Les actualités Malgaches du Mercredi 22 Novembre 2017

Modifier la date
News Mada225 partages

Billard : naissance de la fédération malgache

Les billardistes malgaches passent à la vitesse supérieure. Effectivement, la Fédération malgache de billard (FMBL) a été mise en place officiellement le 31 octobre et de même pour le bureau exécutif qui a été présenté hier. Il s’agit d’une démarche associative pour le développement de la discipline vu son évolution au cours de ces dernières années.

Les billardistes peuvent lâcher un grand ouf de soulagement. Ils ont finalement leur propre fédération après un travail de longue haleine et plusieurs tractations auprès des autorités malgaches et des instances internationales.

«Plusieurs propriétaires de salles de billard, une grande majorité de présidents de clubs, des organisateurs de tournoi, des joueurs, qu’ils soient de l’ancienne ou de la nouvelle génération, sont à l’unisson pour matérialiser ce projet qui nous tient à cœur. L’idée est de formaliser une démarche associative pour le développement de la discipline et pour l’intérêt général, vu son évolution ces dernières années. Les salles de billard se multiplient  et nous possédons un potentiel non négligeable de joueurs de haut niveau et des tournois sont organisés dans des salles mais dans un cadre non officiel», ont déclaré les têtes pensantes au sein de la FMBL, hier, à l’hôtel Colbert à Antaninarenina.

Selon les explications, la création de la FMBL a pu se faire grâce à une dérogation spéciale pour que les férus malgaches puissent prendre part aux rendez-vous internationaux outre la mise en place des structures administratives telles que les ligues, sections et clubs.

«Nous sommes actuellement en étroite collaboration avec la Fédération africaine et la Fédération française de billard pour que nous puissions aligner des joueurs aux divers tournois régionaux, africains et internationaux et pourquoi pas aux Jeux olympiques. Les rendez-vous les plus proches étant les championnats du monde de Chine en janvier, le championnat d’Europe à Malte en janvier et le championnat d’Afrique à Cape Towmn en novembre 2018», ont conclu les membres de bureau de la FMBL. Plusieurs compétitions de sélection sont donc en vue pour repérer les meilleurs billardistes de chaque club sur tout le territoire malgache.

Rojo N.

Les membres du bureau

de la FMBL :

Président :

– Stéphane Razafinimanana

Vice-président responsable technique :

– Alain Paul Andrianaivo

Vice-président responsable de la communication relations avec les médias :

– Patrick Ratsimba

Secrétaire général :

– Jasminah Rasonarivo

Trésorier :

– Dina Andrianarimanana

DTN chargé de la performance : Rindra Randriamihaja

DTN chargé des tournois :

– Harambato Andriamanalina Razafindrakoto

Conseillers :

Théogène Edmond Randrianarisoa, Mamisoa Raharijaona, Jean Claude Ravelomanana, Fenosoa Robert Andriantasy et Stéphanie Ramaroson.

 

Tia Tanindranaza83 partages

Berija R sy ny depiote Tsivoulagne MaximinRaikitra ny ampamoaka sy ady…

Raikitra ny fifanolanana eo amin’i Berija Ravelomanantsoa, Lehiben’ny fari-piadidiam-paritry ny jono ao Sainte Marie sy ny depiote Tsivoulagne Maximin.

 

 Antony ny resaka fanararaotam-pafehana sy fitakiana vola tsy ara-drariny ataon’io tompon’andraikitry ny jono io izay voatendry nanomboka ny volana septambra, raha ny voalazan’ingahy depiote. Nanao fanambarana teny amin’ny hotely Colbert Antaninarenina i Berija Ravelomanantsoa omaly, ka nilazany fa aoka tsy harovana ny olona tsy manana taratasy, fa lasa gaboraraka ilay izy satria izay no zava-misy any. Ny resaka “Mareyeur” na ireo mpivarotra hazan-dranomasina tsy misy manana taratasy. Ny mpanangona sy mpanondrana trondro mankany Toamasina, Mananara,…efa ho 100 latsaka, kanefa olona 2 no manana taratasy. Mila omena alalana ny tsirairay, ary mandoa tamberim-bidy isan-taona any amin’ny tahirimbolam-panjakana, hoy izy. Toy izany ihany koa ny “Mereyeur” na ireo mpandraharaha. Mikasika ny sambo mpanjono dia manomboka 15 Chevaux miakatra no tsy maintsy manana “licence industriel” araka ny lalàna, kanefa ny ankamaroany tsy misy manana. Ilay olona rehefa resena lahatra, dia mandeha mitory any amin’ny mpanao politika. Ilay mpanao politika amin’izay no miaro ilay vahoaka tsy misy taratasy. Ny tenako, dia sanatria tsy hamotika firenena tahaka izany. Efa apetraka foana hoe rehefa atao ohatr’izany ary harovana tahaka izany, dia aleoko izao miala any fa inona no ataoko any, hoy i Berija Ravelomanantsoa.

Fanararaotana sy fitakiana vola tsy ara-drariny

Nitondra fanazavana kosa ny depioten’i Sainte Marie Tsivoulagne Maximin taorian’izay, ary namotsipotsitra sy nanao ampamoaka momba ireo ambarany ho fanararaotam-pahefana sy fandikan-dalàna ataon’io tompon’andraikitry ny jono io. Ny mahazatra ny olona dia misy ny mandefa “commission” na entana halefa any Toamasina, Soanierana Ivongo,… toy ny trondron-dranomasina, orita, Calmar,… Misy ny mitondra sakafo na koa voandalana ho an’ny fianakaviana. Ny zava-misy dia eo ilay rangahy io no miandry ireo olona mitondra “glacière”, ka izay mitondra trondro dia hitakiany 1500Ar isaky ny “glacière”, ary raha Calmar na orita dia 3000Ar, hoy izy. Mandeha aiza io vola io ? Ny vola miditra amin’ny fanjakana mantsy tsy maintsy misy « quittance à souche » na tapakila ara-panjakana manamarina izany, araka ny fanazavany. Misy ihany koa ny fanagiazana maoteran-tsambo ataony saingy havakavahana, ka na tsy ara-dalàna avokoa aza dia misy ny avela hiasa ihany, ary ambara fa hokarakarain’io tompon’andraikitra io ny taratasy. Tsy anjarany no mangeja fitaovan’olona fa an’ny mpanara-maso “surveillance de pêche”. Ny manao ny “certificat de conformité” ihany no asany, hoy io depiote io. Milaza ihany koa ity olom-boafidy ity fa efa nandefasan’i Berija Ravelomanantsoa hafatra isan-karazany, fa vonon-kiady sy tsy matahotra an’ity depiote ity. Ampitaiko amin’Atoa minisitra hoe rehefa handefa olona dia mba jereo tsara ny toetrany, ary raha ohatra olona tsy voafehinareo dia aleo izy tsy homena asa fa tsy halefa any aminay, hoy izy. Izahay tsy manavakavaka na iza na iza fa rehefa olona tsy hifanome tanana amin’ny fampandrosoana, dia izahay tsy mila, hoy hatrany ny depiote Tsivoulagne Maximin.

Toky R

 

Midi Madagasikara67 partages

Vohibato : Asan-dahalo, mpanara-dia iray maty voatifitra, oloina iray natao takalon’aina

Nisehoana halatr’omby narahina vono olona indray tany amin’ny Distrikan’ i Vohibato Faritra Matsiatra Ambony, ny alin’ny alahady teo, tao amin’ny Fokontany Monongo any amin’ny Kaominina ambanivohitry Mahaditra. Andian-dahalo tanora am-polony nirongo basy sy fitaovam-piadiana hafa toy ny lefona sy famaky ary sabatra no nangalatra omby miisa sivy. Mpanara-dia iray maty voatifitry ny dahalo, ary tompon’omby roa ihany koa no nentin’ ireo malaso nataon’izy ireo takalon’aina. Rehefa dify kely ny tanàna ireo mpangalatr’omby dia niantso avy hatrany ny polisy tao Ambalavao ireo tompon’omby, ka nanao ny fanakanan-dia ireo omby ny mpitandro filaminana niaraka tamin’ny Fikambanan’ny mpiompy omby ao Iarintsena. Efa voaambina daholo ny « kizo » rehetra ka tsy nisy lalana nahafahan’ ny nivoaka nitsoaka intsony ireo malaso. Navelan’ ireo dahalo teo ireo omby avy nangalarina ka tafaverina tamin’ny tompony afak’omaly. Avotra soa aman-tsara ihany koa izy mirahalahy tompon’omby nataon’ ireo mpanani-bohitra takalon’aina, hoy ny fampitam-baovao avy amin’ny Polisim-pirenena ao Ambalavao.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada56 partages

Travail des enfants : plus de 2 millions de mineurs sont des travailleurs

Le travail des enfants demeure une réalité difficile. Les statistiques s’y rapportant parlent d’elles-mêmes. Le sujet a été abordé hier à Tanjombato lors d’un débat portant sur le thème : «Développer Madagascar par l’ éradication du travail des enfants».

Le bilan demeure sombre. Selon les dernières statistiques du Bureau international de travail (BIT) de 2012, 28% des enfants occupent un travail rémunérateur, soit plus de 2 millions d’enfants, dont 94% dans l’informel. Selon les informations, les enfants dans les zones rurales en sont les plus affectés.

Une situation qui aurait sans doute empiré depuis ces cinq dernières années à en juger le contexte national actuel marqué par la hausse incessante du niveau de vie, qui ne manque pas d’affecter sur le budget des ménages les plus vulnérables. Ces derniers sont contraints de retirer leurs enfants des bancs de l’école pour les introduire dans le monde professionnel pour booster le revenu familial.

Initié par l’Ambassade des Etats-Unis et mené en collaboration avec la Commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH), cet événement entre dans le cadre de la Journée mondiale de l’enfance, célébrée officiellement hier.

Un à trois millions d’ariary d’amende

Mis à part le fait d’être exclus de l’école, les enfants travaillent dans des conditions difficiles, sans bénéficier d’aucune protection sociale ni sanitaire, tout en étant  victimes de maltraitance de toute sorte.

Une bonne partie d’entre eux sont employés dans différents secteurs, tels que l’agriculture et l’élevage, dans le domaine de l’extraction minière… sans parler des travaux domestiques, qui ne cessent de prendre de l’ampleur ou encore  l’exploitation sexuelle des mineures à des fins commerciales (Esec)…, allant de 3.000 à 30.000 ariary par mois.

Moyennant l’intervention des différents acteurs, la Grande île compte éradiquer ce fléau d’ici 2030. Pour atteindre cette vision, le premier Conseiller au sein de l’ambassade des Etats-Unis, Wilson Stuart a encouragé le gouvernement à allouer des ressources budgétaires et matérielles requises à toutes les organisations chargées de promouvoir et protéger les droits de l’homme tout en soutenant comme il faut la mise en œuvre des politiques et programmes existants.

L’application des législations régissant ce domaine s’avère aussi primordiale. Entre autres, les personnes employant des mineurs sont passibles d’ une amende se situant entre un à trois millions d’ariary et d’ une peine d’emprisonnement de un à trois ans.

Fahranarison

 

L'express de Madagascar55 partages

Mazoni Rakotoarivony – « Une course ne se gagne pas tout seul »

Le champion d’Analamanga 2017 et second du Tour cycliste international de Madagascar (TCIM) 2016 nous livre ses impressions avant la tenue du Trophée des As de ce week-end. Il partage également ses ambitions avant le TCIM 2017.

Le Trophée des As constitue l’ultime sélection pour les coureurs malgaches avant le TCIM. Comment s’est déroulée votre préparation en vue de l’événement?Pour tout dire, je me suis bien préparé en vue de briller durant le Trophée des As. Je peux compter maintenant sur mes coéquipiers qui se sont entraînés avec moi au fil des semaines au sein du Vélo Club d’Antananarivo (VCA). Comme vous le savez, une course ne se gagne jamais tout seul donc je reste confiant vis-à-vis de mes coéquipiers.

Il y aura une course contre la montre et une course en ligne durant le Trophée des As. Laquelle vous avantage particulièrement?Effectivement il y aura deux courses tout à fait différentes. Pour ma part, je me focaliserai spécialement sur la course en ligne de 140km sur la route nationale numéro deux vers Imerinkasinina le dimanche. Pour le contre la montre de 20 kilomètres le samedi, ce sera une bonne mise en jambes mais je vais quand même me défoncer et on verra bien. J’espère tout simplement effectuer une belle course.

On se rapproche à grand pas du TCIM 2017. Quel sera votre principal objectif?Mon objectif et celui des coureurs malgaches sera de gagner le TCIM 2017. Ce coureur malgache qui pourrait gagner le Tour pourrait être moi ou un autre coureur. Le plus important serait de nous trouver un, deux ou trois leaders qu’on va devoir protéger tout au long du Tour.Tout dépendra du travail d’équipe des Malgaches pour arriver au bout du tunnel par un succès malgache. L’adversité sera bien présente avec un maximum de pays étrangers et cela représente un grand défi à relever pour nous.

Propos recueillis par Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar50 partages

Madagascar et l’Afrique

Les Maures sont blancs, «bidan», les Africains sont noirs, «sudan». Il y a un réel racisme arabe à l’encontre des Africains. Dans un article, Jeune Afrique (17 mai 2016) relève que «la vision du Noir en Algérie, marquée par une discrète distance pendant des années, s’est transformée en rejet violent». Dans Le Monde (6 janvier 2015), une Africaine victime de racisme au Maroc raconte que dans ce pays, on aime dire «Le Maroc et l’Afrique». D’ailleurs, de 1984 à 2017, le Maroc n’était pas membre de l’OUA ou de l’Union africaine. Dans son livre «Le Chemin de Jérusalem», l’ancien secrétaire général des Nations Unies Boutros Boutros Ghali, écrivant à la fin des années 1970s, regrettait que son pays, l’Égypte, ait tourné le dos à l’Afrique, à la Nubie, à l’Abyssinie de l’ancien esclave Bilal devenu muezzin…Le Maghreb est-il l’Afrique ? En 1989, année de l’adhésion de la Mauritanie à l’UMA (Union du Maghreb arabe qui associe le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye et la Mauritanie), des centaines de milliers de Noirs étaient «déportés» vers le Sénégal et le Mali tandis que 200.000 Maures furent accueillis en Mauritanie. Que des Arabes vendent des Africains aux enchères : il ne faut pas exagérément s’en étonner, surtout que l’Organisation internationale pour les Migrations en dénonce la pratique depuis des années.L’émoi actuel est venu des images de la chaîne américaine CNN filmant ce marché aux esclaves africains en Libye. Et tout le monde fait semblant de crier que «nous sommes en 2017». Par contre, je ne comprends pas qu’une manifestation africaine ait été organisée dans les rues de Paris, en France. La vente des esclaves africains a lieu en Libye : n’est-ce pas là-bas qu’il fallait manifester plutôt que d’emmerder les Parisiens avec une histoire qui leur est étrangère ? Et, bien entendu, certains manifestants, dont sans doute des migrants illégaux, en ont profité pour invectiver la présidence française. Parce que des Africains quittent leur pays en proie à la guerre civile ou qu’ils fuient la misère provoquée par la mal-gouvernance de la cléptocratie au pouvoir en Afrique et parce que des Arabes vendent des Africains comme esclaves, ce serait la faute de la France ? Quelle rhétorique anticoloniale ou quelle jérémiade altermondialiste pourrait m’en expliquer la logique…Dans la foulée, un pays africain, le Niger, demande que cette histoire arabo-africaine soit inscrite à l’ordre du jour du prochain Sommet entre l’Union africaine et l’Union européenne (Abidjan, Côte d’Ivoire, 29 et 30 novembre 2017). Ou de l’énième fois où se pose la question de l’intérêt pour une île comme Madagascar de participer à cette association, qu’elle soit OUA ou UA. Une approche bilatérale, avec les États-Unis, avec la Chine, avec la Grande-Bretagne de l’après Brexit, privilégierait nos intérêts qui risquent d’être noyés par le flot d’incantations, de revendications et de récriminations qui ne nous concernent pas. Le panafricanisme n’est pas malgache. L’excision des femmes n’est pas malgache. La solde non versée aux troupes burundaises engagées en Somalie n’est pas malgache. Par contre, serait argent malgache la taxe de 0,2% sur «tous les produits éligibles» pour financer les «opérations de paix» en Afrique… Et qu’allons-nous nous égarer dans ces colloques sur les langues africaines alors que la linguistique a maintes fois démontré que la langue malgache est une langue austronésienne.J’oubliais : Madagascar est une île.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

 

Midi Madagasikara49 partages

Allo Taxi n’akà : Un nouveau service taxi rapide et sécurisé

L’équipe d’Allo Taxi n’akà, lors d’une conférence de presse de présentation du service, hier au Motel de Tanà.

Les jeunes opérateurs économiques malgaches ont des idées. C’est le cas notamment de Koloina Ranaivo Rajaonarisoa qui, fraîchement de retour au pays après ses études à l’extérieur, a décidé d’opérer dans les services de transports urbains. Il s’agit d’Allo Taxi n’akà, un service qui va révolutionner les taxis à Antananarivo, et prochainement en province.

Développé avec Incubons, une entreprise d’appui aux jeunes promoteurs, le service Allo Taxi n’akà est conçu pour répondre à la fois aux besoins des clients et des taximen. Le principe, qui est d’ailleurs déjà pratiqué dans de nombreux pays, est simple. Un client a besoin d’un taxi, il peut tout simplement appeler de chez lui le service Allo Taxi n’akà par téléphone, sms ou sur facebook. Le service se charge immédiatement de lui trouver un taxi le plus proche de chez lui et de l’envoyer à domicile pour le récupérer dans un délai le plus court. Et ce avec le prix le plus compétitif discuté au niveau du service lui-même. Un service rapide et sécurisé puisque le réseau dispose de toutes les informations sur le taxi qu’il envoie.

En effet, le taximan doit s’inscrire dans le réseau Allo Taxi n’akà. Avec comme avantage, celui d’avoir une large demande de course et d’éviter de rouler à vide puisqu’il peut attendre tranquillement chez lui ou quelque part un appel ou un sms de demande de course. En effet, le service fait appel aux taxis dès qu’une demande provient d’un client. Assuré 24h/24 et 7j/7, le service Allo Taxi n’akà rendra la vie des clients et des taximen plus facile. A noter que c’est Madavision qui accompagne la jeune opérateur Koloina Ranaivo Rajaonarisoa dans la mise en place de sa stratégie marketing et commerciale. Le service est disponible dans le groupe facebook ALLO TAXI N’AKA.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza46 partages

Varatra nitety efitrano tany AntsirabeMpianaka 2 maty, olona 2 hafa naratra mafy

Namono olona indray ny varatra raha mba vao nilatsaka ny orana tao Antsirabe manodidina.

Caius R

L'express de Madagascar45 partages

Justice – Confusion autour de l’affaire Antsakabary

Le dossier Antsakabary revient dans les débats. Des affirmations contradictoires risquent de renforcer les méfiances de l’opinion publique autour de la lenteur du traitement de cette affaire.

Imbroglio. Dans le cadre du respect des droits de l’Homme et de la lutte contre l’impunité, l’affaire Antsakabary a été l’un des sujets de discussion durant la consultation entre le gouvernement et l’Union européenne (UE) à Mahazoarivo lundi, pour préparer le prochain dialogue politique.Selon le communiqué de presse du rendez-vous, Alexandrine Elise Rasolo, ministre de la Justice, aurait assuré que les enquêtes sont en cours sur les évènements d’Antsakabary. À l’issue des échanges, Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, a indiqué à la presse internationale qu’autant du côté des villageois que de celui des policiers, il y a des détentions. Selon le chef du gouvernement, les enquêtes traînent, car nous avons du mal à avoir des témoins à charges.Des mots qu’il a repris hier au Carlton Anosy, en marge d’un évènement sur le plan stratégique de l’amélioration du système d’enregistrement des actes d’état civil. Ceci pour affirmer qu’il n’y a pas de justice à deux vitesses. Ce dossier sera mené à terme. Dans la foulée, le cabinet du ministère de la Sécurité publique a également tenu une conférence de presse, hier, pour réaffirmer que l’affaire est déjà entre les mains de la Justice.Le commissaire principal Jean Rostand Rabialahy, directeur de cabinet du ministère de la Sécurité publique, a même appelé tous ceux qui ont des preuves des faits d’Antsakabary, notamment des images, dont certaines circulent depuis quelques jours, à les remettre à la Justice. « Si ces images sont authentiques, pourquoi ne les avoir dévoilées que neuf mois après les faits, car elles ne figuraient pas parmi les éléments de l’enquête », a-t-il déclaré.

Vidéo des exactionsContacté, Seth Andriama­rohasina, rapporteur de la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH), démonte les arguments policiers et ceux du chef du gouvernement. « Des personnes victimes des exactions policières sont actuellement à Antana­narivo pour suivre l’évolution du dossier au tribunal. Avec leurs avocats, ils ont rencontré la CNIDH », a-t-il indiqué. Suite aux plaintes de ces personnes contre les policiers, en juillet, le dossier Antsakabary a été transféré au tribunal d’Antananarivo.Comme quoi, il y aurait bel et bien des témoins à charge dans l’affaire. Parmi ces villageois de Befandriana Nord, ayant fait le voyage jusque dans la capitale, figureraient des familles de la vieille dame ayant péri dans l’incendie de son habitation, et une des femmes victimes des attouchements perpétrés par les policiers. Le rapporteur de la CNIDH ajoute, du reste, que la Commission serait en possession d’une vidéo des exactions des éléments de la police nationale.« Nous sommes prêts à remettre cette vidéo aux autorités judiciaires si cela contribue à faire avancer l’instruction de l’affaire », soutient Seth Andriamarohasina. Les scènes de cette vidéo cadreraient avec les témoignages collectés durant la descente à Antsakabary des mem­bres de la Commission des droits de l’Homme, et inscrits dans leur rapport publié en mars. Des indiscrétions indiquent que cette vidéo aurait été découverte récemment, lors des investigations menées par la CNIDH.Au téléphone, le commissaire principal Rabialahy a indiqué qu’ils allaient demander cette vidéo à la Commission, réaffirmant que durant les descentes sur place faites à trois reprises, aucune existence de vidéo n’a été signalée. Pourquoi cela n’apparait que neuf mois après les faits ?. Tout élément de preuve concernant l’affaire devrait, toutefois, être pris en compte, qu’importe le moment de sa découverte. Les faits dans cette localité du district de Befandriana Nord remontent en février.Le 18 février, des villageois ont lynché à mort deux policiers accusés d’extorsion de fonds. En réponse, une quarantaine d’éléments des Forces d’intervention de la police (FIP) de Mahajanga et Antsohihy ont organisé une expédition punitive, comme le qualifie la CNIDH, le 22 février. Ils ont incendié quatre-cent quatre-vingt-sept habitations et martyrisé les villageois. Si les poursuites contre les villageois ont été promptes, celles contre les violences policières semblent singulièrement traîner.

Garry Fabrice Ranaivoson

Madagate38 partages

Madagascar. La Fédération malgache de billard enfin officialisée

Rosa Rakotozafy, Directeur du Sport Fédéral au ministère de la Jeunesse et des Sports, et Stéphane Razafinimanana, actuel Président de la FMBL

Après 15 ans de préparation, la Fédération Malgache de Billard ou FMBL existe enfin à Madagascar. Ce, grâce aux efforts des membres du bureau.

Après un travail de longue haleine, la Fédération Malgache de Billard ou FMBL a été officiellement créée le 31 octobre 2017. Plusieurs propriétaires de salle, une grande majorité de présidents de clubs, les organisateurs de tournois, ainsi que les joueurs, de l’ancienne et de la nouvelle génération, se sont regroupés pour formaliser une démarche associative pour développement de la discipline et pour l’intérêt général, au vu de son évolution ces dernières années.

Depuis quelques années, force est de constater que les salles de billard se multiplient sur l’ensemble du territoire malgache et que la FMBL possède, de plus, un potentiel non négligeable de joueurs de haut niveau. Depuis plus d’une décennie, des tournois s’organisent régulièrement dans de salle de billard à travers de pays, sans cadre officiel. Des joueurs participent sporadiquement à des tournois à l’étranger, mais en leur nom personnel, avec l’aide de ministère sur le plan administratif. De plus, Madagascar reçoit régulièrement des invitations de participation à des tournois internationaux.  La FMBL estime que le moment est opportun pour créer une structure officielle permettant de gérer et de développer cette discipline. Le billard faisant partie des disciplines sportives reconnues par le Comité International Olympique.

Le logo officiel de la Fédération Malgache de Billard

La création de la FMBL a pu se faire grâce à une dérogation spéciale du ministère de tutelle. Ainsi, la Fédération a tout d’abord été mise sur pied, afin que les joueurs malgaches puissent représenter la Grande Ile dans plusieurs  grands rendez-vous internationaux à venir. Par la suite, les dirigeants procéderont à la mise en place de structures, ligues, sections et clubs, qui nécessitent du temps et des moyens conséquents. Au passage, la FMBL  tient a remercier le Ministre de la jeunesse et des  sports, notamment la Direction du Sport Fédéral, qui a beaucoup aidé cette fédération pour la démarche, et qui a grandement facilité la tache.

Actuellement, la FMBL, est en étroit contact avec la Fédération Africain de Billard et Fédération Française de Billard, pour  que ces derniers assurent leur support dans cette démarche et pour qu’elle puisse représenter plus officiellement son pays au niveau  international, à travers sa participation à des tournois régionaux, africain et internationaux voire les Jeux Olympiques. Actuellement, la FMBL est invitée à envoyer des équipes pour participer aux championnats du monde de billard en Chine, en Janvier 2018 ; aux championnats d’Europe à Malte, en Février 2018 et aux Championnats d’Afrique à Cape Town, en novembre 2018. Dans de contexte, plusieurs tournois de sélection de joueurs parmi les meilleurs de chaque club dans tout Madagascar, ont eu lieu et sont en cours pour choisir les futurs représentants de Madagascar.

Les actuels membres de bureau de la FMBL

Président:

Stéphane RAZAFINIMANANA

Vice-président chargé de la technique:

Alain Paul ANDRIANAIVO

Vice-président chargé de la communication et relation avec les médias:

Patrick RATSIMBA

Secrétaire Général:

Jasmanah RASOANARIVO

Trésorier:

Dina ANDRIANARIMANANA

Directeur Technique chargé de la performance:

Rindra ANDRAMIHAJA

Directeur technique chargé des tournois:

Andriamanalina Harambato RAZAFINDRAKOTO

Conseillers:

Théogène Edmond RANDRIANARISOA, Mamisoa RAHARIJAONA, Jean Claude RAVELOMANANA, Fenosoa Robert ANDRIANTASY, Stéphanie RAMAROSON

Midi Madagasikara34 partages

Editions Jeunes Malgaches : Sortie de deux ouvrages dédiés aux enfants

« I Vonindrano sy i Zavonandro » fait partie des deux ouvrages sortis aux Editions Jeunes Malgaches.

« Editions Jeunes Malgaches »  vient de sortir deux livres dédiés aux tout petits.  « I Vonindravo sy i Zavonandro/ Fleur de l’eau et  Brume du matin », signés Arikaomisa Randria et illustrés par les images de Max Razafindraibe. Narrant l’histoire d’un couple vivant au bord d’un lac qui souhaitait avoir des enfants et qui décident de demander à Ratsitiandro de réaliser leur vœu, l’ouvrage a été traduit en français par Helihanta Rajaonarison. « Mianatra mamaky teny » a par contre été co-écrit par Marie Esther Randriatsizafy et Berthine Randriantsizafy Razanadrakoto. Si le premier est un livre de conte, le second est dédié à l’enseignement destiné aux enfants pour leur permettre de mieux assimiler la langue malgache. « Nous axons nos efforts dans la promotion de la lecture pour aider les enfants à mieux maîtriser les langues d’enseignement : le malgache et le français ainsi que l’instauration d’une habitude de la lecture. C’est l’une des raisons principales pour lesquelles nous continuons de produire des livres et contes malgaches pour promouvoir notre culture », explique Razafintsalama Marie Michèle, éditrice. « I Vonindravo sy i Zavonandro » et  « Mianatra mamaky teny », illustré par Roddy, seront disponibles prochainement en librairie et en France également pour les enfants de la diaspora.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara33 partages

EITI : Une mission d’évaluation de la performance de Madagascar

Les missionnaires de l’EITI rencontrant le ministre chargé des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah.

Un engagement soutenu de toutes les parties prenantes s’impose pour avoir une première validation de la Grande île à la conformité aux normes internationales sur la bonne gouvernance et la transparence dans le secteur extractif.

Deux représentants du Secrétariat International de l’EITI (Initiative pour la transparence dans les industries extractives), à savoir, Alex GORDY, Validation Manager et Indra THEVOZ, Country Officer, basé en Oslo, sont venus à Madagascar. « Ils effectuent une mission d’évaluation de la performance de Madagascar en matière de bonne gouvernance et de transparence du secteur extractif car le pays se prépare à se soumettre au processus de validation à la conformité aux normes EITI », a expliqué Daniella Andriafeno, le Secrétaire Exécutif de l’EITI à Madagascar, lors d’une rencontre entre ces membres du Secrétariat International de l’EITI et les membres de l’EITI Madagascar ainsi que les représentants de la société civile hier à Ampandrianomby.

Exigences. Il s’agit notamment d’une norme  internationale sur la bonne gouvernance de ressources pétrolières, gazières et minières. Elle nécessite entre autres, une démarche volontaire du gouvernement et des industries extractives de publier annuellement les rapports de production et d’exportation de ces ressources ainsi que les données relatives aux recettes et aux retombées socio-économiques tirées de l’exploitation de ce secteur extractif.  Notons que Madagascar a déjà appliqué les normes EITI depuis 2008. Mais le pays a été suspendu par le Conseil d’Administration du Secrétariat International de l’EITI en raison des problèmes politiques. Cette suspension a été ensuite levée en 2014. La Grande île entame ainsi sa première validation aux normes EITI. « Il y a sept exigences de l’EITI, dont entre autres, la fiabilité des données sur la production et l’exportation des produits extractifs, le contrôle de l’exploitation et le principe de délivrance de permis  ainsi que les retombées socio-économiques pour les communautés locales et les impacts environnementaux. Ces missionnaires sont ici pour évaluer les progrès réalisés par Madagascar », a-t-elle rajouté.

Changement. En fait, tous les 52 membres de l’EITI sont tenus aux mêmes exigences minimales pour avoir une validation à ces normes internationales. « Il s’agit d’un processus d’assurance qualité. On est là pour encourager toutes les parties prenantes. En fait, l’objectif n’est pas de réaliser un rapport tous les ans mais de contribuer au changement pour la population, le développement de la politique minière et la gestion des ressources financières issues du secteur extractif. La rencontre avec le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah, nous a permis entre autres de constater que l’EITI est utile pour le gouvernement afin de procéder aux réformes des réglementations du secteur et à la gestion de la délivrance de permis », a fait savoir Alex Gordy, Validation Manager au sein de l’EITI. Il faut savoir que ces missionnaires de l’EITI sont en visite à Madagascar durant cette semaine. Ils vont rencontrer tour à tour les parties prenantes dont entre autres, les organisations de société civile, les industries extractives, l’administration publique et les partenaires techniques et financiers. Une réunion de tous les acteurs concernés aura lieu vendredi pour clore les discussions.

Ensuite, « le rapport d’évaluation de Madagascar sera remis à un cabinet international indépendant qui se charge de sa validation. Les documents seront renvoyés dans le pays car il a encore un droit de regard. Et le Conseil d’Administration de l’EITI prendra une décision de validation de Madagascar tout en précisant son niveau de progrès au premier trimestre de 2018. Ce sera une première validation pour ce pays », a-t-il conclu.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza29 partages

Miha mahantra hatrany i MadagasikaraMitotongana ny sandan’ny Ariary

Nahatratra 3736,67 Ariary ny sandan’ny 1 euro teo anivon’ny Marché Interbancaire des Devises (MID) omaly alatsinainy 20 septambra. Midika io fa latsaka dia latsaka ny ariary raha mihoatra amin’ny vola euro izay anisan’ireo vola vahiny handrefesana ny ariary ao amin’ny MID miaraka amin’ny dolara Amerikanina.

