Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Mercredi 21 Octobre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara46 partages

Dadaleba Refotaka : « La France doit restituer à Madagascar le crâne du Prince Ratsimamanga »

En hissant le drapeau malgache, Dadaleba Refotaka revendique le crâne du Prince Ratsimamanga.

Si certains revendiquent les îles Eparses, les autres réclament une tout autre chose, le rapatriement du crâne du prince Ratsimamanga, fusillé le 15 octobre 1896 sur l’ordre du Général Joseph Simon Gallieni. 

En effet, après avoir été exécuté par les colonisateurs, le prince Ratsimamanga a été décapité. La décollation avait pour but d’intimider les Malgaches de l’époque, en leur montrant que même leur dirigeant était impuissant face au régime colonial. Aristocrate, oncle de la reine Ranavalona III, le prince Ratsimamanga fut l’un des premiers résistants à l’installation française à Madagascar.

 « La France a la tête de ce patriote malgache… Comme elle a remis à l’Algérie les vingt-quatre crânes des résistants algériens décapités au XIXe siècle, j’exige aussi le rapatriement de celui du Prince Ratsimamanga », a imposé Dadaleba Refotaka. Ce gardien de la tradition de l’Imerina suppose que le crâne du Prince Ratsimamanga est en France pour des multiples raisons. Selon Refotaka, « le squelette de la tête de ce haut personnage du XIXe siècle a d’abord été exposé à la Société d’anthropologie de Paris ».

Violence culturelle. La culture est un partage de convictions, de valeurs, de moralités, de coutumes, de traditions, de confiance, d’idées, d’attitudes et de comportements dans lequel les membres d’un groupe coopèrent et opèrent avec l’extérieur. D’une certaine manière, la culture se confond avec le corps humain et partage sa fragilité.  Décapiter la tête de l’oncle de la reine est une violence faite à un symbole culturel. Le but était de déraciner les Malgaches. La désacralisation par excellence ! La tête est importante dans la culture malgache. Elle représente le « hasina ». Une dépouille décapitée ne peut être enterrée dans le tombeau familial. C’est le cas du Prince Ratsimamanga, « en principe, il devait être inhumé à Ambohipiara, mais comme le razana n’avait pas de tête, on l’a enterré à Ambohidrapeto », a expliqué Dadaleba Refotaka.

Les deux martyrs, Rainandriamampandry et le prince Ratsimamanga fusillés.

Une stèle pour rendre hommage au martyre. Le prince Ratsimamanga était le frère de Raketaka, mère de Razafindrahety (Ranavalona III) et le fils de Razafinandriamanitra, fille de Rahety, elle-même petite-fille de Ranavalonjanahary, tante d’Andrianampoinimerina. Après le soulèvement insurrectionnel Menalamba et la résistance anticoloniale à la fin du XIXe siècle, il est arrêté en même temps que le ministre de l’Intérieur malgache, Rainandriamampandry, sur ordre du résident général français Joseph Gallieni le 11 octobre 1896, au lendemain du départ de l’ancien résident général Laroche. Il est traduit devant le Conseil de guerre pour rébellion et « fahavalisme ». Le 15 octobre, à l’issue d’une parodie de procès, tous deux sont condamnés à mort et exécutés à titre d’exemple, souhaitant faire « forte impression sur les indigènes ». Un des membres du Conseil de guerre devait confirmer par la suite que les deux accusés avaient été « condamnés sur ordre » de Gallieni. Ce dernier détruit le procès-verbal de l’audience plutôt que de le transmettre aux archives militaires.

Suite à ces événements, Dadaleba Refotaka réclame au gouvernement d’édifier une stèle pour rendre hommage à ce martyr historique. «  Des statues des étrangers remplissent nos rues. Nous avons tendances à oublier que bon nombre de personnages historiques méritent d’être glorifiés car ils ont donné leur vie pour le pays. L’année prochaine, nous allons commémorer le 125 ème de l’exécution du Prince Ratsimamanga. Ne mérite t-il pas un buste ? », se pose-t-il la question.

Iss Heridiny 

Midi Madagasikara13 partages

Pandémie de Covid-19 : Fin de l’état d’urgence sanitaire et non de la maladie

Après l’annonce de la fin de l’état d’urgence sanitaire, le relâchement est quasi-total à Antananarivo comme dans les autres villes de Madagascar. Pourtant, le bilan hebdomadaire du CCO fait toujours état de nouveaux cas détectés dans les hôpitaux locaux. 

Le ministère de la Santé publique continue de sensibiliser la population sur les gestes barrières. Éviter de se serrer les mains ou de se rapprocher de trop près d’une personne ; porter un masque de protection dans les lieux publics ; contenir les éternuements avec le coude, et bien évidemment se laver les mains le plus de fois possible dans la journée ; voilà les gestes qui sont devenus si familiers ces derniers temps même s’ils sont souvent ignorés. « Que la fin de l’état d’urgence sanitaire soit décrétée ne signifie pas qu’il n’est désormais plus possible de contracter le coronavirus », a tenu à préciser le Dr. Henintsoa. D’ailleurs, les autorités recommandent toujours la consultation immédiate d’un médecin au cas où les symptômes de la Covid-19 apparaissent. Néanmoins, la fin de l’état d’urgence sanitaire est vue comme une délivrance pour beaucoup. 

Test Covid-19. S’il y a encore quelques mois,les centres qui permettaient de se faire tester à la Covid-19 étaient très nombreux, ce n’est plus le cas maintenant. Ils ne sont plus que quelques hôpitaux et laboratoires à en proposer. Dans certains d’entre eux, le test a même un coût au-delà des moyens de la grande majorité de la population, un peu moins que le salaire minimal à Madagascar. Mais cela n’a guère d’importance aux yeux des plus démunis. Désormais, le coronavirus n’est plus qu’une petite grippe qui peut se guérir à coup de paracétamol et d’autres médicaments génériques accessibles dans les pharmacies. Il faut cependant savoir que l’automédication est dangereuse pour la santé. 

Crise au passé ? Le nombre de tests n’est plus aussi conséquent que durant les six précédents mois. Il va de soi que le nombre de malades enregistrés baisse également. Mais la question que se pose une partie de l’opinion publique est : « à quoi ont donc pu servir les mesures draconiennes de ces derniers mois s’il suffisait de diminuer le nombre de tests effectués pour en finir avec cette maladie ? ». La logique est qu’après le pic de la pandémie, le nombre de cas diminuerait, ce qui est effectivement arrivé. A présent, il reste à espérer que le pays ne connaîtra pas de deuxième vague, à l’instar de la situation actuelle dans certains pays occidentaux. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara5 partages

Projet Lalankely III : 1007 infrastructures pour les quartiers prioritaires d’Antananarivo

Le projet de Désenclavement et d’Assainissement des Quartiers Prioritaires de l’Agglomération d’Antananarivo (DAQP), plus connu sous l’appellation « Lalankely » se poursuit. Une visite des sites du projet Lalankely III a été menée, hier, par le MATP (Ministère de l’Aménagement et des Travaux Publics) avec l’AFD (Agence française de développement), qui figure parmi les partenaires de Madagascar, dans la réalisation de ce projet. « Lalankely III se divise en 2 phases. La première concerne 200 Fokontany, qui bénéficieront de 782 infrastructures, dont 424 infrastructures pour 73 fokontany de la CUA (Commune Urbaine d’Antananarivo) et 328 infrastructures pour 127 fokontany de la périphérie. Il s’agit d’infrastructure de proximité, à l’exemple de ruelles, voies carrossables, passerelles, escaliers, canaux, murs de soutènement. Dans la zone Est, les travaux sont déjà réalisés à 97,71% et dans la zone Ouest à 75,66%. Pour la seconde phase, déjà en préparation, 4 arrondissements de la CUA et 21 Communes périphériques sont concernés »,a indiqué la délégation sur terrain. 

Lancée bientôt.Cette seconde phase de Lalankely III, dont les travaux seront bientôt lancés, comportera 100 infrastructures de mobilité pour 60 fokontany, 115 infrastructures sanitaires pour 67 fokontany et 10 infrastructures « vivre ensemble » pour 9 fokontany dans 3 arrondissement de la CUA. En tout, les deux phases du Projet Lalankely III compte 1007 infrastructures, qui bénéficient aux quartiers sélectionnés de la CUA et des communes environnantes. A noter que le coût estimatif de Lalankely III est de 26,81 millions d’euros, dont 19 millions d’euros de prêt souverain de l’AFD, et un appui de 2,84 millions d’euros de l’Union Européenne. Le projet Lalankely I a été lancé la première fois en 2006, et mis en œuvre en 2011. Ce projet se concentre sur les investissements dans les infrastructures, la gestion communautaire et l’appui institutionnel.

 Antsa R.

Midi Madagasikara3 partages

Bakalorea : Mpiadina mpisandoka roalahy voasambotra

Mpampianatra, « maitre fram » iray no saika hisolo-toerana ny vadiny tamin’ny taranja « mathematique » nandritra ity fanadinam-panjakana bakalorea ity tany amin’iny distrikan’i Farafangana. Karazana hevitra taingina ihany angamba ny an’ity ranamana ity satria dia nihevitra izy fa tsy ho tratra velively. Voalaza tokoa mantsy nosoloiny ny sariny ny tao amin’ny taratasim-pamantarana ireo mpiadina. Ny tsy hainy sy tsy voaheviny angamba dia fomba hanoloany an’ilay « vehivavy » ho « lehilahy ». Rehefa natao mantsy ny fitsirihana ny mombamomba ny mpiadina dia tsikaritr’ireo mpiambina fa tokony ho … vehivavy ilay mpiadina. Noraisim-potsiny « ramose » ary niaiky ny heloka vitany, izay marihana tokoa aloha fa dia fandikan-dalàna tsotr’izao, izay mety ho tonga hatrany amin’ny fanenjehana ara-pitsaràna mihitsy, ankoatry ny tsy fahazoana manala fanadinana ara-panjakana an-taonany maro.

Fa torak’izay ihany koa no nisy tany amin’iny distrikan’i Mananara Avaratra iny. Tamin’ity indray mitoraka ity indray ny nandritra ny laza adina filozofia. Olona mitovitovy aminy no indray no nasolon’ity tovolahy iray azy tany am-panalàna fanadinana. Soa ihany fa mailo ireo mpiambina tamin’ny fisavàna ireo taratasim-pamantarana vaky barara teo ny laingan’ireto mpiadina mpisoloky ireto. Efa natolotra ny mpitandro ny filaminana avokoa moa ireto mpanala fanadinana sandoka ireto.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Code de nationalité : Quelques changements à apporter

Le problème d’apatridie à Madagascar touche plus de monde qu’on ne le croit. Focus Development Association (FDA), en activité dans ce domaine à Madagascar, a creusé la voie afin de pouvoir apporter quelques changements au Code de nationalité en vigueur à Madagascar. Ce cadre législatif qui régit actuellement la question de la nationalité, comprend quelques lacunes, amenant certaines catégories de personnes à devenir apatrides, et comprend, par ailleurs, un volet Genre qui fait débat.

Enregistrement des naissances. Un projet de loi déjà adopté au niveau du parlement lors de la session ordinaire du mois de juillet 2020, vise à améliorer le Code de nationalité. Depuis le mois d’août, une campagne de sensibilisation sur l’enregistrement des naissances, a été menée, fruit d’une collaboration entre la FDA et le ministère de l’Intérieur, avec l’appui du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés. Une campagne mettant en avant l’importance de l’enregistrement de chaque naissance auprès de l’officier de l’état-civil. Démarche que nombre de familles à Madagascar, notamment les plus défavorisées, et celles issues des zones les plus reculées, ont du mal à entreprendre, pour diverses raisons. Plusieurs vidéos de sensibilisation ont ainsi été conçues et diffusées sur plusieurs chaînes de télévision locales. De même, une campagne de sensibilisation par SMS visera à atteindre les populations de six régions de Madagascar, sur la question de l’enregistrement des naissances. Il s’agit des régions d’Analamanga, Vakinankaratra, Atsinanana, Atsimo-Andrefana, Atsimo-Atsinanana et Androy.

Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

Barea : Pour la réunion de toutes les forces !

Nicolas Dupuis dévoilera bientôt la liste des joueurs des Barea.

La double confrontation contre les Ivoiriens dans le cadre les éliminatoires de la CAN 2022 est au centre de toutes les préoccupations. 

