Les actualités Malgaches du Vendredi 22 Septembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara355 partages

Hery Rajaonarimampianina : « Madagascar n’a aucune raison de rester pauvre »

Le Président Hery Rajaonarimapianina est intervenu à la tribune des Nations-Unies  hier. « Madagascar n’a aucune raison de rester pauvre, avec ses potentialités et son peuple dont plus de 50% sont des femmes, et plus de 61, 3% ont moins de 25 ans. Si chacun, à son niveau apporte avec détermination sa contribution, l’optimiste que je suis, croit au redressement économique et à la reconstruction nationale qui mènent vers une croissance retrouvée… ». A l’entendre, le pays est sur la bonne voie, mais est-ce vraiment le cas, vu l’extrême pauvreté dans laquelle vit la majorité de la population malgache.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara187 partages

Référendum constitutionnel : L’Etat doit trouver 40 milliards d’Ariary

La ministre des Finances et du Budget Vonintsalama Sehenosoa Andriambololona a déclaré hier que le budget nécessaire pour l’organisation de l’élection en 2018 est déjà inscrit dans la Loi de Finances. Cependant, elle a expliqué que la Loi de Finances ne précise pas si ce budget sera utilisé pour la Présidentielle, les législatives ou un référendum. Le Grand Argentier fait certainement allusion à la somme de 40 milliards d’Ariary que la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a réclamé pour financer l’organisation du premier tour de l’élection présidentielle de 2018. Pour l’heure, le budget pour un éventuel référendum constitutionnel n’est pas inscrit ni dans la Loi des Finances Rectificative 2017 ni dans le projet de Loi de Finances Initiale 2018. D’après les explications du Vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo,  le budget de 11 milliards 500 millions d’Ariary inscrit dans la Loi de Finances Rectificative 2017 correspond à la révision annuelle de la liste électorale et non pas pour l’organisation d’une élection. « 11 milliards d’Ariary n’est pas suffisant pour organiser un scrutin », a-t-il soutenu. Et d’expliquer au passage que cette somme servira plutôt à payer les arriérés de la CENI qui n’a pas obtenu un budget pour la révision de la liste électorale de l’année 2016.

120 milliards. Pour ce qui est du référendum constitutionnel prévu par le régime HVM, Thierry Rakotonarivo d’expliquer que l’Etat doit trouver un peu moins de 40 milliards d’Ariary pour son organisation. A peu près les mêmes dépenses qu’une élection présidentielle. « La seule différence consiste dans l’impression des bulletins », a-t-il fait savoir. En tout cas, à entendre les explications du Vice-président de la CENI, il n’y a aucune élection, ni consultation populaire prévue pour cette année 2017. « Jusqu’ici, la CENI n’a reçu aucune notification ni aucun chronogramme dans ce sens. Aucun budget non plus ». Si l’on fait le calcul, l’organisation d’un référendum constitutionnel et des deux tours de la Présidentielle coûtera environs 120 milliards d’Ariary à l’Etat. La question est donc de savoir si le régime HVM va dépenser cette énorme somme d’argent alors que 93% des Malgaches vivent sous le seuil de la pauvreté.

Davis R

Midi Madagasikara153 partages

Eliana Bezaza : « Le 14 Octobre, un repère basique de la reconstruction nationale »

La secrétaire nationale du PSD a envoyé une requête au président de la République.

Elle impose sa marque dans  ce contexte difficile où tout le monde parle de reconstruction nationale. Pour expliquer ce qui se passe dans le pays depuis des décennies, la première responsable du PSD avance l’argument de perte de repère  de la population malagasy en ignorant inconsciemment ou volontairement son histoire nationale. Interview.

 Midi : Vous vous battez pour la reprise de la célébration officielle de la fête de la République du 14 octobre et vous avez même adressé des lettres y afférentes aux différents chefs d’institutions en général et au Président de la République en particulier. Peut-on savoir les mobiles de cette démarche apparemment très politique ?

E. B : « Cela peut être interprété comme une démarche politique car c’est un chef de parti qui livre cette bataille mais en réalité, il faut surtout considérer les côtés historique, culturel, et pédagogique de cette démarche que nous considérons  comme un acte patriotique. Marquer annuellement  à l’échelle nationale cette fête de la République c’est donner de repère en permanence  à cette Nation complètement déboussolée suite à des erreurs humaines en série durant des décennies. En voulant à tout prix  dégommer la Première République du Président Tsiranana,  on efface  délibérément dans la mémoire collective la date du 14 Octobre 1958. On est depuis dans un illogisme dangereux car à force de parler d’indépendance et de souveraineté nationale sans rappeler qu’il y a la République avec toutes ses valeurs, on administre une Nation qui manque une de ses racines historiques principales et c’est très mauvais car nous vivons les conséquences actuellement ».

Midi : On pourrait vous taxer de vouloir juste faire revivre la population malagasy du bon vieux temps de votre illustre grand père.

E. B : : « C’est une guéguerre politique politicienne improductive. Je reconnais que le PSD renaît de ses cendres après une très longue période de dures épreuves mais nous avons pourtant constaté aussi que dans cette longue traversée du désert, la population a besoin plus que jamais des points historiques  d’ancrage pour raviver en elle un nouvel espoir et la fierté nationale. On avait oublié que la République est synonyme des valeurs à respecter pour un vivre ensemble national transformant nos différences ethniques, culturelles et historiques en des richesses communes d’un même  et unique Etat Nation malgré les  vicissitudes de l’Histoire. La République, c’est la structure pour ce vivre ensemble harmonique qui nous rassemble après les anciennes structures des royautés et de la colonisation  qui ne sont plus  que des pages tournées de  cette Histoire nationale ».

Midi : S’agit-il alors d’un devoir de mémoire ?

E. B : : « Oui, c’est l’une des raisons qui est très importante à notre avis. Combien de personnes sur les 22 millions d’habitants de cette Ile savent que c’est l’illustre Andrianome Ranaivoson qui a créé artistiquement les couleurs de notre drapeau national. Nous ignorons aussi que c’est le Pasteur Rahajason qui a écrit le texte de l’hymne national et c’est encore le grand artiste Norbert Raharison qui a arrangé la musique de notre Ry Tanindrazanay Malala ô ! Ces trois monuments ont donné vie à la Première République avec son premier Président Philibert Tsiranana. Au-delà des appartenances politiques des uns et des autres et indépendamment des guerres idéologiques et d’écoles, est-ce que ce n’est pas un devoir national de penser à ces illustres références nationales. Ce que je viens de citer est le contour de la République naissante mais l’image de la République est surtout les valeurs qu’elle véhicule à travers les temps et les générations. Vivre la République c’est évoluer dans un monde qui garantit l’égalité devant le droit et le devoir, qui préserve les libertés fondamentales des citoyens et qui assure l’épanouissement individuel et collectif dans un vivre ensemble harmonieux. Si nous vivons aux antipodes de ces idéaux actuellement c’est par ce qu’on a tout simplement oublié qu’il y a la République et ses valeurs à observer strictement ».

Midi : Vous voulez dire que l’indépendance sans la République est bancale ?

E. B : : « Absolument ! L’indépendance est politique et sentimentale quelquefois mais la République est dans ses valeurs. C’est par ce que nous n’avons pas inculqué sérieusement dans la conscience collective la République et ces valeurs républicaines qu’il nous est très difficile de bâtir une Nation moderne. C’est pour cette raison que j’ai envoyé une requête au Président de la République et aux autres Chefs des institutions de la République afin que cette fête de la République soit inscrite dans l’agenda des festivités nationales à honorer annuellement ».

Propos recueillis par R. O

Midi Madagasikara142 partages

Atallah Béatrice : Pèlerinage à Lourdes après Zurich

Atallah Béatrice a quitté le pays après sa passation avec Henry Rabary-Njaka.

Atallah Béatrice s’est retirée de la vie politique du pays après son départ du ministère des Affaires Etrangères. En effet, après sa passation de service avec son successeur, l’ancienne présidente de la CENI-T a mis le cap sur Zurich où elle a fêté en cercle restreint avec Fatma Samoura, l’anniversaire de cette ancienne représentante du Pnud à Madagascar, actuellement secrétaire générale de la FIFA. Après Zurich, l’ancienne chef de la diplomatie s’est rendue à Lourdes où elle a pu se ressourcer lors d’un pèlerinage. Quant à Narson Rafidimanana, un autre membre du gouvernement limogé lors du dernier remaniement, il a été aperçu deux jours après sa passation avec Benjamina Ramanantsoa en train de courir sur les pistes du stade municipal d’Alarobia.

Interrogations. On s’interroge jusqu’à présent sur les raisons du limogeage de ces deux membres du gouvernement, toujours considérés comme deux piliers du régime HVM. D’autres se posent des questions sur le sort à réserver à Atallah Béatrice et Narson Rafidimanana. Est-ce que d’autres postes les attendent après leur départ du gouvernement ? Les regards sont notamment braqués sur l’ancienne présidente de la CENI-T qui a considérablement contribué à l’accession au pouvoir de Hery Rajaonarimampianina.

R. Eugène

La Vérité134 partages

Syndicats magistrats - greffiers - Grève générale et illimitée décrétée

Premier coup dur pour la récente Garde des Sceaux et ministre de la Justice.  Hier, le Syndicat des magistrats (Smm) et le Syndicat des greffiers de Madagascar (Sgm) ont décidé d’entamer ensemble une grève pour une période illimitée et sur toute l’étendue du territoire.  La décision d’aller en grève a été prise au cours des assemblées générales respectives des deux corps tenues hier dans la matinée. L’annonce de cette grève synchrone a été faite au cours d’une conférence de presse conjointe des deux syndicats à la Cour suprême d’Anosy hier en début de l’après midi. 

Les magistrats et les greffiers ont tenu d’emblée à prévenir et dénoncer toute tentative de représailles de la part de la hiérarchie. « Faire grève est un droit lorsque personne n’écoute vos revendications. Nous attendons la concrétisation des résolutions à nos revendications », a tenu à préciser Fanirisoa Ernaivo, présidente du Smm. Ce débrayage fait en effet suite à l’échec des négociations entre les deux syndicats et la ministre de la Justice.  Pour rappel, une première rencontre prometteuse avec la ministre Rasolo Alexandrine Elise avait eu lieu à la fin du mois d’août  quelques jours après la nomination de cette dernière à Faravohitra dans le but de trouver une solution aux griefs des deux corps. Un délai d’une semaine avait ensuite été donné à la ministre de la Justice Rasolo Alexandrine Elise pour la concrétisation des revendications.  Jusqu’à jeudi, aucune avancée palpable n’a cependant été enregistrée.  Malgré les relances des syndicats, aucune autre rencontre avec le ministre n’a été tenue. Une politique de la sourde oreille que dénoncent les syndicats. Ces derniers regrettent que leur ministre de tutelle et le gouvernement n’aient pas prêté une oreille attentive à leurs revendications. C’est pour faire le bilan des négociations et pour consulter les membres quant à la suite à donner à leurs revendications que des assemblées générales ont eu lieues hier.Las des promesses creusesMalgré la grève, les magistrats et les greffiers affirment rester ouverts au dialogue. Las des promesses creuses qui ne satisfont que ceux qui les distillent, les deux syndicats entendent bien exiger du concret, si discussion il devait encore y avoir. Ils citent en exemple notamment un calendrier précis de réalisation des solutions à leurs revendications. Si les revendications des greffiers se limitent notamment à la hausse de leurs émoluments et le versement dans leur corps, ceux des magistrats sont en revanche beaucoup plus consistants. Ils réclament des mesures qui assurent effectivement l’indépendance de la justice. Fanirisoa Ernaivo, présidente du Smm cite notamment l’encadrement de la subordination hiérarchique et la communication de dossier au niveau du ministère de la Justice, l’application des décisions de justice et la prise de mesures contre ceux qui n’appliquent pas les décisions de justice…  Certaines réformes du statut de la magistrature  sont également réclamées notamment en ce qui concerne la présence de l’Exécutif dans le Conseil supérieur de la magistrature (Csm), l’existence de conflits entre le fait d’être membre du Csm ou d’être chef de cour ou de juridiction qui donne un superpouvoir aux membres du Csm, ou encore la gestion de carrière des magistrats En tout cas, les syndicats comptent maintenir le tempo jusqu’à ce que toutes les conditions posées pour la reprise soient réunies. En attendant, tout sera à l’arrêt dans les cours et justice malgaches à partir de mercredi. Toutes les audiences dans le palais de justice, seront suspendues… « Aucun service minimum ne sera assuré » précise Haja Randriambololona président du Sgm. La machine judiciaire sera totalement paralysée. Recueillis par  Lalaina A.

Madagascar Tribune121 partages

Taux de croissance de 4,1%, un des plus élevé de l’Afrique subsaharienne

« La croissance économique devrait atteindre 4,1 % en 2017. Bien que ce taux soit un des plus élevés en Afrique subsaharienne, il est en deçà des attentes, notamment en raison des effets du cyclone et de la sécheresse sur les secteurs agricoles et la production hydroélectrique. La croissance est prévue s’accélérer à 5,1 % en 2018, portée par la hausse de l’investissement public et un rebond dans le secteur agricole. L’inflation, qui a connu une légère accélération au premier semestre de cette année en raison des chocs climatiques, devrait redescendre aux alentours de 8% d’ici à la fin de l’année et poursuivre sa baisse progressive en 2018. » Telle est la conclusion de la mission du FMI (fonds monétaire international) qui vient de séjourner à Madagascar. La délégation de la mission du FMI estime que « la situation économique de Madagascar a continué à évoluer positivement en 2017, avec le maintien de la stabilité macroéconomique en dépit des chocs. »

La flambée du prix de la vanille sur le marché international a été jugée bénéfique pour la trésorerie nationale qui a vu les réserves augmentées et le taux de change s’apprécier.

Le FMI recommande aux autorités financières nationales de limiter les transferts vers la Jirama et vers la compagnie aérienne Air Madagascar notamment. La nécessité de maîtriser la masse salariale est également évoquée. Rappelons que l’Etat vient d’engager 10 000 autres fonctionnaires dans l’Education nationale et il prévoit d’augmenter l’effectif des forces armées. Enfin et non des moindres, la population elle se débat pour survivre dans le désarroi de l’insécurité et des menaces d’épidémies de toutes sortes - réelles ou supposées.

Le FMI informe que le déblocage d’une tranche du FEC (facilité élargie de crédit) de 45 millions US$ sera effectif d’ici la fin de cette année.

Midi Madagasikara106 partages

RN7 : Kamiô nitondra kisoa, notafihan’ny jiolahy

Raha ny taxi-brousse no matetika tafihan’ireo jiolahy, teo aloha teo, teny amin’ireo lalam-pirenana ; amin’izao efa lasibatra ihany koa ireo fiarabe mpitondra entana. Ny voalohandohan’ny herinandro teo dia fiarabe iray nitondra kisoa no lasibatry ny jiolahy mpanakan-dàlana, teny amin’ny lalam-pirenena fahafito, teo an-tampon’Ihorombe. Nobahanan’ireo olon-dratsy tamin’ny vato isan-karazany ny làlana tamin’io fotoana io ary tsy maintsy nijanona ilay fiara. Tamin’izay fotoana izay no nanararaotan’izy ireo nanao ny asa ratsiny. Soa fa tsy nisy naninona ireo voatafika, saingy ny vola rehetra tany aminy no lasan’ireo olon-dratsy. Raha ny fantatra hatrany, dia toa hoe  nisy fiara naka ireto olon-dratsy rehefa nahavita ny asa ratsiny nony avy teo. Tetika efa voaomana ary ve ? Fantatra fa efa eny am-pelan-tànan’ireo mpitandro filaminana ny raharaha, amin’izao fotoana izao ary efa mandeha ny fikarohana.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara87 partages

Antanifotsy : Une famille de six personnes périt dans un incendie criminel

Hier, une tragédie s’est produite dans le district d’Antanifotsy, région Vakinankaratra. Une famille entière, composée de six membres ont péri lors d’une attaque des « dahalo » dans un village appelé Ambatovaventy. La nuit du mercredi 21 septembre, près de 10 « dahalo » ont débarqué dans la maison des victimes qui sont des marchands. Après avoir dérobé l’argent du père de famille, les malfaiteurs ont enfermé leurs victimes dans une chambre à l’étage de la maison puis, ils l’ont incendiée. Selon les informations, cette famille a trois gardiens. Mais ces derniers n’ont pu rien faire car les malfaiteurs les ont maitrisés avant d’agir. Selon les informations, l’incendie n’a pas du tout tué les victimes dans la mesure où le feu n’a pas pu consumer la pièce où elles ont été enfermées. « En voyant ce fait, les « dahalo »  ont fait exploser quelque chose dans la maison », témoigne un gardien. Ce serait cette chose qui était à l’origine du décès de ces malheureux qui étaient asphyxiés. Selon toujours le témoignage de l’un des gardiens, les assaillants ne sont pas étrangers au père de la famille. Il affirme avoir entendu le nom de celui-ci cité par les bandits. Toujours selon les informations, un gardien serait de mèche avec les « dahalo ». Après l’attaque, il a quitté les lieux pour ne plus revenir.

Andry N/T.M.

Madaplus.info83 partages

Ouverture officielle du Restaurant Cacao des Iles - Ivry sur Seine

Le Restaurant Cacao des Iles aux spécialités: réunionnaise, mauricienne et malgache, ouvre ses portes officiellement ce jour!
Adresse: 5 rue Truillot - 94200 Ivry Sur Seine
Réservez au 01 46 58 34 96
Pour vos déjeuners, dîners, afters... le Cacao des Iles saura vous accueillir dans son cadre chaleureux!

Midi Madagasikara57 partages

Brickaville : Les villageois en colère contre une société minière canadienne

Depuis le mois de juin, la population d’Ambatolampy-Vohitsara,  dans la commune rurale d’Ambaninony Brickaville, vit dans la terreur. En effet, un projet d’exploitation de mine de graphite mené par la société canadienne DNI Metals Inc, actuellement en phase d’exploration pour un  délai de six mois sème la  panique générale au sein des habitants, essentiellement paysans. Pour le démarrage des travaux, ces derniers ont été obligés d’évacuer leur terre, soit par force, soit pour une compensation humiliante d’à peine 30 000 ariary l’héctare.

Dans l’objectif de constater de visu les réalités, une équipe de journalistes a effectué une descente sur terrain, la semaine dernière. Une fois arrivés sur le site, les journalistes se sont mis au travail tandis qu’un groupe d’hommes en treillis et armés a débarqué à bord d’une 4×4 et envahi le terrain. Sans doute dans l’objectif d’intimider les chasseurs d’information. Intimidation qui est le lot quotidien de la population de cette bourgade enclavée, située à 32 kilomètre à l’Est de Brickaville sur la RN2, en fait un régime quotidien. « Nous opposant à l’accaparement de leur terrain, nous vivons sous plusieurs formes de menace. Des responsables malgaches au sein de DNI Metals, parmi lesquels  une personne qui se dit  conseiller du Premier ministre  nous ordonnent de ne diffuser aucune information sur cette exploitation », rapporte un habitant.

Face à cette contestation de la part des habitants, la consultation publique sur cette affaire prévue ce mardi 26 septembre, a été remise en cause. Les habitants qui affirment avoir vécu dans la localité depuis des générations et ne savent pas où aller ».

T.M

Midi Madagasikara56 partages

EPP Anatihazo Isotry : Des kits scolaires pour les écoliers

Distribution de kits scolaires par le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy à l’EPP Anatihazo Isotry.

Le Gouvernement doit investir davantage dans les actions sociales. C’est à travers ce message du président Rajaonarimampianina que le ministre Neypatraiky André Rakotomamonjy a remis hier des équipements scolaires pour les élèves de l’EPP Anatihazo Isotry. En représentant le personnel de son département, le ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN) a noté qu’il s’agit d’un soutien aux parents des élèves en classe d’examen, en vue d’alléger leurs charges financières, en cette période de préparation de la rentrée scolaire.  « Chaque kit est composé de cartable, de cahiers, de crayons de couleurs et de règles.  Pour le MPTDN, l’éducation est une responsabilité collective pour permettre à nos enfants de bâtir un avenir meilleur », a noté le ministre. En effet, outre les activités du MPTDN autour du numérique au niveau des établissements d’enseignement public, notamment la mise en place des vitrines et bibliothèques  numériques ainsi que l’opération de  distribution de tablettes, ce département ministériel s’engage également dans des actions sociales pour la jeunesse. Par ailleurs, lors de cette descente à Isotry, le ministre a profité de l’occasion pour soutenir le projet de révision de la Constitution qui, selon lui, nécessite des améliorations pour mieux répondre au contexte actuel du pays.

 Antsa R.

Midi Madagasikara41 partages

Temandrota et Pascale Vetois : Un véritable dialogue artistique

Temandrota, en plein travail sur son œuvre. (photo Nary)

A Ivandry, dans le restaurant Akoa, la décoration prend des allures de voyages vers on ne sait où, mais un monde qui transporte vers un autre univers. Difficile de mettre des mots sur ce que l’on peut ressentir, seule chose à faire, apprécier ces œuvres d’art de deux maestro qui se sont bien rencontrés : Temandrota, un artiste plasticien malgache qui a acquis une notoriété internationale à travers ses œuvres et son parcours, et Pascale Vétois, qui signe les tapis de Gasy Rug. Ensemble, ils exposent à l’AKOA Ivandry : 35 tapis pour Gasy Rug et une bonne trentaine d’œuvres entre sculpture et peinture pour Temandrota. La scénographie laisse imaginer un paysage, sur le thème de la spirale. « Un équilibre sur les formes, les couleurs, la géométrie » explique Temandrota. Le  vernissage s’est tenu hier, les tapis seront là jusqu’au 1er octobre, quant à Temandrota, il y exposera jusqu’au 21 octobre. Martine Pless, directrice des lieux, souligne que cette expo a une dimension sociale car 15% des ventes seront reversés à l’association Educasport.

Anjara Rasoanaivo

Tia Tanindranaza39 partages

Vono olona mahatsiravinaNodorana ny trano, nosemporina izy 6 mianaka

Nitrangana vono olona nahatsiravina indray tao amin’ny fokontany Ambatovaventy-Distrikan’Antanifotsy ny alin’ny alarobia hifoha alakamisy 21 septambra lasa teo.

 

 Tokantranona mpivarotra ity nisy nanafika ity ka ripaka tamin’izany izy mianakavy, dia ny zanany 4 sy izy mivady. Raha ny angom-baovao avy tany an-toerana, karazana lonilony teo amin’ny fiarahamonina no nitranga fa tsy halatra akory satria tsy naka vola ireo jiolahy fa ny famonoana ireo olona 6 mianaka ihany no tanjony.

Olom-pantatra

Raha ny fanazavana nomen’ireo mpiambina ilay trano dia tokony ho tamin’ny misasakalina no nanomboka ny fanafihana. Tsy namaky ny varavarana ireo jiolahy fa efa nivatsy tohatra niakarana ny lavarangana satria ireo mpiambina dia eny an-davarangana no mitily. Tsy nataony inona ihany koa ireo mpiambina fa nofatorany ny roalahy ary ilay iraikalahy kosa tsy hita izay nitsoahany hatramin’izao. Ireo jiolahy tafiditra tao amin'ireo tompon-trano kosa dia ren'ireto mpiambina nafatotra tsara nilaza sy niresaka tamin’ilay raim-pianakaviana tao an-trano. "Ireto ny vola misy ato aminay", hoy ny tompon-trano. « Tsy miraharaha izay volan’ialahy izahay ! », hoy ireo jiolahy sady nanonona ny anaran’ilay tompon-trano izy ireo. Taorian'izay, nisy iray tamin'ireo jiolahy nilaza fa tapitra ny ora zalahy fa handoro ny trano amin’izay izy ireo. Nakatony tao an-trano avokoa izy mivady sy ny zanany 4 mianadahy ary nivoaka nandoro ny trano tokoa ireo mpanafika.

Nanapoaka etona mamono

Tsy nirehitra anefa ny efitra nisy azy ireo ary rehefa hitan'ireo jiolahy izany, dia niverina izy ireo ka nisy zavatra napoakan'izy ireo tao an- trano, izay azo heverina fa « Gaz » ary io no namono azy 6 mianaka. Raha ny fantatra, tsy nisy nahabangana ny entana tamin’ny ankapobeny ka azo heverina fa lonilonim-piarahamonina ity tranga ity. Mbola karohina kosa ilay lehilahy iray mpiambina izay tafaporitsaka. Nidina tany an-toerana ny depiote Ndrina voafidy tany Antanifotsy sy ny lehiben’ny distrika, Atoa Andriamboavonjy, nankahery ny fianakaviana sy nanamarina ny zava-nitranga niaraka tamin’ny mpitandro ny filaminana. Andrasana indray izay ho tohin’ity vono olona mahatsiravina ity.

Caius R

Midi Madagasikara37 partages

Ambatolampy : Gadra iray tafatsoaka ny fonja

Lehilahy iray  migadra ao amin’ny fonjan’Ambatolampy no fantatra fa tafatsoaka tao  amin’ny toerana nitazonana azy, ny alarobia teo. Raha ny fampitam-baovao avy tany an-toerana, dia tamin’ity farany nalefa tao amin’ny toeram-pitsaboana tao an-toerana na « infirmerie », rehefa nilaza fa narary izy no nanararaotra nandositra ity gadra ity. Nisy tandrevaka teo amin’ny fiambenana sa tetika efa maty paika ? Mbola fanontaniana goavana amin’ny rehetra no nahatafaporitsaka azy tamin’izany, ary indrindra fa hoe amin’ny andro antoandro fa tsy alina akory. Hatreto dia tsy mazava arak’ izany izay tena zava-niseho marina tamin’io fotoana io. Miandry ny fanazavana hoentin’ireo tompon’andraikitra ao amin’ny fonja ny rehetra. « Izahay rahateo, hoy ireo tompon’andraikitry ny filaminana any an-toerana, dia tsy mbola naharay taratasy fampikarohana azy. Fampilazana am-bava fotsiny no tonga taty. Na izany na tsy izany aza anefa, dia efa misy ny fandraisana andraikitra sy  fepetra noraisina ». Araka izany, dia tsy misy mahafantatra ny mombamomba an’io gadra nitsoaka io. Angom-baovao hafa no nahafantarana, fa toa hoe voarohirohy tamina resaka fakàna an-keriny tao an-drenivohitr’i Betsimisaraka tao ity lehilahy tafatsoaka ity, saingy tsy fantatra ihany koa hatreto na efa manala ny saziny na mbola famonjana vonjimaika, izy tafatsoaka izao.

m.L

Midi Madagasikara36 partages

Volley ball : Les gendarmes sacrés champions de Madagascar, Cnaps sport aux abonnés absents

Pas de match mais un champion de Madagascar, le GNVB. C’est l’issue de la finale du sommet de Madagascar de volley-ball hier au Petit Palais des sports.

L’équipe de GNVB était là au complet, bien échauffée, bien entourée. Et au coup de sifflet de l’arbitre Mamy Andriamamonjy, ils ont servi dans un camp d’en face vide. Au sifflet suivant, ils sont champions de Madagascar. « Respectueux des règlements et de parole donnée, la FMVB a tenu la finale et l’issue est connue. Le Cnaps sport étant absent, le GNVB est sacré champion » a expliqué le président de la fédération Andriamandimbisoa Jocelyn. La cause de leurs absences ? « Ils ont avancé des certificats médicaux pour 4 joueurs avec des incapacité de jouer de 2, 4 et 6 jours et ont demandé un report. Mais nous sommes déjà décidés à la tenue de cette finale »

« Ne rabaissez pas le volley malgache ». En face, la GNVB savoure son 6è titre national « je remercie tous ceux qui ont œuvré pour ce titre y compris le Cnaps sport », a tenu à préciser Hery Rakotomalala, président de GNVB. Profitant de la tribune, il est sorti de son silence « tout le monde a vu, moi surtout, que Jos par exemple, ne s’est pas blessé lors de la finale. Qu’il était déjà blessé au tendon d’Achille avant. Tout le monde a vu aussi ce qui s’est passé à Toamasina. Les infrastructures n’étaient pas aux normes et je n’en blâme pas la fédération. Par contre, ne rabaissez pas le volley- malgache avec des mensonges. Le Cnaps est une entité étatique de renom qui a son prestige. Le Cnaps sport est un club de volley-ball. Ne mettez pas tout dans le même bateau. On aime tous le volley-ball, on veut son essor et cessons la polémique ». A lui de dire qu’il s’agit d’une éducation et que ceux qui ont bénéficié de cette éducation par le sport le démontre aussi par les actes. Champions, ils le sont et se préparent maintenant pour la CCCOI du mois de décembre.

L’arbitre central tant incriminé par certaines têtes a répondu aussi « suivant la logique, quand cela n’avantage pas une équipe, c’est d’abord l’arbitre le fautif. Peut-être que c’est vrai pour une faute mais pas pour 25 points ! Nous ne sommes pas des anges mais nous savons ce que nous faisons », a expliqué Mamy Andriamamonjy. Selon lui, le volley a évolué « la FIVB encourage le spectacle et les règlements vont dans ce sens ». Entraîneur niveau  II, instructeur national, il a renforcé que l’arbitrage n’est pas une sanction. Bref rideau sur la saison 2017. Et félicitations aux équipes finalistes.

Anny Andrianaivonirina 

Tia Tanindranaza34 partages

Fifanakalozana ara-barotra amin’i MadagasikaraMihazakazaka ny Sinoa

Nisokatra omaly teny amin’ny CCI (Centre de Conférence Internationale) Ivato ny «China Exhibition Madagascar.

Nangonin-dRamano F.

 

Midi Madagasikara32 partages

Révision de la Constitution : La contestation est généralisée

La société civile a donné le ton quant à la révision de la Constitution.

Lors du petit-déjeuner de presse qui s’est tenu le 16 septembre dernier à Iavoloha, le chef de l’Etat a parlé de la révision de la Constitution. Même s’il ne l’a pas dit ouvertement, le Président de la République est plutôt pour la révision de la Constitution.

La révision de la Constitution ne fait pas l’unanimité. La contestation est généralisée. En effet, à l’instar de la société civile, un groupe de politiciens ont également émis leur opinion. Il s’agit notamment de Hajo Andrianainarivelo, Jean Omer Beriziky, Saraha Rabeharisoa, Eliana Bezaza, Francine Ratsimbazafy et Hery Raharisaina. Ils estiment ainsi que « le moment est inopportun pour toucher la Constitution. Nous soutenons la tenue de l’élection présidentielle de 2018 dans un respect strict de la Constitution. Nous faisons appel aux Institutions, Ceni, société civile, politiciens, communauté internationale, peuple malgache à déployer tous les efforts nécessaires pour la tenue de l’élection présidentielle pour l’intérêt supérieur de la Nation et dans un souci d’apaisement ». Ils ont fait cette déclaration face à ce qu’ils qualifient de l’intention du Président de la République de procéder à un amendement de la Constitution.

Intérêt particulier. Pour en revenir à la société civile, huit entités, à savoir SeFaFi, GEN, Kmf-Cnoe, CDE, Mamimad, CRAB et l’association Mamiko ny Taniko ont fait aussi une déclaration commune sur la révision de la Constitution, le 14 septembre dernier . Ce groupement de sociétés civiles de faire savoir que « la Constitution de la IVe République contient assurément bien des imperfections. Pour autant, vouloir la réviser à la hâte avant les élections prévues en 2018 est inopportun. La Haute Cour Constitutionnelle devra entendre les arguments de toutes les parties prenantes avant de décider du bien-fondé d’une éventuelle révision ». Toutefois, la société civile estime qu’ « entamer aussi tardivement un processus constitutionnel sur la simple question de la démission du président de la République, candidat à sa propre succession, semble servir le seul intérêt particulier du président actuel et non pas l’intérêt général de la nation ». Face à cette vague de contestations, le pouvoir se trouve de plus en plus isolé, même si certains barons du régime essaient de justifier autant que possible l’importance de la révision de la Constitution.

Dominique R.

L'express de Madagascar31 partages

Évènement – L’offensive chinoise continue

L’évènement China Exhibition Madagascar vient d’ouvrir ses portes, hier, à Ivato. Les entreprises chinoises se lancent dans une grande offensive.

La Chine continue à faire parler d’elle. Au centre de conférence international d’Ivato où se tient l’évènement China Exhibition Madagascar, les entreprises chinoises se lancent dans une grande offensive. Des entreprises locales tentent, pour leur part, de grignoter une part de marché sur ce vaste pays, riche de plus d’un milliard de consommateurs. La présence chinoise à Madagascar n’est plus à présenter.« La Chine est le premier partenaire commercial de Madagascar. En 2016, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays est évalué à 1,1 milliards de dollars. Ceci est de l’ordre de 610 millions de dollars au cours des six premiers mois de cette année, soit une hausse de 10,3 % par rapport à la même période de l’an dernier », a déclaré Yang Xiaorong, ambassadeur de la République populaire de Chine à Madagascar, lors de l’ouverture de cette manifestation économique, hier.

PotentialitésPendant quatre jours, les visiteurs ou encore les investisseurs locaux auront l’occasion de découvrir la potentialité du marché chinois, de nouer par la suite des partenariats avec des investisseurs de l’Empire du milieu. Il ne faut pas oublier que le pays de Xi Jinping accorde des tarifs préférentiels à une large gamme de produits « Made in Mada­gascar ». « Depuis 2015, afin de faciliter l’exportation malgache vers la Chine, le gouvernement Chinois a appliqué le traitement de tarif douanier zéro en faveur de 97 % des produits malgaches », a souligné la diplomate.Jusqu’en 2016, le volume d’investissement chinois à Madagascar a atteint 377 millions de dollars américain et a permis la création de dix-sept mille emplois locaux. « La Chine est prête à conjuguer ses efforts avec Madagascar, pour faire de ce dernier un pont entre les nouvelles routes de la soie et le continent africain. La coopération mutuellement bénéfique entre la Chine et Madagascar recèle d’énormes potentialités dans le cadre de l’initiative “Ceinture et Route” », conclut-elle.Cet évènement servira comme une plateforme économico-commerciale exclusive entre la Chine et les îles de l’océan Indien. L’objectif est de renforcer les enjeux BtoB et BtoC, pour créer de nouvelles rencontres, consolider les relations professionnelles, les relations avec le grand public, et suggérer une présence formelle et une coopération ferme de tous les services officiels à Madagascar.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara29 partages

Révision de la Constitution, contestation de plus en plus vive

C’est un pari risqué dans lequel il est en train de s’engager s’il entame cette révision constitutionnelle plutôt controversée. Les voix s’élèvent de tous les côtés pour affirmer son inopportunité. Mais  ses initiateurs semblent ne pas en tenir compte et comptent bien convaincre l’opinion de sa nécessité. Aucune déclaration officielle n’a été faite, mais la décision paraît avoir été prise au plus haut niveau.

