Les actualités à Madagascar du Vendredi 23 Juin 2017

Modifier la date
News Mada9495 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : lasa lavitra ity fihaingoana ambony tsikoko

Na tsy atao resaka intsony aza ny fahantran’ny vahoaka sy ny fitontongan’ny harem-pirenena noho ny fanaovana tandrametaka amin’ny fanomezana baranahana ny alalana ho an’ny fitrandrahana sy ny fikipiana tsy hijery ny fanaovana izany antsokosoko, dia tsy afaka ho jerem-potsiny ny fampiadanan-tenan’ireo tompom-pahefana tsy te hahalala fitsitsiana volam-panjakana rehefa hanatanteraka ny sitrapo kely mandalo ao an-tsainy.

Tsy hay afenina intsony fa efa manify dia manify ny sisa tavela ao anaty kitapo, hany ka nanira-tena nindram-bola any amin’ny banky tsy miankina any ivelany. Efa kely sisa dia ho kenda matoa any amin’ny làlana tsy mahazatra no ihazakazahana. Mangatsitsiaka angamba ny fifandraisana amin’ireo mpamatsy mahazatra. Tsy hoe akanga tsara soratra akory ilay mpampindrana vaovao ka sodokan’izay. Ny fanenon’ny zana-bola takiny dia efa ampy hampandositra. Fa tampi-dalan-kaleha angamba ka ny hany sisa azo natao dia nandondona any amin’ny mpiandry kendri-tohina. Resaka aleo maty rahampitso indray ity no mitranga. Adino angamba fa ilay rahampitso dia ny zanaka amam-para. Firenena anie ity tantanana ity. Atao sorona mialoha ny taranaka amin’ny fanaovana ny fitafy gony sy fandriany fotsy rahatrizay mba hahafahan’ny tena ho maivamaivana androany.

Lany henatra angamba ary tsy mandraharaha intsony an’izay vavam-bahoaka. Ny mponina mizaka ny fitomboan’ ny fahasahiranana. Ny ankamaron-dry zalahy minisitra mifaninana amin’ny fiderana ny fitaingenana fiara faran’izay matanjaka nivoaka farany ary mitombo isan’andro ny isan’ ireo hodidinina fiara mpisava làlana sy ny mpiambina avy ao afara. Ny parlemantera, na solombava-bahoaka na senatera, izay mizaka soketa avy amin’ny mponina, misafo saoka fotsiny raha mitaky ny anjarany. Anipazany vatomamy ho tsentsefina amin’ny fanondrotana karama raha toa mangidy vava mba ho rarakivy fotsiny fa tsy ho velom-pialonana mahita azy miadankadana anivon’ny fanamboniboniana tena.

Ny fitondrana tsy manana fitsaharana amin’ny fitiavana fisehoana mamirapiratra. Ny zava-bita anefa vasobasoka, ary ny atao takotakonana hanjavozavo. Rainizavona mihitsy ohatra no mitantana ny raharaha fanafinafenana an’ilay gadra malaza Claudine Razaimamonjy. Toy ny fangalapiery lalandava. Rehefa nafindra atsy, nampitaina ary ny ampitso. Voalaza omaly fa napetraka amin’ny trano manokana, anio indray hoe ao amin’ny fonja mihitsy no natanana. Rehefa reraka ny mpanara-maso izay tsy mahita azy vatana akory dia malalaka amin’izay ny làlana ahafahany manjavona tanteraka.

Léo Raz

 

Tia Tanindranaza7829 partages

TONTOLO AMBANIVOHITRAFeno mpitrandraka vahiny tsy ara-dalàna

Fikambanana iray niorina tamin’ny taona 2012 ny tafo Mihaavo. Rafa faritra 17 monja no nisy azy teny am-piandohana dia efa misandraka amina faritra 22 izy ankehitriny,

 tambazotrana fokonolona manana tanjona ireo hiaro ireo harena voajanahary eto amintsika manomboka any anaty asa ka hatrany an-dranomasina. Tafiditra ao anatin’izany ny harena ankibon’ny tany. Araka ny fanazavavn-dRazafindraibe Louis de Gonzague tamin’ny mpanao gazety omaly anefa dia tena misedra olana tokoa izy ireo. Tafiditr’ireo mpitrandraka vahiny tsy ara-dalàna avokoa mantsy ny toerana arovan’izy ireo. Mirongatra sy mahazo vahana ihany koa ny asan-dahalo any ambanivohitra ka manao andiany 50 izy ireo raha kely indrindra ka tsy mahatohitra azy ny mpitandro ny filaminana. Nisy ny fivoriambe fahatelo tao anatin’ny dimy taona notanterahin’izy ireo niaraka tamin’ireo mpiara-miombon’antoka taminy tetsy Antaninarenina nanomboka ny 19 jona lasa teo, izay nifarana omaly. Tanjona ny hahafahana mampahafantatra ny zava-bitan’ny fikambanana sy ny olana sedrainy ary ny fanatsarana entin’izy ireo.

Pati

L'express de Madagascar224 partages

Football – Cosafa Castle Cup – Auguste Raux garde la même ossature

On ne change pas une équipe qui gagne. Auguste Raux, sélectionneur des Barea, repart avec la même ossature que lors des éliminatoires du Championnat d’Afri­que des Nations 2018, pour la Cosafa Castle Cup. La liste des vingt joueurs retenus pour cette compétition, qui débute ce weekend en Afrique du Sud, vient d’être publiée.La grande majorité était déjà présente, lors des rencontres face au Malawi, dans le cadre de ces qualifications pour le CHAN. Cinq d’entre eux ont disputé le dernier match de la sélection face au Soudan, en phase de groupe des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2019, à savoir Leda, Mario, Toby, Tantely et Njiva. On note cependant deux nouvelles têtes.D’un côté, le milieu offensif Jonah Andriamisaina, qui a brillé avec l’AS Adema cette saison en championnat d’Ana­lamanga. De l’autre, Andoniaina Rakotoson, qui a été promu gardien de but titulaire chez Elgeco Plus depuis quelques mois et qui a été sacré cham­pion régional avec son équipe cette saison.Comme prévu, Rinjala Raherinaivo est le seul expatrié de la liste, puisque son club, le FC Sion en Suisse, a accepté de le libérer. Concernant Njiva Rakotoha­rimalala, il figure également parmi les vingt éléments retenus. Il rejoindra directement la sélection en Afrique du Sud, dès que son test au Wydad Athletic Club du Maroc se termine.Les Barea se sont envolés pour le continent, hier après-midi. Ils auront encore quelques jours pour s’acclimater aux conditions locales. Ils entreront en lice ce lundi soir face aux Seychellois.

H.L.R.

L'express de Madagascar141 partages

Blanchiment d’argent – Deux Malgaches arrêtés à Maurice

Incriminé pour blanchiment d’argent et revente de drogue, un couple malgache a été arrêté à l’embarquement. Une importante somme a été retrouvée en sa possession.

La brigade mauricienne de lutte contre la drogue et la contrebande (ADSU) ainsi que leurs collaborateurs auprès des douanes ont fait parler d’eux. Dans la soirée d’avant-hier, à l’aéroport, un couple malgache est tombé dans les mailles des filets qu’ils ont tendus. Les suspects sont soupçonnés de blanchiment d’argent. Des devises s’élevant à un peu plus de267 millions d’ariary (12.000 euros, 32 600 dollars et 232 900 ariary) ont été retrouvées en leur possession. Le pactole découvert n’a pas été déclaré aux autorités, lors de l’enregistrement des passagers du vol, à bord duquel les deux Malgaches allaient quitter l’île sœur.Le couple est incriminé pour trafic de drogue allégué. La thèse, selon laquelle les devises retrouvées en leur possession puissent provenir d’une revente de produits stupéfiants, est privilégiée.La piste selon laquelle ils pourraient être impliqués dans un réseau de trafiquants de drogue dure basé à Madagascar mais opérant à l’international, est de ce fait exploitée par les limiers. Les informations recueillies révèlent que l’individu se trouvant à la tête de la filière serait actuellement sous les verrous.

Modestes emploisLe chef de famille soupçonné de tremper dans cette exportation de drogue de grande envergure travaille en tant qu’agent de voyage. Son épouse est, en revanche, danseuse selon les média mauriciens.Les deux Malgaches sont arrivés à Maurice le 11 juin, en réglant leur visa à l’arrivée. Après y avoir séjourné pendant une dizaine de jours, ils s’apprêtaient à regagner la Grande Île, lorsque leur voyage de retour a tourné court. En poussant leurs recherches, les enquêteurs estiment qu’ils avaient pour mission, de collecter les revenus dérivés de la vente drogue livrés à un réseau, qui tristement connu dans les faubourgs de Port-Louis.Inculpé pour blanchiment d’argent, le couple a comparu dans la matinée d’ hier devant la cour de Mahébourg qui en décidera de son sort.

Andry Manase

L'express de Madagascar87 partages

Entrepreneuriat – La JCI Iarivo lance le « Pitch contest »

Célébration, le trentenaire de la renaissance de la Jeune chambre internationale Madagascar se fêtera au mois de septembre de cette année via une convention nationale. À l’occasion de ce jubilé, la section Iarivo de la JCI organise un concours de projet entrepreneurial sur tout le territoire malgache. Intitulé « Picth Contest », ce concours, qui en est à sa première édition, s’adresse surtout aux jeunes entrepreneurs dans tout Madagascar. En collaboration avec le ministère de l’Industrie et différents autres partenaires dont Kentia Holding ainsi que quelques startups malgaches, le concours est ouvert à toute personne porteuse de projet potentiel et âgée de plus de 18ans.Les projets seront soumis à des conditions d’éligibilité traitant des impacts et des changements positifs sur l’environnement économique tout en étant évalués à partir de l’innovation, de la créativité, de la rentabilité ainsi que de la durabilité de leur Business Model. Du 27 juin jusqu’au 27 juillet, chaque participant pourra déposer son dossier de candidature en ligne.Vers le mois de septembre, les cinq meilleurs porteurs de projet vont se départager à travers des présentations orales, d’où l’intitulé de l’évènement. Le lauréat de cette première édition se verra récompenser d’offres d’accompagnement et de financement de la part des parte­naires de la JCI Iarivo. « Ce concours sera pour certains, l’occasion de concrétiser leur projet à travers nos accompagnements et nos financements », souligne Rason Hery, organisateur. Ces modalités de participation sont à suivre sur la page facebook de la JCI Iarivo.

Harilalaina Rakotobe

Tia Tanindranaza81 partages

Dada sy NenyVonona hanarina firenena

Hankalaza ny faha-15 taonany ny antoko TIM ny 8 jolay ho avy izao. Mialoha ny hanaovana izany sy hanamarihana ny fetim-pirenena dia niatrika ny fivorian’ny fikambanan’ny Ben’ny tanàna miteny amin’ny ampahany na manontolo

 

 ny teny frantsay tany Montréal Canada ny 19-22 jona ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana ary tany an-toerana ihany koa ny filoha nasionalin’ny TIM Marc Ravalomanana. Nambaran’ity farany fa tsy mora ny fanarenana ny firenena ka nohararaotiny tany Canada ny fitadiavana mpiara-miombon’antoka. Betsaka ny mpandraharaha nihaona sy nitafa taminy. Anisany ny praiminisitra kanadianina teo aloha Jean Charest. Hoporofoina mandritra io fankalazana ny faha-15 taona io, hoy Atoa Marc Ravalomanana fa antoko matanjaka ny antoko TIM, ary vonona handray anjara mavitrika amin’ny fanarenana ny firenena izay efa latsaka lalina any amin’ny fahantrana. Mahafantatra tsara ny zava-misy sy ny zava-marina i Dada sy Neny ary tsy hikoso-maso amin’ny fanarenana ny tanànan’Antananarivo sy ny firenena araka izay azon’izy ireo atao.

Tsy misy finiavana politika mihitsy ny mpitondra

Ny alarobia 21 jona teo dia nisy atrikasa izay nampitondraina ny lohahevitra hoe “Groupe de Plaidoyer, statut de l’élu local et de la fonction publique territoriale”. Anisan’ny noresahan’ireo delegasiona avy eto amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra nandritra ny dinika fa tsy misy finiavana politika mihitsy ny fitondrana Malagasy ho amin’ny fiaraha-miasa amin’ny kaominina an-tanàn-dehibe. Misy ny sakana eo amin’ny fiaraha-miasa amin’ny fokontany sy ny kaominina satria ny lehiben’ny distrika no manendry ny sefo fokontany. Ny tokony ho izy anefa dia omena lanjany ny « gouvernance locale » na ny fitantanana ifotony. Hatramin’izao na miezaka miasa aza ny kaominina Antananarivo Renivohitra dia tsy mbola nahazo ny vola tokony ho azy na ny « subvention » avy amin’ny fitondram-panjakana. Ny teo aloha rehetra anefa dia nahazo izany. Mitady sy mikatsaka mandrakariva ny tombontsoan’ny Kaominina ny delegasiona izay nanatrika ny fivoariana, ka dia nanangana ny antsoina hoe « Legal Team » ivondronan’ny mpahay lalàna ny sy ny mpisolovava, hiaro ny tombontsoan’ny kaominina sy ny vinavinan’asany eo anivon’ny AIMF sy OIF. Izy ireo no hiady sy hanindry ny fitondrana ho an’ny tombontsoan’ny kaominina, ao anatin’ny fenitry ny lalàna manan-kery. Hiarahana miasa amin’ny praiminisitra kanadianina teo aloha, Jean Charest ireo, izay manana mpisolovava miisa 600 miara-miasa aminy.  Marihina fa Ben’ny tanàna avy aty amin’ny kaontinanta Afrikanina miisa 150 no manatrika ity fivoriana ity, niampy ireo Ben’ny tanàna mivondrona ao amin’ny « City 40 » avy any amin’ny kaontinanta Eoropeanina. Mampiavaka an’i Marc Ravalomanana mivady ny fanaovana zavatra matihanina. Sady miresaka amin’ny mpiara-miombon’antoka no maka taraikefa hatrany, ary miafara amin’ny asa mivantana.

 

Toky R

 

 

L'express de Madagascar62 partages

Justice – Les comptes de Jaovato débloqués

Le député d’Antalaha a de nouveau accès à son compte bancaire. Ses avoirs en banque ont été gelés dans le cadre d’une enquête pour blanchiment d’argent.

Avec promptitude. L’informa­tion a circulé dans les travées de l’Assem­blée nationale mardi. Des députés en ont même eu la confirmation par sms. Les comptes bancaires du député Jean-Pierre Laisoa, élu à Antalaha, ont été dégelés. Contacté hier, l’intéressé a confirmé l’information.Indiquant être encore en réunion, le député Jean-Pierre Laisoa dit Jaovato n’a toutefois pas donné plus de détails quant aux raisons de ce gel et dégel. Il s’agirait, néanmoins, d’une mesure conservatoire dans le cadre d’une enquête pour blanchiment d’argent. Un dossier qui aurait été transféré par le Service de renseignement financier (SAMIFIN) au procureur de la Répu­blique d’Antananarivo, en mai 2016. Une somme importante déposée sur les comptes du député, « immé­diatement » transférée sur celui de son épouse, en 2009, aurait déclenché des suspicions de malversation.Le gel des avoirs bancaires du député Laisoa a amené ses camarades de la Chambre basse à convoquer Charles Andriamiseza, ministre de la Justice, pour l’interpeller sur le sujet, le 15 juin. Une séance à huis-clos durant laquelle le garde des Sceaux a été « malmené » par les députés, comme s’en gargarisent ces derniers. Pour accentuer la pression sur le membre du gouvernement, le soutien au pouvoir par « la majorité » a été remise en cause.Affirmant avoir été l’un des principaux soutien du président de la République, durant sa campagne électorale en 2013 dans la région Sava, le député Laisoa a été élu à Tsimbazaza comme indépendant. Il s’est, ensuite, inscrit dans les rangs des fervents défenseurs du pouvoir. Un détail fortement mis en exergue durant la séance à huis-clos du 15 juin, affirment des indiscrétions.Outre les arguments politiques, les députés seraient allés jusqu’à vociférer que des enquêtes soient également ouvertes sur des ministres dont ils estiment « l’enrichissement rapide douteux ». La fibre sociale aurait également été tirée. La société du député, dit Jaovato, emploierait des dizaines de personnes « qui ne pourront pas être payées à cause du gel de ses comptes ».

RapideSeul, face à toute une institution et acculé, le ministre Andriamiseza, selon ce que rapportent des députés, aurait indiqué à l’assistance qu’il allait faire en sorte que « la question serait rapidement réglée », en réponse aux enjeux sociaux du sujet. De prime abord, les propos du membre du gouvernement ont été prestement traduits en actes. Ceci, vu la proximité de l’information sur le dégel des comptes bancaires de l’élu d’Anta­laha, avec les vives interpellations du 15 juin à Tsimbazaza.Une promptitude qui pourrait intriguer. Au regard de la loi sur le blanchiment d’argent, qui fait partie du cadre juridique régissant les champs d’action du Service de renseignement financier (SAMIFIN), la réponse au tollé des députés pourrait ne pas déroger aux convenances. L’article 27 du texte dispose que « les autorités judiciaires et les fonctionnaires compétents chargés de la détention et de la répression des infractions liées au blanchiment peuvent saisir les biens, en relation avec l’infraction objet de l’enquête (…) ».À l’alinéa 2 de l’article 29, la loi prévoit cependant que « la main levée de ces mesures peut être ordonnée à tout moment à la demande du ministère public ou, après avis de ce dernier, à la demande de l’administration compétente ou du propriétaire ». À l’Assemblée natio­nale, le 15 juin dernier, il a été dit que l’élu d’Antalaha qui dénonce « un harcèlement » a été convoqué par la Chaîne pénale anti-corruption (CPAC).« Une convocation en pleine session parlementaire », qui a été l’autre motif de l’interpellation du 15 juin. Les indiscrétions indiquent que durant la séance à huis-clos, il a été dit que depuis le transfert du dossier par le SAMIFIN à la Justice, le député Jean-Pierre Laisoa a déjà été convoqué « à quatre reprises ».

Garry Fabrice Ranaivoson

News Mada53 partages

Mangroves de Kaday : renaissance dix ans après sa restauration

Sur le site d’Andranokaolo, près du village de Kaday, à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Morondava, 340 hectares de mangroves ont été restaurés en 10 ans. De plus, 1.000 hectares de mangroves se sont régénérés de façon naturelle suite aux reboisements, même en dehors de la zone de restauration. Ce sont, entre autres, les résultats des actions de conservations menées par WWF Madagascar, en particulier la restauration des mangroves, dans le paysage Manambolo Tsiribihina, dans la région Menabe, depuis 2007.

Les mangroves de Manambolo Tsiribihina ont depuis toujours été surexploitées par les hommes. Défrichement pour la conversion en rizières, utilisation de certaines espèces de bois pour la construction et la production de bois de chauffe et de charbon de bois… Cette utilisation incontrôlée a conduit dans les années 60 et 70 à la disparition totale des mangroves à Andranokaolo. Des images satellites de Google Earth, prises en 2004, montrent un paysage totalement nu avant la restauration.

A partir de 2011, des campagnes annuelles de plantation ont été menées avec les communautés locales et les jeunes. Les images, en 2007 après le début de la restauration, montrent que les pieds de mangroves ont commencé à pousser et en 2017, la surface dégradée a été complètement recouverte de plantation. A titre d’information, plus de 2 millions de palétuviers ont été plantés depuis 2007. Du coup, des habitats d’oiseaux, de poissons et de crabes ont réapparu, avec une évolution favorable sur la pêche, une des activités principales de la communauté locale.

Pour une gestion efficace de la zone, la communauté de Kaday s’est engagée à prendre en main la gestion de ces ressources naturelles à travers un accord de gestion communautaire formalisé par l’Etat. Certes, beaucoup reste à faire, mais ces 10 ans d’efforts montrent qu’il est toujours possible de faire renaître la forêt.

Arh.

 

News Mada47 partages

Lillio Ratsimanohatra : le célèbre inconnu de la publicité malgache

Derrière cette voix dans l’ombre que l’on entend constamment dans notre quotidien, se cache un visage qu’on ne peut voir. A travers les spots publicitaires, son timbre vocal particulier envahit aussi bien le petit écran que les ondes. Lillio Ludovic Ratsimanohatra, car c’est de lui qu’il est question, nous livre son vécu et ses expériences en tant que comédien voix-off. Portrait.

Aussi imposant par sa forme que par sa voix,  Lillio arbore à première vue une allure évidente de basketteur. Un sport qui le passionne d’ailleurs à ses heures perdues. C’est à son paternel, un des membres fondateurs du fameux «Rafales music 2000 sonorisation», qu’il doit la valeur intrinsèque de la musique et notamment du son. Et il en a extrait une belle passion qui l’a poussé à faire valoir son talent.

«Je me souviens comme si c’était hier. Ma première expérience de studio remonte à 2003, époque à laquelle j’ai participé à un casting de voix- off pour un spot de foire gastronomique, qui s’est d’ailleurs révélé concluant», se remémore Lillio.

Le timbre vocal si particulier de Lillio, son humour et son énergie lui ont permis d’asseoir sa notoriété et d’officier, depuis plus d’une décennie, en voix- off, dans différents divertissements des chaînes de télévision et dans des spots de publicité pour ne citer que l’émission de télé- crochet Kopi Kole et les spots de Telma. «Communication de formation, j’ai appris le métier de voix-off  en autodidacte. A force de côtoyer l’illustre Dany Be, j’ai pu me procurer les bases solides pour travailler ma voix et pour me perfectionner dans l’interprétation».

Animation libre

Comme le métier de voix-off place la voix au centre de tout, le terrain de jeu est le studio d’enregistrement.  «Je n’interviens absolument pas sur le contenu. Ceci étant, il se peut que je me rende compte, en commentant, que l’information n’est pas très compréhensible, alors on modifie un peu».

Vouant une véritable passion pour la musique, il a prêté sa voix au rang d’une chorale depuis tout jeune. «J’ai été aussi sollicité pour une animation libre au début sur la Radio des jeunes. De fil en aiguille, je me suis spécialisé dans l’émission musicale Black Tempo». Lillio vit pleinement de sa passion, il est fier de son travail.  «Pour l’anecdote, j’ai été un jour contacté pour une publicité de produit cosmétique alors que ma voix n’était pas du tout dans un état normal. Ce qui a rendu la tâche plus facile puisque le client voulait une voix basse pour le spot».

Joachin Michaël

 

Tia Tanindranaza41 partages

Fanjakana sy ny sendikan’ny mpitsaraTsy mbola milamina

Hiitatra any andafin’ny riaka ny akon’ny fitakian’ny Sendikan’ny Mpitsara eto Madagasikara (SMM) noho ny teritery isan-karazany ataon’ny manampahefana amin’ny asan’ny mpitsara Malagasy.

Toky R

 

Madagascar Tribune38 partages

Zama Lille 2017 : deuxième édition du Rassemblement de la Diaspora de Madagascar

Après une édition réussie à Aix en Provence en juillet 2017, le Comité d’organisation de Zama lancé la deuxième édition à Lille les 7-8-9 juillet 2017 de ce rassemblement qui veut réunir les membres de la Diaspora malagasy de la manière la plus élargie.

Zama est une manifestation-événement, apolitique et citoyenne, qui veut offrir un point et un moment de rencontre entre tous ceux qui, profondément attachés à Madagascar, veulent réfléchir, partager et échanger sur le comment « agir ensemble », pour le bien de Madagascar et le mieux-être de sa diaspora.

La Faculté de Droit d’Aix en Provence avait accueilli cette manifestation à la même période l’année dernière. C’est la non moins prestigieuse Université Catholique de Lille qui, cette année, offre à Zama ses infrastructures pour permettre la réalisation de ces trois journées de conférences et de tables rondes. Ces sessions verront des contributions d’une quarantaine d’intervenants : contributeurs citoyens, experts, scientifiques, représentants d’associations et d’ONGs, entrepreneurs -pour certains invités depuis Madagascar- et par des représentants d’autres mouvements diasporiques. Ils débattront de sujets tels que la caractérisation de la Diaspora, l’identité, le développement durable, le retour à Madagascar, ou les relations de la Diaspora avec Madagascar.

Ce moment de rencontre fera aussi l’objet d’animations culturelles (exposition, ateliers), de concerts, de projections cinématographiques et d’une soirée dansante.

Zama Aix 2016 avait été un succès avec quelques 300 à 400 participants par jour qui disent y avoir vécu des moment d’une richesse exceptionnelle dans la communion et le partage d’idées et d’expériences. Zama Lille 2017, qui vise journellement 500 à 600 participants, veut consolider définitivement la notoriété et la place de cet événement dans la vie de la diaspora de Madagascar. Zama a vocation à se tenir annuellement dans différentes villes, et différents lieux.

Tia Tanindranaza33 partages

Raharaha Free newsFeno tsy fanarahan-dalàna, hoy ny mpisolovava

Nalain’ny avy eo anivon’ny biraon’ny polisy misahana ny heloka bevava am-bavany etsy Anosy omaly maraina ny talen’ny famoahan’ny gazety Free news, Haja Rasoanarivo sy ny tonian-dahatsoratr’izy ireo, Toky Ravaroson.

 Ny filohan’ny antenimierandoholona, Honoré Rakotomanana no nametraka ny fitoriana ny gazety noho ilay resaka fanamboarana tranobe etsy Ambatomirahavavy. Betsaka ny tsy fanarahan-dalàna nitranga omaly, hoy ny mpisolovava ny gazety. Ny mahazatra dia ny eo anivon’ny Sécurité Urbaine de Tananarive ( SUT) na ny polisy etsy amin’ny faritany no manao fanadihadiana fa tsy ny polisy misahana ny heloka bevava. Voalaza mazava ao amin’ny andininy faha-32 ao anatin’ny lalàna mifehy ny serasera koa fa ny talen’ny famoahana ihany no tokony ho nampanantsoina. Rehefa tsy eo ilay voalohany vao hantsoina ny tonian-dahatsoratra. Ny talen’ny famoahana ihany koa no tokony ho niditra aloha. Araka ny fampitam-baovao hatrany moa dia anio no hahazo fampiantsoana koa ny tompon’andraikitra voalohan’ny gazety, ary tsy mifanaraka amin’ny lalàna hatrany izany, hoy ity mpisolovava ity.

Mirija

 

L'express de Madagascar32 partages

Tennis – Tunisie – Débuts réussis des Malgaches

Cinq victoires en cinq rencontres. Les jeunes Malga­ches ont réussi leur entrée en matière, au tournoi ITF Grade 1 de Tunisie, mer­credi. Dans le tableau masculin, Lanja Rakotozandriny a facilement disposé de l’Algérien Lendi Mohamed en deux manches (6/1, 6/1).Fenosoa Rasendra a bataillé un peu plus rudement face au Tunisien Zribi Mohamed, mais s’est également imposé en deux manches (6/4, 7/5). Et Sampras Rakotondrainibe a apporté un troisième succès au camp malgache, face à l’Egyptien Ayoub Hassan (6/4, 6/4).Du côté du tableau féminin, Mialy Ranaivo n’a fait qu’une bouchée de la Togo­laise Talaki Valentine, balayée en deux sets (6/1, 6/1). Par contre, Narindra Ranaivo a dû puiser dans ses ressources pour éliminer une autre Togolaise, dénommée Bouba­ker Wiem. Cette dernière l’a poussée à disputer une troisième manche (6/4, 5/7, 10/7).

H.L.R.

Tia Tanindranaza30 partages

Fikambanana ZanadranavalonaHanatanteraka ny taom-baovao eto Imerina

Rehefa nifanarahan’ny rehetra tonga nivory tao amin’ny tranombokim-pirenena tamin’ny taona 2016 nahitana ireo Ampanjaka isan-tsokajiny,

Andriana ary Tangalamena manerana ny nosy fa hiaraha-mankalaza ny faha-20 septambra 2017 ny taom-baovao Malagasy iraisan’ny rehetra ary tsy hisy antokon’olona mahazo mampiasan’izany taom-baovao Malagasy izany intsony nanomboka tamin’izay fotoana izay dia nanapakevitra ny fikambanana Zanadranavalona Anosimanjaka fa hanatanteraka ny fanamarihana ny taom-baovao eto Imerina hiantsoany ny taom-baovao efa fankalazany hatramin’ny 443 taona lasa ka nolovaina tamin’ny mpanjaka Ralambo sy ny mpanandro malaza Habib. Mifanaraka hatrany amin’ny fiafaran’ny Ramadany Silamo io Taom-baovao hankalazain’ny Zanadranavalona io. Marihana fa miroso 11 andro isan-taona ny fankalazana ho an’ny Malagasy. Mandritra ny 3 andro dia ny Vava Alahamady, ny Vonto Alahamady ary ny Vody Alahamady no hakalazana ity taom-baovao eto Imerina ity izay hotanterahina eny Anosimanjaka. Hisy ary ny fankalazana nahazatra hatramin’izay amin’ny andron’ny Vava alahamady ny 24 jona izao izay hanatanterahana ny famonoana ny omby volavita, ny fitsofan-drano, ny fanaovana kabary ary ny fihinanana ny nofonkena mitam-pihavanana sy ny fizarana ny hena na jakam-pandroana  ary tsy hadinoina amin’izay ny mivavaka amin’Andriamanitra Andriananahary. Ny alohan’io, ny 23 jona dia hisy ny fidiovana amin’ny endriny rehetra amn’ny fanaovana ny harendrina. Ny 25 jona kosa dia hisy ny hiragasy malaza hifanandrinan’ny tarika Tsy Maka Lagy avy any Arivonimamo sy ny tarika Ravalomanantsoa avy any Antanifotsy. Nomarihin’Atoa Ravelonarivo Eddie filohan’ny fikambanana Zanadranavalona teny Ampefiloha omaly fa tsy anisan’ireo fikambanana hanangana mpanjaka iraisana kasain’ny sasany hatao izany ry zareo.

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza22 partages

Faly Ramakavelo“Fahaleovantena ara-toekarena aloha”

Mahaleotena ianao rehefa mahavita manome sakafo sy mamatsy ny filana fototra ao amin’ny firenena, hoy i Faly Ramakavelo.

 Ilaina fehezina ny zavatra tena ilaina ao amin’ny firenena, toy ny fanafody, sakafo… ary tokony ho vitantsika Malagasy. Tsy voatery ho vita daholo ny zava-drehetra fa farafahakeliny dia manana ny fahaleovantena ara-toekarena satria tokony ho vitantsika ny mamatsy ny filana mivantana. Tsy voatery mitrosa isika satria lasa ny mpampindrana no mibaiko. Raha mbola mitrosa amin’ny olona avy any ivelany isika dia izy no mametra sy mifehy ny zava-drehetra, kanefa tsy hisy ny fahaleovantena raha tsy ny fahaleovantena ara-ekonomika aloha no mipetraka, raha ny fanazavany. Ny zavatra tsara ho fantatra dia tsy misy resaka fampindramana ny  fifandraisana eo amin’ny firenena roa fa ny tombontsoa no tena katsahina sy harovana amin’izany. Rehefa manome vola ho antsika ny mpamatsy vola dia ny tombontsoany no katsahiny. Hatreto aloha, mbola iharan’ny domina tapany handoa erany ny fanjakana Rajaonarimampianiana, kanefa mbola mirehareha fatratra. Raha vitantsika ny mamokatra ny zavatra tokony haondran’ny vahiny aty dia tsy afaka manondrana intsony izy, ary mihena ny tombotsoany ary izay no tokony hezahina tsikelikely. Mila miova fomba fisainana isika satria ny foto-pisainana “néolibéralisme” na ny foto-pisainana tsy misy fihantrana no iainana eto amintsika amin’izao fotoana izao, ka tokony hifampitsinjo ny mahantra sy manankarena. Matoa anefa mitombo ny an’ny sasany dia vao mainka mihena ny an’ny hafa. Ny ahafahana misoroka an’izany dia ny manam-bola no tonga saina hitarika mahantra amin’ny alalan’ny fizarana sy ny fampianarana ny mahantra hahafahana misintona azy. Mila manampy ny olona sahirana amin’ny fampiasam-bola miteraka tombontsoa ho an’ny rehetra, toy ny famoronan’asa. Ilaina ny mifanampy, fa raha mbola ny toe-tsain’ny tsy fifampitsinjovana na ny “néoliberale” no misy eto dia na ny antonony aza mbola hihetry.

Toky R

 

Midi Madagasikara22 partages

City guide : Des itinéraires sur des endroits spécifiques via une application mobile

Lors de la présentation du City guide hier !

Un nouveau guide intitulé « Antananarivo City Guide » est lancé par la société d’édition Mad’Activité Production au profit de tous ceux qui transitent par la Capitale. « Avec près de 10 000 exemplaires distribués dans tous les hôtels et les restaurants ainsi que les magasins et les kiosques partenaires, ce guide sera publié toutes les six semaines. Un plan de la ville et ses répères ainsi qu’un annuaire répertoire y sont relatés à part la liste de ces hôtels et restaurants localisés dans la Capitale », a expliqué Kevin Rabefaritra, un développeur d’application de Mad’Activité Production lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier à l’hôtel Colbert. Entre temps, une application mobile pouvant être téléchargée via un smartphone a été lancée. « Comme avantage, cela permet d’identifier tous les itinéraires sur des endroits spécifiques comme le nom d’un hôtel ou d’une boutique, à part les tracés habituels des transporteurs en commun dans la Ville des Mille », a-t-il poursuivi.  Notons que cette application mobile est disponible en version malagasy, française et anglaise. Mais ce n’est pas tout ! Ce guide pour Tanà sera également accompagné par un robot messenger « City Guide Madagascar » qui peut être consulté via le compte facebook.   

Navalona R.

Midi Madagasikara22 partages

Toliara : Journée marathon du président

Hery Rajaonarimampianina a procédé à une série d’inaugurations, avant-hier, à Toliara.

« Prenez soin des infrastructures que le gouvernement met à votre disposition », a dit le président Hery Rajaonarimampianina, à Anketa, avant-hier, pendant l’inauguration de la RN9 reliant le nord de Toliara jusqu’à 107 km (financement BAD), en même temps que les 5km réhabilitées en ville (Pic2). Il a ajouté qu’un projet est déjà en cours de réalisation concernant la route reliant Befandriana-Manja jusqu’à Morondava grâce à la BAD. Un autre fonds sera alloué pour la RN10 reliant Toliara à Taolagnaro (Fort Dauphin). Pour faciliter la réinsertion des jeunes sur le marché du travail, la Direction Régionale de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle a obtenu 200 000 000 ariary du projet présidentiel pour la construction d’un nouveau bâtiment conservant la banque de données pour diriger la connexion des jeunes vers l’employeur. Soit, une journée marathon du président.

Ressources. Par la suite, le Président procéda à l’inauguration de l’extension de la Mairie pour assurer une fluidité et améliorer le service qui entame l’informatisation de l’Etat-Civil. Continuant sur la même avenue, il a inauguré le guichet unique de la Chambre de Commerce et de l’Industrie, qui a coûté 83 millions d’ariary de Pic2. Ce guichet permet à toute nouvelle entreprise à devenir fonctionnelle en un jour. La CCI abrite un Centre de Ressources et travaille avec l’EDBM pour informer d’éventuels investisseurs. Le marathon du Président continua jusqu’au port qui va connaître une modernisation au goût du business grâce à un PPP de 100 millions d’euros d’investissement avec Sea Logistic, qui accorde une redevance de concession durant 30 ans. Enfin ce fut l’inauguration du Bazar Filongoa au bord de la mer, pour tous les marchands déplacés par les constructions de routes. Pour terminer le Président Rajaonarimampianina a distribué 21 motos (Pic2) au 21 communes rurales de la Région Sud-Ouest, leur permettant de collecter les impôts.

