Les actualités à Madagascar du Samedi 22 Août 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara43 partages

Single : Miara-mirona, le message d’espoir de Paulandri

Le chanteur Paulandri.

Parce que l’union fait la force, c’est dans les moments difficiles que cet adage est on ne peut plus vrai. Paulandri s’en est inspiré pour en sortir une chanson toute fraîche. Composé lors du confinement, Miara-mirona vient d’être mis en ligne. Car l’amour, la compassion a une valeur inestimable que l’argent ne peut acheter. « Cette chanson, je l’ai composée pendant le confinement. En effet, chacun doit faire face à son quotidien malgré les divers aléas de la vie. Cependant, dans l’accomplissement des tâches importantes quotidiennes, il ne faut pas oublier ses prochains et aussi de prendre les bonnes mesures de précautions. En se protégeant, on protège aussi les autres. », a t-il confié.

Pour l’auteur, Miara-mirona est aussi un message d’encouragement pour ceux qui avaient des projets qui ont dû être reportés ou annulés suite au confinement.

Et aussi une pensée particulière en soutien aux familles qui ont perdu leurs proches à cause de la pandémie, mais à la fois un message d’espoir pour un futur meilleur si nous restons ensemble, Miara-mirona, dans le combat contre le coronavirus.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara9 partages

COVID19 : Déconfinement attendu

Le président Andry Rajoelina tiendra demain un discours très attendu. ( Photo d’archives)

Les chiffres ne cessent de baisser aussi bien à Tana que dans les autres villes touchées par le coronavirus. Hier, le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle a annoncé 64 nouveaux cas confirmés et 1 décès liés à cette pandémie.

Des chiffres qui paraissent loin des réalités d’il y a un mois où l’on a compté plusieurs centaines de personnes contaminées par jour. En effet, à l’allure où vont les choses, la Grande Ile pourrait réussir à vaincre la COVID-19 d’ici peu. A noter toutefois que pour l’heure, on est loin d’être sorti de l’auberge. Le respect strict des gestes barrières est toujours de mise, surtout à Antananarivo et dans les autres régions où l’on recense encore des nouveaux cas. Quoiqu’il en soit, on entame ce dimanche le 12e round de l’Etat d’urgence sanitaire dans le cadre de la COVID-19. Comme à l’accoutumée, un Conseil des ministres sera organisé ce jour pour prendre la décision relative à la prolongation de l’État d’urgence sanitaire sur toute l’étendue du territoire de Madagascar. Et ce, après l’habituelle consultation des Chefs d’Institutions et de l’Académie des médecines. Le président Andry Rajoelina tiendra demain un discours très attendu pendant lequel il annoncera les nouvelles mesures. Bon nombre d’observateurs s’attendent à un déconfinement.

Reprise des activités. Lasse des 5 mois de crise sanitaire, la population réclame plus de liberté. L’économie des ménages est complètement affectée. La reprise des activités est fortement réclamée, notamment pour les transports nationaux et régionaux, ainsi que pour les taxi-be à Tana qui n’ont pas travaillé depuis plusieurs mois. Cette semaine, une réunion avec l’ATT a été organisée.  » En vue de préparer la reprise des activités « , a-t-on laissé entendre. Reste à savoir si tous ces cris de détresse des opérateurs ont été entendus par l’Exécutif, sachant qu’un déconfinement signifie un risque élevé de contamination en cas de non-respect des gestes barrières. Des mesures d’accompagnement doivent être prises pour éviter un nouveau re-confinement.

Davis R

Midi Madagasikara3 partages

Helikanto Rakotovololona : « Une maîtrise insuffisante de la langue peut constituer un obstacle à la ré...

La chercheuse est convaincue sur le rôle clé de la langue dans l’apprentissage scolaire

Helikanto Rakotovololona, doctorante en science de l’éducation, sort des sentiers battus pour enrichir le débat sur le système éducatif toujours en quête d’un équilibre, et aborde les enjeux des langues au cœur des apprentissages de toutes les disciplines scolaires. Interview exclusive.

Midi Madagasikara : A votre avis, quel rôle la langue joue-t-elle dans le processus d’apprentissage ?

Helikanto Rakotovololona : Pour améliorer l’enseignement des contenus disciplinaires, il est nécessaire d’accorder davantage d’attention à la langue en tant que support et vecteur de sens.  – la maîtrise de la langue tenue pour « correcte » ou de certains genres propres à l’école joue un rôle crucial. Chacun sait qu’une maîtrise insuffisante de la langue ou l’emploi d’un registre inadéquat peut constituer un obstacle à l’acquisition des connaissances et à la réussite scolaire, surtout pour les groupes d’apprenants dits vulnérables  (issus de milieux défavorisés ou de groupes marginalisés). Par exemple, être « bon » en sciences suppose savoir bien parler ou écrire de manière scientifique, selon les conventions spécifiques aux sciences. Par conséquent, acquérir des connaissances à l’école, nécessite une familiarisation avec les formes de communication propres à la communauté qui produit ses connaissances, et de s’en approprier certaines, au moins à un certain degré.

Midi Madagasikara : Pourquoi accorder autant d’importance à l’enseignement de la langue ?

Helikanto Rakotovololona : L’importance de l’enseignement de langue est essentielle pour créer des situations de débat, des dialogues sur des sujets pour lesquels les positions peuvent s’opposer. C’est, par exemple, le cas en sciences exactes et humaines, en mathématiques, selon ce que l’on « voit » et ce que l’on « croit ». Les enseignants peuvent ainsi installer, autant que faire se peut, des moments de travaux de groupes d’élèves, moments de résolution dans lesquels les tâches se répartissent, les avis s’expriment, les consensus se construisent à la lumière de l’expérience(en se confrontant à la réalité), avant d’être soumis à l’accord (la validation) avec le savoir de référence, mais sans lui donner de statut immuable. Les échanges oraux maîtrisés d’arguments sont centraux dans les apprentissages transversaux, et l’enseignement de langue y joue un rôle prépondérant.

Midi Madagasikara : Votre approche ne risque-t-elle pas d’handicaper l’apprentissage des autres disciplines scolaires ?

Helikanto Rakotovololona : Toutes les disciplines ne peuvent être cloisonnées, séparées les unes des autres donc, il s’avère nécessaire de décloisonner afin de pouvoir justifier l’approche systémique sur laquelle l’enseignement et l’apprentissage devraient être axés. Cette démarche systémique est constructiviste. Elle ne s’attarde pas sur l’analyse en profondeur des causes des problèmes. Son but est d’innover et prendre de vitesse les concurrents alourdis par les pesanteurs de la pensée analytique et linéaire. Car, chercheurs et enseignants s’accordent aujourd’hui sur le fait qu’apprendre une discipline va bien au-delà de l’apprentissage de savoirs factuels. L’acquisition du savoirs dans des disciplines dites non linguistiques demande également la maîtrise de la langue qui rend les apprentissages possibles, car tout apprentissage scolaire implique un travail langagier.

Midi Madagasikara : Quelle solution préconisez-vous pour concrétiser votre approche ?

Helikanto Rakotovololona : Je pense qu’il faut dans un premier temps, non seulement définir une politique linguistique éducative stable et pérenne, mais aussi et surtout planifier et aménager sa mise en œuvre. Après, il est fondamental d’identifier les contributions essentielles des différentes disciplines scolaires au  socle commun des connaissances et de compétences. Mais la formation des enseignants, acteurs de changement et d’innovation, est aussi un élément clé.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara2 partages

Conseil des ministres : Le commandant de l’école de la gendarmerie nationale limogé

Le Ces ministres d’avant-hier a décidé l’abrogation de la nomination du commandant de l’école de la gendarmerie nationale.