 3 720 ariary ny 1 euro tamin’ny 17 novambra ary 3 690 ariary kosa tamin’ny 30 oktobra. Mibaribary ny fitotonganana. Tena marary ny vola Malagasy, izay midika fa marary ny toekarena satria maivana dia maivana ny fanondranan’i Madagasikara entana any ivelany raha toa ka mibosesika miditra eto kosa ny entana vahiny isan-tsokajiny. Manampy an’io dia mbola maro amin’ireo mpandraharaha Malagasy no tsy mitahiry ny volany eto Madagasikara fa apetrany any ivelany. Etsy an-kilan’izay, azo lazaina fa tena mbola maivana ny hadirin’ny famatsiam-bola avy any ivelany azon’ny firenena Malagasy na ilay tohana ho an’ny tetibola na ny bolongam-bola hiasana amina tetikasam-pampandrosoana goavana. Azo tarafina amin’ny fiainan’ny olona andavanandro ny fihazakazaky ny fahantrana eto, ary io no anisan’ny antony nanamboaran’ny fanjakana vola taratasy vaovao misanda 20 000 ariary nivoaka tamin’ny jolay 2017. Mazava be ny resaka fa mbola tena mitarazoka amin’i Madagasikara ny krizy, ary tsy mbola hita ny vahaolana mahomby hatramin’izao fa vahaolana maimaika hampitoniana ny mety ho fahatezerana na fikorontanan’ny olona fotsiny no atao aloha. Efa maro ny mpandraharaha velon-taraina amin’io fahalafosan’ny vola vahiny io satria lasa tahaka ny vola baoritra ny ariary Malagasy. Mitombo arak’izay ny masonkarena rehefa mividy entana avy any ivelany, ary miakatra ny vidin’ireo entana ireo rehefa tonga eny amin’ny tsena. I Madagasikara no firenena eto ambonin’ny tany tsy niady an-trano na niady tamina firenen-kafa kanefa niha nahantra hatrany tato anatin’ny 60 taona. Io no vokatry ny fikarohana nataon’ny manampahaizana tany ivelany. Mbola tafiditra ao anatin’ireo lohandohany ihany koa i Madagasikara amin’ireo firenena nahitana fihazakazahan’ny fahapotehan’ny tontolo iainana be indrindra tato anatin’ny 10 taona. Mitombo eto ny isan’ny adala sy tsy salama saina, mirongatra ny asan-jiolahy, mihazakazaka ny fanaovana kolikoly amin’ny sehatra rehetra eto amin’ny firenena. Mbola hanampy trotraka io fahantrana io ny fitotongan’ny sandan’ny ariary raha tsy ahitam-bahaolana mahomby haingana.

RTT

L'express de Madagascar25 partages

Assemblée nationale – Le Bureau permanent à l’épreuve

Convoqué par les députés, le troisième questeur présentera son rapport, ce jour. Une discussion animée qui déterminera le sort du Bureau permanent.

Au feu. Une semaine après les tumultes à l’Assemblée nationale, les questeurs vont présenter leur rapport  auprès des députés. Un des reproches des frondeurs conduisant à l’éventualité de destitution du Bureau permanent, c’est l’opacité dans la gestion des affaires de cette institution. Ainsi, une séance à huis clos se tiendra, ce jour, au palais de Tsimbazaza. Conformément à l’article 21 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, « le troisième questeur assure la bonne gouvernance et la transparence de l’Assemblée nationale ». Guy Rivo Andrianarisoa va alors apporter des éclaircissements sur la gestion financière tant critiquée.Les sujets discutés lors des petits attroupements dans les couloirs et les cogitations au cafeteria de l’Assemblée nationale vont changer à l’issue de la grande explication de ce jour.  Outre l’agencement et l’organisation des missions des parlementaires à l’extérieur, l’absence de rapport depuis plusieurs années figure parmi les réquisitoires des députés envers le Bureau permanent. Une version contestée par les responsables de l’administration et finances. « À chaque présentation du rapport financier, une vingtaine de députés tout au plus assistent à la séance. Les parlementaires ne s’intéressent visiblement pas à cet aspect de la vie de la Chambre basse », ont-ils expliqué.

Dettes internesDéconnectés de la réalité financière de l’Assemblée nationale, des députés contraignent cette institution à vivre au-dessus de ses moyens. Selon toujours les explications, le budget de la Chambre basse est constant depuis plusieurs années. Toutefois, les députés multiplient les requêtes concernant les évacuations sanitaires ou les voyages à l’extérieur. Criblée de dettes internes, les responsables ont demandé un budget exceptionnel pour couvrir le coût d’évacuations sanitaires avoisinant les cinquante mille euros.Intraitables lorsqu’il s’agit des avantages, les députés revendiquent également l’harmonisation des crédits téléphoniques et du carburant. Un appétit insatiable, allant jusqu’à proposer une loi portant création et règlementation de la caisse de retraite parlementaire, leur permettant de garder certains privilèges même après leur mandat.L’issue de cette séance à huis-clos permettra aux députés de trancher sur le sort du Bureau permanent. À défaut d’explications probantes, le processus de destitution pourrait prendre forme. Les parlementaires n’auront aucun mal à réunir cent une voix pour évincer Jean Max Rakotomamonjy et son équipe du perchoir. Pour l’instant, aucune information n’a filtré sur le nombre de signatures recueillies par les initiateurs de la destitution du Bureau permanent, d’autant qu’il en faut au moins soixante-seize pour enclencher le processus.

Andry Rialintsalama 

News Mada21 partages

Fitantanana an’i Zimbaboe : nametra-pialana ihany ny filoha Robert Mugabe

Tonga amin’ny fetra farany. “Nametra-pialana ny filoha  Robert Mugabe”, hoy ny taratasy navoaky ny filohan’ny parlemanta zimbaboeanina, omaly hariva. Tsy nampoizin’ny maro izao fialany izao, saingy nanao  ny  dingana rehetra mifanaraka amin’ny lalàna  ny hanjerana azy  ny eo anivon’ ny parlemanta any an-toerana. Nidina an-dalambe ny vahoaka nihiaka sy naneho ny hafaliany amin’izao nialan’ity mpitondra naharitra indrindra amin’ny fitantana firenena maneran-tany ity, nandritra ny  37 taona. Eo amin’ny 93 taona ny tenany amin’izao fotoana izao.

Tsiahivina fa notazonin’ny miaramila any an-toerana amin’ny toerana voatokana, ny herinandro teo, i Mugabe. Nivoaka ary nanatrika lanonana fizarana diplaoma ny tenany taorian’izany. Naneho koa fa mbola filoham-pirenena.  Nitohy tamin’ny fiziriziriana tsy hiala izany avy eo na eo aza ny fitakian’ny vahoaka  nidina an-dalambe ny tokony handaozany moramora ny fitondrana. Niafara amin’izao fametraham-pialany nandalo ny parlemantera izao ihany anefa ny raharaha. Hanao ahoana ny hoavin’i Zimbaboe manomboka eto ?

Synèse R.

 

Madagascar Tribune19 partages

C’est la confusion

La CENI se déclare prête pour les élections. Les consultations des parties prenantes ont été effectuées avec succès et la liste électorale est dans les normes ; on approche le seuil des 10 millions d’électeurs inscrits. La balle est entre les mains du gouvernement alors que les « opposants » et un pan de la société civile réclament un débat sur les textes de loi ayant trait aux élections avant leur dépôt auprès du Parlement. Le dernier conseil des ministres de ce 21 novembre 2017 a adopté trois avant-projet de loi organique : celui du régime général des élections et référendums, celui relatif à l’élection des députés de l’Assemblée nationale, et enfin celui relatif à l’élection du Président de la République.

D’après Thierry Rakotonarivo de la CENI, beaucoup et en particulier les formations politiques et la société civile craignent que les textes de loi finalisés par le comité interministériels n’expriment pas l’esprit et les recommandations retenus et adoptés lors des consultations des parties. L’ombre du sort du code de la communication préparé par les acteurs des médias et adoubé par les organismes onusiens, mais une fois adopté et promulgué, a été remis en cause par les gens de la presse, plane dangereusement sur les prochaines élections. C’est certainement pour écarter toute menace du genre crise politique que Thierry Rakotonarivo a expliqué et demandé au gouvernement de clarifier l’article 47 de la Constitution, d’une part qu’il n’y aura pas de recul de la date des élections et d’autre part qu’il n’y aura pas de prolongation du mandat du président de la République. Plus clairement poursuit-il, que le gouvernement précise que les élections vont se dérouler entre le 25 novembre et le 25 décembre 2018.

Réagissant à toutes ces commentaires et revendications le président du parti au pouvoir et président du Sénat, Rivo Rakotovao, a été on ne peut plus clair : il est intolérable que les décisions et actions du gouvernement soient contestées par quiconque alors que des consultations en bon et du forme ont été observées. Le Premier ministre malgache et l’ambassadeur de l’Union européenne sont du même avis pour dire que le pays doit cheminer dans la stabilité vers ces élections démocratiques, transparentes et acceptées par tous.

Midi Madagasikara18 partages

Lois électorales : Précipitation et forcing du régime en place

La précipitation de l’Exécutif dans l’élaboration des textes électoraux inquiète bon nombre d’observateurs.

L’urgence a été signalée le mercredi 15 novembre dernier lorsque le gouvernement a débattu « en  profondeur » trois avant-projets de loi organique dont ceux relatifs au régime général des élections et des référendums ; à l’élection du président de la République ; et à l’élection des députés de l’Assemblée nationale. Vu cette urgence, le président de la République Hery Rajaonarimampianina a convoqué un Conseil des Ministres spécial et extraordinaire dimanche dernier. Ces trois avant-projets de loi organique étaient l’unique ordre du jour de ce Conseil. Et encore hier, le Conseil du Gouvernement hebdomadaire  a poursuivi les « discussions » sur ces avant-projets de loi organique en question. Apparemment, le régime HVM confond vitesse et précipitation. On a appris hier que les députés sont sommés d’épuiser leur ordre du jour en cours et de terminer l’examen des projets de loi déjà déposés à l’Assemblée nationale avant le 04 décembre. Car à partir du 04 décembre, ils seront appelés à adopter les trois avant-projets de loi organique sur les élections. Pour l’adoption de ces délicats textes électoraux d’importance capitale, les députés et les sénateurs n’auront en tout et pour tout que 11 jours, la clôture officielle de la session parlementaire en cours étant prévue le 16 décembre. Techniquement, 11 jours ne suffiront pas. L’article 89 de la Constitution prévoit qu’un projet de loi organique ne peut être soumis à la délibération et au vote de la première Assemblée saisie qu’à l’expiration d’un délai de 15 jours après son dépôt. Or, les trois projets de loi organique sur les élections ne sont encore déposés, ni à Tsimbazaza, ni à Anosikely.

Cadre juridique bâclé.  Outre ce délai de 15 jours, la Constitution de la quatrième République impose également des délais obligatoires nécessaires aux deux lectures (navette parlementaire) auxquelles l’Assemblée nationale et le Sénat ont chacun droit pour l’examen d’un projet ou d’une proposition de loi. L’alinéa 2 de l’article 89 évoque par ailleurs une procédure particulière exigée à l’adoption d’une loi organique en stipulant : « Une loi organique ne peut être adoptée qu’à la majorité absolue (76 députés pour l’Assemblée nationale)) des membres composant chaque Assemblée. Faute d’accord entre les deux Assemblées après deux lectures, l’Assemblée nationale statue définitivement à la majorité de deux tiers des membres la composant. Si l’Assemblée nationale n’a pas adopté le projet de loi organique avant la clôture de la session, les dispositions dudit projet peuvent être mises en vigueur par voie d’ordonnance, en y incluant, le cas échéant, un ou plusieurs amendements adoptés par une assemblée. ». A l’allure où vont les choses et si le gouvernement persiste sur son forcing, le cadre juridique régissant les futures élections sera bâclé. Ce qui justifierait les inquiétudes de nombreux partis politiques et de nombreuses entités de la société civile qui ont mis en place le fameux comité de vigilance démocratique pour les élections. Ces partis politiques et entités de la société civile ont vainement demandé à l’Exécutif un droit de regard sur les avant-projets de loi sur les élections. A ce propos, le premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a exclu une consultation extraparlementaire dans le processus d’élaboration des projets de textes électoraux. A rappeler que si le Parlement européen vient de mettre l’accent sur la nécessité d’élections inclusives et régulières en 2018, l’émissaire de l’Union africaine Ramtane Lamamra effectue actuellement une mission d’évaluation pré-électorale dans le pays. A suivre.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza17 partages

Kajy hampandresena ny HVMHalefa mialoha ny fifidianana depiote…

Miha lalina ny kajikajy politika sy ny kajikajim-pifidianana ankehitriny. Kendrena hatao amin’ny volana martsa na ny aprily 2017 ny fifidianana solombavambahoaka,

Fahefam-panjakana

Mbola afaka ny hampiasa ny fahefam-panjakana sy ny fitaovam-panjakana, toy izay niseho tamin’ireo fifidianana teo aloha. Ny resaka fanatobahana vola tsy toko tsy forohana manginy fotsiny, izay efa fomba fiady nampiavaka ity antoko ity, eny fa na fankalazana fetim-pirenena etsy Mahamasina hanotrona ny filoha aza karamaina. Mazava ho azy fa hampiasaina hanindry amin’ny fampandaniana ny HVM ireo depiote ireo, rehefa tonga ny fifidianana filoham-pirenena. Kajy mifandraika amin’ny hanatanterahana mialoha ny fifidianana solombavambahoaka ihany koa ny hamizanana dieny izao ireo kandida atahorana amin’io fidianana filoha io amin’ny lafiny ara-bola. Sarotsarotra ho an’ny kandida sasany mantsy ny hoenti-manana ara-bola hoe sady hampiasa vola amin’ny propagandin’ny depiote no mbola hieritreritra ny filoham-pirenena, kanefa antoka lehibe hibatana fandresena amin’ny fifidianana filoha ny fananana depiote maro an’isa. Ny HVM kosa sokajiana ho matanjaka ara-bola, ary sahy manao fafy katrana izany mihitsy.

Nodinihana nandritra ny filan-kevitry minisitra omaly hariva teny Iavoloha ny volavolan-dalàna fehizoro 3 goavana.Eo aloha ny mahakasika ny fomba fitantanana amin’ny ankapobeny ny fifidianana sy ny fitsapan-kevi-bahoaka, ny momba ny fifidianana filohan’ny repoblika ary ny momba ny fifidianana solombavambahoaka.Fandinihana izay midika fa hisy fifidianana sy fitsapan-kevi-bahoaka ho tanterahana izany eto Madagasikara amin’ny taona 2018.

Toky R

 

L'express de Madagascar16 partages

L’excuse nombriliste

L’adjectif nombriliste désigne toute personne qui ne pense qu’à elle, qui se croit le nombril du monde, qui croit que la terre tourne autour d’elle, et ne s’intéresse à aucun autre sujet ou autre individu qu’à elle-même. Plus largement, nombriliste est le peuple  qui ne s’intéresse au reste du monde, qui pense vivre dans une bulle et qui ne veut en sortir que quand il trouve un intérêt passager de s’intégrer dans la symphonie des nations. Tel est le peuple malgache qui se calfeutre depuis toujours dans son monde.Les excuses avancées sont multiples et finalement, ce n’est que pur retour des choses que nous soyons au rang du quatrième pays le plus pauvre de la planète. L’étude mise en avant par l’équipe de l’IRD s’interrogeant sur le « paradigme malgache »prend tout son sens. Madagascar, le seul pays sur cette planète qui s’écroule continuellement sous le poids de la pauvreté depuis soixante ans sans avoir connu la guerre. Les excuses avancées sont multiples, avons-nous dit : l’environnement, l’histoire, les colonisateurs, l’économie mondiale, la communauté internationale, Dieu et le démon, les ancêtres, etc. Mais d’une manière scientifique, tout cela a été balayé. Alors, il ne reste plus que la responsabilité de ce peuple à la conscience endormie.Un peuple qui pense avoir un nombril blanc ou jaune mais pas noir en tout cas. Certes, généraliser serait exagérer mais force estd’admettre que le malgache renie son lien protohistorique et génétique avec l’Afrique. L’Homme noir est perçu comme un esclave, un inculte, un sous développé. Alors que le monde est touché, s’insurge, parle de ce qui se passe en Lybie, la petite communauté facebookienne s’attarde sur la vie de couple de Dylain, les vacances d’un tel ou d’un tel à l’étranger. Ce qui se passe au Zimbabwe semble être à des années lumières, encore moins ce qui se trame en République Démocratique du Congo.À peine, quelques personnes parlent du crime contre l’humanité qui se passe pourtant à 5 949 km, 8 heures 29 minutes de vol. C’est encore loin, pourrait-on dire. Quelques-uns changent leurs photos de profil sur facebook pour soutenir l’indignation mondiale. Encore moins de gens expliquent ce qui se passe, personne n’appelle à l’action. Mais encore, les répliques et excuses nombrilistes fusent. Comme par miracle, monsieur et madame tout le monde se mettent à poser des questions sur ce qu’est devenu l’affaire d’Antsakabary, les droits des femmes envoyées au Liban, le droit de ces petites filles qui sont des esclaves modernes travaillant comme gens de maison, ces travailleurs des zones franches.Pour ne pas assumer la responsabilité qui incombe à tout être humain devant de telles horreurs on fait diversion sur des sujets qui n’ont pourtant pas mobilisé plus d’une poignée de malgaches. Si à la fin de cette semaine, des organisations de la société civile font un appel à la mobilisation pour une action  afin de demander des comptes concernant le dossier Antsakabary, combien de personnes y aura-t-il ? Si dans deux semaines, une autre mobilisation demande à tous de dénoncer, même d’une manière anonyme, toutes les familles qui tiennent pour « otages » des petites filles qui travaillent comme « petites bonnes », combien de cas pourra-t-on recenser et pénaliser ?L’excuse nombriliste de l’humain inhumain aux responsabilités délaissées.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Midi Madagasikara16 partages

Pétanque- Mini Masters : Pitr lourdement sanctionné !

Le député Rastany(2e à partir de la droite) était présent à Mahamasina pour apporter son soutien au club Bemiray.

La troisième étape du Mini Masters Bemiray de pétanque a connu son premier incident quand un des boulistes en l’occurrence Pitr est sorti du lot pour s’en prendre à un spectateur. Du coup le club de Bemiray a pris les dispositions en disqualifiant l’intéressé mais pas ses deux coéquipiers notamment Dounga et Nary qui doivent toutefois trouver un autre Boss pour remplacer le fautif.

Prudent, Bemiray a assorti sa sanction d’une interdiction de stade pendant toute la durée de ce Mini Masters.

L’incident même grave n’a pas empêché les 40 équipes présentes vendredi à Mahamasina de prendre beaucoup de plaisir. Un plaisir malheureusement écourté par la pluie qui s’est invitée à la fête. Toutefois et comme le tournoi était déjà au stade des quarts de finale, on connaît les huit qualifiés pour la grande finale à l’issue de cette 3e étape.

La 4e étape aura lieu vendredi toujours à Mahamasina. En attendant voici donc les huit qualifiés de cette 3e étape :

Vonjy, Tahina et HerySolofo, Yves et RadoElie, Tendry et TafitaTojo, Jaona et BanaJosoa, Miora et TalysMenja, Tal et AnliNdrina, Jayah et AndryDounga et Nary

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza13 partages

Raharaha Mamy RakotoariveloMbola manjavozavo hatramin’izao

Niresaka fohy tamin’ny mpanao gazety omaly tolakandro ny talen’ny kabinetra eo anivon’ny minisiteran’ny filaminam-bahoaka Rabialahy Jean Rostand.

 

 Efa samy eny am-pelatanan’ny fitsarana hatramin’ny volana febroary ny raharaha Antsakabary sy Mamy Rakotoarivelo, hoy izy ka ny fitsarana no manana ny teny farany amin’izany. Tsy mipetra-potsiny ny polisy fa miasa sy mikaroka ny marina. Misy ny horonantsary mivezivezy momba ny raharaha Antsakabary amin’izao fotoana koa raha voaporofo fa marina sy mitombina ny voarakitra ao dia raisin’ny polism-pirenena ho porofo fanampiny. Raha nisy polisy nandray anjara tamin’iny tranga niteraka fanapotehana fananan’olona tany Antsakabary iny ka voaporofo mazava dia tsy maintsy hiharan’ny sazy araka ny lalàna izy ireo, hoy ny talen’ny kabinetra. Tsy nanome fanazavana fanampiny momba ny fomba mety nahafatesan’i Mamy Rakotoarivelo tao an-tranony kosa ny talen’ny kabinetran’ny minisiteran’ny filaminam-bahoaka fa dia nilaza fotsiny hoe efa eny amin’ny fitsarana ny raharaha ka anjaran’ny fitsarana no manapaka ny amin’iny. Manjavozavo tanteraka, araka izany, ny raharaha Mamy Rakotoarivelo satria ny polisy nanao ny fanadihadiana dia tsy mety milaza mazava hoe namono tena marina ve sa nisy namono izy. Ny 28 aogositra 2017 no hita faty tao amin’ny trano fatoriany teny Ankadifotsy ity filohan’ny kongresin’ny tetezamita teo aloha ity, nisy nilaza fa nahare poa-basy, saingy efa-bolana aty aoriana dia tsy mbola mazava hoe nitifi-tena ve izy sa nisy olona hafa mety nitifitra azy fa voalaza fotsiny hoe nahitana bala tao anatin’ny lohany. Efa natao ny « Autopsie » saingy tsy fantatra ny vokatr’io. Ireo zanak’itompokolahy izay nilaza fa hitory koa tsy nanao izany teny amin’ny mpitandro ny filaminana raha araka ny fanadihadianna natao.Manjavozavo tanteraka ny raharaha.

RTT

Midi Madagasikara13 partages

Des Malgaches asphyxiés par le poids de l’inflation

Pour la grande majorité de la population, ces deux derniers mois de l’année 2017 vont être particulièrement difficiles à supporter. Les Malgaches ne savent plus à quel saint se vouer pour arriver à survivre malgré les difficultés qui les assaillent. L’insécurité est toujours présente, mais c’est cette hausse vertigineuse du coût de la vie qui va certainement fragiliser encore plus les couches vulnérables de la société.

Des Malgaches asphyxiés par le poids de l’inflation

« Actuellement, on ne vit plus, on survit ! ». Cette apostrophe, on l’entend souvent dans les conversations des personnes qui se rencontrent. Et il ne s’agit pourtant pas d’hommes ou de femmes totalement démunis, mais censés appartenir à la classe moyenne. En fait, aujourd’hui, la classe moyenne n’existe plus, ceux qui en faisaient partie ont rejoint la catégorie des Malgaches en difficulté. En ce mois de novembre, l’inflation semble être généralisée.  C’est l’augmentation du prix du riz qui a lancé le train de hausse de tous les produits. Avec un riz à 2400 ariary le kilo, la population ne peut plus s’en sortir. Pour une famille de quatre ou  cinq personnes, comme c’est souvent le cas, il n’est plus question de pouvoir manger convenablement. Cet indicateur est le plus visible, mais les autres denrées ont  suivi le même chemin. Avec un salaire qui n’a pas augmenté, c’est un véritable calvaire qu’endure la population malgache. Les Malgaches, dit-on, sont durs à la douleur et endurent les épreuves en silence, mais cette patience ne peut pas durer éternellement. Aujourd’hui, il n’existe plus de relais politique pour exprimer cette souffrance ressentie par la majorité des Malgaches. Le régime semble se contenter de cette passivité apparente des citoyens. Cette inflation galopante a des causes qui peuvent être expliquées, mais le pouvoir reste muet.  Il lui est peut-être temps de réagir car les Malgaches sont en train de mourir à petit feu.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada11 partages

Distribution pétrolière : la compagnie Jovena se démarque

La compagnie Jovena se démarque de plus en plus sur le marché pétrolier à Madagascar. Partie d’un simple distributeur il y a 18 ans, Jovena se positionne actuellement en tant que société leader de la distribution des produits  pétroliers à Madagascar. La compagnie dispose désormais de la plus grande station-service au niveau national, inaugurée, hier, sur la route de Bypass, en présence des responsables au sein de la compagnie et des personnalités étatiques.

La station-service «Akona» s’étale sur une superficie de plus de 10 000 m2 avec un parcage dédié aux poids lourds.  D’après les explications apportées par Philippe Bourgeois, administrateur auprès de la société : «Cette station fait partie du projet intégrant la création de la plus grande gare routière de voyageurs sur 22 000 m2 qui doit accueillir environ 4000 véhicules, dont le coût d’investissement s’élève à près de 8 milliards d’ariary.  L’infrastructure va desservir l’axe Tamatave, Antsirabe, Fianarantsoa et Toliara. Le chantier se terminera fin février».

Par ailleurs, Jovena compte également apporter  une contribution active dans le secteur de l’énergie, tout en gardant la distribution pétrolière au cœur de son métier. C’est dans ce sens qu’une unité de 76 MW de la compagnie, fonctionnant au fuel lourd, est installée à Ambohimanambola.

Jovena souhaite également investir dans les énergies renouvelables. La  société se lancera dans la production d’énergie solaire, d’une part, et dans le déploiement de l’énergie hydraulique, d’autre part. Cela, à travers le projet de Volobe à Toamasina.  En outre, le changement du logo de la compagnie Jovena a également été remarqué hier. «Le changement  a apporté plus de dynamisme à la société, a fait savoir Philippe Bourgeois.

R.R.

 

News Mada11 partages

Chorégraphie : le spectacle qui va «tordre» le cou aux préjugés

Une pièce chorégraphique exceptionnelle à plus d’un titre, «Tordre» mettra en vedette les deux interprètes Annie Hanauer et Lora Juodkaite, ce samedi, sur les planches de l’IFM Analakely.

La pièce signée Rachid Ouramdane a été créée à Bonlieu, Scène nationale d’Annecy, au mois de novembre 2014. Cette chorégraphie propose un double portrait de danseuses américaine et lituanienne qui ont collaboré avec lui depuis belle lurette. Il met en scène Lora Juodkaite, qui tourne sur elle-même depuis l’enfance et cela chaque jour, s’est forgé une virtuosité qui tient du prodige. Et Annie Hanauer, née avec un bras trop court, danse aisément malgré une prothèse à son bras.

«Deux danseuses déboulent sur le plateau. Avec elles, on sourit des grands archétypes du corps glorieux tel que Broadway l’a fantasmé. Pour mieux tordre, ensuite, la référence et pénétrer dans une autre histoire du corps, plus intime, plus fragile. Chacune à leur manière, elles ont développé un savoir-faire, connu d’elles seules, et ont inventé une pratique devenue pour elles, aujourd’hui, consubstantielle», selon le communiqué relatif à la mise en scène.

Révélation pudique

Dans cette chorégraphie virevoltante, Rachid Ouramdane privilégie le mouvement qui jongle entre la poésie et le témoignage. Il reste fidèle à ce registre documentaire qui a popularisé sa signature à l’international, à savoir la révélation pudique, la mise en scène patiente et délicate de la confidence. Le spectacle s’appuie aussi sur une riche bande-son  de «Funny Girl», le film musical américain de William Wyler.

Joachin Michaël

 

Madagate10 partages

Madagascar Oil. Telle une pieuvre dans les Paradise Papers…

Paradise Papers est une révélation des entreprises et des particuliers qui sont impliqué dans l’évasion fiscale via la firme Appleby qui est situé aux Bermudes. Si on regarde sa base de données, on trouve alors 12 noms de personnes habitant à Madagascar. Cela semble être des prête-noms dans la plupart des cas, mais il y a des personnes qui sont un peu étranges. Notons que ce n’est pas parce qu’une personne est dans les Paradise Papers qu’elle est directement coupable.

1.Rabenoro – Thierry Kwan kine est un prête-nom donné à deux entreprises basées respectivement à l’île Maurice et aux Seychelles.

2.Rakotomalala – Ny Fanja Harivony Nasolo. Ce nom est un peu étrange dans cette liste, car c’est le président de la QMM qui gère notamment Rio Tinto pour l’exploitation de l’Ilménite et du Cobalt à Fort-Dauphin. Il est donc représentant d’une entité appelé QMM aux Bermudes. On ignore si c’est la même entité qu’à Madagascar.

3.Rasolomanana – Andriamampianina Harizo est associé à deux entreprises basées aux Seychelles.

4.Berlo – Michel est associé à deux entreprises, à Maurice et aux Seychelles respectivement.

5.Malin – Samuel Andrew n’est pas très malin, car il responsable d’une firme appelé Madagascar Oil Limited hébergé aux Bermudes. Notons que dans ce cas, c’est connu publiquement qu’elle est hébergée aux Bermudes, mais en sachant que cette société gère les droits de l’exploitation du pétrole de Madagascar, ça fait mal au cul.

6.Boarlaza – Lydia Micheline est associé à deux entreprises à Maurice. L’une des entreprises s’appelle Madagascar Oil Limited…. Dis donc, il y a combien d’entreprises avec ce nom?

7.Boarlaza – Lydia semble être la même que la précédente sauf qu’elle est associé à Madagascar Oil Limited. En sachant qu’elle utilise deux adresses différentes, l’une à Betongolo et l’autre à Ambohitrarahaba.

8.Malin – Samuel Andrew, encore notre Malin. Toujours lié à Madagascar Oil Limited et avec deux adresses différentes : Cité Planton et Analamahitsy. Cette Madagascar Oil Limited semble être une vraie pieuvre.

9.Morin – Luc associé à une entreprise à Maurice. Rien d’inquiétant sur ce mec.

10.Nelson – Robert Leslie. Encore quelqu’un qui est lié à Madagascar Oil Limited (ça va finir par se voir, les mecs).

11.Petitjean – Claude est associé à une entreprise aux Seychelles.

12.Stewart – Ahmed. Et un de plus associé à Madagascar Oil Limited.

C’est moins grave que ce qu’on a vu avec les Panama Papers, mais c’est quand même hallucinant que de grosses entreprises pétrolières et minières se cachent dans les paradis fiscaux et nous font de beaux discours sur le développement de Madagascar.

www.madagate.org avec Houssen Moshinaly

Midi Madagasikara10 partages

Distribution pétrolière : Jovena ouvre la plus grande station service du pays

Les nouvelles couleurs de Jovena.

Avec ses plus de 80 stations service éparpillées dans toutes les régions, Jovena dispose du plus grand réseau de distribution de carburants et de produits pétroliers du pays.

Jovena (avec un seul n) et non plus Jovenna. Les usagers verront ce changement dans ses stations service puisque Jovena a décidé de changer de couleurs. Un rebranding visiblement réussi à voir la beauté de la nouvelle station service « Akona » de By Pass, inaugurée hier. D’une superficie de 10.000 m² et disposant de surfaces et matériels dédiés aux poids lourds, cette nouvelle station service fait partie des infrastructures liées à la future gare routière du by-pass destinée aux lignes nationales vers Toamasina, et la partie Sud du pays. Il s’agit, rappelons-le d’une gare routière d’une superficie de 22.000 m² et d’une capacité de 4.000 voitures.

Pluralité d’activités. Pour en revenir à la nouvelle station service de Jovena, elle dispose de tous les services de fourniture de carburants et de lubrifiants et d’entretien des véhicules. Et ce, avec une immense boutique qui servira des produits de qualité pour les utilisateurs. La nouvelle image de la station Akona se base sur un dégradé de couleurs symbolisant la pluralité des activités de Jovena et la diversité culturelle de ses équipes. Dans ce rebranding, le dégradé symbolise le reflet irisé de surface d’un produit carburant, métier précurseur de Jovena qui, depuis ses années d’existence a évolué. « Au début, nous n’étions qu’un réseau de quelques stations-service avec une cinquantaine de personnes, aujourd’hui, on a 80 stations service avec 250 collaborateurs » a rappelé Philippe Bourgeois, administrateur de Jovena qui est actuellement devenue une entreprise pluridisciplinaire.

Energie. En effet, Jovena qui fait partie du groupe Axian d’Hassanein Hiridjee, diversifie ses activités et est devenue un acteur incontournable dans le secteur de l’énergie à Madagascar. Jovena investit notamment dans des projets de barrages hydrauliques des turbines à fuel lourd et des énergies renouvelables. Jovena inaugurera d’ici peu sa nouvelle centrale thermique à fuel lourd de 76 Mw à Ambohimanambola. D’autres projets sont également en vue dans les régions, dont celui de Volobe à Toamasina. En tout cas, avec ces différents projets aussi bien dans le domaine de la distribution pétrolière que celui de l’énergie, Jovena reste un partenaire du développement à Madagascar.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara9 partages

« Lay tsena be » : La culture en avant, Tsiliva et Ry Kala Vazo en vedette

Les organisateurs de l’évènement « Tsena be ».

Cirque, musique, jeux, face painting, « vakodrazana », « hira gasy », spectacles chorégraphique et musical avec Ry Kala Vazo, Tsiliva et d’autres artistes célèbres, « kabary »… « Lay tsena be » réunira au même endroit des artistes évoluant dans divers horizons mais également des acteurs économiques œuvrant dans des différents secteurs.

« Lay tsena be », une caverne d’Ali Babà où le public pourra dénicher la perle rare qu’il n’a pas réussi à trouver jusqu’à présent mais également et surtout un lieu de rencontre avec des artistes de tous horizons. Du 8 au 10 décembre, « Lay tsena be » investira le Village Voara Andohatapenaka. « Ce sera une manifestation qui nous replongera, à sa manière, au temps des rois. A l’époque d’Andrianampoinimerina, des ‘tsena’ étaient effectivement organisés pour permettre au peuple d’échanger et de troquer. Notre vision est de moderniser ce concept en rassemblant dans un même lieu tous les acteurs culturels et économiques proposant les meilleurs produits disponibles sur le marché malgaache », expliquent les organisateurs. Les visiteurs pourront donc trouver leur bonheur à travers les 300 stands de service et de produits multisectoriels. Les activités et animations culturelles seront également au menu durant ces trois jours. D’ailleurs, divers concours y seront organisés.

