Les actualités Malgaches du Samedi 22 Juin 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara7 partages

Mois de l’Enfance : Un hiver moins rude pour les jeunes incarcérés

Le Consulat du Portugal, le parti « Fanorolahy », et l’invité d’honneur Jaojoby. (Photo : Kelly)

Après le repas offert aux habitants d’Andohatapenaka le samedi 1er juin, le parti « Fanorolahy » a poursuivi ses donations dans le cadre du mois de l’enfance à la prison d’Antanimora. Cette fois-ci, ce sont 150 couvertures, 50 kg de semoule de maïs, et des boîtes de lait que ces jeunes filles et garçons ont reçus.

Il s’agit d’une action sociale initiée par plusieurs acteurs entre autres, le Consulat du Portugal à Madagascar,représenté par  Frédéric Rabesahala, le parti « Fanorolahy » avec son président José Randrianary et le Consulat de Slovénie. Selon Frédéric Rabesahala : « Ces jeunes enfants ont encore un avenir et c’est la responsabilité de chacun de nous de les aider ». Il souhaite notamment qu’à la fin de leur incarcération, ces jeunes aient droit à un meilleur futur, et en même temps à un comportement adapté une fois hors de ces murs. Mais pour l’instant, ils sont là et on ne peut ignorer le froid qui pèse sur Antananarivo, c’est pourquoi ces couvertures leur ont été offertes.

Appel à l’action. Le Consulat du Portugal à Madagascar a également appelé toutes les personnes pouvant apporter de l’aide aux démunis à agir. Lors de son discours devant ces jeunes, il a affirmé qu’il fallait des infrastructures et du travail pour diminuer la délinquance dans le pays. Ces enfants ont certes commis des erreurs dans la vie, « mais il ne faut pas oublier que quelque part, nous sommes tous un peu responsables », a-t-il confié lors de l’entretien. En tout cas, il espère sincèrement que ces jeunes gagneront en sagesse.

Les actions sociales ne s’arrêtent pas là. Cette année, le parti « Fanorolahy » a déjà fait de nombreuses donations dans le pays. Cependant, c’est encore loin d’être terminé puisque dimanche, il prévoit de descendre dans les quartiers défavorisés pour distribuer des couvertures et des vêtements chauds. En dehors de cela, divers projets sont en cours. En attendant, il faut d’abord réunir les moyens nécessaires.

Don de couvertures aux enfants de la prison d’Antanimora.

Polis et reconnaissants. Contrairement à ce que l’on pourrait penser de ces jeunes détenus à Antanimora, ils ont su montrer de la politesse lors de la visite du parti « Fanorolahy » et du Consulat du Portugal. A l’unisson, ils ont fait un remerciement en chanson, mais aussi deux discours très émouvants ont été prononcés, respectivement par un jeune garçon et une jeune fille. « Nous vous sommes reconnaissants d’avoir pensé à nous malgré qu’on ait pu faire des erreurs dans le passé », a conclu une petite fille, porte-parole de ces jeunes prisonniers.

Anja RANDRIAMAHEFA

 

Midi Madagasikara5 partages

Journée internationale du yoga : 1 500 personnes sont venues à Ambohitsaina

Le froid n’a pas empêché les étudiants et les professeurs de célébrer la cinquième Journée internationale du yoga, hier, à l’esplanade de l’Université d’Antananarivo. À part les hauts dignitaires et les représentations du gouvernement malgache, la chanteuse malgache Stéphanie est venue honorer l’évènement. Après la diffusion du discours du Premier ministre indien Narrendra Modi, la musique relaxante du yoga résonnait sur la colline d’Ambohitsaina. Les étudiants ont déballé leurs tapis et ont fait différents mouvements en suivant les instructions du moniteur vidéo. La séance a duré 50 minutes. Le grand public, la communauté indienne, et l’Université d’Antananarivo ont montré un grand enthousiasme. Les participants ont été convaincus que le yoga est bon pour la santé. « C’est la première fois que je pratique le yoga… je me sens en pleine forme », a affirmé Stéphanie. « Le yoga est déstressant », a confirmé Aina, un étudiant de l’Université d’Antananarivo. SEM l’ambassadeur de l’Inde à Madagascar, Abhay Kumar, « a souhaité la bienvenue à la réunion et a invité les jeunes malgaches à pratiquer le yoga quotidiennement ».

Iss Heridiny

Midi Madagasikara3 partages

Ankadindratombo : Pôlisy, mpamily ary resevera, nadoboka am-ponja noho ny resaka kolikoly

Mbola ao ihany ireo zatra ny lalan-dririnina ! Ela nitoratorahana ka nahavoa mason’angatra. Mpamily taxibe iray niaraka tamin’ny mpanampy azy no nadoboka am-ponja rehefa tratra nanome vola ny pôlisy iray teny amin’iny faritra Ankadindratombo ity. Mazava ho azy, tsy afa-bela ihany koa ity farany ary dia tafaraka eny Antanimora ry zareo.

Ny alahady teo no niseho ny tantara araka ny fampitam-baovao azo avy amin’ny pôlisim-pirenena. Nanao fahadisoana ity taxi-be mindrana iny lalana eny Ankadindratombo iny ka voatery nanakana sy nanajanona azy ny pôlisy iray teny an-toerana. Nisava ny antontan-taratasin’ny fiara ity farany ary voatery nisintona izany. Amin’ny toe-javatra toy itony dia mody mandeha miala kely amin’ny metatra vitsivitsy eo ihany ilay fiara mpitatitra. Niverina nanatona ilay pôlisy nanakana azy ireo ny mpamily sy ny mpanampy azy ary nanomboka teo ny « fifandaminana ». Efa nisy vola voamana tany an-tanan’Ingahy mpamily ka natolotra rehefa hita ny marimaritra iraisana. Ho tambin’izany koa dia nomen’Ingahy mpitandro filaminana ilay antontan-taratasy nosintomina teo. Marihana fa tsy mba any amin’ny takotakona akory izany toe-javatra izany fa dia eo imason’ny olon-drehetra eo. Nihevitra izy ireo, araka izany, fa mandeha ho azy toy ny fanao mahazatra izany lalan-dririnina izany ka samy tsy nisy taitra. Tsy nampoizin’ireto farany ny fisian’ny olona nitazana azy ireo soa aman-tsara sy nanara-maso ny zavatra rehetra nataon’izy ireo. Pôlisy avy ao amin’ny IGPN io, na ny pôlisin’ny pôlisy. Tsy niandry ela fa fotoana vitsy taorian’izay dia nampanantsoina izy telo lahy mpanao kolikoly. Notanana natao andrimaso sy nanaovana fanadihadiana avy hatrany. Omaly, zoma izy ireo no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ary nadoboka am-ponja avy hatrany eny Antanimora, miandry ny fotoam-pitsaràna azy ireo. Anatra ho an’ny hafa e ! Sa moa hoe ny tanana efa zatra mitsotra tsy mety mivokona intsony, ka izay sahy maty ihany no mifono lambamena ? ‘Ndao ary moa koa !

m.L

Midi Madagasikara3 partages

Madagascar – Guinée, l’heure de vérité

Les Barea tenteront  de décrocher leur premier point en phase finale de la CAN contre le Syli National de Guinée, ce soir. Retrouvailles entre ces deux équipes qui se connaissent.

Ils ont rendez-vous avec l’histoire. Les protégés de Nicolas Dupuis font leur baptême du feu, ce soir à 23 heures, au Stade d’Alexandrie pour le compte de la première journée des éliminatoires du groupe B. Considérés comme « petit poucet » ou encore « outsider », les Barea entament cette compétition avec beaucoup de confiance et d’optimisme contre le Syli National de Guinée. Une tâche qui s’annonce pour le moins difficile pour les Barea pour sa première participation face au Syli qui dispute sa 12e CAN. Premiers de leur poule devant la Côte d’Ivoire lors des qualifications, les Guinéens ont annoncé la couleur.

