Les actualités à Madagascar du Lundi 23 Janvier 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar772 partages

Arrivée du président turc – Un cargo décharge trois Mercedes blindées

La garde présidentielle turque verrouille la sécurité pour l’arrivée à Madagascar de Recep Tayyip Erdogan. Trois véhicules blindés sont arrivés samedi. Trois avions, transportant des hautes personnalités et des gardes armés sont encore attendus.

Sécurité maximale. Recours aux armes, véhicules blindés et gardes du corps d’élite. La garde présidentielle de la République de la Turquie ne laisse rien au hasard, en matière sécurité, pour l’arrivée à Madagascar du chef d’État turc, Recep Tayyip Erdogan, prévu être dans nos murs, demain soir.Samedi soir vers 18heures, un gros-porteur de Turkish Airlines s’est posé sur le tarmac de l’aéroport international d’Ivato, avec à son bord trois Mercedes Benz blindées, ainsi que tout un matériel pour assurer la sécurité du voyage présidentiel.De source auprès des autorités aéroportuaires, cet Airbus A330 de Turkish Airlines, transportait essentiellement le matériel logistique nécessaire pour un séjour serein à Antananarivo du président Recep Tayyip Erdogan. L’avion cargo n’est resté sur le tarmac que pendant quatre ou cinq heures. Sitôt sa précieuse cargaison déchargée, il a fait cap sur Istanbul avec une vingtaine de tonnes de fret commercial.Ce serait la première fois que ces cuirasses flambant neuves sont utilisées, et c’est le bitume malgache qui va les inaugurer.Trois autres appareils, dont un jet Gulf Stream, un Airbus A330 ainsi qu’un Boeing 777, prévus transporter des éléments armés de la garde présidentielle turque et plus d’une centaine de personnalités d’importance, dont le ministre turc de l’éco­nomie sont aussi attendus demain soir. Samedi dernier à l’arrivée du cargo, c’est un technicien turc qui a dirigé les opérations aux côtés des autorités et de l’équipe au sol, chargé d’assurer le handling. À leur sortie de l’avion, les blindés ont été conduits à l’ambassade par des chauffeurs turcs qualifiés.Une source auprès des affaires étrangères indique que c’est le président Hery Rajaonarimampianina en personne qui va accueillir en tête à tête son homologue turc, au salon d’honneur.Des informations filtrées au compte-gouttes révèlent par ailleurs que Recep Tayyip Erdogan ne sera dans nos murs que pendant à peine 24 heures, sauf changement. Les premiers vols de retour de ce voyage présidentiel seraient prévus mercredi soir. Après le départ de la délégation, un avion cargo va aussitôt rallier Antana­narivo, pour embarquer tout le matériel logistique déployé, ainsi que les trois berlines cuirassées, utilisées lors de ce court séjour présidentiel.

Risques« La Turquie est un pays en proie aux actes terroristes. Rien qu’en 2016, 17 cas ont été enregistrés. De ce fait, l’État malgache ne peut qu’assurer au maximum la sécurité du Président Recep Tayyip Erdogan. Un dispositif de sécurité renforcé a été élaboré. Des éléments armés dotés des moyens nécessaires vont accompagner le Président turc dans ses déplacements pendant son séjour. Les routes seront balisées et les sites stratégiques, à l’instar de l’aéroport, l’ambassade, ainsi que son lieu de résidence, seront placés sous haute surveillance », lance le général de division Anthony Rakotoarison, directeur de la sécurité et des renseignements auprès de la gendarmerie nationale.Aguerri aux difficultés que pourrait présenter une pareille situation, suite à l’accueil de plusieurs dizaines de chefs d’État, lors des sommets du Marché com­mun de l’Afrique orientale et Australe (Comesa), et de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), dont Antananarivo a été la ville hôte en 2016, les forces de l’ordre affichent de l’assurance. Le déploiement de chars blindés et d’hélicoptère n’a pas été en revanche annoncé.À l’entrée de l’aéroport d’Ivato, la gendarmerie procède, d’ores et déjà, à des contrôles systématiques des véhicules, des passants, des personnes qui y travaillent, ainsi que des passagers et de leurs bagages.

Andry Manase

News Mada477 partages

Aéroport International d’ Ivato : un Syrien et son épouse arrêtés avec 18 kg d’or

18 kilos d’or d’une valeur marchande de 2 milliards 250 millions d’ariary (près de 700 000 euros) ont été saisis par les agents des douanes sur des passagers du vol de la compagnie Kenya Airways, samedi dernier.

Les faits se sont déroulés dans la salle d’embarquement, après que les suspects eurent  accompli les formalités d’usage et passé par tous les circuits de contrôle. Le comportement fébrile d’un couple a éveillé l’attention d’un douanier, qui a appelé un collègue en renfort. Les fouilles de leurs bagages à main ont permis de découvrir des lingots d’or, savamment dissimulés dans les bagages de la femme. Après vérification, il s’avère que le couple, un homme d’origine syrienne et sa femme malgache, est propriétaire d’une société d’exploitation minière dans le Nord de Madagascar, mais, manifestement, il n’avait pas l’intention de déclarer l’exportation de ce précieux métal, indique la direction des douanes.

146 kilos d’or saisis placés à la Banque centrale

Lors d’une rencontre avec la presse samedi dernier, le ministre des Finances et du  budget Gervais Rakotoarimanana a indiqué que les 146 kilos d’or saisis par la douane sont actuellement placés à la Banque centrale de Madagascar (BCM). Il a aussi avoué qu’une importante quantité d’or a été exportée illicitement, en dépit du renforcement des contrôles. Le ministre de préciser que seuls 480 kg d’or ont été déclarés en 2016.

Par ailleurs, les agents des douanes ont également avancé qu’avec la simplification des procédures, les contrôles deviennent de plus en plus difficiles. « Nous n’avons que deux à trois  heures pour le contrôle de 450 à 600 passagers », a souligné un receveur des douanes. C’est pour cette raison que la  direction des douanes a établi  une base de données qui permet de  faire  une analyse risque sur la circulation aux frontières.

Riana R.

 

News Mada142 partages

Nosy Be : manohana ireo manan-kilema ny Cofestin

Mandroso ny fikarakarana ny “Festival Donia” andiany faha-24. Nanao tatitra sady nanararaotra niresaka ny sehatra hafa, toy ny fanampiana ireo manan-kilema ao Nosy Be ny solontenan’ny Cofestin.Fantatra indrindra amin’ny maha hetsika ara-kolontsaina lehibe indrindra aty amin’ny faritry ny ranomasimbe Indianina ny “Festival Donia”, fanao isan-taona any Nosy Be. Mivelatra amin’ny sehatra hafa, toy ny asa sosialy ihany koa anefa izany. Fantatra fa nitondra ny anjara birikiny amin’ny fanampiana ireo manana fahasembanana ao Nosy Be ny Cofestin, na ny komity mpikarakara ny “Donia”.“Misy maro ireo manana fahasembanana ao Nosy Be. Menatra izy ireo miseho olona taloha, saingy hatramin’ny nisian’ny fikambanana, mba miezaka mioitra ho toy ny olona rehetra ihany. Ny sakafo izy misy manome ihany ny havany, fa ny lamba fitafy sy ny fandriana no tena manahirana ny ankamaroany”, hoy ny nambaran’i Amida Sanna, reny mpiahy ny fikambanan’ireo manan-kilema ao Nosy Be.“Hisaorako manokana ny Cofestin tamin’ny fanohanana satria mitombo hatrany ka efa mahatratra 400 izy ireo amin’izao fotoana izao. Manao antso avo hatrany koa amin’ireo afaka manome tanana”, hoy hatrany ity reny mpiahy ity. Mpikambana ao amin’ny Cofestin rahateo izy.

Mirindra ny fikarakaranaNandritra ny fihaonana tamin’ireo mpanao gazety vitsivitsy teto Antananarivo, nanambara ny solontenan’ny Cofestin fa efa mirindra tsara ny fanomanana ny andiany faha-24 amin’ny “Festival Donia”. Tontosa ny asabotsy teo, ohatra, ny fanaovan-tsonia ny fifanarahana teo amin’ny Cofestin sy ny mpanakanto Basta Lion. Anisan’ireo mpanakanto vao misondrotra, homen’ny “festival Donia” sehatra amin’ity izy. Ankoatra izany, fantatra ihany koa fa hisy ny mpanakanto vahiny andrasana, toy ny avy ao Maorisy, Botswana, sns. Ny azo antoka aloha, tsy maintsy i Fandrama no mamarana ny lanonana, araka ny angatahin’ny mponin’i Nosy Be.

Zo ny Aina

Midi Madagasikara129 partages

Ivato : 18 kilos d’or saisis par la douane dans les bagages d’un couple de trafiquants syriens

Ces lingots d’or se trouvaient dans la valise de la partenaire du trafiquant syrien.

Les efforts du gouvernement pour protéger les richesses nationales se multiplient et les résultats sont plutôt encourageants.

C’était un samedi matin, jour de repos. Mais le ministre des Finances et du Budget Gervais Rakotoarimanana n’a pas hésité à faire le déplacement à Antaninarenina pour annoncer la nouvelle. Le point de presse tenu à 7 heures du matin, à la salle 401 du ministère des Finances et du Budget, en présence du Directeur Général des Douanes Eric Narivony Rabenja était l’occasion pour le Grand Argentier d’annoncer la saisie de 18 kilos d’or à l’aéroport international d’Ivato.

Flair douanier. Un beau coup de filet, un de plus, pour la douane malgache en général et le bureau des douanes d’Ivato en particulier. Selon le déroulement des faits, relaté par Haja Rakotoarimalala, Receveur de la douane à l’aéroport international d’Ivato, il s’agit, bel et bien d’une tentative d’exportation illicite d’or dont l’auteur est un couple syrio-malgache en partance sur le vol Kenya Airways de 2 heures du matin. Les faits. Après avoir procédé au check-in, et aux formalités policières, les deux passagers ont passé l’habituel contrôle au scanner de leurs bagages à main. Là, les agents de la SAMADA n’ont visiblement rien détecté d’anormal (c’est bizarre), puisque le couple est passé sans difficulté en salle d’embarquement. Ce n’est qu’en constatant l’attitude suspecte de la partenaire du présumé trafiquant syrien que les agents de la douane ont décidé de procéder à la contre-fouille de la valise de la dame en question. Et le flair douanier a payé puisque la fouille a abouti à la découverte des 18 kilos d’or, empaqueté dans du simple papier. « Nous disposons d’un système de surveillance qui nous permet de cibler les potentiels trafiquants, et nos agents sont présents dans différents lieu aussi bien avant, pendant qu’après l’enregistrement des bagages » selon toujours le receveur des Douanes d’Ivato.

Contrebande. Ces trafiquants présumés, dont la destination finale serait Dubaï, pays d’écoulement de l’or, produit de la contrebande malgache, ne sont visiblement pas des novices en la matière. Ils se sont, indique-t-on, déclarés comme des opérateurs économiques, prospecteurs d’or dans la partie Nord du pays. Et pourtant, le couple n’avait à sa disposition aucune déclaration. Ce qui laisse supposer une contrebande, car s’il était un opérateur régulier, le Syrien aurait pu tout simplement procéder à une déclaration et se soumettre, par la suite à l’engagement de rapatriement des devises et éviter ainsi les ennuis judiciaires. Quoiqu’il en soit, l’opération est d’une grande importance pour l’économie car aux cours actuels, les 18 kilos d’or représentent des centaines de milliers de dollars. Et comme les enquêtes sont actuellement en cours, les 18 kilos d’or sont déposés à la Banque Centrale. Selon les informations recueillies auprès du ministère des Finances, 118 kilos d’or de contrebande y ont déjà été déposés. Avec les 18 kilos saisis samedi matin,  la quantité d’or en dépôt à la Banque Centrale de Madagascar est donc portée à 146 kilos.

Rôle précurseur. En somme, la douane malgache vient de montrer, une fois de plus qu’elle a un rôle à jouer non seulement dans la protection des richesses nationales, mais également dans le développement économique en général. « Cela démontre que le pouvoir met en place tous les dispositifs susceptibles de contribuer au développement du pays » a rappelé, le ministre des Finances. Une manière en somme de déclarer que son département joue à merveille un rôle précurseur pour la relance économique du pays.

R.Edmond 

L'express de Madagascar126 partages

Inondations à Toliara II – Le gouvernement sème la confusion

Le gouvernement refuse encore de parler de catastrophe dans le Sud. Il a pourtant fallu que les autorités locales lancent des appels de détresse alarmistes pour qu’il prenne des mesures d’urgence et de prévention.

Trop heureux de reprocher des erreurs à la presse, le gouvernement s’emmêle dans les chiffres et les termes. En visite à Toliara II depuis vendredi, le gouvernement annonce en « premiers constats » que « contrairement à ce qui a été annoncé dans trois journaux de la capitale : le barrage de Fiherena n’a pas cédé, aucun village habité n’a été inondé, pas une seule case d’habitation n’a été détruite ».Il ajoute, dans son communiqué, que « depuis le 3 janvier, date du début des pluies jusqu’à ce jour, aucun sinistré ni sans-abris n’a été recensé ». Comme si les 2 000 personnes provenant de 800 ménages qui, selon le même communiqué du gouvernement, « viennent de perdre la totalité de leurs récoltes », étaient uniquement « en détresse » et n’étaient point sinistrées.Le sinistré, définit pourtant le décret d’application de la loi sur la politique nationale de gestion des risques et des catastrophes, est « la victime d’un événement catastrophique qui entraîne un préjudice moral, corporel et matériel de nature à mettre en jeu sa capacité de subsistance et de survie ». Et le bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) en a justement dénombré plus de 1 000 à Toliara II.

DébordementUne source auprès du BNGRC a reconnu que les chiffres ont été gonflés par les autorités locales. Le 18 janvier, le chef de district de Toliara II, Vonjy Manante­nasoa Bototsako et le maire de la commune de Maro­miandra, Koto, ont rapporté le 18 janvier, que 12 000 personnes issues de mille ménages, de cette commune rurale, ont été sinistrées. Mais même si ces chiffres sont fantaisistes, cela ne signifie pas, pour autant, zéro sinistré dans la région.«L’eau a monté dans cette commune. Il y a des villages isolés et des habitants déplacés, mais le nombre des sinistrés n’atteint pas les 12 000 », indique une source auprès du Bureau qui a requis l’anonymat. Le 14 janvier, un communiqué du même Bureau fait d’ailleurs état de 831 sinistrés recensés et de 504 cases d’habitation partiellement ou totalement détruites dans d’autres communes du district de Toliara II, telles que Milenaka et Ankili­malinika.Arrivé trop tard sur place, le gouvernement n’a sans doute pas été informé que, comme nous l’avions indiqué dans notre édition parue la veille de son départ pour Toliara, « 85% des cases partiellement ou totalement détruites en début janvier auraient déjà été réparées » et que « 92% des personnes déplacées seraient déjà rentrées chez elles ».Evoquant les champs de culture victimes de la crue du fleuve Fiherenana suite aux pluies torrentielles enregistrées dans le Sakaraha, le gouvernement minimise les dégâts et l’ampleur de la zone concernée. Evitant de parler d’inondation, il préfère parler de rivière qui « déborde » et de « 800ha de champs bordant la rivière qui ont été ravagés ».Reconnaissant toutefois enfin les risques de rupture des digues, le gouvernement annonce des travaux d’enrochement dans les prochains jours. Les points où le fleuve a débordé feront par ailleurs l’objet d’endiguement par le biais des travaux à haute intensité de main d’œuvre (Himo). La population, enfin, face à une situation pour le moins « inhabituelle » dans la région, est invitée à faire preuve de prudence pour éviter d’être emportée par les courants comme l’ont été les cinq personnes, dont un enfant, dont le décès a été annoncé par la presse.Ces mesures annoncées comme des « mesures d’urgence et de prévention » paraissent pourtant bien tardives d’autant que les fortes pluies auxquelles le Sud n’est pas habitué avaient été annoncées par les spécialistes de la météorologie depuis plus de trois mois.

Miangaly Ralitera/Lova Rabary-Rakotondravony

Midi Madagasikara126 partages

Malagasy Miara-Miainga : Pour le départ de Hery Rajaonarimampianina

Le MMM de Hajo Andriananinarivelo se positionne en tant qu’opposition officielle.

Ce parti n’a cessé de réclamer son statut en tant qu’opposition officielle. Des démarches ont été entreprises dans ce sens, mais jusqu’à preuve du contraire, il n’a pas obtenu gain de cause.

Selon le porte-parole du parti « Malagasy Miara-Miainga », Ranaivoarison Johnny, le MMM ne cesse de dénoncer les bavures perpétrées par les tenants du pouvoir. Sur le plan politique, il a cité notamment le non-respect de la Constitution. A cet effet, il a pris comme exemple la non-application de l’article 23 de la loi n°2011-013 du 9 septembre 2011 portant statut de l’opposition et des partis de l’opposition. Il a dénoncé égalemnt le manque de transparence dans la conduite des affaires de l’Etat. Sur le plan social, il a tenu à souligner l’extrême pauvreté dans laquelle vit la population malgache. Ainsi, pour ce porte-parole, toutes les condistions sont réunies pour que Hery Rajaonarimampianina soit démis de ses fonctions. Autrement dit, pour le départ de l’actuel Président de la République.

Débat démocratique. Ce parti ne va pas ainsi faillir à sa mission en tant qu’opposition. Toujours d’après son porte-parole, le MMM a toujours respecté les lois en vigueur, et ce, vu notamment de l’obtention de la place de l’opposition officielle au sein de l’Assemblée nationale. Faut-il rappeler que l’article susmentionné stipule qu’«il est institué un débat démocratique entre le Chef de l’opposition officielle et le Premier ministre tous les troisièmes vendredis du mois de janvier et le premier vendredi du mois de juillet ». Cette rencontre qui aurait dû se tenir le 20 janvier dernier n’a pas eu lieu, car selon le DG de l’ORTM, « le Premier ministre étant en déplacement, le débat démocratique ne peut avoir lieu ».Un geste qui n’a pas du tout plu à ce parti.  

Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar114 partages

Menahely Ruffin – « Passer le tour préliminaire à tout prix »

Pour l’entraineur d’Elgeco Plus, le premier objectif est de passer le tour préliminaire, en Coupe de la CAF. Il s’agira de sa deuxième campagne internationale, après celle de l’an dernier.

En deux participations en Coupe de la CAF, Elgeco Plus n’a jamais réussi à passer le cap du tour préliminaire. En 2014, il avait été sorti par le Saint-Michel United des Seychelles. Et l’année suivante, il avait été éliminé par l’Uganda Revenue Authority d’Ouganda. Cette fois-ci, il compte bien faire mieux. « Notre premier objectif sera de passer le tour préliminaire. Nous nous entrainons d’arrache-pied depuis le 4 janvier, avec deux séances journalières, soit la préparation physique et musculaire d’un côté et la préparation tactique de l’autre », confie l’entraineur Menahely Ruffin.Pour la campagne 2017, Elgeco Plus affrontera le Supersport United. Le match aller aura lieu à Antananarivo (10, 11 ou 12 février). Tandis que la deuxième confrontation se tiendra en Afrique du Sud, une semaine plus tard. Le vainqueur de ce duel défiera l’Ahly Shendy du Soudan en seizièmes de finale. Aucun recrutement n’est prévu chez Elgeco Plus, en vue de ses sorties internationales. « Pour l’instant, nous n’avons recruté aucun nouvel élément. Mais quelques vieux briscards, à l’image de Solo Moto, ont laissé leurs places aux jeunes au sein de notre effectif », rajoute le coach.

Eternel apprentissageMenahely Ruffin dirige une équipe pour la deuxième fois en Coupe de la CAF. Et ce, après avoir découvert les joutes internationales interclubs l’an passé, à la tête de l’AS Adema. « La vie est un éternel apprentissage. Le facteur expérience compte beaucoup. Ce sera l’occasion de corriger mes erreurs de l’an dernier et de réaliser de meilleurs résultats », souligne-t-il à ce sujet.Avant les échéances face au Supersport United, plusieurs rencontres figurent au programme d’Elgeco Plus. Outre les rencontres en Coupe de la Ligue d’Analamanga, il disputera également un tournoi organisé par la CNaPS Sport, le porte-fanion malgache en Ligue des Champions de la CAF, à la fin du mois. Les deux futurs représentants de Madagascar en compétitions africaines y retrouveront Fosa Juniors et le FC Zanakala. « C’est un véritable avantage d’effectuer plusieurs sorties à titre de matches de préparation. Cela me permettra d’évaluer le niveau de mon équipe, de mesurer les progrès effectués et de définir les secteurs à améliorer », conclut Menahely Ruffin.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar101 partages

Énergie – La subvention presque épuisée

Le quota de subvention de la Jirama est presque épuisé. Si les 70 milliards ariary sont débloqués, il ne lui reste plus rien.

Le pire reste-t-il à venir pour la Jirama et ses abonnés   La situation financière de cette société d’Etat est très inquiétante. D’après une source auprès du ministère des Finances et du budget, le quota de subvention allouée à la Jirama est presque épuisé. « Il ne reste plus que 70 milliards ariary sur les 250 milliards ariary de subven­tion prévus cette année », a indiqué notre source.  Alors que le gouvernement prévoit de « débloquer cette somme pour limiter les problèmes de délestage actuels, liés au manque d’eau de pluie en cette période d’étiage ».Dans la loi des finances 2017, la compagnie nationale d’eau et d’électricité bénéficie d’une subvention de 250 milliards ariary pour cette année. Cette enveloppe d’aide financière lui servirait, en grande partie, régler ses factures d’achat de carburant. Le déblocage de cette somme épuisera tout le quota de subvention de la société.

Tâche ardueL’année dernière, la Jirama a bénéficié d’une allocation supplémentaire de 40 milliards ariary pour réduire encore le délestage qui sévissait à l’époque. D’après un communiqué du ministère des Finances et du Budget « cette somme ne sera pas supportée par le budget mais le ministère va constituer une instance de paiement supplémentaire pour faire supporter cette dépense sur l’exercice 2017 ». D’autres dépenses sur cette subvention étaient aussi engagées en 2016. C’est le cas par exemple de la solution d’urgence trouvée au mois de décembre.Est-ce une raison pour la compagnie de réclamer plus de subvention   D’après le communiqué du dernier conseil du gouvernement, les (anciens) dirigeants de la Jirama ont demandé le triple de la subvention allouée pour cette année, pour mettre fin au délestage. Elle met en avant les problèmes climatiques pour expliquer ses prévisions, mais des questions pourraient se poser sur la trop forte hausse de la consommation. En 2014, par exemple, la consommation de carburant pour ses principaux sites fonctionnant au gasoil est de 92 822 293 litres, tandis que celui-ci était de 128 075 985 litres pour l’année 2015. Pour l’année 2016, de janvier à novembre, cette consommation est évaluée à 138 446 327 litres.Une tâche ardue attend alors les nouveaux dirigeants de cette compagnie. Même s’ils ont été désignés pour la mise en place de nouvelles structures au sein de la direction de la société d’État, l’équipe de Lanto Rasolo­e­lison devrait trouver une solution d’urgence pour faire revenir à la  normale l’approvisionnement en électricité dans plusieurs villes de Madagascar.

Lova Rafidiarisoa

News Mada98 partages

Radanoara Julien : « Mila mailo isika amin’ny fahatongavan’ny filoha torka »

« Ny lafiratsiny: ny momba ny mpitsoa-ponenana sy ny fampihorohoroana. Ho aratsika avokoa ve ny momba izany? Satria mody manao hoe mampiasa vola ny olona. Nefa mety ho tampi-maso ireny, fa zavatra hafa ny ao ambadika.« 

Io ny fanehoan-kevitry ny mpahay fifandraisana iraisam-pirenena, Radanoara Julien, nanontaniana an-telefaonina, omaly, momba ny fahatongavan’ny filohan’i Torkia, Recep Tayyip Erdogan, eto Madagasikara, rahampitso, izay miteraka resabe. Tokony hahamailo antsika izany: iza marina ireo olona ireo, ahoana ny fandehany… ? Na ny filoha hoe tonga aty aza, mety hanahirana ihany, fa mila fanadihadiana.

Ny tombontsoa amin’ny fahatongavany, miampy ny mpampiasa vola sy ny karazany. Firenena misandratra ara-toekarena i Torkia. Raha toekarena ara-barotra, mba misy tombony ho an’i Madagasikara izany. Be dia be ny zavatra tokony hovelarina sy hanaovana fampiasam-bola.

 

Sao hanao famotsiam-bola ireo hoe mpandraharaha

 « Tokony hanara-maso tsara isika hoe: iza marina izy ireo, na ny filohan’ny Repoblika aza no miaraka aminy. Iza, ohatra, ireo hoe mpampiasa vola: sao manao famotsiam-bola ankolaka« , hoy izy. Rehefa tena raikitra ny raharaha, tokony haka mpiara-miombon’antoka malagasy ry zareo: hiara-miombon’antoka orinasa malagasy, fa tsy ry zareo fotsiny no hoe hampiasa vola eto. Eo koa ny famitana asa iombonana amin’ny hafa. 

Aza hadinoina fa nifandray tamin’ny tany islamika i Torkia. Solitanin’ny fanjakana islamika, ohatra, no vidiana an-tsokosoko tamin’ny fotoan’andron’izany, teo anatrehan’i Rosia.

Ny Vondrona eoropeanina ve, ohatra: mety hisalasala amin’ny zavatra maro sa ahoana amin’izao? Mety manana ny fijeriny hafa izy amin’ny hoe tsy manaja ny zon’olombelona i Torkia, sns. Ho hitantsika eo izay.

Aza hadinoina fa mitady hiditra ao amin’ny Vondrona eoropeanina i Torkia.  Mety manalasala ny Vondrona eoropeanina aloha isika izao. Tsy hanao hoe « tsia » izy, fa ny hoe: mitady hivadika fitana sa ahoana?

R.Nd.

Midi Madagasikara85 partages

Donia 24e édition : Plus d’artistes internationaux cette année

Amida Sanna (à gauche), marraine des associations de personnes handicapées à Nosy-Be. (Photo Nary

La 24e édition du festival Donia se tiendra à Nosy-Be du 31 mai au 4 juin. Plusieurs artistes internationaux sont attendus pour cette édition.

L’organisation de la 24e édition du festival Donia se dessine à l’horizon. Le Cofestin est déjà à pied d’œuvre pour que le week-end de la Pentecôte soit le plus festif. Car cette année, le festival se tiendra du 31 mai au 4 juin, pour mettre tout Hell-Ville en effervescence. Les dates sont fixées, la programmation commence à se dévoiler. Car comme à chaque édition, le Donia est l’occasion de découvrir de nouveaux talents locaux, des artistes des pays voisins, et d’apprécier les plus grandes pointures du pays. Cette année, donc, et comme à l’accoutumée, les festivités débuteront par un grand carnaval qui sillonnera la ville. L’occasion pour les participants de se démarquer des autres afin d’attirer l’attention, ainsi de gagner un trophée. Cette année, le Cofestin fera venir des artistes des îles voisines : Maurice, Seychelles, La Réunion… mais aussi d’un pays d’Afrique, le Botswana. Une grande première qui pourrait faire des émules, rendue possible grâce à l’open sky, qui permet à d’autres compagnies aériennes de desservir Madagascar.

Handicap. Cette année, le festival Donia donne également une scène aux personnes en situation de handicap. A Nosy-Be, le handicap est encore une tare que trop peu de familles ou de personnes osent exposer. « Souvent, les personnes handicapées se cachent de la société » explique Amida Sanna, marraine des associations en faveur des personnes handicapées. « Nous nous efforçons de leur apporter des biens pour qu’ils puissent vivre dignement » dit-elle. Mais ce n’est pas suffisant. Malgré tout, les efforts paient, et les associations accueillent davantage de personnes en situation de handicap. « Au début, on pouvait recenser dans les 150 personnes, prises en charge par ces associations. Aujourd’hui, il y en a plus de 400. C’est dire qu’il nous faut beaucoup plus d’aide pour répondre à leurs besoins ». Amida Sanna, la marraine fait donc appel à toutes les bonnes volontés pour les soutenir dans cette cause.

En attendant, quelques représentants de ces personnes en situation de handicap auront l’occasion de monter sur la scène d’Ambodivoanio pour participer à la 24e édition du Donia.

Anjara Rasoanaivo

News Mada79 partages

Famoahana harem-pirenena an-tsokosoko : 18 kg ny volamena tratran’ny mpiasan’ny ladoany teny Ivato

Mitohy ihany ny fanondranana volamene an-tsokosok eto amin’ny tany sy ny fanjakana. Misy ny tratra fa ao koa ny tafavoaka. Ny asabotsy 21 janoary faran’ny herinandro lasa teo, voasakan’ny mpiasan’ny fadintseranana teny Ivato ny saika hoentina amin’ny zotra Kenya Airways.  Mendri-piderana ny mpiasan’ny fadintserana nahavita ezaka toy izany.

Volamena 18 kg, mitentina 2, 250 miliara Ar tratran’ny mpiasan’ny ladoany teny Ivato, ny 21 janoary teo. Mpandeha roa, teratany syrianina sy vehivavy malagasy iray, ny nitondra izany harem-pirenena izany. Tsikaritra ny fihetsik’izy ireo tsy mazava tao anatin’ny efitrano fiondranana, ka nahatonga ny mpiasa iray ho mailo ary niantso namana avy hatrany hanamafy ny asa.  Koa hita tamin’ny fisavana natao bolongam-bolemana tao anatin’ny entana hoenti-tanana tany amin’ilay vehivavy.

Mpivady io rangahy syrianina sy vehivavy malagasy io, ary voalaza fa tompona orinasa mpitrandraka volamena any amin’ny faritra avaratra ilay ramatoa. Voaporofo anefa izao fa tsy manam-piniavana hanambara ny vokatra trandrahiny ity tompona orinasa ity, araka ny fanazavan’ny sampandraharahan’ny fandintseranana.

480 kg monja ny nanaovana fanambarana, 2016

Niampy io 18 kg io, 146 kg izao ny fitambaran’ny volamena tratran’ny mpiasan’ny ladoany napetraka any amin’ny Banky foiben’i Madagasikara. « Mitaky fandraisan’andraikitry ny rehetra ny fisakanana harem-pirenena havoaka an-tsokosoko eto amintsika, satria na eo aza ny ezaka vitan’ny fadintseranana, ao ihany ireo harena sarobidy maro hafa tafavoaka.  Tsy nisy afa-tsy 480 kg monja ny volamena nanaovana fanambarana, ny taona 2016 », hoy ny minisitry ny Fitantanambola sy ny vola, Rakotoarimanana Gervais.

Na efa nohamoraina aza ny fepetra  tsy maintsy arahin’ireo mpandraharaha sy any amin’ny sampandraharaha isan-tsokajiny, eo ihany ny toe-tsaina zatra sy tsy mety miala amin’ny fanabotriana firenena.  Sarotra ihany koa anefa ny fanaraha-maso  eto amintsika, sahirana ny mpiasan’ny ladoany. Tsy manana afa-tsy ora roa na telo ny mpiasan’ny ladoany hisavana mpandeha 450 hatramin’ny 650. Izay ny mahatonga ity sampandraharaha ity, mametraka fepetra hahazoana manamafy ny fisavana eny amin’ny seranam-piaramanidina sy seranan-tsambo.

R.Mathieu

Tia Tanindranaza78 partages

Olana ara-tokantranoNotifiriny ny vadiny, namono tena izy avy eo

Efa tena henjana loatra ve ny fiainana sa ny olona mihitsy no mafana ra ka tsy maintsy mamono rehefa misy ny zavatra tsy itovian-kevitra ? Mpandraharahan’ny fonja iray tokony ho 39 taona no nitifi-tena rehefa avy nitifitra ny vadiny tao Betafo ny alin’ny zoma 20 janoary lasa teo.

Efa tena henjana loatra ve ny fiainana sa ny olona mihitsy no mafana ra ka tsy maintsy mamono rehefa misy ny zavatra tsy itovian-kevitra ? Mpandraharahan’ny fonja iray tokony ho 39 taona no nitifi-tena rehefa avy nitifitra ny vadiny tao Betafo ny alin’ny zoma 20 janoary lasa teo. Raha ny loharanom-baovao avy tany an-toerana dia matetika no miady mivady izy roa ireo ary efa in’efatra no nisintaka ny tokantrano ramatoa vokatry ny vono mahazo azy. Asa izay nitranga ny alin’ny zoma tokony ho tamin’ny 12 ora alina fa dia vitan’ilay mpiandry fonja no nitifitra ny vadiny rehefa iny andeha hivoaka niaraka tamin’ny zanany sy ny entan-keliny ilay ramatoa. Taitra noho ny fahafatesan’ilay vadiny indray anefa izy ka dia nitifitra ny tenany teo amin’ny lohany ihany koa ka samy maty izy roa. Voalaza fa efa 12 taona niasana ny tenany izao nahavita namono olona sy namono tena izao. Efa nalain’ny fianakaviany ny sabotsy lasa teo ny razana ary voalaza fa ny havan-dramatoa no tonga voalohany tany nikarakara ny azy vao tonga ny havan-drangahy. Marihina fa vao 2 taona sy tapany sy 3 volana ireo zazakely roa zanak’izy ireo. Efa tena mateti-pitranga ny olana ara-piarahamonina na ny olana ao an-tokantrano mivadika ho famonoana tahaka izao. Tena manana olana ara-tsosialy ny Malagasy, miitatra zavatra hafa ary tena loza ny fahantrana, niitatra ny fitsaram-bahoaka ka efa miditra any amin’ny isan-tokantrano koa ankehitriny ka izay tezitra dia mihevitra fa manana zo hamono ho faty ny hafa.

Caius R

L'express de Madagascar77 partages

Banque centrale – Madagascar dispose de 128 kilos de réserve d’or

Les tentatives d’exportation illicite d’or inquiètent plus d’un. De nombreux cas se révèlent au grand jour dans les frontières malgaches.Tout le monde s’interroge sur la quantité de réserve d’or conser­vée à la Banque centrale. Selon les explications du ministre des Finances et du Budget, Gervais Rakotoari­manana, « la réserve d’or est de 128 kilos. La saisie effectuée ce matin (ndlr : samedi) s’ajoutera à ce chiffre ».Avec une telle réserve du métal jaune, le pays se trouve loin de l’île Maurice. Cette petite île de l’Océan indien dépourvue de ressources minières comptait 7,9 tonnes d’or en février 2014 et plus de 11 tonnes d’or en août 2016.Samedi matin, le service des douanes avait déjoué une tentative d’exportation illicite de 18 kilos d’or. D’après les déclarations du Grand argentier, « ces métaux jaunes d’une valeur de 700 000 dollars seront conservés dans le coffre fort de la Banque centrale ».Mais cette affaire n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan avec les chiffres publiés par-ci par là sur les valeurs des exportations de Mada­gascar de ce métal jaune. Un grand effort doit être mené dans ce sens afin de contrôler la filière aurifère.

L.R.

