Les actualités Malgaches du Mardi 23 Avril 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara19 partages

Référendum le 27 mai 2019 : Pour la mise en place des Gouverneurs de Région

Le Sénat va être rayé de la carte des Institutions de l’Etat.

Le pays va connaître le neuvième référendum de son histoire, avec à chaque fois, une victoire du Oui sur le Non.

Le premier était le référendum d’autodétermination de Madagascar du 28 septembre 1958 qui avait débouché sur l’adoption de la Constitution de la Première République par l’Assemblée constituante le 29 avril 1959. Le second a été organisé par le général Gabriel Ramanantsoa le 8 octobre 1972 pour se solder par le départ du président Philibert Tsiranana. Le troisième a été initié par le capitaine de Frégate Didier Ratsiraka le 21 décembre 1975 pour faire approuver en bloc la Charte de la Révolution socialiste malgache appelée communément « Boky mena » ; la Constitution de la Deuxième République ; et son accession à la Présidence.

Sur mesure.Il a fallu attendre 17 ans pour le quatrième référendum sur la Constitution de la Troisième République le 19 août 1992. Trois ans après, le président Albert Zafy devait recourir à un cinquième référendum constitutionnel pour pouvoir limoger le Premier ministre Francisque Ravony. Deux ans après son retour à la barre, l’Amiral avait fait amender à son tour la Constitution par voie référendaire le 15 mars 1998. Marc Ravalomanana n’avait pas fait exception, en organisant également un septième référendum le 4 avril 2007 afin d’avoir une Constitution sur mesure.

Balises. Après toutes ces opérations de toilettage et de retouche successives de la loi fondamentale, le numéro Un de la Transition, Andry Rajoelina avait fait élaborer la Constitution de la Quatrième République pour la faire soumettre le 17 novembre 2010 à référendum. Le huitième du genre. Celui du 27 mai 2019 sera le neuvième dans les annales de la République sauf que cette fois-ci, la Constitution initiale de la Quatrième République a expressément posé des balises. Selon l’article 163 alinéa 1er de la Constitution, « La forme républicaine de l’Etat, le principe de l’intégrité du territoire national, le principe de la séparation des pouvoirs, le principe de l’autonomie des Collectivités Territoriales Décentralisées, la durée et le nombre du mandat du Président de la République, ne peuvent faire l’objet de révision ».

Décentralisation effective. Des prescrits constitutionnels respectés a  priori par le projet de révision de la loi fondamentale dont l’un des objectifs majeurs est justement de donner aux Collectivités Territoriales Décentralisées plus d’autonomie. Notamment sur le plan budgétaire et de moyens afin que les CTD, en particulier, les Régions, ne dépendent plus à chaque prise de décision du pouvoir central. Le transfert de ressources financières et matérielles vise à rendre la Décentralisation effective. Les CTD sont réellement plus à même de connaître leurs besoins et de gérer en conséquence leur budget. C’est dans cette optique que s’inscrit la mission des futurs Gouverneurs de Région dont la mise en place justifie le projet de révision de la Constitution qui n’est pas un texte figé. La loi fondamentale est appelée à évoluer avec la société et le projet y afférent.

Intérim. Dans le cas d’espèce, il s’agit du projet du Président de la République qui s’est engagé, entre autres, à rayer le Sénat de la carte des Institutions de l’Etat. Ce qui entraînerait inéluctablement la modification et/ou la suppression d’au moins une dizaine d’articles concernant le Sénat. Le Parlement devenant monocaméral, les articles relatifs aux rapports entre le gouvernement et le Législatif seront également amendés. Sans oublier les CTD qui seront à deux niveaux (Communes et Régions) avec la suppression probable des Provinces qui étaient d’ailleurs inopérantes durant le premier quinquennat de la Quatrième République. La question de l’intérim du Président de la République en cas d’empêchement définitif ou temporaire, sera aussi revue avec la suppression du Sénat. En cas de vacance, les fonctions du chef de l’Etat ne seront plus confiées à une seule personne, mais exercées collégialement par le gouvernement. En somme, il y aura plusieurs articles à modifier et/ou à abroger à travers cette initiative de révision qui s’avère « impérieuse », à en juger par les « Velirano » de l’ex-candidat numéro 13 qui a promis de faire le …bonheur des Malgaches.

R.O

Midi Madagasikara16 partages

Convocation pour le référendum du 27 mai : « Le délai de 90 jours n’est pas impératif », dixit Thie...

Y a-t-il « nécessité impérieuse » ou pas ? Car d’après l’article 161 de la Constitution, la révision de la Constitution ne peut être entamée qu’en cas de « nécessité jugée impérieuse ». Et jusqu’à maintenant, nous nous demandons toujours ce que le législateur voulait « dire » par « nécessité impérieuse ». En même temps, les interprétations se poursuivent, tout comme l’attente qui se fait longue par rapport au partage au public des articles qui vont faire l’objet de révision. Quoiqu’il en soit, du côté de la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante), l’on affirme que « cette décision étatique est légale ».

Article 51. Et ce n’est pas tout. Selon le vice-président de la Ceni, Thierry Rakotonarivo, que nous avons contacté samedi dernier, « le délai impératif de 90 jours de convocation des électeurs n’est pas impératif pour les référendums, contrairement aux élections générales. Mais le délai de propagande qu’est de trente jours est à respecter ». Par ailleurs, poursuit-il, « dans le cadre des référendums, cette convocation des électeurs émane du président de la République qui prend un décret en conseil des ministres, contrairement aux élections générales ». Et enfin, « l’Etat n’a pas besoin d’attendre une proposition de dates de la part de la Ceni pour les référendums », lance le vice-président de la Ceni. Ses explications ont été basées sur les dispositions de l’article 51 de la 2018-008 sur le régime général des élections et des référendums.

Le 10 mai au plus tard. Le 27 mai, les électeurs recensés vont donc non seulement élire les députés mais se prononcer si oui ou non les quelques dispositions constitutionnelles révisées méritent de régir l’organisation de l’Etat. De ce fait, deux urnes différentes vont contenir les bulletins pour les législatives et pour la révision de la Constitution. Pour la Ceni, la question logistique est loin d’être une mince affaire. En effet, « à part les urnes, il faut que soient disponibles tous les imprimés sensibles comme les bulletins uniques, les PV, les feuilles de dépouillement, etc. ». Et dans cette même optique, Thierry Rakotonarivo a indiqué que « l’impression des bulletins pour la révision constitutionnelle sera effectuée localement ». Et toujours d’après les informations qu’il a fournies, « tout doit être prêt au plus tard le 10 Mai ». A suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara5 partages

Détournement : Un Sénateur sur le banc des accusés

618 137 053,72 Ariary. C’est le montant de la somme détournée au niveau du ministère de la Santé publique pour le paiement d’un marché fictif correspondant aux achats de pièces de rechanges pour réfrigérateurs auprès de la Direction de Programmation Elargie de Vaccination (DPEV). Un projet financé par « Global Alliance for Vaccines and Immunization » (GAVI). Suite à une doléance reçue par le Bianco vers le début de l’année 2019, une enquête a été ouverte. Le dossier concernerait l’attribution fictiveà une entreprise spécialisée en matière de bâtiment et travaux publics appartenant à un sénateur. D’après les informations, ce dernier aurait joué de son influence pour décrocher le marché. Suite aux investigations menées par les enquêteurs du Bianco, 5 personnes ont été déférées auprès du Pôle Anti-Corruption vendredi dernier. Il s’agit de l’ancien Directeur de la Direction de Programme Elargi  de Vaccination auprès du ministère de la Santé publique, son ancienne comptable, l’ancien Secrétaire général dudit ministère, le PRMP, ainsi que le Sénateur – Entrepreneur qui a obtenu le marché. Seule l’ancienne comptable a bénéficié d’une liberté provisoire à l’issue du déferrement tandis que les 4 autres ont été placés sous contrôle judiciaire. Ils sont accusés de favoritisme, abus de fonction et détournement de deniers publics. Pour l’heure, on ignore si l’immunité parlementaire de ce Sénateur sur le banc des accusés a déjà été levée ou non. Histoire à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara3 partages

Exploitation minière : «Base Toliara» entre le marteau et l’enclume

Des populations riveraines ont manifesté leur soutien au projet «Base Toliara»

La destruction et pillage du site de «Base Toliara» du côté de Ranobe du 17 Avril, a fait le tour des médias et des réseaux sociaux. Même, des journalistes de la Capitale se sont déplacés jusqu’à Antsansiha, Ankilimalinika, Benetse pour voir de près et avoir le cœur net.

L’association MAZOTO (Miaro Aina-Zon’Olombelona TOntoloiainana) ne s’en cache pas et se sent fière même d’avoir bravé «Base Toliara», montré un pied du nez aux autorités qui veillaient sur le site : « Personne ne veut nous écouter, nous, les Masikoro » soutient Tsiamby, celui qui a dirigé l’opération de la destruction et pillage du site de Ranobe. Au cours d’une interview improvisée, samedi 20 Avril à 17h30 au Restaurant « La Colombe » à Tsenengea. Le Colonel Fanapera, tombeur des « dahalo », martèle : « Depuis le début, nous avons demandé l’arrêt des recherches. «Base Toliara» fait la sourde oreille et ne veut rien savoir de nos revendications. Ce qui s’est passé c’est une défense obligée. Les consultations populaires entreprises pour obtenir des permis environnementaux et extractions, sont des simulations et ne reflètent pas la réalité, que «Base Toliara» cache. La radioactivité existe, belle et bien, pendant l’extraction et pourrait causer beaucoup plus de mal, qu’on le pense. Nous n’avons pas été consultés. C’est pour cela que nous demandons à l’entreprise de cesser ses activités, ainsi que le veut l’actuel ministre des Mines, lors de son déplacement sur le site en question. Il faut bien arrêter «Base Toliara», n’est-ce pas ? termine Fanapera »

Réaction des riverains du site. Sans se concerter, les localités avoisinantes se sont réunies le lendemain même de l’accident, et ont déclaré : «Nous n’avons rien à voir avec le vandalisme de Mazoto. Ce sont des mercenaires qui n’ont aucun intérêt dans le projet «Base Toliara». Venant de Toliara et de Morombe, ce ne sont pas des propriétaires des lopins de terre loués à l’entreprise. Ils n’ont pas fait d’accord avec «Base Toliara». Nous demandons à «Base Toliara» de commencer l’exploitation, car nous avons besoin de travailler. Nous sommes étonnés que le ministre écoute plutôt les détracteurs que ceux qui veulent évoluer».

Entre le marteau et l’enclume. En fait, il y a deux camps qui s’affrontent. Ceux qui veulent du travail et qui ont de l’intérêt dans le projet, sont beaucoup plus nombreux que l’autre camp, qui met des bâtons dans les roues. De son côté, le gouvernement malgache, qui a tout permis et qui espère donner du travail à la Région Sud-Ouest, préfère ne pas se prononcer avant les élections des députés. Enfin, le « Dina-Be », gardien de la sécurité, étant en déroute actuellement avec le limogeage de leur patron, le chef de Région, le colonel Rabe Jules, l’insécurité est totale dans la Région Sud-Ouest.

Charles RAZAH

Midi Madagasikara2 partages

Lu pour vous

Fondements culturels du retard de l’Afrique Noire, un livre qui conscientise les Africains

« S’il y a un service que l’élite intellectuelle africaine devrait rendre très rapidement aux générations futures, c’est l’organisation d’une autocritique en règle sur les tribulations du continent depuis plus d’un demi-siècle concernant le choix d’un modèle de développement ».

Ecrit par Shanda Tonme, un auteur camerounais, composé de 156 pages, dix-sept chapitres, l’auteur Shanda Tonme affirme que «le spectacle qu’offre l’Afrique au monde… est pitoyable… »

La culture, la mentalité africaine d’éternel assisté la fatalité. Ces choses que le continent noir doit surpasser afin qu’il puisse avoir une vraie indépendance aussi bien politique qu’économique.

Pourquoi les africains donnent-ils des noms de Mitterrand, Giscard, Churchill à leurs enfants ? C’est un échec anthropologique et une catastrophe culturelle qui se manifestent dans cette décision d’importation de nom. Ce problème découle d’une insuffisante affirmation culturelle et d’une dépersonnalisation identitaire. Pour l’auteur les peuples affamés doivent rechercher d’abord dans les profondeurs de leur personnalité culturelle, les causes et les remèdes de leur retard immense par rapport au reste du monde.

D’où vient le problème en réalité, sinon d’une insuffisante affirmation culturelle et d’une une dépersonnalisation identitaire ?

Il faut aujourd’hui avoir le courage de se désolidariser fermement des discours sans contenu pragmatique et sans emprise sur les problèmes dont les africains se sont habitués. Il faut chasser la culture de fétichisme obscurantiste, du masque symbole et  de la dignité gratuite. Le diagnostic du mal n’a besoin ni de FMI ni des experts de la banque européenne. Les peuples affamés qui entendent bien les bruits de leurs ventres vides et les cris de détresse de leurs enfants mal nourris et mal soignés, doivent rechercher d’abord dans les profondeurs de leur personnalité culturelle.

Le complexe d’ éternel d’esclave et de race inférieure, l’esclavage et le colonialisme ont profondément détruit le sentiment, le psychique du Noir et installé dans son subconscient un sentiment d’infériorité chronique Le complexe d’infériorité des Noirs d’Afrique est franchement sans limite et l’Etat de domination politique et économique n’en est que la conséquence et non pas la cause comme certains tenteraient de proclamer.

 Dirigeant, dieu sur terre. Même si l’on assiste à la modernité, la mondialisation, les dirigeants africains ont tendance à adopter un système traditionnel archaïque. Ainsi, la pauvreté n’a pas reculé dans la plupart des pays africains au sud du Sahara depuis un quart de siècle. Le taux de chômage est élevé, les marché de Dakar, de Bamako, de Douala et de Niamey sont remplis de médecins, de pharmaciens, de licenciés et de docteurs de toutes les spécialités qui ont trouvé refuge dans des activités sans aucun rapport avec leur qualification, pressés de survivre et d’entretenir une famille. Les paysans sans terres quitte la campagne en espérant une ville meilleure en ville, alors que cette dernière n’est pas prête à accueillir. Alors, le secteur informel prend de l’ampleur.