Eclectique. Pour ce grand rendez-vous au Village Voara, cirque, musique, peinture, « kabary », slam et poésie seront au menu. Pour mettre plus en lumière la partie culturelle de l’évènement, des concours, outre les divers spectacles et représentations, y seront organisés. « Ceux qui se sentent d’humeur compétitif pourront mettre leur savoir à l’épreuve à travers le concours du Fimpima. Des questions autour des ‘ohabolana’ et bien sûr du ‘kabary’ leur seront posées. Les meilleurs se retrouveront en finale le 10 décembre. Dans le cadre de la 11e édition du slam national, un concours sera également organisé. Tous ceux qui se seront démarqués devront passer le dernier test le 9 décembre. Les poètes en herbe ne seront pas en reste. Ils pourront s’adonner à leur passion et tester leur niveau d’écriture par rapport à celui des autres. Les plus méritants passeront les épreuves finales le 8 décembre. Nous tenons à souligner que ces différents concours sont organisés en collaboration avec le Fimpima, Madagaslam et le Faribolana sandratra.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara9 partages

Occupation illicite de la forêt d’Ankazomivady : Une affaire au parfum de géranium…

Rakotozandrina Joël, maire d’Ambatofitorahana. Photo Anastase

L’inertie des responsables locaux face à l’exploitation illicite de la forêt  d’Ankazomivady, dans le district d’Ambositra, depuis 2015 et sur une superficie de 60 ha, alors que c’est une forêt classée primaire, semble laisser libre cours à de nombreux commentaires, du moins dans les rangs de la communauté locale de base.

Les « VOI » qui ont eu mandat par l’administration de gérer cette forêt et aller même jusqu’à qualifier d’affaire bien compromettante au parfum de géranium. A titre d’illustration, la forêt primaire d’Ankazomivady est de surcroît, l’unique forêt primaire située sur le bord d’une route nationale, la RN 7. Un joyau, en somme. Une forêt primaire qui, si les destructions persistent, risque d’être anéantie à jamais à brève échéance. Rakotozandrina Joël, maire d’Ambatofitorahana où se situe une partie de cette forêt primaire d’Ankazomivady, de dénoncer qu’après l’exploitation illicite des arbres de cette forêt pour faire du charbon, des individus venant des localités  avoisinantes, investissent  continuellement les terres  dénudée et occupant une superficie de  plus de 60 ha pour la plantation de géranium, détruisant les jeunes plants d’arbres de reforestation et ce, depuis 2015, une présence illicite qui préoccupe, sans que les autorités locales ne daignent lever les  doigts pour mettre fin à ces pratiques dans cet aire protégée, qui perdurent voilà 2 ans.  Fort de ce cautionnement des autorités et sans être inquiétés, nos sources vont jusqu’à affirmer, que ces exploitants illicites sont même allés jusqu’à construire des hangars sur les lieux où sont entreposées des  unités de distillerie. C’est dire qu’ils manifestent d’investir les lieux  à long terme au vu de leurs investissements qui de plus, dans une zone interdite en faisant valoir leurs atouts. Des unités de distillerie pour extraire l’huile essentielle du géranium.

Influencer. Interrogé à maintes reprises, sur la situation qui prévaut dans cette forêt d’Ankazomivady, le nouveau directeur régional de l’environnement, des forêts et de l’écologie d’Amoron’i Mania Aboudou Randrianasolo Paul , lors de sa prise de fonction, n’entend pas se laisser influencer et a promis d’aller jusqu’au bout pour instaurer  l’état de droit dans la préservation de ce patrimoine. Un patrimoine, qui comme l’a expliqué le maire d’Ambatofitorahana, constitue une rentrée de recettes pour la commune par le biais de l’écotourisme avec l’appui des partenaires.  Ces derniers qui ont vu la situation se dégrader, se sont rétractés. Un manque à gagner que la commune tient à déplorer à  cause de l’inertie de certains responsables aux comportements pas du tout naturel. Le maire d’Ambatofitorahana, sans vouloir jeter la pierre à quiconque, de dénoncer que sa circonscription ne perçoit pas de ristourne de ces activités bien lucratives. Aboudou Randrianasolo de conclure que, des rencontres ont eu lieu avec les hauts responsables locaux à ce sujet et à plusieurs reprises, mais malheureusement, les  décisions importantes sont sans cesse reportées aux calendes grecques, pour une raison ou pour une autre dans cette affaire au parfum de géranium.

Anastase

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara8 partages

Commune d’Ivato : Fokontany d’Antanambao doté d’une EPP

Le maire de la commune d’Ivato, Penjy Randrianarisoa, a procédé, hier, à la pose de la première pierre de l’EPP du Fokontany Antanambao. Il était accompagné à cette occasion par son staff. Selon le maire, la durée des travaux est de trois mois. Le coût de cette construction est estimé à 40 millions d’ariary. Cette école comporte notamment six salles de classe avec un effectif de 240 élèves. Concernant l’organisation de l’EPP quand elle sera fonctionnelle, 120 élèves étudient le matin et les 120 restants l’après-midi. Soit 24 élèves par classe. Toujours d’après le maire, cette EPP est financée sur fonds propres de la commune. Toutefois, il lance un appel aux gens de bonne volonté quant à la dotation en matériels de cette école. Pour sa part, le chef Fokontany d’Antanambao a déclaré que cette EPP est d’une grande importance pour cette localité surtout pour les familles nécessiteuses.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada7 partages

Commerce avec le Canada : Madagascar prévoit de doubler les échanges

Les échanges commerciaux entre Madagascar et Canada devraient doubler l’an prochain, ont annoncé, lundi, les membres du secteur privé malgache, après avoir effectué une mission économique et commerciale dans ce pays, le mois dernier.

Le marché canadien représentait à lui seul presque 580 milliards de dollars canadiens, en 2016. Aussi, les Canadiens consomment 172% plus de produits importés que leurs voisins américains des Etats-Unis.

C’est effectivement pour saisir des opportunités sur ce marché à fort potentiel qu’une quinzaine d’entrepreneurs malgaches se sont rendus dans quatre villes du Canada ( Montréal, Québec , Trois-Rivières et Ottawa ), du 21 au 28 octobre, pour rencontrer plusieurs entreprises canadiennes potentiellement intéressantes pour Madagascar et ouvrir de nouvelles opportunités au secteur privé malgache. Pour ce faire, plus de 250 rencontres ont été organisées entre les opérateurs malgaches et canadiens.

79 millions de dollars d’échanges commerciaux

Selon les prévisions, les échanges commerciaux entre les deux pays devraient doubler l’an prochain à travers les opportunités identifiées durant cette mission économique et commerciale.

«Madagascar peut se positionner comme fournisseur de choix sur certaines tendances de consommation, telles que les produits ethniques, produits alimentaires de spécialités et la santé/bien-être», a avancé Valéry Ramonjavelo, président de la Chambre de commerce et de coopération Canada Madagascar, lors d’une rencontre organisée, lundi dernier, à la CCIA Antaninarenina.

Selon ses explications, «la valeur des échanges entre les deux pays s’élève à 79 millions de dollars cette année. Cela devrait s’accroitre vu les avantages qui se présentent aux opérateurs malgaches. Si ce n’est que les deux pays se trouvent dans le même espace francophone».

Au même titre que l’AGOA, Madagascar bénéficie de la politique «Initiative d’accès au Marché» de Canada. Cette politique destinée aux Pays les moins avancés (PMA)  assure une entrée en franchise et hors quota sur le marché canadien pour les produits exportés des pays les moins avancés (à l’exception des produits avicoles, laitiers et d’œufs).

Riana R.

 

Midi Madagasikara7 partages

Agriculture : Des usines d’engrais en cours de construction

L’Exim Bank accorde un prêt supplémentaire de 2,5 millions USD à Madagascar, pour le projet d’usines d’engrais. La loi autorisant cet accord de prêt a été ratifiée hier au Sénat. En effet, cette banque indienne a déjà accordé 25 millions USD à la Grande-île en 2007 dont 15 millions USD devaient servir pour la construction de 2 usines d’engrais chimiques et 3 usines d’engrais biologiques ; et 10 millions USD pour l’acquisition de tracteurs. Mais suite à la crise de 2009, les matériels importés dans le cadre du projet ont été bloqués au port de Toamasina. D’après le ministère de l’Agriculture, on n’a procédé à l’ouverture des containers qu’en 2014 où on a constaté qu’une partie des matériels a disparu. Néanmoins, les dirigeants pensent toujours mener le projet à terme, raison pour laquelle, le Gouvernement sollicite cet emprunt additionnel de l’Exim Bank. D’après les informations annoncées hier au Sénat, une usine d’engrais chimique est déjà en construction à Ambatondrazaka et devrait être opérationnel vers la fin de cette année. Nous en reparlerons.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara7 partages

Sakaraha : Tovovavy niteraka kambana telo, maty teo am-piterahana an’ireo zanany

Renim-pianakaviana iray 25 taona eo ho eo izay niteraka ny zanany kambana telo mirahavavy no maty teo am-piterahana, afak’omaly hariva tany Sakaraha. Araka ny tati-baovao azo, dia noho ny fahaverezan-drà be loatra no nitarika ny fahafatesan’ity tovovavy ity, ary zanany naterany faharoa ireto telo mirahavavy kambana. Omaly, taorian’ny tsipaipaika ara-bola nataona olona tsara sitrapo maromaro, dia nalefa any amin’ny tany niaviany sy fonenany any amin’ny Kaominina Andranolava ny razana. Manoloana izao voina izao, satria lasa kamboty tsy fidiny ireto zaza vao teraka, dia sahiran-tsaina mafy ny rain’ireo zaza amin’ny fitadiavana vehivavy hampinono ireo menaky ny ainy. Raha ny vaovao voaray farany tamin’ny fotoana nanoratana ny lahatsoratra dia salama tsara izy telo mirahavavy kely izay mbola arahi-maso akaiky ny fitsaboana azy ireo amin’izao.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara6 partages

Tapatapany

Andramasina : Epicerie voatafika tamin’ny basy. Dimy lahy nitam-basy no nanafika ny toeram-pivarotana enta-madinika iray tetsy Andramasina, tao amin’ny fokontany Alarobia Vatosola. Amin’ny andro atoandro, latsaka kely ny amin’ny 11 ora, no tonga ireo ary nandroba. Nambanana basy ny tompon’ny tsena dia nasaina navoakany ny vola rehetra. Tsy izany ihany fa mbola nentina koa izay entana mora nobataina toa ny finday, ny solosaina ary ny fahana izay namidy tao amin’ilay toerana. Nenjehina hatrany anaty kizo rehetra tany ireo olon-dratsy saingy mbola tsy nisy tratra aloha hatreto.

D.R

 Mpitsoa-ponenana : Tsy takona afenina intsony. Ankoatry ny fahitàna mivantana ireo olona eny amin’ny kartie maro eto An-drenivohitra, dia mbola nanaporofo ny fisian’ny mpitsoa-ponenana koa ny fanazavan’ny Ong iray izay misahana ny fikarakarana azy ireo ary vatsian’ny sehatra iraisam-pirenena vola aza. Na izany aza, dia tsy sahy nanaporofo hatreto ilay vondrona ny amin’ny misy teratany Syriana ao anatin’ireo mpitsoa-ponenana. Tsy eto Andrenivohitra ihany, fa eny amin’ny lalam-pirenena koa dia efa betsaka ireo ny manorim-ponenana eny rehetra eny. Mitady tsy ho voafehy intsony…

D.R

Sambava : Nisy nivarotra ny trondro nifangaro tamin’ny faty. Nisavorovoro ny olona tao Sambava izay nihinana trondro novidina teny an-tsena, omaly. Ny antony, dia satria nifangaro tamin’ny razana iray izay tao anaty harato ireo hazan-drano ireo. Efa nisy ny fandraràn’ny mpitandro ny filaminana ny mba hanariana avy hatrany ireo trondro. Saingy mbola nisy nivarotra ihany izany ary tsy taiza fa teny an-tsena mihitsy. Tezitra mafy ny olona izay nanjifa ka tsy nahalala ny zava-nitranga ary nilaza ny hivondrona dia hitory. Raha tsiahivna dia tamin’ny alatsinainy teo no nahitàna io razana io, mpivaro-mandeha avy aty Andrenivohitra izy io ary nipetraka tao Sambava noho ny asa aman-draharahany.

D.R

 Vonjy aina-Hopitaly : Mitombo hatrany ny fitarainana. Omaly dia nisy ny fitarainana nataon’ny olona izay nanaraka marary mafy teny amin’ny sampana vonjy aina an’ny hopitalim-bahoaka iray eto Andrenivohitra. « Voalohany dia izaho ihany no nasaina nibata sy nanosika ny marary tamin’ny ‘brancard’. Rehefa tonga teo amin’ny mpitsabo indray, dia raha tokony novonjena avy hatrany ilay marary mafy, ny olona velona izay niaraka taminy indray no natao fanadihadiana tao amin’ny biraony » raha ny fanazavan’ilay olona nitaraina. Tao anatin’izay fotoana izay no maty ny narary izay nentiny. Entiny hilazàna ny filalaovana ain’olona eny anivon’ny hopitalim-bahoaka ny fizarany izany fitarainana izany. Ary tsy izy irery no mahatsapa izany.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madonline5 partages

Union Européenne : Ni ingérence ni indifférence sur le cas de Madagascar

Propos diplomatiques entre le Premier ministre malgache et l'ambassadeur de l'Union Européenne

 

La situation politique à Madagascar a toujours suscité diverses réactions de la part des partenaires techniques et financiers du pays. Et ces réactions engendrent à leur tour une contre-réaction de la part des autorités de la Grande Ile.

Lors d’une réunion de consultation entre le gouvernement et la délégation de l’Union Européenne à Madagascar au palais du Premier ministre, le 20 novembre, les deux parties ont évoqué les principaux points qui seront discutés lors du prochain Dialogue politique programmé au mois de décembre prochain entre Madagascar et l’Union Européenne.

Ce genre de réunion de consultation  au palais de Mahazoarivo constitue toujours une occasion de soulever des sujets brûlants qui accaparent les acteurs politiques, les membres de la société civile et les médias du pays.

Le Premier ministre Olivier Mahafaly a été quelque peu assailli par la presse en ce qui concerne les prochaines échéances électorales à Madagascar. « Lisez la Constitution et vous serez fixés sur la date de l’élection présidentielle », a-t-il rétorqué à un journaliste qui lui a demandé si la présidentielle aura lieu effectivement en fin 2018.

La Constitution de la Quatrième République de Madagascar prévoit effectivement en son article 47 que « l’élection du président de la République a lieu trente jours au moins, et soixante jours au plus, avant l’expiration du mandat du président en exercice ». Mais la polémique sur l’élection de 2018 a commencé quand le président de la République en personne avait soulevé la nécessité d’une révision de la Constitution, en estimant, entre autres, que ce délai de 30 à 60 jours était trop court.

A diverses reprises, en outre, les partenaires de la Grande Ile ont mis l’accent sur la notion d’ «inclusivité » à l’occasion de la prochaine élection présidentielle dans le pays. C’est-à-dire la possibilité pour tous les candidats, notamment ceux exclus de la consultation électorale de 2013, de participer à la prochaine échéance électorale. Mais le gouvernement s’en tient essentiellement à l’inclusivité dans le processus d’élaboration de la loi électorale.

L’Union Européenne, en énonçant certains principes, estime qu’il n’est pas question pour elle de faire preuve d’ingérence à l’égard d’un pays partenaire. Mais l’ambassadeur et chef de la délégation de l’Union Européenne à Madagascar, Antonio Sanchez-Benedito, a affirmé qu’il n’est pas question non plus d’indifférence. Un sous-entendu diplomatique que la partie malgache doit comprendre de diverses manières de la part d’une entité qui apporte des millions d’euros de subvention pour soutenir des projets de développement dans le pays.

Midi Madagasikara5 partages

Air Madagascar : Vers la mise en œuvre de la relance

Le Décret autorisant la participation de l’Etat malgache dans l’augmentation du capital social d’Air Madagascar a été adopté hier, en Conseil de gouvernement. Avant-hier, la compagnie nationale et son partenaire stratégique, Air Austral ont présenté ses sept membres du Conseil d’Administration qui ont été nommés pour un mandat de quatre ans. Quatre d’entre ces administrateurs ont été désignés sur proposition de l’Etat malgache, dont Herivelo Andriamanga, récemment nommé directeur général du Trésor au sein du Ministère des Finances et du Budget ; Thierry Rakotoarison et Eric Koller, conseillers à la Présidence de la République et qui étaient déjà parmi les 12 membres de l’ancien Conseil d’Administration d’Air Madagascar ; et le Gal Paza Didier, ancien Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie limogé au mois de mai 2017. Du côté du partenaire stratégique, les trois administrateurs désignés sont Didier Robert, président de la Sematra ; Marie Joseph Malé, PDG d’Air Austral et Dominique Dufour, secrétaire général d’Air Austral. Selon les dirigeants d’Air Madagascar, la mise en place de ce nouveau Conseil d’Administration est une étape primordiale pour parvenir au closing du partenariat, après la nomination du nouveau DG.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar4 partages

Transport aérien – Corsair lance sa nouvelle classe business

Corsair remonte en gamme avec notamment l’introduction d’une classe Business. La compagnie propose un service cinq étoiles et de la haute gastronomie à bord.

Corsair frappe fort. Elle vient de lancer une nouvelle gamme très large de classe business pour ses passagers. La compagnie propose sur chaque appareil, à partir du mois de décembre, la classe « business ». Cette dernière propose une cabine reconfigurée et privative proposant douze sièges convertibles en lits. En plus des services proposés à bord, elle servira aussi de la haute gastronomie en haute altitude. Cette nouvelle classe « Business » de Corsair projette ainsi la compagnie aérienne française au plus haut des meilleurs standards actuellement disponibles dans l’univers du voyage.« Les clients qui opteront pour cette classe Business auront droit à des sièges convertibles en lit, une tablette iPad Pro 13 pouces avec accès au Wifi, un casque Sennheiser réducteur de bruits, une trousse Business proposant des articles de confort et de cosmétique, une ligne de téléphone dédiée, une couette moelleuse, oreiller et coussin de support lombaire. L’objectif est de rendre le voyage plus agréable », a déclaré Antoine Huet, directeur général adjoint commercial de Corsair lors d’une cérémonie tenue hier, à Anosy.

Tri-classeLa compagnie aérienne passera ainsi en configuration tri-classe, à savoir Economy, Premier Grand Large et Business. Pour lancer cette nouvelle classe business, la compagnie s’est appuyée sur un grand nom de la gastronomie française avec Michel Rostang. Ce chef double étoilé Michelin, à la tête de sept restaurants à Paris, élaborera deux menus, « signature » offert en Business mais aussi « prestige ». « Le menu proposé à bord sera composé ainsi de trente grammes de caviar Petrossian, de saumon fumé, ou encore un demi-homard bleu breton. Pour l’offre boisson, la champagne de la maison Billecart-Salmon sera servie à bord », continue d’expliquer le responsable.Corsair opère des vols réguliers vers les Caraïbes, La Réunion, Maurice, Mayotte, Madagascar, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Canada. À Madagascar, la compagnie française assure une liaison jusqu’à trois vols par semaine entre Antana­narivo et Paris depuis plus de vingt ans et une liaison hebdomadaire entre la capitale malgache et l’île de La Réunion depuis le mois d’avril.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara4 partages

Kick-boxing – Grand combat Défi : Domination des Tamataviens du Tiger

Egalité de points entre Philippe et Gaël.

Evoluant à domicile, les kick-boxeurs du Tiger Toamasina ont dominé le « Grand Combat Défi » organisé dimanche dernier au Gymnase du CRJS.

Longtemps en stand-by, la boxe pied poing de Toamasina était en ébullition dimanche. Des combattants de la capitale, de Moramanga et des locaux se sont affrontés dimanche dernier au Gymnase du CRJS. Les kick-boxeurs de la ville du Grand Port se sont imposés à domicile en remportant cinq victoires. Dans la classe A les victoires ont été partagées, Mario du club Tiger a disposé facilement de Paingotra (Tana) chez les moins de 48 kg. Dans les hostilités féminines, dans la catégorie des moins de 48 kg, Mihary (Tana) s’est imposé devant Monirah (Toamasina). En moins de 57 kg, Francky (Moramanga) a pris le dessus sur Mariano (Tamatave) et Belo (Tana) a battu Olivier (Toamasina) chez les moins de 60 kg. Dans les autres classes, les victoires ont été remportées par Olivier (-45 kg), Fatima (-51 kg) en classe C, Andronique (-57 kg), Orlando (-63 kg).

Egalité. Après plusieurs années de break en tant que combattant, Anigael Maronirina, plusieurs fois champion de Madagascar et champion d’Afrique a décidé de monter sur le ring. Coach et maître de salle du club TLG à Moramanga, Gaël a défié le moniteur du club organisateur, Joda Philippe. Le combat a tenu en haleine le public venu en masse pour assister à ce duel de « grands ». Depuis le début du combat, Gaël a largement dominé son adversaire. A quelques secondes de la fin du combat, l’arbitre a décidé d’arrêter le combat après un coup de tête qui a provoqué une blessure chez les deux combattants. L’arbitre a décidé d’attribuer la victoire aux deux maîtres en guise de fair-play. Ce tournoi a été organisé en marge de la célébration du 5e anniversaire du club Tiger de Toamasina. Autant dire que la relève promet pour cette partie orientale de l’Ile.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Moramanga : Mampiasa herisetra ireo mpibodo tanin’olona

Tsy afaka namboly no tsy afaka nioty na nijinja izay vokatry ny taniny ireo mponina ao anatin’ny fokontany Ankarefo sy Tsaramiafara ao anatin’ny kaominina Anosibe Ifody. Misy teratany vahiny iray efa nitoerana teto Madagasikara no nilaza ho nahazo fahazon-dalana hampiasa ny tany manontolo tamin’ny taona 2016. Etsy ankilany ireo vahoaka dia efa tamin’ny taona 1896 no efa nonina teo ny razambeny. Ny taona 1914 no tonga ny mpanjanaka ary efa nanomboka nampiasa ny herisetrany. Niverina tamin’ny taniny ireo Malagasy rehefa nahazo fahaleovantena ny Firenena . Namboly sy niompy ireo taranaka fahaenina aty aorina ary tsy nisy nikitika nandritra izay fotoana izay. Ny taona 2009 no efa nanomboka nikarakara ny taratasy mahakasika ny fananan-tany ny vahoaka ary nahazo fanamarinana fa miverina amin’ny fitondrana Malagasy ny tany ary azon’ireo mponina atao ny mampiasa azy. Nanaraka ny fenitra rehetra izay takian’ny lalàna mahakasika ny lalàna mifehy ny fananan-tany ireo vahoaka hatramin’izay na dia tsy nahay nanao izany aza ireo razana teo aloha. Ankehitriny izay tantsaha tratran’ilay vazaha mamboly na miserana manodidina ny toeram-pambolena dia samboriny ary fatorany. Ny zoma lasa teo dia olona iray teo am-piandrasan’omby no nosamborina ary nofatorana no sady nambanana basy poleta. Tonga teny an-toerana ny solombavambahoaka Randriamahefa Henri Charles ny alatsinainy 20 novambra 2017 nahita ifotony fanankanan-dalana ataon’ilay teratany vahiny sy ny mpiara-miasa aminy.Manohitra ny fampiasan-kery sy ny tsindry mahazo ny vahoaka ity olom-boafidy ity. Miantso ny fitondrana tompon’andraikitra voakasika ny vahoaka manoloana ny antsojay mahazo azy ireo.

Cathy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Acte citoyen : Monika Njava donne l’exemple à Ankaditoho Tsimbazaza

Monika Njava veut donner l’exemple à travers cet acte citoyen dans son fokontany (photo : Nary Ravonjy)

Une artiste au grand cœur ! A une époque où le chacun pour soi et le sauve-qui- peut deviennent le réflexe commun de chaque jour, Monika Njava s’est dit qu’il fallait qu’elle donne l’exemple et crée le déclic. La semaine dernière, la chanteuse et ses enfants ont donc tenu à faire don de PPN aux personnes les plus nécessiteuses dans son quartier, le fokontany Ankaditoho Tsimbazaza. Un acte citoyen et totalement désintéressé. « Mon but n’est pas de me mettre en avant. Je voulais tout simplement partager un peu de bonheur. Donner pour le plaisir de donner sans rien attendre en retour. A travers cet acte, j’espère avoir inspiré les gens. Je souhaite également que d’autres m’emboîtent le pas et qu’ils donnent du peu qu’ils ont reçu à leurs concitoyens. Pas seulement en ces veilles de fête mais tout au long de l’année ». Une initiative à copier et un exemple à suivre, effectivement !Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

CNIDH et Ambassade des Etats-Unis : Débat sur l’éradication du travail des enfants

Les enfants, une richesse humaine inestimable.

En marge du 20 novembre, à la fois journée mondiale de l’Enfant et celle de la Convention internationale sur les droits de l’Enfant (CIDE), l’Ambassade des Etats-Unis et la Commission nationale indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) ont organisé une conférence-débat sur le travail des enfants au Centre culturel américain Tanjombato hier.L’assistance faisait montre de réactivité pertinente. Ont été notamment évoquées la communication et la sensibilisation lacunaires-selon la perception de certains membres de l’assistance- en matière des droits de l’Enfant, ainsi que la prégnance de la représentation collective et de l’immense pauvreté qui favorisent le travail des enfants et rendent son éradication difficile. Difficile certes, mais possible, ont répondu les intervenants. Lesquels ont mis en avant les avancées structurelles en la matière, tels que l’existence de structures et de cadres socio-juridiques, tels que le réseau de protection de l’Enfance, ou encore l’existence d’un collectif d’avocats dédiés à la protection des enfants et des femmes vulnérables, etc. Un adjectif qui prête à confusion étant donné que la vulnérabilité s’apprécie sous différents points de vue, vulnérabilité sociale, financière, physique, etc. Les unes n’empêchant pas les autres. Par ailleurs, une dame œuvrant dans une organisation de la société civile pour les droits de l’enfant, a partagé sa perception personnelle, selon laquelle, le Plan sectoriel de l’Education pourrait favoriser le travail des enfants en milieu rural, compte tenu de l’imbrication-selon elle à certains segments temporels- de l’année scolaire et de la saison pluvieuse.Intervenants. Rappelons que le débat portait sur l’éradication du travail des enfants. Plus précisément, le thème en était : « Développer Madagascar par l’éradication du travail des enfants. » Le panel d’intervenants était bien fourni, contrairement à la tribune de l’assistance, quoi que cela n’ait rendu le débat moins riche, ni le thème moins intéressant. Après les discours inauguraux de Andriamorahasina Seth, Rapporteur de la CNIDH et S.E.M l’Ambassadeur des Etats-Unis Robert T. Yamaté, se sont succédé les différentes interventions. A commencer par celle de Thomas Brouns, attaché politique en charge des Droits de l’Homme auprès de l’Ambassade des Etats-Unis ; suivie de celle de Lauréat Rasolofoniainarison, du Bureau international du Travail (BIT). Un représentant du ministère de la Fonction publique, de la Réforme de l’Admnistration, du Travail et des Lois sociales clôt la marche des interventions, en l’occurrence de Solo Paulin, directeur du Travail et de la Promotion des Droits fondamentaux.Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagate3 partages

Soanierana Ivongo. Me Tody Arnaud sy ny maha ratsy ny fampiasana fahefana miborioka

Nanako tokoa iny resaka Rossy tsy afaka nanao fampisehoana tany Soanierana Ivongo iny. Nivoaka daholo ny horonan-tsary (videos) sy horonam-peo isan-karazany fa ny olona tena lasa «vedette» dia ilay hoe Me Tody Arnaud, solombavambahoaka voafidy tany. Isika tsy hiditra hoe antoko na vondrona antoko inona no nisy ary hisy azy aloha, fa ilay fomba fampiharany ny fahefana ananany no mahazendana.

Raha zohina ny tantara dia efa nahazo fahazoan-dalàna avy amin’ny Ben’ny tanàna Ralaimamonjy Charles i Rossy izay nandoa ny rehetra tokony naloa ho an’ny Kaominina ambanivohitr’i Soanierana Ivongo. Fa taty aoriana vao nivadika horera ilay tantara. Asa, fa toa fialonana miaro pôlitika maloto no nahatonga ilay izy. Hany ka nahetsika daholo izao karazana manam-pahefana rehetra misy any. Ary voabaikony tokoa. Efa nomen’ny tribonaly rariny anefa i Rossy fa e e e! Misy tokoa ny olona miaina amin’ny hoe: ataoko mahalala ny anarako. Dia ahoana moa ny fomba atao amin’izany?

Dia ilay fomba hita fa tena ratsy sady mampidi-doza nefa mbola ampiharina hatramin’izao taonjaton’ny vaovao eo noho eo («siècle de l’information en temps réel») izao. Tany izy io Me Arnaud io tena niseho fa izy no tompon-tanàna ka na depiote mitovy aminy aza nataony ialahy imasom-bahoaka sady mbola nokasihany tànana. Voarakitra ao anaty “videos” daholo izany rehetra izany. Fa ny tiako ahatongavana dia ity resaka fanavakavahana ity nefa samy Malagasy, samy tompon’ity Madagasikara ity, n’aiza n’aiza aleha ho an’iza n’iza mizaka zom-pirenena malagasy. Ho an’ingahy Tody Arnaud dia ambany kilasy i Rossy ary tsy any aminy (Soanierana Ivongo, faritanin’i Toamasina), hono, no hiseho ho inona nefa «bas quartiers» (tanàna ambany, iva) no mba entina sy nahavoafidy. Tsaroana fa voafidy tao amin’ny boriborintany faha-4 eto Antananarivo i Paul Bert Rahasimanana na i Rossy ary solombavambahoakan’i Madagasikara izy toa ireo namany miisa 150 ao Tsimbazaza.

Tany daholo izany karazana resaka mampisara-bazana izany sy mira fanavakavahana ara-poko («racisme») mihitsy aza no heno sy hitan’ny vavolombelona maro ary koa azo “vidéos”. Kanefa, rehefa injay tonga eto Antananarivo io Me Arnaud io, dia toa anjely latsaka an-tany ka  lasa «zoky» indray i Rossy natao ialahy tany Soanierana Ivongo, dia lasa manaja be sy mitady marimaritra iraisana tampoka teo. Tao amin’ny Viva sy Kolo Tv izany no hita sy re. Tena nanao ratsy matoa manambitamby, hoy ny mpanaraka ny tantara. Fa izao: toa ny zava-drehetra dia nisy fiantraikany ny nataony. Ary dia niaka-tsehatra ara-bakiteny ny fikambanana rehetra avy any amin’ny «bas quartiers» niaro an’i Rossy: Bemiranga, Favori, VAM, Zamami…

Ny zoma 17 Novambra 2017, tonga tao amin’ny kianjan’ny Kanto etsy Mahamasina ny solontenan’izy ireo ary tsotra ny nangatahiny avy amin’i Me Tody Arnaud: fialan-tsiny ampahibemaso amin’ireny teny sy fihetsika nataony tamin’ny Mpanjakan’ny Tapôlaka. Fa tamin’io fotoana io indrindra no tonga tao koa ny Ben’ny tanànan’i Soanierana Ivongo, Ralaimamonjy Charles, nanamafy ilay didim-pitsarana talohan’ny gidragidra: nomen’ny tribonalim-panjakana («tribunal administratif») any Toamasina rariny tokoa i Rossy taorian’ny fitoriany. Izany hoe afaka nanao fampisehoana an-kalalahana tao Soanierena Ivongo ny tarika Rossy. Zavatra hafa mihitsy anefa no nitranga izay nanakoako hatraty an-drenivohitra. Ary dia nahetsika daholo izay azo nahetsika toa ilay hoe OMC (Sampan’ny miaramila, zandary ary pôlisy mitambatra). Fahefana avy aiza moa no ananan’io solombavambahoaka mibaiko ireo rehetra ireo? Mpanao lalàna anie izany depiote izany e!

Eo amin’ny lafin’ny pôlitika noresahiko tam-boalohany indray dia mazava ilay nahatonga an’i Me Arnaud mampiseho fa izy no «rôle» any Soanierana Ivongo. Re mantsy fa nanara-dia an-dry Maharante ary Nicolas sy ny forongony (Mapar I, Mapar II toa milaza fa kambanana i Andry Rajoelina), io Me Tody Arnaud io ary dia ny handoto ny Mapar avy ao anatiny, indrindra fa ny filohan’ny tetezamita teo aloha no tena lasibatra («cible») ka tetehina lotoana izay tsy izy. Tiany naseho izany fa tsy mifanaraka ny ao amin’io vondrona pôlitika io. Aza adinoana fa efa akaiky ny fifidianana filoham-pirenena ary tsy nilaza mihitsy ny filohan’ny tetezamita teo aloha fa tsy hilatsaka ny tenany.