L'express de Madagascar75 partages

Football – Coupe de la Ligue – Première réussie pour Elgeco Plus

Pour sa toute première sortie de l’année, Elgeco Plus l’a emporté. Le futur représentant de Madagascar en Coupe de la CAF était opposé à l’Uscafoot, hier au stade d’Alarobia, dans le cadre des demi-finales de la Coupe de la Ligue d’Analamanga. L’équipe de Menahely Ruffin a, cependant, eu besoin des prolongations, pour s’imposer (3-1). Elgeco Plus a ouvert le score tardivement, grâce à un coup de tête de son défenseur central, Milhor (70è). Il se dirigeait alors vers une courte victoire, quand l’Uscafoot a réussi à égaliser à la 89è minute, par le biais de Lila. Les deux formations ont ainsi procédé aux prolongations. Eddy Kely a alors redonné l’avantage aux siens à la 103è minute, avant que Bela n’entérine définitivement le succès d’Elgeco Plus dans les derniers instants du match (117è).Dans l’autre rencontre du dernier carré, COSPN et Cosfa aussi n’ont pu se départager au bout du temps règlementaire. Le résultat nul et vierge entre les deux clubs n’a pas changé au terme des prolongations. C’est lors de la séance fatidique des penalties que les policiers ont réussi à distancer les militaires (4-3, tab). La finale de cette Coupe de la Ligue sera donc l’affaire d’Elgeco Plus et de COSPN. Elle est fixée pour ce mercredi à 14h, toujours au stade d’Alarobia.

H.L.R.

Midi Madagasikara67 partages

Gros plan sur le nationalisme malgache

Dès l’annexion de Madagascar par la France, des mouvements de contestation surgissent un peu partout dans la Grande île. Le peuple malgache n’a pas accepté la domination française. La colonisation fut une période d’éveil du nationalisme et du patriotisme. Il y a différentes sortes de mouvements nationalistes, mouvements non organisés tels que le Menalamba et le Sadiavahy. Toutefois, c’était des mouvements de libération nationale. Il y a aussi eu des mouvements organisés secrets, c’est le cas du VVS et des mouvements organisés non secrets, entre autres, le MDRM.

Mouvement Menalamba. L’insurrection qui débute en décembre 1895 à Arivonimamo avec quelques partisans au départ gagne du terrain pour former le mouvement Menalamba ou toges rouges. Ce n’était pas un parti politique. A l’origine, la défaite de l’armée malgache en 1895. Ce mouvement a été dirigé par Rainibetsimisaraka, Rabozaka et Rabezavana. Le but est de refouler les Français et de rétablir l’autorité de la Reine.

Mouvement vvs. Après les Menalamba, un autre mouvement de résistance était apparu. Il s’agit du V.V.S (Vy, Vato, Sakelika). Ce mouvement débute en 1913. C’était un mouvement nationaliste organisé et secret. Les membres du V.V.S ne supportaient pas les inégalités et les injustices qui règnent à Madagascar.  Ce mouvement est composé notamment d’intellectuels en l’occurrence des étudiants de l’école de médecine, des poètes, des journalistes voire même des hommes d’église. Il prône la liberté et la justice tout en renforçant la solidarité des malgaches. Sa stratégie se base sur la conscientisation de ces derniers à l’aide de messages secrets par le biais des journaux et des tracts. L’administration coloniale s’en est aperçue en 1915, l’organisation fut démantelée et les membres ont été condamnés aux travaux forcés. Conséquences, l’école de médecine fut fermée.  

Jean Ralaimongo. (1884–1944) est un nationaliste qui participa en 1920 à la fondation de la « Ligue française pour l’accession des indigènes de Madagascar aux droits des citoyens français ». Mais qui est Ralaimongo ? C’était un instituteur. Il a participé à la première guerre mondiale 1914-1918 en France. Tout au long de sa vie, il s’est battu  pour l’égalité. A l’instar du VVS, son mouvement a été également secret. A l’origine, l’inégalité des droits entre les colons et les Malgaches et les injustices et abus : le vol des terres des Malgaches par les colons. Ce mouvement est composé notamment de Jean Ralaimongo, Ravoahangy, Abraham Razafy, Jules Ranaivo ainsi que des étrangers tels que Vittori, Paul Dussac et de  Planque. Notons que ce mouvement a permis la libération des membres du V.V.S, la dissolution du SMOTIG et de l’indigénat. Et pour la première fois, lors d’une manifestation qui a eu lieu le 19 mai 1929, les Malgaches ont revendiqué l’indépendance.

MDRM. A la différence des deux autres mouvements nationalistes, c’était un mouvement organisé et non secret. C’était un parti politique qui était composé des premiers députés malgaches, à savoir, Ravoahangy, Raseta et Rabemananjara et il se fixe comme objectif, l’indépendance de Madgascar. Les évènements du 29 mars 1947 sont les plus violents et les plus meurtriers que le pays ait jamais connu dans sa lutte pour l’émancipation. En effet, ce jour-là, à miniuit, des incidents graves éclatent dans le pays. Le camp militaire de Moramanga est attaqué et des armes y sont prises. A Sahasinaka, Vohipeno, Manakara et Ambatondrazaka quelques dizaines de colons sont massacrés. La répression débute en août 1947. Ce fut une répression terrifiante démontrant un caractère inhumain. Des dizaines de milliers de malgaches ont été tués.  Les dirigeants et plusieurs militants ont été emprisonnés et condamnés aux travaux forcés. Raseta, Ravoahangy et Rabemananjara sont exilés après avoir été condamnés à mort.

Monja Jaona est né en Septembre 1910 à Amboasary. Comme beaucoup d’Antandroy, il part à19 ans rejoindre les régions des grandes plantations du Nord. Il  rencontra le Pasteur Jean Vernier et se convertit au christianisme. En regagnant sa région il se met au service de la mission luthérienne à Manambaro, près de Fort-Dauphin. Il se consacre à la vie politique, luttant comme Ralaimongo pour les droits de la paysannerie. Il fonde le parti Jina en 1943.  En 1958, il fonde un nouveau parti politique « le Monima », et en demeure le leader jusqu’à sa mort.  Maire de Tuléar, de 1959 à 1961, il revendique la paternité de « l’insurrection d’Avril 1971″dans le Sud du pays.

Madagascar Tribune65 partages

Cinquante huit nouveaux généraux promus

Les Généraux nouvellement promus au titre de 2017 ont reçu leurs drapeaux du Chef de l’Etat hier au Palais d’Etat d’Iavoloha. Au nombre de 58 dont 38 nouveaux généraux de Brigade et 20 nouveaux généraux de division auront pour tâche de renforcer la sécurité notamment et surtout en milieu rural a souligné Hery Rajaonarimampianina. « Vous devriez faire montre de solidarité pour relever les défis et atteindre les objectifs fixés pour cette nouvelle année. Entre autres, la lutte contre les vols de bovidés et le trafic des ressources naturelles, la défense de nos côtes, et la réforme du secteur de la sécurité. Pensez surtout à la population rurale, pilier du développement, pour qu’elle puisse travailler en toute sécurité » a-t-il déclaré. Le grand chantier qui attend l‘armée sera les prochaines élections de 2018. Notamment la période post-électorale qui à Madagascar est toujours sujette à trouble.

Toutefois, selon certains observateurs, cette promotion d’un grand nombre de nouveaux généraux entre également dans la stratégie du Chef de l’Etat afin de s’assurer du soutien de ces derniers pour les échéances à venir. Une stratégie utilisée déjà par les autres chefs d’Etat qui se sont succédés à la tête du pays. La question se pose encore sur l’importance du nombre de généraux au sein de l’armée malagasy, que ce soit par rapport au nombre des effectifs ou par rapport aux dépenses que cela engage.

En effet, la logique voudrait qu’un Général puisse avoir sous ses ordres un nombre certains d’hommes, le nombre de hauts gradés de l’armée selon son grade. Or, l’armée malagasy compte actuellement un très grand nombre de hauts gradés improportionnels à son effectif. L’on sait également que les dépenses engagées pour chaque général de l’armée ne sont pas minimes. L’augmentation de leurs nombres implique une hausse de dépenses de l’Etat. Et bien que le budget alloué à la sécurité soit l‘un des plus conséquent dans la loi de finances 2018, beaucoup s’interroge sur ces promotions. Notons que la majorité des gradés proches du régime de Transition n’ont pas eu de promotion en 2017.

News Mada64 partages

JCI Antananarivo : Valérie Andrianavalona, présidente 2017

Valérie Andrianavalona dirige  la Jeune Chambre internationale (JCI) Antananarivo pour l’année 2017. La cérémonie de passation de collier entre le président 2016 Andry Jean Marc Rakotomanjaka et la nouvelle présidente  s’est tenue vendredi dernier dans les locaux de la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo lors de la première assemblée générale ordinaire de la JCI Antananarivo.

« Les actions changent les choses, Actions change things, Act pour faire court. C’est le leitmotiv que j’ai choisi. Cela venait d’une vision personnelle au début, mais depuis que j’ai décidé de me porter candidate à la présidence de la JCI Antananarivo, j’ai la ferme conviction que je peux le partager avec vous ! ». C’est avec ces mots que Valérie Andrianavalona a invité les membres et l’équipe dirigeante à œuvrer pour  amener des changements positifs en donnant aux jeunes des opportunités de développement. Tel est  l’objectif de la JCI.

Arh.

Midi Madagasikara57 partages

Madagascar-Chine : Vers un renforcement des relations

SEMme Yang Xiarong, Ambassadeur de Chine à Madagascar.

La Chine demeure encore et toujours un partenaire incontournable pour le développement de Madagascar.

« J’avais beaucoup de projets, mais j’ai abandonné certains d’entre eux en raison des difficultés que j’ai rencontrées ». La réaction est d’un opérateur économique chinois, porteur d’investissements directs étrangers. C’était lors de la réception organisée samedi dernier en début de soirée par l’Ambassade de Chine à Nanisana, à l’occasion de la fête du Printemps. Une réaction tout à fait normale et justifiée quand on se réfère aux différents problèmes rencontrés par les investisseurs chinois, ces derniers temps. Pour ne citer que le cas de Jiuxing Mines, la compagnie chinoise qui a opéré à Soamahamanina avec les autorisations d’usage et un dossier bien ficelé mais qui a été finalement obligé de suspendre ses activités pour des raisons plutôt techniques que politique.

Avenir meilleur. Des difficultés qui n’empêchent pour autant pas les Chinois de croire encore en un avenir meilleur des coopérations entre Madagascar et la Chine. A l’instar de SEMme Yang Xiaorang, l’Ambassadeur de Chine à Madagascar qui a rappelé dans son discours de samedi dernier, que la visite effectuée récemment par Wang Yi, le ministre chinois des Affaires Etrangères est une étape importante dans les relations entre les deux pays. SEMme Yang Xiaorang a également rappelé les projets d’infrastructures routières déjà réalisés et encore prévus par la Chine à Madagascar.

Peloton de tête. Bref, malgré les difficultés et les embuches, la Chine qui reste dans le peloton de tête des partenaires économiques et financières de Madagascar est toujours là. Et malgré ce que les détracteurs des Chinois, ont tendance à faire croire comme quoi ils sont pour le commerce, les investisseurs de l’Empire du Milieu restent actifs dans différents secteurs. Pour ne citer entre autres que les mines, l’immobilier, l’agriculture, la pêche. Et d’après les discussions entendues entre ces opérateurs chinois présents lors de la réception de samedi dernier, ils sont pour la plupart disposés à suivre à la lettre les législations du travail et à respecter les us et coutumes malgaches. Sur ce point d’ailleurs, SEMme Yang Xiaorong ne manque pas de rappeler cette nécessité de respecter les lois, à chaque fois que l’occasion se présente.

R.Edmond

Midi Madagasikara56 partages

Neypatraiky Rakotomamonjy : Des partenariats pour un accès universel à Internet

Madagascar a des infrastructures lui permettant d’aller loin dans le développement numérique, selon le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy.

« Nous disposons déjà d’infrastructures pour concurrencer les pays africains dans le domaine du numérique. Nous allons voir, avec les partenaires, les moyens de permettre à tous les malagasy d’avoir accès au service internet. A part cela, cette année, nous nous pencherons aussi sur la mise en place de centre de formation pour les professions en « call center ». Mais aussi la mise en place d’incubateur d’entreprise pour appuyer et aider les jeunes à la réalisation de projets après leurs études ». Ce sont là quelques grandes lignes du discours du ministre Neypatraiky Rakotomamonjy, lors de la cérémonie de présentation de vœux du Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN) à l’occasion de la nouvelle année. A lui d’ajouter que l’année 2017 sera très axée sur le développement à la base, afin de mieux viser le bien du peuple et surtout des jeunes. Et dans cette promotion de la jeunesse, plusieurs projets du MPTDN sont consacrés aux jeunes. Le Ministre a aussi soulevé dans son discours la question de la dégradation de l’environnement, qui est à l’origine de la sécheresse qui sévit en ce moment dans la Capitale. Il a ainsi incité le personnel de son département à donner l’exemple en matière de protection de l’environnement. En faisant sa rétrospective sur l’année 2016, le Ministre a resalué l’exploit de Madagascar pour l’accueil des différents sommets internationaux. Pour lui, les efforts doivent être maintenus.

Antsa R.

Midi Madagasikara56 partages

Betafo : Mpiandry fonja nitifitra nahafaty ny vadiny, nitifi-tena koa izy avy teo

Tranga nampalahelo no niseho tao Betafo, ny faran’ny herinandro teo iny, mpiandry fonja iray no nitifitra ka nahafaty ny vadiny, nitifi-tena koa izy avy teo. Maty tsy tra-drano avokoa izy mivady, soa aloha fa tsy niantefan’ny bala ny zaza, fa avotra soamantsara avokoa. Araka ny angom-baovao, nambaran’ny manodidina fa, efa miady sy mifamaly lava izy mivady ireo ary matetika no higagan’ny olona manodidina mihitsy. Misy fotoana ilay ramatoa no mitsoaka any am-balan-kisoan’olona fa matahotra ilay vadiny. Voalaza mantsy fa matetika no mamo ity raim-pianakaviana ity ary mahery fihetsika. Araka ny fantatra hatrany, efa nifamaly izy mivady ny antoandron’ny zoma, tsy nody anefa raha tsy efa tamin’ny roa ora maraina ilay rangahy. Ramatoa kosa efa nikarakara ny entan-keliny nikasa ny hisintaka, tsy navelan’ilay rangahy hivoaka ny trano ilay ramatoa vadiny, hany heriny nanakana ity andefimandriny, ny basy teny aminy no navoakany.  Notifiriny teo amin’ny feny ny vadiny, nijininika ny rà, vokatry ny fahaverezan-drà beloatra  tsy tana intsony ny ain’ilay renim-pianakavina. Rehefa hitan’ity rangahy, fa tsy nisy aina intsony ny vadiny, natodiny teo amin’ny fony basy, ary nitifi-tena koa izy avy teo. Fantatra fa vao tera-bao roa volana monja ilay ramatoa raha toa ka 2 taona monja ny zokiny. Efa nokarakarain’ny fianakaviana ny razana ary nalevina omaly Alahady ihany.

Andry N. 

Midi Madagasikara53 partages

Inondation dans le Sud : Le gouvernement méconnaît la réalité

Des membres du gouvernement vendredi dernier à Toliara II.

Qui a menti, le chef de district de Toliara II ou la délégation gouvernementale qui y a effectué une descente vendredi dernier ?

Soit le gouvernement n’était pas au courant de ce qui s’est réellement passé en minimisant les dégâts humains et matériels causés par l’inondation  ayant  frappé certaines communes de Toliara II, soit le chef de district a dénaturé la réalité dans l’objectif d’inciter  les donateurs à venir au chevet des sinistrés. Dans son communiqué en date du 21 janvier, le gouvernement précise à titre de démenti aux trois journaux de la Capitale qui ont parlé des dégâts provoqués par les inondations: « Le barrage de Fiherena n’a pas cédé ; aucun village habité n’a été inondé ; pas une seule case d’habitation n’a été détruite. Depuis le 3 janvier, date du début de la tombée des pluies jusqu’à ce jour, aucun sinistré ni sans-abris n’a été recensé. » Or il y a trois jours, le chef du district de Toliara II a dressé le bilan des intempéries : 12 000 personnes et 2 006 ménages sinistrés, plusieurs cases d’habitation détruites et 540 ha de champs de culture et des rizières inondés. Le BNGRN a également établi son rapport : 831 sinistrés, 175 personnes déplacées et 504 cases d’habitations partiellement ou totalement détruites. « Les autorités locales semblent avoir exagéré, mais on peut dire aussi que le rapport du gouvernement ne reflète pas exactement la réalité », a réagi un témoin.

Réaction tardive. Le gouvernement vient donc de démentir le bilan dressé par ses représentants sur place. Si le chef de district a commis une faute grave de communication en dénaturant les réalités, ne devrait-elle pas être limogée? Pour bon nombre d’observateurs, la réaction tardive du gouvernement a pour origine  la méconnaissance de la réalité à Toliara II. Les inondations ont commencé à faire des victimes le 13 janvier, alors que l’équipe gouvernementale conduite par le Premier ministre n’est descendue sur place qu’une semaine après, plus précisément vendredi dernier. En une semaine, il est normal que certains dégâts soient déjà réparés et que certains sans-abris et sinistrés aient  déjà retrouvé une vie normale. En tout cas, mieux vaut tard que jamais. Vendredi dernier, accompagné de 5 ministres, le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a apporté à titre d’aides d’urgence 8 tonnes de maïs aux familles en détresse. Le gouvernement a également décidé la mise en œuvre de chantiers de Haute Intensité de Main d’œuvre (HIMO) au bénéfice des habitants, en vue d’endiguer les endroits où la rivière a débordé. Le communiqué du gouvernement indique par ailleurs que les points à risque ont été répertoriés et feront bientôt l’objet de travaux d’enrochement.

R. Eugène

Midi Madagasikara52 partages

Banque Centrale : 1,1 milliards de dollars de réserves en devises

Une partie des cadres et agents décorés.

Une centaine de cadres et agents de la Banque Centra le ont eu droit à des distinctions honorifiques samedi dernier.

La crise est toujours là. Mais l’économie malgache remonte petit-à-petit la pente. L’un des faits marquants de cette reprise économique est sans conteste le niveau de plus en plus confortable des réserves en devises de la Banque Centrale de Madagascar. « Nos réserves en devises se chiffrent actuellement à 1,1 milliards de dollars » a déclaré le Gouverneur de la BCM Alain Rasolofondraibe, en marge de la cérémonie de présentation de vœux qui s’est déroulée samedi dernier à l’espace Ny Tiana Lazaina.

Retour de confiance. Un confortable matelas de devises qui va permettre au pays de faire face à des mois d’importation mais qui traduit également le retour de confiance des bailleurs de fonds de Madagascar. En effet, l’un des éléments précurseurs de ces réserves en devises est le financement octroyé au titre de la Facilité Elargie de Crédit (FEC) et dont la première tranche de 45 millions USD a été débloquée courant 2016. Ces réserves en devises concourent également à la stabilité affichée actuellement par l’ariary. « On est pratiquement au même niveau du MID que l’année dernière » selon toujours le Gouverneur de la Banque Centrale dont la participation dans le processus d’obtention des crédits du FMI, n’est pas négligeable. Dans le cadre de ses relations avec les institutions, plus particulièrement avec le ministère des Finances, la Banque Centrale a toujours participé aux négociations avec le FMI.

Stabilité monétaire. Toujours au chapitre des bilans pour 2016, la Banque centrale a également eu son rôle à jouer en matière de stabilité monétaire, notamment en mettant en place des mesures transitoires qui ont permis à l’ariary de se stabiliser. Toujours sur le plan monétaire, mais sur le plan local, la Banque Centrale a également pris les mesures qui s’imposent pour mettre un terme à la pénurie de billet de banque  constatée courant 2016. Une pénurie provoquée par la hausse vertigineuse des prix de la vanille et qui a fait que les billets de 10 000 ariary notamment ont été raflés et retenus par les opérateurs en vanille qui avaient manipulé des milliards et des milliards d’ariary de chiffres d’affaires durant la campagne de vanille. « Nous avons pris les mesures techniques convenables pour freiner cette pénurie en billet d’argent » selon toujours le Gouverneur de la Banque Centrale.

CBI. A noter que le ministre des Finances qui assure la tutelle de la Banque Centrale était également présent lors de cette cérémonie de présentation de vœux. Une occasion pour ce dernier de rappeler que le gouvernement est là pour mettre en œuvre toutes les mesures de redressement économique. Un redressement économique qui s’est d’ailleurs manifesté par les promesses de financements annoncées lors de la conférence des bailleurs et des investisseurs de Madagascar. « Les financements collectés à la CBI permettront de réaliser des investissements publics en infrastructures, mais également des investissements privés créateurs de richesses et d’emplois », a rappelé le ministre des Finances Gervais Rakotoarimanana.

 R.Edmond

Midi Madagasikara45 partages

Befandrina Avaratra : Nosakanan’ny andian’olona ny làlana

Tsy nanaiky ny didim-pitsarana navoakan’ny tribonaly ireto andian’olona vitsivitsy ka nosokanan’izy ireo ny lalana. Nanomboka ny alakamisy lasa teo, dia tapaka ny làlana mampifandray ny kaominina Ambodimotso ao Befandriana Avaratra amin’ny faritra manodidina azy. Taorian’ny nivoahan’ny valim-pitsarana ka nahavoafonja ny lefitra roa an’ny ben’ny tanana sy rangahy iray mpividy omby, dia nanomboka niseho ny tsy fahafaliam-pon’ny mponina sasany. Raharaha mahakasika fitazonana sy fivarotana omby tsy ara-dalana moa no nahavoasaringotra ireto tomponandraiki-panjakana ireto. Tsy nitazam-potsiny ny mpitandro  ny filaminana fa, nanatanteraka fandaminana avy hatrany. Taorian’izay dia olona 42 no indray vosambotra ary vehivavy ny roa tamin’izy ireo. Nalefa avy hatrany any Antsohihy atao fanadihadiana moa ireto olona voasambotra ireto. Noraisin’ny zandarimaria Sofia an-tànana teto ny famotorana.

Kanto R. ( Stagiaire)

Midi Madagasikara39 partages

Pouvoir d’achat en baisse

Les bouchers de la capitale constatent une baisse du pouvoir d’achat des ménages. « Depuis le mois de décembre 2016, le prix de nos produits n’a pas augmenté. Ceci n’est pas très bon pour nos recettes, mais nous sommes contraints par les coûts. En effet, rares sont les personnes qui achètent plus de 1kg de viande. La plupart ne prennent que ½, voire ¼ de kg. Si le kilo de la viande de porc était à 10 000Ar au mois de novembre, actuellement il est à 11 000Ar depuis la période des fêtes, soit une hausse 1 000Ar. Cette légère hausse a eu des impacts sur le niveau de consommation. Le pire est que même durant les fêtes, le niveau de consommation reste le même que celui des jours ordinaires, alors que d’habitude, les ventes devraient exploser.», nous a confié M Gilbert, boucher à la place du marché de Mahamasina. Certes, la situation financière de chacun se reflète à travers son niveau de consommation. Apparemment l’évolution semble être négative.

Koloina H (Stagiaire)

Midi Madagasikara38 partages

Ambatolampy Tsimahafotsy : Lehilahy mpihetraketraka, saika niharan’ny fitsaram-bahoaka

Lehilahy mpihetraketraka.

« Ataovy fitsaram-bahoaka », io no fitakian’ny fokonolona hampiharina amina lehilahy iray  mandrahona andro aman’alina ireo mpiara-monina aminy. Ity lehilahy ity moa, dia mitonona ho mpiasan’ny fitsarana sy mahafantatra olona ao amin’ny faritany Ambohidahy. Mampihorohoro ny mponina amin’ny alàlan’io asany io izy ary efa nilaza mihitsy fa, tsy misy tsy voavidin’ny volany. Ny 6 desambra lasa teo, dia nisy namono  ity lehilahy ity ka naratra tamin’izany. Ny 26 desambra anefa vao napetrany ny fitoriana ka olona telo no voarohirohy ary ambarany fa ananany porofo ny mahameloka azy ireo. Nivoaka tamin’ny fiandohan’ity taona ity ny didy ka sazy iray volana eny Antanimora no hoefain’izy telolahy voakasiky ny fitoriana. Ny herinandro lasa teo indray, dia olona roa no naharay fiantsoana avy tany amin’ny polisin’ny faritany raha araka ny nambaran’ny filohan’ny faritra. Fantatry ny vahoaka avy hatrany, fa ity lehilahy ity ihany no ao ambadik’izao fiantsoana izao.  Vaky ny ady teo aminy sy ny fokonolona izay efa ela niaretana fandrahonana. Ny alakamisy hariva teo, dia nanatanteraka fivoriana ny fokonolona handravonana ny disadisa sy hamahana ny olana kanefa dia  tsy vita hatramin’ny farany noho ny korontana. Nisy olona voairaka manokana mantsy, raha araka ny filazan’ny solon-tenan’ny mponina, hanakorontana sy handrava  ilay fivoriana. Niakatra ny hatezeran’ny fokonolona ka tonga hatramin’ny trano fonenan’ilay mpitory. Raikitra ny fifamaliana sy fikasihan-tànana teo amin’ny roa tonta ; saika tsy voafehy teto ny hatezeram-bahoaka. Vokany : nahitana ratra teny amin’ny vatan’ity lehilahy ity ary rehefa nanontaniana izy dia nanambara fa afa-jaza mihitsy ny vadiny noho ny vono nataon’ny fokonolona azy mianakavy, very ihany koa ny finday teny an-tanany izay ana mpitsara mpiara-miasa aminy. Milaza ny mbola hametraka fitoriana itsy farany noho izay zava-niseho izay. Nandà tanteraka ireo volaza ireo anefa ny vahoaka ary mbola manamafy ny maha mpandainga ity lehilahy ity.Tonga teny an-toerana ny zandary avy ao Ambodifasina rehefa naharay antso handamina ny savorovoro tamin’io andro io. Ny asabotsy vao nifampidinika teny amin’ny biraon’ny zandary ireo voakasika voalohany tamin’ity raharaha ity niezaka namitram-pihavanana.  Omaly maraina dia nifamory ny mponina fa hifanazava amin’ity lehilahy ity am-pahibemaso. Mbola nafana ny fifampiresahana, nisy ihany koa ny fifamaliana ary nangataka ny  fifonan’ity mpitory ity ny fokonolona. Nilaza ny vadin’ity mpitory fa ananany porofo daholo ny vono rehetra ary  fialonana azy ireo daholo izao zava-mitranga rehetra izao.

Kanto R. (Stagiaire)

Midi Madagasikara34 partages

Diplomatie : Mahasahy Béatrice débarque à l’OIF

Mahasahy Béatrice.

L’un des piliers du MAE vient d’être recruté par voie de concours international pour occuper un important poste au sein du bureau régional de l’OIF pour l’Océan Indien. Il s’agit de Mme Mahasahy Béatrice. Cette dernière est une fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères. Avant cette nouvelle destination professionnelle, Mahasahy Béatrice est Directrice Générale en charge de la Coopération internationale au MAE.

420 candidats. D’après nos sources, 420 candidats de différentes nationalités ont participé à ce concours international, mais c’est une Malgache qui a été recrutée. Mahasahy Béatrice a reçu vendredi le « Tso-drano » de la ministre Atallah Béatrice. « Mahasahy Béatrice a toujours fait preuve de compétence. C’est aussi une femme de confiance », a affirmé le chef de la diplomatie malgache.

R. Eugène

Midi Madagasikara33 partages

Talatamaty : Fiarana nentina pôlisy kôminaly, nandona nahafaty mpandeha tongotra

Pôlisy kôminaly iray, nitondra fiara nandeha mafy no nahafaoka olona teny an-dalana, ny zoma alina teo, teny Mamory, ao amin’ny fokontany Antoby, Talatamaty. Maty tsy tra-drano ity mpandeha tongotra ity, araka ny fampitam-baovao avy tamin’ny zandarimariam-pirenena. Tokony ho tamin’ny sivy ora alina teo no niseho ny loza raha ny vaovao hatrany. Nandeha mafy dia mafy tokoa ity fiara kely iray mitondra ny marika « volvo » izay nentin’ity mpitandro filaminana ity. Ary fantatra ihany koa fa fananan’ny kaominina Ivato. Tampoka teo anefa no tsy voatanan’ny mpamily intsony ny familiana, izay noho ny antony tsy fantatra, koa dia niseho ny loza teo amin’ny PK 03+200. Mam , sa noho ny antony ara-teknika ? Niantefa avy hatrany teny amina mpandeha tongotra nanaraka sisin-dalana an-kavanana ilay fiara. Noho izay fandehanany mafy izay, dia mafy ihany koa ny fifandonana. Nipitika lavitra dia lavitra tokoa ilay tovolahy 29 taona voadona, ary niankarapoka tamin’ny arabe nony avy teo. Nandriaka ny rà. Maty tsy tra-drano ity olona ity. Tonga teny an-toerana avy hatrany moa ireo mpitandro filaminana miandraikitra iny faritra iny, taoriana kelin’ny nisehoan’ny loza, nanao ny fitsirihana. Nentina avy hatrany tany amin’ny biraon’izy ireo sy notazonina tao ilay mpamily nahavanon-doza, mba hatao fanadihadiana. Nalefa eny amin’ny tranom-patin’ny Hjra  Ampefiloha kosa ny razana. Nampitangorona ny olona tokoa ity tranga teny an-toerana ity, raha ny fantatra. Ireto farany, izay efa toa maimbomaimbo rà ny amin’ny afitsoky ny sasantsany amin’ireny mpitandro filaminana miasa amin’ny kaominina ireny. Eny fa na dia ny any amin’ny toerana hafa aza no manao ny ataony sy manampatra ny fahefana eo an-tànan’izy ireo.

m.L

Tia Tanindranaza31 partages

Stadium Barikadimy-ToamasinaHahazo kianja sentetika

Tany Toamasina nitokana zava-bita telo sosona ny minisitra Rafidimanana Narson minisi-panjakana misahana ny fandaharan’asan’ny filoham-pirenena sy ny fanajariana ny tany ary ny fampitaovana.

Tany Toamasina nitokana zava-bita telo sosona ny minisitra Rafidimanana Narson minisi-panjakana misahana ny fandaharan’asan’ny filoham-pirenena sy ny fanajariana ny tany ary ny fampitaovana. Anisan’ny notokanany ny fametrahana ilay “Guichet Unique” misahana ny raharahan-tany ao Toamasina II, izay tena ahitana ady tany. Ao amin’ny biraon’ny fandrefesan-tany teo aloha amin’ny araben’ny fahaleovantena no nametrahana azy ity. Taorian’izay dia nisy ny fitokanan-dalana, “Rue Lt Emmanuel Berard” sy “Rue Amiral Billard”, izay fiaraha-miasan’ny M2PATE sy ny tsy miankina. Taorian’izay ny fiatrehan’ny minisi-panjakana ny fametrahana tamin’ny fomba ofisialy ilay kianja sentetikan’ny Stadium Barikadimy, fiaraha-miasan’ny fanjakana malagasy sy ny Fifa. Anisan’ny kianja tsara sy manara-penitra  ity napetraka ity, ka iray volana eo dia ho vita tanteraka ny fanatsarana azy izay naharitra 18 volana niarahana tamin’ny orinasa Frantsay HCB sy ny orinasa Malagasy RHM. Tsy afaka handray lalao baolina kitra anefa ity kianja ity raha tsy misy ny fanatsarana ireo manodidina azy, ka nanome toky Atoa Rafidimanana Narson fa ao anatin’ny enim-bolana no hanaovana izany, mba hahafahan’i Toamasina mandray lalao nasionaly ny volana aogositra ho avy izao. Ilay lanonana teo amoron-dranomasin’Ampasimazava nisian’ny fifampiarahabana noho ny taona vaovao ny vahoakan’i Toamasina, no namaranan’ny minisi-panjakana ny diany, izay nisian’ny nofon-kena mitam-pihavanana namonoana omby fito sy rindran-kira niaraka tamin’ireo mpanakanto maro.

Rakoutou

Tia Tanindranaza27 partages

PM SolonandrasanaManambitamby Fiangonana

Nafonja ny hafatry ny praiminisitra lehiben’ny governemanta, Mahafaly Olivier Solonandrasana, ho an’ireo kristianina FJKM sy izay rehetra nanotrona ny ivon’ny fankalazana ny faha-150 taona nitokanana ny FJKM tranovato Ambatonakanga omaly.

Nafonja ny hafatry ny praiminisitra lehiben’ny governemanta, Mahafaly Olivier Solonandrasana, ho an’ireo kristianina FJKM sy izay rehetra nanotrona ny ivon’ny fankalazana ny faha-150 taona nitokanana ny FJKM tranovato Ambatonakanga omaly. Ho setrin’ny toriteny izay nentin’ny filohan’ny FJKM ( Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara), Irako Andriamahazosoa Ammi, izay nanantitrantitra fa kely loatra ny vinan’ny kristianina raha tsy mihevitra ny fanjakan’ny lanitra sy ny fiainana mandrakizay dia nanamafy ny praiminisitra fa kristianina daholo tokoa ny mpikambana ao amin’ny governemanta izay tarihiny saingy mampametra-panontaniana kosa ny olana mbola mitoetra eto amin’ny firenena. Manomboka anio, hoy izy, mantsy ny omaly, dia ilaina ny manana zom-pirenena roa dia ny maha olom-pirenena Malagasy sy ny maha olom-pirenen’ny lanitra. Nisy moa ny fanazavana nomen’ny praiminisitra tamin’ny mpanao gazety mikasika ny antony tsy naharaikitra ny adihevitra nokasain’ny avy eo anivon’ny antoko politika Malagasy Miara-Miainga niarahana taminy ny faran’ny herinandro teo ary nazava ny valin-teniny fa nisora-tena toy ny voatango ihany ity antoko ity fa tsy mbola misy hatreto ny lalàna mamaritra izay tena lehiben’ny mpanohitra. Nanamafy ny fahavononan’ny fitondram-panjakana hiara-kiasa amin’ny fiangonana hatrany kosa ny praiminisitra, teo am-pamaranana ny lahateniny.

Mirija

Midi Madagasikara27 partages

« Firaisankina ho Fampandrosoana ny Tanindrazana » : Des politiciens d’horizons différents

Des membres de l’association « Firaisankina ho Fampandrosoana ny Tanindrazana ». (Photo Kelly)

L’association « Firaisankina ho Fampandrosoana ny Tanindrazana » (FFT)  a procédé à la présentation de vœux, entre ses membres, avant-hier, au Carlton. Ladite association est composée notamment de politiciens et de personnalités d’horizons différents. Il s’agit, entre autres, de Jean-Jacques Rabenirina, Ndahimananjara Johanita, Benjamina Ramanantsoa Ramarcel, Toto Lydia, Betiana Bruno, Ulrich Andriatiana, Kolo Roger, Henry Rabary-Njaka et Rachidy Mohamed. Selon Betian Bruno, l’association propose des suggestions au gouvernement, au parlement et au Président de la République. Cet ancien ministre de l’Energie a d’ailleurs souligné que le FFT a des solutions pour rémédier au problème de délestage. Il n’a pas toutefois dévoilé lesquelles.

