Les actualités à Madagascar du Dimanche 23 Février 2020

Modifier la date
La Vérité0 partages

Football- Nicolas Dupuis - « Mon cœur est à Madagascar »

Déclaration d'amour. C'est ce que Nicolas Dupuis, entraîneur des Barea de Madagascar a annoncé dans l'émission « les Grandes bouches » sur Canal Plus. Les animateurs de l'émission dont il fait partie ont traité le cas de la sélection nationale ivoirienne, futur adversaire de Madagascar, aux éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations 2021. A un mois de cette confrontation aller face aux Barea de Madagascar, la fédération ivoirienne a limogé l'entraîneur des Eléphants, Ibrahim Kamara. L'opportunité du limogeage ainsi que le probable successeur du coach limogé ont été les thèmes de l'émission diffusée dans la soirée de vendredi.

C'est sur ce dernier point que Nicolas Dupuis a confirmé sa fidélité et son amour envers l'équipe nationale malagasy qu'il a réussi à qualifier pour la première fois de son histoire à une phase finale de la CAN et cerise sur le gâteau son parcours mémorable jusqu'en quarts de finale de l'épreuve. Interrogé par ses pairs s'il est partant pour entraîner les Eléphants de la Côte d'Ivoire, une des formations capées du continent, le coach des Barea est parti droit vers le but.

« Mon cœur est à Madagascar là où j'ai une mission à accomplir » répond sans ambages le technicien français dont la cote de popularité dans la Grande île fait pâlir plus d'un. Mais sa notoriété dépasse largement les frontières malagasy, toutefois il reste fidèle à son premier amour en sélection nationale. Nicolas Dupuis a fait ensuite une révélation en déclarant qu'un intermédiaire, officiel ou non, du football ivoirien l'a déjà contacté et demandé son avis pour succéder à Ibrahim Kamara. Une proposition intéressante mais repoussée toutefois par l'entraîneur français qui aurait été parmi les trois ou quatre techniciens susceptibles de diriger les Eléphants de la Côte d'Ivoire.

Les informations venant de la presse ivoirienne affirment que la sélection ivoirienne sera dirigée par un technicien français durant la campagne africaine des éliminatoires de la CAN 2021 et du Mondial 2022. Reste à savoir son identité, la seule certitude c'est que le nom de Nicolas Dupuis ne figurera pas sur la liste….

Rata

La Vérité0 partages

Braquage d’un fourgon à Malaza Andoharanofotsy - Le chauffeur grièvement blessé, une importante somme ...

Le sang a giclé vers 8h du matin samedi dernier sur une portion de route passant à Malaza Ankadilalampotsy à Andoharanofotsy. Là, c’est le chauffeur d’un fourgon Mercedes-benz 409 qui faisait route vers la Capitale, qui a payé le plus lourd tribut à ce braquage par des individus armés circulant en scooters, trois au total. Et il y avait deux bandits sur chaque moto, selon  un témoin.  La victime a reçu une balle dans son cou car les assaillants n’ont pas hésité à tirer sur lui. Par ailleurs, les quatre autres personnes qui étaient dans le véhicule sont indemnes. En agissant de façon ainsi barbare, les agresseurs ont réussi à faire main basse sur une importante somme dont le montant n’a pas été officiellement communiqué.

« La Brigade criminelle (BC5) qui mène l’enquête, n’a pas encore avancé le montant volé », confie une source policière. Par contre, une source officieuse a avancé 14 millions d’ariary. Cet argent était prévu pour un achat à Ankaraobato ce samedi matin- là.

D’après la Police, les scooters ont roulé en contresens pour intercepter le fourgon. A un moment où l’utilitaire a dû beaucoup ralentir l’allure à cause d’un casseur de vitesse, les malfrats ont profité de cette situation pour passer rapidement  à l’action. Sur leur moto, les deux voyous ont subitement dégainé des armes de poing pour menacer le chauffeur, et ce, une fois qu’ils se trouvaient à la hauteur du poste de conduite du fourgon. Le temps qu’ils s’étaient emparés de force du sac contenant les liquidités, et les braqueurs étaient déjà loin. Aucun indice ne permet d’avoir une idée où ils peuvent bien se trouver en ce moment. D’autant plus qu’aucun des témoins à la scène n’a osé les prendre en chasse, de peur pour sa vie.