Le Conseil des ministres d’avant-hier, a procédé à une série de nominations. Ainsi, au titre du ministère de l’Economie et des Finances, des administrateurs non-exécutifs ont été nommés au sein du conseil d’administration de la Banque centrale. Il s’agit de Reziky Zafimarina Stefana Hery Zojaona Tantely, représentant la Présidence, Rakotozafy Aina pour l’Assemblée nationale et Rakotoarivony Eliane Tantely pour le Sénat. Toujours au titre de ce ministère, Rasahavelo a été nommé Directeur général du contrôle financier, Ratovondrahona Herinantenaina directeur de la brigade d’investigation financière et de l’audit, Randrianirina Hanitra Olivia, directeur des études auprès de la direction générale du trésor public, Raharijaona-Ndrianarialala Rado Haja Ezekiela, directeur de la comptabilité publique, Florence Andrianaivohery née Rakotonirina, directeur des soldes et pensions et Lala Arison Zo Ny Aina, directeur du système informatique.

Code minier. Pour le compte du ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène, Rakotoarisoa Zafiarinjatovo, directeur régional de Bongolava. Pour ce qui est de l’abrogation, au titre du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, le décret 2005-358 du 8 juin 2005 portant sur la nomination du Directeur général de l’OFMATA a été abrogé. Il en est de même pour le commandant de l’école de la gendarmerie nationale suivant le décret 2018-329 du 11 avril 2018. Toujours à propos du Conseil des ministres d’avant-hier, il a été décidé quant à la modification de textes portant sur les redevances et ristournes minières, ainsi que les frais d’administration minière du décret 2006-910 en date du 19 décembre 2006, et ce, en application de la loi n°99-022 du 19, août 1999 portant sur le code minier. Au niveau de l’office de la radio et télévision publiques de Madagascar (ORTM), des dispositions ont été également prises, et ce, en vue d’une meilleure organisation au sein de cet office dans le cadre de l’EPA.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara2 partages

Tueur silencieux

La Covid-19 a tué 178 personnes à Madagascar en 5 mois d’épidémie. Mais un autre fléau a fait pire : 487 morts en seulement trois mois, cette année, et environ 600 morts en six mois. Œuvres du « palu ».

Tueur silencieux

Car le paludisme, fléau national qui continue d’ôter régulièrement la vie à des Malgaches, notamment dans les zones reculées, reste un tueur silencieux par rapport à la pandémie qui retient actuellement toutes les attentions, et quasiment toutes les ressources. L’épisode de décès successifs causés par le paludisme en avril dernier, avec 70% des cas dans six ou sept régions de la moitié Sud du pays, a remis cette maladie au-devant de la scène, pour replonger dans l’anonymat le plus complet, quelques semaines après.

Le pays lutte contre le paludisme depuis des décennies ; a mis en place des stratégies de prévention et de riposte ; mené de vastes campagnes d’aspersion intra-domiciliaires de produits insecticides ; distribué des moustiquaires à imprégnation durable, et bien d’autres encore, pour essayer de venir à bout du fléau, mais il n’est pas encore arrivé au bout de ses peines. Le ministre de la Santé publique sortant a affirmé, fin avril, que Madagascar s’est particulièrement démené depuis 2005 pour lutter contre le paludisme, mais cette année, le bilan est particulièrement lourd. Car en 2019, le « palu » a causé la mort de 657 personnes dans le pays. En 2020, quasiment le même chiffre est atteint en un semestre. Actuellement, tous les efforts sont concentrés sur la pandémie de Covid-19. D’autres fléaux regagnent du terrain. Dans la mesure où la lutte contre le paludisme est – aussi – financée quasi-entièrement par des financements étrangers, on se doute que, Covid-19 étant,les ressources consacrées au paludisme se retrouvent cette année diminuées. On dira alors que les 2 millions de TDR du paludisme et les 2 millions de traitements antipaludiques remis, cette semaine, par les Etats-Unis arrivent à point nommé. Autrement, aux 600 morts du premier semestre s’ajouteront encore peut-être des centaines d’autres jusqu’à la fin de l’année. Parleraient-on alors d’hécatombe ? Pas sûr. Car entre la crainte du « palu » et celle la Covid-19, on sait déjà celle qui fait plus trembler le citoyen lambda. Le problème est, cependant, beaucoup plus complexe que ce choix quelque peu simpliste. En revanche, ce qui est sûr, c’est que le pays reste encore, et plus que jamais en ce moment, dépendant des aides étrangères pour gérer divers problèmes. Y compris celui provenant d’une piqûre de moustique.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambodimita : Vehivavy nitondra moto nodomin’ny fiara, nitsoaka ity farany

Potika tanteraka ilay moto scooter Jog nentin’ity vehivavy iray, raha nodomin’ny fiara Peugeot 405 tetsy Ambodimita ny alin’ny alakamisy lasa teo. Naratra mafy ilay ramatoa vokatry ny dona nahazo azy. Ilay fiara nandona kosa nitsoaka toy ny tsy teo, ary mbola karohina hatramin’izao. Tokony ho tamin’ny folo ora alina tany ho any no niseho ny loza, raha ny fanazavana azo. Nanaja ary nanery tsara ny ankavanany ity kodiaran-droa ity izay niomana ny handeha hihazo ny lalam-baovao. Tamin’izay fotoana izay no nipoitra tampoka ilay fiara Peugeot ary nifaoka ankitsirano ity farany. Mafy dia mafy ny dona satria dia nipitika mihitsy ilay Jog ary potika. Tsy nijanona akory moa ilay fiara fa vao mainka nanohy ny lalana hatrany. Olona sendra nandalo teny an-toerana no nahita ny loza ary niolomay namonjy ilay vehivavy mpitondra moto, izay naratra mafy. Ilay namonjy no niezaka nitondra ilay naratra tany amin’ny hopitaly tetsy Andohatampenaka. Tonga teny an-toerana avy hatrany moa ny polisy nijery ifotony ny zava-nisy ary nitondra ilay moto ho any amin’ny birao. Efa mandeha ny fanadihadiana sy ny fikarohana ilay nahavanon-doza.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Une semaine tumultueuse

La semaine écoulée nous a déversé son lot de scandales politico-judiciaires, quand ce n’est pas le fait des uns, c’est celui des autres et le peuple s’en amuse faute de pouvoir empêcher ces délits déjà accomplis. Dans cet ensemble d’intrigues (Machinations secrètes ou déloyales pour obtenir quelques avantages ou pour nuire à quelqu’un). Il est à noter qu’une acquisition de matériels informatiques pour le compte du CCO (Centre de Commandement Opérationnel Covid-19) a été faite dans des conditions peu orthodoxes et comme réponse du berger à la bergère (comme par hasard) l’on a procédé à la mise sous scellée de Magro par les services fiscaux pour motif de non-paiement d’impôts très élevés pour ne pas dire faramineux.

Mais par-dessus ces scandales vole toujours la pandémie du coronavirus, les statistiques tendent vers une décroissance des nouveaux cas ainsi que des malades en traitement et inversement l’augmentation des guéris, mais bien que d’un niveau bas il y a toujours des cas de décès. Faut-il alors déclarer qu’on est désormais sorti de la zone dangereuse ? S’il s’avère qu’on le soit, des cas similaires en Europe montrent que, malgré les gros moyens mis en œuvre, on n’a pas encore terrassé entièrement cette maladie, bien au contraire, on redoute aujourd’hui un regain de vigueur de sa part, qui peut être aussi fatale que ce qu’on a vu auparavant. En attendant, les séquelles économiques sont très douloureuses pour la population qui franchit malgré elle, les garde- barrières sanitaires et sécuritaires pour ne pas à en pâtir davantage. Les autorités se démènent comme elles peuvent jusqu’à participer au recensement des nécessiteux dans les quartiers populeux dans l’objectif d’octroyer les aides le plus équitablement possible faute de ne pas pouvoir le faire le plus égalitairement. La grande question est maintenant de se demander de la décision que va prendre l’Exécutif lors de l’habituel communiqué de fin de quinzaine. Va-t-on démanteler le système de confinement, l’alléger ou le durcir surtout pour la région d’Analamanga ? La réponse sera donnée dimanche dans la soirée mais sûrement elle sera moins attendue que la retransmission de la finale de la Ligue des champions opposant le PSG et le Bayern de Munich. Que voulez-vous ? « Du pain et des jeux et le peuple sera content, il suivra aveuglément les lois des seigneurs dieux »

Ailleurs, en Afrique en particulier, ce coup d’Etat militaire (appelons-le par son nom) au Mali, sonne comme un air de déjà entendu et vu. Un président élu démocratiquement obligé de se démettre sous la menace des armes semble être un fait coutumier pour ces nations étiquetées, non sans raison, de républiques bananières. René Dumont déjà en 1962 avait dit que « L’Afrique noire est mal partie… » Mais sait-elle au moins où elle veut aller ? Mais ne dites pas surtout comme Nicolas Sarkozy, qu’elle n’est pas encore entrée dans l’Histoire. Les exemples tanzaniens, mauriciens, éthiopiens nous montrent que la pauvreté n’est pas une fatalité comme l’instabilité des institutions d’ailleurs.

