Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Jeudi 22 Avril 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara419 partages

Fokontany Ambinany Soanierana Ivongo : Trano manodidina 300 lasan’ny ranomasina…

Mitaraina ireo fokonolona ao amin’ny fokontany Ambinany distrikan’i Soanierana Ivongo, fa lasan’ny ranomasina ny tranon’izy ireo izay maniodidina ny 300 eo, satria efa mananiky ny manodidina 500 m miditra aty an-tanety ny fiakaran’ny ranomasina amin’izao fotoana izao. Raha ny fijoroana vavolombelona ny fokonolona any an-toerana dia ny fanamboarana ilay seranan-tsambo tsy mety vita no miteraka izao olana amin’ny fiakaran’ny ranomasina izao. Eo ihany koa ny zavatra ataon’ireo olom-boatendry isan’izany nhy filoham-pokontany, sy olom-boafidy ao anatin’izany ny ben’ny Tanana, ary ny mpanjono hoy ireo vahoaka rava trano nijoro vavolombelona nataon’ny ranomasina ao Ambinany Soanierana Ivongo. Nomarihan’ireo fokonolona hatrany fa tsy mbola nitranga izao fiakaran’ny ranomasina manimba fananan’ny vahoaka izao, fa hatramin’ny nisian’io fanamboarana seranan-tsambo izay tsy mety vita ao Ambinany io no tena miteraka izany. nomarihan’ireo vahoaka kosa anefa fa tsy manakana ny fananganana seranan-tsamno any an-toerana izy ireo ho tombontsoan’ny be sy ny maro amin’ny fitaterana an-dranomasina, fa saingy tsy tokony atao amin’ity toerana nametrahana azy ity izany hialana amin’izao tranga fiakaran’ny ranomasina nanimba trano marobe izao. Raha tsy misy ny fijerena akaiky izao tranga misy ao Ambinany Soanierana Ivongo izao dia tsy hita ao anaty sari-tanin’i Madagasikara intsony ity fokontany Ambinany ao Soanierana Ivongo ity tsy ho ela lasa any anaty ranomasina. Vokatra izany dia manao antso avo amin’ny rehetra indrindra ny mpitondra fanjakana ireo vahoaka rava trano noho ny fiakaran’ny ranomasina, ka tsy manan-kialofana amin’izao, mba hijery akaiky ireo toe-javatra izao, mba tsy hihitatra amin’ny toeran-kafa sy zavatra hafa indray.

Malala Didier

Midi Madagasikara5 partages

Vols internationaux : Barrière aux frontières pour les passagers entrants  

L’Etat intensifie les mesures visant à limiter la propagation de la Covid-19, face à la prolifération des variants de la maladie dans différents pays. Le rapport du Conseil des ministres d’hier a noté que Madagascar interdit désormais l’entrée de tout passager provenant de l’extérieur du territoire, peu importe le pays d’où il vient. Cependant, les ressortissants étrangers qui désirent rentrer dans leur pays d’origine ont le droit de quitter la Grande île. Par ailleurs, en ce qui concerne le transport terrestre, le rapport a indiqué que les véhicules transportant des produits périssables, notamment les produits agricoles, pour approvisionner le marché d’Antananarivo, peuvent circuler librement, même de bon matin, pour acheminer ces produits vers les places de marché.

Contrôles. Toujours dans le contexte de la crise sanitaire, des contrôles stricts seront menés par le Ministère de la Santé Publique et celui en charge du Commerce et de la Consommation, ainsi que par l’Ordre des pharmaciens, afin de lutter contre les spéculations abusives. Selon les informations, les prix applicables seront communiqués au public, tous les vendredis. Ces contrôles seront menés, d’abord dans la région Analamanga, ensuite dans les autres régions à travers le pays. En outre, le Conseil des ministres a autorisé l’Administration publique à acquérir directement les matériels et consommables nécessaires pour la lutte contre la Covid-19 auprès des usines productrices. Cette nouvelle démarche permettrait d’éliminer les intermédiaires qui prennent des marges excessives, selon les explications. Par ailleurs, toutes les dépenses liées à la lutte contre la Covid-19 doivent passer par le Fonds CCO et être approuvées par le ministère de la Santé, le ministère de l’Economie et des Finances, la Primature et la Présidence de la République.

Antsa R.

Midi Madagasikara3 partages

« Tsenakely » : Autorisés à ouvrir pendant le confinement

Les « Tsenakely » autorisés à ouvrir pendant le confinement total. (Photo d’archives)

Suite aux dispositions prises par le président de la République Andry Rajoelina du 18 avril dernier, le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat a sorti une note, hier, concernant la fermeture des commerces durant le confinement total du week-end, dans la région Analamanga. « Pendant les week-ends de confinement total de la région Analamanga, tous les lieux de vente de produits de consommation courante ne sont pas autorisés à ouvrir, à l’exception des épiceries du quartier ou Tsenakely, dont l’horaire d’ouverture est limité jusqu’à 13 heures. L’interdiction d’ouverture pendant les week-ends de confinement total s’applique également aux grandes et moyennes surfaces (Jumbo Score, Shoprite, Leader Price, Supermaki, Shop Liantsoa…) ». Cette note a également été signée par le ministère de l’Intérieur. Cette précision reste toutefois confuse dans la mesure où la population pourrait ainsi faire ses emplettes au niveau de ces « Tsenakely », même si il a été dit qu’une seule personne dans chaque foyer serait autorisée à le faire. Il est donc nécessaire que les forces de l’ordre soient strictes dans l’application des mesures prises par le chef de l’Etat, étant donné que certaines personnes vont vouloir profiter de l’ouverture des épiceries du quartier.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara3 partages

Ampefiloha : Mpanendaka miaraka amin’ny «katana»

Moa va tsy toy ireny sabatra lavalela fentin’ireo «samourai» fahita amin’ny horonan-tsary ireny mihitsy no entin’ireo tontakely manao ny asa ratsiny, eny amin’iny faritra Ampefiloha iny ? Ny talata lasa teo dia tovolahy iray, niaraka tamin’izany antsy lavalela izany no tra-tehaky ny polisy miady amin’ny asan-jiolahy mahery vaika (SAG) teny an-toerana. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny pôlisim-pirenana dia nisy ny fitairanana tonga any amin’izy ireo mahakasika ny fisiana mpanendaka maromaro mitondra izany karazana fitaovam-piadiana izany eny an-toerana. Eny an-toerana rahateo, izay lasa faritra mena amin’izany asa ratsy izany, indrindra fa ny sinto-mahery sy ny harom-paosy. Rehefa nisy araka izany ny angom-baovao azon’ny teo anivon’ny pôlisy fa efa mihaodihaody eny an-toerana ny tovolahy iray, izay efa fantatry ny maro fa mpanendaka raindahiny, dia nisy avy hatrany ny fidinan’ny pôlisy teny an-toerana. Tsy ela tokoa, ary saika teo am-panaovana ny asa ratsiny ity tontakely iray no tra-tehaka sy noraisim-potsiny. Mbola tratra tany aminy moa ity karazana fitaovam-piadiana ity tamin’ny fotoana nisamborana azy, hoy hatrany ny vaovao. Marihana fa efa mpamerin-keloka ary efa nampitondra faisana olona maro teny amin’iny faritra Ampefiloha sy ny manodidina iny ingahirainy, raha ny filazan’ny pôlisy hatrany. Nentina natao andrimaso tao amin’ny biraon’ny kaomisarian’ny boriboritany fahefatra avy hatrany moa ranamana atao famotorana, alohan’ny hanolorana azy eny anivon’ny fitsaràna.

m.L

Midi Madagasikara2 partages

Tsaradia : Plus de 1 800 passagers impactés par le confinement partiel

Le service fret de Tsaradia connaît du succès.

Le transport aérien domestique demeure un secteur important aussi bien durant qu’après la crise sanitaire. Les appuis du gouvernement s’imposent pour sauver la filière.

A quelque chose, malheur est bon. La pandémie de Covid-19 a fait prendre conscience aux professionnels du tourisme que le tourisme local peut très bien se développer si tout le monde, autorités publiques et secteurs privés s’y mettent.

Réjouissance de courte durée

Le succès des quelques éditions du Tsenaben’ny Fizahantany en est la preuve. Grâce, en effet, aux promotions proposées aux vacanciers locaux, les professionnels du voyage ont enregistré un nombre croissant de voyageurs. La compagnie aérienne Tsaradia qui assure les vols domestiques a vu le nombre de ses passagers augmenter. Une réjouissance de courte durée cependant puisque depuis le début de ce mois, les nouvelles mesures prises par le gouvernement ont carrément cassé cet élan. Pour Tsaradia par exemple, la suspension des liaisons entre les destinations phare comme Nosy-Be et Mahajanga ont entraîné des conséquences désastreuses. « Plus de 1800 passagers ont été impactés par cette mesure de suspension des vols sur certaines destinations domestiques », précise une source auprès de Tsaradia, avec ce que cela comporte d’annulation, de remboursement et d’autres mesures financières de compensation. « Le manque à gagner provoqué par ces restrictions monte à plus d’un milliard d’ariary », précise notre source. Un nouveau coup dur, en somme, pour Tsaradia qui, actuellement, ne fonctionne plus qu’à 10% de sa capacité.

