Les actualités à Madagascar du Jeudi 22 Décembre 2016

Modifier la date
Midi Madagasikara411 partages

Promotion de Généraux : Les officiers pro-Rajoelina écartés

La cérémonie de remise de drapeau pour les Généraux nouvellement promus aura lieu incessamment.

Les Généraux nouvellement promus seront incessamment reçus par le président Hery Rajaonarimampianina pour la cérémonie de remise du drapeau.

Les décisions relatives à l’avancement d’échelon, l’avancement de grade et les nominations au sein des forces armées font toujours des heureux et des malheureux. Les dernières nominations de Généraux officialisées lors du Conseil des ministres extraordinaire de lundi dernier n’ont pas fait exception. Faut-il rappeler que 17 nouveaux généraux de Division et 38 nouveaux généraux de Brigade viennent d’être nommés au titre de l’année 2016, au sein de l’Armée et de la Gendarmerie nationale. Il convient toutefois de préciser que la nomination de Généraux relève d’une décision politique. Les textes régissant les nominations changent et évoluent selon les responsables en place et suivant le contexte politique qui prévaut dans le pays. Les officiers proches du précédent régime sont toujours les « victimes ». Si auparavant, les officiers ayant porté pendant deux ans le grade de colonel étaient proposables pour l’avancement au grade de Général de Brigade, l’année dernière,  le port de grade a été modifié à 5 ans et 3 mois. Cette année, le port de grade a encore été élargi à 5 ans et 6 mois. Certainement, la Hiérarchie militaire prévoit de réduire le nombre de Généraux au niveau de la Gendarmerie et de l’Armée malagasy. Les Forces armées malgaches sont taxées d’être les spécialistes de la « Grande braderie » et/ou de la « Grande graderie ».

« Oubliés ». En tout cas, parmi les « oubliés » ou les « écartés » (c’est selon) de la dernière promotion de Généraux décidée lors du dernier conseil des ministres figurent, entre autres, les officiers pro-Rajoelina. Pour ne citer que le cas du Général Richard Ravalomanana, ancien Commandant de la Gendarmerie nationale (COMGN) du temps du régime transitoire qui a déjà été nommé Général de Division au mois de décembre 2012. Son nom figurait donc parmi les prétendants au grade de Général de Corps d’Armée. A noter que le Général Ravalomanana Richard a été élevé à la dignité de Grand Officier de l’Ordre National Malagasy le 9 décembre dernier. De nombreux généraux ayant porté le grade de Général de Division pendant plus de quatre ans ont également été oubliés. Pour ne citer que l’ancien Commandant de l’Académie militaire d’Antsirabe (ACMIL), le Général de Division Rakotonirina Léon Jean Richard et de l’ancien Adjoint du Général Béni Xavier Rasolofonirina à l’Etat-Major Général de l’Armée Malagasy, le Général de Division Razafimanantsoa Samuel Jean. Pour sa part, l’ancien Premier ministre, le Général Jean Ravelonarivo a également été écarté de cette grande promotion au niveau des hommes en treillis.

Affectation. Pour ce qui est de la promotion au grade de Général de Brigade, de nombreux colonels ayant servi aux côtés de l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina durant la période transitoire ont également été écartés. Parmi les officiers proposables au Général de Brigade 2 étoiles depuis l’année dernière, mais qui n’ont pas été nommés pour le moment, figurent entre autres, l’ancien Aide de Camp d’Andry Rajoelina, le Colonel Fidy Rafaliarison ; l’ancien Directeur des Opérations et des Secours auprès du Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC), le Colonel Elack Olivier Andriankaja, l’ancien Chef de Corps de la Garde présidentielle durant la Transition, le Colonel Sondrota Lala, ainsi que  l’ancien Directeur de la Force d’Intervention Spéciale et non moins Sénateur élu sous les couleurs du MAPAR, le Colonel Lylison René de Rolland. Ce dernier est actuellement activement recherché pour avoir lancé un appel à la ville morte à l’endroit de la population tananarivienne. Pour leur part, les Colonels Fidy et Elack ont été frappés d’une affectation disciplinaire, respectivement à Antsiranana et à Toliara. A l’allure où vont les choses actuellement, ces officiers pro-Rajoelina ne bénéficieront pas de promotion en grade durant ce premier mandat du régime HVM.  

Vitesse grand « V ». Pourtant, les avancements de grade ont… avancé à une vitesse grand « V » pour les responsables actuels au niveau de l’Armée et de la Gendarmerie nationale. Un an de port de grade seulement. En quelques années, ils sont passés de « Général de Brigade » à « Général de Corps d’Armée ». Pour ne citer que l’exemple entre autres, de l’actuel ministre de la Défense nationale, le Général de Corps d’Armée Rasolofonirina Béni Xavier, le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie, le Général Paza Didier Gérard, l’ancien ministre de la Défense nationale, le Général Dominique Rakotozafy, le ministre de l’Economie, le Général Herilanto Raveloharison, ainsi que le Secrétaire général auprès de la Présidence de la République, le Général Ralala Roger. A noter aussi la situation de certains directeurs nouvellement nommés au niveau du Ministère, qui remplissent les conditions pour être proposables au grade de Général de Corps d’Armée, mais qui n’ont pas figuré sur la liste, alors que certains d’entre eux vont partir à la retraite au mois de février prochain.

Davis R

Midi Madagasikara305 partages

Pasteur Mailhol : « Le peuple va me porter au pouvoir »

Mailhol André Christian Dieu Donné plus connu sous le nom de pasteur Mailhol a été élevé au grade de commandeur de l’ordre national, hier, au Palais des Sports, à Mahamasina. Le XXe anniversaire de l’association cultuelle « Fikambanana Apokalipsy eto Madagasikara » (FAM) y a été également célébré. En marge de cette cérémonie, il a déclaré : « Ma prophétie n’a pas changé, le peuple va me porter au pouvoir ». Avant d’enchaîner que « ce serait à la suite des deux dirigeants qui ont succédé à Marc Ravalomanana ». Même s’il n’a pas avancé une date, il fait allusion à la présidentielle de 2018. Encore une prophétie, et ce n’est pas la première fois qu’il a dit des choses pareilles. En effet, il a déjà dit que le peuple va le porter au pouvoir en 2013. Trois ans après, il n’en n’est rien. Dans le cas où cela n’aboutirait pas, il dirait sûrement que ce serait en 2023. Jamais deux sans trois.

Vindicte populaire. Faut-il également rappeler qu’il a créé « Radio Fanambarana », en 1996. Un peu plus tard, il a fondé son propre parti, le GFFM « Gideona Fandresena ny Fahantrana eto Madagasikara » probablement pour le soutenir en 2013, mais finalement il n’a pas été candidat. Par ailleurs, il n’a pas manqué non plus de toucher mot aux affaires nationales, en citant notamment que le courant ne passe pas entre les forces de l’ordre et le peuple. Dans la même foulée, il a parlé de la vindicte populaire. Des faits qui pourraient déboucher sur du tribalisme, a-t-il souligné. De ce fait, pasteur Mailhol pense que les dirigeants devraient assumer leur responsabilité face à cette montée de la justice populaire pour éviter le pire. Malgré tout, pasteur Mailhol est prêt à apporter son soutien au régime actuel.  

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara291 partages

Hélène Segara : Tout simplement envoûtante

Hélène Segara et FitahRasendrahasina, sublimes !

Le récital qu’Hélène Segara a donné mardi dernier au CCI Ivato a été un vrai régal. Emotions fortes, rencontre, mais surtout de la bonne musique étaient au rendez-vous.

 Une scène épurée, tout de blanc avec un fond teinté d’un peu de lumières pour apporter de la chaleur, et au milieu trône un piano blanc. Pas d’estrade, Hélène Segara voulait être proche de son public, et elle l’a été. D’entrée, habillée d’une robe noire illustrée d’un « aloalo » signée Michaël Vida, la « Belle » a voulu briser la glace entre elle et les centaines de personnes venues l’applaudir. « On m’a dit que vous êtes timides » dit-elle, sans reproche, puisque très vite, elle a mis tout le monde dans l’ambiance. Elle parle d’elle, de  son enfance, de ses souvenirs, presque des confidences teintées d’humour qui donnent l’impression à chaque spectateur d’être un ami privilégié. Douce, tendre, et avec beaucoup d’émotions, elle entonne en a capella « Il volo » de Zucchero, histoire d’attendre que tout soit en place pour interpréter tout le répertoire qu’elle a préparé. D’emblée, elle met la barre haute et donne le ton. De fil en aiguille, elle continue à reprendre des titres connus. En chantant « Hallelujah », c’est comme une prière qu’elle récite, à genoux, en cette période de fête, reflétant sa grande générosité et sa foi. L’instant est fortement émouvant, toute la salle retient son souffle.

Duos. Mais Hélène Segara, c’est d’abord une artiste hors du commun, qui chante presque comme une cantatrice. Ses prestations à travers son rôle dans la comédie musicale « Notre de Dame de Paris » le montrent bien. Lors de son récital, tout simplement accompagnée par un piano, elle a repris les titres les plus connus. Et c’est sans aucun effort qu’elle chante dans les notes les plus aiguës. Le public suit et chante en chœur, personne ne perd aucune miette. Mais c’est certainement les duos qui ont impressionné le public. D’abord Joe Dassin, puis Dalida, pour des duos virtuels.  Mais c’est surtout la prestation du ténor malgache FitahRasendrahasina qui a créé la surprise. En interprétant « Vivo per lei », il fait chavirer les cœurs. Standing ovation, et même beaucoup plus de la part de la belle Hélène qui semble elle aussi sous le charme. Autre grand moment lorsqu’elle chante avec les enfants.

AnjaraRasoanaivo

Midi Madagasikara194 partages

Antsohihy : “Citerne” nivadika, nifandrombahana ny lasantsy

Tsy nahoan’ny olona izay mety ho fipoahana…

Tsy ny nanavotra ny naratra na ny nanao izay nampijanonana ny solika no mby tao an-tsainy olona voalohany raha nahita ilay kamiao mpitatitra solika nivadika, fa kosa ny nihazakazaka nody dia naka fitaovana hitatazana ny solika tao anatiny. Hafakely tanteraka ankehitriny ny zava-misy rehefa manoloana ny loza izay tsy mananontanona intsony fa manambana. Omaly, raha nivoaka ny làlana ilay fiara voalaza etsy ambony, tao Antsohihy, dia toa mana nilatsaka avy any an-danitra ny fahitàn’ny olona an’izany. Mba tsy nisy ny aina nafoy tamin’ny olona tao anatin’ilay fiara. Naratra ny mpamily sy ny mpanampy azy. Raha ny fanazavana azon’ny mpitandro ny filaminana dia fialana lavaka no nitarika ny lozam-pifamoivoizana. Niteraka fitohanan’ny fifamoivoizana tamin’ny lalam-pirenena ny zava-nitranga. Na ny taxi-brousse sasany izay nandalo aza dia namoaka ihany koa izay azo nasiana solika tao aminy ary nanararaotra toy ny olon-drehetra. Ny lozam-pifamoivoizana teo ihany fa kosa ny tsy fahatsapan’ireo olona fa loza manambana ho azy ireo no niseho no tena mahalatanjona. Raha sanatria ka nisy pitik’afo na nifoka sigara, na somary lavidavitra aza, dia ahiana ho faty olona nikararana no niseho. Solika aman’arivony litatra no notaterina tamin’ilay kamiao ary mazava ho azy fa raha nirefotra izany dia faritra lehibe no indray levona. Saingy tsy tao an-tsain’ny olona intsony izay mety ho fiantraikan’izany. Rehefa nahazo solika kely litatra vitsivitsy tsirairay dia samy falifaly, tsy nieritreritra akory fa efa nihaodihaody teo ny fahafatesana. Betsaka ny tranga toy izany ary toa mampametra-panontaniana aza hoe izay ve ny endrika tia karokaroka amin’ny olona sasany? Ohatra hita matetika, indrindra tamin’ireny andron’ny “baomba” ireny : isaky ny misy hita dia itangoronana, nefa dia fantatra izao vao baomba. Torak’izany ihany, misy grenady hita eo amoron-dàlana, poa toa izay dia mitangorona ny olona mba hijery izany. Hatreto koa moa dia tsy mbola manana ireny fitaovana entina hamefena ny toerana atahorana ireny ny mpitandro ny filaminana hany ka tsy voatàna ny olona tsy hirohotra hijery. Eto amintsika ihany angamba no misy rototra hijery baomba sy hanatona kamiao mpitatitra solika nivadika izany. Mahavariana…

D.R

L'express de Madagascar184 partages

Atteinte à la sûreté de L’État – Andriamananoro risque cinq ans de prison

L’atteinte à la sûreté intérieure de l’État est le chef d’inculpation principal retenu contre l’ancien ministre. Un « délit »  que le code pénal punit d’un à cinq ans d’emprisonnement.

Cinq ans de prison. Au regard des dispositions du code pénal, c’est la peine maximale que risque Augustin Andriamananoro, ancien ministre des Télécommu­nications, dans l’affaire Soamahamanina.La tourmente judiciaire dans laquelle est plongé l’ancien ministre de la Transition est la conséquence de « sa présence », à la manifestation des villageois de la commune rurale de Soamaha­manina, le 22 septembre dernier, pour s’opposer à une exploitation aurifère. Une action de contestation qui s’est soldée par un heurt violent entre les manifestants et les forces de l’ordre. Durant l’audience qui s’est tenue, mardi, quatre chefs d’inculpation ont été retenus contre le vice-président du groupe politique des partisans de Andry Rajoelina (Mapar).Lors d’un entretien téléphonique à l’issue du procès, mardi, maître Andria­misetra Rabelaza, l’un des avocats de la défense a confirmé que « l’atteinte à la sûreté intérieure de l’État », est le principal motif de l’accusation de son client. Durant l’audience, le prononcé des chefs d’inculpation a fait référence à l’alinéa 3 de l’article 91 du code pénal. Cet alinéa 3 qui, selon l’avocat, place l’atteinte à la sûreté intérieure de l’État, au rang de « délit », le définit comme « les autres manœuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique ou à occasionner des troubles politiques graves, à provoquer la haine du gouvernement malgache, à enfreindre les lois du pays (…) ».

Privation de droitsL’alinéa 3 de l’article 91 du code pénal dispose, également, que ceux reconnus coupables des faits qui y sont énumérés, « (…) seront déférés aux tribunaux correctionnels et punis d’un emprison­nement d’un an au moins et de cinq ans au plus ». Il y est, aussi, prévu que « les coupables pourront, en outre, être interdits, en tout ou en partie, des droits mentionnés en l’article 42 [du code pénal], pendant cinq ans au moins et dix ans au plus, à compter du jour où ils auront subi leur peine ».L’article 42 du code pénal permet aux tribunaux correctionnels d’interdire en tout ou en partie, l’exercice des droits civiques, civils et de famille. Outre la privation de liberté donc, Augustin Andriamananoro risque de se voir privé, entre autres, du droit « de vote et d’élection, d’éligibilité, ou encore, d’être appelé ou nommé aux fonctions de juré ou autres fonctions publiques, ou aux emplois de l’administration ou d’exercer ces fonctions ou emplois ». Au regard des dispositions légales, la carrière politique de l’ancien ministre des Télécommunications, pourrait être, également, en jeu si le juge se prononce pour sa culpabilité dans l’affaire Soamahamanina.Les chefs d’inculpation retenus contre son client « sont les mêmes », que ceux invoqués durant le précédent procès concernant les autres dits meneurs des manifestations villageoises de Soamaha­manina. Maître Rabelaza, lors d’un entretien téléphonique, hier, affirme, toutefois, sa confiance en « l’innocence », du vice-président du Mapar.« Aucun élément à charge n’a prouvé qu’il est un fomentateur de trouble. Nous avons diffusé une vidéo durant l’audience de mardi. Cette vidéo a été tournée par notre client lui même. Comment aurait-il pu conduire une manifestation tout en tournant cette vidéo  », défend maître Rabelaza Andriamisetra.

Garry Fabrice Ranaivoson

Madagascar Tribune178 partages

Au village des Peaux-Rouges….

Dans la tribu des Peaux-Rouges qui vit sur la Grande Ile, le clan des Ecrevisses Marbrées est dans la tourmente. Un de ses porte-paroles favoris, Mouton Beau Parleur, est en train d’être sérieusement inquiété par la justice. Officiellement, la raison serait le rôle perturbateur qu’il aurait joué dans la résistance à l’exploitation aurifère que le clan des Visages Jaunes a tenté de mettre en place au Beau-Village-Qui-Rend-Nostalgique. Dans les coulisses, ceux qui enragent d’avoir perdu les cadeaux promis en échange de l’exploitation par les Visages Jaunes, peuvent être tentés de chercher un bouc émissaire pour se venger de toutes ces contrariétés. Officieusement, on peut penser que le clan d’Écureuil Sautillant se met en ordre de bataille pour faciliter sa réélection à la tête de la tribu. Il s’agit donc pour lui de faire le ménage, et de fragiliser tous les clans qui pourraient être tentés de s’y opposer dans les deux ans à venir.

Lapin Prétentieux, le chef du clan des Ecrevisses Marbrées, reste pour le moment dans le silence. Il fait semblant d’être bien élevé, car il espère revenir par la grande porte du tipi après en voir été jeté par la fenêtre. Mais comme il avait déjà démontré à maintes reprises son caractère de garnement sans beaucoup d’éducation, on peut imaginer l’état de fureur contenue dans lequel il doit se trouver. En effet, sous ses airs de professeur affable et sympathique, Écureuil Sautillant a montré en trois ans une audace sournoise qui est en train de faire suer à grosses gouttes Lapin Prétentieux et son entourage direct.

Dès le début, il a d’abord manœuvré pour faire tomber Chouette Hurlante de son perchoir. Ensuite, il a sorti de derrière les fagots une majorité qui lui a permis de contourner les dispositions de la Loi sacrée de la tribu. Il a donc pu éviter l’application à la lettre d’une loi qui l’aurait obligé à nommer Lapin Prétentieux comme Grand Vizir. Puis il a commencé à intimider les soutiens financiers de Lapin Prétentieux, tels que Vipère Bleutée, ou à obtenir également l’accès au liquide de leurs bourses, comme celles de Vautour Frimeur du clan tout-puissant des Orientaux. Maintenant, Écureuil Sautillant est passé à la phase suivante, qui consiste à rabattre le caquet des grandes gueules du clan des Écrevisses, du moins les quelques rares qui ne se sont pas précipitées pour retourner leur fourrure contre la promesse d’un peu plus de fourrage. Ainsi, après avoir intimidé Zébu Belliqueux (qui a depuis disparu de la circulation), c’est maintenant le tour de Mouton Beau Parleur de se faire remonter les bretelles. En attendant les prochains candidats.

Danse de peaux-rouges avec spectateurs occidentaux. Vail Jefferson (actif vers 1821)

L’observation de la vie de notre tribu depuis beaucoup de lunes permet de se souvenir de tous les abus, crimes, exactions et délits perpétrés par le clan des Écrevisses Marbrées, il n’y a pas si longtemps de cela. Avec le soutien du clan des Visages Pâles à la langue fourchue, il a renversé Vache Laitière Arrogante à la tête de la tribu. Ensuite, ils ont fait main basse sur les ressources du pays, au bénéfice de toute une clique de rapaces et de charognards sans scrupules. Pour accéder au pouvoir puis protéger leurs rapines, ils ont fait taire les hurlements des Loups Légalistes à coups de menaces, d’emprisonnements, de répression, de manœuvres sanglantes (Lundi noir, Samedi rouge) et de morts. La brutalité bestiale des gros bras comme Zébu Belliqueux ou Dingo Bavard (qui a fini par se taire prudemment après une évacuation médicale au pays du clan des Créoles) a été mise à profit pour imposer la férule du clan des Écrevisses Marbrées sur l’ensemble de la tribu. Le tout, sous le regard bienveillant de Chouette Hurlante depuis l’arbre de l’Injustice, avec l’appui loyal de Hibou Dégarni sur l’arbre de l’Insécurité Publique.

Mais il faut croire à la loi du karma, traduite par les Malgaches en « ny tody tsy misy fa ny atao no miverina ». Aujourd’hui, le clan des Écrevisses Marbrées s’offusque de la persécution qu’il serait en train de subir, en oubliant son comportement de décivilisé sans foi ni loi, et ce pendant cinq ans. Amnésie ridicule et coupable !

A-t-on entendu Mouton Beau Parleur, Chouette Hurlante et Perroquet Langue Fourchue (aujourd’hui député de la 5ème colline) faire des remarques quand la bouquiniste Haja a eu le crâne fracassé par une balle lors des répressions à Ambohijatovo ? Les a-t-on entendu protester lorsque la répression des manifestations d’opposants du côté d’Anosy a causé des blessés par balle, blessures que Hyène Langue Fourchue (élu « Ministre de la défense » par les putschistes du clan des Taureaux Abrutis) avait hypocritement attribué à des « chocs contre des voitures »… Les a-t-on entendu quand Bambinette Ecervelée s’amusait à désigner des commanditaires d’attentats suivant la méthode pifométrique, et annoncer par exemple que les cerveaux des bombes artisanales étaient le clan des cinq Zébus placides, ou encore Zébu Sucré ? Les a-t-on entendu quand Perruche Vindicative (une des grandes gueules du clan des Charognards Avides qui siège du côté du grand lac) a fait jeter un innocent en prison pour une histoire de parking ? Les a-t-on entendu lors de l’arrestation en pleine nuit du Grand Chef peau-rouge Cheval Ardent, et de sa compagne de lutte Colombe Courageuse ?

« Quel intérêt de revenir sur l’histoire de la crise de 2009 » … « Quel intérêt de parler de Lapin Prétentieux » … me rétorqueront le clan des Hyènes Idolâtres. Ce clan souhaite en effet effacer de l’Histoire de la tribu les avanies subies à cause du Clan des Écrevisses. Mais qu’il soit clair que ni Chouette Hurlante, ni Lapin Prétentieux, ni qui que ce soit du clan des Écrevisses Marbrées, n’a de légitimité pour se plaindre actuellement de ce qu’ils ont eux-mêmes fait subir aux autres, il n’y a pas si longtemps. Qu’il s’agisse d’atteintes aux droits de l’homme, de violations de la démocratie, et de toute accusation ronflante dont ils aiment accabler le clan d’Écureuil Sautillant, tout en étant amnésiques sur leurs propres turpitudes.

Nous allons donc nous abstenir de toute émotion inutile à cause de cette actualité de 2016, qui ne fait que nous rappeler celle de 2009. Et même si le vieux Peau-Rouge que je suis est loin d’être un fan d’Écureuil Sautillant (et de ses amies Gloutonnes Affamées), je ne vais pas désapprouver qu’il se fasse l’instrument de la loi du karma. En lui rappelant cependant que cette loi s’appliquera également à lui un jour. L’amitié de Buffle Fanfaron, spécialisé dans la répression et l’intimidation des opposants et de la presse, ne lui offrira pas de protection éternelle.

D’ailleurs, je constate que Buffle Fanfaron vient d’être récompensé par une étoile de plus sur son képi, tout comme plusieurs membres de son clan chargé de veiller sur la sécurité de la tribu. Est-ce un encouragement envers Buffle Fanfaron et ses compères à persévérer dans leur incompétence ? On se demande toujours ce qui motive ces promotions, au vu de l’inefficacité de ce clan dans le travail « à lui dévolu », pour emprunter le style ampoulé et lourdingue de Coyote Déloyal, un des anciens scribes au service de Lapin Prétentieux et de Vipère Bleutée, avant de les trahir au plus offrant.

Ugh…. Grizzly Rancunier a parlé.

Midi Madagasikara158 partages

SUPERMAKI : Une grande affluence des clients à Ambohipo

Une grande affluence des clients au magasin SUPERMAKI à Ambohipo. (Photo Nary Ravonjy)

La filiale du groupe Jumbo Score connue sous l’enseigne de SUPERMAKI ne cesse de se rapprocher de sa clientèle en vue de fournir des services de proximité. La preuve, son 18e magasin vient d’ouvrir ses portes à Ambohipo.  Il s’agit ainsi d’un magasin de proximité offrant toute une large gamme de produits et articles presque identiques à ceux qu’on trouve  dans les grandes surfaces, mais à prix abordables. « Une grande affluence des clients est observée dans notre magasin, et ce, depuis ses deux premiers jours d’ouverture. La plupart d’entre eux en témoignent que nos prix sont plus compétitifs sur le marché », a expliqué hier Randriamananoro Hasina Handrianina, le responsable du magasin SUPERMAKI à Ambohipo.

Libre service. Notons qu’on y trouve notamment des produits alimentaires tels que les produits de première nécessité et les friandises ainsi que les boissons hygiéniques. Les produits laitiers ainsi que les produits transformés fabriqués localement ou importés ne sont pas en reste. Les produits cosmétiques et les produits d’hygiène sont également présentés sur les rayons. «  Les magasins SUPERMAKI tout comme le groupe Jumbo Score sont les représentants des marques très reconnues comme Casino et Tous les Jours. Ce qui fait en même temps notre particularité », a-t-il précisé. Il y a aussi la boulangerie et la viennoiserie produites par le groupe lui-même et ravitaillées dans les magasins SUPERMAKI. Par ailleurs, la qualité du libre-service qui y est offerte permet à toutes les catégories de clientèle de faire ses emplettes comme dans les grandes surfaces.

Navalona R. 

News Mada131 partages

Sécheresse à Andekaleka, Mandraka… : la production hydroélectrique menacé

Le pire serait-il à craindre ? Outre le problème d’approvisionnement en carburant pour les centrales thermiques, la sécheresse menace la production d’energie hydroélectrique alimentant le réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA). Les techniciens de la Jirama constatent une baisse alarmante du niveau d’eau dans les barrages de retenue et bassins de prise d’eau, particulièrement Andekaleka et Mandraka. D’où les délestages  intempestifs au quotidien.

Le débit d’eau ne suffit plus

Le délestage fait toujours des siennes. Pour les abonnés de la Jirama, la coupe est pleine. Les activités tournent au ralenti dans plusieurs quartiers de la capitale et ses environs. La compagnie d’eau et d’électricité fait l’objet de toute sorte de critique. Les coupures de courant persistent. A part la difficulté d’approvisionnement en carburant des centrales thermiques assurant l’approvisionnement du RIA, l’étiage au niveau des barrages de prise d’eau des centrales hydroélectriques alimentant le réseau est cité comme autre cause de ces coupures quasi-généralisées.

A défaut de pluie, le débit d’eau au niveau actuel ne suffit plus à faire tourner à plein régime les turbines des centrales hydroélectriques que ce soit à Andekaleka, Mandraka, Antelomita, ou à Tsiazompaniry… où la baisse du niveau d’eau s’avère alarmante. Pourtant, Andakaleka à elle-seule, avec une puissance nominale de 92 MW, assure plus de 40% des besoins en électricité d’Antananarivo, estimés actuellement à 210 MW. Quant à Mandraka, qui assure la régulation de la fréquence et de la tension dans l’ensemble du RIA arrive à produire jusqu’à 24 MW.

Tiers de la puissance nominale pour Andekaleka

Trois turbines produisant chacune 30.140 KW font tourner le complexe de la centrale hydroélectrique d’Andekaleka avec une puissance nominale de 92 MW. «60 m3 à la seconde, c’est le débit d’eau nécessaire pour atteindre cette puissance nominale. Pourtant, en heure creuse, la centrale tourne à un tiers de sa puissance, c’est-à-dire qu’elle fournit 30 MW avec deux groupes en marche à bas régime. En heure de pointe, c’est-à-dire pour une durée de deux à trois heures dans la soirée et environ deux heures en début de matinée, la capacité maximale produite par les trois groupes existants varie de 70 à 75 MW», nous a expliqué Fanomezantsoa Randrianatoanina, chef de complexe de la centrale d’Andekaleka, lundi dernier.

Trouver le moyen d’obtenir une réserve d’eau suffisante est devenu un challenge pour les équipes de techniciens d’Andekaleka. Si d’habitude, la période d’étiage commence au mois d’août pour prendre fin au mois d’octobre, elle tend à se prolonger davantage et entraîne une baisse importante du niveau d’eau de la rivière Vohitra qui alimente le barrage.

«Pour arriver à produire ces quelque 70MW, qui ne dépassent pas encore les deux tiers de la production de la centrale, nous sommes obligés de stocker de  l’eau de jour comme de nuit pour faire tourner les générateurs au maximum dans la mesure du possible», a fait savoir le technicien avant d’ajouter qu’«A la même période, l’année dernière, la centrale tournait déjà avec sa puissance nominale. Mais cette année, nous parvenons à peine à atteindre les deux tiers de la production et cela fait plus d’une dizaine de jours que la situation demeure ainsi».

Le problème de pluviométrie, qui ne pourrait être imputé uniquement à la dégradation de l’environnement  notamment dans les bassins versants en amont du barrage, est cité comme principale cause du tarissement de la rivière. Malgré les tentatives de provocation de pluies artificielles, au moins quatre fois ces deux dernières semaines, le débit de l’eau reste largement insuffisant. Mais il n’y pas que l’étiage qui cause problème. Contrairement à l’insuffisance d’eau en saison sèche, le bouchage des grilles du barrage par les débris de végétaux et sédiments complique aussi la tâche des techniciens en période des pluies.

Par ailleurs, en cas de panne ou pour cause de maintenance, la centrale est contrainte d’arrêter certaines machines. D’où l’importance de l’installation d’un quatrième générateur dans la centrale, ne serait-ce que pour servir durant les périodes de maintenance et d’entretien des autres groupes, a déclaré le chef de complexe.

Préserver l’environnement !

Face à ces concours de circonstances, Malala Andriamasy, chef de département marketing et communication de la Jirama n’a pas manqué de faire appel à la prise de conscience de tout un chacun, des autorités et de chaque citoyen, quant à la nécessité de préserver l’environnement dans toutes ses dimensions.

En tout cas, pour les fêtes de fin d’année, les responsables de la Jirama se veulent rassurant pour trouver la solution ne serait-ce qu’à court terme pour mettre fin au délestage. Ils ont eu recours à des centrales thermiques fonctionnant au gasoil pour la plupart et ce, malgré le grand défi financier auquel la société énergétique fait face pour trouver du carburant.

Arh.

Mantasoa presque à sec

Le lac Mantasoa alimente Mandraka en période d’étiage. En période de pluie, les crues et déversements sauvages suffisent à remplir le bassin de retenue. Mais pas plus tard qu’hier, Maxime Ramaroson, chef de complexe de la centrale hydroélectrique de Mandraka nous a confié que le niveau du lac n’a jamais été aussi bas, du moins à sa connaissance.

«Dans le courant de l’année 1976, la sécheresse qui a failli mettre à sec le lac, a conduit les techniciens à créer une deuxième prise d’eau, à deux mètres plus bas par rapport à  la première,  à Ampasimpotsy. Et actuellement, même ce deuxième canal a du mal à acheminer l’eau jusqu’au barrage de retenue de Mandraka et ce depuis plus de deux ans», a-t-il expliqué. Ceci pour dire qu’il faudra plus que quelques jours de pluies pour ramener à un niveau moyen l’eau dans ce grand bassin de 122 millions de mètres cube.

Quatre générateurs composent la centrale hydroélectrique de Mandraka, générant 24 MW de puissance nominale. Mais avec l’insuffisance du débit d’eau, le complexe n’arrive à produire que 5 MW avec deux machines à l’arrêt. «Il n’y a que 2,5 m3/s qui entrent  dans nos conduites. En heure de pointe, nous produisons dans les 18 MW, mais ce n’est qu’après le stockage d’eau au niveau du barrage de retenue à 2 km en amont de la centrale que cela peut se faire. Et il faudra attendre au moins 6 heures de temps pour que l’eau du bassin de Mantasoa arrive au barrage de retenue et de prise d’eau de Mandraka», a toujours expliqué Maxime Ramaroson.

L'express de Madagascar126 partages

Musique – Hélène Segara éblouit par sa grâce

Resplendissante de beauté comme pouvait s’y attendre la majorité de ses fans, Hélène Segara a séduit par sa voix. Elle a aussi su charmer un public de toutes les générations.

En deux rendez-vous musicaux, la chanteuse de renommée internationale Hélène Segara a volé le cœur de ses fans malgaches. Dotée d’une grâce et d’une voix remarquables, elle a surpris le public par sa générosité sur scène, lors de son concert de bienfaisance au Centre de conférence international (CCI) d’Ivato dans la soirée du 20 décembre, et surtout au Carlton à Anosy, hier soir, où elle était plus proche de ses admirateurs.Le concert au CCI Ivato a  marqué un public de tous âges, malgré le prix des billets et le prestige de l’événement. « Je vous suis très reconnaissante pour cet instant passé avec vous, et j’apprécie votre soutien à cette cause commune pour aider ces enfants défavorisés. Je vous promets ainsi une soirée chaleureuse et festive, à l’image même de votre beau pays », affirme la chanteuse avant d’entamer le concert.De plus, elle incarne une humilité exemplaire, qualité qui fait d’elle l’ambassadrice privilégiée du Lions Club Antananarivo Analamanga, en vue de ses œuvres de bienfaisance pour les enfants malgaches et dans le cadre de la célébration du centenaire du Lions Club International de la capitale.

Élégante et envoûtanteForte de cette aisance naturelle face au public, qu’elle a tout de suite conquis, Hélène Segara, a d’entrée brisé la glace avec son public. Ceux qui ont fait le déplacement ont été enchantés. Ce sont, dans sa majorité, de généreux donateurs et des chefs de diverses entreprises, et aussi un jeune public venant de quelques écoles de la ville des Mille.Accompagnée de son pianiste, la chanteuse se redécouvre à son public de la soirée. Elle débute le concert en interprétant « Vivre », une composition de la comédie musicale « Notre Dame de Paris » qui a marqué sa carrière. Sentant le public un peu timide face à elle, Hélène Segara a tenu à ce qu’il l’accompagne sur ses morceaux. Outre les fameux « Elle, tu l’aimes » et « Tu vas me quitter » que ses inconditionnels connaissent par cœur, la chanteuse a surpris l’auditoire par quelques interprétations bien rythmées des chansons de Joe Dassin qu’elle affectionne, à savoir « Et si tu n’existais pas   » et « Champs Élysée ».