Fa raha hiverenena ny fanavakavahana (aleo mihitsy laizaina hoe «ostracisme» tsotra izao) nasehon’i Me Tody Arnaud dia izao e: olona toa azy io no mahatonga ny vahoaka malagasy tsy tia pôlitika eto Madagasikara. Ary tsy izy irery, indrisy. Izaho manokana aloha dia tsy mino fa efa niravona io raharaha io. Nandrasana tao amin’ny onjam-peo Antsiva izy ny alatsinainy lasa teo fa tsy nipoitra na dia efa nanaovana filazana aza («annonce»). Tsy mba niala tsiny akory fa toa ny namana Michel Ralibera indray no nilany kisa satria, hono, mihaino lakolosy tokana. Fa inona aloha ny antony nanapenana tamina “parpaings” ny fidirana ao amin’ilay kianja rehefa avy teo no niditra ny fitaovana efa 10 tonnes mahery nentin’ny tarika Rossy avy aty Antananarivo? Dia avy eo lazaina fa i Rossy no nanimba zavatra sy kasihan-tanàna. Azo “vidéos” daholo izany rehetra izany.

Ka mba ovao ny famindra fa ny volaben’ny Hvm anie tsy mahatonga any amin’ny Mausolée e! Farany: diso tanteraka i Me Arnaud nilaza fa niditra an-keriny tao amin’ilay kianja i Rossy tamin’ny sasak’alina. Raha olona avara-pianarana toa azy (mahay miteny frantsay be koa izy) dia tokony fantany fa rehefa hanao fampisehoana ny mpanakanto matihanina dia ny alina alohan’ilay andro voatondro foana no manangana ny «Chapiteau». Fa tsy ny atoandro mihitsy. Mameran-tany io Tompoko ô! Ny soa fianatsa, hoy ry zareo betsileo, ary mahavokatse. Eto Madagasikara dia ny avara-pianarana sasany mihitsy anefa no manao fitondran-tena toa olona tsy nianatra any ka na izany lalàna izany aza tsy raharahiany. Aiza moa no tsy hirongatra izao zava-doza rehetra izao satria ry zareo voafidy na voatendry foana no manome ny ohatra ratsy. Ary tokony ajanona tanteraka ilay fomba mbola mitoetra dia ny manao tsy refesi-mandidy any lavitra any -tena miborioka tanteraka ilay fahefana ananana- kanefa mifanipaka amin’izany rehefa miseho fahitalavitra sy miteny amin’ny onjam-peo eto amin’ny Renivohitr’i Madagasikara. Ny tranga maneran-tany anie miampita eo no eo amin’izao vaninandro izao e!

Jeannot Ramambazafy - Nivoaka tao amin'ny "La Gazette de la Grande île", Alarobia 22 Novambra 2017 koa io lahatsoratra io

L'express de Madagascar3 partages

Secteur pétrolier – Jovena se lance dans la production d’énergie

À l’âge de ses dix huit ans, la société Jovena source d’énergie, membre du groupe Axian, veut s’épanouir encore un peu plus. « Jovena a décidé de diversifier ses activités et de se lancer dans la production d’énergie. Mais la distribution pétrolière restera le cœur de notre métier », affirme Phillipe Bourgeois, admnistrateur de Jovena source d’énergie, hier, lors de l’inauguration officielle de la station Jovena Akona sur le bypass à Ambohima­nambola. Les dirigeants de Jovena  ont fait le choix d’investir dans de nouveaux secteurs, tels que l’hydroélectrique et l’énergie solaire. Ils visent à être des acteurs incontournables via leurs projets en marche.Avenir. Avec aujourd’hui pas moins de deux cent cinquante collaborateurs, les responsables de chez Jovena ont choisi de se tourner vers la production d’énergie. Ils constatent que la demande en énergie devient plus qu’un besoin, avec un foyer sur deux qui n’a pas encore accès à l’électricité. Des projets sont déjà en cours, comme la mise en place des turbines à fuel lourd d’une unité de 67 mégawatts à Ambohi­manambola, participant à la transition énergétique souhaitée par le ministère de l’Énergie et des hydrocarbures. Sans parler des projets de barrages hydrauliques à travers le projet Volobe, à Toamasina, et d’énergie solaire dans le cadre des énergies renouvelables.Pour les simples citoyens que pour l’État malgache, Jovena devient un partenaire de développement de Madagascar à travers de meilleures qualités de service via sa nouvelle identité.

Tsiry Razafindrazaka

Midi Madagasikara3 partages

MCC : Don de matériels informatiques à l’INCC

Le SG du MCC Tombozafy Eden Clermont a représenté le ministre Chabani Nourdine, lors de la remise des matériels informatiques à l’INCC .

Le ministre du Commerce et de la Consommation, Chabani Nourdine s’intéresse au plus haut point aux organismes rattachés à son département. Hier, le ministère a fait don de matériels informatiques à l’Institut National du Commerce et de la Consommation (INCC). Constitué, d’une quinzaine d’ordinateurs de bureau, de deux ordinateurs portables, de deux imprimantes et d’un vidéoprojecteur, ces matériels informatiques vont aider à l’amélioration de la qualité des formations au sein de l’INCC qui est actuellement la première école supérieure publique en matière de commerce et de concurrence à Madagascar. La mission de l’INCC est de préparer les futurs opérateurs économiques commerciaux capables de créer leurs entreprises commerciales. Il assure également la formation professionnelle en matière de commerce international. L’INCC dispose apparemment d’une formation efficace et utile puisque la grande majorité des sortants sont placés dans des entreprises ou ont pu créer leur propre entreprise. L’INCC qui est accessible par voie de concours pour un bac + 2 propose un cycle long, une formation diplômant de 10 mois ou en cycle court en formation continue de trois mois pour les bacheliers de toutes les séries.

R.Edmond

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Union africaine : Ramtane Lamamra à Tsimbazaza

Dans le cadre de sa mission à Madagascar, l’émissaire de l’Union africaine Ramtane Lamamra a été reçu hier à Tsimbazaza par le président de l’Assemblée nationale par intérim Mahazoasy Freddie. Ramtane Lamamra a été accompagné à cette occasion par la représentante de l’Union africaine Hawa Ahmed Ioussouf. Durant la rencontre, les deux parties ont rappelé les résolutions des crises politiques à Madagascar ces dix dernières années, notamment la crise de 2009 avec la fameuse feuille de route. Ramtane Lamamra envisage de rencontrer certaines mouvances politiques avant de quitter le pays demain.

EugènePartager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada2 partages

Cours de change : l’ariary n’est pas sorti de l’auberge

La forte dépréciation de la monnaie nationale sur le Marché interbancaire de devise (MID) n’est pas passée inaperçue ces derniers jours. Si la première explication des économistes porte essentiellement sur la forte hausse de la demande en devises étrangères liée aux importations effectuées par les opérateurs en cette  période de fin d’année, la régulation des  taux de change appliquée par la Banky foiben’i Madagasikara (BFM), depuis fin 2014, est une autre raison de la forte baisse de la valeur de l’ariary par rapport aux monnaies de référence, notamment l’euro et le dollar.

D’après les explications apportées par Rado Ratobisaona, membre du Cercle de réflexion des économistes de Madagascar (Crem), «la suspension des taux préférentiels accordés aux compagnies pétrolières et à certains produits entrant à Madagascar depuis fin 2014 est aussi à l’origine de la baisse régulière de la valeur de l’ariary par rapport à l’euro et au dollar ces dernières années».

Celui-ci de poursuivre que «la forte inflation enregistrée au début de l’année  est également à l’origine de cette forte dépréciation». Sur le MID en date du 21 novembre, l’euro s’est échangé à 3 710 ariary et le dollar à 3 190 ariary.

R.R.

 

News Mada2 partages

Fanomezana “accreditation” : nifehy ny fitsirihana sekoly ambony ny manam-pahaizana

Sekoly ambony telo (IST-ISTS ary ny ESMIA) ihany hatramin’izao no manana “accreditation” (fankatoavana ny tolotra fiofanana omeny) amin’ny sekoly ambony 800 nomena ny “habilitation” na fanomezan-dalana hampianatra amin’ny sehatry ny fampianarana ambony, amin’izao fotoana izao avy amin’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony. Maro ny fepetra takin’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony, araka ny fenitra mifehy ny fampianarana ambony mialoha ny hanomezana ny fankatoavana sekoly ambony iray. Misy ny fidinana eny ifotony hitsirihana ny lafiny rehetra : fotodrafitrasa, fomba fampianarana, mpampianatra, ny votoatin’ny fampianarana… Teknisianina manam-pahazaina manokana izay mpampianatra manana ny mari-pahaizana takina no mitsirika ny sekoly ambony mandrefy ny zava-misy hitany eny ifotony, miaraka amin’ny tomponandraikitry ny minisitera mpiahy. Nivory teny Androndra izy ireo omaly, nampitovy ny fomba fijery sy fiasa hametraka ny rafitra fikajiana ny kalitao amin’ny fampianarana ambony. “Misy fitaovana sy fombafomba ampiasaina rehefa midina ifotony mitsirika sekoly ka nofehezina nandritra ny tontolo andro izany ho an’ny mpampianatra 50”, hoy ny talen’ny fankatoavana sy fikajiana ny kalitao ao amin’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony, Randrianarison Emmanuel.

“Ankoatra izay, naharitra roa andro, eny Fiadanana, ny fandinihana ny boky antontan-kevitra ho an’ny sekoly ambony mangataka fanomezan-dalana (habilitation) hanokatra toeram-pampianarana eto amintsika”, araka ny fanazavan’ny minisitry ny Fampianarana ambony, Rasoazananera Monique.

Vonjy A.

Midi Madagasikara2 partages

Musique : Alalà, de nouveau au Vakok’arts

En quatre ans d’existence, le groupe Alalà est surtout programmé dans les festivals européens, cependant, la formation garde toujours une racine ancrée dans la Grande Ile. Ce week-end, la bande à Goul sera au Vakok’arts Toliara pour offrir un concert gratuit. Goul Andriamihanta, Laurie Rakotomanga, Alice Fearne, Juan Diego Jimenez et Mohammed Sayon Nafi retrouveront donc les noctambules de la ville du soleil le temps d’une soirée.

Coté musique, Alalà évolue dans un univers folk, jazzy et roots riche en influence des sonorités de Madagascar. Rassemblant des artistes de différentes origines, Alalà puise dans chaque spécialité de tout un chacun et conjugue ces adresses, tout en gardant les résonnances de la langue malgache.

Tous issus de famille de musiciens, les membres se rejoignent dans la même passion. La musique du monde l’emporte sans pour autant faire une croix sur le jazz-rock-blues qui a vu leur amitié se développer. Après trois ans d’existence, Alalà sort « Eo ary » en décembre 2016, un premier Ep acoustique qui représente le travail qu’ils ont partagé sur scène en quartet.

Aina Maharindra

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Société civile : Soutien aux candidats intègres pour les prochaines élections !

C’est une première. Les organisations de la société civile (OSC) regroupées dans le mouvement Rohy ont défini une stratégie de crédibilisation des élections laquelle a été présentée, hier, à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina. La finalité étant « d’organiser et de produire des élections génératrices de paix, de développement durable et de bonne gouvernance », selon Andriamoraniaina Harijaona, coordinateur technique du mouvement. Une première aussi car la société civile va soutenir « les candidats intègres »  lors des prochaines élections. Mahamoudou Ndriandahy, président de la commission élection au sein du mouvement Rohy, explique : « la société civile a  élaboré un Livre Blanc assimilé à un projet de société. C’est une référence dans la mesure où il prévoit les dispositions que tout citoyen en âge de voter devrait considérer avant d’élire un candidat. Dans cette optique, si le projet de société de tel ou tel candidat remplit les critères tels que définis dans ce livre blanc, nous allons le soutenir en amont et contribuer à son élection en aval ».

Vote responsable. A l’unisson, les OSC du mouvement Rohy pensent qu’il faudrait faire peau neuve en matière électorale en instaurant la culture du vote responsable. « Nous sensibilisons les citoyens, notamment les femmes et les jeunes à voter. Mais nous ne nous contenterons pas uniquement d’effectuer cette sensibilisation, nous incitons les votants à procéder au vote responsable pour que seuls les citoyens intègres accèdent au pouvoir et non ceux qui distribuent des tee-shirts et des petits présents », a indiqué Andriamoraniaina Harijaona. Un travail de longue haleine qui nécessite une intervention locale et l’implication de tout un chacun.

4 502 469 euros. Quatre grands points constituent l’ossature de cette stratégie de crédibilisation des élections. Il s’agit, entre autres, d’améliorer le cadre juridique des élections en mettant en place un cadre légal unique et général dont l’élaboration sera effectuée de manière participative et inclusive, d’améliorer l’éducation citoyenne et la communication sur les élections, d’accroître l’efficacité des OSC malagasy dans le suivi et l’observation des élections et de lutter contre la corruption, les mauvaises pratiques et les conflits dans les élections et promouvoir la candidature des citoyens intègres. Ces quatre axes stratégiques de la stratégie devraient être mis en œuvre sur une période de cinq ans (2018-2022). En tout, le mouvement Rohy prévoit d’obtenir en tout 4 502 4690 Euros pour concrétiser cette stratégie.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Accréditation dans l’Enseignement supérieur : Les experts se préparent pour les audits

Emmanuel Randrianarison développant les démarches et les outils de base pour réussir un audit d’IES réussi.

Pour une qualité de formation optimale, l’accréditation des institutions d’enseignement supérieur (IES) ne se décrète pas au hasard, mais se fait obligatoirement en aval d’un audit de ces IES par un comité d’experts. Lesquels doivent en amont, s’approprier et maîtriser la démarche et les outils nécessaires pour mener à bien cet audit.

C’est dans cette optique que le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES) a organisé hier, à l’espace Le Damier Androndra, un « atelier d’appropriation de la démarche et des outils d’audit d’IES ». Entre un atelier sur l’habilitation  et un conseil du gouvernement à Mahazoarivo, la ministre Monique Rasoazananera est passée à Androndra, pour donner le la à l’atelier et remercier les participants pour leur implication dans l’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur à Madagascar.

Audit. Rappelons à titre informatif, que l’audit d’une IES est, selon la définition du MESUPRES, « l’examen de la manière dont cette IES met en œuvre ses offres de formation pour vérifier si elle le fait en conformité avec les normes du référentiel de l’enseignement supérieur ». Il se subdivise en deux étapes principales : l’examen du référentiel d’enseignement et l’évaluation sur site. En principe, un audit s’étale sur 2 à 3 jours, mais les contraintes financières font qu’à Madagascar, l’audit d’une IES s’effectue en 1 seul jour, du moins jusqu’à maintenant.

Ingénierie de la formation. Dans son intervention, M. Emmanuel Randrianarison, directeur au sein du MESUPRES, a mis l’accent sur l’importance de l’impact de la didactique et de la pédagogie dans la qualité de l’enseignement supérieur. « Nous (enseignants chercheurs)  gagneront à renforcer nos capacités dans la transmission de savoirs et de compétences à nos étudiants, car l’enseignement ne se résume pas seulement aux conférences, aux publications, ou encore à la maîtrise de notre domaine d’expertise… mais repose en grande partie sur notre capacité à transmettre efficacement nos connaissances, pour que les étudiants, puissent réellement en bénéficier. », a-t-il souligné. En effet, enseigner c’est, entre autres, assurer des encadrements dans les délais et élaborer des programmes de formation, etc. Par ailleurs, M. Randrianarison a aussi partagé que dans l’audit d’une IES, une attention particulière est accordée à la participation des milieux professionnels visés par l’offre de formation dans l’élaboration des cours.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Rebondissement de l’affaire Antsakabary : La Police déstabilisée à la suite des photos publiées

Le rebondissement de l’affaire Antsakabary dans les médias ces derniers temps interpelle la Police nationale. Fortement critiqués dans ce dossier, des hauts responsables de cette institution ont rencontré la presse hier pour apporter de précision sur l’évolution et l’aboutissement de l’enquête relative à cette affaire. Dirigés par le commissaire principal de Police Jean Rostan Rabialahy, directeur du Cabinet (Dircab) du Ministre de la Sécurité publique, les conférenciers affirment qu’au niveau de la Police nationale, l’enquête y afférente est déjà terminée. « Ce dossier est déjà remis auprès du Tribunal », explique le Dircab pour signifier que la Police nationale a déjà accompli ses obligations envers lesdites bavures et exactions commises par les policiers impliqués dans cette affaire. C’est pourquoi, il interroge sur les photos accablantes publiées récemment dans la presse. « Des preuves que les enquêteurs de la Police n’ont jamais vues quand ils ont effectué leur investigation sur le terrain », souligne-t-il. Une investigation qui a été faite à trois reprises. En collaboration avec la gendarmerie, la première avait lieu en Février. La deuxième en Mars durant laquelle, les enquêteurs ont entendu les témoins et les victimes. Effectuée le mois d’août, la troisième a permis d’écouter tous les policiers suspectés. En effet, le Ministère de la Sécurité publique remet-il en doute l’origine et l’authenticité de ces photos qui pourraient constituer des preuves matérielles sur ceux qui sont passés réellement à Antsakabary ? « Pourquoi ces photos n’étaient pas publiées que 9 mois après l’événement », interpelle le Dircab.

Pour la vérité. Parlant toujours au nom de la Police nationale, le commissaire principal de Police Jean Rostan Rabialahy affirme ne pas vouloir écarter l’éventualité de la véracité de ces photos. C’est pourquoi, il souhaite la collaboration des journalistes surtout ceux qui disposent de renseignements permettant d’élucider cette affaire. « Le Tribunal en a aussi besoin », a-t-il lancé.  Quant à la Police nationale, il précise qu’elle ne cesse de chercher des preuves tangibles pour que la vérité et la justice soient mises au grand jour ; sa mission consiste à défendre le juste et traquer les coupables ».

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

« Le kalon’ny fahiny » : Pour la petite histoire

Fusion de musique des hauts plateaux et d’opérette occidentale, le « kalon’ny fahiny » va dominer des décennies d’histoire musicale malgache. « L’opérette malgache » fait son apparition dans les années 1930 incarnée par la troupe Jeannette dont le titre « Yaninkaza dia » (fleur sauvage) est devenu un classique. L’âge d’or de l’opérette malgache a lieu dans les années 1950 dominé par le grand compositeur Naly Rakotofiringa. Ludger Andrianjaka qui chante avec Brassens à la Sorbonne en 1956 interprète de sa voix de ténor des textes de la vie rurale.

Exposition universelle de Paris. Vers 1930, les colonisateurs français ont rassemblé les artistes malgaches qui leur sont proches. Ces artistes ont été dirigés par Teraka Ramamonjisoa dit Therack et ont participé à l’Exposition Universelle de Paris en 1931. C’étaient des auteurs comme Rodlish, Ny Avana Ramanantoanina, Jasmina Ratsimiseta, Georges Andriamanantena dit Rado, des chanteurs de renoms comme Beby Rasoanandrianina, Mme Jeannette, Alphonse Rajaona, Ramanda ainsi que le « Mpihira gasy » Razafimahefa. Une prise de son a été faite à Paris et un disque « Kalon’ny fahiny » était sortie.

Le kalon’ny fahiny, qu’on traduit littéralement par « musique d’antan »,  trouverait son origine au 19e siècle. Alors que Madagascar était encore un « royaume », les missionnaires britanniques ont apporté le piano. Les musiciens malgaches n’ont pas attendu longtemps pour composer leurs propres morceaux et dans les années 20 et 30, pendant la colonisation, le style « kalon’ny fahiny » connaissait son apogée.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Assemblée nationale : Face-à-face députés – gouvernement demain

Les députés viendront-ils en nombre demain ?

A l’ordre du jour de ce mercredi 22 novembre à l’Assemblée nationale, figurent 3 séances d’information. La première par le ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts sur le changement climatique ; la seconde par la plateforme des personnes handicapées sur les droits des personnes handicapées ; et la troisième par le ministère de la Santé Publique sur la peste. Le ministre de l’Education nationale va également faire un exposé sur le Plan Sectoriel de l’Education (PSE) cet après-midi à l’Hémicycle où les travées étaient dégarnies ces derniers temps.

Caisse de retraite.  L’intervention du ministre Paul Rabary est un avant-goût du face-à-face prévu demain et après-demain à Tsimbazaza entre les députés et les membres du gouvernement. Reste à savoir si le projet de pension de retraite pour les premiers sera déjà évoqué devant les seconds durant ces deux jours. En tout cas, la proposition de loi n°004-2017/PL portant création et réglementation de la caisse de retraite parlementaire est bel et bien inscrite à l’ordre du jour de la séance plénière du mardi 28 novembre prochain à 10 heures. Elle a été proposée par le député et non moins vice-président de l’Assemblée nationale Rémi dit Jao Jean qui avait déjà présenté sous une autre mandature, une proposition de loi sur la légalisation du « toaka gasy » qui n’a pas été adoptée. Reste à attendre si celle relative à la caisse de retraite qui est un régime spécial connaîtra le même sort.

R. O

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Football- Telma Coupe de Madagascar : La finale à Mahamasina au grand bonheur du COSFA

Les militaires du COSFA vont pouvoir évoluer dans leur jardin.

C’est maintenant décidé que le stade de Mahamasina accueillera ce dimanche la finale de la Telma Coupe de Madagascar de football opposant le COSFA aux Majungais de Fosa Juniors. Un grand point de gagné pour les militaires qui auront ainsi l’avantage de jouer à domicile.

« C’est un grand avantage que nous avons intérêt à saisir car devant notre public et sur un terrain où mes gars ont l’habitude de battre les grandes équipes ». Ces mots sont du président du COSFA, le Général Mamy Razanajaona qui se réjouit de pouvoir disputer la finale de la Telma Coupe à Mahamasina.

Pas de matches à enjeu. Un avantage certain donc côté public mais quant à la pelouse, rien ne dit que Fosa Juniors ne vapas se laisser faire. Car le club dont l’ossature est fournie par Tana Formation, est aussi un grand habitué de Mahamasina, là même où Santatra, Doda, Dax et Elefoni se sont offerts le titre de champion d’Analamanga dans un passé récent.

C’est dire que le public aura droit à une finale très ouverte avec un pari à prendre car tout dépend de l’affluence pour que la Fédération ne se détourne plus du choix de Mahamasina dans les matches à enjeu.

Sur ce chapitre en effet, le stade d’Ampasambazaha de Fianarantsoa et celui d’Alexandre Rabemananjary de Mahajanga avaient la cote pour héberger les demi-finales de la Coupe ainsi que les matches de la ligue des champions et la fameuse Poule des As.

Avion présidentiel. Une grosse perte en fait pour Analamanga qui a laissé filer le titre de champion au profit de la CNaPS Sport et qui n’a pas plus que cette Coupe pour espérer participer à l’aventure africaine.

Mais à quelque chose malheur est bon, avec la fermeture du stade à cause de la peste, la pelouse se trouve aujourd’hui dans un très bon état. Avec l’arrivée de la pluie, le gazon est dans une forme excellente. Comme la CUA avait veillé au grain, on aura droit à un terrain magnifique assez proche de la perfection. Et c’est tant mieux pour le spectacle. Car cette finale aura tout l’air d’un spectacle entre deux clubs aux moyens énormes car si on connaît la fortune de Fosa Juniors, le COSFA n’est ni plus ni moins que l’équipe appartenant à l’Etat. D’ailleurs et si ce dernier gagne le titre, c’est presque une certitude que les militaires feront leur déplacement avec l’avion…présidentiel.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Assemblée nationale : Le Bureau permanent fixé sur son sort ce jour

Les questeurs présenteront un rapport des activités financières de la Chambre basse ce matin.

Les membres du Bureau permanent de l’Assemblée nationale seront fixés sur leur sort ce jour. De source proche de Tsimbazaza, les questeurs présenteront le rapport des activités financières de la Chambre basse devant les députés ce matin. Une décision prise suite aux exigences de ces derniers. Une collecte de signature sur la dissolution de l’instance dirigeante de l’Assemblée nationale circule à l’hémicycle depuis quelques semaines. Selon notre source, la séance de ce jour se déroulera à huis clos. Cette rencontre sera une occasion pour les Siteny Randrianasoloniaiko (Questeur I), Vanovason Adrien (Questeur II) et Guy Rivo Randrianarisoa (Questeur III) de dissuader leurs collègues députés de revenir sur leur décision de lancer une procédure de dissolution contre le Bureau permanent. En effet, des membres de la Chambre basse montent au créneau et dénoncent le manque de transparence dans la gestion du budget, ainsi que le « kiantrano an-trano » pour les déplacements à l’extérieur. Certains parlementaires se sentent lésés par rapport aux droits et avantages engendrés par les missions à l’étranger. D’après les indiscrétions, l’indemnité perçue lors d’une mission à l’extérieur s’élèverait à 150 millions de Fmg. Il serait aussi question d’une inégalité de traitement concernant la distribution des tickets carburants et des crédits téléphoniques.

Vote de confiance. Le Bureau permanent doit donc réussir à convaincre les députés ce jour pour éviter une éventuelle procédure de destitution. Notre source a laissé entendre que la procédure d’un vote de confiance pourrait être enclenchée en cas d’échec de la rencontre. Pour l’heure, aucun chiffre exact sur le nombre des adhérents à ce projet n’a été dévoilé. Cependant, tous les députés que nous avions rencontrés dans les couloirs de Tsimbazaza ont confirmé l’existence d’une collecte de signatures y afférente. A noter également que cette menace de destitution concerne uniquement une partie des membres du Bureau permanent. Le président Jean Max Rakotomamonjy quant à lui ne serait pas inquiété. Il convient de rappeler qu’un vote de confiance contre le Bureau permanent doit être approuvé par 2/3 des députés. Reste à savoir si ce quorum sera atteint cette fois-ci. Faut-il rappeler que ce projet ne constitue pas la première menace de destitution opérée contre l’instance dirigeante dirigée par Jean Max Rakotomamonjy.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Football : Infantino félicite la CNaPS Sport

Connu comme étant un proche de Madagascar, l’actuel président de la FIFA, Gianni Infantino, n’a pas manqué d’adresser ses félicitations à la CNaPS Sport après son cinquième titre consécutif de champion de Madagascar et le 6e de l’histoire du club.

Cette victoire, note-t-il, illustre la persévérance de tous, allant des joueurs à l’entraîneur, l’ensemble de l’encadrement technique et médical, les dirigeants et les supporters.

Il n’oublie pas de remercier au passage la Fédération Malgache de Football et son président Doda Andriamiasasoa ainsi que la CNaPS Sport de cette aide à véhiculer « un message positif du football.

C.R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada1 partages

Vols de zébus : un villageois abattu

Les régions éloignées de la Haute Matsitra vivent dans la peur permanente de se faire attaquer par les Dahalo. Dimanche dernier, Manongo, situé à 400 km au sud de la capitale a été le théâtre d’un assaut meurtrier.

Les vols de zébus n’en finissent pas.  Face à des dahalo armés de fusils de chasse et d’armes blanches, les villageois de Manongo dans la commune rurale de Mahaditra, district de Vohibato ont beau essayé de repousser avec les moyens du bord leur intrusion, mais en vain. Les dahalo ont non seulement emporté avec eux 9 zébus, mais également pris en otage les deux propriétaires.

A peine, les dahalo ont quitté les lieux que quelques habitants courageux les ont poursuivis. Et cela a tourné au drame car les voleurs de zébus ont tout de suite ouvert le feu et un villageois est tombé sous les balles des malfrats.

Sitôt informés de la situation, les policiers d’Ambalavao se sont déployés sur les lieux et ont suivi la piste des dahalo. Mais ils n’ont pas pu aller loin car se trouvant dans l’impasse, les forces de l’ordre ont rebroussé chemin. Heureusement dans le dessein de semer ses poursuivants, les bandits ont relâché les 2 propriétaires de zébus ainsi que le bétail.

Situation alarmante

Les villageois de cette région tirent la sonnette d’alarme à cause de ce climat d’insécurité permanente. Soit les dahalo incendient le village, soit ils abattent des villageois… en toute impunité.

Ando Tsiresy

 

News Mada1 partages

Boeny : la protection de l’environnement renforcée

La région Boeny se met à la priorisation de l’environnement. Le renforcement des contrôles de l’exploitation des ressources naturelles est souhaité par les autorités locales dans l’intérêt de la communauté.

Les sept communes du district de Mahajanga II jouissent désormais du Protocole bio culturel communautaire suite à la signature de son application la semaine dernière. La gestion durable des ressources naturelles, destinées à la consommation quotidienne de la population et de la médecine naturelle, figure en bonne place dans l’accord. Cette initiative vient en complément de la ratification du Protocole de Nagoya par le gouvernement malgache en prévision des projets de développement.

Le directeur du développement de la région a mentionné que ce protocole, garantissant un développement à la base, permet à la masse de jouir des retombées  des mesures de préservation de l’environnement.  La mise en oeuvre  est  financée par le Programme d’appui à la gestion environnementale (Page-Giz) Boeny.

Manou

 

L'express de Madagascar1 partages

Coopération – Des opportunités saisies par le secteur privé

Intérêt mutuel. C’est ce qui a été ressenti entre les opérateurs économiques malgaches et canadiens lors de la réalisation de la mission économique et commerciale au Canada, du 21 au 28 octobre. Les premiers résultats et l’apprentissage tirés de cette mission furent exposés au grand public avant-hier, à la Chambre de commerce Antaninarenina, par la quinzaine d’entreprises représentant le secteur privé malgache.Cette délégation a pu effectuer près de deux cent cinquante rencontres dans quatre villes du Canada : Montréal, Québec, Trois-Rivières et Ottawa. Des opportunités d’affaires dans le domaine de l’agroalimentaire, l’artisanat de luxe, le tourisme, l’industrie pharmaceutique ou encore les finances ont ainsi été saisies. De ce fait, la mission a pu permettre aux opérateurs malgaches de démontrer à leurs homologues canadiens leur volonté à transformer les opportunités d’affaires en réalisations concrètes.« Les exportations de Madagascar, avoisinant les soixante-dix-neuf millions de dollars canadiens, connaîtront une importante croissance», explique Valery Ramonjavelo, président de la Chambre de commerce du Canada.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Service – « Allo Taxin’aka » performe l’expérience client

Novateur. Le service de transports de particuliers monte d’un cran en matière de qualité. Face à la faible qualité de service fourni par la plupart des transporteurs traditionnels, le concept « Allo Taxin’aka » révolutionne littéralement le monde du transport en bousculant les principes standards. Opérationnel dès aujourd’hui pour la région Analamanga, il permettra l’interconnexion rapide et facile entre les taximen et les clients potentiels via l’utilisation du réseau social facebook, des communications par SMS et les appels téléphoniques.Répondant à la demande croissante du marché en termes de qualité de service et de confort d’utilisation, le concept offrira alors la possibilité de réduire le temps d’attente et surtout de fixer les tarifs des courses. D’un autre côté, pour les taximen, l’intégration au réseau Taxin’aka leur évitera les voyages à vide, à la recherche de client. Par la même occasion, cette plateforme leur permet la réduction de la consommation de carburant ou encore les longues attentes aux stationnements.

H.R.

L'express de Madagascar1 partages

Finale de la coupe nationale

La finale de la coupe nationale de football se jouera ce dimanche 26 novembre, au stade municipal de Mahamasina. Coup d’envoi prévu à 14h30. La rencontre opposera le Cosfa Analamanga, qui évoluera donc à domicile, aux Fosa Juniors Boeny.

Midi Madagasikara1 partages

Andravoahangy : Mpiambina am-perinasa voadaroka sy voendaka

Tsy nampoizin’ireto olon-dratsy teo am-panaovana ny asa ratsiny ny fandalovan’ireo polisy avy amin’iny kaomisarian’ny boriborintany fahatelo, nanao fisafoana, hany ka noraisim-potsiny izy ireo. Efa tsy mifidy asiana tokoa mantsy ireo olon-dratsy amin’izao. Ny faran’ny herinandro teo, dia mpiambina iray indray no niharan’ny herisetra sy ny asa ratsina tontakely. Tamin’ny iray ora maraina teo ho eo, raha mbola teo am-panantanterahana ny asany ity mpiambina ity no notongavana telolahy. Tsy nisy tahotra akory na fisalasalana  fa avy hatrany dia tambabe no namelezany an’ilay mpiambina. Niainga tamin’izany ny daroka sy ny vono ary rehefa hitan’izy ireo fa lavo ity mpiasa ity dia noendahin’izy ireo. Tamin’io fotoana io mihitsy anefa no nandalo ireo pôlisy ka nitsoaka avy hatrany ireto mpamono. Nandray ny andraikiny kosa iretsy voalohany ary raikitra teo ny fifanenjehana. Tovolahy iray, fantatra amin’ny anarana hoe Dorick, izay efa rain-dahiny amin’ny fanendahana miharo vono no voasambotra tamin’io fotoana io. Tafaporitsaka ireo namany hafa, izay nitsoaka niaraka tamin’ny fitaovam-piadiana namonoany ilay mpiambiana sy ireo entana lasany tany amin’ity farany. Inoana hoy ireto pôlisy fa tsy hiandry ela akory dia ho voasambotra izy ireo. Fa ankoatr’izay dia efa mahazo mandry ivohon’ny vato ireo mpiantsena vao maraina eny amin’iny faritra Behoririka sy Andravoahangy iny fa manao ny ainy tsy ho zavatra ireto pôlisy ireto mamongotra tsikelikely ireo mpanao ratsy amin’iny faritra iny. Efa maromaro mantsy ihany ireo mpanendaka voasambotra tamin’ireo toerana ireo, vao tsy ela akory izay. Efa samy natolotra ny fitsaràna avokoa moa ireto farany ary naiditra am-ponja vonjimaika.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Etat-civil : Etablissement des statistiques

Dans le cadre de la mise en œuvre du « Programme africain d’amélioration accélérée des systèmes d’enregistrement des faits d’Etat-civil et de l’établissement des statistiques de l’Etat-civil », Madagascar a finalisé l’évaluation nationale se rapportant à ce programme,  et la Stratégie nationale pour la modernisation des deux systèmes. A cet effet, un atelier de présentation du rapport d’évaluation et de validation du plan stratégique décennal s’est tenu, hier, à l’Hôtel Carlton Anosy. Cette cérémonie d’ouverture a vu la présence du Premier ministre et non moins ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation Mahafaly Solonandrasana Olivier ainsi que des représentants de la Banque Africaine de Développement et de l’UNICEF.

