Les actualités Malgaches du Dimanche 23 Juin 2019

Modifier la date
Madaplus.info0 partages

Madagascar: promotion de l’utilisation de l’énergie solaire par le Ministère de l’Énergie.

Le Ministère de l’énergie a signé une convention avec une société privée pour l’installation de centres d’énergie solaire. Ces centres seront répartis sur 10 sites surtout dans les régions les plus enclavées. En effet, le but de cette coopération est de produire 50 mégawatts d’électricité.
D’après le Ministère, cette année, les régions d’Analamanga et de Vakinankaratra bénéficieront dans les plus brefs délais environ 15 Mégawatts d’énergie solaire. La société entamera l’installation dans les autres régions au début de l’année 2020. De nos jours, seuls 15% de la population malagasy disposent de courant électrique. Ceci est la raison pour laquelle le Ministère de l’Énergie compte promouvoir l’énergie renouvelable.
Madaplus.info0 partages

Madagascar: dispositifs de sécurité pour la fête nationale.

Plus de six milles éléments de force de l’ordre seront mobilisés à l’occasion de la célébration de la fête nationale. Tous les éléments de force de l’ordre en casernes ont également fait l’objet d’appel pour contribuer au renforcement de la sécurité. Ceci a été annoncé, le 21 Juin 2019, par le Secrétaire Général en charge de la sécurité auprès de la Gendarmerie, le Colonel Richard Ravalomanana.
En effet, les forces de l’ordre mettront en place des éléments motorisés, en plus des éléments à pieds qui font des patrouilles dans chaque recoin de la ville d’Antananarivo. Des matériels de communication ont également été remis aux éléments de force de l’ordre. L’effectif de ces derniers sera également à son maximum lors des différents podiums.
La Vérité0 partages

Equipements médicaux et de laboratoires - L'IEMédical mise sur les produits de marque

Fondée officiellement en 2008. La société IEMédical se spécialise dans la fabrication et la distribution d'équipements médicaux et de laboratoires. Puisque le moins cher peut devenir très cher s'il n'est pas durable, le défi de ladite société de distribution étant de fournir des produits de marque, ayant obtenu des certifications. Elle se positionne toutefois comme la référence qualité-prix. « Percher sur le marché malagasy s'avère encore difficile, avec le pullulement des produits chinois. Les petits laboratoires préfèrent par exemple acheter ces produits moins chers, sans garantie, en se référant aux moyens de leurs clients et cibles.

Les réactifs de mauvaise qualité pourraient pourtant fausser les résultats des analyses et induire en erreur le traitement des patients concernés. Raison pour laquelle notre société mise sur les produits de marque, malgré un prix plus cher. La santé requiert plus d'exigence et de professionnalisme puisque nous parlons de la vie des gens », argue  Valéria Ralimalala, responsable marketing de ladite société localisée à Alarobia Amboniloha. Outre les produits certifiés, celle-ci assure également un service technique complet, dont une formation, une garantie, un service après-vente et un contrat d'entretien aux clients. Ces derniers se composent d'organismes internationaux, cliniques, cabinets dentaires et grands hôpitaux ou encore les laboratoires et particuliers.

« Cypress Diagnostics », nouveau partenaire

Présente dans 140 pays à travers le monde. La marque  « Cypress Diagnostics » se joint à l'IEMédical pour l'approvisionnement en équipements et consommables de laboratoire, y compris les réactifs. « Cette marque belge propose des réactifs fiables puisqu'un seul test suffit pour vérifier leur efficacité. Il n'est plus nécessaire de faire plusieurs tests pour la vérification et contre-vérification. Les laboratoires pourront ainsi en tirer profit, au lieu d'acheter un test de 500 ariary nécessitant plusieurs contre-vérifications, dont plus de dépenses », explique notre interlocutrice. L'officialisation de ce nouveau partenariat, faisant suite à la célébration du 10ème anniversaire de ladite société, s'est tenue le 18 juin dernier. Une séance de formation avec son équipe interne s'est tenue dans la matinée, suivie par une réunion d'information avec les laboratoires d'analyses, sous le thème « Les outils et solutions qui vous permettent de délivrer des résultats de diagnostics clairs et précis ». D'autres partenariats sont en cours de finalisation.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