Marquer l’histoire. Attendu par tout un peuple, ce match sera suivi avec beaucoup d’excitation et d’enthousiasme par les fans. Pour cause, il a fallu attendre 59 ans après l’indépendance pour que Madagascar participe à la CAN. Férus de football ou non, la qualification des Barea a su fédérer tout un peuple, toute une nation. « C’est la première fois certes, on est content. Nous allons mouiller notre maillot pour rendre le peuple malgache fier de nous. On n’a rien à perdre, on est là pour tout gagner » a souligné Faneva.

Cohésion. Lors de la conférence de presse d’avant match, hier, Nicolas Dupuis, sélectionneur de l’équipe malgache a dressé le bilan de la préparation et s’est dit satisfait. « Je n’ai rien à dire par rapport à la cohésion du groupe. Les résultats des matchs de préparation étaient un peu négatifs, mais on a effectué une très belle préparation dans les meilleures conditions avec des erreurs à gommer. On reconnait que Madagascar est le petit poucet de la compétition que les adversaires vont découvrir. On ne peut que créer de surprises, mais comme l’équipe participe pour la première fois, on va apprendre au fur et au mesure des rencontres et on ne va pas se laisser submerger par les émotions » a déclaré, le technicien français. En tâtant la pelouse du Stade d’Alexandrie, le capitaine de l’équipe ne peut que féliciter l’état de ce gazon naturel. « Ce sont les grandes équipes de la Ligue 1 en France qui ont cette pelouse à l’instar du PSG et de l’Olympique Lyonnais ». Tous les yeux des Malgaches seront braqués à Alexandrie ce soir pour voir et soutenir les Lalaina Nomenjanahary, Voavy Paulin, Njiva, Dax, Carolus sans oublier les binationaux à évoluer sous les couleurs de l’équipe malgache dont le défenseur lyonnais Jérémy Morel, Mombris, Métanire et bien d’autres. Après la Guinée, Madagascar affrontera le Burundi et le Nigéria dans la course à la qualification en 8ème  de finale.

T.H

Midi Madagasikara3 partages

Un 26 juin différent des années précédentes

C’est une ambiance de fête qui commence réellement à s’installer maintenant. A quatre jours de la célébration du 59e anniversaire de l’Indépendance, les autorités s’activent et mettent la dernière main aux préparatifs de ce grand événement. La sécurité est au cœur des préoccupations de tous, et un dispositif impressionnant sera donc mis en place. La population pourra donc vivre pleinement l’ambiance festive qui régnera.

Un 26 juin différent des années précédentes

Ceux qui sont nés au début des années soixante se souviennent avec émotion de l’ambiance heureuse de la fête du 26 juin. Il régnait une véritable atmosphère de joie sur l’Avenue de l’Indépendance où était installé le podium. On circulait sans crainte dans les rues où l’on rencontrait beaucoup de visages souriants. Les années ont passé et Antananarivo d’aujourd’hui est bien différent de celui d’hier. L’environnement a beaucoup changé et la population a augmenté considérablement. Le cadre de vie s’est détérioré. Les problèmes sociaux sont apparus. La capitale connaît les problèmes de l’insécurité. On ne pourra plus retrouver cette joie de vivre d’antan car la circulation est oppressante et il est difficile de circuler. Les fêtes du 26 juin se sont déroulées dans un climat totalement différent. Ces dernières années, certaines se sont déroulées avec les risques d’attentat. Les forces de sécurité étaient sur le qui-vive. Aujourd’hui, en 2019, on sent qu’un certain changement a eu lieu. Il n’y a plus cette obsession du terrorisme politique. Ce sont les questions de sécurité classique qui doivent être traitées. Les responsables ont mis en place une organisation bien rôdée. Les forces de l’ordre seront présentes partout pour dissuader les malfaiteurs ; cela permettra donc de bien profiter de toutes les réjouissances proposées. Ce sera donc un 26 juin différent de ceux qui l’on précédé avec une atmosphère plus apaisée.

Patrice RABE

Midi Madagasikara2 partages

Fonction publique : La ministre Gisèle Ranampy rassure les ECD

La ministre Gisèle Ranampy visitant des stands hier, à Androhibe.

La Journée africaine de la Fonction publique a été célébrée hier à l’ENAM à Androhibe. La célébration a été dirigée par la ministre en charge de la Fonction publique, Gisèle Ranampy, et a vu la participation active des organismes intervenant dans la fonction publique malgache, dont le Bianco, la Médiature de la République, le CSI, et les différents syndicats regroupés au sein du SSM. La ministre Gisèle Ranampy a saisi cette opportunité pour rassurer les ECD qui sont recrutés pour occuper des emplois de courte durée au sein de l’Administration. « Les ECD qui font leur travail ne seront pas révoqués. Par contre, des mesures seront prises à l’encontre des ECD fantômes », a-t-elle annoncé.

AUGURE. Par ailleurs, la ministre en charge de la Fonction publique a mis l’accent sur la nécessité d’améliorer la performance des agents de l’Etat, à travers des formations et la mise en place de structures de contrôle efficaces. Elle n’a pas manqué de réitérer que le logiciel AUGURE est déjà opérationnel au niveau de certains ministères. L’objectif consiste à y inscrire tous les agents de l’Etat en vue d’en faciliter la gestion, aussi bien administrative que financière.

Eugène
Midi Madagasikara1 partages

Remaniement gouvernemental : Ntsay Christian s’en remet à l’article 54

Ntsay Christian entend se conformer à l’article 54 de la Constitution.

Il n’est pas à écarter que la majorité à l’Assemblée nationale, composée des députés élus sous les couleurs de l’IRD, décident de renouveler leur confiance à l’actuel locataire de Mahazoarivo.

« La Constitution, dans son article 54 stipule que le Premier ministre est nommé par le parti ou groupe de parti majoritaire à l’Assemblée nationale. Nous respectons la Constitution. Il faut attendre la publication des résultats définitifs par la Haute Cour Constitutionnelle. Quand le moment sera venu, nous suivrons à la lettre ce qui est prévu dans l’article 54 de la Constitution ». C’est ce qu’a déclaré hier le Premier ministre, Ntsay Christian. En effet, le locataire de Mahazoarivo s’en remet à l’article 54 de la loi fondamentale et n’envisage aucune résistance, contrairement à certains de ses prédécesseurs qui ont tenté de s’accrocher à leur « seza ». Il n’est pas à écarter également que la majorité à l’Assemblée nationale, composée des députés élus sous les couleurs de l’IRD, décident de renouveler leur confiance à Ntsay Christian. En bons termes avec le président Andry Rajoelina, l’actuel Chef du gouvernement est en pôle position pour être reconduit à Mahazoarivo.

Avoirs illicites. En marge de la cérémonie d’inauguration du nouveau siège du Bureau Indépendant Anti-Corruption, le Premier ministre a aussi touché mot de l’adoption de la loi sur le recouvrement des avoirs illicites dont l’adoption a été boycottée par l’ancien Parlement. Bien malgré l’existence d’un sentiment de refus au niveau des acteurs politiques, le régime actuel revient à la charge. Hors de question de faire machine arrière. « Après quelques retouches, cette loi sera adoptée incessamment, probablement d’ici une semaine, conformément aux instructions du Chef de l’Etat », a laissé entendre Ntsay Christian. Si toutefois ce délai ne sera pas respecté, cette loi sur le recouvrement des avoirs illicites sera le premier texte que le gouvernement va envoyer à la future Assemblée nationale pour adoption. A entendre les explications du locataire de Mahazoarivo, le président Andry Rajoelina exige la ratification de cette loi dans les plus brefs délais. Faut-il rappeler que la lutte contre la corruption et contre le détournement des deniers publics, ainsi que la restauration de l’Etat de droit figurent parmi les priorités du régime actuel. A noter cependant que la nouvelle formulation de cette loi prévoit des voies de recours pour les propriétaires des biens saisis.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

« Base Toliara » : Reprise des activités après les incidents à Ranobe

« Notre objectif n’est pas d’incarcérer des gens. Nous sommes toujours ouverts aux discussions avec tous les acteurs concernés», a soulevé, Jean Bruno Ramahefarivo, le DG de « Base Toliara ».

Les activités menées par « Base Toliara », la filiale du groupe « Base Resources », une entreprise minière australienne cotée en bourse, reprennent actuellement après les incidents survenus dans son site d’intervention à Ranobe.

« Il y a maintenant une prise de responsabilité de l’Etat en matière de sécurisation des investissements. Et on travaille toujours en étroite collaboration, en mettant en place une plateforme de concertation entre toutes les parties prenantes. En outre, la compagnie minière peut désormais accéder à son site sur lequel, elle  a obtenu un permis d’exploitation légal. On peut travailler en toute quiétude, grâce à la prise de responsabilité de l’Etat », reconnaît Jean Bruno Ramahefarivo, le Directeur général de « Base Toliara ». « En dépit de tout cela, nous pouvons encore respecter le calendrier d’exécution du projet, s’il n’y a pas d’autres obstacles. La phase de construction de toutes les infrastructures telles que les usines et les routes, est prévue aux trois premiers mois de 2020. Et le début des opérations d’exploitation d’ilménite est prévu pour 2021 », a-t-il poursuivi.

500 000 USD. « Base Toliara » effectue en ce moment, des études géotechniques qui constituent une phase préliminaire de tous les travaux de construction des usines à Ranobe. Des forages d’exploration permettant d’identifier la teneur en minéraux du site, y sont également en cours. Entre temps, « Nous poursuivons tous les projets sociaux visant à améliorer le niveau de vie des communautés villageoises impactées directement ou non par le projet. On peut citer, entre autres, la relocalisation des tombeaux tant attendue par les propriétaires, l’adduction d’eau potable, la formation anticipée des jeunes, la construction des écoles et d’un hôpital et les projets agricoles. Il en est de même pour les projets environnementaux. Depuis l’acquisition du projet Ranobe par « Base Toliara » en janvier 2018, près de 500.000 USD ont été alloués aux projets sociaux et environnementaux. Et à partir de 2024, la compagnie allouera entre 1 à 2 millions USD à ces projets communautaires et environnementaux chaque année», a-t-il exprimé.

 Etat de droit. Par ailleurs, « l’Etat a pris sa responsabilité en pénalisant les neuf personnes qui ont commis des infractions au niveau des communes d’intervention du projet. Celles-ci ont été condamnées par la Justice à six mois avec sursis pour attroupement illégal. Si j’ai bien compris, leur inculpation pour pillage et incendie d’infrastructures, notamment deux châteaux d’eau à Tsiafanoka et Ranobe, n’est pas encore traitée. Notre objectif n’est pas d’incarcérer des gens, mais il faut quand même appliquer l’Etat de droit ». Des associations ont évoqué que ces neuf personnes ont été arrêtées alors qu’elles ne font que défendre leurs droits. C’est du pur mensonge car elles ont en réalité pillé et détruit des biens. C’est d’ailleurs prévu dans le code pénal, dans son article 440 : tout pillage, tout dégât de denrées ou marchandises, effets, propriétés mobilières, commis en réunion ou en bande et à force ouverte, sera puni des travaux forcés à temps; chacun des coupables sera de plus condamné à une amende de144.000 Ariary à 5.400.000 Ariary». A part cela, nous allons entamer la réparation des dégâts de notre camp de base à Ranobe», a conclu, le directeur général de « Base Toliara ».

Navalona R.

Madagate0 partages

Mohib Pirbay. Ne pas se fier aux apparences du P-Dg de Blueline

Heureusement que le régime Hvm/Rajaonarimampianina s'est éteint de ses propres conneries. Sinon, il y aurait encore énormément de spoliations de terrains et beaucoup de Malagasy décédés prématurément pour cause de crise cardiaque. L'affaire qui implique directement Mohib Pirbay -encore un de ces Karana qui croient qu'ils peuvent tous se permettre à Madagascar- remonte à janvier 2017. Deux ans ont défilé et cette affaire est resté au point mort (en attendant sans doute la mort de tous les co-propriétaires?). J'aurai pu intitulé ce dossier malheureux: " Quand 6 millions de francs deviennent 500 millions même pas payés. Bravo Monsieur le CEO de Blueline ! ".

C'est çà le business Karana à Mada? Et il paraît qu'en 1997, Mohib Pirbay a été Cofondateur de Blueline et de Gulfsat avec François Wagner et Younouss Pirbay.... Je ne veux pas faire de parti pris mais il y a tellement eu d'antécédents du genre sous le régime Hvm/Rajaonarimampianina, qu'il est grand temps que la justice reprenne ses droits en toute indépendance. Sinon, c'est le régime d'Andry Rajoelina lui-même qui se met en danger en se faisant accusé de laxisme interminable sinon de minable laisser-aller. Stop ! Refusons cette situation ambigüe et place au changement ! Que les coupables paient et que les innocents soient payés et non plus le contraire ! Ci-après un document qui n'a jamais été pris en compte, deux années durant. Avec quelques photos de l'endroit convoité.

Jeannot Ramambazafy et Andry Rakotonirainy

Midi Madagasikara0 partages

Assemblée nationale : Le TIM poussé vers l’opposition

Marc Ravalomanana : futur chef de l’opposition officiel ou futur maire d’Antananarivo ?

La logique politique situe le TIM de Marc Ravalomanana dans le camp de l’opposition à la Chambre  basse.

84 sièges pour l’IRD, 16 pour le TIM et 36 indépendants. C’est le résultat provisoire des Législatives du 27 mai 2019, proclamé par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) le samedi 15 juin dernier. La balle se trouve actuellement dans le camp de la Haute Cour Constitutionnelle, qui se penche sur les nombreuses requêtes déposées par les candidats   ayant constaté des fraudes et des irrégularités, avant de publier le résultat officiel et définitif au plus tard le 1er juillet. Ce qui est sûr, c’est que les juges électoraux ne chômeront pas pendant les jours de festivité relatifs à la célébration du 59e anniversaire de l’Indépendance. Au vu du résultat provisoire de la CENI, le parti TIM jouera le rôle du parti d’opposition dans la future Assemblée nationale. « Il est trop tôt pour s’exprimer sur la question. La position du TIM sera encore discutée au niveau de l’instance compétente de prise de décision du parti », a précisé le futur député du TIM, Fidèle Razara Pierre, en marge de la cérémonie de proclamation du résultat provisoire des Législatives du 27 mai, tenue à Alarobia. En tout cas, après l’IRD, le TIM est le second parti politique qui a obtenu le plus grand nombre de députés à l’issue du scrutin du 27 mai.

Chef de l’opposition officiel. L’article 2 de la loi n°2011-012, portant statut de l’opposition et des partis d’opposition, définit un parti d’opposition tout parti légalement constitué ou groupe politique, qui développe pour l’essentiel des positions et des opinions différentes de celles du gouvernement. L’article 6 de la même loi dispose que l’opposition est dirigée par un chef de l’opposition officiel. Ce dernier est doté d’un cabinet comprenant un directeur de cabinet, quatre conseillers et un secrétaire particulier. Les dépenses de fonctionnement de ce cabinet sont prises en charge par l’Etat. L’alinéa premier de l’article 6 de la loi n°2011-013 souligne que la désignation du chef de l’opposition officiel a lieu après chaque élection législative. A s’en tenir à l’esprit de ces dispositions légales et législatives, le Chef de l’opposition officiel devrait être une personnalité issue du parti politique qui a pu faire élire le plus grand nombre de députés après le parti du gouvernement. Autrement dit, la désignation du chef de l’opposition doit tenir compte des résultats de l’élection législative concernée. Par contre, ce chef de l’opposition officiel n’est pas forcément un député. « Si le chef de l’opposition officiel n’est pas un parlementaire, il bénéficie d’office du statut de député et siège de droit au sein de l’Assemblée nationale », précise le dernier alinéa de l’article 6 de la loi portant statut de l’opposition dont l’effectivité reste à débattre.

Entre Tsimbazaza et Analakely. En partant, d’une part, des résultats provisoires des dernières Législatives, qui placent le TIM en deuxième position des partis politiques qui ont obtenu le plus grand nombre de députés ; et à s’en tenir, d’autre part, aux dispositions de la loi n°2011-013, Marc Ravalomanana aura de fortes chances d’être le futur chef de l’opposition officiel à Madagascar. Reste cependant à savoir s’il acceptera d’endosser ce titre, lui qui est actuellement sollicité pour se porter candidat à la mairie de la Capitale. D’après nos informations, rien n’est encore décidé au sein du TIM. On sait cependant d’après le vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo, que les prochaines communales pourraient avoir lieu à la fin du mois de septembre, ou début octobre. En tout cas, ce ne sont pas les personnalités ayant la carrure nécessaire pour être maire d’Antananarivo qui manquent au sein du TIM. Il y a les Ravalomanana, mais il y a aussi les Patrick Ramiaramanana, Olga Ramalason et Guy Rivo Randrianarisoa.

Eugène
Midi Madagasikara0 partages

MEF – OTA : Poursuite des réformes et modernisation des systèmes

Le ministre de l’Economie et des Finances avec les représentants entrant et sortant de l’OTA, Mike Croasdaile et Tim Grewe.

Après 3 ans de mission à Madagascar, Timothy Grewe, le Conseiller résident du Bureau d’Assistance Technique (OTA) rattaché au Département du Trésor des Etats-Unis quittera bientôt le pays.

Une mission qui se termine avec un bilan positif puisque cette assistance technique a notamment permis au ministère de l’Economie et des Finances (MEF) de réaliser la publication du nouveau guide de l’exécution budgétaire, dont le lancement a eu lieu lundi dernier à Toamasina. On compte également à l’actif de cette collaboration entre le MEF et l’OTA, la validation de la structure et de la stratégie de mise en place du Compte Unique du Trésor. On rappelle que les objectifs principaux de cette mission sont notamment d’élaborer et mettre en place des dispositifs visant à simplifier le processus d’exécution budgétaire, de développer et améliorer la mise en place du Compte Unique du Trésor, et enfin d’apporter de l’assistance au Ministère de l’Economie et des Finances dans le cadre du développement de nouveaux outils informatiques en vue d’améliorer la gestion des données et du reporting en matière de gestion des finances publiques.

Dématérialisation

Les missions de l’OTA à Madagascar se poursuivent puisque Tim Grewe est remplacé à ce poste de représentant par Mike Croasdaile. Présenté hier au ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato, le nouveau représentant de l’OTA va donc poursuivre cette collaboration fructueuse. Avec en ligne de mire, des échéances importantes comme la présentation du rapport d’exécution budgétaire du milieu d’année prévue au mois de juillet prochain, ou encore l’implémentation du Compte Unique du Trésor. Et enfin, et non des moindres, la dématérialisation des systèmes au sein du ministère de l’Economie et des Finances. En effet, cette dématérialisation des systèmes aura le mérite de permettre une gestion plus efficiente des données pour améliorer l’exécution budgétaire, les reportings financiers et la planification budgétaire. Avec cette ambition de dématérialiser ses systèmes, le ministère de l’Economie et des Finances figure parmi les départements qui opèrent actuellement des séries de réformes et de modernisation pour un service public mieux adapté aux besoins de l’économie et de la population.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

MIDIRAMA : Un régime qui a le vent en poupe

Il a tenu sa promesse de faire baisser les prix des carburants et en y arrivant, il arrive à confondre ses détracteurs qui ironisaient sur sa belle assurance. Nul ne sait quelle sera la suite des événements, mais le fait est indéniable : le président Andry Rajoelina a réussi à convaincre ses interlocuteurs de faire ce geste. La nouvelle n’a cependant pas provoqué une vague d’enthousiasme car elle n’impacte que sur le court terme. C’est une première étape qui a été franchie, mais il faut continuer les négociations et conforter la tendance à la baisse qui, si elle persiste, permettra de stabiliser l’économie malgache. La communication faite par le régime sur ce sujet est bien menée. C’est tout à fait normal car il en tire avantage. Maintenant, il peut continuer à dérouler son programme de développement articulé autour de l’IEM. Ce sont maintenant les résultats des élections législatives et la célébration du 59e anniversaire de l’Indépendance qui vont occuper les esprits. Le régime est tout à fait confiant après la proclamation des résultats officieux faite par la CENI, mais il ne triomphe pas encore car il attend la cérémonie d’Ambohidahy pour s’autoriser à crier victoire. Les requêtes déposées à la HCC sont nombreuses et elles sont, disent les plaignants, étayées par des preuves solides. Les analystes estiment cependant que cela n’influera pas véritablement sur le résultat final. Comme d’habitude, dans la majorité des cas, il y aura la formule lapidaire « Azo raisina fa tsy mitombina » (« recevable mais non fondé »). Après la proclamation des résultats et l’ouverture de la première session de l’Assemblée, viendra la désignation du Premier ministre. Il sera présenté par les différents groupes parlementaires. L’heureux élu sortira évidemment des rangs de l’IRD. Pour le moment, ce ne sont que des supputations. On verra ce qui adviendra.

Sur le plan international, c’est le bras de fer dangereux entre l’Iran et les Etats-Unis qui préoccupe la communauté internationale. La crainte d’une escalade militaire est réelle après la descente d’un drone américain par un missile iranien. La réaction de Donald Trump ne s’est pas faite attendre et dans la nuit de jeudi à vendredi, il a annoncé qu’il avait ordonné de faire des frappes sur l’Iran. Il a dans la matinée d’hier affirmé qu’il s’était ravisé. Les observateurs se sont dit peu surpris par ses déclarations. Le locataire de la Maison Blanche sait bluffer pour impressionner ses adversaires, mais il ne dépasse jamais les limites.

En Europe, et plus précisément au siège de la commission européenne de Bruxelles, les grandes manœuvres ont commencé. L’élection du président de la commission n’a pas pu se faire faute de consensus. Le successeur de Jean-Claude Juncker ne sera connu qu’après le 30 juin. Le bavarois Manfred Weber, qui bénéficiait de l’appui d’Angela Merkel, n’a pas obtenu le siège de président comme il l’espérait. La règle de la prédominance des têtes de liste a été rejetée par les vingt- huit pays européens. C’est la ligne du président Macron défendant le vote majoritaire qui a triomphé.

En Afrique, les mouvements de protestation continuent. Les manifestations du vendredi ont repris en Algérie. Les forces de l’ordre sont intervenues pour arracher les drapeaux berbères qui ont été brandis. Le pouvoir a mis en avant sa volonté de casser le caractère régionaliste pris par le mouvement. Au Soudan, les opposants peinent à reprendre la main. La sanglante répression qui a fait une centaine de morts a marqué les esprits, mais la contestation s’organise peu à peu.

Le régime du président Andry Rajoelina vit une période euphorique. Tout semble lui sourire en ce moment. Il a réussi son pari de faire baisser les prix des carburants, il est en passe d’obtenir la majorité des sièges à l’Assemblée nationale, et il va tout faire pour que la célébration du 59e anniversaire de l’Indépendance soit une réussite. Le chef de l’Etat a le vent en poupe, mais comme on dit, l’avenir n’est pas écrit, pourvu que ça dure.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Fête nationale à Ankorondrano-Est : Un rendez-vous immanquable pour le Groupe WM

Les enfants à table avec les représentants du Groupe WM. (Photo : Yvon)

Vendredi 21 juin, l’heure était à la fête du côté d’Ankorondrano-Est. Le Groupe WM, représenté par Johan et Julian Rakotoarivelo, et le Rotary Club Millau, n’ont pas manqué le rendez-vous habituel avec les habitants du quartier.

Dès 11 heures du matin, les habitants d’Ankorondrano-Est s’agglutinaient déjà autour du bureau du fokontany, impatients pour la plupart de recevoir les cadeaux du Groupe WM et du Rotary Club Millau. « C’est toujours un grand événement pour nous quand le Groupe WM vient nous offrir des cadeaux, puisque cela nous aide beaucoup dans notre quotidien », a expliqué une mère de famille présente sur les lieux. En effet, pour cette 59e célébration de la fête nationale, le Groupe WM a décidé d’offrir des couvertures, des lampions, des bougies, sans oublier le repas chaud aux enfants du quartier. Cependant, tous les regards étaient tournés vers les couvertures : « Quelle jolie couverture, ce doit être chaud ! », murmuraient les femmes dans la salle.

La préparation de la journée s’est faite en toute simplicité. Nirina Rasoarivelo, secrétaire du fokontany, aidée par quelques personnels du fokontany et de Midi Madagasikara, se sont chargés de la décoration de la salle et du repas pendant toute la matinée. Ensuite, c’est vers 11h30 que les 64 enfants bénéficiaires ont été invités à prendre place autour des tables. Et pendant ce temps-là, comme à l’accoutumée, le groupe de musique Gasy Mihanta jouait des chansons traditionnelles pour ambiancer la belle journée. La secrétaire est habituée à de tels événements, puisque cela fait des années qu’elle fait partie de l’organisation de la remise de cadeaux par le Groupe WM aux habitants du quartier. « Je succède à ma mère qui travaillait également ici », nous a-t-elle confié.

Un moment intense en émotion. Dès leur arrivée à midi sans faute, Johan et Julian Rakotoarivelo ont été applaudis par l’ensemble de l’assistance. On a même pu voir une vieille dame laisser échapper des larmes en voyant les deux jeunes hommes. « Je suis une représentante des parents et cela fait des années que j’assiste à la remise des dons par le Groupe WM aux habitants », a-t-elle déclaré avec des étincelles dans les yeux. L’instant était particulièrement émouvant pour tous. Johan et Julian Rakotoarivelo ont d’ailleurs dansé avec les parents et les enfants avant le passage à table.

Manger convenablement. Outre les cadeaux (couvertures, lampions et bougies), les enfants d’Ankorondrano Atsinanana ont également eu droit à un repas (riz, poulet et petits pois). Mais d’après les explications de Nirina Rasoarivelo, ces enfants déjeunent aussi du lundi au vendredi au sein du fokontany grâce à la bienveillance du Groupe WM. Toutefois, le menu est toujours un peu spécial pour les grandes occasions comme la fête nationale, à Pâques, ou encore pour la fin d’année. Voir des enfants bien manger malgré les difficultés de la vie fait toujours chaud au cœur. Que des actions sociales pareilles continuent donc d’exister et inspirent toutes les entités aptes à venir en aide aux plus démunis. Pour le Groupe WM, c’est une tradition depuis plus de vingt ans de porter un regard bienveillant sur les habitants d’Ankorondrano-Est.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Energie renouvelable : Diégo Suarez va se lancer dans le solaire

La société Enelec envisage de mettre en place une station solaire de plusieurs mégawatts d’ici la fin de l’année.

La production d’électricité dans la ville de Diégo devrait connaître une certaine avancée d’ici la fin de l’année 2019, si l’on s’en tient aux dires de Dominique Andreas, directeur administratif auprès de la société Enelec. Cette dernière ambitionne de faire un pas dans « l’hybridation », d’après toujours notre interlocuteur. Ce, par « l’installation de plusieurs mégawatts de panneaux solaires pour renforcer la production d’électricité » dans la ville de Diégo Suarez. En effet, la production par la future centrale solaire devrait permettre à la ville d’éviter les coupures intempestives d’électricité ; si le pic des besoins est actuellement aux environs de 10 mégawatts, toujours selon Dominique Andreas. L’avancée vers l’hybridation devrait ainsi « bénéficier à la population d’une énergie moins chère dans la journée ». Mais également une « initiative qui devrait permettre une amélioration de la performance financière de la compagnie malgache d’eau et d’électricité ».

Techniques. Les délestages seraient fréquents dans beaucoup de quartiers de Diégo Suarez. Un problème qui ne devrait pas survenir si l’on regarde du côté de la production d’électricité. Disposant de plusieurs moteurs thermiques, la centrale de la société Enelec produit 24h sur 24. Les soucis résideraient surtout dans la vétusté des réseaux de distribution de la Jirama. Sans oublier les difficultés d’approvisionnement des centrales en fioul. « Difficultés causées par le mauvais état des infrastructures routières », d’après les dires de Dominique Andreas. Déplorables, les routes qui mènent à Diégo enclavent encore plus la ville. Il conviendrait toutefois de noter que – d’après la loi – la Jirama détient le monopole de la distribution de l’électricité à Madagascar. La production quant à elle a été ouverte à la concurrence. L’ouverture vers les énergies renouvelables présenterait des avantages considérables étant donné la situation actuelle du pays. Plus qu’un effet de mode, la transition énergétique se fait petit à petit dans la Grande Île, bien que toutes les dispositions la concernant n’ont pas encore été prises.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Ambato-Boeny : Fokontany niisa telo nasesin’ny 7 lahy nitam-basy notafihana indray alina

Noho ny firongatry ny asan-dahalo any amin’ny distrikan’i Ambato-Boeny, amin’izao ankatoky ny fankalazana ny fetim-pirenena izao, dia manao antso vonjy ny vahoaka any an-toerana, izay miaina ao anaty fitaintainan-dava andro aman’ alina, mba hijerena haingana ity tsy fandriampahalemana ity, hoy ny mponina. Raha ny vaovao voaray, fokontany telo any amin’ny kaominina ambanivohitra Anjiajia no nasesin’ny fito lahy nitam-basy notafihana indray alina, dia ny tao amin’ny fokontany Madiroabo, ka nitaky vola solon’ny fofon’ aina ireo dahalo. Tao an-tanànan’i Marosakoa, fokontany Mangatelo, dia nandroba izay omby tian’ izy ireo tamin’ny vala maromaro ireo mpanani-bohitra. Omby miisa telo kosa no lasa tao amin’ny fokontany Tsoherinakanga, ary tompon’omby iray voatifitra.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Tongarivo – Tanjombato : Un individu accuse de complot de kidnapping ses victimes

Le 19 juin dans le « fokontany » de Tongarivo -Tanjomabto, un homme âgé de 39 ans a été arrêté par la 4ème section de la Brigade criminelle (BC4), à Anosy. Il est poursuivi pour avoir escroqué 30 000 000 d’ariary à un couple et pour avoir inventé un mensonge pour empêcher ses victimes de porter plainte contre lui. Il a accusé le couple d’avoir concocté un kidnapping dont la cible ne serait autre que le mari, qui est un ressortissant étranger. Le 25 mai 2019, la police a reçu un renseignement dénonçant l’existence des trois individus (le couple et une autre personne) en train de comploter un kidnapping dans  la commune de Tanjombato, district d’Antananarivo Atsimondrano. Le renseignement affirme la présence d’armes chez les suspects, soit chez le  couple même. Depuis, la Brigade criminelle a ouvert son enquête tout en surveillant de près les personnes indiquées par le renseignement. Les enquêteurs ont alors perquisitionné le domicile des suspects mais ils n’ont rien  trouvé d’anormal qui corroborerait avec ce projet de kidnapping. Aucune arme n’y a été découverte. En poursuivant son investigation, la police a été informée de l’existence d’une plainte, déposée par l’épouse du ressortissant étranger en question, contre un homme, pour escroquerie auprès de la police économique. Ce dernier n’est autre que celui qui a renseigné la Brigade criminelle sur ladite tentative de kidnapping susmentionnée. Se déclarant spécialiste en tradithérapie, il a réussi à extorquer 30 000 000 d’ariary à la plaignante. L’enquête a alors révélé que cette tentative de kidnapping n’était qu’un mensonge que cet homme a monté de toutes pièces pour empêcher sa victime de le poursuivre en justice. Selon les informations, cet individu est un récidiviste. Il a déjà séjourné à Tsiafahy et à Antanimora pour escroquerie, faux et usage de faux. Il est sorti de la prison d’Antanimora en 2015.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Jeux Corporatifs d’Antananarivo : La CNaPS parmi les partenaires !

De par sa vocation, la CNaPS a toujours privilégié les échanges entre les personnes.

La 30e édition des Jeux Corporatifs est en passe de devenir un modèle en matière de partenariat, dans la mesure où toutes les entités concernées par ce sport de masse sont aujourd’hui réunies, notamment avec l’arrivée de la grande famille de la CNaPS.

Le cachet officiel véhiculé par le patronage du ministre de la Jeunesse et des Sports (MJS), Tinoka Roberto, a fait que tout le monde se bouscule au portillon.

Pour la première fois dans l’histoire de ces Jeux Corporatifs, on a désormais le soutien du ministère de tutelle, et ce n’est pas rien.

Un choix logique. De fait donc, la CNaPS est venue se greffer au groupe de partenaires. Un choix qui coule de source dans la mesure où la CNaPS se doit d’être en première ligne lorsqu’on parle du social dont ces jeux en font partie. Elle a d’ailleurs toujours été là dès que l’on parle de Jeux Corporatifs. Un moment de détente en perspective, sinon un moyen de tisser des liens d’amitié entre le personnel.

C’est ce qui motive tous les autres partenaires, notamment le MJS, Midi Madagasikara, la Commune Urbaine d’Antananarivo, Vatosoa Group et Nino Design International.

Une belle brochette qui garantit en quelque sorte l’organisation de cette 30e édition appelée à être réussie. Forcément lorsqu’on sait que même les sociétés en provinces vont venir, comme la SMMC de Toamasina, Socolait d’Antsirabe, ou le personnel d’Ambatovy à Moramanga.

Inscriptions à Mahamasina. Ces jeux sont ouverts à toute personne non titulaire de la licence sportive de l’année en cours, à l’exception des joueurs et joueuses de plus de 45 ans.

Les rencontres se jouent en deux fois 10 minutes, ce qui constitue la particularité de ces jeux organisés par CRO, à part la belote ;  et la pétanque qui se dispute en une partie à 11 durant les éliminatoires, avec des triplettes masculines et des doublettes féminines.

Outre ces deux disciplines, quatre autres disciplines figurent au menu de ces Jeux Corporatifs d’Antananarivo, notamment le football à 7 qui se joue sur trois moitiés du grand terrain. Le basket-ball hommes a aussi sa place, mais il n’est pas exclu que certaines sociétés y alignent des femmes.

Le volley-ball mixte constitue une belle attraction dans la mesure où la présence d’une femme sur le terrain est obligatoire. Quant au tennis, il est réparti en trois groupes dont les dames, les hommes de moins de 45 ans et les plus de 45 ans.

Les inscriptions se feront au Stade de Mahamasina lundi et mardi prochains, pour se poursuivre le jeudi 27 juin dans la matinée, car l’après-midi, on procédera à partir de 14h à la séance de travail et au tirage au sort.

Les Jeux Corporatifs auront lieu toujours au stade de Mahamasina, le samedi 29 juin, avec le défilé de 8h, puis les rencontres se feront en non-stop et se poursuivront durant toute la journée du dimanche 30 juin.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Fikasihan-tànana mpanao gazety : Polisy iray nidoboka am-ponja eny Antanimora

Omaly no natolotra ny fampanoavana ny polisy roa. Voarohirohy tamin’ny fikasihan-tànana mpanao gazety izy ireo nandritra ny lalao ara-panatanjahan-tena natao tao Mahamasina. Nidoboka am-ponja eny Antanimora ny iray raha nahazo fahafahana vonjimaika kosa ny faharoa. Fikasihan-tànana izay niteraka faharatràna no anton’ny fitorian’ilay mpanao gazety mpaka sary. Nisy fifandirana kely teo amin’ny samy polisy nandritra ny fiambenana ny lapan’ny fanatanjahan-tena tamin’io fotoana nitrangan’ny disadisa io. Nanaitra ilay mpanao gazety izany ary nahatonga azy naka sary avy hatrany ny zava-nisy hitan’ny masony. Teo dia tezitra ny polisy ary niteny taminy ny mba hamafàna ny sary nalaina. Nifandrirotra teo ny roa tonta satria tsy nanaiky izany ilay mpanao gazety mpaka sary. Nanomboka niakatra ny feo ary tonga hatramin’ny fikasihan-tànana izany. Niteraka disadisa ary vetivety dia henon’ny tompon’andraikitra voalohany amin’ny minisitera mpiahy roa tonta ny resaka. Ny alin’iny aza dia nivory mihitsy ny mpanapa-kevitra teo anivon’ny polisy nasionaly ny amin’ny hanaovana ireo olony. Teo dia tapaka fa hosaziana anatiny aloha izy roa lahy. Notazomina tao amin’ny kaomisaria foibe nandritra ny andro maromaro ary tsy afaka nivoaka na nifanerasera tamin’ny olon-kafa. Nandeha ny fanadihadiana anatiny nataon’ny IGPN (inspection) ary rehefa vita izay dia nandeha indray ny fanolorana azy ireo ny fampanoavana, izany hoe omaly. Afaka niverina nanohy ny asany andavan’andro ilay iray izay nahazo fahafahana vonjimaika raha miandry ny fotoam-pitsaràna azy eny am-ponja kosa ilay faharoa. Omaly ihany koa dia mbola nisy polisy iray hafa natolotra ny fampanoavana rehefa voarohirohy tamin’ny kolikoly ary ny polisy ihany no nanenjika sy nanao fanadihadiana azy (jereo lahatsoratra etsy ankila).

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Sakaraha : Tovolahy tra-tehaka nangalatra dokotra, niharan’ny fitsaram-bahoaka

Tranga hafa kely tsy fahita firy izay nahavalalanina ny maro nahita no niseho tany Sakaraha, omaly nisandratra andro, tokony ho tamin’ny 10 ora latsaka folo teo. Tovolahy iray sahabo 20 taona eo, tratra nangalatra dokotra, no niharan’ny fitsaram-bahoaka. Rehefa avy nodarohina sy niharan’ny vono ity mpangalatra, dia nasaina nohaniny manta teo ho eo ilay vorona efa maty. Tsy navelan’ny olona raha tsy lany tanteraka hatramin’ny volony ilay dokotra. Taorian’izay vao nalefa nandeha ity tovolahy, ary nihoaka nandoa eraky ny lalana izay nolalovany. Farany, nalemilemy tsy tafatsangana intsony. Raha ny vaovao voaray, dia efa malaza ratsy amin’ny hala-botry sy fainga tanana ity tovolahy mpidoroka rongony izay voalaza fa avy any Ilakaka, monina ao Sakaraha, ity, ary matetika izy no mamerin-keloka, ka nofaizin’ny olona mafy tamin’ity indray mitoraka ity. Tanora matanjaka io ve, hoy ny olona, dia mangalatra no atao fototr’asa. « Maninona no tsy mamboly na mikarama miarak’andro raha te-hanam-bola hividianana jamala ».