Révision de la Constitution, Contestation de plus en plus vive

Ce sont les médias qui ont annoncé l’existence d’un projet de révision de la constitution  préparé par les stratèges du HVM. Très vite, ce qui aurait pu être une rumeur  s’est révélé véridique. Les détails ont été révélés par les journalistes. Sans le confirmer, des partisans du régime ont avancé des arguments pour justifier cette possible révision de la constitution. Les juristes ont commencé à donner leur avis d’experts sur ce projet. L’opinion s’est intéressée à la question. La classe politique a entamé le débat. L’opposition au projet de révision de la constitution a de plus de partisans. La société civile est elle aussi montée au créneau et a dénoncé cette intention du régime. Elle l’a fait de manière subtile, commentant un à un les articles litigieux. Les députés ne semblent pas eux aussi très enclins à suivre le pouvoir dans cette voie. Du moins, ce dernier ne peut pas  pour le moment réunir suffisamment de partisans pour voter ce projet. Sur le plan juridique, l’horizon semble bouché. Mais il reste plusieurs mois avant l’échéance de l’élection présidentielle. Le régime va certainement utiliser tous les moyens à sa disposition pour arriver à ses fins. Les  débats devraient être houleux chez les experts, mais c’est  sur le plan de la communication que le pouvoir devrait porter ses efforts. Cela a d’ailleurs déjà commencé.  Le climat politique devrait être assez tendu dans les mois à venir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara23 partages

Vendredi joli

Thierry Dekapy’s Band au Piment Café. Pour son passage à Tanà, Thierry Dekapy fera un petit tour en toute intimité avec son public au Piment Café à Behoririka. Un cabaret très attendu par des rockers qui ne l’ont pas vu depuis des années. Dekapy, un guitariste très connu dans le monde du rock, a longtemps officié dans les rangs de grands groupes des années 80 et 90 comme Red Metal, Green, Apost… D’ailleurs, certaines des chansons qu’il a composées figurent parmi des tubes de ces derniers. Ce soir, il interprètera avec son groupe ses chansons, mais dans une autre version. Curieux d’entendre ces nouvelles versions ? Rendez-vous ce soir !

# Angie Andriambavilanitra à l’Is’art galerie. Un quintet qui va nous venir directement de Tamatave fusionnant plusieurs genres de musique d’ici et d’ailleurs sur une base de soul. Ce qui démarque Angie, reste la complexité de sa musique à tendance progressive, ou jazz, ainsi que l’énorme qualité des musiciens. On notera aussi le style de composition du groupe, unique dans le monde musical. Un groupe plein d’énergie, plein d’amour et qui va nous présenter son premier album « Maso Adala ».

# Farah John’s au Jao’s Pub. Il est plus que temps de reprendre les rênes et de se secouer un peu ! Après des mois loin de la scène, Farah John’s revient sous les feux des projecteurs. Ce soir, elle donnera ainsi rendez-vous à ses inconditionnels au Jao’s Pub Ambohipo. « Confiance », « Décidé », « Anao tiako »… seront certainement au menu.

# Tovo J’hay au 26 Karibotel Analakely. « Oooh zoma (…) asa ianao raha hanaraka ahy ». Oui, on est vendredi et Tovo J’hay et sa troupe se préparent à faire passer une très belle soirée à tous leurs inconditionnels et tous ceux qui passeront la soirée au Karibotel Analakely. Le répertoire ne sera pas seulement composé des nouvelles mais également et surtout de ces chansons qui l’ont dévoilé au grand public. Une occasion à ne rater sous aucun prétexte. Avis aux amateurs !

#  Bodo Iraimbilanja au SK Melody Andriambero. Une soirée inédite ! Ce soir, la diva et les gars d’Iraimbilanja vont se retrouver sur une même scène, comme au bon vieux temps. Une soirée qui réserve de nombreuses surprises et s’annonce très prometteuse !

# Dodol au CGM Analakely. Dodol, c’est une grande famille musicale réunie autour de son leader Dodol au parcours exceptionnel de football dans les années 90. Après sa carrière au foot, il s’est concentré à la musique qui est son autre passion depuis son enfance. Dodol commence la musique par un groupe réunionnais, malgache, par la suite intègre le groupe Abdou Day. Par la suite, il créa son propre groupe Dodol, il est accompagné de ses deux filles, Cristelle au clavier et Uelle à la basse. Un groupe à découvrir !

# Kiaka au Trass Tsiadana. Pour le plus grand bonheur de ses fans, Kiaka va aligner ses titres les plus connus, au grand bonheur de ses fans. De « Atolotro anao » à « Rovako » en passant par « Mozika rock » ou encore « Rock’n roll namako », la jeunesse des années 90 va avoir droit à une soirée des plus enflammées.Mahetsaka/Anjara.R

L'express de Madagascar22 partages

Programme FEC – L’accord du FMI attend le budget 2018

La mission du FMI a présenté les conclusions préliminaires de sa deuxième revue hier. L’accord devra attendre la loi des Finances 2018.

En suspens. Le décaissement de la troisième tranche au titre du programme Facilité élargie de crédit (FEC) n’est pas tout à fait acquis. Tout dépendra du budget 2018 concernant les transferts alloués aux entreprises étatiques, notamment à la Jirama. Les deux parties devraient encore engager des discussions.« Les discussions se poursuivent sur le budget de 2018 qui est encore en cours d’élaboration. Des mesures restent à affiner pour que les besoins soient conformes aux dotations. Mais il n’y a pas de grosses différences entre les chiffres », déclare Marshal Mills, chef de mission du Fonds monétaire international (FMI) hier, dans les locaux du ministère des Finances et du budget. « À l’issue de ces discussions, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international pourrait examiner, comme prévu en décembre 2017, la deuxième revue de l’accord au titre de la facilité élargie de crédit », ajoute-t-il.Le gendarme des finances mondiales garde les yeux ouverts sur la gestion des sociétés d’État comme la Jirama et Air Madagascar. Si la compagnie aérienne nationale semble pouvoir bientôt sortir du gouffre, la Jirama, quant à elle, est en plein redressement. Les subventions étatiques continuent encore d’alimenter les caisses de la compagnie de distribution d’eau et d’électricité jusqu’en 2020. Pour l’année 2018, cette subvention ne devrait pas dépasser les 200 milliards ariary.

ProgrèsPar ailleurs, le cadre du FMI a souligné la belle performance du gouvernement au cours du premier semestre avec le maintien de la stabilité macroéconomique en dépit des chocs. « Les autorités ont réalisé d’importants progrès dans le cadre du programme appuyé par la FEC. À ce jour, tous les critères de réalisation quantitatifs fixés pour fin juin ont été respectés. Le recouvrement des recettes continue de dépasser les objectifs du programme », explique Marshal Mills.La FEC est un mécanisme de prêt qui permet d’accompagner des programmes de manière soutenue, à moyen et à long termes, dans le cas de difficultés persistantes de la balance de paiement. L’accord conclu avec Madagascar, d’un montant de 220 millions de DTS soit environ 304,7 millions de dollars, a été approuvé par le conseil d’administration du FMI, le 28 juillet 2016.Dans le cadre du programme FEC, le FMI effectue une revue semestrielle pour évaluer la performance du gouvernement malgache. Une note positive de cette deuxième revue du programme ouvrira la voie au décaissement de la troisième tranche, d’un montant de 43,5 millions de dollars

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara22 partages

FIVMPAMA : Partenariat avec la Cité des Dirigeants réunionnais

Le CA et les partenaires du FIVMPAMA avec le Président du Comité Exécutif de la Cité des Dirigeants, Christophe Di Donato (Au centre).

Les membres de ce groupement du patronat malagasy bénéficieront d’un programme de formation de haut niveau à La Réunion, qui se tiendra en novembre prochain.

Suite à la rencontre du président du FIVMPAMA, Erick Rajaonary avec les membres de la diaspora malagasy à La Réunion ainsi que différentes entités sur place, des projets concrets ont été réalisés. La preuve, ce groupement du patronat malagasy a signé une convention de partenariat avec la Cité des Dirigeants réunionnais, représentée par son président du Comité Exécutif, Christophe Di Donato,  hier à l’hôtel Colbert. « L’objectif consiste à développer le réseau d’affaires entre les opérateurs des deux pays tout en développant les échanges commerciaux bilatéraux qui sont pour l’heure très faibles », a annoncé Erick Rajaonary.

Joint-venture. D’autant plus, « il y a un financement de l’ordre de 63,2 millions d’Euros de FEDER pour développer la coopération transfrontalière sur une période de 2014-2020. Mais ce fonds n’a pas été utilisé jusqu’à maintenant. Un joint-venture entre les membres du secteur privé malagasy et réunionnais s’impose ainsi pour mettre en œuvre des projets visant à développer la coopération régionale », a-t-il poursuivi. En outre, le FIVMPAMA a mobilisé la diaspora malagasy à La Réunion afin de contribuer au développement économique de Madagascar. Plus de 80 personnes membres de cette diaspora et issus de différents secteurs d’activités ont maintenant adhéré à l’antenne de ce groupement du patronat malagasy à La Réunion. Cette antenne du FIVMPAMA vient d’être mise en place. Et une assemblée générale constitituve sera bientôt organisée pour constituer le bureau. En outre, d’autres chefs d’entreprise réunionnais ont rejoint les rangs de cette diaspora malagasy.

Programme de formation. De son côté, la Cité des Dirigeants de la Réunionnais s’engage à hébérger cette branche du FIVMPAMA dans ses locaux. « Nous sommes une société coopérative d’intérêt collectif créée en juin 2017. Notre mission est de fédérer les structures de l’économie sociale et solidaire ainsi que de proposer un programme de formation de haut niveau pour les dirigeants d’entreprises. Après la signature de cette convention de partenariat, les chefs d’entreprises ou les jeunes porteurs malgaches bénéficieront également de ce programme de formation dit CPA. Nous pouvons les accompagner dans la réalisation de leurs projets », a déclaré Christophe Di Donato, le président du comité exécutif de la Cité des Dirigeants de La Réunion.

Appel à candidature. En tant que membre de la Cité des Dirigeants regroupant plus de 500 chefs d’entreprise et 200 femmes entrepreneurs, par le biais de son antenne, les membres du FIVMPAMA éparpillés dans tout Madagascar bénéficieront de ce programme de formation. « Un appel à candidature sera lancé la semaine prochaine afin d’envoyer dix opérateurs à La Réunion, et ce, avec l’appui de nos partenaires.  Ce qui leur permettra de développer ou mettre en œuvre leurs projets tout en se professionnalisant surtout concernant le respect des normes pour pouvoir exporter vers la Réunion. L’agriculture, l’agro-alimentaire et l’économie bleue sont les secteurs prioritaires dans le cadre du développement du partenariat entre les deux parties », a conclu Erick Rajaonary.

Navalona R.

L'express de Madagascar20 partages

Antananarivo – Hausse des cas suspects de peste

Le nombre de cas de peste pulmonaire augmente à Antananarivo. Le ministère de la Santé publique renforce ses actions pour éviter la propagation de la maladie.

Le centre hospitalier anti-pesteux d’Ambohimiandra (CHAPA) a accueilli son sixième malade, hier, vers 14 heures. Son test de diagnostic rapide (TDR) à la peste pulmonaire était positif. Mercredi, en début de la soirée, un autre cas y a été admis. Peu avant cela, le jeune homme habitant à Manja­karay a aussi rejoint le lit de cet hôpital. En tout donc, ils sont six à suivre des traitements dans cet hôpital, en ce moment. Considérés encore comme des cas suspects à la peste pulmonaire, leurs analyses de crachat ont été envoyées à l’Institut Pasteur de Mada­gascar (IPM) pour confirmation.Ces malades habitent tous l’agglomération d’Antananarivo, à savoir, Manjakaray, Andraisoro, Ankaraobato, Soavima­soandro et Ambohimanarina. Le mode de contamination de la maladie reste une énigme pour quelques-uns des cas alors que pour les autres, elle a été transmise par les victimes de l’épidémie de peste pulmonaire ayant tué cinq personnes à Toamasina et à Antanana­rivo, au début du mois.À ce rythme, la capacité d’accueil du CHAPA, limitée à huit malades, sera bientôt dépassée. Le ministère de la Santé publique a donc sollicité le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC), à installer au plus vite une tente dans l’enceinte de l’hôpital, au cas où d’autres cas surviendraient. L’équipe de garde, qui travaille d’arrache-pied pour la prise en charge des malades, sera aussi renforcée. Les médecins traitants rassurent que la peste est facile à traiter. « Si le cas est diagnostiqué et traité à temps, il n’y a pas de risque de décès. Des malades sont déjà sortis de cet établissement, bien portants », explique un médecin qui sollicite vivement la consultation médicale, en cas de forte fièvre, de fatigue, de toux avec des crachats striés de sang ou encore de ganglions.

Dix décèsDepuis la fin du mois d’août jusqu’au 17 septembre, soixante cas de peste, dans tout Madagascar, ont été confirmés par l’IPM, selon le Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la santé. « Cinquante ont été traités et sont vivants. Dix ont succombé », a-t-il informé, après la réunion journalière du personnel du ministère sur la saison pesteuse, hier. Il n’a pas précisé le nombre des victimes de la peste pulmonaire. Le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andria­manarivo, a indiqué lundi, que les victimes de cette épidémie de peste pulmonaire se chiffrent à une trentaine et cinq sont décédés.Un médecin spécialiste du traitement de la peste informe que la peste pulmonaire transmise d’homme à homme est la forme la plus contraignante de cette maladie. Il précise, toutefois, que malgré l’existence de ces cas suspects, il est formellement « Interdit de consommer du Cotrim, sauf avis médical ». Le port de cache bouche ne serait pas, non plus, indiqué. « Pour éviter la contamination de la maladie, l’assainissement est très recommandé, il faut éviter de jeter des aliments ou des riz cuits n’importe où, cela attire les rats. La peste est une maladie des rats. Il faudra aussi éviter de cracher partout », conseille-t-il.Depuis mercredi, des bénévoles et des équipes du ministère de la Santé publique ont effectué des campagnes de désinfection et de désinsectisation dans les quartiers des cas suspects et dans les lieux à risque. La recherche active des personnes en contact avec les malades et les personnes décédées est aussi en cours, pour la chimioprophylaxie de contact.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara20 partages

Dossier : Le football féminin malgache à la loupe

L’équipe malgache à Bulawayo.

Les footballeuses malgaches sont de retour au pays, mardi, dans l’indifférence presque totale. Mais c’était prévisible après les trois lourdes défaites au Zimbabwe et comme seule la défaite est orpheline, Sophie Farafanirina et ses camarades ne devaient tout de même pas s’attendre à un accueil chaleureux. Mais un accueil tout court aurait suffi, ne serait-ce que pour redonner le sourire à ces joueuses qui sont redescendues sur terre pour reconnaître que la situation n’est guère enthousiasmante et qu’on est encore très loin de la coupe aux lèvres.

Sans vouloir retourner le couteau dans la plaie, notre dossier du jour fait un large tour d’horizon de la situation avec bien entendu une ébauche de solutions proposées par nos invités pour nous tirer de ce très mauvais pas.

Sarah la grande absente. Car se faire battre par 4 à 0 par le Zimbabwe et surtout par la même femme du nom de Mokore, n’est pas facile à avaler pour le premier jour de ce COSAFA Cup à Bulawayo, au Zimbabwe.

Mais c’était ce qui est arrivé à ce groupe monté après deux regroupements dans une belle proportion puisque les trois clubs de tête en l’occurrence l’ASKAM, ASOT et AC SabNam ont été représentés respectivement par 5, 5 et 6 joueuses. On y ajoutait sans doute pour ne pas froisser la sensibilité des autres équipes de l’élite, une joueuse de MIFA, une autre de PRESCOI d’Antsirabe, une Majungaise du SOM et une Fianaroise de l’ASCUF. Un choix de Johary Rakotomalala qui n’a pas pu mettre à l’écart son club de SabNam qui est le plus verni avec six représentantes. Johary Rakotomalala est assisté par la Tuléaroise Isabelle Razaiarisoa qui ne possède aucun palmarès  et encore moins de joueuse en équipe nationale.

Mais c’était le choix que tout le monde doit assumer à l’heure où tous les feux étaient pourtant au vert pour l’entraîneur de l’ASKAM, le jeune Navalona dont l’équipe avait remporté les deux phases du championnat national 2017 grâce notamment aux buts de Sarah qui ne figurait pas pour autant dans le lot.

Pour revenir à la tournée à Bulawayo, la défense malgache a pris eau de toutes parts avec notamment la défaite de 3  buts à 6 face aux modestes Malawites et surtout cette sévère correction infligée par les Zambiennes lors de la dernière rencontre sur le score de 7 buts à 1.

Raviver le sentiment d’appartenance. Du coup, le déplacement prend la tournure d’un calvaire qu’il va falloir oublier au plus vite en apportant toutes les corrections nécessaires qui prendraient certes du temps mais qui deviennent un passage obligé pour éviter ce genre de mésaventure.

Le football féminin pour espérer réussir doit reformuler sa formule de championnat pour faire participer toutes les régions et servant ainsi de base de détection pour l’équipe nationale. Comme au beach soccer qui est parti de la base avant de devenir champion d’Afrique, le football féminin doit organiser des tournois dans les 22 ligues pour ensuite regrouper les meilleurs éléments dans une seule équipe avec comme atout principal ce sentiment d’appartenance à la ville voire à la région toute entière.

A charge ensuite pour la Commission du football féminin de trouver les moyens pour organiser un championnat national dans les règles et profiter de l’aubaine pour élargir le champ de détection. Du classique en fait mais c’est le seul chemin qui pourrait conduire à une équipe nationale digne de ce nom. Une bonne dose de volonté permettrait aux protégées de Patricia Rajeriarison de se relever de cette situation désastreuse. Encore faut-il qu’elle parvienne à trouver les moyens de ses ambitions. Et comme elle est aujourd’hui aux premières loges après avoir intégré la fameuse commission de football féminin de la CAF, on prie pour qu’elle en fasse bon usage.

Clément RABARY

Midi Madagasikara19 partages

Lozam-pifamoivoizana tetsy Maibahoaka : 12 volana an-tranomaizina ho an’ilay mpamily namono olona roa

Ny voalohandohan’ny volana teo no natao ny fitsarana ilay lozam-pifamoivoizana nahatsiravina niseho tetsy Maibahoaka Ivato, izay nahafetesana olona roa ary nampizara roa fiara kely iray. Araka ny fantatra, dia sazy roa ambin’ny folo volana an-tranomaizina no azon’ilay mpamily, izay nitondra an’ilay fiara Peugeot 3008, nandona ireo fiara, niampy onitra mahery ny 35 tapitrisa ariary omena an’ireo mpitory. Tsy afa-po amin’ny didy izay navoakan’ny fitsaràna ireo fianakaviana nanana ny maty tamin’iny lozam-pifamoivoizana iny ary nilaza ny hampiakatra ny raharaha amin’ny sehatra avoavo kokoa. Araka ny fanazavan’izy ireo mantsy, dia nisy antokon’olona roa no samy nitory ilay mpamily nahavanon-doza, ny iray ilay namany, izay samy niaraka tao anatin’ilay fiara Peugeot nandona, ary ny faharoa ireo nanana ny havana namoy ny ainy. Araka ny didy tokoa mantsy dia nahazo onitra 29 tapitrisa ariary ilay naman’ilay mpamily namono olona, izay marihana araka ny fitantaran’ireto fianakaviana namoy havana ireto, fa samy niaraka tao anaty fiara ihany izy ireo, ary avy nanala azy vita « bacc ». Ity farany araka izany no nahazo betsaka indrindra, raha toa ka roa tapitrisa ny an’ilay rangahy nanjary nananon-tena tsy fidiny, efatra tapitrisa ny an’ireo ankizy kamboty tao anatin’ny indray mipi-maso monja ary roa hetsy ny an’ireo iray tampo aminy. Ilay fiara Opel Combo nizara roa tamin’io fotoana io kosa, dia tsy azo natao n’inona n’inona intsony, hoy hatrany izy ireo. «Tsy afa-po izahay, hoy Atoa Ramanantsoa Rivo, izay vadin’ilay ramatoa namoy ny ainy tamin’io fotoana io, fa toa ireo olona namono olona indray no nahazo vahana betsaka, indrindra fa eo amin’ny resaka onitra, noho izahay izay nanana ny maty sy ny simba fananana ». Raha tsiahivina tokoa iny tranga nahatsiravina, izay niseho ny 28 jolay lasa teo iny,   dia olona roa no namoy ny ainy, maromaro ihany ireo naratra, ary fiara telo no potika vokatry ny fandehanana mafy nataon’ity fiara mpisetrasetra ity.

m.L

Midi Madagasikara18 partages

Manakara : Deux faux-monnayeurs écroués

Mercredi 20 septembre, deux personnes ont été placées sous mandat de dépôt à la Maison centrale de Manakara après leur audition auprès du Parquet du tribunal de première instance de cette circonscription. Ces individus sont poursuivis pour fabrication et diffusion de faux billets de 10 000 ariary, nouvelle version. Selon les informations émanant de la gendarmerie, l’un des suspects a été arrêté suite au renseignement dénonçant l’existence d’une personne qui vend échange le nouveau billet de 10 000 ariary contre un ancien billet de 5 000 ariary dans la localité. Traqué sur le champ, il est surpris avec des faux billets de 10 000 ariary d’une valeur totale de 12 000 000 d’ariary. Durant son interrogatoire, il a dénoncé son fournisseur qui est un habitant de Mananjary. Ayant fait une descente à Mananjary, les gendarmes sont tombés sur le présumé faux-monnayeur. 500 coupures de papier blanc de même dimension que le billet de 10 000 ariary ont été trouvées dans sa maison. C’est pourquoi, il fut arrêté et amené à Manakara. La question se pose alors : y-a-t-il encore des personnes se laissant embobiner dans une telle magouille ?

T.M.

Midi Madagasikara16 partages

China Exhibition Madagascar : Un nouveau souffle pour la coopération sino-malgache

Les officiels et les participants de la China Exhibition Madagascar.

Avec une coopération mutuellement avantageuse qui a déjà duré 45 ans, la chine figure parmi les partenaires incontournables pour le développement de Madagascar.

Ils ont promis de venir. Ils sont là. Les investisseurs chinois sont massivement représentés au China Exhibition Madagascar qui a débuté, hier au CCI Ivato.  En tout, ils sont 72 investisseurs chinois à avoir répondu à l’appel des organisateurs de cette première édition de China Exhibition Madagascar. Une délégation qui représente d’importants secteurs d’activité indispensables pour le développement. Pour ne citer entre autres que l’agriculture, les travaux publics, les infrastructures, la machinerie industrielle, les mines, le commerce…Une présence massive qui démontre  en tout cas, la volonté des opérateurs économiques chinois d’investir à Madagascar considéré par les Chinois, comme étant un partenaire efficace pour des échanges gagnant-gagnants.

Croissance. Pour SEMme Yang Xiarong, Ambassadeur de Chine à Madagascar, cette manifestation constitue un nouveau souffle pour la coopération entre la Chine et Madagascar. Une coopération qui célèbre d’ailleurs ses 45 années d’existence. «Depuis 45 ans, la coopération économique et commerciale ne cesse de se développer et a réalisé un progrès réjouissant. En 2016, le volume du commerce entre la Chine et Madagascar a atteint 1,1 milliards de dollars US, soit cent fois celui du début de nos relations diplomatiques », a notamment déclaré l’Ambassadeur de Chine. Des échanges qui enregistrent actuellement une croissance non négligeable. « De janvier à juin 2017, les échanges commerciaux sino-malgaches enregistrent une croissance de 10,3% par rapport à la même période de l’année dernière. Et s’élèvent à 610 millions de dollars US ».  Des chiffres qui placent Madagascar au rang de premier partenaire commercial, premier exportateur et quatrième importateur  à Madagascar.  Le développement de ces échanges a été notamment facilité par certaines mesures pris par le gouvernement chinois comme  l’application du tarif douanier zéro en faveur des 97% de produits malgaches exportés vers la Chine.

Routes de la soie. Mais les Chinois ne sont pas là uniquement pour vendre et acheter. Ils sont aussi là pour investir.  De nombreux projets sont actuellement envisagés. Surtout depuis la visite amicale du ministre chinois des Affaires Etrangères Wang Yi à Madagascar et la visite d’Etat réalisée par le Président Hery Rajaonarimampianina à Beijing.  Une visite  au cours de laquelle les Présidents chinois et malgaches ont assisté  à la signature d’un mémorandum d’entente  sur la promotion conjointe de l’initiative « Ceinture et Route ». « La Chine est prête à faire de Madagascar un pont entre les nouvelles routes de la soie et le continent africain »  selon toujours l’Ambassadeur de la Chine.   SEMme Yang Xiaorong a par ailleurs tenu à préciser que le principe qui anime la coopération sino-malgache repose sur l’amitié et la sincérité, le respect mutuel, l’égalité et les avantages réciproques.  Une coopération gagnant-gagnant dans cinq domaines capitaux comme l’agriculture, la pêche, la manufacture, le tourisme et l’aviation régionale. Et ce, en renforçant les trois gros piliers que sont les infrastructures, la valeur des ressources humaines et la facilitation du commerce.

A noter que la partie malgache était représentée hier par le Premier ministre Mahafaly Olivier. Ce dernier  devait indiquer que Madagascar est ouvert à tous les partenaires économiques du moment qu’il y a le respect de la souveraineté nationale et  la recherche d’intérêts communs entre les deux parties. Justement la coopération chinoise respecte ces deux principes et est donc appelée à se développer davantage.

R.Edmond.

Midi Madagasikara14 partages

Journée mondiale de la paix : Célébrée en toute poésie par l’Innerwheel à Manjakamiadana !

Les membres d’Innerwheel d’Antananarivo, conduits par leur Présidente et le Gouverneur du district 920 au Palais de la reine.

Les membres de ce club international ont marqué la journée mondiale de la paix par une lecture poétique au Palais de la Reine hier.Un cadre historique et une belle matinée ensoleillée : les ingrédients parfaits pour une journée entre amies. Et pas pour n’importe quelle occasion ! Tout de blanc vêtues avec comme seul ornement leur foulard pour tous les membres et leur collier pour la Présidente et le Gouverneur du district 920, les dames de Innerwheel se sont retrouvées hier au Palais de la Reine Manjakamiadana pour célébrer la journée mondiale de la paix. Lova Mirella Rakotomalala, Gouverneur du District 920 a choisi de déclamer « La paix viendra » de Pierre Guilbert. Un poème  qui devrait être adopté par tous car lourd de sens comme en témoigne cet extrait. « Si l’injustice qui frappe les autres te révolte autant que celle que tu subis, si pour toi l’étranger est un frère qui t’est proposé, si tu sais donner gratuitement un peu de ton temps par amour, si tu sais accepter qu’un autre te rende service, si tu partages ton pain et que tu saches y joindre un morceau de ton cœur, si tu crois qu’un pardon va plus loin qu’une vengeance… Alors, la paix viendra ». La Présidente de l’Innerwheel Club d’Antananarivo a par contre lu « J’aimerais », un poème tout aussi signifiant. La lecture a été suivie d’un lancement de ballons blancs et d’une interprétation par les membres de l’association, du titre « Mille colombes » de Mireille Mathieu.Actions sociales. Avant de se rendre à Manjakamiadana, les membres de l’Innerwheel International se sont rendues au Sammy’O Ambohimamory. L’association a effectivement procédé à la réhabilitation d’une aire de jeux pour les enfants de ce centre spécialisé qui accueille dix enfants autistes, pour l’instant. Selon les explications de Hanta Raveloson du centre Sammy’O, un projet de construction de centre pilote est en gestation. La délégation, conduite par Tantely Rakotonirina, a également fait don de ballons nécessaires pour le développement intellectuel des enfants. Le club Innerwheel  d’Antananarivo, qui célèbrera l’année prochaine ses 35 ans d’existence, procèdera à sa prochaine action au Foyer de Vie, à Antanimora, le 1er octobre.Mahetsaka

Midi Madagasikara13 partages

3e Universiades : Les deux équipes de football de Mahajanga en demi-finales

Carton plein pour les équipes de football de l’Université de Mahajanga aux Universiades en se qualifiant toutes deux pour les demi-finales.

La compétition dans le cadre des 3es championnats universitaires ou Universiades bat actuellement son plein à Mahajanga. La plupart des rencontres sportives abordent la phase des demi-finales ce jour pour ne citer que le basket-ball, le football, le volley-ball et le handball. En football, les deux équipes de l’Université de Mahajanga sont toutes deux qualifiées pour les demi-finales avec celles de l’Université d’Antananarivo et de Toamasina. Dans la journée d’hier, les footballeurs de l’Université de Toamasina ont laminé ceux de l’IST Diégo sur le score éloquent de 7 buts à 1. La première équipe de l’Université de Mahajanga  a battu par 2 buts à 0, l’IST de Toliara. Le score nul de 1 but partout entre l’Université de Toliara et de la seconde formation de l’Université de Mahajanga a suffi à cette dernière de valider son ticket pour le carré final. Le tirage au sort en vue de déterminer l’affiche des demi-finales s’est déroulé très tard, hier. Dans le tournoi du basket-ball, les rencontres ont continué très tard dans la nuit, mais les équipes de l’Université d’Antananarivo, de l’IST Antananarivo sont en bonne position après leur précédente victoire. En handball, trois équipes seulement sont engagées à savoir les Universités de Mahajanga, de Toliara et des Comores. Les 3 Universités ont remporté une victoire et encaissé une défaite. Les étudiants Comoriens ont été battus par les Tuléarois en ouverture par 39 à 33 avant de s’offrir des Majungais par 44 à 41. Et hier pour le compte de la dernière journée, les Majungais se sont imposés par 32 à 26 face aux Tuléarois. La réunion d’hier soir a permis de connaitre les deux équipes finalistes. La journée d’aujourd’hui sera aussi marquée par le début des compétitions dans les sports de combat entre autres le judo, le karaté et le taekwondo.  Dans le tournoi de judo, une vingtaine de judokas vont se partager leurs joutes sur le tatami. Parmi les engagés figurent Fanja Rabehariniaina, la tenante du titre en  -57 kg et ayant défendu récemment les couleurs nationales aux Universiades de Taipei et aux Jeux de la Francophonie à Abidjan et aussi Mahandry Randriambelo chez les plus de 90 kg sociétaire de l’équipe nationale pour les Jeux de la Francophonie. Toutes les équipes finalistes seront connues ce jour avant le derby final du samedi avec la cérémonie de clôture et remise de médailles.

T.H

Midi Madagasikara12 partages

OTIVTANA : Appuis à la banque de sang

Le don de sang effectué hier entrait dans le cadre de la politique de responsabilité sociétale d’OTIVTANA.

La banque de sang arrive à assurer son rôle malgré les difficultés auxquelles elle fait face.   

Le sang est la vie. Une expression qui tient tout son sens pour toutes les personnes qui ont besoin d’une opération de transfusion sanguine. Notamment, les patients et malades qui vont être opérés et qui sont attentes de donneurs. D’où le rôle indispensable de la banque de sang qui est un organisme gouvernemental assurant un continuel approvisionnement de sang à toutes les personnes qui en ont besoin. Une mission que ledit organisme assume malgré les difficultés auxquelles elle est confrontée d’après les propos d’un responsable. En effet, outre les problèmes d’ordre techniques pour garantir une bonne qualité des sangs, les populations ne sont pas encore habituées à effectuer une action de don de sang. Ce qui engendre parfois une menace de pénurie des poches auprès dudit organisme. L’action de don de sang effectuée par l’institution financière OTIVTANA à Ampasanimalo hier arrive donc à point nommé.

Besoins. « Les demandes de sang pleuvent étant donné le nombre de personnes opérées par jour » a fait savoir un responsable de la banque de sang présent durant l’action  sociale menée par OTIVTANA hier. Ce responsable d’expliquer que les sangs de groupes « A+, O+ et B+ » sont actuellement les plus recherchés. Avant d’ajouter que « des actions de ce genre sont vivement sollicitées ». « La durée de vie des sangs – qui est de 45 jours – nous oblige à sans cesse renouveler les stocks », a-t-il lancé. Par ailleurs, effectué par une trentaine de représentants des agences, l’évènement d’hier était effectué dans le cadre de la célébration du cinquième anniversaire de la mutuelle Harena – un produit de ladite institution OTIVTANA elle-même. Il (le don de sang) consistait également à appuyer la banque de sang dans l’accomplissement de sa mission. Visant à renflouer le stock, l’action voulait aussi contribuer à la satisfaction des besoins, en sang, des patients des hôpitaux malgaches.

José Belalahy

Midi Madagasikara10 partages

Portrait : NAIVOARIVELO Rakotondratsimba, un modeste artiste multitalent

Cet artiste sexagénaire marié et père de quatre enfants, grand-père de cinq petits-enfants, Naivoarivelo Rakotondratsimba est un homme très sympathique selon ses connaissances. Son grand-père maternel et son père étaient accordéonistes qui animaient les « famadihana », les foires communales et les fêtes familiales. Naivoarivelo Rakotondratsimba ou tout simplement Dadanaivo commençait à apprécier la musique dès son jeune âge à la sortie de l’Ecole Primaire. Vivant dans une famille nombreuse composée de huit fratries,  la « Valiha » était le seul instrument disponible pour lui. Il a appris à la connaitre et à l’apprécier. En 1971, Dadanaivo s’initiait à la « Valiha » chez Randafison Sylvestre du groupe « Ny Antsaly »  à Analakely. Le début de son carrière de musicien et chanteur était en 1983. Dix ans plus tard, il a créé le groupe folklorique « Ny any aminay » et en 2001 à Paris, le Groupe M’Kanto Gasy. Dadanaivo aime comme distraction la pêche et jouer à un instrument à corde. C’est ce qui confectionne son tempérament très calme, tolérant. « C’est une personne qui parle avec douceur, qui respecte les autres et qui vit loin du conflit », a dit une de ses connaissances. Il apprécie les plats typiquement malgaches spécialement le poisson.

Artiste à multitalent. Dadanaivo n’est seulement pas un joueur de « Valiha » et chanteur, il écrit et compose les chansons de son groupe artistique « Ny any aminay ». Il est aussi poète, écrivain et « mpikabary ». C’est un tailleur de profession mais il crée aussi des vêtements pour homme spécialement les chemises. Sa vision est d’apporter sa contribution pour la culture malgache et la faire apprécier par les concitoyens surtout les enfants et les jeunes. Dadanaivo est un artiste complet. Il n’est presque jamais en tête d’affiche mais il a un parcours très spécial. Ancien membre du Groupe Ratovo, il a déjà donné des spectacles à Madagascar et dans beaucoup d’autres pays. Dadanaivo de raconter : « Je n’ai pas les moyens de me procurer  des voyages à l’étranger. Mais c’est la musique qui m’a emmené jusqu’à Mayotte, à Côte d’Ivoire, en Chine, au Japon, en France, aux Etas-Unis… ». Il continue à satisfaire sa passion dans la plateforme Sehatra Ba Gasy qui réunit tous les artistes et les mélomanes du « Ba gasy ».

Mamiah

Midi Madagasikara10 partages

Mission d’évaluation du FMI : Indicateurs favorables au prochain décaissement de la FEC

La Mission du FMI dirigée par Marshall Mills était à Madagascar du 7 au 21 septembre.

Le taux de croissance de cette année est estimé à 4,1% et devra atteindre 5,1% en 2018. En parallèle, l’inflation affiche une baisse progressive, selon le rapport présenté hier, par la Mission du FMI.

