Les actualités Malgaches du Samedi 23 Mars 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara23 partages

Sénégal- Madagascar : Les Barea intensifient leur préparation

L’avenir des Barea dépend du résultat de leur match de ce soir à Thiès où ils affrontent le Sénégal. Pour le prestige mais aussi pour se forger un bon moral avant d’entamer la Coupe d’Afrique des Nations au mois de juin.

La forme du moment aidant, Nicolas Dupuis semble avoir pris sa décision pour son onze de départ. C’est du moins ce que laisse transparaître la dernière séance d’entraînement d’hier où le moral de la troupe est au beau fixe. Logique car face à une formation constellée de stars, les Barea n’ont rien à perdre et tout à gagner.

Mauvaise pelouse. Et n’oublions pas que les Lions de la Téranga ont été tenus en échec au match aller sur un score de 2 à 2. Un demi-échec que les Sénégalais mettent sur le compte d’une mauvaise pelouse et que pour cette fois, au stade Lat Dior de Thiès, le Napolitain Kalidou Koulibaly et ses camarades entendent mettre le paquet.

Facile à dire qu’à faire devant une défense malgache que Dupuis a remanié puisque de toute évidence, il fera entrer le Lyonnais Jeremy Morel et laisser le Rémois Thomas Fontaine sur le banc. Un choix évidemment tactique car devant des Sénégalais férus aux coupes européennes, il a besoin d’un guerrier de la trempe de Bapasy Razakanantenaina pour déstabiliser les attaquants adverses.

Sur les flancs, c’est presque hermétique avec Jerôme Mombris à gauche et Romain Métanire à droite.

Nouveau palier. Il y a ensuite un premier rideau défensif avec Ibrahim Amada e Marco Ilaimaharitra et ce malgré la grande forme d’Abel Anicet Andrianantenaina.

Devant et en l’absence de Bolida qui purge une suspension à la suite de ses deux cartons jaunes, c’est le trio Voavy Paulin, Njiva Rakotoarimanana et Carolus Andriamahitsinoro puisque Faneva Ima Andriatsima est seul en pointe.

Le seul problème reste, ce choix d’Ibrahima Dabo, préféré à Leda Randrianasolo dans les buts. On a encore en mémoire la prestation de Dabo face aux Soudanais, mais comme il a depuis rejoint les rangs des Réunionnais de la Saint-Pierroise, on espère qu’il a pu franchir un nouveau palier.

Comme il sait que sa CAN dépendrait de ce qu’il est en mesure d’offrir dans ce duel contre le Sénégal, on pense qu’il va se surpasser même si cela risque de ne pas suffire devant des Lions affamés. Puis après tout, « impossible » n’est pas malgache.

Clément RABARY

Midi Madagasikara14 partages

Ambalavao : Tratran’ny polisy ilay andian-jiolahy nanafika an’ilay Sinoa tany Manankara

Noho ny fiaraha-miasa tamin’olona tsara sitrapo no nahafantarana fa misy  olona antsoina hoe Martin, monina ao Tolia Est – CR Andonaka, voalaza fa manana basy vita gasy, ampiasainy amin’ny fanafihan-dahalo isan-karazany. Tamin’ny alarobia 20 marsa lasa teo dia nirosoana ny fidinana ifotony nataon’ny Police eto Ambalavao. Tra-tehaka tamin’izany izy, niaraka tamin’ireto basy vita gasy miisa roa (2) izay tena mipoaka tokoa, miaraka amina bala izay vita gasy ihany koa miisa valo.Araka ny filazany dia novidiany tamin’olona (izay mbola karohina) io basy io. Izy kosa efa natolotra ny fampanoavana io maraina io.

Tsiahivina fa tamin’ny volana aogositra 2015, dia nisy Sinoa antsoina hoe « Rolland » avy any Manankara notafihin’ny andian-jiolay mitam-piadiana, ka very tamin’izany ny vola mitentina 500 000 000 fmg sy basy « Maverick » 5 coups iray. Voatifitra tamin’izany ilay Sinoa izay mitondra takaitra mandraka ankehitriny. Niezaka hatrany ny polisy, ka efa misy telo lahy voasambotra tamin’izany ary voatana amin’ny fonjan’i Manakara.

Anastase

Midi Madagasikara6 partages

BASE TOLIARA : Plus de 900 millions Ar d’investissements sociaux réalisés

Jean Bruno Ramahefarivo, DG de Base Toliara, a plus de 25 ans d’expériences dans le secteur minier à Madagascar et dans d’autres pays. (Photo : Tiaray)

La compagnie minière australienne Base Resources cotée en bourse à l’Australian Securities Exchange et à l’AIM à Londres, a repris le projet du Toliara Sands depuis janvier 2018 en rachetant les actions de WTR. Celle-ci a effectué des travaux d’exploration pendant 20 ans sur le site de Ranobe.

« Après un rebranding, Base Toliara, une société de droit malgache immatriculée à Madagascar,  est née avec une nouvelle équipe, une nouvelle stratégie et une nouvelle vision. En outre, Base Toliara a obtenu son permis environnemental et social ainsi que son permis d’exploitation de sables minéralisés valide sur une période de 40 ans, sur le site de Ranobe uniquement qui est étalé sur une superficie de 2 550ha. La partie potentiellement exploitable est encore largement inférieure à cette surface ». L’originaire de Toliara, Jean Bruno Ramahefarivo, qui plus est , le directeur général de Base Toliara, ayant plus de 25 ans d’expériences dans le secteur minier à Madagascar et dans d’autres pays, l’a expliqué lors d’une conférence de presse hier à l’hôtel Ibis à Ankorondrano. En outre, « Base Toliara prévoit d’investir plus de 500 millions USD tout en créant plus de  3 800 emplois. Les travaux de construction des infrastructures démarreront en janvier 2020 et le début des opérations d’extraction d’ilménite, de rutile et de zircon, est prévu vers la fin de 2021 », a-t-il poursuivi.

Approvisionnement. Même si la compagnie n’exploite pas encore, elle a déjà réalisé des investissements sociaux au bénéfice des communautés locales résidant dans les zones d’intervention du projet, et ce, à hauteur de 400 000 USD ou 900 millions Ar, en l’espace de neuf mois. « Cela va dépasser les obligations des compagnies minières d’investir dans les secteurs sociaux d’une valeur de 500 000 USD par an durant la phase d’extraction », a-t-il enchaîné. Parmi ces investissements sociaux, on peut citer entre autres, la construction en cours de trois puits à usage communautaire avec château d’eau et pompe solaire. « D’autres équipements de forage seront mis à la disposition des communautés locales, suivi de leur formation pour assurer une adduction d’eau potable. Ensuite, les agriculteurs et les éleveurs formant la majorité de la population locale bénéficieront d’un renforcement de capacité avec la vulgarisation des techniques de production plus performantes, afin d’améliorer la production agricole. Ils assureront l’approvisionnement en nourriture des employés de la compagnie et de la ville de Toliara. En outre, 500 femmes pêcheurs et mareyeuses ont été formées en matière de techniques de conservation des produits de mer et de trésorerie », d’après les explications du DG de Base Toliara.

Formation anticipée. Et ce n’est pas tout ! Base Toliara est l’unique compagnie minière qui se lance dans la formation anticipée de sa main d’œuvre qualifiée en privilégiant le recrutement des jeunes issus de ses zones d’intervention. « Plus de 5 500 personnes ont maintenant déposé leurs candidatures auprès de la compagnie. Et près de 26 510 personnes ont été rémunérées grâce à la réalisation des activités d’utilité publique comme la réhabilitation des canaux d’irrigation et des digues de protection, via le système HIMO. A part cela, près de 10 000 personnes ont bénéficié des soins de santé gratuits à travers la collaboration de Base Toliara avec ADFA (Australian Doctors For Africa). Et un hôpital sera bientôt construit à Ranobe à la demande de la population locale », selon toujours Jean Bruno Ramahefarivo.  Et lui de préciser que Base Toliara n’opère pas du tout dans la forêt Mikea et respecte bien les cahiers de charge environnementaux et sociaux tout en se conformant aux lois nationales en vigueur, aux us et coutumes de la région Atsimo Andrefana et aux normes exigées par la Société Financière Internationale. A titre d’illustration, un comité technique représentant tous les services déconcentrés concernés, les autorités locales, les Notables, des anthropologues et  archéologues originaires de la région et les propriétaires des tombeaux, est créé afin de procéder au déplacement des tombeaux suivant les meilleures pratiques. « On le fera bientôt. Ces propriétaires de tombeaux réclament au contraire l’accélération du processus, vu l’existence de vols d’ossements dans cette partie touchée par le projet », a-t-il soulevé.