CAN 2019 - Les matchs retransmis en direct par TVM via Canal+

« L'office de la radio et télévision publiques de Madagascar (ORTM) et Canal+ ont décidé de collaborer pour satisfaire les téléspectateurs dans toule l'île pour la retransmission des matchs de la Coupe d'Afrique des Nations de football (CAN) 2019. Désormais, les rencontres dans le cadre de cet événement footbalistique seront aussi visibles sur le petit écran à travers le bouquet Canal+. Il est à  rappeler que les projections publiques utilisant les images de la TVM ne sont pas commercialisables ». Tel a été le communiqué publié par le ministère de la Communication et de la Culture (MCC).

L'image satellite de la TVM est de nouveau disponible. Les abonnés de Canal+ ayant choisi les bouquets et offres d'abonnement « Evasion et Access » se sentent satisfaits de la décision prise par les institutions hiérarchiques. Toutefois, les consignes sont strictes : la diffusion de la compétition à des fins commerciales, notamment lors des événements commerciaux de retransmission en public reste interdite.

Une licence officielle est requise dans la mesure où l'événement de « Retransmission en public » est classé en tant qu'événement commercial de retransmission en public ou en tant qu'evénement non commercial et spécial de retransmission en public. Pour la TVM, les négociations ont restreint cette utilisation des images pour soutirer de l'argent. A titre d'information, les diffuseurs officiels de cette 32ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations sont constitués par la TVM pour l'image terrestre et par Canal+ Sport pour l'image satellite. Et depuis hier, une modification a été faite et prise en compte.

Rappelons que suite à l'appel d'offres lancé par la Confédération africaine de Football (CAF)  pour l'attribution des droits TV subsahariens, l'offre de l'Union africaine de la radiodiffusion - dont celle concernant la TVM a été soumise sous certaines conditions, a été discutée entre les deux parties. C'est ainsi que 52 matchs de la phase finale de la CAN 2019 vont être retransmis sur les chaînes publiques, la TVM et la RNM. Les négociations pour rabaisser le droit de retransmission ont également abouti. Le détenteur du droit en Afrique a ainsi accepté de réduire à moitié le prix de cette retransmission à Madagascar. L'Etat malagasy a payé 500 000 euros, un montant tiré du budget du ministère de la Jeunesse et des Sports. A cet effet, la Grande île pourra suivre en direct pendant deux ans toutes les compétitions organisées par la CAF, la CAN, le Championnat d'Afrique des Nations (CHAN), la Ligue des champions, la Coupe de la Confédération, ainsi que les championnats des jeunes et moins jeunes.

K.R.

La Vérité0 partages

Double évasion à la prison d’Ejeda - « Impossibilité pour les fugitifs de passer les frontières »...

« Chaque chose en son temps. Nous croyons dur comme fer qu’ils tomberont bientôt entre nos mains ! », assure-t-on récemment du côté du Toby Ratsimandrava de la Gendarmerie.  Mais de qui parle-t-on ? Une nuit de mai dernier, Alain Zaheraly Rostand et Eric Mario, deux détenus condamnés à perpétuité, ont réussi à s’évader en douceur de la prison d’Ejeda Vohitany, située à Ampanihy (Sud). Normalement, ils doivent y purger leur peine pour le meurtre d’une étudiante à Toliara en 2017.

Jusqu’à maintenant, personne n’a jamais vraiment su comment les deux larrons, qui ont été justement transférés de Tsiafahy, ont réussi ainsi à s’échapper. Bien que les Forces de l’ordre, la Justice incluse, avancent que les recherches continuent toujours, il semble que l’affaire soit progressivement étouffée, voire peu à peu  jetée aux oubliettes.