D’après toujours la Police, c’est l’employeur de la victime qui a assumé la responsabilité de l’évacuer  d’urgence dans un centre hospitalier de la Capitale. Malgré la gravité de son hémorragie, la victime resterait dans un état stationnaire. La Police dont on retrouve les éléments du commissariat central de Tanjombato et ceux de la BC5 ainsi que leurs homologues de la Gendarmerie ou la Brigade d’Andoharanofotsy, enquêtent sur cette affaire. « Nous n’étions informés que plusieurs moments après les faits. C’est la Police qui a demandé à ce que nous intervenions aussi », confie une source auprès de la Brigade d’Andoharanofotsy. Pour le moment, la Police poursuit encore ses recherches et qu’aucun bandit n’a été pris. Ainsi après les cash-point de la ville, voilà donc que les bandits s’en prennent à un véhicule de transport. L’opinion craint que les auteurs de ce récent braquage, ne soient autres que ceux qui ont visé des cash-point une ou deux semaines auparavant.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Intempéries - Ecroulement spectaculaire au « Zaimaika »

Le pire a été évité de justesse ! C’est du moins ce que l’on peut dire à propos de ce brutal affaissement d’une bonne partie de la structure du « Zaimaika », littéralement « bouffe-rapide », ce lieu de restauration bon marché très fréquenté, situé en plein cœur d’Analakely. En effet, la toiture s’est de nouveau brutalement affaissée au beau milieu de la nuit, vendredi dernier. Cette fois-ci, les dégâts ont été plus importants. Toutefois, l’on ne déplore aucune victime humaine, du fait que l’écroulement était survenu à un moment où l’endroit a été déserté des consommateurs. A l’index : la pluie diluvienne qui s’est abattue sans arrêt sur la Capitale. Bien qu’on n’ait enregistré aucun décès, les dégâts sont colossaux. D’après la Police nationale qui a fait un constat sur place, ni la nature, ni le coût des objets ou autres équipements endommagés, n’a pu être encore établi.

 

Notons que l’infrastructure en question est déjà vétuste. Aidée par les sapeurs-pompiers de la ville, la Municipalité d’Antananarivo-ville a dépêché ses éléments sur place. Leur mission : dégager les décombres et repérer d’éventuelles menaces d’écroulement, surtout lorsque dame pluie semble continuer à faire des siennes ces dernières heures. D’après une source policière, un plan d’urgence a été proposé en vue d’aider les gargotiers à surmonter leurs difficultés liées à ce sinistre. Il y a encore peu de temps, les restaurateurs s’étaient alarmés à la suite d’un effondrement partiel de cette même toiture.

Considéré comme un patrimoine de la ville, le « Zaiamaika », en dépit des premiers travaux d’urgence de réhabilitation, nécessite donc un véritable chantier si l’on aspire à le revoir renaître de ses ruines, donc à nouveau opérationnel. Notons que plus d’un millier de consommateurs de la Capitale y viennent se restaurer quotidiennement. Les gargotiers eux, n’ont toujours cessé de réclamer des travaux de réhabilitation plus sérieux afin d’éviter justement un accident. Nul ne pourra donc leur donner tort après tout ce qui était arrivé la nuit du vendredi.

A part le « Zaimaika », l’on a également signalé un autre effondrement de maison individuelle du côté d’Ambalavao-isotry, cette fois du côté d’Ambalavao-Isotry, toujours la même nuit du vendredi. Des sources d’information ont avancé que l’accident aurait fait des victimes. Pourtant, ni la Police, ni la morgue d’Ampefiloha n’a confirmé l’existence de ces victimes.

Franck R. 

La Vérité0 partages

Iles africaines préférées des internautes - Nosy Be devance l’île Maurice

Il n’y a rien d’étonnant. TripAdvisor, la plus grande plateforme de voyage au monde, vient de dresser la liste des îles de l’Afrique préférées des internautes. Ce classement se base ainsi sur leurs avis émis sur le site de voyage. En termes de préférence, l’île de Nosy Be devance l’île Maurice. Dans le top 10, elle rafle ansi la première place du classement, laissant la deuxième place à Maurice. En tout cas, à en juger les descriptions faites par TripAdvisor, ces deux îles méritent bel et bien leur place respective. 