Bonnes initiatives

En tout cas, comme les autres branches du voyage et du tourisme, le transport aérien mérite un coup de pouce du gouvernement. Ce d’autant plus que pour le cas de Tsaradia par exemple, les dirigeants de cette compagnie ont fait preuve de bonnes initiatives pour se maintenir à flot face aux impacts néfastes de la crise sanitaire. On rappelle notamment le développement du fret qui continue actuellement de faire ses preuves. Non seulement pour la survie de la compagnie mais également pour son apport dans l’acheminement des produits essentiels et des produits spécifiques pour la lutte contre la Covid-19 dans les régions. En somme, le transport aérien local constitue l’un des secteurs qui seront appelés à jouer un rôle de premier ordre aussi bien durant qu’après la crise sanitaire. Et les mesures d’appui gouvernementales s’avèrent plus que nécessaires pour la sauvegarde de cette filière.

R.Edmond

Midi Madagasikara1 partages

La nécessité d’empêcher l’entrée des variants

Le renforcement des contrôles sanitaires aux frontières a été annoncé. La situation épidémiologique du pays justifie pleinement cette mesure. La progression des contaminations dans plusieurs régions et notamment dans celle d’Analamanga éveille les plus vives inquiétudes. Le variant dont la virulence provoque des ravages meurtriers dans la population met les autorités en émoi. On est sûr que c’est un virus mutant venu de l’extérieur. On dit que c’est le virus sud-africain, mais aucune voix autorisée ne le confirme. La multiplication des patrouilles militaires le long des côtes a stoppé les entrées des clandestins dans la Grande île, mais le mal est fait. L’arrêt des vols internationaux n’est pas effectif puisque des vols de rapatriement sont organisés régulièrement. L’épée de Damoclès des variants est donc toujours suspendue sur nos têtes.

La nécessité d’empêcher l’entrée des variants

On a beaucoup parlé du variant sud-africain du fait de la promiscuité de l’Afrique du Sud avec notre pays. Il a été présent à Mayotte et aux Comores. Il est donc venu chez nous à cause de la porosité de nos frontières. En Europe, on parle beaucoup du variant anglais, on appréhende la contamination des personnes par le variant brésilien. Des cas ont déjà été constatés. C’est la raison pour laquelle les vols en provenance du Brésil ont été suspendus. Les autorités sanitaires françaises tournent maintenant les yeux vers l’Inde qui connaît une explosion exponentielle de l’épidémie. Les chiffres sont effarants. Il y a 300 000 cas positifs par jour. Les morts se comptent par centaines de milliers. Le variant indien existe donc bel et bien et il est dangereux. Les autorités indiennes ont décidé de stopper l’exportation de vaccins pour pouvoir les administrer à leur population. L’alerte est donc sérieuse et tous les pays surveillent très attentivement la situation. Madagascar n’a plus de liaisons aériennes avec l’Inde, depuis l’annonce de la suspension des vols extérieurs, mais on n’est pas à l’abri d’une contamination venant d’un passager d’un vol d’Air Madagascar qui a été autorisé. On sait que les autorités sont extrêmement vigilantes, mais Madagascar n’a pas les moyens de supporter le calvaire connu par l’Inde ou le Brésil.

Patrice RABE

La Vérité0 partages

Barea - Des individus veulent enterrer le football malagasy

Où veut-on mener les Barea ? Bon nombre d’observateurs comme de simples profanes se posent cette question au vu de certaines informations et décisions ayant marqué l’actualité du ballon rond à Madagascar. Récemment, beaucoup auront remarqué la campagne visant à destituer le coach de la sélection malagasy de football, Nicolas Dupuis.

Il y a d’abord eu une campagne médiatique menée à l’international, puis celle menée sur les réseaux sociaux, suivie d’une déclaration d’Eric Rabesandratana, l’ancien défenseur du PSG que les détracteurs de Nicolas Dupuis souhaitent installer à la tête de l’équipe nationale de football. Le sujet aurait ensuite atterri à l’ordre du jour d’une réunion informelle… Dernièrement, c’est une décision prise par le sélectionneur des Barea, Nicolas Dupuis qui a été remis en cause. Le technicien français a en effet décidé d’intégrer Lova Ramisamanana, dirigeant d’Alefa Barea et président du Club Jet Kintana, au staff technique des Barea en vue de la préparation des prochains matchs de la sélection nationale. Une offre déclinée, balayée d’un revers de la main, par certains pour des raisons non motivées. Parmi les artisans de la brillante épopée ayant amené les Barea lors de la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations en Egypte, Lova Rasamimanana a figuré parmi les candidats à l’élection du président de la Fédération malagasy de football et a ensuite été écarté progressivement des Barea…L’on est nombreux à se demander où va aller le football malagasy si même ceux qui veulent aider sont tout bonnement écartés sans ménagement aucun ?

La rédaction

La Vérité0 partages

Lutte contre la propagation de la Covid-19 - Les premières doses de vaccins attendues dans 15 jours

Madagascar va recevoir ses premières doses de vaccins d’ici quinze jours. L’annonce a été faite par le ministre de la Santé Rakotovao Hanitrala Jean Louis. Et ce, lors d’une intervention sur le plateau du journal télévisé de la télévision nationale. A entendre le numéro Un du département ministériel d’Ambohidahy, ces premières doses ont été commandées par l’Etat malagasy avec l’appui des partenaires techniques et financiers. Le ministre rappelle également que Madagascar est inscrit à l’initiative Covax et bénéficiera des vaccins dans ce cadre. Aucune information n’a été livrée par le ministre en ce qui concerne le nombre de ces vaccins ou encore leurs noms.

 

Le Professeur Rakotovao Hanitrala Jean Louis précise qu’une organisation sera mise en place pour l’administration de ces vaccins. « Les personnes en première ligne de la lutte contre la Covid-19 seront priorisées pour l’administration de ces vaccins », réitère le ministre. Il parle notamment du personnel de santé, mais également des éléments des Forces de l’ordre. Le ministre indique que le tour viendra ensuite pour les personnes vulnérables ainsi que les personnes âgées.

Le numéro Un de la santé à Madagascar affirme par ailleurs que les localités où sont enregistrés les plus forts taux de contamination seront priorisées, notamment donc à Analamanga. Il dit aussi que le choix du vaccin pourrait se faire dépendamment de la localité concernée. Les personnes répondant aux critères et souhaitant se faire vacciner seront invitées à s’inscrire sur une liste qui sera ouverte à partir de la semaine prochaine, affirme en outre le ministre. Cette liste permettra notamment d’effectuer un suivi de l’état de santé de ces personnes. Pour ce qui est de la vaccination du plus grand nombre, le ministre de la Santé publique espère que cela pourra être effectif à partir du mois de juillet. Et lui de rappeler que la vaccination contre le coronavirus n’est pas obligatoire et qu’il devra se faire sur la base du volontariat.

Covishield, Pfizer, Sinopharm, JonhsonJohnson tels sont pour rappel les quatre vaccins finalement retenus par l’Etat malagasy sur recommandation des membres de l’Académie de médecine pour contrecarrer la 2ème vague de l’épidémie liée à la Covid-19 et la présence du variant sud – africain à Madagascar. Ce choix a été officialisé, cette semaine à l’issue d’une réunion dirigée par le Président de la République Andry Rajoelina au Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra, en présence des académiciens ainsi que du ministre de la Santé, celui de l’Enseignement supérieur et celui de l’Education nationale. La rencontre fait suite à celle tenue le 25 mars 2021 toujours concernant l’utilisation des vaccins contre le coronavirus.

Plusieurs paramètres ayant été étudiés dans le choix de ces 4 vaccins qui ont tous déjà reçu l’autorisation temporaire d’urgence délivrée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En revanche, les taux d’efficacité sont différents et certains vaccins nécessitent une limitation d’âge pour les bénéficiaires.

La rédaction

La Vérité0 partages

Ambohimandry-Arivonimamo - Aucune menace d'explosion de volcan !

 Une panique généralisée à Ambohimandry, District d'Arivonimamo.  Depuis quelques jours, la peur sur une quelconque explosion d'un volcan a terrorisé les habitants du Fokontany de Tsimahabeomby, Commune d'Ambohimandry. En effet, ces derniers ont constaté le gonflement d'un terrain au milieu d'un sol latérite. La dilatation a atteint 2 mètres, selon les observateurs. Le gouverneur de la Région autant que le chef de District ont même envisagé une évacuation des familles habitant aux alentours de cette zone.  

