Les actualités Malgaches du Mardi 23 Janvier 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara550 partages

Marc Ravalomanana : Expulsé de son hôtel à Fort-Dauphin

Marc Ravalomanana à Fort-Dauphin hier

Le régime HVM multiplie ses bourdes à l’endroit de l’ancien président Marc Ravalomanana. En effet, après Toliara où il a été accueilli par des inscriptions à caractère tribaliste, le président national du TIM a été hier à Fort-Dauphin  où il a été sommé de quitter son hôtel par un haut responsable de la région Anôsy. Mais lui qui a été accueilli par une foule immense dès sa descente d’avion à l’aéroport, ne s’est pas laissé faire. Il  a pu finalement rencontrer la population de Fort-Dauphin.

Forces de répression. Mais, la rencontre a été fortement réprimée par les éléments de l’Emmo-Reg qui ont fait intrusion dans le lieu pour détruire les matériels de sonorisation, les appareils photo et vidéo de ceux qui ont suivi l’événement. Le courant desservant l’endroit de la rencontre a été également coupé. Ce qui n’a pas empêché hier  l’ancien président de transmettre ses messages à la population de Fort-Dauphin. Marc Ravalomanana poursuit aujourd’hui sa tournée politique dans la région Androy.

R. Eugène

Midi Madagasikara421 partages

Gouvernement : 5 ministres épinglés par la HCC

Certains membres du gouvernement poussent indirectement le président de la République à violer la Constitution.

Incompétence, méconnaissance des textes ou violation délibérée de la Constitution ? Il y a sans doute un peu de tout cela à en juger – c’est le cas de le dire – par les lois censurées et les réserves émises ces derniers temps par la HCC qui témoignent du béni oui oui et/ou du manque de capacités du Parlement. Mais aussi et surtout des errements constitutionnels du gouvernement qui fait l’amalgame entre domaine réglementaire et domaine de la loi. Ridiculisant ainsi le président de la République qui est chargé de saisir la HCC aux fins de contrôle de constitutionnalité puis de promulgation des lois.

Rappel à l’ordre. En l’espace d’un mois, 5 membres du gouvernement ont été épinglés par la HCC. Le dernier en date est le ministre Tazafy Armand. En effet, lors de son audience privée d’hier, la HCC a déclaré « non conforme à la Constitution » l’article 8 de la loi n°2017-047 sur le Développement de l’Industrie (LDI) qui dispose que « les attributions, les modalités de gestion et de fonctionnement de l’Agence Nationale pour le Développement de l’Industrie (ANDI) sont fixées par voie réglementaire ». Dans sa décision n°07-HCC/D3 du 22 janvier 2018 relative à ladite loi soumise à son contrôle, la HCC de souligner que « les pouvoirs accordés à une autorité administrative indépendante doivent être encadrés de manière à assurer la protection des droits et libertés constitutionnellement garantis, notamment les libertés économiques et les droits fondamentaux des particuliers ; qu’en tant qu’autorité administrative indépendante, la règlementation essentielle relative à l’organisation et au fonctionnement de l’ANDI relève de la loi et non du règlement ». Le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur privé est rappelé à l’ordre (constitutionnel) par la HCC qui considère par ailleurs, qu’ « en vertu du principe constitutionnel de la séparation des pouvoirs, les fonctions de contrôleur administratif et d’officier de police judiciaire des inspecteurs industriels doivent être clairement distinguées ». Les OPJ étant placés sous la surveillance du Procureur général près la Cour d’Appel et non sous la tutelle du ministre.

Fonctions régaliennes. Le ministre en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement, Benjamina Ramanantsoa a été également épinglé par la HCC dans sa décision n°01-HH/D3 du 17 janvier 2018 concernant la loi n°2017-023 relative aux Zones Economiques Spéciales. Le juge constitutionnel a déclaré « non conforme à la Constitution », l’article 17 de cette loi qui stipule que « les autorités compétentes peuvent toutefois déléguer à l’Autorité de régulation des Zones Economiques Spéciales (AZES) certaines de leurs attributions y compris les questions relatives à la délivrance des permis, certificats, autorisations, approbations et enregistrements relatifs à l’emploi, à l’immigration, à la protection de l’environnement, à la sécurité, à l’enregistrement et à l’immatriculation des entreprises, à la fiscalité et aux douanes (…) ». La HCC de spécifier que « les attributions de l’Etat en matière de police administrative et/ou relevant des fonctions régaliennes de l’Etat ne peuvent pas être déléguées ».

Séparation des pouvoirs. Le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation et non moins chef du gouvernement, Mahafaly Solonandrasana Olivier en a eu également pour son grade de la part de la HCC dans sa décision n°24-HH/D3 du 18 décembre 2017 concernant la loi n°2017-022 relative à la délivrance des jugements supplétifs d’actes de naissance des enfants dans le cadre de l’enregistrement rétroactif des naissances et des adultes dans le cadre de l’opération carte d’identité nationale. Selon le juge constitutionnel, « la présidence des audiences foraines relatives à la délivrance des jugements supplétifs par les préfets, les préfets de police, les chefs de district et leurs adjoints, n’est pas conforme à la Constitution ». Qu’en vertu de la séparation des pouvoirs, ils relèvent de l’exécutif et non du juridictionnel.

Sincérité budgétaire. La ministre des Finances et du Budget Vonintsalama Andriambololona n’a pas non plus échappé aux fourches caudines de la HCC qui a déclaré que « les dispositions de l’article 01.01.03.04° du Code général des Impôts de la Loi de Finances sont contraires à la Constitution ». Le juge constitutionnel de rappeler lors de son contrôle que « le principe de sincérité budgétaire interdit à l’Etat de sous-estimer les charges ou de surestimer les ressources qu’il présente dans la Loi de Finances ».

Absence de soumission. Le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison a été aussi censuré par la HCC dans sa décision n°22-HCC/D3 du 12 décembre 2017 concernant la loi n°2017-02 portant Code de l’Electricité à Madagascar. D’après la HCC, « les dispositions des articles 58 et 68 de la loi en question sont contraires à la Constitution ». Le juge constitutionnel n’est pas d’accord à ce que  le dernier choix des membres de l’Autorité de Régulation de l’Electricité (ARELEC) revienne au ministre en charge de l’Energie. « Un tel mode ne garantit pas l’absence de soumission d’une autorité administrative indépendante à l’autorité hiérarchique d’un ministre, principe fondamental de son indépendance ».

R. O

Tia Tanindranaza217 partages

Fanenjehana sy ramatahora“Sahy aho matoa mijoro”, hoy Ravalomanana

Nihaona tamin’ny mpanao gazety tao Tolagnaro omaly hariva taorian’ny fanakanana ny fihaonana saika hotanterahany tamin’ny mponina tao an-toerana Atoa Marc Ravalomanana, filoha nasionalin’ny Tiako I Madagasikara, niresahany ny fifidianana sy ny fiainam-pirenena amin’ny ankapobeny. Nanana solontena nanatrika izany ny Tia Tanindrazana.

 Tia Tanindrazana (TT)  : Ahoana ny fahitanao ny 2018 taom-pifidianana, hilamina ve ?

Marc Ravalomanana (MR) : Amin’ity taona ity tokoa ny fifidianana, nihaona tamin’ny frantsay sy ny eoropeanina aho nandritra ny diako farany tany ivelany teo. Samy niteny ireo fa  tsy tokony hisy fanilikilihana izany amin’ny fifidianana  raha tiana hilamina ny toe-draharaha

TT : Ianao ve tsy matahotra sy tsy hihemotra amin’ny fanenjehana atao aminao isaky ny mihetsika io ?

MR : Rehefa hanao politika ianao, dia manana ilay toe-tsaina sahy miatrika ny zava-misy, ary mahalala  fa misy ny tombony azonao amin’ny  fanenjehana anao. Tsy navela notanterahana ny hetsika fa kosa hitako ary hitan’ny rehetra maso ny fankafizan’ny olona ahy eto Tolagnaro. Tsy maintsy sahy fa tsy misy olona hanaraka anao izany eo raha ianao mpitarika no kanosa.

TT : Maro ny fanelingelenana anao sy ny mpanara-dia anao, mbola ho sahy ihany ve ianareo ?

MR : Efa nivonona amin’izany aho, tsy misy mihemotra izany, ary ny vahoaka malagasy tsy hanaiky an’io mihitsy eo ny TIM, KMMR, voafehiko ny mpanara-dia ahy, izay no tena « leader ».Tsy maintsy manana fahasahiana ny mpitarika, izay no maharesy lahatra ny olona satria hitany maso ny fihetsik’ilay mpitarika.

TT : Raha tafaverina amin’ny fitondrana ianao, inona no fampanantenana omenao ny vahoakan’ny Faritra Anosy ?

MR : Mahazo mahatoky ianareo hiverina aho. Noana ny olona ety, tsy maintsy mamorona asa isika, hahodina tsara araka ny tokony ho izy io seranan-tsambo lehibe io.

TT : Ahoana kosa ny hevitra momba ny Zone Economique Spécial (ZES) tahaka ny heverina hapetraka eto Tolagnaro ?

MR : ka iny aza efa nolavin’ny HCC (fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana). Misy tsy mety sy tsy manara-dalàna ao izany. Reko ihany koa fa tsy manaiky an’io ZES io ny FMI (Tahirim-bola iraisam-pirenena) .Ny mpitondra sy mmpitarika izany tsymaintsy mahafehy ny resaka fifampiraharahana eto an-toerana sy any ivelany ary mahalala ny kipisopitsony ara-teknika rehetra mba tsy hanaotao foana e !

TT : Nanao ahoana ny fahitanao ny fihetsiky ny mpitandro ny filaminana teto Tolagnaro ?

MR : Ny mpitandro ny filaminana dia  miaro ny vahoaka sy ny fananany fa tsy maka na mamotika ny fananan’ny vahoaka.

TT : Raha tafaverina eo amin’ny fitondrana ary ve ianao dia tsy hanenjika mpanohitra na hanakana fivoriana tahaka izao nanjo anao izao ?

MR : Tsy tahaka ny taloha tamin’ny 2002 na 2003 intsony ny zava-misy ankehitriny, efa nivoatra be na ny fomba fiasa na ny teknolojian’ny serasera. Mila fitandremana sy fahaizana io fa vetivety anie dia efa miparitaka erak’izao tontolo izao ny sary sy ny feo e !

Nangonin’i ONE sy RTT

Midi Madagasikara146 partages

Ambatofinandrahana : Nodoran’ny dahalo ny fiangonana FLM ao Soanierana

Saika isan’andro tato ho ato dia tsy maintsy nahenoana fanafihan-dahalo sy asa ratsy mitranga foana any amin’ny Distrikan’ Ambatofinadrahana, faritra Amoron’i Mania, indrindra ny ao amin’ny Kaominina ambanivohitr’i Bemaha Soavina. Noho ny firongatry ny halatra omby, dia tsy ataon’ny mponina ao am-bala intsony ireo omby, fa ampidirina an-trano, nefa mbola robain’ireo malaso mitam-piadina hatrany. Tsy mionona fotsiny amin’ny fandrobana ny omby ireo malaso mpanani-bohitra, fa mamaky trano ihany koa ary mandoro tanàna. Ny faran’ny herinandro teo, may kila forehitra nodoran’ny dahalo ny fiangonana FLM ao Soanierana, fitandremana Ambohibary, Fileovana Soavina, ka tsy nisy azo noraisina fa hotohoton’ny afo avokoa ny entana rehetra tao amin’ity fiangonana ity, ary tampoka tamin’ny olona ny zava-nitranga, hoy ny tati-baovao voaray.

Eric Manitrisa

L'express de Madagascar129 partages

Evasion d’Houcine Arfa – Une complicité étrangère sur le tapis

Houcine Arfa a atteint Paris sans difficulté. L’évadé a voyagé sans son passeport, lequel est entre les mains de la brigade criminelle. D’autres faits troublants jaillissent.

L’évasion rocambolesque du français Houcine Arfa  sous le feu des projecteurs.Les enquêteurs perdent le fil quant à la manière dont il  a réussi à quitter la Grande île. La thèse que l’évadé ait bénéficié d’aide et de complicité étrangères se précise de plus en plus, de source auprès des forces de l’ordre.  Arrivé à Paris le 1er janvier, Houcine Arfa  a en effet  expliqué par truchement médiatique, qu’il aurait rejoint les côtes Nord-Ouest de Madagascar où il aurait sauté à bord d’une embarcation pour faire une  percée dans le département français d’Outre Mer de Mayotte. Curieusement,  le fugitif a réussi à s’envoler en France bien que son passeport fût entre les mains de la police criminelle depuis son arrestation à la mi-juin, quelques jours avant  la célébration de la fête nationale.Mayotte est, certes, un territoire français où tout  ressortissant peut rejoindre le métropole sans passeport ni visa, mais d’importants documents de voyage, à l’instar d’une pièce d’identité, à défaut d’un sauf-conduit qu’ il n’aurait jamais  pu se procurer tout seul,  ainsi qu’un billet d’avion, n’en demeurent pas moins incontournables. Le billet a été de visu réservé en vue de son évasion du fait qu’il a pris l’avion  à peine  arrivé en terre mahoraise.

Vingt auditionsL’implication de son épouse dans ce périple épique suscite des remous. Celle-ci travaille  pour une compagnie aérienne française, de source policière.Une vingtaine de personnes dont de hauts res­ponsables auprès de l’administration pénitentiaire ont été entendues après que ce quinquagénaire  a réussi à se faire la belle dans la soirée du 28 décembre. Outre les trois agents pénitentiaires placés en détention préventive quelques jours après l’évasion, le directeur  général de l’administration pénitentiaire, le directeur régional de l’administration pénitentiaire d’Analamanga, le directeur de  la maison  de force de Tsiafahy ainsi que le chef de  la maison centrale d’Antanimora, ont été interrogés à la brigade criminelle. Un médecin d’état en charge du milieu carcéral par lequel est passée l’autorisation de transfert du détenu vers le centre hospitalier de Befela­tanana, ainsi qu’un infirmier, ont également été soumis au feu roulant des questions au même titre que des employés du fugitif dont une femme de ménage ainsi que le gardien de sa résidence à Ambolokan-­drina. Ces derniers ont bénéficié d’une mise en liberté provisoire.Des équipements de tireur embusqué, dont armes et camouflages, outre une somme faramineuse, à savoir180 et 35 millions d’ariary retrouvés en deux endroits, et  25500 euros, ont été découverts lors de l’arrestation. Le coup de filet a nourri une crainte d’attentat contre le Président de la République dont la sécurité a été renforcée lors de la parade militaire du 26 juin à Mahamasina. L’évadé a été condamné pour usurpation de fonction et extorsion de fonds d’après l’extrait des minutes de greffe de la cour correctionnelle d’Antanana­rivo. Transféré au pénitencier d’Antanimora après un séjour carcéral à Tsiafahy, il a réussi à s’évanouir dans la nature lors d’une prétendue évacuation à l’hôpital.

Seth Andriamarohasina

News Mada114 partages

Teknolojia vaovao : mampiroborobo ny fizahantany ny nomerika

Tsy afa-miala amin’ny fampiasana nomerika ny sehatry ny fizahantany, antoka iray ho an’ny fampandrosoana izany. Efa misy karazany maro ny fizahantany trandrahina amin’ny nomerika, ahitan’ny mpizahatany karazan-javatra maro. Azo ambara fa tsy tratra aoriana amin’izany raha ny eto Madagasikara, amin’ny alalan’ny fampiasana tambajotra karazany maro. Mampitombo betsaka ny vaovao azon’izy ireo, mankany amin’ny safidiny ny fidiran’ny mpizahatany amin’ny nomerika. Manan-tsafidy maro izy ireo noho ny fidirana amin’ny tambajotra nomerika iray. Avy amin’izay ihany koa ny ahafahan’izy ireo mampifandanja ny kalitao sy ny vola mety ho lany ary indrindra, manamora ny fivahinian’izy ireo.

Hita niroborobo izay fizahantany avy amin’ny alalan’ny nomerika (e-tourisme) izay tato anatin’ny 15 taona, toy ny ataon’ny Expedia, Priceline, Tripadvisor. Mampahafantatra feno momba an’i Madagasikara avokoa ireo sy ny maro hafa. Misy ny miasa manokana momba ny Nosy tsara hivahiniana, anisan’izany ny eto Madagasikara sy ireo Nosy hafa aty amin’ny faritra ranomasimbe Indianina.

Manan-danja ny fampiasana nomerika eo amin’ny fizahantany, hahafantarana ny tinadin’ny mpanjifa. Eto Madagasikara, singa iray mampitombo ny mpizahatany ny fampiasana izany, nataon’ireo masoivoho samihafa miasa amin’ity sehatra ity. Tato anatin’ny 10 taona, nahitana fitombony ny vola niditra, ny ambany indrindra 178,5 tapitrisa dolara, ny taona 2009 ; ambony indrindra, tafakatra 649,62 tapitrisa dolara izany, ny taona 2014. Azo lazaina fa mbola latsaka ambany anefa izany raha ampitahana amin’ny Nosy hafa manodidina. Sakana iray lehibe ny fahalafosan’ny saram-pitaterana miditra eto Madagasikara. Ny mampalahelo, maro amin’ny Malagasy tsy mahafantatra ny tanindrazany noho ny fahefa-midy tsy ahafahana manao izany.

R.Mathieu

Midi Madagasikara89 partages

Montée des eaux : Les habitants d’Isotry refusent de quitter leur foyer

Pieds dans l’eau dans le quartier d’Isotry.

C’est la montée des eaux dans les bas-quartiers de la capitale malgache. Une situation récurrente qui – pour certaines personnes est devenue monnaie courrante – mais qui fait toutefois poser des questions. Le quartier d’Isotry est un exemple parmis tant d’autres qui coulent sous les eaux à chaque fois que les pluies diluviennes persistent. Face à cette situation, les populations de ce quartier ont toutefois adopté une attitude inattendue. Ils refusent tout simplement de quitter leurs maisons. Intérrogée sur le pourquoi de ce refus, Marie ,mère de famille de Manarintsoa-Est fait savoir que “ la popultion préfère rester chez eux et évite les foyers des sinistrés lorsque les cas de montée des eaux se présentent ”. Avant d’ajouter que la population “ dispose de moyens et de techniques pour vivre dans de telle situation…sous les eaux ”. Un autre habitant de noter que le refus trouve également son sens dans l’insécurité qui règne dans les bas-quartiers. “ Les voleurs vont profiter de notre absence pour voler le peu de chose que nous avons si on quitte nos maisons “, a-t-il lancé. Par ailleurs, le refus persiste malgré les efforts menés par les acteurs qui luttent pour sensibiliser les populations de quitter leurs foyers lorsque les eaux montent. En effet, ils (les habitants) risquent des épidémies.

José Belalahy

Midi Madagasikara88 partages

JO d’hiver : Deux skieurs malgaches à Pyeongchang

La remise de la torche olympique par l’ambassadeur de la République de Corée, Lim Sang Woo et le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa.

Après Turin en 2006, la Grande Ile sera présente aux Jeux Olympiques de Pyeongchang, Corée du Sud 9 au 25 février.

Le drapeau malgache flottera à Pyeongchang, Corée du Sud. Deux skieurs expatriés à savoir Mialitiana Clerc et Andy Randriamiarisoa seront engagés aux jeux. C’est la déclaration du ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa, hier, lors de sa rencontre avec l’ambassadeur de la République de Corée à Madagascar, Lim Sang Woo à son bureau à Ambohijatovo.

Réconciliation. Juste une semaine après son arrivée à Madagascar, l’ambassadeur de la République de Corée a effectué une visite de courtoisie au ministre de la Jeunesse et des Sports. « Le sport est très important dans le raffermissement des relations et des échanges. Madagascar et la Corée du Sud ont une relation étroite, et nous allons les renforcer davantage dans le domaine du sport et de la jeunesse », a-t-il fait savoir. La Corée du Sud sera hôte des JO d’hiver dans la ville du Pyeongchang du 9 au 25 février où plusieurs nations seront attendues. «  Je suis très content de savoir que Madagascar sera présent aux jeux avec deux athlètes. Le peuple coréen encouragera la délégation malgache sur place. Ces jeux seront aussi marqués par la participation de la Corée du Nord. C’est une édition pour la réconciliation entre les deux Corées où, nous alignerons une équipe ensemble dans plusieurs disciplines», a-t-il poursuivi.

Coupe de l’ambassadeur. A quelques semaines du coup d’envoi des olympiades d’hiver, le numéro Un du sport malgache a confirmé la participation de la Grande Ile. « C’est un peu étonnant d’entendre que Madagascar participe aux JO d’hiver, pourtant il n’y a pas de neige au pays. La Grande Ile sera représentée par deux expatriés évoluant en Europe. Une fédération malgache de ski est déjà en place», a fait savoir le ministre, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa. Les deux skieurs poursuivent la dernière ligne droite de leur préparation actuellement. Ils seront coachés par Stephan Clerc et Mathieu Razanakolona à Pyeongchang. Profitant de cette rencontre avec l’ambassadeur de la Corée du Sud, le ministre a saisi de l’occasion pour expliquer les importances que l’Etat malgache accorde aux jeunes et aux sportifs. Comme le taekwondo est une discipline coréenne, la Coupe de l’ambassadeur sera organisée chaque année en collaboration avec la Fédération malgache de taekwondo et l’ambassade.

T.H

Midi Madagasikara84 partages

Assainissement de la municipalité d’Ambositra : Problèmes sanitaires pour cause de vétusté des rése...

« Ambositra, une ville plus que centenaire… » Photo Anastase

Dans la région d’Amoron’i Mania, l’assainissement demeure un problème récurrent aussi bien dans les communes urbaines que rurales.  En cette saison des pluies les effets néfastes se font de plus en plus sentir dans la mesure où ces communes sont continuellement confrontées  à la détérioration et à la vétusté des réseaux d’assainissement dont la majorité d’entre eux date de 1960, soit plus d’une cinquantaine d’années et ont atteint leur limite de viabilité et d’utilisation, entraînant des conséquences socio-économiques incommensurables, souvent méconnues, pour le développement harmonieux d’une région et de sa population.

D’autant plus préoccupant, située sur l’axe RN 7, la municipalité d’Ambositra fait  aussi office de chef-lieu de district d’Ambositra et de surcroît, chef-lieu de la région d’Amoron’i Mania. L’essentiel des institutions est implantée dans la commune urbaine d’Ambositra faisant face actuellement à un énorme flux d’exode rurale et entraînant ainsi à l’accroissement de construction d’habitation et à l’agrandissement de la ville avec des normes qui ne répondent plus aux critères d’assainissement et d’hygiène dont nécessitent la population. Ces constructions ne suivent plus  le plan d’urbanisme devenu obsolète pour une population qui avoisine une densité de 4122 habitants par km².

Maladies. La municipalité d’Ambositra fait face depuis des décennies à la détérioration et à la vétusté des réseaux d’assainissement qui engendrent des débordements de tous les canaux d’évacuation qui durent toute l’année. La plupart des eaux usées domestiques ne trouvent aucune issue faute de canal d’évacuation, et finissent souvent  leur trajectoire  sur la voie publique endommageant plus de 80% des routes et ruelles. Lors d’une table ronde des bailleurs et partenaires organisée à Ambositra, en décembre dernier, l’on a pu noter  également, des autorités locales, que la plupart des maladies traitées au niveau des établissements hospitaliers (CHRR et CSB) au sein de la municipalité, est lié surtout aux problèmes de curage et obturation des canaux, comme la peste, les maladies respiratoires,  les maladies de la peau, les maladies diarrhéiques, la fièvre typhoïde, la bilharziose (endémique) . Des actions que les projets ou programmes devront prioriser pour un développement durable.

Recueillis par CHAN-MOUIE Jean Anastase

Midi Madagasikara78 partages

Andoharanofotsy : 4X4 tsy nisy tompony nipetra-potsiny amoron-dàlana

Voatery nalain’ny zandary ary napetraka teo an-tokotanin’ny borigady eny an-toerana. Fiara tsy mataho-dàlana mitondra ny laharana 36XX TBB ary mitondra ny marika KIA. Nisokatra fotsiny ary tsy nisy taratasy raha araka ny fanazavan’ny mpitandro ny filaminana. Nisy nahatsikaritra nijanona ela teo ilay fiara kanefa tsy nisy olona nikitika mihitsy. Ireo no nampandre ny zandary izay nanao ny asa fanamarinana. Tsy nisy na inona na inona mety hahafantarana ny tompon’ny fiara, indrindra koa tsy nisy taratasy famantarana tao. Vokatr’izany dia nanokafana fanadihadiana mba hahitàna izay mety ho tompony. Mahatalanjona ihany ilay tranga satria raha fiara lafo vidy toy ny fiara tsy mataho-dàlana toa itony dia tsy havelavelan’ny tompony eny rehetra eny mihitsy. Isan’ny alehan’ny sain’ny zandary, na tiana na tsy tiana, ny hoe sao dia nisy tantarany ilay fiara, sao sanatria nanatontosana asaratsy. Indrindra koa nirongatra ny fisian’ny fakàna an-keriny tato ho ato ary isan’ny fitaovana fampiasan’ireny ny moto sy ny fiara. Matetika dia avelan’izy ireo eny fotsiny ny fitaovana nampiasainy mba tsy hanodinana ny sain’ny mpanao fanadihadiana na koa entina hanamelohana olona hafa eo amin’ny toeran’izy ireo. Izay no tena ilàna ny fanaovana taratasy ara-dalàna rehefa misy ny fifampivarotana fiara. Betsaka izay olona nahazo fahasahiranana ara-pitsaràna sy nidoboka am-ponja izay rehefa nivarotra fiara ka tsy vita tarataasy fifamindràna, kanefa ilay fiara avy eo nampiasain’ny mpividy nanaovana asaratsy, toy ny kidnapping. Asa raha toa izany ny tantaran’ity fiara nipetra-potsiny teo amoron-dàlana ity. Ny fanadihadian’ny zandary izay efa nosokafana no hany hamaritra izany.

D.R

News Mada62 partages

KMF/Cnoe : »handrisika ny olom-pirenena ny famoahana datiifidianana » m-p

 Hatramin’izao, malaina hisoratra anarana sy hanamarina ny lisi-pifidianana ny olom-pirenena. Handrisika ny olom-pirenena amin’izany ny famoahana datim-pifidianana, raha ny fijerin’ny KMF/Cnoe.

  « Mba tsy hahatonga ny olom-pirenena halaina na hangatsiaka, avoahy mazava ny fampiharana ny lalàna rehetra. Avoahy ihany koa ny lalàm-pifidianana sy ny tetiandrom-pifidianana izay andrasan’ny maro amin’izao fotoana izao. Aza miandry kajikajy politika, fa avoahy izany mba hampirisika ny olom-pirenena fa tena hisy fifidianana tokoa. »

Izay ny antson’ny eo anivon’ny KMF/Cnoe, Raharisoamalala Patricia, ho an’ny fitondram-panjakana momba ny fanavaozana isan-taona ny lisitry ny mpifidy, hifarana ny 31 janoary. Tsy azo odian-tsy hita ny zava-misy amin’ny politika amin’izao fotoana izao, mampalaina sy mampangina ary mampangatsiaka ny olom-pirenena: milaza rehefa anontaniana fa tsy misy inona miova eto; tsy hifidy izy ireo, fa faly hangoron-karena ny mpanao politika rehefa mahazo fitondrana…

Maro ny antony mampalaina ny mpifidy

Malaina misoratra anarana amin’ny lisi-pifidianana ny olona: vao avy vita fety ka sahirana,  vao avy miatrika rivodoza. Revo ao anatin’ny fitadiavana sy ny fambolena ny ankamaroany amin’izao fotoana izao, araka ny nambarany. Olon’ny ora farany koa ny Malagasy: rehefa mivoaka ny datim-pifidianana ary handeha ny fampielezan-kevitra, vao mihazakazaka hisoratra anarana amin’ny lisi-pifidianana.

Anaovany antso avo àry fa tena iankinan’ny toe-draharaham-pirenena ny fiakaran’ny salanisan’ny olom-pirenena misoratra anarana ao anaty lisitry ny mpifidy. Aim-pirenena io fifidianana io. Mila mifanome tanana ny rehetra amin’izany, samy mijery hoe: inona ny fepetra tanterahina hahatrarana izay isan’ny mpifidy ho 10 tapitrisa izay? Na ny avy amin’ny olom-pirenena io, na ny firaisamonina sivily, na ny mpanao politika, na ny eo anivon’ny fitondram-panjakana…

Iankinan’ny aim-pirenena ny fifidianana, ary anisan’ny fandraisana anjara lehibe amin’izany  ny fandehanana mifidy. Tsy afa-maneho izay ny olom-pirenena, raha tsy misoratra ao anaty lisi-pifidianana. Ho an’ny mpanao politika: tsy tokony ho faly fotsiny hoe hirotsa-kofidina na handrotsaka kandidà, fa hanohy ny adidy amin’ny manabe sy mandrisika ny olom-pirenena ho resy lahatra amin’ny fifidianana, araka ny nambarany.

R. Nd.

Tia Tanindranaza52 partages

Houcine ArfaMbola manana lezionera namana miriaria eto

Marobe ny fanontaniana mipetraka kanefa tsy voakasiky ny fanadihadiana akory momba ny raharaha Houcine Arfa. Feno basy tao an-tranony tamin’ny fotoana nisamborana azy teny Ambolokandrina, ary karazany maro mihitsy izany.

 Feno vola ihany koa, ireo moa dia avy hatrany dia nogiazan’ny “brigade criminelle” tao amin’ny biraony ary tsy fantatra izay niafarany satria tsy nisy tatitra hatreto ny aminy na narotsaka tao amin’ny kitapom-bolam-panjakana na tsia. Vola devizy izay mitentina 215 tapitrisa ariary, raha avadika vola Malagasy. Betsaka ny mihevitra fa basy avy ao amin’ny prezidansa ihany ireo nalain’i Houcine tsikelikely ireo ary napetrany tao   an-tranony. Inona ary no tena tanjon’ity lehilahy ity ? Ny hoe mpitsikilon’ny frantsay aloha dia azo heverina hatrany, tsy misy olona tafavoaka fotsiny amin’izao ary moramoraina ny fiverenany tany amin’ny fireneny na dia voaheloka azy izy teto amintsika. Ny hoe hifofo ny ain’ny filoha kosa, handrasana ny fanadihadiana. Ny fantatra dia mbola manana ny olony eto Madagasikara ity lehilahy ity ary lezionera vahiny izy ireo. Mersenera ireo olony ireo izay miriaria eto an-drenivohitra, raha ny tsiliantsofina re. Heverina fa henon’ny filoham-pirenena izany tamin’ny angom-baovaon’ny mpitsikilony ka antony nampidirina azy tao anaty trano fitaratra tsy laitram-bala tamin’ny 26 jona 2017, fotoana fohy talohan’io rahateo no nisamborana an’i Houcine Arfa. Raha tsiahivina, nanomboka tamin’ny fandaingany hoe nody any Lafrantsa kanefa olon-kafa no nandeha fiaramanidina tamin’ny anarany, tetsy Ivato, no nanomboka ny fanahiana rehetra fa olon-dratsy ity frantsay ity. Fotoana fohy taorian’izay izy no nosamborina. Momba ny fitsoahany indray dia mazava tsy takona afenina ny fisian’ny kolikoly. Ireny tenin’ny tonia mpampanoa lalàna ireny ny amin’ny fisian’ny valizy roa feno vola nentin’ny lehiben’ny Brigade Criminelle tao aminy dia efa porofo mivaingana. Raha tena mandeha izany ny fanadihadiana dia tokony io lehiben’ny sampandraharahan’ny polisy io no andehanany voalohany ary miafara any amin’ny minisitry ny fitsarana. Ny olana anefa, na dia ny hanao ny fanadihadiana aza dia ny BC ihany ary BC hatrany. Faharoa, ny minisitry ny fitsarana koa no mibaiko ny mpitsara amin’ny fanadihadiana, ary mazava ho azy fa tsy hamono ny tenany mihitsy izy. Mila ny polisy frantsay izany raha ny kisary tsara indrindra, midina eto an-toerana ary manao ny fanadihadiana rehetra. Izay vao mety ho azo antoka ny vokatra. Raha tsy izany dia ho faty momoka fotsiny indray.

 

Tevez

Midi Madagasikara46 partages

Zones Economiques Spéciales : Des défauts techniques flagrants selon Emergence de Madagascar

Holijaona Raboanarijaona, Président d’Emergence de Madagascar.

Finalement, la nouvelle loi sur les Zones Economiques Spéciales (ZES) n’est pas passée. La Haute Cour Constitutionnelle a rejeté ladite loi  en déclarant contraire à la constitution 6 parmi ses articles.

Au final  les juges constitutionnels ont remis la copie aux rédacteurs de ladite loi. Une loi qui, rappelons, a été votée sans amendements  par  les parlementaires aussi bien à Tsimbazaza qu’à Anosikely. Deux votes qui démontrent, une fois de plus que les « élus » malgaches ne  connaissent forcément pas les tenants et aboutissants des lois qui leur sont soumises pour être votées. Une méconnaissance inquiétante quand on sait que certaines de ces lois, dont celle relative aux ZES sont d’une importance particulière pour l’économie.

Anomalies. Pire, il n’y a pas que les juges constitutionnels qui ont décelé les anomalies de la loi sur les ZES, dans son dernier rapport économique sur Madagascar, le FMI a également émis ses doutes quant à la capacité de cette loi à contribuer, à la relance économique. En parlant de cette loi sur la ZES, le FMI remarque notamment qu’il y a : «Des projets de loi pour attirer les investissements privés et comportent des incitations fiscales qui soulèvent des doutes importantes sur leur efficacité et sur le risque de perte de recettes ». En somme, non seulement la loi sur la ZES, proposée par le ministère auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement (M2PATE) n’est pas entièrement conforme à la constitution mais elle comporte également des défauts techniques flagrants. Une défaillance qui montre à quel point ladite loi a été préparée avec négligence.  En tout cas, les connaisseurs du concept ZES, dont la plateforme Emergence de Madagascar soutient que pour réussir, les ZES doivent respecter le concept  Etat gagnant, Malagasy gagnant, investisseurs directs étrangers  gagnants. «Tant que  la loi sur les ZES s’inspire des textes en provenance de juridiction franco-civilistes nous assisterons toujours à un résultat gagnant-perdant et la première victime est le peuple malgache » estime Emergence de Madagascar.

Entreprises nationales. Cette plateforme soutient que la contradiction des ZES préparées par le régime actuel réside dans l’idéologie et l’esprit guidant le projet de loi. « Le libéralisme extrême n’est pas adapté aux ZES. Posez-vous la question : pourquoi toutes les entreprises chinoises sont des sociétés d’Etat !? Mais des sociétés d’Etat en Joint-Venture avec les IDE ! Les SEM ou Sociétés d’Economie Mixte sont obligatoires en Chine devenue première puissance économique en l’espace de 20 ans grâce aux ZES ». Bref, pour réussir, le concept des  ZES doit aussi tenir compte des entreprises nationales qui font la fierté du pays. C’est le cas notamment au Japon, en Corée du Sud, en Malaisie et en Chine où ce sont les entreprises nationales  qui dominent et concourent ainsi au développement de leurs pays avec un concept ZES adapté à leur conjoncture. Si ces pays ont réussi, c’est qu’ils ont des grands visionnaires avec une touche de nationalisme comme dirigeants. Ce qui n’est, pour le moment, pas le cas pour Madagascar.

R.Edmond.

Midi Madagasikara45 partages

Football- Transfert : Njiva Rakotoharimalala en Thaïlande !

Les Thaïlandais ont maintenant leur NR7. Lire Njiva Rakotoharimalala qui porte le numéro 7 comme Cristiano Ronaldo mais pas pour le Real de Madrid mais bien pour le club de 1re division du championnat thaï, le Sukhothaï FC.

Entrée réussie pour Njiva Rakotoharimalala qui évolue désormais dans un club thaïlandais. Il a marqué un but pour son premier match certes amical mais la manière est telle qu’il a été tout de suite adopté par les supporters du Sukhothaï FC avec qui, il a signé depuis seulement le 5 janvier 2018. Logique car il a non seulement ouvert le score, mais il a été aussi à l’origine d’une passe décisive ayant permis à son nouveau club de battre le Chonburi par 2 à 0. C’était vendredi dernier.

Obsession. Une bonne nouvelle en tout cas pour ce jeune joueur de 25 ans pour qui partir à l’étranger est devenu une obsession. Et après un premier test manqué à Montpellier, on l’a annoncé au Widad Casablanca mais finalement c’est en Thaïlande qu’il a trouvé preneur avec le club de Ratchaburi qui l’a finalement prêté jusqu’au 30 novembre 2018 à l’équipe du Sukhothaï.

Ce dernier doit certainement regretter de l’avoir cédé tant Njiva affiche la grande forme mais également le physique de l’emploi avec ses 178cm sous la toise. Le tout enrobé par cette farouche volonté de réussir une nouvelle vie différente de celle qu’il a vécu à Madagascar de par ses origines modestes.

Placé sur le flanc droit de l’attaque, il a tout de suite trouvé ses marques. Une adaptation assez rapide qu’il devait certainement à Baggio Rakotonomenjanahary qui fait partie des cadres du club. Une performance qui va lui permettre de taper dans l’œil des recruteurs on le sait , notamment des clubs chinois, , fortunés. C’est en tout cas tout le mal qu’on lui souhaite…

Clément RABARY

Midi Madagasikara43 partages

Morombe : Tovolahy maty tsy tra-drano voakapa famaky teo amin’ny hatony

Na dia eo aza ny Dinabe, izay dina nankatoavin’ny fitsarana ifampifehezan’ny mponina mba hiadiana amin’ny halatra omby sy vono olona ary asa ratsy sy fahalovana isan-karazany, dia mbola mirongatra hatrany hatramin’izao ny lafiny tsy fandriampahalemana any amin’ny Distrikan’i Morombe, Faritra Atsimo Andrefana. Omaly naraina, tany Antanimeva, dia tovolahy iray no hita faty nihosin-drà teny amoron-dalana, izay maty nofirain’olon-tsy fantatra tamin’ ny famaky teo amin’ny hatony. Olona sendra nandalo no nahita ny razana, ka io indray avy eo no nanaitra sy nampandre ny mpiray tanàna. Raha ny tati-baovao voaray, dia tsy fantatra hatreto ny antony namonoana tamin’ny fomba feno habibiana an’ity tovolahy ity, na noho ny ady sy resaka fialonana na asan-dahalo tsotra izao. Misokatra ny fanadihadian’ny mpitandro filaminana mahakasika ity vono olona ity.

Eric Manitrisa

Tia Tanindranaza37 partages

Hery RajaonarimampianinaMiantehitra amin’ny tafika

Nirarakopana ny fampiakarana galonana, ka omaly no notolorana faneva teny Iavoloha ireo jeneraly 56 vao avy nahazo fampiakarana galona avy amin’ny filoham-pirenena.

