Les actualités à Madagascar du Samedi 23 Mai 2020

Modifier la date
Madagate14 partages

Ranavalona III. Souvenirs de la dernière Reine malagasy décédée le 23 mai 1917

Il y a 103 ans aujourd’hui, 23 mai 2020, la dernière Reine de Madagascar, Ranavalona III, est décédée d’une embolie cardiaque en exil. Beaucoup de personnes ont écrit sur elle, beaucoup d’écrits ont circulé à son propos et les sources sont aussi diverses que diversifiées. Aussi bien du côté des Malagasy que des colons français. Comme les médicaments génériques, tout cela est tombé dans le domaine public. Charge à moi, journaliste d’investigation d’en faire un dossier cohérent avec un thème précis.

Ainsi, ce rappel des 103 ansde la disparition que la Reine Ranavalona III, doit nous rappeler que Madagascar était un état souverain et indépendant envahi par la force des armes par la France. Un rappel qui doit nous rappeler sans cesse qu’en cette année 2020, dans ce monde, ravagé par l’ennemi invisible qu’est le covid-19, la puissance des armes et de l’argent ne signifie plus rien et qu’il est temps qu’Emmanuel Macron cesse d’encore tenter d’accaparer Madagascar et ses Dépendances, avec un dernier sursaut d’orgueil en voulant faire des îles éparses des réserves françaises.

Dans un an, ce Macron ne sera plus au pouvoir en France. Pourquoi perpétuer l’héritage de Gallieni en ces temps de nouvel ordre mondial ? Qu’il ait l’élégance (s’il en a) de Rendre ce qui appartient au peuple malagasy. On verra pour ce qui est de leur gestion. Qui était la dernière reine de Madagascar et comment nous a-t-elle quittés ?

La Reine Ravavalona III était la fille de la princesse Raketaka, elle-même fille du roi Radama 1er et petite-fille du roi Andrianampoinimerina. Son père était Andriantsimianatra, de la lignée d’Ambohimanga et d’Andriantsimianatra, la princesse Razafindrahety est née le 22 novembre 1861 à Amparibe. La dernière souveraine de Madagascar a été couronnée reine le jour de son anniversaire, le 22 novembre 1883, à Mahamasina, sous le nom de Ranavalona Manjaka III.

Madagascar avait été déclaré colonie française à partir du 6 août 1896 par l’Assemblée nationale française. La nuit du 28 février 1897, la Reine et sa famille proche sont arrêtées par surprise par le général Joseph Gallieni, alors gouverneur général, et envoyées en exil à l’île de la Réunion, puis en Algérie.

La destitution

« Le général Gallieni fit dire à la reine qu’elle était désormais « sujet français » et qu’elle devait, en tant que telle, venir présenter ses respects au représentant de la France, ce qu’elle fut contrainte de faire, précédée du drapeau français. Il lui fut interdit de porter le titre de « Reine de Madagascar », que Gallieni remplaça par celui de « Reine des Hova ». Galliéni fit en outre enlever les drapeaux malgaches dans tout le pays ».

Dans l’entourage immédiat de la reine, les exécutions et les déportations se succédèrent : le 15 octobre 1896, le général en chef de l’armée malgache, Rabezandrina Rainandriamanpandry, ainsi que l’oncle de la reine, le prince Ratsimamanga, furent fusillés par un peloton de tirailleurs sénégalais. Par arrêté du 28 février 1897, Gallieni prit l’initiative (apparemment sans en référer au gouvernement français) d’abolir la royauté et publia la proclamation suivante :

« Au peuple d’Emyrne (Ndlr : nom français de l’Imerina). Depuis que le gouvernement de la république a déclaré Madagascar colonie française, la royauté est devenue inutile en Emyrne. J’ai donc invité la reine à résigner ses fonctions et, sur sa demande, je l’ai autorisée à se rendre à l’Ile de La Réunion, où elle recevra l’hospitalité la plus large des autorités françaises ».

En réalité, c’est par surprise que la reine dans la nuit du 27 au 28 février 1897, apprit sa destitution et son exil.Alfred Durand, administrateur des colonies, a relaté les dernières heures de la reine dans son palais, ainsi que son long voyage d’exil jusqu’au port de Tamatave, puis de Tamatave au port de la Pointe-des-Galets à La Réunion. Mandaté par le général Gallieni pour accompagner la reine, l’administrateur se présenta au palais à minuit. La reine pleurait. Il lui donna le bras jusqu’au perron et l’aida à monter dans la chaise à porteur. Le départ eut lieu en pleine nuit, à une heure et demie du matin. La reine, sa famille, sa suite, les porteurs et l’escorte formaient un convoi de plus de sept cents personnes.

Ranavalona III eut l’occasion d’aller en France, durant son exil. Ci-après des extraits parus dans « L’Avenir d’Arcachon » N° 2535 du07juillet 1901. Ils démontrent qu’elle avait été traitée comme la Reine qu’il a été.

Ranavalo à Arcachon (extraits journaux)

1901 : Elle est là

Le 27 Juin la reine fut reçue à l’Hôtel de Ville de Paris et le 28 Juin elle a été reçue par le Président de la République, Emile Loubet et son épouse. Le 29 juin, ce fut le départ pour Arcachon. Elle est arrivée dimanche 30 juin à Bordeaux, gare St-Jean, par l’express de sept heures quatre du matin. Ranavalo est descendue au Terminus où elle a pris un léger repas ; puis, à sept heures cinquante-sept, elle est remontée en wagon et est partie pour Arcachon avec sa suite. Quelques curieux étaient sur le quai.

Elle est partie

L’événement saillant de la saison estivale arcachonnaise, a été la visite de l’ex-reine de Madagascar. Cette dernière avait entre toutes les villes d’eaux françaises, choisi Arcachon comme séjour, pour les vacances que le Gouvernement lui offrait. Nous nous faisons un plaisir de reproduire la poésie, qui lui fut adressée, à cette époque, pour une œuvre enfantine de l’École maternelle Engrémy :

Salut, Ranavalo ! Salut gentille Reine ! Le soleil d’Arcachon, comme à Madagascar, Fait briller sur tes traits ta Majesté sereine Semant de diamants ta robe de brocart.

Nous aimons ta tournure et ta grâce onduleuse, Ta noire chevelure et tes yeux noirs moqueurs, Ton sourire d’enfant, ta taille harmonieuse, Ton air affable et doux qui gagne tous les cœurs.

Tu trouveras chez nous la terre hospitalière, Où toute âme grandit en pleine liberté. Du palais somptueux et de l’humble chaumière S’envole en chant d’amour ce cri : Fraternité !

Va ! Ne regrette rien. Sois à jamais Française ! Adopte les couleurs de notre cher drapeau. Aime notre pays, car tout chagrin s’apaise ; Le sceptre pour la femme est un bien lourd fardeau.

A toi, donc, les vertus qui donnent la vaillance ! Si tu veux d’heureux jours, au destin soumets-toi. Et Reine par la grâce et par la bienveillance, Tu verras tous les cœurs se soumettre à ta loi.

Du chaleureux accueil que l’on te fit en France Garde, comme un joyau, le charmant souvenir. Si notre sympathie adoucit ta souffrance, $Sois une sœur pour nous, espère en l’avenir !

Souviens-toi quelquefois d’Arcachon la charmeuse, Notre désir serait, nous t’en faisons l’aveu, De te garder longtemps, aimable visiteuse, Et de mettre en ton cœur un coin de son ciel bleu.

Une Arcachonnaise.

(« Avenir d’Arcachon » N° 2548 du 06/10/1901)

Ranavalona III à Paris

Exilée à Alger, Ranavalona III, la dernière reine de Madagascar, connut une grande souplesse dans son traitement, de la part du gouvernement français, après le départ de la Grande île du général gouverneur Joseph Gallieni. Depuis longtemps déjà, Ranavalona III rêvait de visiter Paris et la France. Après plusieurs requêtes infructueuses auprès des autorités françaises, elle obtint enfin, au bout de deux ans, en 1901, l’autorisation de se rendre en France. Ainsi, la reine a pu effectuer huit voyages dans l’Hexagone, le premier en 1901 et le dernier en 1915, durant la guerre.

C’est ainsi que Ranavalona III fit la traversée à bord du « Général Chanzy » de la Compagnie Transatlantique et débarqua à Marseille le 29 mai 1901. Elle était accompagnée de sa tante, la princesse Ramasindrazana, de sa nièce, la petite orpheline Marie-Louise née à La Réunion, de sa dame de compagnie, Mme Delpeux, et d’une femme de chambre.

Un jeune étudiant malgache, M. Ranaivo, qui terminait ses études de médecine, fut affecté à la reine comme interprète. À Paris, en juin 1901 la reine séjourna dans un appartement près des Champs-Élysées. Elle visita notamment le grand Palais, le Petit Palais et Notre-Dame de Paris. Elle visita également le château de Versailles.

Ci-dessus également, des photos du magazine « Fémina » de Novembre 1905 au sujet du séjour de la reine "Ranavalo" à Paris en 1905 avec sa nièce la Princesse Marie-Louise

Ultime séjour à Alger

 

C’est un certain Eric Boulogne qui nous relate les derniers jours de la Reine Ravalona III. « La dernière reine de Madagascar décède d’une embolie le 23 mai 1917 à Alger, à l’âge de 56 ans. Elle est alors inhumée au cimetière Saint-Eugène à Alger. Ce n’est que le 23 septembre 1938 que ses cendres sont exhumées pour être rapatriées à Madagascar, sur décision du Ministre des Colonies, Georges Mandel ».

« Le 23 septembre 1938, les restes de la reine furent exhumés et acheminés au port de Tamatave, par le bateau « Ville de Reims ». Le bateau entre dans le port de la Grande île et qu’un train spécial transporte son cercueil de Toamasina vers le tombeau des reines, au Palais de Manjakamiadana à Antananarivo le 30 octobre 1938. Ranavalona III, dernière reine de Madagascar, repose désormais dans le tombeau des reines, à l’intérieur du Manjakamiadana ».

Joseph Gallieni nommé Maréchal à titre posthume,le 7 mai 1921, était, quant à lui, déjà décédé le 27 Mai 1916 à Versailles. Drôle de mois de mai en ces années 1916, 1917, 1921, ne croyez-vous pas ?

Dans quelques mois, Manjakamadiana et le Palais de la Reine seront de nouveaux accessibles au public avec une touche de modernité comme ce colisée (amphithéâtre) qui servira à donner des spectacles « Son Lumière » de représentations de l’Histoire de Madagascar. Mais les esprits rétrogrades n’y ont jamais pensé. Comme le roi Louis XVI n’aurait jamais pensé que le château de Versailles possèderait, un jour, des ascenseurs modernes et des tas de caméras de surveillance.Qu’ils meurent tous donc idiots si cela leur plaît, mais nous nous vivrons avec notre temps !

Pour ces sinistres imbéciles à l'esprit rétrograde, deux photos de la Pyramide de verre de Pei (un Chinois), dans la cour du Louvre à Paris : avant et après. No comment !

Dossier de Jeannot Ramambazafy -Également publié dans "La Gazette de la Grande île" du samedi 23 mai 2020

Midi Madagasikara9 partages

« Kianja Masoandro » : « La Ministre de la Communication s’est rendue au Rova pour défendre le proj...

Au sommet de la haute ville, dominant la colline Manjakamiadana, “Kianja Masoandro” sera achevé au début du mois de juin.

La construction de « Kianja Masoandro » a provoqué un débat ces dernières semaines sur les réseaux sociaux. Cette arène de 700 m2 est suspectée de pollution visuelle, une appréciation esthétique consistant à dénoncer des modifications visuelles d’un paysage par certains habitants d’Antananarivo.

La ministre de la Communication et de la culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, a effectué une descente au Rova Manjakamiadana, hier à 13 heures 30. C’était d’ailleurs une occasion pour elle d’éclaircir les « idées fausses » afin d’avoir la confiance des Malgaches. « Il ne s’agit pas d’un monument à proprement parler à la gloire d’un régime ou d’une personne mais plutôt d’une structure destinée exclusivement à accueillir un spectacle historique permanent et évolutif composé d’une scène théâtrale, “cinéscène”, son et lumière comme on voit dans beaucoup d’endroits historiques internationaux », a expliqué la ministre. Après la construction de la piscine par les colons, la stèle avec la pirogue avec les noms des premiers évangélistes érigée à l’époque d’un autre ministère, “Kianja Masoandro” est un grand édifice bâti qui domine la colline Manjakamiadana. D’après la ministre de la Communication et de la culture, « le Kianja Masoandro a été choisi par le comité scientifique » composé d’historiens, d’archéologue et de muséologue « qui ont été consultés préalablement avant toutes démarches de lancement du projet ». Cet édifice décrié par la majorité sera achevé au plus tard mi-juin pour que le Chef de l’Etat puisse l’inaugurer lors du soixantième anniversaire du retour de l’indépendance de Madagascar.