 

Mercredi, des techniciens au sein de l'Institut et observatoire de géophysique d'Antananarivo (IOGA), du Bureau national de gestion des risques et de catastrophes (BNGRC) ainsi que du ministère des Mines se sont déplacés sur place. A l'issue de leur premier analyse, ils ont rassuré la population qu'aucune menace d'explosion de volcan, ni de tremblement de terre n'est constaté au niveau de cette zone, du moins pour le moment. D'après le docteur Andry Ramanantsoa, responsable au niveau de la sismologie IOGA, la station sismique à Antananarivo n'a encore reçu aucun signal sismique. Par contre, il affirme pressentir la présence de magma dans cette zone. Sur ce, aucune menace n'est encore détectée. Cependant, les enquêtes réalisées sur place détermineront la cause de ce gonflement de terrain.

 Pour le géophysicien au sein du BNGRC, docteur Lalah Randriamirado, une autre hypothèse a été avancée. Il a expliqué que des sources d'eau se trouvent aux alentours de cette roche volcanique. Au fil du temps et notamment avec la sècheresse, l'eau commence à se retirer et les terrains se resserrent. Mais avant de tirer une conclusion, le BNGRC procèdera à une descente régulière à Tsimahabeomby pour installer la balise géo- référencement, une méthode qui permet de connaitre l'évolution de la situation sur place.

Notons qu'au moins 700 personnes habitent dans cette zone.

Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Audimat !

Une intervention nationale de Rajoelina Andry Nirina, Président de la République, intéresse au premier plan l’ensemble de toute la population. A vrai dire, le locataire d’Iavoloha garde toujours intactes sa cote de popularité, sa crédibilité et son aura auprès des concitoyens et ce dès les premières heures de la révolution Orange, sur la Place du 13 mai en 2009 jusqu’à nos jours.

Dès l’annonce de son intervention sur les chaines nationales, la veille ou l’avant- veille de la date et l’heure prévues, tout le monde, c’est le cas de le dire, s’impatiente pour accorder un vif intérêt. Et même les détracteurs les plus réfractaires sont tout ouïe.

La Radio nationale malagasy (RNM) prise d’assaut et le petit écran (TVM) crevé, autrement l’audimat, Rajoelina excelle dans l’art d’entretenir une prestation sans faille. En sa qualité de Chef d’Etat doublé d’un homme de communication bourré de talent inouï, il transmet avec une certaine aisance de décisives informations.

On entend par « audimat » l’audience d’écoute et de vision maximale voire totale. Sans trop pousser loin jusqu’à jeter indécemment des fleurs, Rajoelina est le seul dirigeant politique pour le moment dans le pays de nature à atteindre ou à jouir de ce niveau d’intérêt audio-visuel maximal.

L’état d’urgence sanitaire met tout le pays à l’épreuve. La propagation rapide de la pandémie de coronavirus, le variant sud-africain, plonge la Nation dans un état critique. La situation se corse au fil des jours. Le nombre des nouveaux contaminés, en particulier les formes graves, croît sans relâche. Le bilan des décès maintient son macabre rythme. Alors que les capacités d’accueil des centres de soins mis à la disposition (les centres hospitaliers spécialisés et autres adaptés aux besoins comme les hôtels médicalisés) sont déjà au bord du débordement. Alarmante, désolante et affolante, l’heure est grave ! En dépit de cette dramatique situation qui virerait à l’apocalypse, il faut nécessairement que quelqu’un se tienne debout devant et prêt à en découdre sinon à diriger la bataille. Car c’est une guerre, une vraie, que nous devons tous affronter ! Du moment que le Chef soit là devant nous et en pleine possession de ses capacités morales, intellectuelles et physiques, l’espoir est toujours permis. Pour le moment, il tient bien la barre. A ne jamais oublier qu’on se trouve dans la Cité des mille, à l’échelle nationale, où le roi Andrianjaka rassure que « les mille guerriers ne mourront point d’un seul jour ».

Toutefois, il est grand temps de rappeler que Rajoelina ne peut et ne pourra pas à lui seul diriger le pays. La présence à ses côtés des collaborateurs dignes s’avère d’une importance vitale. Il n’est jamais dit nulle part que le Grand roi Andrianampoinimerina menait seul la barque. Il s’agit là d’un fondamental à prendre en considération en tout temps.

La réussite de l’engagement d’un Chef d’Etat dépend étroitement de la compétence, de la crédibilité, de l’intégrité et de la ténacité de ses proches collaborateurs à tous les niveaux qu’ils soient. C’est ici, à certains égards, que le bât blesse. A en décrypter certains faits, il existe quelques brebis galeuses dans l’équipage. Que le Chef de l’Etat puisse avoir la clairvoyance et le courage à les démasquer. Un bon entourage mène, sans faute, vers la réussite.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

A l'approche des fêtes - Baolai gâte de nouveau sa clientèle

En cette période de l'année, les appareils électroménagers sont très prisés. Le public est toujours à la recherche de produits qui répondent à leurs besoins avec le meilleur rapport qualité-prix. De leur côté, les grands magasins ne cessent d'innover dans le but de fidéliser leurs clients et d'en attirer d'autres. Avec les fêtes de l'Ascension et de la Pentecôte qui arrivent, la société  Baolai renouvelle ses offres.

« En ce moment, des articles de premier choix et neufs sont mis à la disposition du public dans tous nos show-rooms d'Analakely, Soarano et Bazar Be-Toamasina », explique un responsable. On trouve notamment  auprès de cette grande enseigne des panneaux solaires mono et polycristallins, très utiles pour remédier aux incessantes coupures d'électricité. Sans oublier les Smart TV, des téléviseurs Led, disponibles entre 22 et 75 pouces, le Laser TV 100", tous garantis 1 an, ainsi que d'autres produits comme les subwoofers, machines à laver, réfrigérateurs, fours à micro-ondes, synthétiseurs, lecteurs Divx/Dvd, amplificateurs,…

« Les détails sont à découvrir sur le site web et sur la page Facebook de Baolai ou en téléphonant au 033 37 968 88 (heures de bureau) », selon toujours ce responsable. Ce genre d'initiative tombe à point nommé car les ménages malagasy sont plutôt friands d'articles de première qualité, au design « tendance » et au prix abordable pour embellir leur foyer. 

La Vérité0 partages

Air France - Les vols Paris-Tanà transformés en fret

Prudence. Le Conseil des ministres du mercredi dernier a communiqué la fermeture totale des frontières de Madagascar aux passagers provenant de l’extérieur. Il est indispensable de protéger les Malagasy face aux différents variants de la Covid-19 qui sont actuellement en train de se propager à travers le monde. Etant donné que l’ambassade de France à Madagascar a déjà obtenu une autorisation relative à l’organisation des vols spéciaux, les vols de transport de passagers depuis la France vers Madagascar sont transformés en fret.

« L’ambassade de France poursuit son travail d’organisation de vols spéciaux vers Paris en lien étroit avec Air France et les autorités malagasy. Ce travail permet de programmer un vol hebdomadaire d’Air France, depuis Paris vers Tananarive, en transport de fret suite à la décision du Conseil des ministres du 21 avril 2021. A l’heure actuelle, les arrivées sont programmées le lundi. Quant aux vols depuis Madagascar vers Paris, les départs sont programmés le mardi. La jauge du nombre de passagers est libre sur le segment Tananarive-Paris. Les demandes formulées par l’ambassade auprès des autorités couvrent actuellement tous les vols jusqu’à fin mai. Une demande globale sera introduite courant mai concernant les vols du mois de juin », note le communiqué.

Par ailleurs, un vol de la compagnie aérienne Air Madagascar, depuis Madagascar vers La Réunion, a eu lieu dans la journée d’hier.  Un autre vol est prévu dans une semaine, et ce, avec l’autorisation de l’Aviation civile de Madagascar, des autorités malagasy ainsi que des autorités réunionnaises. Concernant la vaccination, les modalités d’injection des doses au bénéfice des ressortissants français à Madagascar figurent déjà dans les perspectives. « Les modalités d’un dispositif de vaccination pour les Français de Madagascar sont actuellement à l’étude, en lien avec Paris, et nous vous informerons dès qu’une décision définitive aura été prise par le Gouvernement français, en liaison bien sûr avec les autorités malagasy. Par ailleurs, nous continuons, avec les autorités malagasy et les compagnies aériennes, à faire en sorte que des vols spéciaux soient organisés vers Paris comme vers nos Départements d’outre-mer, afin que nos compatriotes, pour des raisons impérieuses, puissent se rendre en France », rapporte Christophe Bouchard, ambassadeur de France à Madagascar.