Enfin, une dernière note d’espérance, cette semaine a vu aussi un mini remaniement du gouvernement malgache, les nouveaux recrus font état de pédigrée à faire pâlir plus d’un, souhaitons qu’ils fassent bon usage de leurs nouvelles prérogatives, c’est tout ce qu’on leur demande.M.Ranarivao

Midi Madagasikara0 partages

Pension de retraite : Les modifications décidées par la CNaPS frustrent certains pensionnés

(Crédit photo : Nary)

Avec la mise en place d’une toute nouvelle offre d’une banque qui s’adresse aux assujettis de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale, la caisse a décidé de remettre entre les mains de cette dernière le rôle de la distribution des pensions de retraite, qui auparavant était assurée par un autre organisme. Aussi, tous les pensionnés ont reçu durant le mois précédent, une lettre indiquant leurs nouveaux lieux de réception des pensions. Toutefois, malgré la notification, beaucoup de seniors se sont encore trompés d’établissements. Hier par exemple, pas moins de 5 personnes âgées ont attendu près de 3 heures devant l’agence de la banque à Andravoahangy avant d’être averties par les agents qu’ils doivent se rendre dans une autre agence. Par ailleurs, le service a également fait l’objet de plusieurs critiques de la part des seiors : lenteur du service, manque d’installations pour s’asseoir, organisation peu louable, etc. Ce qui a fait naître une idée auprès des pensionnés : lancer une pétition afin de retourner auprès du précédent organisme dont les services sont jugés plus adéquats.

Notons aussi que la banque a proposé aux pensionnés l’ouverture d’un compte qui permettrait de faciliter la transaction de leurs dûs tout en évitant les queues interminables à chaque fois qu’ils vont chercher leurs pensions. Les frais de ce pack étant pris en charge par la CNaPS, tous les titulaires du compte n’ont rien à payer tout en bénéficiant d’une carte de retrait. Si une partie a accepté la proposition, l’autre partie a préféré la méthode habituelle. Cependant, expliquer tous les détails de cette offre à ces personnes a pris beaucoup de temps, entraînant le ralentissement de la prise en charge durant ces quelques jours. En effet, il fallait compter 2 heures d’attente devant la banque plus 2 autres heures à l’intérieur avant de pouvoir en sortir. Une situation qui a affecté l’humeur des pensionnés arrivés là depuis 8 h du matin.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Oniversiten’i Toamasina : Vita sonia ny fiaraha-miasa eo amin’ny DEGMIA sy ny SMMC

Natao Sonia ny talata tolakandro teo, ny fiaraha-miasan’ny sampampampianarana DEGMIA, na ny « Droit – Economie – Gestion – Mathematique – Informatique – et Application », sy ny orinasa SMMC na ny « Société de Manutention des Marchandises Conventionnelles », momba ny fametrahana fanofanana araka asa mikasika ny « Fitantanana ny Seranana sy ny fitahirizana entana » na ny « Gestion Portuaire et Logistique”. Ny sojaben’ ny sampampianarana DEGMIA sy ny Tale jeneralin’ny orinasa SMMC no nanao Sonia  izany, tao amin’ny efitrano “cathédrale”-n’ny oniversite Barikadimy Toamasina. Natao ity Sonia amin’ny fahatsapan’ny roa tonta, fa ilaina ny fanofanana arak’asa mivantana ireo mpianatra hanao izany amin’ny fitantanana ny seranan-tsambo. Hiditra amin’ny fanatsarana sy fanitarana rahateo ny seranan-tsambon’i Toamasina izao, ka mila olona manam-pahaizana mahafehy ny fitantanana izany tsy ho ela. Mbola ny mari-pahaizana “licence” aloha no omena amin’izao dingana voalohany izao, midika izany fa mbola mari-pahaizana Bacc miampy 02taona no horaisina mandritra izany. Tsy ho ela koa, dia ho avy ny mari-pahaizana “Master” hoy ny Sojabe, Razanakolona Diny. Vao miditra sy afaka mandray olona ny oniversite dia efa manomboka ny fianarana, satria efa mandeha ny fisoratana anarana amin’izao ho an’ireo manana ny mari-pahaizana amin’ny sampam-pianarana rehetra misy ao Barikadimy. Maharitra herintaona manao enim-bolana roa ny fianarana mandritra izany; mahatratra roa taona kosa ny mari-pahaizana “master” amin’ny fotoana hisiany, satria fikarohana no tena atao ao anatiny. Ny Sonia niaraka tamin’ny SMMC no vita fa eo am-piandrasana ny fiaraha-miasa atao Sonia eo amin’ny SPAT, Ladoany, AUXIMAD, MICTSL…ary ny APMF koa ny DEGMIA ao Barikadimy Toamasina izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Réfection de la RN5 : 18 ponts et un dalot reconstruit sur l’axe Mananara Avaratra – Maroantsetra

Un des ponts reconstruits sur la route reliant Mananara Avaratra et Maroantsetra.

La réhabilitation de la route nationale 5 reliant Toamasina à Maroantsetra se poursuit. Le ministre de l’Aménagement et des Travaux Publics, Hajo Andrianainarivelo a fait une descente sur terrain pour constater de visu l’avancement des travaux.

18 ponts et un dalot sont achevés, selon la délégation conduite par le ministre Hajo Andrianainarivelo, accompagné par l’ambassadeur de l’Union Européenne Giovanni Di Girolamo, et d’autres hauts responsables du département chargé des Travaux Publics ainsi que de l’Autorité Routière. « Les infrastructures qui existaient ici auparavant étaient en très mauvais état. Elles présentaient même des menaces pour les usagers, car de nombreuses personnes, des tonnes de marchandises traversent ces ponts tous les jours. Aujourd’hui, nous avons ces ponts aux normes », a indiqué la délégation, durant sa visite sur le site. Pour sa part, l’ambassadeur Giovanni Di Girolamo a noté que l’Union Européenne est satisfaite de la qualité des travaux, et que cette réalisation devra désormais avoir des impacts réels sur la vie de la population bénéficiaire.

Bitumage. Selon le directeur de Cabinet du MATP (Ministère de l’Aménagement et des Travaux Publics), la coopération entre Madagascar et l’Union Européenne a une base solide et se poursuit davantage, malgré l’état d’urgence sanitaire causé par la pandémie de Covid-19. A noter que l’Agence Routière est l’agence d’exécution des travaux à Mananara Avaratra. « Ce projet du MATP ne se limite pas à la réhabilitation des ponts et du dalot reliant Mananara Avaratra et Maroantsetra. Un appel d’offres a déjà été lancé pour le bitumage du segment Soanierana Ivongo – Ivohibe d’une longueur de 77km », ont expliqué le DG de l’Autorité Routière Rakotomavo Christophe et le chef de projet RN5 Rabearivelo Andry. De son coté, le DG des Travaux Publics, Hajaniaina Randrianandrasana a indiqué que ces travaux de bitumage de la route entre Soanierana Ivongo et Ivohibe sont financés par la BADEA, le FSD, le FKDA et l’OFID. Par ailleurs, la réhabilitation des ponts reliant Mananara Avaratra et Maroantsetra a été cofinancée par l’Etat Malagasy et l’Union Européenne, pour un budget total de 13 millions d’euros. Plusieurs emplois ont été créés à l’occasion car le projet a opté pour le système HIMO.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Ravinala Airports : Don d’équipements pour les sapeurs-pompiers d’Antananarivo

C’est parti pour une collaboration longue et efficace entre la CUA et Ravinala Airports

Les sapeurs-pompiers de la capitale ont fière allure. Ils viennent d’être dotés d’un important lot de tenue et d’équipements de protection. En effet, Ravinala Airports, le gestionnaire de concession des aéroports internationaux d’Antananarivo et de Nosy Be vient d’offrir 1.604 pièces  de tenues d’accessoires et d’équipements. De quoi rendre fiers et plus efficaces les 168 sapeurs-pompiers de la caserne de Tsaralalàna. « Ces matériels nous sont d’une grande utilité pour la lutte contre l’incendie qui a fait des ravages ces derniers temps », a déclaré le Maire Naina Andriantsitohaina, lors de la réception de ce don.  En effet, rien qu’au mois de juillet dernier les sapeurs-pompiers d’Antananarivo ont dû faire face à 27 incendies. Des interventions rendues difficiles en raison du manque de matériels et d’équipements.  En somme ces équipements de bonne qualité arrivent à point nommé pour la caserne d’Antananarivo qui, ces derniers temps, a réalisé de nombreux efforts pour être plus performante.