Andry Patrick Rakotondrazaka

Tia Tanindranaza118 partages

Iles éparsesAmbenana lezionera Malagasy 11

Miisa 11 ankehitriny ireo lezionera Malagasy ampiambenan’ny Frantsay ireo nosy manodidina (îles éparses) antsika.

Mirija

Tia Tanindranaza107 partages

Pasitera MailholNotoloran’ny fanjakana mariboninahitra

Notolorana ny mariboninahitra « Commandeur de l’ordre national Malagasy” tetsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy fanatanjahantena Mahamasina i Pasitera Mailhol na André Christian Dieu Donné omaly.

Toky R./Mirija

Midi Madagasikara98 partages

Football féminin : Le onze malgache franchit un nouveau palier

Près de la moitié de ce onze malgache a été remplacée par des jeunes joueuses.

Très bonne nouvelle pour l’équipe féminine malgache qui a aujourd’hui meilleure mine avec l’arrivée de nombreuses jeunes. Une situation qui fait le bonheur de Patricia Rajeriarison, la présidente de la Commission de football féminin au sein de la Fédération Malgache de Football.

L’entraîneur de l’équipe nationale féminine chez les seniors, Johary Rakotomalala, est aux anges. Non pas que ses protégées viennent de corriger les Comoriennes par deux fois et, chaque fois, sur le score éloquent de 4 buts à 0, mais il avoue pouvoir compter sur de nouvelles têtes très prometteuses.

La jeune garde débarque. Il avait même pris le risque de titulariser deux joueuses de moins de 17 ans en l’occurrence Prisca du PRESCOI d’Antsirabe mais aussi Ando de l’ASOT qui ont largement répondu à ce qu’on attendait d’elle.

Certes, et selon Johary Rakotomalala, les cadres sont toujours là où outre Irène Sophie, auteure de cinq buts devant les Comoriennes, il y a aussi Cristinah, Bao, la gardienne Nanah, Kanto et Geneviève qui ont été toutes aux derniers Jeux des Iles de l’Océan Indien mais la jeune garde débarque. Avec bonheur si on en croit Johary Rakotomalala qui estime que Madagascar a maintenant une formation féminine capable d’évoluer au plus haut niveau, du moins africain.

Multiplier les tournois. Il a cité dans la foulée la Majungaise Florine du SOM, Faridah et Prisca de l’ASOT, Fitiavana et Lalao du MIFA, Nivo de SabNam mais aussi Sarah de l’ASKAM.

Bref, le staff technique du football féminin a de la matière. Un lot qu’il faudrait chercher à entretenir par la multiplication des tournois selon le souhait même de Patricia Rajeriarison qui invite les ligues régionales à se mobiliser. « C’est le meilleur moyen pour espérer progresser », rapporte encore Johary Rakotomalala avec un ton résolument optimiste.

On s’attend donc à voir un calendrier 2017 surchargé tant sur le plan local qu’international.

Clément RABARY

Midi Madagasikara76 partages

Anosy : Mpianatra avy nanao « soutenance » voaendaka sy voavono

Tovolahy iray, mpianatra avy nanao « soutenance », no niharan’ny fanendahana sy famonoana teny amin’iny faritra Anosy iny ny alin’ny talata lasa teo. Ambonin’ireo zavatra lasan’ireo mpanendaka, ilay boky vao natao, sy antontan-taratasim-pianarana isan-karazany, ny porte-feuille, dia mbola niharan’ny vono ihany koa ity mpianatra ity. Naratra mafy ny tovolahy ary voatery nampidirina hôpitaly ny alin’io ihany. Araka ny filazany dia, raha iny izy saika handeha haka taxibe, handeha hody ho any Anosibe iny no nisy nisintona ny sakaosy nentiny. Niezaka ny nanenjika ity mpanao sinto-mahery ny tenany ary tratrany soa aman-tsara teny amoron’Anosy. Tamin’io fotoana io anefa dia efa bandy manodidina ny fitolahy, nitondra fitaovam-piadiana teo no nihodidina azy. Avy hatrany dia vono sy daroka no nahazo azy, izay sendra ny be no ho ny vitsy rahateo. Nitsoaka avy hatrany ireto farany rehefa tsy nahetsika intsony ity tovolahy ity, nitondra ilay sakaosy. « Tsy nisy vola fa resaka fianarana avokoa no tao anatin’izany », hoy izy. Efa nahazo ny fitsaboana sahaza azy moa ity mpianatra ity amin’izao. Mirongatra tanteraka mihitsy ny tsy fandriam-pahalemana amin’izao fotoana manakaiky fety izao. Ary na vola kely aza mety tsy hisalasalan’ireo tsy valaharana haningorana ain’olona. Tokony ho mailo sy hitandrina hatrany araka izany ny rehetra.

m.L

Midi Madagasikara71 partages

Sport extrême : Andy lance le « Free Parkour »

Le « Free Parkour » est tout nouveau à Madagascar malgré ses cinq ans de pratique par son spécialiste. Le jeune Andy Menja Andriambolarisoa, à 19 ans, pratique ce « freerun » et a créé le « Free Parkour ». Cet art de déplacement rapide consiste à utiliser le corps et son agilité pour sauter et monter par-dessus des obstacles. Il est également réalisé pour se déplacer rapidement ainsi que pour forger la mentalité de ses pratiquants. Il s’agit de ne pas esquiver les obstacles mais de les surmonter. Un des objectifs du traceur Andy est de prouver que les Malgaches sont forts dans cette discipline de sports extrêmes. Mais également, il désire que les Malgaches puissent développer aussi leur savoir-faire. Il pense aussi représenter notre Île aux compétitions internationales et devenir la fierté des Malgaches. Ce sport apporte des bienfaits pour la santé, de l’agilité. Côté caractère, il donne du courage à celui qui le pratique. Mieux, il élimine les vertiges. Les entraînements peuvent se pratiquer partout, surtout dans la rue. Il n’y a pas de lieu propre ou de lieu particulier. Tout le monde peut également pratiquer le « Free Parkour », mais la confiance en soi s’impose. Le « Free Parkour » n’est autre que la combinaison entre le « freerun » et le « parkour ». Un sport dont on peut exécuter librement tous les mouvements souhaités .C’est donc le « parkour », avec des figures appelées « figyse » en harmonie avec tous les mouvements possibles à réaliser par le corps.

Sendra R. (Stagiaire)

Midi Madagasikara63 partages

Fokontany Amborovy, Belinta – Mahajanga : Trano 60 tafo mahery noravana

Very hevitra tanteraka amin’izao fotoana izao ireo vahoaka ao Belinta fokontany Amborovy. Trano 60 tafo mahery teo mantsy no voatery narodana omaly teny an-toerana. Any an-tokotany avokoa ireo vahoaka no lasa mialokaloka manorim-ponenana, ny sasany voatery miantrano any amin’ireo namana eny amin’ny manodidina. Betsaka amin’izy ireo no zaza madinika, ao ireo zokiolona ary misy koa ireo izay mbola mitaiza kely. Fatiantoka an-tapitrisany maro ny an’ireo vahoaka manoloana izao tranga izao. Nihevitra ny hihary nefa ny kely nananana indray ity no very maina tsy nisy noraisina. Alahelo tsy roa aman-tany ny azy ireo nandritra ny fandrodanana rehetra, nisy mihitsy aza no safotra satria tsy manan-kitodihana intsony.

Ny taona 2015 tany no efa nisy fisantarana ny handravana ireo trano rehetra tao Belinta ireo saingy nanohitra hatrany ireo fokonolona tamin’ny alalan’ny fihetsiketsehana samihafa sy ny fampiakarana ny raharaha teny anivon’ny fitsarana, saingy toa rava fotsiny ihany. Nilaza ireo fokonolona taty aoriana fa nampiakatra tany amin’ny fitsarana an-tampony ka efa nahazo fampanantenana teny anivon’izany sy ireo mpitondra, saingy mbola very maina hatrany. Ankehitriny, mbola milaza ny hitolona hatramin’ny farany izy ireo, eny fa na dia nilaza aza ireo mponina sasany fa hifampiraharaha amin’ilay orisana amin’ny hamerenana ny valin-kasasaran’ireo tamin’ny lany rehetra nandritra ny fandravana ny tranony. Saika tany amin’ny taona 60,70 sy 80 tany avokoa ny maro amin’ireo vahoaka ireo no nipetraka tao amin’io toerana io, taona maro aty aorina vao misy milaza ho manan-tompo ny tany. Amin’izay dia mbola teratany vahiny ihany koa, eo indrindra no mampametra-panontanina ireo vahoaka hoe : « omena an’iza tokoa moa ny tany ? Ho an’ny vahiny ve sa ho an’ny Malagasy mpiray tanindrazana ? »

Etsy ankilany, manamafy ny orinasa izay aty an-toerana nilaza ho tompon’ny tany  amin’izao fotoana fa efa nahazo taratasy teny anivon’ny prefektora mialoha momba ny fandrodanana ireo trano ny teny an-toerana. Efa nandefa fampilazana mialoha ho an’ireo vahoaka. Efa voaray koa ny taratasy manontolo milaza ny maha azy ireo tanteraka ny tany avy eny anivon’ny fitsarana sy ny ministera, ny volana oktobra lasa teo. Amin’ny fiandohan’ny taona ho avy io aza moa raha ny fantatra dia efa hanangana fotodrafitrasa lehibe eny an-toerana ny orinasa. Fananganana izay efa nahazoana alalana rahateo ary efa vita sonia mazava tsara tany amin’ny ben’ny tanàna lefitra misahana izany eto Mahajanga. Notsindrian’ny avy ao amin’ny orinasa nandritra ny fihaonany tamin’ny mpanao gazety fa mbola manamafy izy ireo ny amin’ny hanomezan’ny orinasa ilay sombintany ho an’ireo vahoaka rava trano raha sitrak’izy ireo izany, mety hisy ihany koa aza ny fanonerana ny simba any aoriana any.

Tantely Vandriam

News Mada61 partages

Malnutrition chronique : le pays, classé 5e au niveau mondial

Madagascar est le cinquième pays au monde ayant le taux le plus élevé de retard de croissance dû à la malnutrition chronique. Ce qui est compréhensible étant donné qu’un enfant de moins de cinq ans sur deux est affecté par le retard de croissance dû à la malnutrition, donnant ainsi un taux de 47% a un problème de nutrition.

L’information a été soulignée hier à Mahazoarivo, lors de la remise officielle par la commission de l’Union Africaine au chef du Gouvernement malgache du  rapport de l’étude Coût de la faim en Afrique (CDFA). Une étude qui a été réalisée à Madagascar par une équipe nationale composée de 14 organismes et de ministères. De ce fait, les résultats confirment l’urgence pour la Grande île de mobiliser davantage des ressources et des investissements pour réduire de manière significative le niveau et les effets de cette malnutrition.

3 384 milliards d’ariary perdus

Selon toujours cette étude, l’économie de Madagascar perd environ 3 384 milliards d’ariary, environ 1,5 milliard de dollars par an, à cause de cette situation. Soit l’équivalent de 14,5% du Produit intérieur brut (PIB) du pays.

En Afrique, les économies des pays africains perdent entre 1,9 et 16,5% du PIB à cause de la malnutrition infantile. «Le CDFA a pour objectif de sensibiliser les gouvernements africains sur le fait que la malnutrition chez l’enfant, est un problème non seulement sanitaire et social, mais également économique», a indiqué le Conseiller aux affaires sociales de la commission de l’Union africaine, le docteur Margaret Agama Anyetei.

Sera R

 

Midi Madagasikara42 partages

Malnutrition chronique : Madagascar perd 14,5% de son PIB

La malnutrition chronique retarde non seulement la croissance des enfants, mais également l’économie du pays.

Les preuves sont là. La malnutrition chronique ne retarde pas seulement la croissance de l’enfant, mais perturbe également l’économie du pays.  

La malnutrition chronique qui provoque le retard de croissance, rend les populations moins productives, au point de déstabiliser l’économie de Madagascar. C’est la signification la plus directe de ce qu’on appelle «Coût de la faim». Ainsi, une étude sur le Coût de la faim en Afrique (CDFA) vient de montrer que la Grande Ile perd tous les ans 14,5% de son Produit Intérieur Brut (PIB). En d’autres termes, chaque année, Madagascar enregistre une perte de 3 384 milliards d’Ariary de son économie, l’équivalent de 1,5 milliard Usd. Cette étude met en relief l’étendue des coûts sociaux et économiques engendrés par la malnutrition infantile pour chacun des pays étudiés. Des résultats qui s’alignent bien à la situation liée à la malnutrition chronique touchant surtout les enfants en bas âge. Cela, étant donné qu’à Madagascar, un enfant de moins de cinq ans sur deux est affecté par le retard de la croissance provoquée par la malnutrition chronique. D’ailleurs, le dernier rapport de l’Office National de la Nutrition (ONN) montre que 47% des enfants de la tranche d’âge indiquée sont tous affectés par ce type de malnutrition. L’étude CDFA permet ainsi de se rendre compte à quel point la malnutrition chronique, en plus des conséquences sanitaires sur l’enfant, peut également devenir un facteur déstabilisant pour l’économie d’un pays. Ces statistiques sur Madagascar ne manquent pas de le montrer. 

5e pays au monde. Même le chef du Gouvernement, Olivier Mahafaly Solonandrasana le reconnaît. Lui de dire: «Madagascar est le cinquième pays au monde ayant le taux le plus élevé de retard de croissance. Les résultats de cette étude confirment l’urgence pour le pays de mobiliser davantage des ressources et d’investissement». Les résultats de cette étude ont été remis officiellement au Premier ministre, au Palais de Mahazoarivo, hier, par les représentants de la Commission de l’Union Africaine. Le Premier ministre n’a pas manqué de rassurer au passage que la lutte contre la malnutrition chronique fait partie des priorités du Plan National de Développement (PND).

Pertes entre 1,9 et 16,5%. L’étude CDFA est un projet dirigé par la Commission de l’UA et l’Agence de Planification et de Coordination du NEPAD, avec le soutien de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique et le Programme alimentaire mondial (PAM). Elle est réalisée par une équipe nationale de mise en œuvre regroupant 14 organismes et ministères, sous la direction de la Primature, et avec l’appui des Nations Unies. A titre d’information, la Grande Ile est le dixième pays en Afrique où l’étude CFDA est réalisée. L’objectif étant de sensibiliser les gouvernements africains sur le fait que la malnutrition chez l’enfant peut également rétrograder l’économie nationale. «Les études CDFA précédentes révèlent que les économies africaines perdent entre 1,9 et 16,5% du PIB à cause de la malnutrition infantile», souligne pour sa part le Dr Margaret Agama-Anyetei, conseiller aux Affaires sociales de la Commission de l’UA. Le projet «Miaro» vient d’être présenté à l’occasion de la remise officielle des résultats de cette étude. Un projet qui a pour raison d’être de prévenir la malnutrition chronique chez l’enfant de 6 à 23 mois, ainsi que les femmes enceintes et allaitantes, tout en améliorant l’accès des femmes aux services de la santé reproductive dans le Sud du pays.

Arnaud R.

Midi Madagasikara40 partages

Carrière d’Ampandramitsivalana : Le maire d’Andohan’Ilakaka monte au créneau

La carrière d’Ampandramitsivalana est pourvoyeuse d’emplois pour la population locale.

Le propriétaire du terrain et le maire d’Andohan’Ilakaka mettent les points sur les i.

« Je suis le Raiamandreny et le propriétaire de la carrière d’Ampandramitsivalana sise dans la commune d’Andohan’Ilakaka. Je m’inscris en faux contre la déclaration selon laquelle ces personnes s’y sont introduites de force.  Mon grand-père puis mon père furent les premiers arrivés sur ces lieux avant que moi et mes descendants ne leur succèdent aujourd’hui. Si certains membres de la famille ne se sont pas éparpillés pour chercher des emplois, on aurait formé une commune à part entière ». Cette mise au point est de Mara Kabary Jeremanjohy, propriétaire du terrain où se trouve la carrière en question.

Partenariat indispensable. Ce quinqua bientôt sexagénaire de confirmer l’existence d’un partenariat concernant sa carrière. « J’ai passé un accord avec des gens venues d’Antananarivo et de Fianarantsoa pour l’exploitation du saphir qui va améliorer, nous l’espérons, nos conditions de vie. Nous voulons avoir des maisons et des voitures comme les autres. Regardez les membres de ma famille : ils sont à la traîne du progrès faute de moyens. Ils sont toujours vêtus de short et n’ont même pas de vélos. Nous prions Dieu pour que l’exploitation encore en phase de commencement, puisse aider à notre développement. Pour cela, ce partenariat est indispensable. Il n’y a pas de problème entre nous. Que personne ne vienne nous mettre des bâtons dans les roues. Que ceux qui veulent semer le désordre et la zizanie, aillent ailleurs ».

Pas de problème. Le maire d’Andohan’Ilakaka, Ratsimanoky Razafiarison de renchérir que l’exploitation de saphir à Ampandramitsivalana ne pose pas de problème. « A Andohan’Ilakaka, il y a beaucoup de simples gens qui font de l’exploitation à titre informel. Il y a aussi des formes de Partenariat Public – Privé (3P) qui a des impacts positifs sur la Commune et la population. C’est à cause de vieilles rancunes politiques que d’aucuns parlent de « korontana ». De toute façon, le Bureau des Mines à Ilakaka est là pour contrôler et poursuivre les exploitations illégales. En dehors de ça, ce serait de l’usurpation de fonctions ».

Commission spéciale. Ratsimanoky Razafiarison de rappeler dans la foulée les propos du préfet de la Région Ihorombe qui avait fait savoir la passation d’un accord entre le propriétaire du terrain et son partenaire. Le maire de réitérer également l’existence d’une commission spéciale qui est à même de dire si l’exploitation de la carrière d’Ampandramitsivalana porte atteinte ou pas à l’environnement. Et de rapporter aussi la déclaration d’une autorité de la Région Ihorombe qui a fait savoir que « ladite carrière ne se trouve nullement dans une aire protégée ».

 Davis R.

Midi Madagasikara35 partages

Behoririka : Mpianakavy niady lova

Trangan-javatra hafakely no niseho tetsy Behoririka ny talata lasa teo. Tsy nijanona teo amin’ny taim-bava intsony ny fifamaliana teo amin’ireo mpianakavy fa niafara tamin’ny fikasihan-tanana sy fanondrahana maloto tanaty tavimandry mihitsy. Roavavy no nihosina tanteraka vokatr’izany, olona efatra kosa no naratra ka voatery nentina tany amin’ny hôpitaly. Araka ny fantatra dia toa hoe resaka ady lova no anton’izao savorovoro teo amin’ny fianakaviana izao. Tsy vitan’ny tany an-trano intsony mantsy ny resaka fa vaky hatreny an-tokotany. Niha-niakatra ny feo. Nisy ireo tsy nahatanty ary tonga hatrany amin’ny fikasihan-tanana mihitsy. Nitangoronan’ny olona rehetra. Tovovavy roa no nifandrigo-bolo teo an-tokotany. Tsy vitan’izay fa tonga hatrany amin’ny fifanondrahana maloto tamina tavimandry mihitsy izany. Izany fihetsika izany no nitarika ny korontana rehetra sy nivadika ho rombo, ary niafara tamin’ny fisian’ireo naratra sy ny famonjena hôpitaly. Nisy tamin’ireo nandratra moa no avy hatrany dia nisy nitondra tany amin’ny mpitandro filaminana, raha ny vaovao azo hatrany. Angamba, tsy nieritreritra an’izany mihitsy ireo olon-dehibe tany aloha, raha nametraka izany lova izany tamin’ireto fianakaviana ireto. Raha tsy izany, mety ho efa nofoanany tsy ho mpandova avokoa izy rehetra. Asa tokoa raha noho ny hamafin’ny fiainana fa tsy ity fianakaviana ity irery no mikorontana tanteraka noho ity resaka lova ity. Maro ireo mpianakavy mifanakaiky no misara-bazana. Ao moa ireo mahavita mifamono, mifandatsa-drà mihitsy noho izay resaka lova izay. Raha tsy hiteny afa-tsy ilay zanaka vavy, nahavita namono ny reniny, tany Analavory, noho ny resaka tany.

m.L

Midi Madagasikara32 partages

Vacances gouvernementales : Tous les ministres à Tana avant le 2 janvier

L’Exécutif part en vacances pendant que certains problèmes sociaux restent non résolus.

Chaque membre du gouvernement a en moyenne deux à quatre jours de vacances en cette période de fin d’année.

Les vacances ont été annoncées lundi dernier pour les membres du gouvernement. Le dernier Conseil des Ministres de cette année 2016 a eu lieu ce lundi au Palais d’Etat d’Iavoloha. Les membres du gouvernement ont reçu du président de la République et du Premier ministre des instructions sur la gestion de cette période de vacances pour que l’administration puisse toujours fonctionner. D’après ces instructions, les ministres ne vont pas tous partir en même temps. En moyenne, ils ont chacun deux à quatre jours de vacances. En ce moment, environ 10 membres du gouvernement sont déjà en province. Les autres vont partir après le retour de la première vague. Tous les membres du gouvernement sont tenus d’être présents à Tana avant le 2 janvier 2017. Jusqu’ici, aucun ministre n’envisage de passer ses vacances à l’extérieur du pays. Quant au président de la République Hery Rajaonarimampianina, il quitterait la Capitale ce jour, et il serait de retour vendredi. A l’instar des membres du gouvernement, le chef de l’Etat a choisi de passer ses vacances en province.

Aux frais de qui ? A l’étranger, les membres du gouvernement ont également droit à une période de repos. C’est par exemple le cas en France où les contribuables connaissent le calendrier de départ en vacances de chaque membre du gouvernement. On connaît même l’endroit choisi par ce dernier. A Madagascar, outre le fait que c’est une tradition qui n’est pas forcement républicaine, le départ en vacances des membres du gouvernement Mahafaly Solonandrasana serait justifié par le fait qu’ils viennent d’organiser « avec succès » le XVIe Sommet de la Francophonie, et d’obtenir à Paris (Conférence des Bailleurs et des Investissements) des promesses de financement de l’ordre de 10 milliards de dollars. Pour certains donc, les membres de l’Exécutif méritent de passer avec leurs familles quelques jours de repos là où ils veulent. Reste cependant à savoir si les dépenses et les charges  engendrées par ces départs en vacances de nos dirigeants sont supportées par leurs propres moyens ou par les moyens de l’Etat.

R. Eugène

Midi Madagasikara32 partages

Njakatiana : “ One man show ” en cabaret cevendredi

Njakatiana en live ce vendredi.

Ce sera un « Njakatiana » dans toute sa splendeur, à travers ses dizaines d’années de carrière, qui va animer la soirée du vendredi au Mada Espace à AmbohimahitsyAmbohimangakely à partir de 21h. Eternel crooner, plusieurs tubes à son actif et surtout des interprétations qui ont marqué ces derniers temps, Njakatiana n’a pas encore dit son dernier mot. C’est donc tout à fait normal que l’association des pompiers d’aérodromes de Madagascar, qui a son siège à l’Asecna, l’a choisi pour cette soirée-cabaret qui sert de levée de fonds pour ses activités sociales. Avec 70 membres actifs, l’association est répartie sur trois sites dont Tanà à l’aéroport d’Ivato, Mahajanga à l’aéroport d’Amborovy et Toamasina à l’aéroport d’Ambalamanasy. L’objectif étant de faire connaître l’association et ses activités. D’ailleurs, certains membres de l’ « asso » monteront sur scène pour interpréter des chansons, et d’autres seront même aux platines pour l’ambiance djing juste après la partie cabaret. Le ton est donné !

AnjaraRasoanaivo

L'express de Madagascar31 partages

Ouverture de capital – Air Madagascar reçoit trois offres

Le processus d’ouverture de capital d’Air Madagascar se poursuit. À l’heure actuelle, trois offres ont été reçues par la compagnie de la part de sept partenaires potentiels.

Trois offres. C’est le nombre de proposition que la compagnie Air Madagascar a affirmé avoir reçu dans le cadre de son ouverture de capital de la part de sept partenaires potentiels. Ces candidats avaient eu jusqu’au 16 décembre pour faire leurs propositions à la suite des rencontres organisées à Antananarivo en novembre.« Nous entamons ainsi la phase d’évaluation des offres par l’équipe technique mandatée à cet effet. Les résultats de l’évaluation ainsi que les recommandations sur le choix du partenaire seront par la suite communiqués au Conseil d’administration aux fins de sélection et ce, dans le respect du calendrier », indique la compagnie nationale aérienne dans un communiqué transmis à la presse.Le candidat sera ainsi jugé par « les dispositifs qu’il entend mettre en place pour permettre à la compagnie de se repositionner sur le marché, assurer sa croissance de façon pérenne pour le futur, de façon à permettre à Air Madagascar de retrouver sa place et son prestige antérieurs dans un environnement bénéfique à l’ensemble du groupe Air Mada­gascar et son personnel », comme l’a indiqué le document de la compagnie aérienne.

Soutien actifInterrogés sur les détails de ces offres reçues, les dirigeants de la compagnie aérienne préfèrent attendre la fin de l’évaluation pour évoquer le nom des candidats. Mais ce que l’on sait jusqu’à maintenant c’est que cinq compagnies aériennes ont montré leur intérêt pour cette démarche de participation de capital d’Air Madagascar. Air Mauritius, Air Austral, Airlink, Kenya Airways, et Ethiopian Airlines font partie du short list de ces candidats.Les dirigeants de la compagnie aérienne bénéficient de l’expertise et d’un soutien actif de la Banque mondiale. L’institution de Breton Woods avait mandaté le cabinet IOS Partners Inc qui est assisté par TroyAvi Aviation Consultants. Le nom du candidat retenu pour être le nouveau partenaire d’Air Madagascar sera connu d’ici la fin de l’année, selon le calendrier préétabli. Toutefois, le gouvernement précise que l’État malgache restera l’actionnaire majoritaire avec 51% du capital de la société.Le processus de participation dans le capital d’Air Madagascar prendrait un certains temps après cette sélection. La procédure va durer trois mois.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara31 partages

Riz en plastique : Les consommateurs toujours dans le doute

Malgré la communication faite par le Ministère du Commerce et de la Consommation, sur la bonne qualité du riz importé, les consommateurs restent très vigilants, en contrôlant eux-mêmes avant l’achat.

« Des entreprises chinoises produisent du faux riz à base de plastique et le commercialisent à Madagascar ». C’est la rumeur qui s’est répandue très vite dans la Capitale, depuis quelques semaines. Pour les consommateurs que nous avons questionnés, le doute persiste sur l’exactitude de cette information. En bref, ils s’accordent à dire que « le système de contrôle de la qualité des produits vendus sur le marché n’est pas encore tout à fait fiable. Certes, on trouve de moins en moins de produits hors normes, mais avec cette rumeur de riz en plastique, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes pour en juger ». En effet, plusieurs astuces permettant d’identifier le faux riz ont été évoquées. D’après les différents propos, le riz en plastique flotte sur l’eau, ne moisit jamais, dégage de l’odeur de plastique lorsqu’on le met en contact avec de la flamme, et produit une épaisse couche à la surface de l’eau, lors de la cuisson. A noter que le plastique en contact avec la nourriture génère des substances cancéreuses, lorsqu’il est cuit à haute température.

Informels. De son côté, le Ministère du Commerce et de la Consommation soutient que le riz importé doit passer par plusieurs points de contrôle, avant de pouvoir être émis sur le marché local. « Tous les riz passent par deux analyses avant d’être mis en vente. D’abord, la consommabilité qui est une analyse physico-chimique et microbiologique, faite auprès du Ministère de la Santé. Ensuite, l’analyse de non-contamination radioactive, faite par l’Institut national des sciences et techniques nucléaires, au sein de l’Université d’Antananarivo. Ce n’est qu’après le résultat de ces analyses que les importateurs peuvent, ou non, avoir une autorisation de vente. Jusqu’ici, tous les sacs de riz local ou importé, sur le marché sont passés par ces procédures. La Douane appuie cette affirmation, en indiquant, qu’aucun riz contrefait n’a été observé lors des contrôles faits en collaboration avec le Port de Toamasina. Tous les produits importés doivent être stockés dans un dépôt agréé et doivent avoir l’autorisation du Ministère de tutelle, avant d’être commercialisés », a noté le Ministère du Commerce et la Consommation dans un communiqué. Malgré ces contrôles, la majorité des consommateurs affirme ne pas être rassurés, à cause de l’économie souterraine et de la dominance du secteur informel sur le marché.

Antsa R. Koloina H (Stagiaire)

News Mada30 partages

Interventions dans le sud : la logistique pompe 70% du budget

Selon l’avis d’un notable de l’Androy, Jean Noel Henri, une grande partie du budget affectée aux interventions dans le Sud est dépensée en logistique, sans parler de certains intervenants qui se remplissent les poches. Interview.

. Les Nouvelles : Des efforts sont déployés ces derniers temps pour venir en aide aux gens qui sont victimes du «Kere» dans le Sud. Que pensez-vous de ces interventions ?

– Jean Noel Henri : Il n’y à rien à dire sur l’intention qui est tout à fait louable. Seulement, c’est au niveau de la mise en œuvre, aussi bien en amont qu’en aval, qu’il y a un problème.

. C’est–à-dire ?

– Si je prends l’exemple de la bourse familiale ou «Vatsin’Ankohonana», j’ose affirmer que 70% de cette aide sont dépensés dans sa mise en œuvre. Entre autres, au niveau de la logistique si on ne parle que des voitures, des carburants et des indemnités du personnel des organisations et des associations intervenant dans ce projet. Le pire est que, sur les 30% qui restent, les distributeurs désignés au niveau des Fokontany prennent des pourcentages sur le montant de la bourse, 10 000 ariary par bénéficiaire m’a-t-on rapporté. D’autant plus, des délégués de la commune ne délivrent la carte d’identité nationale, utile pour le paiement du «Vatsin’Ankohonana», que contre paiement d’une certaine somme d’argent. La triste réalité dans ce projet.

. Que suggérez-vous donc, face à une telle situation ?

– D’arrêter ces genres de projet qu’on a effectués depuis des lustres, et qui ne font qu’enrichir les initiateurs et les intervenants. Il faut penser à une solution plus efficace et durable qui se résume autour de l’eau, l’élément essentiel pour la population en compensation de la rareté de la pluie. Les solutions apportées jusqu’ici, à l’instar des impluviums et des forages de puits, n’ont pas donné les résultats attendus. A preuve, le «Kere» continue toujours à sévir dans notre contrée.

. Qu’entendez-vous par solution durable ?

– L’approvisionnement suffisant en eau de la région, notamment pour la zone sédimentaire qui longe la mer. Certes, le pouvoir actuel fait de son mieux par la mise en place d’un transfert d’eau, via un pipeline, à partir de la rivière de Bemamba. Malheureusement, cette eau n’arrive à satisfaire que les besoins des hommes, sans penser à la quantité d’eau  nécessaire à l’élevage et à l’agriculture.

Propos recueillis par Sera R

Tia Tanindranaza29 partages

Fanapoizinana an’i Anthèlme RamparanyOlona 3 no voasambotra

Efa nivoaka ny hopitaly ny depioten’i Mananjary Anthelme Ramparany taorian’ny fanapoizinana azy tamin’ny alalan’ny zava-pisotro tany Fianarantsoa ny alahady lasa teo, ka tsy maintsy nakarina taty an-drenivohitra izy.

Toky R.

 

Tia Tanindranaza25 partages

Kolikolin’i Claudine A&CHisy raharaha eto amin’ny 2017

Mitombina tokoa ve fa mena ambanin’ny mena ny Bianco sy ny fitsarana fa ny ao an-dapa ihany no tompon’ny teny farany ?

 

Tsy nisy tohiny intsony ny raharaha kolikoly nahavoarohirohy an’i Claudine Razaimamonjy fa niniana nampanginina. Volam-panjakana mahatratra 396 tapitrisa ariary be izao anefa no nanjavona. Mitaky ny hisian’ny mangarahara eto Madagasikara ny fianakaviambe iraisam-pirenena ary manery mafy ny fanjakana hiady amin’ny kolikoly.

Tafiditra afovoany ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina satria namana akaiky sady mpanolotsain’ny tena no voarohirohy, kanefa ny mpamatsy vola tsy maintsy arahina ny baikony raha tsy izany tsy azo ny volabe. Efa maro ihany ireo tandapa malaza ratsy amina afera maizina saingy inoana fa niaro azy ireo ny filoha matoa tsy mbola nisy nosaziana. I Bekasy aza moa efa voasambotra noho ny raharaha boaderozy kanefa nampandosirina. Mety hitsimbadika kosa ny rasa aoriana, indrindra amin’ity raharahan’i Claudine Razaimamonjy ity satria tsy afaka ny hanao mody adala amin’ny tokony hanenjehana ireo mpanao kolikoly avo lenta efa fanta-poko fanta-pirenena intsony ny fanjakana noho ny fiandrandrana ilay volabe 10,2 miliara dolara. Maro ireo herivelona sy firaisamonim-pirenena mitaky ny mangarahara sy ny tokony hanenjehana ity Ramatoa malaza amin’ny fampitenenana ny harena sy ny volany ity satria tany tan-dalàna i Madagasikara, ka tokony hiharan’ny lalàna avokoa izay manao ny tsy mety. Miala sasatra ny fitsarana amin’izao ary tsy hiverina hiasa raha tsy aorian’ny 15 janoary 2017, ka inoana ny hitohizan’ity tantara ity aorian’izay raha tena masi-mandidy sy tsy voabaikon’ny mpitondra ny Bianco sy ny fitsarana.