En Afrique, la République c’est un village et on fait comme au village : on ne chasse pas le chef et le chef est chef jusqu’à la mort.

« Conservation zéro ! » L’impossible conservation du patrimoine. Dans cette partie l’auteur pose des questions très pertinentes, combien de pays africains au sud du Sahara disposent d’un musée ?  Combien d’Africains riches ou pauvres instruits ou non de grandes ou de petites formations disposent de collections d’objets d’art ou tout simplement d’un ancien instrument ancien chez eux ? « Un peuple qui n’a pas la volonté ou la tradition de conservation des vestiges est-il en mesure de se projeter dans le futur ? » Les Africains n’ont pas le sens de la conservation.

Propos recueilli par Iss Heridiny

Midi Madagasikara1 partages

Airtel Madagascar : Le nouveau D.G Eddy Kapuku mise sur le développement du pays

Après des années de bons et loyaux services,  Maixent Bekangba quitte la direction générale d’Airtel Madagascar et cède la place à Eddy Kapuku. La nouvelle figure de proue de  l’entreprise de télécommunications malgache ambitionne d’insuffler un nouveau souffle au processus de développement du pays.

Lors d’une conférence de presse donnée  mercredi dernier à l’hôtel Ibis à Ankorondrano,  il a levé  le voile sur ses ambitions de développement ainsi que sa vision vis-à-vis du marché des télécommunications.

Fer de lance. Sa première démarche sera bien évidemment de mettre en œuvre toutes les actions pour offrir aux usagers les meilleurs services et produits possibles. En  tant que professionnel aguerri du monde des télécommunications et visionnaire, Eddy Kapuku, envisage  en effet de faire des produits et des services développés par l’opérateur, un fer de lance pour la dynamisation de l’économie malgache. Une manière de faire en sorte  qu’Airtel Madagascar puisse jouer un  partenaire du gouvernement dans sa démarche de développement. A cet effet,  l’opérateur ne ménage pas ses efforts dans ses différentes interventions. « L’’inclusion financière, la réduction de la fracture numérique ainsi que le déploiement du réseau sont au cœur de nos priorités. Airtel Madagascar impulse les initiatives personnelles en mettant son réseau à la disposition de tous les Malgaches. Et nous offrons la possibilité de développer, de sécuriser et de faciliter les activités génératrices de revenus aussi bien en milieu rural qu’en zone urbaine, grâce à une large couverture de tout le pays ainsi qu’un service spécialement dédié au « mobile money : Airtel Money»  a-t-il expliqué.

Le renforcement de la politique de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) d’Airtel Madagascar s’inscrit également dans la vision de cette nouvelle direction. Grâce à l’amplification des actions en faveur de l’environnement ainsi que la continuité des actions dans le domaine de la santé et de l’éducation, l’opérateur compte apporter une valeur ajoutée sociale et donne une dimension plus humaine à ses engagements auprès de la population. «Fidèle à sa politique de proximité, Airtel Madagascar veut être plus proche de la communauté qu’il sert de manière à ce que l’utile soit associé non seulement à l’agréable mais également au développement durable »  a-t-il ajouté. Le nouvel homme fort  d’Airtel Madagascar  n’oublie évidemment pas le grand public qui est d’ailleurs le centre des préoccupations de l’opérateur. Ainsi, l’optimisation des tarifs en faveur du pouvoir d’achat de la majorité de la population malgache  fait partie intégrante de la vision du numéro Un  d’Airtel Madagascar. En effet, le coût de l’internet à Madagascar reste encore relativement élevé par rapport aux tarifs des pays similaires. «Des initiatives sont prises par les autorités compétentes afin que les entités concernées par la question puissent s’y pencher, le résultat de cette collaboration permettrait d’offrir des tarifs abordables aux abonnés et faciliterait par la même occasion l’accès de la population aux  NTIC » a-t-il rassuré.

Accès égalitaire. Bien évidemment, l’enjeu est de taille en raison des énormes besoins exprimés par une population malgache de plus en plus nombreuse dont la taille reflète l’envergure de la mission d’Airtel Madagascar.  En tant que porte-étendard de la vision stratégique et managériale de la société, le nouveau Directeur Général d’Airtel Madagascar ambitionne d’offrir un accès égalitaire aux Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC). Les investissements effectués en termes de couverture réseau et de technologie 4G traduisent d’ailleurs cette volonté de développer le marché des télécommunications, encore en pleine expansion.  «Notre vision sera de pousser au maximum possible la pénétration d’utilisateurs internet dans ce pays parce qu’aujourd’hui avec une population de presque 26 millions d’habitants, seulement 12 % ont accès à l’internet fixe et mobile. Aujourd’hui, l’avantage d’Airtel Madagascar réside dans sa capacité d’offrir à toutes les catégories de population un réseau haut-débit, performant et abordable. Ainsi, nous accompagnons continuellement nos abonnés dans chacun de leur projet et encourageons toutes les démarches en faveur du développement».

Concurrence saine. L’objectif d’Airtel Madagascar étant de faciliter l’accès au service de télécommunications, le Directeur Général a également tenu à exprimer son soutien à la concurrence saine dans la mission de vulgarisation des produits et services qui permettent d’œuvrer en faveur de l’inclusion numérique. « La compétition saine reste bénéfique pour la population que nous servons et c’est pourquoi nous la soutenons ; nous considérons les compétiteurs comme des partenaires du développement. Toutefois, à travers cette compétition, Airtel Madagascar s’assume d’insuffler son dynamisme au marché tout en restant respectueux et solidaire vis-à-vis des populations que nous servons.» selon toujours  le jeune D.G d’Airtel Madagascar  qui a une  pensée particulière à la jeunesse malgache.  C’est ainsi qu’il estime que la jeunesse malgache doit participer au développement du pays à travers des projets entrepreneuriaux, culturels et sportifs. Raison pour  laquelle, d’ailleurs, Airtel Madagascar s’engage à apporter un soutien sans relâche aux initiatives qui iront dans ce sens pour que les jeunes puissent s’épanouir en dehors de leurs études et demeurer un moteur pour l’avenir du pays.  « En tant que partisan convaincu du bien-fondé de la devise, un esprit sain dans un corps sain, nous sommes prêts à soutenir les projets pertinents qui pourraient favoriser le développement durable des communautés. Des actions ont déjà été menées dans ce sens et nous continuerons sur cette lancée en faveur de la population que nous servons de manière à participer à l’épanouissement général du pays » a-t-il  conclu.

R.Edmond

Midi Madagasikara1 partages

Lundi de Pâques : De Mahamasina à « By-Pass » l’ambiance festive s’est fait sentir

Jean Aimé satisfait ses fans.

De 10 heures à 23 heures, la ville était animée. Dans tous les coins d’Antananarivo, la fête était au rendez-vous.

Le stade annexe Mahamasina était noir de monde hier. Des dizaines d’artistes sont venus pour fêter avec leurs fans le lundi de  Pâques. Comme tous les ans, l’estrade a été chauffée par Jean Aimé, Tence Mena, Black Nadia. De  nouvelles générations comme Mario, Bôlô Pix ont grossi le rang. Evidemment, « Folaka la clé » et « Watsana mamolava » sont attendus par le public.

Une longue file d’attente devant l’Elgeco Stadium. Si certains spectateurs veulent assister au concert de leurs chanteurs préférés tels que Jerry Marcoss, Arione Joy, D’alvis, d’autres veulent voir le nouveau stade inauguré il y a une semaine. Dès 8 heures 30, des jeunes, des parents avec leurs enfants sont venus pour ne pas rater le début de la fête. «J’ai choisi By- Pass car je veux être l’une des premières à entrer dans ce nouveau stade si beau» a relevé Hasina, une jeune fille de 17 ans.

Partout dans la Capitale, la fête s’est terminée en beauté.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara1 partages

De deux pierres un coût

Le 20 décembre 2013, le second tour de l’élection présidentielle était jumelé avec les législatives.  Bis repetita 5 ans et 5 mois après car les électeurs procèderont de nouveau à un double vote pour deux scrutins différents dont l’un est au niveau d’un district, et l’autre à l’échelle nationale.

De deux pierres un coût

 En jumelant les législatives et le référendum constitutionnel, le régime fait d’une pierre deux coups. Mieux, il fait de deux pierres un coût. En effet,  l’électeur aura à verser le 27 mai prochain, deux « vato » dans deux urnes distinctes. La première pour dire Oui ou Non à la révision de la Constitution ; la seconde, pour élire le ou les députés de sa circonscription. En somme, c’est le cas de le dire, le jumelage permettra aux caisses de l’Etat de faire l’économie d’une seconde consultation populaire directe. Les électeurs, surtout ceux des contrées enclavées, n’auront pas non plus à se rendre tout le temps aux urnes cette année. Pas de jamais deux sans trois pour le collège électoral qui aurait pu se déplacer tour à tour pour les législatives, le référendum et les communales en 2019. Gouvernants et gouvernés font de la politique d’austérité avec la tenue simultanée des deux scrutins le même jour. Cela évitera également au pays et à la population d’être continuellement en période de propagande alors que le temps est à l’action et non plus au verbiage. C’est justement pour concrétiser les « velirano » faits durant la campagne électorale que le président de la République a pris l’initiative de la révision de la Constitution lors du conseil des ministres spécial du 19 avril dernier. La suppression du Sénat fait partie des engagements de l’ex-candidat numéro 13 qui entend affecter les dépenses allouées à la Chambre haute à des fins autrement plus utiles comme la construction d’infrastructures de base (routes, ponts, hôpitaux, barrages…) et la mise en place de nouvelles universités pour les jeunes bacheliers qui se heurtent au système du « numerus clausus », quand ce n’est pas à la capacité d’accueil souvent limitée des établissements déjà existants. Une pierre d’achoppement qui influera sur les « vato » pour un Oui pour un Non.

R. O

Midi Madagasikara1 partages

Rado Ratobisaona : Appel à la mobilisation de l’épargne nationale, pour soutenir le PEM

Rado Ratobisaona, PCA du CREM.

Le peuple malgache s’attend à des transformations, avec la mise en œuvre du Plan Emergence de Madagascar (PEM). Les économistes du CREM (Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar) confirment encore que les objectifs de ce Plan sont bien réalisables. Le PCA Rado Ratobisaona nous apporte plus d’éclaircissements. Interview.

Midi Madagasikara (MM). Les politiciens parlent beaucoup d’Emergence depuis l’année dernière. Que signifie ce terme ?

PCA du CREM. Le terme « émergence » est un phénomène ancien. Du point de vue politique, l’émergence désigne une crainte et un malaise de la part des pays dominant l’ordre mondial.

Au niveau économique, l’émergence se caractérise donc par une forte croissance économique d’un pays pauvre, accompagné d’un désir de participer aux affaires du monde. L’initiative de la prise de risque pour la transformation structurelle de l’économie peut faciliter l’accumulation de réserves de change par le biais de l’exportation. L’émergence fait évoluer la division internationale du travail en absorbant les surplus de main d’œuvre qualifiée et non qualifiée du pays et de celui du reste du monde.

Du point de vue financière, l’émergence fait référence à la capitalisation boursière dont un marché financier soutient le crédit hypothécaire et le crédit-bail.

Les économistes se réfèrent souvent aux cas des BRICS et des 4 dragons d’Asie lorsqu’ils parlent de pays émergents. Chacune de ces économies ont pourtant leurs propres modèles de développement. Qu’en est-il de Madagascar ?

CREM. Pour le cas de Madagascar, comme son nom l’indique, un modèle doit refléter la réalité économique de Madagascar, Le modèle d’émergence de Madagascar doit tenir compte des variables spécifiques du pays tels que la prolifération du secteur informel, le degré des risques et incertitudes, la jeunesse de la population ainsi que la pauvreté. En se référant aux modèles de BRICS et du dragon et tigre d’Asie, Madagascar peut s’inspirer sur un modèle mixte : Nous pouvons profiter de la taille du marché régional au niveau de l’océan  Indien et celui de l’Afrique Subsaharienne en se focalisant sur une spécialisation où Madagascar est doté d’un avantage comparatif en termes de production de masse et de compétitivité. Dans cette optique, il faut une alliance stratégique avec les autres pays d’Afrique, dans un objectif d’émergence collective.

L’émergence est-elle une étape obligatoire pour le processus de développement ? Pourquoi avons-nous attendu si longtemps, ou sinon, qu’est-ce qui indique que nous sommes enfin prêts pour s’engager dans cette voie ?

Tous les pays qui se sont développés sont passés par la voie de l’émergence. Cette étape est un « mindset ». L’absence de vision dans l’élaboration d’une politique de développement nous a mis à la traîne. Cette absence de vision a expliqué le fait que jusqu’à maintenant, nous avons suivi toutes les instructions des bailleurs de fonds traditionnels, malgré les enjeux des conditionnalités associés à leur politique standard de développement.

Madagascar se trouve maintenant dans la croisée du chemin pour réunir les conditions de décollage économique, afin de rattraper notre retard par rapport aux autres pays africains et Asiatiques ayant le même niveau de développement pendant les années 80.

L’industrialisation figure parmi les plus importants volets dans l’émergence d’une économie. En tant que membre de la Plateforme pour l’industrialisation de Madagascar, que pensez-vous de l’évolution actuelle de la situation ?

CREM. Pour l’heure, en faisant référence au dernier baromètre de l’industrialisation, les indicateurs retenus demeurent alarmants que ce soit au niveau de la condition de travail ; au niveau de l’accès au financement à long terme, au niveau du pouvoir d’achat domestique, et surtout au niveau de l’accès à l’énergie.

L’insécurité et la règle de la concurrence méritent une attention particulière dans le secteur industriel pour pouvoir inciter l’économie d’échelle et favoriser ainsi la consommation de masse.