Grenier. La veille, Rajaonarimampianina était à Samangoky pour encourager les paysans de la région en réhabilitant et en construisant des infrastructures pour l’irrigation des champs car c’est le grenier à riz de la région Sud-Ouest (BAD). En regagnant Toliara, il s’est arrêté à Tsianisiha,  PK 58, pour respecter le projet d’Aménagement d’Infrastructures routières (PAIR) en fournissant des matériels agricoles pour l’association des femmes d’un montant de  36 millions Ar de FAD. Pour terminer la journée du lundi, le PRM a inauguré le balisage lumineux de l’aéroport pour des atterrissages nocturnes et des voitures de pompiers pour que l’ADEMA gagne une certification internationale et recevoir de longs courriers pour la promotion du tourisme.

Charles RAZA, correspondant à Toliara

Madaplus.info21 partages

Antanimena : Attaque en pleine ville à une heure de pointe

La ville d’Antananarivo devient de plus en plus dangereuse, avec l’insécurité grandissante de jour comme de nuit.
Pas plus tard qu’hier, une épicerie à Antanimena, en plein centre ville, a été victime d’une attaque à main armée. L’attaque a été perpétrée à 10 h du matin.les bandits ne se limite plus à des gros butins, mais dévalisent même les épiceries. 150 000 Ar qui sont la recette matinale de l’épicerie et un téléphone portable ont été dévalisés par les malfrats. Deux clients, se trouvant au mauvais endroit au mauvais moment se sont aussi vus détrousser des objets de valeurs en leur possession. Les forces de l’ordre étaient venues sur les lieux : mais comme à leur « presque » habitude, elles n’ont pu que faire le constat des dégâts.
Madagascar Tribune21 partages

Le ministère de la Justice a organisé une visite à Manjakandriana

Critiqué et accusé à tort ou à raison par nombre de leaders d’opinion dont une majeure partie des médias dans le cours de l’affaire Claudine Razaimamonjy placée sous mandat de dépôt et finalement transférée à la prison de Manjakandriana, le ministère de la Justice par l’intermédiaire de sa Direction de la Communication réagit. La presse a été ainsi invitée par la Direction régionale des établissements pénitenciers et les services communications du ministère de la Justice, à une visite de la prison centrale de Manjakandriana ce 22 juin 2017. Et évidemment comme il fallait s’y attendre et après les déclarations du chef d’établissement pénitencier de Manjakandriana de la veille, la prévenue est bien à la prison centrale des femmes à Manjakandriana et non dans une résidence surveillée « dorée » ou bénéficie des privilèges et avantages comme on le pense dans la conscience collective. D’après les reportages de radios privées, Claudine Razaimamonjy est comme tous les pensionnaires de la prison centrale et en tant que telle, elle n’a pu être prise en photo ; aucun enregistrement audio n’a non plus été autorisé. Mais selon radio Don Bosco, elle a pu rencontrer et discuter avec les journalistes. Ces derniers ont constaté que la villa présumée résidence dorée de la prévenue est une villa louée par les membres de la famille Claudine Razaimamonjy pour lui servir de cuisine, réduisant ainsi les difficultés quotidiennes en raison de l’éloignement.

Le ministère de la Justice et la Direction des établissements pénitenciers espèrent que cette visite organisée à l’intention des journalistes enlèvera toute suspicion de compromission et de traitements privilégiés à l’endroit de Claudine Razaimamonjy. Toujours est-il que les journalistes savent ce qu’est une visite organisée « ou guidée ». Et puis cette confusion dans l’organisation de la visite que le secrétaire général du ministère avoue ne pas être au courant, alors qu’il est le second dans l’administration d’un ministère, ne peut pas exclure quelque questionnement ou doute dans les esprits.

Madagascar Tribune19 partages

Grand rassemblement de solidarité

A l’approche de la fête nationale, les opposants accentuent la pression sur le régime Rajaonarimampianina. Alain Andriamiseza et compagnons ont annoncé un grand rassemblement avant le 26 juin. C’est chose faite car ce 23 juin, le Live Hôtel sis à Andavamamba va abriter une réunion de tous ceux qui trouvent et déclarent que ce régime est incapable, qu’il n’a plus sa raison d’être à la tête du pays et qu’il faut changer pour le bien de la nation et non pour provoquer un autre coup de force dont les conséquences ne feraient qu’appauvrir davantage le peuple. C’est ce que Maharavo Tolojanahary alias Doudou a souligné dans ses appels multiples pour la solidarité des opposants. Le Dinika Fanavotam-Pirenena et les autres plateformes politiques de salut public ou de renouveau ou de sauvegarde de la République …, qui s’affichent comme opposants et/ou forces de propositions appellent pour la solidarité de tous les citoyens et associations et formations politiques à la solidarité. Ainsi à l’intention des jeunes, une formation des Jeunes Forces de changement est apparue en public à Andravoahangy ce 22 juin pour persuader les jeunes à rejoindre le Live Hôtel et partager et discuter des stratégies pour un autre gouvernement d’union ou de consensus qui ne saurait compromettre l’avenir des jeunes. Ces Jeunes forces de changement promettent que le mouvement n’est pas destiné à encore empirer la situation catastrophique actuelle mais à concevoir et à mettre en place des structures et des politiques meilleures en matière de gouvernance et de politique de développement car on ne peut tomber encore plus bas.

En tout cas, les formations politiques proches du régime sont elles aussi invitées pour discuter de la manière de changer en bien ce régime. On voit mal les partisans du parti présidentiel venir se joindre à ces opposants. D’ailleurs le groupe parlementaire MAPAR III conduit par Famindra Justin a déjà refusé la proposition d’un gouvernement d’union ou de consensus annoncée par le DFP et les Forces de changement.

Apparemment Famindra Justin préfère que les mandats des gouvernants et des élus arrivent à terme pour le respect des règles et alternances démocratiques.

Midi Madagasikara13 partages

Visite de Claudine Razaimamonjy à Manjakandriana : Nouvelle mise en scène

 Quelles que soit les excuses que pourraient avancer le Ministère de la Justice, cette nouvelle mascarade ne fera qu’attiser les soupçons et provoquer des polémiques.

Un faux bond monumental. Ayant prévu d’amener des journalistes à Manjakandriana pour confirmer la présence physique de la Conseillère spéciale du président de la République Claudine Razaimamonjy dans la prison de cette localité, le Ministère de la Justice s’est finalement rétracté. Pourtant la veille (ndlr : mercredi), un responsable au niveau du Service de la Communication dudit Ministère a appelé plusieurs organes de presse pour ce rendez-vous. A 8h tapante, heure annoncée pour le départ, les membres de la presse, enthousiasmés par l’importance de l’information, ne serait-ce que pour constater de visu les conditions de détention de la patronne de l’hôtel « AC » et pour tenter d’obtenir quelques photos de la célèbre prisonnière, étaient présents devant le magasin Shoprite Ampasanimalo. Toutefois, le programme ne s’est pas déroulé comme ce qui a été prévu. Les journalistes ont d’abord été priés de se rendre au Ministère de la Justice à Faravohitra, « pour discuter avec les responsables à propos des consignes », a-t-on expliqué. Grande fut la surprise lorsqu’à leur arrivée à Faravohitra, toutes les personnes présentes sur place, y compris le Secrétaire général du Ministère de la Justice ont affirmé ne pas être au courant de l’existence d’un programme de descente dans la prison de Manjakandriana. A noter que le ministre Charles Andriamiseza est encore à Toliara après avoir assisté au Conseil des ministres décentralisé qui s’est déroulé dans cette ville mercredi dernier.

« Manipulation ». La question est donc de savoir qui a ordonné à l’équipe du service la communication du Ministère de la Justice de contacter la presse pour ce voyage à Manjakandriana. La décision a certainement été prise en haut lieu et le responsable qui a appelé les journalistes n’a fait que suivre les ordres de ses supérieurs hiérarchiques. Très remontés contre cette « irresponsabilité », les journalistes ont quitté Faravohitra après deux heures et demie d’attente, ou enfin presque. L’on a cependant appris qu’une délégation composée de représentants du Ministère de la Justice et une poignée de journalistes a quitté Faravohitra vers 11h30 pour se rendre à Manjakandriana. Au total, six journalistes étaient du voyage. Le va-et-vient et les déclarations faites depuis 8h du matin n’étaient donc qu’une manœuvre dilatoire visant à écarter certains organes de presse qui pourraient refuser de cautionner cette nouvelle mise en scène, et qui risqueraient de compromettre cette « campagne de manipulation ». D’autant plus que d’après un confrère qui faisait partie de la délégation, tous les journalistes étaient priés d’éteindre leurs téléphones. Par ailleurs, il était formellement interdit de prendre des photos. Les membres de la presse ont donc fait une cinquantaine de kilomètres juste pour voir Claudine Razaimamonjy pendant quelques minutes, sans pouvoir poser des questions ni prendre des photos. En tout cas, quelles que soit les excuses que pourraient avancer le Ministère de la Justice, cette nouvelle mascarade ne fera qu’attiser les soupçons et provoquer des polémiques autour de l’affaire Claudine Razaimamonjy. Une descente sans exclusion aurait servi à éclaircir l’opinion.

Davis R

Tia Tanindranaza11 partages

Pierrot RajaonariveloMiantso fitoniana

Nanohana ny filoha Rajaonarimampianina hatrany ny MDM (Mouvement pour la Démocratie à Madagascar) nanomboka ny fihodinana faharoan’ny fifidianana filoham-pirenena tamin’ny 2013

 

. Hatramin’izay ka hatramin’izao dia manohana ny fitondrana HVM, hoy ny loholona Pierrot Rajaonarivelo, omaly. Tsy voafehin’ny fanjakana ankehitriny intsony anefa ny firenena ary manomboka mitroatra ny olona noho ny zioga ampitondrain’ny HVM, izay tsy mahita vahaolana manoloana ny fahantrana sy fahasahiranan’ny Malagasy, saingy tsara toerana sy migoka tombontsoa ao anaty fitondrana aloha izy ireo, dia miezaka mafy miaro ny fitondrana sy miray tsikombakomba amin’ny famotehana matoa mangina sy miezaka mandamin-dresaka manoloana izao efa fitotonganan’ny firenena izao. Mikasika ny fanamarihana ny fetim-pirenena kosa dia miantso fitoniana ity loholona ity. Manomana ny fetim-pirenena isika izao, ka ny olom-pirenena rehetra dia mila mifantoka amin’ny fanomanana fety satria izao tontolo izao no mijery antsika. Tsy vahaolana ny fanakorontanana amin’izao efa fahantrana izao. Ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana dia fanamby goavana, ka izay no tokony himasoana. Nametra-panontaniana ity loholona ity amin’ny hahafahana mifanome tanana eo amin’ny fiarahamonina hampandry fahalemana. Fetim-pirenena io ary tsy misy firenena hafa hankalaza afa-tsy isika ihany. Isika no niady fahaleovantena, ka isika no mila mampiseho firaisankina, hoy hatrany izy. Tsy misy resaka antoko politika ny fankazalana ny fiandrianam-pirenena, fa ny Malagasy tsirairay no manandratra avo ny firenena, ka ny fananganan-tsaina no marika voalohany ho fanajana ny tanindrazana. Nozogaina nandritra ny 60 taona ny Malagasy, ka tonga ny fotoana hanamarihana ny fetim-pirenena ary tsy misy an-kanavaka fa iray ny Malagasy.

Toky R

 

L'express de Madagascar11 partages

Transport aérien – Air Madagascar prépare la haute saison

La saison estivale arrive bientôt en Europe. La compagnie aérienne Air Mada­gascar se prépare déjà pour cette période et annonce son programme. Deux liaisons hebdomadaires sont programmées entre Antana­narivo et La France  jusqu’au 28 octobre et des rotations supplémentaires pour la haute saison.La compagnie nationale assurera ainsi un vol sans escale entre Antananarivo – Paris chaque samedi. Le départ est prévu à l’aéroport d’Ivato à 1heure 00 pour arriver à Paris-CDG à 10 heures 50. Le vol retour quitte la capitale française à 16 heures 10 pour se poser à Ivato, le lendemain à 4 heures 05.Air Madagascar propose également un trajet Anta­nanarivo – Marseille – Paris toutes les semaines. Le vol quitte Ivato le lundi à 23heures 40 pour se poser à Marseille-Provence le lendemain à 8heures 45, puis à Paris-CDG à 11heures 40. Le vol retour quitte Roissy le mardi à 14heures 10 puis Marseille à 17heures 05, pour une arrivée à l’aéroport d’Ivato le mercredi matin à 4heures 05.Afin de répondre à la demande de la haute saison estivale, la compagnie nationale annonce la mise en place de rotations supplémentaires Paris-Marseille-Antanana­rivo les 6 et 13 juillet, 17 et 31 août.

Lova Rafidiarisoa

Orange Madagascar10 partages

953 familles vulnérables d’Ankorondrano reçoivent des paniers de produits de première nécessité

La fête de l’indépendance est un événement d’envergure où l’accent est mis de façon significative sur la notion de « Fihavanana ». A cette occasion, propice aux actions de partage et de solidarité, Orange Madagascar est au chevet des familles vulnérables d’Ankorondrano Andranomahery, et d’Ankorondrano Est, en apportant son appui à ceux qui en ont le plus besoin. 

L’opérateur, avec son association Orange Solidarité Madagascar et les  salariés bénévoles, offre des paniers de produits de première nécessité à plus de 953 familles vulnérables. Des lampions et des friandises sont également offerts à 1.255 enfants de 3 à 10 ans.

« Orange, en tant qu’entreprise responsable et citoyenne, répond aux besoins fondamentaux de la Communauté et de la population malgache au nom du firaisankina »  déclare Josie Randriambeloma, Présidente de l’Association Orange Solidarité Madagascar.

A travers cette journée de la solidarité, Orange Madagascar valorise l’esprit solidaire au sein de l’entreprise, puisque les salariés participent eux même activement à cette journée. Ils sont une centaine de salariés bénévoles à participer à l’événement.

Il s’agit en effet d’un événement éducatif de poids sur les valeurs universelles de respect, liberté, solidarité, équité portées à Madagascar via les salariés d’Orange Madagascar.

Avec la semaine de la solidarité, Orange Madagascar s’engage encore plus dans des projets au bénéfice de l’ensemble de la communauté locale dans l’optique d’apporter sa part de brique au développement du pays

Ino Vaovao8 partages

MAROVOAY : Nieren-doza ireo mpandeha nazeran’ny fiaramanidina nikasa ny ho any Antanànarivo

Ny alakamisy 22 jona tokony ho tamin’ny 1 ora antoandro mahery teo, no nandray antso avy amin’ireo mpandeha ny tao amin’ny Fari-piadidiam-paritanin’ny Zandarimaria Mahajanga, fa nianjera ny fiaramanidina nandehanan’izy ireo ary toerana tsy misy tanàna no nianjerany, ka nitady toerana nahafana nampita hafatra aty Mahajanga izy ireo nandritra ny adiny telo mahery.

Teratany vahiny iray ny mpanamory ilay fiaramanidina tsy miankina, izay an’ny Leader price, mitondra ny laharana IMM 5RM LW. Ny tompony no niondrana tao anatiny izay teratany malagasy.

Voalaza fa tamin’ny 9 ora maraina izy ireo no niantso tany amin’ny Asecna Mahajanga fa manana olana amin’ny maotera izy ary nilaza fa manodidina ny Marosakoa sy Antanimasaka no nisy azy ireo tamin’io fotoana io. Tsy dia lavitra loatra an’i Marovoay ilay toerana voalaza, io ihany koa no fifandraisana farany tamin’izy ireo dia tsy fantatra izay nisy azy raha tsy ny antson’izy ireo nanambara ny fianjeran’ilay fiara-manidina indray.

Nandray fepetra avy hatrany ny zandary taty an-toerana raha vantany vao nandre ka ny borigady telo akaiky ilay toerana no niara-nientana. Ankazomborona, Marovoay ary Manaratsandry izay samy niezaka nanao ny fisavana tamin’ny lalana ndrao misy olona sendra nahita ilay fiaramanidina nianjera ka nitondra zavatra avy any.

Ny avy ao amin’ny borigadin’i Marovoay no nifanojo tamin’izy ireo ka niverina teny an-toerana aloha nijery ny zava-misy sy nanao fanadihadiana ary nametraka Zandary hiandry ilay fiaramanidina no nikarakara ny fiverenanan’izy ireo aty Mahajanga indray.

Mbola any an-toerana hatramin’izao ny Kaomadin’ny vondron-tobim-pileovan’ny Zandarimaria Boeny, manao ny fanadihadiana

Fety

Midi Madagasikara8 partages

Toamasina Renivohitra : Tovolahy tratra nipipy teo amin’ny sisin-tambohon’olona, maty voatsatoka antsy

Tanteraka teto ireo teny misoratra mazana amin’ny sisin’ny fefin’ny olona amin’ny fampandoavam-bola sy fidarohana azy ireo, ho an’izay tratra mivalandrano imasom-bahoaka. Tovolahy iray mpitondra posy tokony ho 35 taona no maty voatsatoka antsy teo amin’ny fony tao Tanambao faha-V tsy lavitra ny fiangonana fo masin’i Jesoa. Raha ny angom-baovao natao dia efa fanaovan’ny olona fivalandrano ity toerana ity, ka nandray fanapahan-kevitra ny tompon’ny trano nanome baiko ny mpiambina ny tananany hanara-maso sy handray fepetra ho an’ireo tratra manao maloto amin’ity faritry ny fefiny ity. Vokany vao hitan’ilay mpiambina ity mpitondra posy naka sisin’ny fefy ambenany sy efa nahazoany baiko tamin’ny mpampiaa azy , dia avy hatrany dia nantoniny. Tao anatin’izay anefa dia raikitra ny fifamaliana teo amin’izy roa lahy, nefa tampoka teo dia notsatohan’ilay mpiambina ny antsy ilay mpitondra posy; niala ihany anefa izy saingy nisolifatra ilay antsy ka nitsatoka tamin’ny fony ka niteraka izao fahafahatesana olona izao. Soa anefa fa tonga haingana ny polisy izay tsy lavitra teo ny misy ny kaomisarian’i Toamasina renivohitra, raha tsy izany dia raikitra teo indray ny fitsaram-bahoaka satria efa nihakatra ny hatezerana tamin’ireo mpitondra posy namany nahita ny zava-niseho, izay mbola niantso namana ihany. Efa eo am-pelan-tanan’ny polisy hanaovana fanadiadiana ilay mpiambina nahafaty olona noho resaka fivalanan-drano nataony, nampanantsoina ihany koa anefa ny mpampiasa azy mikasika ity raharaha ity.

Malala Didier

L'express de Madagascar7 partages

Championnat national de rugby scolaire – Dernière ligne droite avant la grande finale

Dernière ligne droite. Le tournoi inter-régions de la zone centre se tiendra ce vendredi 23 juin, au stade des Makis à Andohatapenaka, dans l’après-midi. Ce dernier tournoi de zone regroupe les équipes championnes masculine et féminine venant des six ligues, à savoir Anala­manga, Atsinanana, Alaotra mangoro, Itasy, Bongolava et Menabe.Grand absent, Vakinan­karatra ne sera pas de la partie, car cette ligue n’a pas effectué son tournoi de sélection. Les catégories concernées par ce championnat sont celle des U15 pour les garçons des U18 pour les filles.À l’issue d’un tournoi de qualification du 8 juin dernier, la formation du CEG de Sabotsy Namehana remporte le ticket et représentera Analamanga à ce tournoi zonal inter régions. De nom­breux établissements de la Capitale et ses alentours ont participé au tournoi d’Anala­manga, entre autres les lycées d’Ampefiloha, de Jean Joseph Rabearivelo, d’Andoharano­fotsy et d’Ambohimanarina.Depuis le mois de mai, trois zones, celle du Nord à Ambanja, celle du centre Sud à Fianarantsoa et celle du Sud Ouest à Toliara, ont déjà effectué leur tournoi respectif afin de sortir leurs équipes représentantes respectives.Deux jours après ce tournoi de la zone centre, auront lieu au stade de Malacam à Antanimena le dimanche 25 juin, les grandes finales des garçons et filles, mais cette fois, inter-zones. « Cette phase finale se jouera en poule unique. Ce sera la fête du rugby, car d’autres matchs seront aussi au programme ce jour là », a mentionné le directeur technique national, Antsoniandro Andrianorosoa.Les éliminatoires du championnat national de rugby scolaire se dérouleront dans la matinée.D’autres matches, entre quartiers et un autre amical international, les Barbarians français renforcés par les ex-Makis contre les Makis sélectionnés pour la Coupe d’Afrique des Nations au Maroc (5 au 8 juillet) seront au programme.Ce samedi, les écoles de rugby disputeront aussi un match de défi de rugby à 7 destiné aux U17 filles. La sélection de la côte saphir de l’école de rugby de l’association Terres en Mêlées défiera une des meilleures de la capitale.

Serge Rasanda

Midi Madagasikara6 partages

La nuit des arts sino-malagasy : Les artistes Chinois enchantent le public

La nuit des arts sinomalagasy qui s’est tenue au CCI Ivato le mercredi 21 juin dernier a été un véritable spectacle et un voyage au cœur de la civilisation chinoise.

 

19h30 mercredi soir au CCI Ivato, la grande salle laisse place aux artistes chinois venus raconter la civilisation chinoise en musique et en danse. Une remise de fanion, la présence de l’ambassadeur de Chine à Madagascar qui parraine l’événement, et place au spectacle. Les différentes tenues arborées par les artistes sont un véritable délice pour les yeux. Des couleurs, des matières, des designs, une vraie scénographie, la tenue du paon est un spectacle en elle-même ! La Chine est grande, et est riche de plusieurs millénaires de civilisation. Une sagesse qui se transmet par la grâce et la beauté des mouvements, une musique folklorique et une démonstration des instruments de musiques traditionnels de la Chine. Les musiciens qui ont participé à cette soirée ont bluffé l’assistance. Et puis, il y eut cette performance hors du commun où en une seconde, l’artiste change de visage. Un transformisme qui a été acclamée par tous !

Rakoto Frah Junior. Durant la soirée, le public a pu découvrir le folklore chinois. Les artistes ont transporté l’assistance dans plusieurs époques et contrées de la Chine, à travers l’art. Et qui d’autre maîtrise la grâce et la rigueur que les Chinois. Comme invité spécial, la scène a accueilli le groupe Rakoto Frah Junior, dignes fils du paternel devenu une vraie légende musicale et folklorique du pays. Le groupe Rakoto Frah Junior n’a pas démérité et a proposé plusieurs chansons, du folklore malgache qui fait vibrer l’instinct patriote, surtout en cette veille de la fête nationale !

Anjara Rasoanaivo

L'express de Madagascar4 partages

Stylisme – La mode en pleine effervescence

Trois défilés de mode ont lieu dans trois villes différentes, ce vendredi. À chacun son style : « Velona », « Tsodrano », et « Veloma » en disent long.

Ils ont en commun la matière première malgache comme forme d’expression. Mais leur style diffère selon leur personnalité. La mode « made in Mada » continue de séduire. Jaomatana a un style bien particulier qui allie tradition et modernité. Ses créations ont fait sensation forte dans l’univers de la mode. Madagascar reste sa source d’inspiration première.« Tsodrano » est le thème de ses nouvelles collections qu’elle présentera ce vendredi à 20 h à l’IKM Antsahavola. Treize robes faites à base de nattes, de soie et de linceul composeront Tsodrano, laquelle évoquera l’esprit malgache dans toute sa splendeur. La styliste Eva assurera la première partie de ce défilé avec sa griffe Lamba ».Jeune styliste en herbe, Jordan Rabemananjara est originaire de Toamasina et va présenter sa première collection ce soir. Âgé de vingt-et-un ans, il a créé la marque Rabe Squad qui est ultra prisée des jeunes branchés. Très connu sous le style « wax », Rabe Squad mélange également tendance moderne et urbaine avec une touche issue de la culture malgache. Ses créations vont du sur-mesure au prêt-à-porter. Et il répond actuellement à une clientèle de plus en plus diversifiée.

VelonaSa première collection qui s’intitule « Velona » va enfin être révélée au public dans le cadre de « Gasy Touch »au Neptune Hôtel Toamasina à partir de 19 h 30.Enfin, « Veloma » sera le thème de la dernière collection que la styliste Lalassou présentera au Flower Palace d’Antsirabe, ce vendredi à partir de 19 h. Elle est connue par ses créations à base de soga brodé ou peint à la main, et aussi par ses linges de maison. Elle dévoilera les pièces maîtresses de ses collections durant ce dernier défilé, en guise de « veloma », avant son départ définitif pour la France. La raison de ce départ est plutôt familiale. Certainement, Lalassou continuera de créer et de mettre son talent en avant, en puisant son inspiration dans la culture malgache. Le célèbre photographe réunionnais Joël Pelerin et le styliste Raleva seront ses invités d’honneur à cette occasion.

Ricky Ramanan

News Mada3 partages

Partenariat stratégique : quels réels avantages pour Air Madagascar ?

L’option d’un partenariat stratégique avec la compagnie réunionnaise Air Austral dans le dessein de redresser la compagnie aérienne nationale Air Madagascar fait l’objet de nombreux commentaires ces dernières semaines. De nombreuses questions restent également sans réponses, notamment sur les réels apports pour Air Madagascar dans le cadre de ce partenariat. D’autant que la compagnie Air Austral serait encore à la recherche des 40 millions d’euros pour entrer dans le  capital d’Air Madagascar.

Suite à des informations véhiculées à propos d’une éventuelle difficulté financière de la compagnie Air Austral et des problèmes avec son personnel, la compagnie a fourni des preuves sur sa solidité financière. Quant à la prise d’actions au sein d’Air Madagascar, le dossier reste flou jusqu’à présent.

 L’entrée d’Air Austral dans le capital d’Air Madagascar a été annoncée en grande pompe en avril dernier. Toutefois, l’officialisation de cet accord, prévue en mai, n’a pas toujours eu lieu jusqu’à maintenant. Et les responsables au niveau des deux compagnies n’ont fait que jouer les pompiers de service à propos de ce dossier.

Rappelons que l’absence des signataires à Madagascar a été le premier argument apporté par les responsables au niveau de la compagnie nationale pour expliquer ce retard.  Ils ont ensuite tenté de rassurer le public à travers une rencontre avec la presse organisée au début de ce mois, en annonçant que cette signature aura bien lieu, sans donner davantage de précisions.

Un partenaire intermédiaire

Air Austral prévoit d’apporter 40 millions d’euros dans les caisses d’Air Madagascar et prendra 49% des actions de la compagnie nationale à travers ce partenariat. Mais, d’après les informations véhiculées par la presse régionale à ce sujet, la compagnie réunionnaise ne disposerait pas encore des 40 millions d’euros à octroyer à Air Madagascar. Et cela en dépit des excédents enregistrés par la compagnie pour l’exercice 2016, annoncés dans une note publiée le 20 juin dernier. Apparemment, Air Austral serait encore à la recherche de ce fonds en négociant avec des investisseurs. L’opinion se pose donc des questions sur le vrai sens de ce partenariat. D’autant que le règlement des passifs d’Air Madagascar qui s’élèvent à 303 milliards d’ariary, est à la charge de l’Etat, donc du peuple malgache.

Sur les réseaux sociaux, le politicien Ny Rado Rafalimanana a notamment apporté son point de vue en se demandant «Pourquoi l’Etat a-t-il donné presque gratuitement les 49% d’actions de la compagnie aérienne nationale Air Madagascar à une compagnie intermédiaire qui est l’Air Austral alors que cette dernière effectue ensuite une nouvelle levée de fonds pour chercher 40 millions d’euros auprès d’autres partenaires ?». Autant d’interrogations qui gravitent autour de ce dossier. Il demande donc aux dirigeants de la compagnie nationale de fournir des explications dans le plus bref délai.

Haja R.

 

L'express de Madagascar3 partages

Makis Run à Nosy Be – Dix Réunionnais en lice

Sport et découverte, à l’ile de l’Ylang Ylang. La course de montagne dénommée Makis Run en est à sa cinquième édition. La version 2017 se tiendra ce samedi 24 juin, au Nosy Komba à Nosy be.Quatre types de courses seront au programme de cette édition, dont deux réservées aux adultes et deux au­tres aux enfants. Les seniors auront deux choix, la longue distance de 30 km ou celle plus courte de 20 km.L’innovation de cette cinquième édition sera les courses pour les jeunes qui seront réparties en deux catégories. La distance à parcourir est de 5 km pour les 6 à 11 ans et 8 km pour les 12 à 15 ans.« C’est un trail très difficile, un vrai parcours du combattant. Des montées et descentes brusques, à 2 500 m de dénivelée positive pour la longue distance et 1 200 m pour celle plus courte, seront sûrement au menu des coureurs », a décrit un des organisateurs du parcours. « Mais cela n’empêche pas les concurrents durant les courses, d’apprécier le paysage, la traversée des champs de Cacao, de vanilles, d’ylang Ylang et de café ainsi que les belles plages de ces iles au nord de la pointe de la Grande île », a-t-il ajouté.Environ cent participants dont une dizaine de la Réunion, et quelques uns de la Capitale, en plus des locaux, seront attendus à ce Makis Run, version 2017. Des animations culturelles sur la plage assureront la bonne ambiance, durant et après les courses.

S.R.

News Mada2 partages

Violence conjugale : les hommes aussi victimes

Si on a l`habitude d`entendre que ce sont toujours les femmes qui sont les victimes de violence conjugale, le fait en est autrement à Fianarantsoa car des hommes en sont aussi victimes. Certes, la gente féminine détient encore le record, cependant avec un taux de 36% en 2014, de source auprès du Centre d`écoute et de conseil juridique du Fokontany d’Isaha (CECJI), le seul centre du genre a Fianarantsoa I, le phénomène est assez inquiétant. Pour ces nouvelles victimes, le chômage est cité comme première source de cette situation. La femme étant devenue le premier membre de la famille qui assure les revenus du ménage. «L`ignorance des lois et textes régissant la vie d`un couple et du ménage ne fait qu`aggraver la situation de part et d`autre», a noté la directrice du CECJI, Oelisoa Razainandraina.

Il est à noter cependant qu’une régression de ce taux a été observée ces deux dernières années, 22% en 2015 contre 26% en 2016.

Les femmes, avec un taux en moyenne de 65%, vivant sous le régime  du mariage coutumier étaient les premières victimes de la vie conjugale. D’après la directrice du centre, les hommes osent leur dire «Tu es venue ici les mains vides, tu repars les mains vides».

Sera R

Ino Vaovao2 partages

SENDIKAN’NY MPITSARA : Horesahina any Paris sy Genève ny fitsabahan’ny HVM amin’ny raharahany

Tsy mijanona eto Madagasikara ny tolona fa mivelatra eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena. Ny sabotsy 24 jona izao dia hisy ny famelabelaran-kevitra arahina ady hevitra tanterahin’ny filohan’ny Smm, Fanirisoa Ernaivo, any Paris. 

Ny zava-misy eto Madagasikara amin’izao fotoana izao mahakasika ny tontolon’ny Fitsarana no lohahevitra amin’izany ka ao amin’ny Oniversite frantsay Paris Diderot no hanaovana azy. Hitohy any Genève Soisa ny dian’ny filohan’ny Smm hamelabelatra momba io lohahevitra io. Ny zoma 7 jolay no anjaran’ny ao Genève ka ao amin’ny «  Maison des associations  » no anatanterahana izany famelabelaran-kevitra arahin’ady hevitra izany.

Famelabelaran-kevitra izay vao mainka handratsy endrika hatrany ny fitondrana Hvm eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena.

Kamy

L'express de Madagascar2 partages

Projet de loi – Le code minier en pointillés

Le nouveau code minier se fait attendre. Le Président a annoncé en Afrique du sud qu’aucune modification ne se produira.

Le projet de nouveau code minier doit encore attendre. Celui-ci ne figure pas dans l’agenda du Parlement pour cette session ordinaire. Ce qui semble être normal puisque les autorités n’envisagent, pour le moment, aucune modification de ce texte malgré les différentes consultations effectuées. La déclaration du Président Hery Rajao­narimampianina, lors de son déplacement à Pretoria en Afrique du Sud, la semaine dernière va même dans ce sens.« Pour le moment, il n’y a pas de changement, nous appliquons le code existant et aucun changement ne se produira dans un proche avenir », a déclaré le Chef de l’État. Il ajoute par ailleurs que si des changements devaient être faits, ils ne s’appliqueraient pas sur les investissements ni sur les projets existants, comme l’a rapporté l’agence de presse Reuters.La refonte du code minier fait partie de l’une des nombreuses priorités du Plan national de développement (PND) édicté par le gouvernement. Les autorités ont déclaré à plusieurs reprises que l’actuel code minier, rédigé en 1999 ne répondrait plus aujourd’hui aux aspirations du Plan national de développement. Ils se sont mis au travail pour apporter des amendements afin d’augmenter le pouvoir de contrôle de l’Etat, de stopper la spéculation sur les permis d’exploitation, de renforcer les contrats sociaux et environnementaux avec les exploitants.

RétroDes consultations de tout bord s’en suivent. Et le Président avançait déjà une date lors d’un déplacement à Londres en novembre 2015.« Nous débattons toujours de tous les détails plus fins, mais par rapport à l’ancien, ce sera une amélioration par tous les aspects », a déclaré, à l’époque, le Président Rajao­narimampianina aux journalistes, ajoutant que cela passerait «cette année ou au moins au début de l’année prochaine (ndlr : année 2016)», avait annoncé le locataire d’Iavoloha dans la capitale anglaise. Le code n’a pas encore été soumis au Parlement jusqu’ici.Pour justifier les différents reports, l’Exécutif avance les travaux de consultations. « Il faut que les travaux d’élaboration de ce texte soient les plus inclusifs possibles. Quitte à ce que l’on attende l’année prochaine pour le faire passer », a soutenu le ministre Ying Vah Zafilahy dans les colonnes de L’Express de Mada­gascar en novembre 2016.« Le code minier n’est pas une finalité, c’est une étape par laquelle nous devons passer pour améliorer l’environnement des investissements miniers et les retombées du secteur sur la société », conclut le membre du gouvernement.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara2 partages

Opposition : Vers l’adoption d’une nouvelle stratégie

L’opposition resserre ses rangs ces derniers jours. Selon Maharavo Ratolojanahary dit Doudou, les forces de changement et les forces de l’opposition tiendront une réunion, ce jour, au Live Hôtel. Ces deux entités vont unir ainsi leurs efforts, afin d’éviter que l’opposition soit en ordre dispersé. Une nouvelle stratégie pourrait être en conséquence adoptée. D’ailleurs, un des dirigeants de l’opposition a déjà annoncé que cette dernière organisera une grande réunion avant le 26 juin et qui se tiendra en salle. Toujours d’après Doudou, cette réunion se fera en toute sérénité, et que les deux plateformes vont accorder leurs violons. En outre, l’Etat de droit et la bonne gouvernance seront également parmi les sujets abordés.

Manifestation. L’opposition n’entend pas s’arrêter à mi-chemin car après la célébration de la fête de l’indépendance, elle compte de nouveau se manifester. Mais l’on se demande si c’est toujours dans une enceinte fermée ou sur une voie publique ?  Ce qui est sûr, ce serait au mois de juillet, étant donné que le conseil de gouvernement en date du 30mai dernier fait état que « toute manifestation sur la voie publique est interdite. Et ce, pour que l’ordre public soit maintenu dans les normes légales et règlementaires préconisées par les textes en vigueur. Ordre a déjà été donné aux autorités étatiques pour l’application de cette décision ». Et ce, durant le mois de juin.