Toky R.

 

Midi Madagasikara22 partages

Boxe Chinoise Lei-Tai : Jean Christian Randriamalaza attendu demain

Christian avec sa ceinture. (Photo facebook)

Encore méconnu du public malgache, Christian Randriamalaza est d’ailleurs un grand champion avec sept titres mondiaux en boxe chinoise lei-tai dans la catégorie des moins de 75 kg.  Le 29 septembre dernier à Carrara, Italie, le Malgache évoluant en France a frappé fort en s’offrant le titre mondial. C’était lors de la quatrième édition du sommet mondial unifié ou « Unified World Championships » regroupant six fédérations internationales.  Trois mois après ce sacre, le champion reviendra au pays où il est attendu à l’aéroport d’Ivato, demain vers 2 heures du matin. Et sitôt arrivé, il va rencontrer ses fans  à l’hôtel A C Ivato à 9 heures.  Cet ancien légionnaire travaille depuis la transition à l’Ambassade de Madagascar à Paris. En tant qu’agent SPPR, Christian a déjà eu aussi l’occasion d’escorter des célébrités comme les chanteuses Beyoncé ou encore l’acteur Brad Pitt, au mondialement renommé Festival de Cannes.  

T.H

Midi Madagasikara21 partages

VIIIe Jeux de la Francophonie : Les huit représentants malgaches connus !

Tahala compagnie, avec la pièce « Tsingy » a convaincu le jury et représentera Madagascar aux VIIIe Jeux de la Francophonie.

La liste de tous les représentants malgaches, dans le volet culture, a enfin été dévoilée. Outre Tahala compagnie, six autres groupes et artistes ont également été sélectionnés pour représenter la Grande Ile à Abidjan en 2017.

Ils viennent de divers  horizons artistiques. Certains manient avec excellence les marionnettes géantes. D’autres excellent dans la peinture, ou la danse de création. Il y a également ceux qui évoluent dans le milieu de la création pour le développement durable, la création numérique, la sculpture installation, la photographie, ou encore la littérature. Ils, ce  sont la compagnie Zolobe, Tahala compagnie, Andrianavalona Tsilavonarivo plus connu sous le nom de Taka, Rakotoarivony Eric, Anjoanina Harivahy (Mossieur Njo), Randrianarivelo Mahefa Dimbiniaina, Ramiandravola Marcel et Rakotoarisoa Koloina alias Tanguy et ils vont représenter Madagascar aux VIIIe Jeux de la Francophonie qui se tiendront à Abidjan du 21 au 30 juillet 2017.

Les artistes. Créée en 2002, la Compagnie Zolobe est une troupe regroupant une  vingtaine de comédiens malgaches qui sont aussi musiciens, chanteurs, danseurs, ou marionnettistes professionnels et amateurs.  Son propos artistique est de garder vivante la culture orale (contes,  chants, danses…) traditionnelle du Nord de Madagascar et de sensibiliser un large public par des spectacles originaux faisant intervenir les différentes formes des arts vivants. Taka ? Un nom reconnu dans le milieu de l’art pictural. Le jeune mélange graffiti et peinture. Taka ose avoir un champ vaste de thèmes à cultiver. Souvent, il représente les ethnies malgaches dans  leurs œuvres : leurs accessoires, leurs traits, les différentes couleurs qui leur sont propres. Un univers de déconstruction est proposé par l’artiste, où cohabitent figuratif et abstraction. Eric Rakoto : dans sa famille, on pratique l’art de père en fils. Né en 1977, il a d’ailleurs été formé successivement par sa mère, la décoratrice Razanajao Bakovelo et l’artiste plasticien Richard Razafindrakoto et figure dans la première vague des jeunes du quartier d’Ankadifotsy qui ont suivi les ateliers de vacances organisés par son père depuis 1998. Mossieur Njo, lui, est entré dans le milieu littéraire il y a une dizaine d’années. Il n’a à son actif que deux histoires courtes et un roman qui sortira très prochainement. Ce qui ne fait pas de lui un novice pour autant. Passionné d’arts graphiques, Randrianarivelo Mahefa Dimbiniaina se familiarise d’abord avec le dessin et la vidéo pour ensuite se dédier totalement à la photographie. Ramiandravola Marcel et Rakotoarisoa Koloina sont moins connus, mais ne manqueront certainement pas de porter, comme les six autres candidats, très haut, le flambeau malgache.Mahetsaka

Midi Madagasikara21 partages

Paludisme : La lutte est aussi scientifique

L’inauguration de l’insectarium par le ministre de la Santé publique, Lalatiana Andriamanarivo et le directeur général par intérim de l’USAID, Aaron Bishop.

Un insectarium pour surveiller le comportement des populations de moustiques et de tester leur résistance aux insecticides. C’est ce travail scientifique et de recherche dans le cadre de la lutte contre le paludisme qui a été mis en avant, hier, lors de l’inauguration du nouvel insectarium de la section « entomologie » de la direction de la lutte contre le paludisme (DLP). Cette structure, fournie au ministère de la Santé publique par l’Agence américaine pour le développement international (USAID) contribuera à l’amélioration des réponses face au paludisme en mettant à profit les informations issues de cet insectarium et les connaissances qui y sont développées, pour adapter la stratégie de lutte contre le paludisme.  « La lutte est aussi scientifique et l’existence des structures comme cet insectarium y contribue. Nous sommes sur le bon chemin et les résultats obtenus permettent d’affirmer que nous sommes maintenant en marche vers la pré-élimination du paludisme», a déclaré le ministre de la Santé publique », Mamy Lalatiana Andriamanarivo.

La démarche de l’USAID de doter la DLP d’un insectarium, fait suite à d’autres appuis dont a déjà bénéficié la lutte contre le paludisme à Madagascar. A travers l’initiative du président des Etats-Unis contre le paludisme (President’s Malaria Initiative ou PMI), en effet, le gouvernement américain appuie le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) dans la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre le paludisme.  Plus de 100 000 cas de paludisme par an ont pu être prévenus à Madagascar, par la mise en œuvre des actions telles les distributions de moustiquaires imprégnées d’insecticide et les aspersions intra-domiciliaires, faisant partie des volets clés de la stratégie nationale de lutte contre le paludisme. 

Hanitra R.

Midi Madagasikara21 partages

Avenue de l’indépendance coupée à la circulation : Des embouteillages à n’en plus finir à Tanà !

Chaleur, pollution de l’air, foule et bouchons dans une rue de Behoririka hier.

Il faut s’armer de beaucoup de patience et de ténacité si l’on veut traverser la capitale en voiture en ces quelques jours de la fête de la Nativité.

La situation empire quant aux bouchons dans la capitale de Madagascar. Une situation qui provoque la colère des usagers de la route. Tout le monde ayant emprunté l’axe Analakely-Soarano jusqu’à Ambohijatovo a en effet été victime de bouchons monstres. Et c’est le même schéma partout ! Que l’on soit du côté de Mahamasina, d’Ampefiloha, ou encore des autres quartiers comme Ambohibao, Ampasampito…pire à Besarety, les embouteillages persistent. Et cela ne bouge pas ! Outre les problèmes liés aux infrastructures, l’une de leurs causes serait la règlementation de la circulation et des stationnements des véhicules dans certaines rues et ruelles de la capitale. En effet, par un arrêté communal en date du 21 décembre 2016, « la commune urbaine d’Antananarivo a interdit à la circulation et au stationnement des véhicules, les rues et contre-allée comme l’avenue de l’indépendance, la contre-allée de l’avenue de l’indépendance, l’avenue de 26 juin 1960 et la rue Rainibetsimisaraka (à partir du Kianja Imbiki jusqu’à sa jonction avec la Rue Patrice Lumumba) ». Ladite interdiction « concernant tous les véhicules et ne prendra fin que le 30 décembre 2016».

Pertes. Outre les pertes de temps (il faut en moyenne trois heures pour aller de Nanisana à Anosy), l’irritabilité des usagers de la route, les bouchons entraîneraient également d’énormes manques à gagner dans les secteurs économiques. Ce qui se manifesterait par la baisse de la productivité qui à son tour va influer sur le niveau de vie de la population tananarivienne en général. En tout cas, les embouteillages sont chroniques dans la capitale (presque toute l’année) et jusqu’ici, l’on attend toujours les solutions à ce problème.

José Belalahy

Midi Madagasikara21 partages

Airtel Madagascar : « Tanteraka ny nofiko » continue de faire des heureux gagnants

Les heureux gagnants à mi-parcours de « Tanteraka ny Nofiko »

La 4e phase du tirage promotion « Tanteraka ny nofiko » d’Airtel  continue de faire des heureux gagnants. Lors du tirage intermédiaire qui a eu lieu jeudi dernier, au Shop Airtel Ambohijatovo,  ils étaient huit gagnants à avoir reçu leurs lots de la part des responsables d’Airtel Madagascar. Le premier lot de la semaine, en l’occurrence, un groupe électrogène a été gagné par Andriamifehiarivo. Randriambola Jean Gaston et Rakotovao Jean-Baptiste ont reçu respectivement un fer à repasser et un téléphone, tandis que les autres gagnants sont repartis avec des chèques en Airtel Money et des lecteurs DIVX.

 Fidèle à ses valeurs de dynamisme, de respect et de solidarité, Airtel Madagascar, grâce à cette promotion de fin d’année se rapproche davantage de ses abonnés. Au fur et à mesure que la promotion avance, Airtel Madagascar propose des lots encore plus alléchants. Pour le 5e tirage l’opérateur offrira un scooter, des téléviseurs à écran plat et pleins d’autres cadeaux. La règle est simple, puisqu’il suffit juste aux abonnés d’être actifs sur leur téléphone. Réaliser une consommation minimum de 3 000 Ar ou plus par semaine en appel, sms, connexion internet, utilisation des services VAS, ou en transactions Airtel Money facturées. Et le tour est gagné pour devenir un potentiel gagnant. Pour tous les clients qui achèteront un téléphone dans les shops Airtel, ils recevront automatiquement 10 tickets de participation au tirage au sort.

Le jeu « Tanteraka ny nofiko » se poursuit jusqu’au 15 janvier,  avec comme gros lot final, un  Sprinter. Chaque abonné prépayé de Airtel peut encore s’offrir la chance  de remporter ce gros lot simplement en utilisant son téléphone.

R.Edmond.

L'express de Madagascar20 partages

Lutte contre la peste – Un hélicoptère provoque une hécatombe

Près d’une trentaine de morts, tel est le bilan provisoire d’un raid improvisé, à Iakora. Quelque cents bandits de grand-chemin ont essuyé des tirs aériens.

Hécatombe à Iakora. Vendredi, une trentaine de voleurs de bétail ont trouvé la mort dans un raid aérien, mené par  les forces armées. Près de deux cents têtes de bovidés, qui venaient d’être dérobées, ont été récupérées en totalité. Deux gendarmes héliportés, dont un lieutenant et un adjudant-chef, se trouvent derrière ce coup de force. La libellule ayant frappé faisait cap sur Befotaka-Sud, avec à son  bord une équipe médicale, déployée dans le cadre d’une intervention contre la peste. Le pilote, un colonel à la retraite avait également embarqué du matériel médical.Alors qu’il faisait escale à Iakora pour mieux poursuivre son périple vers le Sud-Est, la gendarmerie locale a sollicité son appui,  pour remonter les traces d’une horde de bandits de grand-chemin qui venait de sévir.

Chasse aérienneBrandissant des  fusils de chasse et tout un arsenal d’armes blanches, les malfaiteurs fuyaient à grands-pas, tout en s’accrochant à leur  butin, lorsque l’hélicoptère de l’armée malgache s’est lancé à leurs trousses.En remontant à basse altitude les traces des voleurs de bétail, avec des éléments pédestres appuyés  par le fokonolona dans son sillage, l’Alouette II de l’armée a coupé court la fuite des dahalo, qui semblaient pourtant prêt à en découdre.Une salve de coups de feu a éclaté lorsque l’hélicoptère a surplombé les fuyards au ras du sol. Les  éléments embarqués ont fait mouche lorsqu’ils ont fait parler leurs Kalachikov. Ne s’attendant pas à une pareille puissance de feu, les voleurs de zébus ont battu en retraite, renonçant ainsi au troupeau volé. Ce repli a mis fin au combat. En passant au peigne fin le champ de bataille, les poursuivants au sol sont tombés sur des corps et ont mis la main sur des grigris. Les rescapés du raid se sont quant à eux évanouis dans la nature.Le lendemain, d’inquiétants mouvements ont été signalés dans la partie de Betroka, dans les points sensibles de Mahanbo, l’Alouette II a de nouveau décollé pour effectuer un survol tactique dans la zone indiquée, mais c’était le calme plat après une tentative mort-née.

Andry Manase

Midi Madagasikara20 partages

ONEF : Doté d’un nouveau local

Le nouveau local de l’ONEF à Ampefiloha.

Le Premier ministre Solonandrasana Olivier a procédé à l’inauguration du nouveau local de l’Office National de l’Emploi et de la Formation (ONEF), hier, à Ampefiloha. Un organe rattaché au ministère de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de l’Enseignement professionnel. Notons que l’ONEF a pour but de fournir des informations pertinentes permettant une analyse la plus exhaustive possible sur les objectifs, le fonctionnement et l’apport du système de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (ETFP) à Madagascar. Cette cérémonie a vu la présence du ministre de tutelle, à savoir, Marie Lydia Toto Raharimalala. Lors de son allocution, le chef de gouvernement a mis en exergue l’importance de l’adéquation Formation-emploi. Il n’a pas manqué également de remercier le Bureau International du Travail quant à sa contribution à la réalisation de ce local.

Recueillis par Dominique R.

News Mada19 partages

Atao bizina ny biby mandady : amidy 30.000 Ar ny androngovato iray

Ripaka ny harena voanajahary toy ny safira sy ny hazosarobidy any Andilamena sy Ambatondrazaka. Manampy ireo, amidin’ny mpanao trafika 30.000 Ar ny iray amin’ny androngovato na ny tanalahy.

Saika hita any Alaotra Mangoro avokoa ny afera maizina sy tsy ara-dalàna rehetra, indrindra ny fandripahana ny harena voajanahary ao anaty faritra arovana Ankeniheny-Zahamena (Caz). Anisan’izany ny fitrandrahana safira, ny hazo sarobidy hazomainty, ny biby, sns. Ho an’ity farany, lasa fidiram-bola tampoka na bizina vaovao any Ankosy ny fihazana biby mandady, toy ny androgovato, tsy fahita raha tsy eto amintsika. Araka ny fanadihadiana natao , nilaza ny mponina ao amin’ny tanàna antsoina hoe Manizohizo, kaominina Miarinarivo, distrika Andilamena, faritra Alaotra Mangoro, fa amidy 5.000 Ar hatramin’ny 10.000 Ar ny androngovato iray ary mahatratra 30.000 Ar raha bevohoka. Mahasambotra androngo miisa 50 anefa ny olona iray, entina any Andilamena na Ambatondrazaka, amidy amin’ny vazaha. Latsak’ireo voalaza ireo kosa ny vidiny raha toa ka Malagasy ny mpividy.

Ankoatry ny androngovato, mirongatra koa ny fitrandrahana tanalahy, ary mitovitovy amin’ny itsy voalohany ihany ny vidiny.

Tsy hita ny fanjakana

Hatreto, tsy misy ny fepetra raisin’ny fanjakana, na ny tatitra ataon’ny sampandraharam-panjakana amin’ny tontolo iainana any amin’ny tompon’andraikitra isan’ambaratongany mikasika ity fitrandrahana sy fivarotana tsy ara-dalàna ny biby mandady any Andilamena  sy Ambatondrazaka ity. Misy koa ny loharanom-baovao hafa milaza fa efa hatry ny el any bizina biby mandady any an-toerana, tonga hatrany amin’ny manodidina ny alan’Andasibe, saingy tsy misy mpiteny. Ao amin’ny biraon’ny Tontolo iainana sy ala ao Moramanga, tsy misy afa-tsy hazoala tsotra, saribao ny gejaina ao an-tokontany.

Sajo

Midi Madagasikara19 partages

Metal : Tselatra sous les feux des projecteurs !

Il n’est pas le genre de groupe à se produire très souvent. Quand l’occasion se présente, il faut donc la saisir. Ce 24 décembre, Tselatra reviendra à nouveau sur le devant de la scène.Oui, on peut être un grand amoureux de rock sans être un athée pour autant. « Afficher sa foi en Dieu n’est aucunement synonyme de reconversion dans la chanson évangélique ». Les fans du groupe Tselatra peuvent donc être rassurés. Leur idole est resté le même. Toujours aussi « fou » et rock, mais avec peut-être un peu plus de sensibilité. Pour le concert qu’il donnera au Dôme rta le 30 décembre prochain, Tselatra promet donc un show, comme les aiment ses inconditionnels : avec du spectacle, des riffs et du rock à volonté. « Ce concert sera pour lui l’occasion de renouer un peu avec le passé, de reprendre tous ces titres qui ont marqué ses débuts ». Une nouvelle qui devrait donc ravir tous les fans du groupe. « Misy andro », « Dame de nuit », « Manantena » … figureront donc au répertoire. Ce « live » au Dôme, étant le dernier que Tselatra donnera cette année, l’ambiance s’annonce très… électrique. « Tselatra n’est pas le genre de groupe à se produire très souvent. Cette année, Erick a voulu faire plaisir à tous ses fans. C’est la raison pour laquelle nous avons organisé ce nouveau concert ». Comme pour dire que rien n’a été laissé au hasard et que les retrouvailles vont être au top. Les répétitions ont effectivement commencé depuis des semaines. Le « live » va d’autant plus durer jusqu’au petit matin. Le répertoire, pour l’occasion, ne comportera pas moins d’une cinquantaine de titres. Tselatra, en souvenir du bon vieux temps, c’est au Dôme rta, ce 24 décembre… à apprécier sans modération !Mahetsaka

L'express de Madagascar18 partages

Vol inaugural

Le premier vol de la Compagnie comorienne, reliant Moroni, Mahajanga et Antananarivo a eu lieu, hier. L’avion a atterri à l’aéroport international d’Ivato vers 13h30, avec un taux de remplissage de 70 %. Cette compagnie assurera deux vols par semaine, tous les mercredis et les samedis, à partir de janvier 2017. Un tarif promo­tionnel de 100 euros est valable jusqu’à la mi-janvier.

Midi Madagasikara18 partages

Tapatapany

# -Sambava. Olona iray matin’ny lozam-pifamoivoizana. Olona iray no maty ary miisa folo ny naratra mafy vokatry ny lozam-pifamoivoizana tany amin’ny toerana antsoina hoe Antsiravalo, any sambava, tamin’ny RN 32. Ny vaovao avy amin’ny mpitandro filaminana no nahafantarana fa nisy fiara Nissan 4X4 nitondra olona 14 nivadika niala moto. Maty teo no ho eo ny mpandeha iray. Ireo naratra kosa nentina haingana tany amin’ny hopitaly any Sambava. Misokatra ny fanadihadiana ataon’ny zandary avy ao amin’ny BRP Sambava.

# – Andapa. Lehilahy 21 taona nanolana zazakely, voasamboatra. Zazavavy kely 11 taona no fantatra fa nisy nanolana tany amin’ny toerana antsoina Ambaniandrefana Antanandava, any Andapa. Lehilahy 21 taona no nahavanona ny loza. Voalaza fa rehefa vita izay nataony dia notsofohany hazo kely ny fivavian’ilay zaza. Nandositra izy avy eo. Ny zandrin’ilay voaolana no nampandre ny olona teo an-tanàna. Nosamborina ny anao lahy ary tazonina ao amin’ny zandary any Andapa. Tsaboina any amin’ny hopitaly any an-toerana ilay ankizy kely niharan’ny fanolanana.

 # – Tsaratanana. Dahalo nitondra MAS 36 nanafika. Nisy fanafihan-dahalo niseho tany amin’ny tanàna antsoina hoe Ambihimpanandrina, kaominina Andriamena, any Tsaratanana, tamin’ny faha- 19 desambra teo. Nitondra basy MAS 36 iray sy basim-borona maromaro ireo mpangalatra. Lasa tamin’izany ny omby miisa 45. Nanao ny fanarahan-dia ny zandary sy ny fokonolona. Nampandrenesina ny mpitandro filaminana avy ao Andriba hiambina ny kizo rehetra. Mbola tsy nisy tratra aloha hatramin’izao. Ny zandary avy ao Andriamena no manao ny fahadihadiana.

Nangonin’i r.s.

News Mada17 partages

Abel Anicet : « Les Malgaches doivent s’exporter »

L’international malgache de 26 ans Abel Anicet Andrianantenaina, milieu de terrain du club bulgare Ludogorets, s’est confié à la RFI pour retracer son parcours et donner son point de vue sur le football malgache. Force est de noter qu’ Abel Anicet a intégré la sélection nationale cinq fois et a gardé le titre de champion de la Bulgarie cinq fois également avec son club.

« On ne sera pas à la prochaine Can 2017.  On doit donc attendre les éliminatoires pour la Can 2019 pour pouvoir jouer avec la sélection. Pour l’instant, nous n’avons aucun match sur le calendrier. (…) Notre pays n’est pas encore très connu dans le monde du football. A Madagascar, il y a beaucoup de bons joueurs. Il faudrait que plus de joueurs viennent jouer en Europe pour avoir une équipe plus compétitive et pour gagner de l’expérience ».

Rojo N.

 

News Mada16 partages

Mahamasina : des arrogants ont failli être lynchés

Un groupe d’individus conduit par une dame se déclarant être un magistrat de fonction a failli être victime de la vindicte populaire, hier à Mahamasina, à la suite de l’acrrochage de leur voiture avec un taxibe qui était en train de quitter  l’arrêt d’autobus devant le commissariat.

Débouchant de la rue adjacente passant devant le Ceg Square Poincaré, le véhicule de ces individus fonçe directement vers la file de gauche menant à Anosy, coupant la route à l’autobus en partance. Le choc fut inévitable et la portière arrière de la voiture qui n’a pu s’arrêter qu’à une dizaine de mètres du point d’impact a frôlé la calandre du minibus presque immobilisé. Les passagers du bolide ont alors menacé le conducteur de l’autobus qu’ils ont sommé de s’immobiliser tandis qu’ils ont déplacé leur voiture. Ils ont accusé le chauffeur d’autobus d’avoir provoqué l’accident avec leur véhicule. La dame a menacé le chauffeur du taxibe et ceux qui osaient témoigner de la scène en même temps et de leur signifer qu’aucun d’eux ne maîtrise le code pénal autant qu’elle.

Elle a refusé toute proposition de procédure liée à l’accident de circulation en se vantant toujours de sa position de magistrat  malgré la présence de l’agent de police diligenté sur place. Le groupe a quitté précipitamment les lieux sous la menace de lynchage de l’assistance pourtant sans avoir prouvé l’identité dont son leader s’est arrogé. La dame a aussi menacé d’ester en justice le journaliste qui a couvert l’incident, l’accusant de photographier sans autorisation une scène publique où figure une magistrate, selon ses dires.

Manou

Midi Madagasikara16 partages

HEC Paris : Faire plus et différemment pour être l’élite, selon les anciens

Le PCA de la HEC Paris, Jean-Paul Vermès, lors de sa visite à Madagascar, le 12 décembre dernier.

De nombreux sortants de HEC Paris (Hautes Etudes Commerciales) sont actuellement en exercice à Madagascar, en tant que chefs d’entreprises, hauts cadres dirigeants, consultants internationaux, etc. Lors de la visite à Madagascar de Jean-Paul Vermès, PCA de cet établissement, l’association HEC Paris à Madagascar ont organisé une soirée de rencontre. « HEC Paris est une école d’excellence, c’est l’élite. Je tiens beaucoup à ce mot élite parce qu’il ne refuse rien d’autre et certainement pas d’amener les autres vers le meilleur, vers l’excellence », a affirmé Jean-Paul Vermès, dans son discours. De son côté, le président de l’association à Madagascar, Mamy Rakotondraibe, non moins DG de DHL Madagascar, a soutenu que les entreprises qui ont osé faire plus ou différemment, ont démontré une capacité de résilience et d’innovation extraordinaire. « L’ADN de HEC Paris est justement de transmettre à ses élèves et auditeurs cette optique d’oser faire plus ou différemment. Nous savons tous qu’une entreprise qui réussit est pour une autre, un client à très forte opportunité. Pas de client, pas de revenu, pas de croissance », a-t-il annoncé. Ces membres de l’association des anciens de HEC Paris soutiennent leur école en mettant l’excellence en avant.

Antsa R.

News Mada15 partages

Atidohan’ny asan-dahalo – Tampoketsa : manamboninahitra zandary telo ahiahian’ny fokolonona

Manamboninahitra zandary telo sy miaramila iray no ahiahian’ny fokonolona ho atidohan’ny asan-dahalo sy halatra omby arahina doro-tanety, any amin’ireo distrika efatra (Andilamena, Mampikony, Tsaratanana ary Mandritsara), manamorona an’i Tampoketsa. Fanadihadiana…

Andilamena, Mampikony, Tsaratanana ary Mandritsara, ireo no mandrafitra an’i Tampoketsa, izay faratra mafana amin’ny asan-dahalo amin’izao fotoana izao. Misy fitoriana ataon’ny niharam-boina momba ny asan-dahalo any an-toerana, kanefa  ireto farany indray no atolotry zandarin’Andilamena ny fitsarana.

Manamboninahitra zandary telo  ary miaramila iray no ampangain’ny fokonolona fa ambadiky ny fanamorana ny asa ratsin’ ireo dahalo. Tsy izay ihany fa ahina ny hisian’ny fifandomana eo amin’ny samy zandary, ary ny zandary sy ny tafika 316 ao Ambalagoaika.

Miaiky kosa ny lehiben’ny boriborintany Miarinarivo fa hangalaran’ omby sy handalovan’ny  omby halatra ny boriborintany sahaniny fa tsy mitahiry ny omby halatra.

Raha ny fanazavana, fitoriana sy fitarainana napetraka fianakaviana maromaro  monina ao Mihizohizo, fokontany Manompy Atsimo, kaominina ambanivohitr’i Miarinarivodisitrikan’ Andilamena, faritra Alaotra Mangoro.

Nanadihady ny mpanao gazety

Teny anivon’ny zandarimariam-pirenena hatrany amin’ny  etamazoro, ny 5 novambra lasa teo no nahafahana nanao ny fanadihadiana sy nidinana teny ifotony. Very omby 700 sy nodorana trano ary nisy maty voatifitra roa ireto fianakaviana ireto, ny 28 septambra lasa teo.  Nametraka fitoriana ireo dahalo izay fantatra amin’ny tarika Dany be sy ny tariny, teo anivon’ny kompanian’ny zandarimariam-pirenena Andilamena ny fokonolona. Tsy noraisin’ny teo anivon’ny kaompania ny fitorian’ ireto farany.  Raha naka taksibory tany Andilamena  nikasa ny hitondra ny fitoriany ireo olona dia nosamborina ary nohidina « violon » ary natolotra ny fampanoavana tany Ambatondrazaka, saingy nohafahan’ny fitsarana.Nandeha ny feo taorian’izay fa arovan’ ilay kapiteny lefitra voalohany eo anivon’ny kompanian’ Andilamena ny dahalo. Vokany, nametraka fitoriana ny lefitra voalohany eo anivon’ny kompanian’ny zandarimariam-pirenena Andilamena ihany koa ny fokonolona ao Miarinarivo. Ity zandary ity  izay nambaran’ny olona fa manao kolikoly, noho izy io, efa ampolony taona maro tsy nifindran-toerana  ary manana omby efa anarivony. Mifamahofaho eo ny raharaha momba ny dahalo sy ny firaisana tsikombakomba aminy any an-toerana.

Sary1

Lég: Nidina ifotony ny mpanao gazety tany Andilamena

Ahina ny fifandonana eo amin’ny samy zandary sy tafika

Nandritra ny fanadihadiana teny ifotony hatrany no nahalalana fa misy kizon’ireo dahalo sy faritra fanadiovana omby halatra eo amin’ny fisarahan’ny tendrombohitr’ i Tampoketsa, izay mampisaraka ny faritanin’ i Toamasina sy Mahajanga ka eo anelanelan’ny disitrika efatra: Andilamena, Mampikony, Mandritsara ary Tsaratanana.Nambaran’ny manamboninahitra zandary iray fa raha tafiditra ao ny omby halatra, madio avy hatrany, satria ahitana karazana fanaovana antontan-taratasin’omby sy fitomboka fanjakana maro isan-karazany io faritra mena io. Voalaza koa fa feno fitaovam-piadiana mahery vaikaka sarotra ny fanarahan-dia omby very. Ny tena olana, hoy ity manamboninahitra iray ity, manamboninahitra zandary avy amin’ny kaompania efatra mifanolo-bodirindrina ireo ihany no tena atidoha sy miaro ireo dahalo. “Manana mpiaro ambony ihany koa ireomanamboninahitra voalaza tetsy ambony ireo”, hoy hatrany ny fanazavana. Nohamafisin’ ity farany fa raha misy baiko tampoka handravana io kizo io, fifampitifirana eo amin’ny samy mpitandro ny filaminana no hiseho.

Miaramila misambotraRaha namantana trano foana kosa ny ekipan’ny zandary sy fokonolona nikasahisambotra dahalo, ny 13 desambra teo, fantatra fa efa nosamborin’ny tafika ao amin’ny kompania 316/1Rm3 kaominina ambanivohitra Antanimenambaka ilay dahalo saika hosamborina ary mbola hazomin’ ireto hatramin’ny fotoana nanoratanay ny lahatsoratra.  Vokany, tsy faly noho izany ny zandary, izay fihetsika ahina hiteraka fifandonanaeo amin’ny roa tonta.

Tsy manana zo hisambotra sy hanao famotorana olona ny tafika, tsy andraikiny izany fa fomba hiarovan’ izy ireo ilay dahalo mba hanafahany maka vola be izao, raha ny fanazavana ihany. Tsy izay ihany ny zava-miseho mampahonena ao amin’ny disitrikan’ Andilamena amin’ izao fa nosamborin’ny tafika ihany koa ny iray amin’ ireo mpitory ny dahalo ary samy nidina tao amin’ny tobin’ny 316. Raha ny loharanombaovao voaangona avy tao anatin’ny toby ihany,  miaina amin’ny daroka lavereny ny mpitory sy dahalo mba hamoaka vola ho takalon’ny famotsorana. Tsy afa-manao na inona na inona kosa ny zandary mba tsy hisian’ny fifandomana .

Miaiky ny lehiben’ny boriborintanyMiaiky kosa ny lehiben’ny boriboritany Miarinarivo, Randrianasolo Arimanana Charles, fa faritra mena sy betsaka  halatr’omby eo amin’ny faritra iadidiany ary isehoana tranga roa farafahakeliny isaky ny alina. Lasa toeram-pangalaran’ omby sy lalana lalovan’nyomby halatra ny kaominina Miarinarivo fa tsy mitahiry omby halatra . « Ary misy mihitsy aza zandary kapiteny avy amin’ny distrika hafa mpifanolo-bodirindrina sahy maka an-keriny fotsiny izao ombin’ olona aty Miarinarivo. Tsv vitan’ izany fa mitondra taratasy “ordonnance » hosoka haka ombin’ olona; taratasy izay tsy sahiny aseho akory any amin’ny lehiben’ny disitrikan’ Andilamena”, hoy ny fanazavana. Nohamafisin’ ity solontenam-panjakana any an-toerana ity fa anisan’ny antony mampirongatra ny asan-dahalo ihany koa ny tsy famindran-toerana ireo zandary ka lasa efa mifankahalala tsara amin’ny dahalo. Manginy fotsiny ny tsy fahampian’ny fitaovam-pitaterana, ny solika hampandehanana moto, tsy fahampian’ny zandary misahana ny kaominina Miarinarivo rahateo, izay tsy misy afa tsy 18. Raha tsorina, 100.000 Ar ny hofana moto ray avy eo Andilamena raha ho any Miarinarivo.

Fanadihadiana: Sajo/ Yves S.

Midi Madagasikara15 partages

Vono olona tao Ankazotsifantatra Mahanoro : Olona telo hanaovana fanadihadiana eo anivon’ny zandary

Taorian’ilay trangana vono olona mahatsiravina, namonon’ny olona azy enina mianaka tao an-tranony tao anatin’ny torimasony, ilay renim-pianakaviana sy ny zanany dimy 8 volana hatramin’ny 10 taona, nokapakapaina tamin’ny antsy be, noho ny resaka disaisam-piaraha-monina, dia olona telo voalaza fa mety ho mpiray tsikombakomba tamin’ilay mpamona no nosamborin’ny zandary hanaovana fanadiadiana ao Mahanoro. Na izany milaza ny zandary fa mbola mitohy ny famotorana ifotony sy ny fikarohana ilay olona nambaran’ilay raim-pianakaviana namoy ny vady aman-janany ho mety ho fototra izao raharaha izao noho resaka ady tany. Voalaza fa nandositra tsy ao an-tanàna ity olona ity raha vao fantatry ny mpiara-monina ny zava-nisy tamin’ny nahafaty tamin’ny fomba feno habibiana azy enina mianaka ireto. Lasa miteraka olana ara-piaraha-monina ao amin’ny tanànan’Ankazotsifantatra Mahanoro ity vono olona feno habibiana ity, satria misy andian’olona miketrika valifaty amin’ny fianakavin’ireo voarohirohy ho mpiray tsikombakomba sy ilay voalaza fa mety ho fototry ny vono olona any an-toerana ankehitriny. Ka raha izay no hitranga dia fatin’olona mikararana no hiseho any an-toerana tsy ho ela.