Quelques mots pour conclure ?

CREM. La potentialité des ressources pour le développement de Madagascar est devenue une croyance pour les Malgaches, surtout pour la classe dirigeante. Toutefois, les actions pour y parvenir restent à démontrer. Le régime actuel a montré sa détermination pour apporter sa part au processus de développement de la  Grande  Ile. Rappelons que les conditions de réussite de ce plan de l’émergence de Madagascar s’articulent à la capacité des Malgaches et leurs dirigeants à mobiliser les ressources surtout internes qu’externes dans la réalisation des projets pour l’émergence. La mobilisation des ressources humaines et financières ne constitue pas une évidence. On dit que « chaque époque a ses émergents ». Une croissance économique forte dans un pays pauvre comme le nôtre nécessite un pilotage différent selon les expériences que nous avons vécues depuis l’indépendance. L’aspect réaliste des objectifs dans le PEM exige des engagements effectifs des dirigeants et des citoyens pour une vraie réforme interne importante en matière de gouvernance ainsi qu’une transformation structurelle de l’économie. L’exigence des réformes fait appel à un élément mobilisateur essentiel pour leurs financements : la valorisation des actifs pour un recyclage financier. Nous sommes convaincus que seule la capacité mobilisatrice de l’épargne nationale pourrait financer ces réformes pour faire preuve d’intelligence économique. Rappelons que le nationalisme économique soude un peuple derrière un pouvoir étatique fort. Nous réitérons nos antérieures recommandations dans ce sens concernant la stabilité politique, l’interventionnisme d’Etat aux affaires internes et externes par un comportement d’« Etat développementiste » comme un état d’esprit pour l’émergence. Cela opère un rattrapage économique pour réunir tout d’abord les conditions de décollage économique pour pouvoir ensuite promouvoir une stratégie offensive d’insertion sur l’économie mondiale par le biais de l’exportation et la délocalisation horizontale.

 Recueillis par Antsa R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar: un lundi de pâque tourne mal pour un famille à Fenerive-Est

Si Antsirabe reste la destination la plus prisée pour les fêtes pascales, une famille origiaire de cette ville a decidé de passer cette fête à fenerive-Est mais scest par une terrible tragédie que cette famille a achevé son lundi pâque à fenerive-est dans la région d ‘analanjirofo. En effet, vers environ 11 heures de ce jour-là deux jeunes filles, la première âgée de 19 ans et la seconde âgée de 14 ans, ont été emporté par la mer avec leur père qui, lui-même, a essayé vainement de les sauver. Malheureusement, tous trois n’y ont pas survécu. Les corps des jeunes filles ont été peu après rejeté par la mer mais malheureusement, celui du père n’a été retrouvé que bien plus tard, vers 1 heure du matin.
Selon les natifs, la raison pour laquelle le monsieur en question n’a été retrouver qu ‘après avoir effectué un rituel, est le fait qu’il portait, au moment du sauvetage, des bijoux en argent. D’après lui, ce genre de bijoux est fady dans la mer de fénérive-est. Il est aussi dit que chaque année ce genre d’évènement est fréquent dans cette région.
Madaplus.info0 partages

Madagascar: un lundi de pâque tourne mal pour une famille à Fenerive-Est

Si Antsirabe reste la destination la plus prisée pour les fêtes pascales, une famille origiaire de cette ville a decidé de passer cette fête à fenerive-Est mais cest par une terrible tragédie que cette famille a achevé son lundi pâque dans cette région d ‘analanjirofo. En effet, vers environ 11 heures de ce jour-là deux jeunes filles, la première âgée de 19 ans et la seconde âgée de 14 ans, ont été emporté par la mer avec leur père qui, lui-même, a essayé vainement de les sauver. Malheureusement, tous trois n’y ont pas survécu. Les corps des jeunes filles ont été peu après rejeté par la mer mais malheureusement, celui du père n’a été retrouvé que bien plus tard, vers 1 heure du matin.
Selon les natifs, la raison pour laquelle le monsieur en question n’a été retrouvé qu ‘après avoir effectué un rituel, est le fait qu’il portait, des bijoux en argent or ce genre de bijoux est "fady" interdit dans la mer de fénérive-est. Il est aussi dit que chaque année ce genre d’évènement est fréquent dans cette région.
Ino Vaovao0 partages

AKON’NY ALATSINAIN’NY PAKA TANY TOLIARA : Mpanamory « moto » miisa 2 maty tsy tra-drano, 2 hafa nar...

Raha ny angom-baovao  voaray avy any an-toerana dia saika handeha hitsangatsangana ny anton-dian’ireto namoy ny ainy saingy raha ny fitantaran’ireo olona nanatri-maso ny zava-niseho dia   vokatry ny fandehanana mafy no nahatonga ny loza.  Vokatr’izay dia nifandona  ka nitera-doza  nahatsiravina, naratra mafy  teo amin’ny  faritry ny loha no nahafaty azy ireo. Samy nitondra mpandeha daholo moa izy roa ireo  ary voalaza fa naratra mafy  ireo olona nentina, izay efa nalefa   haingana namonjy toeram-pitsaboana, io omaly io ihany. 

Hentitra tamin’ny fisavana ireo mpivezivezy  teny amin’ny  manodidina ny faritr’i Mangily  araka izany ny  mpitandro filaminana  mba hisorohana  ireo loza mety hitranga indray. Voamarika mantsy  fa isan’ireo tanàna miavaka sy fitsangatsangan’ny olona  ny faritra nisehoan’ny loza. Eo anatrehan’izay indrindra dia tsy maintsy manamafy ny paikady sy fomba fiasa  ireo  tompon’andraikitra,  hatramin’ny omaly. Amin’ny ankapobeny, azo lazaina  aloha fa nifety tamim-pilaminana ihany  ireo  mponina  raha ny tatitra voaray  hatrany. Miezaka hatrany   rahateo koa  ireo mpitondra fanjakana  isan-tsokajiny mitondra  vahaolana  ho fiadiana amin’ny  tsy fandriampahalemana, ary koa hiaro ny vahoaka sy ny fananany.

Zandary miisa 4500 no nahetsika nandritra ny fety  nanerana ny Nosy Fantatra tamin’ny fanangonam-baovao natao hatrany fa mba ho fitandroana bebe kokoa ny filaminana sy  mba ho fety nieren-doza ny  paka 2019 dia  manodidina ny 4500 ireo zandary  naparitaka tamin’ny Faritra maro manerana an’i Madagasikara. Nisy  ireo natao hisahana fotsiny ny fisavana ny eny amin’ny lalam-pirenena, ao koa ireo nalefa  any ambanivohitra, na koa an-tanàn-dehibe.  Ireo toerana betsaka ifamezivezen’ny olona maro  ihany koa dia isany nosinganina ka  nanaparitahana zandary.  Nohamafisin’ny Jeneraly Njato Andrianjanaka nandritry ny   resadresaka nifanaovana taminy fa ” tokony samy hitandrina avokoa  ny daholobe hisorohana ny loza, indrindra  fa ireo mivoaka sy miditra eny amin’ny lalam-pirenena, ireo mpamily  mandray na misotro alikaola diso tafahoatra, ary koa mila mitandrina ireo mpitsangatsangana mivory amin’ny  toerana iray na eny amoron-drano. Tsy kely lalana ny ratsy  saingy  ny  fahamalinan’ny tsirairay  no tena azo antoka fa mahasoroka ny fiavian’ny loza mety hitranga”.

Polisy miisa 3100 kosa no nahetsika, niantoka ny filaminam-bahoaka nandritra ny fetyMba ho paka ieren-doza hatrany, niara-nisalahy ihany koa ny teo anivon’ny Polisim-pirenena, nitandro ny  filaminam-bahoaka. Polisy manodidina ny 3100  no fantatra fa  nahetsika nanerana an’Antananarivo  tamin’izany. Ny tanjona apetraka dia tsy inona fa   ny  fiarovana ny vahoaka sy  ny fananany ary  mba ho fety mianoka ao anaty  filaminana tanteraka. Samy niezaka nanao  ny asany avokoa izy ireo ary efa voazara ny anjara asa entina hamongorana ny mety ho  trangana tsy fandriampahalemana. Amin’ny ankapobeny, azo lazaina fa efa mivoatra ny filaminana mandritra ny fankalazana ny fety  raha nitaha ny tamin’ny taon-dasa. Manohy ny ezaka ny eo anivon’ny mpitandro filaminana rehetra  mba hampivoatra sy hampandroso ny fomba fiasany.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

CS ANR DIEGO - ASA TAGNAMARO : Nanadio ny zaridaina Kaïlah

Raha ny fambolen-kazo tao Anivorano Avaratra  no nataon’ireto farany, tamin’ny sabotsy 30 marsa nanombohana ny Tagnamaro teto Madagasikara, dia nisafidy ny nanadio teo amin’ny zaridaina Kaïlah aty Antsiranana indray tamin’ity hetsika faharoa ity. Navitrika araka izany ireo mpikambana nanadio ity toerana ity izay anisany manana ny tantarany manokana aty an-toerana. Famaliana ny antso momba ny Tagnamaro ny hetsika nataon’ny Cs-Anr Diego ireto.

Mbola hitohy amin’ny hetsika fahatelo, izay afaka iray volana ihany koa araka ny voalazan’ireo mpikambana. Miezaka hatrany ireto farany mba hisian’ny fanatsarana ny tanànan’i Diego, ka ny fanadiovana faobe no nanatanterahana ny hetsika faharoa ity. Araka ny fantatra dia  isaky ny andro sabotsy voalohany sy fahatelo amin’ny volana  no anatanterahana ny hetsika Tagnamaro. Ka anisany nanetry tena, nandray anjara  tamin’izany  ny Cs Anr Diego ary tsy hijanona hatreo fa mbola vonona hatrany amin’ny fandraisana anjara mavitrika  amin’ny hetsika manaraka. Faly araka izany ireo mponina teo amin’ny manodidina ny zaridaina Kaïlah tamin’ny hetsika fanadiovana sy fanatsarana nataon’ireto ekipan’ny  Cs Anr ireto. 

Tsy nitazam-potsiny ihany ireo fokonolona fa mba nandray anjara nanome tanana tamin’ny asa fanadiovana nandritra ny hetsika natao. Nahatsapa ireo fokonolona ireo fa  ilaina ny fifanampiana sy asa fanasoavam-bahoaka tahaka izao, ka samy tompon’andraikitra ny tsirairay.  “Tanàna madio lavitry ny aretina ho reharehan’ny vahoakan’Antsiranana”, no tanjon’ireo avy amin’ny Cs Anr Diego ireto, araka ny voalaza hatrany.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FANDRAVANA NY « SENAT » : Omen’ny Fitondram-panjakana ny vahoaka ny teny farany

Dingana iray hanatanterahana io fanamby napetrany io ny fitsapan-kevi-bahoaka izay hatao amin’ny 27 mey 2019 ho avy izao ary miaraka tontosaina amin’ny fifidianana solombavambahoaka. Nanamafy ny mpahay lalàna Imbiki Herilaza  fa tena “Fanomezana fahefana ny eny ifotony no tena anton’ny fitsapan-kevi-bahoaka”.

Tamin’ny fampielezan-kevitry ny fifidianana Filoham-pirenena na ny tamin’ny fihodinana voalohany izany na ny tamin’ny fihodinana faharoa dia efa natsidik’Andriamatoa Andry Rajoelina tamin’ireo vahoaka nandritra ny fitetezam-paritra izay nataony ny fanafoanana ny antenimierandoholona hahafahana mametraka ny fitsinjaram-pahefana tena izy. Vola tsy toko tsy forohana no miodina sy lanian’ny fanjakana amin’io antenimierandololona io raha ny nambaran’ny Filoha, Andry Rajoelina tamin’izany satria mahatratra hatrany amin’ny 25 miliara ariary izany hatreto ary mety efa hihoatra an’izay koa aza. Tsy misy afa tsy loholona 63 monja anefa no misitraka izany.  

Efa natsidiky ny Filoha, Andry Rajoelina ihany koa nandritra ny “Ady hevitra ho eny Iavoloha” natao tao amin’ny haino aman-jerim-panjakana (TVM sy RNM) fa raha ny tontalim-bola voalaza etsy ambony io no hananganana Oniversite isam-paritra hanomanana ny hoavin’ny tanora Malagasy dia tsy lany aza fa mety hisy ambiny. Raha ny zava-misy hatramin’izay mantsy no jerena dia toa nivangongo aty amin’ny fanjakana foibe avokoa ny fahefana rehetra. Io fivangongoan’ny fahefana ao amin’ny fanjakana foibe io anefa no nampihisatra ny fampandrosoana ny Faritra hatramin’izay. Ilaina ny manome fahefana bebe kokoa ny any amin’ny Faritra ary tokony hiara-dalana amin’izany ihany koa ny fanomezana tetibola ny Faritra tsirairay ahafahany miasa. Manana andraikitra goavana amin’izany ny “Governoram-paritra.” Raha ny fanazavana nataon’ny tompon’andraikitra iray dia afaka mitady famatsiam-bola manokana ho azy ny Faritra tsirairay amin’ny alalan’io Governoram-paritra io ka tsy voatery hiankina amin’ny fanjakana foibe intsony.

Manamaivana ny andraikitra iantsorohan’ny fanjakana foibe rahateo izany. Rehefa miresaka fitsinjaram-pahefana tena izy moa dia voaresaka ao anatin’izay ihany koa ny fokontany izay vinavinaina hofidiana mivantana tahaka ny solombavambahoaka sy ny ben’ny tanàna.