Expérience réussie. Par ailleurs, les retombées économiques de ce 3e plus grand projet minier ne sont pas négligeables. Environ 35 millions USD de taxes et redevances seront versés à l’Etat. Le projet contribuera à hauteur de 226 millions USD au PIB national. « Il faut savoir que Base Resources dispose d’une expérience réussie en mettant en œuvre le plus grand projet d’exploitation d’ilménite à Kwale au Kénya. Nous faisons tout pour la réussite du projet de Ranobe tout en apportant plus de bénéfices aux communautés locales, en particulier », a conclu Colin Forbes, le DG de Base Resources.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Lutte contre la violence envers les femmes : a balle est dans le camp de la gent féminine

« J’invite les femmes à se prendre en main, à faire preuve de bravoure et à dénoncer les situations de violences basées sur le genre. Il faut que les femmes dénoncent les violences auxquelles elles font face au quotidien« . C’est en ces termes que la Dr Hanta Baraka Charlotte, Secrétaire générale auprès du ministère de la Population a interpellé les femmes Malagasy sur la nécessité d’en finir avec la culture du silence en matière de violence envers les femmes.  Pour des raisons multiples, les femmes n’arrivent pas forcément à faire part de ce qu’elles endurent. Une situation préoccupante étant donné le nombre de cas observés, enregistrés et répertoriés dans les communautés à travers les régions du pays. La situation est d’autant plus préoccupante dans la mesure où l’Etat, les organismes œuvrant dans le domaine de la protection de la femme ne peuvent rien faire. « Il faut que les femmes dénoncent les violences qu’elles subissent afin que l’Etat puisse facilement les prendre en charge« . Une prise en charge qui s’opère auprès des centres d’écoute et de conseil juridique (CECJ) et dont les retombées commencent à se faire de plus en plus sentir. « La perte petit à petit de la culture du silence » notée dans le rapport d’évaluation des centres CECJ au mois de mai 2018 dernier en est une parfaite illustration.

Processus. La lutte continue toutefois et requiert toujours plus de prise de responsabilité des femmes victimes. Comme l’a fait savoir la Secrétaire générale du ministère de la Population « la lutte contre la violence envers les femmes se fait tous les jours, et briser la culture du silence est le meilleur moyen d’y parvenir« . La célébration régionale de la journée internationale de la femme à Mahamasina hier s’est voulue être une opportunité pour les acteurs œuvrant dans le domaine de la protection des droits des femmes d’accentuer la lutte. « Lobjectif de la journée est de consacrer une journée afin de connaitre tous les moyens disponibles et d’aider les femmes à faire face aux violences. Une plateforme devant permettre de rassembler tous les partenaires clés et de faire comprendre aux femmes qu’elles ne sont pas seules et qu’il existe des moyens gratuits qui sont en leur disposition afin d’alléger leurs luttes », a-t-on avancé lors de la cérémonie d’ouverture officielle de la célébration régionale de la journée internationale de la femme. A l’instar des luttes contre les inégalités et les injustices, la lutte contre les violences envers les femmes est un processus, dont, la prise de responsabilité des femmes dans la dénonciation, de la prise de conscience de la société et du renforcement des dispositifs de prise en charge des victimes par l’Etat, en sont la clef de voute.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Fifamoivoizana : Polisy 165 voahofana hanaja ny lalàna

Polisy 165 nahavita fihofanana manokana momba ny fifamoivoizana andenivohitra no tsy miaintsy handray asa mifandraika amin’izany manomboka ny fiandohan’ny herinandro ho avy izao. Mahasehaka ny sehatra rehetra eo anivon’nuy polisim-pirenena ireo mpiofona. Araka ny fanambaran’ny lehiben’ny fampifoanana, ny commissaire divisionnaire de police Ranjavalolona Julie Claudettenandritra ny famaranana tamin’ny fomba ofisialy ity fanofanana ity teny amin’ny toby Antanmora , natao izao fampivondronana fanamafisam-pahalalana sy fahaiza-miasa izao mba ho fampiharana ny vina izay napetraky ny  Minisitry ny Filaminam-bahoaka mifanojo indrindra amin’ny veliranon’ny Filohampirenena Andry Rajoelina. Ity farany izay mikendry ny hamerenana ny fandriam-pahalemana eto amin’ny Firenena ao anatin’ny fotona fohy. Ezaka lehibe tsy maintsy atao ao anatin’izany ny ady amin’ireo olana mety sy tsapa fa manelingelina ny fiainam-bahoaka ka tsy ahatongavana amin’io tanjona io. Isan’izany ny kolikoly sy ny hanaovana rainazy eo amin’ny izay mahazo vahana amin’ny fanatanterana ny asam-panjakana.  Ny ady amin’izay indrindra no  nahatonga ny minisitera ny Filaminam-bahoaka nampano izao fihofanana izao, hoy ny Misisitry Filaminam-bahoaka raha nanome voninahitra ny  famaranana ity  fiofanana .ityn omaly.  Nambarany fa manomboka izao, mino ny tenany fa tsy hisy intsony ny tsikera sy fanenjehana mahakasika ny fomba fiasan’ireo polisy misahana ny fifamivoizana amin’ny foma fiasan’izi ireo eny rehetra eny. Ireto farany izay nofaninana hampianatra, hanoro ary hanasazy ihany koa rahaireo mpampiasa lalana raha ilaijna izany,.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Protection des Droits de l’Homme : Madagascar obtient le « Statut A »

Les membres de la CNIDH devant la presse hier à Antsahavola.

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) de Madagascar a passé l’examen du sous-comité d’accréditation auprès de l’Alliance Mondiale des Institutions Nationales de Droits de l’Homme (GANHRI), sise à Genève. Après examen des dossiers, soumis depuis le mois de novembre 2018, suivi d’un entretien qui s’est déroulé le 11 mars 2019, la CNIDH Madagascar a été accréditée et a obtenu le « Statut A ». L’examen de la GANHRI a porté d’une part sur la conformité de la loi n° 2014-007 instituant la CNIDH aux Principes de Paris, portant sur le statut des Institutions Nationales pour la protection et la promotion des droits de l’Homme d’une part, et d’autre part sur l’indépendance de la commission dans son fonctionnement.

 Processus d’apaisement. De par son mandat de conciliation, la CNIDH a contribué au processus d’apaisement lors des événements survenus avant, pendant et après les élections. Elle mène également des actions relatives à la protection de la liberté d’expression. La mise en place du Mécanisme national Indépendant de prévention de la torture après amendement de la loi n° 2014-007 figure également parmi les facteurs ayant hissé Madagascar au « Statut A ». A noter que pendant plus d’une décennie, Madagascar n’a pas été répertorié dans le classement du Haut Commissariat et de la GANHRI. Avec la mise en place  de la CNIDH en 2016, des efforts ont été déployés et Madagascar a obtenu le « Statut A » au premier examen, après moins de deux ans d’effectivité.

R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Conseil économique, social et culturel : Mise en place d’un comité ad hoc

Photo de famille des participants à l’atelier portant sur le conseil économique, social et environnemental.

Un atelier s’est tenu avant-hier, au siège des Nations-Unies à Andraharo, portant notamment sur le conseil économique,  social et culturel. Des organisations de la société civile telles que « Mijoro Mandroso Madagasikara » (MIMA), CONECS et PLADUR, ainsi que des représentants de différents ministères ont assisté à cet atelier. Selon le président du MIMA, Razafindrazaka Fleury, « cet atelier rentre dans le cadre de la formation et de la sensibilisation des parties prenantes, notamment dans le domaine économique, social et environnemental. A l’issue de cet atelier, on va mettre en place un comité ad hoc multipartite ». Il a tenu également à souligner que ce conseil économique, social et culturel est prévu par l’article 105 de la Constitution. Notons que ledit article en son alinéa 1er stipule que, « le Conseil économique, social et culturel, saisi par le gouvernement, donne son avis sur les projets de loi, d’ordonnance ou de décret ainsi, que sur les propositions de loi qui lui sont soumis ». Il sert d’interface entre le gouvernement et les partenaires économiques, sociaux et culturels. Dans tous les cas, a fait remarquer le président du MIMA, ce conseil sera mis en place incessamment.