Aéroport International d’Antananarivo. A noter que cette dotation a été  réalisée par Ravinala Airports, en partenariat avec la Fondation Groupe ADP et la collaboration avec l’association Aviation Sans Frontières.  L’idée est venue lors du passage à Madagascar de Vincent Robert, chef du service sauvetage et de lutte contre l’incendie de l’aéroport de Roissy, pendant qu’il était en mission pour le nouveau terminal international d’Antananarivo.  « La coopération entre la CUA et Ravinala Airports va probablement se poursuivre » a déclaré, pour sa part, Patrick Collard, le Directeur Général de Ravinala Airports.  Et c’est dans la logique des choses puisque l’aéroport international d’Ivato, qui prendra le nom d’Aéroport International d’Antananarivo, une fois le nouveau terminal opérationnel, est situé à…Antananarivo.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Examens officiels : « Calendrier inchangé » selon la ministre Michelle Sahondrarimalala

Le ministère de l’Education nationale (MEN) entend mettre en œuvre une nouvelle disposition afin de permettre une tenue sans encombre des examens officiels relevant de son autorité.

« Le CEPE et le BEPC se feront de façon différente cette année ». Ce sont là les propos du Dr Michelle Sahondrarimalala, ministre de l’Education nationale lors de la cérémonie de passation de service entre elle et la ministre par intérim Assoumacou Béatrice à Anosy hier. Un moment durant lequel la ministre entrante a fait savoir que « les dates des examens sont maintenues tel qu’il a été décidé et communiqué par le président de la République ». Une annonce qui enlèverait un poids chez les parents et candidats aux examens en vue d’obtention du Certificat d’études primaires élémentaires ou (CEPE) et du BEPC ou Brevet d’Étude du Premier Cycle. Les deux examens devant respectivement débuter le 1er septembre 2020 et le 14 du même mois. La clôture de la session des examens du BEPC étant fixée pour le 18 septembre de cette année. Une affirmation qui répond toutefois – de façon négative – à certaines revendications tendant à repousser de quelques semaines les dates des examens. Ce, afin de donner « une période de remise à niveau et de révision aux candidats ». Ainsi, et ce, même si le pays est en situation exceptionnelle, chaque élève devrait être évaluée et jouir d’un acte attestant de son niveau en fonction des efforts qu’il ou elle a fournis.

Régions. Les modalités d’organisation desdits examens seraient actuellement travaillées par la nouvelle équipe dirigeante et les techniciens du ministère si l’on s’en tient toujours au discours de la ministre Michelle Sahondrarimalala. Avant de donner quelques éléments sur comment devraient se dérouler les examens du CEPE et du BEPC de cette année. Le ministère aurait opté pour une « régionalisations » de l’organisation des examens. Les sujets diffèreraient d’une région à l’autre si l’on s’en tient toujours aux explications de la ministre. Par ailleurs, le discours de la nouvelle ministre a également permis que le ministère entend mettre en place un nouveau calendrier scolaire pour l’année 2020-2021. Une façon pour le ministère de signifier la continuité de la vie de la nation mais plus particulièrement la « continuité de l’éducation nationale ». Le nouveau calendrier scolaire devrait ainsi être conçu et adopté dans les plus brefs délais. Une conception qui devrait toujours se faire avec les techniciens du ministère si l’on se réfère aux explications du Dr Michelle Sahondrarimalala. Des défis attendent d’être relevés par la nouvelle ministre. Si les détails concernant les examens officiels sont actuellement connus, les problématiques de l’éducation nationale sont encore nombreuses. Un exemple d’affaire à régler est celui du CNAPMAD.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Fivarotana tanin’olona anaty Facebook : Mpiasan’ny fananan-tany iray sy sefo fokontany iray nosamborina

Amidy any anaty tambajotra sosialy ny taniny kanefa tsy izy tompony no mivarotra azy ! Gaga no sady taitra ity olona ity ka nampiditra fitoriana avy hatrany teny anivon’ny polisin’ny kaomisarian’ny boriborintany voalohany etsy Analakely. Nandray an-tanana ny raharaha avy hatrany ireto farany rehefa hita fa fisolokiana no ataon’ireo mpivaotra anaty Fb. Olona dimy no voasambotra tao anatin’izao raharaha izao, araka ny tatitra azo avy amin’ny polisy. Nahitana ilay olona nisoloky ho tompon’ny tany, mpanera, mpiasan’ny fananantany iray ary sefo fokontany teo aloha. Ny zava-nisy : vehivavy iray nilaza ho nanana tany 11.000ha no naka mpanera fa hoe hivarotra izany. Nalefan’ity mpanera ity 80.000ar ny metatra toradroa raha nifanarahana tamin’ilay “tompon’ny tany” fa 60.000ariary. Nalefan’ity mpanera ity tanaty tambajotra sosialy facebook ilay tany namidy ka tany no nahitan’ilay tena tompony azy. “Rehefa voamarina fa an’ity olona ity tokoa ilay tany dia nanokatra fanadihadiana ny polisy ka nanao ny vela-pandrika hahazoana ireo olona mpisoloky”. Teny amin’iny faritra Alasora iny no voasambotra ireto mpisoloky ireto taorian’ny fanadihadiana lalina sy vela-pandrika nataon’ny polisy. Ilay vehivavy nilaza fa tompon’ny tany no tra-tehaka voalohany niaraka tamin’ireo mpanera roa nampiasainy. Ilay mpiasa teo anivon’ny fananantany kosa no nanampy ilay vehivavy tamin’ny fanomezana taratasy hosoka, izay nanamarina fa an’ilay vehivavy tokoa ilay tany. Nitohy ihany ny famotorana ka hita fa nisy sonian’ny sefo fokontany iray ihany koa tao anatin’izany taratasy hosoka izany. Nosamborina rahateo ihany koa moa ity farany ary fantatra teo fa efa tsy am-perinasa intsony ny lehilahy. Mbola nitohy hatrany ny fanadihadiana ka nisy olona telo hafa, voarohirohy tao anatin’ity fisolokiana tanin’olona ity. Taorian’ny fakana am-bavany ireto olona voarohirohy ireto dia natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ny raharaha, tamin’ity herinandro ity. Fantatra araka izany fa ny efatra tamin’ireto olona voasambotra ireto no nadoboka am-ponja avy hatrany raha nahazo fahafahana vonjimaika kosa ireo olona efatra ambiny, araka ny fanampahan-kevitr’ireo mpitsara mpanao famotorana. Mila mailo dia mailo tokoa amin’izao amin’ity resaka tany ity eto amintsika, satria dia tsy kely lalana ny ratsy ary voaporofo amin’ity tranga ity fa mazana dia miray tsikombakomba amin’ireo mpanao ratsy ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny natao ho andry iankinana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : 64 nouveaux cas et 168 guérisons dans les dernières 24h

1 nouveau décès, survenu à Morombe, ainsi que 64 nouveaux cas et 168 guérisons ont été rapportés, hier, par le CCO via sa porte-parole, le Pr Vololontiana Hanta. 178 personnes au total ont succombé de la Covid-19 à Madagascar depuis le début de l’épidémie. Le dernier bilan d’hier fait état, par ailleurs, de 14. 218 cas confirmés et d’un total de 13. 206 guérisons à ce jour. Les cas actifs suivent toujours une courbe décroissante : 834, hier, soit 104 de moins que la veille.