« Nous ferons tout pour arracher cette qualification pour offrir du bonheur à toute la population de Madagascar et revivre ce bel élan de solidarité comme en 2019 ». C’est le message clair du ministre Tinoka Roberto qui s’érige aujourd’hui en rassembleur pour qu’il n’y ait plus, il l’a dit, de notes discordantes. Le ministère de la Jeunesse et des Sports a donc lancé un appel au calme à toutes les parties concernées, allant des membres de la FMF au coach Nicolas Dupuis et même aux joueurs et membres de l’encadrement. Le MJS a saisi chacun afin que tous fassent preuve de bonne volonté, de faire taire toutes les critiques et les attaques personnelles, afin de se concentrer sur les Barea, dont les chances de se qualifier passent par une victoire ou deux matches nuls. En clair, l’objectif du MJS est d’amener les acteurs à œuvrer dans la même direction et de réunir toutes leurs forces pour battre les Ivoiriens et se qualifier dans la foulée pour une nouvelle phase finale d’une Coupe d’Afrique des Nations. Un noble objectif qui a besoin du soutien de tout le monde. Un monde encore faut-il le dire, uni autour des Barea qui ont besoin de se sentir entourés pour qu’ils puissent être de taille à tenir tête aux Éléphants ivoiriens. Sur le papier en effet, les Ivoiriens sont très forts mais sur le terrain, les Barea ne partent pas pour autant battus. Il suffit pour cela d’y croire. Tout simplement…

Clément RABARY 

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Vols locaux - Les tests PCR ne sont plus obligatoires

La situation d’état d’urgence sanitaire est levée à Madagascar, depuis l’annonce du président dimanche 19 octobre dernier. Pour les liaisons aériennes locales, chargées par la compagnie aérienne Tsaradia, cette fin de l’état d’urgence sanitaire a apporté des changements dans les procédures d’embarquement de leurs passagers.
Le test PCR, qui était obligatoire pour tous les passagers de Tsaradia, ne l’est plus à partir de maintenant. Ce test, qui est à 100 000 Ar, exigé à l’embarquement doit se faire 72 heures avant. Aujourd’hui, les passagers de Tsaradia peuvent embarquer immédiatement. Toutefois, les mesures barrières telles que le port de masque obligatoire, le lavage fréquent des mains ou encore la distanciation sociale restent obligatoires.
Tia Tanindranaza0 partages

IHOSYMpiadina bakalorea 8 tratran’ny Covid 19

Mpiadina Bakalorea mpianatry ny lisea ao Ranohira tonga miatrika izany fanadinam-panjakana izany ao Ihosy no fantatra fa tratry ny valan’aretina Covid 19.

 

Voatery natokana efitranom-panadinana izy 8 ireo araka izany hahafahany manohy tsy amim-panahiana ny fanadinana sy hiarovana ireo mpiadina miaraka aminy. Ankoatra izay dia natokana fiara ihany koa izy ireo rehefa mody sy mamonjy ny foibem-panadinana hiarovana ny tsy hiparitahan’ny aretina. Tsy maintsy nampanaovina aro-tava sy aro-tanana izy valo marary ireo araka izany. Nampanaovina akanjo fiarovana ihany koa ireo mpanara-maso sy tompon’andraikitra rehetra. Aorian’ny fahavitan’ny fanadinana moa dia horaisina an-tanana manokana ny taratasim-panadinan’izy valo ireo fa tsy hatambatra amin’ny an’ny hafa mba ho fiarovana ireo mpitsara. Tsy maintsy manao akanjo fiarovana sy aron-tanana ary aron-tava ihany koa ireo farany rehefa hitsara taratasim-panadinan’ireo mpiadina marary ireo ho fiarovana ny ainy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Bodo Mpihira Hizara fitaovam-pianarana ho an’ny ankizy miisa 430

Tafiditra tanteraka anaty fahasahiranana ny Ray aman-dReny ankehitriny manoloana ny fiatrehana ny fidiran’ny mpianatra. Hijery manokana ireo tena sahirana i Bodo amin’ny alalan’ny fikambanana Humanity Generosity Hug izay natsangany.

Ankizy sahirana miisa 430 no kendrena hahazo tombontsoa amin’izany.Omaly talata 20 oktobra no nanomboka niasa ny fikambanana. Nitsinjara ireo fitaovana sy nametraka anarana no nataony tamin’izany teny amin’ny foiben-toerany eny Tsiadana raha hanomboka anio alarobia kosa ny fizarana. Eny Ankazomanga no hisantarana izany anio maraina, hitohy eny Ankarondrano Andrefana. Hitohy eny Tsiadana izany rahampitso Alakamisy maraina raha eny Ampandrana amin’ny hariva. Ho an’ny andron’ny zoma kosa dia eny Ambohibary ny maraina, izay mety mbola hiova kely miankina amin’ny fandaminana. Tsiahivina moa fa fikambanana mpanao asa soa ny Humanity Generosity Hug. Vao natsangan’i Bodo mpihira tamin’ity taona ity izy hanampy sy hanasoa ireo tena sahirana.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

AntsohihyOmby halatra 80 no tra-tehaka

Mirongatra indray ny halatr`omby. Sarona tao amin` ny kijany Antsalohavery, izay eo anelanelan' ny kaominina Ampandriakilandy sy Kaominina Anjalazala, ao anatin` ny distrikan' Antsohihy, omby maherin` ny 80 isa izay tsy nanana taratasy mazava.

 

Misy tamin'ireo omby ireo teraka tao anatin'ilay kijany. Misy indray ireo nangalarina tany amin'ny kaominina Ankerika izay efa nalainy tompony tany an-toerana. Misy kosa ireo mbola tsy nalainy tompony izay giazana ao amin'ny famonjan'omby Ampandriakilandy mandritra ny telo volana ary hatao lavanty raha tsy tonga maka azy ny tompony. Nidina nijery ny zava-misy ny lehiben` ny prefektioran` Antsohihy, Naryson Roch Léopold, sy ny lefiny izay notronin'ny ben'ny tanàna voafidy tao Ampandriakilandy, Rajaonary Danny. Nilaza fa handray fepetra mifanaraka amin'izany izy ireo ary nanome toky fa efa misy ny hoentina miady amin'ny tsy fandriampahalemana .

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Mpivarotra rava tsena eny Soarano“Simba ny fananay, simba ny fiananay”

Raikitra ny fanesorana sy fandravana ireo tsena eo ampitan’ny Pochard Soarano omaly.

 

Nandresy tany amin’ny Fitsarana ny teo anivon’ny Kaominina Antananarivo (CUA) teo anatrehan’ny fifanolanana, ka izay no ambaran’izy ireo fa antony. Tsy nisy fifampiresahana, roa volana teo ho eo izay, dia nisy ny teny midina hialana ao anatin’ny 48ora. Taorian’ny fandresen’ny CUA dia nanao fampiakarana ny raharaha ireo mpivarotra. “Nanao fampiakarana amin’ny fitsarana ambony kokoa, ary anio no ambaran’ireto mpivarotra fa hivoaka ny didy. Efa mieritreritra ve izany ny CUA fa izy ireo no mpandresy, ka niroso avy hatrany amin’ny fandravana sy famefena. Tsy mpitsara akory izy ireo, ka mba tokony miandry an’izay didy izay aloha. Ekenay ny fanatsarana ny tanàna, fa kosa raha amin’ny zava-misy eto amin’ny firenena dia tsy mety ny fanimbana fotodrafitrasa. An-tapitrisany maro no lany tamin’izany. Miandry fifampiresahana izahay, ary tsy olana hoe izao no tokony haloanay, fa tsy tokony hisy ny fandrodanana, simba ny fivelomanay, simba ny ankohonanay”, hoy i Christophe Ranaivoson, iray amin’ireo mpivarotra. Nilela-paladia izy ny alatsinainy teo hoe aleo tsy ravana ny trano, ka nofefena fotsiny aloha, saingy nisy fandravana. 5 tafo amin’ny 14 no efa noravana ny tafo. Manaiky fandaminana izahay, tsy vahaolana ny fandravana, ary tsy nilanja sora-baventy, ka mba tokony hijery anay ny Fanjakana, hoy izy ireo. “Raha misy miteny hoe any amin’ny sisin-dalàna dia nisy fifanarahana ara-dalàna nataon’ireo olona ireo. Tokony jerena ny maha-olona, fa tsy ao anatin’ny krizy mivaivay mahazo ny firenena tahaka izao ve hatao very asa ireo olombelona. Mitohy ny didy jadona sy ny letrezana ka tsy azo ekena izao. Ankatso, Esplanade, Sorano,… dia ho sanatria ve ho tapitra harodana daholo satria fifanarahana teo aloha”, hoy ny Mpanolotsaina Monisipaly Clémence Raharinirina eo anatrehan’ny zava-misy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

INSCAE sy ny YALIHanofana ireo mpandraharaha tanora sy madinika

Hanome fiofanana ireo tanora mpandraharaha sy ireo mpandraharaha faran’izay madinika eto amintsika ny sekoly ambony INSCAE etsy amin’ny 67 ha sy ny Yali, fikambanana tsy miankina iray izay manampy sy manohana ireo tanora Malagasy ho lasa mpitarika.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mpianatry ny ENS andiany faha-6Mihisatra ny fandraisana ho mpiasam-panjakana azy ireo

Nivoaka ny 15 Janoary lasa teo ny ny isan’ireo mpianatra ôfisialy nahavita fianarana andiany fahaenina tao amin’ny sekoly ambony manofana ho mpampianatra na ENS (Ecole Normale Supérieure) etsy Ampefiloha raisina ho mpiasam-panjakana.

 Miisa 627 izy ireo saingy ny nahavariana raha araka ny tafa nataon’ireo mpianatra tamin’ny mpanao gazety omaly dia miisa 201 monja no nahazo contrat sy décision avy amin’ny Fitondram-panjakana. Ny 110 mbola eo an-dalam-pikarakarana raha tsy nahazo na inona na inona mihitsy ny 316 isa. Takian’ireto mpianatra nivoaka tao amin’ny sekoly ambony ENS ireto araka izany ny hamoahan’ny fanjakana ny décision sy ny contrat-n’izy ireo farafahatarany amin’ny faran’ny volana novambra ho avy izao. Tsy hanaiky ny hiandry ireo andiany fahafito izahay hoy izy ireo, omaly, tamin’ny alalan-dRamatoa Rabaonomenjanahary Regine, mpitondra teniny. Nomarihin’izy ireo moa fa raha tsy mivaly hatramin’io faran’ny volana novambra io ny fangatahany dia hiantso mpanao gazety hatrany izy ireo hampahafantatra ny olana sedrainy. Miantso ny Filoham-pirenena ihany koa izy ireo mba hijery akaiky ity raharaha fandraisana mpampianatra ho mpiasam-panjakana ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Na an-tsaha, na an-tanànaManao izay tiany ny jiolahy

Ny jiolahy no manjaka eto na ambanivohitra na an-tanàn-dehibe, manjaka ny halabotry sy ny fanafihana mitam-piadiana na an-tsaha na an-tanàna. Ny kely hanana lasa,

 

 ny mpanana be moa izany dia efa mitaintain-dava. Samy tsy misy milamina, ary miaraka amin’ny fandatsahana aina sy fanolanana. Tsy an-kitsitsy intsony, tsy vitan’ny mangalatra sy mandroba fa tena mandatsaka aina. Ny rongony sy ny zava-mahadomelina samihafa moa io miparitaka be io. Ny politikam-panjakana momba ny famoronan’asa tsy ampy, hany ka betsaka ihany koa ny olona midonanam-poana sy lasa manita-kevitra avy eo. Ny fitsinjaran-karena tsy ara-drariny, ny dahalo ambony latabatra manjaka, ny kolikoly mahazo vahana, ny raharaha politika misavoritaka,… hany ka mikorontana ny tany ama-monina. Tena hanjakan’ny ratsy!

FANAFIHANA MAHATSIRAVINA ROA

 Nisehoana fanafihana mahatsiravona miisa roa tamina tanàna tsy lavitry ny renivohitra ny alin’ny alatsinainy hifoha omaly talata. Raim-pianankaviana iray no maty voatifitra tetsy Mandetika Ambalavao Atsimondrano. Ankizy roa mpianatra no naratra. Ny poa-basy tamin’ny 11ora alina no nanaitra ny manodidina, ka faty efa niampatra, diam-bala teny amin’ny rindrina, fianankaviana nipararetra no novantanina tao. Nentina saika haolana tany ambony ny tovovavy iray, izay nifona, ka ny patalohany no efa voaalan’ireo olon-dratsy, hoy ny fitantarana. In’efatra niharan’ny fanafihana izay io tanàna io, izay somary mitokana. Tsy nisy nipetraka tao anatin’ny 7 taona, taorian’ny fanafihana nisiana fanapotsirana ny mason’ny mpiambina, ary izao namoizana aina izao indray. Tsy manana mpiray tampo monina eto Madagasikara intsony ilay raim-pianankaviana, izay asa soa momba ny fampianarana no nokasainy hatao, saingy ny ainy no nanefa. Ankoatra io, nisehoana fanafihana iray ihany koa teny Alasora omaly vao maraina, ka tranona fianankaviana minisitra iray teo aloha no voalaza fa lasibatra. Naolana ny zanaky ny mpiandry tanàna. Voaambana basy tamin’ny fitakiana vola hatramin’ny zazakely vao teraka. Nanjavona ny “disque-dur” an’ny solosaina tao an-trano, vola 2 tapitrisa no lasa,… Mampivarahontsana ny zava-misy, tsy milamina ny tany ka mila mailo sy mitandrina hatrany satria toa efa samy miaro ny rambony tsy ho tapaka izy ity.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

FMI - MadagasikaraHiroso amin`ny fandaharanasa vaovao ato ho ato

Miha-mafy ny fiaraha-miasa eo amin` i Madagasikara sy ny tahirim-bola iraisam-pirenena (FMI).