Education citoyenne. Les atouts, les handicaps et les solutions pour la mise en place de ce conseil ont été notamment abordés. Citons entre autres, le retour de l’éducation citoyenne en classe, la promotion adéquate et inclusive du Partenariat Public- Privé, et la vulgarisation du volontariat ou du bénévolat pour éradiquer les recherches des profits personnels et la grande réforme en série des textes juridiques pou être à jour aux contextes Malagasy et aux besoins de la société en vue de la lutte réelle contre la pauvreté. Un participant a aussi mis en exergue l’harmonisation des textes au niveau des ministères. Un autre  de souligner qu’il n’y aurait pas de développement sans autonomie financière des régions.

Dominique R.

Madaplus.info0 partages

Action de TEM au Foyer Universitaire ARAGO ce 22 mars 2019

Deux semaines après le FUM de Cachan, c'est au tour du FUM d'ARAGO de recevoir le TEM, Tous Ensemble pour Madagascar, pour un échange avec les étudiants et une distribution de Produits de Première Nécessité
Lors de ces échanges, de nombreux thèmes ont été abordés : les préoccupations et le quotidien des étudiants malagasy, l'avenir et les projets post-universitaires des étudiants, les conditions et opportunités de leur retour à Madagascar.
23 étudiants sur 45 du FUM d'Arago étaient présents. Les autres ont été retenus par leurs obligations mais récupèreront toutefois les PPN qui leur étaient destinés par le biais de leurs camarades ou voisins de chambre.
Les membres du bureau de TEM ont ensuite partagé leur expérience sur la vie en France après leurs études.
Plusieurs points de la politique du Président de la République en rapport avec les préoccupations des étudiants ont été abordés.
Après les discours respectifs du Directeur du FUM Arago, du Président de TEM et l'intervention du Secrétaire Général de TEM, les femmes de TEM ont procédé à la distribution des PPN.
Le Directeur du FUM d'Arago a brossé un portrait du foyer, des étudiants pensionnaires, des critères retenus pour qu'ils puissent résider au FUM, de leur filière et niveau d'études. Le taux de réussite des étudiants y est de 98%.
Il a indiqué qu'un étudiant du FUM devait s'acquitter d'une quote-part de 167 euros, ce qui est très minime comparée au coût des foyers d'étudiants qui tourne autour de 300 euros.
La différence est prise en charge par l'Etat malagasy.
Le Directeur a également orienté la réflexion des étudiants sur la redevabilité des étudiants.
Poursuivre un cursus universitaire en France coûte beaucoup plus cher comparativement à la somme investie pour des étudiants boursiers de Madagascar.
Ceux qui sont diplômés devraient penser à rentrer au pays juste après leurs études pour s'impliquer dans le développement du pays et apporter leur pierre à l'édifice en contrepartie de la prise en charge de l'Etat durant leurs études.
Plusieurs étudiants ont d'ailleurs souhaité rentrer directement après leurs études.
Le Président de TEM a évoqué, quant à lui, les rapports entre les études suivies et les opportunités qu'elles peuvent apporter au pays ainsi que la mise en place d'une plateforme pour un recueil de viviers de compétence, pour une mise en relation avec les opportunités de stages ou d'emplois à Madagascar, pour l'initiative et l'investissement de chacun pour le développement du pays.
Il a également parlé du rôle d'accompagnement de cette plateforme pour les étudiants diplômés afin de leur offrir la possibilité de travailler dans leur spécialité dès leur retour.
C'était au tour de chaque étudiant de se présenter, d'évoquer ses préoccupations quotidiennes d'étudiants mais aussi ses inquiétudes et attentes quant à son retour au pays en tant que diplômé ainsi que les projets qu'il souhaiterait y développer. Lors de ces échanges, plusieurs points des projets présidentiels ont été évoqués.
Les principales inquiétudes des étudiants reposent sur la possibilité de trouver un emploi en adéquation avec leurs études, d'avoir un salaire équivalent à ce qu'ils pourraient toucher en France, de ne plus subir la corruption ou le népotisme qu'exercent certains qui les écarteraient des postes correspondant à leur formation.
Le Président de TEM de rappeler, que le Président de la République dans son discours a affirmé que Madagascar ne peut plus être qualifié de pays le plus pauvre du monde et qu'il fallait faire valoir le Made in Madagascar, l'énergie, le potentiel, les compétences de Madagascar.
"Ianareo tanora manam-pahaizana no andrin'ny firenena."
Ainsi Madagascar ambitionne de s'équiper d'industries de production et de transformation et développer l'exportation, "Famokarana, Fanodinana, Fanondranana."
Tous les étudiants diplômés auront la possibilité d'accéder à des postes à responsabilité en adéquation avec les formations qu'ils ont suivies et les diplômes qu'ils ont obtenus dans un avenir proche.
COMMUNICATION TEM
Madagate0 partages

Shina sy Madagasikara. Hifampizara traikefa eo amin’ny lafin’ny Kolontsaina

Ramatoa Yang Xiaorong, Masoivohon’ny Shina eto Madagasikara sy Ramatoa Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, Minisitry ny Serasera sy ny Kolontsaina, diboky ny hafaliana

Nanao fitsidiham-piara-miasa ny Minisitry ny Serasera sy ny Kolontsaina, Ramatoa Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, tao amin'ny birao fiasany etsy Anosy, ny zoma 22 Martsa 2019, ny Masoivohon’ny Shina, Ramatoa Yang Xiaorong, miasa sy monina eto Madagasikara.

Fitohizam-piara-miasa eo sehatran’ny Kolontsaina no tena niompanan’ny dinika teo amin’ny roa tonta. Nisy ihany koa ny fanasana nataon’ny masoivohon’ny Shina ho an’ireo mpanakanto Malagasy, handray anjara amin’ny « Festival » izay atao any Shina ny volana Mey ho avy izao, ary ny fahatongavan’ireo mpanakanto sinoa eto Madagasikara.

Ny Minisitry ny Serasera sy ny Kolontsaina dia nanamafy fa mitombo hatrany izay fiarahamiasan’ny Shina sy Madagasikara izay.Anisan’izany ny fanofanàna ireo mpanao gazety Malagasy. Raha eo amin’ny lafin’ny Kolontsaina kosa dia ny fisian’ny fifanakalozana traikefa eo amin’izay Kolontsaina ny roa tonta izay.

Voaresaky ny roa tonta ihany koa ny mahakasika ny fiarovana sy ny fanatsarana eo amin’ny vakoka misy eto Madagasikara.

Soratra : Andry RAKOTONIRAINY Sary : Harilala RANDRIANARISON

Mpiana-draharaha ((Stagiaire): Mialy AUDREY (Institut Confucius)

Midi Madagasikara0 partages

15 km de Tana : Tous les feux sont au vert !

La présidente de la section d’athlétisme à Analamanga, Nivo Rakotoson, affiche un bel optimisme quant au succès du 15 km de Tana de dimanche.

La course de 15km de dimanche à 8h reçoit un écho favorable de la part des établissements scolaires qui viendront massivement honorer cette invitation de la section d’athlétisme d’Analamanga.

On citera en premier, l’Ecole Privée Nirina qui fait figure de proue dès qu’on parle d’athlétisme mais il y a aussi le Lycée Technique Ampefiloha sans oublier le Lycée Privé La Pie.

Bref il y aura du beau monde pour cette grande première de sa section de Tana qui verra également une animation Zumba devant le point de départ de la course qui se trouve près des locaux du Tribunal, à Anosy.

La présidente Nivo Rakotoson est en tout cas confiante de la réussite de cette journée à laquelle, elle invite tout le monde et même ceux qui ne pourront pas tenir sur les 15km car elle va offrir en option les deux tours du lac Anosy.

Dans ce genre d’opération séduction en effet, l’essentiel est de participer.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Un parcours  plus  difficile que prévu pour le régime

Le changement voulu par le régime en place continue et ce dernier n’y va pas de main morte. La valse des limogeages et des nominations continue  et elle s’amplifie. Les responsables dans les ministères ont été changés et   les nouveaux arrivés sont assujettis, eux aussi, à une obligation de résultat. La population, elle, se préoccupe plutôt de  son quotidien et  continue sa lutte pour la survie. Les problèmes de la Jirama ne sont pas tous résolus et  des incidents comme  celui d’Antalaha peuvent survenir à tout moment. La descente du Premier ministre sur place a eu le don de calmer les esprits. Le processus électoral entamé l’année dernière continue. Les candidats aux élections législatives sont connus et ils vont pouvoir aborder l’étape suivante en toute sérénité. On ne peut pas encore deviner  la configuration de la future Assemblée nationale, car  les indépendants  sont  les plus nombreux à se lancer dans la course à la députation. Les  sujets  qui seront abordés lors de la campagne électorale sont divers, mais le thème de la sécurité sera  certainement le plus débattu. Les responsables en charge du problème ont mis en  place un vaste plan de sécurisation. Le système commence à être opérationnel, mais on ne  pourra juger de son efficacité que dans quelques mois. Le développement du pays ne pourra se faire que  si toutes les énergies se mobilisent, mais on constate un certain attentisme dans divers  secteurs. Cela  fait deux mois que le nouveau régime est en place et sa volonté de maintenir son cap fixé n’est pas compris de tout le monde.