Les 64 nouveaux cas signalés, hier, relevés parmi 585 tests (478 tests PCR et 107 tests geneXpert), sont localisés dans  8 régions, à savoir Analamanga 39 ; Atsinanana 1 ; Alaotra Mangoro 8 (Ambatondrazaka) ; Haute Matsiatra 1 ; Boeny 1 (Mahajanga) ; Sofia 2 (Antsohihy) ; SAVA 5 dont 3 à Sambava, 1 à Antalaha et 1 à Andapa ; DIANA 6 dont 4 à Antsiranana et 2 à Ambilobe. Et enfin, 1 cas à localisation inconnue.

Formes graves et guérisons. Les formes graves sont en baisse ces deux derniers jours. Pour hier en particulier, elles étaient au nombre de 76 dont à 48 Analamanga, répartis dans divers hôpitaux et centres de traitement : HJRB 28; HJRA 7; CTC 19 Mahamasina 7; Andohatapenaka 4 ; CHU Anosiala 1 ; CHU Ambohimiandra 1. Ainsi, la région Analamanga compte le plus grand nombre de formes graves, suivie de la région Haute Matsiatra avec 20  cas graves au CHU Andrainjato Fianarantsoa. Le reste étant dans trois autres régions : Vakinankaratra 3 ; Atsimo-Andrefana 3 et Boeny 2.

Quant aux guérisons, elles sont localisées dans  11 régions : Analamanga 85 ; Vakinankaratra 6 ;

Bongolava 2 ; Alaotra Mangoro 23; Haute Matsiatra 4; Atsimo-Atsinanana 2; Boeny 7; Sofia 5; DIANA 31; Atsimo-Andrefana 1 et Androy 2.

Notons enfin que le nombre total de tests effectués dans le pays est de 59. 444 dont 54. 432 tests PCR et 5. 012 tests geneXpert.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Antsiranana : Tovolahy iray tratra teo am-pangalarana Tuc-Tuc

Lehilahy iray, 21 taona, efa fanta-daza amin’ny resaka halatra Tuc-Tuc na Bajaj ao an-tampon-tanànan’Antsiranana no voasambotry ny Polisim-pirenena avy ao amin’ny CSP2 Antsiranana ny alin’ny alarobia 19 aogositra 2020 teo. Teo am-pamelomana ity fiara ity mihitsy izy no tratra noho ny fampandrenesana voarain’ny polisy ara-potoana.  Tokony ho tamin’ny 08 ora alina no naharay antso avy amin’ny mpamily ity Bajaj ity ny Polisy. Nambaran’ilay niantso moa fa raha nivoaka nisakafo teo amin’ny manodidina ny Polyclinique SCAMA ny tenany dia nahatsikaritra lehilahy iray nijokojoko mikasa ny hangalatra ilay Bajaj ary mbola eo am-panaovana ny asa ratsiny. Tsy niandry ela ny polisy fa nidina teny an-toerana avy hatrany. Io tokoa ilay ratsy fa mbola teo am-pamelomana ilay Bajaj ka dia noraisim-potsiny. Nandritra ny fanadihadiana azy dia niaiky ny helony izy. Fantatra ihany koa fa efa mpamerin-keloka ralehilahy, ary vao nivoaka ny fonja izy izao tratra izao indray. Naiditra am-ponja vonjimaika avy hatrany moa ity lehilahy ity rehefa natolotra ny Fampanoavana ny 20 aogositra teo.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Football – Ligue des champions : Fidy Rasoanaivo voit une victoire du PSG

Fidy Rasoanaivo a tout donné au football malgache avant d’aller s’établir avec succès Maurice.

La finale de la Ligue des champions de dimanche est au centre de toutes les discussions. Les avis sont partagés. Fidy Rasoanaivo, l’un des meilleurs milieux de terrain que Madagascar ait jamais eu, estime pour sa part que le PSG a les moyens d’aller jusqu’au bout. Explications.

Midi Madagasikara : Quel est votre pronostic pour cette finale de la Ligue des champions ?

Fidy Rasoanaivo : « Ce n’est pas facile de dire qui va gagner entre deux équipes qui ont beaucoup de points communs. Elles sont entraînées par des techniciens allemands. Elles évoluent toutes les deux en 4-2-3-1. Elles ont des milieux de terrain très solides. Elles ont des hommes capables de faire la différence notamment Neymar, Mbappe et Di Maria côté parisien et Muller, Gnabry et Lewandowski chez les Allemands. »

Midi : Mais qui sera le gagnant au bout ?

F.R. : « Je vois le PSG gagner par 3 buts à 2. Je m’explique. Le PSG d’aujourd’hui est capable d’élever son niveau de jeu. Il a en plus un temps de repos plus long que celui des Allemands. C’est très important car j’ai constaté lors du match contre Lyon que Müller et Lewandowski étaient fatigués et qu’ils n’étaient pas au meilleur de leur forme. Mais qui sait, ce sont des Allemands capables de se transcender dans les grands rendez-vous. Ce que le PSG n’a peut-être pas, mais attention car à défaut, Paris a aussi des joueurs très expérimentés. Reste à espérer que Mbappe et ses amis parviendront à évacuer la pression même si cela ne sera pas facile face à cet adversaire et ses nombreux titres. Nous le vivons aussi au FC BFV ou en équipe nationale quand on rentre au stade de Mahamasina avec la peur au ventre. La peur de mal faire et surtout du public. »

Propos recueillis par Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Projet CASEF : Des matériels roulants pour les administrations foncières et agricoles

Le projet CASEF a remis 114 motos aux administrations foncière et agricole.

La création d’une banque de données agricoles et l’émission de 2 millions de certificats fonciers constituent les priorités de ce projet financé par la Banque Mondiale.

 Améliorer la sécurisation foncière et l’accès aux marchés des ménages agricoles ciblés en milieu rural au sein des chaînes de valeur spécifiques. Tel est l’objectif du projet CASEF (Croissance Agriculture et de Sécurisation Foncière),  sous tutelle du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche et mis en œuvre conjointement avec le ministère de l’Aménagement du Territoire et des Travaux Publics.  Pour ce faire, « nous avons doté les services des administrations foncières et agricoles des matériels roulants composés notamment de 114 motos. Parmi lesquelles, 74 motos sont destinés aux services des Domaines, services de la Topo et services assurant la gestion foncière décentralisée, répartis dans les circonscriptions des 14 régions de Madagascar qui constituent nos zones d’intervention. Les agents du ministère central en bénéficient également », a expliqué Sesy Soja, le Coordonnateur national du projet CASEF, lors de la remise officielle de ces matériels roulants hier à Anosy.

2 millions de certificats fonciers. Et lui d’ajouter qu’avec ces matériels roulants, les agents des services fonciers pourront mener des déplacements auprès des 500 communes concernées dans ces 14 régions en vue de contrôler la régularité ou l’empiètement des certificats fonciers et de la reconstruction des plans dits « muets ». Le contrôle du fonctionnement et de la conformité des guichets fonciers, n’est pas en reste. A part cela, le projet CASEF compte redynamiser ou mettre en place des guichets fonciers dans ces 500 communes, sans oublier la dotation prochaine des autres équipements et matériels informatiques. En effet, « nous visons  à renforcer ces services fonciers en vue d’émettre 2 millions de certificats fonciers d’ici cinq ans dans tout Madagascar si l’on n’a pu distribuer que 120 000 certificats fonciers en l’espace de dix ans », a-t-il poursuivi.  Le ministre de l’Aménagement du Territoire et des Travaux Publics, Hajo Andrianainarivelo, a soulevé que Madagascar disposera des images satellitaires permettant d’assurer la sécurisation foncière, grâce à ce projet CASEF financé par la Banque Mondiale. Le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Lucien Ranarivelo, a évoqué, pour sa part, lors de cette cérémonie que la sécurisation foncière est la base de développement des secteurs de l’agriculture et de l’élevage.