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Freak de l’Afrique débarque à Antananarivo

Freak de l’Afrique livrera un concert le samedi 22 juin à partir de 18 heures 30 au Restaurant Fatapera ! Benson, DO B, Joey Aresoa, Nazaria, Patrick, Poète Rebelle, Tagman et Tohy feront également une prestation ce jour. Durant son passage dans la capitale malgache, le  groupe donne aussi deux ateliers au Cercle Germano-Malgache Analakely. « Un atelier pour les DJs le dimanche 23 juin, de 13 heures à 16 heures, et un atelier sur l’évènement planning et marketing pour les musiciens le lundi 24 Juin de 10h à 12 heures, et de 13h à 16 heures », a affirmé l’organisateur. Freak de l’Afrique est un collectif de « DJs », « MCs » et danseurs basé à Berlin, qui ont des racines biographiques de différents pays africains, et qui partagent une passion pour le son des clubs africains modernes. Depuis 2012, l’équipe organise des évènements afro en Allemagne, et surtout dans les plus fameux clubs de Berlin.

 

Tsiky sy mozika au jardin d’Andohalo

Raboussa, Mr Sayda et les humoristes comme Tefy et Antso Bonmartin, donnent rendez-vous à leurs inconditionnels ce jour au jardin d’Andohalo à midi. Tsiky sy mozika, en français « rire et musique », tel est le titre choisi par l’organisateur. Les humoristes ont déjà attendu avec impatience ce jour. « Nous allons vous offrir un bon sketch », a certifié Antso Bonmartin. C’est aussi une occasion pour Raboussa et Mr Sayda de chanter leurs nouveaux titres.

 

Zouzar exposera son œuvre à Antsahabe

Le peintre malgacho-indien Zouzar, en collaboration avec l’association Jeune Emergence de Madagascar,organise un vernissage ce jour à 10 heures à Antsahabe. L’artiste fera un « live painting » pour montrer sa performance. Les quinze tableaux de Zouzar illustreront la vie quotidienne à Madagascar. Après le vernissage, l’artiste présentera ses œuvres du 24 juin au 6 juillet.

 

 Maggie Blanchard au Palais des Sports et de la Culture Mahamasina

La chanteuse de gospel évangélique Maggie Blanchard entame déjà la célébration de la fête nationale malgache. Elle offrira un grand spectacle au Palais des Sports et de la Culture à Mahamasina, demain à 15 heures. Maggie Blanchard est née à Port-au-Prince en Haïti et émigre au Québec durant son adolescence. En 1999, elle sort son premier album solo Libéré. En 2002, elle participe à un album collectif, Expression de louanges. En 2004, Pour tout ce que tu es s’ajoute à sa discographie. En 2009 et 2013, elle réalise des tournées avec d’autres artistes chrétiens, Marcel Boungou et Olivier Cheuwa. Maggie a déjà réalisé des concerts dans divers pays, dont la France, la Côte d’Ivoire et les États-Unis.

 

Zo Toniaina/ Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Baolai : Les promotions continuent

Les promotions spéciales Barea – CAN 2019 et Fête de l’Indépendance se poursuivent chez Baolai le leader dans la distribution des grandes marques chinoises de l’électroménager et de l’audiovisuel. « Des remises spéciales sont pratiquées sur nos produits, notamment les téléviseurs LED et 4 K de nos plus grandes marques comme Changhong, Hisense et Skyworth, mais les autres appareils comme les Subwoofers, réfrigérateurs, lave-linges et autres sont également concernés » indique Ren Yujie, le PDG de Baolai qui a pris les dispositions qui s’imposent pour mieux accueillir et servir les clients en cette période de la CAN 2019 et du 26 juin.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Région Diana : Une zone d’émergence industrielle en vue à Andrakaka

Un nouvel essor du secteur industriel est attendu à Antsiranana.

Andrakaka est une zone à fort potentiel pour l’émergence d’activités industrielles multisectorielles, selon l’EDBM (Economic Development Board of Madagascar). S’étalant sur une superficie de 2 600 ha, le site est doté de potentialités dont la valorisation se fera à travers la réhabilitation et la mise en place d’infrastructures structurantes comme l’aéroport, les routes d’accès, les centrales énergétiques, etc. Le 7 juin dernier, l’EDBM a organisé un atelier de consultation et d’échanges avec les parties prenantes locales au Grand Hôtel d’Antsiranana. « L’EDBM agit en phase avec le Plan Emergence de Madagascar impulsé par le président Andry Rajoelina. Le projet de Zone d’Emergence Industrielle d’Andrakaka, objet d’une étude de l’EDBM et de la BAD (Banque Africaine de Développement), répond parfaitement aux objectifs du Velirano n°7. Aussi, l’approche de l’EDBM vise-t-elle à s’assurer de l’implication des opérateurs locaux et des autorités locales, un facteur de succès pour un projet de cette envergure », a affirmé le DG de l’EDBM, Andry Ravalomanda.

Priorités. L’atelier à Antsiranana était l’occasion de présenter les résultats de l’étude de faisabilité du projet financé par la BAD dans le cadre du Programme d’Appui à la Promotion des Investissements (PAPI). Au-delà des secteurs initialement identifiés dans l’étude, l’avis des participants a également été sollicité. Ces derniers ont retenu comme secteurs prioritaires, le tourisme, l’agribusiness, les produits de la mer et les infrastructures. Ils ont également insisté sur la capitalisation de la piste d’aéroport existant, pour développer le secteur du tourisme dans la région. Les participants ont également sollicité le renforcement de la formation professionnelle pour que la population locale puisse bénéficier des futures retombées économiques. A noter qu’un plan de développement cohérent axé sur la mise en œuvre du projet Andrakaka existe déjà et implique toutes les parties prenantes d’Antsiranana.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Bianco : Inauguration du nouveau siège

Le nouveau bâtiment de deux étages du Bianco s’installe sur une surface bâtie de 620 m 2

2.392.019.768 ariary. C’est le coût total des travaux de construction du nouveau siège du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) à Ambohibao. En effet, la cérémonie d’inauguration du nouveau bâtiment R+2 qui servira de siège pour l’organe en charge de la lutte contre la corruption, s’est déroulée hier. Une cérémonie honorée par la présence du Premier ministre Ntsay Christian et l’Ambassadeur du Japon, Ichiro Ogasawara. Il convient en effet de noter que ce bâtiment est le fruit d’une collaboration entre l’Etat malgache et le gouvernement japonais. 1.303.994.077 ariary de budget ont été débloqués par l’Etat malgache par le biais du Programme d’Investissement Public (PIP) tandis que l’Ambassade du Japon, par le Fonds de Contre Valeur a octroyé 1.088.025.691 ariary. A noter que ce bâtiment qui s’étale sur une surface bâtie de 620m2 (40mx15,5m) abritera également la Direction régionale du Bianco. Les travaux de construction ont débuté au mois de juillet 2018. La cérémonie d’hier marque aussi la fin du mandat pour le Directeur général sortant, Jean Louis Andriamifidy qui a pris fonction le 24 juin 2014. Son successeur qui va hériter de ce nouveau bureau, sera nommé incessamment par le président de la République Andry Rajoelina pour un mandat de cinq ans.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Morombe : Rakotra andiam-balala ny ao amin’ny Kaominina Ambiky

Amin’izao ririnina mamirifiry izao, mirongatra ny adiam-balala any amin’ny Kaominina ambanivohitra Ambiky, ditrikan’i Morombe, faritra Atsimo Andrefana. Gaga ireo mpiantsena sy ny mponina tao Ambiky, afak’omaly tolakandro, nahita valala maro be nanidina sy nandrakotra ny arabe tamin’iny RN9 iny, ka izay toerana nandalovan’ireto andiam-balala ireto, dia rako-mainty maizina avokoa. Raha ny vaovao voaray, dia niazo avaratra kelin’ Andranoboka ny dian’ireo valala. Noho ireto valala mameno tampon-tanety sy voly izay tsy mbola nisy fanafody (poizina), dia misy amin’ny olona amin’ireo tanàna andalovan’ireto andiam-balala manidina ireto no manangona valala endasina atao laoka, ary ny sasany kosa mandraoka valala hanaovana « provende », raha ny fanazavana azo. Raha tsy misy ny fandraisana andraikitra haingana manoloana an’izao andiam-balala izao, hoy ny mponina, dia ho ringana indray ny fambolen’ireo tantsaha.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Coup d’envoi de la CAN 2019 : Les Malgaches impatients

C’était hier que le coup d’envoi de la CAN 2019 a été donné. Pendant la cérémonie d’ouverture, on a pu sentir une certaine excitation chez la plupart des Malgaches. Mais il s’agit d’une réaction tout à fait normale, puisque c’est la première fois que le pays participe à une compétition de cette envergure.

Des soirées organisées un peu partout. Les jeunes sont impatients de vivre ce grand événement du football africain. « Il n’y a rien de mieux que de se retrouver entre amis devant un match de foot à la télé », a expliqué un jeune garçon. Oui, même si chacun a son propre téléviseur à la maison, la majorité préfère regarder les matchs ensemble. Tout ce que les supporteurs espèrent, c’est que les Barea de Madagascar parviennent à aller un peu plus loin dans la compétition.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Lehilahy manambady natao mariazy fanindroany, voaheloka sy nandoa onitra

Noho ny fandaozany ny vadiny sy ny tsy namelomany ny zanany roa, dia raim-pianakaviana iray no nohelohin’ny Fitsarana ao Toamasina sazy mihantona telo volana, ary nandoa onitra 10 tapitrisa ariary. Raha ny vaovao voaray, dia efa 16 taona ity rangahy ity sy ramatoa vadiny no niara-nipetraka. Nasain’ingahirainy niara-nitady vola taminy ilay vehivavy mba hanamboarana trano tao amin’ny tokotanin’ny ray aman-dreniny. Rehefa vita anefa ny trano, dia nitady izay fomba rehetra nisarahana tamin-dramatoa vadiny rangahy. Nanomboka ny taona 2018 teo, dia nasain’ity lehilahy ity nankany amin’ny ray aman-dreniny ny vadiny. Ary  herinandro taorian’io, dia naterin-drangahy tany koa ny entan-dramatoa. Nanomboka teo dia tsy nikarakara azy telo mianaka intsony ity raim-pianakaviana. Taorian’ izay, dia nanao mariazy tamin’olon-kafa rangahy, ary vehivavy efa niteraka telo tamin’ olon-kafa no nataony mariazy. Raha vao nahafantatra ny zava-nisy tamin’ny famitaham-badiny azy ramatoa dia nametraka fitoriana, ary niakatra fitsarana ny raharaha.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Trail Manani-bohitra – Deuxième édition : Plus de 500 coureurs attendus

Durant la présentation du trail Manani-bohitra par Njaka Rasoloarison et Riantsoa Rabefitia, hier, à Ankorondrano.

Et c’est parti pour la deuxième édition du trail Manani-bohitra. Un événement sportif pour les marathoniens et initié par l’association éponyme Manani-bohitra, qui se tiendra le samedi 29 juin prochain. A J-8 de la course, la préparation est fin prête pour accueillir plus de 500 participants. La date butoir de l’inscription sera le 25 juin, selon l’organisateur Njaka Rasoloarison, hier, lors d’une conférence de presse à Ankorondrano. Comme l’an dernier, pas de grand changement sur les détails. Quatre catégories seront au programme : l’Ultra Manani-bohitra de 42 km, avec 1 700 m de dénivelé, prendra départ au Stade Alarobia le jour J à 7h. Les coureurs iront sur la route de Tsarasaotra et passeront les digues de Laniera et la colline Rakotomaditra. De même pour le Semi Manani-bohitra, avec une distance de 21 km, en passant par les plaines et collines, avant d’arriver à Ambohimanga. Non seulement ce trail est une rencontre sportive, mais aussi un bon moment à partager pour toute la famille. C’est pourquoi il existe les courses Fun Run de 10 km et Balades de 4 km. Les coureurs, quant à eux, commenceront à Ambohimanga même vers 10h.

La participation est donc ouverte à tout le monde, y compris  à ceux qui sont dotés d’une licence. « Nous avons collaboré avec la Fédération Malgache d’Athlétisme, car c’est l’occasion pour que l’équipe nationale puisse se préparer pour les JIOI. Telma sera toujours notre sponsor officiel. Ce dernier va récompenser les trois premiers de chaque catégorie », a-t-il précisé. La sécurité sera assurée par des policiers, des volontaires de la Croix-Rouge, mais également par des agents de la commune d’Ambohimanga. Nombreux sont les partenaires qui sont derrière l’association Manani-bohitra. Avec leur appui, elle a pu faire un don pour les paysans de la commune.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Tsy filaminam-bahoaka eto Toamasina : Tratran’ ny FIP ireo andian-jiolahy mpanendaka sy mpangalatra Tuc-Tuc

Andiana mpanendaka sy mpangalatra Tuc-Tuc dimy lahy dia i Jean Michel na “Rasta” 24 taona – Marinot 18 taona – Jean 19 taona – Gillot 18 taona – ary Cerlin 24 taona, no saron’ny FIP ny talata alina nifoha ny alarobia teo. Mbola tratra tamin’izy ireo ireo fitaovana fampiasany  amin’ny famakiana trano sy ny sabatra fampiasany  nandritra izany. Avy hatrany dia niaiky ny heloka vitany izy dimy lahy, indrindra momba ilay fanendahana mpamily Tuc-Tuc, ny alatsinainy alina teo. Raha ny fanazavan’ilay mpamily Tuc-Tuc tratra ny fanendahana, izay nohamafisin’ny FIP nanao ny fisamborana, fa ny alatsinainy alina tokony ho tamin’ny 11ora teo dia nandalo teo akaikin’ny bazary may misy ny tranom-pandihizana Paradise Ankirihiry ity mpamily Tuc-Tuc ity. Nanao mody mamo ireo tovolahy telo ka avy hatrany dia niezaka ny niditra tao anatin’ilay Tuc-Tuc nandritra izy somary nandeha mora iny. Tonga dia nokendain’izy telo lahy anefa ilay mpamily ka noteren’izy ireo niditra ny làlana izay nihazo ny sekoly Prospéré Andranomadio ny naleha. Vao tonga teo amin’ity sekoly ity izay sady mangina no maizina dia nendahan’izy ireo ilay mpamily Tuc-tuc, ka raha azon’izy ireo ny vola 60.000 ariary teo dia nofirainy ireo  sabatra ny tongotr’ ilay mpamily, izay mbola noteren’izy ireo hatrany nanatitra azy  indray ilay Tuc-Tuc. Nivadika anefa ilay Tuc-Tuc raha nahazo lavaka tamina tetezana kely amin’ity lalam-baovao Andranomadio ity, ka nitsoaka ireto mpanendaka sy mpangalatra Tuc-Tuc ireto raha mbola niezaka nanala tena voatsindrin’ilay Tuc-Tuc tao ilay mpamily. Ity tranga ity izao no  fahatelo niseho tamin’ireo mpamily Tuc-Tuc ny volana jona ity.Ireo roa voalohany kosa dia saika maty sy nanjavona avokoa ny Tuc-Tuc nentin’izy ireo hatramin’izao.

Malala Didier