Sur le plan international,  c’est la catastrophe humanitaire provoquée par le cyclone IDAI  sur  la côte Est  du continent africain qui a marqué les esprits. Des centaines de morts, des dizaines de milliers de sinistrés et des contrées dévastées après le passage d’IDAI ont  suscité l’émoi de la communauté internationale. Le Mozambique a été le plus durement touché et son gouvernement a lancé un appel de détresse, relayé par l’ONU. Le Zimbabwe et le Malawi ont eux aussi subi de dégâts, mais moins importants que leurs voisins. Madagascar  l’a échappé belle, mais  le pays reste toujours sur le qui-vive car la  saison cyclonique n’est pas terminée.  Des systèmes dépressionnaires sont constamment en formation,  mais ils  ne  sont pas  pour le moment  menaçants.

La  Nouvelle Zélande est en train de se remettre tout doucement du drame de l’attentat raciste de la semaine dernière. Tout le pays  se retrouve soudé dans la  douleur et ne comprend pas  le geste de ce  suprémaciste blanc qui a tiré sur les fidèles d’une mosquée. Les Néozélandais  sont  des gens tolérants et prônent le « vivre ensemble ». Des leçons vont être tirées par le  gouvernement.

La France s’apprête à vivre un nouveau rassemblement de gilets jaunes aujourd’hui. Ce sera un week-end sous très haute tension  car après les scènes de pillages et de saccages de samedi dernier, les autorités  ont décodé de ne tolérer aucun débordement. Les mots d’ordre sont  « zéro impunité » pour les casseurs. L’armée a été  appelée à la rescousse  et déchargera les forces de l’ordre de certaines tâches comme la garde des bâtiments.  Les policiers et les gendarmes se consacreront à la prévention des actes de violence  et  feront  respecter les interdictions de manifestation ordonnées par les préfets.

Le régime ne dévie pas de son cap malgré les  difficultés qu’il rencontre. La  gestion des affaires de l’Etat est  beaucoup plus difficile que  prévu, mais il  devait s’attendre à un parcours parsemé d’embûches. Le  jugement de son action se fera sur le long terme

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Guide du week-end

Les poètes du partage au CGM

Le Cercle germano-malgache (CGM) Analakely propose cet après-midi à 15 h des séances de proses poétiques avec l’évènement « Zara-fanahy » qui en est à sa neuvième édition. Plusieurs manieurs et manieuses des rimes seront sur les planches, comme Poeta Ny Roa, un slameur venu de Manjakandriana, Nianjara Masoandro, Orad, un slameur de la capitale…En tout, ils seront dix poètes à partager leurs blues, leurs joies, leurs peines, leurs rêves… durant cette séance qui arrive toujours à attirer un large public. Cet évènement est sous les auspices du cercle des poètes « Faribolana Sandratra ».

Kr78 sonne la charge   

L’une des meilleures révélations du métal malgache, Kr78, montera sur la scène du Kudeta Anosy ce soir à partir de 20 h. Ce rock band venu d’Antsirabe pratique le thrash groove métal, il est alors possible de surprendre des variations mélodiques ou rythmiques dans ses compositions. Les membres de ce groupe ont le talent, le charisme et le sens artistique pour pouvoir titiller les hautes sphères du rock malgache. Kr78 possède également une belle panoplie de créations comme « Vavolombelona ratsy fanahy », « Fanamparam-pahefana », « Apohay », « Menalamba »… Sur scène, leur musique dépouillée rallie autant les puristes que les amateurs plus modérés.

L’évènement rock du mois avec Mage 4

Attendu depuis le début de l’année, le concert de Mage 4 au Palais des Sports de Mahamasina à partir de 14 h sera sûrement l’évènement du week-end. Depuis quelques années, ce rock band confirme de plus en plus son statut de meilleur groupe de ce genre musical de Madagascar. Ils sont rares à se partager cette consécration. Les derniers morceaux comme « Aza hitserana », « Tsy sahy » et des meilleurs ne ferait pas mentir le succès de la bande actuellement. Sûrement, le Palais des Sports sera rempli comme un œuf. Au niveau de l’organisation, le groupe collabore avec les meilleurs sonorisateurs et lumières de la capitale.

Solika au Cc Esca

La troupe Solika sera sur la scène du Cc Esca Antanimena dimanche à partir de 15 h, un moment qui promet des étincelles. Référence en matière de chansons d’antan, l’ensemble a su s’adapter à son époque en réussissant à rajeunir les membres tout en gardant la même verve. Les Rasamy Gitara, Justin Rajoro, Thérack, Naka Rabemanantsoa… vont ainsi retrouver leurs gloires d’antan. Ces paroliers, musiciens et arrangeurs inégalables à leur époque ne sont pas oubliés par le temps grâce au groupe Solika. Cet après-midi sera donc sous le signe de la mémoire. « Voasary ao anosy », « Vorompotsy »… seront au menu.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Reforestation et rentabilité écologique : Plantation de bambous à Andringitra

La déforestation- de laquelle Madagascar détient le record mondial- est le problème environnemental n°1 dans la Grande île. La reforestation à hauteur de 40 000 ha a été ainsi décidée au niveau étatique. Cadrant dans la réalisation de cet objectif, une plantation de bambous de 100 ha est mise en place à Andringitra.

Le lancement officiel a été effectué hier 22 mars sur une étendue de 11ha à raison de 400 plants par ha à Andringitra, commune rurale d’Ambohimanjaka, district d’Ambohidratrimo. Le projet est mené par le ministère de l’Elevage et de la Pêche (MAEP) à travers le Programme PROSPERER ; en collaboration avec le Ministère de l’Environnement et du Développement durable (MED) et l’International network for Bamboo and Rattan( INBAR). Associations et coopératives ont également prêté mains fortes au MED, au MAEP, au PROSPERER et à l’INBAR ; à savoir : Fanazava, Volotsangana et Faniry. Notons que cette plantation s’inscrit à la fois dans une optique d’appui à la réalisation de la politique environnementale nationale ; ainsi que dans la promotion de la filière bambou, démarrée il y a au moins neuf ans déjà, en 2010 avec l’INBAR, dans la Région Atsinanana.

Filière prometteuse. Huit autres régions, dont Analamanga, bénéficient maintenant de ce projet, notamment en raison de la collaboration avec PROSPERER. En vue de satisfaire la demande en jeunes plants de bambous qui est appelée à connaître une forte croissance dans les mois à venir, un laboratoire commercial est actuellement en cours d’installation, avec une des coopératives, parties prenantes du projet, dénommée Fanazava. Pour information, le bambou est « écolo » par excellence, notamment parce qu’il produit 30% d’oxygène de plus que tous les arbres à feuilles, en fixant également 30% de CO2 en plus. Il retient et fixe aussi plus facilement l’eau dans le sol donc préserve celui-ci, grâce à la physiologie de ses feuilles. Pourtant d’une autre part, elle, tellement « vigoureuse » qu’elle ne nécessite ni beaucoup d’eau ni beaucoup d’entretien pour pousser et s’épanouir. Economiquement parlant, elle fait vivre directement et/ou indirectement deux milliards de personnes dans le monde. En ce qui concerne Madagascar, il fait partie intégrante de la vie quotidienne de certaines communautés, que ce soit dans la construction des habitats ou dans les rituels (circoncision traditionnel par exemple), surtout dans la partie orientale de la Grande île.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Tamatave : Un ressortissant turc attaqué chez lui