Recueillis par Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Traitement du coronavirus - Uniformisation effective du prix des médicaments

Mêmes prix exigés. Les médicaments prescrits dans le protocole de traitement de la Covid 19, entre autres le Lovenox, l'Azithromycine, l'Uvimag, le Magné B6 ou encore la Vitamine C seront désormais vendus à des prix identiques dans les pharmacies et dépôts de médicaments à Madagascar. Depuis toujours, le prix de chacun de ces médicaments diffère selon la pharmacie qui le propose.

De plus, les clients se sont souvent plaints de la hausse vertigineuse de leurs prix, notamment depuis le mois de mars dernier durant lequel la pandémie a évolué à une vitesse grand V. « Suite aux consignes du Président de la République lors de sa dernière déclaration, l'uniformisation du prix de ces médicaments sera effective à partir de demain », a souligné hier Lantosoa Rakotomalala, ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat (MICA). L'Ordre national des pharmaciens (ONP) diffusera une note circulaire à l'attention de tous ses membres concernant les dispositions à appliquer, selon le communiqué dudit ministère. D'ailleurs, une série de réunions avec les acteurs du secteur pharmaceutique malagasy, entre autres l'ONP, l'association et le syndicat des pharmaciens, l'association des grossistes et les importateurs de médicaments, a été menée depuis le début de cette semaine pour ce faire.

Affichage unique

Outre l'uniformisation effective des prix, toutes les pharmacies et grossistes devront, à partir de ce 23 avril 2021, afficher une liste des médicaments contre la Covid-19 qui sont disponibles, avec leurs prix respectifs, marques et fabricants. Cet affichage unique devra être visible par les clients, selon les informations recueillies. Aussi, sa mise à jour se fera chaque semaine selon les prix convenus avec les acteurs. Au niveau des grossistes, la liste des arrivages sera désormais accessible. Si l'ONP assure la mise à jour hebdomadaire, le MICA et le ministère de la Santé publique se chargent du suivi. « Ces nouvelles dispositions obéissent aux impératifs de transparence au bénéfice de la population, ainsi qu'en termes de facilité d'accès aux médicaments, notamment au niveau de prix », souligne le MICA à travers son communiqué.

Faut-il rappeler que les plaintes venant de toutes parts n'ont cessé de se multiplier ces derniers jours, entre autres à propos du prix exorbitant des médicaments. L'ONP s'est justifié sur l'importation par avion des commandes effectuées par certains grossistes afin de limiter le temps de rupture de stock. D'un autre côté, le commerce illicite des médicaments dans les rues et sur les réseaux sociaux gagne de l'ampleur. Des mesures ont été prises pour y remédier, dont une plainte déposée auprès du service de cybercriminalité et de la Police économique contre les trafiquants. Affaire à suivre !

Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Fermeture des marchés hebdomadaires - Une confusion au niveau des commerçants

Le flou persiste au sein des marchés hebdomadaires concernant leur fermeture. Durant une descente effectuée par les Forces de l’ordre, mercredi et jeudi à Andravoahangy et Mahamasina, tous les commerçants ont été contraints de fermer leurs portes même s’ils ne figuraient pas sur la liste des concernés dont les produits de première nécessité ( PPN) et les légumes et fruits. En effet, les responsables du marché de stipuler qu’ils procèdent actuellement à la fermeture de tous les marchés où un rassemblement est encore observé.  

 

Face à cette situation, les commerçants haussent le ton, notamment ceux du marché de Soamanatombo. Dans la soirée de mercredi, selon leur dire, ils ont reçu l’ordre de fermer leurs portes le lendemain (ndlr : jeudi), tandis que la Commune urbaine d’Antananarivo a stipulé qu’ils pourraient encore exercer jusqu’à 13 heures. D’ailleurs, ils ne sont pas parmi les marchés hebdomadaires et qu’ils se trouvent à l’intérieur du marché. Ainsi, la note de service publiée par le ministère du Commerce a avancé que la fermeture de tous les commerces de produits de consommation courante n’est applicable que durant le confinement total, c’est-à-dire les week-ends, tandis que les épiceries du quartier pourront ouvrir jusqu’à 13 heures.

 Pour les marchés de Behoririka et Soarano, la foule est difficilement maitrisable.  Malgré la propagation de la Covid- 19 à une vitesse extravagante dans la Région d’Analamanga, aucun changement n’est constaté à ces endroits. Les marchés de confection et de chaussures étalent encore leurs marchandises dans les rues où des clients se bousculent, comme durant les bazars de Noël. Pour rappel, afin de rompre la chaine de transmission de la Covid- 19 dans la Capitale, les marchés hebdomadaires sont de nouveau suspendus. Pour la ville d’Antananarivo, il s’agit des marchés de Mahamasina tous les jeudis, d’Andravoahangy tous les mercredis et d’Isotry et d’Ambodin’Isotry, tous les samedis.

Anatra R.

Midi Madagasikara0 partages

Football- Incidents de Vontovorona : Les sanctions vont tomber !

Les Clubs Football Elite de Madagascar ont finalement réagi après cette bagarre après-match à Vontovorona durant la rencontre opposant le Cosfa au Jet Kintana.

Suivant les règles d’usage, ils ont transmis leur décision à la Fédération malgache chargée d’appliquer les sanctions à titre exécutoire.

Toutefois, les CEFM ont volontairement omis tous les détails de cette décision en révélant tout juste qu’il y aurait des sanctions financières à l’endroit des clubs mais aussi des suspensions provisoires à l’encontre des joueurs ayant participé à cette bagarre.

Sur un tout autre chapitre, ils ont aussi parlé d’un réaménagement du calendrier pour rattraper les matches en retard afin de terminer les dernières rencontres en simultané pour éviter les magouilles.

Il n’est pas exclu, selon cette explication, qu’il aura des matchs durant des jours ouvrables et notamment à Tana où le confinement est total durant le week-end.

Mais les CFEM parlaient aussi de mettre à la disposition des Barea les joueurs locaux sélectionnés, surtout que la même confidence parlait d’un quota de 50% de l’effectif de la nouvelle équipe nationale.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Mesures sanitaires : L’opposition organise une manifestation “sarom-bilany”

Une réunion préparatoire dirigée par le Secrétaire général du TIM, Rina Randriamasinoro, et le député d’Antsimondrano, Alain Ratsimbazafy, a eu lieu hier au Magro Tanjombato.

Un appel à la rébellion. C’est ainsi que les partisans du pouvoir en place qualifient la manifestation que l’opposition envisage d’organiser demain à Antananarivo. En effet, les députés et leaders de l’opposition se regroupant au sein du mouvement Miara-manonja appellent les tananariviens à organiser une manifestation au niveau de leurs quartiers respectifs ce vendredi. L’objectif serait de faire du bruit en se servant des couvercles de marmites et des ustensiles de cuisine, de sifflets, de klaxons et de cris pour contester les mesures annoncées par le président de la République et le gouvernement Ntsay dans la gestion de la pandémie de Covid-19. Des mesures que Maître Hanitra Razafimanantsoa, Fidèle Razara Pierre et consorts qualifient d’ « incohérentes, irréfléchies et insensées ». L’opposition trouve « aberrant » notamment l’idée de fermer les églises et de suspendre les activités scolaires alors que les grandes surfaces et les marchés sont autorisés à ouvrir. Elle remet également en cause le confinement total durant le weekend. La manifestation de demain vise donc à mettre la pression sur les autorités afin de laisser circuler librement la population.

Mobilisation virulente. D’après les informations, c’est le parti « Tiako i Madagasikara » de l’ancien président Marc Ravalomanana qui serait à l’origine de ce mouvement. Pour l’heure, le « Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara » (RMDM) ne serait pas impliqué dans l’organisation. Une mobilisation des antennes du parti TIM au niveau des Fokontany serait envisagée. Les responsables prévoient une organisation plus virulente au niveau de certains quartiers, entre autres à Andohatapenaka, Ampefiloha, Andavamamba et quelques Fokontany du 1er arrondissement. Hier, une réunion préparatoire a eu lieu dans l’enceinte du Magro Tanjombato. Une réunion restreinte dirigée par le Secrétaire général du « Tiako i Madagasikara », Rina Randriamasinoro, et le député d’Atsimondrano, Alain Ratsimbazafy. D’après une source proche du parti, les consignes relatives à ce « fanapoahana sarom-bilany » vont être données durant l’émission Miara-manonja de ce jour.