 Des défis sont à relever pour le renforcement de la mobilisation des recettes et l’amélioration de la qualité des dépenses publiques. C’est ce que la Mission du FMI (Fonds Monétaire International) a indiqué, suite à la deuxième évaluation de l’exécution du Programme économique appuyé par la FEC (Facilité Elargie de Crédit). Cette évaluation concerne le premier semestre 2017. Selon la déclaration faite par le chef de la Mission, Marshall Mills, les résultats de l’exécution du Programme économique sont satisfaisants. « La situation économique de Madagascar a continué à évoluer positivement en 2017, avec le maintien de la stabilité macroéconomique, en dépit des chocs. Bien que le taux de croissance du pays soit un des plus élevés en Afrique subsaharienne, il est en deçà des attentes, notamment en raison des effets du cyclone et de la sécheresse sur les secteurs agricoles et la production hydroélectrique. La croissance devrait s’accélérer à 5,1 % en 2018, portée par la hausse de l’investissement public et un rebond dans le secteur agricole. L’inflation, qui a connu une légère accélération au premier semestre de cette année en raison des chocs climatiques, devrait redescendre aux alentours de 8% d’ici à la fin de l’année et poursuivre sa baisse progressive en 2018. Les autorités ont réalisé d’importants progrès dans le cadre du programme appuyé par la FEC. A ce jour, tous les critères de réalisation quantitatifs fixés pour fin juin ont été respectés », a-t-il annoncé.

Indicateurs. Selon la ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona, les recettes fiscales et douanières réalisées dépassent toujours les objectifs fixées dans le Programme. Néanmoins, des dépenses imprévues, notamment des dépenses salariales, ont conduit à la prise de mesures budgétaires supplémentaires. Du côté du secteur monétaire, le gouverneur de la Banque Centrale (BFM), Alain Rasolofondraibe, présent à la déclaration du FMI, a affirmé que les réserves en devise se sont également améliorées considérablement, grâce à la hausse importante du prix de la vanille, lors de la dernière récolte. « Cela a également conduit à l’appréciation de l’Ariary, surtout par rapport au dollar américain. Une telle évolution peut être favorable à l’économie, mais pourrait également pénaliser les exportateurs », a-t-il noté. Par ailleurs, le FMI a également affirmé que mis à part le maintien de la stabilité et de la croissance économique, les réformes mises en œuvre ont également porté leurs fruits. Parmi les plus récents figurent les projets de loi relatifs à la coopération internationale et au recouvrement des avoirs. Un projet de loi contre la lutte contre le blanchiment d’argent est également en cours d’élaboration. En résumé, les conditions sont remplies pour que Madagascar obtienne le prochain décaissement de la FEC, prévu en décembre, pour un montant de 30 millions DTS, soit environ 45 millions USD. Ce décaissement assurera la confiance des autres partenaires techniques et financiers, envers la Grande-île.

Antsa R.

Midi Madagasikara9 partages

Les chiffres de la semaine

2 000. C’est le chiffre revendiqué par l’association des taxis à Antananarivo pour désigner le nombre de taximen ayant participé à la manifestation que leur association a tenue mardi dernier. D’autres estimations indiquent environ 150 taxis ayant participé, près de l’hôtel de Ville à Analakely, à la caravane des manifestants. Rappelons que cette manifestation a eu pour but de protester contre la décision de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA) de confier à la société OMAVET la contre-visite des taxis à Antananarivo. La CUA, de son côté, souligne que cette initiative vise l’amélioration du secteur du transport dans la capitale, notamment la sécurité des usagers et la qualité de service. Les pratiques comme les contre-visites fictives que beaucoup appellent les « sans voir » qui consistent à ne présenter que les papiers sans que le véhicule soit réellement examiné, représentent un fléau qu’il va falloir éradiquer.

Hanitra R.

Midi Madagasikara9 partages

COI : Acteurs humains des mangroves

Certains chercheurs en sciences humaines, à l’instar du géographe, Gilbert David de l’Université de Montpellier, considèrent les mangroves comme un socio-écosystème, voire un « éco-socio système ». Un socio-écosystème faisant intervenir des acteurs humains, au niveau social, économique et politique.

Des variations sensibles sont observées selon les zones de l’Océan indien, mais les pressions et les enjeux restent les mêmes, que ce soit à Maurice, à Madagascar ou aux Comores. Au niveau social, les scientifiques, les gestionnaires, comme les décideurs commencent à prendre conscience de l’importance de l’implication des communautés locales dans la préservation et la gestion des mangroves. La tendance générale en est donc à la cogestion, car ces communautés locales sont sensées être les premiers bénéficiaires des mangroves.

Sécurisation financière. Toutefois, des travaux sont à entreprendre sur leur sécurisation financière et la représentation qu’ont les communautés locales de la préservation de la biodiversité en général et des mangroves en particulier. Ceux sont en effet cette représentation et cette sécurisation-là qui conditionnent l’implication conséquente et durable de la population. De plus, les populations locales, engluées dans la pauvreté, attendent en retour, même implicitement, une « sécurisation financière » en échange de leur protection de l’environnement. Ce point explique en grande partie, la tendance de la population à la recherche de gains faciles, d’où « une instrumentalisation facile de la population à des fins pécuniaires », selon Jacques Iltis, géographe de l’IRD, basé à Montpellier.

MOIO. Dans le cadre du colloque Mangroves de l’Océan indien occidental, les gestionnaires d’aires protégées se sont mis d’accord sur le point que pour persuader les populations locales à protéger la biodiversité, il faut plutôt leur parler des services et des biens et services dont elles bénéficient par le biais des mangroves. Cependant, l’éducation environnementale n’est pas à négliger, même si cela relève d’un travail de longue haleine et décourageant au regard de la résistance au changement, parfois vivace dans les mentalités. Une éducation environnementale qui serait plus efficace quand elle est prodiguée dès le plus jeune âge, comme à Pondichéry (Inde) où le projet Mangroves Action Project (MAP) éduque les enfants à la protection de l’environnement et des mangroves en particulier. Travaux à l’issue desquels, C.Proisy, membre initiateur du MAP s’est rendu compte que : « Les enfants sont les meilleurs gestionnaires d’aire protégées ». Une initiative à adapter au contexte malgache.

Luz R.R

Midi Madagasikara7 partages

UTOP : Pour une 10e édition plus fun

Directeur exécutif d’ORTana et non moins président de l’association sportive Utop, Razafinavalona Harimisa a donné hier à l’ORtana Antaninarenina un aperçu de la 10e édition de l’UTOP. « Les tracés resteront les mêmes, mais ce sera plus organisé. Des parcours seront plus fun comme pour celui des enfants. De plus, les lots seront renforcés et améliorés ». A sa 10è édition pour 2018, le top est ainsi donné pour les sportifs tout comme les sponsors et les bénévoles qui travaillent avec eux pour l’UTOP. Tous les champions 2017 étaient là hier. Certains ont couru à des trails à l’étranger suite à leurs titres de l’Utop. Fitiavana Narindra Nomena, 2e à l’UTOP au semi trail de 65 km a été le meilleur si l’on raisonne au classement et temps imparti lors du 42 km du trail de Colorado de la Réunion. Mais il a été disqualifié à la fin suite au non port de sac à dos ainsi que tenues non conformes aux règlements. Les autres ont su mieux gérer leurs courses malgré le froid, les descentes et les blessures. Certains vont encore courir le marathon international tandis que d’autres ont décidé de se reposer.

Les résultats à l’étranger

Rasendrason William, 2e à l’ultra trail de 121km, 4e au 60km Trail de la vallée des Lacs en France

Rakotomalala Jean de la Croix, 1er au 65km semi-trail, 8e senior au 42km Heritage Southern Peak Trail de Maurice

Anjara Sandrine, 2e au 121 km femme a fait 3e au 60km Trail de la Vallée des Lacs en France

Rasoambolanoro Volatiana, 3e au 65km semi-trail, 2e au 42km de Heritage Southern Peak Trail Maurice

Ratinarisoa Landinirina, 5e au 65km semi-trail a fait 4e au 42km de Heritage Southern Peak Trail Maurice

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara5 partages

Lutte – Championnats de Madagascar : Présence en force des internationaux

Les championnats de Madagascar 2017 des luttes s’ouvriront ce jour au Gymnase de Mahajanga. C’est la première fois que la ville de Mahajanga abrite cette joute nationale. Un choix qui coincide  avec la politique de la fédération malgache des luttes présidée par Mamitiana Raveloson  dans la décentralisation de la compétition. 57 combattants issus des ligues d’Analamanga, Atsinanana et Boeny s’affronteront pour prétendre au titre national. Cette édition vera la participation massive des internationaux malgaches. Emma Rasoanantenaina, la médaillée d’argent des 8es Jeux de la Francophonie à Abidjan défendra son titre en – 48 kg. Falihery Randrianatoandro, Julienne Rasendrasoa. En attendant le début des hostilités sur le tapis, la réunion technique s’est déroulée hier au bureau de la direction régionale de la Jeunesse et des Sports de Boeny à Mangarivotra.T.H

Madaplus.info4 partages

Appel à solidarité pour nos compatriotes de Manakara Madagascar

Appel à solidarité pour nos compatriotes de Manakara Madagascar (Fonkontany Vohitromby Commune Mavovano Distrika Manakara, Faritra Vatovavy Fitovinagny)
Il y a quelques jours une incendie a ravagé plusieurs habitations du fokontany Vohitromby, Commune MAVOVANO, Distrika Manakara, Faritra Vatovavy Fitovinagny à Madagascar. Près d'une cinquantaine de maisons ont été incendiées , plus d'une vingtaine ont été démolies, il y eut un décès, 400 personnes environ se retrouvent dans la rue notamment des femmes et des enfants n'ayant plus que les vêtements portés le jour de cette horrible incendie. Ils sont désespérés sans nourriture, sans toit, même le maire a tout perdu ne pouvant aidé les habitants.
Nous faisons cet appel afin de leur apporter notre contribution.
A tous les natifs de Manakara, à tous nos compatriotes malgaches, à toutes les personnes sensibles à la détresse humaine faites un geste car le moindre euro que vous leur donnerez leur servira.
Vous serez informés de l'utilisation de vos dons.
"Ny erikerika mahatondra drano"
"Les petits ruisseaux font les grandes rivières."
Cet appel est fait par l' Association Agir Pour les Femmes à Madagascar
et l' Association Arche de la Nation France

News Mada4 partages

Antaninarenina: nahaliana ny fizarana… ny mamy

Nahasarika ny maro, toy ny tamin’ny andiany voalohany, ny fizarana tantely tetsy amin’ny zaridainan’Antaninarenina, omaly maraina. Hetsika miavaka, nentina nanamarika ny Andro eran-tany ho an’ny fandriampahalemana sy ny fandavana herisetra, nokarakarain’ny Ofisim-paritry ny fizahantany eto Analamanga (Ortana) sy ny Rotary club Antanananarivo Ainga izany.

Tsapa tokoa ny hasarobidin’ny tantely, nanan-danja teo amin’ny fiainana andavanandron’ny Ntaolo malagasy, sanatria na kely ihany aza ny anjaran’ny tsirairay, samy nankasitraka izany. Tsy latsa-danja ihany koa ny fahatsapan’ny tsirairay fa porofon’ny fihavanana, soatoavina mampiavaka antsika, izao fizarana ny mamy izao.

Mbola nohamafisin’ny mpikarakara fa mariky ny fahafenoana sy ny fahatanterahana ihany koa ny tantely ka izay indrindra ny antony nanaovana ny hetsika, amin’izao Andro eran-tany ho an’ny fandriampahalemana sy ny fandavana herisetra izao. Antoky ny fiarahamonina sy ny fandrosoana ary ny fivoarana ireo lohahevitra roa ireo. Ho an’ny mpisehatra eo amin’ny tontolon’ny fizahantany, antoky ny firoboroboan’ity sehatra ity ny fitoniana.

Ho an’ireo tsy nahatratra ny fizarana, mbola mitohy ny varotra fampirantiana ity vokatra sarobidy ity, eny amin’ny zaridainan’Antaninarenina, hatramin’ny anio.

Landy R.

Tia Tanindranaza4 partages

Faneva Raholdina“Ny lalàm-pifidianana tamin’ny andron’i Dada no tena mety”

Nivoaka tamin’ny fahanginana omaly i Faneva Raholdina, mpandalina politika mikasika ny resaka nandeha tamin’ny fahilatalavitra iray momba azy ny faran’ny herinandro teo .

 

Nilaza mantsy ilay  olona iray niady hevitra  fa mitaky ny tokony hanovana ny lalàmpanorenana ity mpandalina politika iray ity. Nanamafy anefa i Faneva Raholdina omaly  fa tdiso fijery  io olona io. Ny lalàna mifehy ny fifidianana  no nambarako, hoy izy, fa tokony hovana. Tsy manome velively ny ankamaroan’ny solombavambahoaka mantsy ka  miteraka tsy filaminana ara-politika. Rehefa misy ny tsy filaminana ara-politika dia tsy mandroso ihany koa ny toekarena ary mipoitra avy hatrany ny krizy ara-tsosialy. Ny lalàna mifehy  ny fifidianana tamin’ny andron’ny filoha Ravalomanana na ny filoha teo aloha Didier Ratsiraka no tokony hiverenana, hoy izy. Efa nanafay antsika io lalàna mifehy ny fifidianana misy ankehitriny io tamin’ny andron’ny filoha teo aloha Zafy Albert. Ankoatra izay, manohana antoko politika hitany fa miezaka mitondra ny fiainam-bahoaka mankany amin’ny tsaratsara kokoa ny tenany noho izany  tsy ho HVM mihitsy.

Pati

News Mada3 partages

La toile: le cauchemar des droits d’auteur

Les morceaux de Belahy récoltent plus de 50 000 vues sur les réseaux sociaux et atteignent un record de téléchargement illégal, sans que l’auteur touche un seul sou. Ce précurseur invétéré de chansons à texte condamne sans équivoque cette «pratique malicieuse».

Du coup, face à cette exploitation informelle sur la toile qui touche également bon nombre de ses pairs, depuis plus de dix ans maintenant, Belahy tente désespérément d’interpeller les autorités compétentes, mais en vain.

En effet, l’arrêté ministériel n°15 610 du 7 septembre 2006 stipule que les propriétaires de cybercafés doivent s’acquitter d’une taxe à l’Office malgache des droits d’auteur (Omda). Mais jusqu’à maintenant, rien.

«Les affaires vont de mal en pis. Chaque année, je ne perçois à l’Omda que la somme modique de 100 000 ariary» déplore –t-il avant d’ajouter : «Je me sens paralysé vis-à-vis de cette pratique devenue légion, même dans des zones les plus reculées, pour ne citer que la commune de Fandriana où j’ai donné tout récemment un spectacle. Nous avons un ministre de tutelle, une autorité censée garantir nos droits. Mais malgré notre appel, nous nous retrouvons seuls contre tous».

Copie illégale

Humoriste accompli, Francis Turbo n’en reste pas moins un chanteur à la longue carrière. Si le numérique constitue un formidable outil de diffusion de la culture, le chanteur de «Miliaridera» ne semble pas partager cet avis.

«Les réseaux sociaux, notamment Facebook et Youtube, favorisent la copie illégale qui entrave les droits d’auteur. Il faut aussi reconnaître que les sketches, une fois compilés sur CD ou DVD, ne seront plus joués sur scène», a argumenté l’artiste. Face à cela, l’artiste ne peut compter que sur la scène pour transmettre  sa passion à son public.

 

News Mada3 partages

ACYBIMAD: les parties prenantes se renvoient la balle

A l’issue de la réunion organisée, le 23 avril 2015, entre l’Omda, le syndicat des artistes malgaches et l’Association des opérateurs des cybercafés et des internautes de Madagascar (Acybimad), «Il a été convenu que les cybers fonctionnant au moins avec 10 PC doivent s’acquitter d’un montant annuel de 60 000 ariary et 150 000 ariary pour le nombre de PC supérieur à 20», détaille Daniel Soatiana, chef de service de la Documentation de l’Omda.

Le président du tribunal financier d’Antananarivo, Indriamanga Rakotoarisoa, a constaté que «la loi est faite pour servir des intérêts, mais pour qui vraiment ?». Une affirmation soutenue par Rija Rakotonirina de l’Acybimad.  «L’argument de l’Omda a été basé sur l’exploitation gratuite en ligne des œuvres musicales. Cette pratique ne concerne pas seulement notre pays, il s’agit bien d’un problème universel. Cette somme excessive qu’on nous réclame sera-elle vraiment reversée aux ayants- droit ? Nous sommes tous témoins que les artistes ne jouissent pas de leurs pleins droits».

Les internautes,  même étant citoyens lambdas, ont également leur rôle à jouer. «Les œuvres musicales sont les plus exposées, sur les réseaux sociaux notamment. Je télécharge régulièrement des vidéos clips, pour le plaisir de l’œil et de l’oreille de toute la famille, et cela ne donne pas lieu au paiement d’une redevance», avance un cybernaute.

Cet arrêté ministériel n’est qu’une partie du vaste chantier des droits d’auteur. Beaucoup reste encore à faire, pour ne parler que de la recrudescence de points de transfert illégal de production audiovisuelle à chaque ruelle. Mais ceci est une toute autre histoire.

Midi Madagasikara3 partages

Concours d’innovations : Deuxième édition du challenge Digital Africa

La seconde édition du challenge Digital Africa, un concours d’innovations numériques en faveur du développement durable, vient d’être lancée, avant-hier. Ce concours incite les jeunes entreprises innovantes à présenter des projets autour des thèmes relatifs au développement durable. Ainsi, plusieurs domaines peuvent être explorés, des savoirs et créativité (éducation, formation, industries créatives et culturelles) aux territoires (défi urbain, transformation rurale, et smartcity) en passant par la citoyenneté (e-gouvernement, engagement, activisme, nouveaux médias), ou encore l’environnement et climat (greentech, cleantech, transports durables, économie bleue, énergies, etc.).

Forts de la réussite de la première édition, en 2016, qui a reçu plus de 500 candidatures et récompensé 10 lauréats qui ont convaincu le jury par le potentiel d’impact de leur innovation, les organisateurs, à savoir l’Agence Française de Développement (AFD), Bpifrance et La French Tech, décident de renouveler l’expérience, cette année. L’objectif est alors d’accompagner sur le long terme l’émergence d’écosystèmes numériques matures et solides, porteurs de nouvelles opportunités économiques.

Dix lauréats dont cinq jeunes entreprises innovantes africaines et cinq autres, françaises, bénéficieront d’un accompagnement sur mesure dans la réalisation de leur projet. Les 5 lauréats africains seront accompagnés par l’AFD aux travers d’un « pack accélération », appui technique et financier personnalisé d’une valeur maximale de 30 000 euros, tandis que les 5 jeunes entreprises françaises lauréates seront accompagnées par Bpifrance qui leur offrira un pack accompagnement d’une valeur maximale de 10 000 euros.

Les participants auront jusqu’au 22 octobre pour soumettre leur candidature et déposer leur projet en ligne sur DigitalAfrica.AFD.fr.

Recueillis par Hanitra R.

News Mada2 partages

PUDI Antananarivo: les enjeux du développement durable

Après les premières sessions en juin dernier, les deuxièmes réunions des parties prenantes à la révision du Plan d’urbanisme directeur pour l’agglomération d’Antananarivo (Pudi), dans le cadre du projet Tatom (Antananarivo,Toamasina, Madagascar), se sont tenues hier à l’Hôtel de ville Analakely. Il s’agit d’une rencontre organisée par le ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2pate), en collaboration avec l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica). L’objectif est d’associer tous les acteurs clés, afin discuter des orientations futures et des scénarios de développement de l’agglomération.

Le Pudi en cours d’élaboration remplace celui de 2004 ayant expiré en 2015 et concerne 38 communes des districts d’Antananarivo Renivohitra (CUA), Avaradrano, Atsimondrano et Ambohidratrimo, comme l’a expliqué Gérard Andriamanohisoa, directeur général de l’Aménagement du territoire et de l’équipement.

Point par point

Les enjeux du développement futur de l’agglomération sont, du fait, énormes : croissance démographique, transport urbain, assainissement, traitement des déchets, gestion des risques et catastrophes, occupation du sol, économie… D’où la révision du Pudi.

L’agglomération d’Antananarivo comptait 3 millions d’habitants en 2015 contre

1 million en 1993 et la moitié de ces personnes vit dans le centre urbain délimité par la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). D’ici à 2035, ce nombre pourrait atteindre les 7 millions, selon les projections de l’équipe d’étude de la Jica et du M2pate.

Hideyuki Sasaki, chef de mission du projet Tatomn, a tenu à souligner que ces différentes thématiques citées doivent être considérées, point par point, afin d’établir ce document de référence qui sera valide, du moins pour les dix années à venir.

Arh.

Tia Tanindranaza2 partages

Fanavaozana ny tanànan’AntananarivoHanampy ny japoney

Nandinika ny drafi-panajariana fanavaozana ny tanànan’Antananarivo sy ny tetikasa goavana Tatom (Antananarivo Toamasina Madagasikara) teny amin’ny lapan’ny tanàna Analakely omaly ny Jica (Japan International Cooperation Agency),

Nangonin-dRamano F.

L'express de Madagascar2 partages

Commerce – Les exportateurs victimes de l’appré­ciation de l’ariary

Le regain de compétitivité de l’ariary par rapport au dollar n’arrange pas du tout les activités des exportateurs. Actuellement, certains d’entre eux se trouvent dans une situation très difficile. Les exportateurs vers « Le marché en dollar » comme les États-Unis,la Chine, l’Afrique du Sud, en ont fait les frais.Même la compétitivité de ces entreprises risque d’enregistrer une mauvaise performance.« L’ariary a connu une appréciation entre 6 et 8 %. Résultat des courses, les exportateurs sont en difficulté », a reconnu Alain Hervé Rasolofondrainibe, gouverneur de la Banky foiben’i Madagasikara (BFM) pendant la conférence de presse de la mission du Fonds monétaire international (FMI), hier à Antaninarenina. « L’artisanat, le textile, les services, les nouvelles technologies, et bien d’autres secteurs sont touchés par cette difficulté. Nous importons la plupart de nos matières premières. En conséquence, il y a une manque de compétitivité », confirme pour sa part, Eva Razafi­mandimby, directeur exécutif du groupement des entreprises franches et partenariat (GEFP).Les exportateurs ne savent plus à quel Saint se vouer. « L’État dispose-t-elle de solutions ? Est-il possible de mettre en place un taux stable pour tisser une meilleure compétitivité ? », lance-t-elle. Pour le gouverneur de la BFM, « C’est la politique publique qui devrait le définir ». Mais comment l’État va-t-il faire pour gérer cette situation ? Il devrait ménager la chèvre et le chou.

L.R.

News Mada1 partages

Temandrota & Gasy Rug: deux univers en un

Le peintre sculpteur, Temandrotra et le label Gasy Rug concoctent ensemble une série d’expositions. 35 tapis de Gasy Rug seront visibles à Ankoa, jusqu’au 1er octobre, et 30 tableaux de Temandrota seront exposés jusqu’au 21 octobre au restaurant Akoa à Ivandry. Le vernissage s’est tenu, hier, et c’était une occasion pour les deux artistes d’annoncer cette coopération artistique, une sorte de mariage entre deux arts différents.

Si Temandrota est célèbre pour ses tableaux d’art contemporain, Gasy Rug, dirigé par Pascal Viétois, se lance surtout dans des tapis en sisal fait main. «Nous allons marier ces deux styles pour en créer une nouvelle atmosphère artistique, un dialogue entre deux arts issus de différents domaines», a expliqué Temandrota.

En guise d’avant-goût, deux œuvres nées de cette collaboration sont déjà dévoilées durant le vernissage. «Ce sera un avant-goût de notre prochaine collection 2018», a-t-il ajouté. Ils joueront surtout sur les couleurs, les formes et les matières utilisées. 15% des ventes des œuvres seront ensuite versées au profit de l’association Educasport.

Holy Danielle

News Mada1 partages

FJKM Ambohitantely Une grande foire au village «Voara»

A l’occasion du grand rassemblement de ses fidèles, communément appelé «Fetin’ ny Taranaka», la FJKM Ambohitantely, en partenariat avec Orange Madagascar, a décidé de sortir de l’ordinaire pour marquer l’événement en organisant  une foire intitulée «Tsena K», durant trois jours à partir du 28 septembre, au village «Voara» d’Andohatapenaka.

10 000 personnes sont attendues pour visiter une centaine de stands exposant différents produits, allant de l’artisanat à la merveille culinaire dite «Kolo nahandro». «C’est une rencontre entre les produits urbains et ruraux» a affirmé le vice-président du comité.

Les animations ne sont pas en reste durant cette foire car les chorales venant des autres temples vont également participer, en plus de celle d’Ambohitantely. Les enfants auront aussi leur part car des jeux seront organisés à leur intention.

Les recettes serviront à ériger la stèle du 150e anniversaire du temple et la construction d’un troisième centre d’accueil pour enfants, a indiqué le Comité d’organisation.

Sera R

News Mada1 partages

Maladie Alzheimer atteint les jeunes

En principe, la maladie d’Alzheimer frappe à 50 ans et ne se manifeste qu’à partir de la soixantaine. Or, actuellement, elle touche même les plus jeunes. «A ma connaissance, le plus jeune patient est âgé seulement de 29 ans», a fait remarquer la présidente de Madagascar Alzheimer «Masoandro mody», Yollande Andriamaro Rason, hier, à Fenomanana Mahazoarivo,  à l’occasion d’une Journée portes ouvertes  dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale Alzheimer.

Perte de mémoire

Les malades d’Alzheimer sont atteints d’une perte progressive et irréversible de la mémoire. Toutefois, même si cette maladie est incurable, on peut ralentir son évolution à travers de séances de rééducation, afin de garder l’automatisme et les capacités des patients. Faire souvent des exercices intellectuels est une manière d’éviter cette maladie.

Dix symptômes

La sensibilisation sur les dix signes et symptômes de la maladie d’Alzheimer a marqué cette Journée portes ouvertes. On cite, entre autres, la perte de mémoire, les difficultés à planifier ses activités, à gérer des problèmes au quotidien, à exécuter des tâches familières à la maison ou au travail, la confusion avec le temps et les lieux ainsi que des changements brusques d’humeur et de la personnalité. Cependant, il convient de noter que les personnes, qui manifestent en partie ces symptômes, ne sont pas toutes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Sera R

News Mada1 partages

Raharaha Anosy Avaratra: “Antontan-taratasy noforomporonin’ny BC ireny…”, hoy ny zandarimaria

Mbola manitrikitrika hatrany ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena fa tsy isan’ireo jiolahy nandray anjara tamin’ilay fanafihana teny Anosy Avaratra, ny faran’ny herinandro teo ilay zandary GP2C nosamborin’ny polisy. “Antontan-taratasy noforomporonin’ny polisin’ny BC fotsiny ireny noho ny fankahalan’izy ireo zandary”, hoy ny fanazavan’ny zandarimaria.

Antontan-taratasy noforomporonin’ny polisin’ny BC ireny noho ny fankahalan’izy ireo zandary. Efa nampiseho karatra maha zandary azy sy ny “ordre de mission” izay nahafahany nanatanteraka ny asa fiambenana tsy an-kiato nandritra ny tapa-bolana teny an-tranon’ilay diplomaty izy, saingy tsy noraharahaina izany. “Ialahy koa (ilay zandary io) naman’ireo jiolahy ireo fa tsy misy iraharahiako izay maha zandary an’ialahy” hoy ilay polisy lefitry ny kaomisarian’Avaradrano”, araka ny fanazavan’ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena.

Nohamafisin’ny eo anivon’ny zandarimaria hatrany fa noteren’ny polisy hisy ifandraisany amin’ny tranga fanafihana mitam-piadiana maromaro teto an-drenivohitra ny antontan-taratasy rehetra momba ny famotorana azy. Nampifanatrehana ary nilaza ho tsy mahafantatra ilay zandary voasaringotra tamin’ity raharaha fanafihana teny Anosy Avaratra ity ireo jiolahy voasambotry ny polisy tamin’io fotoana io. Teo anetrahan’ny manamboninahitra iray eo anivon’ny zandarimaria izany rehetra izany. Nohitrikitrihin’ireo jiolahy hatrany fa norahonan’ny polisy hovonoina izy raha tsy manondro sy miteny ilay zandary hoe naman’izy ireo niaraka nanafika teny Anosy Avaratra. “Efa betsaka ireo polisy voarohirohy tamin’ny trangana fanafihana mitam-piadiana, fakana an-keriny no efa azonay fa izahay eto anivon’ny zandarimaria tsy mbola nidaroka na namelaka tehamaina azy ireny nandritra ny famotorana. Mifanohitra amin’izany anefa ny nahazo ilay zandary GP2C satria nodarohan’ireo polisy”, hoy hatrany ny fanazavan’ny zandarimaria. Mihenjan-droa, araka izany, ny tady eo anivon’ny zandarimaria sy ny polisy. Ho tonga hatraiza ity raharaha ity?

Randria

News Mada1 partages

Atrikasa “Antahkarana”: arahina ny fivoaran’ny mpiofana

Nasiam-panatsarana ny atrikasa “Antahkarana”, tontosain’i Volahasiniaina Linda, mpitendry zavamaneno, tamin’ity taona ity, araka ny nambarany. Nahena ny isan’ny mpiofana noraisina, 10, raha 20 tamin’ny andiany teo aloha. Ny antony, “arahina akaiky kokoa ny fivoaran’ny fahalalana azon’ny tsirairay sy ny fampiharany izany amin’ny zavamaneno”, hoy hatrany ny mpikarakara.

Hetsika iray hampianarana ny fototry ny atao hoe “rythme” na gadona ny “Antahkarana”. Miara-mizara ny fahaizany, mandritra izany, i Volahasiniaina sy i Leky Rakoto, mpanakanto. Maharitra dimy andro, eo ho eo, ny fiofanana ka, aorian’izany, maneho ny vokatry ny zava-bitany ny tsirairay.

Nanomboka ny talata lasa teo, raha toa ka ny 5 septambra no tokony hanombohan’izany, saingy voatery nahemotra noho ny antony tsy miankina amin’ny mpikarakara. Hotanterahina ny asabotsy izao, eny Ambanidia, toerana misy ny foibe fampiofanan’i Volahasiniaina, izany seho famaranana izany.

Ankoatra ireo mpiofana, izay 11 taona hatramin’ny 25 taona, hanafana ny fotoana ireo tarika ahitana an’ity tovovavy mpitendry zavamaneno samihafa ity. Fanambin’ny mpikarakara ny “Antahkarana” ny ahafahan’ny ankizy sy ny tanora, mpanakanto rahatrizay, mampivelatra ny kantony sy mitrandraka gadona samihafa, izay tsy miala amin’ny fototra: ny kolontsaina sy ny maha Malagasy.

Landy R.

Tia Tanindranaza1 partages

Gaby Vakiniadiana“Tsy azo ahitsy ny lalàna fototra.”

Anisan’ireo elatra mbola mijoro ho mpanohitra izao fitondrana mijoro izao ny antoko Vahoaka MIray ( VAMI). Naneho ny heviny mikasika ny fihetsiky ny filoham-pirenena tato ho ato ny sekretera jeneraliny, Gaby Vakiniadiana. Ny tafany tamin’ny gazety Tia tanindrazana.

Tia tanindrazana (TT) : Maro ireo fihetsiky ny filoham-pirenena tato ho ato araka ny filazan’ireo mpankasitraka azy. Ny hevitrao ?

Gaby Vakiniadiana (GV) : Ny Vahoaka MIray dia anisan’ny nitaky ny fanovana lalàmpanorenana. Tsy fanovana anefa ilay kasaina hatao fa fanitsiana. Aminay, na manova na miala no takianay amin’ny filoham-pirenena. Io lalàmpanorenana io no nahalany azy. Nitondra izy tamin’ny tetezamita ka maninona raha tamin’izany no nahitsy ny lalàmpanorenana ? Ny lalàna fototra aminay tsy azo ahitsy fa io mila fidirana amina tetezamita iraisan’ny rehetra mihitsy dia manolotra karazana volavolan-dalàna mety na rafitra federalisma na repoblikanina na demokraty. Mikasika ny resaka fanovana governemanta dia niaraha-nahita fa ny efa tonta ihany no navadibadika. Aminay, ny vahoaka fotsiny no nofitapitahan’ny mpitondra satria tetika hitazonana toerana no misy. Matoa tsy tonga ilay 10 miliara dolara dia tsy matoky ny mpitondra antsika ny mpamatsy vola. Mikasika ilay fandraisana ny mpanao gazety teny Iavoloha ny sabotsy teo dia mbola averiko ihany, maninona no rehefa akaiky ny fotoana vao mody mampiantso ? Ny antony dia ilaina amin’ny taona 2018 ny mpanao gazety. Izahay eto dia manipaka tanteraka ny kolikoly.

TT : Inona no tena tsy nahafa-po anareo ?

GV : Na lalàmpanorenana na sosialim-bahoaka na fandriampahalemana …  dia tsy nahafa-po anay. Ny fanafodiny dia miala ny filoha. Efa ny zo fototra toy ny misakafo in-telo isan’andro mihitsy no tsy voahaja intsony. Feno Antanimora satria mahantra ny firenena. Lasan’ny Sinoa ny tany. Izany rehetra izany dia mampiseho fa tsy mahavita azy ny mpitondra. Mangataka izahay mba horarana tsy hivoaka ny tanin’ny repoblikan’i Madagasikara izay mpitondra mahavita ny taom-piasany fa hotsaraina eto ary hatsangana haingana ilay fitsarana manokana na HCJ.

TT : Tsy hamboly krizy vaovao indray ve izany tetezamita izany ?

GV : Ny krizy dia mbola misy hatreto. Ny mpitondra no mety afaka tamin’izany fa tsy ny vahoaka. Sao dia mila arodana mihitsy ny trano izay mibilabila hananganana fototra hanaovana trano vaovao ?

TT : Ny hafatrao farany ?

GV : Ny vahaolana fohy ezaka dia ny fananganana tetezamita iaraha-mitantana ao anaty firahalahiana. Tsy ho fitadiavan-tseza fa fitsinjovana ny taranaka faramandimby. Tsy ny fanomezana tany ho an’ny Karana sy Sinoa no vahaolana fa fanomezana asa ho an’ny vahoaka. Hatramin’izay, nisy ny lalàna hoe mahazo tany ny olona manambady fa tsy nomena. Vokany, ety an-drenivohitra ny olona no mandehandeha. Ny sasany matory an’arabe. Mba hanafoanana izany dia aleo mihitsy miaina lalàmpanorenana vaovao.

Nangonin’i J. Mirija

Tia Tanindranaza1 partages

Taom-baovao iraisan’ny Malagasy rehetraNankalazaina teny Ambohimanga, omaly

Nankalazaina nanomboka omaly alakamisy 21 septambra teny Ambohimanga ny taom-baovao iraisan’ny foko 18, karakarain’ny Komity Mpikarakara ny taona vaovao iraisan’ny Malagasy eto Madagasikara sy ny komity MAMAFI na Malagasy Mampiray Firenena.

Raiamandreny marobe  isam-paritra, notronin’ireo olobe ao amin’ny tranoben’Imerina Ambohimanga no tonga nandray anjara tamin’izany, lanonana hitohy amin’ny fitokanana ny tsangam-baton’ny firaisam-pirenena anio zoma, ho mariky ny   firaisam-pirenena sy ny taom-baovao tokana ho an’ny Malagasy rehetra.  Nivoitra nandritra ny fandraisam-pitenenana nataon’ny mpikarakara tamin’izany fa tsy manafoana ny taom-baovao fanaon’ny isam-poko akory ny hetsika tahaka izao fa natao hampitambatra ny Malagasy rehetra kosa. Ny volana septambra tahaka izao ihany koa no hanaovana izany, hoy hatrany izy ireo satria fotoana mampitsiry ny ahitra izao. Hofaranana amin’ny alim-pandihizana etsy amin’ny lapan’ny tanànan’Analakely  moa ny lanonana  anio hariva sady hanehoana ireo karazana kolontsaina mampiavaka ny foko 18 ihany koa.

