Les actualités à Madagascar du Lundi 23 Mars 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara102 partages

Mesures de confinement pour Tana : Comme si de rien n’était !

Confinement jour 1. Dès les premières lueurs du jour, ce lundi, Tana se lève. Comme d’habitude. Sauf que ce lundi, ce n’est pas un jour comme les autres, du moins en théorie depuis l’annonce, quelques heures plus tôt par le président de la République, des mesures de confinement pour Antananarivo, la région Analamanga et la ville de Toamasina. Mais aux heures du « grand rush » du matin, les rues de la capitale sont animées, la vie suit son cours normal. Les véhicules circulent, les épiceries de quartier sont ouvertes. Seuls les taxi-be se font rares. Les taxis contournent les mesures d’arrêt de service en ôtant leurs lanternes et continuent de travailler. Comme si de rien n’était ! Faute de transports en commun, les piétons sont nombreux à rejoindre les lieux de travail, venant aux nouvelles pour d’éventuelles réorganisations internes au sein de leurs entreprises respectives. Présence bien visible également pour les forces de l’ordre sur les grands carrefours de la capitale dès ce matin. Avec parfois la présence de chars blindés ! C’était le cas ce matin à Antanimena et à Analamahitsy.  

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, de nombreux Tananariviens dans les quartiers ne semblent pas être au courant de cette mesure de confinement d’Antananarivo en sortant de chez eux. Ce n’est qu’en circulant qu’ils apprennent « la » nouvelle. Avant midi, en tout cas, le flux de personnes et de véhicules est resté important. Les grandes surfaces, parmi les secteurs autorisés à maintenir leurs services, continuent d’accueillir du monde en appliquant toutefois les consignes et les gestes barrières, notamment la distanciation sociale d’un mètre et la mise à disposition de gels hydroalcooliques à l’usage des clients.

Hanitra R.     

 

Midi Madagasikara26 partages

Coronavirus : Trêve politique de fait

Face aux nouvelles dispositions prises par le pouvoir central, avec cette propagation du coronavirus, les formations politiques n’y échappent pas également. Plus précisément due à l’instauration de cet état d’urgence sanitaire, ces dernières devraient observer une trêve politique de fait. D’ailleurs, il se pourrait aussi qu’il n’y aurait pas de conférence de presse durant un certain temps à moins qu’elle soit très restreinte. La dernière trêve remonte aux fêtes de fin d’année de 2019 et du Nouvel An, mais n’a été que de courte durée. Il y a eu notamment les revendications ou les requêtes, c’est selon, des pro-Ravalomanana portant sur les élections municipales et communales ; la manifestation des étudiants ; et le cas d’Ambohitrimanjaka.   

Observateurs. Le premier trimestre de cette année a été marqué par la déclaration de l’ancien vice-président de la CENI sur les doublons de la CIN. Un sujet qui a focalisé l’attention de bon nombre d’observateurs. Et tout récemment du désaccord entre l’Assemblée nationale et le Sénat portant sur l’adoption de neuf ordonnances. Mais la question qui se pose est si les partis politiques vont respecter cet état d’urgence sanitaire, notamment les quinze jours de confinement de la population ?  

Accalmie traditionnelle.  Faut-il rappeler que cette trêve tire son origine de l’expression « trêve des confiseurs » pour désigner l’accalmie traditionnelle de fin d’année sur les marchés boursiers, ainsi que la pause sur les terrains de football. L’expression est également d’usage courant en milieu hospitalier, où elle désigne généralement la période pendant laquelle les étudiants en médecine se consacrent uniquement aux soins des malades et sont dispensés d’activités universitaires. 

Dominique R. 

 

Midi Madagasikara20 partages

9 nouveaux cas de Coronavirus : Confinement total et couvre feu pour Tana et Tamatave

Le Conseil des ministres de samedi a pris le décret n°2020-359 relatif à la proclamation de l’État d’urgence sanitaire.

Rapide. Comme il fallait s’y attendre, la vitesse de propagation du coronavirus est très rapide. Hier, le président Andry Rajoelina a annoncé l’existence de 9 nouveaux cas. Toutes, des personnes ayant rejoint la Grande Ile cette semaine, à bord du vol Air France AF934 qui a fait plusieurs allers-retours Tana – Paris CDG pendant la période exceptionnelle que l’Etat a accordé aux ressortissants malgaches désirant rentrer au pays. Ces nouveaux porteurs de COVID-19 sont : une femme malgache de 61 ans arrivée jeudi dernier à bord du vol AF934 d’Air France ; une autre femme de 58 ans ayant pris le même vol ; un Malgache âgé de 60 ans (même vol) ; un Français de 60 ans résidant à Madagascar et arrivé par le même vol également ; une femme malgache de 54 ans également arrivée par le vol AF934 ; un Guinéen de 55 ans résidant à Madagascar sur le même avion d’Air France arrivé le 19 mars ; une femme malgache âgée de 43 ans ayant pris le même vol du 19 mars ; un autre Malgache de 44 ans (même vol) ; ainsi qu’un homme de 58 ans arrivé le 19 mars par le même vol. Actuellement donc, la Grande Ile compte 12 cas de Coronavirus. Leur contamination a été confirmée par les résultats des analyses effectuées par l’Institut Pasteur. L’âge de ces nouveaux cas confirme ce que les spécialistes ont toujours évoqué par rapport au profil des gens atteints par cette pandémie. En moyenne à partir de la quarantaine. Ces personnes sont actuellement sous surveillance par les agents de santé et sont confinées à l’hôpital, a annoncé le chef de l’Etat. En effet, ils suivent un traitement à l’hôpital « manara-penitra » d’Andohatapenaka avec les 3 cas confirmés vendredi dernier. Andry Rajoelina a aussi fait savoir que pour le moment, Madagascar ne compte aucune victime (zéro décès) du Coronavirus. Une sorte de démenti aux rumeurs qu’ont véhiculé la mort de la femme de 19 ans dont la contamination a été confirmée vendredi.

Etat d’urgence sanitaire. Face à l’indiscipline et l’insouciance générale et généralisée des Malgaches, l’Etat a choisi de durcir les mesures. Au cours du Conseil des ministres spécial qui s’est tenu à Ambohitsorohitra samedi dernier, le président Andry Rajoelina a pris le décret n°2020-359 relatif à la proclamation de l’État d’urgence sanitaire. Une situation d’exception va être appliquée pour une durée de 15 jours. « Pour des raisons de sécurité sanitaire, de calamité publique et pour permettre le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ». Pour renforcer la surveillance, un « Centre opérationnel COVID-19 » a été mis en place au « Mining Business Center à Ivato ». Le Conseil des ministres a décidé de renforcer la surveillance, mais aussi la traque de tous les passagers sont rentrés à Madagascar depuis le 14 mars dernier. Des médecins, des aides soignants, des psychologues, des assistantes sociales et des éléments des Forces de l’ordre seront mobilisés et iront à leur domicile pour effectuer un contrôle et pour suivre régulièrement leur état de santé.

Réquisition. Pour rappel, l’État d’urgence confère au président de la République, des pouvoirs spéciaux lui autorisant à légiférer par ordonnances, à mettre à sa disposition tous les moyens civils et militaires dont il souhaite avoir pour le besoin de la Nation, mais aussi pour réquisitionner sans aucune restriction. Si l’on se réfère à l’article 7 de la loi 91-011 relative à la situation d’exception, l’Etat peut réquisitionner des biens et des personnes au niveau des services publics ou des entreprises, même sans notification au préalable des concernés. Sont concernés par cette disposition les domaines du ravitaillement, Eau et énergie, service de santé et hôpitaux, services vétérinaires, Transports, Postes et Télécommunications,  Radiodiffusion et Télévision, Service de la voirie, Établissements bancaires, Direction du Contrôle financier, Services rattachés aux Institutions, ainsi que les différents ministères. En application à cette disposition, le Ministère de la Santé publique a annoncé hier la réquisition de tous les agents de santé sans exception.

Transports en commun. Aussi, dans le cadre de l’application de l’État d’urgence sanitaire, le président Andry Rajoelina a annoncé hier le confinement total des personnes au niveau des deux Provinces touchées par le Coronavirus, à savoir Antananarivo et Toamasina. Arrêt total des transports en commun pour ces deux grandes villes. Le chef de l’Etat a appelé tout un chacun à rester dans sa maison. Interdiction totale de sortir. Les taxi-be, les taxis et les taxi-brousses sont appelés à cesser leurs activités. Même restriction pour tous les bureaux administratifs, à l’exception des services liés aux secteurs santé, la Justice, la sécurité publique, la JIRAMA, la voirie et les organes de presse. En revanche, les transports de marchandises peuvent circuler. Les sanctions seront sévères pour ceux qui passent outre ces mesures, a averti Andry Rajoelina. Pour renforcer le contrôle, des barrières sanitaires seront mises en place à la sortie de la capitale, mais aussi au niveau de toutes les grandes villes de Madagascar. Afin que la population puisse se procurer de PPN, les grandes surfaces, les grossistes, les épiceries, les stations services, les pharmacies et les banques sont autorisés à ouvrir leurs portes. Des « Tsena mora » seront ouverts aussi au niveau des quartiers à Tana et à Tamatave. Le Chef de l’Etat a aussi décrété un couvre-feu. Interdiction strict de sortie donc pour les tananariviens et les Betsimisaraka entre 20h et 5h du matin. Il convient de rappeler que les textes relatifs à la situation d’exception prévoient des peines d’emprisonnement en cas de non respect des mesures. La durée de l’État d’urgence sanitaire est de 15 jours. De nouvelles mesure seront prises au fur et à mesure de l’évolution de la situation du COVID-19, a annoncé le président de la République.

Davis R

Midi Madagasikara6 partages

Coopération Inde-Madagascar : 6000 tonnes de riz aux victimes de l’inondation

L’Inde a octroyé 6000 tonnes de riz aux victimes de l’inondation.

Le Ministre des Affaires étrangères, Tehindrazanarivelo Liva, et l’ambassadeur de l’Inde, Abhay Kumar, ont effectué, le jeudi 12 mars 2020, un déplacement dans la ville d’Antsiranana. A cette occasion, au nom de l’Etat malgache, le Ministre a réceptionné 600 tonnes de riz destinées aux victimes des inondations de Madagascar. Le navire de guerre indien INS SHARDUL avait transporté ces dons. Ce soutien entre dans le cadre du renforcement de la coopération entre les deux pays, d’une part, et, d’ autre part, de la volonté de l’Inde de soutenir les efforts du gouvernement malgache dans l’amélioration des conditions de vie de la population. Il sied de rappeler que le mois dernier, l’Inde avait envoyé le navire INS Airavat pour apporter du matériel de secours aux victimes des inondations et ce, afin de témoigner de sa solidarité envers le peuple malgache.

Escale. De son côté, le ministre des Affaires étrangères a notamment déclaré :« Je suis ravi d’être parmi vous aujourd’hui à l’occasion de l’escale de ce navire de la marine indienne à Antsiranana. Au nom du gouvernement malgache, de l’Etat-major général de l’armée malgache et en particulier des forces navales malgaches, je vous souhaite la bienvenue à tous, au commandant et à tout l’équipage du « INS SHARDUL » qui se trouve aujourd’hui dans le port de cette ville d’Antsiranana».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara2 partages

Jirama Toliara : Deux factures pour le mois prochain

Le Directeur régional de la Jirama Toliara Jean Noel Betsileo , entouré de ses proches collaborateurs.

Il se peut que les abonnés de la Jirama Toliara reçoivent deux factures au titre du mois d’avril prochain. Une éventualité qui risque de peser lourd sur le budget des ménages. La première, c’est la facture consommée du mois passé. La deuxième représente la consommation estimée du mois en cours. « Le logiciel utilisé calcule les trois derniers mois et affiche une moyenne qui ne pourrait s’éloigner de la consommation réelle » explique Jean Noel Betsileo, directeur régional de Jirama Toliara. Selon lui, il n’y aura pas d’augmentation de tarifs, mais juste un rattrapage de mois car, effectivement, l’abonné paye en mars la consommation du mois de février. Parfois, il n’y a que la facture de location du compteur qui arrive chez le client. Dès lors, le mois suivant, le montant de la facture est plus important. Heureusement que ce problème est en phase d’être réglé car la Jirama entend améliorer ses services aux abonnés. Ne pas s’étonner non plus, si des releveurs (avec badge) viennent deux ou trois fois le mois prochain.

Qui dit Jirama, dit Etat. Un secret pour personne, l’Etat a besoin d’argent. La « consommation estimée» rappelle indubitablement « l’impôt sur le revenu estimé » que le commerçant doit payer s’il veut obtenir sa carte fiscale 2020 pour pouvoir travailler à compter de cette année. Impossible de graisser la patte de l’agent fiscal. C’est un logiciel bien programmé qui enregistre le versement du coût estimé. Tant que ce paiement n’est pas effectué, la nouvelle carte fiscale même, ne s’affiche pas sur l’ordinateur. Il n’y a pas de doute, l’Etat a vraiment besoin d’argent, certainement pour l’accomplissement des « Velirano ».

Charles RAZA

Midi Madagasikara2 partages

Arema : Annick Ratsiraka élue Secrétaire nationale

Annick Ratsiraka est élue Secrétaire nationale du parti Arema.

Le Congrès national de l’AREMA s’est tenu le 20 mars dernier au FOFIKRI, à Ankadikely Ilafy. Chaque district a été représenté par trois participants, lors de ces assises nationales. Outre, la célébration du 44e anniversaire de ce parti (19 mars 1976-19 mars 2020), d’autres sujets ont été également abordés. Il s’agit notamment du sigle de l’Arema qui a repris ses initiales d’origine et du nom de ce parti devenu désormais « Antoko REvôlisionera Malagasy». Si auparavant son nom a été « Avant-garde pour la rénovation malgache ». Des dispositions ou orientations, c’est selon, qui rappellent la deuxième République. Par ailleurs, il n’y a aura plus de collège national, en revanche le comité des sages a été mis en place. Ce congrès national a été également l’occasion pour procéder à l’élection du Secrétaire national de ce parti. Ce poste a été ravi par Annick Ratsiraka, comme son nom l’indique elle n’est autre que la fille du fondateur de ce parti. Elle succède ainsi à Simon Pierre. 

Nouveaux dirigeants. Quant aux postes de vice-présidents, il s’agit de Ange Andrianarisoa pour Antananarivo, Jules Roger Rafanomezantsoa pour Fianarantsoa, André Benjamin Amable pour Mahajanga, Fidy Mamy Helson Razafindrakoto pour Toamasina, Koleane Johnson Ramahambimanana pour Toliara et de Denève Bruton Ralaivelo pour Antsiranana. Toujours à propos de nouveaux dirigeants de ce parti, il y a, entre autres, de deux trésoriers, en l’occurrence, Toto Bonicho Razafisareny et Manitriniaina Oliva Rafaravavy. Avec ces nouvelles dispositions pourrait-on parler d’un nouveau look de ce parti ? 

Recueillis par Dominique R. 

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Rapatriement des résidents de l’UE

Les vols ne sont plus accessibles pour les habitants de Madagascar. Ni entrée ni sortie n’est permise. Les seuls vols autorisés ont été les vols transportant les étranges vivants à Madagascar ou étant en tourisme, voulant rentrer dans son pays, notamment dans les pays de l’Union Européenne.
De ce fait, la France avait prévu deux vols supplémentaires pour le rapatriement des Français à Madagascar la nuit du 21 et celle du 23 Mars 2020. Le ciel de Madagascar a été fermé depuis cette journée du 20 Mars mais seuls les vols de rapatriement sont autorisés.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : la Population d’Antananarivo et de Toamasina appelée à rester à la maison

La pandémie du Covid-19 frappe la grande île depuis Vendredi. C’est le président lui-même qui s’est chargé de le communiquer aux Malgaches. Les cultes, les activités scolaires, universitaires, sportives ont été suspendus. Ces mesures ont été prises afin de limiter la propagation du Coronavirus. Hier dimanche, le numéro un Malgache a fait savoir à travers un message vidéo qu'on est en Etat d’urgence sanitaire et que le nombre de cas confirmés à Madagascar est passé de 3 à 12 tout en martelant qu’il n’y aucune perte humaine à déplorer.
Le Président appelle aux Malgaches d’Antananarivo et de Toamasina à rester chez-eux, à limiter les contacts. Tous les transports publics ont été suspendus. Aucun taxi-brousse n’est autorisé à entrer et à sortir d’Antanarivo sauf les transporteurs de marchandises. Mais depuis ce matin, (Lundi 23 Mars 2019) les Tananariviens ne respectent pas les consignes du président, il y a toujours de l’affluence en ville.
Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre le Covid-19 : La vraie utilité du masque

Antananarivo est en confinement total depuis le début de cette semaine. Néanmoins, nous avons encore pu voir des personnes sortir de chez elles dans presque toutes les rues de la capitale. Et ce qui était le plus frappant, c’est que chacun avait sa manière de se protéger étant donné que les masques chirurgicaux sont désormais introuvables dans plusieurs pharmacies. 

Pour une grande partie des habitants de la ville des mille, le message est passé, le Covid-19 représente un réel danger au vu du nombre des personnes portant des masques rencontrées aujourd’hui. Toutefois, beaucoup de ces personnes semblent ignorer la vraie utilité du masque qui est plus recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour les autorités sanitaires et les personnes malades.

Faut-il porter un masque ? Les professionnels de santé sont unanimes sur le sujet : une personne en bonne santé ne devrait pas porter de masque, sauf si elle s’occupe d’une personne présumée infectée. D’ailleurs, le masque chirurgical ne protègerait pas la personne qui le porte puisqu’il permet uniquement de réduire la diffusion des particules potentiellement infectieuses. Il sert donc surtout à protéger l’entourage et l’environnement et non la personne qui le porte. Selon les recommandations de l’OMS, quelqu’un qui tousse ou éternue doit porter un masque pour éviter de transmettre le virus à d’autres personnes. D’ailleurs, si dans les pays asiatiques les citoyens sont invités à porter des masques, c’est pour ne pas infecter les autres et non pour se protéger du Covid-19.

Bien se servir d’un masque reste important pour éviter la propagation du Covid-19. L’OMS informe qu’avant de mettre un masque, il convient d’abord de se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon. De plus, l’utilisation d’un masque serait inefficace s’il n’est pas associé à un lavage fréquent des mains. Il faut aussi appliquer le masque de façon à recouvrir le nez et la bouche tout en l’ajustant au mieux sur le visage. Et plus important encore, il ne faut jamais toucher le masque usagé. Dans le cas contraire, il faut se laver les mains avec de l’eau et du savon ou une solution hydroalcoolique. Quant à la manière de le retirer, il est nécessaire de l’enlever par derrière en évitant de toucher le devant et le jeter dans une poubelle fermée avant de bien se laver les mains. Enfin, un masque à usage unique ne peut être réutilisé, comme son nom l’indique. 

 

Anja RANDRIAMAHEFA

 

Midi Madagasikara0 partages

Ambatondrazaka : Des lampes d’éclairage installées sur le Boulevard de la gare 

 

Le PCA de la Jirama, lors de l’installation des lampes pour éclairer le Boulevard de la Gare d’Ambatondrazaka.

Le développement urbain se poursuit, malgré la pandémie qui vient de frapper Madagascar il y a quelques jours. En effet, la Jirama poursuit la mise en oeuvre de son projet pour éclairer les villes de la Grande île. Après Antananarivo, c’est au tour des autres villes de profiter de nouveaux éclairages publics. Cette fois, c’est la ville d’Ambatondrazaka qui bénéficie du projet. « C’est le fruit d’un partenariat tripartite entre la Jirama, le ministère chargé de l’Energie et des hydrocarbures ainsi que la Commune urbaine d’Ambatondrazaka. 50 lampes LED de 150W ont été installées sur le Boulevard de la gare d’Ambatondrazaka pour éclairer les lieux pendant la nuit », a indiqué la délégation de la Jirama, présente sur les lieux, conduite par le président du conseil d’administration de cette société d’Etat, Solo Andriamanampisoa, ainsi que de son directeur général adjoint, le Dr Albert Ravelojaona.

 

 

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Commune urbaine d’Antananarivo : Contrôle des déplacements des Tananariviens aujourd’hui

Retrait des papiers des véhicules de transports en commun ne respectant pas les instructions présidentielles, sensibilisation aux tenants et aboutissants des mesures de protection… tels ont été les objectifs de la mise en place des dispositifs par la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) aujourd’hui.

« Nous mettons strictement en application les instructions du président de la République Andry Rajoelina d’hier (dimanche soir). Nous avons mis en place une barrière sanitaire à Ankadimbahoaka et une autre du côté d’Ankorondrano pour réglementer la circulation et faire respecter le confinement ». Propos du commissaire Vigor, directeur des transports et de la mobilité urbaine auprès de la CUA. Notre interlocuteur de noter que « la Commune urbaine est stricte en ce qui concerne l’application à la lettre des instructions du président de la République ». Et pour montrer que la commune ne « blague » pas, plusieurs papiers de véhicules de transport effectuant la desserte au niveau urbain, suburbain ou encore régional et national ayant continué leurs activités malgré l’interdiction, ont été confisqués du côté d’Ankadimbahoaka. « On leur ordonne de faire débarquer leurs passagers. On leur retire ensuite leurs papiers afin qu’ils ne puissent pas travailler clandestinement. Mais également pour leur signifier la portée des instructions présidentielles », explique le commissaire Vigor. Pour la Commune urbaine d’Antananarivo, la mise en place des barrages sanitaires est un moyen qui permettra d’endiguer le Covid-19. « Moins les gens se déplaceront, moins il y aura de risque de contagion. Et la CUA est là pour faire respecter la loi », note un responsable auprès de la commune en question. 

Sensibilisation. Le premier jour de confinement a vu beaucoup de non-application des consignes. De nombreux Tananariviens sont sortis de chez eux avec les mêmes bouchons du côté d’Ankorondrano. Et face aux contrôles auprès des barrages sanitaires « les automobilistes affirment qu’ils n’ont pas entendu le discours du président de la République », déplore le commissaire Vigor. C’est d’ailleurs pour cela que la CUA a décidé « d’effectuer des campagnes de sensibilisation et d’information auprès des personnes contrôlées ». « Nous avons expliqué aux gens les tenants et aboutissants du confinement. Nous leur avons également fait savoir qu’ils contribuent à l’endiguement de la maladie », rajoute le commissaire Vigor.  La première journée de confinement consistait également à initier les particuliers au respect de la distanciation d’un mètre. Par ailleurs, aucune mention sur les actions ou activités tendant à contrôler l’état de santé des citoyens, afin de déterminer s’ils sont porteurs ou non du Covid-19, n’a été donnée par les responsables de la CUA. La restriction de déplacement n’a pas encore été complètement appliquée aux particuliers. Une personne peut sortir de son foyer pour effectuer ses courses. Avec une telle situation, la responsabilité des Malgaches n’a jamais été autant sollicitée. Se protéger et protéger les autres sont les premiers réflexes à avoir. 