Le “Rova” constitue le bien matériel permettant d’établir un lien entre les générations, tant passées que futures. Il est, dans un sens le plus large, à la fois un produit et un processus qui fournit aux sociétés un ensemble de ressources héritées du passé, créées dans le présent et mises à disposition pour le bénéfice des générations futures. En effet, la notion de patrimoine est importante pour la culture et le développement dans la mesure où elle constitue le « capital culturel » des sociétés contemporaines.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara5 partages

Pandémie de Covid-19 : Menace de crise migratoire et de balkanisation du pays

La navigation sur le canal des Pangalanes est surveillée par les militaires.

La crise sanitaire risque de se transformer en une crise inter-régionale.

Frontières. Le mot est aujourd’hui lâché sauf qu’au lieu d’être une limite politique et juridique, il s’agit de barrière sanitaire visant à stopper la circulation du Covid-19 d’une région contaminée à une autre. Le but est de casser la chaîne de transmission du virus en érigeant, en quelque sorte, des zones-frontières surveillées militairement entre les régions limitrophes. C’est tout particulièrement le cas de la région Atsinanana où le nombre des cas confirmés augmente au fil des jours et où on a surtout enregistré les premiers décès dus au Coronavirus.

Boat people. C’est le sauve-qui-peut au sein de la population qui cherche tous les voies et moyens de fuir l’épicentre de la pandémie dans la Grande île. Avec la fermeture quasi-totale de la RN2 à la circulation des personnes, les fuyards se déplacent par monts et par vaux, parfois à travers la forêt quand ce n’est pas par voie maritime et/ou fluviale pour chercher refuge dans les régions voisines. Principalement vers l’Analanjirofo au Nord et le Vatovavy Fitovinany au Sud. Bon nombre de ces réfugiés sanitaires empruntent le canal des Pangalanes à bord d’embarcations de fortune qui rappellent les « boat people ».

Immigrés. Un déplacement parfois périlleux qui s’apparente également, toutes proportions gardées, à celui des immigrés africains vers l’Europe. Une crise migratoire qui pourrait s’aggraver avec le nombre sans cesse croissant des cas positifs à Toamasina où il n’est pas question de « quitter Ankatso pour se rendre à Ambohidempona ». Autrement dit, il ne s’agit pas de fuir le Grand port de l’Est pour aller dans une autre région covidée comme le Vakinankaratra ou l’Alaotra Mangoro, même si Analamanga est l’exception qui confirme la règle. En tout cas, la destination est surtout dictée par l’existence d’un point de chute qui est généralement d’ordre familial.

Effets collatéraux. Sur le plan politique, la mise en place de frontières sanitaires risque d’entraîner la balkanisation du pays, voire la sécession de certaines régions ou provinces épargnées par la pandémie. Il n’est pas exclu que les populations des zones non covidées se retranchent sur elles-mêmes et interdisent l’entrée sur leurs « territoires » jusqu’à la fin de la crise sanitaire qui commence à diviser les Malgaches censés pourtant faire preuve de solidarité et d’unité dans la guerre contre le Coronavirus dont les impacts socio-économiques, pour ne pas dire les effets secondaires ou collatéraux, n’épargneront aucune portion du pays. C’est à la mesure de l’état d’urgence sanitaire en vigueur sur toute l’étendue du territoire de la République de Madagascar qui reste « un Etat unitaire », malgré certaines tentatives sécessionnistes dans le passé.

R.O

Midi Madagasikara4 partages

Fête du 26 juin : Défilé sans public sur l’Avenue de l’Indépendance

Coup d’envoi des préparatifs pour les festivités dans le cadre de la célébration du 60è anniversaire du retour de l’indépendance. Face aux risques de propagation de la pandémie de Coronavirus, des mesures particulières vont être prises cette année. Ce sera un évènement sobre et sans tam-tam. Comme il fallait s’y attendre, pas de podium, ni feu d’artifices. Les attroupements et réunions publiques seront interdits. Puisque des travaux sont en cours au stade de Mahamasina, les responsables ont choisi l’Avenue de l’Indépendance pour la célébration officielle. Le jour du 26 juin, un défilé militaire sera organisé à Analakely. Comme ce qui a été le cas lors de la commémoration du 29 mars, le public ne sera pas autorisé à assister au défilé cette année. Par ailleurs, ce ne sera pas non plus tous les responsables étatiques qui pourront y assister. Mis à part le président de la République, Andry Rajoelina, et les autres Chefs d’Institutions, seuls le Maire de la Commune urbaine d’Antananarivo, Naina Andriantsitohaina et le Gouverneur de la région Analamanga, Hery Rasoamaromaka, seront présents à Analakely. A l’allure où vont les choses, la célébration du 60è anniversaire du retour de l’Indépendance ne se déroulera pas comme ce qui a été prévu initialement. Il n’y aura probablement pas non plus d’invités de marque. Faut-il rappeler que pour cette occasion, le président Andry Rajoelina a prévu comme invité d’honneur le président du Sénégal, Macky Sall.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Coronavirus : Anjanahary et Manjakaray, touchés à leur tour

Après plusieurs autres quartiers de la capitale, Anjanahary et Manjakaray sont, à leur tour, touchés par le Coronavirus. Ces deux quartiers d’Antananarivo viennent, en effet, de s’ajouter, hier, à la longue liste des localités où sont localisées des personnes porteuses du Coronavirus. Cependant, nombreux sont ceux qui sont déjà guéris. Outre Soavimasoandro et Manarintsoa Isotry, qui ont fait un grand bruit dernièrement, de nombreux autres quartiers d’Antananarivo ont déjà compté un ou plusieurs malades du Covid-19 depuis le début de l’épidémie. En font partie Alarobia Amboniloha, Mahatony, Ankadifotsy, Anatihazo, Ambolonkandrina, Analamahitsy, Amboditsiry, Anosizato, pour ne citer que ceux-là. A Toamasina, nouveau foyer de l’épidémie, le quartier de Tanambao V a été cité, hier, pour abriter un nouveau cas de Covid-19. D’autres quartiers ont déjà été cités auparavant, dont Béryl Rose, Tanamborizano, Tanambao Verrerie, Morarano, Tsararivotra, Tanambao 2, Bazarikely, Ambohijafy. L’indication des quartiers d’origine des cas n’est pas systématique lors des interventions télévisées de la porte-parole du CCO, le Pr Vololontiana Hanta. « Les informations sur les quartiers sont rapportées lorsqu’elles sont disponibles », a-t-elle souligné, hier. Aussi, pour certains cas confirmés, les quartiers d’origine des patients testés positifs au Coronavirus ne sont pas spécifiés, tandis que d’autres sont indiqués en fonction de la disponibilité de ces informations. Via plusieurs moyens de communication, notamment les réseaux sociaux, une partie de l’opinion souhaite une uniformisation des informations sur ce chapitre des localisations des cas, de manière plus précise, non sans craindre une stigmatisation des habitants de ces quartiers, comme pour ceux de Soavimasoandro dernièrement.

Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

Plateforme de l’opposition : Contre la construction d’un « Colisée » à Anatirova

Le pasteur Edouard Tsarahame, un des dirigeants du RMDM.

La construction d’un « Colisée » dans l’Anatirova ne fait pas l’unanimité. La plateforme de l’opposition dénommée « Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara » (RMDM) figure parmi ceux qui dénoncent l’édification de ce colisée dans l’enceinte du palais de la Reine. Le RMDM estime que « le pouvoir actuel brave les interdits. Il a détruit ce haut-lieu de l’histoire qui est le palais de Manjakamiadana ». Et ce collectif de se demander « dans quelle partie de la culture malgache entend-on parler d’un coliséum?». Tout en soulignant au passage si c’est vraiment la priorité. Ne voudrait pas-t-il utiliser la somme colossale dépensée pour cette construction au profit du peuple qui se trouve actuellement dans la nécessité. Cette plateforme demande aussi plus de transparence quant à la gestion de la somme affectée à cette construction. Elle tient notamment à souligner qu’Anatirova est la marque de la souveraineté; et ce, bien avant la colonisation. Toutefois, elle a fait savoir qu’elle n’est pas contre la construction de cette infrastructure mais on devrait cependant la déplacer.

Originalité. Par ailleurs, un citoyen répondant au nom d’Abraham Elysée a adressé un message aux tenants du pouvoir. « Gouvernement malgache, sauvons du génocide culturel Anatirova », qui est un patrimoine malgache. « Le Palais de la Reine et Anatirova font la richesse et l’originalité d’Antananarivo et de Madagascar. Il s’agit d’un des hauts-lieux qui composent l’identité culturelle malgache », a-t-il soutenu. Il se fixe ainsi comme objectif de procéder à une collecte de signatures. Le but de l’auteur de cette pétition est d’atteindre 7 500 signatures.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Conférence des évêques de Madagascar : Pour la transparence dans la gestion des aides

Les évêques catholiques reconnaissent les efforts déployés par l’Etat pour endiguer le Coronavirus.

La sommité de l’église catholique malgache a sorti une déclaration, hier. Les évêques appellent à faire cesser les discours haineux dans le contexte de la crise actuelle. Ils estiment que la diffusion des « fake news » qui prennent de l’ampleur sur les réseaux sociaux, selon les prélats catholiques, portera atteinte à l’ordre public. Depuis le début de la crise actuelle, le débat public sur la crise a envahi la toile. L’existence de ces nouveaux médias est prometteuse et les évêques exhortent à y faire valoir « la sagesse et les critiques constructives » plutôt que de promouvoir la haine. Certains cas finissent même à conduire des personnes en prison. Ce qui peut assombrir davantage l’atmosphère déjà délétère dans le contexte de la crise sanitaire. Et l’ennemi n’est pas seulement la pandémie de Coronavirus, souligne la conférence épiscopale malgache, mais aussi la dengue et le paludisme, lesquels sévissent dans d’autres régions. « Il est vraiment temps de trouver une solution pour améliorer la santé publique », avancent les évêques dans leur déclaration.

Détournement. La crise sanitaire a mis à terre l’économie du pays et affecte le quotidien des ménages. Pour atténuer l’impact de la pandémie, l’Etat a mis en œuvre des projets d’urgence sociale. Les partenaires techniques et financiers, eux, renflouent les caisses de l’Etat à coup de plusieurs centaines de millions de dollars. Pourtant, des langues qui se délient dénoncent des cas de détournement de ces soutiens sociaux fournis par l’Etat, surtout dans les quartiers où les plus vulnérables espèrent avoir leur part pour survivre à la crise. En mars dernier, par exemple, la gendarmerie a déjà mis la main sur une personne prise en flagrant délit de détournement de vivres destinés aux plus vulnérables. Les évêques catholiques, déplorent d’autres cas de « détournement de ces aides sociales à des fins personnelles ». Ces derniers appellent ainsi à plus de « transparence et d’intégrité » dans la répartition des aides reçues dans le cadre de la crise. « Qu’équité soit de rigueur et que tout le monde y trouve son compte, surtout les plus vulnérables », souhaitent les prélats catholiques.

Agenda. A chaque mois de mai, les évêques catholiques membres de la conférence épiscopale de Madagascar tiennent une assemblée. Mais cette année, le contexte de la crise les a empêchés de se réunir et modifie aussi, à cet effet, l’agenda de l’église. Après avoir raté la célébration des fêtes pascales à cause de la crise, la sommité de l’église catholique annule aussi d’autres évènements importants pour cette religion influente, notamment le congrès eucharistique et la journée nationale des enfants prévus se tenir en septembre.

Rija R.

Tia Tanindranaza0 partages

MoramangaIreo antony mahamaro ny voan'ny covid-19

Antony 3 mazava no azo lazaina fa nampiakatra ny isan'ny olona voatily fa mitondra ny tsimokaretina covid-19 aty amin'ny distrikan'i Moramanga, hoy ny tompon'andraikitry ny tanàna iray tafaresaka an-telefaonina tamin'ny Tia Tanindrazana.