Pati

 

L'express de Madagascar1 partages

Discours aux Nations Unies – Rajaonarimampianina présente son bilan

Au rapport. Durant son allocution devant l’Assemblée générale des Nations Unies (ONU), mercredi, Hery Rajaonarimampianina, président de la République, ne s’est pas hasardé sur le terrain des actualités internationales chaudes. Se référant au thème de cette 72e session, le chef de l’État, a préféré se contenter de mettre en avant ce qui s’apparente à un bilan de son mandat.« Priorité à l’être humain : Paix et vie décente pour tous sur une planète préservée », est le thème de cette  session du sommet de l’ONU. Dès le départ, le président Hery Rajaonarimampianina a annoncé le ton de son discour qui devait essentiellement lui permettre « de partager ce que nous faisons et nous efforçons de faire à Madagascar, pour rendre aux Malgaches une vie meilleure et décente ».Durant près de vingt minutes donc, le chef de l’État a énuméré « les défis relevés au lendemain d’une longue crise ». Se présentant comme un « optimiste », il a affirmé sa confiance en la reconstruction économique de la Grande île, au développement national et en une croissance recouvrée. Sur ce point, il a annoncé une croissance de 5% en 2018, pour au final être parmi les pays à revenus intermédiaires en 2030, mettant en avant qu’un cap a été franchi en matière de stabilité politique et perspective économique.Le renforcement du rayonnement international de Madagascar a été l’argument martelé pour justifier les déplacements présidentiels. Henry Rabary-Njaka, ministre des Affaires étrangères, l’a encore rappelé, en marge de cette 72e session. La tribune de l’ONU aurait pu être la plateforme idéale pour affirmer la présence de la Grande île sur la scène internationale avec une prise de position sur les questions internationales brûlantes.Plusieurs de ses homologues, notamment, africains, ne se sont pas privés de le faire. Devant une salle clairsemée- son discours s’est tenu en fin de journée- le chef de l’État, n’a fait qu’effleurer les questions comme celle du changement climatique et la lutte contre le terrorisme. Pourtant, il s’est aussi présenté devant l’assistance en sa qualité de président de l’Organisation du marché commun de l’Afrique australe et orientale (Comesa) et du sommet de la Francophonie.Pour en revenir aux affaires nationales, du reste, le président Hery Rajaonari­mampianina est resté muet au sujet des îles éparses. Sujet sur lequel une prise de position franche de sa part  est systématiquement attendue à chaque sommet de l’ONU.

Garry Fabrice Ranaivoson

Madaplus.info0 partages

Opération Smile – Cent cinquante cibles prévues à Toamasina

Retour aux sources. L’Opération Smile entamera sa 16e mission, au mois de novembre. Elle célèbre, également, ses dix ans cette année. Prochain cap, Toamasina, après la mission effectuée à Antsirabe au mois de mai. Cent cinquante enfants et jeunes victimes de la malformation faciale habitant dans l’Est de la Grande île, pourront bénéficier de cette chirurgie réparatrice gratuite, du 3 au 10 novembre.
« Nous avons choisi la ville de Toamasina, car c’est dans cette ville que nous avons effectué notre première mission, en 2007 », explique Anjaramamy Ramamonjisoa, responsable pays de l’Opération Smile. C’était hier, à Ankorondrano, durant la rencontre de la responsable avec le président directeur général du groupe Prey, Edgard Razafindravahy, qui a réitéré son soutien à l’opération.
Cette fois-ci, le chef de file national du parti Antoka sy Dinan’ny Nosy (ADN) offrira trente litres d’alcool à utiliser pendant l’opération.
Le groupe assurera, en outre, la communication et la sensibilisation de la mission. À la 15e mission, le chef de file avait mis à la disposition de l’Opération Smile, deux bus, pour leur transport.
Plus de deux mille enfants et jeunes nés avec une fente labiale et/ou palatine, ou autres malformations faciales, ont retrouvé le sourire grâce à cette œuvre caritative médicale depuis son lancement en 2007. Des opérations sont, par ailleurs, effectuées dans la ville d’Eaux tous les mois depuis juillet, à part cette mission semestrielle. Des dizaines de chirurgiens, infirmiers et techniciens bénévoles se mobiliseront pour la réussite de la mission. À Madagascar, le bec de lièvre toucherait une naissance sur huit cents alors que dans le monde, il ne toucherait qu’une naissance sur cinq cents.
Madaplus.info0 partages

Loi des Finances 2018 : une hausse d’un budget prévisionnel pour les élections

Le budget prévisionnel de l’Etat pour l’élection de 2018 est en cours d’élaboration selon la Ministre des Finances et du Budget.
L’Etat ne prévoit toutefois qu’un budget alloué dans la réalisation de la tenue d’une seule élection a-t-elle précisé. L’affectation d’un budget spécial pour la préparation des élections a été donc définie et figure déjà dans la Loi des Finances de 2018. Raison pour laquelle l’Etat enregistrera une hausse pour le fonctionnement des différentes institutions de l’Etat. La hausse du budget de l’Etat est définie actuellement et ce budget spécial n’aura aucun impact sur le montant du budget alloué aux différentes institutions. La Ministre n’a pas encore révélé le taux d’augmentation budgétaire y afférent à la hausse.
Madaplus.info0 partages

Dernier au revoir à Jeanot RABESON

Vendredi 22 septembre famille, amis, artistes-musiciens... sont venus rendre un dernier hommage à ce grand musicien malgache, pianiste de jazz de renommée internationale.
D'abord la mise en bière tôt ce matin au Funérarium de Bry Sur Marne, suivi d'une messe à l'église SAINT ALBERT LE GRAND dans le 13ème arrondissement de Paris avant de le ramener dans sa dernière demeure au cimetière nouveau de CHAMPIGNY SUR MARNE.
Les malgaches ont perdu un de leur illustre musicien mais son oeuvre continuera de perdurer...
Madaplus.info0 partages

Nouveau!!! Karaoké tous les samedis et dimanches au Restaurant Cacao des Iles - Ivry sur Seine

Le Restaurant Cacao des Iles aux spécialités: réunionnaise, mauricienne et malgache!
Adresse: 9 rue Truillot - 94200 Ivry Sur Seine
Réservez au 06 81 71 50 25
Pour vos déjeuners, dîners, afters... le Cacao des Iles saura vous accueillir dans son cadre chaleureux!

News Mada0 partages

Manifestation des taxis: le FTAR convoqué à la préfecture de police

Le bras de fer entre l’Association des taximen d’Antananarivo (FTAR) et la Commune urbaine d’Antananarivo, à propos d’Omavet persiste. De son coté, la préfecture de police sort de son silence et convoque le FTAR ce lundi à Tsimbazaza. Apparemment, la grève d’une journée tenue dernièrement n’a pas respecté les procédures convenues.

«A l’ordre du jour, une demande d’explication sur leur manifestation de mardi dernier. J’ai adressé une interpellation à leur encontre», a fait savoir le préfet de police, Angelo Ravelonarivo joint au téléphone hier.

Ce dernier de poursuivre qu’en autorisant cette manifestation, il n’a pas fait  deux poids deux mesures.  «Pour la simple raison que la deuxième demande que les taximen ont émise, concerne seulement une requête de circuler ensemble dans la rue comme tous les autres véhicules, sans troubler la circulation et sans aucun meeting. La première demande que j’ai refusée avait pour objectif de faire une manifestation sur la voie publique avec un meeting devant l’Hôtel de ville», a-t-il expliqué.

Pour se défendre contre l’embouteillage monstre créé par cette manifestation et

qui a entraîné une vague de contestations de la part des usagers de la route, le préfet de police a fait savoir qu’il «s’agit tout simplement de bouchon auquel il n’a aucun pouvoir pour l’empêcher et qui est malheureusement devenu le quotidien de la population».

Le général Angelo Ravelonarivo a tout de même prévenu le FTAR qu’en cas de meeting non autorisé engendrant  de troubles sur la voie publique, la préfecture de police n’envisage pas à l’avenir d’autoriser les éventuelles manifestations de ladite association.

Hier à Antohomadinika, par le biais d’une conférence de presse, le FTAR a de nouveau campé sur sa position et n’entamera de discussion avec la CUA tant que l’ombre d’Omavet plane sur la capitale.

Nadia

News Mada0 partages

Sommet de l’ONU: les Iles éparses absentes de l’ordre du jour

Attendu et scruté de près par les observateurs de la vie politique du pays, le sujet sur les Iles éparses qui devait être inscrit à l’ordre du jour de la 72e session de l’Assemblée générale des Nations unies à New York, risque de passer sous silence.

D’après des sources concordantes, le sujet pourrait encore une fois ne pas être débattu, au moment où l’Assemblée générale de l’ONU bat son plein à New York. Si c’est le cas, les raisons ne sont pas pour l’heure évoquées. Madagascar a-t-il soumet le dossier afin de l’inscrire à l’ordre du jour, mais la commission de l’ONU en a décidé autrement ? Ou la partie malgache a omis volontairement de remettre sur le tapis le sujet ? D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que la résolution 34/91 relative aux questions des Îles malgaches Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India et Europa, est mise en suspens. Tout cela reste flou.

En tous cas, le discours de Hery Rajaonarimampianina prononcé hier à la tribune de l’ONU, consiste juste à énumérer les acquis du régime depuis 2014 tout évitant les sujets sensibles comme les îles Eparses. Alors que l’année dernière lors de son discours, le président de la République, Hery Rajaonarimampianina avait évoqué le sujet. « Pour notre cas, à l’initiative des autorités françaises, une reprise des négociations concernant les îles malgaches, Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India, a eu lieu le 17 juin dernier à Paris », avait-il soutenu.

Et de préciser que « Madagascar a la ferme conviction que l’ONU incarne aujourd’ hui une conscience universelle reconnue et respectée de l’ordre international (…) Elle est toujours ce forum auprès duquel les nations peuvent plaider et s’expliquer devant l’opinion mondiale. Le plus important est le respect et le suivi des engagements, gages de confiance ».

« Madagascar estime que si on se référait aux résolutions des Nations unies, ces Îles appartiennent à Madagascar », avait-il déclaré sur Radio France internationale (RFI)  à l’issue d’une rencontre avec le Président français en juin dernier. Ces derniers temps, des militants se disant nationalistes, ne cessent de monter au créneau dans le dessein de revendiquer la restitution de ces îles à Madagascar. D’après l’Association Nosy malagasy (ANM), « L’ONU a clairement reconnu que ces îles nous appartiennent ».

Pour ce qui est de la 72e AG des Nations unies. Hier, le président de la République

a signé un Traité interdisant les  armes nucléaires et sur d’autres sujets comme le lancement du Pacte mondial pour l’Environnement. Il a également participé à une session consacrée à l’énergie durable pour tous.

Rakoto

News Mada0 partages

“Tsy mahaleo ny sampona”: MLE suspend momentanément l’émission

L’émission «Tsy mahaleo ny sampona» a été momentanément suspendue suite à la disparition du présentateur Fet’Maningotra. «Nous sommes en train de négocier avec un artiste qui prendra le relais. Ce n’est que partie remise», a souligné un communiqué du Mouvement pour la liberté de la presse (MLE) en réponse aux nombreuses questions posées par des fans de l’émission.

Les membres du MLE ont expliqué que le présentateur Fet’Maningotra a disparu depuis deux semaines sans aucune explication. En attendant de connaître la vérité sur  le sujet, le MLE a avancé deux hypothèses : «Soit, il aurait reçu des menaces et a décidé de rompre la coopération avec le MLE, soit il aurait été sollicité par un autre employeur et a donc préféré de divorcer avec le MLE».

Nadia

News Mada0 partages

Maroc: Honoré Rakotomanana reçu par le Conseil royal

Mardi dernier à Rabat (Maroc), le président du Conseil royal consultatif des Affaires sahariennes (Corcas), Khalihenna Ould Errachid a reçu le président du sénat malgache, Honoré Rakotomanana.

Selon le communiqué parvenu à la rédaction, les deux parties ont évoqué les importantes avancées relatives au dossier du Sahara marocain en Afrique, ainsi que les derniers projets développements au niveau onusien.

A noter que la visite de

la délégation malgache sur place a pour objectif de renforcer davantage les relations bilatérales exceptionnelles et historiques entre le royaume du Maroc et Madagascar, en plus de la consolidation des relations économiques. Et cela,  à travers un partenariat exemplaire de la coopération sud-sud instaurée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI au niveau du continent africain.

Dans la foulée, Honoré Rakotomanana a participé à la 11e session du congrès de l’association des sénats, chambres des Conseillers et institutions assimilées en Afrique et dans le Monde arabe, les 20 et 21 septembre derniers.

Nadia

News Mada0 partages

Volley – Sommet national: le titre remis à GNVB

Les volleyeurs de la Cnaps Sport ne se sont pas rendus au palais des Sports de Mahamasina, hier. Lieu où a été prévu se dérouler le report de la finale contre les éléments de la gendarmerie nationale (GNVB). La fédération s’est donc appuyée sur le règlement technique et a remis le titre entre les mains des bérets noirs.

Une fois de plus, les volleyeurs de la gendarmerie nationale ont remporté le titre de champion de Madagascar bien que l’opération fut loin d’être aisée après le choc, au sens propre comme au figuré, à Toamasina. Effectivement, les Caissiers ont maintenu leur position en répondant par la négative à l’appel de la Fédération malgache de volleyball (FMVB) qui a proposé ce report. Le président de la FMVB, Jocelyn Ramandimbiarison, a indiqué que «La fédération s’appuie toujours aux règlements techniques. Et l’équipe qui faillira au rendez-vous est déclaré logiquement forfait».

Evidemment, bien des supporters et membres du staff technique de la Cnaps Sport trouvent cette décision indigeste mais la fédération qui boucle cette saison avec ce championnat national veut tourner la page…sans faire de commentaires. «Les responsables de pareils désagréments seront sanctionnés si de tels cas se reproduisent. On était obligé de maintenir cette date pour le report de la finale pour de nombreuses raisons», ont souligné les têtes pensantes de la FMVB.

Pour sa part, le président de la GNVB, le colonel Heriniaina Rakotomalala, a profité de l’occasion pour apporter sa version des faits. «Aucun élément de

la gendarmerie n’a frappé un joueur ou un supporter de la Cnaps Sport et tous ceux qui ont assisté à la finale peuvent témoigner que le maintien de l’ordre n’était pas chose facile au gymnase de Toamasina. Nous remportons notre 6e titre national et nous visons dorénavant à obtenir d’autres étoiles à commencer par la prochaine coupe des clubs champions de l’océan Indien (CCCOI)», a-t-il déclaré.

Rojo N.

News Mada0 partages

OMDA: l’arrêté, un arbre qui cache la forêt

Le défenseur des droits d’auteur, appelé communément par les artistes, Omda, a reconnu son incapacité à trouver un terrain d’entente sur l’application de ce texte, à l’issue d’une décennie de tension avec les propriétaires de cybercafés.

«Faire appliquer et respecter la loi n’est pas une sinécure. Il faut reconnaître qu’une administration est toujours sujette à une faille. Et ce n’est pas un cas isolé. A chaque réunion annuelle, même au niveau de la Confédération internationale des sociétés d’auteurs et de compositeurs (CISAC), on se concerte pour pallier les lacunes soulevées», avoue l’homme fort de l’Omda, Haja Ranjarivo,

Cette loi tarde à être appliquée. «Le fait est que, il n’est pas dans nos habitudes de cultiver et d’entretenir le respect de la culture des droits d’auteur. Nous aimons la résistance et tout remettre en cause. Il fut un temps où le processus d’application a été suspendu. Les auteurs nous ont conféré une grande responsabilité et nous nous devons de l’assumer», déplore-t-il.

A noter qu’un projet de loi similaire a été mis en vigueur depuis 2014 au Mali. Il englobe tous les établissements régis par la publication des œuvres. Par contre, à Madagascar, le décret portant sur le règlement général de perception des droits d’auteur et des droits voisins a été mis en vigueur depuis 1998, époque où il y a très peu, sinon pas du tout de cybercafé dans la Grande île. D’ailleurs, en complément de cette loi, un arrêté  a été pris sous l’administration de l’ancienne ministre de l’Artisanat, de la culture et du patrimoine Vaonalaroy Randrianarisoa.

News Mada0 partages

Syndicat des artistes: «La force exécutive n’est pas laxiste»

Dans la même foulée, une Brigade anti-piratage (Bap) a été mise sur pied en 2012 dont l’une des missions fondatrices vise à éradiquer tout acte de piratage de produits artistiques. D’une manière générale, Rossy a estimé que cette «force exécutive n’est pas laxiste. Les cybers s’enrichissent de nos œuvres alors que nous enregistrons une perte en milliard, en matière de droits d’auteur, chaque année».

Ce représentant du syndicat des artistes d’ajouter que «le directeur de l’Omda a été révoqué, après proposition de la ministre, désormais ex-ministre de la Culture et de l’artisanat, Brigitte Rasamoelina. Cette période de transition s’est soldée par l’arrêt total de toute activité entreprise au sein de cet organisme. Tous les acquis ont été perdus».

La Bap fait face actuellement à un sérieux problème de ressources humaines et matérielles, ce qui la contraint de mener à bien ses actions.  D’autant qu’un seul département implanté dans la capitale ne peut pas couvrir tout le territoire national.

 «Des artistes acceptent de leur plein gré le piratage. Des artistes distribuent et vendent même illégalement leurs produits  en téléchargement libre sur internet», affirme Hasina Marc, de cette brigade, avant de conclure : «La culture est un jardin collectif où nous avons tous une part de responsabilité à prendre».

News Mada0 partages

AFT: Jean-Paul Clément priorise la promotion individuelle

Jean-Paul Clément est le nouveau directeur général de l’Alliance française d’Antananarivo (AFT). Il a été présenté officiellement, mercredi dernier, à Andavamamba. A part les diverses activités qui se déroulent déjà au sein de l’AFT, il compte surtout favoriser la pédagogie des langues de qualité pour la promotion individuelle.

Jean-Paul Clément succède à Marc Sarrazin. Etant un accoutumé du réseau, il est aussi le délégué général de la fondation de l’Alliance française dans la zone océan Indien. Ainsi, il a quelques points à prioriser. «Actuellement, l’AFT regorge déjà des activités intéressantes et variées, que ce soit au niveau de la formation de la langue française ou au niveau culturel. Ce qui est important, c’est d’orienter le programme pour développer davantage la promotion individuelle», a-t-il déclaré.

L’apprentissage des langues de qualité

Ainsi, il a souligné trois points distincts. Le premier est l’importance de l’apprentissage des langues de qualité qui est un levier à ne pas négliger pour le développement personnel. «Pour acquérir une carrière, se communiquer, ou simplement se faire plaisir, la maîtrise des langues sera toujours un atout qui facilite les échanges que ce soit au niveau professionnel, personnel ou même culturel», a-t-il souligné.

La culture et le numérique

Jean-Paul Clément a ajouté que l’apprentissage des langues ne suffira pas, il faut de ce fait l’accompagner par un enrichissement culturel. Ainsi, au deuxième point, il mettra davantage en avant le volet culture. «Au fait, tout est intimement lié. La culture est une source d’inspiration qui facilite les échanges entre deux personnes», a-t-il précisé. Le sport pourrait même être intégré dans le programme. Enfin, le troisième point se focalise surtout sur le numérique. «Il permet d’acquérir une autonomie dans la médiathèque ou encore au niveau des recherches pour favoriser l’accessibilité à la lecture», a expliqué Jean-Paul Clément.

Le Salon de la gastronomie

Ce dernier a donné sa première conférence de presse, mercredi dernier, sur le Salon de la gastronomie qui se déroulera ce jour jusqu’au 24 septembre. Des expositions, des stands, des animations diverses et des ateliers seront au programme. «Cette année, 50 stands seront installés et la participation à tous les ateliers est déjà close bien avant», a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Guide du week-end: vendredi 22 septembre

Angie à Is’art galerie Ampasanimalo

En pleine promotion de son premier opus intitulé «Maso adala», Angie Ambavavilanitra donnera un concert, ce soir, à l’Is’art Galerie Ampasanimalo. Angie est un artiste originaire de la capitale de Betsimisaraka. A travers le slam, le reggae et la musique du monde, ses chansons délivrent un message engagé et rassembleur.

Farah Johns Jao’s pub

Depuis que Farah John’s a décidé de faire cavalier seul, elle n’a pas mis du temps pour figurer  parmi les grands noms de la musique tropicale. «Za fa loso», ainsi fredonne-t-elle dans l’un de ses titres phares. En tout cas, l’ancienne danseuse de Jerry Marcoss fera vibrer les murs du Jao’s Pub à Ambohipo, ce soir, aux rythmes de sa musique.

Le groupe Kiaka

«Mozika Rock», c’est travers ce morceau que le groupe Kiaka signe son retour sur le devant de la scène. Car, effectivement, la dernière date où le groupe a été à l’affiche de la capitale remonte bien à des années.  La bande à Nini va proposer un répertoire étendu de ses grands succès, ce soir au Trass Tsiadana à partir de 21 heures tapantes.

Bodo et Iraimbilanja SK Melody Mandriambero

Bodo animera une soirée inédite au SK Melody Mandriambero. Sur scène, la diva de la musique malgache sera accompagnée du groupe de rock  Iraimbilanja. Il n’est pas de coutume que ces artistes aux talents inégalables partagent la même scène. Les noctambules pourront s’attendre à un concert qui sort du lot.

News Mada0 partages

Chronique: fonction Publique ,dancing des fantômes

Les ministres qui se succèdent à gérer la Fonction Publique ont au moins en commun le mérite de faire montre de constance dans l’exercice qui consiste à exorciser la Fonction Publique de ces diablotins que les ministres eux-mêmes qualifient «fantômes». Les fantômes ont cette particularité du savoir-faire illusion : fondre souvent dans l’espace et parfois manifester des signes d’existence.

Depuis plus de vingt ans le spectacle d’une lutte contre les «fantômes» dure sans faire pour autant recettes, pareillement au bal des souris qui surgissent et en dansant grignotent le fromage dès que le chat n’est pas là. Pas tout à fait ça pourtant, ici on entend la présence de maître-chat. Chaque nouveau venu, dans ce rôle à l’égal du prédécesseur plus matamore que matador, se plait à reprendre le même discours  introduisant soi-disant une nouvelle dynamique dans la chasse qu’il va mener avec énergie. Ça n’y change rien aux valses dans le dancing. On ne les voit pas se trémousser sur la piste (aux postes de travail), nulle part aucun pointage ne signale leur présence, mais leurs passages froufroutent  dans le registre des appointements payés. «Pas pointés mais appointés» ?!? Sans croire au miracle on constate un mystère que l’on peine évidemment à comprendre. Comment l’administration au bout de tant d’années ne parvient-elle pas à établir un rapprochement des listes d’affectation à des postes effectifs avec la liste des émoluments qu’elle verse chaque mois ?

Aujourd’hui contre les fantômes le ministère brandit une arme qu’il présente fatale : une application du virtuel ! «Esprit es-tu là ?» En quelque sorte c’est sur leur terrain que l’on va combattre les fantômes : esprit contre esprit ! Spirituel, cher Ministre ! Il eut été cependant plus habile d’attendre les premiers résultats avant de vanter la recette.

Lorsque l’on entend parler de ce phénomène qui témoigne de l’incapacité de l’administration publique à certifier de l’effectivité individuelle des fonctionnaires auxquels l’Etat verse salaires, il n’est que légitime de s’interroger sur le crédit à accorder aux résultats de recensement en général et à la rectitude de la liste électorale en particulier.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Gaspillage, incohérence

On nous écrit :

Monsieur, vous devez avoir remarqué, comme tout le monde, sur les quais, dans les rues et boulevards de la ville, des militaires, en général assez mal ficelés, déambulant si mélancoliquement qu’ils semblent la personnification de l’ennui et du désœuvrement. Ce sont des permissionnaires dont les 25 jours de congé ont expiré depuis longtemps, et qui attendent qu’une décision soit prise à leur égard. En attendant, l’unique uniforme avec lequel ils sont arrivés tombe en loques et leurs chaussures, – quand il leur en reste, – feraient honte à un vagabond. Ici, l’Intendance ne veut, – ou ne peut, – leur en fournir.

Simplement logés et nourris à la caserne, ils ne touchent pas de prêt, de sorte que ceux qui sont sans ressources de chez eux se voient sans l’obligation de vendre leur ration de vin, s’ils veulent se procurer quelque tabac. Cependant tous portent des insignes établissant qu’ils ont fait leur devoir sur le front ; presque tous ont la croix de guerre, et même quelques-uns la fourragère. Nombreux sont également ceux qui ont reçu des blessures.

On ressent quelque honte à voir ainsi trainé en loques cet uniforme français aujourd’hui si noblement et si glorieusement porté ; surtout lorsque, à côté de ces permissionnaires, on voit passer de vulgaires tirailleurs malgaches proprement revêtus de jolis uniformes, et quelques-uns même portant une belle chaussure.

Cet état de choses ne constitue-t-il pas un outrage à l’uniforme français ?

On éprouve aussi un serrement de cœur à voir la réception, plutôt froide, qui a été faite à ces militaires, alors que les journaux nous font connaître les réceptions enthousiastes et les fêtes magnifiques dont ont été l’objet les permissionnaires de la Nouvelle-Calédonie, par exemple, soit à leur passage en Australie, de la part de la population anglaise, soit à leur arrivée dans la Colonie.

Ici !… On les a presque traités de déserteurs, et on les regarde comme des parias, alors que leur départ pour le front a été solennellement fêté !…

Étrange mentalité !…

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Hevitra mandalo, resaky ny mpitsimpona akotry: fanadinoana mitarika fanitsakitsahana fitsipika fototra

Loza no nitranga tamin’ireo mpampianatra Fram potraka an-dàlana teo amin’ny diany avy aty Antananarivo. Nanantena fanavotan-tena nefa notsenain-dRafahafatesana. Lanonana lehibe nomen’ny Filohampirenena voninahitra manokana ka natrehany am-batana mihintsy ny fanomezana ny mariky ny fandraisana ho mpiasam-panjakana an’ireo mpampianatra ireo. Setrin’ izany, natao adidy ho azy rehetra ny fahatongavana tao amin’izany lanonana izany, hahafahan’ny tsirairay mandray an-tanàna mivantana ilay taratasy manondrotra azy amin’izany toerana “mpampianatra mpiasam-panjakana”. Samy nianto-tena nanao izay mba afany amin’ny fanefana ny saran-dàlana ahatongavana aty andrenivohitra. Nitranga moa ny sampona, tsy afaka ihoarana noho ny loza teo amin’ny fifamoivoizana ary ankoatran’ireo naratra maro dia nisy namoy aina.

Amin’ny maha olona azy dia nampiseho firaiketam-po amin’ireo niharan-doza sy amin’ireo havany tompom-pahoriana ny mpitondra ambony ka nanapa-kevitra hamindra ilay fanekena nokasaina atolotra an’ireo tratran’ny fahafatesana ho an’izay olona akaikin’ny tsirairay tamin’izy ireo.

Zava-dehibe mitory hatsaram-po izany, nefa kosa fientanentanana mitory hadisoana eo amin’ny fomba fitantanana. Tsy trosa adidy amin’ny maty ity zo ho mpiasam-panjakana ity ka afaka afindra lova ho sitrahan’ny tompo-manjo. Zava-dehibe sady saro-pady izany fidirana ho mpiasam-panjakana izany. Fifaninanana no hany làlana ary noho ny hasiny dia misy fitsipika hentitra. Na inona na inona fahefana tsy misy ny fahafahana entina mandingana ireo fitsipika mipetraka ireo. Tànana efa zatra mitsotra eo amin’ny fandinganana ve ka manadino ny fetra sady antoky ny mangarahara, ny fitovian-jo sy ny fanajan-dalàna ? Sa efa sodokan’ny figalabonana amin’ny fanjakazakana ka lasa mihevitra ny tena ho tompony afaka manapatapaka tsy manam-petra ?  Ny fandraisana ireo mpampianatra Fram ho mpiasam-panjakana maharitra aza anie dia efa maro mpitsikera. Tsotra ny anton’ny tsikera miseho : fanondrotana ny fomba fampianarana ho an’ny zana-bahoaka no voalaza ho tanjona, fampihemorana ny fahaiza-mampianatra ireo mpampianatra hanatevin-daharana no entina anatanterahana izany fampisondrotana izany. Diso làlana angamba ka lasa any amin’ny famitahana no mivarina.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes: l’esprit de combat

Tout combat a son prix, autrement ça n’en serait pas un. Ainsi la manif des taxis n’a réussi à y faire participer qu’une minorité de pros. Les moments perdus à manifester ou à faire grève ont un coût qu’il faut bien que quelqu’un paie. Dans la pratique ce sacrifice revient à la charge de celui ou ceux qui utilisent manifestation ou grève comme moyen ou arme pour peser en faveur de leur revendication. Ici, on n’adhère pas à cette logique, pensant que seule une situation injuste oblige à entreprendre ces extrêmes que sont manifs et grèves. Devoir en payer le prix constitue une deuxième peine aux yeux de ceux qui croient déjà subir une situation injuste. Telle est pourtant la règle… Alors ils sacrifient le combat.

News Mada0 partages

Nodoran’ny jiolahy ny tranony: matin’ny hasemporana izy eni-mianaka

 

Tsy nisy tafavoaka velona, araka ny fitenenana. Eni-mianaka, tao anatin’ny fianakaviana iray, tao Ambatovaventy, Antsoantany, Antsirabe II no indray namoy ny ainy. Maty noho ny hasemporana tamin’ny nandoran’ny olon-dratsy ny tranony.  

Habibiana tsotra izao ny nihatra tamin’ireo eni-mianaka niharan’ny herisetran’ireo dahalo tao amin’ity tanàna ity, afakomaly alina. Araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana, tsy mbola fantatra mazava izay tena ambadik’ity raharaha ity fa na valifaty na sotasota tsotra izao. Tokantrano iray misy fianakaviana eni-mianaka ity lasibatry ny dahalo ity. Nodoran’ireo dahalo avy any ivelany ny trano ka sempotry ny afo tsy nisy tafavoaka tao an-trano ireo niharam-boina. Vokany, sempotra tao an-trano izy eni-mianaka ka tsy nisy tafavoaka ny trano intsony. Araka ny fanazavan’ireo olona eo amin’ny manodidina, tsy nisy naheno ny nahatongavan’ireo malaso fa afo efa nijoalajoala ny nahataitra ireo olona ao an-tanàna. Niezaka nanao izay ho afany ihany ireo mponina tamin’ny famonjena, saingy tsy avotra intsony izy eni-mianaka. Isan’ny faritra malaza amin’ny asan-dahalo iny faritra iny ka maro amin’ireo mponina any an-toerana ny mihorohoro amin’izao fotoana izao.

Halatra omby narahina doro trano

Dahalo 20 nitondra basim-borona koa indray nirodorodo nanafika tao Marotaolana Antsiafabositra Maevatanana, afakomaly maraina. Niditra an-keriny tao an-tanàna ireo malaso ka tsy afa-nihetsika ireo mponina fa nanaiky lembenana fotsiny. Vokany, lasan’ireo dahalo nandritra ity fanafihana ity ny omby 50 mahery. Tsy vitan’izay fa mbola nodoran’ireo dahalo koa ny trano miisa 10. Olona iray naratra mafy vokatr’izany. Lasa niatsinanana ny dian’omby. Nalefa avy hatrany eny amin’ny CSB II Antsiafabositra ilay olona naratra. Nanao fanarahan-dia sy nanao fanakanana kizo avy hatrany ny zandary sy miaramila.

Fa dahalo tsy fantatra isa koa nitondra basim-borona nanafika tao Ampany, fokontany Ambohitsavirano Ambohimilanja Manandriana, afakomaly ihany. Tsy nanaiky lembenana ny fokonolona tao an-toerana fa nanohitra ireo malaso ka tsy nahazo na inona na inona ry zalahy. Nanara-dia avy hatrany ny zandary avy ao amin’ny poste fixe Ambohimilanja.

Mandry an-driran’antsy hatrany ireo mponina amin’ny faritra mena amin’ny asan-dahalo. Misy ny ezaka ataon’ny mpitandro filaminana amin’ny famongorana ny asan-dahalo, saingy mihamivoatra hatrany koa ny asan-dahalo. Manginy fotsiny ny tsy fahampian’ny fitaovana eo am-pelatanan’ny mpitandro filaminana. Zary lasa miala andraikitra amin’ny hoe efa mandray ny andraikiny ny fitondram-panjakana amin’ny toe-javatra toy izao.

J.C

News Mada0 partages

67HA nord-ouest: Samva pas…du tout, SOS débouchage

Une situation devenue de plus en plus invivable et insupportable. Nuit et jour, 24h sur 24 h, parfois durant une semaine, certains quartiers de la Cité vivent carrément dans une merde, au sens propre comme au figuré, sans parler des odeurs nauséabondes et pestilentielles en cette période chaude. Et cet environnement malsain peut engendrer de grands problèmes de santé.

Fréquemment, les buses d’évacuation d’eaux usées de la Cité datant du président Philibert Tsiranana, sont bouchées, entraînant le débordement des regards de tout-à-l’égout reliant plusieurs secteurs. La population est désemparée et n’a vraiment le choix que de vivre avec. Comme solution de fortune, les habitants ont posé un bloc de pierre sur chaque couvercle des dalles afin de limiter les dégâts. Mais cela n’empêche pas les eaux usées mélangées avec des excréments de se frayer un chemin.

Les habitants de la Cité se demandent parfois si les responsables du Service Autonome de Maintenance de la Ville d’Antananarivo (Samva) sont au courant de la réalité sur le terrain. Car force est de constater que les agents de curage, mal équipés, ont eu du mal à déboucher les canalisations à vannes.

A titre d’exemple dans un secteur, cela fait déjà des jours qu’un ruisseau d’eaux usées intarissables fait partie du paysage. La fin de la semaine dernière, des agents sont arrivés sur les lieux, mais leur nouvelle tentative de débouchage a de nouveau été vouée à l’échec. Lundi dernier, ils sont revenus à la charge, mais en vain. Les eaux usées coulent à flots au grand dam de la population.

Un problème de fer rond !

D’après l’un des agents, le fer rond à leur disposition n’est pas largement assez long pour curer à fond les buses obstruées. Et même s’ils arrivent à résoudre le problème, cela ne dure jamais longtemps. Juste quelques jours de répit et on s’attend à un refoulement de tout-à-l’égout.

A vrai dire, ce manque de matériel ne date pas d’hier. A un moment donné, ayant eu ras-le-bol de la situation, les habitants d’un quartier ont même cotisé pour acheter un fer rond plus résistant. Peut-être que le Samva n’est pas au courant d’une telle contribution de la population qui continue à payer le prix fort.

Certes, les buses d’évacuation d’eaux usées de la Cité sont saturées. Vétustes, elles ne répondent plus aux besoins de la population dont le nombre s’accroît au fil des années. Et force est aussi de constater un certain laisser-aller au niveau des habitants  qui ont besoin d’une large sensibilisation sur l’utilisation de leurs fosses septiques.

Le temps n’est pas encore à la pluie. Et quand ce sera le cas, la Cité des 67Ha se transformera en Venise durant des heures. Et avec ce problème d’écoulement d’eaux usées, le décor sera encore plus catastrophique. SOS débouchage.

JR.