José Belalahy

 

 

Midi Madagasikara0 partages

Ambositra : La ruée vers l’ail, le citron, le gingembre…

L’annonce officielle du président de la République sur les ondes de la radio nationale, faisant état de douze personnes atteintes du Covid-19 sur le territoire malgache, n’a pas laissé la population de la Grande île indifférente.

Poudrière. À Ambositra et ses environs, cette nouvelle a eu l’effet d’une poudrière. Chaque individu, chaque famille était sur ses gardes et n’a pas voulu être dépassé par cette pandémie de coronavirus, en prenant soin des recommandations et des instructions prônées par le chef de l’Etat.

Tôt samedi dernier, l’officine qui était de garde, suivie, quelques heures après par les deux autres pharmacies, a été assiégée de monde qui voulait à tout prix se procurer principalement des masques et des gels désinfectants. Les stocks de masques ont vite été épuisés face à la demande. Le directeur régional de la santé dans l’Amoron’i Mania a toutefois soulevé que le port du masque n’exempt pas l’individu du respect des autres mesures d’hygiène et des gestes barrières comme le lavage des mains avec du savon, entre autres.

Préventifs. Par la suite, aux marchés d’Alakamisy et celui d’Asabotsy, les habitants se sont rués vers les produits annoncés comme préventifs tels l’ail, le citron et le gingembre, qui ont vite disparu des étals, bien que les prix aient augmenté. Le prix du kilo de l’ail est passé de 15 000 ariary à 20 000 ariary. Le citron, s’il se vendait à 1 500 ariary le kilo il y a de cela quelques jours, était affiché ce samedi à 3 000 ariary le kilo et le gingembre est passé de 4 000 à 7 000 ariary le kilo. Quant aux produits de première nécessité, les prix sont restés stables auprès des commerçants. On a également remarqué la présence de représentants du service régional du commerce pour le contrôle des prix affichés par les commerçants. Certains de ces derniers ont fermé leurs portes pour échapper à cette visite. Du côté des autorités, une sensibilisation conduite par le préfet d’Ambositra a eu lieu sur les ondes de la radio locale concernant les mises en garde et les recommandations à suivre à propos de cette pandémie.

Préservation. Cette ruée vers les produits naturels est le scénario qui illustre à merveille le bien-fondé de la préservation de l’environnement en cette période de crise, où encore une fois l’homme est appelé à vivre continuellement en harmonie avec la nature.

Anastase

 

 

 

 

 

 

Midi Madagasikara0 partages

Confinement de la ville : Les bureaux administratifs désertés par les fonctionnaires 

Les fonctionnaires ont déserté les bureaux administratifs depuis ce lundi, quelques heures après l’annonce du confinement pour les régions Analamanga et Atsinanana. Les services de police et la justice ainsi que les centres de santé n’étaient cependant pas concerné.

Au niveau des services publics, le confinement est bien respecté. Les bureaux administratifs des services centraux des ministères ont été désertés dès ce lundi matin et les fonctionnaires n’ont pas pointé au travail. Les directions et services dans les ministères ont reçu une sensibilisation pour respecter rigoureusement les consignes officielles dès l’annonce, dimanche soir, du confinement pour les régions Analamanga et Atsinanana. Les consignes du président de la République ont été clair : tout le monde devrait rester chez soi pour éviter la propagation du virus. Du côté d’Anosy, les ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement technique et professionnel ; de l’Aménagement du territoire et des Travaux publics ; de l’Agriculture ; ainsi que des Affaires étrangères, ont tous fermé leurs portes. De même pour le service des domaines ou celui qui s’occupait des visas des étrangers au ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, même si leurs bureaux sont d’habitude bondés de monde durant les jours normaux. Dans le quartier d’affaires d’Antaninarenina, le service de la poste a aussi fermé ses portes au public. 

Pourtant, d’autres bureaux sont restés ouverts pour suivre les consignes dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire décrété le weekend dernier. La paierie générale de la Direction générale du Trésor public à Antaninarenina, a par exemple assuré un service minimum lundi dernier pour liquider les paiements des salaires des fonctionnaires. Depuis le début de matinée, en effet, une longue file d’attente formée par des agents publics a encerclé le bureau du trésor public à Antaninarenina. « Nous devons disposer de liquidités pour nous préparer à toute éventualité par rapport à la propagation du coronavirus » nous a confié un employé du ministère de la Jeunesse et des Sports, qui a déjà fait la queue depuis le début de la journée. D’ailleurs, certains services de la paie au niveau des ministères ont assuré, aujourd’hui [lundi], un service minimum pour délivrer les bulletins de paie ou les fameux « bons de caisse ». Et pour veiller à l’hygiène des agents qui ont assuré les services minimums, les ministères ont mis en place des dispositifs de lavage de main systématique à l’entrée des bâtiments et ont imposé le port des masques. 

Conformément aux dispositions de l’état d’urgence sanitaire, la justice, elle, continue de tourner. Les couloirs du palais de la justice à Anosy ont été animés comme à ses habitudes avec les dossiers de déferrement et les audiences tenues. La police, elle aussi, a été mobilisée partout dans la ville pour faire appliquer les dispositions relatives aux mesures exceptionnelles et au confinement de la ville. Le personnel de santé est aussi sur le pied de guerre dans les centres de santé pour soigner et suivre des éventuels cas symptomatiques du coronavirus, même si certaines personnes refusent toujours de se plier aux consignes de confinement obligatoire de la ville. 

Rija R. 

Madagate0 partages

Madagascar Coronavirus. 9 passagers priés d'appeler d”urgence le 914

Les personnes dont le nom et le lieu de résidence suivent, sont priés d'appeler d'urgence le numéro vert 914. Il s'agit de passagers qui se trouvaient sur le vol Air Madagascar MD 051 du 18 mars 2020 en provenance de Paris (France).

 

Istasse Océane Eliane Marie Annie, Analamahitsy Carrière

Halier Jean François, Andaboly, Toliara

Cardon Luce, 67ha, Antananarivo

Hanitra Raissa Funny, Ankaditoho Marohoho, Antananarivo

Tila Fabrice, Ankaditoho Marohoho, Antananarivo

Rasoarimalala Evelyne, Ampamarinana, Antananarivo

Noguer Jaine, Andaboly, Toliara

Benjanon Vainchtein, Matsabory Ambatoloaka, Nosy Be

Dumand Patrica Chantal, Madirakely, Nosy Be

Rappelons que c'est sur ce vol qu'une Dame de 45 ans, mère de famille, a été déclarée positive au Covid-19 à la suite du contrôle obligatoire au sol, à l'aéroport d'Antananarivo.

Par ailleurs, deux autres passagers de ce vol, se sont manifestés à la suite d'un appel à la TVM (Télévision nationale malagasy), ce 23 mars 2020, à 13h, lors d'une une émission spéciale. Il s'agissait de Victoria Ratsimbazafy (Maibahoaka, Ivato) et de Goulamhousseun Naim (Résidence Ambatobe).

La question qui se pose, à présent, est : bien qu'aucun de nous ne peut savoir si ils sont positifs ou non au Covid-19, combien de personnes ces passagers ont-ils côtoyé depuis leur arrivée à Ivato, le 19 mars, il y a 4 jours?

Jeannot Ramambazafy

Tia Tanindranaza0 partages

Norotiana Andriamanohy“Fotoana hanehoan’ny Kristianina ny firaisankinany izao!”

Manoloana ny toe-draharaha misy maneran-tany izay efa maha tafiditra ny firenentsika ankehitriny ihany koa sy manoloana ny toromarika izay nomen’ny filoham-pirenena Malagasy sy amin’ny tokony hanafoanana famorian’olona

 

ao anatin’ny 15 andro dia nanapa-kevitra ny avy eo anivon’ny Top Chretien Madagascar fa hahemotra amin’ny fotoana manaraka ny hetsika “Salon des entrepreneurs Chretiens” tokony notontosaina tamin’ity herinandro ity. Amin’ny maha kristianina ny tena, hoy ny tomponandraikitra, Norotiana Andriamanohy, dia fotoana izao hanehoana ny firaisankinan’ny Kristianina. Efa nisy zavatra natao teo aloha saingy mila ahitana vokatra sy fitoizana. Misy finoana iray ankehitriny tena maneho ny firaisankinan-drizareo fa ny mampalahelo amintsika Kristianina kosa, hoy izy, dia matetika lasa mirona any amin’ny fifaninanana. Tsara apetraka anefa fa azo atao ny mifanampy hanosika tanjona iray, hoy hatrany izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

MORONDAVAArahi-maso akaiky ireo olona 6 avy any ivelany tsy nihiboka

Nikorontana ny tao Morondava ny faran’ny herinandro teo. Raha araka ny loharanom-baovao azo mantsy dia nisy olona 6 avy any ivelany tonga teto Antananarivo ny herinandro lasa teo ary

tsy nanao ilay fihibohana mandritra ny 14 andro, fepetra tsy maintsy raisina, ka efa tonga any an-toerana sy mirihariha soa aman-tsara. Nihetsika avy hatrany ny mpitandro ny filaminana sy ny prefet any an-toerana ka fantatra fa efa nakatona ilay hôtely nivahinianan’izy 6 mianadahy mianaka ireto. Arahi-maso akaiky any amin’ny trano hipetrahany ihany koa izy ireo miaraka amin’ireo dokotera izay mijery tsy miato ny toe-pahasalamany. Izany no hatao dia ho fisorohana ny fiparitahan’ilay otrik’aretina coronavirus raha sanatria ka misy tokoa.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Cité Canada Toamasina Fonosana nampisahotaka

Nahitana valonan-javatra mifono lambatsilena miloko manga tao anaty tsikafona sy fako, teo amin’ny Cité Canada-Toamasina omaly maraina.

 

Mifatotra toa faty olona voafono halevina ny fahitana azy ivelany. Nikoropaka ny olona, betsaka koa no niahiahy sao vonoan’olona niniana natao, na koa olona matin’ny valanaretina no nisy nanary. Nisy nampandre ny BMH ao amin’ny fiadidiana ny tanànan’ny Toamasina sy ny Polisy. Tonga teny an-toerana nanao fitsirihana ilay fonosan-javatra ireto farany. Efa nitangorona ny olona, te hahalala ny zava-misy marina. Niparitaka tamin’ny tambazotran-tserasera facebook rahateo ny sary. Rehefa novahan’ireo tomponandraikitra ny fatorana sy ny fonosana, dia akory ny hagagana fa kidoro spaonjy tsara valona nanaraka ny tsanganany niaraka tamin’ny lamba sy kiraro no tao anatin’ilay lambatsilena. Betsaka no tohina nahita izao tranga izao, tsy vitsy ny nanasokajy azy ho fanakorontanana saim-bahoaka.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Dr Razafindranazy Jean-Jacques Mpitsabo matin’ny coronavirus voalohany tao Frantsa

Ny zanak’ity mpitsabo ity no nanao ny fampilazana tamin’ny tambazotra sosialy facebook ny sabotsy 21 marsa 2020 teo, fa nodimandry ny rainy, Dr Razafindranazy Jean-Jacques, 67 taona, izay dokotera amin’ny sampana vonjy aina ao amin’ny hopitalin’i Compiègne any Frantsa.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifandraisan-davitraHo hatsaraina ny fiasan’ny 4G+

Ho hatsaraina ny fiasan’ny 4G+ an’ny Telma, raha ny fampitam-baovao avy amin’ity orinasam-pifandraisan-davitra ity omaly.

 Izany hoe ampifanarahana hatrany amin’ny fivoaran’ny toetr’andro. Efa azo heverina ho nihazakazaka ny fiasan’ity tambazotra ity hatramin’izay, indrindra, tao anatin’ny fametrahana ny atao hoe « upgrades en 4G+ » ny taona 2019 fa mbola hiha hatanjaka lavitra izany ankehitriny. Ho atao mirary vidy izany, hoy ny tomponandraikitra, ary raha mikasika ny Telma EGO+, hiaka farany fotsiny, ohatra, dia azo jifaina amin’ny vidiny 369.000 ariary.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ahiahy amin’ny CoronavirusVazaha iray mampisahotaka ny iray tanàna

Vazaha iray antsoina hoe Delmas Anthony Joseph no nanahirana ny olona sy ny mpitandro filaminana noho nivezivezy tao Anatin’ny Commune Befotaka-Nord.

Tonga teto Madagasikara izy io tam 11 martsa avy any Kenya, ka tonga tao Antsohihy tamin’ny 19 martsa. Maka sary any amin’ny kaominina Ambahivohitr’I Befotaka-Nord izy io. Izay tanana andehanany dia mandroaka azy avokoa .Nosamborina tao amin’ny Fokontany Antsahafaly, Kaominina Befotaka izy io ny sabotsy teo, ary notazonina ao amin’ny Paositry ny zandarimariam-pirenena ao Befotaka-Nord amin’izao fotoana izao; nanao fanadihadiana azy ny Mpitsabo fa mbola tsy mahita marika aloha hatreto. Nanao tatitra tany amin’ny lehibeny io Mpitsabo io kanefa ny valiny azo dia hoe tazony ao aloha kanefa sady tsy manana fanafody ny aty no tsy manana fitaovana, hoy ny fampitam-baovao. Sahirana izahay Polisy sy ny zandary ary ny Ben’ny tanàna, tsy hita ka manaitra ny fanjakana, hoy izy ireo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

ALASORANofehezina tao anatin’ny 5 minitra ny fisoratam-panambadiana

Saika nofoanana avokoa ireo karazana hetsika famoriam-bahoaka nanomboka ny Sabotsy teo. Ankoatra ny fivoriam-bem-pokonolona dia voakasika ihany koa ny fisoratam-panambadiana sy ny mariazy.

 

Ho an’ny kaominina Alasora, distrikan’Antananarivo Avaradrano manokana dia noferana ho 5 minitra monja izany ka ireo mpivady tonga nisoratra, ny tompon’andraikitry ny kaominina ary ireo vavolombelona ihany no afaka nanatrika izany. Tsy nisy ihany koa ny fifandraisan-tanana sy ny fifanorohana toy ny hita tany amina fiangonana Kristianina iray izay nanamasina mariazy. Izany no natao moa dia ho fisorohana ny mety ho fiparitahan’ny valan’aretina coronavirus. Mikasika ny fanararaotana nataon’ny sasany tamin’ny Sabotsy teo tamin’ny fampiakarana vidin’entana sy ny fangoronana entana dia kamiao iray lehibe no fantatra fa nandroaka ny entana rehetra teny an-tsena tao Alasora ny Sabotsy teo. Avy hatrany dia nandray ny andraikiny ny Ben’ny tanana sy ny ekipany niaraka tamin’ny mpitandro ny filaminana ka ankoatra ny fanaraha-maso ny vidin’entana dia nanaovana fitsirihana ihany koa ireo mpanararaotra mitady hanan-karena tampoka.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Voasary makiranaNiaka-bidy 100% ny tany am-potony

Hatrany am-potony, araka ny filaza, manamorona ny RN4 iny, no efa tsikaritra ho nidangana izay tsy izy koa ny vidin’ny voasary makirana saingy mbola nisy ka nifandrombahan'ireo mpandeha amin'ireo fiara mandalo izany ny alahady teo.

 

1000 ariary ny iray kapoaka teo aloha ary niakatra 2000 ariary. Misy tsy mandefa an-tsinjarany fa tonga dia iray koveta kely manomboka amin'ny 10000 ariary. Efa henonay tamin'ny radio, hoy ireo mpivarotra fa lafo be io any Mahajanga sy Antananarivo. Ny tantely kosa amin’ny ankapobeny no tsy mbola niova loatra ny vidiny fa teo amin’ny 12000 ariary hatramin'ny 15000 ariary hatrany ny litatra, hoy izy ireo. Misy mpamongady avy eto Antananarivo kosa anefa, raha ny fanadihadiana natao, no nitaraina ho niharan’ny fampakaram-bidin’izay tantely izay ho 1500 ariary isaky ny litatra.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Filàna andavanandroMbola ampy tsara ny tahirim-bary

Nihoampampana ny vidin’entana teny an-tsena ny faran’ny herinandro teo. Ankoatra ny vary izay tsy nisy afa-tsy stock sisa no azo novidiana teny amin’ny tsenan’Anosibe dia tafakatra

 

101.000 Ar ny iray gony tamin’ny vary makalioka sy ny vary gasy tany amin’ny toeran-kafa raha 90.000 Ar teo aloha. Ho an’ireo mpivarotra sasany teny Anosibe dia nisy tamin’izy ireo mihitsy no nanidy tsenany izay feno entana fa tsy nivarotra noho ny antony tsy fantatra. Tsy teny Anosibe irery ihany no nahitana ireo tranga ireo fa toerana maro ka rehefa nantsoina ilay laharana maitso fanaovana fitarainana 034 30 812 34 dia tsy nisy nandray izany. Tsy hita na tsy maharaka ihany koa ireo tompon’andraikitra nilaza fa hanara-maso izany fampiakaram-bidy sy fanararaotana na milaza aza ny Minisiteran’ny varotra, fa kaomiseran’ny varotra 50 no efa nohetsehina ny faran’ny herinandro teo, ka velon-taraiana ny olona. Raha ny fanambarana nataon’ny Talen’ny varotra anatiny eo anivon’ny Minisiteran’ny Indostria sy ny varotra aza ny asa tànana Atoa Gilchrist Fanomezantsoa Rakotoson. Ampy antsika 4 volana ny tahiry ara-bary, ka tsy tokony hikorapaka ny vahoaka. Raha ny ao Toamasina, ohatra, dia misy 32 700 taonina, ny ao Toliara misy 27 580 taonina,… Efa mandeha ihany koa ny fanomanana amin’ny fanafarana vaovao. Tetsy ankilany, dia efa nisy ny fepetra noraisina tamin’ny fanasaziana ireo mpamongady sy mpivarotra manararaotra. Tranombarotra 5 no efa nakatona raha ho an’ny teto Antananarivo: 1 Anosibe, 4 Namontana, 1 ny kamio no nogiazana,… 

 

Voakasika toraka izany ihany koa ny fiakaram-bidin’ireo kojakoja voalaza fa mampiakatra hery fiarovana hahafahana miady amin’ny otrik’aretina coronavirus. Anisan’ireny ny voasarimakirana izay novidiana 200 Ar ny iray teo aloha nefa tafakatra 8.000 Ar ny iray kilao. Ny sakamalaho izay lasa 4.000 Ar ny iray kilao, ny tongolo gasy izay lasa 25.000 Ar ny iray kilao…. Nisy andiana lehilahy tazana nandroaka ireo karazana entana ireo mihitsy teny Anosibe ary nivarotra izany teny ivelany nanararaotra ireo olona marobe tonga nibosesika niantsena teny an-toerana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tahirin-tsakafoIlaina ny mifampitsinjo…

Niantsena sy nanao tahirin-tsakafo ny tomponandraikitra ambony any Alemana, Angela Merkel, ny sabotsy lasa teo tao aminà tsena lehibe iray.

 

Nanaraka ireo toromarika sy fepetra napetrak` ilay tsena izy amin` ny fitsinjarana ny kojakoja ilaina. Ohatra ny taratasy fidiovana dia iray isan` olona ihany. Nilahatra niaraka amin` ny besinimaro izy ary nanaiky fandaminana satria tombontsoan` ny rehetra no tsinjoviny.  Mendrim-piderana ny fihetsika nataony. Mifanohitra tamin` izany anefa ny teto amintsika raha ny faran` ny herinandro lasa teo no hasian-teny. Nikorontana teny an-tsena fa tsy nifampitsinjo ny samy Malagasy. Ny manan-katao dia nanao be tsy handraofana. Ilaina ny manao tahirin-tsakafo sy fanafody saingy saino fa misy namana hafa koa ao aoriana ao mila izany.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

CORONAVIRUS MANERAN-TANY2700 MAHERY NO MATY TAO ANATIN’NY 72 ORA

Niakatra izay tsy izy ny maty tao anatin’ny 72ora. Raha 11 147 izany maneran-tany ny zoma teo tamin’ny 10 ora alina, dia 14 376 kosa izany omaly alahady tamin’ny 11ora alina, izany hoe nisy olona maty vaovao 2729.

 

Tany Italie ny 2071 tamin’ireo satria raha 3405 izy ireo ny zoma teo, dia efa 5476 omaly. Tafiakatra 329 275 ireo mitondra ny tsimokaretina amin’izao fotoana izao, raha toa ka 95 656 kosa efa sitrana.

 

ESPAGNE : FIDIANA IZAY OLONA MANANA HERIJIKA BEBE KOKOA HO VELONA

Mahatratra 1756 ny maty any Espagne amin’izao fotoana izao, ary izy no firenena faha-3 ahitana maty betsaka indrindra. Hatrany amin’ny 20 000 ny olona marary. Nihazakazaka ny fitomboan’ny olona voa, ka ny zoma sy sabotsy teo ohatra, dia 16,5 ny fitomboany tao anatin’ny 24ora, ary raha 1002 ny zoma teo dia efa io 1756 io omaly, ary tao anatin’ny 24ora, dia 394 no maty. Ny 52% amin’ireo olona voa manome 10542, dia nampidirina hopitaly avokoa, ka any amin’ny fameloman’aina (en reanimation) ny 1141. Henjana ny toe-draharaha, ka mifidy ireo olona manana herijika bebe kokoa amin’ny hahavelomany. Hentitra ny fepetra amin’ny tsy fahafahana mivoaka (confinement). Miditra an-tsehatra ny miaramila amin’ny fitaterana ireo olona tratry ny coronavirus. I Madrid Renivohitra no ahitana tranga betsaka indrindra izay manome ny 36%.

 

NOSY MAORISY: TAFIAKA 2 NO MATY COVID-19

Tafiakatra 2 no maty, ary niampy 4 ireo olona voan’ny valanaretina Covid-19 na coronavirus atsy amin’ny nosy Maorisy. Tantsambo avokoa izy efatra ireo, miasa amin’ireny sambobe mpitondra mpizahatany ireny. Tafakatra 17 ireo olona voamarina fa voan’ny Covid-19 atsy amin’ny nosy rahavavy ity tamin’ireo fitiliana miisa 348 natao, araka ny nambaran’ny « National Communication Committee », omaly alahady 22 marsa 2020. Nohamafisin’ny fitondram-panjakana ny fepetra hisorohana ny fihanak’ity valanaretina Covid-19 ity ao Maorisy, ka ankoatra ny fijanonana any an-trano dia ny alatsinainy hatramin’ny zoma ihany no misokatra ireo toeram-pivarotana lehibe na « supermarché », ary anelanelan’ny amin’ny 9ora maraina ka hatramin’ny 3ora tolakandro, ora any an-toerana no mivoha ho an’ny mpanjifa.