Pour la Gendarmerie, et à bien entendre parler notre interlocuteur, les deux criminels doivent se terrer toujours donc quelque part dans le pays. Il faut dire que depuis cette double échappée,  beaucoup ont cru qu’avec le standing dont jouissent les membres de l’entourage des deux évadés, cela les aurait aidés à réaliser ensuite l’autre plan, le plus important : quitter à tout prix la Grande-île ! Car beaucoup d’observateurs locaux n’excluent donc pas leur fuite à l’étranger. « Personnellement, il leur est impossible de passer facilement nos frontières. S’ils doivent se rendre à l’aéroport d’Ivato, les différentes mesures ainsi que les dispositifs de veille ou de contrôle actuellement en place ne les permettront jamais de filer en douce. Même vigilance dans les principaux ports du pays. De plus, tous les services de police sont aussi sur la sellette », confie notre interlocuteur.

Interrogé sur la possibilité d’une ingérence de la nébuleuse main d’un quelconque réseau maffieux  pour qu’A.Z. Rostand et E. Mario aient cette incroyable possibilité de s’échapper de leur bagne, notre interlocuteur est plutôt sceptique. « Je ne crois pas vraiment à ce que la mafia, si elle a agi dans les coulisses comme certains le prétendent, soit vraiment derrière l’évasion des deux criminels. De toute façon, l’enquête qui est en cours tente de vérifier et déterminer comment ces groupuscules organisés locaux, fictifs ou réels, bien sûr si c’était vraiment le cas, ont pu aider les prisonniers à réaliser leur plan », conclut-il. En bref, que l’on se rassure donc sur ce point : les concernés sont donc encore dans le pays. A moins que le lendemain ne viendra nous le contredire !

Franck Roland

La Vérité0 partages

Bien parti !

Barea avec un score honorable de 2 à 2 face à la Guinée se trouve sur la bonne voie. Un match nul que les poulains de Dupuis vont capitaliser pour défier d'autres prétendants censés être favoris. Outsider et n'a pas honte de l'être, les sociétaires du Barea foncent. Pour une toute première participation aux joutes footballistiques continentales, les éléments de Faneva Ima impressionnent. Evidemment, l'équipe nationale guinéenne avec qui Barea devait rencontrer, en Groupe B, pour le premier match, relève d'un niveau technique assez abordable par rapport aux grandes équipes africaines mais la prestation de notre onze national n'a point démérité. A en suivre de près le match de samedi, il fallait quand même reconnaître que Barea sut déjouer les pièges de l'adversaire dont certains parmi les joueurs évoluent dans des équipes de prestige telles le Liverpool.

 

 

Le Français René Dupuis, en dépit des moyens relativement modestes réussit à marquer le coup. Espérons que ce magicien du football continuera à livrer les recettes magiques. Nous sommes sans savoir que Madagasikara n'a jamais eu l'honneur de mettre les pieds à des compétions de haut niveau du genre finale de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN). Peter Schnittger, le coach allemand, parmi les rares entraîneurs qui ont pu faire parvenir l'équipe nationale, le Club M, à des étages honorables n'a jamais pu franchir le Rubicon. Le Club M toisait aisément les géants des Pharaons d'Egypte ou des Jeunesses Eléctronic Tizi-Ouzou (Tunisie). A partir du moment où les dirigeants politiques de l'époque voulaient dicter leurs caprices, l'entraîneur allemand abandonnait. Schnittger dénonçait la mainmise du pouvoir politique dans le domaine du sport notamment l'équipe nationale.

Les hommes du pouvoir étatique persistaient à s'immiscer dans la gestion technique, plus particulièrement, concernant la composition de l'équipe devant participer à des compétions internationales. Ils imposaient des facteurs politiques ou régionaux qui n'ont rien à voir avec le sport, dans le choix des athlètes ou des joueurs ou les membres de délégation. Le fameux contingentement régional ainsi que le critère politique partisan primaient. Des maladresses compromettantes auxquelles les barons du régime ne voulaient entendre. En fait, les dirigeants des régimes successifs en place furent le principal blocage de l'essor du sport à Madagasikara. Ils fourraient leur nez là où il ne fallait jamais faire et ignoraient le besoin du sport national. C'est le dernier des derniers de leurs soucis. Aucun des régimes précédents du pays ne disposait d'un programme sérieux pour le développement du sport, en général, du football en particulier, le sport-roi ! La Grande île subit à tous les coups le bérézina. Des défaites que les 25 millions de malagasy durent endurer à chaque fois que l'équipe nationale affronte des adversaires de la région. La Fédération nationale malagasy du Football (FMF) n'avait pas pu récolter que des échecs. L'élection d'Ahmad au poste de président de la Confédération africaine du football (CAF) relève du miracle « mon ami ».