Malala Didier

Midi Madagasikara13 partages

Entreprise : Polyclinique Ilafy certifiée ISO 9001 : 2015

La certification ISO 9001 : 2015 est visiblement à la mode pour les entreprises. Et c’est tant mieux pour les consommateurs

Les patients de la Polyclinique Ilafy peuvent davantage être rassurés quant à la qualité des services fournis par cet hôpital privé, l’un des plus connus au pays. Après un engagement pour la démarche qualité, pris en novembre 2015, à l’occasion de l’inauguration de son centre de radiothérapie conformationnelle, la Polyclinique Ilafy est maintenant certifiée ISO 9001 : 2015 par AFNOR.

3 sites. La remise du certificat a eu lieu jeudi dernier, lors d’une cérémonie qui a vu la présence des représentants des corps diplomatiques et consulaires, du monde économique et de la presse. Un certificat remis officiellement par les représentantes de Joséphine Andriamamonjiarison pour Madagascar et Stéphanie Raghoonauth-Chaléon pour l’Océan Indien. La mise en place de cette certification aura pris une année, ce qui est exceptionnellement rapide pour l’obtention du certificat surtout dans le domaine médical, si complexe et sensible en termes de normes et de sécurité. La Polyclinique Ilafy, qui compte actuellement trois sites (Ilafy, Behoririka ainsi que le seul poste médical avancé à l’aéroport international d’Ivato permettant de stabiliser des patients en urgence), 260 collaborateurs et huit pôles médicaux et médico-techniques, s’est engagée sur de nombreux chantiers depuis un an .

Logiciel hospitalier. On peut citer, entre autres, l’organisation avec des pôles et des instances à l’image des établissements de santé internationaux, la mise en place d’un logiciel hospitalier, le premier à Madagascar, qui permet d’informatiser le dossier du patient avec son historique et ses résultats, ce qui exclut les risques de mauvaises prescriptions médicales. Ce logiciel permet de mieux suivre le patient ; le partenariat avec les entreprises, les institutions et les autres établissements de santé pour faciliter l’accueil administratif et améliorer les compétences, les accords signés avec l’Institut Pasteur, le CHU de la Réunion et avec des entreprises nationales et internationales pour faciliter la prise en charge financière des patients, les accords avec les assurances pour permettre d’accéder plus facilement aux soins (BSA, ASCOMA, SAHAM Assurances, ARO, Cigna). Il y a également le traitement des cancers avec la meilleure technologie de la radiothérapie en toute sécurité avec des équipes malgaches et étrangères. Les prochains projets de la Polyclinique sont la consolidation de la prise en charge des urgences vitales (cardio-respiratoires, pédiatriques et traumatologiques) en collaboration avec International SOS et le renforcement de l’unité de traitement des cancers, puisqu’il s’agit de deux problèmes majeurs pour toute la population.

R.Edmond

Midi Madagasikara12 partages

Ambatolampy – RN7 : Un sprinter accidenté fait 6 blessés

Hier, vers 10h30 du matin sur la RN7,  un accident est survenu à  Ambatolampy : les freins d’un taxi-brousse Sprinter reliant Antananarivo et Fandriana ont lâché. Le conducteur n’avait  plus la maîtrise de son véhicule, heureusement qu’il l’a viré vers le bord de la route, un réflexe qui n’a pas  aggravé la situation. Du coup, la voiture s’est couchée sur le côté. Selon le responsable du commissariat de la police d’Ambatolampy, chargé du constat, six passagers  sont blessés. Ils étaient amenés d’urgence à l’hôpital local et ont été pris en charge. Les blessés ont pu rentrer juste après avoir reçu les premiers soins. Quant au conducteur, il est sorti indemne. Avec l’augmentation du nombre des passagers: des vacanciers, des étudiants qui  vont rejoindre leurs régions natales à l’approche des fêtes de fin d’année, les transports en commun essaient de multiplier le nombre de tours effectués en une journée. Par conséquent, ils n’ont plus le temps de réviser leurs véhicules. Ces messieurs se contentent de conduire, et certains n’ont même pas la sagesse d’observer le minimum, c’est-à-dire, rouler modérément. Pourtant, les bords de route sont parsemés de ces panneaux plantés ça et là leur indiquant les règles à respecter. Cas graves qui ont déjà coûté la vie à de nombreuses personnes.

Kanto R. (Stagiaire)

Midi Madagasikara12 partages

Crise postélectorale : Refonte irréversible du processus électoral

La transparence du processus électoral fait partie des points sur lesquels sera évaluée la Ceni. (Photo d’archives)

La candidature de Hery Rajaonarimampianina, le président de la République, est fortement sollicitée par les membres du parti au pouvoir « Hery Vaovaon’i Madagasikara » (HVM). A deux ans du rendez-vous électoral de 2018, le HVM entame d’ores et déjà sa « précampagne ».

Infraction au Code. La précampagne constitue un vide juridique à Madagascar. En effet, aucune disposition de la loi n°2012-005 du 22 mars 2012 portant Code électoral ne le prévoit. Cela fait partie de ses failles et qui, d’ailleurs, ont été soulevées par les partis politiques lors de l’atelier organisé par la Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni) avec eux. Justement, le KMF/CNOE a interpellé cette commission mandatée par loi à ce qu’elle veille au respect des textes en vigueur. « La précampagne donne lieu à l’inégalité des candidats. Ce n’est pas parce que vous êtes au pouvoir que vous avez le droit de tout faire », a averti Raharisoamalala Patricia, membre de cet observatoire. De surcroît, les médias pro-régimes abondent, les autres veulent obtenir une autorisation mais en vain. Ce qui est certain, c’est que le parti au pouvoir veut museler et prépare d’ores et déjà le terrain pour 2018. Reste à savoir si avec un bilan mitigé, il réussira à garder la clé de la magistrature suprême.

Refonte. Avec tous les candidats potentiels et qui sont tous confiants, il y a de forte chance qu’une crise postélectorale ait lieu. Pourtant, il faut déjà commencer à l’éviter en procédant à la refonte du système électoral malgache. Cela a fait l’objet d’une étude par Randriambeloson Angelo François, administrateur civil issu de l’Ecole Nationale d’Administration de Madagascar (ENAM) et qui sera présenté et proposé au gouvernement, à la société civile, aux partis politiques et surtout à la CENI. Il faut d’abord procéder au « recensement physique » qui, d’après lui, sera différent du recensement déclaratif utilisé habituellement. En d’autres termes, « le recours à l’informatisation des données électorales à partir des bases de données administratives, physiques, économiques et sociales de la population est irréversible ». Toujours d’après les explications de Randriambeloson Angelo François, le projet sera « directement opérationnel. D’ailleurs, le coût s’évalue à 70 000 USD ». S’étendant uniquement sur six mois, le projet permet d’éviter une crise postélectorale dans la mesure où les résultats des élections seront vérifiables et aucun risque de fraude n’est à craindre. Faut-il rappeler que depuis le 1er décembre jusqu’au 31 janvier prochain, les révisions annuelles des listes électorales s’effectuent. Elles seront définitivement arrêtées le 15 avril. Notons également que le dernier recensement général de la population a eu lieu en 1993.

Aina Bovel

Midi Madagasikara12 partages

L’urgence du redressement

 Madagascar est l’un des pays les plus pauvres du monde. C’est un des clichés habituels utilisés par les journalistes étrangers pour parler de la Grande Ile. Ces derniers se complaisent même à le rappeler souvent, notre amour propre dut-il en souffrir. Cette réputation n’est pas usurpée et il faut regarder la vérité en face. Ce sont les Malgaches en général et leurs dirigeants en particulier qui doivent s’efforcer de redorer cette image négative.

L’urgence du redressement

Cinquante six ans après avoir obtenu son indépendance, Madagascar semble avoir vraiment touché le fond. Elle était, au début des années soixante l’un des pays les plus prospères de l’ancien empire colonial français. Les errements des dirigeants qui se sont succédé l’ont empêché de se développer et ont entraîné ces crises à répétition. Les observateurs étrangers se perdent en conjecture quand ils se penchent sur l’évolution du pays. Ils ne comprennent pas pourquoi avec de telles potentialités, la Grande Ile n’arrive pas à sortir de la crise où elle s’est enfoncée au cours de ces dernières décennies. On ne peut pas l’expliquer par la fatalité ou par la culture malgache. La dernière crise politique a entraîné le pays dans un marasme dont il est difficile de sortir. Les cinq années du régime de la transition ont détruit des pans entiers de l’économie. La population en pâtit à un point tel qu’une partie de la jeune génération est mal en point. 47% des jeunes Malgaches sont malnutris selon un rapport officiel. C’est l’avenir du pays qui est hypothéqué, puisqu’il s’agit des forces vives de la nation. Ce même rapport estime que cette malnutrition entraîne une perte de 14% du P.I.B. Dans ces conditions, il faut un effort gigantesque pour remédier à cette situation. C’est tout à fait normal que l’on se tourne vers les dirigeants actuels. Beaucoup de promesses ont été faites, des perspectives ont été esquissées, des stratégies ont été élaborées. On ne peut plus se suffire de belles paroles. On attend des actes, car l’urgence est là.

Patrice RABE

Midi Madagasikara11 partages

Samva : Mesures spéciales pendant les fêtes de fin d’année

Le Dg du SAMVA rassure que les fêtes de la fin d’année se dérouleront dans la propreté totale.

De nouveaux points de collecte des ordures ménagères seront mis en place aux alentours des églises ainsi que tous les lieux de fêtes, avant et pendant les fêtes de fin d’année. C’est ce que vient de déclarer le directeur général du SAMVA (Service autonome de maintenance de la ville d’Antananarivo), Dany Jean Baptiste Ratolonjanahary. 71 camions seront mobilisés à cet effet, selon toujours les explications de ce responsable. «Nous avons fait de notre mieux pour permettre aux Tananariviens de passer les fêtes dans le calme et la propreté. Des efforts en particulier seront de ce fait entrepris, vu qu’actuellement, tous les matériels et équipements utiles pour les récoltes d’ordures sont disponibles. D’autant plus que la décharge publique d’Andralanitra est maintenant accessible, puisque les tractopelles et les bulldozers qui rangent les déchets sont tous fonctionnels», rajoute-t-il. Lui de solliciter que les ordures soient uniquement versées dans les bacs, mais non pas dans la rue. 

Arnaud R.

Madagascar Tribune10 partages

Perte de 1,5 milliard US$ par an

La malnutrition à Madagascar notamment des enfants engendre une perte de l’ordre de 1,5 milliard US$ par an soit près du 14,5% du produit intérieur brut du pays. Ces données proviennent de l’étude du Coût de la faim en Afrique. Il s’agit surtout d’étude des coûts sociaux et économiques engendrés par la malnutrition infantile pour un pays donné. D’autant que les conséquences néfastes de la malnutrition sont irrémédiables et durent quasiment toute la vie.

Un enfant malnutri de moins de 5 ans qui ne reçoit pas les éléments nutritifs nécessaires à son développement d’une manière générale, aura des séquelles tout au long de sa vie. Non seulement, il ne grandira pas comme il faut sur le plan physique mais sa capacité cognitive sera réduite. Il sera en retard sur le plan scolaire et ne comprendra pas comme il faut par rapport aux enfants du même âge. Cet enfant malnutri ne sera pas productif comme il faut et sera à la charge de la société quasiment tout au long de sa vie. Et comme près de la moitié des enfants de moins de 5 ans sont victimes de la malnutrition chronique actuellement à Madagascar ils seront ainsi des futurs boulets pour la société avec toutes ses conséquences.

News Mada9 partages

Raid héliporte : une trentaine de dahalo abattus à Iakora

L’hélicoptère de l’Armée, mobilisé dans le cadre de l’intervention médicale contre la peste à Befotaka Atsimo, a été dérouté pour chasser une horde de dahalo.

Une fois de plus, l’efficacité du déploiement d’un hélicoptère dans la lutte contre les dahalo a été prouvée. Une trentaine de dahalo ont été mis hors d’état de nuire vendredi à Iakora, à l’issue d’un raid aérien. Les zébus volés ont également été récupérés. Deux gendarmes, un lieutenant et un adjudant-chef, ainsi que le pilote de la libellule, un colonel de l’armée à la retraite, sont derrière ce résultat qui a été vite salué par les habitants d’Iakora.

Selon une source sécuritaire, l’Alouette II faisait cap sur Befotaka Atsimo avec une équipe médicale et des médicaments à son bord. Lors d’une escale à Iakora, la gendarmerie a sollicité son soutien pour traquer les dahalo qui venaient d’attaquer un village. Toujours d’après la source, les dahalo avaient emporté près de 200 zébus au cours de cette razzia.

Munis de leurs fusils d’assaut Kalachnikov, le lieutenant et l’officier sont montés à bord de l’hélicoptère et se sont mis à poursuivre les bandits de grand chemin.

Ils n’ont pas mis du temps à trouver la piste des dahalo qui, à la vue de la libellule, n’ont pas hésité à ouvrir le feu. Sans attendre, les deux gendarmes ont riposté par des tirs nourris avec leurs fusils d’assaut AKM. Pris de court, les dahalo ont préféré abandonner la partie. Lors d’un ratissage, les membres de la communauté villageoise qui poursuivaient les dahalo à pied ont découvert une trentaine de corps. Les zébus volés ont été tous récupérés.

Mparany

Midi Madagasikara9 partages

Mahanoro – fanapoizinana vokatry ny antsantsa : Tafiakatra 27 ireo olona marary nampidirina hopitaly

Taorian’ny fahazoan’ireto mpanarato ity antsantsa goavam-be ity, ny 19 desambra teo, izay namidiny ary samy nihinana izany ny olona nividy azy, dia tsy nitsahatra nitombo ireo marary niditra hopitaly vokatry ny fanapoizinana nahazo azy ireo, indrindra ireo nihinana ny ampahany misy ny lohan’ilay antsantsa. Raha 19 no isan’ireo nampidirina hopitaly tao Mahanoro tany amboalohany dia tafakatra 27 izay amin’izany omaly nakana ny vaovao avy any an-toerana. Hatreto aloha dia tsy nisy ny maty tamin’ireo narary ireo, tsy nahery vaika loatra ihany ny poizina netin’ity antsantsa ity ka ny fandoavana sy falemilemena no nahazo ny nihinana izany fa tsy nisy ireo tsy nahatsiaro tena. Vokatr’ity fanapoizinana ara-tsakafo ity, dia nanao fanentanana niaraka ny mponina sy ny mpanarato any an-toerana ny lehiben’ny distrika sy ny mpiasan’ny fahasalamana, mikasika ny loza mety hateraka ny fihinanana ireo trondro vaventy amin’izao andro mafana izao.

Malala Didier

Orange Madagascar8 partages

Les travaux continuent à l’aéroport d’Ivato

Les travaux d’aménagement et d’extension réalisés au niveau de l’aéroport international d’Ivato continuent. Les objectifs pour la réception du Sommet de la Francophonie (aménagement de la piste d’atterrissage, du parking des aéronefs et du salon VIP) ont été atteints, mais les travaux n’en resteront pas là. Car, la société Ravinala Airports (constituée par l’aéroport de Paris Management, Bouygue bâtiment International, Colas Madagascar et Meridian Africa) a besoin de trois ans pour achever ce qu’elle a commencé.

Prévus débuter en juin 2015, les travaux n’ont finalement commencé qu'au mois de juin 2016. La présentation officielle de la maquette a été réalisée au mois de mars dernier.

Ces travaux devraient couter 150 millions d’euros à ce consortium (l’État n’ayant pas les moyens pour cette réalisation, a donc fait appel à un partenariat public-privé qui a finalement opté pour ce consortium). Ils permettront à l’aéroport d’Antananarivo-Ivato de quadrupler son actuelle superficie.

Dans un premier temps, ce qui a d’ailleurs été déjà réalisé pour l’accueil du sommet de la Francophonie en novembre dernier, la société Ravinala Airports s’est chargée de l’extension du tarmac. Désormais, le tarmac d’Ivato a été rallongé de plusieurs centaines de mètres, permettant d’accueillir des avions gros porteurs, dont les Airbus A-380.

Ensuite, les nouvelles constructions qui seront bâties au niveau de l’ancien camp militaire du régiment des forces d’intervention (RFI) et de la base aéronavale d’Ivato (BANI) serviront de terminaux pour les vols internationaux (l’ancien bâtiment et les locaux de l’aéroport d’Ivato seront uniquement consacrés aux vols intérieurs). La superficie totale de ces bâtiments d’environ 17500m² devrait permettre d’accueillir 1,5 million de passagers par an.

Il est à rappeler que ce bâtiment aura 3 passerelles qui permettront d’embarquer ou de débarquer directement les passagers à bord des avions, sans passer par le tarmac.  Par ailleurs, cette nouvelle structure devrait pouvoir supporter 4 avions gros porteurs, dont 3 directement en passerelle.

Une fois les travaux achevés (prévus normalement pour mi-2019 et respectant les normes de l’Association du Transport aérien international-IATA-), la Société Ravinala Airport gèrera ces infrastructures durant une période de 28 ans (suivant les termes de l’accord de partenariat signé entre le consortium et l’Etat malgache).

20 milliards d’ariary

Initialement, les travaux de construction et d’extension de l’aéroport d’Ivato devaient débuter au mois de juin 2015, car les deux camps militaires d’Ivato à savoir le régiment des forces d’intervention (RFI) et la base aéronavale d’Ivato (BANI) ont tardé à déménager. Ces deux camps sont effectivement prévus être déplacés à quelques pas de l’aéroport, mais la construction des nouvelles infrastructures de ces camps n’était pas encore prête. CHEC, une société chinoise, s’est engagée pour ces constructions et le montant des travaux  avoisine les 20 milliards d’ariary. Le ministre d’État en charge des projets présidentiels et de l’aménagement du territoire d’antan, Rivo Rakotovao, a souligné que l’État s’engage à rembourser les investissements de cette société.

Par ailleurs, le ministre de la Défense nationale d’antan, le général Dominique Rakotozafy a fait part que l’aéroport d’Ivato étant un site stratégique pour l’entrée et la sortie du territoire, les camps militaires du RFI et du BANI devraient toujours être à proximité.

Ces nouvelles infrastructures devraient comprendre bien évidemment les baraquements des troupes, ainsi que des bâtiments administratifs, des terrains de sports, un cadre de loisir, une zone de préparation au sol avant les exercices de parachutage, ou encore des zones d’entrainement pour les militaires.

Madagascar Ground Handling

L’aéroport d’Ivato n’est pas seulement dédié aux avions et aux camps militaires. En effet, les aéronefs qui y stationnent ou qui y font escale font l’objet de plusieurs révisions et vérifications, généralement, des opérations classifiées de « handling ». Ces opérations sont assurées par le personnel de la compagnie aérienne malgache Air Madagascar. Toutefois, au retour du directeur général de cette compagnie aérienne, après un voyage à Paris au mois d’avril 2016, il a été question de retirer la gestion de cette opération pour le compte de Madagascar Ground Handling (Madagascar Ground Handling étant une filiale de la compagnie aérienne nationale, sous forme de société anonyme, dont la crainte des cadres et employés d’Air Madagascar serait une ouverture de capital de cette société qui laissera ainsi libre-cours à des investisseurs étrangers, d’avoir la mainmise sur ladite société d’État).

Des employés de la compagnie se sont ainsi insurgés au mois d’octobre dernier pour dénoncer cette décision gouvernementale, de retirer le handling, aux employés d’Air Madagascar. Alain Rabetrano, délégué syndical et technicien de la compagnie, souligne que le Handling fait vivre 130 employés de cette société et génère entre 40% à 60% des recettes mensuelles d’Air Madagascar (soit en moyenne 600 000 euros par mois).

Après négociations, le gouvernement s’est rétracté en novembre, pour  laisser libre-cours aux employés d’Air Madagascar, d’assurer « provisoirement » ce handling. Décision qui n’est pas encore au gout des employés, car ils réclament une prise de décision ferme et permanente et non provisoire, par rapport à ce sujet.

Entre temps, des compagnies aériennes internationales comme Turkish Airlines et Air Austral ont déjà gouté à ce malaise  entre l’Etat et les employés d’Air Madagascar. Car, le handling des aéronefs de ces deux compagnies a failli être bâclé.

Faly R.

News Mada8 partages

Insuffisance de pluie : la prochaine récolte menacée

La production rizicole pour la prochaine récolte est fortement menacée à cause de l’insuffisance de  pluie à Antananarivo. Les agriculteurs ne cachent pas leur crainte et annoncent déjà un faible rendement par rapport à la saison passée.

Le calendrier cultural est complètement chamboulé par le changement climatique, déplorent les riziculteurs dans les plaines d’Antananarivo. Car non seulement les pluies se font rares depuis le mois d’octobre, mais une hausse de la température est également constatée.

« La période  des pluies aurait dû déjà débuter au mois d’octobre. Ce qui aurait  permis au vary aloha d’atteindre une certaine maturité. Mais seulement 10% de ce qui aurait dû être la pluviométrie pour ces trois derniers mois ont été enregistrés. Pourtant, une pluie abondante au mois de janvier et février n’est pas non plus bénéfique à la culture du riz », a affirmé un membre d’une coopérative œuvrant à Madagascar.  D’après cet agriculteur, le rendement agricole à Antananarivo risque de tomber jusqu’à 5 tonnes par ha pour la prochaine récolte, contre

7 à 8 tonnes par ha cette année.

Pourtant, la récolte a été bonne cette année avec 4 millions de tonnes de production, selon les chiffres du ministère auprès de la présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage. C’est d’ailleurs pour cette raison que le prix n’a connu qu’une légère hausse sur le marché  local, bien que tous les autres produits connaissent actuellement une forte inflation.  Par ailleurs,  l’importation tourne autour de 200 000 tonnes pour cette année.

Riana R.

 

News Mada8 partages

Boxe chinoise : ho avy i Jean Christian tompondaka eran-tany

Ho tonga eto an-tanindrazana, amin’ny zoma ho avy izao i Randriamalaza Jean Christian, tompondaka eran-tany teo amin’ny boxe chinoise Lei-Tai, natao tany Carrara, Italia ny 29 oktobra lasa teo. Raha tsiahivina, impito nandrombaka ity anaram-boninahitra ity ny lehilahy ary anisan’ny niavaka ny tamin’ity taona 2016 ity satria ankoatra ny nahazoany ny fehikibo, marika ny maha tompondaka eran-tany azy, mbola nitondra medaly volamena telo ihany koa i Jean Christian. Nahazoany izany ny fandresena teo amin’ny sokajy -75 kg sy ny -80 kg ary ny «titre de Fair-play” sy ny “titre du meilleur combattant”. Fihaonana izay nahavory mpifaninana 5000  avy amin’ny firenena 107.

Marihina fa mbola izy irery no Malagasy nahavita dingana goavana toa izao, eo amin’ny boxe chinoise. Raha tsiahivina, miasa ao amin’ny masoivohon’i Madagasikara ao Frantsa, i Jean Christian. Mpikatroka ao amin’ny klioba RJC Samourai, ao Paris ihany koa izy.  Ho feno ny fandaharam-potoany amin’izao fahatongavany izao satria hisy ny fandraisan’ny filoham-pirenena azy sy ny an’ny minisiteran’ny Fanatanjahantena.

 Torcelin

 

News Mada8 partages

Boxe chinoise : retour du Champion exceptionnel

Le rêve deviendra réalité pour le champion du monde de boxe chinoise, Jean Christian Randriamalaza. Après plusieurs mois de collecte, il a enfin pu réunir la somme nécessaire pour l’achat d’un billet d’avion à destination de Madagascar. Mieux vaut tard que jamais car le champion profitera de cette occasion pour célébrer ensemble avec sa famille et ses amis ce sacre mondial.

Un retour exceptionnel pour le Malgache septuple champion du monde puisque pour la première fois après six sacres mondiaux, il sera enfin accueilli dignement par les responsables étatiques avec tous les honneurs dus à son rang au AC Ivato, demain.

Après sa rencontre avec le chef de l’Etat à Paris il y a quelques mois de cela, les deux hommes se rencontreront à nouveau. Et cette fois-ci et à coup sûr, le président de la république ne viendra pas les mains vides.

A noter que grâce à cette collecte  en ligne, Jean Christian est arrivé à réunir 800 euros. Et parmi les heureux contributeurs figurent un certain Augustin Andriamananoro. Quant aux autres, ils préfèrent garder l’anonymat. La majorité des donateurs est composée des compatriotes, des Malgaches d’ailleurs et d’ici. Preuve de la magie du sport qui arrive à réunir les différentes tendances dans un même projet pour rendre honneur à un Malgache qui a porté haut le flambeau national.

Naisa

Midi Madagasikara8 partages

Andravoahangy, Besarety : Mpanendaka 23 voasambotry ny pôlisy

Fety am-pilaminana, izay tanjon’ireo pôlisin’ny boriborintany fahatelo amin’ity volana desambra ity, raha ny fanazavana azo avy amin’ny Tompon’andraikitra voalohany ao amin’ity kaomisaria ity. Hatreto raha ny fantatra dia efa mpanendaka 23 no voasambotra, teny amin’ireo faritra mafana : Andravoahangy, Besarety, Ampasampito, Ambodivona, Ampandrana. Isan’ireo olon-dratsy rain-dahiny amin’ny fanendahana sy sinto-mahery avokoa izy rehetra ireo, raha ny fanazavàna azo hatrany. Ny telo amin’ireo olon-dratsy tratra ireto no mpanafika olona amin’ny fitaovam-piadiana. Ireo sasany indray dia ireo mpanao sinto-mahery eny an-tsena sy anaty fitohanana. Faritra  efa malaza ratsy amin’ny resaka tsy fandriam-pahalemana ireo voalaza ireo. Mbola mitohy hatrany araka izany ny hetsika ataon’ireo pôlisy, hanaovan’ireo sarambabem-bahoaka fety am-pahatoniana. Raha ny mikasika ireto tontakely ireto dia efa samy natolotra ny Fampanoavana avokoa izy rehetra ireo ary nampidirina am-ponja vonjimaika miandry ny fotoam-pitsaràna azy.

m.L

Midi Madagasikara8 partages

BIT/MEETP : Vers la formalisation du marché du travail

Vingt ans après les premiers efforts, le système national d’information sur le marché de l’emploi et du travail est enfin mis en place à Madagascar. Une initiative qui vise à formaliser le secteur de l’emploi et du travail à Madagascar. Et ce, dans le dessein d’aider les jeunes, en particulier, à intégrer facilement le monde professionnel. Il y a en effet une difficulté apparente pour les jeunes malgaches de faire face au monde du travail étant donné « l’inadéquation des offres de formation aux besoins des entreprises d’un côté ». Mais également par l’insuffisance des offres de travail par rapport aux nombres de diplômés qui sortent chaque année. Ainsi, la mise en place hier du système national d’information sur le marché du travail arrive à point nommé.

Outils de décisions. Outre le rôle de plateforme d’aide aux jeunes dans l’univers du travail, le système national d’information sur le marché du travail et de l’emploi est avant tout un outil de décision pour les différents acteurs, en particulier pour ceux gouvernementaux. En effet, selon Christian Ntsay, le représentant de l’OIT à Madagascar, « le système, grâce aux chiffres et taux enregistrés, est un outil permettant de mettre en place une stratégie ou un plan d’action national pour l’emploi ». Avant d’ajouter « qu’il est également un outil d’évaluation de la politique nationale de l’emploi. Ce qui se ferait par l’analyse des chiffres enregistrés durant une année d’exercice selon toujours le Directeur de Pays de l’OIT  pour Madagascar, les Comores, Maurice et Seychelles. Enfin, le système permettrait de limiter le taux élevé du secteur informel à Madagascar. Ce qui se ferait par l’enregistrement des offres de travail émanant des différentes entreprises. Espérons que cette initiative va apporter d’importants changements dans le milieu du travail. Sachant que ce type d’initiative a été positif dans les pays dits développés.  José Belalahy

Midi Madagasikara8 partages

ACAU : Une conférence pour les jeunes

Où vais-je ? Tel est le thème d’une conférence de trois jours organisée à Soamanandrariny par l’ACAU (Association Chrétienne Adventiste Universitaire), avec comme conférencier, le Dr Joël Luc Raveloharimisy, professeur associé à l’Université Andrews (Michigan, USA). La conférence a eu pour cible les jeunes qui étaient appelés pendant ces trois jours (17, 19 et 20 décembre) à réfléchir sur leur passé, leur présent et leur avenir. « Nous organisons cette conférence dans l’objectif d’aider les jeunes à répondre aux questions sur leur vie quotidienne et leur avenir. », a expliqué un membre de l’ACAU.

Bourses d’études. Pendant les trois jours de conférence, les participants ont notamment pu avoir beaucoup d’informations sur le chemin à suivre pour l’obtention des bourses d’études à l’extérieur. On leur a également donné des conseils sur le financement des projets. A noter qu’environ 250 personnes par jour étaient venues à la conférence organisée par l’ACAU.

Recueillis par R. Eugène

L'express de Madagascar7 partages

IFM Analakely – Le pianiste Clarck Rajaona rend hommage à Beethoven

Le concert classique de midi initié par l’association Madagascar Mozarteum n’a jamais aussi bien porté son nom, que lors de sa 74e édition, hier après-midi. Un vibrant hommage à l’un des grands maîtres de la musique classique, Ludwig Van Beethoven, c’est ce que le jeune pianiste Clarck Rajaona Andrianandrasana a proposé au public. C’est une belle épopée temporelle à travers la musique. Le jeune pianiste d’expérience a transporté son auditoire du jour  en toute sobriété comme il est de coutume pour les artistes de ces concerts classiques de midi.Un récital de piano sur près d’une heure a ainsi envoûté les mélomanes présents dans la salle de spectacle de l’Institut français de Madagascar à Analakely. À 13 heures tapantes, Clarck Rajaona entame son concert, d’un air jovial et assuré. Il se lance à jouer les sonates de l’illustre Beethoven. Laissant ses doigts voguer sur les touches du piano, le pianiste réjouit le public avec les compositions « Claire de lune » en ut mineur et « Waldstein» en ut majeur comptant chacun près de vingt minutes de prestations. De plus, la slameuse, metteur en scène et comédienne Vony Ranala s’est invitée sur la scène, le temps d’une incursion, pour illustrer les mélodies jouées par le pianiste.Pianiste de formation  classique, accompagnateur  et enseignant de piano, Clarck Rajaona débuta au Centre National d’Enseignement de Musique (CNEM)  en 1992.

A. P. R.

Midi Madagasikara7 partages

Vision Madagascar : Un sapin de Noël pour la Ville des mille

Un sapin de Noël naturel à l’Hôtel de ville Analakely.

Le 8 décembre de chaque année, Vision Madagascar (VIMA) offre un sapin de Noël à la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA).  Un accord de partenariat a été signé, dans ce cadre, entre les deux parties, le 7 décembre dernier, faisant de VIMA le donateur exclusif de sapins de Noël pour la CUA. A noter que cette tradition se pratique également à l’étranger. « C’est le cas du sapin de Noël de Trafalgar Square, offert par la ville d’Oslo en Norvège, tous les ans au Royaume Uni depuis 1947. Le sapin est installé à Trafalgar Square la première semaine de décembre jusqu’au 6 janvier de l’année d’après », ont affirmé les représentants de VIMA. Le partenariat entre ce dernier, non moins constructeur de l’Hôtel de Ville d’Antananarivo, et la CUA consiste à faire de cette tradition un moment à la fois festif et citoyen. Des produits de première nécessité ont été remis sous le sapin de Noël à destination des enfants des membres du personnel de la Commune. D’après les informations, il s’agit d’un sapin issu de ViMa Woods, seul exploitant forestier certifié FSC™ à Madagascar et propriétaire de la concession forestière de plusieurs milliers d’hectares dans la forêt d’Analamanja.  ¨Pour cette société, il s’agit d’une action d’entreprise citoyenne.

Antsa R.

News Mada6 partages

Ramarosaona Faraniaina : « Ilaina ny mangarahara »

 « Tsara ny hisian’ny fangaraharana sy ny tamberin’andraikitra na iza na iza, indrindra amin’izao fotoana izao. Amin’ny maha olom-pirenena ahy no itenenako hoe: ahoana ny fangaraharana sy ny tamberin’andraikitra eo amin’ireo antoko politika manao hetsika lehibe ireo, na iza na iza izy? », hoy ny mpandrindra nasionalin’ny firaisamonina sivily hetsika Rohy, Ramarosaona Faraniana, teny Antaninarenina, afakomaly. Amin’ny anaran’ny foto-kevitry ny fangaraharana sy ny tamberin’andraikitra izany fanontaniany izany.

Fikatsahana ny fitondrana tsara tantana izany fitakiana ny fangaraharana sy ny tamberin’andraikitra izany. Mba hisokatra ny sain’ny olom-pirenena tsirairay sy ny mpanao politika ary ny antoko politika izay tsara sitrapo amin’izany.

Tokony holazaina, amin’izay fangaraharana sy ny tamberin’andraikitra izay, amin’ny vahoaka ny zavatra rehetra ataon’ny antoko politika hoe tena mikatsaka ny fitondrana tsara tantana izy ireo. Hitondra olona sy hametraka olona eo amin’ny fitondrana ny antoko politika. Eo ny fanombohana ny fangaraharana.

« Tsara hatrany ny fifampifehezana, mahasoa sy mahatsara ny firenena », hoy izy.

