrainements avant la tenue du Mauritius Juniors Open Grade 5 qui débutera toujours sur les courts du Tennis Club de Petit Camp à partir de ce 28 août.

Dina Razafimahatratra (Maurice)

L'express de Madagascar0 partages

Un piéton décède  sur le coup

Un piéton âgé de 42 ans fauché par un véhicule est mort sur le coup, Les faits se sont déroulés dimanche à 20h à Ambatomainty, commune d’Ambohiman­droso, district d’Antanifotsy. L’automobiliste s’est enfui après l’accident. Aucun indice n’a permis d’identifier la voiture ainsi que son conducteur.

L'express de Madagascar0 partages

Protection des consom­mateurs

Le ministère du Commerce et de la consommation lance l’opération Tsinjo dans la capitale du Boeny où il y a actuellement près de  cinquante mille vacanciers outre les trois cent mille habitants. C’est une opération qui vise à vérifier le prix réel sur les étals, de sensibiliser les commerçants sur le prix à appliquer et d’apposer des écriteaux «Tsinjo» sur les magasins de ceux qui pratiquent des prix abordables pour les consommateurs.

L'express de Madagascar0 partages

Poursuite de la JTI

En marge de la remise de trophées du championnat de Madagascar toutes catégories confondues, dimanche à l’Acsa Ambohidahy, la Fédération malgache de tennis a procédé à une dotation pour les ligues régionales. La FMT a offert un lot de matériels comprenant notamment des balles et des raquettes, destinés à l’initiation au tennis des plus jeunes, dans le cadre de la Junior Tennis Initiative.

L'express de Madagascar0 partages

Claudio privé de course

Claudio Tida, quadruple champion de Madagascar, n’a pas pu participer à la dernière manche du championnat de La Réunion de motocross, dimanche. Il n’a malheu­reusement pas obtenu un visa de séjour. Il devait courir au guidon d’une Husqvarna FC-350, à l’occasion de la course à Bras Panon.

L'express de Madagascar0 partages

Sixiè me étape à  Castelsarrasin

La sixième étape des Masters de pétanque se jouera ce jeudi, dans la ville de Castelsarrasin, en France. Il s’agit de l’avant-dernière échéance de la tournée 2017. À l’heure actuelle, la sélection malgache occupe la sixième position du classement général, avec seize points. Seules les quatre premières équipes seront qualifiées pour le Final Four du 6 septembre, à Istres.

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Tovolahy mamon-drongony, niboridana nigagam-bahoaka eraky ny arabe

Misy raha la terre ! Tovolahy iray sahabo 20 taona eo, voalaza fa mamon-drongony no niboridana tanteraka eraky ny arabe  ka nigagam-bahoaka, omaly antoandro, tany Toliara. Raha fanazavan’ireo nanatri-maso, dia nanomboka tao amin’ny Fokontany Tsimenatse ity tovolahy ity nanao ny hagegeny, ka nalainy dahalo ny akanjo teny aminy, ary silipo kely fotsiny sisa no nanaovany tamin’ny voalohany. Rehefa niakatra sy nanonja ny herin’ny maina nofoiny, dia nesoriny tanteraka ny tako-kenatra teny aminy, avy eo izy nihirahira eraky ny tanàna, ary nitety arabe sady miteny irery namakivaky an’i Mahavatse nihazo ny lalana mankany amin’ny seranan-tsambo iny. Raha ny zava-misy sy maso mahita ao Toliara ao, dia amidy tsy misy bedy toy ny anana sy voanjo ny rongony, indrindra ny ao amin’ny Fokontany Ampasikibo. Hatramin’ny mpianatry ny EPP dia tafaroboka amin’ ny fidorohana zava-mahadomelina. Tamin’ny fanadihadiana natao no nahafantarana fa mirongatra izay tsy izy ny fifohana jamala amin’izao vakansy izao, ka tokony andraisan’ny tompon’andraikitra fepetra henjana sy matotra amin’izay, fa potika tanteraka ny hoavin’ny tanora sy zaza malagasy.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Récente forte chaleur : Un responsable auprès de la météo explique

La pluie ne sera pas au rendez-vous durant cette semaine.

L’hiver n’est pas encore passé malgré les fortes chaleurs de ces deux derniers jours. Lesdites chaleurs ayant surpris les habitants de la capitale.

« Nous ne sommes pas encore à la saison chaude ». Ce sont là les propos de Rivo Randrianarison, un responsable auprès de la direction générale de la Météorologie, pour expliquer les vagues de chaleur qui ont été ressenties dans la capitale ces derniers jours. En effet, nous sommes actuellement en pleine saison d’hiver malgré le fait qu’il fasse chaud selon toujours les explications émanant de la météo. Lesdites explications qui sont contraires aux appréhensions de nombreuses personnes comme Hantanirina R. « Avec ces fortes chaleurs, j’ai cru que les froids hivernaux sont derrière moi » a-t-elle fait savoir. Une déception qu’elle partage avec de nombreux Tananariviens.  Par ailleurs, le responsable auprès de la météo d’ajouter que « comme chaque année, nous allons passer par une intersaison vers le début du mois de septembre».

