Les actualités Malgaches du Lundi 23 Avril 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara195 partages

Violents affrontements sur la place du 13 mai : La démission de Hery Rajaonarimampianina réclamée par l...

La foule a mis le feu sur un pick-up abandonné par les forces de l’ordre sur le parvis de l’Hôtel de ville.

Ce jour, les députés de l’opposition invitent la population tananarivienne à venir nombreux à Analakely pour une grève générale.

Nouvelle journée sous haute tension pour les Tananariviens. En effet, malgré les pertes en vies humaines enregistrées à l’issue de la première journée de manifestation, les députés MAPAR, TIM, MMM et indépendants refusent de faire machine arrière. Au contraire, la radicalisation du mouvement est fortement envisagée. Si au début, les parlementaires de l’opposition ont réclamé le parvis de l’Hôtel de ville pour effectuer un compte-rendu des travaux réalisés durant les sessions extraordinaires du Parlement, désormais, ils exigent carrément le départ du président Hery Rajaonarimampianina. L’utilisation disproportionnée des forces armées en est la cause. Ce jour, l’opposition prépare une grève générale. Me Hanitra Razafimanantsoa, députée TIM élue à Tana I, a déclaré samedi que « le mouvement ne s’arrêtera plus jusqu’à la démission du président de la République ». Une annonce accueillie avec ferveur par la foule très remontée contre le régime HVM qui a désormais les mains maculées de sang après l’évènement de samedi dernier qui a fait deux morts et une vingtaine de blessés suite à des tirs à balles réelles effectués par les forces de l’ordre. Ce jour, les députés MAPAR, TIM, MMM et indépendants invitent tous les citoyens malgaches, les syndicalistes, les membres du FFKM, ainsi que les partisans de Marc Ravalomanana et ceux d’Andry Rajoelina pour une grande manifestation sur la Place du 13 mai. L’objectif étant de contraindre le  chef de l’Etat à démissionner. La vice-présidente de l’Assemblée nationale pour la Province d’Antananarivo a même lancé un appel à l’endroit des fonctionnaires pour un verrouillage total de la machine administrative à partir d’aujourd’hui. Reste à savoir si cet appel sera suivi.

Attroupements. Pour revenir à ce qui s’est passé samedi dernier à Analakely, la journée était marquée par de violents affrontements entre les partisans de l’opposition et les forces de l’ordre réquisitionnées par le Préfet de Police d’Antananarivo, le général Angelo Ravelonarivo qui a tout fait pour empêcher la tenue de cette « manif ». Tôt le matin, un millier de militaires, gendarmes et policiers a investi Analakely et ses environs. L’accès à la Place du 13 mai a été complètement bloqué. A 9h45, précédé par des « Mpiandry », les députés MAPAR, TIM, MMM et opposition, munis de leur écharpe, sont descendus depuis Ambohijatovo pour rejoindre le parvis de l’Hôtel de ville. Comme prévu, l’Emmoreg s’est intervenu dès le début de la grande marche en dispersant la foule par des jets de grenades lacrymogènes, depuis Andohan’Analakely jusqu’au niveau de l’hôtel Le Glacier. Des attroupements se sont également formés à Soarano, à Tsaralalàna et du côté du magasin Shoprite. Les forces de l’ordre ont été complètement encerclées. Vers 10h, un petit groupe dirigé par le député Rossy a réussi à entrer sur le parvis de l’Hôtel de ville après une altercation avec l’Emmoreg, mais le groupe a aussitôt été refoulé après quelques minutes.

Jets de pierres. Trois heures durant, l’Emmoreg a attaqué les partisans de l’opposition par des jets de grenades lacrymogènes, des bombes assourdissantes, des tirs à balles en caoutchouc et des tirs à balles à blanc. Les éléments des groupements spécialisés tels que la FIGN, l’UIR et le GSIS étaient particulièrement les plus violents contre des manifestants qui, eux non plus, n’ont pas reculé. Les courses-poursuites et les jets de grenades lacrymogènes se sont même poursuivis jusque dans l’enceinte de la « Croix-Rouge Malagasy », mais aussi à l’hôpital des enfants à Tsaralalàna où des bébés étaient asphyxiés par les gaz. Une violence inouïe qui a fait deux morts et 15 blessés dans les rangs des manifestants. Vers 12h30, à court de munitions, les forces de l’ordre étaient obligées de se replier et de quitter le parvis de l’Hôtel de ville. Pourchassés par la foule en colère qui a riposté par des jets de pierres, un groupe d’une quinzaine d’éléments de la FIGN s’est retranché à l’intérieur de l’Hôtel de ville. C’est là que l’on a enregistré deux blessés par des tirs à balles réelles, l’un a été touché dans le ventre et l’autre sur la tête. Les douilles ont d’ailleurs été récupérées par des manifestants.

Répression. Après le départ des forces de l’ordre, les manifestants ont investi la Place du 13 mai. Une grande première depuis le début de cette quatrième République. Faut-il rappeler que le régime Rajaonarimampianina a toujours maté les manifestations de l’opposition par l’utilisation des forces de répression. Pour cette occasion, Me Hanitra Razafimanantsoa a déclaré « qu’après ces actes de violences qui ont fait des morts, le mouvement des députés ne se limitera plus à un compte-rendu. Nous réclamons désormais la démission de Hery Rajaonarimampianina ». L’opposition prévoit en effet de descendre sur la place du 13 mai tous les jours. Hier, les manifestants ont prévu d’amener sur le parvis de l’Hôtel de ville le corps des victimes des échauffourées survenues la veille mais le programme a été annulé à cause de la présence massive d’éléments des forces de l’ordre qui ont investi ladite Place tôt le matin. Le nombre des militaires, gendarmes et policiers mobilisés a même triplé. Et ce,  malgré l’engagement d’un Officier de la Force d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (FIGN) qui a bluffé les députés de l’opposition pour libérer une quinzaine de ses hommes pris en otage par les manifestants, en affirmant que les forces armées vont assumer leur principale mission qu’est de défendre la population et ne vont plus utiliser la force contre les Malgaches. Ce jour, les députés appellent les Tananariviens à venir nombreux au « kianja » pour une nouvelle manifestation. On s’achemine vers une nouvelle journée de « sakoroka », puisque lors de sa déclaration à la Nation, le président Hery Rajaonarimampianina a déclaré que les forces de l’ordre vont prendre leurs responsabilités pour défendre les institutions.

Davis R

Midi Madagasikara51 partages

Mananara Avaratra : Nitifitra ny zandary, olona efatra maty ka mpianatry ny CEG ny iray

Ireo faty tetsy sy teroa.

Misaritaka ny vaovao voaray avy any Mananara avaratra mikasika ilay sakoroka nitranga ny sabotsy 21 aprily teo tao Mananara avaratra, noho ilay olanam-piarahamoninaiseho tao amin’ny tanana antsoina hoe Antanagnivo 25km miala ny fokontany Antanambao be kaomininaMananara avaratra. Raha ny nambaran’ny mponina izay namafisin’ny ben’ny tanana any an-toerana dia olona dimy no maty voatifitry ny zandary ka ny iray teo amin’ny lohany ary mpianatry ny CEG ny iray tamin’izany ; mbola misy olona dimy hafa naratra mafy voan’ny bala izay mandalo fitsaboana eo anivon’ny hopitaliben’i Mananara avaratra hatramin’ny sabotsy teo.  Hafa indray anefa ny tarehimarika avy amin’ny zandary araka ny tatitry ny borigadin’ny zandary any an-toerana tamin’ny lehiben’ny fari-piadidian’ny zandary Toamasina, satriaefatra indray ireo isan’ny maty voatifitry. Ankilan’izay dia milaza ihany koa ny vaovao azo avy amin’ireo vahoaka any an-toerana, fa misy zandary telo maty tratry ny fitsaram-bahoaka taorian’izao famonoana olona nataon’izy ireo izao ; samy nanadiso izany anefa na ny ben’ny tananan’i Mananara avaratra na ny fari-piadidian’ny zandary Toamasina. Nefa samy niaiky kosa izy ireo fa nisy ireo zandary nifanenjehan’ny fokonolona nandritra izao raharaha izao, saingy tsy tratran’izy ireo ary tsy maty izany tamin’izao sakoroka niseho tao Mananara avaratra izao. Raha hiverenana anefa ny tantara nahatonga izao sakoroka izao dia noho ny fanendrikendrehana nataon’ity mpiasan’ny mpandraharaha vokatry ny fanondrana antsoina hoe Romule ny mpiasany izay nampangainy ho nangalatra vola 1.000.000 ariary, izay maty ny daroka nataony azy nyfarany. Vokatr’izay dia tezitrany fokonolona ka nikasa ny hanao fitsaram-bahoaka ity mpampiasa azyi ty, saingy tafatsoaka tao Mananara avaratra izy ary namonjy tobin’ny zandary nitory indray ireo fokonolona nikasa hanao fitsaram-bahoaka azy. Raha nahalala izany ny fokonolona nirohotra teny amin’ny tobin’ny zandary, nefa izao tifitra variraraka izao no nahazo ireto fokonolona ka niteraka faty olona sy faharatrana olona maro izao. Nafahan’ny zandary anefa ingahy Romule izay niteraka hatezerana ho an’ireo fokonolona, ka mitohy ny fikarohan’ny fokonolona azy hatramin’ny sabotsyalina ka hatramin’ny fotoana nanoratana ny vaovao.

Malala Didier 

Midi Madagasikara51 partages

Trouble politique : Un nouveau risque de régression économique

Les troubles politiques sont toujours une source de décroissance économique.

Avec cette nouvelle crise qui se profile depuis les événements qui ont fait des morts et des blessés  ce week-end, les observateurs craignent  une régression économique pareille à celle de 2009 – 2013.

« Je suis devenu un Malgache, j’aime ce pays et j’ai investi tout mon argent ici. Maintenant mon souhait est que les politiciens puissent trouver rapidement un terrain d’entente pour arrêter  les troubles qui font énormément du mal à l’économie du pays ».  Ce propos est d’un commerçant chinois établi à Madagascar depuis plusieurs années. Ayant vécu plusieurs crises dont celle de 2009, il est bien placé pour parler des impacts néfastes de ce genre d’événement sur les activités, surtout commerciales des opérateurs économiques exerçant dans le centre ville. « A chaque jour de fermeture, nous enregistrons au moins 20 millions d’ariary de manque à gagner » précise-t-il. Et quand on sait que  les magasins se comptent par  plusieurs centaines, ce sont des milliards d’ariary qui sont perdus chaque jour. Sans compter bien évidemment, les entreprises non commerciales qui opèrent sur place.  Avec ce que cela suppose bien évidemment de risque de pertes d’emploi si la crise perdure dans le temps.

Croissance nulle. Bref, tout le monde a intérêt maintenant à ce que cette crise prenne fin rapidement et que les  protagonistes trouvent, dans les meilleurs délais, un terrain d’entente. En effet, les milliards d’ariary de pertes subies par les commerçants du centre ville ne sont qu’une infime partie de la perte économique qu’engendrera une nouvelle et interminable crise. Il suffit de se référer aux données de la Banque mondiale sur les impacts de la dernière crise de 2009.  Sorti en 2013, ce rapport indique notamment : « Avant la crise, la croissance économique de Madagascar était en moyenne de 5% par an. Toutefois, pendant la période 2009-2013 la croissance a été nulle. En prenant comme référence une croissance annuelle de 5%, le PIB en 2013 aurait été de 20% au-dessus de son niveau actuel, ce qui aurait représenté huit milliards de dollars supplémentaires pour l’économie malgache ». En somme, le même schéma économique catastrophique risque de se répéter si des solutions ne sont pas trouvées rapidement.

Au point mort. L’économie risque par exemple de se retrouver au point mort comme c’était le cas après 2009  où le revenu par habitant a chuté : « Madagascar a connu une forte croissance démographique (2,9%), la population ayant augmenté de plus de trois millions de personnes de 2008 à 2013. Avec un revenu national qui stagne,  le revenu par habitant en 2013 est retombé à son niveau de 2001 ». De même, la pauvreté pourrait augmenter fortement : « Les premières estimations indiquent que, de 2008 à 2013, la proportion de la population vivant sous le seuil de pauvreté (qui était déjà élevée avant la crise) a sans doute augmenté de plus de 10 points de pourcentage. Aujourd’hui, plus de 92% de la population vit avec moins de deux dollars PPA (parité de pouvoir d’achat) par jour, ce qui fait de Madagascar l’un des pays les plus pauvres au monde ». Une nouvelle crise pourrait également détériorer les indicateurs sociaux comme en 2009 où « en dépit de l’aide liée à la crise dans les secteurs sociaux, selon les estimations le nombre d’enfants non scolarisés a peut-être augmenté de plus de 600 000. La malnutrition aiguë des enfants reste un problème critique. Dans certaines zones, elle a augmenté de plus de 50%. De nombreux centres de soins de santé ont été fermés, et les parents pauvres ont dû assumer une lourde part du coût de scolarisation de leurs enfants, en raison de la défaillance du financement étatique. Cette évolution hypothèque le bien-être des générations futures ».

Après la période 2009 – 2013, le régime actuel, en raison de ses errements,  n’a pas encore su relever le pays du marasme économique. Une nouvelle crise ne fera qu’aggraver la situation. Vivement un retour rapide à la normale.

R.Edmond.

Midi Madagasikara48 partages

Marathon de Madrid : Une Malgache présente en 5h 02mn 27sec

Adepte de trail et de marathon en amateur, Haingo a fini les 42km en 5h 02mn 27sec.

L’un des événements sportifs le plus important d’Espagne a vu une Malgache courir les 42 km. Il s’agit de Haingo Andrianaivonirina Romeu qui a bouclé le circuit en 05h02min27. Elle a fait trois minutes de mieux que le marathon de Lyon, aidée par son lièvre Kely Brunner. « Ce fut dur, il faut très chaud et vraiment beaucoup de montées » nous a-t-elle déclarée, mais c’est une vraie découverte d’autant plus que le rock’ n roll marathon est une course qui se déroule en même temps dans plusieurs pays comme cela ». Ce marathon, à son 41e édition, est un véritable événement car déjà il est classé « Gold Label » par la Fédération Internationale d’Athlétisme, la plus haute catégorie liée au degré d’excellence. Elle ressemble aux prestigieuses courses comme le marathon de New York, de Londres et de Berlin. Mais le plus de ce marathon est qu’il fait partie du « Rock’n roll Marathon Series ». Selon les responsables « c’est le plus grand circuit de course à pied du monde, agrémenté de musique live avec quelque 20 scènes jalonnant le parcours, un festival à l’arrivée, une course parallèle de 10 kilomètres et un semi-marathon, le tout faisant de Madrid une véritable fête du sport ». Quant au parcours, c’est un véritable voyage que Madrid offre au sportif. On rêve de tels festivals musical, touristique et sportif en un pour Tana !

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara45 partages

En attendant la suite des événements

Les Tananariviens venus samedi à l’appel des députés de l’opposition sur le parvis de l’Hôtel de ville n’ont pas reculé devant le déploiement massif des forces de l’ordre. Ce fut la manifestation d’une exaspération longtemps refoulée. Cette force du désespoir a balayé cet EMMOREG qui a usé de tous les stratagèmes pour arriver à ses fins.  La foule, cette fois-ci, n’a pas faibli et a fait fuir ces militaires. Elle a enfin pu  exprimer ce qu’elle avait sur le cœur.

En attendant la suite des événements

Les Tananariviens qui ont forcé tous les barrages dressés devant eux ont pu dire tout haut ce qu’ils exprimaient depuis longtemps tout bas. Portés par l’élan populaire, les députés ont demandé la démission du président de la République. Cette exigence est devenue maintenant le leitmotiv des manifestants. Mais une fois affirmé, ce désir ne peut pas être exaucé tout de suite. C’est un long cheminement qui doit être accompli. Les militaires qui sont revenus en force hier pour boucler la place du 13 Mai ont préféré s’en aller pour  éviter l’affrontement.  On se rend compte qu’ils sont conscients de leur responsabilité et ne veulent pas être de simples exécutants. Ces événements de samedi se sont déroulés de manière tragique, mais il n’y a pas eu d’hécatombe comme lors de 1991 ou 2009. Le régime a été secoué. Le Premier ministre et le président du Sénat ont tenu des propos apaisants et prôné le dialogue. Le président de la République, de retour au pays, a préféré raidir son attitude et a tenu des propos très fermes, ne faisant aucune concession.  Maintenant, on attend la suite des événements. Comment va-t-on sortir de bras de fer qui est en train de s’installer ? Le chef de l’Etat n’a pas l’intention de céder et affirme que le chef de l’Etat n’a pas l’intention de céder et affirme que l’ordre doit être rétabli. Les manifestants estiment qu’il ne faut plus tergiverser et le forcer à partir. Les jours à venir vont être décisifs. Les manifestations du 13 Mai vont reprendre. Mais c’est au niveau institutionnel que l’affaire doit se régler. La bataille va se livrer à l’Assemblée et à la HCC. Ce sont ces lois électorales controversées qui doivent être retoquées. Cependant, la lame de fond de samedi dernier ne permettra pas un retour  en arrière. Tout doit se faire dans la légalité.

Patrice RABE

Midi Madagasikara38 partages

Manif à Analakely : Le gaz lacrymogène indispose les enfants hospitalisés à Tsaralalàna

Les effets des jets de grenades lacrymogènes des forces de l’ordre lors de la manifestation des députés de l’opposition, samedi dernier 21 avril, se sont fait ressentir au sein de l’établissement hospitalier le plus proche des lieux de la manifestation. En effet, le gaz lacrymogène est parvenu jusqu’à l’hôpital mère-enfant de Tsaralalàna, indisposant les enfants malades dans cet établissement. Ces petits patients ont ainsi été – pour reprendre les propos de certains parents d’enfants malades – les « victimes collatérales » de cette manifestation, réprimée au début par les forces de l’ordre. Si les rumeurs ont fait état de cas de décès d’enfants, asphyxiés par le gaz lacrymogène dans cet hôpital des enfants, les autorités sanitaires, en l’occurrence le directeur général des établissements hospitaliers universitaires, le Pr Yoël Rantomalala, ont précisé, hier, qu’aucun décès lié à la manifestation de samedi n’était à déplorer au sein de cet hôpital. Néanmoins, des parents d’enfants malades hospitalisés à Tsaralalàna n’ont pas manqué de manifester leur colère face à la situation. « Nos enfants sont victimes malgré eux des jets de grenades lacrymogènes. Il ne faut pas que ces objets destinés à disperser la foule soient utilisés à proximité de l’hôpital où des enfants malades sont soignés, dont certains se battent pour leur survie », s’indigne une mère d’un enfant hospitalisé qui a voulu garder l’anonymat. Les grenades lacrymogènes étaient lancées essentiellement du côté d’Analakely et d’Andohan’Analakely mais le vent a conduit le gaz lacrymogène jusqu’à Tsaralalàna, à deux pas des lieux du face-à-face manifestants – forces de l’ordre.

Hanitra R.

Midi Madagasikara37 partages

Toliara propre : La coopération allemande renouvelle sa confiance

La cérémonie de lancement de PASSAT-2.

Après plus de trois années d’activités, le projet Assainissement Solide et Sécurité Alimentaire à Toliara (PASSAT) de l’ONG « Welthungerhilfe » (WHH), financé la BMZ allemande, tourne la page, avec un bilan positif et en ouvre une nouvelle : le « PASSAT-2 », officiellement lancé le 18 avril par Jules Rabe, chef de la Région Sud- Ouest.

Trois années supplémentaires, c’est ce que le ministère de la coopération  a accordé à la ville de Tuléar avec lancement de PASSAT-2. Sans incitation vers l’assistanat, mais plutôt éducation de la population, le nouveau projet est orienté vers la pérennisation du système. Il vise l’amélioration de l’hygiène et la santé publique, le développement économique de la ville. Il crée davantage d’emplois ainsi que la promotion de plusieurs activités génératrices de revenu. L’objectif principal est de renforcer encore plus le partenariat avec la Commune urbaine de Tuléar afin d’améliorer le système de gestion des déchets solides pour finir progressivement autonome.

Service plus performant. Une augmentation de la capacité de collecte journalière de déchets de 40 à 70 tonnes. En outre,  des investigations et plaidoyers seront menés afin d’acquérir les pistes nécessaires pour financer la gestion des déchets. De nouvelles entreprises sociales basées sur la récupération et le recyclage de déchets verront le jour aux côtés des trois entreprises déjà opérationnelles. Ce qui pourra augmenter les 150 emplois déjà créés ces trois dernières années. Une implication de plus en plus progressive du secteur privé, des partenaires locaux et de la communauté entière sera aussi engagée et stimulée pour développer une nouvelle ville  comme vitrine et une référence pour les autres municipalités de Madagascar.

Charles RAZA

Midi Madagasikara33 partages

Hery Rajaonarimampianina : Contre une nouvelle crise

Hery Rajaonarimampianina met en garde contre toute tentative de coup d’Etat.

Sa déclaration à la Nation d’hier semble loin de favoriser l’apaisement après l’événement meurtrier de samedi dernier.

Le président de la République a été absent du territoire durant l’événement de samedi dernier. Il a quitté le pays en catimini et il est rentré en catimini. Quoi qu’il en soit, Hery Rajaonarimampianina a fait une déclaration à la Nation hier sur ce qui s ‘est passé avant-hier sur la Place du 13 Mai. « Ce qui s’est passé s’apparente purement et simplement à un coup d’Etat. Or, nous continuions jusqu’à présent de supporter les séquelles des crises qui ont anéanti les efforts de développement réalisés dans le pays.», a-t-il affirmé. Avant d’avertir : « Madagascar est un Etat de droit. Gare aux fomenteurs de troubles.  L’Etat va prendre ses responsabilités. Les forces publiques vont défendre jusqu’au bout les Institutions démocratiques du pays. » Le président Hery Rajaonarimampianina a rappelé aux journalistes leur véritable mission en soulignant que le métier de journaliste est un sacerdoce.  « Le coup d’Etat n’est pas la solution. Je suis un homme de dialogue. », a-t-il déclaré. Le chef de l’Etat se rendra aujourd’hui à Toamasina pour la pose de première pierre de l’extension du port local.

Dialogue. Avant le président de la République, le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier s’est exprimé sur l’événement du 21 avril 2018. Le locataire de Mahazoarivo a fait savoir que le régime est toujours prêt à dialoguer. Il a par ailleurs promis une ouverture d’enquête sur la mort de deux personnes durant la manifestation organisée samedi dernier à Analakely par les députés du TIM et du Mapar. En tout cas, on attend aujourd’hui l’évolution de la situation. Les députés de l’opposition appellent la population tananarivienne à rejoindre ce jour à partir de 10 h le parvis de l’Hôtel de ville. Hier, dès le petit matin, la place a été occupée par un lourd dispositif militaire. De nouveaux affrontements ne sont pas donc à exclure ce jour.

R. Eugène
Midi Madagasikara31 partages

Union européenne : Appel au dialogue

L’événement de samedi dernier a fait réagir la communauté internationale. Hier, les ambassadeurs des Etats membres de l’Union européenne à Madagascar ont exprimé leur compassion et leur solidarité avec les familles des victimes de cet événement.  Ces diplomates ont en même temps appelé tous les acteurs politiques à faire preuve de responsabilité et de retenue et à privilégier le dialogue. Ils déplorent également l’utilisation de la violence.

Elections inclusives. Par ailleurs, l’Union européenne confirme sa position de principe en faveur d’élections présidentielles  crédibles, transparentes et inclusives. L’Union européenne réitère dans sa déclaration que cette élection présidentielle devrait se tenir cette année. Elle rappelle la nécessité de respecter les droits de l’Homme, notamment la liberté d’expression et le droit de réunion pacifique.

R. Eugène

Midi Madagasikara25 partages

Vangaindrano : Olona 4 maty nokaikerin’ny alika romotra

Raha araka ny fampitam-baovao samihafa voaray, dia faritra maro eto amintsika no mbola ahitana alika romotra mirenireny amin’izao. Olona efatra voalaza fa voakaikitry ny alika romotra, ny zoma teo, tao Betoafo Distrikan’i Vangaindrano no maty rehefa tonga tao amin’ny hopitalibe. Tezitra ny fianakavian’ireo mana-manjo ka nikaroka an’ireo alika romotra nirenireny eran’ny tanàna, ka namono avy hatrany ireto biby. Fa mbola tany Vangaindrano izay hatrany, dia zazalahy iray sahabo ho 13 taona eo no maty dobo an-drano raha namonjy ny lakana nentiny izay lasan’ny rano, tao amin’ny reniranon’i Menagnara ny zoma teo, ary hita faty afak’omaly tolakandro.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara25 partages

Banque : LA BOA facilite l’accès au crédit pour le personnel du ministère de la Justice

Le partenariat public-privé est une réalité dans le secteur bancaire. La BOA Madagascar et le ministère de la Justice viennent encore de le démontrer en  signant une convention de partenariat. A travers cet accord signé la semaine dernière, la BOA met à la disposition du personnel du ministère de la Justice, une gamme de services étudiés, modernes et innovants. Le personnel de ce ministère a ainsi accès à des conditions préférentielles, notamment un taux d’intérêt réduit, pour tous les prêts personnels. Ces réductions s’appliquent à tous les crédits octroyés par la banque, à savoir : « le prêt Tous à l’Ecole », « le prêt Vaha-Olana », « le prêt Evénement Familial », « le prêt Epargne Ambition », les crédits à la consommation, ainsi « le prêt Immobilier Akany ». Cette convention va permettre aux deux parties d’atteindre un objectif commun qui est de progresser dans la recherche du bien-être des membres du personnel  du ministère de la Justice à travers la promotion de l’accès au crédit pour tous et de l’accès au logement décent. En tout cas, à travers ce genre de convention qu’elle passe avec de nombreuses entités publiques ou privées, la BOA confirme son statut de banque universelle.

R.Edmond.

Midi Madagasikara25 partages

Place du 13 Mai : La CNIDH dénonce

Les déclarations se succèdent après l’événement sanglant et meurtrier de samedi dernier. Du côté de la CNIDH (Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme), on crie à la violation de la Charte Africaine des Droits de l’Homme, de la Convention de Genève et de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. « Les débordements, le recours aux gros bras et l’usage d’armes de guerre ne peuvent qu’aggraver les tensions déjà fortes du fait que la manifestation et sa répression ont fait des victimes. », déplore la CNIDH dans son communiqué. La commission, touchant mot de deux personnes tuées par des tirs à balles réelles samedi dernier sur la Place du 13 Mai, rappelle : « La personne humaine est inviolable. Tout être humain a droit au respect de sa vie et à l’intégrité physique et morale de sa personne. Nul ne peut être privé arbitrairement de ce droit. »

Deux obus de gaz lacrymogène. Evoquant la Convention de Genève, la CNIDH souligne : «Tous les blessés, malades et naufragés, à quelque partie qu’ils appartiennent, seront respectés et protégés. » Or, elle a constaté samedi dernier que des blessés ont quitté l’Avenue de l’Indépendance pour se réfugier au Dispensaire Mère-Enfant de Tsaralalàna et y recevoir des soins. « Des éléments des forces de l’ordre à bord d’une 4×4, d’après des témoins, les y ont poursuivi et jeté dans l’enceinte du dispensaire deux obus de gaz lacrymogène. », dénonce la CNIDH dans son communiqué.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara19 partages

Crises cycliques : La cinquième plane sur le pays

Entre la première crise politique de 1972 et celle de 1991, il y avait  19 années d’intervalle. Soit 8 de plus qu’entre 1991 et  la troisième crise en 2002. Et entre 2002 et 2009, il n’y avait plus que 7 années. En somme, le cycle entre deux crises s’est raccourci au fil des ans et des Républiques, même si l’intervalle par rapport à la quatrième sera plus long en cas de cinquième  crise en 2018, la première sous la Quatrième République où tout pourrait encore partir de la Place du 13 mai qui fait et défait les régimes.