Dominique R.

Tananews26 partages

“Nous tous, habitants de Madagascar, sommes responsables”

Affirmation du Ministre de la Justice, Charles Andriamiseza, interrogé sur la multiplication des vindictes populaires.

Bien entendu, ce sont donc tous les Malgaches qui sont responsables.

Mais qui est le premier responsable ? Mon gardien ?

Midi Madagasikara26 partages

By Pass : Fiara roa nifandona, potika tanteraka

Fiara roa tsara tarehy, samy 4×4 no nifandona teo amin’ny tetezan’ny by-pass, nandritry ny zoma nahafinaritra. Tapaka hatramin’ny lalana. tokony ho tamin’ny sivy ora alina teo no nitranga ny loza. Vetivety dia feno zandary ny lalana, nandrindra ny fifamoivoizana sy nijery ny zava-nisy. Samy olona misy atao ny roa tonta ary samy niantso ny olom-pantany, raha ny feo re teny an-toerana

D.R

Midi Madagasikara25 partages

Natation : Saint-Michel club phare de Madagascar

Ils ont les meilleurs nageurs du moment et ils veulent mettre le sport sur orbite. Pas seulement pour Saint-Michel mais au niveau national.

En ce début de saison sportive, force est d’admettre que le club phare de Madagascar qui est bien devant tous les autres clubs demeure et reste le club de Saint-Michel dirigé par Jaona Rabary. L’année 2016 leur a été propice avec des pluies de records nationaux ainsi que des meilleures performances. « Nous n’y serions pas arrivés sans l’appui de tous ceux qui croient en nous », a déclaré le président. « Il y va aussi de nos jeunes qui une fois motivés se donnent à fond. Sinon, comment expliquer ces records nationaux à la Réunion ? ». Avec des nageurs de la trempe de Mickael Rasolonjatovo, Muriel Rabarijaona, les Rakotomavo, ou encore Johana Ramanitra, l’avenir est devant eux. Ils ont tout pour aller loin, y compris les infrastructures tout comme les gabarits. « Mais je réitère que sans l’appui des sponsors, cela ne nous aurait pas été possible. Gérer une association n’est pas chose facile et il faut toujours voir loin. J’ai vu des tas de jeunes sportifs de différentes disciplines qui ont été démotivés et ont tout lâché. L’avenir des jeunes est entre les mains des dirigeants et il faut faire très très attention. Ne jamais oublier aussi que le sport en fera jamais vivre à Madagascar pour le moment. Il faut soutenir l’enfant dans ses études ».

Jaona Rabary déplore aussi des choix techniques qui attaquent directement le moral des sportifs « Cela ne nous concerne pas vraiment. Pas toujours. Je plaide pour tout le monde. Je pense que des techniciens en place (pas tous) doivent vraiment se remettre en question et démissionner quand ils savent qu’ils ne sont plus les bienvenus encore moins compétents. Pourquoi rester contre vents et marées ».

Anny Andrianaivonirina

Tia Tanindranaza23 partages

Volamena tratra teny Ivato18 kg mitentina 2,250 miliara Ar

Volamena saika haondrana an-tsokosoko milanja 18 kg mitentina 2,250 miliara ariary no tratran’ny mpiasan’ny fadintseranana teny amin’ny seranam-piaramanidin’Ivato ny sabotsy lasa teo tamin’ny 2 ora maraina.

Volamena saika haondrana an-tsokosoko milanja 18 kg  mitentina 2,250 miliara ariary no tratran’ny mpiasan’ny fadintseranana teny amin’ny seranam-piaramanidin’Ivato ny sabotsy lasa teo tamin’ny 2 ora maraina. Mpivady izay teratany malagasy ilay vehivavy ary syrianina kosa ilay lehilahy no nitondra ilay izy. Tao anaty entana entin-tanana (bagage a main) no nasian’izy ireo ny volamena. Efa afaka ny fitsirihana rehetra izy mivady saingy rehefa tao amin’ny efitrano fiondranana kosa dia nahatsikaritra ny mpiasan’ny fadintseranana sy ny mpitandro ny filaminana fa tsy mahatombin-tsiraka sy mahamahana izany izy mivady. Nantsoina izy ireo ka natao ny fisavana dia sarona teo ny volamena. Milaza fa mpandraharaha amin’ny resaka volamena any amin’ny tapany avaratry ny nosy iny izy mivady ireto ary nikasa hitondra ny entana any ivelany, any Dubai moa no fantatra fa saika hanondranana ireto volamena 18 kg ireto. Nogiazan’ny fanjakana ary napetraka avy hatrany ao amin’ny Banky Foiben’i Madagasikara ny volamena tahaka ireo volamena rehetra nokasaina naondrana an-tsokosoko teo aloha. Notazonin’ny mpitandro ny filaminana kosa mba hatao famotorana ireo mpivady nanao ny trafika. 2 taonina isan-taona ny volamena mivoaka an-tsokosoko eto Madagasikara, araka ny tombantombana, 34 kg kosa no tratra teny Ivato tamin’ny taona 2016. Ireo teratany vahiny, indrindra fa ny Karana no tena mpanao ny trafika. Efa mazava fa misy tambajotra mpanao trafikana volamena eto Madagasikara ka mila hanaovana fanadihadiana tena lalina fa tsy ireo olona tratra mitondra ny entana eny Ivato fotsiny no samborina sy gadraina. Malaza fa misy ny olona ambony ao ambadiky ny resaka trafikana volamena fa mpitondra entana sy irakiraka fotsiny ihany ireny tratra eny Ivato ireny.

RTT

Midi Madagasikara23 partages

La situation sous contrôle dans le Sud

Les prévisionnistes de la météo avaient déjà annoncé en octobre dernier qu’il y aurait des inondations dans le Sud à la suite de nombreuses intempéries. Les autorités avaient pris acte et affirmaient qu’elles en tiendraient compte. Les fortes pluies sont tombées pendant les trois premières semaines du mois de janvier et ont provoqué des crues et avec elles, leur cortège de sinistrés. Mais l’équipe gouvernementale descendue sur place a tenu à rétablir « sa vérité ».

La situation sous contrôle dans le Sud

Qui doit-on croire, les autorités sur place ayant décrit le calvaire des populations sinistrées après la rupture du barrage de Fierenana ou le Premier ministre et ses collaborateurs qui démentent toutes les informations rapportées par la presse ? Les photos publiées la semaine dernière parlent d’elles-mêmes, mais les clichés envoyés par la cellule de la communication de la primature sont tout aussi édifiantes. Cependant, il faut préciser que les premières ont été prises au plus fort des intempéries et les secondes le week-end dernier. Les unes montrent des scènes de désolation et les autres des endroits totalement secs avec des personnes souriantes entourant le chef du gouvernement. Ce qu’on peut dire donc, c’est que les autorités au plus haut niveau se sont quand même émues du sort des habitants du sud et ont enfin décidé de venir à leur secours. Elles sont arrivées au moment où une sensible amélioration des conditions météorologiques a eu lieu. Elles ont donc affirmé qu’elles n’avaient constaté aucun dégât et qu’il n’y avait aucun sinistré. Elles ont apporté des vivres, en l’occurrence du maïs et ont décidé la mise en œuvre de chantiers HIMO pour endiguer les endroits où la rivière a débordé. L’honneur du gouvernement est sauf. La situation est maintenant sous contrôle. Il a pris la situation en main et il ne devrait plus y avoir de catastrophe dans les jours à venir.

Patrice RABE

News Mada22 partages

Banque Centrale de Madagascar : 1,1 milliard de dollars de réserves en devises

1,1 milliard de dollars constituent actuellement la réserve en devises au niveau de la Banque centrale de Madagascar (BCM). Cela équivaut à une hausse de 40% comparée aux réserves des deux dernières années.

«La Banque centrale de Madagascar a enregistré 1,1 milliard de dollars actuellement contre 800 millions il y a deux ans de cela, soit une augmentation de 40% », a fait savoir Alain Hervé Rasolofondraibe, gouverneur de la BCM, lors de la présentation de vœux de cette institution financière samedi dernier à Lazaina Avaradrano.

L’application de mesure transitoire pour le marché interbancaire de devises (Mid) comme la réglementation sur le rapatriement de devises ainsi que l’approbation de la Facilité élargie de crédit (Fec) par le Fonds monétaire international (FMI) sont entre autres cités comme ayant contribué à l’amélioration de la réserve en devises qui permettra en outre de couvrir nos importations. Pour cette institution, ces réserves en devises vont effectivement s’améliorer progressivement, grâce au développement des partenariats de la Grande île avec les partenaires techniques et financiers (PTF).

Harmoniser politique monétaire et budgétaire

L’atteinte d’une performance de ce genre fait toutefois soulever un défi majeur : l’harmonisation de la politique monétaire et la politique budgétaire dans l’optique de développement économique durable. D’un point de vue structurel, la coopération entre le ministère des Finances et la Banque centrale s’avère ainsi très importante et très impliquée.

« C’est ce que nous avons fait, trouver la cohésion entre la politique monétaire par rapport à l’émission de liquidité d’une part, et la politique budgétaire par rapport à la gestion de la trésorerie du ministère des Finances d’autre part », a enchaîné le gouverneur.

Un des sujets sur lequel travaille également la BCM est la coopération dans la préparation des négociations avec les PTF tels le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale ou encore les partenaires bilatéraux. « En effet, l’accord établi avec la FMI ouvre effectivement la voie pour tout autre accord de financement et de coopération. L’un des financements les plus importants est par exemple celui du gouvernement japonais dans le projet d’extension du port de Toamasina », a en outre expliqué Alain Hervé Rasolofondraibe.  Par ailleurs, Les fonds obtenus avec les PTF comme lors de la dernière Conférence des bailleurs et des investisseurs (CBI) permettront aussi de pousser les investissements publics, concernant notamment les infrastructures.

Stabilité de l’ariary

Et parlant du taux de l’ariary face aux devises de référence, le gouverneur a fait savoir que cela dépend de l’évolution de l’économie nationale. Si la forte dépréciation de l’ariary a été signalée par les économistes et les opérateurs privés ces deux dernières années, le gouverneur de la BCM a affirmé que la monnaie malgache se stabilise peu à peu. « La monnaie nationale a connu des fluctuations ces derniers temps mais cela s’est stabilisé à la fin de l’année,  période durant laquelle le taux s’est aligné avec celui de l’année précédente. Le taux de l’euro reste  inchangé et le dollar a connu une légère appréciation », a-t-il souligné.

Quoi qu’il en soit, la BCM ambitionne toujours de concrétiser une vision pour le long terme. Raison de la mise en œuvre de son plan stratégique étalé sur une période de quatre ans, soit entre 2015 et 2019.

Arh.

 

Midi Madagasikara22 partages

Alimentation en eau : Des quartiers de la capitale toujours mal approvisionnés

Coupure fréquente de l’eau et longue file d’attente pour en avoir… cela commence à faire beaucoup pour les tananariviens.

L’arrivée des eaux de Tsiazompaniry a donné un semblant d’espoir aux Tananariviens… car le ravitaillement en eau pose toujours problème.

 « Fatigue ». C’est le terme qui résume l’état actuel de nombreux tananariviens quant à la coupure incessante de l’eau de la Jirama. Une situation qui touche de nombreux quartiers : d’Itaosy en passant par Ambohidroa, Ambatolampy pour arriver à Ivato-Horizon. Si dans certains « fokontany », « l’eau est complètement coupée, et ce depuis quelques jours, c’est en petite goutte qu’elle arrive dans les foyers ». L’on peut lire dans le compte facebook d’une abonnée « l’eau est coupée depuis deux jours dans notre quartier. Si toutefois, le ravitaillement revient, cela se fait à petites gouttes». Un autre abonné d’Ivato-Horizon déplore « que l’eau est coupée durant toute la journée jusqu’à 23 heures ».  Dans cette situation, Domoina une mère de famille d’Ambohidratrimo-Alakamisy a annoncé que « l’eau de la Jirama est complètement coupée depuis près de trois semaines ». « Nous nous ravitaillons avec un puits appartenant à un voisin mais comme il ne pleut pas, le puits commence à être à sec », a-t-elle enchéri.

Responsabilités. Même si cela n’est pas l’avis de nombreux abonnés, la responsabilité est partagée. En effet, cela concerne chaque citoyen étant donné que la sauvegarde de l’environnement est une cause commune. Et que par leurs gestes, particuliers ou collectifs, d’actions ou d’inactions, les malagasy contribuent à cette situation de destruction massive des écosystèmes. Enfin, il y a la responsabilité des dirigeants qui se manifeste dans leur incapacité à prévoir, à anticiper et à mettre en place des stratégies pérennes qui prennent en compte tous les paramètres (à court, à moyen et à long terme). La situation ne semble toutefois pas être réglée étant donné les conditions météorologiques. Ces dernières ne sont pas favorables à la tombée de la pluie d’après le service de la météo Madagascar. Il faudrait encore attendre mardi prochain pour que lesdites conditions soient favorables et que la pluie tombe dans la capitale. Ce qui n’est toutefois qu’une prévision. Histoire à suivre.  

José Belalahy

L'express de Madagascar17 partages

Événement – Le festival Donia se focalise sur le caritatif

La 24ème édition du festival Donia, actuellement en chantier, est déjà fin prête à près de 90% selon le Comité d’organisation du festival de Nosy Be (Cofestin). Prévu se tenir du 31 mai au 4 juin, l’évènement, fort de sa popularité dans l’océan Indien depuis près d’un quart de siècle maintenant, et animé par le folklore intemporel qui anime la population de l’île aux parfums, promet encore et toujours une programmation des plus enjouées.Avec une population très diversifiée et colorée, se caractérisant surtout par la chaleur et la gentillesse qui enrichit la musicalité des artistes locaux, le festival Donia contribue activement à faire valoir le talent des musiciens des îles. Ainsi, outre les artistes nationaux qui sont déjà annoncés à l’affiche des festivités de cette 24ème édition, notamment les jeunes Basta Lion et Jior Shy ou encore l’illustre prince du salegy, Fandrama lui-même qui rempile cette année, c’est une belle brochette d’artistes et de groupes internationaux qui viennent garnir la grande affiche du festival Donia pour cette fois encore, tel un rendez-vous d’envergure international.« C’est toute une diversité musicale que l’on proposera une fois encore avec le festival Donia cette fois-ci. On aura des artistes de La Réunion, de Maurice, des Seychelles, mais également du Botswana », souligne Vincenzo Sanna, président du Cofestin. De même, le festival participe depuis ses débuts au soutien des artistes et mélomanes locaux, et cela s’est d’autant plus renforcé grâce à la création d’une école de musique, ouverte autant aux musiciens résidents qu’à ceux de passage.Le Cofestin participe énergiquement au soutien d’œuvres caritatives aussi désormais, surtout à l’aide aux femmes souffrant de handicap à Nosy Be. « Une partie des bénéfices du festival est reversée à ces œuvres de bienfaisance qui nous tiennent à cœur. De plus, les artistes du festival sont aussi mis à contribution dans nos actions, par la  crétion des chansons qui visent à sensibiliser le public », confie Amida Sanna, marraine de l’Association des femmes handicapées de Nosy Be.Enjoué et resplendissant d’énergie comme à l’accoutumée, le festival Donia enchantera à coup sûr un public éclectique cette année.

Andry Patrick Rakotondrazaka

Midi Madagasikara16 partages

Protection sociale : Fin de la formation sur les droits des ECD

Les deniers responsables d’organismes publics formés sur les droits des ECD par la CNAPS.

« Permettre aux employés de Courte Durée (ECD) de connaître leurs droits pour qu’ils en bénéficient les avantages et sensibiliser les employeurs sur l’obligation de les respecter » sont les objectifs fixés par la CNAPS ou Caisse Nationale de Prévoyance Sociale cette année. Des objectifs que ladite caisse a tentés d’atteindre grâce à des formations octroyées aux employeurs et responsables des organismes publics des 22 régions. Et qui se sont terminées dans les régions d’Anosy et d’Androy. Lesdites formations se portant surtout sur la nécessité pour les responsables (les employeurs) de respecter les droits des employés qu’ils soient ECD ou non. Ce qui n’est pas le cas dans différents organismes actuellement. Car outre le fait que de nombreux employés ECD ignorent leurs droits (en plus de recevoir leur salaire), la majeure partie des responsables et des employeurs feignent d’ignorer que les travailleurs ont droit à la protection sociale.

Recueillis par José Belalahy

News Mada15 partages

Minisitra Atallah : « Handray vahiny hatrany isika… »

Anisan’ny nisongadina tamin’ny lahatenin’ny minisitry ny Raharaham-bahiny, Atallah Béatrice, ny zoma teo teny By Pass, ny fifandraisantsika amin’ny any ivelany sy ny diplaomasia. « Vahiny maromaro no ho avy eto amintsika. Eo ny filohan’i Torkia arahin’ny solontenan’ny papa François. Ho avy amin’ny febroary koa ny andriamanjakan’i Thailand », hoy izy raha nifampiarahaba noho ny taona vaovao amin’ireo mpiasa ny tenany. Anisan’ny fanambiny ny mba hiantraika amin’ny andavanandron’ny mponina ny diplaomasia tantaniny. Mbola handray fivoriana maromaro koa isika taorian’ny nandraisana ny Comesa sy ny Frankofonia ny taona 2016. « Mitantana ireo fikambanana roa lehibe ireo rahateo isika izao », hoy izy.

Hitohy koa ny fivoahana any ivelany iarahana amin’ny filoham-pirenena sy ireo fihaonambe iraisam-pirenena momba ny toekarena.

Synèse R.

 

Midi Madagasikara15 partages

Chronique de Mickey : Histoire d’eau et de Prince

Pour un beau coup politique en voilà un ! On laisse pourrir une situation et on arrive en sauveur, comme « Zorro est arrivé ! ». On fait une d’une pierre deux coups : On fait taire un problème insoluble et on pavoise du résultat obtenu sur un autre dont la solution est, somme toute, à portée de main. L’handicap de ce pays est celui du pourvoir en électricité, les principales villes sont au bord de l’explosion sociale surtout dans les grandes agglomérations, puisque le monde rural, de toutes les façons, sait qu’il est encore étranger à toute politique durable d’électrification. Comment faire pour étouffer toutes velléités de révolte qui conduirait à un renversement du pouvoir en place ? On le sait dans un pays comme Madagascar la sphère sociale et celle de la politique sont comme deux vases communicants, un trop plein de l’un va remplir l’autre. 

La sécheresse qui sévit dans la capitale fait tarir les cours d’eau asséchant ainsi les terres agricoles et surtout risque de priver les habitants de quoi boire et se laver  pour résumer. Habituellement, pour  parer à de tels problèmes, des  « vannes » de sécurité existent et il ne tient qu’à les ouvrir. Il est fort à parier que cette procédure est connue  du plus simple technicien de  la Jirama ou de ce ministère de l’Eau (né seulement de l’avidité de pouvoir des « transitistes»). Tout ce beau monde connait l’existence du lac de barrage de Tsiazompaniry, créé il y a  soixante-ans et construit à cet effet. Qu’est-ce qu’on a fait ? On laisse apparaître le lit de l’Ikopa créant une psychose de coupure totale d’eau. Les responsables  en rajoutent en montrant les pompes défectueuses parce que le niveau du lac de Mandroseza est trop bas pour son bon fonctionnement et en plus,  jouent  les affligés parce qu’il ne reste plus que quatre jours de réserve d’eau. La population panique  et comme toujours cherche  des solutions car dans l’inondation comme   dans la sécheresse, elle sait qu’il lui faut d’abord compter sur elle-même. Le compte à rebours commence à être égrené, et voilà, en sauveur Monsieur le ministre arrive et tire de son chapeau comme un magicien la solution de génie : « Ouvrir les vannes de Tsiazompaniry et l’eau arrivera – justement – dans le délai exact de quatre jours » Déclaration officielle qui ne semble attendre que des « Hourra !»

 Ainsi un foyer est éteint mais l’incendie nommé délestage persiste encore. Le principe du contre-feu qui consiste justement à brûler la lisière d’un grave incendie pour arrêter ce dernier a marché. La promesse de mettre fin à ces coupures répétées de courant est du coup moins assourdissant surtout que des fusibles ont sauté à la tête de la JIRAMA. « Il faut estimer comme un bien le moindre mal ». disait si bien Machiavel dans Le Prince.

M. Ranarivao

News Mada14 partages

Manameloka ny fitsaram-bahoaka ny FFKM

Nivoaka amin’ny fanginany. « Manameloka ny fitsaram-bahoaka ny fiangonana. An’Andriamanitra ny aina ka tsy misy tompon’izany afa-tsy Izy ihany. Tsy maintsy tadiavina ny fomba, hampitsaharana izany satria raharaha eny anivon’ny fiarahamonina izany. Tsy an’ny fiangonana irery ka tokony hijerena vahaolana », hoy ny filohan’ny FFKM,  ny Mgr Razanakolona Odon, omaly tetsy amin’ny fiangonana anglikanina Andohalo. Nohelohin’izy ireo koa ny halatra lakolosy niseho lany. Efa nanaovanay hafatra io satria fanimbazimbana ny fiangonana sy Andriamanitra », hoy izy.

Momba ny ho tohin’ny fampihavanana, nambarany fa tsy mbola mifarana izany. « Nangataka ny komity foibe ny amin’ny hanohizana izany ka hiverenana indray. Mbola handamina fotoana izahay. Faniriana ny hanaovana ny fampihavanana sady iraka ampanaovin’ny komity foibe izany », hoy ihany izy.

Ankoatra izany, hapetraka ny vatofehizoron’ny biraon’ny FFKM vaovao etsy Ankorondrano ny alarobia izao ary hisy fotoam-pivavahana amin’izany.

Tsiahivina fa tafiditra amin’ny herinandro fiaraha-mivavaka ny natao, omaly. Efa vita tany Toamasina kosa ny famindram-pitantanana nandraisan’ny Ekar ny filoha ho amin’ity taona ity.

Synèse R.

Midi Madagasikara14 partages

Recep Erdogan : Le journaliste Turkmen Terzi critique sa visite à Madagascar

Le journaliste Turkmen Terzi se trouve déjà à Madagascar.

Victime du régime du président Recep Erdogan, Turkmen Terzi a été obligé de s’exiler en Afrique du Sud. Depuis quelques jours, ce journaliste turc qui travaille à Johannesburg pour Cihan International News Agency se trouve à Antananarivo, dans l’objectif de couvrir à sa façon la visite de deux jours du président de la Turquie. Ayant donné une conférence de presse la semaine dernière à l’endroit des journalistes malgaches et internationaux qu’il a pu contacter, Turkmen Terzi a dénoncé la dictature de Recep Erdogan, qui s’est accentuée depuis 2011. « Il a jeté tout le monde en prison à l’issue de la tentative de coup d’Etat de juillet 2016. Plus de 42 000 personnes ont été incarcérées. 2009 collèges et universités ont été fermés. 6 900 enseignants ont été licenciés, 3 843 juges ont été jetés en prison, 151 journalistes ont été arrêtés et 149 chaînes d’audiovisuel ont été fermées », a-t-il déploré.

10 visites en 18 mois. Par ailleurs, l’exilé Turkmen Terzi s’est posé la question sur le fait qu’en 18 mois, le président Recep Erdogan a effectué 10 visites en Afrique. Avant de faire savoir : « La Turquie dispose actuellement d’ambassades dans 34 pays africains. » En tout cas, comme les ressortissants turcs, le journaliste Turkmen Terzi veut également rencontrer le président Recep Erdogan  à Madagascar. A rappeler que, sauf changement,  ce dernier est attendu demain dans la Capitale. Sa visite ne serait pas certainement à l’abri des contestations.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara13 partages

Journalisme sportif : Un regain de dynamisme

La presse sportive s’est rassemblée à l’Académie nationale des sports samedi pour les présentations de voeux.

Mis à part ceux qui ne voulaient pas venir pour conflits d’intérêts ou ceux qui ne pouvaient pas venir pour d’autres causes professionnelles ou personnelles, la presse sportive était presque au grand complet samedi à l’Académie nationale des sports. Les vieux de la vieille avec Daniel Randriamaro, Clément Rabary, Sylvain Ranjalahy, Aristide Rafalimanana etc… étaient là. Convivialité et fraternité étaient au rendez-vous. Mieux, ils ont parlé de relancer l’association de journalistes sportifs de Madagascar. Et si tout va bien, une élection aura lieu bientôt. A moins que l’on ne mette encore et encore des obstacles pour sa mise sur pied.

En général, le monde du sport côté journalisme a évolué. Le web a pris beaucoup de place aussi avec des Web Tv et bientôt des sms via téléphones. La technologie permet à tout un chacun d’être à l’affût de tout événement sportif. Le milieu aussi a rajeuni avec de nouvelles têtes très jeunes voire inexpérimentées. Mais qu’à cela ne tienne, la presse sportive est fair-play et accueille tout nouveau venu féru de sport. Toutefois, le côté féminin est toujours aussi discret, loin des parités dans le monde du journalisme social par exemple, le sport faisant peur aux nouveaux sortants des écoles de journalisme. Qu’importe, ceux qui ont toujours été là ont toujours assuré, et on a pu le constater avec cette fête où ceux qui croient en la presse sportive ont aidé d’une façon ou d’une autre.

Anny Andrianaivonirina

News Mada12 partages

Mpanao gazety Turkmen Terzi : « Mpitondra jadona sy mpanao kolikoly i Erdogan »

 Naneho ny heviny amin’ny hahatongavan’ny filoha tiorka, Erdogan, eto amintsika ny mpanao gazety, Turkmen Terzi. Mialokaloka atsy Afrika Atsimo, miasa eo anivon’ny Cihan International News Agency, izy ary efa eto an-toerana hanaraka akaiky izao dian’ny filoha Erdogan izao.

Tsapan’ny vahoaka tiorka fa lasa mpitondra jadona ny filoha Erdogan, taorian’ny taona 2011. Nidina an-dalambe ny vahoaka tamin’izany nanohitra. Nogiazany sy nobaikoiny ny mpitandro filaminana ary nataony fitaovana nisamborana ireo tsy manan-tsiny”, hoy ity mpanao gazety mijoro vavolombelona ity, ny herinandro teo, niresaka tamin’ny mpanao gazety malagasy. Nipoitra koa ny kolikoly nataon’ny filoha Erdogan sy ny zanany, ny taona 2013, saingy nambarany ho lainga afafin’ireo mpanohitra azy, toa an-dry  Fethullah Gülen, izany ka nisamborana olona 70 avy eo.  Nitohy tamin’ny fanonganam-panjakana ny volana jolay 2016 izany. “Nambara fa niseho tamin’ny 9 ora alina ny fandrodanana fitondrana nefa ny ampitso maraina, efa vita lisitra avokoa ireo hohenjehina… Tokony ho ireo olona nanao ny fanonganam-panjakana no nosamborina fa tsy izao olona rehetra izao”, hoy izy.

Nanangana fitsarana manokana

Notanisainy fa 120 000 mahery ireo noroahina sy very asa ary nambara fa tafiditra amin’ny fanonganam-panjakana. 42.000 mahery ireo voasambotra. Sekoly sy oniversite 2 009 nakatona. 6 900 ireo mpampianatra  voaroaka. 3 843 ireo mpitsara gadraina ary 151 ireo mpanao gazety nosamborina. 149 ny haino aman-jery nakaton’i Erdogan. “Efa voaomana mialoha ireo lisitra ireo. Nampangaina ho mpanara-dia an’i  F. Gülen izy ireo ary nataony anaty kitapo iray avokoa ho manohintohina azy nefa misy ireo mpitaky fizakan-tena Kurd ohatra ao… Navoaka ny fonja ireo gadra, 40 000 nahavita heloka ka nampidirana ireo olona ireo. Any aminay, ahitana manampahaizana marobe ny fonja : mpampianatra, mpitsara, mpitsabo, polisy maherin’ny 30 000… Miteny avokoa ny rehetra fa tena Hitler ny filoha Erdogan “, hoy ity mpanao gazety nandositra an’i Tiorkia ity. Nanangana fitsarana manokana mihitsy ny mpitondra hanenjehany ireo manohitra azy. Nosoloiny ireo olona akaiky azy ireo nesorina tamin’ny asany rehetra.

Nanakatona sekoly sy ivontoerana samihafa

Etsy andaniny, anisan’ny mahagaga ity mpanao gazety ity ny fihazakazaky ny filoha Tiorka aty Afrika. Impolo izy nitsidika taty tao anatin’ny 18 volana ary manana masoihovo amin’ny firenena afrikanina 34. Tsy vitan’izany. 51 ny sidina ataon’ny kaompania Turkish Airlines ka ny 34 amin’ireo, aty Afrika, anisan’izany ny eto amintsika.  Velona ahiahy anefa ity mpanao gazety ity amin’izany. “Nitondra fitaovam-piadiana maneran-tany ny fiaramanidina ka nahazo tamin’izany ny Boko Haram atsy Nizeria, natao hitifirana kristianina… Sarona tatsy Afrika Atsimo, ny herinandro teo, koa ny mpanao asa vy very ny aina iray nandeha zotra Turkish Airlines”, hoy ihany Turkmen Terzi.

Eo amin’ny fanabezana sy ny fampianarana, na nakatony na nalain’i Erdogan ho eo an-tanan’ny fanjakana avokoa ireo sekoly sy ivon-toerana samihafa tantanan’ny Tiorka aty Afrika. “Ho mora aminy ny manara-maso azy ireny… laika sy manaraka ny fandaharam-pianarana amin’ny firenena misy azy avy anefa ireny sekoly ireny”, hoy izy.  Nomarihiny fa te hiala any Tiorkia ny maro noho izany fitondrana jadon’i Erdogan. Te  ho ambonin’ny rehetra io filoha io. “Ho Kalif mihitsy izy…”,  hoy ity mpanao gazety nandositra ny filoha Erdogan ity.

Synèse R.

L'express de Madagascar12 partages

Coupe du monde des traiteurs – Le Trophée d’Or à la Suisse

Ce n’était pas une mince affaire pour eux, mais ils auront tenu bon jusqu’au bout. L’équipe malgache a brillé par sa fierté à la Coupe du monde des traiteurs 2017.

Clap de fin sur la cinquième édition de l’International Catering Cup et après deux  jours d’intense compétition, soit 20 heures d’épreuves, le meilleur traiteur du monde est enfin proclamé. Au bout d’une longue et ardente bataille culinaire et gustative, c’est donc l’équipe de la Suisse, représentée par David Alessandria et Julien Gradoz, qui remporte le Trophée d’Or et le titre de « Meilleur Traiteur du Monde ». L’équipe de France, représentée par Sébastien Zozaya et Yoann Fournier gagne le Trophée Argent. L’équipe de Singapour, représentée par Patrick Heuberger et Brandon Wei Khong Foo remporte le Trophée Bronze.Depuis le début de cette belle aventure gastronomique qu’ils ont entreprise dans l’Hexagone, plus précisément à Lyon, la capitale même de la gastronomie mondiale, les membres de la fine équipe malgache ont, pour leur part, toujours fièrement affiché leur modestie. Promettant d’émerveiller les papilles des fins gourmets présents au Salon Sirha 2017 et du prestigieux jury de la Coupe du monde des traiteurs, Antonio Mick Razakandrainy, sous-chef de cuisine au Carlton Anosy et Herilanto Andria­nainarivony, sous-chef pâtissier au Carlton Anosy auront donné le meilleur d’eux-mêmes. Partie avec un certain handicap dès le début, notamment avec les produits imposés à traiter, l’équipe malgache coachée par le chef émérite Lalaina Ravelo­manana, n’a pas démérité.

Confiant« Évidemment, je suis un peu déçu, mais quand même très fier de nos gars, ils étaient vraiment à la hauteur et ont fait un super boulot. En tant que coach, je ne peux que les féliciter. Les autres ont été meilleurs, mais on ne baissera pas les bras, on continue d’aller de l’avant avec cette mentalité de champion que nos jeunes ont déjà. Ce n’est que le début d’autres belles aventures », souligne le Chef Lalaina Ravelomanana.Ayant principalement mis en valeur la qualité de l’arôme et la saveur du chocolat de Madagascar à travers chacun de ses plats, du royal de foie gras en entrée, mais aussi d’une trilogie de cochon et d’une tartelette à la poire, un zeste de chocolat bien de chez nous a égayé les créations des jeunes chefs. Malgré les difficultés auxquelles ils ont fait face, l’équipe malgache n’a pas fait pâle figure face à ses homologues internationaux, et se relèvera de cette défaite.Ce concours ayant d’ores et déjà valorisé la créativité des chefs malgaches aux yeux du monde, puisqu’en 2015, Madagascar a remporté le prix du « Meilleur buffet au monde » lors de ce prestigieux concours. Un prix remporté cette année par le Canada qui a su marier couleurs, saveurs et sobriété sur son stand. Nullement pessimiste quant à l’avenir de la gastronomie malgache, le chef Lalaina Ravelo­manana conclut « Madagascar s’est toujours distingué sur le continent africain, grâce à cet art culinaire goûteux, riche et prestigieux à la fois. Ainsi, je suis sûr que les générations à venir promettent de nous surprendre encore plus ».Andry Patrick Rakotondrazaka

Madagascar Tribune11 partages

L’église catholique en plein dans la politique

Les catholiques de Madagascar et la représentation du Saint-Siège à Madagascar se préparent depuis quelques semaines à la visite du Cardinal Pietro Parolin, numéro 2 du Vatican qui aura lieu à partir du 26 janvier jusqu’au 30 janvier 2017 dans la capitale. Cette visite est le deuxième important séjour d’un haut dignitaire de l’église catholique dans le pays après celle du Pape Jean Paul II en 1989 qui avait marqué son séjour par la béatification de Victoire Rasoamanarivo, bienheureuse. Le Cardinal Pietro Parolin est le Secrétaire d’Etat du Vatican et à ce titre consacrera sa première journée en terre malgache par des rencontres avec les autorités gouvernementales. La ministre des Affaires étrangères Béatrice Atallah d’ailleurs avait dès le début de l’année fait allusion à cette visite qui entre officiellement dans le cadre de la célébration des 50 ans de relations diplomatiques entre le Saint-Siège et la République de Madagascar. L’agenda du Cardinal, Secrétaire d’Etat du Vatican est très chargé et sera très suivi par autant les fidèles catholiques que les chrétiens que l’opposition politique. Il faut reconnaître que la visite en 1989 du Pape Jean Paul II à Antananarivo et à Fianarantsoa et son testament pour Madagascar ont été compris comme un encouragement par l’opposition et une majeure partie du clergé catholique dans leur lutte contre Didier Ratsiraka et au régime socialiste et démocratique.