News Mada0 partages

Antanifotsy: six membres d’une famille meurent asphyxiés

Règlement de comptes ? Une famille entière a été décimée à Ambatovaventy. Les brutes n’en voulaient pas à son argent. Dans la nuit du 20 septembre, à Ambatovaventy Antanifotsy, six membres d’une famille, à savoir un couple et ses quatre enfants, ont été assassinés dans leur maison. Vers minuit, des individus armés sont venus attaquer le foyer de cette famille de commerçant.

Selon un employé de la victime, les assaillants l’ont pris au dépourvu et l’ont ligoté. Ceci étant, les bandits se sont introduits facilement dans la maison. Ils sont montés directement à l’étage à pas de chat pour retrouver la famille qui dormait à poings fermés. Après un réveil en sursaut, le père de famille leur aurait offert de l’argent mais les malfaiteurs ont fait savoir qu’ils n’étaient pas venus pour cela. Par la suite, les intrus ont enfermé les malheureux dans une pièce se trouvant dans l’aile Est de l’étage avant d’incendier la maison. Ils ont également ouvert le robinet d’une bouteille de butane, en vue de suffoquer probablement la maisonnée. Puis ils sont partis sans rien emporter.

Ayant réussi à se libérer, l’employé est allé chercher de l’aide. Sitôt alertés, les villageois se sont dépêchés sur les lieux mais ils ont mis du temps à accéder dans la pièce étant donné que les portes et fenêtres de la maison en feu étaient bien fermées. Peu de temps après, ils ont envoyé d’urgence les victimes au dispensaire. Malgré tout, ces dernières n’ont pas survécu à l’asphyxie.

A leur arrivée, les gendarmes ont encore senti une forte odeur d’ammoniac. Ils ont aussi retrouvé la bonbonne de gaz. D’après les premiers éléments de l’enquête, il s’agit probablement d’un règlement de comptes car un bœuf et d’autres objets de valeur ont été encore découverts sur les lieux.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

Peste pulmonaire dans la capitale: six cas suspects traités à Ambohimiandra

Sans pour autant vouloir créer la panique, la peste pulmonaire aurait existé dans quelques quartiers de la capitale. Une dizaine de cas suspects ont été notifiés jusqu’ici, dont six sont encore en cours de traitements à l’hôpital d’Ambohimiandra.

Mieux vaut tard que jamais ! La capitale ne se mobilise que maintenant après la mort suspecte, due à la peste pulmonaire, d’une patiente ayant été soignée au sein d’un hôpital dans la ville, qui aurait contracté la maladie à Toamasina. Une série de campagnes de désinfection et d’aspersion d’insecticide dans différents quartiers de la capitale sont actuellement au programme pour essayer de maîtriser la propagation de la maladie, qui a déjà gagné une certaine ampleur.

Il aura fallu la détection d’une dizaine de cas suspects, qui ont été positifs au Test de diagnostic rapide (TDR) pour que les responsables agissent. Des volontaires de la Croix-Rouge malgache (CRM) sont mobilisés pour sensibiliser la population dans certains quartiers, entre autres à Soavimasoandro, Ambodihady, Ambodivona, Ampasapito, Andraisoro ou encore Ambohipo…

« Cette campagne se poursuit, ce jour, dans les quartiers d’Andavamamba, Anosibe, Antohomadinika et leurs environs », a informé le ministre de la Santé, le Pr. Mamy Lalatiana Andriamanarivo, mercredi.

Une tente installée à Ambohimiandra

Sur ces dix cas suspects dans la ville des Mille, six suivent encore des traitements à l’hôpital d’Ambohimiandra, si les autres sont déjà guéris, selon une source informée, ayant requis l’anonymat.

« Parmi lesquels, de nouveaux cas, dont celui suspecté à Manjakaray avant-hier, et un autre détecté dans les zones concernées par la campagne de désinfection, qui  viennent d’être admis au sein de ce centre de prise en charge des pesteux », a-t-on précisé. En vue de prévenir une éventuelle hausse du nombre de patients, le ministère de la Santé, en partenariat avec le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNRGC) et le service mobile d’investigation, a installé sur les lieux une tente, prête à

l’utilisation si besoin est. Sachant que la capacité d’accueil de cet établissement est limitée.

En se référant aux statistiques actuelles, le nombre de cas de peste, pulmonaire et bubonique confondus, connait déjà un pic alors que la saison pesteuse commence à peine. Le directeur de la Promotion de la Santé (DPS), le Dr Manitra Rakotoarivony de faire savoir qu’une soixantaine de cas suspects de peste ont été notifiés depuis le début de la saison en début de ce mois, dont 50 cas traités et guéris et 10 décès. Sur ces décès, cinq sont des cas sporadiques, survenus très tôt en dehors de la saison pesteuse actuelle.

Rakoto

 

Ino Vaovao0 partages

FARITRA BETSIBOKA : Asan-dahalo mahery vaika, tafakatra dimy ireo namoy ny ainy

Raha tsiahivina kely dia ny alatsinainy alina lasa teo no tonga nanafika tao an-toerana ireo malaso 30 lahy nitam-basy ary nandravarava ka omby miisa zato miampy takalon’aina vehivavy iray no lasan’izy ireo, tamin’io fotoana io. Ireo miaramila mpampandry tany niaraka tamin’ireo fokonolona no nanatanteraka fanarahan-dia avy hatrany taorian’izay ka olona miisa efatra no maty voatifitra tamin’ny fifandonana.

Fantatra ary fa dahalo iray, miampy jado roa ary miaramila mpampandry tany iray no namoy ny ainy. Tsy nilavo lefona ireo mponina sy ny zandary noho izay fifanjevoana izay fa mbola notohizana hatrany ny fanarahan-dia. Ny omby sy ny takalon’aina mbola tsy tafaverina rahateo ka nivonona izy ireo nanohitra ireto mpangalatr’omby. Araka ny tatitra voaray farany momba ny fanarahan-dia no nahalalana fa malaso iray antsoina hoe Rakotomalala Gervais indray no lavon’ny bala rehefa nifanehitra tamin’ireo mpanara-dia, ny talata lasa teo.

Marihana fa tao anatin’ny kizon’ny fokontanin’Antanandava no nifanena izy ireo ary dahalo maromaro no niaraka saingy ny iray ihany aloha hatreto no voatifitra ary mbola tafaporitsaka hatrany ireo namany. Tsy mijanona eo araka izany ny fanarahan-dia fa mbola karohina fatratra ireo dahalo maromaro, etsy andaniny ny mbola tsy nahatafaverenan’ireo omby nangalarina sy ilay vehivavy lasa takalon’aina. Ny borigadin’i Tsaratanàna ihany aloha no misahana ny fikarohana ireo dahalo sy ny famotorana rehetra.

Andrasana indray izay mety ho fivoaran’ny toe-draharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA : 5 lahy mitam-piadiana nanafika tokantrano iray tao Mangarano Avaratra

Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana dia jiolahy nitam-piadiana miisa dimy no tonga niditra tao an-trano ka tonga dia nampihorohoro avy hatrany. Noho ny hery tsy mitovy dia tsy sahy nanohitra ny tompon-trano ka nanaram-po namoaka ny entana ireo mpangalatra. Porofon’izany dia ny fanaka sarobidy rehetra tao an-trano sy firavaka volamena dia tapitra lasan’izy ireo avokoa.

Raha ny fanazavana voaray ihany dia niampy vola mitentina efatra hetsy ariary ihany koa ireo fananana very, ka tonga dia nitsoaka ireo jiolahy taorian’izay fandrobana izay. Teo vao nampandre ny Polisy ireto voatafika ka tonga nijery ifotony ny zava-niseho izy ireo ary nanao tombana ny zavatra very.

Tsy hita popoka intsony ireo jiolahy hatreto ka eo am-panaovana ny famotorana ny mpitandro filaminana amin’izao fotoana izao. Manoloana izay tranga izay dia nanentana ny mponina ireo Polisy ao Mangarano mba hiara-hiasa amin’izy ireo satria dia mitady hanjaka indray tato ho ato ny tsy fandriam-pahalemana ao amin’ny manodidina ankehitriny.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA FARAN’NY HERINANDRO : Anjaranao sisa no misafidy izay metimety aminao

ROCK

Hanafana ny sehatry ny Trass Tsiadana i Kiaka

Anio manomboka amin’ny 9ora alina, hanafana ny sehatry ny Trass Tsiadana i Kiaka. Hahazo laka eny an-toerana indray ny mozika rock amin’io fotoana. Hitondra ireo hira nankafizan’ny mpankafy azy hatramin’izay ny tarika amin’io alim-pandihizana io, toy ny « Ny any aminay » sy « Soavaly metaly ». Mampanantena ary tsy mitsahatra hanome fahafaham-po ireo mpankafy hatrany ny mpanakanto amin’io fotoana io.

HIRA MADINIKA

Hiangaly ny hiran’ny fo etsy amin’ny Karibotel Twenty Six 26 i Tovo J’hay

Hampilanonana ireo mpankafy amin’ny mozika hira madinika sy fiangaliany ny hiran’ny fo i Tovo J’hay anio etsy amin’ny Karibotel Six 26. Manomboka amin’ny 9ora ny alim-pandihizana ary ho hirainy amin’io fotoana io avokoa ireo hiram-pitiavana nandona ny fon’ireo mpankafy azy hatramin’izay. Vonona hanome fahafaham-po ireo tonga hanotrona azy ny mpanakanto anio, ka mampanantena ny ambiansy ho an’ny tsirairay.

GASIGASY SY ROCK

Hampilanonana i Bodo sy Iraimbilanja etsy amin’ny Sk Melody Mandriambero

Mpanakanto roa manana ny maha izy azy eo amin’ny sehatry ny mozika no hanafana ny toeram-pilanonana Sk Melody Mandriambero anio, manomboka amin’ny 9ora alina. Seho takariva manokana nokarakarain’ny Drb (Dia RaimBakana) no hotontosain’i Bodo sy Iraimbilanja ity. Hitondra ny mozika gasigasy sy « variété » ny andriambavilanitra amin’io ary dia hohirainy ao avokoa ireo hira nampalaza azy teo amin’ny sehatry ny mozika, toy ny « Mangahiahy » sy « Aim-panahy ».

Fantatra eo amin’ny vazo evanjelika ihany koa i Bodo ary dia hahazo fahafaham-po avokoa ireo tonga hanotrona rehetra. Tsy ho latsa-danja amin’izany ihany koa ireo mpankafy gadona rock amin’io alim-pandihizana io satria dia hanakoako eny an-toerana ny “Tsindrimandry” sy “Alitara”. Mampanantena ambiansy tanteraka ho an’ireo mpankafy ireto mpanakanto roa fanta-daza amin’ny mozika ireto amin’io fotoana.

MOZIKA METALY

Hitondra ny talentany etsy amin’ny Piment Café Behoririka i Dekapy’s Band

Tarika miangaly ny mozika metaly na hoe mozika mavesatra i Dekapy’s Band. Anio manomboka amin’ny 9 ora alina no hitondran’ity tarika ity ny seho takariva miavaka hanafana ny sehatry ny Piment Café Behoririka. Fantatra fa anisany mpitendry gitara tao amin’ny Green i Dekapy ka izao nandeha irery nitondra ny tarikany izao indray. Hitondra ny talentany izay tena mampiavaka ny tarika izy dimy lahy ireto amin’io fotoana io ary dia ny mozika metaly no hahazo laka eny an-toerana.

RNB

Manal’azy party etsy amin’ny O !Festif Rasta Andoharanofotsy

Hahazo laka eny amin’ny O !Festif Rasta Andoharanofotsy ny gadona rnb, anio manomboka amin’ny 9ora alina. Tanora hita taratra eo amin’ny sehatry ny mozika i Arione Joy tato anatin’ny 2taona izay ka misongadina tokoa ny tovolahy. Ny gadona rnb no tena ahafantarana azy io ka amin’io Manal’azy party io indray no hanomezany fahafaham-po ireo tanora mankafy ilay vazo. Hisy ihany koa ireo Dj hanafana mandritra io seho takariva natokana ho an’ity tanora ity. Tsy voafetra ny fotoana amin’io fa ho mandra-paharainan’ny andro.

KAWITRY

Hafotaka etsy amin’ny Jao’s Pub Ambohipo

Ela tsy tazana. Hanafana ny lapihazon’i Jao’s Pub Ambohipo indray i Farah John’s anio, manomboka amin’ny 8ora alina. Hitondra ireo mozika mafana nahafantarana azy hatramin’izay ny andriambavilanitra avy any amin’ny Faritra Sava ity amin’io seho takariva io. Gadona maro no ahafantarana azy io ka anisan’izany ny “Coupé decalé” sy ny “Zouk love” ary ny “kawitry”. Mpandihy tao amin’ny tarika Jerry Marcoss no nahafantarana an’i Farah John’s, mialoha ny nandehanany manokana izao. Misongadina tokoa ny mpanakanto eo amin’ny sehatry ny mozika. Ambiansy tropikaly tanteraka no hanjaka amin’io.

VARIETE

Angie ambavilanitra etsy amin’ny Is’art Galerie

Hanatanteraka seho takariva eny amin’ny Is’art Galerie i Angie ambavilanitra anio, manomboka amin’ny 7ora hariva. Mpanakanto avy any amin’ny Faritra Betsimisaraka iny izy io ary gadona mozika basesa avy any an-toerana ihany no noentiny nampisandratra azy teo amin’ity sehatry ny mozika ity. Mivoy ny gadona maro samihafa ihany koa ny mpanakanto, toy ny reggae sns. Amin’io seho takariva hotontosainy io no hitondrany ireo hira nahafantarana azy tahaka ny “Maso adala” sy “Douda”. Mampanantena ambiansy ho an’ireo mpankafy azy i Angie amin’io fotoana io.

Pounie

News Mada0 partages

FMI- FEC: le prochain décaissement attendu en novembre

La mission d’évaluation du Fonds monétaire international (FMI) pour la deuxième revue du programme des réformes économiques, appuyé par la Facilité élargie de crédit (FEC), s’est achevée, hier. Le prochain décaissement dans le cadre de cet accord est prévu en novembre, après la décision finale du Conseil d’administration du FMI. Sur ce point, Marshal Mills a donné une conférence de presse hier à Antaninarenina.

Un autre décaissement de 30 millions de DTS (45 millions USD) est attendu fin novembre dans le cadre de l’accord signé entre le gouvernement malgache et le FMI, en juillet 2016, relatif au programme économique appuyé par la Facilité élargie de crédit (FEC). Cela, après la mission d’évaluation du FMI à Madagascar qui s’est achevée, hier. La décision finale revient toutefois au Conseil d’administration de l’institution.

Une croissance économique de 4,1% prévue

Le FMI reste positif quant à la relance économique à Madagascar, en dépit de quelque retard concernant certains objectifs.  «La croissance économique devrait atteindre

4,1 % en 2017. Bien que ce taux soit un des plus élevés en Afrique subsaharienne, il est en dessus des attentes, notamment en raison des effets du cyclone et de la sécheresse sur les secteurs agricoles et la production hydroélectrique. La croissance est prévue de s’accélérer à 5,1 % en 2018, portée par la hausse de l’investissement public et un rebond dans le secteur agricole», peut-on lire dans le communiqué officiel de la mission du FMI.

Des mesures budgétaires à prendre

 «Tous les critères de réalisation quantitatifs fixés pour fin juin ont été respectés». Toutefois, «Les autorités devraient mettre en œuvre des mesures budgétaires supplémentaires pour compenser les dépenses imprévues, notamment les dépenses salariales supérieures aux prévisions. L’exécution des projets d’investissement financés sur ressources extérieures devrait également être accélérée», a précisé Marshal Mills.

Par ailleurs, le FMI a encore mis un point particulier sur la réduction des transferts vers la société d’Etat, en particulier la Jirama, pour plus d’équilibre budgétaire.

Riana R.

News Mada0 partages

Alliance voahary gasy: « Tokony hodorana ny tahiry andramena »

Anisan’ny andrasan’ny rafitra iraisam-pirenena Cites ny fanenjehana sy famaizana ny mpanao trafika andramena. Tsy vita koa ny fanisana ireo tahiry giazana sy mbola any am- pelatanan’ny mpandraharaha.

Matory manan-draharaha! Hatreto, tsy hita intsony ny paikady sy ny zava-bitan’ny fitondrana mikasika ny ady amin’ny trafika andramena. Nambaran’ny filohan’ny filankevi-pitantanan’ny Alliance voahary gasy (AVG), Razakamanarina Ndranto, fa tsy tanteraky ny fanjakana ny fepetra napetraky ny rafitra iraisam-pirenena mitantana ny varotra biby sy zavamaniry ahina ho lany tamingana (Cites). Manodidina ny enina ny fepetra notakiny, ka ao anatin’izany ny fanenjehana sy fanasaziana ny mpanao trafika. Eo koa ny fanisana ny tahiry andramena giazan’ny fanjakana.

Ho an’ny AVG, tsy azo amidy ary tokony hodorana mihitsy aza ireo tahiry andramena ireo. Antony, hiteraka adihevitra be ny fivarotana azy ireo sady akaiky indray ity ny fifidianana, ka sao hisy hamitaka na hanome toky fahatany ny mpifidy mikasika ny andramena.

Mikasika ireo roa ireo, nolanin’ny Antenimiera roa tonta ny fitsarana manokana andramena, saingy tsy nisy asa nataony na iray aza. Tsy misy koa ny mpikambana ao anatiny. Faharoa, maherin’ny 27.000 ny andramena nogiazana voaisa, nefa lazaina fa misy hatrany amin’ny 2 tapitrisa ny bolabola any am-pelatanan’ny mpandraharaha.

Nivadika nanao lavanila

Manampy ireo, tsy nisy tohiny mihitsy ny fepetra ara-pitsarana noraisin’ny fitondrana mikasika ireo tompon’andraikitra voarohirohy tamin’ny raharaha 30.000 andramena tany Singapour, ny taona 2016.

Azo ekena fa mangingina ireo mpanao trafika, ary misy ny milaza fa nivadika nandraharaha amin’ny lafiny lavanila indray izy ireo, satria any indray ny volabe, 400 dolara ny kilaon’ny masaka (1.200.000 Ar).

Randria

News Mada0 partages

MPTDN: mitsinjo ny ray aman-dreny

Ankoatry ny andraikitra tandrify azy, tsy ataon’ny minisiteran’ny Paositra sy ny fifandraisan-davitra ary ny fampiroboroboana ny niomerika (MPTDN), ny lafiny sosialy. Amin’izao fotoana fidiran’ny mpianatra izao, tsapan’ity minisitera ity ny fahasahiranan’ny ray aman-dreny, ka nanolorany fitaovam-pianarana maro tetsy amin’ny EPP Anatihazo Isotry, omaly. Kojakojam-pianarana ahitana, kitapo, kahie, pensilihazo miloko ary fitsipika. Ho an’ny minisitry ny MPTDN, Rakotomamonjy A. Neypatraiky, adidy iombonana hananganana ny hoavin’ny taranaka ny fanabeazana. Anisan’ny ifotoran’ny minisitera ny fametrahana fitaovana niomerika any amin’ny sekolim-panjakana, toy ny fametrahana toerana filamatra sy famakiam-boky niomerika, fizarana solosaina tablette, hanehoana ny fanohanana ny tanora Malagasy.

Ankoatra izany, nasin’ny minisitra teny mikasika ny fanitsiana ny Lalampanorenana. Itovizany hevitra ny an’ny filoham-pirenena, mikasika ny tokony hanitsiana ny andininy faha-47 satria raha raisina io andalana io, hita fa tery ny fotoana hanomanana ny fifidianana raha tarafina ny hita hatramin’izay. Mila ovaina koa ny fitsipika mifehy ny sefo fokontany, tokony hampidirina ho anisan’ny vondrombahoakam-paritra itsinjaram-pahefana.

Njaka A.

News Mada0 partages

Les clichés de la semaine

La mission d’évaluation du FMI pour la deuxième revue du programme des réformes économiques, appuyé par la Facilité élargie de crédit (FEC), s’est achevée, hier.

Des armes et des munitions saisies par la police en fin de semaine.

Les propriétaires et les chauffeurs de taxi ont organisé une grève mardi dernier.

Une opération pilote de collecte de lampes a été menée au niveau de quatre fokontany se trouvant dans la commune urbaine d’Antananarivo.

Une délégation du staff de la Première dame s’est déplacée à l’HJRA au chevet de Nadia Razanaparany pour remettre à cette dernière un appui financier d’un montant de 4.000.000 d’ariary.

News Mada0 partages

Filoha malagasy tany amin’ny ONU: tsy arakaraka ny tena zava-misy sy ny atao ny kabary

Mby aiza marina ny raharaham-pirenena sy ny fiainam-bahoaka amin’izao fotoana izao? Tsy arakaraka ny tena zava-misy sy ny atao ny kabarin’ny filoha tamin’ny fivoriamben’ny Firenena mikambana.

« Mazava sy miharihary ny safidin’i Madagasikara. Apetraka ho ivon’ny asa imasoana ny fiahiana ny maha olona, ary efa natomboka tamin’ny taona 2014 ny fitondrana ny Malagasy ho amin’ny fiainana tsaratsara kokoa. »

Anisan’ny kabarin’ny filoha Rajaonarimampianina tamin’ny fivoriambe faha-72 eo anivon’ny Firenena mikambana (ONU), tany New York, Etazonia, omaly, io. Laharaham-pahamehan’ny fitondrana ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana sy ny fiahiana ny maha olona, nametrahana ny politikam-pirenena momba ny fampandrosoana hatramin’ny taona 2019.

Mahabe kabary izay tena olana eto an-toerana

Nasiany teny koa, ohatra, ny amin’ny fitsinjarana ara-drariny ny harena, ny fametrahana faritra manokana ara-toekarena (Zes) roa, ny famokarana mitodika amin’ny tsena, ny fanatsarana ny fananan-tany, ny fampitomboana ny velaran-tany amokarana, ny fampitomboana ny fari-dranomasina arovana hifehezana ny harem-pirenena…

Mahatratra 4% ny tahan’ny harinkarena faobe, ho 5% izany amin’ny taona 2018, ary ho 6% amin’ny 2020. Tsy maintsy ampihenana ny fahantrana, ka arindra ny andrimpanjakana sy ny fahaiza-mitantana. Eo koa ny fitoniana politika amin’ny fanaovana fampihavanam-pirenena, ny fanamafisana fahaleovantenan’ny fitsarana, ny fampanjakana ny demokrasia, ny fanajana  ny zon’olombelona…

Nefa hafa ny tena zava-misy izay atao…

Araka izay mampitsamboaboatra tokoa ve ny zava-misy sy ny atao? Eo ny vahoaka ifotony mahalala sy miaina ary mitsara izay zava-misy sy izay vita, tsy mila porofoina. Tena mihatsara ve ny fiainam-bahoaka hatramin’ny taona 2014 no ho mankaty?

Tsy hita izay hoe maha laharaham-pahamehana ny fampanjakana ny fandriampahalemana, ny fiahiana ny maha olona, ny fampihenana ny fahantrana… Ratsy lavitra noho ny teo aloha aza no iainan’ny vahoaka isan’andro vaky.

Toy izany koa ny amin’ny fahaleovantenan’ny fitsarana, ny fampanjakana ny demokrasia, ny fanajana ny zon’olombelona… Raha tsy hiteny afa-tsy tapiany vitsivitsy, voarirarira lava hatramin’izao, ohatra, ny fitakian’ny sendikàn’ny mpitsara, ny « Raharaha Antsakabary », ny tsy fahazoana maneho hevitra an-dalambe, ny tsy fahazoan’ny mpanohitra ny toerany eo anivon’ny parlemanta…

Tsy araka ny tena zava-misy sy ny atao ny kabary? Ho azo amin’izany ve ny anivon’ny  sehatra iraisam-pirenena, izay misy mahalala be lavitra no ho izay iainan’ny vahoaka aza…

R. Nd.

News Mada0 partages

Angaredon’ny mpanao politika: « Tsy maintsy hirosoana ny fifidianana amin’ny 2018 »

Ranolava ny fanambarana fanoherana. Niray feo ireo antoko politika maromaro tsy mankasitraka ny fikasan’ny mpitondra.  “Manamafy izahay manao sonia fa tsy fotoana hanovana na hanitsiana lalàmpanoreana izao, na inona antony na inona. Tsy maintsy hirosoana ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny taona 2018”, hoy izy ireo. Tsy vitan’izany fa mbola miantso ny hery rehetra ireto mpanao politika ireto. Anisan’izany ny andriampanjakana, ny Ceni, ny fiarahamonim-pirenena, ny mpanao politika ary koa ny fianakaviambe iraisam-pirenena, miaraka amin’ny vahoaka tsivakivolo. “Mba hifantoka amin’ny anjara andraikiny avy hahatontosa antsakany sy andavany ny fifidianana filoham-pirenena hotanterahina ny taona 2018, ao anatin’ny fanarahan-dalàna, hitandrovana ny tombontsoa iombonana sy ny filaminana”, hoy ihany izy ireo. Anisan’ny nanasonia ny fanambarana, ny Praiminisitra teo aloha, Beriziky Omer, ny filoha nasionalin’ny antoko Malagasy miara-miainga Andrianainarivelo Hajo, ny avy amin’ny PSD, Bezaza Eliana. Eo koa ny filoha nasionalin’ny antoko liberaly demokraty (PLD), Rabeharisoa Saraha. Ny mpanao politika avy amin’ny Olona hasin’ny tany (OHT), ny Dr Raharisaina Hery  sy Ratsimbazafy Francine.

Hampidi-doza sy hiteraka korontana

Tsiahivina fa efa nialoha lalana izao fanambarana izao ny hevitry ny antoko politika maromaro, toy ny Malagasy miara-miainga, ny avy amin’ny Maitso hasin’i Madagasikara. Ireo avy amin’ny fiarahamonim-pirenena maromaro aza moa, efa nanao angaredona amin’ny mpitondra ary nampitandrina fa hampidi-doza sy hiteraka korontana eto amin’ny firenena ny amboletran’ny fitondrana hampanao fitsapan-kevi-bahoaka.

Mazava koa ny nambaran’ny eo anivon’ny fianakaviambe iraisam-pirenena. Anisan’ny mitarika izany ny eo anivon’ny Pnud sy ny Amerikanina, ny herinandro teo, ny amin’ny hifantohan’ny rehetra amin’ny fiatrehana fifidianana filoham-pirenena amin’ny taona ho avy.

Midika izany fa honjohonjon’ny mpitondra samirery sy ny amboletrany sisa raha mbola hikiribiby hampanao izany fitsapan-kevi-bahoaka izany.

Synèse R.

News Mada0 partages

Sampan’ny antoko: mitohy ny hetsiky ny VMMM

Feno tanteraka ny fandaharam-potoana. Anjaran’ny eny Andoharanofotsy indray ny mandray ny fivarotan’ny Vehivavy malagasy miara-miainga (VMMM) ny kojakoja ilain’ny mpianatra amin’izao fidirana izao. Nialohavan’ny tany Ankadinandriana sy Ivato ary Vilihazo izany ary hitohy eny Ambohitrolomahitsy, ny asabotsy izao. Aorian’izany ny any amin’ny kaominina Mandrosoa Andramasina, ny alatsinainy izao.  “Atao amin’ny vidiny mirary izany mba hitsinjovana ny ray aman-dreny te hampiana-janaka. Efa fanaonay rahateo ny hetsika tahaka izao hamahana ny olana eny ifotony. Mivelatra koa anefa izany fa tsy mijanona ho an’ny mpianatra ihany. Manohana sy manampy ny mpiara-belona ”, hoy ny tompon’andraikitra eo anivon’ny VMMM. Anisan’izany ny fampiofanana mamaky teny sy manoratra, tanterahina eny amin’ny foiben-toeran’ny Malagasy miara-miainga eny Ankerana. Miditra indray izao ny andiany manaraka, taorian’ny nahavitan’ireo mpiofana teo aloha ny anjarany.

Synèse R.

News Mada0 partages

Golf – BNI Ringer Score: Sylvain, Ony et Rick Vallery toujours au top

Les tournois de golf se suivent mais ne se ressemblent pas. Pour sa part, l’International golf du Rova a abrité le 17e tour de la plus ancienne compétition golfique malgache, le BNI Ringer Score, dimanche dernier, à Andakana. Jusqu’ici, Sylvain Rabetsaroana chez les messieurs, Ony Marchand chez les dames et Rick Vallery Rajerison chez les juniors, maintiennent la bride et le trio de tête demeure inchangé.

Sylvain a rendu un carnet de 62 tout comme ses deux dauphins, Djawad Hiridjee et Benjamin Memmi. Dans le tableau féminin, Ony a bouclé le parcours avec un total de

66 contre 69 pour Monique Noyon, restant à la seconde position du classement. Ny Voara Raveloarison pointe à la 3e place avec un score de 70. Du côté des plus jeunes golfeurs, Rick Vallery fait preuve de régularité avec une carte de 64 au 7e tour, devançant ainsi Tamby Rakotonjanahary et Ony Rabenja qui sont respectivement crédités de 70 et 71.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Pétanque – Kanetibe: le festival s’ouvre au public

La Fédération malgache de pétanque tient à offrir la possibilité à tous les amateurs de la disciline de montrer ce qu’ils ont dans le ventre face à des boulistes de renom à l’occasion du Festival Kanetibe, dont le lancement du bouchon se fera demain au boulodrome de Paddock à Mahamasina.

«Bien des boulistes non licenciés ont fait part de leur souhait à la fédération. D’où cette décision d’inclure une formule open durant cette 3e édition ainsi que le 1er concours de tir de précision de la saison. La compétition fera également office de préparatifs pour les équipes nationales dames et juniors en vue des prochains championnats du monde de pétanque en Chine, le mois prochain», ont souligné les organisateurs hier au club CBT à Mahamasina.

Cette compétition se singularise parmi les précédentes éditions par les lots offerts aux méritants si l’on ne cite que la coquette somme de 1 million d’ariary qui sera offerte à la triplette vainqueur de la catégorie hommes.

Rojo N.

News Mada0 partages

Volley – Tompondakan’i Madagasikara: tsy nipoitra ny CNaPS, nomena ny zandary ny amboara

Tsy tonga niatrika ny lalao famaranana naverina eo amin’ny fiadiana ny tompondakan’i Madagasikara, taranja volley ball, ny ekipan’ny Cnaps. Mazava ho azy fa natolotra ny zandary tetsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina ny amboara.

Nomen’ny federasion’ny volley ball  ny klioban’ny zandary (GNVB) ny amboara, manamarika ny maha tomponadaka azy ireo. Nambaran’ny filohan’ny federasiona,  Andriamandimbisoa Jocelyn, fa tompondaka avy hatrany ny ekipa tonga miatrika ny famaranana. «  Efa nohamafisina izany fa miainga amin’ny fitsipika mifehy ara-teknika izahay ka tsy miova amin’izany », hoy izy. Tsiahivina fa anisan’ny antony namerenena ny lalao ny korontana niseho tany Toamasina, ka tsy nahavitana hatramin’ny farany ny fihaonana teo amin’ny GNVB sy ny CnaPS. Nanapa-kevitra ny eo anivon’ny Federasiona fa haverina ny lalao ary tokony notanterahina, omaly izany. Tsy nipoitra anefa ny ekipan’ny Cnaps raha efa nivonona hiakatra kianja kosa ny zandary.

Araka izany, vita hatreo izany ny taom-pilalaovana ho an’ity taranja ity eto amintsika ary efa miomana amin’ny fifaninanana eo anivon’ny faritra fahafito “Zone7” indray izao. “Tsy tokony hiseho intsony ny zava-nitranga tany Toamasina ary tsy hiditra amin’ny fanasaziana. Noho ny antony maro samihafa, tsy maintsy notazonina ny andro androany tokony nanaovana ny lalao”, hoy ny mpitantana.

Mihevitra ny hibata ny amboaran’ny CCCOI

Etsy andaniny, nilaza ny filohan’ny GNVB, ny Kly Rakotomalala Heriniana fa tsy tokony hiteny izy ireo , saingy nahatsapa fa betsaka ny vaovao tsy marina navoakan’ny klioba mpifanandrina taminy. “Sarotra ny nitandro ny fandriampahalemana tao amin’ny kianja ka tsy misy omena tsiny ny rehetra. Ny zandary tsy nikasi-tanana izany ary aoka tsy holotoina ny volley, efa manomboka miarina. Tsy afaka mirehareha izahay na efa nahazo fanineniny ny anaram-boninahitra aza… Aleo hijanona ny fampiadiana ny mpilalao fa tsy misy manana tombotsoa amin’izany. Tsy misy olana amin’ny klioba roa tonta ”, hoy izy. Natsidiny sahady fa miketrika ny haka fanintelony ny amboaran’ny CCCOI,  hatao atsy Seychelles izy ireo, amin’ny dingana manaraka.

Synèse R.

News Mada0 partages

Festival kanetibe: 1 tapitrisa Ar ho an’ny voalohany

Hotanterahina, ny asabotsy izao, etsy amin’ny Paddock Mahamasina, ny andiany fahatelo, amin’ny “Festival kanetibe”. Hiavaka ity andiany fahatelo ity, satria hotolarana lelavola 1 tapitrisa Ar, ny voalohany eo amin’ny sokajy olon-telo miaraka lehilahy, raha 300.000 Ar  ho an’ny faharoa.

Nampidirina ho anisan’ny hifaninanana koa ny “tir de precision”, sambany ary voalohany. Tanjon’ny federasiona ny fiantsoana ireo mpilalao rehetra manerana ny Nosy ary hanentanana koa ireo mpankafy, handray anjara. Maro ireo mpilalao any anelakelan-trano, manana ny fahaiza-manaony saingy tsy manana sehatra hanehoany ny talentany. Afaka mandray anjara daholo ny rehetra amin’ity fifaninanana ity. Hitiliana ny taninketsan’ny tsipy kanetibe rahateo  ity “Festival kanetibe”, ity sady fanomanana ireo ekipa tompondakan’i Madagasikara, sokajy “junior”, sy vehivavy, amin’ny fiatrehana ny ho tompondaka eran-tany, hatao any Sina, ny volana novambra ho avy izao.

Torcelin

News Mada0 partages

Ho tonga tsy ho ela…: manomana seho goavana eto an-tanindrazana i Lalatiana

“Rahoviana ihany?”. Voavaly amin’izay ny fanontanian’ireo mpankafy. Ho avy i Lalatiana, ary hifamotoana amin’ireo naniry izany. Haverina eny amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena ny seho, ho famaliana ny fangatahan’ny rehetra.

