Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Lundi 21 Décembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara10 partages

Réouvertures des frontières : Inquiétudes face à la découverte de nouvelles souches du Coronavirus

Si l’annonce officielle, le 14 décembre, de la découverte d’une nouvelle souche du Sars-CoV2 en Angleterre n’a pas aussitôt créé la panique, l’annonce samedi dernier de sa très forte contagiosité a fait monter la pression d’un coup. Une nouvelle souche a également fait exploser les chiffres de la deuxième vague en Afrique du Sud. Autant de paramètres à prendre en compte par Madagascar qui vient de rouvrir ses frontières.

En quelques heures, toute l’Europe, ou presque, se barricade. La forte contagiosité, 40% à 70% plus élevée, de la nouvelle souche découverte en Angleterre a eu pour effet d’affoler jusqu’au-delà des frontières de ce pays. En effet, peu de temps après l’annonce faite le 19 décembre par les autorités sanitaires britanniques sur cette capacité de transmission beaucoup plus forte de la nouvelle souche, plusieurs pays voisins du Royaume-Uni ont suspendu les vols en provenance de ce pays. A quelques milliers de kilomètres de là, mais bien plus proche de Madagascar, en Afrique du Sud, une nouvelle souche est déjà au cœur de la deuxième vague. La réouverture des frontières malgaches suscite alors quelques inquiétudes. Rappelons que plusieurs vols spéciaux aller et retour, reliant l’Europe (au départ de Paris) à Antananarivo, via Addis Abeba pour quelques-uns de ces vols, sont prévus jusqu’au 19 janvier 2021 et assurés par Air Madagascar en collaboration avec plusieurs compagnies aériennes.

501-V2. L’inquiétude des pays européens vient notamment de la capacité de transmission extrêmement rapide de la nouvelle souche découverte au Royaume-Uni, tout comme celle qui sévit actuellement en Afrique du Sud, avec un nombre assez élevé de patients jeunes sans comorbidité. Cette nouvelle souche sud-africaine dénommée « variante 501-V2 », se répand ainsi à une vitesse inquiétante. Même constat au Royaume-Uni où les chercheurs ont été alertés par la communauté scientifique sud-africaine suite à l’identification de leur propre nouvelle variante. Des informations qui, selon le ministre de la Santé sud-africain, ont permis aux scientifiques britanniques de découvrir à leur tour une souche similaire. Dans tous les cas, ces nouvelles variantes inquiètent les épidémiologistes internationaux par leur contagiosité élevée par rapport aux autres souches connues jusqu’à présent. Cependant, les études effectuées sur ces souches récemment découvertes ne spécifient pas un taux de mortalité plus élevé. De même, aucun élément ne permet d’indiquer si elles rendent les vaccins inefficaces. Les études en cours se penchent particulièrement sur ce dernier point.

Mutation. Selon les explications scientifiques, la mutation de la nouvelle souche britannique s’opère au niveau de la pointe qui se trouve à la surface du virus, lui permettant de s’attacher aux cellules humaines pour les pénétrer. Selon un scientifique britannique, cité par la presse internationale, cette mutation, nommée N501Y, « circulait déjà sporadiquement depuis plusieurs mois dans d’autres pays : au Brésil en avril, en Australie en juin et juillet et aux États-Unis en juillet. Actuellement, Londres et une partie de l’Angleterre sont en reconfinement face à cette nouvelle souche qualifiée de « hors de contrôle », tandis qu’en France, un conseil de défense sanitaire s’est tenu, hier. Bien entendu, le monde suit la situation de très près.

Hanitra R.

Midi Madagasikara9 partages

Attaque meurtrière à Faratsiho : huit morts, deux maisons incendiées

 La nuit du  vendredi dernier vers 23 heures, des bandits munis d’un FC et de plusieurs armes blanches à causer la mort tragique de toute une famille à Ankidaondrano, dans la commune rurale d’Ambohiborina, district de Faratsiho. Le drame s’est produit pendant que les dahalo ont incendié deux maisons de leur victime. Ils ont entré par la force dans la maison de leur victime. Armés, ils ont terrorisé les membres de la famille et l’obligent de leur donner tous les objets de valeurs dans la maison. Sans défense, les victimes se laissent faire et font ce que les bandits leur demandent.  Après avoir tout saccagé, avant de quitter les lieux, les dahalo ont brûlé deux maisons d’habitation. L’incendie fait huit morts dont un père de famille, son épouse et leur enfant. Un homme a aussi été tué par balles. Dès que la gendarmerie a su la nouvelle, vers deux heures du matin, une dizaine de gendarmes se sont dépêchés sur place. Un représentant de la mairie et un responsable de la santé étaient présents sur les lieux pour constater les faits.

A leur arrivée, les fokonolona ont procédé à l’enterrement des victimes tout en respectant les formalités requises. Selon les informations, les enquêteurs ont déjà un suspect. Ils soupçonnent une attaque commanditée par un homme qui a eu un antécédent criminel. Cet individu est fortement soupçonné suite à une audience passée le mois de novembre dernier au tribunal d’Antsirabe pour acte de banditisme contre les victimes actuelles. Cette personne a été placé sous mandat de dépôt avec son complice après décision du juge. Pour sécuriser lieux,  les éléments de la gendarmerie ont effectué une opération de ratissage. Par ailleurs, un contrôle physique à la maison centrale d’Antsirabe a été réalisé dans le cadre de l’enquête. Cette action a permis de constater que les deux personnes condamnées citées in supra ne sont pas à l’intérieur de la prison mais au camp pénal de Mahandraza. En conséquence, l’investigation continue  pour mettre la lumière sur ce drame.

Yv Sam

Midi Madagasikara6 partages

Bilan épidémiologique : 46 nouveaux cas et un décès dû au Coronavirus en une semaine

Selon le bilan hebdomadaire du coronavirus enregistré du 11 au 18 décembre, 46 sur les 1 804 tests effectués sont revenus positifs. Ces nouvelles contaminations ont été enregistrées dans sept régions du pays mais c’est Analamanga qui a enregistré le plus grand nombre de cas avec 25 personnes testées positives. Vakinankaratra en a enregistré 2, 4 pour Matsiatra Ambony, 2 pour Menabe, 11 pour Diana, et Bongolava et Itasy ont chacune enregistré un cas. Au total, Madagascar a répertorié jusqu’ici 17 633 cas positifs et le cumul des tests réalisés se porte à 98 369. C’est également dans la région Analamanga que ce décès supplémentaire a été signalé, portant à 260 le nombre des personnes qui ont succombé à cette maladie depuis son apparition au pays. Concernant les personnes qui ont vaincu cette maladie, 155 guérisons sont enregistrées en une semaine, portant ainsi à 17 147 le nombre des patients qui ont recouvré la santé. Pour ce bilan hebdomadaire, Analamanga a recensé 50 malades guéris, 6 pour Matsiatra Ambony, 3 pour Boeny, 2 pour Menabe, 7 pour Sava, 82 pour Diana et un cas chacune pour Bongolava , Atsinanana , Vatovavy Fitovinany, Ihorombe et Atsimo-Andrefana. Le nombre des cas actifs n’a pas été mentionné mais d’après ce bilan, 11 malades ont développé la forme grave du Coronavirus.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara1 partages

Magro Ankorondrano : Le groupe Tiko dénonce une violation de propriété par la CUA

L’enceinte de Magro Ankorondrano fait encore l’objet d’un litige entre le groupe Tiko et la CCIA

Le groupe Tiko crie à une violation d’une propriété scellée qui fait encore l’objet d’un litige. En effet, depuis la semaine dernière, des agents de la Commune Urbaine d’Atananarivo (CUA) ont escaladé le mur de Magro Ankorondrano, sans passer par le portail mis en place par le propriétaire pour sceller l’accès au site. Logiquement, la commune n’a pas le droit d’entrer dans cette propriété qui abrite encore d’ailleurs des équipements appartenant à Tiko. « Il s’agit donc purement et simplement d’une violation d’une propriété scellée », a-t-on révélé du côté du groupe Tiko.

Caduque. Il a été évoqué que cette équipe de la CUA a pénétré dans l’enceinte encore clôturée et scellée de la propriété en vue d’effectuer les préparatifs d’un événement baptisé « champ de foire ». Cependant, le statut de ce site est toujours au cœur d’un litige entre le groupe Tiko fondé par l’ancien président Marc Ravalomanana, qui plus est, propriétaire des magasins Magro et détenteur d’un contrat de bail de 40 ans, d’une part, et la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo (CCIA), propriétaire du terrain, de l’autre. Notons que le Magro Ankorondrano faisait partie des magasins vandalisés, pillés et incendiés en 2009. De ce fait, « le groupe Tiko était dans l’incapacité de s’acquitter des loyers à la CCIA, propriétaire du site. Mais la restitution des biens et la reprise de toutes les activités de l’ancien président fait partie des dispositifs prévus dans la feuille de route de sortie de crise signée par les quatre mouvances dont l’actuel chef de l’Etat Andry Rajoelina. Ce qui rendait caduque la décision de justice en date de 2011 qui ordonnait l’expulsion de Tiko », affirme-t-on du côté du groupe

Chèque retourné. Par ailleurs, « des travaux de réhabilitation des bâtiments incendiés du Magro Ankorondrano avaient débuté en 2016 mais la CCIA, sous la pression des autorités de l’époque, est revenue sur sa décision et avait ordonné manu militari l’arrêt des travaux et muré l’entrée en guise de scellée. Depuis, le dossier reste un litige non résolu, expliquant la levée de bouclier par Tiko suite à cette intrusion de l’équipe de la CUA sur le site. Les avocats du groupe Tiko avaient entamé des négociations sur l’occupation du terrain. Un chèque destiné à régler les arriérés de loyer aurait même été envoyé à la CCIA mais retourné par ce dernier », a-t-on conclu.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Karaté-Championnats d’Afrique kata U14 : Madagascar termine premier avec cinq médailles d’or

Les karatékas malgaches sont sur le toit de l’Afrique en kata U14.

Les karatékas ont obtenu cinq médailles d’or aux Championnats d’Afrique de kata U14. Madagascar termine premier dans le classement.

Mission accomplie. Les leveurs de fonte malgaches ont terminé en apothéose la première édition des Championnats d’Afrique de kata en ligne des moins de 14 ans, en ajoutant trois autres médailles d’or à la fin de l’arbitrage des vidéos. Ce week-end, Madagascar cumule donc cinq médailles d’or, quatre d’argent et cinq de bronze, et finit premier dans le classement général. Les trois médailles d’or qui ont échappé aux karatékas malgaches ont été remportées par les Egyptiens qui restent les principaux rivaux de nos porte-fanions.

Notiavina Randrianarimanana a ajouté la troisième breloque en or pour Madagascar, en s’imposant face au Camerounais Watat Pascal, chez les garçons de moins de 9 ans, tandis que Manda Andrianaho a remporté la quatrième en éliminant l’Ivoirien Ossey Ahouty, chez les moins de 13 ans. Brandy Rakotomalala a bouclé le festival des médailles d’or. Elle a écrasé la Camerounaise Fontsa Morel, chez les filles de moins de 10 ans.

D’après ce qu’on a déjà mentionné ci-dessus, trois Malgaches n’ont pas pu échapper aux défaites face aux Égyptiens, et ont ravi des médailles d’argent, à savoir, Noah Razafimanantsoa dans la catégorie masculine des moins de 10ans, Alicia Razafindrakoto et Baholy Andrianaho dans la catégorie féminine des moins de 11 ans et de 9 ans. Noa Rakotondrazaka s’est emparé de la quatrième médaille d’argent, en s’inclinant face à Mathieu Randrianarivony, le premier garçon médaillé d’or, tandis que Mirantsoa Razafindrakoto a été la première chez les filles. Les cinq médailles de bronze ont été arrachées par Iriana Randrianarivony (U13G), Nathalie Rafenohasina (U13F), Rado Raharimino (U09G) et Julio Hasivelo (U10G) et Raïssa.

« Ces athlètes ont redoré le blason du karaté malgache. C’est une première dans l’histoire que nos jeunes athlètes ont brillé avec des médailles. C’est le fruit d’un long travail car ces karatékas n’ont cessé de travailler durant le confinement », a fait savoir le président de la Fédération de karaté-do de Madagascar (FKM) Solofo Barijaona Andrianaivomanana. Après Madagascar, l’Afrique du Sud finit deuxième du classement, suivie par l’Egypte et la Côte d’Ivoire.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

Covid-19 : de nouvelles menaces en vue

La situation sur le front de l’épidémie de Covid-19 paraît stabilisée à Madagascar. Le bilan énoncé le week-end dernier fait état de 46 cas de contamination et d’un décès. Les autorités estiment donc que le pays est presque tiré d’affaire. Elles ont donc décidé avec une certaine prudence la réouverture des frontières. Des vols en provenance de l’extérieur sont programmés et amèneront des voyageurs. Les précautions sanitaires sont drastiques, mais la situation évolue très vite. Les nouvelles font état d’une mutation du virus et il nous faut reconsidérer les mesures qui ont été prises et les adapter en conséquence.

Covid-19 : de nouvelles menaces en vue

Une majorité de Malgaches a l’impression que l’épidémie de Covid-19 est derrière elle et a depuis longtemps négligé de prendre les précautions élémentaires. Le port du masque et les gestes-barrières sont de moins en moins respectés. Les recommandations sont renouvelées par les autorités sanitaires, mais elles sont peu suivies. Cette fausse quiétude est dangereuse et pourrait déclencher cette deuxième vague qui n’a pas eu lieu. Madagascar est donc, pour le moment à l’abri, mais le virus circule et on risque de voir une augmentation de la contamination. Le danger pourrait venir de l’extérieur de nos frontières. La Covid-19 que l’on arrive à soigner a muté et de nouvelles souches sont apparues. C’est ce que les scientifiques affirment. Les vaccinations qui ont commencé en Europe et aux Etats-Unis ne garantissent donc pas totalement l’immunité des personnes vaccinées. La population attend avec inquiétude les résultats. A Madagascar, on est dans l’expectative. Les autorités ont signifié leur refus d’une vaccination prétextant que nous avons des remèdes traditionnels efficaces. Avec la réouverture prochaine des frontières, c’est une nouvelle menace qui nous pend au nez. Gageons que nos autorités sanitaires vont réorganiser leur système de surveillance.