 

 

 

 

Ao aloha ny mety fahagoragoran'ny fisavana atao eny anivon'ireny "barrière sanitaire" miditra sy mivoaka ny tanàna ireny, ao koa ilay nisian'ny andian'olona nandeha nandevina tany Toamasina ka nisian'ny olona tratran'ny tsimokaretina covid-19 tamin'izany rehefa nanaovana fitiliana ary farany eo ny mety ho fihanaky ny "cas contact" noho ny fahamaroan'ny fifaneraseran'ny olona eny an-tsena sy eny an-dalana rehetra eny ao amin'ity tanànan'i Moramanga ity.

Ntsoavina Evariste

 

 

Antony 3 mazava no azo lazaina fa nampiakatra ny isan'ny olona voatily fa mitondra ny tsimokaretina covid-19 aty amin'ny distrikan'i Moramanga, hoy ny tompon'andraikitry ny tanàna iray tafaresaka an-telefaonina tamin'ny Tia Tanindrazana. Ao aloha ny mety fahagoragoran'ny fisavana atao eny anivon'ireny "barrière sanitaire" miditra sy mivoaka ny tanàna ireny, ao koa ilay nisian'ny andian'olona nandeha nandevina tany Toamasina ka nisian'ny olona tratran'ny tsimokaretina covid-19 tamin'izany rehefa nanaovana fitiliana ary farany eo ny mety ho fihanaky ny "cas contact" noho ny fahamaroan'ny fifaneraseran'ny olona eny an-tsena sy eny an-dalana rehetra eny ao amin'ity tanànan'i Moramanga ity.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

ToamasinaTaolam-paty 134 isa hita tao anaty fako

Taolan-dava miisa 134 no hita tamina toeram-panariam-pako iray tao Marovato fokontany Antanandava distrakan’i Toamasina II faritra Atsinanana, 20 may lasa teo.

 

Fokonolona teny amin'ny manodidina ihany no nahita ireo taolan-dava ireto ka nampandre avy hatrany ny zandarimaria ao Antanandava. Nidina teny ifotony avy hatrany ireto farany niaraka tamin'ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny. Fantatra tamin’izany fa mety ho taolam-paty avy lavitra ireto nisy naka ireto. Tsy mbola nahitana trangana vaky fasana mantsy tao amin’ity Fokontany ity sy ny manodidina tato ho ato. Noraisin’ireo tompon’andraikitra any an-toerana an-tanana moa ny fandevenana ny taolana raha efa misokatra kosa ny fanadihadiana mikasika izany.

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Filohan’ny HAFARIMiantso ny filohan’ny ANTM hifanaja fa tsy hifanaratsy

Miantso ny filohan’ny ANTM hifanaja fa tsy hifanaratsy ary samy hanao izay hampandeha ny asa sahaniny ny filohan’ny fikambanana Hafari Malagasy Rafanomezantsoa Jean Nirina.

 

 Misy mantsy ny fanaratsiana amin’ny alalan’ny tambajotran-tserasera facebook mikasika ny fitsaboana nentim-paharazana tanterahin’ny FITRAMA hataon’ny sasany amin’izao ka nanitsian’ny filohan’ny hafari izany fomba fijery izany. Manana zo hanangana fikambanana araka izay tiany ny tsirairay hoy izy fa tsy hifanerena izany. Tsiahivina moa fa efa mijoro ara-dalana ny FITRAMA ankehitriny ka ny mpitsabo nentim-paharazana Rakotondranaivo Jean Pierre no manatanteraka izany miaraka amin’ity fikambanana iray ity.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

ToliaraHo tapaka ny rano amina faritra maro

Ho tapaka ny rano amina faritra maro ao Toliara amin’ity anio ity, raha ny fanambaran’ny Jirama ao an-toerana omaly.

 Hisy ny fikitihana ireo fantsona mpamatsy rano hanatsarana izay famatsian-drano izay, raha ny fanazavana, ka anton’io fahatapahana io. Hanomboka amin’ny 7 ora maraina ka hatramin’ny 6 ora hariva izay fahatapahana izay ka tafiditra ao anatin’ireo hisedra izany ny ao Tsimenatse I, Marie stopes, Cité miaramila, Champ de foire, Tsimenatse II, Pharmacie Mahavatse. Mety ho tontosa mialohan’izay fotoana nifaritana izay ihany anefa ny fanamboarana, hoy hatrany ny Jirama, ka toy ny mahazatra dia hangatahana hihevitra izany ho toy ny tsy tapaka ireo mpanjifa.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Rano fisotro eto MadagasikaraMisy mampiahiahy hatrany ny fahadiovany

Ankoatran’ireo ahiahy mipetraka tany aloha raha nahita ny lokon-dranon’ny Jirama izay indraindray mavo be ary indraindray toy ny lokon-dranom-boamadilo na sokola dia hita ho niverina indray ny toy izany tato ho ato.

 

 Mampiahiahy ny maro hatrany, araka izany, izay dion-drano jifainy izay na dia miezaka manala izany aza ny orinasa jiro sy rano malagasy. Misy moa ny fenitra iraisampirenena mikasika izay resaka dion-drano izay ary andrefesana izay ny tahan’ny maloto ao anatin’ny rano, izay mba tsy hilazana azy amin’ny teny mety handratra sofin’olona maro dia io ilay antsoina hoe « coliformes fécaux », hoy ny frantsay. Raha mbola eo anelanelany 1 hatramin’ny 10 izay taha izay dia mbola azo sotroina tsy am-pisalasalana ny rano. Tokony efa hampangotrahana na diovina kosa izany eo amin’ny taha manodidina ny 10 ka hatramin’ny 100. Efa tena maloto ny rano raha mihoatra ny 100 ka hatramin’ny 1000 ary tsy maintsy diovina raha tiana ny hampiasa sy hisotro azy. Raha mihoatra izay moa dia efa fanary. Ny Institut Pasteur de Madagasikara aloha hatreto no fantatra fa ivom-pitiliana isan’ny manao io antsoina hoe « analyse bactériologique » sy « analyse de potabilité » io amin’ny ranon’ny Jirama, ohatra. Asa na hanatanteraka izany koa izy ireo amin’ity tambavy CVO ity manoloana izao disadisa eo amin’ny sy ny fitondram-panjakana izao.

 J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

AmbatondrazakaNifandona ny mpivarotra sy mpitandro filaminana

Niteraka fifandonana teo amin’ny mpivarotra sy ny mpitandro filaminana tao Ambatondrazaka omaly ny fampiharana ny Didim-pitondrana noraisin’ny Prefektiora hanakatonana ny tsena rehetra manomboka amin’ny 1ora. Tsy nisy aloha ny naratra na izany aza.

 

Misy ny milaza fa manenjika volan’olona, maro no maneho fa tsy manan-kohanina. Efa voatandrina ny elanelana iray metatra, ary efa mitapim-bava, ka tokony havela malalaka ary tsy amin’ny 1ora no mivoaka ny covid-19, hoy ireo mpivarotra. Raha misy ny fanampiana sy fitsinjovana anay, dia tsy olana fa afaka mitsahatra amin’ny fameloman-tena, hoy ny sasany. Tao anatin’ny adin’ny telo ny fifandaminana teo amin’ny mpivarotra sy ny mpitandro filaminana. Asa izay ho tohiny, fa mafampana ny raharaha. Saika manerana ny tanàna no mivoaka ny olona, ary misitrika rehefa mandalo ny mpitandro filaminana. Mbola andrasana kosa hatramin’izao ny valin’ny fitiliana ilay mpiasan’ny colas ahiana ho voan’ny covid-19, izay voalaza fa efa mihatsara ny fahasalamany.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanapoizinana niaro halatraOlona 5 nosamborina

Nitrangana toe-javatra mampalahelo tao Ambohimanarivo distrikan’i Manjakandriana faritra Analamanga ny 18 mey lasa teo.

Naharay fitoriana mikasika ny tobin-janamparitry ny zandarimaria Ambohimanarivo mikasika tovovavy iray izay nanapoizina mpitondra moto iray no sady mbola nangalatra ihany koa. Raha tsiahivina ny tantara dia nikarama nanatitra an'i Lynda tany Talata vololonondry i Tahiry Manantsoa ilay mpitondra moto fa hoe hamonjy fahoriana itsy voalohany. Nony tonga tany an-toerana anefa izy ireo dia nomen'i Lynda yaourt ity farany ka nalemy tsy nahatsiaro tena ary nitsirara teo amoron'arabe. Nisy olona nampandre ny toby tao Ambohimanarivo ka avy hatrany dia nentin'ny zandary tany amin’ny CSB II Talata vololonondry i Tahiry. Rehefa taitra izy dia nanontaniana mikasika ilay moto nentiny. Marihina fa tsy nisy tadidiny afa-tsy izy niniana yaourt sy izy nitondra moto routière manga ihany. Tany Mangamila, distrikan’ Anjozorobe no hitan'ny zandary tao an-toerana ilay moto ka nokarohina ny nitondra azy ary fantatra tamin'izany i Vévé sy Lynda no tompon’antoka. Rehafa notadiavina izy ireo dia i Lynda ihany no tratra fa i Vévé kosa mbola tsy hita hatramin'izao. Ny fikarohana sy ny fanadihadiana natao no nahalalana sy nahafahana nisambotra olona 05 hafa mpividy sy mpamotsy ireo motos halatra amin'ny taratasy hosoka. Moto 03 hafa ankoatra ilay routière manga no hita tamin'ny fisavana ny tranon'izy ireo izay nahitàna ny moto routière, ody gasy, taratasina moto hosoka ary cachet hosoka amin'ny anaran'ny tranom-barotra Stone-Moto ao Soamanandrariny Antananarivo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ramatoa nitondra volabeNy mpanampiny no niantso mpanendaka handroba azy

Ramatoa iray handeha hamonjy fodiana no nanaovan'ireto mpanendaka roa ny asa ratsiny ny 14 mey lasa teo tany Antsirabe.

Niaraka tamin'ny zava-maranitra ( Trident sy antsy lava) izy roalahy ireto nanendaka ilay ramatoa ka rehefa azony ilay poketra dia nitsoaka izy ireo. Hitan'ny fokonolona izany ka raikitra ny fanenjehana ireto mpanendaka, nisy ihany koa ireo olona hafa niantso polisy. Tratran'ny fokonolona ihany ireto olon-dratsy ka raikitra ny fikasihan-tanana nataon'ireo olona nanenjika azy ireo. Tao anatin'ny famonoana ireo olon-dratsy no nisy lehilahy iray nanararaotra sady namono no naka ilay poketra teny amin'ireto mpanendaka no sady niala moramora teo amin'ilay fisavorovoroana. Nisy nahita anefa ny fihetsika nataon'ity tovolahy ka niantso ireo polisy vao nigadona teo amin'ilay toerana izy. Ny polisy indray no nanenjika ity mpanararaotra ity ary dia tra-tehaka ihany koa ity farany. Rehefa natao ny fanadihadiana ireto mpanendaka dia fantatra fa nahazo vaovao tamin'ny mpiasa iray izay miasa ao amin'ity ramatoa ity izy roalahy fa hoe mitondra vola be ilay ramatoa ka izay no antony nanafihan'izy ireo ilay ramatoa. Tsy niandry ela ihany koa ny polisy fa avy dia nisambotra ity mpiasan'ilay ramatoa rehefa fantatra fa niray tsikombakomba tamin'ilay jiolahy izy. Miisa 4 araka izany ireo olona voasambotra mahakasika ity raharaha ity.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mahitsy Voaendaka ry Zoto 5 mianaka

Nisy nanendaka ry Zoto sy ny fianakaviany raha niala teny Andranomena ny alakamisy teo, hiazo an’i Mahajanga ary hamonjy ny trano fonenany any Antsiranana.