Dominique R.

Midi Madagasikara2 partages

Vendredi joli

# Levelo au Piment Café Behoririka. Bonne nouvelle pour les fans de Levelo ! Ce soir, ils vont avoir l’occasion d’apprécier en live quelques uns des grands succès de ce chanteur à texte qui a tiré sa révérence en 2009. Au micro et au korintsana, sa femme Lolona qui n’a cessé de l’accompagner dans chacune de ses prestations. Et comme pour Levelo, la musique a toujours été une histoire de famille, ses filles seront certainement là pour redonner vie aux grands succès de leur père. Comme tous les lives qu’ils ont donnés auparavant, aucun changement ne sera apporté à ses titres. Ils seront repris et chantés de la manière dont il les a créés. Autrement dit, les arrangements resteront les mêmes et la manière dont joueront les musiciens garderont cette ligne mélodique qui fait la particularité et l’âme de la musique de Levelo.

# Faniah Poon à l’Akany soa Ambanidia. Ils ont été dévoilés au grand public grâce à la même émission. Elle, fait partie de la première génération, lui, de la cinquième. Aujourd’hui cependant, ils vont se partager la scène. Faniah et Poon, ce soir, seront à l’Akany soa Ambanidia pour une soirée qui promet d’être très éclectique. Le duo sera accompagné par Sanda Ranaivosoa, Hents Andriamasimanana et Rado Manantsoa.

# Princio au CFM Anosy. Avec ses textes teintés d’humour et son machisme parfois excessif, Princio a réussi à s’imposer et à se faire une place dans le milieu artistique malgache. Aujourd’hui, il figure parmi l’un des artistes les plus appréciés de sa génération. Pour ceux qui ne l’ont encore jamais vu à l’œuvre, l’occasion, ce soir, se présente… au CFM à partir de 21 heures.

# Ifanihy à l’escale artistique Andohanimandroseza. Il fait partie de ces artistes qui ne se produisent que très rarement ! Quand comme ce soir, l’occasion se présente, elle est donc à saisir et à ne rater sous aucun prétexte. Ce soir, Ifanihy va en effet investir l’escale artistique Ariandro, à Andohanimandroseza. Le chanteur reprendra toutes ces chansons avec lesquelles le public l’a connu. « Izakakely », « Ambatobikina », « Indreto » ou encore « Ty vava » pourraient donc figurer dans son répertoire.

# Liantsoa au Café de la Gare Soarano. Certains ne la connaissent que comme étant un membre du groupe 123. Liantsoa, c’est pourtant une chanteuse qui a plus d’une corde à son arc. Jazz, soul, r’nb et parfois même du kalon’ny fahiny, mais revisité à sa façon, la jeune femme joue sur tous les registres. Depuis quelques temps, elle navigue de scène en scène. Pour ceux qui aimeraient la découvrir, autrement que sous sa casquette de 123, rendez-vous est pris ce soir au Café de la Gare.Mahetsaka

News Mada1 partages

Fête nationale : les clients d’Orange avantagés

C’est à l’occasion de la Fête nationale qu’Orange Madagascar a organisé le jeu «Loka Be Asaramanitra Orange Money 2017»  du 5 au 20 juin dernier. Les gagnants à ce jeu ont été récompensés, hier, à la Tour Ankorondrano.

Pour toute transaction Orange Money supérieure à 5.000Ar, ou pour toute identification du client auprès d’un point de vente Orange, le client obtient un ticket de jeu éligible au tirage.  Deux gagnants par jour ont été tirés au sort parmi les tickets éligibles. 32 lots ont ainsi été offerts aux heureux gagnants.

Voniarilala Anicia Andriamanantsoa a donc remporté le gros lot tiré au sort, mercredi dernier, au siège d’Orange Madagascar à Ankorondrano, en présence des commissaires aux jeux. Cette cliente d’Orange Madagascar a empoché la coquette somme de 1.000.000 Ar en Orange Money.

Orange Money compte plus d’un million de clients à Madagascar actuellement. En outre, plus d’un millier de distributeurs Orange Money sont disponibles sur toute l’île.

R.R.

 

News Mada1 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy : la justice accumule les bévues

Le ministère de la Justice semble totalement dépassé par la tournure qu’a pris l’affaire Claudine Razaimamonjy.

Incapable d’anticiper l’évolution de la situation, le ministère a du mal à gérer tous les paramètres susceptibles d’envenimer davantage l’affaire. Dernière bourde en date, le ministère a décidé de rameuter les journalistes hier, de sa propre initiative, pour un déplacement dans la prison de Manjakandriana, à une quarantaine kilomètres de la capitale, là où la propriétaire de «l’hôtel A C» est censée loger depuis sa sortie de l’HJRA. Rendez-vous était donc donné à Ampasanimalo à 8 h du matin pour le déplacement. Très tôt, les journalistes se sont rués sur place.

Qui sont au courant ?

Après plusieurs minutes d’atermoiements, il a été décidé de se déplacer à Faravohitra, au siège du ministère de la justice, pour couvrir un autre évènement qui s’est déroulé sur les lieux, alors que ce n’était pas prévu au programme. Arrivés à Faravohitra, les journalistes ont demandé au Sécrétaire général du ministère de la Justice Honoré Parfait Razafinjatovo, qui était présent sur les lieux, les raisons du retard pris par les responsables auprès dudit département pour le déplacement prévu à Manjakandriana. Ce à quoi il a répondu qu’il n’était pas au courant d’un tel rendez-vous.

«Je ne suis pas au courant de cette situation. D’ailleurs nous avons tous déjà entendu les explications données par le chef de l’établissement pénitentiaire de Manjakandriana sur les médias hier (à lire mercredi dernier) à propos de cette affaire. Mais je ne sais rien au sujet de votre déplacement», a-t-il indiqué. Alors que pendant ce temps, d’autres responsables du ministère de la Justice notent qu’une réunion avec le secrétaire général devrait se faire avant tout déplacement sur les lieux.

Ping pong

Suite à ce ping pong, les journalistes ont décidé de quitter Faravohitra vers onze heures. Et à la surprise générale, une heure après, le ministère a rappelé la presse que le déplacement demeure toujours d’actualité. Face à ce volte face de la part du ministère, seule une poignée de journalistes avait alors choisi de continuer la route. Une situation qui a encore une fois révélé au grand jour, d’une part, l’incapacité du ministère de la Justice à gérer l’affaire Claudine Razaimamonjy et d’autre part, l’ampleur du dégât qui pourrait être causé par la plus célèbre prisonnière de Manjakandriana, voire de Madagascar actuellement. Car, il est plus que probable que le cas Claudine Razaimamonjy est loin d’être une simple affaire pénale. Loin de là.

A titre d’exemple, le 5 avril dernier, le ministère de la Justice avait révélé sa première maladresse en «convoquant» la presse à 22 h 30 pour défendre les «droits» de l’opératrice économique. Une première dans les annales de cette institution. Le Garde des Sceaux Charles Andriamiseza avait alors parlé d’une «détention arbitraire» de la part du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco).

«Libérez cette personne si l’enquête n’est pas concluante, ou transférez le dossier au tribunal. La période de garde à vue est expirée et j’ai demandé au procureur, s’il n’y a pas eu de demande de prolongation», avait-il alors scandé. Une prise de position qui a mis dans l’embarras bon nombre de justiciables, peu habitués à un tel soutien public en faveur d’une «simple citoyenne» venant d’un responsable étatique.

Pour en revenir au déplacement initié hier, il intervient au moment où l’effectivité ou non de la présence de la baronne du parti présidentiel au sein de la maison carcérale pour femmes à Manjakandriana avait fait l’objet d’une vive polémique. Il semble en effet qu’une villa basse sise à côté de la prison locale est louée par les proches de l’hôtelière et que des allers-retours intriguent des observateurs, en notant que cette maison pourrait servir de «havre de paix» pour la conseillère spéciale du Président de la République et non la prison d’Antanimora, comme c’est le cas pour les détenus.

Rakoto

 

News Mada1 partages

« Loka Be Asaramanitra » : nankasitraka ireo mpanjifa ny Orange Money

Hanao fety am-pilaminana. Tontosa omaly ny fanomezana ny loka lehibe, ho an’ireo mpanjifa Orange Money izay nandray anjara tamin’ny lalao “Loka Be Asaramanitra”. Notolorana ny taratasim-bola mitentina 1 tapitrisa Ar Andriamanantsoa Voniarilala Anicia, tetsy amin’ny foiben’ny Orange Madagascar, Ankorondrano.Maromaro ireo nahazo loka hafa niaraka taminy, izay natolotry ny tale jeneralin’ny Orange Madagascar, Michel Degland. Naneho ny hafaliany, nandritra izany, ireo nahazo loka, satria tsy sarotra akory ny fandraisana anjara. Raha tsiahivina, izay nampiasa Orange Money nihoatra ny 5.000 Ar (nandefa na nametraka vola), dia nahazo taratasy fandraisana anjara tamin’ny fisarihana. Nandritra ny 5 hatramin’ny 20 jona teo izany, ka nisy roa isan’andro ireo nosarihina. Nahatratra 32, araka izany, ireo notolorana gisa hanaovany fety.

Zo ny Aina

News Mada1 partages

Loisirs : le « Tsikonina » remis au goût du jour

Concours unique en son genre et dédié au jeune public, «Tsikonina» animera les arrondissements de la capitale à l’occasion du Mois de l’enfance.

A l’initiative de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), le traditionnel concours de «Tsikonina» arrive cette année à sa 8e édition. L’objectif étant d’initier le jeune public à l’art culinaire malgache et notamment, d’éveiller son sens de créativité. Pour cette édition, le IVe arrondissement a inauguré l’événement avec 9 groupes en lice pour la compétition, mais seulement trois d’entre eux sont retenus pour la grande finale du 30 juin au Paddock Mahamasina.

La phase éliminatoire a continué mardi dans le quartier de Behoririka durant laquelle 8 groupes de 5 personnes ont fait montre de leurs talents pour représenter le IIIe arrondissement. Hier a été le tour du Ve arrondissement. Les IIe et Ier arrondissements seront aux fourneaux ce jour. A l’occasion de la grande finale, ils seront près de 90 jeunes chefs composés de 18 groupes à donner le meilleur d’eux-mêmes. Seuls, les 3 meilleurs groupes représentés seront récompensés d’un grand prix.

«Si auparavant, le concours de Tsikonina a été organisé uniquement à l’EPP Antanimbarinandriana, il a été déployé cette année dans les 6 arrondissements de la ville des Mille pour les étudiants et les associations d’enfants de 8 à 12 ans», rapporte un communiqué.

Joachin Michaël

 

News Mada1 partages

Aikido : la tradition Aikikai vue par Philippe Léon

Les adeptes de cet art martial ne cessent de peaufiner leur science de combat grâce aux différents stages dispensés par des experts internationaux aussi bien dans la capitale que dans les autres régions. La grande famille d’Aikido Aikikai accueillera du 31 août au 3 septembre Philippe Léon 7e dan Aikikai de Tokyo. Une formation durant laquelle il partagera son savoir sur la tradition Aikikai et une occasion offerte sur un plateau d’argent pour les initiés, vu son expérience.

Pour la petite histoire, Philippe Léon débute l’aïkido en 1968. Il a étudié auprès d’André Nocquet et devient son assistant pour ses stages nationaux et internationaux. Depuis 1981, il suit également le mouvement de Christian Tissier et se rend tous les ans au Japon pour suivre l’enseignement de l’Aikikai, notamment avec le défunt Morihiro Saito dans les années 80 et Yasuno Masatoshi.

Rojo N.

Tia Tanindranaza1 partages

Force de changementHamory vahoaka anio

Nanao antso avo tamin’ny alalan’ny ireo tanora mpikambana ao aminy tetsy amin’ny foiben’ny antoko AKFM etsy Andravoahangy ho an’ny vahoaka malagasy omaly ny vovonana politika Force de changement taorian’ireo fivoriana samihafa natao hanomanana ilay fihetseham-bahoaka

voalaza fa hotontosain’izy ireo isam-paritra ato ho ato. Hamory vahoaka voalohany etsy amin’ny Live Hotel Andavamamba anio ity vovonana ity. Ireo tanora no tena nasain-dry zareo ho avy eny an-toerana handrafitra ny planina tokony hatao hanoherana ireo zava-misy marobe tsy voafehin’ny mpitondra intsony. Anisany ny tsy fananan’asa, ny olana amin’ny fampianarana ary ny tsy fahandriampahalemana izay miteraka fitsaram-bahoaka, hoy Rajoharison Andrianina, filohan’ireo komity.

Mirija

L'express de Madagascar1 partages

Ankorondrano Andranomahery – Le groupe Prey au chevet des nécessiteux

La population du fokontany d’Ankorondrano Andranomahery a bénéficié, hier, d’un appui social du groupe Prey. Une occasion pour cette entreprise dirigée par Edgard Razafindravahy, à la fois Président Directeur général du groupe Prey et leader du parti ADN, de marquer également la célébration de la Fête de l’indépendance.Cent-cinquante kilos de riz ont été offerts au chef « fokontany » de cette localité. Ce geste social représente la solidarité qui maintient la relation interne et externe de ce grouped’entreprise.« Nous adressons nos sincères remerciements au président de groupe Prey de ne pas nous avoir oubliés, nous ne sommes pas seuls», confie Alain Ramanatany, président du quartier d’Ankorondrano Andranomahery. Ainsi, cette remise de dons a été, aussi, une occasion pour les représen­tants des quartiers de faire part de leur souhait quant à la continuation de soutien social du groupe Prey.Le groupe Prey est composé de plusieurs entreprises à savoir L’Express de Madagascar, la radio Antsiva, la Radio Télévision Analamanga (Rta) ainsi que Ecoprim.

Fredo Rakotarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Consommation – Budget aléatoire pour le 26 juin

La plupart des ménages renoncent à une consommation importante. Les dépenses pour la fête nationale restent encore incertaines.

Faible pouvoir d’achat. Sept sur dix ménages interrogés prévoient de réduire leurs dépenses pour la célébration de la fête de l’indépendance. Plusieurs paramètres sont avancés par ces derniers comme raison de cette révision du budget à la baisse. La flambée du prix des PPN comme le riz, l’huile, la farine, le sucre ainsi que la hausse vertigineuse du café font partie  des variables qui les poussent à rester moins dépensiers, « Nous sommes une famille de quatre personnes. Chaque année, nous mettons de côté un budget d’environ 100.000 ariary pour les journées de 25 et 26 juin. Mais cette année, nous sommes obligés de réviser ce budget et de faire le moins de dépense possible à cause de l’inflation qui asphyxie les ménages depuis des mois », indique Sahondra Rasoa­rinivo, une mère de famille interrogée à Analakely hier.Le repas représente la plus grosse dépense, avec un budget compris entre 10 000 ariary et 12 000 ariary pour une unité de poulet de chair par exemple. Le prix des volailles est plus élevé que celui du poulet. L’unité d’oie se vend aux environs de 25 000 ariary jusqu’à 50 000 ariary au marché d’Isotry. Le kilo de la viande de porc coûte actuellement 12 000 ariary.

Plus d’épargneEn ce qui concerne les fruits et légumes, le kilogramme d’orange s’évalue à 3 000 ariary. Les achats de lampions et autres petits gadgets pour les plus petits et les petites friandises lors des sorties le soir du 25 juin pour apprécier les feux d’artifice ainsi que le podium font la particularité de la fête de l’indépendance.La plupart des ménages ne comptent pas changer leurs habitudes pour fêter la cinquante septième anniversaire de l’indépendance. Pour ne pas se ruiner, chaque famille s’efforce de jongler avec le budget familial pour les dépenses pour la fête. Il y en a d’autres qui se préparent déjà pour la rentrée scolaire ce qui les oblige à faire plus d’épargne. « Nous sommes obligés de subvenir à nos besoins. Nous ne comptons pas changer nos habitudes car il est déjà bien difficile de faire de grosses dépenses. De plus, pendant la période de vacances, les parents doivent déjà se préparer pour la nouvelle rentrée scolaire comme l’inscription, les fournitures », détaille Justin, un père de famille, enseignant de son état. Du côté des vendeurs de volailles, ils n’ont pas planifié d’augmenter le nombre de leurs marchandises, Selon ces derniers « la fête pascale est la période où les volailles se vendent le mieux. Les ménages se contentent simplement du poulet ».

Sandra Miora Hafalianavalona

L'express de Madagascar1 partages

Cul…ture

Le fameux clip du chanteur Gangstabab fait le buzz depuis plusieurs jours. Les blâmes tombent en avalanche sur l’artiste qu’on avait encensé pour un tube calqué sur le style du Français Grand corps malade et dont les paroles étaient aussi salaces que les scènes lascives que beaucoup trouvent sorties des caniveaux. Sa popularité fut alors telle qu’il s’imaginait pouvoir rafler tous les suffrages à la prochaine élection présidentielle. Et il s’est cru tout permis allant jusqu’à tenir tête aux puritains qui voyaient une invite à la pedophilie  et narguer les pudibonds qui décriaient une incitation à la débauche.Le tort de Gangstabab dans cette affaire est sans doute d’avoir employé des enfants en voyage d’études comme figurants et surtout d’avoir  » abusé  » de mineures sans avoir eu l’autorisation de leurs parents. Un délit pour lequel l’artiste risque gros.Pour le reste on ne peut pas reprocher grand chose à Gangstababab qui voulait certainement faire dans la facilité et la médiocrité pour décrocher un Commandeur à l’image de l’un de ses camarades de profession, décoré de cette haute distinction avec un tube dont les paroles sortent des bancs d’une petite section. Le clip n’a absolument rien d’artistique encore moins d’original.Il n’a pas eu à faire travailler ses méninges pour tourner ce clip. Il n’avait pas non plus a se casser la tête pour formater ses jeunes acteurs. Il n’avait qu’à tirer profit de danseuses au talent précoce, qui ont la danse dans les tripes, le rythme dans le sang. Gangstababa n’a rien fait pour qu’elles soient ainsi. Il n’a pas pu résister à l’envie de profiter du «sexperience» de ces bambins au talent naturel. Elles ont la cul… ture a l’état pur. D’ailleurs, les gamines n’ont fait que copier ce que tous les supports d’information des nouvelles technologies déversent à profusion sans limite ni visa. Seulement, les mêmes scènes sont unanimement appréciées, délectées à satiété quand c’est à travers la silhouette de Shakira, la plastique de Jennifer Lopez, la carrure de Rihanna, l’extravagance de Lady Gaga, qu’elles sont exécutées. Quand elles s’appellent twerk.On peut revendiquer la paternité de cette faculté extraordinaire du popotin a se mettre en évidence quand on voit Viavy Chila, Mima, Tence Mena, Fara Jhon’s … a l’œuvre. Tout comme on peut réclamer l’origine du rap qui rappelle étrangement le jijy.Il n’y a rien de honteux à reconnaître ce qu’on est, ce qu’on a, sous prétexte d’obscénité ou de pornographie. On s’étonne de ce soudain levier de boucliers alors que le clip de Gangstabab n’est pas pire que ce que l’on voit à chaque édition de la Grande Braderie de Madagascar où de jeunes mineures s’offrent en spectacle en petite tenue sur l’estrade, sans que personne se sente outrée. C’est le seul stand où on fait 100% de remise.Que dire de toutes ces histoires de pedophilie d’un bout à l’autre du pays dont les victimes souffrent en silence et deviennent consentantes de fait faute de pouvoir compter sur la morale sociale ni sur la réprobation des forçats des réseaux sociaux.Gangstabab a montré de façon crue et sans la moindre retenue, des réalités au quotidien, des scènes tout à fait naturelles et traditionnelles. Il a eu tort de croire que l’anarchie avait dépassé le bas ventre.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar1 partages

Orange Money récompense ses clients

Orange Money récompense ses fidèles clients grâce au jeu « Loka Be Asaramanitra Orange Money 2017 ». Du 05 au 20 juin 2017 inclus, pour toute transaction Orange Money supérieure à 5.000 Ar, ou pour toute identification du client auprès d’un point de vente Orange, le client obtient un ticket de jeu éligible au tirage. Deux gagnants par jour ont été tirés au sort parmi les tickets éligibles. Trente deux oies ont ainsi été offertes aux heureux gagnants. Mais, le gros lot revient à Voniarilala Anicia Andriamanantsoa. Elle a remporté 1 million ariary en Orange Money.

Midi Madagasikara1 partages

Vivo Energy : Concours sur les projets innovants contre le changement climatique

Le Ministère de l’Education Nationale et Vivo Energy Madagascar, l’entreprise qui commercialise et distribue les carburants et lubrifiants Shell à Madagascar, ont organisé dans les lycées de Madagascar la deuxième édition du concours national pour le projet le plus innovant contre le changement climatique. 372 lycées ont participé à ce projet d’envergure nationale et 2062 projets ont été soumis sur une population totale de 200 000 lycéens à Madagascar. A l’échelle nationale, environ 59 projets sont sortis du contexte mais ont été néanmoins remerciés de leur participation. Environ 600 enseignants scientifiques ainsi que des parents d’élèves se sont impliqués pour accompagner les jeunes assidus.  Les participants sont issus de plusieurs régions de Madagascar: Vatovavy Fitovinany, Diana, Boeny, Vakinankaratra, Atsimo-andrefana, Antsinanana, sans oublier la participation exceptionnelle des régions enclavées tels que le lycée Kandreho (betsiboka), Soalala (Boeny), Ambatomainty (Melaky).  La remise des lots a eu lieu, hier  en présence du ministre de l’Education Nationale et du DG de Vivo Energy Madagascar. Rakotonirina Nomenjanahary Zo du Lycée Ifanadiana a décroché le premier prix  composé d’un TV écran plat, d’une tablette Samsung et d’une casque écouteur MP3.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Boxe – Championnats d’Afrique : 85 millions d’Ariary pour la participation malgache

Le ministre, Jean Anicet Andriamosarisoa, apportant les précisions.

Une somme de 7 000 dollars, outre l’argent de poche de 1 million d’Ariary, a été offerte par la délégation malgache en partance pour le Championnat d’Afrique de boxe olympique à Brazzaville, Congo.

 Précision. « L’Etat a pris en charge entièrement la préparation, les frais de déplacement, l’hébergement et la restauration de l’ensemble de la délégation malgache qui participe actuellement au sommet continental de boxe olympique qui se déroule à Brazzaville. Un budget à hauteur de 85 millions d’Ariary a été alloué par l’Etat pour cette participation malgache» a expliqué le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa, hier, à son bureau à la Place Goulette à Ambohijatovo. C’est la réplique du numéro Un du sport malgache, suite à la propagation d’une fausse information faite par une dame, membre de la diaspora malgache de Brazzaville qui est intervenue en direct sur une station privée comme quoi la délégation malgache a été disqualifiée et n’a bénéficié d’aucune  aide de l’Etat sauf la somme de 1 million d’Ariary. Et le ministre de continuer « Cela fait très longtemps que la boxe malgache est absente sur  la scène internationale, et l’Etat a fait tous les moyens pour que les pugilistes soient présents à cette compétition. On reconnait le retard du paiement de la cotisation dont le ministère n’a été avisé que tardivement, mais ce problème a été réglé et c’est la raison pour laquelle nos combattants ont pu participer au championnat ».

Mondialistes. Et à Brazzaville au gymnase Nicole Oba, les boxeurs malgaches ne déméritent pas. Deux d’entre eux sont qualifiés pour les demi-finales de ce samedi. Il s’agit de Mioratiana Andriamiarisoa chez les moins de 48 kg et de Marco Gérôme Randrianarivelo (- 55 kg) de Tamatave qui ont assuré aussi leur qualification pour les Championnats du monde de Hambourg en Allemagne. Dans la catégorie des moins de 49 kg, Tony Heriniaina a battu à l’unanimité des juges le Mauricien,  Sharwin Kumar Beedassee, (5-0). Il est rentré sur le ring, hier, très tard dans la soirée pour une place en demi-finale. En cas de victoire, Tony rejoint Miora et Marco pour les Championnats du monde. « Nous tenons à remercier l’Etat à travers le ministère de la Jeunesse et des Sports qui a tout pris en charge  la participation de nos boxeurs à cette joute continentale. Sans se vanter, la boxe a été gâtée avec l’envoi de 7 combattants, un honneur pour notre discipline » a conclu, le président de la Fédération malgache de boxe, Herimamy Rabarisoa.

T.H

Midi Madagasikara1 partages

WWF : Renaissance des mangroves de Kaday

Près de 1 000 hectares de mangroves se sont régénérés de façon naturelle suite aux reboisements, même en dehors de la zone de restauration effectuée par le WWF.

La restauration des mangroves est une des actions de conservation clés menées par le WWF dans le paysage ManamboloTsiribihina depuis 2007. Des campagnes annuelles de plantation de palétuviers ont été menées avec les communautés locales et les jeunes, soit en tout, un reboisement de plus de 2 millions de palétuviers. Sur le site d’Andranokaolo, près du village de Kaday, à 119 km au Nord-Ouest de Morondava, on a constaté la renaissance des mangroves étalées sur une superficie de 340 hectares, et ce, en l’esapce de 10 ans. De plus, 1 000 hectares de mangroves se sont régénérés de façon naturelle suite aux reboisements, même en dehors de la zone de restauration.

Surexploitées. Cette action de restauration a été prouvée via des images satellites de Google Earth prises entre 2004, montrant un paysage totalement nu avant l’intervention de WWF,  en 2007 marquant le début de la restauration avec la pousse des pieds de mangroves ainsi que les images de 2017 relatant la surface dégradée qui est complètement recouverte de mangroves. Notons que les mangroves de ManamboloTsiribihina, dans la région Menabe, ont été toujours surexploitées par les hommes. On peut citer, entre autres, le défrichement pour la conversion en rizières, l’utilisation de certaines espèces de bois pour la construction ainsi que la production de bois de chauffe et de charbon de bois. Cette utilisation incontrôlée a conduit dans les années 60 et 70 à la disparition totale des mangroves à Andranokaolo.

Accord de gestion. Mais après dix ans de restauration, les habitats des oiseaux, des poissons et des crabes ont réapparu, avec une évolution favorable sur la pêche, une des activités principales de la communauté locale. Pour une gestion efficace de la zone, la communauté de Kaday s’est engagée à prendre en main la gestion de ces ressources naturelles à travers un accord de gestion communautaire formalisé par l’Etat. En dépit de tout cela, beaucoup reste encore à faire pour les mangroves de ManamboloTsiribihina, a-t-on conclu.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Foire Fouille : Succès de la première journée

Sourc’In Mobile continue de faire la promotion de la technologie chinoise de qualité et bon marché. L’événement commercial de la veille des fêtes de l’indépendance est sans conteste la Foire’Fouille  qui a débuté hier au Village de la Francophonie sur la Route Digue.  Une première journée qui a connu un réel succès puisque la  foule était venue en masse, pour cette manifestation qui donne l’opportunité aux consommateurs de bien faire les achats avant les fêtes. Tous les secteurs d’activité y sont présentés. L’habillement, la décoration, les meubles, le cosmétique, l’alimentaire,  la cuisine, et bien évidemment les jouets  pour enfants. Bref, la Foire’Fouille est bel et bien l’endroit par excellence pour faire les achats pour les fêtes.

Pack.  Mais une fois de plus, la vedette de la Foire’Fouille est l’offre proposée par la société chinoise Sourc’In dans son stand N° A 37. Faut-il en effet que cette société chinoise a choisi de lancer la technologie de qualité, mais  bon marché de la Chine, durant les dernières manifestations commerciales comme la FIM et Enjoy. Avec Foire’Fouille, les offres de Smarwatches DZ 09 et d’Action Caméra ont même connu une nette baisse des prix. « Nos produits sont de bonne qualité, mais comme  nous en proposons beaucoup et qu’on a du coup, une économie d’échelle, on peut se permettre de pratiquer un prix très réduit »  explique un responsable de Sourc’In qui, avec le système de vente par pack offre, pratiquement d’une manière gratuite les accessoires comme l’écouteur Bluetooth du Smartwatch ou encore la micro SD S 10 d’une capacité de 16  Go de l’action caméra.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Tombola Telma : La nouvelle voiture à Eline Bregera

« De loin l’Éternel se montre à moi: Je t’aime d’un amour éternel; C’est pourquoi je te conserve ma bonté » (Jérémie 31. 3). Ce sont les premiers mots de Eline Bregera, l’heureuse gagnante de la tombola carte SIM Telma. Une manière de remercier Dieu pour cette Mpiandry dont le nom a été tiré au sort pour cette tombola que Telma a organisée pour tous les abonnés qui se sont enregistrés pour l’identification de leur carte SIM. Et elle a gagné une voiture BAIB A 115 d’une valeur de 40 millions d’ariary qui est le gros lot de cette tombola.

Elle a reçu hier les clés de sa nouvelle voiture des mains de Patrick Pisal Hamida, Administrateur Directeur Général de Telma, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à la Galerie Zoom Ankorondrano. Une centaine de téléphones ont été également donnés à d’autres gagnants.

Pour l’histoire, Eline Bregera a activé sa carte SIM au mois de mars 2013 à Morondava. Elle a ouvert un compte MVola en avril de la même année à Tanà d’où la certification automatique de sa carte SIM. « La campagne de communication massive de Telma sur l’importance d’être identifié m’a une nouvelle fois poussé à vérifier si j’étais bien certifiée. J’adresse tous mes remerciements à Telma pour avoir démontré que ses clients sont vraiment les N°1 » s’est-elle exprimée à l’issue de la cérémonie. Comme elle était aussi venue à Tanà pour raison de santé, avec sa nouvelle voiture, elle va rentrer à Morondava avec un médicament de… 40 millions d’ariary »

R.Edmond.

News Mada0 partages

Faritra Analanjirofo : ampiharana ny voly vary Papriz

Ezahina hatsaraina ny voly vary ny any amin’ny faritra Analanjirofo. Hoentina manatanteraka izany ny fampiharana ny voly Papriz, teknika avy amin-dry zareo Japoney, izay mampitombo voka-bary.

 

Toekarena miankina betsaka amin’ny fambolena ny eto Madagasikara, ka mahasarika ny fanjakana japoney manampy betsaka io sehatra io. Tetikasa iray tohanan’ny Japoney amin’izany ny voly vary Papriz, izay efa eo amin’ny sehatra fanapariahana azy ankehitriny, aorian’ny faritra Vakinankaratra, izay nahitana fitomboany hatramin’ny 100 % ny vokatra ho an’izay nanao Papriz. Anisan’ny faritra mampihatra izany koa izao Analanjirofo, nidinan’ny teknisianina japoney, nampiofana ireo mpamboly sy nitondra masomboly volena.

Efa nisy andrana natao tany Analanjirofo, nahitam-pahombiazana, ary afa-po tamin’izany ireo tantsaha. Manampy indray izao ny minisiteran’ny Fambolena sy ny fiompiana, manentana ny mpamboly any an-toerana hiala amin’ny fomba mahazatra teo aloha, hiditra amin’ity tetikasa Papriz ity.

Ankoatra ny lafiny teknika, napetraka ny fotodrafitrasa sy fitaovana any an-toerana ahafahana manao izany voly vary izany. Misy foibe iray misahana ny fitantanana sy fanofanana ny mpamboly, manomana teknisianina manampy ireo namany any amin’ireo kaominina ao anatin’ny faritra. Foibe fanofanana napetraka avy amin’ny fiaraha-miasa eo amin’ny firenena roa tonta.

Hatramin’ny taona 2020, hampiharana ny tetikasa Papriz II ny faritra 11 eto Madagasikara. Amin’ny faritra afovoan-tany : Alaotra Mangoro, Itasy, Bongolava, Vakinankaratra, Analamanga. Manaraka izay, kendrena ny hampitombo ny vokatra any amin’ny faritra Amoron’i Mania, Atsinanana, Analanjirofo, Boeny, Betsiboka ary Menabe.

R.Mathieu

Faharoa ny Malagasy amin’ny fanjifana vary aorian’ny Birmania, araka ny tatitra navoakan’ny FAO. Ahitana tanimbary mirefy 1,2 tapitrisa ha eto an-toerana, 60 % amin’ny karazam-boly rehetra. Ny olana anefa, tsy ampy ny vokatra na midadasika aza ny tany. Miankina betsaka amin’ny fanafarana vary avy any ivelany izao ny fanjifana eto, izay efa mahatratra 240.000 t ankehitriny.

 

News Mada0 partages

Eline Bregera : nahazo fiara avy amin’ny Telma

Fety miaraka amin’ny Telma. Nanolotra loka ny Telma ho an’ny mpanjifa iray, Eline Bregera, avy any Morondava, omaly, nahazo fiara vaovao nomen’ny tale jeneraly, Patrick Pisal-Hamida, tao amin’ny Galerie Zoom Ankorondrano. Eline Bregera no mpanjifa tsara vintana, azy ny karatra Sim voaray tamin’ny fisarihana natao amin’ireo mpanofa. Fiara BAIC A 115, mitentina 40 tapitrisa Ar, ny azon’io mpanjifa io noho ny fahatokisany ny Telma. Mpanjifa dimy hafa, notolorana loka samy hafa ihany koa.

Nanomboka ny volana marsa 2013 ny nampiasan’i Elena Bregera izany karatra Sim izany  sy nanokafany Mvola amin’io karatra io ihany. “ Nahatonga ahy nanamarina ny maha mpanjifa ahy ny fanentanana ataon’ny Telma, , izay voamarina ara-dalàna. Koa misaotra ny Telma aho noho ny fankatoavany ny mpanjifa ao aminy”, hoy i   Eline Bregera.

Tao anatin’ny fotoana fanentanana, nanolorana finday 100 mahery ho an’ny mpanjifa mpanofa ny tambajotra Telma any amin’ny faritra maro, toy ny any Toliara, Fianarantsoa, Ambatondrazaka, Mananjary, Antsohihy, Moramanga, Antananarivo… Manentana ny rehetra ny Telma, hanoratra ny anarany amin’ny karatra Sim izay ampiasainy, na aiza na aiza ny toerana misy azy, araka ny takin’ny lalàna.

M.C

News Mada0 partages

Identification carte SIM : Telma récompense ses abonnés

Telma poursuit sa campagne d’identification de carte Sim pour tous les abonnés. En fait, la règlementation en vigueur stipule entre autres que chaque carte Sim doit clairement correspondre à une identité prouvée.

Chez l’opérateur N°1, une carte Sim identifiée et certifiée a valu une participation effective au tirage pour récompenser les abonnés. Le gros lot : une voiture Baic A 115 d’une valeur de 40 millions d’ariary. Et l’abonnée certifiée la plus chanceuse de cette campagne d’identification est Eline Bregera, une abonnée de Morondava. Hier, les clés de sa nouvelle voiture lui ont officiellement été remises des mains de Patrick Pisal-Hamida, administrateur directeur général de Telma Madagascar à la Galerie Zoom Ankorondrano.

Après avoir activé sa Carte Sim en mars 2013 à Morondava, Eline Bregera a ouvert un compte MVola en avril de la même année à Antananarivo, d’où la certification automatique de ses coordonnées. «La campagne de communication massive de Telma sur l’importance d’être identifié m’a une nouvelle fois poussée à vérifier si j’étais bien certifiée. J’adresse tous mes remerciements à Telma pour avoir démontré que ses clients sont vraiment les N°1», s’est-elle exprimée en recevant son lot.