Hiroso amin`ny fandaharan`asa vaovao ny roa tonta ato ho ato, hoy Richard Randriamandranto, minisitry ny toekarena sy ny vola. Nisy ny resaka nifanaovana ny talata teo tamin`ny tale jeneraly lefitry ny FMI, Rtoa Antoinette Sanye, izay nentina nanazava ireo ireo tetikasa samihafa amin`ny lafiny ara-toekarena. Ho dinihana eo anivon`ny filankevitry ny ministra ny fomba hahafahana miroso amin` izay fandaharanasa vaovao izay. Rehefa azo izay programa izay dia hanampy antsika ireo mpiara-miombon`antoka mahazatra hahafahana mahazo toky ny amin`izay fandaniana volam-panjakana sy amin`ny fampidirana vola ao amin`ny kitapom-bolam-panjakana amin`ny lafiny hetra…, hoy ihany izy. Araka izany, andrasana ny fahalanian` izany tetikasa izany eo anivon`ny filankevim-pitantanan` ny FMI amin`ny taona ho avy, izay hanome famatsiam-bola entina hiatrika ny telo taoana manaraka. . Marihana fa amin` ny volana desambra sy janoary izao no handinihana ny momba an`i Madagasikara.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Dany Rakotoson“Hatahorana ny vola baoritra raha…”

Rehefa jerena dia Antananarivo ihany no manao arotava fa vao mivoaka fotsiny na etsy Imerintsiatosika sy Ambohimangakely aza, hoy ny kandida ho loholona sady mpandraharaha, Dany Rakotoson, dia efa tsy manao ny ankamaroan’ny olona.

 

Mahajanga izany moa dia tsy ahitana, hoy izy na Toliara. Efa ela angamba no nilatsaka ny fanapahana hoe foano ilay ahamehana fa ny alahady teo izany no mba te hiteny amin’ny fomba ofisialy ny filoham-pirenena. Aiza ny fanarenana taorian’ireny fikatonana orinasa naharitra ireny? Tsy mbola ahitana firy ny fampananam-bola ny vahoaka hatreto ny fepetra raisina rehetra. Raha resaka fizahantany fotsiny, ohatra, dia mbola goavana ny fikatonan’ny seranana. Mbola misy fepetra be dia be koa ny mpizahantany vao mety ho tonga eto taorian’ireny hahamehana ireny. Mety ho 20 na 25%n’ny isa tokony ho avy ihany no mety ho avy. Be ny isatra ara-pahasalamana sy fandriampahalemana. Ilay fepetra raisin’ny fanjakana hampitombo ny volan’ny tsirairay hahafahan’ny toekarena miakatra mihitsy no tsy ampy. Tokony isam-bolana no misy ireny fanampiana 1 etsy ariary isan-tokatrano ireny dia samy mahazo daholo. Isan’ny hanarenana toekarena izany. Hatahorana ny fanaovana vola baoritra na “Planche à billet” raha tsy miroborobo io vokatra anatiny mbola marefo io, hoy hatrany izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ministera sy sendikan’ny indostria Nifanaiky hanandratra ny vita Malagasy

Nisy omaly ny fifanaovan-tsoniam-piaraha-miasa teo anivon’ny ministeran’ny indostria sy ny sendikan’ny indostria eto Madagasikara.

 

 Izy io dia fifanekena ny amin’ny mba hanandratana ny vita Malagasy ao anatin’ny fampiroboroboana ny indostria eto Madagasikara amin’ny alalan’ny marika na “label” Malagasy ny Antsika. Hisy noho izany ny fiaraha-miasan’ny roa tonta mba hahatongavana haingana amin’ny fisandratan’ny indostria Malagasy isam-paritra sy distrika. Hanomboka eny amin’ireo magazay lehibe sy salantsalany ary toeram-pivarotana zavatra ilaina isan’andro ny fanentanana momba ity Malagasy ny Antsika ity ny 20 oktobra ka hatramin’ny 20 novambra izao, hoy hatrany ny fanazavana. Hisy koa ny lalao isan-karazany ao amin’ny pejy Facebookn’izy ity ary natao hahazoana loka isan-karazany, hoy hatrany ny voambara. Ho hita eo ny vokany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetibolam-panjakana 2021Hiompana amin`ny drafitra marolafy vonjimaika

Nitafa fohy tamin` ny mpanao gazety omaly ny minisitry ny toekarena sy ny vola, Richard Randriamandranto, omaly. Mahakasika ny tetibolan` ny

 Fandaminana vaovao

Eo am-pandinihana ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana lasitra (LFI) ho amin`ny taona 2021 ny filankevitry ny minisitra ary aroso eo anivon` ny Antenimieram-pirenena sy ny Antenimierandoholona izany. Notsipihany manokana fa hisy ny fandaminana vaovao. Ampahany lehibe amin`ity faran`ny taona ity ny fandaminana amin`ny drafitra marolafy vonjimaika izay nahazoana famatsiam-bola betsaka. Misy ampahana famatsiam-bola avy amin`ireo mpiara-miombon`antoka no efa nampiasaina ary misy kosa no mbola hampiasaina amin`ny amin`ny taona ho avy. Manome toky kosa ny minisitra Richard Randriamandranto fa misy ny hoenti-manana hahafahana miroso avy amin`ny drafitra marolafy vonjimaika mankany amin` ny drafim-panarenana. Nambarany hatrany fa tsy azo atao no mijanona amin`ny toe-javatra iray amin`izao fahamehana izao.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanasan-tanana amin’ny savony Misoroka aretina am-polony

Misoroka aretina am-polony ny fanasan-tanana amin’ny savony. Anisan’izany ny aretim-pivalalana, ny aretin’ny taovam-pisefoana, ny aretina coronavirus izay tena malaza tokoa amin’izao….

12 taona katroka no niasana tamin’izany fikambanana Happy Women ka anisan’ny asa tena nifotorany ny fanentanana ny mpiara-belona mba hanasa tanana amin’ny rano sy savony. Nanomboka tamin’ny taona 2008 izy ireo no efa nisehatra tamin’izany ka anisan’ny nisantarany ny hetsika ny foibe misy ireo mpiasa ao amin’ny ny Novo comm etsy Andraharo. Toraka izany koa ireo mpanasa lamba sy ireo mpianatry ny EPP eny an-toerana. Samy niaiky araka izany ireo olona nampihatra ny fanentanana natao taminy fa afaka nisoroka 25 ka hatramin’ny 50 % ny aretin’ny taovam-pisefoana sy ny fivalalana tokony nahazo azy sy ny ankohonany. Porofo mivaingana izany hoy Ramatoa Nathalie Rabe filoha mpanorina ny fikambanana fa hahafahana mandresy sy miaro amin’ny Covid 19 ihany koa ny fanasan-tanana amin’ny rano sy savony. Tsy diso anjara tamin’ny fankalazana ny andro maneran-tany ho an’ny fanasan-tanana ny fikambanana Happy Women tamin’ity taona 2020 ity. Famoahana horontsary fohy niaraka tamin’ny Noco comm no nentiny nanamarihana izany. Miompana amin’ny fihetsika tokony hatao mandritra ny fanasan-tanana io horonan-tsary io ka ireo mpianatry ny EPP eny Andraharo no nanaovana fanentanana voalohany. Nisy ihany koa ny fanamboarana toerana fanasan-tanana teny anivon’ny sekoly mba hampazoto ny ankizy hanao izany.

Pati

Legende : Zava-dehibe ny fampianarana ny ankizy mba hanasa tanana

Tia Tanindranaza0 partages

Fahasahiana goavana tamin’ny bakalorea Mpisandoka ho mpiadina roa tra-tehaka

Lehilahy iray tonga hiatrika ny laza adina Matematika tao Farafangana no tratra nisolo mpiadina tokony hanala izany .

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Migebona…

Folo volana latsaka herinandro izay no nitsanganan’ny Governemanta faharoan’ny Praiminisitra Ntsay Christian izay narafitra manokana ho taratry ny fisokafana sy ny fahaiza-manaon’ny zanaka Malagasy rehetra tsy ankanavaka, na ny eto an-toerana na ny avy any ivelany,

 hoy ny mpitondra tamin’izany. Ny aogositra teo no nisy ny fanovana minisitra iray sy fampidirana minisitra vitsivitsy. Napetraka hatrany ny fepetra hisian’ny fifanarahan’andraikitra sy ny tomban’ezaka isaky ny enim-bolana ny volana janoary. Somary nosembanin’ny valanaretina coronavirus, saingy tsy tokony ho sakana tamin’ny asan’ny governemanta izany. Mpitondra efa niomana efatra taona, tsy mila fanampiana avy any ivelany satria trosa mampahantra firenena ka isika aza hampindrana an’I Kaomoro,… no nampantena fandrosoana tsy vitan’ny teo aloha 60 taona hatao 5 taona. Aiza no hahavitanao ao anatin’ny 5 taona ny zavatra simba tao anatin’ny 10 taona mahery? Hoy ny Praiminisitra teo aloha, izay isan’ireo Malagasy sokajiana ho farantampony amin’ny fahalalana. Mby aiza anefa ny vokatra ankehitriny? Nanao ahoana, ohatra, ny tetikasa Tanà-masoandro, izay isan’ny tandindon’ny fitondrana ankehitriny ? Tsy tokony hisy hidiran’ny valanaretina coronavirus velively. Ny volana jolay 2019 no efa nilazana fa mpamatsy vola 21 no efa vonona. Marina fa misy ny fanoherana teny Ambohitrimanjaka, fa raha tena misy ny hoenti-manana efa nandeha ny tetikasa satria nambara fa mety hafindra toeran-kafa. Ilay tetezana mitsingevana etsy Ampasika sy Anosizato aza, toa nangina sa miandry akaiky 2023 ? “Migebona” araka ny fiten’ny tanora, ka famatsiam-bola sy fifanarahana tamina fanjakana teo aloha no toa lasa mivadika ho velirano, toy ny fanamboarana ny lalàm-pirenena faha-13, fa ny tena nampanantenaina mikatso. 10 volana izay ny governemanta teknisianina ka tena namokatra ve? Tena nahavaha olana ve? Ahoana sy rahoviana ny hamoahana ny tombana sa vao hanomboka hisa satria isika izao vao niala tamin’ny fihibohana? Dia ahoana izany ilay oha-pitenenentsika hoe: ny akoho tsy naneno ohatr’izay efa lanin’ny kary? Sao dia mba efa fampiesonana manara-penitra no betsaka ?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fampitaovana ho an`ny BAREAAo anatin` ny fivoriana ny komity mpanatanteraka

Efa tsara petrapetraka avokoa ny fikarakarana rehetra amin`ny fiatrehana ny lalao hikatrohan` ny Barean`i Madagasikara sy ny elefantan`i Cote d`Ivoire. Mialoha izany anefa, mbola niatrika lalao sedra roa isika Malagasy: Luxembourg sy Borkina Faso.