Ils étaient au moins au nombre de sept et munis d’armes blanches. Mercredi dernier, vers 22 heures et quelques poussières, la bande de malfrats est entrée par effraction au domicile d’un ressortissant Turc, à Vohitsara-Toamasina. Après la menace de mort suivie d’agression à son encontre, un mode opératoire classique dans le cas du genre, le vazaha a tout de suite compris ce qu’il fallait faire : obtempérer et suivre les consignes des bandits. Ces derniers ont emporté avec eux une somme d’argent encore imprécise pour l’instant, quatre téléphones portatifs, des cartes bancaires et des documents de voyage dont le passeport du ressortissant Turc. Une fois le forfait accompli, les pègres se sont évaporés dans les dédales du quartier populeux de Vohitsara. Le noir du délestage a d’ailleurs joué en leur faveur pour ne laisser aucune trace de leur fuite. Cela n’a pas empêché les éléments de la gendarmerie venus sur les lieux d’ouvrir leurs propres enquêtes. Ainsi, après une première constatation et audition préliminaire de la victime, le soupçon est venu et s’est tourné vers le vigil de nuit. Les éléments de la police judiciaire s’inquiètent de son implication dans la réalisation de l’attaque de son patron. Ainsi, le gardien de la maison, un jeune de 23 ans, a été embarqué illico presto dans la voiture de la gendarmerie. Il a été placé en garde-à-vue et auditionné pour complicité avec les malfaiteurs notamment dans la phase de planification du méfait. Quant à son patron, le ressortissant Turc, la gendarmerie a pris la disposition de le placer dans un endroit sûr sous peine de représailles après l’arrestation de son gardien. Il se trouve depuis deux jours dans un hôtel local.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Ovec Toamasina I : Vita omaly ny ankitsapaka nataon’ireo kandida solombavambahoaka

Natao omaly tao amin’ny lapan’ny faritra atsinanana araka ny tetiandron’ny vaomiera mahaleon-tena misahana ny fifidianana na ny CENI, ny nakitsapaka ho an’ireo kadida voahazona ho safidian’ny mpifidy ny fifidianana solombavambahoaka ny 27 may ho avy izao ho an’ny distrikan’i Toamasina I. Miisa 12 ireo kandida voahazona ka nandritra ny antsapaka dia laharana voalohany ny lisitry ny Tiako I Madagasikara tarihan’Atoa Rakotonirina Jean Claude, faharoa ny lisitra tsy miankina Atoa Josepha, ny fahatelo misy ny kandida tsy miankina Benessy Harison Sebastien izay tsy maintsy hametra-pialana amin’ny maha senatera azy ato ho ato, fahefatra ny kandida tsy miankina Botozaza Pierrot, fahadimy misy ny kandida tsy miankina Me Tody Arnaud izay tao anatin’ny vondrona Mapar ihany saingy nisafidy ny hifaninana amin’ny mpiara-dia aminy teo aloha, fahaenina ny lisitry ny Gasy.Mi, fahafito ny tsy miankina Mamonjy Ratsimbazafy, fahavalo no misy ny Isika Rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina misy an-dRtoa Naharimamy Irma Lucien, fahasivy ny MTS misy an’Atoa Roland Ratsiraka, fahafolo ny Gasikara Antsika Rehetra misy an’Atoa Mahavimbina Alain, faha-11 ny kandida tsy miankina Ndahimananjara Johanita, ary ny farany laharana faha-12 ny lisitry ny AKFM-Fanavaozana misy ny lisitra tarihan’Atoa Rakotomalala Henri na Riribe. Nambaran’ny CENI Toamasina fa vita izay ny dingana faharoa amin’ny fanomanana ny fifidianana ka hiroso amin’ny fampielezan-kevitra ny kandida sy ny mpanohana azy ny 06 may izao ; nisy noho izany ny antso avo nataon’izy ireo amin’ny fanajana ny lalana velona sy ny fifanajana eo amin’ny samy kandida. Ankoatra izany dia naneho ny heviny tamin’ny laharana fahatelo azony ny kandida Dr Benessy Harison Sebastien, ka nilazany fa toko telo mamasa-nahandro ny isa azony ka vonona izy ny ho mendrika amin’ny haha-depiote azy.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Législatives : Deux poids lourds écartés par la HCC

Robert Razaka et Albain Rabemananjara.

Les audiences se suivent et se ressemblent ou pas (c’est selon) à Ambohidahy où deux poids lourds ont été déboutés par le juge électoral.

La HCC  a rejeté hier la demande d’autorisation de Robert Razaka , à verser la caution auprès du Trésor et à remplacer le numéro 2 de la liste de candidats présentée par le parti ATM à Toliara. L’ancien sénateur Arema d’arguer que « par suite de mauvais temps et de la montée des eaux », la personne qui devait apporter la caution n’est arrivée à Toliara que le 14 mars après la fermeture des bureaux. Requête irrecevable selon la HCC.

Délai de grâce. Requête infondée et rejetée également pour Albain Rabemananjara qui a sollicité un délai de grâce pour l’enregistrement  du dépôt de candidature de la liste DINIKE à Arivonimamo. Même sort pour le recours de Randria Félix, candidat de DINIKE à Analalava qui a expliqué que le retard dans le versement de la caution était dû à l’enclavement du District et à l’inexistence d’établissement bancaire dans la circonscription.

Autorisation. La HCC a également déclaré irrecevable la requête d’Albert Mena, candidat à Toliara, qui demandait l’autorisation de versement de la caution en appui de sa candidature. Idem pour Oscar Lestony, candidat aux législatives à Miandrivazo, qui sollicitait la même autorisation. Rasolonjatovo Matio Arnold du PATRAM n’a pas non plus obtenu gain de cause dans son recours contre le rejet de sa candidature à Ambatondrazaka.  C’est aussi le cas de Charles Désiré Razafimandimby à Antananarivo IV dont la requête était « recevable en la forme et rejetée sur le fond ».

TIM – IRD. En revanche, la requête de Haja Andrianatsifonantsara, demandant la modification de la liste TIM à Antananarivo Avaradrano, a été jugée fondée par la HCC. Le requérant étant le candidat régulièrement investi par le chef du parti qui a annulé la qualité de mandataire de Hery Ranovona dans ce même District. Cyrille Damien François Andrianony, mandataire de la coalition « Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina » (IRD) à Ambatondrazaka, a aussi droit à une issue positive à  sa requête aux fins de substitution de candidat.

Recueillis par R. O

Midi Madagasikara0 partages

Bevilany-Maevatanàna : Maty voatifitra « Towiby » dahalo raindahiny

Mitohy hatrany ny hetsika ataon’ny miaramila aty amin’ny faritra Betsiboka. Jiolahy iray indray no maty voatifitra tany Bevilany, rehefa nokarohana sy nifampitadiavana nandritra ny telopolo taona makaty. Mpanao fakana an-keriny sy raindahiny amin’ny halatra omby sy vono olona ary fanafihana i « Towiby. » Tratra tao amin’ny fokontany Bevilany, any amin’ny kaominina Tsararano, ato anatin’ny disitrikan’i Maevatanàna izy. Rehefa nahazoana loharanom-baovao marimpototra avy amin’ny fokonolona ny miaramila mpampandry tany, dia nanaovana sarika am-pandriana vao maraimbe tamin’io toerana io, ka nahafahana nisambotra azy. Tsara ny manamarika fa rehefa nasaina nanoro ny namany izy, dia mbola nandositra ihany. Nanao tifitra fampitandremana moa ny mpitandro ny filaminana. Teo anatrehan’izany tsy nanaiky nijanona izy fa nanohy ny diany hatrany. Noho izany dia voatery nitifitra nikendry azy ny mpitandro ny filaminana. Maty tsy tra-drano teo ny tenany. Ny namany kosa mbola hanaovana fikarohana, raha ny angom-baovao voaranay hatrany. Tsara no ahalalana fa anisan’ny nampikaika ny mponina ato anatin’ny faritra Betsiboka i Towiby.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Protection de l’Enfance : Réhabilitation de l’orphelinat Tokotelo par le groupe Filatex

L’orphelinat Tokotelo a été remis à neuf par le groupe Filatex.

L’orphelinat Tokotelo, sis à Anosy Avaratra, a été rénové par le groupe Filatex, celui-ci ayant constaté son état de délabrement avancé en le soutenant matériellement depuis 2016.  Tokotelo accueille 30 orphelins de 5 à 18 ans, placés sous décision de justice, ainsi que 150 autres scolarisés en primaire.

Ce soutien cadre dans les activités de responsabilité sociétale de l’entreprise de Filatex, car il est convaincu que, les enfants seront les principaux acteurs du développement de demain et qu’il importe donc de les éduquer dans un environnement accueillant et sécuritaire. Pour en revenir aux travaux, la peinture extérieure et intérieure de tout le bâtiment a été rafraichie( toutes les structures allant du réfectoire, aux salles de bains, la bibliothèque, en passant par la salle d’informatique et le dortoir, etc.), les portes et fenêtres sont désormais plus larges et faites en palissandre ou en menuiserie aluminium, les dallages et enduits ont fait l’objet de réfection. L’orphelinat a été ainsi remis à neuf par le groupe Filatex et les ministères en charge de l’Enfance- celui de la Population, de l’Education nationale, de la Communication ; et même celui de l’Intérieur et celui de l’Aménagement du territoire ont été représentés durant l’inauguration. Le maire d’Anosy Avaratra a aussi honoré la cérémonie de sa présence.