Dans la même foulée, plus de 100 téléphones ont été distribués aux abonnés Telma certifiés et fidèles à Telma dans les régions d’Antananarivo, de Tuléar, de Fianarantsoa, d’Ambatondrazaka ou encore Mananjary, Antsohihy, Moramanga…

Telma renouvelle son appel à tous ses abonnés, où qu’ils se trouvent à Madagascar, même dans les endroits les plus isolés, à procéder à l’enregistrement de leurs cartes Sim auprès du Telma Shop, Telma Kioska et des points marchands Telma… Il suffit de se présenter muni d’une Carte d’identité nationale et de procéder à la certification. Une opération entièrement gratuite.

Arh.

News Mada0 partages

Fitsirihana efa voaomana teny Manjakandriana : mitohy ihany ny “sinema” Razaimamonjy Claudine

 Nampiandrasana hatramin’ny 11 ora antoandro, raha tamin’ny 8 ora maraina no tokony hiainga ho any Manjakandriana ny mpanao gazety, omaly, araka ny fanasan’ny minisiteran’ny Fitsarana. Hanao fitsirihana ny fonja ihazonana an-dRazaimamonjy Claudine ny antony. Fitsirihana efa voaomana sy tsy mazava anefa izany. Mitohy ihany ny ”sinema” Claudine.

Efa mipetrapetraka mialoha ny paikady nandrafetana ity sarimihetsika ity ? Nampiantsoina hijery ifotony any amin’ny fonjan’ny vehivavy any Manjakandriana momba ny famonjana ny tandapa Razaimamonjy Claudine ny mpanao gazety, omaly vao maraina be. Efa nampidinina ny soliky ny fiara avy amin’ny minisiteran’ny Fitsarana, tetsy Ambanidia, ary tokony ho nanainga tamin’ny 8 ora. Avy eo, nisy ny antso an-telefaonina ho an’ny mpamily fa mandalo eny Faravohitra aloha ny mpanao gazety. Nampiandrasina hatramin’ny 11 ora teo izy ireo ary tsy nisy fanazavana. Nisy rahateo fanomezan’ny masoivoho frantsay fitaovana informatika ho an’ny minisitera.

Tsy mahalala na inona na inona ny SG

Nilaza ho tsy mahalala io fidinana tany Manjakandriana io ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny Fitsarana (SG), Razafinjatovo Honré Parfait, rehefa nanontaniana taorian’izany fandraisana vahiny izany. “Tsy fantatro ny momba izany. Tsy aty aminay ny tompon’andraikitra misahana izany ary tena tsy mahalala ny fandehananareo any izany aho”, hoy izy. Tsy tao an-toerana koa ny minisitra ary tsy hita koa ny tale kabinetra nanazava. Tsy mba nisy tompon’andraikitry ny minisitera nanome toromarika amin’ny handehanana na tsia. Manjavozavo tanteraka. Tsy nisy fialan-tsiny amin’ny fampiandrasana mandritra ny ora maromaro. Samy namonjy ny asany, avy eo ny mpanao gazety rehefa tsy nahazo valin-teny mazava. Nantsoina indray anefa avy eo, fa hanainga hihazo an’i Manjakandriana ihany, rehefa tamin’ny 12 ora tany ho any. Midika izany fa efa milamindamina ny any amin’ny fonja vao nalefa hanainga ny mpanao gazety. Taitra noho ny inona koa ny minisitera ka nampiantso mpanao gazety hijery ny any an-toerana ?

Tonga tany Manjakandriana ihany ny mpanao gazety sasany hany nandeha rehefa nampiandrasina ora maromaro.

Salama tsara Razaimamonjy Claudine

Efa voaomana mialoha rahateo ny fitsidihana ka hita teo amin’ny fonjan’ny vehivavy tokoa Razaimamonjy Claudine. “Salama tsara aho… Mitovy amin’ny vehivavy voafonja rehetra ny fitantanana ahy ato”, hoy izy niresaka  fohy tamin’ny mpanao gazety, tao am-ponja. Marihina fa tsy azo atao ny maka sary sy feo amin’ny fonja sady tsy mbola voaheloka rahateo ity tandapa ity. Nanazava ny anton’ny niantsoana mpanao gazety avy eo ny talen’ny fifandraisana eo anivon’ny minisiteran’ny Fitsarana, Napou Jeremie. “Hialana amin’ny resabe ny fandehanana aty izao. Io izy izao sy ny efitrano ihazonana azy. Tsy nivoaka tato izy ary miandry ny fitsarana azy… Hofain’ny fianakaviana ikarakarana ny sakafony ilay trano any ivelany”, hoy izy.  Nataon’ny mpanao gazety tazan-davitra io trano, tokony 100 m miala ny fonja io. Samy nanana ny filazany ireo mponina manodidina. Niraisan’ireo nanontaniana ny filazana fa misy fiara 4×4 mainty mivezivezy eo amin’ny alina sy ny maraina. Ny hafa indray milaza fa misy fotoana Razaimamonjy Claudine, mihazo io trano manokana, ivelan’ny fonja, io.

Araka izany, tsy mazava intsony ny tian’ny mpitondra hahatongavana momba ity raharaha ity. Tsy mandehaleha ho azy ny nandrebirebena mpanao gazety ora maromaro taty Antananarivo vao nasaina niainga, ho any Manjakandriana. Mbola nisy fandaminana natao mialoha tany an-toerana. Sarimihetsika no betsaka !

Randria

News Mada0 partages

Fanovana ny fitondrana : hampitovy fijery ny mpanohitra sy ny Herin’ny fanovana

Ahoana ihany ny fanovana ny fitondrana? Hampitovy fijery amin’ny mpanohitra ny herin’ny fanovana…  

« Karazana loabary an-dasy no hatao: fampitoviana tadin-dokanga amin’ny herin’ny fanoherana te hiara-dia amin’ny Herin’ny fanovana. » Io no nambaran’ny mpandrindra ny hetsiky ny Herin’ny fanovana, Ratolojanahary Maharavo, teny Andravoahangy Ambony, omaly, momba ny famoriana olona eny amin’ny Live hotel, Andavamamba, anio.

Mitohy am-pilaminana ny hetsiky ny Herin’ny fanovana. Hiaraka amin’ny herin’ny fanoherana izay tsy mbola tafiditra ao amin’ny Herin’ny fanovana izy ireo amin’izay famoriana olona izay.

Ny hafatra hampitain-dry zareo amin’izany ny hoe: « Fanovana fitondrana hanatsara ny fiainan’ny Malagasy ny fanovana entin’ny Herin’ny fanovana sy ireo mpiara-dia aminy, fa tsy hoe vao mainka hanampy trotraka ny fahasahiranan’ny Malagasy. »

Mba tsy hosazin’ny fiombonambe iraisam-pirenena indray…

Tsy hoe sanatria akory hanao fanovana dia hahazo sazy avy amin’ny fiombonambe iraisam-pirenena: tsy mahazo fankatoavana, tsy mahazo famatsiam-bola… Heverina hanampy sy hanatsara ny fiainan’ny vahoaka madinika ny fanovana: hanome asa ho an’ny tanora, hisy masoandro vaovao ho an’ny vahoaka malagasy…

Midika izany fa tsy mila hirotorotoana ny fanovana, tsy maintsy atao amim-pahamendrehana, araka ny fanazavan-dRatolojanahary Maharavo. Efa fantatra ny fanjakana fa tsy maintsy hanao fizaram-bola, hampiady an-trano, hanakorontana… « Tokony ho tony isika. Mampanantena anareo izahay Herin’ny fanovana fa hitondra fanovana amin’ny hetaheta izay iarahantsika », hoy izy.

Misy ireo raiamandreny am-panahy na ara-drazana efa niara-dalana amin’ny Herin’ny fanovana hatramin’izay, mitaky ny hanaovana fanovana amim-pitoniana sy fahamendrehana. Fa tsy hiditra amin’ny fandriky ny mpitondra amin’ny fanakorontanana. Hitohy ny tena hetsika aorian’ny 26 jona.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Kitra- « Cosafa Castle Cup » : i Rinjala ihany ny matihanina mandrafitra ny Barea

Nanainga, omaly tolakandro ny Barea hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, tapany atsimo (Cosafa Castle Cup) hatao atsy Afrika Atsimo. 20 ireo mpilalao voaantso ka i Rinjala no hany tokana mpilalao matihanina amin’izy ireo.

Mila ravinahitra any amin’ny FC Sion any Soisa ity kintan’ny kitra eto amintsika ity, hanampy ireo mpilalao avy eto an-toerana niatrika an’i Soudan farany teo. Anisan’izany i Leda sy i Mario ary i Toby. Ho avy any an-toerana avy hatrany koa i Njiva satria vita, omaly ny fitsapana azy tany Maraoka. “Hamonjy anay any Afrika Atsimo izy”, hoy ny mpanazatra, Raux Auguste. Amin’ny ankapobeny izany, mpilalao avy eto an-toerana avokoa ireo mandrafitra ny Barea amin’ity fifaninanam-paritra ity. Eo, ohatra, ny niantsoana indray ilay lohalaharan’ny Elgeco Plus, i Bila.

Hifanandrina amin’i Seychelles ny Barea

Ao amin’ny sokajy B ny misy ny Baera ka hifanandrina amin’i Seychelles, ny andron’ny 26 jona izao, ary hifampitana amin’i Zimbaboe kosa ny 28 jona. Lalao farany amin’ny fifanintsanana hatrehin’ny Barea ny fifandonany amin-dry zareo Mozambikanina. Ahitana an’i Angola sy i Malawi ary ny Nosy Maorisy miaraka amin’i Tanzania. Hiatrika ny manasa-dalana ny ekipa roa tafavoaka isaky ny sokajy ary hatao ny 9 jolay kosa ny famaranana.

Tsiahivina fa nanao lalao fanomanan-tena teny Carion ny Barea nialoha ny nandehanany atsy Afrika Atsimo. Nirava sahala 2 no ho 2 tamin’ny Jet Mada avy any Itasy izy ireo raha efa nitarika 2 no ho 0 ny Barea teo am-pialan-tsasatra. “Nampidirina avokoa ny mpilalao rehetra ka nahatonga ny lalao ho sahala tamin’ny farany”, hoy ny mpanazatra.

Synèse R.

News Mada0 partages

Kitra – “Amboaran’ny kaonfederasiona” : hifandona amin’i Alemaina ny Kameroney

Hiditra amin’ny andro fahatelo sady farany ny lalao eny anivon’ny sokajy ho an’ny fiadiana ny “Amboaran’ny kaonfederasiona”, taranja baolina kitra, tanterahina any Rosia. Hifampitady amin’ny Liona tsy voafolak’i Kameronina, tompon’ny “Can 2017” ny tompondaka eran-tany farany, ny National Mannschaft, ny alahady 25 jona izao. Mampilalao ireo tanora vao erotrerony ny mpanazatra an-dry Rainiboto, Joachim Löw, amin’izao fiadiana ny amboaran’ny kaonfederasiona izao. Manodidina ny 24 taona avokoa izy ireo ary mitarika izany ny kapiteniny, Julian Draxler. Efa nanilika an’i Australia 3 no ho 2 ny Alemà teo amin’ny andro voalohany. Ho an’ny Kameroney indray, tsy nanova ny ekipa mpandresy, nibata ny Can farany teo ny mpanazatra, Hugo Broos, miaraka amin’ny kapiteniny, Benjamin Moukandjo. Mialoha ny fihaonana eo amin’ireto ekipa roa ireto, nihaona, omaly, ary karazan’ny famaranana kely mihitsy ny lalaon’i Alemaina sy i Chili. Ny Liona tsy voafolaka kosa, nifanandrina tamin’i Aostralia. Miaraka ao amin’ny sokajy B avokoa ireo.

Tsiahivina fa eo anivon’ny sokajy A ny mpampiantrano Rosianina sy ny Portigey tarihin’i CR7 ary i Meksika sy i Nouvelle-Zélande.

Synèse R.

News Mada0 partages

Hetsika tolo-tanana : adin-kiragasy hanampiana an’i Andry Ratovo

Miantso fanohanana sy fanampiana. Hifampitady any Mangamila, Anjorobe, ny 24 jona izao,

 ireo mpanao hiragasy kalaza, hifanandrinan’ny tarika Rafidison Betsinjaka sy Robinson. Natao izany hetsika izany mba hoentina mitsabo ny mpanao gazety, Andry Ratovo. Nanome alalana maimaimpoana sy nikarakara ary nandrindra izany ny ben’ny Tanàna ao an-toerana, R. Hajason.

Tsiahivina fa hanampiana amin’ny fanaovana “dialyse” indroa isan-kerinandro tsy maintsy atao amin’ity mpanao gazety ity ny vola ho azo amin’izany. Mbola etsy amin’ny HJRA ao amin’ny sampana “réa-nephrologie”, sokajy faharoa, manaraka fitsaboana ny tenany amin’izao fotoana izao. Mandany 7 hetsy Ar isan-kerinandro ny fianakaviana, ankoatra ny fividianana fanafody.

Manoloana izany, mbola manao antso avo amin’ireo malalatanana izy ireo mba hanampy sy hanohana izany amin’ny alalan’ireto laharan-telefaonina ireto : 033 85 368 78 sy ny 034 31 005 63. Maneho fisaorana sahady ireo vonona ho amin’izany ny fianakaviana.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Terrace Antanimena : nafana ny « fetin’ny mozika »

Manomboka mahazo laka maneran-tany ny fankalazana ny « Fetin’ny mozika ». Anisan’ny nanamarika izany ny tetsy amin’ny Terrace Antanimena, omaly. Mpanakanto manana ny maha izy azy no nanafana ny efitrano. Anisan’izany i Davis, i Alain Chatard, Davis (tarika Mika sy Davis), i Tence Mena… Saika ny gadona mihetsika no nahazo vahana nandritra ity lanonana ity, anisan’ireny ny reggae. Nihira ny sanganasan’ireo mpanakanto malaza toa an’i Bob Marley rahateo ireto mpanakanto ireto. Na izany aza, nisy ny hira milamina nahafahan’ireo olona tonga nanatrika teny an-toerana nankafy ireo sakafo natolotr’ity toeram-pisakafoana sady fialamboly ity.

Anisan’ny nampiavaka ny fanamarihana ny « Fetin’ny mozika » tetsy amin’ny Terrace ihany koa ny fahaizan’i Alain Chatard manentana. Mahafehy karazan-gadona sy karazan-kira maro rahateo ity mpanakanto ity.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Fironana vaovao… : « Mampalaza hira ny fanaovana « cover » », hoy i Odyai

Fanaovana hiran’olona ny « cover ». Mety hanova zavatra maro eo amin’ilay mpamorona sy mpihira azy izy. Mitondra ny heviny momba izay i Odyai. Dinidinika.

Gazety Taratra (*) : Inona ny maha samy hafa ny « cover » amin’ny « plagiat »?

 Odyai (-) : Fandikana tsy misy tomika, na ilay fantatsika amin’ny hoe « copie-coller », ny « plagiat », izay voararan’ny lalàna. Eo koa ny fakàna feon-kiran’olona fa ny tonony fotsiny no ovaina. Ny « cover » indray fanaovana hiran’olona, saingy asiam-panovana ny fomba fihirana azy, ohatra, hoe ny gadona (ny hirako « Zah leo », ohatra, nisy nanao feon-gitara na « acoustique » sy jazz).

*Any ivelany ka hatraty amintsika, malaza be ity « cover » ity. Ahoana ny fahitanao izany ?

– Miankina amin’ny mpanakanto tsirairay ilay izy. Amin’ny lafiny iray, tsy mampaninona ahy ilay ataon’ny olona « cover » ary vao mainka aza mampalaza ilay tena mpihira, satria vao mainka fantatry ny olona kokoa ny hirany.

* Efa nisy nanao « cover » ny hiranao. Ahoana ny fahitanao ireny sy ny fiantraikany taminao ?

– Tiako ilay izy. Ny fiantraikany ? … Gaga aho hoe hay ve toy izany ilay hira rehefa olon-kafa no mihira azy amin’ny fomba hafa. Mahafinaritra !

* Aiza ho aiza ny lalàna mahakasika ny zon’ny mpamorona amin’ireny hira atao « cover » ireny ?

– Tsy haiko loatra ny momba an’iny. Izaho, rahateo, tsy mpikambana ao amin’ny Omda (ofisy malagasy miahy ny zon’ny mpamorona). Tsy misy antony manokana loatra fa noho ny tsy fahatrarana olona lava ao amin’ny birao, rehefa mba nanatona tao, hany ka naleoko tsy niverina intsony.

Nangonin’i Landy R.

Rehefa avy any Sambava, hihazo an’i Miarinarivo i Odyai, rahampitso, avy eo hanafana ny fetin’ny Fahaleovantena any Ambatondrazaka. Maro ny fandaharam-potoany, mandritra io fotoam-pialan-tsasatra io. Anisan’ny misongadina amin’izany ny hanaovany fampisehoana atsy La Réunion.

News Mada0 partages

Chronique : l’art de rebondir

Qu’importe la bonne étoile quand on ne maitrise pas l’art de rebondir lorsque les circonstances importunent la réalisation des plans. Les affaires ont quelque peu contrarié les prétentions du Président Macron. Avec son premier ministre sans avoir eu besoin de rectifier le tir, en l’espace de quelques jours il a rebattu les cartes et parvenu à une redistribution pour modeler un nouveau visage du gouvernement sans en changer la mission. De l’avis des observateurs le tout nouveau Président français fait la démonstration que pour rester maitre du calendrier ainsi qu’il a prétendu vouloir être, il sait faire place à l’intuition pour réaliser de bonnes pioches avec la dextérité d’un prestidigitateur et au besoin exécuter de justes débauches, dans le but de rétablir l’équilibre initial.

Les vents contraires qui soufflent sur Iavoloha sont peut-être de nature différente, aussi ils piègent parfois le Président empêtré dans des situations rocambolesques. A peine son équipe a engagé une campagne de communication faisant dire par le Chef de l’Etat qu’il faut en « finir avec la mendicité » (sic) que paraissent dans la presse les informations concernant des démarches caractéristiques d’un désarroi au sommet à propos d’une passe difficile que traverse l’Etat sur le plan financier. Contracter une dette hors des sentiers battus, près d’une banque privée à l’étranger ne constitue pas un signe de bonne santé. Les bailleurs coutumiers souvent il est vrai, jouent avec les nerfs, annoncent la couleur de l’argent mais tardent à procéder au déblocage, suspendent à des conditions draconiennes la mise à disposition des crédits promis. Le pouvoir tire la langue dans l’attente de ces mannes, perd patience et s’imagine réduit à un état de mendigot qui fait la manche.

L’urgence a conduit à perdre de vue le calendrier. Les astres se télescopent, l’électricité produite prive de crédibilité la déclaration de volonté de souveraineté économique, ainsi renvoyée au niveau d’un discours en recherche d’effets d’annonce.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : congrès d’Agriculture coloniale (2)

(Suite.)

Pour édifier une maison il est absolument nécessaire de commencer par la base, c’est-à-dire qu’il faut, avant tout, l’établir sur des fondements solides.

Au risque de passer pour grincheux, Le Tamatave ne cessera de répéter que la base essentielle de toute colonisation et de toute exploitation industrielle n’est autre que la législation qui les régit.

Or, à Madagascar, – cela a été dit et prouvé cent fois, sans que personne ait pu le contredire, – la législation, notamment sur le régime foncier, sur celui des eaux, sur celui des mines, est foncièrement mauvaise, anticoloniale, et même sur certains points criminelle.

Malheur à l’imprudent qui, trompé par le mirage qu’exercent les richesses sans nombre que possède ce pays, vient se mettre entre les griffes d’un M. Lebureau Zaptatout aussi ignare que malintentionné. Il devient l’homme- lige de ce dernier, taillable et corvéable à merci, et s’il n’a pas l’épine dorsale assez flexible, s’il ne sait pas graisser à point les rouages, en un mot s’il n’est pas persona grata, dans le sens le plus absolu, il s’expose aux pires déboires, et finalement à la ruine. Expertocrede Roberto.

Eh bien non ? Il ne faut pas que cela soit ? ou mieux que cela puisse être ?

Il faut que le colon trouve toute sécurité sur sa terre le jour même où pour la première fois il y plante sa pioche.

En effet, quel est l’homme sérieux qui de gaieté de cœur voudra venir s’exposer à être expulsé de sa concession sans indemnité d’aucune sorte par une revendication indigène, laquelle peut se produire jusqu’à la délivrance du titre définitif, alors que pour obtenir ce titre il faut que le colon ait mis sa concession en valeur, c’est-à-dire qu’il ait dépensé sur elle son temps, sa santé et ses capitaux ?

D’un autre côté, il faut que l’industriel puisse installer son industrie et la développer de la façon que son expérience et celle des autres le lui ont appris.

Que peut-on dire d’une industrie qui dès le premier jour de sa création, bien qu’installée aux frais et par les soins de l’industriel, fait partie du domaine public, où l’industriel n’est que toléré, et d’où il est évincé au bout de trente ans, où, d’ailleurs, celui qui commande est un fonctionnaire sans expérience et surtout sans connaissances industrielles d’aucune sorte.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Us et coutume : dans le désarroi normal d’entendre des voix

Les soucis pour toutes ces affaires (scandales), ces grèves, les caisses vides, ont de quoi agresser et agacer les gouvernants. La coupe est pleine, une goutte de plus et ça déborde. De subir trop de pression le pouvoir risque de péter les plombs, à l’autre extrême mais à l’égal, de trop de privations la population menace de péter un câble.

Pour ne pas changer, une fois encore le pouvoir entend des bruits de bottes, et le peuple prête l’oreille à des chants de sirène. Des sons qui n’ont rien de commun, sinon un éventuel rendez-vous place du 13 Mai. Place mythique que l’on n’effacera pas de l’histoire même si en la transformant en place forte interdite les gouvernants espèrent en avoir exorcisé le sortilège maléfique.

News Mada0 partages

Antanimena, Mamory Ivato… : mirongatra ny fanafihana mitam-basy amin’ny épicerie

Omaly tokony ho tamin’ny 10 ora sy 15 minitra maraina, notafihana telo lahy nitondra basy P.A iray avy ny toeram-pivarotana iray, teny Antanimena tsy lavitra ny foiben’ny HVM. Voaroba tamin’izany ny vola tamin’ny baoritra tao an-tsena sy ny firavak’ireo mpivarotra. Norobain’ny jiolahy ihany ny vehivavy iray nisakafo tao, ka lasa ny finday niaraka tamin’ny poketra. Araka ny fitantaran’ireo mpivarota, telo lahy ireo olon-dratsy niditra tao an-tsena. “Niditra avy any ivelany nanao be fiavy izy ireo, ka ny roa nijoro nanambana basy teo anoloan’ny “vitrine”, ny iray namonjy anay taty anatiny. Nitazona basy P.A iray avy ireo olona ireo ary nanambana anay sy izay teo amin’ny manodidina”, hoy rangahy mpivarotra.

Tsy nisaron-tava izy ireo fa nanao “bonet” avokoa. “Ny iray lava fa ny roa lahy somary kelikely fohifohy”, hoy ny fanazavana.

Nikasa hitifitra ireo jiolahy saingy latsaka ny bala iray ka tsy nipoaka ny basy. Tavela teo ilay bala rehefa nitsoaka ireo mpanafika. Nisy nampandre ny polisy ihany ireo olona teny ivelany nahatazana ireo jiolahy ary vetivety ireo dia tonga teny. Tsy tratra anefa ireo fa ny polisy nitontona ireo olon-dratsy nitsoaka niditra elakelantrao tany amin’ny Malacam. Nanao savahao sy nanara-dia ny polisy saingy tsy hita izay nanjavonan’ny jiolahy.

Nentin’ny BC Anosy ilay bala nanaovana fanadihadiana. Nametraka fitoriana kosa ny mpivarotra.

 

Nipoaka ny basy teny Ivato

Nitrangana fanafihana ihany teny Mamory Ivato omaly hariva. Lasan’ny jiolahy ny 10 tapitrisa Ar sy ny finday tamina toeram-pivarotana iray. Nipoapoaka ny basy teny an-toerana. Voalaza fa telo lahy no niditra tao amin’ilay trano fivarotana, nividy rano. Nambanan’izy ireo basy P.A ny tompon’ilay fivarotana ary niditra ireo namany enina hafa.

Ny efatra nitondra antsy, ny roa nitondra basy. Lasa tamin’izany ny vola mitentina 10 tapitrisa Ar sy ny finday ary ny fitaovana elektronika rehetra tao amin’ilay fivarotana. Nitifitra olona roa ireo jiolahy raha iny saika hanenjika iny ny manodidina. Naratra ireto voatifitra ary nentina haingana any amin’ny HJRA.

Manakaiky ny fety, miseho lany ny fanafihana eto an-drenivohitra sy ny manodidina. Fanafihana mitam-basy izay mampihorokon-koditra ny olona tanteraka. Aiza ho aiza ilay hetsiky ny polisy?

Yves S.

News Mada0 partages

Fanafihana teny Anosibe : olona dimy indray nidoboka am-ponja, vehivavy ny iray

 Naiditra am-ponja avy hatrany rehefa avy natolotra ny fampoavana ireo olona dimy voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ny fanafihana teny Anosibe, ny 19 jona 2017 lasa teo. Karohin’ny polisy kosa ny jiolahy iray atidohan’ny fanafihana, antsoina hoe i Gena…

 

Nahazo loharanom-baovao ny polisin’ny Sag tamin’io fotoana io fa misy andian-jiolay mivory manomana fanafihana eny Anosibe. Jiolahy efa fanta-daza amin’ny halatra, vaky trano miharo herisetra tarihin’i Gena sy ny namany. Manana fitaovam-piadiana mahery vaika ry zalahy ary afenina ao anaty fahitr’omby, araka ny fanazavan’ny polisy. Nidina teny an-toerana avy hatrany ny polisin’ny Sag sy ny BC, sakelika fahefatra nanao ny fisamborana ka voasambotra teo amoron-dalana tsy lavitra ny toerana voatondro ny jiolahy telo raha tafaporitsaka kosa ny namany. Nitohy hatrany ny fikarohana ka voasambotra tao an-tranon’ny fianakaviany ny iray tamin’ireo olon-dratsy izay fantatry ny maro amin’ny anarana hoe Bolo.

Niroso tamin’ny fisavana ny trano ny polisy ka hita tao an-trano ny vehivavy roa sy vehivavy iray hafa tompon-trano. Hita tao anaty fahitr’omby ny pare brise-na fiara miisa fito. Nisy entana maromaro toy ny ordinatera, onduleur, convertisseur sy ny maro hafa koa tratra tany amin’izy ireo.

Nitohy teny Ambohimangakely, ny 20 jona 2017 maraina ny fisamborana sy ny fisavana ka tratra tamin’izany ny jiolahy iray antsoina hoe Fetra. Nisy iray hafa kosa nitolo-batana tao amin’ny kaomisaria eny 67 ha. Eo am-pikarohana an’i Gena na Rakotosamimanana Jaona izay atidoha nikotrika ny fanafihana. Nahatratra sivy, araka izany, ireo olona voasambotra tamin’ity raharaha ity. Taorian’ny fanadihadiana, nisy tamin’ireo voarohirohy no nalefa nody ka isan’izany ilay nitolo-batana teny amin’ny polisy noho izy tsy salama loatra, araka ny fanazavan’ny polisy.

J.C

News Mada0 partages

Anosibe : ramatoabe tratra nivarotra rongony

 Saron’ny polisy miady amin’ny zava-mahadomelina, teny Anosibe Tsena, ny alarobia teo ny ramatoabe iray mpivarotra rongony. Tratra teny aminy ny fonosan-drongony marobe. Nilaza izy nandritra ny famotorana nataon’ny polisy fa izany antsoina hoe Ndaty izany no mpamatsy rongony azy ka 30 000 Ar ny hividianany ny iray selofanina eny Ambohimanarina.

Efa ho telo taona izay no nanaovany ity asa ratsy ity, saingy izao vao tratra, araka ny fanazavany tamin’ny polisy.

Voasambotry ny polisy ihany koa ny rangahibe iray 47 taona mipetraka eny Ambohitrimanjaka. Noraisim-potsiny teo am-pifohana rongony. Nilaza izy fa sady mivarotra no mifoka rongony. Eny Ambohimanarina koa no fakany rongony ka tsinjaraina anaty fonosana vitsivitsy mialoha ny hamarotana azy. Ireo mpanao biriky eny Ambohitrimanjaka no tena mpanjifa ny entany, raha ny filazany.

Efa fantatra izany fa eny Ambohimanarina ny misy ireo mpamongady rongony ka tokony hojeren’ny tompon’andraikitra akaiky ny momba ireo mpanao trafikana rongony ireo. Tsy mbola hita na tratra anefa ny tena atidoha manaparitaka izany fa ireo mpividy hatrany no tratra hatreto.

J.C

News Mada0 partages

Tosidra ambony : mihamaro ny tanora tapaka lalandra

 Mila tsapaina matetika ny tosidra. Anisan’ny mitarika amin’ny fahatapahan’ny lalandra ny fananana tosidra ambony. Betsaka ireo tratran’izany ao amin’ny ivontoerana USIC ao amin’ny Befeletanana. Nohavaozina izany  ka nanotrona ny hetsika ny reny mpiahy ny fahasalamana.  

 

Mihatanora (17-19 taona) ny olona manana tosidra ambony amin’izao fotoana izao. Misy amin’ireo latsaky ny 40 taona tratran’ny fahatapahan’ny lalandra ao amin’ny loha, araka ny fanazavan’ny mpiandraikitra ny ivontoerana andraisana ny marary mila fitsaboana mavesatra (USIC) ao amin’ny sampana  momba ny fitsaboana ny aretin’ny fo sy ny lalandra ao amin’ny hopitaly Befeletanana, Pr Rakotoarimanana Solofonirina, omaly. Antony voalohany mitarika izany ny fananana tosidra ambony, ka tokony hotsaboina avy hatrany raha vao mahatratra 14,9 ny haavon’ny tosidra. Miteraka voka-dratsy amin’ny fo sy lalandra ny tosidra ambony. Reraka ny fo, tsentsina ny lalandra ary ny 95%-n’ny olona raisina an-tanana ao amin’ny USIC tratran’izany avokoa.

Nampihena ho 5,11%  ny taham-pahafatesana vokatry ny aretin’ny fo sy ny lalandra ny fisian’ny USIC napetraka ny taona 2016.  Nohavaozina ny ivontoerana niaraka amin’ny orinasa Jovenna sy Gemur nanomboka ny volana desambra lasa teo.  Mitentina 150 tapitrisa Ar ny asa fanatsarana rehetra. Nampitaovana ny toeram-pivoriana kosa ny vadin’ny filoha.

Notokanana, omaly, koa ny lalana mampitohy ny rihana efatra ao amin’ny toeram-piterahana Befelatanana. Niarahana amin’ny masoivoho japoney eto amintsika ny tetikasa miteti-bidy 572 tapitrisa Ar.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Fanamboarana arina : mendrika ny tetikasa

Nibata ny loka goavana satria mendrika indrindra tamin’ny fifaninanana tetikasa mahomby iatrehana ny fiovan’ny toetr’ andro, Rakotonirina Nomenjanahary Zo. Mpianatra avy amin’ny Cisco Ifanadiana no nahazo ny laharana voalohany amin’ny tetikasa fanamboarana arina fandrehitra vita amin’ny tanimanga, tain’omby ary ampombo mahery. Nisafidy ireo akora ireo izy satria fahita amin’ny fiainana andavanandro ary ampiasaina betsaka amin’ny toerana maro, araka ny fanazavany, omaly, teny Anosy. Laharana faharoa, Ramahalaza Brian, avy any lycée Jacques Rabemananjara, Toamasina amin’ny tetikasa fanadiovana ny ranomasina mba hihena ny entona CO2 eny amin’ny tontolo iainana miteraka ny fiakaran’ny maripana eto amintsika. Hohaodina ho vokatra hafa ny fako hiarovana ny fahadiovan’ny tanàna. Fahatelo nomena fankasitrahana ny  mpianatra, Razafimandimby Lionot, avy any amin’ny lycée Antaninarenina, Cisco Toliara I, nampiseho tetikasa fanamboarana fatana mitsitsy sy arina fandrehitra azo avy amin’ny tain’omby mba tsy hanapaka hazo betsaka intsony ny olona rehefa ahandro sakafo isan’andro.

Enina ny mpianatra avy amin’ny faritany enina nanao ny famaranana omaly, teny amin’ny foiben’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena. Hanome tohana ny minisitera sy ny orinasa Vivo Energy, tompon-kevitra sady mpanohana ny fifaninanana ho an’ny tetikasa mendrika mba hampiasaina hampandrosoana ny ady amin’ny fiovan’ny toetr’andro. Nitondra mody fahitalavitra écran plat, tablette Samsung ary fitaovam-pihainoana MP3 ilay mpianatra voalohany.

2 062 ny mpianatra avy amin’ny lycée 372 nandray anjara tamin’ny fifaninanana. 600 ny mpanabe nanohana ny mpianany nandritra ny fanatontosana ny tetikasa. Nahasarika ny mpianatra ny fifaninanana ary namoha ny fitiavany mikarokaroka, hoy ny tale jeneralin’ny Vivo Energy.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Hypertension artérielle : des jeunes de 17 ans hypertendus

L’hypertension artérielle (HTA) ne touche plus uniquement que les personnes âgées. Ces dernières années, des jeunes figurent dans la liste des patients hypertendus. Ainsi, les patients souffrant de maladie cardiovasculaire sont de plus en plus jeunes

Les habitudes alimentaires et les modes de vie changent. Ces paramètres influent largement sur la prévalence des maladies non transmissibles, tels que l’hypertension artérielle qui, sans un traitement adéquat, peut provoquer des séquelles plus graves, dont les maladies cardiovasculaires. De nos jours, cette pathologie touche des sujets de plus en plus jeunes. «Des jeunes de 17 à 19 ans sont victimes d’hypertension», a informé le directeur de l’Unité de soins intensifs cardiologiques (Usic) du Centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU-JRB), le Pr. Solofonirina Rakotoarimanana.

C’était hier à l’occasion d’une cérémonie d’inauguration des travaux de réhabilitation de l’infrastructure dudit service, en présence du couple présidentiel. Grâce à l’appui financier du groupe Axian, à travers sa société Jovenna, les bâtiments vétustes et inadaptés de l’Usic, ont été transformés afin de devenir plus moderne et accueillants, répondant aux exigences indispensables de qualité d’accueil et de sécurité des soins actuels. Opérationnelle depuis 2010, cette structure, qui est la seule unité publique de ce genre, joue un rôle important dans la réduction de la mortalité liée à la maladie cardiovasculaire, en passant de 17% avant cette période à 5,11% en 2016. «En dépit de ce succès, il y a encore du pain sur la planche dans la mesure où l’Usic fait face à un manque de capacité d’accueil.  Ne disposant que de 18 lits, les patients devront attendre qu’une place soit libérée pour pouvoir y accéder», a confié notre source.

Au-delà de 140/90 mmHg

En sa qualité de cardiologue, le Pr. Solofonirina Rakotoarimanana a lancé un appel au public pour que quiconque ne néglige pas sa santé, en prévenant les maladies cardiovasculaires et de ne pas attendre des complications pour venir à l’hôpital. Des personnes pensent qu’elles se portent bien même avec une tension artérielle se situant entre 16 à 20 mm de mercure (mmHg), mais ceci n’est nullement évident car les séquelles peuvent être graves jusqu’à provoquer  un accident cardiovasculaire cérébrale (AVC).