R. Nd.

 

News Mada6 partages

Fiaraha-miasa : hanamboatra tetezana eny ambany tanana ny Japoney

 Mitohy ny fiaraha-miasa azy hahazo tombony ny faritra iva. Nitsidika tamin’ny  fomba fifanajana ny ben’ny Tanàna Ravalomanana Lalao, ny masoivohon’i Japon, miasa sy monina eto amintsika,  Ichiro Ogasawara, afakomaly tetsy Analakely. Voaresaka tamin’izany ny fanamafisana ny fiaraha-miasa efa nisy teo aloha eo amin’ny Tanànan’Antananarivo sy ny fireneny. Anisan’ny hiompanan’ny fiaraha-miasa sy ny fanohanana ny sehatry ny sosialy. Tafiditra ao anatin’izany ny fampandrosoana ny mponina eto an-dRenivohitra, amin’ny alalan’ireo tetikasa madinika sy salantsalany. Eo ohatra, ny tontolon’ny fanabeazana sy ny fampianarana. Ny fanatsarana sy famatsiana fitaovana ireo sekoly sy ny sehatry ny fahasalamana eto an-dRenivohitra. Eo koa ny fanamboarana tetezana eny amin’ny faritra iva sy ny tetikasa maro hafa.

Ankoatra izany, nankalaza ny Krismasy niaraka tamin’ireo ankizy manerana ny boriborintany enina ny ben’ny Tanàna, Lalao Ravalomanana, omaly tetsy Analakely.

Synèse R.

 

News Mada6 partages

Nankahery ireo ankizy kambotin’ny polisy ny FI.VA.PO.VA

Amin’izao ankatoky ny fetin’ny Noely sy ny taom-baovao ho izao, tonga nankahery sy nanatitra fanomezana ho an’ireo ankizy kambotin’ny polisim-pirenena beazina ao amin’ny ivotoeram-panabezana Orphelinat Ambatolampy, omaly ireo fikambanan’ny vadina polisy sy polisy vavy na ny FI.VA.PO.VA avy eto Analamanga. Ny filohan’ny fikambanana Ramatoa Elinah Toziny Viva no nitarika izany tany an-toerana notronin-dRamatoa Barivelo Marie Diana, vadin’ny minisitry ny Filaminam-bahoaka sy ny vadin’ny Staf eo anivon’ny minisitera. Sakafo sy kojakoja fampiasa amin’ny andavanandro ary kilalao  isan-karazany no natolotra ireo ankizy. Naneho fankasitrahana ny fikambanana tamin’izao fanomezana izao ny Commissaire Divisionnaire de police Rakotomiandrisoa Olivier, nisolo tena ny DRH mpitantana ity toeram-panabeazana ireo ankizy kambotin’ny polisim-pirenena.

Miisa 72 ireo ankizy beazina ao amin’ny ankany ka 50 ny lehilahy raha 22 kosa ny vehivavy. Mianatra any amin’ireo sekoly manodidina ao Ambatolampy ireo ankizy ireo ka ny polisim-pirenena no miantoka manontolo ny fiainan’izy ireo.

J.C

Tananews4 partages

Olivier Mahafaly se félicite de la lutte contre la corruption que son gouvernement de combat a effectué c...

Ah ça c’était une belle lutte effectivement.

Ça n’a jamais été poussé aussi loin.

La crapuldine peut confirmer.

News Mada3 partages

Partenariat : le Japon renforce son appui

C’était lors d’une visite de l’ambassadeur japonais à Madagascar,  Ichiro Ogasawara  au ministre auprès de la présidence en charge des Mines et du pétrole, Zafilahy Ying Vah, que les deux personnalités ont rediscuté des investissements japonais à Madagascar,  notamment après la conférence des bailleurs et des investisseurs au début du mois à Paris. A ce sujet, le gouvernement japonais compte renforcer son appui à Madagascar. D’ailleurs, le pays du soleil levant a annoncé un engagement financier de 447 millions de dollars pour la période 2017-2020.

L’extension du port de Toamasina est l’un des plus grands projets financé par le Japon à Madagascar avec un accordé un financement d’un montant de 370 millions de dollars.

Dans la foulée, le code minier actuel a été également discuté durant cette rencontre. L’ambassadeur du Japon a avancé à ce sujet que « l’arrivée des opérateurs miniers japonais à Madagascar dépendra beaucoup de ce code ». Notons que la société japonaise Sumitomo corporation fait partie des principaux actionnaires du projet Ambatovy, l’un des deux plus grands projets miniers à Madagascar.

Ichiro Ogasawara de poursuivre que des opérateurs pétroliers s’intéressent également à Madagascar actuellement. « Le Japon détient et maîtrise les moyens technologiques  nécessaires dans ce domaine. Des opérateurs sont prêts à investir à Madagascar », a précisé le ministre Ying Vah Zafilahy à ce propos.

Riana R.

 

News Mada3 partages

Us et coutumes : héros ordinaire, il est temps de se réveiller

Tout le monde en a rêvé. Il l’a fait. Il a fait la circulation sans s’égosiller dans son sifflet, les yeux rivés sur les voitures et pas sur la messagerie de son téléphone. Il a osé faire son travail en exerçant son autorité. Le résultat était surprenant : les automobilistes acceptaient de céder le passage quand il le fallait pour que la circulation soit fluide. Combien de héros ordinaires de cette trempe faudrait-il pour que l’ordre devienne la norme ? Beaucoup, vraiment beaucoup. Ce sera difficile mais pas impossible si chacun réveille en soi le héros ordinaire qui sommeille.

 

News Mada3 partages

Tsy fanjarian-tsakafo : 3 384 miliara Ar isan-taona ny fatiantoka

 3 384 miliara Ar isan-taona ny fatiantoka ara-toekarena eto amintsika, araka ny fanadihadiana natao momba ny vidin’ny hanoanana aty Afrika (CDFA). “Fatiantoka vokatry ny tsy fanjarian-tsakafo mahazo ny zaza latsaky ny 5 taona izany”, hoy ny tatitra izay nampahafantarina omaly teny Mahazoarivo. Nanambara ny Praiminisitra, Solonandrasana Olivier Mahafaly fa mampanahy ny zava-misy momba ny tsy fanjarian-tsakafo mitarazoka miseho amin’ny zaza latsaky ny 5 taona izay mahatratra 47% eto amintsika. Mitana ny laharana fahadimy Madagasikara maneran-tany amin’ny tahan’ny ankizy ahitana fahatarana be ny fitombony. Zava-misy mbola nohamafisin’ny fanadihadiana CDFA natao farany teo.

Tanjon’ny fanadihadiana ny hanentana ny firenena afrikanina hanao laharam-pahamehana ny ady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo. Niantso ny mpanohana ara-bola hanampy antsika hiady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo mitarazoka ny praiminisitra, omaly.

Natolotra teny Mahazoarivo ihany koa ny antontan-kevitra momba ny Miaro, tetikasa misahana ny fanjarian-tsakafo sy ny fahasalaman’ny zaza sy ny reny. Vinan’ny Miaro ny hisoroka ny tsy fanjarian-tsaakfo mitarazoka eo amin’ny zaza enim-bolana ka hatramin’ny 23 volana sy ny reny mitondra vohoka sy mampinono any atsimo. Notontosain’ny Nepad sy ny Pam ny fanadihadiana CDFA.

Vonjy   

News Mada3 partages

Andralanitra : esorina ireo mpitsindroka fako

Tonga nidina  nijery ifotony ny olana misy teny amin’ny toby fanariana fako eny  Andralanitra ny kaominina Antananarivo, notarihin’ny ben’ny Tanàna Ravalomanana Lalao, amin’ny maha filohan’ny filan-kevi-pitantanan’ny Samva azy. Niaraka taminy tamin’izany ny tale jeneralin’ny Samva sy ny solontenan’ny mopera Pedro.

Betsaka ny fitarainan’ny mponina manodidina eny an-toerana toy ny fofona  sy ny setroka  izay miteraka tsy fahasalamana ary ny orana rehefa tonga ny fahavaratra. Mahatratra 300 ireo fianakaviana mivelona amin’ny fakon’Andralanitra amin’izao fotoana izao.

Izy ireo no mandoro ny fako mba itrandrahany ireo vy sy fitaovana maro ary zezika azo havadika ho vola. Noho izany, tsy maintsy handray fanapahan-kevitra ny kaominina sy ny Samva hiadiana amin’izany.

Tsy ho azo idirana intsony ao Andralanitra ho an’ireo olona mandoro sy mitrandraka ny fako ao ary hasiana didim-pitondrana na “arrêté” mikasika izany. Mbola hisy ny asa manara-penitra amin’ny fanodinana ny fako eto Antananarivo Renivohitra fa mbola. Eo amin’ny sehatry ny fifampidinihana na sy ny fikatsahana fifanaraham-piaraha-miasa amin’ireo mpiara-miombon’antoka voakasik’izany ny kaominina.

Na izany aza,  hisy ny vahaolana ho raisina mikasika ny ho asa fitadiavana ho an’ireo olona mpitrandraka sy mpandoro fako ao Andralanitra voatery tsy maintsy hoesorina ireo.

Tatiana A

News Mada3 partages

Ambohimanga Rova : Oscar fait peau neuve

La célébration du 15e anniversaire de l’office du site culturel d’Ambohimanga Rova (Oscar) s’est clôturée dimanche dernier. Satisfait, il fait peau neuve avec un nouveau logo et un nouvel hymne.

Tous les cinq ans, l’Oscar organise une célébration spéciale pour promouvoir la colline royale d’Ambohimanga qui est classée patrimoine mondiale de l’humanité à travers différentes activités. Cette année, il en est à sa 15e anniversaire. Sur ce, Oscar a organisé divers concours ouverts à tout public pour redonner une nouvelle image à l’office pour les 15 et 30 années à venir. Le premier concours consiste à créer un nouveau logo du site, et le deuxième est réservé aux artistes amateurs ou professionnels pour écrire un nouvel hymne. A l’issue de la sélection, il a donc décerné le prix du meilleur logo à Voly Harinajy Rakotomalala et l’hymne composé et arrangé à Haingo, un natif d’Ambohimanga.

Une nouvelle stèle

Par ailleurs, l’Oscar a effectué plusieurs activités durant cette commémoration. A part l’inauguration d’une nouvelle stèle, il a aussi participé à la sortie de promotion des étudiants d’art oratoire, sous la direction de Mbolanamana de l’association Fifama. «Le kabary est important dans notre culture, et est ancré  dans notre tradition. Il est donc essentiel de l’apprendre pour pouvoir le conserver et le préserver. Tel est aussi l’objectif de l’office», a annoncé  l’un des responsables de l’Oscar.

Un livre de référence

En gardant toujours ce même concept, l’office a aussi présenté officiellement un petit ouvrage de référence sur le site. Composé d’une dizaine de pages, il est trilingue : anglais, français et  malgache. Sous cet angle,  cet ouvrage est destiné aux visiteurs du site, qu’ils soient des touristes étrangers ou simples étudiants malgaches. Il donne donc un aperçu de l’histoire de cette colline royale, mais aussi raconte quelques us et coutumes.

Un spectacle de Hira gasy

En outre, la clôture de la célébration s’est bien déroulée, dimanche dernier, par un grand spectacle de Hira gasy. Soutenu par l’Office régional du tourisme d’Antananarivo (Ortana), le show a été assuré par les troupes Ramilison Besigara zanany de Fenoarivo et Razafimahandry de Sahavatobe.

Holy Danielle

Tananews3 partages

« Fanjakana loham-boto »

La phrase fulminante du jour est signée par Hajo Andrianainarivelo.

Explications : le Président du MMM avait rendez-vous avec Mad Max Rakotomamonjy pour négocier la place de vice-président à l’Assemblée nationale, pour l’opposition.

Et bien Mad Max lui a tout simplement posé un lapin, déclenchant ce « fanjakana loham-boto »  (« sale petit voyou »)

L'express de Madagascar3 partages

Soupçon d’empoisonnement – Ramparany écarte la thèse du complot

Le député de Mananjary réfute l’idée d’une tentative d’élimination politique lors d’une brève rencontre avec les journalistes, hier.

Des précisions. De prime abord, c’est ce qu’a souhaité apporter Anthelme Ramparany, député de Mananjary, lors d’une rencontre avec quelques journalistes, de stations radio et de télévision de la capitale, hier. Au lendemain de sa sortie d’hôpital, le membre de l’Assemblée nationale s’est exprimé sur les circonstances des faits qui l’ont conduit à être admis en service de réanimation du Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-HJRA).Dans un extrait de l’entrevue d’hier, diffusée à la radio Antsiva, l’ancien ministre de l’Environnement, réfute catégoriquement l’idée d’un coup pour porter atteinte à sa vie. Surtout, il écarte l’idée qu’une telle intention vienne de sa famille politique. « Je ne pense pas que ça à quelque chose à voir avec la politique. À mon avis, c’est un coup monté afin de me voler. Je suis membre du parti HVM [Hery vaovao ho an’i Mada­gasikara] je suis certain que des membres du HVM n’auraient pas dans l’idée de faire des choses pareilles », a-t-il soutenu.Sur la thèse de l’empoisonnement, le député Ramparany rejoint la position des médecins et indique qu’il faudrait attendre les résultats des analyses qui seraient encore en cours avant d’affirmer quoi que ce soit. Si empoisonnement, il y a eu, le parlementaire pense qu’il pourrait s’agir « d’une overdose de somnifères ». L’ex-membre du gouvernement est présumé avoir échappé à une tentative d’empoisonnement qui s’est déroulé dans le fokontany de Beravina, à Fiana­rantsoa, dimanche dernier.

IntriguesAu lendemain du congrès régional du parti HVM, dans la capitale du Betsileo, le député de Mananjary aurait eu un rendez-vous convivial avec trois individus, à la suite duquel, il a eu un malaise qui l’a plongé « dans un état comateux », selon les premiers rapports des sources sécuritaires sur place. « Je tiens à préciser que nous n’avions bu que des boissons hygiéniques, servies dans des verres à jeter blancs. Je pense que les somnifères ont été placés, préalablement, dans ces verres », a ajouté Anthelme Ramparany.D’après le parlementaire, son rendez-vous de dimanche dernier, n’était « que des retrouvailles entre amis ». À la suite de son malaise comateux, l’ancien ministre de l’Environnement a, pourtant, été, notamment, détroussé d’une somme de « six millions d’ariary ». Un point qu’il ne semble pas avoir soulevé avec les journalistes d’hier. En tout cas, les diffusions n’ont pas abordé le sujet.Bien qu’il soit un homme politique, anciennement membre du gouvernement, le fait qu’il ait apporté une telle somme à « des retrou­vailles entre ami », a intrigué plus d’un. Les sources sécuritaires, toujours, ont parlé « d’un rendez-vous d’affaire ». Il semblerait que, bien qu’Anthelme Ramparany, visiblement encore diminué, ait souhaité clarifier l’affaire, des zones d’ombre subsistent toujours sur les circonstances de son présumé empoisonnement. Les résultats de l’enquête qui seraient en cours, devraient apporter plus de précisions.

Garry Fabrice Ranaivoson

News Mada2 partages

Fifidianana na fanendrena lehibem-pokontany : vao tadiavina marimaritra iraisana

Hofidina sa hotendrena ny lehibem-pokontany? Mbola eo am-pitadiavana marimaritra iraisana ny fitondram-panjakana…

« Ny tena manahirana indrindra amin’izao fotoana izao, ny fametrahana tomponandraikitra eo anivon’ny fokontany. Raha araka ny lalàmpanorenana, tsy maintsy olona tendrena ny eo, satria tsy vondrombahoaka itsinjaram-pahefana izy. »

Fanazavan’ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana O., tamin’ny atrikasa momba ny fifidianana lehibem-pokontany teny Andrainarivo, afakomaly, io. Nandray anjara tamin’izany ny avy amin’ny firaisamonina sivily, ny ben’ny Tanàna, ny avy amin’ny faritra…

Mahafantatra ny vahoaka fa azy ny fokontany: tokony hofidina ny lehibem-pokontany. Izay no mahatonga ny adihevitra amin’ny atrikasa, itadiavana ny marimaritra iraisana, araka ny nambarany. Na eo aza ny didim-panjakana hoe fidina aloha ny lehibem-pokontany; avy eo, tendrena.

Kitro ifaharan’ny fampandrosoana ifotony ny fokontany

Anisan’ny kitro ifaharan’ny fampandrosoana ny fokontany, araka voalazan’ny lalàmpanorenana. Nefa misy zava-mandringa ny lalàmpanorenana. Tokony ho ao anatin’ny vondrombahoakam-paritra itsinjaram-pahefana ny fokontany. Nefa tsy izay ny ao anatin’ny lalàmpanorenana, fa lasa rafitra izay rantsana iray ara-pitantanan’ny fitondrana ankapobeny ny fokontany.

« Tsy mijanona amin’izay rafitra sadasada izay ny minisiteran’ny Atitany sy ny fitsinjaram-pahefana, fa miezaka mandresy lahatra ny vahoaka », hoy izy. Rafitra tena akaiky ny vahoaka indrindra ny fokontany. Ao no tokony hifandresy lahatra ny olona mba hitondra fampandrosoana. Rariny raha nampiantso ireo sokajin’olona maro samihafa ny minisiteran’ny Atitany. Nampahafantarina ny didim-panjakana mifehy ny fokontany.

Ho voaloa alohan’ny faran’ny taona ny tambin-karaman’ny lehibem-pokontany, raha ny nambarany.

R. Nd.

News Mada2 partages

Déclaration de patrimoine : 13 ministres et 176 parlementaires s’y conforment

Les déclarations de patrimoine se poursuivent à la Haute cour constitutionnelle (HCC) bien qu’elles se fassent au compte-gouttes. Et comme toujours, les députés et les ministres ne se bousculent pas. 113 parlemantaires sur les 152 ont déjà effectué leur déclaration de patrimoine alors que l’Assemblée nationale a été mise en place depuis 2014. Ce mois-ci, deux députés ont déposé leur déclaration auprès de la HCC : celui d’Ambositra, Zakamady Rakotosolofondraibe, et le député élu à Sambava, Raveloarivonjy Behavana.

Du côté des sénateurs, 53 sur les 63 ont déjà accompli cette formalité. Ce qui semble plus ou moins compréhensible si on sait que le Sénat n’a été mis en place qu’à partir de cette année. Le sénateur élu à Mahajanga, Henri Randriamahazaka, dit Saleh, a déposé sa déclaration vers le début de ce mois.

Au niveau des ministres, seuls 13 sur les 32 membres du gouvernement Mahafaly Olivier Solonandrasana ont déposé leur déclaration de patrimoine. Dans tous les cas, ceux qui ne se sont pas encore conformés auront encore le temps de régulariser leur situation jusqu’à

ce que des mesures sérieuses soient prises par les autorités compétentes, notamment la HCC ou encore le Bianco.

T.N

 

News Mada2 partages

Association des Ivoiriens : des liens économiques

Les Ivoiriens en résidence à Madagascar viennent de créer leur association dénommée «Association des Ivoiriens de Madagascar» ou AIM. Une association à but non lucratif composée d’une centaine de membres, répartis dans une trentaine de familles.

D’après le président de l’AIM, Gervais Atta, actionner un vrai levier économique et culturel entre la Côte d’Ivoire et Madagascar figure dans les objectifs de l’association. Cette dernière confirme ainsi sa volonté d’établir un pont entre Antananarivo  et Abidjan dans tous les domaines de développement. Cela sans oublier d’intervenir dans des actions sociales et caritatives en faveur de la population vulnérable de la Grande île.

La facilitation des échanges avec la Côte d’Ivoire, l’aide à l’intégration sociale et professionnelle des Ivoiriens dans l’océan Indien, la facilitation des formalités administratives aussi bien à Madagascar qu’en Côte d’Ivoire, aide et assistance en cas de besoin, les retrouvailles dans tous les événements de tout ordre font partie des objectifs de l’AIM.

Les membres de l’association sont en général de hauts cadres occupant des postes de responsabilité dans les grandes organisations et institutions internationales comme l’ONU, la banque mondiale, la logistique Pétrolière et des sociétés de grande distribution.

Sera R

News Mada2 partages

Taorian’ny tany ivelany… : hanolotra seho famaranana ny taona i Samoëla

Fahombiazana avokoa ny seho rehetra. Izay ny namintinan’i Samoëla ny fitetezam-paritra notontosainy tany ivelany, farany teo. Nahavita seho maromaro ny tarika, araka ny efa nampanantenaina tamin’ireo mpankafy any Frantsa.Ho famaranana izany sy ho famaranana ny taona ihany koa, hisy ny fampisehoana miavaka hatolotry ny “bandy akama” etsy amin’ny CCEsca antanimena, ny zoma 30 desambra ho avy izao, manomboka amin’ny 7 ora hariva.Fampisehoana feno, natao ho an’ireo niandry ny seho goavana tamin’ity taona ity izany, raha ny fanazavana. Nisy tokoa mantsy ilay seho goavana saika hotontosaina tetsy amin’ny Coliseum, saingy voatery nahemotra noho ny antony maro izany. Tsy havela handalo tsy homarihina kosa ny faha-20 taona niakaran’i Samoëla an-tsehatra.Anisan’ny toerana nanamarika ny lalan’i Samoëla teo amin’ny mozika ny CCEsca Antanimena. Hafa mihitsy koa ny fifandraisany amin’ny mpankafy ao amin’ity toerana ity, izay tsy mitovy amin’ny fahita amin’ny “cabaret” na seho ankalamanjana. Mazava loatra fa hizara ny vokatra vaovao fa indrindra hamerina ny “revy” taloha izy mandritra izany.

Zo ny Aina

News Mada2 partages

Seho evanjelika : hanolotra « Mifalia Mihobia » ny tarika Tanjuna

Mandalo eto an-tanindrazana i Tanjona. Sady nitondra vokatra kanto no hanatanteraka seho mifanaraka indrindra amin’izao fankalazana ny nahaterahan’ny Mpamonjy izao. « Maro ny efa vita, fa betsaka ihany koa ny mbola miandry », hoy izy…

Rahampitso manomboka amin’ny 5 ora hariva, hanatanteraka seho iray lehibe eny amin’ny Dôme RTA Ankorondrano ny tarika Tanjuna. « Mifalia Mihobia », hitondran’izy 20 mianadahy (mpihira, mpandihy, mpitendry zavamaneno) an-tsehatra ireo hira evanjelika ravahina tantara kely, izay samy hiompana amin’ny fankalazana ny Krismasy nahaterahan’ny Mpamonjy. « Manana ny gadona sahaza ny sojakin-taona rehetra izahay. Haharitra adiny telo ny fampisehoana », hoy i Tanjona. Amin’izao fandalovany eto Madagasikara izao, nitondra rakitsary ihany koa ity mpanakanto tanora manana ny maha izy azy ity. Hivoaka mandritra ny fampisehoana « Mifalia, Mihobia » rahateo io voan-dalana nentin’i Tanjona io. Anisan’ny hanakoako eny an-toerana ny hira « Mirondana ny manda », « Mifalia »… Ho vahinin’ny Tanjuna amin’io seho evanjelika an-tsehatra io ny Antsan’ny Fanantenana (Afa), Santatra King’Antsa, Him.

Raha ny fanazavan’i Tanjona hatrany, aorian’ity fampisehoana eto Madagasikara ity, hitety an’ny Eoropa ny tarika Tanjuna. « Hanao fampisehoana any Frantsa, Belzika, Soisa, Alamainina, sns, izahay », hoy izy. Nanteriny fa ahitana mpikambana 20 ny Tanjuna eto an-toerana raha 15 kosa ny any ivelany.

HaRy Razafindrakoto

Tananews2 partages

« Atteinte à la sûreté de l’Etat » : jusqu’à 5 ans de prison

C’est donc le risque qu’encourt Augustin Andriamananoro.

Une manière de « préparer » l’opinion publique ?

Réponse mardi 27 décembre.

Madaplus.info1 partages

Une baisse de récolte de riz sera prévisible

On craint la baisse de récolte de riz suite au manque de précipitation de pluie.
Normalement, on aurait dû avoir une pluie abondante depuis le mois d’octobre. Il y a un effet pour la culture du riz si la pluie n’est abondante qu’en janvier. C’est maintenant que l’irrigation des champs est nécessaire. Pour les coopératives œuvrant dans ce domaine, la pluie est la condition sine qua non pour une bonne récolte.
Le problème de pluie fait suite au changement climatique, ce n’est pas seulement la Jirama qui en paye le frais, mais les agriculteurs aussi. L’État devrait adopter une politique visant à protéger l’environnement et sensibiliser la population des dangers des pratiques ancestrales comme le « tavy ».
Madaplus.info1 partages

Voeux Madaplus


Madaplus.info1 partages

Des nouveaux ambassadeurs ADN prêts à relever le défi !

La formation politique ADN « Arche De la Nation » ou « Antoka sy Dinan’ny Nosy » en présence de son chef de file, Edgard RAZAFINDRAVAHY a clôturé sa session de formation 2016 pour les membres engagés d’Antananarivo le samedi 17 décembre 2016, au Dôme Ankorondrano.
Après quelques mois de formation axée sur plusieurs thématiques, ces membres engagés sont devenus des ambassadeurs convaincus du Parti Libéral, Arche De le Nation. Ces ambassadeurs ont pour rôle de défendre et de partager la vision, l’idéologie et les programmes du Parti.
Notons que la formation des membres engagés ADN aide ces derniers à mieux comprendre les valeurs, la vision de notre parti. A travers les connaissances acquises grâce aux diverses formations, les membres engagés ADN sont plus aptes à participer de manière active à la vie politique et sociale du pays à travers des débats, échanges et partages.
Durant cette rencontre, plusieurs membres ont successivement pris la parole à travers des témoignages concernant, les raisons qui les ont poussées à rejoindre et à adhérer au sein du parti ADN. Des engagements forts qui témoignent de la volonté d’avancer avec le parti, ceux-ci ont été suivis de projections vidéo relatant le parcours national et international de l’ADN depuis sa création.
« J’ai connu Edgard Razafindravahy quand il était à la tête de la Mairie d’Antananarivo. En tant que Présidente de l’Office Régionale du Tourisme à Analamanga, nous avons maintes fois échangé sur plusieurs sujets surtout sur l’administration de la ville. Je me souviens de son mot d’ordre : « Hamerina ny hasin’ny tanàna » (traduit littéralement : Redorer l’image de la ville). Quand j’ai appris la naissance du parti politique ADN, je me suis vite renseigné là-dessus. Les valeurs et les idées apportées par l’ADN m’ont convaincu. Aujourd’hui, je suis responsable de la formation des membres engagés dans le parti » a témoigné Mme Elyane Rahonintsoa, responsable de la formation des membres engagés ADN.
« Rien que d’entendre sa nomination, l’ « Arche De la Nation » est différente. Ce qui m’a vraiment persuadé c’est le courage et la volonté d’Edgard Razafindravahy dans ce combat qu’il mène. Changer ce système corrompu n’est pas chose facile mais il a su motiver son équipe dans le but d’œuvrer ensemble afin de mettre en place une refondation digne de ce nom », a soutenu Quentin Andriatsivery, jeune ADN bénéficiaire de la formation YLTP de la Fondation Friedrich Ebert.
« Le futur appartient à la jeunesse. En tant que jeune, je me dois d’apporter ma contribution dans la lutte que mène le parti ADN dans la refondation de la Nation. Engagé et convaincu des valeurs du Parti, j’incite tous les jeunes à se rallier à cette cause » martelé Herintsaina Eric, Jeune ADN Tananarive
« Je suis convaincu par le parti ADN car en plus d’avoir un leader politique unique qui a de l’éthique et morale politique, ce parti en soit a des projets de société qui placent l’homme au centre de ses actions. C’est un parti politique qui reste quasiment actif dans tous les domaines de la vie en société (éducation, santé... », temoignait à son tour, Ranitra Tsilo Jimmy, Jeune ADN

La prise de parole d’Edgard Razafindravahy était très attendue par les membres. Ainsi, il a été chaleureusement accueilli comme à travers des applaudissements. Etant un leader proche et à l’écoute du peuple, Zoky Edgard a fait le tour pour saluer toutes les personnes présentes durant cet événement.
C’était une belle occasion pour le Chef de File du Parti de raviver la flamme de ces ambassadeurs engagés de l’ADN. Il a tenu un discours d’encouragement et d’espoir mais surtout un discours de motivation à aller de l’avant face à tous les obstacles dans le but de porter tout haut les valeurs de l’ADN.
Dans son discours, Edgard Razafindravahy a martelé le mot d’ordre du parti : « AUDACE » (FAHASAHIANA) : « L’audace mène vers la victoire, la victoire est notre seule limite. » rappelait-il. La victoire dans la lutte contre la corruption, les injustices, le système corrompu, la pauvreté, …
« Notre venue en masse aujourd’hui prouve notre courage. Que nous avons des valeurs que nous osons défendre et partager avec nos compatriotes » lancait-il.
Il n’a pas oublié d’évoquer les lignes concernant les programmes de base du Parti. Les questions sur la refondation du système étatique ont été évoquées pour parvenir à l’émancipation et le bien-être de tout un chacun. Dans cette perspective, la refonte du système étatique pour passer de l’Etat Unitaire à un Etat fédéral est plus que jamais incontournable pour notre société. Il est temps de donner le vrai pouvoir au peuple, il faut libérer les énergies et pour l’ADN : « Contrairement à ce que certaines veulent faire croire, le Fédéralisme SAHAZA ne nous conduira pas à des conflits interethniques », soutient Zoky Edgard.

. Après ce discours enflammé qui a donné du courage à tous en cette période morose dans le pays où chacun a bien en tête les fêtes de Noel et de fins d’année mais les moyens manquent cruellement à chacun pour bien les fêter joyeusement comme il se doit. Edgard Razafindravahy a su ici donner de l’espoir pour que chacun puisse avancer et voir une lueur d’espoir à l’horizon. Et comme à son habitude après s’être adressé au public, Edgard Razafindravahy et les membres du bureau de l’ADN sont restés discuter avec les membres engagés, une politique de proximité qui plait toujours.
Ainsi la rencontre du samedi a clôturé en beauté la séance de formation des membres engagés ADN de cette année. Nous vous donnerons rendez-vous l’année prochaine avec plus de convictions et plus d’audaces de toujours aller de l’avant vers la victoire.
News Mada1 partages

Rakotomanga Eric : « Famitaham-bahoaka ny hoe antoko matanjaka indrindra ny HVM »

 Milaza ho matanjaka indrindra amin’ny antoko politika ny HVM. Maneho ny fijeriny ny filoha nasionalin’ny AKFM, Rakotomanga Eric: « Famitaham-bahoaka fa fanararaotam-pahefana ny hoe antoko matanjaka indrindra ny HVM. » Dinidinika…

 

Gazety Taratra (*): Ny fahitanao ny toe-draharaham-pirenena amin’izao fotoana izao? 

 Rakotomanga Eric (-): Iarahantsika mahita io… Mahatsapa tsara ny fanjakana fa tsy tohanan’ny vahoaka malagasy intsony. Noho izany, mihozongozona ny fahefany. Nefa mihevitra ihany izy fa mbola hipetraka eo mandra-pahatonga ny fifidianana manaraka, taona 2018.

Ny hitan-dry zareo aloha izao: ny fankatoavana iraisam-pirenena. Izany no nanaovana ny fihaonana an-tampon’ny Comesa, ny Frankofonia. Ambonin’ny fankatoavana politika, notadiaviny koa ny fankatoavana ara-bola: nanaovana ny fihaonan’ny mpamatsy vola sy ny mampiasa vola eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena tany Frantsa, ny 1 sy 2 desambra. Teo koa ny dinika politika farany teo teny Iavoloha, ny 9 desambra. Heverin’ny fitondrana fa mahazo aina izy izao…

* Ahoana ny vahoaka amin’izany?

– Raha mitodika any amin’ny vahoaka ny mpitondra, mifanohitra amin’izay heveriny izay ny zava-misy: manamafy ny tsy fahatokisany ny fitondrana intsony ny vahoaka malagasy. Vao vita fotsiny, ohatra, ny Frankofonia, manao ny ataony hatrany ny tsimatimanota; mitohy ny fandrobana, ny fanamparam-pahefana, ny endriky ny jadona rehetra: fisamborana atsy sy aroa taorian’izay lazaina ho fankatoavana iraisam-pirenena.

Ny vokany, izao… Raha ny tokony ho izy, tsy maintsy mamerina ny fijeriny indray ny fiombonambe iraisam-pirenena: tena tokony hankatoavina tokoa ve ny fitondrana, raha jerena izao zava-miseho izao?

* Ahoana ny hoe antoko matanjaka indrindra ny HVM noho ny fananana olom-boafidy betsaka?

– Efa iaraha-mahita eo amin’ny tantaran’i Madagasikara io. Manangana ny antokony manerana ny Nosy ny antokon’ny filoha, izay mampiasa ny fahefam-panjakana. Eo rahateo ny mpivadibadika palitao, manompo izay eo amin’ny fitondrana. Ara-drariny raha milaza ho matanjaka indrindra, nefa tsy ara-dalàna satria fitaovam-panjakana no ampiasain’ny filohan’ny Repoblika. Ireo manao politika, efa nanana ny lokony teo aloha nefa nivadika. Voafetran’ny lalàna izany.

Na izany na tsia, ny tantara: nanana depiote saika 100 % ny Pisodia, fa nirodana ihany. Toy izany ny Arema, ny UNDD, ny Tim, ny HVM izao. Tsy manaitra io, nefa famitaham-bahoaka fa fanararaotam-pahefana.

Ny nitambaran’ireo antoko ireo: nanana ny antsipiriany rehetra  momba ny mpifidy sy ny biraom-pifidianana. Mangala-bato amin’izany, ahazoana miantoka ny fandresen’ny filohan’ny Repoblika. Azy ny olom-panjakana; mpampianatra, dokotera… Tsotra ny baikom-pitolomana: tsy maintsy maro anisa ny an’ny filoha. Tsy eto Madagasikara ihany ny misy an’izay, fa saika manerana an’i Afrika.