 

 Ny 36 dia  “général de  brigade”, ary ny 20 “général de division”. Hiatrika fifidianana ny firenena, ka ilaina ny hametraka fitoniana eto amin’ny firenena mialoha sy mandritra ary aoriana, raha ny nambaran’ny Filoham-pirenena. Nambara moa fa nanaraka ny mason-tsivana ilaina ny fampiakarana galona. Fanontaniana ny valalabemandry kosa ny hoe : ho avy angaha ny mpanani-bohitra avy any ivelany ka tsy maintsy hampitomboina ny mpitari-tafika ? Sa kosa handeha hisambotra ireo gadra nandositra efa am-bolana tsy hita izay nanjavonany na koa halefa any Frantsa hisambotra an’i Houcine Arfa ? Hihena ve izany ny asan-dahalo sy ny asan-jiolahy atsy ho atsy ? Ho tra-tehaka avokoa ve ny mpanondrana an-tsokosoko harem-pirenena ? Hosamborina ve ny mpanodinkodina volam-panjakana sy ny mpanao kolikoly ?  Tsia avy hatrany no valiny, raha ny sarambabem-bahoaka no hametrahana izay fanontaniana. Tsy handeha hitari-tafika hanenjika dahalo any Atsimo akory ireo na handeha hiaro ny fandrobana ny harena an-dranomasina. Mahalasa saina ihany ny fihetsiky ny mpitondra hoe inona no tena tanjona sy tiana hahatongavana amin’izao raharaha izao ? Mazava fa haparitaka amina andraikitra isan-karazany sao hisy be vinany tsy hankato izay tian’ny fanjakana HVM hatao eto amin’ny tany sy ny fanjakana. Toa midika avy hatrany ny finiavan’ny fanjakana HVM hametraka fahefam-panjakana tsara aron’ny tafika.  Katsahina hatao fitaovana hiarovana ny fahefam-panjakana mihozongozona sy an-dalam-pirodanana ny mpitandro ny filaminana. Tsy manana fahatokisan-tena holaniam-bahoaka mbola hitantana an’i Madagasikara ny filoham-pirenena ankehitriny sy ny ekipany. Mandeha sy mety handeha ny kajikajy rehetra toy ny famotehana ny kandida atahorana izay efa miseho hatramin’ny fandrahonana hoe hisambotra sy hanagadra, fividianana safidim-bahoaka, hala-bato na familiviliana valim-pifidianana. Tsy maintsy apetraka ihany koa ny planina faharoa sao sanatria tsy hahomby izany. Ny tafika no tadiavina hampiadiana amin’ny vahoaka hampanaiky ny mpitondra efa mahatofoka azy. Tsy adala anefa ireo ka hanaiky hobaikobaikoina lava hampiadiana amin’ny Malagasy, kanefa hiaro ny vahoaka sy ny fananany no nanirahana azy, fa tsy hiaro ny HVM sy ny sezany sanatria. Tsy maintsy hitodika any amin’ny vahoaka amin’ny ora farany na inona na inona mety ho fanambazana sy fanaovana fitaovana politika azy. Rehefa ny mpitondra fanjakana no tonga amin’izay fampiasana ny tafika ho herim-pamoretana na sanatria ho tonga any amin’ny fandatsahan-dra, dia efa hidaraboka izy izay. Hisafidy izay lalana izay izany Rajanarimampianina sy ny ekipany ?

Toky R

 

 

Midi Madagasikara35 partages

Ils font le buzz : Vive le show de Rasoamahavonjy

Qui ne s’est pas laissé absorber par la vidéo de Rasoamahavonjy? Ces derniers temps, cette dame qui chante et  danse dans les rues de la capitale et fait des pieds et des mains contre, un peu de nourriture ou un peu d’argent. Sur les réseaux sociaux, ses prestations sont alors partagées et relayées à plusieurs reprises dans des groupes et des pages multiples. Evidemment, elle ne chante pas aussi bien que les stars de la musique tropicale qu’elle interprète ni ne danse comme les professionnels, mais à elle seule, dans son petit short et son top blanc, Rasoamahavonjy est une attraction à part entière.    Accordant une interview des plus drôles, elle avance que ce n’est pas pour rien qu’elle danse et chante comme  « une folle », car elle préfère donner un peu de bonheur aux gens et « déstresser » son public pour gagner son pain. Certes, un moyen peu commun mais au final, ce qu’elle fait est assez remarquable.

Le mannequin Amyatch Pocahontass sort de ses gonds

Coup de gueule sur coup de gueule, le mannequin français d’origine malgache, Amyatch Benarivelo devient virale sur les réseaux sociaux. A croire ses dires, derrière cette plastique de rêve, se trouve une femme persécutée. Depuis presque quatre ans, elle se dit victime de harcèlement, et de diffamation.  Le mannequin sort de ses gonds pour viser des mythos qui ont prétendu avoir des liens intimes avec elle. Sans langue de bois, la jeune femme n’hésite pas à attaquer certaines personnes sans pour autant citer des noms. Incitant ses cibles à changer de mentalité et de la laisser tranquille, Amyatch Pocahontass, (le nom de son compte facebook) a parlé en dialecte malgache pour mettre les choses au  clair. Evidemment, une seule vidéo n’aura pas suffi pour régler l’affaire car  l’actrice a encore publié une autre, sans omettre de viser ces gens « ts’isy jery » comme elle le dit si bien, dans ses statuts.

Maharindra

Midi Madagasikara34 partages

Jirama : Les opérations de ratissage se poursuivent

Les vols de courant électrique figurent parmi les maux qui minent la Jirama.  Son Directeur Général, Jaomiary Olivier n’a jamais cessé  de le répéter lors de ses rencontres avec la presse. Raison pour laquelle, la Jirama a entrepris et continue d’entreprendre des opérations de ratissage pour démasquer les voleurs d’électricité. Un dispositif spécial est actuellement en place. Pour ne citre, entre autres que les enquêtes réalisées auprès de certains abonnés pour déterminer leur consommation.  Et dans cette opération, la Jirama ne fait pas de distinction entre les usagers. C’est ainsi par exemple que l’ancien Président de la République Marc Ravalomanana fait  l’objet d’une plainte  par la direction interrégional de la Jirama dans le Vakinanakatra. Selon cette dernière Marc Ravalomanana aurait « bénéficié et joui d’une manière clandestine  pendant une longue période, du courant de la Jirama sans être abonné et sans l’autorisation de cette dernière ». Une affaire à suivre.

R.Edmond.

Midi Madagasikara34 partages

Remaniement : Les députés pro-régime divisés

Le changement semble imminent à s’en tenir aux différentes réunions organisées par les parties concernées.

L’impasse est presque totale. Non seulement les députés pro-régime sont divisés sur le cas de Mahafaly Solonandrasana Olivier, mais aussi certains d’entre eux n’arriveraient pas à s’entendre sur le nom de celui qui devrait prendre la place de celui à Mahazoarivo. Les divergences ne se situent pas uniquement au niveau du sort de l’actuel locataire de Mahazoarivo. Elles se ressentent également au niveau du cas des autres membres du gouvernement : qui doivent partir et qui doivent rester ? Certains députés HVM ne sont pas du même avis que ceux du Groupe de 5 (Nicolas Randrianasolo, Abel Razafimahatratra, Cathy, Vololona Raherisoa et Mamy Armand Hanitriniaina) qui ciblent quelques têtes dans l’actuel gouvernement.  Hier, des députés pro-régime étaient aperçus au Palais de Tsimbazaza où la session extraordinaire du Parlement est très attendue. Une session qui pourrait être convoquée lors du Conseil des Ministres de demain après-midi. En fait, les députés pro-Rajaonarimampianina qui veulent plus être ignorés comme c’était le cas lors de la nomination des deux derniers premiers ministres de l’ère Rajaonarimampianina. La plupart des ces élus n’ont pas été préalablement consultés sur le choix du président de la République alors que l’article 54 de la Constitution stipule : « Le président de la République nomme le Premier ministre, présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale. »

4 Généraux. Au niveau de la Présidence de la République, des conseillers spéciaux du président Hery Rajaonarimampianina essaient de manœuvrer  pour le départ du Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier qui bénéficie malgré tout du soutien de nombreux députés à l’Assemblée nationale. Des proches du chef de l’Etat tenteraient de convaincre Tsimbazaza sur trois Généraux de Corps d’Armée dont Ralala Roger (secrétaire général de la Présidence de la République), Béni Xavier Rasolofonirina (ministre de la Défense Nationale) et Herilanto Raveloharison (Ministre de l’Economie et du Plan). Le nom de l’actuel préfet de Police d’Antananarivo, un Général de Division doublé d’Administrateur civil, Angelo Ravelonarivo circule également, mais sa chance semble minime. Un seul point fort à son actif, c’était lorsqu’il a osé retirer sa propre décision en interdisant la manifestation du TIM qui voulait célébrer son 15e anniversaire au stade de Mahamasina. En tout cas, si le président de la République décide de remplacer Mahafaly Solonandrasana Olivier, Mahazoarivo accueillera le quatrième Premier ministre de l’ère Rajaonarimampianina, c’est-à-dire, quatre premiers ministres en quatre ans. Le régime en place a battu le record en matière d’instabilité institutionnelle. On assistera également à un énième changement du gouvernement malgré le fait que quelques ministres n’ont jamais quitté l’équipe depuis le début du mandat de Hery Rajaonarimampianina.

R. Eugène

Midi Madagasikara31 partages

Eglise luthérienne : Formation en sécurité sociale à Fort-Dauphin

Le Pasteur Dr Rakotonirina et son épouse lors de la clôture de la formation à Fort-Dauphin

La sécurité sociale représente un droit humain. Les agents d’église au même titre que tous les travailleurs y ont également droit.

Convention. C’est la raison pour laquelle, entre autres, la Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS) représentée par son directeur général Arizaka Rabekoto Raoul et le président national de l’Eglise luthérienne malgache (FLM) Rakotonirina David ont signé une convention  l’année dernière. Le but en était de démocratiser la sécurité sociale au niveau des agents de la FLM, sur l’étendue du territoire national. Dernièrement, ce fut au tour de la région de l’Anosy. 11 départements du synode de Fort-Dauphin ont donc bénéficié d’une formation axée sur la sécurité sociale et le Code du Travail. Sur la centaine de participants, on comptait des pasteurs, des théologiens et des agents d’église intervenant dans divers secteurs tels que la santé, l’élevage, l’éducation et l’agriculture, etc.  « L’objectif de la CNaPS est de prendre en main les travailleurs au sein du FLM », expliquait Mme TSABOTO Joslina, Coordonnatrice des délégations régionales de la Caisse.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara31 partages

Airtel Madagascar : Les employés les plus méritants récompensés

Des employés d’Airtel ont eu droit à des médailles et des distinctions honorifiques

Moment de joie et de liesse vendredi pour la grande famille d’Airtel Madagascar à l’hôtel Panorama où les employés méritants ont eu droit à des récompenses et distinctions honorifiques.

lls ont marqué l’histoire du déploiement des activités d’Airtel Madagascar. Et la direction générale de la compagnie n’a pas oublié les  20 employés, ayant  10 à 17 années de service. Ces derniers ont été récompensés par des   médailles de travail et certificats liés à leur ancienneté. Maixent Bekangba, Directeur Général d’Airtel Madagascar et les représentants du Ministère du travail et des lois sociales, ont procédé à la remise des médailles.

Compétence. « C’est grâce à la compétence et au potentiel humain de nos collaborateurs que nous arrivons toujours à hisser Airtel à sa position de 3e opérateur mobile mondial. Ces médailles de travail sont un moyen de valoriser non seulement nos talents, mais aussi de leur exprimer notre reconnaissance pour leur engagement et leur fidélité au groupe. Notre réussite, nous le devons aux « Airtelers » et c’est la raison pour laquelle Airtel met à leur disposition les meilleures conditions de travail leur permettant d’être productifs et de s’épanouir » a déclaré, à cette occasion, le Directeur Général d’Airtel Madagascar.

Respect. La remise de ces médailles et certificats s’inscrit également dans le respect des valeurs de solidarité, de respect et de dynamisme qu’Airtel prône au quotidien. Ces médaillés sont les garants et les témoins de l’histoire d’Airtel Madagascar. Par leur engagement et leur dévouement, ces femmes et hommes ont relevé le défi des différentes mutations du secteur de la téléphonie mobile. « Nous les encourageons à garder cet esprit de solidarité et à transmettre aux jeunes générations leurs expériences et leur savoir-faire acquis tout au long de leur carrière », a conclu le Directeur Général lors de son allocution. La journée a également été l’occasion pour la grande famille Airtel de s’échanger les vœux du nouvel an.

R.Edmond

Midi Madagasikara29 partages

Détournement de fonds : Le bureau national du Sygmma attend impatiemment le verdict de la Cour d’Appel

Face à la déclaration à la presse faite par un groupe d’individus déclarant membres du conseil national du syndicat des marins de Madagascar (Sygmma) accusant  Basola Ful-Soma d’usurpateur de titre et de fonction en disant qu’il est le Secrétaire général de ce syndicat, le bureau national apporte la précision suivante : le bureau national tient à souligner que Basolo Ful-some est bel et bien le Secrétaire général de ce syndicat. Sa nomination remonte au moment où, le Secrétaire général de ce syndicat a été suspendu de son poste puis radié de l’association suite à la suspicion de détournement de fonds dans la caisse du syndicat. Une suspicion qui a été confirmée par un cabinet d’audit à la demande du syndicat. Un trou de 779 485 191,99 ariary. En effet, le Sygmma a porté l’affaire devant le tribunal de première instance d’Antananarivo, qui a à son tour condamné le suspect à 3 ans d’emprisonnement avec sursis et au paiement de 176 millions d’ariary à titre de dommage intérêt et 30 millions d’ariary pour préjudice moral. Puisque les deux protagonistes ont tous saisi la Cour d’Appel sur cette affaire, le bureau national du syndicat affirme attendre impatiemment le verdict qui devra être prononcé au 26 janvier prochain. En ce qui concerne le compte bancaire du syndicat auprès de la BNI, le bureau national du Sygmma souligne que la suspension  de l’utilisation de ce compte a été réclamée par cette banque. L’ancien SG a parlé du financement de l’ITF pour lequel, il affirme être le seul habilité à gérer ce fonds. Le bureau national du Sygmma mentionne que cette organisation internationale n’est pas un bailleur de fonds. « Ce financement de l’ITF n’a jamais été enregistré dans le compte du Sygmma », précise  le SG actuel. Pour répondre toujours aux allégations faites par Lucien Harinony Razafindraibe en son encontre, il a précisé que le Sygmma dirigé par le bureau national actuel et sa nomination en tant que SG ont été attestés par le Préfet de Police d’Antananarivo.

T.M.

Midi Madagasikara25 partages

Bancarisation : SBM renforce sa présence à Madagascar

Kee Chong Li Kwong Wing, PCA du Groupe SBM lors de la cérémonie d’inauguration du succursale de la banque à Behoririka.

Seule une banque africaine peut offrir une solution aux problèmes africains sur le financement de la production de matières premières et de produits manufacturés, selon la banque SBM, qui a inauguré hier sa cinquième agence à Madagascar.

Améliorer le faible taux de bancarisation actuellement à 12%. C’est l’un des objectifs annoncés par le PCA du Groupe SBM, Kee Chong Li Kwong Wing, lors de la cérémonie d’inauguration de l’agence à Behoririka, et de lancement de la célébration des 20 ans de présence de la banque à Madagascar. « Avec la globalisation et l’émergence de l’Afrique, SBM veut devenir une grande banque régionale qui servira de pont entre l’Asie et l’Afrique. Après son succès à Maurice, cette banque a commencé à s’implanter à Madagascar, puis au Kenya où elle a absorbé une banque, puis une autre. Aujourd’hui, SBM veut être un grand acteur sur le marché de la monnaie électronique, car tout tourne aujourd’hui dans l’économie digitale », a-t-il indiqué dans son discours. En effet, cette banque d’Etat de Maurice, malgré sa timide présence à Madagascar, s’impose davantage sur le continent. Avec des produits financiers cotés en bourse, la SBM centralise à Maurice ses services, dans cette île où la fiscalité et les contrôles de devises sont légers. En outre, la banque mauricienne a noué un partenariat stratégique avec des géants d’Asie comme Alibaba, pour dominer sur le marché digital mondial.

Début. A Madagascar, deux autres agences seront bientôt ouvertes, dont l’une est déjà en cours de construction à Ivato, selon le DG de SBM Holding Madagascar, Gilbert Lagaillarde. « Notre objectif est de figurer parmi les principales institutions bancaires à Madagascar. Pour cela, nous mettons en avant une gamme de produits et services financiers pour les entrepreneurs. La SBM est apte à répondre rapidement aux besoins des sociétés commerciales et industrielles », a-t-il affirmé. Présent à la cérémonie, le directeur général du Trésor Public, Herivelo Andriamanga a souligné la nécessité de l’initiative de développement de réseau bancaire à Madagascar, pour améliorer la bancarisation. D’après ses dires, la population malgache a également besoin d’une sensibilisation l’incitant à adhérer au système financier. La SBM veut jouer ce rôle, en proposant des financements pour les activités de production de matières premières et de produits transformés, pour créer de la valeur ajoutée, d’après ses représentants. D’ailleurs, cette banque d’Etat a été créée à Maurice pour contrebalancer la dominance des banques primaires qui faisaient la pluie et le beau temps sur le marché financier de cette île voisine. C’est ce même rôle que SBM veut assurer à Madagascar, afin de promouvoir l’inclusion financière, d’après le PCA du groupe.

Antsa R.

Midi Madagasikara24 partages

Amoron’i Mania-Visite présidentielle : L’électrification rurale gage du développement.

La région Amoron’i Mania a un bon potentiel d’énergie hydraulique.

Avec ses près de 90% de la population  vivant en milieu rural, la région Amoron’i Mania a plus que jamais besoin de l’électrification  rurale  qui est un gage au développement dans la région d’Amoron’i Mania.

La récente visite du président de la République dans la commune rurale d’Ambohimitombo I , district d’Ambositra, le 15 janvier dernier, a été une occasion pour le chef de l’Etat d’aborder la question de l’électrification rurale et pour les autorités locales, de mieux faire connaître les potentialités énergétiques de l’Amoron’i Mania au Président, dans le cadre d’un éventuel  plaidoyer pourquoi pas, dans l’appui à la recherche de partenariats financiers et techniques. Outre la chute de Tanjoma dans la commune rurale d’Ambohimitombo I dans la partie Est et  qui a été largement abordée dans le cadre des différentes opportunités,   lors de cette visite présidentielle , l’on peut aussi  citer entre autres, toujours dans la partie orientale, mais cette fois, dans le district de Fandriana, de l’aménagement du périmètre hydroagricole de Sandrandahy, de la commune rurale d’Imito, de Fiadanana et Sandrandahy. Le coût approximatif est évalué à 2.500.000.000 ar, selon une étude qui a été réalisée en 2009 par un cabinet d’Etudes.

Agricultures de décrues

Sur le plan administratif, la zone du projet englobe  la commune rurale de Sandrandahy, Fiadanana et Imito. Le périmètre est limité à l’Est par le site du barrage, à environ 9kms à vol d’oiseau de Sandrandahy (en direction sud-est) et à l’Ouest par la confluence des rivières Sandrandahy et Mania. La plaine rizicole est formée par des vallées élargies le long de la rivière  Sandrandahy qui est la limitrophe de ces trois communes. L’accès à la zone de projet se fait à partir de la RN 41 (Ikelikampona-Sandrandahy). La plaine de Sandrandahy d’une superficie totale de 790 ha, longe la rivière Sandrandahy dans sa partie rive gauche et rive droite sur 15 kms environ. La plupart des périmètres revêtent  un caractère traditionnel et combinent l’utilisation des eaux  et des systèmes aquifères. Ce sont les agricultures de décrues et de bas fond. C’est-à-dire des rizicultures fluviales extensives adoptant un système d’irrigation naturelle unique, délivrée à l’occasion de la montée des eaux et lors de la saison des pluies. Les  problèmes à résoudre sont l’inexistence d’infrastructures agricoles, la non maîtrise de l’eau dans  d’irrigation dans le périmètre. La riziculture y dépend de l’eau pluviale et le rendement est faible (1,5t/ha) malgré l’existence de la rivière Sandrandahy traversant le périmètre et le vaste étendu de la plaine. 60% des superficies cultivables sont exploitées actuellement.

Recueillis par  Anastase

Midi Madagasikara24 partages

NATATION : Test de classement Saint-Michel en tête comme d’habitude

Le test de classement de la fédération a été  fait le week-end dernier. Cela a donné des résultats qui ne sont plus surprenants.

Les frères John et Stéphane Rakotomavo cartonnent en tête et se partagent les deux premières places chez les messieurs, à l’issue de ce premier test de classement 2018. Chez les dames, Murielle Rabarijaona aussi est en tête suivie de Sarah du COSFA. Comme à l’accoutumée, les tests se sont basés sur les distances de 50m, 100m et 200m. Et comme d’habitude, ceux et celles qui font sur la longue distance sont pénalisés. Au classement mondial, cela ne se passe pas comme cela. Nous nous basons sur une logique des îles. Et aux adeptes de la natation de se demander pourquoi ? Pour Murielle Rabarijaona par exemple, elle a été 3e au meeting de la Réunion, une performance qui flirte avec les performances mondiales car devant elle, c’est une championne et une vice championne du monde qui ont eu les médailles d’or et d’argent au 800m. Sa spécialité n’a pas beaucoup d’adeptes certes, mais si c’est là qu’on peut être classé mondialement, pourquoi pas ? Du temps d’un ancien président de fédération, les tests obligatoires se basaient sur le 400m quatre nages et sur les spécialités des nageurs. Mais à chaque règne son règlement. La direction technique nationale, égale à elle-même, a réussi son test et a sûrement ses raisons. Dommage seulement qu’avec cette méthode, les jeunes se spécialisent en fonction de ce classement et non de leurs spécialités.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara23 partages

Photographie : Rija Emadisson se dévoile dans « Complexe d’Œdipe »

La mère, source de vie, pilier de la famille, réconfort intarissable, tout cela à la fois que lui rendre hommage n’est que justesse.

Si Rija Emadisson est surtout connu pour son travail dans l’institutionnelle et le reportage, le photographe se dévoile dans « Complexes d’Œdipe ». Cette exposition a pour thème la maternité, autrement dit « Maman » dans tous ses états. Les photos vont de la grossesse à l’accouchement, l’allaitement, les premiers pas, jusqu’à l’éducation de l’enfant. Des faits relatés dans les clichés qui trôneront à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo dès demain.

Concernant le fond, ledit complexe parle du désir inconscient du garçon pour sa mère. Il s’agit ici d’illustrer ce concept freudien par un ensemble de clichés pris durant les reportages. Étant donné que la plupart des photos ont été prises sans mise en scène, la réalité est donc tout autre.

Mère poule. Il semble que c’est la mère qui a nourri ce désir en son enfant, par l’allaitement, l’habituation aux baisers, son comportement « mère poule »,. Et inversement, c’est le père qui, parfois, semble jalouser l’enfant. « Dans une société matriarcale comme la nôtre, une telle exposition peut choquer, voire susciter l’indignation chez le public », constate le photographe. C’est pourtant un fait, les mères malgaches adorent leurs fils, certaines les allaitent jusqu’à un âge avancé, elles les gâtent, elles leur choisissent des petites amies, elles leur épargnent les tâches ménagères, et plus tard, elles font la morale à leur épouse.

« Concernant la forme, j’affectionne particulièrement le noir et blanc, ayant été dessinateur au crayon dans ma prime jeunesse. Le noir et blanc va à l’essentiel, aucune couleur pour nous distraire. On cerne les traits, on reconnaît les situations », avance Rija Emadisson. À l’instar des ombres chinoises, on distingue de suite le sexe et l’âge d’une personne d’après sa silhouette sur une photo.

Maharindra

Midi Madagasikara22 partages

Littérature : « Faribolana sandratra » concocte « Tatibolana »

L’équipe de Faribolana Sandratra lors des séances de répétition

Le premier rendez-vous des amoureux de littérature ! C’est reparti pour un tour au CGM. Comme on ne change pas une formule qui marche, les membres du cercle poétique Faribolana Sandratra vont se retrouver et invitent les amoureux des mots et des vers, au Cercle Germano-malgache Analakely ce samedi à 15 heures. Pas de déclamation au menu pour cette fois, mais des nouvelles mises en scène et jouées par les membres de l’association pour l’occasion. Ils ont répété depuis des jours, afin d’assurer leur performance, et sont déjà prêts à émerveiller le public et à incarner leur rôle à la perfection. « Tatibolana », c’est ainsi qu’a été intitulé l’évènement. Recueils de poèmes et de nouvelles ainsi que d’autres ouvrages seront mis en vente pour l’occasion.Mahetsaka

Midi Madagasikara21 partages

Professeur de médecine : Andriamanalina Nirina n’est plus

Le professeur de médecine Andriamanalina Nirina s’est éteint, hier. Notons qu’en 1990, il a été le premier agrégé du CAMES ayant effectué tout son concours médical à la Faculté de Médecine d’ Antananarivo. Cet ancien Secrétaire Général du ministère de la Santé a été candidat à l’élection présidentielle de 1993. Midi-Madagasikara présente ses condoléances à la famille du défunt.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara21 partages

Durcissement de la stratégie du régime envers ses adversaires

C’est une atmosphère politique viciée dans laquelle baigne la Grande île en ce moment. A quelques mois de l’élection présidentielle, les principaux adversaires du chef de l’Etat se  rendent compte qu’ils seront l’objet de nombreuses tracasseries et que leur parcours du combattant sera particulièrement éprouvant.  Le départ de la  course à l’élection présidentielle n’est pas encore lancé et pourtant, les embûches et les chausses trappes sont placées devant  ceux  qui ont un poids pour certain dans l’opinion.

Durcissement de la stratégie du régime envers ses adversaires

L’ancien président Marc Ravalomanana est le rival déclaré du chef de l’Etat. Il s’est déclaré très tôt candidat à l’élection présidentielle. Les manœuvres d’intimidation du pouvoir à son égard ont commencé très tôt et l’opinion en a été témoin, mais elle a manifesté sa réprobation sur les  réseaux sociaux. Cela n’a cependant pas fait reculer le challenger du chef de l’Etat qui a continué à mobiliser ses partisans. Il a pu mesurer lors de ses réunions publiques le crédit qu’il possède auprès de la population. Son entourage a pris conscience de l’importance de la campagne de sensibilisation menée par ses partisans. C’est certainement pour cette raison que certains membres de l’équipe du chef de l’Etat n’ont plus pris de gants pour le gêner. On a donc assisté à ces dérapages malencontreux, qualifiés même de  tribalistes par les commentateurs lors de la venue de Marc Ravalomanana à Toliara, il y a quelques jours et à Tolagnaro, hier. Les propos tenus par les manifestants venus l’accueillir n’ ont suscité aucune réaction de la part des autorités. L’ancien président sait donc à quoi s’en tenir et il peut s’attendre à d’autres manœuvres de déstabilisation à son égard. L’autre rival potentiel du chef de l’Etat, Andry Rajoelina, a fait sa première apparition médiatique  le week-end dernier. L’interview qu’il a accordée  à notre quotidien a fait grand bruit. Le pouvoir garde un œil sur lui  et doit certainement avoir un plan pour le gêner.

Patrice RABE

L'express de Madagascar17 partages

Harison Edmond Randriarimanana – « Le système des Micro-Finances actuel est inadapté au monde rural »

Il est à la tête du ministère auprès de la présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage depuis le 18 Octobre 2017. Harison Edmond Randriarimanana dresse les grands axes de la politique de développement du secteur.

• Dix-neuf nominations et abrogations la semaine dernière, Monsieur le ministre, est-ce toujours nécessaire de changer des « têtes » dans un ministère tel que celui que vous dirigez ?– La transformation de l’Agriculture et de l’élevage est une course quotidienne. Ceux qui n’arrivent pas à suivre doivent s’arrêter. D’ailleurs, selon la vision du président de la République pour ce secteur, le ministère doit travailler encore plus et cette année sera l’année du travail. Toujours est-il qu’il y a eu peu de changements de responsables, mais plutôt des permutations et des fusions de directions.  Il n’y a plus de direction des Études par exemple, car des études ont été réalisées et achevées depuis longtemps. La direction de l’organisation du monde rural a été combinée avec celle du partenariat. Quelques directeurs régionaux ont été remplacés, car ils n’ont pas été dynamiques dans la sensibilisation pour le développement du monde rural. Un ingénieur en génie rural est actuellement à la tête de la direction régionale d’Analamanga, et l’ex-directeur de cette région devient le responsable de l’appui au secteur privé.

• Le secrétaire général a également été remplacé, pourtant reconnu comme efficace dans ce département. Pourquoi ?– Effectivement. J’ai repris le secrétaire général ayant travaillé avec moi quand j’étais alors ministre de l’Envi­ronnement en 2004. Le nouveau est un spécialiste de l’environnement et des changements clima­tiques, lesquels sont des axes non négligeables pour ce département.

• Pourquoi la production rizicole ne dépasse-t-elle pas les 2, 5tonnes à l’hectare ?– Pour de nombreuses raisons. Mais je soulignerai le fait que nous avons abandonné le Système de riziculture intensif (SRI) du père de Laulanié. Le ministre de l’Agriculture du Sénégal a annoncé que son pays va être un exportateur de riz à partir de 2019, car il a appliqué le SRI de chez nous. La non maitrise de l’eau est un problème récurrent, alors que 75% de notre riziculture sont basés sur de la riziculture irriguée. On a besoin de barrages, de canaux  pour nos bas-fonds et rizières à terrasse, alors que le projet sur les périmètres irrigués a également été estompé vers les années 2000.  Les réseaux hydro-agricoles sont vétustes. Les agriculteurs boudent encore les semences améliorées, les engrais et autres fertilisants. Ils se contentent de recueillir les bons épis pour en faire des semences, et ce depuis des années,  pour ne citer que ce cas de figure. Le sol lui-même ne peut plus produire du riz ou encore, les agriculteurs ne savent pas ce qu’ils doivent ajouter à leur sol pour de meilleurs rendements. Sinon, le problème reste l’insuffisance ou l’inexistence même de moyens financiers pour se procurer des semences ou du matériel agricole, autres que l’« angady ».

• Que faire alors pour dépasser ce problème longtemps évoqué ?– La meilleure solution reste l’assistance aux paysans agriculteurs, par de nombreux moyens. Si je caricaturise la situation, l’État déploie tous les moyens pour faire sortir les paysans de l’eau, au moins leur tête et leurs épaules pour qu’ils puissent par la suite, nager pour avancer tout seuls.

• C’est une solution que les régimes qui se sont succédé ont toujours utilisée, mais le résultat reste le même. Quel changement apportez-vous ?- La grande majorité des paysans sont pauvres, entrainant la pauvreté de tout le pays car ce sont les 80% des Malgaches qui sont pauvres. La croissance d’un pays est obligatoirement tirée de la croissance de ces 80%, donc ce secteur assurant jusqu’ici 21% du Produit intérieur brut est la base du développement de tout le pays. Il faut par ailleurs une politique de continuité dans ce pays, car les crises cycliques remettent tout en cause, contraignant à un retour à la case départ à chaque fois.

• Com­ment se présente cette politique d’assistance aux paysans agriculteurs ?– L’État se doit d’assurer du plus petit au plus grand détail. Des dotations en semences, engrais, en matériel agricole, en animaux géniteurs, en sécurisation foncière. Une assistance pendant trois années continues d’abord, et d’une manière dégressive par la suite. Ils seront assurés jusqu’à 100% la première année, 75% la deuxième année, 50% la troisième et 25% la quatrième et O% la cinquième année.

• Quelle transformation attend-on exactement ?– Madagascar atteindra l’autosuffisance en riz d’ici 2020. C’est-à-dire que nous serons capables d’obtenir au moins 3 à 5 tonnes à l’hectare. Cette autosuffisance s’accompagnera de notre capacité à exporter sur les marchés régionaux, qui représentent quelques six cent millions de consommateurs. Je précise que cette transformation veut dire de la production en quantité et surtout en qualité. Un concept qui a toujours été négligé dans ce pays. Je reste confiant que nous pourrons bientôt nous lancer dans l’agribusiness avec le secteur privé, et abandonner le système de cueillette longtemps appliqué.

• C’est bien ambitieux de votre part. Mais comment y parvenir, vu la situation actuelle un peu décourageante ?- Tous les ingrédients sont réunis pour qu’on puisse atteindre ces objectifs. Le projet PADAP, par exemple, redynamise les greniers à riz tels qu’Andapa, Bas Mangoky, Marovoay ou l’Alaotra. La caravane de la fertilité avec les Marocains est sur la bonne voie. Il s’agit en effet de détecter la nature actuelle du sol, si tel endroit a besoin de potassium, si tel autre manque d’azote. Nous abandonnons le système de cueillette pour nous lancer réellement dans l‘agriculture. Les paysans sont appelés à considérer la vétusté des plants, notamment pour le girofle, le café et la vanille et par ailleurs, à se professionnaliser. Le ministère incite à faire usage des sols lorsque la culture du riz n’y est pas pratiquée à une période donnée.  Nous sommes déjà en train d’approcher l’agriculture contractuelle, qui consiste à activer ce que nous appelons les « grands paysans ». Ceux-ci assureront les débouchés aux « petits paysans » en quantité et qualité régulière, afin d’éviter les ruptures de stock, un inconvénient énorme dans le système des marchés. Près de 500 millions de dollars seront déployés pour la construction et la réhabilitation des systèmes hydro-agricoles. Quelques postes budgétaires pour les paysans relais sont en train de se négocier avec le ministère des Finances, afin de disposer d’intermédiaires entre le ministère central, les directions régionales et les paysans agriculteurs. Nous disposons d’un fonds pour le développement de l’élevage et un autre pour le développement agricole. Une usine d’engrais est en place, et les banques de semences seront redynamisées. En outre, nous sommes également en train de revoir avec les Institutions de micro-finance (IMF), de nouvelles approches pour inciter les paysans agriculteurs à recourir aux prêts financiers. Les paysans ont besoin de moyens de départ. Alors que le système actuel ne leur convient pas, car les IMF ont tendance à suivre les traces des banques primaires sur les risques prudentiels. Les offres et conditions imposées ne les arrangent pas du tout, délai, assurances et autres dépassent leurs moyens. Pourtant, les moyens financiers leur permettent d’acquérir les moyens matériels pour devenir autonomes par la suite.

• Le problème foncier reste un blocage dans l’agriculture dans ce pays. Quelles solutions apporterez-vous ? – Nous sommes dans la deuxième phase de la réforme foncière enclenchée en 2005.Les prescriptions acquisitives sont les raisons des problèmes fonciers de ce pays. Trois millions d’hectares seulement sont cultivés sur les 30 millions existants. La plupart de ces trois millions ne sont pas titrés. Nous avons cinq types de régime foncier que les paysans agriculteurs doivent connaître. Les propriétés domaniales, les propriétés de l’État, les propriétés privées titrées et non titrées, et les terrains à statut spécifique. Je tiens à faire remarquer que les zones d’investissement agricoles n’existent pas encore.

• La mise en place de Bovima dans le sud de l’île n’attisera-t-elle pas encore plus le vol de bétail ?- Le projet Bonne viande de Madagascar (BOVIMA) entreprendra des améliorations génétiques, c’est-à-dire que c’est de l’élevage loin d’être contemplatif. Un élevage basé sur la traçabilité et la qualité. Un élevage qui ne permettra pas alors d’accueillir des zébus non tracés, ou dont la provenance n’est pas connue. C’est un investissement qui veut profiter du marché extérieur. Aussi, aucune bavure ne pourrait être tolérée dans ce genre d’activités.  La société est également prévue élever des moutons et des chèvres.

Recueillis par Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara15 partages

Anosipatrana : Un homme délesté de 1,5 millions d’ariary par un voleur à la tire

Poursuivi pour avoir délesté 1,5 millions d’ariary sur sa victime, un homme a été placé sous mandat de dépôt après avoir été entendu par le Parquet du tribunal Anosy, hier. Son arrestation a fait suite à la plainte déposée par la victime. Samedi matin, un homme est venu au poste de police d’Ilanivato pour porter plainte contre deux individus qui l’avaient agressé sur la route digue la nuit du 19 janvier vers 21 heures. Durant l’attaque, il affirme avoir perdu 1,5 millions d’ariary, sa carte d’identité nationale et un téléphone portable. Saisie de l’affaire, la police est alors partie à la filature des bandits. Ainsi, l’un de ces derniers a été appréhendé le samedi même vers 4 heures du matin à Anosipatrana. Tandis que son comparse a pu s’échapper. L’enquête a révélé que le malfrat est un résident du quartier.

T.M.

Midi Madagasikara15 partages

TENNIS / championnat d’Afrique australe : L’équipe est bien rentrée au pays !

Ils ont été reçus avec les honneurs, sous les acclamations de leurs proches venus les chercher à l’aéroport la semaine dernière. Au bilan, pour la compétition par équipe filles, Madagascar se classe 3è chez les filles de U14, 6e chez les garçons U 14 et 3e chez les U16 garçons. Au tournoi des double dames, Miotisoa et Maholy rentrent finalistes. La meilleure place en simple pour la délégation malgache est celle de Miotisoa 5e, et de Sampras 6e. La différence aussi pour ce déplacement, c’est l’aide de la diaspora malgache de Gaborone qui a assuré.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara14 partages

Paositra Malagasy : Pour l’inclusion socio-économique et la facilitation des échanges

Cérémonie de présentation de vœux de la Paositra Malagasy, au Paon d’Or Ivato.

« La Poste, infrastructure de livraison de choix pour l’atteinte des objectifs gouvernementaux de développement national ». Tel est le thème de l’édition 2018 de la journée panafricaine des Postes. Younouss Djibrine, secrétaire général de l’Union Panafricaine des Postes (UPAP) a souligné l’atout comparatif dont dispose le secteur de la poste, grâce à son vaste réseau de bureaux de poste interconnectés, disséminés aussi bien dans les zones rurales qu’urbaines, de son offre plurielle et inclusive, non discriminatoire. En effet, ce réseau fort comprend plus de 650 000 bureaux répartis dans le monde, dont plus 37 000 en Afrique. Grâce à ce réseau, la poste arrive au deuxième rang, après les banques, en matière d’offre financière au niveau planétaire. Mieux, pour les exclus du système bancaire classique que sont les populations rurales et les pauvres des zones urbaines, la Poste reste l’unique partenaire le plus sûr, qui offre une large gamme de services financiers inclusifs (Epargne, paiements, transferts d’argent, assurance, crédit, etc.).

Défis. A Madagascar, la Paositra Malagasy a profité de cet avantage dont dispose ce secteur d’activité. Cette société a pu apprivoiser les TIC comme un tremplin. Aujourd’hui plus que jamais, l’atteinte des objectifs de croissance passent par la numérisation des outils de production et l’élaboration des offres. Pour l’UPAP, cette évolution de l’économie fait des postes,les promoteurs de solutions innovantes, inclusives, intégratives, abordables, accessibles et surtout durables. Les dirigeants de la Paositra Malagasy, ainsi que les représentants du Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN) ont soutenu ces propos, lors de la cérémonie de présentation de vœux de la Paositra Malagasy, qui s’est tenue au Paon d’Or Ivato, vendredi dernier. Pour le ministre de tutelle, Neypatraiky André Rakotomamonjy, les défis qui attendent encore la Paositra Malagasy exige le développement du progrès technique et du savoir-faire, tout en adoptant une bonne stratégie.

 Antsa R.

Midi Madagasikara12 partages

Anciens militaires : Nouvelle mobilisation demain

Malgré  l’échec de la manifestation de samedi dernier, les ex-militaires vont revenir à la charge. En effet, les membres de l’Association des Anciens Militaires (AAM), une entité regroupant les ex-militaires, les réservistes et les veuves des militaires et gendarmes morts en service commandé, prévoient une nouvelle mobilisation demain. C’est ce qui aurait été décidé à l’issue de leur réunion qui s’est tenue hier à Andrefan’Ambohijanahary. Sauf que cette fois-ci, une intensification du mouvement est fortement envisagée. La manif prendra la forme d’une descente dans la rue. Dès 9 heures, les membres de l’AAM se réuniront devant le tribunal d’Anosy. Un « diabe » est prévu ensuite pour rallier la place d’Ambohijatovo où un meeting aura lieu.