L’hypertension artérielle, dépassant la barre de 14,9 (140/90 mm de mercure), présente déjà un risque et doit être traitée. A partir de 40 ans, les hommes doivent faire régulièrement un dépistage d’hypertension artérielle et prendre les soins adéquats en cas de hausse. Cela est valable également pour les femmes, à partir de 45 ans, à l’âge de la ménopause. «Le mieux serait de disposer d’un tensiomètre chez soi pour pouvoir faire un suivi  permanent», a conseillé ce spécialiste en cardiologie.

Fahranarison

Une série d’inaugurations s’est déroulée hier au CHU-JRB et au Centre Hospitalier universitaire de gynéco-obstétricale (CHU-Gob) de Befelatanana, grâce à l’initiative du couple présidentiel et les partenaires. A ce propos, mis à part les réhabilitations de l’Usic du CHU-JRB, sous financement de Jovenna à hauteur de 150 millions d’ariary, une nouvelle rampe reliant les quatre étages de cet du CHU-Gob vient d’être construite grâce à un partenariat avec l’ambassade de Japon à Madagascar. Ce projet, financé à hauteur de 572.629.76 Ariary, fait suite au plaidoyer mené par la première dame, Voahangy Rajaonarimampianina, relatif à la promotion de la santé de la mère et de l’enfant.

News Mada0 partages

Vol de 800 kg de vanille : deux suspects arrêtés, une Kalachnikov saisie

Important coup de filet des éléments de la Compagnie territoriale de gendarmerie à Vohémar. Deux individus impliqués dans le détournement d’un véhicule transportant 800 kilos de vanille ont été arrêtés.

Le vol de vanille verte ou mure se poursuit au détriment des producteurs et collecteurs. Dans la nuit de mardi à mercredi, des bandits lourdement armés ont détourné un véhicule 4×4 transportant 800 kg de vanille mure. Mais grâce à la célérité de l’intervention des gendarmes, le véhicule a été intercepté et la marchandise récupérée. Deux suspects ont été arrêtés et un fusil d’assaut Kalachnikov a été saisi.

Coup préparé

Selon la gendarmerie, il s’agit d’un coup prémédité. L’on sait en effet que la quantité de vanille a été chargée à bord du tout-terrain à Ambanja mais le vol s’est produit à 35 km de Vohémar, à hauteur d’Anosibe Antsampano.

Après avoir quitté Ambanja, le conducteur aurait fait un grand détour en empruntant une déviation. A hauteur d’Anosibe Antsampano, sept bandits dont quatre brandissaient d’armes à feu ont attaqué le véhicule. Ils ont ligoté et bâillonné les occupants du 4×4 avant de les laisser sur place. Les bandits ont ensuite quitté les lieux mais rapidement alertés, les gendarmes ont mis en place leur dispositif en vue de les intercepter.

Le résultat ne s’est fait pas attendre. Deux des bandits dont le chauffeur ont été appréhendés. Les autres ont réussi à prendre la fuite.

Mparany

 

News Mada0 partages

Antanimena : braquage dans une épicerie

Le quartier d’Antanimena a été le théâtre d’une attaque à main armée dans la matinée d’hier. Aux alentours de 10 h, trois individus équipés d’armes de poing ont pris d’assaut une épicerie sise près du QG du parti HVM. Pris au dépourvu et sous la menace des armes, le couple propriétaire de l’épicerie ainsi qu’une cliente n’ont eu d’autre choix que de se plier aux exigences des bandits.

«Ils ne portaient pas de cagoule mais se couvraient la tête d’un bonnet. Pendant que deux des bandits me tenaient en respect, le troisième s’est approché de la cliente avant d’arracher de force son sac à main qui contiendrait une forte somme d’argent et un téléphone portable. Pour nous intimider, l’un d’eux a lancé un tir en l’air sauf que son pistolet s’est enrayé», a expliqué l’épicier. Sur ces entrefaites, un autre client est entré dans la boutique mais en un tournemain, les bandits l’ont immobilisé.

Les malfaiteurs ont par la suite quitté les lieux non sans avoir raflé la recette de la matinée. Alertés par les riverains, des éléments du commissariat de la sécurité publique à Antaninandro et ceux de la Brigade criminelle sont arrivés sur les lieux. La poursuite engagée s’est avérée infructueuse mais au cours d’un ratissage, les limiers ont découvert une cartouche non percutée. Selon des sources convergentes, plus de 150.000 ariary ont été dérobés. Les policiers ont ouvert une enquête.

Mparany

 

News Mada0 partages

Sofia et Sava : problèmes sur la vente de vanille

Les producteurs de vanille de la région Sofia se désespèrent face à la dépréciation du prix affiché par les rares collecteurs qui s’y risquent à cause de la recrudescence de l’insécurité.

Les gros opérateurs ont boycotté la région de la Sofia durant la campagne en cours en raison de la situation d’insécurité qui y prévaut. De ce fait, les prix de la vanille y ont fortement chuté contrairement à ceux des autres régions provoquant une grande déception au sein des planteurs qui perdent ainsi l’opportunité de se faire de meilleurs chiffres d’affaires.

La vanille non préparée est écoulée aux environs de 70.000 ariary par kilogramme, se plaignent les producteurs. Ils dénoncent l’inertie des autorités locales qui n’ont pas réagi à l’appel du coordinateur régional du syndicat des planteurs de vanille de la Sofia  d’être à l’origine de leurs préjudices.

La campagne de vanille bat son plein actuellement dans la région Sava à l’avantage certain des producteurs qui imposent un prix de 380.000 ariary pour le kilogramme de vanille non préparée sur le marché. Un vrai bras-de-fer est alors engagé entre les planteurs et les collecteurs qui tentent de limiter ce prix aux environs de 120.000 à 100.000 ariary le kilogramme.

Hier encore, aucun des deux camps n’a voulu faire des concessions, suspendant logiquement toute transaction autour de ces produits devenus le fleuron de l’économie régionale de la Sava.

Manou

 

News Mada0 partages

Boxe Olympique : le MJS se sent trahi

Le retour de la boxe olympique malgache sur la scène continentale, après presque 10 ans d’absence, est terni par une affaire de détournement d’argent avéré commis par l’un des hommes forts de la fédération. Le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) mène de ce fait une enquête afin d’élucider l’affaire.

Des comptes à rendre, la délégation malgache en aura à son retour du championnat d’Afrique au Congo-Brazzavile. En fait, d’après la déclaration d’un expatrié malgache résidant au Congo-Brazzavile, les conditions de vie des boxeurs malgaches laissent à désirer. Alors qu’avant le départ de la délégation, le ministère de tutelle a octroyé une subvention conséquente au chef de délégation et également vice-président de la fédération, Gégé Bosco Andriamanampisoa.

«85 milllions d’ariary ! C’est la somme que le MJS a allouée à la boxe en vue de cette campagne africaine. De la préparation des boxeurs à leur séjour en terre congolaise, le ministère a tout pris en charge. En effet, pour ce voyage, une enveloppe de 7000 dollars a été octroyée au chef de la délégation et un argent de poche d’une somme de 1 million d’ariary pour les compétiteurs», a bien précisé le ministre hier à Ambohijatovo.

Réactions

Sans attendre, le ministre de la Jeunesse et des sports, Jean Anicet Andriamosarisoa, en compagnie du président de la Fédération malgache de boxe olympique (FMBO), Hery Mamy Rabarisoa, est monté au créneau pour relater la vérité.

«Ainsi, il est inconcevable que les boxeurs se plaignent du manque d’argent durant leur séjour, comme l’a déclaré notre compatriote qui vit au Congo», a-t-il souligné. Face à cette supputation qui «ternit» l’image du pays en général et de la boxe malgache en particulier, le MJS va mener ses propres investigations afin de démasquer la personne, source de ce problème. Le président de la FMBO de son côté déclare que «Si le fautif s’avère être un des membres de la fédération, il mettra fin à leur collaboration».

Engagement effectif

Bloquée à l’aéroport de Brazzaville, la délégation malgache a vécu un moment commun avec d’autres délégations des pays participant à cette joute continentale. Prises au dépourvu par la décision du pays hôte de faire payer les taxes du visa d’entrée, elles ont dû attendre l’intervention du président de la boxe locale pour qu’elles puissent récupérer leurs passeports.

Deuxième couac, l’interdiction pour les Malgaches de monter sur le ring, faute de paiement des cotisations auprès de la Confédération africaine de boxe comme le stipule le règlement. «En début de saison, chaque fédération sportive devra dresser la ligne budgétaire dont elle a besoin, pour que le MJS puisse répondre à temps à sa demande. Et pour la boxe, aucune mention de paiement de cotisation n’a pas été faite dans sa demande», s’est défendu le ministre.

Malgré tout, son ministère a pris les choses en main en s’engageant à honorer ces arriérés auprès de l’instance africaine de la boxe africaine afin que les boxeurs malgaches puissent monter sur le ring. C’est chose faite, ils ont tous combattu avec des fortunes diverses. Les uns ont été battus d’entrée tandis que les autres ont réussi à figurer dans le dernier carré, synonyme de qualification pour les mondiaux.

Naisa

 

News Mada0 partages

Analamanga Rugby : le comité ad’hoc à pied d’œuvre

Le comité ad’hoc d’Analamanga rugby dévoile enfin son programme d’activités devant les clubs du Top 20 dont il a la charge.

Le match d’ouverture du championnat d’Analamanga est prévu le 9 juillet prochain au stade Makis d’Andohatapenaka, selon le président du comité, Rija Randrianarisoa. Les compétitions proprement dites débuteront le 16 du même mois, a-t-il annoncé, hier, aux représentants des clubs participants. Les membres du comité ad’hoc envisagent de faire mieux que la ligue régionale sanctionnée par la fédération, d’après les projets qu’ils ont présentés hier. De ce fait, le retard résultant des changements de structures dans son organisation sera comblé par l’utilisation de plusieurs terrains dont le stade Makis, le stade de Mahamasina et le stade d’Alarobia. Le président du comité ad’hoc a ainsi révélé que les négociations pour l’acquisition du stade Malacam d’Antanimena sont en cours de finalisation actuellement. Les matchs seront organisés les samedis et dimanches, selon le comité, pour boucler le championnat avant le deadline imposé par Malagasy rugby au mois de décembre 2017.

Les convocations des clubs pour leur participation au championnat d’Analamanga 2017 ont déjà été envoyées par le comité ad’hoc en vue de leur préparation dans toutes les catégories en compétition.

Manou

 

News Mada0 partages

Reflet – Atmosphère d’insécurité : panique ! Des milliers de Karana et moi et moi… Emoi !

Nombre de faits et événements récents témoignent d’un climat général d’insécurité, la répétitivité des rapts dont sont victimes des indopakistanais rapporte la preuve que de l’absence de sécurité leur communauté n’est pas épargnée, ses membres constituent même des cibles de choix pour les pratiquants de ce genre de crime. Il serait inique de réduire le phénomène à une simple part du feu qu’est ce climat délétère, toutefois il ne s’agit pas pour autant dans le contexte général d’en faire un cas particulier prioritaire requérant remède des plus urgents prenant le pas sur la recherche d’une solution d’ensemble. Comme tous les groupes au sein de la société la communauté karana souffre aussi d’autres maux,  par le fait d’individus appartenant ou extérieurs à sa communauté. Nul besoin de s’en cacher autrement ça ne ferait que donner crédit à la rumeur qui répand l’idée que les kidnappings ne sont qu’un mode de règlement de comptes entre Karana. Allégation mensongère en l’absence de tout début de preuve pour accréditer telle supputation.

La globalité de cette actualité prête l’occasion de faire le point sur des repères dans l’évolution des relations entre la population autochtone et les Karana.

Les méfaits d’un sale type au sein du climat de terreur à Toamasina

Question sécurité, Taomasina actuellement ne jouit pas d’une bonne réputation. Les risques sont élevés pour qui s’y aventure sans prendre de précaution. Des aventuriers de tous acabits, aux intentions malhonnêtes, guettent les moindres occasions pour réaliser leurs forfaits, agissant avec détermination parfois sans souci des drames conséquences de leurs exactions.

De ces bandits il en est un qui sème la terreur par la brutalité de son comportement pour parvenir à des fins coupables. S’étant taillé une réputation de «brigand bien introduit» il se permet tout et tout lui réussit. Malheur à celui qui se met en travers de ce qu’il entreprend. De ses coupables activités il accorde préférence à l’appropriation sauvage des terrains d’autrui. Les victimes se plaignent de la rapidité miraculeuse dont il fait preuve pour actionner une riposte administrative enterrant toute procédure de défense introduite par les vrais titulaires du titre en droit.

Par expérience à ce qu’il parait la fausse vraie régularisation se moque des irrégularités. Il se trouve que cet individu est un Karana, il n’est pour autant ni regardant ni sectaire, et ne s’interdit pas de dépouiller ses frères Karana. Sans besoin de décliner dans les détails les actes de piraterie que l’opinion prête à son compte, on ne retient que la dernière manifestation de ses excès où dépassant les bornes il a franchi le seuil du «pas permis», si bien que ça lui a coûté la fin des protections lui ayant assurer une sorte d’immunité.

Des dédales qui rappellent les tribulations d’une personnalité défrayant actuellement la chronique : vraie hospitalisation pour fausse maladie, tentative d’exfiltration à l’étranger malgré une Interdiction de Sortie du Territoire, récidive par une autre tentative réussie. Le malfrat coule pour l’instant un tranquille séjour à la Réunion, Karana de son état Français par nationalité.

Les poursuites engagées ne se solderont pas par un accord en douce entre Karana, les victimes Malgaches et Karana confondus ont formé une association pour défendre solidairement leurs biens mal acquis par le malfrat. La procédure reste un mystère, il ne faut pas compter sur une extradition du scélérat, en son absence les biens en son nom peuvent-ils servir d’otages à valoir gages pour les dommages dont il est responsable civilement et pénalement par la commission des infractions retenues contre lui ? Cette affaire reste à suivre, signe parmi d’autres gages de sincérité indispensables pour pouvoir juger de l’honnête volonté des magistrats dans le combat qu’ils mènent pour un retour en grâce du système judiciaire.

Le fait que l’on trouve unis pour une même cause des Malgaches et des Karana au sein de cette association de victimes, témoigne d’un pas franchi vers une mentalité d’un pouvoir-vivre ensemble. Il n’est pas trop tôt, ni non plus trop tard, pour émettre un constat sans hypocrisie concernant les relations malgache-karana, alors que les deux parties ne trouvent pas bénéfice à poursuivre ces relations dans le statuquo.

De façon brève, les relations sont déplaisantes pour les uns comme pour les autres malgré des apparences que sauve une hypocrisie obligée. Ce ne sont pas les gestes autant occasionnels que superficiels de bon ton au motif d’actions humanitaires qui parviendraient à cimenter une cohabitation harmonieuse.

L’histoire en partage s’inscrit sur un siècle, mais pour bien faire faut-il encore essayer de chercher des repères objectifs afin de fonder sur du solide un vivre ensemble en bonne intelligence.

Vivre ensemble différent d’un vivre côte-à-côte en chiens de faïence

Le plus clair du temps les deux groupes chacun dans son coin exploitent de façon différente l’idée que l’un vit aux dépens de l’autre, soupçonnant réciproquement que l’autre sait ce que l’un pense et commet pourtant en concordance de ce que l’autre suspecte.

Au-delà des idées préconçues souvent bien ancrées, il reste que  si les Karana venaient à quitter en masse le pays, la collectivité perdrait un groupe de population reconnu très actif, de leur côté les Karana éprouvent un réel attachement et expriment une préférence à l’égal d’une nécessité pour vivre sur cette île de leur élection dont la population n’a pas fini de vraiment les adopter.

Chacun s’adapte à cet inconfort stérile qui perdure inchangé sans perspective de satisfaire ni les uns ni les autres. Plutôt que de se rejeter la responsabilité de ces rapports lamentables, il semble raisonnable de chercher les moyens de les faire évoluer, il apparait pourtant difficile d’espérer apporter une réelle évolution si l’on n’inscrit pas les efforts dans les repères de l’histoire que l’on a eu en partage.

Prudence dans l’adoption de mesures pour intérêts partagés

La nécessité de revisiter les fondements et de réviser les fondamentaux ne constitue plus un secret pour personne, tant le constat s’impose : le pays est mal parti et l’Etat malade. Le citoyen n’est pas quitte pour autant de ses responsabilités. L’état de citoyen procure des droits en contrepartie requiert des obligations autres que des  postures prétendues de civisme, exige des dispositions intellectuelles et morales, gages d’appartenance à la nation : considération valable autant pour les nationaux d’origine que d’adoption, nécessitant périodiquement des piqûres de rappel.

La question Karana s’inscrit dans ces préoccupations de ravalement de tous les composants de la société. Le sujet d’octroi de la nationalité aux membres de la communauté indo-pakistanaise reste un appendice, malgré l’importance que revêt l’accès ouvert au plus grand nombre, pour qu’ainsi une majorité jouisse d’un statut à part entière avec les obligations qui en découlent plutôt que laisser en marge un grand nombre dans une catégorie entièrement à part, isolée sujette à toutes les foucades que par la force des choses encline à verser dans toute sorte de combines.

La détermination à l’occasion de grandes causes d’épouser les intérêts de la nation sans préjudice du déploiement  de dynamisme au quotidien à la recherche d’intérêts personnels, conditionne une sincère intégration exprimée en retour par une acceptation tacite de la population. Les efforts promettent d’être de longue haleine avant de produire des résultats palpables, car en prime de la différence des origines se superposent les écarts de catégorie sociale. La communauté indo-pakistanaise se compose d’un grand nombre de personnes possédantes alors que les familles malgaches dans une grande majorité sont démunies. Même si dans le principe les idéologies ont abandonné la lutte des classes, au quotidien celle-ci sourde et parasite parfois les relations.

Les malfaiteurs n’échappent pas à cette règle lorsqu’ils opèrent le choix de leurs victimes. Les gangs qui opèrent des rapts ne commettent pas nécessairement par-dessus leur crime un délit de faciès en ciblant des Karana, ils pêchent par ostracisme en jetant leur dévolu sur une classe sociale réputée disposer de possibilités énormes permettant de cracher cash en liquidités même libellées en devises étrangères.

Le bon déroulement de la période d’intégration réclame de la communauté Karana de faire la police en son sein, afin d’empêcher toute tentative de collusion de l’un de ses membres dans une quelconque magouille. Ces considérations restent théoriques et supposent au préalable un Etat fort imposant son autorité à travers le pouvoir exercé par des personnes honnêtes capables de mener des opérations d’assainissement drastique à tous les étages des décisions et dans toutes les ramifications de l’administration du haut au bas de l’échelle.

Séquelles des ambiguïtés du temps de la colonie

Des Indo-pakistanais ont fait souche à la faveur de l’invasion coloniale, ce qui permet à nombre d’entre eux de prétendre légitimement à la fois d’être des natifs de l’île et d’être les représentants d’une troisième voire quatrième génération de familles implantées. Natifs il est vrai autant qu’est réalité la bonne implantation des familles, mais demeure le fait qu’ils n’ont pas tout à fait réussi ni à conquérir grâce à un comportement individuel ou de groupe l’adoption par la population pour une intégration dans une nation pourtant pluriethnique.

 Durant la période coloniale et au moment des crises, les Karana ont vécu d’un état bâtard ni indigène ni citoyen de la puissance colonisatrice, et les autochtones aimaient à les traiter de vazaha sans que ce traitement ne leur ait déplu. La mémoire populaire n’a pas oublié cet épisode, même si ce souvenir mérite d’être rangé dans les placards.

Ni l’intégration ni la cohabitation ne nécessitent d’effacer les différences, il suffit de les accepter tout simplement dans cette démarche il faut reconnaitre dans ces différences leurs valeurs respectives plutôt qu’à vouloir les dénigrer en en cherchant faiblesses voire des tares.

Des événements externes au pays une fois l’indépendance acquise ont apparu pour exacerber les relations, les Karana posaient problème à partir de la naissance de l’Etat du Pakistan et de la décision de l’Inde à décliner la nationalité indienne aux originaires de l’Inde installés à l’étranger. A noter que durant la période coloniale, l’administration française n’a octroyé la nationalité française qu’à quelques rares ressortissants indiens installés à Madagascar.

Nombreux Karana sont devenus apatrides dans un pays où ils résidaient depuis des générations mais dont ils avaient négligé la demande de nationalité au moment de l’accession de ce pays à l’Indépendance.

Page Réalisée par Léon Razafitrimo

Tia Tanindranaza0 partages

Hopitaly BefelatananaZava-bita maro sosona no notokanana omaly

Zava-bita maro sosona no indray notokanan’ny fitondram-panjakana tao amin’ny hopitaly Befelatanana omaly. Vokatry ny fiaraha-miasany tamin’ny governemanta Japoney sy ireo orinasa tsy miankina maro isan-tsokajiny no angady nananana sy vy nahitana izany ho fanatsarana ny sehatry ny fahasalamam-bahoaka eto amintsika.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hopitaly BefelatananaZava-bita maro sosona no notokanana omaly

Zava-bita maro sosona no indray notokanan’ny fitondram-panjakana tao amin’ny hopitaly Befelatanana omaly.

 Vokatry ny fiaraha-miasany  tamin’ny governemanta Japoney sy ireo orinasa tsy miankina maro isan-tsokajiny no angady nananana sy vy nahitana izany ho fanatsarana ny sehatry ny fahasalamam-bahoaka eto amintsika. Lohalaharana amin’izany ny maternité izay ezahina ho hopitaly fiterahana manara-penitra aty amin’ny faritr’i Afrika, raha araka ny fanazavan’ny filoha Hery Rajaonarimampianina. Notokanana omaly ilay lalantsara vaovao mampitohy ireo rihina efatra ao amin’ity hopitaly ity, izay mitentina 272 tapitrisa Ar. Nolokoina  ihany koa ny rindrina, nohavaozina ny tokotany ka mitentina 201 tapitrisa Ar ihany koa ny vola lany, fanampiana avy amin’ny filoham-pirenena mivady. Mbola nanolotra finday miisa 234 ho an’ny maternité ihany koa izy ireo. Ho an’ny Centre Hospitalier Universitaire  Joseph Rasseta Befelatanana manokana izay mbola ao anatin’ny hopitaly Befelatanana ihany dia nisy  ny fanolorana fiara fitondrana marary ho azy ireo avy amin’ny  fitondrana  izay mitentina 200 tapitrisa Ar. Nohavaozina ihany koa ny sampana fitsaboana fo ankoatra ny pavillon spécial hitsaboana ny marary izay mitentina 150 tapitrisa Ar fanomezana avy amin’ny orinasa  Jovenna. Latabatra sy vidéo projecteur mitentina 10 tapitrisa Ar kosa hahafahan’ireo dokotera sy tompon’andraikitra isan-tsokajiny manatanteraka fivoriana no natolotry ny vadin’ny filoha Voahangy Rajaonarimampianina tamin’izany. Tonga nanatrika sy nanome voninahitra ny lanonana ny filohan’ny Antenimierandoholona sy ny masoivoho Japonais miasa sy monina eto amintsika.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Manary fotoana

Vola ny fotoana, hoy ry zareo kelimaso. Nahita koa ry zareo be kintana fa mitombina izany fijery izany ary dia nilaza izy ireo fa tsy misy zava-dehibe mihoatra io fotoana io.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Afera Soanierana IvongoTetika hitrandrahana harena

Tetika nentina nanakorontanana ny niseho tany ny alatsinainy 19 jona lasa teo, hoy i Bertrand Martin, mpanolotsain’ny Ben’ny tanànan’i Soanierana Ivongo omaly

. Raha tsiahivina, nisy ny fifandonan’ny mpivavaka tao amina fiangonana zandriny iray sy ny vahoaka noho ny fanakorontanana fiarahamonina nataon’ny Fiangonana Kristianina Mitambatra (FKM), ka nahamay ny fiangonana sy naharatrana olona 14. Nisy ihany koa ny voasambotra ary nitohy hatreny amin’ny fitsarana ny raharaha, 18 omaly no niakatra fampanoavana. Foronina ny fanakorontanana hahafahan’ireo mikendry handroba ny tany satria misy vahiny te hitrandraka ny harena ankibon’ny tany sy haka ny tanin’ny olona any an-toerana ho amin’ny tombontsoa manokana, raha ny fanazavan’io tompon’andraikitra io. Tanintsika Malagasy io, ka isika no mila misitraka azy fa tsy ho amin’ny tombontsoan’olom-bitsy, hoy izy. Hampiadiana ihany koa ny samy manampahefana toy ny mpitondra eny ifotony sy ny senatera. Rehefa miady izy ireo dia afaka manararaotra mitrandraka tsimoramora ny harena ireo vahiny. Tsy iny adin’ny fokonolona sy ny mpino iny ihany no raharaha mafampana any an-toerana fa eo ihany koa ny fanoheran’ny mponina ny fitrandrahana harena amina faritra harovana any Manompana. Ny mahagaga anefa dia mangina sy tsy andrenesam-peo ny fitondram-panjakana. Ny fanjakana foibe mihitsy ve no tompon’antoka amin’ny firaisana tsikombakomba sy ny fanaovana tery vay manta ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hodian’ny olona vendrana!

Manao ahoana ry Jean a ! Manao ahoana ny fiomankomanana ao e ? Inona indray izany izao ry Jean ny zavatra tsy hampoizina hiseho amin’ity fety indray mitoraka ity ?

 Mino aho fa tsy resaka mananasy intsony no halaza fa mety hiova ho zavatra hafa mihitsy an! Fa ny zavatra mahagaga kely anay  ry Jean di any fahenoana fa olona 1000 be izao indray no toa hoe hasainareo amin’io fety io, ka dia kaly be tsy hifankahitana indray hono no eny an-dapa amin’io. Saingy ny mahagaga anay dia tsy rototra firy indray anie ry mena sofina e ! Dia tsy mba gaga ve ianareo ? Midika izany fa hatramin-dry mena hoditra aza efa tsy te hahita sy te hiherika ny salovan-tavanareo saingy ny diplomasia tsy maintsy hampiana e ! Io no mahataraiky anareo satria vao hitrikitrikihan’ny olona dia mihevitra foana fa mankato sy mirevy anareo izy izay. Mba hianaro ihany ny fanaon’ny olona ry Jean fa efa firy taona no teo no tsy mahalala izay atao ihany a !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Randrianarisoa StanislasNanampy ny Lycée St Etienne Ambanidia

Ao anatin’ny fanamarihan’ny lisea tsy miankina Md Etienne etsy Ambanidia ny faha-55 taona niorenany, 1962-2017,

Ntsoavina Evariste

Ino Vaovao0 partages

AMBOHIMANARINA : FIara kamiao nitondra tany nifatratra tamin’ny toeram-pivarotana

Raikitra tao anaty fiara ny  mpamily satria potika tanteraka ny lohan’ilay fiara sy ny tamin’ny sisiny toerany ity farany.

Taitra tamin’ny torimasony avokoa ireo mponina teny an-toerana raha vao naheno ny fipoahan’ity kamiao ity. Raha ny voalaza dia nandona andrin-jiro izy mialoha ny nifatrarany tao amin’ilay toeram-pivarotana teo amin’ny sisin-dalana. Nivoaka avokoa ny olona ary niezaka namoaka ilay mpamily avy tao antay fiara, izay voalaza fa somary nanahirana ihany satria tao amin’ny tandrify azy mihitsy no nidofotra tamin’ilay trano. «  Potika ny varavarana ary voatery tao izy  », hoy ireo nanatri-maso. Main’ny maotera ihany koa fen’io mpamily io.

Noho ny fahatapahan’ny andrin-jiro ka tapaka ny herinaratra teo amin’ny manodidina ny toerana nisehoan’ny loza, izay naharitra ora maromaro. Tonga teny an-toerana ny Polisy nijery ny zava-misy. Niteraka fitohanan’ny fiara naharitra ihany koa izany.  Efa noentina namonjy toeram-pitsaboana ilay mpamily naratra.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

CISCO MAHAJANGA : Mety hivoaka tsy ho ela ny voka-panadinana Cepe raha ny tatitra azo

Efa tonga ao avokoa ny taratasim-panadinana ireo kandidà avy amin’ny ivon-toeram-panadinana efatra misy ao Mahajanga ary ny alarobia maraina dia efa nisoro tamin’ny fitsarana ny fanadinana ireo mpampianatra.

Vinavinaina hivoaka amin’ny faran’ny herinandro izao ny voka-panadinana ho an’ny Cisco Mahajanga, raha ny tatitra azo. “Logiciel” vaovao no ampiasaina amin’ny hitsarana ireo vokatra mba hahafahana mamoaka haingana ara-potoana ny voka-panadinana.

Ao amin’ny lisea Philbert Tsiranana no hanatanterahana ny fitsarana ny fanadinana CEPE ho an’ny ao Mahajanga.

Mpampianatra 60 mahery eo no fantatra fa hiaraka hifandrimbona hitsara izany. Hivoaka amin’ireo sekolim-panjakana rehetra eto Mahajanga ny valim-panadinana.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

FAMPANDROSOANA AN’I TOAMASINA : Hamboarina ho manara-penitra ny Bazarikely sy Esplanade Ambony

Amin’izao fotoana izao, dia fametrahana fotodrafitrasa goavana momba ny tsena no tetikasa goavana hapetraka ao an-toerana.

Eny Bazarikely sy Esplanade ambony no hametrahana io tsena manara-penitra io. Ny zava-misy mantsy dia efa feno ireo mpivarotra ny tsena Bazarikely ka izao hiroso amin’ny fanitarana sy fametrahana fotodrafitrasa vaovao izao ny Kaominina. Aorian’ny “Bazaribe, bazary dépôt” dia ity hapetraka ity no anisany tsena manara-penitra fahatelo misy eto Toamasina.

Raha ny fampitam-baovao nomen’ny tompon’andraikitra ambony iray eo anivon’ny kaominina dia ny 7 jolay ho avy izao no hiroso amin’ny fametrahana ny vato fehizoro ny tompon’andraikitra mahakasika ny fananganana izany tetikasa lehibe izany. Na tsy mbola manomboka akory aza ny asa dia efa nidera sahady ny finiavana asehon’ny Ben’ny tanàna Elisée Ratsiraka ireo mpivarotra eto Toamasina. Irian’izy ireo fatratra ny hahavitan’izany, ary milaza ny hanaraka sy hanaiky ireo toromarika sy fandaminana rehetra mandritra ny fanamboarana ny fotodrafitrasa izy ireo.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

TERAKA LOHARIANDAVA : Mangataka ny hanajariana ny lalana ny zanaka am-pielezana eto Toamasina

Tsy misy afa-tsy ny fiara an-dalamby irery ihany no ahafahana mandeha amin’ity toerana ity nefa misedra olana izany amin’izao, raha ny fanazavana nomen’ireo zanaka am-pielezana monina eto Toamasina, izay mivondrona ao anatin’ny fikambanana Fiteloha na “Fikambanana Teraka Lohariandava”.

Raha ny zava-misy dia an-tongotra 32km miala avy eo amin’ny lalam-pirenena faharoa no tonga any Lohariandava.Eo anatrehan’izany dia mangataka amin’ny Fitondram-panjakana mahefa ny Fiteloha mba hanajariana ny lalana mankao amin’ny tanànan’izy ireo.

Miteraka fiakaran’ny vidim-piainana mantsy ny faharatsian’ny lalana izao ka izay no antony hanairan’izy ireo ny Fanjakana mba handray andraikitra hamaha ny olana.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

BAZARIKELY TOAMASINA : Mpitondra posy 10 mahery naratra mafy notrongisin’ny fiara

Fiara avy tao an-tsena hihazo ny lalana mankeny amin’ny Stella Maris no nanana olana tamin’ny hisatra ka nitera-doza. Vokany, mpitondra posy maherin’ny 10 no naratra mafy. Tao ny tapa-tongotra, nisy koa ireo tapa-tanana. «  Samy nalefa eny amin’ny Hôpitalibe avokoa ireo naratra. Soa fa tsy nianatra reo mpianatry ny sekoly Advantista fa raha tsy izany dia nikarakarana ny faty olona  », hoy ireo nanatri-maso.

Saika nodoran’olona

Saika raikitra indray ny fitsaram-bahoaka. Tezitra tamin’ny mpamily ireo mpitondra posiposy. Vokany, nokasain’izy ireo hodorana ilay fiara. Tsy tanteraka kosa anefa izany vokatry ny fisian’ny Polisy teo akaikin’ilay toerana nitrangan’ny loza.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FARITRA ALAOTRA : Manomboka mipoitra tsikelikely indray ny mpanao politika

Voatetin’izy ireny avokoa hatrany amin’ny kaominina ambanivohitra hoentina hanazavana hevitra.

Azo tarafina fa efa manomboka manakaiky ny fotoam-pifidianana dia mivoaka ny toerana nisy azy ireo lohandohany eo amin’ity tontolo politika ity. Misy ireo izay efa nanara-dia ny antokon’ny fitondrana Hvm no  niverina amin’ny antokony na niditra amin’ny antoko hafa. Hatreto, mbola vitsy no sahy namaky lay ny renivohitry ny Faritra Alaotra Mangoro ireo mpaneho foto-kevitra. 

Raha ny zava-misy dia isan’ny ho sahirana mafy amin’ny handresen-dahatra hanara-dia azy ny antokon’ny fitondrana noho ireo olana marobe tsy voavaha niainan’ny vahoaka tamin’ity Fitondrana ity. “Na ny lalana na ny fandriam-pahalemana na ny fiakaran’ny vidim-piainana dia samy fototra tsy ahafahan’ity antoko ity handresen-dahatra ny vahoaka intsony,  hoy ny ankamaroan’ireo naneho hevitra.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

DELESTAZY TAO TOLIARA : Nikoropahana fatratra ny fiarovana ny ain’ny Filoham-pirenena

Ny Alarobia hariva ny tenany no nanatanteraka ny fitokanana ireo fotodrafitrasa goavana miisa roa tany an-toerana.

Tokony ho tamin’ny 7ora latsaka fahefany hariva anefa dia tapaka tampoka ny jiro. Nikoropaka tsy misy ohatran’izany ny Filoham- pirenena sy ireo mpiara-dia taminy niaraka tamin’ireo mpiambina. Nohamafisina tanteraka ny fiambenana ny manodidina vokatr’izany noho ny fahatahorana sao hisy hamono na hisompatra, ny Filoha. 

Voalazan’ny loharanom-baovao fa nahitana mpiambina avokoa isaky ny iray metatra tany an-tokontany hatrany amin’ny tafon-trano nandritra io fahatapahan-jiro io izay naharitra minitra vitsivitsy io.

Inoana, araka izany, fa ho tsapan’ny Filoham-pirenena amin’izay ny ngidy mahazo ny vahoaka ao anatin’ny delestazy, manginy fotsiny ny tsy fandriampahalemana sy ny fitaintainana.

Aiza ho aiza amin’ izany ny fijaliana mahazo ny vahoaka manerana ny Nosy  isan’andro noho ny fahatapahan-jiro mateti-pitranga ka asa raha mba hitondra vahaolana maharitra amin’izay  ny Filoham-pirenena manoloana izany na tsia. Satria hita fa mihatra aman’ain’ny vahoaka ny delestazy isan’andro vaky. 

Hatramin’izay mantsy dia toa zary fampanantenana poakaty hatrany no iainan’ny vahoaka mahakasika izay mety ho vahaolana momba ity fahatapahan-jiro matetika ity.

Tatianà R.