Banque de données agricoles. En outre, 24 motos seront mises à la disposition des services de Statistiques Agricoles dans toutes les régions de l’île. « Ces matériels roulants leur permettront d’effectuer la collecte et la gestion des données agricoles dans tout Madagascar. Notre objectif est de créer pour la première fois dans l’histoire du pays, une banque de données agricole où l’on stocke entre autres, toutes les informations relatives aux zones de production agricoles réparties dans toute l’île ainsi que les informations sur les productivités, les exploitants agricoles pour chaque filière et les prix des produits agricoles. Les informations liées aux risques et catastrophes naturelles ainsi que les informations sur l’évolution de la couverture végétale et l’évolution des surfaces réellement exploitées y seront également identifiées. Pour pouvoir atteindre cet objectif, nous allons remettre bientôt à ces services de Statistiques Agricoles d’autres équipements et matériels informatiques  plus performants, en plus de l’installation des serveurs », a déclaré Sesy Soja, le Coordonnateur national du projet CASEF. « La création de cette banque de données agricole contribuera à faciliter les analyses des politiques agricoles et la prise de décisions de toutes les parties prenantes intervenant le long des chaînes de valeurs agricoles permettra pour une planification efficace », a-t-il enchaîné.

« Viande rouge ». Par ailleurs, les antennes du projet CASEF dans ses neuf nouvelles régions d’intervention et la direction générale de l’Elevage figurent également parmi les bénéficiaires de ces matériels roulants qui ont été remis hier. Dans sa composante « appui aux chaînes de valeur commerciale, le projet CASEF en synergie avec la direction générale de l’Elevage mène des activités intégrées pour développer la chaîne de valeur « viande rouge » dans le Sud, notamment dans les régions Anosy et Androy.  L’avenir  du développement et la productivité de cette chaîne de valeur repose entre autres sur l’amélioration génétique et l’amélioration des races des cheptels bovin, ovin et caprin dans ces régions. Les agents de cette direction générale de l’Elevage, opérant dans les zones appuyées par le projet, ont ainsi pour mission d’effectuer des actions de sensibilisation, de formation, d’insémination artificielle, de suivi en matière d’amélioration de la race. Ils appuient en même temps les différents acteurs du secteur de l’élevage dans le cadre de l’appui à l’augmentation de la productivité pour la chaîne de valeur viande rouge dans la zone Sud.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Tsaralalàna : Fipoahana noho ny fandravana trano nanaitra ny manodidina

Nisavoritaka ny teny amin’ny manodidina an’i Tsaralalàna iny omaly raha nadre fipoahana toa maherivaika omaly maraina tikony ho tamin’ny 10 ora teo ho eo. Maro ireo nirohotra namonjy ny toerana niavian’ilay feo, izay tsy inona akory fa firodanan’ny rindrina. Fantatra teo fa ilay trano be iray etsy Tsaralalana, fantatry ny maro amin’ny hoe Hotel Sun N Shade, na koa ZZ Center teo aloha, eo amin’ny toerana nisy ny tranombarotra ROSO fahiny, eo ampitan’i NAZA Electronic no narodana. Mitorajofo ny vovoka, tena tsy ifankahitana. Araka ny fantatra dia efa nahazo alalana horavana (Autorisation de démolition) hatry ny ela io trano io saingy izay ny tompon’andraikitra vao niroso tamin’izany. Araka izany dia olona efa manam-pahaizana amin’io asa fandrodanana io no manatanteraka izany ka tsy nisy ny naratra na ny aina nafoy na dia mafy toy izany aza ny fipoahana heno.

T.M..

Midi Madagasikara0 partages

Douanes : Plus de trois kg de drogues dures saisies.

Des drogues dures dissimulés dans des paniers artisanaux

La Douane malagasy continue de lutter sans relâche, contre toutes formes de trafics et de contrebandes, en accord avec l’axe 3 de son plan stratégique « contribuer à la sécurité et à la sûreté du pays ».

Visiblement, les trafiquants de drogues ne se sont pas confinés. Au contraire,  comme il n’y a pas eu des vols pour passagers durant la période d’urgence sanitaire, ils ont utilisé les vols cargo pour perpétrer leurs méfaits. Il est confirmé qu’aucune situation ne freine les trafiquants ; malgré l’actuelle suspension des vols commerciaux due à la fermeture des frontières, les trafics sévissent toujours et trouvent d’autres moyens  comme le fret et le cargo.

Vigilance. Une stratégie qui n’a pas échappé à la vigilance de la douane malagasy, plus particulièrement la brigade des stups de la  douane qui a saisi ces derniers mois, un total de 3,750 kg de drogues dures durant des vols cargo au départ ou à l’arrivée de l’aéroport d’Ivato. Le 22 juin 2020,  ce service a mis la mains sur 1063 grammes d’héroïne dissimulés dans les parois d’un réfrigérateur, à destination de Douala et 1593 grammes cachés dans les parois d’une glacière, à destination de Liberia. Le 11 août 2020, 500 grammes de méthamphétamine,  dissimulés dans le moteur d’un aspirateur, en provenance de Kampala Ouganda ont également été découvertes. Le 19 août 2020, 600 grammes d’héroïne  cachés dans la doublure de fond de paniers en fibre naturelle, à destination de Sydney. Les  marchandises saisies  sont actuellement sécurisées, gardées par la Direction générale des douanes en attendant la décision de justice ordonnant  leur destruction.

Efforts. Des résultats obtenus grâce aux efforts réalisés par Le Service de surveillance et de lutte contre la contrebande (SSLC)  qui  continue  à améliorer ses performances, pour réprimer la fraude organisée et la contrebande qui appliquent des techniques de plus en plus complexes, en l’occurrence démanteler les réseaux de trafics de drogue dont Madagascar est désormais une plaque tournante.  L’administration douanière se donne  ainsi les moyens pour renforcer le système déjà en place à savoir les renseignements, fruits de collaborations avec les différentes entités impliquées dans la GCF (Gestion Coordonnée des Frontières) et l’imagerie scan. Par ailleurs, une brigade canine est actuellement en  gestation, en partenariat avec l’OIM (Organisation Internationale pour les Migrations), et sera très bientôt fonctionnelle: l’infrastructure pour le chenil est prête, et la douane est en attente de la livraison des chiens renifleurs. La mise en place de cette brigade canine contribuera grandement à la sécurisation du territoire.  Et pour y parvenir, la douane sollicite la collaboration des citoyens pour dénoncer les cas de trafics.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Parlement : 2e session extraordinaire à partir du 26 août

Le Sénat est mis en jeu dans le projet de loi

Le parlement est de nouveau appelé à se réunir en session extraordinaire à partir de ce mercredi 26 août prochain. Le conseil des ministres de jeudi dernier a pris cette décision pour revenir sur la ratification par les deux chambres des ordonnances présidentielles. La session sera alors consacrée à l’adoption du projet de loi 001/2020 du 26/02/2020 autorisant la ratification des ordonnances sur le régime général des élections et des référendums, le fonctionnement du Sénat ainsi qu’aux modalités d’élection et de désignation des sénateurs de Madagascar, et enfin code minier.

Ces textes n’ont pas été adoptés lors de la première session extraordinaire en mars dernier, suite à un désaccord entre les deux chambres,et qui a épuisé la voie de la navette parlementaire après deux tours de lectures. Le Sénat a rejeté en bloc le projet de loi si, la chambre quant à elle, l’a adoptée sans amendement. Les textes sont dans l’impasse et la session ordinaire de mai dernier a évité le débat. A cet effet, le recours aux dispositions de l’article 96 de la Constitution est la seule et unique voie qui débloquera la situation. L’article de la loi fondamentale prévoit la mise en place d’une commission mixte paritaire qui sera « chargée de proposer un texte sur les dispositions restant en discussion ».