 

CHINE: NIKATONA NY HOPITALY FANDRAISANA IREO MARARY

Faharoa amin’ny isan’ny maty be indrindra i Chine izay 3144 no maty hatreto, izay tsy mihetsika be intsony. Nanidy ny hopitaly farany nisahana ny Coronavirus I Chine. Tsy dia misy tranga vaovao firy intsony horaisina an-tànana. Ramatoa lehibe 103 taona tafavoaka velona tamin’ny COVID-19 rehefa notsaboina nandritra 6 andro tao Wuhan, any Chine. Mamerina manokatra ireo mangazainy miisa 42 any Chine ny orinasa Apple.

MIKETRIKA MAFY NY MPIKAROKA HIVOAHAN’NY FANEFITRA

 Nahomby ihany koa ry zareo Indianina. Misy fanafody maromaro nampiasain’izy ireo: opinavir, Retonovir, Oseltamivir ary Chlorphénamine. Nanao tolo-kevitra hampiasana ireo fanafody ireo maneran-tany ny Indianina. Nilaza ny mpikaroka eo anivon’ny Centre médical Erasmus fa nahita ny hery fiarovana na « anticorps » hiadiana amin’ny coronavirus. Ny Cleveland Clinic any Etazonia, dia manatanteraka ny andrana ara-panafody momba ny COVID-19, ary nilaza omaly fa hanome ny vokatra afaka ora vitsy. Ny orinasa momba “biotechonologie” any San Diego any California ihany koa dia mihatsara ny fikarohana iarahana amin’ny Université Duke any Singapour.Ireo siantifika Israelianina ihany koa dia milaza fa misy fivoarany be ny fikarohana nataon’izy ireo.

Nangonin’i Toky R

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsika famoriam-bahoakaMbola nisy nisokatra ihany

Taorian` ny fanambarana nataon` ny filoham-pirenena ny zoma lasa teo momba ny fisian'ny trangan’aretina Coronavirus (Covid 19) eto Madagasikara amin’izao fotoana izao fa voarara ny hetsika famoriam-bahoaka dia samy nanao ny andraikiny mifanandrify amin` izany ireo fiangonana. Nanao fanambarana ny fivondronamben' ny eveka, ny FFKM, ny adventista…

 

Tia Tanindranaza0 partages

Filaharana etsy sy eroaFiatombohan’ny krizy ara-toekarena

Sahirana tanteraka ny vahoaka Malagasy indrindra ny teto Antananarivo manoloana ny tahotry ny aretina Coronavirus sy ny mety ho fiantraikan’izany.

 

Saika nilaharana avokoa na ny Banky, ny toby famatsiana solika, ny vary sy ny entana ilaina an-davan’andro, ny fivarotam-panafody.

Lany vetivety ny vola teny amin’ny Banky

Ny Sabotsy maraina dia nahitana filaharam-be ny teny amin’ny fisintomam-bola GAB (Guichet Automatique Bancaire). Hividianana ireo tahiry mety ho ilaina rehetra no antony nahatonga izany. Araka ny fanadihadiana natao tamin’ny Banky iray dia mitentina 90 tapitrisa Ariary no fandrotsaka rehefa amin’ny fotoana fandraisam-bola tahaka izao ny Zoma ary maharitra hatramin’ny Alahady izany. Tamin’ny faran’ny herinando teo anefa dia lany isan’andro izay ka notsetsemana hatrany nandritra ny 3 andro farany. Hatreto aloha dia mbola maharaka mamatsy ny Banky Foibe matoa mbola mahazo vola hatrany ny olona mila vola hatreto.

Nilaharana ny solika

Vetivety ihany koa dia nilaharana ny fakàna solika teny amin’ny toby mpamatsy. Nisy tranga nampisavoritaka mihitsy aza satria ny teny Ambohidratrimo dia misy sinoa nitondra barika 3 hofenoina solika ka nampimonomonona ny olona. Tsy vitsy ihany koa ireo orinasa sy ireo olona manan-katao no nanao “plein” ny fiara.  Nanamafy moa ny Ofisim-pirenena momba ny akoran’afo (OMH)fa tsy misy ahiana ny famatsiana solika ary ampy ny filàna ka tsy tokony hikoropaka.

Maro be ny nanangom-bary sy ny entana ilaina an-davan’andro

Saika nilaharana avokoa ihany koa na ny mpampongady na ny mpaninjara vary tamin’ny Sabotsy lasa teo. Na dia izany aza dia tsy nahitana fiakarana izany satria nisy ihany koa moa ny fidinana ifotony nataon’ny Ministeran’ny varotra nampitandrina mafy ireo mpivarotra tsy hampiaka-bidy. Na izany aza dia tany amin’ireo entana ilaina an-davan’andro (PPN) no nahitana fiakarana kely. Tamin’io fotoana io ihany koa dia tsikaritra ireo mpaninjara izay maka betsaka tsy takan’ny fakàna entana isan’andro. Na ny arina sy ny voasary makirana aza dia efa nanomboka nanahirana sy niaka-bidy tamin’ny Sabotsy. Raha ny fanambarana nataon’ny eo anivon’ny Minisiteran’ny varotra aloha dia ampy an’I Madagasikara mandritra ny 4 volana ny tahirim-bary ka tokony hilamina ny vahoaka.

Tsy naharaka ny fanafody

Filaharana lavareny ihany koa no hita teny amin’ireny fivarotana fanafody ireny tamin’ny faran’ny herinandro. Ny fanafenam-bava, ny vitamine ary ireo fanafody fampiasa andavan’andro tahaka ny ody kohaka sy ny sery no novidian’ny mpanjifa betsaka. Efa misy ireo karazam-panafody tsy hita intsony amin’ziao fotoana izao.

Ho loza ho an’ny toekarena raha tsy voafehy

Tsy maintsy hisy akony ratsy amin’ny toekarena ny toe-java-misy ankehitriny raha tsy voafehy. Rehefa miakatra be tahaka izao ny filàna dia tsy maintsy hihena ny tolotra ary tsy maintsy arahim-pisondrotam-bidim-piainana goavana izany. Efa fantatra ihany koa ny fidinam-bidin’ny barila ny solika manerantany ary raha hiditra amin’ny fiobohana an-trano ny Malagasy dia  hihena ihany koa ny fanafarana. Rehefa izay dia tsy maintsy ho tonga amin’ny fidanganam-bidim-piainana tahaka ny efa hita amin’ny fiakaram-bidy tsikelikelin’ny PPN izay efa manomboka moral any eny amin’ireo toeram-pivarotana maro.

Tsirinasolo

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famatsian-tsolikaAmpy ny filàna, tsy tokony hikoropaka

Nanamafy ny Ofisim-pirenena momba ny akoran’afo fa milamina sy mirindra tsy misy ahiana ny famatsiana solika ny nosin-tsika nanomboka ny faran’ny taona 2019. Misy drafitra maty paika narahan’ny mpiantsehatra rehetra ka mizotra tsara ny fanafarana, ampy ny fitaovam-pitaterana toy ny sambo,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Valanaretina CoronavirusAzo araraotina hamadihana ny tantara

Mihotakotaka izao tontolo izao, noho ny tahotra an’ilay valanaretina coronavirus. Na izany aza dia misy ihany ny lafitsaran-javatra azo sintonina.

 

Fotoana mihitsy mantsy izao hitadiavana ny very! Satria voatery mitoka-monina, na amin’ny ampahany monja aza, ny firenena maro manerana an’izao tontolo izao, dia voatery tsy sazoka mifantoka amin’izay zava-misy ao aminy. Ho antsika eto Madagasikara dia tena fotoana indrindra izao hampiroboroboana ny zava-misy eto an-toerana. Isan’ny voakasik’izany voalohany ny sehatry ny fizahantany, vokatry ny fanakatonana ny seranam-piaramanidina amin’ny fifamezivezena iraisam-pirenena, nanomboka ny alakamisy alina teo. Efa nisy moa ny dinika nifanaovan’ny minisitry ny fitaterana, Joël Randriamandranto, sy ireo mpandraharaha misehatra ao anatin’ny fizahan-tany, ka nitsirian’ny hevitra hampiroboroboana ny fizahan-tany anatiny. Izany dia heverina fa hanentsina ny fatiatonka aterak’izao fikatonana tsy fidiny amin’ny avy any ivelany izao. Misy ihany koa ireo orinasa hafa mahay manararaotra tsara ny zava-misy ankehitriny, toy ny orinasa iray mpamokatra savony vita malagasy. Mihazakazaka amin’ny fanaovana dokam-barotra amin’ny voka-tsoan’ny fampiasana an’ireo vokatra vokariny izy. Sady afaka manampy ny Malagasy hisoroka ny aretina izany no fanararaotra (opportunité) entina mampiroborobo ny orinasa malagasy ihany koa. Tsikaritra, ankoatra izay, ny orinasa miompana amin’ny finday, izay miezaka ihany koa mandoka ny fikirakirana vola amin’ny alalan’ny finday, antoka tsy hifindran’ny aretina amin’ny alalan’ny vola. Manana safidy isika, na hanaiky ho resin’ny valanaretina, na hamadika izany ho fanoitra hampivoatra an’i Madagasikara, amin’ny alalan’ny zava-misy ao aminy sy ny fahaiza-manaony. Mamokatra “vita gasy”, manjifa ny “vita gasy”. Maninona tokoa moa isika no handany vola any amin` ny hafa kanefa afaka mamokatra kojakoja ilaina amin` ny andavanandro isika eto Madagasikara? Amin` izay, isika ihany dia afaka mampiodina ny indostria sy mampiroborobo ny toekarena.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus 12 no voa, 900 araha-maso

Niampy olona 9 vaovao ny voamarina fa mitondra ny coronavirus, izay nandeha tamin'ny sidin’ny Air France AF 934 avokoa, ka ny ankamaroany dia ny 19 martsa, ary ny iray tamin’ny 17 martsa,

 

 raha ny fanazavan’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina omaly. Efa voaray an-tànana sy arahi-maso eny amin’ny toeram-pitsaboana. Tsy misy na dia iray aza namoy ny ainy. Miara-miasa tanteraka amin’ny Institut Pasteur de Madagascar IPM, izay eo ambany fiahiana sy fanaraha-mason’ny OMS. Tsy misy zavatra afaka hafenina, fa avy any amin’ny IPM avokoa ny valiny.

MITSANGANA NY FOIBE HAMOAKA NY ANTONTAN’ISA

Ho fanatanterahana ny tapaky ny filankevitry ny minisitra notarihin’ny Filoham-pirenena, dia nisy ny Fivorian’ny OMC-NAT (Organe Mixte de Conception National) dia efa mitsangana ny centre opérationnel covid-19, manana ny foibeny eny amin'ny MBC na ny Mining Business center Ivato. Miainga ao avokoa manomboka anio ny antontan’isa rehetra manodidina ny valanaretina coronavirus. Io no handrindrana ny fitantanana, hamoaka ny isan’ny marary, ny tranga,… Hatao anaty mangarahara tanteraka izany, raha ny fampitam-baovao. Tokony ho mailo sy hitandrina hatrany anefa. Hiresaka sy hifampitafa isan’andro amin’ny 8ora alina amin’ny alalan’ny TVM. Hiara-hiatrika an’izany ao anatin’ny 15 andro.

HAVERINA HOTLIANA IREO MPANDEHA

Tsy misy mitondra ny tsimok’aretina izy ireo na iray aza araka ny fitiliana. Ho hentitra ny fitondram-panjakana amin’ny fanakorontanana saim-bahoaka. Hisy ny sazy na amin’ny tambajotra, na amin’ny haino aman-jery no mamoaka izany. Tsy maintsy amin’ny fampahalalam-baovao ofisialy ny vaovao mari-pototra. Tsy mety ary aoka izay ny fampielezana vaovao tsy marina, hoy ny Filoha. Miantso hatrany ireo tonga avy any ivelany hanaraka amin’ny antsipirihany ny Filoha. Na mifehy tena 15 andro, na mizaka ny fipariahany ka hahafatezana olona maro. Izay no hifampifehezana mba tsy hivoahana ny trano. Raha misy minia tsy manaraka izany, dia misy laharana manokana azo antsoina. Ho entitra ny fanapahan-kevitra, ary izay mandika ny lalàna, dia hoentina avy hatrany. Hampitomboina ny borigady manokana hoenti-miady amin’ny coronavirus. Hohamafisina sy haverina ny fitiliana ireo olona rehetra avy any ivelany.  Mahatratra 900 mahery moa ireo mpandeha arahi-maso, raha tsy hilaza afa-tsy ireo any amin’ny Hotely eto Antananarivo, 515 any an-tokantrano ; 70 ny mpandeha arahi-maso amin’ny toeram-pitsaboana any Toamasina, ary 70 hafa arahi-maso any an-tokantrano;1 ny mpandeha arahi-maso any an-tokantrano any Nosy-Be ; 1 any Antalaha ; 1 any Mahajanga; 1 any Toliara,…

 

HORAISINA NY FEPETRA MAMETRA NY VIDIN’ENTANA

Hapetraka ny famatsiana vary sy menaka amin’ny alalan’ny tsena mora. Hapetraka avy hatrany ireo eto Antananarivo manomboka androany. Iarahana amin’ny prefe sy ny ben’ny tanàna. Mihantra avy hatrany ny sazy ho an’ireo tsy manaraka ny fepetra. Tsy fotoanan’ny fanararaotana izao fa fotoanan’ny fifampitsinjovana. Ho henjana ny fampiharana ny lalàna, hoy hatrany I Andry Rajoelina.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana COVID-19Fanarahana torimarika no fanafodiny…

Sarotsarotra tato ho ato ny fahitan-tory, samy malahelo, samy mitaintaina, samy matahotra ny aretina COVID-19 taorian` ny fanambarana fa misy tranga voamarina eto Madagasikara.

2-tapeno amin` ny sandry ny vavav sy ny orona raha sendra mikohaka na mihevina

3- hajao ny elanelana 1 metatra amin` ny olona mikohaka na mafana hoditra

4- Ataovy fahazarana ny tsy mandrora na mandrehoka amin` ny tany

Raha mafana hoditra, mikohaka, sempotra dia ampandreneso ny mpitsabo na tobim-pahasalamana akaiky anao indrindra. Raha mila fanazavana fanampiny, antsoy maimaimpoana ny 913.

Tia Tanindranaza0 partages

LALANA ETO AN-DRENIVOHITRASimba ny ankamaroany, tsy misy tompon’andraikitra mijery

Simba ny ankamaroan’ireo lalana eto an-drenivohitra. Raha somary azoazo kely izany teo aloha teo dia nahazo vahana sy niitatra indray hatramin’ny niavian’ny ranon’orana ny herinandro teo.

 

Anisan’ny tena mampitaraina ny maro ny etsy Ambodin’Isotry akaikin’ny aigle noir izay sady goakabe no hiandronan’ny rano maloto. Raha tokony ho 10 minitra raha betsaka no hivoahan’ny taxi-be iray miainga eo Ambodin’Isotry miazo ny tobim-piantsonana FOP 67 ha dia lasa hatao hatramin’ny 45 minitra izany, indrindra rehefa andro Sabotsy tsena iny. Toraka izany koa ny eny Antohomadinika manaiky ny tobim-piantsonana miazo an’i Mahitsy izay miteraka fitohanana goavana hany ka saika tara avokoa ireo mpiasa sy mpianatra mampiasa iny lalana iny isan’andro. Raha araka ny fanadihadiana hatao teny an-toerana moa dia tsy mbola nisy tompon’andraikitra tonga nijery ireo lalana ireo mihitsy teto an-drenivohitra hatramin’izay. Antso avo araka izany no hatao amin’ireo tompon’andraikitra voakasika mba hijery akaiky ireny foto-drafitrasa hiankinan’ny fiainam-bahoaka ireny.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hifamelona sy hifamono?

Mandalo fotoan-tsarotra ny firenena. Tena mbola tsy nisy angamba ny toy izao, raha ny endriny no jerena. Sedra iraisana amin’izao tontolo izao anefa io amin’ny lafiny iray.

Samy miady, samy miaro ny fireneny, samy miaro ny vahoaka ao anatiny. Ekena fa tena nisy tokoa ny tsirambina ka nidiran’io aretina io teto, saingy tsy fotoanan’ny fifanomezan-tsiny intsony tokoa izao. Mipetraka ny lamina sy ny fepetra, izay tena mafy sy mangidy amin’ny maro, saingy tsy maintsy iainana. Ny tanjona dia ny hoe: tsy hiara-maty eto isika, fa samy mipetraka ho tompon’andraikitra tsy hiparitahan’ny valan’aretina. Midika izany fa mifampitsintso sy mifamelona satria ny fitandreman’ny isam-batan’olona, dia tsy ny tenany ihany no tsinjoviny fa ny rehetra manodidina azy. Indrisy anefa, fa raha ny zava-niseho vao nandre ny fahatafidiran’ny aretina, dia nifandrombaka toa samy manavotra ny ainy, niharihary ny fitiavan-tena, ny fanararaotana,… Tsapa izany tamin’ny fifarombahana ny entana ilaina amin’ny andavanandro. Mba ho aiza ireo tsy mba afaka ny mividy betsaka? Ny ady amin’ny coronavirus mety ho vitantsika tsy ho ela ihany, fa ny ady amin’ny fitiavantenantsika mbola ho ela. Toa sarotra amintsika ny hiray fo, hifampitsinjo, mba hijery ny hafa fa ny tenantsika aloha. Mila miezaka ihany koa ny fanjakana amin’ny serasera sy ny fampitoniana vahoaka. Mba olona tena eken’ny olona teny sy azony antoka, ary tsy vao mainka hanome fahasorenana azy. Tena sarotra mantsy ny toe-draharaha, manomboka romodromotra ny olona,… Ny hisavorovoroan-kilantoana anefa, ka ny hirariana dia hivoaka tsy ho ela ao anatin’izao sedra izao isika.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

SAROM-BAVA VITA AMIN’NY LAMBA 300 isa isan’andro ny kaomandy azon’ireo mpivarotra

Nihazakazahana sy nifanotofana ny toeram-pivarotam-panafody sy ireo kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro ny faran’ny herinandro teo. Toraka izany koa ny sarom-bava izay efa tafakatra 15.000 Ar ny.

Betsaka ireo tsy nahatakatra io fiakaram-bidy io noho izany ka nitady hevitra. Efa nanita-tsaina sy nanodina vola ho amin’izany ihany koa ireo mpivarotra zaitra tsena eny Andravoahangy ka nanjaitra sarom-bava vita amin’ny lamba. 1500 Ar monja ny iray tamin’izany ka nihazakazahan’ny rehetra. 300 isa isan’andro nanomboka ny Sabotsy teo ny kaomandy azon’ny mpivarotra iray, ka tsy nanao afa-tsy io asa io izy ireo ho fanomezana fahafaham-po ny mpanjifa. Na izany aza dia ireo olona manana fari-piainana antonony ny ankamaroan’ireo hita teny an-toerana raha tsy reraka ny nilahatra teny amin’ireo toerana mahazatra kosa ireo mpanam-bola. Anisan’ny tanjona amin’ny fanaovana sarom-bava moa ny hahafahana miaro ilay otrik’aretina tsy hiditra any amin’ny orona na ny vava, indrindra amin’ny toerana be olona

. Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Opération Smile 2020Natao ho an’ny mponina marefo

Rakotra fianakaviana marefo i Madagasikara indrindra manoloana izao areti-mandoza sy mandringana Coronavirus izao. Antony nanaovana ny Opération Smile andiany faha-13 natao tany amin’ny CHRR Hopitaly Atsimo Antsirabe.

Ny Fondation Telma no tompon’antoka ary manohana tanteraka ny asa ataon’ireo fikambanana izay miaro sy manampy ireo olona marefo. Mandritra ny 7 andro no nanaovana ity hetsika Opération smile ity tany Antsirabe ary nanaovana fandidiana maimaim-poana tamin’ireo olona sima sy manana ny tsy famatomombanana eo amin’ny tarehy. Tamin’ity hetsika ity dia miisa 14 ireo firenena nandray anjara ary 141 ireo marary nodidiana ka saika ireo mponina marefo ara-pivelomana no noraisina an-tanana.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana ny CoronavirusTafahoatra ny fifamonoan’ny samy malagasy

Tena hoe fifamonoana! Izay no azo ilazana ny zava-nitranga ny ampitson’ny kabarin’ny filoham-pirenena malagasy izay nahenoana fa efa tafiditra eto Madagasikara ny areti-mandripaka Coronavirus. Niakatra 50, 100, eny 1000%

mihitsy ny vidin’entana, indrindra moa, ireo entana heverin’ny rehetra ho isan’ireo akora hahafahana misoroka ity areti-mandripaka ity. 19.000 ariary ny kilaon’ny tongolo gasy, 3000 ariary ny kilaon’ny tongolo “oignons’’, 25.000 ariary ny kilaon’ny Sakamalao. Santionan’ny vidin’entana hita teny amin’iny tsenan’Andravoahangy sy Mahazo ary ny manodidina iny izany hatramin’ny harivan’ny sabotsy teo ho an’ny teto Antananarivo. Raha ny fitarainan’ireo mpanjifa dia raha 2000 ariary izany tamin’ny 7 ora maraina dia efa tody 10.000 ariary rehefa tonga ny tamin’ny 10 ora, izany hoe mbola tsy mitatao vovonana akory. Very tanteraka ao anatin’ny malagasy ny atao hoe voin-kafa mahatratra sy ny fifampitsinjovana. Tafahoatra ny fifamonoan’ny malagasy ary naman’ny mandrora mitsilany ihany anefa ireo mpivarotra faly manararaotra satria arakaraky ny fahavitsian’ireo olona afaka manjifa ara-dalana ny fisorohana ity areti-mandripaka ity no hampiparitaka vetivety io valan’aretina io ka sanatrian’izany handripaka antsika mianakavy eto. Mety tsy hanavotra akory iny volabe azo vetivety tamin’ny fanambakana sy fanararaotana iny no sady tsy afaka ho entina manaraka any am-pasana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Jean Edouard Rajaonarison« Tsy misy taranaka MDRM ireo mpitondra ankehitriny »

Nisy fomba fijery miisa 2 niavaka tsara ny fanazavana ny raharaha 29 martsa 1947, hoy ny mpampianatra mpikaroka momban’ny Haiolona politika na “Anthropologie politique”, Jean Edouard Rajaonarison.

 

Ny voalohany dia ny fanazavan’ny fitondran-janatany sy fitondram-panjakana izay maneho fa hetsiky ny tia tanindrazana, hono, io daty io. ny Otrikafo izay antoko politika tia tanindrazana tsy miankin-doha amin’ny any ivelany kosa dia maneho fa tsy hetsiky ny tia tanindrazana izany ny 29 martsa fa fomba nentina namotehana ny afom-pitiavan-tanindrazana teo amin’ny Malagasy. Ny fiandohan’ny volana aprily, ny 2,3,4 aprily tany ho any, dia niomana hanao kaongresy ny MDRM. Natahotra ny fitondran-janatany satria talohan’izay dia efa nahoraka ny hoe mitaky ny famerenana indray ny fahaleovantenany amin’ny alalan’ny MDRM ny Malagasy ka raha vita ve izany kaongresy izany tsy ho vao mainka ho ratsy ny tantara? Io no antony nanapoahan’ny fitondran-janatany ny 29 martsa 1947. Nanomboka teo dia tetiharana botom-bazaha hatrany no nitondra ny firenena. Tsy misy taranaky ny “mouvement démocratique pour la rénovation malgache” na MDRM fa taranaka PADESM nivadika PSD daholo. Tsy misy taranaka MDRM, hoy hatrany ity mpampianatra mpikaroka ity, na ireo mpitondra ankehitriny aza.  