La Vérité0 partages

Week-end de la fête l’indépendance - Le vent et le froid s’invitent dans la célébration

La température en baisse. Après un début de semaine plutôt ensoleillé, le ciel a été moins dégagé depuis hier à Antananarivo. Les brouillards matinaux se sont transformés en un ciel gris et le froid frappe fort. D’après un technicien auprès du service météo à Ampandrianomby, le froid et le vent s’inviteront au week-end de la fête de l’indépendance, notamment dans les Hauts plateaux.

Dès lundi prochain, la température minimale descendra jusqu’à 10 à 12°C pour Antananarivo et Fianarantsoa tandis que celle maximale tournera autour de 18°C. Ainsi, les habitants devraient se munir de vêtements chauds et accessoires d’hiver, notamment pour sortir dans la soirée du 25 juin. Des précautions à prendre afin d’éviter la grippe et autres maladies saisonnières, outre la consommation d’aliments chauds et riches en vitamines. 

Pour la partie Est de l’île, des pluies fines sont prévues pour ce week-end festif jusqu’au début de la semaine prochaine. Cette situation pourrait ainsi perturber le bon déroulement des festivités, notamment le défilé du 26 juin à Toamasina. Pour le reste, le temps sera plus clément, outre les crachins à prévoir dans les régions Haute Matsiatra et Amoron’i Mania. Rappelons que Madagascar est actuellement en pleine saison d’hiver et ce depuis le début de ce mois de juin. Pourtant, l’on a remarqué un temps plus frais et des températures plus élevées malgré cette saison, surtout la semaine dernière. Ces faits expliquent une fois de plus que les impacts du changement climatique se font de plus en plus ressentir dans la Grande île.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Isotry - Un taximan de connivence avec un narcotrafiquant

Grâce à un renseignement, la brigade des stupéfiants de la Police Anosy, a été informée sur un transit de stupéfiants entre Anosizato et Antohomadinika, jeudi soir. Les recherches qu’ont effectuées ses limiers ont donc abouti sur l’interception d’un taxi près du pont dit « tetezan-dRamala » à Isotry.

C’était dans ces circonstances que le passager ainsi que le conducteur furent interpellés. Motif : un sac bourré de 15kg de came a été trouvé lors d’une fouille dans le véhicule. Lors de son audition, le passager du taxi a avoué que la cargaison a été acheminée par taxi-brousse  depuis Betroka et était cachée dans du charbon. Il s’agirait d’une affaire juteuse car le présumé narcotrafiquant aurait envisagé d’écouler la drogue pour 500 000 ariary dans la Capitale alors qu’il l’a acheté à hauteur de 150 000 ariary. Le passager en cause serait un récidiviste car il a été déjà incarcéré à Fianarantsoa, toujours pour affaire de drogue. De son côté, le taximan explique aux enquêteurs qu’il était loin de savoir que le passager a transporté de la drogue qu’une fois ils étaient en route. L’affaire a été présentée devant le Parquet, hier. Les dealers s’approvisionnent à BetrokaMais le quartier d’Ambohimanarina est aussi frappé de plein fouet par le phénomène qu’est le trafic de drogue. Hier matin, une descente inopinée des éléments de cette même brigade des stupéfiants sur place,  a permis un vaste coup de filet. C’était de cette sorte qu’un autre présumé narcotrafiquant ainsi que ses 14 clients, qui faisaient alors la queue devant son domicile à Anosivavaka, ont été interpellés. Ces derniers auraient affirmé être des clients habituels.Le principal suspect serait également un récidiviste car il a séjourné plusieurs fois en prison, parfois même pendant de longue période. Il explique prendre livraison à Betroka et affirme avoir la possibilité d’écouler 20kg de stupéfiant par jour et dont le kilo s’achète à 600 000 ariary. Une perquisition qui a accompagné les arrestations, a révélé un stock de 102kg de chanvre ainsi que   1016 paquets de came chez le narcotrafiquant. Tous auront à répondre de leurs actes devant le juge d’instruction, ce jour.Franck Roland

La Vérité0 partages

Ressources minières - Un potentiel mal exploité

La terre malgache regorge de richesses inestimables. Pourtant, les Malgaches n’en bénéficient pas jusqu’à maintenant. En effet, si de grandes exploitations minières rapportent des milliards à l’étranger, celles de Madagascar ne rapportent que des miettes. Cette situation est due notamment à la différence des pays quant au suivi des normes. A Madagascar, les outils datent encore de la « préhistoire » et les villageaois qui exploitent les différentes mines se font surexploiter par les prospecteurs miniers, les entrepeneurs et les commerçants alors qu’ils risquent leur vie dans les carrières de pierre. Les rares pierres précieuses qu’ils trouvent ne valent que quelques dizaines d’euros la pièce tandis qu’au Sri Lanka, pour le saphir par exemple, le « patron » revend la pierre à plus de 300 dollars. Madagascar, depuis la fin des années 90, fournit plus de 40 % du saphir mondial. Pourtant, aucune retombée significative n’a encore été constatée dans la Grande île. La plupart des petits « mineurs » qui exploitent les terres font surtout ce travail qui est à la fois risqué et peu rentable pour survivre, même s’il y a ceux qui espèrent s’enrichir en œuvrant dans ce secteur.Aucune réglementation. L’extraction des pierres précieuses comme le saphir est régie par le Code minier malgache qui sollicite avant tout l’obtention du permis d’exploitation et la redistribution des taxes vers les Communes. Pourtant, dans l’exploitation « sauvage » des pierres précieuses, ces réglementations ne sont pas suivies et l’exploitation minière ne rapporte pas beaucoup aux caisses de l’Etat. Il y a même eu un temps où le ministre chargé des Mines et du Pétrole a affirmé que ces « petites » mines sont encore hors de contrôle du Gouvernement. Ainsi, il revoit de les recenser pour mieux réglementer ce secteur. Toutefois, il sera difficile de catégoriser les mines comme celle de Sakaraha ou encore de Bemainty, vu que les villageois qui vivent de la mine sont en grande difficulté. Par conséquent, avec l’ajout des impôts et les démarches à suivre pour l’obtention d’un permis d’exploitation, ces derniers risquent de croupir sous les dettes. Certes, le secteur minier pourra être bénéfique pour Madagascar. Cependant, ce sont les étrangers qui en profitent davantage.Rova R.

La Vérité0 partages

Retour en histoire sur la première célébration de la fête nationale

Ils sont parmi ceux à avoir vécu la proclamation de l’indépendance par Philibert Tsiranana à Mahamasina. Ces octogénaires ont gravé dans leurs mémoires les images inoubliables de la première fête nationale. Samuel Ralaiaritiana, Rasoanaivo et Guy Adrien Rajoelina, tous des Tananariviens, sont les trois témoins de ces évènements historiques. Chaque année, à l’approche de la Fête nationale, des souvenirs leur reviennent en tête. Dans ces quelques lignes et à travers leurs témoignages, nous vous plongeons dans l’histoire en vue d’un bref aperçu de l’ambiance à cette époque. Un retour dans le passé qui fera également le point sur les symboles de la souveraineté nationale que sont le drapeau et l’hymne national de Madagascar, ainsi que l’origine même de cette célébration hautement symbolique pour les communs des Malagasy !

Samuel Ralaiaritiana« Il y avait eu un mois de réjouissances … »

« J’avais 28 ans quand le Général de Gaulle était venu à Madagascar pour la proclamation de la souveraineté, lors d’une cérémonie à Mahamasina en octobre 1958. Deux ans après, l’indépendance de Madagascar avait été officialisée et accueillie avec allégresse, avec celle de l’Armée », se souvient Samuel Ralaiaritiana. « Il y avait eu un mois de réjouissances, dont le podium et le bal populaire en fin d’après-midi jusqu’au petit matin chaque jour à Analakely. "Ny Railovy" et "Ny Sakelidalana" faisaient partie des groupes phares. D’un autre coté, la ville brillait de mille feux avec les nombreuses décorations et les drapeaux pavoisés dans chaque coin des rues et chaque maison. Bref, les Malgaches ont célébré comme il se doit la Fête nationale puisqu’ils se sentaient concernés. De plus, les gouvernants de l’époque ont su combler le vide, en assurant la sécurité et en octroyant du soutien aux vulnérables. Outre les cadeaux de la part des employeurs, chaque ménage a été doté de produits de première nécessité tout au long du mois de juin 1960 », témoigne cet ancien capitonneur qui travaillait dans un concessionnaire automobile de renom à l’époque. Agé de 87 ans en ce moment, cet homme regrette l’absence de ferveur et de motivation de la génération actuelle, due notamment à l’extrême pauvreté.Patricia Ramavonirina

Drapeau et hymne national  Deux symboles forts de souveraineté et de patriotisme

Ry tanindrazanay malala ô, ry Madagasikara soa (O, notre chère catrie, ô cher Madagascar) ! Cela fait maintenant plus d’un demi-siècle que les Malagasy entonnent ce hymne national de Madagascar qui a vu le jour depuis 1958. Ecrit par Norbert Raharisoa et composé par le Pasteur Rahajason, elle continue d’être un symbole incontestable de souveraineté et de patriotisme pour les nationaux. Mais parler de fête nationale revient également à parler du drapeau vert, blanc et rouge. Le drapeau malagasy est formé de deux bandes horizontales dont celle rouge (en haut) qui symbolise la souveraineté et la lutte pour l’indépendance, celle verte représentant le signe de l’espoir (« Fanantenana », en malgache), ainsi qu’une bande verticale de couleur blanche, synonyme de pureté. D’après les références historiques, le drapeau national a été présenté officiellement à la population malgache le 21 octobre 1958, une semaine après la proclamation de la République malgache (14 octobre 1958) au sein de la Communauté française. Au cours de cette cérémonie, l’hymne national « Ry tanindrazanay malala o ! » a  été entonné pour la première fois par des élèves. En cette célébration de la fête de l’indépendance, les foyers malagasy sont tenus de hisser un drapeau devant leur domicile. Un geste qui est, avant tout, symbole de fierté et de patriotisme, mais qui a été galvanisé depuis un certain temps à cause du contexte politique morose.Sandra R.

 

La Vérité0 partages

Allons-y !

A la veille du grand jour, le 26 juin, date à laquelle Madagascar recouvra, de nouveau, son indépendance, l’effervescence de la fête bouillonne le pays. En effet, le 26 juin 1960, la Grande île redevient pays souverain après avoir été soumise sous le joug de la colonisation pendant plus de 60 ans. Par l’arrêté du 6 août 1896, avec la bénédiction  de l’Assemblée nationale française, malgré le vote  « Non » des 77 députés, Madagascar devint  colonie française.

La royauté fut abolie et la reine Ranavalona III, le Chef de l’Etat en place, la dernière souveraine de Madagascar, fut déposée par Gallieni et déportée à La Réunion puis en France. Elle y mourut. Le Premier ministre Rainilaiarivony la précéda un an auparavant.  En fait, la mise aux arrêts de la Reine et de son Premier ministre n’a pas été du tout du goût des Malagasy, surtout, à l’intérieur du pays où des  mouvements de contestation, parfois violents des Menalamba puis relayés par les « Vy Vato Sakelika » (Vvs), avaient eu lieu. Il fallait à Gallieni d’utiliser les moyens forts pour soumettre les rebelles.  D’ailleurs, les colons « vazaha » éprouvèrent une grande difficulté, tout au long de leur « règne », pour contenir  le feu du patriotisme des Malagasy qui, par tous les moyens et en toute circonstance, rejetèrent l’invasion, quelle que soit sa forme, sur la « terre des Ancêtres ». Les Rabezavana, Jean Ralaimongo, les docteurs Raseta, Ravoahangy, Rakotonirainy, l’intellectuel Rabemananjara, les pasteurs Ravelojaona et bien d’autres, tous des grands nationalistes,  portèrent haut le flambeau, contre vents et marées, et entretinrent la flamme de l’amour de la Patrie. L’octroi de l’indépendance en 1960, sous la pression de l’Organisation des Nations unies, d’ailleurs, découla de ce rejet constant de la colonisation et du colonialisme. Certes, il existait une poignée de  Malagasy, les « collabos », qui vendaient leur âme et conscience et collaboraient avec les « vazaha » pour opprimer les compatriotes et spolier les richesses du pays. Mais, on peut être sûr et l’affirmer, sans ambages, que les Malagasy, dignes de leurs noms, n’ont jamais accepté ni toléré et n’accepteront et ne toléreront, pour toujours, la présence imposée des étrangers, quels qu’ils soient, sur leurs terres, « la terre de leurs ancêtres ». Sur ce, on en est (du présent éternel, s’il vous plaît !) tous jaloux. Gare à ceux ou celles qui oseraient le braver et s’y mettre en  travers. A bon entendeur, salut ! Comme tous les ans, en circonstance pareille,  chaque ménage fait de leur mieux, même, l’impossible pour passer quelque moment de liesse en famille. Il faut se le rappeler qu’il s’agit de la Fête nationale, mais pas celle d’un régime ou d’un parti. En tout cas, c’est une tradition ancrée depuis la nuit des temps dans la société. A l’époque royale, le roi ou la reine consacra un jour de l’année, le « Fandroana »,  d’habitude le jour de son anniversaire, pour fêter avec les sujets l’évènement. A la Cour comme dans chaque foyer, on se mettait autour de la table ou du  « lambanana » et on bouffait. Et la tradition se  perpétue. Bémol ! Les prix affichés sur les étals  du marché sont hors de portée et freinent l’enthousiasme. Mais à chacun de se débrouiller !  Allons-y donc pour la fête ! Bonne ambiance à tous !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Billard-Madagascar Blackball Entertainment - Dago Blackball tour sur sa lancée

Un tournoi de billard fera le tour de Madagascar à partir de cette fin du mois de juin.  Il s’agit du « Dago Blackball Tour », un tournoi ouvert aux  meilleurs amateurs et professionnels du billard à Madagascar. La première étape débutera du 31 juin au 2 juillet au gymnase couvert de Mahamasina, Antananarivo.  Trois catégories  telles que  « Défi, Dames et équipe de trois ou Open » seront à l’épreuve durant le tournoi. Ce dernier servira à la détection des deux meilleurs joueurs de billard dignes de représenter  Madagascar aux échéances internationales comme le championnat d’Afrique 2018.

Effectivement, c’est le lot  «Gold » qui attend le vainqueur du tournoi après un classement de point effectué par les organisateurs. Après Antananarivo, le tournoi mettra le cap sur Mahajanga au mois d’août pendant les grandes vacances ensuite à Antsirabe au courant du mois d’octobre avant de venir à Toamasina le mois de novembre et enfin, il reviendra dans la Capitale à Antananarivo au mois de décembre. 

Les organisateurs, composés de Harambato, HS, Jean Kil ou Claude Ravelomanana de son vrai nom et Mammy Masters, seront stricts sur les tenues des participants. « Nous voulons faire preuve de professionnalisme donc tous les joueurs doivent porter de chemise ou polo  blanc et  d’un pantalon noir ou bleu marine. Toute équipe qui ne respecte pas ce règlement sera automatiquement éliminée.  Ainsi, nous ne tolérerons pas sur le respect du règlement notamment sur l’opposition contre les décisions des arbitres », avance Harambato Andriamanalina Razafindrakoto. Avant d’ajouter qu’une exception ne sera pas à  écarter pour l’inscription. « Les Malgaches n’ont l’habitude de réagir qu’au dernier moment, même si l’inscription est déjà close depuis hier,  on peut faire une exception, pour les retardataires pour remplacer les joueurs et équipes qui ont réservé mais non inscrits ». 

Rappelons que c’est  une opportunité pour tous les mordus du billard de dévoiler leurs talents que ce soit pour ceux qui jouent à la maison avec leur propre table ou les joueurs de salle 1 ,5 million d’ ariary sera offert pour le champion de la catégorie Défi, 500 000 ariary pour la championne de la catégorie Dames et 600 000 ariary pour l’Open. 

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Jusqu’où ira la similitude ? - La Claudine R. sud-coréenne écope de 3 ans de prison

Exactement comme Claudine Razaimamonjy, elle n’occupait aucune position officielle dans les rouages étatiques mais avait exercé une influence très forte sur l’ancienne Présidente sud-coréenne, Park Geun-Hye, dont elle était la confidente. Elle a mis à profit cette situation pour se livrer à des trafics d’influence et à des magouilles de haut vol et ce, pour satisfaire ses intérêts personnels. Elle, c’est Choi Soon-Sil, qui vient d’être condamnée à trois ans de prison pour l’une des nombreuses affaires judiciaires qui lui tombent sur la tête après que sa protectrice de Présidente fut elle-même destituée puis incarcérée, notamment pour corruption et abus de pouvoir. La patronne d’AC Palace connaîtra-t-elle aussi le même sort ?

L’affaire dans laquelle un tribunal de Séoul a condamné cette proche parmi les proches de l’ex-Chef d’Etat sud-coréen est sans doute la moins grave de celles auxquelles elle est confrontée. Il s’agit d’une histoire de pots-de-vin versés à des employés d’une université pour y assurer l’admission en 2014 de sa fille Chung Yoo-Ra et faire en sorte que celle-ci ait de bonnes appréciations. Car la Dame Choi est également soupçonnée d’avoir profité de sa proximité avec l’ancienne Présidente pour extorquer des dizaines de millions de dollars à de grands conglomérats locaux comme Samsung. Ce qui n’est pas sans rappeler le cas Razaimamonjy Claudine à qui il est reproché, dans la procédure en cours, d’avoir mis à profit ses accointances avec les hautes sphères étatiques pour s’adjuger des marchés publics. Mais, comme pour Choi Soon-Sil, d’autres affaires encore plus corsées concernant ce sponsor du Hvm sont également encore pendantes auprès du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco). La similitude avec le cas de Claudine Razaimamonjy s’arrête cependant là, du moins jusqu’ici. Car si l’alter ego sud-coréen de cette dernière est déjà condamnée et croupit déjà derrière les barreaux en attendant que d’autres années de prison viennent alourdir sa peine, la baronne du Hvm continue à bénéficier de protections d’en haut lieu, lesquelles lui assure des conditions carcérales exceptionnellement avantageuses pour une détenue de droit commun. Ce qui laisse d’ailleurs craindre qu’elle puisse très bien se faufiler entre les mailles du filet de la Justice au moment où l’on s’y attend le moins et échapper ainsi aux autres poursuites qui l’attendent au niveau du Bianco. A l’image d’un certain Bekasy qui, après avoir été exactement dans la même situation que la patronne de l’hôtel AC Ivato (placement en détention provisoire suite à une procédure engagée par le Bianco), a pu sortir non seulement de prison mais aussi à l’extérieur du pays. A l’heure actuelle, l’homme semble ne plus craindre d’être inquiété par la Justice. A preuve, sa récente élection fortement médiatisée à la tête de l’association des natifs de sa région d’origine. A noter que la descente aux enfers de la Dame Choi a commencé lorsque sa protectrice (et complice ?) et non moins Présidente de la République Park Geun-Hye, a été destituée en décembre dernier par l’Assemblée nationale sud-coréenne. Une destitution confirmée par la Cour constitutionnelle de ce pays et qui a eu pour effet de lever son immunité, permettant du coup sa poursuite judiciaire pour corruption et abus de pouvoir. Rappelons que Hery Rajaonarimampianina a également vu sa déchéance votée massivement par les députés mais, contrairement à ce qui s’est passé en Corée du Sud, la Cour constitutionnelle malgache l’a sauvé in extremis en évoquant la notion floue de « pacte de responsabilité ». Ce qui, actuellement, fait l’affaire de Claudine Razaimamonjy qui continue donc de bénéficier du « titre » de « proche du couple présidentiel » tout au long des procédures judiciaires auxquelles elle fait et fera face. D’où les sollicitudes des autorités à son endroit.Hery M.

La Vérité0 partages

Basketball-Championnat national 3x3 - L’Ascb s’impose dans une ambiance électrique

Le gymnase d’Ankorondrano vibre sous une ambiance de basketball sous les couleurs de Telma, partenaire numéro un du basketball depuis jeudi  au championnat national 3x3. L’ouverture officielle l’a prouvé hier avec l’animation  de Dj accompagné des jeunes artistes de renom de la Capitale. Sur le terrain, le plateau est très élevé. Les techniciens sont dans l’embarras du choix pour  la détection, vu la performance que dispose chacun des joueurs. Rappelons que ce sommet national sert également de détection pour  les joueurs susceptibles de former la première équipe nationale pour disputer le championnat Zone 7 jumelé avec le festival « Sôma Beach » du 17 au 20 août prochain à Mahajanga.

La victoire finale aura lieu à Mahajanga. Les seniors hommes disputeront les demi-finales et la finale ce jour pour dévoiler le nouveau champion de Madagascar. Pour le moment, l’Ascb Boeny dirigée par Elly, Livio, Bila et Brillant reste irréprochable au score. Depuis la première journée, cette formation de Boeny  a fait un parcours sans faute. En effet, elle a fait cinq victoires sur autant de matchs. Hier, Bila et ses camarades se sont imposés dans une ambiance électrique face à Air Ballers (10-7) après les dix minutes de match. Cette équipe était la première à empocher sa qualification. Dans un autre match, l’As Victoire, champion de Boeny a battu All Star.  Mb2All, Pralah, Ascb se distinguent chez les seniors tandis que les membres  des équipes nationales maitrisent parfaitement la situation chez les U18 de même pour Mb2All et Asa. Ils sont les favoris mais il est difficile d’avancer un pronostic.  Au programme du jour, le tournoi inter- entreprise débutera aujourd’hui et les quarts de finale U12 et les demi-finales seniors hommes et dames se disputeront durant cette matinée et la finale dans l’après- midi. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Sécurisation de la fête de l’indépendance - Des dispositifs exceptionnellement costauds pour Antananarivo

Les Forces de sécurité déploient des dispositifs exceptionnellement costauds pour assurer le déroulement dans le calme et la sérénité de toutes les manifestations rentrant dans la célébration de la fête de l’indépendance. Ainsi se résume l’annonce faite par les hauts responsables militaires pour Antananarivo au cours d’une rencontre avec la presse hier à Ankadilàlana. « Des mesures strictes et fermes sont en place pour nous laisser jouir de toutes les festivités », a lancé d’emblée le Général Njatoarisoa Andrianjanaka, commandant de la Circonscription de la Gendarmerie nationale pour Antananarivo. Les nouveautés technologiques seront mises à contribution pour prévenir et surveiller tout éventuel acte de nature à saboter le jubilé du 57e anniversaire du retour de l’indépendance.

« Des caméras de sécurité seront installées à des endroits différents surtout pour les journées des 25 et 26 juin », a fait savoir le jeune colonel Ravoavy Zafisambatra, commandant du groupement de la Gendarmerie nationale pour Antananarivo. Les Forces de sécurité se fieront aussi au service des drones dont le public malgache est de plus en plus familier avec son usage actuellement.

Consignes particulières

Pour la soirée de dimanche 25 juin où des feux d’artifice auront lieu au lac Anosy, comme chaque année, les citoyens, même ceux motorisés, subiront une palpation sommaire et seront demandés de produire une pièce d’identité en vertu du contrôle de légalité en vigueur sur l’ensemble du territoire national. « Les dispositions légales à ce propos restent inchangées », a renchéri le colonel Ravoavy Zafisambatra. Des consignes particulières accompagneront également de telles mesures, selon les précisions du commissaire Faly Rakotoarijaona. Pour la journée du 26 juin où la parade militaire aura lieu au stade municipal de Mahamasina, les fouilles et contrôles à l’entrée du site seront plus que jamais renforcés. Personne ne pourra accéder à l’intérieur du lieu sans passer par les portiques munis de détecteurs de métaux. Les activités de vente ambulante auxquelles les admirateurs du défilé militaire y seront formellement interdites. Parallèlement, aucune boisson alcoolique ne devrait faire son apparition en dehors du stade sous peine de sanctions sévères.

Des incidents

En tout et pour tout, un millier de soldats et policiers qui ne participeront pas à la grande parade veilleront sur la sécurité aux alentours d’Anosy et de Mahamasina durant les journées des 25 et 26 juin. « L’objectif est de célébrer la fête de l’indépendance en toute quiétude, loin des incidents susceptibles de provoquer des décès, effusion de sang ou destruction des biens », a souligné l’officier supérieur Ravoavy Zafisambatra.De telles évocations ont fait référence aux malheureux événements survenus à l’intérieur du stade dans la soirée du 26 juin 2016. « C’est simple pour nous. Toute personne malintentionnée désirant attenter à qui que ce soit ou à quoi que ce soit durant les festivités à venir aura affaire à nous. Nous resterons implacables. J’invite aussi tout un chacun à alerter sur-le-champ les Forces de sécurité en cas de gestes suspects dans les environs immédiats », a insisté le Général Njatoarisoa Andrianjanaka. Vivement alors le 57e anniversaire du retour de l’indépendance nationale !Manou Razafy

Madagascar Tribune0 partages

Une tournée aux allures de précampagne pour Andry Rajoelina

Trois mois après un premier passage prévue dans la ville des fleurs mais qui finalement n’a pas pu avoir lieu, l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina est arrivé hier après midi à Mahajanga.

Ce dernier a été accueilli par une foule « orange » depuis l’aéroport Philibert Tsiranana à Amborovy jusqu’au cœur de la ville. Au programme d’Andry Rajoelina lors de ce déplacement figure la présentation de son programme IEM ou Initiative pour l’Emergence de Madagascar. Ce passage à Mahajanga revêt déjà pour le camp orange un aspect de précampagne électoral. D’ailleurs, les propos d’Andry Rajoelina lors de son arrivée dans la ville confirment bien son intention de se lancer à la course à la présidentielle. « Je n’oublierai pas cet accueil, ni cette rencontre avec la population de Mahajanga…Les revendications existent car il y a des choses qui font mal à la population dont le non-respect de la Constitution, la corruption. Le pays a été mis à mal et c’est par les élections que nous allons évincer ceux que nous ne voulons plus au pouvoir » a-t-il déclaré.

Les élus Mapar de la ville de Mahajanga n’ont pour leur part pas manqué l’occasion de renchérir les propos de leur leader. « Nous sommes convaincus et nous sentons que c’est de vous dont le pays a besoin pour pouvoir être sauvé ». a scandé le maire de la ville, Mokthar Salim Andriatomanga.

Le Mapar semble être ainsi parti en campagne, le déplacement à Mahajanga n’étant que la première d’une tournée qui s’annonce longue pour Andry Rajoelina. Dans ce genre de cas, beaucoup se demandent toujours la question de la règlementation de la précampagne dans le pays. Aucune disposition n’étant en place, chacun faisant comme bon lui semble.

Madagascar Tribune0 partages

Le TIM prévoit une démonstration de force après le départ du Mapar

Le Mouvement populaire pour le changement se poursuit et est désormais conduit par les députés du parti Tiako i Madagasikara (TIM) uniquement. La députée TIM élu dans l’Atsimondrano, Voahangy Raharimanarivo, l’a annoncé hier sur le Parvis de l’hôtel de ville.

Malgré le départ des élus Mapar, les partisans du parti de Marc Ravalomanana sont décidés à tenir le siège sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Ils affirment que d’autres partis politiques sont et seront encore avec eux à Analakely.

Contrairement aux propos des députés Mapar, la lutte n’est pas encore terminée pour le TIM car le changement escompté n’aurait pas encore eu lieu. L’entrée de certains membres du TIM dans le gouvernement de Ntsay Christian, ne signifie pas que les revendications vont s’arrêter. Il y a encore des syndicats qui réclament des changements et dont les revendications n’ont pas encore été considérées à ce jour, expliquent les élus TIM. Ils ont lancé un appel à tous les partisans de Marc Ravalomanana et ceux qui sont mécontents de la situation actuelle de venir renforcer leur rang à l’approche de la fête nationale. Les députés du TIM espèrent ainsi faire une démonstration de force ce jour sur le Parvis de l’hôtel de ville.

Election sous condition

En réponse aux provocations et déclaration du Mapar, notamment du député Naivo Raholdina d’hier selon lequel le TIM aurait peur des élections, la député TIM d’Atsimondrano de rétorquer que Marc Ravalomanana est fin prêt pour affronter les urnes. Toutefois, les élections ne peuvent pas avoir lieu dans la conjoncture actuelle souligne cette dernière.

Selon l’avis des partisans de Marc Ravalomanana, l’administration en place ne peut garantir des résultats fiables pour les élections. « Le fait est que les responsables actuels ont été mis en place par le régime HVM, pour assurer des élections favorables au HVM », nous ont-ils confié. Le TIM réclame donc le remplacement de tous les chefs de région et chefs de district mis en place par le régime. Mais aussi tous les responsables de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), que ce soit au niveau local ou national. Revendication qui toutefois a très peu de chance d’être satisfaite. En effet, pour le régime actuel, la mise en place du gouvernement de consensus était la réponse aux revendications des députés du changement. Le premier ministre avait déjà annoncé que les responsables se hâtent dans les préparatifs électoraux, sans question de changement au niveau de la composition du gouvernement, de l’Administration et encore moins du côté de la CENI.

Madagascar Tribune0 partages

Les opérateurs et entrepreneurs du BTP à Iavoloha

Andry Rajoelina, a rencontré lundi dernier les opérateurs et entrepreneurs du bâtiment et des travaux publics (BTP). Comme lors de son entretien avec les autres acteurs du secteur privé, le chef de l’État a dévoilé son plan de relance économique post-Covid-19 et l’intégralité de son « Plan Marshall » à 1 043 milliards d’ariary. Une somme destinée notamment à la construction et à la réhabilitation de plusieurs infrastructures à travers le pays dans différents domaines : éducation, santé, sport, travaux publics et habitat.

Le secteur du BTP fait partie des domaines les touchés par la crise du coronavirus. Dans le projet de loi de finances rectificative 2020, il enregistre un taux de croissance négatif de -1,8%. Pour palier la situation, l’Etat prévoit de soutenir ce secteur en ouvrant les marchés dans le cadre de la promotion du « Vita Malagasy ».

Le communiqué de la présidence relatif à cette rencontre au palais d’État à Iavoloha indique que plusieurs projets sont déjà en cours de finalisation mais que d’autres projets d’infrastructures seraient encore en attente de mise en œuvre dont la construction d’environ 1100 salles de classe, de nouveaux hôpitaux et des centres de soins, de gymnases, de logements sociaux à loyer modéré ou de réhabilitation d’infrastructures routières.

« Chaque infrastructure doit répondre aux besoins de chaque localité », a souligné le président de la République d’où l’initiative de décentraliser les appels d’offres pour chaque projet au niveau de chaque région. Tous les appels d’offres et l’octroi des marchés publics concernant la réalisation de ces projets d’infrastructures se feront en toute transparence et la primeur sera donnée aux entrepreneurs malgaches. Il a toutefois demandé à ces opérateurs du BTP de faire preuve de rigueur et de professionnalisme dans l’exécution de leurs activités.

Andry Rajoelina se targue ainsi d’une relance économique inclusive ayant des impacts directs et concrets sur la vie de la population. Malgré tout, le secteur privé s’est dit insatisfait des mesures annoncées par les autorités lors de leur rencontre la semaine dernière.

L'express de Madagascar0 partages

Dépistage du cancer – La gamma caméra fonctionnelle

Le centre hospitalier universitaire d’Andohatapenaka dispose d’un appareil de scintigraphie. Il permet un diagnostic précis et détaillé du cancer.

Deux en un. Le traitement du cancer évolue. Un appareil de scintigraphie est fonctionnel au centre hospitalier universitaire (CHU) à Andohatapenaka, depuis une dizaine de jours. Il s’agit d’une gamma caméra  dernier cri, qui se distingue par la présence d’une gamma caméra et d’un scanner. À la différence d’un scanner, cette caméra à scintillation permet de localiser avec détail et précision les métastases. «Même la plus petite lésion est détectée par cette gamma caméra, tandis que le scanner nous donne l’image précise de la localité de la tumeur», explique le Dr Andriamparany Ravelo Rasata, chef de service de la médecine nucléaire au CHU d’Andohatapenaka, hier, lors de la cérémonie d’inauguration de ce don de l’association Rotary Club de Reims.Colette Vaudrey, spécialiste en endocrinologie et en médecine nucléaire, membre de cette association, de rajouter : « avec la scintigraphie, on peut voir les métastases du corps entier. On voit tout d’un seul coup, par une seule image qu’on obtient rapidement. On va voir les métastases du corps entier. S’il y a plusieurs métastases osseuses le long du squelette, on les verra tous ».

PayantCe diagnostic est possible avec administration de produits radioactifs. Il émet un scintillement lorsqu’une lésion est localisée. « Les produits radioactifs utilisés dans ce diagnostic sont à très faibles doses, il n’y a donc rien à craindre, même avec les femmes enceintes», rassure le médecin.Depuis, le service a effectué soixante cinq diagnostics. «Nous avons reçu des patients dont le résultat du scanner a été non-concluant. Leur maladie a été confirmée chez nous », rajoute le responsable du service.Ce spécialiste de la médecine nucléaire précise que Madagascar a franchi un grand pas, en se dotant de cet appareil. « Il ne sera plus difficile aux oncologues de donner le traitement approprié aux patients. En effet, il faut préciser que le traitement est différent d’un stade de la maladie à un autre. Il devra, ainsi, diminuer le taux de mortalité», poursuit le Dr Rasata, qui invite tout le monde à faire un diagnostic cet appareil. L’examen n’est pas gratuit. Toutefois, son coût serait moins élevé comparé à celui d’un scanner.À part les métastases, cette gamma-caméra permet aussi de détecter d’autres maladies, comme le problème de reins, la thyroïde…

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Vohémar – Un 4×4 chargé de vanille détourné

Sept bandits armés de Kalachnikov ont détourné un tout-terrain transportant 800 kilos de vanille. La gendarmerie a intercepté le 4×4 et a saisi un Kalachnikov.

La gendarmerie a frappé fort à Vohé­mar. Dans la nuit de mardi à mercredi, aux alentours de minuit, un 4×4 de marque Toyota Land Cruiser qui venait d’être dérobé par une escouade de bandits avec les 800 kilos de vanille mûre qu’il transportait, a été intercepté par les éléments de la compagnie territoriale de la gendarmerie, avec la totalité de la cargaison. La bande a été, dans la foulée, désarmée  d’un fusil Kalachnikov chargé de vingt cartouches et deux individus ont été arrêtés.Le tout-terrain a chargé l’or vert à Ambanja et faisait route sur Vohémar avec huit personnes à bord, lorsque le gang lui a tendu un guet-apens à mi-trajet. Le chauffeur a emprunté une déviation qui contourne le chef- lieu de commune de Daraina, où un poste de gendarmerie est implanté, lorsque les victimes se sont fait attaquer par sept bandits, dont quatre brandissant des armes à feu. La bande a sévi à 35 kilomètres de Vohémar, à la hauteur d’Anosibe Antsampano.