Sous-officiers. A entendre les explications du président national de l’association, Jean Solo Randrianasimanana, des simples citoyens vont renforcer les rangs des ex-militaires pour cette occasion. Des éléments du COSOFAM auraient également exprimé leur soutien aux revendications de l’AAM. D’ailleurs, d’après les informations, un représentant des sous-officiers aurait fait une déclaration de soutien en direct par téléphone durant la réunion d’hier à Andrefan’Ambohijanahary. Reste à savoir cependant si les sous-officiers encore en service oseront participer à la manifestation prévue avoir lieu demain. Nul n’ignore que la discipline militaire interdit la participation à toute manifestation publique. D’autant plus que cette nouvelle mobilisation n’a obtenu aucune autorisation ni de la part de la CUA, ni venant de la Préfecture de Police. Hier, des éléments de l’Emmoreg ont été aperçus du côté d’Andrefan’Ambohijanahary. D’après les informations, le président de l’AAM, Jean Solo Randrianasimanana serait actuellement menacé d’arrestation.

Davis R

L'express de Madagascar11 partages

Avortement, parlons-en

C’est dit, c’est écrit. L’avortement ne serait pas conforme à la coutume malgache. Cette affirmation repose essentiellement sur le vœu, symbolique, d’une famille riche de sept filles et sept garçons. On oublie opportunément les proverbes qui n’encensent pas les joies de la maternité : « Tsy misy mamy hoatran’ny zanaka fa rehefa manaikitra ny nono ahifika ihany ». Et puis, il y a des termes comme le mot « ahooka » qui est l’acte d’étouffer un enfant en tenant son visage dans l’eau jusqu’à sa mort. Pour de multiples raisons, et surtout mystique, le malgache était (et est peut-être encore) infanticide ! Révélation amère mais vérité face à laquelle il faut désormais méditer.On sait pourtant que, comme leurs mères et leurs grands-mères ont avorté avant elles, tous les jours des femmes avortent avec l’assentiment discret, quand ce n’est pas sous la pression, de leur mère. On sait également que l’avortement est aussi une question d’hommes. Les filles, les femmes avortent par peur, sous la pression, de leur père, leur oncle, leur frère, leur compagnon ou de leur bourreau sexuel.On sait aussi qu’hier comme aujourd’hui, l’avortement est dans les familles malgaches le moyen le plus connu pour limiter les naissances parce que la contraception n’est pas encore entrée dans les mœurs. Que cette pratique se fait car dans des cas, beaucoup de cas, le compagnon n’accepte pas la contra­ception.On ne veut pas savoir que, dans la détresse, une femme n’hésitera pas à recourir à des remèdes fantaisistes et à pratiquer elle-même son avortement au péril de sa vie. On ne veut pas non plus admettre que nos filles font face à des informations qui peuvent être dévastatrices par les réseaux sociaux comme par le « bouche-à-oreille ». Les vendeurs de médicaments illicites courent les rues et nos filles savent où les chercher quand elles sont forcées à le faire.On ne veut pas compter ces femmes qui arrivent aux urgences, mutilées et mourantes après un avortement pratiqué dans des conditions dramatiques par des personnes qui, pour de l’argent, se livrent à de vraies boucheries sans considération de la finalité de la vie de celle qu’elles ont entre les mains.On ne veut pas tenir compte du drame des jeunes filles et des petites filles qui, victimes d’abus sexuels, hypothèquent leur avenir avec notre bénédiction. « Fahendrena malagasy », sagesse malgache, violeurs et   incestueux n’ont que faire de vos grands mots quant au respect des enfants alors que nos victimes doivent se conformer à ce que nous pensons être les normes socialement acceptables.On préfère ignorer le médecin confronté à un cas de conscience s’il détecte une pathologie grave à l’examen d’un fœtus. Alors, à quoi servent-ils ? Ou deviendront-ils des croque-morts, des annonceurs de décès ?Et puis, à quoi bon dépenser des sommes astronomiques dans le suivi des grossesses si finalement, quoi qu’il se passe, les médecins ne peuvent même pas intervenir.C’est donc au nom de la sagesse ances­trale, dont on décrypte l’héritage de façon inconsi­dérée, que l’on réduit le planning familial à un vœu pieux : une famille riche de sept filles et sept garçons, pour le meilleur et pour le pire ?Nous n’avons pas pu épargner à nos mères, nos grands-mères ; nous pouvons éviter à nos filles de s’auto éduquer, d’être victimes de notre hypocrisie suicidaire face à la question de l’avortement. Alors, ayons le courage et l’honnêteté de faire un pas, un grand pas : parlons-en !

Par Mbolatiana Raveloarimisa, Kemba Ranavela, Michèle Rakotoson

Midi Madagasikara11 partages

Quatrième République : Quid de l’Opposition officielle ?

Une fois de plus, l’on ignore purement et simplement les dispositions légales en vigueur. Faudrait-il que les journalistes écrivent chaque année presque les mêmes choses ? En effet, dans la loi n°2011-013 portant statut de l’opposition et des partis de l’opposition, il est prévu à l’article 23, « un débat démocratique entre le chef de l’Opposition officiel (…) et le Premier ministre tous les troisièmes vendredi du mois de janvier et le premier vendredi du mois de juillet (…) qui sera transmis sur les Chaînes de média publiques ». Cette année, nous ne sommes pas sans savoir que ledit troisième vendredi de ce mois est le 19 janvier dernier. Nous ne sommes pas sans savoir non plus qu’aucun débat démocratique n’a eu lieu sur les médias publics, conformément aux dispositions légales en vigueur. D’ailleurs, avons-nous l’habitude de suivre des émissions, certes ludiques et instructives d’un côté, sur ces chaînes mais des journaux trop « dominés » par les gesticulations du chef de l’Etat et de ses collaborateurs. Une pratique devenue « beaucoup ordinaire » et qui étonne moins.

Opposition dispersée. Par ailleurs, faut-il préciser que les opposants au régime HVM sont moins anodins mais excessivement dispersés. Ils n’arrivent pas à constituer une Opposition unique digne de ce nom. Une opposition qui fera le poids face à ce régime qui rassemble beaucoup de controverses. Là encore, il s’agit d’un autre débat qui ne disparaît pas. Pourtant,  d’après l’article 2 de la même loi sur l’Opposition, ces partis ayant d’ores et déjà effectué une déclaration officielle auprès du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation (MID) devraient désigner le chef de l’Opposition officielle à l’issue des élections législatives. «A défaut d’accord, le chef du groupe politique d’opposition ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages exprimés lors du vote est considéré comme Chef de l’opposition officiel. Si le Chef de l’opposition officiel n’est pas un parlementaire, il bénéficie d’office du statut de député et siège de droit au sein de l’Assemblée Nationale », dispose l’article 6. A quelques mois de la fin de la législature des parlementaires et du mandat du chef de l’Etat, aucun chef de l’opposition officiel n’est désigné. Tout porte à croire que le régime HVM a beaucoup d’opposants comme il n’en n’a pas. Il n’y a donc pas que ledit régime qui fait preuve d’atermoiements, les partis de l’opposition eux aussi.

Aina Bovel

News Mada10 partages

Marche des changes : l’euro à 4.000 ariary

Au cours de ces trois derniers mois, la dépréciation de l’ariary est observée sur le Marché interbancaire de devises. Et les cours de référence des principales devises du pays en témoignent.

Dans la journée d’hier, l’euro valait 3.949 ariary et le dollar, 3.232 ariary. Mais, depuis plusieurs jours déjà, la valeur de l’euro a dépassé la barre des 4.000 ariary dans les bureaux de change agréés.

Cette dépréciation engendre l’insuffisance des devises dans les réserves de la Banque centrale. Les explications avancées notent effectivement que le taux de change résulte toujours de la situation de l’offre et de la demande. Et les économistes parlent également du ralentissement des activités génératrices de devises.

Les causes

La forte hausse de la demande en devises étrangères liée aux importations effectuées par les opérateurs en vue  des fêtes de fin d’année, la régulation des  taux de change appliquée par la Banky foiben’i Madagasikara (BFM), depuis fin 2014, sont citées comme raisons de cette forte baisse de la valeur de l’ariary par rapport aux monnaies de référence.

Aussi, les exportations ne sont pas si prometteuses que prévu. L’impact du passage des cyclones à Madagascar et dans les autres pays de l’océan Indien y sont également pour quelque chose. Un courtier affirme que l’annulation de nombreux vols de compagnies aériennes ont fait baisser les réserves en devises.

Par ailleurs, la suspension des taux préférentiels accordés aux compagnies pétrolières et à certains produits entrant à Madagascar depuis fin 2014 est aussi à l’origine de cette situation, ces dernières années. Avec cette dépréciation de la monnaie locale conjuguée à une hausse éventuelle des prix à la pompe pour les principaux carburants, la tendance inflationniste se confirme davantage.

Arh.

 

Midi Madagasikara10 partages

Corée-Madagascar : Echanges d’expériences sur la cytopathologie

L’ambassadeur coréen Lim Sang-woo au micro lors du séminaire sur la cytopathologie.

Le nouvel ambassadeur de la République de Corée à Madagascar, Lim Sang-woo, s’est rendu à l’HJRA à Ampefiloha pour assister au séminaire de cytopathologie entre Madagascar et la Corée. Lors de son allocution, l’ambassadeur a déclaré « je suis particulièrement honoré de marquer cet événement spécial parmi des personnes qui nous font apprendre le vrai sens du dévouement et de l’altruisme, comme le docteur Lee Jae Hoon. Vous le savez bien qu’il y a plusieurs décennies, la Corée était l’un des pays les plus désespérés du monde. Le système de santé publique était lamentable…». Ce qui n’est pas le cas actuellement car la Corée est considérée comme l’une des plus grandes capitales médicales du monde. Notons que la cytopathologie est une branche de la biologie médicale et de l’anatomopathologie consistant en l’analyse des cellules de divers liquides biologiques

Experts. Le diplomate a également souligné que « je ne doute pas que cela arrivera à Madagascar. Et je crois que la première étape primordiale consiste à former plus d’experts en cytopathologie diagnostique. Je suis persuadé que les trois prochains jours intensifs du séminaire sur la cytopathologie diagnostique permettront d’échanger nos connaissances et nos expériences ainsi que d’enrichir davantage le futur de la médecine malagasy ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara9 partages

Recherche autour du paludisme Mise en place d’une plateforme inédite d’infections expérimentales d...

Ce projet a reçu l’accord du comité d’éthique auprès du ministère de la Santé publique. Photo IPM

La démarche est inédite : une plateforme, unique dans la Grande île, pour la mise en place d’un projet d’analyse des interactions des anophèles Plasmodium falciparum et Plasmodium vivax à Madagascar.

Cette plateforme qui trouve ses bases à l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) résulte d’un effort conjoint entre le groupe de l’entomologiste médical Catherine Bourgouin (Génétique fonctionnelle des maladies infectieuses – Institut Pasteur à Paris, et « visiting scientist » à l’IPM) et le G4 Malaria group de l’IPM, dirigé par Ousmane Ndiath, avec le soutien de trois Unités de l’IPM, à savoir les unités Entomologie médicale, Palusidme et Immunologie des maladies infectieuses. La mise en place de cette plateforme permet actuellement la réalisation d’un projet d’analyses des interactions Anopheles gambiae – P. vivax, et permettra dans un futur proche d’aborder l’analyse de la compétence vectorielle des populations d’anophèles vecteurs de paludisme à Madagascar.

Infection contrôlée. Plus concrètement, les travaux de cette plateforme consiste principalement à analyser la compétence vectorielle des anophèles à transmettre les parasites Plasmodium falciparum et Plasmodium vivax ainsi que les interactions moléculaires anophèles-plasmodium. Une analyse qui nécessite de pouvoir infecter de manière contrôlée les moustiques avec ces parasites. La situation géographique de IPM, lequel se situe à Antananarivo, sur les hautes terres centrales où la prévalence du paludisme est globalement faible, rend difficile la réalisation de cette infection expérimentale contrôlée. D’autre part, si la production in vitro des stades infectant Plasmodium falciparum est possible, il n’en est pas de même pour Plasmodium vivax, lequel ne se cultive pas encore. Raisons pour lesquelles il a été décidé d’installer une plateforme d’infection expérimentale des anophèles par Plasmodium dans une zone de moyenne à forte prévalence du paludisme à P. falciparum et P. vivax dans la région Nord-Ouest de Madagascar. La plateforme est hébergée au Centre de Santé de Base de la commune d’Andriba, dans le district de Maevatanana.

La mise en place de la plateforme et son fonctionnement actuel ont bénéficié d’un soutien financier de l’IPM, du Labex IBEID et de la Direction internationale de l’Institut Pasteur, en particulier à travers une bourse de thèse Calmette et Yersin.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara9 partages

Digital Lab Africa : Lancement de l’appel à candidature

L’appel à projets Digital Lab Africa est ouvert à toutes personnes, professionnelles ou non, du secteur de la création de contenus multimédia. Artistes, producteurs, créateurs indépendants, start-ups, collectifs, étudiants ou entrepreneurs, basés en Afrique, incluant Madagascar, ou ayant la nationalité. Il cible des projets en développement, en recherche de partenaires et de financements, des projets innovants du point de vue de la forme, de la narration, du contenu ou des technologies déployés. L’objectif du Digital Lab Africa est d’offrir un tremplin aux créateurs des productions multimédia de demain. Mettre le meilleur de la French Touch au service des talents du continent noir. Le dépôt de candidature se faisant en ligne sur le www.digilabafrica.com jusqu’au 25 février.

Maharindra

Midi Madagasikara7 partages

Roots trad gasy : Quand jeunesse se conjugue avec tradition !

Le groupe Manakhasy se positionne comme défenseur de ces traditions en perdition.

Ils sont jeunes, mais se positionnent comme défenseurs de ces traditions en perdition. Si jeunesse, pour la plupart rime effectivement avec mondialisation et évolution. Autrement dit, tendre vers la culture occidentale et laisser de côté le traditionnel. Pour les gars de Manakhasy, c’est tout le contraire.

Revenir aux sources, mettre en avant la culture traditionnelle, défendre à tout prix ce patrimoine culturel qui constitue notre identité, tels semblent être ce qui les animent. Vony, Mananjara et Andriamihaja qui forment le groupe « Manakhasy » sont jeunes et auraient très bien pu, comme la plupart des personnes de leur génération, choisir la facilité mais ils étaient clairs quant à leur objectif. Mettre sous les feux des projecteurs la culture traditionnelle. Si d’autres aspirent à devenir célèbres, eux veulent simplement partager leur façon de voir les choses, à travers leur musique entre autres. Le concert au Jamaïca Chill By Pass ce dimanche 27 janvier est donc l’occasion, pour les non-initiés de les découvrir, et pour ceux qui les connaissent, d’apprécier à nouveau leur création. Comme le précisent les membres : « Nous voulons faire (re) découvrir d’une manière hautement artistique nos cultures et nos traditions. Un retour en arrière là où la fin n’existe pas, comme l’eau qu’on ne peut arrêter, comme la fumée insaisissable… ».

Engagés. Vony, avec son « marovany » et Mananjara, avec son djembé, se sont d’abord essayés au rap et au reggae avant de trouver leur voie. C’est seulement lorsque leur chemin croise celui d’Andriamihaja qu’ils décident de s’orienter vers le « free roots trad gasy » et deviennent plus engagés. Leur talent pour les instruments traditionnels les a frayés, entre autres, un chemin dans le monde de la musique, sans oublier de mentionner la manière originale dont ils façonnent le cuir. Aujourd’hui, ils sont allés plus en profondeur dans ce concept de la protection des valeurs traditionnelles et, ne se limitent pas seulement à la musique. Ce samedi 27janvier, c’est pourtant seulement en musique que le groupe va se découvrir.Mahetsaka

Madagate6 partages

Madagascar. Lisi-pifidianana 2018-2019: azo jerena ao aminy Internet ny anaranao

Tamin'ny taona 1959 no nahazo ny zo feno hifidy ny vehivavy malagasy

Aleho torahana voninkazo mihitsy ny CENI («Commission électorale nationale indépendante» na Komisiona nasionaly mahaleotena momban’ny fifidianana) satria efa manao ezaka lehibe hampidirana ireo mizaka zom-pirenena malagasy, feno taona (18 taona miakatra) ka manan-jo handray anjara amin’ireo fifidiana ho avy amin’ny taona 2018 sy 2019. Raha efa tamin’ny volana oktobra 2017 no nametrahana ny lisi-pifidianana any anivon'ny fokontany tsirairay avy, dia efa misy izao ny fomba iray afahanao mijery ny momba anao anatin’izany lisitra izany, amin'ny alalàn'ny amin’ny tambazotra Internet. Ity ny rohy afahanao miditra ao: https://liste.ceni-madagascar.mg/elect/rech

TSINDRIO EO HO LEHIBE KOKOA

Io amin’ny sary ambony io no tokony hitanao. Fenoinao ny toerana ho an’ny anaranao, ny fanampiananaranao (tsy voatery atao) ary indrindra indrindra ny laharan’ny karapanondrom-pirenenao. Raha toa ka tsy mivoaka ny mombamombanao dia mankanesa aingana any amin’ny biraon’ny fokontany misy anao.

Ny fe-potoana farany moa dia ny 31 Janoary 2018 fa mety hialava izy io satria mbola maro tokoa ireo Malagasy tokony hifidy mbola tsy voasoratra.

Ny anay eto aminy madagate.org moa dia tsotra: aza ariana ny zonao ary efao ny adidinao izay tsy an’olon-dratsy velively. Marina fa mbola tsy voalaza, hatreto aloha, ny daty hanatontosaina ireo fifidianana Filoham-pirenena, Solombavambahoaka, sns... fa mila vonona daholo izay mahatsapa tena fa Malagasy e!

Tsy milaza koa izahay hoe i Rahanona na i Rahanona no tokony ho fidianao, fa MANDEHANA MIJERY SY MANAMARINA NY ANARANAO SY NY MOMBA ANAO AO ANATY LISI-PIFIDIANANA ALOHA AFAHANAO MIFIDY! Izay ihany ny maha-Malagasy feno anao.

Jeannot Ramambazafy

Midi Madagasikara6 partages

Madagascar-Maroc : Vers la mise en œuvre des accords sur la pêche maritime

Une forte délégation de techniciens marocains chez le ministre de la Pêche, Gilbert François.

Le Maroc veut partager ses expériences avec Madagascar. Ce pays s’intéresse également à la crevetticulture qui est développée chez nous. 

A l’occasion de la visite du Roi de Maroc Mohammed VI à Madagascar en novembre 2016, il a signé 22 accords de coopération avec le Président de la République Hery Rajaonarimampianina en vue de promouvoir les relations bilatérales entre Madagascar et le Royaume du Maroc. Ces accords touchent plusieurs secteurs économiques dont entre autres la pêche maritime, l’agriculture, les mines, l’infrastructure et le tourisme, ainsi que  le développement humain et social. Parlant du domaine de la pêche en particulier, une délégation de techniciens marocains conduite par Younes Ayouch, directeur de la Stratégie et de la Coopération au sein du ministère en charge de la Pêche Maritime, accompagnée par l’Ambassadeur du Maroc à Madagascar, Mohamed Benjilani, s’est rendue auprès du ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche, Gilbert François hier.

Plan d’action. « L’objectif consiste  à lancer la mise en œuvre des accords de cooperation signés entre les deux Chefs d’Etat en 2016. Il s’agit d’une première réunion technique entre les deux parties.  Nous allons discuter les priorités dans le domaine de la pêche maritime tout en identifiant le calendrier de prochaines réunions permettant de mettre en place un plan d’action », a expliqué l’Ambassadeur du Maroc à Madagascar, Mohamed Benjilani.  Notons que ces accords de coopération concernent plusieurs domaines d’activités dont entre autres la formation maritime, les recherches halieutiques, l’aquaculture marine, la gestion des pêcheries et la promotion de la petite pêche et de la pêche artisanale. La valorisation, la transformation et la commercialisation des produits halieutiques ainsi que la lutte contre la pêche Illégale non-règlementée et non-déclarée seront également au centre de discussion entre les deux parties.

Echanges d’expériences. En fait, « Le Maroc a des expériences très avancées dans le domaine de la pêche maritime. Et ce pays veut les partager avec Madagascar dans le cadre de cette coopération bilatérale en vue de promouvoir ce secteur pourvoyeur de devises. Ces échanges d’expériences devront permettre à terme aux communautés locales de s’inscrire dans le développement durable. Dans la foulée, le Maroc s’intéresse également dans la crevetticulture de Madagascar. Raison pour laquelle, cette délégation de techniciens marocains effectuera une visite sur terrain pour constater de visu le développement de cette filière chez nous », a exprimé le ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche, Gilbert François.

Navalona R.

L'express de Madagascar5 partages

L’union fait la farce

De qui se moque-t-on ? Après cinq années de guerre sans merci, après s’être regardés en chiens de faïence pendant dix ans, les voilà prêts à vivre le grand amour. Il a suffi donc d’une pirouette magistrale, dont lui seul a le secret, de Marc Ravalomanana au détour d’une conférence de presse tenue chez lui, pour qu’on trouve le fil d’Ariane qui a échappé aussi bien aux médiateurs nationaux qu’aux réconciliateurs de la communauté internationale. Marc Ravalomanana se dit prêt à rencontrer l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina parce qu’il l’aime du fond coeur. Ce dernier trouve enfin écho à son credo qu’il a tenu à mettre dans la devise de la République en l’occurrence l’amour. Il n’a pas hésité une seconde à lui donner sa main affirmant par dessus le marché qu’il n’a aucun problème avec lui. Le bourreau et sa victime, le père et le fils se disent donc prêts pour l’union sacrée dans ce qui s’apparente à un inceste politique.Ils crachent ainsi sur le sang des martyrs du 7 février 2009 finalement envoyés à l’abattoir. Ils insultent ceux qui ont tout perdu dans les pillages et les émeutes du 26 janvier 2009, qui n’ont jamais été indemnisés d’ailleurs. Ils narguent les militaires qui ont jeté aux poubelles éthique et discipline, refusant les ordres pour soutenir le coup d’État. Ils invectivent tous ceux qui ont perdu leur emploi à cause de la suppression de l’Agoa.On aura donc perdu cinq années à courir toutes les capitales d’Afrique de Maputo à Victoria en passant par Addis-Abeba, Pretoria, Gaborone, pour tenter de dénouer l’imbroglio né du coup d’État militaire de 2009. Ils auront tourné en bourrique la population, le FFKM,la Sadc, l’Union Européenne, les États Unis, la Coi, l’Oif, l’Union Africaine…qui souffraient de leur ego.Marc Ravalomanana, quelques jours avant sa chute, avait encore eu l’insolence de snober les négociateurs qui l’ont attendu vainement au Le Hintsy alors qu’il était parti se bronzer à Mahajanga.Mais rien n’arrive par hasard et l’histoire est un éternel recom­mencement. Didier Ratsiraka et Albert Zafy ne se sont-ils pas insultés sur le plateau de la TVM lors d’un débat avant la Présidentielle de 1996 avant de se réconcilier et de faire bloc face à l’ennemi commun qu’était Marc Ravalomanana. La situation se répète avec ce salto arrière des deux saltimbanques de la crise de 2009. Alors qu’un rapprochement, une petite humilité auraient évité au pays de sombrer dans une pauvreté extrême, les deux pitres ont attendu presque dix ans pour se sentir le besoin d’un bras dessus, bras dessous. Il a fallu la menace d’une arrestation pour Ravalomanana, suite à la tuerie de 2009 pour laquelle Rajoelina l’a condamné à une peine de travaux forcés à perpétuité, et d’une menace de poursuite pour biens mal acquis pour l’ancien président de la Transition, pour que les deux protagonistes filent une idylle. Les deux risquent d’ailleurs de ne pas pouvoir se présenter à la présidentielle de cette année, justement pour avoir mis le pays dans le gouffre. À deux, on est bien évidemment plus fort pour affronter l’ennemi commun qu’est le Président Hery Rajaonairmampianina. Reste à savoir si entre un malin et un malin et demi, l’alliance peut aller au-delà d’un coup de foudre à retardement. Quand on se souvient que le nouveau maire Rajoelina avait été« convoqué » par le Président Ravalomanana à Ambohitsorohitra en décembre 2007 pour se faire tancer et prier de décroiser ses jambes, on en conclut qu’il est impossible entre un carnassier et un ange aux griffes de lion de s’amouracher. Mais qui sait, l’union fait aussi la farce.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara5 partages

Pluies torrentielles : Rupture de la digue de Fenoarivo

La digue de Fenoarivo a cédé face aux intempéries.

La digue de Fenoarivo a rompu hier. C’est dire que les pluies diluviennes et la météo capricieuse de ces trois derniers jours ont déjà laissé des séquelles sur la vie des Tananariviens : inondations, crues, embouteillages monstres, etc.

Selon Philippe R. de l’Autorité pour la Protection contre les Inondations de la Plaine d’Antananarivo (APIPA), joint au téléphone hier, les fortes précipitations de ces derniers jours ont suffi pour engendrer la rupture de la digue de Fenoarivo, avec ce que cela implique d’inondations et de dégâts dans la région. A l’heure où nous mettons sous presse, aucun bilan n’a encore été effectué. D’ailleurs, sollicité pour de plus amples informations, ce même responsable de répondre sèchement : « Qu’il ne peut en dire plus au téléphone ».

Précipitations et météo. Par ailleurs le bulletin des précipitations du Bureau national de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) avise que pour cette semaine du 22 au 28 janvier, des cumuls de précipitations abondants à modérés (allant de 150mm à 300 mm) sont à prévoir. Les cumuls les plus abondants sont provisoirement attendus du côté d’Ambanja, de Nosy-Be et d’Ambilobe. Pour en revenir aux pluies torrentielles récentes, le BNGRC et la Météo Madagascar de réitérer que le risque d’activité cyclonique sur Madagascar reste faible cette semaine. Les intempéries récentes ayant été causées par la conjugaison de la mousson faible dans le Nord, de l’alizé modéré sur le reste et de la forte masse nuageuse sur la Grande île. Ce jour, malgré une légère embellie possible, des pluies orageuses sont encore prévues.

Vigilance et mesures. Il faut toutefois se rappeler que la saison cyclonique ne se terminera qu’en avril pour Madagascar. 2 à 4 cyclones sont prévus toucher Madagascar, dont 1 à 2 intenses. Durant ce mois de janvier notamment, les précipitations abondantes accroîtront le risque d’éboulements et d’inondations. Un homme averti en vaut deux, voici quelques mesures de précautions à prendre. Les responsables de chaque fokontany sont tenus d’organiser des réunions ponctuelles avec les habitants pour une prise de responsabilité partagée adéquate à la spécificité de leur quartier. Prévoir également un abri pour les éventuels sinistrés et le bétail. En outre, il faut renforcer les murs de soutènement, couper les vieux arbres ou les « hazo amoron-tevana ». Par ailleurs, il faut se tenir au courant des actualités météorologiques, en permanence.

Luz Razafimbelo

L'express de Madagascar4 partages

Nicolas Dupuis – « Je ne vois pas la sélection sans les locaux »

Comme prévu, Nicolas Dupuis était au stade de Vontovorona, samedi dernier. Il était aux côtés de Jean François Debon, directeur technique national, dans la tribune centrale, pour assister au match retour de la supercoupe de Madagascar, entre la CNaPS Sport et Fosa Juniors. A la fin du match, le sélectionneur des Barea a d’abord livré son analyse : « C’était un bon match, avec deux mi-temps bien différentes. Le carton rouge en seconde période a changé la physionomie de la rencontre. Ça s’est joué  à peu de chose. » Le Français est venu dans la Grande île pour observer les locaux. Et ce, en vue certainement d’en intégrer quelques-uns dans l’effectif de l’équipe nationale, qui aura quatre échéances décisives cette année en éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. Citons la réception du Sénégal, en septembre, la double confrontation avec la Guinée Equatoriale, en octobre, et enfin un autre match à domicile contre le Soudan, en novembre. « Je ne vois pas la sélection sans les locaux. Ce sont les deux meilleures équipes à l’heure actuelle. C’est donc là qu’il faut puiser », a-t-il souligné.Plusieurs joueurs ont tapé dans l’œil de Nicolas Dupuis, durant la rencontre de samedi dernier, notamment les milieux défensif et offensif de Fosa Juniors, Baggio et Dax, ainsi que l’attaquant de la CNaPS Sport, Foroche. « J’ai découvert de bons joueurs, comme Baggio, qui m’ont séduit. J’ai également eu la confirmation pour Dax », a-t-il poursuivi. Certes, Dax n’a pas vraiment pesé de tout son poids sur le match. Mais il reste « précieux et capable », toujours d’après Nicolas Dupuis.  Foroche s’est montré décisif en marquant de la tête sur sa seule véritable occasion, inscrivant ainsi l’unique but de la rencontre. « J’ai vu un attaquant qui sait faire mal à ses adversaires », a jugé le sélectionneur des Barea à son propos.Le passage de Nicolas Dupuis à Madagascar consiste également en la présentation du projet « En route pour la CAN 2019 ». Il en dévoilera les détails devant la presse sportive, prochainement. Un projet dont l’objectif final est, comme son nom l’indique, la qualification pour la phase finale du sommet continental, ce qui serait une première dans l’histoire du ballon rond de la Grande île.

Haja Lucas Rakotondrazaka

La Vérité2 partages

Affaire Houcine Arfa - L’évadé menace le régime !

« Monsieur le Président Hery, vous ne mesurez plus les conséquences graves des propos de votre entourage. Je n’ai pas peur d’affronter la Justice, ce n’est pas le cas de votre entourage ». C’est l’avertissement lancé par Houcine Arfa à qui de droit après les déclarations faites par les autorités malagasy ces derniers jours.  L’ancien formateur de la garde présidentielle, condamné à trois ans de prison et qui s’est évadé dans le courant du mois de décembre, multiplie les sorties médiatiques depuis son arrivée en France en début de l’année. La dernière en date est celle que l’évadé a effectuée sur radio France internationale (Rfi) hier durant laquelle il a émis cette menace, non pas à l’endroit du Président de la République mais à son entourage. Houcine  Arfa que son avocat à Madagascar, maitre  Christian Raoelina, décrit comme très proche de Hery Rajaonarimampianina. 

« C’était l’ombre du Président. Il rentrait dans son bureau sans rendez-vous », confie l’avocat de Houcine Arfa aux journalistes de la Rfi. De cette proximité du boxeur avec l’expert-comptable, le premier connait certainement des secrets qui dérangent certains conseillers du  second qui, pour reprendre la déclaration de Houcine Arfa, auraient ainsi peur d’affronter la Justice. Menaçant, le Français avance qu’il enverra d’ici peu au Bianco (Bureau indépendant anti-corruption), des documents compromettants contre le régime malagasy dont un enregistrement sonore. Des informations crédibles ? C’est la question que se pose l’opinion malagasy contrairement aux autorités du pays qui, eux, ont déjà accusé Houcine Arfa d’un minable et d’un brigand ayant un casier judiciaire chargé en France. Bien que le Président de la République ait demandé à son peuple de choisir entre un évadé et les autorités, le doute subsiste toujours. En effet, plus d’un s’interroge comment un repris  de justice en France et qualifié par la ministre de la Justice malagasy « d’affabulateur et d’un quidam qui débarque dans un pays en développement » a pu avoir accès au Palais d’Iavoloha et devenu proche du Président de la République. « Une enquête de moralité aurait dû être faite avant d’enrôler une personne dans le cercle d’un Président », analyse un observateur. Mais cette démarche logique n’a pas été faite sinon la condamnation à trois reprises de Houcine Arfa, une selon ce dernier, aurait été connue à temps.  Peut-être que Hery Rajaonarimampianina a eu trop de confiance, pour ne pas dire une confiance aveugle, à son proche qui l’a présenté à Houcine Arfa. Dans ce cas, celui-ci est loin d’être un affabulateur, la naïveté est du côté de la partie malagasy. Les proches du Président de la République n’ont pas encore apparemment retenu la leçon du discours d’investiture copié-collé sur celui de Nicolas Sarkozy. De cette faute « d’inattention » des recruteurs avides de reconnaissance, toute une pléiade de personnalités et d’autorités de la Grande île sont trainées dans la boue. De la ministre de la Justice aux agents pénitentiaires en passant par le directeur de cabinet, de la procureure de la République ainsi que du commissaire de la Brigade criminelle, sont éclaboussés par Houcine Arfa. D’autres révélations de ce dernier sont attendues dans les jours qui viennent à moins que les hommes du Président de la République trouvent la parade pour clouer sa grande gueule. Houcine Arfa, un homme censé protéger  le régime à son arrivée au pays mais devenu actuellement  celui qui « le fait trembler » comme le qualifie si bien la radio mondiale…

La rédaction

L'express de Madagascar2 partages

Présidentielle – Les Forces armées face au défi de l’impartialité

En ce début d’année électorale, le commandement militaire rappelle les fondamentaux pour que personne ne sorte des rangs. L’impartialité sera le principal défi auquel les Forces armées feront face.

L’impartialité. Outre défendre la quiétude du processus électoral, l’impartialité sera vraisemblablement le principal défi auquel devront faire face les Forces armées durant cette année où la présidentielle dominera la vie de la Nation. Pour éviter que la politique ne vienne à nouveau polluer la cohésion des troupes, le commandement militaire, à chaque occasion, rappelle les obligations et la responsabilité de la grande muette.La cérémonie de remise de drapeau aux généraux nouvellement nommés par Hery Rajaonarimampianina, président de la République, au palais d’État d’Iavoloha hier a été une nouvelle occasion pour les Chefs de rappeler les fondamentaux. « La défense et le respect des valeurs républicaines » a été l’un des messages soulignés dans les allocutions. Le général Béni Xavier Rasolofonirina, ministre de la Défense nationale notamment, a particulièrement insisté sur ce point en ajoutant que « le pays ne mérite plus de vivre une nouvelle crise ».Dans son discours, le numéro un des Forces armées a soutenu qu’« en cette année 2018, nous avons besoin d’apaisement et de sécurité avant pendant et après l’élection. Une fois l’élection faite, chaque citoyen devra défendre et respecter les valeurs républicaines pour parvenir à un développement durable ». Des propos qui cadrent avec ceux qu’il a tenus lors de la présentation des vœux de la grande muette à Soanierana, le 6 janvier.« Nous, au sein des Forces armées, affirmons que nous n’accepterons plus que le pays traverse une nouvelle crise.(…) au sein des Forces armées, nous estimons que le pays ne mérite plus d’être dirigé par un pouvoir qui n’est pas issu d’une élection », ont été les mots du général Rasolo­fo­nirina.

Respect de la loiPour convaincre ses troupes, le ministre de la Défense nationale, tout comme hier, a fait un rappel des conséquences néfastes des crises sur la vie socio-économique du pays.À Soanierana, les méfaits des crises politiques, individuellement et collectivement sur les militaires ont aussi été soulignés par le membre du gouvernement. Le passé témoigne que la prise de partie des Forces armées dans certaines crises politiques ont fait basculer l’histoire de Madagascar. Dernièrement, en 2009, l’engagement d’une partie des militaires a grandement contribué à engager le pays dans une voie extraconstitutionnelle qui a duré cinq ans.Pour garder tout le monde dans les rangs, probablement, le commandement semble n’avoir de cesse de rappeler le rôle premier de l’armée et de la gendarmerie nationale. Défendre la souveraineté de l’État et les institutions de la Répu­blique, ou encore, le respect de la loi et de la discipline et, étant donné les risques face aux enjeux politiques, la cohésion tendent à être systématiquement rappelés. Une cohésion qui pourrait passer par l’impartialité dans la joute électorale qui est déjà enclenchée.Des faits récents, comme l’interdiction de Marc Ravalo­manana, ancien président, candidat annoncé à la présidentielle de tenir un meeting politique à Tolagnaro hier, indiquent que les obligations légales des Forces armées pourraient, dans certains cas, compromettre leur impartialité. Que ce soit en matière de maintien de l’ordre ou de la défense extérieure et intérieure de la Nation, les deux corps au sein de la grande muette sont soumis à la subordination des tenants du pouvoir politique ou administratif.« Une élection acceptée de tous passe par le respect de la loi. Madagascar est un État de droit, et tous, sans exception, quel que soit son statut ou sa fonction, doivent se plier à la loi, en particulier nous, au sein  des forces de défense et de sécurité », a soutenu le général Rasolofoniriana, à Soanierana. S’en tenir à la loi pourrait être la seule manière pour les Forces armées de préserver leur impartialité durant le processus électoral.

Garry Fabrice Ranaivoson

News Mada1 partages

Grand sakalava Le nouveau bureau officialisé

Le nouveau bureau de la «Plateforme Grand Sakalava de Madagascar» (PGSM) a désormais une existence légale.

L’équipe du président Robson Zafy Fihoara améliore des acquis de la «Plateforme Grand Sakalava de Madagascar» (PGSM) encouragée par la délivrance du récépissé de déclaration de renouvellement des membres par l’Etat, le 19 janvier dernier. Témoignant de la solidarité légendaire de la communauté Sakalava, le président sortant a félicité son successeur, après cette reconnaissance officielle, en lui donnant sa bénédiction à la conduite des affaires au niveau de la plateforme, le week-end dernier. Un projet de désignation de ses anciens dirigeants au poste de président d’honneur, en reconnaissance des services rendus, circule au sein des membres et pourra être présenté à la prochaine Assemblée générale, selon le bureau national du PGSM.

Des activités ont déjà été menées depuis l’élection de ce bureau au mois de septembre 2017 et seront intensifiées jusqu’à la fin de son mandat.

Manou

Tia Tanindranaza1 partages

Baskety Baolina MalagasyNiova ny datin’ireo fifaninanana nasionaly rehetra

Noho ny fanovana ny datim-panadinam-panjakana navoakan’ny minisiteran’ny fanabezam-pirenena dia nandefa taratasy any amin’ny ireo ligy rejionalin’ny basikety rehetra eto Madagasikara,

Madonline1 partages

Les syndicats réclament la libération de deux agents pénitentiaires

Les agents pénitentiaires ne veulent plus devenir le bouc-émissaire en cas d'incident au niveau d'une maison carcérale.

Depuis quelques jours, deux agents pénitentiaires ont été placés en détention à la suite de l’évasion d’un détenu de nationalité française durant son transfert à l’hôpital. Le médecin chef de la maison de détention qui a signé l’autorisation de transfert à l’hôpital a été également incarcéré pour complicité d’évasion.

C’est une affaire qui a suscité un véritable remous et qui a jeté un froid dans la relation entre Madagascar et la France, car une fois arrivé à Paris, le détenu fugitif du nom de Houcine Arfa avait accusé, par médias interposés, la Ministre de la Justice de Madagascar et la Procureure de la République d’avoir accepté une somme d’argent de sa part pour faciliter sa fuite. Des accusations qui ont été naturellement niées en bloc par les autorités malgaches.

Les syndicats des agents pénitentiaires, de leur côté, ont plutôt déploré l’incarcération de deux des leurs après cette évasion rocambolesque. « Ce sont les agents pénitentiaires qui deviennent généralement le bouc émissaire dans ce genre de situation alors qu’ils travaillent déjà dans des conditions déplorables », a affirmé un syndicaliste.

A en croire un leader syndicaliste, les deux agents pénitentiaires qui ont accompagné Houcine Arfa à l’hôpital n’étaient même pas armés alors que le transfert a été effectué en taxi. Le concerné est pourtant considéré comme étant un « individu dangereux et armé » d’après un avis de recherche lancé plus tard par la police nationale à la suite de l’évasion.

Les deux syndicats des agents pénitentiaires de Madagascar ont ainsi réclamé la liberté provisoire pour les deux agents incarcérés en raison de cet incident. Ils revendiquent aussi la mise en place d’un Secrétariat d’Etat en charge de leur corps professionnel pour se passer de la tutelle du ministère de la Justice. « L’ordre de transfert a été validé par la ministre de la Justice en personne mais ce sont les agents pénitentiaires qui en subissent injustement les conséquences actuellement », a expliqué un syndicaliste.