Patrice RABE,

Midi Madagasikara1 partages

Météo : Un premier cyclone en vue pour Madagascar

Selon les prévisionnistes de Météo Madagascar, un amas nuageux vient de se former dans l’Océan Indien le dimanche 20 décembre 2020. Il se pourrait bien que ce soit le premier cyclone qui touchera le pays durant cette saison, s’il continue sa progression en direction de Madagascar. La situation est donc à suivre de près selon Météo Madagascar. Et en ce qui concerne le temps de ce jour, il pleuvra sur une grande partie du pays durant l’après-midi, un temps qui ne résulte pas encore des conséquences de l’amas nuageux se trouvant dans l’Océan Indien.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

Masques chirurgicaux, FFP2 et FFP3 : Les ventes ambulantes bientôt sanctionnées

Beaucoup de marchands ambulants de masques chirurgicaux, FFP2 et FFP3 pourraient cesser leurs activités.

Le conseil du gouvernement en date du 19 décembre dernier a décidé d’appliquer des mesures répressives contre les ventes ambulantes des masques chirurgicaux, masques FFP2 et FFP3.

D’un côté à l’autre de la capitale, des marchands ambulants de masques chirurgicaux, des masques FFP2 et FFP3 envahissent les rues, ruelles et places publiques. Des produits vendus à bas prix et qui permettent de respecter les mesures sanitaires liées à la lutte contre la Covid-19 en cas d’urgence. Ces produits ont commencé à envahir les villes du pays, en outre Antananarivo, depuis à peu près deux mois et leur qualité et les normes relatives à leur fabrication ainsi qu’à leur utilisation soulèvent de nombreuses questions. Des ventes qui pourraient bientôt ne plus se faire. En effet, le conseil du gouvernement en date du 19 décembre dernier a accordé “les mesures répressives sur les ventes ambulantes des masques chirurgicaux, des masques FFP2 et FFP3”.

Inconnus. Interrogé sur les éventuels motifs de la décision, un responsable auprès du ministère de la Santé publique a fait savoir « le ministère va faire une déclaration demain après-midi (ce jour) et tout expliquer. Il serait mieux d’attendre cette déclaration ». Par ailleurs, la décision de réprimer les ventes ambulantes de masques chirurgicaux, masques FFP2 et FFP3 pourrait trouver sa motivation dans “la qualité et l’authenticité des produits en question”. En effet, beaucoup pensent que les produits vendus dans les rues, ruelles et places publiques ne seraient ni plus ni moins que de « vulgaires contrefaçons. Si jamais tel était le cas, l’on se poserait la question « comment ces produits ont pu arriver à Madagascar et être vendus sur le marché ? ». Sachant que la Covid-19 court toujours dans tout le territoire du pays et que ces produits sont censés limiter la propagation de la maladie, l’on se demande également pourquoi l’on agit actuellement.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Innovation technologique : Une des clés de l’émergence selon le MEF

« L’innovation technologique et la connectivité dans l’économie de demain ». Tel est le thème de la conférence organisée, dans la soirée de jeudi dernier, au CCI Ivato par le ministère de l’Economie et des Finances (MEF). Un débat qui arrive à point nommé en ce moment où l’on parle de plus en plus de digitalisation aussi bien dans l’administration publique qu’au niveau du secteur privé. Sur ce point justement, le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandranto a fait état de l’importance de la technologie numérique dans le développement économique du pays. « Certes, les exportations traditionnelles comme celles de la vanille et du litchi demeurent encore indispensables, mais la relance économique pour l’émergence de Madagascar tirera un grand profit dans le développement du numérique », a-t-il notamment déclaré, en ajoutant que le ministère de l’Economie et des Finances est disposé à prendre les dispositifs nécessaires pour appuyer toutes les initiatives allant dans le sens du développement numérique. Une très bonne idée quand on sait que Madagascar dispose de ressources humaines extrêmement compétentes dans le secteur de la technologie de l’information et de la communication. « Les jeunes techniciens malgaches sont particulièrement compétents et très recherchés sur le marché du travail, même à l’extérieur », a déclaré pour sa part le ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique Andriamanohisoa Ramaherijaona. Présents lors de cette conférence, des jeunes étudiants de l’Ecole Supérieure des Technologies de l’Information (ESTI) ont justement démontré leur volonté à participer à cette aventure numérique qui pourrait devenir une des clés de l’émergence de Madagascar.

R.Edmond.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Mahary Lanto Manandafy – condamné pour 12 mois de prison

Mahery Lanto Manandafy est accusé de divulgation de fausses informations sur le réseau social Facebook, après que le sénateur Harisson Benesy a porté plainte contre lui, en mois de juin dernier. Ce sénateur Harisson Benesy a été concerné par l’information partagée par Lanto Manandafy.
Ce 17 décembre dernier, une proclamation a été faite par le tribunal de première instance. Une peine de 12 mois de prison ferme a été donnée à l’activiste Mahery Lanto Manandafy, suite au jugement. L’affaire reste à suivre.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Test d’aptitude militaire – les délais sont prolongés pour la commune urbaine d’Antan...

Toutes personnes âgées entre 19 et 31 devront passer le test d’aptitude militaire. Si auparavant, ce test n’est nécessaire que pour les hommes, à partir de cette année, les femmes devront également y participer. Une carte verte est attribuée aux personnes ayant effectué son test. Cette carte devrait être obligatoirement présente dans les dossiers an rapport avec le service public, dont la conception d’un passeport.
Les tests ont commencé cette semaine pour plusieurs communes, dont Antananarivo. Le nombre de jeunes participants pour cette année 2020 est très élevé, ce qui a conduit le ministère de la défense nationale à prolonger les délais pour 4 jours de plus.
Ino Vaovao0 partages

BEALANANA : Zaza 4 taona sy olona 7 naratra mafy voakaikitry ny alika mirenireny

Saika naratra mafy avokoa ireo olona voakaikitra ireo, eny hatramin’ny zazakely. Isany naratra mafy teo amin’ny tarehiny ihany koa izao ilay zazalahikely manodidina ny efatra taona eo ka manaraka fitsaboana hatreto. Mitaraina fatratra noho izany ireo mponina ao an-toerana noho ny fahamaroan’ireo alika romotra mirenireny eny anivon’ny fiarahamonina, ka mangataka ireo tompon’andraikitra ao an-toerana izy ireo mba hitady vahaolana mahakasika izany. 

Mitombo isa hatrany mantsy ireo olona mitondra takaitra ka tokony handraisana fepetra hentitra. Betsaka moa ireo nanome soso-kevitra ny amin’ny tokony hamonoana ireo alika romotra tsy misy hatak’andro mba ho fiarovana ny fahasalaman’ny tsirairay.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANTANIMALANDY MAHAJANGA : Vehivavy lehibe mipetra-drery maty novonoin’ny jiolahy

Araka ny nambaran’ny zanany dia ny alarobia alina, tamin’ny 9 ora tany ho any no niantso an-dreniny izy fa tsy nisy nandray. Rehefa namerina niantso izy ny ampitson’io dia efa tsy maneno intsony ireo findain-dreniny. Niantso koa ny rainy fa tsy nahazo ka lasa nijery tany an-toerana izy ireo ny zoma. Mbola nihidy ny varavarana ka novakiany. Rehefa tafiditra izy dia ny vatana mangatsiakan-dreniny efa niampatra tao an-trano no hitany. 

Nojereny ny trano ka nisy varavarana nisokatra nivoahan’ireo jiolahy. Tombanan’ity zanany ity fa teo am-pijerena fahitalavitra no nisy nanafika ny reniny. Efa tsy teo intsony ny fahitalavitra ary lasa ihany koa ny findain’io vehivavy lehibe io. Niparitaka daholo ny entana tao an-trano, ny lamban’ny maty, hatramin’ny fitoeran-dambany. Notadiavan’ireo olon-dratsy ny vola araka ny tomban’ireo olona tonga teo. Niantso mpitandro filaminana sy BMH ny fianakaviany nizaha ny razana. 

Tamin’ny fomba feno habibiana tokoa ny namonoana ilay ramatoa satria dia nokapohina tamin’ny zava-maranitra ny lohany ka nivoaka hatramin’ny atidohany. Hita ny dian-tongotr’ireo jiolahy niditra sy nivoaka ny trano ary mbola hita tao koa ny tain-tsigaran’izy ireo. Tsy azo ampiasaina anefa izany satria na manana polisy siantifika aza isika dia tsy manana ’base de données’ ahafahana mampitaha ny dian-tanana na ADN hitany amin’ny toerana isian’ny heloka bevava izy ireo. Hatramin’izao izany dia mbola tsy fantatra ny namono ity renim-pianakaviana ity.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

BEALANANA : Zaza 4 taona sy olona 7 naratra mafy voakaikitry ny alika mirenireny

Saika naratra mafy avokoa ireo olona voakaikitra ireo, eny hatramin’ny zazakely. Isany naratra mafy teo amin’ny tarehiny ihany koa izao ilay zazalahikely manodidina ny efatra taona eo ka manaraka fitsaboana hatreto. Mitaraina fatratra noho izany ireo mponina ao an-toerana noho ny fahamaroan’ireo alika romotra mirenireny eny anivon’ny fiarahamonina, ka mangataka ireo tompon’andraikitra ao an-toerana izy ireo mba hitady vahaolana mahakasika izany. 

Mitombo isa hatrany mantsy ireo olona mitondra takaitra ka tokony handraisana fepetra hentitra. Betsaka moa ireo nanome soso-kevitra ny amin’ny tokony hamonoana ireo alika romotra tsy misy hatak’andro mba ho fiarovana ny fahasalaman’ny tsirairay.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANTSOHIHY : Misokatra ho an’ny rehetra ny sekoly ambony ISSAM (Institut Supérieur des Sciences A...

Tafapetraka ao Antsohihy, Faritra Sofia ankehitriny ny  ISSAM (Institut Supérieur des Sciences Appliquées)  ary hanomboka handray mpianatra amin’ity taom-pianarana ity. Mpianatra maherin’ny 160 isa no horaisina amin’izao voalohany izao, araka ny nambaran’ny tale jeneraly mpitantana, Soavinimanana Raymond. Manana taratasy ara-dalàna ity sekoly ambony ity, azo antoka ary efa mijoro ara-panjakana. Mpampianatra matihanina sy ampy traikefa no handray ireo mpianatra. Tanjon’ny sekoly ny hampiditra avy hatrany ireo mpiofana sy mpanaraka fiofanana ao aminy eo amin’ny sehatry ny asa.

Nanantitra ny mpitantana fa fanombohana ihany ity ao Antsohihy ity, hoezahina handrakotra ireo distrika miisa fito ao anatin’ny Faritra Sofia ny sekoly ambony ISSAM ary hiitatra amin’ny Faritra hafa aorian’izay. «  Vinan’ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina, ny fanohanana sy fampirisihana ny tanora hanangana orinasa hahafahana manome asa ho an’ny tanora maro. Mandray anjara amin’izany ny ISSAM Sofia. Ny sekoly indray ankehitriny no manatona ny mpianatra ho fanalefahana ny vesatry ny ray aman-dreny noho ny olana nateraky ny Covid-19 teto amintsika  », hoy hatrany ny fanazavan’ny tale jeneralin’ny ISSAM, Soavinimanana Raymond.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

KIANJA BAREA MAHAMASINA : Hovitaina hatramin’ny marsa 2021 ny bozaka natoraly filalaovana

Mandroso ny asa fanitarana sy fampanarahana fenitra ny kianja Barea Mahamasina. Ho an’ny fanavaozana ny kianja filalaovana manokana, efa ao anatin’ny fanomanana ny fanambanin’ny kianja amin’izao fotoana izao, mialoha ny hambolena ny bozaka. 

Natomboka tamin’ny fametrahana ireo lakan-drano marobe ao ambanin’ny kianja izany, izay hisintona ny ranon’orana mba tsy hahadibo-drano ny kianja intsony ary koa handray ny tambajotran’ireo fantsona marobe hanondraka ny bozaka. Miisa 24 ireo teboka hivoahan’ny fantsona rehefa vita tanteraka ny asa mba hahafahana manondraka ny velaran’ny kianja manontolo.

Mahazaka ny fiovan’ny toetr’andro

Bozaka natoraly natokana ho an’ny kianja filalaovana baolina kitra eken’ny FIFA ary nohafarana manokana avy any ivelany no hambolena sy hampiasaina ao Mahamasina. Natao hahazaka tsara ny fiovaovan’ny toetry ny andro ary haharitra taona maro. Nohafarana manokana miaraka amin’izany ihany koa ireo fitaovana fikarakarana rehetra ilaina. Nampanarahina fenitra iraisam-pirenena ho lasa 105m x 68m ny haben’ny kianja filalaovana ary tsy maintsy vitaina mialoha ny marsa 2021 izany mba hahafahan’i Madagasikara mandray ny lalao hataon’ny Barea ao anatin’ny fifanintsanana CAN 2021.  Natao ny faran’ny herinandro lasa teo moa ny andrana voalohany ho an’ireo fitaovana sy fantsona mahaleo tena hanondraka ny bozaka ireo mba hanamarinana ny tanjaky ny rano.

Fametrahana ireo vy lehibe

 Ho an’ireo asa hafa, mandroso ny fametrahana ireo vy lehibe mihodidina ny lamosin’ny “tribune”. Mizotra tsara ihany koa ny asa fampakarana ny “gradins” vaovao izay tsy mifandray velively amin’ireo “gradins” teo aloha ary manana hatramin’ny faran’ny volana febroary 2021 ny orinasa mpanatanteraka hananganana izany. Ankoatra izay, efa mipetraka amin’ny toerany ireo «  transformateurs  » lehibe hitondra ny herinaratra rehetra hampiasain’ny kianja manontolo izay mahatratra hatramin’ny 2500KVA. 

Araka ny tetiandro nifanarahana, hovitaina mialoha ny 26 jona 2021 ny asa manontolo fanavaozana sy fampanarahana fenitra ny kianja Barea. Mitohy hatrany moa ny asa eny an-toerana ary miasa andro aman’alina ny mpiasa na eo aza ny Covid-19.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FILAN-KEVITRY NY GOVERNEMANTA : Hasiam-panavaozana ny lalàna mifehy ny kilalao mampiasa vola

Tafiditra ao anatin’ny fanovana eto amin’ny Firenena izany. Teboka maro no nodinihin’ireo mpikambana eo anivon’ny Governemanta nandritra ity filan-kevitra manokana natao tany an-drenivohitry ny Faritra Vakinankaratra, Antsirabe, ity. Nisongadina indrindra tamin’izany ny fanovana tiana hapetraka eo amin’ny lalàna mifehy ireo karazana lalao ahazoam-bola misy eto Madagasikara na ilay antsoina hoe “jeux de hazard”. 