«  Nosy Be ? Ou Nossi-Bé ? En malagasy, son nom signifie « grande île ». Située au large de la côte nord-ouest de Madagascar, cette île regorge de lacs volcaniques, de lémurs paresseux, de distilleries de rhum, de plantations d’ylang ylang et de récifs coralliens qui ne demandent qu’à être explorés. Les amoureux de faune et de flore seront au septième ciel dans la réserve naturelle de Lokobe. Et si vous êtes amateurs de musique, venez en mai pour célébrer le festival de musique de Donia pendant quatre jours », écrit TripAdvisor sur l’île malagasy, après avoir recueilli l’avis de nombreux voyageurs. Et ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres. Effectivement, Nosy Be figure aujourd’hui parmi les destinations les plus prisées à Madagascar. Entre les belles plages et le cadre atypique, toutes les conditions sont présentes pour un séjour idyllique et incomparable.

Un dépaysement assuré.

Cependant, pour Madagascar, Nosy Be n’est pas la seule à s’être démarquée des autres.  L’île Sainte-Marie figure également dans le top 5 des îles africaines préférées des internautes, après Boa Vista située au Cap-Vert et l’île de Praslin, aux Seychelles. Une vraie aubaine pour la réputation de Madagascar. Ces avis positifs permettront d’influencer la venue des voyageurs dans le pays. Ils arrivent particulièrement à point nommé surtout que la Grande île a pour objectif d’atteindre les 500 000 touristes d’ici 2023. Le pays est donc déjà sur la bonne voix. Dans tous les cas, ce classement montre bien à quel point l’île rouge possède beaucoup de potentiels. Il suffit juste de savoir bien les exploiter.

Rova Randria 

La Vérité0 partages

Ny Rado Rafalimanana - Les bluffs grossiers de l' « ambassadeur »

En réponse au communiqué du ministère des Affaires étrangères relatif au WFDP (Word Fund for Development and Planning), une organisation dont il prétend être l'ambassadeur, Ny Rado Rafalimanana a invité tout un chacun à consulter le site des Nations Unies pour y constater l'affiliation de l'entité auprès de l'instance mondiale. Seulement, si le WFDP figure bien dans les bases de données de cette dernière, une consultation un peu plus poussée du site fait apparaître que  l'organisation en question  n'est nullement affiliée aux Nations Unies. Un énième bluff de Ny Rado Rafalimanana qui n'en est pas à son premier coup d'essai.

 

En effet, dans les pages dédiées au Conseil économique et social  (ECOSOC) des Nations Unies où le WFDP est mentionné, il est clairement stipulé en rouge que « le fait d'avoir un profil dans cette base de données ou sur ce site internet ne signifie en aucune manière que l'organisation est affiliée aux Nations Unies, à moins que cette affiliation soit expressément indiquée, c'est-à-dire que le type de statut consultatif accordé à l'ONG auprès de l'ECOSOC  soit mentionné » (Capture d'écran 1). Si l'on consulte cependant l'onglet renseignant sur le statut consultatif accordé au WFDP, le résultat est sans appel : « Cette organisation n'est pas en statut consultatif avec ECOSOC » (capture d'écran 2), peut-on y lire. Autrement dit, contrairement à ce que soutient Ny Rado Rafalimanana, le WFDP n'est pas affilié aux Nations Unies.

Ceci n'est pas sans rappeler l'histoire de la mystérieuse ICAFE (Intergovernmental Collaborative Action Fund for Excellence), une organisation aux contours flous que le même personnage avait également déclaré être affilié aux Nations Unies et dont il avait aussi prétendu en être l'ambassadeur à Madagascar.

Il se trouve pourtant que l'ICAFE est totalement inconnu aussi bien auprès des Nations Unies qu'auprès du ministère malagasy des Affaires étrangères. Or, pour étayer ses dires, Ny Rado Rafalimanana avait fait circuler sur la toile un « diplomatic laissez- passer » et un « diplomatic identification » prétendument établie à son nom par ladite organisation. Des documents identiques à ceux que l'individu brandit actuellement pour soutenir sa qualité d' « ambassadeur », mais cette fois-ci de WFDP.  La question est de savoir s'ils ne seraient pas du même acabit que ceux soi-disant émanant de l'ICAFE.

Trois camions fantômes

Toujours en matière de bluff, Ny Rado Rafalimanana a récemment fait parler de lui en tournant en bourrique aussi bien des sinistrés des dernières intempéries que ceux qui ont accepté d'être ses bénévoles dans une opération de remise de dons au profit des premiers.  Le controversé personnage avait en effet demandé aux volontaires d'une Région sinistrée d'avancer les dépenses relatives à la préparation et l'organisation de la remise de dons en question, à charge pour lui de procéder par la suite au remboursement par mobile banking. Une fois sur les lieux, prétextant un impératif pour s'éclipser, il avait déclaré aux sinistrés que ce seront ses représentants locaux qui se chargeront de distribuer les cargaisons des trois camions de dons, dont l'arrivée aurait été retardée par l'état des routes selon ses dires.