 

 

Ny alakamisy hariva teo tokony ho tamin’ny 05 ora fotoana nahatongavany teny Mahitsy no nitrangan’izany. Tao anatin’ireo olona marobe izay nijery sy nitsena azy ireo no nisy nangarona ny paosin’i Zoto ka very tamin’izany ny volany. Nisy nangalatra sy simba ihany koa ny entana sasany nentiny raha voatositosika ny zanany. Tsy maintsy nijanona tao Mahitsy izy 5 mianaka araka izany ka renim-pianakaviana tsara sitra-po iray no nampiantrano azy. Nalahelo mafy i Zoto, raha ny nambaran’Atoa Hervé Barinjaka, ilay nampiantrano azy teny Andranomena Antananarivo. Na izany aza dia tsy nahasakana azy 5 mianaka tsy hanohy ny diany izany ka omaly dia efa lasa lavitra tokoa izy ireo. Nisy ny mpitandro ny filaminana nanaraka azy amin’izany dia hataony izany.

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Gédéon Rajaonson"Mila ezaka be ny fanarenana ny toekarena"

Lehibe ny fiantraikan’ny valan’aretina eo amin’ny fiaraha-monina sy ny toekarena manontolo. Ny fihibohana sy ny fikatonan’ireo orinasa dia nampidina haingana ny famokarana ka namotika ny toekarena hoy Atoa Gédéon Rajaonson.

 

 

 

Amin’izao fotoana izao dia ampoizina ho mitombo be ny mahantra ary tsy maintsy hiakatra hatrany ny taham-pahantrana eto Madagasikara. Araka izany dia tena ilaina ny ezaka amin’ny ady amin’ny fahantrana hoy izy. Santatra ny fananganana ny plan de mitigation iarahana amin’ny sehatra tsy miankina izay drafitra hiatrehana ny krizy ara-toekarena. Mbola tsy miodina tsara anefa izany ary tsy ampy ny vahoaka ny fizarana vary mora sy ny tosika fameno etsy sy eroa. Maro be ny sehatra mbola tsy nampiana tahaka ny fizahantany izay efa mitsoka anjomara fanairana mandrakariva. Etsy andaniny dia tokony hojerena manokana ny sehatra tsy ara-dalàna izay saika ireo vahoaka sahirana no mandrafitra azy hoy hatrany ity mpandinika toekarena ity. Vaindohan-draharaha avokoa amin’izao fotoana izao ny sehatra rehetra hoy ny tenany ary tsy misy azo tsinontsiniavina. Maika ny famerenana ny olona amin’ny asany ary hampitomboina mihitsy aza ny fanomezana asa raha vao misy hirika. Mila mametraka ny fepetra hanaingàna haingana ny toekarena ny fanjakana ary ilaina ny fiaraha-mientan’ny rehetra. Ny sehatra fanabeazana, ny fitaterana, ny famokarana, ny fambolena, ny fanondranana, ny fotodrafitra rehetra dia saika laharam-pahamehana avokoa. Tokony hanaovana ezaka be izany rehetra izany mba hampiodina haingana ny toekarena indrindra aorian’ny tsy fihibohana intsony. Amin’izao fotoana izao dia efa tokony hipetrapetraka ireo drafitra rehetra mahakasika ireo sehatra mampandroso haingana ny toekarena ireo satria hazakazaka be ny an’ny firenena tsirairay aorian’ity krizy ity hoy hatrany ny Mpahay toekarena, Gédéon Rajaonson.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Nosy beNatsaraina ny famatsiana angovo

Noraisin’ny ben’ny tanàna ao Nosy be, Gilbert Vita, omaly, ny solontenan’ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny angovo sy ny akoran’afo.

 

 

 Ny mikasika ny famatsiana angovo ao an-toerana moa, raha ny fanazavana, no anton’izay fihaonana izay. Fantatra ary fa hisy ny tetikasa hametrahana ivontoerana famatsiana angovo mahazaka hatramin’ny 3 megawatts ao an-toerana. Ho fanatsarana ny famatsiana herinaratra ao an-toerana no antony, raha ny fanazavana hatrany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Tontolon'ny fampianaranaFRAM miisa 4000 nanao fifanarahana tamin'ny fanjakana

Mpanabe na “Maitre FRAM” miisa 4000 omaly no notolorana fifanarahana ho mpiasam-panjakana eo anivon’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena sy ny fampiofanana tekinika tetsy Anosy.

 

 Avy eto amin’ny faritra Analamanga moa, raha ny fanazavana, ny 374 amin’izy ireo. Raha ny fampahafantarana farany moa dia manodidina ny 8000 isa ireo toerana na “poste budgetaire” mbola miandry eo anivon’ity minisitera ity. Miandry ny 4000 manaraka izany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Atao haingam-pandeha daholo !

Tsy vao sambany amin’izay heverina ho vakoka nokitihan’izao fitondrana izao akory ny lapan’i Manjakamiadana, raha ho an’ny teto Antananarivo sy ny manodidina fotsiny no akana ohatra.

 

 Isan’ny efa niteraka adihevitra be koa ny tohotohobaton’Antaninarenina sy Ambondrona. Teo koa lapan'Ambohitsorohitra, ny paositra Antaninarenina, lapan’ Andafiavaratra, Kianja Mahamasina, ny lapan’ny fitsaranan’Ambatondrafandrana sy ny hafa rehetra. Raha amin’ny filazan’ireo siantifika azy, rehefa mijery ireo tahirin-kevitrana manam-pahaizana maneran-tany aloha dia ny fikitihana na fanovana endrika ny toerana na akora manan-tantara iray no antsoina hoe “depatrimonialisation”, izany hoe fanalana ilay sata maha vakoka ny vakoka iray. Asa aloha na fanovana ny endriky ny lapan’ny Manjakamiadana na tsia ny fambolena kolontsaina raomanina ao anatiny. Samy manana maso mijery sy mahita ny rehetra, ankoatran’ireo manana fahasembanana ara-pahitana. Vavolombelon’ny tantara ireny vakoka ireny ary mitahiry ny maha izy azy ny firenena iray. Antony hisarihana sy mahasarika mpizahantany ao aminy izany. Izay tsy misy any aminy rahateo no mahasarika ny olombelona ho zahana amina toerana iray. Toetra Voajanahary izany. Izany no antony mahasarika ireo mpizahantany ao Paris ho ao amin’ny Tour Eiffel, ohatra. Ny niafaran’ny tranombokin’I Alexandrie sy ny Piramiden’ Egypta amin’iny endriny mirakitra tantara iny no mahaliana ireo mpivahiny rehetra any fa toy ny tsy tany ianao raha tsy nitsidika an’ireo. Tsy hahasongona ny fahalianan’ny mpizahantany amin’ny Coliseum ao Raoma, Italia, mihitsy ny fisiana Coliseum amina toerana tsy niavian’izany kolontsaina izany. Kasaina ho atao haingam-pandeha, araka ny anarana nomena ny filoham-pirenena, daholo izany eto na ny fampandrosoana izay andrasana hatramin’izay na ny fanovana ny tantara sy ny maha izy azy ny malagasy saingy indrisy fa ny hafainganam-pandehan’ny fahasahiranam-bahoaka aloha no tena misongadina.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Paositra Malagasy sy IMRA Hiara-hiasa hanaparitaka ny CVO

Fifanaovan-tsonia fiaraha-miasa tamin’ny Paositra Malagasy amin’ny alalan’ny tolotra fitateran’entana malaky indrindra « Paositra Rapida » sy ny IMRA

 

 

 

(Institut Malgache de Recherches Appliquées) no notontosaina omaly tetsy Antaninarenina. Tanjona amin’izany ny haparitahana manerana an’i Madagasikara ny CVO na ny covid organix. Ny ampitso ihany dia tonga ny entana raha manafatra androany ary mandeha isan’andro tsy tapaka ny fitaterana na dia misy aza ny fihibohana araka ny fanambarana. Tombony ny fananan’ny paositra Masoivoho miisa 250 eto amin’ny firenena ka manafaingana ny fitsinjaran’ny vokatr’ireo Orinasa Malagasy ireo. Tany am-boalohany dia ireo faritra misy ny valan’aretina ihany no mahazo ny fanafody tambavy covid organics fa amin’izao fotoana izao dia efa ny faritra rehetra no misitraka izany. Efa misy ihany koa ankehitriny ny andrana atao ho fijerevana manokana sy ho fanaraha-maso ny lalan’ny entana iandraketan’ny Paositra Malagasy. Fanohanana ny vita Malagasy izao ary firosoana amin’ny fanarahana ny teknolojia hoy ny Tale Jeneralin’ny IMRA, Atoa Andrianjara Charles nandritra ny fifanaovan-tsonia niaraka tamin’ny Tale Jeneralin’ny Paositra Malagasy, Atoa Ranarison Richard izay notronin’ny Minisitry ny Paositra sy ny Fifandraisan-davitra ary ny Fampivoarana ny Haitao ara-kajy Mirindra, Atoa Ramaherijaona Andriamanohisoa.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

CENI Fantatra amin`ny 11 jona ny solon'i Thierry Rakotonarivo

Tafiditra ao anatin` ny lahadinikin` ny Antenimieram-pirenena amin` izao fivoriana ara-potoana izao ny fifidianana izay ho solon’ny toerana banga ao amin’ny

 

Vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana (CENI). Araka ny tetiandro dia amin` ny 11 jona izao no hifidy izay ho solon` i Thierry Rakonarivo, ny Filoha Lefitry ny CENI teo aloha. Tsiahivina fa niala na nesorina tamin’ny toerany Atoa Thierry Rakotonarivo taorian’ny fanambarany nanabaribary ireo anarana miverin-droa tamin’ny lisi-pifidianana sy ny karapanondrom-pirenena miverin-droa, izay nampiozongozona tanteraka ny fahefam-panjakana noho ny fiheverana fa nisy lalao maloto ny fifidianana nahalany ny Filoha Rajoelina sy ny olom-boafidy maro. Atsangana amin` io andro io ihany koa ny vaomiera manokana hisahana ny atao hoe “mise en accusation” eo anivon` ny fitsarana avo.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Rodoben’ny mpanohitra“Ajanony io fanamboarana kianja ao Anatirova io"

Manota fady indray ny mpitondra, nosimbainy tanteraka ny toerana manan-kasina, mariky ny tantara etsy amin’ny rovan’i Manjakamiadana, hoy ny avy eo anivon’ny Rodoben’ny mpanohitra ho an’ny demokrasia eto Madagasikara na RMDM,

 

 tetsy amin’ny foibeny etsy Bel’air omaly. Taiza ao anaty kolontsaina malagasy, hoy izy ireo, no nisy Coliseum, raha naneho ny heviny mikasika ny fanorenana izany eo ambonin’ity lapa ity. Entina hidedahana sy hanaovana fety amin’ny 26 jona ve io? Miantso ny amin’ny tokony hampiaton’ny fanjakana ny fanovana ny satan’ny Rovan’i Manjakamiadana izay tanterahin’ny Fitondram-panjakana ankehitriny ny RMDM; raha misy ny asa fanatsarana hatao hoy hatrany pastera Eudouard dia mitovy amin’ny teo aloha ihany no tokony hatao fa tsy volena coliseum na zavatra hafa izany izay mety hampitontongana ny hasin’ny firenena sy ny tany.Tsy efa nahafahana namonjy ny malagasy manoloana izao voina mahazo azy izao ve ny vola lanilany foana nanaovana azy io, hoy hatrany ny RMDM? Tsy misy fierana na amin’ny vahoaka na amin’ireo taranak’Andriana. Fara-faharatsiny mba nierana tamin’ny mpanolontsainan’ny tanànan'Antananarivo, hoy izy ireo, dia ireto farany indray no mampita ny hafatra amin’ny vahoaka. Mangataka ny hampiatoana avy hatrany ity fanovana ny satan’ny Rovan’i Manjakamiadana ity araka izany ny RMDM satria mety hitarika ny fanafintohinana ho an’ny vahoaka Malagasy izany

J. Mirija sy Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mampihoro-koditra ny Covid-19Tafiakatra 448 ireo voa, 2 marary mafy

Tranga 43 vaovao no notaterina omaly izay ny 38 tany Toamasina ary 5 teto Antananarivo, ka nampiakatra ny isan’ny voa rehetra ho 448. Tao anatin’ny fitiliana 147 nataon’ny IPM izay avy any Toamasina fa notiliana teto Antananarivo dia nahitana tranga 20.