Efa tamin’ny taona 1971 no nisy io lalàna, io raha ny fanazavana saingy tsapa ankehitriny fa tsy mifanaraka intsony amin’ny toe-java-misy intsony. Efa miha mivoatra tokoa izy ireny, raha tsy hilaza afa-tsy ny amin’ny sehatry ny aterneto. Kendrena ihany koa ny mba hifanarahan’ireo karazan-dalao ireny amin’ny soatoavina malagasy. «  Izany indrindra no mibaiko antsika tsy maintsy hanavao ny lalàna rehetra mifehy ny kilalao rehetra izay mampiasa vola, kanefa atao mifanaraka sy manaja ny soatoavina malagasy  », hoy ny Praiminisitra lehiben’ny Governemanta. Tsiahivina fa notanterahina tao Antsirabe ny filan-kevitry ny governemanta tamin’ny sabotsy lasa teo, ho tohin’ny fivoriana fanao isan-kerinandro ao amin’ny Lapan’i Mahazoarivo. Tsy maintsy misy hatrany ny fandinihana ireo raharaha maika mahakasika ny Firenena na dia amin’izao ankatoky ny fety izao aza sy efa hifaranan’ny taona izao.

Nodinihina nandritra izany ireo raharaham-pirenena tsy afa-miandry, izay notarihin’ny Praiminisitra, Lehiben’ny governemanta, Ntsay Christian. Nambaran’ny Praiminisitra fa mbola maro ireo fanavaozana maro isan-karazany tsy maintsy atao eto amin’ny tany sy ny Fanjakana, ary ilàna fandinihana sy famakafakana lalina ary fotoana izany. 

Isan’izany fanovana izany, ohatra, ny mba hisian’ny fandriampahalemana izay laharam-pahamehana tokoa, ny fanavaozana rafitra eo anivon’ny Tafika, toy ny fametrahana ny Etamazaoro telo manampy ny “Etat Major des armées”. Vao tsy ela ihany koa no napetraka ny ZDS na ny «  Zone de Défense et de Sécurité  » ary ireo rafitra isam-paritra na ny «  délégation militaire régionale  ». Manomboka ihany koa ny fametrahana ireo «  bataillons  » maromaro, ka tsy maintsy mila fandinihana izany.

Ny Ami sy Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FOTODRAFITRASA : Notokanana ny toeram-pamakiam-boky vaovao etsy Anosy

Nitarika ny lanonana teny an-toerana ny Minisitry ny Serasera sy ny kolontsaina, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, notronin’ireo Masoivoho maro nahitana ny an’i Maurice, Algérie, Maroc, Lybie, Chine, Suisse, France, Grande-Bretagne, Iran sy ireo solontenan’ny Masoivoho hafa. 

Miavaka ity tranombokim-pirenena vaovao ity satria ahitana, efitrano famakiam-boky ho an’ny daholobe, efitrano famakiam-boky ara-kajy mirindra ary efitrano famakiam-boky vaovao nampitondraina ny anaran’ny mpanoratra, David Jaomanoro, izay misy tahalan’ny fandalinana sy ny fikarohana miampy tahalan’ireo Firenena samihafa. “Sambany tamin’ny tantara no nisy fampahafantarana sy fanomezana vahana ny tontolon’ny boky, sambany no nisy fanosehana sy fanohanana ny mpanoratra sy mpanonta boky nataon’ny Minisitera. Ezaka lehibe izany ka mila tohizana hatrany”, hoy i Ranoe, solontenan’ny mpanoratra, raha nandray fitenenana nandritra ity hetsika ity.

Tanjon’ny Minisitera moa ny hametrahana ny kolontsain’ny fitiavana boky ho raiki-tampisaka. Tsiahivina fa efa fanamby nataon’ny Minisitra Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo ny hanarina sy hanavao indray ity tranomboky ity fony vao nitantana ny Minisitera ny tenany ny taona 2019. Tamin’izany fotoana mantsy, trano famakiam-boky antitra, reraka ary tsy nahavaly ny hetahetan’ny mpikaroka sy mpamaky boky no novantanin’ny Minisitra. “Nandritra ny taona maro, tsy nisy fanisana ny boky voatahiry tato amin’ity toerana ity, tsy nisy fanavaozana ny toerana ary efitra roa monja no nahafahana namaky boky. Tsy nanana ny toerana tokony ho azy ny tranombokim-pirenena na dia renin’ny tranomboky rehetra eto Madagasikara aza. An-jorom-bala ny tontolon’ny boky tamin’izany, na ny Minisitera aza nikorontana satria nisy foibem-pitondrana maromaro nisahana asa nitovy”, hoy kosa ny Minisitra nandritra ny fitokanana ity toerana ity.

Dingana lehibe

Ezaka sy dingana lehibe ho an’ireo mpisehatra eo amin’ny tontolon’ny boky ity nataon’ny Minisitera ity. Nanantitra ny Minisitra fa hamily lalana ireo nirona kokoa tamin’ny fampiasana teknolojia vaovao ny fisian’izao ivon-toerana notokanana izao satria sady manaraka ny toetrandro izy ity no azo anovozam-pahalalana koa. “Tato ho ato, nirona tamin’ny fampiasana tambajotran-tserasera ny ankamaroan’ny tanora satria tsy ampy ny fitaovana nanohanana ny hetsika manome vahana ny famakiam-boky teto amintsika. Ankehitriny kosa, ny boky no ezahintsika ampanatonina olona. Efa maro ny hetsika nataon’ny Minisitera hitaomana ny rehetra hamaky boky”, hoy hatrany ny Minisitra.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

LITERATIORA : « Tokony hotohanana ny mpanoratra », hoy ny Ny Ela Nihetezana

Talenta mihitsy fa tsy nianarana satria mbola tany aminy fahazazana, efa tia nanoratra tononkalo ! Izay tena manavanana azy kokoa sy ironan’ny aingam-panahiny, raha ny filazany. Efa namoaka boky iray, niarahana tamin’ny mpanoratra hafa ny lehilahy, ny «  Bitsiky ny ela  » no lohateniny ary tononkalo daholo ny ao anatiny. Manoratra tantara ihany koa fa tsy dia matetika. “Miroborobo ny sehatry ny literatiora, vitsy anefa ny mahatsinjo fa tokony hotohanana ny mpanoratra ka lasa vitsy ireo mahavoaka boky ! Hany ka any amin’ny tambajotra fesiboky no mahazo vahana izy ireny”, araka ny nambarany.

Nanantitra koa ity mpanoratra ity fa tsy misy fepetra momba ny tsipelina manokana any amin’ ireny tambajotran-tserasera ireny. Na izany aza dia mbola maro ireo mpitia, raha ny lafiny tononkalo no resahina. Ny fiaraha-miasa dia misokatra amin’ny rehetra. “Mivantana ho an’ireo haino aman-jery ny hafatra, mba omeo sehatra ny tononkalo. Ho an’ny mpanoratra hafa kosa, isika mpanoratra ihany no matetika mpankafy asa soratra, koa mba tohano ireo zandry vao misandratra”, hoy i Ny Ela Nihetezana.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FIJALIAN-DRANO : Nitokona ireo mpianatr’Ankatso, mangataka vahaolana maharitra izy ireo

Ny olan’ny rano izay tsy mbola voavaha ara-dalàna mandraka ankehitriny no antony nampirehitra ny hatezeran’izy ireo ka niray hina nitokona, vory lanona teny amin’ny manodidina nanomboka tamin’ny valo ora maraina.

Nobahanan’ireto farany moa tamin’io fotoana io ireo fiarabe siterna mpitatitra rano tonga namatsy teny an-toerana. Nanamafy izy ireo fa vahaolana maharita ary matotra no tadiavina mba tsy hiverimberenan’ny olana efa matetika loatra ny zava-misy. Tsy eken’izy ireo ary nolaviny tanteraka ny famatsiana rano avy amin’ireo fiarabe satria miteraka fandaniam-potoana fotsiny ihany, hoy hatrany ny fanazavana voaray. 

Mangataka amin’ny tompon’andraikitra mahefa mba hijery akaiky ny raharaha, indrindra fa ny fametrahana vahaolana maharitra. Tonga teny an-toerana moa ny mpitandro filaminana nandamina ireo mpianatra ireo ho fisorohana ny mety ho fikorontanana.

Ankoatra ny teny Ankatso ihany koa dia tsikaritra tamin’ny toerana maro teto an-drenivohitra ny fijalian-drano, ny faran’ny herinandro lasa teo iny. Toy ny eny Itaosy Atsimondrano iny izao, ohatra, dia velon-taraina noho ny fahatapahan-drano maharitra ela ireo tokantrano marobe. Manginy fotsiny ny kalitaon’ny fahadiovan’ny rano ampiasaina tato ho ato izay manopy mavo sahala amin’ny ranom-potaka.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TONTOLON’NY ZAITRA : Mpianatra miisa 250 navoakan’ny Eccova ny faran’ ny herinandro teo

Manoloana ny fahatapahan’ny asa teny amin’ireo orinasa afaka haba sy orinasa tsy miankina ihany koa dia betsaka ireo niezaka namorona asa ho an’ny tenany.Toy ny famoronana lamaody, ohatra, ny fampianarana zaitra ao amin’ny “Eccova “ dia mivonona mandrakariva amin’ny fanosehana ireo tanora te ho matihanina tanteraka  amin’ny sehatry ny zaitra. 

Ny faran’ny herinandro lasa teo, nahatratra 250 mianadahy indray ireo mpianatra navoakan’ity ivon-toeram-panofanana ity. Ny nampiavaka ireto andiany ireto dia noho ny nananany fotoana lava be nahafahany  nianatra tsy  tahaka ny andiany teo aloha, raha ny fanazavana. Karazan-damaody toy ny kiraro, akanjo isan-karazany ary poketra  ankehitriny no voafehin’izy  ireo ary efa afaka miditra amin’ny sehatry ny asa avy hatrany.

Ny faha-04-05 ary 09 Janoary ho avy izao ny fidiran’ireo mpianatra vaovao manaraka ho an’ireo izay liana. Tsiahivina hatrany moa fa mahazo milina fanjairana maimaim-poana  ireo mpiofana mba hahafahany manao fanazaran-tena any an-trano. Araka ny nambaran’ny filoha mpanorina ny Eccova, Volana Razanamanalina hatrany dia  : “ manampy betsaka ny tsirairay ny fanofanana satria na ireo renim-pianakaviana mikarakara tokantrano aza dia afaka  miaina sy mampidi-bola tsara amin’ny tontolon’ny zaitra“.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FIFIDIANANA LOHOLONA : Hivoaka ôfisialy amin’ny alarobia izao ny vokatra vonjimaika

Iray andro monja taorian’ny nahavitan’ny fifidianana dia azo avokoa ny vokatra rehetra manerana ireo biraom-pifidianana manerana ny Nosy. Tsy maintsy miandry ny fitanana an-tsoratra tena izy (Pv orginal) kosa vao azo hirosoana ny famoahana amin’ny fomba ofisialy ny vokatra vonjimaika feno. Ny alarobia izao, raha toa ka tsy misy ny fiovana no hanao fanambaràna ny amin’izay voka-pifidianana mbola tsy ôfisialy izay ny eo anivon’ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana na ny Céni. 

“ Efa noferana fa ny alarobia 23 desambra ho avy izao amin’ ny folo ora maraina no hanambaràna ny vokatra vonjimaika”, araka ny nambaran’ny mpampaka-tenin’ny Céni, Fano Rakotondrazaka. Izany hoe, telo ambin’ny folo andro taorian’ ny fifidianana Loholona dia hivoaka ny vokatra vonjimaika feno. Nambarany fa ny alarobia lasa teo no tonga tetsy Alarobia ny valopy misy ny vokatra farany izay avy any amin’ ny Faritany Mahajanga. “ Voalazan’ ny lalàna fa fara fahatarany ao anatin’ ny fito andro aorian’ ny andraisana ny vokatra farany no mamoaka ny vokatra vonjimaika ny Céni”, hoy hatrany ny voalaza. 

Marihina fa tsy maintsy manao fanisam-bato ny Céni, miezaka manara-maso izay mety ho fahadisoana ihany koa. Raha ny tomban’ezaka noentin’ireo mpanara-maso ny fifidianana hatreto dia samy niaiky ny rehetra fa nizotra tamim-pilaminana tanteraka iny fifidianana Loholona iny. Ny teo anivon’ny Kmf/Cnoe dia nilaza fa hita taratra ny fisian’ny mangarahara. Tsy nisy ihany koa ny fitarainana voarain’ny Céni ny amin’ ny fisiana endrika tsy fanarahan-dalàna nataon’ ny kandida nialoha, nandritra na taorian’ny nanatanterahana fifidianana.

Raha ny fironana manerana ny Faritany enina hatreto dia ireo kandida avy amin’ny lisitra IRD no mitana ny lohalaharana. Miisa 12 ireo Loholona voafidy handrafitra ny lapa Maitso Anosikely, enina kosa no tendren’ny Filoham-pirenena.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TETIBOLAM-PANJAKANA 2021 : “Matotra ny fiaraha-miasa teo amin’ny Antenimiera roa tonta”

 Samy nandany izany na ny Antenimierampirenena na ny Antenimierandoholona.Nifarana omaly tamin’ ny fomba ofisialy ny fivoriana ara-potoanan’ ny Antenimierampirenena. Teboka goavana tao anatin’ireo lahadinika natrehin’ireo Solombavambahoaka ny fandinihana sy fandaniana ny tetibolam-panjakana ho an’ny taona 2021. Raha tsiahivina, rehefa lany nasiam-panovana teny anivon’ny Antenimierampirenena ity lalàna ity dia nalefa teny anivon’ny Antenimierandoholona indray. Ity farany izay nitondra fanitsiana tamina teboka miisa telo ary namerina izany tamin’ireo Solombavambahoaka indray. 

Rehefa niadian-kevitra teny Tsimbazaza indray dia naverin’izy ireo tamin’ilay endriny efa nandaniana azy hatrany am-boalohany, izany hoe, tsy noraisin’ireo Depiote ny ampahany tamin’ny fanitsiana nataon’ireo Loholona. Lany soa aman-tsara ihany ny lalàna hifehy ny tetibolam-panjakana ho an’ny taona 2021. Nilaza any filohan’ny Antenimierampirenena, Christine Razanamahasoa tao anatin’ny lahateniny omaly, fa nisy fiaraha-miasa matotra teo amin’ny Antenimiera roa tonta nahafahana nandany ity volavolan-dalàna ity. “ Tamin’ ity indray mitoraka ity dia lany soa aman-tsara teo anivon’ ny Antenimiera roa tonta ny Lalàna mifehy ny tetibola taona 2021. Eto dia isaorana manokana ny fahamatoran’ ny fiaraha-miasa mahakasika ny roa tonta”, hoy ny filohan’ ny Antenimierampirenena, Christine Razanamahasoa. Nambarany fa maro ny teboka nasiana fanovana tao anatin’ io lalàna io, fa ny misongadina dia ny fanarenana ny tontolo ara-toekarena amin’ ny alalan’ ny fametrahana ho laharam-pahamehana ny famoronana asa. Ankoatra izay ny ezaka entina manatratra ny fahatarana amin’ ny fampandrosoana ny lafiny sosialy ary ny fanamafisana ny hery enti-miatrika amin’ ny lafiny ara-bola amin’ ny alalan’ ny fanetsehana ireo loharanom-bola azo hetsehina. 