Aujourd’hui et au moment où l’« opposition » fait des pieds et des mains pour renverser ou du moins pour accélérer la marche vers les urnes quitte à revoir sa stratégie envers l’Occident, cette visite du numéro 2 du Vatican est cruciale pour le régime et aussi pour cette opposition qui est éparse. En tout cas, l’affluence attendue au stade de Mahamasina pour la grande messe le 29 janvier 2017 donnera la mesure et la portée de cette visite. Mais la composition de l’assistance lors de la conférence que le Cardinal Pietro Parolin tiendra le 30 janvier à l’école supérieure des Sœurs à Mandriambero et ses rencontres avec les dirigeants de l’église catholique instruiront davantage sur la vision moderne du monde par le Vatican dans le contexte de lutte contre le terrorisme, contre le changement climatique, contre les migrations et contre la discrimination/paupérisation. Quelque part, le contexte mondial rappelle celui de la fin du XIXè siècle et l’encyclique du Pape Léon XIII, qui a publié et diffusé la doctrine sociale de l’église catholique. Vendredi 20 janvier dernier, des prélats catholiques ont clairement signifié que les fidèles catholiques n’ont pas à avoir peur de la politique et qu’ils doivent plutôt s’y investir totalement.

Midi Madagasikara11 partages

Judo : Analamanga cherche son logo

Jusqu’au 18 février, la ligue de judo Analamanga cherche la main chanceuse qui dessinera son logo pour les 4 ans à venir. Le concours est donc ouvert à tous les judokas licenciés d’Analamanga du 18 janvier au 18 février à 17h. La participation est gratuite avec une participation par personne. Tout comportement frauduleux sera éliminé d’office. Selon la présidente Elena Raoelison, « le logo doit être identifiable et mémorisable, simple, stylisé et lisible. Il devra intégrer la mention Ligue Analamanga de judo (LAJ) et sera utilisable sur tous types de supports ». Evidemment, la ligue peut utiliser tous les dessins et images reçus. Le logo doit être libre de droit et transmis en pièce jointe à la Ligue Analamanga de judo. Côté charte graphique, ce sera du Blanc et bleu roi et à envoyer en format JPG ou MPG sous

résolution du logo : 300 dpi via message privé à la page facebook LAJ et par e-mail à analamangajudo@gmail.com.

Anny Andrianaivonirina

News Mada10 partages

Concours Culinaire International : Madagascar rentre bredouille

Le grand concours culinaire International Catering Cup (ICC) s’est tenu le week-end dernier en France. Après délibération du jury, l’équipe de la Suisse a remporté le prix du Meilleur traiteur du monde de cette 5e édition. Les Malgaches rentreront les mains vides.

Parmi les douze pays finalistes, l’équipe malgache composée du chef Antonio Razakandrainy, du chef Herilanto Andrianainarivony et de son coach chef Lalaina Lartistika, a participé à ce concours culinaire d’envergure internationale ICC. Il a commencé vendredi dernier et s’est terminé le lendemain par la présentation de chaque buffet au salon international de la restauration, de l’hôtellerie et de l’alimentation à Lyon en France.

Les trois premiers

Le résultat a été tout de suite proclamé quelques minutes après la dernière présentation du buffet. Ainsi, l’équipe de Suisse, représentée par David Alessandria et Julien Gradoz a remporté le trophée d’or ainsi que le titre de

« Meilleur traiteur du monde » pour cette 5e édition du ICC. La deuxième place a été attribuée à l’équipe de France, et la troisième à l’équipe du Singapour.

Les autres prix

A part ces prix, quatre autres récompenses ont été offertes pour les meilleurs plats de chaque catégorie. Le prix de la meilleure dégustation « poisson » a été attribué à l’équipe Vietnam, le « cochon » à l’équipe d’Italie, et le « dessert » à l’équipe du Luxembourg. Ainsi, si en 2015, Madagascar a eu le prix du plus beau « Buffet traiteur », cette année il a été octroyé à l’équipe du Canada.

De la malchance

Au final, l’équipe malgache rentrera bredouille. Et pourtant, elle faisait partie des favoris cette année. Par contre, le concours s’est avéré difficile, surtout après l’annonce du menu officiel qui a été traité durant cette 5e édition. Dans la liste des ingrédients figurent en effet des produits qui n’existent pas au pays, tels que la quenelle de Saint-Jacques ou encore la truite. Par rapport aux autres pays, l’équipe malgache semble avoir eu un léger handicap sur ce point. Cependant, notre équipe ne baisse pas les bras, elle pourra toujours participer à la prochaine édition de ce concours international.

Holy Danielle

 

Tananews10 partages

Jiramaty : les 250 milliards ar de subventions pour 2017 sont déjà quasi épuisés

Il reste à peine 70 milliards, ce qui, au rythme de 3 milliards ar par jour, représente 23 jours de production d’électricité.

Donc aux alentours du 16 février nous allons nous retrouver dans la merde tout simplement.

Si vous ne l’avez pas encore fait, il serait vraiment grand temps d’investir dans le solaire si vous ne souhaitez pas vous retrouver sans jus.

Midi Madagasikara10 partages

Week-end en bref…

Rija au Pim’s

Ce n’est étonnant pour personne. Rija Ramanantoanina est au Piment Café à Behoririka un peu comme chez lui. Pour cette première rencontre avec son public, il a animé une soirée purement musicale où les mélomanes se sont délectés. Et on n’est qu’en janvier !

Aponga sy Hammond émerveille

A l’Is’art Galerie à Ampasanimalo, les soirées se suivent mais ne se ressemblent pas. Après le vernissage de l’expo de Clipse Teean en musique, place à deux grands de la scène musicale locale : Naly Johnson au Hammond, et Mendrika aux batteries. Le duo commence à beaucoup tourner, et conquiert encore plus de monde !

Anjara Rasoanaivo/Photos Kelly

News Mada9 partages

Omer Beriziky – Statut de l’opposition : « La HCC semble favoriser la fragilisation de l’opposition »

Le verdict de la Haute cour constitutionnelle (HCC) sur le statut de l’ opposition concernant notamment le chef de l’opposition a suscité beaucoup de réactions dont la plupart ne sont pas en faveur de cette institution.

«La décision de la HCC sur le chef de l’opposition semble être une fragilisation de l’opposition à Madagascar. L’Etat parle de démocratie mais ses actions actuelles sont tout à fait contraires à cela. Je pense qu’avec cette décision, la HCC et les dirigeants ne sont plus crédibles aux yeux des citoyens ». Une déclaration de l’ancien premier ministre Jean Omer Beriziky lors d’une intervention télévisée  durant le week-end. Ce politicien s’est dit très étonné de cette décision.

Faisant suite aux différents actes du régime actuel, l’ancien chef du gouvernement du temps de la Transition reste pessimiste sur ce qui pourrait être la vision politique pour cette année.

«L’espérance du peuple envers ce régime a disparu. Pourtant, cet espoir a été ranimé lors des Sommets internationaux qui se sont tenus au pays en 2016. Avec l’apparition des différents problèmes non résolus, les conflits sociaux comme les vindictes populaires, les catastrophes naturelles comme l’inondation ou encore la sécheresse qui menace la capitale et bon nombre de grandes villes, et surtout le délestage, le peuple n’a plus confiance aux dirigeants ».

Aucune priorité

Selon Jean Omer Beriziky, le régime actuel n’arrive plus à définir ses priorités et semble impuissant devant certaines situations. «Il ne joue plus la carte de la transparence. Ce régime déshabille Paul pour habiller Pierre, comme on dit. Les dirigeants essaient de délester une localité d’un bien pour solutionner le problème d’ une autre », a-t-il conclu, faisant ainsi référence au cas de Tsiazompaniry.

Nadia

 

News Mada8 partages

Antananarivo – Mahajanga – Mada Voyages : « Teren’ny zandary hijanona eo Andranovelona izahay »

Velon-taraina ireo mpanangom-bokatra maro maka entam-barotra any Mahajanga sy any amin’ireo kaominina manodidina  noho ny fahatarana matetika amin’ny fotoana enjehin’izy ireo any an-toerana. Mitranga izany noho ny faneren’ny zandary ireo fiara mpitatitra miala eto Antananarivo midina any an-toerana ny hariva, tsy maintsy mijanona eo Andranovelona. « Teren’ny zandary ny fiara mpitatitra amin’ny kaoperativa rehetra hijanona hisakafo eo Andranovelona ny hariva, lazaina fa hisorohana ny loza amin’izay mety ho fanafihan’ny dahalo », hoy Rakotonirina Julien, tompon’andraikitra ao amin’ny Mada Voyages.

« Marina fa tsy maintsy tandrovina ny ain’ny mpandeha, saingy misy hevitra hafahafa ihany ny amin’ireo zandary ireo. Izahay kaoperativa mpititra koa efa manana ny fomba fiasanay sy toerana fisakafoanay, indrindra ny ora tsy miantsy vonjena hahatongavana aty Mahajanga noho ny asan’ ireo mpanangom-bokatra ireo », hoy ihany Rakotonirina Julien. « Betsaka amin’ireo mpanangom-bokatra ny tsy maintsy mamonjy ny bac miampita any mankany Katsepy,  handraisana ireo entam-barotra samihafa hoentina miakatra  any Antananarivo », hoy ihany Rakotonirina Julien. Nanamarika koa io mpitantana ao amin’ny Mada Voyages io fa na misy mpitandro filaminana na zandary aza ao amin’ny fiaran’izy ireo, terena tsy maintsy mijanona eo Andranovelona ihany.

R.Mathieu

Tananews8 partages

18 kilos d’or interceptés à Ivato

Beau coup de filet à Ivato où un couple malgacho-syrien a tenté de faire passer en douce 18 kilos d’or samedi dernier.

Le couple était sur le point d’embarquer sur un vol Kenya Airways à destination de Nairobi quand il a été interpellé.

Les 18 kilos vont donc aller rejoindre les quelques 120 kilos d’or déjà existant dans les coffres de la Banque centrale.

L'express de Madagascar8 partages

Vindictes populaires – Appel du FFKM à une concertation

L’église a réagi face aux vindictes populaires qui sévissent. Le FFKM en appelle à toutes les forces vives de la société pour cogiter sur une solution sur ce « fait social ».

Un casse-tête. La prolifération des cas de vindictes populaires et la fréquence des faits ne laissent pas de marbre. Face à ce mal qui semble prendre racine, l’église a, aussi, haussé le ton, hier.À l’occasion d’un culte œcuménique, hier, à l’église anglicane, à Andohalo, monseigneur Odon Razana­kolona, président en exercice du Conseil des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM), a lancé le message selon lequel : « L’église condamne fermement les actes de vindicte populaire. À Dieu seul, appartient la vie. Lui seul peut décider de l’ôter ou non (…) ». À entendre les propos de l’archevêque d’Antananarivo, le FFKM ne se targue pas d’avoir la solution à ce qu’il qualifie de « fait social ».Aussi, « il faut rechercher une solution pour y mettre fin. Cela se déroule au sein de la société et ne concerne pas juste l’église », a ajouté monseigneur Razanakolona. Et bien que dans une déclaration, en novembre, il avait fustigé l’État sur « le désordre social, l’insécurité et la corruption généralisée », le Conseil œcuménique semble reconnaître qu’une mobilisation des forces vives de la société est nécessaire pour trouver une solution durable aux lynchages publics.Le FFKM avait sou­tenu que « les hésitations apparentes à concrétiser les résolutions des assises nationales de réconciliation d’Ivato, basée sur les 4 F [reconnaissance des torts, repentance, vérité et réconciliation] (…) deviennent un obstacle dans la mise en place d’une société harmonieuse et paisible (…) un fossé sépare les forces de l’ordre et la population (…) qui ne les considèrent que comme des forces de répression. (…) à cause de l’absence de confiance des justiciables envers la justice, les vindictes populaires sont légions ».

Responsabilité collectiveLes propos de monseigneur Razanakolona, hier, à Andohalo, semblent, toutefois, tendre à tempérer les ardeurs et parler d’une responsabilité partagée, ainsi qu’à une prise de conscience collective, plutôt que de tout mettre sur le dos d’une seule entité. Devant la presse, vendredi, à Antanimora, Charles Andriamiseza, ministre de la Justice, a, lui aussi, déclaré au sujet des vindictes populaires que « certes, il y a une part de responsabilité de la Justice mais, pas seulement. Nous tous, habitants de Madagascar sommes responsables ».La Justice roule pour une vulgarisation de la loi comme solution. La gendarmerie nationale, elle, a décidé des mesures pour améliorer le comportement de ses éléments et une sensibilisation de la population, doublé d’un renforcement de ses interventions pour éviter les lynchages publics. Certains pactes villageois sont, par ailleurs, dénoncés comme favorisant les vindictes populaires. L’entrée en jeu, dans certaines régions, de leaders traditionnels pour appuyer la concrétisation de ces pactes qui vont à l’encontre de  la loi indique que le mal a, aussi, une dimension culturelle.Si l’on s’en tient à la déclaration du FFKM, en novembre, le processus de réconci­liation nationale pourrait être une voie afin de trouver une solution à ce fléau et panser les autres plaies de la société malgache. Un processus dont le comité central du FFKM suggèrerait la reprise, à entendre l’archevêque d’Antana­narivo, hier.Les résolutions éminemment politiques des assises d’Ivato ont amené une partie de la classe politique à opposer un veto à son application. Le fait que personne ne soit à l’abri d’un lynchage mortel, ne serait-ce que sur la base d’une simple dénonciation n’est, pourtant, qu’un élément des plaies causées par le désordre social ambiant. Si cogitation générale, il y a, il faudra, cette fois-ci, dépasser les calculs politi­ques et trouver des solutions aux vrais maux de la société.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara8 partages

ICC 5e édition : Pas de trophée pour Madagascar

Les Suisses ont remporté le Trophée d’Or et le titre du « Meilleur traiteur du monde ».

Rideau sur la 5e édition de l’ICC (International Catering Cup) lors du salon Sirha qui s’est tenu à Lyon durant le week-end. Madagascar n’a gagné aucun prix, mais ne démérite pas pour autant.

La tête haute, toujours fiers. L’équipe malgache, composée d’Antonio Mick Razakandrainy et Herilanto Andrianainarivony n’ont pas gagné de titre à l’ICC 2017 (International Catering Cup) qui s’est tenu à Lyon, à l’occasion du salon Sirha. Les Malgaches se sont battus durant les 20 heures de compétition et n’ont pas démérité. Au menu : Royale de foie gras de canard, poisson chaud, truite et cabillaud en croûte de feuilletage et sa quenelle Saint-Jacques avec sauce au vin blanc. En plat chaud : trilogie de cochon, et pomme, poire et chocolat comme dessert. L’équipe Suisse représentée par David Alessandria et Julien Gradoz ont remporté le Trophée d’Or et le titre du « Meilleur traiteur du monde », avec la bagatelle de 8 000 euros. Les Français Sébastien Zozaya et Yoann Fournier sont deuxièmes sur le podium et remportent le Trophée d’Argent, avec une somme de 4 000 euros. L’équipe de Singapour, avec Patrick Heuberger et Brandon Wei Khong Foo remporte le Trophée Bronze, et une somme de 2 000 euros. Le prix de la meilleure dégustation « Poisson » va à l’équipe vietnamienne, représentée par Anh Duong et Thuy Nguyen. Le prix de la meilleure dégustation « Cochon » à l’Italie avec Fabio Pitenzano et Andrea Mantovanelli. Le prix du meilleur dessert a été décerné au Luxembourg avec Damien Grandclaude et Victor Crendez-Berrendero. Le plus beau « Buffet Traiteur » a été raflé par le Canada avec ses deux représentants : Alexandre Pernetta et Bruno Didier-Laurent.

12 pays ont participé à cette 5e édition de l’ICC 2017.

Anjara Rasoanaivo

News Mada7 partages

MPTDN : quelques projets destinés aux jeunes

Le ministre des Postes, des télécommunications et du développement numérique (MPTDN) Neypatraiky André Rakotomamonjy a tracé les  grandes lignes des actions de son département pour cette année, durant la cérémonie de présentation de vœux de ce département ministériel, samedi dernier.

L’année 2017 sera axée sur le développement à la base pour ce département ministériel.  La hausse du taux de pénétration d’internet à Madagascar est envisagée. A entendre le ministre, « Madagascar dispose actuellement d infrastructures nécessaires pour le développement du numérique. Avec les partenaires et les moyens financiers, il est possible de permet-tre aux ménages d’avoir accès au service internet ».

Par ailleurs, le MPTDN a d’autres objectifs, comme la mise en place d’un centre de formation pour les professionnels dans le domaine du « call center ». Ce secteur connaît d’ ailleurs une croissance continue depuis quelques années à Madagascar et présente d’importantes opportunités aux jeunes. A ce titre, le MPTDN prévoit plusieurs projets destinés aux jeunes cette année, comme la mise en place d’incubateur d’entreprise pour appuyer et aider les jeunes entrepreneurs à la réalisation de projets après leurs études.

Riana R.

 

Midi Madagasikara7 partages

Judo – Sommet national Kata : Razzia du Judo Club Saint-Michel

Le beau monde du judo malgache s’est donné rendez-vous samedi à la petite salle du Palais des Sports de Mahamasina à l’occasion du 1er Championnat national de kata et du Kigami Biraki.

La saison 2017, charnière pour la fédération malgache de judo, a été lancée samedi au Palais des Sports. Les judokas de Saint-Michel ont survolé le Championnat de Madagascar de kata en remportant tous les titres en jeu sur les dizaines de couple en compétition. En Nage Kata, Zo et Ony du JCSM se sont imposés devant leurs coéquipiers Tatiana et Dera. Arsène et Dera du JCSM ont été sacrés en Katame no kata devant Tiana et Franck de l’Excelcior. Ce sommet national était un tremplin pour la qualification pour les Championnats d’Afrique.

58 gradés. A cette occasion, c’était la remise officielle de grade ceinture noire du Kodokan du 1er au 6e dan. Ils étaient 58 à avoir réussi l’examen sous l’égide de l’expert japonais Akira Kai lors de son passage au pays en 2015.  Le président de la fédération malgache de judo, Siteny Randrianasoloniako a reçu le grade de Yodan ou le 4e Dan. Les maîtres Mamoudaly Ashikhoussen (Chairman au sein de la FMJ), Jean Jacques Rakotomalala (Directeur technique national) et Antsa Ranjatoson (Responsable du judo in school) ont été gradés 6e dan. Ces derniers qui font partie du cercle très sélect des hauts gradés du Kodokan.

 Kagami Biraki. Comme le judo est une discipline japonaise, la grande famille du judo malgache a célébré la cérémonie du « Kagami Biraki 2017 » ou le nouvel an dans la tradition japonaise. Une cérémonie honorée de la présence de l’Ambassadeur du Japon, Ichiro Ogasawara, les membres au sein de la FMJ et du Directeur du Sport Fédéral (DSF), Rosa Rakotozafy et de la présidente de la ligue d’Analamanga, Vola Raoelison. « J’ai constaté dans le programme l’importance particulière attachée à la kata et le respect pour les cérémonies traditionnelles du Japon, ce qui témoigne de la connaissance très profonde de la part des organisateurs des valeurs traditionnelles du Japon dont le judo est l’un des meilleures véhicules », a déclaré l’Ambassadeur.  Profitant de ce Kagami Biraki, l’Ambassade du Japon avec le soutien du JICA dans le cadre du projet « Smile for All in the world » a doté la FMJ de 100 tatami. « Dans l’optique des Jeux Olympiques de Tokyo de 2020, le Japon est ravi d’accompagner la FMJ et le ministère de la Jeunesse et des Sports dans leurs efforts de mieux préparer leurs athlètes à cette échéance importante », a conclu l’ambassadeur.

T.H

News Mada6 partages

Crise sociale : le FFKM condamne les vindictes populaires

« Nous condamnons fermement la vindicte populaire. La vie appartient à Dieu, nul ne peut se prévaloir de l’ôter à ses semblables. Il faut trouver rapidement une  solution pour éradiquer ce phénomène». C’est un des messages clés du culte du Conseil œcuménique des Eglises de Madagascar (FFKM) dimanche  à l’Eglise anglicane Andohalo par le biais de son actuel président Mgr Odon Marie Arsène Razanakolona.

Selon le FFKM, c’est un phénomène social qui ne relève pas seulement de la responsabilité de l’Eglise.

Les chefs d’Eglise au sein du FFKM ont également  blâmé la recrudescence des vols de cloches des églises ces derniers temps. « Nous avons déjà lancé une interpellation car c’est un blasphème ».

L’archevêque d’ Antananarivo a expliqué par la suite que la réconciliation nationale se poursuit encore.  « Après requête du comité national, nous allons reprendre la procédure. Nous allons d’abord nous préparer en vue des prochaines actions. Nous n’allons nous arrêter là car c’est notre principale mission ».

Il faut savoir qu’un culte sera célébré mercredi dans le cadre de la cérémonie de pose de la première pierre du nouveau siège du FFKM qui se tiendra le même jour à Ankorondrano. La passation de pouvoir au niveau de ce conseil a été déjà effectuée à Toamasina.

Nadia

 

News Mada6 partages

Betafo : nitifi-tena ilay mpiandry fonja rehefa avy nitifitra ny vadiny

 Maty tsy tra-drano ilay mpiandry fonja nitifi-tena tao Betafo Antsirabe, afakomaly. Voalazan’ny fampitam-baovao avy any an-toerana fa avy nitifitra ny vadiny izy mialoha izao. Maty ihany koa ity vadiny taorian’ny tifitra nahazo azy. Efa nisy tsy fifankahazoana teo amin’izy mivady ireto tao anatin’ny andro maromaro izay. Nandrahona ny hitifitra ny vadiny hatrany ity mpiandry fonja ity, ka notanterahiny tokoa izany ny asabotsy teo ka izao maty tsy tra-drano izao ilay ramatoa vadiny. Hatairana ny an’ireo olona teo amin’ny manodidina ny trano fonenan’ity mpiandry fonja ity raha nandre ny poa-basy nirefotra avy ao an-trano. Nivoaka nitazana ka ny fatin’izy mivady no hitan’ny olona mivalampatra tao an-trano. Mbola kely anefa ny zanak’izy mivady ireto, araka ny loharanom-baovao voaray hatrany. Tokony hojeren’ny fanjakana sy handalo fanadihadiana lalina ny momba ireny mpitandro filaminana tsy mahafehy tena ireny. Aiza ny fanadihadiana ara-tsaina mialoha ny handraisana azy ireny? Mitony ny famotorana momba ity raharaha vonoan’olona tao Betafo ity?

J.C

News Mada4 partages

Fambolen-kazo any Boeny : mandray anjara betsaka ireo mivelona amin’ny hazo

 Natomboka, ny 20 janoary 2017, ny taom-pambolen-kazo ho an’ny faritra Boeny, notarihin’ny tompon’andraikitra maro ao amin’ny faritra sy ny talem-paritry ny Tontolo iainana, ekolojia ary ny ala (DREEF), Rakotoarimanana Josette. Tonga maro ireo mpandraharaha mivelona amin’ny hazo, toy ny mpandrafitra, ny mpivaro-kazo, ny mpanondrana hazo ary ny mpitatitra saribao. Toy ny fanao isan-taona, niara-nifanome tanana amin’ny Station forestière Marohogo, kaominina Belobaka, distrikan’i Mahajanga II, ireo sampandraharaha rehetra any an-toerana, fanjakana sy ny tsy miankina, notronin’ireo mpianatra sy fikambanana maro samihafa.

«Mamboly hazo, mikajy ny tontolo, manavao ny angovo ». Io ny lohahevitra fanentanana. Araka ny hevi-dehibe voizin’izany lohahevitra izany, novolena tamina velaran-tany 7 ha  ireo karazana zanakazo fitrandraka ho arina fandrehitra, ohatra, ny Bonara mena sy Pamba. Hisy ny fanaraha-maso ireo hazo vao novolena ireo, indrindra rehefa tonga ny maintany, fotoana mahabe ny dorotanety, mba tsy ho ezaka very maina ny natao. Ankoatra ny fanaovana aroafo, napetraka ny dina niarahan’ny DREEF Boeny nandrafitra tamin’ny fokonolona, ary  hampiharina amin’ireo mpanao dorotanety sy mpiompy omby tsy manara-dalàna.

Fanokafana ihany ny natao tamin’io fotoana io fa manana adidy ny tsirairay hanohy izany mandritra ny taona. Mila ezaka goavana izany fa tsy vitan’ny kabary. Anisan’ny ezaka andrasana ny fampiharana ny lalàna, fanaraha-maso sy fiarovana ny ala.

R.Mathieu

News Mada3 partages

Andrianainarivelo Hajo : « Mandroso ny firenentsika raha kristianina ny mpitondra »

« Raha zohina: tsy tokony hatao am-bava fotsiny ny fiainana kristianina, fa ampiharina amin’ny andavanandro. Na ho an’ny tsirairay avy izany, na ho an’ny daholobe. Raha milaza fa kristianina ny firenena malagasy, raha milaza fa kristianina ny mpitondra rehetra sy ny tomponandraikitra politika: tsy misy antony tsy hampandroso ny firenentsika. »

Io ny fanehoan-kevitry ny filoha nasionalin’ny Antoko MMM, Andrianainarivelo Hajo, ny faran’ny herinandro teo. Taorian’ny famelabelaran-kevitra narahina adihevitra nataon’ny pretra s. j. Rakotoarison Ularion: « Ny olom-pirenena kristianina sy ny politika araka ny fampianarana sosialin’ny fiangonana », teny amin’ny Ivontoerana sosialy Arrupe, Faravohitra, io.

Ny zava-misy: tsy sitrapon’Andriamanitra ny zava-miseho eto amin’ny firenena amin’izao fotoana izao. Tsy tokony hanome tsiny an’Andriamanitra isika raha, ohatra, ka misy zavatra tsy mandeha eto amin’ny firenena, araka ny nambarany. Isika zanak’Andriamanitra izany no mety ho anton’izao zava-misy rehetra izao.

Manana adidy amin’ny fampandehanana ny raharaham-pirenena ny olona rehetra. Tsy midika velively ny fanaovana politika fa mifanohitra amin’ny sitrapon’Andriamanitra. Vao mainka aza sehatra iray hahafahantsika manatanteraka izay hetahetan’Andriamanitra izay amin’ny fanasoavana ny mpiara-belona ny politika.

R. Nd.

News Mada3 partages

Toekarena 2016 : nisokatra ny famatsiam-bola, nitombo ny vola vahiny tahiry

Taona 2016, tsara ny tontolon’ny toekarena ankapobeny eto Madagasikara, raha zahana ny vokatry ny fiaraha-miasa any ivelany, ny vola vahiny tahiry ao amin’ny Banky foibe, fifandanjan’ny tolotra sy tinady, ka tsy nampiova firy ny lanjan’ny Ariary. Nitondra fanazavana momba ireo ny minisitry ny Fitantanambola sy ny vola, Rakotoarimanana Gervais.

Tsara ny fihariana ankapobeny teto amintsika ny taona 2016, raha jerena ny vokatry ny tsena sy ny fifandanjan’ny tolotra sy tinady, indrindra ny fiaraha-miasa amin’ireo mpamatsy vola any ivelany. Nitombo, noho izany, vola vahiny tahiry mipetraka ao amin’ny Banky foibe, 1,1 miliara dolara tamin’ny taon-dasa, raha 800 tapitrisa dolara izany roa taona lasa, araka ny fanazavan’ny minisitra, Rakotoarimanana Gervais. Tsy mifankaiza ny taona 2015 ny endriky ny tsena teto amintsika taona 2016, ka tsy nampiova firy ny sandan’ny vola Ariary, raha avadika ho vola euro.

Somary nanahirana tamin’ny taona 2016, ny fitantanana ny vola eny amin’ny tsena, noho ny fiakaran’ny vidin’ny lavanila. Saika notroin’io lavanila io ny lelavola eny amin’ny tsena, ka teo ny nanamafisana ny fiaraha-miasa eo amin’ny Banky foibe sy ny minisiteran’ny Vola.  Amin’izay fiaraha-miasa izay ihany ny fanatsarana ny fitantanana ny vola eto an-toerana. Ary nisongadina ny fiaraha-miasa amin’ireo mpamatsy vola iraisam-pirenena, toy ny FMI sy ny Banky iraisam-pirenena, fa teo koa ny fiaraha-miasa eo amin’ny samy firenena.

Ho an’ny fotodrafitrasa      

Maro ny vokatra tamin’izany fiaraha-miasa, ohatra, ny fitombon’ny tahiry eo amin’ny vola vahiny, fisokafana amin’ny mpamatsy vola hafa. Hita izany amin’ny famatsiam-bola nomen’i Japana hanamboarana ny seranan-tsambon’i Toamasina ankehitriny sy ireo famatsiam-bola hafa azo, toy ireny tamin’ny fihaonana tamin’ny mpamatsy vola ireny.

Ny fotodrafitrasa amboarina eto an-toerana, saika avy amin’ireo famatsiam-bola ireo, izany hoe, ny vola vahiny ho an’ny fotodrafitrasa; ankoatra izany, amidy koa izany vola vahiny izany, ilain’ny mpandraharaha ho an’ny fanafarana entana avy any ivelany”, hoy ihany ny minisitra Rakotoarimanana Gervais.

Volamena ao amin’ny Banky foibe

Nasian-teny manokana momba ny volamena tratra teny Ivato ka nambarany fa ilaina ny fiaraha-miasan’ny rehetra. “Efa manao ny tandrify azy ny ladoany sy ny police des mines ka tokony handray andraikitra tandrify azy ny rehetra”, hoy ny minisitra.  Marihina fa apetraka ao amin’ny Banky foibe ireo volamena tratra ireo fa ny fanalahidy misy izany sy ny manam-pahefana eo amin’ny fitantanana azy, ny tompony ihany : fadintseranana na police des mines. Nilaza ny sampandraharahan’ny fadintseranana  fa manohy ny ezaka izy ireo ho fisakanana ireny famoahana harem-pirenena an-tsokosoko ireny.

R.Mathieu

News Mada3 partages

Baolina kitra any Eoropa – Taom-pilalaovana iray : manana tetibola maherin’ny 600 tapitrisa euros ny e...

Seha-pihariana iray lehibe eo amin’ny fikirakirana ara-bola ny baolina kitra any Eoropa, ankoatra ny maha fanatanjahantena azy. Manana tetibola mantajaka daholo ireo klioba malaza isanisany. Anisan’ny mifaninana amin’izay fananana tetibola goavana izay, ny Manchester United, ny FC Barcelone, ny Real de Madrid (voalohany nandritra ny 11 taona), ny Bayern de Munich, Manchester City, PSG, sy ny maro hafa. Misy manana maherin’ny 600 tapitrisa euros ny ekipa mandritra ny taom-pilalaovana iray.  Misy ny manana 250 tapitrisa euros, ny AS Monaco ; kely indrindra ny an’ny Atlético Bilbao, 16 tapitrisa euros. Salanisa amin’izany, 93,85 tapitrisa euros tamin’ny taom-pilalaovana farany 2015-2016. Voalohany tamin’ny taom-pilalaovana farany io ny Manchester United, tsy nahomby loatra teo amn’ny fiadiana ny amboaran’i Angletera, saingy izy kosa no tompon’ny vola.

Fidiram-bola ho an’ireny ekipa ireny ny anjarany avy amin’ny haino aman-jery, dokambarotra, vidim-pidirana, sns. Ao ny mpanohana, indrindra ireo indostria malaza eran-tany. Loharanom-bola iray koa ny fifanarahana goavana amin’ny mpanohana tompon’ny « maillot ». Fly Emirates, ohatra, mamatsy hatramin’ny 25 tapitrisa euros ny PSG ; miara-miasa amin’ny zotra mampitohy an’i Doha sy i Barcelone ny Qatar Airways sy ny FC Barcelone. Mamatsy ara-bola, araka izay fifanarahana natao koa, ireo marika tompon’ny kojakoja fampiasa, toy ny Adidas sy ny Nike. 7,4 miliara euros ny fitambaran’ny volan’ireo ekipa 20 voafantina, 2015-2016, nanatombo 12 % raha oharina talohan’io fotoana io.

Tohana iray lehibe ho an’ireny ekipa ireny izany ny toekarena. Ekipa hita any amin’ny tany mpikambana ao amin’ny Vondrona eoropeanina avokoa ireo. Raha atao ny fampitahana, tsy mahagaga raha tsy lasa lavitra eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena ny baolina kitra afrikanina. Eto Madagasikara, mitotongana miaraka amin’ny toekarena ankapobeny ny lazan’ny baolina kitra.

R.Mathieu

Manchester United : 689 tapitrisa eurosFC Barcelone : 620,2Real de Madrid : 620,1Bayern de Munich : 591Manchester City : 524,9PSG : 520,9Arsenal : 468,5Chelsea : 447,4Liverpool : 403,8Juventus : 341,1

 

News Mada3 partages

18 taona nanoratana i Riva : tontosa ny « Antaranoana »

Antsa tononkalo, famoahana boky, hira teny an-tsehatra… Nanome ny hanitry ny zavakanto tamin’ny alalan’ny hetsika « Antaranoana », ho an’ireo rehetra tonga tetsy amin’ny ivonkolo Cemdlac Analakely i Riva, omaly. Vanim-potoana nanamarihany rahateo ny faha-18 taona nanoratana. Tamin’ny ankapobeny, nizara telo ny fandaharam-potoana. Niantsa tononkalo iray avy ireo fikambanana sakaizan’ny Faribolana Sandratra. Famakiana sombintantara « I Kama kely » ary fiantsana ny tononkalon’i Riva. Tao anatin’ny fizarana voalohany ihany koa no niantsan’ireo mpanoratra tononkalo ho an’Andriamalala Ando Riva.

Navoaka, nandritra io hetsika omaly io ilay boky « Antaranoana » mirakitra sombintantara mahatratra 11. Boky fahefatra navoakan’i Riva samirery. Nandravaka ny « Antaranoana » tamin’ny hira i Mialy Andrianina sy i Farakely. Fantatra fa azo adika amin’ny hoe : « mandrakizay doria » ny « Antaranoana »

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada3 partages

Inondation dans le sud : le gouvernement donne une toute autre version

Confusion sur la situation à Toliara II. Le gouvernement laisse entendre, via un communiqué diffusé avant-hier, que le bilan de l’ inondation dans cette partie de l’île n’ augure rien de grave, contrairement à ce que les sources locales ont annoncé la semaine dernière.

Les constats ne sont pas aussi alarmants. Une délégation gouvernementale en mission dans la partie sud-ouest de l’île a dressé un tel bilan par rapport à la situation qui prévaut actuellement à Toliara II, suite à l’intempérie qui aurait causé la crue du fleuve de Fiherenana. Cette dernière a fait savoir dans un communiqué parvenu à la rédaction avant-hier que « le barrage de Fiherenana n’a pas cédé ; aucun village habité n’a été inondé ; pas une seule case d’habitation n’a été détruite. Depuis le 3 janvier dernier, date du début des pluies jusqu’à ce jour, aucun sinistré ni sans-abri n’a été recensé ».

Des informations qui diffèrent totalement de celles qui ont été avancées par les sources locales. Joint au téléphone, le maire de la commune de Maromiandra, Koto dit Banasoa a souligné que, « Les eaux de Fiherenana auraient débordé dans cette commune, laissant des dégâts matériels importants dans trois sur les 11 fokontany, à savoir Antsary, Ankoro et Ambatomainty». Des maisons et une bonne partie des champs de culture auraient été ravagées par les crues.