Evaluation. Lors de son allocution, le Premier ministre a souligné que « sur la base de ce rapport d’évaluation nationale a été conçu un Projet de plan stratégique décennal pour l’amélioration  des systèmes d’enregistrement des faits d’état-civil et de l’établissement des statistiques de l’état-civil à Madagascar. Ce plan stratégique a été élaboré pour améliorer et moderniser les deux systèmes, il envisage des interventions vigoureuses, ambitieuses et innovantes ».

Programme national. Quant à la représentante de l’Unicef à Madagascar, elle a avancé que « le droit à l’enregistrement de naissance est un droit fondamental de chaque enfant, l’UNICEF a toujours soutenu les efforts du gouvernement de Madagascar dans le cadre du programme national d’enregistrement des naissances avec un accent particulier sur l’équité. L’UNICEF continuera de soutenir le gouvernement de Madagascar dans ses efforts pour améliorer le système d’enregistrement des faits d’état-civil et d’établissement des statistiques de l’état-civil, pour faciliter l’enregistrement de chaque enfant à la naissance».

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagate1 partages

Antananarivo. Bazar de Noël 2017 du WMG, le 26 novembre au Carlton

Ino Vaovao0 partages

SAMBAVA : Tovolahy iray efa tsy misy aina no azon’ny haraton’ireo mpanjono

Voalaza fa avy aty Antananarivo izy io ary vao herinandro monja no tonga nitady ravinahitra any Sambava nefa izao hita faty izao. Araka ny fampitam-baovao azo dia ny alahady maraina teo no niala tao amin’ny mpampiasa azy ny tovolahy sy ireo namany roa hafa nandeha nijery moraingy. Nipaika ny tamin’ny 7 ora hariva dia gaga ireo mpampiasa azy fa mbola tsy nody ihany ity farany, araka ny fitantaran’izy ireo. Ampitson’iny sendra nidina nanao fisafoana ny lehiben’ny jono sy ny ben’ny tanàna ao Sambava dia nandositra avy hatrany ireo mpanjono noho ny tahotra ka navelan’izy ireo tao anaty rano ny harato. 

Nilaza tamin’ireto olona tratra farany kosa ireo tompon’andraiki-panjakana mba hampiakatra ny harato saingy tsy misy azo entina ireo trondro. Niaraka nampiakatra ny harato ireo mpanjono tavela teo ka gaga ihany fa noheverin’ireto fa trondro be no azo. Nilatsaka tao anaty rano ny iray ary taitra raha naharay tongotr’olona ka nikiakiaka. Torak’izany koa ny namany niaraka taminy. Niantso olona teo manodidina ireto farany nanampy azy ireo nampiakatra ny harato sy ilay faty. Taitra avokoa ny rehetra vao nahita izany ary nampandre ny mpitsabo sy mpitandro filaminana avy hatrany ny ben’ny tanàna. 

Raha vao nojerena ny razana dia tsy nisy fitafiana intsony ary naratra teo amin’ny lohany, araka ny fampitam-baovao voaray hatrany. Nilaza kosa ny mpitsabo nizaha ny razana fa mety ny alahady hariva no namonoana io tovolahy io ary novonoina tamin’ny toeran-kafa avy eo nariana tao anaty ranomasina. Ahiana ho vono olona tanteraka no nahazo ity tovolahy ity ary efa miroso amin’ny fanadihadiana ny mpitandro filaminana any an-toerana ankehitriny.

Afak’omaly io ihany dia olona iray no notazomina vonjimaika ao amin’ny biraon’ny Polisy ao Sambava. Voalaza fa lehilahy mpiara-miasa aminy amin’io toerana fiasany io ihany no nosamborina atao fanadihadiana ankehitriny. Raha ny vaovao voaray farany, omaly dia mbola voatazona am-ponja ihany io lehilahy namany ahiana ho nahavanon-doza io. Varotra kilarinety sy Eskimo mandehandeha no asan’ilay tovolahy hita faty tao Ambodisatrana ity, raha ny vaovao voaray.

Namidy teny an-tsena ireo trondro niaraka tamin’ilay faty

Na efa nosakanan’ny lehiben’ny jono ny hamarotana ireo trondro azon’ny mpanarato niaraka tamin’ilay faty dia mbola namidin’ireo mpanarato teny an-tsena ihany. Niteraka resa-be tao an-toerana izany hatramin’ny omaly maraina satria zavatra tsy azo atao izany fa tokony nariana ireo trondro ka mitaky fanazavana avy amin’ireo tompon’andraikitra manokana amin’izany ny mponina. Manoloana izany, rehefa nanontaniana ny sasany tamin’ireo mpanjono tratra nandritra ny fisafoana nataon’ny Lehiben’ny jono sy ny ben’ny tanàna teny an-toerana dia nifanilika izy ireo fa tsy tompon’ny harato fa mpikarama fotsiny izy ireo.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FIPARITAHAN’NY ZAVA-MAHADOMELINA ANY AMIN’NY RN7 : Fiara iray sarona nitondra rongony...

Fiara iray mpitondra akoran-driaka avy any Toliara hihazo an’Antananarivo  indray  no  tratra ny alatsinainy maraina tokony ho tamin’ny telo ora tany ho any. Nandritra ny fisavana natao  no nahitana tokoa fa nisy rongony nilanja 60 kilao be izao nifono tao anaty baoritra. Araka ny fanazavana voaray avy tamin’ny hery vonjy taitra  tao an-drenivohitr’i Fianarantsoa dia fiaraha-miasa tamin’olon-tsotra monina ao Ankaramena, Distrikan’Ambalavao no nahafantarana ny raharaha  ka niroso tamin’ny  vela-pandrika  avy hatrany  izy ireo mba hanatratrarana  ity fiara voalaza ho nitondra ireo rongony.   

Rehefa raikitra ny fisavana ireo mpampiasa lalana izay nandalo dia tra-tehaka tao amin’ny Kaominin’i Soahindrana  ihany itsy farany. Tamin’ny fanadihadiana natao ilay mpamily dia nanambara  fa  tsy nahalala velively ny fisian’io zava-mahadomelina io ny tenany tamin’ny fotoana nifampiresahana  tamin’ireo olona mpandeha. Izany hoe karazany ho entana nampitondraina fotsiny hoentina hihazo ny renivohitra no nahatonga azy hitondra  sy tsy nisalasala. Hatreto aloha dia mbola eo am-panaovana ny famotorana ny  raharaha ny tompon’andraikitry ny mpitandro filaminana ka aorian’izay dia hiakatra fitsarana ny raharaha. 

Vokatry ny fanjakan’ny varo-maizina   any amin’iny faritra iny sy izao fahatratrarana zava-mahadomelina izao  dia mbola nanamafy  sy nampitandrina i Rafanantenantsoa Rolland, Kaomandàn’ny Fip ao Mahazengy fa  ho hentitra izy ireo ny amin’ny fisamborana ireo olon-dratsy manao ity afera maizina ity  ka tsy handefitra. Nangataka fiaraha-misalahy amin’ny fokonolona hatrany ireto farany mba hahazoana  vaovao marim-pototra sy hahamora ny fijokoana ireo olona mpandika lalàna eto amin’ny tany sy ny firenena.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MALAIMBANDY - MAHABO : Manjaka ny fakana an-keriny ka mitatraina ny mponina

Fehezin’ny dahalo tanteraka ny Faritr’i Menabe iny ka mila vonjy ny vahoaka madinika monina any an-toerana. Niova paikady indray ny dahalo any amin’ny Kaominina Malaimbandy, Distrikan’i Mahabo ankehitriny. 

Ritra ny omby ka fakana an-keriny ireo zanaka manan-katao na mpanam-bola any an-toerana no ataon’izy ireo amin’izao fotoana. Manjaka ny “firambany” na hoe fakana an-keriny ao amin’ity Kaominina ity ary tsy avelan’ireo lasibatra raha tsy azon’ireo olon-dratsy ny onitra takiany. Olona roa no lasan’ny malaso tao anatin’ny roa andro ka mbola tsy tafaverina amin’ny fianakaviany hatramin’izao, raha ny fampitam-baovao voaray. Ny alahady hariva sy alatsinainy nakana ireo olona roa. Vola 4 tapitrisa ariary no notakian’ireo dahalo tamin’ny fianakavian’ilay lehilahy nisy naka ankeriny ny alatsinainy hariva io vao avela mandeha ity farany. 

Nitaky ireo mpaka ankeriny fa tsy mila zandary fa ny fianakaviana ihany no manatitra ny vola fa raha tsy izany vonoin’izy ireo ny olona any ampelantanany. Raha vao milentika ny masoandro any an-toerana dia efa miaina ao anatin’ny fitaintainana ireo mponina ary amin’ny 7 ora hariva tsy maintsy mikatona avokoa ny toeram-pivarotana maro samihafa, araka ny fampitam-baovao azo ihany. 

“Tsy maintsy isehoana fanafihan-dahalo aty aminay ary tsy matohitry azy ireo ny Zandary miasa aty satria vitsy anisa. Amin’ny 9 ora fa mody ireo mpitandro filaminana noho ny tahotra ary ireo vatan-dehilahy mpiambina miambina tanàna saingy matahotra ihany koa izy ireo noho tsy fahampiany fitaovana eny am-pelantanany”,  hoy ny solontenan’ny mponina. 

Mijaly ny vahoakan’i Malaimbandy ka mangataka fanampiana amin’ny fitondram-panjakana ao amin’ny renivohitr’i Menabe sy any Antananarivo izy ireo ankehitriny noho ny zavatra manjo azy ireo any an-toerana. 

Mangataka ny hanampian’ny mpitandro filaminana miasa any an-toerana izy ireo ary mba hijerena ezaka hamerenana ny fandriampahalemana. Tsy matory andro aman’alina ny mponina any amin’ny Faritr’i Menabe ankehitriny.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

FIKAMBANANA K3F : “Ireo olom-boafidy sy olom-boatendry maniraka dahalo no tokony hazain...

Tsy mahomby ny fitondrana, sempotra tanteraka ary tsy mahita lalan-kivoahana intsony eo anatrehan’ny fanjakazakana ataon’ireo fanetriben’ny firenena. Ireo raha atao bango tokana ny fehin’ny fanambaràna nataon’ny fikambanana K3F izay ivondronan’ny fiarahamonim-pirenena, antoko politika ary ny fiangonana Katolika ao anatin’ny Faritanin’ny Fianarantsoa.

“Tapitra ny telo volana kanefa mbola mitohy ny tsy fandriam-pahalemana izay mandrava fananana sy manala aina. Manginy fotsiny ny fiparitahan’ny valan’aretina pesta, manampy trotraka izany ny fahasahiranan’ny vahoaka amin’ny fidangan’ny vidim-piainana”, hoy ny mpitondra tenin’ny K3F. Hentitra izy ireo raha nilaza fa na dia nisy aza ny ezaka efa natao hanafoanana izay lafiny tsy fandriam-pahalemana izay, dia toa tapitra ny enim-bolana kanefa ny teo ihany no teo. Nilaza ireo mpikambana fa tokony ireo dahalo ambony latabatra miafina any anaty andrim-panjakana izay maniraka ireo dahalo hangalatr’omby no tokony hataon’ny fitondrana haza lambo fa tsy ireo dahalo manao ny asa eny ifotony velively. 

“Voamarina araka izany ny zavatra nimatimatesan’ny K3F hatramin’izay fa tsy maintsy ravaina ny tambajotra mpanao ratsy, mpanadio taratasin’omby, mpivarotra basy sy bala, mpividy omby halatra, mpandroba ny harem-pirenena samihafa, sns, indrindra ny fisian’ny manam-pahefana sivily sy miaramila, olom-boafidy sy olom-boatendry manohana sy miaro io tambajotra io”, hoy hatrany ireo mpikambana ao anatin’ny K3F.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO FIHAVANANTSIKA : Hampiady ny samy Malagasy fo...

Nambaran’ny mpikambana ao anatin’ity antoko ity fa mody mitondra fanampiana sy mody mandamina ny fianakaviambe iraisam-pirenena kanefa ny hitrandraka ny harem- pirenena fotsiny no tanjony. Tsy vitan’izany fa mbola ampiadian’izy ireo ny samy Malagasy mba hananany fahefana eto Madagasikara. 

“Ny fianakaviambe iraisam-pirenena dia mampiady ny Malagasy samy Malagasy eto.  Ny fiheverantsika Malagasy azy dia hoe fihavanana sy fanampiana no entin’ireo eto. Ny tena marina ao ambadik’izany fianakaviambe iraisam-pirenena izany dia mitrandraka ny harenan’ny Malagasy ary indrindra indrindra mampiady ny Malagasy mba hitazomana fahefana eo am-pelatanany mandrakizay eto Madagasikara izy ireo”,  hoy ny fanazavana noentin’ny sekretera jeneralin’ny antoko Fihavanantsika, James Ratsimba. 

Voalazany ihany koa fa fanjanahana amin’ny endriny vaovao no misy eto amintsika ankehitriny, ary anisany paikady apetrak’ireo vahiny hoentina hanitarana izay fanjanahana amin’ny endriny vaovao izay ny fanampiana sy ny fandaminana ataon’ireo vahiny. Anisany notanisainy tao anatin’izany ireo karazana famatsiam-bola ataon’ireo vahiny eto amintsika amin’izao ankatoky ny fifidianana izao. 

Ankoatra ireo dia nasiany teny ihany koa fa raha toa ka hatao amboletra fotsiny ny fanatanterahana ny fifidianana dia ahiana hiteraka ady mangatsiaka. Soso-kevitra nomen’ny antoko Fihavanantsika tamin’izany ny tokony hiverenan’ny vondrom- pokonolona sy Fokontany ary ny dinam-piaharamonim-pirenena no hapetraka eto Madagasikara, araka ny fanazavana nomen’ny antoko Fihavanantsika ihany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TETEZANA MANAJEBA : Tsy afaka miampita  ny fiara, voatery ampidinina ny mpandeha

Fantatra araka izany fa efa tafiditra ao anatin’ny fotoam-pahavaratra izao, ka ahiana amin’izany ny fiakaran’ny rano raha milatsaka ny orana. Misy ny fanapahan-dalana ivezivezen’ireo fiara ao ambanin’ny tetezana ka efa manao famindrana ny mpandeha sy ny entana amin’ny fiara mpitatitra hafa efa ny ao an-toerana, andro vitsy lasa izay. Ireo fiara manokana dia tsy afaka miampita hatreto. Araka izany dia azo ambara fa hitoka-monina ny aty amin’ny tapany avaratra ny Nosy. 

Ahiana araka izany ny mety hisian’ny fiakarana amin’ny vidim-piainana, indrindra ireo entana ilaina andavanandro. Efa mimenomenona araka izany ny mpampiasa lalana, efa maro amin’ireo fiara mpitatitra no voatery nijanona tsy niasa ny alatsinainy 20 novambra teo. Araka ny fantatra dia hametraka tetezana bailey ny orinasa mandrapahavitan’ilay tena tetezana. Marihina fa tsy voafehin’ny fanjakana ny fiakaram-bidim-piainana. 

Raha ny aty Antsiranana manokana no asian-teny dia tazana fa sarotra ihany ny fampidinana ny vidim-bary nefa mbola tsy latsak’orana. Manahy mafy amin’ny fiakaram-bidin-javatra maro raha  ho tapaka mandritra ny andro maro ny lalana. Tsara marihina fa tondraka hatrany ny rano amin’ity tetezana ity isan-taona. Manamafy  izany izao fanapahan-dalana mandritra ny fotoam-pahavaratra izao, noho ny asa fanamboarana tetezana. Marihina fa nametahana ireny tetezana kely ireny mba hahafahan’ny mpandeha miampita, manandrify ity tetezana nasiana fanamboarana ity.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

AMBOASARY AVARATRA : Nisitraka ny herinaratra avy amin’ny angovo azo havaozina

Ny kaominina ambanivohitra Amboasary Avaratra manokana izao dia nanomboka ny volana desambra 2016 no nahazo herinaratra ireo mponina any an-toerana. Fantatra araka ny fanadihadiana fa nandritra ny herintaona izao dia tsy nisy ny fahatapahana na ny delestazy tany an-toerana. 

Kanefa, velon-taraina ireo mponina noho ny halafon’ny vidin-jiro izay mahatratra iray alina ariary farafahakeliny isambolana. Manoloana izany dia nisy fijerena manokana nataon’ny tompon’andraikitra isan-tsokajiny ka tsapa fa ny fampiasana ny angovo azo havaozina ihany no hahafahana manena ny vola aloan’ny mponina amin’ny resaka herinaratra. Madagasikara ihany koa efa mila mitodika any amin’izany endrika fandrosoana izany raha ny voalaza hatrany. Tanjona ny hanomezana angovo betsaka ny vahoaka nefa amin’ny sarany mora. 

Efa voalaza ombieny ombieny rahateo fa tsy tsara ho an’ny tontolo iainana ny fampiasana ireo akora toy ny lasantsy sy gazoala, fampandehanana irony milina lehibe irony mba hahazoana angovo na herinaratra. Ialana amin’ny fandanian’ ny mponina vola be amin’ny herinaratra àry dia nisy ny tetikasa fampidirana angovo azo havaozina, tohanan’ny vondrona eropeana. Ka anisany nisitraka izany tetikasa izany ny kaominina ambanivohitra Amboasary Avaratra. 

Vola mitentina 1 tapitrisa Euro no nomen’ny vondrona ho an’ny tetikasa. Fantatra àry ankehitriny fa latsaky ny 500 Ariary no hividianana ny 1kilowatt amin’ny jiro any an-toerana. Tokatrano maherin’ny 740 kosa no hisitraka ny fahazoana herinaratra avy amin’ity tetikasa izay novatsian’ny vondrona eropeana ity. Efa nisy ny fampahafantarana izany tetikasa izany tany an-toerana tamin’ny fomba ofisialy, niarahana tamin’ireo tompon’andraiki-panjakana maro sy ny avy ao amin’ny vondrona eropeana.

Lucien R.   

Ino Vaovao0 partages

AMBOHIMANDAMINA : Fefen’ny fianakaviana iray ny tatatra ka miditra an-trano ny rano maloto

Niantso ny solombavambahoaka Rahantanirina lalao Nina izy ireo hitadiavana vahaolana. Nidina teny an-toerana tamin’ny faran’ny herinandro teo izy ary nifampiresaka tamin’ny vahoaka. “Hifampiresaka amin’ny vahoaka aho ary hanatona ny ben’ny tanàna hijerevana ny ara-teknika”, hoy izy. 

Nilaza moa ny sefo sektera fa efa misy lalandrano hatrizay io toerana io. Saingy nosakanan’ity fianakaviana iray ity amin’ny fefy tamboho. Vao nanomboka ny fanorenana dia efa nitady fampiraharahana ny sefo sektera ka nanao fiangaviana  tamin’ilay tompon’ny trano hanao lalana ikorianan’ny rano,  saingy tsy nanaiky mihitsy izy ireo. 

Maro ny fomba azo atao ahafahana mampikoriana ny rano ary betsaka ny manao izany eny an-toerana, manao bizo, ohatra, ary tsy misy olana amin’ny fokonolona mihitsy. Ity fianakaviana iray ity moa dia tsy te hahalala mihitsy fa dia ny saim-pantany ihany no nataony, maninona ny olona malalaka amin’izay ataony any aminy fa rehefa izahay dia sakantsakanana, hoy hatrany izy. 

Nilaza koa moa ny tompon’andraikitra any an-toerana fa tsy nisy ny fangatahana alalana hanorina nandalo teny amin’ny fokontany, ka mety tsy nisy izany ny fenitra ara-teknika nomena azy ireo. Tsy ny hametraka olana no ataon’ny fokonolona ao amin’ny sektera fahadimy fa mangataka ny ahafahan’ny rano mikoriana. Fantatra anefa fa nisy tamin’ireo fokonolona no voaantso eny amin’ny polisy Mangarivotra noho ny fanehoan-kevitra nataony.

Vanessa

News Mada0 partages

Angovo : misongadina ny Jovenna

Azo tsorina fa sangany amin’ny lafiny angovo ny orinasa Jovenna, eo amin’ny tsena. Niainga tamin’ny fanafarana sy fitsinjarana solika ity kaompania ity, ary manana fivarotan-tsolika maro indrindra manerana ny Nosy izy, ankehitriny, 18 taona aty aoriana. Notokanana, omaly, ny toby vaovao, “Akona” eny amin’ny lalana By Pass. Midadasika tokoa, manana velarana 10.000 m2, ahitana toerana fiantsonan’ny fiarabe. Nambaran’ny administrateran’ny Jovenna, Philippe Bourgeois, fa tafiditra ao anatin’ny tetikasa fanorenana toby fiantsonan’ny fiara mpitatitra (manana velarana 22.000 m2) mankany Toamasina, Antsirabe, Fianarantsoa ary Toliara izy ity. Afaka mandray fiara maherin’ny 4.000 ny nananganana ity tobin-tsolika ity. Manodidina ny 8 miliara Ar ny tentimbidin’ny asa.

Toby herinaratra

Ankoatra ny fitsinjarana solika, misehatra amin’ny famatsiana herinaratra koa ny orinasa Jovenna. Ho vita tsy ho ela ny toby mamokatra herinaratra, manana tanjaka 76 MW eny Ambohimanambola, mandeha amin’ny menaka mavesatra (fuel). Vonona hampiasa vola amin’ny famokarana angovo azo havaozina avy amin’ny masoandro koa ny Jovenna. Eo koa ny famokarana herinaratra avy amin’ny tohodrano any Volobe Toamasina.

Endriky ny dingana lehibe ataon’ny Jovenna ireo, ary anisan’ny hanamarinany izany ny fanovana ny kisary vaovao famantarana azy.

Njaka A.

News Mada0 partages

Raid – Lemur Trophy : la palme à Jean Thierry

La plage d’Ankoba a été le théâtre de l’habituelle soirée de remise de trophées aux gagnants du second raid touristique Lemur Trophy la semaine dernière. Et ce, après six jours de raid touristique et mécanique.

Au final, le pilote réunionnais Jean Thierry, un des meilleurs challengers lors de la première édition, a remporté toutes les compétitions confondues. Au volant de son Hisun 1.000, il a montré un comportement exemplaire, vis-à-vis des autres membres de la flotte, outre le sens du fair-play et le sens de l’orientation sur cet axe Toliara-Fort Dauphin.

Pour preuve, il a bouclé les 1.217 km en 42 heures sans aucun pépin mécanique si les autres équipages ont parcouru plus de 1.500 km en 56 heures à leur compteur. Cette année, une dame de fer de cette aventure s’est adjugé la seconde place. Il s’agit de Mianoka Andriamandroso qui n’est autre qu’une photographe pour Oxygeniouz Africa. Elle a ainsi devancé Gérard Corneil (hôtel Vatolahy) qui a complété le podium.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Précampagne avant l’heure : le régime à l’affût de toutes les opportunités

L’officialisation de la candidature de l’actuel Chef de l’Etat à sa propre succession n’est qu’une question de temps. Comme en témoigne la série d’inaugurations, les rencontres politiques ici et là et l’opacité dans l’élaboration des textes électoraux ces temps-ci.

D’Amparafaravola à Morondava, en passant par Amboasary Avaratra et à Farahantsana, jusqu’au Colliseum d’Antsojombe, les inaugurations et autres manifestations se suivent et se ressemblent pour le Chef de l’Etat. Sauf que la démarche est loin d’être fortuite car au-delà d’un simple discours, on véhicule déjà un véritable message de propagande.

En effet, dans un contexte où les esprits tournent autour des élections, prévues pour l’année prochaine, le locataire d’Iavoloha saute sur toutes les occasions pour se présenter en public afin de récolter les lauriers.

A ce titre, des inaugurations prêtent même à sourire chez des observateurs avertis car certaines «réalisations» peuvent être inaugurées par des ministres ou des Chefs de région. C’est le cas notamment des remises d’équipements à des sportifs, de matériel pour des Centres de santé ou encore des rénovations de bâtiments administratifs.

Mais dans sa quête de visibilité, le Chef de l’Etat se présente partout, même dans des réalisations du secteur privé, en vantant le partenariat public/ privé. D’ailleurs, selon des indiscrétions, il semble que les privés sont obligés de cadrer la cérémonie d’inauguration en fonction de l’agenda présidentiel.

Légitime ?

Pendant ce temps, le parti au pouvoir prépare petit à petit l’opinion publique sur la candidature du Président de la république à sa propre succession. En effet, la formation politique du Chef de l’Etat organisera son congrès régional en fin de semaine à Mahajanga puis, à Antsiranana. Comme à Fianarantsoa ou à Toliary, ce sera encore une occasion de marteler que l’actuel locataire d’ Iavoloha est le candidat légitime de cette formation.

Sauf que la où le bât blesse, les règles du jeu ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Les membres du parti «Tiako i Madagasikara  (TIM)» peuvent en témoigner car cette formation n’a pas pu célébrer son quinzième anniversaire, que ce soit à Mahamasina ou dans d’autres localités, alors que, paradoxalement, le parti présidentiel peut très bien organiser des recontres publiques à travers le pays.

A Antsonjombe, récemment, le Président de la République a assisté avec enthousiasme à la distribution de kits scolaires pour les élèves de l’école secondaire et primaire, plus de deux semaines après la rentrée officielle. Une initiative qui a été qualifiée comme une occasion de lancer une opération de charme à la population de la capitale. Il faut signaler que l’inexistence d’un cadre juridique à propos de la période précédant les élections fait que tous les acteurs politiques, en particulier les tenants du pouvoir en profitent pour marquer leur présence, à travers des initiatives parfois farfelues.

Rakoto

News Mada0 partages

Vahaolan’ny antoko Malagasy miara-miainga : “Homena fanohanana ara-bola ny tantsaha…”

 Tsy mitsahatra mitondra vahaolana. Nitondra tolo-kevitra manoloana  ny fahasahiranan’ny tontolo ambanivohitra sy ny fiakaran’ny vidim-bary indray ny filoha nasionalin’ny antoko Malagasy miara-miainga, Andrianainarivelo Hajo.

 

Nambarany fa tsy tokony ho ny fampidinana ny vidin’ny vokatra eny amin’ny tantsaha no tanjona. “Ilaina ny fampiakarana ny fari-piainan’ny Malagasy tsirairay amin’ny alalan’ny famoronana asa. Raha mbola tsy tratra ao anatin’ny fohy ezaka anefa izany, azo hatao tsara ny manome fanampiana ara-bola  “subvention” ny tantsaha”, hoy izy tao amin’ny tranonkalam-pifandraisana, omaly. Notsiahiviny fa azo atao izany, tahaka ny  efa  natao tamin’ireo mpizara solika, ahafahan’ny mpanjifa mividy vary mora kanefa tsy mamono antoka ireo mpamboly. “Efa natao koa izany ho an’ny mpitatitra fa maninona ny tsy hatao ho an’ny tantsaha amin’ny vokatra vary koa ?”, hoy ny fanontaniany.

Vina maharitra fa tsy tandrametaka tahaka ny an’ny fanjakana

 Nanteriny fa hiakatra sy hitombo ny fari-piainan’ny  tantsaha ary hitombo koa ny voka-bary satria harisika izy ireo. “Hiteraka famoronana asa eny ambanivohitra rahateo izany. Tsy ny mpandraharaha vahiny intsony no velomina amin’ny fanafarana vary fa ny Malagasy. Tena miaraka miainga daholo ny rehetra amin’izany fotoana izany”, hoy ihany Andrianainarivelo Hajo. Tsiahivina fa efa manana  vina maharitra fa tsy tandrametaka tahaka  ny an’ny fanjakana  ity antoko ity. “Vahaolana fohy ezaka, tsy mitondra fampandrosoana eo amin’ny firenena ny  fanafarana vary, ataon’ny fanjakana hampidinana ny vidim-bary. Tsy mahavita ny fampidinana ny vidin’ny vary akory izany vahaolana fohy ezaka izany. Mahazo tombony  mihoapampana ny orinasa mpanafatra, saingy mihena hatrany kosa ny fahefa-mividy vary ho antsika ary mosarena mihitsy aza ny faritra sasany ”, hoy  ny fanambaran’izy ireo ny fiandohan’ny volana novambra teo.

Nambaran’izy ireo  fa laharam-pahamehana ny fiezahana haha matihanina ny tantsaha eo amin’ny sehatry ny fambolena,  hahatongavana eo amin’ny fahaleovantena ara-tsakafo.

 Synèse R.

 

News Mada0 partages

Tsimbazaza : deux questeurs au rapport

L’assemblée nationale sera en effervescence à partir de ce jour. Mis à part le grand face-à-face tant attendu entre le gouvernement et les députés, ces derniers attendent également de pied ferme le rapport des deux questeurs.

En effet, Guy Rivo Randrianarisoa et Siteny Randrianasoloniaiko devront répondre aux questions sur la gestion financière de l’Assemblée nationale à leurs homologues. Car selon les explications, le projet de destitution des membres du bureau permanent est né des suites du manque de transparence au sein du bureau en question. Les députés revendiquent notamment leurs avantages en carburant et en crédit téléphonique. Un rapport d’activités sera également demandé ce jour

Avant d’entreprendre d’autres actions, les députés veulent tout d’abord entendre la version de ces deux questeurs. Leur avenir et surtout celui du bureau permanent dépendra des explications fournies.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Federation Malgache de Billard : hiatrika ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany ny Malagasy

Manana ny federasiona miahy azy ankehitriny ny taranja billard. Efa feno ny fepetra rehetra hiasany. Fandaharam-potoana, voalohany hatrehiny ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany 2018.

 Nambara tamin’ny fomba ofisialy, omaly, tetsy amin’ny Hotel Colbert Antaninarenina, ny fijoroan’ny federasiona malagasin’ny billard (FMBL), tarihin’ny filohany Razafinimanana Stéphane. Tsy miandry ela fa hiatrika fihaonana iraisam-pirenena miisa telo ny mpilalao malagasy, amin’ny taona 2018.

Anisan’ny goavana indrindra amin’izany, ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, hotanterahina any Sina, ny volana janoary ho avy izao. Efa ao anatin’ny fifantenana ireo ekipa hiatrika izany ny ekipa teknika ankehitriny. Ankoatra izay, mbola voaasa manokana “guest special”, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa, ny volana febroary ary ny farany, ny ho tompondakan’i Afrika ny volana novambra.

Nomarihin’ny filohan’ny federasiona, fa tsy afaka miatrika ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany ny Malagasy raha tsy misy ny rafitra ara-dalàna, izay mety hahafahana ihany koa mifaninana, amin’ny Lalao Olympika manaraka.

Notsiahivin-dRakotozafy Rosa, talen’ny fanatanjahantena federaly, fa tamin’ny alalan’ny “dérogation spéciale” no nahafahana nampijoro ny federasiona, ny 31 oktobra 2017. Aoriana kosa vao atsangana, ireo ligy sy ny seksiona, mandrafitra ny federasiona. Tsiahivina fa mahatratra 200 ireo mpilalao voaisa, hatreto avy amin’ny klioba 30 manerana ny Nosy dia Analamanga, Boeny, Atsinanana, Matsiatra Ambony, Atsimo Andrefana, Diana.

Torcelin

Ireo mpikambana ao amin’ny FMBL

 

Filoha : Razafinimanana Stéphane

Filoha lefitra misahana ny teknika : Andrianaivo Alain Paul

Filoha lefitra misahana ny serasera : Ratsimba Patrick

Sekretera jeneraly : Rasoanarivo Jasminah

Mpitahiry vola : Andrianarimanana Dina

Tale teknika misahana ny vokatra : Andriamihaja Rindra

Tale teknika misahana ny fifaninanana : Razafindrakoto Harambato

 

 

 

News Mada0 partages

Cyclisme : va pour le Trophée des as…

Le président de la ligue d’Analamanga, Naly Ravelonarivo, vient d’annoncer que l’habituel Tour du lac Anosy n’aura pas lieu ce dimanche mais sera remplacé par d’autres affiches plus alléchantes. La Fédération malgache de cyclisme (FMC), en vue des préparatifs du Tour cycliste international de Madagascar, a annoncé que le Trophée des as sera divisé en deux parties : la course contre la montre au By-Pass (20 km), samedi prochain, suivie de la course en ligne le lendemain sur un parcours de 140 km, allant d’Ambohimangakely à Imerinkasinina.