Coup préparéLes assaillants ont fait sortir tous les occupants du 4×4 après les avoir entraînés hors de la route, pour  ensuite les ligoter et les bâillonner. L’un deux a ensuite pris le volant pour continuer sur Vohémar.« Une heure après le méfait, nous avons été informés de l’attaque. D’emblée, nousavons renforcé notre barrage à 8 kilomètres de la ville, lequel est un passage  obligé à tout véhicule », lance le lieutenant Stephanson Rasolofoherisoa, commandant de la compagnie territoriale de gendarmerie de Vohémar.« Une trentaine de minutes après l’appel de détresse, les malfaiteurs sont tombés nez-à-nez avec nos hommes qui les avaient déjà attendus de pied ferme. Celui qui était au volant a été capturé. Ses comparses ont, en revanche, réussi à prendre la fuite. Lors des poursuites engagées, l’un des bandits, alourdi par son arme de guerre, a été  contraint de s’en séparer. Le Kalachnikov était dissimulé dans un sac tissé », poursuit le commandant de compagnie. Entre temps, certaines des personnes attaquées ont pu rallier le barrage où le tout-terrain a été intercepté.« Les investigations ont révélé que l’embuscade a été apparemment préparée en connivence avec le chauffeur, qui est à la fois  propriétaire du 4×4 qui transportait la  vanille. Il a été arrêté pour complicité. Les pistes que nous remontons  actuellement révèlent que les bandits en fuite  viennent d’Antananarivo et de Toamasina. La gendarmerie est sur leurs traces », conclut le lieutenant Stephanson Rasolofoherisoa. L’affaire pourrait être traduite devant le Parquet demain.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Tsimbazaza – Le Gouvernement passe à l’attaque

Dans l’impasse. Le chef du gouvernement, Olivier Mahafaly Solonandrasana est amené à répondre aux nombreuses questions posées par les députés, et laissées en plan lors de la dernière confrontation. Les 29 et 30 juin, une « deuxième session » aura lieu pour le Premier ministre. Nombreux sont les points qui demandent éclaircissements et explications comme l’inflation, l’insécurité ou encore l’affaire Claudine Razaimamonjy, qui a d’ailleurs évolué ces derniers jours.À part les questions sur le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, le numéro un de  Mahazoarivo a omis de répondre à des questions qui lui ont été adressé. Ce qui donne toute une liste de sujets restant à éclaircir durant ces deux jours.En principe, la constitution prévoit des débats à l’issue des questions posées, cependant il n’est pas improbable que le déroulement de cette confrontation se fasse à sens unique, dans la mesure où les réponses du chef du gouvernement afflueront sans l’intervention des députés. L’inverse du cas lors de la première réunion, durant laquelle les questions ont été abondantes sans que le Premier ministre n’intervienne.Entre autres, les grands sujets qui touchent directement l’ordre public, la cherté de la vie et les grands dossiers les plus chauds du moment doivent être éclaircis durant ces deux jours par le locataire de Mahazoarivo.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Hôpital Befelatanana – Le service de la cardiologie limite ses patients

La capacité d’accueil de patients du service de cardiologie à Befelatanana atteint ses limites. Des patients sont refusés.

Le Service de l’unité de soins intensifs en cardiologie (USIC) du Centre hospitalier universitaire Joseph Raseta à Befelatanana (CHU JRB) ne dispose que de dix huit lits. Une capacité d’accueil qui serait largement au dessous des besoins, selon le professeur Solofonirina Rakotoarimanana, chef de service de l’USIC du CHU JRB. «Nos lits sont souvent occupés. Bon nombre des malades se retrouveraient, ainsi, refusés ou bien placés dans lesautres services», continue le professeur, hier, lors de l’inauguration de la réhabilitation de son service, financé par JOVENNA.Ce serait le seul USIC public à Madagascar à prendre en charge les maladies cardio-vasculaires. La capacité d’accueil n’est pas le seul problème que connait ce service. «Nous supportons aussi un manque de matériel de soin», renchérit-il.Le projet d’extension du service a déjà été présenté au ministère de la Santé publique et à la Présidence. L’on attend donc le lancement des travaux. Le professeur Solofonirina Rakotoarimanana sollicite l’installation de l’USIC dans tout Madagascar.

Baisse de mortalitéMalgré ce problème de capacité d’accueil et d’équipement, la prise en charge du problème cardiaque s’est améliorée, notamment, depuis la mise en place de l’USIC, en 2010. Le taux de mortalité a connu une baisse considérable. «Avant la mise en place de l’USIC, le taux de décès a atteint les 17%. Et notre statistique de la fin de l’année de 2016 est descendu à 5,11%», enchaine ce chef de service.L’effectif des victimes des problèmes cardiaques et de la tension artérielle, ne cesserait d’augmenter, et ce, à cause du mode de vie, dont l’alimentation, mais également l’augmentation de l’espérance de vie. Et pire, les victimes sont de plus en plus jeunes. «La tension artérielle, dépassant la barre de 14/9 présente déjà un risque et devrait être traitée. Ce n’est pas l’hypertension qui tue. Ce sont ses conséquences qui sont fatales, notamment l’obstruction des vaisseaux sanguins, l’instabilité du battement du cœur ou l’épuisement du cœur. Ceux-ci concernent 95% des patients de l’Usic», indique le médecin. Il recommande le dépistage régulier de la tension artérielle, à partir de la quarantaine d’année, chez les hommes, et à partir de la ménopause, chez les femmes.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Rallye – Hery Be sur l’Evo X à Fianarantsoa

Hery Rasoamaromaka se fixe comme objectif, le top 3 pour le prochain rallye, avec sa nouvelle Evo X. Une machine plus puissante, qui dispose aussi d’une meilleure tenue de route, d’après lui.

Nouvelle voiture et nouveaux objectifs. Depuis mardi, le monde du rallye est en ébullition. Et ce, après l’acquisition de la fameuse Mitsubishi Lancer Evolution X par Hery Rasoamaromaka. Avec sa nouvelle monture, championne de Madagascar 2015, Hery Be espère bien évidemment réaliser de meilleurs résultats.Il roulera avec la Mitsu pour la première fois à Fianarantsoa. « J’étais au départ du Rallye Elf Michelin, mais après, j’étais absent au Rallye Asacm. Il me faudra disputer les quatre dernières manches de la saison, du point de vue du championnat. Bien évidemment, si j’ai acquis l’Evo X, c’est pour réaliser de meilleures performances et au moins terminer dans le top 3, notamment lors de la prochaine course à Fianarantsoa. Il faut également prendre en compte le facteur chance, qui tient aussi un rôle décisif parfois », souligne Hery Be.Cette prochaine échéance dans la capitale de la Haute Matsiatra est fixée pour les 20, 21 et 22 juillet. Il s’agira de la troisième manche du championnat. Pour l’instant, on ne connait pas encore le nom du navigateur, qui l’accompagnera dans la machine japonaise. « Fafahcop ne pourra pas courir avec moi à Fiana­rantsoa. On attend encore et on verra qui sera assis dans le baquet de droite le moment venu », poursuit-il.

Plus de puissanceAuparavant, Hery Be roulait sur une Subaru Impreza N16, championne de Madagascar 2012-2014. Par rapport à cette dernière, l’Evo X dispose de plusieurs avantages d’après lui : « L’Evo X délivre plus de puissance. En sortie de course notamment, elle est plus réactive et offre de meilleures relances. Mais aussi, elle bénéficie d’une meilleure tenue de route grâce à des suspensions de qualité. »Outre la mécanique, Hery Be entend également s’investir un peu plus dans le côté humain. « Il faudra qu’on se penche un peu plus et qu’on soit plus sérieux au niveau des reconnaissances. Et ce, afin d’obtenir les notes les plus pointues, qui permettront de réaliser les meilleures performances possibles. Je prévois également d’améliorer ma condition physique », conclut-il. Rendez-vous dans quatre semaines à Fianarantsoa.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Infrastructure de santé – Une rampe à la maternité de Befelatanana

Le plaidoyer de Voahangy Rajaonarimampianina, pour faciliter le déplacement des malades dans les différents services du centre hospitalier universitaire Gynécologie-Obstétrique à Befelatanana (CHU GOB), a porté ses fruits. Les malades ne seront plus transportés sur un brancard pour passer d’un étage à un autre. Après ses 40 ans d’existence, cet établissement dispose, enfin, d’une rampe qui relie tout le bâtiment : du rez-de-chaussée au quatrième étage. « Je souhaite faire un hommage particulier à mon épouse, l’initiatrice de cette infrastructure. Elle ne pouvait  pas s’abstenir de dire qu’il y a du pain sur la planche dans cette maternité, en rentrant chez nous, un jour », a souligné Hery Rajaonariamampianina, Président de la République, hier, lors de la cérémonie d’inauguration de l’infrastructure.Voahangy Rajaonari­mampianina a été affectée par le problème de transfert de patients dans cet hôpital. À cause de la panne fréquente de son ascenseur, c’est le personnel qui trans­portait les patients en prenant l’escalier.Le gouvernement japonais a accepté de soutenir cette initiative de la Première dame. Il a financé les travaux, à hauteur de 572 629 776 ariary ou 163,129 euros. L’ambassadeur de Japon, Ichiro Ogasawara, et son épouse ont assisté à la cérémonie d’inauguration.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Conjoncture – Les opposants au régime s’organisent

Démonstration. L’opposition tâte le terrain. Circulant depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, un appel aux « groupements et partis politiques » se tiendra ce jour au Live Hotel Andava­mamba. Baptisée « journée de la démocratie et de l’opposition », les organisateurs revendiquent la démission du président de la Répu­blique, Hery Rajao­nari­mam­pianina.Cette manifestation marquera également la célébration du 57e anniversaire de l’Indépendance de Mada­gascar. Sans organisation structurée, l’opposition mène des actions intempestives et souvent sans issue depuis 2014. Malgré les bonnes intentions, les intérêts personnels ont eu raison d’un véritable rassemblement.Sans leader légitime, l’opposition progresse en marche désordonnée. « Si le poste de chef d’opposition est vacant depuis trois ans, c’est de la responsabilité du gouvernement et de la Haute cour constitutionnelle. Toutefois, cette situation est également dûe à l’orgueil des opposants, qui refusent de se mettre autour d’une table », déplore Toavina Ralambomahay, membre actif du Groupement des partis politiques de l’opposition (GPPO). La manifestation de ce jour va confirmer ou infirmer cette assertion.Cette journée de la démocratie et de l’opposition s’inscrit dans un contexte où le gouvernement a formellement interdit toute manifestation publique. Le conseil du gouvernement du 30 mai dernier a donné un ordre à toutes les autorités étatiques compétentes de maintenir l’ordre public dans les normes légales et règlementaires stipulées dans les textes en vigueur. Se déroulant dans une propriété privée, les observateurs se demandent si les forces de l’ordre vont intervenir. Lors de la  manifestation co-organisée par les mouvements « Malagasy mivondrona ho an’ny fanorenana ifotony » (MMF), et « Mitsangana ry Malagasy » (M-MRM) enseptembre 2016, le gymnase couvert de Mahamasina a été quadrillé par les forces de l’ordre. Malgré l’autorisation de la Commune urbaine d’Antananarivo, les éléments du général Florens Rakotomahanina se sont dressés devant le stade, sous l’ordre du Préfet de police d’Antananarivo.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Concert classique – Maestria chante pour la patrie

Du « kalon’ny fahiny » en version classique. C’est ce que le Groupe lyrique Maestria, sous la direction de Latia Robline, réserve aux  noctambules à travers une prestation quasi-théâtrale et plus qu’enchanteresse intitulée « Ny hanitry ny taniko, mamiko, tànako », le vendredi 30 juin prochain au Panorama Andrianarivo à partir de 19 h 30. Une manifestation organisée par le Réseau des experts malgaches (Rexma).Comme son intitulé l’indique, l’évènement n’est plus qu’un simple concert. Son objectif consiste à réveiller le patriotisme de tout un chacun, de révéler une partie de l’histoire de Madagascar que le public ignore encore jusqu’aujourd’hui, de commémorer les 57 ans de l’acquisition de l’Indépendance et les 70 ans des évènements de 1947. Ces jeunes feront vivre au public de grandes émotions par l’interprétation des plus belles chansons de Naka Rabemanantsoa ou encore d’Andrianary Ratianarivo et bien d’autres compositions emblématiques de la musique malgache des années 40, 50 et 60 mais réarrangées en version classique.« Le programme musical que nous  proposons est le fruit d’un long travail d’écoute, d’échanges et de réflexion. Ce qui permet d’offrir au public un moment d’écoute musicale intense, envoûtant, qui apportera du plaisir et proposera de belles découvertes », explique Rajoharison Hantanirina Oliva membre du Rexma.Nalisoa Ravalitera ainsi que quelques-uns de ses compères de Faribolana Sandratra  seront les invités d’honneur à ce concert inédit. Ils déclameront des poèmes abordant également l’amour pour la patrie. Ce sera une programmation qui ne cherchera pas seulement à régaler le public habituel et déjà conquis, mais qui comptera aussi à s’ouvrir à d’autres publics, des plus jeunes aux plus âgés. –

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Soanierana Ivongo – Des fidèles FKM gardés à vue après hospitalisation

Une accalmie plane, à Soanierana Ivongo sur les affrontements entre le fokonolona et les fidèles de l’église néo-réformée Fivavahana Kristianina Miray (FKM) dans le quartier d’Analakininina lundi. En cavale après l’arrestation de dix-huit de ses fidèles, le pasteur Marc Tatandraza reste introuvable. Les ruines du temple brûlé par le fokonolona  ainsi que les locaux d’habitation du pasteur et de ses sbires, vandalisés lors des heurts ont été laissés àl’abandon. Malgré l’arrestation des siens et la destruction de son temple, le pasteur ne s’en était pas  remis aux autorités, mais a pris la fuite.Blessés lors des accrochages, douze de ses fidèles ont été hospitalisés avant d’être placés en garde à vue, après avoir reçu les soins nécessaires. Les arrestations ont continué portant à dix-huit le nombre de fidèles arrêtés.Des abus sexuels sur des adolescentes ainsi que des emprises spirituelles mêlées d’escroquerie déjà signalées aux autorités ont mal fini. Lundi vers 8h30, des parents d’adolescentes venues s’installer au temple ont été chassés avec violence par les fidèles lorsqu’ils étaient venus chercher leurs enfants.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Le Beautemps-Beaupré dans nos mers

Un passage à profiter. Un bâtiment  hydro-océanographique français est en mission dans l’océan Indien pour des relevés  des fonds marins.

Depuis hier et pour une durée de quatre jours, le navire de la marine française BHO  Beautemps-Beaupré (A758) fait escale au port  d’Antsiranana. Il s’agit d’un bâtiment hydro-océanographique d’une longueur de 80,64 mètres et d’un déplacement total de 3 300 tonnes à pleine charge.  Portant le nom du père de l’hydrographie française, le navire est mis à la disposition du Service hydrographique et océanographique de la marine française (SHOM) pour 300 jours de mer par an afin d’effectuer des missions militaires, ainsi que des travaux d’hydrographie et d’océanographie côtiers et hauturiers. Il est armé successivement de deux équipages au cours de cette campagne, embarquant 29 marins, auxquels s’ajoutent 21 scientifiques du SHOM.Selon  les explications du capitaine de frégate Tristan Cocrelle, commandant du  bateau, avant d’accoster à Antsiranana, le Beautemps-Beaupré se trouvait  à Mayotte pour réaliser une importante campagne de mise à jour des fonds et cartes marins de cette île.

Littoral« Notre mission consiste à approfondir les connaissances sur les fonds marins et les cartes afin d’avoir  une meilleure connaissance des courants  et des marées, intéressant la sécurité de la navigation dans la zone », a expliqué le capitaine de frégate Tristan Cocrelle.Lors de l’entrevue avec le chef de région, Eddie Tongazara, le commandant  n’a pas caché sa déception sur le silence de l’administration malgache qui n’a pas encore jusqu’ici, donné une réponse positive concernant les études à mener sur les littoraux de la Grande île.« Tant qu’on n’a pas une réponse formelle, on ne peut  pas  travailler dans vos littoraux, la date limite qu’on vous donne pour établir  notre programme d’activité sera le mois de juillet prochain. Passé ce délai, notre équipage pourra travailler à Mayotte ou à Djibouti. Dans le cas contraire, le bateau  reviendra travailler ici probablement au mois d’août », a conclu le commandant, tout  en ajoutant que toutes les données acquises dans un pays étranger lui seront restituées six mois au plus tard, une fois traitées et mises en forme . En fait, le SHOM travaille avec le principe du partenariat gagnant-gagnant.« Les résultats des études des fonds marins seront  importants pour la Diana, car  à l’heure actuelle, elle travaille de concert avec La Réunion dans la mise en place d’une cartographie du sol par télédétection », a réagi le chef de région.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Danse – Zik an-dihy à la conquête de la capitale

Le spectacle de danse qui se jouera ce dimanche 25 juin, au Centre Ketsa Vontovorona à 15 heures, et celui du 2 juillet prochain à l’Américan Center Tanjombato à partir de 15 heures 30, devront nous émouvoir. Dix-sept danseuses entre 4 et 17 ans du Centre Ketsa seront réunies sur scène pour offrir un moment de partage inédit. Elles présenteront plusieurs styles de danse avec des instruments traditionnels faits main, à l’instar de bâton de pluie, des sandales faits en pneu et capsule, du Saholahola, Kimbo tape dance.Sur une musique originale, des musiciens de l’école de danse Zarasoa évolueront pendant plus de deux tours d’horloge, au gré des chorégraphies orchestrées par des musiciens professionnels de l’école de danse Zarasoa. « Ces jeunes danseuses vont pouvoir mettre en pratique ce qu’elles ont appris autour d’une bonne dizaine de disciplines à l’instar du salsa, la danse africaine, et la danse traditionnelle typiquement malgache. À cela s’ajoutent les chansonnettes et jeux d’enfants comme Mandihiza Rahitsikitsika, Don-tany et bien d’autres », explique Saroy Rakotosolofo la directrice artistique de Zarasoa.Cela fait sept ans que Zarasoa s’affirme comme un vivier de talents dans la scène culturelle de la Capitale, à travers son activité d’éveil culturel et artistique tels que les recyclages de plastique, fer, de bois pour en faire des instruments de musique surprenants.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Célébration de l’indépendance – Les podiums envahissent la ville

Les podiums organisés durant la célébration de la fête de l’indépendance ont rassemblé des gens. Petits et grands ont convergé vers le centre-ville et dans divers lieux ouverts au public. Pour la première fois, les festivités  déménagent cette année du côté de toutes les périphéries de la Capitale, non plus en bordure du lac Anosy, ni en plein centre ville d’Analakely ni à Antsonjombe, comme à l’accoutumée. Le programme est riche et varié, afin de satisfaire tous les fêtards depuis le Lundi de Pentecôte jusqu’à la nuit de 25 juin pour écouter des artistes aux styles divers et variés. Rock, variété, rap, musique tropicale… il y en a eu pour tout le monde.Mercredi, il s’est installé au stade de Betongolo. Une flopée de jeunes artistes se sont relayés sur la scène à l’instar de Mijah, Arione Joy, AgradSkaiz, Jess Flavi One, Rak Roots, Mr Sayda, Lous’Fah. Les alentours d’Ambohimanarina ont également eu leur part de fête. L’endroit a accueilli Firmin, Taa-Tense, Tempo Gaigy, Tsiakoraka et Bekoto. Le public a répondu massivement à l’appel, d’autant que les événement ont été gratuits. Et le spectacle se poursuivra aujourd’hui à Ankorondrano  et à Antaninkatsaka Itaosy avec l’entrée en scène du groupe Zay, Raboussa, Samoela, Tsiliva Lianah, Nantenaina et Iraimbilanja. Puis demain à Ivato , une scène de« rock » et « salegy » sera à l’affiche, en l’occurrence, Ambondrona, Jarifa, Green, Mem’s Akademia.Par ailleurs, pour le dernier jour du podium, le 25 juin, le concert va débuter plus tôt à Anosizato, c’est-à-dire à 13 heures pour se terminer à 17 heures avec  Mage4, Oladad, Maroloko, Raozin’i Gasikara, et le groupe Miandry. L’incontournable feu d’artifice débutera vers 19 heures 30 au lac Anosy. Pour clôturer en beauté les festivités, le podium géant se déroulera comme d’habitude au stade Mahamasina,  lundi après-midi avec à l’affiche Jerry Marcoss, Lianah…

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Une épicerie atta­quée à Antanimena

Trois bandits armés de pistolet automatique ont dérobé cent cinquante mille ariary dans une épicerie à Antanimena, près du siège du parti Hvm, hier vers 10h30. Ils ont pu s’échapper lors d’un coup de filet de la police. Une douille a été découverte sur les lieux d’assaut. Aucun blessé n’a été signalé dans ce hold-up.

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Le personnel de la solde fait un don de sang

Veiller à la santé et au bien-être d’autrui. Les membres du personnel du Service régional de la solde  et des pensions (SRSP) de la région Vakinankaratra ont décidé d’étendre les activités sociales de leur association à l’extérieur de leur service, à partir de cette année. Auparavant, ils étaient les seuls bénéficiaires de leur générosité. Aussi, afin de marquer cette participation au volet social en faveur des autres, les quinze employés du SRSP ont effectué, mercredi dernier, un don de sang au siège même du  service régional à Ivory Antsirabe.Afin d’assurer le bon déroulement et dans l’objectif de respecter tous les processus de prise et de traitement du sang collecté, l’équipe de la banque de sang mobile, accompagnée de deux médecins et de quatre infirmiers, s’est déplacée sur place pour effectuer cette opération fondamentale en faveur des patients qui en ont besoin.« Donner du sang c’est sauver une vie. C’est pour cette raison et dans l’objectif d’aider les plus vulnérables que nous avons choisi cette activité. Au mois prochain, nous envisageons d’aider le Centre de rééducation motrice de Madagascar, où plusieurs enfants et adultes présentant des défaillances physiques sont pris en charge », précise Tina Heriniaina Razafindrazaka, responsable du volet social au sein du Service de la solde et des pensions de la région Vakinankaratra.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Une sécurisation complète difficile à établir

Fin décembre 1898, l’insurrection est disloquée et dispersée dans la partie centrale des royaumes du Nord-ouest. Dans la région littorale, elle manque de cohésion et ainsi se dérobe devant les battues du groupe du capitaine Laverdure.Dans le Sambirano où celui-ci est absent depuis un mois, on ne signale aucun acte d’hostilité.« Un malaise général régnait dans la population. C’est un état analogue à celui qui existait en Imerina, dès le commencement du rétablissement de l’ordre après l’insurrection. Les moyens qui ont si pleinement réussi là-bas sont tout indiqués pour être appliqués ici » (Ambalavelona ou l’insurrection anticoloniale dans le Nord-ouest de Madagascar en 1898 de Cassam Aly Ndandahizara).Le 23 décembre, le commandant du Cercle annexe de la Grande terre finit d’organiser la province d’Analalava en six secteurs et il soumet cette mesure au général en chef qui n’y apporte aucune modification.  Il n’a plus qu’à réunir ces divisions en secteurs militaires qui sont aussitôt pourvus d’un chef responsable.« Des patrouilles et des reconnaissances devaient parcourir sans cesse le pays, rassurer et rallier les populations, protéger les villages qui se reconstituaient, éviter de commettre des déprédations et assurer une liaison constante avec les postes voisins. »Toujours le 23 décembre, un service postal était organisé pour assurer des communications régulières avec tous les centres de secteurs. Et le 30 du même mois, des tribunaux du 1er degré sont organisés dans chaque secteur, des instructions données pour désarmer les populations.Quelques mois plus tard, le chef de bataillon Lamolle établit un rapport sur la situation dans le Cercle annexe de la Grande terre en mars-juillet 1899.« La situation militaire du Cercle annexe est satisfaisante. La bande de Dzaokely qui avait son quartier général à Amboromalandy, dans le secteur d’Ambatoaranana, a été dispersé  le 16 mars, par une reconnaissance du lieutenant Penfentenyio de Kervereguin. C’était le dernier refuge des restes de la rébellion, 550 bœufs ont été enlevés. Ils seront rendus à leurs propriétaires après enquête. »Dans le secteur d’Ambato­aranana, 650 fusils et 200 sagaies sont récupérés en peu de temps grâce au zèle du lieutenant de Penfentenyo et du sous-lieutenant Sheer que le roi Tsialana a secondés dans cette opération. Celle-ci se poursuivra jusqu’au désarmement complet de la population. Dans le secteur du Sambirano, le lieutenant Bailly-Masson reçoit des rebelles 30 fusils dont un modèle 74, et 276 sagaies.Le capitaine Laverdure, commandant du Cercle, accomplit une tournée dans le Nord de sa circonscription et constate que « tout était tranquille maintenant ». Il reste le20 avril à Ankifiny d’où il ramène de Penfentenyo qui doit remplir les fonctions de chancelier du Cercle.Le 24 mai, il capture les chefs rebelles Dzaokely, Mataopiso, Angalisy et Soatra. Il reste ainsi à rattraper le chef Karidza en fuite. Au mois de juillet, la création de deux nouveaux postes- l’un à Ambakirano sur le haut du Mananjeba, entre Ambatoaranana et Beramanja, l’autre dans le sud d’Amboromalandy- contribuera à rétablir complètement le calme dans cette partie du Cercle. Quelques « pillards » s’y  cachent encore, en effet, comme le prouvent quelques escarmouches autour de Beramanja.Le service postal et la justice sont établis dans le Cercle annexe et l’organisation administrative est en voie de révision pour être définitive. Et si l’ordre est rétabli dans le Cercle, la surveillance du territoire reste délicate. « Il a à dominer la puissance occulte des rois du pays, sa population est indépendante, le pays n’ayant jamais eu d’occupation militaire. Les indigènes sont détenteurs d’une grande quantité d’armes qu’ils se procuraient facilement avant la conquête française à Nosy Be et à Diego-Suarez. »Certes, les gens de la reine Binao ont bien remis 450 fusils de divers modèles et plus de500 sagaies au capitaine Jourdan, mais ceux du roi Tsiaraso et surtout du roi Tsialana, doivent en détenir un plus grand nombre.« La sécurité complète de ce pays ne sera donc réellement  garantie que lorsque le commandant du Cercle annexe aura fait rendre ces armes. Ce ne sera pas facile car les Antankarana tiennent beaucoup à parader. »

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Trois individus charcutés

Trois individus ont été charcutés par des bandits dont le nombre n’est pas encore connu, lors d’une attaque meurtrière survenue à Andoharanobe, district de Vatomandry. Le drame s’est produit jeudi 8 juin. La recherche d’un enfant âgé de 3 ans porté disparu lors de cette invasion est toujours en cours. La maison des victimes a été incendiée par les malfrats.

L'express de Madagascar0 partages

Ilay clip nihavian’ny fanafintohinana

Saika tsy hanisy teny izany resaka clip izany aho raha tsy nahafantatra fa ny zanaky ny namako no afa-baraka tamin’ilay izy. Izaho moa efa nanapa-kevitra tsy hihaino ny radio eto an-toerana, tsy hijery ny télé eto an-toerana, ary tsy hamaky ny gazety raha tsy indraindray. Leo ny vazavaza sy lainga nikotrika ny fanonganam-panjakana tamin’ny 2009.Very voan’ny tamberintany ny fiaraha-monina misy antsika. Simba avokoa ny rafitra nitazona ny fiaraha-monina izay dimampolo taona lasa izay. Tsy resahiko akory ny tany amin’ny zato taona lasa. Ilay vahoaka malagasy, very saina : mandry fotsy androany, tsy misy hatokona rahampitso, voavidy amin’ny vary iray kapoaka. Ny «politikan’ny kibo» sisa no mahajambena azy. Tsy ahoany izay endriky ny Tanàna simba any, tsy ahoany izay Kolontsaina montsan’ny afo any, tsy ahoany izay kanto na tsy kanto any.Ka inona tokoa anefa moa no kanto, zava-kanto, fa izay no handikantsika ny atao hoe «art». Kanto ny mitsinjaka ?  Kanto ny mampandihy vody ?  Kanton’ny hafa angamba izany fa tsy kantonay, saingy midadasika moa i Madagasikara. Gaga aho raha «voyage d’études», nokarakarain’ny Sekoly katolika, no niafara tamin’izany clip izany, tsy nierana ary tsy nahazoana alalana tamin’ny raiamandreny. Fony izahay sy io namako io mbola mpianatra tao amin’ny Kolejy Saint-Michel, na ny «smurf» sy «break-dance» aza nataon’ny Jezoita hazalambo. Izany aza, efa ankatoky ny Bac avokoa izahay, tsy misy manao clip antsokosoko, tsy misy mizara amin’ny «réseaux sociaux» izay mbola tany ankibon’ny omby rahateo.Ny zanako vavy tsy notaizako hampidera vatana sy hampandihy ny fitombenany. Na manoloana ny mpianakavy na indrindra moa imasom-bahoaka. Mino aho fa tahaka izany koa ilay namako tezitra ny nanaovana an-janany, noheverina fa napetraka tamin’olona mahatoky. Samy malalaka amin’izay fitaizana tiana omena ny zanany ny tsirairay, fa ny anay na tsy misaron-doha sy tsy misaron-tava aza no sady tsy manao fiakanjo masera, tsy mitanjaka imasom-bahoaka ihany koa. Ary raha hisarika ny manodidina hifantoka aminy izy, nampianarina fa ny haren-tsaina azo tamin’ny boky samihafa, ny «documentaires» isan-karazany, ny soa fianatra tetsy sy teroa no arafitra ho teny misy hevitra fa tsy mitsoantsoampoana fotsiny na manao ny fihetsik’i Sharon Stone tao amin’ilay film «Basic Instinct».Samy manana ny fombany. Izaho tsy hiteny akory izany hoe «soatoavina malagasy» izany satria tsy fantatro raha hifampizarana mitovy izany. Ny avy avaratra, ny avy atsinanana, ny avy atsimo, ny avy andrefana, ny anay afovoan-tany. Manahirana ny hamaritra «soatoavina» tokana amin’izany. Ny fantatro fotsiny : na ny renibeko roa, na ny reniko, izany hoe ireo olona nialoha ahy sy nitaiza ahy, tsy nampianarina hampandihy vody. Noho izany, tsy misy antony ndeha hampianarako ny zanakovavy izany fomba tsy anay izany.Hay moa «Fetin’ny Mozika», omaly 21 jiona. Ny anay koa, ny hira, tsy nampianarina hoe atao mitatatata fotsiny, hankarenin-tsofina, indrindra ny manodidina, izay mety tsy tia sy mankahala tanteraka ny hiranay. Ankehitriny anefa, ankoatra ny karaoke tsy nahazoana alalana, avoakan’ny sasany eny amin’ny «trottoirs» mihitsy ny «baffles» dia atobany amin’ny lalam-bahoaka ny tabatabany tsy misy lohany tsy misy vodiny.Izany clip izany no nihavian’ny fanafintohinana anio. Fa ny fahalalam-pomba fototra mihitsy no tsara banjinina hiverenana raha mbola tiana hotohizana ilay fiarahana monina. Fahalalam-pomba fototra : tsy mifanelingelina, tsy mifampisavisavika, tsy mifanafintohina. «Samia manjaka isan-tokonam-baravarany» hoy Andrianampoinimerina. Ny zanaka mbola tsy ampy taona indrindra no mbola ao an-tokantrano ao. Na iza na iza, miera amin’ny Raiaman­dreniny aloha, na inona na inona vao manatona iny zaza iny. Ankoatra izay, tsy mahalala fomba.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Deux policiers et deux civils libérés

Impliqués dans des actes d’escroquerie à l’encontre des opérateurs de vanille, dans la région de SAVA, deux policiers et deux civils ont été libérés provisoire­ment hier. Leur présumé complice, un magistrat n’a pas pu encore être enquêté sur les faits.

Midi Madagasikara0 partages

FIVAPOVA Ambatolampy : Cadeaux et friandises pour 72 orphelins

Les 72 orphelins bénéficiaires avec les représentantes du FIVAPOVA.

Le Bureau national de coordination du “Fikambanan’ny Vady Polisy sy ny Polisy Vavy” (FIVAPOVA) a pensé aux orphelins de la Police en cette veille de la fête nationale. Le fait de donner des cadeaux aux enfants lors des festivités de l’Indépendance est d’ailleurs une coutume bien malgache.

Tradition. Le FIVAPOVA n’a pas dérogé à la règle et le fait tous les ans. Le bureau de coordination nationale s’est ainsi rendu à Ambatolampy pour apporter un peu de joie dans le quotidien des pensionnaires de l’Orphelinat de la Police d’Ambatolampy. Composée d’épouses du Staff de la Police nationale et des directrices au niveau de la Police nationale, la délégation a été conduite par Madame Hanta Andrianisa, épouse du Ministre de la Défense nationale. Il convient par ailleurs de noter que la Police nationale contribue à l’éducation de ces enfants, par le biais d’une cotisation mensuelle.

Douceurs. Pour aider ces orphelins à affronter l’hiver, la délégation leur a ainsi offert des vêtements chauds, des écharpes et des sous-vêtements, ainsi que des serviettes de toilette et des mouchoirs. Toutefois, le mois de juin est avant tout celui de l’Enfance, il importe donc de leur faire plaisir ; les enfants ont ainsi retrouvé un peu de douceur en se régalant de bonbons et de biscuits. Par ailleurs, Mme Hanitra Andrianisa a profité de la convivialité du moment pour exhorter les élèves à « poursuivre leurs études dans la sagesse, pour un meilleur avenir ». Elle a également remercié le directeur et les enseignants pour leur implication dans ce noble métier qu’est l’Education. D’ailleurs, les résultats de ces enfants sont satisfaisants sur le plan scolaire, si l’on se réfère aux résultats de 2016 où 4 sur les 5 jeunes ayant passé le Baccalauréat ont réussi. Pour 2017, ils seront 15 à passer des examens officiels. On « croise les doigts » pour eux.

Luz R.R

Midi Madagasikara0 partages

Rugby / championnat scolaire : Un match international pour couronner le tout !

Terres en Mêlées, Malagasy Rugby et le Ministère de l’Education Nationale nous offriront les finales du championnat national de rugby scolaire du 23 au 25 juin.

Vendredi 23 juin, le Stade des Makis d’Andohatapenaka accueillera 16 équipes de collégiennes et collégiens venant de 8 régions du Centre et des Hauts-Plateaux de Madagascar pour les phases finales du premier championnat scolaire de rugby. Ils s’affronteront entre équipes du Nord, du Sud et de la Côte Saphir de Madagascar avec ceux du Centre et des hautx-Plateaux. La finale aura lieu le 25 juin au Stade Malacam.

 

Toujours comme événement, les finalistes des 4 axes participeront samedi 24 juin à la grande nuit du rugby solidaire à l’Institut Français de Madagascar. « Des personnalités du monde sportif, politique, culturel et entrepreneurial seront présentes pour célébrer cette grande fête. Les jeunes sportifs effectueront des danses traditionnelles de leur région sur la grande scène de l’Institut Français avant de laisser la place à des spectacles professionnels. Marie Mercadal, trapéziste française chevronnée du Cirk’Oblik effectuera une prestation avant la troupe malgache de L’Aléas des Possibles qui clôturera la soirée », a annoncé les organisateurs.

Si ces rencontres culturelles constituent le bonus de ce sommet national, côté sportif, trois tournois se tiendront le 25 juin au Malacam avec le championnat scolaire masculin, le championnat scolaire féminin et le tournoi national féminin réunissant les meilleures jeunes joueuses du pays.

Pour couronner le tout, à 14h, les Makis de Madagascar en pleine préparation de la Coupe d’Afrique de Rugby 2017 affronteront les Barbarians français de Terres en Mêlées. Tout ceci sera filmé par le réalisateur français Christophe Vindis et son équipe et sortira en février prochain sur France O et TV5 Monde. Bref tout le monde aura un rôle à jouer dans ce grand sommet de rugby, surtout ceux qui croient en l’éducation par le sport !