De  son côté, le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), l’entité qui devrait se charger de diffuser les informations en cas de catastrophe met du temps pour sortir les bilans y afférents. La seule information qu’on a reçue de la part d’un responsable au sein du BNGRC, qui a requis l’anonymat a démenti la déclaration du gouvernement relative à l’absence de sinistrés et de sans-abri suite à ces intempéries. Plus de 1.000 sinistrés sont recensés, a-t-on appris de notre source.

Interventions tardives

Au point de minimiser la situation, le Gouvernement décide seulement maintenant d’intervenir alors que cela fait une vingtaine de jours que les pluies diluviennes qui ont causé la crue de Fiherenana se sont abattues à Toliara II.  Selon ce communiqué, des travaux à Haute intensité de main-d’œuvre (Himo) seront menés dans les prochains jours en vue d’endiguer les endroits où la rivière a débordé. Les points à risque feront l’objet de travaux d’enrochement. Une intervention tardive, si on se réfère à l’ampleur des dégâts. En fait, près de 800 hectares de champs bordant la rivière ont été ravagés. Quelque  2000 personnes, soit 800 ménages, viennent de perdre la totalité de leurs récoltes. A titre d’aide d’urgence, le Gouvernement a distribué 8 tonnes de maïs à ces familles en détresse.

Rakoto

 

News Mada3 partages

AFT : les forêts tropicales s’illustrent

Soucieux d’impulser une réflexion plus profonde sur le changement climatique, l’Institut de recherche pour le développement (IRD) s’illustre à travers une exposition baptisée « Les forêts tropicales humides » à l’Alliance française  d’Antananarivo (AFT), jusqu’au 27 janvier.

« Quel est l’impact exact du climat, en particulier du changement climatique, sur les grands bassins fluviaux ? Cette exposition, qui est le fruit d’une recherche entreprise récemment par l’Institut de recherche pour le développement (IRD), tente de répondre à cette question qui semble être d’actualité au pays », a fait savoir Andriantsoa Andriamihanta, chef du département culturel de l’AFT.

Les scientifiques, à travers les 23 panneaux bâche, s’attellent à dévoiler au grand jour l’impact du changement climatique que subit de plein fouet le monde et plus particulièrement l’Afrique. « Haut lieu de la biodiversité, riches de mille et une ressources, les forêts tropicales humides, qui représentent presqu’un tiers des massifs forestiers du monde font vivre plusieurs centaines de millions de personnes. En raison même des richesses qu’elles procurent, les forêts tropicales humides sont aujourd’hui menacées », s’alarment-ils.

Cette exposition vise également à faire connaître au grand public et en particulier aux jeunes le rôle essentiel que joue l’océan dans le climat et l’actuel changement climatique. Pour les passionnés, l’exposition sera visible jusqu’à la fin de la semaine prochaine.

Joachin Michaël

 

News Mada3 partages

Journalisme sportif : l’association renaîtra de ses cendres

La machine est en marche pour la remise sur pied de l’Association des journalistes sportifs de Madagascar (AJSM). L’idée planait dans l’air depuis un certain temps et le projet est en gestation. Anciens et jeunes passionnés de la presse sportive sont venus en nombre lors de la présentation de vœux samedi dernier à l’Académie nationale des sports (ANS) à Ampefiloha. Une journée riche en échanges et en partage dans la mesure où les aînés ont fait la lumière sur le passé de la première association des journalistes à Madagascar.

Les vieux de la vieille école ont salué les efforts de la nouvelle « génération » pour ce grand pas tout en apportant leur pierre à l’édifice. Parmi les doyens de la cérémonie, Clément Rabary a déclaré que c’est une initiative louable qui mérite d’être soutenue et il est temps de passer le flambeau à la nouvelle génération. L’homme a toutefois insisté sur la multiplication des formations spécifiques pour le sport. L’une des têtes pensantes de l’ancienne AJSM, Sylvain Ranjalahy, a quant à lui retracé l’histoire de l’association.

« Je peux fournir les dossiers aux membres qui veulent consulter le statut de l’AJSM tout en suivant les normes exigés par l’AIPS », a-t-il souligné. Un comité constitutionnel est déjà mis en place et ce dernier a pour rôle de préparer l’élection du nouveau bureau exécutif de l’AJSM qui renaîtra bientôt de ses cendres quelques années après.

Rojo N.

L'express de Madagascar3 partages

Exposition – La petite forêt d’Analakely « renaît »

Une exposition pour faire revivre la beauté d’Analakely d’autrefois se tient en ce moment au Cercle germano-malgache.

Il n’est pas nécessairement obligatoire d’avoir la main verte pour contribuer à la lutte contre la déforestation. Ayant grandi à Madagascar jusqu’à ses 15 ans, l’artiste franco-italien Stefano Alaimo a inauguré toute une exposition sur cette thématique au Cercle germano-malgache vendredi dernier. L’exposition, intitulée tout simplement « Analakely – La Petite Forêt » est donc accessible au grand public depuis vendredi soir, jusqu’au 12 Février prochain dans la grande salle du CGM.Ainsi, durant ces quelques semaines de l’exposition, ce sont les œuvres de Suisse Marocain, Rachelle Cassetta, Ayumi Shibata, et bien sûr Stefano Alaimo qui orneront les murs du Cercle.Les œuvres de chaque artiste représentant presque essentiellement des arbres ont été réalisées suivant cette ligne conductrice, qui a pris l’intitulé de l’exposition. Justement, du fait que la traduction littérale d’« Analakely » soit « la petite forêt », l’idée était d’exposer cette représentation d’arbres dans les rues du centre-ville de la capitale, en suivant la thématique de l’arbre, de sa naissance jusqu’à sa disparition. Une initiative des plus louables, mais qui, malheureusement, est toujours en attente d’autorisation de la part des autorités. Ainsi, il faudra donc se contenter pour le moment de cette exposition au CGM.Conscient de la richesse de la nature malgache, une nature qui est paradoxalement ravagée de jour en jour, l’initiateur du projet a rassemblé ses quelques amis artistes pour ensemble lancer, à leur façon, un cri d’alarme contre la déforestation.

SouvenirCes artistes se reconnaissant tous dans la démarche de Stefano Alaimo, expriment ainsi tout cet aspect dévastateur du phénomène de déforestation à travers leurs œuvres. À l’image des deux photographies de Rachelle Cassetta représentant un désert et une végétation luxuriante face à face, ou cette carte du pays retravaillée par Suisse Marocain, en y appliquant des dessins en noir de coulures d’encre, qui signifient explicitement une terre ravagée à l’image des grands espaces malgaches victimes de feux de brousse tout au long de l’année, ou encore cette sculpture géante représentant un arbre de près de 5m de haut, réalisée entièrement avec du papier par Ayumi Shibata.L’exposition est surtout partie des sentiments de nostalgie qu’éprouve l’artiste par rapport à ses souvenirs d’enfance, durant les quelques années où il a vécu à Madagascar. « Pour sauver ne serait-ce que le souvenir de cette nature, je propose de dresser un herbier racontant la richesse et la puissance de celle-ci », explique-t-il.Cependant, « lorsque vous vous déplacez vers l’Est de Madagascar, la végétation est rendue plus résistante aux assauts du feu par les moussons. Vous avez là une idée de la luxuriance de la forêt primaire qui recouvrait l’île, il fut un temps et Analakely aussi peut-être. Malheureusement, la déforestation menace ce qu’il reste de couverture, et seulement 21 % du territoire sont aujourd’hui recouverts de forêts. Sur les Haut-plateaux, les montagnes saignent littéralement, raison pour laquelle nous comptons faire revivre cette petite partie d’Analakely », déplore-t-il.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar3 partages

«Ils ne savent pas ce qu’ils font»

Donald Trump a été élu selon le Code électoral américain. Que le vote populaire lui ait été moins favorable (près de 3 millions de voix de moins que son adversaire démocrate), et que la règle de la majorité des Grands Électeurs ait emporté la décision en sa faveur, est tout à fait légal. La règle n’a pas été inventée spécialement pour cette élection de 2016, personne n’a crié à la fraude électorale, et surtout le camp adverse a admis sa défaite. On peut donc être déçu que, dans une grande démocratie comme celle des États-Unis, des gens puissent crier que «Trump est illégitime».Tous ces Américains, plutôt que de décrier le jeu normal d’une Constitution incontestée depuis 230 ans, devraient aller faire un tour dans une république comme celle de la Gambie, État africain enclavé au sein du Sénégal. Là-bas, le président sortant, au pouvoir depuis 22 ans, prétendait ne pas vouloir quitter son poste. Tandis que le vainqueur des urnes a dû s’exiler nuitamment au Sénégal pour prêter serment à l’ambassade de son pays, à l’heure convenue de sa prise de fonction. Là-bas, c’est par un coup d’État qu’un simple lieutenant avait pris le pouvoir en 1994. Là-bas, en 51 ans d’indépendance, le pays n’aura connu que deux dirigeants, chacun à la longévité exceptionnelle qui suppose absence de mécanisme d’alternance démocratique.Tous ces gens de Washington, New York, Los Angeles, Chicago, Boston, Londres, Sydney, Auckland, Toulouse, Amsterdam, peuvent se féliciter de vivre dans des pays de libertés, et se garder de caricaturer leurs dirigeants de slogans qui sont ailleurs une réalité quotidienne tragique : dictateur, autocrate, despote.J’aurais aimé voir les Madonna, Scarlett Johansson, Alicia Keys, ou Jamie Lee Lee Curtis, qui ont participé à la «Marche des femmes», pour protester contre la personne de Donald Trump, donner de la voix contre la condition de la femme dans ces pays de la charia et de l’obscurantisme islamiste que leur message de générosité, de mansuétude et d’amour, ne suffira pas à éradiquer de la surface de la Terre.Que ces stars de Hollywood, et les millions de personnes qui auront manifesté dans les villes des démocraties occidentales, interpellent Donald Trump, plutôt que les Frères musulmans, les imams salafistes, ou les fous criminels de Daech, légitime finalement le président des États-Unis en interlocuteur humain : son dédain et ses moqueries ne seront jamais des balles de kalachnikov ni le sabre de la décapitation.Bernie Sanders, écarté aux primaires du Parti démocrate, a pu écrire : «Président Trump, vous vous êtes trompé. En voulant nous diviser selon la race, la religion ou le sexe, au contraire, vous nous avez rassemblés». Représentant de l’aile socialiste du Parti démocrate, et très actif sur Twitter, Bernie Sanders n’a toujours pas condamné les actes de vandalisme, le jour de l’investiture de Donald Trump. Ils auront été au moins 62 millions d’Américains à avoir voté contre cette dictature de l’anarchie.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Madaplus.info2 partages

Le peuple malgache, marginal dans son propre pays

Les Malgaches font toujours face à un avenir incertain. Ils ne se sentent plus intégrés dans leur propre société, selon José Andrianoelison, ancien ministre chargé des Finances et du Budget.
Actuellement, l’État malgache ne parvient pas à répondre aux besoins de ses citoyens. José Andrianoelison, dit José Kely, a récemment tenu des propos sur la souffrance du peuple. « Les Malgaches sont devenus des marginaux dans leur propre pays » d’après le ministre de la Deuxième République, du camp ratsirakiste. Ils sont inquiets de leur devenir. Le gouvernement censé les protéger ne fait pas son travail. En effet, l’insécurité règne partout à Madagascar. Le chacun pour soi triomphe. La situation ne cesse d’empirer. En conséquence, José Andrianoelison redoute une explosion sociale.
Madaplus.info2 partages

Affaire Vangaindrano : explication et résumé des faits

La semaine dernière, un meurtre a provoqué une émeute à Vangaindrano. La foule a revendiqué trois suspects auprès des gendarmes pour une vindicte populaire.
Il y a quelques jours, le corps sans vie d’une lycéenne de 19 ans a été retrouvé sur la berge d’une rivière, à Vangaindrano. Son petit ami, âgé de 25 ans, l’aurait enterré dans le sable après l’avoir violé et tué monstrueusement par jalousie. D’après les enquêtes, il aurait agi avec deux hommes. Des milliers de gens ont alors exigé que le « dinan'ny menavozo », une forme de justice populaire, soit appliqué. Du coup, des incendies d’origine criminelle ont été enregistrés. Quatre fauteurs de troubles ont été arrêtés. Quant aux meurtriers présumés, ils ont été transférés vendredi matin à Fianarantsoa pour être traduits devant le tribunal.
Tananews2 partages

“Nous allons mobiliser la diaspora pour booster l’économie nationale”

Affirmation de Béatrice Atallah, ministre des Affaires étrangères.

Il y a un an exactement, nous avons déjà fait sur TNN notre petite étude de la diaspora, nous n’y reviendrons pas.

Par contre, ce qui a changé depuis, c’est la “dangerosité” du pays qui a encore augmenté : insécurité à tous les coins de la rue, vindictes populaires, attaques, meurtres, etc.

Et tous les membres de la diaspora que nous avons interrogé sur le sujet ont été formels : “nous ne viendrons pas dans un pays aussi insécurisé. Même pour les vacances“. Donc pour les inciter à “investir“, bonne chance.

News Mada2 partages

Befandriana Avaratra : tsy nankasitraka didim-pitsarana, olona miisa 42 voasambotra

 Mitohy ao Antsohihy ny famotorana ireo olona miisa 42 izay ahitana vehivavy roa voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ny fanakanan-dalana tao Befandriana Avaratra, ny alakamisy teo. Noho ny tsy fankasitrahana ny valin’ny didim-pitsarana ny anton’izany…

 

Tonga afakomaly misasakalina ao Antsohihy ireto olona 42 voarohirohy ireto. Araka ny fanazavan’ny zandary, nanao sakana tamin’ny lalana miditra sy mivoaka ny kaominina ambanivohitra Ambodimotso, distrikan’i Befandriana Avaratra ireto andian’olona maromaro ireto, ny alakamisy teo. Antony, noho ny tsy fankasitrahan’izy ireo ny valin’ny didim-pitsarana navoakan’ny tribonaly momba ny fitazomana sy fivarotana omby tsy ara-dalàna. Voalaza fa didim-pitsarana nahavoatazona am-ponja ireo lefitra roa an’ny ben’ny Tanàna ao an-toerana sy raim-pianakaviana iray izay nividy ny omby natao lavanty. Raikitra ny fihetsiketsehana nataon’ireo andian’olona ireo taorian’izay izay niafara tamin’ny sakan-dalana. Nidina teny an-toerana avy hatrany ny mpitandro filaminana avy any Antsohihy nanao ny fandaminana rehetra. Tsy azo nalamina anefa ireo olona ireo ka voatery nandray fepetra mifanaraka amin’izany koa ny mpitandro filaminana. Somary niteraka fisavorovoroana ihany ity toe-javatra ity ka niafara tamin’ny fisamborana olona miisa 42. Tsikaritra fa mirongatra izaitsizy ity resaka fikomiana ataon’ny vahoaka ity rehefa misy zavatra tsy mifanaraka amin’ny hetahetan’izy ireo. Tonga hatrany amin’ny fanafihana ny tobin’ny zandary sy fanaovana fitsaram-bahoaka ny raharaha. Ireny niaraha-nahita ireny ny zava-nitranga tany Mananjary sy Vangaindrano.

J.C

 (Tahirin-tsary)

News Mada2 partages

Handball : Razafintsalama fidèle au poste

Huit ligues régionales de handball sur les 11 présentes ont opté pour la continuité à la tête de la Fédération malgache de handball (FMHB). Un deuxième mandat qui s’annonce aussi reluisant que le premier pour le président de la FMHB Fidèle Razafintsalama et son équipe de choc.

Le duel n’a pas eu lieu ! Rado Randrianarisoa, dit Ken, n’était pas de taille pour affronter Fidèle Razafintsalama dans la course à la présidence de la FMHB. Il n’a recueilli que trois voix lors du scrutin qui a eu lieu samedi dernier au palais des Sports de Mahamasina.

La majorité des ligues régionales est convaincue des efforts entrepris par l’équipe sortante et   ne se sont pas laissé berner par des promesses en l’air en période de propagande. Seuls les résultats ont compté pour elles.

Parmi les réussites de Fidèle Razafintsalama et son équipe figure l’uniformisation technique de la discipline. « Dès ma prise de fonction il y a quatre ans de cela, j’ai annoncé l’uniformisation technique et administrative. Actuellement, je peux dire que les résultats sont palpables mais ce n’est pas encore suffisant », a déclaré le président de la FMHB.

« Cette uniformisation technique a permis la mise en place des catégories minime, cadette et junior dans la majorité des ligues. La preuve de l’existence d’une politique de promotion de la relève. Le nombre des licenciés a également doublé tout comme celui des équipes. Une augmentation en nombre qui concerne aussi les ligues », a-t-il poursuivi.

La route continue

Désormais, la FMHB a carte blanche pour mener à bien ses projets. Et parmi les priorités, le numéro Un du handball malgache d’évoquer l’appui concret à la base. « En premier lieu, nous allons promouvoir la collaboration avec des entités capables de soutenir la discipline. Pour cause, sans soutien financier, la concrétisation des projets s’annonce délicate », a-t-il expliqué. « Mais cela ne nous empêche pas d’accroître le nombre de compétitions dans le sections et ligues. En effet, bon nombre des équipes présentes au championnat national manquent cruellement de rencontres, c’est la raison pour laquelle leur niveau reste assez bas  », a-t-il ajouté.

Après un premier essai réussi, lors de son premier mandat, l’équipe dirigeante entend perpétuer les compétitions zonales (Centre, Nord et Sud). « Avant le championnat national dans les différentes catégories, il y aura toujours le championnat dans les trois Zones définies par la fédération. Cela facilite également le déplacement des équipes en tant que compétitions de proximité », a-t-il conclu.

Naisa

Les nouveaux membres de la FMHB :

Président : Fidèle Razafintsalama

Vice-président : Simon Tsangadahy

Sécrétaire général : Faly Rabetrano

Trésorier : Steve Rabotomanga

Conseillers : Léonard Manjakavelo, Mandimbin’ny Aina Randriambelo, Jeannot Ratsimaloto, Rolland Randrianarisoa.

Une élection propre

Bien que la bataille fût âpre pour convaincre les votants de choisir un camp, l’élection des dirigeants de la fédération malgache de handball (FMHB) s’est déroulée sans anicroche. « Nous avons pris des mesures de sécurité drastiques le jour du scrutin pour parer à toute éventualité. D’ailleurs, lors des événements organisés par la fédération, nous avons pris la même mesure », a expliqué Fidèle Razafintsalama après que des voix se sont élevées pour contester la présence des forces de l’ordre à Mahamasina.

Pour ce qui est du déroulement du scrutin, les deux candidats se sont montrés très fair-play. « Avant le vote, nous nous sommes embrassés et à l’annonce des résultats, nous avons fait pareil. Tout cela d’une manière respectueuse », a précisé Fidèle Razafintsalama.

« D’ailleurs, nous avons décidé de se donner la main pour le bien de la discipline », a-t-il conclu.

 

L'express de Madagascar2 partages

Trafic illicite – La douane saisit 18 kilos d’or à Ivato

Le service des douanes à l’aéroport d’Ivato a mis la main sur une tentative d’expor-tation d’or samedi. 18 kilos d’or d’une valeur marchande de 700 000 dollars.

Une tentative d’exportation illicite d’or a tourné court à l’aéroport international d’Ivato. Samedi matin aux petites heures, 18 kilos d’or massif ont été interceptés par le service des douanes lors de l’embarquement du vol de la compagnie Kenya Airways, à destination de Nairobi. Selon les explications de Haja Miarantsoa Rakotoarimalala, receveur des douanes à l’aéroport d’Ivato, « ces métaux jaunes ont été découverts sur un couple syriano-malgache qui devait rejoindre Dubaï ».Le trafic a été mis à nu lors que les douaniers ont remarqué des comportements suspects de cecouple dans la zone d’embarquement. « Ils ont passé sans difficulté toutes les étapes de l’embarquement. Pendant que la préparation du vol de Kenya Airways battait son plein, entre 2 heures 30 à 3 heures du matin, nous les avons interpellés pour une fouille. Deux colis contenant de l’or ont été découverts dans le bagage à main de la ressortis­sante malgache », a rapporté le receveur des douanes d’Ivato Aéroport lors d’une conférence de presse samedi à Antaninarenina.

FaillesLe ministre des Finances et du Budget s’est réjoui de cette bonne prise par les douaniers. « La douane s’efforce toujours de mettre fin  au trafic d’exportation illicite de nos ressources naturelles. Cette découverte en est un bon exemple », a déclaré samedi Gervais Rakotoarimanana avant d’ajouter que « ces métaux jaunes d’une valeur marchande de 700 000 dollars vont rejoindre les autres saisies de l’année dernière dans le coffre fort de la Banque centrale ».Il faut rappeler que les douaniers n’en sont pas à leur premier coup. L’année dernière, l’administration douanière a intercepté plusieurs cas de tentatives d’exportation illicite d’or. Le record enregistré était de la saisie record de 18 lingots d’or pesant au total 24,760kg, d’une valeur estimée à 2,8 milliards ariary. Le métal jaune a été découvert sur un ressortissant malgache qui devait embarquer à bord du vol KQ260 de Kenya Airways à destination de Nairobi le 29 septembre. « Suivant cette affaire, l’auteur de ce trafic a été mis sous mandat de dépôt en attendant la fin de l’enquête et son procès », a rassuré le grand argentier à propos de cette affaire.La découverte de ces colis met au grand jour les failles dans le système de contrôle de nos aéroports. Comment se fait-il qu’une telle passagère puisse échapper facilement aux différentes procédures de fouilles manuelles ou au scanner à Ivato  D’autant plus que les deux colis faisaient partie du bagage à main de la passagère  ?

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara2 partages

Handball : Fidèle revient !

Une assemblée générale pleine de Forces de l’ordre et interdite aux journalistes, la veille, et le lendemain une assemblée générale élective. C’est dans cette ambiance que les ligues de handball ont réélu Fidèle Razafintsalama à la tête de la fédération de handball. Après des appels à candidature à remettre au siège, à son bureau, dans lequel il demandait aux candidats, dont lui-même, des certificats de bonne conduite, le président réélu reprend donc les rênes du handball. Au grand dam Rado Randrianarison, candidat malheureux de cette élection.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara2 partages

CRIMAD : 1re bougie en toute fraternité

C’est au Kianjan’ny Kanto, à Mahamasina, que le CRIMAD (Collectif de reporters d’images de Madagascar) a fêté sa première année d’existence, lors d’un grand déjeuner précédé d’une assemblée générale, samedi dernier. L’association a pour objectif le partage d’expériences et les échanges entre membres, étant donné qu’il n’y a pas d’école spécialisée pour cette branche à Madagascar. Plusieurs invités ont honoré de leur présence cette fête, dont quelques journalistes culturels, mais aussi le président, le vice-président et le SG de l’OJM.

Anjara Rasoanaivo

Tananews1 partages

La recette infaillible pour être élu

Pour être élu, il suffit donc d’avoir le populisme bien vulgaire et vaguement nationaliste d’un Donald Trump.

Et pour assurer votre coup, vous faites comme Benoît Hamon : vous promettez 750€ pour tout le monde par mois.

En combinant tout ça, vous serez assuré de remporter les suffrages.

News Mada1 partages

« Can 2017 » any Gabon : tafakatra amin’ny dingana manaraka i Sénégal sy Ghana

Nanaporofo ny maha ekipa lehibe azy eo amin’ny Can aty Afrika taranja baolina kitra. Efa azo antoka ny hiakaran’ny ekipan’i Sénégal sy ny Kintana maintin’i Ghana amin’ny dingana manaraka. Nandresy hatrany izy ireo. Mbola ho sarotra kosa ny lalana ho an’ireo ekipa heverina fa goavana.

 

Mazava ny lalan’ny Lion de la Téranga. Nandresy hatrany ireo mpifanandrina aminy izy teo amin’ny andro roa vitany ka hiakarany amin’ny ampahefa-dalana. Nanamontsana an’i Tonizia 2 noho 0 ary mbola nandresy tamin’io isa ihany koa nanoloana an’i Zimbaboe. Manana isa enina. Hihaona amin’ny laharana faharoa, ahitana an’i Gabon, i Borkina Faso, i Kameronina ary i Ginea Bisao eo amin’ny sokajy A ny senegaley eo amin’ny ampahefa-dalana.

Ho an’ny sokajy D kosa, malalaka ny lalan’ny Ganeanina taorian’ny fandresena indroa miantoana vitany tamin’ity Can ity. Nandresy 1 noho 0 avy an’i Oganda sy Mali izy ireo. Manana isa enina koa izy ireo ary hifanandrina amin’ny laharana faharoa ao amin’ny sokajy C. Izany hoe, mety hihaona amin’ny laharana faharoa, ahitana ny RD Kongo, Maraoka, ny Elefanta Ivorianina ary i Togo.

Nifoha amin’ny torimasony

Ankoatra izany, niditra tamin’ny andro fahatelo ny lalao, omaly. Samy manomboka amin’ny 10 ora alina, ampiarahina avokoa ny fihaonana rehetra. Hifanandrina ao amin’ny sokajy B, i Alzeria sy i Sénégal ary ankilany i Tonizia sy i Zimbaboe. Miankina amin’izany avokoa ny hoavin’ireo ekipa sasany. Anisan’izany ny Gaboney, mpampiantrano, ao amin’ny sokajy A. Mety mbola hiakatra amin’ny dingana manaraka koa ny Maraokanina satria nifoha amin’ny torimasony ka manana isa telo izao ao amin’ny sokajy C. Miaraka aminy ao ny Elefanta ivorianina, manana isa roa hatreto. Manomboka maka ny toerany koa ny Faraonan’i Ejypta. Nibata impito ny Can ary tsy hita firy intsony raha tsy izao indray.

Araka izany, manomboka ho henjana avokoa ny fihaonana rehetra.

Synèse R.

 

News Mada1 partages

Asa fanaovan-gazety : nanamafy ny firaisankinany ireo mpaka sary

Manana andraikitra goavana amin’ny fampitam-baovao ireo mpanao gazety mikirakira ny sary. Antony iray nananganana ny Collectif des reporters d’image de Madagascar na ny Crimad, ny fanasongadinana izay andraikitr’ireo mpikambana izay.Nisy ny lanonana nanamafisana ny firaisankina, no nentina ihany koa nifampiarahaba noho ny taona vaovao,  ho an’ireo mpikambana ao amin’ny Crimad. Niara-nilanonana tetsy amin’ny kianjan’ny Kanto Mahamasina izy ireo, taorian’ny fivoriana sy ny tatitra isan-karazany.“Tsy maintsy mpanao gazety mpaka sary na cameramen miasa amina haino aman-jery mijoro ara-dalàna vao afaka miditra anatin’ny fikambanana. Mijery akaiky izany ny birao satria saro-pady ny asa”, hoy ny nambaran’ny filohan’nyn Crimad, Rakotondrazaka Hery.“Manantena anareo hitondra ny anjara biriky amin’ny fampandrosoana ny tontolon’ny asa fanaovan-gazety eto amintsika aho. Manentana anareo ihany koa mba hifanome tanana amin’ny OJM”, hoy kosa ny nambaran’ny filohan’ny holafitry ny mpanao gazety, Rakotonirana Gérard, izay nasain’ny Crimad manokana amin’ny maha raiamandreny azy.Tsiahivina fa ny Collectif des photographes journalistes de Madagascar na ny CPJM taloha ihany no niofo ho Crimad. Nivelatra kokoa ny fikambanana, ary nijoro ara-panjakana tamin’ny taona 2016. Manodidina ny 40 eo ho eo ireo mpikambana amin’izao fotoana izao, ahitana ireo mpanao gazety mpaka sary ho an’ny gazety na ny fampitam-baovao amin’ny internet sy ireo “cameramen” amin’ny fahitalavitra. Efa nisy ny hetsika nanehoan’ny Crimad ny fisiany, toy ny fampirantiana saripika tetsy amin’ny lapan’ny Tanàna Analakely ny 3 avrily lasa teo.

Zo ny Aina

News Mada1 partages

Avy any Toamasina : tanora 32 handray anjara amin’ny fandaharanasa Access

32 ireo tanora mpianatra nofantenan’ny masoivohon’i Etazonia sy ny English Teaching Program (ETP) handray anjara amin’ny andiany voalohany amin’ny fandaharanasa fampianarana teny anglisy ACCESS na English Microscholarship Access Program any Toamasina. Niaraha-niasa tamin’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena sy ny lisea Jean Jacques Rabemananjara ny fifantenana.

Mpianatra amin’ny liseam-panjanakana ireo tanora ireo izay eo anelanelan’ny 13 ka hatramin’ny 20 taona. Namatsy vola ity fandaharanasa ity ny masoivohon’i Etazonia.  Maharitra roa taona ny fandaharanasa hanampy ireo tanora hanana fahaiza-manao amin’ny teny anglisy amin’ny alàlan’ny fianarana ankoatra ny ao an-dakilasy miampy “cours intensifs”.

Mety hanampy azy ireo hahita fanabeazana mahavelom-panantenana sy asa tsara kokoa ny fifehezana tsara ny teny anglisy. Tanjona ny hananany fahaizana afaka hifaninana sy handray anjara amin’ireo fandaharanasa fifanakalozana sy fianarana any Etazonia amin’ny ho avy ary hahafantatra ny kolontsaina amerikanina sy ny soatoavina demokratika amin’ny alàlan’ny hetsika ara-kolontsaina.

Manampy ny tanora malagasy ny amerikanina

« Ny masoivohon’i Etazonia eto Madagasikara dia manana fahavononana hanohana ny fampandrosoana ny fampianarana teny anglisy, ary rehareha ho anay ny fisantarana ny fanitarana ny English Access Microscholarship aty aminareo” , hoy ny mpanolotsaina momba ny serasera sy ny kolontsaina, Denise Jobin-Welch.

Mba ahazoana fahombiazana, mila mifantoka amin’ny fianarana ny mpianatra ary mila manana fahalalahan-tsaina.  Mety ho sarotra sy hanahirana ny fianarana teny vahiny indraindray satria tsy mijanona amin’ny fitadidiana ny teny sy ny fomba fanononana azy izany.  Tafiditra ao anatiny ny fianarana fomba fisainana vaovao, ny fianarana ny hoe inona ny soatoavina any amin’ny firenena hafa ary inona no mahatonga azy ireo hitandro izany?

Manana singa roa ny fandaharanasa. Eo ny fianarana teny anglisy manomboka amin’ny fahaizana efa ananan’ny mpianatra sy hetsika ara-kolontsaina hanampy azy amin’ny fahatakarana tsara kokoa an’i Etazonia.  Amafisina ny fahaiza-miteny sy mihaino.  Nanomboka ny 18 janoary teo ary mifarana ny 27 jona 2018 ny fianarana.  Tafiditra manontolo ao anatin’ny vatsim-pianarana ny saram-pianarana sy ny bokin’ny mpianatra.

Tatiana A

News Mada1 partages

Tennis de table : bientôt un nouveau DTN

Les critiques ont fusé de partout à l’endroit de la Fédération malgache de tennis de table (FMTT) après que l’élection fédérale ait eu lieu au siège du Comité olympique malgache (Com). Ce qui a amené le président de la FMTT à réagir. « Ce n’est pas la première fois que des élections ont eu lieu dans les locaux du Com. Faute de moyens pour louer un endroit quelconque, nous avons choisi de procéder à ce choix ».

Et pour faire taire ses détracteurs, la FMTT, via son président, a évoqué l’obtention de la reconnaissance des entités concernées. « Nous avons obtenu la reconnaissance du Comité olympique malgache, le certificat de conformité émanant du ministère de la Jeunesse et des sports ainsi que de la Fédération internationale du tennis de table », a-t-il fait savoir.

Désormais, la FMTT s’attèle dans les plus brefs délais à la nomination d’un directeur technique national (DTN). « Nous allons procéder incessamment à la nomination du DTN afin que nous puissions définir le calendrier sportif  2017 programmant   les événements internationaux et nationaux », selon le numéro un de la discipline.

Sur le plan administratif, la FMTT promet également une amélioration. « Nous allons mettre à jour les textes relatifs à la discipline dont le règlement administratif et sportif vu que certains articles sont désuets. Cela concerne en même temps le statut et le règlement intérieur », a-t-il poursuivi.

Naisa

 

News Mada1 partages

Judo : St-Michel domine la joute nationale

Début réussi du championnat national de kata en judo. Les adeptes de cette discipline se sont donné rendez-vous au petit palais des Sports de Mahamasina, les premiers participants à cette compétition inédite. Le judo club de Saint-Michel est sorti vainqueur des deux épreuves au programme.

En Katame No kata, Me Arsène et Me Dera ont dominé le débat face à Tiana et Franck de l’Excelcior tandis que Me Ony et Me Zo ont raflé la mise en Nage No Kata au dépend des champions de l’autre epreuve, à savoir Me Arsène et Me Dera.

Cette journée a été également l’occasion pour la grande famille du judo malgache de célébrer le Kagami Biraki. « C’est une occasion de se retrouver entre pratiquants et amis en toute  convivialité et en kimono à l’occasion de la nouvelle année », dixit le Chairman du judo africain et non moins président de la fédération malgache de judo (FMJ) Siteny Randrianasoloniaiko.

Naisa

 

News Mada1 partages

Rugby – Election : les ligues maintiennent la pression

L’affaire prend une autre tournure. Suite à la demande de convocation d’ assemblée générale extraordinaire, les présidents de ligue régionale qui étaient présents dans la ville des Mille ont haussé le ton tout en revendiquant la validation des candidatures qui ont été déposées auprès du comité d’organisation de l’élection.

Le dilemme autour de l’élection fédérale du rugby est monté d’un cran suite au rejet d’une demande de convocation d’assemblée générale extraordinaire (AGE) formulée par 15 sur les 16 ligues régionales nouvellement élues par le ministère, samedi. Les présidents de ligue présents dans la capitale ont donc décidé lors d’une  réunion organisée à la place de l’AGE de revendiquer la validation sans condition de toutes les candidatures présentées au comité d’organisation de l’élection. La participation de toutes les ligues régionales et de tous les clubs détenteurs du titre national a aussi été exigée.

La présence de plusieurs candidats dans la course élargira le choix des électeurs pour illustrer la pratique démocratique au sein de la discipline, selon les explications fournies par leur porte-parole à l’issue de la réunion. Il a été soulevé que les nouvelles ligues ne doivent en aucun cas être responsables de la défaillance de leurs prédécesseurs qui n’ont pas participé au tournoi national pour en subir les conséquences. La fédération elle-même a provoqué une année blanche en 2016  d’ailleurs mais n’en a perdu aucunement ses droits.

Les participants à la réunion ont par ailleurs déclaré avoir pris cette initiative pour prendre en main le redressement du rugby dans le contexte trouble provoqué par le retard dans l’organisation de l’élection fédérale. Ils ont toutefois précisé que le manquement à leurs revendications les obligerait à verser dans des mesures radicales pouvant aller jusqu’au boycott des scrutins.

Rojo N.

 

Tananews1 partages

Recep Erdogan débarque demain

Alors on va encore sortir ces tanks ridicules dans la rue là ?