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hery RajaonarimampianinaTsy tokony hitavozavoza ny mpitondra

Raisiko ho andraikitra ny mampahery anao sy ny manome torohevitra vitsivitsy hiatrehana izao zava-doza tsy roa aman-tany izao, hoy ny hafatry ny Filoha teo aloha Hery Rajaonarimampianina miantefa amin’ny Malaagsy.

 Mahery vaika sy mihazakazaka ity aretina ity. Noho izany, dia ny fandrasan’ny tsirairay ny andraikitra tandrify azy ihany no fiadiana voalohany handresena azy io. Fotoana tokony hisehoan’ny fahaiza-mitarika na « leadership » eo amin’ny fitondram-panjakana ny fotoana tahaka izao, ka handraisany fanapahan-kevitra haingana, tsy amin-tahotra, na fitavozavozana na fiambakavakana (en cohérence et en responsabilité) satria mihazakazaka ny fivoaran’io raha ny zavatra hita amin’ny tany maro no jerena. Ny tsy fandraisana fanapahan-kevitra haingana sy matotra dia miteraka fisavorovoroan’ny saim-bahoaka sy fikorontanan’ny fiarahamonina. Anjaran’ny mpitondra no manome toky ny vahoaka ao anatin’ny mangarahara ny fahampian’ny famatsiana ara-tsakafo, fanafody, ny filana andavanandro,… Tena antoka lehibe ho an’ny fitoniana ny mangaraharaha. Aoka tsy hisy feo na hevitra maro mifanipaka. Tsy fotoanan’ny fiarovan-tena izao na fanamaivanan-draharaha, na fanilihana andraikitra. Tsy fotoanan’ny fifanenjehana sy herisetra ihany koa. Mila arovana ireo sehatra sy orinasa miodina ao anatin’ny krizy : solika, herinaratra, sakafo,… Mila mangarahara amin’ny volam-panjakana atokana hampiasaina hiatrehana izao ady izao. Atsaharo na ampiatony ny fandaniana tsy mifanaraka amin’ny laharam-pahamehana. Miantso ny rehetra handray andraikitra sy hiray hina satria miatrika dy. Araho ny toromarika avy amin’ny fanjakana. Niantso fifanomezan-tànana ny Filoha teo aloha. Misy fiantraikany betsaka amin’ny toekarena io, ka mila mametraka paikady mazava ny mpitondra. Mitaintaina amin’ny fivelomany ny Malagasy. Misy fanapahan-kevitra tokony horaisina hanomezan-toky sy hanohanana ireo orinasa tsy miankina.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

AREMANiova endrika !

Tontosa soa ny zoma 20 martsa 2020 lasa teo ny Kongresy Nasionaly ny Antoko AREMA tao amin’ny FOFIKRI Ankadikely Ilafy, izay nandraisan’ireo mpikatroka manerana ny Nosy anjara. Solontena telo isaky ny distrika no nandrafitra ny lisitry ny mpizaika tamin’izany.

Tia Tanindranaza0 partages

Madagasikara anaty hamehanaTsy refesi-mandidy ny fanjakana

Tapaka nandritra ny filankevitry ny ministra sy taorian’ny fakan-kevitra nataon’ny Filoham-pirenena an’ireo Filohana Andrimpanjakana telo fa mipetraka eto Madagasikara ny « FAHAMEHANA ARA-PAHASALAMANA» (état d’urgence sanitaire),

 araka ny didim-panjakana ny didim-panjakana laharana faha 2020-359 tamin’ny 21 martsa 2020. Noho izany, mihatra eto i Madagasikara io « Fahamehana ara-pahasalamana » mandritra ny 15 andro noho ny antony ara- pahasalamana, nohon’ny fisian’ny toe-javatra goavana mampisahotaka ny fiainam-bahoaka, mba hampizotra ara-dalàna ny asan’ireo fahefam-panjakana. Mifehy ny fampiharana rehetra araky ny voafaritry ny fehezan-dalàna mahakasika ny Vanim-potoana Manokana (situation d’exception) mametra ny atao hoe Fahamehana. Araka izany, dia azon'ny Filohan'ny Repoblika hahetsika avy hatrany (réquisition d'office) ny sampan-draharaha rehetra amin'ireo sehatra maro, na miankina na tsy miankina amin'ny fanjakana: Ny dikan'izany dia raha misy ilaina amin’ireo sehatra ireo mandritra ny état d'urgence sanitaire dia tsy mila manao lalàna hafa intsony fa afaka manome baiko avy hatrany ny Filohan'ny Repoblika izay solon'ny Praiminisitra na ny mpikambana ao amin'ny governemanta tena arakaraky ny sehatra voakasika. Raha fehezina, dia afaka mandray fepetra manokana ka mametra ny fahafahana mivezivezy, ohatra, ny fanjakana rehefa nambara fa anaty “Etat d'urgence” ny firenena iray.Ohatra: afaka misava olona sy fiara amin'ny fotoana rehetra.Afaka misava toeram-pivarotana. Somary voafetra kokoa noho izany ny fahafahan'ny isam-batan'olona ary mitombo kokoa ny fahefan'ny fanjakana amin'ny olona sy ny zavatra rehetra mitoetra ao amin'ilay firenena. .Tsy maintsy misy fototra sy fiaingana araka ny lalàna ny zavatra rehetra ataon'ny fanjakana dia izay no nandraisany an'io hoe” Etat d'urgence sanitaire” io. Malalaka kokoa ny fiasany hahafahany misoroka ny loza, manenjika sy mifehy ireo mpanararaotra ary miaro sy manampy ny vahoaka...

Marigny A sy Tsirinasolo

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy mahazo mivoaka ny trano Tsy hisy taksibe miasa manomboka anio

Mijanona any an-trano avokoa ny rehetra. Misy fepetra maro tsy maintsy hapetraka. Mijanona tanteraka ny fitateram-bahoaka an-tanàn-dehibe (Taxi, taksibe,…) sy ireo mampifandray an’Antananarivo sy ny faritra, hoy ny filoham-pirenena Andry Rajoelina.

 

 Ny fitaterana entana irery ihany sisa afaka mandeha. Hapetraka ny “barriière sanitaire” manerana an’Antananarivo sy manerana ny Nosy. Ireo toeram-pivarotana ny entana andavanandro ihany no misokatra: super-marché, Grossites, epicérie, tsenam-pokontany (6 maraina -12 ora atoandro); Ny fivarotam-panafody, solika, banky dia misokatra. Mihantra ny tsy fahafaha-mivezivezy amin’ny alina amin’ny 8ora alina-5 ora maraina. Mikatona avokoa ny sampan-draharaham-panjakana ankoatra ny Fitsarana, fahasalamana filaminam-bahoaka. Ny Jirama, haino aman-jery, toeram-panaovan-gazety dia misokatra ihany koa. Anjaran’ny mpampiasa no mandrindra sy mametraka lamina ho an’ny orinasa tsy miankina hahafa-mandrindra azy manaraka ny lamina napetraka. Antananarivo, Analamanga ary toamasina aloha hatreto no mihantra ny fepetra, fa ho avy ny an’ny faritra, arakaraka ny zava-misy. Hiara-Hiasa sy mametraka amin’ny governora, prefe, ben’ny tanàna,… ny fanatanterahana izany.

 

Somary mampametra-panontaniana etsy andaniny ny mahakasika ireo mpiasan’ny hopitaly. Misy fepetra manokana raisin’ny fanjakana ve amin’ny fitaterana azy ireny? Manomboka maro mantsy izy ireo nametra-panontaniana taorian’ny fanambaran’ny filoha. Asa lehibe no miandry azy ireo eo anatrehan’ny zava-misy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Cristiano Ronaldo « CR7 »Mirotsaka miady amin’ny fihanaky ny coronavirus

Na dia tsy nanova ny hoteliny ho hopitaly handraisana an’ireo mitondra ny tsimokaretina coronavirus toa an-dry Gary Neville sy Ryan Giggs aza ilay kintan’ny kitra Paortigey,

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Moraingy nofoanana tao Toamasina“Aleo misoroka, toy izay mitsabo”

Nofoanana avokoa tahaka ny tany amin’ny faritra rehetra manerana ny Nosy ireo hetsika famoriam-bahoka saika notanterahina teto an-tananan’i Toamasina

Tia Tanindranaza0 partages

Atletisma tany TsiroanomandidyEfa vonombonona ny rehetra saika handray anjara

Efa vonombonona nanoloarana ny lapan’ny tanànan’i Tsiroanomandidy avokoa, nanomboka tamin’ny 6 ora maraina tamin’ny sabotsy 21 martsa 2020 lasa teo,

Tia Tanindranaza0 partages

Razanatovo Lucien RenéOlon-kendry, manaja fepetra ny mpankafy rugby

Olon-kendry mahay manaraka fepetra takiana aminy ny mpankafy ny lalao rugby Malagasy, hoy ny “Directeur de competition” ao amin’ny Rugby

Tia Tanindranaza0 partages

Orange Pro-League andro faha-1650 tapitrisa ar no lanin’ny CFEM

Betsaka ireo ekipa efa tonga tany amin’ny toerana saika hiatrehany ny andro faha-16 amin’ny fifaninanana baolina kitra “Orange Pro-League Malagasy”

Ino Vaovao0 partages

FIDIRAN’NY CORONAVIRUS : Manararaotra mampiakatra vidin-javatra ny mpivarotra ao Bazarikely Antsiranana

Raha ny taty an-drenivohi-paritra Diana no resahina dia efa  nikoropaka nivoaka naka vola ny ankamaroan’ny olona manana tahiry any amin’ny banky. Nanomboka ny alina taorian’ny fanambaràna, nitohy ny maraina izany dia nilaharana ny fakàna vola. Nilaharana ihany koa ny fividianana  fanampenam-bava teny amin’ny fivarotam-panafody.

Azo ambara araka izany fa ny hanangona sakafo no heverina fa nampikoropaka  ireo olona naka vola. Nanamarina izany ny fisian’ny olona maro tsy tahaka amin’ny andavanandro niantsena tao Bazarikely.

Nifandrombahan’ny olona ny fividianana ireo voamaina, indrindra ny tsaramaso. Tsy naharaka ny mpividy ny tsaramaso tao Bazarikely satria ahitana izay tsy nahazo satria lany tanteraka izany. Ankoatra izany ny fividianana koba na lafarinina, menaka, vary sy ny maro hafa.

Nandritra izany dia efa maro ny mpanararaotra nampiakatra ny vidin-javatra ireo mpivarotra, ka ny voasary makirana sy tongologasy ary ny sakamalao no tena nahitana fiakarany tampoka. Raha 100Ariary sy 200 Ariary ny toko iray tamin’ ny zoma 20 marsa, dia tafakatra ho 500Ariary na 1000Ariary ny singany iray amin’ny voasarimakirana nanomboka ny sabotsy 21 marsa, maraina. 

Nampihazakazaka ny maro ny fividianana izany satria voalaza fa anisany ho fiarovana amin’io aretina malaza ratsy eran-tany io ka nanararaotra ireo mpivarotra izany taty an-toerana.

Ahiana araka izany ny mety hampitohy ny fanararaotana ataon’ireo mpivarotra hampiakatra ny vidin-javatra, ka ilaina fandraisana andraikitra ataon’ireo tompon’ andraikitra tandrify izany aty an-toerana. Tamin’ny fandalovanay tao Bazarikely tamin’io fotoana io dia mbola tsy nahitana mpanara-maso tahaka izay hita tao an-drenivohitra ny taty Antsiranana. Fantatra fa malalaka ara-barotra amin’ny fanaovana ny vidin-javatra ireo mpivarotra fa ilaina ny fandraisana andraikitra amin’ny fanaraha-maso ireo mpanararaotra, indrindra amin’ny vanim-potoana izay azo ambara fa sarotra ho an’ny vahoaka tsy an-kanavaka izao. Hatreto dia mbola tao Bazarikely ihany no nahitana mpanararaotra izany ka ilaina fanaraha-maso ihany koa ireny mpamongady ireny raha sanatria hanararaotra amin’ny fampiakarana ny vidin’entana ilaina amin’ny andavanandro, ka lasa ny vahoaka no misedra ny mafy. 

Manoloana ny fahafantarana fa efa misy olona mitondra ny tsimokaretina mandoza ity eto Madagasikara dia ilaina ny  fanarahana ny fepetra rehetra amin’ny antsipiriany noraisin’ny fitondram-panjakana ho fiarovana ny ain’ny Malagasy ary ho fifampiarovana amin’ny fampitana vaovao mahakasika izany.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

ARETINA « CORONAVIRUS » : Nohararaotin’ireo tsy mataho-tody ny mahazo ny Malagasy

Areti-mandoza  efa nahafaty  olona  maro toy ny   tao  Sina, Espana, Italia sy  ny maro hafa… ny Coronavirus. Mivarahontsana  tanteraka izao  tontolo izao,  tafiditra ao anatin’izany i Madagasikara ankehitriny. Olona miisa 03 izay  nahitana ny soritr’aretina   no nambaran’ny Filoham-pirenena  voalohany tamin’io fotoana io ka samy tokony  hitandrina avokoa ny tsirairay manomboka eto. Efa nivonona  tanteraka noho izany ny fanjakana  ary  efa nametraka ny paikady sy  fandaminana  rehetra handraisana ny marary.  

Eo koa ny fanidiana ny sisin-tany,  fanajanonana ny fampianarana, raràna ny  famoriam-bahoaka  na aiza na aiza, mihidy hatramin’ny  Fiangonana.  Mandritra ny 15 andro aloha ny  fepetra noraisina ka hita eo indray izay mety ho fivoarany. Miantso ny  Malagasy  rehetra ihany  koa ny Filoha mba samy ho tony  manoloana  ny toe-draharaha satria dia efa mitady ny vahaolana arak’izay  tratra izy ireo amin’izao fotoana izao. Maro anefa ireo vaovao miparitaka  vao mainka nampiteraka  ny savorovoron-tsaimbahoaka   saingy  tokana ihany   ny tokony harahin’ny vahoaka Malagasy  iray manontolo dia ireo toromarika  apetraky ny fitondram-panjakana. Ilaina  fitoniana ny fiatrehana izao aretina izao. 

Tsy  mitsahatra mampitandrina  sahady  ny olona milaza vaovao tsy marina, manakorontana  saim-bahoaka  hatrany   moa ny eo  anivon’ny mpitandro filaminana, manara-maso akaiky ny raharaha izy ireo.

Niaka-bidy avokoa ireo entana ilaina amin’ny fiainana andavanandro

Ny sabotsy  21 marsa lasa teo, nandeha nivoaka  ny trano  nanangona ireo entana tokony ho ilaina amin’ny fiainana andavanandro avokoa  ny ankabeazan’ny  mponina teto an-drenivohitra, eny  fa na hatrany amin’ny Faritra aza. Entin’ny tahotra loatra ny olona, hany ka nanao izay ho afany  nanangona izay azon’ny vola teny am-pelatanana aloha. Ny mampalahelo dia  ireo  tsy mba afaka manao izany  satria na ny sakafo hohanina anio aza efa mila tsy ho hita. Mbola tsy fantatra anefa  hatreto  izay mety  ho fivoaran’ny  fiparitahan’ny aretina. 

Etsy ankilany dia toa sahy  manararaotra izay tsy izy  mampiakatra ny vidin’entana ireo mpivarotra.  Tonga amin’ny fitenenana hoe «  manararao-paty, ny areti-mandoza efa mampihoron-doha, toa zaran’ireo tia kely  hamenoana ny paosiny   indray ny toe-java-misy  » . Maro  ireo nitaraina  kanefa tsy  afa-manoatra noho ny  tahotra diso  tafahoatra, eny fa na dia misy  aza ny laharana an-tariby  napetraky ny  eo anivon’ny Minisiteran’ny varotra  sy  ny Indostria azo antsoina  raha sendra  ka mahita tranga fanararaotana mahazo ny mpividy dia  maro no tsy nahavita niantso ny laharana intsony  fa dia  nanaiky ny fanararaotana natao  azy ireo. 

Teto  Antananarivo, toy ny teny amin’ny tsenan’Andravoahangy sy tsenan’Anosibe , Ambohipo sy ny hafa izao  dia  niakatra avo roa heny  ka hatramin’ ny dimy heny any ho any  mihitsy  ny vidin’entana  nandritra io sabotsy  tontolo io, nifanitsa-kitro ny olona, nilaharana  hatramin’ ny  lasantsy  mihitsy  aza, nisy mantsy ireo nikasa ny hody  any  ambanivohitra  ary  maro  no efa  lasa nifindra monina. Tranga hita teny ho eny  ny fahamaroan’ny  olona handeha hody  teny  amin’ny toby fiantsonana Andohatapenaka sy ny teny  amin’ny Fasan’ny karàna iny faran’ny  herinandro lasa teo iny hatrany.

Tsy taka-bidy intsony ny sakamalao, tongologasy, voasary makirana…

Nidangana izay  tsy izy, saro-tadiavina toy ny volamena mihitsy   teto ny  sakamalao, tongologasy, voasary makirana. Nampiakatra ny vidin’izany  daholo noho izany ireo mpivarotra manerana  an’i Madagasikara fa toa hoe  : «     miaro sy misoroka  ity areti-mandoza ity ny  fihinanana azy ireo  isan’andro, hany  ka dia  nikasa ny hanangona izany avokoa Ramalagasy  kanefa ny mpanararaotra nanao ny nataony ihany  eo  anatrehan’ny raharaha ». Lasa 15000 Ariary ny kilaon’ny voasary makirana   raha toa ka roa arivo ariray  ny kilao  teo aloha teo, arivo Ariary  be izao ny singany. 

Niakatra roa arivo sy iray  alina Ariary  ny  kilaon’ ny sakamalao raha toa ka  efatra arivo Ariary ny  kilao teo aloha, roa alina Ariary kosa  ny kilaon’ny  tongologasy raha valo arivo Ariary  izany teo aloha. Ny vary  efa tsy nahitana firy intsony  teny amin’ny mpamongady. Betsaka araka izany  ireo nimenomenona eo anatrehan’ny tranga satria dia toa sahy tsy mifampitsinjo intsony ny Malagasy nefa ao anatin’ny ady sarotra no lalovan’ny  Firenena.

Nilaharana izay tsy izy ny fivarotam-panafody

Tranga hita  nandritra iny  faran’ny  herinandro teo iny ihany koa  ny  filaharam-be teny anivon’ny  fiavarotam-panafody maromaro teto an-drenivohitra sy ny  manodidina. Ny vitamine C sy  fanampenam-bava  ary  koa   fanasan-tanana no tena be mpitady   nilaharana tamin’io fotoana io. Ao anefa ireo   fiavarotam-panafody  nilaza fa tsy  manana intsony  ny ankabeazany, ny  vidiny rahateo koa efa niakatra  tsy  hay vidiana sady tsy takatry ny  besinimaro  intsony. Nisy tamin’ireo tokantrano  sasantsasany  moa  no tonga dia nisafidy   nanamboatra  ny fanampenam-bava rehefa tsy  nahita intsony.

Ino Vaovao0 partages

FIATREHANA NY “CORONAVIRUS” : Mihatra ny hamehana ara-pahasalamana ho an’i Madagasikara

Taorian’izay navoaka ofisialy tao anatin’ny tatitry ny filan-kevitry ny Minisitra manokana izay natao ny 21 marsa lasa teo fa mipetraka eto amin’ny tanin’ny Repoblikan’i Madagasikara ny fahamehana ara-pahasalamana na ny “état d’urgence sanitaire” nanomboka ny sabotsy 21 marsa 2020 ary mihatra avy hatrany izany mandritra ny 15 andro. Noraisina izany noho ny antony ara-pahasalamana noho ny fisian’ny toe-javatra goavana mampisahotaka ny fiainam-bahoaka, mba hampizotra ara-dalàna ny asan’ireo andrim-panjakana. Misy ireo didim-panjakana noraisina mifandraika amin’izay voalazan’ny Lalàmpanorenana noentina namaritra an’io fanapahan-kevitra io. 

Didim-panjakana izay mifehy ny fampiharana rehetra araka ny voafaritry ny fehezan-dalàna mahakasika ny vanim-potoana manokana na “situation d’exception”. Ho fampiharana ny andininy faja-18 ao amin’ny lalàna faha 91-011 tamin’ny 18 jolay 1991 mikasika ny vanim-potoana manokana izay mamaritra ny fahefan’ny Filoham-pirenena amin’ny fampiharana ny fanaraha-maso ny fivezivezen’ ny olona sy ny fiara, ny fanaraha-maso ny famatsiana rehetra ary ny fanaraha-maso ny fitaovam-piadiana dia natolotra ny Praiminisitra ny fanatanterahana izany. 

Nofaritana tao anatin’ny tatitr’ity filan-kevitry ny Minisitra manokana ity ireo Minisitra sy Minisitera voakasika manokana ao anatin’izao hamehana atrehin’i Madagasikara izao. Marihina fa efa anisany ireo fepetra noraisina mifandraika amin’izany toy ny fampiatoana an’ireo fivavahana isan-tokony any amin’ireo trano fiangonana na trano fivoriana samihafa, ny fanakatonana ny trano fianarana sy ny fanafoanana an’ireo kazaram-pivoriana maro samy hafa.

Ny Fanoratana

La Vérité0 partages

Transaction - Les paiements via « mobile money » recommandés

Dans un pays ou le paiement en liquide occupe la majorité des transactions, il est maintenant temps de tirer profit de la digitalisation. 41 % des Malagasy possèdent actuellement une porte-monnaie électronique, selon la Banque mondiale. Etant donné que la Capitale se trouve dans un période de confinement pendant quinze jours, les secteurs vitaux comme les pharmacies, les stations d’essence, les banques, la compagnie d’eau et d’electricité restent à la disposition de la population. Afin de limiter les interactions avec les autres, le paiement électronique est vivement recommandé. Comme le cas de Banque malgache de l’océan Indien (BMOI), l’institution financière recommande à ses clients de faire usage de son service de banque à distance et encourage l’utilisation des cartes bancaires pour effectuer des paiements, ainsi que les Guichets automatiques de banque pour les retraits d’espèces. On peut en faire de même pour le paiement des factures de la JIRAMA. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le risque d'être infecté par le Covid 12 en touchant des pièces de monnaie, billets de banque ou cartes de crédit est très faible. Toutefois, personne ne peut dire qu’il n’y a aucun risque. « Quand on manipule des argents liquides et effectue une transaction sur le marché, on interagit avec une autre personne. Pourtant, on ignore si la personne qui a utilisé l’argent est contaminée ou non. Il est donc possible de contracter le virus lors de l’échange », explique un docteur. Les autres pays du monde ont quand même pris des mesures drastiques en matière de circulation des billets. En Chine, les billets venant de Wuhan, le foyer de coronavirus, ont été détruits. Aux Etats-Unis, les monnaies fiduciaires en provenance d’Asie sont mises en quarantaine. Quant à la Corée du Sud, le pays a complètement arrêté la circulation des billets pendant deux semaines. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Arrêt des transports en commun - Aucune tolérance, place à la sanction !