Luz Razafimbelo

 

 

 

Midi Madagasikara0 partages

Théâtre : Lisin’Iarivo réapparait avec « Noely…. Taom-baovao »

La troupe Lisin’Iarivo organisera un théâtre demain à 14 heures au CEMDLAC Analakely. « Noely… Taom-baovao » est le thème choisi par le dramaturge et chef de troupe Randrianarivony. C’est la première pièce organisée par cet acteur cette année. La troupe Lisin’Iarivo partagera la scène avec Sampana Mitory an’Kristy de l’église FJKM Androndra Fahasoavana.

Passionné du sixième art, Dieu-Donné Randrianarivony adhère dans un groupe de théâtre dès son adolescence. Au fil du temps, il devient acteur. Comédien doué, il s’est fait repérer par la maison de production Scoop Digital. Il a incarné le rôle de Rason dans le film Malok’ila.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

DFLC : Une passation sous le signe de la continuité

Le nouveau Directeur de la Législation Fiscale et du Contentieux (DLFC)  Onja Miandry Rakotondramanana prend officiellement ses fonctions. La passation de service entre lui et le Directeur sortant Jacques Solo Ndriantody a eu lieu, hier dans les locaux de la Direction Générale des Impôts à Anosy. Une passation sous le signe de continuité puisque le nouveau Directeur a promis que les actions déjà entamées par son prédécesseur seront poursuivies. Il a ajouté que des réformes seront également à mettre en place, et ce dans l’optique de se conformer à la nouvelle vision établie par le régime actuel dirigé par le Président de la République Andry Rajoelina.  Parmi les grands chantiers auxquels, la Direction de la Législation Fiscale et du Contentieux  va faire face, figure incontestablement sa participation dans l’élaboration du projet de loi de finances rectificative pour 2019 et le projet de loi de finances initiale 2020. Cette direction a en tout cas, un important rôle à jouer dans les actions du ministère de l’Economie et des Finances. Elle est notamment chargée  de concevoir et élaborer les textes législatifs et réglementaires relatifs à la fiscalité ainsi que les instructions générales interprétatives nécessaires à leur application ;  de représenter la Direction Générale des Impôts dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions fiscales des conventions et traités internationaux ; de représenter l’administration fiscale avec possibilité de délégation, devant les instances judiciaires pour les contentieux fiscaux ;  de procéder à des actions de recouvrement ciblées ;  et enfin d’assurer un appui méthodologique aux services opérationnels en matière de recouvrement et poursuites.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Législatives : Les numéros des 803 candidats connus hier

Les candidats aux Législatives sont depuis hier dotés de leurs numéros dans les bulletins uniques (Photo d’archives).

Une autre étape du processus électoral vient d’être franchie. Il s’agit du tirage au sort des numéros des candidats dans les bulletins uniques.

Tous les OVECs (Organe de Vérification et d’Enregistrement des Candidatures) ont procédé hier au tirage au sort des numéros des candidats dans les bulletins uniques. Trois districts ont fait exception car ce tirage au sort doit attendre au motif que des contentieux sont en cours devant les juridictions compétentes. Du côté de la CENI, la prochaine étape du processus électoral consiste à imprimer en Afrique du Sud les bulletins uniques à utiliser au scrutin du 27 mai. Après le tirage au sort d’hier, les candidats sont sollicités de nommer leurs trésoriers de campagne et leurs représentants au sein de la formation non permanente de la commission électorale nationale indépendante. Pour les partis politiques qui ont présenté des candidats aux prochaines Législatives, ils n’auront qu’un représentant au niveau de cette formation non permanente. Par contre, les candidats indépendants  auront chacun le leur au sein de cette structure.

Pré-campagne. La campagne électorale ne commencera que le 6 mai. Pourtant, certains concurrents se lancent déjà dans la précampagne qui a l’air d’une véritable campagne avant l’heure. Aucune loi ne régit la précampagne à Madagascar. Un véritable vide juridique qui est loin de favoriser une élection juste et crédible. A Madagascar, on peut tout faire durant la précampagne à condition seulement de ne pas faire voter de manière directe pour un candidat. Depuis hier, les candidats aux Législatives peuvent à leur façon faire connaître aux électeurs leurs numéros dans les bulletins uniques. En tout cas, le processus se poursuit comme il faut. Ce qui n’est pas le cas dans quelques districts dont Fandriana où un candidat fait actuellement l’objet d’un mandat de dépôt, et Tsaratanàna où un autre candidat vient de décéder suite à un acte de kidnapping dont il était victime. Par ailleurs, la CENI estime que la sécurisation du processus électoral doit être renforcée dans certaines circonscriptions.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Ivato aéroport : Agent de sécurité 2 maty nianjeran’ny varavarana

Agent de Securité civile miisa 2 lahy no maty nianjeran’ny varavarana teo akaikin’ny salon présidentiel teny amin’ny aeroport Ivato ny 22 mars 19 tamin’ny 7 ora hariva. Bip d’Intervention Service (BIS) no orin’asa misy azy ireo izay miasa eny amin’ny Ravinala ao amin’ny aeroport. Razafimamonjy Tiandrazana sy Ramaroson Jean Paul no anaran’izy ireo. Ny ora-mikija narahana rivotra be no nampianjera io varavaram-be nahafaty azy ireo io. Nandre izany ny zandary miasa eny amin’ny aeroport ka niezaka ny hamonjy azy ireo izay efa naratra mafy teo amin’ny lohany. Nentina teny amin’ny infirmerie ao amin’ny BANI izy mirahalahy saingy efa namoy ny ainy tamin’ny fotoanan’ny loza izy ireo hoy ny mpitsabo.

DR

Midi Madagasikara0 partages

Festival international de Chine : Des artistes Malagasy seront à l’honneur

La ministre de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy, a reçu, hier dans son bureau à Anosy, l’ambassadeur de Chine à Madagascar, SEM Yang Xiaorong. La visite a été axée, bien évidemment, sur la coopération bilatérale entre la Chine et Madagascar, mais sur le plan culturel en particulier. Ainsi, il a été informé que dans le cadre du festival international de Chine, qui aura lieu en mai prochain en Chine, cette dernière invite des artistes Malagasy afin de faire connaître et promouvoir la culture malagasy au peuple chinois. Et toujours dans ce sens, Madagascar va accueillir des groupes artistiques chinois. Par ailleurs, la ministre de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy, a indiqué que d’autres projets réalisés avec la Chine sont en gestation, en l’occurrence, la sauvegarde du patrimoine.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Sourcin Voyage : Franc succès pour Dubaï 1

Un franc succès. C’est ce que l’on peut dire de la première vague de la  destination Dubaï de Sourcin. Les voyageurs qui ont fait le déplacement sont tous satisfaits. En témoigne les commentaires publiés sur la page facebook de cette jeune société qui a dorénavant le statut officiel d’agence de voyage. « C’est de l’excellence. Bravo Sourcin Voyage, vous avez un staff consciencieux et professionnel » ; « un séjour inoubliable et des vacances de rêve » ; « organisation au top, chapeau pour votre professionnalisme » ; « Merci, vous avez assuré, Sourcin Voyage ». Autant de commentaires positifs témoignant de la satisfaction totale des participants, dont nombreux sont prêts pour d’autres voyages avec Sourcin. Et ils seront servis, puisque, comme on le sait, Sourcin Voyage a décidé de multiplier les fréquences et les destinations. Etats-Unis, Japon, Australie, Israël… figurent parmi ces nouvelles destinations que Sourcin opérera avec le grand professionnalisme qu’on lui connaît. Prise en charge à 100%, choix des meilleurs hôtels et compagnies aériennes, visites de sites touristiques d’exception…Des voyages de rêve en somme et qui sont offerts avec un rapport qualité-prix imbattable. Et la  prochaine nouveauté  Sourcin, ce sera de ramener beaucoup de touristes étrangers pour découvrir la destination Madagascar. Une première vague de 150 touristes seront là au mois de juin.  Une manière en somme de participer aux efforts de développement du secteur tourisme à Madagascar. A noter que des détails de ces voyages sont disponibles en  page 48 de ce journal, aux numéros  034 77 777 66 ; 034 44 222 22, et bien évidemment sur la page facebook de Sourcin Voyage.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Un samedi de tous les dangers à Paris

C’est une fois de plus le  round l  des gilets jaunes que va retenir l’attention des Français en général et des observateurs internationaux. Les téléspectateurs du monde entier ont suivi depuis décembre dernier ce mouvement qui a diminué d’ampleur au fur et à mesure, mais qui, malgré ses débordements, retient l’attention des citoyens de l’hexagone et gêne le gouvernement français. Les scènes très violentes du week-end dernier ont ulcéré la majorité de la population et,  c’est  avec une certaine crainte que tout le monde attend  les événements de ce samedi.