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara0 partages

Groupe WM à Ankorondrano : Cadeaux et repas pour 64 enfants vulnérables

Une vue d’ensemble de la fête d’hier : les musiciens, Mme Juliana Andriambelo avec ses deux fils et les 64 enfants. (Photo : Yvon)

Comme il le fait tous les ans lors de la fête nationale et les fêtes de la Nativité, le groupe WM- représenté par Madame Juliana Andriambelo et ses deux fils-  a partagé hier des moments de joie avec les enfants vulnérables du fokontany Ankorondrano Atsinanana. Cette initiative a vu l’appui financier du Rotary Club Millau.

« Asaramanitra ». Parce qu’à Madagascar, fête nationale rime avec saison hivernale, un repas chaud est offert quotidiennement à ces 64 enfants du fokontany Ankorondrano Atsinanana- âgés de 9 mois à 14 ans- durant la semaine de la fête de l’Indépendance. Hier, « l’akoho gasy » aux petits pois, servi avec du riz bien chaud a régalé les papilles de ces petits démunis. En outre, des couvertures et des lampions leur ont été aussi offerts pour qu’ils puissent passer l’hiver bien au chaud et célébrer « l’Asaramanitra » dans la joie. Notons que les lampions-autrement dit le tour des « arendrina » du 25 juin- sont indissociables de la fête nationale ; ils symbolisent en effet la joie et la purification (par le biais de la lumière). Circulant dans toute la ville, par le biais des enfants (symbole de l’innocence), les lampions sont donc supposés éliminer les énergies négatives et susciter la joie dans le renouveau.

Moments chaleureux. Par ailleurs, la journée d’hier fut réellement une journée de fête, parce que le groupe « Gasy Mihanta » a assuré l’animation musicale dans une ambiance conviviale. De joyeux pas de danse ont même été esquissés par les enfants et la DG de Midi Madagasikara, Mme Juliana Andriambelo ! Par ailleurs, le groupe WM a totalement pris en charge la santé d’une enfant du fokontany, la petite Jessica, qui se porte bien actuellement. Les riverains-parents des bénéficiaires- saluent cet acte de bienfaisance et aspirent, bien sûr, à sa continuation. Notons que le choix du fokontany d’Ankorondrano Atsinanana est dicté par une loi de proximité, car le siège du groupe WM s’y trouve et logiquement, bon nombre de crieurs de journaux, dont les journaux du groupe, à savoir- Midi Madagasikara- Gazetiko- Ma-laza et Midi Flash.

Luz R.R

Midi Madagasikara0 partages

Antanimena : Telolahy nirongo basy nanafika « épicerie »

Mbola mifanaretsaka ny olona ary feno fiara ihany koa teny amin’ny làlana. Amin’ny fotoana tsy ampoizina hisy asan-jiolahy mihitsy no nitranga izany omaly tetsy Antanimena, ampitan’ny Villa Pradon, eo akaikin’ny biraon’ny HVM. Toerana izay feno mpiambina satria betsaka trano arovana iny kartie iny. Saingy tsy nampiahotra ny jiolahy tsy hanatontosa ny asany. Tokony ho tamin’ny folo ora sy fahefany omaly, no nisy lehilahy mirongo basy ary nanafika toeram-pivarotana enta-majinika. Norahonana tamin’ny fitaovam-piadiana ireo mpivady izay tompon’ny tsena dia nasaina nanome izay vola rehetra nisy tao. Nasaina nihohoka tamin’ny rindrina izy ireo ary avy eo nalaina ny vola tao anatin’ny baoritra. Telo lahy manao akanjo misy saron-doha no tompon’antoka. Tsy nanao saron-tava ireo fa kosa ny “capuchon” no nanakomana ny tava. Samy mitazona basy iray avy izy telo lahy. Ny roa niambina teo amin’ny fidirana ary ny iray kosa no tena niditra an-tsehatra tamin’ny fandrobana. Mbola nisy olona nividy zavatra tao amin’ilay toerana tamin’io fotoana io ary io ihany koa dia mbola voaroba vola. Variana ny rehetra, na ny mpitandro ny filaminana aza, raha nandre ny vaovao izay niparitaka afaka fotoana fohy taorian’ny nitrangan’ilay fanafihana. Ny fahasahian’ireo jiolahy no tena nampitolagaga. Kanefa koa amin’ny lafiny iray dia toa efa mahazatra ny sofina ny fahenoana fa nisy fanafihana mitam-piadiana indray. Ny tsy fisian’izany indray aza no toa ohatry ny hafahafa amin’izao fotoana. Lasa faritra mena araka izany iny toerana iny tato ho ato. Isan’ny nampitahotra ny olona ny fisian’ny jiolahy mitam-basy izay manafika fiara tao anaty fitohanana rehefa harivariva. Izao kosa dia efa mivadika amin’ny antoandrobe ny fanafihana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

15e anniversaire du TIM : Le stade de Mahamasina à remplir

Le couple Ravalomanana avec l’ancien PM du Canada Jean Charest à Montréal.

L’ancien parti majoritaire se prépare à une méga démonstration de force dans le cadre de son 15e anniversaire.

Un défi politique à relever pour le TIM, un parti qui va célébrer le 8 juillet prochain son 15e anniversaire. Pour cette célébration, la formation politique de l’ancien président Marc Ravalomanana envisage de rassembler ses partisans au stade de Mahamasina. En fait, la date de naissance du « Tiako I Madagasikara » est le 3 juillet. Le parti a été donc créé le 03 juillet 2002, au lendemain de l’accession de Marc Ravalomanana à la magistrature suprême du pays.        La préparation de cette « démonstration de force » bat actuellement son plein, et ce malgré le fait que son fondateur se trouve au Canada. Au Canada où Marc Ravalomanana a rencontré diverses personnalités du monde politique et économique, pour ne citer que l’ancien Premier ministre canadien Jean Charest. « La reconstruction de Madagascar n’est pas chose facile. C’est pour cette raison que j’essaie toujours de tisser des relations avec des partenaires en dehors du pays », a-t-il déclaré hier à la presse canadienne. Avant d’enchaîner sur l’anniversaire du TIM : « Nous allons prouver le 8 juillet prochain que le TIM est un parti fort et est toujours déterminé à apporter sa contribution au redressement de la Nation. »

« Legal Team ». Marc Ravalomanana, cette fois-ci en tant que conseiller spécial de la maire d’Antananarivo, se trouve actuellement au Canada dans le cadre du Congrès 2017 de l’AIMF (Association Internationale des Maires francophones) qui se déroule depuis le 19 juin à Montréal. A ce propos et grâce aux lobbyings menés par la délégation conduite par la maire Lalao Ravalomanana, l’équipe dénommée « Legal Team » a été mise sur pied. Cette équipe composée des juristes et de 600 avocats vont défendre l’intérêt de la commune urbaine d’Antananarivo auprès de l’AIMF, de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et d’autres organisations susceptibles d’appuyer les collectivités territoriales décentralisées qui auraient des problèmes avec les pouvoirs centraux. Elle aurait également pour mission d’aider la commune urbaine d’Antananarivo à pouvoir obtenir ses droits auprès du pouvoir central dans le cadre des lois en vigueur. L’ancien premier ministre canadien Jean Charest fait partie des leaders de ce « Legal team ».

Gouvernance locale. Mercredi dernier durant le Congrès 2017 de l’AIMF,  la délégation de la commune urbaine d’Antananarivo a exposé devant plus de 150 maires de grandes villes du continent africain les problèmes auxquels est actuellement confrontée la Capitale. Il a été soulevé à l’occasion que le pouvoir central n’a pas la volonté de collaborer avec les communes urbaines. La maire Lalao Ravalomanana a également déploré le fait que les modalités de nomination des chefs de Fokontany constituent un obstacle à la collaboration de ces derniers avec la CUA. Cette situation ne permet pas de favoriser la gouvernance locale pourtant consacrée par les différents textes de loi sur les Collectivités territoriales décentralisées. Le problème des subventions destinées aux communes a été également évoqué à Montréal.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Nouveau doute sur le cas de Claudine Razaimamonjy

Pour le régime, l’affaire Claudine Razaimamonjy aurait dû être enterrée depuis longtemps. Mais les médias malgaches n’ont jamais lâché prise et cette personnalité proche du couple présidentielle, malgré toutes les manœuvres utilisées par ses protecteurs, est toujours sous le feu des projecteurs et peut difficilement échapper à son sort.

Nouveau doute sur le cas de Claudine Razaimamonjy

Le transfert de la dame Claudine à la maison d’arrêt de Manjakadriana a intrigué les observateurs. Son départ de l’hôpital HJRA pour la prison d’Antanimora, quelques jours auparavant, avait été orchestré de manière subtile, mais la presse ne s’est pas contentée des informations qui ont été fournies par les autorités. Le SMM a demandé à rencontrer la dame dans son lieu de détention. Personne n’a pu la voir et vérifier les conditions de son incarcération. C’est dans ces circonstances qu’on a pu apprendre son transfert à la prison de Manjakandriana. Cela n’a pas pour autant désarmé la méfiance des médias qui ont continué à s’intéresser au cas de la jeune femme. Bien au contraire, les journalistes ont tout fait pour débusquer de nouvelles informations. Les responsables sur place ne leur ont évidemment pas facilité la tâche, ne leur permettant pas de rencontrer celle qui, disaient-ils, est une détenue comme les autres. Les articles de presse qui se sont succédés ces derniers jours ont poussé les autorités à organiser leur riposte. Cela a abouti à ce reportage maladroit sur la chaîne nationale et l’annonce d’une visite organisée par le ministère de la Justice pour faire taire les rumeurs a suscité l’intérêt de nombreux membres de la presse. Mais ces derniers ont eu l’impression d’être menés en bateau et la plupart, furieux, n’ont pas voulu attendre un départ incertain. Seuls quelques-uns triés sur le volet ont été conviés à cette visite organisée. Sur place, ils ont eu droit à un briefing spécial. Cette visite n’a pas eu l’effet escompté par ceux qui l’ont organisée. Elle devait permettre de rassurer l’opinion. Le doute va de nouveau s’installer sur la manière dont l’affaire Claudine est traitée.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Festival Johannes : Des miracles s’opèrent au Stade d’Alarobia

Johannes Amritzer parcours l’Afrique pour l’évangile.

Deuxième journée, hier pour le Festival Johannes qui se  déroule, rappelons-le au Stade Alarobia. Une deuxième journée marquée, bien évidemment par les interventions de Johannes Amritzer le fondateur de Mission SOS qui, à chaque fois prêche, avant tout l’amour du Christ, le Seigneur et le Sauveur du monde. Faut-il en effet rappeler que l’objectif premier de ce genre de missions est de prêcher la Bonne Parole et d’appeler le maximum de gens à se repentir et à recevoir le Christ comme Seigneur et Sauveur. Les séances de guérison passent après, comme c’était le cas hier où des miracles se sont opérés. Notamment, un infirme qui a pu de nouveau marcher ou encore un sourd qui a retrouvé son ouïe.  Les louanges étaient bien évidemment au rendez-vous avec notamment les deux grandes vedettes de la variété évangélique que sont Rija Rasolondraibe et Joseph d’Af.

Le Festival Johannes se poursuit aujourd’hui.  Dans la matinée, les équipes de jeunes missionnaires issus de plusieurs pays continueront à sillonner différents quartiers de la capitale pour des évangélisations en plein air. L’action sociale sera également là avec une séance de consultation ophtalmologique et distribution de lunettes de correction au Lycée Technique d’Alarobia. Dans l’après-midi, les équipes de Johannes Amritzer donnent encore rendez-vous au grand public au Stade d’Alarobia pour ce Festival évangélique qui ne prendra fin que dimanche.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Attaque déjouée à Anosibe : Cinq bandits arrêtés pour tentative de vol à mains armées

Cinq individus réputés comme étant des bandits notoires ont été incarcérés à Antanimora après avoir été déférés au parquet du Tribunal de Première instance Anosy, hier. Selon les informations relevant de la brigade criminelle qui s’est chargée de l’enquête, ces bandits auraient concocté une attaque dans le quartier d’Anosibe, dans le IVe Arrondissement de la Commune Urbaine d’Antananarivo.

Le 19 juin, le Service antigang  de la Police nationale (SAG) a reçu un renseignement informant l’existence d’une horde des bandits tenant une réunion en vue de commettre une attaque dans le quartier. Dirigés par Gena et ses amis, ces bandits sont connus dans les vols à mains armées et cambriolages avec violence. Le renseignement ajoute que ces bandits disposent des armes qui sont dissimulées dans un enclos à bœuf dans le quartier.

Sitôt alertés, des éléments du SAG et de la brigade criminelle sont descendus sur le lieu pour surprendre les suspects. Trois  individus dénommés respectivement Tovo, Herman, et Tojo  ont été arrêtés sur bord de la route pas loin de l’endroit indiqué par l’informateur de la police. Poursuivant la traque, la police est tombée sur la maison des proches parents de l’un des bandits appelé Fetra ou Bôlô. La perquisition du lieu a permis d’arrêter trois femmes dont la propriétaire de la maison et de saisir des objets suspects (ordinateur portable, onduleur, lecteur, convertisseur, deux télévisions, rice cooker, subwoofer). Sept pare-brises d’automobile ont été également découverts dans un enclos à bœufs et dans la toiture de la maison.

Le 20 juin, un suspect dénommé Fetra  a été surpris à Ambohimangakely. Le même jour, un autre s’est rendu au commissariat du VIIe Arrondissement de la Sécurité publique aux 67 ha. Ce qui a porté à neuf le nombre des personnes arrêtées. Reconnu comme cerveau et chef de la bande, Gena ou Jaona Rakotosamimanana reste encore en cavale.

Cinq personnes ont été déférées au parquet car l’enquête a révélé que les deux femmes arrêtées avec la propriétaire de la maison perquisitionnée à Anosibe et Herman n’ont rien à voir dans cette affaire. Ayant un problème mental, celui qui s’est volontairement livré à la police a été relaxé.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Free-News : Hohenoina hatramin’ny tompon’ny gazety

Omaly no nohainoina tao amin’ny pôlisy misahana ny raharaha ady heloka bevava (BC) ny talen’ny famoahana sy ny tonian’ny fanoratan’ny gazety an-tsoratra Free-news. Izany dia taorian’ny fametrahana fitoriana izay nataon’ny filohan’ny Antenimieran-doholona izay nahatsiaro ho afa-baraka tao anatin’ny lahatsoratra iray. Nahavariana ny mpisehatra eo anivon’ny asa fanaovan-gazety ny zava-nitranga, satria raha ady heloka tsotra no tokony hanasokajiana ny vaovao diso an-gazety na koa izay mety ho fanalam-baràka, ny fanatontosana ny fanadihadiana teo anivon’ny BC kosa, dia toa midika fa lasa heloka bevava izany. Naharitra adiny enina tsy an-kiato ny fihainoana ny tonian’ny fanoratana ary hatramin’ny harivabe kosa ny an’ny talen’ny famoahana. Hatreto, dia tsy nisy nipika ny mety ho vontoatin’ny fanadihadiana, samy nanaja ny tsiambaratelon’izany avokoa ireo izay nanatrika, na izany ireo olona nohainoina na ireo mpisolovava telo nanatrika izany, na koa ny teo anivon’ny Holafitry ny mpanao gazety izay nanatrika ihany koa ny fanadihadiana. Ny teo anivon’ny Holafitra, dia talanjona ihany koa raha nandre fa eo anivon’ny BC no hanaovana ny fihainoana ireo mpanao gazety, isan’ny antony nandehanan’ireo mpikambana nanatrika ny fanadihadiana izany. Izy ireo rahateo dia nanamafy fa efa nisy ny fanelanelanana natao mba handravonana ity raharaha ity saingy mbola tonga any amin’ny fitoriana ihany ny zava-misy. Ankoatr’izay dia fantatra koa fa hampiantsoana ary hohainoina ny tompon’ny gazety Free-news. Amin’ny mpanara-baovao, dia manomboka sahady izany ny voka-dratsin’ilay lalàna 2016-029 mifehy ny serasera izay nasiam-panovana. Na tsy misy intsony aza ny fanagadràna ao amin’izany dia azon’ny olona mbola henjehina indray ao amin’ny lalàna mifehy ny “cybercriminalité”. Tsy vitan’izay noho ny tsy fahampian’ny fampahalalàna io lalàna io dia lasa samihafa ny fandikàna azy. Isan’ny voatsipika ao ny hoe “civilement responsable” ny tompon’ny gazety amin’ny fananany. Izao anefa dia toa hatramin’ny tompony koa no hadihadiana. Mila fandinihana maika ny fanovàna ilay lalàna…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Ambohitsoa : Fiara tsy mataho-dàlana nofaohin’ny fiaran-dalamby

Lozam-pifamoivoizana tsy dia fahita firy no nitranga tetsy Ambohitsoa, omaly maraina. Fiara tsy mataho-dàlana iray no nofaohin’ny fiaran-dalamby izay nandalo tamin’ilay lalana. Tsy nisy ny naratra na ny aina nafoy, raha ny angom-baovao azo teny an-toerana, saingy potika tanteraka kosa ny lohan’ilay fiara voafaoka. Tokony ho tamin’ny enina sy sasany  maraina teo ho eo no nitranga ity loza ity araka ny fitantarana tovovavy iray, izay nahita maso tsara ny zava-niseho teny an-toerana. « Efa nisy ny anjomara lavabe izay faheno amin’ny fandalovan’ny lamasinina ireny tamin’io fotoana io. Asa anefa, raha maika loatra na hoe naninona ity fiara tsy mataho-dalana iray, izay handeha hivoaka hihazo ny lalana Ankadimbahoaka iny fa dia niroso ihany. Nijanona ihany anefa izy rehefa hitany fa tsy afaka intsony satria efa tena akaikay ilay lamasinina. Tamin’izay fotoana izay no nisy feon-javatra nikarepoka mafy dia mafy nanaitra ireo mponina rehetra. Hay, ny lohan’ilay fiara no nofaohin’ilay fiaran-dalam-by » hoy hatrany ity tovovavy ity. Raha nisy kely dia voaray hatramin’ny vatany mihitsy, ary izay vao tena zava-doza no nihatra tamin’ilay mpamily, izay naninona. Raha ny fantatra dia misy refiny mazava tsara ny fijanonan’ny fiara amin’ireny lalana tapahin’ny lalam-by ireny. Heverina fa tsy nanaja izay fetra izay ny mpamilin’ity fiara ity, izay nihevitra fa tafiala kanjo, dia izao no niafaràny. Na dia nisy aina nafoy aza tamin’ity lozam-pifamoivoizana dia inoana fa fotoana izao tokony handrasain’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy, fepetra mahakasika ireo lalana rehetra eto amintsika izay tapahin’ny lalam-by kanefa dia tsy misy fiarovana sy zara raha misy famantarana. Fa indrindra ihany koa ireo lalam-by izay mandalo tanana, manapaka làlana be fiara mifamezivezy sy toerana be olona, raha tsy hiteny fotsiny afa-tsy iny faritra: Ankasina, Antanimena ambany, Isotry, Ampefiloha, Ankadimbahoaka sy ireo toerana maro samihafa eto Andrenivohitra.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Hôpital de Befelatanana : Triple événement, hier

D’une part, la réhabilitation du Centre Hospitalier Universitaire Joseph Raseta Befelatanana et d’autre part, la réhabilitation du service cardiologie et du Pavillon spécial B. S’y ajoute l’inauguration de la rampe du Centre Hospitalier Universitaire de Gynéco-Obstétrie de Befelatanana, plus communément appelé maternité de Befelatanana. Ces trois événements ont marqué la journée d’hier dans ce centre hospitalier où le couple présidentiel a été présent à l’occasion de la cérémonie d’inauguration.

150 millions. Ces travaux de réhabilitation des services du CHUJRB, avec le concours des partenaires financiers, ont débuté en février 2017. Les locaux vétustes des trois étages de l’unité des soins intensifs ont alors été modernisés et des travaux de peinture, effectués sur l’intérieur et l’extérieur du bâtiment des services cardiologie et le Pavillon Spécial B ainsi que l’unité de soins intensifs cardiologiques. S’y ajoutent le remplacement des sols par un revêtement en céramique et la modernisation des installations électriques et sanitaires. Des travaux de réhabilitation qui ont nécessité un budget de 150 millions d’ariary. L’entreprise donatrice, Jovenna, a également octroyé 34 matelas médicalisés. Par ailleurs, ces services disposent de deux nouvelles salles de consultation et une grande salle de conférence dotées d’équipements matériels de bureau offerts par la première dame. Et enfin mais non des moindres, une ambulance médicalisée neuve a été remise au CHUJRB.

Rampe. A quelques dizaines de mètres de là, le Centre Hospitalier Universitaire de Gynéco-Obstétrie de Befelatanana (CHUGOB) dispose, lui aussi, désormais d’une rampe reliant les quatre étages du bâtiment, que les malades, les parturientes, les accompagnants et le personnel médical pourront utiliser. Cette nouvelle infrastructure dont la construction a débuté en février 2016, pour s’achever au début de ce mois de juin, est le fruit d’un partenariat avec le gouvernement japonais. Le Japon a ainsi octroyé 169 000 euros tandis que l’Etat malgache, à travers le ministère de la Santé publique s’est engagé à payer la TVA de 20%.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Andraisoro : Taxi-be tapaka « frein », nandona fiara roa sy tranon’olona

Olona iray naratra mafy, fiara telo no potika niaraka tamin’ny rindrin-tranon’olona. Izay no vokatry ny lozam-pifamoivoizana nitranga teny Andraisoro omaly. Taxi-be iray, zotra 147 no anton’izany rehetra izany, rehefa voalaza fa nilaozan’ny hisatra ity farany, kanefa dia fidinam-be ny lalana. Handeha hamonjy asa maraina ity taxi-be ity no sendran’io olana io, izany hoe, mbola tsy nitondra olona tao anatiny. Nikivalavala nidina fotsiny ilay Fiara-be. Toerana isan’ny be olona sy be fiara iny faritra iny, indrindra raha vao maraina izany. Manampy trotraka rahateo ny fahateren’ny lalana. Teo anatrehan’izany zavatra rehetra izany dia tsy hitan’ny mpamilin’ity taxi-be ity intsony izay natao ka hany heriny dia nanao izay hampijanona ny fiara tamin’ny alalan’ny fandomana zavatra. Fiara kely iray, taxi, niantsona tsy lavitra teo no voadona voalohany, ary nitsimbadika ambony ambany, taorian’izay dia niantefa teny amina fiara taxi-be iray zotra 141 ity farany rehefa namarana ny diany teny amina tranon’olona. Naratra mafy vokatr’izay loza izay ny mpamily ary nentina novonjena haingana teny amin’ny hôpitaly. Nampandrenesina kosa tetsy andanin’izay ireo pôlisy misahana ny lozam-pifamoivoizana izay tonga nanao ny fizahana ifotony sy ny fanadihadiana teny an-toerana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Diary Mozika : Cabaret Dancing Retro 80-90 au SK Melody

L’orchestre Diary Mozika au complet.

Si l’orchestre Diary Mozika est plutôt connu à travers les animations musicales qu’il effectue lors des événements familiaux, allant des mariages aux baptêmes en passant par les différentes associations, il a décidé de sortir de ses frontières. Ainsi, ce soir, il sera au SK Melody à Mandriambero pour une soirée très nostalgique car le répertoire sera composé des chansons des années 80 et 90. Les portes seront ouvertes dès 19h. Julien, un des membres de l’orchestre et principal responsable du groupe, se veut être rassurant, voire attirant en expliquant le programme de la soirée : une première partie avec des chansons malgaches et étrangères de ces décennies, qui ont mis en lumière des artistes intemporels qui ont chanté des tubes éternels. Pour ne citer que les Whitney Houston et les Michael Jackson, ou encore Georges Michael et Madonna, tous des chanteurs charismatiques légendaires dont les chansons traversent le temps. Et ce ne sera pas tout car Keke, Serge, Tiana, Dinah, Tefy, Dezy, Eric, Nah et Christelle ainsi que Julien interprèteront d’autres titres. De quoi montrer l’étendue de leur talent et leur capacité à mettre de l’ambiance dans n’importe quelle soirée. Et ce ne sera pas tout, car déjà, l’orchestre projette de produire d’autres clips vidéos.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Députés – gouvernement : Un second face-à-face les 29 et 30 juin

Les membres du gouvernement auront à affronter – si aucun changement n’aura lieu – les députés de l’Assemblée Nationale. En effet, le second face-à-face entre le Législatif et l’Exécutif devrait se tenir les 29 et 30 juin prochains à Tsimbazaza. Ce sera une grande opportunité pour les ministres d’apporter plus de précisions aux questions précédentes dont les réponses ont été floues ou incomplètes. Mais ce sera également une occasion pour les élus de prouver qu’ils sont à même de représenter la population malgache. Plusieurs sujets méritent d’être déballés, en l’occurrence, l’insécurité, toutes les zones d’ombres autour de l’affaire Claudine, les affaires qui ont fait l’objet d’interpellation par les organisations de la société civile et les différentes plateformes ou encore la corruption.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Les chiffres de la semaine

571 173. C’est le nombre d’enfants et de rares adultes qui ont passé mardi dernier 20 juin,  l’examen du CEPE (certificat d’études du premier cycle). La circonscription scolaire (CISCO) d’Antananarivo Renivohitra en compte plus de 31 182 répartis dans 42 centres d’examen et 690 salles d’examen. Durant la journée où s’est tenu ce premier examen officiel de l’année scolaire 2016-2017, les candidats ont planché sur sept épreuves. Le lendemain, les travaux de correction ont aussitôt commencé. Les résultats, pour la CISCO d’Antananarivo sont attendus vers dimanche.

 

2 000 000. C’est le nombre de Malgaches concernés par la drépanocytose, une maladie génétique héréditaire, transmise par les deux parents porteurs du gène responsable de la maladie. Elle résulte d’une anomalie au niveau de l’hémoglobine, amenant une déformation des globules rouges, lesquels prennent la forme d’une faucille (d’où la dénomination de la maladie d’« anémie à cellules falciformes ») et ont du mal à circuler dans le sang. Ils peuvent parfois se bloquer dans les vaisseaux sanguins et entraîner des crises extrêmement douloureuses. La prise en charge de la drépanocytose reste encore un combat quotidien pour les malades et leurs familles, notamment au niveau des hospitalisations, souvent nombreuses, pour les drépanocytaires.

 

50%. Tel est le pourcentage minimum des cancers gynécologiques par rapport à l’ensemble des cancers diagnostiqués à Madagascar. Le cancer du sein et le cancer du col de l’utérus, notamment représentent, en effet, plus de la moitié des cas de cancer dans le pays et constituent la première cause de mortalité des femmes dans la Grande île. Cette semaine a été lancée la consultation nationale sur les cancers gynécologiques, une première qui entre dans le cadre de la lutte contre le cancer à Madagascar.

Hanitra R. 

Midi Madagasikara0 partages

Football – Cosafa Cup : Njiva pour sauver les meubles

Finalement les Barea ont pu trouver un attaquant à la mesure de leurs ambitions avec Njiva qui n’est pas finalement parti pour le Maroc.

La délégation conduite par le vice-président Cyrille Reboza, qui est partie hier, peut enfin souffler un ouf de soulagement car finalement l’équipe dans un schéma de 4-2-3-1 a fière allure avec Leda dans les buts, Mario, Johnny, Ando (Ajesaia) et Toby en défense derrière Baggio et Lolody tandis que Rinjala et Bourahim vont entourer Dax qui assure le rôle de meneur juste derrière Njiva en pointe.

Les protégés de Raux. C’est en principe les choix de Raux Auguste à la lumière du dernier match test contre JET Mada mais sait-on jamais car rien n’interdit Raux Auguste d’aligner ses protégés issus d’Elgeco tels Bila et Dino. En attendant, voici la liste des joueurs retenus pour ce Cosafa Cup :

Gardiens de but : Leda Jean Dieu Donné Randrianasolo( CNaPS) et Andoniaina Rakotoson (Elgeco Plus)

Défenseurs : Tobisoa Njakanirina (CNaPS), Mario Bakary (Fosa Juniors), Tantely Randrianiaina(CNaPS), Rojo Andriamanjato (Ajesaia), Johnny Rafelambolasoa (Elgeco Plus) et Andoniaina Rakotondrazaka(CNaPS)

Milieu : Dax Arohasina Andrianarimanana (Fosa Juniors), Ardino Raveloarisona (Elgeco Plus), Manoelantsoa Ando (Ajesaia), Rinjala Raherinaivo (FC Sion), Jean Claude Lolody Marobe (Fosa Juniors), Bila Ndrantoarilala Ranaivoson (Elgeco Plus), Jonah Andriamisaina (AS Adema), Jaotombo Bourahim (CNaPS) et Romario Baggio Rakotoarisoa ( Fosa Juniors). Attaquants : Bela Claudel Fanomezana (Elgeco Plus), Jeannot Vombola (Cosfa) et Njiva Tsilavina Rakotoarimalala (CNaPS).

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Portrait : Rakroots, l’émotion à l’état brut !

Rakroots, un nom qui n’est que trop connu des jeunes. Un nom que les plus âgés viennent de découvrir. Avec son nouveau titre « Enfin par si », sorti depuis peu, mais déjà sur toutes les lèvres, le jeune chanteur a en effet frappé fort. Portrait.Beaucoup d’émotions, des textes à travers lesquels s’identifient des jeunes de sa génération, de la simplicité, du dynamisme, aucune prétention et peut-être même trop d’humilité… Bref, une musique qui a une âme ! Chose qu’on ne retrouve plus que très rarement dans les compositions des jeunes artistes d’aujourd’hui. Cette âme, cette émotion, c’est pourtant ce qui a poussé Rakroots, Loic Rakoto de son vrai nom à écrire, d’abord pour lui, puis pour le public.

Du gospel au roots. Une année, pris d’un coup de blues, Loïc se met à chanter « A fleur de toi ». Titre certes trop féminin, mais à sa manière, poussé par son émotion, Rakroots, à peine sorti de l’enfance et quelques kilos en moins sur la vidéo, donne au titre de Vitaa un air très roots. A l’époque, le genre musical n’était pas encore aussi démocratisé qu’aujourd’hui. Le cover en séduit plus d’un et fait le tour du net. Loïc, de son côté se découvre une nouvelle facette de son talent. Le roots, ce n’était effectivement pas le genre avec lequel il a débuté. En 2009, avec Arione Joy, il intègre le milieu musical dans le groupe MC Lion 110 puis rejoint en 2011 le NorMal Gospel -Norvegien Malagasy Gospel avec les gars de Mpamanga. Ce n’est qu’en 2012 qu’il eut un déclic et se dit, pourquoi ne pas tenter l’aventure seul ? Sa voie, il semble enfin l’avoir trouvée, bien qu’au début, ses parents n’aient pas été très emballés par cette musique qui n’étaient plus de leur âge et qu’ils avaient du mal à comprendre. Convaincus par l’ampleur du message et la profondeur des textes, ils ont cependant soutenu leur fils dans sa quête musicale.

Pas à pas. Décidé, le jeune homme, en 2013 commence une nouvelle page de son histoire. Son premier-né « Rehefa lasa aho » voit le jour. Un titre qui en envoie ! « Zay tianao », « Ianao my love »… s’ensuivent. Ce n’est toutefois qu’en 2015 que le public découvre Rakroots. Avec « Ny foko lasany any » qu’il chante en duo avec Arione Joy, le chanteur fait mouche. Il commence à asseoir sa réputation. C’est d’ailleurs le début du succès pour Rakroots qui, jusqu’à présent, n’en finit pas de faire parler de lui. Avec son nouveau titre « Tania », il continue d’animer le mythe. Mais ce n’est qu’un début, car pour Rakroots, l’histoire, la vraie ne fait commencer.Mahetsaka

Midi Madagasikara0 partages

Tia m’teuf : L’évènement pendant lequel tradition flirte avec modernité !

Gasy Mihanta assurera la partie « gasigasy » du « Tia m’teuf » qui se tiendra au Kianjan’ny kanto Mahamasina ce 25 juin

Avancer, sans pour autant oublier ses racines ! C’est ce qui résume en une phrase l’évènement qu’organise Tatou event à l’occasion de la fête nationale. Une manifestation inédite pendant laquelle tout le monde trouvera son compte, des plus petits aux plus grands.

Le 25 juin au Kianjan’ny kanto Mahamasina, Tatou event organise « Tia m’teuf », un évènement qui mettra en scène des artistes, des acteurs de théâtre,… mais pas seulement. « Il y aura un atelier dédié aux enfants. On les initiera au recyclage et au coloriage. On va également leur apprendre des jeux et danses typiques malgaches, entre autres le tsikonina ou encore le katro. Et pendant que les enfants s’amusent, les mamans pourront également prendre du bon temps en participant à l’atelier maquillage conçu spécialement pour elles », explique Tatou Raparivo du comité d’organisation.

Princesses Disney et feu de camp. En début d’après-midi, le Kianjan’ny kanto sera plongé dans le monde merveilleux des princesses Disney, avec bien sûr, de jolies et longues robes, comme dans les films. « On jouera une comédie musicale mettant en scène les stars de Disney », selon les explications. Après le coucher du soleil, on procèdera au lancement de vœux. En quoi cela consiste ? « Tous ceux qui seront présents pourront écrire un vœu. On les attachera à des ballons led qui seront lâchés en plein ciel ». A la tombée de la nuit, les artistes prendront le relais : Ny toky, Mélanie, Meizah, Tann Faya, Johane, Oashna Tess, Shanitah sans oublier Gasy Mihanta pour la touche gasigasy. Ceux qui sont plus ambiance feu de camp ne seront pas déçus car il va y en avoir un.Mahetsaka

Midi Madagasikara0 partages

Syndicat des greffiers : Possible reprise de la grève si…

Les revendications des greffiers doivent être satisfaites autrement, l’on verra cette banderole devant les portes des tribunaux. (Photo d’archives)

Les tractations entre le syndicat des greffiers et les représentants du ministère de la Justice et de la Primature ont d’ores et déjà commencé. En effet, à titre de rappel, les greffiers ont décidé d’interrompre leur grève pendant 15 jours après des pourparlers entamés avec le Premier ministre. Hier, une étape a été franchie et ces auxiliaires de justice sont, jusqu’à présent, optimistes. « Hier (ndlr : le 21 juin), la question du versement a été débattue et à l’issue, un consensus a été trouvé. Aujourd’hui (ndlr : le 22 juin), la rencontre s’est focalisée sur les émoluments », a avancé Haja Randriambololona, président du syndicat en question. A titre de rappel, outre les revendications salariales, les greffiers contestent également une décision du ministère de la Justice – qui leur est défavorable – selon laquelle, entre autres, ils ne seront plus autorisés à assister aux audiences et que leurs signatures ne sont plus indispensables pour certains documents administratifs. « Nous sommes en train de discuter et de négocier les points qui portent atteinte à notre fonction et nous espérons que cela devrait passer en conseil de gouvernement », a poursuivi Haja Randriambololona.

Reprise de la grève. Néanmoins, l’épée de Damoclès persiste sur la tête de l’administration parce que si jamais les revendications ne sont pas satisfaites, les greffiers sont susceptibles de reprendre leur grève, a fait toujours savoir le président du syndicat. « Nous exigeons uniquement le respect de la parole donnée », a soutenu Jaonary Patrick, secrétaire général du syndicat. Et le président de poursuivre que « le Premier ministre a eu recours à un expert qui détermine et examine la faisabilité de nos revendications. Et les autorités les ont jugées raisonnables. D’ailleurs, nous avons fait en sorte qu’il n’y ait aucun incident budgétaire ». Reste à savoir si justement la parole donnée sera respectée ou non parce que si les autorités décideront de passer outre les préconisations des greffiers, le moment de répit des justiciables et des citoyens connaitra également une fin.

Aina Bovel