Ara-dalàna ny fanovana Lalàmpanorenana

Zava-dehibe ary ara-dalàna ny fanovana ny Lalàmpanorenana sy ny fanaovana io fitsapan-kevi-bahoaka io satria ny tombotsoam-pirenena no katsahina amin’izany ary tsy misy fandikan-dalàna rahateo ny fanatontosana azy. Nohamafisin’ny mpahay lalàna Imbiki Herilaza ihany koa fa “Ny 90 andro takiana amin’ny fampiantsoana ny mpifidy amin’ny fifidianana fanao mahazatra (fifidianana solombavambahoaka, ben’ny tanàna) dia tsy takian’ny lalàna amin’ny fanaovana fisapan-kevi-bahoaka.” Raha iverenana ny lasa dia mitovy tsy misy valaka amin’ity fitsapan-kevi-bahoaka vao hatao ity ny natao tamin’ny 04 avrily 2007 satria dia 17 febroay 2007 no noraisina ny didim-panjakana manaika ny mpifidy tamin’io datin’ny 04 avrily 2007 io.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FITONDRAN’NY FILOHA ANDRY RAJOELINA : Hasongadina ireo tetikasa vita tao anatin’ny telo volana

Maro ireo zava-bita sy tetikasa nampanantenaina no efa tanteraka tao anatin’ny zato andro voalohany. Na mbola tsy tafatsangana tanteraka aza ny sasany amin’ireo fotodrafitrasa dia efa saika hita mivaingana avokoa ny ho fahantaterahan’izany.Ny alahady ho avy izao no hanao tatitra amin’ny vahoaka Malagasy mahakasika ireo zava-bitany nandritra ny telo volana voalohany nitondrany ny firenena ny Filoha Andry Rajoelina. Etsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena Mahamasina no hanatanterahany izany. Mandritra izany no hanazavany amin’ny antsipirihany ireo tetikasa nampanantenainy nandritra ny fampielezan-kevitra ka efa tanteraka, ary ireo izay mbola miandry kely ny fanatanterahana azy.

Hatramin’izay nahazoan’i Madagasikara ny fahaleovantenany mbola tsy nisy mpitondra sahy nijoro hotsarain’ny vahoaka tamin’ny asa vitany tahaka ny Filoha Andry Rajoelina izany. Izy irery no sahy manao tatitra sy manao tombana izay nifanarahany tamin’ny vahoaka ka efa tanterany.  Izy ihany koa no sahy hijoro amin’ny vahoaka hitondra fanazavana amin’ny antsipiriany ny antony mety mbola tsy mahatanteraka ireo asa goavana anisany nampanantenainy. Rariny sy hitsiny ny fihetsika hataon’ny Filoham-pirenena satria manan-jo hahalala sy hahita ny fahatanterahan’izay nampanantenaina taminy ny vahoaka Malagasy tsy ankanavaka. Hatreto, misongadina ny asa vitan’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina sy ny governemanta izay miara-miasa aminy.

Maro tamin’ireo zavatra nampanantenaina no tanteraka soa aman-tsara ankehitriny. Isan’izany, ohatra, ny fisitrahan’ny vahoaka isam-pokontany ny vary mora. Ny fanamboarana ny lalam-pirenena faha-5A mampitohy an’Ambilobe sy Vohémar izay natomboka vao haingana ny fanamboarana azy. Ny fananganana ny orinasa mpamokatra “éthanol” ao Ambilobe, izay tetikasan-dramatoa Mialy Rajoelina, nampanantenainy ny vahoaka ny hananganana izany. Ankoatr’izay, fanamby nataon’ny Filoha ny hamerenana tanteraka ny fiandrianan’i Madagasikara, antony izany nanaovany ny tetikasa hanarenana ny rovan’Antananarivo sy ny lapan’i Manjakamiadana. 

Amin’izao fotoana izao, efa hanomboka ny asa. Eo ihany koa ny fanovana ny tanànan’i Toamasina ho lasa vaovao tanteraka amin’ny alalan’ny fanamboarana ny torapasika sy ny lalana “auto-route”. Efa nametraka ny vato fototr’izany tetikasa goavana izany tany an-toerana ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina. Miroso hatrany ny fananganana ireo fotodrafitrasa fa tsy ambakan’izany ihany koa ny fanovana noentiny teo amin’ny fitantanana ny firenena nandritra izay telo volana voalohany izay. Tao ny ady mankadiry hamongorana ny kolikoly, ny fampanarahan-dalàna sy ny fanadiovana ny asam-panjakana ary ny fanenjehana ireo izay nanao kolikoly sy nanao tantely afa-drakotra ny harem-pirenena.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA : Nahatrarana « héroïne » milanja 40 kg

Ny angom-baovao no nahalalana fa avy tao Sainte-Marie no nidiran’ity zavamahadomelina mahery vaika ity. Niala tao Sainte-Marie ireto teratany vahiny nitondra azy. Nandeha sambo mahazatra manao zotra Sainte-Marie sy Toamasina. Efa nisy fiara niandry tao Mahambo. Nentina nihazo an’i Toamasina avy eo.Iray volana lasa, dia efa nahazo loharanom-baovao ny sampam-pitsikilovana eo anivon’ny prezidansa ( CIS) momba ny fisian’ny tambajotra mpampiditra héroïne eto Madagasikara io.

Ny CIS no niantso ny fadintseranana. Teny amin’ny lalam-pirenena fahadimy teo amin’ny barazy Fip Ambodimanga. Nomena toromarika ny Fip mba hisakana fiara iray. Tsy nampahafantarina izay tao anatiny ny Fip fa fisakanana ihany no baiko azo fa ny fadintseranana no misahana ny fisavana. Efa teo ihany koa ny mpiasan’ny fadintseranana. Tonga tokoa ilay fiara. Tsy nanaiky hanao fisavana teo anefa ny fadintseranana fa hatao any amin’ny toeran-kafa ny fisavana ilay fiara. Vokatry ny fitavozavozana tamin’ny mpiasan’ny fadintseranana, rifatra nandositra ilay fiara sy ny olona tao anatiny. Izay vao nanazava tamin’ny Fip ireo mpiasan’ny fadintseranana fa mitondra « héroïne » ilay fiara. Niroso tamin’ny fanenjehana avy hatrany ny Fip Toamasina. Nitsoaka avy teo amin’ny barazy Fip Ambodimanga, rifatra nihazo an’Antseranampasika ilay fiara. 

Niezaka nanenjika avy tao aoriana hatrany ny Fip. Matanjaka be sy raitra ilay fiara nentin’ireo nenjehina ka nampananosarotra ny Fip.Noho tsy fahaizana lalana, dia nahazo lalana tsy misy fivoahana ilay fiara nitsoaka. Vokany, tavela tao Antseranampasika ihany. Rifatra nandositra ireo olona 5 lahy tao anatiny izay fantatra fa afrikanina ary mitondra fitaovam-piadiana. Nihazo sisin-drano Antseranampasika. Natsipin’izy ireo tany anaty rano ny sakaosy roa. Ilay sakaosy izay nisy héroïne 20 sachet avy isaky ny sakaosy. Mbola mitohy ny fikarohana azy dimy lahy.

Mbola misy 5 sakaosy mandehandeha

Ny angom-baovao no nahalalana fa mbola tombana ho misy héroïne 5 sakaosy mbola mandehandeha any ho any nampidirin’ireo afrikanina ireo eto Madagasikara. Mbola misy fiara iray hafa karohina, hoy hatrany ny loharanom-baovao.

Momba ireo héroïne roa sakaosy efa tratra ny andron’ny alatsinain’ny paka ireo, dia nisy ny toromarika nomen’ny lehiben’ny fampanoavana ao Toamasina. Nomena ny fadintseranana ny fanadihadiana. Naterina avy hatrany teny amin’ny biraon’ny fadintseranana Toamasina ny entana sarona.

Raharaha izay mampanahy ny maro. Ny volana janoary 2019 nisy fahatraran’ny fadintseranana héroïne 3 kg tao amin’ny sambo iray niantsona tao amin’ny seranantsambon’i Toamasina. Telo volana aty aoriana, tsy re intsony izay tohiny.Volabe mantsy ny héroïne ka manahy ny maro amin’ny mety fisian’ny sera avo lenta ao ambadika. Raha io « héroïne » sarona ny andron’ny alatsinain’ny paka io fotsiny, dia tombanana manodidina ny 8 milara ariary mahery ny tetibidiny. Marihina fa ankoatra ny takela-by misy ny laharan’ny fiara 61248 WWT dia nisy takela-by roa hafa hita tao anatiny, roa fa mitovy laharana, samy 26577 WWT.

Ino Vaovao

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA MITAM-BASY TANY AMBILOBE : Voasambotry tao Maevatanàna ny roa tamin’ireo jiolahy

Araka ny loharanom-baovao nandritra ny fisavana fiara nataon’ny mpitandro filaminana no nahatsikaritra ireto farany fa misy olona mampiahiahy tao anatiny. Avy hatrany dia nosamborin’ireo mpitandro filaminana ireto olona nampiahiahy miisa telo ireto  saingy tafaporitsika ny iray tamin’izy ireo. Tonga tao Maevatanàna ny polisy avy any Ambilobe haka ireto olon-dratsy ireto saingy  nilatsaka ny baiko avy amin’ny lehiben’izy ireo ny amin’ny andefasana ireo jiolahy voasambotra  any Antananarivo. Natao izany mba hialana amin’ny fitsaram-bahoaka.

Araka ny  angom-baovao hatrany dia ny polisy misahana ny heloka bevava ao Anosy no miantsoroka ity  raharaha ity. Fantatra  fa miisa efatra ireo jiolahy niainga tao Ambilobe hihazo an’Antananarivo  taorian’ilay fanafihana nataon’izy ireo fa  niala tao Ambondromamy ny iray. Nitondra sakaosy fotsy ity farany, araka ny angom-baovao fa tsy fantatra ny ao anatiny. 

Tsara ny manamarika fa an’ny iray amin’ireo jiolahy voasambotra ireto ny finday latsaka nandritra ny fifampitifirina teo amin’izy ireo sy ny mpitandro filaminana tao Antafiakatsaka, ny talata faha 16 avrily alina teo. Mitohy ny fikarohana an’ireo jiolahy ambiny nilefa ary  nanome toky ny mpitandro filaminana any amin’ny tapany avaratry ny Nosy iny fa tsy maintsy ho voasambotra ireto olon-dratsy ireto. Raha tsiahivina dia trano fonenan’ny  tompon’ny tranombarotra finday sy fitaovana hafa  avo lenta iray ao Antafiakatsaka no notafihan’ny andian-jiolahy miisa 4, ny talata faha 16 avrily teo ary voatifitra tamin’ny feny  ny kaomiseran’ny polisy Ricardo nandritra ny fifampitifirana teo aminy sy ireo jiolahy.

Jiolahy mpamerin-keloka voasambotra tao Ampagno

Koa satria miresaka ny ady amin’ny  tsy fandriampahalemana ataon’ny mpitandro filaminana ao amin’ny distrikan’Ambilobe isika, tsara ny mahafantatra fa jiolahy iray izay mpamerin-keloka sy namany roa no voasambotry ny  mpitandro filaminana ny sabotsy teo tao Ampagno,  lalana mankany Ambodibonara. Araka ny nambaran’ny polisy ao Ambilobe dia io jiolahy io no namaky ny tranombarotra mivarotra finday iray ao an-toerana, iray taona mahery kely izay  ary voarohirohy amin’ny halatra fitaovana tao amin’ny fiangonana Katolika ihany koa. Niray tsikombakomba tamin’ny asa ratsy vitan’ity jiolahy ity  ireo namany roa niaraka voasambotra taminy. Ny mahagaga ny mpanara-baovao amin’ny raharaha toy izao dia avotsotry ny Fitsarana foana ny olona fantatra fa  mpanao asa ratsy. Nalefa natao famotorana any Antsiranana ireto jiolahy ireto, ny alahady teo. Andrasana ny tohin’ity raharaha ity.

A.Lepêcheur

Tia Tanindranaza0 partages

Fitiavam-bola aman-karenaFasana 50 nokorontanina ambony ambany

Ravan’ny siansa sy ny fivavahana vahiny sasany ny fanajana ny razana izay heverina fa mananjina.Ankoatra ny halatra taolam-paty, fikarohana ny vola sy harena nampitondraina ireo razana araka nyfomba no manosika ireo olondratsy mamaky fasana. Noho ny fahantrana lalina ihany koa nomahatonga ny tsy mataho-tody manaotao foana toy izany. Nitrangana vaky fasana niseho lany taoBelalanda, Toliary.

Tia Tanindranaza0 partages

Paska nivadika ho zava-dozaTelo mianaka natelin’ny ranomasina

Semban-drahona ny fetin’ny paska ho an’ity fianakaviana iray nisafidy ny niala sasatra tao Fenerivo atsinanana ity. Telo mianaka be izao, izay olona avy any Antsirabe niala sasatra no indray natelin’ny ranomasina nandritra izany. Tovovavy 14 taona sy 17 taona ary ny rain’izy ireo izao maty izao izay avy any Antsirabe ny fiavian’izy ireo.

Taorian’ny fotoam-bavaka dia nisafidy ny nandeha nilalao ranomasina tao amin’ilqy faritra antsoina hoe « la piscine » ao Ampasipotsy izy ireo. Be olona moa ilay toerana ka nisafidy ny toerana somary mitokana izy ireo nefa faritra misy ranomasina somary mahery ihany any an-toerana. Nilalao tsara teo amoron-dranomasina izy mirahavavy, saingy noho ny onja dia nentiny niditra lalina izy roa ka raha niantso vonjy tamin’ny rainy, dia tonga nanavotra ity farany saingy naira-natelin’ny onja izy telo mianaka. Niezaka nanavotra azy ireo ny samy mpitsangatsanga teo saingy raha nikasa ny hanavotra izy ireo dia ny onja no nanelina azy telo mianaka. Raikitra avy hatrany ny fikarohana saingy tsy hita izy miarahavavy raha tsy tamin’ny 2 ora tolakandro ary efa alina vao hita ny rain’izy ireo. Ankilan’izany dia tovolahy iray mpiala sasatra tao Toamasina koa no natelin’ny onjan-dranomasina tao amin’ny fari-dranomasin’ny lycée J Rabemananjara Salazamay ny alahady ny paska atoandro teo, saingy haingana ny famonjena sy ny fahitana azy ka avotra ihany ny ainy raha efa natao avokoa ny famelomana azy anndritra izany. Efa misy soratra hoe “tsy azo ilomanosana” ny fari-dranomasin’ny lycée J Rabemananjara iny noho ny herin’ny onja, saingy mbola misy hatrany ny mandika izany ireo mpiala sasatra sy ireo tompon-tany sasany.