 Naharesy isika nanoloana ny Swift Hesperange saingy niondrika kosa teo anatrehan`ny borkinabe. “Faly ny mpilalaontsika tamin` ireo lalao ireo satria nahafahan` izy namaritra ny fahaizany. Marihana fa mitana ny lah. faha-59 i Burkina faso eo amin`ny iraisam-pirenena” hoy Alfred Andriamanampisoa, mpikambana eo anivon` ny komity mpanatanteraka (Comité exécutif). Azo laizana fa taim-baolina ireny ka 1 sy 1 ny baolina. Raha matin` I Hakim ny baolina voalohany dia mety niova ny lalao, hoy izy. Nomarihany hatrany fa nilalao ireo kalaza Traore telo miralahy kanefa isika banga enina ireo mpilalao tena matihanina. Nitondra ny heviny izy mahakasika ny savorovoro eo amin`ny fitantanana ny federasionina Malagasy ho an`ny baolina kitra (FMF). “Mandeha ny baolina antsika. Misy ny komity mpanatanteraka izay izay mametraka ao amin`ny fitsipikin` ny CAF sy ny FIFA. Ireto farany no izay mitarika kosa ny fitantanana. Ny CE no mivory ka manolotra ho an` ny fitantanana mba hanatanteraka ny asa rehetra atao.” Mahakasika ny ho avin` ny taranja baolina kitra dia nambarany hatrany fa efa mitsiry ireo “écoles de foot” samihafa. Ny ankamaroany dia ireo mpilalao fahiny no nanangana azy. Notsipihany manokana fotsiny fa tsara kokoa raha dieny izao dia zarina amin`ny “jeu à 11” ireo mpilalao fa tsy mahomby intsony ny “jeu à 5 na à 7”, hoy hatrany Alfred Andriamanampisoa. Momba ny fampitaovana ny Barea indray dia omaly no nanomboka ny fivoriana mahakasika izay. Misy ihany koa ny sary famantarana vaovao. “Aleo hampidi-bola amin` izay ny federasionina mba hialàna amin`ny tsy fisian` ny vola isaky izay mahatsiaro”, hoy hatrany ny fanazavana .

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tovolahy voaheloka higadra 6 taonaVaky nandositra vao nahare ny didim-pitsarana

Fisolokiana , fisandohana ho zanaka Jeneraly , ho miaramila mitondra galona " lieutenant "

 ka maka vola amin'olona no isany vesatra niampangana ilay tovolahy teo anatrehan’ny fitsarana. Namoaka didy ny mpitsara fa Voasazy 6 taona an-tranomaizina, sazy mihatra izy. Nandositra avy hatrany izy raha vantany vao nandre izany didim-pitsarana izany ary nifanenjehana saingy tratra ihany. Tany Maintirano no nisehoan’ity tranga hafakely ity. 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Gidragidra nahafatesana zandary Enin-dahy nidoboka am-ponja any Antsirabe

Nidoboka am-ponja, notanana vonjimaika ao amin'ny fonjan'Antsirabe ireo enina mirahalahy nahavanon-doza ka nahafaty ny Ex-GPHC Rakotondranivo Jerison,

zandary niasa teo anivon'ny Etamazaoron'ny Vondron-tobim-pileovan'ny Zandarimaria ao Vakinankaratra, araka ny fampitam-baovaon'ny zandarimariam-pirenena. Raha tsiahivina, ny alin'ny 13 hifoha 14 oktobra lasa teo no nisehoan'ny gidragidra sy herisetra nitarika tamin'ny fahafatesan'io zandary io. Vokatry ny hamamoana mantsy dia nanakorontana tao anatin'ny trano fisotroana ireto tovolahy ireto ary nitohy hatreny ivelany izany. Voatery niditra an-tsehatra ity zandary ity nanasaraka ka izy indray no nanamparan'izy enin-dahy nanaovana angaredona. Vely tavoahangy no nahafaty azy. Anatra no omenay ny rehetra fa na iza na iza, dia tsy azo atao ny herisetra, na anaty trano fisotroana na aiza, ary tsy iandrasana fa na zandary na olontsotra no iharan'ny herisetra, hoy ny zandarimariam-pirenena. Melohin'ny lalàna ny fanakorontanana, ady, fandratrana ary fandatsahana ain'olona na inona na inona antony. Andrasana ny fitsarana ireo voasaringotra.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Misaona ny fanaovan-gazetyNodimandry i Léon Razafitrimo

Misaona indray ny tontolon’ny fanaovan-gazety Malagasy satria dia nodimandry omaly maraina ny andrarezina, Léon Razafitrimo, fantatra tamin’ny solonánarana hoe Léon Raz.

 

Nolalovana tsy fahasalamana nandritry ny andro maromaro ny tenany, raha ny fampitam-baovao avy amin’ny fianakaviany. Nahavita be teo amin’ny tontolon’ny fanaovan-gazety nandritry ny taona maro izy raha nanomboka ny taona 1960 ary isan’ireo niara-namerina ny gazety Madagascar Matin ny taona 2010. Ny tontolon’ny gazety an-tsoratra no tena nifotorany ary ny vondron’orinasa fanaovan-gazety Ultima media, misy ny gazety Taratra, Les Nouvelles, Bôjy ary Alliance 92 izy, izay tarihin’ny fianakaviana Andriatsitohaina, no azo lazaina ho nilomanosany farany tao anatin’ny fanaovan-gazety. Efa tonian’ny fanoratana teo anivon’ny gazety Courrier de Madagascar ihany koa ny taona 2014 – 2015 ary talen’ny famoahana teo anivon’ireo gazety anatin’ity vondrona ity. Ny famakafakana politika sy raharaham-pirenena no tena niantsorohany teo amin’ny fanoratany ary isan’ny fambarany matetika amin’ireo mpanao gazety tanora efa nandray ny fampianarany ny hoe “ zava-kanto ny fanaovan-gazety”. Mirary fiononana feno sy mankahery ireo akaiky azy rehetra ny gazety Tia tanindrazana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Rakotomanjato Rodin “Balarora no nentina nandresena tamin` ny propagandy”

“Avohay ny marina. Ohatrinona ny vola miasa fa tsy be oalaoala. Izahay vonona hamoaka ho an` ny vahoaka nefa na voan` akotry iray aza tsy hita” hoy Rakotomanjato Rodin Edmond Georges,

 

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Loholona mpanohana fitondranaNijabaka tamin’ny fanambarana nataon’izy ireo

Nilaza ireo loholona am-polony eo, mpiara-dia amin’ny fitondrana ankehitriny, fa efa voaloa mialoha tamin'ity indray mitoraka ity ny vola rehetra entina mivory,

 

 

ary tsy tokony hanana olana velively amin'izany ny loholona tsirairay. Filam-boatsiary fotsiny ny an'ireo loholona hafa tsy tonga nivory, raha ny nambaran’izy ireo. Ny Birao maharitry ny antenimierandoholona anefa nilaza, fa 19,80% ny taham-pamoaham-bola ho an’ny « Biens et services hors carburant et hors fonds spéciaux », Carburant et lubrifiant 57,84%, Fonds Spéciaux compte 0%, Transferts 16,56%, Projets d’investissement Publics (PIP) 0%,… Ny Minisitry ny vola nilaza omaly, fa notapahan'ny fitondram-panjakana fa omena an'ireo mahantra kere any Atsimo ny tetibolan'ny Loholona amin'ity telo volana farany ity. Izany dia noho ny fandaminana ny volam-panjakana ihany. Tsy laharam-pahamehana ny Antenimeran-doholona mihoatra an'ireo kere sy ny karaman'ny mpiasam-panjakana,... hoy ny fanazavana. Mifanipaka tanteraka ny voalazan’ireo loholona vitsivitsy. Toa nijabaka ireto loholona mpanohana ny fitondrana ireto, izay heverina ho nasaina niteny sy nanao mersenera politika, kinanjo nahariharin’ny Minisitry ny vola ny toa fahadisoan’ny fanambaran’izy ireo.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Komity miaro ny soa iombonana“Andao haverina anaty rafitra ny fokonolona sy fokontany”

Nandray anjara tao anatin’ny atrikasa nataon’ny HCDDED na ny filankevitra ambony momba ny zon’olombelona sy demokrasia ary ny tany tan-dalana izahay, hoy ny avy eo anivon’ny KMSI na komity miaro ny soa iombonana. Nahita famaritana maro isan-karazany ny atao hoe demokrasia sy tany tan-dalana tao anatin’izany ny KMSI.

 Nivoitra tao anatin’izany fa tsy misy demokrasia eto Madagasikara ary ny tsy fisian’izay dia niteraka hevitra voizinay ankehitriny dia ny fanamafisana ny tena fotokevitray hatramin’izay dia ny hiverenana any amin’ny fokonolona. Io no tompon’ny demokrasia tamin’ny alalan’ny teny ierana. Io no tsy maintsy iaingana ary mamolavola ny antsoina hoe donak’afo izahay ankehitriny. Toy ny loabary an-dasy io saingy any amin’ny fokonolona no itondrana ny resaka satria mitsingevaeva ilay demokrasia eto satria mijanona eo amin’ny kaominina ny vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana. Ny fokonolona anefa any amin’ny fokontany dia aleo ny olona haneho ny heviny raha mety aminy ny zava-misy. Rehefa tsy mety dia andao hijery izay hahatongavan’ilay fokonolona sy fokontany anaty rafitra, hoy hatrany ny KMSI.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetibolan’ny Antenimierandoholona Nalefanay any Atsimo, hoy ny Minisitry ny vola

Natokana hiatrehana ny kere any Atsimo ny tetibolan’ny Antenimierandoholona, raha ny voalazan’ny Minisitry ny vola sy ny tetibola Atoa Richard Randriamandranto omaly.

 

 “Fantantsika fa ao anatin’ny vanim-potoana iafaran’ny hamehana ara-pahasalamana isika, kanefa tsy maintsy miatrika ny ady amin’nt kere any Atsimo. Ny andraikitra mipetraka eo antsokokay amin’ny maha maha Minisitry ny vola, dia mitsinjo hatrany ny laharam-pahamehana hapetraky ny Filoha sy ny Praiminisitra hanatsarana ny fiainam-bahoaka. Ho tapitra ny fe-potoana hiasan’ny antenimierandoholona amin’izao fotoana izao, ary hisy ny fifidianana vaovao. Noho izany, ny faran’ny taona dia tsy maintsy tsinjovina ny vola eo am-pelantanana”, hoy izy. Tsy maintsy misy ny fifandaminana sao tsy hanam-bola tampoka handoavana ny karaman’ny mampianatra ohatra, hitsinjovana ireo sanatria mety ho faty mihitsy, hoy izy. Tsy maintsy misy ny fifandaminana ny fitantanana ny volam-panjakana, ary ny laharam-pahamehana no mitondra azy, fa tsy hoe misy inona, hoy ity Minisitra ity. Somary nanaitra io satria efa voafaritra ao anatin’ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana ny tetibolana andrim-panjakana iray. 15 miliara ariary eo ny tetibolan’ny Antenimierandoholona, 210 ny an’ny Fiadidian’ny Repoblika, ary 124 miliara ariary eo ny an’ny Primatiora. Tena fositra ho an’ny fitondrana ankehitriny ny antenimierandoholona amin’ny endriny ankehitriny, ary toa midika indray izany ankehitriny fa ny fisian’io no isan’ny tsy mampihinan-kanina ny vahoaka any Atsimo, raha jerena amin’ny fanehoan-kevitra ny Minisitry ny vola sy ny toekarena.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jaonarison Norbert“Mila mahazaka kiana ny mpitondra”

Isan’ireo mpanao gazety zokiolona nosalorana ny mari-boninahitra “Grand officier de l’ordre national” ny 19 oktobra teo ny mpanao gazety, Jaonarison Norbert.

 

Ny lafiny tekinika no tena nampiaiky taminy teo amin’ny tontolon’ny fanaovan-gazety Malagasy ary efa nantsoin’ny firenena hiara-kiasa taminy noho izay fahaizany izay tao amin’ny NASA na ny toby amerikanina fitsirihana satelita (TTF: Station americaine de detection satellite) ny taona 1965 – 1975. Isan’ireo mpiasa voalohany tao teny Imeritsiatosika ary mpiasa farany ihany koa nandritry ny 10 taona nisian’ny NASA teto aho, hoy izy. Nakaton’ny fitondram-panjakana tamin’izany moa ny toby nony niditra tamin’ny rivotra sosialista isika satria ny amerikanina kapitalista. Niasa tao amin’ny TVM ankehitriny izay RTM tamin’izany indray aho, hoy hatrany izy, ny taona 1975 – 1983. Betsaka ny nolalovana hatramin’ny naha retirety ny taona 2003. Efa soundman ny Radio Freedom an’ny antoko politika ANC tarihin’ny filoha afrikanina tatsimo fony izy mbola mpitolona amin’ny Apartheid, Nelson Mandela, ny taona 1978-1986 ary teo anivon’ny radiom-pirenena hatrany taorian’izay. Sedra isan’ny nolalovana, ohatra, ny fanadihadiana mikasika ny nahafaty an’Itompokolahy Joel Rakotomalala tany Antanifotsy. Angidimby nianjera moa tamin’izay no antony ary nisy ny fanadihadiana lalina nataonay saingy nony tonga taty amin’ny radio dia tonga ny baiko avy tamin’ny fanjakana hoe tapaho io. Tsy voatantara ny zava-nisy noho ny sivana. Tsy nisy ny fahalalahana ary solontenan’ny minisitera n any minisitra mihitsy tamin’izany no nihaino ny fanapahana ny feo na “montage”. Raha tsy diso aho, hoy izy, ny taona 1989 no nilaza tany Mahajanga ny filoha Ratsiraka fa nifarana ny sivana ary omena fahalalahana ny fanaovan-gazety saingy taorian’izay dia hita ihany fa mitoetra hatrany ny tahotr’ireo mpanao gazety manomboka hatramin’ny tonian-dahatsora satria efa lasa nandeha ho azy ny “autocensure”. Mbola hita io endrika tsy fahalalahana io mandrak’ankehitriny ary mbola misy ny “autocensure” eo amin’ny mpanao gazety, indrindra, fa fanjakana. Raha tiantsika anefa ny handroso dia mila mahazaka kiana ny mpitondra. Hita izany amin’ny firenena mandroso, hoy hatrany ity mpikamban’ny klioban’ny mpanao gazety zokiolona na CJD ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimieram-pirenenaHiroso amin`ny fanatsaràna ny fomba fiasa

Namolavola ny « plan strategique de l` Assemblée Nationale de Madagascar» ny teo anivon` ny birao maharitry ny Antenimeiram-pirenena izay ahitàna ireo tetikasa maro hahafahana manatratra ireo tanjona efa napetraka amin`ny fanaovana lalàna.