Beaucoup auront deviné la suite : non seulement de remboursement de frais avancés il n'y en eut point, mais personne n'a vu le moindre parechoc des trois camions annoncés, encore moins, bien évidemment et par voie de conséquence, les dons promis. A ses collaborateurs locaux qui lui réclament leurs dus, il rétorque lors d'une conférence de presse que ces derniers, en tant que bénévoles, n'ont pas à être payés, feignant ainsi d'ignorer que ces derniers ne lui demandent nullement une quelconque rémunération mais un remboursement de ce qu'ils avaient engagé à sa demande.

Sournoiserie

On se souvient également que, interpellé lors de la même conférence de presse sur le cas de Karenne Ramarojaona, une jeune fille atteinte d'insuffisance rénale à qui il a promis publiquement, avant de disparaître des écrans radar, la prise en charge de l'intégralité des frais médicaux, Ny Rado Rafalimanana a eu le toupet de prétexter devant les journalistes que ce sont les membres de la famille de la jeune malade eux-mêmes qui avaient opposé une fin de non-recevoir à son offre  d'aide financière et ce, au motif  que la greffe d'organe  ne serait pas compatible avec leur  croyance. Un mensonge éhonté qui a fait sortir de ses gonds l'unique frère de Karenne. Ce dernier, le lendemain même de la conférence de presse suscitée, a apporté un démenti catégorique à une telle allégation, révélant que la famille avait même déjà trouvé un donneur mais que ce sont les moyens financiers qui ont fait défaut. Preuve, s'il en était encore besoin, de la sournoiserie de Ny Rado Rafalimanana.

Pour en revenir au cas de WFDP, l'on ignore si les fondateurs, dirigeants et membres de cette organisation ayant son siège à Kampala (Ouganda) sont au courant des agissements de Ny Rado Rafalimanana, non seulement à Madagascar mais aussi dans d'autres endroits du globe où on compte des victimes de ce beau parleur. L'on ignore également si le personnage a vraiment été nommé « ambassadeur » par les entités dont il prétend relever. Aux dernières nouvelles selon ses publications sur les réseaux sociaux, le personnage aurait bénéficié d'une double promotion en ayant été nommé « Secrétaire général » de WFDP  à Madagascar et ministre plénipotentiaire de l'organisation auprès des pays de l'Océan Indien. Sans blague !

La Rédaction

 

La Vérité0 partages

Président Andry Rajoelina dans le Sud - Aides d'urgence et solutions durables contre le Kere

Le fléau du Kere (sècheresse) qui frappe 58 Communes le Grand Sud ne laisse pas le Président de la République, Andry Rajoelina indifférent. Le Chef de l'Etat a fait le déplacement dans cette partie de l'île pour venir à la rescousse de la population. Il a été accompagné par le représentant résident du PAM (Programme alimentaire mondial), celui de la Banque mondiale, l'ambassadeur de l'Union Européenne ainsi que le ministre de la Population et le ministre de l'Eau.

La délégation a visité la Commune de Maroalomainty, dans la Région Androy. L'homme fort du pays a promis un approvisionnement gratuit  en eau pendant 4 mois pour les habitants de cette Commune. Notons que le prix de cette élément vital est passé de 1500 jusqu'à 2000 ariary le bidon en cette période de grande sècheresse. Cet approvisionnement en eau sera pourtant une solution ponctuelle puisque sur le long terme, le forage d'eau au moyen d'un pipeline est prévu. Depuis une semaine, des camions -citernes en partance d'Ambovombe et A

asary Sud sont chargés de transporter chacun une quantité de 5m3 à 7m3 d'eau pour satisfaire les besoins des habitants.

Combat contre la famine

 La sècheresse provoque le phénomène de malnutrition et de famine qui touche la Région Androy et 4 autres Districts à savoir Ambovombe, Tsihombe, Beloha et Bekily. La disette est telle que certaines familles ne mangent qu'une seule fois par jour, c'est-à-dire le soir. Durant son passage, le Président de la République a annoncé la distribution de compléments alimentaires au profit de 500 enfants qui feront l'objet de suivi de croissance dans 6 mois.