Les éléments de la Police nationale sont fermes quant à l’application de la loi, face à la menace de propagation du coronavirus dans la Capitale. Après la déclaration du Président de la République, Andry Rajoelina, lundi dernier, sur l’arrêt des transports en commun, c’est à dire les coopératives desservant la zone urbaine et suburbaine, les taxis-brousse reliant Analamanga et les autres Régions, des « taxi-be » et taxis-ville ont encore poursuivi leurs activités et transporté des passagers dans la matinée d’hier. Sur ce, les Forces de l’ordre ont été intransigeantes et ont retiré la licence de ces véhicules. Comme d’habitude, certains transporteurs ne respectent pas les mesures prises. Face à cette situation, le responsable au sein de la Police nationale a affirmé que des sanctions seront infligées aux transporteurs indisciplinés. Dans les gares routières, des passagers espèrent encore trouver des taxi-brousses pour atteindre d’autres Régions, mais en vain. Pour rappel, seuls les véhicules de transport des marchandises peuvent encore poursuivre leurs activités. Anatra R.

La Vérité0 partages

Confinement - Les mesures diffèrent selon les entreprises

Les opérateurs ne sont pas sur la même longueur d’onde. Après l’annonce du confinement fait par le Président de la République, Andry Rajoelina, dans la nuit du dimanche dernier, tous les employés du secteur public ont cessé toute activité, sauf ceux œuvrant dans le domaine de la santé et celui de la communication, sans oublier les Forces de l’ordre. Pour le secteur privé, les entreprises sont loin de s’être mis d’accord. En effet, les mesures prises diffèrent en fonction du domaine d’activité. A titre d’exemple, une entreprise spécialisée dans le traitement des données informatiques a déjà pris les devants depuis plus d’une semaine. « Nous avons notamment organisé des essais afin de voir la possibilité pour nos collaborateurs de travailler chez eux, en cas de confinement. Dans ce contexte, nous leur avons donc fournis les conditions nécessaires pour qu’ils puissent effectuer leur travail à distance. Actuellement, nos activités ne seront donc pas ralenties et continueront tout au long des prochains jours », a expliqué un employeur. Afin d’éviter des déplacements inutiles, d’autres chefs d’entreprise ont avisé leurs employés dès que l’intervention du Président de la République a pris fin. Pour les entreprises moins prévenantes, les employés sont notamment tous venus au travail pour recevoir des consignes et rentrer tous chez eux après.Toutefois, des employés se plaignent de la non-prise de conscience de certaines sociétés. « Nous avons été tous convoqués au bureau dès 9h du matin, et ce, hormis les problèmes de transport. Une fois arrivés, les responsables nous ont distribué des protections pour nos casques de travail, et c’est tout. Aucune mesure de prévention ou de protection des employés n’a été mise en place », déplore un jeune employé travaillant du côté de Tanjombato. Et ce n’est pas un cas isolé. Pour prévenir toute propagation, des visites de contrôle devraient aussi être faites au niveau des entreprises, contraintes de fonctionner malgré la mesure de confinement, afin de voir si elles ont adopté les dispositions nécessaires et requises. Rova Randria

La Vérité0 partages

Antananarivo - Non respect de la mesure de confinement

Intraitables. Est-ce le mot « confinement » qui n’est pas compris par la société malagasy ou c’est la mentalité qui doit être à revoir, même par rapport à ce réel danger qui sévit actuellement à Madagascar. Durant la journée d’hier, la population tananarivienne a adopté les mêmes comportements qu’en jour normal. Le message clair du Président de la République de n’envoyer qu’une personne à la fois afin de faire les courses n’a pas été suivi. Outre ceux qui doivent rejoindre leur lieu de travail, des gens pressés ont envahi les trottoirs, sans respecter la distance d’un mètre entre deux personnes. Les  marchés ont été toujours animés avec beaucoup plus de clients. De longues files d’attente ont été aussi aperçues au niveau des pharmacies et des agences JIRAMA. Quelques passants ayant accepté de discuter ont avancé des cas de nécessité. Pour Sitraka N., c’est le moment propice pour lui de se rendre chez une connaissance pour prendre des matériels indispensables à son petit boulot, étant donné que son principal travail est affecté par cette pandémie de Covid-19. « Même en parcourant à pied le trajet 67ha - Ivandry, je vais essayer de revenir avant midi pour ne pas paraître indiscipliné même si je le suis déjà. Il faut bien survire ! », a-t-il souligné. Quant à un père de famille présent à une agence de la JIRAMA, il n’a pas voulu sortir mais des problèmes doivent être résolus avant que la situation ne se dégrade. « La JIRAMA va couper notre électricité si je m’y rends pas personnellement  pour régler des impayés » a-t-il déclaré. En outre, l’organisation du « Tsena mora » n’a pas facilité l’application des mesures. Du côté de l’Ecole primaire publique d’Andavamamba, une cinquantaine de mères de famille se sont bousculées devant le portail dudit établissement scolaire pour se procurer de PPN, sans se soucier de la transmission d’un virus quelconque. « C’est l’occasion ou jamais de faire des provisions comme les personnes fortunées lors du week-end dernier. Et il faut s’entremêler pour disposer d’un sac rempli puisque nous n’avons pas les moyens de faire des achats dans des grandes surfaces. Avant ce coronavirus, il est encore question de survivre. Il faut bien que mes enfants soient bien nourris pour combattre cette pandémie », avance Natacha, mère de 4 enfants habitant à Andavamamba Ambilanibe. K.R.

La Vérité0 partages

Incendie au pavillon d’Analakely - Plus de 80 millions d’ariary de perte

Le secteur des pavillons d’Analakely a été le théâtre d’un incendie vers 11h du matin, hier. Là, c’est le box n° 82 servant de boutique d’articles de mode qui a ainsi pris feu. En quelques minutes d’un feu intense, le petit local ainsi que toutes les marchandises qui se trouvaient à l’intérieur, ont été réduits en cendres. Outre la destruction totale de l’intérieur du petit réduit d’une surface d’à peine quelques mètres carrés, chaussures et habillements importés, etc., ont également péri. D’après notre interlocuteur, les dégâts sont estimés à plus de 80 millions  d’ariary, le pavillon compris. Toutefois, l’on ne déplore aucune victime. Notons que le sinistre s’est produit pendant l’absence du propriétaire, confinement pour cause de Covid-19 oblige ! Heureusement, les quelques personnes présentes sur place ont tenté de circonscrire les flammes avec les moyens du bord. Ils ont également essayé d’évacuer une partie des marchandises. Ce sont également eux qui ont alerté les sapeurs-pompiers.  « Si les  soldats de feu étaient arrivés un peu plus tôt, les choses n’en seraient pas arrivées là ! Nous  n’avons pu pratiquement rien faire pour sauver, ni le local, ni les marchandises », commente l’un des témoins rencontrés sur les lieux. Seule consolation, les flammes ont pu être quand même maîtrisées à temps et elles ne s’étaient pas étendues sur les autres pavillons.Pour le moment, la cause du sinistre n’a pas été encore élucidée. Le seul élément qui a filtré de l’affaire, c’est qu’un problème au niveau des installations électriques du secteur,  visiblement trop précaires et vétustes, serait au moins une explication. Le pavillon a donc subi les contre-coups  de cette précarité. « Le box ne dispose d’aucun  équipement électrique car il n’est même pas électrifié », explique-t-il encore. Mais comment donc le feu a-t-il pu se produire et ravager ainsi le pavillon 182 ?  D’après d’autres   témoins, la réponse est à situer à  la ligne de haute tension qui traverse sa toiture mais aussi celles des pavillons voisins. « C’était arrivé très vite. Nous avons entendu de  sinistres  crépitements.  C’était le signe  avant-coureur. Quelques secondes après,  la fumée et les flammes ont  déjà dévasté le 182 », relate une négociante de produits de première nécessite opérant sur les lieux.Quelques semaines auparavant, un autre incendie a manqué de dévaster complètement une récente boutique de l’Esplanade,  située  à quelques pas des pavillons,  vieux de plus de 80 ans. Là aussi, un problème au niveau de l’électricité, a été pointé  du doigt. Cette succession  de sinistres observée à l’endroit, prouve que le tout le système d’électrification du secteur entier, mérite d’être révisé totalement sous peine de voir une catastrophe se produire de nouveau.Franck R.

La Vérité0 partages

Dépistage du Covid-19 - Des passagers sur Air Madagascar recherchés

Après la déclaration du Président de la République de retracer les passagers ayant débarqué à Madagascar depuis le 7 mars et venant d’Europe, c’est le branle-bas de combat pour retrouver certains d’entre eux. Un avis est lancé hier à travers les chaînes publiques et les sites de certains ministères pour que ces passagers se manifestent auprès des autorités. Cinq parmi les 22 personnes annoncées sur la liste ont de suite pris contact avec les responsables tandis que les autres restent encore, du moins à l’heure où nous mettons sous presse, à rechercher.Il s’agit de :    •    Halier Jean François    •    Ahmed Ahmed Aly    •    Rasoarimalala    •    Rasoarimalala Evelyne    •    Noguer Jaine    •    Benjanon Vainchten    •    Duman Patricia Chantal    •    Duman Claude Emile    •    Beria Henri    •    Allano Aurore Mahery Marion    •    Leante Bazatry Clairette    •    Rakotoarimino Sherridan    •    Kessaria Novraly    •    Abassbay Ep Illessaria Fatema    •    Karim Salime Nazaraly    •    Rasoanambinina Baovola    •    Karim Salime Nazaraly

La Vérité0 partages

Liste électorale et Covid-19 - Halte à la manipulation de l’opinion publique

En mal d’arguments, les ténors de l’opposition se sont mis ces derniers temps à surfer  deux sujets à polémique - à savoir les anomalies sur la liste électorale et les mesures étatiques face à la pandémie du Covid-19 - pour manipuler l’opinion publique et diaboliser le pouvoir en place. Et dans ce cadre, « mody adala » (faire semblant d’être un fou, traduction libre) est la stratégie adoptée, laquelle consiste à ignorer les mises au point apportées par les responsables concernés ou à faire semblant de ne pas réaliser les nuances de certaines situations.

Restant sourd comme un pot face aux explications fournies ultérieurement par l’ancien vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo, celui dont la déclaration est la source de la controverse sur les pseudos 1 162 000 électeurs doublons sur la liste électorale, un ténor de l’Opposition ne veut rien entendre pour continuer à claironner sur les ondes que l’ex-n° 2 d’Alarobia aurait révélé l’existence de doublons sur la liste électorale utilisée durant les trois dernières élections dans le pays.Il est hors de question de penser que l’opposant en question n’ait pas saisi la différence entre doublon de numéro de carte d’identité (CIN) sur la liste électorale et électeur-doublon. Dans le premier cas, il s’agit de deux personnes différentes qui n’ont qu’un seul point commun dans le registre électoral, à savoir le numéro de CIN et dans le second, d’une seule et même personne dont le nom revient deux fois, toujours dans le registre électoral. Or, c’est le premier cas qui a été révélé par Thierry Rakotonarivo dans sa première déclaration et celui-ci, relayé par la suite par le président de la CENI, en a fait publiquement la précision ultérieurement. Dans ces conditions, persister à faire croire au citoyen lambda que le vice-président démissionnaire de la CENI aurait avoué l’existence de 1 162 000 électeurs-doublons lors des dernières élections relève d’une mauvaise foi pure et simple et d’une volonté manifeste de manipuler l’opinion publique.Invités dernièrement par la CENI pour une séance d’explication et de questions/réponses sur le sujet, les candidats malheureux réclamant l’annulation des dernières élections et la tenue de nouveaux scrutins ont pointé aux abonnés absents et ont déclaré que jusqu’au bout, ils s’en tiendront à leur (fausse) interprétation de la déclaration de Thierry Rakotonarivo, malgré le démenti apporté par celui-ci. Jouer les crétinsLa gestion de la crise sanitaire engendrée par la pandémie du coronavirus a aussi été saisie par l’Opposition pour tenter d’ébranler le régime en place. Les décisions successives prises par les pouvoirs publics, quelles qu’elles soient, sont systématiquement critiquées et ce, bien même qu’elles répondent à l’impératif du moment. Et dans ce cadre également, les adversaires du régime font semblant de ne pas comprendre certaines nuances des situations qui se présentent pour diaboliser les autorités concernées auprès de l’opinion publique. L’objectif, en jouant les crétins dans les déclarations en direction du grand public, est seulement de l’induire en erreur.La dernière roublardise en date de l’Opposition concerne le vrai-faux démenti que l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) aurait apporté à la déclaration de la ministre de la Communication, Lalatiana Andriatongarivo, déclaration selon laquelle seul ce laboratoire est habilité à faire les tests sur le Covid-19. Sautant comme un rapace sur leur proie suite à une affichette placardée dans les locaux de l’IPM mentionnant que ce dernier ne fait pas les tests sus-cités, les opposants se sont mis à jubiler sur ce soi-disant flagrant-délit de mensonge auquel se serait livrée la porte-parole du Gouvernement. Beaucoup auront cependant compris que l’affichette de l’IPM en question s’adresse aux particuliers qui le sollicitent directement, sans passer par les unités sanitaires étatiques dédiées au Covid-19 (dont le CHU d’Anosiala). Les communiqués officiels destinés au grand public confirment bel et bien que c’est l’IPM qui effectue les tests de confirmation des cas suspects, mais uniquement sur demande officielle.La Rédaction

La Vérité0 partages

Justice - L’activité des Tribunaux réduite à l’essentiel

Le ministère de la Justice fait une application stricte de la situation d’urgence sanitaire. Le ministre de la Justice et garde des sceaux Andriamahefarivo Johnny Richard a pris des mesures drastiques. La Justice tournera au ralenti pendant les 15 jours de situation d’exception.La présence du coronavirus dans le pays assène un coup dur pour l’Administration publique. La Justice n’échappe à cette situation. La lutte contre la propagation de ce virus étant une affaire de tous, le ministre de la Justice a pris des mesures drastiques à cet effet. Des mesures qui font que ce secteur tournera au ralenti pendant la durée de la situation d’exception. Aussi, les Tribunaux ralentiront leur rythme. Les affaires correctionnelles et civiles, les instructions tournent presque au ralenti, tout comme le ministère public.La Chambre de détention préventive, la Cour d’appel, le Pôle anti-corruption, la Cour de cassation, les Tribunaux administratifs, le Conseil d’Etat, les Tribunaux financiers et la Cour des comptes poursuivent les affaires courantes. Les audiences publiques sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. Par contre, certaines juridictions peuvent faire des audiences à huis clos. Dans tous les cas, même si la Justice ralentit sa vitesse, les agents sont incités à faire preuve de prudence et à se protéger, tout en protégeant les autres.Détenus presque isolésLa mesure prise par le ministre de la Justice touche également les détenus. Aussi, ils sont presque isolés afin que le coronavirus n’atteigne pas les prisons déjà bondées. Le but étant d’empêcher coûte que coûte que le virus infecte les prisonniers. Il fut un temps en effet où la tuberculose a sévit dans les prisons. La présence du coronavirus dans les maisons carcérales serait difficile à endiguer. Les visites des prisonniers sont donc suspendues, et ce jusqu’à nouvel ordre. Mais les familles de détenus ou de prisonniers peuvent toujours apporter des nourritures. Les nouveaux détenus ou prisonniers font l’objet d’un contrôle sanitaire strict avant qu’ils entrent dans la prison. D’autres mesures concernant les détenus et prisonniers ont également été prises par le ministre de la Justice. Les évacuations sanitaires sont suspendues tout comme les demandes d’escorte.Concours ENAP reportéLe concours d’entrée à l’Ecole nationale de l’Administration pénitentiaire (ENAP) a été reporté, d’après le ministre de la Justice. Normalement, ce concours devrait se dérouler les 3, 4 et 5 avril prochain. Il est donc reporté à une date ultérieure. Les candidats à ce concours doivent donc prendre leur mal en patience jusqu’à la levée de la situation d’exception. Ce qui leur donnera un peu de temps pour réviser les matières à concourir. Outre le report du concours à l’ENAP, le ministre de la Justice a également suspendu les cours et formations au sein de l’Ecole nationale de magistrature et des greffes (ENMG). La formation des élèves magistrats et élèves greffiers est ainsi suspendue. Ce qui entrainera un retard pour la fin de formation et la prise de fonction de ces futurs commis de l’Etat.En général, les affaires courantes seront traitées au sein du ministère de la Justice. Les agents et les usagers dudit ministère feront l’objet d’un contrôle de température obligatoire. Le port de masque est également encouragé pour ne pas éventuellement contaminer les autres.

La Vérité0 partages

Menace du coronavirus - Des Malagasy dansent avec le diable !

Une audace inquiétante. Tel pourrait-on qualifier l’attitude d’un grand nombre de citoyens malgré la menace du coronavirus qui constitue pourtant un danger sanitaire bel et bien présent à Madagascar. Avant-hier dans la soirée, les consignes du Président de la République, Andry Rajoelina ont été claires et fermes : il faut limiter voire annuler toutes formes de circulation de personnes et de véhicules dans la rue. « Tout le monde doit rester chez lui », a ordonné le Chef de l’Etat. Une recommandation qui traduit concrètement  l’application d’un confinement en vue de limiter la propagation du Covid-19. Malgré tout, certains individus qui ne semblent pas encore conscients de la situation osent encore braver les interdictions pour « danser avec le diable ».En effet, la cessation de travail des « taxi-be » n’a pas empêché l’affluence de piétons dans les rues durant la matinée d’hier. Pire, aucune mesure de protection n’a été suivie, à savoir le respect de la distance d’un mètre, entre autres. Certains se sont contentés de porter une cache-bouche tout en poursuivant leurs activités quotidiennes. Pourtant, selon les recommandations des médecins, il est nécessaire de remplacer ces masques au moins toutes les deux heures pour éviter d’attraper d’autres bactéries, outre le risque de transmission du virus. Malgré l’interdiction d’opérer, des taxis circulaient encore dans la journée d’hier.Menace de sanctionsIl faut savoir que Madagascar n’est pas le seul pays du monde à appliquer les mesures de confinement. Les mêmes dispositions sont déjà appliquées dans d’autres pays comme l’Italie, les Etats-Unis, la France où le nombre de morts dépassent la centaine tous les jours. Il en est de même pour nos voisins des îles de l’océan Indien comme l’île Maurice et La Réunion. Les mesures sont respectées par une grande partie de la population en dépit de quelques récalcitrants. Dans l’hexagone, certains membres du personnel médical n’ont pas hésité à montrer des images chocs de patients au bord de l’agonie afin d’interpeller leurs compatriotes à rester à la maison pour ne pas attraper le virus.A Madagascar, le laisser-aller semble encore gagner du terrain. Il ne faudrait pourtant pas attendre qu’un ou des décès soient déclarés pour respecter les consignes de confinement. Les autorités malagasy ont déjà évoqué l’exemple chinois qui a combiné civisme et discipline afin de vaincre le coronavirus.Au vu de la situation actuelle, l’Etat devra encore monter de plusieurs crans en terme de renforcement de la discipline, quitte à recourir à des forces ou des pressions militaires pour dissuader voire sanctionner les indisciplinés.5 nouveaux cas enregistrésLe nombre de cas de coronavirus à Madagascar augmente. Cinq nouveaux cas ont été recensés. L’annonce a été faite par le Président Andry Rajoelina, hier à 20 heures sur le plateau de la TVM. Le nombre de cas avérés sur le territoire se porte désormais à 17 au total. Cependant, aucun décès n’a été enregistré, précise-t-il. L’état de santé de ces personnes fait l’objet d’un suivi. Le Président de la République indique que ces personnes contaminées ont voyagé à bord du même avion en provenance de France. Et lui de poursuivre en indiquant que les passagers de ce même vol feront l’objet d’un nouveau dépistage. Il appelle à cette occasion toutes les personnes qui sont arrivés sur le territoire national récemment à respecter les engagements d’auto-confinement. En parlant de la décision de confinement qui concerne Antananarivo et Toamasina, le Chef de l’Etat affirme que la décision a été suivie par 80 à 90 % de la population. Un suivi particulier sera accordé aux 10 % restants, assure-t-il, appelant tout le monde à respecter les mesures prises. Le Président soutient que la lutte contre le Covid-19 passe d’abord par la discipline personnelle.Sur un autre sujet, réagissant notamment aux incompréhensions relatives à la décision étatique de ne pas forcer les entreprises privées à fermer leurs portes, Andry Rajoelina répond que le pays se trouve encore au stade 1 de la pandémie. C’est toujours dans cet objectif que les « Tsena mora » ont été mis en place et que l’Etat va procéder à la fixation des prix au niveau des grossistes. Un suivi sera effectué par le ministère de tutelle et les Communes.La Rédaction

La Vérité0 partages

Mamory Ivato - Le Centre opérationnel Covid-19 inauguré

Le Centre opérationnel Covid 19, sis dans l’enceinte du « Mining Business Center » à Mamory Ivato, a été inauguré hier dans la matinée par le Président de la République, Andry Rajoelina. Ce sera le centre névralgique des opérations destinées à lutter contre la propagation du coronavirus à Madagascar. Présidé par le ministre de l’intérieur et vice-présidé par le ministre de la Santé, ce centre - composé notamment de 12 ministères, du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes, de la Présidence et de la Primature - comprendra 5 cellules : informations, conduite, logistique, anticipation (manœuvres futures), communication. Ce centre de commandement sera également chargé de distiller les informations officielles et complètes sur la lutte contre la pandémie. Un point de situation sera émis depuis ce centre à partir de 13 heures chaque jour. Les déclarations quotidiennes du Président de la République à 20 heures, sur la TVM et la RNM, partiront également de ce lieu. Deux émissions que tous les médias de la Grande île sont tenus de retransmettre, dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire en place dans le pays. Il a par ailleurs été annoncé durant l’inauguration que les sanctions contre ceux qui diffusaient des fausses nouvelles seraient renforcées. Ce centre a par ailleurs appelé au respect des mesures édictées par le Gouvernement. Le centre est doté de 70 véhicules équipés de GPS déployés dans le cadre du suivi de l’état de santé et du respect des consignes de mise en confinement de la part des passagers ayant débarqué dans la Grande île récemment. Le centre opérationnel Covid-19 mobilise 1 410 médecins et 1 381 paramédicaux, et dispose de 11 ambulances et de 6 cliniques mobiles.La Rédaction

Madagate0 partages

Andry Rajoelina, 22.03.2020. Niampy olona 9 vaovao indray no mitondra ny Covid-19 eto Madagasikara

Ry Malagay mpiray tanindrazana,

Tompokolahy sy Tompokovavy.