“Hozaraiko aminao ireo tahiriko tsara indrindra…” Fampanantenana nomen’i Lalatiana ireo mpankafy azy, tao amin’ny pejy “Facebook” io. Mahakasika indrindra ilay fotoan-dehibe, hiverenany hiaka-tsehatra irery, etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina io, ny alahady 8 oktobra ho avy izao, manomboka amin’ny 3 ora tolakandro tsy diso.Seho goavana satria aman-taony no efa niandrasana izany. Ho an’ireo nahatsiaro mantsy, tamin’ny taona 2012, izany hoe 5 taona lasa izay ny fiarahana farany tao amin’ity lapa ity. Tsy famerenana fotsiny ilay seho tamin’izany, fa fitondrana zava-baovao ho an’ny mpankafy, nandritra izay fotoana maro tsy nihaonana izay ihany koa izy ity.Mivelatra amin’ireo tanoraEfa niatrika ny famerenana, nandritra ny andro vitsivitsy izay, ireo mpitendry hanaraka an’i Lalatiana amin’ity indray mitoraka ity. Tsikaritra fa niantso ireo tanora manan-talenta eo amin’ny zavamaneno ity mpanakanto ity, hiaraka aminy. Nitombo isa ihany koa izany, mba hahafeno ny fampisehoana. Tazana ao anatin’ny ekipa, ohatra, ireo mpiangaly ny zavamaneno tsofina toa an-dry Anjaniony, Andriniony, Andry Mika. Eo koa ry Solofo Bota sy Njaka eo amin’ny vata maroafitsoka, Nini eo amin’ny amponga maroanaka, Henintsoa eo amin’ny gitara beso, ny Anaa Quator eo ami’ny feo lafika ary ireo mpitendry zavamaneno misy tadiny. Ho avy hiaraka amin’i Lalatiana i Rija Randrianavonisoa, mpitendry gitara mpanaraka azy any ivelany any. Maromaro rahateo ny ketrika niarahan’izy ireo, ka fotoana hanomezana fofompofony amin’izany io seho io. Santioany amin’izany ireo hira tranainy teto afovoan-tany, naverin’izy mianadahy.Na izany aza, tsy hadinoana hatrany ireo hira nanamarika vanim-potoana, nankafizan’ny maro an’i Lalatiana. Misy amin’ireny no voarakitra ao anatin’ny rakikira “Ianao no namako” sy “i-Malala”, ankoatra ireo hiran’i Albert Rajaofara, rain’i Lalatiana, izay hanomanany rakikira manokana ihany koa.Mitady kalitao hatranyAnisan’ny seho nahafantaran’ny maro ny mi’Ritsoka Production ilay tao amin’ny lapan’ny Fanantanjahantena ny taona 2012. Nanamarika rahateo ny fiverenan’i Lalatiana an-tanindrazana iny, ka nezahina araka izay tratra ny nampiavaka azy. Nampanantena sahady kosa ny tompon’andraikitra ao amin’ity trano mpamokatra ity fa tsy ho latsa-danja amin’izany, ary vao mainka aza miezaka mitady ny kalitao tsaratsara kokoa ny amin’ity, mba hampiakarana hatrany ny lentan’ny fampisehoana eto Madagasikara.Vantany vao tonga amin’io herinandro mitsidika io dia hiatrika ny famerenana miaraka amin’ireo ekipa rehetra i Lalatiana sy i Rija Randrianavonisoa.  Efa mandroso kosa ny fikarakarana rehetra raha ny vaovao nampitain’ny tompon’andraikitra. Fantatra fa hivoaka anio avokoa ny tapakila rehetra ho an’ity seho handrasan’ny maro ity.

Zo ny Aina Randriatsiresy

News Mada0 partages

Rado Ramaherison: « Mila hanaovana ezaka ny fandikan-teny »

Hankalazaina ny 30 septambra ny « Andro iraisam-pirenena ho an’ny fandikan-teny ». Mandray anjara amin’ny fanamarihana izany i Madagasikara. Manao ahoana ny lanjan’ny fandikan-teny ho an’ny Malagasy ? Milaza ny heviny i Rado Ramaherison, mpanoratra.

Gazety Taratra (*) : Ho avy tsy ho ela ny 30 septambra, « Andro iraisam-pirenena ho an’ny fandikan-teny ». Ny lanjan’izany amin’ny asa soratra eto an-toerana ?

Rado Ramaherison (-) : Tsy ampy ny fandikan-teny eto amintsika. Na raha manao fandikan-teny isika, toa teny frantsay ihany no iasana kanefa raha io teny io, raha tsy diso ny fitadidiako, laharana faha-5 ao amin’ny Firenena mikambana. Amin’ny lafiny iray,  tsy mahagaga loatra satria nozanahin’i Frantsa isika. Amin’ny endriny hafa indray anefa, mampieritreritra satria zara raha misy 15%-n’ny Malagasy no mampiasa teny « vary amin’akotry ». Izany hoe, tsy tena teny frantsay madiorano fa mifangaroharo amin’ny teny malagasy.

* Ilain’ny Malagasy ve ny fandikana ny asa sorany amin’ny teny vahiny ?

– Eny, tena ilaina tokoa satria io no anisan’ny lalana hahafahan’ny asa soratra mivelatra amin’ny sehatra lehibe io. Mila ezaka sy finiavana lehibe anefa ny fanatanterahana izany. Anisan’ireny ny fametrahana foibe kolontsaina malagasy any ivelany. Any amin’ireny ny hametrahana ny fandikan-teny vita. Aza hadinoina koa anefa fa raha tena mirotsaka amin’ny fandikan-teny isika, tsy voatery ny asa soratra amin’ny teny malagasy ihany no adika amin’ny teny vahiny fa ny an-dry zareo ihany koa, mila adika amin’ny teny malagasy.

* … Ka na ny foibe kolontsaina malagasy aza, tsy mbola misy eto an-toerana ka amin’ny fomba ahoana no hisian’izany any ivelany ?

– Na efa mankaleo ny sasany aza ity holazaiko ity, averiko eto ihany : fametrahana ny kolontsaina amin’ny toerana tokony hisy azy. Fampiharana ny politikan’ny kolontsaina. Mila tanterahina ireo fa tsy hajanona am-bava na ao anaty taratasy fotsiny. Amin’izay fotoana izay, ho tonga eny am-pelatanan’ny mpamaky ny boky misy ny fandikan-teny. Izay tsy ho afa-manjifa izany, afaka manatona ny trano famakiam-boky na ny foibe kolontsaina malagasy. Ampy hanaovana izany ange ny fampiharana ny politikan’ny boky e !

* Mbola maro ny tsy mahay mamaky teny eto Madagasikara, sao mba mila itadiavana paikady hafa ny fanelezana ny asa soratra sy ny fandikan-teny ?

– Ny ankamaroan’ny radio mitsangana ara-dalàna eto Madagasikara, saika manana fandaharana momba ny asa soratra avokoa. Tsy afaka ny hanenika manerana ny Nosy anefa izy ireny noho ny lalàna misy eto.  Maninona raha ovaina ny lalana mifehy azy ireny ? Tsy azo atao angaha izany ? Raha izay no tanteraka, hanana ny lanjany lehibe ny asa soratra sy ny fandikan-teny.

Nitafa : HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Toamasina: manao asan-jiolahy ny sasany amin’ireo mpitondra posy

Tsy vao sambany fa mateti-pitranga ao Toamasina ny fahitana ireo mpitondra posy mivadika manao asan-jiolahy indrindra amin’ny fotoana fahatongavan’ny taksiborosy avy aty an-dRenivohitra vao maraimbe sy ny takariva. Tena lasibatra amin’izany ireo mpandeha eo amin’ny fiantsonan’ny taksiborosy Ankirihiry, Tanambao Fahadimy ary Ambolomadinika. Miseho amin’ny endrika maro ny famelezan’ireo mpitondra posy ireo ny mpandeha. Araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana, raha vao hitany fa mitondra entana maromaro na manam-bola misimisy ilay olona tonga eo amin’ny fiantsonan’ny taksiborosy, efa misy olona miandry mialoha eny amin’ny lalana halehan’ilay mpitondra posy mitondra ilay olona. Na koa mody mandeha kely dia milaza fa misy simba kely ny posy kanefa miandry ireo namany ho avy hanendaka ilay olona entiny.

Raim-pianakaviana iray avy aty an-dRenivohitra ary tonga vao maraimbe tao Toamasina, ny faran’ny herinandro lasa teo no lasibatr’ireo mpitarika posy mivadika manao asan-jiolahy. Naka posy roa ity raim-pianakaviana ity ka ny iray nitondra entana ary ny faharoa kosa nitondra azy. Ilay posy voalohany no niainga aloha ary nanaraka avy aoriana ilay raim-pianakaviana tompon’entana. Mody niteny ilay mpitondra posy hoe misy simba kely ny posy ka nijanona teo, kanjo vao mainka nirifitra ilay nitondra ny entana. Tratra ihany anefa ilay jiolahy rehefa nenjehin’ny polisy taorian’ny fitorian’ilay niharan’ny asa ratsy. “Tsy azo atao ny mandeha posy raha tonga vao maraimbe na koa takariva fa jiolahy avokoa ny sasany amin’izy ireny”, hoy ny kaomisera Rakotovao Jean Christian.

Sajo

News Mada0 partages

Bemasoandro: manjaka ny halatra anaty fiara

Mirongatra izaitsizy indray tato ho ato ny halatra anaty fiara mipetraka anaty parking eny Bemasoandro Itaosy. Ankoatra ny vaky trano izay isan’ny mampikaikaika sy mampandry an-driran’antsy ny olona, any amin’ny halatra anaty fiara indray ny jiolahy no manao ny ataony. Tsy lavitra ity toerana ity anefa ny biraon’ny zandary, saingy sahin’ireo olon-dratsy ny miditra ao amin’ilay parking misy ireo fiara mipetraka. Araka ny fanazavana voaray hatrany, efa nisy jiolahy tratran’ireo mpiambina parking namaky fiara ka nentin’izy ireo teny amin’ny zandary, saingy votsotra ho azy ilay jiolahy fa hoe tsy misy mpitory araka ny fanazavan’ireo olona nahita ny zava-niseho. Betsaka, araka izany, ireo olona mitaraina ho very auto radio, baffle, kodiarana. Vao tamin’ny omaly tamin’ny 2 ora maraina, naheno zavatra vaky ny mpiray tanàna ka samy nihainohaino, saingy tsy nahita na inona na inona. Efa maraina vao taitra ny teo an-tanàna nahita fa vaky ny fitaratry ny fiara Sprinter saingy nandrehitra jiro ny tompon-trano tamin’ny alina ary lasa nitsoaka ireo olon-dratsy ka tsy nahazo na inona na inona.

Randria

News Mada0 partages

Clinique Ave Maria, Antsirabe: hitsabo ny holatra (cheloïde) ny profesora Yasuyoshi Tosa

Tonga eto Madagasikara, omaly, ny profesora japoney, Yasuyoshi Tosa, miaraka amin’ny mpilatsaka an-tsitrapo japoney 19 sy malagasy iray ahitana mpitsabo sy mpianatra any amin’ny université de Showa (Japana). “Hijanona herinando eto amitsika izy ireo handray an-tanana ny fitsaboana ny holatra vokatry ny fahamaizana na dona na taorian’ny fandidiana natao ilay olona. Sarotra sady maharitra ny fitsaboana ny holatra satria mahatratra enim-bolana ka hatramin’ny herintaona ary indraindray mbola miverina miseho aty aoriana », araka ny fanazavan’ny profesora Francis Hunald, mpandidy ankizy manokana omaly, teny amin’ny HJRA. Mpiseho amin’ny hoditry ny olona aty amin’ny kaontinanta afrikanina ny holatra noho ny lokon’ny hoditra. Sarotra tsaboina ny holatra miseho amin’ny taovam-pananahana eo amin’ny lehilahy sy ny vehivavy, indrindra raha tara ny fitiliana. Ho an’ny lehilahy ny famorana no mitarika ny holatra, raha ny fitaovana ampiasaina iharatana izay mitarika fery kosa ho an’ny vehivavy. Mitarika homamiadana indraindray, ny holatra avy amin’ny fahamaizan’ny vatana.

Azo tsaboina amin’ny fanafody sy ny fandidiana

Manana sampam-pitsaboana ny holatra eo anivon’ny fitsaboana ny hoditra ny hopitaly Befelatanana eto amintsika. Misy ny fitsaboana amin’ny fihinanana fanafody, eo koa ny fandidiana sahanin’ny mpitsabo mpandidy. Isan-taona, rehefa tonga eto amintsika ny mpitsabo japoney mandidy ny sima tao anatin’ny efa-taona nisesy, ahitana olona betsaka (50% amin’ireo manatona) manana holatra avy amin’ny fahamaizana tonga mizaha fahasalamana ary maniry ny horaisina an-tanana. Maimaimpoana ny fizahana fa mbola hofaritana ny amin’ny fandidiana sy ny fitsaboana ny holatra, ho an’ity andiany manaraka ity, hoy ny fanazavany azo. Hotontosaina toy ny mahazatra any amin’ny clinique Ave Maria Antsirabe ny fandraisana an-tanana.

Vonjy A.             

Ino Vaovao0 partages

ARANTA - MAHAJANGA : Mpangalatra maty namono tena tao anaty ranomasina

Tao amin’ny fokontany Aranta ao Mahajanga no nitrangan’ny loza. Nisy nahatsikaritra ity tovolahy ity ka niantso vonjy  ary nivoaka avy hatrany ny mponina manodidina naheno izany. Nifanenjehan’ireo fokonolona ity farany ary dia tsy tratra fa tsy hita nisitriany. 

Tokony tamin’ny 7ora teo kosa ny fatiny izay efa mitsikafona tao anaty rano no hitan’ireo mponina, araka ny loharanom-baovao. Ahiana ho namono tena noho ny fatahorany hiharan’ny hatezeram-bahoaka ny tovolahy na ihany koa nisitrika tao anaty rano ka tsy nihevitra ny mety hiakaran’ny ranomasina tampoka ity farany. 

Manamorona ny ranomasina ny Fokontany Aranta ary ny ankabeazan’ireo trano dia miorina ambony rano avokoa. Nidina ifotony ny Bmh (Bureau d’Hygiéne Municipal) ao an-toerana fa eo ho eo amin’ny 30 taona ilay namoy ny ainy ity. Efa noentin’ny Bmh eny amin’ny tranom-paty ao Androva ny razan’ity mpangalatra ity ankehitriny.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FAMPIHAVANAM-PIRENENA : Kandida efatra no hiady ho filohan’n...

Araka ny lalàna mifehy ity rafitra vao natsangana ity dia herinandro aorian’ny fianianana ampahibemaso ireo mpikambana vao afaka manangana indray ny birao maharitra anatiny. Raha ny loharanom-baovao voaray araka izany dia amin’ny herinandro ho avy izao no hiroso amin’ny fifidianana izay ho filohany ireo mpikambana. 

Hatreto dia anarana efatra no fantatra fa hifaninana hiady an’io toerana io izay ahitana an’i Maka Alphonse mpanao gazety teo aloha sady efa mpikambana tao anatin’ny Ffm ihany koa, i Mangalaza Eugène efa praiminisitra teo aloha, Charles Rabemananjara izay efa praiminisitra ihany koa ary i Botralahy Michel minisitra teo aloha, araka ny loharanom-baovao voaray hatrany. 

Ankoatr’izay ho filoha dia mbola misy olona miisa enina hafa ihany hofidiana izay solotena iray avy isaky ny faritany miampy mpampakateny roa.  Amin’ny maha filankevitry ny fampihavanana an’ity rafitra ity dia anisany tanjona imasoan’ireo mpikambana ny tsy hiverenan’ny krizy politika eto amin’ny firenena.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FOKONTANY ANTANIMALANDY : Hahazo fotodrafitrasa maromaro mialoha ny faran’ny taona

Porofo tokoa fa 10 metatra mifanila ny amin’ity fotodrafitrasa vaovao ity ihany no nananganana ilay toeram-panasan-damba manara-penitra, izay hotokanana tsy ho ela ihany koa ka azo ampiasaina avy hatrany satria efa ho vita ny asa fanamboarana. Fa tohivakana, hoy ity sefo fokontany ity izany fananganana fotodrafitrasa ao amin’ity fokontany ity hatrany, satria efa miala any ihany koa ny fanamboarana ny kianja kitra sy basikety baolina natokana ho an’ny tanora.

Ny trano filalaovana ireo karazam-pialamboly isankarazany ho an’ny tsy mialonjafy ary ny trano famakiam-boky na “maison de quartier”. Vinam-piarahamonina izay efa natsidiny nandritra ny fampielezan-keviny ireo rehetra ireo ka dia izao tokoa no efa misy ny ampahany efa vita, moa tsy mbola hifarana izany fa hatao mihitsy ny handrosoan’iny fokontany Antanimalandy iny, hoy ny sefo.

Marihina fa fokontany faharoa midadasika indrindra aorian’Amborovy ny fokontanin’Antanimalandy, izay misy mponina 7 000 tsinjarain’ny vakim-paritra fito be izao.

INVMGA.

Ino Vaovao0 partages

AMBOSITRA - « SALON DE L’ETUDIANT » : Nahasarika tanora maro ny andiany voalohany

Araka izany dia aorian’io dingana io no tena afaka misafidy izay ho aviny arak’asa rahatrizay ny tanora iray. Manambara izany fa tokony tsy hatao antsirambina ny fisafidianana ny lalam- piofanana arahana mba hahatratrarana izay tanjona arak’asa izay. Ny «  Salon de l’étudiant  » dia anisany hetsika iray manampy ireo tanora amin’ny fisafidianana izay lalam- piofanana izay.

Raha saika teto an-drenivohitra foana no nisian’izany hatrizay dia nanatanteraka izany ihany koa ny tao amin’ny renivohitry ny faritra Amoron’i Mania, tao amin’ny Distrikan’Ambositra ny 14, 15 ary ny 16 Septambra lasa teo. Tsara tsipihana etoana fa vao miditra amin’ny andiany voalohany izany hetsika «  Salon de l’étudiant  » izany raha tany amin’iny faritra iny. Anisany tena zava-dehibe tamin’izany hetsika izany ny fifampizaràana teo amin’ireo mpandray anjara samihafa mahakasika ny maha zava-dehibe ny sampam- piofanana ambony isankarazany izay maro azo isafidianana tokoa ho an’ireo mpianatra izay vao nahazo ny mari-pahaizana bakalorea farany teo, tany amin’iny faritra iny.

Nandray anjara avokoa ireo mpisehatra samihafa

Amin’izao ankatoky ny fialan-tsasatra izao dia maro ireo tanora afaka fanadinana bakalorea no nahazo tombony tamin’izao «  Salon  » izao, izay vao sambany nisy tao amin’ ny renivohitry ny faritra Amoron’i Mania. Saika tonga tamin’izany hetsika izany avokoa ny solontenan’ny oniversite rehetra misy avy amin’ny faritra Analamanga, Vakinankaratra ary Amoron’i Mania, na miankina amin’ny fanjakana izany na tsia. Ankoatr’ireo dia anisany tonga tamin’izao hetsika izao ihany koa ny avy ao amin’ny faritra Matsiatra Ambony. 

Araka ny nambaran’ny mpikarakara dia nisy ihany koa fandraisana anjaran’ireo mpisehatra izay tsy mifandraika mivantana amin’ny tontolon’ny oniversite kanefa ilain’ny tanora. Tafiditra tao anatin’izany ny mpisehatra eo amin’ny tontolon’ny zavakanto, eo emin’ny sehatry ny asa-tanana malagasy, eo amin’ny lafiny zavamaniry. Teo ihany koa ireo mpisehatra mifototra amin’ny asa mampiavaka ny faritra Amoron’i Mania manokana. 

Ny fiarahana niasa tamin’ireo mpisehatra samihafa ireo no nitsirihan’ny hevitra hoe hatao «  Foara  » ny hetsika. Mbola eo am-pandinihana izay soson-kevitra izay ny mpikarakara ny hetsika ankehitriny saingy nanome toky kosa fa hohatsaraina bebe kokoa ny hetsika amin’ny andiany manaraka fa santatra ihany izay vita izay. 

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

BORIBORINTANY FAHA 5 : Nanampy ny mpitandro filaminana ny Depiote Raholdina mivady

Tsy niandry ela fa vao nosokafana ny «  Poste de Police  » efa nisy teny amin’ny Boriborintany fahadimy, ka anisan’izany ny Poste de Police Ambohidahy Ankadindramamy, araka ny nifampiresahan’ny Kaomisera vaovaon’ ny Boriborintany fahatelo Ravelomanantsoa Eric Jaona Harvey, dia tonga nanolotra fanampiana toy ny  ; finday, taratasy fotsy, «  papier chemise  », valopy lehibe sy kely, «  papier Calque  », penina, Gazoala sy ny sisa ny sampana Sosialy Fanantenana Fafi V izay tarihin’i Hanitriniala Raholdina. Notolorany fitaovana toy ny Fanamiana, «  Torche  » lehibe, Lampy fanao am-paosy maromaro koa ny andrimasom-pokonolona teny Andraisoro izay marihina fa nitrangana fanafihana mitam-piadiana nisesisesy tato ho ato ary namoizana ain’olona.

Nanambara koa ny tenany fa horaisin’ny fikambanana an-tanana ny fanamboarana ny trano misy ireo andrimasom-pokonolona ireo ka havadika ho «   Poste de Police  » rehefa vita.

Nanamafy moa Ramatoa Hanitriniala Raholdina fa tsy ny sarambabem-bahoaka madinika ihany no ampian’ny Fikambanana tarihiny fa ireo manakaiky ny vahoaka ihany koa, toy ny mpitandro ny filaminana izay mpiaro ny vahoaka sy ny fananany.

Nisaotra sy nankasitraka moa ny Kaomiseran’ny Boriborintany fahatelo, Ravelomanantsoa Eric Jaona Harvey ary nanamafy izy fa na dia kely aza araka ny filazan’ny mpanolotra ny fanomezana dia nambarany fa «  kely tsy ananany ka tena zava-dehibe aminy tokoa  ».

Fisaorana toy izany koa no nataon’ny andrimasom-pokonolona teny Andraisoro satria tena mafy tokoa ilay fanafihana namoizana ain’ olona farany teo.

Izao hetsika izao moa dia mbola ao anatin’ny fankalazana ny fahafolo taonan’ny Fikambanana Mpanao Asa Soa Fafi V, izay manana ny filamatra hoe “Miaro sy manasoa vahoaka” ary “aza manao kely tsy mba mamindro”.

Mamonjy

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO TIM : Mitsipaka marindrano ny hanovàna ny lalàmpanorenana

Ankoatra ireo antoko politika, fikambanana sy ny fiarahamonim-pirenena nitondra ny heviny dia nilaza ihany koa ny Tim fa tsy ankasitrahan’izy ireo ny fanovàna ny lalàm- panorenana.

“Tokony tany am-boalohany vao nanomboka izao fitondrana izao dia efa nisy ny fikitihana ny lalàmpanorenana fa tsy amin’izoa fotoana fohy tsy hahatongavan’ny fifidianana izao”, hoy ny Tim. Ny fitadiavam-bahaolana amin’ny fahoriana mianjady amin’ny vahoaka toy ny tsy fandriam-pahalemana sy ny fidangavan’ny vidim-piainana no tokony himasoan’ny fanjakana fa tsy fikitihana ny lalàmpanorenana mihitsy, hoy hatrany ny voalaza. 

Ankoatra izay dia manahy ihany koa ity antoko politika ity sao tsy ireo andininy vitsivitsy kasain’ny mpitondra hokitihIana ireo ihany no voakitika fa hiitatra izany ka hiova hatramin’ireo andinin- dalàna mifehy ny fifidianana. Amin’ny ankapobeny mitsipaka marindrano an’io fikasan’ny mpitondra io avokoa ny ankamaroan’ireo rehetra nanao fanambarana.

Tsy takona afenina anefa fa mikasa hanao amboletra hanova izany hatrany ny mpitondra ankehitriny. Araka ny nivoitra tao anatin’ny fanambaràna nanao tohy vakana anefa dia voalaza fa tsy hitondra na inona na inona ary tsy hiteraka tombotsoa eo amin’ny fiainam-bahoaka velively ny fikitihana na amin’ny ampahany na manontolo ny lalàmpanorenana.

Avotra Isaorana

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsika VolambitaHamerenana ny hasin’ny kolontsaina

Nigadona ny Volambita, fetin’ny Fihavanana izay karakarainay, hoy ny avy eo anivon’ny fikambanana Iray Madagasikara. Eo no fotoana hanehoana ny maha Malagasy antsika. Amin’ity takarivan’ny 22 septambra ity, manomboka amin’ny 7 ora sy sasany hariva etsy amin’ny Lapan’ny tanàna Analakely, araka izany, no hankalazana sy hanandratana ny Fihavanana.

J. Mirija

 

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

La Chine s’exhibe

L’événement « China Exhibition Madagascar 2017 » qui se tient depuis le jeudi 21 septembre sur le parking du Centre de Conférences International à Ivato aurait du être la vitrine de l’avancée des entreprises et produits chinois dans le pays.

Si l’ensemble des exposants représentent un grand nombre de secteurs, force est de constater que les entreprises et produits chinois, hormis les traditionnels concessionnaires de voitures ou autres vendeurs de téléphones mobiles, ont répondu aux abonnés absents. Il est à craindre que les allées exagérément larges demeurent vides une bonne partie du week-end. Cette manifestation de quatre jours aurait du être une occasion pour les deux pays de renforcer leurs relations bilatérales et même si l’on annonce une centaine d’opérateurs et investisseurs chinois venus spécialement pour l’occasion. « Ce n’est pas seulement un simple rendez-vous économique, mais bien plus encore » a annoncé en des termes sibyllins, Alain Ramanantsoa, un des initiateurs de cet évènement durant son allocution d’ouverture, en présence de plusieurs personnalités dont le Premier Ministre malgache et l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine résidant à Madagascar.

1,1 milliards de dollars en 2016

L’échange commercial entre les deux pays a atteint les 1,1 milliards de dollars en 2016. « Mais il faut noter que Madagascar ne représente que 0,7% du chiffre d’affaires Chine-Afrique », a déclaré Yang Xiaorong, Ambassadeur de la République populaire de Chine qui pourrait  devenir le premier partenaire commercial de la Grande Île. «  On dénombre un peu plus de 60.000 ressortissants et environ 1.600 entreprises chinoises dans toute l’île. Nous aimerions aussi qu’il y ait autant d’opérateurs économiques malgaches en Chine » a aussi ajouté la diplomate chinoise. Le Chef du Gouvernement malgache a souligné que la relation avec la Chine est gagnant-gagnant faisant fi, vraisemblablement, de toutes les copies ou autres contre-façons «  Made in China » qui inondent les rues de la capitale et jusqu’aux plus petits villages de brousse.

Le rendez-vous de l’ensemble du continent asiatique avec Madagascar aura lieu du 22 au 25 mars dans le cadre du salon Asia 2018.

Tia Tanindranaza0 partages

Holafitry ny sekoly ambony mpampianatra ho mpitsaboHanenjika ireo sekoly tsy ara-dalàna

Iray volana lasa izay no tafatsangana teto amintsika ny holafitry ny sekoly ambony mampianatra ho mpampivelona sy ho mpitsabo.

Nandritra ny  fivoriana notanterahin’ireo sekoly ambony miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana  manana fahazoan-dalana avy amin’ny minisiteran’ny fampianarana ambaratonga ambony no nahafahana nanangana azy. Efa eo am-pandrafetana izay ho mpikambana eo anivon’ny birao maharitra ao anatin’ny  holafitra  izy ireo ankehitriny hahafahana mitsinjo ny tombontsoan’ireo sekoly ambony ara-dalana, raha araka ny fanazavan-dRasolonatoandro Mampionona, mpikambana eo anivon’ny holafitra. Ireo sekoly tsy ara-dalàna  dia manembantsembana ny fisiany satria iretsy voalohany  indray no mandrafitra ny lalàna hifehy ny oniversite ara-dalàna rehetra eto Madagasikara. Na eny am-panaovana fianarana asa   ( pratique ) aza dia tafiditra ny mpianatr’izy ireny izay tena misy fepetra be dia be tokoa ny fahafahana mandray anjara amin’izany. Tsy hijanona eo intsony anefa ny tantara, satria hisy ny fanenjehana azy ireny sy ny fanadihadiana hatao toy ny hoe : kolikoly avy aiza no hahafahany mandray anjara amin’izany satria ain’olona no lalaovina.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadinan’ny CNTEMAD75% ny taham-pandraisana anjara

Hifarana anio zoma manerana ny Nosy rehefa naharitra dimy andro ny fanadinana enim-bolana faharoa tanterahin’ireo mpianatry ny sekoly ambony CNTEMAD manerana ny Nosy.

 

 Nilamina ny fizotry ny fanadinana tamin’ny ankapobeny raha araka ny fanazavan’Andrianambinina Djohary, tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ity sekolim-panjakana iray ity. Foibem-panadinana miisa 41 no mandray ireo mpianatra miisa 17.700 nisoratra anarana ka anisan’ireny ireo mpiadina any  Antsiranana sy Tolagnaro. Na izany aza anefa hoy izy dia nisy ihany ny indro kely. Manodidina ny 70 hatramin’ny 75 % mantsy ny taham-pandraisan’anjaran’ireo mpianatra izay nihena raha oharina tamin’ny teo aloha noho ny fahasahiranan’ny ray aman-dreny tamin’ny fandoavana ny vola hahafahana miatrika ny fanadinana.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Trafikana Sokatra «Angonoka»Tanora tsy an’asa no mpanao azy

Tandindomin-doza ary tena atahorana ny tontolon’ny sokatra «Angonoka» eto Madagasikara.

Ramano F.

Orange Madagascar0 partages

Rideau sur les Vacances numériques à Antananarivo

 

Rideau sur les « Vacances numériques ».  L’évènement initié par le ministère des Postes , des Télécommunications et du Développement numérique a été un franc succès, surtout auprès des jeunes.

 

 A Antananarivo, l’organisation des Vacances numériques a été soutenue et appuyée par Orange Madagascar. Prévu initialement pour un mois, l’évènement a été prolongé d’une semaine vu l’engouement et l’influence au CEMDLAC Analakely.

 

Du 16 août au 22 septembre 2017,  diverses activités et  formations ont été proposées pour donner l’opportunité au plus grand nombre de profiter gratuitement d’internet et de se familiariser avec les outils numériques. Des concours tels que  le mini hackaton ou la conception de Bot Messenger ont été organisés dans le but d’animer la communauté des développeurs malgaches, et de soutenir les talents du numérique ainsi que leurs projets. L’objectif est aussi de promouvoir la culture numérique auprès des jeunes.

 

Pour le ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique,  les Vacances numériques entrent dans le cadre des actions en vue de la concrétisation du projet « Numérique pour tous à Madagascar ». Le numérique étant un vecteur de progrès, il s’agit de faire profiter des avancées technologiques et du numérique  au plus grand nombre de la population.

 

Orange Madagascar, allié et partenaire du ministère des Postes , des Télécommunications et du Développement numérique  pour la mise en œuvre du projet « Numérique pour tous » soutient les initiatives  en vue du développement numérique inclusif à Madagascar. Toutes ses actions s’inscrivent dans ce sens et contribuent à la réduction de la fracture numérique à Madagascar: déploiement des réseaux dont la 4G  sur tout le territoire malgache, déploiement des services numériques innovants, actions RSE, actions solidaires, dont le programme Éducation numérique.

 

La cérémonie de clôture des Vacances numériques à Antananarivo s’est déroulée ce vendredi 22 septembre 2017 à la Tour Ankorondrano en présence d’une délégation du MPTDN conduite par le  Directeur de cabinet Landry Ramarojohn,  et du Directeur général d’Orange Madagascar Michel Degland. Elle a été marquée par la remise de trophées et de certificats aux gagnants et participants du concours Bots for Messenger Challenge.

La Vérité0 partages

Peste à Antananarivo - Ruée vers les centres de santé

Aucune épidémie. Le Directeur de la promotion de la Santé (Dps) auprès du ministère de tutelle souligne que les cas suspects de peste recensés en ce moment sont sporadiques, et non épidémiques. Jusqu’ici, 60 cas sont enregistrés dans tout Madagascar, dont 50 traités et 10 décès. Pour Antananarivo, le centre hospitalier anti-pesteux d’Ambohimiandra (Chapa) compte 6 malades sous traitement. Une tente y a toutefois été érigée pour accueillir les éventuels nouveaux cas.

« 12 patients présentant des toux et de la fièvre ont consulté cet établissement en suspectant une peste pulmonaire. Mais les diagnostics ont révélé des cas négatifs, c’est pourquoi ils ont pu rentrer chez eux », informe le Dr Manitra Rakotoarivony, le Dps. Bref, les habitants sont désormais conscients de la nécessité de consulter les centres de santé en cas de suspicion. L’on a même constaté une ruée vers ces établissements, tellement les habitants s’inquiètent. Pour sa part, la Commune urbaine d’Antananarivo (Cua) à travers le Bureau municipal d’hygiène renforce les activités d’assainissement auprès des Fokontany et arrondissements, depuis cette semaine. Il en est de même du côté des zones les plus fréquentées, à l’exemple des gares routières. Les activités tournent autour des sensibilisations, notamment sur les mesures à adopter en cas de décès, ou encore le débroussaillage et la désinfection. La Cua note un décès causé par la peste survenu le 11 septembre dernier, dont le corps est enterré au cimetière d’Anjanahary. « Sa famille ne peut récupérer le corps  pendant les prochaines années », précise Durand Derys Herivonona, chef du service d’hygiène et de la santé publique auprès de la Municipalité. Les Communes périphériques ont également pris les mesures nécessaires pour la lutte contre la propagation de la peste. Pour Antsirabe, la désinsectisation des taxi-brousse à la gare routière, à travers la pulvérisation gratuite de produit antipuce à l’intérieur de chaque véhicule, se tient depuis mercredi dernier. La prise de « Cotrim » reste, rappelons-le, strictement interdite pour les personnes en bonne santé. Il s’agit d’une mesure curative, destinée à ceux qui étaient en contact avec les morts et malades de la peste, et non préventive.Recueillis par   Patricia R.

La Vérité0 partages

Salon de la gastronomie - Une quatrième édition avec une bonne perspective

Dans le cadre de la célébration de la fête internationale de la Gastronomie, l’Alliance française d’Antananarivo (Aft) a organisé diverses activités s’y rattachant pour cette fin de semaine. La principale activité est la 4ème édition du Salon de la gastronomie. Cet évènement est le rendez-vous de tous les acteurs de la gastronomie de Madagascar mais également des gourmands qui s’y intéressent de près. Depuis hier donc, plus de 50 participants ont exposé leurs produits au  siège de l’Aft à Andavamamba. Chaque visiteur pourra donc déguster, savourer mais également acheter toutes les petites gourmandises qui lui donne envie de  goûter. Allant de la confiserie passant par les fruits de mer sans oublier les spécialités locales comme le « koba », tout le monde y trouvera son goût. A consommer sans modération.

Comme le secteur de la restauration et celui de l’hôtellerie sont encore en voie de développement, des conférences à ce sujet ont été développées hier, afin de mieux cerner le domaine pour favoriser son accroissement. L’Aft accueille également des conférences et des ateliers avec différents experts du domaine de la gastronomie comme le Chef cuisinier Lalaina afin de favoriser les échanges d’expériences. Les débutants pourront alors découvrir l’art culinaire et les professionnels pourront perfectionner leurs talents. Pour demain, des ateliers de cuisine seront présentés au public sur la pâtisserie et la cuisine européenne pour que chacun puisse mijoter de nouveaux plats dans sa marmite. Cet évènement est vraiment une occasion pour promouvoir l’identité culinaire malagasy. A noter que ce salon prendra fin demain.Rova R.

La Vérité0 partages

Education à La vie et à l’amour - Les écoles catholiques vers la réussite

En cinq années d’implication et de volonté dans l’éducation à la vie et à l’amour (Eva), les écoles catholiques tentent annuellement d’offrir les meilleures éducations à leurs apprentis. Pour ce faire, tous les personnels au sein des écoles rattachées à l’église catholique entrent dans une session de regroupement. Les contenus de la formation  portent notamment sur l’Eva mais aussi sur les approches pédagogiques. Il s’agit d’une disposition annuelle adoptée  par les écoles catholiques à Madagascar. Pour cette année, les personnes concernées ont été divisées en deux catégories à savoir, la classe des enseignants et celle des  non enseignants. Ils étaient répartis par la suite en 10 vagues pour s’assurer d’une bonne communication dans chaque groupe.