Au-delà des considérations politiques dans cette affaire, étant donné que le fugitif avait auparavant collaboré avec la présidence de la République à Madagascar dans le domaine de la sécurité, les syndicats des agents pénitentiaires souhaitent une amélioration de leurs conditions de travail pour éviter ce genre de situation. « Il nous faut des équipements supplémentaires, notamment des véhicules et des armes », affirme le porte-parole des deux syndicats des agents pénitentiaires.

L'express de Madagascar1 partages

Logistique internationale – 2017 constitue une année faste pour le secteur

Prometteur. L’insularité du pays constitue un avantage pour le secteur du transit, de la logistique et des transports. Nonobstant le fait que la balance commerciale de Madagascar est de tendance déficitaire où, en 2008, les valeurs réelles ont atteint moins 30,37 (-30, 37) par rapport au Produit intérieur brut (PIB), la projection de la Banque mondiale voit une progression de 3, 46 en 2020. Une amélioration qui sera essentiellement tirée des exportations dans le textile, occupant 23% de nos exportations, ainsi que les autres produits tels que la vanille, le girofle ou les produits miniers.L’import-export insuffle du dynamisme aux activités, amenant le secteur assurant l’arrivée et le départ des biens et services à s’activer 24heures sur 24. « L’année 2017 a été une année particulièrement faste pour Bolloré Transport and logistics », se félicite Yves Duchâteau, directeur général de la société pour la branche Madagascar. « Nous avons réalisé un chiffre d’affaires de 64 milliards d’ariary de par les réalisations qui ont dépassé les objectifs, accomplies par nos différentes agences réparties dans toute l’île », précise-t-il à la cérémonie de reconnais­sance des quatre-vingt des deux cent quatre-vingt-dix-huit salariés de la société à, samedi.« Le transport, le transit et la logistique sont des secteurs dont a fortement besoin un pays comme Madagascar pour dynamiser son économie », ajoute-t-il.

DéfisLes services transit et logistique concernent la gestion des opérations douanières et administratives, le transport multimodal, aérien et maritime, la représentation de navires.  En transit, Bolloré assure, entre autres, le passage des cargos aux frontières malgaches et effectue les formalités portuaires et aéroportuaires auprès des compagnies de navigation pour le compte des distributeurs en télécom­munication, des grandes industries, des pétroliers, des grandes distributions ou des sociétés pharmaceutiques. Produits d’alimentation, pièces détachées, véhicules, ciment, fer, outillages sont entre autres les marchandises phares d’importation de ces trois derniers mois. Vanille, girofle et textile en sont les principaux produits d’exportation.Le mauvais état des routes, notamment sur l’axe Toamasina-Antananarivo, constitue une problématique non négligeable pour les logisticiens. La mauvaise gestion des conteneurs au terminal à conteneurs au port de Toamasina a également quelque peu ralenti les activités des logisticiens. « Je ne peux encore me prononcer sur les pertes engendrées par cette désorganisation due à la hausse du flux des importations, notamment au mois de décembre », a fait savoir Yves Duchâteau.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara1 partages

Morombe : Plus de 5 000 personnes mobilisées pour réhabiliter un barrage de protection

Une forte mobilisation de personnes locales pour des travaux HIMO.

La commune rurale d’Ambahikily dans le district de Morombe à Atsimo-Andrefana n’a pas été épargnée par le passage du cyclone AVA tout récemment. En effet, une partie du barrage de protection de la ville a été détruite en raison des crues de la rivière de Mangoky. Du coup, environ 700 ha de terrains de cultures dont des rizières ont été inondés et  74 maisons d’habitation dans cinq fokontany ont été complètement ravagées. Près de 1050 sinistrés ont été enregistrés. Face à cet état de fait, l’Etat par le biais du ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche, Gilbert François, en tant que coach de la région Atsimo-Andrefana, a remis une somme de 15 millions d’Ariary au nom du Président de la République Hery Rajaonarimampianina pour réhabiliter ce barrage de protection.  Plus de 5 000 personnes dont des hommes et des femmes ont été ainsi mobilisées pour les travaux de protection des berges d’une longueur de 300m, et ce, via le système HIMO (Haute Intensité de Main d’œuvre).  Notons que ce barrage de protection a une longueur de 500m. La commune rurale d’Ambahikily est maintenant hors de danger, a-t-on conclu.

Navalona R.

Madaplus.info0 partages

La ministre de la Justice malgache va porter plainte contre Houcine Arfa

L’affaire Houcine Arfa continue d’alimenter les contenus médiatiques depuis l’évasion du Français à Antanimora. La ministre de la Justice et le président Hery Rajaonarimampianina est sorti du silence.
Pour le numéro un malgache, il a tout simplement dit qu’il fait confiance à ces collaborateurs. De son côté, la ministre de la Justice, à travers un communiqué de son ministère, affirme qu’elle va poursuivre Houcine Arfa devant les tribunaux à Madagascar et en France. Selon toujours ce communiqué, les allégations de ce fugitif ne tiennent pas debout. Inivtée sur une émission de débat, la présidente du Le SMM, Syndicat des Magistrats de Madagascar, Fanirisoa Erinaivo somme la ministre Alexandrine Elise Rasolo à démissionner.
Madaplus.info0 partages

Interview exclusive de la chanteuse Lalatiana en ce début d'année 2018!

Chanteuse de jazz et de variétés, véritable icône de la musique malgache Lalatiana n'est plus à présenter au public. En concert le 3 février 2018 pour l'association ASMADA dont elle est la marraine depuis 4 ans, Lalatiana nous donne le privilège d'une interview pour évoquer ses engagements, son récent album :"Dobla Sento" et le programme de cette belle soirée en perspective...


Lalatiana: J’ai eu la chance de rencontrer des musiciens tous aussi talentueux les uns que les autres au cours de ma carrière de chanteuse, et j’en suis reconnaissante. Parmi eux, Gabrielle Randrian Koehlhoeffer, une contrebassiste, qui a souvent joué avec moi ces dernières années. Elle m’a demandé d’écrire un texte sur un morceau qu’elle a composé et m’a invité à le chanter sur scène, accompagnée par son trio. C’était lors du concert de sortie de son album Gasy Jazz Project au Sunset/Sunside, le 11 janvier dernier.

Lalatiana: Dobla Sento est un album dont le répertoire « Ba-Gasy» est composé de chansons traditionnelles Merina, ethnie des Hauts Plateaux de Madagascar, présentées au début du XXème siècle lors des expositions universelles de Paris. Les premières ont été enregistrées en 1931, accompagnées par l’instrument traditionnel « la valiha » qui était une des attractions musicales de l’exposition.
Les versions originales de ces enregistrements historiques ont été exclusivement jouées à la valiha. Le répertoire joué dans l’album présente une version actuelle et personnelle. Rija Randrianivosoa et moi avons pour cela, bénéficié de la contribution de Passy Rakotomalala (Valiha et percussions) et de Grégoire Catelin (Violoncelle).
[Marraine d’Asmada depuis 4 ans, donnez-nous des infos sur votre association?]b
‘En mars 2003 l'association Asmada a été fondée par Arlette Bruel-Groléas pour soutenir, dans le respect des coutumes malgaches, le développement économique et culturel de la commune de ses ancêtres Masindray située à 20 km d'Antananarivo, la capitale.
Asmada a obtenu des résultats tangibles sur ces 4 pôles d’action depuis sa création: l’Eau, le Reboisement, l’Education et la Santé, et ceci grâce au soutien du Conseil Régional d'Ile de France, de l’Agence des Microprojets et de la Société Decléor/l’Oréal.
En 2018, les actions d’Asmada vont s’inscrire dans un grand projet qui consistera à protéger les bassins versants du fleuve Ikopa qui traverse la commune de Masindray. Ce projet s’inscrira dans le SAC, schéma d’aménagement de la commune et sera réalisé en collaboration avec la Mairie de Neuilly-sur-Seine et la Mairie de Masindray.
Mon engagement dans l’association est un engagement citoyen en tant qu’artiste. Si je peux mettre mon talent à contribution pour le développement de mon pays, et tant que cela m’est donné de faire, je le fais sans hésitation.
http://www.asmada.org

Lalatiana: C’est une soirée placée sous le signe de la Culture. Nous proposerons en première partie un Opéra Gasy avec la Troupe Zazaniangarana, et j’assurerai la deuxième partie avec Rija Randrianivosoa (Guitare), Gregoire Catelin (Violoncelle), Passy Rakotomalala ( Valiha) et Hugo Bertil (Percussions) . Nous jouerons un répertoire Ba Gasy non sans oublier mes propres chansons, bien connues du public. Dobla Sento sera présenté et vendu à cette soirée. Un buffet malgache sera également servi à l’entracte, pour régaler les papilles.
Rendez-vous le Samedi 3 Février 2018 à 19h 30 (ouverture des portes à 19h) au ‘167’ avenue du Général de Gaulle – 92200 Neuilly-Sur-Seine – Billetterie sur place & réservation possible par mail : arlette.bruel@gmail.com

Lalatiana:
30 mars – 2 avril : Participation au Festival de Jazz de Nosy Be 2ème Edition
5 Mai : Concert à Toulouse
23 et 30 Juin : Concert aux US et au Canada
15 juillet : Concert au Palais des Sports et de la Culture à Antananarivo
Grand Merci à Madaplus et toute l’équipe pour son soutien à Asmada !

Pour plus d'infos, cliquez sur le lien ci-dessous. CONCERT REPORTE POUR RAISON DE REQUISITION DU THEATRE PAR PREFECTURE POUR CAUSE D'INTEMPERIE.
Madaplus.info0 partages

Forces armées malgaches : Promotion des généraux et remise officielle des drapeaux à Iavoloha

La formalité de remise de drapeau aux généraux promus en 2017 a eu lieu hier. Ils sont 56 issus de l’armée malagasy et de gendarmerie nationale à avoir été promu généraux en 2017.
36 colonels devenus généraux de brigade et 20 généraux de brigade devenus généraux de division. Cette année avec l’élection présidentielle à venir à Madagascar, il est dans l’attribution des Forces de l’ordre de maintenir la sécurité et de veiller à la stabilité dans le pays. Ceci afin d’éviter les troubles avant, pendant l’élection et d’une éventuelle crise postélectorale. Ces brigades ont été sélectionnées sur des critères très stricts a assuré un haut lieu. La cérémonie officielle de remise de drapeau aux généraux promus a eu lieu hier à Iavoloha.
News Mada0 partages

Taona vaovao : hi-« Tatibolana » ny Faribolana Sandratra

Taona vaovao… Hitondra seho vaovao ny Faribolana Sandratra. « Tatibolana », hanehoana fa marolafy ny talenta ananan’ireo mpikambana. Iray amin’ireny ny literatiora amin’ny alalan’ny sombintantara

Hetsika fanao isan-taona. Hanaporofo indray ny Faribolana Sandratra fa tsy ny fiantsana tononkalo ihany no manavanana azy ireo fa misy kanto hafa ihany koa. Iray amin’ireny ny fanatanterahana ny « Tatibolana », izay fanehoana eny an-tsehatra sombintantara sy riankalo amin’ny alalan’ny endrika miavaka, etsy amin’ ny Cercle germano-malagasy (CGM) Analakely, ny asabotsy 27 janoary izao, manomboka amin’ny 3 ora tolakandro.

« Amin’ny ankapobeny, hizara 4 ny zavatra ho hita eny an-tsehatra », hoy i Riambola Mitia. Riankalo, hantsaina, riankalo lalaovina an-tsehatra, sombintantara hanana endrika tantara filalao any amin’ny radio ary hisy ny sary arahina fitantarana. Hisy fifandrohizana ho tantara iray izy ireo rehefa tanterahina, raha ny fanazavan’i Riambola hatrany.

Handray anjara amin’ny sombintantara i Zo Sitrakiniavo, i Ony Mihajanirina, i Eluart Andriatovonirina. Hanome aina ny riankalo sy sombintsoratra nosoratan’i Riva, i Martelle Nath, Ratsifa, i Riambola Mitia, i Tsiahy, i Tahinjanahary, i Jasmin Edmond, i Vatoary, i Lova ary i Mina Andriniela.

« Tatibolana 2018 »

Mahatratrra 15 ny sombintantara sy riankalo natao amboara sy hantsaina. Amin’ny maha mpanao teatra ny Sandratra, narindra ho toy ny tantara tsangana izy ireo ary lalaovina nasiana rindran-tsehatra. Misy fizarana roa ary miendrika tantaram-pitiavana mifampitohy.

3 amin’ireo 15 no sombintantara.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Is’Art galerie : haneho saripika hafakely i Rija Emadisson

Manolotra talenta sy kanto vaovao indray ny Is’Art galerie etsy Ampasanimalo, ny 25 janoary hatramin’ny 15 febroary izao. Hanenika ny toeram-pampirantiana ny saripika, izay hanana ny mampiavaka azy amin’ireo efa hita tao amin’ity foibe iray ity hatramin’izay.

Misalotra ny anarana hoe Rija Emadisson ny mpanakanto haneho ny talentany, mandritra io herinandro maromaro io. Mpaka sary matihanina ary mahaleo tena amin’izany asany izany ny lehilahy. Mirona kokoa amin’ireo sary ilaina amin’ny fanadihadiana ny andavanandrom-piainany.

Taorian’ny fianarana ambony, nankany amin’ny fakana sary ny fitiavany sy ny finiavany ka lasa asany mihitsy izany. Ankoatra ireo sary mifanaraka amin’ny takin’ny asan’i Rija Emadisson, manana izay tiany manokana izy, araka ny aingam-panahiny sy izay ahatsapany fa kanto izany.

Matetika, mitantara tranga na fahatsapana sy fientanam-po ny sary alain’i Rija Emadisson. Anisan’izany ireo hozarainy amin’ny mpankafy, mandritra io fotoam-pampirantiana io. Hiara-hamakivaky ny lalan-kizoran’ny fitiavana eo amin’ny reny sy ny zanakalahy na ny ray sy ny zanaka vavy sasantsasany ny rehetra. « Sasantsasany », satria  tsy ny rehetra no  tratran’ilay hoe « complexe d’Oedipe », fitiavan’ny zanakalahy « tafahoatra » ny reniny, ohatra.

Miompana amin’io « aretina » hafahafa io ny lohahevitry ny fampirantiana, izay inoana fa hahaliana ny maro.

Landy R.

News Mada0 partages

Antoko RDS : « hanakorontana ny fanakanana kandidà amin’ny fifidianana »

« Raha tsy misy dieny mialoha ny fifampiresahana miaraka amin’ireo mpitarika politika sy ny firaisamonina sivily amin’ny fandrafetana ny lalàm-pifidianana, ahina ny hisian’ny ahiahy sy tebiteby, izay mety hiteraka korontana aorian’ny fifidianana. »

Izay ny fanehoan-kevitry ny filohan’ny Roso ho amin’ny demokrasia sosialy (RDS), tarihin-dRakoto Andrianirina Fetison, manoloana ny fanakantsakanana kandidà amin’ny fifidianana. Rehefa tafiditra ao anatin’ny fanajana tanteraka ny lalàna, tsy tokony hisy sakana amin’ny firotsahan-kofidin’ny kandidà na amin’ny fifidianana inona na inona.

Raha, ohatra, hamoronana lalàna vaovao hanerena na hanakanana olona na vondron’olona iray hirotsaka na handray anjara amin’ny fifidianana, efa tsy fanajana sahady ny fitondrana tan-dalàna izany. Manara-drenirano na baikoin’ny eo amin’ny fahefana mpanatanteraka ny Antenimierampirenena, araka ny fanazavany.

Matahotra fifidianana ny mpitondra

Mby ao an-tsaina amin’izay fanehoan-kevitry ny mpanao politika izay ny fitadiavan’ny mpitondra izay mety hirika rehetra azo hidirana hanelingelenana na hanakanana tanteraka ireo kandidà atahorany mafy amin’ny fifidianana filohan’ny Repoblika eo. Izay ny mahafadiranovana azy amin’ny famoahana amin’ny fomba mangarahara ny volavolan-dalàna mifehy ny fifidianana? Hatramin’izao, tsy hita vohoka izany. Tsy mahomby tsinona ny paipaika sy ny kajikajy amin’ny karazana amboletra na kifitapitaka iandrasana kendry tohina…

R. Nd.

News Mada0 partages

Fitantanana ny tanàna : nNanadio tatatra ny CUA

 Nitohy ny hetsika fanadiovana ataon’ny kaominina Antananarivo  Renivohitra (CUA).  Nanadio sy nisokitra ireo tatatra ary  lakandrano ny ekipan’ny boriborintany  I sy ireo eo anivon’ny sampana mpamonjy voina, omaly. Natao izany ho fisorohana ny mety ho fiakaran’ny rano be loatra.  Efa asa andavanandron’ ny CUA izao  mialoha ny fotoam-pahavaratra saingy tohizana hatrany,  indrindra amin’izao fotoan’ny  orana izao.

Ankoatra izany, niroso tamin’ny fanesorana ireo mpivarotra ny ekipan’ny CUA, omaly.  Nialohavan’ny fifampidinihana sy fifampiresahana teo amin’ireo mpivarotra sakafo sy akanjo anaty fiara miainga eny Andohan’Analakely ka hatreny Soarano izany. Tokony ho efa tamin’ny volana febroary 2017 izy ireo no noesorina tamin’ireo toerana ireo, saingy amin’izao fotoana izao vao notanterahina izany noho ny fandaminana nataon’ny CUA.

Araka ny fifanarahana, mbola afaka manohy ny asa fivarotana ireto mpivarotra ireto saingy tsy maintsy manaraka ny fandaminana sy ny drafitra apetraky ny kaominina Antananarivo. Misy ny fanaraha-maso ho an’ireo tsy manaiky ny fandaminana  ka tsy hilefitra ny CUA ho an’ireo mbola minia mandika ny lamina napetraka.  Mety hiafara hatramin’ny fanagiazana ny fiara mihitsy izany.

Synèse R. 

News Mada0 partages

Apres l’appel a la réconciliation : les hostilités reprennent de plus belle

Au lendemain d’un culte organisé par l’église FJKM exhortant tout un chacun à être solidaire et d’un appel à la réconciliation lancée par le FFKM, les protagonistes se prêtent déjà au jeu de la démonstration de force. Cela a été le cas, hier, dans la ville de Taolagnaro.

Année électorale oblige. Sous cet angle, la réconciliation prônée aussi bien par la FJKM que le FFKM, entre Rajaonarimampianina et Ravalomanana, n’est qu’utopie. En effet, 24 heures après l’appel à communion des dirigeants et des politiques, lors du culte de Mahamasina, dimanche dernier, la manifestation des partisans de l’ancien chef de l’Etat à Taolagnaro a été réprimée. Comme ce qui s’est déjà passé à Toliara récemment.

En effet, selon les informations rapportées, les autorités locales ont empêché manu militari la rencontre entre l’ancien président Marc Ravalomanana et ses partisans, qui devait se tenir dans une enceinte close. «Ils ont coupé l’électricité puis les forces de l’ordre sont entrées dans le restaurant pour détruire le matériel de sonorisation ainsi que les téléphones portables qui les ont filmées», selon les témoignages sur place.

Deux poids, deux mesures

Si le clan Ravalomanana excelle dans l’art de la provocation, le parti présidentiel n’a pas su éviter de tomber dans les panneaux en usant des moyens de l’Etat. A Taolagnaro par exemple, c’est l’adjoint du préfet de police qui aurait pris l’initiative de renvoyer Ravalomanana chez lui. A cette allure, dans les jours à venir, si d’autres tentent de mobiliser ses partisans dans les régions, l’Etat n’hésitera pas à utiliser la force pour les dissuader. Alors que pendant ce temps, le parti présidentiel continue de réunir sa troupe, aux frais des contribuables.

En tout cas, malgré les efforts de la FJKM, réconcilier ces deux responsables ne sera pas une mince affaire. Et leurs statuts respectifs, l’un président de la République, l’autre président du comité du 50e jubilé de  la FJKM, ne faciliteront par la mission. A travers ses invectives, le Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) se trouve aussi dans une position délicate.

Il y a encore quelques jours, les membres de cette entité ont encore lancé un appel solennel au calme et au respect du Fihavanana, en insistant sur le fait que «la tenue d’élections à Madagascar engendre de façon récurrente des crises profondes laissant des séquelles graves à la nation». Tout en appelant les acteurs politiques à se respecter, éviter les provocations et instaurer la culture du dialogue pour consolider le patriotisme. Toujours est-il qu’entre les appels et les vécus sur le terrain, la réalité est tout autre.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Coopération : un envoyé spécial d’Angela Merkel au pays

Harro Adt est l’envoyé spécial de la chancelière de la République fédérale d’Allemagne, Angela Merkel. Cette personnalité se trouve au pays, depuis hier, et a pu rencontrer plusieurs responsables étatiques, notamment, le président de la République, Hery Rajaonarimampianina.

Selon les informations fournies par la Présidence, il a transmis un message personnel de la chancelière allemande au chef de l’Etat malgache. Il a aussi déclaré à la presse être venu à Madagascar pour informer le chef de l’Etat de la candidature allemande pour un siège de membre non-permanent au Conseil de sécurité des Nations unies.

«Nous présentons et discutons de cette initiative avec nos partenaires stratégiques, comme c’est le cas pour Madagascar. Le président m’a aussi fait l’honneur de discuter avec lui de la coopération entre nos deux pays, comme nous avons également des questions d’ordre global, concernant l’Organisation des Nations unies ainsi que la coopération internationale», a d’ailleurs déclaré l’envoyé spécial de la chancelière allemande, Angela Merkel, selon les informations rapportées par la Présidence.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Mihinjitrinjitra, mitsipatsipaka… : mpianatra fito vavy nihetsika ambalavelona

Mpianatra fito no indray nihetsika ambalavelona, ny zoma teo, tao amin’ny CEG Ankotrabe ao amin’ny Cisco Fenoarivobe.

Tovovavy mpianatra ao amin’ny kilasy fahenina avokoa ireto nampijalian’ny ambalavelona ireto. Mitsinjatsinjaka sy mihinjitrinjitra ary mitomany. Toy izany ny fitrangan’ilay aretina.

Taorian’ny fifampiresahana tamin’ny ray aman-drenin’ireo mpianatra, nanapaka ny Cisco fa horaisiny an-tanana ny fandaniana rehetra amin’ny fanafarana sy fakana an’ny mopera Jean Michel izay matihanina amin’ny fitsaboana ity aretina ity. Io mopera io izay efa nifindra any Mandiavato Miarinarivo ka antsoina ho ao Fenoarivobe hitsabo ireto ankizy ireto.

Efa nangingina tao anatin’ny volana maromaro ity aretina ambalavelona ity. Izao mipoitra izao indray ary eny amin’ny sekoly hatrany ny ahitana azy. Anisan’ny tena lasibatra ny ankizivavy.

Namely mafy ireo mpianatra tany Morondava ity aretina ity, roa taona lasa izay ary nahavoarohirohy  mpitondra fivavahana iray. Anisan’ny nalaza indrindra koa ny nahavoa ireo mpianatra niatrika ny fifaninanana ara-panatanjahantena an-tsekoly natao tany Mahajanga tamin’ny taon-dasa.

Voatery natoka-monina ireo mpianatra ary nanaraka fitsaboana ara-panahy. Tsy afaka nanohy ny fifaninanana ny ankamaroan’izy ireo.

Hatramin’izao, asan’ny maizina no handikan’ny maro ity aretina ambalavelona ity ka ny fitsaboana ara-panahy no mahafaka azy.

Izay indrindra ny hiantsoana ny mpitondra fivavahana hanao ny asa fanalana devoly amin’ny ankizy tratr’io aretina io. Marobe ireo mpiandry avy amin’ny fiangonan-dehibe nantsoina hanao ny asa fitsaboana ny akizivavy voafatotry ny ambalavelona tany Morondava ary nanambatra ny heriny ireo nanatanteraka izany.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fanehoan-kevitra sy hetsika politika : niharan’ny antsojay indray ny Tim ao Taolagnaro

Tsy afa-bela hatrany  na  any amin’ny toerana sy faritra an’olon-tsotra aza.  Voahelingelina ny fihaonana nataon’ny filoha nasionalin’ny Tim, Ravalomanana, tamin’ireo mpomba azy ao Taolagnaro, omaly. Niatrana teo am-bavahadin’ny trano fisakafoana iray  nidiran’ny filoha  teo aloha ny Emmo/Reg nirongo fitaovam-piadiana raha  vao niditra fotoana fohy tao amin’io toerana io ny tenany.  Notapahina  avy hatrany ny herinaratra raha vao nanomboka minitra vitsy ny lahateny.  Nopotehin’ireo mpitandro filaminana ny fanamafisam-peo ary very na nalaina an-keriny ireo telefonina nakana sary  sy feo. Voatery niteny tsy nisy fanamafisa-peo ireo nikabary. Tsy vitan’izany fa tampoka teo  indray, nilatsaka ny teny midina milaza ny tsy fahafahana  mamory vahoaka raha tsy nahazo alalana, araka ny baiko  avy amin’ny tale jeneralin’ny fitantanana ny lafin-tany eo anivon’ny minisiteran’ny  Atitany (DGAT). Nanaja tena ny filoha nasionalin’ny Tim sy ireo mpiara-dia aminy ka  nivoaka ny toerana niaraka amin’ny vahoaka.

Fihetsika  mahazatra ireo tompomenakely HVM

 Nanaraka azy hatrany amin’ny toerana nivantanany. Vao mainka nampitombo  ny isan’ny vahoaka nanaraka azy sy ireo delegasiona niara-dia taminy izany fihetsiky  ny mpitondra any an-toerana izany. Na teo aza anefa  izany rehetra izany,  tafita mivantana sy ankolaka ho azy ny hafatry  ny mpanorina Tim  tamin’izao fihaonany amin’ny vahoakan’i Taolagnaro  izao noho ny fihetsika mahazatra ireo tompomenakelin’ny fitondrana HVM.

Nihazo  ny any amin’ny faritra Androy  indray ny dian’ny  filoha  teo aloha, any atsimon’ny  Nosy  izao.  Efa niharan’ny antsojay, tahaka izao, koa ny Tim  sy Ravalomanana tany Toliara ny fiandohan’ny volana janoary teo.

Fitondrana kanosa mampahazo vahana ny Tim

Voaporofo aloha  izany izao ny tsy fisian’ny fahalalahana sy fahafahana  maneho hevitra ary ny demokrasia eto amin’ny firenena. Na misy  koa aza anefa  izany, tsy mitovy izany  ary mitongilana ho an’ny hafa. Navela  malalaka ny Taxi tsy mila  “Omavet” nanao hetsika teto an-dRenivohitra, hanozongozonana  ny fitantanana ny  tanànan’Antananarivo, tarihin’ny ben’ny Tanàna, Ravalomanana Lalao . Teo  koa ny miaramila sy zandary misotro ronono nahazo ny kianja n’ny demokrasia Ambohijatovo na tsy nomena alalana aza noho ny  tahotry ny fitondrana ireto nitana basy taloha ireto. Midika hakanosana izao fihetsiky ny fitondrana izao ary vao mainka mampahazo   vahana  ny Tim  sy ny filoha  teo aloha  ary mampiakatra  ny  fitiavan’ny olona azy, hatramin’ireo tsy tia  ny Tim aza.

Synèse R.  

News Mada0 partages

Ilanivato : jiolahy tratra teo am-panendahana

 Nidoboka am-ponja omaly rehefa avy natolotra ny fampanoavana ilay jiolahy raindahiny amin’ny fanendahana tratran’ny polisy avy ao amin’ny PPA Ilanivato, ny faran’ny herinandro teo. Mipetraka eny Anosipatrana ity jiolahy ity ary nampitondra faisana ny mponina teny an-toerana, araka ny fanazavan’ny polisy. Ireo olona mody amin’ny alina no tena endahiny. Niharan’ny asa ratsiny teny amin’ny lalana Digue ny lehilahy iray ka lasa tamin’izany ny vola 5 hetsy Ar sy ireo entana sarobidy tany aminy.  Niaiky ny heloka vitany izy nandritra ny famotorana nataon’ny polisy. Tratran’ny polisy taorian’ny nahasamborana azy koa ny ny namany mpiara-manao asa ratsy aminy.

Tratran’ny polisy, ny faran’ny herinandro teo koa ny jiolahy iray mpanendaka anaty fiara eny Andranomena rehefa anaty fitohanan’ny fifamoivoizana. Mbola tratra tany aminy ny sakaosy nangalariny. Maro ireo fiara efa tratran’ity jiolahy ity, araka ny fanazavany nandritra ny famotorana nataon’ny polisy.

J.C

 

News Mada0 partages

Fanadinana CEPE sy BEPC : ireo antontan-taratasy ilain’ny mpiadina

Ao anatin’ny fotoana fisoratana anarana amin’ny fanadinam-panjakana CEPE sy BEPC ireo mpiadina amin’izao fotoana izao. Mbola betsaka anefa ireo tsy nahavita izany, indrindra ireo kandida tsy miankina amin’ny sekoly.

Ho an’ny mpiadina CEPE, ilaina ny mandrafitra taratasy fangatahana fisoratana anarana. Ankoatra izay ny taratasy fanamarinam-pahaterahana, taratasy fanamarinana maha mpianatra, fanamarinam-ponenana alaina eny amin’ny fokontany, sary tapaka sy valopy misy hajia ary “fiche médicale d’admission”.

Ho an’ireo mpiadina amin’ny fanadinana BEPC indray, ilaina ny taratasy fangatahana fisoratana anarana, fanamarinana nahaterahana, sary tapaka, karatra nahavitana ny EPS ary kahie 100 pejy hatao vakiraoka.

Miampy fanamarihana maha mpiasa na ny taratasy fiantsoana maha mpiadina tamin’ny taon-dasa kosa ny antontan-taratasy ho an’ny mpiadina tsy miankina amin’ny sekoly.

Ho an’ireo mpiadina haka ny diplaoma “seconde” fotsiny, miampy fanamarinana ny fahafahana BEPC ireo antontan-taratasy voalaza rehetra ireo.

Manaraka ny fandaminana ataon’ny Cisco sy Dren kosa ny saram-pisoratana anarana.

Tatiana A

News Mada0 partages

Samva : horaisina ho mpiasa raikitra ireo efa niasa 4 taona mahery

Nambaran’ny minisitry ny rano sy ny angovo ary ny solika, omaly, fa horaisina ho mpiasa raikitra avokoa ireo mpiasan’ny Samva niasa mihoatra ny efatra taona. Manodidina ny 980 ireo mpiasan’ny Samva miandraikitra ny fahadiovan’ny tanàna amin’izao fotoana izao.

800 amin’ireo misahana ny fandraofana ny fako manerana an’Antananarivo. Manadio ny lakandrano sy ny tatatra kosa ny ny 130 amin’izy ireo. Manao ny fandraharahana ao anatin’ny sampandraharaha kosa ny ambiny.

Nilaza ny minisitra fa hisy ny fanaraha-maso ataon’ny “inspecteur d’hygiène”  amin’ireo faritra iasan’ny mpandraoka fako eto Antananarivo. Hentitra ihany koa izy namerina ny tokony hanajana ny ora fanariam-pako amin’ny 5 ora hariva hatramin’ny 8 ora alina.

Nohamafisina ihany koa ny fahafahan’ny mpiasan’ny Samva mitsabo tena ao amin’ny sampana fitsaboana ao amin’ny minisiteran’ny Rano mandra-pahatonga ny dokotera manokana natokana ho azy ireo.

Ankoatra izay ny fifanakalozan-kevitra teo amin’ny minisitry ny Vola sy ny tompon’andraikitry ny Samva mahakasika ny volan’ny Cnaps tsy mbola voaloa hatramin’ny taona 2010 izay efa tafakatra hatramin’ny 1.2220 miliara Ar.

Omaly, nisy ny fanolorana fitaovana toy ny arotanana sy baoty ho an’ireo mpiasan’ny Samva izay tohana avy amin’ny  Banky iraisam-pirenena.

Tatiana A

News Mada0 partages

Iza no tsy manao ny asany ? : ataon’ny Jirama takalon’aina ny mpanjifa amin’ny halatra tariby

Mahavariana ny fanapahan-kevitra raisin’ny Jirama manoloana ny halatra tariby mitondra herinaratra. Araka ny fanambarana navoakany ao anatin’ny tambajotra sosialiny, ny alahady 21 janoary teo, asaina manao taratasy fanekena ny olona na ny mponina mangataka hamerenana ny tariby herinaratra nisy nangalatra. Mila ankatoavin’ny manam-pahefana eo an-toerana, ny zandarimaria sy ny kaominina izany mba handraisan’ireto tompon’andraikitra roa ireto ny fepetra hiarovana ny fotodrafitrasan’ny vahoaka, indrindra ny tariby mitondra herinaratra.

Aorian’ny famerenana amin’ny laoniny, tsy manolo intsony ny Jirama raha mbola misy halatra tariby mitranga aty aoriana. Midika izany fa lasa takalon’aina ny mpanjifa satria raha sanatria miverina ny halatra tariby ao amin’ny toerana iray, andraikitry ny mpitandro filaminana ny miambina ny fotodrafitrasa ho an’ny vahoaka. Manana adidy mametraka ny paikady hiaro ny kaominina iadidiny ny ben’ny Tanàna, ka tsy ho lasa sorona ny vahoaka mpanjifa raha ireo rafi-panjakana roa ireo ny tsy mahavita ny asany.

Voalaza fa nahatonga ny Jirama handray ity fanapahan-kevitra ity ny halatra tariby nitranga teny Ambohibao Ambohijanahary Ankadivory, ny herinandro lasa teo, nefa andaniana volabe ny manarina azy ireny.

Randria 

News Mada0 partages

Niainan’ny filoha ny delestazy : tapaka impito ny jiro tao anatin’ny adiny telo

« Feno ny kapoakanay, leo ny tsy fisian’ny herinaratra izahay, maloto ny rano », hoy ny renim-pianakavina iray nandray fitenenana teo ampahatongavan’ny filoham-pirenena teny amin’ny seranam-piaramanidina Ambalamanasy, ny zoma teo. Nahitsy fitenenana avy hatrany koa ary niantso ny talen’ny Jirama mba hiakatra teo ambony lampihazo ho hitan’ny vahoaka ny filoha ary nambarany fa “tsy azo ekena izany tsy maintsy atao araka izay haingana ny hiverenan’ny herinaratra. Nanampy izany, nahita maso sy niatrika fahatapahan-jiro lavareny ny filoha nandritra ny fihaonany tamin’ny mpandraharaha sy ireo raiamandreny ara-drazana, lehibenasampandraharaham-panjakana tetsy amin’ny trano fandraisam-bahiny  » Calypso », ny tolakandron’ny zoma. Nanomboka tamin’ny 3 ora 15 minitra hatramin’ny 6 ora sy 15 minitra, impito ny tapaka ny jiro, soa fa manana gropy mamokatra herinaratra azy manokana ity hotely lehibe ity, mamonjy rehefa sendra tranga toy izany.

Ankoatra izany, anisan’ny nanangan-tanana nangataka fitenenana ny talem-paritra Veloson Léonard, saingy tsy nahazo anjara fitenenana mihitsy. Azo adika fa mety misy ifandraisany amin’ny tsy fahatrarany ny fanamby napetraka taminy izany.

Sajo

News Mada0 partages

Violence sexuelle : un viol toutes les 36 heures dans la capitale

231 viols et une vingtaine de tentatives ont été enregistrés auprès du Service central de la police des mœurs et de la protection des mineurs (SCPMPM) à Anosy et au niveau la Division de la police des mœurs et de la protection des mineurs (DPMPM) de Tsaralalàna, durant l’année 2017.

Des statistiques assez ahurissantes et alarmantes car elles font ainsi état d’un viol au moins toutes les 36 heures à Antananarivo. Si on prend en considération les autres cas enregistrés au niveau de la gendarmerie des communes périphériques de la capitale, la réalité sera sûrement plus accablante.

En effet, en se référant aux statistiques sorties par le SCPMPM, les cas de viol dépassent largement ceux des vols qui n’ont eu seulement que 150 plaintes en 2017.

D’après le témoignage d’un officier de police du SCPMPM, des proches des victimes, voisins ou membres de la famille, figurent parmi les auteurs de ces actes barbares, dont l’effectif est non négligeable, avoisinant le tiers des accusés.

Il convient de noter qu’en sus des viols, des cas d’inceste ont également été enregistrés auprès du SCPMPM, se résumant à une quinzaine de plaintes.

Sans distinction de sexes

La majeure partie des auteurs de viols sont des hommes, plus de 150 sur les 231 plaintes reçues, majeurs et mineurs confondus, avec respectivement 102 hommes et 59 garçons. Cependant, six femmes ont aussi été mises en cause. Actuellement, 63 accusés sont placés sous mandat de dépôt (MD), si le reste a obtenu une liberté provisoire (LP). Sur  la totalité des plaintes reçues par le SCPMPM, 70 sont encore en instance.

Quant aux victimes, elles sont toutes de sexe féminin, âgées de 5 ans et plus. A savoir, une dizaine d’enfants de 5 à 10 ans, 49 adolescentes de 10 à 15 ans et 65 autres, de plus de 15 ans.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Fenoarivobe : l’Ambalavelona refait surface

Ayant fait des victimes parmi les jeunes de la commune au mois d’août, le phénomène «Ambalavelona» refait surface à Fenoarivobe, district de Bongolava. Une dizaine de collégiennes en classe de 6e, scolarisées au sein du CEG d’ Ankotrabe, dans la Circonscription scolaire (Cisco) de Fenoarivobe, ont  été victimes d’une crise collective, vendredi dernier, selon les informations du chef Cisco locale, Lova Randrianasolo. Joint hier au téléphone, ce dernier a informé que «les victimes n’ont pas encore repris le chemin de  l’école et attendent leur rétablissement».

Une telle mesure a été prise en vue d’éviter les risques de perturbations dans les salles de classe mais également dans le dessein de limiter la propagation du symptôme chez d’autres élèves. Toujours est-il que ce phénomène, qui se manifeste par des hallucinations, des pertes de conscience, des irritations oculaires  ainsi que des débattements de forcenés, se transmet facilement à l’entourage des victimes.

Après une concertation avec les parents, la Cisco a pris en charge le déplacement d’un religieux sur les lieux, ce dernier étant connu par sa capacité de délivrer les victimes d’Ambalavelona, en vue de rétablir la situation dans les plus brefs délais. Notre source de soulever que cette crise collective semble relever d’un acte de sorcellerie, comme c’est le cas dans d’autres régions depuis des années. Aucune mesure de prévention n’existe jusqu’ici pour mettre les jeunes, qui en sont habituellement les victimes, à l’abri d’un tel phénomène.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

SAMVA : 300 employés dotés d’outils de travail

Travailler dans la sérénité et loin des maladies figure parmi les revendications des 980 employés au sein du «Service autonome de maintenance de la ville d’Antananarivo» (Samva).

Afin de répondre à cette requête, le ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures (MEEH), Lantoniaina Rasoelison, a remis hier, des gants, des combinaisons, de bottes pour les 300 ramasseurs d’ordures directs d’Ampandrianomby. «Cette dotation ne suffit pas car ils sont 800 à procéder au ramassage d’ordures dans la capitale. Toutefois, nous en sommes reconnaissants», a déclaré le directeur technique du Samva, Max Rakotoarisoa. Les équipements seront répartis aux employés permanents du Samva.

Selon les informations, la capitale produit près de 3200 m3 par jour, un chiffre qui a considérablement augmenté par rapport en 2017 avec 2000 m3 au quotidien. De ce fait, le ramassage et les 300 bacs à ordures ne suffisent plus.

Pour ce qui est des autres revendications, le ministre Lantoniaina Rasoloelison a déclaré que «l’intégration en tant que personnel permanent des autres agents au service du Samva depuis quatre ans est en cours. Le dialogue entre la Cnaps et le ministère des Finances et du budget (MFB) est en bonne voie. L’affectation du médecin qui prendra en charge les employés non-permanents est imminente. L’octroi du 13e mois est du ressort du Conseil d’administration du Samva», a expliqué le ministre Lantoniaina Rasoloelison.