 

Raha toa ka tamin'ny valo ora no notondroina fa hitafa aminao ry Malagasy namanako, dia amin'izao ora izao (23h15) vao afaka manao izany. Ny antony dia mbola niandry ireo antontan'isa farany izay avy any amin'ny Institut Pasteur sy ireo tompon'andraikitra eo anivon'ny Ministeran'ny Fahasalamana. Koa manoloanan'ny fivoaran'ny toe-draharaha mikasika ny coronavirus eto amin'ny firenena, dia nandray y Filoham-piangonana rehetra aho, ao anatin'ny Fiombonam-ben'ny Fiangonana Kristianina eto Mafagasikara ny tenako omaly. Ary nihaona ihany koa tamin'ireo lehiben'ny andrim-panjakana izay mandrafitra ireo andrim-panjakana eto amin'ny Firenena. Ary nizara ny mikasika ny fivoaran'ny coronavirus eto amin'nyFirenena ny tenako.

 

Rehefa nifampizara ny zava-misy tamin'ireo Filoham-piangonana ao anatin'ny FFKM ny tenako, dia nanapak'hevitra izy ireo fa hanidy ny fiangonana rehetra manerana ny Nosy; ary rehefa ihany koa niantso sy naka ny hevitry ny Filohan'ny Antenimieran-doholona, ny Filohan'ny Antenimierampirenena sy ny Filohan'ny Fitsarana avo momban'ny Lalampanorenana ny tenako omaly, dia nanambara amintsika vahoaka malagasy fa noraisiko ny fanapahan-kevitra mampiditra antsika ao anatina vanim-potoana manokana na ny situation d'exception nanomboka omaly hariva. Koa ambarako ampahibemaso ary fa ho apetraka ao anaty état d'urgence sanitaire ny Firenena malagasy.

 

Izany dia afahan-tsika mampihetsika avy hatrany ny sampan-draharaha rehetra amin'ireto sehatra izay tanisako aminao ireto na ny marimarina kokoa dia afaka manao ny réquisitions na amin'ireo sehatra miankina na tsy miankina amin'ny Fanjakana izany. Anisan'izany :

ny famatsian'entana;

ny rano sy ny angovo;

ny tobim-pahasalamana sy ny hopitaly;

ny fifandraisan-davitra na ny télécommunications;

ny haino aman-jery;

ny banky isan-karazany

ary tafiditra ao anatin'izany koa ny fanadiovana na ny service de voirie.

Ary indrindra indrindra ny fanahara-maso ny volam-panjakana;

ireo sampan-draharaha rehetra afahan-tsika miatrika izao vaninandro iatrehan-tsika ity valan'aretina ity izao.

 

Ry Malagasy mpiray tanindrazana.

Efa nilaza taminao aho fa ho atao mangarahara ny fampanfantarana ny fivoaran'ny toe-draharaha mahakasika ity coronavirus ity eto amin'ny tany sy ny firenena. Noho izany dia ny marina ihany, ny marina hatrany no tsy maintsy ho zaraina sy ho lazaina aminao ry vahoaka malagasy mpiray tanindrazana.

 

Koa raha tamin'ny zoma lasa teo, raha olona telo no voamarika fa nitondra ny tsimok'aretina coronavirus eto Madagasikara, dia anio alahady 22 marsa 2020 dia miampy olona sivy vaovao indray no voamariky ny Institut Pasteur fa mitondra ilay otrik'aretina coronavirus.

1. Koa ny iray amin'ireo olona ireo dia vehivavy malagasy, 61 taona, tonga tamin'ny alakamisy 19 marsa avy any Frantsa ary nandeha tamin'ny zotra Air France AF 934.

2. Ny olona faharoa amin'izy ireo dia mbola avy any Frantsa ihany koa, nandray ny zotra AF 934 ihany, ary vehivavy 58 taona.

3. Ny olona fahatelo dia lehilahy malagasy, 60 taona, tonga tamin'ny alakamisy 19 marsa avy any Frantsa ihany koa ary mbola nandray io zotra Air France AF 934.

4. Ny olona faha-efatra dia lehilahy teratany frantsay monina eto Madagasikara, 60 taona, ary mbola nandray ihany koa io zotra AF 934 io ihany koa.

5. Ny olona faha-dimy dia vehivavy malagasy, 54 taona, niaraka tamin'io zotra AF 934 io tamin'ny 17 marsa kosa.

6. Ny olona faha-enina dia lehilahy 55 taona, teratany gineana, fa monina sy miasa eto Madagasikara tonga tamin'ny vol AF 934 tamin'ny 19 marsa 2020.

7. Ny olona faha-fito dia Malagasy, vehivavy, 43 taona, tonga tamin'ny vol AF 934 ny 19 marsa 2020.

8. Ny faha-valo dia lehilahy 44 taona, tonga tamin'ny tamin'ny AF 934 ihany koa na ny Air France, tamin'ny 19 marsa 2020.

9. Ny olona faha-sivy farany dia 58 taona, mbola tonga tamin'ny AF na Air France izay mitondra ny laharana 934 tamin'ny 19 marsa 2020.

 

Noho izany amin'izao ora hitenenako izao, dia olona 12 no voan'ny valan'aretina coronavirus eto Madagasikara.

 

Efa voaray an-tànana tanteraka izy ireo ary efa harahi-maso tsy tapaka eny anivon'ny toeram-pitsaboana natokana ho an'izany, ary marihiko etoana fa tsy misy na dia olona iray aza namoy ny ainy amin'izao ora sy fotoana iresahan-tsika izao.

 

Izay ny nolazaiko hoe tokony hanome fampalalam-baovao ary tsy maintsy amin'ny fampalalam-baovao ofisialy tahaka ny fanambarana toa izao ihany, no vaovao mari-pototra, tsy afenina ary mangarahara hampitaina amin'ny vahoaka malagasy tsy vakivolo. Tsy mety ary aoka izay ny fampielezana vaovao tsy marina sy ny fampiorohoron-tsaina, indrindra fa ny saim-bahoaka izany.

 

Isika dia, tsara ho fantatrareo ry vahoaka malagasy, miara-miasa tanteraka amin'ny Institut Pasteur de Madagascar. Ary izanydia eo ambanin'ny fiahiana sy ny fanaraha-mason'ny OMS na ny Organisation mondiale de la Santé izay mijery, manaraka ny fivoarana sy ny fitiliana an'ity valan'aretina ity, tsy eto Madagasikara ihany fa manerana izao tontolo izao.

 

Marihiko fa tsisy zavatra afaka afenina mikasika ity valan'aretina ity satria avy any amin'ny Institut Pasteur avokoa ny valin'ny fitiliana rehetra ary izay dia taran-tsika ary arahin'ny OMS akaiky araka ny nambarako aminareo teo. Eto aho dia milaza aminareo fa misy ihany koa ireo olona manao ny fitokana-monina any amin'ny faritra toa ny any Antsirabe. Misy ihany koa ny any Mahajanga ka nazahoana ny valiny sy ny fanamarinana izay azon-tsika androany fa ireo izay natao fitiliana, izay nitoka-monina any amin'ny faritra aloha hatreto, dia tsy misy mitondra ny tsimokn'aretina na dia iray aza.

 

Noho izany dia ho entitra ny fitondram-panjakana amin'ireo manaparitaka vaovao tsy marina sy manakorontana ny saim-bahoaka. Izany dia misy fitsipika sy, indrindra, fandraisana andraikitra matotra sy enjana ary, indrindra, fanasaziana ho an'ireo izay manely vaovao tsy marina eto amin'ny Firenena.Na io amin'ny alalàn'ny tambazotra, na io amin'ny alalàn'ny fanelezana vaovao tsy marina amin'ny fampalalam-baovao na an-gazety na an-tsoratra na an-fahita lavitra na amin'ny haino aman-jery izany.

 

Ny fahafahan-tsika mifehy io aretina io dia afaka refesina ao anatin'ny 15 andro. Ka izany dia miankina indrindra amin'ny fifehezan-tenan-tsika tsirairay avy: izaho, ianao, ianareo rehetra, indrindra fa ireo avy any ivelany.

 

Voalohany indrindra amin'izany dia ny fifehezana tanteraka. Izany dia miankina amin'ireo tonga avy any ivelany, araka ny nolazaiko teo, mba hanaraka an-tsipiriany ireo toro-marika izay napetraka. Zava-dehibe loatra antsika, noho izany, ny fifehezan-tena sy ny fanarahana ny toro-marika izay efa napetraka.

 

Na isika izany mifehy tena mandritra ny 15 andro; na isika hiatrika ny fianak'ity aretina ity izay mety hiteraka fahafatesan'olona maro toa ny amin'ny firenena hafa, ary izay indrindra no ilaina ny fahatongavan-tsaina antsika tsirairay avy. Izay no ilaina ny mba hametrahan-tsika, indrindra fa ianareo avy any ivelany, ny tsy hifampikasokasoka sy mba hamehezana ihany koa ny tsy fivoahana ny trano; mba hifehy ny famezivezena mba tsy hampianaka ity valan'aretina ity. Koa mila fehezina izany zavatra rehetra rehetra izany.

 

Na dia efa nametraka anefa isika ny fepetra hentitra mba afahana misoroka izany dia mbola misy ihany ireo mandika izany ary tsy manaraka ny lamina izay napetraka. Koa eto aho dia manao antso avo ho an'ny Malagasy rehetra: raha toa ka misy ireo olona minia tsy manaraka izany, dia misy ny laharana manokana mba afahan'ny tsirairay avy mampahafantatra ireo olona izay tokony hitoka-monina nefa mivoaka ny trano. Koa ato aho dia milaza fa ho entitra ny fanapahan-kevitra ary ho entina avy hatrany ireo izay mandika ny lalàna, any amin'ny toerana fitokana-monina izay efa voafaritra ho an'ireo izay mandika ny lalàna.

 

Ankehitriny dia ametraka ny Centre de commandement opérationnel Covid-19 isika, izay afahana mandrindra sy manaraka akaiky ny asa rehetra hifehezana ity fianak'ity aretina coronavirus ity. Noho izany dia hampitomboina manomboka rahampitso ny isan'ireo sampana manokana na brigades spéciales entina hiadivana sy hiatrehana ny coronavirus. Ity brigade manokana ity dia hijery sy hanara-maso ny toe-pahasalamanan'ireo mitoka-monina rehetra ary hanasazy avy hatrany ireo izay tsy manaraka ny toro-marika.

 

Ny tanjona hapetra-tsika dia ny ho hitan-tsika sy ho voafehi-tsika ireo olona arivo isan'andro tsy maintsy voatsidika amin'izany. Ho jerena any amin'ny tokan-tranony, ho jerena any amin'ny hotely izay nametrahana an'izy ireo mba tsy hivoaka ny trano sy tsy hifanerasera amina olona na amin'ny fianakaviana akaiky. Araka ny nolazaiko dia hoe : ny fahafahanao miaro ny tenanao no hafahanao miaro ny manodidina anao ary miaro ny Firenena ihany koa.

 

Dia mbola amafisina fa ny fitiliana azy ireo dia tsy maintsy izany, ho atao fitiliana avokoa, na ireo efa vita fitiliana rehetra dia ho amafisin-tsika, ary tsy maintsy ho haverina na atao fitiliana ireo olona rehetra avy any ivelany ireny rehetra. Araka ny teniko teo dia hoe : arovy ny tenanao mba hafahana miaro ny hafa ihany koa. Aza mivoaka ny trano intsony ary aza mifanerasera mivantana amina olona mandritra izany vanim-potoana izay napetraka izay.

 

Efa nolazaiko fa adidiko ny miaro ny fahasalamana, ny ain'ny Malagasy ihany koa, Malagasy tsy ankanavaka. Alaivo sary an-tsaina ry Malagasy, fa indrindra ho anareo izay avy any ivelany. Alaivo sary an-tsaina fa raha olona iray monja no tsy manaraka ny fepetra nefa mitondra ny valan'aretina, dia manaparitaka ny valan'aretina amina olona dimy izy ireo raha mivoaka ny trano na mifanerasera amina olon-kafa. Ary ireny olona dimy ireny indray dia afaka mamindra amina olona dimy ambin'ny roapolo ao anatin'ny andro vitsivitsy. Noho izany dia ao anatin'ny dimy ambin'ny folo andro dia efa mety hihoatra amina arivony ny olona hiparitahan'ny valan'aretina raha olona iray fotsiny no tsy manaja ny fepetra.

 

Noho izany dia tsy ho takatry ny saina ny voka-dratsy mety ho aterak'izany. Mila fifehezana tanteraka izany. Ary mila fanarahana an-tsipirihiny ary mila fandraisana andraikitra hentitra ihany koa, indrindra fa ny fanarahana ity toro-marika izay napetraka ity. Mila manara-dalàna sy ny fepetra napetraka isika rehetra. Raha tsy izany dia tsy hita pesimpesenina ny voka-dratsy haterak'izany.

 

Ry Malagasy namako,

Tsapako ny tebitebinareo; tsapako ny fitaintainana ao am-ponareo. Ny ahiahy, indrindra,ao anatin'ny tsirairay avy. Ka izao : iara-hiatrika isika. Mety misy fiatraikany avokoa ny fanapahan-kevitra ho raisin-tsika. Mety misy fiatraikany fa dia tsy maintsy miara-miatrika izany isika; tsy maintsy mijoro isika ary tsy maintsy mifanome tànana afahana miaro amin'ity areti-mandoza ity. Koa ny fanapahan-kevitra ho raisin-tsika dia mila fasahiana ary, indrindra indrindra, hiarovana ny be sy ny maro.

 

Efa nolazaiko fa adidiko sy ny an'ny governemanta no miaro ny ain'ny vahoaka malagasy iray manontolo. Ka noho izany, manomboka rahampitso alatsinainy 23 mars 2020 dia mijanona any an-tranony avokoa ny rehetra. Noho izany dia mist fepetra maro tsy maintsy apetraka.

VOALOHANY: mijanona tanteraka ny fitateram-bahoaka an-tanàn-dehibe sy ny zotra nasionaly mampifandray an'Antananarivo sy ny any amin'ny faritra. Mijanona daholo ny fitaterana toa ny taxi-be, ny taxi, ny taxi-brousse fa ny fitaterana entana ihany sisa no afaka mandeha mamatsy ny faritra, ny distrikta sy manerana ny Nosy.

 

FAHAROA: apetraka ny barrières sanitaires ivelan'Antananarivo sy ny tanan-dehibe rehetra manerana ny Nosy. Ny fametrahany izany dia afahana manara-maso ny fahasalaman'ny olona mandeha any amin'ny faritra ka maka ny fiarany manokana.

 

FAHATELO: ireo toeram-pivarotana entana ilaina andavanandro ihany no misokatra toa ny toeram-pivarotana lehibe na ny grandes surfaces; ny mpamongady na ny grossistes; ny tsena kely na ireo antsoin-tsika hoe épiceries. Ary ny tsenam-pokontany rehetra dia afaka misokatra avokoa. Ary marihikofa ireo tsenam-pokontany dia misokatra amin'ny 6 ora maraina ka hatramin'ny 12 ora atoandro, ary olona iray ihany isaky ny tokan-trano no mahazo mandeha miantsena. Izany dia arindra eo anivon'ny kaominina sy ny fokontany.

 

FAHA-EFATRA: ny fivarotam-panafody, ny fivarotan-tsolika, ny banky dia misokatra ihany koa.

 

FAHA-DIMY: miatrà ny fepetra tsy azo ivezivezena amin'ny alina, manomboka amin'ny 8 ora alina ka hatramin'ny dimy ora maraina.

 

FAHA-ENINA: ireo sampan-draharaha mandray ny olona eny amin'ny biraom-panjakana rehetra dia mikatona avokoa hafa ny misahana ny Fahasalamana, ny Fitsarana sy ny Filaminam-bahoaka, ny Jirama, ny Voirie, ny mpirakira ny Fifandraisan-davitra na ny Haino aman-jery sy ny toeram-panaovan-gazety dia misokatra avokoa.

* Mikasika ireo orinasa eo anivon'ny sehatra tsy miankina dia anjaran'ny mpampiasa ny mandrindra sy mametraka lamina na ho an'ny orinasan'izy ireo mba hafahan'izy ireo mampiodina ny asany araka ny tokony ho izy, izay mifandraika amin'ny lamina izay ho apetraka miaraka amin'ny ministera.

 

Ireo fepetra rehetra ireo dia miatra eto Antananarivo sy eto amin'ny Faritra Analamanga ary any Toamasina aloha hatreto.

 

Ny fepetra ho an'ny tanan-dehibe hafa dia ho raisina mian-dàlana miankina amin'ny fivoaran'ny olona izay mitondra ny valan'aretina raha sanatria misy tonga any amin'ny Faritra.

 

Ny fanatanterahana ireo fepetra ireo dia iarahana miasa sy mametraka amin'ireo Governora, ny Préfets ary ny Ben'ny tanàna ary indrindra indrindra ny Mpitandro ny filaminana rehetra, izay voakasina izany.

 

Ho fitsinjovana ny rehetra dia raisina ny fepetra hamehezana ny vidin'entana sy ny famatsiana ihany koa. Ny dikan'izany dia : manerana ny fokontany maromaro eto Antananarivo sy any Toamasina ihany koa, dia apetraka ny famatsiana vary sy menaka amin'ny alàlan'ny Tsena Mora.

Rahampiso izany, dia eto Antananarivo ny ankamaroan'ny fokontany dia ametraka avy hatrany ireo famatsiana entana ireo.

Ny fandraisana ny fepetra ihany koa dia iarahana miaraka amin'ny ministera sy ny Ben'ny tanàna mba afahan-tsika mifehy ireo vidin'entana sy ny fanararaotana.

Koa hidina eny ifotony ny tompon'andraikitra rehetra ary miatra avy hatrany ny sazy ho an'ireo izay tsy manaraka ny fepetra sy ny lamina mb tsy hisian'ny fanararaotana.

 

Hafatra no apetrako ho anareo tsirairay avy, ianareo izay mpamongady, ianareo izay mpivarotra : tsy fotoanan'ny fanararaotana izao fa fotoanan'ny fitsinjovana ary aoka izay ny fitiavan-tena ary ampy izay ny fitiavan-kely.

Mila mifampitsinjo isika ary ho enjana ny fampiarana ny lalàna manoloana ireo izay tsy manaraka ny fepetra izay efa napetra-ntsika.

 

Ry Malagasy mpiray tanindrazana,

Tsy irery ianao fa eo anilanao mandrakariva ny fitondram-panjakana. Koa nanapak'hevitra aho fa hiresaka sy hifampitafa aminao isan'andro, amin'ny valo ora alina amin'ny alàlan'ny televiziona malagasy.

Miara-miatrika izany isika ao anatin'ny 15 andro.

Miara-mijoro isika rehetra satria izay no làlana afahan-tsika mifehy ityfiparitahan'ity valan'aretina ity.

 

Matoky anao aho ry Malagasy namako.

Matoky anao aho ry Malagasy havako.

Amin'ny fanarahana, indrindra indrindra, antsakany sy andavany reo toro-marika izay apetraka.

Ny fandraisan-tsika mianakavy andraikitra no hafahan-tsika mandresy izao sedra lalovan-tsika izao, indrindra mila miray saina, miray fo ary mila mifanome tànana isika.

Malagasy miatrika, Malagasy mijoro, Malagasy miatrika izao sedra izao : izay no ilain-tsika.

Hifanome tànana isika mianakavy dia mankahery antsika ary samia isika ho tahian'Andriamanitra!

Masina ny Tanindrazana,

Misaotra Tompokolahy, mankasitraka Tompokovavy.

 

Nandika an-tsoratra : Jeannot Ramambazafy

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre le Covid-19 : Branle-bas de combat des Malgaches

La panique pourrait être l’effet déclencheur de l’épidémie pour le cas de Madagascar.

Les statistiques stagnent d’après les sources officielles. La situation de panique suite à la déclaration présidentielle de vendredi dernier devrait se calmer dans les trois jours à venir selon le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat.

 « Tout ce qui se passe maintenant (samedi dernier) est prévisible. Et quoi que l’on dise, des cas confirmés de covid-19 auraient été publiés d’un jour à l’autre. Au moment où la maladie a atteint les îles voisines, ou encore la France, notre sort était déjà scellé ». Propos d’un père de famille d’Ambodivona dépité en voyant une longue file devant un magasin de grossiste de riz au marché d’Andravoahangy dans la matinée du samedi 21 mars 2020. La panique a atteint de nombreux ménages malgaches qui se sont rués dans les magasins, détaillants ou encore les marchés les plus proches pour « s’approvisionner… à outrance ». Conséquences, les prix des produits de première nécessité ont vite grimpé. Le sac de riz de cinquante kilogrammes par exemple a vite atteint les 90.000 ariary. De même pour les fruits et légumes. De longues files se sont vite constituées auprès des magasins, détaillants, grossistes et pharmacies du pays. Majunga, Diégo, Antananarivo et Sambava, des sources locales ont affirmé « un phénomène de vent de panique dont la manifestation est de se constituer des réserves en nourritures, de médicaments et de masques ». Se constituer des réserves de produits de première nécessité, de masques et de médicaments était pour ceux qui en ont eu les moyens, une façon de se rassurer psychologiquement face à d’éventuelles déclarations d’épidémie. La situation aurait été autre chez les familles ne disposant pas de moyens. Joint au téléphone, Zola, mère de famille de Majunga d’expliquer: « Des mères et pères de famille ont affiché leur crainte à ce qui pourrait se passer dans les jours à venir car ils n’ont pas les moyens de se constituer des réserves de plus de quelques jours. La peur est à peine voilée et c’est tout à fait compréhensible chez les personnes qui vivent dans une économie de subsistance ». 

Mesures. Le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat a fait savoir que « des descentes inopinées ont été menées sur terrain afin de régulariser les ventes. Le ministère effectue des contrôles auprès des marchés avec le concours de la gendarmerie et de la police nationale afin de forcer les marchands à maintenir les prix à la normale » a lancé Rasolofomandimby Fifaliana, directeur de la Protection des consommateurs auprès d’une chaîne de télévision locale, samedi dernier. Gilchrist Rakotoson, directeur du Commerce interne auprès du ministère de tutelle, quant à lui, a fait savoir que « la quantité de stocks de riz disponible actuellement est suffisante pour approvisionner les Malgaches pendant cinq mois ». Avant d’ajouter que « le ministère effectue des descentes inopinées auprès des marchands et marchés du pays afin de contrôler les prix ». De son côté, le ministère de la Santé publique malgache a réquisitionné tous les agents de la santé afin de travailler de concert pour « endiguer la covid-19 ». Outre la réquisition des agents, le ministère a également établi un partenariat avec des établissements hôteliers et plusieurs centres – en plus des hôpitaux et centres de santé de base – dans le cadre du suivi des diverses personnes ayant effectué des déplacements à l’étranger ces quatorze derniers jours. Si les mesures prises par l’Etat s’enchaînent afin de protéger la population, la panique persiste chez les citoyens. Un état d’esprit qui les pousse à aller au-delà de ce est permis au risque de perturber l’ordre que l’Etat se tue à établir depuis quelques semaines. Et l’Etat a pris, prend et continue de prendre ses responsabilités. Il serait peut-être temps que les citoyens prennent aussi les leurs.

José Belalahy 

Midi Madagasikara0 partages

chronique de Mickey : Est-ce grave docteur ?

Le mal est là. 3 contaminés confirmés sont sur notre sol. L’inviolabilité de notre insularité est un mythe qui s’effondre à jamais. Tout comme le « rano rano ! » contre les balles ennemies transformées en eau. Seules persistent des guéguerres politiques et des croyances qui ont la dent dure. Pour les premières, les moindres défaillances des uns deviennent des victoires éclatantes pour les autres et l’opinion versatile, comme toujours, telle une girouette qui brasse fort l’air et balaie, aplatit les battus, du moment, jusqu’à la prochaine estocade de ces derniers. Ainsi va la vie démocratique comme nous l’entendons. Un jour blanc et le lendemain, noir. Puis, les croyances dites populaires qui ne se réduisent pas pour autant aux défavorisés socialement mais aussi latentes dans la pensée de la « crème » de la pyramide sociale. « La crasse et la promiscuité » rendent, dit-on, invulnérables aux maux les plus viraux. « Les plus faibles disparaissent naturellement et ne subsistent plus que les plus gaillards, mais dans l’absolu cette population reste stable car sa propension à augmenter, et à compenser du vide laissé est très forte » Tant et si bien que cette couche sociale reste omniprésente et vivace bien que méprisée et fasse envie en même temps aux autres membres de la société confortés dans les normes établies en matière d’hygiène et de santé publique. Et on se dit : « Cette maladie, devenue une terreur comme la peste noire est-elle grave ? En effet, si les plus démunis, les plus indigents peuvent survivre, elle n’épargne pourtant ni les ministres ni les hauts dirigeants de ce monde ? » Certains concluront stoïquement qu’on est dans la même logique parce qu’elle frappe, en premier, les plus exposés à la fatalité de la vie, c’est-à-dire la vieillesse. Mais cette fois avec ce coronavirus, on est devant non pas une maladie honteuse due à la saleté comme le choléra, la peste mais il n’y a pas de quoi se réjouir car faute de moyens, nous subirons plus que les pays riches de considérables victimes. Finalement, on peut résumer que cet incivisme qui nous colle à la peau ne peut qu’aggraver la situation et l’on ne peut nous en prendre qu’à nous-mêmes.

Pour couronner, au-delà des grands mots de solidarité et de patriotisme, l’indignation est générale avec ces  petits profiteurs qui ont multiplié par 10 voire par 20 les prix du citron, de l’ail, du gingembre et même des feuilles d’eucalyptus blanc, tous utilisés comme remèdes au covid-19. Mais les éternelles « réponses à tout » vont dire encore que les avoirs de nos légendaires grandes fortunes vont bien enfler grâce au marché noir. Oui, c’est grave docteur !

M.Ranarivao

Midi Madagasikara0 partages

Fampitokana-monina ireo sambo eto Toamasina : Mangala-dia manofa lakana mivoaka an-tanàn-dehibe ireo tants...

Hatairana ny an’ny rehetra, raha nilaza ny governora Atoa Rafidison Richard Théodore araka ny tatitry ny kardinaly SE Mgs Désiré Tsarahazana taminy, fa “misy amin’ireo sambo nampanaovina ny fampitokana-monina noho ny fiarovana amin’ny coronavirus eny amin’ny sisin-dranomasina eto Toamasina, no mangala-dia mivoaka manofa lakana miditra ny sisin-tany an-tsokosoko”. Tsy nisy afaka namaly ny fisiany na ny tsy fisian’izany ireo niatrika rehetra nandritra ny fivorian’ny OMC  ny sabotsy naharitra adiny telo teo. Midika izany, fa misy ireo tantsambo mangala-dia miditra an-tsokosoko ny sisin-tany ireo izay loza mitatao amin’ny  Malagasy, satria saika avy amin’ny toerana misy tranga na coronavirus ny ankamaroan’ny sambo tonga eto ka mahatonga ilay fampitokana-monina. Milaza handray fepetra mikasika izany ny mpitandro ny filaminana ho fiarovana ny  Malagasy. Ankoatra izany anefa, dia miha-mitera-doza ny ataon’ny APMF, satria raha baiko hafa no nomen’ny APMF foibe momba ity valanaretina coronavirus ity, dia izy ireo ihany no manome baiko midina amin’ny sampan’ny APMF Toamasina ny hampiditra sambo 02 tsy nahafeno akory 14 andro fitokana-monina avy any La Réunion, soa ihany fa tsy nanaiky hatramin’ny farany ny APMF Toamasina mikasika izany ho fisorohana ny  Malagasy. Ankoatra izany, amin’ireo olona 70 voalaza fa araha-maso avy any ivelany eto Toamasina dia ny iray no any Vatomandry ary olona 04 no tena nampiahiahy, saingy nilaza ny talen’ny fahasalamana Atsinanana, Rakotoarimanana Raymond fa miiba avokoa izy ireo tamin’ny fitiliana nataon’ny Insitut Pasteur, na efa voan’ny sery sy mikohaka maina aza amin’izao fanaraha-maso sy fampitokana-monina ataon’ny fanjakana izao izy efatra.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Kraomita Malagasy : Les salariés en grève

Les salariés de Kraomita Malagasy sont en grève en ce moment. « Nous accusons un retard de paiement de nos salaires depuis près de trois mois. Le dernier paiement remonte au mois de novembre de l’année dernière » a expliqué l’un d’entre eux aux journalistes. Toujours selon ce dernier, ce serait le départ inattendu des investisseurs russes qui ont semé le trouble, puisque les responsables malgaches ne parviendraient pas pour l’instant à régler le paiement des salaires. Cependant, cette grève ne concernerait pas uniquement le salaire des employés, ces salariés demandent aussi à ce que la mine puisse poursuivre ses activités dans le futur malgré le départ des précédents investisseurs. « Trouver d’autres investisseurs ne relève pas de notre responsabilité, c’est aux gérants de la société de trouver une solution. Nous ne sommes que des employés et notre demande concerne principalement le paiement de ce qui nous est dû » a dit un autre de ses manifestants avant d’ajouter qu’avec les précédents investisseurs, ils avaient l’habitude des retards de paiement des salaires, parfois de 15 jours. Ces salariés de Kraomita Malagasy venus à Antananarivo pour protester attendent donc toujours la solution à leur problème jusqu’à maintenant. 

Recueillis par Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Football – CAF Ahmad lance un message sur le COVID-19

Après la suspension de plusieurs compétitions africaines, le président de la Confédération Africaine de Football (CAF) est sorti de son silence. Il a adressé vendredi dernier un message fort à la communauté du football continental face à la crise sanitaire du coronavirus. «Nous avons pris nos responsabilités en suspendant toutes les compétitions avec les reports des éliminatoires de la Can 2021 et du Chan 2020 » a souligné, Ahmad, dans sa vidéo. Ces mesures qui ont été prises pour lutter  contre la propagation du coronavirus en Afrique. Il a rappelé aussi qu’à part la mission d’organiser les compétitions, la CAF doit aider au développement et à la lutte contre les fléaux qui menacent le continent et l’humanité. Le patron du ballon rond africain a insisté aussi sur le respect des gestes barrières pour la prévention du Covid-19. « L’opération de lavage des mains, ce simple geste sauve des vies et peut aussi sauver la vôtre» a-t-il conclu.

 T.H

Midi Madagasikara0 partages

Responsabilité sociétale d’entreprise : Consultation de masse à Analamahitsy

Des personnes consultées gratuitement mercredi dernier à Analamahitsy.

Cent personnes ont été ciblées par l’action sociale et solidaire initiée par le centre de santé Rakotonandrasana dans le quartier d’Analamahitsy mercredi 18 mars dernier. Une initiative qui rentre dans le cadre de la politique de responsabilité sociétale du centre en question et qui avait pour objectif de « faire bénéficier des services et soins de santé aux familles nécessiteuses du quartier ». Interrogée sur l’évènement, Olivia Rakotonandrasana, responsable auprès du centre de santé d’expliquer: « L’initiative ciblait spécifiquement les enfants de moins de quatorze ans et les femmes enceintes issues de famille nécessiteuses du quartier ». Ainsi, les consultations ont surtout été axées sur les maladies courantes telles que la grippe, les maladies diarrhéiques et l’asthme pour les enfants de moins de 14 ans. Les femmes enceintes, quant à elles, ont eu droit à des suivis complets de leur grossesse d’après toujours Olivia Rakotonandrasana. Actuellement à son neuvième édition, la consultation de masse initiée par le centre de santé Rakotonandrasana ne compte pas s’arrêter dans les années à venir.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Commerce du riz : Des sanctions sévères vont tomber contre les profiteurs. Une brigade mixte Commerce Pol...

Bien avant la situation d’urgence, le MICA et les forces de l’ordre ont déjà pris les choses en main.

Le gouvernement va frapper fort pour remettre de l’ordre dans le circuit de distribution des PPN perturbé par les profiteurs depuis l’annonce officielle de l’entrée du coronavirus à Madagascar. 

Une triste nouvelle transformée immédiatement en opportunité, pour certains commerçants peu scrupuleux, de se faire du profit facile et rapide. Une fois de plus des profiteurs ont fait parler d’eux samedi dernier en usant de moyens illégaux comme la rétention de stock de riz ou l’augmentation subite des prix. Mais les autorités ne vont pas laisser ces mauvaises pratiques puisque des mesures sévères seront prises à l’encontre de ceux qui vont poursuivre leur mauvais chemin

Urgence sanitaire. On rappelle que dans la soirée de vendredi, après l’annonce de 3 cas de coronavirus, le président de la République a décrété en conseil des ministres la situation d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national. Vent de panique aidant, les consommateurs se sont rués dans les épiceries et les grandes surfaces pour constituer leur stock de PPN, notamment le riz dont les prix ont subitement augmenté. Pire, certains grossistes et détaillants ont caché leur stock. Du coup, les prix se sont envolés. En effet, le prix de référence, de 1.800 ariary le kilo fixé par le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat n’était plus respecté puisque le kilo de cette denrée est passé à 2.300 ariary, dans la matinée de samedi. Côté grande surface, les prix n’ont évidemment pas été augmentés, mais l’importante masse de consommateurs venue tôt samedi matin ont vite fait de dévaliser les rayons PPN. En somme, malgré les mesures d’anticipation prises par le ministère en charge du commerce, les profiteurs ont encore une fois fait parler d’eux. Et psychose aidant.

Plus ou moins raisonnables. Heureusement que la situation est revenue plus ou moins à la normale depuis hier, les prix du riz ont commencé à baisser et même si ce n’était pas encore en quantité suffisante, les autres denrées comme l’huile alimentaire, le savon et autres étaient disponibles, à des prix plus ou moins raisonnables. Ce qui confirme l’annonce faite par le MICA, l’existence d’un stock de riz, suffisant pour au moins 3 à 4 mois. Par ailleurs, sur le moyen terme, l’arrivée du riz local est prévue dans les mois qui viennent. En somme, il n’y a visiblement plus de raison majeure de s’inquiéter. Ce d’autant plus que le gouvernement, grâce à la situation d’urgence sanitaire va devoir prendre toutes les mesures légales qui s’imposent pour freiner. Dès aujourd’hui, une équipe mixte composée des éléments du ministère du Commerce, du ministère de la Sécurité Publique et du Secrétariat d’Etat à la Gendarmerie va quadriller les marchés pour procéder aux actions d’usage. 

Sur terrain. Des commissaires du commerce, policiers et gendarmes vont ainsi descendre sur le terrain pour remettre de l’ordre dans le circuit de distribution des PPN. « Des sanctions sévères sont prévues contre les profiteurs » annonce-t-on du côté des hauts responsables du MICA. Les forces de l’ordre quant à elles peuvent procéder à des réquisitions de toutes pour réguler le marché. Par ailleurs, les importations de PPN peuvent continuer puisque les transports maritimes de marchandises ne sont pas suspendus. De son côté, le ministère de l’Economie et des Finances, à travers la douane malgache a déjà pris des mesures d’anticipation pour faciliter et sécuriser les arrivées des marchandises, notamment au niveau du port de Toamasina. Des mesures conjointes destinées à protéger le peuple contre ce fléau qu’est le coronavirus qui, espérons-le sera bientôt vaincu à Madagascar et dans le monde. Ensemble, prions Dieu pour cette victoire de l’Humanité contre le Covid 19.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Behenjy : Un mort lors d’une collision entre une charrette et un Sprinter

Un accident grave a eu lieu sur la RN7 hier matin. Une personne a trouvé la mort lors d’une collision entre une charrette et un taxi-brousse Sprinter à Behenjy, dans la région Vakinankaratra. En provenance d’Antananarivo pour rejoindre Antsirabe, le Sprinter a percuté une charrette allant dans la même direction. Le Sprinter roulait à vive allure dans un virage, n’a pas pu éviter la charrette qui avait quatre personnes à bord. Le véhicule l’a percutée par derrière. La violence du choc l’a complètement détruite et a tué sur le coup un de ses passagers. Gravement blessés les trois autres ont été évacués d’urgence à l’hôpital de la localité. Par contre, tous les passagers du taxi-brousse s’en sont sortis indemnes. Cette portion de la RN7 est réputée très dangereuse. Elle est très souvent le théâtre de terribles accidents et cela s’explique par l’existence de beaucoup de virages réduisant la visibilité des conducteurs. Les imprudents prennent encore le risque de rouler à tombeau ouvert rendant les accidents inévitables. Après le constat effectué par des éléments du poste avancé de la gendarmerie de Behenjy, le chauffeur a été immédiatement gardé à vue pour le besoin de l’enquête. 

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Karaté – Ligue Analamanga : La nouvelle section d’Andramasina en vue

L’ancien président de la section Avaradrano et nouveau président de la ligue d’Analamanga, Jean Paul Rakotomalala, 3e dan.

La création d’une huitième section composant la ligue d’Analamanga de karaté est parmi les perspectives du nouveau président, sensei Jean Paul Rakotomalala. 

A l’issue de l’élection du 19 mars dernier, au palais des Sports Mahamasina, sensei Jean Paul Rakotomalala a été élu nouveau président de la ligue d’Analamanga de karaté-do. Il a obtenu quatre voix des quatre sections ayant le droit au vote, en l’occurrence Ankazobe, Atsimondrano, Avaradrano et Anjozorobe. D’autant plus qu’il était le seul candidat à ce poste, puisque les trois autres n’ont pas eu l’aval de la Fédération, délégataire de cette Assemblée générale élective. Les trois autres sections, à savoir Marovatana, Tanà-Ville et Vakiniadiana n’ont pas pu terminer leur affiliation à la Fédération. Ainsi, elles n’avaient pas eu le droit de participer au scrutin. L’élection s’est déroulée à huis clos mais en présence des représentants du ministère de la Jeunesse et des Sports, et du président de la Fédération malgache de karaté-do, Solofo Barijaona Andrianavomanana.

La ligue d’Analamanga n’existait plus depuis deux ans. Jean Paul Rakotomalala aura comme premier chantier la redynamisation du karaté dans toutes les sept sections composant la ligue. « On devra multiplier les compétitions et les formations. La plus proche sera le championnat d’Analamanga prévu pour le 11 avril au gymnase couvert à Ankatso. Mais à cause de la disposition qui a été prise par l’Etat face à l’extension du coronavirus, on est dans l’obligation de le reporter et on ignore encore la date de sa tenue. Dès que la situation sera stable, un tournoi sera organisé chaque trois mois », a-t-il fait savoir. En outre, il a annoncé que bientôt, une nouvelle section d’Andramasina sera mise en place. D’après lui, nombreux sont les programmes à accomplir durant son mandat de quatre ans, mais il devra d’abord composer son équipe cette semaine.

Manjato Razafy 

Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus : Les artistes face à l’adversité de la pandémie

Madagascar en est à son nouveau troisième jour de coronavirus . Dès l’annonce de cette nouvelle samedi, le moral de la plupart des Malgaches a pris un grand coup. Dans le secteur du spectacle, les annulations se sont succédé. Comme tout un chacun peut apporter sa contribution dans la lutte contre ce fléau mondial, les artistes s’expriment pour soutenir leurs compatriotes. 

Mamy Gotso – artiste/chanteur. Je suis chrétien et je crois en Dieu. Alors, premièrement, il faut beaucoup prier. Je supplie la population de ne pas avoir peur mais d’être prudent. C’est un danger immense, il ne faut jamais prendre cela à la légère. Ne soyons pas dubitatif quoi qu’il arrive. Nous pouvons dire que le Seigneur nous a tout de même bénis, puisque nous avons déjà vu ce qui s’est passé en Chine, à l’étranger depuis deux ou trois mois. Dès lors, nous avons déjà appris quelques leçons avant l’arrivée de la pandémie. C’est extrêmement difficile de faire le confinement sans rien à manger à la maison. Toutefois dans la vie, il faut savoir s’incliner face à certaines situations. Pour finir, soyons extrêmement prudents. Il nous faut aussi avoir du civisme, quand nous achetons nos vivres, pensons à ceux qui vont aussi acheter après nous. Ne mangeons pas des choses étalées sur le sol et que nous n’avons pas fait cuire. Les banques vont peut-être se fâcher contre moi, mais il faut aussi penser au distributeur automatique. Si une personne contaminée manipule les touches, le virus pourrait se propager rapidement auprès des autres utilisateurs.

Gangstabab – artiste/politicien. C’est le moment de montrer notre fraternité, puisque tout le monde sera K.O si des personnes en profitent encore. Plus besoin de couleurs politiques, ni d’opportunités politiques parce qu’il s’agit d’une pandémie. Quelquefois les opposants vont chercher à dénigrer le pouvoir, alors qu’il s’agit ici d’un fléau, une épidémie. Nous sommes sur une île, c’est le moment pour nous de voir comment les Malgaches font face seuls à un fléau, quand les frontières sont fermées, face à l’adversité. Que cela nous plaise ou non, la solution sera à trouver à l’intérieur. La prévention, c’est vrai qu’il faut se laver les mains, mais, sachant que 14% seulement des Malgaches ont accès à l’eau, même le savon est un grand problème. Prévenir, c’est quelque chose de primordial, il nous faut devancer le stade 3, le confinement. Sans confinement, le virus va se propager très rapidement. C’est vrai qu’il y a ceux qui vivent au jour le jour. Cependant, c’est la seule solution, plus de déplacement des citoyens. Par rapport à la situation actuelle, les risques de propagation rapide sont énormes. 

Julie Iarisoa – chorégraphe. A mon avis, tout le monde connaît maintenant la situation, il faut tout faire pour éviter que la maladie se propage. Il faudra prendre des exemples sur les pays déjà atteints. Puisqu’on ne peut plus reculer, il faut maintenant avancer. Pour moi, la situation n’est pas tellement désespérée. Il faut savoir être solidaire, puisque tout le monde a besoin de son voisin maintenant. Donc, arrêtez avec l’égoïsme, il faut nous soutenir mutuellement. Si le voisin ne possède pas assez de vivre, se retrouve mal nourri, il sera vulnérable au virus. Il sera peut être contaminé et risque de transmettre à celui qui possède le nécessaire. Alors, inutile de faire des tonnes de provisions par pur égoïsme parce que vous avez plus d’argent. C’est le moment, il faut beaucoup d’amour envers la communauté. Tôt ou tard, le pays s’en sortira. Le désarroi est grand chez le Malgache et cela risque de porter préjudice sur son moral et peut l’anéantir avant la maladie. Mais nous pouvons toujours nous lever le matin, faire le ménage… Ceux qui peuvent travailler, peuvent le faire du moment qu’il n’y a pas d’attroupement. Pour conclure je souhaite que tout le monde se porte bien. 

Bodo – chanteuse. Premièrement, nous n’avons pas demandé à être atteint par cette maladie. Dès lors, nous ne sommes pas prêts mentalement, financièrement, bref, dans notre quotidien. Vous parlez de confinement ? Parce que cela a été une réussite ailleurs. Comment nous pourrons faire du confinement ? Ce sera un peu difficile. Nous allons dire aux gens de s’enfermer chez eux ? Mais tout le monde n’a pas forcément un toit. Pourtant, on pense que c’est la solution la plus rapide. Pour moi, nous devons alors nous soutenir mutuellement. Et je saute sur l’occasion pour évoquer les profiteurs. Profiter, ce n’est pas envers ceux qui ont de l’argent. Ils ont toujours quelque chose à manger. Mais c’est par rapport aux nécessiteux, les profiteurs devraient penser à ces derniers. Si nous aimons notre pays, nous aimons nos compatriotes, c’est le moment où jamais de le démontrer. C’est le moment où jamais de revendiquer notre malgachéité, se dire « ce qui vous fait mal me fait mal ». C’est l’ultime épreuve pour nous. Il faut informer les gens, cela manque, l’information n’est pas fluide. Il y a un Malgache mort en France, il est mort en héros. Nous devons en parler, il est mort en héros en faisant le bien à l’Humanité. Puisqu’il s’agit maintenant d’une pandémie.      

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball : La fédération suspend toutes ses activités

Les basketteurs et basketteuses devront encore patienter quelques semaines avant le début et la reprise du calendrier régional et fédéral. 

Le sport malgache est à l’arrêt total. Les terrains, les stades, les salles de sport se vident. Les demi-finales du play-off NBA Junior League prévues samedi, au Gymnase d’Ankorondrano ont été annulées à la dernière minute après la déclaration du président de la République. La fin de ce tournoi réunissant les établissements scolaires de la Capitale suivant la même formule de la NBA a été reportée. Sans tarder, la fédération malgache de basket-ball par le truchement de son Secrétaire général a décidé de suspendre toutes les compétitions. « Suite à la décision de l’Etat malagasy concernant l’annulation de toutes activités sportives sur le territoire malagasy afin de prévenir la propagation du virus COVID-19. La Fédération Malagasy de Basket-Ball (FMBB) informe les athlètes, les clubs, les sections, les ligues, les partenaires ainsi que toute personne impliquée dans les diverses manifestations sportives concernant le basket-ball que toute activité sera suspendue à compter du 21 mars 2020 jusqu’à nouvel ordre dans tout le pays » tel est la teneur du communiqué. Le premier championnat national N1B hommes prévu se tenir du 25 avril au 03 mai est en “stand-by” compte tenu de l’évolution de la situation. La 9e édition du tournoi de basket-ball inter-instituts ”Smatchin” n’aura également pas lieu du 3 au 10 mai au Palais des Sports de Mahamasina. « Suite à l’interdiction de toutes manifestations sportives en prévention de la propagation du Coronavirus, la Team Smatchin tient à informer le public du report à une date ultérieure de la 9e édition du tournoi inter-institut de basket-ball SMATCHIN prévu pour le 03 au 10 mai 2020 ». Après le report de la saison régulière du Basket Afroleague à laquelle la Gendarmerie Nationale Basket Club (GNBC), voilà le calendrier national qui est chamboulé par coronavirus. « Les joueurs sont consignés ici au camp. Nous avons arrêté les entraînements » a souligné, Lova Raharidera, coach de la GNBC. 