Amin’ny ankapobeny dia vita araka ny tokony ho izy avokoa ireo fandaharam-potoana narafitra nandritra ity fivoriana ity. Volavolan-dalàna miisa sivy no lany ary iray kosa nahemotra ho amin’ny fotoana manaraka. “Volavolan-dalàna miisa folo no tonga teto amin’ ny biraon’ ny Antenimierampirenena, ka ny sivy tamin’ ireo no lany soa aman-tsara ary ny iray tamin’ izany no nasiam-panovana. Iray kosa no nahemotra amin’ ny fotoana manaraka”, araka ny fanazavana noentin’ny filohan’ny Antenimierampirenena hatrany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FILOHAN’NY ANTENIMIERAMPIRENENA : Manameloka ny herisetra sy fanolanana

Manohana ny ezaka ataon’ny vadin’ny Filoham-pirenena amin’ny firotsahany an-tsehatra mivantana kosa izy ary mbola nanentana ny rehetra hiady amin’ny fidorohana zava-mahadomelina. Araka ny lahateniny, isan’ireo fototra mampirongatra ny fanolanana ny fidorohana zava-mahadomelina ka tokony hatsahatra.

Nanambara koa ity filohana andrim-panjakana ity, fa vonona hatrany ny Antenimierampirenena hiara-hiasa amin’ny tompon’andraikitra isan-tsokajiny hametrahana izay paikady hanatsarana ny toe-piainan’ny vahoaka malagasy hanoherana ny tsy rariny. Nanteriny fa tsy mitsaha-mifandray amin’ny firenen-kafa ny Antenimierampirenena, amin’ny alalan’ny birao maharitra hikatsahana izay mahasoa. Ankoatra ireo, nankahery sy niarahaba ny solombavambahoaka vehivavy noho ny andraikitra noraisin’izy ireny eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena koa ity filohan’ny Antenimierampirenena ity. 

“Fotoana izao isandratan’ny vehivavy sy handraisany ny andraikitra tandrify azy”, hoy ny voalazany.

Ny Ami

La Vérité0 partages

Meurtre de neuf personnes à Faratsiho - 4 millions d’ariary pour toute information sur les auteurs

Le député élu à Faratsiho propose de gratifier de 4 millions d’ariary la personne qui fournira des informations pertinentes sur des dahalo ayant récemment perpétré un acte abominable dans ce District. « Je lance un appel à toutes les personnes de bonne volonté. Rien ne dit que ces bandits de grand chemin ne poursuivront par leurs méfaits. (…) Il est également fort probable que ces individus soient derrière les attaques commises sur les routes. Ainsi Je suis disposé à remettre une récompense de 4 millions d’ariary à toute personne qui a des informations permettant d’arrêter les individus ayant participé à ce massacre », a déclaré le député et non moins vice-président de l’Assemblée nationale, Honoré Rasolonjatovo, dit Papasolo au cours d’une conférence de presse organisée, hier, en son bureau à Tsimbazaza. Cette somme considérable démontre l’importance que le député attache à la capture des bandits. Le décès de neuf personnes en fin de semaine dernière dans la localité d’Ankidaondrano, Fokontany Analamihantona, dans la Commune d’Ambohiborona Ambatofotsy du District de Faratsiho continue d’émouvoir la population locale. La guerre aux bandits dans cette circonscription est maintenant plus que prononcée. Au cours d’une attaque à main armée, sans précédent, commise par une dizaine de bandits dans ledit Fokontany, dans la nuit de vendredi à samedi dernier, un couple et leurs 6 enfants ont été bloqués chez eux et brûlés vifs. Le frère du père de cette famille, qui venait leur porter secours, a été lui exécuté par balle. Un orphelinLa vengeance aurait motivé cet acte odieux, d’après des premières informations recueillies. D’après le député élu à Faratsiho, les présumés auteurs de ces actes auraient déjà attaqué cette famille en janvier 2019. Suite à cette attaque, ces bandits se seraient ainsi faits arrêtés. A l’issue de leur procès, deux prévenus auraient alors écopé cinq ans de prison ferme tandis que les autres de peine d’emprisonnement avec sursis ou de relaxe au bénéfice du doute. Le député élu à Faratsiho, Honoré Rasolonjatovo et non moins vice-président de l’Assemblée nationale, indique que ces bandits n’auraient pas cessé de proférer des menaces à l’encontre des victimes depuis. Le parlementaire soutient que l’un des bandits présents lors de l’attaque de vendredi fait partie de ceux ayant écopé cinq ans de prison ferme. « Il est déplorable de constater que des personnes censées être en prison peuvent continuer leurs méfaits », regrette-t-il. Et de se demander où se situe la défaillance, au niveau de la Justice, de l’administration pénitentiaire ou des Forces de l’ordre. Il appelle par ailleurs toutes les âmes charitables à apporter leur soutien à la famille des décédés. « La famille des victimes a tout perdu. Deux maisons ont été brûlées. Les parents du couple sont encore en vie mais sont très âgés », rapporte-t-il. L’attaque de ces bandits a laissé un orphelin. Le député précise que le couple décédé avait un dernier enfant qui a été épargné. Ce jeune garçon de dix ans avait passé la nuit chez son oncle lequel, disions-nous plus haut, a été abattu par les bandits.  La Rédaction

La Vérité0 partages

Insécurité - « Le District de Tsaratanàna est une zone rouge »

Toutes les Communes dans le District de Tsaratanàna sont classées zone rouge déplore le député Ratsimanosika Alexandre Andriamanantena, lors d’un entretien. L’insécurité y règne et elle a pris une autre forme. Interview.La Vérité (+) : Quel bilan faites-vous de l’insécurité dans le District de Tsaratanàna ?Député Ratsimanosika (=) : Depuis des décennies, le District de Tsaratanàna est tristement célèbre en matière d’insécurité. Mais depuis la prise de fonction du Président de la République Andry Rajoelina, l’insécurité n’était qu’un mauvais souvenir. Or, depuis quelques mois, le cauchemar semble reprendre du poil de la bête. La population est terrorisée à l’idée de perdre en une nuit des épargnes faites pendant des années ou de perdre la vie en une fraction de seconde.(+) : Pourquoi dites-vous cela ?(=) : L’insécurité a pris une autre forme dans le District. Dimanche dernier, vers minuit par exemple, des dahalo ont kidnappé une femme et son enfant âgé de 1 an dans le Fokontany Antsahavola, dans la Commune urbaine de Tsaratanàna, en plein centre-ville. Ce n’est qu’avant-hier que les ravisseurs ont pris contact avec la famille et réclamé 10 millions d’ariary. Une somme dont les membres de la famille ne disposent pas.(+) : Et où en sont les Forces de l’ordre dans cette affaire ?(=) : Justement, on ne sait rien. Raison pour laquelle je lance un vibrant aux différents responsables étatiques de prendre les mesures idoines pour résorber l’insécurité dans le District. Juste après la prise de fonction du Chef de l’Etat, le calme plat régnait. La population s’adonnait à ses activités en toute quiétude. Actuellement, il y a peut-être un laisser-aller de la part des Forces de l’ordre.(+) : Vous avez dit que l’insécurité a pris une autre forme. Quelle est cette évolution ?(=) : Les vols de bovidés ne sont plus monnaie courante dans le District de Tsaratanàna comme par le passé. Outre les cas de kidnapping, les dahalo ciblent les gens qu’ils pensent avoir beaucoup d’argent. Ils ont également dans leur ligne de mire les exploitants aurifères. Dès que le bruit s’ébruite qu’un exploitant a trouvé de l’or, il ne passe pas la nuit. Le soir venu, les dahalo frappent très fort. Au mois de novembre dernier, près de 30 dahalo ont pris d’assaut 4 camions et un taxi-brousse. Une fillette y a laissé la vie à ce moment-là.(+) : Quelle solution reste-t-il pour la population dans ce cas puisque vous dites que les Forces de l’ordre semblent inertes ?(=) : Les villageois désertent le village la nuit. Ils cuisinent vers 16h et dorment dans la forêt. Ils se sentent plus en sécurité de cette manière puisque la nuit cache leur présence. Mais ce n’est qu’une solution provisoire.(+) : Qu’attendez-vous des différents responsables étatiques face à cette situation ?(=) : Toutes les Communes dans le District de Tsaratanàna sont des zones rouges, même dans le chef-lieu de district. La solution la plus facile est d’augmenter l’effectif des éléments des Forces de l’ordre. Le CSAO d’Andriamena attend le reste de son effectif total. Les brigades, les postes avancés et les postes fixes de la Gendarmerie doivent être renforcés. (+) : Mais est-ce suffisant ?(=) : Ce n’est pas suffisant mais c’est un début. Nous attendons également beaucoup du nouveau chef de district. Cela fait presque un an que le chef de district est parti en retraite. Et pendant ce temps, il n’a pas été remplacé, il n’a alors fait qu’assurer les affaires courantes. Le nouveau chef de district, qui vient d’être nommé, il y a près de deux semaines, en tant que président de l’OMC, devra apporter une solution durable à cette insécurité pour matérialiser la promesse du Président de la République, celle d’apporter une sécurité durable dans le District de Tsaratanàna.Propos recueillis par Boaza

La Vérité0 partages

Actes de publicité

Sauf changement de dernière minute, la proclamation des résultats officiels provisoires des sénatoriales auront lieu demain mercredi 23 décembre. La Commission électorale nationale indépendante (CENI), comme veut le texte de loi, se chargerade la publication des résultats de ces travaux à partir desquels la Haute Cour constitutionnelle tablera pour trancher définitivement le sort du scrutin du 11 décembre.Comme dans toute République respectant les normes de la démocratie, les résultats d’une élection à l’échelle nationale, quelque soit le genre, débouchent naturellement vers la recomposition des membres du Gouvernement. Ce n’est pas une obligation ni une contrainte mais il s’agit d’une tradition qui ne va pas à l’encontre de l’esprit démocratique. Quels que soient les résultats du scrutin du 11 décembre, le Chef de l’Etat n’est pas obligé de modifier l’ossature de son Gouvernement. Il le fera peut-être dans le souci d’améliorer le rendement du Gouvernement. Une nécessité qui se faitpressante et utile par les temps qui courent. Mais, il n’y a pas que les résultats des sénatoriales, il existe d’autres indicateurs qui pourraient justifier la retouche sinon le remaniement gouvernemental.Le Chef de l’Etat a fixé, en Conseil des ministres du 2 décembre, la date du 10 janvier 2021 aux membres du Gouvernement pour qu’ils rendent chacun leur « copie ». Un devoir de maison qui sera noté par le maître des céans et à l’issue duquel il rendra son verdict. Et effet, chaque ministre est tenu de présenter respectivement, dans un délai de cinq semaines, le programme pour l’émergence du pays vu sous l’angle et à l’intérieur du périmètre de son département. De toute évidence, l’ensemble des programmes englobant tous les ministères touche la vie de la Nation. Et le tout doit fonctionner en synergie dans l’intérêt général des 25 millions de malagasy. Une lourde responsabilité pèse sur la tête de chaque ministre afin que la machine tourne normalement. S’il existe un ou deux ministères qui n’arrivent pas à suivre le rythme imposé par le Chef, ils porteront atteinte à la réussite globale du Programme national pour l’émergence de Madagasikara. Raison pour laquelle le Chef de l’Etat, en sa qualité de premier responsable de la vie nationale, se montre très exigeant sinon intransigeant. En d’autres termes, si un ou des membres d’un grand orchestre jouent faux et donc son instrument sonne faux, ils vont porter un coup fatal à l’harmonie symphonique. Ce sera un coup frontal pour le Chef d’orchestre au détriment du grand public.La date butoir du 10 janvier approche. Certains membres du Gouvernement, sentant le vent venir,  tentent de « vendre » au public tout en attirant l’attention du locataire d’Iavoloha. Ils vantent les mérites de leurs « produits » et font un clin d’œil à l’opinion et en même temps lance un appel du pied au grand patron, l’arbitre sur terrain. On craint quelque part d’échouer au grand Oral du 10 janvier et on se dirigera sans faute vers la porte de sortie. Alors, on s’accroche à son fauteuil. Ainsi, on s’adonne à des actes de publicité pourquoi pas de séduction.On charme ! Ils ou elles savent pertinemment que la population se plaigne des impacts négatifs des résultats non-concluants de leurs départements, mais ils ou elles tentent le tout pour le tout pour s’agripper. Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Fonction publique - Les employés de courte durée devenus cotisants à la Caisse de retraite

Un grand changement. Le Conseil du Gouvernement a accordé l’affiliation des employés de courte durée (ECD) à la Caisse de retraite des agents de l’Etat. Une décision prise, samedi dernier, à la salle de réunion de l’Académie militaire d’Antsirabe. En effet, ces fonctionnaires contractuels n’ont jamais été intégrés dans ce système. D’une part, cette nouvelle disposition réjouit les ECD car elle sous-entend une stabilité de leur emploi. Mais d’autre part, l’inquiétude règne par rapport à leur statut. « Il faut noter qu’on renouvelle notre contrat chaque année. Que devient notre cotisation à la Caisse de retraite si par malheur notre contrat ne sera pas renouvelé ? On espère que le Gouvernement prévoit une embauche des ECD à travers cette décision », se demande un ECD voulant garder l’anonymat. Par ailleurs, la décision prise en Conseil des ministres le 17 avril 2019, portant sur la suspension des recrutements des ECD, demeure en vigueur. « Cette mesure n’a pas encore été levée. Nous améliorons la situation des ECD actuels. Le basculement de leur statut en employés de longue durée (ELD) appartient au directeur des Ressources humaines auprès de chaque ministère. Et ce, en fonction des postes budgétaires car leur solde sera payé grâce au budget de fonctionnement de l’établissement concerné », déclare Mahadigny Gérard Bernardin, directeur de la Fonction publique, en marge du lancement officiel du logiciel AUGURE ou Application unique pour la gestion uniforme des ressources humaines de l’Etat. Par ailleurs, les mesures d’assainissement et de redéploiement du personnel de l’Etat se poursuivront afin de répondre aux impératifs liés à la mission gouvernementale. Les dépenses en matière de personnels représentent 31 % du budget général de l’Etat. Dans la loi de Finances initiale 2021, le montant est établi à 3 182 milliards d’ariary, soit un accroissement de 8,8 % par rapport à la loi de Finances rectificative (LFR) 2020. Cette variation résulte principalement des recrutements prévus dans le secteur de l’éducation nationale et celui de la sécurité publique. Ces dépenses sont composées, d’une part, de celles liées au solde à hauteur de 2 958,4 milliards d’ariary, contre 2 698,5 milliards d’ariary dans la LFR 2020, et d’autre part, des indemnités estimées à 223,6 milliards d’ariary, contre 224,9 milliards d’ariary dans la LFR 2020. Suivant les instructions émises en Conseil du Gouvernement, aucune rémunération salariale ne sera plus supportée au niveau des Programmes d’investissements publics (PIP). Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Favoritisme et blanchiment de capitaux à la JIRAMA - 4 ans de prison ferme pour l’ex-Dg Désiré Rasidy

Le procès incriminant l’ancien directeur général de la JIRAMA Désiré Rasidy et ses co-accusés, des hauts cadres au sein de cette société, à savoir un ex-directeur production électricité, un ex-directeur général adjoint électricité, un ex-directeur technique, une secrétaire au sein de la JIRAMA ainsi qu’un directeur d’une société de transport, a été jugé au Pôle anti-corruption (PAC) des 67Ha, hier.  Ils sont accusés de blanchiment de capitaux et favoritisme, faux en écriture publique, etc. Les préjudices dans cette affaire s’élèvent à près de deux milliards d’ariary. A la fin de l’audience, le verdict est tombé : Présents à l’audience, trois accusés dont l’ex- DG, l’ex-DPE et l’ex-DGAE ont été condamnés à une peine de 4 ans de prison ferme. Absent de son procès, un ex-directeur approvisionnement a écopé d’une peine de 4 ans lui aussi. Un mandat d’arrêt à l’audience a été prononcé à son encontre. Sa secrétaire a écopé de deux ans d’emprisonnement. Le directeur d’une société de transport, inculpé dans cette affaire, a écopé plus que les autres, avec une peine de 6 ans ferme. Outre les peines d’emprisonnement, ces personnes doivent s’acquitter d’une amende de 6 millions d’ariary. Par ailleurs, la JIRAMA a demandé des dommages d’un montant de 2 milliards d’ariary. Un dernier individu, un responsable de stock, a été relaxé au bénéfice du doute. La défense des condamnés aurait fait un pourvoi en cassation.  L’ex-DG et consorts ont eu à répondre de leurs actes sur des faits en relation avec l’attribution de marchés publics à ce transporteur de la JIRAMA, sans appel d’offres, afin de transporter des groupes électrogènes d’un point à un autre. Des attributions qui présentaient de nombreuses irrégularités dans les procédures, principal chef d’accusation qu’on reproche aux incriminés, successivement durant les années 2012, 2013 et 2015.La loi sur l’attribution de marchés publics dans le domaine du transport avait été alors bafouée. « C’était à une époque où la JIRAMA devait répondre aux urgences pour assurer le bon fonctionnement de l’électricité dans le pays, lors de cette période sombre, notamment à Antsiranana en 2012 », reconnaît l’un des prévenus. Tout au long des débats, tous les accusés ont rejeté l’ensemble des accusations.  A souligner d’abord que l’incrimination de favoritisme pour les principaux accusés s’articule autour des attributions de tous les marchés publics sur le transport à ce transporteur, soit 38 au total. Une situation qui leur a permis d’empocher ces sommes effarantes. « Puisque je ne connaissais que lui, surtout après une expérience lors du JMJ à Antsiranana, j’ai systématiquement sollicité ce transporteur pour le transport des 9 groupes électrogènes depuis Antanandrano dans la Capitale jusqu’à Antsiranana et dont j’avais l’entière responsabilité. Si je ne le faisais pas, j’aurais eu tout le paquet sur mon dos, celui de l’Etat et des abonnés », se défend l’un des accusés.Concernant particulièrement l’ancien Dg qui, lui aussi, a rejeté toutes les accusations, il affirmait à la présidente de la Cour que de nombreuses informations à propos des signatures autorisant de délivrer ces bons de transport, lui aurait échappé en majeure partie à l’époque. « Comment expliquer que vous n’étiez nullement informé sinon nullement dérangé par le fait que les coûts de transport de ces groupes avaient été excessivement gonflés à ce point ? Car au lieu de payer seulement 60 millions ariary, la facture s’élevait à 400 millions d’ariary ? Et surtout, pourquoi ne vous alarmez point lorsqu’il n’y a aucune pièce justificative au déblocage de fonds au niveau de la JIRAMA ?», demande le juge. Sur ce point, l’ancien Dg déclare que sa mission, en tant que tel, est d’assurer le bon fonctionnement de la distribution de l’électricité et de l’eau dans tout le pays, et non des questions budgétaires. Quant à ces signatures de l’ex-Dg sur les bons de transport, elles relèveraient plutôt de la responsabilité de ses subalternes dont des directeurs hiérarchiques ou autres responsables désignés, selon l’accusé.L’autre accusation concerne le blanchiment de capitaux par lequel tous les accusés ont pu s’enrichir durant cette période à travers l’acquisition de terrains et de biens immobiliers. « Je ne possède qu’une maison », se défend l’ancien directeur général. Un co-accusé a, pour sa part, argué que son salaire avait été majoré, lui permettant de faire ces acquisitions à l’époque. « De plus, j’ai investi dans la vanille dans la SAVA à l’époque », confie-t-il.  Une explication qui lui a valu une remarque du juge  comme quoi il est interdit à un fonctionnaire d’exercer des activités lucratives, selon la loi en vigueur.Notons que l’ex-Dg de la JIRAMA et ses co-accusés avaient été placés sous mandat de dépôts le 3 décembre au tout début des débats. La partie pour la défense des accusés a soulevé quelques exceptions dans le but d’obtenir une cessation de poursuites pour ces derniers. Une requête que l’avocat général et le conseil de la JIRAMA ont catégoriquement rejeté.Recueillis par Franck R.

La Vérité0 partages

Cyclone - « Chalane » menace le jour de Noël !

Tous les ans, c’est devenu une habitude pour la population malagasy de célébrer Noël sous la pluie. Mais cette fois-ci, c’est un cyclone qui va certainement se reproduire. Les activités pluvio-orageuses qui ont persisté au Sud-ouest des îles britanniques (Diego Garcia) depuis quelques temps s’approchent progressivement des côtes de Madagascar. Et si les conditions météorologiques sont remplis, la naissance d’une tempête tropicale sera attendue ce week-end et dont le nom sera baptisé « Chalane ». D’après les informations communiquées hier par la Direction générale de la Météorologie (DGM), les signes d’organisation notable remarqués durant ces dernières 24 heures, ont indiqué que ce système risque d’engendrer une dégradation des conditions météorologiques pour cette semaine de Noël. « Ce cyclogenèse se développe dans un environnement propice. Il s’intensifiera à un rythme lent et pourrait devenir une tempête tropicale au milieu de cette semaine », a confirmé Météo Madagascar. Le Nord exposéSuivant les études météorologiques, un déplacement global vers l’Ouest est prévu durant les cinq prochains jours. Dimanche vers 19 heures, le centre global a été localisé à environ 1 620 Km au Nord-est d’Antalaha. Le vent est resté faible autour de la circulation cyclonique et a fluctué entre 30 et 40 km/h. Selon Cycloneoi,  un blog spécialisé en cyclones tropicaux, il semble que cette cyclogenèse se ferait à un train de sénateur, vu sa lenteur. La présence de vent défavorable et la largeur de la circulation dépressionnaire sont des facteurs contraignants. Le premier scénario retenu par le Centre météorologique régional spécialisé  « Cyclones de La Réunion » a proposé une lente cyclogenèse qui pourrait mettre 48 à 72h pour s’accomplir. Une raison de plus pour les habitants des Régions de DIANA, SAVA, Analanjirofo et Atsinanana de rester vigilants et attentifs aux bulletins d’information météorologique officiels. « Pour l’instant, un transit relativement à grande distance au nord des îles habitées de l’archipel dont Madagascar demeure l’option retenue. Il convient toutefois de rappeler qu’à ce stade, il est trop tôt pour parler d’une éventuelle menace pour les côtes Est ou Nord-est de la Grande île », a souligné Cycloneoi. Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Approche HIMO dans la ville d’Antananarivo - 340 jeunes défavorisés formés aux petits métiers

Issus de cinq quartiers populaires de la ville d’Antananarivo. 750 représentants des ménages défavorisés des Fokontany d’Antohomadinika III G Hangar, Antohomadinika FAAMI, Ankasina  ainsi qu’Andohatapenaka I et II  ont participé à la mise en œuvre de travaux d’intérêt communautaire, suite aux dernières inondations dans la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) en 2019. Il s’agit d’une opération pilote mise en œuvre par le Fonds d’intervention pour le développement (FID), sur un financement à hauteur de 172 800 000 ariary de l’Organisation internationale du Travail (OIT), qui consiste à réaliser des chantiers via l’approche Haute intensité de main d’œuvre (HIMO). Avec le système argent contre travail, les participants ont perçu 5 800 ariary par journée de travail pendant 4 semaines. Parmi les ouvriers, 340 jeunes sans emploi âgés entre 18 et 25 ans ont également bénéficié d’une semaine de formation aux petits métiers, notamment la maçonnerie et la charpenterie-menuiserie. « En tant qu’organisation qui prône l’approche HIMO, nous privilégions le recrutement des jeunes et des personnes sans emploi pour des chantiers, tout en leur donnant des formations. Celles-ci facilitent la réinsertion de ces jeunes sur le marché du travail », précise Coffi Agossou, Représentant pays de l’OIT.Des matériels pour les méritants50 bénéficiaires. Ces jeunes ont su mettre en valeur les acquis lors des formations dispensées au cours des travaux en devenant des petits artisans et pouvant offrir des services de qualité dans leurs quartiers. Et ceci, une année après la mise en œuvre des travaux HIMO dans la CUA et suite à une mini-évaluation dans les quartiers d’intervention. Raison pour laquelle ces jeunes méritants ont été choisis pour bénéficier des matériels afin d’encourager et de conforter la capitalisation de leurs connaissances pratiques. Ainsi, chacun des 12 charpentiers récompensés a reçu un lot de matériels composé de marteau, équerre, mètre, ciseau de menuiserie, rabot métallique, tenaille russe et scie égoïne. Quant aux 38 maçons, chacun a été doté d’un lot composé de truelle, fil à plomb, scie égoïne, niveau à bulle, pointerolle avec protection, mètre et une massette de 2 kg. Parmi les bénéficiaires, Myriame Ramanantsoa a exprimé sa reconnaissance envers les donateurs. « Le métier de maçon m’a passionnée depuis mon enfance, grâce à mon père. Avec ces matériels, je compte améliorer mes prestations d’autant plus que les clients issus de mon quartier et des Fokontany environnants semblent satisfaits de mon travail », nous confie la jeune femme âgée de 19 ans, résidant à Antohomadinika. « Grâce à la formation, j’ai pu maîtriser les techniques de charpenterie et me démarquer des autres. Je suis de plus en plus sollicité ces derniers temps », ajoute Gilbert Randriambololona, charpentier résidant à Ankasina.Pour information, la collaboration de l’OIT avec le FID et la CUA va se poursuivre en 2021, avec diverses activités en vue. L’aménagement du territoire et la gestion des ordures, dans le cadre du travail décent et de la justice sociale, feront partie des domaines concernés.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Rugby - Qualification aux J.O de Tokyo - Les Makis Ladies 7s en lice pour le repêchage à Monaco

Monaco accueillera le tournoi de repêchage de rugby à 7 pour les Jeux olympiques de Tokyo. En effet, Monaco a été retenue pour accueillir le World Rugby Sevens Repechage, le tournoi de l'ultime chance pour se qualifier aux Jeux olympiques de Tokyo, les 19 et 20 juin 2021. Les Makis ladies y disputeront ainsi ce tournoi de repêchage. Le tournoi féminin accueillera l’Argentine, la Colombie, la France, Hongkong, la Jamaïque, le Kazakhstan, Madagascar, le Mexique, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la Russie, les Samoa et la Tunisie. Quant au tournoi masculin, il impliquera le Brésil, le Chili, la Chine, la France, Hongkong, l’Irlande, la Jamaïque, le Mexique, les Samoa, les Tonga, l’Ouganda et le Zimbabwe.Tous en lice pour remporter le prix ultime : obtenir les deux places restantes pour l’équipe féminine et celle masculine pour le tournoi olympique de rugby à sept qui aura lieu du 26 au 31 juillet 2021 au Tokyo Stadium.Avec 21 des 24 équipes déjà qualifiées pour le tournoi olympique de rugby à 7, les deux places restantes pour les femmes et la seule place restante pour les hommes seront déterminées à Monaco. Les préparations pour le tournoi olympique de rugby à 7 bénéficient d'un financement de 4 millions de dollars US octroyé par World Rugby pour soutenir les programmes de Sevens établis par les fédérations. Le premier tournoi inter-régional de préparation avant les Jeux olympiques se déroulera à Madrid les 20 et 21 puis les 27 et 28 février 2021.La santé et le bien-être des joueuses, des joueurs, des fans et de la grande famille du rugby restent la priorité absolue. La décision a été confirmée par le comité exécutif de World Rugby à l'issue d'un processus de sélection. Ce tournoi revient donc au Stade Louis II, là où s'est déjà déroulé le précédent tournoi de repêchage pour les hommes avant les Jeux olympiques de Rio 2016.Le rugby à sept devrait être l'une des épreuves les plus attendues des Jeux de Tokyo, après le succès exceptionnel de la Coupe du Monde de Rugby 2019 au Japon.Recueillis par E.F.

Midi Madagasikara0 partages

CFM : Rapport annuel 2019

Le CFM a procédé à son rapport annuel 2019.

Le « Conseil du Fampihavanana Malagasy » (CFM) a procédé le 17 décembre dernier à la présentation officielle du rapport annuel pour l’année 2019. Prévu au mois de mars dernier, le rapport n’a eu lieu que le jour susmentionné. En cette seconde année d’exercice, le CFM s’y est attelé en posant le socle de quatre grands chantiers , à savoir, le « Fihavanana », outil de paix, patrimoine culturel immatériel, la mise en place d’espace de dialogue, outil de prévention et de résolution de conflits, la réconciliation avec l’histoire et les conflits générés par l’histoire.

Comité paritaire. Outre ces chantiers, le CFM estime avoir grandement participé à ce que l’alternance démocratique puisse se dérouler dans le calme et l’apaisement. À cet effet, il a publié un livret intitulé « Fifidianana anaty Fihavanana », contenant des conseils destinés aux acteurs du processus électoral. Mais il a aussi œuvré activement au sein du comité paritaire dans l’élaboration, la sensibilisation pour la signature et le suivi d’une Charte pour chaque élection initiée en 2018 à l’endroit des candidats à l’élection présidentielle, et poursuivie durant l’année 2019 pour les candidats députés ainsi que les candidats maires et conseillers. Fort de ses 33 membres, le CFM a continué et même renforcé les missions sur terrain dans les 6 provinces et les 22 régions du pays.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Natation – Coupe de Noël : 3 meilleures performances réalisées

En l’espace d’une semaine, les nageurs ne cessent d’améliorer les chronos. Le week-end dernier à la piscine de l’Académie Nationale des Sports à Ampefiloha, dans le cadre du Tournoi de Noël, trois nouvelles performances ont été réalisées. Baritiana du Club Managing a amélioré le temps du 400 NL en 2mn 19 sec 53 contre 2 mn 20 sec 47 de Lalanomena. Il a réalisé un doublé en effaçant toujours l’ancien Lalanomena au 200 NL de 37’’ 59 en 37’’46. La troisième performance a été signée par Finaritra au 50 m brasse de 37’5’ contre 37’’59 de Volanarindra. La Coupe de Noël, organisée hier, a réuni 253 nageurs de 13 clubs en provenance de 4 ligues, Boeny, Analamanga, Vatovavy-Fitovinany et Vakinankaratra. Samedi, en prélude de cette compétition, la Fédération malgache de natation a tenu son assemblée générale ordinaire. Trois ligues vont procéder aux élections en début d’année, à savoir Analamanga, Vakinankaratra et Atsinanana. Une décision proposée par les ligues qui sera amendée lors d’une AG extraordinaire est que les droits de mutation devront revenir entièrement à la ligue d’origine. Un test de classement sera organisé en début d’année pour déterminer le nouveau classement national.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

70ème anniversaire des sapeurs-pompiers : Simulation d’extinction d’incendie avec Galana

Galana, CUA et les sapeurs-pompiers, main dans la main pour une meilleure prévention des incendies.

Le 10 décembre 2020 a été célébré le 70ème anniversaire des sapeurs-pompiers. Pour cette occasion, les sapeurs-pompiers canadiens de Montmorency et ceux de la Commune urbaine d’Antananarivo ont organisé des exercices d’extinction de feux de camion avec l’équipe volontaire de Galana, qui a déjà reçu une formation de la part du Groupe d’études et de sécurité des industries pétrolières. Les précédents exercices se sont déroulés à l’École de feux à Toamasina en présence des sapeurs-pompiers, des autorités locales, de la société portuaire à gestion autonome de Toamasina (SPAT), et de l’Agence portuaire maritime et fluviale (APMF). La formation pratique reçue par l’équipe de Galana Madagascar portait sur la manière de gérer les feux de bridge, les feux de nappe, l’incendie de pomperie, ou encore les feux de citerne. Maintenant, il s’agit de partager cela afin que tous les acteurs puissent être en mesure de gérer un cas d’incendie. Ces exercices demeurent importants dans le métier afin de prévenir les éventuels incendies, mais surtout pour les maîtriser car il y va de la sécurité de tout le monde.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Littérature : Ouverture du concours d’écriture du prix Indianocéanie

Tout comme pour la seconde édition, il a renouvelé son partenariat pour ce troisième numéro. (Photo d’archives)

L’appel à écriture du prix Indianocéanie est ouvert du 15 décembre 2020 au 30 juin 2021. Il s’agit d’une édition 100% numérique de dépôt des manuscrits en ligne. Pour cette année, il n’y aura pas d’envois postaux ni de remise en main propre. L’appel est ouvert aux résidents des îles de l’océan Indien, les Comores, La Réunion, Madagascar, Maurice et les Seychelles, âgés de plus de 18 ans au moment du dépôt de leurs manuscrits. Les membres du jury, nommés par les États membres de la COI, sont chargés de désigner le lauréat du Prix Indianocéanie. Le texte primé sera édité à environ 500 exemplaires. Les exemplaires seront distribués en librairie et à destination des institutions nationales, régionales et internationales qui participent, directement ou indirectement, aux actions de coopération conduites par la COI. Le lauréat recevra une récompense de 1 000 euros.

Il s’agit d’un appel à écrire des textes en français, sans genre imposé, portant sur des questionnements contemporains propres à la région Indianocéanie. Le prix récompense une œuvre littéraire originale et jamais éditée, inspirée de cet espace géographique, culturel, linguistique commun, en tant que socle de référence partagé, lieu de réinvention du monde. Le lancement de l’appel à écritures et la cérémonie de remise des prix sont deux temps forts de cette manifestation littéraire. Ceci est une occasion de promouvoir l’Indianocéanie, de contribuer à la diffusion de sa littérature, de renforcer le réseau d’acteurs en la matière et de faire connaître le lauréat.

Créée en 1982, la Commission de l’océan Indien est une organisation intergouvernementale qui regroupe cinq États membres à savoir l’Union des Comores, la France au titre de La Réunion, Madagascar, Maurice et les Seychelles. Seule organisation régionale d’Afrique composée exclusivement d’îles, elle défend les spécificités de ses États membres sur les scènes continentale et internationale. Bénéficiant du soutien actif d’une dizaine de partenaires internationaux, la COI donne corps à la solidarité régionale à travers des projets de coopération couvrant un large éventail de secteurs dont la culture, la protection du patrimoine et le renforcement des industries culturelles et créatives. Cette expérience accumulée au fil des projets fait aujourd’hui de la COI un acteur incontournable disposant d’une expertise reconnue dans de nombreux domaines du développement durable. Sollicitée sur plusieurs fronts, la COI anime depuis plus de trente ans l’action collective d’une région, l’Indianocéanie, vulnérable par nature et ambitieuse par choix.

La COI a reçu le soutien de l’OIF et de son Bureau régional pour l’océan Indien dans l’organisation de la troisième édition du prix Indianocéanie. Ce partenariat est une mise en œuvre de l’accord-cadre de coopération signé le 9 juin 2016 entre la COI et l’OIF. L’accord-cadre définit le domaine « linguistique, culturel et éducatif » comme l’un des domaines de coopération privilégiés, l’objectif étant de « pouvoir lancer des opérations conjointes de promotion des littératures francophones de l’océan Indien, dans le cadre de manifestations culturelles internationales ou en s’appuyant sur les réseaux de centres de lecture et d’animation culturelle ».

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Sillon du passé : Les Français et la transformation de « rakoto Ville »

Les premières décennies de la colonisation française à Madagascar sont marquées par un urbanisme d’État avec des grands travaux d’aménagement urbain.

Les infrastructures urbaines permettent certes d’améliorer en général les conditions de vie des Tananariviens. Cependant, les travaux d’urbanisme de l’époque profitent plutôt à une catégorie d’habitants, surtout aux cadres et aux fonctionnaires du régime colonial.

Loin de bénéficier des infrastructures urbanistiques si avantageuses, le reste de la population tananarivienne, continue de vivre dans les quartiers qui sont souvent négligés par le plan d’urbanisme de l’autorité coloniale: le « rakoto ville ». Cette dualité spatiale provient d’un urbanisme moralisateur de l’époque, raisonnant à base des règles d’hygiène et l’appartenance à un groupe socio-professionnel.

En 1918 est dressé par l’architecte-urbaniste Géo-Cassaigne un plan-programme d’aménagement et d’extension de la ville d’Antananarivo, contenant les dispositifs nécessaires pour l’amélioration des cadres de vie des Tananariviens, surtout les fonctionnaires coloniaux. Dans un contexte de diffusion des expériences coloniales en matière d’aménagement, le pouvoir public met en œuvre des travaux d’urbanisme pour la modernisation de la capitale.

Par ailleurs, l’équipement urbain contribue nécessairement à démontrer la modernisation d’un espace politique et asseoir la base de matérialisation de l’empire sur un territoire à contrôler. Le pouvoir colonial fait appel à de meilleurs architectes. Mandatés pour mettre en œuvre le projet colonial qui vise à maîtriser le territoire urbain, ils s’associent aux principes de la charte d’Athènes, un document de base pour démontrer les meilleurs cadres de vie d’un peuple moderne et témoigner l’œuvre éducatrice et civilisatrice de la Métropole.

Pendant la période coloniale, des projets de construction ont changé la physionomie de la ville d’Antananarivo, dans l’objectif de faciliter la circulation dans cette zone montagneuse et offrir un cadre de vie agréable aux colons. Des bâtiments administratifs et des logements réservés aux cadres sont bâtis pour que les européens bénéficient du confort nécessaire à leurs missions pour le compte du régime colonial. De ce fait, la ville d’Antananarivo demeure un lieu de pouvoir où sont prises, à l’échelle du territoire colonial, les décisions liées aux affaires du pays.

De plus, la puissance administrative se confirme à travers les bâtis dans l’endroit où siège le pouvoir politique. Il s’agit ici d’une ville en tant que lieu de décision. Des efforts sont donc fournis par le pouvoir public pour démontrer que la ville d’Antananarivo est à la hauteur de sa fonction d’une capitale politique.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Football – Ligue des champions D2 : Large victoire de l’USCAFOOT

Il n’y avait qu’une seule équipe, hier, sur le terrain d’Elgeco Plus, en finale du championnat de Madagascar de la deuxième division, survolée par Uscafoot. La finale est finalement revenue à l’équipe qui la voulait le plus, en l’occurrence l’Uscafoot qui ouvrit le score dès la 15ème minute par Tanjoniaina d’un tir croisé à ras de terre. Curieusement, Five FC se laissa faire devant une solide défense de joueurs de la commune urbaine d’Antananarivo Renivohitra conduits par l’excellent Andry Lalaina Rakotozanany. Et ce qui devait arriver arriva car, conscient de cette baisse de régime, l’entraîneur Hilde Coeur Henintsoa fit entrer du sang neuf. Parti sur le couloir gauche, Francis Dorel adressa une passe tendre au niveau du point de pénalty que Franklin Saidina a reprise du plat de pied (79ème mn). À 2 à 0, la messe était dite. Mais sous cette douce euphorie, l’équipe de l’USCAFOOT parvint à marquer un troisième but par Jean Baptiste Razafindravelo. La victoire était aussi à mettre à l’actif de la FMF qui a été généreuse en offrant 6 millions d’ariary au vainqueur et quatre millions d’ariary au Five FC. Outre les trophées, chaque meilleur joueur de chaque match de la deuxième phase a reçu 50 000 ariary. À noter qu’à ce jour, deux clubs sont qualifiés pour faire partie de l’élite au sein de la Pro League.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Ministère de la Défense nationale : Création du premier bataillon parachutiste

Revue des troupes par le Premier ministre Christian Ntsay.

Traditionnellement, le conseil du gouvernement se tient au Palais d’Etat de Mahazoarivo, mais le 19 décembre dernier, il a eu lieu à Antsirabe.

Le conseil de gouvernement qui s’est tenu, avant-hier, à Antsirabe a porté au titre du ministère de la Défense nationale un décret portant création du premier bataillon parachutiste mais également du deuxième bataillon d’infanterie de marine. Pour le compte du ministère de l’Economie et des finances, un décret modifiant le décret n°2019-1125 portant nomination des membres du conseil d’administration de l’autorité de régulation des marchés publics. Quant au ministère de l’Aménagement du territoire et des travaux publics, un décret déclarant d’utilité publique les travaux de construction d’un nouveau marché de grossistes et l’aménagement d’une plateforme logistique de chargement et déchargement de marchandises pour les poids lourds à Besorohitra, dans le Fokontany de Talatamaty, commune urbaine de Fianarantsoa et portant acquisition par voie amiable ou par expropriation pour cause d’utilité publique des parcelles de terrain et/ou immeubles touchés par ces travaux. Concernant toujours ce ministère, un décret déterminant les nouveaux statuts du Fonds national foncier et fixant son organisation, son fonctionnement et ses attributions.

Utilité publique. Pour ce qui est du ministère des Transports, du tourisme et de la météorologie, un décret déclare d’utilité publique la réalisation des travaux afférant à la mise en place de la plateforme logistique Madarail, lotissement de logements, terminus train urbain, hangars et dépôt au By Pass. Concernant les communications, lors de ce conseil de gouvernement, au titre du ministère de l’Economie et des finances, accord sur l’augmentation du nombre de cotisants à travers l’affiliation des agents ECD à la caisse de retraite des agents de l’Etat ainsi que de l’accord sur le recrutement pour complément d’effectifs du personnel de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP).

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Fanolanana : Notambazana 100 Ariary ilay zaza mba tsy hiteniteny

Voasambotra teny Anosy ny lehilahy iray, 23 taona, ny alarobia teo, voalaza fa nanolana ny zana-badiny, zazalahy kely vao 8 taona monja. Ny alatsinainy heriny teo, nandeha nitsoaka nankany amin’ny nenitoany eny Angarangarana Anosibe ilay zaza. Nilaza izy tamin’izany fa marary ny kibony. Rehefa nojerena dia nahitana tsiranoka miaraka amin’ny rà ny pataloha nanaovany. “Hita fa nipotsaka ihany koa ny tsinaim-bodiny, tsy afaka mipetraka izy ary tsy maintsy mihorirana rehefa matory”, hoy ny polisim-pirenena. Nentina teny amin’ny hopitaly HJRA nanaovana fizahana ary fantatra fa voaolana ilay zaza. Ny talata, nametraka fitoriana teny amin’ny fampanoavana ny fianakaviany ary nankinina tamin’ny PMPM Anosy ny fanokafana ny fanadihadiana. Nandray ny andraikiny ny polisim-pirenena, ka ny ampitson’io ihany dia voasambotra teny Anosy ilay nahavanon-doza, izay tsy iza fa ny raikelin’ilay zaza ihany. “Efa matetika no manao ny filan-dratsiny amin’ity zaza ity io lehilahy io. Isaky ny harivariva dia asainy miantsena ilay ramatoa vadiny, eo no anatanterahany ny habibiany. Omeny 100 ariary kosa ilay zaza rehefa vita izany”, hoy ny fanazavan’ny polisy. Amin’izao fotoana izao dia manaraka fitsabona eny amin’ny hopitaly ilay ankizy ary handalo fandidiana. Niatrika fampanoavana ilay rangahy ary naiditra am-ponja vonjimaika.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Réouvertures des frontières : Inquiétudes face à la découverte de nouvelles souches du Coronavirus

Si l’annonce officielle, le 14 décembre, de la découverte d’une nouvelle souche du Sars-CoV2 en Angleterre n’a pas aussitôt créé la panique, l’annonce samedi dernier de sa très forte contagiosité a fait monter la pression d’un coup. Une nouvelle souche a également fait exploser les chiffres de la deuxième vague en Afrique du Sud. Autant de paramètres à prendre en compte par Madagascar qui vient de rouvrir ses frontières.

En quelques heures, toute l’Europe, ou presque, se barricade. La forte contagiosité, 40% à 70% plus élevée, de la nouvelle souche découverte en Angleterre a eu pour effet d’affoler jusqu’au-delà des frontières de ce pays. En effet, peu de temps après l’annonce faite le 19 décembre par les autorités sanitaires britanniques sur cette capacité de transmission beaucoup plus forte de la nouvelle souche, plusieurs pays voisins du Royaume-Uni ont suspendu les vols en provenance de ce pays. A quelques milliers de kilomètres de là, mais bien plus proche de Madagascar, en Afrique du Sud, une nouvelle souche est déjà au cœur de la deuxième vague. La réouverture des frontières malgaches suscite alors quelques inquiétudes. Rappelons que plusieurs vols spéciaux aller et retour, reliant l’Europe (au départ de Paris) à Antananarivo, via Addis Abeba pour quelques-uns de ces vols, sont prévus jusqu’au 19 janvier 2021 et assurés par Air Madagascar en collaboration avec plusieurs compagnies aériennes.

501-V2. L’inquiétude des pays européens vient notamment de la capacité de transmission extrêmement rapide de la nouvelle souche découverte au Royaume-Uni, tout comme celle qui sévit actuellement en Afrique du Sud, avec un nombre assez élevé de patients jeunes sans comorbidité. Cette nouvelle souche sud-africaine dénommée « variante 501-V2 », se répand ainsi à une vitesse inquiétante. Même constat au Royaume-Uni où les chercheurs ont été alertés par la communauté scientifique sud-africaine suite à l’identification de leur propre nouvelle variante. Des informations qui, selon le ministre de la Santé sud-africain, ont permis aux scientifiques britanniques de découvrir à leur tour une souche similaire. Dans tous les cas, ces nouvelles variantes inquiètent les épidémiologistes internationaux par leur contagiosité élevée par rapport aux autres souches connues jusqu’à présent. Cependant, les études effectuées sur ces souches récemment découvertes ne spécifient pas un taux de mortalité plus élevé. De même, aucun élément ne permet d’indiquer si elles rendent les vaccins inefficaces. Les études en cours se penchent particulièrement sur ce dernier point.

Mutation. Selon les explications scientifiques, la mutation de la nouvelle souche britannique s’opère au niveau de la pointe qui se trouve à la surface du virus, lui permettant de s’attacher aux cellules humaines pour les pénétrer. Selon un scientifique britannique, cité par la presse internationale, cette mutation, nommée N501Y, « circulait déjà sporadiquement depuis plusieurs mois dans d’autres pays : au Brésil en avril, en Australie en juin et juillet et aux États-Unis en juillet. Actuellement, Londres et une partie de l’Angleterre sont en reconfinement face à cette nouvelle souche qualifiée de « hors de contrôle », tandis qu’en France, un conseil de défense sanitaire s’est tenu, hier. Bien entendu, le monde suit la situation de très près.

Hanitra R. ,

Midi Madagasikara0 partages

Orange Solidarité Noël : Les partages de Noël se poursuivent

Josie Randriambeloma, présidente d’Orange Solidarité Madagascar, souligne l’importance des actions de partage et de la solidarité durant ces fêtes de fin d’année.

L’association humanitaire d’Orange Madagascar continue de s’engager à transmettre de la joie et de la bonne humeur aux enfants et aux familles vulnérables en ces temps de fêtes. Des partages de Noël se sont tenus dans plusieurs villes du pays le 19 décembre 2020 sous le patronage de la première dame, Mialy Rajoelina. A Antananarivo par exemple, Orange Solidarité Noël, en présence du maire de la ville, Naina Andriantsitohaina, a distribué des produits de première nécessité à plus de 350 familles vulnérables du fokontany Ankorondrano Est et du fokontany Ankorondrano Andranomahery. Et comme c’est aussi la fête des enfants, 400 enfants de ces deux quartiers ont reçu des friandises et des douceurs de la part de l’association.

Le Père Noël d’Orange Madagascar était également présent dans les écoles et associations partenaires d’Orange Solidarité Madagascar lors de cette grande journée. Il a remis aux enfants du centre Fazako, de l’école des sourds de Madagascar, de SOS Village d’Enfants, de l’EPP Maibahoaka, et de Compassion Madagascar, des friandises, des livres et des jouets. Contents de recevoir des visiteurs, les enfants ont quant à eux préparé des spectacles de danses et de récitations pour remercier leurs bienfaiteurs.

En dehors d’Antananarivo, le partage a également touché d’autres villes. Des salariés bénévoles d’Orange Madagascar ont fait le déplacement dans quelques villes pour offrir des douceurs aux enfants de l’orphelinat de l’école Sainte-Famille Sambava, de l’Orchidée vanille Antalaha, et du service pédiatrie du CHU Antambohobe Fianarantsoa. On imagine déjà que beaucoup d’autres entités au pays vont en faire de même durant les prochains jours, surtout en ces temps de post-crise de la Covid-19, où beaucoup de parents ne pourront pas offrir de cadeaux de Noël à leurs enfants.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Programme SUNREF Madagascar : Promouvoir les investissements verts du secteur privé

Toutes les parties prenantes pour la mise en œuvre du programme Sunref à Madagascar.(AFD)

Un nouveau programme intitulé Sunref (Sustainable use of natural resources and energy finance), est lancé à Madagascar, grâce à un partenariat entre Solidis, l’Agence française de développement (AFD) et l’Union européenne.

Ce programme vise à promouvoir les investissements verts du secteur privé, via le déploiement d’une offre financière adaptée et incitative ainsi que d’une offre d’assistance technique. Il est mis en place par l’AFD au pays afin de pérenniser une offre de finance verte. « Il s’agit d’un programme qui porte sur le développement des énergies propres compatibles avec la préservation de l’environnement. Ce qui constitue une priorité mondiale, une priorité également pour la France et pour Madagascar. En effet, cela permettra de répondre aux besoins en énergie de la Grande île », a expliqué l’Ambassadeur de la France à Madagascar, SEM Christophe Bouchard, lors de la signature de la convention de partenariat entre Solidis et l’AFD vendredi dernier au siège de cette agence à Ambohijatovo.

Investissements priorisés. Plus concrètement, une convention de subvention à hauteur de 2,8 millions d’euros a été signée par les deux partis afin de mettre en œuvre le programme SUNREF sur une période de 4 ans. « Celui-ci est financé à partir du fonds européen délégué à l’AFD. Tous nos idéaux, pour ne citer que la promotion de l’économie verte, la transition énergétique et le développement du partenariat public-privé, se matérialisent dans la mise en œuvre de ce programme », a souligné l’Ambassadeur de l’Union Européenne auprès de la République de Madagascar et de l’Union des Comores, SEM Giovanni Di Girolamo. Un contrat d’assistance technique de Solidis avec le consortium international (Burgeap SAS, Le Gret IED), a été également signé. Et à travers ce programme, des lignes de crédits vertes seront fournies par l’AFD aux banques primaires partenaires pour que celles-ci puissent financer les porteurs de projets. Les investissements en efficacité énergétique, en énergie renouvelable et de performance environnementale, seront priorisés.

15 millions d’euros. Pour sa part, Hagasata Rakotoson, Administrateur Général de Solidis, a évoqué que cet établissement financier est à vocation sociale et citoyenne. « On a fait prospérer des fonds. On a également fait une référence en Afrique, dix ans après la mise en place du fonds de garantie. Et près de 164 milliards d’ariary de crédits bancaires ont été garantis. On va maintenant déployer le modèle Sunref à Madagascar. Pour ce faire, on va ficeler les dossiers des chefs d’entreprise pour être bancables. On travaille d’ailleurs en partenariat avec les banques », a-t-il enchaîné. Il est à noter que ce programme sera piloté par SOLIDIS avec l’appui de l’AFD. Ce qui permettra aux banques primaires de proposer une offre de finance verte à destination des entreprises privées ou des particuliers. En revanche, les investissements verts qui pourraient être financés dans le cadre de la mise en œuvre de programme Sunref atteindront jusqu’à hauteur de 15 millions d’euros. Ce qui représente plusieurs dizaines de projets de tailles différentes tout en renforçant l’ensemble de leurs chaînes de valeur, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Taxi-be Antanimena : Jazz MMC fidèle à lui-même

Papa Waza surchauffe son public.

Après avoir sillonné le triangle du Nord, notamment à Nosy-Be, Antsiranana, et la partie orientale de la région, l’interprète de Tavela a débarqué dans la capitale malgache, vendredi dernier, pour livrer un grand concert au Taxi-Be Antanimena. « Nous attendions ce moment depuis longtemps », a affirmé Mirana, une jeune femme inconditionnelle de Jazz MMC.

Le Taxi-Be a été secoué par l’artiste malgache qui assurait une ambiance afrobeat. C’est avec satisfaction qu’il a feuilleté son répertoire. Vers 20 heures 30, Jazz Makoa Mifangaro Culture (MMC) monte sur scène.

Un accommodement musical presque parfait pour le jeune homme. Un artiste doté d’une voix inhabituelle. Le concert de MMC, vendredi dernier, aurait connu un succès total s’il n’avait pas démarré un peu tard. Il était attendu comme un souverain. Il est arrivé avec un sourire aux lèvres, et a chanté. Le public qui a effectué le déplacement au Taxi-Be Antanimena a pu ressentir la dimension artistique du chanteur Diégolais.

Il n’a pas fait dans la dentelle. Comme à son habitude, il est resté dans sa gamme dont lui seul connaît le secret. Sa voix ne perd pas de sa splendeur. Des interprétations aux chansons inédites en passant par les titres connus comme “izy nandeha” qui l’ont révélé et lui ont donné une identité musicale. Cette musique a fait danser tout le monde, vendredi dernier. Le public a suivi les paroles de la chanson les yeux fermés.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Judo – Championnats d’Afrique : Madagascar totalise 4 médailles de bronze

L’équipe a remporté la médaille de bronze

La délégation malgache termine la compétition avec 4 médailles de bronze dont 3 en individuel et une par équipes.

Le rideau est tombé hier sur les 41è Championnats d’Afrique seniors de judo, qui se sont déroulés du 17 au 20 décembre au Palais des Sports de Mahamasina. En quatre jours de compétitions, les judokas malgaches engagés au Palais des Sports ont remporté une médaille de bronze par jour. Après les deux médailles de bronze de Fetra Ratsimiziva et Narindra Rakotovao lors des deux premières journées, Haingo Ramiandrisoa a ajouté une nouvelle médaille au clan malgache, samedi. Opposée à la Togolaise, Essohanam Koro, la judokate du JC Betsileo de Fianarantsoa a battu par ippon son adversaire. Elle a maîtrisé sa finale de bronze en remportant la victoire juste après 57 secondes de combat. Royal Rakotoarivony (-100 kg) et Tolinantenaina Julot (+100 kg) échouent tous deux au pied du podium. Le premier a été battu sur décision de l’arbitre et le second par ippon.

Bronze par équipes. Hier, l’équipe mixte formée par Mireille, Laura, Haingo, Royal et Fetra s’est offert la médaille de bronze du tournoi par équipes. Ils ont battu les Burundais par 4 victoires à 0. Laura Rasoanaivo et Fetra Ratsimiziva ont survolé respectivement Nigariga et Kwintonda. Aux éliminatoires, Madagascar a battu le Kenya par 4 victoires à 0 avant de s’incliner face au Sénégal par 4 victoires à 3 en demi-finale. « Je me suis rattrapée par rapport à celui en individuel. Surclassée en -70 kg, j’arrive à improviser et à battre mon adversaire tout en gardant mon style. Les judokas malgaches ont du potentiel, mais nous manquons de stage et de compétitions internationales pour pouvoir évoluer dans le haut niveau », a souligné Laura Rasoanaivo Razafy. Pendant quatre jours, Madagascar a montré à la grande famille du judo continental son savoir-faire et son expérience en matière d’organisation de grande compétition internationale.

Qualification olympique. « Nous avons reçu les félicitations de toutes les délégations participantes. Nous arrivons à organiser avec brio cette compétition continentale tout en respectant les protocoles sanitaires. Nous sommes capables d’organiser les Championnats du monde et le grand slam », a fait savoir Siteny Randrianasoloniaiko, président de la Fédération malgache de judo. La course pour les Jeux de Tokyo est loin d’être terminée. La dernière phase éliminatoire pour le continent est prévue au mois d’avril au Maroc où deux judokas malgaches ont de fortes chances de se qualifier pour Tokyo 2021, à savoir Fetra Ratsimiziva et Daniella Nomenjanahary. Et à l’horizon des Jeux des îles 2023 organisés à domicile, la fédération mise sur la préparation de la relève. « Ces judokas qui ont participé aux Championnats d’Afrique évoluent tous chez les cadets et juniors. Ils seront nos chances de médailles dans trois ans », a conclu Siteny Randrianasoloniaiko.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Alcootest : Des automobilistes et motards positifs

Ces gens, comme beaucoup d’autres, ne s’attendaient pas du tout à ce type de contrôle policier. Ils sont habitués aux contrôles de papiers. L’alcootest a été initié dans le pays en 2015 avec une campagne de sensibilisation remarquable. Comme beaucoup d’autres initiatives, elle n’a pas duré longtemps et a été qualifiée comme juste un effet d’annonce. Le prix unitaire des éthylomètres étant aux environs de 5 000 ariary l’unité, l’acquisition de ces matériels s’avérait difficile pour l’État. De ce fait, les stocks d’alcootest ont été utilisés uniquement en cas d’accidents pour déterminer le taux d’alcoolémie des concernés. Actuellement, avec la montée en flèche des accidents de circulation, surtout dans la capitale et en cette période de fin d’année, la police a fait savoir le retour du contrôle du taux d’alcool des conducteurs et motards. Une initiative louable et pérenne. On sait que partout dans le monde, ce genre de test a permis d’éviter des accidents de circulation et, dans ce sens, de préserver la vie de beaucoup d’usagers de voitures et aussi de deux-roues.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Trafikana zava-mahadomelina : Rongony 6,2 taonina, menaka rongony 21 litatra, jiolahy efatra tratra

Tsy hitsitsy ! Lehilahy iray lehiben’ny mpamongady rongony any amin’iny faritra Diana iny no tafalatsaka tao anaty haraton’ireo zandary, ny faran’ny herinandro teo. Tratra niaraka tamin’ny ny rongony milanja an-taoniny maro sy ny menaka rongony am-polony litatra.

Aman-taoniny. Misy hetsika maromaro indray ataon’ireo mpitandro filaminana hiadiana amin’ny fiparitahan’ny rongony amin’izao, izay sokajiana ho antony mampirongatra ny tsy fandriampahalemana. Tany Ambanja, rehefa nisy ny angom-baovao azon’izy ireo, mahakasika ny fisiana trano roa, izay toa misy entana amin’ny gony lanjaina miditra tsy mivoaka foana, tao Mahadera, kaominina Marotalaona, distrika Ambanja dia nisy ny fanaraha-maso sy fidinana ifotony nataon’ireo mpitandro filaminana. Tra-tehaka tamin’izany tokoa ny gony an-jatony teo ho eo (140 isa hoy ny loharanom-baovao) tao amin’ilay trano, izay rehefa nosavaina dia nahitàna rongony, vita fatotra sy vita voatra. Mitotaly any amin’ny dimy taonina sy valopolo kilao any izy io, hoy hatrany ny vaovao. Mbola nahitàna irony menaka rongony irony ihany koa tao amin’ilay trano izay mitotaly eo amin’ny 21 litatra eo. Marihana fa ity menaka ity no tena lafo indrindra raha eo amin’ny tsenan’ny zava-mahadomelina eto amintsika satria dia tombanana ho any amin’ny fito hetsy ariary any ho any ny iray litatra.

Lehiben’ny mpamongady. Tsy afa-nitsoaka intsony ny olona tao amin’ilay trano tamin’ny fahatongavan’ny zandary teny an-toerana. Olona miisa efatra araka izany no nosamborina ary nentina natao fanadihadiana. Tamin’izany no nahafantarana fa ny iray tamin’izy ireo, ilay antsoina hoe « Manuel », hoy ny avy eo anivon’ny zandary no tena lehiben’ny mpamongady rongony any amin’iny faritra iny, ary ireo olona  telo miaraka aminy dia mpiara-miasa sy mpiray tsikombakomba aminy avokoa. Tamin’ny famotorana lalina nataon’ireo tompon’andraikitra amin’izany aza no nahafantarana mbola manana rongony manodidina ny iray taona sy roanjato kilao eo izy ireo, izay efa nokasaina avadika ho menaka ary nogiazana ihany koa.

Fitsaboana. Nitsoka vetivety tokoa ny rivotra any am-pita, mahakasika ny fahalanian’ilay fanesorana ny rongony (cannabis) ho ao anatin’ny sokajin’ny zava-mahadomelina, izay nofidin’ireo teo anivon’ny Kaomisionina manokana miandraikitra ny zava-mahadomelina (CND) eo anivon’ny ONU, ny voalohan-dohan’ny volana teo. Manomboka izao dia sokajiana ho zava-maniry fatao fanaody ny jamala sy izay mifandraika aminy, ary manaraka ny toromariky ny OMS. Marihana fa ny Fikaonan-doha iraisam-pirenena manokana momba ny zava-mahadomelina, ny taona 1961, no nametraka ny rongony ho zava-mahadomelina araka hita ao amin’ny tohin-kevitra fahefatra voarakitr’ity Fikaonan-doha ity. 59 taona aty aoriana dia izao nesorina tao izao indray. Na izany na tsy izany aza anefa dia mbola mampatsiahy hatrany ireo mpitandro filaminana fa ny lalàna eto amintsika dia mbola manamafy fa voarara  ny fambolena, fanangonana ary fivarotana ity zava-mahadomelina ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Karaté : Mathieu, 8 ans, champion d’Afrique de kata crève l’écran

Le petit Mathieu Randrianarivony a ébloui les connaisseurs lors de sa prestation qui a crevé l’écran. Il a impressionné avec son regard intense et la qualité parfaite de ses gestes techniques dans sa vidéo qui a duré deux minutes. Ses aînés ont salué sa prestation qui égale celles de certains champions plus âgés. Il a logiquement décroché la première médaille d’or pour les Malgaches. À l’âge de 8 ans, il a montré sa bonne maîtrise de l’art. Il exécute chaque mouvement avec une maîtrise rare. Il a aussi exécuté son kata, en démontrant sa confiance. Il est resté concentré jusqu’à la fin. Avec Mathieu, le karaté malgache tient une de ses valeurs sûres. On le verra certainement plus tard sur les podiums dans les grandes compétitions internationales.

Manjato R.

Midi Madagasikara0 partages

Trafic de données mobiles : Une augmentation de 6,5 fois d’ici 2026, selon Ericsson

Une utilisation de plus en plus intense des trafics de données mobiles. C’est ce qu’a mis en exergue, le rapport Ericsson sur la mobilité, présenté jeudi dernier, lors d’un webinaire dédié aux pays de l’Afrique subsaharienne. Les médias malgaches y ont également participé. Ce rapport indique que le trafic de données mobiles dans la région devrait augmenter de près de 6,5 fois par rapport aux chiffres actuels. Ce trafic total passera de 0,87 EB par mois en 2020 à 5,6 EB d’ici 2026. Parallèlement, le trafic moyen par smartphone devrait atteindre 8,9 Go au cours de la période de prévision, selon les explications. « Alors que la demande de capacité et de couverture des réseaux cellulaires continue d’augmenter, les fournisseurs de services devraient continuer d’investir dans leurs réseaux pour répondre à cette adoption et répondre aux besoins en constante évolution des consommateurs. En Afrique subsaharienne, les abonnements mobiles continueront de croître au cours de la période de prévision, car la pénétration du mobile aujourd’hui, à 84%, est inférieure à la moyenne mondiale. On estime que le LTE représentera environ 15% des abonnements d’ici la fin de 2020 », indique le rapport.

Ce document présenté par Ericsson souligne également l’importance de libérer plus de spectre en Afrique pour étendre la couverture, améliorer la qualité du réseau et encourager l’adoption du mobile. « Cette dernière édition de notre rapport sur la mobilité met en évidence le besoin fondamental d’une bonne connectivité en tant que pierre angulaire pour répondre à cette adoption alors que la demande de capacité et de couverture des réseaux cellulaires continue de croître à travers l’Afrique. Investir dans l’infrastructure réseau et optimiser les attributions de spectre pour fournir une connectivité 4G étendue, ouvrant la voie à la 5G, sont des exigences essentielles à prendre en compte dans ce parcours et pour accélérer la transformation numérique à travers le continent.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Dada; Papa; Aba; Kaky; levieux ou Baina

Dans les salons comme dans les épi-bars, on ne parle que de ce père jugé indigne en portant la main sur sa progéniture, le débat sur le dénouement de cette affaire n’est pas encore clos. Dans un passé pas si lointain, se serait-on autant agité? Toujours est-il que l’occasion m’est donnée enfin de lâcher ce proverbe africain qui m’a fait toujours rire :« C’est quand un *moustique* se pose sur tes *testicules*, que tu comprends que la *violence* ne résout pas tous les problèmes. »

En passant voilà une chronique datant de juin 2017 qui mérite d’être relue. « Je t’aime Papa, et des fois, je l’avoue, ta tristesse silencieuse devant mes bêtises m’ont fait mille fois plus mal que les coups de bâton. »

Dada; Papa; Aba; Kaky; levieux ou Baina

Qu’il soit Dada; papa; aba; kaky; levieux, ou baina il est toujours ce père qui a pris pour la première fois son enfant dans les bras et qui a séché ses larmes en étouffant de joie. En parodiant Yves Duteuil, « il l’a pris par la main pour l’emmener vers demain et pour lui donner confiance en son pas, il l’a pris pour un roi. » Il se surprend lui-même en disant « Mangina anaka ! », le voyant pleurer. Un grand saut a ainsi été franchi entre l’avant et l’après ce petit être. « Bonne fête papa !» Aujourd’hui nous fait toujours revenir en arrière au bonheur passé, mais en même temps à l’angoisse dans l’avenir. Et le temps va passer, et les rides vont sillonner les visages au fur et à mesure que les « gosses » grandissent avec les vicissitudes de la vie et les « bonne fête papa » n’y feront rien.

Puis il y a les « pères fouettards » qui n’ont pas ou ne méritent pas de souhaits avec le lot de violences, de maltraitance envers les enfants. Combien de pères indignes sont encore auteurs de crimes les plus atroces et les plus odieux envers la chair de leur chair. A ceux-là : « Quand on l’aura mis dans sa tombe, je reviendrai vous dire combien, on se sent libre, on se sent bien », dira Maxime Le Forestier.

Enfin, ce jour de fête nous fait penser à Jama, un collègue, qui se prélassait avec sa femme en regardant la télé. Quand, à son réveil, il vit que son épouse s’en est allée pour toujours sans crier gare. Et on va l’enterrer le dimanche de la fête des pères. Ainsi le mari ne sera plus que le père de ses enfants. Lui, dont l’abnégation pour la famille n’a pas son pareil, puisqu’il a préféré se sacrifier et travailler la nuit laissant ainsi sa moitié à son métier d’enseignante dans la journée pour mieux s’occuper des enfants. Ces derniers fêteront désormais une telle journée d’une manière cruellement particulière.

La fête des mères est toujours mise en avant, on ne sait pas trop pourquoi, si peut-être, parce que les pères dans l’image populaire sont censés être insensibles aux élans de sentiments, mais peut-être surtout, parce qu’ils savent sécher leurs larmes en étouffant de joie. Les moins jeunes se souviennent sûrement du livre de lecture « Ratsimbavalomianaka » où le chef de famille respecté sert d’exemple et veille à l’harmonie familiale. Il est vrai qu’en ces temps-là, les valeurs civiques et familiales avaient encore cours.

Mickey Ranarivao

Midi Madagasikara0 partages

Relance post-covid : La diplomatie malgache veut une coopération avec IORA

La réunion s’est tenue en ligne à cause de la pandémie. (Photos : MAE – IORA)

Le ministre des Affaires étrangères, Liva Djacoba Tehindrazanarivelo, a participé, jeudi dernier, à la 20è réunion du Conseil des ministres de l’Indian Ocean Rim Association (IORA). La rencontre, portant sur le thème « promouvoir un destin partagé et la voie de la prospérité dans l’océan Indien », a permis aux membres de l’association de passer en revue les sujets d’intérêts mutuels, entre autres, l’économie bleue, la sécurité et sûreté maritime, les défis environnementaux ou encore la connectivité au sein de la région de l’Océan Indien. Quant au ministre malgache, il a essentiellement axé son intervention sur le volet économique, devant les représentants des pays membres de l’organisation, notamment, entre autres, l’Australie, l’Inde, le Singapour ou l’Afrique du Sud, lesquels ont des économies les plus dynamiques de la région. Un discours tient compte du contexte de la relance économique post-pandémie devenue une préoccupation presque planétaire.

Plan d’action. Dans le cadre de cette réunion, Liva Tehindrazanarivelo a soutenu que « le prochain plan d’action de l’IORA devrait se focaliser davantage sur les secteurs clés de coopération commune, notamment dans les secteurs du tourisme, du commerce et des investissements, de la recherche, du développement ainsi que de l’innovation ». L’appel est lancé devant les représentants des 22 pays membres de l’association du bord de l’océan Indien. Au cours de son allocution, le chef de la diplomatie malgache a également félicité la France pour son admission en tant que membre à part entière de l’IORA, au seul titre de la Réunion. Et comme l’océan Indien fait partie des régions à risque, susceptibles de subir les effets et les impacts du changement climatique, la composante environnementale devrait également être renforcée dans les programmes d’activités, a-t-il soutenu à cette occasion.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Sénatoriales : Résultats provisoires le 23 décembre prochain

Les sénateurs qui vont siéger au sein de la Chambre haute seront connus du moins provisoirement le 23 décembre.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) procèdera le 23 décembre prochain à la publication des résultats provisoires des sénatoriales du 11 décembre dernier. Soit 12 jours après la tenue du scrutin. Et que par la suite, c’est au tour de la Haute cour constitutionnelle de publier les résultats officiels. Par ailleurs, la CENI, lors du traitement des résultats peut procéder à la confrontation des procès-verbaux. La demande de confrontation doit émaner du mandataire de la liste des candidats. Elle doit mentionner expressément les bureaux de vote visés et énoncer clairement les motifs. Elle doit être accompagnée des PV que la liste de candidats intéressée détient lors du dépouillement dans les bureaux de vote. La demande peut être déposée auprès de la section chargée du recensement des matériels de vote, à charge pour cette dernière de la transmettre à la CENI à l’occasion de la transmission des plis électoraux de ladite section. Elle peut également être déposée directement auprès de la CENI.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Développement : Paiement numérique dans les stations-service

Innovation. Après la flambée des cas de Coronavirus, l’administration publique et le secteur privé ont cherché des moyens pour limiter au maximum la circulation des billets et la manipulation des papiers. Vivo Energy Madagascar, l’entreprise qui commercialise et distribue les carburants et lubrifiants de marque Shell a fourni des services de paiement numérique aux consommateurs dans ses 61 stations. C’est l’objectif de la signature de convention de partenariat entre cette entreprise et Visa, en fin de semaine. « Nous partageons le même objectif, c’est-à-dire, aider les consommateurs à effectuer leurs paiements en toute confiance, en toute transparence et en toute sécurité. Ce mode de paiement est très pratique pour prévenir la contamination au Coronavirus mais aussi pour éviter la manipulation d’espèces à cause de l’insécurité», selon le directeur général de Vivo Energy, Mondher Bouhouche.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Centre hospitalier universitaire (CHU) de Tuléar : Le directeur de l’hôpital déféré au parquet

Depuis bien longtemps, un médecin membre de l’Australian Doctors For Africa (ADFA) a remarqué l’absence de nombreux dons au sein de l’Hôpital Principal de Tuléar. Le partenariat avec l’ADFA date de plus de 20 ans. Le contrôle interne ADFA a commencé timidement en 2017.

Les principaux responsables de l’Hôpital Principal de Tuléar seront déférés au parquet ce lundi 21 décembre. Ils auront à répondre à la justice, du résultat de l’audit du Ministère de la Santé, de l’absence de plusieurs dons au sein du CHU. Le premier responsable, Pr. Andry Riel, Directeur de l’Hôpital, aura à justifier l’absence de matériels constatés qui doivent rester à l’Hôpital pour utilisation courante. Ainsi, ADFA avait doté l’Hôpital-Be de lits, de matelas mais aussi d’un groupe électrogène, à cause des coupures d’électricité intempestives. Le groupe n’était pas à sa place déjà indiquée par des techniciens-électriciens lors de l’audit. Sans compter les antibiotiques, les plâtres, les fils de suture, les produits d’anesthésie, les appareils portables d’échographie. « En fait, tous les dons en question étaient utilisés ailleurs, à l’Hôpital-même » montre le constat d’un huissier de justice, dépêché par le professeur Riel. Le comble, les dons ne sont jamais passés par le contrôle du responsable du patrimoine, qui doit signer l’entrée. Ce remue-ménage et les doléances reçues ont mis la puce à l’oreille du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco), venu enquêter aussi. Le Centre Vonjy, financé par l’Unicef, pour recevoir les mineurs victimes de harcèlement sexuel et de violence basée sur le genre, n’est pas touché par le scandale qui ébranle le CHU de Tuléar.

Charles RAZA