Nadia

 

News Mada0 partages

Trafic de tortues et de stupéfiants : trois suspects arrêtés à Toliara

Le trafic de tortues reprend de plus belle dans le pays. Les éléments de la gendarmerie de Toliara ont arrêté trois individus suspectés de trafic de tortues et de stupéfiants, vendredi dernier.

Après l’interception des 126 tortues à l’Aéroport d’Ivato dernièrement, 76 autres ont été retrouvées par les éléments de la brigade de gendarmerie de Toliara, à Mangily, vendredi dernier. 3,5 kg de stupéfiants ont également été découverts dans la maison des trois individus arrêtés.

En fait, des gendarmes qui faisaient la ronde dans la localité sont tombés nez à nez avec un homme de 70 ans qui était en train de fumer de la drogue. Ils l’ont immédiatement arrêté. Durant l’enquête sommaire, le septuagénaire a indiqué l’endroit où il se fournissait. Il a conduit les gendarmes dans sa maison à Mangily, un village pas loin du lieu de son arrestation. A leur grande stupeur, les gendarmes ont retrouvé dans la maison du vieil homme plusieurs rouleaux de cannabis, pesant approximativement 3,5 kg, prêts à la consommation.

Saisie incidente

Les gendarmes ont fouillé chaque pièce de la maison de fond en comble et ont découvert 76 tortues, cachées dans une cage. Ils ont arrêté le couple retrouvé sur les lieux, supposé être le propriétaire des animaux protégés. Selon les explications, les tortues et la drogue étaient destinées à la vente.

Une enquête a été ouverte par les gendarmes avec la participation de la Direction régionale de l’environnement et de forêts (Dref) pour mettre la main sur les commanditaires de ce trafic. Les tortues et la quantité de drogue ont été gardées dans les locaux de la brigade de gendarmerie.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Haute ville : l’alerte rouge maintenue

Suite aux pluies intermittentes depuis samedi, l’alerte rouge est toujours maintenue pour la Haute Ville, notamment, pour les quartiers de Manjakamiadana, d’Andohamandry, d’Andafiavaratra et d’Ambohipotsy.

«Tant qu’il y a de la pluie, la Haute Ville reste toujours un endroit à risque d’éboulement et de glissement de terrain», a souligné un technicien du BNGRC, le Dr Lalah Andriamirado, joint par téléphone hier. De préciser par la suite que le glissement de terrain est surtout à craindre au retour du beau temps, plutôt que durant la pluie, en particulier pour les vieilles bâtisses.

Ce technicien du BNGRC a énoncé plusieurs facteurs comme source du maintien de cette alerte. Entre autres, le nombre des constructions illicites non cimentées sur ces lieux qui ne cesse d’augmenter et par conséquent, l’accroissement du nombre de la population, constituant ainsi un surpoids auquel s’ajoute celui apporté par la pluie.

La pente enregistrée sur les lieux, de l’ordre de 30%, et les infiltrations de la pluie à travers les rochers ont également été soulignées. Pourtant, les infrastructures de drainages superficielles dans les normes installées s’avèrent encore insuffisantes, malgré les efforts déployés dans la réalisation par Haute Intensité de main d’oeuvre (Himo) des travaux de réhabilitation des canaux d’évacuation au niveau de la Haute Ville. «N’oubliez pas qu’en cas de pluie, les monts reçoivent toujours beaucoup d’eaux par rapport aux plaines», a-t-il noté.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Grève au 2è arrondissement : des stagiaires et des agents de la police municipale à la rescousse

La situation est loin de s’arranger au niveau du IIe arrondissement. N’ayant pas encore eu gain de cause, face à leur revendication, les employés poursuivent leur grève en assurant juste un service minimum toutes les matinées et ce, depuis la semaine dernière.

Ces derniers ne comptent pas céder en maintenant la grève  jusqu’au départ du délégué de cet arrondissement, réclamé par les grévistes qui interpellent ainsi la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). Pour justifier leur manifestation,  ces employés ont présenté, hier, aux membres du Conseil municipal des dossiers attestant l’irrespect des lois perpétré par ce responsable.

Une revendication qui n’est pas sûre d’aboutir dans la mesure où les responsables ont pris, à leur niveau, des dispositions visant à  résoudre le problème, au grand dam  du personnel qui, selon le représentant des grévistes, est constamment victime d’intimidation venant de ce délégué «indésirable». Des stagiaires issus d’autres arrondissements ainsi que des agents de la police municipale ont été dépêchés sur les lieux pour assurer le travail des employés en grève.

Irrespect des lois

Une décision qui ne fait qu’attiser la colère des grévistes, qui dénoncent l’irrespect du Code du travail, sur le droit de grève et des lois en vigueur régissant certains postes dans les arrondissements. «En guise d’exemple, ce n’est pas tout le monde qui peut se charger des opérations de paiement ou d’encaissement pour le compte d’un trésorier d’une commune. Ce métier est réservé uniquement aux régisseurs alors que de simples stagiaires s’occupent de cette tâche actuellement au sein du IIe arrondissement», s’est indigné le président du syndicat des employés de la CUA, Ankoay Andriantsoa.

De sa part, le délégué du IIe arrondissement de déclarer que les accusations du personnel sont infondées. Parmi lesquelles figure la prolifération des constructions illicites dans sa circonscription, qui auraient obtenu son aval, selon les informations de ces employés.

«Nous avons mené des enquêtes sur le cas des plus de 300 logements construits de manière illicite et envoyé par la suite le rapport y afférent à la CUA», s’est-il défendu. Après une rencontre avec ce dernier, la Conseillère municipale, Lalatiana Ravololomanana, a réclamé une rencontre entre les deux parties, tout en rejetant toute forme d’intimidation perpétrée à l’encontre des grévistes. Les usagers, qui éprouvent des difficultés dans le traitement des papiers administratifs, attendent le dénouement de cette affaire au plus vite.

Fahranarison

News Mada0 partages

Ankazoabo atsimo : quatre dahalo abattus

Poursuivis à la suite de deux attaques successives perpétrées dans le district d’Ankazoabo Atsimo, le 11 janvier, quatre dahalo ont été abattus par les gendarmes, jeudi. Deux fusils de chasse ont été retrouvés sur eux.

Tout a commencé le 11 janvier. Une quarantaine de dahalo, la plupart munis de fusils de chasse, ont pris d’assaut un petit village nommé Tsinjorano, situé dans la commune rurale Berenty, vers 9 heures. Toutefois, ils n’ont pu emporter avec eux que trois zébus appartenant à un villageois. Insatisfaits de ce premier vol, ils sont partis attaquer le village de Tsianaloka où ils ont semé la terreur. En fait, ils se sont emparés de tout ce qu’ils ont pu prendre dans les maisons, dont plusieurs millions d’ariary. En dépit de la poursuite qu’ils ont engagée, les villageois ont perdu la trace des voleurs, arrivés au fleuve de Maliho. Informés de la situation, les gendarmes ont repris la traque avec l’appui des hommes du village jeudi dernier. Mais ils ont été arrêtés par quelques bandits en chemin. Des échanges de tirs ont eu lieu faisant la mort de quatre dahalo. On n’a heureusement signalé aucun mort ni aucune blessure du côté des poursuivants. Les gendarmes ont retrouvé deux fusils de chasse sur les lieux de l’affrontement. La recherche des voleurs et des zébus se poursuit.

ATs.

 

News Mada0 partages

Alaotra-mangoro : appuis à l’université régionale

L’université régionale d’Alaotra-Mangoro fonctionne normalement en attendant la fin de la construction du bâtiment prévu l’abriter prochainement dans le fokontany d’ Andrarabaribe, dans la commune urbaine d’Ambatondrazaka. Des appuis lui sont nécessaires toutefois pour améliorer ses performances.

La région vient d’octroyer une enveloppe de 6 millions d’ariary à l’université locale pour subvenir à ses besoins éventuels. Le paiement des arriérés d’indemnités des 11 enseignants-vacateurs de l’établissement figure en priorité dans la ventilation de la subvention, ont révélé les responsables, lors de la cérémonie de remise officielle de cette aide allouée régulièrement par la région Alaotra-Mangoro.

Le chef de région a loué les efforts déployés par ces enseignants, depuis l’ouverture de cette université de proximité qui a facilité l’accès des originaires d’Alaotra-Mangoro à l’enseignement supérieur. Ils n’ont formulé aucune revendication salariale malgré des défaillances enregistrées au niveau des paiements de leurs dus, selon le chef de région Désiré Ranarisoa. Il a aussi félicité leurs performances malgré le manque de moyens de l’université qui dépend en majeure partie des appuis des autorités locales. Les résultats des examens sont en cours de transcriptions actuellement à l’université d’Alaotra-Mangoro qui officie encore dans une grande salle mise à disposition par la commune rurale d’Ambohitsilaozana, dans le district d’Ambatondrazaka.

Les frais de scolarité varient de 180.000 à 200.000 ariary à l’université d’Alaotra-Mangoro, a déclaré sa présidente, Noro Harizandry. Elle a tenu à préciser d’ailleurs que les étudiants s’acquittent de ces frais sans réclamation pour préserver les avantages générés par l’existence d’une université dans leur région d’origine. La présidente de cette université a déjà fait don de quelques ordinateurs auparavant pour le bon fonctionnement de son établissement.

Manou/Solo

 

News Mada0 partages

WWF sy ny Traffic : tsy ampy ny famaizana ireo mpanao trafikana sokatra

Taorian’ny trafika andramena, tsy mitsaha-mitombo ny fanondranana an-tsokosoko sokatra any ivelany. Ho an’ny fikambanana iraisam-pirenena WWF sy ny Traffic, tsy ampy ka mila amafisina ny fampiharana ny lalàna hiarovana ny biby sy zavamaniry eto Madagasikara, ary anisan’izany ny sokatra tsy fahita raha tsy eto amintsika.

Maherin’ny 15.000 isan-taona! Io ny isan’ny sokatra teto Madagasikara naondrana an-tsokosoko any ivelany na amidy eto an-toerana isan-taona, nanomboka ny taona 2009 hatramin’ny 2016. Midika izany fa mirongatra izaitsizy ny fandripahana ity harena voajanahary ity taorian’ny trafika andramena, efa manimba ny endrik’i Madagasikara eo imason’izao tontolo izao, ka anasazian’ny rafitra iraisam-pirenena misahana ny varotra biby na zavamaniry ahina tandinomindoza (Cites) antsika. Manamafy izany ny fikambanana iraisam-pirenena WWF sy ny Traffic, fa mila hamafisina ny fampiharana ny lalàna hiarovana ny biby sy ny zavamaniry eto amintsika, ary anisan’izany ny sokatra.

Anisan’ny fikambanana fiarahamonina sivily miady manokana amin’ny fandripahana harena voajanahary eto Madagasikara ny Alliance voahary gasy (AVG). Nisy ny tetikasa Alarm, ny taona 2016 sy 2017, niarahany tamin’ny mpiara-miombon’antoka eto an-toerana sy iraisam-pirenena, nanenjehana ireo mpanao trafika sokatra. Nisy ny vokatra, manodidina ny 20 ny mpanao trafika tratra sy voarohirohy, sivy naiditra am-ponja herintaona hatramin’ny 30 volana, nandoa lamandy 4 hatramin’ny 200 tapitrisa Ar.

Misy ny mpividy any ivelany

Na izany aza, tsy mety foana ity fanondranana an-tsokosoko ity. Hanamarinana izany, nahitana sokatra, karazana radiata maherin’ny 500, tao anatin’ilay sambo rendrika tany Morondava, ny 10 janoary teo. Avy any Toliara io sambo io ary saika ho any Mahajanga. Mahavariana ny tsy fisian’ny fanadihadiana lalina avy amin’ny tompon’andraikitra isan-tsokajiny amin’ny tranga toy izao, na misy aza ny singa azo iaingana toy izao. Satria, azo raisina fa saika havoaka any Mahajanga ireo sokatra ireo. Nisy koa sokatra hafa, miisa 76  ireo tratra tany Mangily Toliara, ny 19 janoary teo.

Matoa tsy foana ity lafiny ity, misy ny mpandray ny sokatra sy mividy azy any ivelany. Matoa mirongatra ny trafika, sahy mividy lafo ireo mpandray. Araka ny fantatra, any Azia ny firenena tena mividy azy, toy ny andramena ihany. Raha ny antontanisan’ny fikambanana Durrell, betsaka lavitra noho ny eto an-toerana ny sokatra any ivelany, maherin’ny 2.000 ny karazana angonoka any Tailandy raha tsy misy afa-tsy 400 sisa any Soalala, hany toerana ahitana azy eto Madagasikara.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Fampiharana ny « Codex Alimentarius » : manamora ny varotra ny fitandroana ny fahasalamana

Ny herinandro lasa teo, nentanin’ny FAO ny tompon’andraikitra mahefa eto Madagasikara tao amin’ny Carlton, ny amin’ny fivoarana ara-teknika ahazoana mampihatra ny fepetran’ny « Codex alimentarius » momba ny fanaraha-maso ny sakafo amidy.  

Fitambaran’ny fepetra fitandroana ny sakafo ny « Codex alimentarius »  nofaritan’ny FAO sy ny OMS, ho fiarovana ny mpanjifa sy ho fampiroboroboana ny varotra. Hatramin’ny taona 1966, Madagasikara efa mpikambana ao amin’izany « Codex alimentarius » izany, ary nanomboka ny taona 2006 najoro eto an-toerana ny komitim-pirenena mifandraika amin’izay fepetra (CNCA).

Maro ny tokony harahi-maso amin’izany, ho fampiroboroboana ny varotra sy ny fifanakalozana, indrindra ho fitandroana ny fahasalamam-bahoaka. Kendrena araka ny tinadin’ny mpanjifa, araka ny fahamaroany sy ny kalitaony. Ilàna fitandramena avokoa izany, toky homena ny mpanjifa hitandremana ny fahasalaman’izy ireo, satria mihinana.

Ny fitandroana ny fahadiovan’ny sakafo, fampiharana ny fepetra ara-pahasalamana, fonosana sakafo amidy sy ny anarany, fomba fanadihadiana ny fanaraha-maso natao  amin’ny vokatra avy any ivelany sy izay vao aondrana, tsy maintsy zahan’ny CNCA akaiky sy izay mbola fanaraha-maso hafa tsy maintsy ataony. Zahana mitambatra amin’izany avokoa ny asa ataon’ny fanjakana sy ny sehatra tsy miankina, fiarahamonina sivily, fitaterana, ary ny varotra vokatra eto an-toerana sy avy any ivelany. Tsy ampy anefa ny fanaraha-maso sy fampiharana izay tokony hatao amin’ireo raha eto Madagasikara.

“Tokony ho mailo mandrakariva ny mpanjifa”

 « Miantoka ny fiarovana ny fahasalaman’ny mpanjifa izany, ahitana kalitao eo amin’ny raharaham-barotra. Tokony ho mailo mandrakariva ny mpanjifa, antoka ho an’ny fahasalamany », hoy ny solontenan’ny FAO, Patrice Talla Takoukam. , anisan’ny nitarika ireny aretina pesta ireny ny tsy fitandroana izany, nisy fiantraikany goavana eo amin’ny lafiny sosialy sy nampikatso ny toekarena amina sehatra maro, toy ny varotra, fizahantany, sns.

Hamafisin’ny CNCA ho fantatry ny rehetra momba ny « Codex alimentarius » sy ny fampiharana izany. Koa nisy atrikasa nanofanana ireo mpikambana ao aminy ny herinandro lasa teo. Tokony hampiharina ny fepetra rehetra amin’izay sehatra rehetra voakasika izany, raha ny fanazavan’ny FAO.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Éducation : Maurice s’intéresse aux étudiants malgaches

Convaincu par le potentiel des jeunes malgaches, le campus universitaire mauricien, Uniciti Education, organise sa deuxième Journée portes ouvertes, le 27 janvier, à l’American Center Tanjombato. Il s’agit de présenter l’offre disponible au niveau de l’enseignement supérieur afin d’orienter les futurs bacheliers, les étudiants déjà diplômés, ou ceux à la recherche de formations pour renforcer leurs capacités professionnelles.

Le Campus Uniciti Education, basé à l’île Maurice, propose un cursus bilingue. Cet établissement met à disposition des étudiants des formations dans plusieurs disciplines qui permettront à chacun d’accéder au métier qui les intéresse.

A l’occasion de cette Journée portes ouvertes, tous les visiteurs, lycéens, futurs bacheliers et leurs parents seront accueillis par les enseignants et les représentants de l’Université pour donner de plus amples informations sur les formations pluridisciplinaires proposées.

R.R.

 

News Mada0 partages

Riz importe : une dizaine de variétés mises sur le marché

On retrouve plus de dix variétés de riz importé sur le marché local depuis l’importation massive, pour faire face à la forte hausse du prix du kilo du riz.

Le riz importé inonde les marchés de la capitale depuis le début de l’année. On retrouve jusqu’à dix variétés de riz de ce genre à Anosibe actuellement. Ce riz provient de l’Inde, de Pakistan, de Birmanie,  de la Thailande…. Et force est de constater une légère baisse des prix depuis la fin de la semaine dernière. Si au mois de novembre, le prix minimum du sac de riz importé sur le marché d’Anosibe était de 80 000 ariary, le coût est entre 72 500 ariary et 78 000 ariary actuellement. « Le riz venant de l’Inde compte parmi les plus chers vu sa bonne qualité », a fait savoir une commerçante dans ce marché.

Cependant, cette légère baisse n’est pas encore perçue au niveau des détaillants, le prix du kilo du riz importé reste encore entre 1 900 ariary et 2 000 ariary. Par ailleurs, les 44 000 tonnes de riz débarquées au port de Toamasina vendredi dernier, dont 22 000 tonnes en provenance d’Inde et le reste en provenance du Pakistan pour l’approvisionnement d’Antananarivo dans les deux prochains mois, sont déjà en vente dans la capitale depuis hier.

Baisse de la qualité

Mais certains consommateurs de la capitale se plaignent de la baisse de la qualité du riz et craignent que des commerçants mélangent le riz importé avec le riz local pour avoir plus de marge bénéficiaire. Une mère de famille habitant du côté d’Ambodifilao a avancé : «On a constaté un changement de la qualité du riz local que nous avons l’habitude d’acheter, ces dernières semaines. Le goût est légèrement acide».

Quoi qu’il en soit, l’importation massive de riz, pour faire face à la période de soudure et la forte baisse de la production locale, se poursuit. Plusieurs milliers de tonnes de riz sont encore attendues au port de Toamasina dans les semaines à venir. L’importation est échelonnée entre 30 000 à 35 000 tonnes par mois. L’an dernier, le pays a déjà enregistré une importation record de 400 000 tonnes de riz.

Riana R.

News Mada0 partages

Kitra – «Chan 2018» : tsy naharesy an’i Soudan ny Maraokanina

Nisaraka ady sahala samy tsy nisy nitoko i Maraoka sy i Soudan, teo amin’ny andro fahatelo sady farany amin’ny fifanintsanana ho an’ny vondrona “A”, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, taranja baolina kitra, natokana ho an’ireo mpilalao tsy matihanina. Fihaonana, natao ny alahady lasa teo, tao amin’ny kianja Mohammed V.

Nandiso fanantenana  ireo mpijery maraokanina, tonga marobe, ity fihaonana ity. Noheverin’izy ireo mantsy fa tsy hahatohitra ny ekipa maraokanina ny Sodaney  saingy tsy zay no nitranga. Nahazo “pénalty” ry zareo Maraokanina, teo amin’ny minitra faha-48, saingy tsy tafiditr’i Bencharki izany.

Tsiahivina fa efa samy tafita hiatrika ny ampahefa-dalana avokoa ireto ekipa roa tonta ireto. Teo amin’ny fihaonana ilany, resin’ny Syli National-n’i Ginea, tamin’ny isa tokana 1 no ho 0, i Maoritania. Baolina tokana tafiditr’i Ibrahima Sory Sankhon, teo amin’ny minitra faha-15.

Hitohy anio ny fifanintsanana ka hiaka-tsehatra ireo ao amin’ny sokajy “C”.

Tompondaka

Kianja Grand stade d’Agadir

23 janoary

19h00: Ginea Ekoatorialy # Nizeria

Kianja Grand stade de Tanger

19h00 : Roanda – Libya

 

News Mada0 partages

Kitra any Thaillande : misongadina sahady i Njiva

 Ao anatin’ny fanomanana ny fanombohan’ny taom-pilalaovana 2018 ireo klioba rehetra any Thaillande, amin’izao fotoana izao. Mialoha ny hiatrehana izany, miatrika lalao firahalahiana ny ankamaroan’izy ireo ka anisan’izany ny Sukhotai FC, ekipa ilalaovan’ireo Malagasy roa lahy :  i Baggio sy i Njiva.

Na vao haingana aza i Njiva no tonga any an-toerana, efa manomboka misongadina sahady satria matetika no efa tompon-toerana. Efa manomboka maharesy lahatra ireo mpanazatra ny hakingany sy ny fahaizana asehony eny ambony kianja. Efa nahafaty baolina iray sahady ny lehilahy, tamin’ireo lalao telo nataon’ity ekipany ity. Ankoatra izay, tolotra tsara avy any aminy ihany koa ny nahafatesan’ireo namany ny baolina. Anisan’ny nahavitany izany ny fihaonana nikatrohany tamin’ny Lampang ka nandresen’izy ireo, tamin’ny isa 3 no ho 0. Ankoatra izay, resin’ny Ubon UMT, teo amin’ny famaranana, tamin’ny isa 3 no ho 0, ry zalahy, tamin’ilay “Tournoi Chang Chonburi Invitation 2018”. Anisan’ny nilalao hatramin’ny farany i Njiva tamin’izany.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Rallye : tompondakan’i Madagasikara i Ndrianja sy i Fanja

Mbola nametraka ny tantarany indray, tamin’iny taona 2017 iny, ny ekipazy Ndrianja sy  Fanja, teo amin’ny “rallye”. Mbola voahosotra ho tompondakan’i Madagasikara indray mantsy izy ireo, ary nanao pao-telo.

Hotanterahina, ny 10 marsa 2018 ho avy izao, ny fizarana ireo amboara ho an’ireo mpandresy, nandritra ny fifaninanam-pirenena 2017, teo amin’ny familiana fiarakodia. Anisan’ny nisongadina ny ekipazy Ndrianja sy Fanja, avy amin’ny klioba Asacm, mitondra ny fiara Subaru. Nanao pao-telo mantsy ry zareo, tamin’iny taom-pilalaovana lasa iny. Ankoatra ny nahazoany ny laharana voalohany ankapobeny, amin’ny “rallye”, mbola lasany ihany koa ny teo amin’ny sokajy “N4” ary izy mivady ihany koa ny nahazo ny ekipazy “mixte”.

Raha tsiahivina, mbola izy ireo no nandrombaka izany, tamin’ny taom-pilalaovana 2016, ary mbola voatazony indray izany, tamin’ity. Saika azon’ity ekipazy, tohanan’ny PMU Madagascar, ity avokoa ny ankamaroan’ireo “rallye”, natao tamin’iny taona lasa iny.

 Niavaka i Sitraka

Ankoatra azy ireo, anisan’ny niavaka ihany koa Rakotomalala Sitraka avy amin’ny FMMSAM. Nahazo anaram-boninahitra roa ity tovolahy ity. Voalohany izy teo amin’ny sokajy “M11”, ho an’ny mpanamory, niaraka tamin’ny fiara R.Clio. Mbola izy ihany ny  nandrombaka ny ho tompondakan’i Madagasikara, teo amin’ny mpanamory tanora.

Ho an’ny sokajy “Pro run” indray, lasan-dRafanomezantsoa Jean de Dieu (Vazaha), avy amin’ny Run Mada, mitondra ny Mitsubishi Evo, ny tompondakan’i Madagasikara. Voalohany kosa Andrianonenana Jimmy, mpanamorin’ny klioba Ama, mitondra ny fiara Golf VR 6, ny teo amin’ny “Run”.

Nandravarava kosa i Louvel Hugo, avy amin’ny FMMSAM, teo amin’ny sokajy “slalom”.  Anarana maha tompondakan’i Madagasikara dimy tamin’ireo 11 niadiana, ho an’iny taona 2017 iny, no indray lasan’i Hugo. Anisan’izany ny teo amin’ny laharana ankapobeny, ny teo amin’ny “M11”, ny “M10”, ny “2RM Traction”, ny “espoir”. Tsy latsa-danja tamin’izany koa ny nahazoan-dRaherison Dominique, avy amin’ny Asacm, ny teo amin’ny sokajy “M12”.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Foot-election fmf : Hery Rasoamaromaka se positionne sur l’échiquier

La décision finale de la Fifa suite à sa lettre de mise en demeure d’organiser l’élection du président de la fédération, est maintenant attendue. Un processus inclusif est réclamé par les passionnés prétendants à la tête du sport roi malgache à l’image de Hery Rasoamaromaka, alias Hery Be qui manifeste son ambition de présider la Fédération malgache de football.

Bien avant la controverse à propos de cette élection, plusieurs candidats ont déjà fait savoir leur volonté de siéger à la tête de la fédération. L’un deux est Hery Rasoamaromaka, alias Hery Be, une personnalité à ne plus présenter dans le milieu footballistique malgache en tant que président de Tana Formation, un club qui a déjà disputé la coupe de la Confédération de la Caf en 2012.

Sous cette optique, Hery Be est loin d’être un bleu en la matière. Témoin de la débâcle du foot malgache depuis des décennies, il se présente comme l’homme du renouveau. «Eu égard au bilan qui laisse à désirer de l’actuel bureau exécutif, le football malgache a besoin d’un nouveau souffle. De ce fait, les férus du football réclament une nouvelle tête aux manettes de la Fédération malgache de football», a-t-il annoncé. Visiblement, Hery-Be sait de quoi il parle.

Alternative crédible

Dans une élection où les caciques de la FMF tentent coûte que coûte de s’accrocher au pouvoir en dépit d’un appel au changement des férus de la discipline, le président de Tana Formation se présente comme une alternative crédible.

Acteur majeur du football malgache, à travers ses investissements pour rehausser davantage le niveau de Tana Formation et la construction d’un stade de foot synthétique du côté de Talatamaty, il n’a pas attendu d’être membre de la FMF pour donner un coup de pouce au ballon rond  malgache. «La fonction de président de la fédération requiert non seulement de l’abnégation mais également de l’amour pour cette discipline».

Sans cette lettre catégorique de la Fifa, à coup sûr, le comité exécutif actuel mettra à exécution son plan d’empêcher des candidats à se présenter. Discret depuis le début des hostilités, Hery Rasoamaromaka n’a rien à s’inquiéter à ce sujet, en menant sa bataille sous le signe de la réussite de son entreprise sportive. Conscient de l’inutilité des beaux discours, le candidat à la présidence de la FMF peut aussi se targuer d’avoir réussi là où ses adversaires ont échoué.

Certes, la course à la présidence reste pour l’heure en stand-by, mais, cela n’empêche pas Hery Be d’affûter ses armes dans les règles de l’art contrairement aux autres qui vont miser sur les espèces sonnantes et trébuchantes.

Naisa

News Mada0 partages

Judo : quatre judokas au pays du Soleil levant

Un rêve qui se réalise ! Quatre judokas malgaches dont trois filles et un garçon, accompagnés d’un entraîneur, auront le privilège de suivre un stage au pays du judo (Japon), offert par le gouvernement japonais. Chez les filles, Tatiana Andrianaivoravelona (-48 kg), Mirana Rakotovao (-52 kg) et Haingoniaina Durianah Ramiandrisoa (-70 kg) sont les heureuses élues tandis que chez les garçons, seul Kevin Royce Andriamanoelina (66 kg) sera du voyage. Le député Hery Manoela Ratovoson sera l’entraîneur qui accompagnera les stagiaires.

Des choix bien réfléchis de la part du staff technique de la Fédération malgache de judo (FMJ). En effet, ces quatre judokas ne sont autres que les meilleurs dans leurs catégories respectives.  A ce sujet, l’ambassadeur de Japon à Madagascar, Ichiro Ogasawara, organisera bientôt une conférence de presse relative à cette formation pointue.

Naisa

 

News Mada0 partages

JO d’hiver : Andy rate le coche

Leur chemin se sépare plus tôt que prévu ! Andy Randriamiarisoa n’a pas pu se qualifier pour les Jeux olympiques (JO) d’hiver de Pyeongchang, en Corée du Sud, du 9 au 25 février.

«La période de qualification pour les JO s’est achevée, hier et, malheureusement, je n’ai pas réussi à faire les points escomptés. Le challenge était beau, le voyage magnifique  bien que le chemin ait été difficile. Merci à tous pour vos soutiens sans faille pendant ces (presque) 4 ans, vous m’avez porté et j’ai vibré avec vous», a-t-il annoncé sur sa page facebook.

Dorénavant, Mialitiana Clerc, du haut de ses 16 ans, défendra seule les couleurs malgaches en terre coréenne, ce qui fait d’elle la plus jeune skieuse de la partie. Pour autant, elle n’a pas oublié d’adresser des encouragements à son coéquipier. «J’emporterai avec moi en Corée tout ton courage et ta détermination», s’est-elle exprimée à l’endroit d’Andy Randriamiarisoa.

Naisa

News Mada0 partages

Chronique : Ca balance pas mal en haut lieu

Les incertitudes à propos de la sauce pour épicer la farine dans laquelle on cherche à rouler le peuple lors des prochaines élections aggravent la tension du moment. A l’allure où l’on va la situation ne peut qu’empirer au fur et à mesure que les échéances approchent. L’ambiance délétère risque à tout moment d’exploser en crise avec éclats que l’instinct soupçonne d’être plus destructeurs que ceux des crises que l’on a traversées par le passé.

Le flou qu’entretient le pouvoir ne peut qu’entretenir ces incertitudes, pourtant là-haut ils ne savent pas davantage que décider au juste. Eux-mêmes balancent entre d’un côté la conviction que le Président jouit d’une popularité suffisante pour rassembler une majorité face à n’importe lequel de ses concurrents et de l’autre la certitude inverse que celui-ci dans tous les cas de figure ne ferait pas le poids sauf avec le recours à des manipulations moyens de mystification. Les intérêts égoïstes en rivalité et les orientations divergentes  de la réflexion en conséquence aboutissent à des conclusions et conseils contradictoires qui corsent le choix du principal intéressé. On dirait une contagion qu’un vent mauvais est parvenu à faire traverser et l’océan atlantique et le continent africain. Les commentateurs américains ne se sont pas privés d’exprimer des constats peu flatteurs à l’occasion de l’anniversaire de l’avènement de leur Président actuel. Insulaire et égocentriste comme il se doit, auditeur lointain ici on aurait pu penser que les commentaires concernaient l’actualité du pays et le personnel local. Il parait en effet que là-bas aussi avant une prise de décision les conseillers se battent pour obtenir un entretien en dernier, et que rebelote le lendemain pour que la décision du jour n’efface celle de la veille. Les informations du genre nous parlent, tant non seulement elles recoupent les rumeurs mais elles couvrent les réalités changeantes des constats et projets que véhiculent les communications de hauts responsables.

Alors que se termine le mois de janvier, aucun projet de calendrier ne se dessine et pour cause ! A ce jour personne ne saurait parler avec exactitude ni du contenu de l’arsenal des lois électorales en préparation ni du nombre de consultations pour lesquelles l’on convoquera la population électorale en cette année 2018.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Spéculation… réquisition (1)

On se plaint beaucoup depuis quelque temps de la spéculation et nos sujets hovas seraient, paraît-il, passés maîtres dans cet art qui consiste à s’enrichir en spéculant sur la misère de leurs semblables.

Pour remédier à cette situation, le gouvernement vient de prendre quelques mesures, entre autres l’achat direct de riz dans la région du lac Alaotra et certaines réquisitions, dont la dernière est celle du riz chargé sur le Louqsor à Majunga.

La première de ces mesures n’a pas eu de résultat appréciable au point de vue de la situation générale du marché.

Quelques Malgaches, employés dans certaines administrations, ont eu pendant quelques jours du riz un peu meilleur marché que leurs concitoyens qui ne travaillaient pas au fanjakane et c’est tout – et cela n’a pas empêché les cours de suivre leur marche ascendante…

Reste la seconde mesure !

La réquisition est, croyons- nous, la meilleure des armes contre la spéculation.

Mais cette arme est à deux tranchants et, maniée par des mains inexpertes, elle risque de nuire au lieu de protéger.

Et c’est malheureusement ce qui est à craindre aujourd’hui.

La réquisition des riz chargés sur le Louqsor produira beaucoup de mécontentement sans obtenir le résultat désiré, à moins cependant que la mesure soit complétée comme il convient. En matière de réquisition, il ne faut pas de demi-mesures. Puisqu’on a commencé à réquisitionner, il faut aller jusqu’au bout et réquisitionner tout le riz de la récolte. En prenant cette mesure immédiatement et en l’appliquant sur le producteur lui-même, toute spéculation sera rendue impossible et, on ne le répétera jamais assez, ce résultat ne peut pas être obtenu autrement.

Par des réquisitions partielles, on fera du tort à certains commerçants et producteurs qui seront en droit de protester car ils pourront toujours demander pourquoi cette mesure est appliquée à tel chargement ou à tel centre producteur plutôt qu’à un autre.

En second lieu, il est certain que, devant la menace de la réquisition, nos commerçants s’abstiendront à l’avenir de traiter de nouvelles affaires. Le gouvernement a donc à assurer le ravitaillement de la population car il ne peut plus compter sur le commerce pour cela.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : étape par étape

Les occidentaux n’ont pas encore réussi le combat pour l’égalité des genres, que le combat menace de virer en une lutte des genres. En réaction à des excès de quelques mâles aux mains lestes, une libération de la parole accusatrice des victimes jusque là silencieuses. Dans les sociétés sous influence coutumière, on n’en est pas encore à ce stade, le combat concerne en premier lieu la reconnaissance des droits de la femme à l’égal des droits de l’autre genre. Il est des lois à combattre, telle celle typiquement rétrograde qui pénalisait la femme du droit à transmettre sa nationalité à son enfant, mais le vrai combat réside avant tout à transformer la mentalité dans une société qui sous prétexte d’une organisation matriarcale soumet en contrepartie le quotidien à un système phallocrate limite misogyne.

 

News Mada0 partages

Hevitra mandalo; Resaky ny mpitsimpona akotry : lavitry ny afo ny kitay

Manainga ny rehetra hanana sy hampiseho fitoniana ny Vaomiera misahana ny Fampihavanana (CFM). Aoka fotsiny. Fanaovana antso avo toy izany ve dia heverina fa ampy ho fanatanterahan’io sampana io ny andraikitra ankinina aminy. Tsy ho resahina eto akory ny disadisa tany aloha voalaza fototry ny filàna ny fananganana an’ity sampana ity, fa ny fahanginany talohan’izao antso nataony izao dia efa ampy ametrahana fanontaniana maro.

Mandalo fotoan-tsarotra ankehitriny ny firenena raha tazana fa efa manangasanga any ny fotoana anaovana fifidianana. Aleo tsorina mazava fa ny fifidianana izay ho filoham-pirenena no tena zava-dehibe momba izany. Tsy anjara na zon’ny CFM sanatria no miroboka amin’ny fanapahana pôlitika fa rehefa samy kabary ihany no atao ampy ho fanaovana adidy, dia tokony ho hanana fahasahiana hampahatsiahy mivantana ny andraikitry ny tsirairay ireo mijoro ho raiamandreny izany hoe antoky ny rivotra madio ahafahana miray monina. Tsy vitan’ny fananarana hoe samy mahay mipetraka amin’ny toerana, fa fijoroana amin’ny fampiasana ny fahefana ny tena hibedy sy hitaky amin’ireo andrim-panjakana tsirairay ny fanatanterahana ny andraikitra tandrify azy.

Sao dia sondriana ao anatin’ny fandriana maharitra dimy taona ka mitaiza hafanana fotsiny amin’ny fifonosana bodofotsy tsy rovitra ? Tsy haneligelina ny atsy, tsy ho ratsy fihavanana amin’ny ao ambadika. Io fa miseho hatrany ilay fihavanana hany fototra nanorenana ny CFM. Ao anatin’izay tetika mikasika ny fampatezana ny CFM, sao dia adino fa manana fitsipika ny fihavanana, mety ho petatoko fotsiny ny fifampihavanana raha safosafoina fotsiny ny fandravonana an’izao disadisa rehetra izao. Na fisorohana ny fihenjananan’ny tady aza ireo ezaka sy fampiasana fahefana entina ho fampihavanana aza dia mba ho fanajana ny hasin’izany hoe fihavanana izany dia tsy hay no andefitra amin’ny tsy rariny ho fiarovana azy. Ao anatin’ny fitahiana ny hasin’ny fihavanana dia mitoetra ny tsy fahatahorana fahatapaham-pihavanana.

Ny loton’ny rivotra amin’izao fotoana izao dia noho ny tsy fahampiana fahazavana eo amin’ny dingana miandry ny fitohizan’ny asan’ny Filoha amperin’asa na miandry ny fanoloana azy eo amin’ny toerana misy azy. Inona intsony moa no tokony hatahoran’ireo olona efa nomena antoka dimy taona? Ny fahazarana na ny fahaizana milelaka aza anefa dia afaka sitranina avokoa.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Fanambiadiana : nampiray ny kolontsaina maroloko i Dama

Mpihira no ahafantaran’ny rehetra an’i Dama Mahaleo hatramin’izay… Nivadika ho mpikabary, nandritra ny lanonana fangataham-bady iray, notontosaina ny asabotsy teo, tetsy Andrianarivo, anefa izy. Sambany teo amin’ny fiainany no nanaovan’i Dama izany kabary fangataham-bady izany. Hafakely tsy toy ny mahazatra anefa ity indray mitoraka ity ka izay ny antony nanaovany izany.Fantatra mantsy fa teratany indianina (karana) ilay lehilahy ary efa niaina an-taony maro eto Madagasikara ireo ray aman-dreniny. Mandray roa kosa, satria misy rà sinoa sy malagasy ilay tovovavy. “Tena hafa ny tranga atrehiko androany satria olona avy any Inde sy avy any Chine no atambatro eto Madagasikara. Firenena samy manana ny kolontsainy nefa natambatry ny fifankatiavana”, hoy i Dama.Nampiray ny kolontsaina indianina sy sinoa ary malagasy i Dama, satria tamin’ny fomba malagasy tanteraka ny nanatontosana ny fanateram-bodiondry tamin’io. Nanampy azy nandritra izany rahateo ny mpikabary avy amin’ilay zazavavy, izay nametraka tsara ireo fanao rehefa fangataham-bady sy vodiondry.

 Zo ny Aina

News Mada0 partages

Chorégraphie : Gwen emmène « Esperanto » aux Philippines

En tournée mondiale, Gwen Rakotovao  emmène son spectacle solo fraîchement  intitulé «Esperanto» au «Fringe Manila festival» du 7 au 26 février, dans l’archipel des Philippines.

Et de deux pour «Esperanto».  La nouvelle chorégraphie de Gwen a été applaudie par le public tokyote au mois de septembre 2017. «Espéranto est le deuxième solo de danse que j’ai chorégraphié et interprété. C’est un plaisir renouvelé d’être de retour en Asie le temps de présenter ma pièce, dévoilée en avant-première l’année dernière, dans ce continent chargé d’histoire et de culture», renchérit la chorégraphe.

La jeune franco-malgache sera sous les feux de la rampe, le 21 février, dans la ville de Manille.  Multidisciplinaire, «Fringe Manila» se donne pour mission, depuis 2013, de mettre en valeur le point de vue unique des artistes émergents à l’échelle internationale, autour d’une discipline aussi variée que le théâtre, la poésie, la musique, la danse et les arts visuels.