Izany dia efa naparitaka any amin`ny fahefana mpanatanteraka, mpamatsy vola ary any amin`ireo masoivoho vahiny, hoy Christine Razanamahasoa, filohan`ny Antenimieram-pirenena.Tanjona dia mba hahafahana mitsitsy ny fitaovana eo anivon` ity andrim-panjakana ity sy manafaingana ny fomba fiasa amin`ny rafitra samihafa. « Antenimieram-pirenena matanjaka, demokratika ary akaiky amin`ny vahoaka» no tanjona lehibe amin`izany. Resaka fanatsaràna andrim-panjakana izay hatrany dia nanao pi-maso ho an`ny minisitry ny toekarena sy ny vola i Chrsitine Razanamahasoa amin` ny fanohizana sy famatsiana ara-bola ny fanamboarana ilay trano lehibe rihana efatra eo anivon` ny Antenimieram-pirenena.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko PSD«Tsy tokony hafangaro ny politika sy fitaizana tanora»

Nitohy ny sabotsy 17 oktobra teo ny hetsiky ny 14 oktobra nataon'ny antoko PSD tao Mandritsara ka niroso tamin'ny fanolorana baolina filalaovana matihanina miisa 20 ny sekolin'ny baolina kitra ''Androna formation''

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hanitra Razafimanantsoa“Tsy hanaiky hihinana amam-bolony intsony izahay”

Matetika ny lalàna mifehy tetibolam-panjakana dia tara dia tar any fahatongavany, kanefa efa fantatry ny governemanta, fa izany no lahadinika tsy maintsy jerena amin’ity fivoriana ara-potoana faharoa ity,

 hoy ny Depiote Hanitra Razafimanantsoa omaly teny amin’ny CCI Ivato, fotoana nisokafan’ny fivoriana ara-potoanan’ny Antenimieram-pirenena. Aoka hatao tonga ara-potoana ny LFI 2021 mba tsy hinana amam-bolony fotsiny izahay solombavambahoaka. Marina fa misy ny tetika madinidinika, atao taratara tsy ahafahan’ny depiote tena mandinika. Izahay depiote TIM dia hijery amin'ny antsipirihany izay andalana mahakasika ny maharary ny vahoaka, indrindra ireo fampanantenana maro natao tao anatin'ny fiatrehana ny covid-19, indrindra ny resaka sosialy, ireny zavatra rehetra nolazaina tamin’ny fihibohana ireny, mba ahafahana manara-maso ny asan’ny governemanta izay asan’ny depiote, hoy izy. Volam-bahoaka rahateo no ampiasaina.

AZO HENJEHINA NY MPANATANTERAKA

 Nambaran’io solombavambahoaka io fa tsy tokony hohadinoina ny maha andrim-panjakana ny antenimierandoholona na inona na inona tsy fitiavana ny Filohan’io andrim-panjakana io. Andrim-panjakana mbola mijoro io, mbola tsy tapitra ny fotoana iasainy, ary tafiditra ao anatin’ny voalazan’ny lalàmpanorenana amin’ny hanaovana fivoriana ara-potoana. Andrim-panjakan’ny Repoblika io, ary azo hanenjehana ny Mpanatanteraka izao fanaovana fahirano ny antenimierandoholona izao. Tsarovy fa misy olom-boafidy ihany koa ao, ka tsy tokony hoviraviraina tahaka izao. Ny fanaovana tsinontsinona ny andrim-panjakana voasoritry ny lalàmpanorenana mihitsy no tsy mety, hoy izy. Nahitsy ny Depiote Hanitra Razafimanantsoa nilaza fa fahambanian-tsaina ny zavatra tahaka izany.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Christine Razanamahasoa “Ilaina ny mihaino ny mpanohitra”

Nisokatra tamin'ny fomba ofisialy omaly ny fivoriana ara-potoana faharoa amin’ity taona 2020 ity an'ireo Antenimiera roa tonta, araka ny voafaritra ao anatin` ny lalàmpanorenana ao amin`ny and. faha-75.

Nisongadina tamin'ity fihaonana voalohany ity ny fitanisàna ireo fotodrafitrasa sy tetikasa tsy maintsy ho vitaina ho fanantanterahana ny veliranon'ny Filoham-pirenena, isan'izany ny fanajariana rano ho an'ny faritra atsimon'ny nosy. Noresahina tao ihany koa ny tazomoka. Fa isany himasoana ihany koa ny fanarenana ny toekarena, indrindra tao aorian'ny fandalovan'ny valan'aretina Covid-19 teto amintsika. Nandritra ny lahateniny dia nanambara ny filohan`ny Antenimieram-pirenena (PAN) fa “hitondra any amin`ny fanatsaràna izay tena hitondra amin`ny filana ho an`ny firenena dia ilaina ny hery afovoany sy fanoherana ka mila henoina ireo” amin` ny fandrafetana ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana lasitra (LFI) ho amin`ny taona 2021. Tombotsoam-pirenena tokana ihany no ho jerena amin` izany, hoy izy. Notsipihany manokana fa ny maha-solombavambahoaka dia fahefana nomen` ny vahoaka ka aoka tsy hisaraka amin`ny famolavolana ity tetibola ity. Nomarihany moa fa nisy ny “conférence budgetaire” izay nanasan`ny minisitry ny vola an`ireo depiote. Nanatrika ny fanokafana ity fivoriana ity, izay notontosaina teny amin'ny CCI Ivato, ireo mpikambana ao amin’ny governemanta. Araka ny fandaharam-potoana dia anio maraina no hivory ny birao maharitra etsy amin`ny lapan`i Tsimbazaza. Ny hariva kosa dia hivory ireo filoham-baomiera handrafitra ny fandaharam-potoana amin`izao fivoriana izao. Ny alakimisy izao kosa no ho raisina ny fanapahan-kevitra mikasika ny fandaharam-potoana izay atao eny amin`ny CCI Ivato.

Marigny A.

Ino Vaovao0 partages

AMBALAVAO : Lehilahy tratra teo am-pitondrana môtô halatra nanondro ny namany

Ny alahady faha 04 oktobra io no tonga nametraka fitoriana teo anivon’ny CSP Ambalavao ny tompon’andraikitry ny ”Agence téléphonique” iray tao an-toerana noho ny fahaverezan’ny môtôny mitondra ny marika ” Defender”. Nanokatra fanadihadiana avy hatrany ny Polisy ka ny alahady faha 18 oktobra teo dia nahazo loharanom-baovao mahakasika lehilahy iray, 20 taona voalaza fa nangalatra io môtô io. Tokony ho tamin’ny fito ora hariva no voasambotra ilay lehilahy ary mbola teo am-pitaingenana ilay môtô halatra izy no izao tra-tehaky ny Polisy. 

Nandritra ny fanadihadiana azy dia niaiky ny helony izy ary nanondro ny namany iray niara-nanao io asa ratsy io taminy. Tamin’io alahady io tokony ho tamin’ny sivy ora alina dia voasambotra ihany koa io namany io. Mbola mitohy ny fanadihadiana mikasika ny raharaha ankehitriny. Tsikaritra hatrany moa tato ho ato fa nahazo vahana ny halatra môtô, izay amin’ny paikady endriny maro mihitsy no fanaovan’ireo jiolahy azy. Manentana ny rehetra mandrakariva ny mpitandro filaminana mba ho mailo ary koa hampandre azy ireo raha sendra misy tranga mampiahiahy eny anivon’ny fiaraha-monina .

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY COVID 19 : Nankasitraka ny ezaka vitan’ny Fanjakana ny Antenimieram-pirenena

Nofoanana satria efa resintsika ny valanaretina Covid 19. Maro ny ezaka sy ny paikady napetraky ny Fitondram-panjakana tao anatin’izay fito volana niatrehana ny hamehana ara-pahasalamana izay. Azo tsapain-tanana ankehitriny fa nahomby izany, lasa fitalanjonana ho an’izao tontolo izao i Madagasikara. Eo anatrehan’izany indrindra dia naneho fankasitrahana feno an’ireo ezaky ny Fitondram-panjakana noentina niadiana tamin’ity valanaretina ity ny Antenimieram-pirenena.

Miainga amin’ny Filoha Andry Rajoelina ny fankatelemana izay natolotr’izy ireo, tahaka izany ihany koa ny Governemanta miaraka amin’ireo mpiasan’ny fahasalamana ary ny mpitandro filaminana izay samy tsy nikely soroka tamin’ny fifehezana ny Covid 19. «  Eto miarahaba anao Andriamatoa Filoha, miaraka amin’ny ekipanao fa voafehy ny valanaretina Covid 19. Noho izany ny Antenimieram-pirenena dia maneho fankasitrahana sy fankatelemana ny ezaka rehetra izay nataon’ny Fitondram-panjakana manomboka amin’ny Filoha izay mpitari-tafika, ao ihany koa ny Praiminisitra sy ny mpikambana ao amin’ny Governemanta rehetra, ireo rantsa-mangaika samihafa eny amin’ny CCO, ny mpitsabo ary ny mpitandro filaminana malagasy rehetra  », hoy ny teo anivon’ny Antenimieram-pirenena tamin’ny alalan’ny filohany, Razanamahasoa Christine.

Noho ny ezaka izay nimason’ireo rehetra nitambatra no nahafahan’i Madagasikara nivoaka tao anatin’ity valanaretina ity. Notsongainy manokana tao anatin’izany kosa ny teny fisaorana ho an-dRamatoa mpitondra tenin’ny CCO Ivato, ny Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle tamin’ny asa makadiry izay nankinina taminy, kanefa vitany tamin’ny antsakany sy andavany. Na izany aza anefa, hoy izy dia tokony ho mailo hatrany satria mbola miriaria eny anivontsika ny tsimok’aretina, ka miantso antsika tsirairay avy hanamafy ny fiarovan-tena. 

 Mody fanina izay tsy mahita ireo asa fampandrosoana efa vita  

Ankoatra izay dia nasian’ny filohan’ny Antenimieram-pirenena teny ihany koa ny amin’ireo fotodrafitrasa maro efa tafatsangana manerana ny Nosy. Ireo izay mody fanina ihany, raha ny nambarany, no tsy mahita an’ireo asa fampandrosoana mivaingana efa tanteraka. Nankasitraka ny Filoha Andry Rajoelina ireo solombavambahoaka satria na dia tao anatin’ny hamehana ara-pahasalamana sy ny fotoan-tsarotra aza ny firenena dia tsy nataon’ny Fitondram-panjakana ho ambanin-javatra mihitsy ny asa fampandrosoana teny anivon’ny Distrika sy ny Faritra. «  Manolotra fisaorana manokana ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina tamin’ny vikin-dava nasehony teo amin’ny Faritra maro nanatontosa ny asa sy nanatanteraka ny velirano izay nampanantenainy. 

Raha resaka fotodrafitrasa aloha dia izay minia mikimpy sy mody marenina ihany angamba sisa no tsy mitolagaga. Maro dia maro tokoa no efa vita ary mbola mihoatra izany ireo mbola hatao sy efa miantomboka sy efa eo am-perinasa tanteraka  », hoy hatrany izy. Nankasitraka ny fijerena akaiky ny olana any Atsimo sy ny fitondrana vahaolana momba ny kere ihany koa ny Antenimieram-pirenena.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

RAZANAMAHASOA CHRISTINE : « Tsy marina ny hoe hatao amboletra ny fifidianana loholona »

Filàm-boatsiary ny an’ireo izay tsy mankasitraka ny hanatanterahana izany, hoy hatrany izy. Nitondra teny fankaherezana ho an’ireo kandidà handray anjara amin’ny fifidianana loholona ny filoha Razanamahasoa Christine nandritra ny lahateny fanokafana ny fotoam-pivoriana ara-potoanan’ireo solombavambahoaka, omaly. “Hiatrika fifaninanana ianareo, hoy izy, ary sahy hiatrika fifaninanana fa tsy mba nametraka fepetra ny amin’izay mampety anareo”.

Ankoatra izay nitondra valin-kafatra nahitsy ho an’ireo rehetra izay tsy mankasitraka ny hirosoana amin’ny fanatanterahana an’io fifidianana io ny tenany. Nodisoiny avy hatrany fa tsy natao amboletra velively io fifidianana io. Manaporofo izany ny fankatoavana navoakan’ny Fitsarana avo momba ny lalàm-panorenana izay fahefana hany tokana afaka manapa-kevitra ny mahakasika ny fifidianana izay hotanterahina eto Madagasikara. Nambaran-dRazanamahasoa Christine fa filàm-boatsiary ny an’ny sasany izay mikendry hatrany ny hahazoany tombontsoa manokana. «  Raha ny mikasika manokana ny fifidianana loholona mantsy dia misy ireo mivohy resaka fa hatao amboletra io fifidianana io, tsy marina izany. 

Ny sasany mihitsy no efa zatra mitady ny mitatao vovonana amin’ny andro mody masoandro, mila voatsiary  », hoy izy. Nambarany fa porofon’ny fandrosoan’ny raharaham-pirenena ny fiatrehana fifidianana ary tsy eken’ny lalàm-panorenana ihany koa ny hisian’ny fahabangan-toeran’ny andrim-panjakana. Ho an’ireo rehetra izay miezaka mampiaka-peo noho ity fifidianana anefa, hoy izy, dia sahala amin’ny mikapa rano amin’ny sabatra ihany. «  Ny raharaham-pirenena tsy maintsy miroso ary tsy maintsy tsinjovina mandrakariva ny tombontsoam-pirenena sy ny fahaveloman’ny andrim-panjakana ao anatin’ny Repoblika. Nefa moa mahita ny an-daniny tsy mamaly ny any an- kilany dia toa avo feo lava izao, ka ny fampiakarana feo amin’ity resaka fifidianana ity dia heveriko fa sabatra hikapana rano ihany izany  », araka ny lahatenin’ny filohan’ny antenimieram-pirenena hatrany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTE RABENARY JEAN THIERRY : “Mitohy ny asa fampandrosoana any Andapa”

Mizotra tahaka izany koa ny asa fampandrosoana sy ny fitaterana ny hetahetam-bahoaka any amin’ny mpanatanteraka. Isan’ireo tonga teny amin’ny CCI Ivato, namonjy ny fivoriana ara-potoanan’ny solombavambahoaka moa ity farany. “Maro ny ezaka efa natao, nanimba ny endriky ny tanàna ny lalana ratsy tany an-toerana, ka tsy maintsy namboarina ary efa an-dalam-pahavitana ny ampahany amin’izao fotoana. Fampanantenana izay nataon’ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina, ny hitondra fanovana goavana ara-pandrosoana any amin’ny Faritra misy anay, voaporofo izany ankehitriny ary azo tsapain-tanana fa efa miezaka ny Fitondram-panjakana isan-tsokajiny manatanteraka izany fampivoarana ny tanàna izany”, hoy ny fanazavany.

Nambaran’ity olom-boafidy ity koa fa tsy mora ny manao zavatra ka mila tony sy mahandry ny rehetra. Tokony hohamafisina hatrany, hoy izy, ny firaisan-kina satria tsy fotoanan’ny fifampitsikerana intsony izao fa fotoanan’ny asa. “Misokatra ho an’izay rehetra manana soso-kevitra hampandrosoana ny Distrikan’Andapa ny tenako. Ny fifampiresahana no fanoitra tsara indrindra. Ny ezaka rehetra izay ataonay solombavambahoaka no antom-pisian’ireo fotodrafitrasa izay hampivoarana ny tanàna rehetra eraka ny distrika misy eto Madagasikara, ankoatra ireo fotodrafitasa lehibe izay sahanin’ny Filoham-pirenena Malagasy”, hoy hatrany ny voalazany.

N.A

Ino Vaovao0 partages

IMERINTSIATOSIKA : Sarona ireo 12 lahy mpampihorohoro sy mpanao fanafihana

Nifamory nitady vahaolana niaraka tamin’ny Ben’ny tanàna tao an-toerana izy ireo tamin’izany. 

Raha ny loharanom-baovao voaray dia niaina tao anaty tebiteby fatratra ny mponina tao anatin’ny andro maromaro, ka ny 17 okobra lasa teo àry dia fantatra fa voasambotry ny Zandary ny tambajotran-jiolahy, miisa 12 lahy ireo tratra amin’izao fotoana izao. Izy ireo izay nikoizana tamin’ny resaka vaky trano sy fampihorohoroana ny mponina tafihiny, ka izao tsy maintsy nanaovana hetsika manokana izao. Tamin’ny fotoana nahatrarana ireto farany moa dia mbola nahitana entana halatra maro isan-karazany, rongony milanja 03 kg, fitaovam-piadiana mahery vaika toy ny basy poleta iray niampy bala miisa sivy miaraka amin’ny “chargeur” miisa roa ary zava-maranitra tao amin’ny trano fieren’ireto farany. 

Nandritra ny famotorana ihany dia voalaza fa mpamatsy bala ny jiolahy miisa roa tamin’izy ireo. Ankehitriny, tsy afa-manohy ny asa ratsiny intsony aloha ireo jiolahy, nisaotra ny mpitandro filaminana rahateo koa amin’ny ezaka goavana vita niarovana ny vahoaka sy ny fananany toy izao .

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

AMBILOBE : Olona 04 naratra, vola 2 tapitrisa ariary lasan’ireo jiolahy miisa enina

Araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana dia ramatoa iray mpivarotra menaka ana fiarakodia sy dite kola no nisy nanafika tao Ambilobe ity. Tsy tahotra tsy henatra ny an’ireo jiolahy ireo satria araka ny voalaza dia  tamin’ny fotoana mbola betsaka olona nivezivezy no nanaovan’izy ireo ny fanafihana.

Araka ny fanampim-baovao hatrany avy dia nosintomin’ny iray tamin’ireo jiolahy ny poketra teny amin’ilay ramatoa mpivarotra. Lasa tamin’izany ny vola rehetra manodidina ny 2 tapitrisa Ariary. Nanaitra ny teo amin’ny manodidina ny kiaka nataon’ity lasibatra, ka nahatonga ireo jiolahy nandrahona nanao tifi-danitra. Tamin’izay tifitra nataon’izy ireo izay no naharatrana olona telo.

Nilefa nitsoaka niankandrefana tao Antafiakatsaka ireo jiolahy ka tamin’izany no nahatazanana fa miisa enina ireo jiolahy niara-dia.

Tsy nijanona tamin’izany ireo olon-dratsy fa mbola nahavita nanafika toerana fisotroan-toaka iray tao Ambilobe ihany ny alin’io alatsinainy io. Tamin’ity toerana notafihan’ireto jiolahy farany ity dia tsy nahazo remby ireo olon-dratsy, fa naratra mafy teo amin’ny feny ilay tompona toeram-pisotroana vokatry ny tifi-danitra nataon’ireo jiolahy koa.Efa samy manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitalibe ao Ambilobe ireo naratra rehetra ireo. 

Efa misokatra araka izany ny fanadihadiana mahakasika izany fanafihana izany.Raha tsiahivina dia tsy vao sambany niseho tao an-drenivohitra Ankarabe ny fanafihana mpivarotra amin’ny fotoana hariva tahaka izao. Ireny mpivarotra ambongadiny ireny no tena lasibatra volana vitsivitsy lasa izay. Izao indray dia ahiana hiverina ny fanafihana ataon’ireo jiolahy, ka ilaina fandraisana andraikitra avy amin’ny tompon’andraikitra voakasika. Ho fantatra miandalana eo ny tohiny.

Nangonin’i Tatianà R.  Mpanjono

La Vérité0 partages

Organisation des Jeux des îles de l'océan Indien 2023 - La candidature malagasy discréditée par les « ...

Au lendemain de l'annonce du président du Comité Olympique malagasy (COM) de la disponibilité de Madagascar pour organiser l'édition 2023 des Jeux des îles de l'océan Indien (JIOI), des attaques virulentes pleuvent.  L'organisation est prévue initialement aux Maldives mais leur ministre des Sports a déclaré d'une manière officielle, avant-hier, le désistement de son pays. Madagascar a déposé sa candidature pour 2023 mais le Conseil international des Jeux (CIJ) ne l'a pas retenue en 2019 pour diverses raisons. La majorité des pays membres à l'époque ont octroyé aux Maldives l'organisation de 2023, une grande première pour le pays.

Avec ce retrait officiel des Maldives, Madagascar est en bonne position pour recevoir ce rendez-vous quadriennal des sportifs de l'océan Indien et possède tous les atouts. Néanmoins, il faut attendre la position et déclaration officielles de l'Etat avant d'avancer dans ce projet. Bien que les dirigeants malagasy n'aient encore rien dit sur leurs ambitions, voilà que des voix venant des journalistes de la région commencent à se faire entendre pour essayer de porter un coup à cette candidature de Madagascar. Elles évoquent comme argument l'existence du Kere dans le sud pour enlever à Madagascar l'organisation des JIOI 2023. Ce fléau pourtant a miné depuis des décennies et la Grande île mais n'a jamais constitué un obstacle à l'accueil des manifestations sportives internationales à l'instar des JIOI en 2007. A l'époque pourtant, le Kere avait atteint son summum. Le régime actuel d'ailleurs élabore des projets pour éradiquer à jamais cette famine qui guette tous les ans la population du sud. Et en 2023, plus d'un espère qu'elle sera anéantie ou du moins réduite considérablement.

 A part cet argument, les détracteurs de la candidature malagasy n'ont rien à mettre sous la dent. Effectivement, de toutes les éditions des JIOI, celles qui se déroulaient à Madagascar ont été les plus populaires et parvenaient à rameuter les spectateurs. Une festive jamais égalée par les îles sœurs. Les infrastructures sportives constituent également le lot des atouts de Madagascar à l'instar du stade des Barea d'une capacité de 60.000 spectateurs, du Palais des sports de Mahamasina, et bien d'autres dont certaines sont encore en cours de construction. Il se pourrait que les rencontres des autres disciplines se déroulent en dehors de la Capitale mais ce qui est sûr c'est que l'engouement des spectateurs reste le même.

Contrairement à l'île de La Réunion ou les Seychelles, où la totalité des frais de visa à débourser équivaut aux frais de transports d'une trentaine de personnes, Madagascar est en mesure d'offrir la gratuité dans ce domaine, ne serait-ce que pour les sportifs.

Ces avantages de Madagascar sont malheureusement occultés par les détracteurs qui, à travers leurs récits, voudraient désigner, sans oser le faire, le pays hôte de leur choix pour organiser l'édition 2023 des JIOI.

Rata

La Vérité0 partages

Découpage territorial - Ikongo, Vohipeno et Manakara inséparables

La création d’une 23è Région est en voie de concrétisation. La Région Vatovavy Fitovinany doit en effet être scindée en deux. L’officialisation de ce découpage est attendue incessamment. Le Président de la République Andry Rajoelina, lors de son récent passage à Manakara, avait annoncé la naissance prochaine de cette 23è Région. Les Districts de Nosy Varika, Mananjary et Ifanadiana forment la Région Vatovavy. Et Fitovinany serait composée des Districts de Manakara, Vohipeno et Ikongo.

Ce sera l’aboutissement d’un long processus. Il faut rappeler que la création de cette 23è Région figure parmi les promesses de campagne du Président Andry Rajoelina. Il a évoqué cette nouvelle Région lors de son discours à la cérémonie d’investiture à Mahamasina. Près de deux ans auront donc été nécessaires pour que le projet soit aussi proche de son aboutissement. Le Chef de l’Etat a en effet décidé de ratifier large, avant de prendre une décision.  

Durant sa récente tournée dans la partie Sud-Est du pays, le Chef de l’Etat avait notamment encore consulté la majorité des notables et des autorités traditionnelles de l’actuelle Région Vatovavy Fitovinany. Cette descente à Manakara avait été précédée d’une rencontre entre le Chef de l’Etat, des notables, des autorités traditionnelles et des élus locaux au début du mois de septembre dernier. L’objectif étant que le découpage soit totalement consensuel et non inclusif. Il fallait que le projet obtienne l’adhésion de tous. Il faut en effet savoir que si la scission de Vatovavy et de Fitovinany est un souhait commun aux notables et autorités traditionnelles de tous les Districts de ces localités, la question du découpage a cependant longtemps constitué un point d’achoppement, rendant difficile la concrétisation du projet.