Quant au Grand prix d’Ilakaka, il sera disputé le 2 décembre dans la région d’Ihorombe avec un axe hors pair Sakaraha-Ilakaka-Sakaraha. «Notons que l’organisation du championnat de Madagascar, à travers le Trophée des as et le Grand prix d’Ilakaka, fera office de détection des potentiels coureurs aptes à défendre les couleurs nationales au Tour cycliste international de Madagascar», a résumé le président de la FMC, Jean Claude Relaha.

Rojo N.

News Mada0 partages

Pétanque : un grand open à Atsimondrano

Les compétitions se suivent mais ne se ressemblent pas pour les boulistes de la ligue d’Analamanga. Ce sera au tour de la section d’Atsimondrano d’organiser un open, les 25 et 26 novembre prochains, au boulodrome Paddock à Mahamasina dans les catégories triplette seniors, doublette dames et doublette vétérans.

La section d’Atsimondrano ne fait pas pour autant cavalier seul car elle sera épaulée par les sections d’Ambohidratrimo, d’Avaradrano et d’Antananarivo Renivohitra. Le tirage au sort et le lancement de bouchon se feront lors de la première journée. Soit avant la fin des inscriptions. La triplette gagnante chez les seniors empochera la coquette somme d’1 million d’ariary.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Any Frantsa : ho vahinin’ny « Mad’Arts » i Pierrot Men

Toy ny isan-taona, manatanteraka “tsena” antsoina hoe “Mad’Arts” ny fikambanana Mada-sur-Vie, any La Martelle Frantsa.

Araka izany anarany izany, hampahafantarina mandritra io hetsika io ny zavakanto sy ny asa tanana malagasy, toy ny hosodoko, sokitra, sns. Amin’ny maha tsena azy, sady amidy ireo zavatra aranty ireo ka entina hanampiana ny fanabeazana sy fampianarana ireo ankizy sahirana aty an-tanindrazana ny vola azo amin’izany.

Hotanterahina ny 23 hatramin’ny 26 novambra izao ny andiany faha-16, amin’ity taona ity. Araka ny fanambaran’ny mpikarakara, hibahan-toerana amin’izany ny saripika ka hanomezana hasina manokana ny zava-bitan’i Pierrot Men, mpakasary teratany malagasy, izay fanta-daza eran’izao tontolo izao. Ho vahinin’ity hetsika ity izy.

Ny alakamisy 23 novambra, ao La Martelle, hisy ny famelabelaran-kevitra hotanterahin’ity mpanakanto, liana amin’ny andavanandrom-piainan’ny Malagasy ity. Hampahafantariny mandritra izany ny fankafizany manokana ny saripika sy ny fitiavany ity Nosy ity. Aorian’izay, hibahan-toerana ny varotra fampirantiana. Nomarihin’ny mpikarakara fa misy ny mpiara-miasa amin’izy ireo, aty an-toerana, amin’ny fanatanterahana ireo tetikasa momba ny fampianarana sy fanofanana. Isan-taona, mitsidika aty ny mpikambana ao amin’ny fikambanana, manara-maso ny fizotry ny fanatanterahana ireo tetikasa ireo.

Ankoatra ny fampianarana, miezaka mampahafantatra sy mampiroborobo ny zavakanto malagasy, any ivelany any, ihany koa ny Mada-sur-Vie. Isan-taona, manasa mpanakanto hatrany izy ireo, mandritra ity hetsika ity.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Chronique : les droits des enfants

La journée des droits des enfants a comme dessein de rappeler aux adultes les obligations qu’ils ont à remplir pour bien respecter ces droits. Pour établir un état des lieux de l’application des droits des enfants dans la réalité, il serait ardu tant de lire que de dresser un tableau de détails, la répartition de tous ces droits sous quelques titres de rubrique suffirait à donner une image de la situation.

Le droit à la sécurité physique

Quand les parents ne bénéficient pas de cette sécurité physique, eux premiers responsables de leurs enfants, comment assurer à ces derniers une couverture dont les parents ne bénéficient pas ? Outre les problèmes d’insécurité proprement dits, problèmes inhérents à l’ensemble de la population, pour nombreuses familles en raison d’une cruauté banale de la pauvreté, se posent les questions relatives à l’insécurité du gite et du couvert. Les enfants à l’égal de leurs géniteurs ne possèdent ni toit pour s’abriter ni ressources régulières autre que la mendicité et la débrouille plus souvent illicite que de bon droit, pour pouvoir caler l’estomac. Ces enfants que l’on appelle enfants des rues constituent une catégorie à part, leur petit nombre ne suffirait pas à distraire d’une solidarité la population,

et ne saurait surtout pas dispenser de leurs obligations les différentes branches d’autorité à commencer par ceux qui exercent le pouvoir central, pouvoir suprême évidemment inclus.

L’extrême misère du genre, heureusement ne frappe pas de la sorte toute la population atteinte de pauvreté, mais les conditions dans lesquelles elles vivent ne leur garantissent davantage en conséquence pas plus aux enfants ni

qualité du gite ni quantité et qualité d’alimentation. Comme un tel niveau concerne une bonne partie de l’ensemble, les gens dans cette situation ne se considèrent pas comme faisant exception, toutefois cette résignation et la banalité de cet état ne sauraient servir d’argument pour ne pas faire du problème une priorité, d’autant que les mêmes enfants sont victimes d’une médiocrité (et c’est peu de qualifier ainsi) de leur préparation à la vie d’adulte.

Education et enseignement : le massacre  des principes

Une fois encore nul besoin d’une revue de détails, un survol suffit à donner du désastre une idée. Il s’agit bien en effet d’une catastrophe lorsque ces obligations d’éduquer et de donner un enseignement se pratiquent tel un fléau, massacrant tous les principes républicains qui à l’inverse se fixent l’objectif d’en faire des moyens d’élévation. Parlant d’élévation on ne saurait ne pas commencer par cette volonté de faire de l’école publique un ascenseur social, et de l’enseignement de façon générale un facteur d’égalité des chances. Fallacieux que de vouloir prétendre en l’état actuel, que l’école publique peut servir d’ascenseur social, ou que le système de l’enseignement égalise les chances.

Tellement c’est gros que l’on ne parvient à se priver de revenir sur le sujet des maitres Fram. Le niveau d’enseignement a chuté, les enseignants manquent, les moyens aussi. Solution adoptée par les responsables précédents, récupérée, amplifiée et vantée par le pouvoir actuel, embaucher des maitres au rabais en considération de la médiocrité de leur préparation à la fonction et du salaire qu’on leur verse. Un massacre !

Le travail des enfants

Les enfants ont comme devoir d’apprendre et comme travail de s’amuser. Dans le pays ici il y a parfois maldonne. Dans certains milieux les adultes ne se plaignent pas du manque d’activité alors qu’oisifs ils envoient leurs enfants au charbon, au chagrin style casser des pierres au sens pris au pied de la lettre. Il est aussi des gens de bien qui tentent de joindre charité et esclavage en prenant à leur service des enfants qu’ils disent éduquer et auxquels ils donnent la chance de fréquenter l’école.

Tous complices

La situation ne fait mystère pour personne. On sait toutes ces atteintes faites aux droits des enfants, et pourtant même à l’école qui entretient ou même aggrave les inégalités, des organismes internationaux apportent aides et contributions, des initiatives et gestes qui ne peuvent que cautionner ce système.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : la question des cuirs dans la Grande Île (2)

(Suite et fin.)

La spéculation ne serait nullement à craindre puisque les prix seraient fixés d’avance. En tout cas, ce serait la liberté rendue à une branche de commerce qui a pâti énormément de cette réquisition inconsidérée ; ce serait surtout le retour au bon sens.

D’aucuns ont pensé un moment que l’Intendance, comme toute émanation des pouvoirs irresponsables, ne voulait pas reconnaître s’être trompée et qu’elle persistait dans son erreur pour démontrer que cette erreur était la vérité.

On se trompait, l’Intendance a daigné répondre.

Devant les protestations successives des chambres consultatives de Tananarive, de Majunga, d’Ananalave, de Tuléar et autres, l’Intendance a ordonné une enquête dans la Grande Île, enquête qui dure depuis plusieurs mois, mais si l’on connaît la date de son ouverture, on ne pourra peut-être pas préciser aussi bien celle de la clôture. Le commerce malgache attend un remède à ses maux. C’est d’ailleurs le conseil que lui a donné l’Intendance elle-même. Attendez le résultat…

Pendant ce temps, les moyens de transport sont entrés dans une crise dont la gravité est connue de tous, et commerçants et éleveurs voient avec terreur leur situation empirer. Quant aux indigènes plus malins, ils ont trouvé le moyen de ne pas voir leurs cuirs réquisitionnés : au Zoma, ils débitent la viande de leurs animaux avec la peau attenant après.

Le mal est grand ; la Chambre consultative d’Ananalave l’a concrétisé en quelques chiffres dont l’éloquence devrait ouvrir les yeux avant qu’il ne soit trop tard. Au 31 juillet 1916, il y avait dans la région une production mensuelle de 2 850 cuirs environ ; cette moyenne est tombée à 360 en 1917, soit une diminution de 87 %.

Si l’Intendance a véritablement ouvert une enquête dans le but d’aboutir et d’enrayer la crise qui menace l’élevage malgache, qu’elle se hâte de conclure, les commerçants de la Grande Île ne peuvent attendre plus longtemps.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

5 taona niketrehana…hiverina an-tsehatra i Nathan The One

Ela ny niandrasana azy! “Mba aiza ho aiza izao i Nathan, ilay nahazo voalohany tamin’ilay fifaninanan-kira The One”? hoy hatrany ny fanontaniana mipetraka. Tsy nitsahatra tamin’ny mozika akory na tsy hita an-tsehatra aza izy, satria tsy nitsahatra niketrika ny vokatra hatolotra ny mpankafy. Efa vonona amin’ny fotoan-dehibe hiakarany an-tsehatra indray rahateo ity mpanakanto ity.Dimy taona taty aorian’ny fifaninanan-kira mantsy vao hiaka-tsehatra irery, hizara ny sanganasany i Nathan. Hotontosaina ny alahady 3 desambra ho avy izao ny seho, manomboka amin’ny telo ora tolakandro, etsy amin’ny Dôme Ankorondrano.Fiverenana etsy amin’ny Dôme Ankorondrano mihitsy no nitondran’i Nathan ny seho, satria tao ny nanombohany sy nankafizan’ny maro azy, ka nahazoany ny anaram-boninahitra The One, taorian’ny fifaninanana.“Ho hiraina ao avokoa ireo hira nahalalanareo ahy hatramin’izay, miampy ireo hira vaovao. Mampanantena izahay fa seho miavaka, mendrika ary mahafa-po no hatolotray anareo”, hoy ny filazan’i Nathan. Efa fotoana elaela izay no niatrika ny famerenana ireo mpitendry matihanina, izay nangoniny manokana mba hampivoaka ny seho.Marihina fa eo am-pamaranana ny fanatontosana ny rakikirany voalohany, hirakitra ireo sanganasany i Nathan The One. Misy amin’ireo no efa fantatry ny maro, toa ny “Ahy ianao”, izay efa vita rakitsary rahateo. Eo koa ny “Anjeliko”, sns, izay samy hoentina an-tsehatra avokoa amin’io fotoana io.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

“Raharaha Antsakabary” : mampiahiahy ny polisy ilay “vidéo” naparitaka

Nilaza ny teo anivon’ny polisy omaly nandritra ny fihaonana fohy tamin’ny mpanao gazety teny Anosy, fa somary gaga ihany amin’ireo sary aparitaka momba ny “Raharaha Antsakabary”. “Tena izy ve ireny sary ireny sa namboarina? Iaraha-mahalala ny fivoaran’ny teknolojia. Raha tena izy tokoa, maninona no am-bolana aty aoriana vao navoaka?”, hoy ny tale kabinetran’ny minisiteran’ny Filaminana anatiny, ny kaomisera prinsipaly Rabialahy Jean Rostand. Nilaza ity mpitondra teny ity fa mitady ny marina ny polisy, ary miaro ny marina sy ny manana ny rariny. “Hanenjika izay voaporofo fa  mandika lalàna ny polisy na olon-tsotra io na polisy koa aza”, hoy ny fanamafisana.

Nilaza ireto farany fa efa intelo nanao fanadihadiana momba ny “Raharaha Antsakabary” ny polisy ny volana febroary, marsa ary ny aogositra teo. “Efa nohenoina avokoa ny olona rehetra tany, hatramin’ireo polisy nandeha niasa tany an-toerana”, hoy ny fanazavana.

Araka izany, tsy mbola hita soritra ny marina momba ity “Raharaha Antsakabary” ity. Mihodinkodina eo ny resaka momba izany hatreto.

Yves S.

News Mada0 partages

Novonoina dia natsipy tany anaty ranomasina : fatin-dehilahy nisaringotra tamin’ny harato “ramiraoka”

Tsy nitafy, nisy ratra teo amin’ny lohany… Izany no nahitana ny fatin’ity lehilahy iray, nisaringitra tao anatin’ny harato, antsoina hoe “ramiraoka”, fampiasan’ny mpanjono madinika, tao Sambava, ny alatsinainy teo.

 

Nandritra ny hetsika manokana antsoina hoe “Ramiraoka” nataon’ny sampandraharaha misahana ny jono niaraka tamin’ny ben’ny Tanànan’i Sambava amin’ny fitsirihana ireo harato madinika tsy ara-dalàna ampiasain’ireo mpanarato ao Ambodisatrana Sambava, ny alatsinainy 20 novambra 2017 maraina ny nahitana ny fatin’ity lehilahy ity. Tamin’ny fampiakarana ireo harato avy ao an-dranomasina no nahitana ny fatin’ity lehilahy ity niaraka tamin’ny trondro. Araka ny loharanom-baovao voaray avy an-toerana, lehilahy 28 taona monina aty an-drenivohitra fa mila ravinahitra any Sambava izy kanjo izao tra-doza tampoka izao. Telo lahy izy ireo no miara-mipetraka. Tsy fantatra marina anefa izay zava-nitranga fa niara-nivoaka ny trano izy telo lahy, ny alahady maraina teo.

Nidina teny an-toerana avy hatrany  ny dokotera niaraka tamin’ny polisy nanao fizahana ny razana. Fantatra taorian’ny fizahana nataon’ny dokotera fa novonoina ity lehilahy ity mialoha ny nanipazana ny fatiny tao an-dranomasina. Nahitana ratra rahateo teo amin’ny lohany tamin’ny fotoana nampiakarana ny razana. Notazonin’ny polisy nanaovana fanadihadiana avy hatrany ireo roa lahy namany.

Mivarotra gilasy anaty selofanina kely mandehaleha ao Sambava ny asan’ity lehilahy hita faty ity.

Namidin’ny olona ihany ireo trondro…

Efa noraran’ny lehiben’ny sampandraharaha misahana ny jono ao Sambava ireo mpanarato fa tsy azo amidy ireo trondro nofaohin’ny harato ramiraoka niaraka tamin’ny fatin’ity lehilahy ity. Tamin’ny fotoana nitondra ny razana nankany amin’ny tranom-patin’ny hopitaly ao Sambava anefa, nentin’ireo mpanarato namidy an-tsokosoko ao an-tsenan’i Sambava ihany ireo trondro niaraka tamin’ny fatin’ilay niharam-boina. Maro tamin’ireo mpanjifa anefa no tsy nahalala na inona na inona ka nividy tamin’ireo trondro.

Miteraka resabe ao Sambava anefa ity raharaha ity satria na ireo samy mpanjono aza mifanilika fa tsy tompon’ireo harato fa mpikarama fotsiny. Milaza ny tsy hanaiky koa fa hitory ireo mpanjifa voafitak’ireo mpanarato nivarotra ireo trondro niaraka tamin’ny fatin’ity lehilahy ity.

J.C

News Mada0 partages

Sambava : une moto percute une 4L

Ces derniers temps, des accidents se produisent fréquemment dans la ville de Sambava (Sava). Pas plus tard que dans la nuit d’avant-hier, vers 20 heures, une moto roulant à vive allure et transportant trois personnes est entrée en collision avec une Renault 4.

Outre les dégâts matériels importants, le choc a été particulièrement violent faisant un mort sur le coup. Les deux autres occupants de la moto ont été évacués d’urgence à l’hôpital.

Selon les témoins, la moto et ses trois passagers auraient tenté un dépassement sans prêter attention à la voiture qui venait d’en face.

ATs.

 

News Mada0 partages

Hetsika Rohy : « Hivondrona hanara-maso ny fifidianana ny firaisamonina sivily »

 « Paikady ny fiezahana mamondrona ny firaisamonina sivily rehetra, fa tsy izay misahana ny fanaraha-maso ny fifidianana ihany. Na inona sehatra iasany, tokony ho voaray amin’ny  fanatsarana ny fifidianana avokoa izany. »

Izay ny fanazavan’ny filoha nasionalin’ny firaisamonina sivily Voifiraisana/PFNOSCM, eo anivon’ny hetsika Rohy, Ndriandahy Mahamoudou, teny Antaninarenina, omaly, tamin’ny  fanolorana tamin’ny fomba ofisialy ny tetikadin’ny firaisamonina sivily mba hahazoana antoka ny fifidianana.

Miparitaka manerana an’i Madagasikara ireo fikambanana eo anivon’ny firaisamonina sivily. Mora ny miara-miasa amin’izy ireo amin’izay fanaraha-maso ny fifidianana izay. Ahoana koa ny hahazoana fifidianana madio? Hialana ny mahazatra hoe fanaraha-maso amin’ny andro fandatsaham-bato ihany, ohatra.

Tokony hitondra fampandrosoana ny fifidianana

Mila jerena ny hahazoana fifidianana hitondra fandriampahalemana sy fampandrosoana maharitra, araka ny nambarany. Mba hahazoan’ny Malagasy rehetra tombony izany. Hatramin’izay, na tsy mitondra krizy aza ny fifidianana indraindray: tena nitondra fampandrosoana ho an’ny Malagasy ve ny mpitondra nifandimby sa olom-bitsy ihany no mihamanan-karena?

Ankoatra ny fanaraha-maso ny lisi-pifidianana, ny fampielezan-kevitra, ny voka-pifidianana, sns, hojerena koa ny hoe: ahoana no handrisihana kandidà tia tanindrazana, tena hampandroso ny firenena, hitsinjo ny vahoaka malagasy? Fa tsy kandidà hanararao-pahefana no ho voafidy, hitavana irery ny harem-pirenena… « Ahoana ny hahazoana manilika izany tsikelikely? » hoy izy.

Mba ho tena fifidianana demokratika ny eto Madagasikara, ary mpitondra mendrika no voafidy. Hanomboka amin’ny fanaraha-maso ny lisi-pifidinana amin’ny janoary 2018 ny asa. Eo koa, ohatra, ny tsy fanarahan-dalàna mandritra ny fampielezan-kevitra, izay tokony hampiharana sazy fa tsy avela amin’izao intsony.

Mbola eo hatrany ny ahiahy

Na eo aza izany rehetra izany, mbola mampanontany tena ny maro ny amin’ny lalàm-pifidianana: ahoana, ohatra, ny amin’ny fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana, ny famatsiam-bola ny antoko politika, ny famerana sy fangaraharan’ny vola lanina amin’ny  fampielezan-kevitra… ?

R. Nd.

News Mada0 partages

Kaominina Ivato : hatsangana ny EPP vaovao ao Tanambao

Hatsangana ao amin’ny fokontany Tanambao, kaominina Ivato, ny EPP vaovao mahazaka mpianatra hatramin’ny 240. Notanterahina omaly ny ady fototra izay nataon’ny ben’ny Tanàna, Randrianarisoa Penjy, niaraka tamin’ny mpiara-miasa aminy.

Hovitaina ao anatin’ny telo volana ny asa fanamboarana. Mitentina 40 tapitrisa Ar ny tentimbidin’izany sekoly izany.

“Avy amin’ny hetram-bahoaka avokoa ny vola ampiasaina amin’ny fanamboarana ny fotodrafitrasa. Averina amin’ny vahoaka izy ireny amin’ny alalan’ny sekoly toy izao”, hoy ny ben’ny Tanàna, Randrianarisoa Penjy.

Nilaza ny sefo fokontany Tanambao fa tombontsoa lehibe ho an’ny mponina ao amin’ny fokontany, indrindra ireo fianakaviana sahirana ny ho fahavitan’io EPP io. Sekoly tsy miankina amin’ny fanjakana avokoa no eo amin’ny manodidina kanefa tsy manana fahefana hampiana-janaka amin’izany ny olona.

Voatery manenjika any amin’ny EPP Ivato tanàna na any Mandrosoa ireo mpianatra mamonjy EPP ka lasa tsy marisika hampiana-janaka ny ray aman-dreny satria lavitra loatra ireo sekoly ireo. Hanampy betsaka ny ankizy eny an-tanàna, araka izany, ny fahavitan’ny sekoly, raha ny fanazavana hatrany.

Tatiana A

News Mada0 partages

Tanambao-Ivato : une EPP ouvrira ses portes l’an prochain

Les enfants en âge scolaire,  issus de familles défavorisées du fokontany de Tanambao dans la Commune rurale Ivato, n’auront plus à se déplacer dans les localités avoisinantes, dont à Ivato Tanàna ou encore à Mandrosoa. La cérémonie de pose de la première pierre du nouveau bâtiment, qui comportera six salles de classe et de bureaux pour les enseignants, a eu lieu hier sous l’égide du maire d’Ivato, Hasiniaina Landry Randrianarisoa

Grâce à l’initiative de la municipalité, une école primaire publique (EPP) est actuellement en cours de construction sur les lieux. «Celle-ci constitue un espoir pour les habitants, notamment les familles démunies, qui ne disposent pas assez de moyens pour scolariser leurs enfants dans les écoles payantes», a souligné le président du fokontany de Tanambao, Patrick Razafinimaro.

Les travaux seront exécutés en trois mois avec les fonds propres de la Commune, des ressources  venant des recettes fiscales qui se situent à hauteur de 40 millions d’ariary, a souligné le premier magistrat de cette Commune. Ce dernier n’a pas manqué de faire appel aux généreux donateurs pour appuyer la Commune dans l’équipement en mobilier et en matériel pédagogique de cette école.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Association : Orange solidarité reconnue d’utilité publique

Les efforts fournis par Orange Madagascar en faveur du développement social et du numérique, notamment à travers les œuvres d’Orange solidarité Madagascar, sont reconnus par le Gouvernement. Un décret portant reconnaissance d’utilité publique de cette association humanitaire vient d’être adopté hier en Conseil de gouvernement.

Créée au mois de mars 2011, cette structure concrétise l’engagement renouvelé d’ Orange Madagascar dans des actions solidaires qu’il a menées dans le cadre du mécénat depuis l’année 2006. Jusqu’à maintenant, plus de 500 infrastructures ont été construites dans les 22 régions de Madagascar grâce à Orange Solidarité Madagascar. Plus de 10 milliards d’ariary ont été investis dans les domaines d’intervention des actions de mécénat, et plus de 50.000 enfants ont été scolarisés.

En œuvrant également dans la lutte contre la fracture numérique, Orange Solidarité Madagascar ambitionne de mettre les technologies au service de la population afin de contribuer au désenclavement éducatif et culturel. L’association apporte ainsi son appui à des projets leviers de développement, principalement dans le domaine de l’éducation, de la culture et de la santé, à travers des appuis financiers, des actions de bénévolat ou de dons.

Recueillis par Fahranarison

 

News Mada0 partages

Ressources naturelles : partage d’expérience entre les communautés

Une grande première dans l’histoire de la protection de l’environnement. Avec l’appui de WWF Madagascar et sous l’égide du ministère de l’ Environnement, 126 représentants des acteurs locaux des Communautés de base (Coba) issus de 13 régions se sont concertés lors d’un atelier de partage, la semaine dernière à Antsirabe. Pour une meilleure gestion des ressources naturelles, le recours à un  partenariat public ou privé, technique et financier a également été discuté.

Les Coba participantes envisagent aussi de créer bientôt des réseaux régionaux et un réseau national de communautés gestionnaires de ressources. WWF a profité de cette occasion pour remettre le prix de reconnaissance «Africa Youth Award 2016» à un jeune activiste de l’environnement, Jean Louis Gonzague Razafimanandraibe.

Ce jeune leader a fait la fierté de Madagascar lors du grand concours organisé par WWF sur le continent africain grâce à son projet de promotion de plantations de bambou pour lutter contre la déforestation et pour promouvoir l’économie verte.

Actuellement, 1.248 Coba œuvrent dans la gestion communautaire des ressources naturelles après avoir conclu un contrat avec l’administration forestière, via le processus de transfert de gestion.

Recueillis par Fahranarison

 

News Mada0 partages

Alaotra : une décision communale contestée

Bras-de-fer entre les sinistrés du dernier incendie de Parabonga et la mairie d’Ambatondrazaka. Les victimes refusent la proposition de la commune de les reloger sur un site non aménagé et souhaitent poursuivre le dialogue à la hiérarchie supérieure.

Les sinistrés refusent de rejoindre le site de Miadandririnina destiné à leur relogement suivant une décision de la commune urbaine d’Ambatondrazaka. Leurs représentants ont annoncé leur opposition à un recasement en un lieu dépourvu d’eau et d’électricité et loin de tout établissement scolaire.

Le maire Louis Félicité Rafidimanana campe pourtant sur ses positions initiales malgré les négociations entre les deux parties, arguant la précarité de leur situation sur ce terrain où les risques d’expulsion par le propriétaire est permanent. La présence de ces constructions sur ces lieux, servant de passage aux transports de matériaux vers le chantier de constructions des pavillons de vente débuté dans l’enceinte du Stand central, se répercute sur l’avancée des travaux, selon le maire d’Ambatondrazaka.

Les responsables de la commune urbaine ont d’ailleurs échoué en essayant de leur expliquer la vulnérabilité de leur site, qui a été déjà la proie des flammes en 2012, pour les convaincre à l’évacuer. Le maire de l’époque les a autorisés à occuper le site en ce temps, en effet, avec la construction de maisons en dur en compensation, sans prendre en compte l’illégalité de l’initiative.

Le déplacement des occupants des 39 foyers victimes de l’incendie n’a pu avoir lieu jusqu’à présent face au refus des concernés qui souhaitent rencontrer des responsables autres que ceux de la mairie d’Ambatondrazaka.

Manou/Solo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fokontany Antanambao IvatoHahazo EPP vaovao

Mitohy hatrany ny fananganana fotodrafitrasa ao anatin’ny kaominina Ivato amin’izao, tarihin’ny Ben’ny tanàna Penjy Randrianarisoa. Notanterahina omaly indray ny hady fototry ny EPP vaovao ao amin’ny fokontany Antanambao.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fivahiniana ara-toekarena natao tany CanadaAfa-po tanteraka ireo mpandraharaha Malagasy

Tontosa soa aman-tsara ny 21 ka hatramin’ny 28 oktobra lasa teo tany Canada ilay fivahinianana ara-toekarena sy ara-barotra nokarakarain’ny tranoben’ny varotra eto Madagasikara sy any Canada.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mila maka lesona !

Malaza indray ny zava-misy any Zimbabwe amin’izao fotoana izao noho ny filavoana lefona nataon’ny filoha Robert Mugabe,

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

NY AMPINGAManomana mpikabary afaka miasa avy hatrany

Efa enin-taona sahady ankehitriny no nijoroan’ny Ampinga, fikambanana iray mampianatra kabary maimaimpoana tarihin’ny filoha mpanorina azy Atoa Mitahirifahendrena.

 An-jatony ireo mpianatra efa navoakany izay marihina fa afaka miatrika asa avy hatrany ankoatra ireo ankizy madinika. Mampiavaka Ny Ampinga ny fanaovana ny fampiharana hatrany amin’ny 95 % amin’ireo kabary rehetra hampianariny ny mpianatra. Izay mpianatra tena mahafehy ihany no raisiny ao amin’ny sampana Fanantenana  izay havoakany ho mpampianatra mihitsy ho an’ireo izay mazoto, fianarana maharitra roa taona. Fito volana kosa ho an’ireo hianatra tsotra. Mbola mitohy ny fandraisana mpianatra amin’izao na dia efa nanomboka tamin’ny fiandohan’ny volana novambra teo aza ny fianarana. Toerana telo no ahitana azy ireo dia ny eny Ambohimangakely, LTP Alarobia, ANS Ampefiloha…isaky ny alarobia, sabotsy ary alahady hariva manomboka amin’ny 2 folakandro.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tsena COUM 67 HaMisy mitady hanakorontana

Misy mitady hanakorontana ny tsena etsy amin’ny Coum 67 ha. Mifandramatra ny samy mpivarotra mampiasa ny sisin-dalana eo am-pitan’ny toby fiantsonan’ny taksibe 119 izay marihina fa vao nisy vehivavy iray naratra indray omaly maraina.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Amboasary Gara MoramangaMitady hanjaka ny gaboraraka

Anisan’ireo tanàna mandroso eto Madagasikara ny tanànan’Amboasary Gara kaominina Amboasary Gara distrikan’i Moramanga Faritra Alaotra Mangoro.

  Efa manana tobin’ny zandary, efa manana Ceg  sy Lycée hatramin’ny sekolin-dry masera sy sekoly tsy miankina hafa…, efa manana biraon’ny paositra, manana Csb II izy. Hiverina atsy ho atsy koa ny famatsiana herinaratra ao an-tanàna noho ny fiaraha-miasa matotra amin’ny sehatra tsy miankina, efa manana tsena lehibe misokatra isaky ny andro alakamisy ary misy fiara fitaterana mampitohy isan’andro amin’i Moramanga (60 km) sy Ambatondrazaka (98 km). Ny mpivarotra kojakojan-tokantrano fampiasa andavanandro mivarotra eo afovoan-tanàna no mitady hampanjaka ny gaboraraka any an-toerana. Mamelatra entana eny afovoan’ny arabe ny ankamaroan’izy ireo ary ny sasany aza dia eo anoloan’ny tranon’olona manamorona arabe no manao izany. Miezaka ny mandamina ny raharaha ankehitriny ny ben’ny tanànan’Amboasary sy ireo tompon’andraiki-panjakana any an-toerana tsy hampitatra ny raharaha amin’ny zavatra hafa.

Tia Tanindranaza0 partages

MoramangaNanamboaran’Ambatovy tsena vaovao

Vita ary dia hotokanana rahampitso alakamisy 23 novambra ny tsenan’i Moramanga.

 

 Ahitana trano lehibe miisa enina, ka misy rihana ny roa amin’ireo izay afaka mandray mpivarotra 1000 eo. Famatsiam-bolan’Ambatovy no nenti-nanana ny asa, avy amin’ny Tahiry ho amin’ny famatsiam-bola ara-tsosialy napetrak’Ambatovy tamin’ny 2012 ary nisy vola 25 tapitrisa dolara. Tafiditra ao anatin’ireo tetikasa niisa 17 nankatoavina hahazo famatsiam-bola avy amin’io Tahiry io ity tsena vaovao ao Moramanga hotokanana rahampitso io. Ho avy any an-toerana hitokana izany ny filohan’ny Repoblika Hery Rajaonarimampianina.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiarovana ny harena voajanaharyMamondron-kery ny WWF sy ny VOI

Fotoana manan-tantara ho an’I Madagasikara ny nahavitan’ny andiany voalohany tamin’ny fihaonana sy fikaonan-dohan’ireo Vondron’Olona Ifotony (VOI) eto Madagasikara tany Antsirabe n,y 16, 17, 18 novambra lasa teo. Teo ambany fiahian’ny Minisiteran’ny tontolo iainana nampian’ny WWF (World Wide Fund for Nature) izy io.

 

 Nenti-nifanakalo hevitra sy nitadiavam-bahaolana niaraka mba hahatrarana ny fiarovana ny harena voajanahary sy ny tontolo iainana mahomby, ka vondron’olona ifotony avy amin’ny faritra 13 eto Madagasikara no voasolo tena. Miisa 167 ny mpandray anjara tamin’izany, ka ny 126 tamin’ireo, dia solontenan’ny VOI avokoa ; 27 solontenan’ireo sampan-draharaha mpiara-miombon’antoka, ary ny 14 kosa dia avy amin’ny sampan-draharahan’ny ala. Amin’izao fotoana izao, dia Vondron’olona ifotony miisa 1248 eto Madagasikara no nahavita fifanaovantsoniam-piaraha-miasa momba ny fiarovana ny harena voajanahary azo havaozina tamin’ny sampan-draharahan’ny ala momba ny famindram-pitantanana sy fanajariana. Mandray anjara mavitrika ao anatin’izany ny WWF, izay tsy mionona fotsiny amin’ny fahatontosan’ny fifanarahana, fa kosa manampy sy manome tosika lehibe amin’ny fanatanterahana ny asa. Isan’ny mirehareha amin’ny fikambanana mpiaro ny ala antsoina hoe : « Fanantenana » any amin’ny distrikan’Antanifotsy Rafanomezantsoa Nirina, izay resy lahatra tanteraka tamin’ny fanatanterahana ity fihaonana ity. Hatramin’ny nitsanganan’ny Fikambanana, dia misy ny vokatra miiba satria miova ny toe-tsain’ny olona eo anatrehan’ny fiarovana ny tontolo iainana satria mihena ny fanaovana tavy, ary misy ihany koa ny fambolen-kazo isan-taona, hoy izy. Noresahina sy niadian-kevitra tamin’ny fihaonam-be ihany koa ny fiaraha-miasa eo amin’ny sehatra miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana, ny lafiny taknika sy ara-bola,… Mihevitra ny hanangana tambajotra rejionaly sy nasionaly ny Fikambanana miaro ny harena voajanahary sy ny tontolo iainana hanamorana ny lamina sy fifanohanana. Marihina fa nandritra ity fihaonam-be ity no nanoloran’ny WWF ny loka « Africa Youth Award 2016” ho an’ilay tanora mpiantsehatra ary mavitrika amin’ny resaka fiarovana ny tontolo iainana dia i Jean Louis Gonzague Razafimanandraibe. Tetikasa natolony tamin’ny fifaninana Afrikanina ny fanomezana vahana ny fambolena «bambou», mba hiarovana ny fahapotehan’ny ala sy hampiroboroboana ny toekarena maitso.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zon’ny ankizy teny amin’ny boriborintany faha-6Naompana tamin’ny lafin-javatra 3, hoy ny depiote Ho...