Un samedi de tous les dangers à Paris

Le comportement des manifestants de samedi dernier a provoqué la colère de la majorité de la population française. Après les premiers mouvements d’humeur, c’est l’incompréhension qui a régné. Les autorités se sont retrouvées en posture d’accusés. Certains ont dit qu’elles avaient laissé faire. La réaction du pouvoir a été immédiate . Le premier ministre a annoncé une série de mesures. Des limogeages ont eu lieu. La plus importante est celle du préfet. Le ministre de l’Intérieur a été auditionné par les sénateurs qui ne l’ont pas ménagé. Ce dernier a répété qu’il y avait eu des  dysfonctionnements dans la chaîne de  commandement  et que le  pouvoir  y avait remédié. Les mots d’ordre ont répété à l’envie ces derniers jours : désormais, ce sera « zéro impunité pour les casseurs »  Des interdictions de manifester ont été décrétées, et des périmètres seront interdits aux manifestants. L’armée sera présente sur le terrain et elle assurera la garde des bâtiments importants  comme l’Elysée ou l’Assemblée nationale. Les forces de l’ordre pourront assurer las tâches qui leur sont spécifiques, à savoir les arrestations de casseurs et la protection des personnes et des biens.  Ce sera un samedi de tous les dangers. Nul ne sait comment cette journée va se dérouler. Le pouvoir a décidé de ne plus laisser faire.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Décès : Un fondateur des Nanahary parmi les éternels

Pierre Nanahary est désormais parmi les éternels de la musique malgache.

Le groupe Nanahary, patrimoine de la musique malgache, a perdu l’un de ses siens en la personne de Pierre Nanahary mercredi. Homme de scène, lui et ses frères ont apporté leur édifice à l’audiovisuel en effectuant la première émission télévisée en direct de la Nativité. Un exploit à cette époque, mais surtout, avec des textes qui ont  révolutionné les célébrations de cette fête. Nanahary a su apporter la poésie des champs et des petits peuples devant tout le pays. Avec leur style humoristique, nimbé d’une morale drue retrouvée chez les paroliers de Hira Gasy, la formation s’est définie comme porte -parole de la majorité. Pierre Nanahary a été un des fondateurs du groupe Nanahary, aussi connu pour avoir démocratisé le gospel dans la capitale.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Mahazoarivo Antsirabe : Tetezin’ny jiolahy vakiana ny fivarotana

Fivarotana iray indray no lasibatry ny asan-jiolahy omaly maraina be tao Mahazoarivo. Tapitra noraofin’ny jiolahy avokoa ny entana rehetra sy ny vola  tao amin’ilay trano fivarotana.

Vao omaly no notanterina teto fa toeram-pivarotana zava-pisotro  iray no nisy namaky tao Mahazoarivo tao dia ity indray fa toeram-pivarotana tsy dia mifanalavitra loatra aminy koa no nisy namaky ny alin’ny Alakamisy hifoha zoma teo. Toeram-pivarotana enta-madinika sy vary ary voamaina ity nisy namaky ity. Mihidy cadenas misy « alarme » ity fivarotana ity saingy tsy nahoan’ireo jiolahy izany na dia naneno sy nikiririoka mafy aza. Raha ny fanazavan’ny olona teny an-toerana, dia henon’ny manodidina teo an-toerana ihany ilay “alarme” saingy noheverin’izy ireo fa fiara ka tsy nisy taitra. Ny maraina  vao gaga ny mpiaray tanàna nahita ny fivarotana nibanaka. Tapitra noraofin’ireo jiiolahy rehefa entana toy ny vary amin’ny gony, siramamy, kafé menaka amin’ny bidon, izany hoe nanam-potoana ireo jiolahy nitaomana ny entana. Ankoatra izay  vola anetsiny maromaro koa no very  raha ny filazan’ny tompon-trano.

Mitaraina ireo mponina ao Mahazoarivo satria asesin’ny jiolahy robaina ny fivarotana sy trano fonenana. Efa nisy hoy ireo mpivarotra ny fitarainana napetraka ary antenaina fa hisy vokany tsy hoe ela izany.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

RN4 : Mpandeha môtô iray namoy ny ainy

Namoy ny ainy ny tovolahy iray. Naratra ihany koa ny namany izay tovolahy 28 taona eo. Nandeha môtô « Crosse » iray izy roa lahy ireto no tra-doza teny amin’ny lalam-pirenena fahefatra, tao amin’ilay toerana antsoina hoe « Pont Mainty, » ny marainan’ny alakamisy lasa teo. Nifandona tamin’ny taksiborosy iray manao zotra reginaly Ambondromamy sy Maevatanàna, ny kodiaran-droa mitondra azy ireo nony nandalo teo amin’ny fiolahana. Ilay nitondra ny môtô ity namoy ny ainy ity. Mbola tsaboina eny amin’ny hopitalibe Morafenokely Maevatanàna kosa ny namany. Potika tanteraka ny kodiaran-droa. Efa natao andrimaso, eny anivon’ny mpitandro ny filaminana kosa ny mpamily nitondra takisiborosy avy any Ambondromamy hatao famotorana. Ny marainan’ny zoma lasa teo ihany koa no nisiana tranga iray teny amin’ny « Pont Mainty » tamin’ny lalam-pirenena fahefatra. Fiara tsy mataho-dalana iray no tra-doza nifatratra tamin’ny trano satrana fivarotana saribao, soa ihany fa tsy nisy ny naratra na namoy ny ainy tamin’ity lozam-piarakodia ity, fa ilay « fiara 4×4 » avy any avaratra no potika.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Ilanivato : Tambajotrana mpangalatra « scooter » ravan’ny BC

Teo am-panosehana ilay môtô halatra mihitsy ireto bandy telolahy no saron’ny pôlisy avy etsy amin’ny sampandraharaha misahana ny ady heloka bevava, tetsy Ilanivato, ny voalohandohan’ny herinandro teo. Rehefa nosavaina izy ireo dia nahitàna karazana taratasina môtô maromaro, saingy ny an’ilay môtô natosika no tsy tao.

Olona nahatsikaritra zavatra mampiahiahy teny an-toerana no nampandre avy hatrany ireo mpitandro filaminana. Lehilahy maromaro manosika môtô, tokony ho tamin’ny dimy ora maraina. Nidina avy hatrany teny an-toerana ireto pôlisy ary tsy ela tokoa dia nahatazana azy ireo, mbola somokotra manosika ity kodiaran-droa. Vantany vao nahatazana ireo pôlisy nanaraka azy fotsiny anefa ireo andian’olona io dia vaky nandositra avy hatrany, ka nifanenjahana. Tsy ela dia voasambotra ny roa. « Nandritra ny fanadihadiana azy roa lahy dia niaiky izy ireo fa halatra io moto natosiny io ary vao avy nalainy teny Andavamamba. Nandritra izany koa no nahafantarana fa eny amin’ny faritra Itaosy no fanafenan’izy ireo ny moto avy nangalariny. Rehefa nosavaina moa ilay trano voalazany eny Itaosy dia tratra tao ny lehilahy iray mpiray tsikombakomba taminy »,  hoy ny vaovao. Fantatra ihany koa moa fa izy ireo no anisan’ny nangalatra ny môtô an’ny orinasa fanamboarana ranom-boankazo iray eny Ankazomanga.

Isan’ny mampikaika ireo manana kodiaran-droa, indrindra ireo « scooter » amin’izao ny firongotran’ireo olon-dratsy mpangalatra izany. Efa tambajotra matanjaka tokoa mantsy no ao ambadika, ka na inona fomba hiarovana izany fitaovana izany na inona dia vitan’ireo olon-dratsy foana ny mangalatra, mamadika azy ireny ary manamboatra ny taratasiny ho toy ny môtô vaovao indray. Ireo izay tena tsy hitan’izy ireo moa ny hanaovany azy, dia ataon’izy ireo fangalàna « pièces » fotsiny na ilay antsoiny hoe « kotoleta ».