 Ny natao tany an-toerana kosa tranga 17 tamin’ny fitiliana 40 no hita. Ny CICM kosa nanao fitiliana vaovao 125 ka olona 6 no “pisitifs”, izay ny 5 teto an-dRenivohitra, ary 1 tany Tanambao V Toamasina. Ho an’ireo 5 teto Antananarivo, dia 4 teny Anjanahary, ary 1 teny Manjakaray. Nisy 4 vaovao sitrana teny amin’ny Hopitaly Befelatanana, ka 135 ny fitambarany hatreto. Miisa 2 hatrany ny trangana fahafatesana ofisialy ny nohamarinin’ny fanjakna, ary 311 kosa ireo mbola tsaboina. Misy marary 2 tena ahiana mafy ny ainy na “formes graves” any Toamasina, izay arahin’ny mpitsabo maso akaiky. Mihazakazaka hatrany ny isan’ny olona voan’ny covid-19 eto Madagasikara, izay misy tranga manodidina ny 40 isan’andro taterina. Tena tsy voafehy ny fipariahan’ity valanaretina ity eto Madagasikara. Tsy ho ela dia mety ho feno ilay fandriana 497 nambara fa efa vonona handraisana marary, ary ahiana tsy ho araka ny fitsaboana eo anatrehan’ny fiakaran’ny isa. Mitaintaina andro aman’alina ny mpiasan’ny fahasalamana, toy ny ao Toamasina. Na efa ambara fa manana ny fanafody mahasitrana aza isika, dia vitsy ny sitrana isan’andro mitaha amin’ny olona voa. Ny atsy amin’ny Nosy Maorisy, izao efa 25 andro tsy nisy tranga vavao. 332 ny narary, ka ny 10 no maty, sitrana avokoa ny 322 ambiny. Mahatratra 98 074 ny olona natao fitiliana, ka 2 409 ny tao anatin’ny 24ora. Aiza ho aiza amin’izany I Madagasikara? Marina fa manana fanafody CVO isika, saingy afaka maka traikefa amin’ireny hoe inona ny fitsaboana na fombafomba natao nahasitrana tao anatin’ny fotoana fohy ireo marary mitovitovy isa amin’ny antsika ankehitriny?

Toky R

Midi Madagasikara0 partages

« Kianja masoandro » : risque de divorce avec une partie de l’opinion

Le tollé provoqué par la construction du « Colisée » ou « Kianja masoandro » est significatif du respect que de nombreux Malgaches vouent à leur patrimoine culturel. “Anatirova” est, dans l’esprit de tous, un lieu « masina » qu’il ne faut pas dénaturer. Sur ce site se trouvent les vestiges de notre passé, et il ne peut être dénaturé par un monument qui n’y a visiblement pas sa place. Il avait été envisagé qu’il soit classé patrimoine mondial de l’UNESCO, mais les autorités malgaches ont sciemment ignoré cette perspective. Elles ne reviendront certainement plus sur une décision qui scandalise au plus haut point une partie de l’opinion.

« Kianja masoandro » : risque de divorce avec une partie de l’opinion

Sur les réseaux sociaux, les protestations se sont multipliées. Elles expriment une véritable incompréhension devant cette décision qui a été prise sans consultation de l’opinion. Une pétition de protestation a déjà été lancée. La ministre de la Culture et de la communication répond que le site d’Anatirova est un site national, et que l’édification du « Kianja masoandro » ne souffre d’aucun interdit. François Mitterrand, en son temps, avait construit la pyramide du Louvre et avait essuyé de nombreuses critiques et, aujourd’hui, cet édifice est considéré comme un chef-d’œuvre d’architecture, et est visité par des millions de personnes. Mais il ne se trouve pas dans l’enceinte du palais de Versailles. Le palais de Manjakamiadana, qui a été en partie détruit lors de l’incendie de 1995, a été reconstruit avec des matériaux modernes, et de nombreux puristes ont regretté cette manière de procéder. Néanmoins, ils se sont résignés après l’annonce du chef de l’Etat que la reconstruction des monuments du site d’Anatirova serait terminée avant la célébration du 60e anniversaire du retour de l’indépendance de Madagascar. Il ne fut cependant jamais question d’y bâtir ce nouveau « Colisée ». La décision a été prise par le chef de l’Etat et elle ne souffre d’aucune discussion. Cependant, elle risque de créer un divorce avec une partie de l’opinion.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Valpinson – Toamasina : Tovolahy nitsirara tampoka

Efa miteraka tahotra ho an’ny olona na mampitangorona azy aza ny fahitana ireo olona mitsirarara ho azy etsy sy eroa eto Toamasina. Taorian’ilay tovolahy tsy mana-kialofana teny akaikin’ny stade monisipaly moron-dranomasina ny alakamisy tolakandro teo, dia nisiana tovolahy iray hafa ihany koa tao bazary Valpinson omaly misandratr’andro. Tovolahy vao 22 taona manao arotava ara-dalana no nitsirara tampoka teo an-davarangana mpivarotra iray. Imason’ny fiparitahan’ny valan’aretina Covid-19 eto an-drenivohitr’I Betsimisaraka moa dia efa maro ireo nieritreritra fa izany no nahazo ity tovolahy ity.

Raha ny fanazavana azo anefa dia fantatra fa olona mararin’ny “hepatite B” avy nitsabo tena tamina toeram-pitsaboana tsy miankina tao amin’ny Cité Valpinson. Saingy mafy loatra angamba ny aretina efa mahazo azy ka tonga tamin’izao izy raha nikasa ny andeha hody. Efa naka azy teny amin’ny bazary Valpinson ny ekipan’ny mpamonjy voina ary nanatitra eny amin’ny tranom-patin’ny hopitaly be miandry ny fianakaviany haka azy. Nomarihan’ny ekipan’ny mpamonjy voina tsara fa efa nanaovan’ny BMH fitsirahana ara-pahasalamana na efa vatana mangatsiaka aza ilay tovolahy ary tsy nahitàna soritraretina Coronavirus mihintsy ny tenany. Na izany aza raha misy ny fakan’ny fianakaviany azy dia tsy afaka alevina ivelan’i Toamasina ity tovolahy ity araka ny fepetra efa noraisin’ny fankanjana nanomboka ny alakamisy teo tamin’ny fivorian’ny BNGRC sy ny CCO ary ny CRCO

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Allianz Madagascar et G.I.M : Des équipements médicaux de 24 millions d’Ar pour le CHU Befelatanana

Lors de la remise du don au CHU Befelatanana. (Photo : Yvon Ram)

Allianz Madagascar et Gaz Industriels Madagascar (G.I.M) S.A. qui sont des opérateurs oeuvrant dans le secteur de la santé, ont fait un don d’équipements médicaux d’une valeur de 24 millions d’Ar pour soutenir le CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de Befelatanana, hier. Il s’agit notamment de 330m3 d’oxygène médical, de 25 kits détenteurs avec humidificateurs et canules nasales, de 200 masques à oxygène, de 200 canules nasales et de deux concentrateurs d’oxygène. Les représentants d’Allianz Madagascar et de Gaz Industriels Madagascar ont remis ce don d’oxygène médical et d’équipements d’assistance respiratoire en présence du directeur de l’établissement hospitalier, le Pr Mamy Jean de Dieu Randria et du directeur général de la Fourniture des Soins des Hôpitaux de Madagascar. En effet, les donateurs ont décidé d’étendre leur collaboration dans un effort de soutien aux services de santé dédiés aux soins et au traitement des malades du Covid-19.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Canon : Garanties prolongées en raison du confinement  

L’environnement économique est de plus en plus difficile. Alors que les opérateurs économiques comptent désespérément sur le soutien de l’Etat pour survivre à la crise de la pandémie de Covid-19, Canon Central and North Africa (CCNA) a trouvé le moyen d’épauler sa communauté, par le biais d’une extension de garantie et de programmes de sensibilisation. La semaine dernière, le 7 mai, CCNA a annoncé que la société appliquera des extensions de garantie, jusqu’au 30 juin, à tous les produits Canon dont les garanties standard ont expiré durant la période de confinement imposée par les gouvernements. La société a renforcé son programme de service au client avec des experts répondant aux questions de toute la communauté Canon en Afrique. De plus, Canon a encore simplifié son processus d’assistance à la clientèle en centralisant sa gestion sur customercare@canon-cna.com.

Allègements. « Nous traversons une période éprouvante pour tous à l’échelle mondiale. Nos pensées vont à celles et ceux qui sont gravement touchés par la pandémie de Covid-19 et les crises qui en découlent. Que vous soyez à la maison, et exerciez une activité professionnelle essentielle ou fassiez partie du personnel de première ligne, nous devons tous agir ensemble pour maîtriser la propagation du virus et limiter l’impact de la crise. Nous espérons que notre extension de garantie, nos sites d’apprentissage en ligne, et les améliorations de notre service client allégeront quelque peu la situation pour nos clients, et nous les encouragerons à profiter du mieux possible de leur temps à la maison », a déclaré Somesh Adukia, directeur général de Canon Central and North Africa (CCNA).

Innovation. En plus de l’extension de garantie pour ses clients, Canon a intensifié sa production d’équipements médicaux en soutien aux systèmes de santé, notamment avec le déploiement rapide de son “Unité de scanner médical” montée en conteneur et de sa flotte de remorques d’imagerie mobile. Dans la foulée, Canon Medical a proposé une licence gratuite de 90 jours pour sa solution d’analyse pulmonaire par tomodensitométrie. En outre, Canon est entré en collaboration avec l’Université de Nagasaki et le NIID pour mettre au point un test de Covid-19 qui promet de fournir des résultats à peine en 10 minutes.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Tapatapany

#- Toamasina : Taolan-dava an-jatony hita tao anaty fitoeram-pako. Ny alarobia lasa teo, taolan-dava miisa 134 no hitan’ny fokonolona tao anaty fitoeram-pako iray tao amin’ny fokontany Antanandava, kaominina Toamasina Suburbaine. Nampandrenesina avy hatrany ny zandariamaria tany an-toerana ary nidina ifotony niaraka tamin’ireo mpitsabo mpitsirika sy ny solontenan’ny tomponandraiki-panjakana tao an-toerana. Taorian’ny fitsirihana moa dia nalevina tany an-toerana ihany ireo taolambalo ireto, rehefa fantatra fa tsy nisy trangam-baky fasana teny amin’ny manodidina. Na izany aza anefa dia nisy ny fanadihadiana nosokafana ahafantarana izay ao ambadik’izao raharaha izao.

#- Antsirabe. Tovolahy hita faty. Ny talata lasa teo, tovolahy iray no hita faty tao anaty trano eo an-dalam-panamboarana tao amin’ny kaominina Antanambao, Antsirabe II. Nihantona tamin’ny tady ny vatana mangatsiakan’ity lehilahy ity, izay ankevitry ny efa namoy ny ainy herinandro maromaro. Efa simba tanteraka sy tsy nisy namantarana azy intsony mantsy ny razana. Nesorina ary  nentina avy hatrany tany amin’ny tranom-paty moa ity farany mba hotsirihina. Misokatra kosa ny fanadihadiana ataon’ireo tompon’andraikitry ny filaminana, entina mamantatra izay antony nahafaty ity tovolahy ity.

#- Manombo Be. Mpitrandraka safira maromaro, tototry ny tany. Nitrangan’ny loza mahatsiravina indray tao Manombobe Ilalaka ny alakamisy teo tao. Mpitrandraka safira 16 lahy indray mantsy no indray nihotsahan’ny tany tao amina toeram-pitrandrahana iray. Nalaky avotra soa aman-tsara ny sivy tamin’izy ireo, raha tavela tao kosa ny fitolahy, ka mbola eo an-dalam-pisokirana ny vatana mangatsiakan’izy ireo ireo tompon’andraikitra any an-toerana hatramin’ny omaly. Ny efatra tamin’izy ireo no voalaza fa efa azo, mbola tsy hita kosa ny telo ambiny. Ny fokonolona sy ireo tomponandraikitry ny filaminana any an-toerana moa no mifarimbona amin’izany.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Pancrace Analamanga : Des médailles au Championnat du monde en France comme objectif

Les combattants sont toujours prêts pour la reprise de la compétition.

La performance des combattants malgaches au Challenge Fight de l’Océan indien qui s’est déroulé à La Réunion en février a permis à la Grande île d’avoir des représentants au Championnat du monde en France cette année.