Heureusement que cette visite ne dure même pas 24 heures, les pinponpinpon nous emmerderont pas trop longtemps.

Et sinon ils vont discuter de quoi ? De l’envoi d’immigrés syriens à Madagascar peut-être ?

L'express de Madagascar1 partages

Relations internationales – Offensive diplomatique en cours

Deux hautes personnalités se succéderont à Madagascar cette semaine. Le Président turc et le secrétaire d’État du Vatican sont attendus les 24 et 26 janvier.

Chargée. Sur le plan diplomatique, la semaine s’annonce particulièrement riche avec une visite d’État de Recep Tayyip Erdogan, président de la Turquie, et une visite officielle du cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Vatican.Après une fin d’année 2016 ponctuée par la tenue du sommet de la Franco­phonie et la conférence des bailleurs de fonds et des investisseurs, avec ces deux visites de haut niveau, l’année 2017 semble partir sur de bonnes bases sur le plan des relations internationales de Madagascar. Ce sera le président Erdogan qui ouvrira le bal. Prévu débarquer en terre malgache dans la soirée de mardi, il effectuera un sprint diplomatique durant la journée du mercredi 25 janvier.Recep Tayyip Erdogan commencera sa journée dans la Grande île par un tête-à-tête avec Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, au palais d’État d’Iavoloha, suivi d’une séance de travail durant laquelle les parties malgache et turque procèderont à la signature d’un certain nombre d’accords de coopération bilatérale, « dont les versions finales sont encore en cours de discussion » selon Béatrice Atallah, ministre des Affaires étrangères, lors d’un entretien téléphonique, hier.Le tourisme, le transport aérien, ou encore l’industrie entre autres, devraient être les secteurs concernés par ces accords. Le président turc « souhaiterait », du reste, tenir un discours devant le Parlement. Une requête dont la concrétisation pourrait dépendre du déroulement de la journée du 25 janvier, dont le point d’orgue serait le forum économique malgacho-turc, prévu se tenir dans l’après-midi de mercredi.

CoïncidenceLe Chef d’État turc est prévu quitter la Grande île dans la nuit du 25 janvier. Le protocole diplomatique malgache n’aura pas le temps de souffler, car dès le lendemain, dans la soirée du jeudi 26 janvier, débarquera à l’aéroport d’Ivato, le cardinal Pietro Parolin. Selon les explications de la ministre Atallah, les cinq jours que le numéro 2 du Vatican passeront à Mada­gascar seront « ultra-chargés ».Le point d’orgue du séjour de ce haut responsable du Vatican dans la Grande île sera une grand-messe qui se tiendra, au stade de Mahamasina, le 29 janvier. Un rendez-vous pour célé­brer en grande pompe les 50 ans de relations diplomatiques entre le Saint-Siège et Madagascar. Avant, le cardinal Parolin ne dérogera pas aux rencontres avec les deux chefs de l’Exécutif, durant la journée du 27 janvier.Une rencontre avec les évêques malgaches est également prévue le samedi 28 janvier, à Ambatoroka, où il en profitera pour visiter l’Institut catholique de Madagascar (ICM). « Durant tout son séjour, ce sera le cardinal Parolin qui célèbrera la messe matinale, à la nonciature, à Ivandry », indique la chef de la diplomatie malgache. Avant son départ le 31 janvier, le secrétaire d’État du Vatican se rendra à Andralanitra, pour rendre visite aux démunis hébergés dans le centre créé par le père Pedro Opeka.Questionné sur l’éventualité d’un conflit d’intérêts « religieux », dans la proximité des deux offensives diplomatiques, Béatrice Atallah avance « une coïncidence du calendrier ». Desobservateurs internationaux voient en la politique du président Erdogan une volonté de mettre en avant, voire appliquer certains préceptes de la religion musulmane.« La proximité des deux visites est une pure coïncidence. L’invitation adressée au Saint-Siège, pour célébrer le 50e anniversaire de nos relations diplomatiques, a été formulée par le président de la République lors de sa visite au Vatican, en 2014. Pour le Chef d’État turc, l’invitation à venir à Mada­gascar a été faite en 2015. Le hasard du calendrier a fait que les dates de disponibilité des deux personnalités sont tombées dans la même semaine », explique le chef de la diplomatie malgache.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar1 partages

Dérives autoritaires dénon­cées

Si l’État met en avant les enjeux économiques de la visite de Recep Tayyip Erdogan, président turc, d’autres, à l’instar de Turkmen Terzi, journaliste turc travaillant en Afrique du Sud, souhaite profiter de l’occasion pour dénoncer « les dérives auto­ritaires » de son Chef d’Etat. Présent à Madagascar, justement pour couvrir la visite du président Erdogan, le journaliste, dans une interview accordée à quelques-uns de ses confrères samedi, déplore que depuis des mani­festations de contestation en 2011, l’homme fort de la Turquie a multiplié les arrestations arbitraires contre ses opposants politiques et toute autre personne critique envers le pouvoir. Une situation qui a empiré au lendemain du « coup d’État » de 2016. Selon le journaliste, plusieurs milliers de personnes, surtout des fonctionnaires, universitaires et journalistes croupissent en prison.

L'express de Madagascar1 partages

Plus d’un milliard ariary de devises

Une belle performance. La réserve en devises à la Banque centrale de Mada­gascar ne cesse d’augmen­ter. Actuellement, celle-ci est de l’ordre de 1,1 mil­liard ariary, selon Alain Rasolofondrainibe, gouverneur de la Banque centrale, samedi. Celle-ci s’explique par l’accrois­sement de rentrées de fonds liées aux investisse­ments directs étrangers et du déblocage de la première tranche du fonds alloué par le fonds moné­taire international dans le cadre du program­me Facilité élargie de crédit (FEC).

L'express de Madagascar1 partages

Les déclarations de soutien s’enchaînent

Après les ténors et les membres du parti HVM, c’était au tour des membres du gouvernement et élus membres d’autres formations politiques de marteler leur allégeance à Hery Rajao­narimampianina, président de la République. Regroupés au sein d’une plateforme de solidarité pour le développement (FFP), ils ont claironné leur soutien indéfectible au chef de l’État, lors d’une réception de présen­tation de vœux au Carlton Anosy. En ces temps où les bruits annonçant une recomposition du gouvernement se font insistants, il semble que, que l’on soit membre du parti au pouvoir ou d’une formation affiliée, l’on rivalise d’imagination pour créer un événement afin d’affirmer sa fidélité au Chef.

L'express de Madagascar1 partages

Aménagement de la ville de Toamasina

Le ministre auprès de la Présidence, en charge des projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’équipe­ment, Narson Rafidima­nana, a inauguré quelques infrastructures dans la ville de Toamasina, vendredi. Il s’agit de la réhabilitation de la Rue lieutenant Emmanuel Berard et la rue Amiral Billard, le jardin place de la colonne. Le district de Toamasina II a été également doté d’un guichet unique des services fonciers.

L'express de Madagascar1 partages

Opération de charme à Toa­masina

Conduit par Narson Rafidimanana, ministre auprès de la présidence chargé de l’Aménagement du territoire, l’Exécutif et le parti « Hery vaovao ho an’i Mada­gasikara » (HVM) ont engagé une offensive de charme dans la région Atsinana, notamment dans la ville de Toamasina durant la fin de la semaine dernière. Après une série d’inaugurations de routes réhabilitées, la délégation conduite par le numéro 2 du gouvernement a offert « à la population de Toamasina » un banquet traditionnel ou « nofon-kena mitam-pihavanana », à l’occasion du Nouvel an.

L'express de Madagascar1 partages

Des moyens énormes pour coloniser Madagascar

T ous les espoirs sont mis dans la Compagnie française des Indes orientales, quatrième version. D’autant qu’une « excellente initiative» figure dans le programme, indique Edmond François, membre de l’Académie malgache, dans sa communication du 17 décembre 1943, àl’occasion du Tricentenaire de l’établissement de l’autorité française à Madagascar. « On décida que les ouvriers et spécialistes divers seraient envoyés dans toutes les contrées de Madagascar pour recueillir des échantillons de toutes les matières utiles qu’on pourrait y trouver. Cette prospection ne fut pas exécutée aussi largement que le souhaitaient les syndics, mais après trois siècles, nous devons avouer qu’elle n’est pas encore achevée. »Quatre cents artisans se présentent au recrutement, que l’on dirige sur Brest en vue de leur embarquement. La Compagnie arme une première flotte de quatre navires et lui confie des marchandises. Les vaisseaux quittent Brest, le 7 mars 1665, avec de Beausse, gouverneur de la Colonie, et son adjoint Montaudon à son bord. La carrière des deux hommes est bien courte. Le premier meurt au Fort Dauphin, cinq mois après son arrivée. En septembre 1666, son second qui lui succède, décède à son tour. C’est Champmargou qui exerce par intérim la direction de la Colonie.Peu après le départ de la flotte, Louis XIV et Colbert parachèvent l’organisation de la Colonie. Les syndics qui dirigent provisoirement les divers services de la Compagnie, sont remplacés par douze directeurs dont Colbert et de Thou. Le chef de la Colonie qui porte le titre de gouverneur, a rang de vice-roi de Madagascar. D’autres décisions sont prises pour élargir le champ d’actions de la Colonie jusqu’à Bourbon et aux Indes. « On donna au gouverneur vice-roi, le pouvoir d’attribuer à Madagascar des fiefs de noblesse et de distribuer des titres. » Edmond François signale cependant, qu’il ne retrouve pas la preuve que les gouverneurs usent dans l’Anosy de ce pouvoir qui vise un essai, « sans doute un peu naïf» d’assimilation des autochtones (lire précédente Note).Lopis de Montdevergue est le premier vice-roi qui relève Champmargou de son intérim. À son arrivée au Fort Dauphin, il trouve la Colonie dans la pire situation et la population européenne réduite à 60 colons qui ne s’éloignent guère du fort. Le nouveau gouverneur est vraisemblablement empêché d’exécuter le programme qu’on lui a tracé. On voit alors réapparaitre  les accusations déjà portées contre le personnel de la Colonie taxé « d’incompétence et de prévarication ».Louis XIV est le plus calme et le plus persévérant des actionnaires de la Compagnie. Les mauvais rapports venus de la Colonie ne le troublent pas outre mesure. Ses projets coloniaux prennent corps même quand le Fort Dauphin est « en proie au gâchis ». Il ne veut pas se laisser détourner de son but. « Pour encourager les souscripteurs et obtenir d’eux de nouveaux versements, il promet la remise à la Compagnie de deux millions et versa un acompte de 500 000 livres. Cette somme devait être employée à l’amortissement des pertes déjà constatées. D’une autre main, il sermonna sévèrement le vice-roi Montdevergue. »Peu après l’envoi de cette mercuriale, en février 1669, le voilier « Saint-Jean » arrive en France avec le premier chargement de marchandises embarquées aux Indes, auquel avaient été ajoutés des peaux, de l’indigo, des gommes, du poivre chargés à Madagascar. Le roi fait répandre la bonne nouvelle, mais des lettres ramènent bientôt le doute dans les esprits. Le pessimisme des directeurs gagne même le roi qui abandonne. « Montdevergue était un incapable. » Il parait alors établi « que Madagascar réclamait d’autres hommes et des moyens énormes pour accorder à la Compagnie une petite chance de profit. En revanche à Bourbon et aux Indes, le succès des entreprises françaises était assuré. »Le roi cède et permet le transfert à Bourbon du siège de la Compagnie. Mais il entend maintenir « les droits de la France sur le Fort Dauphin et l’ile Dauphine. Louis XIV ne résilia pas nos droits et les confirma encore une fois, le 4 juin 1686, dans un arrêt qui rattache Madagascar au domaine de la couronne. »

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar1 partages

« Il suffit d’une crise »

Aucun président fraîchement intronisé n’aura autant divisé que Donald Trump, qui occupe le bureau ovale, depuis le 20 janvier. Au lendemain de cette prestation de serment, la marche des femmes s’affiche déjà comme une significative forme d’opposition, du moins dans le monde occidental, au président américain et à ce qu’il semble incarner d’idéologie, de prise de position et de politique. Une contre-offensive féministe, mais que signifierait ce mot sans l’idée d’égalité et d’équité et donc, d’humanisme ?Simone de Beauvoir disait : « N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. » La dernière campagne présidentielle américaine n’aura pas épargné le monde d’un spectacle assez décevant – mais ô combien révélateur quant à la partie immergée de l’iceberg – sur un certain machisme repris, grossi à l’envi à une échelle planétaire. Si les Etats-Unis ont toujours cette influence sur le monde actuel, alors l’ère nouvelle qui s’ouvre avec Donald Trump aurait-elle aussi son impact sur le regard africain sur les femmes en général et sur l’égalité des droits, en particulier ?Le féminisme est toujours un mouvement mal compris et donc « un peu » mal vu dans une société malgache où l’habitude range souvent les uns et les autres dans des petites boîtes inamovibles. Méconnu, il reste parfois cloué dans l’image que le monde se faisait des suffragettes au début du 20e siècle : hystériques, incomprises, aigries et anarchistes. D’ailleurs, peut-on encore vraiment parler d’un féminisme vraiment malgache, à l’heure où on considère le mouvement comme une démonstration  fondamentalement occidentale et donc, étrangère ? Pourtant la réalité malgache, comme celle des pays en situation précaire, reflète la disparité entre hommes et femmes devant l’accès à l’éducation et aux formations, aux soins de santé, aux microfinances, aux emplois, etc. Et la situation des femmes et des jeunes filles est toujours la plus dangereuse en temps de crises, de catastrophes naturelles, de précarités, d’insécurité matérielle ou physique.Aussi, quand le plus puissant pays se choisit comme leader un président qui se moque ouvertement des femmes, on est en droit de s’inquiéter de la marche du monde en général. D’un côté, l’inquiétant avancement des religions fanatiques qui appliquent sur les femmes des traitements inégalitaires et injustes – et qui rêvent de les étendre sur d’autres territoires, y compris ce Madagascar aux frontières poreuses. De l’autre côté, des traditions qui emprisonnent toute idée émancipatrice et libératrice des femmes à un moment où la vie politique, sociale, culturelle et économique nationale a tant besoin de leur contribution pour s’élever. Puis, cette autre idée tacitement validée par des hommes comme par certaines femmes, que ces traitements injustes qui  tiennent de la violence morale et/ou physique, peuvent être admissibles ou compréhensibles dans « certaines » situations. Ensuite, bien sûr, les  vieux préjugés de ceux qui n’ont rien compris aux femmes – et donc rien compris aux hommes, non plus. Et maintenant, à la tête de la nation la plus suivie au monde, un homme qui semble fédérer toutes les inquiétudes des mouvements égalitaires par sa seule présidence.Force est alors de rappeler aux femmes et hommes malgaches, d’où qu’ils soient, que ce combat n’est pas terminé et que nous avons aussi, même au-delà du dilemme américain, du pain sur la planche. S’attaquer à ces problèmes à la racine : la pauvreté mentale et la pauvreté tout court, mais aussi voir loin, et faire barrage à toutes ces nouvelles vagues de bigoterie, de fanatisme, et de banalisation de la violence. Ce sont ces petites choses qui s’accumulent qui feront rompre le faible rempart : une fois que les femmes sont affaiblies, c’est toute une nation qui s’écroule. Pire encore, quand celles qui ont le privilège du pouvoir ou de l’influence ne s’en servent pas pour faire avancer l’égalité ou s’en servent pour de petits intérêts trop personnels, la pauvreté s’installe pour plusieurs générations. On en parle avec légèreté et parfois, sans trop y croire et pourtant, il suffit d’une crise.

Par Mialisoa Randriamampianina

L'express de Madagascar1 partages

Pasteur attaqué

Quatre bandits brandissant un pistolet et quatre fusils de chasse ont attaqué le foyer du pasteur de l’église pentecôtiste à Ambodivary Mahitsy, jeudi, vers 3 heures du matin. Une somme d’une valeur de 250 000 ariary a été dérobée avec sept téléphones portables, selon les gendarmes. L’un des assaillants était encagoulé.

L'express de Madagascar1 partages

Photo-journalisme – Les reporters d’images affichent leur solidarité

« Ensemble pour le photojournalisme », c’est à travers ce leitmotiv que l’illustre Daniel Félix Rakotoseheno, dit Dany Be, patriarche des journalistes photographes de la Grande île, a fédéré ses camarades à découvrir son exposition présentant les grands moments de notre histoire en septembre. Un mot d’ordre qui tient à cœur aux membres émérites et expérimentés qui forment ensemble le Collectif des reporters d’images de Madagascar (Crimad), qui se sont retrouvés au Kianjan’ny Kanto Mahamasina samedi après-midi.Pour la valorisation et la pérennité de leur métier, les journalistes photographes, connus aussi comme étant des reporters d’images, ont officiellement créé leur association au mois d’avril 2016. Une initiative adoubée par le milieu des médias en général, sans qui ce dernier n’aurait sans doute pas existé. Rassemblant en son sein plus d’une vingtaine de reporters d’images festifs et joyeux, issus des organes de presse du pays, c’est dans un esprit de fraternité que le Crimad a donc célébré les retrouvailles annuelles de ses membres à Mahamasina.L’on s’est ainsi, entre autres, laissé surprendre à l’occasion par les talents cachés de ces derniers que l’on a l’habitude de rencontrer derrière l’objectif. Notamment nos chers collègues de l’Express de Madagascar avec Mamy Mael au chant et Serge Maryl excellant à la batterie pour une scène musicale ouverte, le tout sous la bienveillance du fin mélomane Claude Rakotobe et de son oreille aguerrie. Ihandry Andriamaharo n’a pas manqué d’immortaliser cet instant.

A. P. R.

Tananews0 partages

Rencontres économiques avec la Turquie : au menu nouvelles technologies, élevage et agriculture

Tiens ça nous semble intéressant tout ça.

Pour les opérateurs économiques que ça intéresse, ce forum B2B se déroulera donc au CCI Ivato ce mercredi 25 janvier.

Nouvelles technologies, élevage et agriculture sont les secteurs qui nous semblent porteurs et prometteurs dans l’immédiat.

Tananews0 partages

“La sécheresse dans le sud reste pour nous une préoccupation”

Affirmation de Violette Kakyomya, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies.

Personne ne lui a dit que pour le moment, c’est plutôt les inondations dans le sud ?

La sécheresse c’est à Tana plutôt.

Tananews0 partages

“Je vais augmenter les salaires des fonctionnaires de 7%”

Rappelez-vous, c’était la promesse de sa Seignhery le 6 janvier à Iavoloha.

Bon bah en attendant, nous sommes le 23 janvier et les fonctionnaires n’ont pas encore reçu leur paie de janvier.

C’est sans doute parti en carburant pour la Jiramaty.

News Mada0 partages

Chronique : on se fend la pêche ?

L’autre jour, dans un salon de thé, je me réjouissais en parcourant la carte des jus de fruits, smoothies et autres granités. Le choix proposé était à l’image de ce qu’il doit être au cœur de l’été sur nos hautes terres centrales, c’est-à-dire très varié. Le serveur s’empressa de modérer mon enthousiasme en précisant que si je pouvais effectivement commander un jus d’ananas, un jus de banane, un jus de corossol, un jus de mangue, un jus de pomme,  un jus de pêche, un jus de poire ou même un jus d’avocat, je ne devais pas m’attendre à un fruit pressé.

En réalité, il ne l’a pas dit en ces termes. Le garçon s’est d’abord gratté le crâne en souriant avant d’aller vérifier en cuisine quels jus de fruit il serait en mesure de me proposer. Le va-et-vient de ma table à la cuisine s’est répété plusieurs fois, le temps que la liste se réduise finalement à trois options : ananas, mangue et pêche. J’ai opté pour le jus de pêche, en me disant que j’avais bien de la chance de pouvoir savourer un fruit qui se fait rare sur les étals des marchés en janvier.

Quand le serveur m’a apporté le jus de fruit, je lui ai fait remarquer qu’il s’était trompé de commande. Froissé, il m’a répondu que j’avais demandé un jus de pêche et qu’il me servait un jus de pêche. Or ce que le serveur et la carte du salon de thé appellent une pêche, je l’appelle une prune.

Pendant quelques secondes, je me suis dit que ce jeune homme se moquait de moi et m’apprêtais à le lui dire quand faisant appel à la phonologie, j’ai compris ma méprise. J’avais oublié que

« paiso » est le nom générique pour trois fruits que l’on cueille autour de Noël : l’abricot, la pêche et la prune.

Du haut de mon français standard, j’ai eu envie de rire, envie vite réprimée en songeant à la pauvreté du français qu’on apprend dans nos écoles. Quid du teint de pêche, du tissu peau de pêche, de la couleur pêche ? C’est simple, ils comptent pour des prunes.

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

L’autre jour, dans un salon de thé, je me réjouissais en parcourant la carte des jus de fruits, smoothies et autres granités. Le choix proposé était à l’image de ce qu’il doit être au cœur de l’été sur nos hautes terres centrales, c’est-à-dire très varié. Le serveur s’empressa de modérer mon enthousiasme en précisant que si je pouvais effectivement commander un jus d’ananas, un jus de banane, un jus de corossol, un jus de mangue, un jus de pomme,  un jus de pêche, un jus de poire ou même un jus d’avocat, je ne devais pas m’attendre à un fruit pressé.

En réalité, il ne l’a pas dit en ces termes. Le garçon s’est d’abord gratté le crâne en souriant avant d’aller vérifier en cuisine quels jus de fruit il serait en mesure de me proposer. Le va-et-vient de ma table à la cuisine s’est répété plusieurs fois, le temps que la liste se réduise finalement à trois options : ananas, mangue et pêche. J’ai opté pour le jus de pêche, en me disant que j’avais bien de la chance de pouvoir savourer un fruit qui se fait rare sur les étals des marchés en janvier.

Quand le serveur m’a apporté le jus de fruit, je lui ai fait remarquer qu’il s’était trompé de commande. Froissé, il m’a répondu que j’avais demandé un jus de pêche et qu’il me servait un jus de pêche. Or ce que le serveur et la carte du salon de thé appellent une pêche, je l’appelle une prune.

Pendant quelques secondes, je me suis dit que ce jeune homme se moquait de moi et m’apprêtais à le lui dire quand faisant appel à la phonologie, j’ai compris ma méprise. J’avais oublié que

« paiso » est le nom générique pour trois fruits que l’on cueille autour de Noël : l’abricot, la pêche et la prune.

Du haut de mon français standard, j’ai eu envie de rire, envie vite réprimée en songeant à la pauvreté du français qu’on apprend dans nos écoles. Quid du teint de pêche, du tissu peau de pêche, de la couleur pêche ? C’est simple, ils comptent pour des prunes.

Kemba Ranavela

News Mada0 partages

Us et coutumes : Attention danger : excès de zèle

Drôle de pays que le nôtre. On y prie le samedi, le dimanche, et même tous les jours de la semaine pour les plus fervents ou les plus désemparés, qui peuvent aussi être fervents et désemparés, et qui n’appartiennent pas tous aux franges vulnérables de la société. Stupéfiante ferveur religieuse qui rassemble d’incroyables foules pour chanter l’amour et le pardon. Extraordinaire ferveur religieuse qui disparaît comme par magie quand ces mêmes pratiquants qui chantaient l’amour du prochain hier décident aujourd’hui de rendre justice eux-mêmes. Ahurissante ferveur religieuse quand on croit pouvoir sauver la nation armés de livres saints. Pour ce drôle de pays, notre ferveur religieuse est surtout très inquiétante.

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : any dia tsy hita ?

Efa betsaka ny resaka nandeha mahakasika ny fitantanana ny Renivohitra. Efa samy voaresaka teto avokoa na ny ataon’ny mpivarotra amoron-dalana na ny adidy iantsorohan’ny  fiadidiana ny Tanàna. Tsy lazaina intsony ny an’ny mpitatitra sy ny mpandeha an-tongotra ary ireo mpiantsehatra maro isan-karazany.

Sarobabay ireny ka izay voa aza tezitra. Tsy misy jamba noho ny ireo tsy te hahita ary tsy misy marenina noho ireo tsy te handre. Raha mahay misintona lesona amin’ireny tranga sy fanamarihana ary fanakianana isan-karazany novoizin’ny haino aman-jery isan-karazany ireny dia efa tena zava-dehibe.

Ekena fa mety misy ny mifono fironana politika na tsy fitiavana mihitsy aza amin’ireny fanakianana ireny nefa misy ihany ny azo raisina amin’ny ankapobeny. Misy mantsy ireo efa mametraka sakana avy hatrany raha vao mahafantatra ny toeran’ny olona miteny na mitsikera azy.

Ity tranga omaly teo Analakely ity dia nahavakivava ireo izay nahita. Nanao ny asany an-davanandro ireo polisy monisipaly sy polisim-pirenena manenjika ireo mpivarotra amoron-dalana. Tampoka tamin’ireto farany ny fandalovan’ilay fiara minibus mangakely teo anoloan’ny Tana Gallery ka maro ireo tsy nahetsika miaraka amin’ireo entam-beny ka dia nijajirika fotsiny teo.

Nivoaka avy tao anatiny ireo polisy maromaro ka avy hatrany dia nifaoka ireo karazam-pamantaranandro sy vatoaratra teo amin’ny mpivarotra iray. Nivalaketraka toy ny nilatsaham-baratra ity farany. Nivanaka ihany koa ireo nanatri-maso ity tranga ity. “Fa nahoana loatra no ny entany irery no nalaina nefa mpivarotra am-polony mahery no teo tsy nisy nokitihiny ?”, hoy ny fanontanian’ny maro. “Any dia tsy hita izany”, hoy ny sasany.

Nanao ny asany ireo mpitandro filaminana. Saika isan’andro no ahitana tranga toy izany raha ny eny Analakely sy ny manodidina eny. Fa ny fanontaniana mipetraka dia hoe: mankaiza tokoa moa izany ireny entana ireny ? Moa afaka manaraka ny entany na mandoa izay sazy mifanaraka amin’ny tsy fanarahan-dalàna nataony ve ny mpivarotra ? Sa any dia tsy hita tokoa ? Raha izay mantsy no zava-misy dia manjary misy fandikan-dalàna indray ao anatin’ny fampanarahan-dalàna.

Mparany

 

News Mada0 partages

Na misokatra aza Tsiazompaniry : mijaly rano Antananarivo

Efa ho efatra andro izao ny nahatongavan’ny ranon’i Tsiazompaniry ao Mandroseza hamatsiana an’Antananarivo. Tsy mbola maharaka ny famatsiana rano ny eto an-dRenivohitra anefa izany.

Araka ny fitarainan’ny mponina, mbola betsaka ireo tsy mahazo rano any an-tokantranony. Tanàna maro tsy mahita rano efa hatramin’ny alakamisy teo. Ny tanàna sasany ora roa monja (2 ora maraina-4 ora maraina) no mandeha ny rano.

Diso fanantenana ny mponin’Antananarivo sy ny manodidina amin’ny filazan’ny fanjakana fa ampy ho an’Antananarivo ny rano tarihina avy any Tsiazompaniry. Maina ny tany, maina ny tanimbary, manakofa ny vary miakatra.

Miteraka fifanolanana eo amin’ny mpiandry paompy sy ny mpantsaka mihitsy ity krizin’ny rano ity tato ho ato. Milahatra andro aman’alina eny amin’ny paompy ny olona miandry ny rano handeha kanefa tsy misy mitete mandra-marain’ny andro.

Mandry an-driran’antsy toy izany koa ireo mpiandry paompy ary lasa sondrian-tory aza indraindray ka tara vao tonga eo am-pantsakana, ny rano efa mandeha kanefa tsy misy manokatra indray ny paompy.

Tatiana A

News Mada0 partages

Ora-mikija any atsimon’ny Nosy : potika ny tanimboly 800 ha

Faly sahirana ny mponina any atsimin’ny Nosy. Be loatra indray ny orana. Maherin’ny 800 ha ny tanimboly dibo-drano any an-toerana. Tandindomin-doza hatrany ny mponina.

Mitohy andro aman’alina ny orambe any amin’ny tapany atsimon’ny Nosy. Anisan’ny be orana ny ao Sakaraha. Manahy mafy ny fiantraikan’ny fahavakisan’ny tohodranon’i Fiherena ny mponina. Nanapa-kevitra ny fanjakana hanarama ny olona amin’ny alalan’ny Himo hanamafy izany tohodrano izany tsy ho vaky ka handifotra ny tanàna.

Efa hita avokoa ireo toerana atahorana hisian’ny fahavakisana ka hotohanana vato avy hatrany mba tsy hampiitatra ny fahavoazana.

Efa maherin’ny 800 ha ny tanimboly dibo-drano. Fatiantoka tanteraka ho an’ny mponina. Toerana efa dibo-drano tamin’ny taona 2013 ihany ireo mbola tratran’ny tondra-drano ireo. Tsy misy tanàna ireo toerana ireo saingy mbola ambolen’ny mponina vary sy katsaka ary hasy kosa. Maherin’ny 2.000 ireo olona mamboly sy mivelona amin’izany tanimboly tondraky ny ranobe izany.

Nitondra katsaka milanja 8 t ho an’ireo fianakaviana tandindomin-doza any an-toerana ny BNGRC. Nametraka tranolay avy hatrany ihany koa ho an’ireo traboina. Efa hisy ihany koa ny fandefasana ekipan’ny mpitsabo any an-toerana.

Raha ny tatitra, tsy mitsahatra miakatra ny reniranon’i Fiherena. Mahery ny tosiky ny rano ka izay indrindra no nandrendrika ireo olona dimy hita faty tao an-tanànan’Andranovory. Miantso ny mponina ho mailo, araka izany, ny fanjakana ka tsy hiampita amin’ny reniranon’i Fiherena fa mety hitera-doza izany.

Marihina fa efa betsaka ihany koa ny kaominina mitoka-monina vokatry ny ora-mikija any atsimon’ny Nosy. Tsy azo aleha ny lalana fa tapaka tanteraka. Tsy azo hiampitana ihany koa ny renirano fa mahery ny tosiky ny rano noho ny orana be loatra.

Tatiana A

News Mada0 partages

Hausse des prix des denrées alimentaires : les restaurateurs révisent leurs tarifs

Les prix à la consommation ne cessent d’augmenter et se répercutent aussi bien sur les budgets des ménages que ceux des restaurateurs dans la capitale. Les familles n’ont d’autre choix que de se serrer la ceinture tandis que ceux qui investissent dans la restauration augmentent leurs tarifs. Depuis quelques semaines, le prix des menus dans les restaurants, au grand dam des consommateurs.

Cette disposition est tout à fait logique selon quelques restaurateurs qui essaient de s’expliquer sur cette nouvelle hausse de tarif. « Le prix des légumes et de la viande et même du riz a connu une augmentation. Pour ne pas vendre à perte, il nous est indispensable de réviser nos tarifs à la hausse », a soutenu un propriétaire de restaurant à Antanimena. Même version de la part d’un restaurateur à Analakely. Selon cette source, le prix d’un menu a connu une augmentation de l’ordre de 500 à 1.500 ariary.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Affaire Vangaindrano : défèrement ce jour

Sauf imprévu, Rodriguez, le présumé meurtrier dans l’affaire de « Vangaindrano » sera présenté ce jour devant le magistrat du Parquet et le juge d’instruction du tribunal de Fianarantsoa. Sous bonne escorte, il a quitté Vangaindrano dans la matinée de vendredi.

Quant aux quatre personnes arrêtées jeudi dernier pour vandalisme, elles ont été transférées à Farafangana où se tiendra le défèrement.

Pour rappel, le meurtre d’une lycéenne de 19 ans a provoqué la colère des habitants de Lopary. Ces derniers se sont rués sur la caserne de la Compagnie territoriale de gendarmerie de Vangaindrano et ont exigé à ce qu’on leur livre le suspect. Ayant essuyé un refus de la part des gendarmes, ils ont organisé une manifestation dans les rues de Vangaindrano.

Entre-temps, les négociations engagées se sont avérées infructueuses. La situation a dégénéré. Des maisons et des guichets de la gare routière ont été incendiés. Après les interventions des forces de l’ordre, quatre manifestants ont été arrêtés et transférés à Farafangana.

Mparany

 

News Mada0 partages

Alaotra : amélioration des infrastructures

Un canal de 155 mètres sur la rive gauche de l’Anony, dans la commune rurale de  Tanambe, a été réceptionné dans le district d’Amparafaravola le 19 janvier La réhabilitation de cette infrastructure agricole améliore l’irrigation de 4.600 hectares de rizières dans la commune.  Entrant dans le cadre du projet Bassin versant périmètre irrigué (BVPI), l’exécution des travaux a nécessité un budget de 280 millions d’ariary. Un canal adjacent d’une longueur de plus de 3 kilomètres, assurant l’irrigation de 1250 hectares de rizières a aussi été curé à cette occasion. Chargée de la maintenance de ces infrastructures, la fédération des agriculteurs locaux a noté l’insuffisance des besoins en eau dans la localité malgré ces réalisations.

La population, constituée majoritairement d’agriculteurs, attend avec impatience donc les pluies provoquées annoncées par le ministre de l’Agriculture lors de son dernier passage dans la région Alaotra Mangoro.

Solo/Manou

 

News Mada0 partages

Boeny : l’environnement en priorité

Une charte environnementale élaborée conjointement par les techniciens de la direction régionale de l’Environnement, de l’écologie et des forêts (Dreef) et le fokonolona sera appliquée dans le Boeny pour lutter contre la dégradation de l’environnement.

Les auteurs de feux de brousse ravageant des milliers d’hectares de végétation dans la région sont principalement ciblés par l’initiative. La destruction de cultures et de plants d’arbres par les zébus en pâture est aussi concernée par la convention communautaire révélée lors de l’ouverture officielle de la campagne de la région Boeny, le 20 janvier dernier. Les efforts seront axés sur la protection de l’environnement par l’utilisation de l’énergie renouvelable cette année, a déclaré le Préfet de Mahajanga Lahiniaina Fitiavana Ravelomahay en présense des autorités et les forces vives locales à cette occasion. Des essences destinées au bois de chauffe et au charbon de bois ont été plantées sur une superficie de 7 hectares dans la station forestière de Marohogo, dans la commune rurale de Belobaka à Mahajanga II lors de la journée. Les opérateurs en bois de la région se sont fortement mobilisés  pour sa concrétisation à la grande satisfaction des autorités. Un système de contrôle et suivi de ces réalisations pour conserver les acquis environnementaux de la région a été ordonné. Des pare-feux sont installés pour protéger les plants en plus de l’application de la nouvelle charte environnementale. Le Préfet de Mahajanga a incité chaque citoyen à planter des arbres durant l’année pour atteindre l’objectif de 10.000 arbres annuels dans la région.

Manou

 

News Mada0 partages

Météo : les pluies s’estompent dans le Sud

Après la pluie le beau temps. Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur le Sud-ouest qui ont entraîné des dégâts matériels considérables vont s’estomper ce jour, selon les prévisions de la météo d’Ampandrianomby. Cette partie de l’île n’est plus le seul endroit à avoir connu un temps sec. « Dame pluie ne sera pas au rendez-vous durant les trois premiers jours de cette semaine dans presque toutes les régions, surtout sur les hautes terres », a soutenu un prévisionniste au sein de la Direction générale de la météorologie (DGM), Roger Randriamanantena, hier lors d’ une conversation téléphonique.