* Inona izany izao ny vahaolana amin’izao toe-draharaha izao?

– Tsy misy afa-tsy ny fitsaharan’izao fitondrana izao ihany… Voalohany, mba hampitsahatra izao tsy mety rehetra izao, ary hametrahana paikady hentitra hiarahan’ny rehetra ary miainga amin’izao zava-tsy mety izao. Tsy afa-kitohy intsony izany izao fomba fitondrana izao. Nefa tsy maintsy hapetraka mazava aloha: inona ny lalan-kaleha hialana amin’izao?

* Efa tena mba mifanaraka ve ny mpanao politika amin’izany? Toy ny tsy mbola atokisan’ny vahoaka ihany koa…

 – Marina… Raha jerena ny mpanao politika manokana, tsy mbola tonga amin’izay fenitra izay. Fahadisoana bevava amin’ny atao hoe andraikitra tokony hotazonin’ny antoko politika izany. Nefa tsy mahagaga koa, satria ny atao hoe « antoko politika« , tsy mahafeno ny fepetra toy izany.

Tsy anjaran’ny antoko politika irery kosa anefa ny raharaha. Eo indrindra, ohatra, ny firaisamonina sivily, izay manana olona maro: tsy hidirako lavitra… Toy izany ny fahefam-pivavahana, izay manana ny maha izy koa eo amin’ny fiainam-pirenena hatramin’izay ka hatramin’izao. Manana olana lehibe koa ao anatiny ao… Eo koa ny Miaramila tandroka aron’ny vozona, izay manana olana ihany koa.

Raha ny marina, ireny olana rehetra ireny izay antsika Malagasy ihany: azo atao tsara ny mandravona izany amin’ny alalan’ny paikady iray. Marimaritra iraisan’ny rehetra izany mba hanavotana aloha izao zava-tsy mety izao.

Na izany na tsy izany, raha mbola avela amin’ny vahiny ny fandaminana ny raharaha eto amintsika: tsy hisy vahaolana na oviana na oviana… Satria ny tombontsoan’ny vahiny no ataony amin’ny fandaminana heveriny, fa tsy izay mifanaraka amin’ny Malagasy.

Nangonin’i R. Nd.

News Mada1 partages

Alaotra Mangoro : mahalasa fisainana ny tenin’ny filohan’ny HVM

Mahalasa fisainana! Izay no nisy teo am-pihainona ny kabarin’ny minisitra Rakotovao Rivo, tamin’ny fametrahana ny lehiben’ny faritra Alaotra-Mangoro vaovao, Ranarisoa Désiré, tao Ambatondrazaka, ny 12 desambra lasa teo.

« Nihaino radiom-paritra (ao Ambatondrazaka) aho anikeheo maraina. Nanontany olona ny mpanao gazety hoe: « Ahoana no fahitanareo izany manampahefàna izany? » Valiny: « Manao ny tsy ara-dalàna. » Manahirana ny mihaino izany, araka ny nambaran’ity filohan’ny HVM, antoko mitondra fanjakana amin’izao fotoana izao ity.

« Mety marina izany, mety tsy marina. Mety tarihinay, mpanao politika amina resaka hafa. Fa tokony hihaino isika mpitondra fanjakana, satria matoa ny olona manomboka miteny ny olona, misy tsy mety ao« , hoy izy.

Tsy nampoizina ny nitenenan’io minisitra eo anivon’ny fiadidiana ny Repoblika io. Satria eo ilay fisamborana ny minisitra tao amin’ny Tetezamita teny am-pandevenana, izay mahabe resaka tokoa raha tsy hiresaka afa-tsy iny raharaha iny.

Mila mahay mihaino ny mpitondra

« Inona no mahakivy ny vahoaka indraindray? Inona no mahatonga ny olona manohitra fanjakana indraindray? Tsy mahay mihaino. Tsy mahay mihaino ny tsikeran’ny hafa… Isika izao no eo amin’ny fitondrana. Mitsikera ny olona. Manome hevitra ny olona mba hahatonga antsika any amin’ny fampandrosoana« , hoy ihany ity minisitry ny Fambolena sy ny fiompiana ity.

Gaga sy sorena ny olom-pirenena mijery mpitondra, na olom-boafidy na olom-boatendry, manatanteraka asa na mieritreritra fa manatanteraka ny asany, nefa tsy ao anaty lalàna. Inona marina àry no miseho? Handeha mankaiza marina izao fitondrana izao. Filohan’ny antoko mitondra no miteny, tompon’ny firehan-kevitra itantanana ny fanjakana. Toa miverina indray anefa ilay famoronana dosie…

Rarivo

 

News Mada1 partages

Loi sur la réconciliation nationale : le FFKM reste perplexe

Le texte sur la réconciliation nationale semble diviser les acteurs. Alors que certains y voient une ouverture pour la suite du processus de réconciliation, d’autres restent perplexes, à l’instar du FFKM qui ne se sent pas du tout concerné.

Beaucoup de questions se posent encore quant à l’avenir du processus pour la réconciliation nationale. Bien que le texte ait été adopté, les acteurs restent divisés voire indifférents. Le Conseil œcuménique des églises chrétiennes (FFKM), dans sa récente déclaration a insisté sur l’application des résolutions prises lors des Assises nationales d’Ivato en 2013.

« C’est la seule garantie pour que le processus puisse aboutir », a indiqué une source auprès de l’institution religieuse, joint au téléphone hier. En effet, ces résolutions sont sorties de la consultation de plusieurs acteurs dans tout Madagascar. Toutefois, plusieurs acteurs de la réconciliation n’ont pas eu leur mot à dire dans l’élaboration finale du texte.

« Le FFKM a tout simplement été exclu du processus durant les travaux de commissions », a expliqué notre source. Et d’ajouter que le conseil œcuménique avait tenté de faire intégrer quelques amendements mais sans succès. A partir de là, la loi sur la réconciliation nationale semble perdre de son ampleur et l’un des plus grands réconciliateurs semble par la suite se détacher de cette voie.

Exclusion

Plusieurs acteurs semblent ainsi exclus de ce texte. A part le FFKM, le cercle « Ny fifamelana-Le grand pardon », dirigé par Nary Ravonjy n’est également pas au courant du contenu du texte. Ce qui témoigne de son caractère limitatif. « Nous ne pouvons pas réellement nous prononcer étant donné que nous n’avons pas encore le texte », a indiqué un membre du cercle de réconciliation, Zoelson Randrianirina. Pour lui, peu importe toute initiative par rapport à la réconciliation, du moment que tous les politiciens et dirigeants demandent pardon au peuple.

« Non pas à leur partisan respectif mais à la population malgache en général », a-t-il souligné.

Nouvelle structure

Néanmoins, plusieurs points restent à éclaircir dans ce nouveau texte. Ce dernier prévoit la mise en place d’une nouvelle structure pour la réconciliation en vue de remplacer l’actuel conseil pour la réconciliation malgache (CRM) qui a achevé son mandat le mois de mars dernier. Les questions se posent ainsi sur la composition de ses membres. Bien que le chef de l’Etat a le droit de nommer le tiers de ses membres, la nomination des autres membres n’est pas encore déterminée. Qui peuvent intégrer la nouvelle structure et qui sont en position d’en  désigner ses membres. La mise en place de cette nouvelle structure risque ainsi de créer de nouveaux foyers de tension au sein des acteurs de la réconciliation.

Tahina Navalona

 

News Mada1 partages

Kitra any Egypta : nahafaty baolina roa i Voavy Paulin

Tsy any Eoropa, tsy atsy Afrika fa mamiratra hatrany ireo mpilalao malagasy, mpila ravinahitra. Tany Egypta, nametraka ny anarany, teo amin’ny fiadiana ny ho tompondaka, indray i Voavy Paulin.

Nisongadina indray i Voavy Paulin, milalao ao amin’ny ekipan’ny Misr Lel Makasa, nandritra ny andro faha-16 amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Egypta, taranja baolina kitra. Nandresy tamin’ny isa mazava, 4 noho 0, ny El Nasr Taadeen, mantsy ny ekipany, ny alatsinainy lasa teo.

Ny baolina roa tamin’ireo, tafiditr’ i Paulin avokoa. Ny voalohany, teo amin’ny minitra faha-16 ary ny faharoa, teo amin’ny minitra faha-36. Io isa 2 noho 0 io ihany koa ny nentin’ny roa tonta niala sasatra.

Mbola tolotra avy any amin’i Voavy Paulin ihany koa ny baolina fahatelo izay matin’i Ahmed El Sheikh, teo amin’ny minitra faha-90 sy ny an’i Eric Traoré, teo amin’ny fanampim-potoana 90 + 2 mn. Hatreto izany, baolina 4 ny matin’i Voavy Paulin, amin’ity fifaninanam-pirenena any Egypta ity.

Mipetraka eo amin’ny laharana faharoa ny Misr Lel Makasa, taorian’iny andro faha-16 iny, izay nahavita lalao 15 ary manana isa 37. Lalao manaraka atrehin-dry Voavy Paulin ny fihaonana amin’ny Al Ittihad, laharana faha-10 vonjimaika. Fihaonana tanterahina ny alahady 25 desambra ho avy. Aorian’io, hifandona amin’ny Zamalek, laharana fahefatra, izy ireo, ny asabotsy 30 desambra. Marihina fa tompon-toerana hatrany i Paulin, amin’ny lalao rehetra ataon’ny Misr Lel Makasa.

Tsiahivina fa mbola mitarika, hatreto, ny Al Ahly, manana isa 42, saingy efa nahavita lalao 16.

 Tompondaka

 

News Mada1 partages

Andranomadio : “Jiolahy ilay nifanenjehan’ny polisy”, hoy ny kaomisera Rafaliarivo Jules

 Nitondra fanazavana momba ilay poa-basy tao Andranomadio Toamasina, ny kaomandin’ny polisin’ny Fip ao Toamasina, ny kaomisera Rafaliarivo Jules. Poa-basy nataon’ny Fip iny nandritra ny fanenjehana jiolahy avy namaky trano, hoy izy…

 

Nirefodrefotra ny poa-basy tao Andranomadio Toamasina, ny alin’ny talata teo. Tokantrano iray nidiran’ny jiolahy an-keriny tamin’io fotoana io. Naharay antso ny polisy momba ny fisian’ity fanafihana ity. Vetivety taorian’izay, tonga teny an-toerana nitrangan’ny fanafihana ny polisy. Voatery nanapoaka basy ny polisy mba hahafahana misambotra ireo jiolahy. Vokany, jiolahy iray voatifitra. Nihorohoro ny mponina tao amin’ny fokontany Andranomadio nandritra izany. Nitondra fanazavana manokana momba ny fisian’ity poa-basy tao Andranomadio ity, araka izany, ny kaomandin’ny Fip ao Toamasina, ny kaomisera Rafaliarivo Jules. “Poa-basy nataon’ny Fip iny noho ny fisian’ny fanafihan-jiolahy tao Andranomadio”, hoy izy. Nanao antso avo amin’ny fokontany rehetra mba hanangana andrimasom-pokonolona izy manoloana ny tsy fandriampahalemana miseholany ao Toamasina. “Ilaina ny fisian’ny andrimasom-pokonolona any anaty fokontany. Tsy maintsy miara-miasa amin’ny mpitandro filaminana kosa izy ireny ary aza manaiky rebireben’olona sasany amin’ny filazana fa tsy ilaina ny andrimasom-pokonolona”, hoy izy.

Nambarany fa naman’ireo jiolahy ny olona manakana ny fisian’ny andrimasom-pokonolona. Niangavy koa izy mba hiantso ny Fip ara-potoana raha misy trangana tsy fandriampahalemana. Tsy miova ny laharana ahazoana ny Fip ao Toamasina : 020 53 968 62 / 034 05 998 55.

J.C

News Mada1 partages

LMA : nohavaozina ny fanovozan-kevitra

Vita ny asa fanavaozana ny toeram-panovozan-kevitra sy fahalalana ao amin’ny lycée Moderne Ampefiloha (LMA) izay sady ahitana ny fitaovana mikirakira ny teknolojia vaovao. Namatsy ara-bola ny asa ny orinasa Vivo Energy izay mpaninjara ny vokatra Shell rehetra eto amintsika. Nisy ny fifanaraham-piaraha-miasa teo amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena sy ny orinasa ka notokanana omaly ny vokatra eny Ampefiloha. Ankoatra ny fanatsarana ny fotodrafitrasa, nampitaovana ny trano koa ny Vivo Energy, fomba entina hanatsarana ny kalitaon’ny fampianarana, araka ny fanambaran’ny tale jeneraliny, Kader Maiga.

2 000 ny mpianatra ao amin’ny lycée hahazo tombony amin’ny fahavitan’ny fotodrafitrasa. Sehatra iray ampian’ny orinasa ny fanabeazana satria miantefa amin’ny isan-tokantrano. Nitokana ny zava-bita ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena, Rabary Paul.

Vonjy A.

News Mada1 partages

Chronique : que faites-vous ce weekend ?

Les fêtes approchent et cette année, ce n’est pas de chance, Noël et le Nouvel an tombent un dimanche. Les travailleurs de force pourront s’occuper jusqu’à la dernière heure du samedi s’ils croient encore aux vertus du stakhanovisme. Pour les autres, la question de la semaine est simple : comment justifier un vendredi tronqué à l’avant-veille du jour de fête ?  C’est qu’on a pris goût à ces demi-journées de congés officieux qui font débuter le weekend le vendredi à 11 heures.

Dans certains bureaux, on a trouvé une réponse : le weekend commence chaque semaine de l’année le vendredi à 11 heures (ou à midi si une tâche très urgente l’impose) sauf si le vendredi est férié, auquel cas le weekend commence le jeudi à 11 heures. La réponse ne plaira pas à tout le monde mais elle a l’heur de satisfaire les premiers concernés, entendez ceux qui travaillent dans ces bureaux.

Charité bien ordonnée commence par soi-même. A quelques jours de Noël, il est bon de rappeler ce principe qui prend des chemins de traverse et un sens très concret dans ces fameux bureaux. Pour votre gouverne, apprenez que l’amour du prochain n’est pas une ridicule vue de l’esprit. On pourra donc vous demander de contribuer aussi généreusement que possible aux festivités de fin d’année d’individus dont le pouvoir de nuisance sur votre vie professionnelle est inversement proportionnel au sentiment de fraternelle affection qu’ils peuvent vous inspirer.

A défaut d’être un bienfaiteur de l’humanité, on se consolera en pensant qu’être racketté sera récompensé un jour par une place de choix au paradis. Piètre consolation quand on a pour la vie ici bas un goût immodéré, et pour le racket généralisé le plus profond mépris.

En attendant ce jour funeste, profitons de la vie, changeons de sport national et mettons-nous tous à la pétanque. Attention : ce sera pour la gloire et uniquement le weekend.

Kemba Ranavela

 

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans : la réquisition des cuirs à Madagascar

On ne peut nier que la mission Desmarets, envoyée dans la Grande Île pour réquisitionner les cuirs, jouit en ce moment d’une mauvaise presse.

Sans vouloir pousser la situation au noir, comme le font certains de nos confrères, nous sommes bien obligés de reconnaître que les résultats obtenus sont loin d’être heureux.

Non seulement, les mesures prises, un peu maladroitement, ont provoqué le ralentissement presque immédiat de la production de la matière réquisitionnable, mais elles ont profondément bouleversé la situation économique de la colonie.

Avant l’arrivée de la mission, l’indigène abattait souvent un bœuf pour en vendre la peau, mais devant les bas prix qui lui sont offerts et ne lui permettent plus d’effectuer ses achats habituels, il trouve inutile de « faire » du cuir et de le porter au centre de réquisition.

Les marchandises qu’il recherchait, des tissus notamment, étaient d’importation française ; maintenant que l’indigène n’achète plus, des stocks commencent à s’accumuler par suite de la mévente, et il serait temps, pensons-nous, de se préoccuper de la crise commerciale qui se dessine dans la Grande Île, crise qui ne peut aller qu’en empirant, au grand préjudice de nos fabricants.

Sur ces inconvénients, il vient d’en greffer un autre.

Il paraît que la mission Desmarets aurait autorisé l’exportation sur New York de 25 000 cuirs 2e choix. Est-ce pour l’Amérique que la France a fait les frais d’une mission ? Il serait plus rationnel alors que cette exportation se fît pour des pays alliés, de préférence.

Le Courrier colonial

Revue agricole et vétérinaire

À mesure que la colonisation se développait, se faisait plus vivement sentir l’absence de tout guide pratique, de format commode, pouvant éviter au colon malgache des expérimentations et tâtonnements ruineux. Ce vide vient d’être rempli par la Revue agricole et vétérinaire, de Madagascar et Dépendances, organe des agronomes, des planteurs et des éleveurs de la Colonie. Elle ne traite que des questions pouvant les intéresser, et ce, sous l’habile direction de l’homme de science et d’expérience qu’est M. G. Carle, le distingué Directeur du Service de Colonisation.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada1 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tsy ny olona no papango

Raha tsy mahy mifehy tena hono dia mety andoza ny fananan-karena sy ny fananam-pahefana, arakarakin’ny fisondrotan’izy ireo mazana ny fitombon’ny fanirina ananana azy bebe kokoa eo ampelatanana. Lafy tsaran’izany dia ny famokarana ezaka bebe atrany atongavana any amin’ilay tanjona, tsy misy fetra anefa ny tanjona fa tao manalavitra faona isakin’izay mandroso ny tena. Lanja miakatra izany, tsy hita omena tsiny ny olona mampiseho fanirina miaro fihezahana entiny hisondrontana atrany. Mifamaofao ary mihitatra toy izay koa anefa matetika ireo karazana fakapanahy. Ny etaeta sy ny atendana tsy manana fitsaharana, mananintanina ny loza. Tsy mety afa-po tsy malala honina, very fanahy amin’na fanenjehana alokin’ilay heverina fasambarana, ny akoho kely lasam-papango avo fanidina vao tra-paorina. Raha saroti-panina anefa ny fiakarana an-tendrony mihaotran’ny zaka dia maha mamo toy ny fisotrona taoka. Indrisy anefa miseho matetika izany faka-panahy izany eo amin’ireo mpitantana pôlitika. Izay iray navita dingana eo amin’ny fazahona adidy dia tsy mitsahatra intsony ny faniriny ihakatra atrany mandra-pahatonga any amin’ny avo indrindra. Firifiry ireo mihevitra azy tampotampoka eo ho olona irery mendrika ny fitondrana tampony. Tsy fitiavana anevateva sanatria, raha manontany tena firy amin’izy ireny no nahavita azy na mety havita azy. Miala avy any amin’ny fotitra eny amin’ny fokontany ka atrany antampony any, toa samy mihevitra azy nahefa ny anjarany nefa aiza izao ny toerana misy any Gasikara aiza ny faripihian’ny mponina izay latsaka an-katerena ny maro an’isa. Tsy manakana azy no andany andro sy andresy lahatra amin’na famahan’an-dalitra sy fandokafa-tena. Eo moa ireo manana fasahina amin’ny famadibadihana ny tsy mety, mikaroka fanova-maso mba ampanjelanjelatra ny vasoka izay tsy manana lafitsara. Ao koa ireo tsy mihemotra amin’ny fanomezan-toky momban’ny fanantarerahana rahampitso an’ireo tanjona tsy efany omaly. Tsy milaza ankory izany fa olom-baovao no ilaina, izay nandalo rehetra izay vaovao avokoa teny ampiandihany fa vetivety dia nandova lokon’ny toe-tsaina. Io toe-tsaina io no fositra mikiky, io no mila fihovana. Ny fihovana tsy tongatonga ho azy arakin’ny fidradradrana azy, fa mitaky fifehezana entitra. Tsy ireo ho fatorana no hazo antenaina hamato-tena, fa anjaran’ny vahoaka loharano-mpahefana no mametra an’izany. Eo amin’ny fanendrena ny solontenany no ampisehony ny fahendreny amin’ny fisafidianana olona mendrika fatokisana amin’ny fandraisana fepetra fanajana ny fadiovana.

Léo Raz

News Mada1 partages

Unesco : une fin d’année sur une note joyeuse

C’est dans une ambiance de partage et de joie que s’est tenu l’événement «Il était une fois, les enfants…», hier dans le locaux de la Commission nationale malgache pour l’Unesco à Behoririka.

«Pour finir l’année sur une note joyeuse, nous avons voulu organiser une activité pour les enfants. Il s’agit de promouvoir l’art oratoire, mais également de valoriser le patrimoine immatériel malgache. Ainsi, les activités prévues ce jour visent à sensibiliser les jeunes sur l’importance des contes (Angano) dans notre société tout en valorisant la littérature malgache dans le dessein de transmettre ces richesses souvent oubliées à la jeune génération», a fait savoir  Fanjamboahangy Ratsimisetra,  Secrétaire générale de la Commission nationale malgache pour l’Unesco.

Avec l’appui du ministère de l’Education nationale, la Com.Nat Unesco a donc clôturé ses activités annuelles autour d’une programmation variée entre autres un récital de conte, une animation de  clown, de mime et un spectacle-friandise.

L’objectif étant de soutenir la tradition orale, tant dans sa forme artistique simple que dans l’expression d’une identité culturelle. Effectivement, les activités ont été pensées pour les enfants issus de différents établissements scolaires tant privés que publics des environs,  âgés de 6 à 13 ans.

Joachin Michaël

News Mada1 partages

Sports awards : Analamanga gratifie ses 70 champions

L’exploit des 70 cham-pions de Madagascar issus d’Analamanga, toutes disciplines confondues, n’est pas passé inaperçu aux yeux du chef de région et ses partenaires. Ces derniers ont tenu à remettre un trophée de reconnaissance à chacun de ces sportifs méritants pour les encourager à continuer sur cette voie.

Passion rime toujours avec motivation. La moisson a été bonne pour Analamanga pendant la saison sportive 2016. En tant que grand inconditionnel de sport, le chef de la région Analamanga Ndranto Rakotonanahary s’est investi corps et âme pour accompagner les athlètes de la capitale et ses environs dans les compétitions aussi bien nationales qu’internationales. D’où la brillante idée d’organiser une cérémonie de reconnaissance envers les méritants hier dans le local de la compagnie Vidzar. En tout, ils étaient 70 férus de sport ayant été sacrés champions de Madagascar dans huit disciplines différentes que ce soit individuelles ou collectives. Bon nombre d’entre eux ont même dépassé les frontières de la Grande île pour remporter avec brio des titres à l’étranger comme la CCCOI, la CJSOI, le marathon relais de Saint-Benoît,…

Le sport et le développement

« J’ai toujours eu la foi que le sport peut mener au développement si l’on s’en tient au niveau socio-économique des grands pays. Pour ce faire, il faut encourager les sportifs et avoir confiance en eux. C’est la raison pour laquelle nous avons organisé ce Sports awards Analamanga qui aura lieu annuellement après cette première édition. L’année prochaine, nous ambitionnons d’organiser une cérémonie plus grandiose. Mais il faut avant tout une collaboration étroite avec la direction régionale du sport et multiplier les rencontres avec les différents responsables au sein des différentes ligues pour trouver des solutions pérennes au développement du sport dans la région Analamanga », a déclaré Ndranto Rakotonanahary.

Pour sa part, le secrétaire général Lovatiako Ralaivao a félicité la région Analamanga pour cette initiative. « C’est un exemple à suivre pour les autres régions et toutes les parties prenantes au développement du sport à Madagascar. Il faut laisser de côté cette habitude de gratifier un champion à titre posthume et essayer de faire le maximum pour reconnaître ses exploits pendant qu’il est sur le terrain », a-t-il indiqué.

Rojo N.

 

Agence de Presse de l'Ocean Indien1 partages

Air Madagascar reçoit 3 offres de partenariat

A la suite des rencontres qui ont eu lieu à Antananarivo en Novembre dernier dans le cadre de la recherche de partenaire stratégique, trois offres de la part de sept partenaires potentiels ont été reçues à ce jour.

Nous entamons ainsi la phase d’évaluation des offres par l’équipe technique mandatée à cet effet. Les résultats de l’évaluation ainsi que les recommandations sur le choix du partenaire seront par la suite communiqués au Conseil d’Administration aux fins de sélection et ce dans le respect du calendrier.

Rappelons que le processus de sélection sera guidé principalement par le principe du maintien de l’Etat Malagasy comme actionnaire majoritaire dans le capital social d’Air Madagascar ainsi que la compatibilité des orientations proposées par le partenaire potentiel avec la vision stratégique de la compagnie. Seront également évalués au même titre que les deux premiers critères, les dispositifs qui seront mis en place pour permettre à la compagnie de se repositionner sur le marché, assurer sa croissance de façon pérenne pour le futur de façon à permettre à Air Madagascar de retrouver sa place et son prestige antérieurs dans un environnement bénéfique à l’ensemble du Groupe Air Madagascar et son Personnel.  

L'express de Madagascar1 partages

Malnutrition chronique – Des activités coordonnées contre la faim

Un projet de  prévention de la malnutrition chronique est lancé, visant à optimiser le développement des enfants en bas âge .

Trois organismes internationaux combinent leurs activités dans la lutte contre la malnutrition, à travers l’extension du projet intégré de nutrition et de santé maternelle et infantile « Miaro ». Coordonner par l’État malgache, via l’Office national de nutrition (ONN), ce projet vise à prévenir la malnutrition chronique dès le plus jeune âge, pour permettre un développement optimum de ces enfants dans leur vie d’adulte. Les résultats de l’étude du coût de la Faim en Afrique, remis officiellement au chef du gouvernement Olivier Mahafaly Solonandrasana, au palais de l’État à Mahazoarivo, montrent que la malnutrition infantile engendre une étendue de coûts sociaux et économiques, estimés à 3 384 milliards d’ariary par an, pour Madagascar.Les enfants de six mois à vingt-quatre mois, les femmes enceintes et allaitantes dans les régions d’Androy, Anosy et Atsimo Andrefana, sont les principaux bénéficiaires de ce projet, effectif de 2017 à 2019. Le programme alimentaire  mondial (PAM) va fournir le complément nutritionnel.L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) va appuyer le domaine de l’agriculture. Et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) améliorera l’accès des femmes à la santé de la reproduction.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar1 partages

Transport aérien – Accord entre Air Seychelles et Alitalia

La compagnie aérienne nationale des Seychelles a renforcé ses liens avec Madagascar et l’Afrique du Sud grâce à l’extension de son accord de partage de codes avec Alitalia, la compagnie nationale de l’Italie. Avec ce nouvel accord, le code « AZ » d’Alitalia sera donc ajouté aux services d’Air Seychelles vers Antananarivo, et vers Johannesburg.« Cet accord ouvre une option attrayante de voyage pour les vacanciers en Italie. Il a ajouté que le partenariat stimulera le trafic des passagers et du fret et renforcera les liens culturels, commerciaux et diplomatiques entre les Seychelles, une île voisine de Madagascar et l’Afrique du Sud », a indiqué Roy Kinnear, directeur général d’Air Seychelles dans un communiqué.Pour sa part, le directeur général d’Alitalia, Cramer Ball, a indiqué que le partage de codes apporte des avantages importants à ses clients qui disposeront maintenant de nouvelles options de voyage depuis l’Italie vers Madagascar et l’Afrique du Sud. « Avec sa faune et sa nature uniques Madagascar est une destination de vacances attrayante qui offre une expérience nouvelle et excitante aux voyageurs en Italie », a indiqué Ball.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Antaninarenina – Rohy présente la charte de la société civile

Ligne de conduite. Le mouvement Rohy où se regroupent plusieurs dizaines d’Organisation de la société civile (OSC), a présenté, hier, à Antani­narenina, la charte des OSC. Un document qui définit ce qu’est le rôle, les objectifs et la mission de la société civile, répartis en onze rubriques.Dans une traduction libre, la charte présentée, mardi, définit comme société civile, « les simples associations, les organisations indépendantes du pouvoir étatique et d’entités politiques, qui revendiquent l’amélioration des conditions de vie de la population et la bonne gouvernance ». Dans les projets annoncés figurent, ainsi, un État de droit et une bonne gouvernance, dans laquelle la population a conscience de ses droits et obligations et participe à la vie publique.Une décentralisation effective, avec un partage équitable des richesses, ou encore, un pays libéré de la corruption et respectueux des droits de l’homme dont, la liberté d’information, la liberté d’expression, où les défenseurs des droits de l’homme sont protégés, sont aussi, inscrits dans les projets inscrits dans la charte, entre autres. « Cette charte a été élaborée car, la société civile a conscience de ses responsabilités dans le développement et la mise en place de la démocratie et de l’Etat de droit, étant donné qu’il est un collaborateur des différentes instances étatiques », a été dit durant la cérémonie de présentation, mardi.Faire en sorte que les OSC aient une même référence dans ses vocations et éviter les déviances, notamment, dans la politique est l’une des raisons affirmées, hier, qui ont conduit à l’élaboration de la charte. « La société ne fait pas de la politique, mais parle de politique. (…) Le pouvoir est, le plus souvent, le destinataire de ses conseils et interpellation. Cela ne signifie pas que la société civile est un adversaire de l’État », a été soutenu, à Anta­ninarenina. Rohy concède, du reste, que toutes les OSC ne sont pas tenues de suivre la charte, étant donné que certains peuvent avoir une autre vision du rôle, ou de la vocation de la société civile.

G.F.R.

L'express de Madagascar1 partages

Maternité – Une mère accouchera sa fille adolescente

À 14 ans, elle attend son jour d’accouchement. Le travail sera assuré par sa mère qui n’a pourtant aucune expérience dans le domaine.

Deux vies en danger. Nirinasoa, une adolescente de 14 ans, qui habite dans la commune urbaine de Bekily, dans la région Androy, s’apprête à donner naissance à son premier bébé, ce mois-ci. Sa mère se prépare à diriger elle-même la délivrance de sa fille dans la case familiale car elles survivent dans une situation très précaire. La mère de famille élève seule ses six enfants, dont Nirinasoa, avec des activités intermittentes. « Nous avons déjà du mal à trouver le repas quotidien, comment allons-nous trouver les moyens pour payer les médicaments à utiliser pendant l’accouchement et le matériel qu’on exigera de nous  », s’interroge Volatsara, la mère de l’adolescente, rencontrée au marché de Bekily, vendredi.Nirinasoa n’a jamais connu les bancs de l’école. Elle a été abandonnée par son amoureux, quand ce dernier a remarqué son petit ventre de plus en plus arrondi. Sa maternité ne devra plus tarder, elle raconte d’ailleurs qu’elle commence à avoir un peu mal partout. Inconsciemment, sa mère met en danger la vie de sa fille et de son futur petit-fils ou petite-fille. En plus, Volatsara n’a même pas l’expérience d’un accouchement.

ÉquipementL’accouchement avant l’âge de 18 ans, est l’une des causes de la mortalité maternelle et néonatale. Mardi, l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a réitéré son soutien aux efforts de réduction de ce taux de mortalité maternelle et du nouveau-né qui reste trop élevé à Madagascar.Avec l’appui de Jhpiego, son partenaire dans le programme Survie de la mère et de l’enfant, l’USAID a offert au ministère de la Santé publique, du matériel et des équipements médicaux qui devront renforcer les connaissances et les compétences des personnels de la santé maternelle. Ce don est  notamment constitué de kits de réanimation des nouveau-nés, de ventouses obstétricales, de tensiomètres, de stéthoscopes, ou encore de méthodes de contraception. Il sera distribué dans quatre cent cinquante formations sanitaires de quinze régions.Le vécu de Nirinasoa montre, enfin, que la vulnérabilité des familles est également un facteur qui pousse certaines femmes à donner naissance en dehors d’un établissement hospitalier. L’amélioration du niveau de vie des ménages figure ainsi dans la liste des activités prioritaires à entreprendre pour réduire le taux de mortalité maternelle et néonatale.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar1 partages

Rétrospective – L’année 2016 en cinq chapitres

Un début d’année difficile pour le secteur télécom avec l’application du droit d’accises. Néanmoins, de nombreuses activités connaissent un début très satisfaisant.

La loi de finances 2016 établit une hausse du droit d’accises au secteur télécom qui va de 7% à 10%. Tous les services de télécommunication sont concernés par cette mesure, à savoir les communications nationale et internationale par téléphonie et réseaux mobiles, incluant Internet, trafic voix, trafic sms ou mms et transfert de données.Ces taxes se répercutent logiquement sur le coût de la communication et la hausse du tarif est donc au rendez-vous. La facture devient plus que jamais salée pour les usagers. Cette augmentation est de l’ordre de 3% à 10% selon le plan tarifaire souscrit par l’abonné.Avec cette nouvelle mesure, 30% de ce que les usagers paient aux opérateurs vont directement dans les caisses de l’État. Puisque à part le droit d’accises à 10%, il faut aussi compter les 20% de la taxe sur les valeurs ajoutées (TVA). Sur un abonnement  internet d’un million d’ariary, 300 000 ariary  reviennent au Trésor public.