Mais comme à chaque prise de décision importante, le nouveau découpage territorial fait débat. Certains notables du District d’Ikongo et notamment le député élu Razafintsiandraofa Jean Brunelle, viennent tout remettre en cause. Pour eux, l’ancien District portant le nom de Fort Carnot doit être raccordé à la Région Vatovavy. Et ce, en dépit de l’avis déjà affirmé de la majorité des notables et d’autorités traditionnelles locales. Randriambe Jesy Rabelaolao, descendant de Rambo, appelé aussi Zafirambo, créateur du royaume de l’Ikongo, dans l’émission

« Vaky Bantsilana » sur les réseaux sociaux estime, par exemple, que pour des raisons culturelles et historiques, Ikongo ne doit pas être scindé de Vohipeno. Cette personnalité évoque notamment les liens étroits entre ce District et le royaume Antemoro, une ethnie concentrée dans le District de Vohipeno. D’autres avis évoquent principalement les raisons géographiques et administratives. La nouvelle délimitation doit en effet répondre à un souci de rapprocher les administrés des services étatiques et d’accorder une chance de développement équitable pour chacun des six Districts. Il faut souligner en effet que géographiquement, Ikongo et Manakara, qui doivent devenir le chef-lieu de la Région Fitovinany, ne sont séparés que d’une cinquantaine de kilomètres par voie terrestre. La distance entre Ikongo et Mananjary est quant à elle plus grande. Des raisons pour lesquelles la plupart affirment qu’Ikongo est inséparable de Vohipeno et de Manakara.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Secret du vote aux sénatoriales - Une seule et unique urne par District

Le rapporteur général de la Commission Electorale nationale indépendante (CENI), Fano Rakotondrazaka, rassure les grands électeurs que le secret du vote sera assuré lors des futures élections sénatoriales. Il y aura une seule et unique urne par District le jour du scrutin.

 

La CENI est la principale Commission qui effectue toutes les opérations électorales lors des sénatoriales du 11 décembre prochain. Le rapporteur général Fano Rakotondrazaka a expliqué que le secret du vote sera assuré le jour du scrutin. Les grands électeurs, à savoir les maires et les conseillers municipaux n'ont rien à craindre.

Ledit rapporteur général a expliqué que c'est la CENI qui fixe la liste et les emplacements des bureaux de vote. Pour ce faire, une délibération a été prise par la Commission à travers la délibération n° 012/CENI/D/2020 portant liste et emplacements des bureaux de vote. Il y aura donc en tout 114 bureaux de vote dans tout Madagascar.

Selon l'article 125 de la loi n° 2018-08 relative au régime général des élections et des référendums en effet, « La liste et l'emplacement des bureaux de vote doivent être fixés par une délibération de la CENI soixante jours au moins avant la date du scrutin. C'est chose faite à présent suite à l'adoption de la délibération citée auparavant.

Mais le plus important est le respect du secret du vote. Ce sera le cas lors du scrutin car il y aura une urne unique dans chaque bureau de vote. Aussi, les maires et conseillers municipaux de toutes les Communes dans le District y déposeront leurs bulletins. Il sera donc impossible de faire un suivi sur qui a voté pour telle ou telle liste.

C'est le grand changement lors des futures élections sénatoriales. La méthode non démocratique utilisée lors des dernières élections sénatoriales de 2015 a été mise de côté. Pour rappel, chaque Commune avait son propre urne dans le chef-lieu de district.

Il était ainsi facile de suivre le vote des grands électeurs de toutes les Communes à l'époque.

Les grands électeurs peuvent donc voter en toute quiétude lors des futures sénatoriales du mois de décembre prochain. Ils peuvent choisir la liste de candidats de leurs choix, le moment venu. En tant que grands électeurs, ils ont une capacité de discernement pour choisir les candidats qui défendront les intérêts des Collectivités territoriales décentralisées.

Actuellement, les pré-campagnes vont bon train. Les candidats font des approches tous azimuts. La bataille sera rude dans certaines provinces comme Toamasina ou Antananarivo pour les listes de candidats. Mais le dernier mot revient aux maires et conseillers municipaux lorsqu'ils seront seuls dans l'isoloir le 11 décembre.

La Vérité0 partages

Dépenses inutiles - L'Assemblée nationale sous le feu des critiques !

La session budgétaire au niveau des deux Chambres du Parlement a officiellement débuté, mardi dernier. Ainsi, les yeux des observateurs de la vie nationale seront rivés sur ces deux Chambres durant les 4 semaines à venir. Dès ce début de session, l'Assemblée nationale fait déjà beaucoup parler, notamment à cause de la tenue de la session au Centre de conférence international d'Ivato alors que l'Etat d'urgence sanitaire est déjà levé. Depuis le début de l'épidémie de la Covid-19, qui a frappé le pays à partir du mois de mars, les députés ont troqué l'hémicycle de Tsimbazaza contre le Centre de conférence international (CCI) à Ivato pour pouvoir respecter les mesures barrières.

Cet endroit avait alors accueilli deux sessions du Parlement durant la crise sanitaire : la session ordinaire au mois de mai dernier et celle extraordinaire à la mi - août jusqu'au mois de septembre. Jusque-là, cette disposition fut alors compréhensible.

Aujourd'hui, plus d'un se demande pourquoi tenir encore la réunion à Ivato alors que le pic de l'épidémie a été déjà dépassé depuis longtemps et la fin de l'Etat d'urgence a même été annoncée par le Président de la République, dimanche dernier. De plus, la présidente de la Chambre basse, Christine Razanamahasoa elle - même avait évoqué dans son discours, lors de la cérémonie de clôture de la session extraordinaire le 3 septembre dernier, que ses homologues parlementaires devraient regagner le palais de Tsimbazaza lors de la prochaine session.

Une manne pour les détracteurs

Faut - il rappeler que l'organisation d'un évènement où d'une réunion au CCI Ivato n'est pas sans coût. L'endroit étant en gestion privé, les frais de location dans ce sens seront donc mis sur le dos des contribuables. Renforcer les mesures sanitaires et regagner le palais de Tsimbazaza n'aurait - il pas été plus convenables au lieu d'engager des dépenses considérées comme « inutiles » ? Qui plus est, l'Assemblée avait déjà pris des précautions en effectuant une série de dépistages massifs des membres de son personnel au cours de la crise sanitaire.

A ce choix d'un lieu onéreux pour la tenue de la session budgétaire vient s'ajouter   l'organisation d'un cocktail fastueux à l'issue de la cérémonie d'ouverture qui a généré de nombreux critiques de la part des simples citoyens sur les réseaux sociaux. Les détracteurs du régime n'ont d'ailleurs pas raté l'occasion de partager des photos de parlementaires se régalant au moment  dudit cocktail, d'une part, et ceux des victimes du Kere dans le sud, d'autre part. Des critiques formulées à juste titre lorsqu'on sait que le pays vient de sortir d'une crise sanitaire douloureuse et les habitants du Grand Sud, frappés de famine, peinent à trouver de quoi se nourrir. Rappelons que le Président Andry Rajoelina avait annulé l'habituel buffet donné dans le cadre de la cérémonie de présentation de vœux à Iavoloha au début de l'année pour des raisons de politique d'austérité.  En tant qu'élus et représentants du peuple, les parlementaires devraient suivre le même exemple !

Sandra R.

La Vérité0 partages

Toilettage général

Assainissement oblige ! L'appareil administratif, souillé jusque dans l'âme, présente la nécessité absolue de se décrasser. Tous les régimes qui se succèdent de 1960 à nos jours ont drainé d'immondices à tel point que le Corps de l'Etat pue de saletés. Le relent de la corruption, des détournements, des malversations en tout genre. L'Etat perd énormément du « sang » en cause, l'ineptie des dirigeants. Tellement, ils ne se souciaient guère de l'intérêt supérieur de la Nation que la gestion des affaires nationales s'éloignent plus que jamais, au fil du temps, de la bonne gouvernance causant ainsi des dégâts insoupçonnables.

 

Déjà depuis la Première République, la gangrène de la corruption prit quartier dans le Corps de l'Administration publique. Les dirigeants de l'époque, les premiers héritiers des anciens maîtres de la colonisation, ne ratèrent pas à toutes les occasions pour soutirer des espèces sonnantes. Grâce à la dynamique de l'Inspection générale de l'Etat, le phénomène de détournements des deniers publics a été relativement freiné. En ces moments, les Inspecteurs ou Contrôleurs d'Etat descendirent jusque dans les cantons pour inspecter la rigueur de la gestion des deniers publics jusqu'à 1 centime près.

Mais quand les nouveaux tenants du pouvoir de la Deuxième République s'étaient permis d'écarter les Agents d'inspection et de contrôle et aussi remplacer les Administrateurs civils dûment formés au profit des élus tels les présidents de Fivondronana, ce fut le commencement irréversible de la gabegie générale. Tout va de travers ! Le pays périclite. Le drame dans tout cela, les dirigeants des régimes d'après, de 1991 à 2018, hormis la Transition de 2009 à 2014, n'ont pas jugé utile de redresser correctement la Nation. La corruption atteint la dimension dépassant l'entendement humain. Les détournements des biens publics se font inviter royalement au cœur de l'Etat. La notion de scrupule et le souci au respect de l'éthique s'égarent dans les dédales de l'indifférence.

Le retour au pouvoir de Zandry Kely, en 2018, va sonner le glas à l'anarchie dans tous les domaines. Les institutions chargées de la traque de la corruption sous toutes ses formes telles le BIANCO et le PAC sont à pied d'œuvre. Apparemment, elles ne font aucun détail. Le rouleau compresseur est en marche. Le ministère des Finances et du Budget étale au grand jour les mauvaises pratiques dans la gestion des marchés publics et celle de personnel de l'Etat. Il existe trop de zones d'ombre dans le traitement des dossiers d'appel d'offres ainsi que l'octroi des marchés. Les organisations de la Société civile ont tiré, à plusieurs reprise, la sonnette d'alarme mais sans succès. Les recherches approfondies auprès des Services chargés de l'émission des bulletins de solde des agents de l'Etat ont permis de détecter des anomalies graves. Des anciens hauts responsables, partis à la retraite ou limogés de leurs postes, par exemple ancien ministre, continuent, bel et bien, de percevoir leurs mensualités. Mais, quel gâchis !  De ces déplorables faits, dignes des gangsters de grand chemin, l'Etat encaisse tous les ans des pertes inouïes de l'ordre de 11, 4 milliards d'Ar. Le phénomène existe depuis la nuit des temps sans que personne ne s'en rende compte. Il a fallu attendre l'avènement du régime Orange pour que les choses commencent à bouger.

Vive, le toilettage général !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Agrément d’exportation du girofle - La vérification du magasin de stockage renforcée

En pleine saison. La campagne de récolte du girofle a déjà commencé le 15 octobre dernier. Le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA) a publié, hier, l’ouverture de la demande d’agrément aux exportateurs. La réception des dossiers pour la campagne 2020-2021 sera ouverte à partir de lundi prochain jusqu’au début du mois prochain, uniquement par voie électronique. D’après le responsable auprès du ministère de tutelle, le magasin de stockage et l’historique de l’opérateur figurent parmi les critères fondamentaux dans l’obtention de l’agrément.

 

« Comme lors de la campagne de vanille, le ministère renforce le contrôle des opérateurs. Nous sommes exigeants en matière de magasin de stockage afin de préserver la qualité de l’épice. Il faut que le girofle ait son propre magasin sans se mélanger aux autres produits. Des agents habilités du ministère effectueront des visites dans les lieux de stockage ou de préparation pour les exportateurs désireux d’obtenir leur agrément. Par ailleurs, nous vérifierons également l’historique des opérateurs pour que des experts dans le domaine s’y exercent et non une personne qui change de métier à chaque saison », explique Irina Ramalanjaona, directrice de communication auprès du ministère de tutelle.

Rappelons que l’année dernière, vingt-cinq opérateurs ont reçu leur agrément. Outre les clous de girofle, les huiles essentielles gagnent également du terrain, surtout en cette période de pandémie. Le pays produit généralement entre 12 000 à 16 000 tonnes de girofle par an. La Région d’Analanjirofo reste le premier producteur de cette épice et approvisionne 70 % du marché. La Région du Sud-est s’attèle plutôt à la production d’huiles essentielles. A Manakara, les feuilles de girofle représentent une source de revenu supplémentaire aux paysans et se négocient à 150 ariary le kilo. Par ailleurs, le kilo des clous de girofle est vendu à 15 000 ariary.