Confinement ou non, le comité Analamanga du pancrace n’arrête pas d’entraîner ses combattants. Le staff technique a élaboré un planning temporaire pour surveiller la performance des combattants et de maintenir leur forme avant la reprise de la saison. « Nous leur avons donné des séances individuelles de type endurance, résistance et musculation. Chacun poursuit ses entraînements chez soi à un moment donné. Après, on les réunit en salle pour un suivi et évaluation. En effet, malgré cette période de crise sanitaire, le niveau technique des combattants reste visiblement inchangé grâce à cette méthode de travail, surtout pour ceux qui veulent participer aux compétitions internationales », a fait savoir le président Mely Zafindranaivo. Par ailleurs, la performance des combattants malgaches au Challenge Fight de l’Océan Indien qui s’est déroulé à la Réunion, en février, a permis à la Grande île d’avoir des représentants au Championnat du monde en France cette année. Le comité ne voudrait pas rater cette belle occasion pour mettre la barre haut.« Participer à cette joute internationale est notre principal objectif depuis le début. D’ailleurs cela l’est toujours mais nous devons encore attendre l’invitation et la décision de la Commission malgache de pancrace et submission (CMPS) », a-t-il enchaîné. Ainsi, par rapport à la reprise des activités en début juin, le président souligne que cela semble encore impossible vu la situation actuelle sur la prolongation sans cesse de l’état d’urgence sanitaire. Pourtant, comme il est déjà planifié dans son calendrier, le comité prévoit de poursuivre ses activités avec les formations des arbitres et maîtres de salle pour bien se préparer avant les compétitions.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Une opinion inquiète de la progression de l’épidémie

Le Covid 19 est toujours le principal sujet de préoccupation des Malgaches, et avec la brusque augmentation des cas de contamination, la simple crainte s’est muée en angoisse obsédante. Il y a, certes, l’épidémie, mais dans son sillage apparaissent de nombreux problèmes pour le pays. La population en a pris le parti et continue courageusement sa lutte pour la survie. L’indiscipline ou l’irresponsabilité de certains se paient maintenant. Le raidissement des autorités pour y répondre est normal, et il permettra de limiter, dans la mesure du possible, la propagation du virus. La situation sur le plan économique est tout aussi problématique. Tous les secteurs sont pénalisés et les entreprises ont besoin d’une aide urgente de l’Etat pour ne pas sombrer. En aval, il y a les dizaines de milliers de salariés qui en pâtiront. Cette épidémie de Covid 19, même si c’est le sujet principal de la préoccupation de tous les citoyens, ne peut occulter les autres points de l’actualité nationale. La question des îles éparses est revenue au premier plan après la décision prise par le ministre français de l’Environnement de faire une consultation publique à propos d’un projet de décret sur la création d’une réserve naturelle sur l’archipel des îles Glorieuses. La réaction malgache ne s’est pas fait attendre, et la protestation du gouvernement a été signifiée par le ministre des Affaires étrangères à l’ambassadeur de France. Aussi, les députés malgaches ont-ils été tout fermes et ont sollicité l’appui de l’Union africaine pour la poursuite des pourparlers entre les deux parties. Cette semaine, de nombreux citoyens ont découvert la construction d’un ouvrage architectural appelé « Kianja Masoandro » dans l’“Anatirova”, à côté du palais de Manjakamiadana. La décision de sa construction a été prise sans consultation du public et c’est un véritable tollé qui a accueilli cette nouvelle. Pour ceux qui ont été indignés, il s’agit d’un véritable sacrilège car cet édifice dénature le site qui appartient au patrimoine national malgache.

Sur le plan international, la situation est relativement contrastée à propos de l’épidémie de Coronavirus. Les Etats-Unis et certains pays d’Amérique du Sud sont toujours sérieusement impactés tandis qu’en Europe, on constate une accalmie et même une baisse de la contamination. Le pays de l’Oncle Sam compte 95 000 décès et 1 609 000 contaminés, et les chiffres partent à la hausse tous les jours. Le président Donald Trump essaie de calmer le jeu en continuant à envoyer ses Tweets ravageurs. Il a avoué avoir pris un comprimé de chloroquine par jour et qu’il en a tiré beaucoup de bien. Mais il continue aussi de tirer à boulets rouges sur la Chine qu’il menace des pires sanctions économiques. Cette dernière a riposté en décidant de ne plus utiliser le dollar dans ses transactions commerciales, mais de faire ses opérations en yuans.

Les pays européens ont presque tous opéré un déconfinement et l’on constate qu’il y a eu une décélération de l’épidémie. L’Espagne, l’Italie, le Portugal, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Pologne, la Norvège ou la France ont redonné une certaine liberté à leurs citoyens. Leurs autorités ne s’en réjouissent pas trop vite pour le moment et espèrent qu’il n’y aura pas de deuxième vague de l’épidémie.

Ce mois de mai est une période charnière dans la lutte contre le Covid-19, aussi bien à Madagascar que dans les autres pays du monde. Dans la Grande île, les ravages de l’épidémie commencent à faire peur. Une crainte diffuse s’installe, mais les spécialistes ne s’étonnent pas de cette explosion des cas de contamination au vu de l’état d’esprit qui régnait à un moment donné. Tout le monde attend de voir comment le pouvoir va gérer cette situation. L’opinion est dans l’expectative. La confiance envers les autorités risque de s’effriter si ces dernières n’arrivent pas à maîtriser cette propagation du virus.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Zanadranavalona : Hankalaza ny Alahamady eny Anosimanjaka

Noho ny hamehana ara-pahasalamana noho ny valanaretina COVID-19 izay mihatra eto amin’ny tany sy ny Fanjakana dia tsy hasiana hetsika iraisana toy ny fanao hatramin’izay ny fankalazana ny andiany faha-445 ny taombaovaon’Imerina amin’ity taona ity, araka ny fanazavan’ny filohan’ny fikambanana, Ravelonarivo Alain Eddie, fa samy hanamarika izany isan-tokantrano ny fianakaviana. Ny  fikambanana Zanadranavalona, ivondronan’ny taranak’i Nenibe Ranavalotsimitoviaminandriana eny Anosimanjaka anio 23 mey izao. Na izany aza dia tsy nivaona tamin’ny fanisan’andro nolovaina tamin’ny Mpanjaka Ralambo teto Imerina ny tetiandro narahin’ny Zanadranavalona nandritra ny taon-jato efatra nifandimby ka nampifanindry hatrany ny alahamady amin’ny fanisana andro arabo nadikan’i Habibo, mpanandro nobaikoin’ny mpanjaka hanao io tetiandro io tamin’izany. Izany dia porofoin’ny anaram-bolana sy andro arabo izay mbola tazonin’ny malagasy hatramin’izao sy ny fomba fanisana andro mifanaraka amin’ny tsinam-bolana ka mampiovaova hatrany ny vaninandro, araka ny fanazavan’i Rabearisata Arima, mpahay momba ny tetiandro malagasy.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Kitesurf :  Essai assez concluant à Ivato  

Les kitesurfeurs débarquent à Ivato.

Cela fait un bail que les frères Panoël Razafindranamo, Tsiry et Tsiory, rêvent de pouvoir essayer le kitesurf dans un lac d’eau douce. C’est devenu une réalité depuis le week-end, puisqu’avec l’aide d’un ami qui habitait au bout de la piste de l’aéroport d’Ivato, il a pu pratiquer le kitesurf au grand bonheur des riverains. « Ce n’est pas exactement le bout de piste mais de l’autre côté, donc cela ne devrait pas perturber les mouvements des avions », précise Tsiry, tout heureux de pouvoir s’adonner à son sport favori, et ce malgré le froid qui commence à s’installer dans cette localité. L’autre frère, Tsiory, ajoute toutefois que cela dépend de la force du vent. « Un vent fort serait l’idéal mais c’est déjà mieux que rien”. Mais au-delà de ce premier essai assez concluant, les férus de cette discipline se réjouissent du fait qu’on pourrait désormais inscrire le kitesurf dans les disciplines durant les Jeux des Îles si l’organisation revient à Madagascar. Une bonne préparation, en tout, car le kitesurf fera son entrée aux Jeux Olympiques de 2024 à Paris. En attendant, les frères Panoël Razafindrasata n’aspirent qu’à une chose, à savoir la reconnaissance du ministère de tutelle via une fédération. Une formalité, en fait, car les Razafindrasata ont déjà le diplôme pour enseigner le kitesurf mais ils sont aussi les seuls Malgaches de la Baie du Sakalava, près de Diégo, à avoir une école de formation. Et à l’heure où le « vita malagasy » est devenu d’actualité, il serait grand temps de favoriser tous les acteurs et d’en tirer une fierté nationale. C’est tout aussi simple que cela.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Le Coronavirus s’emballe dans l’Atsinanana : 88% des nouveaux cas signalés hier sont localisés à To...

L’évolution du Coronavirus à Madagascar le 22 mai 2020.

43 nouveaux cas, hier, dont 38 à Toamasina et 5 à Antananarivo selon le dernier point de situation livré, hier, par le Pr Vololontiana Hanta, porte-parole du Centre de commandement opérationnel (CCO) sur l’évolution de l’épidémie de Coronavirus à Madagascar.

312 tests, au total, ont été réalisés dans la journée du 21 mai 2020, dont 147 par l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) à Antananarivo, 40 autres, toujours par l’IPM via le laboratoire mobile à Toamasina, et 125 tests par le Centre d’infectiologie Charles Mérieux (CICM) à Ankatso Antananarivo. Les résultats font état de 20 cas positifs au Coronavirus parmi les 147 tests effectués à Antananarivo par l’IPM. Ces 20 cas sont tous issus de Toamasina. Quant aux 40 prélèvements effectués au laboratoire mobile à Toamasina, 17 nouveaux cas ont été confirmés, soit un total de 37 nouveaux cas parmi l’ensemble des tests réalisés par l’IPM le 21 mai. Du côté du CICM, sur les 125 prélèvements, 6 se sont révélés positifs, dont 1 à Toamasina, plus précisément à Tanambao V; et 5 à Antananarivo, notamment à Anjanahary (4 cas) et Manjakaray (1 cas). Par ailleurs, un nouveau cas grave à Toamasina vient de s’ajouter à un autre déjà signalé le jeudi 21 mai par la porte-parole du CCO. Le nombre des cas graves de Covid-19 remonte ainsi à 2. Quatre patients ont, en revanche, recouvré la santé, hier, et sont ainsi guéris du Covid-19. Au total, 135 patients ont, à ce jour, vaincu le Coronavirus, tandis que 2 malades ont succombé.

Fuite à travers la brousse. Au regard des statistiques des derniers jours, la courbe demeure désespérément ascendante pour Toamasina depuis plusieurs jours. Pour la seule journée du jeudi 21 mai, 88% des nouveaux cas du jour (38 cas sur 43) sont localisés à Toamasina. Sur le terrain, les structures de prise en charge, notamment le CHU de Morafeno, sont mises à rude épreuve. Nombreux sont les habitants de Toamasina qui, pris de peur, cherchent à quitter la ville par tous les moyens, en dépit de l’interdiction de sortie et du renforcement des barrages militaires érigés sur les principaux points de passage vers l’extérieur des districts de Toamasina I et II. Afin d’échapper à la vigilance des hommes en treillis, les voyageurs clandestins évitent l’axe de la route nationale et le passage au niveau du Canal des Pangalanes. Ceux-ci renoncent même aux sentiers parcourus à deux roues après que les militaires aient surpris plusieurs passagers à moto. Dorénavant, on crapahute dans la brousse pour atteindre, puis franchir les zones limitrophes de la région Atsinanana.

Rappelons que l’interdiction de sortie et d’entrée demeure en vigueur dans toutes les régions touchées par le Coronavirus, à savoir Analamanga, Haute Matsiatra, Atsinanana et Alaotra Mangoro.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Ministère de l’Education nationale : Pas d’année blanche ; recrutement de 4 000 enseignants FRAM

(Photo : MENETP)

Tant attendus par les enseignants non fonctionnaires (FRAM), les fameux contrats de travail qui vont leur permettre de devenir des fonctionnaires ont été livrés depuis le vendredi 22 mai 2020. Il s’agit de la sixième vague de recrutements depuis que l’Etat l’a promis. Ils étaient très nombreux à s’être rendus à ce lancement officiel de la distribution de la sixième vague de contrats de travail hier dans les locaux du ministère de l’Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel à Anosy. Pour les enseignants qui exercent dans les autres régions, la ministre Rijasoa Josoa Andriamanana a affirmé que, dès ce jour, les contrats seront disponibles auprès des responsables chargés de les acheminer vers les 22 régions. « Ceci n’est que le lancement. D’autres contrats verront le jour cette année. Pour aujourd’hui, ce sont 4 000 contrats de travail qui seront signés avec les enseignants FRAM », a-t-elle expliqué lors de ce lancement officiel.