Prévisions. Par ailleurs, « la hausse récente de la température dépasse le seuil de la normale » selon toujours les explications de ce responsable. Une situation qui « va continuer jusqu’à la fin de la semaine » d’après toujours Rivo Randrianarison. Ce dernier d’ajouter que « la pluie ne sera pas au rendez-vous dans la capitale durant le reste de la semaine ». Par ailleurs, les températures prévues pour demain sont comme suit : Antsirabe: 13°/23°C, Antananarivo: 14°/25°C, Fianarantsoa: 15°/25°C, Antsiranana: 21°/31°C, Mahajanga: 22°/33°C, Toamasina: 20°/28°C,Toliary: 18°/28°C, Tolagnaro: 19°/23°C, Maevatanana: 22°/33°C. En tout cas, les fortes chaleurs qui se manifestent actuellement, en pleine saison d’hiver, pourraient être considérées comme étant des signes des changements climatiques à dans la Grande Île. Une situation paradoxale étant donné que le pays figure parmi les plus touchés par ces changements alors qu’il est le moins pollueur.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Ambohidratrimo : Sady MD no nesorina « permis » ilay mpamily taxi-be mamo

Raha mba mitohy ny fampiharana sazy hentitra toy izao dia inoana fa mihena ny lozam-pifamoivoizana ateraky ny fiara fitateram-bahoaka. Ny alatsinainy teo, nisy mpamily taxi-be iray izay mamo tampona vao maraina teny Alakamisy-Ambohidratrimo. Vokatr’izany dia natory fotsiny teo amin’ny toerany izy. Taitra kely indray ary tereny fotsiny ny tenany ny mpamily ilay fiara. Nivarahontsana ny iray taxi-be vokatr’izany. Mba nisy mpandeha nanana ny laharan’ny zandary ao Ambohidratrimo ka io no nandray andraikitra avy hatrany nampandre ireo mpitandro ny filaminana. Natao tokoa ny fanamarinana ary hita fa tena mihoatra lavitra ny azo ekena ny tahan’ny alikaola tao aminy. Koa satria loza mananontanona ny mpandeha ary koa ny mpampiasa lalana io rangahy io dia avy hatrany dia naiditra « violon » izy. Nosokafana ny fanadihadiana ary maromaro ny vesatra nitazomana azy. Natolotra ny fampanoavana tetsy Anosy ny tenany omaly ary nanapakevitra ny mpitsara ny nampiditra vonjimaika am-ponja azy. Tsy vitan’izany fa nesorina taminy ihany koa ny taratasy fahazoana alàlana mitondra fiarakodia. Hita mangarahara eto fa samy nandray ny andraikiny amin’ny tokony ho izy na ny zandary nisambotra sy nanao famotorana na ny mpitsara izay nikirakira ity raharaha ity. Azo deraina ny toy izany mba ho fiarovana ny ain’olona. Raha ny mba fanirian’ny maro aza dia mba ho toy izany koa ny fepetra raisina ho an’ny taxi-brousse sy ny fiara mpitatitra hafa. Be loatra ny tsy manan-tsiny namoy aina noho ny tsy fitandreman’ny mpamily…D.R

Midi Madagasikara0 partages

Ampasika : Efa-dahy saika hanendaka moto tao anaty « embouteillage »

Soa  fa nalaky tongany polisy ka tsy nahomby ilay tetika. Ireo mpitaingina moto indray izao no lasibatry ny asa-jiolahy eny amin’iny faritra Ampasika iny. Manararaotra ny fitohanan’ny fiarakodia eny amin’ny lalana mihazo an’Itaosy sy Anosizato iny ireo olon-dratsy mba hanafihana ireo mpitaingina moto. Lehilahy iray nitaingina scooter no  tratran’izany ny Alatsinainy 21 Aogositra tokony ho tamin’ny7 ora hariva. Jiolahy efatra no toa efa nanaraka ity moto ity tao anaty « embouteillage »ary saika tonga dia hanao ankeriny azy. Araka ny loharanom-baovao, nisy nahatsikaritra izany ka vetivety foana dia tonga teny an-toerana ny polisy mpanao fisafoana. Nandamoka noho izany ilay fikasan-dratsy satria oasambotra ny roa tamin’ireo olon-dratsy. Tafaporitsaka kosa nyroa.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana teny Tsiadana : Tsy tana ny ain’ilay mpivaro-kena voatifitry ny jiolahy

Alahelo ny an’ireo mponina eny Tsiadana raha nandre omaly fa namoy ny ainy teny amin’ny hôpitaly ihany i Jeannot. Ity raim-pianakaviana ity dia isan’ireo olona 5 voatifitr’ireo jiolahy nandritra ny  fanafihana mpamongady     iray teny an-toerana ny Alatsinainy hariva  tamin’ny 6 orateo ho eo. Mpivaro-kena no asan-dRatompokolahy. Sendra nivoaka hamelona fatampera teo an-toko tany izy no nifanehi tra tamin’ireo jiolahy teoam-pandosirana sady mitifitra izay sendra azy rehefa avy nandroba ilay mpamongady tsy lavitra ny tranony. Voan’ny bala teo amin’ny tratrany manakaiky ny tendany Ratompokolahy ka izay no nitarika ny fahafatesany ny alin’nyTalata rehefa tonga teny amin’ny hôpitaly.Fahafatesana izay tenamangidy ho an’ireo fianakaviany tokoa,indrindra ny vady andefimandriny i zay  fantatra fa bevohoka ankehitriny. Ity farany izay nilaza fa tsy afaka nijery ity vadiny rahatsy                   omaly, fotoana nakana ny razana teny amin’ny tranom-patin’ny HJRA. Ampahatsiahivina fa jiolahy 5 mirongo basy poleta no indray nanafika ity toeram-pivarotana tenyTsiadana ity. Voatifitra teo amin’ny sandriny ny tompon-trano ary vola mitentina 22 tapitrisa any ho any no voalaza fa  voaroba. Nisy olona efatra tety ivelany ihany koa notifirin’ireojiolahy nandritra ny fandosiran’ireto farany.Ny telomoa dia mbola tsaboina eny amin’ny HJRA. Ny iray kosa, izay ankizy 12 taona, dia nokasohan’ny balafotsiny ka tsy dia misy ahiana ny aminy.

T.M.