Ce dernier d’informer que le déclenchement de pluie provoquée s’avère pour le moment impossible. Les conditions nécessaires pour réaliser une telle opération ne sont pas réunies. Selon notre source,  « des nuages cumuliformes sont requis pour pouvoir mener l’opération. Par ailleurs, les vents en altitude ne doivent pas être trop forts pour permettre de provoquer des précipitations ». Lui d’ajouter que,  L’opération de pluies provoquées, déployée hier à Alaotra, n’était pas fructueuse. Seule une quantité faible de précipitation de l’ordre de 0,2 mm a pu être déversée. Les conditions pour la formation d’un éventuel cyclone dans la partie nord d’ Antsiranana ne sont pas pour l’heure remplies.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Tranovato Ambatonakanga : notokanana ny takela-baton’ny faha 150 taona

Nomarihina, omaly, ny ivon’ny fankalazana ny faha-150 taona maha tsangambaton’ny martiora ny FJKM Tranovato Ambatonakanga. Nisy ny fitokanana ny takela-bato ho fahatsiarovana izany eny an-toerana. Notronin’ireo manam-pahefana nahitana ny Praiminisitra Mahafaly Olivier niaraka amin’ireo mpikambana ao amin’ny governemanta maromaro, ny filohan’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana, Rakotoarisoa Jean Eric, ny filohan’ny Sénat Rakotomanana Honoré, ny PDS-n’Antananarivo Renivohitra Ravalomanana Lalao ary ny filohan’ny FJKM, ny mpitandrina Irako Andriamahazosoa Ammi. Narahina fotoam-pivavahana lehibe ity fitokanana ity ka nitana ampaham-potoana lehibe tamin’izany ny  teny faneva « Ianareo no fanasin’ny tany » (Matio 5 :13a). Nofaranana tamin’ny fiaraha-misakafo ny ivon’ny fankalazana.

Fandaharam-potoana manaraka, ny 12 febroary, hisy ny mariazy « volamena » ho an’ireo naharitra 50 taona noho mihoatra. Ny 8 jona, fanokanana mpandray fanasan’ny Tompo. Olon-dehibe avokoa ireo horaisina Ny asabotsy 5 aogositra, mialoha ny fetin’ny taranaka, hisy ny fanamasinana mariazy miara-mizotra.

Fantatra fa Andriamiandravola Mamy ny filohan’ny komity fankalazana ary Razafiniarivo Fidison Maxime ny mpitandrina eo anivon’ity fiangonana harembakok’i Madagasikara ity.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

CCHA : 15 ans d’existence et bientôt un studio

Cette année, le cours de clavier Hery Andriatahina (CCHA) célèbre ses 15 ans d’existence. Plusieurs activités seront donc au programme en commençant par un culte spécial qui sera suivi d’une inauguration d’une stèle commémorative, et enfin d’un grand spectacle.

« 15 ans, cela se fête », a annoncé Hery Andriatahina. Depuis sa création, le CCHA a accueilli des milliers d’étudiants et a sorti environ 200 musiciens et chanteurs professionnels. Tout en donnant  des cours de clavier et de chant, sa particularité est de perfectionner les chorales et les musiciens de l’église ou encore former des groupes évangéliques. Et cette année, pour élargir ses activités, le CCHA projette de créer un studio.

« Baptisé Stua, il sera réservé aux artistes évangéliques », a annoncé Hery Andriatahina.

Par ailleurs, le CCHA existe dans plusieurs villes à Madagascar, entre autres à Ambatolampy, Behenjy, Antsirabe… « Chacun célèbre à sa manière ce 15e anniversaire. A Antananarivo, il commencera par un culte le 22 mars prochain, suivi de l’inauguration d’une stèle qui sera érigée au siège officiel à Ambanidia », a-t-il continué. Et pour les 15 années à venir, il envisage d’installer d’autres centres dans d’autres villes, mais qui se spécialiseront simplement au chant.

Et enfin, pour terminer la célébration en fanfare, il organisera un grand spectacle au mois de mai prochain à l’amphithéâtre LTC à Ampefiloha. Tous les étudiants de tous les centres seront donc invités à monter sur scène à cette occasion.

Holy Danielle

Tia Tanindranaza0 partages

DVD sy VCD Adisanina FAN’dioHivoaka ny talata 31 janoary

Hivoaka ny talata 31 janoary ho avy izao manerana ny Nosy indray ny DVD sy VCD Adisanina FAN’dio, novokarin’ny SCOOP digital.

Hivoaka  ny talata 31 janoary  ho avy izao manerana ny Nosy indray ny DVD sy VCD Adisanina FAN’dio, novokarin’ny SCOOP digital. Hampiavaka ity horonantsary iray ity ny firaketany ireo karazana tranga tena nisy  sy niainan’ireo Team Safelika nandritra ny fitetezam-paritra maro nataon’izy ireo. Ankoatra ny famalifaliana vahoaka tamin’ny alalan’ny fampisehoana dia niezaka ny nitondra ny anjara birikiny koa izy  ireo tamin’ny famahana ireo olana samihafa mianjady tamin’ny fiarahamonina nolalovany. Anisan’ny hasongadin’izy ireo ny fahantrana mianjady amin’ny vahoaka amin’ny alalan’ireo  fomba amam-panaon’ny tompon’andraikitra, ka manao tsindry hazo lena iretsy voalohany ho fiarovana ny tombontsoan’olom-bitsy.  Seho iray tao anatin’izany no horesahina anatin’ny Adisanina FAN’dio. Mbola maro ireo faritra no voageja anatin’ny kajikajy politikan’ny fitantanana azy ka rehefa tsy ahazoan’ny tompon’andraikitra laza sy voninahitra ary  tombontsoa mivantana dia ataony izay tsy haharaikitra ny fampisehoana ny hetsika atao, eny na dia hetsika ara-java-kanto sy fanasoavana fiarahamonina  aza. Nisedra trangan-javatra tena mafy tokoa  ny Team Safelika tamin’izany, saingy nahita vahaolana hatrany. Matetika anefa dia amin’ny ora farany vao tena tony ireo tompon’andraikitra noho  ny fahitany ireo vahoaka marobe mankafy ity vondrona iray  ity. Raha fintinina, tantara mampihomehy, saingy maneho ireo tranga tena iainan’ireo olona tsara sitrapo te hanampy ny madinika nyAdisanina FAN’dio. Anisan’ireo horonantsary nandaniana vola sy fotoana betsaka indrindra  ihany koa izy satria dia  faritra efatra no nanodinana azy toy ny Faritra Boeny, Vakinankaratra, Analamanga ary Ampefy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fizahantany eto MadagasikaraRatsy endrika noho ny harom-paosy

Nampiditra vola vahiny 702 tapitrisa dolara na 2.246 miliara ariary ny fitombon’ny isan’ireo mpizahatany 20% tonga teto Madagasikara ny taona 2016 mihoatra ny taona 2015, hoy ny minisiteran’ny Fizahantany ny faran’ny herinandro teo.

Nampiditra vola vahiny 702 tapitrisa dolara na 2.246 miliara ariary ny fitombon’ny isan’ireo mpizahatany 20% tonga teto Madagasikara ny taona 2016 mihoatra ny taona 2015, hoy ny minisiteran’ny Fizahantany ny faran’ny herinandro teo. Nahatratra 293.185 ireo vahiny tonga nitsidika ny firenena Malagasy nandritra ny taona 2016 saingy tsy mbola nihoatra ny tarehimarika 375.010 tamin’ny taona 2008 nisian’ny fikotrehana fanonganam-panjakana niafara tamin’ny krizy lavareny. Nampiakatra ny fiavian’ireo vahiny teto amintsika ny fampiantranoana ireo fivoriana iraisampirenena samihafa toy ny fikaonandohan’ireo parlemantera frankofonina, ny fihaonana an-tampon’ny Frankofonia na koa ny fivorian’ireo firenena mpikambana ao amin’ny Comesa izay nanodidina ny 10. 000. Antony iray hafa ny fiantsonan’ireo sambo be manokana niisa 40 nitondra mpizahatany 40.000 tamin’ireo morontsiraka. Tanjon’ny minisiteran’ny Fizahantany amin’ity taona 2017 ity ny hampiabo ho 25% ny tahan’ireo mpizahatany eto Madagasikara. Lesoka goavana anefa hatreto ny tsy fahampian’ireo fotodrafitrasa toy ny seranan-tsambo sy seranam-piaramanidina. Eo ihany koa ny firongatry ny harom-paosy izay manaratsy endrika ny fizahantany Malagasy. 

Nangonin-dRamano F.  

Tia Tanindranaza0 partages

Zafilahy Ying Vah “Tsy avy amin’ny fitrandrahana no mampihantona ny orana”

Tsy misy izay tsy mitaraina ny amin’ny fisian’ireo karazana fitrandrahana amin’ny faritra maro manerana ny Nosy ny ankamaroan’ny olom-pirenena.

Tsy misy izay tsy mitaraina ny amin’ny fisian’ireo karazana fitrandrahana amin’ny faritra maro manerana ny Nosy ny ankamaroan’ny olom-pirenena. Anisan’izany ny ao Soamahamanina izay fantatra fa tsy mbola tapaka akory ny fifanarahana nifanaovan’ny fanjakana  tamin’ireo sinoa na dia efa nijanona aza ireto farany. Ankoatra ny tsy fahazoan’ny Malagasy tombony amin’ny fitrandrahana ireny harena ankibon’ny tany ireny anefa dia fantatra fa misy fiatraikany amin’ny fahasalaman’ny mponina sy ny toetr’andro eto amintsika ihany koa  ny fanaovana izany. Nanambara ny minisitry ny harena ankibon’ny tany, Zafilahy Ying Vah fa tsy avy amin’ny fitrandrahana velively no mitarika izao fihantonan’ny orana eto amintsika izao. Mbola manoatra lavitra noho ny zava-misy eto amintsika ny misy any Australie satria dia mahatratra 350 taonina isan-taona ireo harena ankibon’ny tany voatrandraka any an-toerana nefa tsy manana olana tahaka izao izy ireo. Ny doro tanety sy ny tavy no mahatonga ny fivadihan’ny tontolo iainana ho ambony ambany izao ka tokony samy hisaina ny rehetra. Nomarihiny manokana fa anisan’ny andraikitra sahanin’ny minisitera tantaniny ny fanarenana ireo karazana toerana natoraly simba noho ny fitrandrahana eto amintsika.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Karama 2017 Miiba 0,1% amin’ny vidim-piainana

Mitentina 85,2 miliara ariary ny bolongambola fanitsiana ny karaman’ny fonksionera voasoratra ao anatin’ny tetibolam-panjakana 2017 taorian’ny fampitomboana ho 7% ny mari-karaman’ny mpiasam-panjakana amin’ity taona 2017 ity

Mitentina 85,2 miliara ariary ny bolongambola fanitsiana ny karaman’ny fonksionera voasoratra ao anatin’ny tetibolam-panjakana 2017 taorian’ny fampitomboana ho 7% ny mari-karaman’ny mpiasam-panjakana amin’ity taona 2017 ity izay efa nanaovan’ireo teknisianin’ny minisiteran’ny Fitantanana fanadihadiana sy kajy niaraka tamin’ny fakan-kevitra sy toromariky ny mpamatsy vola iraisampirenena tamin’ny taon-dasa. Amin’ny ankapobeny dia ilaina mihoatra ny tahan’ny fidangan’ny vidim-piainana ny salan’isan’ny fisondrotan-karama mba hitarika harinkarena faobe miabo. Eo amin’ny 7,1% ny fiakaran’ny vidim-piainana taona 2017 raha 4,5% kosa ny fiabon’ny harinkarena. Raha tsorina dia miiba 0,1% amin’ny fitombon’ny vidim-piainana ny tahan’ny fiakaran’ny mari-karaman’ny mpiasa Malagasy tamin’ity taona ity. Tsy nihoatra ny 7,5% rahateo ny fiakarana tao anatin’ny 3 taona farany nandritra ny fitondrana Rajaonarimampianina. Nahatratra 12% kosa ny tahan’ny fisondrotry ny karama nandritra ny fitondrana Ravalomanana. Niezaka nitazona ho 10% io salan’isa fiakaran’ny vidin-katsembohan’ny mpiasam-bahoaka io ny fitondrana tetezamita.

Ramano F.  

Tia Tanindranaza0 partages

Seranam-piaramanidina IvatoFefen’ny tandapa ny tanàna

Miteraka fimenomenonana amin’ireo kaompania tsy miankina sy mpandraharaha miasa eny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato ny famefena toerana malalaka amin’ny ilany andrefan’ny faritry ny seranana.

Miteraka fimenomenonana amin’ireo kaompania tsy miankina sy mpandraharaha miasa eny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato ny famefena toerana malalaka amin’ny ilany andrefan’ny faritry ny seranana. Toerana malalaka fiantsonan’ny helikoptera izy io, fanaovana andrana fiaramanidina asiam-panamboarana ihany koa, ary ifamezivezen’ireo fiaramanidina kelin’ireo kaompaniam-pitaterana anabakabaka tsy miankina samihafa eny Ivato. Tamin’ny tetezamita no efa nisy fikasan’ny tandapa hamefy io toerana io, saingy nihemotra noho ny fanakanana nataon’ireo kaompania tsy miankina samihafa eny an-toerana. Hatairana ny an’ny rehetra nahita fa nisy namefy vao maraina io toerana io tamin’ny alakamisy 12 janoary 2017 teo. Mangina ny ADEMA, tsy manan-kolazaina ny Ravinala Airport izay mitantana ny fotodrafitrasan’ny seranana. Ny resaka mandeha dia hoe : « baiko avy any amin’ny prezidansa » no anton’io famefena io. Loharanom-baovao hafa ihany koa no andrenesana fa hanorenana « Hangar » lehibe eo amin’io faritra nofefena manana halava 800m any io, kaompania tsy miankina iray izay misy mpanolotsain’ny filoha ao an-damosiny, no hitantana azy. Tsy mazava kosa ny fomba nahatongavana amin’izao, nisy tolobidy sa tolobotsotra ? Raha io loharanom-baovao io hatrany dia ao amin’io « Hangar » lehibe haorina io no hametrahana ireo fiaramanidina sy helikoptera hampiasain’ny kandidan’ny HVM amin’ny fifidianana filoham-pirenena ho avy.

Jean D.

Ino Vaovao0 partages

FAMBOLEN-KAZO TANY BOENY : Velaran-tany 50ha voavoly ary 80% naniry daholo

Tamin’ity taona ity dia hazo mora maniry sy fitrandraka ho saribao toy ny Bonara mena, ny Pamba ary ny Gmelina no nambolena tamin’ny velaran-tany 7ha. « Mamboly hazo, mikajy ny tontolo, manavao angovo », io no lohahevitra fanentanana tamin’ity taona ity. Anisan’ny mamotika ny ala eto Boeny mantsy ny famokarana saribao.

Nandritra ny fanokafana tamin’ny fomba ofisialy ny taom-pambolena hazo, ny zoma teo, dia anisan’ny tonga maro ihany koa ireo mpandraharaha mivelona amin’ny hazo mivantana na tsia, toy ny mpandrafitra, ny mpivaro-kazo ny mpanondrana hazo, ary ny mpitatitra saribao. Mba tsy ho ezaka very maina ny fidodododoana namboly hazo teto Marohogo, ka ho lasa fandevenan-kazo toy ny nisy hatrizay dia hisy ny fanaraha-maso ireto hazo vao novolena ireto, indrindra rehefa tonga ny main-tany izay fotoana mahabe ny doro tanety.

Ankoatra ny fanaovana aro afo dia misy ny dina iarahan’ny DREEF Boeny nandrafitra tamin’ny fokonolona ary ampiharina amin’ireo mpanao doro tanety sy mpiompy omby tsy manara-dalàna. Ny fihinan’ny omby ireo zana-kazo koa mantsy dia antony iray tsy mahavanona ny fambolen-kazo isan-taona ihany koa.

Fanokafana tamin’ny fomba ofisialy ihany no notanterahina, ny zoma teo, hoy ny Préfet an’i Mahajanga Ravelomahay Lahiniaina Fitiavana. Notsindriany mafy fa manana adidy ny tsirairay hanohy izany mandritra ny taona satria iray alina hekitara isan-taona no tanjona ho an’ny Faritra Boeny amin’ny fambolen-kazo raha toa ka tiana hotazomina amin’ny zava-misy amin’izao ny ala eto amintsika.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TSY FISIAN’NY ORANA : Mijaly vary ihany koa ny sompitr’i Madagasikara

Mibaby ny vokatry ny tsy fisian’ny orana ireo tantsaha ao anatin’ny Distrikan’Amparafaravola, iny amin’izao fotoana izao. Mikaikaika amin’ny fidangan’ny vidim-bary ny mponina.

Ao anatin’ny roa andro monja dia nahitana fiakarany hatrany amin’ny 50 na 80 Ariary isaky ny kapoaka ny vary fotsy. Raha mbola 340 Ariary izany ny faran’ny herinandro lasa teo iny dia efa tafakatra hatrany amin’ny 420 Ariary izany omaly.

Velon-taraina ireo mponina satria tsy mbola nisy vary lafo tahaka izao tany Amparafaravola hatramin’izay. Maina ny tany, miantona avokoa ny raharaha rehetra eny an-tsaha ary miakatra mifanaraka amin’izay ihany koa ny vidin-javatra rehetra eny an-tsena sy ny vidim-piainana isan’andro.

Araka ny fanazavana avy amin’ireo mpivarotra dia tsy mamoaka ny tahirim-bary mihitsy ireo manana ka izay no tsy mampisy eny an-tsenan’Amparafaravola. Voalaza ho tsy nisy akony tamin’ny tanimbary sy ny fambolena tany an-toerana ilay orana artifisialy nataon’ny Fanjakana ny faran’ny herinandro teo iny fa herika manify tsy nahavonto akory. Amin’izao dia ny mampihena ny kapoaka harotsaka isan-tokantrano sisa no vahaolana hataon’ny tsirairay.

Avotra Isaorana

Madagascar Tribune0 partages

Cinquante huit nouveaux généraux promus

Les Généraux nouvellement promus au titre de 2017 ont reçu leurs drapeaux du Chef de l’Etat hier au Palais d’Etat d’Iavoloha. Au nombre de 58 dont 38 nouveaux généraux de Brigade et 20 nouveaux généraux de division auront pour tâche de renforcer la sécurité notamment et surtout en milieu rural a souligné Hery Rajaonarimampianina. « Vous devriez faire montre de solidarité pour relever les défis et atteindre les objectifs fixés pour cette nouvelle année. Entre autres, la lutte contre les vols de bovidés et le trafic des ressources naturelles, la défense de nos côtes, et la réforme du secteur de la sécurité. Pensez surtout à la population rurale, pilier du développement, pour qu’elle puisse travailler en toute sécurité » a-t-il déclaré. Le grand chantier qui attend l‘armée sera les prochaines élections de 2018. Notamment la période post-électorale qui à Madagascar est toujours sujette à trouble.

Toutefois, selon certains observateurs, cette promotion d’un grand nombre de nouveaux généraux entre également dans la stratégie du Chef de l’Etat afin de s’assurer du soutien de ces derniers pour les échéances à venir. Une stratégie utilisée déjà par les autres chefs d’Etat qui se sont succédés à la tête du pays. La question se pose encore sur l’importance du nombre de généraux au sein de l’armée malagasy, que ce soit par rapport au nombre des effectifs ou par rapport aux dépenses que cela engage.

En effet, la logique voudrait qu’un Général puisse avoir sous ses ordres un nombre certains d’hommes, le nombre de hauts gradés de l’armée selon son grade. Or, l’armée malagasy compte actuellement un très grand nombre de hauts gradés improportionnels à son effectif. L’on sait également que les dépenses engagées pour chaque général de l’armée ne sont pas minimes. L’augmentation de leurs nombres implique une hausse de dépenses de l’Etat. Et bien que le budget alloué à la sécurité soit l‘un des plus conséquent dans la loi de finances 2018, beaucoup s’interroge sur ces promotions. Notons que la majorité des gradés proches du régime de Transition n’ont pas eu de promotion en 2017.

Madagascar Tribune0 partages

Douze morts à Ampamarinana, trois autres à Ambohipotsy

Le bilan de l’éboulement mortel qui s’est produit à Ampamarinana, dans les hauts de Mahamasina, dans la nuit de samedi à dimanche ne cesse de s’alourdir. Jusqu’à hier, le nombre des morts retrouvés sous les décombres s’élève à 12. Quatre autres personnes seraient encore portées disparues. Ce sont deux hommes, un père et son fils et deux femmes. Ils sont désormais considérés comme décédés.

Néanmoins, les recherches se poursuivent. Les bénévoles de Scout Madagascar ont particulièrement donné mains fortes aux secouristes depuis quelques jours pour tenter de retrouver les corps sous les décombres. Les pompiers, eux aussi, sont toujours à pied d’oeuvre et ne se lassent jamais, bien que l’espoir s’amenuise petit à petit.

Un autre bilan de la conséquence de la forte pluie qui s’est abattue dans la capitale samedi soir fait froid dans le dos. Cette fois-ci, du côté d’Ambohipotsy, Tsimbazaza, toujours aux abords de la colline de Manjakamiadana. Une maison s’est effondrée cette nuit-là dans le quartier. Trois des sept occupants de cette case y ont laissé la vie. Ce sont, un bébé, une femme de 25 ans et une autre de 62 ans.

Le Bureau nationale de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) a lancé une alerte hier en avertissant les habitants des quartiers d’Ambohipotsy, Andafiavaratra, Manjakamiada, Andohamandry et Ampamarinana de quitter les lieux qui sont considérés comme zone rouge en matière d’éboulement.

En total, 86 sinistrés sont pour le moment accueillis à l’INPF à Mahamasina. La Commune Urbaine d’Antananarivo ont présenté leurs condoléances hier aux familles des victimes et offert des produits de première nécessité aux sinistrés.

Madagascar Tribune0 partages

Douze morts à Ampamarinana, trois autres à Ambohipotsy

Le bilan de l’éboulement mortel qui s’est produit à Ampamarinana, dans les hauts de Mahamasina, dans la nuit de samedi à dimanche ne cesse de s’alourdir. Jusqu’à hier, le nombre des morts retrouvés sous les décombres s’élève à 12. Quatre autres personnes seraient encore portées disparues. Ce sont deux hommes, un père et son fils et deux femmes. Ils sont désormais considérés comme décédés.

Néanmoins, les recherches se poursuivent. Les bénévoles de Scout Madagascar ont particulièrement donné mains fortes aux secouristes depuis quelques jours pour tenter de retrouver les corps sous les décombres. Les pompiers, eux aussi, sont toujours à pied d’oeuvre et ne se lassent jamais, bien que l’espoir s’amenuise petit à petit.

Un autre bilan de la conséquence de la forte pluie qui s’est abattue dans la capitale samedi soir fait froid dans le dos. Cette fois-ci, du côté d’Ambohipotsy, Tsimbazaza, toujours aux abords de la colline de Manjakamiadana. Une maison s’est effondrée cette nuit-là dans le quartier. Trois des sept occupants de cette case y ont laissé la vie. Ce sont, un bébé, une femme de 25 ans et une autre de 62 ans.

Le Bureau nationale de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) a lancé une alerte hier en avertissant les habitants des quartiers d’Ambohipotsy, Andafiavaratra, Manjakamiada, Andohamandry et Ampamarinana de quitter les lieux qui sont considérés comme zone rouge en matière d’éboulement.

En total, 86 sinistrés sont pour le moment accueillis à l’INPF à Mahamasina. La Commune Urbaine d’Antananarivo ont présenté leurs condoléances hier aux familles des victimes et offert des produits de première nécessité aux sinistrés.

Madagascar Tribune0 partages

Douze morts à Ampamarinana, trois autres à Ambohipotsy

Le bilan de l’éboulement mortel qui s’est produit à Ampamarinana, dans les hauts de Mahamasina, dans la nuit de samedi à dimanche ne cesse de s’alourdir. Jusqu’à hier, le nombre des morts retrouvés sous les décombres s’élève à 12. Quatre autres personnes seraient encore portées disparues. Ce sont deux hommes, un père et son fils et deux femmes. Ils sont désormais considérés comme décédés.

Néanmoins, les recherches se poursuivent. Les bénévoles de Scout Madagascar ont particulièrement donné mains fortes aux secouristes depuis quelques jours pour tenter de retrouver les corps sous les décombres. Les pompiers, eux aussi, sont toujours à pied d’oeuvre et ne se lassent jamais, bien que l’espoir s’amenuise petit à petit.

Un autre bilan de la conséquence de la forte pluie qui s’est abattue dans la capitale samedi soir fait froid dans le dos. Cette fois-ci, du côté d’Ambohipotsy, Tsimbazaza, toujours aux abords de la colline de Manjakamiadana. Une maison s’est effondrée cette nuit-là dans le quartier. Trois des sept occupants de cette case y ont laissé la vie. Ce sont, un bébé, une femme de 25 ans et une autre de 62 ans.

Le Bureau nationale de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) a lancé une alerte hier en avertissant les habitants des quartiers d’Ambohipotsy, Andafiavaratra, Manjakamiada, Andohamandry et Ampamarinana de quitter les lieux qui sont considérés comme zone rouge en matière d’éboulement.

En total, 86 sinistrés sont pour le moment accueillis à l’INPF à Mahamasina. La Commune Urbaine d’Antananarivo ont présenté leurs condoléances hier aux familles des victimes et offert des produits de première nécessité aux sinistrés.

Madagascar Tribune0 partages

Des écoles fermées suite aux intempéries

Après la grève des enseignants, cette fois-ci, ce sont les précipitations causées par les intempéries des derniers jours qui perturbent l’enseignement dans les établissements publics. Ainsi, de nombreuses écoles ont fermé leurs portes pour éviter les dangers qui pourraient être engendrés par les intempéries.

« Depuis lundi, beaucoup d’écoles, de collèges et de lycées tant publics que privés dépendants de la Direction régionale de l’Education nationale et de l’enseignement technique et professionnel (DRENTP) de Boeny, Melaky, Betsiboka, et Sofia ont dû cesser les cours », explique Feno Richard Andrianiriana, un responsable au niveau du ministère de l’Education nationale et de l’enseignement technique et professionnel (MENETP), hier.

Il a en outre souligné que les responsables au niveau des DRENTP et des Circonscriptions scolaires (CISCO) doivent nécessairement prendre une décision de fermer les établissements dès menace grave d’inondation, de glissement de terrain, ou d’éboulement.

Dans la région Analamanga, le mauvais temps a augmenté le taux d’absentéisme scolaire, certains parents ayant décidé de ne pas envoyer leur enfants en classe.

« J’ai choisi de garder mes enfants à la maison à cause du mauvais temps, pour éviter leur contamination par diverses maladies à l’école et aussi les dangers en cours de route. Et comme ils ne vont pas en classe tous les mercredis après-midi, je les ai retenus toute la journée ce mercredi. Je les renverrai à l’école demain, si le temps est sec  », selon Nantenaina Randrianantenaina, mère de famille à Tanjombato.

« Peu nombreux sont les élèves qui se se rendus au lycée hier, certainement suite au mauvais temps, j’ai observé de nombreuses places vides », affirme un professeur de Mathématiques au Lycée d’Andohalo.

Pour rappel, la réforme du calendrier scolaire, établie par l’ancien ministre de l’Éducation nationale, Paul Rabary et son équipe a été abandonnée. Cette réforme qui entrait dans le cadre du Plan Sectoriel de l’Éducation (PSE) envisageait que les vacances scolaires soient programmés durant la saison des pluies et des cyclones pour permettre. En effet, ce sont les élèves dans les régions qui en subissent surtout les conséquences, étant contraints de s’absenter à chaque mauvais temps. Souvent, les établissements publics doivent également servir de centre d’hébergement pour les sinistrés, ce qui signifie, suspension des cours.

Madagascar Tribune0 partages

Vingt personnes disparues, emportées par les crues à Mitsinjo

Les intempéries causées par la présence d’une zone perturbée dans le Canal de Mozambique ont frappé fort dans le Nord-Ouest de Madagascar. Vingt deux personnes ont été portées disparues, dont vingt à Mitsinjo dans la région Boeny, et deux autres à Maevatanana dans la région Betsiboka, selon le dernier bilan du bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), hier à 22 heures. « Ces personnes disparues, que les eaux ont emportées n’ont pas encore été retrouvées », selon une source auprès de la BNGRC.

En outre, quatre personnes sont décédées dont deux à Boeny et les deux autres dans la région Betsiboka.

Les inondations ont touché plusieurs villes et causé dix mille cinq cent quatre vingt-treize sinistrés (10 593), selon le dernier bilan de la BNGRC. Ces sinistrés sont répartis dans les régions Analamanga, Alaotra-Mangoro, Boeny, Melaky, et Sofia.

De même, de nombreux dégâts ont été enregistrés, telles les coupures des routes nationales. Le responsable au sein de l’Agence des transports terrestres (ATT) a ordonné, hier, aux transporteurs d’annuler momentanément tous les déplacements sur les routes nationales numéro 4 et numéro 6 (RN4 et RN6), reliant respectivement Antananarivo à Mahajanga et Ambondromamy à Antsiranana suite à la destruction des routes.

« A cause des intempéries, de larges tronçons des RN4 et 6 sont inutilisables car gravement endommagés. Nous recommandons à tous les usagers de ces axes d’ajourner leurs déplacements afin d’éviter les dangers dus aux éboulements ou aux ensablements soudains des chaussées », selon la note publiée sur la page Facebook de l’ATT, hier.

Sur la RN4, entre Ambondromamy et Mahajanga, trois portions de routes sont coupées : à Anjiajia, à Befotoana Ankarafantsika, où la route est ensablée, et à Tanambao Andranolava, où la voie est sous les eaux.

Sur la RN6, il y a une chaussée coupée entre Mampikony et Port Bergé. De même les pluies incessantes ont inondé une portion de route entre Ambilobe et Ambanja.

Le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’habitat et des travaux publics (MATHTP) a aussi annoncé hier que d’autres routes nationales ont été endommagées et en partie coupées, comme la RN31 (Antsohihy- Bealanana), où il y a deux portions de route coupées, situées à Antsahabe et à Tanambao, sur les RN32 et RN13, ainsi que sur la RN7.

Madagascar Tribune0 partages

L’Intersyndicale appelle à un rassemblement ce samedi

Une vague de contestation monte de nouveau à la Jirama. L’intersyndicale appelle les employés de la compagnie à un rassemblement ce samedi. L’objectif serait de faire le point sur la situation de cette société d’État de distribution d’eau et d’électricité, évoquer les soucis majeurs des employés par rapport à la nouvelle direction et dresser éventuellement les perspectives de redressement de la société dans le souci de sa survie et de son développement.

Ce rassemblement semble pourtant plus prendre une allure de contestation contre la nouvelle équipe dirigeante de la Jirama. En effet, cet intersyndicale estime que Vonjy Andriamanga, l’actuel directeur général, vu sa défaillance à la tête du ministère de l’Energie, de l’eau et des hydrocarbures, le ministère de tutelle de la Jirama, ne serait pas la personne idéale pour ce poste.

Cet Intersyndicale reproche également à la nouvelle direction l’embauche de nouveaux employés qui ne seraient autres que des anciens collaborateurs de Vonjy Andriamanga au Ministère de l’Énergie. L’intersyndicale évoque également leur inquiétude sur la pérennisation de la culture d’impunité au sein de la compagnie. « Qu’en est-il de la mise en place de l’instance disciplinaire bipartite incluant la direction générale et les partenaires sociaux, dictés par la sentence arbitrale ? », s’adresse-t-il aux dirigeants de la Jirama. Il interpelle également sur un gaspillage de fonds à travers les avantages non justifiés à une poignée de personnels.

L'express de Madagascar0 partages

Is’Art Galerie Ampasanimalo – « Hammond & Aponga » conjugue jazz et blues

L'express de Madagascar0 partages

Handball – Élection – Fidèle Razafintsalama rempile

Le président sortant de la fédération malgache de handball, Fidèle Razafintsalama, a été reconduit au même poste, pour un deuxième mandat. L’assemblée générale élective de cette fédération s’est tenue samedi, au palais des Sports à Mahamasina. Deux candidats étaient en course, en l’occurrence le président sortant, également fondateur et joueur du club Sporting, Rado « Ken » Randrianarisoa. La séance a été dirigée par un comité électoral composé d’un avocat et d’un doyen de la discipline.Deux représentants du comité olympique malgache, le président de la fédération de cyclisme et celui du tennis de table étaient venus sur place, pour assister à l’élection, mais n’ont pas été autorisés à entrer. Ils se sont alors contentés d’attendre dans leur voiture. Fidèle Razafintsalama a remporté la victoire avec huit voix contre trois à son adversaire. Selon le code électoral, l’élection de cette fédération se fait en vote de liste. Un sénateur, Simon Tsangandahy, occupe le poste de vice-pré sident, le Gal Faly Rabetrano est élu au poste de secrétaire général et Patrick Steve Raboto­manasa, trésorier.