Selon le préambule de la Constitution, « le non-respect de la Constitution ou sa révision en vue de renforcer le pouvoir des gouvernants au détriment des intérêts de la population sont les causes de crises cycliques ». Force est constater que les violations de la Constitution se sont multipliées sous la Quatrième République pour ne citer que le non-respect du fameux article 54 de la loi fondamentale qui prévoit que « le président de la République nomme le Premier ministre présenté par le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale ». Ce qui n’était pas le cas de Kolo Roger ni de Jean Ravelonarivo ni de Mahafaly Solonandrasana Olivier.

Biaisé. C’est dire que le fonctionnement du mécanisme constitutionnel était biaisé dès le départ. Il ne faut pas alors s’étonner si les problèmes s’accumulent à l’approche de l’arrivée, c’est-à-dire à quelques mois de la fin du quinquennat durant lequel la séparation et l’équilibre des pouvoirs consacrés par la Constitution  ont été sacrifiés récemment sur l’autel pour ne pas dire l’hôtel Paon d’Or où l’Exécutif avait en quelque sorte, « séquestré » les députés pro-régime qui étaient, il est vrai, des victimes consentantes moyennant paraît-il des espèces trébuchantes. Combien de fois des députés et sénateurs se sont rendus au Palais d’Iavoloha alors que l’article 94 de la Constitution dispose que « le président de la République communique avec le Parlement par un message qui ne donne lieu à aucun débat ».

Ultime test. La HCC censée être le gardien a fait preuve de complaisance face à toutes ces violations de la loi fondamentale. Pour ne rappeler que l’article 72 alinéa 1er de la Constitution qui dispose que « durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s’est fait élire ». L’alinéa 2 d’ajouter qu’ « en cas d’infraction à l’alinéa précédent, la sanction est la déchéance qui est prononcée par la HCC ». Ce qui est renforcé par l’alinéa 4 selon lequel « la déchéance d’un député peut également être prononcée par la HCC s’il dévie de la ligne de conduite de son groupe parlementaire ».  Or, bon nombre de députés ont été débauchés par le HVM qui n’avait aucun élu dans les travées de l’Assemblée nationale, sans avoir été déchus par le juge constitutionnel, en dépit des requêtes déposées par les groupes au nom desquels ils s’étaient fait élire. Les trois lois électorales sont l’ultime test de crédibilité pour la HCC de qui dépend la survenance ou pas d’une cinquième crise – pré-électorale cette fois – après la quatrième qui s’était produite il y a 9 ans. Le temps d’un mandat pour les membres actuels de la HCC s’ils arrivent jusqu’au bout.

R. O
Midi Madagasikara18 partages

Fandrobana tetsy sy teroa : Olona sivy nosamborina ny asabotsy teo

Sinema ve sa tena fandrobana ity nitranga tao amin’ny magazay etsy Behoririka. Mbola mipetraka ny fanontaniana hatreto. Ny antony mantsy dia tsy nisy na inona na inona mihitsy tao anatin’ny magazay, na « vitrine » aza. Na izany aza anefa, dia nisy fanafihana izany. Teo amin’ny 15 lahy teo no nanao izay hamohana amin-kery ny toerana. Rehefa voavaha ny varavaram-by, dia niala fotsiny ireo ary nisy andiany hafa indray niditra tao. Magazay efa foana  no novantanin’ireo mpandroba. Tao anatin’izay fotoana izay koa no tonga ny mpitandro ny filaminana avy eo anivon’ny polisy ary nanao ny fisamborana. Ireo izay tratra farany no nentin’ireo teny amin’ny biraony ary nanokafana fanadihadiana avy hatrany. Fito ireo, raha araka ny fanamarinana natao no notazonina. Etsy andanin’izay, nisy koa ny andian’olona izay nandroba tao anatin’iny fotoana mahamay tetsy Analakely iny. Ny tena nahatalanjona aza, dia ny fiaran’ny Emmo-Regno azon’ireo ny kodiarana. Izany hoe talohan’ny nandorana izany teo amin’ny tokotaniben’ny lapan’ny tanàna, dia mbola samy naka izay azo nesorina aloha ireo mpanararaotra. Ho an’ireto voasambotra, dia sarona niaraka tamin’ny kodiarana izy ireo. Izy roa lahy ireo no nahafeno ho sivy ny olona izay tazonina etsy amin’ny biraon’ny polisy foibe etsy Tsaralalàna. Raha ny fandinihana ny fanaon’ireo olona, indrindra ireo nandroba tetsy Behoririka, dia olona voakarama ireo. Tsy misy olona handroba izany ka nijanona teo amin’ny famakiana ny varavarana fotsiny dia niala. Soa fa mba nijanona andro mazava ny hetsika tetsy Analakely, satria ahiana ho zavatra hafa mihitsy no nitranga raha nitohy ny alina iny. Efa be loatra mantsy ireo mpanararaotra izay nihaodihaody teo an-toerana ary efa niandry fotsiny ny maizin’andro mba hanaovana ny asaratsiny.

D.R

Midi Madagasikara15 partages

Antsirabe : Vola sandoka sy sokatra sarona

Miparitaka ny vola sandoka mivezivezy eto Antsirabe amin’izao, sarona ny tompon’antoka tamin’izy ity niampy ny namany iray izay nahatrarana sokatra maro be , rehefa nosavaina ny trano fonenany.Lehilahy iray  tompon’ny ketrika no efa voasambotry ny mpitandro filaminana teto Antsirabe, ny Talata lasa teo vokatry ny fanaparitahana vola sandoka. Mampiasa vola amin’ireny orinasan-tserasera   mikirakira vola amin’ny alàlan’ny fandefasana vola amin’ny finday ity lehilahy ity, vola sandoka anefa no ampiasainy ka mifindra toerana hafa izy, avy eo maka ny vola madio. Toy izay hatrany ny fomba fiasany, tsy nionona tamin’izay anefa izy fa mbola nampiasa ireo vola sandoka ireo ihany tamina toerana fialam-boly iray teto Antsirabe, tao no nisy nahatsikaritra fa vola sandoka no nampiasainy. Niantso ny mpitandro filaminana avy hatrany ny tompon’andraikitra ka sarona teo ilay rangahy. Rehefa nosavaina ny Hotely niperahany, dia mbola nahitana vola sandoka 10 000 ariary maro be ka 10 tapirisa ariary ny fitambarany. Marihina  fa tsy mponina avy eto Antsirabe io lehilahy io fa hanao ny asa ratsiny no nahatongavany teto.  Tsy nijanona teo ny fanadihadiana, fa rehefa natao ny famotorana  dia nanoro ny namany iray hafa izy, izay mipetraka any Ampefy Soavina Antananarivo. Niroso tamin’ny fisamborana ity farany koa ny mpitandro filaminana. Tsy afa-niala ranamana fa nahitana vola sandoka 20 000 ariary am-polony maro koa tao aminy. Ankoatra izay dia gony feno sokatra kely tsy latsaky ny 50  koa no nafeniny tao anaty gony, hita tao amina lavadrano maina nisy trano fonenany.

Andry N.

Midi Madagasikara14 partages

Mahamamba Antehiroka : Fiara hamonjy lanonana latsaka tanaty rano

Fiara iray no dobo rano tetsy Mahamamba Antehiroka, ny sabotsy antoandro teo. Raha ny angom-baovao azo, dia tsy nisy ny aina nafoy anefa na ny naratra tao anatin’izany. Ny loharanom-baovao teny an-toerana no nahafantarana fa handeha hamonjy lanonana ity fiara ity no tojo io loza tsy nampoizina. Ary voatery sy natao fanahy iniana mihitsy no nandefasana azy tany anaty rano. Teny an-dalana iny mantsy dia nanomboka nisy setroka nivoaka tao amin’ny “capôt” ary tsy ela akory dia nisy lelafo nivoaka. Teo no nikoropaka avokoa ny rehetra ka samy niezaka namono ny afo. Toa vao mainka anefa nihanitombo izany. Tratry ny tsy azo nanoharana ireto farany ka ny hany hery azo natao ny nandefa ilay fiara tao anaty rano, izay teo akaiky teo ihany koa moa. Rehefa maty ilay afo vao nampakarina tao ilay fiara, izay avotra soa aman-tsara tamin’ny afo. Hatreto dia tsy fantatra mazava ny antony niavian’izany afo izany. Azo heverina anefa fa mety ho pitik’afo nahazo fantsona nitondra lasantsy no nahatonga izany. Saika io tranga io foana moa matetika no mahazo ireo fiara tra-doza eny an-dàlana. Ary tsy ny fiara ihany anefa, fa mety tratra an’izany ihany koa hatramin’ireo kodiaran-droa aza. Vao ny faran’ny herinandro, raha ny fantatra no nisy môtô kila hotohoto ihany koa teny amin’iny lalan’i Talatamaty iny.

m.L

Midi Madagasikara12 partages

Réactions

Erick Rajaonary.Erick RajaonaryAppel au calme et au dialogue

« Au vu des circonstances actuelles, j’invite tous mes compatriotes à agir dans le  calme, dans le respect mutuel, ainsi que la protection des biens et surtout la sauvegarde de la vie humaine.

J’encourage tous les protagonistes à privilégier urgemment le dialogue afin de trouver une issue à cette crise.

La liberté d’expression est un droit fondamental qu’il convient d’appliquer selon les règles démocratiques.

Bien évidemment mes pensées vont aux familles des victimes auxquelles je présente mes sincères condoléances ».

 

José Vianey.José VianeyContre le versement du sang de compatriotes

« Face à ce qui s’est passé le 21 avril 2018 à Analakely, le « Rassemblement pour l’Avenir de Madagascar » (RAM) et les différentes associations qui soutiennent ma candidature à l’élection présidentielle condamnent le versement du sang de compatriotes quelles que ce soient les divergences d’idées sur le plan politique. C’est pour prévenir pareil drame que le RAM a proposé comme solution la réconciliation nationale et la refondation de la République.

Il faut des lois électorales acceptées par tous pour éviter les éventuels conflits pendant les élections. Et ce, pour qu’il n’y ait plus de blessés et ni de morts parmi nos compatriotes qui sont une tragédie et une malédiction pour le pays.

Le RAM et lesdites associations s’inclinent avec respect devant ceux qui ont perdu leur vie et présentent leurs condoléances aux familles endeuillées par les événements du 21 avril 2018. Nous souhaitons prompt rétablissement aux blessés. Que Dieu nous bénisse, nous et notre pays ».

Recueillis par R. O

Midi Madagasikara9 partages

Manif de l’opposition : Deux morts et 15 blessés

Deux morts et 15 blessés. C’est le bilan des affrontements entre les partisans des députés de l’opposition et l’Emmoreg. Un homme qui s’avère être un proche d’une députée TIM élue à Tana VI, a succombé à l’hôpital HJRA, suite à une blessure par balle reçue dans l’abdomen, tandis qu’un autre, touché par une balle réelle sur la tête a perdu la vie également à l’HJRA, hier, à 4h du matin. Des rumeurs affirment aussi que deux enfants auraient été morts asphyxiés à l’hôpital des enfants à Tsaralalàna mais pour l’heure, aucun responsable n’a confirmé cette information. 15 blessés ont également été recensés dans cet hôpital. Deux députées, à savoir Anyah élue à Tana III et Volahaingo Marie Thérèse élue à Bealalana ont eu, quant à elles, des blessures superficielles. Il convient de noter que des membres de la presse ont aussi subi des violences lors de cet évènement, à l’exemple d’une journaliste de Free FM qui s’est évanouie après avoir été asphyxiée par une bombe lacrymogène.

Davis R

News Mada7 partages

Fianakaviambe iraisam-pirenena :; “aoka hajaina ny fahalalahana maneho hevitra”

 Halohalika ny ranombary  ary manahy  tanteraka ny eto an-toerana sy ny  any  ivelany. Namoaka fanambarana ny  eo anivon’ny fianakaviambe  iraisam-pirenena.  Nanampy izany koa ny avy amin’ny fiarahamonim-pirenena. 

“Ilaina ny  fanajana  ny zon’olombelona.  Tafiditra ao anatin’izany ny fahalalahana  sy fahafahana maneho hevitra.  Ny zo hamory vahoaka  anaty filaminana”, hoy ny fanambaran’ireo mpikambana  eo anivon’ny Vondrona eoropeanina  (UE), ahitana an’i  Frantsa, Alemaina, Grande Bretagne sy ny maro hafa miaraka amin’ireo masoivohony  avy,  omaly.  Manitrikitrika hatrany  koa izy  ireo ny hirosoana amin’ny fifidianana hotanterahina amin’ity taona ity.

Miantso fifanatonana sy fifampiresahana

 Takin’izy ireo  kosa anefa ny  hanaovana izany ao anatin’ny mangarahara sy tsy manilika  fa andraisan’ny rehetra anjara  ary fifidianana eken’ny  rehetra sy azo antoka. Tsy mijanona eo  ihany anefa izany. “Miantso ny mpisehatra politika  rehetra sy  ny tompon’andarikitra izahay mba   hifanatona  sy hifampiresaka. Tsy azo ekena  koa ny  fampiasan-kery manoloana  izao toe-draharaha izao”, hoy ihany izy ireo.

Tsy mifanalavitra amin’izany  koa ny  fanambaran’ny masoivoho amerikanina eto amintsika.

 « Tsy mahafehy ny fitantanana firenena ny mpitondra ”

 Anisan’ny nanao  nanao fanambarana koa ny eo anivon’ny Komitin’ny fahamarinana sy ny fandriampahalemana ary ny fiadanana  (K3F). “Manameloka amin’ny herinay rehetra ary manamafy koa ny fehinkevitry atrikasa natao  tany Fianarantsoa ny herinandro teo  fa ampy  izay  ny  ra latsaka eto amin’ny firenena”, hoy izy ireo tetsy Amparibe, omaly. Nanterin’izy ireo  fa tsy  mahafehy ny fitantanana firenena  intsony ny mpitondra ka  tsy  tokony  hiziriziry. “Aoka ianareo handray fanapahan-kevitra hampitony izao  savorovoro izao…  Mampahatsiahy koa izahay  fa tokony  hanorina firenena anjakan’ny fahamarinana  sy fiadanana ny  tanjona  ka aoka hifampidinika  ny ankolafin-kery rehetra mba hirosoana amin’ny fifampidinihana sy ny  fampihavanana”, hoy  ihany ny K3F.

Nanao antso  avo  ho an’ny mpitandro filaminana koa izy ireo mba  tena  ho  tandroka aron’ny vozona ka  hiaro ny vahoaka sy ny fananany. “Mba hiaro lalandava ny fahalalahana  maneho hevitra , zo fototra  voalazan’ny lalàmpanorenana”,  hoy izy ireo.  Niantso ny raimandreny eo anivon’ny FFKM  koa ny K3F mba hanohy  ny ezaka efa natao, hampihavana ny Malagasy.

Synèse R. 

Midi Madagasikara7 partages

« Mage 4 » et ses inconditionnels : La communion à son summum

Ken chantant devant un public à l’affût.

« Mage 4 » sort l’artillerie lourde ! C’est le moins que l’on puisse dire sur le grand show d’hier. Avec un Palais des Sports plein à craquer au sens propre du terme, une organisation presque parfaite, une sonorisation quasiment sans faille, le groupe de rock a relevé son défi haut la main.

Entre « Mage 4 » et les passionnés, la flamme du grand amour a été ravivée ! Depuis les longues queues de l’entrée jusque dans les coulisses, l’euphorie gagne tout un chacun. Laissant un peu de couleurs, et surtout des jeans se déteindre sur le noir habituel du rock, le grand public a répondu présent et en masse à ce grand rendez-vous de l’année.

Pour ouvrir les « festives » comme il se doit, les chansons de célébration démarrent le playlist et ne s’arrêtent pas. A chaque première note de musique, la foule n’hésite à pas à crier à l’unisson pour démontrer cette ferveur sans borne. Les titres comme « Fiderana » entonné en chœur, font le bonheur de tout un chacun. Et c’est parti pour un tour! Ken et ses compères ont repris les incontournables du groupe, tout en mettant en avant les morceaux comme « Aza hitserana ». Déjà sur les lèvres des inconditionnels,  il a été facile pour ces passionnés d’entonner ces titres vite devenus des tubes. S’enchaînent alors les « Hafatra », « Ilay sary izay vitanao », « Ny teninao », « Fo vaovao », “Tapitra hatreo ireo taraina” ou encore  « Tsy sahy”… un beau répertoire sillonnant un quart de siècle.  Une émotion qui transparaît sur des visages heureux souriants et dans le feeling. La grande famille étant toujours à l’affût n’en démord pas.

De par ce spectacle, « Mage 4 » a montré qu’en 25 ans, le groupe n’a  pris aucune ride, au contraire, la voix de Ken a gagné en force, tout comme les titres du groupe qui respirent un second souffle. De même, les musiciens se mettent sous les projecteurs et se font connaître des inconditionnels au même titre que le leader vocal. En dépit d’une conjoncture plutôt périlleuse, le public a pu profiter de ce moment qui entrera certainement dans les annales.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara6 partages

Tennis de table : Les filles et garçons par équipes en demi-finales

Un bon début. Les jeunes pongistes malgaches sont tous qualifiés pour les demi-finales du tournoi  par équipes du tennis de table des 11es Jeux de la CJSOI à Djibouti. Lors de leur première confrontation, les filles ont terrassé les Seychelloises par 3 victoires à 0. Sarobidy a battu Aurélie Toussaint par 3 à 2, puis Ny Antsa a pris le dessus sur Boniface par 3 sets à 0 avant que la paire formée par Ny Antsa-Sarobidy s’impose par 3 sets à 0 contre Bristol-Aurélie. Du côté des garçons, les Luciano, Fahazavana, Angelo et Gilberson ont défait les Réunionnais par trois victoires à 1. Les demi-finales se disputeront ce jour au Gymnase du Stade Gouled, Djibouti.

T.H

News Mada5 partages

Fifaninanan-kira frantsay : voalohany i Ravaka sy i Imonjagena

Notanterahina omaly ny dingan’ny famaranana tamin’ny fifaninanana hira amin’ny teny frantsay, tetsy amin’ny Alliance française (AFT) etsy Andavamamba. Efa andiany fahenina ny tamin’ity taona ity ka miisa 26 ireo niatrika izany dingan’ny  famaranana izany. Nibata ny laharana voalohany, tamin’ny sokajy “interprétation” na fanaovana hiran’olona, Rasolonomenjanahary Ravaka Sarah, tamin’ny alalan’ny hiran’i Lara Fabian, mitondra ny lohateny hoe “Je t’aime”. Tamin’ny sokajy “création” na famoronana, kosa, namirapiratra sy nambabo ny fon’ny mpitsara i Imonjagena Georges Wynalda, avy any Toliara. “Ne pleure pas” ny lohatenin’ny hira nentiny. Tsapa ny fahamaroan’ny tanora malagasy manan-talenta. Ny sehatra toy itony no anisan’ny lalana mampisoka-baravarana azy ireo.

Teo amin’ny sokajy “interprétation” ihany, laharana faharoa i Elinambinina Moony Juliane, avy any Toamasina, tamin’ny hira “Aimer jusqu’à l’impossible”, an’i Tina Arena. Nahazo ny laharana fahatelo kosa i Egayante Berthinesse, avy any Toliara, tamin’ilay hiran’i Jean-Jacques Goldman mitondra ny lohateny hoe “Pas toi”.

Nambabo ny fon’ny mpitsara manokana na ilay antsoina hoe “coup de Coeur” kosa Raoelison Andriamasy Aina Tiavina, avy any Ambatondrazaka, nihira ny “Les vieux mariés” an’i Michel Sardou. Tamin’ny sokajy famoronana, nahazo ny laharana faharoa Razafimandimby Jessy Ken, avy any Manakara, tamin’ny hira “Leurs craintes”. Teo amin’ny laharana fahatelo kosa i Dimbisoaniaina Vanona avy any Fianarantsoa, nihira ny “Tu es ma vie”.

Landy R.

Midi Madagasikara5 partages

11es Jeux de la CJSOI : Les handballeuses malgaches en demi-finales

Les protégées du tandem Namasy et Patrick sont qualifiées pour les demi-finales du tournoi de handball des Jeux de la CJSOI.

Avec une victoire contre les Seychelles et une défaite face à Mayotte, Madagascar est assuré de se qualifier pour les demi-finales. Elles affronteront les Réunionnaises, grandes favorites de la compétition.

Elles la voulaient cette victoire. Elles l’ont obtenue. En s’imposant devant les Seychelloises, hier, au Gymnase du Lycée d’Etat de Djibouti par 28 à 15, les Malgaches disputeront les demi-finales ce mercredi 25 avril. La détermination et  la combativité les ont accompagnées du début à la fin. Emmenée par une Shaïna incontrôlable sur le terrain, Madagascar mène par sept longueurs d’avance par 13 à 6 à la pause. Plus que motivées, les Elysa et camarades enchaînent les buts. Elles s’envolent au score et remportent largement la victoire. « Cette victoire est si importante, nous entamons les prochaines rencontres avec beaucoup de confiance » a fait savoir Shaïna, la meilleure buteuse de la rencontre.

Décisions contestables. En ouverture, la troupe à Ando a perdu par 16 à 23 face à la sélection mahoraise. Et ce grâce à des décisions arbitrales contestables du trio mauricien. A la pause, les Mahoraises mènent par 12 à 10. De retour des vestiaires, les Malgaches malgré la décision des arbitres d’expulser quatre joueuses « 2 minutes », elles arrivent à revenir au score par 12 à 12. Confondant vitesse et précipitation, les handballeuses malgaches encaissent des buts. Les Mahoraises s’envolent au score et s’imposent par 23 à 16.  « La décision des arbitres ont eu des conséquences sur le moral des joueuses. Elles n’étaient plus concentrées et on a encaissé des buts » a  expliqué Namasy, coach de la sélection.

T.H

Midi Madagasikara5 partages

Génocide du Rwanda : La 24e commémoration au ministère des Affaires étrangères

Le 24e anniversaire du génocide au Rwanda commémoré à Madagascar.

Il y a 24 ans, le génocide commis contre les Tutsis au Rwanda a eu lieu. Et comme chaque année, une cérémonie de commémoration de cet événement se tient partout dans le monde.

Pour Madagascar, la commémoration a eu lieu vendredi dernier au ministère des Affaires  étrangères en présence des autorités gouvernementales des  membres du corps diplomatique, de la société civile et des jeunes universitaires.

Minute de silence. Organisée par la communauté rwandaise à Madagascar, avec le soutien du ministère des Affaires  étrangères et du Système des Nations unies à Madagascar, cette journée a été un cadre de recueillement, de mémoire, et de réflexion sur les atrocités perpétrées au Rwanda il y a 24 ans de cela.

L’accueil des invités par le ministre des Affaires étrangères a commencé  la cérémonie, suivi d’une minute de silence ainsi que d’une prière en mémoire des plus de 800 000 hommes et femmes Tutsis, Hutus modérés et Twa qui ont perdu la vie pendant cette sombre période. Des cierges ont été allumés par les participants afin de symboliser l’âme des disparus et l’importance du souvenir.

Démarche de résilience. « Il est impératif que nous conjuguions nos efforts pour empêcher que de telles atrocités se reproduisent  afin que ce qui s’est produit au Rwanda ne se reproduise jamais, là ou ailleurs. » a déclaré Kakyomya Coordinateur résident des Nations unies, à Madagascar, dans le discours qu’elle a prononcé. Le représentant de la communauté rwandaise à Madagascar, le Dr. Jovith Ndahinyuka, a remercié le gouvernement d’avoir accueilli cette cérémonie au sein du ministère des Affaires étrangères. Au cours de son allocution, il a par ailleurs expliqué la démarche de résilience du peuple du Rwanda qui a réussi à se relever de ces massacres et à vivre ensemble en forgeant une nation unie et prospère. Pour sa part, le MAE malgache, Henry Rabary-Njaka a fait état de  la solidarité de l’État malgache avec le peuple rwandais, mais aussi d’inciter le peuple malgache, en particulier les jeunes, à demeurer des artisans de la paix et de la résolution pacifique des conflits.

R.Edmond.         

News Mada4 partages

Hoentina eo Analakely ny razana, anio : miantso fitokonambe ny depiote – Nampitandrina ny filoha

 Ho tonga manoloana ny  lapan’ny Tanàna, Analakely indray anio ny  depiote. Ho entina eny an-toerana  koa ny nofomangatsiakan’ny  sasany amin’ireo maty  voafititra ny asabotsy  teo, hatao veloma farany.  Etsy andaniny,  nampitandrina ireo  ambarany ho mpanakorontana ny  filoha Rajaonarimampianina…

 Nihoson-dra indray ny tantaram-pirenena  ny  asabotsy teo  noho ny tsy fifampihainoana. Nihazakazaka  avy hatrany  izany ka miditra amin’ny dingana manaraka indray. Nambaran’ny depiote Razafimanatsoa Hanitra ny  asabotsy teo, fa hiroso amin’ny fitokonambe ny sendikà sy ny mpiasam-panjakana  ary  ny  sehatra tsy  miankina, miaraka amin’ny  vahoaka,  anio. Nanamafy izany ny depiote Randrianarisoa Guy Rivo raha nanontaniana an-telefaonina, omaly.  “Tsy misy ny  fiovana fa entanina ny  vahoaka  ho tonga manoloana ny lapan’ny Tanàna, rahampitso  (anio),  amin’ny  hanaovana   veloma farany ireo lavo ny asabotsy  teo”, hoy izy. Nohitrikitrihin’ireo  depiote Tim/Mapar ireo tamin’ny lahateny tetsy  Analakely, ny asabotsy teo, fa ampy  izay ny fandikan-dalàna na fanodinkodinana izany ahafahana mifikitra eo amin’ny fitondrana. Ny fanitsakitsahana ny lalàmpanorenana. Eo koa ny tsy fanekena intsony ny fijaliana sy ny tsy fitsinjovana ny besinimaro.  Ny tsy fanekena  ny kolikoly sy  ny fivarotana tanindrazana…

Ankoatra  izany, nanao  tohivakana  ny  fanambarana ho an’ny eto an-toerana sy ny avy amin’ny sehatra  iraisam-pirenena.

Tsy fanajana ny zon’olombelona…

 Manameloka  sy  tsy mankasitraka  ny  fanitsakitsahana ny zon’olombelona  sy ny  fahafahana na fahalalahana maneho  hevitra  izy ireo. Anisan’izany ny avy amin’ny Vondrona eoropeanina. Takin’izy  ireo ny hanajana izany nefa koa ny tokony hifampidinihana.  Mbola manamafy koa anefa ny  hirosoana amin’ny fifidianana  malalaka sy andraisain’ny  rehetra anjara  ary  tsy  manilika  izy ireo.  Manameloka izany koa   ny avy amin ‘ny mpiahy ny zon’olombelona,  ny CNDIH. Nanamafy ny tsy  fanekena intsony  ny  ra mandriaka kosa ny K3F. Ny avy amin’ny fiarahamonim-pirenena indray nilaza ny tokony hijerena ny marimaritra  iraisana amin’ ny lalàm-pifidianana. Manampy izany  ny tokony  hifanatonan’ny hery politika  rehetra hikarohana  vahaolana,  araka ny nambaran’izy ireo  tetsy  Ambodivona, omaly.

 Nampitandrina ary handray andraikitra

 Etsy andaniny, nambaran’ny filoham-pirenena  fa miendrika fanonganam -panjakana ny  tranga ny asabotsy teo. Notsiahiviny fa efa niainana teo  ny korontana tahaka izany. Nanao antso avo  ny tenany, araka izany. “Mampitandrina  ny mpamoly korontana mikatsaka ra mandriaka hamoizana  ain’olona indray… Handray ny andraikitra tandrify azy  ny fanjakana… Hijoro amin’ny fitandroana  ny ara-dalàna ny mpitandro filaminana hanatanteraka  hatrany  ny fiarovana  ny aina olona  sy ny fananany…”,  hoy  izy. Nanome lesona ny mpanao  gazety ny  tenany avy eo mba tsy ho  fitaovana handrangitra korontana na hanentana ny vahoaka tsy hanara-dalàna  sy hikomy ny filoha. Milaza ho vonona amin’ny fifampidinihana  ny  tenany.  Araka izany, andrasana ny hiseho anio, amin’ny fanaovam-beloma  farany ireo lavo  sy ny ho tohin’ny  hetsika etsy Analakely.

Randria

Midi Madagasikara4 partages

11es Jeux de la CJSOI : La jeunesse de l’Océan Indien en communion

La délégation malgache lors du traditionnel défilé.

Le ton a été donné, vendredi soir, au Stade Gouled par le président Omar Guelleh pour les 11es Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’Océan Indien (CJSOI).

La fête était au rendez-vous. Malgré les problèmes liés à l’organisation, l’hébergement et à la restauration auxquels toute la délégation fait face depuis l’ouverture du Village des Jeux Haramous, les 11es Jeux de la CJSOI ont été lancés officiellement. « Bienvenue à Djibouti. Nous espérons que les valeurs des jeux : la paix, la solidarité, le respect de la différence et le rapprochement primeront » a déclaré le président de Djibouti, Omar Guelleh lors de son discours d’ouverture. Les délégations réunionnaise et mauricienne ont refusé de monter dans le bus pour aller au Stade, il a fallu une négociation et engagement du Secrétaire d’Etat à la Jeunesse et  aux Sports de Djibouti pour qu’elles acceptent de participer. « La délégation mauricienne en particulier a rencontré un problème d’hébergement. Si rien n’est réglé d’ici-là, nous allons rentrer » a fait savoir le ministre mauricien, Stéphane Toussaint.

Spectacle malgache. Comme toute cérémonie d’ouverture, les sept  pays ont procédé au traditionnel défilé. Convaincu du savoir faire malgache, 30 jeunes danseurs et artistes malgaches de Djibouti ont présenté un spectacle haut en couleur présentant  les pays membres de la CJSOI. La cérémonie a débuté sur la chanson de Tsivahiny, « Amboary tsara », à la grande surprise du ministre, qui est membre du groupe. Après Madagascar, les artistes malgaches ont fait voyager le public à La Réunion, à Maurice, à Mayotte, aux Comores, aux Seychelles pour arriver à Djibouti, hôte des jeux.  « Ces jeux sont à vous et grâce à vous, nous démontrons à la face du monde la force de l’amitié, la force de la fraternité entre les îles et les pays, la force de la riche diversité de nos cultures et de nos langues qui est notre trait d’union, la force du pouvoir de lancer tous les défis à travers les arts et les sports, c’est tout cela les jeux de la CJSOI, c’est aimer être ensemble, c’est aimer vivre en paix ensemble et c’est vous la jeunesse qui entretenait cette flamme » a déclaré le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa, lors de la cérémonie d’ouverture.

T.H

Midi Madagasikara4 partages

« Rencontres du film court » : La 13e édition clôturée en beauté

Enthousiasme, surprise et joie ont coloré la  fin du festival panafricain  « Rencontres du film court »  vendredi.  Ayant lieu plus tôt que prévu, la cité idéale qu’est le « Rfc » a donné un visage au cinéma africain actuel.  Cinq zébus d’or, cinq grand prix,  trois prix et une mention spéciale  ont marqué cette 13e édition des plus fructueuses.

Parmi la sélection, « Black Mamba », la fiction de la tunisienne Amel Aguelatty s’est particulièrement démarquée en raflant deux zébus d’or, celle de la catégorie fiction et de l’interprétation, ainsi que le grand prix « Rfc ». Dans la catégorie « Documentaire », le trophée est allé à la « Déambulation » de Tovoniaina Rasoanaivo qui a également reçu le prix jury jeune. La « zébu d’or Animation » a sacré « Tantara » d’Yannick Andrianambonisoa.

La pointe d’émotion prend le pic au moment où Laza, le directeur du festival fait appel à Gégé Rasamoely à monter sur scène. La « zébu d’or d’honneur » lui a été attribuée pour sa grande contribution à la promotion du cinéma malgache. « Avec plus de 40 films à son actif, nous lui devons la reconnaissance » avance-t-il. Sous le trait de l’émotion, l’acteur n’a pas pu retenir ses larmes de joie avant de remercier haut et fort tous ceux qui ouvrent dans le dessein de donner une meilleure image du 7e  art malgache.

Avec plus de 350 films diffusés, des milliers de festivaliers et une présence massive de faiseurs de films du monde entier, les « Rfc » misent sur cette dernière génération qui deviendra certainement les futurs  grands noms du cinéma africain. Par ailleurs, la présence des réalisateurs en compétition signifie beaucoup car ils sont en train de prendre la responsabilité, d’écrire ensemble l’histoire du cinéma dans le continent noir. Vivement l’année prochaine !

Zébus d’or et prix des « Rfc  XIII »

Zébu d’or animation : Tantara d’Yannick Andrianambonisoa (Madagascar)

Zébu d’or documentaire : Déambulation de Tovoniaina Rasoanaivo (Madagascar)

Zébu d’or fiction: Black mamba d’Amel Aguelatty (Tunisie)

Zébu d’or Interprétation : Sarah Anachi dans Black mamba (Tunisie)

Zébu d’honneur : Gégé Rasamoely (Madagascar)

 

Grand prix RFC: Black mamba d’Amel Aguelatty (Fiction/ Tunisie)

 

Mention spéciale : Kadi  de Laurence Agbetsise (Documentaire/Ghana)

 

Prix jury jeune: Déambulation de Tovoniaina Rasoanaivo (Documentaire/Madagascar)

Prix hors champs : Placenta de  Bede Gafane Modeste (Fiction/Congo)

Prix de la critique : Mama bobo de Robin Andelfinger (Fiction/Sénégal)

 

Films retenus pour le  Hancheng Jinzhen International short film festival

Déambulation de Tovoniaina Rasoanaivo (Documentaire/Madagascar)

Métis de Luc Dossou Godonou (Documentaire/Suisse)

Black mamba d’Amel Aguelatty (Fiction/ Tunisie)

Chance de Kalid Douache (Fiction/ Maroc)

M001 de Franck Adrien Anouviet (Fiction/ Gabon)

Mama bobo de Robin Andelfinger (Fiction/Sénégal)

Zo Toniaina

Midi Madagasikara2 partages

Athlétisme – Meeting de la Réunion : Superbe récolte de la délégation malgache

La délégation malgache qui a participé au meeting de Saint-Denis et celui de Saint-Pierre n’est pas rentrée bredouille. Au contraire quatre courses et  quatre titres !

Madagascar, la Réunion, France et Maurice étaient présents au meeting de Saint-Denis. Les organisateurs ont même invité des athlètes du top mondial. Dimitri Blascou et Pascal Martinot Lagarde étaient sur place. Le premier est un spécialiste du 110 mètres haies, médaillé de bronze aux Jeux olympiques d’été de 2016 et le second est l’actuel détenteur du record de France du 110 mètres haies en 12 s 95. Bref les Malgaches ont côtoyé la crème mondiale. La Franco-Malgache Agnès Raharolahy était aussi là, classée 4e au 200m dames de la finale A en 25’’22.

Le relais malgache des dames en 4 x 100 m couru par Zo, Françoise, Fanjalina, Santatra a décroché l’or de Saint-Denis. Des équipes de la Réunion, une même de France et celle des Malgaches étaient alignées mais dès que Madagascar a remonté la course, les Françaises ont fait tomber le bâton si bien qu’on les a devancées et voici l’or en 48’’05 devant la Réunion en 49’’11.

Olga Razanamalala au 400 m n’avait pas d’adversaires à sa taille car en deux samedis de suite, elle a gagné le 400 m en 56’’92. Au 3 000 m, Mampitsoatsy a fait vraiment parler de lui en 8’30’’10. Hervé Patrick aligné avec lui sur cette distance a fait 5e.

A la finale B du 100 m, Santatra fera un 11’’95 qui lui donnera la première place.

Les résultats

Victoire de Mampitroatsy aux 3000m 8’30’’10

100m B : Santatra en 11″95

400m : Olga Razanamalala 56’’92

4x100m : Zo, Françoise, Fanjalina, Santatra 48’’05

Anny Andrianaivonirina

News Mada1 partages

Gratuite des soins : la carte des démunis restaurée dans le Sud

Une étude menée par l’ONG Actions socio-sanitaires et organisation secours (Asos) et l’association Action contre la faim (ACF) en 2016, dans le Sud, a sorti les besoins des communautés de cette contrée, en particulier les défavorisés, entre  autres, le retour à l’utilisation de la carte des démunis.

Cette étude entre dans le cadre du programme «Nutrition renforcée et intégrée pour la santé (Nutris), du «Fahasalamana rano fanadiovana fidiovana (Farafafi) ». D’après le coordonnateur technique de Nutris Farafafi, le Dr Ivan Gabhy Karim, joint par téléphone le weekend, la restauration de la carte au niveau des districts en charge du programme, à savoir Toliara I et Betioky, a commencé au mois de novembre 2017. «Actuellement, sur les 24 communes bénéficiaires du programme, 980 personnes en sont les attributaires à Toliara I, contre 1 090 à Betioky», a fait savoir le docteur Ivan Gabhy Karim.

Manque de motivation

Initié en 2002, l’établissement de la carte des démunis entre dans le cadre de la politique de gratuité des soins au niveau des Centres de santé de base (CSB). «Cependant, l’établissement de la liste des bénéficiaires auprès des CSB, qui devrait être renouvelée annuellement, a été suspendu pour différentes raisons», selon le coordonnateur technique de Nutris Farafafi, qui a ajouté que le manque de motivation et de moyens pour les agents communautaires de santé (ACS), les principaux concernés dans le recensement annuel des bénéficiaires pour renouveler la liste, figurait parmi les raisons de cette situation.

A noter que six critères sont nécessaires pour être dans la liste des bénéficiaires de la carte. En contrepartie, en sus des soins dispensés gratuitement, les médicaments sont également offerts aux patients, à condition que le montant soit inférieur à 2.000 ariary. La conjointe et les enfants de moins de 18 ans du titulaire de la carte jouissent également de cet avantage.

Sera R.

 

Madaplus.info0 partages

Le PRM qualifie l’évènement de samedi d’une tentative de coup d ‘État

Après les événements de samedi, le premier ministre Olivier Mahafaly et le président du Senat Rivo Rakotovao ont fait une déclaration chacun. Les deux hommes ont affirmé que l’État est ouvert au dialogue et n’utilisera plus les forces de l’ordre pour en faire une répression. Ils adressent également leurs condoléances à la famille des victimes.
De retour de l'étranger le Président de la République s’est adressé hier à la population.
Le président de la république malgache a commencé son intervention d’hier, par adresser ses condoléances aux familles des victimes, tuées lors de cet événement et un prompt rétablissement aux blessés. « Ce qui s’est passé samedi, est une forme de coup d’État» dixit Hery Rajaonarimampianina. Selon toujours ses dires, Madagascar a déjà enduré des crises successives et cela a tout simplement désavantagé la grande île. Il met en garde les « fauteurs de troubles» et de continuer qu'Il ne faut pas sacrifier les 22 millions de Malgaches. Les forces de l’ordre seront toujours là pour veiller à ce que la Démocratie ne soit pas bafouée selon toujours celui-ci . Enfin, il a adressé un mot pour les journalistes, rappelant qu’ils mènent une mission sainte et qu’ils ont un rôle d’éducateur de la population. Cette intervention du Président de la République diffère de celles du premier ministre et du Président du Senat qui appelle au dialogue.
Dimanche, une veillée mortuaire a dû se faire au parvis de l’Hôtel de Ville, mais le lieu a été investi de bon matin par les forces de l’ordre. Les députés ont accompagné la famille à l’enterrement de ce qu’ils appellent « Martyr».
Retrouvez le lien de la présidence de la république malgache:
Madaplus.info0 partages

Le parti ADN: Arche de la Nation / Antoka sy Dinan'ny Nosy Madagascar

Manoloana ny zava-niseho teo amin’ny kianjan’ny 13mai ny Sabotsy 21 aprily lasa teo,
Ny antoko Antoka sy Dinan’ny Nosy (ADN) dia mitondra ny teny fampiononana ho an’ny fianakavian’ireo manana ny maty, mirary fahasitranana haingana ho an’ireo naratra ary mankahery an’ireo niaina ny tebiteby sy ny horohoro noho ny herisetra tamin’ny endriny rehetra.
Manamaloka hatrany ny fiainam-pirenena ireny toe-javatra ireny , vokatry ny tsy fitovian-kevitra ara-politika momba ny lalàna hifehy ny fifidianana ho avy.
Tsy azo hodiana tsy hita koa anefa ny tsy fahalavorarian’ny fiainana ara-tsosialin’ny mponina ka nahatonga azy ireo ho avy teny an-toerana haneho ny tsy fahafaham-pony.
Ny antoko ADN dia manamafy fa mila rafitra vaovao ny firenena dia ny rafitra federaly sahaza mba tsy hisian'ny krizy hiverimberina instony izay miantra amin’ny firenena iray manontolo, satria vao ny lalàm-pifidianana aza dia efa namoizana ain’olona, mainka moa fa ny ho tohiny rehetra.
Manamafy ny foto-kevitra ijoroany ny antoko. Fotoana izao hirosoana maika amin’ny fanorenana Firenena vaovao miainga any ifotony handaminana ny savorovoro rehetra.
Tsy azo atao intsony ny mitsambiki-mikipy.
News Mada0 partages

Songadina an-tsary

Nirefodrefotra ary nanetroka ny baomba mandatsa-dranomaso, Analakely, Behoririka sy manodidina, ny asabotsy teo.

Nidina avy eny Ambohijatovo ireo vahoaka rehefa avy nihazo ny tonelina Ambanidia.

Tafiditra teo amin’ny lapan’ny Tanana ireo solombavambahoaka sy ireo mpitolona nanaraka azy.

Ny Alahady kosa, nisavorovoro ireo havan’ireo nanana ny maty tetsy amin’ny hopitaly HJRA.

Noentiny avy hatrany teny Ambohimanarina ny razana vao afaka nivoaka ny iray.

Ampahany amin’ireo naratra sy ny fitaovana nampiasain’ny mpitandro filaminana, nanaparitahana ireo olona.

 

News Mada0 partages

Tetezan’i Manakara Be : eo am-panaovana ny asa ny orinasa Colas

Ny taona 2012 efa simba ny tetezam-by mampifandray an’i Manakara Be, atsinanana, sy ny tanàna amin’ny ilany andrefana. Tsy nisy fanamboarana izany hatramin’izay fa ny fokontany ny nanao izay vitany teo, ary farany tapaka tanteraka io tetezana io ny taona 2016.  Amin’izao fotoana izao mandeha ny asa fanamboarana.

Nandritra ny taona maro, tsy nisy fikojakojana izany tetezana ao an-tampon-tanànan’i Manakara izany, nefa tetezam-by goavana amoron-dranomasina. Noho izay toerana misy azy izay indrindra, voakikin’ny ranomasina mora foana io fotodrafitrasa lehibe io. Ankehitriny, mahazo ny tsena manarina ny tetezana ao Manakara Be ny orinasa Colas. Nialoha izany, natao ny fanadihadiana ny asa, nankinina tamina cabinet d’audit iray avy any ivelany. Ny volana febroary 2018, nanomboka napetraka ireo fitaovana hoenti-miasa rehetra, ary mandeha ny asa amin’izao fotoana izao.

Famatsiam-bola madiodio avy eto an-toerana ny hanaovana io asa io, mitentina manodidina ny roa miliara Ariary. Hatreo amin’ny fananganana fototra vatosokay (béton) ny asan’ny Colas, noho ny tsy fahampian’ny vola, raha tany am-boalohany nofaritana hatramin’ny farany ny tetezana vita amin’ny vatosokay. Tamin’ny am-boalohany izany, mbola tao anatin’ny bokin’andraikitry ny Colas ny famitana ny tetezana manontolo, amin’izao kosa, nankinina amin’ny Office des travaux d’urgence (OTU) ny fametrahana ny Pont Bailey, araka ny vaovao azo tany an-toerana.

Nesorina teny an-toerana ireo vy tamin’ny tetezana teo aloha tsy latsaky ny 2.500 t. Orinasa hafa nanao izany, tsy fantatra izay tena nifanarahana taminy. Na izany aza, mbola misy tavela ao anaty rano, manahirana ny Colas amin’ny fanatanterahany ny asany.

Tsy maintsy vitaina amin’ny volana jona 2018 ny fototra vatosokay, aorian’izay ny fametrahana Pont Bailey. Any Manakara Be no misy ireo sampandraharaham-panjakana samihafa, toy ny biraon’ny faritra Vatovavy Fitovinany, masoivohon’ny Banky foiben’i Madagasikara, ireo banky tsy miankina, sekoly, sns. Satria mbola eo an-dalam-panamboarana ny tetezana miampita amin’ny lakana ny rehetra, mpiasa, mpianatra, sns, 100 Ar ny saran-dalana ho an’ny olona iray.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Vovonan’ny Sakalava : «miady an-trano isika »

  “Tsy mahay miara-monina intsony isika. Miady an-trano.  Manjaka  ny asan-dahalo. Tsy misy ny fifanajana  ary mahazo laka ny fitiavan-tena. Ho  rendrika  ny firenena  raha tsy  mahatsiaro tena  isika”,  hoy ny fanambaran’ny Plate  forme des grands  sakalava (PGSM).  Anisan’ny nahatonga izany ny faharavan’ny fihavanana anisan’ny mampiavaka antsika. Teo koa ny fidiran’ny mpanjanaka sy ny  fampihara na  ny  rafitra sy fomba  fitantanana  vahiny ka  nahafoana ny tondro tokana  tsy mahazo  hao, araka ny fanambarana. Anisan’ny laharam-pahamehana   ho azy  ireo ny hahatonga antsika hifankatia sy miray hina ary koa hamerina ny  hasiny. “Tany milamina sy mandry  fahalemana.  Tsy azo amidy. Mandroso sy  maodely raha mitaha amin’ny firenen-kafa”, hoy ny PSGM.

Nitondra vahaolana ho  an’ny firenena  koa izy ireo.  Ohatra ny fampihavanana miainga eny ifotony.  Fametrahana ny raiamandreny isan-tanana amin’ny toerany. Fampandrosoana ny kolontsaina ary ny fampianarana ny  vahoaka ho tia ny tanindrazany.Tsiahivina fa efa  vita ny  famindram-pahefana tamin’ny   birao teo aloha  Mananjary Fidele  sy Robinson ary nampahafantarina izany mba hisoroahana ny  mety fisolokiana.

Synèse  R.

 

News Mada0 partages

Niainiana ireo mpitantan-draharaha ny vola

 Nanao  ny fianianany ny faran’ny herinandro  teo  ireo mpitantan-draharaham-panjakana misahana ny vola.   Notanterahina  tetsy Anosy  izany. Tafitra amin’ny  fametrahana ny  fanjakana  tsara  tantana ny famoahana  ireto andiany valo ireto. Hiantoka ny fanajana  ny antanan-tohatry ny fitantanam-bolam-panjakana izy ireo.  Ho tompon’andraikitra amin’ ny fiarovana ny tombontsoam-pirenena,  indrindra eo amin’ny fitantanam-bolam-panjakana. Manara-maso  sy mijery mba  tsy ho gaboraraka izany.

Nandalo amin’ny ivon-toeram-pampianarana ambony eo  anivon’ny  fanjakana  sy ny  tsy  miankina ireto tompon’andraikitra nanao fianianana ireto. Anisan’izany ny Imatep, ny Enam, Iscam, UCM. Manana ny mari-pahaizana ambony momba ny lalàna, ny fitantanana,  ny toekarena ny maro amin’izy  ireo… Hiasa eo  anivon’ny departemantan’ny minisiteran’ny Vola na koa eny anivon’ny  faritra izy ireo. Anisan’izany ny any Vakinankaratra, Analamanga, Itasy,  Atsinanana.  Eo koa anefa ireo ho eo enivon’ny  seranan-tsambon’i  Toamasina na koa eny amin’ny Ceni.

Synèse R.

News Mada0 partages

Lalao CJSOI – Handball vehivavy : fandresena iray sy faharesena iray ny an’i Dago

Sady tsy tsara no tsy ratsy ny vokatra, teo amin’ny taranja handball, sokajy vehivavy eo amin’ny lalao CJSOI, tanterahina any Djibouti. Fihaonana, ho an’ireo tanora latsaky ny 18 taona. Fandresena iray sy faharesena iray ny an’i Madagasikara, teo amin’ny lalao roa natrehiny. Teo amin’ny andro voalohany, notanterahina ny asabotsy lasa teo, tao amin’ny kianja Lycée d’état, resin’i Mayotte, tamin’ny isa 20 no ho 15 ny tovovavy malagasy. Afaka nanarina tsara kosa nefa izy ireo, teo amin’ny fihaonana faharoa, notontosaina, omaly alahady. Lavon’i Madagasikara, tamin’ny isa 28 no ho 15, i Seychèlles. Efa nitarika tamin’ny isa, 13 no ho 6 ny Malagasy, teo am-pialan-tsasatra.

Ankoatra izay, tsara fanombohana ihany koa ny tenisy ambony latabatra. Nivoaka ho mpandresy, tamin’ny seta 3 no ho 0 ny ekipam-pirenena malagasy, isan-tarika vehivavy, raha nihaona, tamin’i Seychèlles. Fihaonana notanterahina tao amin’ny efitrano polyvalente, kianja Hassan Gouled.

Hitohy anio ny fihaonana, ka anisan’ny andrasan’ny rehetra ny fiakarana an-tsehatry ny taranja baolina kitra. Hifandona, amin’i Djibouti, mpampiantrano mantsy ny Barea de Madagascar. Miditra amin’ny fifaninanana, ho an’olon-droa miaraka lahy sy vavy kosa ny tenisy ambony latabatra, raha hanomboka ny fifanintsanana kosa ny taranja atletisma. Toy izany koa ny tsipy kanetibe, izay hiatrika ny fihodinana fahefatra sy ny fahadimy ary ny fahenina.

Fantatra ihany koa nandritra ny fivorian’ireo minisitra ao anatin’ny faritry ny ranomasimbe Indianina, fa mbola voafidy hitantana izany ny minisitra malagasy, Andrimosarisoa Jean Anicet. Ankoatra izay, horaisin’i Maorisy, ny andiany faha-12 amin’ny lalao CJSOI, ny taona 2021.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Rugby – Junior : tompondakan’i Madagasikara ny US Ankadifotsy

 Nifarana, omaly, teny amin’ny kianja Andohatapenaka ny fifaninanam-pirenena, ho an’ny sokajy “junior” sy ny “élite federale”, taranja rugby. Voahosotra ho tompondaka ny US Ankadifotsy sy ny SCB Besarety.

 Ny US Ankadifotsy, teo amin’ny sokajy “junior” ary ny SCB Besarety kosa ny teo amin’ny “élite federale”, taranja rugby. Ireo no voahosotra ho tompondakan’i Madagasikara 2017. Fihaonana notanterahina, tetsy amin’ny kianja Makis Andohatapenaka.

Raha hiverenana ny vokatra teo amin’ny “junior”, nomontsanin’Ankady, tamin’ny isa mavesatra, 58 noho 15 ny ekipan’Atsinanana. Nitovitovy ny haben’ny vatana saingy nanantombo teo amin’ny fahaiza-manao ny mpilalaon’Ankadifotsy, izay efa hita ho zatra fihaonana goavana. Manana ny fahaiza-manaony ireo boaikelin’Atsinanana saingy tsy ampy dona ka teo no nahavoa an-dry zalahy. Tsara jeren’ny teknisianina ao amin’ny Makis de Madagascar, ihany koa fa betsaka ireo azo alaina hanatevina ny ekipam-pirenena malagasy.

Ho an’ny “élite federale”,  indray afa-bela nanoloana ny FTA Andavamamba, ny SCB Besarety, izay nandresy, tamin’ny isa 28 no ho 19. Miakatra ao amin’ny “D1 federale”, ireto ekipa roa tonta ireto, amin’ny taom-pilalaovana manaraka.

Tompondaka

News Mada0 partages

Mavesatra sy maranitra kokoa : mambabo ny fon’ny maro ny mozikan-dry Mage4

 Sambany no nandeha irery tao amin’ny lapan’ny Kolontsaina sy ny fanatanjahantena, etsy Mahamasina, ny tarika Mage4. Azo lazaina ho sedra ho azy ireo izany ary nolalovany mora foana, raha ny fahamaroan’ny mpankafy, tonga teny an-toerana.

Nampanantena « Best of Mage4 » ry Ken ary ny tsara indrindra tokoa no natolony  ny mpankafy, omaly, tetsy Mahamasina. 25 taona niorenana ny tarika, saingy marobe ireo hira « fahizay » na tamin’ny niforonan’ny Mage4, toy ny « Aza hitserana », « Tsy sahy », sns, tsy mbola lefy laza mandraka androany.

Ny mahavariana, tsy misy tsy hain’ireo mpankafy taty aoriana izy ireny. Azo lazaina ho nanome aina vao ireny hira tany am-piandohana ireny, rahateo, ny feon’i Ken, miavaka sy tsy manam-paharoa, raha miohatra amin’ireo mpilalao mozika rock hafa. Tsy hadino ny taloha, saingy tsy nisy najanona fa natosaka ho an’ny mpankafy ihany koa ireo hira taty aoriana, toy ny « Fo vaovao »,  sy ireo vokatra nivoaka faramparany.

Ny zavatra hita sy tsapa, nihatanora ny tarika, izay ahitana mpikambana valo mirahalahy ankehitriny. Na eo aza izay fahatanoran’izy ireo izay, tsy miafina intsony ny talenta ananan’ny tsirairay. Nanamafy kokoa ny « vesatra » sy ny « ranitra », mampiavaka ny mozika rock izy ireo, na tsy niova aza ny lanto, nahafantarana ny Mage4 hatramin’izay.

Tsara ny manamarika fa notsaroana manokana i Mika, anisan’ireo mpikambana tao amin’ny tarika, izay nodimandry, tao vitsivitsy lasa izay, tamin’ity fampisehoana goavana ity. « Tsy hoe mpikambana taloha izy fa mbola eo foana hatramin’izao, na efa nodimandry aza », hoy i Lita, mpikambana mpanorina ny Mage4.

Nialoha ny fampisehoana, nisy ny fampahatsiahivana ny tantaran’ny tarika sy ny lalana nolalovany. Teo koa ny fanehoana fihetseham-po avy amin’ny mpikambana tsirairay.

Landy R.

News Mada0 partages

“Festival RFC” faha-13 : nandrombaka loka maro ny “Black mamba”

Raha tokony ho ny asabotsy teo vao nifarana ny “Festival Rencontres du film court” (RFC) andiany faha-13, naroso ny zoma hariva izany ary natao tetsy amin’ny zaridainan’Antaninarenina, fa tsy tao amin’ny IFM, araka ny efa voalahatra. Na izany aza, marobe ireo tonga nanotrona, izay hita fa liana tanteraka amin’ity hetsika miompana manontolo amin’ny horonantsary fohy ity.

Toy ny mahazatra àry, natao tamin’io famaranana io ny fanolorana ny “Zébu d’or”, fankasitrahana goavana indrindra amin’ny RFC. Nosokafana tamin’i Afrika ny fifaninanana, izay nihahenjana kokoa. Nisongadina indrindra àry ny horonantsary “Black mamba”, notontosain’ilay Tonizianina, Amel Guellaty.

Nahazo loka telo ity horonantsary 20mn sy 16 sekondra ity: “Zébu d’or” sokajy “fiction”, “Grand prix RFC” ary ny lokan’ny mpilalao mendrika indrindra, tamin’ny alalan’i Sarra, mpilalao fototra.

Na izany aza, tsy nitsanga-menatra ny horonantsary malagasy. Nandrombaka loka roa ny “Déambulation”, notontosain-dRasoanaivo Tovoniaina: “Zébu d’or” sokajy fanadihadiana sy ny lokan’ireo tanora notsongaina manokana hitsara ny fifaninanana. Ankoatra izany, nahazo ny “Zébu d’or” amin’ny sokajy sarimiaina na “animation” ny horonantsary malagasy, “Tantara”, notontosain’Andrianambonisoa Yannick T.

Nisy moa ny loka ho an’ireo horonantsary tsy voaray hifaninana, ireo amin’ny sokajy atao hoe “Hors champ” ka ny “Placenta” an’i Bede Gafane Modeste, Kongole, no nandrombaka izany. Teo koa ny “Prix des critiques” azon’i Robert Andelfinger, senegale, tamin’ny alalan’ny “Mama bobo”. Farany, nisy ny « mention spéciale » avy amin’ny mpitsara, natolotra an’i Lawrence Agbetsise, Ganeana, tamin’ny horonantsary « Kadi ».

Landy R.

 

News Mada0 partages

Nandroba ny Tecno : sivy lahy voasambotry ny polisy

Sivy lahy voasambotry ny polisy ny asabotsy teo, tamin’ireo tovolahy voalaza fa mpandroba. Fito lahy voasambotra teny Behoririka, izay teo am-pamakiana ny trano fivarotana Tecno mihitsy. Ny roa lahy kosa ireo nangalatra ny kodiaran’ny fiaran’ny mpitandro filaminana nisy nandoro. Nanao andiany maro ireo mpandroba nidina iny Behoririka iny, ary nifampitarika ny hamaly magazay. Raha tsy tonga ara-potoana ny polisy teny an-toerana, niitatra ny vaky trano. Tsy fantatra intsony koa ireo mpanao fihetsiketsehana sy ny mpandroba, ary nifangaro tao.

Araka ny fanazavana, olona voakarama ireo saika handroba ireo. Efa am-pelatanan’ny polisy ny momba azy, ka asa raha mba hisy ny filazana amin’ny fomba ofisialy izay mpaniraka ireto andiana’olona ireto. Efa hatramin’ny taona 2009 ary izao miverina izao indray.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Fanafihana lakazera tao Mananara : olona enina indray maty voatifitry ny zandary

Olona enina amin’ireo andian’olona anjatony maro nanafika sy saika handoro ny « brigady Mananara » no namoy ny ainy taorian’ny fifandonana teo amin’izy ireo sy ireo zandary niaro ny lakazera, ny asabotsy teo, tamin’ny 11 ora maraina.  Maty voatiftra avokoa ireo olona rehetra ireo. “Lehilahy iray no namono lehilahy iray hafa mpiasany ny 19 avrily  teo tany amin’ny fokontany Antananivo kaominina sy distrika Mananara faritra Analanjirofo ka nandositra izy io avy eo. Naratra mafy io mpiasa io ka maty afaka telo andro. Nandre izany ny zandary avy ao Mananara ka nidina tany an-toerana hizaha ifotony ny raharaha sy hanao fitsirihana ny razana”, hoy ny zandary. “Raha vao nahita ireo zandary miisa telo tonga tany an-toerana ireo olona tao an-tanana dia tezitra satria nihevitra izy ireo fa efa voasambotr’izy ireo ilay mpamono olona matoa izy ireo tonga tany. Nitaky ireo olona ireo ny hanolorana azy ireo ilay mpamono saingy nilaza ireo zandary fa tsy mbola hita ny mpamono. Nenjehin’ireo olona ireo zandary izay nolazain’izy ireo fa miaro mpamono olona ka nandositra”, hoy ny fanazavana.

Nandeha namonjy tany Mananara ireo olona anjatony ireo nitondra antsy lava sy lasantsy tamin’ny « bidon » handorana ny lakazeran’ny borigady ny asabotsy maraina. “Na dia tampoka tamin’ireo zandary tao an-dakazera aza ny nandrenesana ny vaovao amin’ny fiavian’ireo olona ireo, mbola nahavita nametraka tady sy lamba miloko mena namaritana ny maha faritra mena ny lakazera izy ireo mba hatao sakana sy haseho ireo olona ireo ny faritra tsy azony hihoarana”, hoy ny zandary.

Nifampiresaka…

Nilaza ny mpitandro filaminana fa niezaka ny hifampiresaka tamin’ireo olona ireo ny zandary tamin’ny fahatongavan’izy ireo saingy tsy nisy ny alaharo fa nanao amboletra ny hiditra sy handoro ny borigady hatrany izy ireo. “Nihoatra ny tsipiky ny faritra mena efa napetraka ireo andian’olona ireo na efa notenenina hijanona aza. Tsy afaka niaro intsony ny birao, izay sady fiasana no fitehirizana fitaovam-piadiana mahery vaika maro sy saropady ireo zandary noho izany. Nanakana hatramin’ny farany anefa ireo zandary niantsoantso sy nampitandrina fa hitifitra raha mbola manohy manatona ny birao izy ireo, kanjo arakarak’izay no vao maika nampirohatra azy ireo. Tsy nisy hevitra hafa intsony noho izany nampijanonana ireo mpanafika ireo ka voatery nitifitra ireo zandary nony farany”, hoy ihany ny fanazavana. Lavo noho izany ny olona efatra ary mbola nisy koa ny naratra. Namoy ny ainy indray koa ny olona roa tamin’ireo naratra ireo rehefa tonga tany amin’ny hopitaly. Nogiazana kosa ny lasantsy saika entin’izy ireo handoroana ny trano.

Sivy maty…

Mifanohitra amin’izay ny voalazan’ny fianakavian’ny maty sy ny fokonolona. Milaza ireto farany fa valo ny maty ka maty omaly alahady tao  amin’ny hopitaly ny roa. Sivy maratra mafy mbola tsaboina ao amin’ny hopitaly ka ny roa amin’ ireo efa miandry fiaramanidina manokana handefasana azy ho tsaboina aty Antananarivo, ary roa hafa mbola tsy mahatsiaro tena ao amin’ny efitra fameloman’aina. Misy iray hafa mbola anatin’ny Bloc miandry fandidiana hanesorana bala. Andrasana ny tohin’ny raharaha, na efa nanazava aza ny zandary momba ity tranga tany Mananara ity.

Yves S. sy Sajo

News Mada0 partages

Ivato : basy naiditra an-tsokosoko saron’ny zandary

Lehilahy iray teratany malagasy no sady frantsay 53 taona no saron’ny zandary nampiditra an-tsokosoko basy teny amin’ny seranam-piaramanidina iraisam-pirenena Ivato, omaly tamin’ny 6 ora sy sasany. Mpandeha tamin’ny zotra Kenya Airways izay niantsona tamin’ny 4 ora sy sasany maraina. Nahatrarana basy FC marika WINCHESTER sy bala miisa 10 kalibra 12 izy io, izay tsy nisy taratasy mikasika ny fitondrana na fitazonana izany na iray aza. Mandeha ny famotorana.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Korontana teny Analakely : nisy ny maty sy naratra vokatry ny fifandonana

Raikitra ny korontana teny amin’ny kianjan’ny 13 mey, teny Analakely, ny asabotsy teo. Niraradraraka ny baomba mandatsa-dranomaso sy ny tora-bato teny an-toerana. Nisy ny maty sy ny naratra tamin’izany.

Araka ny isa nivoaka teny anivon’ny HJRA, nilaza ny talen’ny hopitaly, ny profesora Rakotomalala Yoel, fa miisa roa ny olona maty vokatry ny korontana niseho ny asabotsy teo. “17 ireo naratra, ka telo ny tena voa mafy. Ny iray maty ny asabotsy, ny faharoa, omaly alahady. Tsy misy atahorana kosa ny fahatelo. Ratra any amin’ny loha, fe, tratra no hita amin’ny ankapobeny. Tsy misy kosa ny maty tao amin’ny hopitalin’ny reny sy ny zaza, satria nalefa taty aminay avokoa ireo naratra teny”, hoy izy.

Andaniny kosa anefa, nilaza ny avy amin’ireo depiote nitarika ny hetsika fa niisa efatra ny maty. “Efatra ny fantatray, fa ny roa kosa tsy hitanay ny razana”, hoy ny depiote Randrianarisoa Guy Rivo.

Vao maraimbe, efa rakotra mpitandro filaminana teny Analakely, ary nanodidina ny fidirana mankeny an-toerana mihitsy izy ireo. Nanomboka nitangorona kosa ny olona tany amin’ny 9 ora maraina tany. Tamin’ny 10 ora ny fotoana nifanomezan’ny depiote tamin’ireo olona hilatsahana eny amin’ny lapan’ny Tanàna. Niainga avy any Ambohijatovo ireo depiote ary narahana olona marobe. Voasakana kosa anefa nanomboka teo Andohan’Analakely, ary nanomboka teo ny gidragidra.

Nisy ihany ny fifampiresahana teo amin’ny mpitandro filaminana sy ny mpitarika ny hetsika saingy tsy naharitra izany fa nisisika ihany ny andaniny, ary nandrava avy hatrany ny ankilany.

Nitsoaka ny Emmo/Reg

Niraradraraka ny vato sy ny baomba, ary ny poa-basy. Nifanenjika teo ny roa tonta, ary niafara tamin’ny fandorana fiara 4×4 iray an’ny mpitandro filaminana teo anoloan’ny lapan’ny tanàna. Rava ihany anefa ny hetsika teo ary niparitaka aloha ny olona. Nifampitari-dositra teo.

Niverina tamin’ny heriny ireo mpanao fihetsiketsehana nanomboka ny mitatao vovonana, efa lanilany rahateo ny baomba tany amin’ny mpitandro filaminana. Tsy naharesy tosika intsony ny Emmo/Reg ka nitsoaka matanjaka. Niala tamin’ny fiara sady mbola nanapopoaka basy sy grenady. Voalaza fa nisy 17 ihany koa ireo zandary no naratra.

Nisy kosa ny olona nirohotra tany amin’ny vavahadin’ny lapan’ny Tanàna, ka ireo nandositra tao anatiny ireo Emmo/Reg niandry tany. Tamin’izany no nisian’ny tifitra, marobe rahateo ny olona ka teo no nahavoa ilay lehilahy iray, voalaza fa avy eny Ambohimanarina. Nisy maromaro naratra ankoatra azy io, ary nisy ihany koa ny voatifitra tamin’izany. Nentina teny amin’ny HJRA ireo. Niditra an-tsehatra ny Croix rouge tamin’ny fanampana ireo naratra rehetra nankeny amin’ny HJRA.

Nitohy ny alahady

Taorian’ny fahafatesana olona tamin’ity hetsika ity, nilaza ireo mpanao fihetsiketsehana fa hiandry faty eny amin’ny lapan’ny Tanàna. Tsy raikitra ny alina, ka omaly alahady indray ny fotoana nifanomezan’ireo. Rakotra mpitandro filaminana vao maraimbe kosa anefa teny Analakely, ary nitombo isa ireo Emmo/Reg. Kamiao efa miisa valo teny an-toerana, ankoatra ny amin’ny fiara 4×4 maromaro. Nirongo basy ary nivonona ny hanakana ireo mpanao hetsika. Tsy tonga, araka izany, ny razana. Tsy tafiditra ny olona ary nisy ihany ireo niezaka nanohitra sy nitora-bato saingy tsy naharitra ela izany. Nilamina ho azy teo ny raharaha, ary niala teny an-toerana ny mpitandro filaminana tamin’ny 2 ora tolakandro teo. Tsy nisy intsony ny hetsika ny hariva. Ny anio no tsy fantatra…

Yves S.

News Mada0 partages

Hopitalin-jaza Tsaralalàna : nanempotra ny zaza marary ny setroky ny « lacrymogène »

Anisan’ny vaovao nisongadina hatramin’ny asabotsy lasa teo ny hoe nisy zaza roa maty vokatry ny fahasemporana avy amin’ny setroka entona mandatsa-dranomaso teny Analakely. Samy nivoy izany avokoa ny tambajotra sosialy, ny tatitry ny solombavambahoaka nanoloana ny vahoakan’Antananarivo hatramin’ny Radio France Internationale (RFI)…

Rehefa nidina teny an-toerana nanamarina ny vaovao, omaly hariva, tsy nisy afaka nilaza mazava fa marina ny fanambarana, ny tomponandraikitry ny hopitaly rahateo tsy tratra teo an-toerana. Ireo mpiasa mpiandry raharaha niditra omaly, tsy nahalala ny zava-niseho. Renim-pianakaviana manana havana tsaboina ao amin’ny hopitaly no nilaza fa tena nanempotra tokoa ny setroka tonga tao amin’ny efitrano misy ny marary. Nasain’ny tomponandraikitra nividy sarom-bava sy rano avokoa ny mpiandry marary hiarovana ny ankizy marary. Amin’ny ankapobeny, aretin’ny taovam-pisefoana ny antony hidiran’ny zaza hotsaboina ao ka vao maika namparefo ny fahasalamany ny setroka be lavareny nandrakotra ny tokontany sy ny efitrano, hoy ny mpiasan’ny hopitaly tafaresaka taminay.

 Baomba roa natsipy tao amin’ny hopitalin-jaza

Araka ny fanambarana nalefan’ny Vaomiera nasionaly mahaleotena momba ny  zon’olombelona (CNIDH), nisy ampahany tamin’ireo mpitolona naratra nandositra ny mpitandro filaminana teny amin’ny Araben’ny Fahaleovantena ka niditra teo amin’ny hopitaly misahana ny reny sy ny zaza eo Tsaralalàna. Nahatazana izany ny mpitandro filaminana tao anaty fiara tsy mataho-dalana 4×4, ka nanimpy baomba mandatsa-dranomaso roa. Ny fifanarahana natao tany Genève ny taona 1949 momba ny fiarovana ny maratra anefa manambara fa harovana sy hajaina avokoa ny marary sy ny maratra na inona na inona vondrona misy azy.

 Mahazo vahana ny tsaho

Amin’ny andro fiasana (ankoatra ny asabotsy sy alahady ) no misy tomponandraikitra afaka mandray raha misy olona mitady fanampim-baovao fa ny mpitsabo mpiandry raharaha sahirana amin’ny fitsaboana ka tsy manam-potoana handraisana ny mpanao gazety.

Amin’ny fotoana tahaka izao no ilana fiaraha-miasa matotra amin’ny mpikirakira vaovao sy ny tomponandraikitra loharano azo itrandrahana izany. Rehefa sarotra ny fahazoana vaovao, mahazo vahana ny tsaho mampisavorovo ny saim-bahoaka. Zava-pitranga matetika izany.

Vonjy A.
News Mada0 partages

Avy amin’ny Vivo Energy : nahazo vovon-drano ny mponin’Ambohijafy

Nahazo vovon-drano roa ny tanànan’Ambohijafy ao amin’ny kaominina Fenoriavo, ny faran’ny herinandro teo. Avy amin’ny orinasa Vivo Energy Madagascar ny fotodrafitrasa ahazon’ny mponina misitraka rano fisotro madio. Anjatony ny vahoaka afaka mikirikira rano amin’ny fiainana anadavanandro amin’ny sakafo sy ny fidiovana ary hanondrahana voly samihafa.

Niarahana amin’ny  tanora mpianatry ny Inscae Ankizim-bahoaka ao anatin’ny fandaharanasa Fitondran-tenan’ny mpitarika manana tanjona hametraka tetikasa mifototra amin’ny sosialy.

Vonona ny hanohana ny fokonolona eny ifotony ny orinasa hanatsara ny andavanandrom-piainany. Hampiova ny fiainan’ny vahoaka indrindra amin’ny fidiovana sy fahadiovana.

Nanotrona ny hetsika fanolorana ny vovo ny ben’ny Tanàna ao Fenoarivo.

Vonjy

News Mada0 partages

Parvis de l’hôtel de ville : les députés continuent le mouvement, nouvelles menaces du régime

Tandis que le contexte reste tendu et que les députés entendent poursuivre leur lutte,  la position du chef de l’état continue d’alimenter la tension politique.

Alors que les députés ont annoncé que le parvis de l’Hôtel de ville servira désormais de lieu de rencontres régulières entre les députés et la population, et que les condamnations affluent pour dénoncer le non respect des droits humains suite à l’évènement de samedi dernier (voir article par ailleurs), Hery Rajaonarimampianina durcit encore le ton. Il estime que l’initiative des députés vise à déstabiliser le pays. Ces derniers d’annoncer toutefois que la lutte va continuer.

La lutte franchit un palier

Les deux camps campent sur leurs positions. N’ayant pu effectuer de compte-rendu en bonne et due forme auprès de la population, samedi dernier, les députés de l’opposition ont annoncé qu’une nouvelle rencontre se tiendra aujourd’hui. Et ce, en présence des syndicats de divers horizons et autres fonctionnaires que les élus ont appelés pour qu’ils viennent grossir leur rang. «Cette lutte ne s’arrêtera plus», a d’ailleurs scandé l’élue de la capitale Me Hanitra Razafimanantsoa, tout en appelant au blocage de la machine administrative.

Cette déclaration de la députée du 1er arrondissement intervient après plus de trois heures de face à face entre la population de la capitale et les forces de l’ordre. Ces dernières ont tout fait pour empêcher les députés d’accéder au parvis de l’hôtel mais n’ont pas pu contenir l’arrivée massive des citoyens venus les écouter. Un violent affrontement s’en est suivi et a fait plusieurs morts et de nombreux blessés (voir article en page 5).

C’est dans ce contexte que la contestation, dont l’origine est l’adoption dans le forcing des lois électorales qui ont fait la honte de l’Assemblée nationale, pourrait franchir un autre cap. D’autant que ce ne sont pas les motifs qui font défaut. « La corruption à outrance, l’insécurité grandissante, l’incapacité du gouvernement à répondre aux attentes de la population, ou encore la braderie de terrains à des inconnus et pas plus tard que récemment l’achat des votes des élus à l’Assemblée nationale… » constituent autant de sujets évoqués par les gens venus à Analakely samedi.

Réaction rigide

Pendant ce temps, aussi étonnant que cela puisse paraitre, au lieu de calmer les esprits, le président de la République a choisi de raidir sa position. Hier, en guise de réaction, il a assimilé la démarche des élus à un «coup d’Etat». Le chef de l’Etat a aussi indiqué dans sa déclaration que «l’Etat prendra ses responsabilités» envers les «déstabilisateurs» et que «les forces de l’ordre prendront leurs responsabilités pour le respect de la légalité, tout en assurant la protection des citoyens et de leurs biens».

Sauf que cette déclaration tranche quelque peu avec les réactions, samedi dernier, notamment du Premier ministre Olivier Mahafaly et du président du  Sénat Rivo Rakotovao qui ont ouvert la voie au dialogue. «Le président n’a rien compris», a, quant à lui, pesté le député Paul Bert Rahasimanana, sur les réseaux sociaux après l’allocution du locataire d’Iavoloha.

De surcroît, les observateurs de la vie politique sont unanimes. La situation est grave et il faut prioriser le dialogue. A titre d’illustration, le comité pour la Justice, la sécurité et la paix, (K3F) a appelé le régime à prendre des décisions pour apaiser la tension actuelle, et encourage le dialogue entre les autorités et les partis politiques. Lors d’une rencontre avec la presse, hier, les membres ont invité les forces de l’ordre à demeurer le dernier rempart pour la sécurisation de la population et de ses biens, et à respecter la liberté d’expression.

Rakoto

News Mada0 partages

Hausse du prix des semences : les « Baiboho » en font les frais

On est en pleine période de la culture de décrue ou « Baiboho » en milieu rural, notamment sur les Hautes terres, en tant que culture d’intersaison et aussi substantielle. Cependant, malgré le bon vouloir des paysans à profiter de ce système, la montée du prix des semences limite leurs ardeurs.

Une cuillerée de semences pour légumes et brèdes (environ 25 gr), recouvrant à peu près une surface de culture de 25 à 35 m2, vaut actuellement au bas mot 800 ariary, contre 500 ariary au début de l’année. Seule, la semence de riz a connu une légère baisse de 200 ariary par kilo.

La situation en est de même pour les engrais à base de fumier, dont la charretée équivaut actuellement à 20.000 ariary contre 15.000 ariary auparavant. «Cette hausse accompagne l’augmentation des prix enregistrés dans les autres domaines», a expliqué un distributeur de semences, du côté d’Alakamisy, dans le district d’Atsimondrano. Apparemment, les éleveurs ont également aligné le prix de leur fumier au détriment des cultivateurs.

Pour les Hautes terres, des produits maraîchers sont en général pratiqués dans la culture de décrue. Dans d’autres régions, à l’instar de Menabe ou de l’Atsimo Andrefana, la culture de décrue est plutôt orientée vers la plantation de légumes secs, comme les lentilles, les pois et les haricots, dont la plupart sont voués à l’exportation.

Invasion des chenilles légionnaires

Un autre problème auquel font face actuellement les cultivateurs sur «Baiboho», notamment dans la partie sud-ouest de la Grande île, est l’invasion des chenilles légionnaires. Ces insectes s’attaquent en principe aux céréales, mais touchent également les légumes secs.

De source auprès du ministère de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage (MPAE), Madagascar a été informé de la présence de ces insectes l’année dernière. Leur capacité de destruction peut aller jusqu’à 70% et les lépidoptères qui les engendrent peuvent parcourir 100 km en une nuit. De ce fait, les chenilles légionnaires ont été classées comme faisant partie des catastrophes biologiques et émergentes par le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC) cette année.

Sera R.

News Mada0 partages

Échauffourée a Analakely : Plusieurs morts et de nombreux blessés

Le bilan officiel de la manifestation de samedi à Analakely, communiqué par l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) Ampefiloha, a fait état de 2 morts et 17 blessés.

La manifestation a tourné rapidement en un affrontement musclé, samedi, entre la population d’Antananarivo, venue en grand nombre dans le centre ville, pour assister au compte-rendu des députés de l’opposition, et les forces de l’ordre qui ont également été présentes dans les environs d’Analakely, surtout autour de l’Hôtel de ville, depuis la veille, afin d’empêcher l’évènement tant attendu de tous de se tenir.

10 heures

Le député Rossy a été le premier sur les lieux à essayer d’ouvrir la rencontre entre les députés et la population. Une vaine intention car il a été retenu de force par les forces de l’ordre, un fait qui a affecté sa santé. Il a ensuite été évacué à l’hôpital car son état de santé a empiré. Néanmoins, il a eu l’occasion de s’exprimer et de réclamer la démission du président. Les forces de l’ordre ont saisi le matériel de sonorisation transporté à bord d’un 4×4, prévu pour animer l’évènement.

11 heures 00

La tension est montée d’un cran. Les manifestants ont commencé à s’approcher petit à petit  en direction de la place du 13 mai, tout en posant des barrages de pierres sur la route. Ils ont pu arriver à la hauteur de l’esplanade d’Analakely. Pour les disperser, des bombes lacrymogènes et assourdissantes lancées par les forces de l’ordre se sont multipliées dans toutes les directions. Vu que la situation devenait de plus en plus ingérable, les forces de l’ordre ont procédé à la mobilisation de leurs éléments motorisés et des voitures de l’Emmo sécurité.

12 heures 00

Midi était l’heure où la situation a pris la tournure d’un véritable affrontement. Les manifestants ont décidé de passer à la vitesse supérieure. Ils ont commencé à venir de tous les cotés en lançant des pierres en même temps. Les forces de l’ordre, malgré l’envoi incessant de bombes lacrymogènes, tout en battant en retraite, n’ont pas réussi à empêcher la population d’atteindre la place du 13 mai et de pénétrer dans l’Hôtel de ville

12 heures 20.

Les députés de la partie Tim et Mapar sont arrivés petit à petit sur les lieux et ont commencé à discuter avec la population.

Les élements des forces de l’ordre qui se sont chargés de la sécurisation du 13 mai ont vidé les lieux pour regagner la gare Soarano et le commissariat central de Tsaralalàna. Ils n’étaient pas au courant à cet instant que quelques-uns de leur groupe ont été oubliés de l’autre coté, au niveau du portail principal de l’Hôtel de ville. Ces derniers ont été encerclés par des manifestants en colère. Ils ont dû sauter le portail pour se réfugier à l’intérieur de l’Hôtel de ville. C’est à cet instant que les forces de l’ordre ont tiré sur des manifestants, pensant que ces derniers allaient les capturer.

Des manifestants ont été blessés. Plus de 10 manifestants ont été évacués à la Croix rouge Analakely à cause de leurs blessures, avant d’être conduits à l’HJRA. Un manifestant a été atteint d’une balle à la tète. Celui-ci est mort avant-hier soir à l’hôpital. Un autre a été touché à l’abdomen. Malgré les soins d’urgence qu’il a reçus, il est décédé hier matin.

13 heures …

Des gendarmes sont vainement revenus pour récupérer leurs collègues qui ont été coincés à l’Hôtel de ville.

Pendant ce temps, un magasin sis à Behoririka a été attaqué par des individus qui ont profité de la situation. Les bandits n’ont pu dérober grand chose car les boutiques ont déjà été vidées avant l’attaque. La police a procédé à des arrestations.

Ando Tsiresy

Durant toute la journée d’hier, une bataille des chiffres s’est véritablement engagée entre les deux parties. Alors que les responsables de l’HJRA ont soutenu que parmi les personnes admis dans ses services, deux sont décédées, on souligne du côté des députés de l’opposition qu’il y a eu bien plus de morts, quatre en l’occurrence. Sur les réseaux sociaux circulent d’ailleurs des vidéos qui pourraient étayer ce dernier chiffre. S’agissant des causes des décès, les responsables de l’HJRA sont également restés évasifs si beaucoup sont certains, en l’occurrence le CNIDH qui l’indique dans son communiqué en date d’hier, que ces victimes sont tombées sous les balles réelles des éléments des forces de l’ordre.

 

News Mada0 partages

Meteo : deux systèmes sous surveillance

Deux systèmes évoluant dans le bassin sud-ouest de l’océan Indien sont actuellement sous la surveillance de la météo. Le premier (93S) est situé au Nord-est de Madagascar. «Bien qu’ayant un faible potentiel de développement, il devrait apporter une dégradation significative du temps sur le Nord-est de la Grande île», a indiqué cycloneoi.com sur son site le weekend. Il a noté toutefois : «Ce système est prévu opter une trajectoire de secteur sud-est d’ici les prochaines 48h, le faisant transiter le long du nord-est malgache et le rapprochant des Mascareignes». Quant à l’autre système, situé à l’Est de Diego Garcia (96S), son avenir est encore trop incertain.

N’empêche que ces deux zones sont actuellement sous surveillance dans la mesure où des signaux de cyclogenèses sont suggérés. A noter que pour Madagascar, la fin de la saison cyclonique pour cette année n’est prévue que vers la fin de ce mois de mai.

Sera R.

News Mada0 partages

Finances publiques : des ASF prêtent serment

Pour la première fois, les administrateurs des services financiers (ASF) ont prêté serment à la Cour suprême à Anosy, vendredi dernier. A cette occasion, huit promotions du Corps des ASF ont été présentées.

Dans son allocution, le président du syndicat des ASF a souligné : «Cette cérémonie, plus précisément, ce processus, entre dans la bonne gouvernance des Finances publiques (…) Aussi, ils sont les premiers responsables concernés pour le contrôle de légalité des actes engageant les dépenses à l’Etat».

En fait, la bonne gestion des Finances publiques est sous les regards de tous les acteurs de la vie publique, qu’ils soient nationaux ou internationaux. Sur ce, les administrateurs financiers doivent tenir compte de l’allocation des ressources en fonction des priorités stratégiques retenues par le Gouvernement, l’efficacité et l’efficience des dépenses et les bonnes pratiques dans les Finances publiques.

A ce jour, le syndicat regroupe environ 200 membres, répartis dans la Grande île, et occupant des places clés et importantes dans les institutions, sachant que les ASF ont été formés auprès de l’Ecole nationale de la Magistrature (Enam), après avoir réussi le concours d’entrée et suivi des formations sur les soldes et pensions, les marchés publics, la comptabilité financière, macroéconomie…

Arh.

News Mada0 partages

Consommation : baisse timide des prix du riz

Les prix du riz baissent peu à peu au niveau des marchés de la capitale quoique timidement. Une baisse de 200 à 300 ariary par kilo est constatée ces deux dernières semaines. Cette tendance se justifie, entre autres, par l’arrivée sur le circuit des dernières récoltes.

Les différents riz des dernières récoltes débarquent peu à peu sur l’ensemble des marchés de la capitale. Une situation qui se traduit, en effet, par une augmentation de l’offre par rapport à la demande et qui entraine une baisse sur les prix de l’ordre de 200 à 300 ariary par kilo.

Au niveau des détaillants, la variété Tsipala se vend entre 1.700 et 1.800 ariary/kg contre 2.000 à 2.100 ariary auparavant. Le vary gasy et le makalioka se négocient également à 2.000 ariary/kg contre 2.300 à 2.400 ariary il y a deux semaines de cela. Questionnés sur cette baisse, les grossistes affirment pour leur part que l’offre se fait abondante venant notamment des principaux greniers à riz de l’île, comme l’Alaotra et Marovoay. Aussi, certains affirment, sans plus de précisions, que la récolte a été bonne cette saison étant donné que les pluies ont été suffisantes.

Toutefois, les prix du riz importé n’ont pas beaucoup changé. Les prix se négocient entre 1.600 et 1.800 ariary/kg au niveau des détaillants.

Confirmation de l’ODR

D’après les informations publiées par l’Observatoire du Riz (ODR) dans son dernier bulletin, l’Info Hebdo n°485, qui détaille la situation des prix sur la période du 9 au 15 avril 2018, le prix du riz poursuit sa tendance à la baisse. L’observatoire montre en effet qu’en moyenne nationale, les prix ont connu une tendance à la baisse, par rapport à ceux de la semaine du 2 avril.

Pour la période donnée, le prix du paddy a conservé sa stabilité dans son ensemble. Pour ce qui est du riz local, les prix moyens sont également en retrait dans leur globalité. Le makalioka est vendu en moyenne à 2.249 ariary/kg, avec une légère baisse de -17ariary/kg par rapport à la semaine précédente. Le vary gasy est en retrait de – 66 ariary/kg par rapport à la semaine du 2 avril, et se situe cette semaine à 2.021 ariary/kg tandis que le tsipala est en baisse de -103 ariary/kg, vendu à 1.952 ariary/kg durant la semaine du 9 avril.

Pour le riz import, le prix moyen est en légère baisse de -2% dans son ensemble. Il s’établit en moyenne à 1.676 ariary/kg, soit une diminution de -39 ariary par/kg pour cette semaine.

Dans les grandes villes, les prix ont significativement diminué par rapport à la semaine précédente où le prix moyen du riz blanc est passé de 2 070 ariary/kg à 2 004 ariary/kg, soit une baisse moyenne de -66 ariary/kg.

Enfin, dans les zones en difficulté alimentaire, le prix moyen du riz blanc demeure ferme en cette période et en baisse particulièrement à Mananjary de -100 ariary/kg. Le prix du riz import est, quant à lui, stable dans son ensemble. Toutefois, une augmentation de prix du riz import (+170 ariary/kg) est constatée à Mananjary, liée à un problème d’approvisionnement. Pour le cas de Vangaindrano, le prix moyen a diminué de -200 ariary/kg, suite à la mauvaise qualité du riz import écoulé sur le marché, selon les commerçants.

Arh.

 

News Mada0 partages

Jeux de la CJSOI : les handballeuses en demi-finales

Les 11e Jeux de la Commission de la jeunesse et des sports de l’océan Indien (CJSOI) ont débuté sur un bémol pour la délégation mais les handballeuses ont sauvé les meubles. Elles affronteront mercredi prochain l’équipe réunionnaise en demi-finales.

A un pas de la victoire. Les handballeuses malgaches se sont investies corps et âme pour arracher le billet pour les demi-finales des 11e Jeux de la CJSOI, hier, à Djibouti. Elles ont eu raison de la sélection seychelloise par 28 à 15. Les Malgaches ont annoncé la couleur et dominé la partie lors de la première période.

Elles ont effectivement mené au score 13 à 6 à la pause et ont maintenu le cap durant la seconde mi-temps, au gymnase du lycée d’Etat, et affronteront les Réunionnaises dans le carré d’as. Pourtant, les filles n’ont pas été rassurantes lors de leur premier match face aux Mahoraises. Ces dernières se sont imposées sur le score de 23 à 16 et ont été dominantes sur tous les plans car elles ont déjà été aux commandes pendant la première période (10-9).

Et encore une bonne nouvelle pour les pongistes tant chez les garçons que chez les filles. La sélection féminine est qualifiée pour le prochain tour après avoir éliminé les Seychelles sur le score de 3 à 0, en match par équipe. Du côté des garçons, il  a fallu une victoire à l’arraché à la 4e rencontre pour obtenir le ticket. Et ce, aux dépens des Réunionnais qui ont eu toutes les cartes en main pour se défaire des Malgaches mais la rage de vaincre de ces derniers a primé.

Par ailleurs, le ministre malgache de la Jeunesse et des sports, Jean Anicet Andriamosarisoa, a été reconduit au poste de président pour un mandat biennal, à l’issue de la 32e session de la réunion des ministres de la Jeunesse et des Sports de l’océan Indien qui a eu lieu à l’Hotel Kempinski. Il a été également décidé que les prochains Jeux de la CJSOI auront lieu à l’île Maurice.

Rojo N.

News Mada0 partages

Cyclisme : Ravoatabia, égal à lui-même

Il a été le fer de lance de l’équipe nationale aux diverses éditions du Tour cycliste international de Madagascar (TCIM) et continue encore de faire parler de lui, à travers ses performances à Madagascar. Il, c’est Jean de Dieu Rakotondrasoa, alias Ravoatabia (FCSA), qui a remporté hier la course en ligne de 104 km sur l’axe RN7, sous la houlette de la ligue d’Analamanga. Il a bouclé le parcours en 2h55’30 » contre 2h55’50 » pour Sandaniaina Randriamaharitra (CCPA) et 2h55’57 » pour Julien Rakotondravony (FCSA).

Du côté des vététistes, Hervé Rakotonandrasana (CCPA) a bouclé les 80 km en un temps record de 2h41’32 », à la grande déception de José Rahaingoarivelo (2h44’05 ») et Tolojanahary Fanomezantsoa (2h44’55 »). Le nom des champions demeure inchangé chez les cadets. Benjamina Andrianarivelo, Thierry Andrianaivositraka et Johary Andriniaina. Rendez-vous est d’ores et déjà pris pour le 8 mai pour la prochaine course en ligne sur l’axe RN1.

Rojo N.

News Mada0 partages

Athletisme : Madagascar sous le feu des projecteurs

La délégation malgache, sur la ligne de départ du meeting de La Réunion, a honoré sa présence sur ce plateau très relevé, le week-end, malgré les différentes pressions. Notons que la finale s’est jouée dans la catégorie B au 100 m mais cela n’a pas empêché Santatra de monter sur la première marche du podium avec un temps de 11’95’’, suivie de sa compatriote Nanah 12’43’’. Au 400 m, Olga a ravi la première place avec un chrono de 56’92’’.

Au 3.000 m, le coureur du Grand sud, Mampitroatsy, a franchi la ligne d’arrivée en  8’30’’10 tandis qu’Hervé Patrick s’est mis à la 5e position avec un chrono de 8’41’’63. Pour finir, Zo, Nanah, Fanjalina, Santatra ont remporté le Relais 4×100 m en 48’05’’. Une belle performance qui a ravi plus d’un membre de la fédération qui s’est cassé les dents pour pouvoir aligner ses athlètes sur la ligne de départ de cette compétition.

Rojo N.

News Mada0 partages

Tour de Mada : la famille Poussin est de retour

Après un bref repos de quelques mois en France, la famille Poussin est de retour au pays afin de boucler le tour de Madagascar en charrette qu’elle a dénommé «Mada Trek», de source auprès d’Orange Madagascar. Cela lors du partage des récits de son périple de 4.000 km effectué auparavant durant quatre ans, auprès des employés de cet opérateur la semaine dernière. Une occasion également pour équiper la famille de quelques outils nécessaires à ce dernier voyage, fournis par Orange Madagascar.

Il reste à la famille 800 km à parcourir, pour aller de Mahajanga à Antananarivo, pour boucler son tour de Madagascar. Après cela, la famille prévoit de sortir un livre,

d’ici trois ans, sur «Mada Trek». Il convient de noter qu’Alexandre et Sonia Poussin, avec leurs enfants, ont déjà réalisé un tour d’Afrique à l’issue duquel ils ont sorti un livre intitulé «Africa Trek», un bestseller de 300.000 exemplaires.

Pour rappel, arrivée à Madagascar le 16 mai 2014, la famille Poussin a construit elle-même une charrette tirée par des zébus, afin de réaliser le tour de Madagascar, allant d’Antananarivo à Taolagnaro, et de Taolagnaro à Antsiranana. Entre-temps, elle a rapporté dans des DVD et des magazines comme Paris Match, le récit de ses voyages, dans le but de la promotion de la beauté de la Grande île, ainsi que ses problèmes de développement.

Sera R.

 

News Mada0 partages

CNCF : plus qu’un concours d’interprétation

La grande finale du Concours national de la chanson en français (CNCF) s’est tenue, hier, à l’Alliance française d’Antananarivo (AFT). « Pour que le concours puisse s’élargir, nous avons créé une nouvelle catégorie cette année afin que les candidats démontrent leur création. De ce fait, le concours est devenu plus qu’ une simple interprétation des tubes français », a expliqué l’un des responsables du concours.

 Ainsi, dans la catégorie interprétation, la représentante de la région d’Antananarivo, nommée Ravaka Sarah Rasolonomenjanahary, a remporté la première place grâce au titre de Lara Fabian « Je t’aime ».

A partir de cette édition, le concours présente également une nouvelle catégorie valorisant les créations des artistes en herbe. Ainsi, Imonjagena Georges Wynalda, issu de la région de Toliara, a obtenu la première place avec son morceau intitulé « Ne pleure pas ».

Par ailleurs, les coups de cœur ont aussi marqué cette dernière édition. L’interprétation du titre de Michel Sardou

« Les vieux mariés », effectuée par Aina Tiavina Raoelison Andriamasy  d’Ambatondrazaka, a aussi séduit le jury. De son côté, Horipa Georges Ahlas, venant spécialement de Sainte Marie, a aussi impressionné avec son titre « L’alliance française de tout mon cœur ».

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

RFC : « Déambulation » et « Black mamba » sortent du lot

Clap de fin pour la 13e édition du festival des Rencontres des films courts de Madagascar (RFC). A cause de la situation politique qui prévaut actuellement au pays, la cérémonie de clôture, dont la proclamation des grands gagnants de l’année, a été avancée, vendredi dernier. Parmi les 24 films en compétition, les deux courts-métrages, « Déambulation » de Toavoniaina Rasoanaivo et « Black Mamba » d’Amel Guellaty, ont marqué le public et le jury.

«Il nous a été difficile de sélectionner les gagnants de cette édition. Chaque compétiteur avait son propre style. Et ils méritaient tous des félicitations », a annoncé un membre du jury.

Le film de la Tunisienne  Amela Guellaty « Black Mamba » a surtout séduit le public. Il a ainsi obtenu deux récompenses, à savoir le Grand prix RFC, le Zébu d’or fiction. Ce film de plus de 20 minutes raconte l’histoire d’une jeune fille dénommé Sarra qui a en apparence une vie ordinaire.

De son côté, le film de Toavoniaina Rasoanaivo « Déambulation » a aussi envouté le public. Il a été récompensé dans deux catégories au RFC, dont le Zébu d’or documentaire et le prix jury jeune. Sortant de l’école supérieure des arts visuels de Marrakech, Toaviniaina Rasoanaivo présente dans son film un extrait de vie de Tojo, un jeune photographe portraitiste.

Par ailleurs, l’aventure de ces deux courts-métrages ne restera pas là. Ils ont également été sélectionnés à participer à la prochaine édition du festival chinois Jinzhen International Short Film qui se tiendra au mois d’octobre prochain.

Holy Danielle

Les films récompensés :

Zébu d’or animation : « Tantara » d’Yannick Andrianambonisoa (Madagascar)

Zébu d’or documentaire : « Déambulation » de Tovoniaina Rasoanaivo (Madagascar)

Zébu d’or fiction: « Black mamba » d’Amel Aguelatty  (Tunisie)

Zébu d’or Interprétation : Sarah Anachi dans « Black mamba » (Tunisie)

Zébu d’honneur : Gégé Rasamoely (Madagascar)

Grand prix RFC: « Black mamba » d’Amel Aguelatty  (Fiction/ Tunisie)

Mention spéciale : « Kadi »  de Laurence Agbetsise (Documentaire/Ghana)

Prix jury jeune: « Déambulation » de Tovoniaina Rasoanaivo (Documentaire/Madagascar)

Prix hors champs : « Placenta » de  Bede Gafane Modeste (Fiction/Congo)

Prix de la critique : « Mama bobo » de Robin Andelfinger (Fiction/Senegal)

 

News Mada0 partages

Mage 4 Carton plein au palais des Sports

Après les évènements qui se sont tenus, samedi dernier, dans la capitale, l’inquiétude planait tant au sein des organisateurs qu’au niveau des fans du groupe Mage 4. Et heureusement, tout s’est bien passé hier au palais des Sports et de la culture à Mahamasina. Le groupe a joué à guichets fermés.

Les milliers de fans étaient comblés hier. Une fois de plus, Mage 4 a su les satisfaire. En travaillant davantage le côté scénique et surtout en améliorant quelques arrangements, le groupe a surpassé les attentes de certains fans. « Ils ont joué avec plus de riffs, ce qui a donné plus de couleur rock au spectacle », a expliqué l’un des fans.

Effectivement, le groupe crache davantage en live. La voix puissante de Ken, accompagnée des riffs de Gégé, a explosé la scène, sans oublier les jeux de lumière qui ont donné une touche plus spectaculaire. Par ailleurs, le point fort du concert a été l’instant où le groupe a interprété le titre

« Sahy minia ». Toute la salle s’est mise à l’unisson avec le groupe.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Chronique : Moïse Rabiby, c’est nous !

Le parcours de Moïse Rabiby est édifiant. C’est normal, c’est un chevalier du renouveau.  Il participe à l’effort révolutionnaire en enseignant la biologie à l’université pendant deux ans quand on décrète qu’il sera plus utile dans une entreprise publique que dans un amphithéâtre. Il mène alors le projet «Tigres du développement». Le fleuron de l’industrie d’avant-garde se résume très vite

à un échec exemplaire.  Après un retour éclair auprès de ses étudiants, Moïse Rabiby est promu ministre de l’Expansion Technologique et Commerciale. Certes, l’expérience n’est pas concluante mais «quelques émoluments sur la délivrance de licences d’importateur» lui permettent de sortir du gouvernement la tête haute et avec une maison de quatre étages. Reconverti avec succès dans le capitalisme, le biologiste est aujourd’hui «un homme d’affaires nouvelle vague». Depuis son bureau ultra moderne, magnifique illustration de sa réussite, on a une vue plongeante sur «les façades pourries d’un bidonville de Tana».

Vous avez l’impression de connaître Moïse Rabiby ? Il est inutile de chercher son nom dans vos tablettes. Ce personnage de fiction est l’un des pittoresques Petits portraits à plume débridée joliment tracés par Naivo. Evitant l’écueil de la noirceur désespérée et de son pendant, l’image d’Epinal proposée par les récits de voyage, l’auteur brosse en huit nouvelles le tableau d’une société malgache qui nous ressemble…

Ah, vous reconnaissez Moïse Rabiby maintenant ! Entré en lice dans les prémices de la geste révolutionnaire, le chevalier affronte les épreuves avec bravoure et constance, s’il tombe de sa monture, il se remet en selle avec une époustouflante dextérité. Et c’est reparti pour un tour ! Quel panache ! … A la réflexion, l’exploit du Chevalier du renouveau est qu’il est persuadé de faire du neuf avec du vieux.

Prends garde à toi Moïse Rabiby, la roue a déjà été inventée.

Kemba Ranavela

Madagascar entre poivre et vanille, Petits portraits à plume débridée par Naivo, Editions Sépia, 2015.

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Madagascar et son nouveau gouverneur général (4)

 (Suite et fin.)

Mais tout n’est pas également rose dans ce tableau. Il a ses ombres : l’administration, les résistances locales.

L’administration ? Elle est ici ce qu’elle est un peu partout.

Henry Simon ne s’est guère révélé jusqu’à présent. On dit qu’il est énergique : qu’il le prouve. Il a sa place au Conseil des ministres : qu’il y fasse prévaloir ses avis et, le jour où son administration intérieure le sentira vraiment fort, elle marchera. S’il se montre petit garçon vis-à-vis de ses pairs, il n’aura aucune autorité vis-à-vis de ses inférieurs et toute la machine coloniale, y compris Madagascar, s’en ressentira. Quant à l’administration locale, M. Schrameck a été assez longtemps préfet d’un grand département pour connaître la manière – j’ai pleine confiance en lui à cet égard.

Reste l’élément colon en présence duquel il va se trouver et qui déjà, me dit-on, mène grand bruit aux cris de : « Madagascar aux colons ». C’est fort joli mais… il y a la France !

Nous aimons ici les colons français où qu’ils se trouvent et ceux de Madagascar en particulier. Beaucoup d’entre eux sont venus de la Réunion ou de Maurice ; nous les considérons comme de la famille ; mais tous ne peuvent pas avoir les idées générales, ni les moyens puissants qui conduisent une colonie à sa prospérité. Qu’on les protège, qu’on les aide, qu’on leur laisse la main-d’œuvre nécessaire à leurs travaux, qu’on leur en procure même en Chine, dans l’Inde, etc. ; le Courrier Colonial l’a maintes fois demandé.

Ils désirent une banque qui leur fasse des avances ; c’est de toute justice. Pour le reste, qu’ils fassent confiance au chef de la colonie choisi par le gouvernement.

Il y a aussi, dit-on, la question de la religion. Elle a eu son importance au temps où catholiques et méthodistes n’étaient pas soldats, où Français et Anglais n’étaient pas confondus dans la lutte contre l’ennemi commun. Qu’est-ce que cela aujourd’hui ?

En résumé, nous croyons que le nouveau gouverneur général de Madagascar peut, s’il s’inspire de ces idées générales, faire là-bas d’excellente besogne. Nous souhaitons de tout cœur qu’il y réussisse et nous enregistrerons avec intérêt ses efforts pour y parvenir.

Boulland de l’Escale.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : zarazarao ny fahendrenao Ramose Botovasoa

Tsy mila miandry Pantekosta amin’ny taona ity dia antenaina fa hilatsahan’ny Fanahy Masina ireo ngeza lahy mpanao pôlitika. Ireny mantsy izy rehetra fa nihazakazaka daholo any Vohipeno. Fihaonam-ben’ny Katolika ao amin’ity renivohitra ny Antaimoro, tànana amin’iny atsimo atsinanan’ny nosy, faritra namoaka olomanga sy olomarina tsy hita ho tanisaina sao misy adino noho hamaroany.

Olona tokana kosa anefa no nomena hasina manokana tamin’ny faran’iny herinandro dia Lucien Botovasoa izay natsangan’ny Eglizy Katolika ho anisan’ny Olomasina. Voninahitra lehibe izany ary nidodododo nanome voninahitra izany ny katôlika rehetra izay afaka namonjy izany fankalazana masina izany. Tsy gisitra amin’izany ny mpanao pôlitika. Mafana izao ny lalao ka tsy misy fisehoana imasom-bahoaka tsy ho araraotina. Hamory olona aza hatao mainka fa misy ny toy izao. Maro ny mpifidy ao amin’ny vahoaka katolika ka sitrany ahay mba hisehoan’ ny tena mba olo-mendrika manaja izany hoe fivavahana izany.

Efa nampitandrina anefa ny Konferansin’ny Eveka, nilaza ny tsy fahamendrehan’ny filalaovana pôlitika toy ny tazana ankehitriny. Tsy misy intsony ny fahamarinana fa fitiavan-tena no manjaka, fampahantrana ny vahoaka no miseho, kolikoly no mibaiko, fidangan’ny vidim-piainana no mandifotra ny mponina. Vely kanota angamba tsy mihoatra an’izany, nefa tsy nataon’ireo vaventy hanakana azy izany. Angamba kosa tonga ho bedesin’ny raiamandreny am-panahy ry zalahy. Vonona hihaino anatra ka mety samy hibebaka ny tsirairay. Fahagagana anefa raha izany no mitranga. Na ny anankiray aza dia tsy nahitana nisoritra teny amin’ny tarehiny izany hoe fanetren-tena izany. Toa mibontsibontsina izy rehetra samy misisika ho hita avokoa. Tazana sahady fa toy izany rahampitso, samy hilaza daholo fa izy irery no mahavita azy ho mpamonjy ny vahoaka sy ny tanindrazana. Tsy hita hakisoka izy ireto, hany herin’ny vahoaka izay mino sisa dia miangavy an’itompokolahy Botovasoa izay nasondrotra ho akaikin’ Andriamanitra mba hangataka anjara fahendrena amin’ Andriamanitra ho an’ireto kalita lahy ireto fa efa diso mangana loatra ny olona madinika eto amin’ny Nosy.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : le service de sécurité est aux abonnés absents

Affluence monstre devant la salle de sports transformée pour l’occasion en salle de concert. Des centaines de fans arrivent en grappe pour assister au spectacle trop rare de leurs chanteurs préférés. Sur les trottoirs, d’autres fans se joignent aux futurs spectateurs. Ah non finalement, ils ne font pas la queue, le concert ils s’en moquent comme de leur première chemise. Ils sont là pour boire, le derrière posé sur le trottoir, un cageot en guise de table, que la fête commence ! Il manque juste un troisième  groupe pour que l’ambiance soit parfaite. Le service de sécurité est aux abonnés absents. Et si ça dérape ? Hier, le service de sécurité avait une excuse paraît-il : on ne peut pas être au four et au moulin.

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO LEADER FANILO : Midera manokana ny risipo nananan’ireo solombavambahoaka

Nidera manokana sy nankasitraka ny fahasahiana feno nananan’ireo solombavambahoaka voafidy teto Antananarivo ity antoko ity. Fihetsika izay mendri-piderana ho mariky ny fandraisan’andraikitra feno ho fanavotana ny firenena fa indrindra hoentina handresena ny kolikoly, ny jadona izay zary lasa fomba fanaon’ny fitondrana ankehitriny. Ireo araka ny voafaritra tsara ao amin’ny sata mifehy ny antenimieram- pirenena. 

“Miarahaba, midera ary mankasitraka ny risipo sy fahavononana nasehon’ireo solombavambahoaka nanatontosa ny adidiny mikasika ny tatitra manoloana ny vahoaka nifidy azy izahay”, hoy ny voarakitra tao anatin’ilay fanambaràna. Nabaribarin’ny antoko ihany koa ny tsy fankasitrahany ny fihetsika feno herisetra tanteraka nataon’ireo mpitandro filaminana. Voalazany fa diso tafahoatra loatra ireny ary tsy misy fitsinjovana amin’ny samy Malagasy intsony fa lasa fanaparam-pahefana sy fitaovana noentina nampihorohoroana ny vahoaka. 

“Tsy mankasitraka velively ny fampiasana hery diso tafahoatra nataon’ireto miaramila natao hitandro ny filaminana kanefa indrisy nanampatra ny fahefana sy fitaovam-piadiana teo aminy ka namoizana ain’olona sy maratra maro”, hoy hatrany ilay fanambaràna. Teny am-pamaranana dia nitondra ny fiombonana alahelo miaraka amin’ireo fianakaviana nanana ny maty nandritra iny hetsi-bahoaka teo Analakely iny ny antoko Leader Fanilo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

PRAIMINISITRA MAHAFALY SOLONANDRASANA : Mikoropaka, miantso fifanatonana

Miantso fifampiresahana sy fifanatonana eo amin’ireo ankolafin-kery politika rehetra ny praiminisitra lehiben’ny governemanta, Mahafaly Solonandrasana Olivier.

Nafana tanteraka ny renivohitr’i Gasikara, ny sabotsy lasa teo. Nitana ny teny nomeny hatramin’ny farany ireo solombavam- bahoaka mpanohitra ary nijoro hatramin’ny farany ihany koa nanoloana ny fotoana nifanomezan’izy ireo tamin’ny vahoakan’Antananarivo tamin’io fotoana io. Ireto farany ihany koa dia nampiseho ny fahavononany tanteraka ary tsy nihemotra na teo aza ny ramatahora sy ny fampiasan-kery nataon’ ireo mpitandro filaminana. Araka ny efa nampoizin’ny maro dia tsy maintsy niafara tamin’ny fifandonana mahery vaika iny raharaha iny satria efa hita taratra fa tsy maintsy ampiasain’ ny fitondrana Hery Rajaonarimampianina ho hery famoretana ny mpitandro filaminana. Amin’izao fotoana izao, rehefa nahita ny fandresen’ireo mpitari-tolona ny fitondrana dia nisy ny fanambaràna nataony tamin’ny alalan’ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier, ny harivan’io sabotsy io. 

Nandritra izany no niantsoany fifampiresahana sy fifanatonana miaraka amin’ireo ankolafin-kery politika rehetra. “Isika Malagasy dia manana ny soatoavina maha Malagasy izay azo fehezina amin’ny hoe fitadiavana ny marimaritra iraisana. Manao antso avo aho ho an’ny ankolafin-kery politika rehetra ny tenako, na inona na inona mety tsy fifankahazoan-kevitra ara-politika dia aoka tsy hatao sakana izany amin’ny fitadiavana izay marimaritra iraisana. Tsy hitondra voka-tsoa ho antsika izao adilahy politika lava izao, ary tsy hitondra voka-tsoa ho an’ny firenena ny fifandrafiana fa ny fifanatonana ho fampanjakana ny firaisankina ihany no ahafahantsika mamaha ny olana maharitra ary vonona amin’izany fifanatonana izany ny governemanta mba hisian’ny fitoniana maharitra eto amin’ny firenena”, hoy ny fanambaràna nataon’ny Praiminisitra lehiben’ny governemanta raha fintinina. Hatrany am-boalohany anefa no fantatra fa efa nitaky ny hisian’izay fifampiresahana sy fifanatonana izay ireo solombavambahoaka mpanohitra saingy tsy nisy nihaino. Tsy mahagaga raha tonga tamin’ny famoizana ain’olona ny zava-nitranga. Mbola nanamafy ny hisian’izay fifanatonana sy fifampi- resahana izay ihany koa ny filohan’ny antenimierandoholona, Rakotovao Rivo.

“Tokony handray ny andraikiny ny mpanao politika amin’ny lafiny fifampiresahana amin’izay hatao rehetra satria inona moa no tsy vitan’ny fifampiresahana, fa maninona no tonga amin’izao isika”, hoy izy raha nanamafy ny hisian’izay fifanatonana izay. Nilaza ny Praiminisitra fa tsy maintsy hisy ny fanadihadiana hatao mahakasika an’iny zava-nitranga iny ary tsy maintsy hisy ny fepetra horaisina.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTE HANITRA RAZAFIMANANTSOA : “Tompon’andraikitra tamin’ny ra latsaka ny Filoha”

Hery Rajaonarimampianina. Io no nambaran’ny depiote Hanitra Razafimanantsoa nanoloana ny ra nandriaka tetsy Analakely nandritra ny fikasan’izy ireo hanao tatitra tamin’ny sabotsy lasa teo.

Nambaran’ity olom-boafidy ity fa mihosin-dra ny tanan’ny Filoham-pirenena ankehitriny ary tsy ny tenany ihany fa isany tafiditra ao anatin’izany ihany koa ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana noho izy lehiben’ny Omc, prefektioran’ny tanànan’Antananarivo Ravelonarivo Angelo izay nampiasaina hisakana an’iny hetsika iny ary ireo mpitandro filaminana. Ireto farany dia nampangain’ny solombavambahoaka fa tsy ho afa-bela ary tompon’antoka feno tamin’ny fahafatesan’ireo olona sy ny ra latsaka teo Analakely. 

“Ianareo mpitandro filaminana, ianareo no tompon’andraikitra voalohany. Ny fitondram-panjakana ary tsy afa-bela amin’izao ny Filohan’ny repoblika fa tompon’andraikitra voalohany amin’izao ianao ary amin’izao dia mihosin-dra ihany koa ny tananao. Ny Praiminisitra tompon’andraikitra voalohany ihany koa satria ianao no lehiben’ny Omc, ianareo rehetra tompon’andraikitra daholo miaraka amin’ny prefet an’ny polisy. Ianareo  ireo no tompon’andraikitra amin’izao zava-mitranga izao”, hoy ny solombavambahoaka Hanitra Rafimanantsoa. 

Araka ny fanehoan-kevitra noentiny dia naninona no navela ho tonga tamin’ireny ra mandriaka ireny vao nahazo fahafahana niditra tao anatin’ny lapan’ny Tanàna ny vahoaka sy ireo depiote ? Anisany fanontaniana napetrany ihany koa ny hoe, naninona tsy navela hanatanteraka an’ilay tatitra am-pilaminana izy ireo fa navela ho tonga amin’izao toe-java-misy izao. “Izahay efa nampandre taminareo ary efa niteny hoe manasa tanana raha sanatria ka tonga amin’izao ianareo, ny hery tsy mahaleo ny fanahy”, hoy hatrany ny depiote Hanitra Razafimanantsoa. Heverina ho vao mainka hampitroatra sy hampirongatra ny hetezeram-bahoaka ny fisian’ny ain’olona latsaka, indrindra fa ireo zaza tsy manan-tsiny izay maty nandritra iny tolona iny.

Ny Fanoratana

News Mada0 partages

Atsimo Andrefana : trois projets de développement agricole

La région Atsimo Andrefana est la zone climatique la plus aride de Madagascar. Un déficit pluviométrique frappe cette région 11 mois sur 12.

Dans une perspective d’amélioration de la productivité agricole, pour une meilleure sécurité alimentaire et encore pour l’amélioration des revenus des agriculteurs, le ministère en charge

de l’Agriculture a établi trois projets concordants : le Projet d’extension du périmètre du Bas Mangoky (PEPBM), le Projet de réhabilitation des infrastructures agricoles de la région sud-ouest (Priaso) et le Centre de lutte antiacridienne de Madagascar (IFVM).

Le PEPBM prend en main l’aménagement des périmètres irrigués et la construction de barrages hydroagricoles pour maîtriser l’eau. Un volet gestion foncière est également compris dans les actions du projet. Ensuite, le Priaso capitalise les efforts du PEPBM en valorisant les parcelles aménagées par l’appui et le renforcement de capacités des agriculteurs. L’objectif est d’obtenir une augmentation significative des rendements et des revenus des producteurs. Enfin, l’IFVM renforce la protection des végétaux contre les invasions

acridiennes.

Des résultats tangibles

Grâce aux actions coordonnées de ces projets, notamment la réhabilitation de la prise de Bevoay, les plaines du Bas Mangoky à Morombe produisent des résultats tangibles. Le rendement relatif à la surface cultivable est de 5.000 hectares. Le rendement est de 6 à 7 tonnes à l’hectare permettant de prévoir une production totale de 43.000 tonnes de riz par an sur les deux saisons culturales. 8.000 agriculteurs bénéficient de la réhabilitation, dont 20% de femmes propriétaires, des terrains qu’elles cultivent.

Arh.

Ino Vaovao0 partages

KELILOLO TSARATANANA : Manjaka ny dahalo, mandositra ny zandary sy ny vahoaka

Manjaka tanteraka ny dahalo, ary lasa tany tsy misy fanjakana intsony iny tapany atsimon’i Tsaratanàna iny araky ny nambaran’ireo mponina miantso vonjy.  Ny herinandro lasa iny dia omby miisa 52 no lasan’ny dahalo tao Ambodivoara.  

Lasa nandritry ny fanafihana ihany koa ny basy calibre 12 miisa roa. Tsy nahasahy nanohitra ireo dahalo ny zandary fa nandositra ary niantso vonjy tao amin’ny tobin’ny zandary tao Ampandrana saingy tsy tonga ny vonjy nandrasana. Tao Maroadabo indray dia omby miisa 30 no lasan’ny dahalo. Olona iray no maty notetitetehin’ireo dahalo....

Tao Ambanjabe kosa dia omby miisa 11 no lasan’ireo dahalo. Mandry tsy lavo lova ny vahoaka ka miantso ny tompon-andraikitra isantsokajiny handray ny andraikiny amin’ny fiarovana ny ain’izy ireo sy ny fananany.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

SAKOROKA TAO MANANARA-AVARATRA : Olona dimy maty, karohina i Romule

Vono olona niseho tao amin’ny Kaominina Antananagnivo no nitarika korontana namoizana ain’olona maromaro. Antananagnivo izay 20 km eo ho eo raha avy ao Mananara-Avaratra tampon-tanàna. Lehilahy iray antsoina hoe Romule mpandraharaha ara-toekarena no namono nahafaty ny mpiasany iray izay noampangainy ho nangalatra volany 1 000 000 Ariary. 

Ny marainan’ny sabotsy 21 avrily no nataony io famonoana io. Vokany, tsy nahafaly ny havan’ ilay lehilahy sy ny fokonolona io famonoana tamin’ny fomba feno habibiana nataon’i Romule io, ka nirohotra hisambotra azy izy ireo. Niantso zandary avy any Mananara-Avaratra ilay ranamana atao hoe Romule mba hiaro azy sy ny fananany. Zandary telo no tonga tao Antananagnivo. Tsy nahatana ny hatezaram- bahoaka anefa ireo zandary telo ireo ka rifatra nitsoaka. Tsy hita ihany koa izay nanjavonan’i Romule. Nifandrotehan’ny fokonolona ny fananany, izay nahitana jirofo sy entam-barotra isan-karazany.

Rehefa tsy hitan’ny fokonolona tao Antananagnivo i Romule, dia nihazo ny biraon’ny zandary tao Mananara-Avaratra, ny andron’ny sabotsy 21 avrily io ihany izy ireo. Tamin’ny 11 ora antoandro no tonga teo anoloan’ny biraon’ny zandary izy ireo sady nitondra sora-baventy mitaky ny famoahana an’i Romule. Nilaza ny tao amin’ny biraon’ny zandary fa tsy ao amin’izy ireo ilay olona tadiavina. Tsy nino izany anefa ny vahoaka ka nisisika niditra tao anatin’ny tobin’ny zandary ihany. Vokany, nitifitra ny zandary. Olona miisa efatra no maty tsy tra-drano, miisa 5 kosa ireo naratra mafy mbola tsaboina ao amin’ny Hopitaly Mananara-Avaratra. Taorian’ny fisian’ny maty, dia nanomboka niparitaka ny olona. Ny angom-baovao voaray avy any an-toerana no nahalalana fa lehilahy avokoa ireo dimy namoy ny ainy ireo. Araka ny antso an-tariby nifanaovana tamin’ny ben’ny tanànan’i Mananara-Avaratra ny marainan’ny alahady lasa teo, dia nanamarina io vaovao voarain’ny mpanao gazety io izy tamin’ ny filazana fa dimy ny maty ary sivily daholo ireo.

Ny andron’io sabotsy io ihany, dia fantatra fa voasambotry ny fokonolona tao Vahibe Kaominina Tanambe i Romule, ka naterina tany amin’ny ben’ny tanànan’i Tanambe. Tonga tany an-toerana ny andiana fokonolona avy tao Mananara-Avaratra haka azy saingy nilaza indray ny ben’ny tanàna Tanambe fa efa votsotra i Romule. Ahian’ny fokonolona ho nisy kolikoly, araka izany, izao famotsorana izao. Mitohy ny fikarohana an’i Romule. Milamindamin-dratsy kosa ny ao Mananara-Avaratra ny alahady 22 avrily fa ahiana mbola hafana. Mbola mitohy ny fikarohana an’i Romule.

Nangonin’i Kamy

Ino Vaovao0 partages

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA TAO TOAMASINA : Lehilahy nitondra moto maty tsy tra-drano voadonan’ny fiara 4x4

Potika tsy nisy azo noraisina ihany koa ilay moto noentin’ity namoy ny ainy sy ny namany nanao taingin-droa taminy. Naratra mafy io namany io ary tapaka ny tongony iray raha ny vaovao azo. Raha ny fitantaran’ireo nanatri-maso dia nirimorimo mafy ilay fiara tsy mataho-dalana, ka ny moto iray teo alohany no noraofiny ary nipitika mihitsy. Voalaza fa handeha hiasa vao maraina ilay raim-pianakaviana namoy ny ainy sy io namany nanao taingin-droa io, ka izao tra-doza noho ny hetraketraky ny sasany izao. 

Efa saika handositra ny mpamily ilay fiara 4x4 fa noho ny fisian’ny fiarabe nibahan-dalana dia tsy afaka nanohy ny lalany, hoy ihany ny fokonolona teny amin’ny manodidina. Vory avy hatrany ny fokonolona nisambotra ilay mpamily nahavanon-doza sy ireo namany tao anaty fiara, rehefa nojeren’izy ireo ny fiara dia nahitana tavoahangy mbola misy toaka. Somary mamomamo izany ity mpamily fiara 4x4 ity, ka avy hatrany dia nampandre ny mpitandro filaminana ny mponina teny an-toerana. 

Mbola manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitaly kosa ilay lehilahy nanao taingin-droa naratra mafy. Raha ny filazan’ny mponina manodidina ny toerana nisehoan’ny loza dia matetika itrangana lozam-pifamoivoizana ny lalana ao amin’ io fokontany io.

Fiara nivadibadika

Mirongatra ny lozam-piarakodia amin’ ny lalam-pirenena faharoa mampitohy an’Antananarivo sy Toamasina tato ho ato. Ny faran’ny herinandro teo dia fiara nitondra fianakaviana avy any Toamasina hihazo an’Antananarivo  no niharan-doza tao Ambanitsena, ka renim- pianakaviana sy ny zanany kely iray no tena naratra mafy. Tsy nahatsiaro tena ilay ramatoa. Vaky kosa ny handrin’ilay zaza. Araka ny loharanom-baovao dia vaky kodiarana iray teo aloha ny fiara ary tsy voafehin’ny mpamily ny familiana ka nivadibadika ny fiara. 

Voalaza fa betsaka ny olona teo amin’ny toerana nisehoan’ny loza ary niara-nisalahy namadika ny fiara ka nisintona ny mpandeha tao anatiny. Nandritra ny fotoana nisintonan’ ireo niharam-boina dia tonga nanampy ny mpitandro filaminana tao an-toerana ary nanakana fiara nitondrana ny naratra rehetra fa indrindra izy mianaka kely tena voa mafy.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

HUAWEI P20 : Finday avolenta indrindra, hika farany nivoaka eto Madagasikara

Hiaka farany  manana ny hatsarana sy ny hamafiny ity finday ity ary ahitana  tolotra vaovao sy azo anaovana ny rehetra. Mitombo hatsarana avokoa ny singa ao anatiny toy fanaovana irony “selfi” irony indrindra indrindra. Ohatra ny fanaovana selfi ny vatana iray manontolo fa tsy ny tarehy  irery ihany akory. Ireo teknolojia vaovao nivoaka farany dia saika hita ao avokoa. 

Teny amin’ny gare Soarano moa no nanaovana izay fanambaràna tamin’ny fomba ofisialy izay, ny zoma tolakandro lasa teo iny ary efa nanomboka tamin’ny sabotsy ny fahafahana manjifa azy. Tsy hamono antoka ny  rehetra araka izany ny mividy ity fitaovana manara-penitra vaovao tahaka izao ity satria mampitombo ny fahalalana sy ny fandrosoana ny fikirakirana azy. 

Nisy ny fanokafana ny famarotana azy teny amin’ny Cosmos Ankorondrano  ny  sabotsy lasa teo, izay narahina fisarihana loka goavana ho an’ireo izay nividy. Mirary kokoa  ny vidiny raha mitaha ny zava-misy ao anatiny, hoy ny fanazavan’i Jean Aimé Ravalison Area, mpitantana ao amin’ny Uditec ary  azo lazaina avy hatrany fa tsy hanana fanenenana ireo tonga nisafidy ity finday avolenta ity.

Tatianà R.  

Ino Vaovao0 partages

DAHALO AO BONGOLAVA : Miantso ny manam-pahefana handray ny andraikiny ny vahoaka

Tetehin’ireo dahalo ny tompon’omby. Ireo tompon’andraiki-panjakana izay manao fanadiovana ireo omby halatra notondroin-dRandimbielson William ao amin’ny Fivato  Bongolava ho antony voalohany mampirongatra ny asan-dahalo.  Herinandro izay, hoy ny fanazavany, dia tokantranona mpandraharaha iray tsy lavitry ny borigadin’ny zandarimaria ao Kiranomena no notafihin’ireo dahalo, ary notetehiny io mpandraharaha io saingy tsy nihetsika ireo zandary.  

«  Tonga ny fotoana hamongorana ny asan-dahalo  », hoy ny Fivato nefa mila fiaraha-mientan’ny fokonolona izany. Ny fisorohana no vahaolana atolotr’izy ireo.  Fametrahana rafitra hanara- maso ireo mpisehatra amin’ny fikirakirana bokinomby.  «  Tsy vitanay irery izany fa mila fankasitrahan’ny mpitondra  », hoy izy saingy hatreto dia tsy mihaino ireo mpitondra.  

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FANARARAOTANA ARA-NOFO : Tovovavy sy salama saina 17 taona niharan’ny fanolanana

Tahaka izay niseho taty Antsiranana ny faran’ny herinandro teo. Tovovavy 17 taona tsy salama saina tsara no niharan’ny fanararaotana ara-nofo. Efa mandeha fadim-bolana fa mbola tsy natory tamina lehilahy ity farany, araka ny nambaran’ny fianakaviany. Tsy tapaka ny mananatra azy ny zokiny mitaiza azy mba hampiarina ny sainy, nefa tsy kely lalana ny mpanararaotra. 

Araka ny fitantaran’ilay tovovavy dia notambazan’ilay tsy mataho-tody tamin’ny « cacapigeon » sy vola 1000Ariary ilay kalakely. Noentiny tamin’ny trano fandraisam-bahiny iray araka ny filazan’ity farany hatrany. Araka ny fitantaran’ilay tovovavy dia olona mahafantatra ny fianakaviany ihany no nahavanona izany fa raha hitany ny tarehiny dia fantany fa ny anarany tsy hainy. 

Araka izany dia ao anatin’ny fikarohana ilay tovolahy nahavanon-doza ireo fianakaviany ary efa nametraka fitoriana eo anivon’ny mpitandro filaminana. Manahy ny mety hahabevohoka ilay tovovavy ireo fianakaviany ka hanantona dokotera hijery akaiky ny fahasalamany.

Mpanjono  

Tia Tanindranaza0 partages

Fampisehoan’ny tarika MAGE 4Feno ny lapa, nafana ny ambiansy

Fahombiazana tanteraka ny fampisehoana notanterahan’ny tarika Mage 4 tetsy amin’ny lapan’ny kolon-tsaina sy fanatanjahantena tetsy Mahamasina omaly alahady izay fanamariihana ny faha 25 taona nijoroany.

  Feno hipoka ny toerana ary maro ny tsy tafiditra satria tamin’ny 1ora sy sasany atoandro dia lany tanteraka ny tapakila fidirana. Nampanantena kosa anefa i Ken fa mbola hisy ny seho hiarahana amin’ny mpankafy indrindra ho an’ireo tsy tafiditra tao ivelany. Nolalaovin’ny tarika daholo ny hira nahafantarana azy ary nolaroin-dry zareo an’ireo hira vaovao izay nametrahany hatrany ny gadona mavesatra. Nampientam-po ary niavaka ny hira niarahana tamin’ireo feo lafika mpiangaly gospel indrindra tamin’ilay hira hoe “come back again”. Nolalaovin’ny feo mangan’i Ken miaraka amin’ireo mpitendriny matihanina ny vazo milay tahaka an’ny solemita, aza itserana, fefy tsilo,tsy sahy …Tsiahivina fa sambany niakatra tao amin’io lapan’ny kolon-tsaina io ny tarika kanefa nahavoafehy tanteraka ny sehatra sy ny seho manontolo.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fidiran’ny mpianatra amin’ny novambraTsy misy atahorana na dia propagandy aza, hoy ny ministera

Niteraka fanehoan-kevitra maro tao anatin’ny tambajozatram-pifandraisana facebook ny faran’ny herinandro teo ny fivoahan’ilay tetiandrom-pampianarana amin’ny taom-pianarana vaovao 2018-2019 ho avy io.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Loza ity

Loza ity! Niseho indray iny ny rà mandrika sy ny korontana noho ny adilahy politika.

Nampiasaina ny herim-pamoretana mba handrangarangana fa mafy sy mahery ny fanjakana, kanefa dia tsy nahatohitra ny firoatry ny vahoaka ny basy aman-tafondro sy ny baomba mandatsa-drano. Tsy mahatonga saina ny mpitondra ve izany hoe tsy mahomby io fa dia mbola hiziriziry foana amin’izay saim-pantatra, ka sanatria mbola hitohy ny fandatsahan-drà? Tofoka sy leo ny vahoaka, ka zarany aza misy ny tahaka izao hanehoany ny hatezerany satria lavitra loatra ny elanelan’ny mahantra sy ny manan-karena, ny mpitondra sy ny entina,… Mahatsapa fa misy fitsinjaran-karena mitanila, ary tokony ho vita ihany ny mampifandanja an’ireo raha misy mpitondra tonga saina, misy fangaraharana ny fitantanana ny harem-pirenena, tsy misy ny kolikoly,… Ny Malagasy kosa vesaran’ny vidin-jiro midangana, vidin-tsolika misandratra lava,… Ny mpitondra fanjakana mbola migalabona amin’ny harem-be, malaza amin’ny kolikoly sy volabe miparitaka sy hifampizarana etsy sy eroa,… hany ka aleon’ny olona miantsampy amin’izay mpanao politika mihetsika sy heveriny fa afaka ny hanapitra ny ain’ity fitondrana ity. Mbola karazana fihantsiana ady, hoy ny fanehoan-kevitra maro, ny kabarin’ny filoha milaza fa mampitandrina sy handray fepetra hentitra, kanefa fiantsoana fitoniana sy fifanantonana ny andrasana aminy. Vonon-kiady hiaro seza ve ka hitombo ny isan’ny maty? Vahaolana ve izany ? Ho raikitra eto ny rombo sy ny krizy raha izao no mitohy, saingy hifanilika tsy ho tompon’antoka ny mpanao politika avy eo. Mety hahita loza ny mpitondra, saingy ny mpanao politika ho velona sy miaina eny foana, fa Ramalagasy kosa toa hihinan’ny tadin-kirarony lava eto! Ho aiza ihany isika ity e? Rahoviana ihany vao ho tonga saina? Mioty loza mandrakariva!

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Maereza AmbohidratrimoHahazo lapan’ny tanàna vaovao

Afa-pahasahiranana tanteraka ny kaominina Maereza, distrikan’Ambohidratrimo. Tonga nanolotra fanampiana ho azy ireo toy ny paompin-drano fisotro madio, trano fivoahana ho an’ny hôpitaly sy ny CEG ao an-toerana, toerana fanasan-damba ho an’ny mponina mantsy ny fikambanana Rotary Club Antananarivo Ambohitsirohitra sy ny fikambanana Youth Linc ny faran’ny herinandro teo.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampihavanam-pirenenaSoa fianatra ny an’ny TIM sy MAPAR

Firehana tsy mitovy, fomba fijery samihafa kanefa mahay manavaka ny hambom-pony sy ny fomba fijeriny ireo depiote TIM sy MAPAR.

 

 Mahatsapa tokoa izy ireo amin`izao fotoana izao fa ilaina ny fiarovana ny tombotsoam-bahoaka  sy ny tombotsoa ambonin’ny firenena ary adidin`izy ireo amin`ny maha-solombavambahoaka azy ireo izany. Anatin`izany ny fisian` ny fitonian`ny fiainam-bahoaka sy fiarovana ny aina sy ny fananam-bahoaka ary ny fiheverana ny amin`ny fahantram-bahoaka. Samy manana ny fisainany avokoa ny depiote tsirairay, manana ny fomba fijeriny manokana ihany koa. Ny hevitra tsy mitovy dia tsy maintsy miady. Rehefa miady anefa ny hevitra dia misy ihany koa ny fihoaram-pefy amin`ny fomba fiteny sy ny fihetsika atao. Ny olona mamela heloka kosa dia mahazo tombony betsaka satria mahatsiaro fahafahana amin`ny gejan`ny fankahalana sy ny tsy fitiavana. Ny toe-draharaha iainana ankehitriny dia mampatsiahy ny toe-draharaha politika tamin`ny taona 1991 rehefa akaiky hirodana ny fitondrana tamin`izany. Tsy mahay maka lesona amin`ny tantaram-pirenena hatrany ny mpitondra HVM. Nanao ezaka sy finiavana goavana ny depiote TIM sy MAPAR tamin`ny fanovana ny fomba fanaovana politika eto Madagasikara satria efa samy nahatsapa fa nisy akony ratsy sy tena nangidy ho an`i Madagasikara ireo krizy nifandimby vokatry ny fifandrafiana sy fifanenjehana. Tsy maintsy misy ny fianarana ataon`ireo mpanao politika, misy ny fanovana ny fomba fisainana tsy maintsy atrehana; zava-dehibe ny fananana toetra manorina nataon`ireto solombavambahoaka ireto. Niray fo sy niray saina izy ireo ary tokony maka lesona amin`ny fampiharana ny atao hoe ``Fampihavanam-pirenena`` avy amin’izy ireo ny fitondrana HVM .

 

 

Marigny A.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olon’ny HVMManomboka mitsoaka any ivelany ?

Nifanesisesy ny fivoriana isan-tsokajina nandritra ny faran’ny herinandro iny , izany hoe ny sabotsy sy ny alahady, ka ireo tompon’andraikitra sy olom-boafidy ao anatin’ny fitondrana no tena nivory.Anisan’izany ireo solombavambahoaka HVM, ary re fa nisy ny tsy fitovian-kevitra niteraka fifamaliana mihitsy nandritra izany.

 

Asa na noho izany na efa fandaharam-potoana vita mialoha fa dia tazana nandray fiaramanidina teny Ivato ka niondrana any ivelany omaly alaahady maraina ny depioten’i Betroka Nicolas Randrianasolo izay anisan’ny fatra-piaro izao fitondrana izao.Raha ny ritsoka re dia nihazo an’i Chine ny lehilahy, tsy fantatra mazava izay tena anton-diany, saingy ny resaky ny olona nahita azy teny Ivato sy nahafantatra ny vaovao dia samy nilaza hoe “ mamay be angamba ny toe-draharaha ka mba haka rivotra kely Andramatoa depiote, mba tsy ilazana hoe nitsoaka..”.Tsara ho marihana fa anisan’ireo solombavambahoaka matetika mandeha any ivelany i Nicolas Randrianasolo, manatrika fivoriana saingy tsy nisy fampilazana mialoha na fanambarana mazava tahaka ny fanaony eny Ivato amin’ny mpanao gazety tamin’ity indray mitoraka ity hoe : ho aiza ary hanatrika inona izy fa tonga dia lasa maimaika..tahaka ny nataon’ny filoham-pirenena sy ny fianakaviany ihany ny alakamisy 19 aprily lasa teo.Manomboka misalasala amin’ny zava-msy ka tsy mahatoky tena intsony ve ny olon’ny HVM ka efa mijerijery izay aleha raha sanatria ka vaotery hitsoaka ?

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsika teny AnalakelyNikatona ny ankamaroan’ny mpivarotra, tsy niasa ny taksibe

Nisedra olana tanteraka ireo mpiantsena teny Analakely sy ny manodidina ny sabotsy teo. Tafiditra tao anatin’izany ireo mpaka entana avy any amin’ny faritra.

 

Tapitra nihidy avokoa mantsy ny ankamaroan’ireo trano fivarotana lehibe teny an-toerana nanomboka teny Ambohijatovo ka hatrany Behoririka. Ny  zoma alina lasa teo dia efa tapitra nangoron’entana ny ankamaroan’ireo magazay lehibe mpivarotra  finday sy solosaina, raha araka ny fanadihadiana natao,  raha nampitsahatra tsy nisy hatak’andro ireo mpiasany mba tsy hiasa kosa ireo toeram-pivarotana Sinoa teny Analakely sy ny manodidina. Tahotry ny ho voaroba avokoa no nambaran’izy ireo fa anton’izany, tranga izay efa nisy teto amin’ny firenena nandritra ireo tolom-bahoaka nifanesy. Ankoatra ny mpivarotra dia betsaka tamin’ireo olona nampiasa ny fiara fitateram-bahoaka toy ny taxi-be ihany koa no voatery nandeha tongotra. Ho an’ireo  taksibe laharana 133 miantsona eny Analakely ohatra dia teny Ampefiloha avokoa izy ireo no nijanona ny Sabotsy teo raha tsy nisy nety niakatra tao Analakely ihany koa nyfiara karetsaka.  Betsaka ireo nisedra olana vokatr’izany saingy tsy afa-nanoatra.  Santionany amin’izany ireo olona sendra ny gazety Tia Tanindrazana ireto.

Rado, Raim-pianakaviana 33 taona :  Za zao tena maty antoka 20.000 Ar tamin’ny sabotsy satria tsy afaka nivarotra. Mpivarotra hani-masaka mandehandeha eny Analakely mantsy no asako saingy noho iny tranga iny dia tsy afaka nikarama toy ny isan’andro ny tena.

Haja, Renim-pianakaviana 32 taona : Ny ahy indray ilay tsy fisiana taksibe tao Analakely no tena nanahirana ahy. Voatery niodina tany Ankadifotsy aho nandeha an-tongotra  vao afaka niakatra teny Faravohitra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vondrona EoropeaninaManan-jo haneho hevitra ny olona

Manara-maso akaiky ny toe-draharaha eto Madagasikarra ireo mpiara-miasa sy mpiara-miombon’antoka, tsy efa fa omaly ihany dia efa namoaka fanambarana momba ny zava-nitranga teny Analakely ka nahafatesana sy naharatrana mpanao fihetsiketsehana ny Masoivoho Amerikanina sy ny vondrona eoropeanina.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiasana zaza tsy ampy taonaTena mbola maro eto Madagasikara

Voararan’ny lalàna tanteraka ny mampiasa zaza tsy ampy taona eto Madagasikara. Mbola maro anefa ny tranga misy momba izany eto Madagasikara na dia misy aza ny lalàna mandrara izany.

 

Misy ny karazan’asa izay mbola afaka ataon’ny ankizy ; ireo ilay sokajiana hoe asa malefaka izay azo tanterahan’ny manana salan-taona 15 taona no miakatra. Misy kosa ireo tena tsy tokony ataony intsony tahaka ireo asa mamoafady sy mamotika ny ankizy amin’ny ara-pahasalamana sy ny na ara-tsaina. Io ilay antsoina hoe « pire forme » izay tena voararan’ny lalàna. Afaka mandray andraikitra avy hatrany ka mitory ny olona izay mampiasa zaza tsy ampy taona  eny amin’ny polisy misahana izany ireo izay mahatsikaritra tranga tahaka izany araka ny fanambaran-dRamatoa Andrianambinina Bakomalala Mamisoa, inspektoran’ny  asa. Araka izany dia afaka manala an’ilay ankizy miasa eny amin’ny toeram-piasany avy hatrany izy ireo amin’izay zava-misy iza . Tokony hampandre haingana amin’ny manam-pahefana ihany koa izay olona mahita zaza tsy ampy taona hita ao anatin’ny izany sehatra « pire forme » izany. Olana ny fahavitsian’ny inspektoran’ny asa ka ilaina ny fiaraha-mientana amin’ny rehetra ahafahana’izy ireo midina eny an-toerana  avy hatrany ny amin’izay fitarainana rehetra misy.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mila anao ny aty ee

Manao ahoana ianao izay ry Jean ? Ny aty an-tanàna rangahy ity mamay be aa!! Fa ianao io aiza ee!? Jean kosa ee!! Mila anao anie ny aty ee!

 Isika ve dia hamerina foana ny toy ny isam-polo taona ee? Aoka re izay ry Jean aa!! Mba vahaolana hafa amin’izay re tadiavina. Ampirimo tany aloha iny zava-maranitra any aminao iny fa tsy hoe sady miantso fifampiresahana kanefa ireny afenina any anaty pataloha any ihany. Izahay anie ry Jean efa ela koa no mba nangataka an’izany fa ny anareo foana moa no lazainareo fa mety koa! Tsy fidiny ho anay ny mitroatra fa dia miala tsiny aloha tamin’ny antsoantso nitaky ny fialanareo ee! Fa isika afaka mbola mifampiresaka ihany raha tsy hifanambaka ka! Ity ianareo miziriziry amin’ny zavatra efa hita fa hamarina any an-kady ity foana anie no tena namono lolo anay hatramin’izay ee! Raha miaiky tampoka moa ianareo fa nanao folaitra dia mody rariny foana ny heloka ibaboana ka! Gasy isika. Izay! Mahereza ee!

Marco  

 

Tia Tanindranaza0 partages

Solonandrasana Mahafaly sy Rivo RakotovaoMay volon-tratra ka mody mandamin-dresaka

Amin’ny anaran’ny filoham-pirenena, amin’ny anaran’ny governemanta, ary amin’ny anaran’ny tenako manokana no hitondrako eto ny teny fampiononana ho an’ny fianakaviana mana-manjo, ary mirary fahasitranana ho an’ireo maratra, hoy ny Praiminisitra somary hafahafa endrika tsy toy ny fahitana azy mahazatra ny sabotsy alina teo.

Ny azonay ambara manoloana iny toe-javatra iny, dia tsy maintsy hanao ny fanadihadiana rehetra ny governemanta mba hahafantarana ny tena zava-misy marina ka nahafoizana iny ain’olona iny, raha ny nambarany mikasika ny rà nandriaka sy ny faty olona.  Tsy maintsy hisy fanapahan-kevitra hentitra, hoy ity tompon’andraikitra ity. Manao antso avo amin’ny ankolafin-kery politika rehetra. Na inona na inona mety tsy fifankahazoan-kevitra politika, dia aoka tsy atao ho sakana izany amin’ny fitadiavana izay marimaritra iraisana, hoy ny lehiben’ny Governemanta. Nanambara kosa i Rivo Rakotovao, Filoha nasionalin’ny HVM, sady filohan’ny antenimieran-doholona fa nisy foana ny fahavononana tamin’izay rehetra natao hoe afaka maneho hevitra fa handeha samy hitandro ny filaminana eto amin’ny firenena satria mbola marefo loatra ny fiainam-pirenentsika, ka tsy mahazaka izany korontana izany intsony. Somary nilamina sy tsy nivatravatra ireto tompon’andraikitra ambony ireto tamin’io sabotsy io. Tsy takona nafenina anefa ny somary vava tsy ambina nataon-dry Rivo Rakotovao nialoha izao toe-draharaha izao, ary vitan’ny mpitondra no naniraka mpikarama an’ady politika eraky ny haino aman-jery hanaratsy ny hetsiky ny depiote, izay nohamaivanin’izy ireo tanteraka. Mbola tany amin’ny antenimiera ny resaka lalàm-pifidianana, dia efa afaka nilefitra sy nifampidinika mazava tsara. Efa niitatra zavatra hafa ny raharaha vao nikoropaka, izay toa manaporofo, fa tsy mijery lavitra sy tsy nisoroka ny korontana mihitsy ny HVM, fa fanjakana be mokon-doha fotsiny. Hay ve ka mbola afaka miresaka ihany e ?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tolom-bahoaka teny AnalakelyTokony nisy fifampiresahana, hoy Rafanomezantsoa Jean Nirina

Naneho ny heviny mikasika iny zava-nitranga teny amin’ny lapan’ny tanànan’Analakely ny sabotsy teo iny ny filoha nasionalin’ny fikambanana HAFARI Malagasy Rafanomezantsoa Jean Nirina.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hery RajanarimampianinaMbola mandrahona ihany

Nosokajian’ny filoha Hery Rajaonarimampianna ho fanonganam-panjakana ny hetsika notarihan’ireo solombavambahoaa TIM sy MAPAR ny sabotsy 21 aprily lasa teo teny Analakely.

 

Miondrika am-panajana manoloana ireo namoy ny ainy ary mirary fahasitranana ho an’ireo naratra na sivily na mpitandro filaminana nny tenako, hoy izy nandritra ny lahatenyfohy nataony teny amin’ny lapam-panjakana Iavoloha omaly hariva.Efa korontana niteraka fahafatesana, faharatrana ary nitondra takaitra ho an’ny Malagasy foana no nitranga teto nanomboka ny taona 1972 ka hatramin’ny 2009, hoy ny izy.Nampitandrina ireo ambarany fa mbola mikasa hitarika korontana na mamporisika ny mpiara-belona hifandrafy ihany koa i Hery Rajaonarimampianina ary nanamafy fa mijoro hatrany hiaro ny tany tan-dalàna sy ny rafitra demokratika misy, izany hoe ny fitondram-panjakana ny mpitandro filaminana.Nanipazany teny ihany koa ny mpanao gazety mba tsy hiditra ao anatin’ny fanakorontanana na mety fandranitana satria mpanabe vahoaka ianareo, hoy izy.Tsy vahaolana ho an’ny firenena ny fifandranitana, hoy ny filoha ary vonona hatrany ny tenany handala ny fifampiresahana.Hita sy tsapa ho hendratrendratra be ihany ny filoham-pirenena teny Iavoloha omaly, ary efa nampoizina ny lahateniny izay miezaka mampiseho fa misy fanjakana eto ary hampiasa ny fahefany io fanjakana io izany hoe hanohy ny fampiasan-kery raha mbola misy mikasa ny hidina an-dalambe.Tsy takon’afenina intsony anefa raha tarafina tamin’ny zava-nitranga ny sabotsy teo teny Analakely fa misy zavatra tsy milamina amin’ny fitantanana ny firenena ary na ireo mpitandro filaminana aza dia nisy fotoana toa tsy nahalala izay tokony nataony ary dia azo babo moa ny farany.Noheverin’ny maro fa kabary fampitoniana sy hanome vahaolana haingana no nataon’ny filoham-pirenena kinanjo toa vao miha handrehitra afo.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondrana HVM mihosin-dràHirodana raha tsy milefitra

Efa nampoizina ihany ny hisian’ny fifandonana sy ny sakoroka teny Analakely ny andron’ny sabotsy lasa teo. 17 ireo naratra, 2 no maty, ny 2 efa nody, ary ny 13 mbola arahi-maso, raha ny tatitra nataon’ny hopitaly HJRA tamin’ny alalan’ny Pr Rantomalala. Nalaza fa nisy ny zaza roa maty tao amin’ny hopitalin’ny zaza ao Tsaralalana, saingy nilaza io profesora nanao ny fanambarana io, fa tsy nisy ny namoy ny ainy tao. Nafana ny fifandonana ary miitatra amin’ny fialan’ny filoha ny fitakian’ny depiote noho ny rà mandriaka sy faty olona.

     Tamin’ny 5 ora maraina dia efa rakotra mpitandro filaminana teny Analakely sy ny manodidina ny sabotsy 21 aprily teo. Nanomboka tonga teny Analakely kosa ny vahoaka tany amin’ny tamin’ny 7 ora sy sasany maraina, ary dia nifampitazatazana teo aloha ny andaniny sy ny ankilaky. Tokony ho tamin’ny 10 ora latsaka fahefany kosa no niainga avy any Ambohijatovo ny fiara nitondra ny fanamafisam-peo narahina vahoaka nitanjozotra, izay maro no nilanja sainam-pirenena. Narahina mpitsoka mozika, ary noredonina “Madagasikara tanindrazanay”. Vao tonga teo amin’ny arabe mifanitsy ain’ny tohotohobaton’Antaninarenina anefa dia nirarakompana sahady baomba mandatsa-dranomaso voalohany. Nanomboka niaro tena tamin’ny tora-bato ireo mpanao fihetsiketsehana. Nanomboka teo ny sakoroka satria feno vahoaka avokoa ny vava-làlana miditra an’Analakely. Niezaka ny nanao ny sakana rehetra ny mpitandro filaminana, saingy nanomboka vaky ny barazy, ka tafiditra voalohan’ny tao amin’ny “Parvis” n’ny lapan’ny tanàna ny depiote Rossy, izay niharan’ny herisetra, ary narahina toraka baomba mandatsa-dranomaso. Tamin’ny 10 ora sy 15 minitra teo ho eo no nidina avy any Ambohijatovo ihany koa i Sareraka nandeha fiara, fa voasakana. Niverina niditra nandeha tongotra avy eo. Nanomboka niditra avy any Ambohijatovo ihany koa ny sasany tamin’ireo depiote, toa an-dry Lanto Rakotomanga, Rahantanirina Lalao, Hiary Andrianaivo,.. Tany amin’ny 11:45 kosa no vaky tanteraka ny sakana nataon’ny mpitandro filaminana. Niha-nahery vaika ny fifandonana teo, indrindra taty andamosin’ny Lapan’ny Tanàna sy akaikin’ny Lisea Rabearivelo, izay nisian’ny olona miisa 2 voatifitra, ka ny iray teo amin’ny andriny, izay maty teo no ho eo, ary ny iray kosa teo amin’ny takibany. Niala tanteraka ny mpitandro filaminana tokony ho tamin’ny 1 ora sy sasany tany ho any, saingy nisy ireo tavela sy nisitrika tao amin’ny Lapan’ny tanàna. Nisy ny fiara tsy mataho-dàlan’ny mpitandro filaminana iray tavela teo anoloan’ny Lapan’ny tanàna, ary nisy nandoro.

Miala ny filoha

Nidina teo amin’ny toerana nifanomezana ireo depiote taorian’izay, ary hentitra ny fanambarana nataon’izy ireo tamin’ny alalan’ny solombavambahoaka Hanitra Razafimanantsoa, fa tsy hionona intsony amin’ny fanaovana tatitra amin’ny vahoaka noho ny rà latsaka. Tsy ho tonga amin’izany raha tsy nisy io, hoy izy ireo. Ny firenena dia tsy azo tohizana horaviraviana ohatr’izao, hoy izy. Efa niteny izahay, naverina im-betsaka rehefa olona tsy mihaino minia mikipy, dia mijinja ny nafafiny, hoy izy ny takariva. Ny vahoaka ny Malagasy  nifidy anay, ireo nifidy anay ireo tsirairay ireo tsy hijery ifotony. Matoa izahay tena nijoro hatramin’ny farany, dia ny vahoaka Malagasy no miaraka aminay. Rehefa misy ra latsaka dia efa mihosin-dra ity mpitondra ity, hoy ny fanambarana. Mihosin-dra satria nanome baiko nampamono ny Malagasy mitovy aminao, mihosin-drà satria nandratra, nandatsa-drà ny Malagasy. Misohin-dra satria te hifikitra amin’ny fitondrana. Raha olona manam-pahendrena tsy manao an’izao. Izay no iantsoanay ny olona rehetra, hoy izy. Ny alatsinainy isika rehetra tsy misy miasa, hoy ny hatrany ny fanambarana. Miantso ny sendika. Miantso ny olona rehetra na iza na iza. Izay rehetra tsy mankasitraka ny kolikoly miaraka aminay, hoy izy ireo. Mbola hafana arak’izany ny toe-draharaha ary mety ho lasa lavitra raha tsy mahay milefitra sy mandamin-dresaka haingana ny fitondram-panjakana.

Toky R

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

ALAIN ANDRIAMISEZA

Tsy tokony natokana ho an`ny fitondrana irery ihany ny RNM sy TVM hoy ity mpanao politika ity ary mihevitra ny tenany fa tsy hahafantatra izay mitranga eto an-toerana ny any amin`ny faritany amin`izao fotoana. Isan`ny zavatra tsy nankasitrahiny mihitsy izany hatramin`izay.

 Ny fanarenam-pirenena sy ny fanaovana fanovana ifotony dia tsy azo ajanona amin`ny fifidianana sy ny lalam-pifidianana na dia kandidà aza ny tenany. Ny fihetsiky ny fitondrana dia tsy tia hanao fifidianana ary matahoatra no tsy ho lany. Tsy azo jerena ny zavatra toy izao ary tsy maintsy mijoro ireo tia tanindrazana rehetra sady mila harenina ny firenena fa latsaka lalina loatra.

 

 

GROS BRAS

 

Olona efa hita matetika tamin’ny tolona teo aloha avokoa ny « gros bras » izay nisy nanakarama mba hanakorontana teny Analakely sy Behoririka. Vola 10.000 ka hatramin’ny 15.000 ariary no omena ny iray amin’ireo hanao an’izany. Mamaky fotsiny ny toerana izay horobaina ny asany ary misy hafa indray mitatitra izay ao anatiny avy eo. Efa misy valo lahy voasambotra tamin’ny sabotsy teo.

 

NANDEHA ELIKOPTERA

Nandray elikoptera avy hatrany  i Rajaonarimampianina vao nigadona teo Ivato omaly. Io  no nitatitra azy sy ny fianakaviany nihazo ny lapan’ny Iavoloha. Mazava ho azy fa matahotra ny hifanena amin’ny vahoaka izay efa betsaka ny niandry azy teny amin’ny làlana avy eny Ivato izy, na dia tsy nisy nanentana aza.

NOHAMAFIINA NY FIAMBENANA

 

Nohamafisina ny fiambenana an’i Rivo Rakotovao nanomboka ny alin’ny sabotsy teo. Na dia efa marobe aza ny miandraikitra izany dia mbola nangataka tamin’ny zandary misahana ny hery vonjy taitra indray izy mba hanome olona azy hanamafy ny fiambenana manokana ny tenany. Hay mahay matahotra ihany ireto mpitondra izay efa halam-bahoaka ireto na dia bevava etsy sy eroa aza.

FANAKANANA AN’I RAJOELINA

 

Efa nahafantatra mialoha ny fitondrana fa misy ny fikasana hanakorontana tao anatin’ny hetsika nokarakarain'ny Mapar tany Mahajanga matoa nosakanana  ny fahatongavan'i Andry Rajoelina tany hoy Daddy hvm ao Mahajanga. Tena tsy Azo ekena ihany koa hoy izy ny ra latsaka amin'izao satria efa natao tsinontsinona ny tolona tamin'ny2009 matoa miaraka ny Tim sy Mapar amin'izao

 

OMBY NANAKORONTANA

Omby matanjaka be iray no nanakorontana ny hetsika teny ambany tanàna. Voatery niala ny làlana avokoa ireo olona izay hamonjy an’Analakely satria nivezivezy teo amin’ny arabe izany. Tsy fantatra hoe votsotra avy aiza ilay biby fa dia niriaria tonga hatrany Tsaralalàna tany, izay vao hitan’ny tompony efa ho adiny roa taty aoriana. Nanakorontana ilay omby…

MBOLA MAHATOKY TENA

 

Mbola mahatoky tena fatratra ny Hvm fa handresy amin'ny fifidianana hoy ny mpandrindram-paritra Betsiboka. Tsy tokony hihevitra ny maro fa fanjakana izy ireo dia hangala bato amin'ny fifidianana fa efa nanao ny fanabeazana ny olom-pirenena amin’ny faritra ka tsy maintsy handresy. Mampitandrina ilay tovolahy mpanao ny fotoam-bita (tsy mahaleo ny sampona) ihany koa ity Hvm ity tsy haniratsira ny filoham pirenena.

FIANAKAVIAN-DRAJAONARIMAMPIANINA

 

Niparitaka tamin’ny aterineto omaly ny momba ny fananan’ilay mpirahalahy ara-panambadian’ny filoha filoham-pirenena ao Paris - Frantsa. Trano mitentina 4 tapitrisa euros ny vidiny ary efa novidiany sy ny vadiny izay rahavavin’ny vadin’ny filoha. Mpitondra taxi no asan’io lehilahy io teto an-drenivohitra talohan’ny naha-filoha an’i Rajaonarimampianina. Ankehitriny izy lasa miasa eo anivon’ny masoivohon’ny Madagasikara iray any ivelany.

PRAIMINISITRA SY NY FIANAKAVIANY

 

Nandeha fiaramanidina manokana mitondra ny marika STA 5 GJ any Nosy be ny Praiminisitra sy ny fianakaviany omaly hariva. Raha mbola mafana ny raharaha eto an-drenivohitra, inona no tokony ho antony hialàny eto ? Amin’ny mpanara-baovao dia miendrika fitsoahana andraikitra koa ity zava-mitranga ity. Tsy nitondra mpiambina izy na ny iray aza. 

ANALAKELY

Tsy tafiditra tao an-toerana mihitsy ireo razana maty voatifitra ny andron’ny sabotsy teo. Sarotra sy tsy navela hoentina eny an-toerana raha izay no nambaran’ny depiote ny takarivan’ny sabotsy, dia ny hiandrasana azy teo Analakely. Vao mainka hampiakatra ny hambom-pon’ny olona izany, ka naleon’ny fitondrana nanao izay sakana rehetra tsy hahafahana mitondra azy.

 

Somary nilamindamin-dratsy ny teny Analakely omaly tolakandro, ary niala teny an-toerana ireo mpitandro filaminana. Toa somary nahagaga kosa ny nahita fa ny miaramila misatro-mena na ireo antsoina hoe: “beret rouge” no somary maro. Ny miaramila no hery farany ianteherana eo amin’ny tafika, ka tsy hay izay tena hevitr’ireny?

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsika tetsy AnalakelyNanararao-paty ny mpangarom-paosy

Tsy kely làlana ny ratsy. Maro hatrany ireo nitaraina ho very entana nandritra ny famoriam-bahoaka tetsy Analakely ny asabotsy lasa teo.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Basket Tompondaka rejionalin’AnalamangaLavon’ny Dream Team Analamanga ny Ecbba Atsimondrano

Noho ny praograman’asa voasoritry ny ligy izay tantanako amin’ny fanatanterahana ny fanapariahana ny lalao basikety any amin’ny seksiona manodidina, hoy ny filohan’ny ligin’ny basikety eto Analamanga, Rasolomalala Fidy,

Tia Tanindranaza0 partages

Kianja sentetika VontovoronaMontsan’ny CNaPS Sport 9-1 ny A.E Ramassa

Montsan’ny CNaPS Sport Madagasikara 9-1 ny A.E Ramassa ekipa diviziona faha-3 avy any Espagne omaly alahady 22 aprily teny amin’ny kianja sentetika teny Vontovorona, tamin’ny lalao baolina kitra ara-pirahahiana hoan’ny Tanjon’ny Fampandrosoana Lovain-jafy faha-16.

  Baolina matin’i Nandô ny 3 tamin’ireo.  I Bora nampiditra baolina 2 ary samy nahatafiditra baolina 1 avy kosa i Eric sy Ronald ary Bernardin sy Tendry. Adila kosa no nampididtra ny baolina tokana matin’ny vahiny.  Ny Ong  Yamuna avy ny Barcelone tarihan’ny Delégué expatriée, Rtoa Para Léon Natalya, ary manana ny masoivohony nisokatra eny Vontovorona eto Madgasikara tamin’ny taona 2004 tantanan-dRtoa Razakarivony Yolande, no tompo-marika tamin’ny fanatontosana ny hetsika teo ambany fiahian’ny Pnud sy ny Ministeran’ny Fanatanjahantena Malagasy ary ny FMF na Federasion’ny Baolina kitra eto Madagasikara. Ity Ong ity no nifampiraharaha tamin’ny ekipana baolina kitra mpanao asa soa A.E Ramassa tany Espagne ka natao indrindra hanangonam-bola ho an’ny Ong Yamuna Madagasikara izay miahy manokana an’ireo vehivavy sahirana eny Vontovorona ka nahatonga azy ireo hanangana kaoperativa sy fiahiana koa ny ankizy mpianatra ao amin’ny Epp Vontovorona sy Antanetibe ary Imerimanjaka ity hetsika ity. Efa fanaon’ity ekipa Espaniola ity tany amin’ny tany maro izao hetsika izao izao nentina teto Madagasikara. Nisy ny fanolorana fitaovana ara-panatanjjahantena an’ireo mpilalaon’ny CNaPS Sport Madagasikara avy amin’ny Fc Barcelone tamin’ny fiafaran’ny lalao.

 

Ntsoavina Evariste

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy voafehy intsony ny firenenaMiantso ny tafika sy ny FFKM, ny K3F

Nanao fanambarana lehibe tao amin’ny Sekoly Saint Michel Amparibe ny K3F (Komitin’ny Fahamarimanana Fandriampahalemana Fiadanana) omaly manoloana ny zava-niseho teny Analakely ny sabotsy 21 aprily teo.

 

 Mizara 7 mazava tsara izy io, izay novakian’ny iray amin’ireo mpandrindra, dia i Naina Razafiarison, ka toy izao avy izany: Miondrika am-panajana manoloana ireo namoy ny ainy ary mivavaka sy mampahery ny fianakavian’izy ireo, ary mirary fahasalamana ho an’ireo naratra. Manameloka amin’ny heriny rehetra ary manamafy ny fehin-kevitra nivoaka tamin’ny atrikasa nataon’ny K3F tany Fianarantsoa, fa ampy izay ny rà latsaka eto amin’ny firenena; Misintona ny sain’ny mpitondra fanjakana ankehitriny fa tsy mahafehy ny fitantanana ny firenena intsony izy ireo ka tsy tokony hiziriziry fa handray izay fanapahan-kevitra hampitony izao savorovo izao; Mampahatsiahy, fa ny hanorenana firenena hanjakan’ny fahamarinana sy ny fandriampahalemana ary ny fiadanana no tanjona ka aoka samy ho vonona hifampidinika ny ankolafin-kery rehetra mba hirosoana amin’izay ao anatin’ny fifanakalozan-kevitra sy ny fihavanana Malagasy; Miantso ny Foloalindahy sy ny mpitandro filaminana mba hijoro ho tena tandroka aron’ny vozona eto amin’ny firenena, ka hiantoka tokoa ny fiarovana ny ain’ny olona sy ny fananany ary hiaro lalandava koa ny fahalalahana maneho hevitra izay zo fototra voafaritry ny lalàmpanorenana; Miangavy amin’ny Raiamandreny ao amin’ny FFKM hanohy ny ezaka efa nataony hampihavana ny Malagasy; Miantso ny vahoaka sy ny mpanao politika mba ho tony manoloana ny zava-misy ary handinika tsara izay fomba hitantanana ny firenena amin’ny ho avy. Vonona hatrany ny K3F ny hijoro ho sehatra tsimialonjafy hifampidinihan’ny samy Malagasy mba hahazoana mampajaka ny ny fahamarinana, fahamarinana sy ny fandriampahalemana ary ny fiadanana eto, hoy izy ireo.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mananara avaratraOlona 4 maty notifirin’ny zandary

Mifamahohafo be ny vaovao voaray mikasika ilay sakoroka nitranga tao Mananara avaratra izay mbola tsy milamina hatramin’izao.

 

Rakoutou 

Tia Tanindranaza0 partages

Jeux Corporatifs "Lalaon'Iarivo"Samy nibata amboara 3 avy ny CNaPS sy ny Meeh

Tontosa ny sabotsy 21 sy omaly alahady 22 aprily 2018 teny Mahamasina ny Jeux Corporatifs “Lalaon’Iarivo” andiany voalohany nokarakarain’ny Kaominin’Antananarivo-Renivohitra. Ireto avy ny ekipa nibata ny amboara :

 

Ntsoavina Evariste

La Vérité0 partages

« Fasan’ny Karàna » - La RN7 désertée par les transporteurs

Le transfert des transporteurs aux stationnements d’Andohatapenaka et Ambohimanambola est loin d’être terminé. Après la gréve des coopératives de transport reliant la Capitale et l’axe de la RN1, notamment Arivonimamo, leur nouvelle installation à Ambohimananbola se déroule avec difficulté.  Cette gare routière, nouvellement construite, est déjà prête pour accueillir les coopératives desservant le Sud et l’Est de Madagascar. Pourtant, ces dernières ont refusé de quitter le  stationnement situé au  « Fasan’ny Karàna ». D’après une responsable d’une coopérative desservant l’axe RN7, le stationnement sis à Ambohimanambola ne lui convient pas, malgré des infrastructures qui suivent les normes. « D’une part, ce changement engendre des pertes énormes pour nos clients qui sont composés en majorité de marchands, et d’autre part, cette nouvelle gare routière est très loin de la ville », avance-t-elle. Depuis la fin de semaine, les coopératives concernées ont effectué une grève. Outre l’annulation des voyages, les transporteurs ont barré la circulation à Anjomakely. La situation n’est revenue au calme que dans l’après-midi d’hier. Comme ces transporteurs, les voyageurs se  plaignent de ce transfert. 

 

« Le stationnement est très loin et il n’y a aucun bus pour atteindre ce lieu. Sur ce, nous devons prendre un taxi. Or, avec le coût du taxi, les frais de voyages deviennent trop chers », avancent ces derniers. Interrogé sur cette situation, le président de l’association des transporteurs du « Fasan’ny Karàna », Fredinard Rakotondrafara, a avoué ne pas au courant de cette situation. Pourtant, c’est lui qui a refusé ce déplacement vers d’autres stationnements.  A part le transfert à Ambohimanambola, les transporteurs et les voyageurs se plaignent aussi de l’insécurité qui mine les routes nationales, surtout la RN7.

Recueillis par  Anatra R.

La Vérité0 partages

Jeux Corporatifs - Lalaon'Iarivo - Les titres partagés

 La première édition des Jeux corporatifs « Lalaon’Iarivo »  a remporté un franc succès. Pas moins de 147 athlètes issus de 40 entreprises et institutions en activité dans la Capitale étaient en joute durant les deux jours de compétition. La CnaPS, représentée par des anciens joueurs experimentés, a dominé les débats en battant la formation de Jovena (3 buts à 1).En football, les caissiers ont arraché le titre avec Eric, l'ancien joueur de l'Uscafoot qui  a inscrit un doublé et Maurice qui triple la mise sur un penalty face à l'équipe de Jovena.

 

Dans la discipline basketball, l'équipe de la Commune Urbaine d'Antananarivo (CUA), organisatrice des jeux, s'est offert le titre dames. Alors que les Agents de la CUA ont battu MDN/EMGAM en finale. Dans la catégorie Mixte, Air Madagascar a marqué d’une pierre blanche sa particiption en gagnant le premier titre pour la première édition des Jeux Corporatifs « Lalaon'Iarivo ».  Dans le Volleyball, l'équipe de DGT Trésor a fini sur la plus haute marche du poduim après avoir battu les représentants du troisième arrondissement.  En belote, le duo Andry Ramanambahoaka et Simplice Randriamiramanana de l' ETECH a mis la main sur le titre.  En pétanque, le trio Mamy-Richard-Tantely du troisième arrondissement est sacré champion. Pour le lawn tennis, Hasina Rajoelison de Telma est sortie victorieuse en simple dames.  Les titres chez les +45ans  et -45 ans reviennent respectivement à Narcisse Rabefaniraka de la CNaPs et Andry Ratovelo de MEEH. 

  Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Hommages aux victimes du 21 avril - Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana réconfortent les familles

L’ancien Président de la Transition Andry Nirina Rajoelina et l’ancien président Marc Ravalomanana ont rendu hommages aux victimes des évènements dramatiques du samedi 21 avril dernier.  Arrivé le premier à pied sur le parvis de l’Hôtel de Ville d’Analakely, Andry Rajoelina a dû se frayer un chemin dans la foule compacte pour arriver à l’estrade où ont été déposés les corps sans vie des deux jeunes personnes tuées lors de la manifestation de samedi dernier dans le centre-ville de la Capitale. Andry Rajoelina, premier arrivé sur le parvis de l’Hôtel de Ville d’Analakely s’est montré très ému au moment de saluer les familles des victimes.  « Ce sont des martyrs pour le pays car ils se sont levés contre l’injustice. Peu importe si  les idées sont contraires, tuer des malagasy est inacceptable », a indiqué Andry Rajoelina durant son bref discours de circonstance à la tribune  officielle. « L’usage de la répression contre les revendications des malagasy est inacceptable », a également indiqué l’ex homme fort du pays, qui précise toutefois que « il y a un moment pour être silencieux et un moment pour parler.

En, ce jour de deuil, aucun discours politique ne sera tenu ».  Détendu et souriant, Andry Rajoelina s’est ensuite offert un bain de foule, serrant de nombreuses mains, sur le parvis de l’Hôtel de ville. Au niveau de Soarano, le véhicule du président du Mapar a littéralement été assailli par ses partisans, lesquels ont accompagné le cortège jusqu’à Antanimena.  Une cérémonie sans forces de l’ordre et sans lacrymogènes Peu après le départ de Andry Rajoelina, Marc Ravalomanana a, lui aussi, fait son apparition à la mairie d’Antananarivo.  Escorté par une foule lui aussi, le numéro Un du parti Tiako i Madagasikara a  adressé des mots de condoléances et de réconfort aux familles éplorées. Une prière a également été prononcée par l’ancien vice-président de la  FJKM qui a émis le vœu que la perte de ces vies humaines ne soit pas vaine et soit suivie d’un changement profond. Et lui d’appeler également leChef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina à  faire preuve de plus de retenue dans sa manière de parler en ces temps-ci. Après la veillée de dimanche annulée, les familles des victimes ont consenti à ce que leurs proches défunts puissent recueillir les hommages à l’Hôtel de ville hier. Escorté d’une foule de monde, le cortège funèbre emmenant le premier défunt  est descendu depuis Andohan’Analakely vers 11 h 15 avec les députés. Trente minutes plus tard, le cortège avait fait son entrée sur le parvis de l’hôtel de ville d’Analakely, suivi quelques minutes plus tard par le second cortège funèbre. Auparavant, les premiers responsables des forces de l’ordre tenaient une conférence de presse à Ampahibe pour annoncer notamment le retrait des militaires, les gendarmes et des agents de police déployés sur place depuis la matinée. Ces derniers ont quitté entièrement la place vers 11h30. Vers 11 heures du matin, ces forces de l’ordre avaient déjà  commencé à lever le camp après des négociations après les leaders des députés. Contrairement à la journée de samedi, les militants du TIM et du MAPAR ont pu pénétrer librement sur la place du 13 mai. Aucun affrontement entre la foule et les forces de l’ordre n’a eu lieu pour cette journée de recueillement. Outre les anciens présidents, de nombreux hommes politiques ont également été aperçus sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Dans le milieu de la journée, la maire de la Capitale Lalao Ravalomanana  avait notamment fait une apparition à la tribune pour présenter ses hommages aux familles des victimes. 

La Rédaction

La Vérité0 partages

« International tourism fair Madagascar » - Le secteur privé investit dans la promotion touristique

Contribuer au développement du secteur touristique à Madagascar. L’Office national du tourisme à Madagascar (ONTM) et les différents acteurs du secteur privé ont signé, hier, au village Voara à Andohatapenaka, les conventions de partenariat et de sponsoring dans le cadre de l’édition 2018 de l’évènement « International tourism fair Madagascar » (ITM). A travers cette série de signatures, ces acteurs majeurs du développement affirment leur engagement dans la promotion touristique.  « Ces conventions  témoignent d’une confiance  renouvelée de la part de nos partenaires historiques que sont Air Madagascar, le Groupe Telma, Vitafoam, Ravinala Airports sur le professionalisme et l’intérêt indéniable de l’ITM », affirme Boda Narijao, président du Conseil d’administration de l’ONTM.

La compagnie aérienne nationale, Air Madagascar, sera donc le partenaire officiel de cet évènement. « Ravinala Airports » se classera parmi les sponsors « Gold » et Telma ainsi que Vitafoam figureront parmi les sponsors  « Platinium ». Selon les explications de Boda Narijao, « il s’agit de la première série de signatures des conventions, d’autres  signatures se succèderont encore ». Pour rappel, cette 7ème édition de l’ITM aura lieu du 31 mai au 3 juin prochains sous le thème de l’écotourisme. Ainsi, le patrimoine naturel de la Grande île et celui des autres îles de l’océan Indien seront mis en valeur. Cette foire est un grand rendez-vous économique très attendu par les professionnels. A un mois de l’évènement, plus de 75 % des espaces dédiés aux expositions ont déjà été réservés. Enthousiaste, l’ONTM prévoit donc une augmentation du nombre des participants, comparé à l’édition précédente. 

La Vérité0 partages

Hanitra Razafimanantsoa - « Hery Rajaonarimampianina a ordonné une répression musclée »

La plateforme des « députés pour le changement » est née dimanche dernier. Elle réclame la démission officielle du président Hery Rajaonarimampianina et les autres responsables gouvernementaux. Ils ont tué des personnes et ne méritent plus de diriger le pays. Ils ne maîtrisent pas non plus les affaires nationales. Les chefs militaires ont négocié des moyens financiers auprès du principal concerné qui, à son tour, a ordonné une intervention musclée afin de mater dans la violence le mouvement parlementaire. Une menace de mort est brandie contre les militaires qui auraient fait défection en 2009. La consigne a été aussi valable pour Hanitra Razafimanantsoa, un des principaux leaders du mouvement. Interview.

 

La Vérité (+) : Quel est votre constat de ce qui s’est passé depuis ce matin ?

Hanitra Razafimanantsoa 

( = ) : Par rapport à ce qui s’est passé ce matin, je reviens sur ce qui s’est passé hier. Il y a eu des réunions des chefs militaires vers midi jusqu’à la déclaration du président de la République. Beaucoup de choses ont été dites. On a des amis parmi eux. On a eu vent du projet de répression musclée prévu pour ce matin. Il fallait arrêter à tout prix les députés leaders, principalement ma personne et les autres députés membres de la cellule de coordination. Ce qui s’est passé ce matin, je crois que c’est la prise de responsabilité du préfet de police. Il a décidé de ne pas donner une réquisition aux forces de l’ordre. Ça a tout changé. Les forces de l’ordre déployées ce matin ont été impressionnantes. L’effectif a presque doublé. Elles ont été là. Mais elles n’ont pas eu la réquisition du préfet de police. Le préfet a déjà annoncé depuis hier son intention de collaborer avec le mouvement, avec les dirigeants. Je pense qu’il a pris conscience que ce qui s’est passé le 21 avril était de sa responsabilité. Ceci l’a amené à ne plus donner de réquisition. Il a fait une déclaration à la presse selon laquelle les forces de l’ordre vont seulement sécuriser les personnes et leurs biens.

+ : Il y a aussi la déclaration du ministre de la Défense nationale ?

= : Je pense que c’est la conséquence de la déclaration du préfet de police. C’est une décision sage, à mon avis. Plus rien ne peut arrêter ce mouvement. Je pense aussi que c’est par rapport à la déclaration du président de la République qui n’a fait qu’attiser la situation. Il a tenu un discours qui n’est pas digne d’un président de la République. Il a encore attisé la situation en brandissant la menace et l’arrestation en sous-estimant notre force. Ce qui fait mal aux Malagasy, quand il y a mort d’hommes, que ce soit une ou deux personnes, la compassion est de rigueur.

+ : Vous avez fait une grosse déclaration ce matin ?

= :  Oui, nous avons décidé de venir ici sur la place du 13 mai coûte que coûte pour continuer cette lutte. Mais nous avons aussi fait appel à tout le monde à soutenir ce mouvement. Mais, entre temps, nous avons eu des négociations avec les forces de l’ordre, le préfet de police et avec tout le monde pour que tout se passe dans le calme parce que nous savons que le vent du changement est entre nos mains.

+ : Mais quelle est la grosse annonce que vous avez faite ?

= : La grande décision d’aujourd’hui est que les députés ont formé une plateforme appelée « les députés pour le changement ». Ça dit tout. Elle rassemble les députés de toutes les tendances politiques à avoir le TIM, le Mapar, le MMM et les indépendants.

+ : Qu’est-ce qui a changé ?

= : C’est nous qui allons diriger le mouvement jusqu’au bout. Le changement concerne tous les niveaux, du haut jusqu’en bas. On réclame maintenant la démission officielle du président de la République. On lui demande en toute honnêteté et en toute humilité la démission. C’est la décision la plus sage pour le pays et pour le peuple malagasy.

+ : Le code électoral était à l’origine de la revendication…

= :  Ce n’était pas le code électoral. C’étaient les lois organiques électorales controversées qu’on a fait adopter à l’Assemblée nationale par le moyen de la forte corruption. On l’a dénoncé et on attend encore la décision de la Haute cour constitutionnelle à ce propos.

+ : La revendication a complètement changé aujourd’hui ?

= : A la base, les onze députés d’Antananarivo devaient faire un rapport à la population concernant ces trois lois. Il y a eu changement de donne à partir de 21 avril. La situation a changé. Maintenant, nous sommes avec le peuple. Nous sommes avec tout le monde pour demander et réclamer la démission du président de la République.

+ : Il y a quand même deux clans principaux dans cette coalition…

= : La plateforme que nous avons créée depuis hier réunit 73 députés. On a une cellule de coordination. Tant mieux si tout le monde va avec nous, les présidents des partis. Nous sommes compacts. Il n’y a plus de signe de Mapar out TIM… Voilà pourquoi les anciens présidents sont venus. Mais ils n’ont pas pris la parole.

Propos recueillis par Manou Razafy

 

La Vérité0 partages

« Monsieur le Président, c’est pas de ma faute ! »

 A peine débarqué, le dimanche, le Chef de l’Etat s’apprêta à faire une déclaration à la Nation.  Le discours, tant attendu, avait eu lieu au Palais d’Etat d’Iavoloha dans la soirée même de son arrivée au pays, le dimanche 22 avril 2018. A Toamasina, aussi, lors de la pose de la première pierre de l’extension du port, dans la journée d’hier lundi, Hery Rajaonarimampianina prononçait un autre.  En substance, d’un ton arrogant et menaçant,  l’essentiel des interventions présidentielles, à Iavoloha et à Toamasina, se résume par des griefs directs, tirés à boulets rouges contre les professionnels du média. Les journalistes, selon les termes du Président, sont les principaux responsables de ces tensions vives qui secouent le pays actuellement à partir du parvis de l’Hôtel de ville, Analakely, Antananarivo. A ce propos, certains observateurs n’hésitent pas d’avancer que « une cinquième crise plane sur le pays ». Alors, à qui la faute monsieur le Président ? C’est une aberration de faire croire que tout cela retombe sur la tête des journalistes. Ils portent ainsi sur leurs épaules la responsabilité de la déroute de la Nation.

« Non, monsieur le Président, sauf votre  respect, ce n’est pas de ma faute ! » En 2014, à Mahamasina, lors de votre investiture monsieur le Président, ce n’est pas de ma faute si vous aviez prononcé, urbi orbi, un discours de  plagiat tiré sur celui de l’ancien Président français, le républicain Sarkozy. Une pratique honteuse et indigne de la souveraineté de la Nation. Bien entendu, les journalistes n’ont pas manqué ni raté l’occasion de crier au scandale. Ce n’est pas leur faute ! Ce n’est pas de ma faute si vous aviez essuyé une gifle cinglante quand vous aviez foulé aux pieds l’Art 54 de la Constitution lors de la nomination du  Premier ministre, en tout début de votre. Par des astuces ignobles, vous aviez pu, avec le concours inespéré de la HCC, contourner cette disposition claire et nette en nommant un chef de Gouvernement selon votre choix.  Monsieur le président, c’est pas de ma faute, non plus, si vous vous êtes couvert de honte, en cause, le non-respect flagrant de la Loi fondamentale relative au mandat impératif des députés. Chaque élu durant son mandat est tenu de rester fidèle à la famille politique qui l’a présentée à l’élection contre quoi il subira la loi de la déchéance selon l’Art 72 alinéa 1er. Et donc, par des trucs éhontés, des espèces sonnantes et trébuchantes, vous aviez réussi à débaucher des élus véreux et sans âmes pour constituer une mascarade de majorité à l’Assemblée nationale. Ce qui, en fait, vous a valu de la part de la presse indépendante un orage de critiques. Ce n’est pas de sa faute, monsieur le Président ! Ah oui, Monsieur le président, ce n’est pas de ma faute si la majorité des députés votèrent la motion de censure en vue de votre déchéance en 2015 en raison de votre ineptie. Sans le secours, in extremis,  de la HCC, vous seriez déjà, en ce moment, chassé du  pouvoir. Et maintenant, nous sommes dans une situation extrêmement critique. L’impensable a été commis. La tension atteint le paroxysme. Et le pays s’achemine vers le point de non-retour.    Monsieur le Président, c’est pas de ma faute ! Au plaisir !

  Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Manifestation à Analakely - Le Préfet et les Forces Armées disent « stop à l’effusion de sang »

Très tôt dans la matinée d’hier, le Préfet d’Antananarivo, le Gérénal Ravelonarivo Angelo a tenu une conférence de presse. Il a déclaré que « depuis dimanche, j’ai uniquement émis une réquisition anti – pillage en vue de protéger la population et ses biens. S’il existe d’autres réquisitions, cela ne vient pas de moi ». Et ce responsable de continuer que « cela suffit, aucune effusion de sang ne doit plus se faire dans le pays ».

En tant que premier responsable de la sécurité à Antananarivo, le Préfet affirme que l’Organe mixte de conception (Omc) se range du même côté que lui. « Logiquement, depuis dimanche, je devais sauter ou déposer ma démission. Pour l’instant, je n’ai pas encore été évincé. Quant à la démission, je n’y ai pas recouru par conscience professionnelle car je n’ai pas d’adjoint donc personne pour faire la passation », explique – t – il encore. Des propos qui laissent entendre que le Préfet aurait bel et bien reçu de nombreuses pressions en vue de donner des ordres plus fermes à l’endroit  des forces de l’ordre déployées à Analakely.  En tout cas, cet officier de la Gendarmerie constate que le pays fait face à un problème politique auquel une solution politique reste l’unique issue.

 

 

Contradiction  aux « consignes présidentielles »

 

Vers la fin de la matinée, les leaders des  forces de l’ordre à savoir le ministre de la Défense nationale, le Général Béni Xavier Rasolofonirina, le ministre de la Sécurité publique, Andrianisa Mamy Jean Jacques et le Secrétaire d’Etat en charge de la Gendarmerie Nationale, le Général Randriamahavalisoa Girard ont fait une déclaration conjointe à la presse hier. Une déclaration qui rejoint, en quelque sorte, la position du Préfet d’Antananarivo. Les forces de l’ordre ont débuté leur message par des condoléances et encouragement à l’endroit des familles de toutes les victimes avant de lancer un appel au dialogue à l’endroit des politiciens. « Les forces de l’ordre n’accepteront aucun système de gouvernance en dehors des élections et ce en conformité avec la Constitution », souligne la déclaration. Et de poursuivre que  « les forces de l’ordre ne tolèrerons pas que le pays devienne un champ de bataille politique et sont contre toute tentative de semer le trouble ». Les forces armées rassurent également qu’elles tiendront leur mission de protection de la population et de ses biens et « n’exécuteront aucun ordre qui va à l’encontre de cette mission », selon leurs termes. Des propos qui vont clairement à l’encontre de ceux du Président de la République qui, avant – hier a soutenu dans son message à la Nations que « les militaires se dresseront pour protéger la légalité et les structures démocratiques existantes ». En tout cas, les députés pour le « changement » donnent rendez – vous à la population ce jour au même endroit.

 Sandra R.

Madagate0 partages

Hery Rajaonarimampianina se prend pour Erdogan et a jeté de l’huile sur le feu

Décidément, loin d’apaiser une atmosphère de fin de règne très tendue -pour ne pas dire plus-, voilà qu’au lieu de faire montre d’humilité et proposer des solutions, le filoha élu démocratiquement (il tient vraiment à cette phrase), se prend pour Recep Tayyip Erdogan, jette de l’huile sur le feu et menace tout le monde, particulièrement, les journalistes. Houlàlà, on tremble.

Rappel. Depuis le coup d’État manqué du 15 juillet 2016 en Turquie, la répression menée par Recep Tayyip Erdogan n’épargne personne. « Elle masque pourtant mal la faiblesse réelle de son pouvoir », selon le journal « Le Monde ». Ainsi, 140.000 fonctionnaires ont déjà été limogés et 44.000 jetés en prison. Le 24 décembre 2017, Erdogan publie un nouveau décret annonçant la mise à pied de 2 756 fonctionnaires supplémentaires, dont 637 militaires et 105 universitaires. Pire encore : le gouvernement s’apprêtait à faire adopter un projet de loi assurant l’immunité aux civils engagés contre les putschistes. En fait, cette purge a visé et vise encore Fethullah Gülen, Imam septuagénaire réfugié en Pennsylvanie, aux États-Unis, fondateur de la puissante confrérie islamiste du même nom. (in « Le Monde » du 26 décembre 2017). En janvier, 2018, Erdogan déclare que « les purges engagées à la suite du coup d’État avorté de juillet 2016 en Turquie n'étaient pas finies, et que la Turquie allait condamner autant de personnes qu'il sera nécessaire de condamner ».

Fethullah Gülena toujours été considéré comme un « mouvement terroriste » par Erdogan qui, comme par hasard, avait fait une visite-éclair à Madagascar, les 24 et 25 janvier 2017. En réalité, est considéré comme terroriste celui qui s’oppose à lui, qui qu’il soit. Et, contre de beaux billets de 100 dollars américains destinés -c’est clair comme l’eau de roche- aux tenants du pouvoir actuel à Madagascar, Erdogan a réussi à faire fermer certaines écoles considérées alors par l’ambassadeur Volkan Türk Vural comme affiliées à Fethullah Gülen. Et boum, champion du monde du copié-collé toutes catégories, voilà que le Hery vaovao parle, à son tour de « coup d’état » (« fanongam-panjakana ») : «(…)A Madagascar, nous respectons et vivons la démocratie, toutefois, la tournure des événements de ce samedi (Ndlr : 21 avril 2018) est tout à fait caractéristique d’un coup d’état ». Voilà donc, pour lui, en ce dimanche 22 avril 2018, les mots magiques pour justifier une répression aveugle et sans bornes espérée et appliquée par certains membres de ses forces du désordre. Or, il y a de cela plusieurs mois, qui semble être devenue une éternité, voici ce que ce Hery non Dogan avait déclaré :

« Nous devrons tenter l’impossible, chaque semaine, chaque jour, chaque minute. Je sais que vous n’accepterez aucune hypocrisie, aucune lâcheté, aucun calcul dans l’exercice du pouvoir que vous m’avez confié. Vous attendez de moi le respect de mes engagements. Je sais l’importance symbolique de la parole présidentielle ».

Ce n’est pas moi, journaliste depuis 1984 qui a prononcé tout çà. Et, à présent vous avez le toupet de me menacer « particulièrement », moi et aussi mes consœurs et confrères !? Purée de pommes de terre ! Mais qui ne respecte pas la parole donnée ? Vous faites des va-et-vient sans cesse à l’extérieur sans rendre compte au peuple qui vous a élu et vous osez menacer tout le monde ? Qui paie vos 10 millions ariary de salaire brut ? Même pas de quoi acheter les ¾ d’une Mercedes blindée dans laquelle vous vous pavanez. D’où vient le fric de vos lubies alors ? L’opinion a le droit de savoir cela et le journaliste a le devoir de faire des enquêtes pour le savoir et le faire savoir au monde.

Antananarivo, matin de ce 23 avril 2018. Quand le patriotisme n'a pas d'âge. Voilà donc une "ennemie", une "mpanongam-panjaka" du président Hery Rajaonarimampianina? Qu'il faut éliminer à tout prix?

Et qu’est-ce que vous avez chanté via une déclaration diffusé sur facebook et non en direct sur les médias publics Rnm et Tvm (un mépris complet pour les « millions de nos compatriotes qui n’aspirent qu’au progrès et à la paix » qui n’ont pas accès Internet) ? « (…) Je voudrais aussi m’adresser aux journalistes en particulier : ayez toujours conscience de votre rôle en matière d’éducation et d’information. Ne vous laissez pas instrumentaliser par les tenants des menées subversives, ou, pire, devenir des incitateurs au non-respect des lois et à la rébellion. Ayez toujours à l’esprit la noble mission d’éducateurs qui est la vôtre. Nous devons tous reconnaître qu’un coup d’état ne sera jamais la solution pour l’avenir de notre pays ».

Mais Môssieur le candidat n°3 qui n’a jamais tenu parole, vous êtes vous-mêmes un « mpanongam-panjakana » étant donné qu’en tant que ministre des Finances de la transition 2009-2014, vous faites partie des 109 personnalités condamnées par l’UA en 2010. Qu’est-ce donc que vous nous chantez là ? En ce mois d’avril 2018 personne, sauf vous et votre maigre fan club, parle de coup d’État. La majorité veut votre démission, nuance. Seulement, aveuglé par on-ne-sait-plus quelle sirène dictatoriale, voilà aussi que vous accordez un permis de tuer aux forces de l’ordre déjà devenues forces de répression depuis bien avant le Général Florens Rakotomahanina :

« (…) l’État que je dirige s’attèle à poursuivre ce qui a été entamé pour améliorer les conditions de vie de la population. Madagascar est un État de droit. (…) Les forces de l’ordre se dresseront pour défendre la légalité et les institutions démocratiques, ainsi que pour la défense des personnes et de leurs biens ».

Manque de pot pour vous, voilà que le Préfet de police d’Antananarivo, le brave Général de brigade Ravelonarivo Angelo Christian, 14 ans de service à la FIGN (Force d’intervention de la gendarmerie nationale), vient de faire une déclaration, ce 23 avril 2018, allant à l’encontre de vos directives. En résumé, il a dit qu’il n’y aura plus de répression à l’encontre de la population qui viendra sur la place de l’Hôtel de ville et que si jamais cela arrive il démissionnera s’il n’est pas limogé auparavant… Cela veut dire ce que çà veut dire. Je rappelle, pour l’Histoire, qu’avant le samedi 21 avril 2018, ce même Angelot avait osé déclarer en « francgasy » (en français et en malgache) : « Pourquoi 73 députés vont faire un rapport à Analakely ? Pour moi, mon interprétation, c’est qu’il s’agit d’une déstabilisation (« fanakorontanana ») pure et simple. Vous le savez parfaitement : j’ai été au FIGN durant 14 ans. Le mec a fait 14 ans au FI (« 14 ans FI ilay bandy ») et chaque fois qu’il se passe quelque chose ici (Ndlr : à Antananarivo), je suis sur le terrain et je peux vous affirmer que, concernant les manifestants à Analakely, ¾ sont des casseurs ».

Cependant, comme tout individu lâche et pleutre qui se respecte (ou pas), le filoha Hery n’a pas oublié de « rappeler », sachant (ou pas) que les choses tourneront mal tôt ou tard : « (…) En tant que Président de tous les Malagasy, je serai toujours soucieux, au plus haut point, des intérêts supérieurs de la Nation, étant un chef d’État ouvert au dialogue. Notre œuvre commune pour le développement se poursuit ».

Ouvert au dialogue ? Le doute est plus que permis. Ses décisions ne font à sens unique et même son entourage commence à se perdre en conjonctures car toutes ces actions ne sont plus programmées à l’avance, malgré le communiqué de la fantômatique « Cellule de Communication politique », pondu par Rolly Mercia (ICI). Et, au port de Toamasina, ce 23 avril 2018, il a remis le couvert en attaquant de plus bel les journalistes. Il a perdu toute notion des réalités. Môssieur le président élu démocratiquement, démissionnez avant qu’il ne soit trop tard pour vous. Nous nous sommes des journalistes et nous le resterons jusqu’à la fin de notre vie. Un emprisonnement est comme une marque de reconnaissance dans notre métier.

Monsieur le candidat n°3 par substitution de décembre 2013, avez-vous oublié que vous êtes Malagasy et même issu du village d’Antsofinondry et que votre père est un Pasteur de l’église Fjkm ? Alors imiter aussi Recep Tayyip Erdogan ? C’était le copié-collé de trop commencé par celui sur Nicolas Sarkozy, un certain 24 janvier 2014. Non ! vous Hery d’Antsofinondry, vous ne serez jamais Erdogan de Beyoğlu !

En tout cas, vous avez complètement oublié ceci : « NY HERY TSY MAHALEO NY FANAHY» (La force ne peut vaincre l'esprit). JAMAIS ! Mais aussi : « Ny aina fitahy, ny herimpo fanary ; ny herimpo fanary, ny fanantenana famelona ». En tout cas encore, l’actualité va très vite et les évolutions se précipitent, comme la déclaration du ministre de la défense, le Général de Corps d’armée Rasolofonirina Béni-Xavier qui a ordonné le retrait des troupes sur la place de l’hôtel de ville (à 11h30mn).

Jeannot Ramambazafy, journaliste depuis 1984

Ancien otage des fédéralistes à Diego en 1991

Post scriptum : à l’heure où je publiai cet article, le filoha était encore à Toamasina et sur l’avenue de l’indépendance, des députés et la population ont pu pénétrer sur le parvis sans encombre, avec le cortège funéraire parti d’Ambohimananarina… Plus personne, sauf lui, Hery pas Dogan donc, ne sait où il se rendra après Toamasina où il n’a pas du tout reçu l’accueil qu’il escomptait... Mais il espérait, quoi après son discours dangereux pour lui-même ?!...

POUR LES ARCHIVES DE L’HISTOIRE

Traduction de « l’appel » du dimanche 22 avril 2018

Mes chers compatriotes,

Face aux événements du samedi 21 avril, à Antananarivo, qui ont, une fois encore, tué et blessé des Malagasy, je m’incline respectueusement devant les victimes, et présente mes sincères condoléances à leurs familles. Par ailleurs, je souhaite un prompt rétablissement aux blessés, civils et membres des forces de l’ordre.

J’exhorte tous les Malagasy à garder leur calme.

A Madagascar, nous respectons et vivons la démocratie, toutefois, la tournure des événements de ce samedi est tout à fait caractéristique d’un coup d’état.

De 1972 à 2009, notre pays a souffert des mouvements de rues et de leurs conséquences. Des centaines de nos compatriotes et de nos enfants ont perdu la vie, tandis que d’autres en portent toujours les séquelles. Les pertes ont été énormes pour l’économie et l’emploi, et, jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons de cesse de reconstruire. Beaucoup a été fait, et l’État que je dirige s’attèle à poursuivre ce qui a été entamé pour améliorer les conditions de vie de la population. Madagascar est un État de droit. Aussi, je lance une mise en garde ferme aux fomenteurs de troubles, à tous ceux qui incitent à la haine, qui voudraient faire couler le sang et faire perdre la vie à des innocents, ou à faire porter des séquelles à nos enfants : l’État prendra ses responsabilités.

Les forces de l’ordre se dresseront pour défendre la légalité et les institutions démocratiques, ainsi que pour la défense des personnes et de leurs biens. Il faut cesser de sacrifier le peuple et de se jouer des forces de l’ordre, nous devons avoir à l’esprit les intérêts des millions de nos compatriotes qui n’aspirent qu’au progrès et à la paix.

Je voudrai aussi m’adresser aux journalistes en particulier : ayez toujours conscience de votre rôle en matière d’éducation et d’information. Ne vous laissez pas instrumentaliser par les tenants des menées subversives, ou, pire, devenir des incitateurs au non-respect des lois et à la rébellion. Ayez toujours à l’esprit la noble mission d’éducateurs qui est la vôtre. Nous devons tous reconnaître qu’un coup d’état ne sera jamais la solution pour l’avenir de notre pays.

Pour ma part, en tant que Président de tous les Malagasy, je serai toujours soucieux, au plus haut point, des intérêts supérieurs de la Nation, étant un chef d’Etat ouvert au dialogue. Notre œuvre commune pour le développement se poursuit.

La Patrie est sacrée, que Dieu nous bénisse.