Parmi les 8 000 enseignants dans des écoles catholiques présentes à Madagascar, 3000 ont pu bénéficier de ce programme. Ces derniers sont  issus de 600 établissements de la Grande île se situant au niveau du diocèse d’Antananarivo, de Vakinankaratra, d’Itasy.  Par ailleurs, l’apport d’un acquis et de connaissance indispensable à l’endroit des élèves constituent la véritable raison de ce choix. En ce qui concerne l’Eva, elle distingue les écoles catholiques des autres établissements scolaires à Madagascar. « Cela constitue une identité. Il s’agit d’une matière d’enseignement apprenant l’environnement, le droit de l’homme et de l’enfant, la santé, l’éducation à la citoyenneté, l’amour mais surtout la catéchèse », explique Père Randrianantoanina Guy, Directeur Diocésain de l’Education Catholique (Didec). « Les écoles catholiques s’implantant dans tout  Madagascar amènent leurs apprentis à préparer leur vie future à travers une éducation chrétienne », continue-t-il.  Pour le niveau primaire, 20 minutes y sont consacrées journalièrement. Quant aux élèves du collège et lycée, ils disposent de 2 heures par semaine.  Kanto R.

La Vérité0 partages

Basket ball -CCCOI - Les expatriés malgaches en ordre de bataille

Pour la deuxième année consécutive, Madagascar accueille la Coupe des Clubs de l'Océan Indien (CCCOI) de basket-ball. Le coup d’envoi sera donné ce jour au palais des Sports de Mahamasina du 23 septembre au 1er octobre. Antananarivo, vibrera ainsi sous l’ambiance électrique du basketball, durant une semaine.  Un évènement indianocéanique que la Fédération malagasy de basketball organise avec Telma Madagascar. Comme chaque année, cette compétition réunit chaque année les meilleurs clubs des îles indiaocéaniques. En effet, 15 équipes dont neuf masculines et six féminines seront en lice pour les titres de champion, avec à la clé, deux tickets pour la phase qualificative de la Coupe d'Afrique des Clubs Champions (CACC) de la zone 7.

 Des expatriés malgaches qui évoluent dans les îles voisines seront attendus  au parquet  du Palais des Sports de Mahamasina.  A l’instar de José Mahenintsoa, un ancien membre de la formation de Lucadro Basket Ambohimanarina, joueur de 23 ans, qui évolue actuellement à Maurice et viendra  disputer la coupe régionale avec l’équipe championne de l’île, à savoir,  le club Real de Port-Louis. « C'est l'unique trophée qui nous manque à ce jour. Les gars sont motivés. Nous nous préparons pour cet événement depuis plus d'un mois avec des séances chaque jour où ils se sont donné à fond. Nous sommes dans un bon dispositif », annonce le Malgache lors de son arrivée. En outre, on attend également l’arrivée d’Andriamampiandra Andry Rakotoarisoa alias Danz B avec sa nouvelle équipe  et  de celle de Charles Rakotobe dit Dagué, l’ancien capitaine de l’équipe nationale, qui débarquera avec la sienne venant de Mayotte. L’ancien joueur de la GNBC disputera la compétition avec Premium Cobra des Seychelles.E.F.

La Vérité0 partages

Bfv-Sg - « China desk » à « China exhibition »

Une offre rapprochant la Chine de Madagascar et vice versa. Avec son expertise de Groupe international et l’expansion de l’environnement entrepreunarial entre la Chine et Madagascar, la Bfv-Société générale essaie toujours de fournir un service correspondant aux besoins des clients ainsi qu’aux nouvelles relations et perspectives de l’économie. Elle a donc mis en place « China desk » avec tous ses dérivés. Cette plateforme spécifique a été mise en place en 2016 pour tous les clients travaillant en relation avec l’Asie, c’est-à-dire les opérateurs chinois et locaux.

Et c’est dans le but de soutenir cette expansion de la coppération entre la Chine et Madagascar que la Bfv-Sg participe à la « China Exhibition » en tant que sponsor exceptionnel. A cette occasion donc, la banque présentera ses produits et services de « Cash management » conformes à la demande du marché actuel. Parmi ces produits, il y a le « Finasia » qui permettra à la clientèle de saisir les opportunités des marchés asiatiques avec l’obtention d’un finacement à moindre coût pour ses importations. Ensuite, le « China desk », déjà cité auparavant, avec une plateforme dédiée et un savoir-faire international. Et enfin, le « Mid » ou la « salle de marché » avec lequel le client peut bénéficier de l’expertise d’un groupe international proposant des solutions adaptées à chaque stratégie avec une garantie de sécurité. A travers ces offres, la Bfv-Sg offrira le meilleur des accompagnements aux investisseurs chinois souhaitant s’établir à Madagascar mais également aux acteurs économiques locaux travaillant en étroite collaboration avec des fournisseurs chinois.Rova R.

La Vérité0 partages

Incendiaire

Un puissant séisme politique secoue le Togo et menace sérieusement la dynastie Gnassingbé.  L’opposition togolaise conteste, de la manière la plus énergique et déterminée, l’acharnement des Gnassingbé à s’incruster au pouvoir. A l’issue d’un coup d’Etat en 1967 au Togo, un petit Etat d’Afrique occidentale, sur le Golfe de la Guinée, le Lieutenant Colonel Etienne Gnassingbé Eyadema monta au pouvoir. Il y resta jusqu’à sa mort en 2005, soit, 38 ans de règne sans partage. Son fils Faure Gnassingbé, avec la complicité de l’Armée, lui succéda. « Réélu », successivement en 2010 et 2015, il compte rééditer le schéma classique, comme une lettre à la poste, en 2020. Seulement voilà, l’opposition monta au créneau et décida de lui barrer la route.

Une forte mobilisation sans précédent ébranlait la forteresse. Les Togolais, acquis à la cause du front du refus, descendirent dans la rue pour réclamer la révision de la Constitution, notamment, concernant la limitation de la durée du mandat du Chef de l’Etat et le départ immédiat de Faure. Le régime, voyant l’importance de la mobilisation, céda. Cependant, il cherche par tous les moyens à s’accrocher en soumettant un texte limitant à deux mandats la fonction du président de la République, mais, avec effet rétroactif. Donc, Gnassingbé réélu en 2020, pourrait y rester jusqu’en 2030. N’ayant pas pu obtenir la majorité requise à l’Assemblée nationale, le projet sera soumis à référendum pour avis direct des citoyens. Une mascarade de consultation populaire que l’opposition togolaise, d’un seul revers, rejeta  et qualifia la tentative forcée du régime d’incendiaire.  Madagascar, à la croisée des chemins, semble s’acheminer vers le même et lugubre scénario. Péril en la demeure ! En dépit des mises en garde presque unanime de l’opinion nationale et même internationale à modifier le texte de la Loi fondamentale, les hommes au pouvoir s’entêtent. Et cela, au plaisir d’une seule et unique personne. On va tailler une Constitution correspondant au modèle et à la pointure d’un homme, le locataire du palais d’Iavoloha  et le soumettre, par la suite, à référendum. Une mascarade que la société civile et l’opposition condamnent vivement. Partageant le même avis, tout le monde craint une escalade de crises qui, au final, impacterait dangereusement sur l’avenir du pays. Selon, Mme Sahondra Rabenarivo, juriste de renom et membre active de Sefafi, l’amendement n’est pas seulement d’aucune utilité pour le pays mais il sera source de trouble aux effets inimaginables pour le pays. La priorité des priorités, du moment, consiste à préparer et organiser les élections de l’année prochaine. De toutes les manières, toujours selon cette respectable femme maitrisant parfaitement les arcanes du droit, le respect de la loi prime sur les prérogatives du pouvoir. En outre, encore d’après Sahondra Rabenarivo, le régime doit s’atteler à confectionner, laborieusement, le projet de Loi des finances (Ldf) 2018 qui, d’après les observateurs, sont bâclés comme d’habitude, par les tenants du pouvoir. Les députés ou sénateurs réduits en simples marionnettes s’apprêtent à lever les mains plutôt qu’observer minutieusement le projet soumis. Ils gobent aveuglément et adoptent sans coup férir. Quels que soient les résultats à l’Assemblée nationale du projet de loi référendaire, le régime ne fera jamais machine arrière. Une incendiaire ténacité qui va coûter trop cher et pour le régime et pour la Nation toute entière.   Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Corruption et abus de fonction à Morondava - Un officier supérieur et un élu dans le viseur de la justice

Après la Diana au début du mois, c’est au tour de la Région Menabe d’être éclaboussée par des affaires fumeuses.  Un haut gradé et un parlementaire de cette partie de l’île sont en effet soupçonnés dans des affaires de corruption. L’image déjà peu reluisante des forces de l’ordre et des parlementaires malgaches vient de prendre un nouveau coup. D’après les informations recueillies, un officier supérieur de l’armée, commandant la Région militaire Numéro 5, a en effet été placé hier sous mandat de dépôt à l’issue des investigations menées par la branche territoriale du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) dans cette partie de l’île. 

Ce haut gradé est soupçonné d’avoir fait louer les entrepôts de l’armée pour son intérêt personnel. Le manque à gagner causé à l’Etat malagasy avoisinerait les 145 millions d’ariary, a-t-on appris de sources sûres. Cet étoilé a été déféré hier auprès du parquet de Morondava pour répondre des faits d’abus de fonction et de détournement d’usage. Abus perpétrés par un élu de la RégionToujours dans la Région Menabe, un élu local serait également dans le viseur de la justice pour des faits d’abus de fonction. Dans le cadre de la lutte contre la corruption, la justice n’attendrait plus que l’aval de la chambre dont est issue ce parlementaire, pour faire son travail. La levée de l’immunité parlementaire serait attendue dans les prochains jours, à en croire les informations distillées dans ce dossier.  Ce parlementaire s’adonnerait à des activités d’exploitation forestière illicite.  Les enquêtes menées également par la branche locale du Bianco concernant cette affaire auraient également fait ressurgir les actes corrompus d’abus de fonction accomplis par l’élu. Le dossier y afférent a été transmis au Tribunal de première instance de Morondava. Une affaire qui sera suivie de près par la population locale et l’opinion en général.  Ces affaires de corruption présumées tombent mal pour les forces de l’ordre et les parlementaires. Elles risquent de détériorer encore davantage l'image de ces deux entités perçue très négativement par bon nombre de Malagasy. La majorité des observateurs en ont une opinion négative. Il faudra tourner la page des démêlés judiciaires et des procès pour pouvoir, un jour, remonter la pente.Recueillis par  L.A.

La Vérité0 partages

Retouche de la Constitution - Une mission du futur président élu selon Camille Vital

Premier coup dur pour la récente Garde des Sceaux et ministre de la Justice.  Hier, le Syndicat des magistrats (Smm) et le Syndicat des greffiers de Madagascar (Sgm) ont décidé d’entamer ensemble une grève pour une période illimitée et sur toute l’étendue du territoire.  La décision d’aller en grève a été prise au cours des assemblées générales respectives des deux corps tenues hier dans la matinée. L’annonce de cette grève synchrone a été faite au cours d’une conférence de presse conjointe des deux syndicats à la Cour suprême d’Anosy hier en début de l’après midi. 

Les magistrats et les greffiers ont tenu d’emblée à prévenir et dénoncer toute tentative de représailles de la part de la hiérarchie. « Faire grève est un droit lorsque personne n’écoute vos revendications. Nous attendons la concrétisation des résolutions à nos revendications », a tenu à préciser Fanirisoa Ernaivo, présidente du Smm. Ce débrayage fait en effet suite à l’échec des négociations entre les deux syndicats et la ministre de la Justice.  Pour rappel, une première rencontre prometteuse avec la ministre Rasolo Alexandrine Elise avait eu lieu à la fin du mois d’août  quelques jours après la nomination de cette dernière à Faravohitra dans le but de trouver une solution aux griefs des deux corps. Un délai d’une semaine avait ensuite été donné à la ministre de la Justice Rasolo Alexandrine Elise pour la concrétisation des revendications.  Jusqu’à jeudi, aucune avancée palpable n’a cependant été enregistrée.  Malgré les relances des syndicats, aucune autre rencontre avec le ministre n’a été tenue. Une politique de la sourde oreille que dénoncent les syndicats. Ces derniers regrettent que leur ministre de tutelle et le gouvernement n’aient pas prêté une oreille attentive à leurs revendications. C’est pour faire le bilan des négociations et pour consulter les membres quant à la suite à donner à leurs revendications que des assemblées générales ont eu lieues hier. Las des promesses creuses Malgré la grève, les magistrats et les greffiers affirment rester ouverts au dialogue. Las des promesses creuses qui ne satisfont que ceux qui les distillent, les deux syndicats entendent bien exiger du concret, si discussion il devait encore y avoir. Ils citent en exemple notamment un calendrier précis de réalisation des solutions à leurs revendications. Si les revendications des greffiers se limitent notamment à la hausse de leurs émoluments et le versement dans leur corps, ceux des magistrats sont en revanche beaucoup plus consistants. Ils réclament des mesures qui assurent effectivement l’indépendance de la justice. Fanirisoa Ernaivo, présidente du Smm cite notamment l’encadrement de la subordination hiérarchique et la communication de dossier au niveau du ministère de la Justice, l’application des décisions de justice et la prise de mesures contre ceux qui n’appliquent pas les décisions de justice…  Certaines réformes du statut de la magistrature  sont également réclamées notamment en ce qui concerne la présence de l’Exécutif dans le Conseil supérieur de la magistrature (Csm), l’existence de conflits entre le fait d’être membre du Csm ou d’être chef de cour ou de juridiction qui donne un superpouvoir aux membres du Csm, ou encore la gestion de carrière des magistrats En tout cas, les syndicats comptent maintenir le tempo jusqu’à ce que toutes les conditions posées pour la reprise soient réunies. En attendant, tout sera à l’arrêt dans les cours et justice malgaches à partir de mercredi. Toutes les audiences dans le palais de justice, seront suspendues… « Aucun service minimum ne sera assuré » précise Haja Randriambololona président du Sgm. La machine judiciaire sera totalement paralysée. Recueillis par  Lalaina A.

Madagascar Tribune0 partages

Les déchets s’amoncellent dans plusieurs quartiers d’Antananarivo

Lors du conseil des ministres du 19 septembre dernier, le chef de l’Etat par intérim, Rivo Rakotovao, a donné l’ordre à tous « les départements concernés, de prendre toutes les dispositions nécessaires face à l’urgence des actions d’assainissement et d’enlèvement des ordures, en coordination avec les collectivités et les services dédiés ». 48h plus tard, personne ne bouge le petit doigt. Aucune mesure ne semble être prise, du moins dans la capitale. Les ordures s’entassent partout et débordent même la route dans certains quartiers, sans parler des nuisances olfactives qui en découlent.

Les riverains indignés s’en plaignent, notamment dans le sixième arrondissement de la capitale. D’Ambohimanarina à Ambatolampy, en passant par Andranomena ou encore dans les autres quartiers qui longent la RN4, les ordures n’ont pas été ramassées depuis plusieurs jours. Elles dégagent des odeurs nauséabondes, insupportables. Mais il s’agit de loin d’un cas isolé. C’est également le cas à Anosibe, et dans la gare routière du Fasan’ny Karana : les déchets débordent les bacs à ordures.

Comme il fallait s’y attendre, les candidats à l’élection présidentielle ne manquent pas d’en faire une récupération politique. Pas plus tard que vendredi, Jean Louis Zafivao, le candidat N°29 s’est rendu à la gare routière de Fasan’ny Karana pour constater de visu l’amoncellement des ordures dans ce quartier. Il en a profité pour critiquer vertement le pouvoir en place qui « n’aurait pas pris ses responsabilités », indique-t-il. « Les collectivités territoriales n’y sont pour rien puisque c’est l’Etat qui gère les 77% des financements qui devront être attribués aux communes », regrette-t-il.

Concernant le cas de la capitale, Antananarivo, le problème ne date pas d’hier. Il résulte d’un « conflit administratif » entre l’Etat et la Commune urbaine concernant la gestion du budget et donc du Service autonome de maintien de la ville d’Antananarivo (SAMVA) qui devrait être rattaché à la municipalité de la ville des Mille, mais le gouvernement a toujours voulu rattacher au ministère de l’Eau. Résultats : le service se trouve dans une situation très délicate et d’insuffisance récurrente de budget de fonctionnement et le ramassage des ordures dans la capitale en pâtit.

Aussi bien les responsables de la Commune urbaine d’Antananarivo ou ceux des départements ministériels concernés ne sont pourtant pas sans savoir que l’amoncellement des ordures peut favoriser la propagation rapide des maladies comme la peste qui est actuellement de retour dans le pays. Et ce sont surtout les citoyens lambda qui en paient le lourd tribut. D’autant plus qu’on enregistre entre 600 et 700 tonnes d’ordures par jour dans la capitale.

Madagascar Tribune0 partages

Tout dépend de nous !

Les organismes internationaux et agences des Nations unies continuent de manifester sinon un empressement, du moins un intérêt croissant à l’égard de la marche vers les élections présidentielles du 7 novembre prochain. Peut-on se passer aujourd’hui de cette communauté internationale s’est-on demandé dans notre dernier éditorial.

Apparemment, oui ! Le pays est souverain ; mais encore faut-il avoir l’entière adhésion de la population et elle ne peut s’obtenir que par référendum. Dès lors les dirigeants et la population doivent s’attendre à tout d’autant plus que le pays vit en grande majorité de marchandises importées (tourisme, équipements, matières premières pour le textile des zones franches, petits outillages, denrées alimentaires).

Mais au vu du contexte mondial, il faut admettre que se passer de la communauté est réellement impossible ! Madagascar a signé des conventions internationales et ne peut les ignorer du jour au lendemain sans risque majeur de sanctions diplomatique, économique et financière. Par ailleurs, les temps ont changé et la tentation d’un isolement volontaire du pays est suicidaire au vu de la menace que représentent les foyers multiples d’insécurité rurale sous la forme de dahalo et l’inflation qui flétrit les portemonnaies et les paniers de la ménagère. Il est utopique de tenir ou de contenir une probable explosion sociale.

En tout cas, les initiatives de la CENI, de la communauté internationale, de groupes ou plateformes de société civile et celles du Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) sont pour prévenir des dissensions et des contestations pouvant facilement se transformer en troubles qui se traduiront en instabilité politique et du coup rendront le pays ingouvernable.

A beaucoup d’égards et en dépit des réticences de nombreuses -réticences quant à l’implication de la communauté internationale dans son accompagnement dans l’organisation des élections, on doit avouer que tout dépend de nous, de chacun des candidats à la présidentielle, de chacun de leur staff, des partis et autres formations qui les ont soutenu et de chacun des électeurs.

La « Charte de bonne conduite et d’intégrité des candidats pour une élection présidentielle apaisée » a été ficelée et présentée publiquement. Cependant 28 candidats seulement sur 36 se sont fait représenter et un candidat est venu lors de la cérémonie d’adoption définitive du 20 septembre 2018. Ceux qui étaient présents n’ont pas unanimement exprimé leur satisfaction. Beaucoup ont fait part de leur doute car à leur avis, le risque est grand pour qu’ils soient liés par leur signature et leur parole alors même que les fraudes et vols électoraux auront été constatés, d’après ce que nous avons compris, ou encore que les dès auront été pipés d’ailleurs.

La Charte exige : l’attachement profond aux valeurs du « Soatoavina Malagasy », la transparence des financements de la campagne électorale, le non recours à la violence, le respect de la Loi, et l’acceptation des résultats. C’est ce dernier principe qui est fortement critiqué.

Or, d’après ses initiateurs qui s’engagent à faire le suivi du respect de l’engagement à cette Charte, il s’agit dans cette initiative de compter aussi sur la pression électorale citoyenne pour une élection présidentielle apaisée. C’est la raison principale également des formations dispensées aux délégués des candidats dans les bureaux de vote. On compte quelque 24 852 bureaux de vote dans le pays. A charge pour le candidat de se faire représenter par un délégué au moins dans chacun de ces 24 852 bureaux de vote et d’obtenir un procès-verbal du scrutin signé convenablement par au moins trois membres du bureau de vote, de veiller à la sécurité des matériels de vote. En d’autres termes, le candidat doit alors disposer d’au moins 24 852 représentants/militants affectés dans les bureaux de vote. En sont-ils tous capables ? C’est sans doute l’objectif des candidats qui font la course auprès des populations des districts et communes, jusque dans les fokontany à moto, en hélicoptère, en charrette ou à bord de véhicules tout-terrain depuis quelques mois déjà.

Mais le doute n’en est pas moins levé car des soupçons continuent de peser sur certains observateurs électoraux agréés et présumés affiliés à des formations politiques qui ont leur candidat présidentiel.

L'express de Madagascar0 partages

Banditisme à Antanifotsy – Six personnes meurent asphyxiées

Une bande s’est montrée sans pitié à Ambatovaventy Antanifotsy. Six membres d’une même famille ont été retrouvés morts asphyxiés après leur passage.

Toute une famille décimée. Le réveil était rude pour les habitants d’Ambatovaventy Antanifotsy. Hier, six personnes, dont un couple et ses quatre enfants ont été retrou­vés mortes chez eux après le passage d’une bande armée. Les malfaiteurs ont sévi dans la nuit de mercredi à jeudi. L’intérieur de la maison des victimes a été ravagé par le feu du rez de chaussée à l’étage, mais une chambre à coucher situées dans l’aile Est du niveau supérieur a été épargnée par les flammes. D’ailleurs, aucune brûlure apparente n’a été relevéesur les dépouilles selon les informations communiquées. Les victimes ont apparemment succombé à une asphyxie.Les dégâts laissés par l’incendie sont importants. Vue de l’extérieur, la porte principale donnant accès dans les pièces s’est fracturée dans l’embrasement. Les fenêtres sont, de surcroît, couvertes de suie et de fumée comme si des flammes nourries par des combustibles avaient dansé dans le foyer endeuillé.La famille qui en a fait les frais gagne sa vie dans l’agriculture. Elle tient, en plus un commerce de marchandises générales.

Versions divergentesLe constat de la gendarmerie saisie de l’affaire révèle que l’ouverture d’une bonbonne de gaz se trouvant dans la maison pourrait être àl’origine de cette hécatombe. Deux versions divergentes ont pourtant été, recueillies par les enquêteurs chargés de l’enquête.Si la première privilégie un acte criminel où les malfaiteurs ont sciemment ouvert le robinet de la bouteille de butane tombée entre leurs mains pour suffoquer et tenter de brûler vives les personnes prises pour cible, le second n’exclut pas une part d’imprudence de la part des défunts, laquelle leur a été fatale. La thèse que le robinet de la bonbonne n’a pas été correctement fermé n’est pas, de ce fait, écartée.La localité d’Ambato­vaventy est enfouie en pleine brousse, entre la commune d’Antanifotsy et celle d’Ambo­hibary. Si les deux chefs lieux de commune sont chacun dotés de brigade territoriale de la gendarmerie, le village, théâtre de ces scènes de désolation, ne dispose pas encore de démembrement de proximité.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Budget – Les élections inscrites dans la loi de finances

L’État prévoira une ligne budgétaire pour les élections dans le projet de loi de finances 2018. Le nombre de scrutin qu’il couvrira, ne devrait pourtant pas être précisé.

Approxi­mation. Durant la conférence de presse tenue conjointement, hier, par le ministère des Finances et du budget et la mission du Fonds monétaire internationale (FMI), à Antanina­renina, le grand argentier de l’État, a été questionné sur le budget électoral.Ainsi, selon la ministre Vonintsalama Andriambo­lolona, le budget relatif aux élections sera inscrit dans le projet de loi de finances 2018. En cette période où le débat sur la révision de la Consti­tution fuse de partout, une question s’est imposée, à la suite de la réponse de la membre du gouvernement. Quel scrutin sera couvert par les prévisions budgétaires ?« Lorsque l’on pose une ligne budgétaire, l’on n’est pas obligé d’indiquer à quel type d’élection il est destiné », réplique simplement la ministre. Bien que, officiellement, la présidentielle soit le scrutin qui devrait se tenir l’année prochaine, l’existence d’une initiative de révision de la Loi fondamentale, affirmée par le président de la République Hery Rajaonari­mampianina, en personne, devant la presse, samedi, amène à prévoir l’organisation d’un référendum constitutionnel.L’article 162 de la Consti­tution est clair sur le sujet. Toute initiative de révision doit être soumise à un référendum, après avoir été approuvée par les trois quarts des membres de chacune des deux Chambres parlementaires. Durant des débats concernant le budget des élections, il a été dit que la Loi de finances 2017, prévoit déjà entre 40 et 50 milliards d’ariary, pour couvrir les charges électorales. Aucune opération électorale n’est, cependant, programmée cette année.

MoyensPuisque, en principe, un scrutin pour élire le président de la République devrait se tenir l’année prochaine, la somme inscrite dans la Loi de finances actuelle, devrait connaître une augmentation. Elle serait, par ailleurs, sensiblement conséquente si l’idée d’une révision de la Constitution était maintenue et adoubée par le Parlement.Du reste, le montant de la ligne budgétaire réservée par le projet de Loi de finances 2018, permettrait de savoir si l’Exécutif veut insister ou non sur la retouche de la Loi fondamentale, malgré les multiples contestations. Outre les débats sur le fond et la forme de l’initiative des décideurs étatiques de réviser la Constitution, une autre problématique est à prendre en compte. Celle concernant les moyens à la dispo­sition de l’État, pour financer, à la fois, un référendum et une présidentielle, la même année.Dans le cadre du projet d’appuis au cycle électoral à Madagascar (Sacem), les partenaires techniques et financiers de la Grande île prévoient bien un basket fund à hauteur de 12 millions de dollars. En marge de la présentation du rapport d’activité de la Commission électorale nationale indépendante, vendredi, Marie Dimond, représentante résidente adjointe du Programme des Nations Unies pour le développement a pourtant été cash.L’appui international « se focalise sur le document du Sacem qui se concentre sur l’appui aux élections », déclare-t-elle. Et par élection, elle entend, la présidentielle, s’agissant de l’année 2018. À entendre les arguments des défenseurs d’une révision de la Loi fondamentale, le chef de l’État, en première ligne, il est probable que des élections de chefs de Fokon­tany soient également organisées au lendemain de l’adoption des retouches constitutionnelles.Au regard des besoins, l’État devrait alors mettre le paquet sur le budget des élections. Devant les journalistes, hier, la ministre Andriambololona a cependant indiqué que les budgets des départements ministériels ne seraient pas amputés. Que certains devraient même voir leur trésorerie se remplir généreusement. L’État aurait-il donc les moyens de ses ambitions ? Le choix de ses priorités prête toutefois à débat.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Journée Internationale de la Paix – Le club Innerwheel soutient le centre Sammy O

Malgré l’ancienneté du centre d’accueil des enfants autistes Sammy O, le centre a besoin de collaboration externe. Dans le cadre de son appui à l’éducation, le club Innerwheel a décidé de consacrer la journée internationale de la paix à un acte de bienfaisance et a décidé de prêter main forte à ce centre. Ce club a réhabilité l’aire de jeu et a offert mille ballons spéciaux aux enfants autistes. « Nous sommes conscients que ces enfants autistes aussi ont besoin d’être éduqués car ils ne sont pas malades mais l’autisme étant un état et non une maladie », explique Tantely Rakoto­nirina, présidente du club Innerwheel.Ce centre est ouvert depuis 1992 pour accueillir les enfants autistes. L’existence de cette aire de jeux leur permet de se développer intellectuellement selon les éducateurs de ce centre. « Les parents paient 100 000 ariary par mois. On considère cette somme comme une participation des parents pour le coût de deux goûters et d’un déjeuner par jour. C’est également avec cette somme que les éducateurs, l’électricité et le loyer sont payés », explique Bodo Raminoson, éducatrice au sein du centre Sammy O.Dix enfants de trois à quinze ans suivent une éducation spéciale basée sur l’autonomie et la communication. Chaque enfant s’entretient avec un éducateur tous les matins. « Nous ne nous basons pas sur un programme, une technique ou une méthode à suivre mais nous nous adaptons au comportement de l’enfant et son milieu familial. Car il faut toujours respecter la particularité de chaque enfant », ajoute-t-elle. La fin de la journée internationale de la paix a été marquée par le lancement de plusieurs ballons blancs au Rova Manjaka­miadana, par les membres du club Innerwheel.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Court-métrage – épopée internationale pour Hamy Rakoto

Hamy Ratovo continue à séduire les cinéphiles internationaux. À travers son film « Antananarivo tiako ianao », il voue un amour intarissable pour son pays natal.

Un vibrant hommage à la ville des Mille, mais surtout au courage et à la persévérance de sa population. « Antananarivo tiako ianao » est une petite perle de court-métrage qui encense, depuis le début de cette année, la renommée du septième art national partout où il se découvre. Réalisée par Haminiaina Ratoavoarivony ou Hamy Ratovo, cette œuvre d’une durée d’un quart d’heure relate, à travers une vision objective, les événements socio-politiques de 2009. Entre fiction et réalité, « Antananarivo tiako ianao » convie ses spectateurs à une épopée trépidante dans les méandres de la métropole de la Grande île, bercée par la tourmente d’une crise.Depuis le début de l’année, le film enchaîne les festivals internationaux et affiche un septième art contemporain en plein épanouissement, partout où il se présente. Après le Festival panafricain du cinéma et de la télévision d’Ouagadougou (Fespaco) au mois de mars, le court-métrage concourt actuellement au Festival des films d’Afrique en Cologne en Allemagne, depuis hier jusqu’au 1er octobre. « Il importe de faire entendre notre voix à travers cet art qu’est le cinéma sur la scène internationale », souligne Hamy Ratovo.

« Une grande aventure »Après l’Allemagne s’ensuivra un passage à la 17e édition du « Festival image et vie » au Sénégal, qui aura lieu du 7 au 11 octobre où il est aussi en compétition. Le périple du film se clôturera lors de la 17e édition du Festival des cinémas d’Afri­que, « Lumières d’Afrique » de Besançon en France du 11 au 19 novembre. Avec un synopsis évocateur d’un périple trépidant dans la capitale, « Antananarivo tiako ianao » se déroule dans un contexte politique tendu, où des émeutes éclatent, faisant de nombreuses victimes.Dans la mêlée, un réalisateur, menacé de censure et incité à l’exil, a été contacté par une journaliste locale pour couvrir les manifestations et immerger le public à ses côtés. Scénariste, réalisateur et acteur à la fois, le cinéaste Hamy Ratovo s’est toujours plu à faire voyager les férus du septième art dans la Grande île. Depuis son film « Malagasy mankany », il a mis un point d’honneur à louer le folklore de la société malgache, de même qu’à retranscrire en images l’optimisme de sa population. Un parcours qui conjugue avec brio son cursus, puisque Hamy Ratovo est un diplômé en sociologie, avant de poursuivre des études en cinéma dans l’Hexagone.« Antananarivo tiako ianao » est co-réalisé par Marion Guichard et Fenasoa Lova, s’affirmant pour Hamy Ratovo comme une œuvre cinématographique intimiste également. Par ailleurs, l’association d’action humanitaire à Mada­gascar (Amadea) animera également dans le cadre du Festival des cinémas d’Afri­que, « Lumières d’Afrique » ainsi que l’animation « Écran blanc » qui sera exclusivement consacré à Madagascar pour l’occasion. Le film documentaire « Songs for Mada­gas­car » du réalisateur César Paes y sera aussi projeté.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Volleyball – Championnat de Madagascar – La GNVB gagne par walk over

La CNaPS n’était pas venue jouer la finale à huis clos, hier, au petit palais à Mahamasina. La fédération a remis la coupe à la GNVB.

Prévisible, la finale prévue rejouée hier après-midi n’a pas eu lieu. L’équipe de CNaPS n’était pas venue disputer le match.L’organisateur, c’est-à-dire l’équipe de la fédération dirigée par son président, Jocelyn Andriamandimbisoa et le directeur technique national, Serge Saraba ainsi que les mêmes acteurs de la finale sans la formation d’Ampatsa­kana ont procédé à la formalité. Vers 16 heures et 10 minutes, les joueurs de la GNVB, ceux mentionnés dans la même feuille de match de la finale à Toama­sina, ont commencé leur échauffement de dix minutes.À l’heure prévue du coup d’envoi, à 16 heures et demie, les arbitres ont lancé les quinze minutes d’abattement. Cette période écoulée, le premier arbitre, Mamy Randriamamonjy a invité les six joueurs, les mêmes qu’à la finale interrompue de monter sur le terrain et a sifflé le service de formalité. Il a ensuite met un terme au match.La fédération a tout de suite procédé à la remise de trophée à l’équipe championne de Madagascar senior hommes version 2017. C’est donc le sixième titre consécutif pour la gendarmerie nationale volleyball. « La CNaPS n’a pas honoré ce rendez-vous décidé lors de la réunion du mercredi. On a remis le trophée à l’équipe présente… On s’est toujours référé au règlement international pour pouvoir bien trancher cette affaire du début à la fin… Ainsi, ce championnat clôt la saison pour la fédération », a souligné le président de la fédération après la remise de coupe.

Histoire à suivreLe président de la GNVB, Heriniana Rakotomalala a, pour sa part, commencé son allocution en félicitant la fédération ainsi que la CNaPS, « On espère bien qu’on ne va plus polémiquer cette affaire pour l’intérêt du volleyball… Si quelqu’un a des preuves que nos joueurs ont vraiment tabassé ceux de la CNaPS, qu’il en montre à la structure compétente ». Interrogé quelques temps avant cette fameuse finale à rejouer, un des dirigeants auprès du club de la CNaPS Théophile Andrianan­tenaina s’est contenté de son côté de dire que la fédération a voulu le forcer ainsi sans considérer notre demande de report, attribuer donc la coupe à la GNVB.Joint au téléphone, le coach de la CNaPS, Bruno Raoelin­jatovo, dit Raly, a dit qu’à mon niveau, je ne sais pas encore ce que va décider la direction,… mais nous allons reprendre l’entrainement lundi prochain».  Normalement, c’est à une commission technique de valider les résultats de cette finale, par victoire par forfait suite à l’absence d’une des équipes. Mais l’équipe déclarée forfait pourrait encore faire un appel auprès d’une instance supérieure soit à la fédération internationale soit au Comité olympique malgache, d’après l’instructeur, Mamy Randria­mamonjy. Et dans ce cas, le match pourrait encore être rejoué selon toujours ce technicien.Les deux finalistes sont tous déjà qualifiés à la coupe des clubs champions de l’océan Indien. Cette joute régionale est prévue du 3 au 9 décembre aux Seychelles. Ce sera une toute première participation pour la CNaPS tandis que la GNVB y visera un troisième titre.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Ambohimanarina – Mort dramatique d’une quinquagénaire

Une femme âgée de cinquante sept ans a péri dans des circonstances tragiques à Ambohimanarina. Victime de  graves brûlures sur toute la partie supérieure de son corps, la quinquagénaire n’a pas survécu. Le drame est survenu avant- hier soir mais c’est seulement à l’aube que sa dépouille a été conduite à la morgue de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) à Ampefiloha.L’autopsie pratiquée révèle qu’elle a succombé à des brûlures du second et du troisième degré. La défunte vivait seule. De source auprès des personnes de son entourage, le drame s’est produit pendant qu’elle préparait son dîner.Apparemment frappée d’un malaise alors qu’elle était dans sa cuisine,  la malheureuse s’est affalée sur le réchaud à charbon allumé.Abandonnée à elle-même, elle a trouvé une mort tragique. Ses vêtements ont été réduits en lambeaux sous les flammes. En revanche, son foyer n’a pas brûlé.Pendant que la mort emportait doucement la victime, les personnes des environs n’y ont vu que du feu. Il était déjà trop tard lorsque les riverains sont enfin venus à la  rescousse. L’enterrement était prévu se dérouler hier.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Des réparations tiptop dans les rues

L’entretien général des rues remonte à longtemps dans la cité des Fleurs. Seuls des travaux pointes à temps sont apportés à la majorité des chaussées.