L’élaboration du texte sera sous l’égide du gouvernement qui le soumettra, par la suite, à l’approbation des deux Assemblées. Et selon les dispositions de l’article 96 de la Constitution, l’exécutif bénéficie alors d’un veto sur les projets d’amendements qui pourraient être apportés par la commission paritaire sur la nouvelle mouture du texte.  Toutefois, la position de l’Assemblée nationale sera décisive en pareille circonstance. « Si la commission ne parvient pas à l’adoption d’un texte commun, l’Assemblée nationale statue définitivement à la majorité absolue des membres la composant », prévoit le même article.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Film : Madagascar: a little wild sur le point de sortir

L’enfance des personnages principaux de Madagascar sera narrée dans la série Madagascar: a little wild

Attendu aux Etats-Unis, la série Madagascar va bientôt être diffusée à travers les plateformes de vidéos à la demande Hulu et Peacock. Cette diffusion du 7 septembre aura pour titre Madagascar: a little wild. Produit par de grandes firmes comme The Walt Disney Company ou 21st Century Fox, l’audience estimée pour cette nouvelle série pourrait atteindre les 27 millions de personnes. « Inspiré par la franchise à succès Madagascar, retrouvez l’équipage amusant du Zoo – Alex, Marty, Melman et Gloria – alors qu’ils naviguent dans le zoo de Central Park et la grande ville dans la toute nouvelle série DreamWorks », ont annoncé les producteurs il y a une semaine.

Le synopsis révèle que les quatre personnages fétiches de Madagascar, le film, vont être retrouvés durant leur enfance. Madagascar: a little wild présente l’équipe encore enfants, résidant dans leur habitat de sauvetage au zoo de Central Park. Ils sont peut-être petits, mais comme tous ceux qui atterrissent à New York, ces petits ont de grands rêves et Madagascar: A Little Wild suivra toutes leurs aventures. Les producteurs de Kung Fu Panda ont mis la main à la pâte pour accoucher de ce dérivé. Les voix des stars tels Tucker Chandler, Shaylin Becton, qui a joué dans Fast Furious : Spy Racers, Luke Lowe, Jasmine Gatewood, Eric Petersen doubleront les héros de Madagascar: a little wild.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Football – Orange Proleague Vers une deuxième édition plus prometteuse

Les organisateurs et leurs partenaires, ainsi que les clubs concernés, mettront tout en œuvre pour redoubler d’efforts en reprenant dans les meilleures conditions possibles la saison 2020-2021. Avec la pandémie de covid-19, l’arrêt de la compétition pour cette saison 2019-2020 frustre les 12 clubs engagés depuis le mois d’octobre 2019, ces derniers ne pouvant exprimer leurs talents et espérer décrocher le graal tant recherché de champion de Madagascar. Orange Madagascar, l’opérateur en téléphonie, le sponsor de la compétition a déjà rempilé pour la prochaine saison. Totalement investi et souhaitant apporter sa contribution au développement du football de club malagasy, la compagnie de télécommunication a assuré avant et pendant la crise, l’interaction avec les amoureux du ballon rond à travers ses animations pendant les matchs et les jeux quizz sur les réseaux sociaux. Avec cette formule de compétition, l’objectif auquel s’est engagée la première édition Orange Pro League a été réalisé : relancer l’engouement autour du football local, et à en croire l’importance croissante de l’affluence aux guichets à Mahajanga, Toliara, Toamasina, Fianarantsoa, et Antananarivo. Il est certain que les fans attendent avec impatience la prochaine saison. Sur le volet communication, il est planifié d’uniformiser les outils et d’utiliser la même charte graphique pour tous les clubs. Une stratégie de communication de proximité en provinces sera développée et un espace pour les sponsors notamment Orange, sera dédiée sur les lieux de rencontres. D’autres défis seront lancés par les organisateurs pour la saison 2020-2021, et surtout sur le lancement d’un ballon officiel en collaboration avec un équipementier international.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Syndikan’ny « Paramed » eto Toamasina : Nampiseho firaisan-kina amin’ireo namany manerana ny nosy

Natao androany ny fiarahan’ireo mpitsabo mpanampy sy mpampivelona rehetra menerana ny nosy, mikasika ny fiarahan’izy ireo amin’ireo namany lavo sy naratra ary voaolana noho ny hetraketraky ny jiolahy eny amin’ireo toeram-piasan’izy ireo lavitra ny tanan-dehibe. Isan’ny nilanja sora-baventy milaza izany famonoana sy fandratrana izany koa ireo teto Toamasina, hetsika natao tao an-tokotanin’ny hopitaly kely misy ny biraon’ny talem-paritry ny fahasalamana Toamasina izany. Nomarihan’ireo mpitsabo mpanampy sy mpampivelona ireto fa tsy azo ekena izany famonoana ny naman’izy ireo izany na inona na inona antony, satria matoa mandeha any lavitra any izy ireny dia noho fahasalamana ho an’ny vahoaka, noho ny fitsaboana ny marary any anaty ravinkazo any, ary noho ny fitiavan-tanindrazana ananan’ireo mpitsabo mpanampy sy mpampivelona ireo ihany koa. Ny tena hita amin’izay olana izany eto Toamasina, hoy ireo Syndika ireto, dia ny fandrahonan’ny lehibe amin’ireo mpitsabo mpanampy sy mpampivelona, ny vava tsy ambin’ireo marary sasany, ary ny asan-jiolahy mpamaky trano. Raha ny eto Toamasina dia miisa 400 eo ireo mpiasam-panjakana mpitsabo mpanampy sy mpampivelona, ka isan’ny nitarainan’izy ireo ny zoma teo koa ny tsy mbola nahatafiditra ilay vola fanampiana nolazain’ny filoham-pirenena hampidirina anaty karaman’izy ireo noho ny asa mafy nataon’izy ireo nandritra ny fiatrehana ny coronavirus. Nambarana mantsy fa tokony ho amin’ity volana aogositra ity no ampidirana izany anaty karama, nefa misy milaza ireo efa nahita ny taratasim-bola fandraisany karama fa mbola tsy ao anatiny izany vola namabran’ny filoham-pirenena izany. Koa anaovan’izy ireo antsoavo amin’ny minisitry ny fahasalama vaovao sy ny minisitry ny tetibola sy ny vola ny hampiditra izany ao anatin’ny karaman’ireo mpitsabo mpanampy sy ireo mpampivelona malagasy.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Basket sur fauteuil : Va pour la formation des arbitres

La FIBA n’a pas délaissé les arbitres de basketball sur fauteuil.

Les formations s’enchaînent dans le monde du ballon orange. Et pour une première fois, la Fédération internationale de basketball (Fiba) lance une formation en ligne dédiée aux arbitres de basketball sur fauteuil. En effet, après tant de formations réalisées précédemment, entre autres, celle des arbitres, celle sur les officielles techniques et celle des dirigeants, voilà une autre idée pour que les acteurs du basketball ne perdent pas le temps en cette période de crise sanitaire engendrée par la Covid-19. D’autant plus que les rencontres régionales et continentales sont reportées pour la prochaine saison, ainsi il y aura plus de temps libre pour enrichir les compétences des arbitres. D’après l’organisateur, cette formation pour les arbitres de basketball sur fauteuil se déroulera en deux étapes. La première étape s’étalera les 29 et 30 août, tandis que la deuxième aura lieu les 19 et 30 septembre. Selon les explications, la participation sera ouverte à tout le monde. D’ailleurs, l’objectif est de promouvoir et de vulgariser cette discipline sportive des personnes en difficulté physique. Les intéressés doivent aviser en avance le responsable de la commission. Ainsi, ceux qui possèdent un ordinateur et une connexion internet, pourront suivre les cours par correspondance. En outre, le siège de la Fédération aux 67ha sera disponible pour ceux qui n’ont pas d’outils informatiques. Pour le bon déroulement de ce projet, la Fiba l’a confié à la fédération malagasy en collaboration avec Madagascar Paralympic Committee (MPC).