Avec Esperanto, Gwen Rakotovao s’inspire sur le fait de conjuguer deux cultures et d’appartenir à deux mondes. «C’est un langage universel. Pour la danse, il n’y a pas besoin de parler pour transmettre», confie-t-elle avant d’enchaîner que «Esperanto s’interroge comment espérer lorsque les mots, les traditions, les codes que nous partageons continuent de nous diviser. Il s’inscrit dans la continuité de ce message d’espoir qu’un jour nous pourrons atténuer les conflits et promouvoir la paix».

Durant un court séjour au pays, au mois de septembre dernier, elle a partagé la scène du CGM Analakely avec Saroy Rakotosolofo et Imiangaly.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Vie d’association : havatsa-Upem renouvelle son engagement

Au terme de quatre ans de dur labeur pour la promotion de la littérature, Havatsa-Upem renouvellera ses membres du bureau au mois de février.

Hajaina Andrianasolo est le 8e président et la première femme à occuper cette noble tâche au sein de l’association. Elle a dirigé avec passion l’Union des poètes et des écrivains malgaches depuis l’année 2014.  «Je tiens à préciser qu’une élection constitue une étape à franchir dans la vie d’une association. Elle ne signifie pas pour autant de désigner une nouvelle personne pour occuper le même poste. A titre de rappel, Régis Rajemisa Raolison a été le numéro un de l’Havatsa-Upem durant 38 ans, depuis sa création et ce, jusqu’à ce que l’écrivain ait rendu l’âme», a-t-elle dit.

Tout au long de ces années, Havatsa-Upem s’est donné pour mission de redorer l’image de la revue mensuelle «Valiha».  L’année dernière a vu se dérouler une série d’ateliers portant sur le théâtre radiophonique, mais également sur les bases de l’écriture du roman, des nouvelles, du poème et du conte au pays comme à l’étranger à travers les différentes sections de Havatsa-Upem.  «Nous ambitionnons de publier sous peu un ouvrage, fort de 700 pages, auquel participeront les anciennes et les nouvelles plumes de la littérature malgache», a-t-elle poursuivi.

 Époque coloniale

Jouant un rôle important dans la promotion de la langue malgache dans sa diversité, l’Union de poètes et écrivains malgaches (Upem) a vu le jour le 14 novembre 1952, sous l’initiative de 15 illustres écrivains, à l’instar de Dox. A cette époque coloniale, il était formellement interdit de donner un nom malgache à une association.

Dans la foulée, elle s’est refait un nom avec le préfixe Havatsa.  65 ans plus tard, plus précisément l’année dernière Havatsa-Upem a marqué d’une pierre blanche son jubilé par une série de manifestations littéraires dans l’Hexagone.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Faribolana sandratra : une deuxième édition de « Tatibolana » au CGM

En 2016, le cercle des poètes et écrivains Faribolana Sandratra a donné une représentation dénommée «Tatibolana». La deuxième édition aura lieu, samedi prochain, au Cercle germano-malgache (CGM). Et cette fois-ci, elle renferme plusieurs styles littéraires, telles les nouvelles… Notons que le cercle organise mensuellement une activité spéciale réservée aux membres pour que ces derniers puissent créer davantage et surtout exploiter leurs talents.

«Tatibolana» signifie en français «rapporter». Le cercle invite donc les passionnés de la littérature à assister à ce spectacle pour entendre les œuvres et les histoires écrites par quelques membres du Faribolana Sandratra. Zo Sitrakiniavo, Ony Mihajanirina et Eluart Andriatovonirina assureront les nouvelles et Riva, Martelle Nath, Ratsifa, Riambola Mitia, Tsiahy Tahinjanahary, Jasmin Edmond, Vatoary, Lova, Mina Andriniela, et Soratra Fanahy vont animer le côté poétique du spectacle. Au total, «Tatibolana» dévoilera une quinzaine d’œuvres littéraires. «Le spectacle se divisera en deux parties qui racontent toujours une histoire d’amour», a expliqué un des membres du cercle.

«Mais certains membres de Faribolana Sandratra ont aussi du talent pour le théâtre. Ils seront donc de la partie et ajouteront leur touche personnelle», a-t-il poursuivi. Par ailleurs, pour satisfaire davantage les bibliophiles, des livres seront aussi mis en vente durant le spectacle.

Holy Danielle

 

Ino Vaovao0 partages

FAKANA AN-KERINY TAO MORONDAVA : Voasambotry ny polisy ireo olona ahiana ho tompon’antoka

Lehilahy iray izay noahiahian’ny mponina fa olon-dratsy no nosamborin’ny polisy tao an- toerana tamin’io andro voalaza eo ambony io. Niteraka fikorontanana teny amin’io Fokontany io ny fisamborana ity farany satria nitroatra ny vahoaka ary nikasa hampihatra fitsaram-bahoaka tamin’io voatondro fa isany tompon’antoka tamin’ ny fakàna an-keriny, ny herinandro lasa teo ity.

Nivory manoloana ny biraon’ny Polisy ny fokonolona nitaky ny hamoahana ny lehilahy saingy nilamina ihany izany. Ankoatra izany dia lehilahy iray izay voalaza fa olona akaiky ny ben’ny tanànan’i Malaimbandy ihany koa no nantsoina eny amin’ny Biraon’ny Polisy ao Morondava,ny alahady teo. Voalaza fa natetika voatonontonona ny anaran’io olona io nandritra ny fitazoman’ireo dahalo ilay ankizivavy, ka izany no antony niantsoana azy mba hatao famotorana. 

Ilay zazavavy no nilaza ny anaran’io olona io tamin’ny mpitandro filaminana, raha ny vaovao azo. Noho izany dia ahiana fa izy io no lohandohany na hoe mpaniraka amin’ny fakana takalon’aina any Malaimbandy tato ho ato izay. Mbola eo am-panaovana famotorana ity lehilahy ity ny mpitandro filaminana any an-toerana tamin’ny fotoana nanoratanay ka hampitainay eto ihany ny akon’izany. Ny polisim-pirenena ao Morondava no mandray an-tanana ny famotorana azy roalahy ireo.Raha tsiahivina dia ny alin’ny talata hifoha alarobia lasa teo dia ankizivavy vao 17 taona monja no nataon’ny dahalo takalon’aina tao amin’ny Fokontany Nosy Kely Morondava.

Vola mitentina 2 tapitrisa ariary no notakian’ireo malaso tamin’izany saingy maraina ihany ny andro dia navelan’izy ireo ilay zazavavy tsy ampy taona ity. Kinanjo nandritra ny fotoana nitazoman’ireo olon-dratsy telo lahy azy io teny amin’ny Nosy antsoina hoe Betania dia niharan’ny fanolanana ity farany. Taorian’izany dia niroso tamin’ny fikarohana ireo nahavanon-doza ny mpitandro filaminana tao an-toerana ka izao nahitana vokany izao ary andrasana ny valin’ny famotorana atao azy ireo.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

ITAOSY SY NY MANODIDINA : Mpanendaka dimy lahy tratra teo am-pifo...

Araka ny angom-baovao voaray nifanesy avy tamin’ny Kaomisaria teny an-toerana tato ho ato izao no jerena dia saika ahitana tranga fanafihana sy fanendahana hatrany ny tanàna. Ireo mpivezivezy taraiky hariva no tena lasibatra amin’izany.  Raha tsiahivina ny zava-niseho dia dimy lahy no nifanenjehan’ny Polisin’Itaosy teny amin’ny tetezan’Ampasika, ka voasambotra avy hatrany ny roa lahy raha toa ka tafaporitsaka kosa ny telo ambiny. 

Fantatra tamin’izany fa ny iray tamin’izy ireo dia nitsoraka tany anatin’ny ranon’Ikopa. Ny zoma 19 janoary taorian’ny fikarohana nataon’ireo mpamonjy voina tao amin’ny ranon’Ikopa izay vao hita ny razana. Nanomboka teo no natao ny fanadihadiana ireo voasambo- belona ka nentina teny amin’ny Fampanoavana izy roa lahy ireo. Avy hatrany dia nampidirina am-ponja vonjimaika eny amin’ny fonjan’Antanimora ireto farany raha ny tatitra voaray hatrany.

Malaza ratsy amin’ny fandrobana sy fifohana zava-mahadomelinaManoloana ny firongatry ny tsy fandriam-pahalemana eny amin’iny faritra iny ihany dia nanao ezaka ny teo anivon’ny Polisim-pirenena ka nanamafy ny fisafoana izay atao isan’andro. Porofo mivaingana amin’izany ny fahatratrarana ireto andian-jiolahy ireto.

Niaiky ny heloka vitany moa izy ireo ary nohamafisin’ny mpitandro filaminana tamin’ izany fa anisan’ny mampitondra faisana ireo mponina  mivezivezy eny amin’ny tetezan’Ampasika sy ny manodidina iny ireto jiolahy ireto . Fantatra tamin’ny anarana hoe i Doda, 34 taona sy i Kely 20 taona ireo olon-dratsy voasambotra ireo.  Hatreto aloha dia mbola karohina fatratra ireo namany hafa izay tafatsoaka. Tsy mijanona hatreo araka izany  ny asa famongorana ireo jiolahy fa vao mainka aza ampitomboina isa ireo mpanao   eny amin’ny manodidina. Marihana mantsy fa miha manjaka loatra ny trangana tsy fandriam-pahalemana eny an-toerana tato ho ato ka ny hanafoanana izany ny tanjona hatreto.

Tanora sy zaza tsy ampy taona ny ankabeazan’ireo mpanendaka

Araka ny loharanom-baovao voaray manoloana ny tsy fandriampahalemana  mitranga eto an-drenivohitra ankehitriny dia hita taratra  tokoa fa zaza tsy ampy taona sy mbola tanora vao erotrerony avokoa ny ankamaroan’ireo olona tratra manao asa ratsy. Manodidina ny 13 ka hatramin’ny 30 taona eo izy ireo. Raha ny fanampim-panazavana voaray nomen’ny mpitandro filaminana dia noho ny tsy fisiana sy tsy fahampiana ao an-tokantrano no mahatonga azy ireo mandeha mangalatra. Mitaraina ny amin’izany daholo ny ankabeazan’ireo andian-jatovo sarona rehefa atao fanadihadiana. Izany hoe mila vahaolana avy amin’ny mpitondra fanjakana ny famahana ny firongatr’ity tsy fandriampahalemana ity. Azo lazaina mazava tsara araka izany fa fototry ny tsy fahombiazana  eto amin’ny firenena ny tsy fandraisan’andraikitry ny mpitondra izay hita miharihary ankehitriny.

Betsaka ireo tanora no lasa midoroka zava-mahadomelina

Saika ny ankabeazan’ny tanora mipetraka eto an-drenivohitra amin’izao fotoana izao no fantatra fa tafiditra amin’ny fidorohana zava-mahadomelina. Maro ireo ray aman-dreny no sahiran-tsaina manoloana ny zava-misy ankehitriny ka very hevitra tanteraka. Efa atao avokoa ny endrika mampatahotra tahaka ny amin’ny fonon-tsigara, ohatra, mba ho fampitandremana ny olona fa mampidi doza ny fifohana izany saingy tsy mahataitra ny sasany izany.

Ny fampitahorana ireo tanora ny voka-dratsy izay ateraky ny rongony saingy vao mainka aza mitombo ny isan’ireo tia manandranandrana sy tafiditra lalina amin’ny fidorohana. Ny loza dia ireo tanora eny anivon’ny Ceg sy ny Lisea no efa betsaka no manandranandran-doza manao izany raha ny valin’ny fanadihadiana hita tato ho ato. Manomboka eo amin’ny faha-13 taonany ny ankizy no efa mitsapatsapa izany satria tsy voara-mason’ny ray aman-dreny ary tsy hitan’ny mpampianatra. Manodidina ny 14% amin’ireo tanora no efa tafaroboka amin’ny fidorohana. Ireo olombelona 16 ka hatramin’ny 30 taona no tena efa betsaka no midoroka zava-mahadomelina. 

Marihana anefa fa mahatratra 6 tapitrisa isan-taona eo ireo  matin’ny fidorohana zava-mahadomelina ankehitriny raha ny tatitra avy amin’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka. Ity fidorohana ity ihany koa no antony sy olana goavana mahatonga ireo tanora lasa sahisahy ka   manao zavatra tsy am-piheverana intsony. Hany ka izany no anisany mampitombo ireo tranga mamoafady toy ny fanolanana, ny vaky trano sy fanendahana etsy sy eroa. Mila fandraisana andraikitra goavana araka izany ny tsirairay mba hanamoràna  ny fanarenana ny tranga miseho matetika amin’izao fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

HALATRA LAVANILA : Nirohotana andian’olona manodidina ny efajato ny biraon’ny distrika

Tovolahy iray no noahiahian’ny mponina ho mpanao izany. Ilay ahiana ho mpangalatra lavanila eny am-potony izay mponina ao Tsirarafana ihany. Ny herinandro lasa teo dia teo am-pangalarana lavanila am-potony no nisy nahatazana ilay tovolahy. 

Vokany, raikitra ny fanenjehana. Tafaporitsaka ihany anefa izy.Ny marainan’ny alatsinainy 22 janoary, naheno ireo mponina avy ao Tsirarafana fa nitolo-batana tany amin’ny biraon’ny zandary ao Soanierana-Ivongo ilay tovolahy mpangalatra lavanila manta. Ny andron’ny alatsinainy 22 janoary io ihany tokony ho tamin’ny 8 ora maraina, dia nirohotra nihazo an’i Soanierana-Ivongo tampon-tanàna ireo mponina avy ao amin’ny fokontany Tsirarafana. Manodidina ny 400 izy ireo no nirohotra nanao dia an-tongotra ho eny amin’ny biraon’ny zandary tao Soanierana-Ivongo handeha hampihatra ny fitsaram-bahoaka. Tsirarafana sy Soanierana-Ivongo tampon-tanàna, izay misy elanelana 15 km eo ho eo. Nametraka sakana teo akaikin’ny fiangonana Katolika ny zandary tao an-toerana. Tsy nahatana ireo vahoaka marobe anefa izany sakana izany. Tonga teny an-toerana ny lehiben’ny distrika ary niantso fifampiresahana tamin’ireo mponina avy ao Tsirarafana. Nitohy teny amin’ny biraon’ny distrika araka izany ny dian’ireo vahoaka. Ny lehiben’ny distrika sy ny zandary izay nilaza fa efa tsy ao Soanierana-Ivongo intsony ilay olona tadiavin’izy ireo fa efa nafindra toerana any amin’ny zandray Fenoarivo-Atsinanana atao fanadihadiana.

Tsy resy lahatra tamin’ ny fanazavana nomena azy ireo mihitsy ireo mponina avy ao Tsirarafana. Misy ny mbola nijanona nitokona teo anoloan’ny biraon’ny distrika, tao koa ireo efa namonjy fodiana. Tamin’ny 12 ora antoandro (alatsinainy), vao nanomboka rava ny fitangoronana. Voatery nanafatra zandary avy tany Fenoarivo-Atsinanana ny zandary avy ao Soanierana-Ivongo nanamafisana ny fiarovana ireo biraom-panjakana, indrindra fa ny biraon’ny zandary.

Tamin’ny fotoana nanoratanay ny lahatsoratra (alatsinainy antoandro), dia efa nilamina aloha ny tanànan’i Soanierana-Ivongo. Ny loharanom-baovao marim-pototra ihany koa no nahalalana fa efa tafafindra soa aman-tsara any amin’ny biraon’ny zandary ao Fenoarivo-Atsinanana ilay tovolahy karohin’ny fokonolona. Ny angom-baovao izay milaza fa tsy nisy ny naratra na ny aina nafoy nandritra io andron’ny alatsinainy io ary tsy nisy koa ny fisamborana.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

TELMA SUPERCOUPE : Norombahan’ny Cnaps sport Itasy tao  Vontovoron...

Ny sabotsy teo no nanatanterahana tetsy amin’ny kianjan’ny Cnaps Vontovorona ny lalao miverina. Tanteraka ny nofinofin’ny Cnaps. Niondrika teo anatrehan’ity farany tamin’ny isa 1 sy 0 ny Fosa Juniors na dia azo lazaina ho nanindry teo amin’ny fizaràm-potoana voalohany aza ny ekipan’i Boeny.

Rehefa tsy nahitam-bokany izany dia nampidirin’i Lucien lohalaharan’i Cnaps tamin’ny lohany ny baolina, teo amin’ny minitra faha-37 fizaràm-potoana voalohany. Niezaka namaly izany ry Dax sy namany tamin’ny fidirana faharoa saingy tsy nisy mihitsy ny vintana namonoana baolina. Araka izany dia nanao pao-droa ny ekipan’ny Cnaps avy any Itasy. Satria sady nadrombaka ny amboaran’i Madagasikara no nibata ny Telma super coupe ity ekipa ity. Nahazo ny roa tapitrisa ariary avy amin’ny orinasa Telma. Mbola i Rija sy i Ando mpilalao avy amin’ny Cnaps ihany koa no voasafidy ho mpilalao sy mpiandry tsato-by mendrika indrindra.

Mendrika

Samy mendrika avokoa na ny Cnaps Sport Itasy  na ny Fosa Junior Boeny.  Tsy nifarana hatreo akory ny lalaon’ny roa tonta fa izy ireo no ekipa hisolo tena ny firenena malagasy amin’ny fifaninanana Afrikanina. Ny Fosa junior izay tompon’ny amboaran’i Madagasikara farany teo dia hiatrika ny fiadiana ny amboaran’ny Caf raha ny” ligue de champion” no andraisan’ny Cnaps sport Itasy anjara. Na dia nanao ny nataony aza ny orana dia tsy nahasakana ny mpankafy tsy ho tonga teny Vontovorona izany. Ireto farany izay nitsodrano ireto ekipa malagasy sangany hiaro ny voninahi-pirenena any ivelany afaka iray volana.

Hervé L

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA : Manao fanamparam-pahefana ny sefo fokontany ao Scama

Sombin-tany laharana 104 ao anatin’ny seksiona faha-6 izay efa misoratra amin’ny anaran’olon-kafa. Izany hoe, tany efa manan-tompo ary efa misy trano miorina no namindrana olona hafa ary efa manorina trano hafa eo ambonin’ilay tany ireto farany ankehitriny. Izany no tazana eny amin’ny fokontany Manongalaza ny sabotsy 20 janoary folakandro teo taty an-toerana.

Nihazakazaka nampandre ny vadintany ireo andaniny efa tompon-tany manoloana ny zava-misy.Tonga teo an-toerana hanao fizahana ilay vadintany izay efa nampilaza mialoha ny Tonia mpampanoa lalana. Noraran’ilay rangahy milaza ho ambonin’ny lalàna ity farany tsy hanatanteraka ny asany. Tsy iza izany fa ny sefo fokontany ao Scama. Izy indray no niantso ny polisin’ ny Fip ary sahy nilaza tamin’ilay vadintany fa baiko avy amin’ny préfet no nahafahana nanorina trano ao anatin’ny faritra na dia efa an’olon-kafa aza. 

Mifanohitra tanteraka tamin’izany anefa no nambaran’ity tompon’andraikitra izay notononin’izy ireo ho nanome baiko. Nidina tao an-toerana ireo polisy nijery ny zava-misy. Ao anatin’ny fokontany Manongalaza no ahitana ny tranga misy nefa ny sefo fokontany Scama no miziriziry amin’izany. Manahy mafy amin’ny mety hisian’ny ambadika amin’izao raharaha izao ireo lasibatra. Mahatsiaro ho niharan’ny tsindry hazo lena sy fanamparam-pahefana ary fanaovana amboletra ny tena tompon-tany. Ny sefo fokontany mamehy ny ao Scama indray no lasa manome baiko ao Manongalaza.

Mahatsapa ireo mpitazana fa hafahafa ihany ny tranga misy. Araka ny fantatra dia nijoro nanampy ilay tompon-tany ny fokonolona eo amin’ny manodidina, ka ny alahady 21 janoary teo dia nongotan’izy ireo daholo ny hazo natsangana hanamboarana trano tao anatin’ilay tokotany. Ahiana araka izany ny mety hisian’ny fifandonana amin’ny fihetsika nataon’ity sefo fokontany Scama  izay sahy nampiditra olon-kafa ao anatin’ny tokotany efa manan-tompo ity. Ho fantatra miandalana eo izay mety ho tohin’ity raharaha ity.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FANAVAOZANA NY LISI-PIFIDIANANA : Tsy mavitrika manamarina ny anarany ny olona

Fantatra fa adidy sy zo ho an’ny olom-pirenena ny mifidy. Ny raha misy dia efa leo sy tofoka ny haneho ny safidiny ny ankamaroan’ny olona raha ny fahitana ny tsy fahavitri-i hana manatona ny biraom-pokontany. Voatery mitety isan-tokantrano ny solontena avy amin’ny fokontany sasantsasany mahakasika izany. Azo ambara fa antony manokana tsy mampazoto ny olom-pirenena  hifidy, ny tsy fahatokisana ny fitondrana, izay tompon’ny fahefana ka mety hanararaotra izany. 

Matetika izay mahazo toerana dia tsy mijery ny olana fototra mahazo ny vahoaka fa hadino avokoa izay kabary tsara lahatra natao tamin’ny fotoanan’ny fampielezan-kevitra. Ankoatra izany dia tsy mitsahatra ny manentana ny olom-pirenena ireo mpanao politika izay efa ao anatin’ny fitondrana ary koa izay mikasa ny hilatsaka hofidiana amin’ny fifidianana manaraka. Na izany aza dia azo lazaina fa marefo dia marefo ny fahavitrihan’ny olona hisoratra anarana na koa ny fijerena sy fanamarinana ny anarana ao amin’ny lisi-pifidianana. 

Milaza ny sasany fa efa ao anaty lisi-pifidianana teo aloha ka tsy misy antony tokony hanarahana maso izany intsony. Ny fihetsika ataon’ny mpanao politika amin’ny vahoaka no heverina fa fototra tsy mampazoto azy ireo hanatanteraka izany adidy masina miandry ny tsirairay eto amin’ny tany sy ny firenena izany. Leo kobaka am-bava sy fampanantenana poakaty ny olom-pirenena, na dia fantatra aza fa adidy sy zo ny mifidy.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

TSY FANDRIAMPAHALEMANA AO MANAKARA : Nofanina ho kartie mobila ireo 41 mirahalahy

Manoloana izay indrindra dia nametraka tetik’ady ho fanamafisana ny fandriam-pahalemana any amin’ny kaominina ambanivohitra ny any amin’ny distrikan’i Manakara. Fantatra àry izao fa nisy ny ezaka fampiofanana ireo vatan-dehilahy solontena isan-tanàna any amin’ireo kaominina ambanivohitra ho tonga “Quartier Mobile”.

Lehilahy voafantina sy voafidy teny anivon’ny fokontany izy ireo ka nomena ny tsy ambaratelo, izay teboka telo hahafahana mampandry fahalemana ny tanàna. Tafiditra ao anatin’izany ny fanomezana azy ireo ny fiofanana ara-miaramila tsotsotra izay hahafahan’izy ireo mandray baiko  sy manao tatitra eny anivon’ny zandarimariam-pirenena raha misy trangana tsy fandriampahalemana. Ankoatra izay dia nomena ny paikady sy ny fahaiza-manao amin’ny fiambenana ny tanàna ihany koa ireo lehilahy ireo. Ary farany dia natoro ny paikady entina miady amin’ny fitsaram-bahoaka.

Nomena fanamina mitovy

Ankoatra ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana amin’ny ankapobeny dia nomena andraikitra ihany koa ireo “Quartier mobile” amin’ny ady amin’ny doro tanety. Nandritra ny famoahana tamin’ny fomba ofisialy ireo “Quartier mobile” tany amin’ny distrikan’i Manakara dia nanambara ny solombavambahoaka voafidy tany an-toerana fa zava-dehibe ny ezaka amin’ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana toy izao. Ity farany izay tsy tokony hankinina be fotsiny amin’ny mpitandro  filaminana.

Ho famporisihana ireo “Quartier mobile” amin’ny asa ataony àry dia notolorana fanamina mitovy izy 41 mirahalahy, niaraka tamin’ny kiririoka iray isan-dehilahy avy ary lelavola 10 000Ar isan’olona. Tompon’antoka tamin’ny fampiofanana azy ireo ny zandarimaria, notarihin’ny kaomandin’ny borigady ao Manakara.

Lucien R.   

Ino Vaovao0 partages

NOSY BE : Nasiana fanamboarana ny kianja Ambodivoanio mba hampazoto ireo t

Naato izany noho ny fambolena bozaka sy fanamboarana ny simba ao anatiny. Natao ity hetsika ity mba hampazoto ireo mpisehatra amin’ny baolina kitra, ny mpilalao sy mpijery araka ny nambaran’ny filohan’ny seksiona ao Nosy Be. Ireo mpilalao baolina kitra sy klioba ao an-toerana no mpandray anjara miara-nisalahy amin’ny fikarakarana sy fanamboarana rehetra.

Nosafidiana isaky ny faran’ny herinandro ny fanatanterahana ny asa ka ny faran’ny herinandro lasa teo no nanombohana izany. Mbola ny volan’ny seksiona baolina kitra ao Nosy Be madiodio hatreto no niantohana ny lany rehetra. Marihina fa tsy afaka mandray lalao iraisam-paritra ny kianja Ambodivoanio Nosy be noho ny faharatsian’ny fotodrafitrasa misy.

Noho izany dia nandray fanapahan-kevitra ny ao an-toerana ka nahatsapa ny hanajary sy hanatsara ny kianja Ambodivoanio ity. Araka ny voalaza dia tsy ampy fikara- karana ny kianja ary eo ihany koa ny voka-dratsy apetraky ny festival roa miantoana isan-taona ao amin’ny kianja Ambodivoanio Nosy Be. Ankoatra izany dia voalaza fa lasa nataon’olona sasany fandrohizana omby ny ao anaty kianja. Fantatra hatrany fa ny avy amin’ny kaominina no niantoka ny fanomezana fitaovana hitrongisana ny tany hovolena ireo gazon ireo.

Mpanjono

Tia Tanindranaza0 partages

FIARA HAFAHAFA

Fiara tsy misy taratasy na ny kely aza no nipetraka fotsiny teo amoron-dalana ary mivoha fotsiny, tetsy Bongatsara Andoharanofotsy. Mitondra ny marika Kia ilay fiara tsy mataho-dalana ary nentin’ny zandary ao amin’ny borigady aloha ary nanokafana fanadihadiana ny momba izay mety ho tompony.

 Mety azo eritreretina mantsy hoe fiara nariana antsisin-dalana rehefa avy nanatontosana zava-dratsy toy ny kidnapping. Ny fanadihadiana no hanamarina azy.

ANDRO RATSY

Ho tapitra anio ny oram-be izay nentin’ilay rahona matevina tao amin’ny lakandranon’i Mozambika. Hiakatra tsikelikely ny maripana raha ny vinavina. Hita ho lesoka ny tsy fampahafantaran’ny météo malagasy ny momba io tangoron-drahona izay efa ho roa herinandro izay no nitoetra teo akaikin’i Mahajanga. Lasa variana loatra tamin’ny fanaraha-maso ilay rivodoza Benguitta izay efa fantatra anefa fa tsy hiditra an’i Madagasikara akory. Vokany, betsaka no tsy niomana tamin’ny rotsakorana tsy an-kijanona tato ho ato.

FAKO

Fako eo amin’ny 3.200 m3 isan’andro no tsy maintsy hesorin’ny Samva eto an-drenivohitra. Mitombo izany amin’izao vanim-potoanan’ny fahavaratra sy ny andro ratsy izao. Anisan’ny olana sendraina ny tsy fahampian’ny vola amin’ny fanofana ireo fiarabe mpaka fako. Na izany aza anefa dia manao ny fomba rehetra hatrany ny kaominina mba tsy hampisavovona ny fako eto Antananarivo sy ny manodidina azy.

HERINARATRA TOAMASINA

Vola mitentina 10 miliara ariary no ilaina amin’ny famerenana ny fotodrafitrasa entina hamerenana amin’ny laoniny ny herinaratra ao Toamasina sy ny manodidina azy. Mbola lavitr’ezaka izany fa na izany aza dia misy fitaovana alefa any an-toerana mba hahafahana mamerina amin’ny ampahany ny herinaratra.

MATIN’NY POIZIM-BOALAVO

Tsy mitombina ny fisian’ny dimy mianaka izay maty nihinana poizim-boalavo ka voalaza fa niara-maty, tetsy Fenoarivo. Tsy nahazo tatitra momba izany ny zandary no tsy nahita ny fisian’izany mihitsy ny olony. Niteraka resa-be tamin’ny tambajotra sosialy anefa izy io omaly.

 

 

FITORIANA MINISITRA

Nilaza ho tsy naharay taratasy fitarainana momba ny fihetsika mamoafady ataon’ny minisitra iray amin’ny mpiasam-panjakana izay sahaniny ny polisy misahana izany. Na ny biraon’ny polisy tetsy Anosy na ny tetsy Tsaralalàna dia samy nandà, mifanohitra tanteraka amin’ny vaovao malaza eny ambavan’ny olona amin’izao fotoana.

ASA FANAOVAN-GAZETY

Betsaka ny trano fanaovan-gazety izay tapa-kevitry ny tsy hanao ilay karatra maha matihanina ny mpanao gazety avy amin’ny ministera mpiahy. Na tsy nanao fanambaràna aza izy ireo dia nahatsapa fa kara-pifidianana fotsiny no ilàna iny karatra zarain’ny minisitera iny. Tiana hogejaina tanteraka ny asa fanaovan-gazety manoloana ny fifidianana izay hitranga amin’ny 2018.

 

MPANGALATRA FIARA

 Naiditra am-ponja vonjimaika omaly ilay mpangalatra fiara. Anisan’ny niharan’ny hakatra ny kolonely iray miasa eo anivon’ny Bianco. Efa mpamerin-keloka ilay rangahy satria efa fanintelony amin’io izy no tratra nangalatra fiara. Ny nahatrarana azy tamin’ity indray mitoraka ity dia ny fahasimban’ny « batterie » an’ilay fiara nentiny ka saika nangalarany iray hafa teo akaikin’ny fiarany. Kinanjo nisy fisafoan’ny mpitandro ny filaminana tampoka.

DAHALO NANAFIKA FLM

Nodoran’ny dahalo ny fiangonana FLM ao Soanierana-Ambatofinandrahana. Mihorohoro  tanteraka ny mponina ao an-toerana satria toa tsy mionona amin’ny halatra omby fotsiny intsony ireo dahalo. Lasa lavitra loatra ny asan-dahalo any atsimo. Tsy nisy azo noraisina intsony tao amin’ilay trano fivavahana izay kilan’ny afo.

Tia Tanindranaza0 partages

DATIM-PIFIDIANANA

Afaka 11 andro dia ho tapitra tanteraka ny fe-potoana farany hahafahan’ny olom-pirenena manamarina ny anarany ao anaty lisi-pifidianana eny anivon’ny fokontany. Midika izany fa izay tsy tafiditra ao anaty lisi-pifidianana hatramin’ny 31 janoary dia tsy afaka ny handray anjara amin’ny fifidianana mifanesy eto amin’ny firenena.

IVATO

Lehilahy iray no hita faty tao anaty rano teny Anketsa (lalam-baovao mivoaka eny amin'ny BANI Ivato) omaly maraina. Ny bisikileta nentiny izay nianjera teo amin'ny moron-drano no nanaitra ny mponina eny an-toerana ka nahatonga ireto farany hikaroka tao anaty rano. Taorian’izay no nahitana ny vatana mangatsiakany, ka ny olona no nampiakatra azy avy ao anaty rano.

ITAOSY

Tsy ny voly ihany no rava noho ny fandalovan'iny rivodoza farany teo iny fa maro ihany koa ireo fotodrafitrasa nirodana toy ny teny amin'ny manodidina ny fokontany Andohamandry, ka nitondran'ny fikambanana Za’Gasy ny anjara birikiny ho fanarenana izany.

 

TETIKASA PADEV

Nankato ary tsy nisy nitsipaka ilay tetikasa PADEV na ny tetikasa fampandrosoana ny tanàn-dehibe avokoa ireo ben’ny tanàna mahazo tombony amin’izany. Tanàna telo moa no hanatanterahana ity tetikasa ity dia i Fianarantsoa, Toliara, ary Antsiranana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mirongatra ny asan-jiolahyMaivana ny sazy, malalaka ny fivoahana ?

Mampiteny ny moana ity tsy fandriampahalemana andro aman’alina eto amin’ny firenena ity.

 Tsy natao hanaratsiana ny mpitandro ny filaminana, fa zary lasa fanesoan’ny olona maro ny azy ireo sy ny fitondram-panjakana ny hoe mirarakopana ny fanondrotana manamboninahitra jeneraly, saingy mba mitombo isa ihany koa ny jiolahy, ary torak’izany ny traikefany. Eo ny mety ho tsy fahombiazan’ny mpitandro ny filaminana fa mampametra-panontaniana hoe: maivana loatra ve ny sazy ka tsy manan-tahotra intsony ireo olon-dratsy sa kosa ny kolikoly no efa tena tandra vadin-koditra ? Aiza ve ka olona tokony higadra 12 taona any Antalaha ny lehilahy antsoina hoe Djibril noho ny resaka vono olona efa ho 2 taona izay, kanefa mbola nahavita namono olona teny 67Ha ny volana desambra lasa teo. Nandeha ny fikarohana nataon’ny mpitandro ny filaminana, saingy tsy hita hatramin’izao ary tsy tratra matoa tsy nisy resaka intsony. Ny feo mandeha aza moa dia hoe efa tafavoaka any am-pitandranomasina satria voalaza fa zanaka olona mahitahita. Mazava ho azy, fa tsy nisy ny famoahana didy tsy fahafahana mivoaka any ivelany (IST) sy fanaovana taratasy maloto, raha mitombina tokoa io resaka fahatafatsoahana any ivelany io. Tapina hatreo ny daomy, ary matimaty foana ilay olona novonoiny raha ny fahitana azy. Ny volana septambra 2017, dia nampifanjinja ny zandary sy mpandraharahan’ny fonja tany Ambatondrazaka ny momba ny fahatrarana olon-dratsy, izay voalaza fa tokony higadra, saingy tratran’ny zandary tany Ambodimangan’i Jesy nanao asan-jiolahy. Nivoaka mihitsy ny resaka tamin’ny famotorana nataon’ny zandary, fa mandoa 200 000Ar amin’ny mpiandry fonja dia milamina, ka isan-kerinandro no tsy maintsy manao “pointage”. Tsy sanatria natao hanenjehana ny mpitsara na ny mpandraharahan’ny fonja fa inona no marina sy diso ao anatin’ireny raharaha isan-karazany ireny ? Malalaka tokoa ve ny fivoahana rehefa manam-bola, ka tsy atahorana intsony ny manao asan-jiolahy ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

CISCO FenoarivobeNatsahatra tsy nianatra ny kilasy nitrangan’ilay ambalavelona

Tsy niandry ela fa nandray ny andraikiny avy hatrany ny Ministeran’ny Fanabeazam-pirenena sy ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny eo anivon’ny fari-piadidiam-pampianarana Fenoarivo nanoloana ireo ankizy nihetsika aretina Ambalavelona tao amin’ny CEG Ankotrabe.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fadin-tserananaNampahafantarina ireo lalàna vaovao

Omaly no natao tetsy amin’ny tranoben’ny Varotra sy Indostria ny fampahafantarana ny lalàna vaovao sy ny lalàna nasiam-panitsiana momba ny fadin-tseranana.

Tsiry

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

ToekarenaMitotongana tanteraka ny ariary

Tsy nitsahatra nitotongana ny vola Ariary tao anatin’ny telo volana farany manoloana ireo vola vahiny be mpampiasa eto amintsika. 3.950 Ariary ny vola eoropeanina ary 3.230Ariary kosa ny dolara.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hopitalin’ny reny sy ny zaza TsaralalanaOlona sahirana ny 80 %-n’ireo tonga mitsabo tena ao

Sahirana ara-pivelomana avokoa ny 80 %-n’ireo olona tonga mitondra ny menaky ny ainy hotsaboina etsy amin’ny hôpitalin’ny reny sy ny zaza etsy Tsaralalàna. Tsy mbola nisy tamin’izy ireo anefa, hoy ny profesora Annick Robinson, no noroahina na tsy notsaboina rehefa tsy manam-bola hamidy fanafody, fa raisin’ny “assistante sociale” avy hatrany ny fikarakarana, miankina amin’izay zava-misy eo am-pelatananan’izy ireo.

 

 Mandray andraikitra ihany koa ny mpiasa, izay efa namoaka am-paosy avokoa ny ankamaroany hoy hatrany izy. Vao tamin’ny herinandro teo, ohatra, raha araka ny fanazavany, no nisy renim-pianakaviana iray narary mafy, narian’ny mpamily taxi-be iray manoloana ny faritra misy azy ireo. Voatery nandray ny andraikiny izy ireo, araka ny fanazavan’ity profesora ity hatrany, na dia tsy andraikitr’izy ireo aza ny fitsaboana olon-dehibe. “Ny fitsaboana voalohany ihany anefa no nataonay”, hoy hatrany izy ary niantsoana ny sampana mpamonjy voina ilay marary taorian’izany, naterina teny amin’ny hôpitaly Befelatanana. Nomarihiny manokana fa tsy mbola nitaky vola tamin’ireo olona tsy nanam-bola nitsabo ny menaky ny ainy tao amin’ity hôpitaly ity izy ireo, hanonerana ny vola laniny, rehefa sitrana soa aman-tsara ilay zaza noho izany tsy marina ny feo mandeha fa nandroaka fianakaviana iray nitondra zaza marary tao aminy izy ireo ny herinandro teo.

Patty

Tia Tanindranaza0 partages

Hiroso any an-davaka ?

Ny an-tratra tsy lavo, ka eo no mbola hoe antsoy ihany koa ny raiben’ialahy, hoy ny fitenena.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

« Tournoi baskety Ady omby d'Ambohimanarina 2.0 »Nahery ny JCSA vehivavy sy ny UNITE lehilahy

Nahery ny ekipan’ny Jcsa Ambohimanarina vehivavy, nandresy tamin’ny mokafohy ny Bad Team Alarobia (62-61).

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

BadmintonFantatra ireo Tompondakan’i Madagasikara vaovao 2017

Fantatra avy tamin’ireo lalao natao tetsy amin’ny kianja Mitafon’Ankorondrano ny 13 sy 14 ary 21 janoary 2018 teo ireo tompondaka vaovao 2017 an’ny taranja Badminton Malagasy tamin’ireo mpandray anjara am-polony maromaro avy amin’ny ligy 3 eo amin’ity taranja ity misy eto Madagasikara (Analamanga, Atsinanana ary Vakinankaratra).

 Série A

Simple Homme : HAJA VONJINIRINA Marc Alberto (SANGAsy BC-Sen)

Simple Dame : RAZANAMALY Soaniaina (SCI-Sen)

Double Homme : AINA VONJINIRINA Marc Jocelyn (SANGAsy BC-Sen) sy Alberto SANGAsy BC-Sen)

Double Dame : HANITRA Hanitra (SCI-Sen) sy RAZANAMALY Soaniaina (SCI-Sen)

Série B

Simple Homme : RAZAFIMANDIMBY Toky (JASCC-Sen)

Simple Dame : RAZAFIARIMALALA Asminah Epiphanie (BAOBAD BC)

Classement direct

Double Homme : MARCO Marco (LSMI-Sen) sy RATIAZAFY Mon Claire (SCI-Vét)

Série C

Simple Homme : RAZAFINDRANGATO Rivo (BAOBAD BC-Sen)

Simple Dame : ANDRIANISA Gentiane (BAOBAD BC)

Classement direct U 17

Simple Homme : RATOVOARIMANGA Hasinavalona Eddinoh (LSMI)

Simple Dame : RAZAFIMAMONJIARISON Stephania (VTTK IVATO

Classement direct U 15

Simple Homme : RABEFIANTRANA Fabio (BAOBAD BC-U15)

Simple Dame : RASOLONOELINA Iariela (BAOBAD BC-U15)

Classement direct  U 13

Simple Homme : ZARAFITIAVANA Mahefa Justin (SCI)

Simple Dame : RASOLONOELINA Ialicia (BAOBAD BC)

Classement direct U 9

Simple Homme : RASAMOELINA Loan Jordy (SANGAsy BC)

Classement direct Vétéran Simple

Homme : RAKOTOMALALA Zo (ABC-Vét)

Marihana fa amin’ireo tompondakan’i Madagasikara ireo miaraka amin’ireo tompondaka lefitra no hisafidianana mpilalao 25 amin’ny faran’ny volana izao hiatrika ny fampiofanana hampanaovin’ny mission de coopération Sino-Malagasy haharitra 1 volana ka hifidianan’ny teknisianina sinoa mpilalao 18 avy eo hoentiny hiofana any Chine 3 volana indray amin’ny volana martsa 2018.

 

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Pastera MailholManohana 100 % ny kabarin’ny filohan’ny FJKM

Manohana 100 % ny kabarin’ny filohan’ny fiangonana FJKM ny mpitandrina Irako Andriamahazosoa Ammi tamin’ny Alahady teo teny amin’ny kianjaben’i Mahamasina ny pastera Mailhol mikasika ny fanentanany ny Kristianina mba hiroso bebe kokoa amin’ny fanaovana politika.

 Ny kristianina ihany mantsy no afaka hampihatra ny politikan’ny Baiboly toy ny fanaovana ny fahamarinana, tsy manao kolikoly, tsy mamita-bahoaka,  tsy mandainga,  tsy tia tena sady manaraka ny sitrapon’Andriamanitra, hoy izy. Isaorako 100 % ny filohan’ny FJKM  tamin’iny kabariny iny, hoy hatrany pastera Mailhol.  Nomarihiny manokana moa fa anisan’ny antony manosika azy hilatsaka hofidiana ho filoham-pirenena ny antson’Andriamanitra avy any ambony hanavotra ny firenena. Tsy fidiny ho ahy izany fa iraka. Aza mifidy ahy izay mbola mieritreritra ny hanao kolikoly. Nantsoiny tsy handatsa-bato ho azy ireo koa ireo maniry mafy ny hahafahan’ny lahy sy ny lahy sy ny vavy sy ny vavy hifampaka-bady eto amintsika satria raha lany soa aman-tsara eo izy dia tsy hotanteraka mandrakizay izany. Ny hiarovako ny fireneko tsy haringan’Andriamanitra no antony, hoy izy satria zava-pady eo imason’Andriamanitra izany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fiovan’ny toetrandroMila mivonona miatrika izany ny Malagasy

Ny fiovan’ny toetrandro dia mety ateraky ny lalam-pivoarana anaty voajanahary na avy amina faneriterena ivelany na avy amina fanovana maharitra ataon’olombelona eo amin’ny taharon’ny atmôsfera na eo amin’ny fampiasana ny tany.

 

Mila miomana

 

Hita anketriny fa mila miomana amin’ny fiantrehana izany fiovan’ny toetr’andro izany isika Malagasy. Marihana fa nanatrika ny fihaonam-be mikasika ny toetr’andro COP 21 ny fitondrana tamin’ny taona 2015. Efa ho telo taona ka aiza ilay “Green Climate Fund”, vola natokana ho an’ny toetrandro izany mitentina miliara an-jatony hiarovana tontolo iainana? Nanaiky ny filoha Hery Rajaonarimampianina fa hitroka ny Diôksidana karbônina ireo firenena matanjaka izay ara-teknika tsy hitombina mihitsy ny fanatanterahina izany. Hitam-poko sy hitam-pirenena ny tsy fisian’ny mangarahara sy ny tsy fisian’ny ezaky ny fanjakana manoloana ny fandraisan’anjara ho fampandrosoana ny firenena. Tsy afaka mandà kosa anefa isika fa na aiza na aiza manerana ny vazantany efatra dia tsy takona afenina intsony ity fiovan’ny toetrandro ity. Raha ho an’Madagasikara manokana dia hisy fikatsohana eo amin’ny fambolena izay andry lehibe iankinan’ny toekarena sy ny fahasalam-bahoaka ary maro hafa. Fotoana izao tokony hifantohana tanteraka amin’izay ho vahaolana maharitra hiatrehana izany. Maro ireo mpiantsehatra eo amin’ny sehatry ny tontolo iainana nametraka politika fiantrehana ny fiovan’ny toetrandro toa ny firosohana miandalana amin’ny fampaisana angovo vaovao na koa amin’ny fanomezan-danja ny fambolena fa izay tokony hanaraka ny toetrandro. Ny fitondrana mbola variana amin’ny fitiavan-tena sy fitiavan-tseza ka mila mandray andraikitra amin’ìzay ireo fikambanana miaro ny tontolo iainana indrindra eo amin’ny fanabeazana sy fanentanana ny vahoaka Malagasy manoloana ny fiovan’ny toetrandro sy ny fahaiza miatrika izany.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Olana ao amin’ny boriborintany faharoaAzo soloina ny olona, hoy ny lefitry ny ben’ny tanàna

Tsy nijanona intsony fa dia mbola nitohy hatrany hatramin’iny omaly iny ny fitokonan’ireo mpiasa eo anivon’ny boriborintany faharoa hitakian’ny fialan’ny delege ao an-toerana, Jacques Ramanandraibe, na dia efa nisy aza ny fitsirihana nataon’ireo tomponandraikitra tamin’ny herinandro lasa teo.

 

 Nilaza ny avy eo anivon’ny fiadidiana ny kaominin’Antananarivo renivohitra tamin’ny alalan’ny lefitry ny ben’ny tanàna faharoa, Andriamorasata Julien, manoloana izany fa tsy maintsy mitady vahaolana ny atao hoe mpitarika (leader) amin’ny toe-draharaha tahaka itony mba hampandeha araka ny tokony ho izy ny fitantanan-draharaha rehetra. Tsy misy olona tsy azo soloina izany ary efa mandinika ny tokony hatao izahay. Tsy hisy akory ny fandroahana fa famindrana andraikitra no atao raha ilaina, hoy hatrany ny tenany. Midika ve izany fa efa naman’ny azo lazaina ho mihozongozona ny sezan’ity delege hampangain’ny mpiara-miasa aminy ho tsy nanara-dalàna ity ? Raha tsiahivina moa dia ny resaka fifampitondrana amin’ny mpiara-miasa no teny hanitrikitrihan’ireto mpiara-miasa ireto ity delege ity satria dia milaza izy ireo fa ankoatry ny fikasihan-tanana dia matetika loatra koa ny fandroahana sy fandrahonana mpiasa. Eo ihany koa ny resaka tsy fanarahan-dalàna amin’ny fanatontosana mariazy ivelan’ny boriborintany sy fanomezan-dalana hanorin-trano tsy miera amin’ny CUA foibe.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Italianina akaiky ny fitondranaOlona madio aho, hoy i Ciro Visone

Efa telopolo taona eo no nahafantarako an’i Madagasikara ary tamin’ny taona 2002 dia nitsidika matetika an’i Nosy Be…

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanomezana tany 200 000 Km² ny sinoaHipoaka tsy ho ela ny dosie maloto

Adinodino na tsy misy tohiny intsony amin’izao fotoana ny raharaha “Villa Elizabeth” sy ny maro hafa. Nilaza kosa ny minisitra teo aloha Tabera Randriamanantsoa fa mifandray matetika amin’ny Bianco ny CRN (Comité pour la Réconciliation Nationale),

  ary tsy io raharahan’ny Villa Elisabeth io ihany, fa anisan’ny goavana be toa adinodino ihany koa ny tanin’ny “Travaux publics” eny Alarobia, lasan’ny Karana mpanefoefo irey izay hatao hotely, hono, hoy ity minisitra teo aloha ity. Mirefy 3 ha izany ary eo anilany eo ny tapany nomena ny sinoa. Ny mampalahelo amin’io toerana io dia arisivan’ny “Travaux publics” nanomboka tamin’ny fanjanahantany hatramin’izao dia nopotehina daholo, hoy izy. Araka ny vaovao henonay dia misy ny baiko avy any ambony hoe ataovy haingana mialoha ny fifidianana io hotely io satria niato kely izy teo, hoy hatrany ny fanazavany. Mba hanamorana ny kajikajy maloto rehetra izany no tanjona. Manao antso avo amin’ny Bianco hoe manaova ianareo taratasy manatsahatra ny asa aloha satria izahay nitory, hoy i Tabera Randriamanantsoa. Mandefa taratasy any amin’ny fanajariana ny tany ihany koa hoe tsy mbola mahazo mikitika. Raha mbola mandeha izay asa izay dia ho eny amin’ny Bianco ihany koa izahay mangataka ny fanatsaharana ny asa aloha satria mandeha ny fanadihadiana. Nilaza moa izy fa tsy hangina satria tanin’ny vahoaka Malagasy io.  Mampiady izany hoe fananan’ny vahoaka Malagasy hamidinao irery amin’olon-tsotra sady vahiny ohatr’ireny. Eo ihany koa ny Nosy any Vohémar, Toliara,… ary mbola manomana dosie amin’ilay fifanarahana teo amin’i Madagasikara sy Sina, izay nanomezana velaran-tany 200 000 km² ny sinoa any amin’iny faritra Toliara iny izahay, hoy i Tabera Randriamanantsoa. Tena i Madagasikara mihitsy no hamidy nefa io faritra nanomezana ny sinoa io dia saro-pady satria ao daholo ny fasan’olona, ny haremben’i Madagasikara toy ny diamondra. Efa ao aminay daholo ny dosie ary tsy io irery fa ao daholo ny dosie mafana be izay izay saika niandrasan’ny profesora Zafy Albert ny fampihavanam-pirenena, hoy izy. Ho avy indray izany ny ampamoaka manaraka momba ity afera, saingy inoana fa efa miomana amin’ny vono afo koa ny mpitondra mpanao afera.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

TolagnaroNosomparan’ny Emmoreg Ravalo

Nogafiana tsotra izao ny fihaonana nataon'i Marc Ravalomanana tamin'ireo mpomba azy tany Tolaganro omaly. Vao niditra fotoana fohy tao amin'ny Resto la Vanille ny tenany, dia mpitandro filaminana mirongo fiadiana no tazana teo amin'ny vavahady.

Hakanosana

Nandeha avy hatrany resaka tao an-toerana fa tena midika ho hakanosan'ny fitondrana izao fihetsika izao. Na izany aza, tafita ny hafatra tian'ny filoha Marc Ravalomanana nampitaina tamin'ny vahoakan'i Tolagnaro. Marihina fa amin'ny toerana rehetra izay nalehany nanatona sy nanotrona azy ireo vahoaka marobe ary niresaka mivantana aminy. Rehefa nanontanian'ny mpanao gazety ny Dgat mpisolotoerana vonjimaika, namadika ny resaka ka nilaza fa mba ho fiarovana an’i Marc Ravalomanana hono ny zavatra nataon’ny mpitandro filaminana. Nihazo ny faritra Androy ny filoha nasionalin’ny antoko TIM, izay tombanana fa efa any an-toerana amin’izao fotoana izao. Tsy vaovao intsony ny figafiana an-dRavalomanana, ary nihamafy nanomboka tamin’ny fankalazana ny faha-15 taonan’ny antoko TIM saika hatao teny Mahamasina ny 8 jolay 2017, ny tany Toamasina, ny antsojay tamin’ny resaka hotely tany Antsiranana, ny fanagonana andian’olona tany Toliara,... Mihevitra ny HVM fa ny figafiana tahaka izao no paikady tena mety sy mahomby indrindra. Mbola tsy fifidianana akory, dia efa izao ny tahotra sy ny ady an-kanosana. Vao mainka mampihen-daja ny mpitondra ary mampiakatra ny fankafizan’ny vahoaka an’i Marc Ravalomanana ny zava-misy.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Bizna

Potika sahady ny ankamaroan’ireo lalana namboarina ry Jean bizna. Ny eny Itaosy sy anosy sy Anosizato aloha no efa hita fa efa lasa lavaka be sahady ilay nandaniana ohatrinona teo.

Marco

 

Tia Tanindranaza0 partages

CLRE Antananarivo Renivohitra sy ny manodidinaMisy lehiben’ny fokontany tsy mety mandray azy ireo

Nihaino ny tatitra nataon’ireo CLRE na ny « Comité Locale pour le Recensement des Electeurs » tetsy Antaninandro ny faran’ny herinandro teo ny mpanolotsaina manokan’ny filoha lefitry ny TIM Faritanin’Antananarivo Ramalason Olga,

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanan’ny Gadra politikaTokony havoaka alohan’ny fifidianana ny fanonerana

Nihaona tamin’ny filohan’ny FFM, Maka Alphonse tetsy amin’ny birao fiasany tetsy Ampefiloha ny faran’ny herinandro teo ny Fedep na ny Federasion’ireo gadra politika Malagasy notarihan’ny filohany Rakotomalala Henri na i Riribe. Miantsoantso fitoniana ny FFM ankehitriny, hoy izy ireo, nefa tsy hita izay fanapahan-kevitra tena raisiny.

Tia Tanindranaza0 partages

Harimanana RaniriharinosyManahy korotam-be

Zava-dehibe ho an’ny firenena an-dalam-pandrosoana toa an’i Madagasikara, hoy ny mpahay lalàna sady mpanao politika eo anivon’ny antoko Arema,

  Harimanana Raniriharinosy, ny taom-pifidianana. Isaorana Andriamanitra fa tsy toy izay mitranga any amin’ireo tany afrikanina miaina krizy mivaivay no misy eto, hoy ny tenany, saingy mampanahy na izany aza ny zava-misy. Efa nahalala ny krizy tamin’ny 1972, 1991, 2002 ary 2009 isika. Ireo rehetra ireo dia samy tsy niravona. Ilaina maika mialoha ny hiatrehana fifidianana, hoy ny tenany, ny fifamintranam-pihavanana mialoha ny fifidianana.

J. Mirija

La Vérité0 partages

Maltraitances en milieu scolaire - Une victime âgée de six ans à Toamasina

Des cuisses couvertes de bleus. C’est ce qu’une mère de famille a découvert, lundi dernier, en changeant les vêtements de sa fille de 6 ans avant de lui donner un bain. « Choquée, je lui ai demandé sur ce qui s’est passé mais elle a refusé de m’en parler au début. Après quelques minutes de persuasion, avec des mots doux et des câlins, elle m’a finalement révélé que cela résulte des pincements que sa maîtresse lui a fait subir en classe. Tout cela parce qu’elle n’a pas pu donner les bonnes réponses lors des devoirs », témoigne cette maman résidant à Toamasina. Elle n’a pas manqué de faire part de sa tristesse dans un groupe sur les réseaux sociaux, la soirée de lundi même. Alarmés, les responsables auprès de la Direction régionale de l’éducation (Dren) de Toamasina ont mené une enquête au sein de l’école privée où est inscrite la victime. Ils ont découvert, au cours de leur descente, que l’établissement ne dispose d’aucune autorisation d’ouverture. Seuls 2 enseignants, dont la directrice d’école, y assurent des cours et ce sans autorisation d’enseigner.

 

« L’école en question n’enregistre que 6 élèves, dont 2 dans le préscolaire et 4 dans le primaire. Les enquêtes se poursuivent actuellement avant de décider des mesures administratives à adopter pour l’établissement et/ou pour l’enseignante accusée d’être l’auteur de violences », rapporte Serge Thierry Tsitoara, directeur des technologies de l’information et de la communication (Dtic) auprès du ministère de l’Education nationale.

Ce cas enregistré cette semaine dans la Circonscription scolaire (Cisco) de Toamasina II n’est pas le seul en matière de maltraitances en milieu scolaire. L’affaire « La Croyance » à Anjanahary en fait partie. Rappelons qu’une vidéo a été publiée, dans laquelle l’enseignante a giflé plus d’une fois l’élève. Ses parents ont porté plainte et l’enseignante a été condamnée à 8 mois de prison avec sursis. Aussi, des parents d’élèves se plaignent souvent des violences au niveau scolaire dans les réseaux sociaux ou auprès des directeurs d’écoles. Toutefois, ils n’osent pas passer à la vitesse supérieure, c’est-à-dire porter l’affaire devant la Justice. « Mon fils avait les oreilles gonflées, l’année dernière, suite aux pincements faits par sa maîtresse. Je n’ai pas manqué de me rendre auprès de son école le lendemain pour en faire part au premier responsable. Lors de la confrontation avec l’enseignante, celle-ci a reconnu ses erreurs et a présenté ses excuses. Je n’ai pas voulu en faire toute une histoire, en reconnaissant le caractère rebelle de mon fils, mais a lancé un avertissement verbal aux concernés. Mais au final, j’ai choisi d’y retirer mon enfant, lequel est mieux traité dans sa nouvelle école », nous confie Landy R., mère de famille habitant à Tsimbazaza. 

Face à ces cas de maltraitances, les avis des parents divergent puisque certains donnent raison aux enseignants qui frappent leurs élèves. D’autres les accablent, en s’appuyant sur l’interdiction de lever la main sur un élève, peu importe la raison. « En tant que parent, je suis admiratif des enseignants qui ont à gérer plusieurs enfants, dont la majeure partie n’est pas forcément facile. Mais un peu de compréhension ne fait pas de mal, l’erreur est humaine. Et quand on voit les attitudes des enfants en général, on peut redoubler de compréhension », s’exprime un père de 3 élèves en primaire. Dans tous les cas, la communication permanente entre les parents et enseignants pourrait éviter d’arriver aux violences et poursuites judiciaires.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Bijoutier Kalidas - Son fils mêlé à un trafic d’or ?

Des détails concernant le rapt du bijoutier Kalidas méritent d’être épluchés bien que les enquêteurs soient souvent réticents à parler. Parmi ces détails, la convocation à la Brigade criminelle du fils de l’otage dans la matinée de son enlèvement. Interrogé sur les tenants et aboutissants de cette assignation, ou du moins pour savoir si elle  aurait un lien,  ou si elle n’était que pure coïncidence avec le kidnapping de son père, notre source explique que : « Sa convocation faisait partie de la procédure comme toute autre. La Police avait besoin de ses explications à propos du trafic d’or à l’échelle internationale. Mais nous ne voulons pas dire qu’il a été trempé ! »,s’est-elle exprimée. Rappelons que des policiers en tenue civile s’étaient rendus à la bijouterie d’Andohan’Analakely dans la matinée à cet objectif. 

 

Puisque son fils n’était pas sur le lieu,  son père de 68 ans aurait voulu répondre aux questions de la Police à sa place. Le soir même de cela, il a été enlevé dans un embouteillage dans une rue passant près de la Villa Pradon à Antanimena. A propos, ses deux gardes du corps, des policiers dont l’un était armé, ont intrigué par leur manque de poigne afin de riposter aux 6 ravisseurs, du moins après leur fuite avec l’otage. Ces derniers ont été autorisés à rentrer chez eux dès la fin de leurs auditions. Néanmoins, ils risquent d’être sanctionnés étant donné que ces policiers sont des éléments détachés dans les institutions et n’ont ainsi aucune autorisation pour officier en tant que garde rapprochée de la victime.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Parole publique - Les Malagasy n’ont pas confiance en leurs dirigeants

La population n’a plus confiance envers les  paroles de ses dirigeants. Aucun sondage n’est nécessaire pour confirmer cette affirmation. Le fait est patent dans l’affaire Houcine Arfa et l’affaire Ametis.  Le porte-parole du Gouvernement, le ministre Harry Laurent Rahajason, est intervenu sur une chaîne de radio privée de la Capitale en début de semaine pour apporter des explications par rapport à ces deux affaires du moment. Le ministre de la Justice Elise Alexandrine Rasolo lui a emboîté le pas en fin de semaine dernière au cours d’une interview donnée sur les chaînes de télévision et de radio nationale.

Des propos qui ont été remis en doute par un certain nombre de Malagasy, notamment sur les réseaux sociaux. En fait, peu importe les explications apportées, et peu importe si celles-ci sont fondées ou non, il semble que les Malagasy ont perdu toute confiance envers la parole publique, autrement dit la parole de leurs dirigeants.  Une défiance qui découle des paroles tenues par les dirigeants eux-mêmes. Les ratages en matière de communication se sont multipliés en quatre ans. Il y a eu les promesses électorales non tenues. Le Président de la République, alors candidat à la présidentielle, s’était engagé à mettre un terme au délestage en trois mois. Si dans la Capitale les délestages sont peu fréquents  ces derniers temps, dans la périphérie et dans les autres localités, ces coupures intempestives du courant électrique restent monnaie courante.   A sa prise de fonction, le Chef de l’Etat s’était également engagé à résoudre les grands problèmes qui minent le quotidien des Malagasy. A l’instar de la corruption. Et pourtant, jusqu’à aujourd’hui, ce fléau continue de faire des ravages tout comme l’insécurité. Les kidnappings sont de plus en plus fréquents et de plus en plus violents.  Dans la liste de ces ratés, il y a également l’affaire d’Antsakabary. Alors que la population locale et les religieux notamment avaient accusé des policiers d’avoir perpétré l’incendie, le ministre de la Police nationale de l’époque s’était évertué à affirmer que c’était l’œuvre d’un aliéné mental… Le ministre a été limogé mais force est de constater que l’affaire stagne maintenant depuis plusieurs mois et ce malgré que le Premier ministre soutient que le dossier est en cours… Les impairs dans la communication autour de l’épidémie de peste ont également contribué à cette perte de crédibilité de la parole des gouvernants. Alors que l’épidémie commençait à poindre le bout de son nez, le ministre de la Santé publique s’était empressé d’annoncer que l’épidémie était maîtrisée. Une déclaration qui ne cadrait nullement avec l’état de la situation sur le terrain, car l’épidémie était en train de s’intensifier… Dès lors, les dirigeants actuels au sein du régime Rajaonarimampianina ne devraient pas s’étonner que plus personne ou presque ne croit en leurs paroles. Il suffit de regarder sur les réseaux sociaux pour voir ce fait. En ce qui concerne l’affaire Ametis, pour l’opinion, quoi qu’en dise l’Exécutif, il n’y a eu aucun appel d’offres lancé. L’on dénonce un népotisme ou encore un manque de transparence. Pour beaucoup, le Gouvernement est toujours dans la réaction et jamais dans l’anticipation. Pourquoi ne pas avoir communiqué sur le sujet et avoir attendu que l’affaire n’explose dans la presse avant de réagir ? s’interroge-t-on sur les réseaux sociaux. 

A.R.

La Vérité0 partages

BonMarche.mg - Leader du e-commerce à Madagascar

Révolutionnaire. BonMarche.mg est une entreprise qui œuvre dans le e-commerce à Madagascar. Créée en 2015, elle vend des articles en ligne via son site web, www.bonmarche.mg. Et son showroom se trouve au rez-de-chaussée de l’hôtel Cristal Behoririka. Depuis sa création, la société a permis  à la population malagasy d’accéder à de nombreux produits proposés par des enseignes internationales. En effet, son site propose des milliers de références de produits authentiques et de qualité, axés dans les domaines de l’ameublement, des matériels de finition, de la décoration, des électroménagers, des articles pour enfants et bébés, de l’informatique, des vêtements, … Tous ces produits référencés sont présentés sur la plateforme par le biais de photos réelles ; les prix et la disponibilité de ces derniers sont également affichés sur le site. Les promotions et les nouveaux arrivages sont aussi mis en exergue sur ladite plateforme.

 

Pour profiter des avantages de BonMarché.mg, il suffit de visiter son site. Il est d’ailleurs possible de créer un compte personnel sur ce dernier. Le client a ensuite accès à de nombreuses offres. De plus, la navigation sur la plateforme est facilitée : les produits sont présentés par catégorie.  Et étant donné que l’e-commerce est un domaine où la sécurité est d’une importance capitale, BonMarché.mg a priorisé la sécurisation de son site. Ce qui fait que les clients n’ont aucune crainte à se faire.

Equipe dévouée

 

BonMarché.mg est devenu le meilleur site de vente en ligne dans la Grande île  grâce à la dévotion de son équipe. Cette dernière est composée de personnes passionnées, lesquelles sont constamment à la recherche d’innovation et de nouvelle tendance de consommation pour répondre aux besoins des clients. Par ailleurs, elle travaille en permanence pour garantir aux consommateurs le meilleur rapport qualité/prix sur tous les produits proposés sur son site. En ce sens, l’équipe s’engage à proposer aux clients le plus large choix, tant au niveau  des produits qu’au niveau des prix. A titre d’information, l’entreprise effectue des livraisons dans tout Madagascar, sous certaines conditions. Elle propose également des services sur mesure, pour ceux qui ont des commandes spécifiques. 

Marinà R.

La Vérité0 partages

Mis à nu !

Tel un imprudent dont le pagne se dénoue, brusquement, en plein milieu de la foule (« tapa-tsalaka vory vahoaka), le régime se déculotte en public, devant l’opinion nationale et internationale. A travers cette « affaire Houcine Arfa », nos dirigeants n’ont pas pu, malgré eux, cacher leur « nudité », la partie intime du régime face aux regards indiscrets de monsieur tout le monde. Presse internationale, la première à être servie, et les médias locaux, après, ils n’ont pas fait de détail sur les tenants et aboutissants de la cuisine interne de la haute sphère du pouvoir du pays. En fait, l’indélicatesse d’Houcine Arfa trahit l’ineptie des tenants du régime, voire, celui qui détient la haute main du pouvoir central, en particulier.

Observateurs et simples citoyens s’interrogent  « pourquoi un énergumène du genre Houcine Arfa, un repris de justice, croit-on savoir, réussit-il à infiltrer le noyau central de l’Etat ? » Qui a proposé son nom auprès du Chef de l’Etat et a  réussi, par la même occasion, à le convaincre de le recruter pour un poste dont la responsabilité relève d’une mission hautement stratégique ? Car le poste d’instructeur de l’unité d’élites pour la garde présidentielle n’est jamais offert à n’importe qui ! Comment la première institution de la République, en l’occurrence la Présidence, s’est-elle faite avoir de cette manière ? Et encore, après ses brouilles avec le maître des céans, comment a-t-il pu s’échapper aux mailles des Forces de sécurité ? Autant de questions qui taraudent les méninges des uns et des autres. Le commun des mortels s’impatiente de savoir la vérité et commence à s’irriter. Les futiles déclarations des dirigeants ne le satisfont point. On dit souvent que la vraie compétence d’un  dirigeant se juge ou se découvre par la façon avec laquelle il choisit ses proches collaborateurs. Un authentique chef sait se faire entourer par de bons assistants ! Le génie du grand roi Andrianampoinimerina réside, surtout, dans sa capacité de choisir les meilleurs conseillers, à l’image de Hagamainty. Ronald Reagan, le 40ème Président des Etats-Unis, un « simple » acteur de cinéma, a pu gouverner comme il faut la première puissance du monde, grâce à sa perspicacité de trier ses proches conseillers,  « the Brain trust ». Non seulement le locataire d’Iavoloha fait état de son inaptitude à séparer le grain (le bon) d’avec l’ivraie, mais, il met au grand jour sa défiance vis-à-vis de l’élite dirigeante de son armée dont il est le chef suprême. De par son ineptie, il humilie nos   officiers supérieurs et généraux. Il parait ignorer que sous ses ordres, il existe des « académiciens », des  « saint-cyriens », des sortants des « écoles de guerre », entièrement, aptes à s’occuper la tâche voulue et qui n’attendent que le top de sa part. Le principal souci du chef consiste, plutôt, à les « anesthésier » par le biais des « bokotra » et des « kintana » à qui il les injecte, sans faute, régulièrement. Mis à nu, sous les feux des projecteurs, les dirigeants s’exposent. Les saletés qui souillent le crédit de l’Etat vis-à-vis des compatriotes et, même, de la communauté internationale ont été étalées au grand public. Les effets de l’éclaboussure n’épargneraient pas le régime, dans son ensemble.

Ndrianaivo

News Mada0 partages

Soalengo Manja : dahalo roa maty voatifitra

 Dahalo roa indray maty voatifitr’ireo mpanara-dia omby (Kalony), omaly tao amin’ny fokontany Soalengo, distrikan’i Manja, faritra Menabe. Araka ny fanazavan’ireo kalony nanao fanarahan-dia, dimy lahy ireo dahalo niaraka tamin’ny omby maromaro. Raikitra ny fifanjevoana satria tafaporitsaka ny dahalo telo lahy raha maty voatifitra kosa ny roa. Nikasa hanohitra ireo mpanara-dia izy roa lahy ka lavon’ny bala.

Dahalo ampolony nirongo fitaovam-piadiana no niditra an-keriny tao amin’ny tranon’olona iray ao Mahavanona fokontany Andranovaky, kaominina ambanivohitra Andranàomamy, ny faran’ny herinandro teo. Tsy nisy resaka fa notifirin’ireo malaso teo amin’ny kibony ny tompon-trano ka maty tsy tra-drano. Lasan’izy ireo tamin’izany ny basy calibre 12 miaraka amin’ny omby. Nanao fanarahan-dia avy hatrany ny zandary avy ao amin’ny poste avancé Andranomamy sady nanao fiambenana ny kizo.

J.C

 
News Mada0 partages

Mangily – Toliara : olona telo nahatrarana sokatra miisa 76 sy rongony 3,5 kg

Saron’ny zandary tao amin’ny fokontany Mangily, kaominina ambonivohitr’i Toliara, ny zoma 19 janoary 2018 lasa teo ireo olona telo voarohirohy ho nanao trafikana rongony milanja 3,5 kg sy sokatra miisa 76. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary, nandritra ny fisafoana nataon’ireo zandary toy ny mahazatra no nahatrarana lehilahy iray 70 taona, nifoka rongony tsy lavitra ny trano fonenany. Niroso tamin’ny fisavana ny tranony ireo zandary ka mbola nahitana rongony milanja 3,5 kg tanaty fonosana. Niara-tratra tao an-tranony koa anefa ny sokatra miisa 76. Lehilahy sy vehivavy iray izay mpivady no tompon’ireo sokatra ireo ka nosamborin’ny zandary niaraka tamin’ilay lehilahy tompon’ny rongony. Notazonina ao amin’ny borigadin’ny zandary ao Toliara ireto voarohirohy ireto niaraka tamin’ireo rongony sy ireo sokatra miisa 76. Nosokafana ny fanadihadiana izay iarahana amin’ny sampandraharaham-paritra misahana ny rano sy ny ala any an-toerana.

Nanamafy hatrany ny zandarimaria fa mitohy hatrany ny ezaka ataon’izy ireo na an-drenivohitra io na ambanivohitra, na andro na alina mba hisorohana ny ratsy ho tombontsoan’ny rehetra.

Jean Claude

News Mada0 partages

Biraon’ny zandary ao Soanierana Ivongo : notakin’ny olona hanaovana fitsaram-bahoaka ilay mpangalatra l...

 Andian’olona efa ho anjatony no nirohotra teny amin’ny biraon’ny zandary tao Soanierana Ivongo, omaly maraina nangataka ny hanaovana fitsaram-bahoaka ny jiolahy iray tratra nangalatra lavanila manta tao amin’ny fokontany Tsirarafana, kaominina Soanierana Ivongo…

 Raikitra indray ny fifanjevoana teo amin’ireo andian’olona marobe nitaky ny hanaovana fitsaram-bahoaka an’ilay jiolahy voarohirohy ho nangalatra lavanila manta tao amin’io fokontany io. Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana, nitrangana halatra lavanila tao amin’io fokontany io, ny herinandro teo. Tratra teo am-pangalarana lavanila manta ity jiolahy ity, saingy tafaporitsaka na efa nifanenjehan’ny fokonolona tao an-tanàna aza. Omaly maraina, nisy nahatsikaritra ny mponina ao Tsirarafana fa hoe nitolo-batana tany amin’ny biraon’ny zandary ao Soanierana Ivongo ilay jiolahy nangalatra lavanila manta. Nirohotra nihazo ny biraon’ny zandary ao Soanierana Ivongo avy hatrany ireo andian’olona marobe ary nitaky ny hanaovana fitsaram-bahoaka ity jiolahy nitolo-batana ity.

Tsy nanaiky hatrany ireo andian’olona…

Nametraka sakana teo akaikin’ny fiangonana katolika ny zandary sady niandry ny nahatongavan’ireo andian’olona marobe ireo. Novakin’izy ireo anefa ny sakana napetraky ny zandary. Niditra an-tsehatra nandamina sy nifampiresaka tamin’ireo andian’olona avy ao Tsirarafana ny lehiben’ny distrika ary niangavy azy ireo mba tsy hanao fitsaram-bahoaka satria efa eo am-pelatanan’ny zandary ilay olona ahiahin’izy ireo. Tsy nanaiky hatrany anefa ireo andian’olona ka nirohotra nitokona teo amin’ny biraon’ny distrika indray. Niresaka tamin’ireo andian’olona ireo ny lehiben’ny distrika fa tsy ao amin’ny biraon’ny zandary intsony ilay olona tadiavin’izy ireo fa efa nafindra toerana any amin’ny biraon’ny zandary ao Fenoarivo Atsinanana mba hanaovana fanadihadiana. Tsy nanaiky hatrany ireto andian’olona ireto ka niziriziry nitokona teo amin’ny biraon’ny distrika. Nanafatra zandary avy any Fenoarivo Atsinanana ny zandary ao Soanierana Ivongo mba hanamafy ny fiarovana ny tranom-panjakana ao an-toerana.

Nilamina ihany anefa ny toe-draharaha, omaly antoandro na teo aza ny hatezeran’ireto olona marobe ireto. Tsy nisy kosa ny fisamborana na olona na naratra na aina nafoy nandritra  ity fihetsiketsehana ity. Andrasana kosa ny tohin’ity raharaha ity.

J.C

Madagate0 partages

Ambaranjana INSPNMAD. Rentrée universitaire 2018

CLIQUEZ ICI

L'express de Madagascar0 partages

Administration – Tollé des usagers au deuxième arrondissement

La suspension de certaines activités a créé du désagrément chez les usagers. Ils ont réclamé la reprise normale de la délivrance des papiers administratifs.

Mécontentement. La tension a monté dans le deuxième arrondissement de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA) à Ambanidia, hier. Le strict minimum des papiers administratifs a été délivré, suite à la grève des employés de l’arrondissement, qui réclame le départ du délégué au maire. Les usagers ont ainsi haussé leur voix à l’encontre de ces employés qui n’ont effectué que le service minimum. «Cherchez une solution à ce problème ! Les papiers administratifs sont plus que fondamentaux », crient-ils.La suspension de la délivrance des bulletins de naissance, des copies d’acte d’état civil, risque de perturber le calendrier des inscriptions aux examens officiels, surtout le CEPE et le BEPC.« Mon fils va se présenter à l’examen du CEPE et a besoin d’un bulletin de naissance pour compléter son dossier d’inscription. Son école exige de le déposer avant ce mercredi », s’est plaint Claude Ranaivoson, père de famille habitant à Manakambahiny.Une sexagénaire s’est aussi plainte pour être rentrée bredouille, après avoir fait le va-et-vient de chez elle et de l’arrondissement, pour obtenir un certificat de non remariage.

Enquêtes en cours« J’ai besoin de ce document pour toucher la pension de mon défunt mari. Je n’aurai plus à manger d’ici quelques jours si je n’obtiens pas ce certificat. Je suis déjà venue la semaine dernière, sans réponse satisfaisante, aujourd’hui encore, je rentre chez moi sans le certificat», déplore-t-elle. D’autres avaient un rendez-vous pour chercher leur paperasse, la semaine dernière, mais n’ont pas été reçus jusqu’à hier.Les employés de cet arrondissement ont limité leurs activités à la délivrance des actes d’état civil pour les nouveaux-nés, du certificat d’inhumer et du certificat de décès, pour obliger la mairie d’Antananarivo à renvoyer Jacques Nirina Razafin-draibe, le délégué de ce deuxième arrondissement. Ils l’accusent d’une mauvaise gouvernance de l’arrondissement et un mauvais traitement des employés.« Il délivre des permis de construire, alors que ce n’est pas son rôle. Il a porté des coups et blessures volontaires sur un employé, récemment. Les demandes d’explication sont nombreuses», avancent ces grévistes. Ils ont montré leurs « preuves » au conseiller municipal, Lalatiana Ravololomanana. La CUA n’est toujours pas décidée à remplacer ce délégué au maire, qui nie tout en bloc. Des enquêtes seraient en cours. La CUA devrait chercher une solution pour éviter de tels désagréments aux usagers.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Enérigie – L’électricité peine à se rétablir à Toamasina

L’électricité connait encore des perturbations à Toamasina. Sept cent poteaux électriques sont attendus.

Pari non tenu. La situation à Toamasina laisse les responsables de la Jirama perplexes. La fourniture d’énergie dans cette ville connait encore des perturbations malgré leurs promesses du retour à la normale dans les plus brefs délais. Devant les immenses dégâts laissés par Ava, les tâches semblent être plus compliquées que prévu.  « Plus de sept cent poteaux électriques sont nécessaires pour le rétablissement de l’électricité dans la ville de Toamasina. Le coût du chantier s’élève à 10 milliards ariary », selon les informations fournies par le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures.Lors de son passage dans cette ville du Grand Port, le cyclone Ava a tout balayé sur son passage. Les photos publiées sur les réseaux sociaux illustrent bien les plaies laissées par les rafales de vent. Le bilan est assez lourd pour la compagnie nationale de distribution d’eau et d’électricité. 80% des infrastructures du réseau de distribution d’électricité sont endommagées, d’après les explications d’Olivier Jaomiary, directeur général de la Jirama.

DéfiAu lendemain du passage du cyclone Ava, le DG de la Jirama et les techniciens de la société ont effectué une descente dans la ville de Toamasina pour constater de visu les dégâts. Les responsables ont annoncé le retour au plus vite de l’électricité. La situation est loin d’être résolue. Différentes coupures sont encore constatées. C’était le cas, par exemple, lors du passage de la délégation présidentielle, le week end dernier. Cette situation aurait coûté cher à des responsables de la société. La rumeur d’une éventuelle éviction ou démission d’Olivier Jaomiary circulait dans les couloirs, hier. Mais le concerné a vite démenti ces bruits de couloir.Maintenant, les autorités tentent de rattraper le retard. Elles se sont engagées à nouveau dans une course contre la montre pour le retour à la normale et la fourniture à 100% de l’électricité à Toamasina dans les plus brefs délais. «  Les poteaux électriques seront acheminés au plus vite dans cette ville », indique le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures. Avec sept cent poteaux à installer, il n’y aura  pas du tout de repos pour les techniciens de la Jirama. Du côté de la population, la patience est de mise.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Ankiliabo – Les crues engloutissent treize personnes

Des trombes d’eau ont tué six personnes, tandis que sept autres sont toujours portées disparues dans le fleuve de Mangoky, à Tongarivo-Ankiliabo, mardi 9 janvier.

Tragédie après le passage du cyclone AVA. Une trombe d’eau a happé treize individus dans le fleuve de Mangoky, à Tongarivo, à30 kilomètres d’Ankiliabo, région du Menabe. Les faits se sont déroulés mardi 9 janvier. Ces victimes étaient en train d’attraper des langoustes  autour d’un haut-fond lorsque le courant d’eau les a emportés. Le bilan établi par la gendarmerie fait état de six corps déjà repêchés et sept autres toujours portés disparus jusqu’à présent. Leur mort est en revanche certaine, selon les dires des villageois, lesquels n’espèrent plus  retrouver leur proches. « Au moins, quatre pirogues ont été engagées pour les opérations de recherche. Les habitants ont arrêté de parcourir les affluents au bout d’une semaine », a déploré Fulgence résidant à Ankiliabo.Il a indiqué que la crue a été causée par la rupture d’un barrage d’un fleuve dans la Haute Matsiatra, lié à Mangoky qui se jette dans la mer à Toliara. La gendarmerie d’Ankiliabo fera une nouvelle fois une descente pour relancer les recherches, selon les informations recueillies.