Le paysage architectural de Mahajanga en pleine évolution. D’anciennes maisons ont été réhabilitées, ou mieux de nouveaux bâtiments sont construits. Mais ce changement contraste avec l’état des rues qui longent ces belles bâtisses. Comme c’est le cas à la Corniche, devant l’ancien hôtel La Piscine.Un grand changement est constaté avec la réhabilitation de l’établissement et plus haut, la présence de quelques beaux immeubles. Mais l’état de la chaussée ne s’adapte pas à ces nouvelles constructions. Le propriétaire du nouvel hôtel devrait réparer cette portion afin de donner un meilleur aspect au paysage.À Mahajanga-be, des privés ont procédé au bitumage d’une portion de rue de 70m, à partir d’une quincaillerie jusqu’au carrefour près d’une banque. Toujours sur le même axe, mais à partir du croisement près d’une librairie jusqu’en face d’une grande surface, une portion a aussi été restaurée.L’Autorité routière de Madagascar a réparé 7km de la route nationale à l’intérieur de la ville, il y a une quinzaine de jours. Le tronçon va de la plaque rouge à Antaimalandy au grand baobab de Mahajanga-be, au bord de la mer.Les artères de la cité des Fleurs sont en très mauvais état. Notamment autour de la zone commerciale de Mahajanga-be, comme au carrefour près du bazar-be et autour de ces bâtiments commerciaux.Dans le budget communal adopté, il y a quelques mois,  il est prévu de réparer une partie de la rue qui relie le fokontany de Mahabibokely à Morafeno jusqu’à la nouvelle route à Ambalavola.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Ultra Trail des Ô Plateaux – Bonne prestation malgache à l’étranger

Les sept meilleurs athlè­tes malgaches à l’issue de la neuvième édition de l’Ultra Trail des Ô Plateaux ont pu participer à des courses à l’étranger en guise de récompenses. Comme d’habitude, la version 2017 de l’UTOP s’est tenue les 4, 5 et 6 mai.Les deux premiers locaux de l’Ultra long de 121km et du semi sur une distance de 65km ont pu bénéficier des billets d’avion offerts par Air France pour courir en France, à la Réunion et à Maurice. Dernièrement, trois athlètes, les meilleurs de la longue distance de l’UTOP ont défendu les couleurs nationales au Trail Valées des Lacs en France sur une distance de 60km le samedi 16 septembre.Madagascar a eu deux représentants chez les hommes en l’occurrence du champion de l’Ultra, Mahariniavo Rajoelison et son dauphin, William Rasendrason. Le premier a du abandonner au quinzième kilomètre à cause d’une blessure suite à une chute.« Le parcours était très dangereux avec ses descentes brusques », s’est plaint Mahariniavo Rajoelison. William a, pour sa part, fini quatrième au classement général. Il a bouclé les 60km en 7h10’33 ».Chez les dames, Anjara Sandrine termine troisième et 108e au général avec un chrono de 10h56’58 ». Quatre autres champions et vice champions du semi ont participé à leur tour à des trails dans la région. Le cham­pion, Jean de la Croix Rakotomalala et la championne Volatiana Lova Rasoambolanoro ont disputé l’Heritage Southern Peak Trail de Maurice le 2 juillet.Volatiana s’est hissée sur la deuxième marche du podium au classement des seniors dames et treizième au général en effectuant les 42km en 4h50’03 ». Dans la foulée, Jean de la Croix, champion national en cross country a, quant à lui, été classé huitième.« J’ai eu une crampe au 37e kilomètre après avoir traversé une rivière, mais j’ai continué la course jusqu’au bout », a confié Jean de la Croix. Leurs dauphines ont participé, à leur tour au Trail du Colorado de la Réunion le 5 juin.La marathonienne, Landi­nirina Ratiarisoa finit au pied du podium. Elle a parcouru les 42km en 6h05’32 » et 71e au général. Chez les hommes, le malheureux Nomena Larindra Fitiavana a franchi en premier la ligne d’arrivée mais a été disqualifié de ne pas avoir porté un maillot et un sac aux normes requises.« Nous promettons des innovations pour la prochaine édition de l’UTOP. Nous allons multiplier les lots et récompenses et apporter une retouche aux tracées », a avancé Hari­misa Razafinavalona, président de l’UTOP lors d’une conférence de presse hier au jardin d’Antaniranenina.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Universiades – Douze disciplines en jeu

Le dernier événement qui réunit un millier de personnes à Mahajanga, a débuté lundi au campus.Plus de mille deux cents étudiants disputent la 3e édition des Universiades jusqu’au samedi 23 septembre. La compétition coïncide avec la Journée culturelle des jeunes des Universités de Madagascar.Quatre sites abritent les différentes rencontres sportives constituées de douze disciplines, dont le basket-ball, le volley-ball, le hand-ball, le football, l’athlétisme, le taekwondo, le tennis de table, le tennis, la pétanque. Les tournois d’arts martiaux auront lieu ce jour toute la journée. L’athlétisme se déroule au stade Rabe­mananjara tandis que le complexe abrite les matches de basket-ball, et le gymnase couvert de Mangarivotra ceux du volley-ball.Le président de l’Uni­versité de Mahajanga, le Pr Emmanuel Rakotoarivony, a appelé les participants à faire preuve de fair-play, lors de l’ouverture officielle, lundi au campus d’Ambon­drona. Le ministre de l’Enseignement supérieur et celui des Sports ont assisté à la cérémonie marquée par un grand défilé et parade organisés au complexe sportif d’Ambondrona.

V.A

L'express de Madagascar0 partages

Continental Auto – Baic lance les X25, X35 et BJ40

Avec les X25, X35 et BJ40, Baic s’attaque au segment des tout-terrain. Des nouveautés visibles au stand de Continental Auto, lors du prochain salon au CCI à Ivato.

Comme tous les deux ans, le Salon de l’Auto (les 5, 6, 7 et 8 octobre au CCI d’Ivato) est l’occasion de découvrir les nouveautés de chaque constructeur. « Ce sera l’occasion de marquer le développement du partenariat avec Baic. Cette marque est déjà bien implantée à Madagascar dans le segment des mini-vans. Au Salon, nous mettrons en avant la gamme SUV avec les X25, X35 et BJ40 », affirme-t-on chez Continental Auto.La X25 se présente comme le crossover de cette gamme. Un modèle destiné a priori à une utilisation urbaine, vu sa configuration unique en 4×2, mais aussi ses dimensions compactes : 4110 mm de longueur, 1750 mm de largeur et 1583 mm de hauteur. Elle est poussée par un moteur à essence 1,5L de 110 CV, avec une boîte manuelle à cinq rapports ou une boîte automatique à quatre rapports, au choix. Habillé en cuir, l’intérieur se distingue aussi par un écran de sept pouces sur la console centrale. On apprécie en même temps la texture carbone noir du tableau de bord.

Niveau de finition avancéPour sa part, la X35 se veut plus imposante par sa grande taille. Elle est équipée du même moteur que la X25, mais avec uniquement une boîte manuelle à cinq rapports. Elle se vante d’équipements électroniques plus fournis et d’un niveau de finition plus avancé. On apprécie, notamment ,le toit panoramique, une première pour le constructeur chinois Baic. La X35 reçoit également une sellerie en cuir, un écran tactile à l’intérieur ainsi qu’une interface à commandes multiples HMI. Sans oublier le volant réglable ainsi que les caméras de recul et détecteur d’obstacle.

La X35 est équipée d’un toit panoramique.

Un nouveau moteur pour la D-Max

Continental Auto annonce également la prochaine sortie de la nouvelle DMax. Le pick-up d’Isuzu bénéficiera d’une motorisation améliorée. Le gain de puissance est évalué à hauteur de 20%. Sans oublier que le bloc sera encore plus silencieux et quasi inaudible portières fermées, à se demander s’il est en marche. De nouveaux atouts qui viennent s’ajouter à la longue liste d’avantages dont dispose déjà la DMax, comme son potentiel en franchissement, ainsi que la grande capacité de charge de sa benne arrière. Ce qui fait d’elle un des meilleurs pick-up du marché.

La BJ40 peut se transformer en super buggy.

La BJ40, un 4×4 transformable en super-buggy

Comme la X35, la Baic BJ40 évolue aussi dans son standing, comme en témoigne l’habillage de son intérieur en cuir surpiqué. Mais sa principale particularité réside dans sa faculté à se transformer. Il est possible d’enlever le toit ainsi que les portières, mais aussi de rabattre le pare-brise sur le capot. Il ne reste plus de visible que la structure tubulaire de la machine. La BJ40 se transforme ainsi en super-buggy. Question moteur, il est possible de choisir entre deux blocs. D’un côté, un 2L turbo à boîte manuelle, atteignant 200 CV, et de l’autre un 2,3L turbo d’origine Saab à boîte automatique, poussant à 250 CV. La BJ40 ne passe jamais inaperçue avec ses énormes élargisseurs d’ailes en plastique noir. La caractéristique principale de son design avec le pare-choc avant, également en plastique noir.

Texte et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

FMVB – La construction d’un complexe en gestation

Après deux ans d’exercice, la fédération malgache de volleyball (FMVB) poursuit son plan de développement. L’actuelle équipe a pris fonction, officiellement, le 16 janvier 2015. Le numéro un de la discipline, Jocelyn Andriamandimbisoa a avoué que le volleyball est encore en phase de relance, et ce n’est pas facile de réaliser des projets de développement.Trois points figurent sur le plan de développement de la FMVB, dans son programme quadriennal, dont l’équipe entamera la troisième année en 2018. Pour l’occasion, la fédération procédera désormais à la phase de promotion orientée vers le public. L’objectif est de faire du volleyball un produit à travers une structure dénommée Madagascar volleyball.L’un des plus grands projets en gestation consiste en la construction d’infrastructures à Itaosy ou en centre ville. « La fédération malgache a soumis des dossiers complexes sur ce projet auprès de la FIVB (Fédération internationale de volleyball), qui ont pour objet de construire trois terrains couverts destinés aux compétitions, à l’entrainement et aux loisirs. Et la FIVB m’a déjà donné son accord », a dévoilé le président. Dans ce sens, la FMVB poursuivra la promotion du volleyball au niveau des bases, à travers le volley à l’école et déléguer les techniciens pour vulgariser la discipline dans les établissements scolaires.La fédération concocte, également, un festival de disciplines de plage, tels le beach volley et le beach rugby, en collaboration, bien sûr, avec la fédération de l’ovale. Cet évènement est program­mé en décembre à Toamasina.Concernant la participation à des compétitions internationales, après la tenue de la coupe d’Afrique U18 filles à Antananarivo l’année passée, Madagascar compte participer à la coupe d’Afrique U18 filles en Alger en juillet 2018. La signature de convention avec la fédération française, concernant des échan­ges techniques entre la fédération malgache et la ligue réunionnaise, a déjà été effectuée cette année. Il s’agit de créer un centre de volley à Madagascar, et un autre à la Réunion.

Relation internationale« On a déjà atteint deux de nos objectifs, dont primo la relance de notre relation avec les instances internationales », a confié le président, Jocelyn Andriamandimbisoa. Ce dernier a ajouté que la fédération malgache est sous l’égide et dépend beaucoup de la FIVB … Notre relation est actuellement en bons termes, et l’appui à notre programme de développement se poursuit.La fédération a déjà aussi entamé le projet sur le renforcement du côté technique. « Le manque ou l’insuffisance de techniciens qualifiés est l’un des blocages en matière de développement du volleyball. Cette année, un technicien malgache vient d’obtenir son diplôme d’arbitre international, en la personne de Felix Koera. Il a suivi des formations continues et a obtenu son diplôme après avoir passé un examen en Tunisie », informe le président de la FMVB. « Et je suis aussi satisfait de l’équipe technique dirigée par le directeur technique national, Serge Saramba, quelqu’un de qualifié qui a fait preuve de sa capacité », a-t-il conclu. En juillet, vingt-cinq entraineurs ont suivi un stage international niveau 2.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Prévention de la peste – La gare routière d’Aranta désinfectée

Les responsables de la direction régionale des Transports de Boeny, l’Agence des transports terrestres de Mahajanga, la commune urbaine, le Bureau municipal d’hygiène et la gare routière nationale à Aranta ont procédé à la pulvérisation de DTT dans la gare routière, mardi soir.Les kiosques des trente coopératives, la salle d’attente ainsi que les guichets et les blocs sanitaires, les véhicules au départ comme à l’arrivée étaient tous pulvérisés.

V.A

L'express de Madagascar0 partages

Secteur privé – Coopération entre Fivmpama et Réunionnais

Le déplacement d’Érick Rajaonary à l’île de La Réunion porte ses premiers fruits. Séduit par les projets de coopérations proposés par cet homme d’affaires, le président de la Cité des Dirigeants de l’île de La Réunion, Christophe Di Donato, est arrivé à Antananarivo pour signer une convention de partenariat avec le groupement du patronat malgache (Fivmpama), hier. Les deux entités ont scellé un document portant sur plusieurs points dont la formation des dirigeants d’entreprise. En outre, la Cité des dirigeants abritera l’antenne locale du Fivmpama à La Réunion.Le rapprochement géographique entre Madagascar et La Réunion devrait être un atout à exploiter. Pour le président du Fivmpama, le premier secteur à développer est l’agriculture et l’agroalimentaire. « J’ai été surpris de découvrir à La Réunion des carottes bio venaient d’Australie, du maïs d’Argentine vendu à Maurice.  Et pire, que les légumes vendus aux Seychelles viennent de Rungis, y compris les lecthis malgaches. Alors que nous avons un potentiel énorme qui doit permettre de créer des circuits plus courts, pour le développement de toute la zone », soutient il.

L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Célébration – Le Nouvel An malgache se veut être fédérateur

Aujourd’hui est un jour particulier pour tous ceux qui respectent le calendrier lunaire traditionnel malgache. Une date importante marque, désormais, le début du printemps ou encore l’Asaramanitra, le 22 septembre. Suite à diverses concertations entre des hauts dignitaires de l’Imerina, cette date représente la renaissance et le renouveau ou le Nouvel An malgache. Ayant été sujet à polémique, cette célébration du Nouvel An traditionnel s’est finalement vu attribuer une date, qui, bien que consensuelle, divise toujours l’opinion publique.Un comité présidé par le « Tangalamena » Patrick Zakariasy prévoit ainsi de célébrer cet événement en ce jour, au delà des célébrations parallèles qui se sont déjà tenues au mois de mars. Ceci-étant, cette célébration prévue traditionnellement sur la colline d’Ambohidra­biby ou encore à Ikianja  Ambohi­mangakely se fera en catimini. Le fait est que pour l’heure, aucune programmation officielle n’a été annoncée. Patrick Zakariasy de réitérer quand même que, « Face à la mondialisation et pour diverses raisons, on assiste de plus en plus à une certaine perte d’identité culturelle et la population connaît une rupture avec ses racines profondes. C’est la raison pour laquelle il importe d’organiser cet événement en ode au Fihavanana, le temps de l’Asaramanitra. Le tout au respect de nos traditions ».Une fête fédératrice, mais qui divise toujours à la fois, le Nouvel An malgache égayera quand même le centre ville à partir de ce soir. Porté par une jeunesse fière et solidaire, regroupée au sein de l’association Iray, la grande soirée « Volambita », dite fête du « Fihavanana » et de l’unité est à découvrir ce soir, à l’Hôtel de Ville à Analakely. Un événement culturel et artistique qui s’affirme comme une occasion de montrer la diversité des quatre coins de la Grande Île dans le pur respect de l’Asaramanitra. La soirée « Volambita » souhaite ainsi contribuer à faire valoir le développement, à travers les diverses formes d’arts, la culture, mais surtout ses us et coutumes traditionnels.« S’unir malgré la diversité qui fait la spécificité de chacun », c’est à travers cette thématique que la soirée Volambita ouvrira ainsi ses portes. Au cours de cette célébration inédite du Nouvel An, défilés de tenues et coiffures traditionnelles revisitées seront agrémentés de performances musicales et chorégraphiques.

A.P.R.

L'express de Madagascar0 partages

Passagers délestés

Une dizaine de bandits munis d’armes à feu ont délesté les passagers d’un taxi-be hier matin. Les assaillants sont montés aux abords d’Andava­mamba. Les personnes prises pour cible ont été dépouillées de l’argent ainsi que des objets de valeur en leur possession dont des téléphones ainsi que des bijoux.

L'express de Madagascar0 partages

Madauto – Kicks, le nouveau SUV de Nissan

Madauto lancera la Kicks à l’occasion du Salon de l’Auto. Le tout nouveau SUV de Nissan mise sur un intérieur à couper le souffle. 

Kicks, telle est l’appellation donnée au nouveau SUV de Nissan, que Madauto dévoilera au Salon de l’Auto (du 5 au 8 octobre au CCI d’ Ivato). La Kicks mise avant tout sur « un confort exceptionnel à son bord », annonce le constructeur nippon. Cinq places assises, des sièges zéro gravité ainsi qu’une cabine silencieuse figurent parmi ses premiers points forts. L’intérieur spacieux se distingue par un plancher plat et des détails artistiques évidents sur chaque élément. L’habitacle bénéficie également de quatre haut-parleurs, qui produisent un son d’une qualité cristalline, ainsi que d’une climatisation manuelle. Et pour écouter de la musique, il suffit de connecter son smartphone via Bluetooth. Des commandes au volant permettront aussi de répondre aux appels en mode mains libres. En poursuivant avec le poste de conduite, le tableau de bord se démarque par son design original en forme de voilier, tandis que la console centrale est dominée par un grand écran.À l’arrière, les sièges 60/40 rabattables de la Kicks lui confèrent un espace de rangement conséquent, pour un volume de 432 litres. En gardant les sièges à leurs places, le coffre peut contenir deux grandes valises. En les rabattant, deux vélos peuvent y être installés.

Transmission CVTSi l’habitacle de la Kicks a tout pour plaire, son design extérieur dispose aussi de plusieurs atouts, comme son toit flottant. Impossible de passer inaperçu avec. La grille de calandre imposante en V et les feux à LED en forme de boomerang viennent s’ajouter à son caractère. Le SUV de Nissan est équipé d’un moteur 1,6L essence de 118 chevaux. Il bénéficie du système D-Step CVT. La transmission CVT à cinq rapports comporte des points de changement intégrés, qui s’activent lors d’une forte accélération.Bien évidemment, on peut s’attendre à toute une panoplie d’aides à la conduite et de systèmes de sécurité sur un SUV de dernière génération comme la Kicks. Citons, entre autres, les airbags avant et latéraux, l’assistance au freinage d’urgence, l’ABS de série, le contrôle de trajectoire actif ou encore la distribution électronique de force de freinage.

La Renault Oroch dispose d’une nouvelle motorisation.

L’Oroch se dote d’un nouveau moteur

Dans l’univers automobile malgache, la Renault Duster est certainement un best-seller, depuis sa sortie. Son tarif, sa tenue de route impeccable et son moteur à la fois puissant et économique ont fait d’elle un modèle incontournable. Dernièrement, elle a été déclinée dans une version pick-up, en l’occurrence l’Oroch, avec laquelle Madauto vise la même réussite. À l’occasion du Salon de l’Auto, l’Oroch se dote d’un nouveau moteur. D’un côté, on aura le 1,6L, qui développe 110 chevaux, un bloc passe-partout, que ce soit en utilisation professionnelle ou loisirs, combiné à une boîte cinq. De l’autre, on aura le 2L qui délivre 143 chevaux avec sa boîte six. De quoi donner à l’Oroch une vivacité impressionnante sur tout type de terrain. Elle dispose d’un mode de conduite Eco, sélectionnable via unbouton sur le tableau de bord. La principale particularité d’un pick-up réside bien évidemment dans sa benne, d’une capacité de 650 kg ou 683 litres ici.

Peugeot Scooters propose une large gamme.

Peugeot Scooters et sa large gamme

Du côté du pôle moto, la grande nouveauté se nomme Peugeot Scooters. La marque de scooters au lion apparaît à Madagascar sous l’enseigne Madauto et vient s’ajouter aux marques prestigieuses et populaires Honda et KTM. Avec une gamme essentiellement composée de 50 cm3, Peugeot Scooters propose des véhicules en fonction du besoin de son utilisateur. Partant du basique Kisbee au sportif Speedfight en passant par l’intrépide Streetzone, Peugeot Scooters propose également le Tweet à grandes roues, disponible également en 125 cm3, mais aussi le néo-rétro Django, uniquement en 125 cm3. Peugeot Scooters ne se limite pas aux petites cylindrées, puisqu’elle complète sa gamme avec le trois-roues Metropolis livré en 400 cm3 et suréquipé pour un confort de conduite optimal. Quant à Honda, elle apporte sa nouveauté avec le X-ADV, un scooter 745 cm3 qui élargit les perspectives, puisqu’il possède toutes les aptitudes d’un trail tout terrain. La souplesse du X-ADV permet de combiner trajets quotidiens urbains et échappées hors des sentiers battus, le week-end. Pour ce qui est de KTM, la firme autrichienne vient en force avec notamment ses tout-terrain. Entre autres, le 350 EXC, une moto d’enduro parfaite pour les randonnées offroad.

Textes et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Fram, frime

Le ministre de l’Éducation nationale n’est pas peu fier de sa réussite. Dix mille enseignants Fram , autrement dit sans qualification ni spécialisation, par an depuis trois ans et jusqu’en 2020, soit au total soixante dix mille d’ici la fin de l’opération. L’exploit vaut bien, évidemment, une cérémonie grandiose à l’américaine où les nouvelles recrues reçoivent leur contrat. À un an de la présidentielle, il ne fallait surtout pas se priver d’une excellente opération de communication pour mettre en évidence cette réalisation. Le ministre a la chance d’arriver à point nommé à un moment où la Banque mondiale, en particulier, qui finance l’opération, et les bailleurs de fonds, en général, rattrapent le temps perdu et les erreurs du passé. Il fut un temps où ils ont gelé l’effectif des fonctionnaires, dont le nombre (quatre cent mille) n’est pas aussi important que cela, pendant longtemps faute de budget. Mais ils ont laissé les institutions ,aussi inutiles que budgétivores, mener une vie de pacha à trois queues. Aujourd’hui, il y a plus d’enseignants que d’élèves dans certaines localités où tous ceux qui ont pu réussir leur Cepe ont été recrutés, moyennant une formation sommaire.En terme de création d’emploi, aucun ministre, aucun régime n’a pu faire mieux même si c’est encore très loin du rêve de Manandafy Rakotonirina qui avait promis deux cent mille emplois par an lors de la présidentielle de 1989 où il avait tenu tête à Ratsiraka à… Tana. Un chiffre réaliste quand on sait qu’il y a quarante mille bacheliers par an, le triple au niveau BEPC et dont la moitié n’aura pas accès aux universités faute de place et finira peut-être maître Fram. Eh oui, autant l’initiative de recruter des enseignants est méritoire, autant les critères de recrutement laissent à désirer étant donné que l’ancienneté vaut ici compétence. Il est de l’éducation comme il est du foncier. C’est, d’ailleurs, le seul et principal argument des concernés lorsqu’ils ont manifesté dans la rue pour réclamer leur recrutement. On se soucie donc peu ou prou, des qualités pédagogiques des nouvelles recrues mais on se fie aux règles de recrutement dans la fonction publique en enrôlant des enseignants ayant dépassé le demi-siècle alors que la limite est fixée à 45 ans. Cela peut créer une jurisprudence dans les autres départements de la fonction publique.Le drame est indéniablement les conséquences néfastes de ce recrutement de «tout venant» au niveau des élèves, du moins ceux qui sont condamnés à fréquenter les écoles publiques. Pour s’en convaincre, il suffit de voir l’effritement du taux de réussite aux examens depuis quatre ans à tous les niveaux, en l’occurrence Cepe, Bepc et baccalauréat. On veut bien admettre que les sujets ont été plus corsés par rapport aux années précédentes où le taux de réussite était une grandeur directement proportionnelle au score électoral, pour privilégier la qualité à la quantité, mais quand on échoue lamentablement dans des sujets où il fallait soustraire ou additionner, il y a de quoi s’alarmer. La Banque mondiale était, d’ailleurs, la première à donner l’alerte en signalant l’incompétence de certains enseignants incapables d’effectuer une division avec des décimaux.On se demande si on n’est pas en train de se fourvoyer de nouveau dans un cul-de-sac, plusieurs années après le cinglant échec de la malgachisation insufflée par la «révolution culturelle» de 1972. Avec l’application au forceps, financement des bailleurs oblige, du Plan sectoriel de l’éducation, qui est loin de faire l’unanimité rien qu’avec le calendrier scolaire, on part dans l’inconnu, dans une nouvelle aventure dont on ne connaît pas l’issue. On craint fort de se voir attribuer un tableau… d’horreur à la fin de l’année scolaire.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque - Fédération - Le Festival et le Grand tournoi Boss se suivent

La fédération malgache de pétanque organise deux compétitions d’envergure ce week-end et celui d’après à Mahamasina. La troisième édition du Festival Kanetibe est programmée les samedi et dimanche prochains au Paddock Mahamasina.C’est une compétition ouverte aux licenciés et non licenciés. Un million d’ariary est à gagner pour l’équipe championne en triplette hommes, deux coupes et 60% de mise pour la doublette dames et divers lots pour la doublette juniors.«La fédération intègrera l’unique concours de tir de précision de la saison à ce festival », a souligné Dadah Robinson, secrétaire général de la fédération. Prévu se tenir au Paddock le week-end du 30 septembre et 1er octobre, le Grand Tournoi de Boss, destiné aux doublettes boss élite sur invitation sera déplacé au CBT Mahamasina.Le gros lot, une voiture Daewoo Matiz, est en jeu pour l’équipe gagnante. La deuxième gagnera deux écrans plats et deux VTT chacune pour les troisième et quatrième.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Gendarmes bandits

Aucun des trois gendarmes en exercice, arrêtés pour grand banditisme par la police la semaine passée n’a échappé à la prison. Respectivement poursuivis pour trafic d’armes, trafic de drogue et attaque à main armée, les trois prévenus ont été placés tour à tour à la maison de force de Tsiafahy entre mardi et mercredi. Les informations communi­quées révèlent que les poursuites engagées par le parquet n’ont pas nécessité d’ordre de poursuite en raison d’un flagrant délit.

L'express de Madagascar0 partages

Seces – Le nouveau bureau élu

Le Congrès national du SECES s’est achevé hier, à Mahajanga, par la reconduction de président national, le Dr Dimby Ralambomanana Andrianina, hier à Mahajanga. Les membres du bureau de ce syndicat ont aussi été renouvelés durant cette assemblée. La prochaine rencontre nationale du Syndicat aura lieu en 2020, à Antsiranana.

V.A

L'express de Madagascar0 partages

Je n’ai pas trouvé la Chine à «China Exhibition»

La Chine, cinq fois millénaire a tellement mieux à montrer que les stands indigents, et d’ailleurs rarement chinois, qu’on met quinze minutes à passer rapidement en revue, à «China Exhibition» (CCI Ivato).Bien sûr, la Chine moderne, ce sont les smartphones Huawei, les voitures dont le design s’est hissé au niveau des meilleures productions automobiles occidentales, et les engins des travaux publics pharaoniques. Mais, ce n’est pas cette Chine-là que je suis venu chercher à «China Exhibition». Dommage qu’il n’y ait pas l’équivalent culturel d’un EDBM (economic development board of Madagascar) pour faire venir jusqu’à chez nous les arts et métiers chinois.Si les relations diplomatiques entre Madagascar et la Chine vont sur leur 45e année en cette année 2017, il ne faut pas oublier qu’avant que Formose ne soit évincée des Nations Unies au profit de la Chine, en octobre 1971, c’était avec l’île de Taïwan que Madagascar entretenait des relations au plus niveau. Une ambassade de Taïwan était ouverte à Antananarivo dès 1961 et une ambassade malgache fonctionnait à Taïpeh à partir de 1964. La Chine communiste tordra le cou à la fiction de «deux Chines», mais la Chine se prolonge également dans ses «colonies de peuplement» : à Singapour, Lee Kuan Yew, qui en fut Premier Ministre de 1959 à 1990, n’est-il pas celui qui a permis à son pays de passer «du Tiers-Monde à la prospérité» ?Le gouvernement de Taïwan a su ramasser dans un coffret de 30 fascicules, la culture traditionnelle chinoise pour un panorama global et édifiant : 1. la médecine traditionnelle ; 2. les cuisines chinoises ; 3. les arts folkloriques ; 4. la peinture et son «réalisme avec perception subjective du sujet» ; 5. la calligraphie (une graphie de peinture, un rythme de musique, et l’aspect pratique d’une langue écrite) ; 6. les Quatre Trésors du Cabinet de Travail (le pinceau, l’encre, le papier, l’encrier) ; 7. l’architecture basée sur des espaces rectangulaires comme unités et leur assemblage en un tout ; 8.le mobilier (qualité des matériaux, excellence de la maîtrise, finesse de la sculpture ornementale) ; 9.la gravure de sceaux, un des trois piliers des Beaux-Arts en Chine, avec la calligraphie et la peinture ; 10.l’art du costume traditionnel ; 11.l’art du thé qui fait partie des «sept nécessités élémentaires quotidiennes» avec le bois, le riz, l’huile, le sel, la sauce de soja, le vinaigre ; 12.l’opéra et son code vestimentaire et de maquillage facial ; 13.le jade, la plus estimée des pierres précieuses ; 14.le système d’écriture avec des caractères esthétiques, logiques et scientifiquement construits ; 15.la musique dont Confucius recommanda une version orthodoxe rituelle ; 16.les fêtes traditionnelles dont la fête du Nouvel An est en fait une fête du Printemps du calendrier lunaire ; 17.la poterie et la porcelaine devenues des marqueurs archéologiques des voyages au long cours de la céramique chinoise ; 18.la danse, ou les danses, dont l’inventaire avait commencé dès le IIIe siècle avant notre ère ;19.l’art des bronzes ; 20.Le Kung fu externe : exercice des tendons, des os et de la peau ; le Kung fu interne : exercice de l’esprit et de l’intellect ; 21.la philosophie : le «Chemin du Ciel» et le «Chemin de l’homme», la complémentarité inséparable de la «bienveillance» et de la «cérémonie» à la source de la «piété filiale» ; 22.le macramé ou l’art des noeuds, ces liens qui attachent, à la fois ornementaux et pratiques ; 23.le cloisonné ou la décoration émaillée : doux et tendre comme le jade, éclatant comme les bijoux, délicat comme la porcelaine ; 24.la laque, sève du laquier, dont le revêtement peut tenir deux siècles ; 25.la broderie dont l’apogée est atteinte sous la dynastie de Song (960-1279) ; 26.l’imagerie populaire ; 27.le découpage de papier apparu avec l’invention du papier, vers l’an 105, sous la dynastie de Han (206 BC - 220 AD) ; 28.les livres, d’abord sur lattes de bambou, puis sur pans de soie, enfin sur papier ; 29.le vin et la civilisation ou le divertissement et l’inspiration, par exemple, celle des Sept Sages de la bambouseraie, sous la dynastie de Tsin ; 30.les marionnettes : à fils, à gaine ou d’ombres.Tellement à apprendre, tant de richesses à s’inspirer, que de raffinements bien loin de la caricature du Chinois entrepreneur, rustre et mal dégrossi. Il faut espérer que l’Institut Confucius, ambassaseur culturel de la Chine, sache désormais mieux édifier l’opinion publique malgache à cette autre image de la Chine et des Chinois.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Attaques de touristes

Deux fugitifs sont identifiés après l’attaque d’une dizaine de touristes dont six Français et quatre nationaux, au parc national d’Ankarana à Ambilobe dimanche vers midi. Les ressortissants étrangers agressés ont réussi à prendre des photos des deux malfaiteurs qui ont pu s’évanouir dans la nature. Mais leur compère a été lynché à mortpar le fokonolona sitôt appréhendé. Des devises, des appareils photo, des smartphones, près de trois millions d’ariary ainsi qu’un fusil de chasse ont été retrouvés sur l’individu lynché à mort.

Midi Madagasikara0 partages

Parti Freedom : Crainte d’une crise postélectorale !

La révision de la Constitution pourrait être à l’origine d’une crise postélectorale.

Comme il fallait s’y attendre, le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation (MID) a boudé la conférence-débat organisée par le parti Freedom, hier à l’hôtel Panorama, qui se focalisait sur le thème : « Problématique de la prochaine élection présidentielle : comment éviter une nouvelle crise postélectorale ? ». Pour les entités présentes à cette conférence-débat, les circonstances actuelles pourraient ouvrir droit à une nouvelle crise postélectorale. Au micro, Lalatiana Rakotondrazafy, présidente du parti Freedom, dévoile et explique ses soucis. « Si l’encadrement juridique des élections n’est pris en charge uniquement que par le gouvernement, à travers le comité interministériel de rédaction, cela engendrera des problèmes », a-t-elle soutenu. Et elle de lancer une série de questionnements : « qu’est-ce qui garantit que ce comité interministériel insèrera dans le nouveau code électoral les travaux et les recommandations de la commission de réflexion ? Pourquoi le gouvernement n’établit toujours pas le calendrier électoral ? L’on devrait mettre en vigueur une loi sur la précampagne mais est- ce qu’elle sera finalement conçue ? ». Les réponses ne sont pas loin. Les calculs politiques peuvent en être la raison.

Préambule, alinéa 8. Bruno Rakotoarison, coordinateur national du Groupe des Experts Nationaux (GEN), a quant à lui rappelé l’existence de l’alinéa 8 du Préambule de la Constitution. Il y est écrit noir sur blanc que « constatant que le non-respect de la Constitution ou sa révision en vue de renforcer le pouvoir des gouvernants au détriment des intérêts de la population sont les causes des crises cycliques ». Pour ce coordinateur national du GEN, la tentative d’une révision constitutionnelle actuelle pourrait être « à l’origine d’une crise postélectorale ». Par rapport à cela, le parti Freedom rejoint ceux qui se sont d’ores et déjà prononcés contre cette révision de la Constitution. « Si nous nous référons à la Constitution actuelle, les présidentielles sont irréversibles en 2018 tandis que compte tenu des circonstances, le référendum est impossible », continue Lalatiana Rakotondrazafy.

Latitude et égalité. Pour éviter donc une nouvelle crise postélectorale, les participants ont donné chacun leur avis. « Il faut garantir l’égalité de chances entre les candidats », précise Rabekijana Félix du KMF/CNOE. Lalatiana Rakotondrazafy de soutenir qu’il faut que « les partis politiques qui participent aux présidentielles aient chacun un représentant permanent au sein de la Ceni ». Propos appuyés par Bruno Rakotoarison : « La Ceni n’est pas véritablement libre dans son travail. C’est la raison pour laquelle il faudrait changer les textes ». Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Ceni, a quant à lui, appelé à la collaboration et à la prise de responsabilités.

Aina Bovel

Madagate0 partages

Madagascar - Karanas : Faites le premier pas, ne soyez plus ingrats

CLIQUEZ ICI POUR L'ARTICLE ENTIER EN GRAND FORMAT