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Télé crochet : Parcours sans faute de Ludy Soa et Nathan au The Voice

Ludy Soa et Nathan dépassent les espérances de leur coach, Pascal Obispo.

Ludy Soa et Nathan, les Malgaches participant avec succès au concours The Voice français se rapprochent de plus en plus de la demie finale. Sortant haut la main du premier « K.O » samedi soir. 

Le parcours des deux Malgaches, Ludy Soa et Nathan, dans le concours The Voice en France se poursuit. Le verdict est tombé de la bouche de leur coach, Pascal Obispo, après le « battle » diffusé en direct sur Tf1 samedi. Il y a un mois, le duo est passé à l’audition à l’aveugle. Il a réussi à convaincre merveilleusement l’un des meilleurs auteurs/compositeurs de la chanson française. Mais, il fallait ensuite passer par la confrontation. Du coup, Ludy Soa et Nathan se sont retrouvés face à Jonathan, leur concurrent direct. Ce dernier est également dans l’équipe du chanteur français.

Les proches du duo Ludy Soa/Nathan dans le public de The Voice.

Cette épreuve a ainsi permis de voir le réel potentiel des deux jeunes Malgaches. Puisque c’est sur une chanson choisi par leur coach qu’ils ont exécutés leur performance. Ainsi, le parolier émérite a choisi la chanson d’un monstre sacré de la variété française, Michel Berger sur le titre, « Chanter pour ceux ». Leur adversaire a été Jonathan, il serait un Réunionnais d’après les premières informations. Bon gré mal gré, celui-ci plus âgé a tout de suite démontré une maturité dès le début de la prestation. Le trio a chanté ensemble.

Par contre, le gestuel de Pascal Obispo était difficile à lire en regardant ses protégés chanter. Tantôt grimaçant, il a été le premier à ovationner Ludy Soa, Nathan et Jonathan dès que la partie a été terminée. Dans le public, la famille a été aux anges à l’annonce du résultat. A commencer par Jean Andrianaivo Ravelona, l’immense peintre malgache basé en France, il s’est trouvé dans la salle du concert. Il serait « à fond » pour soutenir ces jeunes Malgaches. Considéré comme un soutien moral, l’artiste est aussi une sorte de mentor.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Durcissement des mesures, nécessaire

Le spectacle de la cacophonie et de l’indiscipline offert par les Tananariviens le week-end dernier a eu un effet désastreux auprès d’une grande partie de l’opinion. Ce mouvement de panique ne s’explique pas et il donne une piètre image de nos citoyens et cela donne raison à ceux qui voudraient de véritables mesures de coercition. L’état d’urgence sanitaire est la réponse trouvée par le pouvoir pour répondre à une situation en train de dégénérer. Aujourd’hui, le tour de vis qui est donné est nécessaire pour rattraper le manque de fermeté dans l’application des décisions auparavant.

Durcissement des mesures, nécessaire

Les annonces faites depuis un peu plus d’un mois ont paru rassurantes et le fait de répéter qu’il n’existait aucun cas de contamination du coronavirus à Madagascar a endormi la vigilance des responsables et du personnel chargé de surveiller l’évolution de la situation. Les contrôles et le suivi des personnes débarquant à l’aéroport d’Ivato n’ont, semble-t-il, pas été faits avec la rigueur nécessaire. La mise en quarantaine des passagers n’a pas été appliquée totalement. Les hommes et les femmes surveillés ont pu se déplacer comme bon leur semble. C’est ce relâchement que l’on doit essayer de compenser aujourd’hui. Les autorités sont obligés de durcir les mesures à appliquer pour empêcher la propagation de l’épidémie. C’est un centre opérationnel qui est chargé de mettre en œuvre une stratégie presque militaire. On ne sait pas si cela est suffisant car le retard pris dans l’action est important. La réaction du chef de l’Etat a été vigoureuse et l’instauration de l’état d’urgence sanitaire répond à cette nécessité de contenir la progression du coronavirus. La population a, jusqu’à vendredi dernier, été bercée dans l’illusion que le pays était à l’abri du fléau. Elle a été cueillie à froid par l’annonce du chef de l’Etat. C’est de manière irraisonnée qu’elle a réagi. Maintenant, le pouvoir a décidé de rectifier le tir. Les Malgaches vont devoir affronter des épreuves qui seront difficiles à supporter.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Vol MK 288 : Panique des passagers hors mise en quarantaine

On a beau dire que les mesures sont drastiques et la mise en quarantaine des passagers est systématique. Maintenant que la déclaration est sortie de la bouche du Numéro Un de l’État sur le cas d’une jeune femme de 19 ans dont le résultat du test en coronavirus est déclaré positif, les passagers ayant pris le même avion que la concernée ont paniqué. Il y a de quoi avec la forte présomption qu’ils sont des porteurs sains du virus. Le Conseil des ministres de samedi dernier a indiqué que tous ceux qui ont débarqué sur le sol malgache durant les 14 derniers jours seront examinés. A la lecture de la décision, on fera tout pour récupérer ces personnes dont les passagers du Vol MK288 de l’Airbus 330-200, à destination de l’île Maurice, et éventuellement de les mettre en quarantaine. Une sorte de médecin après la mort que même les concernés trouvent ridicule. « A mon arrivée à Ivato, j’ai pensé que je ne verrai ma famille qu’après 14 jours. On m’a informé que les passagers seront mis systématiquement en quarantaine. Ce qui ne fut pas le cas, tous les 400 personnes transportées par l’Airbus du vol MK288 ont pu tout de suite sortir de l’aéroport après les formalités d’usage » a expliqué l’un des passagers qui a accepté de témoigner sous couvert d’anonymat. « Quid de ma santé et celle de ma famille ? Quid de tous les passagers de cet avion ? » s’interroge-t-il. Un certaine laxisme qui rend la situation difficile vu que ces personnes se sont maintenant éparpillées dans l’île. Probablement, il n’y avait que les passagers du vol à destination de la France qui ont préoccupé les autorités pour la mise en quarantaine où le confinement dans les hôtels. Un vent de panique a soufflé sur le réseau social hier concernant la jeune fille de 19 ans. Selon cette rumeur, elle a péri durant son traitement. Une rumeur qui a été vite démentie par la Directeure de cabinet de la Présidence sur son compte facebook. En situation de crise comme le pays traverse actuellement, on invite les citoyens à ne pas critiquer mais essayer de trouver ensemble une solution commune. Même le chef de l’État a incité son gouvernement à partager cet état d’esprit. Une sage décision pourvu qu’il n’y ait plus de laxisme et de négligences dans l’exécution des ordres puisque l’heure est grave.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Situation d’exception : Les chefs d’institutions et les chefs d’Eglises chez le PRM

Les 4 chefs d’Eglises ont tenu une messe, hier, sans les fidèles.

Les présidents du Sénat, de l’Assemblée nationale et celui de la Haute cour constitutionnelle ont tenu une réunion à huis clos avec le président de la République, samedi dernier, concernant la lutte contre le coronavirus. 

Il est question de situation d’exception. Des personnalités influentes ont défilé, samedi dernier à Ambohitsorohitra pour s’entretenir avec le chef de l’Etat. En fait, le président de la République a consulté, samedi dernier, les chefs d’institutions, notamment le président du Sénat, Rivo Rakotovao, celle de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, celui de la Haute cour constitutionnelle, Jean Eric Rakotoarisoa, ainsi que le Premier ministre, Christian Ntsay, concernant la situation qui prévaut actuellement dans le pays. Cette disposition est prévue par la Constitution avant la publication du décret portant état d’urgence sanitaire, une mesure exceptionnelle prise, samedi dernier, pour lutter contre la propagation du coronavirus dans le pays et qui donnera un pouvoir de réquisition, de régulation ainsi que de contrôle à l’Exécutif pour gérer la situation de crise. 

Millions de fidèles. Les chefs des Eglises historiques regroupés au sein du Conseil œcuménique des églises chrétiennes ont été aussi aperçus au palais d’Ambohitsorohitra samedi dernier, en début d’après-midi. Une délégation conduite par David Rakotonirina, président en exercice du conseil, et non moins chef de l’Eglise luthérienne malgache, composée de Samoela Jaona Ranarivelo de l’Eglise anglicane, de Odon Marie Razanakolona de l’Eglise catholique romaine ainsi que de Irako Ammi Andriamahazosoa, de l’Eglise protestante, a tenu, elle aussi, une réunion à huis clos avec le président de la République. Ces derniers qui ont déjà appelé la semaine dernière à suivre rigoureusement les instructions officielles pour lutter contre la contagion, ont discuté, a-t-on indiqué, avec le chef de l’Etat, sur l’effectivité de l’interdiction des cultes et des messes pendant 15 jours dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Notons que les fidèles du Conseil œcuménique comptent plusieurs millions de personnes sur tout le territoire national. 

Limites. Depuis samedi dernier, le régime est sur le pied de guerre face à la propagation du covid-19. Pourtant, après quelques jours de l’officialisation du cas malgache, certains membres du gouvernement donnent l’impression, selon des analystes, de montrer déjà leurs limites. Pendant le weekend dernier, la situation a été alarmante. Le vent de panique, qui a gagné l’opinion depuis l’officialisation, vendredi dernier, des cas confirmés de coronavirus dans le pays, a été mis à profit par certains acteurs économiques. Les prix des produits de première nécessité ont flambé dès samedi matin, et les gares routières pris d’assaut pour fuir la ville ont connu une hausse des tarifs de transport. Face à cette situation, les membres du gouvernement ont déjà annoncé des mesures sévères contre ces spéculateurs, mais tardent, pourtant, à les rendre effectives.  Ainsi, la grogne des consommateurs et des usagers a monté sur les réseaux sociaux et sur les ondes pour alerter le gouvernement sur certains cas flagrants de spéculation, mais les réponses des ministères concernés, notamment celui du commerce, du transport, sont très tardives voire absentes. 

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre le COVID-19 : Huawei soutient les efforts de Madagascar

La visioconférence a vu la participation d’une vingtaine de pays Africains.

Des responsables et des cliniciens issus du ministère de la Santé publique de Madagascar ont eu une réunion avec leurs homologues chinois, cette semaine, sur les stratégies, les mesures de prévention et de confinement dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 via le système de vidéoconférence de Huawei. Une opportunité pour les experts chinois de présenter les derniers progrès du pays dans la gestion de la pandémie du coronavirus. Mais également un moment de partage d’expériences sur les mesures de confinement prises aux frontières et dans les quartiers. La conférence s’est passée en temps réel grâce au système vidéo, et a permis à ces experts de répondre aux questions soulevées par les participants malgaches. De son côté, Ahmad Ahmad, ministre malgache de la Santé publique, n’a pas manqué de soulever « la grande importance de l’initiative pour Madagascar au moment où le pays s’est préparé à empêcher l’entrée de l’épidémie ». Le ministre de la Santé publique du pays de continuer en mettant en évidence l’importance de la coopération internationale face à l’épidémie de coronavirus. Ce à quoi Li Jingcheng, PDG de Huawei Madagascar, répond : «En tant qu’entreprise implantée à Madagascar depuis plus de quinze ans, nous pensons qu’il est de notre devoir, en tant que société à Madagascar, d’aider le gouvernement à protéger la vie et la santé de ses populations ».  Ainsi, la tenue de la visioconférence mercredi dernier démontre le rôle joué par la technologie de l’information et de la communication dans le partage d’informations et d’expériences. Ce que Li Jingcheng, PDG de Huawei Madagascar a d’ailleurs confirmé par : « dans ce combat, la NTIC est un outil puissant, et c’est là que résident nos forces ». Il conviendrait également de noter que la société a déjà apporté son aide en faveur du ministère de la Santé au mois de février dernier en fournissant des équipements médicaux, des masques et des désinfectants. La visioconférence n’était donc que la suite de la coopération entre les deux parties.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus : Jean-Jacques Razafindranazy, premier urgentiste malgache mort en France

Jean-Jacques Razafindranazy a perdu sa vie pour sauver celle des patients atteint du coronavirus.

Le Dr Jean-Jacques Razafindranazy, un urgentiste d’origine malgache travaillant à l’hôpital de Compiègne, dans l’Oise, aurait succombé du coronavirus en France, plus particulièrement à Lille. 

L’information a été rapportée par le site internet www.france3-regions.francetvinfo.fr le 22 mars dernier. L’article fait savoir que le Dr Jean-Jacques Razafindranazy « serait le premier soignant mort du coronavirus selon le ministre français de la santé Olivier Véran ». Le site d’information faisant également savoir que le médecin « est revenu de vacances à Madagascar en pleine forme ». Partageant les messages d’un de ses enfants sur le réseau social Facebook en date du 21 mars dernier, l’article du site www.france3-regions.francetvinfo.fr attribue la cause du décès au « Covid_19 » mais « surtout à cause d’une garde de trop ». Le site www.leparisien.fr quant à lui de rapporter que le médecin qui était « âgé de 68 ans exerçait à Compiègne depuis quatre ou cinq ans ». Mais également que le médecin a été « infecté par le Covid-19 début mars ». Si les médias français ne manquent pas de fournir des informations sur l’évolution de la situation qui prévaut là-bas, on ne peut pas en dire autant des autorités malgaches. Les dernières informations remontent à celles diffusées durant le discours à la nation du président de la République Andry Rajoelina vendredi dernier. Si d’un côté, les internautes déplorent une rétention d’informations, de l’autre, des proches du pouvoir continuent de jeter de l’huile sur le feu avec des publications virulentes les unes après les autres. Une situation qui favorise également la propagation de rumeurs sur la situation exacte. Ce qui a provoqué des vagues de paniques chez les Malgaches hier.

Mobilité. A Madagascar, il est – à l’heure où nous mettons ces informations dans nos colonnes – quasiment impossible pour les citoyens d’avoir des informations relatant la situation réelle. Les faits démontrent toutefois que les Malgaches commencent à fuir de plus en plus la Capitale. « Le nombre de personnes qui quittent Antananarivo a augmenté depuis hier » fait savoir un responsable d’une coopérative de transport desservant Mahajanga. Propos confirmés par l’Agence des Transports Terrestres (ATT) qui évoque « une hausse des déplacements en dehors d’Antananarivo ». Le général Reribake Jeannot, Directeur général auprès de l’ATT annonce la nécessité de continuer « la desserte des régions ». Pour faire face à la situation qui prévaut actuellement dans le pays, l’ATT de poser comme conditions de départ des véhicules de transport des gares routières « l’enregistrement sur des fiches de renseignements de tous les passagers ainsi que l’authentification sur des manifolds par les responsables des coopératives ». Une descente effectuée auprès de la gare routière Maki d’Andohatapenaka a, en effet, permis de constater qu’il n’y a pas de dispositif de contrôle sanitaire auprès de la station en question. La prévention n’étant pas encore effective, il serait peut-être temps de revoir la politique relative à la gestion des risques et catastrophes.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Mining Business Center Ivato : Ouverture du « Centre opérationnel COVID-19 »

Le président Andry Rajoelina se rendra à Mamory Ivato ce jour pour visiter le « Centre opérationnel COVID-19 » mis en place au Mining Business Center. Le Conseil des ministres spécial de samedi a décidé l’ouverture de ce centre pour coordonner les opérations dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus. Outre le contrôle et suivi des actions sur le terrain, ce centre abrite aussi les centres d’appels 910 réservés pour les demandes d’informations et 913 pour appeler les responsables en cas de symptômes ou pour dénoncer des cas suspects. Le centre aura aussi pour mission de gérer la communication autour du Coronavirus et de communiquer chaque jour les statistiques et les chiffres officiels. Suite à la proclamation de l’Etat d’urgence sanitaire et le transfert de certains pouvoirs du président au Premier ministre Ntsay Christian, c’est ce dernier qui dirigera ce « Centre opérationnel COVID-19 ». L’inauguration de ce centre aura lieu ce jour.  

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Tsy fahazoana mivorivory : Antokom-pivavahana zandriny maromaro noravan’ny pôlisy

Nihatra nanomboka ny zoma lasa teo ny tsy fahazoana mivorivory noho ilay valanaretina « coronavirus » tonga eto amintsika, araka ny nambaran’ny Filoham-pirenena. Araka izany, nandray fepetra nandrara ireo izay mbola ninia nandika izany ireo, teo anivon’ny polisim-pirenena. Antokom-pivavahana zandriny maromaro araka izany no nidinan’izy ireo ifotony. Ireto farany izay mbola nanatanteraka hetsika famoriam-bahoaka ihany na dia teo aza ny tsy fahazoana manao izany. Ny sabotsy lasa teo, dia antokom-pivavahana roa no voatery noravana rehefa nampahafantarina azy ireo izany fandraisana fepetra noraisin’ny Fanjakana izany mba tsy hiparitahan’ity valanaretina ity : ny teny Ankadindratombo sy tetsy Ambodivondava. Omaly alahady dia fiangonana zandriny iray, etsy Nanisana no mbola niziriziry nanao fivoriam-bavaka ihany. Voatery noravana sy nasaina nody avokoa moa ireo mpiangona tao noho izany. « Anterin’ny pôlisim-pirenena hatrany, fa mba ho fiarovana ny ainao sy ho fitsinjovana ny mpiara-belona aminao, dia ilaina ny manaraka ny toromarika ahafahantsika rehetra misoroka ny fiparitahan’ity valanaretina ity ». Marihana, fa ireo fiangonana izay ao anatin’ny Fiombonan’ny fiangonana kristianina eto Madagasikara (ffkm) dia efa nandray fepetra ny hanakatona avokoa ireo fiangonana rehetra sy nanafoana ireo fotoam-bavaka sy fivoriana isan-karazany, nanomboka ny sabotsy lasa teo, araka ny fanambarana nataon’izy ireo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Développement : Une table ronde pour la mise en œuvre de la feuille de route du dividende démographique

Le dividende démographique fait l’objet d’une coopération entre Madagascar, l’USAID et le FNUAP.

Les changements à la dynamique de la population peuvent contribuer au développement économique d’un pays. C’est en tout cas l’un des principes du dividende démographique qui se définit comme une croissance économique accélérée obtenue entre autres après des changements dans la structure par âge de la population. 

Les dirigeants actuels étant en permanente recherche des moyens pour le développement, le ministère de l’Economie et des Finances en collaboration avec d’autres départements ministériels, comme la Santé, l’Éducation, l’Emploi, la Justice, et la Population, poursuit actuellement le processus de mise en œuvre de la Feuille de Route pour atteindre le Dividende Démographique. 

Plan de suivi. Une équipe appuyée par le projet USAID Health Policy Plus est chargée de la mise en œuvre effective de la Feuille de route de la dividende démographique a été lancée officiellement le 12 septembre 2019 dernier sous le principe d’une bonne coordination multisectorielle à travers les 28 actions clés. Durant ces derniers mois, l’équipe du Dividende Démographique s’est attelé à finaliser le plan de suivi de cette feuille de route avec la budgétisation des actions-clés à travers les quatre piliers : santé, éducation, emploi et gouvernance. Rappelons que l’EDD est composée des départements publics sectoriels, de la société civile, de l’USAID HP+ et de l’UNFPA. Il contribue au développement d’un pays mais également au bien-être des familles et des communautés. Une belle initiative, en somme quand on sait que certains des Tigres de l’Asie comme la Thaïlande et la Malaisie, les changements à la dynamique de la population malgache peuvent contribuer au développement économique du pays. 

Qualifié et efficace. Ainsi Madagascar pourrait bénéficier de cette croissance économique en investissant dans la planification familiale, l’éducation, l’économie et la gouvernance pour amorcer et poursuivre un déclin de la fécondité, et améliorer l’éducation et la formation professionnalisante pour un capital humain qualifié et efficace. Il s’agira également d’instaurer un environnement favorable à l’économie. C’est justement dans cette perspective que le ministère de l’Economie et des Finances, en partenariat avec l’USAID et l’UNFPA, a tenu jeudi dernier à l’hôtel IBIS une table ronde de haut niveau pour l’atteinte du dividende démographique à Madagascar, en présence de sept ministères signifiant leur engagement par la signature de la Feuille de route du Dividende Démographique à Madagascar.

Participation active. Présidé par le Directeur de cabinet du MEF, Ratovoharivony Mihamina, qui a représenté le ministre Richard Randriamandranto, cette table ronde a vu la participation active et l’engagement sans faille des sept ministères concernés : Economie et Finances, Santé, Éducation, Emploi, Justice, Population, et Jeunesse représentés par leurs premiers hauts responsables, lesquels ont signé la déclaration d’engagement pour l’opérationnalisation de la Feuille de route pour l’atteinte du dividende démographique. La cérémonie a été honorée par la présence des hautes autorités de l’Etat, de l’USAID Madagascar représentée par son Directeur des Programmes, Michael Stern, de l’UNFPA, par sa Représentante Résidente par intérim, Espérance Fundira et de l’Équipe Nationale du Dividende Démographique ou EDD. Une occasion pour les représentants de l’Etat de souligner leur volonté de faire du Dividende Démographique une de ses actions primordiales. Le Représentant de l’USAID a, quant à lui, félicité Madagascar pour cet engagement et a manifesté le soutien indéfectible du peuple américain, à travers l’USAID et ses projets, dont Health Policy Plus, dans son parcours vers la transition démographique et pour accompagner le pays dans la mise en œuvre des actions stratégiques pour profiter pleinement du Dividende Démographique.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Namontana : Voaroba ny iray taxi-brousse

Omaly vao maneno akoho, tokony ho tamin’ny dimy ora maraina no nitranga ny fanafihana. Teo amin’ny sampanana izay mizotra hoany Namontana, raha nanala olona ny taxi-brousse iray izay avy any amin’ny làlam-pirenena voalohany, no nanatona ny telo lahy raha kely indrindra. Ny roa niditra avy aorian’ny fiara, ary tafiditra tao anatiny. Ny fahatelo kosa avy hatrany dia nanambana antsy lavalela ny mpamily. Ny vola teny amin’io saofera io no nataon’izy ireo lasibatra voalohany. Lasa arak’izany ny saran-dàlana rehetra miampy izay mety ho ambim-bola teny aminy. Tsy nionona tamin’izay anefa ny jiolahy, fa mbola nandroba koa ireo mpandeha tao anatin’ny fiara. Rehefa lasa ireo vao afaka nampandre ny mpitandro ny filaminana izay akaiky indrindra. Natao ny fisafoana kanefa efa tsy nisy hita intsony ny olon-dratsy. Mbola tao anatin’ny haizina koa ary poa toy izay dia nanjavona ireo telo lahy.

D.R