Le call center prend son envolMadagascar est en train de se faire un nom dans le domaine du call center. Cette année est marquée par l’arrivée de Teleperformance, un géant mondial du centre d’appels. Pour les acteurs de la filière, la présence de ces grosses pointures est un signal fort de la confiance des investisseurs à l’égard du marché malgache.La connectivité internationale est longtemps restée problématique dans la Grande ile, mais la situation s’est nettement améliorée avec l’arrivée de plusieurs câbles sous-marins en 2009. Jusqu’à la fin 2008, Madagascar a été relié au reste du monde principalement par des liaisons satellitaires qui ont contribué à renchérir le coût de location des bandes passantes internationales. Mais le prix de gros de la capacité internationale E1 a été divisé par 25 de 2007 à 2014. Celui-ci chute de 10 994 dollars à 442 dollars. En termes de bande passante internationale, celle-ci passe de 220Mbps en 2007 à 32Gbps en 2014.Selon les informations recueillies auprès de l’Economic development board of Madagascar (EDBM), organisme chargé de la promotion des investissements dans le pays, le nombre des entreprises créées dans le secteur du centre d’appels ou dans celui des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) ne cesse de croître. Entre 2005 et 2016, 85 centres d’appels ont choisi de s’installer dans le pays.Les call centers sont devenus en peu de temps le nouveau filon pour des milliers de jeunes malgaches. Les offres d’emploi inondent le marché. L’un des critères d’embauche est la maîtrise des langues étrangères, notamment le français. À cela s’ajoute une bonne culture générale. Les opérateurs doivent se familiariser en peu de temps avec des jeunes qui ne sont pas Français de souche et dont la plupart n’ont jamais eu d’expérience dans ce domaine. Tout s’apprend sur le tas.

Explication des mesures de l’Etat sur l’identification de la carte SIMlors d’une conférence de presse au siège de l’Artec en mars.

Identification de la carte SimLes autorités ont lancé une opération inédite. Les Malgaches et les étrangers résidant à Madagascar doivent enregistrer leur carte SIM auprès des opérateurs. L’enregistrement des renseignements sur l’utilisateur dans une base de données fait partie des obligations des opérateurs mobiles à Madagascar. Ces informations permettront à l’appareil judiciaire de mener à bien la lutte contre la cybercriminalité. Ainsi, toutes les cartes SIM attribuées à des abonnés non identifiés ont été résiliées.

Michel Degland, directeur général d’Orange Madagascar annonce l’arrivée prochaine de la technologie 4G.

Une année mouvementée pour Orange MadagascarL’opérateur Orange Madagascar et l’Autorité de régulation des technologies de communication (Artec) se lancent dans un bras de fer sans précédent. Le litige qui a opposé l’opérateur télécom à l’Autorité concerne « le cahier de charges et l’interprétation du texte réglementaire ». Ce bras de fer a coûté le départ de Michel Barré de la direction générale d’Orange Madagascar au mois de mai. Son successeur, Jean Luc Bohé est nommé pour mener à terme le dialogue.Les discussions ont été suspendues après le décès brutal de ce chef d’entreprise, le 27 juillet.Michel Degland est alors  nommé au poste de directeur général d’Orange Madagascar en octobre. Sa première mission a été de signer le fameux cahier de charges, comme l’a annoncé Bruno Mettling, directeur général adjoint du groupe Orange et président directeur général d’Orange Middle East and Africa, lors de son passage à Madagascar. Après sa prise de fonction le 1er novembre, le nouveau patron de l’opérateur de téléphonie mobile a annoncé la commercialisation de la technologie 4G et d’autres produits innovants pour l’année 2017. Ce qui met fin « aux malentendus » entre l’opérateur et l’autorité de régulation.

Implantation de Telma aux ComoresLa société Telma se lance dans la mise en place de sa filiale aux Comores. Le chemin est semé d’embûches. Comores Télécom a vu d’un mauvais œil l’arrivée d’un deuxième opérateur. Dix ans après le lancement de son réseau mobile à Madagascar, Telma lance ses premières offres, marquant ainsi le début officiel de son réseau mobile aux Comores, le vendredi 9 décembre. L’opérateur a obtenu sa licence globale en télécommunication en octobre 2015 de l’Autorité comorienne de régulation des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Son arrivée marque la fin du monopole de Comores  Télécom.En Union des Comores, Telma est une société issue d’un consortium composé du Groupe Axian, Telma Mobile, Sofima et de NJJ Capital de Xavier Niels. Les partenaires de ce consortium sont aujourd’hui les acteurs majeurs des Télécoms dans l’océan Indien, avec une présence à La Réunion, Mayotte, Comores et Madagascar.

Textes  : Lova Rafidiarisoa Photos d’archives

L'express de Madagascar1 partages

Une association d’Ivoiriens voit le jour

Les Ivoiriens à Madagascar ont créé une association dénommée Association des Ivoiriens à Madagascar (AIM), le 16 décembre. AIM veut entretenir la cohésion sociale entre ses membres, la facilitation des échanges avec la Côte-d’Ivoire, l’inté­gration sociale et profession­nelle des Ivoiriens dans l’océan Indien, la facilitation des formalités administratives aussi bien à Madagascar qu’en Côte-d’Ivoire. Gervais Atta, directeur du dévelop­pement commercial et marketing de la banque BNI Madagascar, en est le président élu.

L'express de Madagascar1 partages

Le ministère rassure sur la qualité du riz importé

Dans une note publiée sur son site internet, le ministère du Commerce et de la consommation rassure les consommateurs sur la qualité du riz importé. Ces produits passent par plusieurs étapes d’analyses avant sa commercialisation sur le marché.  Ces derniers temps, des informations circulent sur les réseaux sociaux et certains supports médiatiques qui font état de l’existence d’une variété de riz en plastique en provenance de Chine, commercialisée sur le marché local.

L'express de Madagascar1 partages

Une centrale hydro­électrique à Rano­mafana

La société Sinohydro va mettre en place une centrale hydroélectrique dans la commune rurale de Ranomafana, entre le district d’Ankazobe et Fenoarivobe. L’infras­tructure sera installée sur le fleuve Ikopa et sera capable de produire quatre vingt six mégawatts d’élec­tricité. L’énergie produite servira à alimenter le réseau interconnecté d’Antananarivo. Le coût de l’investissement est estimé à 270 millions de dollars.

Madaplus.info0 partages

L’arrêt encore une fois de plus des services de passeport à Antananarivo

Encore une fois, la machine destinée à produire les passeports électroniques fait l’objet d’une panne. Rappelons que ce n’est pas la première fois que ce service subit cette panne, et ce sont les voyageurs qui vont faire ou renouveler leur passeport qui sont les premières victimes.
La délivrance des passeports connait un problème depuis la semaine dernière. Le 20 décembre 2016, lors d’un passage d’un journaliste, ladite machine n’a pas encore été réparée. Les grognes des utilisateurs des passeports sont observables. Ces utilisateurs de dire que les responsables devraient anticiper ce genre de problèmes, car cette panne n’est pas la première fois et surement pas la dernière. Ils déplorent les conséquences que cela va engendrer comme le fait de ne pas pouvoir quitter le pays.
Les responsables au sein de services affirment que la machine produit plus de 200 passeports au quotidien, ce qui est une des raisons pour laquelle elle connait cette panne technique.
Tananews0 partages

Orange : cette fois c’est complètement down

Quelqu’un a marché sur la prise ?

Il n’y a plus qu’un seul site qui marche : orange.mg

Un serveur DNS dans les choux sans doute.

Orange Madagascar0 partages

Les orphelins de la Police nationale sont gâtés

Le groupe Star Madagascar a procédé le mercredi 21 décembre à la distribution de cadeaux aux enfants de l’orphelinat de la police nationale d’Ambatolampy.

Conscient que ces orphelins se sentent terriblement seuls à la veille des fêtes familiales de Noël, le Groupe Star a tenu à être auprès d’eux en leur offrant des livres, des kits scolaires et des boissons alimentaires. Le groupe, par le biais d’Anna Rabary, son secrétaire générale, a donc tendu la main à ces orphelins dont les parents ont servi dans la Police nationale.

Faut-il rappeler que depuis 2015, le Star a tissé un lien avec les enfants de cet orphelinat ? Ainsi, pour cette première collaboration, des jouets, des fournitures scolaires et des boissons ont été remis.

En aout de cette année, le Groupe a par ailleurs entrepris la réhabilitation du dortoir de l’orphelinat, et en ce mois de décembre, ce sont 72 pensionnaires qui ont bénéficié de ces cadeaux. « Ces matériels ont été offerts, en gardant la vision que l’orphelinat contribue largement à l’éducation et la scolarisation de ces enfants, et que les valeurs de cohésion, de foi et de discipline sont les principales préoccupations des responsables » a souligné la secrétaire générale du groupe.

Le temps d’un moment et d’un sourire, les enfants de l’orphelinat se sont sentis comme tous les autres. C’est cet esprit de partage et de compassion que l’on connait à Noël, que la Star a souhaité partager. « En tant qu’entreprise citoyenne, cette action s’inscrit dans l’axe social de ces démarches afin d’apporter une contribution modeste pour améliorer les conditions de vie de la population malgache défavorisée », a affirmé Anna Rabary.

Faly R.

News Mada0 partages

Antsohihy : kamiaobe citerne nivadika, nifarombahan’ny olona ny solika

 Tantely afa-drakotra araka ny fitenenana ny nanaovan’ny olona ny solika very tamin’ilay kamiaobe citerne nivadika tany Antsohihy, omaly antoandro. Araka ny fampitam-baovao voaray, noho ny fisian’ny lalan-dratsy no nampivadika ilay kamiaobe rehefa niala  lavaka ny mpamily. Nivadika avy hatrany ka nitsivalana teo afovoan’ny arabe ity kamiaobe ity. Vaky ny citerne ka nandriaka eran’ny lalana ny solika nentiny. Samy nanao izay ho afany tamin’ny fifarombahana ny solika very ireo mponina eny amin’ny manodidina ity toerana nitrangan’ny loza ity. Samy nameno tamin’ny bidao mavo ny olona satria tantely afa-drakotra ka maka izay zakany. Nisy tamin’izy ireo aza nivarotra izany teo akaikin’ny toerana nampivadika ity kamiaobe ity.

Somary niteraka fitohanan’ny fifamoivoizana amin’iny lalana hihazo an’Antsiranana ity kamiaobe nivadika ity noho izy nitsivalana teo amin’ny arabe. Tsy nisy kosa ny aina nafoy na teo aza ny ratra nahazo ny mpamily sy ny mpanampy azy vokatry ny fivadihan’ny fiara.

Taksiborosy iray hihazo an’i Fianarantsoa koa nivadika tao Ambatolampy, omaly antoandro ihany. Naratra ny sasany amin’ireo mpandeha tamin’ity fiara Sprinter ity.

J.C

News Mada0 partages

Lutte contre le paludisme : inauguration d’un insectarium

Un nouvel insectarium vient d’être inauguré à la Direction de la lutte contre le paludisme (DLP) à Androhibe et par la même occasion sa section «Entomologie». Un don de l’USAID au ministère de la Santé publique, dans le cadre de la lutte contre le paludisme.

«Cet insectarium donnera à la DLP les moyens de surveiller le comportement et la résistance des moustiques aux insecticides à Madagascar», a expliqué le directeur général de l’USAID par intérim, Aaron Bishop. Grâce à cette connaissance, on adaptera la stratégie de lutte pour améliorer les réponses attendues.

Selon le DG par intérim de l’USAID, 100 000 cas de paludisme par an ont été actuellement évités. Cela, grâce aux programmes de lutte contre ce fléau, dont la distribution de moustiquaires et la pulvérisation d’insecticides dans les zones palustres.

Sera R

News Mada0 partages

LMA : Rénovation de la bibliothèque

Le Centre de documentation et d’information (CDI) du Lycée moderne d’Ampefiloha (LMA) vient d’être totalement rénové. «Cette rénovation motivera beaucoup plus les élèves à venir souvent consulter des livres», a indiqué Madame Clémentine, une des bibliothécaires du centre. Elle de préciser ensuite que ce sont les livres

de mathématique, de français, d’anglais et les romans qui intéressent le plus les élèves du LMA, en dehors de ceux qui sont recommandés par les professeurs. Des élèves dont l’effectif est d’environ 2 000  actuellement.

Malgré les efforts déployés pour la rénovation et l’extension des infrastructures, le CDI reste encore à l’étroit pour couvrir les besoins des lycéens qui veulent faire de la lecture sur place, d’où la priorisation des livres  emportés.

Cette réhabilitation du CDI a pu voir le jour grâce à l’appui de Vivo Energy Madagascar, dans le cadre de sa politique de responsabilité sociale. «A travers cette aide, nous apportons notre contribution dans l’amélioration de la qualité de l’enseignement à Madagascar», a souligné le directeur général de Vivo Energy, Kader Maiga. A part cette réhabilitation, Vivo Energy a aussi offert trois ordinateurs aux lycéens du LMA.

Sera R

Tia Tanindranaza0 partages

Mandady ny trambo !

Tsy sanatria maniry ny hisian’ny korontana eto amin’ny firenena na koa maniry loza ho an’ny fitondrana, fa tonga amin’ilay fitenenana hoe mandady ny trambo ny zava-misy amin’izao fotoana izao.

Toky R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lycée Moderne AmpefilohaNahazo tranomboky raitra

Afaka amin’ny fahanteran’ny tranomboky sy ireo karazam-pitaovana ilaina ao anatiny ireo mpianatry ny Lycée Moderne Ampefiloha miisa 2.000. Nahazo tranomboky vaovao manara-penitra izy ireo, fotodrafitrasa vao notokanana omaly.

 Vokatry ny fiaraha-miasan’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena  sy ny Vivo Energy no angady nanana sy vy nahitana azy ity.  Maromaro ihany ny asa notontosaina. Ankoatra ny fampidirana  fanaka vaovao, toy ny seza sy ny  latabatra  dia nolokoina sy nohavaozina tanteraka ihany koa ny efitrano iray manontolo, narahin’ny fanolorana solosaina miisa telo vaovao, miaraka amin’ny « connexion » internet. Tanjona, araka ny fanazavan-dRazakaboana Johanne, tompon’andraikitry ny serasera eo anivon’ny Vivo Energy, ny manampy ny mpianatra amin’ny fikarohana ataony, indrindra fa ho an’ireo hiatrika ny fanadinam-panjakana, hanatevenan’izy ireo ny fahalalana efa ananany. Nohamafisin-dRakotoarison Anathol talen’ny kabinetran’ny minisitera ny tombontsoa mety ho azon’ny mpianatra amin’izany izay tafiditra indrindra ao anatin’ny fanatsarana ny kalitaon’ny fanabeazana imasoan’ny minisitera ankehitriny.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny aretina SidaManentana sy manampy ny tanora ny Airtel

Manampy sy manentana ny olon-drehetra amin’ny ady amin’ny aretina SIDA ny Airtel, indrindra fa ny tanora

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitandro ny filaminana MalagasyAfa-baraka tanteraka

Hifandovana toy ny fahefana ihany ny leson-dratsin’ny mpitondra firenena eto amintsika. Tompondaka tamin’ny fisamborana sy fampiasana ny herim-pamoretana ary ny fanagadrana ny fitondrana tetezamita ary mandova izany ny fitondrana Rajaonarimampianina.

Toky R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Televiziona MalagasyNaverina avokoa ireo mpitantana teo aloha

Nifanesy ny fanendrena tompon”andraikitra eo anivon’ny haino aman-jerim-panjakana tato anatin’ny iray volana izao.

 Ny nampiavaka azy dia naverina amin’ny toerany avokoa ireo mpitantana teo aloha tamin’ny tetezamita. Naverina ho Tale jeneralin’ny ORTM (Office de la Radio et de la Télévision publique de Madagascar) Ravoajanahary Johariniaina Fanomezantsoa, Johary Ravoajanahary moa no tena ahafantaran’ny maro azy. Mpanao gazety sady mpamokatra fandaharana izy ary efa anisan’ireo ela niasana tao amin’ny TVM. Banga nandritra ny folo volana ny toeran’ny Talen’ny TVM, taorian’ny nanesorana an’i Lantomalala Rasata ny 30 desambra 2015, ampitson’ny fifidianana Loholona teto Madagasikara. Notendrena hiandraikitra io asa io Razafimahefa Herinirina Lalao, toerana izay efa notanany tamin’ny tetezamita ihany koa. Ary farany izao dia naverina ho tonian’ny fampahalalam-baovaon’ny TVM i Hery Rakotomalala. Efa niandraikitra io asa io nandritra ny efa-taona sy folo volana ihany koa izy, ary nanomboka nandray ny asa omaly.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andekaleka ritraRoa taona lasa no efa fantatra

Mifototra amin’ny fampiasana fitaovana termika ny ¾ ny loharanom-pamokarana herinaratra eto Madagasikara. Lany amin’ny fividianana gazoala avokoa noho izany ny 75%-n’ny tohana ara-bola 300 miliara ariary isan-taona avy amin’ny fanjakana foibe.

 

 Efa mifampiraharaha amin’ny orinasa tsy miankina mikasika azy io moa ny orinasa Jirama amin’izao fotoana izao, hoy ny tale jeneraliny Razafindroriaka Nestor. Efa voavaha amin’ny ampahany betsaka kosa ny olan’ireo milina manome ny famokarana ny 85%-n’ny angovo eto amintsika. Tsy tokony hisy intsony ny delestazy raha ny lamina tetiandro efa napetraka fa mifandraika kokoa amin’ny lafiny toetrandro ny fahatapahan’ny jiro misy ankehitriny, araka ny fanazavany. Ritra ny rano ao Andekaleka ka milina 1 amin’ny 3 sisa no mihodina ao an-toerana. Sambany rahateo teo amin’ny tantaran’ny orinasa mpamokatra sady mpamatsy angovo eto Madagasikara no nisehoan’izany, araka ny fanamarihan’ity tompon’andraikitra mpitantana ny Jiro sy Rano Malagasy ity. Tranga izay efa fantatra taorian’ny fanadihadiana ny volana oktobra 2014 ary efa nanaovana loabary an-dasy ihany koa ny volana novambra 2015.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanDadabe Noely hafakely

Miarahaba anao ry Jean ! Hafakely mihitsy ny fankalazanao ny noely tamin’ity indray maka ity a ! Ny an’ny dadabe Noely hafa mba vatomamy sy bisikoitra no zaraina miaraka amin’ny kilalao rehefa ankatoky ny fety toy izao fa tsy zavatra hafa toy ny anao.

Ny tena mampiavaka ny anao dia tsy mba ireo mahantra sy fadiranovana na farafaharatsiny ny zaza sy ny kilonga madinika no mahazo ny anjara masoandrony amin’ilay izy fa mbola ireo be bokotra sy be galona ihany. Izay anie no hilazako hoe dadabe Noely hafakely mihitsy ianao ity e ! Tsy mba mizara vatomamy sy kilalao ho an’ny ankizikely fa kintana sy medaly ho an’ireny olon-dehibe efa diso voky ireny. Sa ve samy manana ny noeliny koa isika ? Ny anay mantsy izao ny fantatray dia ilay tsianjery hoe “Mpamonjy no teraka ho antsika “ rehefa tonga ny krismasy toy izao. Ny anareo anefa ity toa sanatrian’izany hoe totohondry no hipetaka amintsika rehefa krizy mafy toy izao a ! Saino ihany aloha izay atao fa sao manositosika ondry botry ka hanenina rahampitso a !

Marco

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko PSDHandray ny andraikiny

Nosantarina tao Mahajanga ny sabotsy 17 desambra teo ny fankalazana ny tsingerintaona faha-60 niorenan’ny antoko PSD (Parti Social-Démocrate) na koa Pisodia araka ny ahafantaran’ny maro azy.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vaovao BenjaminMila tairina ny fitsarana

Manoloana ny fisamborana mpanao politika etsy sy eroa, toy izay nahazo ny filoha lefitry ny vondrona Mapar, Augustin

 

Andriamananoro sy ireo namany hafa miaraka hampanaovina krismasy aminy any Antanimora dia nilaza ny mpanolotsaina eo anivon’ny primatiora, Vaovao Benjamin, fa anjarantsika ny misintona lesona sy manaitra ny fitsarana amin’ny zava-miseho. Tsapanay loatra ny zavatra niainanay tamin’ny taona 2002 ka hatramin’ny 2009. Noho ny tahotra fa mety hiharan’ny hazalambo toy izay efa naely tamin’ny andron’ny filoha Ravalomanana izahay, raha nifidy ny kandida natolony tamin’ny taona 2013 dia naleonay nanohana ny HVM hatramin’iny ka hatramin’izao, hoy izy. Nilaza moa ity mpanao politika ity fa manomboka misintaka amin’ny antoko Arema izay nisy azy hatramin’ny taona 1979 noho ny hevitra tsy mitovy intsony ary mieritreritra ny hanorina antoko an’ny tenany manokana. Mifarana kosa ny taona 2017 vao hataony ny tombana rehetra mikasika ny mety sy tsy mety vitan’ity fitondrana ity hanapahany hevitra na mbola hiara-dia amin’ny HVM izy na tsia.

Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana filoham-pokontanyMbola nanaovana atrikasa

Na dia efa lojika aza ny fanazavana nifanesisesy tamin’ireo haino aman-jery miampy ireo fanehoan-kevitry ny olom-pirenena heno tetsy sy teroa fa rariny raha fidiana amin’ny alalan’ny latsa-bato

 

mivantana ireo filoham-pokontany satria miainga avy eny ifotony ny fampandrosoana ary ny avy eny no tena mahita ny maharary azy ireo dia mbola nandaniana vola nanaovana atrikasa ihany ny fanekena na tsia izany ny talata teo. Ny praiminisitra lehiben’ny governemanta mihitsy no nitarika ny hetsika tetsy amin’ny hotely Panorama Andrainarivo. Ny zava-dehibe dia ny faneken’ny praiminisitra fa ilaina io fifidianana amin’ny fomba mivantana ny filoham-pokontany io. Mbola nilana fandaniana volam-panjakana tokoa ve ny fandinihana ny zavatra toy izany ?

Mirija 

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA - JULIANNA RATSIRAKA : Nanolotra kilalao krismasy ho an’ny ankizy

Isan-taona dia misy hatrany hetsika toy izao, izay tafiditra indrindra ao anatin’ny fandaharan’asan’ny ben’ny tanàna dia ny fanaovana asa sosialy manatona bebe kokoa ny vahoaka sy mba ho fanomezan-danja ny ankizy amin’izao ankatoky ny fetin’ny krismasy izao. Kilalao 3.000 no indray nozaraina tamin’ny ankizy ireto. Ankoatra ny ankizy dia nahazo ny anjarany ihany koa ireo fianakaviana sahirana voasoratra anarana sahanin’ny Kaominina mivantana.

Ankotra izany dia nahazo ny anjarany ihany ireo Sefo Fokontany rehetra eto Toamasina sy ny lefiny, mbamina lehiben’ny boriborintany eto Toamasina : ka samy notolorana vary milanja 5 kg avokoa izy rehetra. Ny fiaraha-miasan’ny Kaominina amina mpandraharaha tsara sitrapo no nahafahana niroso tamin’izao ezaka izao. Ny fandaharam-potoana manaraka dia ny fanatanterahana ny fifaninanana amin’ireo fokontany dia ny fokontany mendrika, ka hojerena manokana ao anatin’ny io fifaninanana io ny momba ny fahadiovana.

Ravo  

Ino Vaovao0 partages

PASITERA MAILHOL : Tsy mahay maka lesona amin’izay nitranga ny mpitondra amin’izao fotoana

Izay mpitondra nifandimby teto amin’ny Firenena dia saika nisambotra ireo mpano politika tsy mitovy hevitra na manohitra amin’ny foto-kevitra ijoroana. Dia ohatr’izay hatrany no zava-misy sy iainana amin’izao fitondrana izao, mikasika ny fisamborana ny minisitra teo aloha Augustin Andriamananoro”, hoy ny fanehoan-kevitra nataon’ny pasitera Mailhol.

Araka ny fanazavany dia tsy hirotsaka hofidiana amin’ny taona 2018 izy, fa hapetraky ny vahoaka. Kajikajy politika sa faminaniana ? Nambaran’ny pasitera ihany koa fa mbola misy mpitondra roa, aorian’ny filoha teo aloha Ravalomanana dia izay vao izy.

Milaza i Mailhol fa hapetraky ny vahoaka izy amin’izany. Izany hoe ny filohan’ny tetezamita Andry Rajoelina sy filoham-Mikasika ny raharaham-pirenena kosa dia nambaran’ny pasitera ihany koa fa latsaka an-katerena tanteraka ny vahoaka malagasy amin’izao, tafiditra anaty fahantrana lalina ihany koa ny vahoaka tsy mandady harona. Ny tsy fisian’ny fandriampahalemana manginy fotsiny. Midoka tena ho nahazo vola avy any amin’ny mpamatsy vola ny Fitondrana, nefa tsy hita izay asa vita mikasika izany fanampiana izany.

RaJean

Ino Vaovao0 partages

GTT INTERNATIONAL : Tsy vahaolana ny fitrosana amin’ny iraisam-pirenena

Voalaza ao anatin’ilay taratasy ny tsy tokony hanomezan’ny mpamatsy vola ilay vola trosaina nangatahina nandritra ny fivoriana niarahana tamin’ireo mpamatsy vola tany Parisy ny 1 sy 2 desambra teo. Nolazain’ny GTT mantsy fa tsy manana fahamatorana hitantana io vola be io ny fitondrana Rajaonari- mampianina. 

Eo koa ny tsy fisian’ny mangarahara. Nahitsy ny Gtt raha nilaza fa hampibaby trosa ny taranaka malagasy indray izao fitondrana Hvm izao. Mahakasika ny fifidianana izay ho Filoham-pirenena, dia takian’ny Gtt amin’ny fiakaviambe iraisam-pirenena ny tsy fanekena ny paika maloto kasain’ny Hvm hatao dia ny tsy famelana ny hirotsahan’ireo kandidà ngeza. Takian’ny fikambanana malagasy monina any ivelany ireto ny fanaovana fifidianana madio sy mangarahara andraisan’ny hery velona rehetra anjara.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FANDRIAMPAHALEMANA : Hohamafisina ny fiambenana ireo toerana be olona ao Mahajanga

Ankoatra ny fanao mahazatra amin’ny fisafoana dia ambenana ireo toeram-pivoriana, toy ny fiangonana rehetra sy ny bara ary ny trano fandihizana na fanaovana lanonana. Ny elakelan-trano sy ireo toerana mafampana rehetra any anivon’ny fokontany rehetra any andro aman’alina. Izay ilàna fiaraha-miasa matotra hatrany amin’ny vahoaka izany rehetra, mba hahazoana fahombiazana. Ary koa ahafan’ny tsirairay manao fety milamina sy fitonian-tsaina.

Fety

Ino Vaovao0 partages

KOTABA AMIN’NY ALINA : Ho hentitra ny fepetra fikatonan’ireo bara sy toeram-pandihizana

Isan’izany ny fisian’ireo fandefasana zava-maneno mafy amin’ny alina satria tena betsaka ny fitarainan’ny olona mikasika izany.

Nisy ny fivoriana nataon’ny OMC andro vitsy lasa izany ka nahatonga fandraisana fanapahan-kevitra hentitra.

Ny alatsinainy hatramin’ny alakamisy dia tsy maintsy mikatona amin’ny 11 ora alina ny toeram-pisotroana rehetra, ary amin’ny 1 ora maraina kosa ny zoma hatramin’ny alahady. Amin’ny sasakalin’ny Noely sy ny alin’ny faran’ny taona indray dia tsy voafetra, noho ny maha fety ny andro.

Ho an’ny trano fisakafoana indray dia amin’ny 3 ora maraina no tsy maintsy mikatona tanteraka. Fa raha sady bara izy no trano fisakafoana dia hatramin’ny 11 ora alina ihany no ahafahany mivarotra zava-pisotro mahamamo, raha toa ka afaka mampisakafo hatrany izy hatramin’ny 1 ora maraina.Ny trano fanaovana lanonana na trano fandihizana indray dia tsy maintsy mihidy amin’ny 3 ora maraina manomboka ny alatsinainy ka hatramin’ny alakamisy. Ny zoma sy sabotsy kosa dia misokatra hatramin’ny 5 ora maraina izy ireny ary ny alahady dia hatramin’ny 1 ora maraina.Voaresaka ihany koa ny tsy fahazoan’ny ankizy tsy ampy taona miditra ny toeram-pandihizana sy ny bara na dia latsaka iray andro monja aza.

Hiharan’ny lalàna izay minia mandika izany, na ny mpitondra ireo ankizy tsy ampy taona, na dia ny fianakaviany aza. Toy izany koa na ny toerana mandray azy ireny, izay mety hiafara hatramin’ny fanakatonana mihitsy arakaraka ny zava-mitranga.

Fety

Ino Vaovao0 partages

LICENCE HO AN’NY BAJAJ : Tsy miverina amin’ny fanapahan-keviny ny Ben’ny tanàna

Nivoitra tamin’izany ary nohamafisin’ny Ben’ny tanàna Andriantomanga Mokhtar fa efa lalàna ny fametrahana ny licence ho an’ny bajajy , izay 200 000 Ariary ka tsy hiverin-dalana intsony ny Kaominina.

“Efa maro rahateo ny nandoa ny azy ka tsy hisy ny fanovana”, hoy hatrany izy. Mbola misy hatrany mantsy ireo tompona bajajy tsy manaiky handoa ny 200 000 Ariary isan-taona, izany hoe 548 Ariary isan’andro, nefa ny mpivarotra anana eny an-tsena mandoa 500 Ariary isan’andro hoy hatrany ny fanazavana.

Mbola tsy nanapa-kevitra ireo tompona bajajy saingy tamin’ity herinandro ity dia efa nisy ny fisamborana ireo bajajy tsy nandoa licence aty tsy hiverin-dalana intsony ny Kaominina fa tsy maintsy handoa ny tokony haloany daholo ireo bajajy rehetra niasa tamin’ity taona ity, satria izay tsy mandoa izao dia heverina ho manao taratasy vaovao ka handoa 400 000 Ariary.

Vanessa

Madagascar Tribune0 partages

Au village des Peaux-Rouges….

Dans la tribu des Peaux-Rouges qui vit sur la Grande Ile, le clan des Ecrevisses Marbrées est dans la tourmente. Un de ses porte-paroles favoris, Mouton Beau Parleur, est en train d’être sérieusement inquiété par la justice. Officiellement, la raison serait le rôle perturbateur qu’il aurait joué dans la résistance à l’exploitation aurifère que le clan des Visages Jaunes a tenté de mettre en place au Beau-Village-Qui-Rend-Nostalgique. Dans les coulisses, ceux qui enragent d’avoir perdu les cadeaux promis en échange de l’exploitation par les Visages Jaunes, peuvent être tentés de chercher un bouc émissaire pour se venger de toutes ces contrariétés. Officieusement, on peut penser que le clan d’Écureuil Sautillant se met en ordre de bataille pour faciliter sa réélection à la tête de la tribu. Il s’agit donc pour lui de faire le ménage, et de fragiliser tous les clans qui pourraient être tentés de s’y opposer dans les deux ans à venir.

Lapin Prétentieux, le chef du clan des Ecrevisses Marbrées, reste pour le moment dans le silence. Il fait semblant d’être bien élevé, car il espère revenir par la grande porte du tipi après en voir été jeté par la fenêtre. Mais comme il avait déjà démontré à maintes reprises son caractère de garnement sans beaucoup d’éducation, on peut imaginer l’état de fureur contenue dans lequel il doit se trouver. En effet, sous ses airs de professeur affable et sympathique, Écureuil Sautillant a montré en trois ans une audace sournoise qui est en train de faire suer à grosses gouttes Lapin Prétentieux et son entourage direct.

Dès le début, il a d’abord manœuvré pour faire tomber Chouette Hurlante de son perchoir. Ensuite, il a sorti de derrière les fagots une majorité qui lui a permis de contourner les dispositions de la Loi sacrée de la tribu. Il a donc pu éviter l’application à la lettre d’une loi qui l’aurait obligé à nommer Lapin Prétentieux comme Grand Vizir. Puis il a commencé à intimider les soutiens financiers de Lapin Prétentieux, tels que Vipère Bleutée, ou à obtenir également l’accès au liquide de leurs bourses, comme celles de Vautour Frimeur du clan tout-puissant des Orientaux. Maintenant, Écureuil Sautillant est passé à la phase suivante, qui consiste à rabattre le caquet des grandes gueules du clan des Écrevisses, du moins les quelques rares qui ne se sont pas précipitées pour retourner leur fourrure contre la promesse d’un peu plus de fourrage. Ainsi, après avoir intimidé Zébu Belliqueux (qui a depuis disparu de la circulation), c’est maintenant le tour de Mouton Beau Parleur de se faire remonter les bretelles. En attendant les prochains candidats.

Danse de peaux-rouges avec spectateurs occidentaux. Vail Jefferson (actif vers 1821)

L’observation de la vie de notre tribu depuis beaucoup de lunes permet de se souvenir de tous les abus, crimes, exactions et délits perpétrés par le clan des Écrevisses Marbrées, il n’y a pas si longtemps de cela. Avec le soutien du clan des Visages Pâles à la langue fourchue, il a renversé Vache Laitière Arrogante à la tête de la tribu. Ensuite, ils ont fait main basse sur les ressources du pays, au bénéfice de toute une clique de rapaces et de charognards sans scrupules. Pour accéder au pouvoir puis protéger leurs rapines, ils ont fait taire les hurlements des Loups Légalistes à coups de menaces, d’emprisonnements, de répression, de manœuvres sanglantes (Lundi noir, Samedi rouge) et de morts. La brutalité bestiale des gros bras comme Zébu Belliqueux ou Dingo Bavard (qui a fini par se taire prudemment après une évacuation médicale au pays du clan des Créoles) a été mise à profit pour imposer la férule du clan des Écrevisses Marbrées sur l’ensemble de la tribu. Le tout, sous le regard bienveillant de Chouette Hurlante depuis l’arbre de l’Injustice, avec l’appui loyal de Hibou Dégarni sur l’arbre de l’Insécurité Publique.

Mais il faut croire à la loi du karma, traduite par les Malgaches en « ny tody tsy misy fa ny atao no miverina ». Aujourd’hui, le clan des Écrevisses Marbrées s’offusque de la persécution qu’il serait en train de subir, en oubliant son comportement de décivilisé sans foi ni loi, et ce pendant cinq ans. Amnésie ridicule et coupable !