La Banque mondiale a fait don de 5 millions de dollars destinés au programme Vatsin'ankohonana pour les ménages en situation de grande vulnérabilité. Après Maroalomainty, le Président et sa suite ont pris la direction d'Amboasary Sud, Maroalopoty (District d'Ambovombe), et Faux - Cap (Tsihombe). Outre la distribution d'eau, les habitants se sont vu remettre des dons composés de 10kg de riz, 1litre d'huile, des légumineuses, 1200g de sel, des boites de sardine, du sucre pour chaque ménage. Les familles bénéficient également d'une distribution de repas ainsi que de soins.

 Etat « bienveillant »

« Cela fait des mois qu'il n'y a plus de pluie. Les dernières pluies remontent à l'année dernière. Du coup, il n'y a pas d'eau, pas de produits agricoles ni de nourritures. A cela s'ajoute l'insécurité qui bat son plein. Les attaques de dahalo se font presque chaque jour», déplore le maire de Maroalopoty, Miha Fanoria. Ce responsable a profité de l'arrivée du Président pour formuler plusieurs demandes dont l'installation d'un médecin au CSBII et la mise en place d'un poste avancé de la Gendarmerie.Durant son discours, le Président Andry Rajoelina

a affirmé d'emblée qu'il n'a pas oublié les habitants du Sud qui sont aussi ses « Longo ». Par ses propos, l'homme fort du pays veut donner l'image d'un Etat bienveillant qui est à l'écoute et au chevet des citoyens en difficulté. « C'est pendant les périodes difficiles comme celle que vous traversez actuellement qu'on reconnait les vrais amis » a - t - il déclaré avant d'annoncer qu'« à partir de maintenant, de nouveaux camions -citernes vont arriver pour vous apporter de l'eau tous les jours.

Toutes les dépenses seront prises en charge par l'Etat. Je reviendrai régulièrement ici pour suivre les futurs projets comme les forages, la mise en place d'un hôpital, l'appui aux écoles ». Le Chef de l'Etat a annoncé l'application de solutions sur le court terme qui se traduisent par l'approvisionnement en eau et nourriture. Sur le long terme,  les familles bénéficieront chacune d'une somme de 210 000 ariary pour leur permettre  d'entamer des activités pérennes et être plus armées à faire face au Kere dans le futur. Les parents seront aussi gâtés pour la prochaine année scolaire puisque leurs enfants pourront s'inscrire gratuitement dans les écoles publiques. A cela s'ajoutera des fournitures scolaires distribuées par l'Etat.

La Rédaction

 

La Vérité0 partages

Montée des eaux de la Sisaony - Avis de menace de danger dans la plaine de Tana

Les pluies qui se sont abattues ces dernières 48 heures à Antananarivo ont laissé des séquelles. L'Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d'Antananarivo ou APIPA a indiqué que la plaine d'Antananarivo, traversée par la rivière Sisaony est placée sous vigilance jaune, synonyme de menace de danger. Selon le bulletin d'annonce des crues dans la plaine d'Antananarivo  rendu public hier dimanche à 17 h, par cette entité, à l'échelle d'Ampitatafika, le niveau de la Sisaony est de 3,00 m.

Le niveau monte et montera durant les prochaines 12 heures. La cote de vigilance de menace de danger (jaune) de 2,50 m est dépassée. La cote de vigilance de danger déclaré (rouge) à cette station est de 4,00 m. Les niveaux d'alerte sont, pour information, classées en trois catégories, à savoir, « pas de vigilance », « vigilance jaune : menace de danger » et « vigilance rouge : Danger déclaré ». A l'échelle d'Andramasina, le niveau de la Sisaony est de 1,65 m. Le niveau baisse mais son évolution dépendra de la pluviométrie. La menace concernerait ainsi les Communes de Tsiafahy, Bongatsara, Antanety, Ampahitrosy, Soalandy, Ampanefy, Soavina, Anosizato Andrefana, Ampitatafika, Ambavahaditokana, Fenoarivo, Itaosy, Ambohitrimanjaka, Fiadanana, Ampangabe.

En ce qui concerne la rivière Ikopa, le niveau de l'eau est en train de monter et devrait monter durant les prochaines heures. A l'échelle d'Antelomita, le niveau de l'Ikopa est de 1,60 m. A celui d'Ambohimanambola, il est de 2,15.  A l'échelle de Bevomanga, le niveau de l'Ikopa est de 2,75 m. L'APIPA précise que la cote de vigilance de menace de danger (jaune) à cette station est de 4,00 m. Le niveau de la Mamba est de 1,82 m à l'échelle d'Ambohidroa. Le niveau monte.

Recueillis par L.A.