Pas d’année blanche. Par ailleurs, la ministre a aussi soutenu qu’il n’y aura pas d’année blanche pour cette année. « Madagascar n’a jamais connu une année blanche de toute son histoire et ce n’est certainement pas envisageable pour cette année. Il y aura des examens et nous sommes en train de tout mettre en place en prenant en compte la crise que traverse le pays en ce moment », a-t-elle assuré.

Et au sujet des plaintes sur les subventions qui ont pris du retard pour ces enseignants, la ministre a déclaré que toute la somme y afférente est déjà disponible au niveau du Trésor public. « Certains enseignants FRAM ont déjà reçu les leurs, d’autres pourront les recevoir la semaine prochaine », a-t-elle confié. Une nouvelle bien accueillie par ces enseignants qui n’arrêtent plus d’en parler sur leur page Facebook depuis des mois maintenant.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

CEG et EPP Morarano : L’ONG Mad’H2O vient en aide aux élèves, enseignants et parents

Certains élèves du CEG Morarano passent aussi leur temps libre à s’initier à la fabrication de savon avec leurs enseignants, et contribuent ainsi au développement de la communauté. (crédit photo : Anja)

La reprise de l’école semble être une bonne nouvelle pour les élèves du collège d’enseignement général de Morarano, CEG annexe de celui de Behenjy. En effet, selon la directrice de l’établissement, Marie Francine Raharimalala, il n’y a eu aucun abandon, du moins pour les élèves en classe d’examen, malgré la crise sanitaire que traverse le pays. C’est donc avec une grande volonté de réussir que les élèves de ce collège ont retrouvé leurs bancs de classe. Consciente des efforts fournis par cette communauté pour scolariser ces enfants, l’ONG Mad’H2O et le groupe Gamo Mad’H2O se sont empressés d’apporter leur contribution afin d’aider les habitants de Morarano, lieu où est implantée l’usine de la marque Sainto. Ainsi, hier vendredi 22 mai 2020, l’équipe de l’organisation s’est rendue sur place pour remettre aux élèves, aux enseignants, aux parents ainsi qu’à l’équipe du dispensaire de l’établissement 10 kg de riz, un kilo de sel, un kilo de sucre, du savon et un gel désinfectant par personne.

Responsabilité sociétale ou engagement sociétal ? Peu importe le terme utilisé, le groupe Mad’H2O paraît tellement investi dans cette communauté car depuis dix ans, elle n’a cessé de développer divers projets sur les lieux : mise en place de borne fontaine, construction de salles de classe pour l’établissement, lancement d’une petite entreprise de savonnerie entièrement au profit de l’école, création d’une dentisterie et d’un dispensaire, contribution annuelle dans l’alimentation des enfants, projet de création d’une usine d’extraction d’huiles essentielles et bien d’autres encore. L’engagement de la société a même fait qu’actuellement, de nombreuses personnes travaillant à Morarano sont devenues membres de l’association Mad’H2O.

Enfin, selon les nombreux projets en cours pour développer la commune, la contribution de l’ONG n’est pas près de s’arrêter là, mais « l’aide octroyée hier se destine avant tout aux enfants et aux parents qui rencontrent énormément de difficultés ces derniers temps en raison de la pandémie de Covid-19. Nous espérons qu’avec ces denrées et ces gels, ils pourront mieux préparer les examens », a noté la représentante de l’organisation.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Crise sanitaire – Evènementiel et spectacles : vers un péril sans retour

Le groupe “Rapo Atlas” doit se résigner pour son concert annulé au No Comment Bar.

Le concert du groupe “Rapo Atlas” au No Comment bar à Isoraka, censé se tenir ce jour entre 11 h et 13 h, a été annulé. Signe que le milieu de l’évènementiel est encore loin de sortir la tête de l’eau en cette période de confinement partiel. Depuis quelques semaines, la grogne de ce secteur commençait à se faire ressentir, avec des propriétaires de cabaret ou de lounge bar qui tentent de garder quelques employés pour ne pas mettre les clés sous la porte. Malgré des appels au secours, l’Etat semble encore tourner le dos à ces travailleurs et promoteurs de la musique. Des initiatives ont déjà été annoncées, comme l’évènement « Morning jazz » au Point d’Exclamation à Analakely le 20 mai. Ce programme semble tenir. Les mesures de sécurité draconiennes prises sur place ont pu convaincre les amateurs de cette musique en mal de scène de venir. Pour ce jour et demain, le « Morning jazz » se poursuit à partir de 8 h. Mais le combat est encore loin d’être gagné. L’après- confinement sera encore plus dur si les responsables étatiques restent toujours les bras croisés. Selon des chiffres qui restent à vérifier, le personnel dans le secteur de l’évènementiel ferait partie d’un million et demi de travailleurs et travailleuses qui sont et seront affectés par cette crise sanitaire.

Maminirina Rado/Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

République de Turquie : Dons de 40 000 masques

Dons de 40 000 masques de la Turquie.

La Turquie a offert 40 000 masques destinés aux membres du personnel de santé malgache, lesquels sont au front pour lutter contre la propagation de la pandémie de Covid-19. La remise de cette donation a été effectuée hier au centre de commandement opérationnel Covid-19 à Ivato. « C’est une preuve de solidarité car nous devons vraiment coopérer et collaborer tous ensemble contre ce fléau », a déclaré l’ambassadeur turc, Nuri Kaya Bakkalbasi. “Cette action marque aussi une preuve d’amitié”, souligne ce dernier. Le ministre des Affaires étrangères, Liva Tehindrazanarivelo, quant à lui, a soutenu que cette aide de la Turquie consolide la coopération bilatérale entre deux pays amis dans un contexte mondial de lutte contre la pandémie Covid-19. « Nous espérons que ce fléau sera bientôt terminé mais, pour cela, on doit faire preuve de solidarité et de collaboration », a conclu le diplomate turc.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Secteur du commerce : Une meilleure formalisation pour booster les recettes publiques

Dans le commerce de détail, le secteur informel règne encore.

Depuis 2009, le Conseil des Grossistes Professionnels (CGPM) a toujours milité pour un assainissement du circuit de distribution commerciale à Madagascar.

Actuellement, cette voix semble enfin être entendue puisque le gouvernement s’attelle à la mise en application de la nouvelle loi sur la concurrence.

Part des choses

 « Le circuit de commercialisation est défini comme suit : pour les produits importés: importateur -grossiste –détaillant; pour les produits locaux: Industriel ou producteur –collecteur ou grossiste – détaillant; pour les produits à l’exportation: industriel ou producteur –collecteur-exportateur ». Telle est la disposition de la loi 2018-020, portant refonte de la loi sur la concurrence. Une disposition qui a le mérite de faire la part des choses en ce qui concerne le rôle des principaux acteurs du commerce que sont les producteurs ou importateurs, les collecteurs, les grossistes et les détaillants. Une disposition qui n’est malheureusement pas appliquée faute d’une mise en vigueur de ladite loi qui date pourtant de 2 ans. Mais la donne pourrait changer d’ici peu parce que sur une proposition émanant de la Chambre basse, le gouvernement se prépare actuellement à la mise en application de cette loi qui va impacter d’une manière positive le circuit de distribution commerciale malgache où, pour le moment, règne une anarchie totale.

Le mal provient plus particulièrement de ces opérateurs du commerce qui font en même temps office d’exportateur, de grossiste et de détaillant, alors qu’ils n’ont droit qu’à un seul statut. Un phénomène qui perturbe bien évidemment le commerce intérieur et qui provoque également un manque à gagner pour le fisc. En effet, avec le système actuel, la plupart des commerçants opèrent dans l’informel. Parmi les fondateurs du Conseil des Grossistes Professionnels de Madagascar (CGPM), l’actuel vice-président de l’Assemblée nationale, Honoré Rasolonjatovo en sait quelque chose sur les méfaits de ce règne de l’informel sur le commerce. « Depuis 2009, au sein du CGPM, nous avons lutté pour une meilleure formalisation du commerce à Madagascar, et maintenant je peux avouer qu’on est proche du but avec cette volonté apparente du gouvernement de prendre enfin les dispositions nécessaires pour intégrer tous les commerçants dans le secteur formel », explique-t-il.

Facture

Et le premier impact positif de cette formalisation sera l’éradication totale des ventes sans facture. En effet, le grossiste qui ne sera plus autorisé à faire de la vente au détail doit obligatoirement délivrer une facture aux détaillants qui s’approvisionnent chez lui. De son côté, pour pouvoir acheter chez le grossiste, le détaillant a l’obligation de présenter une carte professionnelle. Une méthode simple et efficace, en tout cas, parce que grâce à ce système, non seulement il sera plus facile de contrôler les prix, en cas de débordement, mais également et surtout, il sera plus facile pour l’administration fiscale de gérer les contribuables. A propos de fisc, justement, une proposition faite par le CGPM fait son chemin.

Prélèvement à la source

Il s’agit en l’occurrence du prélèvement à la source pour les impôts à payer par les petits opérateurs du commerce. Le système consiste à facturer et retenir sur la facture d’achat de chaque détaillant une taxe de 2 pour mille de la valeur des marchandises achetées. A charge par la suite au grossiste de reverser cette taxe à l’administration fiscale, d’une manière régulière. Outre le fait d’épargner aux petits contribuables le travail souvent difficile de la déclaration, ce nouveau système a l’avantage d’assurer une bonne collecte des impôts. Parce que la plupart des grossistes étant enregistrés, il n’y a pas un risque d’évasion fiscale. Et quand on sait que l’enjeu du secteur du commerce se chiffre par des centaines de milliards d’ariary, les recettes fiscales vont considérablement augmenter.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Football – Championnat Belgique : Marco Ilaimaharitra dans le onze type

Marco va observer un moment de répit en attendant son rétablissement et la reprise du championnat.

L’international malgache évoluant avec l’équipe de Charleroi se distingue. En plus de figurer dans le onze type, Marco caracole en tête du classement du meilleur défensif.

Le championnat de Belgique le Jupiler Pro League a été suspendu jusqu’à maintenant en raison de la pandémie de Coronavirus. L’international malgache, Marco Ilaimaharitra, évoluant avec le club de Charleroi, figure dans le onze type du championnat belge du Sport Magazine à l’issue des 29 journées. Une fois de plus, les talents malgaches ne cessent d’impressionner dans les championnats européens. Marco Ilaimaharitra de Charleroi prend les rênes du milieu de terrain avec deux autres joueurs, à savoir Vadis Odjidja et Hans Vanaken, double soulier d’or en titre. Marco a été important pour Charleroi pendant des années. L’équipe de Marco se positionne actuellement à la troisième place avec 54 points, 15 victoires, 9 matchs nuls et 5 défaites derrière le Club Bruges et la Gantoise. Toujours dans ce poste de milieu défensif, Ilaimaharitra a récolté 41 % des voix contre 26 % pour Owusu et 17 % pour Balanta. D’autres joueurs complètent cette liste, à savoir Simon Mignolet, Clinton Mata, Simon Deli, Vincent Kompany, Nurio Fortuna, Krépin Diatta, Nacer Chadli et Jonathan David. Opéré à la pubalgie, Marco ne reprendra le chemin des entraînements que vers mi-juin.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Thierry Rakotonarivo : Election de son remplaçant le 11 juin prochain

Les députés vont élire leur représentant au sein de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) le 11 juin prochain. Faut-il rappeler que la présidente de la Chambre basse l’a déjà annoncé, lors de l’ouverture de la session ordinaire de l’Assemblée nationale le 5 mai dernier, au CCI-Ivato. Et ce, faisant suite à la constatation de la démission de son représentant à la commission électorale qui n’est autre que Thierry Rakotonarivo. A titre de rappel, ce dernier a dû abandonner sa place suite à la révélation qu’il a faite sur les millions d’électeurs concernés par les doublons de cartes nationales d’identité.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Mangamila : Démantèlement d’un réseau de voleurs de moto

Wanted : Ratsimbazafy Juvet Odilon dit Vévé.