InondationAprès le passage du cyclone AVA, le fleuve de Mangoky a soudainement inondé les villages de Tongarivo, Bevoay et une partie de Befandriana. « Cette élévation graduelle a déjà tué une personne et voilà qu’elle est devenu encore plus meurtrière », a raconté une source au niveau du fokontany.Ce fleuve coupe la RN 9, reliant Toliara à Morondava en passant par les districts de Manja et Mandabe. Les villageois ont profité de notre appel téléphonique, hier, pour interpeller le ministère des Travaux publics afin qu’une réhabilitation totale de la RN 9 soit mise enchantier.Le cyclone et les intempéries ont quadruplé le mauvais état de la RN9, selon les témoignages obtenus. Le niveau des eaux ayant causé la mort de ces personnes d’une même famille a déjà baissé. Pourtant, l’émotion est toujours vive.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Talatamaty – Un chauffeur arrêté après un «hit and run»

Un automobiliste a commis un délit de fuite après avoir percuté deux individus avec sa Toyota. Il a heurté une deuxième fois une voiture de marque Citroën. Le premier choc s’est produit près d’un arrêt de bus vers Ambohidratrimo, tandis que le deuxième à la déviation de l’hôpital (CSB II) de Talatamaty, samedi à 12h 50. Le bilan s’est établi à deux blessés, selon les informations de la gendarmerie. Les dégâts matériels ont été importants. Le chauffard n’a pu s’arrêter qu’à côté d’un rond point un peu plus loin de la deuxième collision.Les habitants du quartier se sont abattus sur lui et l’ont extirpé du volant. « Il a roulé à pleine vitesse au lieu de ralentir. C’était comme s’il avait pris un stupéfiant », a évoqué un piéton ayant vu le scénario de l’accident. La foule a crié haro sur le baudet, selon les témoignages obtenus. La tentative de vindicte populaire a été en revanche écartée grâce à une négociation entamée par la gendarmerie qui s’est dépêchée sur les lieux après l’alerte.Le conducteur a été embarqué par les forces de l’ordre pour être enquêté. L’origine du drame reste pour le moment indéterminée, mais le chauffard a apparemment perdu le contrôle de son véhicule, d’après les explications d’un témoin oculaire de la scène. Les blessés ont été immédiatement conduits à l’hôpital d’Anosiala et à Ampefiloha, à l’HJRA.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Formation – La cyber sécurité s’apprend à l’université

Partage d’expériences. C’est à travers cette idée que le premier regroupement de professionnels de cyber sécurité se tient en ce moment dans les locaux de l’agence universitaire francophone (AUF) à Faravohitra. Ce regroupement, sous forme d’atelier, rassemble des experts de tous bords en matière de sécurité numérique, et vise à répondre aux demandes exprimées lors du dernier sommet de la francophonie à partir de la réalisation d’un projet commun.Le Projet Cyber Sécurité dans l’océan Indien (CYSOI) ambitionne de développer les actions de l’AUF sur des axes de formation et de soutien à la recherche, dans le domaine de la cyber sécurité, notamment en mobilisant ses réseaux.Ainsi, c’est à travers des appuis pour les établissements intéressés à renforcer les filières informatiques dans ce domaine que l’agence se concentre. A ne citer que l’École nationale d’Informatique (ENI) de l’Université de Fianarantsoa, l’Université d’Antananarivo à travers son Master en Mathématiques, Informatique et Statistiques Appliquées (MISA) ou encore l’Université de Maurice (UOM), l’Université des Mascareignes (UDM) , l’Université de La Réunion (l’IUT et le département des mathématiques et informatique (DMI) de la faculté des sciences et technologies (FST) mais aussi et surtout l’École Supérieure Polytechnique d’Antananarivo (ESPA / Université d’Antananarivo).À travers ce regroupement, les experts nationaux et internationaux, menés par le professeur Maroun Chamoun, de l’Université Saint Joseph de Beyrouth, tenteront de définir les axes de priorité ainsi que les besoins de chacun dans le domaine de la cyber sécurité.« Le groupe mauricien BIRGER et les DSI des groupes Star, Basan et Orange (Madagascar) ont déjà exposé leur réalité quant à la nécessité d’approfondir cette notion de cyber sécurité en leurs seins respectifs. À nous à présent d’établir des programmes d’enseignement et de professionnalisation adéquate par rapport à ces besoins », explique Bertin Ramamonjisoa, Directeur de l’ENI Fianarantsoa. Par ailleurs, afin que la notion de cyber sécurité ne soit pas envisagée uniquement sous un angle technique, l’agence a contacté la faculté de droit, d’économie, de gestion et de sociologie de l’Université d’Antananarivo pour qu’un juriste se joigne à ce projet. Ce dernier sera en charge de prendre en compte les questions juridiques et éthiques.« Lorsqu’on évoque la notion de cyber sécurité, l’enjeu est d’envergure mondiale dans la mesure où c’est l’affaire de tous : à partir du simple citoyen qui se connecte à travers son téléphone portable jusqu’au plus haut responsable d’État. Raison pour laquelle le cadre légal doit être impérativement pris en considération», conclut Riaka Rakotobe, enseignant en droit.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Circuit mondial U18 de l’Est – Mialy Ranaivo passe le premier tour

Quatre jeunes joueurs malgaches sont en vadrouille au Kenya. Ils sont en quête de points qui les permettront de mieux se classer au classement  mondial des juniors.

Un bon début qui encourage.  Quatre joueurs  malgaches sont en lice depuis hier au tournoi du circuit mondial juniors U18 d’Afrique de l’Est qui se joue sur les courts du Tennis Club de Nairobi au Kenya. Il s’agit des trois Malgaches pensionnaires du centre d’entraînement de la Fédération  internationale de tennis de Nairobi, à savoir Mialy Ranaivo, Narindra Ranaivo, Sampras Rakotondrainibe ainsi que de Finaritra Andriamadison qui a fait le déplacement depuis Madagascar. Hier,  Mialy Ranaivo, âgée de quinze ans a passé sans problème le cap du premier tour du tournoi du circuit mondial U18 d’Afrique de l’Est au Kenya sur les courts du Nairobi Tennis Club.Classée 891ème mondiale chez les juniors U18, Mialy Ranaivo a réalisé une performance en battant l’Indienne Anjum Shaik Mubashira (780ème mondiale) en deux petits sets 6/3 6/3. Très à l’aise sur les courts où elle s’entraîne, Mialy Ranaivo a donc pu s’exprimer comme il le fallait face à son adversaire qui évoluait pour la première fois à Nairobi. La Malgache dispute ce jour les huitièmes de finale du tournoi  contre sa partenaire d’entraînement qui n’est autre que la Burundaise Aicha Niyunkuru, tête de série numéro trois du tournoi et 365ème mondiale juniors.

ExpériencePour sa part, Sampras Rakotondrainibe qui entamera cette année ses quatorze ans, a perdu au premier tour contre l’Italien Luca Castagnola en deux sets (1/6 2/6). Avec son jeune âge il aura du temps pour décrocher  ses premiers points au classement mondial.Pour Narindra Ranaivo (775ème mondiale), elle a été exemptée du premier tour et s’affiche en tant  que tête de série numéro 8 du tournoi.  Elle aura à affronter en huitièmes de finale la Britannique Scarlett Hutchinson, 1213ème mondiale. La gagnante de cette rencontre gagnera le ticket pour les quarts de finale contre la Gabonaise Celestine Avomo (tête de série numéro 1) ou la Roumaine Paula Mihaela Onita, gagnante de l’Américaine Victoria Sasinka en deux sets 6/2 6/3.Enfin, Pour Finaritra Andriamadison, championne de Madagascar chez les U16 filles et 1504ème mondiale (après seulement quatre tournois disputés au Kenya et à Maurice en 2017), le match du jour sera particulièrement intéressant. Elle affronte la Russe Ksenia Shikanova  537ème mondiale et joue également une place pour les quarts de finale.Outre les matches de simples, les joueurs malgaches sont aussi engagés en doubles. Ce tournoi au Kenya est le premier de la tournée qu’ils effectuent et qui en compte trois jusqu’au 10 février.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

CCESCA Antanimena – « Acoustik Live » fête l’amour

Il s’affirme comme le concert à apprécier pour tous les amoureux à l’approche de la Saint-Valentin. « Acoustik Live » par Fanja Andriamanantena et Rija Ramanantoanina se découvre.

Le temps d’un concert qui s’annonce sensationnel et mélodieux. Les retrouvailles très attendues, qui éveilleront la passion de tous les romantiques de la capitale entre Fanja Andriamanantena et Rija Ramanantoanina, sont à vivre au CCESCA Antanimena ce 11 février à partir de 16h.« Acoustik Live », comme il se fait sobrement intituler, est ainsi fin prêt à retrouver la scène pour émerveiller un public de toutes les générations. Porté par ces deux artistes émérites, tous les deux renommés pour ce romantisme intemporel qui subliment chacune de leurs compositions, « Acoustik Live », chanté par Fanja Andriamanantena et Rija Ramanantoanina, promet d’être une véritable ode à l’amour dans toute sa splendeur.À la veille de la Saint-Valentin, ce concert, organisé par Gasy Events, se distinguera particulièrement par sa mise en scène, mais aussi le répertoire enivrant de désirs, que le duo réserve au public. Le tout porté par les séduisantes mélodies teintées de jazz et de blues des talentueux musiciens qui les accompagneront.

Une sérénadeÀ savoir, Sammy Andriamanoro au piano, Datita Rabeson à la guitare, Naly Rabarison à la batterie, Zafera à la contre-basse et Hasina à la trompette, ainsi qu’au saxophone. « Acoustik Live » réjouira autant les couples que les cœurs à prendre.Laissant la part belle aux rythmes acoustiques du jazz, le concert présage un après-midi harmonieux qui éveillera les émotions chez le public. Durant plus de deux heures, Fanja Andriamanantena et Rija Ramanantoanina célébreront l’amour à travers la bonne trentaine de chansons qui composent leur répertoire.En duo ou en solo, ils orneront ce moment de joie et d’allégresse. « On promet un concert unique en son genre, le fait est que chacune de nos chansons se verra intégralement sublimée par les sonorités du jazz. Bien au-delà de ce qu’on a l’habitude de proposer, c’est une redécouverte de nos chansons que l’on présentera au public à l’occasion », confie Rija Ramanantoanina. Grandiose tout en affichant une sobriété propre à ces deux artistes, « Acoustik Live » embarquera ainsi son auditoire pour une épopée musicale innovante. De « Milalao fitia » à « Taratasy ho anao », Fanja Andriamanantena chantera ses plus grands classiques. Tandis qu’en tant que crooner invétéré, Rija Ramanantoanina charmera avec ses incontournables« Hay ve » ou encore « Fiainana kely ». Sans oublier les duos inédits de leur part, notamment avec le morceau« Hianatra aho » .

Andry Patrick Rakotondrazaka 

L'express de Madagascar0 partages

Microcrédit – Des cotisations détournées à l’OTIV Boeny

Les membres de l’OTIV Boeny se sentent spoliés. Leurs cotisations ont disparu, sous prétexte que l’agence de microcrédit a fait faillite, il y a trois ans.

Les cinquante mille membres de l’agence de microfinance OTIV Boeny crient au scandale et tirent la sonnette d’alarme. Ils s’inquiètent du sort de leurs épargnes gérées par cette banque de microcrédit. Une somme de 1.4 milliards d’ariary de cotisations s’est « volatilisée » voilà trois ans.Les employés de quinze succursales réparties dans les districts de Mahajanga  1 et 2, Ambato Boeny, Marovoay, Mitsinjo et Soalala n’ont pas perçu leurs salaires depuis sept mois, tandis que tous les guichets de ces quinze points sont fermés depuis l’année dernière. Les inventaires au niveau de cette agence de microfinance ne sont pas encore effectués.« Le décompte des crédits accordés aux membres pour les années 2015 et 2016 n’est pas encore réalisé jusqu’à ce jour. On ignore le montant exact de ces crédits. La police économique n’est pas encore avisée de cette situation », a souligné Gabin, président du Réseau de protection et de défense des consommateurs (RPDC) Mahajanga.L’adjoint du gouverneur de la Banque centrale avait déclaré que 1.4 milliards ariary ont été détournés à l’OTIV Boeny, lors d’une réunion en septembre dernier.« Aucune enquête n’a  été engagée depuis la révélation de cette affaire alors qu’une somme énorme a été détournée et qu’une plainte a déjà été déposée », avait déploré l’adjoint du gouverneur de la Banque centrale.

Pas d’enquêteCette déclaration remontait à la réunion des représentants des membres de l’OTIV Boeny avec le Préfet de Mahajanga ainsi que le président du Réseau de défense des consommateurs de Mahajanga, au mois de septembre dernier au bureau de la Préfecture de Mahajanga.« Une assemblée générale de tous les membres était prévue au mois de décembre dernier, mais rien n’a été organisé jusqu’à ce jour », a encore fait remarquer le président du RPDC Mahajanga.Depuis le 28 octobre 2016, les membres de la Commission de supervision bancaire et financière (CSBF) ont été renouvelés par trois fois et n’ont pas effectué cette tâche. Aujourd’hui, il ne reste plus que trois membres du personnel au siège de l’OTIV Boeny à Ampasika.Son ancien directeur, nommé conseiller spécial à la Présidence de la République depuis plus de deux ans maintenant, a déclaré lors de son passage à Mahajanga que l’agence de microfinance était en faillite.« Je n’ai pas pu obtenir une audience auprès du Président de la République et des ministres concernés lors du Conseil des ministres décentralisé à Mahajanga en novembre dernier. Les députés élus dans l’ex province doivent se pencher sur cette situation. Les victimes menacent de descendre dans la  rue », a averti Gabin.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Riposte au cyclone Ava – Les Maroc offre 30 tonnes d’aide humanitaire

Les sinistrés du cyclone Ava peuvent compter sur l’appui du Maroc pour se relever progressivement de leur perte. Le Roi Mohammed VI a fait envoyer 30 tonnes d’aide humanitaire pour les victimes de ce cyclone tropical.Les deux avions des Forces Royales Air qui les ont transportés ont atterri à l’aéroport international d’Ivato, samedi. La remise officielle a été effectuée par l’ambassadeur du Maroc, Mohamed Benjinaly et en présence du Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana et le ministre des Affaires étrangères, Henry Rabary-Njaka. « Cette action s’inscrit dans Ie cadre de l’amitié sincère, de la coopération fructueuse et de la solidarité effective avec ce pays frère, consacrée lors de la visite historique de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en novembre 2016 », indique le ministre.Cette aide humanitaire de 30 tonnes est composée de deux cent tentes, de trois mille couvertures, de 5 164 kg de riz et de 3 050 kg de boites de conserve. Ce sera le bureau national de la Gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) qui se chargera de leur distribution.Ava a fait cent soixante mille sinistrés dans tout Madagascar, selon le bilan provisoire du BNGRC, à la date du 15 janvier. Quarante deux-mille ont été recensés dans la région de Vatovavy Fitovinany, quarante mille six-cent dans la région d’Analamanga et trente mille dans la région d’Atsinanana, où ce cyclone a atterri le 5 janvier.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Banque – La SBM développe son réseau

Et de cinq. La State Bank of Mauritius (SBM) élargit petit à petit son horizon à Madagascar. Après celle de Tanjombato en 2016, elle vient d’inaugurer sa cinquième agence à Behoririka Antananarivo. Cette expansion témoigne de la politique de cette banque mauricienne de placer la Grande île au cœur de sa stratégie dans son ambition régionale. « La SBM veut devenir une grande banque régionale. Madagascar a un rôle très important sur ce point. C’est ici qu’a commencé notre expansion régionale, le premier pas hors frontière », a déclaré Kee Chong Li Kwong Wing, président du conseil d’administration (PCA) de la SBM, hier.En vingt ans de présence dans le pays, cette banque mauricienne compte à son actif cinq agences. Elle projette d’en ouvrir encore dans les prochaines années. C’est une façon, pour elle, de se rapprocher davantage de ses clients à Madagascar et de les accompagner dans le développement de leurs projets. « La présence d’une telle banque internationale peut se traduire en une confiance accordée par les investisseurs au climat des affaires du pays », confie un chef d’entreprise rencontré lors de cette cérémonie.L’aventure de cette banque, détenue majoritairement par l’État mauricien, ne s’est pas arrêtée à Madagascar. Elle a continué sa ramification sur le continent africain. Elle bénéficie du soutien d’Ali Baba, le géant chinois du commerce électronique. En 2016, elle a pris racine sur le marché financier kenyan en achetant une part des actions d’une banque locale. Outre cela, selon les dires de ce responsable, la SBM a racheté une banque kenyane. Ce qui la place dans le top 10 des banques au Kenya.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – L’association « Nintsika Jiaby Iz’ty » dérange 

Ce n’est pas une chanson du roi du salegy, Jaojoby, il s’agit plutôt d’une nouvelle association apolitique antsiranaise, à caractère social, dénommée justement « Nintsika Jiaby Iz’ty », c’est-à-dire « Elle appartient à nous tous ». Elle a vu  le jour la semaine dernière et pour l’officialiser, ses dirigeants ont invité les membres et ceux qui ont souhaité y adhérer à la cérémonie de présentation.L’initiative émane du couple Guy Kamisy, président-fondateur de cette association. Ce dernier est un natif de la région mais il habite et travaille en France. À une certaine époque, il avait déjà travaillé au sein de la mairie d’Antsiranana en tant que directeur de cabinet du  premier magistrat de la ville.La pauvreté, le chômage et la dégradation des infrastructures routières l’ont interpellé. C’est pourquoi il a décidé de créer « Nintsika Jiaby Iz’ty » pour combattre tous ces maux.La cérémonie a commencé par les explications des objectifs de l’organisation axés sur le développement de la ville. « Nintsika Jiaby Iz’ty » existe déjà à Ambilobe, et Guy Kamisy espère mettre en place ses antennes dans tous les districts de la Diana.« Notre association œuvre seulement dans les domaines sociaux, nous ne faisons pas de  politique. Nous sommes rassembleurs car notre ville s’est détériorée et a besoin de nous  tous pour la développer. Nous allons changer la mauvaise mentalité et la lâcheté, et nous allons tout faire pour apporter la solidarité et la convivialité entre les habitants d’Antsiranana », a lancé le président.Lors de ce premier rendez-vous, la grande salle de la commune urbaine a accueilli du monde. Si d’habitude, ce genre de cérémonie invite les participants à la fêter autour d’un cocktail à la fin de la réunion, cette fois-ci, seuls les échanges de points de vue, les dialogues, les suggestions et une séance photo ont clôturé la rencontre, simple et pleine de convivialité.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Toliara – Soixante-seize tortues saisies 

Belle prise de la brigade territoriale de la gendarmerie nationale de Toliara à Mangily. Vendredi, des éléments de patrouille ont saisi trois kilo et demi de chanvre indien ainsi que soixante-seize bébés tortues appartenant à l’espèce Astrochelys radiata. Trois personnes, dont un couple, ont été arrêtées.Les gendarmes de la brigade inspectaient Mangily et ses environs lorsqu’ils ont croisé un homme de soixante-dix ans. Celui-ci était en train de fumer du joint lorsqu’il est s’est retrouvé nez-à-nez avec la gendarmerie d’après les informations communiquées.Cuisiné par les patrouil­leurs, le septuagénaire les a conduits à son domicile où 3,5 kilos de cannabis ont été retrouvés avec soixante-seize tortues radiées.Soumis à un interrogatoire serré, le vieil homme a conduit les enquêteurs jusqu’au couple propriétaire des reptile découverts.Une enquête est ouverte, en collaboration avec la Direction Régionale de l’Environne­ment Forêt (DREF) de l’Atsimo Andrefana. Aux bonssoins de l’équipe de la DREF, les tortues seront relâchées dans leur habitat naturel.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Tennis de table – Saison 2018 – Un Mondial dans le viseur

Bien garni. Sept compétitions internationales figurent dans le programme d’activités de la fédération malgache de tennis de table (FMTT) cette saison 2018. Quatre sommets africains sont au programme des sorties internationales des pongistes de la Grande Ile cette année dont le premier est le championnat d’Afrique  des cadets et juniors. Ce rendez-vous continental aura lieu en Tunisie du 19 au 23 mars. Le mois prochain, Madagascar compte envoyer des représentants au championnat d’Afrique juniors à Abidjan, capitale ivoirienne, du 7 au 13 avril. Le même mois, huit raquettes dans la catégorie des moins de 17 ans, quatre garçons et quatre filles défendront les couleurs nationales aux Jeux de la commission de la Jeunesse et des sports de l’océan Indien (CJSOI). Les jeux des Iles des jeunes version 2018 se dérouleront à Djibouti du 20 au 28 avril. Mais avant les Jeux de la CJSOI, une formation d’entraîneurs et un camp d’entraînement dirigés par un expert de la Fédération internationale sont programmés du 5 au 15 avril dans la capitale. Dans la foulée, seize pongistes dans la catégorie des moins de 25 ans bénéficieront de quatre mois de stage de haut niveau en Chine du début avril jusqu’à fin juillet.Un Mondial au menuLe mois d’avril toujours, Madagascar a également reçu une invitation pour le championnat du monde par équipes qui se tiendra du 29 avril au 6 mai en Suède. Le troisième sommet continental au programme de la Fédération malgache sera les Jeux Africains de la Jeunesse qui se dérouleront en Algérie du 4 au 17 juillet. Et le dernier championnat d’Afrique de l’année sera  celui des seniors qui aura lieu à l’île Maurice du 3 au 9 septembre. Et comme les autres disciplines olympiques, le tennis de table sera représenté aux Jeux Olympiques de la Jeunesse. Ce rendez-vous planétaire s’étalera du 6 au 18 octobre à Buenos Aires en Argentine. Quant aux compétitions locales, « Nous sommes en train de fixer les dates des championnats de Madagascar pour cette année. Nous avons pensé à les décentraliser à Mahajanga mais finalement, les sommets nationaux toutes catégories, simples, doubles et par équipes se dérouleront dans la capitale vers fin septembre » a confié Tahiry Rakotoarisoa, directeur technique national de la Fédération.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Reforestation – Vingt hectares d’acacias plantés à Marohogo

« Reboisement réussi, levier d’un développement économique durable », tel est le thème de la campagne de reboisement, cette année, à Madagascar.C’est dans cette optique que la campagne de reboisement a démarré officiellement, vendredi dernier à la station forestière de Marohogo dans le district de Mahajanga 2, pour la région Boeny.La direction régionale de l’Environnement, de l’écologie et des forêts Boeny, dirigée par Josette Rakotomanana a ainsi décidé de planter 25 000 pieds d’acacias sur vingt ha.« Les acacias se développent et poussent rapidement et de plus ils résistent au feu », a expliqué la directrice.Un millier de personnes étaient présentes lors de cette cérémonie officielle sous la houlette des autorités locales, dont le Préfet de Mahajanga. Différentes associations, élèves des écoles privées et publiques ainsi que les différents départements des secteurs public et privé, les services territoriaux déconcentrés ont également participé au reboisement.Deux employés sont chargés de la gestion de cette station forestière. Après la période de reboisement, et à la fin de la saison, des pare-feu seront installés pour protéger des incendies et des feux de brousse.Et pour innover, la direction régionale de l’Environnement, de l’écologie et des forêts Boeny a supprimé les dépenses liées aux rafraichissements et aux en-cas. Le budget destiné à cette charge a été consacré à l’achat de jeunes plants à reboiser.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

La nuit des idées – L’AFT expose « Antananarivo vue sous tous les angles »

A travers quelques expositions, l’Alliance Française d’Antananarivo ou AFT incite à « repenser notre ville » comme son thème l’indique.« Antananarivo vue sous tous les angles » est l’une d’entre elles avec une grande carte topographique d’Antana­narivo de 3 mètres sur 5 et présentant tous ses quartiers, accrochée à l’entrée du hall de l’AFT. Elle attend le grand public.Chaque visiteur, petit et grand, est sollicité à situer son quartier dans la carte et à répondre par écrit à une série de sept questionnaires ; allant de la raison pour laquelle la personne a choisi de vivre dans son quartier, les atouts et les handicaps qu’il représente pour elle, jusqu’aux projets qu’elle désire y entreprendre, en passant par le quartier que la personne aime ou déteste le plus dans la capitale tout en argumentant, et aussi le projet qu’elle envisage pour Antananarivo.Chaque réponse pertinente est épinglée sur le quartier concerné. Et toutes les réponses issues de cette exposition seront collectées pour constituer une base de données pour l’Association des Professionnels Urbains de Madagascar ou APIM afin d’avoir une vision plus large pour améliorer la ville d’Antananarivo, selon les explications de Andriantsoa Andriamihanta, chef de département culturel de l’AFT. Une autre exposition, en collaboration avec l’Institut de Recherches pour le Développement, ayant pour thème « La nouvelle ville » occupe une partie du hall. Celle-ci montre comme modèle le Mexique, une ville à forte croissance démographique et dont l’exemple est adaptable pour la capitale.Une ville durable par rapport aux infrastructures qu’elle possède, sa gestion et son environnement sont relatés à travers quelques clichés.Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Les peuples du Pays du Nord selon de La Salle

Dans les « Notes sur Madagascar prises, sous la dictée de M. Jacques de La Salle, par M. d’Unienville en 1816 », Jacques de La salle apporte des renseignements, plus d’ordre géographique qu’historique sur la Grande ile. J.-C. Hébert qui étudie ces Notes en 1980, explique qu’elles donnent la description successive des peuples de la côte Est, à partir du Nord mais jusqu’au pays antemoro seulement, car « La Salle n’a vraisemblablement eu aucune connaissance des peuples du Sud de l’ile ». J.-C.Hébert, comme d’autres écrivains, pense aussi qu’il existe deux personnes à porter le nom de Jacques de La Salle, mais n’arrive pas à déterminer qui est l’interlocuteur d’Unienville.Si l’un d’eux serait probablement un négociant, l’autre est en tout cas un volontaire de l’armée de Rochambeau, recruté à Baltimore par Benyowski, pour fonder un établissement à Madagascar, dans la baie d’Antongil. Il aurait regagné l’Ile de France (Maurice), le 10 novembre 1789 et, après un second séjour de six ans dans la Grande ile, il l’aurait quittée en novembre 1796. « La guerre qui survint (Révolution française), me forçant de suspendre mon départ, j’acceptai l’offre de traiter pour l’Ile de France et j’y ai été employé jusqu’en novembre 1796. »Il est à rappeler qu’il a accompagné Lebel sur les Hauts-plateaux à la demande du gouverneur de l’Ile de France Magallon. Lebel en parle abondamment dans son Mémoire car son compagnon de route aurait tenté de l’assassiner alors qu’ils se trouvaient en Imerina, à l’Ouest d’Antananarivo. Il s’en plaint à son retour en 1804, au gouverneur Decaen qui remplace Magallon, mais celui-ci ne donne aucune suite à l’affaire.Dans ses Notes qui débutent par le Nord de Madagascar, de La Salle indique que ce pays peu peuplé est sous la domination de Timbola (Tetimbola, « parsemé d’argent »), fils de Lambouine (Lamboina ou Lambohina) avec qui Benyowski est en relation lors de sa tentative d’établissement dans le Nord-est. De régime héréditaire, « les affaires se décident par un conseil présidé par le roi et composé de ses frères et des principaux du pays ».Le pays abonde en bœufs qui divaguent sur toutes les plaines, les animaux « étant la principale nourriture des naturels » qui cultivent peu de riz. « Les volailles y sont rares, il s’y trouve des cochons sauvages (sans doute des phacochères), pourchassés par les naturels qui ne les mangent pas ». Chez les Antzatsi  (Anjoaty), « petite peuplade tributaire du roi », on trouve des troupeaux de cabris. Les côtes sont très poissonneuses et on y trouve beaucoup de tortues et des carets, tortues de mer très recherchées alors pour leur écaille.Et déjà le tabac est cultivé et aussi abondant que la cire et le miel qu’ils recueillent pour les échanger aux Antalaotra, venus de Mahajanga, contre des toiles de Surate. Les Antalaotra (littéralement « ceux de la mer ») sont, pour la plupart des commerçants qui fréquentent surtout les ports de la côte Ouest. D’Unienville les décrit comme des « peuples d’outre-mer, de la côte orientale d’Afrique, qui, venus pour la pêche ou le commerce, se sont établis sur les côtes Ouest et Nord-ouest.» D’aout à novembre, les baleines sont nombreuses sur la côte Est. Selon J.-C. Hébert, tous les auteurs de l’époque signalent l’affluence des baleines en saison fraiche. Les Saint-Mariens sont réputés pour la chasse des baleineaux.Sur le plan commercial, le pays offre « trois branches », le cristal de roche (quartz), la gomme tirée du copalier et le tamarinier dont le fruit est utilisé en décoction. En outre, la canne, le manioc et le coton y réussissent aussi fort bien et s’y cultivent avec succès.Toujours dans le pays du Nord, les « Notes sur Madagascar » parlent d’une « petite peuplade sauvage (…) Ce peuple est armé de flèches, ne communique avec le roi et le reste de ce pays que quelquefois en portant du miel et de la cire pour des échanges. La reine Ravahiny (reine de Mahajanga décédée vers 1809-1810, précise J.-C.Hébert) qui a voulu le conquérir, a été forcée d’y renoncer ». Toujours d’après J.-C. Hébert le nom de cette peuplade reste inconnu, d’autant que pour les Notes, le nom générique du peuple du nord serait Antankarana, « ceux des rochers». Appellation tirée de la forteresse naturelle près de la rivière Ambongo.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Judo – Grand Slam de Paris – Cinquième participation pour Fetra

L’olympien de Londres, Fetra Ratsimiziva poursuit sa tournée. Après sa défaite d’entrée au Grand Prix de Tunis ce week-end, l’expatrié en France qui évolue dans le club de Balma à Toulouse, sera en lice au « Grand Slam de Paris ». Il s’est incliné au premier tour, en seizième de finales, à Tunis, face au Russe Ivan Vorobev, 37e mondial par étranglement à une minute et quelques secondes du combat. Engagé dans la catégorie des moins de 81kg, Fetra disputera dans plus de deux semaines le Grand Slam de Paris, les 10 et 11 février. Déjà habitué, ce sera sa cinquième participation à ce rendez-vous parisien et il y sera le seul porte-fanion de la Grande Ile. L’année dernière, le porte-drapeau malgache aux JO de Londres a terminé troisième du tournoi international d’Italie. Déterminé à obtenir une deuxième qualification olympique, Fetra Ratsimiziva fera de son mieux pour disputer le maximum de compétitions internationales, surtout celles qualificatives aux Jeux de Tokyo, Japon 2020. Le « Grand Slam de Paris » fait partie de ces tournois qualificatifs où les prétendants aux JO peuvent obtenir des points afin de gagner le ticket pour Tokyo. La chasse aux points pour se qualifier aux Jeux Olympiques ne fait que commencer pour Fetra, vice champion d’Afrique en 2011. Il aura encore deux ans pour faire preuve de performance et obtenir la qualification olympique.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Environnement – Les forces armées reboisent

Dans le cadre de sa participation à la protection de l’environnement et précisément dans le cadre de la lutte contre la déforestation et le changement climatique, la garnison d’Antsirabe a effectué, vendredi dernier, le reboisement annuel pour cette saison 2017-2018.  Deux mille deux cent vingt jeunes plants de pin ont été ainsi plantés au Camp Michelier, à Antanimenakely et à Tandrokomby par les officiers, élèves officiers, sous-officiers, militaires du rang ainsi que le personnel civil de l’Académie militaire (Acmil), de l’École nationale des sous-officiers et du Groupement de la gendarmerie nationale.« En tant que citoyens, les militaires ont aussi le devoir et la responsabilité de participer à la préservation de l’environnement. C’est pour cela que la garnison d’Antsirabe a décidé d’initier cette activité tous les ans », explique le colonel Ralaibeza, deuxième commandant de l’Acmil. « Outre le fait que les pins égaient les camps, leur bois est également utilisé dans  notre atelier d’ouvrage en bois et sert même de bois de chauffe à la cuisine. C’est  la raison  pour laquelle on a choisi ce type d’arbres à croissance rapide »Afin d’assurer la réussite de ce reboisement annuel,  une équipe chargée du suivi et de l’entretien des plants déjà mis en terre est désignée, toujours dans le cadre du programme de protection de l’environnement.

Angola Ny Avo

Midi Madagasikara0 partages

Iavoloha : Un envoyé spécial d’Angela Merkel chez Hery Rajaonarimampianina

Le Président Hery Rajaonarimampianina, a reçu l’ambassadeur Harro Adt, envoyé spécial de la Chancelière de la République Fédérale d’Allemagne, Angela Merkel. C’était dans la matinée d’hier, au palais d’Etat d’Iavoloha. L’envoyé spécial a remis un message personnel de la Chancelière allemande au chef de l’Etat malgache. Il a déclaré par la suite être venu à Madagascar pour informer le Président de la République sur la candidature allemande pour un siège de membre non permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Burundi. Le Président de la République a également reçu hier, le ministre des Relations

Extérieures et de la Coopération internationale du Burundi, Alain Aimé Nyamitwe.

Les discussions ont porté sur le prochain Sommet de la COMESA prévu se tenir au Burundi.

Madagascar ayant organisé les sommets du COMESA et de la Francophonie en 2016, des

discussions ont eu lieu sur ce sujet.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Fenoarivobe : Mpianatry ny CEG miisa 07 no indray voan’ny ambalavelona

Niverina indray tato ho ato tamina faritra maro ny trangana ambalavelona. Tovovavy mpianatra kilasy fahenina miisa fito, tao amin’ny CEG Ankotrabe, any amin’ny fari-piadidiam-pampianarana Fenoarivobe, no indray nihetsika Ambalavelona ny zoma teo. Mitsinjatsinjaka sy mihinjitsinjitra ary mitomany ireto mpianatra nampijalin’ny ambalavelona ireto. Taorian’ny fifampiresahana tamin’ny ray aman-drenin’ireo mpianatra dia nanapaka ny Cisco fa horaisiny an-tanana ny fandaniana rehetra amin’ny fanafarana sy fakana an’i Mopera Jean Michel izay matihanina amin’ny fitsabona ity aretina ity. Ity pretra ity moa, raha araka ny tati-baovao voaray, dia efa nifindra toerana any Mandiavato Miarinarivo. Raha ny vaovao voaray hatrany, dia nisehoana trangana ambalavelona ihany koa tany amin’ny Distrikan’i Belo Tsiribihina, ny herinandro iny, ka mpianatra miisa folo tamina lisea iray any an-toerana no indray niara-tratra sy narary. Noho ny tahotra mba tsy iparitahan’ity aretina hafahafa ity haingana, dia nakatona mihitsy ny sekoly ary nalefa nody ireo mpianatra.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Itaosy : Razana efa lo, hita tao anaty anaty tatatra

Lehilahy iray manodidina ny 30 taona eo ho eo no hita faty tao anaty tatatra teny amin’iny faritra Itaosy iny, ny faran’ny herinandro teo. Efa simba tanteraka ny razana ary tombanana ho efa herinandro mahery any ho any no efa nahafatesany, raha ny fitsirahana nataon’ireo mpitsabo. Olona sendra nandalo teny amin’izany faritra izany no nahatsikaritra an’ilay zavatra hafahafa, nitsingevana tao anatin’ilay rano. Miendrika tanan’olona mifangaro amin’ireo fako tao anatin’izany tatatra izany. Rehefa nodinihana akaiky tokoa vao tena fantatra fa tena tanana’olona tokoa izy io ary nampanantsoina avy hatrany ireo tompon’andraikitra. Nidina teny an-toerana moa ireo mpitandro filaminana niaraka tamin’ny mpitsabo nisarika ilay razana niala tao. Tamin’io no nahitàna fa efa tena lo tanteraka ny vatan’ity lehilahy ity. Noho ireo hoditra efa miendaka ihany koa dia sarotra ny namantatra azy. Teny aminy rahateo tsy nisy taratasy nahafahana  nanao izany. Hatreto dia tsy fantatra mazava izay antony nahatonga ny loza. Nisy namono sa maty an-drano ary navalany ho tonga eo amin’io toerana. Efa mandeha moa ny fanadihadiana mahakasika izay. Fa torak’izay ihany koa no nitranga tany Ambohijanamasoandro, ao amin’ny kaominina Morarano, miala kely ny tananan’Imerintsiatosika. Fatin-dehilahy iray no hitan’ny olona natsingevan’ny rano tao anaty dobo. Efa mpiandry omby matetika akaik’izany dobo izany ity lehilahy ity, saingy talohan’io fotoana io no hitan’ny olona farany teo. Nidina avy hatrany teny amin’iny toerana nisehoan’ny loza ireo zandary, nanao ny fizahana ifotony. Ny zavatra mahatalanjona dia efa niboridana tanteraka ny vatany, saingy kosa tsy nahitàna ratra. Maty an-drano ihany koa sa nisy namono ? Efa mandray an-tanana ny raharaha ny zandary avy ao amin’ny borigadin’Imerintsiatosika.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Soanierana Ivongo : Nitokona nanoloana ny distrika ny fokonolona, hitaky fitsaram-bahoaka

Isan’ny vokatra misy vidiny eo amin’ny tsena ny vokatra lavanilina izao ka betsaka ireo olona no mangalatra izany am-potony, na manafika tokantrano mihintsy tahaka ny nitranga tao Anjahana Maroantsetra ny herinandro nivalona iny izay nisiana fitsaram-bahoaka ka nahafaty olona 06 sy jiolahy nitolo-batana 03 ary ny iray mbola karohina. Raha ity tranga niseho tao Tsirarafana Sonierana Ivongo ity kosa dia ilay halatra lavanilina ifotony no olana, izay efa niahiahian’ireto mponina tovolahy iray fa mpanao izany ka narahan’izy ireo maso akaiky; vokany ny herinandro lasa iny dia tazan’ireto fokonolona nanao ity mahazatra amin’ny halatra lavanilina ifotony ity tovolahy ity ka nifanenjehan’ny fokonolona saingy tafaporitsaka. Omaly alatsinainy 22 janoary anefa dia nahare ny mponina tao Tsirarafana fa nitolo-bata teo anivon’ny mpitandro ny filaminana tao Soanierana Ivongo tampon-tanana ity tovolahy ity, koa vao nahare izany ireto fokonolona izay niisa teo amin’ny 400 teo dia nirohotra nanomjy ny biraon’ny distrika tao Soanierana Ivongo, nefa 15km miala ny tampon-tanana no misy ity Tanana Tsirarafana ity. Vao nahare ity fokonolona nirohotra hiakatra ao Soanierana Ivongo ity anefa ny zandary dia nametraka barazy teo akaiky ny fiangonana katolika lalana miditra ny tampon-tanana amin’ny lalam-pirenena faha-05. Teo amin’ity barazy ity anefa no nihaonan’ny lehiben’ny distrika sy ny lehiben’ny zandary ao Soanierana Ivongo niresaka tamin’ireto andiana fokonolona marobe ireto, izay nilaza fa efa tsy ao Soanierana Ivongo intsony ity tovolahy voalaza ity fa efa nafindran’ny zandary eo am-pelan-tanan’ny zandary namany ao Fenerivo atsinanana ny fanaovana ny fanadiadiana rehetra. Tsy resy lahatra tamin’izany anefa ireto andiana fokonolona ireto ka nanohy mbola nitokona teo anoloan’ny biraon’ny distrika ihany. Voatery nanafatra zandary ao ao Fenerivo atsinanana ny lehiben’ny distrika sy ny lehiben’ny zandary tao Sonierana Ivongo mba anao ny fiarovana ny biraom-panjakana sy ny tobin’ny zandary; saingy nilamina ireto vahoaka avy ao Tsirarafana ireto ka niravana ny fitokonana ny tolakandron’ny omaly ihany.

Malala Didier