Nomarihana ny alatsinainy 20 novambra toy ny isan-taona ny andro maneran-tany ho an’ny ankizy hatramin’ny nanamarihana azy voalohany tamin’ny taona 1954 mba hanamafisana ny fanajana azy ireo sy ho fanajana ny zony.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanomezana taratasy ara-panjakanaHiatrika fanovana goavana i Madagasikara

Zava-dehibe ho eo amin’ny fiainan’ny olona iray ny fanoratana ny anarany eo am-pahaterahana, ny fahazoany kopia ary ny fananana ny kara-panondro rehefa feno taona.

 

Ao anatin’ny tetikasa goavana fanatsarana ny fikarakarana ny taratasy amin’ny maha olom-pirenena sy ny fametrahana antontan’isa mahasika izany ny kontinanta Afrikanina amin’izao fotoana. I Madagasikara manokana dia efa nahavita ny fanadihadiana nasionaly momba azy io. Notanterahana teny amin’ny hotely Carlton Anosy omaly ny atrikasa fanaovana tomban’ezaka sy fankatoavana azy. Nambaran’ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly Olivier fa fototra iorenana tetikasa momba ny fanangonam-baovao sy fanomezana mari-pamantarana ho an’ny olom-pirenena tsirairay avy ao anatin’ny 10 taona ity fanadihadiana vita ity. Tsy maintsy apetraka ny lalàna hahafahana manatanteraka ny asa. Nanambara kosa ny solontenan’ny Unicef fa zo fototry ny ankizy ny voasoratra anarana sy mahazo kopia eo am-pahaterahana. Manohana hatrany ny governemanta Malagasy  amin’ny fanatanterahana izany izahay, hoy izy. Tanjona ny hahafahan’ny Malagasy tsirairay avy misitraka feno ny vaovao  momba azy rehetra, ny fananany antontan-taratasy sy antontan-kevitra ara-panjakana momba azy mialoha ny taona 2027. Nahatratra149 ireo mpandray anjara nahitana tompon’andraiki-panjakana ambony, solontenan’ny minisitera sy ireo sampandraharaham-panjakana isan-tsokajiny, ny firaisamonim-pirenena ary ireo mpiara-miombon’antoka amin’i Madagasikara. Marihina fa nisy ny komity nitambarana minisitera maromaro niaraka tamin’ny CRVS (Civil Registration and Vital Statistics) no nanatanteraka ny asa momba ity fikarakarana ny fanoratana ny maha olom-pirenena ity, teo ihany koa ny fanampiana avy amin’ny tany afrikanina momba ny fampandrosoana sy ny Unicef ary ny Vaomiera ara-toekarena momba an’i Afrika eo anivon’ny firenena mikambana (UNECA  ).

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Ry dedaka isany

Salama ra jean a ! Hitako finaritra ery ianareo ry jean mahita ny anaranareo amin’ilay trano notokanana tany amin-dry besisika omaly iny a

Tia Tanindranaza0 partages

Faty olona sesilany tato ho atoTokony hampandinin-tena lalina antsika,hoy ny CRAM

Sambany teo amin’ny tantaram-pirenena taorian’ny fanjanahantany no nisy olona an-jatony mahery « naringan’ny valanaretina pesta » teto Madagasikara. Miara-manaiky ny rehetra fa tao anatin’izao Repoblika faha-4 izao no betsaka olona maty indrindra na tamin’ny alalan’ny « bois rond »

Manana adidy ny fitondram-panjakana sy ny FFKM

Nandritra ny herinandro dia nisaona ny firenentsika satria lavo ny filoham-pirenena teo aloha Zafy Albert, ary samy nanao ny adidiny avokoa ny mpitondra sy ny mpanao politika maro. Toa somary adino kosa ireo mpiray tanindrazana marobe namoy ny ainy, ary efa nisy mihitsy ny fety be teny Antsonjombe ny 15 novambra teo, hoy ny CRAM. Efa ela no nisaona ny firenena iray raha misy olona maro matin’ny loza voajanahary toy izao any ivelany. Ny eto amintsika kosa « very ny hasin’ny fahendrena Malagasy ». Mipetraka ny fanontaniana manao hoe : « mendrika ny hanaovana fotoam-pivavahana iraisam-pinoana eo ambany fitarihan’ny FFKM ve ireo olona an-jatony izay mety nisy zanaky ny Fiangonana matin’ny pesta ireo ? Azon’ny fitondram-panjakana atao ve ny manatrika izany ao anatin’ny « andro iray natokana hisaonan’ny firenena » sady manolotra fiaraha-miory amin’ny fianakavian’ireo nodimandry ? Endriky ny Fihavanana Malagasy ireny raha tanteraka. Ny fanajana ny soatoavina no hiverenan’ny fiandrianan’ny firenena Malagasy, hoy ny CRAM. Hihaino ve ny fanjakana sa hanao be marenina toy ny fanaony ? Tsy misy rahateo ny fihainoana ny soso-kevitra avy amin’ny vondron-kery na herivelona hafa ivelan’ny mpitondra eto amintsika. Sokajian’ny fanjakana HVM ho fahavalony mantsy izay miteny sy maneho hevitra tsy dia mankasitraka ny fomba fiasany sy fitantanany ity firenena iaraha-manana ity.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

ZimbabweNanaiky niala ihany i Mugabe

Nametra-pialana omaly ny filoha Robert Mugabe nitantana an’i Zimbabwe nandritra ny 37 taona.

 

La Vérité0 partages

Corsair - La classe « Business » s’ouvre à la clientèle

Monter en gamme afin de satisfaire les besoins des clients. Avec ses 20 années de présence dans la Grande île, Corsair n’a pas cessé d’évoluer, en  particulier au niveau des offres mises à  la disposition de la clientèle. A cet effet, cette compagnie aérienne a lancé dans la soirée du 21 novembre dernier, à l’Urban Club Anosy, son offre dédiée à la classe « Business ». Cette nouvelle offre sera complétement opérationnelle d’ici mi-décembre. D’ici cette date donc, chaque appareil de la compagnie aérienne aura une cabine particulière avec de nouvelles configurations.

Effectivement, les passagers de la classe « affaires » pourront dormir étant donné qu’avec les changements adoptés, leurs sièges pourront se tranformer en lit. Mis à part le confort et l’attention personnalisée offerte par le personnel, pour le côté numérique, les voyageurs disposeront d’un programme de divertissements plus riche avec un casque anti-bruit ainsi qu’un Ipad de 13 pouces avec un accès au Wifi interne de l’appareil, « Corsair on sky ». En ce qui concerne les prestations gastronomiques, le menu a été spécialement composé par le chef étoilé Michel Rostang et la Maison Petrossian pour charier les papilles des voyageurs et leur offrir une expérience culinaire exceptionnelle. Cette montée en gamme est l’apogée de la compagnie Corsair et la place parmi les grands professionnels du transport aérien.Une délocalisation du service clientèle à MadagascarEn partenariat avec Adm Value, la compagnie aérienne Corsair a délocalisé son service clientèle à Madagascar.  Ils ont donc annoncé officiellement hier, au siège de l’Adm Value à Ivandry qu’à partir de là, tous les appels des clients que ce soit pour avoir des renseignements supplémentaires ou encore pour annuler des vols, seront pris en charge par des télé-opérateurs malagasy travaillant chez Adm Value. Ce service dédié à Corsair emploie plus d’une quarantaine de collaborateurs afin de répondre à toutes les demandes des clients de la compagnie aérienne. « Le service se divise en 3 grandes catégories, à savoir celui des achats, le service des renseignements et celui des réclamations. Et chaque service dispose d’un superviseur afin d’assurer la qualité des services », affirme un responsable. Ce « call-center » s’occupera alors de toute la clientèle de Corsair issue de la France, des Antilles mais également de La Réunion. Rova R.

La Vérité0 partages

La Cua capitule !

La Mairie d’Antananarivo-ville change de ton. Subitement, les responsables deviennent compréhensifs aux mille problèmes et soucis de ces marchands à la sauvette, lesquels inondent les trottoirs et les rues de la Capitale. Comme par enchantement, ils éprouvent de la compassion à leurs compatriotes en difficulté. Dans les faits, l’équipe dirigeante menée par Lalao Ravalomanana, maire de la Capitale, a pris la décision de ne plus chasser les marchands irréguliers qui occupent, de manière bordélique, les espaces piétons et les chaussées réservées aux voitures. Résultats, des bouchons monstres ou impossibles bloquent les circulations dans les quartiers sensibles comme Analakely, Behoririka, Isotry et Anosy. C’est difficile de choisir entre les termes « invivables » ou « inacceptables » ou « insupportables » pour exprimer le ras-le-bol de la population, surtout en cette période proche d de Noël et fêtes de fin d’année. L’anarchie règne et dicte ses caprices !

Mais pourquoi ce brusque, sinon, brutal revirement ? Quel esprit, celui de malin ou bien du bon Dieu, lequel des deux a, soudainement, visité les braves dirigeants de la Commune urbaine d’Antananarivo (Cua) pour les convertir et se comporter ainsi ? Du coup, ils deviennent saints et aimables, mieux que les gentils. C’est inimaginable, il y a encore quelques semaines auparavant ! Et même les marchands, les éternelles victimes de leurs intransigeances et brutalités, ne parviennent pas à suivre la démarche. Et donc pourquoi ? Il n’y a pas une ou deux alternatives pour expliquer cette « gentillesse » des gros bonnets du Tim à la Mairie : la prochaine élection ! Au final, un geste intéressé !Il faut toujours avoir dans la tête qu’Antananarivo dispose d’un lot non négligeable d’électeurs. Etant entendu que monsieur le conseiller spécial de madame le maire avait déjà fait savoir, urbi orbi, son intention de se porter candidat à l’élection présidentielle de 2018. Une échéance capitale que le monsieur, mari de son état de madame le maire, ne voulait jamais compromettre ni rater. Il sait pertinemment que « perdre » Antananarivo, la Capitale, serait fatale pour la reconquête d’Iavoloha.Il ne faut pas, non plus, perdre de vue que les Municipales et Communales ne seraient plus loin. A cet effet, il est dans l’intérêt de l’actuelle équipe Tim en place au palais d’Analakely de ménager le chou et la chèvre ! Et comme quoi les marchands d’Anosibe, de Mahamasina, d’Analakely, de Behoririka, d’Andravoahangy et d’Isotry constituent le gros paquet de l’électorat de la Capitale. Il faudrait, ainsi, changer de stratégie.La cynique situation nous rappelle la période noire de la gestion Akfm de la cité des mille. Pour des motifs ou des visées électoralistes, sinon d’un clientélisme partisan et d’une tactique dictée par un populisme démagogique, on a sacrifié la population d’Antananarivo. Ainsi, l’« Antokon’ny Kongresin’ny Fahaleovantenan’ny Madagasikara » (Akfm) ou le Parti du congrès de l’indépendance de Madagascar régnait en maître dans la ville durant toute la période de la deuxième République et ce fut la pagaille totale. Il a fallu attendre l’arrivée d’un certain Guy Willy Razanamasy à Tsimbazaza-Ankadilàlana pour tout remettre en ordre. Et revoilà, la ville des mille retombe dans l’escarcelle de l’anarchie à cause de ce même intérêt partisan !La Cua recule et capitule. Elle éveille ainsi le démon de l’indiscipline et du bordel.   Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Mobilité des personnes handicapées - Retour progressif des « places réservées »

Des avancées dans l’accès aux « taxis-be ». La série de plaidoyers menée dans le cadre du projet « Lamina », au profit des personnes en situation de handicap (Psh), semble porter ses fruits. En fait, les activités entreprises à travers ledit projet, mis en œuvre par l’Ong Lalana en co-financement avec l’Union Européenne, ont touché divers acteurs du transport en commun, depuis les chauffeurs jusqu’aux agents de Police, en passant par les coopératives de transport urbain et suburbain. « Parmi les avancées constatées dans l’accès des Psh et les personnes à mobilité réduite (Pmr) figure l’engagement des coopératives à réinstaller les places réservées dans leurs véhicules. Nombreux sont les bus qui en disposent actuellement, surtout pour venir en aide à ces vulnérables.

Pour sa part, la Commune urbaine d’Antananarivo a validé l’intégration des places réservées dans les cahiers de charge, à respecter par les transporteurs », fait part Nathalie Rasamison, coordinateur dudit projet. « La Police nationale vient aussi de créer une brigade féminine, laquelle va renforcer l’accompagnement et l’aide des personnes vulnérables », ajoute cette responsable. Par ailleurs, certains transporteurs ont adopté des changements de comportements suite aux diverses sensibilisations menées. Ces campagnes visent à faire comprendre aux transporteurs les difficultés auxquelles font face les Psh et les Pmr dans leurs quotidiens, notamment dans l’accès aux taxis-be. Pour récompenser les meilleurs transporteurs ayant un comportement exemplaire envers ces personnes vulnérables, l’Ong Lalana et ses partenaires lance un concours baptisé « transporteurs amis des Psh ». Ce concours a pour objectif d’encourager les opérateurs des transports en commun, ainsi que les préposés, à adopter un comportement digne des PSH et des PMR, au quotidien. Ceux qui feront preuve de changement de comportement seront récompensés comme il se doit, et en fonction de leur degré d’implication. Pour ce faire, quelques « Taxis-be » de la ville d’Antananarivo, considérés comme échantillon, feront l’objet de 10 jours d’observation à partir de lundi prochain. L’évaluation et la notification concerneront également l’équipage de bord, les coopératives et propriétaires des véhicules. Après les 2 mois d’activité, les méritants seront ainsi récompensés avec la clôture du projet « Lamina » (Plaidoyer et actions pour une meilleure mobilité des Psh).Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Affaire Antsakabary Les vidéos des exactions policières bientôt livrées à la police

Suite à la récente sollicitation de la police nationale, le directeur de publication de Madagascar Matin Hebdo, Fetra Rakotondrasoa, va remettre à celle-ci, ce matin même, la vidéo se rapportant aux exactions policières sur la population de cette commune d’Antsakabary, en février dernier. A cet objectif, il sera donc reçu à 7h30 par le ministre de la Sécurité publique, ce jour. Il faut noter que lors d’un point de presse dans ses locaux à Anosy, jeudi dernier, la police nationale, par le biais du directeur de cabinet du ministre de la sécurité publique, a affirmé être à la recherche de  l’authenticité de ces images vidéo qui constitueraient des preuves sur lesdites exactions commises par la police à  Antsakabary.

Puisque c’est l’hebdomadaire Madagascar Matin qui  a alors sorti les images du déroulement de ces exactions,  et qui ont été capturées par vidéo dans sa publication du vendredi 17 novembre, il serait donc logique  que son directeur de publication se sent concerné. Ainsi, la remise de ces images vidéo entre les mains des responsables de la police devraient donc apporter la réponse adéquate à leur demande, eux qui n’ont toujours pas caché leurs doutes sur leur authenticité (video).  Cette méfiance s’est traduite par les propos même du directeur de cabinet du ministère de la Sécurité publique lorsqu’il s’est interrogé pendant ce même point de presse,  sur le retard de la diffusion de ces images, seulement 9 mois après l’ouverture de l’enquête sur l’affaire Antsakabary. Et surtout, cette même police a déclaré ne pas du tout avoir enregistré, du moins par vidéo, les évènements chauds de février dans cette commune du nord du pays.  La bonne volonté du directeur de publication de cet hebdomadaire va donc largement aider la police, ou surtout la Justice qui est actuellement saisie du dossier Antsakabary, dans leurs investigations. Rappelons à cet effet que l’enquête policière sur cette affaire devrait être close depuis août dernier. Elle était passée par trois étapes : l’une, c’est le coup de main de la gendarmerie qui était également descendue sur place en février, puis l’audition des témoins et des victimes en mars, enfin donc l’interrogatoire de tous les policiers entraînés dans celle-ci. Selon le même haut responsable de la police, chacun d’entre-eux avait été auditionné individuellement. Toutes ces étapes franchies, la balle est donc maintenant dans les mains de la Justice malagasy, et ce ne sont pas les preuves qui vont constituer un obstacle. Franck Roland

La Vérité0 partages

Critiques tous azimuts - Le pouvoir Rajaonarimampianina se fait tirer les oreilles

Les critiques ne cessent de tomber pour le régime Rajaonarimampianina. La semaine dernière, le Parlement européen, la Conférence des évêques de Madagascar et la presse internationale ont tiré les oreilles et taper sur les doigts  des dirigeants malgaches.

Le Parlement européen n'a pas été tendre pour décrire la conjoncture à Madagascar. « La situation est restée explosive malgré la levée de toutes les restrictions à la coopération avec les nouvelles autorités grâce à la reprise des relations avec les pays donateurs », a soulevé le Parlement européen dans ses résolutions rendues publiques en milieu de la semaine dernière, à l'issue de sa session à Strasbourg.  Code de la communication, élections présidentielles, réforme constitutionnelle, droits de l'homme, affaire Antsakabary, non respect de la liberté d'expression, trafic illégal de bois de rose et d'espèces animales,  affaire Clovis Rakotomalala, affaire  Claudine Razaimamonjy ou encore indépendance de la justice, sont autant de dossiers pour lesquels le gouvernement malagasy a fait l'objet d'un vigoureux rappel à l'ordre des députés européens. De nombreuses recommandations concernant la Grande-île ont d'ailleurs été émises. Les députés européens préconisent ainsi un plus grand respect des libertés fondamentales et de l'Etat de droit ou encore la poursuite des procédures contre Claudine Razaimamonjy. Les parlementaires européens insistent en particulier sur les élections présidentielles, un domaine d'actualité à Madagascar avec les velléités manifestes des dirigeants de manipuler les lois électorales en leur faveur. Les eurodéputés invitent ainsi la communauté internationale à adopter toutes les mesures utiles pour que les élections soient libres et régulières (…) à s'attacher à veiller à ce que les préparatifs des élections présidentielles prochaines n'excluent personne, soient transparents et soient acceptés par tous. L'argent et le pouvoir sont devenus maîtresLe deuxième coup de semonce à l'endroit du gouvernement Mahafaly Solonandrasana Olivier vient de la Conférence des évêques de Madagascar.  A travers un message destiné à tous les Malagasy et rendu public jeudi dernier, les prélats catholiques ont dénoncé une politique basée sur le mensonge et de la démagogie. Les évêques reprochent notamment « la recherche permanente de richesses et la corruption de haut niveau règnent. L'argent et le pouvoir son devenus maîtres. Ce ne sont plus la connaissance et la sagesse qui sont utilisées pour le développement du pays ». La question foncière qui échappe complètement au contrôle de l'Etat est particulièrement soulevée, car selon eux, les terrains ancestraux ont été vendus aux étrangers. Une situation qui crée des tensions voire des confrontations au sein des familles.  Concernant les difficultés sociales, les évêques catholiques soulignent particulièrement la pauvreté, l'insécurité, l'inflation, la corruption. Autant de fléaux qui gangrènent la société malagasy et entretiennent la méfiance entre les citoyens. « La vérité est morte à Madagascar », selon le constat sans appel de la Cem. Sur un tout autre sujet en rapport des élections, les Evêques catholiques redoutent déjà le retour en force des mauvaises pratiques politiques. « Les fausses promesses et les antagonismes créés volontairement entre différentes catégories de personnes vont-ils encore marquer les campagnes électorales ? », s'interroge la Cem.L'énigme et le paradoxe…« Madagascar est le seul pays qui s'appauvrit depuis soixante ans sans avoir connu la guerre ». Tel est l'intitulé d'un article paru dans la version web du journal Le Monde, la semaine dernière également. Une publication qui vient également mettre à mal la classe dirigeante malgache. Cet article signé par la journaliste Laurence Caramel, fait écho de l'ouvrage intitulé « L'Enigme et le paradoxe, Economie politique de Madagascar », écrit par des chercheurs suite à une étude menée sur le cas particulier de l'économie de Madagascar. Dans la publication, la confrère rapporte notamment les propos des chercheurs qui ont notamment essayé de comprendre pourquoi Madagascar n'a eu de cesse de s'appauvrir depuis son indépendance alors qu'elle n'a connu aucune guerre ni aucun conflit majeur. Les pistes de réflexions mises en avant par les chercheurs sont axées sur la faiblesse de la société civile, le rôle prédateur des élites et le tabou de la violence. Des points de vue qui ont été développés et exploités pour expliquer la « trajectoire singulière » de Madagascar. Dans la Grande Ile, actuellement, le revenu par habitant « est inférieur d'un tiers à ce qu'il était au moment de l'indépendance ». Pourtant, pour les autres pays d'Afrique subsaharienne, le revenu par habitant a triplé. Comparé à la Côte d'Ivoire, le Cameroun, le ¬Bénin ou le Burkina Faso, Madagascar « s'est fait distancer économiquement, y compris par ceux qui sont moins riches en ressources naturelles ». Une des conclusions avancées dans l'ouvrage, selon l'article, se réfère aux élections de 2013 qui ont permis à Hery Rajaonarimampianina d'accéder au pouvoir. Une élection qui aurait été loin de changer « la donne structurelle de l'équation malgache. Le déclenchement d'une nouvelle crise peut intervenir à tout moment ». En tout cas, reste désormais à voir si le régime Rajaonarimampianina va porter une oreille attentive à ces critiques ou comme à son habitude,  elle fera la sourde oreille.Recueillis par A.R.

La Vérité0 partages

Villa Elisabeth - Le contractant avec l'Etat, un escroc !

En principe, l'enquête concernant la vente de la villa Elisabeth, ou plutôt la propriété « St Antoine IV », se trouve entre les mains du Bureau indépendant de la lutte contre la corruption (Bianco). Vendue à 1.000 ar le mètre carré, la propriété d'une superficie de 1ha sise à Ivandry appartenait à l'Etat Malagasy  et pourvue par le biais de la villa Elisabeth au regretté Zafy Albert en sa qualité d'ex-président de la république. D'après le contrat de vente signé le 24 janvier 2014, le vice- premier ministre de l'époque l'a cédé, à un prix ridiculement bas, à un dénommé Gérald Ramangasoavina, gérant d'une société Madaterrain.

Outre cette affaire juteuse sentant à mille lieux la corruption, le nom de cet acquéreur refait surface cette semaine à travers ses sociétés de promotion immobilière dont « Tany Gasy ». Celle-ci dans un passé récent a proposé à des particuliers des terrains dans la périphérie de la capitale à des prix alléchants et ce accompagné d'une facilité de paiement. Des encarts publicitaires vantant ces offres ont été achetés par « Tany gasy » dans la presse écrite avec comme point de rencontre des intéressés et les vendeurs à l'Académie Nationale des Sports à Ampefiloha. Un des quotidiens faisant partie du groupe de presse du journal « La Vérité » n'a pas pu  recouvrir jusqu'à maintenant la somme de 14 millions Ar que lui devait cette société de Gérald Ramangasoavina. Fermons la parenthèse.  Au début de la semaine en cours, des victimes de « Tany Gasy » sont montées au créneau et ont décidé de porter plainte auprès des autorités compétentes. Elles, selon leurs dires, n'ont reçu ni titre ni la moindre once de terrain alors que le paiement a été déjà effectué. Lasses des négociations sans lendemain avec le gérant de « Tany Gasy » et la promesse non tenue par ce dernier après qu'il était épinglé par la police nationale, les victimes ont enclenché la vitesse supérieure en effectuant une sortie médiatique. Leur rêve de  devenir propriétaire tourne en effet au cauchemar.A voir de très près, il s'agit d'une pure escroquerie. Et dire que la vente de la propriété St Antoine IV, à une autre société immobilière, aurait rapporté un milliard Ar au gérant de la société Madaterrain et également propriétaire de « Tany Gasy ».Plus d'un s'interroge ainsi sur les raisons ayant conduit Reboza Julien à conclure une affaire avec ce genre de promoteur immobilier loin d'être clean. Suite à cette affaire de la villa Elisabeth, le gérant de Madaterrain est frappé d'une interdiction de sortie du territoire (Ist). Reste à savoir si l'intéressé séjourne encore au pays ou l'a quitté en douce après l'éclatement de la vente illicite de ce domaine de l'Etat….La Rédaction

La Vérité0 partages

Corruption au Tribunal d'Anosy - Deux greffiers placés sous mandat de dépôt

Des faits de corruption ont été démasqués au tribunal d'Anosy. Trois personnes, dont deux greffiers, sont impliquées dans cette affaire. Les suspects ont fait l'objet d'un déferrement par le Bureau indépendant anti - corruption. Tout a commencé au début du mois de novembre 2017 lorsque le Bianco a été saisi d'une doléance de corruption qui se serait passée auprès du tribunal d'Anosy. L'équipe d'Ambohibao a immédiatement mené une  enquête qui aurait permis de savoir que deux greffiers officiant auprès du tribunal de première instance d'Anosy auraient demandé une somme de un million Ariary à une personne contre l'octroi d'une décision de mise en liberté à une personne  prévenue d'une affaire pénale encore en cours de traitement.

A priori, les magistrats en charge de l'affaire n'étaient pas au courant de ces faits de corruption. D'ailleurs, le prévenu qui devait bénéficier d'une remise en liberté a été placé sous mandat de dépôt contrairement aux promesses des deux greffiers.  Outre les deux greffiers, la personne qui a payé le pot-de-vin a également fait l'objet d'une détention provisoire.S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Portrait – Un médecin retraité brave la peste

Un médecin retraité s’est porté volontaire pour lutter contre l’épidémie de peste. Le prélèvement du cadavre du Seychellois a failli lui coûter cher.

Médecin un jour, médecin pour toujours. Le Dr Charles Désiré Rajonhson, médecin retraité, a remis sa blouse blanche pour participer à la lutte contre l’épidémie de peste, ayant sévi dans les grandes villes, en cette saison. « Je me suis dit que je pourrais contribuer à écourter l’épidémie. J’ai eu de l’expérience en travaillant pendant 17 ans dans des foyers pesteux », explique ce médecin que ses confrères surnomment amicalement “Dr Dezy”.Son «come-back» date du 11 septembre, lorsque le premier cas de décès suspect a été notifié dans un hôpital d’Antananarivo. « Le directeur de la Veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique du ministère de la Santé publique m’a appelé pour faire le prélèvement du cadavre. J’ai tout de suite accepté », se rappelle-t-il. Depuis, il rejoint quotidiennement, jour et nuit et même le dimanche, son poste, pour étouffer les équipes sanitaires de riposte, malgré la réticence de ses proches. « Mon aîné ne voulait pas que je participe à cette mission. Il craignait que je contracte la bactérie. Il ne pouvait pas non plus accepter le fait que n’y gagne rien », ajoute-t-il.Ce sexagénaire a été exposé, à plusieurs reprises, à la maladie de peste. « Ce qui m’a vraiment effrayé, c’est la fois où j’ai fait le prélèvement du corps du Seychellois. Il y avait une déchirure sur l’un de mes gants. Je n’y ai pas fait trop attention. Lorsque l’Institut pasteur de Madagascar (IPM) a confirmé la peste pulmonaire sur la dépouille de ce coach des joueurs de basketball seychellois, je me sentais malade. J’étais vraiment terrifié du fait que je vais peut-être contaminer ma famille en rentrant chez moi. Mais ce n’était, en fait, qu’une dystonie neurovégétative. Le lendemain, j’allais mieux», raconte cet ancien réanimateur reconverti dans la santé publique.

SatisfactionSelon lui, cette crainte ne valait rien par rapport à l’émoi qu’ont engendré ses face à face avec les proches des victimes dans l’annonce de la cause du décès. « Il m’est arrivé de trembler devant les familles », lance-t-il. Il a le tact pour adoucir la tension. « Il est nécessaire de procéder à la tradition malgache, avant tout», souligne-t-il, tout en regrettant que certains ne croient pas encore à l’existence de cette épidémie de peste. «Les médecins ne sont pas assez fous pour annoncer la peste si la maladie n’existe même pas ».En deux mois et demi, le Dr Désiré Rajohnson a enchaîné les descentes sur terrain pour la recherche active des cas ou encore pour la chimio prophylaxie des personnes contaminées, dans le but de stopper la chaîne de transmission de la maladie. « Il nous arrive souvent de nous plaindre de la fatigue, à la fin de la journée. Mais le lendemain matin, tout le monde revient au poste. Aucun de nous n’a abandonné », se félicite-t-il du courage de ses collègues.Il n’a aucun regret d’avoir effectué ce travail de bénévolat. « Ma plus grande satisfaction, dans ce métier, n’est pas l’argent, mais la guérison de mes patients », conclut ce passionné de la médecine.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

RN2 – Des casseurs face aux gendarmes

Une escouade de casseurs de véhicules a frappé en pleine nuit à Ranomafana-Est. Des sacs de cacao qu’ils ont balancés depuis un camion ont pu être récupérés. 

Des poids-lourd en proie aux bandits de grand chemin. Un camion transportant une cargaison  de cacao a été la cible d’une escouade de bandits sur la RN 2.Les assaillants ont sévi à la hauteur de Ranomafana-Est dans la nuit de dimanche à lundi. La bande a frappé en pleine nuit aux alentours de 21h 30 de source auprès de la gendarmerie nationale. En s’apercevant que des casseurs de véhiculs se sont introduits dans la remorque, le chauffeur ainsi que le propriétaire du poids-lourd ont d’emblée alerté la gendarmerie de proximité, venue à la rescousse en un éclair.Pendant que les voleurs pillaient la cargaison, le camion a poursuivi sa route. Entre-temps, les individus qui ont réussi à faire intrusion dans la remorque avaient déjà réussi à balancer sur la route quatre sacs en polyéthylène tissé, contenant du cacao destiné à la transformation.

Opération organiséeLeurs comparses tapis dans les recoins de la route étaient pour leur part chargés de récupérer la cargaison jetée par dessus le camion.Sitôt l’opération effectuée, les malfaiteurs ayant pénétré dans la remorque sautaient du camion pour se joindre à leurs compères dans la récupération de la marchandise dérobée.Ils allaient s’évanouir dans la nature avec leur butin lorsque les gendarmes sont intervenus.  Pris de panique, la bande a pris la fuite dans  l’obscurité.Ces actes de banditisme ont été commis entre les points kilométriques 194 et 196, lors du passage du poids-lourd à Sahamany Ranomafana-Est.Les sacs de  cacao retrouvés pèsent chacun 62 kilogrammes. Près de 250 kilos de cacao ont été de ce fait récupérés et remis au propriétaire. Les forces de gendarmerie ont pour leur part passé au peigne fin les environs pour essayer de retrouver les traces des voleurs mais ces derniers étaient introuvables.Alors que le camion a pu continuer sa route, les gendarmes resserrent la vis sur la RN 2, attendant de pied-ferme les gangs devandales et de casseurs de véhicules qui par plus d’une fois ont fait parler d’eux sur ce tronçon.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Travail des enfants – Aucune dénonciation des auteurs notifiés

La lutte contre le travail des enfants est au stand-by. Les initiatives de poursuite des acteurs tardent à se manifester. « En 5 ans, personne n’a dénoncé l’existence d’employeurs d’enfants. La procédure de poursuite ne peut, pourtant, être entamée sans cette dénonciation », a expliqué Lauréat Rasolofoniainarison, administrateur national du Projet BIT/Gouvernance – VZF du Bureau International du Travail (BIT). C’était au Centre culturel américain à Tanjombato, hier, dans le cadre d’un débat portant sur la célébration de la lutte contre le travail des enfants avec La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH).28% des enfants de 5 à 17 ans seraient, pourtant, dans le domaine du travail, ce qui représenterait deux millions d’enfants, selon les données du BIT, en 2012. Certains exerceraient les pires formes de travail, à l’instar de la prostitution, l’exploitation minière où ils sont exposés à des problèmes de santé ou à des accidents comme l’effondrement de mines. L’âge minimum pour travailler est de 15 ans et celui pour le travail dangereux est de 18 ans.La situation socio-économique actuelle pourrait encore renforcer ce phénomène. Des enfants sont exclus du système scolaire, en cette année scolaire 2017-2018. Leurs parents ne disposent pas de moyens même pour leur acheter des fournitures scolaires.Madagascar lance comme défi d’éliminer ce fléau d’ici 2030. Des efforts ont été déjà entrepris pour l’application de la loi concernant le travail des enfants, comme la mobilisation d’une centaine d’inspecteurs de travail, en 2015 et 2016, la formation sur les nouvelles lois sur le travail des enfants.Pour atteindre cet objectif, chacun doit apporter du sien, de la dénonciation des cas, à l’obligation de la scolarité gratuite pour tous les enfants et aussi à la volonté d’application des lois à l’encontre des employeurs d’enfants.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Sunny Master Cook RTA – Les quatre finalistes prêts à en découdre

Clap de fin pour la première saison de « Sunny Master Cook » avec la grande finale qui opposera les quatre candidats, ce samedi 25 novembre. 