René Dupuis, le messie du football malagasy, est intransigeant. Il rejette toute interaction du pouvoir politique dans la gestion technique, en particulier, la composition des joueurs à l'équipe nationale.

En ce qui concerne le sport, la position du Président Rajoelina ne prête à aucune ambigüité. C'est l'une de ses priorités. Barea est bien parti pour aller loin !   

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Diego-Suarez - Enelec illumine plusieurs quartiers de la ville

Diego-Suarez, aussi appelée Antsiranana, est une ville située dans le nord de Madagascar et est le 3ème port de la Grande île. Elle figure, sans conteste, dans le top 5 des destinations touristiques les plus fascinantes à Madagascar. Très propre avec une population très accueillante, la ville rencontre pourtant quelques problèmes. Parmi les difficultés que subissent les gens figurent l’éclairage public. Autrement dit, la plupart des quartiers de Diego-Suarez sont dans le noir dès que le soleil commence à se coucher. Et pourtant, malgré que l’insécurité a commencé à être résolue, notamment avec la disparition du phénomène « Foroche » ayant fait fureur dans la ville, certains profitent toujours du noir pour faire leur acte de banditisme et de violence.

Consciente de ce grand problème, mais surtout dans le but d’orner la ville en lumière et de satisfaire la population, la société Enelec a participé à l’emplacement de lampadaires solaires dans plusieurs quartiers de la ville d’Antsiranana. Un esprit d’entraide citoyenne que la société partage avec le groupe FILATEX dont lui-même est actionnaire depuis 2007.

Action citoyenne

Effectivement, puisque la société Enelec a été implantée dans la ville de Diego depuis plusieurs années, cette dernière a trouvé normal d’effectuer cette action pour la première fois à Antsiranana. La société elle-même y est le fournisseur d’énergie. Ainsi, en collaboration avec la Mairie de Diego-Suarez, plusieurs Communes ont été dotées de cette infrastructure innovante alimentée par l’énergie solaire, d’autant plus dans cet endroit où monsieur « soleil » est omniprésent presque toute l’année. Au total, 43 lampadaires solaires ont été installés un peu partout dans la ville, notamment dans les quartiers jugés « chauds », comme sur l’avenue de Philibert Tsiranana ou encore au stade et bien d’autres endroits. La cérémonie officielle de la remise de ces dons s’est ainsi déroulée en toute sobriété et convivialité, en présence du maire d’Antsiranana, des représentants de la société Enelec ainsi que plusieurs hauts responsables de la ville. Une cérémonie qui s’est tenue même sous le feu des lampadaires installés et illuminant l’avenue.

 Collaboration importante

Une collaboration importante selon le maire de la ville. « C’est une grande privilège pour la Commune urbaine de Diego-Suarez d’avoir trouvé un partenaire comme la société Enelec qui a gentiment accepté de collaborer avec nous dans l’installation d’infrastructures comme ces lampadaires solaires. La population s’en réjouit effectivement puisque l’insécurité et l’éclairage public font partie de leurs soucis quotidiens. Puisque le délestage existe toujours dans la ville, plusieurs quartiers se retrouvent dans le noir, notamment ici sur l’avenue Philibert Tsiranana. C’est ainsi un avantage de retrouver la lumière dans ces endroits, et gratuitement en plus puisque ces lampadaires marchent avec de l’énergie solaire photovoltaïque. Plusieurs endroits se trouvant souvent vides, surtout dans la nuit, deviennent aujourd’hui  des axes principaux et devenus très pratiqués par les gens grâce à la lumière de ces poteaux », explique Djavojozara Jean-Luc, maire de la Commune urbaine de Diego-Suarez.

Action continue

« C’est une action importante pour nous puisque c’est dans Antsiranana que la société Enelec a été implantée pour la première fois pour produire de l’énergie. En quelque sorte, c’est également notre ville car nous y travaillons depuis plusieurs années. Après avoir discuté avec monsieur le maire, notamment sur la manière dont la société Enelec pourra amener sa contribution à l’éclairage de la ville, nous avons décidé de mettre en place des infrastructures fonctionnant grâce à la lumière du soleil », a expliqué le directeur administratif du groupe, Dominique Andréas. Puisque Diego-Suarez n’est pas le seul à subir un problème d’éclairage public, la société Enelec projette d’emmener le projet dans d’autres endroits, des villes où elle exerce également son travail de fournisseur d’énergie. « Puisque c’est un projet innovant et important pour le peuple en général, la Direction au sein d’Enelec a décidé d’œuvrer dans d’autres villes où la société produit de l’énergie avec du fioul. On parle entre autres de Mahajanga, Toliary et Toamasina », conclut-il.

Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Festivités du 26 juin - Le Président Andry Rajoelina aux côtés de la population

Samedi, le Président de la République de Madagascar Andry Rajoelina est descendu au Stade de Betongolo, où se tient une kermesse militaire dans le cadre de la célébration du cinquante neuvième anniversaire du retour de l'indépendance de Madagascar. Une vingtaine de stands de divertissements et d'expositions sont dressées sur le terrain de Betongolo jusqu'à demain. Une descente au cours de laquelle le Président Andry Rajoelina s'est mêlé à la foule. Il a festoyé avec la population sur place et participé aux différentes activités et animations.

Il a rappelé que durant son enfance il assistait souvent aux kermesses sur ce terrain. Le Chef de l'Etat qui a déjoué le protocole est venu faire un pas que les populations ont salué. Un geste du Président de la République, très apprécié par le public, qui, en retour, manifestait sa joie à travers des applaudissements. Ce bain de foule montre qu'il est proche du peuple et à l'écoute au quotidien.

Les kermesses militaires existent depuis la première République. Suspendue à cause de la seconde moitié de la troisième République pour des raisons de sécurité, cette fête populaire a été remise au goût du jour cette année, à l'iniative de l'actuel Gouvernement. L'Armée malagasy et la Gendarmerie nationale prennent part à ces activités. Le podium installé accueille depuis la fin de la semaine dernière plusieurs artistes. Les célébrations du soixantième anniversaire du retour de l'indépendance seront encore plus grandioses que celles de cette année, a promis le Chef suprême des armées malagasy. Et lui d'annoncer au passage que la kermesse militaire de l'an prochain sera dix fois plus grandiose. Notons que, hier dans l'après-midi, le Chef de l'Etat a de nouveau effectué un contact avec la foule, lors d'un concert évangélique du côté du Palais des sports de Mahamasina.

Recueillis par Lalaina A.

La Vérité0 partages

CAN 2019 - Madagascar- Guinée - Les Barea tiennent tête aux Syli

Pour leur premier match de leur histoire en Coupe d'Afrique des Nations (CAN), les Barea de Madagascar ont raccroché la Syli National de la Guinée-Conakry ce dimanche pour le deuxième match du groupe B. Après la victoire d'un but à zéro du Nigeria face à la Burundi, le choc Guinée-Madagascar… a ravi. Les deux équipes se sont quittées sur le score de deux buts partout. Après une rencontre très équilibrée, la Guinée menait au score (1-0) sur un but de Kamano à la 34ème minute.  Les défenses malagasy étaient bien imperméables face à la pression ascendante des protégés de Paul Put, coach des guinéens.

Ils ont dominé le match à 61% mais Fontaine Bapasy, Mombris et Métanire se sont toujours bien placés pour stériliser les attaques adverses qui finissaient avec de rares occasions. Relancé par Amadou Diawara, sur une contre-attaque éclair, Sory Kaba oublié par Bapasy derrière lui a tout de même réussi la charnière malagasy et filait devant et lobait le gardien malagasy avant que l'attaquant Dijonnais marque le premier but dans une cage laissée vide. Le score au tableau est d'un but à zéro, avantage des Guinéens.

D'abord bien timide pendant une grosse demi-heure, ce Guinée-Madagascar a complètement changé de physionomie en seconde période. Au retour des vestiaires, les Barea sont encore plus déterminés que jamais et ce, avec une bonne intention. Abel Anicet, oublié dans la surface sur corner, égalisait d'une tête rageuse (1-1) à la 49ème minute, le  but historique, le premier de Madagascar à la CAN. Six minutes plus tard, sur un ballon anodin, la défense centrale guinéenne était prise par Carolus Andriamahitsinoro, lancé par Bapasy qui concluait avec sang-froid (1-2, 55e) après avoir éliminé Keita.

 Dos au mur, le coach guinéen jouait la carte Nabi Keita, qui va servir de motivation pour ses coéquipiers. Traoré court dans le but sur un lancement a été fauché par Métanire qui offre un penalty aux adversaires des Barea. Kamano transforme le but prenant sur contre-pied Melvin Adrien (2-2, 66e). Un bon point pour Madagascar car la Guinée affrontera les Super Eagles mercredi prochain tandis que Madagascar aura la Burundi à son menu.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea admirés par tout un peuple

Tous les rêves sont permis. Après une belle entrée en la matière à sa toute première participation à la phase finale de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN), en tenant en échec samedi  la Guinée (2-2), l'équipe nationale malagasy a cimenté son lien avec le peuple malagasy. C'est dans la joie, dans leur for intérieur, que les amoureux ou non du ballon rond ont accueilli ce résultat, synonyme d'une demi-victoire pour une formation néophyte.

 

Du Président Andry Rajoelina au simple citoyen en ville ou en brousse en passant par les profanes du football, tout le monde est tombé sous le charme de ces joueurs qui ont mouillé leur maillot pour défendre les couleurs nationales. « Certes, c'est la première fois que nous participons à la phase finale de la CAN mais notre équipe nationale a démontré que les malagasy sont capables de réaliser de bonnes choses. Je vous adresse mes félicitations pour ce résultat et vous exhorte de faire toujours mieux. Le peuple malagasy vous soutient », tweeté le Président de la République de Madagascar aux Barea, quelques minutes après la rencontre.  Les discussions autour de ces premiers pas de l'équipe nationale malagasy animaient le débat dans les chaumières dans la journée d'hier.  Un des points de convergence des avis, la reconnaissance  de tous les efforts déployés par la bande à Abel Anicet durant ses premières 90 minutes en phase finale de la CAN. Sans l'ombre d'un doute, les Malagasy se sont levés comme un seul homme pour faire corps et âme avec leur sélection nationale. Le temps d'un match, tout le monde se connait et se sympathise, loin des divergences politiques ou autres. Une fois de plus, la magie du football s'est opérée et plus d'un souhaite qu'elle dure le plus longtemps possible.

Cet engouement autour des Barea est constaté bien avant le début de la compétition et du coup d'envoi de la rencontre. Il a atteint son summum en voyant l'équipe nationale entonnée « Ry Tanindrazanay Malala » la main droite sur le cœur. Comme si les joueurs voulaient envoyer un message fort à leurs compatriotes que la bataille est rude mais ils vont donner leur maximum. Devant leur écran de télévision, des téléspectateurs malagasy laissaient couler sur leur visage quelques gouttes de larmes. Bref, une émotion collective tant en Egypte qu'à Madagascar.  C'est  l'image d'un peuple uni contre un adversaire, sportivement s'entend, commun. Même Nicolas Dupuis, coach de l'équipe nationale malagasy a avoué avoir eu des frissons en voyant ses joueurs foulaient la pelouse.

Au lendemain de cette rencontre historique, les Malagasy savourent encore cette réussite de leur sélection nationale tout en espérant que la prochaine sera la bonne. « On est venu jouer au ballon sans complexe…Maintenant, on va tenter de continuer même si on a fait du bon travail pour arriver ici. On doit montrer un peu plus nos qualités », confie Abel Anicet, élu meilleur joueur du match par la CAF, à la presse française. Des propos qui, certainement, vont renforcer encore un peu plus l'amour et l'admiration de tout un peuple à ses Barea….

La Rédaction