A-t-on entendu Mouton Beau Parleur, Chouette Hurlante et Perroquet Langue Fourchue (aujourd’hui député de la 5ème colline) faire des remarques quand la bouquiniste Haja a eu le crâne fracassé par une balle lors des répressions à Ambohijatovo ? Les a-t-on entendu protester lorsque la répression des manifestations d’opposants du côté d’Anosy a causé des blessés par balle, blessures que Hyène Langue Fourchue (élu « Ministre de la défense » par les putschistes du clan des Taureaux Abrutis) avait hypocritement attribué à des « chocs contre des voitures »… Les a-t-on entendu quand Bambinette Ecervelée s’amusait à désigner des commanditaires d’attentats suivant la méthode pifométrique, et annoncer par exemple que les cerveaux des bombes artisanales étaient le clan des cinq Zébus placides, ou encore Zébu Sucré ? Les a-t-on entendu quand Perruche Vindicative (une des grandes gueules du clan des Charognards Avides qui siège du côté du grand lac) a fait jeter un innocent en prison pour une histoire de parking ? Les a-t-on entendu lors de l’arrestation en pleine nuit du Grand Chef peau-rouge Cheval Ardent, et de sa compagne de lutte Colombe Courageuse ?

« Quel intérêt de revenir sur l’histoire de la crise de 2009 » … « Quel intérêt de parler de Lapin Prétentieux » … me rétorqueront le clan des Hyènes Idolâtres. Ce clan souhaite en effet effacer de l’Histoire de la tribu les avanies subies à cause du Clan des Écrevisses. Mais qu’il soit clair que ni Chouette Hurlante, ni Lapin Prétentieux, ni qui que ce soit du clan des Écrevisses Marbrées, n’a de légitimité pour se plaindre actuellement de ce qu’ils ont eux-mêmes fait subir aux autres, il n’y a pas si longtemps. Qu’il s’agisse d’atteintes aux droits de l’homme, de violations de la démocratie, et de toute accusation ronflante dont ils aiment accabler le clan d’Écureuil Sautillant, tout en étant amnésiques sur leurs propres turpitudes.

Nous allons donc nous abstenir de toute émotion inutile à cause de cette actualité de 2016, qui ne fait que nous rappeler celle de 2009. Et même si le vieux Peau-Rouge que je suis est loin d’être un fan d’Écureuil Sautillant (et de ses amies Gloutonnes Affamées), je ne vais pas désapprouver qu’il se fasse l’instrument de la loi du karma. En lui rappelant cependant que cette loi s’appliquera également à lui un jour. L’amitié de Buffle Fanfaron, spécialisé dans la répression et l’intimidation des opposants et de la presse, ne lui offrira pas de protection éternelle.

D’ailleurs, je constate que Buffle Fanfaron vient d’être récompensé par une étoile de plus sur son képi, tout comme plusieurs membres de son clan chargé de veiller sur la sécurité de la tribu. Est-ce un encouragement envers Buffle Fanfaron et ses compères à persévérer dans leur incompétence ? On se demande toujours ce qui motive ces promotions, au vu de l’inefficacité de ce clan dans le travail « à lui dévolu », pour emprunter le style ampoulé et lourdingue de Coyote Déloyal, un des anciens scribes au service de Lapin Prétentieux et de Vipère Bleutée, avant de les trahir au plus offrant.

Ugh…. Grizzly Rancunier a parlé.

Madagascar Tribune0 partages

Au village des Peaux-Rouges….

Dans la tribu des Peaux-Rouges qui vit sur la Grande Ile, le clan des Ecrevisses Marbrées est dans la tourmente. Un de ses porte-paroles favoris, Mouton Beau Parleur, est en train d’être sérieusement inquiété par la justice. Officiellement, la raison serait le rôle perturbateur qu’il aurait joué dans la résistance à l’exploitation aurifère que le clan des Visages Jaunes a tenté de mettre en place au Beau-Village-Qui-Rend-Nostalgique. Dans les coulisses, ceux qui enragent d’avoir perdu les cadeaux promis en échange de l’exploitation par les Visages Jaunes, peuvent être tentés de chercher un bouc émissaire pour se venger de toutes ces contrariétés. Officieusement, on peut penser que le clan d’Écureuil Sautillant se met en ordre de bataille pour faciliter sa réélection à la tête de la tribu. Il s’agit donc pour lui de faire le ménage, et de fragiliser tous les clans qui pourraient être tentés de s’y opposer dans les deux ans à venir.

Lapin Prétentieux, le chef du clan des Ecrevisses Marbrées, reste pour le moment dans le silence. Il fait semblant d’être bien élevé, car il espère revenir par la grande porte du tipi après en voir été jeté par la fenêtre. Mais comme il avait déjà démontré à maintes reprises son caractère de garnement sans beaucoup d’éducation, on peut imaginer l’état de fureur contenue dans lequel il doit se trouver. En effet, sous ses airs de professeur affable et sympathique, Écureuil Sautillant a montré en trois ans une audace sournoise qui est en train de faire suer à grosses gouttes Lapin Prétentieux et son entourage direct.

Dès le début, il a d’abord manœuvré pour faire tomber Chouette Hurlante de son perchoir. Ensuite, il a sorti de derrière les fagots une majorité qui lui a permis de contourner les dispositions de la Loi sacrée de la tribu. Il a donc pu éviter l’application à la lettre d’une loi qui l’aurait obligé à nommer Lapin Prétentieux comme Grand Vizir. Puis il a commencé à intimider les soutiens financiers de Lapin Prétentieux, tels que Vipère Bleutée, ou à obtenir également l’accès au liquide de leurs bourses, comme celles de Vautour Frimeur du clan tout-puissant des Orientaux. Maintenant, Écureuil Sautillant est passé à la phase suivante, qui consiste à rabattre le caquet des grandes gueules du clan des Écrevisses, du moins les quelques rares qui ne se sont pas précipitées pour retourner leur fourrure contre la promesse d’un peu plus de fourrage. Ainsi, après avoir intimidé Zébu Belliqueux (qui a depuis disparu de la circulation), c’est maintenant le tour de Mouton Beau Parleur de se faire remonter les bretelles. En attendant les prochains candidats.

Danse de peaux-rouges avec spectateurs occidentaux. Vail Jefferson (actif vers 1821)

L’observation de la vie de notre tribu depuis beaucoup de lunes permet de se souvenir de tous les abus, crimes, exactions et délits perpétrés par le clan des Écrevisses Marbrées, il n’y a pas si longtemps de cela. Avec le soutien du clan des Visages Pâles à la langue fourchue, il a renversé Vache Laitière Arrogante à la tête de la tribu. Ensuite, ils ont fait main basse sur les ressources du pays, au bénéfice de toute une clique de rapaces et de charognards sans scrupules. Pour accéder au pouvoir puis protéger leurs rapines, ils ont fait taire les hurlements des Loups Légalistes à coups de menaces, d’emprisonnements, de répression, de manœuvres sanglantes (Lundi noir, Samedi rouge) et de morts. La brutalité bestiale des gros bras comme Zébu Belliqueux ou Dingo Bavard (qui a fini par se taire prudemment après une évacuation médicale au pays du clan des Créoles) a été mise à profit pour imposer la férule du clan des Écrevisses Marbrées sur l’ensemble de la tribu. Le tout, sous le regard bienveillant de Chouette Hurlante depuis l’arbre de l’Injustice, avec l’appui loyal de Hibou Dégarni sur l’arbre de l’Insécurité Publique.

Mais il faut croire à la loi du karma, traduite par les Malgaches en « ny tody tsy misy fa ny atao no miverina ». Aujourd’hui, le clan des Écrevisses Marbrées s’offusque de la persécution qu’il serait en train de subir, en oubliant son comportement de décivilisé sans foi ni loi, et ce pendant cinq ans. Amnésie ridicule et coupable !

A-t-on entendu Mouton Beau Parleur, Chouette Hurlante et Perroquet Langue Fourchue (aujourd’hui député de la 5ème colline) faire des remarques quand la bouquiniste Haja a eu le crâne fracassé par une balle lors des répressions à Ambohijatovo ? Les a-t-on entendu protester lorsque la répression des manifestations d’opposants du côté d’Anosy a causé des blessés par balle, blessures que Hyène Langue Fourchue (élu « Ministre de la défense » par les putschistes du clan des Taureaux Abrutis) avait hypocritement attribué à des « chocs contre des voitures »… Les a-t-on entendu quand Bambinette Ecervelée s’amusait à désigner des commanditaires d’attentats suivant la méthode pifométrique, et annoncer par exemple que les cerveaux des bombes artisanales étaient le clan des cinq Zébus placides, ou encore Zébu Sucré ? Les a-t-on entendu quand Perruche Vindicative (une des grandes gueules du clan des Charognards Avides qui siège du côté du grand lac) a fait jeter un innocent en prison pour une histoire de parking ? Les a-t-on entendu lors de l’arrestation en pleine nuit du Grand Chef peau-rouge Cheval Ardent, et de sa compagne de lutte Colombe Courageuse ?

« Quel intérêt de revenir sur l’histoire de la crise de 2009 » … « Quel intérêt de parler de Lapin Prétentieux » … me rétorqueront le clan des Hyènes Idolâtres. Ce clan souhaite en effet effacer de l’Histoire de la tribu les avanies subies à cause du Clan des Écrevisses. Mais qu’il soit clair que ni Chouette Hurlante, ni Lapin Prétentieux, ni qui que ce soit du clan des Écrevisses Marbrées, n’a de légitimité pour se plaindre actuellement de ce qu’ils ont eux-mêmes fait subir aux autres, il n’y a pas si longtemps. Qu’il s’agisse d’atteintes aux droits de l’homme, de violations de la démocratie, et de toute accusation ronflante dont ils aiment accabler le clan d’Écureuil Sautillant, tout en étant amnésiques sur leurs propres turpitudes.

Nous allons donc nous abstenir de toute émotion inutile à cause de cette actualité de 2016, qui ne fait que nous rappeler celle de 2009. Et même si le vieux Peau-Rouge que je suis est loin d’être un fan d’Écureuil Sautillant (et de ses amies Gloutonnes Affamées), je ne vais pas désapprouver qu’il se fasse l’instrument de la loi du karma. En lui rappelant cependant que cette loi s’appliquera également à lui un jour. L’amitié de Buffle Fanfaron, spécialisé dans la répression et l’intimidation des opposants et de la presse, ne lui offrira pas de protection éternelle.

D’ailleurs, je constate que Buffle Fanfaron vient d’être récompensé par une étoile de plus sur son képi, tout comme plusieurs membres de son clan chargé de veiller sur la sécurité de la tribu. Est-ce un encouragement envers Buffle Fanfaron et ses compères à persévérer dans leur incompétence ? On se demande toujours ce qui motive ces promotions, au vu de l’inefficacité de ce clan dans le travail "à lui dévolu", pour emprunter le style ampoulé et lourdingue de Coyote Déloyal, un des anciens scribes au service de Lapin Prétentieux et de Vipère Bleutée, avant de les trahir au plus offrant.

Ugh…. Grizzly Rancunier a parlé.

L'express de Madagascar0 partages

Centre-ville – Des fermetures de rue inopportunes

Le centre-ville devient inaccessible. Un arrêté municipal annonce des inter­dictions de circulation et de stationnement à Analakely.

Des rues à Analakely sont interdites de circulation et de stationnement, durant les journées du 21 au 30 décembre, selon l’arrêté municipal n°994 -CUA/M/1MA.16, portant réglementation de la circulation des véhicules de tous genres pendant ces dix jours. Plusieurs activités, notamment des stands de jeux pour enfants, se tiennent sur l’Avenue de l’Indépendance à Analakely, à l’occasion de la fête de Noël et de fin d’Année.Bien évidemment, l’Avenue de l’Indépendance figure dans la liste des rues inaccessibles. Mais également, la contre-allée de l’Avenue de l’Indépendance à savoir, l’Avenue du 26 juin 1960, (du stèle de Jean Ralaimongo au Tahala Rarihasina), la rue Rainibetsimisaraka, duKianja Imbiky jusqu’à sa jonction avec la Rue Patrice Lumumba, comme l’a mentionné l’article 2 de cet arrêté municipal. Les véhicules qui enfreignent à ces règles, seront mises en fourrière, souligne l’article 3.

CritiquerLe centre-ville est totalement obstrué avec ces coupures de circulation. Des usagers de véhicules critiquent qu’elles sont inopportunes. « Il m’a fallu un peu moins de deux heures de temps pour traverser le trajet Behoririka à Anosy, ce matin. Ce n’est pas en de pareilles circonstances qu’on doit choisir de fermer des rues », se plaint Njaka Randrianarisoa, un chauffeur de bus de la ligne 165 reliant Androhibe et Anosibe.Jean Gabriel Harison, le premier adjoint au maire de la commune urbaine d’Antananarivo, refuse d’admettre que ce soit cette décision qui bouche la circula­tion. « La circulation devrait être fluide à Analakely, ce sont les marchands de rue qui entrainent cet embouteillage. D’ailleurs, en juin, les mêmes activités ont eu lieu dans le même endroit », réplique-t-il.Il n’y a pas qu’à Anala­kely que le flux soit difficile, actuellement. La plupart des routes en ville sont bouchées. D’Ambanidia à Antanimena, d’Ampasam­pito à Analakely, d’Ankazo­manga à Andava­mamba. Il est plus rapide de faire les trajets à pied.

Déplacement d’un arrêt

Un arrêt de bus à Anosy a été déplacé à côté du Cercle Franco-malgache (CFM), plus précisément, près du terrain de tennis à Mahamasina. Il s’agit de l’arrêt pour les lignes 165, 150, 163, ou encore les 183, provenant d’Anosibe ou des 67 Ha. Le commissaire principal de police, Jean Victor Tsaramonina, commissaire central de police à Tsaralalàna, clarifie que les stationnements sont interdits dans des bifurcations.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Épidémie de peste – Seize décès et trente-quatre malades

Le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo, ministre de la Santé publique a annoncé, hier, seize décès et trente-quatre malades de l’épidémie de peste, dans le district d’Iakora. Dimanche, quinze décès et vingt-trois malades ont été enregistrés. L’équipe médicale mobilisée sur place, a découvert une dizaine de victimes de plus, depuis leur intervention, la semaine dernière. « Ce ne sont pas de nouveaux cas, mais des victimes répertoriées pendant le recense­ment effectué au niveau des hameaux », précise le Dr Maherisoa Ratsitorahana, directeur de la Veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique (DVSSE).

Situation stableAucun nouveau cas n’a été enregistré, depuis mardi. « Les malades sont sur le point de terminer leur traitement. Nous avons également opéré à une désinsectisation de masse et une sensibilisation pour prévenir la maladie. Des agents communautaires sont sur place pour alerter, en cas de recrudescence de l’épidémie », rajoute le Dr Maherisoa Ratsitorahana.À Befotaka Atsimo, le nombre des victimes est resté à dix décès et dix-sept malades. La situation semble être contrôlée, après une déclaration de situation d’urgence épidémique dans les Districts de Befotaka, de Midongy du Sud et d’Iakora, lors du conseil des ministres, le 15 décembre.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Laza Randriamifidimanana – Possible reprise du rallye

Outre le slalom, Laza Randriamifidimanana compte reprendre le rallye, à l’étranger et peut-être aussi celui du championnat de Madagascar.

Vu son retour réussi après cinq ans de pause, en remportant le titre de champion de Madagascar de slalom, Laza Randrimifidimanana pense reprendre le rallye.Ce grand pilote déjà champion national en 2011 compte bien prendre de nouveau le départ des manches du championnat pour la prochaine saison mais avec un autre bolide plus résistant, a-t-il précisé, hier à Ambato­mirahavavy. Le champion national de slalom en titre a réalisé, hier, la séance de baptême de piste qu’il a promis aux gagnants de différents concours lors du Rallye Tour de Tanà, cinquième manche de Madagascar en début octobre et les chanceux tirés au sort lors du concours RBR durant le cinquième et avant dernière manche du championnat national de rallye virtuel au palais des sports en novembre, organisé par Team So6, ainsi que le champion de Madagascar de rallye virtuel.« Je projette de courir à l’étranger avec la Peugeot 106. Mon objectif n’est pas de s’installer sur le podium, mais d’obtenir le meilleur classement de mon groupe… J’ai pris cinq ans de pause pour deux raisons, professionnelle et privée et j’ai refait surface cette année et choisi le slalom où je ne me consacre pas trop de temps. Quant à ma participation au championnat des rallyes, cela dépendra de la voiture mais je peux toujours courir au championnat de slalom avec la P106 », a mentionné Laza Randria­mifidimanana hier sans trop de précision concernant sa prochaine saison.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Boxe chinoise – Randriamalaza attendu au pays

Le septuple champion du monde en boxe chinoise lai-tie, Jean-Christian Ran­driamalaza sera de passage au pays. Il arrivera à l’aéroport international d’Ivato vendredi matin et effectuera une conférence de presse au A and C Ivato à 9 heures.Cette année, Christian a raflé lors des championnats du monde de Boxe Chinoise – Full Contact qui s’est déroulé en Italie, Carrara, trois médail­les d’or, à savoir le titre de champion du monde chez les -75kg et -80kg ainsi que le titre de Fair-Play et le trophée du meilleur combattant.En 2014, il a été sacré pour la sixième fois, champion du monde de boxe chinoise full contact Lei-Tai, dans la catégorie des -75kg au Martial-Marathon WTKA World Championships. L’année précédente, Christian a décroché son cinquième titre mondial dans la catégorie des -70kg lors du  Dragon Inter­national PWKA World Champion qui s’est tenu du 30 novembre au 1er décembre au palais des Sports de Ganzano di Roma, en Italie.En 2012, le quatrième sacre consécutif lui permet de garder la ceinture définitivement. Deux ans plus tôt, en 2011, Jean Christian Randriamalaza a réalisé un exploit en remportant trois médailles d’or et une d’argent aux cham­pionnats du monde de boxe chinoise qui se sont déroulés du 27 au 30 octobre à Carrara, Italie du PWKA (Professionnal Wushu kung fu association) et WTKA (World traditionnal kickboxing association). Le grand champion y était élu meilleur combattant dans la catégorie des -70 kg. Grâce à ce résultat exceptionnel, lors de ce sommet mondial, Jean Christian Randriamalaza garde définitivement sa ceinture IBCB (International boxe chinoise federation) catégorie -75 kg.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Viol sordide

Viol d’une fillette de onze ans à Antanandava Andapa dans la matinée de lundi vers 9 heures. L’auteur, un jeune homme de vingt-et-un ans, a planté un bâton dans les parties intimes de l’enfant après  son acte lubrique. La petite sœur de la victime, âgée de neuf ans, a alerté le fokonolona. Appréhendé, le suspect est placé en garde à vue à la brigade de la gendarmerie à Andapa. La crainte d’une vindicte populaire plane.

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – L’association Miari poursuit sa route

Créée pour tendre la main aux défavorisés et pour appuyer le développement des jeunes et des femmes. L’association Miari qui a son siège à Tomboarivo à Antsirabe, vient de concrétiser sa raison d’être en offrant une aide aux femmes et aux enfants nécessiteux,membres de l’association, en cette veille des fêtes de la Nativité et du Nouvel an.« Chacun a le droit de les célébrer à sa manière et pourtant, il existe des gens qui n’ont aucun moyen, même pour acheter des friandises et des jouets à leurs enfants », explique Julienne Maminirina Rasoarimanana, présidente de cette association à vocation sociale. C’est dans l’objectif de faire vivre aux 125 femmes et aux 145 enfants  une ambiance de fête que les membres de l’association ont donc décidé d’organiser une petite célébration de Noël, accompagnée d’une distribution de jouets et d’autres cadeaux pour détendre ces défavorisés.Outre la donation, l’association concentre également son activité sur l’organisation de formations en machinistes pour aider les jeunes à se faire engager dans les entreprises franches et l’organisation de diverses formations pour appuyer les femmes adultes à développer leurs revenus.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

La bibliothèque du LMA réhabilitée

Le centre de documen­tation et d’information du lycée moderne à Am­pe­filoha (LMA) a été réhabilité par la société Vivo Energy. Cette société de distribution de carbu­rants et de  lubrifiants a également offert trois ordinateurs à cet établis­sement. Son objectif est d’améliorer la qualité de l’éducation à Madagascar. Deux mille lycéens bénéfi­cient de cette infrastructure.

L'express de Madagascar0 partages

Dahalo lourdement armés

Des bandits armés de fusils d’assaut Mas 36 et de fusils de chasse se sont emparés de quarante-cinq zébus à Andriamena Tsaratanàna avant-hier. Une poursuite menée par la gendarmerie et le fokonolona s’avère jusqu’à maintenant infructueuse.

L'express de Madagascar0 partages

Suphery puissance

Le message est on ne peut plus fort. Les chiens peuvent aboyer aussi fort qu’ils le peuvent, la caravane du pouvoir a décidé de se boucher les oreilles jusqu’au tympan et de passer à travers les appels de détresse et les cris au scandale. Chaque jour l’administration Rajaonarimampianina montre sa super puissance et fait fi éperdument des critiques fusant de toutes parts, des appels au dialogue et à la modération comme des appels à la démission.Jamais, un président et un régime n’ont été aussi décriés. Il n’y a pas que les partis et les hommes politiques en dehors du gouvernement qui s’acharnent sur l’équipe du tandem Rajaoanarimampianina-Mahafaly et son mode de gouvernance assez particulier loin de tout respect de la déontologie républicaine et marqué par le règne de la corruption, la braderie des ressources minières, l’impunité et les trafics de toutes sortes.Le Sefafi (Observatoire de la vie nationale), le FFKM (Conseil des églises chrétiennes de Madagascar), la Conférence des évêques,  les diverses organisations de la société civile…se relaient pour soulever la gravité de la situation socio-politico-économique et la nécessité de la prise de mesures urgentes et radicales pour sauver ce qui peut encore l’être. Ces entités sont réduites à s’exprimer à travers des communiqués de presse, faute de pouvoir tenir meeting à l’image des partis politiques dont la liberté d’expression a été complètement anéantie. Ceux qui ont encore le courage de soutenir les mouvements de revendications sociales ou économiques le font à leurs risques et périls. C’est le message envoyé à travers l’arrestation du SG de Mapar Augustin Andriamananoro faite dans des conditions indignes d’un État, se vantant de respecter les droits des individus mais qui montre que le pouvoir peut faire tout ce qu’il veut, quand il veut.Ainsi, l’État entame ses projets structurants sans aucun respect des procédures de passation des marchés publics, continue de favoriser la corruption en se dressant contre le Bianco et le Samifin, accorde un soutien implicite aux trafics et se permet même le luxe d’avancer le conseil des ministres pour marier sa fille. Et à un moment où l’opinion espérait un geste d’austérité et de modération de l’État dans ses dépenses, Rajaonarimampianina répond par dessus le marché par une promotion de quarante nouveaux généraux dont certains venaient d’être nommés à leur ancien grade il y a six mois. Un cours accéléré dont Rajoelina était l’inventeur et qui permettait à un officier de passer du grade de lieutenant-colonel à celui de général de corps d’armée en cinq ans. Un record battu par Rajaonarimampianina qui jette de plus en plus son dévolu sur les forces armées, dernier rempart d’un régime aux abois. Un sureffectif budgétivore pour une entité incapable d’assurer la sécurité de la population, la protection  des biens et des personnes comme l’exige leur noble mission et qui  écume les rubriques des faits divers des quotidiens.De 1960 à 1975, les forces armées comptaient un général de division et deux généraux de brigade pour un revenu per capita de 300 dollars par jour, en 2016 elles comptent pas moins de mille généraux de corps d’armée, de division et de brigade confondus, deux fois plus de colonels et de lieutenant-colonels pour un revenu moyen de deux dollars par jour. Le fait est que les forces armées n’ont permis ni à Ratsiraka ni à Ravalomanana de rester au pouvoir même si elles ont permis à Rajoelina d’accéder au pouvoir à l’issue d’un coup d’État militaire.Chaque jour, Rajaoanarimampianina fait dans la provocation, pousse un peu plus loin le bouchon pour comprimer une population désemparée par le cours des choses, exténuée par le délestage, indignée par les rackets légalisés comme le droit perçu sur la carte grise biométrique (un non sens, à moins qu’elle permette à une voiture d’éviter un accident ou de se faire voler), écœurée par l’ampleur de la corruption et la complicité de l’État, excédée par le pillage autorisé des ressources minières. Il est vari que depuis le sommet de la francophonie et la conférence des bailleurs de fonds à Paris, il sent ses forces décuplées et se sent au nirvana. Il doit savoir que la plus renouvelable et la plus redoutable des énergies se nomme énergie du désespoir dont l’usine ne se trouve ni à Volobe ni à Ambatolampy mais dans la carcasse de chaque individu surtout ceux dont le cœur est brisé par le délestage. Elle a mis à terre plusieurs despotes à travers le monde mais il faut dire qu’un enseignant aime plus donner des leçons qu’en prendre.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Open Race Tuning – Retrouvailles des passionnés de la mécanique

Franc succès de l’édition inaugurale. Open Race Tuning, la première course d’autos-motos de différentes catégories pour toutes les générations, de 1970 à 2000 organisée Keys Event et Madatuning en partenariat avec Airtel Madagascar le dimanche 18 décembre au SRK Imerintsiatosika a réuni plus d’une quarantaine d’associations de marques et générations de voitures.Cet opérateur de téléphonie mobile a déjà soutenu le dernier Rallye inter­national de Madagascar. « Nous soutenons les activités visant à éduquer les populations. Nous avons apporté notre appui à cet événement original pour montrer notre dynamisme et partager la passion du sport automobile en valorisant autant les modèles anciens que nouveaux … », a souligné Maixent Bekangba, directeur général d’Airtel Madagascar.Cette course auto-moto était une occasion pour les amateurs et passionnés de mécanique et Tuning de se retrouver autour d’une piste pour mettre à l’épreuve leurs véhicules. L’événement était également un moment de rencontre privilégié entre les fanatiques de modèles anciens.Ce voyage dans le temps de l’univers automobile a été marqué par diverses animations, à savoir une exposition-vente d’autos-motos tuning, de collection, d’exception, de sport, de prestige et de luxe… ainsi qu’une démonstration de performance de différentes catégories d’autos, motos, quads, scooters, modélismes,… Sur des circuits entièrement sécurisés, un pour les runs et un pour le karting, les organisateurs ont prévu, lors de cette journée, non seulement de divertir le public mais aussi d’éduquer et de conscientiser les usagers sur les risques et les dangers encourus lors des courses ne respectant pas les normes de sécurité.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Enseignement – Des grèves en gestation

« Malgré les efforts et le bon travail que nous avons réalisés durant le premier trimestre, les  responsables ne cessent  de nous menacer et de nous faire pression », lance Heriniaina Jean Claude Rakotomalala, président du  groupement des associations nationales des enseignants fonctionnaires et non fonctionnaires dans la région Vakinankaratra.À la suite de ce qu’ils appellent « pression et menace », ces transfuges de l’autre groupement des enseignants fonctionnaires et non fonctionnaires en activité, annoncent qu’ils comptent  poursuivre leur mouvement. Même s’ils n’ont pas eu gain de cause lors de leurs précédentes grèves .Ils ont alors demandé une rencontre avec le directeur régional de l’éducation nationale du Vakinankaratra, mais leur demande a été rejetée. C’est pourquoi ils sont venus nombreux, pour tirer la sonnette d’alarme,  devant le bureau du responsable régional, hier matin pour lui rappeler les requêtes dont ils lui ont déjà fait part.

A.N. A.

L'express de Madagascar0 partages

Un corps dans l’Ikopa

Le corps en décomposition d’un quadragénaire a été rejeté par l’Ikopa du côté d’Ambohidratrimo mardi. Le défunt portait encore sur lui tous ses vêtements. En revanche, aucune pièce d’identité n’a été retrouvée sur lui.

L'express de Madagascar0 partages

Ambatomirahavavy – Baptême de piste pour des profanes

Chose promise chose due. Hier était le jour de baptême de piste pour les gagnants de deux concours différents sur le circuit du club Asa Tanà à Ambato­mirahavavy. Ces derniers ont pu vivre la sensation forte dans une vraie voiture rallye aux cotés d’un grand champion à la conduite.« Le virtuel et le réel est tout à fait différent. C’est vrai qu’on vibre de sensation en virtuel mais incomparable par rapport à ce que je viens de vivre tout à l’heure … Bien sûr qu’il a toujours des leçons à tirer pour ne citer que la façon dont Laza négocie un virage », reconnait Rija Ranaivosoa, alias Kenworth, multiple cham­pion national du virtuel. Le chanceux tiré au sort au concours RBR, Jhemy Princy Razafindrakoto a bien apprécié les quelques tours avec Laza, « c’est un grand pilote et je n’avais pas du tout peur car j’ai confiance en lui ».«Vu sa conduite, je tire mon chapeau. J’avais quand même un peu peur lors de la descente en pleine vitesse », telle est la réaction de Tojo Rakotonirina, le deuxième concurrent chanceux tiré au sort au concours de RBR.D’autres spectateurs accompagnant les gagnants de différents concours présents sur place, ont aussi pu bénéficier de ce moment de découverte et de sensation.

SR

L'express de Madagascar0 partages

La ville descend de son rocher

Quand le gouvernement général français s’établit à Antananarivo, il s’attelle aux travaux les plus urgents, en particulier l’accès des véhicules modernes jusqu’au Rova. Et ce, à travers les quartiers les plus peuplés de la ville, uniquement desservis par un labyrinthe de ruelles escarpées, ravinées en saison des pluies, coupées d’escaliers glissants. Utilisant autant que possible les anciens tracés, des voies plus larges sont percées, avec des pentes mieux aménagées et pourvues de caniveaux de pierre. La rue descendant du carrefour d’Ambohijatovo vers Antani­narenina, est ouverte en 1898.Sur la croupe de Faravohitra, l’avenue La Bourdonnais devenue rue George V et construite dès 1896, est doublée par la rue Gallieni à la fin de 1904. Pour celle-ci, il faut faire sauter la roche à coups de mines sur plusieurs centaines de mètres. Se développant en pente douce sur près de deux kilomètres depuis le carrefour de Soarano, voisin de la future gare ferroviaire, elle devient la voie d’accès la plus commode vers la Haute-ville.Celle-ci voit son visage orné et rajeuni par des jardins créés en des points bien choisis. « Andohalo, le théâtre des solennels Kabary de la royauté malgache, espace nu, poussiéreux ou fangeux, devient la charmante place Jean Laborde » (chroniqueur anonyme des années 1950). Les arbres y poussent vite autour du kiosque où, dès 1897, se fait entendre la musique militaire française.Entretemps, on essaie d’imposer aux habitants des habitudes d’ordre et de propreté. Les petits marchés sont délimités et n’encombrent plus les voies publiques. En 1913, on commence à paver les rues, on commande des plaques indicatrices. « Cependant, tous les quartiers n’ont pas encore l’eau potable ni des lampes à incandescence. Les détritus domestiques souillent trop souvent les abords des maisons où grouillent des porcs. »Sur le rocher, peu de terrains sont disponibles pour la construction, mais de nombreux services officiels s’y installent d’abord: la mairie, le secrétariat général, les bureaux, le Cercle des Européens ou de l’Union bientôt remplacé par les bâtiments du Lycée Gallieni… Ainsi la ville, en quête d’espace, doit descendre de son rocher. Elle s’étend surtout vers le nord-est. C’est là que se trouvent des terrains plats qui se prêtent aux œuvres de l’urbanisme et auxquels on accède, à partir des vieux quartiers, par les pentes les moins escarpées. C’est là que passe le chemin qui conduit du Rova à la ville sacrée d’Ambohi­manga et aussi à Mahajanga. C’est là que se tient le grand marché du Zoma et que les premières maisons de commerce européennes s’installent avant la conquête.Plus tard, le choix fait de l’emplacement de la gare exerce un attrait plus puissant. Certains sont partisans des rives occidentales du lac Anosy, en aval et au sud d’Isoraka. Les terres sont l’objet des spéculations habituelles. Finalement, on se décide pour le vallon d’Analakely qui s’élargit progressivement vers le nord-ouest, entre les collines d’Ambondrona-Antanimena et d’Isoraka-Isotry.Les pentes sud-est d’Isoraka sont aménagées en parc annexé à la résidence du gouvernement général à Ambohitsorohitra en 1901. Celle-ci est reliée par l’avenue de France à la place Colbert (actuelle place de l’Indépendance) taillée sur le versant qui domine Analakely et refoulant le grand Zoma dans le fond du vallon. Marché qui cède la place aux magasins de commerce et aux bureaux descendus de la vieille ville. Ce quartier d’Antani­narenina (à la terre nivelée) devient alors le centre de la vie administrative et des affaires. Les hôtels et restaurants descendent du vieux Tana. Magasins et entrepôts s’y construisent.Le vallon d’Analakely, naguère couvert de rizières et parfois submergé d’eau, se peuple moins vite. Longtemps les rues ne traversent que des terrains vagues entre le marché et l’emplacement de la gare installée aux dépens du promontoire rasé d’Antanimena et ouverte à l’exploitation, le 21 novembre 1910.C’est alors que les blocs du bas-quartier d’Analakely commencent à se remplir. En 1915, l’avenue Fallières (avenue de l’Indépendance) a ses massifs de verdure, mais n’est pas encore bâtie, de même l’avenue de La Réunion (avenue Andrianam­poinimerina) qui prolonge la route de Mahajanga.

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

Tananews0 partages

Antsohihy : un camion citerne se retourne sur la route

Le chauffeur et son aide se sont blessés.

Les babakoto aux alentours se sont précipités pour rentrer chez eux. Pour chercher de l’aide ?

Non pour chercher le max de bidons.