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Tempête Tropicale Modérée : JOANINHA se pointe à l’horizon 

Joaninha serait une menace pour les îles Rodrigues.

Après le passage de la Tempête Tropicale IDAI dans le canal de Mozambique, l’Océan Indien est actuellement le théâtre de plusieurs formations.

La saison cyclonique 2018-2019 est très active. Une dizaine de systèmes s’est formée depuis le début de la saison. Si pour l’heure, aucun cyclone n’a touché terre la Grande Île, les risques sont toutefois énormes. Le dernier passage de la Tempête Tropicale Idai dans le Canal de Mozambique en est une parfaite manifestation. S’étant dangereusement approché des côtes Sud Malgaches, la tempête tropicale s’est rebroussée chemin en laissant quelques dégâts dans la partie Sud du pays. L’on a dénombré une perte humaine – celui d’une enfant – et des dégâts matériels tels que la destruction complète d’un pont reliant des communes. L’épisode du passage d’IDAI dans la Canal de Mozambique a certes, échappé à Madagascar. Ce qui n’est pas le cas pour le Mozambique. Le Président de la République Andry Rajoelina a d’ailleurs présenté un message de condoléances et de solidarité à l’endroit du peuple Mozambicain. Après les Genela, Eketsang et Idai donc, l’Océan Indien est actuellement secoué par une nouvelle tempête tropicale modérée baptisée hier au nom de Joaninha. Le bulletin cyclonique émanant de la direction générale de la météorologie d’hier fait savoir que le centre du système était situé à 1 400 Km à l’Est d’Antalaha à 12h locales. Le bulletin de la direction générale de la météo également de noter que, la perturbation s’accompagne de vent d’une vitesse de 65Km/h avec des rafales de vents de 90Km/h.

Impacts. Se dirigeant vers les Îles Rodrigues, le système « ne devrait pas avoir d’influence notable sur les conditions météorologiques à Madagascar » annonce la direction générale de la météorologie. Une information d’une importance capitale si l’on se réfère aux pertes enregistrées par le Mozambique suite au passage de la Tempête Tropicale Idai. Ce dernier a été qualifié de « cyclone meurtrier« . Les images publiées par toutes les presses internationales ont d’ailleurs démontré des images de destruction liée à la violence des vents, des impacts de la marée de tempête. Le dernier bilan en date du 17 mars déplorait la mort de 48 personnes et plus de 70 blessés. Les dernières informations qui circulaient il y a deux jours, font savoir que le nombre de décès pourrait avoisiner les milliers de personnes dans plusieurs pays différents. Le cas Idai fait comprendre la force de la nature quand elle se déchaîne. Une force dévastatrice qui malheureusement, peut frapper Madagascar à tout moment. La saison cyclonique de cette année l’a fait savoir, les cyclones gagnent de plus en plus en puissance tandis que le pays ne dispose pas de dispositif efficace et pérenne pour y faire face. Avec la Tempête Tropicale Modérée Joaninha qui se profile à l’horizon, touchons du bois (pas forcément de roses) qu’elle ne touchera pas le pays.

José Belalahy

Madagate0 partages

Association Jade Madagascar. Le patriotisme façon Mialy Audrey

Logo de l’Association Jade

Non, la valeur n’attend pas le nombre des années et Mialy Audrey a pris pour elle ce qu’avait déclaré le président John F. Kennedy, le 20 janvier 1961, avant de créer le Corps de la Paix (« Peace Corps ») le 1er mars 1961 : « (…) Ask not what your country can do for you, ask what you can do for your country (…) ».Traduction : « (…) Ne [vous] demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez [-vous] ce que vous pouvez faire pour votre pays (…) ». Pour être plus direct, nul n’est besoin d’être au pouvoir pour servir son pays en véritable patriote.

Ravaka, Mialy Audrey et Ramiarisoa Gisèle

Et c’est ce crédo de John Kennedy qui anime les actions Mialy Audrey, 21 ans, qui étudie le chinois mandarin depuis 3 ans, à l’Institut Confucius à Ankatso. Laissons-lui la parole : « J’ai légalement créé l'association à but non lucratif dénommée Jade, le 28 août 2018. Elle a pour objet de protéger, de conserver l’environnement de Madagascar, dans son ensemble. D’où la couleur verte du Jade, une pierre gemme très dure et tenace employée en ornementation et en joaillerie. Mais c’est également la couleur de l’Espérance… Ainsi, sont directement concernés, les milieux végétaux, les ressources, milieux et habitats naturels, les espèces animales et végétales, la biodiversité… Elle entend surtout conserver les équilibres fondamentaux écologiques, l'eau, l'air, les sols, les sites, les paysages, etc. ».

15 mars 2019. Jour de la première action de l’Association Jade. Ses membres se sont rendus sur la RN3, suite à une demande du directeur de l’EPP (Ecole primaire publique) d’Ambohitsimiray, district d’Anjozorobe, commune de Mangamila. 92 élèves apprennent ce qu’ils peuvent apprendregrâce à des maîtres Fram (leur salaire est payé par les parents des élèves), dans cette école vraiment laissée-pour-compte. Il s’agissait d’une demande de reboisement d’arbustes fruitiers (kaki ou plaqueminier, caféiers, pêchers). Ainsi, après une séance d’information-éducation concernant la protection de l’environnement en général, le reboisement en particulier, 30 plants ont été repiqués par les membres de l’Association Jade et des élèves des classes de 8è et 7è, sur les terres de l’école. Mais le Directeur Razakamanana Solofotiana, appuyé par les parents d’élèves, a aussi demandé à l’Association Jade si elle pouvait trouver des moyens de rénover les bâtiments de cette école primaire publique, par une réfection intérieure et le ravalement des façades décrépies par les outrages du temps.

Le Directeur de l’EPP d’Ambohitsimiray, Razakamanana Solofotiana, recevant la pendule murale des mains de Mialy Audrey

Il est clair qu’étant une association à but non lucratif, Jade ne pourra jamais se permettre d’agir à travers des ressources financières qu’elle ne possède pas. Pour la première action à Mangamila, ce sont des personnes de bonne volonté qui ont permis de la réaliser à travers, le coût du transport aller-retour des membres de l’association et leur « sakafo » ; l’achat d’une pendule murale électronique avec le logo de Jade pour le bureau du Directeur ; des arbustes fruitiers ; des paquets de biscuits pour les élèves… Parmi elles, Ramiarisoa Gisèle et Rabarijaona Andriamparanjato Zo.

Quel est le souhait immédiat de Mialy Audrey ? « Cette EPP d’Ambohitsimiray n’est qu’un exemple parmi des centaines d’écoles délabrées dans l’ensemble de notre pays. L’action que notre association y a menée n’est donc qu’une goutte d’eau dans un océan d’abandons de toutes sortes… Mais nous ne devons pas rester les bras croisés. En tant que jeune, je pense sincèrement qu’il est de mon devoir de citoyenne malagasy de montrer et démontrer à d’autres jeunes comme moi que l’avenir d’un pays se construit avec des actions et non des paroles et qu’il faut agir selon les moyens à disposition, volontairement, uniquement guidée par le patriotisme et non par des calculs politiques qui ne font que ruiner Madagascar en permanence. Comme le dit souvent mon père qui le tient de son propre père : le plus dur n’est pas de commencer quelque chose mais de l’achever jusqu’au bout ».

Mialy Audrey et 3 élèves de l’EPP d’Ambohitsimiray

Concernant donc la suite des demandes à propos de l’EPP, incluant des remises de dons motivant aux élèves méritant, Mialy Audrey compte sur votre propre patriotisme et votre amour pour Madagascar et les Malagasy, amies lectrices, amis lecteurs. Contactez-la sur la page facebook de l’association en tapant Association JADE Madagascar. Misaotra betsaka, hono, ary mitohy io tolona io miaraka amin’ny hetsika « Tagnamaro »…

Et Mialy Audrey a un grand projet d’envergure concernant les ruelles du quartier où elle réside. Une zone rouge de la pauvreté en plein cœur de la Capitale de Madagascar. Nous en reparlerons.

CLIQUEZ ICI POUR LE TRÈS GRAND FORMAT

Jeannot RAMAMBAZAFY – Article également publié dans « La Gazette de la Grande île » du samedi 23 mars 2019

Photos : Timii (Mihary Rakotoarisoa)