L’heure de la finale a sonné pour les quatre derniers candidats de « Sunny Master Cook ». Cette première édition aura été riche en émotions, et cet ultime télé-crochet organisé par la station RTA désignera donc les grands gagnants du concours. Ils ne sont plus que deux pour la catégorie amateur et deux professionnels à s’affronter ce samedi 25 novembre au Dôme Rta Ankorondrano à partir de 19 heures.Après quatre semaines de compétition, cette dernière soirée réserve son lot de rebondissements. « Chaque candidat doit réaliser le menu parfait car chaque détail compte, pas question de céder au stress ou aux doutes, les finalistes devront puiser au plus profond d’eux-mêmes pour tenter de se surpasser», mentionne Anjan Andriamo-rasata, un responsable de la RTA. La finale de « Sunny Master Cook » ne sera donc pas une soirée comme les autres. Felana Tiana Synthia Herimanana et Voahary Mahery Hasina Njarafidy Malalandraibe pour la catégorie amateur, Joela Harivelo Rajaonarivony  et Sitraka Nosohavina Rabetokotany dans la catégorie professionnelle, auront la lourde tâche de cuisiner un repas pour les cent-vingt personnes spécialement invitées pour l’événement. Pendant cinq heures, ils seront les maîtres du Dôme Rta et prépareront chacun une entrée, un plat de résistance et un dessert dont ils inventeront le menu. À l’issue de ce dîner, chaque jury et les cent-vingt personnes conviées attribueront une note sur 20 aux quatre candidats, et désigneront ainsi les heureux gagnants de « Sunny Master Cook ».

Finale en couleursDans le but de faire de cette finale un grand succès, tous les moyens nécessaires ont été mis en place. Aussi, Koloina le vainqueur du télé-crochet « Feo Tokana gitara iray » et Mamina, ainsi qu’un orchestre animeront la soirée en musique. Tous les ingrédients seront là pour garantir un impact positif important. L’équipe de la RTA avait promis que « Sunny Master Cook» ne ressemblerait à aucun  autre concours de cuisine vu à Madagascar, et sur ce point, on ne peut pas la contredire. Puisque avec l’aide de l’Ethiopian Airlines, les deux  grands vainqueurs recevront chacun un billet d’avion pour Paris ainsi qu’une formation de perfectionnement en cuisine, au célèbre  restaurant Étang des Bois à Vieilles, ville sur Joudry et au restaurant Centre de Paris, en France  pour une durée de deux mois et toucheront des indemnités en  euro. Ils empocheront également des bons d’achats d’une valeur de 200000 ariary chacun et des sacs de goodies. Les épisodes de « Sunny Master Cook» sont   diffusés sur la chaîne RTA tous les soirs à 19 heures et le samedi à partir de 20 heures et demi. Une occasion pour les téléspectateurs de la Rta de faire la connaissance des visages qui vont rythmer durant ces deux mois à coups de créations culinaires audacieuses.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Billard – La Fédération opérationnelle

Les membres de la nouvelle Fédération Malgache de Billard ont été présentés à la presse, hier. Leur première mission sera d’envoyer des représentants à trois échéances internationales en 2018.

Plusieurs propriétaires de salles, une grande majorité de présidents de clubs, les organisateurs de tournois, ainsi que les joueurs, de l’ancienne de la nouvelle génération, se sont regroupés pour formaliser une démarche associative pour le développement de la discipline. C’est ainsi que Stéphane Razafini­manana a annoncé à la presse la création de la Fédération Malgache de Billard, qu’il préside, hier à l’hôtel Colbert Antaninarenina. La FMBL est officiellement opérationnelle depuis le 31 octobre.Cette nouvelle fédération sort du lot. En effet, elle bénéficie d’une dérogation spéciale. « La Fédération a tout d’abord été créée, afin que les joueurs malgaches puissent représenter la Grande île dans plusieurs grands rendez-vous internationaux à venir. Par la suite, les dirigeants procèderont à la mise en place des structures, ligues, sections et clubs, ce qui nécessite du temps et des moyens conséquents », a expliqué son président.

Championnat du mondePlusieurs tournois de sélection ont déjà été organisés et d’autres sont en cours, afin de déterminer les futurs porte-fanions de la Grande île, pour trois rendez-vous internationaux prévus en 2018. Citons le championnat du monde, en janvier en Chine, le cham­pionnat d’Europe, en février à Malte, et enfin le championnat d’Afrique, en novembre en Afrique du Sud.Après un travail de longue haleine donc, la FMBL est enfin sur pied. Ses dirigeants ont tenu à exprimer leur reconnaissance envers le ministère de tutelle, qui les a soutenus dans leur projet : « Nous tenons à remercier le ministre de la Jeunesse et des Sports et son équipe, notamment la Direction du Sport Fédéral, qui nous ont beaucoup aidés dans notre démarche et ont grandement facilité notre tâche ».

Le bureau actuel de la FMBL 

- Président : Stéphane Razafinimanana- Vice-président : Alain Paul Andrianaivo- Vice-président chargé de la communication et relations avec les médias: Patrick Ratsimba- Secrétaire général : Jasminah Rasoanarivo- Trésorier : Dina Andrianarimanana- Directeur Technique chargé de la performance : Rindra Andriamihaja- Directeur Technique chargé des tournois : Andriamanalina Harambato Razafindrakoto- Conseillers : Théogène Edmond Randrianarisoa, Mamisoa Raharijaona, Jean Claude Ravelomanana, Fenosoa Robert Andriantasy, Stéphanie Ramaroson

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

RN7 – De la drogue  à bord d’une semi-remorque 

Saisie de drogue sur la RN 7. Dans la nuit de dimanche à lundi vers 22 heures, les forces d’intervention de la police nationale (FIP) à Fianarantsoa, ont mis la main sur une soixantaine de kilos de chanvre indien.Ce coup de filet a été effectué à une dizaine de kilomètres de l’entrée Sud d’Ambalavao dans un point de contrôle policier.Le cannabis a été découvert à bord d’une semi-remorque dont le chauffeur était le seul occupant. Interrogé sur son origine, celui-ci n’était pas en mesure d’apporter des explications. Il est de ce fait soupçonné d’être le propriétaire de toute cette marchandise prohibée.La drogue était dissimulée dans trois sacs tissés, contenant chacun une vingtaine de kilos de chanvre.Les informations communiquées par les FIP de Fianarantsoa révèlent qu’elle serait en  provenance de Betroka et que les revendeurs la récupérait en arrivant à l’intersection  avec la RN7. La semi-remorque immobilisée faisait route sur Tana.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Secren – Le Centre de formation remonte la pente

La sortie de la 3è promotion d’ouvriers spécialisés formés au CFTPS a été l’occasion pour dresser un bilan. La Secren peut se réjouir des résultats.

Jamais deux sans trois. Le Centre de formation technique et professionnelle de la Secren (CFTPS) a organisé une cérémonie de sortie de sa troisième promotion, vendredi dernier. Dénommée « Mazava », ou Mahay Zaka Vitan’ny Hafa c’est-à-dire experts dans ce que les autres font, elle regroupe les 39 sortants.En fait, il s’agit de la seule structure de formation dans la région Diana, adéquatement équipée pour dispenser des sessions dans des domaines techniques tels que le froid, la chaudronnerie tuyauterie, la chaudronnerie tôlerie, le moteur thermique à combustion interne, l’électromécanique, la maçonnerie, la menuiserie bois…« Au Centre, on n’essaie pas, mais plutôt on réussit », a affirmé le directeur de l’établissement, Vial Lucet.Pour la promotion « Mazava », les nouveaux diplômés sont issus de cinq filières polytechnologiques. Après deux ans de formation au sein du CFTPS, ils sont donc devenus tôliers, usineurs, électroniciens de système, motoristes, électromécaniciens. Parmi eux figurent trois Comoriens motoristes et deux jeunes filles du département usineur.

Objectifs atteintsLa  première partie de la cérémonie a été consacrée à la proclamation des résultats, suivie de la remise de diplômes et de récompenses aux lauréats. Ainsi, le prix du major des majors a été offert à Severin Celasse Médard Jaolaza, de la spécialité motoriste. La deuxième partie a été réservée à la série de discours. Elle s’est terminée par la remise du  contrat de travail aux douze sortants chanceux de la  promotion précédente.Le directeur général de la Secren S.A., Abel Ntsay a effectué une revue des étapes du processus d’apprentissage des ouvriers spécialisés, formés par le Centre et recrutés par la société elle-même afin d’assurer la relève. Les objectifs fixés depuis l’ouverture du CFTPS, sont atteints. Au total soixante-deux sortants du Centre, issus des trois promotions, ont déjà été recrutés par la Secren.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Hackation – Des projets autour de la maison connectée

La nouvelle technologie s’est incrustée au salon de l’Habitat. Au cours de cet évènement, Orange Madagascar et l’association Techzara avaient organisé un hackaton sur « la maison connectée ». C’était une occasion pour les geeks de démontrer leur talent en vue de rendre plus intelligents les objets banaux utilisés dans la vie quotidienne.

Avec l’essor des nouvelles technologies, il est possible de transformer les objets banaux en objets connectés et plus intelligents. Actuellement, on parle de plus en plus de maison connectée. C’est l’une des raisons qui poussent Techzara et Orange Madagascar à faire sortir des sentiers battus les talents des incubateurs à travers le Hackaton sur de projets informatiques autour de la maison connectée durant ce salon de l’Habitat. La mezzanine du Forello Expo Tanjombato était devenue pendant deux jours le temple des addicts du code informatique et de l’intelligence artificielle.Des équipes se sont formées avec cinq membres au maximum. Ils ont misé leurs talents accouchés de prototypes de leurs projets. Ceux-ci étaient évalués principalement sur la base de leur originalité. Le candidat est ainsi invité à proposer un concept peu ou pas encore exploité, utilisant des objets connectés. Le caractère innovant s’ajoute à la liste, tout comme l’expérience utilisateur. Un projet qui propose une expérience utilisateur originale avec une bonne navigabilité a eu la cote auprès du jury.Même s’il s’agissait encore d’un concours, les porteurs de projet devaient tenir compte du côté business. Il doit être exploitable  commercialement. Les concepts et les prototypes sont impérativement réalistes, à la fois techniquement et économiquement. C’était une compétition autour du développement applicatif, collaboratif, de l’intelligence artificielle et de l’électronique.À l’issue de cette épreuve, le projet « maison 2.0 » est sorti du lot et a remporté le premier prix de ce hackaton. Le deuxième prix est revenu au projet e-fonenana.

Premier prix : Maison 2.0Connectez-vous à votre maison quand vous voulez, où vous voulez. La « Maison 2.0 » est accessible via internet, le réseau local ou par commande vocale. Comme fonctionnalités automatiques, elle a une caméra de surveillance rotative, une sonnerie à deux lasers en parallèle sortie et entrée, une lumière extérieure avec capteur de luminosité et enfin, un détecteur de mouvement. Mais, elle a également des fonctionnalités manuelles qui permettent d’activer l’alarme par un détecteur de vibrations, d’ouvrir les portes, d’émettre des appels de détresse par ondes radio, et même de gérer une pompe à eau rotative. Le tout est accessible à partir d’un smartphone et d’une programmation de commande à distance via Internet.

Deuxième prix : e-fonenana Le projet s’intitule e-fonenana. Il a été mené avec amour par une équipe de passionnés issus de différentes institutions mais qui possèdent un même objectif. C’est un système capable d’intégrer et d’interagir facilement et automatiquement avec n’importe quel appareil connecté présent dans la maison. Il tire profit totalement d’internet (météo, notifications, achats, localisation, device tracking, API, etc.). Tout élément mécanique et/ou électronique connecté (porte, fenêtre, lampe, réfrigérateur, …) est contrôlable directement sur l’interface. Le système d’automatisation, et les customisations sont programmables par l’utilisateur via une interface très intuitive. Ce n’est ni un prototype, ni un essai, il est déjà déployable en production. Le tout est accessible via une connexion sécurisée par internet.

Actus – Les mannequins connectés du français Euveka à l’assaut des États-Unis

Son premier modèle n’a pas encore été livré que la start-up française Euveka suscite déjà un vif intérêt du marché américain, attiré par ce mannequin connecté et modulable qui veut détrôner le fameux buste couture des ateliers des créateurs de mode.Fondatrice et présidente d’Euveka, Audrey-Laure Bergenthal n’a pas froid aux yeux. Ce soir là, sous les clameurs à New York, c’est euphorique qu’elle termine la présentation, en anglais, de son mannequin, très à l’aise en mode « pitch », le passage obligé des jeunes pousses.« Ici, je peux le dire, en France c’est plus difficile, mais je suis hyper ambitieuse », confie cette trentenaire apprêtée à la longue chevelure. « Je veux que notre société soit internationale », dit-elle.Les premières livraisons de son mannequin connecté, ajustable à l’infini grâce à des mensurations entrées par ordinateur, ne sont pas prévues avant mars 2018, mais elle voit déjà beaucoup plus loin.Au moment où la mode rompt de plus en plus ouvertement avec le diktat de la minceur, son modèle peut entrer dans des vêtements allant de la taille 34 au 48.Gagner du temps, de l’espace, économiser de la matière et personnaliser un modèle, telles sont aussi les promesses des mannequins Euveka.La start-up avait été sélectionnée parmi les huit du programme French-American Creative Lab, destiné à introduire de jeunes pousses françaises sur le marché américain. Début novembre, elle a ainsi participé à des ateliers à New York et Los Angeles où elle a rencontré des professionnels de son secteur.Pour sa troisième édition, le Lab, collaboration entre les services culturels de l’ambassade de France et Business France, a choisi de « passer à des start-ups plus matures et plus à même de se développer à l’international », explique Matthieu Fournet, attaché audiovisuel auprès des services culturels de l’ambassade à New York.Après ce voyage, Audrey-Laure Bergenthal n’exclut plus de se tourner vers des investisseurs américains, « si en France on ne trouve pas le relais pour se développer rapidement ». La jeune pousse a jusqu’ici levé quatre à cinq millions d’euros » en France auprès d’une « soixantaine d’actionnaires », explique la dirigeante de cette société basée à Valence (sud de la France).

Textes : Lova Rafidiarisoa  - Photos : FourniesPage réalisée en collaboration avec Orange Madagascar

 

L'express de Madagascar0 partages

CEMDLAC Analakely – « Orim-baton’ny fitia » invite  les férus de poésie

Un doux moment de poésie et de volupté, « Orim-baton’ny fitia » est à découvrir sur la scène du Centre Malgache pour le Développement de la Lecture Publique et l’Animation Culturelle (CEMDLAC) Analakely, aujourd’hui. Rendez-vous est ainsi donné cet après-midi à partir de 14h30 pour apprécier la créativité d’une jeune génération de poètes et orateurs de talent. À savoir, Léa Fandresena, Ny Aina Ravaka, Mika Kely, Jirom-panahy et Fameno Antenaina.Un événement qui se veut fédérateur et inédit, « Orim-baton’ny fitia » rassemble ainsi ces jeunes graines de talents, issus des associations Havatsa-Upem, Tsanta et Korira Kanton’ny Haisoratra Malagasy, ainsi que du Faribolana Sandratra. Se mettant en scène à travers leurs lectures poétiques, ces jeunes promeuvent généralement à travers leurs écrits, l’amour, le patriotisme et surtout la fraternité. Mettant en avant les valeurs de la société malgache dans toute sa splendeur, ces jeunes poètes entendent rendre fiers leurs ainés.« Orim-baton’ny fitia » se destine à toutes les générations.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Amparafaravola – Un bloc opératoire et une banque de semences inaugurés

Des infrastructures agricoles et sanitaires ont été construites pour améliorer les conditions de vie de la population. Le président de la République agit dans ce sens.

Le président de la République, Hery Rajaonari­mampianina, était en visite à Amparafaravola, hier, pour inaugurer le bloc opératoire au Centre hospitalier de district (CHDII), la banque de semences communautaire, et la réhabilitation d’un canal de drainage.Dans son discours tenu au stade municipal, il a par ailleurs, annoncé la réfection d’une partie de la RN44 reliant Vohidiala à Vohitraivo, et l’amélioration du dispositif sécuritaire dans l’Alaotra qui, selon des rapports venus de toutes parts, souffre longuement de l’insécurité. Ensuite, le Président de la République a ajouté que la commune urbaine d’Amparafaravola bénéficierait d’une adduction d’eau potable complémentaire avant d’offrir vingt tonnes de semences de riz aux paysans de l’Alaotra.

Succès« La construction d’infrastructures de base, notamment dans le domaine agricole, de l’énergie ou de la santé nécessite du temps. Le désespoir n’est pas de mise pour le développement », a-t-il exhorté.Hery Rajaonari­mampianina a aussi mentionné que, dans le district d’Amparafaravola l’un des greniers à riz, des travaux de drainage d’un canal d’irrigation long de 60 km et d’une usine d’engrais étaient en cours et vont être achevés d’ici peu. Une nouvelle qui, visiblement, a redonné de l’espoir aux agriculteurs, non seulement dans le domaine  rizicole mais également  maraicher ou encore céréalier.Les habitants d’Amparafaravola et ses périphéries n’auront plus à se déplacer à Ambatondrazaka, voire dans la capitale, pour les opérations de chirurgie générale. En effet, le CHDII vient d’être doté d’un nouveau bloc opératoire.Fonctionnel depuis le mois d’août dernier, 108 patients y ont déjà été opérés avec succès. Un chirurgiengénéraliste et un chirurgien obstétricien exercent dans le CHDII d’Amparafara­vola. Par ailleurs, le chef de l’État a remis une douzaine dematelas, un appareil échographique, des kits de réanimation et un appareil de conservation de vaccins au CSBII de Tsaratanana.

Hery Fils Andrianandraina

L'express de Madagascar0 partages

Événement – Modus mode  s’annonce rayonnant

Pour la première fois dans la capitale, se déroulera un événement consacré à l’esthétique et la mode. Il se tiendra du 27 novembre au  1er décembre dans l’enceinte de l’Alliance française Andavamamba pour laisser la possibilité à tout un large public de découvrir les services proposés. Co-organisé par l’Aft, l’agenceTwenty Ten Totem et Sar’nao dédieront ce salon aux professionnels et amateurs de la mode, un salon qui favorisera les échanges en créant des opportunités de rencontre sentre les différents acteurs de la mode à travers des rencontres et des échanges entre professionnels, étudiants et amateurs de mode, des expositions de photographies de mode et des ateliers autour des métiers de la mode. Modus mode regroupe donc, une foire de créateurs, artisans, photographes, passionnés de la mode et de l’Esthétique répartis en différents stands. En effet, le moteur de cet événement, est avant tout la promotion des savoir-faire locaux et leur mise en lumière au plus grand nombre.Pour les créateurs, ce sera une opportunité unique de montrer leurs réalisations de manière différente. Tout pour favoriser la découverte et la détente.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Accident mortel

Collision mortelle à Ambarimiambana Sambava. L’un des occupants d’une motocross a été tué sur le coup lorsque la deux roues est entrée en collision avec une Renault 4. Cet accident est survenu lundi soir vers 20 heures. Deux autres occupants de la moto se trouvent pour leur part dans un état préoccupant.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Le jardin d’amour en péril

Une construction précaire non autorisée chasse une autre. Les travaux du chantier situé près du Jardin d’amour mais également  dans une zone littotale interdite continuent en dépit de l’arrêté d’interdiction émis par le chef de la région Boeny. Voilà que le jardin est en péril.De fait, des travaux de construction d’un bloc sanitaire comprenant des toilettes sont observés près de l’escalier du célèbre Jardin d’amour. Les dégâts sont déjà visibles car les marches menant vers la mer sont couvertes de terre et menacent de s’effondrer. De plus, la construction d’une maison est également en vue à cet endroit.Lors de son passage à Mahajanga, il y a trois semaines, le directeur général du ministère de l’Aménagement et du territoire, Gérard Andriamanohisoa, était pourtant catégorique : toute construction est interdite à moins de vingt-cinq mètres du littoral et du bord de la mer. Or, ces trois constructions avec le grand bâtiment en bas de la falaise du Jardin d’amour se trouvent à zéro mètre du littoral.Interrogé sur la situation, le maire de la commune urbaine de Mahajanga, Mokhtar Andriantomanga, a déclaré formellement, hier, qu’il n’avait donné aucune autorisation. Un représentant d’un bureau d’études a été surpris sur place, lundi matin, et a affirmé qu’il était autorisé pour ses tâches.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

La brillante entrée des commerçants dans la société tananarivienne

Sous le gouvernement général de Picquié (1910-1913), les commerçants tananariviens commencent à concurrencer les fonctionnaires, privilégiés par Augagneur (1905-1909). Pour ce dernier et son administration, comme pour une bonne partie des élites malgaches, les activités de la boucherie, la vente de bois, de charbon, de légumes…, si elles procurent une réelle aisance, sont déconsidérées. Car le gouverneur général Augagneur l’exprime clairement dans son discours qui marque la pose de la première pierre du monument commémoratif du décret du 3 mars 1909, sur l’accession des Malgaches à la citoyenneté française. « Et nous exigerons que la moralité, la probité des naturalisés, leur honorabilité… soient reconnues de tous. »Mais quand Picquié lui succède, on voit les commerçants tananariviens faire une brillante entrée sur la scène de la capitale en lui offrant un banquet de réception (« Commerçants malgaches de nationalité française à Tananarive de 1910 aux années 1930»  par Faranirina V. Esoavelo­mandroso). Dans leur discours respectif, Picquié et quatre négociants qui prennent successivement la parole, évoquent « l’enrichissement des commerçants, leurs expériences des affaires, leur souci de développer les activités dans les provinces ».Ainsi, durant la Première guerre mondiale, ils participent aux diverses souscriptions ouvertes par le Fanjakana, leur paroisse respective, leur quartier, tout en organisant eux-mêmes des manifestations patriotiques pour recueillir des fonds destinés à soutenir les familles des tirailleurs, les orphelins de guerre, les ambulances coloniales… « Ils entretiennent ainsi un esprit de corps en l’absence des fonctionnaires malgaches et assimilés. La cohésion du milieu marchand tananarivien s’est renforcée pendant la guerre. »Les commerçants se démarquent de leurs compatriotes agents de l’administration par leurs largesses, « résultat parfois d’une véritable surenchère ». Si l’on compare leurs souscriptions à celles versées par les fonctionnaires, on constate leur volonté de s’imposer en tant qu’ « éléments dynamiques de la société tananarivienne ». En 1912, par exemple, 42 agents de l’administration contre 88 commerçants participent à la souscription pour l’aviation militaire. L’administration confie alors à des notables commerçants, la responsabilité d’organiser la plupart des manifestations patriotiques, ce qui aide « à la montée de ce groupe dans une société où le titre de fonctionnaire reste fort envié ».En 1914, le comité provincial  d’Antananarivo, mis en place pour le soutien des familles des réservistes mobilisés et des ambulances indigènes, compte deux vice-présidents dont un négociant et le prince Ramahatra, et deux secrétaires, tous les deux commerçants. « Détails peut-être, mais significatifs, témoignant de l’intérêt accordé à ce milieu. » Bref, la Grande guerre permet à des hommes d’affaires de renforcer leur influence, leur prestige social. Elle leur fournit aussi bien des occasions d’enrichissement.La spéculation sur les denrées alimentaires, avec le spectre de la disette, le marché noir, les exportations de produits vivriers et de matières premières vers la Métropole pendant les hostilités, l’intense reprise des activités économiques entre 1922 et 1926, favorisent les commerçants. « Les rapports politiques de la province de Tananarive notent que beaucoup de Merina de la capitale se sont enrichis dans le commerce et ont des aspirations plus élevées encore en demandant leur naturalisation, dans le but plutôt de mieux servir leurs intérêts personnels que de remplir avec enthousiasme tous les devoirs et obligations des citoyens français. »Progressivement, ils deviennent une élite aisée, « dangereuse » pour le pouvoir colonial par ses prétentions à la nationalisation, ou par le fait qu’elle bénéficie de différents privilèges- par exemple, l’exemption de l’indigénat pour les patentés-, ou par la participation effective de certains d’entre eux à la propagande anticoloniale des années 20-30. L’adminis­tration renforce la surveillance exercée sur eux, après le séjour de Ralaimongo, délégué de la Ligue française pour l’accession de la société commerciale « Union France-Madagascar ». Finalement, bien des demandes  de naturalisation formulées par des commerçants tananariviens ont été rejetées pour des raisons strictement politiques : « relation, avec les Allemands pendant la guerre, soutien apporté à Ralaimongo et Dussac, adhésion à l’Union France-Mada­gascar, parenté avec des agitateurs notoires… »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

L'express de Madagascar0 partages

Otages libérés

Des voleurs de bétail ont été contraints de libérer deux individus qu’ils ont pris en otage à Vohibato Ambalavao dimanche. Pris dans une impasse, les malfaiteurs ont dans la foulée abandonné neuf zébus dont ils se sont emparés. Le fokonolona leur avait déjà donné du fil à retordre dans un accrochage.

L'express de Madagascar0 partages

Football – La coupe de l’amitié  au club de Vinaninkarena 

La grande coupe du tournoi de l’amitié organisé par l’association Elgeco plus est revenue à l’association sportive Vinaninkarena milalao qui a vaincu, en finale, l’équipe de la commune rurale d’Ambano par le score de 2 à 1. Le match s’est tenu au terrain du Kobama Andranomanelatra dimanche, dernier, au bord de la RN7.Le tournoi a comme objectif de motiver les jeunes sportifs à aller de l’avant afin de lutter contre la délinquance juvénile et le tabagisme.« Ce tournoi a été également organisé pour détecter les joueurs susceptibles d’étoffer l’équipe d’Elgeco plus junior de la première division à Antananarivo », a affirmé Alfred Randria­manantsoa, président de cette association qui s’active également dans le social dans les vingt communes du district d’Antsirabe II.Ainsi, outre les coupes et les sommes d’argent distribuées aux vingt clubs participants, des équipements  tels que des maillots, godasses et des ballons ont été aussi remis à chaque  équipe.

A. N. A.

L'express de Madagascar0 partages

Championnat en janvier

Le championnat de Madagascar de badminton pourrait être repoussé jusqu’en fin d’année, voire même en janvier 2018. Initialement, la compétition devait se tenir au début du mois de novembre, mais a été reportée. La Fédération se heurte notamment à des difficultés pour trouver une salle disponible afin d’accueillir le tournoi.

L'express de Madagascar0 partages

Final Round à  Arivonimamo

L’épilogue du championnat de Madagascar de run voitures sur 400 mètres est fixé au dimanche 3 décembre, avec le Final Round. Il s’agira de la septième et ultime manche de la saison. La piste de la Batac Arivonimamo en sera l’hôte.

L'express de Madagascar0 partages

Camion contre taxi-brousse

Un camion et un taxi-brousse de marque Mercedes Sprinter se sont télescopés à Tsarasaotra Ambositra lundi en fin d’après-midi. Trois passagers du véhicule de transport en commun sont blessés. Les freins du poids-lourd auraient subitement lâché selon le constat  de gendarmes.

Midi Madagasikara0 partages

Mahajanga : Lehilahy mpivarotra trondro novonoina tamin’ny tamin’ny fomba feno habibiana

Tovolahy iray sahabo ho 30 taona eo izay mpanamboatra lakana sy mpivarotra trondro monina ao amin’ny Fokontany Mahavoky Mahajanga no hita faty omaly naraina tokony ho tamin’ny 10 ora tany amin’ny Fokontany Aranta. Araka ny tati-baovao azo, dia novonoina tamin’ny fomba feno habibiana ity lehilahy ity, satria notsatohana tamin’ny vy maranitra teo amin’ny lohany ka izay no nitarika ny fahafatesany. Raha ny fantatra dia ankizy maromaro nilalao teny amoron-dranomasina no nahita ny razana, ka ireto farany no nampandre ny olona teo an-tanàna tamin’ny tranga hitan’ireto zaza. Taorian’izay dia tonga teny an-toerana ny mpitandro filaminana sy ny mpitsabo nizaha ny razana. Omaly ihany, dia efa nalain’ny havany ny vatana mangatsikan’ity tovolahy hita faty ity, ary misokatra ny fanadihadiana ataon’ny mpitandro filaminana amin’ny fikarohana ny ireo nahavanon-doza  mahakasika an’ity vono olona mamohetra ity.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping : L’enquête continue au niveau de la Police

La Police nationale doit poursuivre son enquête tant qu’une affaire n’a pas atteint la fin de son délai de prescription. Le Commissaire principal de Police Jean Rostan Rabialahy l’a dit hier lors de la rencontre avec la presse quand il a parlé du rôle de la Police dans les affaires de kidnapping qui ne cessent de prévaloir dans le pays. D’après lui, la mise en place récemment de la Cellule mixte d’enquête regroupant la gendarmerie, la police nationale, et la justice ne fait que renforcer les efforts déjà déployés par la Police nationale pour éradiquer ce fléau. Il en est de même pour la conclusion d’un accord de coopération entre la gendarmerie, la Police nationale, la Justice, les opérateurs de téléphonie mobile, et l’Artec qui vient d’être réalisée. Cet accord vise à accélérer le renseignement, explique Jean Rostan Rabialahy. Avec ces nouvelles structures, la Police espère enregistrer  de résultats palpables dans leur enquête sur les affaires d’enlèvement qui ne sont pas élucidées jusqu’ici. Des nouvelles structures que le commissaire Jean Rostan Rabialahy estime insuffisantes sans la contribution de tout un chacun dans la lutte contre ce crime. En effet, il appelle à la sensibilisation de tous les citoyens surtout les proches des victimes de kidnapping.

T.M

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Fanaparitahana vola sandoka, olona efa nigadra 20 taona no atidoha

Hisokatra anio ny taom-pihotazana lodsia ho an’ny faritra Ananjirofo sy ny faritra Atsinanana, ao anatin’izany anefa dia tsy kely lalana ireo mpanao ratsy , ka misy ny mihevitra ny hanaparitaka sy nahadio ireo vola sandoka ataony amin’ireo tantsaha sy amin’ireo mpitatitra. Raha ny fanazavana nataon’ny polisin’ny boriborintany I eto Toamasina, dia herinandro lasa izy ireo no naharay fitarainana sy fitorian’olona mikasika ireto andian’olona roa manaparitaka vola sandoka tao amin’ny fokontanin’i Mangarano. Amin’ny maha heloka be vava ny fanaovana sy fihazonana ary fampiasana vola sandoka eto amintsika, dia nandray ny andraikiny avy hatrany ireto polisin’ny boriborintany I ireto nanao fanadiadiana sy ny fitsirihana ireto mpanao vola sandoka voalazan’ny olona ireto. Nisy ny velam-pandrika nataon’ny polisy ho fisamborana azy ireto ambodiomby, ka ny alahady 19 novambra teo raha tsy nanampo na inona na inona ny iray tamin’ireo mpanaparitaka vola sandoka ireto, dia nosamborim-potsiny. Raha nosavaina ny tany am-paosiny dia nahitana vola sandoka 10.000 ariary niisa efatra izay saika mbola hamitahany mpivarotra ihany koa satria tsy nisy afa-tsy io vola sandoka io ny tany aminy, tsy ela taorian’izay dia nanaraka ny namany ka mora tamin’ireo polisy no nisambotra azy ihany koa izay mbola niaraka tamin’ny sakosy. Raha nosavain’ny polisy ity sakosy ity dia hita tao ireo fitaovana fanamboarany ireto vola sandoka ireo, izay karazana ranomainty avo lenta sy lafo vidy. Avy hatrany dia nohazonina ingahy isany Randrianasy Tolin 35 taona, sy Léon Jacques 40 taona. Fa ny tena nahagaga ny polisin’ny boriborintany I misahana ny raharaha araka ny tahirin-kevitra ao amin’izy ireo, dia isan’ny mpamerin-keloka amin’ity fanaovana vola sandoka 10.000 ariary ity ingahy Léon Jacques, tamin’ny heloka farany nataony izay nitsarana azy ny taona 2008 teo anivon’ny fitsarana ady heloka eto Toamasina, dia voasazy higadra manao asa an-terivozona 20 taona ny tenany, nefa izao nivoaka ny fonja manao vola sandoka izao indray nefa tokony ny taona 2028 izy vao mahavita ny saziny ary tsy isan’ny mpahazo ireo fanenan-tsazy omen’ny filoham-pirenena in-2 isan-taona ny mpanao vola sandoka noho izy heloka be vava tsy mpahazo izany araka ny lalana. izany dia nomarihan’ny polisin’ny boriborintany I ihany koa fa saika tao amin’ny fokontany Mangarano ity avokoa no mivoaka ireo vola sandoka miparitaka eto Toamasina; ka izany no nanaovan’izy antso avo ho an’ireo mpanangom-bokatra sy mpitatitra lodsia mba ho mailo.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires