Les actualités Malgaches du Jeudi 21 Décembre 2017

Modifier la date
Ino Vaovao572 partages

POLITIKA : Hanova governemanta indray hoe i Hery Rajaonarimampianina ?

« Tsy resaka an-dalambe intsony fa tena marina ny fanovàna governemanta tadiavin’ny filoha Hery Rajaonarimampianina hatao  ». Izay no nambaran’ny mpiara-miasa akaiky ny minisitra iray sendra tafaresaka taminay omaly. 

Teren’ny Fianakaviambe iraisam-pirenena hono ingahy filoha hanova ny governemanta misy ankehitriny ary hanangana  iray hafa ahitana ankolafy politika samihafa. «  Tokony efa notanterahana ny fananganana izany governemanta vaovao izany fa mety misy nangataka ny hanaovana izany aorian’ny fety angamba ny ministra sasany fa indrindra ireo tsy mahatoky tena ho tafajanona  », hoy ny fanazavana nataon’ity mpiara-miasa akaiky ny ministra ity. 

Nambaran’ity farany hatrany fa maromaro ireo minisitra hoesorina amin’ny toerany. Na izany na tsy izany, tsy mivaky loha amin’ny mety hanovàna na tsia ny governemanta izay tarihin’ingahy Mahafaly Olivier ny ankamaroan’ny vahoaka. Ho an’ireto farany tsy hanova na inona na inona amin’ny fiainany ny fanovana governemanta.

«  Tompon’antoka voalohany ny filoha  »

 «  Aza ailika amin’ny mpikambana ao amin’ny governemanta fotsiny ny  fahoriana mianjady amin’ny vahoaka malagasy fa tompon’antoka voalohany na tiany na tsy tiany ny filoha Hery Rajaonarimampianina  », hoy ny mpivarotra mofo gasy iray ao 67ha rehefa nanontaniana ny heviny. «  Tokony hametra-pialana i Hery Rajaonarimampianina raha tiany tokoa ny vahoaka malagasy  », hoy hatrany ity farany.  Azo antoka fa tsy hanao izany velively  ingahy filoha. Izy aza mbola mitady fomba rehetra hitazomany ny sezany amin’ny taona 2018.

Tsy matoky tena Ingahy Mahafaly Olivier

Raha izay no nambaran’ity mpiara-miasa akaiky ny minisitra ity dia nilaza kosa ny mpanolotsain’ny praiministra Mahafaly Olivier iray tao amin’ny toerana fisakafoanana iray ao 67ha fa tsy matoky tena intsony hono ny Patiraony. «  Samia miomana isika fa mety tsy ho eo intsony  amin’ny volana janoary ho avy izao  ». Izany hono no nambaran’ingahy Mahafaly Olivier azy ireo. Mitombona tokoa ve ny feo mandeha fa mety hoesorina amin’ny toerana maha praiministra azy ingahy Mahafaly Olivier  ? 

Asa aloha. Ho hitantsika eo  ny hataon’ingahy Hery Rajaonarimampianina e e e ! Noheverin’ity farany tsy ho tonga angamba ny taona 2018 ka izao mikoropaka tahaka ny saka anaty harona ary mitady ny fomba rehetra hanilihana ny sasany amin’ny fifidianana manaraka.

A.Lepêcheur

Midi Madagasikara529 partages

Ordre du Mérite. : Le Colonel Lylison promu au grade de Commandeur

Le Colonel Lylison René de Roland Urbain.

L’arrêté du président de la République du 22 novembre 2016 portant nomination ou promotion dans l’Ordre du Mérite de Madagascar a été publié dans l’édition spéciale du Journal Officiel du jeudi 19 octobre 2017.

Les éléments de l’Armée et de la Gendarmerie – tous grades et corps confondus – nommés ou promus dans l’Ordre du Mérite au titre d’Institution et Ministères sont …légion. Parmi eux, figure le « Colonel Lylison René de Roland Urbain, COM/CAB T.Ratsimandrava » qui est promu au grade de Commandeur dans la promotion du 26 juin 2016. Soit un mois avant son appel à la mobilisation citoyenne et à une opération « ville morte » qui lui ont valu d’être poursuivi et condamné par contumace le 14 février 2017 à un an de prison ferme pour « trouble à l’ordre public et atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat ».

MAPAR – HVM. Le tribunal correctionnel d’Antananarivo devait même décerner un mandat d’arrêt à l’audience à l’encontre du Colonel et non moins sénateur élu sous les couleurs du MAPAR. Ceci expliquant a priori cela, car un autre membre de la Chambre haute bénéficie jusqu’ici d’une impunité en raison visiblement de son appartenance au HVM. Il s’agit évidemment du sénateur Riana Andriamandavy VII qui avait conduit, au vu et au su de tout le monde, une troupe de gros bras à Ambohibao pour caillasser le siège du Bianco où Claudine Razaimamonjy était en garde à vue. Son sénateur de beau-frère avait réellement voulu forcer le portail de la « Villa La Piscine ». Contrairement à l’offensive virtuelle du « loholona » de la Sofia et non moins un des fers de lance de la Révolution Orange sans laquelle il n’y aurait pas eu aujourd’hui de « cravates bleues ».

26 juin 2016. Bon nombre d’observateurs ne manqueront pas de se demander pourquoi le nom de Lylison n’a pas été rayé de la liste de la promotion du 26 juin 2016, alors que les faits à lui reprocher remontaient en mai de la même année, c’est-à-dire un mois avant. Qui plus est, l’arrêté n’a été pris que le 22 novembre 2016 soit 6 mois après ses faits…d’armes à la télé et sur les réseaux sociaux. Le Journal Officiel n’était non plus paru que le 19 octobre 2017, en somme 8 mois après le procès juridico-politique ou politico-juridique. C’est blanc bonnet bonnet blanc pour ne pas dire béret noir, noir béret pour la Gendarmerie. En tout cas, la condamnation était prévisible pour le Colonel Lylison qui a peu de chances de faire partie de la prochaine liste des nouveaux généraux de brigade qui sera signée par le chef suprême des forces armées. En revanche, le fait que son nom et ses prénoms figurent bel et bien parmi les promus dans l’arrêté présidentiel du 22 novembre 2016 atteste que cet élément terrible des forces de l’Ordre le …Mérite.

R.O

News Mada143 partages

Meilleure destination 2018 : Madagascar toujours dans le Top

Le magazine américain, National Geographic Traveler, classe Madagascar au 11e rang sur les 21 meilleures destinations pour 2018 en matière de tourisme. Un cinquième classement qui vient compléter le palmarès de la Grande île cette année. Après le magazine Vogue, ou les journaux The New York Times, The Washington Post ou encore The Telegraph, en début de cette année, l’américain The National Geographic Traveler en parle aussi dans ses colonnes.

Sa richesse en biodiversité, entre autres, les lémuriens et les belles plages, a conduit la rédaction de ce magazine à considérer Madagascar comme étant une «must-see place». Une appréciation que partage également l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) en affirmant qu’outre les lémuriens, Madagascar offre également aux visiteurs des paysages magnifiques, que ce soit sur le littoral où les belles plages rivalisent de beauté et de charme, ou bien à l’intérieur de l’Ile, où le spectacle d’une nature variée et authentique ne finit pas d’émerveiller.

Un bon point malgré tout, pour le tourisme malgache qui a perdu quelque 40.000 touristes durant le deuxième semestre de l’année. Le secteur demeure l’une des principales ressources du pays en contribuant à 6% dans le PIB. En 2016, le tourisme a rapporté 702 millions de dollars dans la caisse de l’Etat.

Arh.

Midi Madagasikara136 partages

Prix à la pompe : Bras de fer entre l’Etat et les pétroliers

Au Togo, où la parité du pouvoir d’achat se rapproche de celle de Madagascar, le litre d’essence « super sans plomb » est de 298F-CFA, soit environ 2880 Ariary.

 

Pendant que l’Etat et les pétroliers se rejettent la faute, les consommateurs sont victimes d’une hausse des prix qui tend à se généraliser. En effet, les compagnies pétrolières se plaignent de la révision à la hausse de la taxe sur les produits pétroliers (TPP) à 20%. Malgré leurs superprofits, ces multinationales refusent de céder le moindre Ariary de bénéfice. De l’autre côté, l’Etat s’appuie sur ces profits exagérés, pour soutenir le réajustement de la taxe. Finalement, ce sont les stations-service et les consommateurs qui paient les frais, d’après les explications de l’économiste Rado Ratobisaona. « Il est vrai que les profits des pétroliers sont énormes. Suivant le mode de calcul actuel, qui est pourtant très critiqué par les experts des institutions de Bretton Woods, les prix réels appliqués sont nettement supérieurs aux prix de référence. Pour l’essence, par exemple, le prix de référence indiqué par l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) est de 3.320 Ariary par litre, alors que nous savons que les prix à la pompe frôleront bientôt les 4.000Ariary. Cette situation est favorisée par la situation d’oligopole, qui incite ces compagnies pétrolières à fixer ensemble des prix qui maximisent leurs profits », a-t-il expliqué.

Situation extrême. La dégringolade de l’Ariary par rapport à l’Euro et au Dollar, ainsi que la hausse de la demande de produits pétroliers par les pays du Nord – qui passent actuellement l’hiver – influe sur le cours du baril de pétrole. Pourtant, la suppresion des subventions sur les produits pétroliers, et l’alignement de la TPP à celles des autres pays d’Afrique, figurent parmi les conditionnalités de la Facilité élargie de Crédit (FEC) du Fonds monétaire international (FMI). Pour l’économiste Rado Ratobisaona, l’Etat devrait intervenir malgré la libéralisation du marché, lorsque les consommateurs commencent à être victimes de prix anormalement trop élevés, ce qui est le cas actuellement. De son côté, le gouvernement martèle la surévaluation des charges des pétroliers dans la structure de prix. Cette surévaluation a été découverte par des experts de la Banque mondiale… Une découverte qui est à l’origine de la longue négociation actuelle, où les pétroliers refusent toute réduction de leurs bénéfices.

 

Antsa R.

 

Tia Tanindranaza126 partages

Olon’i Afrika 2017Lohalaharana i Dada

Filoham-panjakana miisa enina aty Afrika sy mpanao politika, mpandraharaha, mpanao fanatanjahantena fantadaza maro no tafiditra ao anatin’ny fifaninanana karakarain’ny gazety boky afrikanina African Leadership Magazine ary hahazoana amboara sy anaram-boninahitra ho “Olon’i Afrika 2017” na “African of the year 2017”, izay ahitana sokajy maromaro.

J. Mirija sy Toky R.

 

Madagascar Tribune109 partages

Une utopie en fin de mandat

Le projet d’autoroute reliant Antananarivo à la région Atsinanana a été présenté officiellement le 19 décembre dernier, par le ministre des Travaux publics, à la population de Toamasina. La présentation s’est déroulée au foyer social Canada. Cette séance a surtout été réalisée, pour obtenir les éventuelles suggestions et doléances des tamataviens, par rapport à ce projet gigantesque. Pourtant, beaucoup de ces habitants de Tamatave n’y croient plus tant le projet a été évoqué depuis longtemps et ne s’est pas réalisé jusqu’ici. A titre de rappel, une délégation de techniciens des travaux publics, conduite par le Ministre Eric Razafimandimby, s’était rendue à quelques reprises à Toamasina, accompagnée d’experts chinois en charge de l’étude technique du projet de construction d’autoroute reliant la capitale Antananarivo à Toamasina. Etant donné qu’il s’agit d’une des promesses du président Hery Rajaonarimampianina. A l’époque, le ministère des Travaux Publics avait évoqué que l’étude du projet se fera dans un délai de six mois. Devant permettre notamment de déterminer le budget nécessaire pour la réalisation de ce grand projet afin qu’une requête de financement puisse se faire. De nombreux avantages devraient découler de la réalisation de ce projet étant donné qu’il permettra une liaison plus rapide entre la Capitale et la première ville économique du pays. Avec un désengorgement de la route nationale n°2 et la réduction du délai de voyage entre Antananarivo et Toamasina. La signature du mémorandum s’était fait en Chine, à Macao plutôt cette année. Le ministre des Travaux publics, Eric Razafimandimby, était lui-même venu assister à l’officialisation du financement.

L’autoroute ne suivra pas le même tracé que la route nationale actuelle, mais s’appuiera plus sur la RN3 à Anjozorobe. Elle passera par Ambatondrazaka, pour aboutir dans le grand port de l’Est. Malgré cela, beaucoup ne croient pas en la réalisation de ce projet dans les prochains mois. Certains spéculent plus sur la mise en place de l’autoroute vers la fin de mandat du régime en place actuellement. Ce qui deviendrait un autre argument de campagne pour le régime Rajaonarimampianina, à inscrire dans ses grandes réalisations en termes d’infrastructures. Beaucoup d’autre projet comme la route reliant Tsarasaotra à Ivato qui devait être utilisé lors du Sommet de la Francophonie puis reporté pour 2018 sont également attendus.

Madagascar Tribune88 partages

40% des zébus volés restés introuvables

Le secrétaire d’Etat de la gendarmerie nationale après avoir constater la situation dans le Grand-Sud de Madagascar a fait savoir que 61% des zébus volés ont été retournés à leurs propriétaires. Sur 75 attaques de dahalo recensés depuis le début de cette année 2017, on comptait en tout 5 082 zébus qui ont été volés et seulement 3 082 zébus ont été retournés à leurs propriétaires. Quelques 2000 têtes ont donc disparu et sont restés introuvables jusqu’ici, soit 40% du nombre d’animaux volés. Un bilan qui n’est pas très reluisant pour les éléments des forces de l’ordre qui ont été affecté à la traque des dahalo et à la maitrise du phénomène. Selon nos informations, ces zébus volés sont soit revendus sur le territoire avec de faux papiers, les fiches individuels de bovidé dont le nombre de faux a également augmenté cette année, soit exportés à l’étranger illégalement. D’autre part, dans certaines localités de la Grande ile, comme à Malaimbandy, les dahalo ont également commencé à prendre, en plus des zébus, des otages. Dans la région du Menabe, ces prises d’otages accompagnant les vols de bovidés sont devenus fréquent depuis un peu plus d’un mois. Les dahalo réclameraient ensuite des rançons qui varient entre 2 à 7 millions d’Ariary pour relâcher les otages pris lors des attaques et n’hésitent pas à prendre des enfants ou des femmes. Les efforts déployés par l’Etat et les forces de l’ordre devraient donc être intensifiés au possible, car les attaques prennent de plus en plus de proportion.

Midi Madagasikara81 partages

Basket-ball : Le terrain d’Ambodin’Isotry dans un piteux état

Une vue partielle de ce qui restait du terrain de basket-ball d’Ambodin’Isotry.

Incroyable, mais hélas vrai, le terrain de basket-ball d’Ambodin’Isotry inauguré en grande pompe du temps où Hery Rafalimanana était encore PDS d’Antananarivo « Renivohitra », se trouve aujourd’hui dans un état lamentable, ce qui fait jaser les jeunes du quartier.

Le terrain de basket-ball d’Ambodin’Isotry est laissé à l’abandon tant il est envahi par une eau noirâtre sans doute porteuse de virus en tout genre. Une situation difficilement acceptée par les jeunes de ce quartier populaire qui en avaient fait leur terrain de prédilection il y a 10 ans.

Ces derniers lancent aujourd’hui un cri de cœur pour la réhabilitation de ce terrain, mais jusqu’ici Hery Rafalimanana est resté sourd sur le sujet ainsi que les autorités communales, voire le tribunal que les jeunes ont fini par saisir.

Dans la gadoue. Tout simplement parce que depuis 2013, un particulier a construit une maison bouchant ainsi les canaux d’évacuation de tout le quartier et plongeant ainsi dans la gadoue ce beau terrain qui a pourtant redonné espoir à toute la jeunesse des bas quartiers.

Inondé en permanence et plus encore par temps de pluie, ce stade dont on vantait le mérite il y a une bonne dizaine d’années est aujourd’hui devenu le symbole de l’immobilisme des autorités compétentes. Enfin presque, car connu pour son amour pour le basket-ball, l’actuel Chef de région d’Analamanga, Ndranto Tagg Rakotonanahary avait promis d’intervenir. De quelle manière ? Auprès de la CUA pour qu’elle oblige celui qui a bouché les canalisations à les remettre en état ou auprès du ministère des Sports et par ricochet, à l’Etat, pour qu’on ne prenne pas en otage ces jeunes basketteurs ? Cela reste à voir, car à force d’avoir vécu autant de promesses assez souvent électorales, les jeunes d’Ambodin’Isotry commencent à ne plus croire que lorsque les choses commencent à bouger. Et le plus tôt sera le mieux…

Clément RABARY

Midi Madagasikara76 partages

Région Ihorombe : 3.082 zébus sur les 5.049 volés en 2O17 restitués aux propriétaires

Durant cette année, 5.049 bovidés ont été volés par les « dahalo » dans la région d’Ihorombe. 3.082 têtes ont été restituées aux propriétaires. Trois armes de guerre ont été récupérées des « dahalo ». 38 fusils de chasse ont été contrôlés. Ces chiffres sont enregistrés dans 75 cas de vol de bœufs. Cette information a été révélée par la délégation envoyée par le Secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie auprès du Ministère de la Défense nationale dans la région Ihorombe la semaine dernière. Conduite par le 2e adjoint du Commandant de la Gendarmerie nationale, le Général Léonard Manjakavelo et le Directeur général du centre de la visite technique, le Général André Ratelo, la délégation a tenu des réunions avec les autorités et les habitants des trois districts qu’elle a visités (Ivohibe, Ihosy, Sakaraha) afin de d’évaluer l’application des ordres et recommandations donnés par le Secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie pour lutter contre l’insécurité. L’entrevue de la délégation avec les habitants a permis de savoir de la persistance des actes de banditisme rural, cependant ce fléau a connu une certaine régression ces derniers temps. « Ces résultats ont été obtenus grâce au renforcement de la collaboration avec les partenaires comme la Police nationale, l’Armée malgache, les « fokonolona », et le Bataillon inter-armes implanté récemment à Ihosy », explique le Général Léonard Manjakavelo. Pour entretenir ces acquis, il ajoute que la formation de quartiers mobiles de chaque commune et la multiplication des « Kalony » (une sorte de comité de vigilance villageois) figurent dans les perspectives de la Gendarmerie pour l’année 2018.

T.M

 

Midi Madagasikara74 partages

Forum sur les finances locales à Morondava : Les maires exigent l’allègement des procédures !

Les Maires exigent la simplification des procédures relatives au déblocage des fonds destinés aux communes.

Le forum sur les « Finances et la fiscalité locale » a été ouvert, hier, à Morondava, la capitale de la Région Menabe et a réuni 45 maires issus de cette région. Il s’inscrit dans le cadre de la coopération parlementaire, un programme de la fondation Friedrich Ebert Stiftung (FES) en partenariat avec le Parlement malgache et le gouvernement allemand. A cet effet, 11 sénateurs font également partie des participants. Outre les questions théoriques qui impressionnent moins ces élus locaux, ils exigent que la lourdeur administrative – due aux procédures excessives au niveau du déblocage des fonds destinés aux communes – cesse dorénavant. Pour ces maires, les principales pierres d’achoppement résident au niveau des ressources et de leur déblocage.

Procédures excessives. L’adjoint au maire de Morondava, Raharison Désiré, explique : « Le taux d’imposition demeure faible même si la commune perçoit les impôts synthétiques. En effet, ceux qui sont considérés comme les « grands contribuables » sont les plus récalcitrants », a-t-il informé. L’acquittement de l’IFPB (Impôt Foncier sur les Propriétés Bâties) n’est pas automatique chez une frange de la population. « Certains des contribuables osent faire une fausse déclaration ; d’autres, en particulier les grandes sociétés avancent des prétextes selon lesquels un accord (ndlr : dont on ignore l’ossature) est établi entre elles et le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation », continue l’adjoint au maire. Mais ce n’est pas tout. Le déblocage de ces fonds n’est pas non plus une mince affaire. « Le Trésor Public est prédisposée aux petits détails qui empêchent l’octroi de ces fonds. Je ne nie pas qu’il opère dans la légalité, mais il faudrait que le Trésor Public allège les procédures. Dans certains cas, l’exécution des travaux dure un an compte tenu de la lourdeur administrative », poursuit Raharison Désiré.

Décentralisation. Depuis les années 90, les différents régimes successifs ont misé sur la décentralisation pour attirer l’attention des électeurs et des citoyens. Plus de vingt ans après la première loi y afférente, la décentralisation reste en gestation nonobstant l’existence des arsenaux juridiques qui la consacrent. Actuellement, la décentralisation est régie par la loi n°2014-018 régissant les compétences, les modalités d’organisation et de fonctionnement des Collectivités Territoriales Décentralisées, ainsi que celles de la gestion de leurs propres affaires et la loi n°2014-020 relative aux ressources des Collectivités territoriales décentralisées, aux modalités d’élections, ainsi qu’à l’organisation, au fonctionnement et aux attributions de leurs organes. Justement, par rapport à cette dernière, un maire n’a pas manqué de rappeler que le décret d’application de cette loi n’est toujours pas sorti. Par conséquent, « c’est toujours la loi n° 93-005 du 26 janvier 1994 portant orientation générale de la politique de décentralisation qui reste en vigueur à Morondava. Cela impacte grandement sur nos indemnités. De surcroît, l’on ne sait plus si c’est le Trésor Public ou le Tribunal financier qui nous contrôle ».

Nous savons qu’une nouvelle loi votée par le Parlement et une fois promulguée par le président de la République, est en vigueur sur l’ensemble du territoire malgache. Par conséquent, l’application de la loi de 1995 est tout simplement nulle et non avenue. La journée d’hier, précédée d’une visite de courtoisie des délégations de la FES et du Sénat au Préfet de Morondava et du Chef de la Région Menabe, est assimilée à un préambule. Celle d’aujourd’hui devrait aboutir à la formulation des recommandations des maires et de la société civile par rapport à l’allègement des procédures relatives au déblocage des fonds pour les communes.

Aina Bovel

Midi Madagasikara73 partages

Saison cyclonique 2017-2018 : Augmentation de la pluviométrie et important risque d’inondation

Hier, le Bureau national de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) a convié ses partenaires et la presse à « la présentation sur la préparation de la saison cyclonique 2017-2018 ». Il y a été mentionné qu’une augmentation importante de la pluviométrie est à prévoir pour cette saison, le risque d’inondation est donc accru.

Conséquences et précautions. Avec la hausse de la pluviométrie de nombreuses formations cycloniques sont également à craindre. Cyclones et autres complications qui risquent aussi d’impacter négativement sur la saison culturale rizicole, mais également d’autres produits de rente tels que la vanille et le café. En outre, éboulements, crue et destructions d’infrastructures pourront aussi avoir lieu. Par le biais de son Secrétaire exécutif, Venty Thierry, le BNGRC a annoncé être prêt et s’être préparé à faire face à tout cela, en tant qu’institution de tutelle. Toutefois, il a aussi souligné que la collaboration des citoyens est aussi primordiale, notamment dans l’application des consignes émises officiellement.

Bilan chiffré. Le BNGRC a également saisi la journée d’hier pour communiquer un bilan chiffré des actions menées en 2017. 66% des actions de bureau national ont été consacrés à la préparation et 33% aux actions d’urgence. 7.000 agents ont été déployés sur terrain et plus de 500.000 bénéficiaires ont été recensés, selon toujours les dires du bureau. Ainsi, le cyclone Enawo a touché 17 régions de la Grande Ile, causé 81 décès et 437.405 sinistrés. Pour la flambée de l’épidémie de peste, il a été rapporté que 13 régions ont été concernées et 133 décès déplorés (alors qu’officiellement le chiffre de près de 200 a été avancé par d’autres autorités concernées). Au total, le BNGRC affirme avoir reçu 1.999.254.732,60 Ariary. Autre projet en cours : la construction d’une nouvelle représentation de la BNGRC à Ambohijanaka.

Luz R.R

Midi Madagasikara71 partages

Ambohidratrimo : Tokantrano efatra nasesin’ny jiolahy, olona iray maty voatifitra

Nandripaka indray ny andian-jiolahy tany amin’iny distrika Ambohidratrimo iny. Tokantrano maromaro no indray nasesin’ny jiolahy notafihana tao amin’ny tanàna iray antsoina hoe Andriantany, ao amin’ny kaominina Iarinarivo. Vokany olona iray tao amin’ireo tokatrano ireo no maty voatifitr’ireo olon-dratsy ireo. Ny voalohandohan’ny herinandro teo no niseho ity fanafihan-jiolahy ity, araka ny tati-baovao avy amin’ny zandarimarim-pirenena. Tokony ho tamin’ny 10 ora sy sasany alina teo ho eo, andian-jiolahy niisa teo amin’ny valolahy teo no tonga tao amin’io tanana io. Niisa teo amin’ny valo teo izy ireo ary samy nirongo basim-borona sy zava-maranitra isan-karazany. Nirefodrefotra ny basy tao an-tanana tamin’io fotoana io. Tsy nisy sahy nivoaka, ary tsy nisy sahy namaly ireto jiolahy ireto akory ireo mponina. Nisy tompon-trano iray, tamin’ireo trano voatafika mantsy no avy hatrany dia notifirin’ireto mpanafika ireto tsy am-pisalasalàna. Voa teo amin’ny faritry ny lohany ity lehilahy ity ka naratra mafy. Tsy afa-namonjy azy akory anefa ireto mponina raha tsy efa lasa ireto olon-dratsy, izay tsy nahazo afa-tsy zava-maneno iray. Nentina namonjy hôpitaly haingana ity olona naratra ity, saingy noho ny ratra nahazo azy dia namoy ny ainy ity farany. Efa tonga tany an-toerana moa ny zandary avy ao amin’ny borigady Ambohidratrimo, nanao ny fanadihadiana sy nanomboka ny fikarohana ireto andian-jiolahy ireto.

m.L

L'express de Madagascar67 partages

Carburant – Les pétroliers contraints à réduire leurs profits

La structure actuelle du prix serait plus avantageuse aux pétroliers. Les autorités envisagent de les contraindre à réduire leurs marges bénéficiaires.

La pilule serait amère pour les pétroliers. Total, Galana, Shell et Jovena risquent de payer encore plus de taxes en 2018 et de réduire, en même temps, leurs marges bénéficiaires. Le gouvernement et les bailleurs de fonds tentent de toucher un dossier plus sensible. Les deux entités envisagent de contraindre les pétroliers à réduire leurs profits. À leurs yeux, la structure actuelle du prix du carburant est trop avantageuse aux compagnies pétrolières. À la dernière révision du tarif du carburant par exemple, la distribution encaisse 522 ariary par litre de carburant, vendu. Et pour faire passer la pilule, la modification de cette structure de prix figure dans le projet du gouvernement.Cette décision du gouvernement bénéficie du soutien sans faille des bailleurs de fonds. La Banque mondiale, à la suite d’une demande des autorités malgaches, avait engagé un cabinet indépendant pour analyser la structure actuelle du prix du carburant. Dans leur analyse, les experts de ce cabinet concluent qu’une réduction de 17% de marges bénéficiaires est encore viable pour les sociétés pétrolières et n’affecte pas leurs capacités d’investissement. Avec la structure actuelle du prix du carburant fixé par l’Office malgache des hydrocarbures (OMH), ce cabinet estime que les pétroliers engen­drent un bénéfice d’environ 700 ariary par litre.Depuis quelques semaines, les deux entités sont entrées en négociation pour fixer une nouvelle structure du prix du carburant. À trois reprises, les négociations n’ont pas encore porté leurs fruits.

ContestationsSelon une source proche du dossier, les compagnies font bloc pour contester les chiffres et analyses des experts de ce cabinet indépendant. « Le gouvernement nous a informé l’existence d’une étude récente de la Banque mondiale sur le secteur pétrolier. On s’est étonné de voir les chiffres annoncés par ce cabinet », a déclaré un cadre d’une compagnie pétrolière.Bien que le gouvernement ait décidé de relever les taxes sur les produits pétroliers, le niveau de la taxation est encore assez bas à Madagascar. « Ce niveau a permis aux pétroliers de maintenir en-dessous de ceux proposés dans d’autres pays », explique, pour sa part, un économiste. Pour soutenir ses déclarations, celui-ci explique que le litre du super carburant est, par exemple, affiché à 1.5 euros dans la région parisienne, soit près de 5 700 ariary, si celui-ci est encore à 3 840 ari­ary dans la Grande île.En 2018, les taxes sur le super carburant, par exemple, passeront de 390 ariary par litre à 503 ariary, tandis que celles du gazole devront quasiment doubler, c’est-à-dire de 120 ariary par litre à 228 ariary par litre. Avec cette nouvelle mesure, le gouvernement estime ainsi gagner plus de 134 milliards ariary de recettes supplémentaires, soit 5,86% de l’objectif de recettes douanières pour l’année 2018. Celles-ci devront atteindre 2 256,4 milliards ariary, contre une valeur de 1 977,0 mil­liards inscrite dans la loi de finances rectificatives 2017. Et les produits pétroliers devraient fournir 22,5% des droits de douanes.Avec une année électorale en toile de fond, la hausse vertigineuse du prix à la pompe, avec toutes les conséquences engendrées, ne serait jamais un bon signe pour le régime en place.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar65 partages

Marché de devise – L’euro dépasse la barre des 4 000 ariary

Le chiffre fait froid aux yeux. La monnaie nationale poursuit sa chute devant les monnaies de références comme l’euro ou le dollar. Les clients d’une banque locale n’en croyaient pas leurs yeux quand l’écran d’information de l’établissement financier affichait les cours de devises. L’euro dépassait hier la barre des 4 000 ariary. Dans le marché de change manuel de la banque, le billet européen s’achetait à 4 003 ariary hier dans la matinée. Il atteint ainsi son niveau le plus haut depuis l’année 2004.Cette dégringolade de l’ariary s’explique par la forte hausse des importations en cette période de fin d’année. L’importation massive du riz, pour maîtriser le prix de cette denrée stratégique, ne fait qu’aggraver la situation. En plus, sur le plan international, la monnaie unique de l’Union européenne confortait sa valeur devant le dollar. L’ariary ne se fait ainsi qu’emporter par la vague de cette montée  de l’euro.En un mois, la monnaie nationale ne cesse de perdre sa valeur devant les monnaies fortes. Sur le marché interbancaire de devise (MID), le cours de référence de l’euro est de 3 821 ariary, comme l’a affiché le site de la Banky foiben’i Madagasi­kara (BFM). Pourtant, il y a un mois de cela, le billet européen était encore à 37 736,37 ariary. Pour le dollar américain, le billet vert s’échangeait hier à 3 235 ariary.

Risques d’inflationAprès avoir eu un regain au mois de juillet, elle a connu une dépréciation depuis le mois d’août. Selon les statistiques publiées sur le site de la Banky foiben’i Madagasi­kara, la monnaie européenne équivalait à 3 390,74 ariary au début du second semestre pour arriver à 3 736,37 ari­ary le mois dernier.Cette dépréciation de l’ariary n’est pas du tout un bon signe pour les consommateurs. Les effets immédiats  seront ressentis au niveau des prix des produits importés. Celle du prix à la pompe, ces derniers mois, est le premier résultat. La fixation du prix maxima à la pompe est dictée par la parité devise et ariary. Les observateurs craignent ainsi une forte inflation dans les prochains jours.Par ailleurs, avec cette dépréciation, les exportations sont devenues compétitives. Le vent semble tourner en faveur des sociétés d’exportations. Celles-ci pourraient ainsi tirer profit de cette situation catastrophique de l’ariary, notamment les sociétés exportatrices vers le marché européen.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar51 partages

Balade dans la ville – Incursion dans Anosibe, le ventre de Tana

Quatre hectares où s’étendent mille trois cents pavillons et huit cents hangars. C’est là que les camions de plus de dix tonnes, arrivant des quatre coins cardinaux de l’île, vomissent leurs fruits et légumes de saison ou encore les légumineuses. S’y côtoient aussi bien poissonniers et bouchers que propriétaires de salons de coiffure ou vendeurs de pièces détachées… Une fresque grandeur nature qui raconte des fragments de vie, un endroit qui revient de loin. 

Anosibe est aussi en pleine ambiance de la fête de Noël avec les décorations scintillantes des sapins.

À 5 heures, bien avant le Paris de Dutronc, Anosibe est déjà réveillé. À partir de 20 heures, la veille, la valse des « semi », des dix neuf tonnes, et de tous les camions de dix tonnes et plus commence. Et déjà, à une heure du matin, ceux des régions périphériques de la capitale viennent faire leur marché et s’approvisionner en légumes, fruits, et toutes les denrées périssables qui ne supportent pas longtemps l’exposition au soleil. Les initiés le savent, les produits sont les plus frais ces premières heures. Les plus grosses transactions agroalimentaires du pays se font à cet endroit. « C’est le plus grand marché de gros d’Afrique », affirme, sans hésiter, Jean Philipson Rakotondramaro, régisseur suppléant. Au vu des statistiques, on serait tenté de lui donner raison. Anosibe compte mille trois cents pavillons où se côtoient grossistes en légumineuses et en céréales, en produits de première nécessité, des vendeurs de pièces détachées, d’articles de marchandises générales communément appelés « soldes », des propriétaires de salons de coiffures aussi, des poissonniers, des marchands de volailles ou encore des bouchers. À côté d’eux, huit cents hangars abritent les marchands de fruits et légumes. Quatre hectares grouillant de vie. Où dès 7 heures du matin, le bourdonnement incessant et les vendeurs à la criée sont déjà en mode « on ». Deux mille marchands y sont officiellement recensés. Parmi eux, Eugène qui vend en gros ses oignons et qui constate, résigné, que « les gens courent vers les letchis. Les produits de saison sont beaucoup plus prisés en temps de fête ». Son voisin, grossiste en légumineuses, le taquine : « Tes oignons sont juste un accompagnement, voilà pourquoi les gens ne viennent pas. » Eugène affirme, cependant, que, malgré tout, ses produits restent attractifs car les prix sont « au moins 10% moins chers que dans les marchés communaux. »

La sécurité du vaste marché d’Anosibe est assuréepar les rugbymen du Club TAM.

Les gens se retrouvent dans Anosibe. Tiana Randrianoely, propriétaire d’un salon de coiffure, était toujours là. Elle vendait de la friperie « dans la boue, là juste en face des canaux » à ses débuts. Puis elle s’est reconvertie dans la coiffure.  Comme beaucoup, elle a pu obtenir son pavillon grâce à un tirage au sort. Un coup de pouce du destin qui a fait qu’elle est restée à Anosibe contre vents et marées. «Les pavillons que vous voyez à côté, ont déjà changé de propriétaires deux ou trois fois. » Elle apprécie la paix sociale qui prévaut dans le marché. « Vous n’y trouverez pas les grandes contestations que l’on voit ailleurs. Lorsqu’il s’agit de l’intérêt commun, les gens suivent les règles. C’est comme cela que la paix a été établie ici. Vous avez des gens qui brassent des milliards, mais nous ne constaterons pas d’acte de grand banditisme parce que la sécurité est gérée. »Anosibe est revenu de loin. « Au début, il y avait un étang à poissons », se rappelle Rafilipo. Les anciens se réjouissent que cette époque où la boue était omniprésente et la gare routière n’était pas encore loin, soit révolue. Des travaux d’aménagement, dès 1988, en assainissement et en remblayage, la construction des bâtiments en dur que nous connaissons a pu se faire en 2004. Rafilipo relève, cependant, une constante entre l’époque d’avant et celle d’aujourd’hui : « Il y a eu des recasements de faits, à l’intérieur d’Anosibe en 2004, et à Namontana en 2009 avec les tantsaha, les paysans. Mais les marchands illicites sont toujours là. Les gens sont de plus en plus pauvres. »

Même les deux-roues ont leur propre aire de stationnement, comme quoi le grand marché est bien organisé.

Anosibe, le temps de la paix sociale

Chef Vévé et dix-huit de ses gars du Tanora Anosibe Miray (TAM) sont en charge de la sécurité du stationnement Sud au marché d’Anosibe. Pour cause de campagne de litchis catastrophique, c’est plus calme en ce moment. La capacité du stationnement est de vingt véhicules pour les camions et lors de notre passage, à peine le tiers était occupé. Un peu plus en avant, c’est celui des voitures des visiteurs, d’une capacité de quinze véhicules, qui essaie de combler le vide. À 5 000 ariary le ticket chez les camions, 2 500 pour les voitures, le manque à gagner se fait sentir et pèse chez cette équipe qui jumelle ses matches de rugby avec la sécurité. Même si la nuit, le prix du ticket de stationnement est plus élevé : de 75 000 à 100 000 ariary pour les camions. Chez leurs collègues, du côté du Boulevard de l’Europe, le problème ne se pose pas tout à fait. Alphonse Rakotonirina dit Razo et ses hommes, réunis au sein de l’association ATM, sont en charge de la sécurité d’un stationnement d’une capacité de trente camions en moyenne qui déchargent fruits, légumes et légumineuses chaque jour. Le métier est, par contre, plus exigeant car le parking n’est pas clôturé. Même s’ils sont 100 en tout à se relayer tous les deux mois, à raison d’une équipe de dix personnes par semaine, « nous ne pouvons pas tout contrôler ».Malgré tout, l’action de ces jeunes gens est saluée par la population riveraine. « Les crimes et actes de banditisme ont nettement baissé », affirme Milijaona, gardien de jour au marché qui coopère avec eux chaque jour. Mais c’est surtout la mise en place de la Sécurité mixte du quatrième arrondissement qui a contribué à l’instauration de la paix sociale. Neuf entités travaillent ensemble : le TAM, ATM, le FPDTA, l’association des délégués du marché, le FSATA, la commune, ainsi que trois fokontany des environs. Ils collaborent également avec les forces de l’ordre. Pour Milohaona, il n’y a pas de mystère : des jeunes ont trouvé du travail, et ils ont été responsabilisés.

Madame Hasina, une force de caractère.

Folohasina Raharijaona, « Madame propre » 

« Quand j’ai vu mon nom tiré au sort, j’ai tout de suite couru chez moi avec le ticket, de peur qu’on ne me le prenne. On m’a dit en riant, qu’il fallait que je prenne la clé aussi. » Madame Hasina, Folohasina Raharijaona de son vrai nom, a pu obtenir son pavillon F006 grâce au tirage au sort. Treize ans après, il est à la même place. Et elle n’en revient toujours pas.« C’est une bénédiction de Dieu. » Elle a commencé à 14 ans à « vendre des friperies dans la boue ». C’est cette activité qui lui a permis d’élever pratiquement seule ses six enfants. « Aucun d’eux n’a étudié dans les écoles publiques. » Aujourd’hui, ce sont d’autres jeunes qu’elle prend en charge. En tant que secrétaire de la FDTA, l’association des délégués du marché, mais surtout en étant en charge de la propreté, elle a engagé plusieurs dizaines d’entre eux pour travailler avec elle. « Je laisse à mes filles le soin de diriger la boutique car mes fonctions actuelles sont très prenantes. Au début, il m’a fallu beaucoup d’abnégation. » Son équipe est aujourd’hui composée de quarante jeunes. « Ce n’est pas facile tous les jours, mais nous sommes arrivés à nous organiser. » Elle a divisé son équipe en sept secteurs. Elle a réussi à imposer la mise en place d’un panier pour les déchets à tous les marchands. « Vous ne voyez plus les tonnes de déchets qui s’amoncellent au marché », lance-t-elle fièrement. Les marchands d’Anosibe ont décidé de prendre en charge eux-mêmes la propreté.La boutique de madame Hasina fait face à la concurrence des stands illicites installés sur les bords des trottoirs. Le paiement de son abonnement, la location de son pavillon donc, accusent quelquefois trois mois de retard, mais sa motivation reste intacte. « On avance. Prochainement, nous allons nous attaquer à la peinture, les matériaux sont déjà là. Je suis sûre que le marché d’Anosibe se développera rapidement. »

Rafilipo, la mémoire vivante

On le reconnaît facilement à sa casquette grise vissée sur la tête. Il déambule, à l’aise, malgré une démarche un peu hésitante, entre les couloirs des pavillons et des hangars. À Anosibe, Jean Philipson Rakotondramaro dit « Rafilipo » est en territoire connu, conquis même. Cet homme de 59 ans a consacré quinze années de sa vie, jusqu’à aujourd’hui, à la ville d’Antananarivo. « Nous avons déjà curé les canaux et ramassé les ordures », dit-il fièrement. Aujourd’hui, il est le régisseur suppléant du marché d’Anosibe. Il est surtout une mémoire vivante des travaux d’assainissement de la ville. Il a connu Anosibe à l’époque de « la boue qui arrivait jusqu’aux genoux par mauvais temps ». Lors du grand nettoyage du marché d’Analakely, il était déjà là. « Non, ça n’était pas facile. Vous enleviez les marchands de leur place et ils revenaient dès que vous aviez le dos tourné! » Lalatiana Ravololomanana, la « dame de fer », orchestrait alors les opérations.« On était encore gamins à l’époque », une vingtaine d’années. « Je pesais encore quatre vingt six kilos. Nous étions vingt gars. Le maire Guy Willy Razanamasy faisait des descentes avec nous quelquefois. Les opérations se faisaient entre deux bouchées de brochettes qu’il nous achetait.» Un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. À l’époque, il touchait 11 000 francs malgaches. « Ce n’était déjà pas facile. Je pense que les employés municipaux sont parmi les plus mal payés des fonctionnaires. » Mais il est encore, et malgré tout, fidèle au poste. Une force de la nature. Cet homme a survécu à deux accidents vasculo- cérébral (AVC) : uneen 2011 et un autre, bien que de plus faible intensité, au mois d’août. Au bureau du marché, la secrétaire, la jeune génération, l’appelle respectueusement « dada » (père).

Textes : Rondro Ramamonjisoa – Photos : – Claude Rakotobe 

Midi Madagasikara45 partages

Groupe WM à Ankorondrano-Est : Moments de joie et ambiance de fête pour les enfants

Comme il le fait à chaque période de fêtes, notamment celles de la Nativité et de l’Indépendance, le groupe Willy et Marthe (Groupe WM) apporte un peu de joie et de douceur aux enfants du quartier d’Ankorondrano-Est, son « fokontany » d’implantation.

Habits de fête, sous-vêtements, jouets, biscuits et friandises ont été offerts en guise de cadeaux à 64 enfants- issus des familles les plus démunies- d’Ankorondrano-Est. Mais ce n’est pas tout ! Il s’agissait d’une cérémonie, avec animation musicale (assurée par le groupe « Gasy Mihanta »), un repas offert et une décoration spécial Noël. En l’espace de quelques heures, le cadre morose du « fokontany », s’est paré de quelques jolies couleurs, d’un beau sapin de Noël verdoyant, pour la grande joie des enfants.

Groupe WM. Hier à midi, le groupe WM était représenté par Johan Rakotoarivelo, fils de la Directrice générale de Midi Madagasikara, Juliana Andriambelo ; ainsi que de Billy Andriambelo, fils de Fredy Andriambelo Rajaofera, Président directeur général de Ma-Tv. Dans son allocution, Herivonjy Rajaonah, Directeur de publication du quotidien « Gazetiko » a souligné l’importance de ce moment de partage avec la communauté locale pour le groupe WM. Pour rappeler qu’en cette période de fêtes, le groupe pense à ses semblables et tient à leur apporter un peu de joie.

Repas. Il convient de rappeler qu’à l’issue de la distribution de cadeaux, les enfants se sont délectés d’un plat malgache qu’ils apprécient particulièrement, le « poulet ‘gasy’ aux petits pois ». Par ailleurs, tous les jours d’école, du lundi au vendredi, un déjeuner -composé de protéines, de riz, de légumes, de fruits et/ou de produit laitier- est offert par le groupe WM à ces 64 enfants. C’est Mme Nirina, secrétaire du « fokontany » qui s’en occupe. Jessica, 12 ans et porteuse de handicap figure parmi les bénéficiaires. En marge de la cérémonie, elle a accepté de nous partager quelques mots : « Je suis heureuse d’avoir ces cadeaux et ces habits pour Noël, car mes parents n’ont pas forcément les moyens de le faire pour moi. J’apprécie également l’initiative de la Directrice générale de Midi Madagasikara qui accompagne financièrement mon suivi médical depuis cinq ans et je tiens à l’en remercier. »

Luz R.R

News Mada36 partages

Ski alpin-mondiaux : Mialitina poursuit son apprentissage

Mialitina Clerc dite Mia, l’unique représentante de Madagascar à la Coupe du monde de ski alpin à Courchevel, France, poursuit sa campagne. Lors de la deuxième journée d’hier,  elle s’est alignée au slalom parallèle avec le même résultat que lors de la journée inaugurale en slalom géant.

Elle a terminé la descente au 61e et dernier rang en signant un temps de 29’’39 à trois secondes du leader du classement qui a réalisé un temps canon de 26’’.

Après deux journées de compétition, Mia a réussi à terminer ses courses mais reste à la dernière place. A 16 ans, elle a fait mieux que d’autres plus âgées qu’elle qui n’ont pas franchi la ligne d’arrivée.

Pour rappel, Mia a fini le slalom géant lors de la première journée à la dernière place, c’est-à-dire, à la 57e place, en réalisant un temps de 1’11’’38, soit 11 secondes de retard sur le meilleur temps de la journée, celui de la Française Tessa Worley (1’00’’67).

Naisa

 

Midi Madagasikara35 partages

« Oento Himoro ». : « Tsingetry sy Mah » ou la nouvelle génération sur les planches!

Andrianandrasana Tojo et Mahenintsoa Rakotonirina, mieux connus sous leurs noms de scène, « Tsingetry sy Mah », sont deux jeunes humoristes et animateurs malgaches. Ils se sont toujours montrés face au public en tant qu’invités des grands humoristes vétérans, tels que Francis Turbo ou Andry Barhone. Aujourd’hui, ils vont investir la scène, seuls comme des grands.

Ils se préparent à relever un grand défi. Ce samedi 23 décembre, ils vont réaliser leur premier spectacle en solo : « Oento Himoro ». Pourquoi ce show ? Cela fait depuis 2016 que l’idée leur est venue en tête ; mais c’est maintenant qu’ils ont la possibilité de la concrétiser. « Réaliser un spectacle d’humour, surtout pour nous qui sommes encore inconnus du grand public, n’est pas facile », explique Mah. Ce show sera pour eux une occasion de faire découvrir aux amateurs l’existence d’une nouvelle génération d’humoristes, dont ils font partie. « Et comme ce sera bientôt Noël, nous voulons que la fête ait une ambiance remplie de sourire et de joie », rajoute Tsingetry.

L’intitulé « Oento Himoro » est un grand jeu de mots. Selon ces jeunes hommes, la vie est monotone, remplie de difficultés et de problèmes. Il faut prendre le temps de rire et de plaisanter. « Oento Himoro » vient de « Oento mora ihany ny fiainana » traduit librement par « prendre la vie comme elle vient, sans la compliquer » et de « Oento humour ». Le spectacle sera un stand-up qui se tiendra à l’« Amitié Fandian » 67HA Sud, à 14h30. Un show 100% humour, avec la participation de Finengo Mahasaky et d’un grand artiste surprise. Tsingetry et Mah vont présenter des sketches relatant la vie de tous les jours. Fidèles à leur style, beaucoup de drôles d’expressions faciales marqueront les scènes. Ils plaisanteront avec nous en parlant d’amour, de politique et de religion.

2017 a été une année de performances remarquables pour eux. Après « Oento Himoro », nos deux humoristes du « Mad Comedy Club » nous donnent rendez-vous, le 31 décembre, pour le « Grand Show de l’Humour », à Sabotsy Namehana. De quoi finir l’année en sourire.

 

Kanto Andraina

 

Tia Tanindranaza33 partages

Voninahitsy Jean EugèneVao nipoitra dia nanondrana

Elaela no tsy nandrenesana intsony ny feon’ny filohan’ny antoko politika RPSD Vaovao, Voninahitsy Jean Eugène. Niverina naneho ny heviny indray izy omaly ary avy hatrany dia ny mikasika ny tsy tokony hilatsahan’ny filoham-pirenena teo aloha,

J. Mirija

 

 

Midi Madagasikara28 partages

Raharaha Ikongo : Efa nisy nentina niala tao an-toerana ny razana

Efa hita avokoa ireo razana sivy tsy hita popoka, andro vitsy talohan’izao. Nentina tao Ikongo izy ireo ka ny andron’ny alatsinainy dia efa notaterina tamin’ny fiara niakatra any amin’ny faritra niaviany izany. Raha ny fantatra dia ireo telo voalohany, izany hoe ireo polisy roa sy miaramila iray. Ny ambiny kosa, izay hita manaraka, dia mbola nentina ao Ikongo aloha. Etsy andanin’izany dia re tamin’ny loharanom-baovao avy any an-toerana fa misy ny voafonja nitsoaka kanefa niverina tsikelikely nanatona ny fonja. Tsy mbola nisy ny tarehimarika ofisialy nampitaina momba izany ary mitombo hatrany koa ny isa, raha ny vaovao azonay avy any an-toerana hatrany. Heverina fa reraka tamin’ny fitsoahana ireo gadra, sady tsy misy vatsy ihany koa, ka ny niafarany dia nanapa-kevitry ny niverina. Momba ny fidinan’ny mpitandro ny filaminana marobe indray dia tsy tena fampandrian-tany loatra, araka izay nandrasan’ny maro, no anton-dia fa kosa mifantoka amin’ny fanabeazana ho olom-pirenena. Afak’omaly ary dia navondron’izy ireo tao amin’ny tranobe Manankazo ny vehivavy sy ny tanora ary nampitana izany fanabeazana izany. Ato ho ato kosa dia ny vatan-dehilahy indray no hampitàna izany fahalalàna izany. Mahavelom-bolo izany asa izany, satria betsaka no nihevitra fa hisy rà mandriaka indray izany ity rodobe fidinana tany Ikongo ity, miaraka amin’ny fitaovam-piadiana isan-karazany. Misy fomba fijery hafa fa tsy voatery amin’ny alàlan’ny herisetra no handaminana ny herisetra. Heverina ho izay no lalan-tsaina entina mamaha ity olana any Ikongo ity hatreto. Tsy fantatra kosa ny hoe hatramin’ny oviana no hiverina tanteraka ny filaminana, satria toa mandrimandry manana aretina ihany ny ao an-toerana ary ny manam-pahefana maro dia efa tsy ao intsony fa nitsoaka nanavotra ny ainy. Soa fa mba tsy nisy rà latsaka hatreto momba ity raharaha ity ary tokony hoezahina tsy hisy mihitsy izany mba tsy hanasarotra ny fampandriana ny fahalemana.

D.R

Midi Madagasikara28 partages

Association «Vezo» : Mise en place d’une antenne à Tana

L’association VAVEA (Vahatse ty Vezo Ahoro) a procédé à la mise en place de son antenne à Antananarivo tout récemment. Cette antenne est présidée par Tsiolavy Jacques. Notons que la création de cette association remonte en 2012. Selon le président de la section d’Antananarivo, « le siège social se trouve à Toliara, mais vu le nombre non négligeable des «Vezo» travaillant et résidant dans la Capitale, on a décidé d’installer une section ». Et lui d’ajouter que « cela rentre également dans le cadre de la sauvegarde des intérêts de cette tribu de ses us et coutumes et de sa culture ». Il lance ainsi un appel aux «Vezo» de la ville des Mille à intégrer l’association.  Faut-il rappeler que les «Vezo», parfois appelés les « nomades de la mer », forment un peuple qui occupait autrefois toute la côte Ouest de la Grande Ile et vivant essentiellement de la pêche.

Dominique R.

Midi Madagasikara27 partages

« Toko Telo » en concert : Monika Njava, D’Gary et Joël Rabesolo à l’Arena !

Joël Rabesolo devient le troisième membre du groupe « Toko Telo » qui sera en concert à l’Arena Ivandry ce vendredi 22 décembre.

Il ne remplace pas Régis Gizavo, il lui succède, tout simplement ! « Toko Telo » a été et restera un trio. Joël Rabesolo devient le troisième membre du groupe. « Nous avons auditionné plusieurs musiciens mais aucun ne nous a satisfait. On trouvait toujours à redire sur leur performance. Donc, on s’est dit, pourquoi pas Joël. Il a joué avec nous. Son interprétation et sa prestation étaient tout simplement parfaites. On en avait la chair de poule, tellement c’était magistral. Et puis, il est tellement complémentaire avec D’Gary. La question ne se posait donc plus. Joël était pris d’office », fait savoir Monika Njava. Pour le concert du groupe « Toko Telo » qui se tiendra à l’Arena Ivandry demain soir, à 19 heures et demie, les mélomanes retrouveront Besl sur scène avec D’Gary et Monika. Le répertoire du trio sera composé de ces titres avec lesquels la formation s’est illustrée en début d’année au « Top 10 World Music Albums » de « Spin The Globe’s », à l’Olympia, Washington, USA, quelques mois à peine après la sortie de l’album « Toy raha toy ». Demain soir, les mélomanes malgaches seront certainement, eux aussi, sous le charme, comme l’ont été les amoureux de bonne musique du monde entier.Mahetsaka

Midi Madagasikara25 partages

Fort-Dauphin : Une unité de sapeurs-pompiers mise sur pied

La coopération décentralisée en bonne marche.

Une coopération décentralisée en bonne santé. C’est le cas de le dire pour la ville de Fort-Dauphin qui vient d’avoir son unité militaire de sapeurs-pompiers. Le même jour du 4 décembre, la caserne de la troisième unité de protection civile a été inaugurée avec quatre bouches d’incendie dans les circonscriptions de la ville. Outre les autorités locales, l’adjoint au maire de la ville d’Oissel a marqué de sa présence durant la cérémonie de triple inauguration. « Ces infrastructures sont le fruit d’une collaboration multipartite entre la commune de Fort-Dauphin, l’Etat-major de l’Armée malgache, la ville d’Oissel-sur-Seine et QMM » a avancé le premier magistrat de la Ville de Fort-Dauphin. L’annonce par le même élu d’un projet de construction d’un nouveau CSB 2, en soutien du CSB 1 à Ambinanibe et CSB2 à Bazaribe, cofinancé par la Ville de Fort-Dauphin et sa ville sœur de Oissel-sur-Seine, a été également bien accueillie par les habitants de la ville. Toujours en matière de coopération, mais cette fois-ci culturelle, dirigée par l’Adjoint au Maire de la Ville de Saint-Paul, qui a visité Fort-Dauphin. Historiquement, la liaison entre les deux villes a débuté en 1663 lorsque dix malgaches et deux Français ont quitté volontairement Fort-Dauphin pour s’exiler sur l’île Bourbon, dans l’actuel Saint-Paul. Suivant cette logique, les premiers Réunionnais étaient donc des Fort-Dauphinois. Les artistes de la délégation réunionnaise ont fait des échanges avec leurs confrères « Antanosy » et il a été convenu que l’année prochaine, pour la célébration du 170 e anniversaire de l’abolition de l’esclavage, une délégation fort-dauphine en sera l’invitée d’honneur.

D.R

News Mada18 partages

Raid héliporté Une dizaine de dahalo abattus à Betroka

Mobilisés en nombre, avec un hélicoptère à l’appui, des éléments de la gendarmerie et de l’armée ont infligé un sérieux revers aux dahalo dans le district de Betroka. Une dizaine de bandits de grand chemin ont été abattus après un vol de zébus perpétré à Isoanala.

La collaboration entre la gendarmerie et l’armée, ainsi que le déploiement d’un hélicoptère, ont permis de mettre hors d’état de nuire un ramassis de dahalo qui ont longtemps écumé plusieurs localités se trouvant dans les régions Anosy et Androy.

D’après les explications du colonel Théodule Ranaivoson, commandant du Groupement de gendarmerie dans la région Anosy, plusieurs dahalo munis d’armes à feu et d’armes blanches ont attaqué Beraketa, une commune du district de Bekily, région Androy, dans la nuit de vendredi. Les voleurs ont pris la fuite avec une cinquantaine de zébus, en prenant la direction d’Isoanala, pour rejoindre Ambindimahery et Bekirobo, des villages réputés comme lieux de cachette des bœufs volés. Informés de la situation, des militaires du Bataillon interarmes (BIA) d’Ihosy ont engagé une poursuite.

Mais sachant que le temps était mauvais, d’autant plus que les voleurs se sont retranchés dans un endroit très favorable à une embuscade, les éléments du BIA ont décidé d’attendre et d’appeler du renfort. Des éléments de l’Unité spéciale anti-dahalo (Usad) de Betroka, du Groupement de gendarmerie d’Androy et Anosy et de la compagnie territoriale de Betroka leur ont prêté main-forte. Prévue pour lundi, la poursuite a été reportée à mardi à cause du mauvais temps. Mardi, au moment de reprendre la battue, vers 2 h 30, les gendarmes et les militaires ont reçu une nouvelle alerte. Une horde de dahalo venait de voler une centaine de zébus à Isoanala.  Sans attendre, la troupe a engagé une poursuite. Arrivés à hauteur de Vohidratsy, les poursuivants ont été  attendus de pied ferme par des dahalo. Des échanges de tirs ont éclaté. Quelques dahalo ont été abattus dans la fusillade.

Effet de surprise

Pendant ce temps, les autres dahalo qui dirigeaient le troupeau ont déjà obtenu une bonne longueur d’avance. Il a alors été décidé d’envoyer l’hélicoptère de l’armée pour poursuivre la traque. Des éléments commandos ont pris place à bord. La stratégie des forces de l’ordre a porté ses fruits car en un rien de temps, ils ont retrouvé la trace des dahalo et des zébus.

Une fois encore, des échanges de tirs ont eu lieu, vers 10 h. Les dahalo ont beau riposter par des tirs, tout en battant en retraite, mais face à la détermination des forces de l’ordre arrivées en nombre (environ une centaine), leur entreprise a été vaine. Une dizaine de dahalo sont tombés sous les balles des commandos. Ceci étant, 118 zébus ont été récupérés tandis que 9 sont morts, tués par les dahalo.

 «Les bandits ont été surpris par les interventions en masse avec l’appui d’un héliportère», a expliqué le colonel Théodule Ranaivoson, joint par téléphone hier. «Ils étaient habitués à n’avoir à leur trousse qu’une dizaine de gendarmes et des villageois» a-t-il conclu. Les opérations de ratissage se poursuivent dans la localité.

Ando Tsiresy

 

Midi Madagasikara17 partages

Dialogue Public-Privé : Des solutions à la concurrence déloyale

Dialogue Public-Privé au Palais d’Iavoloha

La troisième réunion de la Plateforme du Dialogue Public-Privé s’est tenue le 19 décembre dernier au Palais d’Iavoloha. Si les résolutions sont prometteuses, leur application reste à voir.

 

Le cas de remboursement de la TVA et des problèmes de concurrence déloyale, ainsi que les obstacles à l’obtention de permis miniers, le harcèlement fiscal, la lutte contre la corruption et la promotion du tourisme étaient au centre des discussions, durant le troisième Dialogue Public-Privé qui s’est tenu à Iavoloha. D’après les participants, des solutions efficaces ont été trouvées. Un communiqué de la Présidence a mis en avant les changements qui seront apportés par la Loi sur le Développement industriel (LDI), qui favorise la compétitivité des industries ; la mise en place d’un système de contrôle fiscal légal et accepté par tous, etc. D’après ce communiqué, Madagascar est devenu une terre d’opportunités pour les investisseurs nationaux et internationaux. « L’EDBM (Economic Development Board of Madagascar) a rapporté que Madagascar est le premier exportateur mondial de vanille et premier producteur mondial de saphir. Le pays dispose d’une connexion internet parmi les rapides en Afrique et est classé 6e pays le plus pacifique du Contiment et 44e au niveau mondial ».

Contrôles stricts. Du côté des industriels, le porte-parole du SIM (Syndicat des Industries de Madagascar) a évoqué la nécessité de l’application stricte des textes en vigueur en matière d’importation, de production et de commercialisation sur le territoire malgache. Ce syndicat a également émis une proposition pour que l’Administration et le secteur privé produisent une liste de produits prioritaires, qui seront particulièrement suivis et contrôlés par les services compétents. Dans ce cadre, des produits sensibles comme la farine, les biscuits, les pâtes, les condiments, le savon, le ciment et les couvertures, etc. ont été cités par le SIM.

 

Antsa R.

Midi Madagasikara16 partages

Smart TV : Baolai mise sur le haut de gamme chinois

Les smart Tv sont des écrans plats capables de se connecter à Internet et qui permettent aux utilisateurs de profiter de certaines fonctions intelligentes comme la diffusion sans fil de contenus depuis un smartphone. TV OLED, LED, 4K. Nombreuses sont les technologies smart Tv disponibles à Madagascar. Comme dans le secteur des smartphones, où les Huawei, Lenovo, Wiko…sont très performants, les marques chinoises de télévision intelligente sont aussi mondialement connues. Et Madagascar n’est pas en reste, grâce au magasin Baolai qui a décidé de se spécialiser dans les grandes marques chinoises de smart Tv. « Nous sommes sur le marché malgache depuis 20 ans et nos marques sont maintenant très connues et appréciées par les consommateurs » explique Ren Yujie, le D.G de Baolai. Actuellement cette enseigne propose trois grandes marques chinoises de smart Tv. A savoir, l’inévitable Changhong, mais aussi, depuis ces dernières années, Hisense et Skyworth. Hisense, par exemple est le sponsor officiel de la coupe du monde 2018.

Authenticité. L’avantage de ces hauts de gamme chinois, réside dans leur authenticité. « Chez nous, il n’y a pas de place pour les copies, car nous importons directement auprès de nos marques » selon toujours le D.G de Baolai. Un magasin qui ne présente d’ailleurs que des marques authentiques. C’est le cas notamment des panneaux solaires Baolilai qui est également un des produits phares de ce distributeur. « Pour nos panneaux solaires, la puissance indiquée est réellement celle de l’appareil » selon toujours Ren Yujie. Et pour satisfaire davantage, les utilisateurs, Baolai continue les promotions sur ses produits tels que les amplis- baffles Jeyoo qui sont également très demandées en cette période de fêtes de fin d’année. A noter que Baolai dispose actuellement de six  magasins dans la Capitale et d’un autre à Toamasina. L’entreprise se distingue également par le fait que ses marchandises sont garanties et bénéficient d’un service après-vente répondant aux normes.

R.Edmond.

L'express de Madagascar15 partages

Université d’Antananarivo – Grève illimitée des enseignants-chercheurs

Les enseignants-chercheurs à Antananarivo suspen­dent leurs activités pour une durée indéterminée.

Échéance du préavis de grève. L’ensei­gnement à l’université d’Antananarivo est de nouveau perturbé. Le Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de l’enseignement supérieur (SECES) section Antana­narivo a déclaré une grève illimitée. « Aucune rencontre ni prise de responsabilité pour la résolution de ce problème n’a eu lieu pendant les 72 heures de préavis de grève que nous avons annoncées », a indiqué son président, le professeur Sammy Grégoire Ravelo­narivo. C’était à Ankatso, hier, à l’issue de l’Assemblée générale des membres du SECES section Antananarivo.Pendant cette réunion, il a été décidé que toutes les activités d’enseignement dans les écoles et les facultés et celles de recherches dans les centres de recherche à Antananarivo, ainsi que dans les centres de recherche nationaux situés à Antananarivo, seraient suspendus. Cette annonce de grève inquiète les universitaires. Ils ont à peine repris le rythme normal, après les six semaines de vacances de peste, qu’ils devront à nouveau cesser leurs cours. « Pourvu que cette grève ne se prolonge et ne chamboule notre calen­drier d’examen, prévu pour janvier », lance en soupirant une étudiante de deuxième année de la faculté des Sciences. L’école Supé­rieure Polytechnique d’Anta­na­narivo vient, par ailleurs, de commencer le second semestre.

Réponse insatisfaisante« Nous ne reprendrons nos activités que lorsque nous recevrons des réponses satisfaisantes à notre requête », souligne le professeur Ravelonarivo. Ces enseignants réclament les indemnités de recherches des retraités en activité, le maintien de l’obligation de service à 125 heures par an, en commençant par le retrait des heures complémentaires de l’année universitaire 2015-2016.En fin novembre, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, la professeure Marie Monique Rasoa­zananera s’est déjà entretenue avec des représentants du SECES, à la suite de leur sit-in. Elle leur a promis de verser, dans les plus brefs délais, leurs heures complémentaires, de payer au mois de janvier leurs deux dernières indemnités. « Le 28 novem­bre, nous avons organisé un sit-in pour réclamer les indemnités de recherches des retraités qui ont dû être payées depuis janvier 2016, ainsi que l’obligation de service des heures complémentaires. Ce n’est pas ce que nous avons réclamé cette fois-ci », poursuit le président du SECES section Antananarivo.Le SECES national n’a pas réagi à cette déclara­tion, hier, bien que son président et quelques-uns de ses membres aient assisté à cette assemblée générale. Ils ont convié la presse pour une déclaration avec des représentants des six sections, ce jour.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara15 partages

Coopération allemande : Appui à la commune rurale d’Andina

Le Professeur Rakotozandrindrainy Raphaël en compagnie de deux experts allemands

Avec les nouveaux équipements, certains diagnostics bactériologiques peuvent être également effectués sur place pour faciliter la prise en charge des malades dont la peste et la tuberculose.

 

Le 16 décembre dernier dans la matinée, la population du « Fokontany » d’Ampasina a accueilli avec joie deux médecins experts venant de la République fédérale d’Allemagne (RFA). En effet le Docteur Michael Nagel de « Schnell Einsetzbare Expertengruppe Gesundheit » (SEEG) de la Coopération internationale allemande connue sous le sigle de GIZ ainsi que le Docteur Daniel Eibach de « éBernhard Nocht Institute für Tropenmedizin » de Hamburg accompagnés du Professeur Rakotozandrindrainy Raphaël maire de la commune rurale d’Andina ont fourni à titre gratuit des matériels et intrants de laboratoires tels que les colorants pour la coloration de GRAM avec un puissant groupe électrogène ainsi que des matériels de conservation de vaccins comme le réfrigérateur et congélateur solaire en plus du matériel de stérilisation.

Dons. Des lits médicalisés ainsi qu’un microscope complétera la semaine prochaine les dons de la RFA dont la valeur se situe à 34.000 euros soit l’équivalent de 129.530.480 Ariary. Des femmes avec leurs enfants ainsi que le reste de la population ont témoigné de leur reconnaissance à travers le discours de remerciement du président du « Fokontany » d’Ampasina ainsi que la présidente du Conseil communal Velombiasa. Ce centre médical communautaire est dirigé par un médecin assisté d’une sage-femme, d’un infirmier et d’une laborantine avec une femme dispensatrice de médicaments. En 2017, plus de deux mille malades ont été soignés dans ce centre jusqu’à fin novembre de cette année en plus des femmes qui ont accouché et des examens prénataux. Cet appui de la RFA arrive à point nommé, car des cas de peste pulmonaire ont été traités en octobre dernier, suivis des cas de peste bubonique.

Centre de santé communautaire. Tous ces cas de peste ont été soignés et guéris grâce à la présence permanente et le dévouement du personnel appuyé par le Service de Santé du District d’Ambositra. Ce Centre de Santé communautaire est un établissement reconnu d’utilité publique ayant l’autorisation d’ouverture du ministère de la Santé publique de Madagascar. Ouvert en juin 2013, il est présidé par le Professeur Rakotozandrindrainy Raphaël,  enseignant-chercheur à l’Université d’Antananarivo qui a effectué sa spécialisation en Bactériologie et Parasitologie dans les universités allemandes (Giessen, Munich et Hamburg) après ses études à la Faculté de médecine d’Antananarivo. Plusieurs malades des Communes avoisinantes viennent également se soigner dans ce centre de santé qui effectue aussi le diagnostic des maladies parasitaires dans son laboratoire par la coproscopie. Ce centre, comprend actuellement deux bâtiments dont le premier avec une maternité, une salle d’accouchement, deux salles de consultation et quatre chambres pour le personnel, a été financé par Groupama Sud France pour la construction tandis que le carrelage du sol et les fournitures du Laboratoire ont été appuyés par une association des bienfaiteurs de Hamburg. Le deuxième bâtiment construit en 2017 avec quatre salles comprenant deux chambres d’hospitalisation, une salle de laboratoire et une autre pour les soins spécialisés a été financé par Else Kröner-Fresenius Foundation (EKFS) qui est une association à but non lucratif basée en Allemagne à travers Afringo.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara15 partages

CUA-GIZ : Une convention de partenariat signée hier

La maire Lalao Ravalomanana et Florian Garcia du GIZ hier à l’Hôtel de ville Analakely

Amélioration de la rentrée fiscale. C’est l’objectif d’un partenariat qui a été matérialisé hier par la signature d’une convention entre la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et le programme du gouvernement allemand PRODECID-GIZ ou Projet de Développement communal inclusif et de Décentralisation. La maire Lalao Ravalomanana et le directeur du projet PRODECID-GIZ Florian Garcia ont apposé leur signature sur un document où le gouvernement allemand s’engage à aider la CUA à améliorer le taux de recouvrement des impôts fonciers et des impôts sur les propriétés bâties. La convention de partenariat permettra également de former les agents municipaux chargés du recouvrement fiscal.

Dons. Par ailleurs, le projet PRODECID-GIZ a, en même temps, offert des matériels informatiques à la CUA. Ces dons entrent dans le cadre de la mise en œuvre de la convention signée hier à l’Hôtel de ville Analakely. Toujours à propos de dons, la société Océan Trade a offert hier 50 sacs de riz et divers lots de jouets à la commune urbaine d’Antananarivo. Cette générosité permettra à la CUA de gâter ses employés et les enfants de ces derniers en cette période des fêtes de fin d’année.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara15 partages

Fêtes de fin d’année : 850 policiers à mobiliser dans la Capitale

Pour sécuriser les fêtes de fin d’année, la Police nationale compte mobiliser 850 policiers dans la Capitale et 3.627 sur tout le territoire national. Les hauts responsables de la Police nationale d’Antananarivo conduits par le directeur de la Sécurité publique auprès du Ministère de la Sécurité intérieure ont annoncé cette information lors d’une conférence de presse qu’ils ont tenue à Anosy, hier. Ces éléments seront déployés dans les endroits à forte affluence et  censés être sensibles en matière d’insécurité. Outre la prévention des actes de banditisme, ils surveilleront la circulation routière. Dans ce sens, ils se concentrent davantage dans les actions de sensibilisation au lieu de sanctionner en cas des petites infractions. Les élèves-policiers de l’Ecole nationale de la Police à Antsirabe, dont la sortie officielle est prévue le vendredi 22 décembre, devront participer à cette opération. Quoi qu’il en soit, les conférenciers affirment souhaiter la collaboration de la population tout entière dans l’accomplissement de leur mission en soulignant que la sécurité est l’affaire des tous.

T.M.

Midi Madagasikara15 partages

Les travailleurs de l’ombre : Fidinirina Andriantomponera, le président ambitieux

Le nouveau président de la ligue de Vakinankaratra de football.

ouveau président de la ligue de football de Vakinankaratra, cet ancien footballeur du « Zatovon’i Bongolava » veut apporter un renouveau pour le ballon rond de cette partie de l’Ile.

Propulsé à la tête de la ligue de Vakinankaratra lors de l’élection du 15 décembre dernier avec 5 voix des 7 sections votantes, Fidinirina Andriantomponera est une figure emblématique du football antsirabéen.

Il n’est pas arrivé par hasard à la présidence de la ligue, le football, il l’a connu très jeune. « Je n’ai connu d’autre discipline lors de mon enfance que le football. A l’époque, comme les jeunes garçons de mon âge, on a joué ensemble au football et depuis, j’ai adopté cette discipline » a-t-il fait savoir. Fidy a évolué au poste d’arrière droite avec le club « Zatovon’i Bongolava » de 1989 à 1991 avant d’étoffer les rangs de l’ESS Lettres à Ankatso lors de ses études supérieures de 1994 à 1996. Même s’il n’a plus joué, Fidy était toujours très actif dans le monde du ballon rond avec de nouvelles responsabilités. Il a occupé le poste de trésorier au sein du Football Club du Vakinankaratra de 2011 à 2013 avant d’être élu président du club en 2013 jusqu’à son élection à la tête de la ligue vendredi dernier. Comme on dit, derrière le succès d’un club, il y a ceux qui travaillent derrière le rideau outre ceux qui sont présents sur le terrain. Très engagé dans l’administration du club, les résultats ont été palpables, pour ne citer que les titres de champion de la ligue de Vakinankaratra et la victoire au tournoi de la RN7.

Nouveau souffle. Conscient que la ligue de Vakinankaratra a perdu son image d’antan, Fidy a décidé de se porter candidat à la présidence de ladite ligue. Un des objectifs phares de son mandat est de redorer le blason du football du Vakinankaratra. « Pour ce faire, nous allons travailler avec toutes les entités que ce soit public ou privé notamment les grandes sociétés qui opèrent à Antsirabe » a déclaré Fidy. Dans le cadre de la politique de la préparation de la relève, le nouveau président va travailler de concert avec les sept sections à travers l’organisation de compétitions chez les jeunes et les dames. Actuellement, la ligue compte neuf clubs de première division. Il s’agit du FC Vakinankaratra, CFA, ASFA, Socota, FC Taratra, FC Itokiana, FC Onive, FC Vinax, Stando FC. « Comme nous avons 9 clubs, la ligue va demander à la fédération d’ajouter une équipe supplémentaire à la Ligue des Champions ». Si auparavant, Antsirabe était une pépinière pour l’équipe nationale pour ne citer que l’ancien capitaine des Scorpions Mamisoa et bien d’autres joueurs dont Damakely. Un des problèmes de toutes les structures sportives à Madagascar est l’inexistence de siège, un grand défi sera lancé par le président pour donner un nouveau souffle au football régional. « Nous allons construire un siège pour la ligue pour éviter tout problème au futur, surtout comme ce qui s’est passé lors de la dernière élection ». Comme actuellement tout passe sur la toile, un site web sera créé pour permettre aux férus du ballon rond de part de monde de voir les actualités et de connaître le football du Vakinankaratra. Et le dernier et non des moindres, est la construction d’une pelouse synthétique en collaboration avec la fédération. Fidy va s’entourer des anciens joueurs de football dans l’accomplissement de sa mission à la tête de la ligue.

 

T.H

Midi Madagasikara13 partages

Musique du Sud : Tsimihole se dévoile

Originaire du Sud de Madagascar, le chanteur Tsimihole s’essaie à la scène tananarivienne. Demain, il rencontrera les noctambules à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo dans le cadre d’un « vendredi joli ». Pour le leader du groupe, la musique est dans le sang. Tsimihole Tovondrafale a baigné dès son plus jeune âge dans le monde de la musique en commençant par la trompette à cinq ans.

Il a également fait différentes apparitions avec les chorales d’église depuis. En même temps, il s’imprègne des musiques et danses traditionnelles « antandroy » pendant les moments de garde des zébus ou des évènements funéraires. Abordant plusieurs thèmes dans sa démarche de création, il aborde différents sujets sur les inégalités, les mariages arrangés, la pauvreté, la déperdition culturelle, Tsimihole nous emmènera voyager à travers sa musique.

Maharindra

Midi Madagasikara12 partages

Itel mobile 10 ans : Renforcement des actions sociétales pour les fêtes de fin d’année

Les représentants d’Itel Mobile avec les enfants de « l’Akanin-jaza » 67Ha

La société Itel Mobile célèbre son septième année de présence à Madagascar et sa dixième année d’existence en Chine. Egalement productrice des marques Tecno, connue à Madagascar et Infinix réputée en Europe, cette société spécialisée mise sur les actions sociétales en faveur des plus démunis, afin de marquer les fêtes de fin d’année, dans la Grande Ile. « Après nos actions réalisées avec l’ONG Manda Tsiadana, le mois dernier, nous nous tournons maintenant vers l’ »Akanin-jaz »a 67ha, pour faire la fête ensemble avec les quelque 100 enfants qui sont ici. Nous leurs offrons des cadeaux pour que ces enfants puissent, comme tous les autres, jouir de la période festive. Ces actions sociétales que nous menons se poursuivront dans les jours à venir. Il s’agit d’efforts menés pour le bien-être social », ont affirmé les responsables auprès d’Itel mobile, hier lors de la descente à « l’Akanin-jaza » 67ha. Outre les dons pour les enfants, des matériels ont également été offerts aux 32 enseignants de l’établissement.

Présence. D’après les représentants d’Itel mobile, cette société spécialisée dans la téléphonie mobile, qui dispose de 40% de part de marché dans 56 pays d’Afrique, compte encore renforcer sa présence à Madagascar. Dans ce cadre, des offres spéciales ont été citées pour la période de fin d’année, notamment, les cadeaux de Noël pour les acheteurs de téléphones Itel, les services après- vente, la garantie, etc. D’après les informations, cette marque gagne du terrain dans la Grande Ile.

Antsa R.

News Mada11 partages

Analamanga : assemblée générale du GTPS

Clôture de l’Assemblée générale du Groupe thématique de protection sociale (GTPS) dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique nationale de protection sociale (PNPS) et de la mise à jour de la Stratégie nationale de protection sociale (SNPS), hier, dans la capitale.

Des représentants des ministères, partenaires techniques et financiers, secteur privé et société civile, œuvrant dans la protection sociale, se sont concertés durant deux journées, après l’adoption de la Loi sur la protection sociale du régime non contributif par l’Assemblée nationale et par le Sénat et l’opérationnalisation des GTPS régionaux dans plus de 10 régions. Outre la définition des stratégies communes pour l’année 2018, les échanges vont permettre de mieux prévenir les risques de dégradation des conditions de vie, de faire face aux divers chocs, tant naturels, socio-économiques, culturels que politiques, et d’assurer une sécurité minimale de revenu et d’accessibilité aux services sociaux de base auprès des ménages en situation de vulnérabilité.

Le déploiement et l’opérationnalisation de ses démembrements au niveau des collectivités figurent dans les stratégies du GTPS pour l’année à venir, pour plus de coordination, d’engagement et de responsabilisation locale.

Manou

 

News Mada11 partages

Festival sambaraha : le coup d’envoi est lancé

«Tous les participants sont bel et bien arrivés à Taolagnaro», ont annoncé les organisateurs du festival Sambaraha dans leur page officielle. Ainsi, la sixième édition du festival a débuté hier. Toute la ville a été en effervescence.

Ayant choisi «Découverte» comme thème, l’édition de cette année  verra la participation de plusieurs artistes. Si en 2016, la tête d’affiche était Stéphanie, cette année, le comité d’organisateur a choisi le roi du kilalaky Tsiliva. Par ailleurs, pour promouvoir davantage la région, plusieurs activités sportives et culturelles seront au programme, si l’on ne cite que le concours de beauté… Rappelons que le festival se déroulera jusqu’au 23 décembre.

Holy Danielle

 

Midi Madagasikara10 partages

Une polémique qui s’amplifie

En cette veille de fêtes de fin d’année, les citoyens sont beaucoup plus préoccupés par la course effrénée pour assurer leur subsistance que par les polémiques créées par les politiciens. Et pourtant, les passes d’armes qui ont eu lieu ces derniers jours ne les laissent pas indifférents. Apparemment, les échanges par médias interposés vont aller en s’amplifiant pour déstabiliser chaque camp.

Une polémique qui s’amplifie

Les propos tenus par le président du Sénat, Rivo Rakotovao sur la possible disqualification de la candidature de Marc Ravalomanana ont provoqué une réponse cinglante de ce dernier. Il a tenu un discours bien charpenté, avançant des arguments difficilement réfutables. Cette réplique de l’ancien président semble avoir eu un impact certain et elle a forcé un soutien du régime à intervenir sur une station de télévision privée pour réaffirmer l’impossibilité de ce dernier de se présenter à la présidentielle. On ne sait pas quel poids cette intervention aura dans le débat qui a été lancé, mais elle n’apporte rien sur le plan politique. Elle peut même renforcer la position de celui qu’elle voudrait décrédibiliser. C’est maintenant sur le plan du droit que va se jouer la possibilité ou non de Marc Ravalomanana de se présenter. La bataille juridique est loin d’être terminée. La condamnation de ce dernier a certes été prononcée, mais elle est contestée par ses avocats. L’opinion est d’ailleurs elle-même divisée sur les conditions dans lesquelles s’est tenu le procès. Cette offensive médiatique menée par les partisans du régime semble même servir l’ancien président qui semble être l’adversaire à abattre par le régime. Dans le contexte actuel, la charge faite contre lui semble particulièrement maladroite. Les citoyens se demandent s’il n’est pas plus opportun de trouver des solutions aux problèmes qui les assaillent dans leur vie quotidienne.

Patrice RABE

Midi Madagasikara10 partages

Agriculture naturelle : Mise en place d’un point de vente à Antaninarenina

Une grande première à Madagascar. Un point de vente des produits agricoles issus de l’agriculture biologique sera mis en place à Antaninarenina, devant le kiosque de l’Office régional du Tourisme d’Analamanga (ORTANA) à compter du samedi 23 décembre 2017. On y trouve différents légumes comme les carottes, les pommes de terre, l’oignon et l’ail. C’est l’association « Agrinature » qui a lancé cette agriculture naturelle à Madagascar depuis plus de trois ans et ce, en partenariat avec l’ONG Shumei Internationale basée au Japon. Il s’agit notamment d’une technique dite « Shumei » qui n’emploie ni pesticide, ni herbicide, ni engrais chimique, ni fumier tout au long du cycle de production agricole. En revanche, l’utilisation des composts faits à partir d’herbes séchées et des végétaux frais tels que le « Tanamasoandro » ou le « Radriaka », très répandus en culture sauvage à Madagascar, est privilégiée dans le dessein  de maintenir le sol humide et friable.

Prix rémunérateur. Des experts japonais viennent encadrer les exploitants agricoles adoptant cette technique sur le terrain au moins trois fois par an. L’agriculture naturelle commence maintenant à se développer. Les paysans pratiquants ont pu atteindre le même rendement que celui de l’agriculture conventionnelle tout en maintenant le goût de leur production naturelle. « L’Agrinature » les appuie à la recherche de débouchés en créant ce point de vente à Antaninarenina qui s’ouvrira au début une fois par mois. Il faut également reconnaître que nombreux sont les avantages de l’application de l’agriculture naturelle. Les consommateurs peuvent manger des aliments sains qui ont un bon goût et qui sont conservables plus longtemps. Pour les paysans, c’est une technique facile à pratiquer avec un coût de production minime. Notons que les produits issus de l’agriculture naturelle sont très prisés sur le marché international moyennant un prix plus rémunérateur.

Navalona R. 

Madagate7 partages

Hery Rajaonarimampianina. L’ouvrage «Sous le sceau de Lucifer » lui a été transmis

Chose promise, chose due. C’est sans tambour ni trompette que je me suis rendu au Palais d’État d’Ambohitsorohitra, dans la matinée de ce jeudi 21 décembre 2017, pour remettre à l’accueil, un exemplaire de mon ouvrage «Madagascar 2014-2016: sous le sceau de Lucifer».

La dame préposée au registre d’enregistrement a été très aimable et m’a remis un récépissé de réception portant le N° B-888 en date du 21 décembre 2017. Elle m’a assuré que l’ouvrage parviendra effectivement à son destinataire, c’est-à-dire, Hery Rajaonarimampianina, Président de la république. Ci-après, mon interview publiée sur quatre colonnes dans le journal «La Vérité» de ce 21 décembre 2017 à marquer d’une pierre blanche dans ma carrière de journaliste.

Jeannot Ramambazafy

Midi Madagasikara7 partages

Sport ou Politique : Sur la participation de la Russie aux XXIIIes JO d’hiver de 2018

La Commission exécutive du Comité international olympique (CIO) a promulgué le 5 décembre sa décision sur la participation de la sélection russe aux JO à PyeongChang. Selon la décision, des athlètes russes qui n’ont pas été convaincus d’une violation des Règles antidopages pourront concourir aux compétitions sous drapeau neutre et hymne olympique, c’est-à-dire sans faire preuve d’aucune appartenance à la Fédération de Russie. Par ailleurs, aucun officiel du ministère russe des Sports ne sera accrédité pour l’évènement, le Comité olympique russe est suspendu, la Russie doit rembourser la compensation, soit pour la somme totale de 15 millions de dollars (USD). Il y a deux faits qui incitent à chercher autant de raisons sportives que des raisons politiques dans ladite décision. Premièrement, il s’agit des mesures sans précédent – on a soumis à l’interdiction non seulement à certains fonctionnaires et athlètes, mais le mouvement olympique de la Russie presque tout entier. Deuxièmement, ce serait une erreur de ne pas prendre en compte la situation géopolitique tendue en analysant cette décision.

Tactique. Ce n’est pas l’Etat russe, mais la société civile de la Russie qui a accordé l’aide à des républiques non reconnues en 2014. En ce qui concerne l’aspect tactique, il est à noter que la décision du CIO met les dirigeants russes dans la situation de choix entre le mauvais et le pire. Le boycott total des jeux Olympiques dont l’expérience la Russie a (L’Olympiade de 1984 à Los-Angeles) donnerait la carte-blanche à des adversaires intérieurs et extérieurs pour accuser des hommes de l’Etat russe de tous les péchés mortels. Selon la Charte olympique, le boycott d’une olympiade permettrait de suspendre la sélection russe encore pour deux cycles sportifs. Pourtant, force est de reconnaître que la participation des athlètes russes sans symbolique appropriée, que le peuple russe a d’ailleurs déjà vu pendant les jeux Olympiques de Barcelona 1992, porterait également un préjudice à la réputation du pays. On sait que de deux maux, il faut éviter le pire. Le Président de la Fédération de Russie a déclaré que la Russie ne boycotterait pas les JO d’hiver de 2018 et les athlètes qui seraient prêts à participer sous drapeau neutre pourraient le faire à titre individuel. Donc, ce sont les athlètes russes qui doivent décider qu’est-ce qui est plus important pour eux – des performances individuelles ou la fidélité nationale.

Midi Madagasikara7 partages

Pétanque- Mini Masters : Tous les feux sont au vert !

L’équipe de Bemiray s’est également qualifiée pour la finale avec de gauche à droite Nirina, Ando et Serge.

C’est la veillée d’armes pour les 48 triplettes qualifiées pour la grande finale du Mini Masters Bemiray du 28 et 29 décembre prochain au stade de Mahamasina. Les membres du club Bemiray, notamment, le président Eric Rakotondralambo et ses hommes de main dont Cis, Bena et Vonjy affichent un optimisme béat tant le plateau est très relevé avec les meilleurs boulistes du moment, les sociétaires de l’équipe nationale avec Cobra, Hery Ambohimahasoa, Mim’s et Nanou. Mais on ne se méfiera jamais assez de la formation d’Antsirabe avec Zakabe. Bref et pour tout dire, il y aura à boire et à manger durant ce Mini Masters, le début d’une série appelée à s’inscrire dans la durée tant elle plaît dans sa forme que dans sa conception.

En attendant donc ces deux journées certainement très intenses, voici la liste des 48 équipes qualifiées à cet événement.

1 – Tovo-Hery-Cobra

2 – Lalaina-Nanou-Pa

3 – Fakr-Guy-Bôla

4 – Tiana-Max-Haja

5 – Jerôme-Sitraka-Mamy

6 – Nandrianina-Tina-Jaba

7 – Aina-Gino-Leta

8 – Lova-Tojo-Serge

9 – Rina-Lanto-Haja

10 – Mazava-Doda-Heritiana

11 – Lipo-Andry-Josoa

12 – Noris-Bôlô-Fy

13 – Bary-Tiana-Lova

14 – Dida-Liva-Hery

15 – Toky-Solofo-Kôla

16 – Zou-Lavakely-Eric

17 – Vonjy – Tahina – Hery

18 – Solofo – Yves – Rado

19 – Elie – Tendry – Tafita

20 – Tojo – Jaona – Bana

21 – Josoa – Miora – Talys

22 – Menja – Tal – Anli

23 – Ndrina – Jayah – Andry

24 – Tahina – Dounga – Nary

25 – Adrien-Zakabe-Hery

26 – Serge-Onja-Nanah

27 – Tsiry-Bond-Daddy

28 – Jean- Jacques-Hery-Lesabotsy

29 – Joro-Hery-Mamy

30 – Joss-Glou-Ziquin

31 – Rola-Ndrema-Ando

32 – Ricky-Avotra-Audet

33 – Rastany, Nary, Rado34 – Jaona, Toky, Parany35 – Mihaja, Mahery, Jim36 – José, Ravo, Seta37 – Njaka, Lavakely, Pati38 – Rindra, Poon, Naly39 – Arsène, Tahina, Rôla40 – Livio, Jules, Hery

41 – Ando / Bebera /Benin42 – Dina / Sitraka / Mika43 – Lova / Galin / Yves44 – Njaka / Besa / Laina45 – Naina / Roch / Menja46 – Pap’s / Mim’s / Lido47 – Guy / Gérard / Pasy48 – Printsy / Luckas / Fitiavana

 

Clément RABARY

News Mada6 partages

Fifidianana : mitaky fitsipi-dalao tsy mampifanditra ny JLM

 Nitondra sosokevitra manoloana izao  raharaham-pirenena izao ny eo anivon’ny Jery lavitra ho an’i  Madagasikara (JLM). Anisan’ny vahaolana naroson’izy ireo ny fifidianana. “Dingana ihany izany. Zava-dehibe koa anefa ny famelàna malalaka ireo kandida rehetra afa-kirotsaka mba hitondrany ny anjara birikiny hanarenana ny firenena efa tena latsaka an-kanterena. Hapetraka koa ny fametrahana lalam-pifidianana tsy miteraka fifandirana”, hoy  ny mpikambana, Rasaony Pascal, omaly. Nambarany  fa miantoka ny fahadiovana sy ny fangaraharan’ny fifidianana hatao  izany.

Etsy andaniny anefa, manana andraikitra koa ny vahoaka amin’ny alalan’ny fandraisana anjara mavitrika amin’ny fifidianana mba hisafidianany ny filoha heveriny ho afaka mamaha ny olana iainany amin’ny andavanandrom-piainany, araka ny nambarany. “Mba ho isan’ireo mpiray antoka sy andraikitra amin’ny fampandrosoana ny firenena koa ny vahoaka, araka ny vinan’ny JLM : “Vahoaka vanona sy manana ny ampy, Madagasikara mandroso”, hoy ihany izy.

Olana iainan’ny vahoaka andavanandro…

Ankoatra izany, nohitsiny  fa taratry ny tsy fahaiza-mitantana ny anton’izao  olana  iainan’ny vahoaka izao. Ohatra  ny fitsarana, ny fananan-tany, ny fitsaram-bahoaka, ny kolikoly… “Tsy mijery ny tombontsoam-bahoaka ireo mpitantana. Manjaka ny fitiavan-tena sy  ny  fangoronan-karena ho an’ireo manana andraikitra… Heverina fa mpanakorontana ireo mitsikera. Sao kosa mba ny fanjakana no mampisavorovoro eto”, hoy izy.

Midika ho tsy fahampian’ny fahavononana sy ny traikefa hitantana ny firenena izany, araka ny fanambarany  ihany.

Synèse R.

News Mada4 partages

Minisiteran’ny Fitsarana : vaindohan-draharaha ny ady amin’ny kolikoly

« Mametraka ho vaindohan-draharahan’ny minisiteran’ny Fitsarana ny ady amin’ny kolikoly, ny fametrahana fitsarana mahaleo tena: tsy miangatra, manaja ny zon’olombelona, azo antoka ary mirindra. » Anisan’ny kabarin’ny minisitry ny Fitsarana Rasolo Elise Alexandrine, tamin’ny lanonam-pitokanana fotodrafitrasa teny amin’ny fitsarana Anosy, afakomaly, tao anatin’ny fankalazana ny faha-56 taon’ny fitsarana tampony.

Fanamafisana orina ny tany tan-dalàna izany. Mba tsy ho filamatra fotsiny ny maha fialofan’ny osa sy andry iankinan’ny malemy ny fitsarana. Anisan’ny dingana mankany amin’ny fanamafisana izany ady amin’ny kolikoly izany àry ny fametrahana tsy ho ela intsony ny fitsarana iadiana amin’ny kolikoly.

Mitarika ny sain’ireo mpiara-miasa rehetra izy fa fotoana hiovana ny toe-tsaina izao mba hialana amin’ny fomba fanao hamohehatra hanondroan’ny olona molotra ny fitsarana. Satria manakona ny ezaka maro efa vita sy ny ezaka mbola hatao amin’ny famerenana ny hasin’ny fitsarana ny fanaon’ireo fandoto iray tandroka.

Meteza àry hiara-kientana, hiray fo sy saina, hanatratra izany tanjona mahafinaritra izany.

« Fa tsy ho lany andro amin’ny fanaratsiana sy fitsikerana, izay tsy hitondra voka-tsoa na ho an’iza na ho an’iza », hoy izy.

R. Nd.

Midi Madagasikara4 partages

Trophée pour le leadership politique : Marc Ravalomanana parmi les six nominés en Afrique

Le leadership politique de Marc Ravalomanana est reconnu sur le plan international.

 Le président national du TIM a comme concurrents directs des grands chefs d’Etat africains.

« African Leadership Magazine » vient de lancer le processus de sélection des hommes et des femmes qui ont marqué dans plusieurs domaines l’année 2017 sur le continent africain. Pour cette 6e édition, six  chefs d’Etat en exercice, 12 hommes et femmes d’affaires ainsi que plusieurs hommes et femmes politiques africains sont nominés dont un seul Malgache, en la personne de l’ancien président Marc Ravalomanana. Le président national du TIM est en lice dans la catégorie « Leadership politique », où il a cinq concurrents dont le président du Kenya Uhuru Kenyatta, la présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf, le président du Nigeria Mohammadu Buhari, l’opposant sud-africain Julius Malema et le président du Sénat du Nigeria Bukola Saraki. Pour cette année, des grands chefs d’Etat africains sont nominés pour le trophée « Africain de l’année 2017 », à savoir le Rwandais Paul Kagame, le Tanzanien John Magafuli et le Kényan Uhuru Kenyatta. Hier à 19h15 (heure de Madagascar), 1.826 personnes ont déjà voté pour la catégorie « Leadership Politique ». Marc Ravalomanana est en tête du classement avec 919 voix, suivi du président du Kenya Uhuru Kenyatta avec 606 voix, de la présidente du Liberia Ellen Johson Sirleaf avec 157 voix, de l’opposant sud-africain Julius Malema avec 98 voix, du président du Nigeria avec 31 voix et du président du Sénat du Nigeria Bukola Saraki avec 15 voix.

Signe de reconnaissance. Selon ses partisans, l’ancien président Marc Ravalomanana est une personnalité politique d’envergure internationale, qui était parti de rien. A rappeler que le président national du TIM était un autodidacte qui a dirigé une petite laiterie familiale qu’il a pu transformer en une entreprise industrielle de dimension nationale, grâce au soutien d’un proche de la famille et avec l’aide de la Banque mondiale. Il a ainsi fondé le Groupe Tiko S.A qui était à l’époque un fleuron de l’industrie agro-alimentaire malgache. Grâce à sa réussite dans ses affaires, Marc Ravalomanana a incarné l’exemple même de la réussite, car partant de rien, il était arrivé à implanter sa marque dans tout Madagascar par les produits de Tiko. Le fondateur de l’Empire Tiko était devenu homme politique en décembre 1999, avec son accession à la mairie de la Capitale. Il a réussi son challenge de reconstruction d’Antananarivo, avec le lancement des vastes opérations d’assainissement et des grands chantiers d’infrastructures routières. L’actuel président national du « Tiako I Madagasikara » a pu réaliser son ambition politique en 2002 en devenant président de la République. Depuis, il est toujours considéré comme une personnalité politique malgache proche de la communauté internationale. En tout cas, si le nom de Marc Ravalomanana figure parmi ceux qui sont en lice pour l’élection du leader politique africain de 2017, c’est un signe de reconnaissance internationale envers ce président national du TIM qui ne rate aucune occasion pour parler de leadership à ses partisans.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara4 partages

Volley-ball : Des formations avec la Réunion

Hier soir à l’île de La Réunion, la présidente de la ligue réunionnaise de volley-ball, Florence Avaby et le président de la Fédération malgache Jocelyn Andriamandimbisoa ont signé une convention. La signature s’est tenue en présence d’Eric Tanguy, Prochainement, les deux entités de la Réunion et de Madagascar vont organiser des formations sous la houlette de la fédération française et ce pour les entraîneurs malgaches. C’est Madagascar qui y gagne côté technique et le président expliquera encore plus longuement le système à mettre en place prochainement. La signature s’est faite au CREPS de Saint-Denis. La Réunion a toujours fait partie des leaders du volley-ball de l’Océan Indien. Cette convention raffermira les liens entre les deux îles. Jocelyn Andriamandimbisoa a parlé aussi du fait qu’il a demandé à ce que la Réunion participe au prochain championnat d’Afrique. Un projet de pôle Espoir Océan Indien porté par la ligue de la Réunion peut se concrétiser avant les Jeux Olympiques 2020.

Anny Andrianaivonirina

News Mada3 partages

Hausse des prix, système augure, enseignants en greve… : le gouvernement complètement dépassé

De très mauvais augures pour les échéances électorales à venir. Le gouvernement devra faire face à plusieurs fronts en cette fin d’année.

Alors que tous les regards se tournent vers l’année à venir, les élections de 2018 pourraient être cruciales pour le régime, qui visiblement, entend mettre le paquet pour se succéder à lui-même. Il devrait batailler dur pour ravir l’opinion publique car la facture risque d’être salée. Et pour cause, ces temps-ci, les défis ne manquent pas. Alors que la gestion de la période pesteuse a été catastrophique, avec une centaine de morts,  voilà que le régime Rajaonarimampianina devra face à la hausse des prix des produits alimentaires qui ne cesse de grimper et ce, en dépit d’un «task force» mis en place par le gouvernement.

Lors du conseil de gouvernement qui s’est tenu hier, la question sur la mise en place de ce «Task Force», conduit par le ministère du Commerce et de la consommation et composé de quelques autres ministères, a été abordée. Cependant, les activités de cette entité semblent s’opérer de façon ponctuelle. L’année prochaine, le pays risque de nouveau de connaître les mêmes difficultés qu’à l’heure actuelle sur le prix du riz. Selon le gouvernement, le but de cette opération est «de juguler la hausse excessive du prix du riz importé». Sauf que jusqu’ici, ce n’est pas le cas.

Privés de salaire

Pendant ce temps, à la veille de la fête de la Nativité, plusieurs fonctionnaires n’ont pas pu percevoir leur salaire. Le ministère des Finances et du budget  a lancé une vaste opération d’assainissement dans les états de paie des fonctionnaires en activité et des pensions de retraite à travers l’application du système «Augure». Sauf que plusieurs fonctionnaires en activité ont été oubliés. Une initiative qui a provoqué la grogne au sein de plusieurs agents de l’Etat. Pour calmer les esprits, le gouvernement a communiqué, à l’issue du rendez-vous hebdomadaire que, «Dans le dessein de toujours améliorer l’application du système Augure, dont le but final est de dégager de la liste les fonctionnaires dits fantômes, des opérations urgentes de rapprochement vont incessamment être diligentées entre le ministère des Finances et du Budget et les autres départements ministériels concernés, afin de dégager la liste des fonctionnaires légalement en exercice mais pouvant être touchés par la suspension de solde. Ainsi, une édition spéciale de bons de caisse de ceux-ci va être faite, une fois ces opérations de rapprochement effectuées», a fait savoir hier le gouvernement dans son communiqué.

Quoi qu’il en soit, au niveau des enseignants-chercheurs,  le problème est encore loin d’être résolu. En effet, après l’ultimatum de 72 heures, le Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants (Seces) Antananarivo entre dans sa prochaine étape de revendication. A ce titre, à l’issue de son assemblée générale d’hier, il a pris la décision d’observer une grève illimitée. Conséquence directe de cette décision, tous les cours seront suspendus jusqu’à nouvel ordre.

 Pour rappel, lors du face-à-face entre les sénateurs et le gouvernement, le président du Sénat, Rivo Rakotovao, avait déjà averti ses anciens collègues du gouvernement. Il avait alors invité le ministre du Commerce et de la consommation ainsi que le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique à apaiser les foyers de tension dans leur département respectif. «Nous allons entrer dans une période électorale l’année prochaine (…). Nous devons prendre en compte les secteurs là où il peut y avoir des foyers de tension, comme c’est le cas au sein de l’enseignement supérieur», avait-il alors indiqué. Une semaine plus tard, les enseignants-chercheurs décrètent une grève illimitée. C’est dire que les appels, de part et d’autre, n’ont peut-être pas été entendus.

Rakoto

News Mada3 partages

Régime de taux de change: le choix de Madagascar reste justifié

La dépréciation remarquable de l’ariary sur le Marché interbancaire de devises (Mid) soulève davantage de nombreuses interrogations. Si la première explication des économistes porte essentiellement sur la forte hausse de la demande en devises étrangères, liée aux importations effectuées

par les opérateurs en cette période de fin d’année,

la régulation des taux de change appliqués par la Banky foiben’i Madagasikara (BFM), depuis fin 2014, est une autre raison de la forte dépréciation de la monnaie nationale.

Le cours de référence de l’euro en ariary sur ce marché, affiché hier sur le site de la BFM, est de 3 821,33 ariary et le dollar à 3.235,58 ariary. Outre divers paramètres cités, la valeur de l’ariary résulte de l’offre et de la demande en devises.

A l’occasion de la rencontre économique organisée par le Groupement des entreprises de Madagascar (Gem), mardi dernier, à l’hôtel Colbert, Alain Hervé Rasolofondraibe, gouverneur de la BFM, a tenu à préciser à ce sujet : «Le taux de change, quoi qu’il arrive, est toujours le résultat de l’offre et de la demande en devises. Si nous continuons de glisser de 2.800 à 3.800 ariary l’euro, cela voudra dire clairement que l’offre est toujours inférieure à la demande».

Selon le n°1 de la BFM,  le plus important est que la valeur d’équilibre de l’ariary continue à garder le pays dans un sentier de croissance. «Ce qui a amené cette perception de dépréciation rapide, c’est l’évolution de l’euro, essentiellement due à la parité euro dollar. 80% de nos transactions se font en dollars mais le glissement vers l’euro ne devrait normalement pas impacter significativement sur les prix des importations puisque 20% des importations sont à ce niveau là», a-t-il expliqué avant de noter que «pour 2018, nous devrions arriver à un niveau plus stable en espérant que ces problèmes d’équilibre entre l’euro et le dollar se stabilisent sur le long terme».

Régime de taux de change flottant

Certes, aucun régime de taux ne convient à tout pays, à tout moment. Pour les devises, différents paramètres entrent en jeu. Si Madagascar a choisi un régime de change fixe, le taux de l’euro par rapport à l’ariary sera maintenu mais cela aura d’autres conséquences beaucoup plus importantes. Alain Rasolofondraibe a pris comme exemple ce qui peut se passer dans ce cas- là. Selon lui, aucune entreprise à Madagascar ne sera plus capable d’exporter puisqu’elles ne seront plus compétitives.

Par ailleurs, le choix de régime de change flottant est aussi déterminé par la différence de compétitivité. A Madagascar, l’inflation tourne autour des 6 à 8%. «Nos principaux partenaires (Europe, Etats-Unis, Chine…) sont à des taux d’inflations de l’ordre de 1 à 2% par an. Chaque année, et mécaniquement dans un régime de taux de change flottant, nous allons glisser annuellement à 6% rien que pour cet aspect», a-t-il expliqué.

Pour son cas, Madagascar a choisi un régime de taux de change flottant. «Aujourd’hui, c’est le régime le mieux adapté à notre économie parce qu’il protège le plus possible des chocs extérieurs», a indiqué le gouverneur de la BFM. «La visibilité de l’activité économique de Madagascar sera extrêmement difficile si on doit rentrer dans un autre type de régime de taux de change», a-t-il conclu.

Arh.

L'express de Madagascar3 partages

Les bonnes (vieilles) recettes de grand-mère

Si toute l’année, les Tananariviens de condition modeste, donc la majorité, sont, en général, sobres dans leur alimentation, ils ne ratent pas de faire des folies pour célébrer les jours de fête. Sous la colonisation, l’ancienne Fête du Bain royal est transposé au 14 juillet. Pour terminer notre reprise de certaines Notes sur l’art culinaire tananarivien, à partir d’articles parus dans le Spécial Tananarive de la Revue de Madagascar (1952), nous donnons ce qu’ils appellent alors « le menu de fête de type ancien des traditionnalistes ».La Fête se déroule pendant deux jours. Dès la veille, les familles aisées organisent un repas familial intime, autour du riz évidemment. Pour l’accompagner, ils servent l’« akoho mifahy », poule gavée deux ou trois mois à l’avance, devenue bien grasse, découpée en morceaux que l’on fait cuire à l’étouffée avec du gingembre ou de l’ail ; du « vorombe mifahy », oie engraissée puis  rôtie, sans autre mélange, jusqu’à l’extraction de la graisse ; du « vorombazaha », canard cuit à l’étouffée. Et enfin et surtout le plat typique « varanga » qui est de la viande de bœuf débitée par gros morceaux, mis à la marmite longtemps à l’avance, et cuits jusqu’à ce que les fibres se détachent d’elles-mêmes, comme du raphia.« Cette préparation se conserve plusieurs mois. »Le 14 juillet, ceux qui en ont les moyens, font tuer des animaux domestiques. « Autrefois, ils étalaient sur leurs tables, de nombreux plats pour un festin offert à leur clientèle d’amis peu fortunés et de parents venus de la campagne. » Ce sont :• les « taovan-kena isan-karazany » : réservés aux premiers invités, ces abats et tripes de bœuf sont sautés et rissolés avec d’autres morceaux de viande;• le « henan-kisoa » ou viande de porc est préparé aux arachides ;• les poissons « marakely » sont de petites perches locales ;• le « ravim-boatavo sy hen’omby » est un bouillon préparé avec des crevettes rouges et du poisson sec, assaisonnée de tomates, de feuilles de courges et de viande de bœuf;• le « sesika » est constitué d’une farce de viandes de bœuf et de porc  assaisonnée d’ail et d’épices, pilée en pâte et enrobée de feuilles de courges ou de bananiers qu’on fait cuire dans la graisse. On la fait aussi avec des chairs de volaille;• les « hofak’ondry » sont des queues grasses de mouton sautées à la marmite ;• le « vavan’omby » désigne un plat de museau et de joue de bœuf cuit un jour entier ;• le « tongo-kisoa » donne des pieds de porcs cuits à l’étouffée ;• les « karatoa » sont des gratins ou lardons dont la graisse accompagne des choux avec des tomates qui servent de condiments ;• l’« amalona », les anguilles coupées en tranches sont disposées sur une claie de roseau au fond de la marmite et aromatisées aux fines herbes ;• les « toho », petits poissons, sont cuits mélangés à de la viande de porc. D’autres poissons sont sautés avec des feuilles de cresson ;• les « lelan’omby » sont des langues de bœuf, mijotées avec des oignons, des petits pois et des tomates ;• le « ravin-toto sy henan-kisoa », plat (presque) national, est fait de feuilles de manioc pilées et cuites avec de la viande de porc ;• le « tsaramaso lena sy ravimbomanga » est l’accommodement des feuilles de patates douces et de tomates avec du poisson sec ;• le « anamamy sy hen’omby » est un bouillon de brèdes morelles avec du bœuf ;• le « anan-tsonga sy anamalaho » est une même préparation, mais à base de brèdes à feuilles rudes et à goût piquant pour relever la viande de bœuf ;• le « tongolo-maitso sy henan-kisoa » est un mélange de rôti de porc avec des feuilles d’oignons ;• les « kitoza » sont des lanières de viande boucanée au soleil ;• le « anamamy sy angivy » désigne un bouillon de brèdes morelles et de fruits amers de certains épineux, destiné à faciliter la digestion ;• le « vary amin’anana » est un plat de riz et de viande avec un grand assortiment de brèdes émincées additionnés de crevettes rouges et de haricots.

Tia Tanindranaza1 partages

Miaramila 9 maty tany IkongoNiaretan-tory niaraka tao Fianarantsoa halina

Nigadona tao Fianarantsoa omaly alarobia 20 desambra maraina tao amin’ny Toby Faritany Miaramila Faharoa - Besorohitra ny nofomangatsiakan'ireo mpitandro filaminana sivy lahy lavo am-perinasa rehefa nopaohin’ny rano teo am-piampitana “radier”

tao Ambinanitromby, 28km tsy hahatongavana ao Ikongo ny fiarabe nitondra azy ireo ny tolakandron’ny sabotsy 16 desambra 2017. Avy amin’ny Tafika ny 6 tamin'izy ireo, polisy ny 2 ary zandary ny 1, ny ADJ Andriamampana Joseph avy any Vahapaky, Kaominina Ampasimanjeva, Distrikan'i Vangaindrano ; SGC Rasolonjatovo Jean Damien, avy any Antanambao- Fangena- Kaominina Fandrandava ;  SGC Rafolonomembazany Saphibin Santisteban, avy any amin'ny Kaominina Anosy Distrika Farafangana  ; S1C Ratolojanahary Sedinas avy any Mahajanga Ville ; S1C Rafanomezantsoa Tolojanahary Faly Albert avy any Tsitaitra, Andranotakatra, Kaominina Fandrandava, Distrika Lalangina ;  S2C Andrianirina Hervé Augustin avy ao Sahamena, Andrainjato Centre, Kaominina ambonivohitra Fianarantsoa ; G1C Raharijaona Jean Wilfrid avy ao Ambanimaso Fianarantsoa ; AP3 Razafindrahoby Dinalalaina Todiavao avy ao Isorana, Distrika Isandra ary ny AP1 Raherisaina Lauréat dia avy any Ambohimahazo, Distrika Manandriana. Niaretan-tory tao amin’ny Toby miaramila Besorohitra Fianarantsoa ireo razana ireo halina mialoha ny handraisan’ny fianakavian’izy ireo tsirairay ka hitondra izany any an-tanindrazany avy.

Nangonin’i Jean D.

La Vérité1 partages

Omnisport-Universiade - Madagascar lorgne l’Afrique

« Madagascar lorgne les Jeux africains des universitaires d’Ethiopie du 4 au 9 juillet de l’année prochaine. La première détection des athlètes est déjà entamée et cette fois- ci, les disciplines individuelles seront favorisées pour ce rendez-vous continental », annonce Mamitiana Raveloson, président de la fédération des sports universitaires à Madagascar lors de la cérémonie de remise de trophée des universiades 2017 (3eme édition) et de la coupe du président de l’université (5eme édition). L’événement s’est tenu au gymnase couvert de l’université d’Ankatso, hier.

Rappelons que l’universiade troisième édition s’est déroulée à Mahajanga du 18 au 23 septembre dernier. La compétition a été dominée par les athlètes de l’université d’Antananarivo. L’université d’Antananarivo a dominé les débats en occupant la première place du podium sur le classement de médaille devant l’équipe hôte, qui a devancé l’université de Toliara, qui termine troisième.  Dans la discipline collective, les médailles d’or des universiades ont été raflées par  l'équipe de football de l'université d’Antananarivo, tandis que l’équipe de basket a gagné celle d'argent et le bronze pour le handball. Quant à la coupe du président, le grand calice est allé à l'équipe de l’école Polytechnique de Vontovorona vainqueur final du match de football. C’est la ville d’Antsiranana qui abritera la 4eme édition l’année prochaine. L’équipe d’Antananarivo semble déjà prête à remettre ses titres en jeu.D’après Helina Randrianjatovo, directeur sportif et des actions culturelles «Un amendement devrait être déterminé sur les règlements de compétition pour éviter toute altercation fréquente entre les participants ». Les athlètes malagasy en déplacement à l’île Maurice lors d’une rencontre sportive dans la discipline tennis et pétanque ont également reçu des reconnaissances. Elias Fanomezantsoa

L'express de Madagascar1 partages

Toliara Sands – Le partenaire stratégique annoncé

Bonne nouvelle. L’annonce du partenariat stratégique entre  World Titane Holdings (WTH) et Base Resources Limited , une société australienne, a été faite par le Chief executive officer de WTH, maison mère de Toliara Sands, Phil Murphy en personne, à son bureau à Ampandrianomby, mardi dernier. « Un partenaire stratégique financier est utile dans un projet de l’envergure de Toliara Sands. La concurrence dans le marché mondial de l’ilménite est si rude qu’il est important de bien choisir l’investisseur financier, qui plus est, un producteur de sables minéralisés de renommée ayant un bilan réussi dans le développement de projets d’extraction en Afrique », explique Phil Murphy, CEO de WTH. Base Resources Limited  investira 75 millions de dollars pour une participation initiale de 85% dans le projet d’extraction d’ilménite de Ranobe, dans la région Sud-ouest. Ce partenaire est coté à la bourse australienne et anglaise avec une capitalisation boursière de 225 mil­lions de dollars australiens. « Base Resources Limited a réussi la mise en opération d’un projet similaire au Kenya en 2013, avec un investissement de 330 millions de dollars et employant 925 personnes dont 97% sont des Kenyans, créant quelque 3500 emplois supplémentaires », précise Phil Murphy.

IdéalL’accord a été conclu seulement la veille de cette annonce, c’est-à-dire lundi dernier, après vingt ans de parcours de Toliara Sands dans les étapes nécessaires à l’effectivité du projet. Encore que dans le chronogramme du projet, ce partenariat stratégique ne devait aboutir qu’en mars 2018. Le partenaire considère le projet Ranobe comme le meilleur projet de développement de sables minéralisés dans le monde avec ses 884 millions de tonnes de réserve à 6,2% de  minéraux lourds. « Le cours de l’ilménite est à son meilleur niveau. Nous devons saisir cette occasion pour offrir alors l’ilménite de Ranobe dont la première production est prévue en 2020, premier semestre 2021 ». La fusion des deux permis d’exploration et d’exploitation d’un deuxième carré minier, de même que le permis environnemental y afférent ont été accordés. « Le projet entame en ce moment la démarcation parcellaire des terrains sur lesquels les travaux de construction de voie de desserte de 51 km, pouvant supporter les camions wagons de 100 000 tonnes de minerais ; ainsi que ceux où seront construits le port et la jetée à Andabohy. Il n’y pas encore de négociation avec les propriétaires », précise Toliara Sands. La question sécurisation foncière démarrera en 2018, le «final engineering» et la construction en 2019, la production en 2020. Six cent mille tonnes de production d’ilménite, ritule et zircon sont prévues annuellement.

Mirana Ihariliva

Madaplus.info0 partages

Ikongo : le gouvernement monte au créneau

Le premier ministre Solonandrasana Olivier a annoncé devant la presse que le gouvernement a déjà pris ses parts de responsabilités à propos de la situation du District d’Ikongo.
Le premier ministre a ordonné le chef du District d’Ikongo de se réconcilier avec les représentants du Fokonolona qui se sont manifestés mardi dernier. Lui de réitérer dans ces propos que le fait de réconcilier ne signifie pas impunité. Par contre, il aura des poursuites après les enquêtes déjà menées et les responsables des acteurs répréhensibles seront obligatoirement punis selon la Loi. Des mesures pacifiques sont également prises comme l’affectation provisoire des juges d’Ikongo ainsi que l’augmentation de nombre des éléments de Force de l’Ordre dans ce District.
Madaplus.info0 partages

Ministère de l’Éducation nationale : application sévère des sanctions et des disciplines dans les ly...

Des failles ont été constatées au niveau de l’éducation dans les lycées publics, notamment sur les méthodes de travail des enseignants, mais aussi sur le manque d’application de la discipline, a expliqué le Ministère de l’Éducation nationale. C’est principalement au niveau des concours d’entrée à l’université qu’on aperçoit de plus, le faible niveau des lycéens.
Afin de pallier ces failles, le Ministère de l’Éducation nationale a tenu un regroupement national regroupant tous les proviseurs des lycées publics de Madagascar durant deux jours dans la Capitale. Lors de cette rencontre, le Ministère de l’Éducation nationale n’a pas manqué de demander les proviseurs d’être plus sévères aux pressions exercées sur les enseignants en termes de limogeage ou de sanction à appliquer dans les cas de délit. Le Ministère a lancé l’application stricte des sanctions pour les enseignants qui ne remplissent pas les 20 heures de cours, mais également pour les absences sans motif des enseignants. Ainsi, la discipline sera intégralement restaurée.
Madaplus.info0 partages

Sécurité pendant les fêtes : déploiement des éléments de Force de l’Ordre

L’OMC ou l’Organisation Mixte de Conception concentre leurs efforts le maintien de l’ordre public pendant la fête de la nativité et de fin d’année
Plus d'un millier d’éléments des forces de l’ordre seront mobilisés dans tous les coins de la région d’Analamanga selon le Commandant du groupement d’Analamanga. De son côté, le Colonel Ravoavy Zafisambatra a réitéré que les Districts ruraux tels qu’Ankazobe, Anjozorobe et Andramasina seront priorisés. Les patrouilles seront renforcées dans tous les quartiers rouges de la Capitale a déclaré le Chef de la Région d’Analamanga. La prévention des accidents entrera également dans les missions principales de ces éléments des Forces de l’Ordre.Ils incitent les usagers aux volants à ne pas boire de boisson alcoolisée pour prévenir les accidents..
News Mada0 partages

BMOI any Toliara : manome fifandraisana manokana

Miezaka manatona ny mpanjifa hatrany ny banky BMOI. Misokatra any Toliara izao ny masoivoho vaovao, araka ny tanjona napetrany, miaraka amin’ny fanatsarana hatrany ny tolotra omeny. Ny BMOI, banky malagasy voalohany notolorana ISO 9001, ny taona 2016, noho ny zava-bitany. Tombontsoa lehibe ho an’ny mpanjifa ao amin’ity banky ity ny fananany fifandraisana manokana amin’ny mpiasa ao aminy, manampy sy manoro lalana amin’izay tokony hatao sy izay ilaina rehetra.

Manampy betsaka ny mpanjifa koa ny fampiasana teknolojia mifandraika amin’ny filàna ankehitriny, BMOINET, hita any amin’ny finday smartphone, tablettes na ordinatera.  Mbola ao koa ireo tetikasa maro hampahafantarina miandalana, hanampy hatrany ny mpanjifa. Na olon-tsotra, mpandraharaha, orinasa, fikambanana, ONG, sns, misy tolotra novolavolaina mifanandrify ho azy ireo ao amin’ny BMOI. Havaozina hatrany ireo tolotra ireo hitazonana ny mpanjifa hifanaraka amin’ny hetahetany.

Tsara ho fantatra fa tompon’ny renivola be indrindra ao amin’ny BMOI ny vondrona BPCE, faharoa any Frantsa, ary manana tambajotra matanjaka iraisam-pirenena. Ahitana taratra  azy  ny Nosy maro aty amin’ny ranomasimbe Indianina (Maurice, Mayotte, La Réunion, ary Madagasikara).

R.Mathieu

News Mada0 partages

Fitsaram-bahoaka sy fifidianana : Tsy atokisan’ny vahoaka intsony ny mpitondra

Tato ho ato, nirongatra indray ny fitsaram-bahoaka. Anisan’ny mahatonga izany ny tsy fandriampahalemana, ny fisian’ny fandrobana sy ady tany. Miteraka tsy fahatokisana ny mpitondra izany.

Rehefa mby amin’izay manahirana sy ny tombontsoany manokana ihany ny mpitondra vao mahatsiaro vahoaka. Amin’izao ankatoky ny fifidianana izao, mandeha ny fangatahana fotoana hoe hanaovana fampandrosoana. Efa nisy aza ny kabary nilazana fa izay tsy vita tao anatin’ny 50 taona, vitaina ao anatin’ny folo taona: fe-potoam-piasana roa.

Tsy matoky tena ny mpitondra? Na matahotra fitsaram-bahoaka amin’ny fifidianana…  Miharihary amin’ny fitsaram-bahoaka etsy sy eroa ny tsy fahatokisan’ny vahoaka intsony ny mpitandro filaminana sy ny fitsarana. Tsy afa-miala amin’izany ny fanjakana foibe, mampiasa ny mpitandro filaminana sy ny fitsarana ho fitaovana politika.

Tsy azo antoka ny fitandroana filaminana sy ny fitsarana

Tsy ara-drariny, ohatra, ny tsinjarana ny mpitandro filaminana: maro ary mirongatra avy hatrany raha vao misy fanahiana fidinana an-dalambe ahina hanohintohina ny toeran’ny mpitondra. Nefa zara raha misy sy ela izany amin’ny asan-dahalo mampitondra faisana ny vahoaka ifotony. Misy mpitandro filaminana aza voasaringotra na miray tsikombakomba amina asan-jiolahy.

Mifampitohy amin’izany ny raharaham-pitsarana? Tsy atokisan’ny vahoaka intsony fa misy hatrany ny tsimatimanota, ny dahalo ambony latabatra… Tsy misy izay fisaraham-pahefana, ny fampiharan-dalàna afa-tsy amin’ny madinika. Miteraka lonilony eny anivon’ny fiarahamonina ifotony izany, tsy fahatokisana ny fanjakana amin’ny ankapobeny.

Matahotra fitsaram-bahoaka ny mpitondra

 Hanao ahoana izany rehetra izany eo amin’ny fifandraisan’ny vahoaka sy ny mpitondra amin’ny fifidianana? Saika tsy mahataitra ny fitsaram-bahoaka, raha manohintohina ny fitondrana. Ny fitsaram-bahoaka amin’ny fifidianana izao no tena mahafadiranovana ny mpitondra, fa miharihary amin’ny fitsaram-bahoaka isan’andro ny tsy fahatokisan’ny vahoaka intsony.

Izay no anisan’ny mampirongatra ny fitsaram-bahoaka amin’izao ankatoky ny fifidianana izao? Mitsara alohan’ny fotoana ny vahoaka, raha manao fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana ny mpitondra?

R. Nd.

News Mada0 partages

BT Don Bosco – Tanora : mitaky politika mazava ny asa

 “Tsy misy politika mazava ny  fanjakana momba ny asa ho an’ny tanora.  Tsy mahazo vahana  ny sehatra tsy miankina. Mandringa ary tsy mazava ny tanjon’ny fanofanana ho amin’ny asa”, hoy ny eo anivon’ny orinasa Alfa, Andrianantenaina  Herizo, tamin’ny famelabelarany, tetsy Antaninarenina, omaly.  Tafiditra amin’ny hetsika  “Andron’ny fiaraha-miombona antoka amin’ireo orinasa” izany ary niarahana tamin’ny Birao teknika  eo anivon’ny Don Bosco  (BTDB)  sy ny tsy miankina. Nivoitra fa tokony ho andry iray ho amin’ny fampiroboroboana ny toekarena ny  tanora.  Tsy afa-misaraka amin’izany ny fiaraha-miombona antoka amin’ny orinasa. Noraisina  ho ohatra ny fifandraisan’ny Tranoben’ny asa Don Bosco amin’ny fanofanana ny tanora noraisin’ny Alfa hiasa eo aminy. Natsidik’ireo namelabelatra koa fa tokony  hapetraka ny fanofanana mitodika amin’ny filan’ny orinasa.  “Firenena inona isika ? Tanora tahaka ny ahoana ny eto ary inona ny tiantsiaka hatao ?… Firenena mampindrana fa tsy ampindramina no tokony hisy eto ”, hoy ireo naneho  hevitra.

Nambaran’ny sasany indray kosa fa ilaina ny fanadihadiana hahafantarana ny mpanjifa sy ny mpifaninana.  Ny sehatrasa tiana hatao ary ny fidinana ifotony. “Mba ahalalana ny vola hokirakiraina hamoronana orinasa…”, hoy izy ireo.

Tsiahivina fa anisan’ny fotokevitr’i Don Bosco ny fanohanana sy ny fanampiana ny tanora. Anisan’izany izao hetsika natao izao.

Synèse R.

News Mada0 partages

Songadina an-tsary

Ny talata alina teo, tetsy Analakely, nanatanteraka fisavana sy nitsapa ny tahan’ny alikaola ny eo anivon’ny sampandraharaha fitaterana an-tanety na ATT, ho famongorana ny lozam-pifamoivoizana mialoha ny fety.

Nirehitra ny trano tetsy Ambohimangakely, omaly maraina fa maro kosa ireo entana avotra.

News Mada0 partages

Kitra ao Antsirabe : hamerina ny lazan’i Vakinankaratra i Fidy

Anisan’ireo ligim-paritra nanavao ny filohan’ny baolina kitra ao aminy Antsirabe. Lany hitantana izany, Andriantoponera Fidinirina. Ny hamerina ny lazan’ity taranja ity, amin’ny toerana fahiny, ny tanjon’ny filoha vaovao.

 Mpitantana vaovao, amin’ny alalan’Andriantoponera Fidinirina, no hitondra ny ligin’ny baolina kitra ao Vakinankaratra, manomboka izao. Voafidy ny zoma 15 desambra lasa teo izy. Raha tsiahivina, kandidà 5 ireo nifaninana, tamin’ity. Nahazo vato 5 tamin’ireo seksiona 7 nandatsa-bato izy.

Tsy olona vaovao amin’ny baolina kitra i Fidy satria efa filohan’ny klioba FC Vakinankaratra, izay inefatra nandrombaka ny tompondakan’izany faritra izany, ary efa indroa nahazo ny amboaran’ny RN5. Taorian’ny fahalaniany ho filohan’ny ligy anefa, voatery nametra-pialana tamin’izany toerana izany izy. Talohan’io, efa mpilalao baolina kitra, tao amin’ny Zatovon’i Bongolava, ny taona 1989 – 1991 sy tao amin’ny ekipan’ny ESS Lettres Ankatso, ny taona 1994 – 1996 izy. Nitana ny toeran’ny irakiraka havanana i Fidy tamin’izany.

Maro ireo fandaharanasany, amin’izao taom-piasana hitondrany ny ligin’i Vakinankaratra izao. Laharam-pahamehany ny famerenana indray ny lazan’ny kitra ao Antsirabe sy ny fampakarana ny lentan’ny fifaninanana. Ankoatra izay, haverina ny fiaraha-miasa amin’ny mpitondra ao an-toerana sy ireo orinasa, hirotsaka hanohana amin’ny fampandrosoana ny kitra ao Antsirabe, toy ny tamin’ny fotoan’ny Sraf, BTM, Cotona, Taxi, 3FB.

 Omena sehatra ny seksiona

Hamafisina ny fiaraha-miasa amin’ireo seksiona 7 mandrafitra ny ligy ka homena sehatra ny fifaninanana ho an’ireo tanora sy ny vehivavy. Hampitomboina ny isan’ny klioba mifaninana ao amin’ny sokajy D1. Ezahiny ny hisian’ny mpilalao betsaka avy ao Antsirabe, handrafitra ny Barea de Madagascar, toy ny tamin’ny andron-dry Mamisoa sy ry Damany kely. Hanangana birao iasan’ny ligy koa ny tenany, fa tsy ho any an-tranon’ny filoha na ny sekretera jeneraly. Asina “site web”, hahalalana ireo vaovao rehetra mahakasika ny kitra ao Antsirabe. Hiara-kiasa amin’izay ho filohan’ny federasiona ny ligin’i Vakinankaratra ka hangataka ny hametrahana bozaka “synthètique” ao an-toerana. Fantatra ihany koa fa hamboarina manomboka ny faran’ity taona 2017 ity, ny bozaka ao amin’ny kianja Vélodrome. Tsy hadinon’i Fidy ny hanome fiofanana ireo mpilalao fahiny sy ireo teknisianina, izay fototra mampandroso ny baolina kitra.

Hatreto, mbola miandry ny famindram-pahefana, amin’ny filoha teo aloha ny tenany vao hanendry ireo mpiara-miasa aminy ary hanomboka ny tetikasany.

 Torcelin

News Mada0 partages

Tenisy ambony latabatra : hiditra amin’ny “tournoi” farany ny seksiona

Hotanterahina, ny 28 – 30 desambra ho avy izao, etsy amin’ny kianja mitafon’ny ANS Ampefiloha, ny “Tournoi” fahatelo sady farany, karakarain’ny seksiona Antananarivo Renivohitra, ho an’ny taranja tenisy ambony latabatra. Hiavaka ity fihaonana ity, satria hamaritana ireo mpilalao mianadahy, sokajy U16 hahazo ilay fiofanana, any Frantsa, ny taona 2018.

Araka izany, efa nampanantenain’ny filohan’ny seksiona sy ireo mpiara-miasa any ampitan-dranomasina fa hotolorana ireo izay mendrika nandritra ireo “Tournoi” telo notontosaina izany. Na izany aza, hisokatra ho an’ireo sokajin-taona rehetra ity fifaninanana farany ity, izay entina ihany koa hanakatonana ny taom-pilalaovana 2017. Ankoatra izay, efa mitsangana ofisialy ihany koa ny fikambanana “Ping-pong pour tous”, izay hanome sehatra ny filalaovana ity tenisy ambony latabatra ity, ho an’ny olona rehetra. Mbola hisy ny fampahafantarana izany fikambanana izany sy ny fandaharanasany.

Torcelin

News Mada0 partages

Volley-océan indien : un centre d’entraînement permanent en vue

La Réunion érigera un centre d’entraînement permanent d’ici quelque temps. Les volleyeurs malgaches y trouveront leur compte suite à la signature de convention, cette semaine, entre les deux îles.

A chaque sortie à l’étranger, le président de la Fédération malgache de volley-ball, Jocelyn Andriamandimbisoa, rapporte de bonnes nouvelles. En déplacement en terre réunionnaise, durant cette semaine, il a annoncé la mise en place prochaine d’un centre d’entraînement permanent. «Madagascar aura sa place dans ce projet à travers lequel les jeunes sélectionnés bénéficieront de contrats sportifs et scolaires», a-t-il expliqué.

Outre ce projet d’envergure et à long terme, la visite du président de la FMVB à La Réunion a été également l’occasion pour les deux parties de renforcer la coopération bilatérale pour le bien de la discipline.

Le renforcement des échanges se présentera sous diverses formes. Parmi elles, figure la formation d’entraîneurs. Des techniciens malgaches bénéficieront du savoir-faire français grâce à l’appui de la Fédération française de volley-ball au volley réunionnais dans cette démarche.

Les compétitions aussi ne sont pas en reste. Festi volley, de la saison prochaine, se présente comme la principale action pour le renforcement de cette coopération où les volleyeuses des moins de 20 ans, issues des cinq continents, s’affronteront.

La signature de cette convention entre les deux parties a également été l’occasion pour le président de la FMVB de réitérer son souhait de voir La Réunion au championnat d’Afrique.

A défaut de compétitions, la FMVB a ramené, comme cadeau de Noel aux férus de la discipline, cette idylle naissante entre Madagascar et La Réunion, au profit des pratiquants des deux îles évidemment.

A noter que cette signature de convention est le fruit d’une entente parfaite entre la ligue réunionnaise conduite par Florence Avaby et le président de la FMVB, sous la houlette d’Eric Tanguy, président de la Fédération française de volley-ball (FFVB).

Naisa

News Mada0 partages

Tennis de table : panier garni pour Madagascar

Noël avant l’heure! La délégation malgache n’est pas rentrée les mains vides du championnat d’Afrique de l’Est. Outre les trois médailles argent et bronze, Madagascar a également obtenu, de la part de Ping sans frontières, des matériels pour appuyer la Fédération malgache de tennis de table (FMTT) dans la promotion de la discipline. La remise de ce don a été effectuée en marge de la clôture de la joute de la Zone 5 le week-end dernier. Le lot comprend des raquettes, balles, t-shirts, filet ou encore des survêtements.

D’après les informations émanant de la fédération mauricienne : «La Fédération mauricienne de tennis de table sera présente pour aider Ping sans frontières à acheminer les équipements sur l’océan Indien».

En somme, les absents ont toujours tort ! Outre la Grande île, tous les pays qui ont participé à ce championnat d’Afrique orientale n’ont pas été oubliés par Ping sans frontières, en l’occurrence, le Kenya, l’Ouganda, Madagascar, les Seychelles.

Naisa

News Mada0 partages

Rugby : les Elite II et les dames en avant-goût

Analamanga rugby veut donner un avant-goût du bouquet final du championnat régional, dimanche prochain, au stade de Malacam à Antanimena, en mettant sur le devant de la scène les clubs dans la catégorie Elite II et les équipes féminines. Wolks et CEA ouvriront le bal en Elite II. Une rencontre suivie des chaudes retrouvailles entre Tafia et SCM/CFM. FTA Anosibe retrouvera les Wallabies tandis que 3FAI fera face à CPI Isotry. L’enjeu est beaucoup plus important chez les dames car elles vont entamer les demi-finales du championnat.

La première affiche opposera deux clubs qui se connaissent bien. En effet, 3FB va de nouveau en découdre avec ses rivales de toujours, les rugbywomen du club Fanja. L’autre match promet également de grosses bagarres. UAS Cheminots sortira l’artillerie lourde pour essayer de se défaire des griffes de JSM. Autant de rencontres qui vont animer le public de Malacam, avant la finale du championnat d’Analamanga Top 9, prévu se dérouler sous de meilleurs auspices au stade de Mahamasina le 30 décembre.

Rojo N.

News Mada0 partages

Ikongo : nandrasana ao an-toerana ireo razana sivy

Efa hita avokoa ireo razana mpitandro filaminana sivy izay tsy hita popoka tao anatin’ny andro vitsy tany Ikongo. Nentina tao Ikongo izy ireo ka ny andron’ny alatsinainy, efa notaterina tamin’ny fiara niakatra any amin’ny faritra niaviany ny sasany. Raha ny fantatra, ireo telo voalohany, izany hoe ireo polisy roa sy miaramila iray ireo efa nalefa nody an-tanindrazany. Ny ambiny kosa, izay hita manaraka, mbola nentina ao Ikongo aloha.

Ankoatra izay, fantatra tamin’ny loharanom-baovao avy any an-toerana fa misy ny voafonja izay nitsoaka kanefa niverina tsikelikely nanatona ny fonja. Tsy mbola nisy ny tarehimarika ofisialy nampitaina momba izany ary mitombo hatrany koa ny isa, raha ny vaovao avy any an-toerana hatrany.

Voalaza koa anefa fa momba ny fidinan’ny mpitandrofilaminana marobe any an-toerana, tsy tena fampandrian-tany loatra ny anton-dian’izy ireo fa mifantoka amin’ny fanabeazana ho olom-pirenena ny vahoaka sy fampahafantarana ny lalàna. Afakomaly, navondron’izy ireo tao amin’ny tranobe tao Manankazo ny vehivavy sy ny tanora ary nampitaina izany fanabeazana izany. “Ato ho ato kosa, ny vatan-dehilahy indray no hampitana izany fahalalana”, hoy ny fanazavana. Azo lazaina fa miverina amin’ny laoniny ny filaminana any Ikongo. Somary raiki-tahotra ihany ny olona sasany nahita ireo mpitandro filaminana mirongo basy teo aloha teo. Maro ny nihevitra fa hanao valifaty ireto mpitandro filaminana ireto. Ny tany Ikongo rahateo voalaza fa efa ela no nilamina fa nisy ny nanely tsaho fa mbola mikorontana tany an-toerana. Teo ihany koa ny fanalana ireo mpitsara tany Ikongo. Ny praiminisitra tetsy andaniny nanamafy fa milamina any amin’izao fotoana izao, ary atao ny hisian’ny filaminana saingy tsy maintsy misy ny fanadihadiana misokatra tsy ho ela. “Tsy maintsy hisy ny fanadihadiana hahafantarana ny anton’ny korontana”, hoy izy.

Yves S.

News Mada0 partages

Fetin’ny Krismasy sy faran’ny taona : anarivony ny zandary, polisy, miaramila hahetsika

Fanamafisana ny fijerena akaiky ireo faritra mafana amin’ny asan-jiolahy, ireo toerana fanaovana fety, fandrindrana ny fifamoivoizana… Ireo ny hiompanan’ny asa ataon’ireo mpitandro filaminana (zandary, polisy, miaramila) arivo mahery, ao anatin’ny OMC, faritra Analamanga, amin’izao fetin’ny Krismasy sy faran’ny taona izao.

Fantatra fa hahetsika ny mpitandro filaminana miisa 1.000, mandritra ny fety roa miantoana, ny fetin’ny Krismasy ny faran’ny taona ary ny taom-baovao eto Antananarivo sy ny manodidina, taorian’ny fivoriana niarahan’ny OMC (Organe mixte de conception) sy ny faritra Analamanga teny Androndra. « Ho fanamafisana ny fitandroana ny filaminna mandritra ny fety sy hanaovan’ny olona fety am-pitoniana izao hetsika izao », hoy ny fanazavana.

Anisan’ny hosahanin’ireo mpitandro filaminana ihany koa ny fandrindrana ny  fifamoivoizana, fiambenana ireo faritra mafana sy ny misy fety rehetra. « Mila fiaraha-miasa amin’ny vahoaka hatrany anefa izahy mba hampirindra antsakany sy andavany ny asa hiandraiketana », hoy ny fanamafisana.

Mazava ho azy, ahitana ireo mpitandro filaminana mitambatra ireo izany ny toerana rehetra eto Antananarivo sy ny manodidina. Hiparitaka any amin’ireo tena be asan-jiolahy izy ireo, ary heverina fa hiasa andro aman’alina. Maro ireo toerana isehoana asan-jiolahy matetika, eny fa na fanendahana aza, izay anisan’ny mampikaikaika ny olona rahateo.

Ireo mpanendaka rahateo, efa mivatsy fitaovam-piadiana ary misy aza ny mitana basy mihitsy sady mahavita mamono olona. Mety hihena izany ny asa fanendahana na ho foana mihitsy mandritra ny fety, sady fanararaotan’ireo olon-dratsy hanendahana sy hanafihana mihitsy.

Efa fanao isan-taona

Hetsika efa fanao isan-taona ihany ny toy ity, mitovy amin’ny Paska sy Krismasy ieren-doza hatramin’izay. Miandrandra ireo mpitandro filaminana ireo ny vahoaka, noho izany, indrindra fa amin’ny asan-jiolahy. Hita fa manao sesilany hatrany ny asa ratsin’izy ireo ary manaporofo izany ny fanafihana nahafatesana olona iray teny Andriantany Ambohitrimanjaka afakomaly alina. Teny Manjakaray izay nitifirana olona mpivarotra avy eny ambony moto. Ohatra ihany ireo fa ny mpitandro filaminana no antenain’ny olona mba hiaro azy ireo. Andrasana ny fahitana ireo mpitandro filaminana anarivony ireo eny an-tsena na eny amin’ny kartie mafana, indrindra fa amin’ny alina.

Yves S.

News Mada0 partages

Toamasina : manjaka ny lozam-pifamoivoizana

Nisehoana lozam-pifamoivoizana telo samy hafa ary nahafatesana olona miisa efatra tao Toamasina, ny faran’ny herinandro lasa teo. Ny alahady teo, teratany karana iray nitondra fiara 4×4 nihazo iny RN 5 iny no nandona tovolahy nanao taingin-droa tamin’ny moto tao Ambalamanasy. Tsy fantatra na noho ny tahotra na tsy firaharahiana ireo naratra fa nirifatra nandositra avy hatrany ilay Karana nahavanon-doza. Ireo zandary tsy lavitra ny toerana nitrangan’ilay loza no niezaka namonjy azy roa lahy voadona mafy ireto ka nitondra azy ireo tany amin’ny hopitaly ao Morafeno. Fantatra nandritra ny fizahana nataon’ny mpitsabo fa nisy fahatapahana maromaro ny vatan’izy roa lahy noho hamafin’ny dona tamin’ilay fiara. Mbola afa-niresaka mombamomba ilay fiara nahavanon-doza izy roa lahy mialoha ny nahafatesany. Niainga avy tamin’izany ny fanadihadiana rehetra nataon’ny zandary, kanjo nitolo-batana teny amin’ny polisy misahana ny heloka bevava ilay karana nahavanon-doza.

Faharoa tamin’ny 11 ora antoandro tamin’io fotoana io ihany teo anoloan’ny tranombarotra Vazaha iray misy ny lalam-baovao mamakivaky an’i Mangarivotra, raim-pianakaviana iray 40 toana nitondra moto no voadonan’ny fiara 4×4 iray koa ka maty tsy tra-drano. Ny fahatelo, ny 18 novambra 2017 tamin’ny 5 ora hariva tao Mangarivotra ihany tovolahy 20 nitondra moto maty voahosin’ny kamiaobe.

Sajo sy J.C

News Mada0 partages

Andriantany – Iarinarivo : nirefodrefotra ny basy, olona iray maty voatifitry ny jiolahy

Jiolahy manodidina ny 12 eo ho eo nirongo basy Kalachnikov sy PA no indray nirodorodo nanafika tao amin’ny fokontany Tsarazaza Andriantany, kaominina Iarinarivo, distrikan’Ambohidratrimo, ny alatsinainy alina tamin’ny 10 ora sy 30 mn. Tovolahy iray maty notifirin’ireo jiolahy…

 Nihorohoro tanteraka ireo mponina eo an-tanàna nandritra ity fanafihan-jiolahy mitam-piadiana mahery vaika ity. Tokantrano miisa dimy indray nasesin’ireo olon-dratsy tamin’io alina io. Tsy nahazo izay notadiavina anefa ry zalahy tamin’io fotoana io, afa-tsy finday sy entana azo nobataina tao an-trano. Vola no tena notadiaviny saingy niala maina izy ireo rehefa nilaza ireo niharam-boina fa tsy manam-bola mihitsy izy ireo. “Niditra an-keriny tato an-trano ireo olon-dratsy tamin’io fotoana io. Ny sasany niandry teny ivelan’ny trano, ny hafa kosa nanakorontana nitady vola. Tao ambany rihana no niditra mialoha ry zalahy vao niakatra tao ambony rihana sady nidaroka ihany”, hoy ny fitantaran’ny iray amin’ireo fianakaviana niharam-boina. Misy trano lehibe iray miorina eo akaikin’ilay trano notafihin’ireo jiolahy. Nihevitra ireo olon-dratsy fa ireto fianakaviana notafihin’izy ireo ireto no tompon’ilay trano lehibe vao amboarina mifanila amin’ilay trano voatafika. “Aiza ny vola nanaovanareo ity trano ity?”, hoy ireo jiolahy, araka ny tatitra nampitain’ireo fianakaviana hatrany. Tapitra nosavain’izy ireo avokoa ny tao an-trano rehetra, nisy kosa ireo nanambana basy ireo olona tao an-trano mba tsy hihetsika mahery.

Taitra ilay tovolahy niharam-boina satria marary ao amin’ilay trano notafihin’ireo jiolahy ny reniny ka nihevitra izy fa mihetsika ny aretin’io reniny io. Ny rahalahiny sy ny vadiny kosa, mipetraka ao ambany rihana izay nidiran’ireo jiolahy an-keriny. Namonjy tao an-trano ilay tovolahy niharam-boina izay tsy nanampo na inona na inona, kanjo notifirin’ireo jiolahy ka voa teo amin’ny sorony havanana. Nianjera avy hatrany ka tapaka ihany koa ny tanany.

Diso lalana ireo jiolahy…

Rehefa tsy nahita izay vola notadiaviny ireo jiolahy, nifindra tamin’ny trano tsy lavitra ilay voatafika niaraka tamin’ny rahalahin’ilay voatifitra (nataon’izy ireo takalonaina). Toy ny nataon’izy ireo tao amin’ilay trano notafihiny ihany koa ny paikady nentin’izy ireo nanafika tao amin’ilay tokantrano iray hafa. Nitady vola ihany koa, saingy nilaza koa ny tompon-trano fa tsy manambola homena azy ireo. Tezitra ry zalahy ka nentin’izy ireo ny telefaonina finday an’ny tompon-trano. “Niady hevitra teo izy ireo ary niaiky fa diso lalana fa tsy tokony ho tato aminay no nanafika”, hoy ireo tompon-trano. Mbola nanohy ny asa ratsiny tany amin’ny trano hafa indray ry zalahy taorian’izay sady nanapoaka basy. Tsy fantatra anefa na lany bala ry zalahy fa tsy nanaiky lembenana ny tompon-trano fa nanohitra ireo olon-dratsy ary naratra vokatr’izany ny roa lahy tamin’ireo mpanafika. Nifanenjehan’ny fokonolona koa ry zalahy, saingy tafaporitsaka.

Fokontany sivy ny mandrafitra ny kaominina Iharinarivo. Kamboty lavitra ny mpitondra fanjakana anefa izy ireo satria tsy misy jiro ny tanàna, na “poste avancé” an’ny zandary sy “poste de police” aza tsy misy, hany ka mitaintaina andro aman’alina ny mponina amin’ny afitsoky ny jiolahy. Tsy misy mpitondra fanjakana mijery mihitsy ity kaominina ity nefa andalovan’ny tetikasan’ny filoham-pirenena. Miantoka ny tsenan’ny tantsaha eny Talatamayy ny vokatra miainga avy ao amin’ny kaominina. Miraviravy tanana, noho izany, ny mponina, tsy lazaina intsony ny haratsian’ny lalana. Aiza ilay “gouvernement de combat” manoloana ity tsy fandriampahalemana miseholany isan’andro ity ? Na an-drenivohitra izany na ambanivohitra. Maninona no asiana tombo sy hala toy izany ny eny anivon’ireny kaominina ireny ka tsy jerena mihitsy  ny hafa? Miandry fampielezan-kevitra amin’ny 2018 vao hievotrevotra amin’ny alalan’ny fampandriana adrisa any amin’ireny toerana lavitra andriana ireny? Hita tampoka daholo ireo elakela-trano rehetra, saingy mivadika ny rasa rehefa tonga eo amin’ny fitondrana.

Jean Claude

News Mada0 partages

Chronique : circulez mais prenez le temps de voir

Connaissez-vous Mr. Hyde ? C’est vous, c’est moi, c’est tout le monde, au volant. Charmant à table, parfois même dans le cadre de son travail, le Dr. Jekyll (vous, moi, tout le monde, quand tout va bien) se transforme en son double dans sa version la plus mauvaise dès qu’il prend le volant.  Une fois le pied sur la pédale d’accélérateur, on se dit au diable les bonnes manières et le code de la route, maintenant, que le meilleur gagne ! Vous le reconnaissez maintenant cet individu agréable, drôle, heureux de vivre qui en un coup de klaxon peut se transformer un monstre de hargne prêt à tout écraser sur son chemin, piétons et marchands compris.

Pour éviter de perdre du temps dans les embouteillages, Dr. Jekyll prend parfois son deux roues motorisé. Cette décision courageuse voire téméraire n’adoucit pas les mœurs du conducteur pressé (vous, moi, tout le monde). Il arrive toujours un moment de la journée où le docteur polymorphe laisse la place à son double peu sympathique. Finalement, qu’on soit sur deux ou quatre roues ne fait pas une différence marquante. La capitale est désormais envahie par une armée de Mr. Hyde qui avance de la façon la plus désorganisée possible.

En cette fin d’année, le contingent des agents de la circulation a été revu à la hausse de manière significative. Ces hommes et ces femmes usent leurs poumons pour un travail des plus ingrats : réguler la circulation des monstres que vous, moi, tout le monde, devenons au volant de son automobile, de son deux roues ou de sa charrette. On peste souvent après ces hommes et ces femmes dont on ne connaît que le sifflet qui agace nos oreilles. Mais il faut admettre qu’ils font preuve d’un sang-froid extraordinaire parce qu’au cœur des embouteillages, ils réussissent l’exploit de garder l’uniforme de Dr. Jekyll toute la journée quand nous autres, as du volant, sommes prêts à nous étriper pour gagner quelques mètres.

Quand ce soir ou demain, vous, moi, et tous les autres au volant jetterons le costume de Dr. Jekyll pour endosser celui de Mr. Hyde, nous regarderons d’un œil nouveau ces héros de la circulation qui supportent nos turpitudes avec un flegme remarquable.

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : circulaire au sujet de la taxe de séjour (2) (Suite et fin.)

Cette différence de taxe a incité quelques Asiatiques, qui voyagent habituellement de la Grande Terre aux Comores et réciproquement, à se faire inscrire sur les rôles de cette province pour éviter de payer la somme de 10 francs (ou de 5 francs) qui forme la différence entre le taux de la contribution personnelle aux Comores et celui de la taxe de séjour (droit fixe) à Madagascar.

L’administration ne dispose d’aucun moyen pour s’opposer à ces procédés. Il conviendra cependant de porter sur les rôles tous les Asiatiques ou Africains qui se trouveront sur le territoire de Madagascar au moment de l’établissement des rôles primitifs et d’en exiger rigoureusement le payement de la taxe de séjour, à moins que les intéressés puissent prouver qu’ils sont réellement établis aux Comores.

Il résulte d’une correspondance échangée avec M. le consul du Portugal que les individus nés aux Indes portugaises jouissent de tous les droits accordés aux citoyens portugais de la Métropole.

Dans ces conditions, les prescriptions de l’arrêté du 30 novembre 1905 et des textes subséquents sur la matière ne leur sont pas applicables.

M. Merlin.

Avis relatif au service gratuit du « Journal Officiel »

La pénurie de papier et la réduction du personnel de l’Imprimerie officielle ont conduit à des réductions et même à des suppressions du service gratuit du Journal Officiel de la Colonie.

En conséquence, les fonctionnaires et agents divers qui ne bénéficient plus de ce service pourront consulter le Journal Officiel dans les bureaux de leur chef de service, des chefs de province, de district ou de poste administratif.

Le service de l’Officiel ainsi réduit sera assuré à compter du 1er janvier 1918.

Postes et télégraphes

Par décision du 17 décembre 1917, un courrier spécial pour la réexpédition immédiate des correspondances de France a été créé entre Ambatondrazaka et Andilamena.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Hevitra mandalo Resaky ny mpitsimpona akotry : Kely sokatry

Any amoron’ny fetran’ny tanjany ny mpitandro filaminana any an-toerana, hany hery sisa dia ny fanatontosana ny fiarovana ny mpitsara mialokaloka ao amin’ny toby manoloana ny faharomotan’ireo mponina an-jatony any Ikongo.

Tsy anjaran’ny mpitazana no mitsara ny olana nahatonga izany trangan-javatra izany, nefa kosa azo eritreretina ihany fa diso noho ny fihoaram-pefy ary azo lazaina hoe nanota fady mihitsy ireo olona tonga nanafika sy nandrahona ny olom-panjakana antoky ny fihatran’ny lalàna. Ny herin’ny mpitandro filaminana sy ny fahefan’ny fitsarana no kitro ifaharan’ny fanjakana tsapa ho mahefa. Teo

amin’ireo sampana roa ireo anefa no notsapain’ny olona ny halalin’ny fahefany. Izany hoe tsy mahefa eraky ny firenena ve ny fanjakana ? Rehefa lavitr’iIavoloha ve dia samy mandidy araky ny heriny ka afaka manjakazaka toy izany ny olona tsirairay ? Kely sokatry ve ny rantsan’ny fanjakana ?

Nampiasa fitaovana avo lenta ny fitondrana, nandefa

« helikôptera » nakana an’ireo mpiasa-panjakana latsaka an-katerena tao anatin’ny savorovoro nisehoan’ny hetraketraka tafahoatra. Ny fahitana izany seho izany raha jery tokana dia manompotompo ihany fandosirana, ary ny fanirahana andiana mpitandro filaminana hanatevin-daharana an’ireo any an-toerana dia mitory fahasahiranana eo amin’

ny famerenana ny filaminana.

Manota sy meloka izay mikomy ! Fandaharana mipetraka tsy iadin-kevitra izay. Rehefa ekena izay, eo ankilany malalaka ihany ny zo ahafahana mametraka fanontaniana : « fa dia efa adala toy ny inona ary ireto vahoaka aman-jatony no miaramirongatra toy ny olona samy tratran’ny haromotona avokoa ? ». Tsy azo odian-tsy fantatra fa matoa miseho izany fahatezeran’olona marobe izany dia ao raha. Tsy afaka kianina fahatany moa ny fanjakana, raha niseho ny fahavotsavotsany tamin’ny tsy fahaizany nisoroka haingana ny fiitatry ny vay. Fery tsy nampoizina iny. Anisan’ny fahaizana mitondra anefa ny fitsinjovana sy fahatazanana mialoha ny sehon-javatra iray, indrindra fa ireo tsy ampoizina.

Amin’izao fotoana izao, efa tsapa fa malikiliky ny maro eo amin’ny mponina. Pitikafo kely fotsiny dia mety hampirehitra ny fiarahamonina. Ny fomba ahafahana mampiato ny fahasahiranana efa diso mianjady angamba no fanafody mety handaitra mba hitondra fitoniana toy ny fanondrahana an’ireo vain’afo mandoro ato amin’ny fiarahamonina.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : Bazar de Noël

Le mot « bazar » nous vient du persan et comme chacun le sait dans le pays, il signifie « marché ». Nous le connaissons dans sa version neutre qui ne sera nuancée que par les dimensions du bazar grand ou petit. La langue française a adopté ce joli mot pour lui donner une connotation plus péjorative. Pour le plus grand bonheur des amoureux de la langue, le « bazar » réconcilie tout le monde en cette période de Noël : marché chatoyant et coloré à souhait mais aussi tout, n’importe quoi et son contraire rassemblés sur les mêmes étals, quand ce n’est pas à même la rue, comme pour prouver que l’ordre n’est pas une question d’espace. La ville s’est mise au diapason des marchés et des marchands ambulants pour former un très grand « bazar » qui paraît-il  est encore organisé. Profitez du « bazar », Noël n’est pas encore passé.

 

News Mada0 partages

Banky iraisam-pirenena sy ny fanjakana : takina hampidina ny vidin-tsolika ireo mpaninjara

Fantatra fa nisy kabinetra frantsay tsy miankina iray, novatsin’ny Banky iraisam-pirenena ara-bola, nanadihady ny firafitry ny vidin-tsolika amidy amin’ny mpanjifa eto amintsika. Tsy navoaka ho fantatry ny besinimaro ny valin’ny fanadihadiana, saingy anisan’ny voalaza fa mihoatra lavitra amin’ny tokony ho izy ny tombombarotra alain’ireo kaompanian-tsolika eto Madagasikara. Na eo aza ny fanalalahana ny sehatry ny solika sy ny vidiny, mahita ity kabinetra frantsay ity fa ny vidiny farany ambony avoakan’ny Ofisy malagasy ho an’ny vokatra solika (OMH), ampiharin’ireo mpaninjara, ka manome tombondahiny azy ireo.

Manoloana ireo, nametraka fandaharam-potoana hifampidinihina mandritra ny volana maro ny governemanta, tohanan’ny Banky iraisam-pirenena, hamerenana hijerena ity vidin-tsolika ity.

Nandritra ny fihaonan’ny telo tonta, tsy neken’ireo kaompania efatra eto amintsika ny tarehimarika sy ny fehin-kevitra navoakan’ilay kabinetra frantsay nanao ny fanadihadiana. Nambara koa fa tsy noresahina dieny mialoha izy ireo. Manahy ireto mpaninjara efatra ireto fa hiverin-dalana ny Banky iraisam-pirenena, tsy hanaraka ny fanalalahana ny sehatry ny solika eto Madagasikara.

Tsy mahita vahaolana ny fitondrana

Anisan’ny ho voa mafy koa ny orinasa iray amin’ireo mpaninjara efatra ireo, satria novidin’ny orinasa frantsay iray, hatrany amin’ny 200 tapitrsia dolara. Mety ho talohan’ny nivarotana azy ny fanadihadian’ilay kabinetra frantsay, saingy voasoratra tany anatin’ny drafitrasa toekareny ny tahan’ny tombombarotra ambony indrindra voalaza etsy ambony. Ho sarotra ny ho tohin’ny fifampiraharahana. Rehefa tena zohina, tsy hitan’ny fitondrana ny vahaolana hampidinana ny vidin-tsolika, izay tsiahivina fa hiakatra koa ny hetra alainy amin’ny solika (TPP) manomboka amin’ny taona 2018. Midika izany fa tsy ho voafehy ny vidin-javatra amin’ny ankapobeny ary tsy azo antoka ny filazana fa nihena ho 72% ny fahantrana eto Madagasikara, raha 92% teo aloha.

Randria

News Mada0 partages

Oniversiten’Antananarivo : hitokona mandritra ny fotoana tsy voafetra ny Seces

 Tsy nahazo valin-teny mazava sy matotra avy amin’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony ny mpampianatra mpikaroka mpikambana ao amin’ny Seces Antananarivo, momba ny fitakiana roa sosona.

Vokany, mihatra manomboka omaly ny fampiatoana ny asa fampianarana sy fikarohana rehetra eny amin’ny Oniversiten’Antananarivo sy amin’ny sampam-pikarohana miorina eto Antananarivo mandra-pivalin’ny fangatahana rehetra, araka ny fanambaran’ny filohan’ny Seces sampana Antananarivo, Ravelonirina Grégoire Sammy, teny Ankatso, omaly.

Nitaky ny fandoavana ny karama momba ny fikarohana ho an’ireo mpampianatra mpikaroka efa misotro ronono nefa mbola manohy ny fikarohana ny mpampianatra. Faharoa ny mikasika ny “obligation de service” izay nampiakarina ho 200 ora indray nefa tsy neken’ny mpampianatra ny fampiharana izany nanomboka ny taona 2005 no ho mankaty. Nahantona aloha io lalàna io ka notazonina ny 125 ora mahazatra hatramin’izay. Gaga anefa ny mpampianatra nahita ny taratasy nataon’ny mpitantana ny raharaham-bola ao amin’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony fa naverina manan-kery indray ilay lalàna nolavin’ny mpampianatra hatramin’ny taona 2005. Tsy nampahafantarina mialoha ny fanovana ny mpampianatra voakasika ka sorena tamin’izany. Lasa misy fiantraikany amin’ny fandoavana ny saran’ny ora fanampiny ny fampitomboana ny “obligation de service” isaky ny mpampianatra ho 200 ora fa tsy 125 ora, hoy ny fanazavana ihany.

 Manana zo hitokona ny mpampianatra mpikaroka 

Mamaly ny minisitra tomponandraikitra izay nilaza fa tsy ho tokony hanambara fitokonana ny Seces sampana Antananarivo, fa anjaran’ny birao nasionaly no manao izany ny filohan’ny Seces Antananarivo. Nanamafy izy fa manana zo hitokona araka ny voafaritry ny lalàna manan-kery momba ny asa sy ny fitsipika anatiny mifehy ny sendikà izy ireo.

Teny am-pamaranana, nilaza izy fa handefa taratasy ho an’ny filoha momba izao fitakiana izao hahafahany mitondra vahaolana.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Fandraharahana : nasehon’ny tsy miankina ny olany

Noresahina nandritra ny fihaonan’ny filoham-pirenena sy ny mpandraharaha ny olana mianjady amin’ny sehatra tsy miankina, ny 19 desambra teo. Anisan’izany, ny fanonerana ny TVA, ny famindram-bola, ny sakana amin’ny fahazoan- dalana hitrandraka harena an-kibon’ny tany, ny fepetra tokony horaisina manoloana ny tsy fandrosoan’ny fizahantany, sns.

Nivoitra koa ny firongatry ny kolikoly, ka andrasana ny vokatra azo tsapain-tanana avy amin’ilay Rafi-pitsarana miady amin’ny kolikoly (Pac). Noresahana ny olan’ny angovo sy ny herinaratra, izay tsiahivina fa hiakatra 10% ho an’ny orinasa. Mikasika ny fakan-ketra tsy ara-drariny sady atao amboletra, hapetraka ny rafitra hanara-maso manokana. Andrasana ny fankatoavan’ny filoham-pirenena ny lalàna vaovao mifehy ny fampiroboroboana indostria (LDI), novolavolain’ny vovonana fifampidinihin’ny fanjakana sy ny tsy miankina (DPP). Voasoratra ao anatin’io lalàna io ny fanomezana vahana ny indostria eto an-toerana, manoloana ny avy any ivelany, amin’ny alalan’ny Antokon-draharaham-pirenena hampiroboroboana ny indostria (ANDI) sy ny Tahirim-pirenena hampandrosoana ny indostria (FNDI). Hanome tombondahiny amin’ny hetra ny orinasa eto an-toerana ny LDI, toy ny fampihenana ny hetra amin’ny fampiasam-bola, ny fampiroboroboana ny fampiofanana ho an’ny indostria sy ny orinasa ara-dalàna.

Nilaza ny minisitry ny Indostria sy ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina, Tazafy Armand, fa mifanaraka amin’ny fijerin’ny tsy miankina ny voasoratra ao anatin’ny Tetibola 2018. Hitarina any amin’ny faritra koa ity fifampidinihan’ny roa tonta ity.

Njaka A.

News Mada0 partages

Ankatoky ny fety : ankizy 23 000 nampifaliana

Ho fanamarihana ny fahatongavan’ny fety roa sosona, namalifaly ny ankizy amin’ny faritra dimy teto Antananarivo ny vadin’ny filoham-pirenena tamin’ny alalan’ny ekipa mpiara-miasa aminy. Ambohidratrimo, Ivato, Soavimasoandro, Androhibe ary Anosy Avaratra ny toerana nandalovan’ny mpilalao sarimiaina amin’ny fahitalavitra nokarakarain’ny Okalou nitondra tsiky ho an’ny kilonga madinika avy amin’ny fianakaviana sahirana sy mpianatra manodidina ny 23 000 mahery nandritra ny tontolo andro, omaly.

Ankoatra ny dihy sy fanentanana samihafa niarahana tamin’ny fikambanana skoto momba ny fahadiovana, nizarana fanampin-tsakafo (rano sy biskoy) ny ankizy rehetra nanatrika ny hetsika tamin’ny faritra dimy voalaza. Tamin’ny taon-dasa, ankizy 10 000 teo ho eo no nisitraka fety tahaka izao teto Antananarivo amin’ny distrikan’Atsimondrano.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Cataclysmes naturels : 2017, année de toutes les catastrophes pour Madagascar

Le Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC) a présenté le bilan de ses réalisations en 2017 hier à son siège à Antanimora. Trois grandes catastrophes ont été soulignées, ainsi que quatre autres à titre émergentes.

Trois grandes catastrophes ont frappé Madagascar cette année: cyclones, peste et incendies. Le cyclone tropical «Enawo», le plus puissant enregistré au pays après «Gafilo» en 2004, a remporté la mise, comme en témoigne le don numéraire d’environ deux milliards d’ariary qui a été mobilisé. «Enawo a englobé le tiers de la dépense du BNGRC cette année», a noté le Secrétaire exécutif adjoint de ce bureau, le général Charles Rambolarson. 17 régions ont été touchées par ce cyclone, dont la Sava qui a été la plus meurtrie, le bilan a fait état de 81 morts et 437 405 sinistrés.

Pour les deux autres catastrophes, la peste a présenté un bilan de 133 morts et 13 régions ont été concernées. Quant aux incendies, 18 régions ont été touchées avec 11 personnes décédées et 19 555 sinistrées.

Catastrophes émergentes

Le BNGRC a également évoqué quatre catastrophes émergentes en 2017. Il s’agit de la catastrophe industrielle dont l’explosion d’une cuve pétrolière à Ambohimanambola faisant deux morts et plusieurs blessés. Suit après la catastrophe biologique avec l’invasion de chenilles légionnaires, menaçant les cultures céréales de la région Melaky et une partie du Menabe. Les catastrophes antrophiques dont les accidents de la circulation, si on ne parle que celui d’Ankazobe. En dernier lieu, la catastrophe géologique avec les éboulements comme celui du Fokontany Ambodiaramy, commune rurale d’Ambinanitelo, district de Maroantsetra, ainsi que le séisme enregistré au mois de janvier d’une magnitude de 5,9 à l’échelle de Richter.

En 2017, plus de 18 régions ont été touchées à Madagascar par des catastrophes de toutes natures.

Forte mobilisation des moyens humains

 7 100 personnes par jour ont été enrôlées par le BNGRC pour toute mission confondue dans la gestion des risques et catastrophes. 33% ont été mobilisés dans des activités de réponses aux urgences de toutes natures, et 66% dans des activités de préparation et de prévention. Dans cette dernière activité, on peut citer, entre autres, la formation des volontaires dans la Gestion des risques et catastrophes (GRC) et l’initiation des élèves aux cultures du risque.

Perspectives

Pour l’année à venir, le BNGRC envisage l’ouverture de six nouveaux centres régionaux, dont le renforcement des capacités de résilience va être particulièrement souligné. L’intégration des démembrements territoriaux ainsi que l’exploitation des données issues de la station de surveillance des inondations du Mesa Sadc seront comprises dans son organigramme. «Si les moyens nécessaires seront réunis, il se pourrait que le BNGRC aura un nouveau siège à Ambohijanaka», a indiqué le général Charles Rambolarson.

Recueillis par Sera R.

News Mada0 partages

Langue française : les jeunes intéressés

De source auprès du site de l’Alliance française de Madagascar, près de 9 500 jeunes étudiants malgaches se sont inscrits cette année pour obtenir le diplôme d’études en langue française (Delf) et le diplôme approfondi de langue française (Dalf). Ce qui représente une augmentation de 15% par rapport à 2016.

Cette hausse des inscriptions a également été accompagnée par une hausse du pourcentage de réussite aux examens, atteignant 86,71%. «Ces excellents résultats des candidats ont été rendus possibles notamment grâce aux cours de préparation aux examens organisés», a souligné l’Alliance française de Madagascar.

Les jeunes, représentant 78 % des candidats, se sont massivement inscrits, notamment les étudiants visant la reconnaissance de leur niveau B2, qui est le niveau minimal requis en langue française pour poursuivre sereinement des études supérieures à Madagascar ou sur un autre territoire francophone.

Les diplômes sont délivrés par an et représentent une véritable valeur ajoutée non seulement pour les études mais aussi pour l’insertion professionnelle. Allant dans ce sens, une session d’examen spéciale pour étudiants sera organisée le mois de mars prochain.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Noël : Fête avant l’heure pour 23.000 enfants

Mis à part le fait d’être une fête chrétienne, Noël est également une fête des enfants. Raison pour laquelle la Première dame, Voahangy Rajaonarimampianina, ne manque pas chaque année, à la veille de la fête de la Nativité, de concocter un programme visant à faire vivre l’esprit de la fête aux enfants dans différents quartiers de la capitale.

Hier, ils ont été plus de 23.000 à avoir assisté aux animations mobiles de mascottes, incarnant les personnages de dessins animés les plus appréciés par les enfants de tout âge, qui ont fait le tour des quartiers d’Ambohidratrimo, Ivato, Soavimasoandro, Androhibe ou encore Anosiavaratra. Un événement qui a été clôturé, dans chaque site d’intervention, par une distribution de goûter.

La collaboration avec les scouts et l’agence Okalou a contribué à la réussite de l’événement. Une telle intervention n’est ni la première ni la dernière action menée par l’épouse du chef de l’Etat au profit des enfants en cette fête de fin d’année. Plus de 1.500 enfants vulnérables, handicapés, malades et orphelins, ont eu droit à des jouets, friandises. D’autres actions allant dans ce sens auront lieu également ce jour.

Fahranarison

News Mada0 partages

Diana : des projets de 6 millions d’euros pour Antsiranana

La ville d’Antsiranana va faire l’objet d’un lifting en profondeur grâce au Programme d’appui et de développement des villes d’équilibre (Padeve). Composé de six projets, le programme, financé par l’Agence française de développement (AFD), est prévu débuter incessamment.

La réhabilitation d’un tronçon de plus de 4.000 mètres et de ses trottoirs sur la route de Mahatsara, à partir de la zone Tragnonjiro jusqu’à l’EPP Mahatsara, inaugurera le démarrage du Programme d’appui et de développement des villes d’équilibre (Padeve) dans la commune urbaine d’Antsiranana, avant la fin de l’année ou dans un mois au plus tard. De nombreuses infrastructures routières seront aussi réaménagées dans le programme pour désenclaver les différents quartiers de la ville. L’aménagement d’un dégagement ouest est également prévu, sur une longueur de 3 kilomètres qui sera bitumée entre le croisement Sarebareba et le nouvel abattoir, avec une emprise large de deux voies en intégrant une transversale de 650 mètres passant par les installations des travaux publics. Une portion de 900 mètres environ sera refaite sur le boulevard Le Myre de Vilers entre le cinéma Ritz et l’Archévêché. Un bitumage de 620 mètres est de même envisagé pour l’aménagement de la transversale RN6 (PK3) -route d’Anamakia et la réhabilitation du drain Soafeno-Grand Pavois.   La réhabilitation de la rue du Grand Chanzy fait aussi partie des projets à entreprendre. Le projet de réhabilitation de 200 mètres de rue, depuis la rue Benyowsky au nord à la rue de la prison au sud, servira à inclure cette partie de la ville d’Antsiranana sur un itinéraire de transport en commun.

Sur un autre volet, la commune urbaine d’Antsiranana projette la réhabilitation de l’abattoir et des marchés publics, dont le Bazar Scama et le Bazarikely, dans le cadre du programme financé à hauteur de 6.200.000 euros. La création d’emplois et la promotion des investissements engendrant un développement économique pérenne pour l’augmentation des ressources fiscales de la mairie, afin d’améliorer les capacités d’entretien et d’investissements futurs, sont à la base de ces projets en partenariat avec l’AFD.

Manou

News Mada0 partages

Université d’Antananarivo : Les enseignants en grève illimitée

N’ayant pas obtenu gain de cause à  l’issue d’un ultimatum de 72 heures, qui a pris fin avant-hier, le Syndicat de enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants (Seces) Antananarivo entre dans sa prochaine étape de revendication. Cette section du Seces a décrété une grève illimitée depuis hier, comme il a été convenu à l’issue de l’assemblée générale, qui s’est tenue hier à Ankatso.

Aussi, les cours, tout comme les recherches à l’université d’Antananarivo seront suspendus jusqu’à nouvel ordre. «Les activités à l’université ne reprendront leur cours normal que lorsque les ministères concernés donnent une suite favorable aux requêtes des enseignants», a souligné le président du Seces Antananarivo, Sammy Grégoire Ravelonirina, joint au téléphone.

Droit à la grève

Notre source dément la déclaration du ministre de tutelle comme quoi la section régionale du Seces n’est pas habilité à décréter une grève, une mission qui incombe plutôt au bureau national du Seces. «En tant que syndicat autonome, le Seces section Antananarivo, ainsi que les autres sections dans les provinces, ont tout à fait le droit d’observer une grève selon les législations en vigueur définies par le Code du travail et le règlement intérieur du syndicat», a-t-il fait valoir.

Les revendications du Seces Tanà, rappelons-le, portent notamment sur le paiement des  indemnités de recherche pour les enseignants-chercheurs retraités ainsi que  les heures complémentaires des enseignants. Sur ce dernier point, les enseignants n’approuvent pas également la révision de l’horaire «d’obligation de service» de 200 heures par année universitaire, qui a été contestée par ces derniers depuis 2005. D’où la suspension de l’application du décret y afférent  et le maintien des 125 heures de cours. La donne a pourtant changé dans la mesure où le ministère de tutelle a ordonné récemment  l’application de cette loi de 2005, sans avoir consulté au préalable les enseignants.

Fahranarison

News Mada0 partages

Kanto hita maso : hisy ny « résidence » any New York

Misokatra ny lalana amin’ny fampitomboana traikefa sy fampivelarana ny fifandraisana amin’ny any ivelany ho an’ny mpanakanto mikirakira ny hita maso. Manolotra “résidence de création” na fotoana hipetrahana sady hamoronana ho an’ireo tanora mikolo ny kanto hita maso, monina aty amin’ny kaontinanta afrikanina na koa teratany afrikanina, saingy monina any ivelan’ny fireneny, ny fikambanana Africa’Sout!.

Any New York io “résidence de création” io ary haharitra enina herinandro, ny septambra sy oktobra 2018. Efa misokatra ny fisoratana anarana ho an’ireo liana amin’izany, ary tsy ho diso anjara ny mpanakanto malagasy raha toa ka misy ny faniriana hanatrika hetsika toy izao, izay heverina fa tsy manindroa kanefa hahazoana tombontsoa maro.

Nomarihin’ny mpikarakara fa natao ho an’ireo mpanakanto mitaky ny fanatsarana ny tontolom-piarahamonina sy ny lafiny politika aty Afrika ny “résidence”. Ankoatra ny fotoam-pamoronana, hanana tombony manokana ireo artista hotsongaina, satria haranty ny sanganasany. Hihaona amin’ny matihanina samihafa, eo amin’ny tontolon’ny kanto, any New York any, ihany koa izy. Manohana izao hetsika izao ny Denniston Hill, karazana fikambanana naorina mpanakanto amerikanina telo mianadahy. Mampiroborobo ny kanto hita maso, ny literatiora, ny siansa, ny fanabeazana, sns, izy ireo. Antenaina fa ho maro ny mpanakanto malagasy hisoratra anarana ary ho anisan’ny ho voafidy amin’ity “résidence de création” ity.

Landy R.

News Mada0 partages

Mozika klasika : Hampiaraka talenta i Doria sy Rahf

Doria Rakotondrazaka, mpitendry piano Klasika. Rahf kosa, mpihira “Baryton”, fantatra kokoa teo amin’ny fitarihana antoko mpihira. Hampiaraka ny talentany izy ireo, ny zoma 22 desambra ho avy izao, manomboka amin’ny 7 ora sy sasany alina, etsy amin’ny FJKM Ambatonakanga.Fizarana mozika klasika, mazava loatra, ka fampisehoana piano ny tapany voalohany. Hovelomin’i  Doria Rakotondrazaka mandritra izany ny “Sonate K330” an’i W.A.Mozart, “Impromptus no3 op90” an’i F. Schubert, “ Intermezzo no2 op118 an’i J.Brhams, “Étude no12 op10 « Révolutionnaire » an’i F. Chopin,  “ Consolation no3 an’i F.Listz ary ny  “ Nocturne no3 « Liebestraum »  an’i F. Listz ihany.Raha tsiahivina, mpianatr’i Herimanitra Ranaivo nandritra ny 15 taona tao amin’ny CGM, taranja tendry piano, i Doria Rakotondrazaka. Tazana tamin’ireo fampisehoana mozika klasika lehibe, toa ny “Festival Classik’Art” sy ny “Concert de Midi” izy, ary nametraka ny anarany amin’ny fifehezany ny mozika tao anatin’ny roa taona izay. Efa mpampianatra piano rahateo ao amin’ny Anglican Music Institute ary mpampiofana eo anivon’ny Choeur Miangaly i Doria R.Hamerina ireo sanganasan’ireo mpamorina italianina anisan’ny andrarezina tamin’ny mozika klasika kosa i Rahf. Anisan’ireny ny sanganasan-dry P.Tosti, ampahany amin’ireo hira tanatin’ny opera “Don Giovanni” sy ny “Les noces du Figaro” an’i Mozart. Hisy ihany koa ny famelomany ireo hira masina taty aoriana.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Itel Mobile 10 taona – Akanin-jaza Lovasoa : nankalazaina niaraka ny fetin’ny Noely

Mitohy ny hetsika fanaovana asa soa tanterahin’ny orinasa mpamokatra finday Itel, eto Madagasikara. Taorian’ny fanolorana fanomezana ireo ankizy beazina mahatratra 100 sy ireo mpampianatra 32 teny amin’ny ONG Manda Tsiadana, ny 24 novambra teo…

Niara-nankalaza ny fetin’ny Noely tamin’ireo ankizikely tezaina ao amin’ny Akanin-jaza Lovasoa, etsy 67Ha ny ekipan’ny Itel Mobile, omaly maraina. Nitondra hazonoely roa miaraka amin’ny haingony izy ireo. Miampy ireo fanomezana ho an’ireo ankizy madinika mahatratra 60 miaraka amin’ireo mpanabe ao an-toerana. Niara-nifaly avokoa ny rehetra. Amin’ny ankapobeny, mitaiza ireo ankizy sahirana amin’iny faritra 67 ha iny sy ny manodidina ny Akanin-jaza Lovasoa izay niorina tany amin’ny taona 1979.

Nomarihin’ny sekretera jeneralin’ny Akanin-jaza, Rtoa Ratsiraka Annick, rahateo fa « 70 ny Akanin-jaza manerana ny Nosy ka ny 25 amin’ireo, eto Antananarivo. Mitady mpanohana mihitsy ireny akany ireny ka mahavelombolo anay ny fisian’ny mpandraharaha manampy tahaka izao ataon’ny Itel Mobile izao ». Nisaotra ity orinasa ity ihany koa izy nahatsiaro ireo zaza beazin’ny Akanin-jaza Lovasoa, izay nomarihiny fa saika avy any amin’ny fianakaviana sahirana ny ankamaroany.

Marihina fa famokarana finday no ifotoran’ny asan’ity orinasa Itel Mobile ity. Tsy vao sambany no nanao asa soa tahaka izao izy ireo fa efa fanaony any amin’ireo firenena manaparitaka Itel, aty Afrika, ny manampy ny sahirana. Fantatra rahateo fa tsy hijanona eto ny fanaovana hetsika toa ity natao omaly ity fa hitohy hatrany hatrany.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Fjkm ambatonakanga : un récital lyrique autour d’un piano et d’une voix

Forts du succès du concert classique de midi durant lequel ils ont partagé la scène au mois de juillet dernier,  Doria Rakotondrazaka et RAHF proposent, ce vendredi, un récital lyrique de haute volée à la FJKM Tranovato Ambatonakanga.

«Orphée aux enfers», cette opérette de Jacques Offenbach a réuni ce duo et le chœur Miangaly sur scène. La pièce a reçu le standing ovation du public de l’IFM à cette occasion. Le duo sera de nouveau sur scène  avec une autre interprétation de bonne facture.

La première partie fera la part belle au pianiste Doria Rakotondrazaka, le temps de laquelle il livrera de grands airs de «Sonate K330» de Mozart, «Impromptus no3 op90» de Schubert, «Intermezzo no2 op118» de Brahms, «Consolation no3» et «Nocturne no3» de Liszt.  Le récital sera étoffé en seconde partie par un récital de baryton.  Rahf va s’en donner à cœur joie dans l’interprétation de belcantos de compositeurs italiens, comme Tosti, d’extraits d’airs d’opéra, tel «Don Giovanni» ou encore «Les noces de Figaro» de Mozart, et finir avec des chants sacrés contemporains. L’occasion pour un public néophyte de découvrir l’art lyrique dans toute sa splendeur.

Grands rendez-vous de la musique classique

Pour les passionnés de musique classique, Doria Rakotondrazaka a fait ses premières armes auprès de Herimanitra Ranaivo qui lui a appris le b-a.ba du piano, au CGM Analakely, une bonne quinzaine d’années. Il a surtout fait parler de lui ces deux dernières années en enchaînant les apparitions dans les grands rendez-vous touchant la musique classique. Il ne résiste à aucune manifestation, que ce soit le Festival Classik’art, les Rencontres musicales ou encore l’incontournable Concert classique de midi organisé mensuellement par Madagascar Mozarteum. Actuellement, il partage sa passion intarissable pour le piano à l’Anglican Music Institute et assure la formation en théorie musicale au sein du Choeur Miangaly.

Quant à Antsanirina Rakotoarimino ou Rahf, une fois sur scène, c’est un chanteur lyrique de voix baryton. Les musicophiles l’ont surtout connu en tant que directeur de chœur. Mais depuis quelques années, il a orienté un peu plus ses études musicales vers le chant soliste, notamment avec le ténor Fitah Rasendrahasina et actuellement, avec la soprane Natacha Rajemison.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Développement rural : 500 jeunes ruraux formés

Professionnaliser les jeunes ruraux déscolarisés en les initiant dans des métiers agricoles et ruraux, c’est le principal objectif du programme de Formation professionnelle et d’amélioration de la productivité agricole (Formaprod), initié par le ministère de l’Agriculture et financé par le Fonds international du développement agricole (Fida). Le 15 décembre dernier, 500 jeunes ruraux de la région Analamanga ont été certifiés par le programme, après une formation qualifiante à cycle court dans les centres de formation appuyés par le programme. Ces jeunes ont pu acquérir plusieurs connaissances, notamment  sur la filière avicole, la culture maraîchère, l’élevage bovine et porcine… Par ailleurs, ils ont également suivi des formations en matière de culture entrepreneuriale, de communication et de gestion simplifiée d’une exploitation. L’idée est de les doter des connaissances et compétences de base nécessaires pour qu’ils puissent se lancer dans la vie professionnelle.

Ils ont suivi une partie des formations auprès du Centre d’appui et de formation professionnelle agricole (CAFPA) d’Andranovaky-Mahitsy. Ce centre a été équipé et réhabilité grâce à l’appui financier du Frormaprod. Depuis 2015, le programme a pu former près de 3000 jeunes issus dans la région Analamanga. Faut-il rappeler également que le Formaprod est un instrument de mise en œuvre de la Stratégie nationale de formation agricole et rurale, dans les treize régions d’interventions du Fida.

Riana R.

News Mada0 partages

Dialogue public – prive : place à la troisième réunion

Concurrence déloyale, remboursement de crédits TVA, octroi de permis miniers… autant de  points abordés lors de la troisième réunion de la Plateforme de dialogue public-privé qui s’est tenue au palais d’Iavoloha, le 19 décembre dernier.

Les membres du secteur privé et les autorités publiques se sont réunis au palais d’Iavoloha, le 19 décembre, dans le cadre de la troisième réunion de la Plateforme de dialogue public-privé. Une fois encore, le cas de la concurrence déloyale et du remboursement de crédits TVA est revenu sur le tapis durant la table-ronde. Force est de constater que le retard enregistré sur le remboursement de crédits TVA a été toujours un sujet de discorde entre l’Etat et le secteur privé. Car, en dépit d’une piste de solution mise en place par l’Etat, notamment l’ouverture d’un compte spécial TVA  placé à la Banque centrale de Madagascar, et la mise en place d’un calendrier pour la régularisation du remboursement depuis 2015,  des opérateurs économiques ont encore déploré le retard du remboursement de crédits TVA l’an dernier. Quant à la question sur la concurrence déloyale, cela ne porte pas seulement sur l’inondation des produits importés sur le marché local, selon les opérateurs privés, mais aussi sur plusieurs unités de productions qui sont touchées par ce phénomène.

Obtentions de permis miniers

Par ailleurs, les obstacles sur l’obtention de permis miniers ont également été discutés lors de cette rencontre. D’ailleurs, à ce sujet, le ministère auprès de la Présidence en charge des mines et du pétrole a déjà reconnu que les failles dans la délivrance des permis miniers entraînent l’importante désorganisation dans le secteur ces dernières années. Pour rappel, l’octroi de nouveaux permis miniers est resté en suspens depuis 2009, d’après le Bureau de cadastre minier de Madagascar (BCMM). Les permis émis depuis la fin de la crise sont ceux déjà en vigueur, dont le détenant souhaite un renouvellement ou une mutation à un autre opérateur.

Timide relance

En outre, une légère embellie du climat des investissements est constatée cette année dans le pays. L’Economic development board of Madagascar (EDBM) a rapporté durant cette rencontre quelques performances, comme l’exportation de vanille, ou encore le développement des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic) au profit des opérateurs. Quoi qu’il en soit, la réticence des investisseurs à venir à Madagascar se fait toujours ressentir. La relance reste timide, selon le constat des économistes. La question liée à l’insécurité en est la principale cause.

R.R.

News Mada0 partages

Agriculture : la filière biologique à développer

A Madagascar, l’adoption de l’agriculture biologique est encore limitée. Elle concerne quelques filières assurées par le secteur privé et les produits sont principalement exportés (Huiles essentielles, épices, miel…). Il s’agit pourtant d’un secteur d’activité à fort potentiel dans le pays vu l’importante ressource que détient le pays.

Le cadre législatif sur la filière biologique a été discuté lors d’une rencontre organisée la semaine dernière qui a réuni  le Syndicat malgache de l’agriculture biologique (Symabio) et les responsables auprès du ministère de l’Agriculture et de l’élevage. Pour développer cette filière, il est actuellement nécessaire de clarifier les aspects législatifs et réglementaires relatifs à la production, à la transformation et à l’exportation. L’objectif de la rencontre était  de partager les expériences et de trouver les approches techniques et opérationnelles pour appuyer le développement de la filière biologique à Madagascar

Notons que le Symabio  regroupe actuellement 134 entreprises certifiées qui emploient plus de 7000 personnes et 22 812 producteurs.

R.R.

 

 

News Mada0 partages

Charbon de bois : mieux exploiter les ressources

Comment augmenter l’efficacité de la carbonisation, réduire de moitié le bois à carboniser et travailler dans des conditions sûres, sans risquer un feu de brousse… Ce sont, entre autres, des techniques que quelque 210 charbonniers de la baie d’Ambaro, dans le Nord-ouest de Madagascar, ont acquises lors d’une formation de deux semaines. Organisée par GIZ-Eco et WWF, ladite formation a permis à ces exploitants d’apprendre à maîtriser la technique la plus durable pour la production de charbon de bois.

Pendant la formation, les participants se sont initiés à la meilleure façon de carboniser le bois.  Ils ont également décidé de produire du charbon à partir de cultures d’eucalyptus, spécialement plantées pour la production de charbon de bois énergie. «Auparavant, notre carbonisation produisait beaucoup de cendres mais, ici, la carbonisation est presque parfaite», explique un producteur de charbon de bois d’Anjiabe, un petit village entouré de magnifiques mangroves.

De cette façon, les charbonniers se sont engagés à ne pas toucher aux mangroves, écosystèmes clés pour la pêche et l’absorption du CO2 et, par conséquent, à travailler légalement  car, la loi interdit l’exploitation des mangroves pour la production de charbon de bois. Leur objectif : réduire la déforestation des mangroves à travers une production de charbon de bois vert.

Arh.

Ino Vaovao0 partages

MPANAO GAZETY SANDOKA : Nahazo fahafahana vonjimaika ny havan’ireo mpifoka rongony

Naiditra am-ponja vonjy maika izy telolahy tratra nifoka rongony ary nahazo fahafahana vonjy maika kosa ilay nisandoka ho mpanao gazety. Raha tsiahivina moa dia ny marainan’ny alahady no nisy niantso ny polisy fa misy andian-jatovo mifoka rongony teo Tsaramandroso ambany. Rehefa tonga ny  polisy dia tanora telo no hita teo, nandositra ny roa ary nifanenjehana ary tsy nihetsika kosa ny fahatelo.

Nilaza moa ny havan’ireo roalahy nandositra ireo fa nampiharana herisetra ny havany nandritra ny fisamborana ka haka sary azy ireo tao amin’ny tranomaizina nametrahan’ny polisy azy no nahatonga ilay havany nisandoka ho mpanao gazety. Tratra ihany anefa rehefa natao ny fanamarinana ka dia nanaraka ny havany tao an-tranomaizina koa ary niara-natolotra ny fampanoavana. Tsiahivina moa fa anisan’ny mampirongatra ny asan-jiolahy eto Mahajanga ankehitriny ny fifohana jamala. Raran’ny lalàna ny fambolena, fivarotana ary fifohana azy io. 

Betsaka ireo tanora eny amin’ny fokontany no mifoka jamala ary manao asa fanendahana sy sinto-mahery avy eo. Efa mailo ny mponina izay tena leom-boananana ka raha vao mahita dia miantso avy hatrany ny mpitandro filaminana. Rehefa voasambotra anefa ireo tanora, indrindra ireo zaza tsy ampy taona manao asan-jiolahy dia misy hatrany ny lazaina fa olobe amin’ny tanàna manelanelana na manao tsindry amin’ny tompon’andraikitra hamoahana azy ireny. Tamin’ity indray mitoraka ity moa dia niafara tany am-ponja ny an’izy telo lahy ireto

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

SOANALA - BETROKA : Dahalo am-polony lavon’ny zandary sy ny miaramila

Nifanjevo  tamin’ny fifampitifirana ny dahalo sy ny mpitandro ny filaminana  izay nahitana ny avy eny anivon’ny Zandarimaria sy Tafi-bahoala , tany Vohidratsy Kaominina Soanala Betroka.

Ny talata teo tamin’ny 2 ora maraina no nisehoan’izany fifandonana izany. Vokany , dahalo am-polony no matin’ireo miaramila sy zandary. Araka ny fanazavan’ny kaomandin’ny vondron-tobim-paritra any Anosy ny Lietna- kolonely Ranaivoarison Théodule dia vokatry ny fiaraha-miasan’ny Zandary avy amin’ny Faritra Anosy sy Androy, ny Unité speciale anti-dahalo ( Usad) ary ny Bataillon inter-arme na BIA no nahazoana izao vokatra izao. 

Nahazo fampandrenesana ireto farany tamin’io fa nisy asan-dahalo nahery vaika niseho tao Soanala ka nahazoan’ireo dahalo omby an-jatony. Niroso tamin’ny fanarahan-dia izany ireo mpitandro filaminana ireo. Nisy angidim-by nanao fisafoana ny tanàna ka ireo no nanome ny toromarika rehetra momba ny toerana misy ireo dahalo. Notomorin’ireo mpitandro ny filaminana izany, ka nisy ny fifanjevoana ary nahazoana ny vokatra tsara. Dahalo am –polony no maty ary tafaverina amin’ny tompony avokoa ny omby halatra rehetra.

 Ady amin’ny dahalo

Matetika no iverimberan’ny dahalo ny Kaominina Beraketa Distrikan’i Bekily. Ny alin’ny alahady teo no nitrangana fanafihan-dahalo nahery vaika tany an-toerana. Fantatra mandalo ao Soanala Betroka ireo dahalo ireo izay toerana ratsy lalana no anaty kizo. Nifandrimbona noho izany ny zandary avy amin’ny Tobim-paritra Androy izay tarihin’ny lietnà –kolonely Randrianasolo Lova sy ny Tobim-paritra Anosy ny Lietna kolonely Ranaivoarison Theodule. 

Ny BIA avy amin’ny miaramila ao Ihosy sy ny Usad izay namita iraka manokana any amin’iny tapany atsimon’ny Nosy iny no nifandrimbona nanao ny fanarahan-dia tamin’izany. Teny an-dalana anefa izy ireo no nahare io halatr’omby niseho tao Vohidratsy io, ka nifanehitra tamin’ireo dahalo sy ny omby. Mitohy hatrany ny ady amin’ny asan-dahalo ataon’ireo mpitandro ny filaminana ireto.

WF

Ino Vaovao0 partages

MALAIMBANDY-MAHABO : Olona fito indray nataon’ny dahalo takalon’aina

Vola mitentina 5 tapitrisa ariary hatramin’ny 15 tapitrisa ariary ny onitra takian’ireo olon-dratsy amin’ny fianakavian’ireo lasibatra. Telo mianadahy nalain’ireo malaso an-keriny tamin’ny tokantrano iray tao amin’ny Fokontany Antaniketsa, kaominina ambanivohitr’i Malaimbandy, ny zoma alina hifoha sabotsy lasa teo. Voalaza fa 13 taona ny farany kely indrindra tamin’izy telo mianadahy ireo ary tokony hiatrika fanadinana, ny alatsinainy teo.

Jiolahy 7 nirongo basy sy famaky no nanafika tokantrano iray tao an-toerana. Rehefa tafiditra ny trano izy ireo avy dia nandaroka tamin’ny  famaky ny lohan’ilay raim-pianakaviana. Naratra mafy ity farany fa ireo zanany telo mianadahy kosa noentin’izy ireo natao takalon’aina, araka ny fampitam-baovao. Nialoha ny nandehanan’ireo dahalo dia nitaky vola 5 tapitrisa ariary tamin’io raim-pianakaviana io izy vao mahita ireo zanany indray. Voalaza ihany fa 5 metatra miala ny tobin’ny zandary no nisy io tokan trano voatafika io. Noentina notsaboina ao amin’ny Hopitaly ao Morondava ity lehilahy voakapa famaky ity ary mbola manaraka fitsaboana ao an-toerana izy io hatramin’izao ora nanoratanay izao, raha ny vaovao farany azo.

Tao amin’ny Fokontany Mangatsa Doany ny fotoana nomen’ireo dahalo ny fianakavian’izy telo mianadahy natao takalon’aina hanaterana ny vola 5 tapitrisa ariary. Alahady hariva lasa teo no natolotra ireo malaso ny vola ka avotra soa aman-tsara izy telo ary efa tafaverina amin’ny fianakaviany. Ankoatra izany dia ny alahady alina hifoha alatsinainy, voatafika ihany koa ny tokantranon’ny lehilahy iray antsoina hoe Zaka ary olona telo no lasa nataon’ny dahalo takalon’aina. Mbola tao amin’ny Kaominina Malaimbandy ihany no nitrangan’izany, ka vola mitentina 15 tapitrisa ariary indray koa no takian’ireo mpaka an-keriny amin’ny fianakavian’ ireto farany, araka ny tatitra voaray avy any an-toerana. 

Voalaza fa ao amin’ny Fokontany Betavoahangy 15 kilaometatra miala an’i Malaimbandy ny fotoana nomen’ireo dahalo ny fianakavian’ny niharam-boina. Kinanjo ny alatsinainy vao mangiran-dratsy indray dia nidiran’ny dahalo efa-dahy tao amin’ny Fokontany Ambohiboka, kaominina Malaimbandy ihany ka olona iray lasa takalon’aina tao an-toerana. Nandritra ny fotoana nandosiran’ireo malaso dia nifandona tamin’ireo jama sy fianakavian’ilay olona telo lasan’ny dahalo an-keriny handeha hifampiraharaha ireto farany ka raikitra ny fifampitifirana. Votsotra teny am-pelantanan’izy ireo ny lehilahy iray natao takalon’aina ary dahalo roa voatifitra ka naratra mafy. 

Nahatratrarana basy kalacknikov 1 sy basim-borona 1 tamin’ireo roalahy voatifitra ; tafaporitsaka ihany anefa izy ireo, araka ny vaovao voaray. Talata alina farany nisy fandraisan’ny fianakaviany olona telo nalaina an-keriny tamin’ireo dahalo mitazona azy ireo, niady varotra 10 tapitrisa ariary ireo niharam-boina saingy hatreto mbola tsy fantatra na nanaiky izany ireo olon-dratsy na tsia. Voalaza fa lany ny omby any amin’ny Kaominina Malaimbandy mahatonga ireo dahalo niova paikady tahaka izao indray.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

DFP TAO TOAMASINA : Manao fikafika maloto tsy hifantohan’ny vahoaka amin’ny fifidianana ny mpitondra

Ny antoandron’ny alarobia 20 desambra, nisy ny fihaonana nataon’ny Dfp nasionaly tamin’ireo mpikambana ao anatin’ny fiarahamonim-pirenena sy mpanao politika ao Toamasina. Fihaonana izay natao tao amin’ny Restaurant L’Univers. Fampitam-baovao no antom- pihaonana. Fampitam-baovao ny amin’ny hetsika fanabeazana olom-pirenena momba ny fifidianana ataon’ny Dfp manomboka ny volana janoary 2018. 

Nandritra ny fandraisam-pitenenana, dia nanambara ny filoha nasionalin’ ny Dfp fa tsy azo ihodivirana intsony ny fifidianana ny taona 2018 ka mila miomana amin’izany ny vahoaka malagasy. Na dia nilaza ho tsy mpanohitra ny fitondrana kosa ny Dfp nandritra izao famoriana raiamandreny mpikambana ao anatin’ny fiarahamonim-pirenena tao Toamasina izao, dia tsy niova amin’ny fomba fiteny mivantambantana i Doudou. Nilaza izy fa miezaka manao fikafika maloto mba hahatonga ny vahoaka tsy hifantoka amin’ny fifidianana izao fitondrana  Hvm izao. Foronin’ny mersenera Hvm izao resaka rehetra izao toy ny hoe tsy hisy fifidianana izany eto ny taona 2018 fa tetezamita aloha vao fifidianana. 

Resaka foronina mba hampandriana adrisa ny vahoaka tsy hifantoka amin’ny fifidianana avokoa izany rehetra izany.

Izany no nahatonga ny Dfp manao fitetezam-paritra manentana ny fiarahamonim-pirenena manerana ny Nosy mba hifanome tanana amin’ny Dfp amin’ny fanabeazana ny olom-pirenena momba ny tontolon’ny fifidianana, hoy hatrany ny fanazavan-dRatolojanahary Maharavo filoha nasionaly. Nilaza ho tsy mbola manana ny hoenti-manana amin’izany kosa anefa ny Dfp fa mbola hanatona an’ireo mpamatsy vola iraisam-pirenena hanampy azy ireo.

Teboka efatra no hanabeazana ny olom-pirenena momba ny fifidianana. Ny voalohany, dia ny mahakasika ny lisitry ny mpifidy. Mila mahafantatra ny maha zava-dehibe ny fanoratana anarana ao anatin’ny lisi-pifidianana ny vahoaka. Ohatra amin’izany, raha tsy voasoratra anatin’ny lisi-pifidianana ny olona iray dia tsy afaka mitory kandidà na dia tsy manara-dalàna aza ilay kandidà. Teboka faharoa ny momba ny biraom-pifidianana. Mila fantatry ny vahoaka ny momba azy io mba hialana amin’ny hala-bato amin’ny alalan’ny famoronana an-taratasy biraom-pifidianana tsy misy akory.Fahatelo, dia ny manodidina ny fampielezan-kevitra. Nalaina ho ohatra ireo tompon’andraikitra tsy tokony mahazo manao fampielezan-kevitra. 

Ny tsy tokony hampiasana fitaovam- panjakana mandritra ny fampielezan- kevitra. Mila fantatry ny vahoaka ireo lalàna mifehy ny fampielezan-kevitra mba hahafahany misoroka mialoha sy mitory ireo tsy fanarahan-dalàna. Teboka fahaefatra, dia ny andron’ny fifidianana mihitsy. Mila fantatry ny vahoaka ny azo atao sy ny tsy azo atao. Mila fantatry ny vahoaka ny momba ny fanisam-bato mba hahafahany miaro ny safidiny. Hampahafantarina ny vahoaka ny fomba atao hiarovana ny safidiny. Nahaliana ireo mpikambana ao anatin’ny fiarahamonim-pirenena sy mpanao politika tao Toamasina ny famelabelaran-kevitra nentin’ny filoha nasionalin’ny Dfp, Ratolojanahary Maharavo.

Nandritra ny fanazavana nataony tamin’ny mpanao gazety no nilazany fa nisy fiovàna ny fanalavana ny atao hoe Dfp taorian’ny fanavaozana ny sata mifehy azy. Raha dinika ho an’ny Fanavotam-pirenena izany teo aloha, dia lasa Dingana ho Fampandrosoam-Pirenena kosa ankehitriny.

Momba ny ho firotsahana na tsia amin’ny fifidianana 2018 kosa, dia nanambara Ratolojanahary Maharavo fa ao anatin’ny fitadiavana kandidà ny Dfp amin’izao fotoana izao. Kandidà tena afaka mitondra fanovàna eto amin’ny firenena no tadiavinay, hoy hatrany ny fanehoan-kevitr’i Doudou.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHAM-PIRENENA : « Ahiana mafy ny hala-bato hiteraka korontana amin’ny fifidianana »

Ny vahaolana ifotony mahakasika ny fiainam-bahoaka no tokony ho laharam-pahamehan’ny fitondrana satria latsaka anaty fahantrana lalina ny Malagasy amin’izao ary maro ireo tranga mila fandraisan’andraikitra. Io ny fanehoan-kevitra noentin’ny Rmtf na ny rodoben’ny Malagasy tia tanindrazana ho an’ny fanarenana ifotony. Nambaran’ny mpandrindra nasionalin’ity vovonana ity fa hala-bato mihoa-pampana no hiseho mandritra io fifidianana io, ka ahiana ny hisian’ny korontana sy ny savorovoro aterak’izany eto amin’ny firenena. 

“Misy ireo antoko politika sy fiarahamonim-pirenena no mitaky fifidianana madio sy mitovy ho an’ny rehetra. Mikorontana sy miady an-trano ny fitondrana, misy te hanala ny praiminisitra, misy te hanangana fitondrana hiaraha-mitantana miaraka amin’ny mpanohitra ary misy te hanala mihitsy ny filoha, Hery Rajaonarimampianina. Ao anatin’izany korontana sy fotaka mandrevo izany no misy ny vahoaka sy ny firenena. Ao anatin’izany rivotra maloto izany ve no tadiavina hanaovana ny fifidianana. Tsy izao fitondrana izao mihitsy no hanao fifidianana madio, hala-bato manomboka eny amin’ny Fokontany ka hatrany amin’ny Hcc no hiseho eto”, hoy ny mpandrindra nasionalin’ny Rmtf raha nanamafy ny fanambaràny. 

Nambaran’ity farany hatrany fa efa manomboka sahady ny kajikajy politikan’ny mpitondra amin’izao ho fiatrehana ny fifidianana, satria tsy hanaiky ho resy ireo olon’ny fitondrana amin’io fifidianana io, ka hanao izay fara heriny amin’ny fampiasana volabe sy fahefana. Hatrany am-boalohany no efa nanakiana mafy ny fitondran-dRajaonarimampianina ny Rmtf. Anisan’ny tena notsindrian’izy ireo mafy tamin’izany ny tsy fisian’ny vahaolana mazava manoloana ny fidangan’ny vidim-piainana, ny tsy fandriam-pahalemana. Ankoatr’izay difotry ny kolikoly ary very hasina tanteraka ny firenena kanefa any amin’ireo tsy laharam-pahamehana no mahamaika ny mpitondra. 

“Tsy misy azo antenaina intsony amin’izao fitondram-panjakana izao”, hoy hatrany ny Rmtf. Nilaza izy ireo fa raha mitaha amin’ny fahoriam-bahoaka dia mila miala alohan’ny fifidianana ny Filoham-pirenena ankehitriny ka hatsangana ny fitondrana tetezamita. Miantso hatrany ny firaisankinan’ny vahoaka sy ireo hery velona rehetra eto amin’ny firenena hatrany ny Rmtf ho fanarenana an’ity firenena ity.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FAMATSIANA JIRO : Misesisesy ny fahatapahan’ ny herinaratra any Antsiranana

Naharitra ora maromaro ny fahatapahana ary efa mampanontany tena ny maro izany raha sanatria hitohy. Efa akaiky fety indray no tsikaritra fa matetika loatra ny fahatapahan’ ny herinaratra, efa tsy lazaina koa ny amin’ny rano. Raha ny alatsinainy teo no asian-teny dia efa tsy voatanisa ny fahatapahana nisy ary ny mampimenomenona ny maro dia ny fisian’ny fahatapahana amin’ny alina ireny, amin’ny fanararaotana mety hataon’ireo jiolahy mpamaky trano. 

Amin’ny ankapobeny dia ny olana eo amin’ny tambajotra na koa olana ara-teknika ihany no fanazavana voaray eo anivon’ny jirama amin’ny fahatapahan-jiro tahaka izao. Matetika amin’ny fisian’ny orana dia voalaza fa tsy vitsy ireo andrin-jiro ahitana olana amin’ny fifampikasohan’ny herinaratra ka mahatonga ny fahatapahan-jiro, satria voatery tapahina ny herinaratra raha misy ny fanamboarana atao. 

Efa antitra ny ankamaroan’ireo fitaovana ampiasain’ny Jirama ka miverimberina hatrany ny olana. Fantatra fa hisy fiakarana ny vidin-jiro manomboka ny volana janoary 2018, nefa ny mpanjifa tsy mahazo fahafaham-po. Saika manerana ny Nosy ity olana misy eo anivon’ny orinasa Jirama ity. Lasa natao fampandriana adrisa amin’ny vahoaka ny fampanantenana poakaty lavareny mahakasika ny fanafoanana ny delestazy nefa mbola tsy nivaha hatramin’izao.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA : Miantso fiaraha-miasa matotra amin’ny vahoaka ny kaomisera Rafaliarivo Jules

Nandritra izany no nanaovany antso avo amin’ny vahoakan’i Toamasina mba hifanome tanana amin’izy ireo ho famongorana ireo mpanao ratsy.

Tsy vitan’ny polisy samirery mantsy, hoy izy ny fametrahana fandriam- pahelamana maharitra ao Toamasina fa ilàna fifanomezan-tanana eo amin’ny rehetra. Ny mponina eny ifotony no tena mahalala ny zava-misy eny anivon’ny fokontany tsirairay. Omeo vaovao ny Fip ahafahanay miady misimisy hatrany amin’ireo mpanao ratsy, hoy ny Kaomisera Rafaliarivo Jules.

Antso izay tonga amin’ny fotoana ilàna azy tokoa. Niverina nafampana indray mantsy ny tsy fandriam-pahalemana ao Toamasina tato ho ato. Ny alin’ny talata 19 desambra, dia tompon’andraikitry ny arofenitra eo anivon’ny Faritra Atsinanana no nisy nandrava sy nidaroka tao Ambolomadinika. Ity farany izay naratra ary mbola manaraka fitsaboana eny amin’ny Hopitaly Be.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

VAVEA SAMPANA ANTANANARIVO : Hivondronan’ireo avy amin’ny foko Vezo

Tsara ho fantatra fa efa tamin’ny taona 2011 no efa nijoro ny fikambanana Vavea izay ivondronan’ireo avy amin’ny foko vezo. Fikambanana izay manana ny foibe nasionaliny any Toliara. Tafatsangana kosa ankehitriny ny fikambanana Vavea sampana Antananarivo izay ivondronan’ireo mila ravinahitra eto an-drenivohitra. Toy ny fikambanana rehetra ihany dia anisany antom-pisian’ny Vavea ny hampivondrona ny terak’i Vezo sy hampahafantatra iny faritra iny. 

Handray anjara amin’ny fampandrosoana ny firenena ihany koa ny Vavea araka ny fanazavana. Isan’ny laharam-pahamehana ho azy ireo noho izany, ankoatra ny asa sosialy, ny resaka fiarovana ny tontolo iainana. Notsindrian’ny avy eo anivon’ny fikambanana fa tafiditra feno ao anatin’ny drafitr’asa tanterahan’izy ireo ny mahakasika ny fiarovana ny tontolo iainana.

Ny fahitana ny faharavan’ny tontolo iainana an-drenivohitra sy ny fahalotoan’ny ranomasina any amin’ny faritra amoron-dranomasina no isan’ny nanetsika ny hambom-pon’ ireto mpikambana nanatanteraka ny drafitr’asa. Drafitr’asa izay azo ambara ho mampiavaka azy ireo ihany koa amin’ny fikambanana olona mitovy fiaviana hafa. Voambara fa hisy tsy ho ela ny fihaonam-be hotante rahan’izy ireo mba hampahafantarana ny fijoroan’ity fikambanana ity. 

Lucien R.

Tia Tanindranaza0 partages

FRANTSAVoakihana mafy ny praiminisitra Edouard Philippe

Avy namita iraka tany Nouvelle-Calédonie ny delegasiona notarihin’ny praiminisitra Edouard Philippe.

CRISTIANO RONALDOHanangana hopitalin-jazakely

Ao Santiago renivohitr’i Chili no vinavian’ity kintan’ny kitra manerantany, izay efa in-dimy nahazo “ballond’or” ary vao tamin’ity 2017 ity ny farany, hisantarana ny fanorenena io hopitalin-jazakely io ary mety hiitatra any Amerika Latina izany. Amin’ny taona 2020 no hanatanterahana azy. Hifarimbona amin’i CR7 amin’ny fanatanterahana izany tetikasa izany ilay mpanefoefo teratany italiana Alessandro Proto.ROYAUME-UNIMitombo isa ny tovovavy mamono tena

Ireo tovovavy eo anelanelan’ny 20 ka hatramin’ny 24 taona no tena be mamono tena any amin’ity firenena ity. Mampivarahontsana ny antontanisa mivoaka. Nahatratra 118 izy ireo, izany hoe 76%-n’ny famonoan-tena tamin’ny taon-dasa raha 67% izany tamin’ny 2006, folo taona lasa. Resaka «selfie» no antony, variana dia voadona, na manao lozam-pifamoivoizana, na latsaka anaty tevana, hantsana, rano …

 

FANATANJAHANTENAMisongadina ny boxe any Cameroun

Raha malaza amin’ny taranja ady totohondry i Cuba sy zareo amerikana dia manomboka misongadina ihany koa izao ny sekolin’ny boxe aty Afrika, ary mitarika amin’izany ry zareo atsy Cameroun. Mamiratra ry Takam, M’Bili, Fokou, Hassan N'Dam… ity farany izao dia tompondaka erantany amin’io taranja io, ary niaro ny voninahitr’i Cameroun tamin’ny Lalao olimpika 2016.

KYOTO-JAPONNoravan’ny lambo ny fanadinana

Hafa indray ity. Niditra an-tsekoly ny lambo na kisoa dia. Lasibatra ny tao amin’ny lisea iray any Kyoto ny alatsinainy teo. Teo ampanaovana fanadinana indrindra ny mpianatra tao no nanao fiditra ao ampianarana, nitety efitranon-tsekoly ny lambo anankiroa, nandratra mpianatra iray. Voatery notifirina tamin’ny basy elektrika ireo lambo nanakorontana ireo. Niato hatramin’ny fanadinana noho io tranga io. Matetika no ahitana lambo miakatra an-tanàna any Japon vokatry ny fanimban’ny olona ny ala izay toerana voajanahary fonenan’izy ireo.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihana mitam-piadianaNaratra mafy ny lehiben’ny arofenitry ny Faritra Atsinanana

Mirongatra ny asan-jiolahy any Toamasina, indrindra ny fanendahana an-dalambe sy ny vaky trano ary ny fanafihana mitam-piadiana. Ny alin’ny talata nifoha ny omaly alarobia, tao Morarano Toamasina dia notafihin’ny jiolahy ny tranon’ny lehiben’ny arofenitry ny Faritra Atsinanana sady anisan’ny oloben’ny HVM ao Toamasina.

 Voan’ny famaky ny handriny nandritra ity vaky trano ity, feno ratra koa ny vatany. Lasa avokoa ny vola sy ireo entana zakan’ireto andian-jiolahy tao aminy. Efa misokatra ny fanadihadiana ataon’ny polisy. Nanome baiko ny lehiben’ny Faritra sy ny Tonia mpampanoa lalàna ary ny Prefen’i Toamasina. Nametraka fitoriana ihany koa ny fianakaviany. Izy moa tsaboina ao amin’ny hopitaly be. Talohan’io dia lasibatra tao Tanamakoa ihany koa ny mpanangom-bokatra jirofo iray ka very vola 180 tapitrisa Ariary saika hividianana entana hamidy any Soanierana Ivongo. Renim-pianakaviana iray nitondra moto hanatitra ny zanany hianatra ihany koa no voadaroka, mbola tao Tanamakoa ihany, ka lasan’ny jiolahy mora foana ilay moto nentiny.

 

Rakoutou

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanao trafikam-basyIray volana tany am-ponja dia afaka

Nikoropaka ny mponina tao Tsararivotra – Sambava omaly raha nahita olona voarohirohy ho mpanamboatra sy mpivarotra basy nefa miriaria eny amin’ny fiarahamonina sahady.

Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

AnkorondranoKarana UCODIS nisy naka an-keriny

Nitrangana fakana an-keriny teny Ankorondrano, hiditra ny cité Firaisana omaly.

Tia Tanindranaza0 partages

Boriborintany Faha-6Niavaka ny fanamarihana ny Noely

Niavaka ny fanamarihana ny Noely ho an'ny boriborintany faha-6 Antananarivo Renivohitra omaly alarobia 20 desambra teny amin'ny foibeny Ambohimanarina izay natrehan'ny ben'ny tanàna Lalao Ravalomanana sy ny mpiara-miasa aminy notronin'ireo mpiasa eo anivon'ny boriborintany faha-6 notarihan'ny delege eny an-toerana.

 

Nangonin’i Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Oniversiten’AntananarivoMiato ny fampianarana

Nanapa-kevitra ny hampiato tanteraka ny fampianarana eny amin’ny oniversiten’Antananarivo ireo mpampianatra mpikaroka sy mpikaroka mpampianatra manodidina ny 900 isa mikambana eo anivon’ny sendikan’izy ireo na ny SECES omaly teny Ankatso.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Sandan’ny AriaryNatotongan’ny HVM

Tsy mitsaha-mitotongana ny Ariary hatramin'ny niakaran’i Hery Rajaonarimampianina teo amin’ny fitondrana tamin’ny 25 janoary 2014.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Fitaterana an-tanàn-dehibeNipoapoaka ny fampanantenan’ny UCTU

Nampahafantarina tetsy amin’ny foiben’ny fikambanan’ireo kaoperativam-pitaterana an-tanàn-dehibe na UCTU tetsy Ambodivona omaly ny mpikambana vaovao mandrafitra ny birao mpitantana ity fikambanana ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Aiza ihany ny solitany ?

Efa 42 taona izao no nandrenesana an’izany Bemolanga sy Tsimiroro izany fa toa malaza tsy hihinanana toa lovian-tsahona fotsiny.

 

 Lasa resaka miafina any ambadika any ilay menaka mavesatra trandrahina ao Tsimiroro ataon’ny orinasa Madagascar Oil ambara ho afaka manodina an’ireo foiben-jiro ao Mandroseza sy Ambohimanambola kanefa toa lasa nofy ihany fa dia mbola manafatra any ivelany. Misy tsikombakomba tamin’ireo mpitondra nifandimby teto ve ny tsy fitrandrahana an’ireo harena ankibon’ny tany ireo ? Asa lahy fa dia fanazavana ara-teknika, izay ny tena marina efa taona maro, ihany koa no nahenoana an’izany dia ny hoe : kalitao tsy mifanaraka amin’ny ilain’ny tsena ny solitany eto amintsika. Tsy manana manampahaizana amin’izany ve isika ? Roa taona lasa izay dia nisy fifanarahana teo ambany elatr’i Madagasikara Oil natao teo amin’ny oniversiten’Antananarivo sy oniversite iray any Indonezia (Gaja Mada) mba hanofanana teknisianina Malagasy amin’ny fanodinana ny menaka mavesatra ho lasantsy, feul, gazoala ary etona. Aiza izay tohiny ? Mahalasa fisainana ihany ny ataon’ny fitondrana ankehitriny. Toa ny fahazoana vola maika no ataony fa tsy misy ny ezaka lavitra fa dia ny mamarotra an’ireo harena amin’ny vahiny no mahamay azy sitrany vola mihodina hividianana mpifidy. Efa ho 4000 Ariary ny iray litatry ny lasantsy sy gazoala, miakatra miaraka amin’izany ny vidin’ny vary sy ny filana andavanandro. Toa tsy rototra ny mpitondra fa mitazam-potsiny ary mifaly misehoseho etsy sy eroa mitokana zava-bita, hono. Fa aiza ihany ny solitany izay itangosam-bola tokony hanamboaran-dalana e ? Ny lalana anefa potika andro aman’alina.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

“MFB National Championship”Nangotraka tanteraka i Mahamasina

Ambohipihaonan’ireo mpiasan’ny ministeran’ny vola sy ny teti-bola Malagasy niatrika ny fifaninanana “Jeux Coorporatif” hifanandrinan’ireo sampandraharaha rehetra ao aminy toy ny CSC, ny DGI, DGF sns…

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fizarana kilalaoNandiso fanantenana ny ankizin’Ivato

Vory maro ny ankizin’Ivato efa ho 10 000 satria hoe ho avy ny vadin'ny filoham-pirenena Rtoa Voahangy Rajaonarimampianina hampifaly ny kilonga amin'ny alalan'ny Okalou.

Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

FAKANahatsiaro ireo ankizy tetsy 67 ha

Mahatsiaro an’ireo ankizy beazina ao amin’ny FAKA na Fikambanan’ny sekoly sy Akanin-jaza naorin-dRamatoa Céline Ratsiraka notarihan’ny Sekretera Jeneraliny,

Tia Tanindranaza0 partages

Ministeran’ny mponinaHanadio eny ambany tanàna

Hanao asa tanamaro eny amin’ny faritra iva eto an-drenivohitra mandritra ny roa andro ny ministeran’ny mponina tarihin’ny minisitra Onitiana Realy. Hanomboka anio alakamisy 21 desambra izy io ary hifarana ny zoma 22 desambra.

Rabeso

Tia Tanindranaza0 partages

AmbatondrazakaMbola betsaka ireo feno taona tsy manana kopia

An-jatony ireo Malagasy feno 18 taona no ho miakatra tsy manana kopia sy kara-panondrom-pirenena ao anatin'ny distrika Ambatondrazaka. Kaominina sub Urbaine sy ny Urbaine Ambatondrazaka no nanatanterahana fitsarana mitety vohitra ao anatin'izao faramparan’ny herinandro izao. Fanamby, hoy ny avy eo anivon'ny prefektiora ny hisitrahan’ny rehetra feno 18 taona kopia sora-pahaterahana sy kara-panondrom-pirenena mialoha izay mety ho fifidianana hotanterahana amin'ny taona 2018. Nohalefahana avokoa ny fomba rehetra mety hahazoan’ny olona ireo zavatra anankiroa maha olombelona azy ireo. Mifanindran-dalana amin'izao hetsika izao dia manentana ny olona mananjo rehetra ny rantsamangaikan’ny CENI na Vaomieram-pirenena mahaleotena misahana ny fifidianana hanara-maso ny lisi-pifidianana.

Niry R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

CUA - Ocean TradeMatotra ny fiaraha-miasa

Tonga nanolotra vary 50 gony niampy kilalao isan-karazany ho an’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ny orinasa Océan Trade amin’izao

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Antananarivo RenivohitraHanatsara ny fampidiran-ketra

Hanampy ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) amin’ny fanisana ara-ketra momba ny trano sy tany eto Antananarivo Renivohitra ny fandaharanasa alemana PRODECID- GIZ na ny Projet de Développement Communal Inclusif et de Décentralisation.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanJereo ny fitaratra

Aaah zokibe marina ! Taiza foana ? Elaela ianao aann ! Izao rangahy tena nalahelo anao mafy mihitsy le !

Aiza ary ho aho ilay zokibeko iny? Tena naha te hidera ahy aloha ny fihetsikao ilay tsy niteny intsony taorian’i Beronono tafiditra teto an-tanindrazana e ! Tadidiko mihitsy ianao tamin’ny fotoan’androny nibitabitaka mihitsy nilaza hoe lainga iny rangahy raha tafaverina eto aa ! Kinanjo ! Inona ry Jean ny zava-niseho ? Tonga ihany ny anao mba nilalao e ! Dia inona koa ny zavatra hafa niseho ? Tankina i Jean tamin’izay fotoana izay leaza aa ! Dia tena nangina any ! Izany ny tena hoe tsy nahaloa-peo fa dia nimpirina. Iza Gasy moa hoe ianareo ry Jean tamin’ireny fotoana ireny ? Tena mahatsikaiky ahy ianao ry Jean ka ! Manaraha ihany dia mba mitsiahy ny lasa aloha dia mandinika ny ankehitriny eo am-pijerena fitaratra. Na izaho koa aza anie ry Jean mba maniry hoe : hihoatra an’izany izao ianao io ! Fa tsy hoe izy Zoulou mainty dia ianao Gasy. Jereo aloha ny fitaratra ee ! Ny hoavy mbola… ho avy!

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Rasoanoromalala HoraceNahavita fivoriana dia mijery indray ny vahoaka

Nitsidika nijery ifotony ny olana mahazo ny mponina ao amin’ny fokontany Ambohimiadana Nord (Quartier ambadiky ny tsena Ragasy - 28)

Tia Tanindranaza0 partages

Mahafaly SolonandrasanaMiaiky fa mahantra ny vahoaka Malagasy

Nizara ny nofon-kena mitam-pihavanana ho an’ny fianakaviamben’ny minisiteran’ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana amin’izao ankatoky ny fetin’ny krismasy izao ny praiminisitra sady minisitry ny atitany,

 Mahafaly Solonandrasana. Nambarany fa “betsaka ny asa vita, betsaka ihany koa ny asa miandry, satria mbola betsaka ny vahoaka Malagasy izay mbola miaina ao anatin’ny fahantrana ary ny ezaka izay hatao, efa natao foana ary hohamafisina amin’iny taona ho avy iny, dia ny fitodihana misimisy kokoa amin’ireny olona ireny, amin’ny alalan’ny programanasan’ny fitondram-panjakana izay tarihin’ny Filoham-pirenena”.

Nangonin’i Jean D.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

AndriamampianinaMitavozavoza loatra ny mpitondra

Mampiteny ny moana ny fahantram-bahoaka eto Madagasikara na dia ambaran’ny mpitondra sy ny mpamatsy vola aza fa nidina ny tahan’ny fahantrana, izay mifanohitra tanteraka amin’ny zava-misy.

Caius R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ramanana RenéNifikitra hatrany tamin’ny AREMA satria…

Anisan’ireo mpanao politika nifikitra mandrakariva tamin’ny antoko AREMA tarihin’ny Amiraly Didier Ratsiraka Atoa Ramanana René izay tompon’andraikitra voalohany amin’ny serasera ao amin’ity antoko ity ankehitriny.

Tia Tanindranaza0 partages

Rivo RakotovaoPoizina ho an’ny fitondrana…

Fitoniana sy filaminana no tadiavin’ny firenena amin’izao vanim-potoana akaiky fifidianana izao, ary ny fanjakana ankehitriny no tokony hikatsaka izany voalohany indrindra.

 Fa mbola fandranitana sy filam-baniny kosa no afitsoky ry Rivo Rakotovao, izay mirehareha sy mihevi-tena tsy ho tratry ny aloka mihitsy eo amin’io fitondrana io. Tsy misy tsy mahalala ny hetraketraka ara-politikan’ny fanjakana HVM ny mpanara-baovao eto amintsika. Anisan’ny lohalaharana amin’ny fanaovana azy io i Rivo Rakotovao. Matetika no avy aminy no iaingan’ny hetraketraka ara-politika, toy ireny efa niseho tamin’ny fankalazana ny faha-15 taonan’ny antoko Tiako I Madagasikara teto Antananarivo sy tany amin’ny faritra ireny. Vitan’i Rivo Rakotovao mihitsy no niakatra tamina fahitalavitra nampibaribary ny tsy fankasitrahany izany na tsy nisy hidiran’ny antokony, izay afaka nanao izay danin’ny kibony, toy ny tany Toliara aza. Ny resaka fanakatonana orinasan’ny olona atahorany haharesy ny HVM amin’ny 2018 moa dia matetika no andrenesana ny anarany amin’ny baiko avy any ambadika. Diso mahatoky tena loatra ry Rivo Rakotovao ary mihazakazaka mihitsy amin’io hetraketraka mba hamotehana ny hafa io. Ny eto an-toerana ana teratany Malagasy mamelona mpiray tanindrazana an’aliny anaovana antsojay, kanefa ny fanjakana mihitsy no mibontsimbotsina ery mankany ampitan-dranomasina hitady mpandraharaha, mpiara-miombon’antoka, mpampiasa vola … ho aty Madagasikara. Sady mampalahelo no mahamenatra, saingy izay tokoa angamba no tonga amin’ny fiteny hoe : hadalana miaro tsinjaka, ka ny hambom-po politika no hoenti-mamotika ny Malagasy an’aliny mpiray tanindrazana amin’ny tena. Tsy mba manatsara endrika ny fitondrana, fa vao mainka mihetraketraka sy mihantsy ady andro aman’alina. Toa mifanipaka tanteraka ny zavatra ambarany amin’ny hoe fandresen’ny demokrasia ny fifidianana, kanefa izy ireo aza tsy manao afa tsy ny hifehy sy hangeja azy io araka izay takatry ny sainy. Porofon’izany ny tsy fankasitrahan’ny ankolafin-kery isan-tsokajiny ny kiry tadiavina atao amin’ny lalàna mifehy ny fifidianana. Mbola mirehareha moa ny tenany tamina fahitalavitra tsy miankina iray eto an-drenivohitra, fa resy ara-poto-kevitra ireo tsy mpankasitraka ny HVM satria hitany ny zava-bitan’ny fanjakana. Inona ary no atahorana fa tsy aleo hilatsaka izay te hilatsaka dia ho hita eo e ? Tsy fitoniana no katsahiny, fa korontana ary sokajiana ho poizina ho an’ny fitondrana io afitsok’i Rivo Rakotovao io. Misy fetrany ny fahefana sy ny hery ary mety ho poizina lehibe ho an’ny fitondrana HVM mihitsy ity filohan’ny antokony ity.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy mitamby amin’ny iraisam-pirenenaManantena ny volaben’ny Arabo ny HVM ?

Matahotra fifidianana fadiranovana ny HVM. Resabe fotsiny hatreto ny fakan-kevitra momba ny lalàm-pifidianana fa tombanana izay mahadiavolana ny sain’izy ireo ihany no hivoaka eo.

Manangana ady

Mandeha ny tsindry eto an-toerana sy ny avy amin’ny iraisam-pirenena ny amin’ny tokony hisian’ny fifidianana mangarahara sy tsy misy fanilihana. Efa misy manao angoan-tenda kosa ny HVM, fa tsy hisy hampilafilain’ny Vondrona Eoropeanina sy ny sehatra iraisam-pirenena amin’izay resa-bola izany eto. Tsy maintsy hatao ny kajy maloto na inon-kidona na inon-kihatra satria ambara fa efa vonona hanohana (hono) i Iran. Mety hanome ihany koa i Torkia. Firenena arabo ratsiratsy toerana amin’ny endrika fampanjakana demokrasia ireo firenena roa ireo. I Torkia aza dia voalaza fa fitahirizan’ny fanjakana Islamika ny volany, ka 150 hatramin’ny 200 no efa tsikaritry ny Frantsay tamin’ity firenena ity sy i Liban momba ny fitahirizana vola mety hatokana ho amin’ny asa fampihorohoroana. Ny talen’ny sampam-pitsikolovana ara-bola Frantsay Traficfin, Bruno Dalle mihitsy no namoaka izany, nandritra ny fanolorany ny tatitra isan-taona momba ny fanadiovana vola maloto sy ny famatsiam-bola amin'ny fampihorohoroana. Misisika eto amintsika ireo be volombava avy any Torkia amin’izao fotoana. Tsy fantatra na efa miditra malalaka eto ny mpampihorohoro fa dia minia mangina ny fanjakana. Ny habakabaka rahateo nobanahana tamin’ny alalan’ny “Open Sky” ho an’ny Turkish Airlines, izay heverina fa tambin’ny volabe avy amin’ny arabo amin’ny fidiran’ireny vahiny be rebareba tsy mazava eto amintsika ireny. Tsy ny eto an-toerana ihany fa hatramin’ny sehatra iraisam-pirenena no toa hatsangana ho fahavalo, ka ho hita miandalana eo hoe: hatraiza tokoa ny tena tanjaky ny fanjakana HVM, izay mihevi-tena ho mahery sy afaka manao izay maha dia volana ny sainy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Taona 2017 Hazo fijaliana ho an’ny Malagasy

Hivalona afaka roa herinandro ny taona 2017 izay azo fintinina ho lalan’ny hazo fijaliana ho an’ny Malagasy. Azo ambara ho andro niditra na koa ho “taona niditra” ity taona ity.

Vao tsy tapitra ny volana voalohany dia 47 no maty tao Anjozorobe vokatry ny lozam-pifamoivozana ka fianakaviana betsaka ndeha hanotrona mpanambady no saika ringana. Fito volana aty aoriana, 100 km miala an’Antananarivo amin’ny lalam-pirenena faha-4 mpikambana ao amin’ny Sampana Tanora Kristianina (STK) FJKM Synodam-paritanin’i Soavinandriana Itasy, handeha hamonjy an’i Mahajanga toeram-pihaonana nosafinidy hanaovana ny Zaikabe ho an’ny STK manerana ny Nosy no tra-doza satria tsy tafiditra ny vitesy ary dia nivarina tany an-kady ny fiarabe Boeing nitondra azy ireo. Mpino kristianina niisa 20 no namoy ny ainy ary nihoatra ny 100 naratra. Irony karazana fiarabe misy rihana antsoina hoe : “Imperial” nofain’ireo STK irony no nahitana loza io. Vao tsy ampy herinandro dia kamio an’ny Tafika no nivadika tany anaty rano tao Ambinanitromby, distrikan’Ikongo, ka mpitandro ny filaminana miisa sivy no namoy ny ainy. Hamerina ny fandriampahalemana taorian’ny fanafihana ny fonja tao Ikongo izy ireo no sendra ny patsa iray tsy omby vava. Tsy adino ny pesta izay nahafaty olona, teratany Malagsy sy vahiny, tsy lavitra ny 200. Ireo maty vokatry ny asan-dahalo izay ny farany fantatra dia tany Tsaratanana, olona 27 no voalaza fa namoy ny ainy. Efa an-jatony ny Malagasy no ripaka noho ny loza, herisetra, aretina, tsy fanjarian-tsakafo tamin’ity taona ity. Tsy resahina ny fidangan’ny vidim-piainana, nateraky ny fiakaran’ny vidin-tsolika niantraika amin’ny vidim-bary izay tsy mbola nisy toy ny tamin’ity, mahatratra 700 Ariary teto Antananarivo, 1200 Ariary ny kapoaka tany Marolambo, mbola narahina fanapahan-karama indray tamin’ny desambra ity, nefa ho avy ny fety, ny andro anefa maitso ahitra na fahavaratra. Mety ho “andro miditra” araka ny fitenin’ny tanora fa eo indrindra ny tandrevaka sy ny kolikoly ary tsy firaharahiana avy amin’ny tompon’andraikitra. Fambara ireny tranga ireny fa latsaka an-kady Ramalagasy ka mila mitraka.

Mitady “Ray” hiaro sy hiahy azy ity firenena ity mba tsy ho fijaliana lalandava ny fiainany amin’ny taona 2018.

 

Jean D.

La Vérité0 partages

Espace Nambinintsoa - Animations et buffets gastronomiques pour les fêtes

Les fêtes de  fin d’année approchent à grands pas et les foyers sont actuellement en train de chercher le lieu idéal pour passer des fêtes inoubliables. Beaucoup choisiront certainement de rester chez eux mais l’idéal reste les sorties en famille ou avec les proches. Les organisateurs événementiels ou les espaces, comme à l’accoutumée font en sorte de concocter le meilleur des réjouissances pour attirer plus d’assistance dans le but de les faire passer des excellentes fêtes. Parmi eux figure l’Espace Nambinintsoa qui organise  cette fois-ci deux fêtes consécutives c’est-à-dire pour Noël et la Saint Sylvestre.

Pour la première fois, ce lieu de rendez-vous des gourmands et des inconditionnels accueillera un grand buffet de Noël pour célébrer comme il faut cette célèbre fête. Organisé spécialement suite à la demande des clients mais surtout pour ceux qui ne pourront  pas sortir durant la nuit du 31 décembre, l’événement s’annonce exceptionnel et convivial. DiversifiésUn grand buffet gastronomique, qui fait d’ailleurs la renommée de l’Espace, des animations musicales avec Nambints Orchestra seront au menu pour cette réjouissance.  Ceux qui ont déjà eu l’occasion de visiter les lieux ou d’y faire la fête pourront témoigner de la qualité ou encore de la quantité du grand buffet à gogo qui est bien varié en matière de saveur. De l’entrée jusqu’au dessert en passant par le plat de résistance, la maison proposera divers plats appétissants les uns comme les autres. Que des délices étalés sur une grande table…un bonheur pour tout un chacun. Par ailleurs, côté animation, le talent du Nambints Orchestra qui assurera de faire bouger l’assistance pour l’occasion n’est plus à présenter. Interprétant à merveille et à leur façon les tubes des années 60 comme les nouveaux sons en vogue du moment, les membres de la formation sont des spécialistes expérimentés pour faire régner l’ambiance dans la salle. Et peu importe le genre ou le style musical, ils ne s’arrêteront qu’une fois tout le monde soit épuisé. Et à ce moment, le groupe se fera un réel plaisir de faire valser les couples. Selon le responsable des lieux, le Dr Rado Adrien Razafindratsimba, les retardataires ne devront pas s’inquiéter car il y aura toujours à manger tout au long de l’après-midi. « Ceux qui arriveront en retard auront leurs parts rangés bien au chaud et n’attendront plus qu’eux.  A leur arrivée, ils pourront tout de suite manger et s’ambiancer au rythme des mélodies de l’orchestre », explique-t-il.Pour toute la générationCependant, il est toujours conseillé d’arriver à l’heure, c’est-à-dire à 12h30 car on risque de rater des surprises durant le show. Les 450 personnes sont attendues pour la fête de Noël. Des bûches de Noël seront également distribuées pour faire plus plaisir à tous. Pour ce qui est du réveillon de la Saint Sylvestre, les deux emplacements à l’instar de l’Espace Nambinintsoa et son annexe Art Goût accueilleront chacun de leur côté  leur événement. Au programme, grand buffet gastronomique, animation et soirée dancing. Le premier endroit fera monter sur sa planche le groupe Kiaka au grand complet mais aussi Nambints Orchestra qui feront de temps en temps des duos et chanteront aussi en solo. Pour Art Goût, sis à Mandrosoa Ivato, la soirée sera assurée par Fy Mozika dont Fara Gloum est membre, qui est aussi réputée pour son talent d’animateur. Des Dj se mettront évidemment derrière les platines pour faire vibrer les salles avec les dernières nouveautés en vogue du moment de Justin Bieber ou le dernier tube des Migos. On peut donc dire que c’est une fête de toute la génération puisque tout le monde aura sa part du gâteau. Comme l’Espace Nambinintsoa et maintenant Art Goût a l’habitude de faire, champagne et gâteau de minuit seront de la partie. Réputés pour sa ponctualité, les deux endroits commenceront les soirées à 20h pour permettre au public de bien commencer la fête et bien profiter de la nourriture. Il faut donc déjà penser à faire les réservations à l’avance pour trouver la bonne place, que ce soit pour Noël ou le réveillon. Des fêtes qui promettent  ambiance et convivialité à ne pas louper !Tahiana

La Vérité0 partages

Grève au dépotoir d’Andralanitra - Liberté provisoire refusée pour les 3 employés du Samva

Les trois employés du Samva ou service autonome de la maintenance de la ville d’Antananarivo,  ont comparu devant le juge au Tribunal d’Anosy, hier. Le verdict ne sera connu que le 28 décembre prochain.  Même si le juge leur a accordé une liberté provisoire, sa décision s’est heurtée à l’opposition du Parquet général. Du coup, les prévenus ont dû retourner en prison et leur sort ne sera connu pas avant 72 heures. C’est ce qu’a ressorti de l’essentiel de l’audience publique hier  à propos de cette grève des employés de cette société le 13 décembre dernier à Andralanitra.  Ici, le Samva par le biais de son représentant se constitue en accusateur. Rappelons que les prévenus sont accusés d’entrave à la bonne marche du travail, de manifestation non autorisée et donc susceptible de  provoquer des troubles à l’ordre public.

A la barre, les prévenus ont rejeté les  accusations. Le juge a demandé s’ils ont vraiment interdit formellement  l’accès à la décharge d’Andralanitra, théâtre des revendications du personnel.  Un accusé prénommé Ignace répond simplement qu’il n’a pas fait verrouiller le portail. Il se défend aussi d’avoir fait les revendications professionnelles dans l’enceinte du grand dépotoir même.  Un avis qu’un de ses co-accusés partage.Un autre prévenu, un retraité du Samva affirme que les grévistes n’ont fait qu’exiger leurs droits tels que la Cnaps, des indemnités de logement et de déplacement, ou encore au treizième mois,   et que tous les employés ont participé à ce mouvement. Lorsque le juge lui demande s’ils ont obtenu leurs droits, l’incriminé déclare n’en recevoir aucun ! Enfin, il ajoute que la grève a coïncidé avec la suspension temporaire des travaux de terrassement des ordures, faute de gazole pour le bulldozer. De même,  les camions-bennes ont dû aussi attendre dans une longue file.Tout au long des débats aussi,  la partie plaignante par le biais du représentant du Samva, a cherché à enfoncer les accusés en arguant qu’ils s’obstinaient à manifester encore. « J’ai dit à monsieur Ignace qu’ils ne peuvent pas faire cette manifestation sans l’autorisation de l’inspection du travail. De plus, ils ont bloqué l’entrée en y plaçant des pierres. Nous avons dû appeler les Forces de l’ordre, qui les ont fait disperser avec des grenades lacrymogènes et arrêter ces employés», a-t-il expliqué.Face à ces accusations, l’avocat pour la défense des accusés était sorti de ses gonds  « Toutes les accusations qui pèsent sur mes clients sont sans fondement. Pourquoi, monsieur le président, les accuse-t-on de tous ces maux et les emprisonner alors que les articles 1 et 4 du code pénal que seules des manifestations sur la voie publique non autorisées sont passibles à ce genre de poursuite ? », a demandé l’avocat. Et de poursuivre que : « Les Forces de l’ordre ont lancé des lacrymogènes et procédé à ces arrestations après une seule sommation alors qu’il  fallait deux. Le représentant du Samva mandaté par le directeur général de cette société n’a même pas de procuration pour pouvoir poursuivre mes clients », a-t-il renchéri.Franck Roland

La Vérité0 partages

Facilité élargie de crédit - Le poids des restrictions pour 2018

Une réduction sur certains plans. Dans le cadre de la Facilité élargie de crédit (Fec), le Fonds monétaire international (Fmi) a récemment fait un décaissement de 44,5 millions de dollars pour le pays. Toutefois, pour obtenir ce troisième décaissement, le Gouvernement ainsi que les autorités rattachées ont dû suivre certaines requêtes du Fmi. Ces requêtes cadrent soi-disant dans l'amélioration de la gestion des finances publiques.

De ce fait, de grandes restrictions se font déjà et se feront encore pour l'année prochaine afin de les respecter.  Cependant, ces restrictions ne restent pas sans conséquences sur le quotidien de la population malagasy. D'après le dernier rapport du Fmi, « pour l'année prochaine, les autorités malagasy avancent leur objectif budgétaire de base sur l'investissement public et les dépenses sociales, tout en revoyant la constitution des diverses dépenses. » A travers cette base, l'Etat réduira les transferts vers les compagnies nationales comme la Jirama ou encore la compagnie aérienne nationale, Air Madagascar. Pour l'année prochaine, les contributions versées à la Jirama seront ainsi réduites de moitié. Cette réduction aura des répercussions directes sur les consommateurs. Effectivement, afin de rattraper ses pertes, la Jirama devra adopter une nouvelle stratégie. Une nouvelle stratégie qui commence déjà à se sentir, avec le recensement des différents appareils utilisés par les usagers, que ce soit en matière d'eau ou d'électricité, un recensement qui s'effectue actuellement ou encore la nouvelle révision des tarifs qui pourraient se faire l'année prochaine. D'après les explications, le plan d'affaires de la Jirama vise à éliminer les pertes en effectuant une meilleure collecte des recettes et en adoptant une gouvernance plus forte ainsi qu'une augmentation tarifaire. Les consommateurs doivent donc d'ores et déjà se préparer aux éventuels changements qui pourraient impacter autant sur leur budget que sur leur consommation énergétique. Après la hausse de prix du riz et celui du carburant, viendra ainsi s'ajouter celui de l'énergie.Les restrictions s'attaquent également au travail des fonctionnaires où dernièrement, de nombreuses personnes n'ont pas obtenu leur salaire. Ces mesures cadrent en effet dans le nouveau plan budgétaire de l'Etat qui prévoit pour l'année prochaine d'intégrer les dépenses à moyen terme des cadres, y compris les coûts de personnel, de réduire les travailleurs fantômes en recoupant les données sur la masse salariale ainsi que les effectifs des ministères, mais aussi de limiter le reclassement des fonctionnaires et la dotation en personnel des représentations diplomatiques. Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Enseignement supérieur - Le Seces Tana interpelle Hery Rajaonarimampianina

Après les deux jours d’assemblée du Syndicat des enseignants-chercheurs de l’enseignement supérieur (Seces) section Antananarivo à Ankatso, des décisions importantes ont été apprises. Outre la grève, les membres du  syndicat se sont manifestés en rédigeant une lettre ouverte  au Président de la République. « Leur révendication n’a reçu aucune réponse de la part du  ministère de l’Enseignement  supérieur et de la Recherche scientifique (Mesupres) », indique  le Dr Ravelonirina Sammy Grégoire, président du Seces section Antananarivo. D’après ses explications, cette lettre envoyée en recommandé avec accusé de reception mentionne leur demande dont les arriérés. Le problème du terrain universitaire y figure également. Celui-ci est accaparé et devient des propriétés privées. Or, le nombre des étudiants ne cesse de s’accroître. Le syndicat  attend ainsi à des résolutions à l’intérêt de tous les acteurs universitaires, poursuit-il. 

Tout en espérant une rencontre avec les autorités responsables, la suspension des activités pédagogiques est maintenue. Il est à noter que ces enseignants-chercheurs et chercheurs enseignants réclament le  paiement des heures complémentaires et les indemnités de recherche. Lors du sit-in du 27 novembre dernier,  le paiement des arriérés avant la fin d’année a été convenu. Le bureau national du Seces soutient les six sections dans leurs revendications Par ailleurs, les résolutions lors du congrès national du  syndicat des enseignants-chercheurs de l’enseignement supérieur (Seces) à Majunga les 18 et 19 septembre derniers  insistent également sur le paiement des arrières des enseignants-chercheurs et des chercheurs enseignants. A cela s’ajoutent les indemnités de  logement et de résidence qu’ils devraient jouir. Ils souhaitent, ainsi, surtout après une entrevue avec le ministère de tutelle, que la grille indiciaire à partir de ce mois de janvier comprend ces requêtes. Particulièrement pour l’indemnité de recherche des retraités chercheurs, la commission regroupant le Mesupres, le Mfb (ministère des Finances et du Budget) et le Seces sera opérationnelle. « Le bureau national soutient les revendications des six sections », indique le sécrétaire général du Seces national.  Toutefois,  toutes les proclamations sous le nom des sections de l’université publique à Madagascar impliquant le bureau national doivent passer par le conseil national. 

Un rappel à l’ordre par le ministère de l’Enseignement  supérieur et de la Recherche scientifique

Suite à l’annonce de grève des membres du Seces section Antananarivo, le ministère de tutelle interpelle les enseignants-chercheurs et les  chercheurs enseignants à  prendre conscience et à considérer les résolutions définies depuis 2015. Ainsi, le Mesupres a insisté sur différents points.  Il s’agit notamment de l’indemnité de recherche des retraités chercheurs. En effet, le décret d’application numéro 649/ 2017 du 21 mars 2017 témoigne l’engagement et la volonté de l’Etat à résoudre ce problème. Pourtant, le Mfb a attendu la concertation sur l’article numéro quatre. Ce dernier qui se porte sur les travaux de recherche que les retraités-chercheurs doivent réaliser.  En ce qui concerne l’heure complémentaire première tranche, il a été convenu avec l’agent comptable de l’université ainsi que le Mfb, l’annulation des obligations de service pour les enseignants-chercheurs concernés. Le paiement est en cours et s’effectuera ainsi à la date indiquée par le Mesupres.

Kanto R.

La Vérité0 partages

Année 2017 - Les promesses non tenues par le régime

Plus que dix jours avant la fin de l'année. C'est le temps des bilans. L'Exécutif a aussi son bilan. Une année marquée cette fois-ci par le foisonnement de promesses non tenues.

Lors de la présentation des vœux en janvier dernier au palais d'Iavoloha, le Président Hery Rajaonarimampianina s'était félicité du fait que : « A aucun moment de son histoire, Madagascar n'a réuni autant de conditions favorables, comme aujourd'hui, pour se mettre sur l'orbite d'une émergence ». Ce sont apparemment les conditions favorables pour une forte paupérisation qui étaient réunies. Au lieu de décoller, le pays a continué à creuser pour atteindre les profondeurs. Madagascar fait partie des cinq pays les plus pauvres du monde. L'année que le pouvoir entrevoyait comme l'année de l'envol, aura laissé, au contraire, un arrière-goût très désagréable de désillusion et d'échec à tous les niveaux. Sur le plan socio-économique, les observateurs sont tous unanimes à admettre que jamais le pays n'a offert une telle image de pauvreté et de désespoir. Le seul réconfort auquel peut s'agripper la population d'aujourd'hui demeure le fait qu'il serait impossible de descendre encore plus bas que le pays ne l'est déjà. A l'image de cette déclaration du Chef de l'Etat, de nombreux engagements ont été pris par les autorités sans que ceux-ci ne soient concrétisés. Pour ne citer que quelques exemples, en septembre de cette année, le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier avait indiqué que le problème de l'insécurité serait résolu en trois mois. Quatre mois plus tard, l'insécurité fait toujours autant rage. Les cas de vindictes populaires restent un problème non résolu. A un moment donné le ministre du Commerce et de la Consommation avait également laissé entendre que le prix serait  stabilisé en trois mois. Le prix du riz continue de s'envoler actuellement. En un an, le kilo du riz a quasiment doublé… Les conséquences des opérations menées par le « Task force » mis en place au niveau de ce département ministériel tardent à se faire ressentir au niveau du simple consommateur qui craint déjà une envolée des prix pour le début d'année à venir. En septembre, Hery Rajaonarimampianina avait laissé entendre que la Haute Cour de justice serait bientôt opérationnelle. Jusqu'ici, cette institution censée jugée les plus hautes autorités du pays n'est toujours pas debout. Selon lui, certaines conditions ne seraient pas encore remplies.  Pour que la Hcj soit au complète, il ne reste l'élection des deux émissaires du Haut conseil pour la défense de la démocratie et de l'Etat de droit (Hcdded).Or, cette dernière n'est pas encore opérationnelle car le décret présidentiel constatant l'élection des membres de ce Haut conseil n'a toujours pas été pondu par le Chef de l'Etat. Ces inimitiés avec le représentant élu de la Commission nationale indépendante des droits de l'homme au sein de la Hcdded seraient à l'origine du blocage… Le sempiternel phénomène du délestage figure également parmi les engagements des dirigeants. Durant l'année, le délestage ou les coupures de courant, c'est la même chose, ont encore sévi.  Fréquemment, le Chef de l'Etat Hery Rajaonarimampianina avait annoncé que le problème du délestage sera bientôt résolu notamment pour Antananarivo. L'histoire a prouvé le contraire…A.R.

La Vérité0 partages

Ikongo - Un « Dina » illégal à l'origine de l'affaire

 

L'assaut de la prison d'Ikongo figure parmi les dossiers brûlants qui défrayent la chronique depuis la semaine dernière. Tout a commencé le mercredi 13 décembre dernier, une foule en colère a investi l'établissement pénitentiaire d'Ikongo, situé dans la région de Vatovavy-Fitovinany. La foule réclamait alors la tête de plusieurs individus accusés de meurtre et qui ont été emprisonnés à la suite d'une décision de Justice. Un assaut qui a permis à 120 prisonniers de recouvrer malheureusement la liberté.

D'après les explications d'Imbiky Anaclet, magistrat et non moins ancien ministre de la Justice, cette affaire tire son origine d'un « Dina » appelé « Dinan'ny Tanala » élaboré en 2010. Ce « Dina » n'a pas été homologué et aucune demande dans ce sens n'a été effectuée par le comité du Dina. Par conséquent, ce pacte reste donc illégal mais a pourtant été appliqué par les adhérents. A preuve, un scénario similaire à celui qui s'est déroulé récemment à Ikongo aurait déjà eu lieu en 2011. Un homme suspecté d'un crime grave a été jeté prison. Quand la foule a réclamé sa tête, il a été libéré puis exécuté par les riverains. Ainsi, les habitants d'Ikongo voulaient reproduire la même scène en croyant être dans leur bon droit.

L'Etat interpellé

Ainsi, l'ancien Garde des Sceaux ne manque pas de constater une défaillance au niveau de la prise de responsabilité de l'Etat. L'autorité de l'Etat qui est sérieusement mise à mal ces dernières années d'où la recrudescence des vindictes populaires. A cela s'ajoute également l'éternelle méfiance envers la Justice. 

« L'Etat doit appliquer la loi, c'est-à-dire en punissant ceux qui ont commis l'assaut de la prison et ont fait sortir les prisonniers », soutient l'ancien ministre de la Justice. Et d'ajouter que « la Justice et les Forces de l'ordre doivent également retrouver une crédibilité auprès des citoyens ». 

Il estime également qu'une explication à l'attention de la population locale sur les détails des lois est nécessaire. En d'autres termes, des précisions à faire concernant le caractère illégal de la justice populaire. Aux dernières nouvelles, plusieurs prisonniers parmi les 120 en fuite ont déjà repris le chemin vers la prison pour se rendre après une brève cavale. Une information qui attend encore la confirmation et les précisions des sources officielles.

S.R.

 

La Vérité0 partages

Qu'il soit clair !

Les dirigeants du parti « Hery vaovaon'ny Madagasikara » (Hvm), le parti au pouvoir, conduisent les affaires nationales dans le flou. Une opacité empêchant les citoyens soucieux de clarté d'avoir un aperçu exact sur la conduite de l'Etat. Certaines des Sociétés nationales, genre Jirama, leur emboitent le pas.

Il y a quelque mois déjà, le régime, par la voix des deux têtes de l'Exécutif, balançait sur la place publique la nécessité d'amender la Constitution, plus particulièrement l'Article 46 relatif aux dispositifs touchant le sort du Chef de l'Etat en exercice s'il se porte candidat à sa propre succession. Immédiatement, la société civile, les partis émargeant de l'opposition, les simples citoyens et même la Communauté internationale s'insurgèrent et montèrent au créneau pour dénoncer la velléité de chiffonner la Loi fondamentale. Constatant la levée des boucliers, presque générale, les caciques du pouvoir se sont repliés, du moins, pour un temps. Effectivement, la question est remise sur le tapis, et cette fois-ci, par le truchement des élus au Parlement. Et donc, l'idée n'a pas été abandonnée. Ainsi, on veut être fixé clairement sur ce sujet très délicat, concernant les intentions réelles des maîtres-penseurs du régime.Pour un pays se vantant d'avoir un minimum de scrupule pour le respect de la démocratie, à moins d'un an de la prochaine élection du Président de la République, la date du scrutin doit être déjà publiée officiellement. Une requête plusieurs fois réclamée par tous les partenaires locaux et internationaux. Cependant, les dirigeants font la sourde oreille ou bien répliquent par des esquisses qui parfois sonnent fausses. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) se débat d'être fixée sur le sujet, mais niet ! Que le régime s'exprime clairement sur ce point !Le Code électoral, ayant déjà fait l'objet de débats à plusieurs niveaux, peine à se dévoiler. Le régime tergiverse. Y a-t-il quelque chose qui se trame ailleurs ? Beaucoup redoutent une manigance satanique. Le texte qui a été présenté au Carlton, l'autre fois, ne reflétait guère à celui qui fut débattu avec les autres partenaires. Le projet final risquerait fort d'atterrir, à l'incognito, à Tsimbazaza. En tout cas, ce régime n'a aucun état d'âme pour le forcing. Un mode opératoire qu'il apprécie tant. Soyons honnête et net !La Société nationale Jirama, en dépit des bruits et des pompes d'inauguration, par-ci par-là, crée toujours des vagues. Les délestages ou coupures, c'est selon, en eau et électricité perdurent. Des localités comme Sambava, Manakara ou Morondava et bien d'autres, subissent la médiocrité de la prestation de la Jirama. Ménages et opérateurs (hôtels-restaurants, épiceries, …) souffrent surtout en cette veille des fêtes de fin d'année. Même Antananarivo n'est pas épargnée. Le Chef de l'Etat, à travers son fameux « Rendez-vous » clame haut et fort qu'il apporte la lumière. En moins de quatre ans, lit-on quelque part chez les médias proches du régime, il aurait réalisé ce que d'autres n'auraient pu faire en 60 ans. Une manière détournée de se dédouaner du « rendez-vous manqué », solennellement annoncé à Mahamasina lors de son investiture en janvier 2014. Mais le mal que les pauvres clients de la Jirama n'arrivent jamais à admettre, c'est que malgré les délestages récurrents, la note de la facture reste toujours salée. Que ce soit clair, qu'est-ce qu'on fait ?Ndrianaivo

L'express de Madagascar0 partages

Blanchiment d’argent – Madagascar bientôt sur la liste grise

Les transactions financières avec Madagascar encourent des difficultés en l’absence du texte anti-blanchiment de capitaux. Adopté en conseil du gouvernement, un projet de loi est attendu lors de la prochaine session extraordinaire du Parlement.

Méfian­ce. Les transactions financières avec Madagascar risquent d’être restreintes. Les tergiversations en matière de lutte contre le blanchiment d’argent sont lourdes de conséquences pour l’économie.À entendre Jean Louis Andriamifidy, directeur général du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), Madagascar risque d’être classé sur la liste grise du Groupe d’action financière (GAFI). « Si cette loi n’est pas adoptée avant février 2018, la Grande Île sera classée sur la liste des pays présentant des lacunes dans le dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme », explique le DG du Bianco. La liste grise permet d’identifier les pays qui ne suivent pas les recommandations du GAFI de 2012. Elles somment les pays membres à se conformer aux normes internationales en matière de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme.Cette situation a de graves répercussions sur l’économie malgache car les transactions financières venant de Madagascar ne seront plus crédibles. « Les banques des autres pays renforceront les contrôles et risquent de refuser toutes transactions. Cela engendrera des frais supplémentaires. Et ce sont les opérateurs en import-export, entre autres, qui en subiront les conséquences », explique Boto Tsara Dia Lamina, directeur général du service des Renseignements financiers (Samifin).

Enjeu économiqueAyant signé la convention des Nations unies de lutte contre la corruption (CNUC) , Madagascar s’est engagé à appliquer efficacement des mesures législatives, réglementaires et opérationnelles en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Par ailleurs, l’opérationnalité de ce dispositif figure parmi les engagements de la partie malgache dans le cadre de l’octroi des Facilités élargies de crédits (FEC). Adopté en conseil du gouvernement il y a une semaine, ce projet de loi doit encore être discuté en conseil des ministres.« Étant donné la taille des enjeux, nous attendons que ce projet de texte soit inscrit à l’ordre du jour de la prochaine session parlementaire extraordinaire», soutient le DG du Samifin.Le Groupe d’action financière (GAFI) est un organisme intergouvernemental. Il a élaboré une série de recommandations reconnues comme étant la norme internationale en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et de la prolifération des armes de destruction massives.Publiées en 1990, les recommandations du GAFI ont été révisées en fonction de l’évolution du contexte mondial. La plus récente date de 2012. Elles ont vocation à être appliquées par tous les pays du monde. En collaboration avec d’autres acteurs internationaux, le GAFI identifie également au niveau des pays les vulnérabilités afin de protéger le secteur financier international contre son utilisation à des fins illicites.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Épargne verte – Le « Sinking fund » sauve les aires protégées

La FAPBM a signé des conventions de financement  des gestionnaires des aires proté-gées pour 2018. Des financements possibles, grâce notamment au « Sinking Fund ».

Placement extérieur. Les fonds d’amortissement de la Fondation pour les aires protégées et la biodiversité de Madagascar (FAPBM) dans les banques extérieures permettent d’appuyer en sommes conséquentes, trente et une aires protégées du pays en 2018. Madagascar est indiqué posséder soixante quatorze millions de dollars de fonds dans ces banques, dont 4% d’intérêt permettent d’octroyer quelque trois millions de dollars ou six milliards neuf cent quatre vingt trois millions d’ariary à des ONG et associations gestionnaires d’aires protégées.« Ces fonds sont des sources d’argent mis de côté à intervalles réguliers, qui rapportent des intérêts  et sont renfloués grâce à des dons et souscriptions, ou grâce à un engagement au remboursement d’emprunts », explique Gérard Rambeloarisoa, directeur exécutif de la FAPBM, à la signature de financement pour les gestionnaires d’aires protégées, vendredi dernier à l’hôtel Ibis Ankorondrano. Les intérêts sont donc intéressants, outre le système de rachat dedettes. « À l’exemple de 4, 5 millions d’euros versés à la FAPBM par le gouvernement allemand à travers le programme GEF (Global Environment Facility), ou encore à un montant de près de un milliard d’ariary, équivalent aux dettes malgaches auprès du gouvernement allemand », a-t-il ajouté.

ActivitésL’appui financier de trois millions de dollars alloué par la FAPBM est annuel. Il est indiqué être durable, sauf si le gestionnaire a manqué au contrat de manière flagrante. 60% de ces six milliards neuf cent quatre vingt trois millions d’ariary sont destinés à appuyer les activités de Madagascar national parks (MNP). Le reste, soit près de deux milliards d’ariary, revient à treize autres ONG et associations tels que MBG (Madagascar botanical garden), WCS (Wildlife Conservation Society), Piligrin Fund ou encore Asity Madagasikara.« Ces financements ont pour but d’appuyer des activités génératrices de revenus aux habitants vivant près des aires protégées, qui font face à diverses pressions environnementales », souligne encore le directeur exécutif de la Fondation. Il s’agit de protéger ces aires protégées et de créer des environnements économiques et infrastructures permettant à ces habitants de ne pas dépendre des aires protégées. L’importance écologique des aires protégées est également prise en compte dans les choix d’appui financier. « Les résultats sont significatifs, à l’exception de la menace des feux et des exploitations minières illicites dans les aires protégées », avance Gérard Rambeloarisoa.Ces financements ne peuvent appuyer que treize parcs sur les quarante gérés par MNP. « En effet, même si Madagascar figure parmi les bons acteurs en levée de fonds en Afrique, il est impossible de tout financer en raison du nombre considérable d’aires protégées dans la Grande île », conclut-il.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Région Menabe – La décentralisation entravée par les procédures

Les dirigeants communaux de la région Menabe dénoncent la non-effectivité de la décentralisation financière.

Effectivité. En matière de décentralisation, l’application effective du principe du plan financier est revendiquée par les maires de la région Menabe. Durant un forum avec les sénateurs organisé par l’organisation Friedrich Ebert Stiftung (FES), dans le cadre du projet coopération parlementaire, ces élus locaux de s’insurger contre l’ineffectivité de la décentralisation financière.Une quarantaine de maires et une dizaine de membres de la Chambre haute étaient présents au forum, qui a débuté, hier, pour prendra fin ce jour, à Morondava. Le thème choisi étant « Finances et fiscalité locale ». Dès les premières interventions, des élus locaux ont donné le ton en évoquant les relations compliquées entre les communes et le Trésor public.« Nous sommes impuissants face aux oppositions fréquentes à nos engagements budgétaires par le Trésor. Il s’agit, pourtant, de dépenses votées par le conseil communal », affirme le maire de la commune rurale de Manja. Comme toutes gestion de deniers publics, celles des CTD sont, également, soumises à l’orthodoxie financière. Une rigueur suivie de près par le Trésor.« Certes, il s’agit d’argent public, mais ce sont des revenus de la commune que nous voulons investir dans des investissements pour son développement. La lourdeur administrative, notamment, auprès du Trésor freine, nos initiatives. Nous souhaiterions que ces procédures soient allégées », soutient Désiré Raharison, adjoint au maire de Moron­dava. Les difficultés des communes à remplir les conditions d’orthodoxie requises par le Trésor sont un sujet de débat récurrent lorsqu’il est question de décentralisation concernant toutes les communes de Mada­gascar.

Démunis et impuissantsComme le rappelle le numéro 2 de la capitale de la région Menabe, la problématique a encore été largement discutée lors d’un atelier organisé au Carlton Anosy, en octobre. À l’écoute des échanges durant la première journée du forum de Morondava, la méconnaissance des textes légaux et règlementaires en matière de finances publiques pourrait être, en partie, la cause du blocage.« Nous ne savons plus à quel texte nous référer. Par exemple, concernant la loi 2014-020 relative à la décentralisation, nous ne sommes au courant d’aucun décret d’application, jusqu’ à maintenant. Quelle loi s’applique réellement, car parfois, il y a des imbroglios vu que sur certains sujets, des responsables se réfèrent à d’anciennes lois », soulève le maire de Belo-sur-Tsiribihina.Rolland Kolo, ancien sénateur, ayant pris part au début du forum a, justement, épinglé la non-application des textes. « Les lois sont faites pour être appliquées et vécues. Ce qui n’est pourtant pas toujours le cas à Mada­gascar », déclare-t-il. Cet ancien parlementaire qui a dénoncé « l’égoïsme du pouvoir central », en parlant de l’absence d’allocation des ristournes des grands investissements aux CTD, notamment, les communes.Outre ces ristournes, les taxations en particulier les impôts fonciers (IF), et les impôts sur les propriétés bâties (IPB), sont de grandes sources de revenus pour les communes. En marge de la première journée du forum, des maires ont, pourtant, affirmé que leurs communes étaient démunies, car des contribuables refusent de payer et reconnaissent être impuissants face aux récalcitrants.« Ce sont les plus grands contribuables qui manquent de civisme et refusent de payer des taxes. Certains s’adonnent même à de fausses déclarations, ou affirment avoir des accords les déchargeant des taxes avec des ministères. Nous n’avons aucun moyen efficace pour les obliger à payer. Nos dénonciations des responsables étatiques sont vaines. Les IF et IFP représentent, pourtant, près de 70% des revenus de la commune. De ce forum, nous attendons des sénateurs qu’ils plaident en faveur des communes auprès de l’État central », déclare l’adjoint au maire de Morondava.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Fin d’année – Mille soldats sécurisent  les fêtes

Le préfet de police a annoncés lors d’un atelier à Androndra, le déploiement d’un millier d’éléments des forces de l’ordre pour permettre à la population de passer les fêtes de fin d’année sereinement.La population passera les fêtes de fin d’année en toute sécurité. C’est l’objectif que la préfecture de police d’Antananarivo s’est fixé, lors d’un atelier sur la sécurité qui s’est tenu mardi, à l’espace Dreams Androndra. Selon le préfet de police, le général Angelo Ravelonarivo, des éléments des forces de l’ordre couvriront toute la capitale. « Mille éléments seront postés dans tout Antananarivo», a-t-il annoncé à l’atelier. Ces éléments seront pratiquement présents sur tous les points chauds et les lieux où la foule est abondante. « Plusieurs d’entre eux seront en tenue civile pour garder un œil sur les quartiers qualifiés zones rouges, ainsi qu’aux alentours des marchés et arrêts de bus pour guetter les pickpockets et autres vandales », a expliqué le préfet de police.Lors de cet atelier, un petit bilan de la sécurité de l’année 2017 a été présenté. Selon le préfet de police, les résultats sont plutôt positifs.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Concert classique – La fratrie Ramaroson, aux saxophones

Splendide et épique à la fois. La belle série de Concerts classiques de midi initiée par le Madagascar Mozarteum cette année, s’est clôturée en beauté hier pour sa 85e édition.

Tout en douceur, instaurant une certaine poésie à ses débuts, le concert s’est élancé crescendo une fois que les musiciens se sont mis à l’aise sur scène. Le temps d’un après-midi, on se serait cru dans un réel festival de jazz en écoutant et en admirant sur scène ce talentueux quartet de saxophonistes formé par la fratrie Ramaroson.Hier, le quartet a gâté le public de l’Institut français de Madagascar (IFM) à Analakely d’une prouesse musicale qui met en avant le genre musique classique. Un quartet fraternel qui resplendit aussi bien de jeunesse que de talent, le tout sous la bienveillance de son patriarche, l’incontournable saxophoniste Seta Ramaroson. C’est ainsi un groupe transcendant qui s’est redécouvert aux férus de musique classique de la capitale, à l’occasion du 85e concert classique de midi du Madagascar Mozarteum.Pour finir en beauté cette année qui était riche en découvertes, en partages, en convivialité et en génie musical, le choix du Quartet Ramaroson était ainsi le bienvenu. Ce dernier s’est plu à faire voyager son auditoire à travers le temps pour mieux l’émouvoir et l’envoûter aux sons du saxophone, et ce, par le biais de son répertoire,.

Féerique et taquinLe quartet, aussi bien à l’aise dans le registre du jazz que celui de la musique classique, s’est exposé à travers une formation des plus sobres. By Ramaroson jouait ainsi en soprano, Kanty en ténor, Tohy en baryton et Seta en alto. Laissant la part belle à la poésie et à l’esprit féerique qui règne à l’approche des fêtes de Noël, le quartet débute le concert classique avec une interprétation de « Mary did you Know » de Mark Lowry et Buddy Greene, un cantique anglo-saxon de renom. De là s’enchaînent les interprétations plus joviales et rythmées qui surprennent l’auditoire de l’IFM Analakely par la maîtrise dont font preuve les musiciens aux saxophones. La composition suivante s’affirme comme un grand monument de la musique classique, l’incontournable « Water music suite » de George Friedrich Haëndel. De belles surprises étaient aussi au rendez-vous de ce concert classique, notamment, le passage où Carol Ratefinanahary accompagnait au piano le quartet sur « Czardas » de Vittorio Monti. Il en est de même pour Ravo Raboanarison au violon sur l’interprétation de « Halleluia » par Leonard Cohen.L’ambiance était à son apogée quand, pour clôturer le concert, le Quartet Ramaroson ravit un public de toutes les générations par sa reprise de la mythique bande originale de la Panthère Rose d’Henri Mancini. Cette prestation chaleureuse et enjouée a réjoui grands et petits, hier après-midi. S’affirmant continuellement comme de doux moments agréables, enchanteurs et envoûtants, les concerts classiques de midi de la part du Madagascar Mozarteum à l’IFM Analakely, restent à découvrir sans modération. Une programmation qui gagne encore plus en envergure, attend, d’ores et déjà, le public pour l’année prochaine, notamment, avec plus d’artistes internationaux.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Tennis Circuit U14 africain – Madagascar dans le calendrier

La Confédération africaine de tennis a inscrit Madagascar dans son programme. Un tournoi U14 aura lieu à Antananarivo au début 2018.

C’est con­firmé. Mada­gascar fait actuellement parti des pays qui recevront des tournois de la Fédération internationale de tennis (ITF) et de la Confédération africaine de tennis (CAT), comptant pour le classement africain pour la saison 2018.C’est la CAT elle-même qui a confirmé que Mada­gascar sera hôte d’un tournoi du circuit africain des U14 garçons et filles du 22 au 25 février 2018.Une grande première à mettre dans les annales du tennis, qui, jusqu’ici s’est contenté d’organiser la Coupe Davis à domicile à trois reprises. Cette fois-ci, il s’agira de mettre en scène nos meilleurs joueurs dans la catégorie U14 garçons et filles qui pourront glaner des points au classement africain et dans ce sens espérer figurer dans le top 20 africain, éligible pour disputer les championnats d’Afri­que prévus se tenir à Pretoria du 26 au 31 mars.Le tournoi proprement dit portera la distinction de grade 2 où 500 points seront attribués aux champion et à la championne en simples. Il est prévu se jouer sur les courts de l’Amical culturel sportif d’Ambohidahy (ACSA). Un comité d’organisation en vue de ce tournoi ITF/CAT grade 2 sera mis en place prochainement par la Fédération malgache de tennis.

AubaineUn tournoi qui vient à point nommé puisque du 8 au 16 janvier, l’équipe nationale U14 sera en lice pour les championnats d’Afrique australe au Botswana. Après, la FMT va organiser les championnats de Madagascar uniquement pour les U14 du 14 au 18 février. L’expli­cation de la date avancée de ces championnats de Mada­gascar pour les U14 est toute simple. La CAT attribuera désormais des points aux championnats nationaux de toutes fédérations nationales en Afrique.Ces points seront comptabilisés dans le classement africain. Cela permettra donc à nos joueurs et joueuses de glaner un maximum de points pour avoir un bon classement en Afrique et même espérer terminer dans les 20 premières places africaines qui joueront le sommet africain des U14, comme cité ci-dessus à Pretoria. Les points aux championnats de Madagascar sont similaires à ceux enregistrés dans un tournoi grade 3 où 250 points seront attribués au cham­pion et à la championne.Les meilleurs joueurs et joueuses d’Afrique australe tels les Mauriciens, les Sud Africains, les Namibiens, les Zimbabwéens ou encore Mozambicains et Angolais seront de l’aventure. Ceux d’Afrique du Nord, d’Afrique centrale ou encore d’Afrique de l’Est pourront aussi faire le déplacement à Madagascar.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Betroka – Des commandos abattent vingt fuyards

Tentant une percée dans les montagnes après avoir dérobé cent trente zébus, quarante dahalo armés ont été pris à contre-pied par un hélico et deux sections de commandos. Vingt morts sont dénombrés.

Blitzkrieg à Isoanala Betroka avant-hier. Bénéfi­ciant d’un appui aérien, des gendarmes d’élite de l’Unité Spéciale Anti-dahalo  (USAD) déployés depuis leur caserne  sur le plateau de Mahabo, ainsi que des commandos de la deuxième compagnie du Bataillon Interarmes (BIA), basé à Ihosy, ont donné du fil à retordre à une quarantaine de dahalo armés. Se heurtant de plein fouet avec ces éléments prêts à en découdre, les malfaiteurs ont essuyé de lourdes pertes de vie humaines alors qu’ils marchaient à grand pas avec cent vingt-sept têtes de bovidé vers Vohidratsy, fief des hordes de dahalo les plus redoutés, plongeant dans  les montagnes labyrinthiques de l’Andriry où se perdent les traces des troupeaux volés.Une vingtaine de morts est répertoriée selon  un bilan concordant recueilli auprès de l’armée malgache ainsi que la gendarmerie. Neuf zébus ont été abattus par les fuyards. Tout le reste du bétail a été en revanche récupéré. Ce coup de force intervient après une saisine des autorités par le député d’Ambovombe Philobert par le truchement du chef région Androy, après qu’une cinquantaine de boeufs a été dérobée vendredi à Beraketa Bekily.«La faisabilité de l’opération a été étudiée au niveau du Gouvernement. Après approbation, les troupes ont été constituées et la logistique nécessaire ficelée afin d’engager la poursuite», lance le général de brigade Théophile Rakotonirina, 2ème adjoint du commandant de l’État-Major général de l’armée malgache.La piste du bétail volé à Beraketa vendredi menait à Vohidratsy Isoanala, dans la région Anosy. «Écumée par les dahalo, la zone de poursuite est réputée dangereuse. La participation à l’opération d’autres éléments conduits par le commandant du groupement de la gendarmerie à Androy  ainsi qu’une section de la compagnie territoriale de la gendarmerie à Betroka  était un atout décisif», met pour sa part en avant le lieutenant-colonel Théodule Ranaivoarison, commandant du groupement de la gendarmerie de l’Anosy.

Défi criminelMardi aux petites heures, le peloton s’apprêtait à remonter les traces des dahalo qui ont réussi à s’éva­nouir dans la nature avec leur butin en fin de semaine, lorsque la formation d’une quarantaine de dahalo qui venaient d’en avoir pour leur grade l’ont nargué.Vers 2 heures du matin, les bandits de grand-chemin ont frappé en plein Isoanala, au nez et à la barbe des forces mixtes.Ces dernières se sont d’emblée lancées aux trousses des fuyards mais ils les ont semées à une distance d’environ 5 kilomètres.«Après l’exfiltration des magistrats ainsi que des gardes pénitentiaires d’Ikongo dont les vies étaient menacées, l’hélicoptère a fait un refueling à Fianarantsoa puis à Ihosy avant qu’il ne rejoigne les éléments pédestres en train de braver la mort dans le sillage de dahalo armés à Isoanala. En fin de matinée, la libellule de fer et les fuyards se sont retrouvés nez-à-nez», indique le général Théophile Rakotonirina.«L’hélicoptère a stoppé les dahalo dans leur élan. Les poursuivants les ont du coup rattrapés et de violents affrontements ont éclaté», relate quant à lui le commandant du groupement de la gendarmerie Anosy.Une zone tampon, traversée par un cours d’eau a été le théâtre de cette guérilla sanglante. Des corps d’individus tombés sur le champ de bataille ont été retrouvés dans les bambous sur le rivage tandis que des dépouilles ainsi que des armes ont été emportées par la rivière.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Diana – Sabrina et Manajara, les nouveaux Miss et Mister de Nosy Be 

Dix-neuf candidats se sont présentés à ces élections devenues un évènement  annuel couru de l’île aux Parfums. La 5e édition s’est déroulée vendredi. 

Un véritable spectacle haut en couleurs. C’est ce que l’association Les Flowers des îles a réservé au public nosybéen, durant la présentation des dix-neuf candidats en lice aux élections de Miss et Mister Nosy Be 2018, 5e édition. C’était vendredi sur la scène bien décorée du  gymnase couvert Toly Laurent  de Nosy Be. Les candidats ont compté sur l’enthousiasme des invités venus pour les soutenir et surtout, pour passer un agréable moment.La soirée a débuté par  des animations  artistiques de jeunes locaux pleins d’énergie communicative. Puis, sous les acclamations de la foule en délire, les mannequins de l’association Flowers des îles ont  introduit la première apparition des dix candidates masquées, suivie du défilé des neuf jeunes gens en tenue traditionnelle. Entre chacun des passages artistiques, filles et garçons ont défilé sur des chorégraphies longuement Cet évènement a été également l’occasion pour l’organisation évènementielle présidée par Herimina Tombosoa, de mettre en valeur son savoir-faire. Actuellement Flowers des Iles se lance le défi de remettre au goût du jour ce concours populaire, si prisé des jeunes et du public. Les candidats, vêtus par sa boutique, ont bénéficié des mains expertes de ses coiffeurs et esthéticiennes.

Sûrs d’eux«  Notre rôle consiste non seulement à organiser la compétition, mais aussi à préparer les candidats physiquement et mentalement pour être performants devant le public », explique la présidente de l’association. Son agence de mannequinat a déjà envoyé des porte-fanions malgaches dans des compétitions nationales ou africaines.Apres les quatre sorties en tenue traditionnelle, de ville, de plage et de soirée, les résultats sont tombés vers 3 heures du matin. Après l’appel des deux dauphins  et des deux dauphines, . devant des spectateurs médusés, Sabrina Masy, 19 ans, 1m67, élève du Lycée Mixte de Nosy Be, a terminé en beauté le parcours. Sans jamais quitter son sourire, sa façon de débouler sur scène a montré son envie de repartir avec l’écharpe de Miss. Elle a séduit le jury, et  surtout le public, et a remporté le concours de Miss Nosy Be 2018.Côté garçons, dès le début de la compétition et à chaque apparition, le gagnant,  Manajara Saïd Mohamed, 22 ans, 1m80, a attiré le regard des spectateurs. Son physique, son charme, son humour ainsi que sa démarche en disaient long sur sa personnalité.La remise des écharpes et des cadeaux ainsi que les félicitations aux meilleurs ont clôturé la soirée.

Raheriniaina 

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – « Lakana tsara voha » – ASCUT et JBCA remportent les trophées

L’édition 2017 du tournoi de basketball baptisé Lakana Tsara Voha s’est tenue ce week-end au gymnase couvert de Soavita à Toama­sina. Ce tournoi, destiné aux vétérans hommes et dames, a été organisé par la ligue régionale d’Atsi­nanana en collaboration avec les Amoureux du basketball.Cette association a déjà organisé un tournoi similaire à Morondava avant le championnat national N1A retour. Chez les hommes, l’association sportive de la commune urbaine de Toamasina bat en finale BBCM Analamanga sur le score de 63 à 57.Et du côté des dames, la coupe revient à Analamanga car cette fois l’ASCUT s’est inclinée en finale contre JBCA de la capitale par 63 à 53. Le match de classement pour la troisième place était une affaire d’Atsinanana chez les dames. La victoire a été ravie par l’ASTT qui s’est imposée sur le score de 53 à 47 face à l’AS Port.La ligue d’Antsinanana a été gâtée lors de cette occasion car elle a été dotée de matériels ce samedi. Le conseiller spécial de la Présidence, Mbola Rajaonah, a remis les panneaux plexiglas et les cerceaux flexibles pour le gymnase de Soavita.Et le président de la Fédération malgache de basketball, Jean Michel Rama­roson a, pour sa part, offert des ballons aux dirigeants de la ligue, dans le but de la promotion de la discipline dans cette région.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Saison cyclonique – Des systèmes de prévision de crues fonctionnels

Des systèmes de prévision et d’annonce de crues seront opérationnels sur les fleuves des six régions de Madagascar, en 2018, pour éviter les lourds dégâts engendrés par de fortes précipitations. La direction générale de la météorologie a annoncé une saison cyclonique active pour 2017-2018 et des risques d’inondation sont à craindre, selon le général Charles Rambolarison, secrétaire exécutif adjoint du Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC). « Ces systèmes nous permettront d’évacuer à l’avance la population se trouvant dans une zone où un risque d’inondation est probable. Avec ce système, nous allons pouvoir calculer à l’avance la montée des eaux dans une zone », explique le commandant Faly Aritiana Fabien, coordonnateur adjoint de projet du BNGRC, hier, à Antani­mora lors de la présentation du bilan sur les préparatifs de la saison cyclonique 2017-2018.Ces systèmes seront fonctionnels sur la rivière d’Ikopa, de Sisaony et d’Imamba, dans la région d’Analamanga, de Matatana dans la région de Vatovavy Fitovinany, de Fierenana à Toliara, de Mampikony dans la région de Sofia et de Maningoro à Analanjirofo.L’exercice de simulation du fonctionnement de ce système a déjà été effectué. Les sites d’hébergement seraient déjà prêts dans chaque fokontany pour accueillir des victimes des catastrophes naturelles.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Illustration – Tefy Khaita égaye  les enfants de sa créativité

Un grand frère bienveillant qui affiche aussi bien son talent que sa générosité. Le tout porté par une humilité exemplaire, Tefy Khaita ou Tefy Nirina Enrique Barryh Andriambololoson de son nom à l’état civil, est un artiste qui se distingue pour son altruisme. Depuis sa tendre jeunesse sur les bancs de l’école à Fianarantsoa dont il est originaire, jusqu’à la capitale où il réside actuellement, Tefy Khaita voue une passion pour l’illustration et le dessin. Dans la bonne trentaine, faisant preuve de doigté et de maîtrise, il se distingue et a su se faire une bonne renommée dans le cosmos artistique notoire à travers ses portraits plus vrais que nature. Étant un dessinateur accompli, Tefy Khaita ne cache pas sa pluridisciplinarité en faisant preuve de brio dans la réalisation de paysages et des caricatures, que ce soit à travers des outils numériques ou des outils de dessins traditionnels.En bon gaucher comme il est, l’artiste sait aussi faire preuve de droiture au sein de la société, se plaisant le plus souvent possible à échanger, à partager et à donner de son temps surtout auprès des jeunes. Des qualités qui au-delà de son talent, lui valent actuellement d’être l’un des membres émérites de l’association « Koloina », avec laquelle il égaye la vie d’une bonne centaine d’enfants de sa créativité et de son imaginaire. Accompagné de jeunes entrepreneurs avec qui il a en commun la même envie de partage, Tefy Khaita s’est lancé dans un projet de réhabilitation d’écoles primaires publiques (EPP) qu’il sublime de ses illustrations.

A. P. R. 

L'express de Madagascar0 partages

Football – Ligue Vakinankaratra – Pour une promotion à vitesse grand « V »

Un nouveau président très ambitieux. Le président de la ligue régionale de football de Vakinankaratra, Fidinirina Andriantomponera a présenté en détail ses projets à court et à long termes pour promouvoir le plus vite possible le football dans la Ville d’eaux et ses environs.Lors de l’élection à la présidence de cette ligue qui s’est tenue le 15 décembre, Fidy Andriantomponera a largement remporté la victoire en raflant cinq voix des sept sections votantes. Cinq candidats étaient en lice à ce scrutin et Fidy a écarté tous ses adversaires dont faisait partie le candidat du président sortant.« Les footeux de Vakinan­karatra attendent de moi un changement rapide», confie Fidinirina Andriantom­ponera. Ce dernier est un ancien joueur au sein d’un club en première division à Bongolava vers 1990.Il a joué ensuite dans l’équipe du département de l’ES Lettres à l’université d’Antananarivo en cham­pionnat universitaire. En tant que dirigeant, il occupait le poste de secrétaire général du club FC Vakinan­karatra de 2011 à 2013 et est devenu par la suite président jusqu’à la veille de cette élection de la ligue de Vakinankaratra.Comme palmarès, le club FCV a remporté deux fois le titre de champion du tournoi de la RN7 regroupant les grandes équipes d’Ana­lamanga, de Vakinankaratra et de la Haute Matsiatra, et le club a été aussi quatre fois cham­pion de la ligue de Vakinan­ka­ratra. « Nous avons du pain sur la planche car les projets de promotion que nous comptons réaliser sont innombrables », a lancé le nouveau président de la ligue Vakinankaratra.« Nous tacherons de rehausser le niveau technique des footballeurs de la région. Nous consoliderons la collaboration avec les sept sections existantes, surtout sur le projet de promotion de la relève. Nous les doterons de matériel, et nous organiserons aussi des formations pour les arbitres et techniciens », a annoncé le président Fidy. Ce dernier va également intégrer les anciens joueurs dans son équipe car ces expérimentés connaissent mieux le football de la région.«Nous allons combiner nos projets avec ceux de la fédération… », a-t-il poursuivi. « Nous sollicitons aussi la construction d’un terrain synthétique chez nous car nous sommes à moins de 200km de la capitale et avec un terrain aux normes et homologué, nous pourrons abriter aussi des matches internationaux », a-t-il proposé.« Nous avons au moins six terrains praticables et nous solliciterons la collaboration des autorités locales et les sociétés privées pour l’entretien et la réhabilitation de ces infrastructures, indispensables pour la promotion de la discipline », a-t-il souligné. « Et le plus important, nous allons renforcer la communication en mettant en place une commission… Et notre site web sera fonctionnel à partir de janvier 2018. Nous allons aussi avoir notre propre siège », a-t-il conclu.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Drame à Ikongo – Avancements pour les défunts militaires

Les dépouilles de neuf militaires, policiers et gendarme emportés par les crues sur le radier d’Ambinani­tromby Ikongo samedi sont à Fianarantsoa. Les défunts seront acheminés ce jour à leur localités d’origine respective.Pour les six militaires ayant  trouvé la mort dans cette tragédie, l’armée malgache annonce des avancements en grade à titre posthume. Un a adjudantchef sera entre autres promu adjudant major, un défunt adjudant portera le grade d’adjudant-chef et un sergent passera au grade de sergent-chef. Des décorations honorifiques sont également prevues pour ces éléments des forces de l’ordre, morts en l’exercice de leur fonction.Le chef d’État-Major général de l’armée malgache, le commandant de la gendarmerie nationale ainsi que le directeur général de la police nationale sont sur place pour cette cérémonie de deuil militaire avec tous les honneurs.Les six militaires, deux policiers  ainsi que le gendarme ayant péri étaient parmi les près de cent cinquante éléments envoyés à Ikongo pour rétablir l’ordre après des émeutes et casse de prison lorsque la mort les a happés.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Badminton – Baobad vulgarise  la discipline à l’école

Les dirigeants de Baobad, un des plus grands clubs de badminton du pays ont visité l’école Saint Louis Manakam­bahiny. Le club est venu suite à la demande d’un professeur d’ Education physique et sportive de l’établissement.L’école a intégré le badminton dans son programme scolaire d’Éducation physique et sportive cette année après avoir suivi le projet de formation Shuttle Time, une initiative de la Fédération malgache de badminton, subventionnée par la Fédé­ration internationale et la Confédération africaine.Le club Baobab étude actuellement la faisabilité d’un partenariat avec cette école dans le but de la soutenir sur le plan matériel et surtout en vue d’intégrer les meilleurs joueurs de l’école au sein du club pour devenir plus tard compétiteurs.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Sécurité alimentaire dans le Sud

La situation alimentaire dans le Sud s’améliore, selon le rapport du Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC), hier. Les récoltes ont augmenté suite à des précipitations successives dans quelques districts. D’autres districts seraient toujours sous l’emprise de la conséquence de la sécheresse qui a duré 4 à 5 ans, dans le deep South.

L'express de Madagascar0 partages

BMOI ouvre une agence à Toliara

La Banque malgache de l’océan Indien (BMOI) compte une nouvelle agence à Toliara. Celle-ci a ouvert officiellement ses portes, mardi, à l’angle de la rue La Flayelle et de la rue Faray. L’ouverture de cette agence s’inscrit dans la stratégie de cette institution financière en matière d’expansion et de développement, et bien évidemment pour être plus proche de ses clients. Cette institution financière est la première banque malgache à recevoir la certification ISO9001-2015 sur toutes ses activités de production bancaire.

L'express de Madagascar0 partages

Lac Alaotra – Le Festival Bandro remporte un troisième succès 

Et de trois. Le chef-lieu de la région Alaotra-Mangoro, Ambatondrazaka, a abrité la troisième édition du Festival Bandro 2017, sous la tutelle du ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts et celui du Tourisme, en collaboration étroite avec la région Alaotra-Mangoro. L’ambiance estivale de l’évènement et les résultats attendus dans ses objectifs ont encore tenu leurs promesses. Le thème s’est articulé autour de la conservation du Lac Alaotra et des conflits face au développement.Le plus grand lac de Madagascar s’est classé parmi les nouvelles aires protégées de catégorie VI, et a connu une redynamisation de sa structure locale consultative et de concertation, à savoir la plateforme Alaotra Ranosoa, grâce à l’appui de ses partenaires techniques et financiers (GEF, MWC, DurrelL, GERP, …). La plateforme a justement regroupé une centaine de jeunes mardi après-midi, en vue de son installation dans l’Alaotra. Entrant dans le cadre de la célébration du festival Bandro, la semaine du 4 décembre a été l’occasion de relancer officiellement la plateforme Alaotra Rano Soa et la stratégie de conservation du site Ramsar Alaotra.Diverses entités publiques et privées ainsi que des élèves et des groupements culturels riverains ont activement participé au carnaval le6 décembre, et au concours de Vakodrazana.  Au final, l’objectif fixé sur la sensibilisation environnementale et la conscientisation sur la protection du Lémurien marécageux  et de son habitat naturel a été atteint.

Hery Fils Andrianandraina 

L'express de Madagascar0 partages

Noëlection

C’est le nouvel enjeu du référendum. Les électeurs devront choisir entre Noël et élection. Difficile de dire qui l’emportera. Le perdant sera définitivement supprimé du calendrier. Pour le moment, les deux font bien la paire. Noël constitue une excellente opportunité pour la campagne des candidats potentiels. Cette année, elle se situe idéalement à une année de l’élection présidentielle. Pour ceux qui n’ont rien à proposer comme programme de société que la charité, de perspective que l’aumône, de vision que la pitance, Noël est la meilleure occasion pour montrer des qualités de générosité et de philanthropie. D’ailleurs, tout le monde est déjà en campagne depuis le début de l’année quel que soit le bord où le futur candidat se trouve.L’indécence veut que la mendicité des pauvres, l’assistanat des indigents constituent le fonds de commerce des candidats sans vergogne, des politiciens à court d’argument qui profite de Noël pour essayer de racoler des voix à la prochaine élection. Ce n’est pas en une seule journée dont qu’il faut s’occuper d’eux mais durant leur existence. Il ne s’agit donc pas de leur offrir de quoi mettre sous la dent à Noël mais de penser à améliorer leur existence.Mais si le Père Noël peut faire faux bond, cette année, à cause de la peste, l’élection aura bel et bien lieu selon le Président au moment prévu par la Constitution. C’est là que les choses se compliquent étant donné que la Constitution exige un pari impossible à tenir. Il s’agit de tenir les deux tours de la présidentielle en l’espace de trente jours. Entre le dépouillement des bulletins du premier tour, la publication des résultats provisoires par la Ceni, la validation des résultats par la Haute cour constitutionnelle, l’impression des bulletins de vote du second tour, la campagne électorale des deux candidats du second tour, l’envoi des bulletins de vote dans les circonscriptions électorales, il se passera trente jours.Même en comprenant au maximum le chronogramme, il faut dire qu’on ne peut tenir un tel timing. C’est le plus gros couac dans cette Constitution dont le concepteur a pensé à une victoire au premier tour d’un des candidats ou à un candidat unique auxquels cas les choses seraient facilitées. On ne peut pas toucher à cet article tout comme on ne peut pas changer l’alinéa relatif à la démission du Président sans faire un amendement à la Constitution. Et les attentions sont plus portées sur la démission du Président que sur l’intervalle de temps entre les deux tours.Pour le moment, c’est le statu-quo étant donné que la révision de la Constitution semble un sujet tabou même pour des questions purement techniques. Référendum ou pas, il va falloir régler au plus vite ce problème au risque de compromettre la tenue du second tour. Joyeux Noëlection.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Réglementation des parkings privés

La commune urbaine d’Antananarivo a rappelé dans un communiqué, hier, que l’utilisation des plots mobiles ou fixes, des pierres, des tréteaux sur la voie publique pour la réservation de parking est strictement interdite. Elle invite ceux qui souhaitent avoir un parking privé de faire leur demande à l’hôtel de ville à Analakely.

L'express de Madagascar0 partages

Intégration des employés

Les départements minis­tériels se penchent actuel­lement sur le cas de leurs employés « non déclarés » pour les intégrer dans le logiciel Augure. Ils invitent ainsi ceux qui n’ont pas pu toucher leurs soldes du mois de décembre à suivre toutes les procédures néces­saires. Dans des com­muni­cations sur Facebook, les minis­tères de l’Éducation ou de la Santé publique indi­quent aux employés  tous les chemins à suivre pour justifier leur activité. Depuis février, le ministère des Finances et du budget a lancé une opération d’as­sainis­sement des états de paie.

Midi Madagasikara0 partages

Belo Tsiribihana : Fiara voatafika, raikitra ny fifampitifirana

Mbola maro ireo lalana mampikolay ny mpampiasa lalana amin’ireo faritra ambanivohitra rehetra any. Ambonin’ny lalan-dratsy tokoa mantsy dia mbola manampy trotraka ny resaka asan-dahalo sy fanakanan-dalana. Toy ity nitranga tamin’iny lalana avy any Bekopaka hihazo an’i Belo Tsiribihina iny, ny faran’ny herinandro lasa teo. Fiara tsy mataho-dalana iray, izay navadika ho fiara fitateram-bahoaka no lasibatry ny fanafihan’ny olon-dratsy. Teo amin’ny toerana antsoina hoe Ankatrakatraka no nisehoan’ity fanafihana ity. Andian-jiolahy maromaro no nanakana sy nibahana teo am-povoan-dalana. Nihevitra ny haka mora izay tsy nafafiny tamin’ity fiara mpitatitra ity ireto olon-dratsy ireto, kanjo tsy nampoizin’izy ireo ny fisiana mpitandro filaminana tao anatiny. Teo anatrehan’ity tampoka tsy mahalehilahy, nahazo ity fiara ity, dia nijoro sy nandray ny andraikiny avy hatrany ilay mpitandro filaminana niaro ny ain’ireto mpandeha sy ny fananany. Namoaka ny basy ary tsy nisalasala nampiasa izany tamin’ireto olon-dratsy. Vaky nandositra araka izany ireto mpanakan-dalana, sady nitifitra ihany koa, tsy nanampo velively ny hisian’ny valin-kafatra haingana dia haingana toy izany. Tetsy andanin’izay dia nanao izay ho afany tamin’ny lalan-dratsy ilay mpamily, niezaka nanaisotra ny fiara tao anatin’izany ady saritaka sy fifampitifirana, ka avotra soa aman-tsara. Efa nampandrenesina mahakasika ity asan-jiolahy ity moa ireo mpitandro filaminana tany an-toerana ka nisy avy hatrany ny fidinana teny ifotony sy ny fikarohana ireto mpanakan-dalana ireto.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Andraisoro : L’ancien poste de police rénové par le Fafi V

La magie de Noël a d’ores et déjà touché la population du Ve arrondissement en général et celle d’Andraisoro en particulier. En effet, l’ancien poste de police – totalement désuet – a été rénové par le député Naivo Raholdina qui est également le président de l’association caritative Fafi V (« Fampandrosoana ny Firaisana Isam-pokontany ao amin’ny boriborintany fahadimy »). Les clés ont été remises hier au président du quartier mobile d’Andraisoro. Ce poste comporte une cellule et est utilisé, pour le moment, par le quartier mobile dont les membres ont été dotés d’uniforme et d’équipements tels que les lampes-torches. En parallèle, a-t-on appris que Naivo Raholdina, le président du « Fokontany » d’Andraisoro et le président du quartier mobile ont adressé une lettre au ministre de la Sécurité publique sollicitant des agents de police, prêts à travailler dans ce futur poste de police. D’après les informations qui nous ont été communiquées, les dépenses engagées pour ces travaux de rénovation sont estimées à environ six millions d’Ariary. Par ailleurs, la journée du 18 décembre a également été celle de la miséricorde pour le couple Raholdina. Des cartables, des fournitures scolaires et des sucreries pour les élèves de l’école « Asama » Andraisoro ; du riz, de l’huile et des sapins de Noël pour les enseignants et l’école qui est tout à fait modernisée sont les cadeaux de la part de la présidente de la branche « Fanantenana » du Fafi V, Hanitriniala Raholdina.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

ENIAP Antsirabe : Sortie des élèves inspecteurs de police

Il a été décidé, lors du conseil de gouvernement d’hier, la communication verbale relative à la sortie des élèves inspecteurs de police et agents de police de la promotion Rova 2016-2017, à l’ENIAP Antsirabe, demain.          Une autre communication verbale relative à la participation de Madagascar au 10e Forum de Bali sur la démocratie, qui s’est tenu à Jakarta, Indonésie, les 7 et 8 décembre dernier.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Mahajanga : Une marchande de sachets en plastique attaqué

A l’approche des fêtes de fin d’année, l’insécurité tend à s’aggraver dans la ville de Mahajanga. Ce qui s’est passé mardi en début de soirée en est la preuve. Deux bandits armés de fusil ont attaqué la boutique d’une marchande de sachets en plastique tenant office dans le quartier de Manjarisoa. Vers 19 heures, les malfaiteurs sont entrés de force dans la boutique de la commerçante juste au moment où cette dernière s’apprêtait à fermer. Une fois sur place, ils ont agressé la propriétaire en lui assénant des coups de crosse à sa tête pour s’emparer tout l’argent qui était dans la caisse. Ainsi, le préjudice est évalué à près d’un million d’ariary. Venus à la rescousse de la victime quelques minutes plus tard, des éléments de la Police nationale n’ont plus eu à faire que de constater le fait. L’enquête est ouverte.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Mahajanga : Une marchande de sachets en plastique attaqué

A l’approche des fêtes de fin d’année, l’insécurité tend à s’aggraver dans la ville de Mahajanga. Ce qui s’est passé mardi en début de soirée en est la preuve. Deux bandits armés de fusil ont attaqué la boutique d’une marchande de sachets en plastique tenant office dans le quartier de Manjarisoa. Vers 19 heures, les malfaiteurs sont entrés de force dans la boutique de la commerçante juste au moment où cette dernière s’apprêtait à fermer. Une fois sur place, ils ont agressé la propriétaire en lui assénant des coups de crosse à sa tête pour s’emparer tout l’argent qui était dans la caisse. Ainsi, le préjudice est évalué à près d’un million d’ariary. Venus à la rescousse de la victime quelques minutes plus tard, des éléments de la Police nationale n’ont plus eu à faire que de constater le fait. L’enquête est ouverte.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Sambava : Zazalahy roa hita faty natsingevan’ny ranomasina

Samy efa hita ny nofo mangatsiakan’ny tovolahy kely roa niara-nilomano, natelin’ny ranomasina tany Sambava, ny alatsinainy antoandro teo, tokony ho tamin’ny iray ora. Adiny iray taorian’ny antso vonjy ka nifanampian’ny fokonolona tamin’ny fanavotana azy roalahy tao anaty ranomasina, no hita ny fatin’ny tovolahy kely iray 13 taona, raha afak’omaly naraina tokony ho tamin’ny 7 ora sy sasany mahery kely tany ho any, no natopan’ny onja vaventy ny razan’ny zazalahy faharoa. Araka ny tati-baovao voaray dia ankizy efatra mianadahy mpiray vodirindrina monina ao amin’ny fokontany Antananaribo no niara-nilalao ka nifampitaona nankeny amoron-dranomasina tao amin’ny vinanin-dranon’ Antaimby. Ny roalahy no nilomano fa tsy sahy nijoboka an-drano ny zazavavikely iray. Ny ankizilahy fahefatra izay moana no niandry ny akanjo (pataloa roa sy kapa iray ary akanjo iray) teny amin’ny tora-pasika. Raha vao niletika tsy nipoitra intsony ireto ankizilahy roa niara-nandro sempotra, dia nihazakazaka haingana nampandre ny olona teo akaiky teo ity ankizivavy sady nampilaza ny ray aman-drenin’ireo zaza tra-doza. Raha ny fanazavana azo dia saika isan-taona dia mamono olona foana ity vinanin-drano misy mistery miafina tsy takatry ny saina ity. Ary matetika dia ireo vahiny hatrany no atelin’ny ranomasina eo.

 Eric Manitrisa

Madagate0 partages

Madagascar. Une solidarité pour quelle cause exactement? Désolidarisation plutôt!

De nos jours, il ne se passe plus un jour de l’année qui ne soit libellé «Journée internationale». Ainsi, la journée d’aujourd’hui 20 décembre a été dédiée à la Solidarité humaine par l'Assemblée générale des Nations Unies, inscrite dans sa résolution 60/209 du 22 décembre 2005. Extraits.

«Dans la Déclaration du Millénaire, en l’An 2000, les chefs d’État et de gouvernement ont notamment déclaré que la solidarité était une des valeurs fondamentales et universelles sur lesquelles devraient reposer les relations entre les peuples au XXIe siècle». Par ailleurs, auparavant, par la résolution 57/265 du 20 décembre 2002, le Fonds de solidarité mondial a été créé en février 2003, en tant que fonds d’affectation spéciale du Pnud.Son objectif est «d’éliminer la pauvreté et de promouvoir le développement humain et social dans les pays en développement, en particulier dans les franges les plus pauvres de la population».

Cependant, il est à croire que cette journée d’aujourd’hui sera une journée ordinaire à Madagascar, pour le «gouvernement de combat» d’Olivier Mahafaly, Premier ministre, surtout après le scoop du super ministre des projets présidentiels, Benjamina Ramanantsoa Ramarcel, qui a révélé que le taux de pauvreté de 92% avant 2014 est descendu à 72% en ce mois de décembre 2017. Un «gain» de 20% sorti d’on-ne-sait-où. C’est certainement pour cela que le volet «social» est plus que négligé par ce régime Hvm qui brille plutôt par ses inaugurations à la chaine, de tout et de rien, et ses inutiles sorties budgétivores à l’extérieur avec une pléthore de membres de délégation d’on-ne-sait-plus quoi ni pourquoi.

Ci-après une remarque plus que pertinente encore de lapart de la Friedrich Ebert Stiftung (FES) Madagascar: «Selon un journal proche du gouvernement (Ndlr: «La Ligne de Mire»), le taux de pauvreté aurait baissé de 92% à 72% depuis le début du mandat du président actuel. L'article n'indique pour le moment aucune source pour cette affirmation. Une telle baisse serait néanmoins spectaculaire, même par comparaison à l'internationale. Une baisse de 20% signifierait que 5 millions de Malagasy ont réussi à sortir de la pauvreté depuis 2014. Avec de tels résultats Madagascar devancerait largement le Rwanda et l'Éthiopie, considérés jusqu'alors comme les champions du développement sur le continent africain».

En tout cas, pour mon esprit simple -mais pas simpliste-, cela signifie que le super ministre se désolidarise de ses compatriotes pauvres qui doivent donc s’estimer heureux et voter Hery vaovao en 2018 «au nom de la continuité». Après avoir lu moi-même l’article intitulé «Hery Rajaonarimampianina: un second mandat au nom de la continuité», je me désolidarise aussi de ce genre de journalisme qui n’est même pas à sensation. C’est de la désinformation propagandiste pure et simple que l’Histoire ne retiendra pas, et le signataire, Niaina H., est vraiment à très mauvaise école. Il est également l’auteur de l’article insultant pour les journalistes doyens du CJD -Club des Journalistes Doyens- («La Ligne de Mire» du 30 novembre 2017). Mais lui, il ne sera jamais inquiété et recevra certainement une prime de bon petit auteur de fiction pour dictateurs décevants.

Mais, au fait, la solidarité c’est quoi exactement? Selon wikipédia, la solidarité est «le lien social d'engagement et de dépendance réciproques entre des personnes ainsi tenues au bien-être des autres, généralement des membres d’un même groupe liés par une communauté de destin». Eh ben dites donc, on est loin, très loin de cette définition à Madagascar, hein. A part la solidarité gouvernementale -qui rend tous les ministres muets et inactifs face aux seuls cataclysmes naturels, attendant des dons qui seront détournés au moindre dos tourné-, il n’y a vraiment rien à se mettre sous la dent dans ce domaine. Énumération de quelques exemples de la Malagasy reality.

Il ne se passe pas une semaine sans que les journaux locaux ne relatent des cas d’expulsion manu militari de Malgaches hors de terrains sur lesquels ils vivaient depuis des décennies. Mais les dirigeants demeurent aveugles, sourds et muets face à cette situation inouïe mais devenue monnaie courante depuis l’accession de Hery Rajaonarimampianina au pouvoir. Des hectares de terres sont sens dessus dessous du fait d’étrangers, souvent aux yeux bridés, qui envahissent littéralement des villages entiers à travers l’île, pour polluer ensuite l’environnement (les cours d’eau surtout) à la recherche d’or et de pierres précieuses exportés «magiquement», mais tout cela est tout à fait normal pour ce régime Hvm corrompu jusqu’au trognon (eh oui, c’est pour notre pomme). Des dizaines d’étrangers au look bizarre surgissent, venus d’on-ne-sait-où, aux quatre coins de l’île mais cela n’inquiète aucune dirigeant outre mesure (cela signifie sans prendre la mesure du phénomène). Le prix du riz, aliment de base des Malgaches, atteint des sommes astronomiques pour la majorité des «72%» donc de pauvres (mais ils ne gagnent même pas le prix d’un sac de 50 kilos de riz par mois); la facture de l’eau et de l’électricité (Jirama) grimpe aussi pour les 15% de foyers qui en bénéficient, mais le régime ne s’en soucie guère comme il se fout totalement de l’envolée des prix à la pompe des carburants et autre pétrole lampant. Et le nouvel an 2018 accueillera froidement tout le «fiarahamonina malagasy» avec d’autres hausses en perspective grâce à une Loi de Finances votée les yeux fermés par une bande de députés pas du tout solidaires vis-à-vis de leurs compatriotes.

Ricanons alors plutôt que de rire franchement. Une solidarité pour quelle cause exactement? Désolidarisation plutôt! En effet, lorsque la désinformation émane directement du président Hery, en matière de communauté de destin, c’est une preuve flagrante de désolidarisisation vis-à-vis du peuple malgache lui-même. Par ailleurs, l’UE va-t-elle gober longtemps la couleuvre de la «stabilité politique» et de l’ «avancée dans le domaine économique» servie, hier, lors du second dialogue politique de l’année 2017, après celui d’Antsiranana en avril? Pour l’heure, l’éternel plat de résistance que constitue la «reconnaissance internationale pleine et acquise» de la communauté internationale, se traduit, pour le président au nom le plus long du monde, par l’apport d’argent frais (13, 5 millions d’euros) dans le «basket fund» du Pacem (Projet d'Appui au Cycle ÉlectoralàMadagascar)destiné à appuyer l’organisation des élections 2018-2019.

Mais la désolidarisation vis-à-vis du peuple malgache est complète (d’où la locution «arriver à son comble») lorsque ce président vraiment pas comme les autres, ose dire que des élections transparentes, inclusives et tout et tout auront bel et bien lieu en 2018 et apporteront une sérénité jamais vécue à Madagascar, après. C’est quoi, alors, cette velléité forcené de toilettage de la Constitution sur laquelle il a prêté serment comme quoi il allait la respecter (donc ni la violer ni la répudier) comme si c’était la prunelle de ses yeux? Lui-même n’est pas sûr d’être réélu, alors son constitutionnaliste de service, en l’occurrence Jean Eric Rakotoarisoa, lui a concocté un cocktail qui prêterait à sourire s’il n’était pas tout simplement dangereux. Un seul exemple dans l’avant-projet de loi qui a fini par être découvert après des semaines de cachotterie ridicule.

Ainsi, certes, il va respecter l’article 46 et laissera donc sa place à Rivo Rakotovao, président du Sénat et président du parti Hvm, étant donné qu’il accepte de démissionner. Cependant, il est écrit noir sur blanc que s’il ne passe pas après le premier tour, il pourra réintégrer son poste de président de la république jusqu’à la passation avec le nouveau président élu. Eh ben dites-donc, c’est pire que de la désolidarisation çà. C’est se foutre de la gueule du monde entier! Il veut vraiment le beurre et l’argent du beurre au seul nom de «Filoham-pirenena voafidim-bahoaka». Faites-vous traduire.Décidément, en quatre ans, on en aura vu de toutes les couleurs (et avalé des tas de couleuvres) avec ce régime Hvm. Et il semble bien qu’à ce rythme, le pire reste à venir car il est persuadé de sa toute puissance: l’armée dans une main (enfin certaines têtes étoilées seulement), la justice dans l’autre (la HCC surtout) et, comme nerf de la guerre, un trésor amassé au détriment du bien des autres. C’est-à-dire, des autres Malgaches comme eux. Vous connaissez la rubrique «trafics en tous genres» relatés presque quotidiennement par les quotidiens malgaches?

On va voir, aujourd’hui, ce que compte organiser la représentation du système des Nations Unies à Madagascar pour commémorer cette Journée internationale de la Solidarité humaine 2017. Ailleurs, en tout cas, c’est-à-dire dans les pays démocratiques et respectueux de l’État de droit, elle servira à :

Célébrer notre unité et notre diversité;Rappeler aux gouvernements de respecter leurs engagements internationaux;Sensibiliser l’opinion publique à l’importance de la solidarité;Encourager le débat sur les façons de promouvoir la solidarité pour réaliser les objectifs de développement durable (ODD);Agir pour encourager de nouvelles initiatives pour lutter contre la pauvreté.

Rien de tout cela à Madagascar où la solidarité gouvernementale elle-même se traduit par un silence assourdissant des ministres directement concernés. Cela fait des tas de mois qu’un ministre a osé s’exprimer pour défendre son département. Tout est accaparé par Mister President elect qui s’illusionne au fil des jours et applique avec une méthodologie extraordinaire la méthode Coué. Qu’est-ce que le «vahoaka malagasy» peut faire, face à tout cela, sinon prier plus encore en cette semaine sainte, afin que 2018 soit l’année de la fin de ses souffrances. Quand et comment? Les voies du Seigneur sont insondables, mes amis, mais il y travaille, mine de rien.

Jeannot Ramambazafy - Article publié aussi dans le quotidien "La Gazette de la Grande île" du 20 décembre 2017