Opposition responsable. En tout cas, alors que le mouvement est encore au stade des préparatifs, l’opposition est fortement critiquée sur les réseaux sociaux et accusée d’ « opposition non constructive ». Bon nombre d’observateurs estiment qu’organiser une manifestation de contestation ne constitue pas une priorité en cette période de crise sanitaire. En outre, les rassemblements engendrent toujours des risques de propagation rapide du virus. Au lieu de limiter ses actions dans la contestation et d’encourager la population à passer outre les mesures sanitaires, une opposition responsable doit aussi apporter sa contribution pour protéger les Malgaches face aux risques engendrés par la Covid-19, peut-on lire sur différents réseaux sociaux. Il est à noter que depuis le début de la crise sanitaire, ni le RMDM ni le « Tiako i Madagasikara » n’ont effectué d’action sociale pour venir en aide aux plus démunis et aux familles nécessiteuses. Quoi qu’il en soit, lors des manifestations de demain, les forces de l’ordre seront certainement présentes pour prévenir les éventuels débordements. A suivre.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Assemblée nationale : Bonaventure Ramaroson devient député de Manakara

Le nouveau député de Manakara.

Bonaventure Ramaroson fait son entrée au parlement après un arrêt de la Haute Cour Constitutionnelle, publié hier. Ce dernier occupera dorénavant le poste de député de Manakara, poste qui avait été déclaré vacant après la mort de Andriano Giscard. « Est proclamé élu Député de Madagascar, le candidat Bonaventure Ramaroson, second de la liste Isika Rehetra Miaraka amin’i Andry Rajoelina de la circonscription électorale de Manakara région Vatovavy Fitovinany », dispose le verdict de la Haute cour constitutionnelle. La dernière recrue sera donc présentée à ses collègues lors de la prochaine session ordinaire du parlement, prévue dans un mois et durant laquelle les mesures sanitaires sont imposées à tous les participants. En effet, la pandémie a déjà fait une victime dans les rangs des députés et le palais de Tsimbazaza héberge actuellement d’autres cas positifs au Coronavirus. Dans le cadre de la riposte contre la pandémie, l’Assemblée nationale a reçu des donations du gouvernement chinois, notamment des extracteurs d’oxygène, des respirateurs portables, des thermomètres frontaux et des masques. Ces équipements ont été remis officiellement, hier à Tsimbazaza, par l’ambassadrice de la Chine, Xiaomei Guo, à la présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Propagation du virus dans le Sofia : Mokhtar Andriatomanga épingle les autorités de la région

Le gouverneur de la région Sofia, Lylison de René, est intervenu directement auprès de Mokhtar Andriatomanga en faveur des étudiants.

Le gouverneur de la région Boeny ne partage pas les décisions prises par les dirigeants de la voisine Sofia, lesquels sont intervenus en faveur du déplacement de plusieurs étudiants originaires de la région en plein isolement.

Le gouverneur de la région Boeny a affirmé que des autorités de la région Sofia sont intervenues pour obtenir l’autorisation de déplacement de ces étudiants, et ce malgré les mesures d’isolement de la région Boeny annoncées par le président de la République. « Le gouverneur de la région Sofia ainsi que des députés de la région m’ont appelé pour me convaincre de laisser passer les étudiants afin qu’ils puissent rentrer », a affirmé hier dans une vidéo publiée sur la page Facebook de la région le gouverneur de Boeny, Mokhtar Andriatomanga, qui n’a pas voulu céder face aux pressions. Mais face à l’insistance des dirigeants à Sofia, « j’ai demandé au gouverneur de la région Sofia de consigner à l’écrit sa décision », a affirmé ce dernier.

Relâchement. « Nous avons évité de faire sortir ces étudiants pour éviter la propagation du variant sud-africain dans la région Sofia », a affirmé le gouverneur de Boeny. Mais ils ont bravé les mesures en vigueur avec la bénédiction des autorités de Sofia. La situation est telle que cette région se trouve actuellement dans le peloton de tête des régions qui sont les plus contaminées par le virus. « Tous les districts de la région Sofia sont actuellement contaminés », affirme Mokhtar Andriatomanga. Et la situation a été aggravée par « le relâchement au niveau du respect des gestes barrières par ces étudiants une fois arrivés à destination », constate alors le numéro un de la région Boeny. « Ces étudiants, une fois arrivés à Sofia, n’ont pas été isolés ni mis en quarantaine. Ils ont directement rejoint leurs familles respectives », poursuit-il.

Affaiblir l’Etat. Dans un contexte où le respect des mesures sanitaires devrait être garanti par le pouvoir public local, les autorités de la région Sofia affaiblissent l’Etat en cédant face aux requêtes des étudiants qui sont prêts à tout pour violer les dispositions sanitaires en vigueur dans la région Boeny. Ils veulent passer outre les mesures sanitaires annoncées par le président de la République pour pouvoir sortir de cette région déjà contaminée. Mokhtar Andriatomanga a même affirmé l’existence de « 7 véhicules de type Sprinter qui ont transporté ces étudiants et ont été interpellés au niveau du barrage sanitaire d’Ambondromamy après avoir pu passer le premier barrage à Tsaramandroso ». Les nouvelles sur cette situation dans le Boeny ont vite circulé et influencé d’autres étudiants, notamment de la région du Sud, installés à Antananarivo qui veulent rentrer, eux aussi, dans leur région natale malgré les restrictions sanitaires. Mais, pour ce cas, le directeur général du bureau national de gestion des risques et des catastrophes, serait catégoriquement opposé à ces déplacements.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Besalampy : Botry nitondra olona am-polony, an-tsokosoko avy ny Mahajanga

Mpandeha miisa 18, niaraka tamin’ny zazakely efatra, nampian’ireo mpanamory sy tantsambo fitolahy, ireo no saika hiditra an-tsokosoko tao amin’ny faritra Melaky, raha niala tany an-drenivohitr’i Boina ny faran’ny herinandro lasa teo. Soa ihany, nisy nampandre ara-potoana ireo tomponandraikitra isan-tsokajiny avy.

Araka ny fantatra dia niala tao Mahajanga ny alin’ny zoma lasa teo ity botry iray, nitondra ny anarana hoe «Jaohary» ity, ary nigadona tao Besalampy ny talata lasa teo. Manoloana ny fiparitahan’ny valan’aretina sy fisorohana ny tsy hiparitahan’izany dia nandray fepetra ny hanidy ny faritra Boeny sy ireo faritra hafa ny fitondram-panjakana. Tsy nahazo alalana ny hivoaka ny faritra nisy akory araka izany ity botry ity ary voalaza ihany koa fa tsy nisy natao fitiliana araka ny nampitain’ny Goverinoran’ny faritra Melaky ireo mpandeha ao anatiny. Raha vao nahazo ny vaovao araka ireo tompon’andraikitra tany an-toerana dia nahetsika avokoa ireo mpitandro filaminana manamorona ny ranomasina, hitily izany botry izany. Ny talata lasa teo, raha vao tazana teny am-bavavinany (fihaonan’ny ranomasina sy ranomamy) fotsiny dia efa nisy mpitandro filaminana, zandary sy polisy nitsena sy niambina azy ireo sao misy midina an-dalana. Ireo mpikambana teo anivon’ny OMC, mpitsabo ary ireo tomponandraikitra misahana ny fifamoivoizana an-dranomamy sy an-dranomasina (Apmf) tao Besalampy no nandray ireo olona ireto vao nigadona an-tany maina. Nogiazana avy hatrany ity sambokely ity. Nentina natao fanarahamaso sy nahiboka ao anatin’ny 14 andro kosa ireo mpandeha rehetra tao anatin’ilay botry. Tetsy andanin’izany, nosamborina teo no eo ihany ireo tatsambo sy mpanamory ary nentina avy hatrany natao fanadiahadiana sy famotorana, alohan’ny hanolorana azy ireo eny am-pelan-tanan’ny fitsaràna. Nanamarika hatrany ireo tomponandraikitra tany an-toerana fa zava-doza ny tsy fanarahan-dalàna, indrindra fa ao anatin’ny valanaretina toa izao.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Tanambe : Incendie à la centrale électrique de la Jirama

La centrale électrique de la Jirama à Tanamabe, dans le district d’Amparafaravola, a pris feu dans la nuit de mardi à mercredi, vers une heure du matin. Les éléments de la gendarmerie, avec les fokonolona et les autorités locales, sont vite arrivés sur place. D’après l’enquête sommaire auprès du responsable de la Jirama, cet incendie est dû à un court-circuit électrique. Pour éteindre les flammes, les fokonolona ont aspergé d’eau les flammes en utilisant des seaux. Ces derniers ont lutté contre le feu pendant environ deux heures. L’incendie a été maîtrisé quatre heures plus tard. Toujours selon notre source locale, l’origine du sinistre était purement accidentelle. Toutefois, l’hypothèse d’un sabotage n’est pas à écarter dans cet incident. Une enquête a donc été ouverte par les forces de l’ordre. Plus de peur que de mal, cet incendie à Tanambe n’a fait aucune victime, mais jusqu’à quand les coupures d’électricité dureront-elles ? Tout le personnel de la gendarmerie de Tanambe a été mobilisé pour secourir et protéger les biens aux alentours du site. La sécurité de la caserne a également été renforcée car cette centrale électrique se trouve à environ 100 mètres de la brigade de Tanambe. Les recherches sur l’origine de l’incendie continuent, selon les forces de l’ordre.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Mandritsara : Un atelier de fabrication de faux billets démantelé

Grosse prise de la gendarmerie. Le 20 avril vers 5 heures du matin, les éléments de la compagnie de la gendarmerie à Mandritsara ont découvert un atelier de fabrication de faux billets. Ils sont parvenus à ce résultat suite à leur investigation sur la circulation de faux billets dans la localité. Le 13 et le 19 avril, deux commerçants victimes, tenant des boutiques dans ce district, ont porté plainte auprès de cette unité. Le premier s’est plaint d’avoir perçu de faux billets de banque d’un montant de 160 000 ariary. Le deuxième, lui, dit avoir reçu 300 000 ariary, le prix d’une bicyclette. Les plaignants affirment ne pas avoir remarqué avoir été escroqués jusqu’au départ du client. Avec ces informations, les gendarmes ont ouvert une enquête. Cela a permis d’arrêter le faussaire, le 20 octobre vers 5 heures du matin. Âgé de 52 ans, il a été cueilli à son domicile au fokontany d’Ambalakompana, commune urbaine de Mandritsara. Il a été arrêté en possession de 290 billets de 20 000 ariary et 114 billets de 10 000 ariary, tous des faux. Durant la perquisition, les gendarmes ont trouvé du matériel permettant de copier les billets avec notamment une imprimante, des lots d’encres de couleurs différentes, des amulettes, des liquides et divers objets. Du matériel qui devait servir dans la confection de ces faux billets. Un véritable atelier a donc été démantelé sur place. La bicyclette qu’il a achetée chez le commerçant y a également été retrouvée. Grâce à ces preuves, le suspect a été arrêté et emmené au bureau de la gendarmerie pour enquête. Tous ces objets ont été saisis. L’arrestation de ce dernier a satisfait les habitants de ce district, ainsi que ceux de la région Sofia et Sava, dont beaucoup sont producteurs de vanille. La campagne de vanille, où l’argent coule à flot, est mise à profit par les faux monnayeurs pour écouler les faux billets. La gendarmerie veut donc sensibiliser la population et lui demande de redoubler de vigilance. En ce qui concerne les forces de l’ordre, les recherches de renseignements pour prévenir la recrudescence de ce genre de crime continuent. Les criminels exerçant cette pratique risquent gros.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Marché d’Andravoahangy et Ambodivona : Les forces de l’ordre présentes pour le maintien de l’ordre

Les éléments des forces de l’ordre ont été aperçus, tôt dans la matinée d’hier, au niveau du marché d’Andravoahangy et aux alentours d’Ambodivona. Leur mission était de fermer l’enceinte du marché et de dissuader les commerçants d’étaler leurs marchandises au bord de la route, suite à la décision de la suspension des marchés hebdomadaires dans la capitale, pour garantir le maintien de l’ordre. En effet, le marché d’Andravoahangy a été fermé aux marchands dès l’aube, hier. Aucune contestation de la part des commerçants n’a été constatée. Le grand marché hebdomadaire d’Andravoahangy et ses alentours étaient vides. Cette mesure a été prise pour respecter les ordres émis par l’État. Les commerçants ont envahi le quartier de Manjakaray et ont étalé leurs produits et une foule a été constatée, hier dans la matinée, ce qui a surpris les habitants du quartier. Questionné sur la situation, un agent du fokontany a expliqué que ces derniers étaient les commerçants du tsenan’ny Tantsaha vendant leurs légumes. Les habitués du marché de légumes d’Andravoahangy sont ainsi venus nombreux pour faire leurs achats sur les lieux.

Pour rappel, cette mesure fait suite aux directives du président de la République sur la fermeture des marchés hebdomadaires dans la région d’Analamanga, afin de rompre la chaîne de transmission du Coronavirus. Aujourd’hui, c’est au tour du marché hebdomadaire de Mahamasina de respecter cette mesure.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme : Un challenge pour l’élite !

Même à huis clos comme l’exige la conjoncture, une compétition d’athlétisme reste très attrayante sur tous les plans.

Ils seront 50 athlètes de haut niveau à participer, pendant deux jours, au stade d’Alarobia au Challenge de la FMA. Une manière pour la présidente Norolalao Andriamahazo et son équipe de meubler la saison ou pour être plus exact pour sauver ce qui peut encore l’être. On sait en effet que chaque athlète, les grands athlètes qui plus est, a besoin de se ressourcer pour tenter de se maintenir à un niveau acceptable.

L’objectif de la fédération est donc des plus louables avec en toile de fond un air de défi sinon de dépassement de soi pour chaque athlète invité. Cerise sur le gâteau, on aura droit à des finales directes entre les meilleurs athlètes, hommes et dames du moment. Il n’est pas exclu que des records tombent ou tout au moins on verra certains signer de meilleures performances individuelles.

En attendant, voici le programme durant ces deux journées très certainement prometteuses.

Jeudi 22 avril

09h00 : 100m haies dames et heptathlon

09h45 : Hauteur heptathlon

11h00 : Poids heptathlon et poids hommes

14h30 : 200m heptathlon

Vendredi 23 avril

09h00 : Longueur heptathlon et longueur dames

09h00 : 3000m dames

09h15 : 10 000m hommes

09h30 : 800m hommes

09h45 : 400m haies hommes

10h00 ; 100m dames

10h15 : Javelot heptathlon

10h15 : 100m haies dames

14h30 : 110m haies hommes

14h45 : 400m dames

15h00 : 400m hommes

15h15 : 800m dames et heptathlon

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Judo – Championnats d’Afrique : Cinq judokas partiront au Sénégal

Fetra Ratsimiziva est à quelques points d’une seconde qualification olympique après les Jeux olympiques de 2012 à Londres. Il sera en action à Dakar du 20 au 23 mai.

La délégation malgache sera forte de dix membres à la 42e édition des Championnats d’Afrique de judo seniors messieurs et dames du 20 au 23 mai 2021 à Dakar, Sénégal. Cinq judokas feront le déplacement dans la capitale sénégalaise selon l’annonce du président de la fédération malgache de judo, Siteny Thierry Randrianasoloniaiko. Au dernier Championnat d’Afrique à domicile, au mois de décembre 2020, Madagascar a remporté 4 médailles de bronze. Fetra Ratsimiziva, engagé chez les moins de 81 kg ayant remporté une médaille de bronze au mois de décembre, est à quelques points d’une deuxième qualification olympique. Il est crédité de 587 points. Il reste trois compétitions, à savoir les Championnats d’Afrique à Dakar, le Grand Slam de Kazan, du 5 au 7 mai, et le Championnat du monde du 6 au 13 juin à Budapest (Hongrie) pour que Fetra puisse obtenir son ticket pour les Jeux de Tokyo. « Je continue la préparation malgré le contexte. J’effectue deux séances d’entraînements par jour dont 3 séances par semaine avec des sparring-partners en accord avec mon club depuis un mois. Ce qui me manque actuellement c’est la préparation physique. Je suis très près d’une qualification, mais, c’est très fragile et il faut que j’honore ces trois dernières compétitions », nous a expliqué, Fetra Ratsimiziva. Il poursuit sa préparation en France. Les noms des autres combattants ne sont pas encore connus. Ces championnats d’Afrique seront précédés de l’assemblée générale élective opposant Siteny Randrianasoloniaiko au Tchadien, Djermah Aumi Abakar le mardi 18 mai. 51 présidents de fédérations sont attendus dans la capitale sénégalaise.

Programme de la compétition :

– 1er jour de compétition (Jeudi 20 mai) :

-48kg, -52kg, -57kg (dames), -60kg, -66kg (hommes)

– 2e jour de compétition (Vendredi 21 mai) :

-63kg, -70kg (dames), -73kg, -81kg (hommes)

– 3e jour de compétition (Samedi 22 mai) :

-78kg, +78kg (dames), -90kg, -100kg, +100kg (hommes)

– 4e jour de compétition (Dimanche 23 mai) :

-57kg, -70kg, +70kg (dames), -73kg, -90kg, +90kg (hommes)

T.H

Midi Madagasikara0 partages

« Te hody » : Pensée pour ceux qui sont loin

Rijade lance un cri du cœur dans « Te hody ».

En cette deuxième vague de pandémie, être loin des êtres chers est encore plus dur que l’année d’avant.

Une situation qui déclenche encore plus la nostalgie et ce sentiment de manque perpétuel. Un sentiment partagé par des milliers de personnes que Rijade a traduit en chanson dans « Te hody ». A mi-chemin entre le reggaeton et la variété à la malgache, le morceau trouve son public.