Depuis un certain temps, beaucoup ont pu constater une recrudescence des vols de deux-roues dans cette partie nord de la capitale, notamment dans le district d’Anjozorobe et ses environs.

L’on a appris que tout un réseau de personnes malveillantes opère derrière ces vols, après que les éléments de la gendarmerie d’Ambohimanarivo ont pu mettre la main dessus, lundi dernier. En effet, six individus membres de cette clique ont fait l’objet d’une arrestation dans la commune rurale de Mangamila, dudit district. Et lors d’une fouille d’usage, les éléments des forces de l’ordre ont trouvé dans leur maison un attirail suspect, entre autres, des farandoles de gri-gri, différentes paperasses destinées à la confection de faux papiers pour les motos volées ainsi que des faux cachets au nom d’une société fictive : la « Stone-moto ». Quatre mono-cylindrés dont un de type routière et trois de type « scooters », probablement des butins de leur méfait, ont été mis à découvert ce jour-là, et ont été saisis dans la foulée.

Tout a commencé après qu’un individu victime d’un vol de moto a déposé une plainte auprès du poste avancé de la gendarmerie d’Ambohimanarivo. « Dans sa lettre, il a mentionné qu’il s’est fait dépouiller de son bien par une dame qu’il a conduite en taxi-moto à Talata Volonondry. Elle, une dame connue sous le nom de Lynda, l’a drogué avec des produits somnifères qu’elle a mis dans son repas pour, soi-disant, le remercier de son service. Et c’était la dernière chose dont il s’est souvenu », lit-on dans un communiqué émanant du service de la communication de la gendarmerie.

S’étant accrochés à cette piste, les limiers des bérets noirs ont lancé une recherche au sujet de cette mystérieuse femme et du deux-roues subtilisé. Leur investigation les a menés à 45 km au nord du lieu du vol, dans la commune rurale de Mangamila, sur la RN3. Cela, après avoir été alertés par leurs collègues dans cette contrée. En effet, la « routière » recherchée aurait été vue dans leur circonscription. Furetant un peu partout, les éléments des forces de l’ordre n’ont eu aucun mal à identifier les personnes qui la gardent en cachette. Il s’agit d’un couple répondant aux doux noms de Vévé et Lynda. La piste tenait la route. Ainsi de fil en aiguille, l’arrestation s’est ensuivie, aboutissant au démantèlement de cette bande de malfrats opérant dans les vols de motos.

Cependant, l’on nous fait savoir qu’un des cerveaux de la bande a pu s’échapper lors de l’interpellation. Au sujet de Vévé, de son vrai nom Ratsimbazafy Juvet Odilon, un avis de recherche a été lancé pour le retrouver. La gendarmerie invite quiconque pouvant fournir la moindre information le concernant à collaborer avec en appelant le 034 14 014 75.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Farafangana : Misy manaparitaka vola sandoka, telo lahy naiditra am-ponja vonjimaika

Izay ny vokatry ny fanadihadiana izay nosokafan’ny polisy, mahakasika ny fisian’ny tambajotra izay mpanaparitaka vola sandoka ao Farafangana. « Nosavaina ny trano fonenan’ny olona izay noahiahiana ka mbola nahatrarana vola sadoka 20.000 ariary miisa 51 tokoa. Olona efatra no voasambotra ka nandritry ny fanadihadiana azy ireo no nahafantarana fa ny iray no mpamatsy ny vola sandoka ireo namany telo hafa. Raha mahavita manaparitaka vola sandoka izay mitentina 100.000 ariary ireo farany dia mahazo tambiny vola tena izy 30.000 ariary » raha araka ny fanazavan’ny polisy. Notsipihan’ny mpanao fanadihadiana fa ao amin’ny fokontany Marofantsy ao Farafangana notoerana izay fizarana ireo vola sandoka ireo. Ny alakamisy teo no niroso tamin’ny fisamborana ireo mpitandro ny filaminana ary nitohy tamin’ny fisavàna trano fonenana izany rehefa nahazo alàlana tamin’ny fampanoavana. Raha araka ny lalàna famaizana dia mampigadra mandram-pahafaty ny fanamboarana ary koa ny fanaparitahana vola sandoka. Hatreto anefa dia mbola misy ihany ny tambajotra izay mirisika ao anatin’ilay sehatra maloto. Nisy fotoana dia tany amin’ny faritra atsinanana no tena niparitaka izany ary rava ihany rehefa nifanesy ny fisamborana. Taty aoriana izany dia niova faritra indray ireo olon-dratsy izay tompon’antoka amin’ny famotsiana ireo vola sandoka.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

“Paositra Malagasy” – IMRA : Un partenariat pour le transport des produits dans les régions

La signature de la convention de partenariat entre les deux parties s’est tenue hier à Antaninarenina.

Les deux sociétés Paositra Malagasy et l’IMRA (Institut Malgache de Recherches Appliquées), ont signé hier une convention de partenariat.

« Nous allons ainsi assurer le transport et la distribution de tous les produits de l’IMRA, y compris le Covid Organics vers toutes les régions de Madagascar; et ce, à travers nos services Paositra Rapida. Et nous avons priorisé les zones à risques comme les régions Atsinanana et Alaotra Mangoro ainsi que la partie Sud de la Grande île dont, entre autres, Vakinankaratra, Fianarantsoa et Ihosy », a déclaré Richard Ranarison, le directeur général de la “Paositra Malagasy”, lors la cérémonie relative à cette signature de convention de partenariat.. Pour sa part, le directeur général de l’IMRA, Andrianjara Charles, a soulevé que l’Institut connaît des difficultés en matière de vulgarisation de ses 45 produits sur tout le territoire national alors que ce sont des produits thérapeutiques à la portée de tous. « Pour le Covid Organics, le transport de ce produit n’est pas du tout à craindre. En revanche, c’est conservable pendant trois mois au maximum », a-t-il enchaîné.

Centre de formation. A part la signature de cette convention de partenariat, la “Paositra Malagasy” s’engage à acheter de la tisane Covid Organics auprès de l’IMRA; et ce, au profit de ses 2 000 employés et de leurs familles respectives. Et enfin, le ministre des Postes, des télécommunications et du développement numérique, Ramaherijaona Andriamanohisoa, a annoncé à cette occasion qu’un centre de formation en service financier et en relation avec les clients sera prochainement instauré afin de renforcer la capacité du personnel de la “Paositra Malagasy”. Par ailleurs, « les pensions des retraités seront également payables via Paositra Money, à compter du mois de juin », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Transport fluvial : Un bac à moteur pour relier Kandreho à Maevatanàna  

Nouveau bac à moteur inauguré par le ministre Hajo Andrianainarivelo, mardi dernier à Maevatanàna.

L’amélioration des réseaux de transport à Madagascar se poursuit, selon le MATP (Ministère de l’Aménagement et des Travaux Publics). D’après le ministre Hajo Andrianainarivelo, cela vise à désenclaver toutes les régions de la Grande île, suivant les “Velirano” du président de la République, Andry Rajoelina. « Les régions doivent être connectées entre elles par les réseaux de transport, incluant le transport fluvial qui est encore très utilisé dans les zones où les infrastructures routières ne sont pas encore développées. Cette fois, nous inaugurons officiellement ce bac rénové avec un nouveau moteur et un autre moteur de réserve, au Fokontany Antafia, commune Maevatanana II, district Maevatanàna de la région Betsiboka », a affirmé le ministre. Ce bac à moteur dont la rénovation et la motorisation ont été financées par le MATP, permet de relier les “Fokontany” Antafia et Antanandova du district de Maevatanàna à la Commune de Kandreho, du district Kandreho. Selon les explications, ce bac rénové peut transporter jusqu’à 15 tonnes de cargaison. Profitant de cette descente sur terrain, le ministre Hajo Andrianainarivelo a martelé l’importance des mesures sanitaires pour la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre les crimes environnementaux : Un défi de taille pour le ministère de l’Environnement

La journée internationale de la biodiversité a pour thème « les solutions sont dans la nature ».

La journée internationale de la biodiversité (le 22 mai) célébrée hier, interpelle sur la nécessité pour le pays de tout faire pour conserver le peu – les restes – qu’il a en matière de faune et de flore.

La perte continuelle de la biodiversité de la Grande-Île – qui se fait chaque année – n’est plus à démontrer. Les causes sont nombreuses si l’on ne prend que les feux de brousse (involontaires, volontaires ou non maitrisés) et les diverses exploitations illicites des faunes et flores du pays – à l’origine du déclin de la couverture forestière du pays. Des pratiques tant criées aussi bien par les responsables étatiques que par les acteurs de la conservation et de la protection de l’environnement. Mais ce fléau continue à faire des ravages dans toutes les régions. L’instauration d’un « mécanisme de contrôle et de surveillance dans les aires protégées ainsi que dans les zones ayant une importance particulière pour la biodiversité a été avancée », a fait savoir Baomiavotse Vahinala Raharinirina dans un communiqué audiovisuel publié hier dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la biodiversité. Cette intervention était comme un des moyens devant permettre de « conserver la biodiversité ». « Une mesure stricte et coordonnée » qui se marierait avec « une approche de sensibilisation et d’éducation ».

Indispensables. D’après le ministère de l’Environnement et du développement durable, la communication semble donc être la base de la réussite de cette lutte. Pour le mécanisme de surveillance et de contrôle dans les aires protégées par exemple, la mise en place d’un dispositif d’alerte ainsi que d’un système de réponse serait inévitable. Une mesure qui devrait permettre de remonter facilement les informations (en temps réel) mais surtout de permettre aux acteurs d’agir aussi vite que possible lorsqu’un cas de crime environnemental est signalé. La collaboration avec tous les acteurs œuvrant dans le domaine de la conservation de la biodiversité tels que les Vondron’Olona Ifotony, les autorités locales ou encore les organismes œuvrant dans le domaine de la conservation devrait également être repensée. Ce qui va être « renforcée » si l’on se base sur la communication effectuée par Baomiavotse Vahinala Raharinirina hier. La ministre d’inclure dans la liste des acteurs concernés le secteur privé, avant de « solliciter la solidarité et la coopération de tous les Malgaches à tous les niveaux ».

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Ambohibao Antehiroka : Un convoyeur de fonds braqué, 20 millions d’ariary dérobés

En cette période d’état d’urgence sanitaire, l’insécurité tend à prendre de l’ampleur alors que des éléments des forces de l’ordre circulent un peu partout dans la capitale et ses environs. Des attaques à main persistent, et certaines ont eu lieu même en plein jour. Ce qui signifierait que les malfaiteurs n’attendent que le moindre relâchement de la part de nos forces de l’ordre pour sévir. Le pire est de constater que les brigands agissent avec certitude pour ne pas dire qu’ils sont bien renseignés à propos de leur cible. Ce qui s’est passé à Ambohibao-Antehiroka, le 21 mai dernier, en témoigne. A bord de sa moto de marque Kymko Racing 125 CC de couleur bleue et grise, une femme a été attaquée par trois individus armés de deux pistolets automatiques. Selon l’information, la victime venait d’effectuer le recouvrement de fonds auprès des kiosques de mobile-money à Ivato quand les malfaiteurs l’ont interceptée sur la route intercommunale menant vers le siège du Bianco à Ambohibao. Après lui avoir barré le passage, les prédateurs l’ont menacée avec leurs armes et ont dérobé une somme de 20 millions d’ariary et deux téléphones portables, ainsi que sa moto. Après l’acte, les malfaiteurs ont pris la fuite en direction opposée, l’une vers la route menant au Bianco et l’autre vers Ambatolampy-Ambohimanarina. Prise au dépourvu, la femme a cherché secours auprès des riverains qui ont tout de suite alerté la gendarmerie la plus proche. Débarqués sur place quelques minutes plus tard, des gendarmes de la brigade d’Ambohibao-Antehorika ont tenté de poursuivre les malfaiteurs en érigeant des barrage sur tous les axes censés être empruntés par les fuyards. Malheureusement, cela n’a donné aucun résultat. Poursuivant l’enquête, la gendarmerie du poste avancé d’Antehiroka a retrouvé la moto de la victime abandonnée dans le quartier d’Ambohidroa-Ambohimanarina, en début de la soirée du 21 mai, plus précisément vers 19 heures 30 minutes. Les circonstances de ce braquage font penser à un acte prémédité. Selon la dernière information, aucun suspect n’a encore été arrêté.

T.M.