Rakoutou

Tia Tanindranaza0 partages

Rongony mahery vaika40 kilao tratra tao Toamasina

Rongony amin’ilay tena mahery vaika na “héroïnes” 40 fonosona tokony 1kg isan’isany no saron’ny sampan-draharaha miady amin’ny fikambana-jiolahy sy ny avy amin’ny Borigady misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina sy ny Polisin’ny FIP ao Toamasina omaly tolakandro. Teratany Afrikanina miisa 5 no nitondra azy ireo, niainga avy any Sainte Marie nihazo an’i Toamasina tamin’ny alalan’ny sambokely “El Condor”.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andry RajoelinaTonga saina fa tena ilaina ny Fiangonana

Niara-nankalaza ny Paska niaraka tamin’ireo kristianina tao amin’ny Ekar Notre Dame de Lourdes , ao kaominina Ambatomiady, distrikan’Antanifotsy, ny alahady teo ny filoham-pirenena, Andry Rajoelina, mivady. Ny volana aogositra lasa teo, raha nangataka fanampiana ny mpino ao amin'ity fiangonana ity, nony ezaka fanamboarana fiangonana no nilazan’ny filoha fa hiantoka ny ilaina rehetra ny tenany. Nandritra ity lamesa ny alahady teo ity no nanolorany ihany koa ny lakolosy goavana izay milanja 250kg ho an'ny Ekar Ambatomiady.

. « Ny Lakolosy dia marika manan-danja hafantarana ny fiangonana . Ary noho ny fiarovana izany dia nisy mihitsy pretra namoy ny ainy. Koa amin'izao Paka izao dia hafaliana lehibe ho anay mivady ny manolotra ity lakolosy lehibe milanja 250 kilao ity, ho famerenana indray izay famantarana ny fiangonana izay mandritra izao fiarahana mankalaza ny Paka miaraka amin'ny mponin'Ambatomiady izao. », hoy ny filoham-pirenena. Nanome toky ihany koa ny filoha ny hanolotra dabilio ho an'ny sekoly vaovao vao naorina eo an-tampon-tananan’ny kaominin’Ambatomiady. Mikasika ny lalana mampitohy an’Antanifotsy sy Ambatomiady, izay sarotra dia sarotra tokoa, dia nanambara ny filoha Andry Rajoelina fa efa misy ny tetikasa mikasika ny fanamboarana iny lalana iny ary ho afainganina ny fanatanterahana azy. Isan’ny fanakianana mamaivay fanaon’ity filoham-pirenena ity nandritry ny fotoam-pampielezan-kevitra ny milaza ny mpifanandrina aminy ho manao fitaovana ny FJKM. Tsy tokony hafangaro koa, hoy izy, ny raharaham-pirenena sy fiangonana ary dia iny nolazaina hoe natao amin’ny endriny « Laika » iny moa ny fianianany ny 19 janoary teo saingy hita kosa  ankehitriny fa miezaky ny manao pi-maso hatrany ny Fiangonana Katolika ny filoha taorian’ilay  fitondrana am-bavaka governemanta.Nokianina mafy ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana fa hoe mifandray be loatra amin’ny Fjkm, ankehitriny manomboka mifandray akaiky sy manampy ny Katolika i Andry Rajoelina, izay mahatsapa tsara fa hery iray goavana eto amin’ny firenena ny Fiangonana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanendrena mpiasam-panjakana ambonyAnjakan’ny bizina sy ny kolikoly avo lenta…

Mitarazoka ny fanendrena ireo mpiasam-panjakana ambony. Betsaka ny toerana no banga ary be ny asa miantona noho izany. Raha ny feo heno dia maro ireo manodidina ny filoha no mangataka "gouter" amin’ireo olona mety ho voatendry. Raha tena izay tokoa ny zava-misy, dia lojika be raha lasa bizina io, ka tsy atao mahagaga raha tsy mandeha amin’izay laoniny ny raharaha sy ny asam-panjakana satria mety izay manam-bola no ho tafiditra fa tsy ny traikefa no mikaonty. Rehefa tonga ao dia ny hanonitra ny vola lany nidirana tao aloha no zava-dehibe.

Ny tena loza dia mety tsy mba olona iray no anaovana fomba tahaka izany fa dia izy rehetra izay mety ho voatendry, hany ka tsy misy zavatra azo antenaina firy amin’ny vokatra. Resahina ny mangarahara, roahina ny mpiasa tsy raikitra,… saingy mba tena mandeha araka ny tokony ho izy ve ny fametrahana olona? Tsy olona iray koa no malaza ho mpanao io afera io fa saika voatonontonona ireo izay miseho sy hita matetika eny akaikin’ny filoha ankehitriny, eny fa na ny fihaonana amin’ireo tompon’andraikitra ambony tahaka ny ministra ary dia misy ireo olona akaiky azy no tsy menatra akory mivarotra sy manao fitadiavam-bola izany. Tahaka izao no fiangan’ny kolikoly faobe satria ireo olona ho voatendry koa izany dia tsy maintsy hanao izay hamerenany izany mason-karena izany.  Tsy afaka hifantoka amin’ny fampandrosoana mihitsy Ireo mpitantana voatendry satria tsy izay no laharam-pahamehany. Mbola endrika hafa isehoan’io ankoatra ny fitakiana ekolazy ny kinamanamana na kihavanavana, ka tsy atao mahagaga raha misy olona mpivady miaraka voatendry ho tale any anaty minisitera, toy ny tao amin’ny Minisiteran’ny vola sy ny fitantanam-bola. Tokony handray fepetra haingana ny fanjakana manoloana izany fa loza mitatao ho an’ny firenena ny fomba tahaka izany. Tsy tokony hifantoka amin’ny fanenjehana ireo fahavalo politika intsony fa hibanjina ny ho avy, ka hanilika ireo izay mihevi-tena ho avara-patana ka tsy ho voafehin’ny lalàna.

Tia Tanindranaza0 partages

Ho avy ara-toekaren’i MadagasikaraMampanahy hatrany

Anisan’ny tombony be ho an’i Madagasikara ny fananany natiora miavaka sy mponina izay afaka miasa tsara sy mafy. Hatreto anefa dia tsy hain’ny mpitondra fanjakana ny manome lanja sy vahana izany ary tsy misy akony amin’ny toekarena mihitsy. Tahaka ny tsy misy vahaolana mihitsy ny sehatra fambolena sy ny indostria, izay hita ho mikatso hatrany kanefa tena iankinan’ny toekarena .

Ireo sehatra ireo izay tokony hojerena manokana ary azo  anankinana ny ho avy ho an’i Madagasikara raha mahay ny mpitantana ny firenena. Amin’izao fotoana izao dia tratra aoriana hatrany ihany koa ny firenena amin’ny ny tontolon’ny fifandraisana sy ny teknolojia vaovao hany ka manarakefa fotsiny ary vitsy ny manam-pahaizana tena mahafehy izany eto.  Ankoatr’izay dia dradradradraina foana ny fiampitana mankany amin’ny angovo azo avaozina saingy lasa teoria be fotsiny ary maro ny Malagasy no mbola tsy mahafantatra ny manodidina izany. Eo amin’ ny sehatra  fizahan-tany izay mifandray amin’ny natiora dia olana be ny fotodrafitr’asa sy ny fitaterana ana habakabaka sy ny an-dranomasina izay mampihemotra mandrakariva ny mpizahantany  kanefa tokony hampiditra volabe. Izany rehetra izany no Ilaina ny fametrahana ny politikam_panjakana mba hitondra fanavaozana ny fanarenana ireo sehatra maro mikoroso fahana eto Madagasikara ireo. Hatreto dia mampanahy hatrany ny ho avy ara-toekarena satria na ny fanatsarana sy ny fanavaozana ny tontolo politika aza tsy hita taratra. Mbola mandeha hatrany ny akamakama ny amin’ny fitantanana sy ny eny anivon’ny fitsarana hatramin’ny rafitra ankapobeny mihitsy. Izany ihany anefa no efa fototry ny tsy fampandrosoana ary mamotika hatrany ny seha-pihariana sy ny ara-tsosialy.  Amin’izao lazaina ho misy fahatoniana politika izao dia miandry ny fahatsaram-pitantanana,ny tany tan-dalàna, ny mangarahara sy ny ady mahomby amin’ny kolikoly hataon’ny fitondram-panjakana ny vahoaka Malagasy fa tsy tokony ho variana fotsiny amin’ny fisehosehoana ivelany.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Alain Mahavimbina « Loza ny fampiarahana ireo fifidianana roa ireo »

Niteraka resabe indrindra eo amin’ ny raharaha politika ny fampiarahana ny fifidianana solombavambahoaka izay hatao amin’ ny 27 mey izao amin’ ny fitsapa-kevi-bahoaka. Anton’ izany ny hanitsina ireo andininy vitsivitsy ao anatin’ ny lalàmpanorenana. Ara-dalàna ny fampiantsoana ny mpifidy ataon’ ny filoham-pirenena saingy kosa tsy azo hampiarahana ny fifidianana solombavambahoaka sy ny fitsapa-kevi-bahoaka, hoy Alain Mahavimbina, mpahay lalàna.

Ny antony, ny fifidianana solombavambahoaka dia fifidianana manakaiky vahoaka, izany hoe dia tena safidy olona miara-monina aminy sy mahavita ny adidy ankinina aminy. Misy fepetra maro apetraky ny vahoaka vahoaka amin’ izany ka manana anjara lehibe ny mpanao politika. Ny lalàmpanorenana kosa dia tokony hilamin-tsaina ny olona amin’ny safidy tokony ataony satria fototra hametrahana ny fari-pandaniana na tany tan-dalàna. Samihafa ireo fifidianana ireo satria ny iray mitady olona ho rafitra hanatanteraka ny asa rehetra mifanaraka amin’ ny lalàna fa ny iray hafa kosa dia lalàna fampanajàna ny tany tan-dalàna sady fototry ny fisian’ ny lalàna amin’ ny tany manana ny fiandrianany ny lalàmapanorenana. Mila saina tony ny vahoaka amin’ ny fiantrehany izany fitsapa-kevi-bahoaka izany ka tsy tokony hifangaro zavatra hafa. Nohamafisin’ i Alain Mahavimbina hatrany fa sarotra no mampiaraka an’ io ka loza no aterk’ izany satria ny fitiavan’ ilay vahoaka an’ ilay kandidà no ampanarahana ilay lalàna, hany ka tsy mipetraka amin’ ny maha lalàna fototra azy intsony. Notsipihany manoakana fa raha tena mahaleotena ny CENI Madagascar dia tokony milaza an’ny fanjakana hoe saraho io satria tsy anjaran’ ity rafim-panjakana ity no mampanao fitsapahankevibahoaka. Mahafantatra tsara ny asan’ ny mpanatanteraka i Alain Mahavimbina, kandidà depiote any Toamasina I, noho izy efa lehiben’ ny faritra Atsinanana ka niara niaina tamin’ ny vahoaka ao Toamasina tamin’ ny sehatra rehetra na politika, kolontsaina, tanora, toekarena…

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimierandoholona Hofoanan-dRajoelina tokoa…

Noraisina nandritra ny filankevitry ny minisitra ny 19 aprily lasa teo ny didim-panjakana laharana faha-2019-790 manaika ny mpifidy handatsa-bato amin’ny fitsapan-kevi-bahoaka mifanindran-dàlana amin’ny fifidianana depiote amin’ny 27 mey ho avy izao. Misy andalana tian’ny mpitondra hovaina, toy ny fanafoanana ny antenimierandoholona. Eo ihany koa ny fanovana ny Lehiben’ny Faritra ho Governora, izay raha ny lalàna dia fidiana ny lehiben’ny faritra, ka mety tetika hanamafisana orina ny fahefana io mba ho olona tendrena no hitondra ny faritra fa tsy handalo fifidianana.

Tsy nisy resaka mihitsy io fanintsiana lalàmpanorenana io hatramin’izay, saingy iniana japiana ny fifidianana solombavambahoaka ka isan’ny voizina ho antony ny mba tsy hisian’ny fandaniana volabe. Tsy voahaja ny 90 andro mialoha hanaikana ny mpifidy, saingy lalaovina amin’ny didy fakan-tahaka « jurisprudence » tamin’ny fitsapankevi-bahoaka ny aprily 2007. Raha ny voalazan’ny andininy faha-161 amin’ny lalàmpanorenena moa, dia tsy azo atao ny manitsy ny lalàmpanorenana raha tsy misy toe-javatra sokajiana ho hamehana sy tsy azo hivalozana. Finiavana avy amin’ny filoha andraisana fanapahan-kevitra ao anatin’ny filankevitry ny minisitra na avy amin’ny antenimiera, izay fangatahana tsy maintsy mahazo fankatoavan’ny ¾ ny mpikambana ny fahafahana manova an’io. Ny tolo-kevitra fanitsiana dia tsy maintsy ankatoavin’ny ¾ amin’ny mpikamban’ny antenimieram-pirenena sy ny antenimierandoholona, ary tsy maintsy lany amin’ny fitsankevi-bahoaka vao azo ampiharina. raha ny ambaran’ny andininy faha-162 amin’ny lalàmpanorenana. Tsy misy antenimieram-pirenena anefa amin’izao, kanefa io misisika io ny fanjakana Rajoelina satria mihevitra fa manana ny fahefana feno hanao lalàna sy hampanan-kery, saingy tsy hahafany manao izany ny fahefana manokan’ny filoha izay voafetra.  Raha ny fanehoan-kevitry efa nataon’ny Filohan’ny Antenimierandoholona ankehitriny Rivo Rakotovao, dia andrim-panjakana iankinan’ny fitoniana na “Institution de Stabilité” ary mitondra ny hetaheta avy amin’ny Vondrom-bahoaka-paritra itsinjaram-pahefana any amin’ny Governemanta. 0,04% amin’ny tetibola ankapobeny no mampiodina io andrim-panjaka io, raha ny nambarany. Milaza kosa ny fanjakana fa mandany hatrany amin’ny 25 miliara ariary mahery, ka aleo hositrahan’ny tanora amin’ny alalan’ny fananganana oniversite. Ny eo aza anefa tsy voavahan’ny fanjakana ny olan’ny fampianarana, ka maro no miahiahy fa tetika hampivangongoana ny fahefana any amin’ny filoha sy ny ekipany io. Ny tetezamita no nanao io lalàmpanorenana io, ary mbola tsy nosedraina taminy akory, dia efa io tetehina hokitihina tsy hakana ny hevitry ny mpisehatra politika sy ny herivelona samihafa io, fa izay tiany. Tantara mitohy…

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Marc Ravalomanana“Tsy kitihana amboletra ny lalàmpanorenana”

Tsy niandry ela fa nanao fanambarana lehibe teny Faravohitra eo anatrehan’ny fikatsahan’ny fanjakana ankehitriny hikitika sy hanitsy ny lalàmpanorenana ka hanaovana fitsapan-kevi-bahoaka mirazotra amin’ny fifidianana depiote ny 27 mey ny avy amin’ny Antoko Tiako I Madagasikara tarihin’i Marc Ravalomanana sy ireo Birao politika, miampy ireo kandida solombavambahoaka atolotry ny TIM omaly takariva. Isan’ny teny atao voalohany indrindra amin’ny fihanianan’ny Repoblika ny hanaja ny lalàmpanorenana sy hitandro toy ny anakandriamaso azy io, ka nanaitra sy nampieritreritra ny hoe: moa ve izany tena manaja ny lalàmpanorenana io? Hoy i Marc Ravalomanana.

Tena zava-dehibe ny fanjana ny lalàmpanorenena, ka raha izay no fanapahan-kevitra ny HCC, dia tsy maninona fa ekeko, fa raha ohatra ka manitsakitsaka sy manao zinona ny lalàmpanorenana dia tsy azo ekena intsony ary tsy mety, hoy izy. Mizara telo dia ny fanampiana (amendement), fanintsiana (révision), ary fanovana azy vaovao. Angaha mikatso ny raharaham-pirenena matoa misy fanovana atao amin’ny lalàmpanorenena? Raha mikatso izy dia inona no mampikatso azy ary moa ve tsy maintsy atao izy io? Nambaran’ny Filoha nasionalin’ny TIM fa tokony manaraka tsara ny dingana sy ny paikady, mba miandry aloha roa volana na telo volana ahatafapetrahan’ny antenimieram-pirenena, izay vao atao izany. Angaha izy ity terena fotsiny sy atao tery vay manta ohatr’izany, hoy i Marc Ravalomanana, izay nanitrikitrika fa tsy azo atao ary tsy mety izany. Nampametra-panontaniana azy ireo ny mahakasika ny fampielezan-kevitra. Nahoana ny fifidianana solombavambahoaka 21 andro ny fampilezan-kevitra, hoy ireo, kanefa 30 andro kosa ho an’ny fitsapankevi-bahoaka? Hentitra i Marc Ravalomanana nilaza fa tsy atao kitoatoa fotsiny tahaka izao io, ary tena efa mihoatra ny fefy izany. Notsindriany hatrany fa nialohan’ny nandraisan’ny filoha ny asany rehefa voafidy izy, dia nihaniana ny hanaja toy ny anakandriamaso ny lalàmpanorenana. Tsy azo kitikitihina fotsiny tahaka izao io, ka raha ohatra ka misy tena hoe: mikatso ny fiainam-pirenena dia azo dinihina ny antony ary lazaina ny vahoaka fa tsy izay tian’ny mpitondra sy metimety aminy fotsiny no atao eto. Raha halalinina ny hevitry ny TIM dia tsy tokony hisy ny amboletra ka ampiatoana aloha io tetika hafahafa io. Teknika be io, ary mila mifampidinika aloha fa tsy atao ankamehana be tahaka izao. Nianiana ny tsy hanova kanefa avy eo manova. Tsy olana ilay manitsy na manova fa atao ao anatina fifampidinihana:fifampidinihana isam-paritra arahina dinika nasionaly. Lalàna fototra ny lalàmpanorenana, ka tsy azo atao kimaimaika, mila fifampiresahana matotra eo amin’ny rehetra.

Toky R

 

Midi Madagasikara0 partages

Rallye Passion Antsirabe : Rivo et Ando Randrianarivony confirment !

Si le Rallye Passion a offert une impression du déjà vu avec la victoire de Rivo Randrianarivony et Ando, il a néanmoins offert de nouveaux prétendants aux titres et notamment cette percée de Mitsubishi dont la EVO 10 de Hery Be auteur d’une remontée spectaculaire.

Rivo et Ando Randrianarivony ont confirmé tous les biens qu’on pensait d’eux en ravissant le premier rallye de la saison avec une étonnante facilité. Les deux hommes et leur Subaru ont surtout attaqué durant la journée du vendredi.

Et après avoir fait le break reléguant à plus d’une minute leur plus sérieux rival notamment Tahina Razafinjoelina trahi par sa Subaru qui a eu un problème de surchauffe l’obligeant à abandonner après avoir remporté haut la main la 12ème spéciale, Rivo n’a fait que gérer son avance lors de la dernière journée de dimanche.

Aux premières loges. Avec un adversaire de moins la bataille faisait pourtant rage notamment entre Dani sur une Mitsu EVO 7 et Hery Be sur une EVO 10. Mais là aussi, c’est le jeune Fred Rabekoto, le petit frère du regretté Titi, qui réussit à leur faucher compagnie en s’offrant au passage la 14ème et la 16ème spéciales et venir s’installer en deuxième position.

Hery Be fit aussi sensation en prenant la deuxième place de la 16ème spéciale illustrant par la même occasion sa volonté de revenir aux premières loges après avoir dominé outrageusement les deux premières spéciales comme pour montrer que le slalom est désormais une chasse gardée des Rasoamaromaka avec ses deux fils, Faniry et Mika, intraitables sur les circuits fermés.

Ce premier rallye de la saison ouvre ainsi une nouvelle ère avec des challengers affûtés mais aussi une vague menaçante de la jeune génération de voitures. Teddy avec la Ford Ranger, Freddy sur une Isuzu D’Max, Haja Danielson sur une Ssangyong ainsi que Davonjy sur une Foton Tunland ont montré le bout de leur nez et qu’on ferait mieux de se méfier de ces nouvelles pick up.

Vivement donc la deuxième manche du championnat de Madagascar de rallye.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Infrastructures et développement humain : Participation des entreprises sollicitée par la BAD

Un séminaire sur les opportunités d’affaires pour les entreprises a été organisé par le Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD) pour soutenir efficacement les investissements dans les projets d’infrastructures et de développement humain. La recherche d’alliances stratégiques et d’opportunités commerciales potentielles était l’objet de ces rencontres, à Abidjan. Des représentants du secteur privé, des entrepreneurs en travaux de génie civil, des fournisseurs, des petites et moyennes entreprises et des représentants des gouvernements ont pris part à des présentations et à des sessions interactives sur la vision de l’institution, pour développement économique de l’Afrique, les priorités opérationnelles, les processus opérationnels et les directives en matière d’approvisionnement. Lors du séminaire de deux jours , des séances de dialogue sur les projets en cours ainsi que sur les opportunités commerciales et les programmes de produits financiers proposés aux entreprises publiques, privées et sociales, étaient également au programme.

Croissance. Lors de la première présentation du séminaire sur les stratégies de la BAD en matière de partenariats et de financement de projets, Hassanatu Mansaray, spécialiste des politiques de haut niveau, a déclaré que dans chaque investissement réalisé, les équipes de l’institution examinent la viabilité économique et l’impact sur le développement du projet ou du programme. Valérie Dabady, responsable de la mobilisation des ressources et des partenariats à la Banque, a, de son coté, noté que la capacité de l’institution de faire le lien entre les besoins du secteur public et les compétences, technologies et ressources du secteur privé était unique sur le continent. « Le Groupe de la Banque africaine de développement a financé 4 391 projets depuis sa création. Cela comprend 1 166 projets en Afrique de l’Ouest avec des engagements  de 23,5 milliards de dollars au total. En 2018, le total des approbations et des décaissements de la Banque s’élevait à 8,90 milliards de dollars et 6,02 milliards de dollars, respectivement », a-t-il indiqué. Les investissements non souverains de la BAD continuent également de croître, selon les explications, car les investissements dans les transactions du secteur privé passant de 250 millions de dollars en 2005 à 2,29 milliards de dollars en 2018.

 Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Fred Rabekoto : « J’ai grandi avec le sport automobile »

Fred Rabekoto s’annonce comme le futur champion

Déjà champion au Slalom à 16 ans, Fred Rabekoto est en train de se frayer une place au soleil dans un rallye pourtant difficile. Sa deuxième place au Rallye Passion à Antsirabe montre que le jeune homme de 22 ans est en train de franchir un nouveau palier. Sa modestie l’oblige à ne pas s’enflammer sur ce qui est tout de même un exploit. Il s’explique dans une interview exclusive.

Midi Madagasikara : Finir deuxième du Rallye Passion est-il un exploit auquel vous vous attendez ?

Fred Rabekoto : « Pour tout dire, je ne m’attendais pas à faire si bien et j’en suis très heureux. Ceci dit mon parcours serait assez logique car avec un père (Jeannot Rabekoto) qui a brillé aux côtés de Maurice Be et un frère (Titi) qui devait être très fier de moi du haut où il est, je n’ai pratiquement pas le droit d’échouer. Ma vie tourne autour de ce bel héritage car j’ai grandi avec le sport automobile et je crois que je ne peux pas m’en passer. »

Midi : Est-ce à dire que vous envisagez de partir sur la scène internationale si ça continue de marcher très fort pour vous ?

F.R. : « Pourquoi pas en effet ? Ceci dit, je ne pense pas que dans l’immédiat je vais participer à des rallyes mêmes africains ou européens car cela demande d’énormes moyens. Il faut surtout que j’arrive à améliorer mes résultats à Mada. C’est essentiel avant d’espérer aller voir ailleurs. »

Midi : Un mot sur votre deuxième place au Rallye Passion ?

F.R. : « Je me sentais bien même si la voiture a un problème de puissance. Comme j’ai vu qu’il y a quelque chose à prendre en voyant Rivo se montrer très prudent, j’ai tenté crânement ma chance. Un quitte ou double qui m’a permis de ravir deux épreuves spéciales. Cela m’a permis de quitter la 5ème place et venir se placer en seconde position du général. C’est fabuleux. Et c’est tant mieux si ma famille est ravie ainsi que mes fans car je commence à en avoir. »

Propos recueillis par

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

« Star Tour » Antsirabe : Affluence grandissante chaque année

Démonstration impressionnante par les « bikers » de « Bira ».

Comme chaque année, durant le week-end pascal, la ville d’Antsirabe voit sa population décupler. Au grand bonheur des opérateurs touristiques locaux, mais aussi pour la joie des organisateurs d’événements. Ainsi, du 20 au 22 avril dernier, ce sont quelque 100.000 personnes qui se sont rencontrées dans la Ville d’Eaux.

Et cette année n’a pas fait exception. Avec le rallye, les cabarets, les spectacles gratuits et l’assurance d’un week-end mouvementé et animé jusqu’au bout de la nuit, les vacanciers en ont eu pour leur (ou non) argent. Et comme à chaque édition, « Star Tour » n’a pas omis d’organiser plusieurs spectacles, et pour la première fois cette année, une course en VTT. Vendredi dernier, c’est avec une grande caravane qui a sillonné la ville, de l’usine de Star jusque devant la grande scène de la Gare. S’ensuit ensuite un « flash mob » avec les « bikers » de la ville. Et des animations, il y en a eu en tout genre. Barhone et Teg ont animé divers jeux qui ont permis aux gagnants de remporter des chèques -cadeaux de boissons: 200.000 ar et 100.000 ar pour les lauréats du concours de danse, et 150.000 ar pour le gagnant du « cover » acoustique. Côté sport, en partenariat avec la ligue régionale de cyclisme du Vakinankaratra, une course de VTT a été organisée sur un parcours de 15 km. 170 participants s’y sont inscrits, divisés en trois catégories: vétérans, U18 et seniors. Les trois premiers des catégories U18 et seniors ont reçu des chèques- cadeaux de 200.000 Ar, 100.000 Ar et de 50.000 Ar par « EAU VIVE » et les vétérans ont été primés par des paniers garnis offerts par tous les partenaires du STAR Tour.

Spectacles. Puis, place aux spectacles qui ont attiré plusieurs dizaines de milliers de personnes. Pour la première soirée, place à Dadi Love, une grosse pointure dans la musique tropicale, qui a su tisser une notoriété inébranlable grâce à sa simplicité et à sa musique. Mad Max a lui aussi ravi les plus jeunes. Puis, la soirée s’est terminée dans une grande discothèque géante et en plein air. Dans la soirée du dimanche, c’est Jess Flavi One qui a fait chanter tout le monde avec lui, précédé par Tence Mena qui se démarque non seulement par son look et son charisme, mais aussi par ses tubes. Les « Sitrany Solo » et les « Tompon-tanàna » ont retenti dans toute la ville. Et comme tous les soirs, DJ Nikki Di Manu, DJ Sniper, et DJ Teejay Jerry ont fait danser la foule jusqu’à l’aube. Hier, place à Lôla qui a fait son grand retour devant une assistance qui en voulait toujours un peu plus. Et lorsque la dernière note a retenti, lorsque tout le monde est parti, la Star se met à tout nettoyer pour ne pas laisser une image de chaos derrière elle. Rendez-vous l’année prochaine !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimanambola : Lehilahy voahitsaky ny lamasinina, tapaka nipitika ny tongony

Loza mahatsiravina no nitranga tetsy Ambohimanambola ny sabotsy maraina teo. Lehilahy iray no voahitsaky ny lamasinina teny an-toerana. Potika sy ny nipitika mihitsy ny tongony.

Tokony ho tamin’ny 10 ora sy sasany maraina teo no nitranga ny loza. Lehilahy iray izay variana natory teo amoron-dalana no voahosin’ny fiaran-dalamby nandalo teny amin’iny faritra Ambohimanambola iny. Raha ny fampitam-baovao azo avy amin’ireo mpitandro filaminana teny an-toerana dia hoe mamo io rangahy io, ny alin’io ary tafatory teo amin’io lalam-by io. Nihevitra angamba ranamana fa tsy misy fiaran-dalamby mandalo intsony toy ny ankabeazan’ireo lalam-by eto an-drenivohitra izy io, na efa tena diso tsy nahatsiaro tena intsony noho ny zava-mahadomelina nohanina ka tsy nahafantatra fa teo amina lalam-by izy no natory. Raha ny fanazavàna azo dia efa nanisy anjomara fanairana ilay fiaran-dalamby tamin’ny fotoana nandalovany. Iaraha-malala ihany koa fa sarotra ho an’ny fiaran-dalamby ny mijanona haingana raha sendra loza. Tamin’io fotoana io dia hitan’ilay mpitondra fiaran-dalamby ny lehilahy. Nanohy nampaneno ny anjomara hatramin’ny farany moa izy tamin’izany. Taitra ihany nony farany ilay lehilahy, saingy efa tara loatra. Raha afaka ny vatany dia ny tongony an-kavanana no taraiky, izay voatetin’ny kodiarana. Nandriaka ny rà. Tapaka tarangana mihitsy izany tongotra izany, hatreo amin’ny kitrony midina. Nitangorona ny fokonolona ary niezaka namonjy ity olona tra-doza ity. Voalaza moa teo fa nandray ny andraikiny ihany koa ilay mpitondra an’ilay lamasinina namonjy ilay lehilahy tapa-tongotra. Nalefa avy hatrany tany amin’ny toeram-pitsaboana ity farany ary efa nahazo ny fitsaboana sahaza azy. Nijery ifotony ny zava-nisy kosa ireo zandary misahana iny faritra iny, raha ireo pôlisy misahana manokana ny zotra an-dalamby no manatanteraka ny fanadihadiana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Protection sociale en Afrique francophone : Jour J- pour la 5ème rencontre des communautés de pratique de...

Les filets sociaux de sécurité font la part belle au développement humain par la promotion de la femme et la protection des enfants, de leurs droits et leur éducation. (photo d’archives Luz Razafimbelo)

Madagascar abrite à partir de ce jour un évènement d’envergure régionale dans l’espace francophone. Il s’agit de la 5e Africa CT CoP (qui veut dire ici rencontre de communautés de pratique) de transferts sociaux en Afrique francophone qui débute aujourd’hui et se terminera le 26 avril à l’hôtel Ibis Ankorondrano.

Notons qu’il ne s’agit pas ici de la protection sociale contributive usuelle, comme celle de la Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS). Nous allons parler ce jour de la protection sociale non contributive destinée à sortir les franges les plus vulnérables de la population de l’extrême pauvreté dans laquelle elles sont engluées. A Madagascar, ces franges vulnérables sont estimées à 52,7% de la population totale, selon les données de la direction de la protection sociale au sein du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF). L’Africa CT CoP se déroulera sous le Haut patronage de SEM le Premier ministre, Chef de Gouvernement, Christian Ntsay et sera organisée par le MPPSPF, titulaire du projet Filets sociaux de Sécurité (FSS) et du Fonds d’Intervention pour le Développement (FID), agence d’exécution au niveau national. L’objectif de cette rencontre est autant le partage de bonnes pratiques, que le plaidoyer, mais aussi la préparation du mois de la Protection sociale, en mai prochain.

Transferts monétaires. Pour information, les programmes de FSS sont inscrits dans la stratégie nationale pour la protection sociale. Ils sont financés par la Banque mondiale et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF). Mis en œuvre depuis 2016, ils se subdivisent en deux grands groupes l’Argent contre travail productif (ACTP) et le TMDH  (Transferts monétaires pour le Développement humain). Ils font l’effort d’adapter une approche multisectorielle et orientée sur la priorisation du bien-être et du relèvement des populations bénéficiaires. Ainsi, l’ACTP tout comme le TMDH concernent aussi bien l’éducation des enfants, la santé de la famille et la protection de la Femme, que l’agriculture écologique, l’aménagement du territoire et l’éducation financière. En trois ans de mise en œuvre, 5% des 52, 7% concernés par l’extrême pauvreté en sont déjà sorties. Toutefois, les défis restent encore énormes, les bailleurs et les parties prenantes ont ainsi consenti à étendre le projet, jusqu’en 2023, l’objectif est ainsi de réussir à sortir de l’extrême pauvreté 15% de plus. Mais pour cela, il faut du financement, beaucoup de financement et une réelle volonté politique qui se manifeste au niveau budgétaire, notamment de la part de l’Etat, car les FSS sont un projet gouvernemental, mais au niveau du financement ce sont les bailleurs qui se taillent encore la part du lion, l’Etat ne contribuant qu’à environ 2 à 5 % du budget nécessaire. 443 millions USD supplémentaires sont estimés être nécessaires pour mener à terme le projet.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Ranomasin’i Fenerivo atsinanana : Mpirahavavy sy ny rainy maty an-drano

Tokony ho tamin’ny 11ora antoandro, ny alahadin’ny paska teo, dia mpirahavavy sy ny rain’izy ireo no maty natelin’ny ranomasina tao Fenerivo atsinanana. Tao amin’ny faritra atsoin’ny mponina hoe “la piscine”, ao amin’ny fokontany Ampasipotsy, no nitrangan’ny loza. Raha ny fazavana avy any Fenerivo atsinanana dia nilalao ranomasina toy ny olona rehetra niala sasatra tao amin’ity toerana ity ireto fianakaviana avy any Antsirabe ireto. Teo amoron’ny ranomasina izy mirahavavy no nilalao tamin’ny voalohany. Noho ny onja sy ny fiakarana sy fidinan’ny ranomasina anefa dia tafiditra teny amin’ny faritra lalina tamin’ilay ranomasina izy mirahavavy ary niezaka nanavotra ny ainy. Tao anatin’izany no nahita ny olana tamin-janany ilay raim-pianakaviana ka namonjy azy miarahavavy, teo anefa dia izy telo mianaka no naira-navadibadiky ny onja, ary niezaka niantso vonjy. Somary nitokantokana anefa ny toerana nisy azy ireo ka tara ny fahitan’ny olona manodidina azy ireo sy ny fandrenesan’izy ireo ny antso vonjy nataon’izy ireo. Niezaka nanavotra azy ireo ny olona manodidina saingy tao anatin’izany no nanjavona tao anatin’ny onja izy telo mianaka. Natao ny fikarohana nanomboka teo ka tokony tamin’ny 02 tolakandro, ny alahadin’ny paska io, vao hita izy mirahavavy izay 14 taona sy 17 taona; ny alina kosa vao hita ny rain’izy ireo. Omaly alatsinainy dia teo am-pikarakarana ny fatin’izy telo mianaka ho any an’Antsirabe ny fianakaviany sy ny Fikambanana Ifanampian’ny TEraky VAkinakaratra. Ankoatra izany dia tovolahy iray 19 taona koa no lasan’ny ranomasina teo amin’ny fari-dranomasin’ny Lycée J. Rabemananjara Salazamay ny alahadin’ny paska teo ihany. Haingana ny famonjena azy ka avotra ihany ny ainy taorian’izany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Adéquation formation-emploi : 10 ans de succès pour le Programme « GoTeach »

DHL et ses partenaires œuvrent pour l’employabilité des jeunes.

Education et employabilité des jeunes ! C’est ce que promeut le Programme « GoTeach » mis en œuvre dans le cadre du partenariat entre DHL International Madagascar et SOS Villages d’Enfants Madagascar, avec le Ministère de l’Education  nationale, de l’Enseignement Technique et Professionnel. Ce programme célèbre son 10e anniversaire. « En 2009, DHL International Madagascar a décidé de soutenir SOS Villages d’Enfants Madagascar et d’appuyer les jeunes dans leur insertion professionnelle en leur offrant des stages professionnels. Les deux entités partagent les mêmes valeurs, les mêmes visions sur le développement économique et social en aidant les jeunes à bâtir un meilleur avenir. A ce jour, plusieurs activités et programmes sont nés  de ce partenariat entre autres la plateforme d’entreprise YouthCan, et le plus récent la plateforme numérique Youthlinks », ont indiqué les promoteurs du Programme.

Employabilité. Le faible niveau d’études, le manque de qualification requise pour un emploi, l’inadéquation formation-emploi ou l’inégalité entre offre et demande sur le marché de travail et/ou encore l’injustice socio-économique représente des freins dans la transition vers un emploi stable et satisfaisant pour un jeune, et la difficulté de trouver des profils qualifiés spécifiques pour les entreprises, selon les initiateurs de « GoTeach ». Leur partenariat est conçu pour aider les jeunes de « SOS Villages d’Enfants » de 15 à 25 ans à faire la transition de l’éducation au monde du travail, les soutenir dans leur éducation et les préparer à l’emploi afin d’avoir une vie indépendante et durable. « C’est dans ce sens que les employés de DHL interagissent avec les jeunes pour partager leurs expériences et leurs expertises afin de favoriser l’employabilité des jeunes », ont affirmé les représentants de la multinationale.

Collectes. A noter que cette année, « SOS Villages d’Enfants Madagascar » célèbre également son 30eanniversaire. Avec « GoTeach », une campagne de collecte de fonds est lancée sur six mois, jusqu’en septembre. Pour DHL, une collecte est organisée au niveau de ses boutiques à Madagascar. « Pour chaque colis envoyé le 10eet 30e du mois, DHL International Madagascar reversera un montant de 5.000 Ariary en faveur de l’éducation des enfants et des jeunes bénéficiaires de SOS Villages d’Enfants Madagascar. Pour marquer ce 10eanniversaire, un concours d’Olympiade sera organisé à partir du mois de juillet jusqu’en octobre 2019 avec la participation de plus de 2.000 jeunes de SOS Villages d’Enfants et des élèves issus des établissements scolaires (collèges et lycées) privés et publics à Antananarivo, Antsirabe, Toamasina, Mahajanga, Toliary. La finale de cet Olympiade aura lieu les 04 et 05  octobre 2019, cœur de la célébration du 10e de « GoTeach » avec la présence des dirigeants internationaux de Deutsche Post DHL Group et de SOS Villages d’Enfants International », ont indiqué les responsables auprès de DHL.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Messe de Pâques : Le couple présidentiel à l’EKAR Ambatomiady

Avec l’arrivée de cette nouvelle cloche, l’EKAR Ambatomiady dispose désormais des infrastructures aux normes.

Andry et Mialy Rajoelina ont fait don d’une cloche de 250kg à l’Eglise catholique de cette commune difficilement accessible au niveau du District d’Antanifotsy.

Jour de paix et des bonnes actions. C’est ainsi que Pâques représente pour les chrétiens. Cette année, et ce, pour son premier Pâques en tant que président de la République élu, Andry Rajoelina et son épouse Mialy Rajoelina ont choisi de passer ce moment aux côtés des paysans de la Commune d’Ambatomiady, dans le District d’Antanifotsy. Dimanche dernier, le couple présidentiel a assisté à la messe du dimanche de Pâques aux côtés des fidèles catholiques de l’Eglise Notre-Dame de Lourdes d’Ambatomiady. Une commune très reculée et difficilement accessible située dans le District d’Antanifotsy, Région Vakinankaratra. La route de 15 km reliant le chef-lieu du District d’Antanifotsy à la Commune d’Ambatomiady se fait en 5 heures de temps. Par ailleurs, seuls les véhicules 4X4 d’une robustesse sans faille peuvent franchir cette route qui se trouve dans un état presque impraticable. Selon un « Raiamandreny » local, depuis l’indépendance, le président Andry Rajoelina est le seul président de la République ayant visité Ambatomiady.

Cloche. Force est de noter cependant que la relation entre la famille Rajoelina et l’Eglise catholique d’Ambatomiady ne date pas d’hier. Au mois d’août 2018, alors qu’Andry Rajoelina n’était pas encore au pouvoir, les fidèles ont fait appel à lui pour financer les travaux de construction de l’Eglise. La demande a obtenu satisfaction. Désormais, l’EKAR Ambatomiady, qui est un District nouvellement créé au sein du Diocèse d’Antsirabe, dispose d’un église aux normes. Par ailleurs, durant la messe de Pâques, le couple présidentiel a aussi fait don d’une grande cloche de 250 kg pour l’église. Le numéro Un d’Iavoloha a aussi fait la promesse d’offrir des tables bancs pour le collège nouvellement construit au niveau du chef-lieu de la commune. Par ailleurs, dans son discours, Andry Rajoelina a annoncé que l’Etat va intervenir pour accélérer la mise en œuvre du projet en vue de la réhabilitation de la route secondaire de 15 kilomètres reliant Antanifotsy-Ambatomiady.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Energies renouvelables : Un concours pour gagner 3 000 Euros

Dans le cadre du programme Eco-Ecoles portant sur le thème « Energie » et coordonné par « Madagascar National Parks », 19 établissements scolaires et 2 centres de formations professionnelles pour les femmes recevront une formation sur les énergies renouvelables. La formation est basée sur une approche participative qui permettra d’impliquer à la fois les enseignants et les élèves du niveau secondaire en mettant à leur disposition du matériel didactique portant sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. Elle vise à promouvoir l’énergie renouvelable dans le milieu scolaire.

Invités à Maurice. En outre, la formation va servir aux enseignants et à leurs élèves d’approfondir leurs connaissances sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique mais surtout permettra d’engager des actions concrètes au sein de leurs écoles. Et dans le dessein d’encourager les initiatives locales, chaque école participante est invitée à constituer une équipe d’élèves qui aura pour défi de concevoir un projet d’installation utile qui fonctionne avec une énergie renouvelable pour leur école et à l’ensemble de la communauté. Les promoteurs des meilleurs projets, représentés par deux élèves et un enseignant, de chaque pays de l’Océan Indien dont Madagascar seront invités à l’île Maurice au mois d’ août de cette année. Elles auront pour mission de présenter et de défendre leur projet devant un comité régional. En effet, le gagnant obtiendra un financement de 3.000 Euros afin de réaliser son projet. En participant à ce concours, les enseignants et les élèves auront appris non seulement les bases de l’énergie renouvelable mais aussi la conception, la rédaction, la soumission et la défense d’un document de projet du début jusqu’à sa réalisation finale.

Plus de 1 000 élèves. En parallèle, les écoles participantes auront également l’opportunité de rayonner et de défendre les couleurs de la Grande  Ile au niveau régional. Notons que plus de 1.000 élèves bénéficieront de cette formation en énergies renouvelables dans le cadre de la mise en œuvre de ce programme Eco-écoles coordonné par « Madagascar National Parks ».

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Pâques 2019 : 250 personnes dont 06 suicidaires admises à l’HJRA

On dirait que les dispositifs de sécurité mis en place par les forces de l’ordre afin de concrétiser l’objectif « Pâques sans accident » ont porté leurs fruits. Depuis le samedi 20 avril jusqu’au lundi 22 avril vers 16 heures, les deux services d’urgences (urgences chirurgicales et urgences et réanimations médicales) ont reçu 250 patients. 50 d’entre eux sont des personnes victimes d’accidents de circulation. 61 ont été blessés dans des bagarres soit des accidents à responsabilité civile. Par rapport à l’année dernière, le nombre d’accidents a connu une nette réduction pendant ces trois jours de fête. Ce qui est très encourageant, c’est de constater qu’aucun cas de décès n’a été enregistré auprès de cet hôpital pendant ces trois jours, malgré la tentative de suicide de 06 individus. Ayant avalé des pesticides et des médicaments, ces personnes ont eu la vie sauve après avoir été soignées au service de réanimation médicale. Aucun cas d’intoxication alimentaire n’est également signalé. Fait surprenant aussi, la diminution de la consommation excessive de boissons alcoolisées ;  seulement, trois cas ont été enregistrés. Il est à rappeler que la Gendarmerie nationale a déployé 4.500 éléments pour sécuriser la fête pascale dans la Capitale et ses environs si 3.100 policiers ont été mobilisés du côté de la Police nationale.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

«La Soupe de l’Est» Anjoma : Notafihan’ny andian-jiolahy efatra nitondra PA, voaroba hatramin’ireo ...

Ny sabotsin’ny paska teo tokony ho tamin’ny 09ora alina, ao anatin’ny mpanfija betsaka mihinana lasopy sy mirevy iny indrindra, no nisy ireto andian-jiolahy efa-dahy nisaron-tava nitondra moto scooter roa nanafika ny « la soupe de l’Est » Anjoma. Ny telo lahy no niditra tao anatin’ilay trano fisakafoanana, ny iray niandry ny moto sy nanara-maso ny manodidina. Raha vao niditra izy ireo dia efa hitan’ireo andian-jiolahy ny fitoeram-bolan’ilay tompon’ny trano fisakafoanana. Lasan’ireo andian-jiolahy ny vola iray tapitrisa ariary, niampy ireo fahana tao amin’izy ireo. Efa nanao “versement” ny tompon-trano taloha kelin’izao fanafihana izao, ka ny ambin’ny vola sisa io lasan’ireto andian-jiolahy ireto io. Nanapoaka basy nanao tifi-danitra indray mandeha ireo andian-jiolahy nampitahorana ireo mpanjifa tao amin’ity trano fisakafohanana ity. Talohan’ny nandehan’izy ireo dia mbola norobain’izy ireo koa ny mpanjifa tao amin’ity trano fisakafoanana ity. Nandritra ny fandromban’ireto jiolahy ny mpanjifa no nisy olona iray naratra tratran’ny daroka vodibasy, noho izy namaly tsy nanaiky nanome ny fananany. Saika ny finday sy ny vola no lasan’izy ireo nandritra izany. Tsy naharitra ela ny fanafihan’izy ireo ny “la soupe de l’Est” fa tena haingana, satria tonga aloha ihany ny mpitandro ny filaminana, saingy efa tsy hita ireo andian-jiolahy. Ankoatra izay, fantatra fa niisa 300 ireo polisy sy 285 ireo zandary nohetsehina tamin’ity paska ity nanao izay fitandroana ny filaminana teto Toamasina izay.

Malala Didier

Fikambanana “FITEVA” : Nanao kaongresy telo andro teto Toamasina

23 taona taorian’ny kongresy voalohany natao tany Fianarantsoa dia izao indray vao niatrika izany kongresiny izany ny Fikambanana Ifanampian’n’ny Terak’i Vakinankaratra, “FITEVA”. Nosafidian’izy ireo ny teto Toamasina ka tao anatin’ny telo andro niatomboka ny zoma teo, dia niatrika izany kongresiny izany ny fikambanana FITEVA manerana ny nosy. Ny zoma tao amin’ny efitrano malalaky ny talem-paritry ny fanabeazana atsinanana no nanaovana ny tena kongresin’ny fikambanana. Nandritra izany no nanavaozana ny lalana mifehy azy, ka isan’izany ny fotoam-piasan’ny filohan’ny fikambanana, sy ny fotoana tsy maintsy anaovana ny kaongresy, izay isaky ny telo taona. Tamin’izao fihaonam-be izao koa no nifidianana ny filoha vaovao, ka lany tamin’izany ny filoha vonjimaika teo aloha ihany, Atoa Ratovo Henry Abel. Nofidiana nandritra izany koa ny filoha lefitra isaky ny faritany, ka Atoa Andriamifidy Ernest no lany filoha lefitra isam-paritra ho an’i Toamasina. Ny sabotsy teo kosa dia nisy ny “Carnaval” nataon’ireo zanak’i Vanikanankaratra eto Toamasina sy ireo solontena manerana ny nosy tonga niatrika ny kongresy teto Toamasina. Teo amin’ny toerana malalaky ny lapan’ny tanana no nifanome fotoana izy rehetra sy ireo nasaina manokana. Nandritra izany no nampisehoan’izy ireo ny fomba amam-panao sy ny kolontsaina avy any Vakinankaratra sy ny maha-malagasy rehetra izay nohafanain’ireo mpitsoka mozakan’ny tafika sy ny tarika avy any Antsahadinta. Ankoatra izay, izay nentin’ny fikambanana FITEVA namarana ny kongresy lehibeny faharoa tao anatin’ny 23 taona izao, dia ny fifampiarahabana noho ny taona vaovao tao Andranomena Toamasina Suburbaine,, amin’ny lalam-pirenena faha-02. Nandritra izany no nisian’ny nofon-kena mitam-piahavanana teo amin’ireo samy mpikambana sy ireo nasaina.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Sport scolaire et diplomatie

La directrice nationale du sport scolaire France, le directeur de l’Union nationale du Sport scolaire Océan Indien et la ministre de l’Education nationale de l’Enseignement technique et professionnel par intérim, vendredi dernier.

Visite de la Directrice nationale du sport scolaire France et du Directeur de l’Union nationale du Sport scolaire Océan Indien au ministre de l’Education nationale

Vendredi dernier, la directrice nationale du Sport scolaire France, Mme Nathalie Costantini, et le directeur de l’Union Nationale du Sport Scolaire Océan Indien ont rendu visite au ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement technique et professionnel par intérim, Mme Madeine Rajo Fienena. Au menu de la visite, le renforcement des éléments de coopération entre l’Ambassade et Madagascar, avec une dimension également régionale avec l’Océan Indien, dans laquelle deux territoires français sont présents (Mayotte et La Réunion), axée sur le sport scolaire, qui favorise le savoir-être et le savoir-faire, bien au-delà du sport, un bien-être physique et mental et un épanouissement socioprofessionnel. Nous en reparlerons.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

GSDM : Des conseillers agricoles pour accompagner les exploitants agricoles

Lors de la sortie de la première promotion à l’EFTA à Ambatobe.

La première promotion des Conseillers en Agriculture de conservation et Agro écologie vient de sortir à l’EFTA Ambatobe.

Le Référentiel de certificat de spécialisation « Conseiller en Agriculture de conservation et Agro-écologie », validé par l’Etat en 2017, est appliqué depuis l’année scolaire 2017-2018, dans deux Ecoles de Formation de Technicien Agricole (EFTA). Il s’agit de l’EFTA d’Iboaka Fianarantsoa et de l’EFTA d’Analamalotra Toamasina, et ce, suivant l’Approche par les Compétences. Cette action entre dans le cadre de la rénovation de la Formation Agricole et Rurale (FAR), engagée par le ministère de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche (MAEP) en partenariat avec le GSDM, Professionnels de l’Agroécologie. Notons que ce Certificat de spécialisation « Conseiller en Agriculture de conservation et Agroécologie », est obtenu après une année de formation. Une première promotion de conseillers agricoles d’une trentaine d’étudiants vient de sortir à l’EFTA à Ambatobe.

Agriculture durable. L’objectif de cette formation est de disposer de techniciens agricoles capables d’accompagner les exploitants agricoles pour répondre aux besoins en compétences en Agriculture de Conservation et Agro écologie et dans le domaine du développement rural. En effet, vu les enjeux de l’épuisement des ressources naturelles, les défis de l’agriculture actuelle, les impacts du changement climatique, il a été reconnu par les différents acteurs impliqués dans le développement rural et la protection de l’environnement, la nécessité de disposer de compétences en Agriculture de conservation et en Agroécologie. Ce qui permettra de promouvoir une agriculture durable tout en assurant l’amélioration de la sécurité alimentaire à Madagascar.

Visibilité. Par ailleurs, dans le cadre de la mise en œuvre du projet PAPAM ou Projet d’ Amélioration de la Productivité Agricole à Madagascar, le GSDM appuie également deux nouvelles écoles de formation de techniciens agricoles. Il s’agit de l’EFTA de Bezaha Toaliara et d’Ambatobe Antananarivo, pour cette année scolaire 2018-2019 et un autre EFTA pour la prochaine année scolaire. L’organisation de cette cérémonie de sortie de promotion marquera l’importance du métier de conseiller agricole dans le développement rural. Ce qui contribuera en même temps à la promotion de la visibilité de cette rénovation qui consiste à l’adaptation des formations proposées aux besoins en compétences exigés par le monde du travail.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Lundi de Pâques : Des embouteillages monstres dans la périphérie

Nombreux sont ceux qui ont recherché la communion avec Dieu durant les festivités pascales.

Le week-end pascal s’est déroulé sans incident majeur, notamment à Antananarivo, à part les usuels accidents de la route souvent dus à un verre de trop.

Ce long week-end pascal, une plus ou moins longue trêve dans le rush quotidien, à été saisi au bond par le plus grand nombre, pour un peu plus de repos, de reconnexion avec la nature, ou encore, conformément à l’étymologie même du mot, à la reconnexion avec Dieu et la célébration de la foi, pour les Chrétiens. Religieusement parlant, Pâques est considérée comme la plus importante fête chrétienne. Toutefois, le week-end dernier, même les non chrétiens et les moins pratiquants d’entre les chrétiens ont vécu ce moment comme un instant d’apaisement. Si d’autres ont opté pour un long week-end à la campagne, en province (les destinations phares étant apparemment Majunga, Foulpointe, ou encore Tamatave, Manambato, etc.), certains ont préféré rester dans le cocon familial. Cependant, nombreux sont également ceux qui sont restés fidèles à la signification religieuse de l’évènement, lors de la semaine sainte, les églises et temples n’ont pas désempli, notamment lors du jeudi saint, preuve qu’en ces temps d’incertitude, voire de crise, nombreux sont ceux qui cherchent cette sécurité et cette sérénité dans cette transcendance et vérité absolue qu’est la religion, d’où ce mot qui retrouve ici tout son sens : reli-gare, relier les gens. Le temple luthérien d’Ambatovinaky, par exemple, a recensé plus de 1.500 fidèles jeudi dernier et autant dimanche.

Des bouchons ont « égayé » la vie des Tananariviens les vendredi et samedi derniers, juste avant Pâques.La réfection des trottoirs est-t-elle réellement plus urgente et prioritaire par rapport à celle des canaux d’évacuation ? Ce qui est sûr ici c’est que « faire le trottoir » rapporte de l’argent autant qu’il en occasionne de dépenses.

Commerce. Toutefois, nous ne pouvons ignorer la dimension commerciale, hautement importante et fortement ressentie des fêtes pascales, entre les buffets et offres

Les fêtes pascales, c’est aussi les petites sorties familiales ou amicales. Peu importe les moyens, qu’on soit à Andilana, Sainte-Marie, ou au By-pass ou au Zoo de Tsimbazaza, la joie est au rendez-vous.

diverses proposées par les établissements hôteliers, la préparation des festins et des accoutrements, car nombreux sont ceux qui pour Pâques voulaient se mettre sur leur 31 ! Ainsi en ville dans tout Tana pour être honnête, car même les périphéries étaient concernées  les vendredi et samedi derniers les embouteillages monstres et bouchons interminables ont fait leur loi. Ce qui a mis à rude épreuve les nerfs du Tananarivien, constamment pressé par le temps, comme par le coût de la vie, tout en respirant un air pollué dont la qualité est innommable. Et pour terminer, cerise sur le gâteau, la réfection des trottoirs qui en restreignant l’espace de circulation des voitures comme celle des passagers n’a fait qu’aggraver les embouteillages.

Luz Razafimbelo