Loin de la polémique autour du titre « Drako hely », « Te hody » connaît également un engouement. A peine mis en ligne hier que le single de Rijade suscite l’intérêt de plus de dix mille personnes sur Facebook et deux mille autres sur Youtube. Une pensée pour tous ceux qui sont loin de chez eux et qui travaillent dur pour avoir un meilleur avenir. « Le choix n’est pas de vous quitter mais de se donner une chance de pouvoir, un jour, être votre fierté. » Telles sont les paroles. Dans la même foulée, elle dit également que « c’est très dur d’être loin mais il faut se sacrifier pour pouvoir offrir le meilleur à nos proches ».

Bien que les paroles reflètent cette féroce envie de retourner auprès de la famille et des amis, le clip est on ne peut plus explicite. Il met en scène des dizaines de jeunes femmes malgaches de partout dans le monde dansant au gré du rythme de la chanson. Du Koweït à Madagascar, en passant par la France et l’Allemagne, les femmes défilent dans des vidéos de bout en bout, comme dans les « Tik tok ». La chanson prend tout son sens quand les vidéos poignantes concernant les conditions de travail précaires des employées malgaches font le buzz sur le net. Une situation aggravée par l’épée de Damoclès qui plane sur tout un chacun à cause de la Covid-19.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Vues d’Afrique : Mentions spéciales du jury pour « Etoile du matin » et « Sauver Agnalambahy »

Nantenaina Lova fait partie de cette génération qui porte haut le flambeau du cinéma malgache.

Les films malgaches brillent à l’international.

C’est à Montréal, dimanche, que s’est achevé le 37e Festival international de cinéma Vues d’Afrique avec une cérémonie de clôture spectaculaire animée par Éric M’Boua. C’est au cours de cette soirée réalisée par Dedy Bilamba qu’a été dévoilé le palmarès. « Etoile du matin » et « Sauver Agnalambahy » se sont démarqués. Le premier est l’énième film de Nantenaina Lova tandis que le second est l’œuvre de Herménégilde Razafitsihadinoina. Deux documentaires qui ont particulièrement fait la fierté de la Grande île en figurant dans le palmarès de ce grand rendez-vous cinématographique africain.

Les prix de la section « Documentaire international » sont présentés, pour la première fois, par le Ministère québécois des Relations internationales et de la Francophonie. Le film « Étoile du Matin » a obtenu une mention spéciale du jury et une autre mention dans la section « Développement durable ». Initialement intitulé « Aza kivy », le film de Nantenaina lova relate l’histoire D’Edmond. « Ils veulent vous déterrer, ils veulent vous spolier, vous affamer, vous assoiffer, vous empoisonner… Soyez courageux, on combat à vos côtés ! » C’est en ces termes que les ancêtres du peuple de la mer pourraient s’adresser à Edmond et à tous ceux qui refusent l’installation d’une exploitation minière australienne dans le sud-ouest de Madagascar. Pour sa part, « Sauver Agnalambahy » de Herménégilde Razafitsihadinoina, a également obtenu une mention spéciale.

Il faut savoir que Vues d’Afrique est un organisme à but non lucratif fondé en 1984 et ses activités prennent essentiellement place dans le domaine du cinéma, des arts de la scène, des arts visuels et de la littérature. L’organisme s’affirme comme référence pour l’information et la diffusion de productions culturelles sur l’Afrique, les pays créoles et leurs diasporas, en particulier les productions audiovisuelles sur toutes les plateformes actuelles et émergentes, au sein d’un réseau local et international.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Art Plastique : Fil d’Exil de Maya-Inès Touam à retrouver à la Fondation H Paris

« Traces d’un souvenir » figure parmi les œuvres qui seront exposées dans le Fil d’Exil de Maya-Inès Touam. (Photo : Fondation H)

L’artiste plasticienne franco-algérienne Maya-Inès Touam effectue une résidence artistique à la Fondation H Paris depuis le 1er mars 2021. Elle se penche sur un projet qui s’intéresse aux manières dont se tissent des liens autour des objets, étoffes et coiffes redéfinis par les diasporas africaines vivant en France. Ce travail devrait aboutir à une exposition intitulée Fil d’Exil prévue se tenir du 04 au 22 mai 2021 dans la galerie de la Fondation H. Selon les informations reçues, quelques œuvres sont déjà en cours de finition, dont une carte de France tissée, sur différentes compositions photographiques ; natures-mortes constituées d’objets recueillis à Paris et d’autres venues d’Afrique du Nord et de l’Ouest ; mais aussi une série de portraits.

A titre d’information, la Fondation H est une fondation privée malgache qui soutient la création artistique du continent africain. Elle a été créée par le PDG du groupe Axian, Hassanein Hiridjee, en 2017. Les deux espaces de la fondation situés à Antananarivo et à Paris entendent mettre en lumière les artistes émergents, mais aussi les confirmés du continent africain et de la diaspora.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Commune Tsiafahy : La population dit non au «Fasan’ny Firaisam-po»

Face à la confusion, les habitants de Tsiafahy ont décidé de bloquer le passage menant vers le « Fasan’ny Firaisam-po ».

Après la population de Sabotsin’Ambatofotsy, c’est au tour de celle de la Commune de Tsiafahy de contester l’instauration des «Fasan’ny Firaisam-po» chez elle.

Une autorité étatique contestée. C’est ce qui résume le mieux la réaction de la population face à la décision du gouvernement de mettre en place des «Fasan’ny Firaisam-po» (des nécropoles dédiées aux personnes emportées par la Covid-19) dans certaines communes et districts du pays. En effet, si la population de Sabotsin’Ambatofotsy a juste dit non au projet dans sa commune au début de la semaine, celle de la commune de Tsiafahy s’y est également opposée hier. Pour ce faire, les habitants de ladite commune ont érigé un barrage pour bloquer la route menant vers l’acropole dédiée à ceux emportés par la Covid-19. Puis, ils ont manifesté, pancartes et banderoles à la main, pour témoigner «leur crainte et leur désaccord» sur le projet. Avant de proposer aux autorités de choisir «d’autres endroits plus appropriés pour le projet ». L’emplacement choisi par le gouvernement serait «proche des lieux d’habitation de la population» alors que plus loin ailleurs, il y aurait d’autres « plus étendus ». « Le terrain choisi est à environ 150m d’ici. Il y a des maisons tout juste à 100 m de l’endroit », a interpellé Fidelson Razafiarisoa, habitant de la commune concernée. Ce dernier d’ajouter « l’eau que nous buvons et utilisons passe par les lieux ».

Dialogue. La population de la commune rurale de Tsiafahy reproche également aux autorités étatiques de ne pas l’avoir consultée dans le processus de détermination et de choix de l’emplacement de l’acropole. «Il n’y a pas eu de dialogue, les avis de la population n’ont pas été consultés, on nous a comptés pour du beurre », a déploré Fidelson Razafiarisoa. La population exige alors plus de détails et d’explications des autorités compétentes face à la situation. Tout en faisant savoir qu’il y aurait peut-être eu une confusion dans l’emplacement exact des « Fasan’ny firaisam-po ». « Le Président de la République a officiellement dit dans son adresse de dimanche dernier que le Fasan’ny Firaisam-po allait être mis en place dans la commune de Sabotsin’Ambatofotsy, le maire de notre commune a, quant à lui, fait savoir que cela allait être mis en place chez nous », a rétorqué une habitante.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Socioscopie

*Dépression tropicale Jobo. S’étant intensifiée, la dépression tropicale qui évolue au large du cap d’Ambre a été baptisée « Jobo » par Météo Madagascar, le 20 avril à 18 heures. A 21 heures, elle a été localisée à 226 km au Nord-Nord-Est d’Antsiranana et se déplace vers l’Ouest à une vitesse moyenne de 18km/h. Elle s’accompagne d’un vent moyen de 75km/h et de rafales autour de 95km/h. Jobo, de petite taille, ne représente aucune menace et ne fait pas l’objet d’une alerte cyclonique.

*Tsimahabeomby, district d’Arivonimamo. Stupeur, avant-hier, du côté de Tsimahabeomby II, dans la commune d’Ambohimandry, district d’Arivonimamo, lorsqu’il a été constaté sur la plaine un gonflement spontané du sol. Selon le chef de district d’Arivonimamo, et d’après les constats sur place du maire d’Ambohimandry, l’élévation du sol est d’une hauteur d’environ 1,5m sur une distance de 80m de long et de 60m de large. La gendarmerie à proximité de cette localité a déjà constaté de visu ce phénomène, tandis que le BNGRC a déjà été informé par le chef de district. Notons que le village le plus proche de la plaine, objet du phénomène, se trouve à 1 km.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambassade de Chine : Don de matériels sanitaires au CHU d’Anosiala

Les équipements sanitaires, fortement utiles en ce moment où la deuxième vague de Covid-19 fait rage.

Dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, l’ambassade de Chine à Madagascar vient de remettre une donation de matériels sanitaires au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Anosiala. Ce lot a été remis, hier, au cours d’une cérémonie en mode virtuel – pandémie oblige – à laquelle ont assisté l’ambassadeur de Chine, SEMme Guo Xiaomei et le chef d’établissement du CHU Anosiala, Razafimahatratra Rado. Figurent dans le lot, 30 respirateurs, 10 machines à oxygène, 6 000 masques médicaux, 100 combinaisons de protection et 100 lunettes de protection. « L’épidémie ne connaît pas de frontières et l’amitié non plus. Nous croyons en la solidarité humaine. Nous sommes convaincus que Madagascar, la Chine, le monde entier ensemble, nous vaincrons la pandémie de la Covid-19», a alors indiqué l’ambassadeur. Le chef d’établissement du CHU Anosiala, pour sa part, n’a pas manqué de souligner que ces matériels médicaux et de protection permettront de soulager les malades et de protéger le personnel soignant d’Anosiala, en ces temps difficiles où le manque d’infrastructures et les soucis logistiques face à la vague violente de Covid-19 restent un défi majeur à relever.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Bilan Covid-19 : Six décès et 390 nouveaux cas le 20 avril

Actuellement, 6 407 cas actifs dont 348 cas graves sont en cours de traitement dans diverses régions de Madagascar, essentiellement à Analamanga.

Six décès, survenus dans trois régions (Analamanga 3 ; Atsimo-Andrefana 1 ; Anosy 2) ont été enregistrés le 20 avril dernier, portant à 569 le nombre total des décès liés à la Covid-19 à Madagascar depuis le début de l’épidémie en mars 2020. Quant aux nouveaux cas, ils sont au nombre de 390, relevés parmi 1 113 tests, soit un taux de positivité de 35%. Analamanga détient toujours le record du plus grand nombre de nouvelles contaminations avec 305 nouveaux cas, dont la majorité se trouve dans le district d’Antananarivo Renivohitra, lequel compte 186 cas. Suivent le district d’Antananarivo Atsimondrano 52, Ambohidratrimo 40, Antananarivo Avaradrano 23, Manjakandriana 2 et Anjozorobe 2.

Les guérisons se chiffrent à 319 dont Analamanga 220 ; Sava 21 ; Diana 16 ; Vakinankaratra 12. Atsinanana 8 ; Analanjirofo 8 ; Anosy 8 ; Atsimo-Andrefana 6 ;

Alaotra Mangoro 5 ; Ihorombe 4 ; Itasy 4 ; Sofia 4 ; Boeny 2 et Atsimo-Atsinanana 1.

Le cumul des cas officiellement confirmés à Madagascar est de 35 592, tandis que les guérisons sont au nombre de 26 616 et le total des tests effectués, 170 976 depuis mars 2020.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Santé, droits reproductifs et sexuels : Intégration dans les programmes de formation de l’ENS

Officialisation du partenariat entre l’ENS et SEED Madagascar à Ampefiloha hier.

Intégrer les thèmes liés à la Santé, aux Droits Sexuels et Reproductifs (SDSR) dans les programmes de formation de l’Ecole Normale Supérieure, c’est l’objectif de la collaboration entre ladite école normale et l’ONG SEED Madagascar. Une collaboration qui s’est manifestée par la signature d’un protocole d’accord entre les deux parties portant sur le développement des modules de formations en SDSR adaptés avec le nouveau programme scolaire en Enseignement Secondaire Général (ESG anciennement appelé le lycée). Ce, afin d’équiper les futurs enseignants des connaissances et compétences requises afin de dispenser les cours comportant des thématiques liées à la Santé, aux Droits Sexuels et Reproductifs. Il conviendrait de noter que SEED Madagascar a initié depuis 2017, avec le ministère de l’Education nationale, un programme d’intégration des thématiques de la SDSR dans les programmes scolaires de l’Enseignement Secondaire Général de 178 lycées répartis dans les 22 régions. Une initiative qui entre dans le cadre du projet Safidy qui entend permettre aux élèves de ce niveau scolaire de bénéficier des informations essentielles en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs. Ce qui a pour objectif de permettre aux élèves en question de prendre des décisions éclairées.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Télécommunications : Le groupe Axian rachète Tigo Tanzania et Zantel

Hassanein Hiridjee, CEO du groupe Axian l’a annoncé. Le Consortium Axian a signé un accord avec Millicom International Cellular S.A. concernant la vente de Tigo Tanzania et de Zantel à Zanzibar. « La finalisation de la transaction est soumise aux conditions de clôture habituelles et aux approbations réglementaires », lit-on notamment dans Ecofin. Le partenariat dirigé par Axian réunit divers experts des télécommunications qui ont déjà ​ lancé et développé des marques leaders sur leur marché à travers l’Océan Indien, l’Afrique et l’Europe. Le Groupe Axian est un champion panafricain reconnu dans le domaine des infrastructures et services, doté d’une culture et de valeurs entrepreneuriales fortes. Axian se concentre sur les investissements à long terme dans les services financiers, l’énergie, l’immobilier, les télécommunications et l’innovation en Afrique et dans l’Océan Indien. Axian Telecom est la branche télécom du Groupe, avec des opérations de premier plan à Madagascar, à la Réunion et à Mayotte, aux Comores, au Sénégal et au Togo.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Région Itasy : Don du Sénat pour les malades de la Covid-19

Le Président du Sénat, Razafimahefa Herimanana, a également remercié et encouragé le personnel de la santé pour ses efforts face à cette crise sanitaire.

Une délégation conduite par le Président du Sénat, Razafimahefa Herimanana, s’est rendue hier dans la région Itasy afin de soutenir les malades de la Covid-19 au niveau des centres hospitaliers à Miarinarivo et à Soavinandriana.

En effet, « suite aux instructions données par le Président de la République, nous sommes venus réconforter les personnes contaminées par le Coronavirus durant leur hospitalisation. En outre, nous leur avons remis un don qui est le fruit d’une collaboration avec le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat ainsi que d’un partenariat avec un membre du secteur privé, dans le cadre de l’approche 3P (Partenariat Public-Privé). Il faut tous se donner la main en montrant un signe de solidarité entre le personnel de la santé et toutes les autorités compétentes au niveau des collectivités décentralisées ainsi que toutes les institutions et le secteur privé, afin de combattre cet ennemi invisible commun. Les bailleurs de fonds appuient également l’Etat, pour ce faire », a réitéré le Président de la Chambre Haute, lors de cette descente dans l’Itasy. Ce don est constitué d’un panier garni comportant du riz, du sucre, du café, des pâtes et du sel, ainsi qu’un thermos, du gel désinfectant et des masques, sans oublier une enveloppe de la part du Président du Sénat, Razafimahefa Herimanana, en guise de « solon-dranom-boankazo »..

Taux de guérison à 90%. A cette occasion, il a soulevé que sa descente sur le terrain vise également à identifier les besoins locaux en vue de trouver des réponses d’urgence pour éviter la propagation de cette pandémie. Les médecins au niveau du centre hospitalier régional d’Itasy à Miarinarivo et du centre hospitalier de référence de Soavinandriana ont, entre autres, évoqué le problème d’installation d’un groupe électrogène de secours en cas de coupure du courant de la Jirama. En dépit de tout cela, ils reconnaissent que la propagation de la Covid-19 est contenue dans cette région. En effet, « depuis mars dernier, nous n’avons enregistré que deux décès et 46 cas positifs dont une forme grave. En revanche, treize malades du Coronavirus suivent actuellement un traitement chez nous dont une forme grave. Au début, il y a eu une baisse de la fréquentation des établissements hospitaliers par peur du virus, mais nous continuons de mener une forte sensibilisation en sollicitant toutes les personnes présentant des symptômes à les rejoindre le plus tôt possible. Ce qui permettra de les soigner facilement. La preuve, le taux de guérison s’élève actuellement à 90%. Aucune perte en vie humaine n’aura lieu si les malades sont traités à temps. Il ne faut pas non plus négliger le respect des gestes barrières », a expliqué le Dr Michel Rabarison, Responsable de l’équipe d’intervention mobile.

Zéro cas. Par ailleurs, le Gouverneur d’Itasy, le général Andriamanana Maherizo a fait savoir que la mise en place des barrages servant à fermer les frontières de la région Analamanga, qui est l’épicentre de l’épidémie, constitue une mesure efficace pour protéger Itasy, une région à forte potentialité agricole. Les responsables communaux et les chefs de fokontany se mobilisent en même temps pour surveiller les malades qui suivent des traitements chez eux. L’objectif est de n’enregistrer le moindre cas de Coronavirus dans cette région réputée, entre autres, pour la production de café qui est désormais reconnu à l’échelle internationale.

Navalona R.