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Électricité de la Jirama : Création de nouveaux postes transformateurs pour Ivanja et Ambohimirary

La Jirama poursuit ses actions pour atteindre l’objectif d’éradiquer les coupures fréquentes d’électricité. Selon les informations, 79 quartiers sont classés rouge écarlate en terme de coupures, à cause de la faible puissance des réseaux de distribution. Parmi ceux-ci figurent Ivanja et Ambohimirary, qui bénéficient désormais de nouveaux postes transformateurs. « Ce sont des nouveaux postes créés pour renforcer la puissance des réseaux d’alimentation en électricité. L’exécution des travaux nécessitent la suspension de l’alimentation dans ces deux quartiers », a communiqué la Jirama. Bref, les quartiers qui bénéficient de ces postes transformateurs supplémentaires sont de plus en plus nombreux à Antananarivo et ses environs. Les coupures causées par les pannes techniques ne devraient plus se produire dans ces quartiers, selon les techniciens.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Loisirs et divertissements : Cinepax rouvre ses portes

Doucement mais sûrement, les activités culturelles reviennent. Si les centres culturels ferment encore les portes, le cinéma, plus précisément Cinepax, rouvre les siennes. Une nouvelle qui fait des heureux chez les cinéphiles. En effet, le site d’Ambodivona reprend ses activités depuis plusieurs jours.

A l’affiche The king of staten Island, la comédie dramatique de Judd apatow mettant en scène Pete Davidson, Marisa Tomei et Bill Burr. Les tout petits pourront suivre l’aventure du Bigfoot family, car depuis son retour en ville, Bigfoot est devenu la star des médias au grand dam de son fils Adam qui rêvait d’une vie de famille paisible. L’adolescent essaie de dompter les incroyables pouvoirs hérités de son père, et trouve le réconfort auprès de la folle ménagerie abritée sous son toit.

Les amateurs de comédie politique se régaleront avec Irresistible de John Stewart. Gary Zimmer, spécialiste en stratégie politique du parti démocrate, qui travaille sur la campagne d’un vétéran qui brigue le poste de maire d’une petite ville du Wisconsin. Gary flaire le succès potentiel mais c’est sans compter le comité national républicain qui décide de lui envoyer une forte concurrence avec la brillante Faith Brewster. Evidemment, avec l’autorisation des autorités compétentes, chaque séance se fait dans le respect des protocoles conformément aux directives de l’Etat et des autorités sanitaires.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Constant Raveloson : « C’est une question de capacité à se proposer des alternatives mobilisatrices »

Constant Raveloson est toujours dans l’arène0

Alors qu’on attendra à un retour à la normale après presque 5 mois de crise, Constant Raveloson, figure reconnue de la scène politique, livre ses analyses. Interview exclusive.

Midi Madagasikara : Le gouvernement vient d’être retouché et fait émerger de nouvelles têtes pour renforcer une équipe déjà à l’œuvre et réaliser le programme du président de la République.  Quel crédit donneriez-vous à cette nouvelle formation?

Constant Raveloson : La langue de bois dirait: « attendre (encore!) et voir (quoi?). « Équipe déjà en œuvre »dites-vous. Parlons d’abord de l’œuvre en question et puis de la « nouvelle formation ».

Le chef de l’Etat a donc arbitré dans un conflit interne à cette équipe. « Sur proposition du Premier ministre » comme dit la Constitution. Renforcer donc l’équipe à la ministre de la Culture, au détriment de l’initiative de celui de la Santé. L’organisation de cette équipe « renforcée » hérite de lacunes conceptuelles de la précédente. C’est apparemment congénital pour ce régime. Renforcer quoi à l’Éducation ? Je vous épargne les scandales successifs. Car les ministres précédentes ont oublié « excellence » et maturité. Le chef de l’Etat leur aurait-il juste donné un chèque en blanc ? La nouvelle ministre est du sérail. Quelle analyse concrète de la situation concrète nous sortira-t-elle, et quelle stratégie concrète ici et maintenant ? Une décentralisation restée dans les serres du ministère de l’intérieur.Avec la nomination de Gouverneurs, nouveaux seigneurs par Faritra: la décentralisation est loin, très loin. La République n’est pas plus proche. Et ne me dites pas que c’est « transitoire » car les chefs de régions étaient déjà là … « provisoirement ». Et ajoutez cette histoire de « Loharano » versus Fokontany. Scandale anti-républicain entre autres. Formation professionnelle séparée quand même de l’Education nationale (enfin! Depuis le temps que nous l’avons personnellement décrié). Mais toujours séparée de l’Emploi, sa raison d’être. Lequel Emploi reste en appendice à un ministère chargé des normes du Travail et du suivi des agents de l’Etat. Double non-sens. Statu quo ante pour la Culture et la Communication. L’énorme besoin de concepts solides (et de connaissances, disons-le) de ce qu’est la culture et de ce qu’est une communication d’Etat, et de ce qu’est une stratégie dans ces domaines, la renaissance de la Nation étant présupposée.

C’étaient des exemples. Déclinons dans les autres départements. C’est un tout, l’Etat.

Midi Madagasikara : L’opposition, qui affirme être victime de différentes formes de répression, envisage de se manifester dès que le déconfinement total sera décrété. Qu’en pensez-vous?

Constant Raveloson : Les occasions et formes de manifs n’ont pas manqué. C’est une question de créativité, de capacité à se proposer des alternatives mobilisatrices aux citoyens. Seulement si on ne raisonne qu’en termes de « midina an-dalambe » avec l’escalade qu’on espère entraîner avec… Toujours cette conception monarchique d’un pouvoir intégral à s’approprier. Dommage… le terme « mpanohitra » est jusqu’à présent réduit à l’idée étriquée de « contre » (on disait « parti contre »). Offre de contrat citoyen et proposition alternative ne se confinent pas. A chaque offre sa forme de mobilisation et de manifestation. Est-il à craindre qu’une « opposition de sa majesté » style 1ère République ressuscite?

Midi Madagasikara : Quel bilan donneriez-vous au régime concernant la gestion de la crise sanitaire?

Constant Raveloson : Je me place en observateur, sans chercher à ces profondes analyses comme il en pleut. C’est très très spectacle. Et très très  politisé. Personnalisation, improvisation et  bricolage prenaient le pas sur la volonté de maîtrise technique. Vous ajoutez le comportement d’un président qui troque le rôle de chef d’État contre celui de Vrp-Cvo ou Vrp-Gasy Car (avec marché public octroyé d’avance). Que dire de plus ? Peut-être ces parades de gros véhicules militaires avec gros armements… qui poussent à s’interroger sur l’entrée en scène de l’armée dans la prise en charge. Mais ce sera trop long. Pour une fois le camp qui se dit d’opposition a mêlé sa voix sans trop tarder à l’exigence de transparence concernant les aides. Alors mon bilan sera un bilan républicain : La République reste à édifier.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Itaosy : Deux Africains et une Malagasy arrêtés pour trafic de drogue dure

Auparavant, Madagascar a été reconnu comme étant une plaque tournante de trafic international de drogue. Le résultat réalisé récemment par le service de lutte contre la consommation et la vente des stupéfiants (Stup) de la police nationale affirme que le pays devient également un marché favorable à cette affaire. Quoiqu’il en soit, la complicité de ressortissants étrangers dans le trafic de ces produits  prohibés par la législation malagasy est indiscutable. Jeudi 20 août vers 16 heures, deux ressortissants africains et une femme malagasy poursuivis pour détention et vente de drogue dure, ont été arrêtés par la police à Itaosy. Leur arrestation a fait suite à des renseignements parvenus à la police l’informant de la présence de ces individus dans le quartier. Des éléments de Stup qui ont déjà localisé le domicile des suspects se sont alors rendus sur place. Ces individus ont été appréhendés chez eux. La perquisition de leur domicile a permis de saisir 75 grammes d’héroïne, 2 grammes de cocaïne, 0,5 gramme d’amphétamine  et une quantité de miettes de cannabis.  Un matériel de pesage de ces produits y a été également découvert. Pris sur le fait, ces trois individus ont été amenés au bureau de Stup à Anosy pour enquête. Celle-ci a révélé que les suspects sont les ravitailleurs des « dealers » de drogue dure dans les quartiers des 67 ha où le gramme de la cocaïne se vend à 20.000 ariary et celui de l’amphétamine à 50.000 ariary. L’enquête a également révélé que ces individus ont exercé cette activité nuisant la société depuis un an. Déférés au parquet hier, ils sont placés sous mandat de dépôt à Antanimora.

T.M.