UniformisationPrésente au scrutin, la ligue du Boeny n’a pas eu le droit de voter, car elle devrait encore refaire son élection après trois assemblées électives non conformes. « J’ai promis au début de mon premier mandat l’uniformisation technique et nous allons continuer dans ce sens. Le nombre des licenciés a, après quatre ans, doublé. Nous poursuivrons la préparation de la relève, par le sport scolaire et les champions des trois zones pour les jeunes et les seniors », a souligné le président réélu.La fédération prépare cette année la participation des équipes nationales juniors au tournoi IHF Trophy continental, la CCCOI et la coupe d’Afrique des clubs cham­pions où la Grande sera représentée par le THBC, double championne de l’océan indien.  Quant à l’assemblée générale ordinaire du vendredi, l’équipe sortante a obtenu onze voix sur douze en vote de quitus.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – Le centre « rêve d’enfant » enseigne l’art

Un centre sis à Ambohi­manarina, se spécifie sur l’enseignement d’art. Il s’agit du centre « rêv’e d’enfant ». « Notre objectif est que les enfants puissent apprendre d’autres matières que celles enseignées en classe et qu’après les six mois de formation, ils deviennent de petits artistes », explique Lilia Ramia­dason, fondatrice du centre, samedi. Pour cette enseignante de formation, les jeunes d’aujourd’hui manquent d’activité. « En dehors des activités parascolaires, la majorité se perdent dans la nouvelle technologie, les jeux vidéos. Nous voudrions les initier à d’autres domaines », renchérit-elle.Créé depuis 2012, le centre a débuté avec l’enseignement des langues étrangères, à savoir le français, l’anglais et en novembre, il a lancé la formation de dessin. Ce n’est que le début, ambitionne Lilia Ramiadason. « Comme le local est encore un peu serré, les disciplines sont limitées, mais plus tard, nous envisageons d’enseigner les disciplines d’art plastique, l’art culinaire, la musique, la peinture », explique-t-elle.À ce début, les enfants sont les principaux cibles du centre rêv’e d’enfant. Mais il ouvre également ses portes aux adultes qui souhaitent devenir professionnels de l’art.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Trafic d’organes – Deux « donneurs » échappent à la mort

Double arrestation pour trafic d’organes. Jeudi après-midi, aux alentours de 18 heures, deux présumés trafi­quants d’organes sont tombés dans les mailles des filets tendus par les forces de gendarmerie, à Vato­mandry. Les deux suspects étaient en compagnie de deux prétendus donneurs, lesquels allaient être tués pour prélever leurs organes, sitôt les transactions conclues,  à la lumière des premières auditions effectuées par la gendarmerie.Le pot-aux-roses a été découvert lorsque les deux suspects se sont présentés jeudi, dans un établissement hôtelier de Vatomandry. D’emblée, les deux hommes se sont présentés à la gérante, pour lui faire part du sujet et enchaîner sur une vente d’organes après des moments d’hésitation. La gérante pétrifiée s’est du coup retirée, pour passer un coup de téléphone aux forces de gendarmerie. Des éléments se sont mis en route pendant qu’elle retenait les deux individus.Pour que ces derniers n’y voient que du feu, elle a entrepris de marchander sur le prix, d’après la gendarmerie. Pour chaque donneur, le duo aurait demandé quatre millions d’ariary. Au terme des négociations, ce prix aurait chuté 1,3millions d’ariary.Entendus par les enquêteurs, les deux donneurs affirment avoir été roulés dans la farine. Les deux suspects les auraient embarqués dans cet imbroglio, en leur proposant du travail.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Kick-Boxing – Dix-neuf gradés promus

Le staff technique de la fédération malgache de kick-boxing, dirigé par le directeur technique national, Apollo Randriantafika avec le pionnier de la discipline à Madagascar, Marcel Rasoanaivo, a procédé samedi au dojo de 3FB (Firaisana Fanatanjahantena Faha­salamam-bahoaka) à Tsaralalana, la remise officielle de grade de soixante-trois pratiquants ayant réussi leur examen de passage de grade. Avant les examens, ces derniers ont suivi une formation en fin décembre. Dix-neuf de ces kick-boxers de 3FB sont titulaires de ceinture noire, et les autres de ceintures de couleur. Faratiana Razanabahoaka, la championne du monde cadette en 2014 en Italie est un des meilleurs éléments du club ayant porté haut les couleurs nationales et elle a été promue au 2e degré. Le premier responsable technique du club, Marius Alida Randrianaivoarivelo a été, quant à lui, promu au 3e degré.« Désormais, la fédération observera de près les passages de grade afin de classer les combattants en championnat national », a confié le DTN, Apollo Randriantafika. Ce dernier a félicité ce club, le premier à effectuer ce genre de stage et examen de passage de grade. Il a aussi souhaité les pratiquants de bien défendre plus tard l’honneur de son club et du pays, en compétition internationale. Promu aussi au 1er degré honorifique, le président du club, Fabien Andrianomanana, a annoncé que le club, fondé en 2011, célébrera son cinquiè

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Conférence – La sécurité maritime préoccupe

La lutte contre l’insécurité maritime préoccupe le monde entier. La conférence de Djeddah en Arabie Saoudite qui s’est déroulée du 10 au 12 janvier dernier s’est terminée avec succès pour les membres du Code de conduite de Djibouti. Le code consiste en une série d’actions concrètes et de coopérations technologiques entre les vingt nations signataires, dont Madagascar, l’Éthiopie, le Kenya, la Tanzanie, l’Afrique du Sud, et bien d’autres, de renforcer leurs coopérations,ainsi que leurs capacités pour faire face aux problèmes de sûretés maritimes.Durant cette conférence, les membres de ce code vont poursuivre la lutte contre l’insécurité en mer et préserver l’espace maritime et de développement durable. « Il faut développer une“économie bleue” avec la gestion et la protection des pêches. Il faut également créer les conditions stables qui encouragent l’investissement et le tourisme. Ce qui contribuera à assurer une croissance économique durable, la sécurité alimentaire, l’emploi, la prospérité et la stabilité », explique une source auprès de l’Agence portuaire maritime et fluviale (APMF).L’interception par les autorités mauriciennes, la semaine dernière, d’un navire malaisien suspecté d’avoir transporté du bois de rose depuis Mada­gas­car, confirme l’importance de la coopération entre les pays en terme de sécurité maritime. La sécurité maritime entre l’Afrique et l’Asie est primordiale pour le développement économique des pays concernés, car les actes de piraterie, de terrorisme ou de contrebande coûtent chers et freinent considérablement les échanges économiques.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Camion abandonné

Découverte troublante à Manjakandriana, jeudi soir. Jeudi vers 18 heures, une Mercedes Benz Actros, transportant un conteneur, a été retrouvée abandonnée sur la RN 25. Le camion était vide, sans la moindre trace de la cargaison qu’il transportait. La clé était encore sur le contact et toutes les portières étaient ouvertes.

L'express de Madagascar0 partages

Judo – Kata – Doublé du club Saint Michel

La fédération malgache de judo avec le club Hakudokan a organisé le premier championnat de Madagascar de kata. Seulement quatre ligues ont été représentées à ce tout premier sommet de kata marqué par la domination des judokas du club St Michel qui a réalisé un doublé. Arsène et Dera du club d’Amparibe remportent le titre en kata me nokata, en battant en finale Tiana et Franck du club Hakudokan. Zoniaina et Ony de St Michel ont ensuite ravi le titre en nageno kata, en s’imposant en finale face à Tatiana et Dera.Le prix du fair play a été attribué a la paire Aicha et Rija. « Comme tous les autres arts martiaux, le kata est la grammaire du judo. On y trouve toutes les techniques de base, des techniques qu’on n’utilise pas trop en compétition et les jeunes les négligent et n’en  connaissent pas la plupart», a précisé un des juges du championnat, Mamy Dongozo qui était l’un des Malgaches ayant déjà participé au championnat d’Afrique de kata. L’après-midi a été marqué par le « kagami biraki», la traditionnelle présentation de vœux des samouraïs, une occasion de se partager le « koba malagasy » tranché avec un sabre.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Come back – « Atterrissage » réussi pour Nina’s

Elle est bien  de retour au pays. Nina’s a atterri au Glacier, vendredi dernier, après une tournée européenne réussie. Une effigie de la musique tropicale qui revient d’une tournée internationale, quoi de plus pour exploser l’entrée du Glacier.Pile à l’heure, c’est rare que les rendez-vous soient ponctuels à Analakely lorsqu’une pointure du genre se présente au Glacier ! Cependant, Nina’s n’a pas fait languir son public plus longtemps. Resplendissante de sourire, un ensemble sombre valorisant sa divine silhouette, la belle est entourée de ses deux danseuses lorsqu’elle monte sur scène. Le cabaret centenaire vibre alors sous le rythme des déhanchés des trois femmes. Les fêtards et noctambules étaient foule ce soir-là pour savourer, des yeux et des oreilles, les talents de la jeune femme.À la cadence des «Samy misy mpankafy» ou encore des «K’ampijalia», la princesse du zouk love a séduit autant les dames que les messieurs. Malgré le froid ressenti dehors, la chaleur sur la piste de danse était à son comble. Les tentions montent à l’entame du fameux «Zanabady», les dames légèrement vêtues se plaisent à scander le refrain avec l’artiste tout en s’adressant à leurs compagnons. Ces derniers, qui ne peuvent rester indifférents face à la situation, s’empressent d’ouvrir les portefeuilles pour une petite tournée à leurs frais.

H. R.

L'express de Madagascar0 partages

FITAKIANA FITSARAM-BAHOAKA – Notoratorahin’andian’olona koa ny tobin’ny zandarimaria an...

Miitatra toy ny sima misioka. Ambivitra ny tsy nisian’ny fifandonana mahery vaika indray teo amin’ireo zandary any amin’ny tobim-paritry ny zandarimaria any Besalampy sy ireo mponina any an-toerana, ny 19 janoary teo. Vokatry ny fahatraran’ny polisy lehilahy iray voalaza fa namono nahafaty lehilahy iray sy nandratra ny vadin’ity farany no nampisavorovoro ny tany an-toerana.« Nitondra sarety ireo mpivady tany amin’ny tanàna iray antsoina hoe Andrafiambavy, somary lavitra an’i Besalampy, ny 18 janoary teo. Noendahin’ny lehilahy iray izy mivady ireo ary novonoiny ho faty, saingy tsy maty ilay ramatoa fa mbola afaka nampandre ny zandary sy polisy. Tsy tana kosa ny ain’ilay rangahy vadiny. Lasan’ilay mpanendaka ilay sarety sy ny omby ary ny entana noentin’izy mivady », hoy ny loharanom-baovao avy any an-toerana.« Tra-tehaky ny polisy ilay lehilahy ny 19 janoary niaraka tamin’ny sarety. Voalaza fa mbola hita tao anatin’ilay sarety ny antsy nihoson-drà, avy nikapany ny lohan’izy mivady. Rehefa naheno an’io tranga io ireo andian’olona tao Besalampy dia nikasa ny hanao fitsaram-bahoaka saingy naterin’ny polisy haingana tany amin’ny tobin’ny zandarimaria ilay lehilahy. Efa nisy olona nanenjika anefa ireo polisy tamin’io fotoana io, ka nikasa ny hanafika ny tobin’ny zandarimaria indray ireo andian’olona. Nitoratoraka sy nitabataba niantsoantso ny amin’ny tokony hamoahana io lehilahy io izy ireo. Niaro hatramin’ny farany ny toby ireo zandary tao anatiny, ka niparitaka ihany ireo olona rehefa nihamaizina ny andro », hoy ihany ny fitantaran’ny mponina any an-toe-rana.Nilaza ny teo anivon’ny zandarimaria fa  »naverina any amin’ny polisy ihany io lehilahy io natao famotorana rehefa voalamina ireo andian’ olona. Nisy koa ireo zandary nalefa niambina ny tobin’ny polisy ». Ny sabotsy teo no tokony natolotra ny Fitsarana ity lehilahy ity.

Ranaivoson Faniry

Tananews0 partages

Près de 290 000 touristes en 2016

Bof, il n’y a pas de quoi se gargariser.

La France, malgré les attentats terroristes, c’est plus de 83 millions de touristes tous les ans.

Plus près de nous, l’île Maurice qui elle flirte avec le million de touristes annuel.

Car l’ile Maurice fait rêver. Pas de délestages, des routes, des hôtels, des plages, des infrastructures, y a tout ce qu’il faut.

Tout notre contraire en fait. Et nous avons même trouvé le moyen de voler les touristes qui débarquent des bateaux de croisière, bravo.

L'express de Madagascar0 partages

HAIADY JUDO – KATA – Nahavita pao-droa ny klioban’ny Saint Michel

Voahosotra ho tompondakan’i Madagasikara taranja judo teo amin’ny fihetsika mirindra na ny Kata ny ekipan’ny Judo Club Saint Michel lahy sy vavy. Tontosa teny amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, tamin’ny sabotsy lasa teo, ny fifaninanam-pirenena niarahan’ny Federasiona malagasin’ny taranja judo sy ny klioba Hakudokan nikarakara.Teo amin’ny sokajy lehilahy dia niakaran’i Arsène sy Dera ny tendron’ny lampihazo, rehefa nandresy an’i Tiana sy Franck avy ao amin’ny Hakudokan izy ireo, tamin’ny  lalao famaranana. I Zoniaina sy Ony avy ao amin’ny Saint Michel indray no voahosotra teo amin’ny sokajy vehivavy, rehefa avy nanilika an’i Tatiana sy Dera teo amin’ny famaranana. Nomena an’i Aicha sy Rija kosa ny amboaran’ny «Fair Play».«Tahaka ireo haiady rehetra, ny kata no mampiseho ny teknikan’ny judo. Hita ao avokoa ny teknika fototra izay tsyvitan’ireo ankizy ankehitriny ny mampihatra azy amin’ny katrok’ady», hoy  i Mamy Dongoza, hany mpikatroka malagasy niatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika tamin’ny Kata. Ny tolak’andro kosa dia nomarihina tamin’ny fifampiarahabana nahatratra ny taona tamin’ny fomban’ny Samoraï na ny «kigami biraki» ny fotoana. Notapahina tamin’ny alalan’ny sabatra ny koba malagasy, izay nifampizaràna tamin’ny fiafaran’ny fotoana.Roméo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Hifindra lasy

Mety manana herijika ho lasa filohan’ny kaonfederasiona afrikanina amin’ny taranja baolina kitra (CAF) ihany i Ahmad, filohan’ny federasiona malagasin’ity taranja be mpankafy indrindra ity. Tsy dia faharesen-dahatra noho ny aminy loatra anefa no mety hahalany azy fa noho ilay mpifaninana aminy efa tena mahatofoka ny maro amin’ireo tompon’andraikitry ny baolina kitra aty Afrika. Mbola mihizingizina hijanona eo amin’ny toerany ihany ity teratany kameroney ity na dia efa am-polo taonany maro aza no teo. Ny fomba fitantanana anefa tsy nahitana mangaraharaha mihitsy. Efa naharitra tamin’ny fitantanana ny federasiona malagasy ihany koa i Ahmad ary anisan’ireo filohana federasiona iharan’ny fanakianana mivaivay efa an-taonany maro koa izao. Ireo tsy mpitia azy no hitsinjaka hahatsiaro fa  »afa-tsilo » raha toa ka hifindra lasy hitantana ny CAF tokoa ny tenany. Asa na ho ampy hampiakatra tampoka ny lentan’ny baolina kitra malagasy anefa izay na vao mainka hampiharihary fa aretina maro no efa mikiky an’ilay kitra malagasy…

L'express de Madagascar0 partages

Miantso fiovam-pamindran’ny mpitondra ireo mpanao politika ivelan’ny fitondrana

Ny mpanao politika mpi- solelaka sy mba mahazo ranon-dranony kely amin’izao fitondrana izao sisa no minia mikombom-bava na miezaka mitampi-maso manoloana ny fahapotehan’ny firenena sy ny fiainam-bahoaka. Feno fanahiana mafy amin`ny mety hisian`ny fotoana hampitroatra ny Malagasy manoloana ireo olana ara-tsosialy samihafa, izay tsy voafehin`ny fitondrana Rajaonarimampianina intsony ny ankamaroan’ireo mpanao politika, na ireo mpikatsaka fahefana, faindrindra ireo mba mitaky ny soa iombonana ho an’ny rehetra. Raha ny fametraham-pialan’ny mpitondra noho ny tsy fahombiazana hita mibaribary no tena be mpitaky, dia ao ihany koa ireo mahita sy mihevitra fa vahaolana azo tanterahina ny  »fiovam-pamindran’ny mpitondra ».Ahiana hipoakaIsan’ny ahian’iretsy politisianina manantena ny hanovan’ny mpitondra ny famindrany mantsy  »ny fifehezana ireo krizy ara-tsosialy ahiana hipoaka amin`ity taona 2017 ity ». « Ho very tanteraka ny voalazan`ireo mpitondra fa tsirim-panantenana tamin`ny tonom-bola avy amin’ireo mpiara- miombon’antoka vahiny goavana, tamin`iny taon- dasa iny », hoy, ohatra, i Omer Beriziky, Praiminisitra tamin’ny fitondrana tetezamita.Miharihary hatrany fa tsy laharam-pahamehana ho an`izao fitondrana izao ny fijerena ny tombontsoa iombonan`ny Malagasy. Tombon- tsoan`antoko sy olom-bitsy no mbola katsahin`izy ireo ka tena ho sarotra ny raharaha raha tsy misy ny fiovam-pamindra eo amin`ireo mpitondra ireo, raha ny tsapan’ ireo mpanao politika tsy eo amin’ny fitondrana.Olana ara-tsosialy goavana tsy ahitam-bahaolana, amin’izao fotoana izao ny tsy fitsaharan`ny Fitsaram-bahoaka noho ny tsy fitokisana intsony ny fitsarana sy ny mpitandro ny filaminana. Manginy fotsiny ny olan’ny famatsiana herinaratra (delesitazy) sy ny fidangan’ny vidim-piainana.Araka ny hevitry ny Praiminisitra teo aloha, Omer Beriziky ihany dia tena efa vonjy aina mihitsy sisa no ataon`ny samy Malagasy manoloana ny tsy fisian`ny rano sy ny fahatapahan-jiro lava manerana an`i Madagasikara.Fomba fiasa mamohehatra hanakianan’ny politisi-anina mafy ny fitondram- panjakana mijoro ny tsy filazany izay tena zava-misy marina amin`ny vahoaka. Vao tamin’ny herinandro lasa iny ny porofon’ny tsy fahaiza-mitantan-draharaha ka naha-teraka ny savorovoro sy fitaintanana teo amin`ireo mponina teto Antananarivo renivohitra momba ny rano, izay toa natao tohan-kevitra nandroahana ireo tompon` andraikitra ambony rehetra teo anivon`ny orinasa Jirama. Rehefa tsy miala andraikitra manipy ny tsy fahombiazana any amin’ireo fitondrana teo aloha, dia mifanipaka toa valala an-karona ireo mpitantana ny firenena ankehitriny.Asa raha mbola azo antenaina tokoa ny fiovam-pamindran’izao fitondrana mihozohozo izao!Juliano Randrianja

Lire aussi :  Critiques et frondes - Rajaonarimampianina et son équipe jouent à la contre-attaque
L'express de Madagascar0 partages

Fanovana governemanta – Mifanohantohan-tsy ho lavo ny  ankamaroan`ireo minisitra 

Samy miaro ny sezany. Manao ranolava ny pi-maso amin’ny Filoham-pirenena, ataon`ireo minisitra sasany mandrafitra ny governemanta Mahafaly, miandrandra mafy ny tokony hitazonana azy ireo eo amin`ny toerany. Samy manararaotra ny fahatongavan`ny taom-baovao mba hampisehoana ny voalaza fa firaisankinany amin`ny fanohanana izao fitondrana izao avokoa ny ankamaroan`izy ireo.  Isan`ireo nanao izany voalohany ireo minisitra avy amin`ny vovonana Miaraka amin`ny prezidà Andry Rajoelina (Mapar), izay nivadika lasa nanohana ny fitondrana Rajaonarimampianina. Ny sabotsy teo indray, dia nanao fanambarana milaza ny fanohanan`izy ireo hatrany ny fandaharan` asan`ny Filoham-pirenena ireo minisitra eo anivon`ilay vovonana Firaisankina ho an`ny Fampandrosoana an`i Madagasikara (FFP). Nambaran`ny minisitry ny Kolontsaina sy ny vakoka , Jean Jaques Rabenirina, isan`ireo nitondra ny tenin`ireo mpikambana eo anivon`ity vovonana ity fa « efa betsaka ireo asa vitan`ny governemanta tamin`iny taon-dasa iny, ka ilaina ny fanohanana ny Filoha amin`ny fanohizana ny vina napetrany« . « Ho taonan`ny fisandratana mirindra ity taona ity« , hoy ity depiote lasa minisitra ity nandritra ny fifampiarahabana noho ny taona vaovao, notanterahin’izy ireo teny amin`ny Carlton Anosy. Minisitra maromaro eo anivon`ny governemanta no tonga teny an-toerana.Juliano Randrianja

L'express de Madagascar0 partages

Loza teny Mamory Ivato – Fiaran’ny kaominina nahafaty vehivavy

Vetivety dia tafavory sy nitangorona ny olona nandalo teny Mamory Ivato, ny zoma alina teo. Maty tsy tra-drano ny vehivay iray, 29 taona, nandeha an-tongotra ka voadonan’ny fiara. Fiaran’ny kaominina Ivato, marika “Volvo” no namoa-doza. Voalaza fa polisy kaominaly miasa ao Ivato ihany koa ilay lehilahy 45 taona nitondra sy namily ny fiara. Efa niatrika famotorana ity farany, araka ny fampitam-baovao avy amin’ny kaomi-nina Ivato. Efa nanatanteraka ny adidiny amin’ny fiaraha-miory amin’ny fianakaviana mana-manjo ihany koa ireo tompon’andraikitry ny kaominina. Nanaraka ny sisiny ankavanan’ny lalana io vehivavy io izao tra-doza izao. Toy ny nandeha mafy avy any aoriana ilay fiara, araka ny tatitry ny zandary, ka tamin’izany no nahavoafaoka ilay mpandeha an-tongotra. Nidina teny an-toerana ny zandary avy ao amin’ny zandariamaria ao Mandrosoa Ivato nanao ny fitsirihana.

Nantenaina Njanahary

L'express de Madagascar0 partages

Maevatanàna – Namoy ny ainy ny mpamilin’ilay fiara nitondra razana

Loza teny amin’ny lalam-pirenena fahaefatra. Nifatratra tamina andrin-tany, tany Mahatsinjo Maevatanàna, ny fiara iray amin’irony karazana “Minibus” marika “Toyota” irony, afak’omaly tokony ho tamin’ny dimy ora hariva. Namoy ny ainy vokatry ny dona mafy nahazo azy ny mpamily, lehilahy 35 taona. Olona dimy hafa kosa naratra ka nokarakaraina sy notsaboina tao amin’ny CSBII Andriba. Fantatra fa nitondra razana io fiara niharan-doza io. Avy any Ambilobe izy ireo, ka nikasa ny hihazo sy hanatitra ny razana any Ejeda Ampanihy. Tombanana fa noho ny olana teo amin’ny fiara no nahatonga ny loza. Fantatra tamin’ny fizahana nataon’ny mpitandro ny filaminana fa nisy olana ny hisatra, ka izany no nitarika ny fiara hidona tany amin’ny rindrin-tany. Fidinana rahateo ilay lalana nitrangan’ny loza.Nantenaina Njanahary

L'express de Madagascar0 partages

Tondra-drano – Manjavozavo ny tena zava-misy marina any Atsimo

Mbola tsy fahaizana miserasera ihany! Manjavo-  zavo tanteraka ny vaovao voaray mikasika ny tondra-drano sy ireo tra-boina maro, izay voalazan’ny Lehiben’ny disitrikan’i Toliara II tamin’ny herinandro lasa teo. Voalaza fa ny fahavakisan’ny vavaranon’i Fiherenana no nampitombo ny tra-boina tany an-toerana izay efa mahatratra an’  arivony maro raha ny vaovao voaray avy amin’ny tompon’andraikitra any an-toerana.Nanao fidinana ifotony tany anefa ny tompon’  andraiki-panjakana maro hijery ny zava-misy any tamin’  ny faran’ny herinandro teo, ka namoaka fanambarana fa tsy misy ny tra-boina maro izany any amin’ny disitrikan’i Toliara II ary tsy vaky ny Vavaranon’i Fiherenana. “ Tsy mbola misy ny rava trano sy tsy manan-kialofana hatramin’ny 3 janoary 2017 fiantombohan’ny rotsak’orana no mankaty “, araka ny voarakitra ao amin’ny Fanambarana navoakan’ny minisiteran’ny Mponina, ny fiahiana ara-tsosialy ary ny fampivoarana ny vehivavy. Ny Praiminisitra Solonandrasana Olivier Mahafaly no nitarika ny delegasiona tany an-toerana.Tsy fantatra intsony izay tena vaovao marina mikasika ity tondra-drano any Toliara II ity.Vao tsy ela akory izay no nisy olana nitarika fisavorovoroana tamin’ny mponin’Antananarivo ny tsy fahaizana miserasera amin’ny samy ao anatin’ny fitantanana ny firenana mahakasika ny faharitan’ny rano,dia miseho indray izany ankehitriny.Fanomezana Rasolomahery

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimiandrisoa – Antsirabe : Orinasa fanaovana menaka, kila forehitra

Nitrangana hain-trano mahatsiravina indray teto Antsirabe, trano iray fanaovana menaka no kila forehitra tsy nisy noraisina intsony. Omaly hariva tokony ho tamin’ny 4 ora sy fahefany tany ho any no nanomboka nirehitra ny trano iray. Fantatra fa orinasa fanamboarana menaka, ity nirehitra ity tao Ambohimiandrisoa. Tsy fantatra hatreto ny mety ho niandohan’ny afo, fa ny setroka be efa nameno ilay trano no nanaitra ny tompony. Niantso vonjy ity farany, vetivety dia nifanome tanana ny mpiara- monina rehetra, saingy efa nihanaka sy nijoalajoala ny afo ary nanomboka nivoaka tety ivelany. Sarotra ny namehy ny afo, satria hatramin’izao ora anoratana izao, dia mbola tsy voafehy tanteraka ny afo. Voatery noravana mihitsy ny tafon’ilay trano,vao nanomboka nijanona ny afo. Voalaza fa trano fitahirizam-bokatra ity may ity, manamarina izany ny faharetan’ny afo sarotra novonoina, satria ireo akora fototra fanaovana menaka no fantatra fa niangona tao. Ankoatra izany ny menaka, sy mangahazo ary kitay fahandroana ireo akora ireo. Soa aloha fa tsy nisy ny aina nafoy na naratra fa ny fahavoazana no be. Nitarainan’ny maro sy ny traboina kosa ny tsy fahatongavan’ny fiara mpamono afo , hany tokana eto Antsirabe dia ny fiaran’ny groupe socota. Tany any amin’ny orinasa mihitsy ny tenako hoy ny solon-tenan’ny fianakaviana nanazava, tamiko  ny tomponandraikitra hoy izy  fa efa an-dàlana ny fikarakarana azy. Ora roa taty aorina anefa mbola tsy tonga ihany ny fiara, ka ny fokonolona no nifanome tanana tamin’ny fitaovana kely tao  aminy. Olana goavana eto amin’ny tanànan’Antsirabe moa ity tsy fisian’ny fiara mpamono afo   ity, efa ela ihany no nisy fampanantenana sy filazana, fa hisy io sampana  io ny Fiadidiana ny tanàna, miampy ny fitaovana sy ny fiara fa mbola tsy hita ihany izany hatramin’izao.

Andry N

Midi Madagasikara0 partages

Vatomandry : Bizina taova, sandaina 4 tapitrisa ariary ny olona iray

Hafa dia hafa ary mampihoron-koditra ity tranga ity. Roalahy saika hivarotra olona hangalàna taova fotsiny no tra-tehaky ny mpitandro filaminana, tao amin’ny toerana fandraisam-bahiny iray tao Vatomandry tao, ny faran’ny herinandro lasa teo. Araka ny fantatra, dia manodidina ny efatra tapitrisa ariary teo ho eo ny vidin’ny olona iray, saingy afaka miady varotra izay vonona hividy. Raha ny zava-nitranga tao amin’io fotoana io, araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary, dia tonga tao amin’ity hôtely iray ity ny lehilahy roa, izay nitondra olona roa hafa. Nilaza avy hatrany tamin’ny tompon’ilay hôtely ireto roalahy ireto, fa « mivarotra taovan’olombelona izy ireo », ka ireo olona roa nentin’izy ireo no hangalàna izany. « Rehefa raikitra ny varotra vao vonoina ireo roalahy nentiny mba hakana izay taova ilainy ». Iza tokoa moa tsy hihoron-koditra eo anatrehan’izany filazàna izany, saingy tamin’io fotoana io, dia nilaza fa liana amin’ilay varotra ilay ramatoa tompon’ilay hôtely, ka mety hividy. Natao anefa ny adivarotra fa tsy zaka ilay efatra tapitrisa ariary. Natao ny ady varotra ka tafalatsaka ho telo hetsy sy iray tapitrisa ariary ny iray tamin’ireo olona voalaza fa hangalàna taova. Mbola tsy teo ho no eo anefa ny fandoavam-boala, fa nasainy niverina nony harivariva izy ireo. Tao anatin’izany anefa dia efa nampilaza ny zandary tany an-toerana ilay ramatoa, ka noraisim-potsiny ireto roalahy ireto. Tamin’ny fanadihadiana natao azy ireo no nahafantarana fa am-pitaka no nahazoan’izy ireo an’ireo « haza » roa nentina tao amin’ilay tompona hôtely. Nolazain’izy ireo mantsy fa hoe homena asa ireto olona ireto. Mbola mandeha moa ankehitriny ny fanadihadiana ataon’ireo zandary ao Toamasina sy ny any Vatomandry mahakasika ity resaka bizina taovan’olona ity.

m.L

L'express de Madagascar0 partages

Loza tany Betafo – Mitantara ny fahoriany ireo niaina ny horohoron-tany tany amin’ny ...

MBOLA TSY AFAKA AM-BAVAN’NY MARO ILAY HOROHORON-TANY NISEHO, NY MARAINAN’NY ALAKAMISY 12 JANOARY TEO TAMIN’NY 01 ORA sy enina minitra sy 59.4 segaondra SY NY TEBITEBY NOMBANA FAHASIMBAN-JAVATRA MARO NATERANY. MBOLA MARO KOA IREO MITEBITEBY NY AMIN’IZAY METY HIVERENAN’NY TRANGA TOY INY KA MANAO IZAY HO AFANY AMIN’NY FITANDREMANA REHETRA.

Tahaka izao ny fahasimbana tamin’ireo trano teny Antsirabe noho iny horohoron-tany iny.

Samy mbola tao anatin’ny torimaso avokoa ny isan-tokantrano nandritra iny horohoron-tany niseho, ny alakamisy 12 janoary teo iny, saingy taitra tampoka raha nahare ilay tranga izay nitondra tahotra sy horohoro, indrindra ho an’ny vahoaka taty anivon’ny faritra Vakinankaratra izay faritra akaiky indrindra ny ivony. Voalazan’ireo manam-pahaizana fa tao Antananolofotsy, tanàna iray miala 42 kilaometatra Atsimo Andrefan’ i Betafo no nisy ny foibe na ny ivon’iny tranga izay nahatratra 5,5 teo amin’ny mari-drefy Richter iny ny hamafiny. I Betafo, izay 22 kilaometatra miala an’Antsirabe noho izany no distrika isan’ny manakaiky indrindra ilay ivony, ka maro amin’ireo mponina any an-toerana no mbola mitebiteby. “Mbola mandeha be izao ny resaka momba ny mbola mety hisiana tranga toy iny, ka miteraka tahotra ho anay. Hatreto anefa dia tsy mbola nisy manam-pahaizana nilaza izany tamin’ny fomba ofisialy saingy na izany aza dia ny fiomanana no heveriko ho lehibe indrindra” ,  hoy Rasolomampionona Dorick, mpampianatra ao amin’ny sekoly tsy miankina iray ao Betafo. Ankoatra ny fampianarana ireo mpianatra momba ny tokony hatao amin’ny tranga toy ireny dia nandray fepetra manokana toy ny fanamafisana ny tranony ihany koa ity raim-pianakaviana ity. “Tsy misy fampaha-fantarana mialoha ny horohoron-tany saingy rehefa tojo azy dia ny miafina ao ambany latabatra na mamonjy ambany tolàna na mivoaka, ka mihazo toerana malalaka tsy misy zavatra ahiana hirodana no tena mety”, hoy izy.

Natory tany ivelan’ny trano

Natahotra mafy ka nivoaka ny trano mihitsy ity raim-pianakaviana ity.

Kaominina tena voakasik’iny tranga iny ihany koa ny tao Soavina, distrikan’i  Betafo, ka raha ny filazan’ny mpiandry vohitra iray dia trano manodidina ny 50 no voakasik’iny horohoron-tany iny tany an-toerana. Triatra sy hafasimbana madinika no nahazo ny ankamaroan’ny tranon’ireo fianakaviana niharam-boina, saingy trano roa kosa no voatery noravana noho ny fahasimbana goavana izay nahiana hitarika ny faharavany tanteraka. “Natahotra mafy ny mety ho firodanan’ ny tranony ireo olona ireo, ka natory tany an-tokotany mandra-paharainan’ny andro, nanomboka tamin’ilay fotoana nampihetsika mafy ny tany », araka ny fitantaran’i Samy, mpiandry vohitra.Ankoatra io tao amin’ny kaominina ambanivohitr’i Soavina io dia trano iray ihany koa no fantatra fa rodana vokatr’iny tranga iny, tao Morafeno ao amin’ny fokontany Bemasoandro , kaominina ambanivohitra Manapa. Maro  koa ireo trano voatery nialan’ireo tompony noho ny fahatahorana ny mety ho fianjerany.Noheverina ho mpangalatraTsy vitsy tamin’ireo mponina tao Betafo sy ny manodidina, izay efa miaina ao anaty tsy fandriam-pahalemana lava, no nihevitra iny horohoron-tany iny ho asan-jiolahy tamin’ny voalohany saingy rehefa tena nihaino tsara dia nahafantatra avy hatrany fa tranga vojanahary no niseho. “Ny varavarana ao ambany no henoko nihovitra voalohany, ka noheveriko ho olona namoaka ny omby izay matory ao. Nitsangana moramora aho ka teo no nahatsapako fa horohoron-tany ity niseho ity. Izay aho vao namoha azy roa lahy kely zanako”, hoy indray ny fitantaran-dRasolofomanana Clément, monina ao Atsimon’Iavoko Betafo.

Mbola–mitebiteby-hatrany-Raharilala-juliette

Niambina nandritra ny roa alinaIsan’ireo fianakaviana nandairan’ny tahotra vokatry ny fielezan’ny resaka momba ny hoe ho fiverenan’ilay tranga afaka 48 ora kosa Raharimalala Juliette eni-mianaka, mponina ao Amboniavaratra Betafo, ka niaina tao anatin’ny horohoro tanteraka. “Vao nanomboka ilay tranga dia efa reko, ka novonjena nobataina navoaka haingana ny ankizy”, hoy izy. “Nijanona elaela teo an-tokotany izahay, ka rehefa samy namonjy ny tranony ireo manodidina dia mba niditra koa izahay saingy tsy niverina natory intsony fa nihainohaino hatrany sy nijery ireo fahasimbana teny amin’ny rindrina izay nahitana triatra ”, araka ny filazany. Vokatry ny resa-be niely nanerana ny tanàna dia tsy mbola natory ihany koa izy ireo, nandritra ny alin’ny zoma 13 sy ny sabotsy 14 janoary.Tsy nanamarina ilay resaka miparitaka momba ny fiakaran’ny hafanan’ny rano ao Andranomafana Betafo kosa ireo mponina eny an-toerana. Nanazava kosa ny mpanjono iray ao amin’ny farihin’i Tatamarina ao Betafo fa efa misy toetra mafana sy mangatsiaka mihitsy io farihy io. “Disoiko tanteraka ny filazana fa nihanafana ny rano ato hatramin’iny tranga iny” hoy izy.Tranga re faharoa tamin’ity taona 2017 ity ilay niseho ny 12 janoary teo iny, satria ny 02 janoary teo ny voalohany ary tany Toliara no tena nahare azy. Iny tranga iny koa, raha araka ny fantatra no tranga nahery vaikafaharoa niseho teto Madagasikara tato anatin’ny 30 taona, ka ny niseho ny 21 avrily 1991 no mafy indrindra. Nahatratra ny 5,6 tamin’ny mari-drefy Richter ny hamafiny tamin’izany ary tao Ampamoizankova, faritra Itasy no nisy ny ivony tamin’izany.

Tsy misy fiovana ny ranon’i Tatamarina, hoy ireo mpanjono ao.