Les actualités à Madagascar du Jeudi 22 Juin 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara587 partages

Clip de Gangstabab : Première plainte ce jour

« Non, il n’y avait aucun accord parental ni une autorisation de notre part » a martelé d’emblée un père de famille qui avait sa fille de 11 ans en tant que figurante dans le clip de l’artiste Gangstabab. « Ma fille qui est en classe secondaire dans une école catholique a passé un voyage d’études à Foulpointe. Sur la plage, on a demandé aux élèves de participer une séance de Zumba. Un scénario que les tourneurs de clip de l’artiste concerné n’ont pas manqué d’enregistrer en vidéo » a-t-il continué d’expliquer. Ce dernier d’avouer qu’il est décidé de porter plainte ce jour. « Les parents sont convoqués par les responsables de l’école chrétienne et qu’importe la décision à l’issue de la rencontre, je déposerai ma plainte auprès du parquet du Tribunal de première Instance d’Antananarivo. Un cas qui n’est pas isolée puisque d’autres parents se disent déçus en voyant leurs enfants, principalement des filles préadolescentes dans le film de courte durée. L’opinion publique se dit effrayée par la scène qui pour elle reflète une incitation à la débauche. On ne parle que de cela sur les réseaux sociaux ces derniers jours. « Une grande erreur de la part de l’artiste Gangstabab, puisque la personne a une ambition politique et surtout a choisi de se positionner en tant que contre-pouvoir et pourtant il a laissé des balles pour tirer contre lui » expliquent les uns sur leurs commentaires. Face à toutes ses vives réactions, le chanteur a organisé une conférence de presse non pas pour s’excuser, mais pour annoncer qu’il a retiré le clip ; source de toutes les polémiques : il  sera retiré sur tous les supports de communication que ce soit sur le virtuel ou encore médiatique. Mais le mal est fait ; beaucoup ont déjà téléchargé le clip en question. Durant la rencontre d’hier avec la presse ; Gangstabab a réitéré qu’il ne cessera pas de produire des chansons à texte  et cet incident ne l’empêchera de véhiculer des messages  forts et directs. Des militants des droits se disent choqués sur cette affaire. On attend la suite de l’affaire qui a pris une envergure en temps record.

D.R

News Mada131 partages

Tourisme durable : les énergies renouvelables comme alternative

Une démarche touristique durable passe aussi par une réflexion sur les manières de produire et de réduire l’énergie dont nous avons besoin. Les énergies renouvelables interviennent ainsi comme alternative dans la préservation des ressources.

Dans le cadre de sa mission de promotion du tourisme durable à Madagascar, la société d’Etat «National Tourism development» (NTD SA) a organisé une journée thématique intitulée «Tourisme durable et énergies renouvelables», hier, au DLC Anosy.

L’objectif principal de cette journée est de concrétiser les différents acteurs touristiques sur les impacts environnementaux de leurs activités dans le secteur. Pour cela, ils ont été incités à se tourner vers les énergies renouvelables qui, rappelons-le, n’entraînent pas l’extinction des ressources naturelles. Elles représentent l’avenir de tout un secteur qui, conformément à sa mission de préserver l’attractivité touristique, devra alors protéger la biodiversité endémique de Madagascar. C’est ainsi que la collaboration avec le Groupe de réflexion énergétique (GRE), partenaire technique et financier du NTD, est née.

«Le tourisme au même titre que l’agriculture et les mines, est l’un des secteurs sur lesquels s’appuie le développement de Madagascar. Récemment, le ministère du Tourisme et l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) ont procédé au rebranding de la destination Madagascar en l’appelant Madagascar, treasure island. Et ce trésor, on doit le préserver pour qu’il puisse générer le revenu nécessaire à la communauté de façon durable», a déclaré Lova Rakotomalala, directeur général de NTD SA, à l’occasion de cette journée.

Ce qu’a renchéri à son tour, Tokiaritefy Rabeson, directeur général du Développement du tourisme au sein du ministère du Tourisme. «Un business en tourisme qui se respecte est un business qui a une vision, une projection sur le long terme. Ce n’est pas du tout vendre des services pour des profits rapides, ni une incitation à des surconsommations, la tendance du marché est composé actuellement des consommateurs éclairés. Le marché souhaite avant tout comprendre l’environnement pour mieux le préserver et surtout y intégrer», a-t-il assuré.

Investissements pour les énergies renouvelables

Des investissements pour les énergies renouvelables pour les opérateurs touristiques provoquent certainement une augmentation des capitaux, des coûts, et risquent d’accroître le coût de la destination et affecter la compétitivité de l’offre. D’où, la rencontre B to B qui a permis de développer et proposer les différentes sources d’énergies renouvelables disponibles afin d’inciter et sensibiliser les opérateurs vers la transition énergétique en tenant compte du cas de chaque opérateur. Une vingtaine de partenaires et d’opérateurs en énergies renouvelables ont ainsi répondu présents à cette journée.

Deux tables- rondes ont aussi complété l’événement et lors desquelles les différents intervenants se sont familiarisés à l’assistance avec le concept d’énergies renouvelables et les enjeux dans le secteur touristique.

Arh.

 

Tia Tanindranaza119 partages

GANGSTABAB“Miala tsiny aminareo aho”

Resabe sy adihevitra na tany anaty toeram-piasana na tany anaty taksibe, indrindra fa tao anaty facebook nanomboka ny zoma teo fotoana nivoahan’ilay hiran’i Gangstabab (Rakotoarisoa Faniry Alban) mitondra ny lohateny hoe : « Atosika tsara ».

RTT

L'express de Madagascar81 partages

Exportation d’héroïne – Deux Malgaches arrêtées balancent un arbitre

Un juge arbitre de la fédération mauricienne de kickboxing est soupçonné d’être le cerveau d’une importation d’héroïne depuis Madagascar.

Un pan de voile est levé sur l’exportation d’héroïne et de cannabis vers Maurice. Appréhendé la semaine  passée par l’unité maurcienne contre la drogue et la contrebande (ADSU), un juge arbitre de la fédération du kickboxing de l’île sœur est cloué au pilori. Âgé d’une quarantaine d’années, ce présumé cerveau de contrebande de produits stupéfiants en provenance  de la Grande île a été incriminé  par deux ressortissantes malgaches, arrêtées  suite à la découverte le 24 mai de 7, 6 kilogrammes d’héroïne et de 6,6 autres kilos de chanvre indien dissimulés dans un conteneur de produits artisanaux qui a quitté le port de Toamasina quelques jours plus tôt.Soumis au feu roulant des questions, le juge arbitre soutient n’avoir jamais connu les deux Malgaches. Pour se disculper de toute incrimination, il a avancé qu’il a voyagé à plusieurs reprises à Madagascar  uniquement dans un cadre sportif afin de renforcer ses compétences en tant que juge arbitre. L’échappatoire qu’il a trouvée n’est pas pour autant convaincante.  Le présumé grand manitou du trafic de drogue dure semble avoir été désavoué par les siens. Les investigations de  l’ADSU ont révélé que la fédération mauricienne de kickboxing ne l’aurait jamais envoyé à Madagascar pour renforcement de capacités.

ConfrontationEn tout cas, les informations dont la police dispose sur lui sont en cours de confrontation avec celles recueillies sur un trafiquant notoire identifié comme étant  la tête de toute une filière.Les deux  femmes malgaches mouillées dans cette affaire  gagnaient leur vie à Maurice comme marchandes ambulantes de produits artisanaux de Madagascar. L’une d’elles affirme n’avoir nullement soupçonné que la cargaison pouvait renfermer de la drogue et que lesdifférents articles qui en faisaient partie ont été importés par une association de revendeurs. Affirmant ne pas connaître personnellement l’arbitre, elle n’a fourni aux enquêteurs que leprénom ainsi que le signalement de celui-ci lors de son arrestation. Enfonçant le clou, elle ajoute que l’arbitre aurait fait le déplacement à Madagascar au mois d’avril pour placer trois sacs dans le conteneur transportant leurs produits, avant que celui-ci ne soit acheminé.Baptisé John Rickmers, le bateau ayant transporté la cargaison a jeté l’ancre à Port –Louis le dimanche 21 mai. Des indices suspects décelés par les autorités ont abouti à des vérifications trois jours plus tard. Guidés par le flair de deux chiens pisteurs de la CANS, ils n’ont pas eu de mal à découvrir le pot-aux-roses. Le passage au rayon X de tables et de statuettes se trouvant dans  le conteneur a permis de déceler de la drogue dont la valeur est estimée à plus de 118 millions de roupies, soit l’équivalent de 8,9 milliards d’ariary.

Andry Manase

Madagate79 partages

Honoré Rakotomanana. Une enquête de nuls, ignorant le code de la communication

« Nemo censetur ignorare legem ». Faites-vous traduire par le citoyen et Président d’Institution (Le Sénat) que son directeur de Cabinet considère comme un dieu venu sur terre pour sauver les pauvres Malgaches affamés… En tout cas, ce proverbe veut dire implicitement qu’on ne saurait invoquer son ignorance de la loi pour prétendre y échapper.

Honoré Rakotomanana est donc allé jusqu’au bout de son « honneur et sa dignité »: porter plainte contre le journal «Free News». C’est son droit le plus strict. Mais là où il y a de l’eau dans le gaz, c’est quand les enquêteurs de la brigade criminelle, eux, sont nuls en matière de droit et ignorent totalement le code de la communication médiatisé, dit aussi loi Andrianjato, du nom du ministre viré comme un malpropre après avoir commis son forfait.

Ici, la question n’est pas de savoir qui est coupable de quoi. Il s’agit de vous révéler à quel point l’incompétence fait concurrence à l’ineptie dans le domaine du droit à Madagascar. Ainsi, ce 22 juin 2017, le rédacteur en chef et le directeur de publication du quotidien « Free News » ont été convoqués à la Brigade criminelle, dès 9h du matin. Heureusement que leurs avocats ont été accompagnés par un représentant du président national et du vice-président pour Antananarivo de l’Ordre des journalistes de Madagascar (OJM).

En effet, dès la convocation, il y a déjà eu vice de forme. En effet, selon l’article32 du code de la communication médiatisé:

« - Sont retenus comme auteurs principaux de délits de presse et encourent les peines prévues par ce présent Code suivant l’ordre ci-après:

-le Directeur de Publication, à défaut;

-le rédacteur en chef, à défaut;

-l'auteur de l'article ».

Or, le rédacteur en chef de Free News a été cuisiné durant plus de six heures de temps ce 22 juin 2017. Même chose pour le directeur de publication.

Second fait qui n’est ni normal ni légal: il a été question de délit de presse. Pourquoi, dès lors, une convocation à la brigade CRIMINELLE? Le ministre Andrianjato n’avait-il pas claironné  qu’en matière de délit de presse: « Finies les condamnations pénales, les journalistes ne seront plus emprisonnés »? Alors?

Plus pire encore (çà ne se dit pas mais c’est pour démontrer la gravité de la situation : les enquêteurs envisagent de convoquer la propriétaire. Ils ignorent jusqu’à l’article 34 du code de la communication médiatisée. Article 34 :

«- Les propriétaires de radio, télévision, journaux, périodiques, agencesde presse, salle de cinéma et de salle de vidéo sont solidairement et civilement responsables des condamnations pécuniaires prononcées au profit des tiers (…)». Cela signifie tout simplement qu’il n’y a pas à les convoquer. Ici, il s’agit de notre consœur Lalatiana Rakotondrazafy. En tout cas, si condamnation il y a, aucun peine de prison ne sera prononcé (donc nul besoin de garde-à-vue) mais des amendes selon les articles 23 et 30 dudit code de la communication médiatisée.

Tout cela est d’une aberration sans bornes. C’est réellement une enquête de nuls, ignorant le code de la communication. D’autant plus qu’une médiation avait eu lieu et qu’un droit de réponse avait été publié (ICI). Il faut croire que l’Honoré Rakotomanana se prend pour ce que son directeur de cabinet pense de lui: « Monsieur Honoré RAKOTOMANANA – citoyen et Président d’Institution – sollicite les journalistes à procéder avec professionnalisme, éthique et déontologie, à des investigations sérieuses avant de publier, pour contribuer à l’éducation citoyenne, aux droits fondamentaux de disposer d’informations (de qualité) ».

Il va vite être content en lisant ce qui suit alors ou bien qui diable va-t-il aller encore tenter de poursuivre encore pour défendre son idole du 4ème? Mais où diable était ce directeur de cabinet obséquieux à outrance, il y a20 ans?

Honoré Rakotomanana est un politicien malgache en même temps qu'un juge. En 1995, Il a été le premier Procureur Adjoint du Tribunal Criminel International pour le Rwanda (ICTR), mais a été forcé de démissionner en 1997, en raison de charges d'incompétence.

*************************

Pierrot Rajaonarivelo et Honoré Rakotomanana: deux piliers du pouvoir Arema de Didier Ratsiraka. L'un a été ambassadeur de Madagascar à Washington puis Vice-Premier ministre et même Secrétaire national du parti Arema; l'autre Président de la HCC (1982-1991) Président du Sénat (2001), poste qu'il occupe actuellement avec le quota Hvm présidentiel (non élu). Plus que des messieurs "retourne-veste": des acrobates polifiques (pour politiciens magnifiques)

*************************

Ci-après, Honoré Rakotomanana, version wikipédia

juge Richard Goldston, prix Thomas J. Dodd pour la Justice internationale et les Droits de l'Homme. "Richard Goldstone bénéficie d'une solide réputation de sérieux et d'objectivité" (Jeune Afrique)

Honoré Rakotomanana était un juge àMadagascar avant sa nomination à l'ICTR. Le 20 mars 1995, en recommandation de Procureur ICTR Richard Goldstone, le Secrétaire général de Nations unies Kofi Annan a nommé Rakotomanana comme premier Procureur Adjoint de l'ICTR. Parce que Goldstone a été basé à la Haye, aux Pays-Bas, Rakotomanana était responsable des opérations quotidiennes du ministère public ICTR à Arusha, en Tanzanie, où cette Cour été basée. Le 26 février 1997 Rakotomanana et le Conservateur de la ICTR Andronica Adede, du Kenya ont été contrains de démissionner leur poste, à l’issue d’une réunion avec Koffi Annan, après qu'un rapport a critiqué Adede sur la mauvaise gestion de fonds d'ICTR et Rakotomanana qui fait défaut dans poursuivre les cerveaux du Génocide Rwandais. Rakotamana avait alors déclaré qu'il a démissionné "à cause des divergences de vues entre mes supérieurs hiérarchiques et moi-même et dans les intérêts supérieurs de la population du Rwanda". En 2001, Rakotomanana est devenu président du Sénat de Madagascar. il a été élu par un vote de 89 contre 1 par les nouveaux sénateurs Malgaches. Rakotomanana est (était) du parti Arema (Parti révolutionnaire de Madagascar) fondé par Didier Ratsiraka. Le 9 février 2016, Honoré Rakotomanana, sénateur désigné sur le quota présidentiel, redevient donc Président du Sénat de Madagascar

A présent, voici ce qu’a écrit notre collègueJohn M. Goshko dans le Washington Post en date du 27 Février 1997:

" Le secrétaire général Kofi Annan a démis de leurs fonctions l'administrateur en chef et le procureur adjoint du tribunal de crimes de guerre de l'ONU pour le Rwanda après une enquête interne prouvant une mauvaise gestion et une incompétence, a annoncé les Nations unies aujourd'hui.

Diplomatiquement, le porte-parole de l'ONU, Juan-Carlos Brandt avait déclaré qu'Annan avait accepté les démissions d'Andronico Adede du Kenya, administrateur en chef, et Honoré Rakotomanana de Madagascar. Pour le procureur adjoint, il a indiqué que son maintien à son poste ne serait pas dans les intérêts des Nations unies et du travail du tribunal, dans un cas impliquant la tragédie humaine de proportion incalculable ".

 

 

 

 

Un dossier de Jeannot Ramambazafy – 22 juin 2017

L'express de Madagascar73 partages

Toliara – Conseil des ministres sinistres

À l’instar des précédents, le conseil des ministres décentralisé d’hier, n’a été qu’une séance de communications. La réunion n’a accouché de rien de probant.

Pour la forme. Pauvre en sujets probants et sans consistance, le conseil des ministres décentralisé d’hier, à Toliara s’est résumé en une cascade de communications, si l’on s’en tient au communiqué fait par le service de la communication de la présidence de la République.À l’instar des deux précédents conseils décentralisés, à Toamasina et Antsi- ­ranana, respectivement en fin septembre et fin octobre 2016, l’ordre du jour de celui d’hier, dans la capitale de la région Sud-Ouest, a été exclusivement réservé aux sujets concernant la province de Toliara. Toutefois, à l’instar des deux précédents, la séance n’est pas allée au-delà des communications sur les missions, et activités des ministres et état des lieux de leur secteur respectif dans cette province.Outre la primature, treize ministères se sont prêtés au jeu de la communication. Le conseil des ministres décentralisé a été initié par Didier Ratsiraka, ancien président, repris par Marc Ravalo­manana, son successeur, et maintenant réitéré par Hery Rajaonarimam­pianina, président de la République. La formule est, essentiellement, une opération de charme de l’État central.

GaspillageL’administration Rajao­narimampianina a apporté sa touche en associant des séries d’inaugurations pour affirmer « ses réalisations », dans la province et répliquer à ses détracteurs. Ce qui a été fait durant les 48 heures passés par le pouvoir Exécutif, à Toliara, et même plus, pour certains. Pour en revenir au conseil des ministres, ce n’est, pourtant, pas les sujets à enjeux qui manquent dans la province de  Toliara.La sécurité et l’élevage, par exemple, a été survolée, alors que cette province concentre plusieurs zones rouges en matière de vol de bovidés. La réunion d’hier, aurait été un contexte idéal pour présenter le plan concocté par le gouvernement pour répondre à la recrudescence de l’insécurité. Une stratégie globale qui aurait déjà dû être soumise en conseil du gouvernement, la semaine dernière.Autres domaines touchant de front les habitants de la province de Toliara est la lutte contre l’insécurité alimentaire et le manque d’accès à l’eau potable. Le conseil des ministres d’hier, pouvait être une occasion d’annoncer des mesures pour concrétiser quelques-uns des vingt-et-un engagements encore signés par les membres du gouvernement, lors de la consultation nationale pour la lutte contre la faim, à Ambovombe.La réunion de l’Exécutif d’hier, semble avoir juste servi de conclusion à une vaste opération de communication du pouvoir, sans plus. Certes, sur la forme présentée dans le communiqué de presse, le conseil d’hier, ne diffère pas des séances hebdomadaires qui se tiennent au palais d’État d’Iavoloha. Seulement, des décisions majeures et une séance de travail appliquée et besogneuse auraient été un pied de nez aux détracteurs qui dénoncent un gaspillage des deniers publics.Outre le Président, le Premier ministre, les minis­tres, membres de cabinets, des services protocolaires, assistants, des secrétaires généraux et directeurs ministériels, gardes du corps et chauffeurs ont été du voyage. Tous aux frais des contribuables. La maigre consistance du conseil des ministres qui a débuté à 16 heures, hier, à l’hôtel de ville de Toliara, pourrait, toutefois, ne pas justifier pareil déménagement éphémère et onéreux du centre névralgique du pouvoir.

Andry Rialintsalama et Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar72 partages

Conférence – Défense de l’industrialisation verte en Afrique

Pas de développement sans une politique industrielle solide. C’est sur ces principes que les grands pays du monde ont basé leurs stratégies de développement. Pour le cas de Madagascar, le processus d’industrialisation ne semble pas encore être un objectif de premier ordre malgré une loi pour le Développement de l’Industrie ou LDIM en cours d’adoption. C’est dans ces contextes d’incertitude, quant à l’adoption d’une politique de développement durable que la fondation Friedrich Ebert a invité le professeur Carlos Lopes pour soutenir la cause de l’industrialisation, lors de la conférence intitulée « L’industrialisation verte en Afrique : une stratégie-clé du développement » qui s’est tenue hier au café de la Gare Soarano. Spécialiste du développement et de la planification stratégique, le professeur se trouve être le porte-parole idéal afin de faire passer le plaidoyer pour l’industrialisation verte en Afrique auprès des dirigeants du continent noir.Il est donc fort possible que le professeur puisse faire pencher la balance en faveur de cette loi si la LDIM n’arrive pas à faire entendre sa voix auprès des autorités.

Harilalaina Rakotobe

Midi Madagasikara61 partages

Ambohijatovo : Un agent de la CUA tabassé

L’agent municipal qui a été tabassé hier à Ambohijatovo.

Hier vers 12h, un agent de la commune urbaine d’Antananarivo, chargé de surveiller le parking à Ambohijatovo (devant la stèle de 47), a été tabassé par un usager de ce parking. En effet, alors qu’un enfant était en train de faire ses besoins sur le parking, cet agent de la CUA et des policiers municipaux demandaient à une dame qui l’a accompagné de recouvrir de terre l’excrément de l’enfant. La dame a refusé d’obtempérer. Au contraire, elle a haussé le ton contre les agents de la CUA.

Fuite. Lorsque la dame et l’enfant étaient partis, le père de ce dernier, qui travaille au ministère de la Population, était venu dans l’après-midi à Ambohijatovo chercher l’agent de parking qui a fait son travail. Il a tout de suite réprimandé ce dernier et puis l’a violemment tabassé. L’agent de la CUA a reçu des coups sur son nez et sur son œil gauche. L’agresseur qui a conduit une Peugeot 405 portant le numéro 1951 TBF a pris la fuite après ses actes. La commune urbaine d’Antananarivo va porter cette affaire d’agression devant les autorités compétentes. Ce n’est pas pour la première fois que des agents de la CUA qui font leur travail sont victimes d’agression.

R. Eugène

Tia Tanindranaza56 partages

Honoré Rakotomanana sy Lalatiana RakotondrazafyHifampitady eny amin’ny fitsarana ?

Hiakatra eny anivon’ny borigady misahana ny ady heloka bevava (B.C) eny Anosy ny talen’ny famoahana sy ny tonian’ny fanoratana ao amin’ny gazety mpiseho isan’andro Free News anio.

 Tsy fantatra mazava aloha hatreto izay anton’ny fampiantsoana azy ireo. Raha ny resaka mandeha dia voalaza fa ny famoaham-baovao nataon’ity gazety ity mikasika ny filohan’ny Antenimierandoholona Honoré Rakotomanana no antony. Namoaka lahatsoratra momba ity filohana andrim-panjakana ity io gazety io ny 20 mey, nampitondrainy ny lohateny hoe:  “Mpitondra fanjakana manan-karena tampoka : nanangana trano mijoalajoala misy rihana 5 i Honoré Rakotomanana” no antony. Nodisoan’ny filohan’ny Antenimierandoholona Honoré Rakotomanana io ka nanomboka teo no nisian’ny tsy fifankahazoana. Tetsy an-kilany anefa dia voalaza fa efa nanaiky hamoaka manontolo ny fanitsiana (dement) nalefan’ny talen’ny kabinetran’i Honoré Rakotomanana ity gazetin’i Lalatiana Rakotondrazafy ity. Efa nisy ihany koa ny fanelanelanana nataon’ny holafitry ny mpanao gazety mikasika ity raharaha ity. Tsy mbola nilamina ve izany ny raharaha, ka miitatra amin’ny sehatra avoavo kokoa, ka izay no hampiantsoana ny tompon’andraikitry ny Free News eny amin’ny BC avy hatrany ? Raha ny tranga mahazatra hatramin’izay dia azo antoka ny hiakaran’ny raharaha hatreny amin’ny fitsarana raha toa ka tsy misy ny fifandaminana sy raharaham-pihavanana ataon’ny roa tonta.

Toky R

 

L'express de Madagascar48 partages

Infrastructure – Extension de l’aéroport de Toliara

La ville de Toliara se dotera d’une nouvelle infrastructure moderne. Le président Hery Rajaonari­mampianina a annoncé, durant sa visite dans cette localité, l’extension et la modernisation de l’aéroport de Toliara. Grâce à ce projet, l’infrastructure pourra accueillir des vols longs courriers en prolongeant la piste d’atterrissage à 2 600 m.« Les travaux vont contribuer au développement du secteur tourisme dans le Sud, une des destinations phares de la Grande Île. En matière de vol, Toliara, en tant qu’aéroport international, va diminuer la distance,  donc la durée du vol, vers des destinations comme l’Afrique du Sud », a soutenu le chef d’État.

Statut internationalLe gouvernement envisage ainsi de faire en sorte que cet aéroport dispose d’un statut international. Sur ce point, il doit avoir la certification requise. Le processus est déjà lancé et sera finalisé en 2018. Certaines compagnies ont déjà annoncé leur intention d’exploiter des liaisons au départ de Toliara. Le partenariat entre Air Madagascar et Air Austral se penchera par exemple, sur l’étude de vols directs entre La Réunion-Taolagnaro et ToliaraAvec une surface de 3 022 m², c’est le troisième aéroport du pays de par cette superficie derrière ceux d’Ivato et de Mahajanga. En 2016, soixante mille passagers ont débarqué dans cet aéroport. Mais il sera capable d’accueillir deux cent cinquante mille passagers après les travaux. Le coût de ce grand projet est de l’ordre de 741 millions d’ariary, d’après le communiqué de la Présidence de la République.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar45 partages

Athlétisme – Jeux de la francophonie – Donné Fanomezantsoa remplace Benandro Sylvain

Après plus de deux heures de discussion entre les entraîneurs nationaux et le directeur technique national, la fédération a sorti le nom du quatorzième athlète pour les jeux de la francophonie (21 au 30 juillet).Suite au désistement de Benandro Sylvain engagé aux épreuves de 200m et 4x400m, qui a choisi de quitter l’équipe nationale pour les jeux d’Abidjan et d’intégrer le service militaire, le staff technique de la fédération a du trouver son remplaçant. L’heureux élu est Donné Fanomezantsoa, champion national en titre de l’épreuve de 1500m lors du dernier championnat, toutes catégories.« Les athlètes déjà sélectionnés pourront s’arranger pour remplacer Benandro pour les courses relais. Les techniciens ont plutôt décidé d’ajouter un autre athlète en 1 500m », selon les explications de la présidente de la fédération, Norolalao Andriamahazo. L’équipe nationale aura encore un mois pour peaufiner sa préparation avant de s’envoler pour la Côte d’Ivoire.

S.R.

Midi Madagasikara38 partages

Financements extérieurs : Les 55 millions d’euro de Deutsche Bank destinés aux investissements

Le DG du Budget et le SG du Ministère des Finances et du Budget ont défendu le recours à une banque privée pour financer les activités de l’Etat.

L’Etat n’a pas de difficultés à payer les soldes des fonctionnaires, selon le ministère des Finances et du Budget. Le secrétaire général (SG) Alexandre Randrianasolo et le DG du Budget (DGB) Mialy Lanto Razanajato ont apporté des éclaircissements. Interview croisée.

 Midi Madagasikara (MM). Pourquoi l’Etat malgache a emprunté des fonds à la Deutsche Bank ?

C’est une pratique habituelle. Pour équilibrer le budget en 2016, nous avons initié une démarche pour emprunter 55 millions d’Euros à la Deutsche Bank, dans le dessein d’assurer le paiement des fournisseurs en énergie et les bons de Trésor arrivés à échéance. Il est impropre de dire que ce fonds est dédié à payer les salaires des fonctionnaires, ou le fonctionnement de l’Etat, car l’accord précise que le financement est dédié au Programme d’investissement public (PIP). L’emprunt n’est pas concessionnel, mais elle reste dans le plafond convenu avec les partenaires de développement, qui est fixé à 100 millions USD. De plus, les conditions sont avantageuses, grâce à la Garantie partielle de crédit accordée par la Banque Africaine de Développement (BAD). La lutte contre l’insécurité figure parmi les priorités du Gouvernement. Pourquoi la loi de finances rectificative (LFR) affiche une baisse de crédits des Ministères concernés ?

DGB. Le budget des trois Ministères en charge de la sécurité a augmenté. Mais c’est l’écriture dans la LFR 2017 qui a changé. En effet, une partie du budget a été transférée au Ministère des Finances et du Budget en raison du caractère transversal de son allocation. Ce fonds est dédié aux grandes opérations de sécurisation menées conjointement par les trois Ministères. Il concerne toujours la lutte contre l’insécurité. En outre, une réservation de crédit supplémentaire est prévue dans ce cadre. Un plan à court et à moyen terme est déjà en cours d’élaboration.

Pourquoi le crédit du Ministère des Finances et du Budget (MFB) a augmenté, contrairement à ceux des autres ?

DGB. Réellement, on a aussi réduit le budget de ce Ministère pour financer les dépenses prioritaires des autres institutions. Mais comme je l’ai dit, les financements des actions transversales sont inscrits dans le budget du MFB. A cela s’ajoute les 303 milliards d’Ariary pour apurer les dettes d’Air Madagascar et les 200 millions d’Ariary de subvention supplémentaire pour la Jirama. Rien que ces fonds pour la Jirama et Air Madagascar totalisent déjà 503 milliards Ariary, alors que le budget du MFB n’a augmenté que de 366 milliards d’Ariary, dans la LFR, par rapport à la loi de finances initiale 2017.

Recueillis par R.Edmond

L'express de Madagascar33 partages

Enquête préliminaire et détention préventive – Une proposition de loi bétonne le droit à la défense

La Chambre basse a adopté, mardi, une proposition de loi modifiant des dispositions du code de procédure pénale. Un texte renforçant le droit à la défense durant la poursuite et l’instruction judiciaire.

Plénitude et inviolabilité. Tels sont les caractères donnés par la Constitution aux droits de la défense, « devant toutes les juridictions et à tous les stades de la procédure, y compris celui de l’enquête préliminaire, au niveau de la police judiciaire ou du Parquet ». Une plénitude et inviolabilité « garanties par l’État », selon toujours, la loi fondamentale.La proposition de loi adoptée par l’Assemblée nationale, mardi, a pour objectif de rendre effectifs ces préceptes constitutionnels. À l’ini­tiative de la députée Hanitra Razafi­manantsoa, vice-présidente de la Cham­bre basse, le texte retouche des dispositions du code de procédure pénale relative à la défense des parties, l’enquête préliminaire et la détention préventive au cours de la pour­suite et de l’instruction.L’exposé des motifs avance que les modifications ou ajouts, portent essentiellement sur « le renforcement des droits de la défense et la pleine mise en œuvre du rôle dévolu au Barreau dans l’instauration d’un État de droit efficient ». Le texte « (…) consacre le droit à la présomption d’innocence jusqu’à ce que la culpabilité du citoyen soit établie par une juridiction compétente, en respect de tous ses droits à chaque stade de la procédure ».Élaborée sur la base des résolutions des assises du Barreau de Madagascar, en 2014, dans le cadre de la réforme de la Justice pénale, la proposition de loi veut « éradiquer », toute assistance passive des avocats dans les enquêtes de police judiciaire ou les instructions judiciaires. Les modifications insistent, ainsi, sur un rôle plus actif du Barreau.

ConfianceL’article 53 alinéa 6 nouveau prévoit, par exemple, que l’avocat, pendant l’audition de son client, a désor­mais, « le droit de poser des questions, de demander des informations et/ou la mise en cause des personnes qui pourraient apporter des éclaircissements pour la manifestation de la vérité et d’émettre toutes observations qu’il estime utile pour la défense de son client ». Des observations qui seront consignées dans le procès-verbal (PV), d’audition.L’article 57 alinéa 1er nouveau dispose qu’au cours de l’interrogatoire devant le Parquet, « le conseil de l’inculpé a le droit de poser des questions après avoir été autorisé par le juge d’instruction. Si cette autorisation est refusée, mention en est faite au PV avec le texte des questions ». Avocate de profession, la députée Razafimanantsoa, lors de son plaidoyer en séance plénière, mardi, a évoqué un fait où son client avait été maltraité physiquement par un enquêteur.Tenue par l’assistance passive imposée par les textes en vigueur, elle n’a pu qu’assister à la scène. Les abus et sévices moraux et physiques qu’useraient les enquêteurs, notamment, en milieu rural, ont été décriés par les députés durant les débats précédant le vote de la proposition de loi. Des faits qui seraient parmi les raisons de l’absence de confiance des justiciables envers l’appareil judiciaire selon les élus de Tsimbazaza.Le renforcement du droit à la défense serait, une manière de rétablir la crédibilité de la Justice. La proposition prévoit ainsi, que lors de la première audition, et de la première comparution, l’accusé « doit être averti de son droit de choisir un défenseur (…) », par les officiers de police judiciaire, ou le juge d’instruction. Que l’audition d’un suspect « doit commencer au plus tard dans les trois heures de l’arrivée de celui-ci sur le lieu de l’enquête », et ne peut avoir lieu que « pendant les heures de travail ».Toute convocation, par ailleurs, « doit porter l’objet de celle-ci ainsi que, la qualité pour laquelle la personne est appelée ». Une copie de la convocation doit être annexée au dossier de procédure pour permettre le contrôle de sa régularité, sous peine de « nullité ». Le texte prévoit, également, la création d’une chambre de liberté et de détention, et propose six caractères et objectifs au placement sous mandat de dépôt. Le texte a donc, reçu l’aval des députés. L’on attend alors, le verdict du Sénat.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara31 partages

Evolution technologique : La bioinformatique pour analyser la génétique des Malgaches

Ces étudiants participants ont été sélectionnés parmi les 90 candidats.

« Les étudiants malgaches ont un très bon niveau et apprennent vite », d’après les explications du Professeur George Perry de l’Université d’Etat de Pennsylvanie, lors de la clôture d’un atelier hier.

Habaka Madagascar Innovation Hub ne cesse de faire connaître au grand public l’évolution technologique pour que celui-ci suive le même rythme ascendant. Au niveau du Laboratoire de Fabrication Numérique (FABLAB) installé au Centre d’Information et de Documentation Scientifique et Technique (CIDST) à Tsimbazaza, un atelier sur la génétique et la bioinformatique a été organisé du 19 au 21 juin 2017. Il a été dirigé par le Professeur George Perry et Richard Bankhoff de  l’Université d’État de Pennsylvanie (USA) et par Rindra Rakotoarivony et Heritiana Randrianatoandro, doctorants de l’Université d’Antananarivo.

Gamme d’applications. Lors de cet atelier, les dix huit participants sélectionnés à partir de 90 candidats, ont eu le privilège de découvrir la génétique de la population malgache tout en bénéficiant de formation pratique. Ils sont notamment composés par des étudiants en Master et des doctorants issus des Universités d’Antananarivo (Polytechnique, Médecine, Médecine vétérinaire, Sciences), de Fianarantsoa (ENI), d’Antsiranana, de Mahajanga (Médecine), de Toliara (IHSM), du CNAM et de l’Institut Pasteur de Madagascar. En fait, la bioinformatique permet d’analyser la génétique des Malgaches. Ces participants ont travaillé sur l’analyse de la variation génétique humaine, à l’aide des outils informatiques, et ce, avec une gamme d’applications pour ces compétences, notamment en médecine, en médecine légale, en industrie, en génétique et en recherche scientifique.

Salive. Notons qu’avant cet atelier, des doctorants ont collecté des données, ou plus précisément de la salive, à Vatomandry, Antsiranana, Antananarivo et à Ambositra. Chaque fois, les sites choisis sont en dehors des villes pour éviter, si possible, le métissage des échantillons, dans la mesure où beaucoup d’étrangers vivent au pays. Quant au matériau utilisé pour l’analyse, il est possible d’opter pour la salive étant donné l’évolution de la technologie. Auparavant, l’analyse ADN devait se faire par le sang ou par un frottis de la bouche pour le prélèvement de cellules. Quant à l’atelier, il s’adresse à des étudiants ayant une expérience antérieure en matière de codage ou de technologie sans forcément avoir une expérience préalable en génétique/bioinformatique. « Les étudiants malgaches ont un très bon niveau et apprennent vite », d’après les explications du Professeur George Perry.

Nouvelle communauté. Par ailleurs, les outils informatiques utilisés lors de cet atelier peuvent être appliqués à d’autres secteurs pour la gestion de bases de données. Particulièrement pour la génétique de la population malgache, elle permettra d’en savoir un peu plus sur l’origine ou les origines des Malgaches. En effet, outre la littérature qui parle d’une origine austronésienne ou encore de certains Malgaches qui se prononcent entre autres comme Juifs ou Arabes, la génétique peut apporter des éléments de réponse complémentaire. L’environnement technologique de l’atelier a été amélioré grâce au partenariat avec le CIDST et la connectivité d’i RENALA (la connexion mise en place par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique). Une 2e édition de cet événement sera prévue par Habaka et Penn State University l’année prochaine. Et tout comme les communautés technologiques (machine learning, Game dev, robotique et astronomie) qu’elle promeut autour de son FABLAB, pour Habaka, cet atelier devrait être le point de départ d’une nouvelle communauté sur la bioinformatique.

Navalona R.

Midi Madagasikara28 partages

Mouvement pour l’Intégrité des Elections et des Leaders : Une lettre ouverte adressée au Parlement

Le Mouvement pour l’Intégrité des Elections et des Leaders ou MIEL est un mouvement rassemblant des jeunes engagés dans la transparence et la bonne gouvernance. Il commence à marquer son empreinte et connaît une émergence considérable grâce à son engagement à superviser les dossiers brûlants et à exiger des explications de la part des dirigeants concernant les affaires opaques et qui sont mises, sciemment, dans les oubliettes par les dirigeants. Hier, le MIEL  a remis une lettre ouverte au Parlement laquelle met en exergue « Les affaires montrant les dérives de gouvernance qui n’en finissent plus » et exige, par voie de conséquence, que la lumière y soit faite.

Prise de responsabilités. Dans la missive, le mouvement n’a pas manqué de rappeler les sales affaires dans lesquelles sont impliquées quelques personnalités du régime Rajaonarimampianina et qui ont été, comme nous l’avons indiqué supra, « classées sans suite » officieusement par les autorités. Il s’agit, entre autres, de « l’affaire Bekasy (baron du bois de rose toujours en LP), de l’affaire Clovis Razafimalala (activiste environnemental écroué sans raison véridique), de l’affaire de Didy (ruée de plus de 10 000 personnes pour l’exploitation de saphir depuis trois ans dans une aire protégée), de l’affaire Singapour (non-poursuite effective des contrebandiers et administrateurs complices à Madagascar), de l’affaire Bangkok, de l’affaire Mathieu Rajaonarimampianina et de l’affaire Claudine Razaimamonjy ». Fin de citation. De tout ce qui précède, et ce, en vertu des pouvoirs qui sont attribués au Parlement par la Constitution, en l’occurrence, le contrôle des actions du gouvernement, le MIEL estime que les deux Chambres parlementaires doivent « prendre ses responsabilités et saisir le gouvernement par l’un des moyens mis à sa disposition par l’article 102 de la Constitution et d’informer à son tour les électeurs ». En se référant à cet article, il y est prévu que « Les moyens d’information du Parlement à l’égard de l’action gouvernementale sont la question orale, la question écrite, l’interpellation, et la commission d’enquête ». D’une manière objective, c’est une très bonne initiative de la part du MIEL, mais reste à savoir si les parlementaires considèreront ces recommandations légitimes en sachant que la plupart d’eux sont des élus HVM et des représentants girouettes.

Aina Bovel

L'express de Madagascar26 partages

Développement – L’énergie verte en soutien au tourisme

Les spécialistes en énergie renouvelable et les opérateurs touristiques se sont réunis dans le but de trouver des solutions pour booster le tourisme durable.

Minimiser les impacts environnementaux. Une vingtaine d’acteurs, opérant dans le domaine de l’Énergie renouvelable, ont participé à une table ronde organisée par l’organisme National Tourism development, hier, au centre de formation pour le développement DLC Anosy. Elle avait pour thème tourisme durable et énergies renouvelables. Une initiative qui a pour objectif d’accompagner les opérateurs touristiques sur tout ce qui est solution technique pour l’essor du secteur. Une approche qui permet aux entreprises, œuvrant dans le secteur, de consulter les spécialistes en énergies renouvelables et les organismes offrant des mécanismes de financement. « Nous avons visité la région Atsimo Andrefana au mois d’avril. La plupart des hôteliers dans cette zone utilisent l’énergie solaire comme le cas d’Anakao car c’est un site qui n’a pas encore accès à l’électricité. Cette journée a donc été également organisée pour sensibiliser les opérateurs touristiques à la nécessité de recourir à cette source d’énergie. Plusieurs paramètres vont être analysés dans ce cadre car le coût de l’énergie renouvelable pourra avoir des impacts sur les frais de service. Le but est également de trouver une solution afin que cela n’ait pas un grand impact sur le coût de la destination Madagascar », indique Tokiaritefy Rabeson, directeur général du développement du tourisme, auprès du ministère du Tourisme. La dégradation de l’environnement liéeaux activités d’exploitation aboutit à l’extinction des espèces endémiques forestières, le tarissement des lacs. Des dégâts exposés parmi tant d’autres par le Groupe de réflexion sur l’énergie renouvelable durant son intervention au cours de la table ronde.

Du potentielMadagascar dispose de toutes les conditions favorables à l’utilisation de l’énergie renouvelable. Lanto Razafimatratra, président de l’Association nationale du tourisme solidaire et responsable, (Antso Re) explique que, « le climat et les conditions géographiques de la Grande île sont des atouts utiles en matière de production d’énergie renouvelable que ce soit éolienne, solaire et même pour la biomasse. Les hôtels en brousse produisent leurs propres énergies. Pourtant, les énergies thermique et hydraulique restent les plus utilisées  à Mada­gascar. 35% de la population utilise des groupes électrogènes tandis que 2% seulement utilise l’énergie solaire ». Il a ainsi avancé la nécessité de transition énergétique dans le tourisme car des activités liées au secteur détruisent également l’environnement comme le transport menant à la dégradation de la couche d’ozone à travers l’émission de gaz à effet de serre. « Madagascar est classé 123e dans le classement des pays en matière d’émission de gaz à effet de serre avec 23 000 0000 tonnes de gaz carbonique en 2002 », ajoute-t-il.

Sandra Miora Hafalianavalona

Tia Tanindranaza24 partages

Fiarovana amin’ny 26 jonaHampiasa « Drone » ny mpitandro ny filaminana

Ho faran’izay hentitra ny fitandroana ny filaminana amin’ny andron’ny fetim-pirenena ny 26 jona izao, indrindra fa ny ao anatin’ny kianjaben’i Mahamasina sy ny manodidina azy rehetra.

RTT

Midi Madagasikara22 partages

Expo : ‘’ The road color ‘’ orne les murs de l’Is’art galerie.

« The Road color »

Il séduit toujours à chacune de ses expositions. Eric Rakoto revient à l’Is’art galerie avec « The road color », une exposition à travers laquelle il illustre la société d’aujourd’hui.

Jamais à court d’idées et de bons artistes, l’Is’art galerie met, cette fois-ci, sous les feux des projecteurs un maître du « touche-à-tout ». Eric Rakoto exposera ses œuvres à l’Is’art galerie jusqu’au 14 juillet. « The road color », dépeint la société d’aujourd’hui. « Actuellement, nous pouvant constater un grand développement par rapport  à la médecine, l’agriculture,  surtout au niveau de la technologie. Face à la rapidité de cette progression, une question se pose en ce qui concerne l’avenir de la culture dans un pays. ‘The road color’ est un concept qui illustre la société d’aujourd’hui à travers ma peinture. Pour moi, la route me permet de visionner l’évolution et la dégradation de la culture, étant donné qu’on peut y observer différents contrastes du quotidien comme par exemple l’évolution des télécommunications ou de l’art.  En effet, c’est un outil de référence pour le développement. Le concept est aussi un repère culturel pour le pays, notre pays que j’aimerais rappeler, car nous avons une base culturelle qui nous est propre ».

Parcours. Depuis qu’il a baigné dans le monde artistique, Eric Rakoto ne se spécialise pas sur un support ou une matière, il crée ses œuvres à partir de toutes choses existantes. Il maîtrise, donne forme esthétique à ces différents supports et matières parfois recyclées. D’où la naissance de son art plastique. Suite à différentes rencontres et échanges avec d’autres artistes, il a pu développer sa créativité et monter sa propre démarche visant à développer l’art contemporain malgache à travers l’utilisation de la terre (LOKO-TANY: Tany mena, tany manga, tany ravo). Une démarche qui consiste également à trouver toutes choses transformables en œuvre d’art. Ces derniers temps, il a pu participer à plusieurs démarches collectives avec plusieurs artistes dont les expositions FI’ART, EASY ART et la deuxième édition du festival d’art urbain 2015 où il y avait plusieurs échanges entre artistes malgaches et étrangers.Mahetsaka

Tia Tanindranaza20 partages

Hery RajaonarimampianinaHampiesona any Imerintsiatosika indray ?

Manaitra ny mponina ny fiomankomanana any Imerintsiatosika efa ho andro vitsivitsy izao.

 Mandeha ny feo fa ho avy hitokana ny tranompokonolona vaovao any an-toerana ny filoham-pirenena sy ny ekipany rahampitso zoma 23 jona. Herim-po madiodion'ny fokonolona, teo ambany fitarihan'ny Ben'ny tanàna, nomban'ny fanomezan-tanan'ireo­ vato nasondrotry ny tany sy ny malala-tanana anefa no voalaza fa namitana ny fotodrafitrasa, raha ny fampitam-baovaon’ny mponina any an-toerana. Gaga ny vahoaka raha ny fanjakana no ho avy hitokana fa tsy vitain'ny ao an-toerana raha tsy hoe: voakarakara manokana tany ho any ny Ben'ny tanàna, hoy ny mponina. Hafa no namono ny voay, ary hafa no hiravaka ny vanginy, hoy ny ankamaroan’ny vahoaka any an-toerana. Maro ny milaza fa tsy mankasitraka ny mety ho fijapiana masinina ataon’ny filoha sy ny mpomba azy. Etsy an-kilany anefa dia miezaka mafy miseho vahoaka ny filoham-pirenena ary mitady hevitra isan-karazany hisehosehoana fa mahavita zavatra amin’izao fotoana izao, ka tsy atao mahagaga raha mety hipoitra ny fijapiana masinina isan-karazany. Efa niseho mantsy ny tahaka izany ny 20 aprily lasa teo nandritra ny fitokanana ny EPP teny Andrefanambohijanahary, izay ny filoham-pirenena mihitsy no tonga teny an-toerana sy toa nilaza azy ho nahavita zavatra kanefa ny orinasa karana Filatex no niantoka manontolo ny fandaniana rehetra. Tsy hay aloha na mbola hisososo toy ny vinanto tsy mahare fosa any Imerintsiatosika ny filoha sy ny ekipany rahapitso na ahoana fa dia miandry izay hiseho ny rehetra. Na ny tany Toliara tamin’ity herinandro ity ihany koa aza dia voalaza fa zava-bitan’ny Ben’ny tanàna sy tetikasa tamin’ny andron’ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana tamin’ny alalan’ny TIC no notokanan’ny filoham-pirenena, ka nisy tamin’ireo manampahefana any an-toerana no tezitra. Na ny olona aza vitsy no nanatrika, ka notambazana vola 2000-5000 ariary hanotrona ny fitokanana, raha ny fampitam-baovao avy any an-toerana.

Toky R

 

News Mada19 partages

Traitement du cancer : 30% des patients ne peuvent pas payer les frais de soins

Des centaines de personnes cancéreuses par an sont laissées à leur sort faute de moyens pour payer les frais de traitement nécessaires.

Hors de portée. Le traitement du cancer coûte tellement cher qu’il est difficile pour les personnes à faibles revenus d’y accéder. «Sur les 1.200 patients diagnostiqués chaque année au sein du service Oncologie du Centre hospitalier universitaire Ravoahangy Andrianavalona (CHU-JRA), seuls 70% peuvent honorer les dépenses liées au traitement. Une bonne partie d’entre eux abandonnent le traitement sans être guéris à cause d’insuffisance de moyens financiers», a  déclaré le chef de ce service, le Dr. Tovo Harivony.

Une Consultation nationale sur les cancers gynécologiques se tient depuis hier jusqu’à demain au Carlton à Anosy. Cette concertation, qui est une grande première dans le pays,  organisée par le ministère de la Santé et ses partenaires, dont l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), consiste à un échange de connaissances, d’expérience et de recommandations pour des actions coordonnées dans le cadre de la lutte contre les cancers gynécologiques. Ces types de cancer représentent la moitié des cas enregistrés au service Oncologie du CHU-JRA. Ayant pour thème : «Ensemble, faisons face aux cancers gynécologiques», cette consultation a vu la participation des experts nationaux et internationaux.

Une dizaine de millions d’ariary

D’après notre source, mis à part les frais des analyses et des médicaments, un patient cancéreux doit débourser une somme de 15 millions d’ariary pour les six à huit séances de chimiothérapie nécessaires pour la guérison. «Celle-ci n’est pourtant pas optimale, dans la mesure où sans passer par un traitement par radiothérapie, les rechutes sont fort probables dans 90% des cas». Or, l’absence de radiothérapie accessible au public handicape fortement le traitement du cancer dans le pays. L’accès au seul service de radiothérapie privé existant dans le pays n’est pas à la portée de toutes les bourses. L’opérationnalisation de la radiothérapie en cours d’installation au sein du CHU-JRA est ainsi tant attendue. Les travaux y afférents sont prévus s’achever en 2018.

En attendant, l’OMS a tenu à soutenir les activités de prévention et prises en charge précoces des cancers gynécologiques entre autres, via la dotation de «Cryothérapies» dans 114 districts sanitaires à travers le pays, a annoncé hier la représentante résidente de cet organisme onusien pour la Santé, le Dr. Charlotte Faty Ndiaye.

Fahranarison

Lors de la cérémonie qui s’est déroulée dans la soirée d’hier au Carlton, le ministère de la Santé et l’OMS ont remis un diplôme de reconnaissance à la première dame, Voahangy Rajaonarimampianina, pour son soutien et sa contribution dans la promotion de la santé de la mère dans le pays, y compris la prise en charge des cancers gynécologiques. «J’ai décidé d’être parmi ceux qui agissent pour la santé de la mère pour que personne ne meurt d’une maladie évitable», a souligné l’épouse du chef de l’Etat dans son discours.

 

L'express de Madagascar17 partages

Lutte contre le cancer – La cryothérapie dans tous les districts

Le traitement et le dépistage du cancer s’effectueront prochainement, au niveau des cent quatorze districts.

Lueur d’espoir pour les cancéreux. Guérir du cancer à temps est désormais possible pour tous. Bientôt, la cryothérapie sera disponible au niveau des cent quatorze services de santé du district. Jusqu’ici, le traitement du cancer ne s’effectue que dans trois centres, dont les deux sont à Antananarivo. La remise officielle du matériel, par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) s’est tenue au Carlton Anosy, hier, lors de la consultation nationale sur les cancers gynécologiques. « Ce matériel permettra de dépister et de traiter à temps le cancer du col de l’utérus, au premier stade », explique la professeur Charlotte Ndiaye, représentante résidente de l’OMS à Madagascar.« La cryothérapie est le traitement du cancer, par le froid. Elle consiste, en quelques sortes, à détruire les lésions cancéreuses », détaille le Dr Joséa Ratsirarson, secrétaire général du ministère de la Santé publique.À Madagascar, plus de la moitié des cancers diagnostiqués sont des cancers gynécologiques. Les victimes sont de plus en plus jeunes, selon le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo.

LuxeLe rapport du Service d’oncologie au centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA), parle de mille à mille six cents nouveaux cas par an. « Seul 60 % à70 % arrivent à suivre le traitement et peu d’entre eux arrivent jusqu’à la fin », explique le Dr Tovo Harivony, chef de service de l’oncologie au CHU JRA. 60 % des cas de cancer ne serait dépisté qu’à un stade déjà avancé, ce qui diminue les chances de traitement possible et de guérison. Le cancer serait pourtant responsable de 8 % de taux de mortalité à Madagascar. On considère que près de 90 % d’entre eux pourrait être évité grâce à un dépistage régulier.Le traitement se limite à la chirurgie et à la chimiothérapie, qui coûte entre 2 millions et 3 millions d’ariary et qui malheureusement n’est pas à la portée de tous. Se faire traiter du cancer est, par ailleurs, un luxe pour la majorité des patients. Le coût de la chirurgie et de la chimiothérapie peut atteindre 10 millions d’ariary, tandis que la thérapie ciblée coûterait jusqu’à 60 millions d’ariary pour six à huit semaines de traitement. Le centre de radiothérapie devra être opérationnel l’année prochaine. Le cancer du col de l’utérus occupe la tête du classement dans la mortalité par cancer, chez les femmes.L’OMS recommande de vacciner les jeunes filles de 9 à 13 ans car c’est la mesure de santé publique la plus rationnelle pour lutter contre ce cancer. « Toutes les femmes, notamment les plus défavorisées, devront bénéficier des services de dépistage et de prise en charge à différents niveaux, où qu’elles soient, jusque dans les coins les plus reculés », a souligné le professeur Charlotte Faty Ndiaye, représentante de l’OMS* qui souligne que son organisation offrira, prochainement, du matériel de dépistage du cancer du sein, dans les zones reculées.

Julie Razakarinaivo/ Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar10 partages

Industrie hôtellerie – Des groupes internationaux prospectent

Des groupes hôteliers ont effectué une prospection sur le marché malgache. Ils sont à la recherche d’opportunités d’investissement.

Ça bouge dans l’industrie hôtelière. Des investisseurs dans le secteur hôtelier ont prospecté les opportunités d’investissements dans la Grande île. Lors de la sixième édition du salon International Fair of Tourism Madagascar (ITM), des groupes internationaux de références Banyan Tree and Ressorts, Carison Rezidor, et Wyndham Hotel ont fait le déplacement à Antananarivo. Ils ont participé activement à la journée Investor’s Day organisée par l’Economic development board of Madagascar (EDBM) le 9 juin durant ce salon où ils ont pu exposer leurs besoins devant une assistance très attentive.« Ils ont montré leur intérêt particulier pour Madagascar. Il y a deux types de gestions différentes dans le cas de ces groupes internationaux, à savoir la gestion de l’enseigne et du patrimoine immobilier. Leur pros­pection concerne ainsi des opportunités de partenariat pour la gestion de l’établissement hôtelier, avec tous les standards de l’enseigne, et d’un autre contrat avec un promoteur immobilier », a souligné le propriétaire d’un établissement hôtelier de la capitale.

Grand atoutDe nombreux projets hôteliers ont vu le jour au cours des dernières années. On peut citer, par exemple, le projet de Novotel à Alarobia Antananarivo ou encore le Miavana de Time and Tide sur l’île d’Ankao, dans le Nord de Madagascar. Cette dernière est une destination de luxe privilégiée par les agences de voyages pour des touristes très selects. Un autre projet est aussi annoncé à Taolagnaro.« L’EDBM met en œuvre une stratégie de promotion qui vise à attirer les grandes marques hôtelières internationales dans le pays tout en favorisant des partenariats avec les opérateurs et porteurs de projets locaux », a soutenu Eric Robson Andriamihaja, directeur général de l’EDBM.La présence des grandes enseignes internationales, surtout de haut de gamme, ne fait que renforcer la confiance des touristes à la destination Mada­gascar. Ce qui permettra de contribuer à atteindre le chiffre d’un million de touristes en 2019. « Ce sera un grand atout pour le secteur et la destination Mada­gascar », se réjouit Rita Rave­lojaona, présidente de la fédération des hôteliers et restaurateurs de Mada­gascar (FHORM).Le groupe hôtelier Carlson Rezidor, avec son enseigne Radisson Blu, est présent dans vingt-sept pays africains avec trente hôtels en fonctionnement. Le groupe s’est fixé comme objectif  trente cinq nouvelles ouvertures africaines d’ici 2019.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar10 partages

La politique est-elle dégueulasse ?

Distinguons d’abord la politique et le parti politique. Si un parti politique est une organisation en vue de conquérir le pouvoir, la politique est l’art de gouverner, l’art de gérer les affaires de la cité. On assiste à présent au déclin des vieux partis politiques. En France, l’arrivée surprise d’Emmanuel Macron au pouvoir, un an seulement après la création de son « mou­ve­ment en marche »,a mis fin brusque­ment à l’hégémonie du parti socialiste et du parti républicain, qui se sont succédé au pouvoir depuis le début de la Ve République. À Mada­gascar, les partis PSD, AKFM, MONIMA, AREMA et MFM de la première et deuxième République ont connu un coup d’arrêt. Au risque de disparaître, ils sont contraints de se remettre profondément en question.Ici et ailleurs, il est plus juste de dire que les jeunes qualifient de dégueulasse, non pas la politique en elle-même, mais la façon de la faire de la part de leurs aînés. Face à la quête de la citoyenneté de plus en plus exigeante, face à la marginalisation sociale du plus grand nombre de la population, face à la révolution de la technologie de l’information, une nouvelle génération est née. Elle veut faire la politique autrement. Le dépérissement des partis politiques devrait permettre le renouvellement des pratiques politiques.Le HVM, actuel parti au pouvoir, fonctionne-t-il toujours comme un parti dominant autour duquel gravitent des partis satellites pour recevoir des subsides du pouvoir ? Il y a 120 partis politiques enregistrés au Ministère de l’Intérieur, en plus de quelque 300 associations indépen­dantes à caractère politique dont la majorité n’a ni organisation, ni couverture terri­toriale, ni formation de leurs adhérents, ni projet de société. Dans ces conditions, comment pourra-t-on faire de la politique sans que celle-ci ne soit perçue comme dégueulasse par la jeune géné­ration et les citoyens malgaches, plus d’un demi-siècle après la décolonisation ?  Les partis politiques en-dehors du pouvoir sauront-ils, eux aussi, changer leurs pratiques en vue d’une alternance démocratique non violente ?Face à cette étape de rupture douloureuse et complexe vers laquelle nous entraîne le vent de mutation, allant des États Unis, de l’Europe et de l’Afrique, tous confrontés au terrorisme international, à la récession écono­mique mondiale, à l’apparition des pays émergents et à la prise de conscience des valeurs citoyennes, Madagascar est appelé à trouver une réponse cohérente à la nouvelle pratique politique et à la réorganisation de ses partis politiques, indispensables au fonctionnement de la société.L’Église catholique et la société civile tirent la sonnette d’alarme. Le FFKM et plusieurs leaders politiques ont lancé, depuis un certain temps, l’idée d’une refondation de la Répu­blique. La réconciliation communautaire que nous voulons mettre en œuvre aura, parmi ses objectifs, la refondation de la République.C’est une occasion idéale pour notre pays de réorganiser la vie politique, les partis poli­tiques et le fonctionnement du mécanisme institutionnel pour asseoir un État de droit.

Par André Rasolo

News Mada9 partages

Atosika tsara : Gangstabab fait son mea-culpa

Profitant d’une rencontre avec la presse, hier, au lycée Andohalo, Gangstabab a présenté des excuses, suite à la diffusion de son nouveau single sobrement intitulé «Atosika tsara» mettant des jeunes filles pubères en train de se déhancher au rythme de la musique.

«Atosika tsara» traduit littéralement par pousser bien a défrayé la chronique sur les toiles et même au sein de la société. Le clip a provoqué des réactions en chaîne sur les réseaux sociaux et autant dire que la majorité des gens sont choqués. Cinq jours après la diffusion de ce nouveau clip, Gangstabab fait amende honorable.

«Nous avons eu échos de toutes les remarques,  aussi nous voulons présenter nos excuses aux personnes impliquées dans la vidéo et aux fans. Nous avons retenu la leçon et prendrons les mesures qui s’imposent. La vidéo publiée sur les réseaux sociaux et les publications s’y rapportant seront supprimées à compter de ce jour. Il en est de même pour le clip qui a été diffusé sur les chaînes de télévision», a-t-il affirmé. Pour ses inconditionnels admirateurs, l’interprète de «Ranabavy» a promis de sortir un nouveau clip ce jour.

Quoi qu’il en soit, Gangstabab s’envolera sous d’autres cieux, plus précisément à Paris, pour renouer avec la diaspora, à l’occasion d’une grande soirée qui aura lieu samedi. Il partagera la scène avec le groupe Tragédie et Hazolahy, le petit prince du Mangaliba.

Joachin Michaël

 

Orange Madagascar8 partages

Voniarilala remporte les 1 million Ariary du Loka Be Orange Money

Orange Money récompense ses fidèles clients, et leur permet de passer de joyeuses fêtes de l’indépendance avec leurs proches, grâce au jeu « Loka Be Asaramanitra Orange Money 2017 ».

Du 05 au 20 Juin 2017 inclus, pour toute transaction Orange Money supérieur à 5.000 Ar, ou pour toute identification du client auprès d’un point de vente Orange, le client obtient un ticket de jeu éligible au tirage.

2 gagnants par jour ont été tirés au sort parmi les tickets éligibles. 32 oies ont ainsi été offerts aux heureux gagnants.

Voniarilala Anicia Andriamanantsoa remporte le gros lot tiré au sort le mercredi 21 juin 2017, au siège d’Orange Madagascar à Ankorondrano, en présence des commissaires aux jeux. Elle gagne 1.000.000 Ar en Orange Money.  

Les lots ont été distribués ce jeudi 22 juin 2017 à La Tour Ankorondrano, à l’occasion d’une cérémonie en présence de Michel Degland, directeur général d’Orange Madagascar, et des équipes d’Orange Money.

Orange Money, portefeuille électronique, a révolutionné le quotidien de plus d’un million de clients à Madagascar. Un millier de sociétés s’ouvrent actuellement au réseau Orange Money, en utilisant et en proposant Orange Money comme solutions de paiement. De plus, plus d’un millier de distributeurs Orange Money sont disponibles sur toute l’île pour être encore plus proches des clients, et leur rendre service.

Madagate7 partages

Madagascar. Parti Hvm: nouveau slogan comique

Pierrot Rajaonarivelo et Honoré Rakotomanana: deux piliers du pouvoir Arema de Didier Ratsiraka. L'un a été ambassadeur de Madagascar à Washington puis Vice-Premier ministre et même Secrétaire national du parti Arema; l'autre Président de la HCC (1982-1991) Président du Sénat (2001), poste qu'il occupe actuellement avec le quota Hvm présidentiel (non élu). Plus que des messieurs "retourne-veste": des acrobates polifiques (pour politiciens magnifiques)

On ne s’ennuie pas avec le HVM. Quand il ne nous fait pas pleurer, il nous divertit. Considérablement affaibli, il a cessé de martelé son leitmotiv à propos de la «Force Nouvelle». Son nouveau slogan est risible: «Ny omaly fahombiazana…Ny ampitso fandresena!» (Hier, la réussite…Demain, la victoire!).

« Hier, la réussite…Demain, la victoire ! ». A quelle réussite le HVM fait-il donc référence ? La réussite d’une minorité, constituée par les barons et baronnes du HVM, n’est pas celle de la majorité de la population qui se noie dans une misère crasse. Une réussite se mesure en termes d’objectif atteint. Or, le seul objectif atteint par le HVM, à supposer que cela soit un but, est une plus grande paupérisation qui crève les yeux et le cœur dans les quartiers populaires des grandes villes et dans les campagnes. On ne peut pas parler de succès.

« Hier, la réussite... Demain, la victoire ! ». Et aujourd’hui? Si le nouveau slogan ne fait pas référence à aujourd’hui qui est une étape entre hier et demain, c’est parce qu’il a été incapable d’embellir le présent des Malgaches qui vivent au jour le jour. Penser au lendemain et au surlendemain est un luxe que de nombreux Malgaches ne peuvent plus se permettre. Pour la plupart de nos compatriotes, demain rime avec incertain, déclin et rien. La précarité est devenue une règle de vie. Avec son nouveau slogan, le régime veut se projeter dans le futur alors que toutes ses mesures s’inscrivent dans le court terme.

« Hier, la réussite…Demain, la victoire ! ». En parlant déjà de victoire, le HVM considère comme acquis le renouvellement du mandat de Hery Rajaonarimampianina. Celui-ci serait-il donc le seul avenir possible pour Madagascar ? Quelle triste perspective ! Le régime actuel a une très (trop) haute idée de lui-même. Son assurance quant aux résultats du prochain scrutin présidentiel s’appuie soit sur un optimisme béat, soit sur la certitude d’une victoire obtenue grâce aux fraudes électorales.

« Hier, la réussite... Demain, la victoire ! » relève de la rhétorique simpliste d’un évangéliste. Le HVM nous promet que les prodiges d’hier se reproduiront demain. Le problème est que le parti présidentiel n’a accompli aucun miracle. Non seulement, il n’a pas guéri Madagascar de ses maux mais il a attiré tous les démoniaques. Ce nouveau slogan du HVM, qui annonce une opération de communication grotesque, se résume à une citation du philosophe et journaliste Jean François Revel: «la communication, c’est ce qui sert à expliquer que les échecs sont des succès. Le service public de la communication, c’est ce qui sert à contraindre les citoyens à écouter cette explication».

Ranary et Folojaona - La Gazette de la Grande île du 21 juin 2017

Midi Madagasikara7 partages

Fête nationale : La cuisine malgache en vedette avec Mariette Andrianjaka

A l’approche de la fête nationale, le restaurant « Les Saveurs du Louvre » organise une soirée gastronomique avec en guest,  l’icône de la cuisine malgache, qui n’est autre que Chef Mariette Andrianjaka. Chaque mois, ce restaurant convie un chef de la Capitale pour partager la scène et la passion pour la cuisine avec le chef résident Rajesh Kisto. C’est sans hésitation que ce mois, l’équipe a opté  pour Chef Mariette, avec ces 56 années de métier, elle ne cesse d’épater les papilles des fins gourmets et c’est avec un grand honneur que l’établissement la reçoit. Une soirée goûteuse et savoureuse, arrosée d’une musique traditionnelle sera au menu du jour. Le buffet sera autour du « hanimpitolo ou Hay fy Malagasy », composé de sept mets traditionnels malgaches allant du « Varanga » à la Carpe Royale, du riz rouge au fameux « Koba » en dessert. Valoriser l’art culinaire national, tout en mettant un point d’honneur pour les produits locaux et les spécialités qui font briller Madagascar aux yeux du monde, telle est l’optique de la soirée. « La cuisine malgache est un art et une science des plus passionnants, que l’on doit perpétuer pour les générations à venir. Notre gastronomie est  riche et dense. De ce fait, il importe plus que tout, de la valoriser », affirme Mariette Andrianjaka.  C’est le rendez-vous à ne pas manquer pour les amateurs de la bonne cuisine malgache et ceux qui veulent découvrir cette belle culture.Mahetsaka

L'express de Madagascar5 partages

Des paquets de can­nabis saisis

Les policiers des stupéfiants à Anosy ont découvert quatre-vingt-quatorze paquets de cannabis lors  une triple arrestation qui a eu lieu avant-hier, à Tanjombato, Ivandry et Soanierana. Les dealers les ont achetés à Namontana et à Ambohimanarina.

News Mada4 partages

Beriziky Jean-Omer : « Efa fisehoana krizy ny zava-misy eto »

« Efa fisehoana krizy ihany raha ny zava-misy eto amintsika. Ny fihetsiketsehana rehetra ataon’ny mpitsara, mpianatry ny ENS… Maneho ireny fa tsy milamina ny firenentsika, ary tsy milamina ny olona amin’ny fanaovany ny asa andavanandro. Na mpianatra izany, na mpampianatra, na olon-tsotra… »

Io ny fanehoan-kevitry ny Praiminisitra teo aloha, Beriziky Jean-Omer, teny Andravoahangy Ambony, afakomaly, momba ny toe-draharaham-pirenena amin’izao fotoana izao. Rehefa tena dinihina sy heverina, ny fanatanterahana ny andraikitra amin’ny toerana misy no matetika miteraka savorovoro.

Ny mpianatry ny ENS, ny mpianatra eny Vontovorona, ny eny amin’ny sampam-pianarana hafa koa: atosiky ny fiakaran’ny saram-pianarana. Tokony ho azo jerena tsara izany, atao mifanaraka amin’ny fahefa-mividy ho an’ny rehetra. Heverina izay hanaovana azy ho tery omby ririnina: tsy hahafaty ny reniny, tsy hahabotry ny zanany.

Mila fanasaziana ny famoahana gadra… hamerin-keloka

  Mampalahelo ny mieritreritra hoe olona any amin’ny fonja ve no mivoaka na navoaka? Manao ny asa ratsy efa nahazatra nahatonga azy tany am-ponja indray ireny. « Raha izaho no mpitondra fanjakana, tokony hosamborina ny tomponandraikitry ny fonja namoaka azy ireo », hoy izy.

Na izay namela azy ireny nivoaka, tokony hosazina ary hoesorina amin’ny asany. Tokony hisy fanadihadiana: iza marina ny tomponandraikitra nahazoana nanao an’izany? Toy izay avokoa ny zava-drehetra misy eto amintsika: indraindray mahazo fiarovana ny tambajotran’ny olona mpanao ratsy. Tokony hovaina tanteraka aloha ny fomba fiasa sy ny fanaovan-javatra, raha ny nambarany.

R. Nd.

News Mada4 partages

« I make 4 my city » 2017 : le Fablab solidaire «Mamiratra» en lice

Huit jeunes, dont une fille, étudiants et d’autres en décrochage scolaire, formés au centre «Fablab solidaire Mamiratra», vont porter haut les couleurs de Madagascar à la 2e édition du concours international de fabrication numérique appelé «I make 4 my city».

Ces jeunes vont présenter le projet «Une main bionique pour la pétanque», qui a pour ambition d’offrir aux Malgaches amputés d’un avant-bras une prothèse pour pratiquer tout sport olympique. Ceci constitue un véritable ciment social d’un pays où personne ne peut s’offrir une prothèse. C’est ce qui ressort d’une conférence de presse, donnée hier à Andrainarivo.

Ce projet a bénéficié d’un appui solidaire de la Fondation Orange, Orange solidarité Madagascar et SOS Village d’enfants Madagascar, qui ont ne sont autres que les initiateurs du Fablab solidaire Mamiratra. A ce propos, le Fondation Orange, Orange solidarité Madagascar ont offert les matériels et formation des responsables et futurs utilisateurs. Orange solidarité Madagascar a pris également en charge l’acheminement des matériels et SOS Village d’enfants Madagascar met à disposition pour le fonctionnement du Fablab solidaire Mamiratra un bâtiment, l’électricité et les matières premières.

Les 17 projets numériques proposés par les Fablabs solidaires sélectionnés sont soumis au vote pour les trois catégories de prix dotés chacun d’une somme de 15.000 euros.  Il s’agit notamment du prix du jury de la Fondation Orange, celui des internautes, et le prix coup de cœur Paris 2024. Ce dernier prix s’appuie sur le partenariat d’Orange avec la candidature Paris 2024 et fait écho à l’élan sportif international suscité par les Jeux olympiques. Ces prix seront remis le 6 juillet à Orange Vélodrome de Marseille. Pour soutenir l’équipe malgache, via les votes en ligne, il faut aller sur le lien https://fondationorange.com/Une-main-bionique-pour-la-petanque.

Fahranarison

 

News Mada4 partages

Is’art galerie : une exposition riche en couleurs

« The road color », c’est à travers ce leitmotiv que l’artiste plasticien Eric Rakoto signe son exposition à l’Is’art Galerie Ampasanimalo et ce jusqu’au 14 juillet prochain.

Bouillonnant de créativité, Eric Rakoto ne se spécialise pas sur un support ou une matière, il crée ses œuvres à partir de tout et de rien. Esthète et artiste aux doigts de fée, il maîtrise, donne forme à ces différents supports et matières parfois recyclées.

«The road color est un concept qui illustre la société d’aujourd’hui à travers ma peinture.  Pour moi, la route me permet de visionner l’évolution et la dégradation de la culture, étant donné qu’on peut y observer différents contrastes du quotidien, comme par exemple l’évolution de la télécommunication ou de l’art.  En effet, c’est un outil de référence pour le développement», a-t-il constaté.

Repère culturel

Récemment, Eric Rakoto a pu participer à plusieurs démarches collectives avec une palette d’artistes. On citera tout particulièrement les expositions «Fi’art», «Easy art» et la 2e  édition du festival d’Art urbain en 2015, avec la contribution d’artistes malgaches et étrangers. Des échanges et rencontres variées qui ont nourri son talent  et l’ont surtout permis de monter sa propre démarche visant à développer l’art contemporain malgache à travers l’ utilisation de la terre (Loko-tany).

«Actuellement, nous pouvons constater un grand développement dans le domaine culturel par rapport  à la médecine, l’agriculture,  surtout au niveau de la technologie. Face à la rapidité de cette progression, une question se pose en ce qui concerne l’avenir de la culture dans un pays. Le concept est aussi un repère culturel pour mon pays que j’aimerais rappeler car nous avons une base culturelle propre à nous, comme le dit le dicton : c’est l’âme qui fait l’homme», conclut-il.

Pour  les passionnés de la peinture, le vernissage de cette exposition aura lieu en début de soirée dans l’antre de l’Is’art Galerie.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara4 partages

Claudine Razaimamonjy : Descente « organisée » du ministère de la Justice à Manjakandriana

Claudine Razaimamonjy sera certainement présente dans sa chambre de détention avec ses codétenues.

Les hauts responsables de la Justice vont certainement tenter de mettre fin aux polémiques qui engendrent le transfert de la patronne de l’hôtel « AC ».

Pour éclaircir l’opinion et pour confirmer la présence physique en prison, de la conseillère spéciale du président de la République Claudine Razaimamonjy, le ministère de la Justice et l’Administration pénitentiaire organisent ce jour une descente à Manjakandriana. Une visite que l’on ne peut pas du tout qualifier d’inopinée, car le ministère de tutelle joue un rôle de juge et partie dans cette affaire. Des journalistes vont accompagner la délégation pour ce voyage. La patronne de l’hôtel « AC » sera certainement présente dans sa chambre de détention avec les 48 autres femmes détenues à Manjakandriana. Quoi qu’il en soit, en prenant cette initiative, le ministère de la Justice fait preuve de bonne foi, même si cette descente ne mettra pas fin aux polémiques autour de l’affaire Claudine Razaimamonjy. Bon nombre d’observateurs soupçonnent en effet une manœuvre visant à manipuler l’opinion. Après l’évacuation sanitaire à l’île Maurice que les membres du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) ont qualifié d’ « évasion organisée », et le contrôle de détention à l’hôpital HJRA « organisé » au profit des organes de presse pro-régime, voici une autre descente « organisée » par le ministère de la Justice dans le cadre de l’affaire Claudine Razaimamonjy.

Affaire d’Etat. L’impartialité du ministre Charles Andriamiseza a toujours été remise en cause depuis le jour où il a convoqué la presse dans la nuit du 5 avril, à 23h30 pour réclamer la libération immédiate de la Conseillère spéciale auprès de la Présidence de la République alors que celle-ci était encore placée en garde à vue au local du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) à Ambohibao. En tout cas, aux yeux des observateurs, toutes ces successions d’évènements prouvent que cette affaire est bien une affaire d’Etat. Et ce, malgré l’existence d’un communiqué du Ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions publié le 24 avril dernier, affirmant que « le dossier Claudine Razaimamonjy n’est point une affaire d’Etat, mais tout simplement un dossier pénal traité par la Justice, parmi tant d’autres et touchant le commun des justiciables. Le gouvernement et le président Hery Rajaonarimampianina n’ont donc nullement à se prononcer sur un simple dossier pénal touchant une simple citoyenne ».

Jugement définitif. Quoi qu’il en soit, la descente dans la prison prévue ce jour sera une occasion pour les membres de la presse de demander la version des hauts responsables au niveau du ministère de la Justice et ceux de l’Administration pénitentiaire par rapport au motif du transfert de la baronne du parti au pouvoir à Manjakandriana. Lundi dernier, une source auprès de la prison d’Antanimora a rappelé l’existence d’une note stipulant que la prison de Manjakandriana est réservée uniquement aux détenus politiques et aux femmes qui font déjà l’objet d’un jugement définitif. L’affaire impliquant la conseillère spéciale du président de la République n’ayant pas encore franchi le stade de l’enquête au fond, bon nombre d’observateurs considèrent son transfert comme un traitement de faveur. Cette semaine, certains organes de presse ayant effectué une vérification à Manjakandriana ont publié que Claudine Razaimamonjy n’est pas incarcérée, mais occupe une villa qui se trouve à côté de la prison. Si le ministère de tutelle a décidé d’organiser un voyage avec des journalistes, c’est certainement afin de démentir cette information.

Davis R

News Mada3 partages

Sur Alliance 92FM : Ramakavelo déplore la perte des valeurs

Les Malgaches sont en perte de repères, ils n’ont plus la culture du vivre ensemble. En somme, c’est le principal point auquel l’ancien ministre et éducateur, le général Désiré Ramakavelo a exploré lors de son intervention dans l‘émission «Ambarao» sur Alliance 92 Fm hier.

Plus connu à travers ses engagements en tant qu’éducateur, ces derniers temps, ce fervent défenseur de la culture déplore que ses compatriotes ont, peu à peu, perdu la valeur de leur propre culture au profit de la modernité. «Nous ne sommes plus Malgaches, nous sommes comme tous les autres peuples qui viennent vivre dans le pays», a-t-il regretté.

D’après lui, le «Vivre ensemble» disparait au profit du «Chacun pour soi». A titre d’illustration, il a noté que chez les Malgaches, désormais, les petits gestes au quotidien qui créent les liens et l’affection n’ ont plus de place dans les foyers. «Au contraire, on cambriole les voisins, on bâtit des murs pour se protéger, (…). Nous sommes dans un état d’esprit de méfiance permanente», a-t-il constaté, estimant que la société malgache se désagrège de jour en jour.

 Il a déploré aussi le fait que chez les Malgaches, la modernité a pris la place du respect de la culture contrairement aux autres nations, en citant l’exemple chinois qui se développe tout en gardant sa tradition et sa culture. «On ne peut pas dire qu’on ne peut pas allier la culture et la modernité (…). Les Chinois fêtent leur  nouvel an chaque année où qu’ils soient alors que c’est l’un des pays les plus développés actuellement», a-t-il déclaré, tout en insistant que «La culture ne devrait pas être classée parmi les laissés pour compte de la mondialisation».

J.P

News Mada2 partages

Rajaonah Andrianjaka : « Tsy izay notadiavin’ny tia tanindrazana ny Fahaleovantena amin’izao »

57 taona izao ny hoe niverenan’ny Fahaleovantena. Mby aiza? Maneho ny fijeriny ny filohan’ny Otrikafo, Rajaonah Andrianjaka: « Tsy ilay tena notadiavin’ny tia tanindrazana tamin’ny1947 ny Fahaleovantena amin’izao. » Dinidinika…

 

Gazety Taratra (*): Ahoana ny fahitanao ny hoe Fahaleovantenam-pirenena amin’izao fotoana izao? 

Rajaonah Andrianjaka (-): Manjary resabe hatrany ny amin’ny hoe Fahaleovantena, isaky ny tonga ny 26 jona. Toy ny amin’ny fahatongavan’ny 29 marsa. Tsy hita izay marina aminy, na ny 26 jona na ny 29 marsa.

Ny 26 jona, faly ny ankamaroan’ny mpanao politika hoe nahazo ny Fahaleovantena isika tamin’ny 1960. Lainga izay. Satria ny fanjakana frantsay no nametraka ny fitondrana tamin’ny Repoblika I. Ireo olona tao amin’ny Padesm, tsy mety haka ny Fahaleovantena fa nanohana azy tamin’ny 1947 no noraisiny sy nampidiriny tao anatin’ny hoe « lalàna lasitra ». Ireo no nanolorany ny Fahaleovantena sandoka tamin’ny 26 jona 1960.

Ny Fahaleovantena notadiavin’ny tia tanindrazana, ny MDRM, tamin’ny 1947: Fahaleovantena mangarangarana. Ny Fahaleovantena azon’ny filoha Tsiranana, toy izay nomena an’i Afrika iray manontolo. Satria ny zanatany frantsay rehetra, nahazo Fahaleovantena avokoa tamin’ny taona 1960. Ny sasany volana avrily, ohatra, ny hafa volana jona na oktobra… Tao anatin’ny vanim-potoana iray no nanomezana Fahaleovantena azy ireo.

* Inona no nahatonga an’izay?

– Nivoaka tamin’ny konferansa San Francisco, Etazonia, izay Fahaleovantena izay. Taorian’ny Ady lehibe faharoa, nanjaka tokana teto ambonin’ny tany ny Amerikanina. Marina fa nisy ny Firaisana Sovietika tamin’izany, fa ny Amerikanina no nanjaka. Resy sy osaosa ireo firenena mpanjanaka tamin’ny taonjato XVIII-IXX. I Frantsa sy i Angletera izany, izay resy tamin’ny ady.

Mba te hiditra amin’ny fitrandrahana ny harena amin’ireo zanatanin’ireo firenena ireo ny Amerikanina. Tany amin’ny konferansa San Francisco ny hoe: vahao amin’izay ireo zanatany ireo. Tsy nolazaina ilay izy, fa ny tena dikany: hahazoan’ny Amerikanina miditra amin’ireo zanatany ireo.

Izay ilay Fahaleovantena azon’ny filoha Tsiranana: Fahaleovantena sandoka, fa te hiditra hanjanaka ny Amerikanina. Ny vokany, tsy ny Amerikanina irery no tonga, fa tafiditra koa ny Sinoa, ny Karana izay efa mipetraka eto… Izay Fahaleovantena izay, tsy ilay tena notadiavin’ny tia tanindrazana tamin’ny1947.

* Fa inona ny tena hoe Fahaleovantena?

– Isika no masi-mandidy amin’ny zavatra tiantsika hatao… Marina fa ao anatin’ny fanatontoloana izao isika, tsy maintsy misy ny fifaneraserana amin’ny firenena rehetra. Fa tsy izy no mandidy hoe tsy maintsy izy, ohatra, no mametraka ny Praiminisitra. Na hoe Ranona sy Ranona tsy azo atao kandidà ho filohan’ny Repoblika toy tamin’ny fifidianana 2013: nisy  ny hoe « Tsy… tsy… « .  Endriky ny tsy fananana Fahaleovantena ireny.

Any Etazonia na Frantsa, ohatra: tsy misy firenen-kafa mandidy hoe Ranona sy Ranona tsy mahazo mirotsa-kofidina ho filoham-panjakana na filohan’ny Repoblika. Eto amintsika, azo atao izany noho ny tsy fananana Fahaleovantena.

Ny hoe Fahaleovantena: isika no mahafantatra izay mety amintsika. Ny hoe Fahaleovantena koa: firenena manana harena isika, nefa tsy raharahan’ny mpitondra fanjakana izay napetraky ny any ivelany. Ny tian’ireo mpitondra fanjakana malagasy, ny mangata-bola amin’ny any ivelany.

Endrika iray mbola itrangan’ny tsy fananana Fahaleovantena amin’izao fotoana izao, ohatra: misy hetsika nataon’ny tia tanindrazana maro tamin’ny taona 2016 mitaky ny fialan’ny Frantsay amin’ireo Nosy malagasy manodidina. Tsy sahy mitaky an’io ny filoha Rajaonarimampianina, fa matahotra ny Frantsay. Mody milaza izy hoe manao fifanarahana any ambadika any izy ireo, nefa tsy hita izay vokany. Hafetsifetsana fotsiny hamitahana ny vahoaka ilay izy.

* Ahoana no tena hahatongavana amin’izay tena Fahaleovantena izay?

– Esorina eo amin’ny fitondram-panjakana aloha ireo olona napetraky ny vahiny ireo… Avy eo, mandray andraikitra ny tia tanindrazana toy ny Otrikafo, ohatra, na ny vahoaka. Na miaraka ireo… Amin’izao fotoana izao, manandrana manetsika ny vahoaka ihany izahay, fa tsy mbola vonona ny vahoaka. Olona 300 na 400 no tonga, tsy hahafaka ny fitondram-panjakana.

Ny fanalana an’ireo no vahaolana. Rehefa tsy afaka amin’ny hetsi-bahoaka izy, satria tsy mbola vonona amin’izany ny vahoaka: tsy maintsy atao amin’ny alalan’ny fifidianana. Amin’izay no hanalana ireo mpitondra fanjakana napetraky vahiny ireo.

      Nangonin’i R. Nd.

News Mada2 partages

Ny Jly Ramakavelo Desiré : « Tsy tia tanindrazana raha tsy manasoa vahoaka…. »

 Nivahiny tao amin’ny fandaharana « Ambarao » eo anivon’ny radio Alliance 92 FM, omaly, ny Jly Ramakavelo Desiré. Nitondrany ny heviny ny fiandrianam-pirenena sy ny Fahaleovantena ary koa ny tanindrazana.

« Ireo vahoaka 22 tapitrisa, amiko, ny tanindrazana fa tsy ity tany itsahina ity ihany… Hasoavy ireo. Ataovy miakatra ny fari-piainany raha tia tanindrazana ianao… Milaza fa miaro tanindrazana ianao nefa eo an-tanan’ny vahiny ny toekarena… Miaro tanindrazana ianao nefa ny vahoaka mahantra sy mikororosy fahana», hoy izy.  Nohamafisiny fa vao mainka manampy trotraka izany ny fidiran’ny fanatontoloana, midika fa an’ny olona rehetra izao tontolo izao. « Lasa tsy manaja ny kolontsaintsika isika. Efa tsy Malagasy intsony fa vahoaka monina eto ary mitovy lenta amin’ny vahiny… Mihazakazaka amin’ny fiarahamonina vahiny. Aza gaga raha alain’izy ireo ny harentsika », hoy ihany izy. Nohitsiny fa  anisan’ny nampandroso ny Sinoa ny fitazonany ny kolontsainy sy ny fiarahamoniny, nampiarahiny amin’ny fandrosoana.

Nifety sy nifaly ny vahoaka

Notsiahiviny fa tena hafaliana sy niainan’ny vahoaka tanteraka izany niverenan’ny Fahelovantena izany ny taona 1960. « Mbola nifety ny rehetra satria ambony ny fahefa-mividy. Very izany fomba firavoravoana izany rehefa nitotongana ny fahefa-mividy », hoy ity mpanoratra ity. Porofo iray maneho ny fahaverezan’ny kolontsaina koa ny fananganana  rafitry ny fampihavanana.  « Tsy hoe mihavana isika rehefa mamoaka didy aman-dalàna isika. Tsy ihavana izany rehefa tsy eken’ny saina sy tsy maharesy lahatra. Manao sonia fotsiny noho ny fihatsarambelatsihy. Manan-danja ny dina. Voafehin’io isika ary araka ny kolontsaintsika izany », hoy ny Jly Ramakavelo.

Hampiakarana ny sandam-bola ny volamena

 Nitondra vahaolana momba ny toekarena koa ny tenany ka nilaza fa ahafahana mampiakatra ny sandam-bola io volamena io. « Ho voasoroka ny fiakaran’ny vidin-tsolika, miantraika amin’ny andavanandro sy ny olana hafa. Fitiavan-tena ny mahatonga ny mpitondra tsy manao izany. Tsy hoatra izao ny fiainantsika raha voatahiry ao amin’ny Banky foibe ny volamena an-taoniny aondrana any ivelany », hoy izy. Nanteriny koa fa midika ho fiandrianam-pirenena ny fananganan-tsaina. Tsy misy firenena manana tahaka io sainantsika io… « 57 taona izao ny niverenan’ny Fahaleovantena. Tonga ny fetim-pirenena nefa tsy misy manangana saina noho ny tsy fitiavana ny mpitondra… Efa manaiky izany isika hoe tongava daholo ianareo ny vahiny.  Mba tongava saina ! », hoy izy.

Synèse R.  

 

News Mada2 partages

Gangstabab : « Tsy handeha intsony ny « Atosika tsara » »

Nanana ny akony haingana tany amin’ireo izay nahita ilay rindrantsary ny zavatra navoaka tao anatiny. Nisy ny nitsikera avy hatrany tany anivona sehatra samihafa. Nilaza ny heviny mikasaina ny « Atosika tsara » i Gangstabab.

Manjary resabe indrindra eo amin’ny tontolon’ny tambajotra serasera ny fivoahan’ilay rindrantsary « Atosika tsara » an’i Gangstabab. Ny ankamaroan’izy ireo, tsikera mivaivay. Manoloana io tranga io, « rehefa tsy mahomby, halàna… Rehefa tsy mety sy miteraka olana eo amin’ny fiarahamonina dia esorina », hoy ity mpanakanto ity. Raha ny fanazavany, manomboka androany tsy handeha intsony any amin’ny televiziona isan-karazany sy any anivon’ny tambajotra samihafa ny rindrantsary « Atosika tsara ». « Izay nataoko any amin’ny facebook sy youtube, hoesoriko avokoa… Ireo efa nanao « partage » no tsy voafehy », hoy izy. Niala tsiny tamin’ny mpankafy sy tamin’ireo ray aman-dreny sasany izay tohina tamin’ny rindrantsary « Atosika tsara » ihany koa i Gangstabab. Ankoatra ny fialantsiny, faniriany ny tsy hahatongavan’izao tranga izao any amin’ny fitoriana.

Anisan’ny tsikera nataon’ny olona tamin’ity rindrantsary (clip) ity ny fampandihizana fitombenana ataona tovovavy kely sy ny fomba fitafy ampiasaina ao anatin’ilay « clip ». Fantatra fa hisy rindrantsary vaovao hivoaka, anio.

Nangonin’i HaRy Razafindrakoto

 

Midi Madagasikara2 partages

Douanes : Vers une politique intégrée de contrôle des opérations commerciales

Les efforts pour l’amélioration de l’administration douanière se poursuivent. Du 9 au 10 juin 2017 dernier, tous les services concernés par le contrôle douanier étaient réunis pour un team building à Foulpointe,

C’était une occasion pour les douaniers de plancher sur deux thèmes primordiaux. Il s’agit, en premier lieu de la sensibilisation des agents concernés dans la chaîne de contrôle ; ainsi que leurs collaborateurs directs au niveau de l’Administration des douanes, sur l’unicité de l’objectif des actions de contrôle. La réunion était également l’occasion de définir une politique intégrée de contrôle des opérations commerciales efficace, à travers une démarche prenant en compte les problématiques à chaque niveau de contrôle, mettant en cohérence les stratégies de contrôle de chaque organe et permettant d’élaborer une politique de contrôle sur la base d’une large concertation avec tous les acteurs.

Résolutions. Les participants, au nombre de 70, regroupaient les agents du bureau du port de Toamasina, du service de Lutte contre la Fraude, du service des Renseignements et des Analyses des Risques, du service des Affaires Juridiques et du Contentieux, du service de la Valeur et des Origines, du service des Actions Economiques et du service de la Documentation et de la Communication. A travers des activités ludiques de management, des activités sportives, des jeux d’équipe, de nombreuses valeurs ont été véhiculées aux participants, comme la cohésion, le travail d’équipe et la gestion de réunion. Les résolutions prises à l’issue de ce team building ont porté sur trois thèmes : pour des orientations de contrôle efficientes, pour des contrôles au dédouanement (contrôle immédiat) efficaces et pour un contrôle post dédouanement.

Projet. Dans la même foulée, les douanes malgaches planchent actuellement sur un projet d’élaboration d’un document intitulé : instruction cadre, qui vise à préciser les modalités d’exercice des contrôles douaniers au sein de l’administration. Les résultats attendus seraient que tous les acteurs du contrôle douanier savent ce qu’ils doivent faire à leur niveau et que toutes les actions de contrôle soient coordonnées, cohérentes et efficaces. A noter que l’administration centrale et le bureau des douanes du port de Toamasina travaillent en étroite collaboration pour canaliser les contrôles, ce qui réduirait la marge de manœuvre des candidats à la fraude.

R.Edmond

Midi Madagasikara2 partages

Industrie verte : Un plan d’action proposé par Carlos Lopes, ancien membre de l’ONU

L’économiste Carlos Lopes est de passage à Madagascar.

L’ancien sous-secrétaire général des Nations unies et ancien secrétaire exécutif de la Commission Economique pour l’Afrique en l’occurrence M. Carlos Lopes, est de passage à Madagascar. Son objectif étant de proposer un plan d’action sur le développement de l’industrie verte dans la Grande Ile, dans le cadre de sa rencontre avec le ministre de l’Economie et de la Planification, le Gl Raveloharison Herilanto, qui sera prévue demain. « J’ai quitté l’ONU pour que je puisse me consacrer librement à l’Afrique », a confié cet économiste originaire de Guinée-Bissau.

Solution durable. En fait, d’aucuns sont conscients des impacts du changement climatique ainsi que de la dégradation de l’environnement dans le pays qui est due en grande partie à la forte pression humaine sur les ressources forestières.  Raison de la nécessité de la recherche d’une solution durable  par le biais de la mise en œuvre des projets de développement des industries vertes dans le pays. Il s’agit notamment de la promotion des industries qui contribuent à l’amélioration du bien-être humain  et à l’équité sociale tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie des ressources naturelles.  Notons que ce concept a été initié par le Programme des Nations Unies pour l’Environnment (PNUE) depuis 2008 tandis que l’ONUDI (Organisation des Nations unies pour le Développement Industriel), une autre agence des Nations Unies, l’a mis en pratique un an après. Toutes les parties prenantes, dont entre autres, les institutions, le secteur privé et les organisations de la société civile doivent ainsi s’atteler à la mise en œuvre de ce projet de développement de l’industrie verte à Madagascar, et ce, dans le cadre d’une coopération internationale.

Navalona R.

Madaplus.info1 partages

Le MFB clarifie l’emprunt de l’État Malagasy au Deutsch Bank

Le Secrétaire général du Ministère des Finances et du Budget a donné une conférence de presse hier, pour clarifier l’emprunt de 55 millions d’euros et démentir les propos dans certains quotidiens affirmant le bankrupt de l’État.
Le SGMFB dément formellement que l’argent emprunté auprès de Deutsch Bank, qui est une banque privée allemande, a été utilisé pour régler les salaires des fonctionnaires, mais destiné pour payer les fournisseurs des programmes d’investissements et les bons du Trésor national. Le MFB a affirmé que l’État a commencé les négociations avec Deutsch Bank depuis 2016, et il est en train d’effectuer les procédures nécessaires, car le déblocage de la somme empruntée n’adopte pas le même principe à celui des partenaires financiers de Madagascar.
Madaplus.info1 partages

Journée de l'indépendance en chocolat avec la Chocolaterie Robert

A l'occasion de la fête nationale malagasy la Chocolaterie Robert organise une journée récréative autour du chocolat le 24 Juin 2017 à partir de 16h à leur atelier situé au 123 Avenue Daumesnil 75012 Paris.
Au programme de nombreuses démonstrations par leur maître chocolatier, des dégustations et des personnalisations de tablettes.
Retrouvez les informations ici.
Orange Madagascar1 partages

Rajaonarimampianina multiplie les visites à Toliara

Programme PIC II : 5,2 km de rues réhabilitées

En début de matinée, le 21 juin, le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a procédé à l’inauguration des 5,2 Km de rues réhabilitées, dans le cadre du PIC II, le programme Pole Intégré de Croissance, deuxième phase, financé par la Banque Mondiale. Au-delà de l’amélioration de la circulation dans la ville, l’objectif est d’assurer une meilleure connexion avec les routes nationales 7 et 9. Il s’agit de 4 axes : la route de Manombo (1,6 km), l'avenue de France (4 km), la rue Marius Jatop, la rue Leda Albert (1,3km) qui sont toutes bitumées, et enfin la rue du Commerce qui a été pavée sur 0,9 km. Le Président Rajaonarimampianina a souligné l’impact de ces rues sur le quotidien de la population, tout en étant des projets structurants inscrits dans le cadre général du développement du Sud, pour bannir l’étiquette de cimetières de projets qui lui a été conféré dans le temps.

Un Bureau Régional de l'Emploi, de l'Enseignement Technique et de La Formation professionnelle

Le bureau était installé dans les locaux du lycée technique auparavant. La construction du nouveau bâtiment contribuera incontestablement à l’amélioration des services, notamment à l’endroit de la jeunesse ainsi que des entreprises locales dans le domaine de l’emploi. Le Bureau a sous sa tutelle plusieurs établissements, totalisant près de 2000 élèves, à savoir 3 lycées techniques (Toliara, Ilenaka, Ankazoabo), 3 centres de formation (Befandriana Sud, Ilenaka, Ejeda), et un Centre régional destiné à la formation de personnes handicapées. Dans le domaine de l’emploi, près de 8000 jeunes ont déposé leurs demandes au Service Régional d’Information sur l’Emploi. La construction du Bureau Régional de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle de Toliara a coûté 160 millions d’ariary. Des bureaux analogues seront construits dans les Régions Sofia, Itasy, Vatovavy Fitovinany et Analanjirofo.

Mairie de Toliara : extension des locaux et amélioration des services

Des travaux d’extension des locaux ont été effectués au sein de l’Hôtel de ville de Toliara, sur financement du programme PIC II. L’extension a permis d’améliorer de façon conséquente les prestations des différents services au sein de la Mairie, à travers la mise en place d’un Guichet Unique ; il s’agit notamment de tout ce qui relève de l’état civil, la légalisation, ainsi que toutes les demandes administratives du ressort de la commune. Le temps de traitement des différents dossiers a été amélioré, à l’exemple de la légalisation ou de la demande d’actes d’état civil, de quelques dizaines de minutes au lieu de 48 heures auparavant, grâce à l’informatisation. A cet effet, les différentes catégories de personnel concernées ont bénéficié de formations appropriées.

Réhabilitation des locaux de la Chambre de Commerce et d'Industries et installation de l'EDBM et le CARAA

Sur financement du programme PIC-II, le Gouvernement a procédé à la réhabilitation des locaux de la Chambre de Commerce et d'Industries de Toliara, afin d’installer l’EDBM et la CARAA. Toliara verra prochainement la mise en place d’un Centre d’affaires régional pour la promotion et le développement de l’entrepreneuriat, ainsi que pour la facilitation de l’appui aux investissements. Les bénéficiaires de services sont multiples, en l’occurrence les PME, les jeunes, les porteurs de projet Start-Up, de même que les opérateurs qui évoluent dans le tourisme, l’agriculture et les mines, ainsi que les associations villageoises et les coopératives. Le Président Rajaonarimampianina a relevé que la CCI de Toliara contribuera davantage au partage des informations à caractère économique et commercial, notamment pour les investisseurs, nationaux et étrangers. Les travaux de réhabilitation ont coûté plus de 83 millions d’ariary. Haut lieu de la promotion du secteur privé, la CCI de Toliara a mis en place une Vitrine économique qui a été visitée par le Chef de l’Etat.

Le Projet d’extension et de modernisation du Port de Toliara

Le port de Toliara fait face à des multiples problèmes. Il s’agit notamment de sa capacité limitée en termes d’exploitation, la cogestion, le problème d'ensablement, et celui de la sûreté, source de corruption. Une étude d'extension et de modernisation a été réalisée par la société Sea Logistic, en tenant compte du potentiel économique de la Région en termes de génération de trafic et d’expansion  future. Le Président Rajaonarimampianina a assisté à la présentation du Projet, en présence notamment du Premier Ministre et du Ministre des Transports et de la Météorologie. Le projet comporte quatre  grands volets : i) l’amélioration et la modernisation de l'existant, comprenant les travaux de dragage, et le réaménagement du terre-plein, ii) L'activité minéraux et croisière, comprenant la réalisation d'un nouvel accès vers le Port, iii) la mise en place d'un quai croisière et d’un terre-plein pour activité Ro-Ro, dont la réalisation des travaux de construction d'un nouveau quai sur pieux et rampe d'accès, et enfin iv) le transbordement de conteneurs comprenant la réalisation des travaux de dragage et le réaménagement de l'ancien terminal à conteneurs et la reconversion pour le stockage des minerais divers. Le Président Rajaonarimampianina a salué le lancement de ce projet de grande envergure qui va donner un nouveau souffle à l'économie du Sud de Madagascar, notamment la possibilité d’entrer en concurrence avec les autres grands ports d’Afrique Australe et de la zone de l'Océan Indien.

Inauguration du « Bazary Filongoa »

Le nouveau grand marché de Toliara, « Bazary Filongoa », a été inauguré par le Président de la République. Il a été réalisé sur financement du programme PIC II, pour un montant de 980 millions d’ariary. Le Bazary Filongoa est pourvu d’infrastructures de qualité, autant pour les usagers que pour la clientèle, le marché étant un lieu d’échange, de communication, et de convivialité, dans la pure tradition  malgache. Lors de ce grand rendez-vous avec la population de Toliara, le Chef de l’Etat a également procédé à la remise de 21 motocyclettes pour les maires de différentes communes, et ce dans le cadre  du PIC II, de même il a remis une ambulance pour la ville de Toliara, un don du Gouvernement canadien. Lors de sa rencontre avec la population de Toliara, le Président Hery Rajaonarimampianina a mis en relief les différentes infrastructures qui ont été construites dans la Région Atsimo Andrefana pour contribuer à son développement. Il a notamment fait valoir l’importance des efforts déployés pour le développement de l’agriculture, pour assurer la sécurité alimentaire, et, partant, parvenir à l’autosuffisance alimentaire. « A la base de toutes ces actions, il y a la confiance réciproque, la solidarité et le travail, dans un cadre politique stable et favorable au progrès. 2017 est l’année du travail, pour assurer une émergence harmonieuse du pays », a notamment déclaré le Chef de l’Etat.

Avec les opérateurs économiques et la société civile

Dans la soirée du 21 juin, à l’issue du Conseil des Ministres, le Président de la République a rencontré les opérateurs économiques et les membres de la société civile de l’Atsimo Andrefana. Il leur a notamment rappelé les étapes franchies pour que Madagascar commence à effacer les séquelles laissées par cinq années de crise et les sanctions internationales. La Grande Île a certes recouvré sa place dans le concert des nations, ainsi que la confiance des bailleurs et des investisseurs, mais beaucoup reste à faire, a indiqué le Chef de l’Etat. S’agissant tout particulièrement du développement du Grand Sud, le Président a souligné que l’Etat, par rapport à la vision d’un pays moderne et prospère, poursuit la politique de mise en place d’infrastructures de base, de projets structurants. Ce faisant, il s’agit de donner à tous les acteurs l’opportunité de contribuer au développement du pays. « Le Sud et ses infrastructures, et celles qui sont encore à venir, est actuellement à l’image de ce que nous projetons d’entreprendre au niveau de tout le pays. L’heure est au patriotisme économique, à la solidarité, et au travail », a déclaré le Président Rajaonarimampianina.

News Mada1 partages

Carlos Lopes : hametraka laminasa momba ny indostria maitso

 Mandalo eto an-toerana ny mpikambana iray teo aloha ao amin’ny komisiona momba ny toekarena aty Afrika, ao amin’ny Firenena mikambana, Carlos Lopes. Hihaona amin’ny minisitry ny Toekarena, Raveloharison Herilanto, io teknisianina io, rahampitso, hametraka laminasa momba ny indostria maitso sy ny fampiroboroboana izany eto Madagasikara.  « Niala tao amin’ny ONU aho, hafahako miasa malalaka ho an’i Afrika », hoy i Carlos Lopes. Iaraha-mahita ny fahavoazana ateraky ny fiovan’ny toetr’andro ankehitriny, manapotika ny tontolo iainana sy mahatonga ny rano ho ritra. Noho izany, mila manomana vahaolana maharitra ny eto an-toerana, hijerena izay tetikasa rehetra mifandraika amin’izany indostria maitso izany.

Tompon-kevitra voalohany momba ny indostria maitso ny Fandaharanasan’ny firenena mikambana momba ny tontolo iainana (PNUE), ny taona 2008 ; ny Onudi kosa, sampana ao amin’ny Firenena mikambana misahana ny fampandrosoana ny indostria, nanomboka nampihatra izany ny taona 2009. Kendrena amin’ny fanatontosana ny tetikasa ny fiaraha-miasa iraisam-pirenena, hanampy indrindra ireo indostria hikajy ny tontolo iainana manodidina azy.

Ho fanatanterahana izany ny fiaraha-miasa eo amin’ny fanjakana, sehatra tsy miankina ary ny fiarahamonim-pirenena, ao anatin’izany ireo fikambanana sy ONG samihafa. Tokony hisy izany karazana tambajotra, izay iombonan’ny mpikambana rehetra ao anatiny ny fiaraha-miasa hisian’ny indostria maitso.

R.Mathieu

News Mada1 partages

Equilibre budgétaire : 55 millions USD de la Deutsche Bank

La Deutsche Bank a accordé un prêt de 55 millions USD au gouvernement malgache. Ce prêt concessionnel sera utilisé pour régler les comptes des fournisseurs d’énergie et payer les bons de trésor arrivés à échéance, précise le ministère des Finances et du budget.

Le  déficit budgétaire de Madagascar en 2016 s’élève à 200 milliards d’ariary. Celui-ci a été financé par des dons accordés par la Banque mondiale et l’Agence française de développement (AFD), ainsi que des prêts de la Banque africaine de développement. Mais un gap  de 55 millions de dollars a subsisté malgré ces financements. Pourtant, «Le maintien de l’équilibre budgétaire fait partie des engagements du Gouvernement auprès des bailleurs de fonds, notamment le Fonds monétaire international (FMI) dans le cadre de la Facilité élargie de crédit signé en juillet 2016», a avancé le secrétaire général du ministère des Finances et du budgest, Alexandre Randrianasolo, lors d’une rencontre avec la presse.

Voilà pourquoi l’Etat malgache a contracté un prêt concessionnel de 55 millions d’USD avec la Deutsche bank l’année dernière. Toutefois, l’accord n’a pu être ratifié la même année et ce financement ne sera attribué que pour l’exercice 2017. Les informations circulent actuellement que ce fonds accordé par la Deutsche Bank servira à régler les salaires des fonctionnaires.

Garantie partielle de crédit de la Bad

Le secrétaire général du ministère des Finances et du budget a apporté quelques précisions à ce sujet hier. Selon ses dires, «L’accord  de prêt établi entre Madagascar et la  Deutsche Bank permettra de régler les dépenses courantes de fonctionnement, notamment les comptes des fournisseurs d’énergie et de payer les bons de trésor arrivés à échéance. Faut-il préciser d’ailleurs que les prêts extérieurs accordés par les bailleurs de fonds doivent être utilisés pour les projets d’investissement et non pour le paiement des soldes».

Et d’ajouter, «Les informations affirmant que ce prêt de 55 millions d’USD de la Deutsche Bank sera utilisé pour régler les salaires des fonctionnaires sont ainsi infondées». Celui-ci de poursuivre que «Ce fonds n’est même pas encore débloqué et le texte y afférent est passé au niveau de l’Assemblée nationale il y a seulement dix jours».

Par ailleurs, la banque allemande a imposé une Garantie partielle de crédit (GPC) à hauteur de 70% dans le cadre de cet accord de prêt. La GPC sera alors assurée par la BAD.

Riana R.

 

News Mada1 partages

Budget alloué à la sécurité publique : certaines dépenses affectées au MFB

Face à la recrudescence de l’insécurité dans le pays, revoir à la baisse le budget alloué aux ministères et entités concernés dans la LFR 2017 a suscité tant de questions. Remplacer les responsables qui ont failli à leur mission est une chose, mais le fait de réduire les moyens financiers et manifester en même temps une volonté de fer de venir à bout des attaques de dahalo et des séries de kidnapping et de braquages à main armée, en est une autre. Sur le sujet, le ministère des Finances et du budget (MFB) a apporté des précisions sans trop entrer dans les détails.

A titre de rappel, le ministère de la Défense a vu son budget amputé de 810 milliards d’ariary. Les crédits  du secrétariat d’Etat à la Gendarmerie sont également en baisse de 5,232 milliards d’ariary et 2,5 milliards pour celui de la sécurité publique.

En effet, si le budget initial alloué au ministère de la Défense nationale  prévu dans la Loi de finances initiale (LFI) 2017 s’élève à 208 659 000 000 d’ariary, celui-ci est à 207 848 521 000 d’ariary dans la LFR 2017. Pareil pour le budget du ministère de la Sécurité publique. Celui-ci a baissé de 2 553 305 000 d’ariary et est passé de 112 671 927 000 d’ariary dans la LFI à 110 118 622 000 d’ariary dans la LFR.

Grandes opérations

Quelles en sont les raisons ? D’après le ministère des Finances et du budget, une partie du budget a été affectée à des dépenses transversales, toujours liées à la sécurité au sein dudit ministère.

D’après les explications apportées, «Certaines dépenses des ministères en charge de la sécurité sont affectées au ministère des Finances et du budget, en raison de leur caractère transversal. A cet effet, 10,5 milliards d’ariary seront réaffectés aux soldes et 5,5 milliards à la réalisation des grandes opérations de sécurisation».

Le directeur général du budget Mialy Lanto Razanajato de préciser que «Cette dépense réaffectée au ministère des Finances servira à financer le plan stratégique pour les grandes opérations à court et à moyen terme réalisées par ces ministères».

Riana R.

News Mada1 partages

Contrebande de tortues : un Indien recherché

Jalal Sathik Batcha, un ressortissant indien de 47 ans, fait actuellement l’objet d’une traque intense. La 3e Section de la Brigade criminelle vient de lancer un avis de recherche.

Le 19 juin dernier, les éléments de la BC ont reçu un renseignement selon lequel une tentative d’exportation illicite de tortues se préparait du côté d’Isotry, plus précisément au domicile d’un ressortissant indien.

Afin d’en avoir le cœur net, les policiers se sont dépêchés à Isotry. La perquisition opérée par les policiers a permis de découvrir 104 tortues «Radiata astrochelys» prêtes à être embarquées. Les tortues saisies seront remises à l’association «Turtle survival alliance».

Mparany

 

News Mada1 partages

Anosimanjaka : nouvel an de l’Imerina à partir du 24 juin

Les natifs d’Anosimanjaka, regroupés au sein de l’association Zanadranavalona, célebreront le Nouvel an de l’Imerina les 24 et 25 juin prochains, conformément au calendrier établi par l’astrologue arabe Habib sur ordre du roi Ralambo.

Le président de l’association des descendants d’Andriamasinavalona, Alain Eddie Ravelonarivo, s’est expliqué sur la modification apportée à l’appellation de la célébration, hier. L’on désignera désormais ces festivités par Nouvel an de l’Imerina au lieu de Nouvel an malgache, a-t-il précisé, pour se conformer aux résolutions de la concertation entre les différentes ethnies de Madagascar organisée par le ministère de la Culture sur ce sujet.

Plusieurs groupes ethniques peuvent avoir leur propre calendrier qui ne doit plus être titré de Nouvel an malgache pour ne pas empiéter sur la date du Nouvel an national fixée par consensus au mois de septembre, d’après ses déclarations. Les Zanadranavalona invitent ainsi les concitoyens à venir célébrer ce 443e Nouvel an de l’Imerina dans leur fief à Anosimanjaka, dans la banlieue d’Antananarivo.

Manou

 

L'express de Madagascar1 partages

Atelier de validation

Depuis plus d’un an, le gouvernement s’est lancé dans la révision du cadre juridique de l’électricité. Le projet touche presque à sa fin car le ministère en charge de l’Energie annonce la tenue d’un atelier de validation pour ce vendredi. La loi qui régit le secteur date de 1998. Entre temps, plusieurs choses ont évolué ne serait-ce que l’exploitation de l’énergie renouvelable. Le texte devrait régir l’ensemble du secteur, de la produc­tion à la fourniture.

Midi Madagasikara1 partages

A un an des présidentielles : Les politiciens brûlent les étapes

L’opposition ne cesse de suggérer la refondation du pays.

Comme les forces armées durant le défilé du 26 juin, les politiciens défilent eux aussi à leur manière…

Un défilé. C’est ce que l’on peut résumer ou qualifier les agissements des politiciens actuellement. En effet, ils tentent de se faire remarquer, un à un ou parti par parti – comme le font les forces armées durant le défilé du 26 juin – et ce,  en prétendant avoir « la clé » de tous les problèmes du pays. Comme à l’accoutumée, le public est émerveillé ou habitué (c’est selon) par ces diverses gesticulations qui n’ont pas contribué à un changement positif et concret. En effet, à une année avant les présidentielles, ils se réveillent et l’on entend plusieurs propositions sporadiques selon lesquelles telle solution serait la bonne pour Madagascar. A l’instar de Joseph Yoland et consorts, à titre d’exemple, ils entendent mettre en place « un directoire de la refondation  nationale » qui va diriger le pays avant les élections. De leur côté, le pasteur Edouard Tsarahame et les membres du RMTF (Rodoben’ny Malagasy Tia Tanindrazana ho amin’ny Fanorenana) proposent une nouvelle transition dénommée « Tetezamiampita ». Le constat est le même pour les politiciens de l’opposition : le régime Rajaonarimampianina n’arrive plus à servir le peuple et n’est plus à même de gérer à bon escient les affaires nationales. Que faire ?

Contradictoires. Certains soutiennent la mise en place d’un gouvernement d’union nationale où, comme son nom l’indique,  les forces vives de la nation sont appelées à grossir les rangs. D’autres, comme le RMTF réfute toute idée de « cogestion » avec le HVM qui « est pourri et corrompu » selon ses termes. Par ailleurs, il y en a ceux qui soutiennent l’organisation d’élections présidentielles anticipées, le changement de Constitution, le référendum ou le plébiscite, la dissolution de l’Assemblée Nationale, etc. Et la plupart suggèrent la refondation et la reconstruction de Madagascar sans pour autant être sur la même longueur d’onde quant au chemin à prendre. De ce fait, la question selon laquelle « Faut-il organiser des élections anticipées pour mettre sur pied la refondation ou refonder en éjectant tous les dirigeants actuels de leurs places par n’importe quel moyen ? » se pose. Si nous nous référons à la Constitution de la Quatrième République, les articles 52 et 53 précisent que la vacance de poste du président de la République est constatée par la HCC « par suite de démission, d’abandon du pouvoir sous quelque forme que ce soit, de décès, d’empêchement définitif ou de déchéance prononcée ». Jusqu’à maintenant, l’un de ces motifs n’a pas encore vu le jour. Par ailleurs, la question de légitimité n’est pas non plus anodine. En effet, si les politiciens tentent d’échapper à la règle de l’alternance démocratique en razziant le pouvoir dans la rue, comme à l’accoutumée, il n’y aura point de légitimité pour les nouveaux dirigeants et Madagascar connaîtra une nouvelle époque de décadence.

Aina Bovel

Midi Madagasikara1 partages

BNGRC : Des matériels d’une valeur de 30 millions de dollars pour Madagascar

En faveur de la population locale, ces matériels faciliteront la gestion des catastrophes et des risques naturels.

Les responsables du Bureau National des Gestions des Risques et Catastrophes reviennent récemment d’un voyage en Corée du Sud, plus précisément à Séoul. Lors d’une rencontre avec la presse hier, ils ont, entre autres, annoncé que les 22 régions de Madagascar pourront désormais bénéficier des matériels adéquats pour mieux gérer les catastrophes naturelles.

D’une valeur de 30 millions de dollars, ces engins comprennent des : camions-pompiers, une ambulance, une clinique mobile, une moto pompier, etc. Ils sont censés faciliter la gestion des cataclysmes même dans les zones les plus enclavées. Ils ont quitté Séoul hier et devraient arriver à Madagascar vers la mi-juillet. Le Secrétaire Exécutif du BNGRC, Venty Thierry, a toutefois souligné que : « Leur utilisation dans les régions fera l’objet de contrôle strict, étant donné des cas précédents d’usage à des fins personnelles relevés chez certains responsables au niveau des régions. L’intérêt général doit primer. » La gestion de ces engins cadre également dans la période « non-cyclonique », durant laquelle contrairement aux idées reçues, le BNGRC accomplit le plus gros de son travail : le bilan de la précédente période cyclonique -oh combien houleuse en passant-, l’anticipation et la préparation pour une meilleure gestion à l’avenir.

« Pre-boild rice ». Le cas des 4 300T de riz ayant suscité les débats- pour cause, chez l’opinion et bon nombre d’observateurs, de suspicion de « propagande précoce »- récemment a également été relevé par le SE du BNGRC. Il a notamment explicité que ces 4 300T sont destinés aux franges les plus vulnérables de la population, ne pouvant faire face à l’inflation. De plus, il s’agit d’un type de riz bien particulier, un riz « précuit » ou « préalablement bouilli » si l’on se réfère à la traduction du terme anglais précité, mais ce n’est pas tout ! Il serait en plus vitaminé et le président en personne y aurait déjà goûté pour rassurer la population….

Luz R.R

Midi Madagasikara1 partages

Conseil des ministres : Rien que des communications verbales

Le conseil des ministres décentralisé qui s’est tenu, hier, à Toliara est surprenant dans la mesure où il n’y avait eu que des communications verbales. Vingt au total. Juste à peine une phrase pour chacune d’elles. Evidemment, des communications qui échappent au citoyen lambda. Parmi ces communications verbales, citons entre autres, la mise en place auprès de la Primature d’un manuel de procédures, renforcement de la coordination des actions dans le Sud et l’état des lieux sur l’insécurité dans la province de Toliara et les mesures entreprises.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Cancers gynécologiques : Lancement de la première consultation nationale hier

Une remise de certificats lors du lancement de la consultation nationale d’hier.

La consultation nationale pour les cancers gynécologiques-qui constituent plus de la moitié des cancers diagnostiqués à Madagascar- a été lancée hier au Carlton Anosy. Organisée avec le concours de l’Organisation Mondiale de la Santé, cette consultation fera intervenir une centaine d’experts en cancers gynécologiques.

« Ensemble faisons face aux cancers gynécologiques », tel est le thème de cette première consultation nationale sur les cancers gynécologiques. Ces pathologies sont devenues un véritable problème de Santé publique à Madagascar, d’autant plus qu’elles concernent des femmes de plus en plus jeunes, donc économiquement actives. S’imposent alors l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies plus poussées de prévention et de traitement. D’où cette première consultation nationale sur les cancers gynécologiques qui constitue également une première pour l’Oncologie à Madagascar initiée par l’OMS et toutes les parties prenantes- issues du secteur privé comme public- pour mieux coordonner les actions au niveau national. En parallèle, un plaidoyer pour « une mobilisation effective des ressources »- telle que le stipule le communiqué de l’OMS- se tiendra, ainsi qu’un « dîner-débat » qui s’est tenu hier soir.

Dépistage et prévention. Première cause de mortalité féminine, à l’instar du cancer du col utérin, les cancers gynécologiques peuvent pourtant être soignés si diagnostiqués à temps. Le Professeur Lalatiana Andriamanarivo, également Ministre de la Santé publique a ainsi sensibilisé la gente féminine au dépistage de ces cancers, surtout en cas de suspicion ou de symptômes. Effectivement, le dépistage du cancer des seins débute par une auto-palpation des seins, donc à la portée de toutes. Toutefois, le dépistage du cancer utérin nécessite une intervention médicale : le frottis permettant l’inspection visuelle des lésions pré-cancéreuses. Le traitement de ces lésions précancéreuses, la cryothérapie, est également assez coûteux, mais des Centres de Santé de Base commencent peu à peu à être équipés des matériels adéquats. Malgré l’existence d’initiatives privées comme publiques permettant aux femmes de se faire dépister, les résultats « satisfaisants » tardent. Par ailleurs, le vaccin constitue une prévention efficace, mais le coût n’en est pas évident : « Deux régions pilotes ont été ainsi choisies par l’Etat pour ce vaccin contre le Papillomavirus humain » selon Dr Tovo, expert en Gynécologie-obstétrique.

Luz R.R

Midi Madagasikara1 partages

Airtel Madagascar : Des cadeaux pour différentes écoles

Fête nationale oblige, Airtel Madagascar n’a pas oublié les élèves de son école adoptive, l’EPP Mahavelona. C’était le 21 juin dernier où sous la houlette de Maixent Bekangba, Directeur Général, les employés volontaires d’Airtel ont fait le déplacement à Mahavelona pour procéder à la traditionnelle remise de friandises et de lampions et d’autres cadeaux à 330 élèves. Plus de 500 autres élèves d’autres villes différentes ont également bénéficié des dons d’Airtel. En effet, les employés volontaires ont fait le déplacement dans différentes localités pour remettre les lampions et les friandises. Les 250 élèves de l’EPP Mantasoa et les 110 enfants de l’EPP Besarety ont ainsi pu profiter des dons du troisième opérateur mobile mondial. Par ailleurs, les élèves de la maison de la charité d’Ambanidia ainsi que ceux de l’orphelinat catholique de Tsiroanomandidy ont également pu recevoir les dons. Durant la journée, les volontaires d’Airtel ont organisé des activités ludiques et diverses animations avec les élèves auxquels ils se sont attachés. « Au-delà des « harendrina » et des friandises, le plus important c’est le don de soi dont les employés d’Airtel font preuve. Malgré la charge de travail, ils prennent de leur temps pour être avec les enfants et partager de bons moments avec eux» a déclaré Maixent Bekangba, Directeur Général d’Airtel Madagascar.

R.Edmond

Midi Madagasikara1 partages

Sénat : Mise en place des parlements de jeunes

Poignée de main entre le président des parlements africains Roger Ndoko Dang et le président du Sénat Honoré Rakotomanana.

Le parlement malgache se dit prêt à collaborer avec les parlements africains dans tous les domaines. D’ailleurs le président des parlements panafricains Roger Ndoko Dang a lancé un appel à tous les parlements pour unir leurs efforts.

Le président du sénat Rakotomanana Honoré a reçu le président des parlements africains Roger Ndoko Dang, hier, en son bureau à Anosy. D’emblée, cette rencontre s’est penchée sur la mise en place des parlements de jeunes au niveau continental décrétée lors du dernier Sommet des Chefs d’Etat africains en 1999. Le président des parlements panafricains Roger Ndoko Dang a lancé un appel à tous les parlements de s’unir et de se converger vers les problèmes primordiaux de la population malgache, et ensuite de s’entraider, car Madagascar fait partie du grenier de l’Afrique en matière du développement dû à sa forte potentialité économique.

Formations. Quant au président du Sénat, il a réitéré que le parlement malgache est prêt à collaborer avec les parlements africains dans tous les domaines. Il est important de mettre en place ce parlement de jeunes moyennant des formations en matière législative afin qu’ils puissent contribuer, dans l’avenir, au fonctionnement dudit Parlement. Par ailleurs, le président du Sénat sera invité  à la prochaine conférence des parlements Panafricains qui aura lieu le 10 et 11 août 2017 à Johannesburg. Toujours à la Chambre haute, mais sur un autre sujet, après un débat houleux, le projet de  loi n° 012-2017/ du 6 juin 2017 portant  loi de finances rectificative pour 2017  a été adopté à l’unanimité  en séance plénière au Sénat, avant-hier.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Assemblée nationale : Vers la remise en cause des pouvoirs du Bianco

Jean Louis Andriamifidy se trouve dans la ligne de mire des députés pro-régime.

Après le ministre de la Justice, ce sera au tour du DG du Bianco de passer devant les députés mercredi prochain.

Le Directeur Général du Bianco et son staff seront devant les députés le 28 juin prochain. Ce rendez-vous tant attendu par les observateurs sera suivi du face-à-face entre le gouvernement et les députés (29 et 30 juin). L’apparition à Tsimbazaza de Jean Louis Andriamifidy entre dans le cadre de la présentation du rapport d’activité du Bureau Indépendant Anti-Corruption. Si bon nombre d’observateurs s’attendent à ce que le DG du Bianco dévoile la vérité sur l’affaire Claudine Razaimamonjy, certains députés se préparent à recadrer les missions de cet organe de lutte contre la corruption, un recadrage qui pourrait aboutir à la remise en cause des pouvoirs de celui-ci. Pour ces élus et dans certains cas, les dirigeants du Bianco ignorent le décret n°2004-937 portant création de cet organe. Un décret qui a été pris en application de la Loi n°2004-030 du 9 septembre 2004 sur la lutte contre la corruption. Et ces députés de rappeler l’article 3 de ce décret qui stipule : « Le Bianco est chargé de conduire la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Lutte Contre la Corruption, notamment, la mise en application de la législation anti-corruption, la prévention par l’élimination des opportunités de corruption dans le fonctionnement des systèmes du secteur public et privé, l’éducation des citoyens sur les effets néfastes engendrés par la corruption et l’incitation de la communauté à lutter contre la corruption ».

Indépendance. « Nous n’allons pas remettre en cause l’indépendance du Bianco, loin de là. Par contre, nous constatons que de temps en temps, cet organe verse dans l’usurpation de fonctions. Elle intervient là où il ne doit pas. C’est par exemple le cas des trafics de bois de rose. Ces trafics ne relèvent pas de la corruption. Ils relèvent des délits forestiers, donc les auteurs de ces délits doivent être justifiables devant les juridictions de droit commun, et non devant le Bianco. », a martelé un député qui a requis son anonymat.  Par ailleurs, notre interlocuteur de soulever un des dysfonctionnements de l’actuel Bianco : « L’article 11 du décret portant création du Bianco prévoit la nomination d’un directeur général adjoint. Il assiste le directeur général. Ce directeur général adjoint est nommé par le président de la République sur une liste de deux candidats proposés par le directeur général sur la base d’un appel à candidatures ouvert lancé dans un délai de six mois avant l’expiration du mandat du directeur général adjoint sortant. Ce qui n’est pas le cas jusqu’à présent. L’actuel DG ne veut pas lancer la procédure pour la nomination de son adjoint. Ce qui nous intrigue, nous les députés. » Visiblement, le Bianco et son directeur général se trouvent dans le collimateur des députés. Il y a une semaine, le ministre de la Justice Charles Andriamiseza a été interpellé par les élus de Tsimbazaza sur l’affaire Jaovato. D’après nos sources, le SAMIFIN (Service de renseignements financiers de Madagascar) ne serait pas  également épargné par cette interpellation.

R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

EPP : L’Institut des Métiers de la Ville encourage la diversification alimentaire

Jardiner crée du lien social, favorable au développement personnel.

A travers le programme « Cantine scolaire », le MEN (Ministère de l’Education Nationale), appuyé par le Programme Alimentaire Mondial, l’IMV et la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) ont uni leurs efforts pour l’amélioration de l’alimentation des petits élèves au sein des Ecoles primaires publiques de la CUA. Pour ce faire, la CUA assure la mise en œuvre des projets concernant la gestion des espaces verts et de l’agriculture urbaine, considérée à juste titre comme une solution alternative aux problèmes de mal nutrition et de sous alimentation que connaissent les plus vulnérables de la population malgache.

Jardin scolaire. L’IMV quant à lui prend en charge la gestion globale du projet et l’installation des sites vitrines. L’initiation à l’agriculture urbaine requiert une formation pour une efficience à long terme ; 15 responsables ont ainsi été initiés aux techniques de l’agriculture urbaine. De plus, ledit programme a permis l’installation de 21 « jardins potagers scolaires » dans 15 EPP, soit 15 000 élèves bénéficiaires, ainsi que 1 500 enfants intégrés dans six centres sociaux. 487 supports de culture intégrant sept variétés de légumes figurent aussi parmi les réalisations du projet « Cantine scolaire ». Par ailleurs, les activités parascolaires générées par les jardins scolaires créent et renforcent le lien social, tout en améliorant la nutrition et l’environnement immédiat des élèves, ce qui favorise leur développement personnel et psycho-moteur. Pour booster les efforts des protagonistes, les plus performants sont donc récompensés.

Luz R.R

Midi Madagasikara1 partages

Grossesse précoce : Un film d’animation pour sensibiliser les jeunes

« Safidin’i Pela » (Le choix de Pela), un film d’animation racontant une histoire sur la grossesse précoce, est utilisé comme outil de sensibilisation par l’ONG Bel Avenir dans le cadre de la lutte contre la grossesse précoce. Face à la situation actuelle à Madagascar où le nombre de cas d’adolescentes tombant enceintes et devenant déjà mères, est encore élevé, ce film d’animation est destiné à sensibiliser les filles sur l’importance de l’éducation et de la lutte contre la grossesse précoce. En effet, la grossesse précoce expose les jeunes filles à des dangers, notamment sur leur santé – dont le risque de fistule obstétricale – et surtout, leur avenir. Une fois enceintes, les adolescentes sont souvent contraintes à renoncer à leurs études.

Matériaux de récupération. Ce film d’animation, réalisé avec la contribution active des bénéficiaires de l’ONG, est le second film d’animation qu’ils ont réalisé avec le collectif « Sur Un Baobab » en 2015. Et pour être cohérents avec les principes défendus par l’ONG, dont le respect de l’environnement, les outils et matières utilisés pour la réalisation du film sont des matériaux de récupération tels que vieux cartons, chutes de tissus et boîtes de conserve. Le résultat est, cependant, surprenant.

Sur Youtube. Mettant en œuvre depuis deux ans le projet de lutte contre la fistule obstétricale du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), l’ONG Bel Avenir consacre la projection de « Safidin’i Pela » à des séances de sensibilisation communautaire dans les villages. Forte du succès du premier film « Tongasoa et le vazaha » en tant qu’outil de sensibilisation, l’ONG a fait le choix de se servir, une fois encore, d’un court métrage dynamique avec des touches d’humour pour faire passer un message pédagogique. Le film, déjà posté sur Youtube, est également disponible auprès des communes et des leaders communautaires dans les régions Atsimo Andrefana et Androy, qui l’utilisent comme support de sensibilisation pour poursuivre les efforts déjà déployés en faveur de la prévention et de la lutte contre le mariage et grossesse précoces, ainsi que la fistule.

Recueillis par Hanitra R.

Madaplus.info0 partages

Le HVM demande une trêve politique

Les sénateurs du parti Hery Vaovaon’iMadagasikara (HVM) demandent une trêve politique pendant la célébration de la Fête nationale et sollicitent la réconciliation pour célébrer le 57e anniversaire de l’indépendance dans l’unité.
Le sénateur Mamitiana Faberges a annoncé hier que toute forme d’opposition pour affronter le pouvoir actuel devrait attendre les élections à l’honneur de la Fête de l’indépendance. De leur côté, la mouvance d’Andry Rajoelina a affirmé qu’elle ne se présentera pas au banquet du Président de la République à Iavoloha. D’après une source officielle, elle le qualifie d’une dépense inconcevable. Mamitiana Faberges a expliqué à travers son intervention que le banquet constitue une dépense infime par rapport aux réalisations de l’État en termes d’infrastructure.
Madaplus.info0 partages

« atosika Tsara » : Gangstabab a dû presenter des excuses

Le nouveau clip de Gangstabab qui s’intitule « Atosika Tsara » ne sera plus diffusé à partir de ce jour. L’artiste a présenté des excuses.
Ce nouveau clip a défrayé la chronique depuis sa diffusion sur les médias sociaux. Le clip est considéré par les utilisateurs des réseaux sociaux : une incitation à la pédophilie. En effet, l’artiste met en scènes des enfants mineurs à qui il a fait bouger leur « moteur » ou leurs fesses. En outre, l’artiste n’a pas reçu l’autorisation des parents des enfants. C’est surtout les scenarii orchestrés dans la vidéo qui a engendré les chaines de réactions sur les réseaux sociaux jusqu’au sein même de la société. Gangstabab a fait son mea culpa et décide d’enlever la vidéo sur toutes les plateformes numériques.
News Mada0 partages

Conseil des ministres décentralisé : sur fond de précampagne

Les conseils des ministres décentralisés sont-ils une perte de temps ou présentent-ils un réel intérêt pour la population locale ? Il semble que c’est une belle manière de mener une campagne électorale avant la lettre.

Des espoirs déçus. A l’instar d’autres conseils des ministres décentralisés, comme à Antsiranana et à Toamasina, celui d’hier qui s’est déroulé dans ville de Toliara n’échappe pas à la règle édictée par l’Exécutif : se focaliser sur la situation locale.

Certes, à la lecture du communiqué issu de la rencontre, c’est une occasion d’évoquer la situation du Sud. D’ailleurs, une page entière a été consacrée à cette région, venant de la Primature ou des ministères tels que le ministère auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, le ministère auprès de la Présidence chargé de l’ Agriculture et de l’élevage, le ministère auprès de la présidence en charge des Mines et du pétrole, du ministère du Transport et de météorologie ou encore secrétariat d’Etat auprès du ministère de la défense nationale chargé de la gendarmerie nationale.

Cela se limite toutefois à des communications verbales. Aucune mesure concrète n’a été prise pour ce qui est d’une solution idoine à l’allègement de la difficulté de la population de Toliara ou encore à l’amélioration des conditions de vie de la population malgache.

Tape-à-l’œil

Pire, la rencontre du gouvernement se limite à la concrétisation des mesures tape-à-  l’œil, telle que la réhabilitation de quelques ruelles durant la présence des autorités étatiques, alors que le lendemain de la rencontre, tout redevient comme avant. C’est le cas de la salubrité ou encore le non respect de la circulation.

Pour ce qui est de l’insécurité, cela va de mal en pis. Pour les membres de l’Exécutif, les conseils des ministres décentralisés semblent donc à une campagne électorale avant la lettre par le biais d’une série d’inauguration. L’objectif, c’est d’être présent sans pour autant y être réellement. Il suffit d’ailleurs d’observer la situation avant et après conseil des ministres effectué dans les autres localités .

Jusqu’ici, la mairie de Toamasina continue de crouler sous des difficultés financières. Les projets présentés par les élus d’Antsiranana lors du conseil des ministres décentralisé semblent disparus de la circulation alors qu’à la lecture du conseil des ministres, tout semble sur le bon chemin.

Il est de plus en plus évident que les rencontres décentralisées de l’Exécutif ne sert qu’à se présenter comme un sauveur et de se payer du bon temps, notamment pour les membres du gouvernement habitués aux critiques de la presse de la capitale. En même temps, la population continue de s’engluer dans la pauvreté.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Sygma : les partisans du SG réagissent

Les dissensions au sein du Syndicat des marins de Madagascar (Sygma) s’enveniment. Des membres du syndicat soutiennent le secrétaire général et ordonnent la cessation des diffamations et des usurpations de titres.

Des membres du Sygma des régions ont rapporté qu’un groupe d’usurpateurs, qui ont déjà été condamnés à ce titre, tentent d’écarter le secrétaire général désigné par la majorité, lors de l’Assemblée générale extraordinaire du mois d’août 2016, pour s’emparer actuellement de la gestion. Ils s’opposent, de ce fait, aux décisions qu’ils ont adoptées sur la reconduction du secrétaire général et la révision à la hausse de ses émoluments, ont relaté les conférenciers.

Le membre du conseil national du Sygma, Benny Robinson, a affirmé que seul le secrétaire général Harinony Lucien Rakotondraibe, l’unique salarié chargé de l’administration du Sygma, est reconnu à l’international. Des mesures judiciaires seront prises en cas de persistance des usurpations de fonction au sein du syndicat, a-t-il ajouté.

Manou

 

News Mada0 partages

Tennis de table : Fabio R sur la liste des remplaçants

Fabio Rakotoariamanana pourrait débuter ses grandes vacances plus tôt que prévu ! Pour le championnat d’Europe de tennis de table des jeunes, qui aura lieu à Guimaraes, Portugal, du 14 au 23 juillet prochain, son nom manquera à l’appel.

En effet, dans la liste de la sélection nationale française des cadets, le pongiste arbore le statut de remplaçant. Quatre autres garçons vont représenter la France à cette joute continentale dont le champion de France en titre, Dorian Zheng, le meilleur français du classement mondial des U15, Bilal Hamach. Les deux autres pongistes de l’équipe ont quant à eux bénéficié du Wild-card, en l’occurrence Jules Cavaillé et Myshaal Sabhi, qui ont terminé la dernière joute nationale devant lui au classement final. Pour dire que la participation de Fabio Rakotoarimanana à ce sommet européen dépend de ce fait d’un forfait de l’un des membres de l’équipe nationale.

Réussissant bien plus en double qu’en simple, cette année, Fabio Rakotoarimanana a raté de peu une place de titulaire au profit des pongistes engagés dans les épreuves individuelles.

Naisa

Liste des cadets sélectionnés

Champion de France Cadets : Dorian Zheng

Meilleur français au classement mondial U15 : Bilal Hamache

Wild-card : Jules Cavaillé

Wild-card : Myshaal Sabhi

Remplaçant : Fabio Rakotoarimanana

 

News Mada0 partages

Basikety – «Fiba 33» : hanomboka, anio, ny fifaninanana

Hifantoka etsy amin’ny kianja mitafon’Ankorondrano avokoa ny maso sy ny sain’ireo mpankafy ny taranja basikety, manomboka anio alakamisy, hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, eo amin’ny taranja basikety, lalaovin’olon-telo na ny “Fiba 33”.

Hahatratra 24 ny isan’ny ekipa “open” lehilahy, raha 12 kosa izany ho an’ny vehivavy. Ankoatra izay, handray anjara koa ireo ankizy ka hisy 16 eo amin’ny latsaky ny 18 taona zazalahy ary 20 ny eo amin’ny sokajy latsaky ny 12 taona. Nomena sehatra ihany koa ireo mpiara-miombon’antoka amin’ny federasiona ka hahatratra 12 ny isan’izy ireo no hifaninana amin’ity “Fiba 33” ity.

Ho fetibe tokoa ity fihaonana ity, satria ankoatra ny lalao basikety, hisy koa ny rindran-kira handravaka ny fihaonana. Tsy hadino amin’izany, koa ny fifaninanana “dunk” sy ny “tir à trois points”. Haharitra hatramin’ny alahady 25 jona ny fifaninanana.  Maimaim-poana fa tsy misy vidim-pidirana, mandritra ireo telo andron’ny basikety “Fiba 33” ireo.

Manohana sy hanome loka ho an’ireo mpandresy ny orinasan-tserasera Telma malagasy.

 Torcelin

News Mada0 partages

“Body perfect classic 2017” : lelavola 6, 4 tapitrisa Ar no hozaraina

Natao, tetsy Ankorondrano omaly, ny “prejudging » na fifantenana mialoha ireo bodybuilders, miisa 30 mianadahy, handray anjara amin’ny “Bodyperfect classic 2017”, hatao ny asabotsy 24 jona izao etsy amin’ny Smart Tanjombato. Fifaninanana, hizarana lelavola hatramin’ny 6,4 tapitrisa Ar ho an’ireo mpandresy.

Vehivavy ny 3 tamin’ireo nofantenana, izay hifaninana amin’ny “bikini”. Marihina fa anisan’ny nojerena tamin’ireo mpandray anjara ny “masse musculaire” sy ny “densité musculaire”. Isan’ireo efa voatily ry Tsila Kely sy i Antoine, eo amin’ny sokajy + 90 kg; i   Fortunat, + 85 kg; i Mario Bigman 80 kg; i Reozoe avy any Toliara, 70 kg. I Ellah, eo amin’ny vehivavy, handray anjara amin’ny “miss bikini”. Raha tsiahivina, nitana ny laharana faha-4 ny tovovavy, nandritra ny fifaninanana iraisam-pirenena, tatsy Seychelles.

Ankoatra izay, natao hifantenana ireo solontena malagasy hiatrika ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, tanterahina any Mongolia, ny 3 oktobra ho avy izao, koa ity hetsika ity.  Ny sokajy – 87 kg sy ny + 87 kg ary ny -77 kg, “men’s physique”, “miss bikini” no hifaninanana amin’io. Ankoatra ny avy eto Antananarivo, hanana solontena koa i Boeny sy i Vakinankaratra. Nambaran’i Vernier, tomponandraikitra eo anivon’ilay vaomiera miandraikitra ity bodybulding ity, fa efa nanomboka tamin’ny “Big Mada” ny fanaovana fitiliana. Mbola mitady izay mety ho tsara hatrany ny antony nanaovana ny hetsika toy izao. Fantatra koa fa hisy ny fiadiana ny tompondakan’i Afrika, atsy Maorisy ny volana oktobra sy novambra izao, ka mety ho ireo bodybuilders ireo ihany no handray anjara amin’izany sy ilay fifaninanana “Eric Favre”, hatao atsy La Réunion.

 Torcelin

News Mada0 partages

Boxe – «Afrique 2017» : nahazo fandresena roa ny Malagasy

Anisan’ireo mbola manohy ny lalany eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, taranja ady totohondry, tanterahina any Kongo Brazaville, ireo mpikatroka malagasy. Nisy ny vokatra tsara azon’ny ekipam-pirenena.

 

Nahazo fahombiazana ny mpanao ady totohondry malagasy eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, tontosaina any Kongo Brazaville. Fandresena roa sy faharesena iray no azon’ny ekipam-pirenena malagasy, tamin’izany.

Anisan’ireny ny an’Andrianarivelo Marco Jérome, teo amin’ny sokajy – 52 kg, nandritra ny lalao savaranonando ka nandreseny an’ilay teratany ogandey, Miiro Juma. Fandresena anisa 5 no ho 0 ny nahazoany ny tapakila hiakarana amin’ny dingana manaraka. Hifandona amin’ilay Kongoley, Nguimbi Dalvin Loic, izy, eo amin’ny ady manaraka. I Dalvin Loic, izay nanilika an’ilay Kenyanina, Mulinge Simon, teo amin’io savaranonando io.

Tafita amin’ny dingana manaraka ihany koa i Heriniaina Nomenjanahary Tony, ho an’ny sokajy 46 – 49 kg. Resiny tamin’ny isa 5 no ho 0 ihany koa ilay Maorisianina, Beedassee Sharvin Kumar, ho an’ny lalao savaranonando.

Ilay Kenyanina, Hassan Shaffi Bakari, izay nandavo an’ilay Ogandey, Kizza Joshua, no hifanandrina amin’i Tony, amin’ny fihaonana manaraka.

Nihintsana teo amin’ny lalao voalohany kosa Rajaonarison Julien Nomenjanahary, ho an’ny sokajy 60 kg. Niondrika teo anatrehan’ilay Maorisianina, Colin Jean John, tamin’ny isa 5 no ho 0, ihany koa ny tovolahy.

Efa niakatra ringa ihany koa, omaly, i Miora Tiana izay nifanandrina tamin’ilay Kameronezy, Akoa Bengono Christine, ho an’ny sokajin-danja 45-48 kg. Teo koa ny adin’Andriamirija Nirina Aimé, tamin’ilay Kongoley, Wamba Pea, ho an’ny sokajy 56 kg sy ny an’i Mahatonga Cédrick, nifandona tamin’ilay Kenyanina, Nyadera Victor Otieno Ater, teo amin’ny 64 kg, saingy tsy mbola voaray ny vokatra hatramin’ny fotoana nanoratana. Hotaterina amin’ny manaraka ny vokatra azon’izy ireo.

 Tompondaka

News Mada0 partages

Hippisme : va pour le Grand prix Fahaleovantena

La commémoration du 57e anniversaire de l’Indépendance de Madagascar se suivent mais ne se ressemblet pas. Pour sa part, l’Autorité hippique pour les courses et l’élevage des chevaux (Ahcel) à Madagascar reste fidèle à la tradition en organisant ce dimanche la 5e réunion à l’hippodrome de Mahazina à Ambatolampy. Au grand bonheur des parieurs et jockeys, un Grand prix Fahaleovantena est à l’affiche.

L’hippodrome de Mahazina à Ambatolampy sera encore une fois bondé de monde la veille de la Fête de l’indépendance malgré le froid glacial. En fait, cinq courses sulfureuses seront à l’affiche de cette 5e réunion qui promet des étincelles après les quelques jours de repos autant pour les montures que pour les jockeys à l’issue de ces quatre journées. La première course de 1.500 m est réservée aux chevaux de 3 ans et plus dans les catégories VI et V. Nick Power, Nuage de Fanorona, Hejerenasoa, Littisia, Ozïl et Erimitasoa Faniry seront sous les feux des projecteurs pendant cette première épreuve.

La seconde course opposera Oiseau d’or, Noblesse de Carmen, Hasta la Best, Oscar ou encore Omdah qui se livreront à une bataille sans merci sur une distance de 1.600 m. Comme l’ont si bien dit les organisateurs, les parieurs auront l’embarras du choix avec ce plateau bien garni. Il serait difficile de choisir entre Luna Bella, Lutteur d’or et Madona pendant la 3e course (1.700 m) ni entre Jovialité, Lolita Star et Koldikova pendant la 4e épreuve (1.800 m). Et le suspense reste entier car l’Ahcel n’a pas encore levé le voile sur les noms des jockeys, surtout lors du Grand prix de 2.00 m qui verra la participation de l’Oiseau bleu, Nabab, Kathy Pleasure, Mascotte de star, Kamar’all star, Nouvelle star,…

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Karana mpanondrana sokatra an-tsokosoko : “Wanted” i Jalal Sathik Batcha

 Namoahana didy fikarohana sy fisamborana ny teratany indianina iray, antsoina hoe Jalal Sathik Batcha, izay voarohirohy amin’ny fanondranana sokatra eto amintsika. Azo samborina avy hatrany izy io raha misy mahita na mampandre ny polisin’ny BC eny Anosy.

Araka ny fanazavana avy amin’ny polisy, nahazo loharanom-baovao ny BC eny Anosy, ny alatsinainy lasa teo, fa nisy olona nanomana hanondrana sokatra any ivelany. “Nandray ny andraikitra avy hatrany ny polisy ka namonjy ny toerana voalaza fa misy io olona io”, hoy ny fanazavana.

Tranona teratany indianina iray eny Isotry nanaovana fisavana. Tsy tratra tao anefa ilay olona voatondro fa sokatra miisa 104 amin’ilay antsoina hoe “Radiata astrochelys”, izay tsy hita raha tsy eto Madagasikara no sarona tao. “Voararan’ny lalàna ny fanondranana azy. Sokatra efa nokarakaraina, nomena sakafo sy nodiovina. Alefa any amin’ny “Turtle survival alliance” ireo sokatra ireo », hoy ihany ny polisy. Karohina, araka izany, ity teratany indianina ity, izay fantatra fa tompon’ireo entana ireo.

Raha ny fantatra, mety efa ela no nanao ity asa ratsy ity, ilay teratany indianina io fa izao vao tratra. Anisan’ny mampirongatra ny halatra sokatra any amin’ny faritra any ny fisian’ny vahiny mpandray azy tahaka izao.

Maro ny efa tratra tsy fanta-piafarana

Ny taona 2009 no ho mankaty no tena nampirongatra ny halatra sy ny fanondranana sokatra, ankoatra ny famonoana sy ny fihinanana azy io eto amintsika. Maro ny olona efa tratra tamin’izany, ary tsy vitsy ny tratra teny Ivato, ka hatrany ivelany. Teratany malagasy sy vahiny ankoatra ity Indianina ity no efa tratra tamin’izao raharaha maizina izao, kanefa hatreto tsy fantatra izay niafaran’ireny olona ireny. Tsy mazava rahateo ny didy aman-dalàna amin’ny sazy mifanaraka amin’ny fanondranana sokatra ity eto amintsika. Tsy mbola naseho ampahibemaso, na nisy koa ny fitsarana misokatra ho an’ny daholobe momba izany, ka tsy mahataitra ny olona loatra ny sazy mety ho azo amin’izany. Tsy mahagaga raha mbola mirongatra hatrany izy ity na misy aza ny fampahalalana kely fa tsy azo atao ny mivarotra, mihinana ary manondrana sokatra any ivelany eto amintsika na inona karazany na inona.

Andrasana izay mety ho vokatry ny fikarohana ity teratany vahiny ity amin’izao resaka fanondranana sokatra izao.

Yves S.

News Mada0 partages

Foot – COSAFA : les Barea fin prêts

Le staff technique de la Fédération malgache de football (FMF) a sorti la liste de la délégation en partance pour l’Afrique du Sud pour disputer la Cosafa Cup 2017. Elle embarquera ce jour à l’aéroport d’Ivato. Pour rappel, la bande à Auguste Raux et Amada Aboudou dit Dama est classée dans le groupe B avec le Zimbabwe, le Mozambique et les Seychelles. Le géant de l’océan Indien jouera son premier match face à l’île voisine, le 26 juin, au stade Moruleng.

On aura encore l’occasion de voir les gardiens de but Leda et Ando à l’œuvre outre les défenseurs intrépides comme Toby, Mario Bakary, Johnny,… Autrement dit, une belle équipe homogène. Par ailleurs, quatre autres Malgaches ont été désignés par la Cosafa pendant ce plateau. Notamment, Nathalie Rabe (officier média), Helly Zafinimanga (coordinateur général), Andofetra Rakotojaona (arbitre) et Lionel Hasinjarasoa (arbitre assistant).

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Basket-FIBA 3X3 : le sommet national à sa 2e édition

Le gymnase d’Ankorondrano accueille, pour la première fois, le championnat de Madagascar de basket à trois, à partir de ce jour jusqu’au 24 juin. Un événement qui vaut le détour !

Le basket à trois est l’événement sportif phare de ce long week-end ! Pour sa deuxième édition, le sommet national de la Fiba 3×3 se tiendra à Antananarivo au gymnase d’Ankorondrano. L’enjeu sera d’une autre dimension cette fois-ci. Des places dans la sélection nationale sont en jeu dans la catégorie seniors hommes. Outre le titre, les champions seront mieux placés pour faire partie de la sélection nationale.

24 formations sont en lice dans cette catégorie. Mais force est de constater que les U12 garçons enregistrent le plus grand nombre de participants avec 20 équipes engagées. Autant même dire que les jeunes semblent motivés car même chez les U18 garçons, les prétendants au titre sont nombreux, 16 pour les jeunes garçons et 12 pour les dames par rapport à l’Open dames.

Sous cette optique, les ligues régionales ont répondu positivement à la sollicitation de la Fédération malgache de basket-ball (FMBB). Dans les catégories des seniors, outre Analamanga et Boeny, les autres ligues ont eu droit à une formation chacune.

En symbiose

Les disciplines de la rue seront à l’honneur durant les trois jours de compétition. Les divers concours agrémenteront le championnat national tandis que la musique envahira le gymnase grâce aux diverses animations en l’occurrence la présence des stars du street-music local comme 18.3, la dernière version, sans oublier Bolo, le chouchou de la masse. Une manière d’aborder autrement la Fête de l’indépendance loin des habitudes, dans une ambiance de fête.

Naisa

 

News Mada0 partages

Fetim-pirenena : ho henjana ny fisavana eny Mahamasina

Nilaza ny avy amin’ny prefektioran’Antananarivo fa hamafisina ny fitandroana ny filaminana eto an-dRenivohitr,a mandrita izao fetim-pirenena izao. Ny 26 jona ho avy izao, hampitomboina ny fisavana sy ny fanaraha-maso ny fivezivezena amin’ny fidirana eny Mahamasina. Hosavaina avokoa izay olona rehetra hanatrika ny fety eny an-toerana. Hisy ny fisafoana sy fivezivezena ataon’ny mpitandro filaminana manodidina an’i Mahamasina fa tsy ao anatiny ihany.

Tahaka ny efa nambaran’ny avy amin’ny mpitandro filaminana ihany, hamafisina ny fiambenana eny an-toerana sy amin’ireo toerana hisehoana lanonana sy ivorivoriana eto an-dRenivohitra sy ny manodidina. Miara-miasa ny tafika, zandary ary ny polisy amin’izany. Maro ihany koa ireo mpitandro filaminana sivily hanangom-baovao eny rehetra eny.

Voalaza fa tanjona ny tsy hiverenan’ny zava-nitranga teny Mahamasina ny taon-dasa, nisian’ny olon-tsy fantatra nanapoaka grenady ka nahafatesana sy nandratrana olona maro.

Tsy mazava

Hatreto, mbola maizina tanteraka ny fanadihadiana nataon’ny mpitandro filaminana momba iny fanapoahana grenady teny Mahamasina iny, herintaona lasa izay. Nilaza ny lehiben’ny kaomandim-paritry ny zandarimaria Analamanga fa tsy mbola mijanona ny fanadihadiana momba iny raharaha iny.

Miandry vokatra anefa ny rehetra mba hahalalana ny tena marina. Rehefa tsy tratra na fantatra ny nahavanon-doza na ny atidoha niketrika iny zava-doza iny, atahorana ny  mety hiverenany. Mitaintaina, noho izany, ny olona amin’ny mety hitrangan’ny asa fampihorohoroana tahaka iny. Mety hisy fiantraikany amin’ny fahavitrihan’ny olona hifety ny raharaha toy izao.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Firaisankinan’ny mpandraharaha fonja : handraisana fepetra ireo gadra tratra manao fahafihana

 « Manameloka ny famerenan-keloka nataon’ireo voafonja izay efa nomena tombony tany amin’ny toeram-pamokarana any Betafo izahay… », hoy ny filohan’ny firaisankinan’ireo mpandraharaha  fonja (Solidarité de l’adminisitration des agents pénitentiaires), nandritra ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety omaly…

 

Hanao fanadihadiana momba ny tranga niseho tany Befato sy Ambatondrazaka ny eo anivon’ny firaisankinan’ny mpandraharaha fonja raha toa ka nisy tokoa ny tandrevaka nataon’ireo mpandraharaha fonja tamin’ny nisian’ireo voafonja mbola namerin-keloka. Hisy avy hatrany ny fepetra horaisina manoloana izany raha voaporofo tokoa ny fisian’ity tranga ity ary hametraka fitoriana ireo voafonja tompon’antoka tamin’izany.

« Manameloka ny famerenan-keloka nataon’ny voafonja izay efa nomena tombony any amin’ny toeram-pamokarana ao Betafo. Hametraka fitoriana ireo gadra tompon’antoka tamin’izany ary handray fepetra manoloana ny mpandraharaha voatonontonona amin’ity raharaha ity. Hisy ny fidinana any Betafo sy Ambatondrazaka hanaovana fanadihadiana momba izany”, hoy ny filohan’ny firaisankinan’ny mpandraharaha fonja, Randriantsimahavandy Martin.

Nohamafisiny fa miray saina amin’ny mpandraharaha fonja rehetra momba ity raharaha ity ny talem-paritry ny fandraharahana fonja ao Antsirabe. Nilaza izy fa ny tsy hisian’ny gadra mitsoaka ny tena antom-pisian’ny mpandraharaha fonja. « Raha misy kosa ny tandrevaka, vonona izahay ny hiaro ny tombontsoan’ny fiarahamonina », hoy izy.

Momba ny fisian’ireo voafonja miasa ivelan’ny fonja, mandalo vaomiera eo anivon’ny fandraharahana fonja izy ireny. Rehefa mampiseho fihetsika maontina sy azo antoka ka mahafeno ny fepetra rehetra izy ireny dia manapa-kevitra ny vaomiera ka alefa any amin’ny toeram-pamokarana, araka ny fanazavany.

Jean Claude

News Mada0 partages

Chronique : non Obélix, tu es tombé dans la marmite quand tu étais petit…

A l’approche de la Fête Nationale qui marque la célébration du cinquante-septième anniversaire de l’indépendance, notre pays situé entre 18° et 28° de latitude sud entre dans l’hiver. Cinquante-sept ans après l’indépendance, il se trouve encore du monde pour demander : «Quel hiver ?». A cette question, la réponse attendue est : «L’hiver austral», de la même manière qu’à l’approche de Noël, nous précisons, plus souvent qu’à notre tour, que le pays entre dans l’été… austral.

Nous avions l’habitude de diviser l’année en une saison sèche et une saison des pluies, plus rarement en une saison chaude et une saison froide. Depuis peu, nous prenons conscience que notre pays est situé dans l’hémisphère Sud et que l’adjectif que nous devons lui associer est «austral».

Si nous entrons dans l’hiver, l’hémisphère Nord  entre dans l’été. Certes, mais lequel ? Etrangement, personne ne se soucie de lui adjoindre un qualificatif. Essayez donc : été du Nord, été septentrional, été boréal, voire été arctique ? Les expressions nous paraîtraient tout aussi ridicules les unes que les autres.

On comprend qu’après avoir grandi dans l’hémisphère Nord, on puisse s’emmêler les pinceaux, d’autant que ces pinceaux s’expriment en langue française,

à l’origine une langue du Nord.

Pour nous autres en revanche, qui avons toujours fêté Noël à l’ombre des flamboyants en fleurs et faisons des orgies d’agrumes en juillet, la confusion est moins justifiée. Comme Obélix tombé tout petit dans la marmite de potion magique, nous baignons dans la froidure pour passer le CEPE et pataugeons dans la boue après les averses du «fahavaratra».

Mais tout le monde n’a pas envie de ressembler à Obélix. Nous préférons, comme Astérix, attendre que le druide ait préparé la potion magique pour retrouver le Sud que nous avions perdu.

Vous reprendrez bien une louchée d’australité ?

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : congrès d’Agriculture coloniale (1)

Le Congrès d’Agriculture coloniale organisé par l’Union coloniale française est fixé au 15 octobre prochain.

Le Président de la République et le ministre des Colonies ont accepté la présidence d’honneur de cette grande manifestation qui a pour but l’étude des moyens pratiques d’organiser la production agricole dans les colonies.

Les organisateurs de ce Congrès comptent sur le concours des assemblées locales, des services techniques et des particuliers pour recevoir la documentation qui leur est nécessaire concernant les travaux agricoles à Madagascar.

Il est à désirer que cette documentation soit en rapport avec l’importance des intérêts engagés dans notre Colonie et traduise en outre d’une façon précise, pour le Congrès d’Agriculture en préparation, les besoins véritables de la colonisation.

Nos concitoyens de la métropole paraissent prendre quelque intérêt à l’exploitation et au développement des sources de richesse de notre colonie.

Déjà au mois de novembre dernier a paru sur ce sujet une circulaire provoquée par la conférence des commissions économiques de la Chambre des Députés, qui avait adopté une résolution invitant le gouvernement :

1° à adresser…

6° à organiser à bref délai aux Colonies des enquêtes dans le but d’inventorier leurs ressources, d’être renseigné exactement sur leurs besoins, de recueillir enfin tous les éléments d’information propres à faciliter l’exploitation rationnelle et une meilleure utilisation de toutes les ressources agricoles et industrielles.

De son côté, la Commission des Affaires Extérieures, des Protectorats et des Colonies a émis un vœu analogue et tendant aux mêmes fin.

Faciliter l’exploitation rationnelle et une meilleure utilisation de toutes les ressources agricoles et industrielles de la colonie…

Tout cela est fort beau et prouve que ces commissions sont animées des meilleures dispositions à notre égard.

Le Congrès d’Agriculture coloniale vient à la rescousse et désire qu’on lui adresse une documentation qui précise les besoins véritables de la colonisation.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fitsapan’ny vahoaka ny heriny

Toy ny manao fanazaran-tena ny vahoaka. Andrakandramany daholo izao karazana hetsika rehetra izao entiny anehoana ny tsy fanekeny intsony ny fihoaram-pefy amin’ny fanitsakitsahana lalàna indrindra moa izany ka eo ambany masony amin’ny fanevatevana ny fiarahamonina. Mihamatetika izao no mitsabaka ao amin’ny anjara adidin’

ny fanjakana ny mponina. Ao anatin’ny fiheverany, rehefa maimbo rà izy dia hoe tsy mijoro na tsy misy intsony izany fanjakana izany ka izy no miandraikitra ny vary mangatsiaka tavela noho io fahabangana io.

Miitatra hatrany ny sehatra isehaoan’ny fandinganana lalàna fandrobana fahefana ankitsirano. Nanomboka tamin’

ny fitsaram-bahoaka an’ireo azo sambo-belona, tratra ambody omby eo am-panaovana asa ratsy na voaendrikendrika nanatanteraka izany. Tsikelikely dia nivadika tamin’ny fanoherana ny fepetra noraisin’ny solontenam-panjakana any an-toerana mampiasa ny fahefany amin’ny fanjakazakana tafahoatra tsy zakan’ny mponina. Nitranga moa izany na birao an’ny distrika na tobin’ny zandary na polisy efa samy niharan’ny hatezeran’ny mponina. Ary nisy aza tranga nahitana fifandonana mahery vaika nitondran’ny andaniny sy ny ankilany takaitra. Anisan’izany ny fery tsy mbola sitrana any Antsakabary.

Izao indray, raiamandreny am-panahy no niharan’ny hatezeram-bahoaka tany Soanierana-Ivongo. Raiamandreny inona moa, fa raiamandreny voatondro molotry ny maro ho nanotafady ary endrikendrehan’ny tany amamonina ho mpametaveta. Nirehitra ny trano fibebahana sy fivavahana, voadaraka ny mpitarika sy ireo “apaositaoliny”.

Aiza ny fetran’ny fahasahian’ny mponina hanitsakitsaka lalàna amin’ny fandinganana ny fanjakana eo amin’ny fampiharana fahefana ? Tsotra ny valiteny setrin’izany fanontaniana izany. Rehefa mampiseho fahaizana ny fitondrana

amin’ny fitantanana ny fanjakana hampihatra ny fahefany sady ara-drariny no ao anatin’ny fanajana lalàna. Tsy adala anefa ny vahoaka. Izany hetsika rehetra izany tsy miainga na kely aza avy any amin’ny faniriana handrodana fitondrana. Fa mahatsiaro tena ho kamboty tsy misy mpiahy ny vahoaka ka mirongatra. Samy mijoro ho mpitsara sy mpanameloka ary mpampihatra ny didiny avokoa mikasika an’izay heveriny nanota sy nanelingelina ny fiarahamonina.

Tsapa amin’izany tranga rehetra izany fa miitatra ny fery ary tsy hiadin-kevitra intsony ny filan’izany fanefitra faran’

izay haingana. Ny maripana misondrotra hatrany mitory tazomahery. Mananontanona bemangovitra.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : na-ti-o-nal !

Vous vouliez être épargnés ? C’est raté. Vous n’y  échapperez pas ! Cinq jours avant le grand raout de l’armée, le compte à rebours a commencé avec  son lot de répétitions. Au nom de la cohésion nationale, de la ferveur patriotique, du fihavanana et tutti quanti, vous allez faire preuve d’abnégation et supporter les encombrements plus encombrants que jamais pour encourager les forces de l’ordre dans leurs préparatifs. Pour rendre vos trajets plus agréables et pour être dans l’air du temps, achetez donc des lampions qui décoreront votre voiture. Attention, ne commettez pas d’impair : achetez local, c’est le moment ou jamais de jouer la préférence nationale !

 

News Mada0 partages

Ambohimanarina : miparitaka ny rongony

 Naiditra am-ponja avy hatrany ireto olona telo voarohirohy ho nanao trafikana zava-mahadomelina ireto. Araka ny fanazavan’ny polisy misahana ny ady amin’ny fidorohana zava-mahadomelina, nahazo loharanom-baovao izy ireo, ny talata teo momba ny fisian’ireo olona mivarotra rongony amin’ny faritra maromaro eto an-dRenivohitra. Nandray ny andraikiny avy hatrany ny polisy ka olona telo indray voasambotra ary vehivavy ny iray. Ny lehilahy iray voalohany tratra niaraka tamin’ny fonosan-drongony marobe teny Ambohimanatrika Tanjombato. Nilaza izy fa eny Ambohimanarina no fakany rongony ka 15 000 Ar  ny iray selofanina kely. Tratra teny Ivandry sy Soanierana kosa ireo namany. Eny amin’iny faritra Ambohimarina iny avokoa ny fividianan’izy ireo entana, araka ny fanazavany nandritra ny famotorana nataon’ny polisy.

Efa nigadra noho ny fanaovana trafikana rongony ny taona 2015 ny iray amin’ireto olona voasambotra ireto, kanjo niverina nanohy ny asa ratsiny indray nony tafavoaka ny fonja.

Tokony hojerena akaiky ny momba ity mpamongady rongony eny Ambohimanarina ity satria avy eny daholo no miainga ny rongony amidin’ireo mpivarotra antsinjarany.

J.C

News Mada0 partages

Bianco : beazina handala fahamarinana ny tanora

Nomarihina, tetsy Mahamasina omaly ny Andron’ny tambajotran’ny mpianatra sy tanora mandala ny fahitsiana sy ny fahamarinana. Andiany fahadimy ity fankalazana natao teto amintsika ity.

Nifandimby ny hetsika koltoraly sy fanatanjahantena mivoy ny fahitsiana sy ny fahamarinana. Naneho hevitra tamin’ny alalan’ny slam, soradihy, fifaninanana tetikasa madinika mikasika ny fahaizana mandresy lahatra amin’ny ady atao amin’ny kolikoly ireo tanora.

“Tanora mandray andraikitra, hery manosika ho fanoitra amin’ny ady amin’ny kolikoly”. Io ny lohahevitra novoizina nentina nanamarihana ity Andron’ny tambajotran’ny tanora sy mpianatra mandala ny fahitsiana sy ny fahamarinana ity.

Manodidina ny 15 ireo sekoly miankina amin’ny fanjakana sy sekoly miahy tena nandray anjara tamin’ny hetsika omaly. Anisan’izany ny liseam-panjakana fito teto an-dRenivohitra toy ny lycée Moderne Ampefiloha, Andohalo, Faravohitra, Rabearivelo, Analamahitsy, Nanisana ary Ambohimanarina. Teo koa  lycée tsy miankina efatra toy ny lycée Andrianarisoa, Aceem, SK3SM Soanierana ary ny La Prime Anosibe. Tsy diso anjara ny lycée teknika roa.

Manodidina ny 8.000 ireo tanora nentanina amin’ny ady amin’ny kolikoly sy handala ny fahamarinana tao anatin’ny hetsika omaly. Tafiditra ao anatin’ny hetsika fanabeazana sy fisorohana ny kolikoly izao hetsika tontosain’ny Bianco amin’ny alalan’ny biraom-paritra eto Antananarivo izao.

Omaly hariva, nitohy tamin’ny alalan’ny adihevitra eo amin’ny samy tanora ny fankalazana izay niarahana tamin’ny Search For Commun Ground (SFCG). Notontosaina teny amin’ny lycée Gallieni ny adihevitra. Lohahevitra nodinihina ny momba ny andraikitry ny tanora amin’ny ady amin’ny kolikoly eto Madagasikara.

Tatiana A

News Mada0 partages

Tsy fanaovana radiothérapie : 90% ny fiverenan’ny homamiadana

« 1 200 eo ho eo ny olona vaovao voan’ny homamiadana manatona eny amin’ny sampam-pitsaboana homamiadana eny amin’ny HJRA isan-taona. Vehivavy tratran’ny homamiadan’ny vozon’ny tranon-jaza sy nono avokoa ny 50% amin’ireo », araka ny fanazavan’ny lehiben’ny sampam-pitsaboana homamiadana, Tovo Harivony, omaly teny Anosy. 70%  monja no afaka mitsabo tena ary mbola betsaka ireo miala an-daharana tsy mahatody hatramin’ny farany. Lafo sady maharitra ny fitsaboana homamiadan’ny nono sy ny vozon’ny tranon-jaza eto amintsika. 15 tapitrisa Ar ny vidin’ny chimiothérapie rehetra (séance enina na valo) raha 10 Ar tapitrisa Ar ny radiothérapie mandra-pahavita ny fitsaboana tanteraka. Mbola toeram-pitsaboana tsy miankina tokana no manao radiothérapie eto Madagasikara ka ny mpiasam-panjakana irery ihany no afaka manao izany maimaimpoana. Raha tiana hahomby anefa ny fitsaboana homamiadan’ny nono sy ny vozon’ny tranon-jaza, ilaina ny manao radiothérapie. “Raha tsy mahavita izany ny marary, mety hiverina ny homamiadana amin’ny 90%-n’ny tranga”, hoy ny fanazavany ihany.

Eto Madagasikara, mbola eo an-dalam-panamboarana ilay foibe vaovao fanaovana radiothérapie eny amin’ny HJRA. Tombanana hiasa manomboka ny taona 2018 ny fotodrafitrasa miaraka amin’ny fitaovana avo lenta hitsaboana homamiadana.

 Nanome cryothérapie ny OMS

« Nanolotra fitaovana « cryothérapie » ho an’ny sampandraharaha misahana ny fahasalamana eny anivon’ny distrika 114 ny Sampandraharahan’ny  Firenena mikambana momba ny Fahasalamana (OMS) hitiliana sy hitsaboana ny homamiadan’ny vozon’ny tranon-jaza vao miantomboka », araka ny fanazavan’ny solontenan’ny OMS eto amintsika, Charlotte Faty Ndiaye. Ankoatra ireo, hanome fitaovana fitiliana homamiadan’ny nono (mammographie) ny OMS hapetraka any ambanivohitra mba ho afaka hanara-maso ny fahasalamany ny vehivavy rehetra.

Nisokatra, omaly, ary haharitra hateloana ny fivoriana nasionaly momba ny fisorohana sy fanaraha-maso ny homamiadana mpahazo ny vehivavy. Nomena fankasitrahana manokana avy amin’ny OMS koa ny vadin’ny filoha, Rajaonarimampianina Voahangy, noho ny fanohanany ny ady amin’ny homamiadana mpahazo ny vehivavy.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Tetikasa nomerika : solontenan’i Madagasikara ny Fablab mamiratra

Mandray anjara amin’ny fifaninanana iraisam-pirenena momba ny famoronana nomerika « I make for my city » ny tambajotran’ny Fablab. Anisan’ny firenena mandray anjara amin’ny 11 i Madagasikara. Hitsarana ny mpifaninana ny famoronana fitaovana vokarina avy amin’ny Fablab manampy ny olona manana fahasembanana ho afaka hanao fanatanjahantena. Voasafidy fa ny fanamboarana solontanana ho an’ny tapa-tanana mba ho afaka hilalao tsipy kanety be no hotanterahin’ny tanora valo mpianatra. Novokarina avy amin’ny Fablab mamiratra izay fiaraha-miasan’ny fondation Orange, Orange solidarité sy ny fikambanana SOS Village d’enfants ny solontanana.

Miorina eny amin’ny foiben’ny fikambanana SOS village d’enfants eny Andrainarivo ny Fablab mamiratra misokatra ho n’ny tanora sy ankizy rehetra mianatra avy eny amin’ny sekoly na oniversite. Nomena fiofanana mialoha ny tomponandraikitra mitantana ny Fablab sy ireo rehetra hikirakira ny fitaovana ao anatiny.

17 ny tetikasa nomerika hifaninana ary hiatrika fitsarana telo miantoana. Loka avy amin’ny mpitsaran’ny fondation Orange, loka avy amin’ny mpikirakira ny internet ary ny loka coup de coeur Paris 2024. Hatolotra ny 6 jolay izao any Marseille ny loka. Raha hanohana ny ekipa malagasy, afaka mitsidika ny rohy htts://www.fondationorange.com/Une-main-bionique-pour-la-petanque.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Is’Art Galerie : ranty sy mozika ho an’ny asaramanitra

Hisokatra ho an’ny rehetra, manomboka androany hatramin’ny 14 jolay, ny “The road color”, fampirantian’i Eric Rakoto, mpanakanto araka endrika amam-bika. Asehony ao anatin’izany ny zava-misy any anivon’ny fiarahamonina any, ankehitriny. Nambarany, tamin’ny fanolorana ity hetsika ity, fa aminy, ahatarafana ny fivoarana sy ny fahapotehan’ny kolontsaina ny lalana diavina.

Arahin’ny mozikan’i Nully Ratomosoa, tovovavy tsy zovina intsony eo amin’ny tontolon’ny kanto ankehitriny, ny fanokafana amim-pomba ofisialy ity fampirantiana ity.

Ho an’ny rahampitso, manasa ny mpankafy mozika hip-hop ny tarika Lhom Pippo amin’ny fampisehoana hataon’izy ireo. Avy any Morondava ny mpikambana ao amin’ny tarika ary efa naneho hip-hop malagasy tany ivelany tany.

Mbola hanamarika ny fetin’ny mozika ihany koa ny Is’art galerie, ny asabotsy, miaraka amin’ny mpanakanto maro, mpiangaly gadona samihafa, toa an-dry  Jonny Rafa, Nully Ratomosoa, Eklyps, Maitso Nation, Dougl and Wave, Harty Andriambelo.

Landy R.

News Mada0 partages

« Podium Goavambe » : nahazo laka kokoa ny tanora

Nanomboka, omaly, ny « Podium Goavambe », tafiditra ao anatin’ny fankalazana ny faha-57 taona niverenan’ny fahaleovantena-pirenena. Fampisehoana an-tsehatra izay tsikaritra ho nifantoka sy nanome laka ny tanora. Nanafana ny kianjan’i Betongolo ry Jess Flavy One, AgradSkaiz, sns.

Raha ny fandaharam-potoana anio, eny amin’ny kianjan’Ambohimanariny i Bekoto, ry Tempo Gaigy, i Firmin, i Taa-Tense.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Fête nationale : les jeunes talents inaugurent le podium

Un rendez-vous annuel immanquable pour les Tananariviens, le grand podium de la Fête de l’Indépendance a été inauguré par les jeunes talents, hier, à Betongolo.

Si le 21 juin est reconnu aux quatre coins du globe comme  étant la Fête de la musique, le grand podium érigé dans le cadre de la célébration du 26 juin sera aussi une occasion de prolonger en quelque sorte l’ ambiance. Installée au stade de Betongolo, la scène a laissé la part belle aux jeunes talents de la musique urbaine pour cette première journée de festivités.

Vers 13 heures, une ribambelle d’artistes se sont relayés sur les planches de Betongolo, à  savoir Agrad Skaiz, Mijah, Arione Joy, Meizah, Kougar, Jess Flavi One, Mr Sayda, Lous’fah, Rak Roots et le duo Etsetra Etsetra à l’animation. Pour une première, le public a répondu massivement à l’appel d’autant que l’événement a été gratuit.

Cette année, un vaste dispositif sera déployé pour garantir la sécurité publique et notamment pour éviter les éventuels fauteurs de trouble. Rappelons que le show de Stéphanie, qui devait assurer le clou du spectacle au stade de Mahamasina l’année dernière, a été annulé à cause d’une explosion qui a semé une ambiance de terreur sur les lieux.

Joachin Michaël

Tia Tanindranaza0 partages

MAZAVAL RUNNahavory tanora 3.500

Fahombiazana tanteraka no azo tamin’ilay hetsika “Mazaval Run” andiany voalohany nokarakarain’ny Okalou sy ny XXL ary ny Skol andro vitsy lasa izay tetsy amin’ny Stade annexe Mahamasina.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Seranam-piaramanidina vaovao ao ToliaraHahazaka mpandeha 250 000

Nijery ny fandrosoan’ny fanavaozana ny seranam-piaramanidin’i Toliara ny filoha Hery Rajaonarimampianina ny harivan’ny talata 20 jona teo.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Aretin’ny homamiadanaMitombo isa hatrany ireo voany

Tafakatra 94 tapitrisa ireo olona lasibatry ny aretina homamiadana maneran-tany ka ny valo tapitrisa no efa namoy ny ainy.

Ny vehivavy no tena  betsaka indrindra mitondra faisana amin’izany. Ho an’ny tany an-dalam-pandrosoana toa antsika eto Madagasikara dia ny 87 %-n’ny vehivavy no efa lasibatr’ity karazan’aretina iray ity ka ny homamiadan’ny nono sy ny vozon’ny tranonjaza no tena mahazo vahana. Anisan’ny antony mahatonga izany, araka ny fanadihadiana natao ny fifohana sigara, ny fisotroana toaka, ny loto sy ny fofona miparitaka etsy sy eroa raha tsy latsa-danja amin’ireo ny  fihinanana sakafo be akora simika, ny fanaovana firaisana ara-nofo aloha loatra ary ny fiterahana maro loatra. Ahiana mbola hitombo hatrany io salan’isa io ho an’ny tany an-dalampandrosoana mandrapahatongan’ny taona 2025 raha tsy misy ny fepetra raisin’ny tsirairay. Nisy ny fanolorana  mari-pankasitrahana ho an’ireo mpitsabo telo tena  mahery fo niady tamin’ity aretina ity teto amintsika tetsy amin’ny Carlton Anosy omaly, notohanan’ny sampandraharahan’ny firenena mikambana misahana ny fahasalamana.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Antananarivo RenivohitraTsy hisy lalana tapaka rahampitso zoma

Niteraka resabe teto an-drenivohitra nanomboka omaly ny fahatapahan-dalana etsy sy eroa, indrindra amin’izao ankatoky ny fetim-pirenena 26 jona izao.

 

 Nitondra fanazavana mifandraika amin’izany omaly Ramatoa Sarah Zoe, tompon’andraikitra eo anivon’ny kaominina  Antananarivo Renivohitra ka nambarany  fa ny sabotsy 24 jona vao hisy ampahan-dalana ho tapaka eto an-drenivohitra noho ny fisian’ilay hazakazaka lavitr’ezaka “ marathon indépendant” karakarain’ny komity misahana ny fankalazana ny fetim-pirenena 26 jona sy ny minisitera mpiahy. Na hizara harendrina ho an’ny zanaky ny mpiasa sy hanome fanampiana ny sahirana  ary  hanao karnavaly manoloana ny lapan’ny tanàna sy hitsoka mozika aza mantsy  ireo mpiasan’ny kaominina ho fanamarihana ny fetim-pirenena rahampitso zoma 23 jona dia tsy hisy lalana ho tapaka araka ny feo  mandeha izany ihany koa. Marihina moa fa efa miomana tanteraka amin’ny fankalazana ny fetim-pirenena  26 Jona ny kaominina ankehitriny. Anisan’ireny ny fandokoana ireo trano manamorona ny arabe, ny fametrahana dabam-pako eny rehetra eny ho fitandroana ny fahadiovana… Mikasika ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana manokana dia nambarany fa tsy maintsy ho avy izy ary hankalaza ny fetim-pirenena eto an-tanindrazana miaraka amin’ny vahoaka Malagasy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Revin-gadra !

Dia efa manao izay saim-patany sy hitsin’ny sainy sisa ny fanjakana Rajaonarimampianina satria mihevi-tena ho mafy sy matanjakana, ka tsy hisy hahaozongozona azy eo amin’ny sezany intsony,

 ary mbola manantena aza fa ho tafajanona mora foana eo amin’ny seza aorian’ny 2018. Mandeha ny revin-gadra sy ny fandanilaniam-bolam-bahoaka fahatany, raha tsy hilaza afa tsy ilay resaka fivorian’ny governemanta mitety faritra notanterahina tany Toliara omaly, izay fanintelony taorian’ny tany Toamasina sy Antsiranana. Volabe no lany tamin’izany, saingy toa tsy afa-manoatra ny rehetra fa dia mitazam-potsiny ny hagegen’ny mpitondra e ! Mbola vaovao hafa ihany koa ny fampidiran-trosa be 51 tapitrisa dolara nindramina tamin’ny Banky Alema, ka 7 taona no voalaza hamerenana azy, saingy mbola miaina finaritra sy migalabona amin’ny sezany ihany aloha ny mpamotika tanindrazana ary tsy misaina kely akory ny fampibabeana trosa hataony fa dia ny hihinana ihany, hihinana hatrany. Ny Malagasy ve no efa kely hoza-pe, ka raha resaka dia tena henjana fa raha hery hoenti-miady amin’ny fanjakana mpanao revin-gadra tsy misy intsony, ka aleo miaritra sy manaiky ho hatao tsindry hazo lena lava eto ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanjakana sy ny sendikan’ny mpitsaraTsy mbola milamina

Hiitatra any andafin’ny riaka ny akon’ny fitakian’ny Sendikan’ny Mpitsara eto Madagasikara (SMM) noho ny teritery isan-karazany ataon’ny manampahefana amin’ny asan’ny mpitsara Malagasy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiasan’ny ladoanyHiverina hitokonaTaorian’ny fitokonan

Taorian’ny fitokonana nandritra ny 2 andro nataon’ny Sendikan’ny mpiasan’ny ladoany (SEMPIDOU) ny 29-30 mey, narahin’ny fivoriambe tsy ara-potoana ny 01 jona dia nanome fe-potoana ny fanjakana hamaliana ny fitakiany hatramin’ny 26 jona ny sendika.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanAmpianaro tsara ny zaza

Ianareo ve ry Jean tsy nandia fianarana a ? Manakory sy manakory aloha ! Na ny zaza tsy tonga volana aza tsy hanao toy io fanaonareo io.

 Efa im-piry izay ianareo no nanarina fa tsy nisy hita soritra ny vahaolana. Sa dia efa voadonton’ilay hoe teo ianareo tsy hita izay atao koa ve ka dia lasa mihevitra ny rehetra tsy mitovy firehana aminareo ho adala daholo ? Ny hevitra tsy azo tsy amin’olombelona. Ianareo izany mandra-pialanareo teo dia tsy hanao afa tsy manao tipy topy sy tapimaso ? Sahanareo ve ny milaza fa hitondra fampandrosoana ireny ataonareo ireny ? Izao hiverina hitokona indray ny mpitahiry volantsika dia mbola hikaroham-bahaolana maharitra azo ampiharina dieny izao ihany ve ?

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Faneva RaholdinaFieken-keloka sy Famelan-keloka vao fampihavanana

Nandamoka ny fampihavanana ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana sy ny filohan’ny tetezamita Andry Rajoelina nokasaina hotanterahina,

Ino Vaovao0 partages

FARAN’NY HERINANDRO : Milaza tsy ho avy ao Toamasina i Din Rotsaka ny alin’ny 23 jona

Efa elaela tokoa mantsy no tsy nandalo teto Toamasina ity tarika mpanao salegy avy any amin’ny Faritra Sofia ity, ka nilaza fahavononany tanteraka i Rabearison Bernardin, lehiben’ny tarika.

Ny zava-misy anefa, milaza ny tsy ho tonga amin’ity fampisehoana hatao ny 23 jona ity ny tarika Din Rotsaka, nandritra ny fifampiresahana mivantana natao tamin’ity mpanakanto ity. Tsy niteny zavatra maro ity mpanakanto ity fa nofeheziny tamin’ny teny fohy ny antony : “tsy matotra ny fifanarahana natao, ka aleo mihemotra ny tarika”.

Ny mampalahelo anefa, hoy i Din Rotsaka ny fahasahian’ny mpikarakara mametraka sorabaventy eraky ny tanànan’i Toamasina, milaza fa ho avy ny tarika Din Rotsaka, efa herinandro maromaro lasa izay. Na izany aza, mbola mampanantena ny lehiben’ny tarika fa ho avy eto Toamasina ihany ny tarika amin’ny andro manaraka, hanome ny kanto rehetra avy amin’izy ireo ho an’ny mpankafy.

Ravo

Orange Madagascar0 partages

Les projets les plus innovants contre le changement climatique primés

Le ministère de l’Education Nationale et Vivo Energy Madagascar, ont organisé dans les lycées de Madagascar la deuxième édition du concours national pour le projet le plus innovant contre le changement climatique.

Ce concours a pour objectif de trouver des stratégies d’endiguement ou d’adaptation à ce problème mondial.

Ainsi, à l’issue de l’organisation de ce concours organisé au mois de mai, le ministère de l’Education Nationale et Vivo Energy Madagascar ont procédé à l’organisation de la phase finale et à l’annonce des résultats ce jeudi 22 juin.

Le ministère de l’Education Nationale et Vivo Energy Madagascar ont signé un protocole d’accord pour l’organisation de ce concours national le 28 avril. Cette initiative est en adhésion avec l’objectif de la COP21, l’une des priorités de l’enseignement à Madagascar.

Elle contribue à inculquer aux générations présentes l’importance de la préservation de l’environnement à Madagascar et dans le monde pour une économie et société durables.

L’éducation et l’environnement font partie des priorités de la politique de responsabilité sociale de Vivo Energy. A ce titre, Vivo Energy Madagascar soutient activement le ministère de l’Education Nationale dans ses projets éducatifs à dimension écologique.

372 lycées ont participé à ce projet d’envergure nationale et 2062 projets ont été soumis sur une population totale de 200 000 lycéens à Madagascar. A l’échelle nationale, environ 59 projets sont sortis du contexte mais ont été néanmoins remerciés de leur participation. Environ 600 enseignants scientifiques ainsi que des parents d’élèves se sont impliqués pour accompagner les jeunes assidus.

Les participants sont issus de plusieurs régions de Madagascar: Vatovavy fitovinany, Diana, Boeny, Vakinankaratra, Atsimo andrefana, Antsinanana, sans oublier la participation exceptionnelle des régions enclavées tels que lycée Kandreho (betsiboka), Soalala (Boeny), Ambatomainty (Melaky).

Ce projet a éveillé la curiosité des jeunes et les a sensibilisés davantage au changement climatique. De la théorie à la pratique, les impacts du projet resteront indélébiles. De nombreuses découvertes voire des possibilités sont nées à travers ce concours et les six finalistes ont eu l’opportunité de présenter leur projet ce jeudi 22 juin.

Les membres du jury étaient composés de cinq entités différentes : un membre du personnel de Vivo Energy Madagascar, une personne de la société civile, un représentant de l’ONG WWF, un spécialiste du changement climatique, le Directeur d’études et de recherche pédagogique du ministère de l’Education Nationale.

Les lots destinés aux trois meilleurs projets ont été remis par le ministre de l’Education Nationale et le Directeur Général de VIVO Energy Madagascar qui dans leurs allocutions ont manifesté leur engagement à contribuer à la protection de l’environnement.

1er prix :

RAKOTONIRINA Nomenjanahary Zo (Lycée Ifanadiana)

Projet : Fabrication de charbon à base de bouse de vache et d’argile

Lots  reçus : TV écran plat + tablette Samsung + Casque écouteur MP3

 

2ème prix :

RAMAHALAZA Brian (Lycée Jacques Rabemananjara Tamatave)

Projet : Beach Cleaning ( Assainissement des plages et recyclage des déchets en bord de mer)

Lots reçus : Ordinateur portable + Radio satellite + casque écouteur MP3

 

3ème prix :

RAZAFIMANDIMBY Lionot (Lycée Antaninarena Tuléar I )

Projet : fabrication de foyer économique et de charbon à base d’argile et de bouse de vache

Ino Vaovao0 partages

TSENA ANDREFANA - AMPEFILOHA : Mpifankatia voafira sabatra sady voaendaka

Olona mpifankatia indray no voafira sabatra sady voaendaka ny Alarobia hariva, tokony tamin’ny 5 ora, tetsy amin’ny tsena Andrefana Ampefiloha.

« Teny an-dalana hody izy roa ireto no nosavoritahina mpanendaka roa lahy. Avy hatrany dia nikiakiaka mafy ilay vehivavy. Tsy nisy taitra anefa ny olona fa heverin’izy ireo fa somongan’ny samy tanora ihany », hoy ireo nanatri-maso. Nofirain’ireo olon-dratsy tamin’ny sabatra izy roa sady lasa nitsoaka izy ireo. Taorian’izay vao tonga ny olona namonjy, kinanjo fa efa ra mandriaka no teo, hoy ihany ireo nanatri-maso.

Nifarimbona nitondra azy roa reto namonjy hôpitaly haingana ireo fokolonolona satria naratra mafy izy ireo. Lasan’ireo jiolahy ny poaketra sy ny finday tamin’ireto tanora ireto. Mbola manaraka fitsaboana ao amin’ny Hôpitaly Joseph Ravoahangy Andrianavalona.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

MIHOROHORO NY MPONINA : Mpamongady iray voaroba vola 4 tapitrisa Ariary tao Fianarantsoa

Afak’omaly hariva dia mpamongady enta-madinika iray tao amin’ny Fokontany Sahalava no voaroba ka lasa avokoa ny vola rehetra tao anaty fitoeram-bola, izay tsy voafaritra mazava ny isany saingy nanamafy ny tompon’ny tsena fa manodidina ny 4 tapitrisa Ariary eo ho eo ny vola very.

« Soa ihany aza fa tsy dia nampirim-bola tao an-trano izy ireo fa raha tsy izany dia mety ho banky rompotra tanteraka », hoy ny loharanom-baovao. Niezaka ihany izy ireo nanohitra ireo jiolahy saingy noho ny fahatahorana ireo zava-maranitra sy ny basy nentina nampihorohoroana nandritra ny fandrobana dia tsy maintsy nomena avokoa ireo vola teo am-pelatanana.

Mbola nandrahona ny hiverina ireto olon-dratsy ireto talohan’ny nandehany ka vao mainka natahotra mafy ny mponina raha nandre izany. Araka ny fa hitan’ireto niharan’ny fangalarana raha nandinika ny endrik’ ireo jiolahy izy ireo dia toa olona tsy avy ao amin’ny faritra no tonga nandroba fa vahiny mihitsy ary niisa efa-dahy izy ireo. Efa mandeha ny fikarohana ataon’ny mpitandro filaminana ao an-toerana amin’izao fotoana izao ka efa mandeha ny fanadihadiana momba izany hatreto.

Manoloana izay firongatry ny tsy fandriam-pahalemana izay dia namoaka fanambaràna ny Ben’ny tanànan’i Fianarantsoa Harilalaina Irma Juliandre fa « hiezaka hitady vahaolana haingana izy ireo satria raha ny tatitra voaray tato ho ato dia isaky ny faritra mihitsy no isehoana vaky trano sy karazana hala-botry ».

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

AMPARAFARAVOLA : Lehilahy raim-pianakaviana iray indray maty novonoin’ny dahalo

Afak’omaly alina manodidina ny tamin’ny 10 ora no nigadona tao an-tanàna ireo malaso.

Tokantrano iray no lasibatra. Rehefa tsy nahazo fahafaham-po tamin’ny entana tao an-tokantrano ireo mpanafika dia ny omby tany am-bala indray no nanaovan’izy ireo an-keriny havoaka ny vala. Niezaka nanohitra izany ilay rangahy tompon’ny fananana saingy avy hatrany dia niharan’ny tambaben’ireo dahalo tamin’ny vono sy daroka sy narahin’ny tifitra variraraka. Nihorohoro ny mpiara-monina, ka tsy sahy nanohitra fa niraviravy tanana nanoloana ny hery tsy nitovy sy ny hamaroan’isan’ireto mpanafika. Maty tsy tra-drano ilay raim-pianakaviana, lasa ihany koa ny omby am-polony tany am-bala niaraka tamin’ireo entana izay zakany tao an-trano.

Nisy ny fanarahan-dia nataon’ny fokonolona kanefa niala maina izy ireo. Araka ny fanazavana nomen’ny Solombavambahoaka voafidy tany Amparafaravola dia matetika no hisehoana halatr’omby any an-toerana indrindra fa ao anatin’ity Kaominina Amboavary ity. Olana ny tsy fisian’ny biraon’ny Zandarimariam-pirenena, hany ka manao izay danin’ny kibony ireo olon-dratsy. Amin’izao fotoana efa an-dalana manangana Borigadin’ny Zandary izy ireo izay hanaovan’ireo fokonolona antso avo amin’ny tompon’andraikitry ny zandarimariam-pirenena ny ahavitan’izany ao anatin’ny fotoana faran’izay haingana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

KOLONTSAINA - DIOSEZIN’I TOAMASINA : Nivoaka ireo mpikabary Lasalianina andiany faha-10

Miisa 59 mianadahy izy ireo nianatra kabary, ho fanomezam-boninahitra ny soatoavina maha Malagasy.

Mivelatra amin’ny rehetra ny fampianarana, izany hoe, tsy voatery manaraka ny finoana katôlika vao afaka mianatra ny kabary ao amin’ny Lasalianina. Raha ny fanazavana dia tsy misy loatra ny fiavahana amin’ny FIMPIMA fa noho izy ao anatin’ny fiangonana katôlika no anisan’ny tena mampiavaka azy.

Nitohy teny amin’ny “Espace Stella Maris” ny fotoana, toerana nizarana ny mari-pahaizana ho azy 59 mianadahy ireto sy nanaovana ny sahoby ho fanamarihana izany. Anisan’ny ezaka hatao tsy ho ela ny fanaovana fiofanana lehibe any Antananarivo, ka ireo mpampianatra kabary sy izay maniry hiofana amin’izany no hiatrika izany.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA FARAN’NY HERINANDRO : Maro ireo hetsika hokarakaraina mandritra ny faran’ny herinandro

VAZO AN-GITARA

Handrotsirotsy ireo mpankafy ny tarika Levelo

Hiverina hiaka-tsehatra ka hanafana seho takariva indray ireo tarika Levelo, izay mbola tohizan’ireo vady aman-janany. Mpanakanto nanana ny lazany tokoa i Levelo, indrindra amin’ny gadona milamindamina, izay tena nahafantarana azy. Anio manomboka amin’ny 9 ora alina no handrotsirotsy ireo mpankafy etsy amin’ny Piment Café Behoririka ny tarika.

VAZO MITENY

Hampilanonana ny Cercle Franco Malgache i Princio

Anio alina manomboka amin’ny 9 ora no hitondran’i Princio ny talentany, amin’ny alalan’ny vazo miteny, etsy amin’ny Cercle Franco Malgache, eny Anosy. Amin’io fotoana io no hohirainy avokoa ireo hira nankafizana azy hatramin’izay, toy ny « Paradisa », « Infirmiera »,...

HIRA MILAMINA

Hampiara-peo etsy amin’ny Akany Soa Miandrarivo Ambanidia i Poon sy Faniah

Anio hariva manomboka amin’ny 9 ora no hitondran’i Faniah sy Poon ny kanton’izy ireto eny amin’ny Akany Soa Miandrarivo Ambanidia. Mivoy ny gadona maro samihafa ireto tanora manana maha izy azy, nivoaka tamin’ny Pazzapa ireto. Amin’io fotoana io no hohirainy izy ireto ireo hira nahafantarana azy ireo hatramin’izay, ary ho tonga hanampy azy ireo amin’io fotoana io ihany koa i Sanda Ranaivosoa, Hents Andriamasimanana ary i Rado Manantsoa.

Rnb

Hiverina hiaka-tsehatra i Liantsoa, Isa Roa Telo

Hanafana ny sehatra ny Café de la Gare Soarano i Liantsoa, mpankanto mpikambana tao amin’ny tarika Isa roa telo, anio manomboka 6 ora sy sasany hariva. Tsy zoviana amin’ny fanafanana seho takariva ity mpanakanto ity. Ho re eny an-toerana, araka izany, ireo hira nahafantarana an’i Liantsoa tahaka ny « Tsiaro ».

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FINOANA : Mahatratra 280 ny isan’ireo fiangonana zandriny eto Madagasikara

Miroborobo fatratra ny fisokafan’ireo fiangonana zandriny, maro ihany koa ny taratasin’ny voarain’ny minisiteran’ny Aatitany mangataka fahazoan-dalana amina fisokafan’ny fiangonana iray.  

Fantatra fa efatra isan-taona ireo fiangonana vaovao misokatra, izay samy manana ny anarana hiantsoana azy avy, raha ny loharanom-baovao voaray. Ankehitriny efa mahatratra hatrany amin’ny 280 ny isan’ireo fiangonana zandriny, izay voasokajy ho «  sekta  » misokatra etsy sy eroa. Amin’ny ankapobeny noho ny fitomboan’ isan’ny mponina eto amintsika no anisan’ny mahatonga ny fahamaroan’ireo fiangonana zandriny tahaka izao.

An-kilany kosa ny fahasarotan’ny fiainana iainana amin’izao fotoana izao ka mahatonga ny olona miatsampy amin’ny hery tsy hita maso mitady ny fahasoavana. Raha ny fanadihadiana natao tamin’ny olon-tsotra dia misy ihany koa ny milaza fa anisan’ny mahatonga ny olona hirona any amin’ireo fiangonana zandriny ny raharaha politika misy eto amin’ny Firenena ankehitriny. 

Voalaza fa misy amin’ireo mpitarika ny fiangonana zokiny no miditra lalina amin’ny raharaha politika ka zary lasa mandoto ny fiangonana tantaniny izany. Samy manana izay maharesy lahatra azy ny rehetra. Manoloana ny fisokafan’ireo fiangonana zandriny marobe kosa anefa dia tokony hanara-maso ihany ny Fanjakana satria misy amin’izy ireo no tsy araka ny tokony ho izy ny zava-miseho ao amin’ilay fiangonana tahaka ireny niseho tamin’ny fiangonana FKM tao Soanierana Ivongo ireny.

Avotra Isaorana   

Ino Vaovao0 partages

DELESTAZY TAO TOLIARA : Nikoropahana fatratra ny fiarovana ny ain’ny Filoham-pirenena

Afak’omaly hariva ny tenany no nanatanteraka ny fitokanana ireo fotodrafitrasa goavana miisa roa tany an-toerana.

Tokony ho tamin’ny 7ora latsaka fahefany hariva anefa dia tapaka tampoka ny jiro. Nikoropaka tsy misy ohatran’izany ny Filoham- pirenena sy ireo mpiara-dia taminy niaraka tamin’ireo mpiambina. Nohamafisina tanteraka ny fiambenana ny manodidina vokatr’izany noho ny fahatahorana sao hisy hamono na hisompatra, ny Filoha. Voalazan’ny loharanom-baovao fa nahitana mpiambina avokoa isaky ny iray metatra tany an-tokontany hatrany amin’ny tafon-trano nandritra io fahatapahan-jiro io izay naharitra minitra vitsivitsy io.

Inoana, araka izany, fa ho tsapan’ny Filoham-pirenena amin’izay ny ngidy mahazo ny vahoaka ao anatin’ny delestazy, manginy fotsiny ny tsy fandriampahalemana sy ny fitaintainana.

Aiza ho aiza amin’ izany ny fijaliana mahazo ny vahoaka manerana ny Nosy  isan’andro noho ny fahatapahan-jiro mateti-pitranga ka asa raha mba hitondra vahaolana maharitra amin’izay  ny Filoham-pirenena manoloana izany na tsia. Satria hita fa mihatra aman’ain’ny vahoaka ny delestazy isan’andro vaky. Hatramin’izay mantsy dia toa zary fampanantenana poakaty hatrany no iainan’ny vahoaka mahakasika izay mety ho vahaolana momba ity fahatapahan-jiro matetika ity.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

AMBONDRONA MAHAJANGA : Mijaly sy mitaraina mafy amin’ny famatsian-drano ny mponina

Tena mampitaraina ny mponina any amin’iny toerana iny sy ny manodidina io toe-javatra io satria na ny hanasana lamba aza dia manahirana tokoa. Amin’ny alina mantsy no tsy maintsy matsaka rano na mifoha maraina mbola maizina iny. 

Raha vao dilan’io ora io dia tsy mahazo rano mihitsy. Marihina fa tsy maharaka ny filàna anefa ny fitehirizan-drano ananan’ny isan-tokantrano fa ny rano andrahoan-kanina sy hidiovana ihany no sahaza izany, tsy manana lavoara (bassin) fanasan-damba anefa io fokontany io, ka tena mijaly ny olona.

Raha ny marina dia toa tsy misy fanafany io olana io satria mifandray amin’ny fahasimban’ny tontolo iainana izany ka rehefa mitsahatra ny ranon’orana dia ritra koa ny rano ka sahirana iny toerana iny sy ny manodidina azy rehetra. Ny fanarenana ny tontolo iainana amin’ny fambolena zana-kazo, ny tsy fandripahana ala, ny tsy fandorana tanety sy ala no vaha olana mahomby ho amin’izany. Raha ny fanazavana avy amin’ny tompon’andraikitry ny Jirama. Satria efa nampitomboina ny isan’ny toby famatsin-drano fa toa ny teo ihany no eo hatramin’izao.

Fety

Ino Vaovao0 partages

DELESTAZY TAO TOLIARA : Nikoropahana fatratra ny fiarovana ny ain’ny Filoham-pirenena

Afak’omaly hariva ny tenany no nanatanteraka ny fitokanana ireo fotodrafitrasa goavana miisa roa tany an-toerana.

Tokony ho tamin’ny 7ora latsaka fahefany hariva anefa dia tapaka tampoka ny jiro. Nikoropaka tsy misy ohatran’izany ny Filoham- pirenena sy ireo mpiara-dia taminy niaraka tamin’ireo mpiambina. Nohamafisina tanteraka ny fiambenana ny manodidina vokatr’izany noho ny fahatahorana sao hisy hamono na hisompatra, ny Filoha. 

Voalazan’ny loharanom-baovao fa nahitana mpiambina avokoa isaky ny iray metatra tany an-tokontany hatrany amin’ny tafon-trano nandritra io fahatapahan-jiro io izay naharitra minitra vitsivitsy io.

Inoana, araka izany, fa ho tsapan’ny Filoham-pirenena amin’izay ny ngidy mahazo ny vahoaka ao anatin’ny delestazy, manginy fotsiny ny tsy fandriampahalemana sy ny fitaintainana.

Aiza ho aiza amin’ izany ny fijaliana mahazo ny vahoaka manerana ny Nosy  isan’andro noho ny fahatapahan-jiro mateti-pitranga ka asa raha mba hitondra vahaolana maharitra amin’izay  ny Filoham-pirenena manoloana izany na tsia. Satria hita fa mihatra aman’ain’ny vahoaka ny delestazy isan’andro vaky. Hatramin’izay mantsy dia toa zary fampanantenana poakaty hatrany no iainan’ny vahoaka mahakasika izay mety ho vahaolana momba ity fahatapahan-jiro matetika ity.

Tatianà R.

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Les mangroves de Kaday renaissent

Les actions de restauration de mangroves dans le paysage Manambolo Tsiribihina ont porté leurs fruits. Le WWF a commencé les opérations de restauration depuis 2007 dans cette région. Cette zone a été longtemps surexploitée par les hommes : défrichement, conversion en rizière, coupe de bois, production de charbon… Cette utilisation incontrôlée a conduit dans les années 60 et 70 à la disparition totale des mangroves à Andranokaolo, près du village de Kaday. Des images satellites de Google Earth prises entre 2004, montrent un paysage totalement nu.

Après le début de la restauration des mangroves en 2007, on observe que les pieds de mangroves commencent à pousser. En 10 ans donc, plus de 2 millions de palétuviers ont été plantés. La communauté de Kaday s’est également engagée dans cette initiative. Ainsi, elle prend en main la gestion des ressources naturelles à travers un accord de gestion communautaire. A partir de 2011, les communautés locales et les jeunes ont réalisé des campagnes annuelles de plantation. Sur le site d’Andranokaolo, 340 hectares de mangrove ont été restaurés et plus de 1 000 hectares de mangroves se sont régénérés de façon naturelle suite aux reboisements, même en dehors de la zone de restauration.

Cette prouesse écologique de Kaday montre bien que la volonté et les efforts communs peuvent faire revenir la forêt.

S.R 

La Vérité0 partages

Championnat d’Afrique d’Haltérophilie - La participation de Madagascar reste floue

La Fédération compte aligner onze athlètes dont six dames et cinq hommes, au championnat d’Afrique d’haltérophilie à Vacoas, Maurice, du 10 au 17 juillet. Quinze haltérophiles sont déjà en regroupement depuis des mois. Par contre, la participation malgache reste encore floue car la Grande île fait face à des difficultés financières. Elle a déjà effectué une sélection préliminaire composée de 10 participants, soit 8 hommes et 2 femmes. Par ailleurs, le président de la fédération malgache, Jean Alex Harinelina Randriamanarivo, était présent, le mois dernier, à Bangkok où s’est tenu le congrès électif de la Fédération internationale.

Il avait laissé entendre à son homologue mauricien, Poorun Bhollah,  qui avait lui aussi profité de sa présence à Bangkok pour mener campagne auprès des délégués africains que la participation malgache dépendrait de l’apport financier disponible.Toutefois, seuls deux pays, la Guinée équatoriale et le Swaziland, manqueront à l’appel au cas échéant. Il est à rappeler qu’Alex Harinelina  vient d’avoir une promotion au sein de l’instance internationale. En effet, il a été élu vice-président du World Bodybuilding and Physique Federation (WBPF), chargé du continent africain, lors de l’assemblée générale élective du WBPF, en avril à Bangkok, Thaïlande. Par la même occasion, il a été nommé membre du comité technique international de l’International Weightlifting Federation en tant qu’expert international.

 A savoir également que l’Egyptien Youssef Ahmed Mahmoud Mohamed Ihab et la Nigériane Maryam Usman seront les deux athlètes « de marque » qui vont participer aux Championnats d’Afrique d’haltérophilie de Maurice.  En effet, l’arrivée de l’Egyptien, médaillé de bronze olympique à Rio 2016 en -77 kg, est très attendue, d’autant qu’il aspire à concourir aux Championnats du monde en Malaisie (17-25 octobre). Quant à la Nigériane, elle avait décroché le bronze à Pékin 2008 en +75 kg et aux mondiaux de Paris (2011).

E.F.

La Vérité0 partages

Boxe - Championnat d’Afrique - Heriniaina rit, Julien pleure

Mi-figue, mi raisin.  Les meilleurs boxeurs du continent africain sont présents à la 18ème édition du championnat d’Afrique de boxe qui se déroule du 17 au 25 juin dans la capitale congolaise, Brazzaville. La délégation malgache en lice au championnat d’Afrique de Boxe a dévoilé son premier résultat à l’issue de la quatrième soirée de la compétition. Au gymnase Nicole Oba, Congo-Brazzaville hier soir, Tony Herinaina  a franchi le cap des huitièmes de finale de la catégorie -49 kg. 

Il a battu à l’unanimité des juges (5-0) le Mauricien Sharwin Kumar Beedassee. Il lui reste à passer la dernière étape, les quarts de finale, afin  de décrocher le billet pour les Mondiaux 2017 à Hambourg en Allemagne.  Dans un autre combat, chez les moins de 60kg, l’ancien champion d’Afrique de 2011, le Mauricien  John Colin  a vengé son compatriote en battant un autre boxeur malgache. En effet, Julien Rajaonarison (Madagascar) n’a pas eu la partie facile en s’est incliné devant Colin à l'unanimité des juges (5-0). 

A rappeler que dans cette messe continentale,  les couleurs malgaches sont défendues par Tony Heriniaina Nomenjanahary de la Haute Matsiatra dans la catégorie -49kg, Marco Jérôme Randrianarivelo d’Atsinanana chez les -52kg, Aimé Nirina Andriamirija de Cosfa Analamanga chez les -56kg, Julien Nomenjanahary Rajaonarison d’Analamanga dans la catégorie -60kg et Cedrick Mahatonga d’Atsinanana chez les -64kg. Chez les dames, Miora Tiana Andriamiarisoa, -48kg et Manitra Tsiory Aina Rasoazanany dans la catégorie -60kg.

E.F.                 

La Vérité0 partages

Trafic de drogue - Un couple de malgaches arrêté à Maurice

Les ressortissants de la Grande île ne cessent de faire parler scandaleusement d’eux à l’île Maurice, toujours pour affaire de drogue. Mercredi soir, c’était au tour d’un couple de malgaches d’être arrêté par les douaniers de l’aéroport de Port-Louis et la brigade anti-drogue de ce pays. Motif : trafic allégué de drogue avec en prime du blanchiment d’argent. D’ailleurs, les deux nationaux ont eu à répondre de leurs actes sur ce dernier point devant la Cour de Mahébourg, hier matin. 

Après un séjour passé dans l’île sœur depuis le 11 juin dernier, le couple, dont l’homme est un employé d’agence de voyages et la femme est une danseuse, était sur le point d’embarquer sur un vol en partance pour Madagascar lorsque les douaniers l’ont arrêté avec cette somme d’argent, des devises avec un montant s’élevant à quelques millions de roupies.

Lors de l’enquête, il a été connu que les suspects se sont vus confier la tâché de réunir l’argent provenant de la vente de drogue auprès d’un réseau implanté en plein cœur de la Capitale mauricienne. Les enquêteurs mauriciens seraient également mis au parfum de la coopération du couple avec une narcotrafiquante basée à Madagascar, elle-même en relation avec un trafiquant mauricien, déjà écroué.

Alors qu’une affaire impliquant deux marchandes de produits artisanaux malgaches est encore en cours, voilà que ce couple malgache risque l’inculation. A tous les quatre, la chance pour tenter de sortir du pétrin, serait trop mince. A preuve, le désaveu du juge arbitre du kickboxing mauricien, arrêté la semaine dernière. Pointé du doigt par l’une des colporteuses malgaches d’avoir mis 7,6 kg d’héroïne et 6,6 kg de cannabis dans le conteneur qui a transporté les produits artisanaux malagasy, lequel se trouvait dans un bateau en provenance de Madagascar, en avril dernier, le concerné a affirmé ne pas connaître les deux Malgaches.

Recueillis par Franck R.

La Vérité0 partages

Antanimena - Une bande armée de Kalachnikov braque une épicerie

Attaque en plein jour. Les malfaiteurs ne fixent plus aucune limite pour arriver à leurs fins. Hier encore et en plein jour, le quartier d’Antanimena a été le théâtre d’un braquage. Vers 10h 30 du matin, trois bandits, armé chacun d’un fusil « Kalachnikov », ont braqué une épicerie. « Cette opération n’a duré qu’une minute au maximum », a affirmé la victime. Les bandits ont pris toute la somme se trouvant dans la caisse qui se totalise à environ 150 000 ariary. « Ils ont attendu le moment opportun avant de passer à l’acte », a-t-elle continué. Seule une femme a été présente dans cet établissement à cet instant. A leur arrivée, tous les trois ont tout de suite braqué leurs armes sur les deux patrons du magasin et la femme assise à côté.

Ensuite, ils ont pris le sac de cette dernière contenant tout son argent et ses téléphones portables, selon les explications. « Ils ont surgi de nulle part et les deux gars se sont tout de suite adressé aux propriétaires en nous obligeant de se retourner contre le mur », a ajouté la victime. D’après ses explications, seule la caisse leur intéressait, ils n’ont pas touché aux marchandises. L’ouverture en permanence de la caisse a facilité leur action car ils n’ont pas eu de problème pour ramasser tout ce qui s’y trouvait. Pour faire peur aux personnes présentes, l’un d’eux a essayé de faire un tir en l’air mais son fusil n’a pas réagi. Seule la munition ayant un code barre a été tombée par terre et que les policiers ont ramassée à leur venue. « Un homme voulant entrer a été renvoyé par ces bandits. Je pense que c’est lui qui a alerté les policiers », continue-t-elle. Ce n’est qu’après les départs des bandits que les policiers sont arrivés sur le lieu. Aucune trace n’a été trouvée sauf la munition qui devait être enregistrée au niveau de leur responsable. 

Les malfaiteurs ont pris la fuite dans la direction du stade Malacam, ont affirmé les témoins. Cette situation inquiète bon nombre des travailleurs opérant à Antanimena car il s’agit d’un endroit très fréquenté. « L’insécurité dans ce quartier s’empire ces temps-ci, sans parler des pickpockets qui font de nombreuses victimes quotidiennement », affirme un habitant de ce secteur. 

Kanto R.

La Vérité0 partages

Code de la communication - Mal conçu, mal voté et mal appliqué

La loi portant Code de la communication médiatisée est une loi mal conçue, mal adoptée et de surcroît mal appliquée.  C’est le constat tiré à partir de l’affaire « Free News » vs Honoré Rakotomanana.

Deux journalistes du quotidien « Free News » ont été entendus hier dans les bureaux de la Brigade criminelle (Bc) à Anosy, suite à la plainte déposée par le président du Sénat, Honoré Rakotomanana. Le deuxième personnage de l’Etat les accuse d’avoir diffusé de fausses nouvelles au sujet de ses avoirs. Le rédacteur en chef a été entendu à 10 heures et le directeur de publication vers 16h, selon les informations recueillies. Le litige porte sur les révélations contenues dans le quotidien « Free News » faisant étant d’un immeuble de 5 étages en cours de construction qui appartiendrait à l’actuel numéro Un de la Chambre Haute.  Malgré la médiation diligentée par l’Ordre des journalistes de Madagascar (Ojm) dans ce litige, Honoré Rakotomanana ou plutôt certains de ses proches ont préféré maintenir la plainte. Le quotidien « Free News » avait pourtant, comme convenu entre les deux parties, publié un droit de réponse de Honoré Rakotomanana, assorti d’une excuse publique. De son côté, le président du Sénat qui s’était engagé à retirer la plainte qu’il aurait déjà déposée entre-temps, n’a pas tenu parole… En tout cas, aucun détail sur les auditions n’a filtré : secret de l’instruction oblige. Cependant, on croit savoir que le président et le vice-président de l’Ojm ont émis de sérieuses et importantes réserves à la suite de ces auditions. Des réserves également émises par les avocats des journalistes.  RéservesLe constat suivant s’impose toutefois aux observateurs, à la suite des deux auditions dans le cadre de cette affaire : la loi portant Code de la communication médiatisée reste méconnue de la part de ceux qui doivent veiller à son application. En effet, les enquêteurs ont montré hier leur méconnaissance de ladite loi. Notons en effet que les textes en vigueur autorisent l’Ojm à être présent à chaque stade d’une poursuite judiciaire contre des journalistes. Hier pourtant, il a fallu de longs échanges entre le président de l’Ojm, suivi de la lecture de certains passages du Code de la communication, avant que les enquêteurs de la Bc ne permettent aux représentants de l’Ojm d’assister aux auditions.  Il faut également se poser la question de savoir pourquoi les auditions ont été menées au niveau de la Bc alors qu’il s’agit d’une affaire ayant trait à un délit et non un crime, et ce contrairement aux précisions du Code de la communication ? L’article 32 du Code de la communication précise que « sont retenus comme auteurs principaux de délits de presse et encourent les peines prévues par ce présent Code suivant l’ordre ci-après : le directeur de publication, à défaut le rédacteur en chef ». Or, dans le cadre de l’affaire citée ici, le rédacteur en chef a été invité à comparaître avant le directeur de publication, lequel devait comparaître dans l’après-midi…ContrastéeDes informations entendues hier laissent également entendre que la propriétaire du quotidien « Free News », Lalatiana Rakotondrazafy pourrait également être convoquée. L’article 34 du Code de la communication précise que les propriétaires de journaux sont solidairement et civilement responsables des condamnations pécuniaires. Autrement dit, le propriétaire d’un journal écrit n’intervient dans la procédure qu’une fois qu’une condamnation est prononcée et non au cours des convocations… D’ailleurs, le propriétaire d’une presse ne peut pas être convoqué. Pour en revenir à l’affaire, le rédacteur en chef est ressorti libre de son audition. Au moment où nous mettons sous presse, le directeur de publication était encore entendu dans les bureaux de la Bc à Anosy. Conçue sans l’assentiment des principaux concernés, adoptée par l’Assemblée nationale (par 18 députés) et le Sénat au mois de juillet 2016, déclarée conforme à la Constitution le 12 août 2016, la loi portant Code de la communication, jugée liberticide par une bonne partie des gens des médias, avait été promulguée le 24 août 2016 puis publiée dans l’édition spéciale du journal officiel de la République de Madagascar le 12 octobre 2016. Presque un an après sa promulgation, la mise en œuvre du Code de la communication, sur le terrain, reste très contrastée. Son contenu est encore relativement méconnu et de fait, également mal appliqué par ceux qui doivent le mettre en œuvre…Recueillis par Lalaina A.

La Vérité0 partages

Projets face au changement climatique - Des lycéens innovent !

Du charbon bio fait à partir de la bouse fraiche de zébu, d’argile et d’« apombo ». Zo Nomenjanahary Rakotonirina a pu le fabriquer pour sa participation au concours national du meilleur projet innovant contre le changement climatique. « Les impacts du changement climatique sont de plus en plus fréquents dans notre région, où la déforestation ne cesse de gagner de l’ampleur. La population doit couper des arbres pour en fabriquer du charbon, du bois de chauffe ou encore pour construire sa maison.

Raison pour laquelle j’ai opté pour ce projet afin de réduire la coupe des arbres et de limiter l’utilisation des bois pour les besoins quotidiens », témoigne notre jeune innovateur, en classe de première D au sein du Lycée Ifanadiana. « Ce charbon bio est à la fois économique et préserve l’environnement. Son utilisation nécessite toutefois qu’on allume du feu avec un peu de charbon ordinaire », ajoute le lauréat âgé de 16 ans. Après avoir remporté le premier prix, Zo Nomenjanahary compte sensibiliser et apprendre aux élèves de son lycée et à la population de son village la fabrication et l’utilisation de son produit. Focus sur la préservation de l’environnementPour sa part, Lionot Razafimandimby, en classe de terminale au Lycée Antaninarenina à Toliara I, a proposé un projet de création d’un « Fatana mitsitsy » (foyer économe) et d’un charbon bio composé d’argile, d’herbe et de débris de charbon. Son objectif étant de préserver les forêts, en voie de destruction à cause de la production de charbon dans le Sud. Un projet qui lui a valu la 3e place à l’issue du concours. La 2e place revient à Mike Brian Ramahalaza, en classe de terminale D au Lycée Jean Jacques Rabemananjara Toamasina. Son projet est axé sur le « beachcleaning », plus précisément sur l’adaptation et l’atténuation des impacts du changement climatique grâce au nettoyage des mers et au recyclage des déchets pour obtenir des outils à usage quotidien. « En général, les projets innovants proposés par les lycéens à ce concours, focalisés sur la préservation de l’environnement, sont faciles à exécuter. D’ailleurs, nous allons soutenir le lauréat pour la réalisation de son projet », fait part Johanne Razakaboana, de Vivo Energy Madagascar. Cette entreprise qui commercialise les produits « Shell » dans la Grande île a collaboré avec le ministère de tutelle (celui de l’Education nationale) pour l’organisation et la tenue dudit concours.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Présence chinoise à Ambatomirahavavy - Risque d’un « Soamahamanina » bis

Verra-t-on la réédition des évènements explosifs comme celui de « Soamahamanina bis » d’ici quelques temps ? Actuellement, les habitants d’Antanimarina, une localité rurale située dans la partie ouest d’Ambatomirahavavy, s’insurgent contre la venue des Chinois dans le secteur. Selon un représentant du « fokonolona » local qui est venu expressément en ville pour faire connaître l’information, le bruit circule que ces derniers vont mettre la main sur des hectares de rizière. La construction de route aurait été évoquée comme motif de ce projet, ce qui provoque un véritable tollé chez les habitants d’Antanimarina.

L’affaire a commencé à faire grand bruit depuis la semaine dernière et des villageois n’ont pas caché  leur inquiétude devant les va-et-vient de ces Chinois sur place, exactement comme ce qui s’est produit dans la mine d’or à Soamahamanina il y a quelques mois. Face à cette menace d’expropriation qui plane sur ces ruraux ayant mis en valeur leurs terres depuis des générations, ils promettent que ces Chinois ne passeront pas. 

« N’est-il pas plus urgent de réparer le grand axe, la nationale 1 qui passe à Ambatomirahavavy plutôt que de créer un autre, une utopie ? Nous doutons fort que le but des Chinois pour venir dans notre Commune serait une toute autre chose. Nous ne savons pas ce que peuvent bien cacher comme richesses toutes ces montagnes qui bordent nos rizières », déclare L.R., propriétaire d’un lopin de rizières à Antanimarina.

Face à cette sombre perspective, les habitants de la région ne veulent tout de même pas compliquer les choses. « Nous ne demandons qu’une seule chose : que l’Etat malagasy se penche de façon urgente  sur cette affaire, histoire d’éviter également une insurrection populaire chez nous ! », renchérit-il.  La balle est donc dans le camp de l’Etat pour prendre au sérieux et apporter une solution rapide à tous ces problèmes de spoliation qui explosent un peu partout dans le pays. Avec cette nouvelle crise à Antanimarina, il faut donc que le numéro 1 de l’Etat prouve bien par les actes qu’il n’avait pas fait un discours hypocrite en annonçant récemment devant les Tuléariens qu’il est inadmissible que des étrangers exploitent les terres des nationaux !

F.R.      

La Vérité0 partages

Tombola Telma - Une voiture neuve pour la gagnante

Eline Brégera, c’est le nom de la gagnante du premier lot de la tombola organisée par Telma, l’opérateur N°1 de la téléphonie mobile à Madagascar. Une aubaine pour cette veuve résidant à Morondava qui semblait ne pas réaliser ce qui lui arrive, lors de la remise officielle de ce prix à la Galerie Zoom Ankorondrano hier. Un premier lot consistant en une voiture berline  flambant neuve de marque Baic A115, d’une valeur de  40 millions d’ariary, tout juste sortie du concessionnaire. 

« Je remercie de tout cœur Telma qui considère vraiment les clients comme des rois », a-t-elle souligné dans son allocution de remerciements. «  Cette voiture Baic 115 récompense l’abonnée pour son enregistrement et pour toute la confiance et la fidélité qu’elle voue à Telma », a pour sa part mentionné Patrick Pisal Hamida, administrateur directeur général de Telma Madagascar qui a remis les clés de la voiture à Eline Brégera. « Chose promise, chose due. Comme vous le voyez, Telma fait tout ce qu’elle dit  », a-t-il confié. 

Une véritable bénédiction

Pour la petite histoire, Eline Brégera a activé sa carte Sim Telma pour ouvrir un compte MVola en 2013, à Morondava où elle réside actuellement. « Le 2 juin dernier, j’ai reçu un message de Telma Antananarivo m’avisant par un message que j’étais la gagnante de la voiture, le premier lot de la Tombola ». Je n’en revenais pas. Pour me rassurer, j’étais allée à l’agence Telma de Morondava qui m’a confirmés l’authenticité des faits. Plus tard, Telma Tana m’a de nouveau appelée pour me donner rendez-vous pour le 21 juin, en vue de la remise de mon prix. Mais il me fallait venir plus tôt dans la capitale pour des soins à l’hôpital. Et là, je me rends compte que cette voiture est vraiment un cadeau que Dieu m’a accordé à ma sortie de l’hôpital. 

Dans le cadre du processus de l’identification Sim, on parle alors de  certification lorsqu’une personne est enregistrée et  peut ainsi jouir de tous les avantages MVola. Le but est de sécuriser la transaction MVola  et ce, pour avoir une traçabilité de tous les abonnés Telma. Il est question de certification quand on peut accéder à tous les services MVola et bénéficier ainsi de l’acquisition à vie de la puce. 

Rivo S.              

La Vérité0 partages

Visite à la prison de Manjakandriana - Le ministère de la Justice nargue les journalistes

Diversion et mascarade.  Telles sont les expressions qui peuvent qualifier le dernier fait d’armes du ministère de la Justice hier, dans le cadre de l’affaire Claudine Razaimamonjy. Voulant à tout prix faire taire la polémique concernant la présence physique ou non de la milliardaire à la prison de Manjakandriana, après son transfert depuis Antanimora, le ministère a décidé d’organiser une descente avec les journalistes. Rendez-vous a donc été donné aux membres de la presse à un point situé à Ampasanimalo, hier à 8h du matin.

Arrivés sur le lieu, prévu pour le départ, les journalistes ont été vite surpris. Après près d’une heure d’attente, les organisateurs de cette visite ne se sont toujours pas décidés à partir. D’après les indiscrétions,  une réunion se tenait quelque part et le départ ne pouvait s’effectuer sans l’arrivée de certaines « consignes ». Prenant leur mal en patience, les journalistes ont questionné les responsables du ministère mais n’ont pu obtenir de précisions sur les vrais motifs de ce retard. Ce n’est qu’au bout de plusieurs interrogations formulées avec insistance que les journalistes ont finalement été envoyés au siège du ministère à Faravohitra. Une fois là-bas, nouvelle attente. Une annulation de la visite a même été annoncée.

Une apparition « flash » de Claudine R.

Détail frappant, des responsables du ministère questionnés affirmaient ne pas être au courant de cette visite organisée. Las de cette attente interminable, une grande partie des journalistes et photographes présents ont finalement décidé de vaquer à leurs reportages respectifs. Vers 11h30, le départ pour Manjakandriana a finalement eu lieu mais en l’absence d’une grande partie de la presse. Certains journalistes ont donc été victimes d’exclusion (volontaire ?) de la part du ministère de la Justice.

D’après le compte rendu de quelques journalistes ayant finalement fait partie du voyage, la visite de la prison s’est effectuée sans appareil photo, ni dictaphone. Tous les matériels ont dû être laissés à l’entrée de l’établissement pénitentiaire. Aucun moyen d’exercer la fonction de journaliste. A se demander pourquoi le ministère a organisé une telle descente si c’est uniquement pour un constat de visu ? D’ailleurs, la confirmation de cette présence physique de Claudine Razaimamonjy intéresse les citoyens et non les journalistes uniquement. La propriétaire d’AC a fait une apparition « flash » d’à peine une minute devant les journalistes avant de  retourner à l’intérieur de la prison. Mais rien ne prouvait qu’elle y restait en permanence puisque la visite était loin d’être inopinée. Le doute et  la confusion persistent autour de cette affaire. 

S.R.           

La Vérité0 partages

Orange Madagascar - Remise du lot d’un million d’ariary du « Loka Be Asaramanitra »

Avec Loka Be asaramanitra, Orange Madagascar récompense la fidélité de ses clients, et leur permet ainsi de passer de joyeuses fêtes de l’Indépendance. En effet, grâce au jeu « Loka Be Asaramanitra Orange money », du 5 au 20 juin, les clients de cet opérateur qui ont effectué une transaction Orange money supérieure à 25.000 ariary, ou qui ont effectué l’identification auprès d’un point de vente Orange, reçoivent un ticket éligible de participation à ce jeu. 

Dans ce sens, deux gagnants par jour ont été tirés au sort parmi les tickets éligibles. Au final, ce sont au total 32 oies qui ont été offertes aux heureux gagnants.  Pour le plus grand lot, un million d’ariary en Orange money, l’heureuse gagnante à l’issue du tirage du 21 juin 2017, s’appelle Voniarilala Anicia Andriamanantsoa. La remise de ce lot s’est tenue au siège d’Orange Madagascar à Ankorondrano hier, lors d’une cérémonie en présence du DG de cette société Michel Degland, ainsi que des équipes d’Orange Money.  Pour information, le portefeuille électronique Orange Money a révolutionné le quotidien de plus d’un million de clients dans tout Madagascar. Outre les particuliers, ce sont un millier de sociétés qui s’ouvrent aujourd’hui au réseau Orange Money en proposant celui-ci comme solution idoine de paiement. Pour ce qui est des distributeurs Orange Money, plus d’un millier sont disponibles dans tout le pays afin d’être plus près des clients. 

Rivo S.         

La Vérité0 partages

Quelle arrogance !

Le Parti au pouvoir, le Hery Vaovao ho an’ny Madagasacar, venait tenir ses Assises régionales à Tuléar  qui coïncidaient avec la célébration du troisième anniversaire de cette formation aux cravates bleues. Une occasion offerte au  président du parti, Rivo Rakotovao, Ministre auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture, d’égosiller à qui veulent l’entendre que le HVM est le parti le plus fort à Madagascar.

Ce fut également une opportunié pour les ténors du pouvoir, membres influents du parti, de se livrer à une démonstration de force. Le grand gymnase de la Cité du soleil était, durant les deux jours des Assises, plein à craquer. Et Rivo Rakotovao de renchérir, torse bombé et biceps exhibés, que son parti est prêt à affronter les échéances de 2018. Il n’hésitait pas à rassurer les membres présents que le HVM remportera, haut la main, le scrutin.Les observateurs de relever que le HVM pèche, non seulement, par manque flagrant de discernement, mais, aussi par une volonté déplacée de pavoiser une stupidité arrogante. Plus d’un s’étonnent de ces déclarations tonitruantes balancées à Tuléar lors de ces Assises. On ne se gêne point de crier « la réussite hier et la victoire pour demain !». En vertu de quelle base oserait-on affirmer, fermement, la certitude d’une victoire électorale alors que ce régime patauge, désespérément, et peine à tirer le pays du gouffre de la pauvreté et de l’insécurité. Il est pratiquement impossible d’admettre que ces losers  puissent réaliser des exploits convaincants en quelques mois. Rivo Rakotovao et ses acolytes, de par leur geste éhonté, font voler en éclats les dispositions sévères et strictes qu’ils avaient eux-mêmes prises pour « sécuriser », dit-on, les célébrations du 26 juin. Des mesures maximales interdisant toutes manifestations publiques quelles qu’en soit leur nature dans tout le territoire de la République.  Et que dire de cette fierté mal placée de ces barons aux cravates bleues du fait que les membres du parti étaient venus nombreux, un peu partout de la Grande Ile, honorer de leur présence les Assises. Des témoins sur place confirmaient que le local réservé pour la circonstance fut plein à craquer. Une affluence que Rivo Rokotovao ne se gêne pas d’attribuer à la percée de sa formation auprès de la population tuléarienne. Or, selon des sources concordantes, les organisateurs ont, purement et simplement, « acheté » la présence des intéressés, moyennant une « indemnité » conséquente en affrétant des moyens de transport pour assurer la navette. Le choix de la Cité du soleil ne relève point du fait d’un hasard. L’Atsimo Andrefana fait partie de ces régions les moins loties de la Grande Ile, notamment, en termes des conditions de vie et d’insécurité. Justement, l’impact du parti d’Etat HVM dans le Grand Sud n’est que superficiel. Mais tout devait s’accélérer avec la tenue du Conseil des Ministre décentralisé, encore, dans la Capitale de l’ex-Province de Toliary suivi d’une série d’inaugurations aux allures de propagandes. A cela s’ajoute ce geste généreux que la Banque Mondiale témoigne au profit de cette Région, longtemps, oubliée et déshéritée. Néanmoins, les citoyens avertis se préoccupent de l’origine de l’argent, en pagaille, dilapidé au cours de ces Assises du HVM à Tuléar. Le fait est là, une arrogance manifeste qui frise l’insolence.

Madagascar Tribune0 partages

Incertitude sur le calendrier électoral

Une nouvelle rencontre dans le cadre de la préparation des élections a eu lieu dans l’après-midi de jeudi au palais de Mahazoarivo. Après la première réunion avec les membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) samedi dernier, le Premier ministre a rencontré le ministre de l’Intérieur, la ministre des Finances et le président de la CENI. Aucun calendrier n’a cependant été annoncé. « Il était question d’étudier toutes possibilités pour la préparation et la bonne tenue des élections », explique Christian Ntsay en rassurant que le gouvernement avance dans la préparation des élections.

La présence des deux ministres à cette réunion s’expliquerait par le fait que le gouvernement mis l’accent sur les élections. Comme lors de sa prise de fonction, le Premier ministre confirme que la priorité de son staff est la préparation des scrutins. Malgré tout, près de trois semaines après la formation de son gouvernement, il ne s’est pas encore prononcé sur la date des élections.

Lors de leur première rencontre avec le Premier ministre, les membres de la CENI auraient déjà soumis un chronogramme des élections que les hauts conseillers constitutionnels auraient déjà validées. Conformément aux dispositions de la décision de la Haute cour constitutionnelle (HCC) du 25 mai dernier, la présidentielle sera anticipée. Mais le gouvernement semble encore tergiverser à les officialiser.

« Il n’y a pas que la date qu’il faudra étudier, mais également toutes les conditions pour des élections avec des résultats difficilement contestables », se justifie le chef du gouvernement. « Il faudra tenir compte de certains nombres d’éléments, à l’instar du budget, de la sécurité et également des moyens techniques », ajoute-t-il. Dans un communiqué, la primature précise que le gouvernement travaille dans le cadre constitutionnel et s’attèle à étudier l’ensemble des facteurs et des questions touchants la comparution des élections dont le budget, la sécurité, l’apaisement, les textes et la coordination générale.

En effet, la question de financement des élections constituerait un point d’achoppement dans le cadre de l’organisation des élections, « mais elle ne détermine pas la définition du calendrier électoral », précise Christian Ntsay. Avant de se prononcer sur une quelconque date, il faudra étudier toutes les autres questions pour que les élections soient acceptées par tous, martèle le chef du gouvernement.

Lors de sa rencontre avec l’ambassadrice d’Afrique du Sud, Maud Vuyelwa Dlomo, dans la matinée de jeudi, le Premier ministre de consensus aurait abordé les questions d’acheminement des bulletins de vote avec des hélicoptères en provenance de l’Afrique du Sud. Dans les autres rencontres avec les représentants des partenaires internationaux du pays, depuis sa prise de fonction, il y aurait également été question de financement des élections.

Madagascar Tribune0 partages

Les préparatifs de la 25ème édition de Donia vont bon train

Le festival Donia célébrera cette année sa 25ème édition. Pour des raisons d’ordre organisationnel, cette nouvelle édition se déroulera les 26,27, 28, 29 et 30 septembre prochains à Nosy Be alors qu’elle se tient normalement tous les week-ends de Pentecôte. Lors de la présentation de cette nouvelle édition au Louvre à Antananirenina jeudi, le président du Comité d’organisation du festival (Cofestin), Vincenzo Sanna, a confirmé que les préparatifs vont bon train. Tout est en train de se mettre en place pour fêter comme il se doit cet anniversaire du l’événement.

Les têtes d’affiches du festival Donia 2018 sont déjà connues. Les artistes les plus appréciés de Nosy Be, à l’instar de Fandrama, Black Nadia, Sisca et Tence Mena seront, entre autres, au rendez-vous. Des jeunes talents, étoiles montantes de la bonne musique malgache, à l’instar de Maître Ruffin animeront également les scènes du stade d’Ambodivoanio cette année. D’autres artistes étrangers seront aussi présents à ce rendez-vous, dans le cadre des échanges artistiques entre le festival et les autres pays partenaires.

Le festival sera également ponctué par l’élection Miss Donia dont la grande finale aura lieu le 22 septembre prochain. L’équipe organisatrice de ce concours affirme avoir tout mis en place à quelques mois de l’événement. Le premier casting de ce concours ouverts à tous les Malgaches et les vacanciers débutera en effet le 7 septembre prochain.

Lors de cette rencontre avec la presse, Maître Ruffin qui en est à sa première participation au festival a promis de donner le meilleur de lui-même lors de sa prestation. Il fera certainement découvrir aux Nosybéens, le kilalaky salegy, un style musical né de la fusion des rythmes musicaux typiques du nord et du sud de la Grande île. Un bel voyage artistique à travers le pays, mais également les cultures, dans des textes savamment recherchés pour véhiculer des messages d’amour et d’amitié.

Très ambitieuse, cette nouvelle édition du festival Donia de Nosy Be, entend réunir sur son plateau ceux qui l’ont toujours soutenu durant sa longue existence, artistes comme les partenaires, à l’instar du ministère du Tourisme et de la Brasserie Star. Ces derniers ont d’ailleurs confirmé qu’ils soutiendront toujours cette belle initiative qui a beaucoup servi de tremplin pour des centaines d’artistes malgaches.

Madagascar Tribune0 partages

La 4ème édition du SIM valorise le Vita Malagasy

La quatrième édition du Salon des Industries de Madagascar a ouvert ses portes hier et ne s’achèvera que le 24 juin prochain. Cette quatrième édition se déroule comme à l’accoutumée au Parc d’exposition Forello-Expo à Tanjombato. Elle marque également les 60è anniversaire du Syndicat des Industries de Madagascar (SIM). Pour cet évènement, le SIM a ainsi lancé un nouveau label baptisé « Malagasy ny Antsika ».

Selon le président du national du SIM, Fredy Rajaonera, l’objectif du label est de mettre en valeur et démontrer la qualité des produits fabriqués par les industries membres du SIM ainsi que la promotion du Vita malagasy.

« Le défi est de faire admettre le label auprès des consommateurs, pour qu’il devienne un véritable signe distinctif de la qualité SIM et pour qu’il procure un avantage concurrentiel  » souligne-t-il.

Concrètement, l’identité visuel du label « Malagasy ny Antsika » apposé sur les produits signifie que la transformation du produit a été effectuée à Madagascar, et respecte les règlementations et les normes de qualité ainsi que le code d’éthique des syndicats des industries de Madagascar. Seuls les membres du SIM peuvent bénéficier de ce label moyennant le respect du cahier des charges établi.

Madagascar Tribune0 partages

Mouvement populaire pour le changement : Le Mapar lâche définitivement le TIM

« Nous n’avons en aucun cas trahi la lutte, car il s’agissait dès le départ de contrer la loi électorale et non autre chose et c’est ce qui nous a réuni. Si le Mapar avait réellement trahi la lutte, Ravalomanana ne pourrait pas encore se présenter à la prochaine élection vu sa condamnation ». Ce sont les paroles de Naivo Raholdina, député élu sous les couleurs du parti Mapar de Andry Rajoelina hier. Il est maintenant clair que l’alliance de circonstance entre le TIM et le Mapar s’est achevé et dans de très mauvais terme. En effet, depuis un certain temps, les députés Mapar n’avaient plus été vus à la place du 13 mai et toutes les banderoles aux couleurs et écritures du Mapar avaient été enlevées de la place de l’Hôtel de Ville.

La députée Hanitra Razafimanantsoa avait en effet déclaré à plusieurs reprises que le Mapar n’était pas un ami mais un traitre qui n’a que profité de cette lutte populaire pour pouvoir entrer dans le gouvernement. En réponse à cela, Naivo Raholdina de déclarer que « le Mapar donne sa bénédiction au TIM si le parti veut continuer sa lutte afin de dégager les ministres HVM et même si le TIM réussi à obtenir les sièges de ces derniers ». Avant de rajouter que la trahison viendrait plutôt du TIM en plaçant quelqu’un qui n’a pas lutter dans le gouvernement, faisant référence aux autres membres TIM du gouvernement à part Guy Rivo Randrianarisoa. « Si Maitre Hanitra avait été nommé ministre, elle aurait fermé sa bouche depuis longtemps », déclare Naivo Raholdina.

Les élections

Le Mapar se concerterait plus sur les élections actuellement étant donné que la nomination du gouvernement a été effectuée. D’ailleurs, le chef de fil du parti est parti en tournée pour promouvoir son programme dans les autres localités de la Grande Ile. Selon toujours Naivo Raholdina, le fait est que certaines personnes ne veulent pas avancer et préfèrent encore semer les graines de la crise à Madagascar. Pour lé député Mapar, si le TIM ne se presse pas pour les élections et préfèrent encore rester sur le 13 mai, la raison en est qu’ils ne sont pas encore prêt pour les élections ou simplement qu’ils ont peur de passer aux urnes. Les élections étant pour le Mapar la façon dont ils vont reprendre le pouvoir.

Encore une fois, les stratégies et basses manœuvres politiques prennent de court ceux qui espéraient cette lutte devenue il y a à peine deux semaine le mouvement populaire pour le changement. Beaucoup avaient déjà prédit cette séparation entre le TIM et le Mapar, à qui partait le premier. Pourtant, députés Mapar comme TIM avaient crié sur le 13 mai le départ de Rajaonarimampianina ou encore réclamait la déchéance des députés qui sont allés dans le camp présidentiel, et bien d’autres revendications encore. La question est maintenant de savoir comment va réagir le camp Ravalomanana, face à ces déclarations de Naivo Raholdina et du Mapar, ou encore face à la suspicion d’un accord politique entre le régime et le parti d’Andry Rajoelina.

Madagascar Tribune0 partages

Le Bianco s’est vu doter d’un nouveau bâtiment

Quinze ans après la mise en place du Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO) à Ambohibao, cet organe s’est finalement doter d’un nouveau bâtiment destiné pour son siège et pour la direction générale. La cérémonie d’inauguration de ce nouveau bâtiment dénommé « Tokyo » a eu lieu hier à Ambohibao, sous la houlette du Premier ministre, Christian Ntsay et en présence de l’ambassadeur du Japon, Ichiro Ogasawara.

La cérémonie a également marqué la fin de mandat du Directeur Général Jean Louis Andriamifidy qui a pris ses fonctions le 24 juin 2014 suivant un décret présidentiel. Son successeur, qui normalement devrait être nommé incessamment par le Président de la République, hérite de ce nouveau bâtiment pour un nouvel élan de 5 ans dans la conduite de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption.

Les travaux de construction de ce nouveau bâtiment ont débuté au mois de juillet 2018 grâce au financement de l’Etat Malgache et du gouvernement Japonais. Le coût total du projet s’élève à hauteur de 2 392 019 768 ariary dont 1 303 994 077 ariary de l’Etat, par le biais du Programme d’investissement public (PIP) et 1 088 025 691 ariary de la part de l’ambassade du Japon, par le biais du Fonds de Contre Valeur.

Lors de son intervention, le Premier ministre a expliqué brièvement que la lutte contre la corruption est un engagement important du gouvernement actuel, un engagement qui est inscrit dans la Politique générale de l’Etat (PGE). Ainsi, « la tolérance zéro n’est pas seulement un slogan vide de sens », indique-t-il. Le pays exige cet engagement car l’on ne peut apporter aucune quelconque réforme sans engagement ferme. En ce sens, il s’agit d’une condition importante nécessaire à la concrétisation des réformes auxquelles le gouvernement s’attèle.

Le Premier ministre a souligné que le choix de construction de ce nouveau bâtiment traduit la ferme volonté de l’Etat d’aller de l’avant. Il a par ailleurs rappelé qu’à l’instar de la lutte contre la corruption, le renforcement de la démocratie, la restauration de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance constituent un combat, mais il faut dire, avançait-il, que notre détermination qui maintiendra un esprit d’héritage pour le bien collectif, permettra de parfaire le réel changement et de faire ériger une nation prospère, et ce, pour la fierté de tous les compatriotes.

Soutenant le principe de préservation des intérêts de l’Etat et de l’avenir du peuple, le Premier ministre a affirmé que les efforts consentis dans les actions publiques ont abouti à un début de transformation du pays, qui à son tour, est impulsée par la lutte permanente contre la corruption. « Nous avons besoins d’ériger un pays, une nation qui est digne des malagasy, de renforcer l’unité nationale à travers des valeurs comme cette lutte », a-t-il ajouté.

Madagascar Tribune0 partages

130 malgaches rapatriés et 474 étrangers partis d’Ivato

Deux semaines après le rapatriement des 170 travailleurs malgaches au Koweït, 130 autres ressortissants malgaches bloqués à l’étranger, en provenance de l’île Maurice, ont atterri hier à l’aéroport international d’Ivato. L’appareil de la compagnie aérienne mauricienne, Air Mauritius, s’est posé sur le sol malgache vers 11h du matin. Contrairement au rapatriement des travailleurs malgaches au Koweït, celui-ci n’a pas fait l’objet de la moindre annonce des autorités malgaches et n’a pas fait l’objet du moindre tapage médiatique.

Malgré tout, le général Elack Olivier Andrianjaka, coordonnateur du Centre de commandement opérationnel (CC0) Covid-19 a été présent à l’aéroport d’Ivato. Il a expliqué les raisons pour lesquelles des mesures sanitaires ont été prises à l’arrivée du vol. « Certes, ils ont déjà fait des tests de dépistages à l’île Maurice, mais l’usage veut qu’on leur fait passer un test de diagnostic rapide chez nous », indique-t-il. On leur a également fait prendre la température à la descente de l’avion, signer un engagement pour auto-confinement et obliger à respecter la distanciation physique…

A la différence des 170 travailleurs malgaches rentrés du Koweït vers la première semaine du mois de juin, les 130 ressortissants du pays venus de l’île Maurice ont pu rentrer directement chez eux, pour ceux qui habitent dans la capitale. Pour ceux qui devraient se rendre en province, l’Agence de transport terrestre (ATT) et le CCO ont mis en place une organisation particulière leur permettant de regagner leur domicile toute suite. En effet, des bus ont été mis à leur disposition pour les remmener chez eux. Une autorisation spéciale a été délivrée aux transporteurs pour qu’ils puissent les conduire à leur destination.

Après le débarquement de ces passagers malgaches en provenance de Maurice, l’avion de la compagnie aérienne mauricienne a également embarqué 124 ressortissants mauriciens pour les rapatrier dans leur pays. Il s’agit d’une grande première opération de rapatriement des ressortissants mauriciens bloqués à Madagascar depuis l’entrée du coronavirus dans l’océan Indien. Après quelques mois de confinement total, et plusieurs semaines après le recul net de la maladie chez elles, les autorités mauriciennes décident enfin alors à rapatrier leurs ressortissants.

Pas plus tard que dimanche, un autre vol exceptionnel, opéré par la compagnie aérienne française, Air France, a également quitté le sol malgache vers 20h. Ce vol, organisé en partenariat avec l’ambassade de France à Madagascar, a permis de rapatrier 350 passagers de nationalité française et européenne et il a affiché complet. A l’inverse, les ressortissants Malgaches bloqués en France et en Europe devront encore prendre leur mal en patience parce qu’aucun plan de vol ne semble encore profiler à l’horizon pour leur permettre de rentrer au pays.

L'express de Madagascar0 partages

Santé – La chirurgie des pieds bots diminue

Le traitement des pieds bots évolue. La chirurgie de cette malformation des membres inférieurs a considérablement diminué, ces dernières années. « Depuis mai 2012 où nous avons appliqué la méthode Ponseti, nous avons eu rarement recours à la chirurgie. Il n’y a plus que les cas perdus de vue depuis des années qui pourraient passer à la chirurgie », précise le Dr Irène Randria­mampianina, du centre hospitalier universitaire (CHU) d’appareillage à Befelatanana, hier, dans le cadre de la célébration de la journée mondiale des pieds bots, au Motel Anosy.La méthode Ponsenti consiste à la mise en place d’un plâtre et le port d’atèle, pour corriger les pieds. Elle ne nécessite aucune chirurgie. La guérison est assurée à 100 %, si la victime est prise en charge avant ses trois premières années. Le coût du traitement varierait selon les cas. Dans les centres d’appareillage à Toamasina et Mahajanga, il est presque gratuit. L’organisation non gouvernemental (ONG) miracle Feet prend en charge, en grande partie, ce coût dans ces deux hôpitaux, en assurant l’approvisionnement du consommable et des médicaments utiles au traitement.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Vohémar – Un magistrat et deux policiers arnaquent

Cinq individus dont un magistrat de Mahajanga, deux policiers et deux civils sont gardés à vue dans les locaux de la compagnie de la gendarmerie de SAVA, pour des actes d’escroquerie. Au total, soixante millions d’ariary des opérateurs de vanille ont été subtilisés dans différents districts de cette région. Le prévôt a falsifié un ordre de mission délivré par la primature les mandatant de contrôler la production, le transport et le commerce de vanille dans la région de SAVA.Le député de Sambava Mamangy Norbert ou Jack a recoupé leur mission auprès de la primature. Cette dernière a tenu pourtant à confirmer qu’il s’agit d’une arnaque. Deux gendarmes ont été immédiatement dépêchés à Andrangoveratra, 33km de Vohémar, où ces fonctionnaires soupçonnés d’être des faussaires étaient déjà sur le point de fouiller une maison d’un opérateur. « Ils menacent de nous mettre sous les verrous tant qu’on ne leur donne pas  ce qu’ils demandent », a indiqué une victime.Ils auraient ainsi menacé les deux éléments des forces de l’ordre. Le capitoul ainsi que ses quatre présumés complices, ont été arrêtés après un mandat d’arrêt.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Cercle Germanno-Malgache – « Manefy ny Nahary » par les Ratefinanahary

La technique de ces trois artistes ne cesse d’impressionner. Aussi efficaces que talentueux, les Ratefinanahary s’exposent aujourd’hui, au CGM.

xTrois personnalités différentes qui convergent toutes vers une créativité unique et commune. C’est une exposition inédite et exclusive que les trois artistes de la fratrie Ratefinanahary, sobres et modestes, présentent au public au Cercle Germano-Malgache (CGM) à Analakely. Ce sont des créations débordant de fraternité certes, mais surtout  pleines d’excentricité auxquelles Jiiary, Njaka et Jaofetra convient le public féru d’art à découvrir.Rendez-vous est ainsi donné pour « Manefy ny Nahary », à partir de ce jour pour une épopée mélodieuse et enivrante à la fois, dans l’univers de ces trois frères. « C’est surtout pour nous l’occasion de confirmer et d’afficher avec fierté notre épanouissement dans le milieu artistique, tout en laissant libre cours à notre folie créative », confie Njaka.

Des descendantsDignes héritiers de Haja Naharisoa Ratefinanahary dit Doda, réputé pour être l’un des anciens membres du groupe Tsiakoraka, ces artistes excellent dans leurs créations artisanales essentiellement à base de cuir.L’art et l’artisanat, les frères Ratefinanahary ont ça dans le sang. Ils ont baigné dedans tout petits déjà, et ils s’en sont vivement imprégnés, chacun exposant ses caractères propres dans un cadre privilégié qui lui est destiné. Ils s’illustreront chacun à leur manière, mais feront tout aussi bien preuve de complémentarité, via leurs œuvres respectives.Aîné de la fratrie, Jiiary présentera ses plus récentes créations en matière d’œuvres à base de cuir. Le cadet Njaka qui s’est affirmé comme un graphiste et illustrateur confirmé, se plaira à envahir l’espace avec sa vivacité ainsi que ses illustrations. Enfin, le benjamin Jaofetra se démarque en conviant le public à découvrir ses tableaux, des œuvres picturales qui reflètent en majorité, générosité et valeurs fraternelles.Passionnés de musique, ils sont également membres fondateurs du groupe Moajia. Retrouvez donc les frères Ratefinanahary et leurs amis ce 24 juin, à partir de 20 heures sur la scène de La Fabrik à Ambondrona pour une communion musicale transcendante où le roots, les rythmiques du reggae, les mélodies du terroir malgache ornées d’une touche jazzy et folklorique, s’entremeleront.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Fiba 3X3 – Championnat national – Un ticket de la zone 7 en jeu

Plus de soixante-dix équipes, de cinq catégories différentes sont en lice au championnat national de Fiba 3×3.

Coup d’envoi de la deu­xième édition du cham­pionnat na­tio­nal de Fiba 3×3 ce jour. Les éliminatoires des cinq catégories concernées pour cette version 2017 se dérouleront ce jeudi et demain.Les phases finales auront lieu samedi. Trois terrains spécialisés à ce style de basketball sont installés au gymnase d’Ankorondrano pour accueillir tous les matches. Plus de soixante-dix équipes sont engagées jusqu’à hier, dans les quatre autres catégories, celle du l’open homme, l’open dames, U12 et U18 garçons.Seule la liste des engagés au tournoi des partenaires n’est pas encore bouclée. La réunion technique s’est tenue hier après-midi. Vingt-quatre équipes issues de quatorze ligues sont représentées au cham­pionnat national, c’est-à-dire la catégorie open hommes.La ligue hôte alignera huit équipes dont la tête de liste la championne régionale, Cosfa composé de Stevel, Kakay et Heritiana. L’équipe vice- championne est aussi de la partie, la formation de Pralah, constituée par des joueurs de Cospn. Les autres équipes en course sont: trois pour Boeny à savoir l’AS Victoire, championne régionale, l’ASCB championne nationale en titre et SBBC.

De grands clubsLa GNBC défendra les couleurs de Vakinankaratra, Cosmos pour Diana, BBCA pour Alaotra Mangoro, Mania pour Amoron’Imania, AS pour Vatovavy fitovinany, 3/4 pour Itasy, Quatre Fan­tastiques pour Sud Ouest, Mongo pour Sofia, et deux équipes pour Analanjirifo: Outsiders et Air Ballers. En attente de confirmation, Bongolava, Haute Matsiatra et Sava, auront chacune une représentante. La ligue d’Atsinanana sera le grand absent.Dix formations seront en course pour l’Open dames, entre autres deux clubs d’Analamanga : MB2all et Fandrefiala, et SBBC pour celle de Boeny. Douze équipes sont engagées dans la catégorie U18 garçons. Trois formations de l’équipe nationale pour l’Afrobasket U16 garçons seront de la partie.Le challenge pour les U12 garçons est réservé aux clubs formels d’Analamanga. Dix-neuf équipes sont inscrites avec une autre de la Haute Matsiatra. Comme à l’accoutumée, Telma primera les meilleures de chaque catégorie. L’équipe championne de l’Open homme gagnera 500 000 ariary et 250 000 ariary pour la dauphine. La cham­pionne des dames aura 400 000 ariary et 250 000ariary pour la catégorie U18 garçons. Seul le championnat Open hommes est qualif­icatif à celui de la zone 7 prévu en août à Mahajanga.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Santé de la mère et de l’enfant – Reconnaissance de l’OMS à la première dame

L’engagement de Voahangy Rajaonarimam­pianina, la première dame, pour la cause de la femme et de l’enfant, mis à l’honneur. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le ministère de la Santé publique lui ont remis une distinction pour sa contribution dans la promotion de la Santé de la mère et de l’enfant. « Elle est un acteur clé pour la lutte contre la mortalité maternelle », reconnaît le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andria­manarivo. C’était au Carlton Anosy, hier, dans le cadre d’un dîner-débat, face aux cancers gynécologiques à Madagascar.Les actions de la première dame pour cette cause ont été innombrables, depuis 2014. Nous pouvons citer son plaidoyer pour la construction de la rampe dans le centre hospitalier universitaire Gynécologique obstétricale à Befelatanana, dont l’inauguration se tiendra, ce jour. Il en est de même pour la réhabilitation ou la construction de plusieurs centres de santé de base, la construction de centres de Campagne d’accélération de la réduction de la mortalité maternelle et néonatale (CARMMA), son appui aux femmes victimes de la fistule obstétricale. « J’ai décidé d’être parmi ceux qui agissent », a indiqué la première dame, dans son discours, après la remise de cette distinction.Elle a profité de sa prise de parole, pour solliciter la professeur Charlotte Ndiaye, représentante de l’OMS à Madagascar, à transmettre au directeur général de l’OMS, sa vive appréciation  pour ce geste qui, selon elle, « honore les femmes et tout Madagascar ».Hier soir, elle a encore réitéré son engagement pour la cause des femmes. « Vous avez mon soutien », lance-t-elle avec fermeté, pour faire face aux cancers gynécologiques.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Bodybuilding – Body Perfect – Dernière sélection des renforts

Test de sélection avant la grande compétition. À deux jours de l’événement, l’équipe de la commission de bodybuilding au sein de la fédération malgache d’haltérophilie, musculation et culturisme a effectué hier au Mada Fit à Ankorondrano le « pré-juning ».Ce test pré-compétition consiste à vérifier les bodybuilders qui méritent de se présenter au « Body Perfect » organisé sous l’égide de la fédération. Plus de trente concurrents ont dû passer la sélection sous les yeux sévères de juges afin d’obtenir le ticket de qualification pour  la grande com­pétition et show en même temps. Cet événement se tiendra ce samedi 24 juin après-midi au Centre Culturel Américain au Smart Tanjombato.Les critères à vérifier sont, entre autres, la masse musculaire, la densité musculaire et la symétrie. Les enga­gés devraient bien maitriser tous les posing, les différents gestes à faire pendant la compétition. Les participants sont répartis en trois catégories de poids à savoir les -77kg, les -87kg et les plus de 87kg.Une autre compétition dénommée « Men’s Physique » sera aussi au programme. Celle-ci est un concours destiné à ceux qui ont la silhouette d’un mannequin, plutôt musclé. Quinze concurrents seront en course au titre à cette épreuve réservée aux amateurs de fitness.Ce BodyPerfect 2017 servira surtout de sélection des renforts de l’équipe nationale qui défendra les couleurs malgaches au Mondial de Mongolie le 3 octobre. « Nous essayerons pendant cette compétition de trouver les perles rares qui pourront renforcer l’équipe nationale pour le championnat du monde », a souligné le président de la commission, Georges Vernier.Six bodybuilders ont été déjà sélectionnés lors du cham­pionnat d’Analamanga « Big Tanà » et celui national « Big Mada » en février. Il s’agit de Tsila kely et Antoi­ne dans la catégorie +90kg, Fortuna -85kg, Mario -80kg et Rehozoe -70kg chez les hommes. L’unique qualifiée s’appelle Ellah. Cette dernière a terminé quatrième lors d’un concours de Miss Bikini aux Seychelles l’année passée.Cette édition inaugurale du BodyPerfect verra aussi la participation de quatre dames. Trois d’entre elles disputeront le concours de Miss Bikini et l’une ne fera que du « show bikini ».Deux autres rendez-vous dans la région seront aussi au programme de la fédération et la commission bodybuilding. Le championnat d’Afrique aura lieu à Maurice en novembre et le tournoi Eric Favre, le même mois, à la Réunion.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Alaotra-Mangoro – Un millier de candidats absents au CEPE

Selon les statistiques, la circonscription scolaire (Cisco) d’Andilamena ouvre la marche sur le taux d’absence aux examens du CEPE cette année, soit 5,87 % (158) sur les 2 689 candidats inscrits. Elle est suivie de près par la Cisco d’Anosibe An’Ala avec 120 absents, ce qui donne 5,37 % des 2 233 candidats inscrits. Classées troisième et quatrième, celles d’Ambaton­drazaka (3,56 %) et de Moramanga (3,08 %). Celle d’Amparafaravola termine le rang avec ses 2,76 %, soit 209 absents sur les 7 569 inscrits. Pour la direction régionale de l’éducation nationale d’Alaotra-Mangoro qui a compté 114 centres d’examen, l’on a enregistré 1 062 candidats absents (3,57 %) sur les 29 721 inscrits. Ce qui donne 96,43 % présents, soit 28 659. En général, aucun incident majeur n’a été signalé dans le déroulement de la journée des examens dans toute la région malgré des négligences plus qu’inattendues de la part de certains « partenaires» du monde de l’Éducation.

Récapitulation

Cisco                         Centres    Inscrits    Presents    Absents    PourcentageAmbatondrazaka    32           8 908         8 590           318         96,44    3,56Amparafaravola      32         7 569          7 360           209         97,24    2,76Moramanga               31         8 322           8 065           257         96,92    3,08Anosibe an’Ala        15         2 233           2 113            120          94,63    5,37Andilamena               4          2 689          2 531             158          94,13    5,87TOTAL                    114         29 721       28 659         1 062         96,43    3,57

Hery Fils Andrianandraina

L'express de Madagascar0 partages

Tournée présidentielle à Toliara – Les « zava-bita » à l’honneur

La visite présidentielle qui a débuté mardi dans le Sud-ouest, a été marquée par l’inauguration des réalisations faites par le pouvoir avec la BAD et la Banque Mondiale.

Que demande le peuple ! C’est autour de la capitale de la région Sud-ouest de recevoir, hier matin, le président Hery Rajaonarimampianina.Le chef de l’État a saisi l’occasion pour offrir officiellement à la population quelques « zava-bita » dans la cité du Soleil. Notamment les 5km de route goudronnée à travers la ville, travaux financés par la Banque Mondiale par le biais du projet PIC (Pôle intégré de croissance), le nouveau bâtiment de l’Enseignement technique et le bureau de la Chambre de commerce et d’industrie nouvellement réhabilité à Tsimenatse.Mais le clou de la journée a été l’inauguration du nouveau marché du front de mer, dénommé Bazary Filongoa, toujours financé par le projet PIC.

Bien accueilliesUne série de manifestations bien accueillies par la population qui les a suivies de bout en bout, à tel point que l’animateur de la cérémonie, devant une foule en liesse, a emprunté la célèbre phrase du général de Gaulle « Que demande le peuple   »Revigoré par un bain de foule avant son discours, le président Hery Rajaonari­mampianina s’est exprimé avec aisance et détermination pour rassurer cette population longtemps dans l’incertitude, depuis la fermeture de la quasi-totalité des usines de transformation, telles Sumatex, Toly, SNHU, etc. « Dès mon avènement au pouvoir, j’ai affirmé que le soleil du développementnaîtra de  cette partie du Sud de l’ile et c’est maintenant chose faite avec ces diverses réalisations qui se présentent devant nous aujourd’hui », martèle-t-il.Une assertion confirmée par l’existence  du projet de modernisation du port de Toliara. Celui-ci connaît aujourd’hui certaines problématiques (limites d’exploitation, capacité limitée, congestion du port, problème d’ensablement). Une étude d’extension du port est menée actuellement par SEA logistic. Elle vient en réponse au besoin d’améliorer et de promouvoir sa capacité en tenant compte du potentiel de Toliara en termes de génération de trafic et de développement futur

Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Enseignement supérieur – Réduction des frais pédagogiques accordée

Un consensus a été trouvé entre les étudiants et le conseil d’administration de l’École normale supérieure (ENS), concernant leurs frais pédagogiques. Sa baisse a été accordée. Elle sera de170 000 ariary pour les étudiants du master 1, au lieu de 240 000 ariary et de 240 000 ariary, pour le master 2, contre 400 000 ariary auparavant. C’était à Ampefiloha hier, lors d’un conseil d’école.Lundi et mardi, ces étudiants ont manifesté dans la rue d’Ampefiloha pour réclamer la baisse de ce coût « exorbitant » de leur frais d’études. Ils ont suspendu cette manifestation, suite à cette prise de décision. « C’est la manifestation qui s’arrête. Nous allons poursuivre notre requête pour que l’État prenne en charge l’équipement de notre établissement, pour l’effectivité du système Licence-Master-Doctorat », précise Daniel Sylvain Ratolojanahary, président des étudiants normaliens de Madagascar.Le directeur de l’ENS, Henriette Ramanambelina, promet le remboursement de l’écart entre l’ancien et l’actuel droit pour ceux qui ont déjà accompli leur inscription.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Un Tanzanien recherché

Un Tanzanien âgé de 47 ans, appelé Jalal Sathik Batcha est activement recherché par la brigade criminelle d’Anosy. Il a été soupçonné d’avoir tenté de trafiquer cent quatre tortues « Radiata Astro­chelys ». Très tôt lundi, il a pu s’échapper dans le coup de filet de la police, à Isotry où il avait dissimulé les tortues.

L'express de Madagascar0 partages

Volley-Ball Loisirs – Akoma et Air Madagascar assurent

Place à la phase retour des éliminatoires après plus d’un mois du coup d’envoi de la première édition du championnat d’Analamanga de volleyball loisirs. Ce tournoi interentreprises et associations a entamé la sixième journée ce samedi, à l’ESCA Antanimena.Deux sur les trois matches au programme ont eu lieu. Au bout du suspense, Akon’i Mandoseza a battu par 3 sets à 2 Ostie alors que cette dernière a déjà ravi les deux premiers sets. L’équipe d’Air Madagascar s’est, de son côté, imposée 3 sets à 1 face à ESCA. Le troisième match restant de cette sixième journée opposera l’Assurance Aro et la société Salama.Les assureurs se trouvent en tête du classement provisoire au terme des matches aller, devant l’Akoma et la compagnie aérienne. Après leur victoire de la sixième journée, ces deux dernières conservent donc leur classement respectif.Le tournoi prendra un break de plus d’une semaine et ne reprendra qu’après la fête nationale. Il reste encore quatre journées avant d’entamer la phase finale.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

La LFR adoptée

La loi de finances rectificative (LFR), a été adoptée par le Sénat, dans la soirée de mardi. La pièce s’est jouée en deux actes. Durant le premier, les sénateurs ont exigé de siéger en commission plénière durant laquelle, selon quelques indiscrétions, ils auraient malmené les représentants du ministère des Finances et du budget sur la réduction du budget de la Chambre haute, l’insuffisance des crédits destinés aux Collectivités territoriales décentralisées (CTD), et des moyens mis à la disposition des ministères chargés de la Défense et de la Sécurité. Le second acte était la séance plénière durant laquelle le projet de LFR a été adopté sans aucun amendement. La commission plénière aurait été requise car, des sénateurs ne souhaiteraient pas afficher publique­ment quelques désaccords vis-à-vis de certaines initiatives du pouvoir.

L'express de Madagascar0 partages

Cinq kidnappeurs incarcérés

Cinq ravisseurs dont une femme, ont été mis sous les verrous à la maison centrale d’Antanimora, lundi. Ils se sont fait cueillir tour à tour la semaine dernière, après avoir longuement joué au chat et à la souris avec la compagnie de la gendar­merie de Tanà ville depuis 2013. Une kalachnikov qu’ils ont utilisée dans des affaires de kidnapping n’a pas pu être retrouvée.

L'express de Madagascar0 partages

Pétardataires

Feux d’artifice oui, pétards non. Feux d’artifice oui, pétards oui. Le gouvernement vient de se raviser en autorisant la vente et l’usage des pétards à une semaine de la fête nationale. À une condition, toutefois, qu’on ne les lance pas dans les endroits publics et surtout pas lors du défilé militaire a Mahamasina. Autrement dit, il faut que les pétards soient mis en mode silencieux. Il est bien évident que c’est impossible pour cette année mais si tous les stocks ne seront pas écoulés pour la semaine qui reste, il est certain que ce seront des pétards mouillés l’année prochaine.On ignore d’où vient ce revirement subit alors que, depuis les attentats à la bombe, l’État abhorre les pétards comme il déteste la peste. Mais le fait que le changement de décision coïncide avec la remise de 4000 tonnes de riz par la Chine, premier producteur mondial de pétards et de feux d’artifice, cela ne pouvait pas être fortuit. On imagine les pertes sèches au débit de tous les commerçants de Behoririka si l’État avait osé aller jusqu’au bout de sa phobie. La diplomatie du porte feuille s’accommode bien des échanges de bons procédés. S’il ne faut que des pétards pour avoir des autoroutes, on peut très bien se boucher les oreilles et fermer les yeux. Et tout le monde y trouve son compte puisque, en attendant la libéralisation de la vente d’arme, les pétards rassemblés à plusieurs bâtonnets, peuvent servir à intimider les bandits.Le fait est que, chaque année, l’État s’y prend mal et tardivement en décrétant l’interdiction à un mois de la fête nationale alors que les commandes des importateurs sont passées un an auparavant. Et puis, il fallait s’attaquer à l’origine du commerce et non au dernier maillon de la chaîne que sont les petits marchands de rues. Il est, d’ailleurs, malhonnête d’interdire de vendre des marchan­dises importées, acquittées de toutes les taxes douanières et fiscales au profit de l’État. On retrouve la même situation aberrante concernant les voitures à conduite à droite que la douane laisse entrer après paiement des taxes, qui paient une assurance, qui passent la visite technique mais qui étaient interdites de circuler.Pour venir à bout des pétards, il faut tout simplement procéder comme Ratsiraka dont la paranoïa voyait des dangers partout et qui interdisait toute importation, y compris les dentifrices lesquels seront interdits sur les avions vingt ans plus tard. Cela s’appelle avoir une vision malgré un problème de vue.Ce n’est pas sorcier et cela ne nécessite pas de décret. Reste à savoir si l’État aura l’audace de s’attaquer à d’énormes intérêts financiers des fabricants chinois, des importateurs chinois, de la douane malgache qui a besoin de recettes, des transitaires malgaches ,des petits vendeurs malgaches et des fêtards malgaches. Eh oui, pétards riment bien avec fêtards.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Soirée – Princio revoit ses fans

Onze ans de succès. Plus d’une centaine de concerts et de cabarets, quatre albums à son actif, l’aventure continue pour Princio. Ce vendredi à partir 21 heures, Princio va investir le Cercle franco-malgache (CFM). Ce prince de la chanson à textes, espère encore une fois, attirer beaucoup plus de monde avec ses chansons qui l’ont fait connaître. Le chanteur va revisiter ses plus grands succès, au plus grand bonheur des amateurs de chansons à textes et de leurs inconditionnels. Le « Paradisa», « Izay tiana mitombo tarehy», « Eo an-tratranao», ces vieux titres sont plus que jamais au goût du jour.Coté professionnel,  Princio de son vrai nom Princio Tiaviniaina est sortant d’une école de musique en France où il a appris à perfectionner les sons de sa guitare et ses compositions. Après cela, il est arrivé à Madagascar en 2006 afin de partager sa musique et ses textes basés sur la vie de tous les jours. L’arrangement de ses chansons est plus complexe et plus travaillé, mais c’est la guitare ajoutée à une petite touche d’accordéon et les cuivres qui dominent le plus, avec des textes à la fois drôles et tendres.Tout de suite adopté par les mélomanes, le chanteur à textes n’a pas mis beaucoup de temps pour gagner le cœur du public. En multipliant les apparitions sur les petites scènes des cabarets et dans les médias, il a finalement pu se faire connaître à sa juste valeur. Au fur et à mesure que de nouvelles chansons sont diffusées, au compte-gouttes, le public éprouvait le besoin de découvrir les titres  de Princio.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Les donneurs d’ordre du soulèvement du Nord-ouest

Roi des Sakalava bemazava du Sambirano (1895-1919), fils du roi Monja, Tsiaraso I participe à la deuxième guerre franco-hova.Il a de nombreuses raisons de ressentir de la colère contre les Français. Après l’annexionde 1896, contrairement à son attente, il assiste à la razzia par les colons des terres de son royaume.Ce qui provoque l’émigration des Sakalava avec leurs bétails vers d’autres horizons,surtout en hauteur, parfois déjà occupés. Sa sœur est également enlevée par le milicien Frontin d’Ambalavelona qui la traite comme une simple roturière. Pour couronner le tout, les impôts ne rentrent plus dans son royaume et, de passage à Nosy Be le 8 juillet 1898, peu avant que n’éclate la révolte, « le général Gallieni le menaçait de destitution s’il n’exécutait pas les instructions » (Ambalavelona ou l’insurrection anticoloniale dans le Nord-ouest de Madagas­car en 1898 de Cassam Aly Ndandahizara).Le 25 octobre 1898, éclate l’insurrection connue par les Sakalava sous l’appellation de « Ady t’Ambalavelona » au cours de laquelle les gardes de milice et les colons du Sambirano et de l’Ankaizina sont massacrés. Soupçonnés, Tsiaraso I, Tsialana II et la reine Binao, les trois souverains de la région en plein soulèvement, sont placés en résidence surveillée par lecapitaine Laverdure à Ambato.En 1900, ils sont conduits à Antananarivo, auprès du général Pennequin qui assure l’intérim du général Gallieni en congé. Il y est alors décidé, en substance, que les terres attribuées aux colons se limiteraient à celles comprises dans le périmètre de colonisation. Tsiraso I portera le nom posthume d’Andriamandilatra­rivo, le prince-qui-surpasse-les-mille.Tsialana II, lui, succède à son père Tsimiaro I sur le trône (1883-1922), dans le royaume antankarana entièrement sous la souveraineté merina, hormis l’archipel Mitsio où il réside. Il participe, lui aussi, à toutes les hostilités franco-hova (1883-1885, 1894-1895) qui se déroulent dans son royaume, dirigeant ses troupes sur tous les fronts. Mais plus tard, déçu et mécontent des Français, il prendra aussi part à l’insurrection du Sambirano en y envoyant des troupes sous le commandement de Djaokely. Son frère Mamba, accusé d’être à la solde des Merina, est exilé par les Français sur l’île Sainte-Marie où il décède en 1898.Tsialana II quitte Nosy Mitsio en 1896, pour se fixer dans le village actuel d’Ambatoaranana pour réorganiser un royaume complètement maltraité pendant plus de cinquante ans. Il est le premier roi antankarana enterré suivant les rites musulmans. Il porte désormais, à titre posthume (fitahia), le nom d’Andriamagnorogniarivo, le-prince-rebâtisseur-des-mille.Binao, la reine des Sakalava bemihisatra (1880-1923) est encore enfant lorsqu’elle succède à sa mère Safy Mozongo, fille cadette d’Andriantsoly. Elle règne sous la régence de son père Bebaka. Celui-ci est ensuite nommé gouverneur, fonction qu’il quitte le 18 mars 1907. Quant à son demi-frère Amada, il est désigné comme gouverneur adjoint,  par décision du chef de la province de Nosy Be.Quittant l’îlot Kisomamy qui a été la résidence de sa mère, Binao se fixe à Ampasimena sur la Grande terre. Comme les deux autres rois du Nord-ouest, elle participe aussi aux deux conflits franco-merina, aux côtés des Français, en fournissant des hommes pour renforcer les troupes françaises sur le littoral de leurs royaumes. Et comme ses pairs, mécontente, elle confie à Mataopiso la direction des forces sakalava bemihisatra lors de l’insurrection contre les colons.« Après l’accord d’Antananarivo en 1900, n’ayant pas d’enfants, femme intelligente etgénéreuse, elle sut faire profiter à ses proches son droit à l’attribution des concessions. »  À son décès, elle est enterrée à Tsinjoarivo, au cimetière (Mahabo) royal de Nosy Komba, ce qui viole son vœu testamentaire. Toutefois, en 1941, pour respecter son désir, ses restesmortuaires sont transférés (magnaingafia) à Manongarivo, sur l’île de Nosy Be.Son nom posthume est Andriamanjakam­boniarivo, la-princesse-qui-règne-au-dessus-des-mille.

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Cassam Aly Ndandahizara

L'express de Madagascar0 partages

Adoption attendue

Le Service de renseignement financier (SAMIFIN), organise un atelier de deux jours, au restaurant Le Pavé, Antani­narenina. En marge de l’ouverture, durant la première journée, hier, un des responsables de cette entité de lutte contre le blanchiment d’argent a indiqué que le transfert du projet de loi sur le recouvrement des avoirs et des biens mal-acquis, au Parlement, était fortement attendu.

L'express de Madagascar0 partages

Les startups africaines en compétition

TechCrunch, à travers Startup Battlefield met en compétition les startups. Cette année, le site d’information américain sur les startups offre une opportunité aux projets venant du continent noir, celle de participer à ce concours. Dans cette optique, il lance un concours entre les startups africaines dont ceux de Madagascar avec à la clé un financement à hauteur de 25 000 dollars et une participation automatique dans Startup Battlefield à TechCrunch Disrupt San Francisco 2018. Les inscriptions sont maintenant ouvertes jusqu’au 14 juillet.

L'express de Madagascar0 partages

Rallye – Hery Be acquiert l’Evo X

Nouvelle voiture pour Hery Rasoamaromaka, alias Hery Be. Il vient en effet d’acquérir la seule et unique Mitsubishi Lancer Evolution X présente à Madagascar, avec laquelle Mamy Patrick Solofonirina, alias Boom, et Berthin Randriamihaingo ont remporté le championnat de rallye en 2015. Le deal a été conclu mardi.Depuis, une pléthore de discussions à ce propos, étaient visibles sur les réseaux sociaux. Facebook était littéralement en ébullition à partir de mardi soir. Aupa­ravant, Hery Be avait déjà réalisé un coup retentissant en reprenant la Subaru Impreza N16 d’Olivier et Haingo Ramiandrisoa, avec laquelle ils ont été sacrés en 2012 et 2014.Des rumeurs évoquent l’acquisition de cette dernière par Yves Rabarijoely, depuis hier. Des bruits que le principal intéressé n’a pas encore confirmés jusqu’à présent. Le prochain rallye est fixé pour le mois de juillet, à Fianarantsoa. Tout le monde attend ainsi de voir Hery Be au volant de l’Evo X, qui compte déjà une victoire cette année, puisque c’est à ses commandes que Lova Randrimaihaingo, alias Loom, et Lucas Rakotonindrainy ont remporté le Rallye Elf Michelin du mois de mai.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara0 partages

Football- Cosafa Cup : Départ des Barea pour l’Afrique du Sud !

Les Barea quitteront ce jour le sol malgache pour aller en Afrique du Sud où se tient le tournoi du Cosafa qui comme son nom l’indique, verra la participation de l’Afrique australe.

Un nouveau défi en fait pour les protégés de Doda Andriamiasasoa sinon une nouvelle manière de donner du temps de jeu aux joueurs locaux et plus particulièrement pour ceux qui sont snobés par Nicolas Dupuis, tels Dax et Baggio, pour ne citer que les éléments de Fosa Juniors.

Sérieux handicap. Pour une fois que Raux Auguste sera seul aux commandes, il aura à cœur de bien faire dans un climat où tout semble réussir au football malgache.

Contrairement aux Barea engagés en Coupe d’Afrique des Nations, ceux du Cosafa malgré la présence de Rinjala, le seul expatrié du lot puisque Njiva, annoncé un temps dans le groupe, est finalement parti faire un test au Maroc.

En clair, les Barea Cosafa auront à gérer un sérieux handicap dans le compartiment offensif, car on ne pense pas que Raux osera mettre sur la touche Bela dont les performances sont pourtant en dents de scie.

Dax l’élément-clé. L’atout principal reste toutefois la défense avec probablement l’association de Johnny (Elgeco) à Tantely (CNaPS) dans la charnière centrale tandis que Toby (CNaPS) et Mario (Fosa) assurent les deux flancs.

A moins d’un revirement, c’est Baggio qui tiendra le poste de sentinelle aux côtés de Ando (Ajesaia) ou Lolody (Fosa) dans un schéma de 4-2-3-1 cher à Raux.

Et si le gardien Leda (CNaPS) est incontournable, Raux aura à choisir au milieu entre Bora (CNaPS)et Dino (Elgeco) aux côtés de Dax qui reste un élément clé de ce groupe appelé à se surpasser pour ramener la victoire. Enfin on l’espère…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Processus électoral : Vers une collaboration de la Ceni et des organes de presse

La Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante) poursuit ses efforts dans l’amélioration du processus électoral. Hier, en marge du cadre de concertation avec les journalistes, à Alarobia, l’importance des médias en période électorale a été largement débattue. A l’issue, il a été décidé qu’un renforcement de capacités des journalistes sera effectué dans un futur proche. Selon Fano Rakotondrazaka, commissaire électoral de la Ceni, « La commission électorale ne pourrait faire les travaux de sensibilisation et d’éducation électorale toute seule. La collaboration avec la société civile, la société politique et la presse est très importante ». Le but étant d’intégrer les citoyens dans le processus électoral et d’augmenter le taux de participation durant les scrutins.

Traitement équitable. Par ailleurs, et ce, compte tenu du fait que les médias – notamment privés – opèrent dans un monde commercial, et dont la plupart sont gérés par des politiciens qui sont susceptibles de conquérir le pouvoir, la question selon laquelle l’égalité de chance des candidats a été décortiquée. Par rapport à cela, Fano Rakotondrazaka a estimé que « même s’il n’y a aucune immixtion de la part de la Ceni sur ce point,  il serait  plus adéquat – ne serait-ce que –  d’annoncer la candidature des autres et non se focaliser sur le candidat à soutenir ». Mais Gérard Rakotonirina, président de l’OJM (Ordre des Journalistes de Madagascar) de proposer qu’ « il faut qu’il y ait un traitement équitable entre les organes de presse pour que les citoyens soient au même niveau d’information ». On a également appris que des rencontres entre la Ceni et les organes de presse concernés seront organisées et à cette occasion, la question relative aux dépenses à engager et les différentes tractations y afférentes y figureront parmi les points focaux. Par ailleurs, le président de l’OJM a recommandé qu’ « au lieu d’élaborer un nouveau code de conduite des journalistes en période électorale, il vaut mieux améliorer la charte des journalistes en période électorale du temps de la CENI-T ». Notons que le prochain cadre de concertation entre la Ceni et les journalistes aura lieu en juillet avec un haut degré d’espérance que les choses auront bougé.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Retrouver le sens de la solidarité et du « fihavanana »

Pour la majorité des Malgaches, le terme optimisme ne fait plus partie du vocabulaire usuel. Aujourd’hui, on essaie d’écarter toutes les mauvaises pensées envahissant  son être au vu de l’environnement dans lequel on évolue. On en arrive à se centrer sur son cercle familial et tout faire pour préserver son petit confort personnel. La notion de citoyenneté semble avoir disparu et il est navrant de constater que les pouvoirs qui se sont succédé et en particulier celui qui est en place actuellement y ont grandement contribué.

Retrouver le sens de la solidarité et du « fihavanana »

Dire que les Malgaches sont désabusés est aujourd’hui une évidence. Nous l’avons souvent affirmé. Ils ont réussi à refouler une indignation pourtant légitime et ils préfèrent s’adapter à une situation qui leur est imposée. Ils suivent le mouvement comme on dit. Certaines voix, cependant, s’élèvent pour dénoncer les dérives des dirigeants. Ils sont les porte-parole de la majorité silencieuse, mais les vérités qu’ils assènent n’ont pour le moment  que peu d’effet sur le comportement des dirigeants. Ces derniers, à cause de l’inertie de la population, estiment être dans le vrai. Cependant, les rassemblements qui vont avoir lieu samedi prochain vont certainement être une occasion de secouer la torpeur où nous nous trouvons. Il ne s’agira pas de manifestations en plein air, mais dans des enceintes closes. On ne sait pas quels thèmes les différents orateurs vont aborder, mais on imagine sans peine qu’ils parleront du mal vivre des Malgaches. Nos concitoyens sont devenus fatalistes et restent stoïques dans l’adversité. Mais ils commencent à faire preuve d’une certaine indifférence vis-à-vis des malheurs d’autrui. La notion d’entraide si chère à notre société malgache a tendance à disparaître. Les conditions de vie difficile ont  commencé à émousser le sens du « fihavanana ». Ce sont les dirigeants qui doivent donner l’exemple et restaurer ces valeurs qui  sont notre fierté.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

RN1 : Kamiô nivarina tanaty hantsana, olona roa maty tsy tra-drano, iray hafa naratra mafy

Aina roa indray no nafoy tamin’iny lalam-pirenena iny omaly antoandro vokatry ny fivadihan’ny fiarabe mpitati-bokatra iray. Tokony ho tamin’ny 11 ora antoandro teo no niseho ny loza, raha ny fampitam-baovao avy any an-toerana, teo amin’ny toerana antsoina hoe Soavimbahoaka, kilaometatra vitsy miala an’i Soamahamanina. Tsy nisy afa-tsy olona telo no tao anatin’ity fiara ity : mpanampy ny mpamily roa, ary mpamily iray. Vokatry ny fianjerana dia maty tsy tra-drano ireo mpanampy ny mpamily anankiroa, naratra mafy kosa ilay mpamily. Samy niezaka namonjy ity fiara niharan-doza ity avokoa moa ireo fokonolona teny an-toerana, nampian’ireo zandary izay tonga haingana teny an-toerana. Voatery nosokirina tao ambanin’ilay fiarabe, izay potika tanteraka tsy nisy namantarana azy intsony ny vatana mangatsiakan’ireo olona roa namoy ny ainy. Noho ny ratra mafy nahazo azy kosa dia nentina novonjena haingana tany amin’ny hôpitalin’i Miarinarivo ilay mpamily. Tsy fantatra mazava hatreto izay tena zava-nitranga, hoy ireo tompon’andraikitry ny filaminana any an-toerana. Ny filazan’ireo nanatri-maso dia toa hoe nandeha mafy ihany ity fiarabe ity, izay marihana fa mbola tsy nitondra entana. Toa hoe niezaka nisongona fiara teo alohany izy ka tamin’izay no tsy tana intsony ny familiana rehefa tojo ilay fiolanana mampidi-doza eo amin’io faritra io, ary dia niafara tany anaty hantsana, izay mirefy eo amin’ny 50 metatra teo ho eo. Avy aty an-drenivohitra, handeha haka vokatra any Ambalanirana any moa ity kamiô ity. Miandry ny fahasitranan’ilay mpamily kosa vao azo atomboka ny fanadihadiana rehetra, hoy ny fanazavàna.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Body Perfect Classic 2017 : Une prime de 6,4 millions d’Ariary à gagner !

Les préparatifs battent actuellement leur plein pour le tournoi « Body Perfect Classic » prévus pour ce samedi 24 juin à la grande salle du Centre Culturel Américain (CCA) à Tanjombato. Les éliminatoires en vue du tournoi se sont déroulées, hier, à Ankorondrano. Ils étaient 30 bodybuilders dont 3 femmes qui vont participer au « Miss Bikini ». La « masse musculaire » et la « densité musculaire » seront les critères pris en compte à cette compétition. Les catégories des plus de 87 kg et moins de 77 kg pour le « men’s physique » et la miss bikini. Une prime de 6,4 millions d’Ariary sera à disputer lors de ce tournoi. Des bodybuilders de Boeny et de Vakinankaratra feront partie de la fête à Tanjombato. « La détection a commencé depuis le sommet national Big Mada à Toliary » a expliqué Vernier Georges, président de la commission bodybuilding. Parmi les présélectionnés figurent Tsila Kely (+90 kg), Antoine (+90 kg), Fortunat (+85 kg), Mario Bigman (80 kg), Reozoe (70 kg) et Ellah du côté des dames. Cet évènement entre dans le cadre de la sélection des participants aux Championnats du monde qui se dérouleront le 3 octobre en Mongolie.  Après ces sommets mondiaux, la joute africaine à Maurice en novembre attend ces bodybuilders.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Basket – Sommets 3 x 3 : Place aux jeux !

Le coup d’envoi de la 2e édition du Championnat de Madagascar de Basket-ball 3 x 3 sera donné ce jour sur les terrains intérieurs et extérieurs du Gymnase couvert d’Ankorondrano. Le tenant du titre de l’ASC de Boeny évoluera dans la poule A. Un groupe assez relevé avec la présence des champions des éliminatoires d’Analamanga du Cosfa ainsi que les formations du MB2All 2, Mania, Bongo et d’Analanjirofo. Au total, la ligue d’Analamanga alignera dix équipes. Outre les primes par le partenaire de l’évènement notamment l’opérateur Telma, deux tickets pour la Coupe de la zone 7 seront en jeu. Les rencontres sont prévues débuter à 9 heures après la publication des calendriers des matchs.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Les travailleurs de l’ombre : Chapeau pour ces professeurs de sports respectueux de leurs métiers

Luc, Angelo, Daddy, Armand et Fara… beaucoup de prénoms que les jeunes qui font du sport connaissent sûrement s’ils sont des habitués des stades d’Ampefiloha ou de Mahamasina. Ce sont nos éternels professeurs de sports qui s’échinent jour et nuit pour leur profession. Mais,… un grand mais.

Chaque année, nous tirons la sonnette d’alarme lors des examens officiels de BEPC ou de baccalauréat quant à la participation de vos enfants aux épreuves de sports. Mais chaque année, les records de bêtises sont tels que les professionnels du sport, les éducateurs sportifs sont près de jeter l’éponge et sanctionnent.

Des séances de vidéo gag. Allez faire un tour à Ampefiloha, ou à Mahamasina, ou au collège Saint-Michel si vous voulez éclater de rire. « On dirait des séances réelles de vidéo gag » dira le professeur de sports Sarindra. Difficile de ne pas sourire au moins quand on voit une jeune fille donner un coup de pied au lancer de touche en football. Une autre fera son service de volley-ball à deux mains. Pire, toujours au volley, il y a rarement d’échanges et les services, sur les 12 jeunes qui sont là, vous avez de la chance si trois d’entre elles peuvent le faire correctement ! On aura beau dire aux spectateurs de ne pas huer, mais au finish, ils ont raison !

Le 100m à 20 secondes. « C’est tellement honteux pour le sport à Madagascar. Imaginez des garçons, pas seulement ou deux ou trois, mais des tas qui courent le 100m en 20 secondes. Mais qu’y a-t-il ? ». Courir est-il devenu si difficile pour les enfants ? Chaque école sait que les épreuves de sport au BEPC sont facultatives mais les points obtenus en bonus changent beaucoup de choses. Ces écoles savent aussi que les examens de sport au baccalauréat sont obligatoires. Mais rien n’y fait, chaque année, le catastrophe s’amplifie.

Economisez durant un an ! . Si la pratique est déjà telle, que dire de ces tenues de sports sur place. On dirait des moments pour se trouver des flirts pour certaines filles et certains garçons : rouge à lèvre, cheveux lâchés, chaussures de mode pour des garçons, parfois des jeans ! Pour d’autres, l’on sait que le pouvoir d’achat du Malgache actuel est tellement bas qu’acheter des chaussures de sports n’est pas à la portée de tout le monde. Et Armand de dire « Economisez 1 000Ar par mois ! Vous avez 12 mois en Terminales et 12 fois 1 000Ar, cela vous fait 12 000Ar, une somme conséquente pour acheter des chaussures de sports, des shorts et tee-shirts valables en friperie ». Oh que oui. Il y a des jeunes qui courent avec des ballerines, d’autres avec des survêtements tellement larges que cela leur tombe sur les fesses lors du 800m.

Profs de gym « foza » ! . La pire des choses pour ces examens est la mauvaise orientation des professeurs de sports dans des écoles lors des choix d’épreuves. « Un jeune obèse qui ne court pas, ils l’alignent au 100m. Pourquoi ne pas lui apprendre le poids, là où il pourra lancer loin ? De même, durant toutes les séances d’EPS, ils auraient pu enseigner d’autres disciplines » a déploré Angelo. Tout comme tous, ils déplorent la présence des professeurs « Foza », des gens qui n’ont pas de notions pédagogiques ni de sports, mais qui enseignent cela. « C’est un mauvais choix des écoles. Cela met les élèves en situation de risque d’accident »

Soyez jaloux de votre métier. A tous les professeurs de sports, on a presque envie de dire « sanctionnez » quand on voit ces jeunes qui ne se préparent point. Cette étape-là ne pourra pas être facultative ni annulée au bac, car c’est une exigence des normes internationales. S’ils sont jaloux de leurs métiers, ils sauront agir à bon escient.

Journée bien calée, bien organisée. Malgré cela, ils font leur métier en tout honneur et s’organisant en conséquence. Auparavant, les séances de sport prenaient toute une matinée ou presque une journée. Là, en une heure maximum, le 800m ou 1 500m ainsi que les choix en sport individuel et collectif sont bouclés ! Chacun assure sa part de tâches et tout est bien dans le meilleur des mondes.

Le sport, la santé, une affaire de tous. Cet article en fait pour rappeler à tous que le sport est un choix pour l’éducation et la santé de nos enfants. « Pour la santé, pour l’éducation, mettez-vous au sport ». Mieux, pour les examens du Bac, cela vaut un coefficient 2, incontournable. En tout cas, chapeau à ces hommes et femmes de l’ombre qui sont là, en plein hiver, bon an mal an, pour nos enfants.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara0 partages

Saisie de 104 tortues à Isotry : Un « karana recherché pour trafic d’espèces protégées

Bien que des efforts soient entrepris pour prévenir et lutter contre les trafics illicites des espèces protégées dans le pays, ce fléau persiste encore.  Hier,  la brigade criminelle de la Police nationale vient de saisir 104 bébés tortues radiata astrochelys  prêtes à être exportées dans le domicile d’un Indo-pakistanais à Isotry.  Les enquêteurs de la police ont pu mettre les mains sur ces  animaux endémiques à Madagascar grâce aux renseignements indiquant l’existence d’un individu détenant des tortues à exportation dans une maison du quartier. L’enquête  a abouti à la perquisition du domicile d’un ressortissant indo-pakistanais et a débouché sur la saisie de ces 104 tortues. Puisque le suspect dont l’identité est connue,  reste encore en cavale, celui-ci fait alors l’objet d’un avis de recherche. Ainsi, il y a de quoi faire prescrire toutes recherches utiles en vue de retrouver la personne dénommée Jalal Sathik Batache, né le 27 mai 1970 à Thondi Tahil Nadu/Dar-Es-Salam, titulaire du passeport n°Z 3453660. En cas de découverte de cet individu, la police souhaite la collaboration de tout un chacun afin de signaler la troisième section de la Brigade criminelle saisie de l’affaire  au numéro 034 05 517 26 ou 034 05 526 94.

L’implication des Indo-pakistanais dans cette affaire louche permet d’affirmer que ce genre de trafic constitue une aubaine pour se procurer de grosse somme d’argent. Exportée en Asie et en Asie du Sud-Est, une tortue d’espèce comme celle qui a été saisie à Isotry se vend jusqu’à 10  000 dollars (32 millions d’ariary) en Thaïlande contre 2  500 dollars (8 millions d’ariary) à Madagascar. Il est à noter que ces 104 bébés tortues saisies seront remis à l’ONG Turtle survival Alliance qui se chargera de leur réintégration dans leur habitat naturel.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Faiseurs de musique : A l’heure de l’évolution des instruments traditionnels

Des faiseurs de musique qui ont enchanté les visiteurs hier.

Journée de la Musique sous le signe de la découverte musicale hier à l’AFT, avec les faiseurs de musique. Après des années de recherche, ils ont amélioré et développé les instruments de musique traditionnels, folkloriques et authentiques.

A l’heure où le monde fête la musique, à l’AFT à Andavamamba, les faiseurs de musique ont refait le monde… ou presque. Rapasy, Ledama, André Rakotoralahy, Ratovo, Zamba, Tony Zah, Timo Razafy, Ragasy et Daniel Marovany ont offert un show exceptionnel durant toute la journée d’hier. Les hommes de l’ombre, des fabricants d’instruments de musique traditionnels et folkloriques malgaches, qui fournissent les musiciens les plus grands et les plus connus, étaient là hier, à l’occasion de la fête de la Musique, pour montrer au grand public les merveilles des instruments typiques. « Valiha, marovany, jejy voatavo, sodina », percussions, « kabosy », banjo et mandoline… autant d’instruments que les Zamba, Ratovo, Rajery, ou encore Justin Valiha utilisent pour être de vrais ambassadeurs de Madagascar partout dans le monde. Mais hier, le spectacle a été différent, car chaque fabricant était là, avec tant de passion, à parler de son instrument.

Evolution. Et pour cause, au fil des années, les instruments de musique traditionnels et folkloriques ont évolué. De la valiha diatonique, André Rakotoralahy a inventé la valiha chromatique, pour obtenir d’autres notes et pouvoir jouer toutes les musiques, en suivant les partitions. C’était en 1983, alors que cette grande avancée n’avait pas mis tout le monde d’accord. Mais grâce à cette invention, la « valiha » sonne autrement, mieux. Zamba, Ratovo et les autres fabricants l’ont améliorée, et pas que dans la sonorité ou dans sa praticité, mais aussi dans son design, sa forme et son poids. « Je me souviens, à l’époque, ma « valiha » pesait 15kg, et pourtant je devais jouer debout plusieurs heures ! J’avais mal au dos » se remémore Zamba, qui joue aujourd’hui d’une « valiha » avec toutes les cordes, même les basses. Il n’est pas le seul, Tony Zah aussi a apporté sa touche de créativité dans la fabrication des « kabosy » et des banjos. Des cordes de guitare et des cases se sont ajoutées au « kabôsy », permettant d’obtenir des notes en mineur, et ces instruments sont aujourd’hui électriques, peuvent être amplifiées, et même être utilisées avec des effets. Un « kabosy » basse a même vu le jour, « une sorte de kabosy basse acoustique électrique qui sonne comme une guitare basse » explique Tony Zah, son fabricant.

En tout cas, fini le temps où la « valiha » ne jouait que des chansons « folkloriques traditionnelles des Hauts-Plateaux, ou des « kabosy » home made. Aujourd’hui, en maintenant la sonorité authentique, ces instruments de musique peuvent tout s’approprier et sonner au rythme de la musique rock, jazz, ou reggae. Dommage que l’événement n’ait duré qu’un jour, on aurait aimé que ce soit la fête de la Musique tous les jours pour les apprécier !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Objet d’un procès à Toamasina : Un Indo-pakistanais évacué à La Réunion

Poursuivi pour coups et blessures volontaires contre un rassortissant indo-pakistanais, Mohamed Mozije Hassan devra comparaître devant la barre du Tribunal de Première instance de Toamasina, ce 27 juin. Acte qu’il a commis dans la cour d’une mosquée dans la ville de Toamasina il y a un mois environ. D’après les informations, cet Indo-pakistanais, se trouve actuellement à La Réunion. Ce fait crée des polémiques dans le capitale du Betsimisaraka du fait que cet individu a déjà fait l’objet d’une Interdiction de sortie du territoire (IST). La partie civile dans cette affaire craint que ce départ pour La Réunion n’était qu’un prétexte pour échapper à la Justice. Des questions se posent alors sur l’IST déjà ordonnée à l’encontre cet Indo-pakistanais.

Face à ces suspicions,  des proches de l’Indo-pakistanais incriminé ont répliqué à la presse que ce dernier devra comparaître devant le tribunal ce 27 juin si son état de santé le permet. Dans le cas contraire, il sera représenté par son avocat. Ils l’ont annoncé pour  signifier que le sien n’a jamais eu l’intention de faillir à son obligation. En ce qui concerne la fameuse IST, les conférenciers ont tenu à souligner que cette mesure a été déjà levée par le Tribunal de Toamasina. Cette déclaration a été confirmée par le Directeur général de la Police nationale qui affirme avoir vu et lu cette décision judiciaire en bonne et due forme. « Des polémiques fusent, à ce sujet car il y a peut-être une défaillance en matière de  communication », a-t-il mentionné.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Sakoroka tany Soanierana Ivongo : Atolotra ny Fampanoavana anio ireo olona 18 voarohirohy

Fivorivoriana tsy nahazoana alalàna ary niteraka fanakorontanana, izay no anenjahana ireo olona 18, mpiangona tao amin’ilay fiangonana zandriny FKM, izay voatery nosamborina noho ny fikomiana nataon’izy ireo tamin’ireo mpitandro filaminana, tonga nandrava ity fiangonana tao Soanierana Ivongo ity ka niteraka sakoroka ny alatsinainy lasa teo. Raha ny fanazavana azo avy amin’ny tompon’andraikitry ny pôlisy misahana iny faritra iny, dia atolotra ny Fampanoavana anio ireto olona ireto raha tsy misy ny fiovàna. Hatreto kosa dia mbola tsy hita ny misy an’ilay mpitondra fivavahana fantatra amin’ny anarana hoe Marc Tatandraza sy ny olona iray niaraka taminy antsoina hoe Modeste. Efa nisy mihitsy moa ny taratasy fampikarohana azy ireo navoakan’ireo tompon’andraikitra tany an-toerana saingy hatreto aloha dia toa nanjavona ho azy izy ireo. « Efa nampandrenesina avokoa ireo tompon’andraikitra rehetra amin’ireo faritra manodidina, eny fa na hatrany Toamasina aza fa hatreto aloha dia mbola tsy hita izy ireo ». Marihana fa volan’ny fiangonana an-tapitrisany maro no lasan’ireto olona ireto any aminy any. Araka izany, fanodinkodinam-bola, fisolokiana, fanodinkodinana zaza tsy ampy taona ary fanamparana filàna ara-nofo, ireo no fantatra fa anenjahana kosa ireo olona roa izay karohina fatratra ireto.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Brickaville : Sazy mihantona roa taona ho an’ilay pasitera nanodinkodina zaza tsy ampy taona

Raha mbola mikaroka ny pasitera Marc Tatandraza, sy ireo mpino niara-nitsoaka taminy any anaty alan’i Soanierana Ivongo ireo mpitandro ny filaminana avy ao Fenerivo atsinanana, dia tranga hafa nataon’ny pasitera hafa indray no niakatra fitsarana ady heloka teto Toamasina. Nandritra ny fitsarana natao izay natrehan’ilay pasitera, Zoentsoa Zafindrahova Niriko Bernard, avy amin’ny fiangonana zandriny miasa ao Brickaville. Tsy tonga kosa ny mpitory sy ilay tovovavy 17 taona tamin’ny nitrangan’ny raharaha ny taona 2016. Ny fitondran’ity pasitera ity ilay tovovavy tany Ambositra tsy nahazoana alalana avy amin’ny ray aman-dreniny no nahatonga ny olana fanodinkodinana zaza tsy ampy taona. Tamin’izay dia ny zandary tao Ambositra no nisambotra azy sy ilay tovovavy ka namerina azy tao Brickaville nanaovana ny famotorana. Nandritra ny fiarovan-tenan’ilay pasitera dia milaza ho vonona haka vady ity tovovavy tsy ampy taona tamin’ny nitrangan’ny raharaha ny tenany raha mivoaka ny fonja; nefa ny fifandaharana natao teo anivon’ny fitsarana no nahafantarana fa efa manam-bady ara-dalana any Ambositra ity pasitera ity. Vokatr’izay, na niaiky ny heloka vitany aza ity pasitera ity, dia nilatsaka ny didim-pitsarana fananarana azy ka namoahan’ny filohan’ny fitsarana ny didy mamonja azy roa taona an-tranomaizina ao Ambalatavoahangy, saingy atao sazy mihantona izany. Tsy nipoitra tamin’izao raharaha nitsarana ity fanodinkodinana zaza tsy ampy taona ity kosa ny ray aman-drenin’ilay tovovavy mpitory sy ilay tovovavy niharan’izany fanodinkodinana zaza tsy ampy taona izany, ka tsy neken’ny filohan’ny fitsarana ny nanome ny onitra nangatahan’izy ireo…

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Hippisme – Mahazina : Le grand prix « Fahaleovantena » en apothéose !

L’AHCEL ne sera pas en reste avec la célébration du 57e anniversaire de la fête d’Indépendance.  Pour ce faire, cinq courses dont le prix dénommé « Grand prix Fahaleovantena » seront au programme de la 5e réunion de ce dimanche 25 juin à l’Hippodrome de Mahazina. La première course distante de 1 500m sera réservée aux chevaux de plus de 3 ans dans les catégories VI et V. Ce sera l’affaire de Nick Power et de Nuage Fanorona. La deuxième course verra la confrontation entre les cadors entre autres l’Oiseau d’or, Noblesse de Carmen et Hasta la Best. A la 3e course on s’attend à un mano à mano entre Luna Bella, Lutteur d’or, Madona et la 4e course « Prix Afomanga ». Mais le clou du spectacle sera la 5e course baptisée « Grand Prix Fahaleovantena » d’une distance de 2 000m. Une course dédiée aux grands chevaux. Et les parieurs présents à Mahazina auront l’embarras du choix pour trouver le cheval gagnant au vu des partants. Les meilleurs seront sur la ligne de départ pour ne pas citer que l’Oiseau Bleu, Nabab, ou encore Kathy Pleasure.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Compagnie Zarasoa : Zik’Handihy avec le centre Ketsa

La compagnie Zarasoa se produira avec les enfants du centre Ketsa Vontovorona ce samedi 24 juin au centre Ketsa. Un spectacle intitulé « Zik’Handihy » qui sera également présenté à l’American Center à Tanjombato le 2 juillet prochain. Il s’agit d’un spectacle de danse et de musique avec 17 jeunes filles de ce centre, qui ont suivi des formations et qui vont se produire en interprétant divers styles de danse : « tanamalefaka, isa ny amontana, don-tany, samba, salsa et teboka teboka ». Les enfants seront accompagnés par de musiciens qui utilisent eux aussi des instruments de musiques malgaches comme le « ambio », le bâton de pluie, des tuyaux de PVC… et même si les musiciens se lâchent dans quelques notes d’improvisation, les enfants s’adapteront. La compagnie Zarasoa, composée de Saroy, Aina et Mionja, a été créée en 2009. Elle donne régulièrement des cours au CGM et appelle à l’éveil rythmique. Pas de CD ni d’enregistrement pour les séances de danse, tout est accompagné en musique. Et toujours en symbiose avec la culture malgache.

Anjara Rasoanaivo