Quoi qu’il en soit, comme  lors des précédentes campagnes, les autorités vérifient toujours la situation administrative et fiscale des opérateurs ainsi que le rapatriement effectif des devises.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Création d’entreprise - Les jeunes entrepreneurs malagasy freinés par la méfiance

Peur de se faire voler leurs idées. En plus des problèmes de fonds de départ et de manque de compétences, la méfiance figure également parmi les principaux freins au développement de l’entrepreneuriat à Madagascar. Les incubateurs et les Services d’accompagnement des entreprises (SAE) se sont particulièrement multipliés, au cours des cinq dernières années, afin de soutenir la création d'entreprise, sauf que les jeunes entrepreneurs sont encore loin d’être enthousiastes. « J’ai plusieurs idées de projets mais j’ai peur d’avoir recours aux incubateurs.

J’ai peur qu’ils puissent me les voler pour ensuite les présenter comme les leurs. Alors, je garde encore uns certaine réserve et j’essaie de trouver des solutions par mes propres moyens », soutient Rivo, un entrepreneur en herbe. « Je ne fais pas confiance aux SAE parce que j’ai déjà été une victime. En effet, avec un groupe d’amis nous avons élaboré un projet puis nous l’avons présenté à un incubateur. Quelques mois plus tard, une grande enseigne a concrétisé notre idée. Elle a repris le même modèle économique, le même produit et les mêmes procédures. Nous ne pouvons pas déposer de plaintes vu que nous n’avons aucun brevet. Les procédures au niveau de l’Office Malgache de la Propriété Intellectuelle sont particulièrement compliquées », renchérit Niaina, fondateur d’une startup œuvrant dans le domaine de la technologie.

Toutefois, contrairement aux idées reçues, les incubateurs ne sont pas tous les mêmes. Plusieurs acteurs dans ce domaine travaillent effectivement pour soutenir les entreprises de la création à la concrétisation de l’idée. « Le manque d’accompagnement empêche le développement des entreprises dans le pays. C’est pour cette raison que les SAE sont là. Nous ne souhaitons voler aucune idée ou projet, au contraire, nous souhaitons les appuyer pour qu’ils puissent évoluer au fur et à mesure, et donner de meilleurs résultats. De plus, notre travail nous occupe déjà assez donc nous n’allons pas en rajouter et concrétiser des idées d’entreprises », rétorque un responsable du programme d’accompagnement des entrepreneurs au sein de l’Ambassade de France à Madagascar. Ainsi, les jeunes porteurs d’idées doivent bien choisir leurs interlocuteurs ainsi que les détails à dévoiler concernant leurs projets. « Les idées sont comme les noms. Plusieurs personnes peuvent avoir la même idée mais cela ne veut pas dire que l’un a volé l’idée de l’autre. Cependant, il faut peser ses mots quand on parle de son idée pour éviter de dévoiler ses secrets de production », rajoute la présidente du Club Entrepreneurs Etudiants du Rendez-vous des Entrepreneurs (CEERE).

Cette peur prédomine depuis plusieurs décennies alors que les entrepreneurs n'en tireraient que des avantages en formalisant leurs activités. Pour renverser la situation, le CEERE organise donc  le 20 novembre prochain à l’INSCAE, aux 67Ha la 9ème édition de l’Espace Jeune Entrepreneur à l’occasion de la semaine mondiale de l’entrepreneuriat. Cette année, des Speed Business Meeting seront organisés avec plus d’une centaine de professionnels issus de secteurs diversifiés afin d’inspirer les entrepreneurs et de leur permettre de trouver des partenaires potentiels.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Transport-zones régionale et nationale - Retour à la normale du nombre de passagers

 Fin de l'état d'urgence sanitaire. Le nombre de passagers dans les véhicules routiers de transport en commun au niveau régional et national est rétabli à celui inscrit dans la licence d'exploitation, selon une note de service publiée par le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie.  Une situation qui témoigne le retour à la routine quotidienne. Même si certaines dispositions ont été modifiées et complétées, Madagascar n'est pas encore entièrement hors de danger et la vigilance est toujours de mise.

Dans ce cadre, les gestionnaires ou comités de gestion des gares routières ou stationnement sont tenus de transmettre au lendemain (J+1) en version Excel au ministère de la Santé publique et à l'Agence des transports terrestres (ATT), les manifolds biens remplis ainsi que les statistiques composant le nombre de passagers et celui des véhicules au départ. Ils doivent ainsi viser et tamponner au départ, avec un cachet sec validé de l'ATT, les manifolds et assurer la mise

en œuvre des dispositifs de contrôle sanitaire. D'ailleurs, les Forces de l'ordre assurent encore le contrôle des manifolds sur les routes. En cas de falsification ou d'imprécis, les sanctions pour les transporteurs, coopératives et les passagers sont encore valables. Ainsi, le transport des marchandises classées comme produits dangereux, volumineux et lourds, pouvant affecter la sécurité des passagers, est strictement interdit.

Comme au début de la reprise des transports publics dans le pays, toutes les mesures sanitaires doivent être respectées autant que les dispositifs de contrôle dont la prise de la température, le remplissage des manifolds et la vérification des papiers des véhicules.  Contrairement à cela, le nombre de places occupées pour les véhicules de transports en commun, exerçant dans la zone urbaine et suburbaine est encore maintenu à 4 par banquette et une seule personne assise à côté du chauffeur.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Baccalauréat au Lycée moderne Ampefiloha - Une vingtaine de candidats ont abandonné les épreuves

A l'issue du premier appel, le centre d'examen du baccalauréat au Lycée moderne Ampefiloha (LMA) n'a enregistré que 48 candidats absents sur 1 602 inscrits. Hier, c'est-à-dire après 5 épreuves écrites passées, le chiffre émis par Manjato Rasamimanana Eddy, chef de centre, a pourtant augmenté. Hier, ledit centre a recensé 24 futurs bacheliers qui ont abandonné les épreuves, ce qui fait un total de 72 candidats qui vont certainement échouer à cet examen officiel. En tenant compte des précédents examens, cet effectif pourrait encore évoluer jusqu'à cet après-midi, lors de la dernière épreuve à traiter.

 

De tel désistement se constate régulièrement à chaque examen officiel, sans connaître les versions des candidats concernés. « Nous ne pouvons pas se prononcer sur les raisons de cette renonciation. Toutefois, d'après mon expérience, ce sont les candidats ayant choisi la série A, notamment les candidats libres qui ont tendance à se résigner. Statistiquement parlant, ils sont plus nombreux par rapport à ceux ayant opté pour la filière scientifique. De plus, la plupart d'entre eux ne sont pas inscrits en classe de terminale, soit en classe antérieure, soit ayant quitté le système scolaire depuis des années sans diplôme. Ils sont juste venus pour répondre à l'appel et passer quelques épreuves pour évaluer leur capacité », explique Manjato Rasamimanana Eddy.

Il est à noter que les épreuves les plus difficiles pour les candidats littéraires sont les matières scientifiques. Et ces dernières années, il est assez courant qu'après avoir trop souffert à traiter le sujet de mathématiques, des candidats abandonnent. Pourtant, une seule absence à une épreuve notée sur 20 équivaut à une élimination directe. Par ailleurs, l'annulation des épreuves d'éducation physique et sportive (EPS), pratiques et écrites, a été une décision spéciale prise à l'issue d'un Conseil du Gouvernement face au contexte sanitaire actuel.

K.R.

La Vérité0 partages

Escroquerie de 2 milliards au nom de la Présidence - L'épouse d'un colonel épinglée

L'affaire a démarré en août 2019 à Imerintsiatosika.  Des aviculteurs locaux ont été arnaqués à hauteur de 400 millions d'ariary, soit le prix de plus de 10 000 unités de poulets de chair. A l'index : l'épouse d'un colonel en exercice ! Chaque fois qu'elle le voulait, elle a réussi à commander puis obtenir ces quantités de marchandises auprès de ces pauvres éleveurs, en prétendant agir au nom de la Présidence de la République, mais aussi de la Primature, sous prétexte d'approvisionner le Palais d'Iavoloha, sinon la Primature, et enfin pour les besoins des militaires basés à travers le pays . Pour mieux les convaincre, la femme de l'officier se les jouait par le sentiment en mentionnant aussi la mère du Chef de l'Etat en exercice. Or, ce qui était loin d'être le cas. Car ces deux plus grandes institutions n'ont jamais formulé une quelconque commande de poulets de chair. N'en parlons donc pas de l'Armée.

 

Les victimes, qui ont à la fois tant espéré tout en craignant leur interlocutrice, du fait de son soi-disant fonction au sein de ces entités, ont vite déchanté. Car le temps passait au fil des commandes, sans qu'elles n'aient toujours pas été payées ! Pire, elles ont vu leurs affaires  s'effilocher très rapidement à cause des promesses inlassables non tenues de cette femme pour les régler. Or, ce qui n'a jamais été fait car elle les a tout simplement menées en bateau.   

Le cas d'un père de famille mérite d'attirer l'attention. Sa vie familiale a été complètement détruite, sa femme devenait folle et il a surtout perdu son enfant. Tout cela, faute de paiement. Mais ce n'est pas tout. Ses co-éleveurs ont déversé leur colère sur le malheureux qu'ils ont taxé de menteur, étant donné que c'était lui qui a introduit les autres éleveurs auprès de la femme d'affaires supposées. Ils lui reprochent notamment de les avoir induits en erreur pour se faire plumer par cette femme.

De son côté, l'accusée qui a agi sous le parapluie de son officier de mari qu'elle cherche à protéger à tout prix, a, pour tenter de gagner du temps et apaiser la colère de ses interlocuteurs, avancé toute sorte d'arguments en guise d'explications de ces retards de paiement. Si elle n'a pas affirmé que le dossier se trouvait encore au service de contrôle financier, le président aurait encore voulu passer davantage d'autres commandes sous prétexte que celles-ci n'auraient pas été suffisantes.

30 mois ferme

L'impatience et la colère des éleveurs étaient telles qu'ils ont été poussés à porter plainte contre l'épouse du colonel. A la suite d'une enquête diligentée par les Forces de l'ordre, la concernée fut arrêtée vers la fin de l'année 2019, puis était placée sous mandat de dépôt en décembre de ladite année.

L'affaire était jugée en audience publique auprès du Pôle anti-corruption ou PAC des 67 Ha dans le courant de cette semaine. A la barre, l'accusée a reconnu les faits et le président de la Cour criminelle du PAC l'a condamnée à une peine de 30 mois d'emprisonnement ferme pour escroquerie, et notamment pour usurpation au nom du Président de la République et du Premier ministre. Quant à son époux, son protecteur supposé, un ordre de poursuite aurait été émis à son encontre, sans que cela n'ait toujours obtenu aucune suite.

Néanmoins, ses victimes ne se sentent pas vraiment à leur aise. Elles veulent que le Chef de l'Etat se penche sur leur sort, étant donné le préjudice subi.

Franck R.

 

La Vérité0 partages

Conflit foncier - Désemparé, le père de Lova Renée appelle à l'aide

Expulsé de son terrain depuis 2015, René Randriakoto, le père Lova Renée - la jeune fille star des réseaux sociaux - a fait le déplacement dans la Capitale pour dénoncer une pratique malsaine dont plusieurs malagasy sont victimes dans toute l'île. Selon ses dires, la famille Réné a déjà occupé depuis 1975 la villa lot E 0 43 dans la parcelle 11/47, sise à Mangarano II Toamasina. Soudain, en 2011 des inconnus ont débarqué pour faire le bornage dans leur terrain, et c'est là que le cauchemar commence pour cette famille.

D'après le père, « des inconnus sont venus creuser dans notre terrain. Et quand nous avons donné l'alerte à l'aide d'un sifflet, ces gens-là ont pris la poudre d'escampette. Une semaine après, nous avons fait appel à un topographe pour faire le bornage de notre terrain. Une quinzaine de jours après, quand nous avons demandé le titre du terrain, grande fut notre surprise quand le service de topographie nous a signalé que celui-ci était déjà titré à une autre personne », a déclaré Réné Randriakoto.

Le conflit foncier a débuté en 2011. Le Tribunal de première instance a donné gain de cause à la famille René après confrontation des dossiers des deux belligérants, et cela à l'issue d'une descente sur terrain.

« Bon nombre de faux et usages de faux ont été démasqués dans le dossier de cette dame. Parmi cela, on relève que son acte de vente a été fait en 2000 mais n'a été légalisé qu'en 2011. Il a été mentionné que cet acte de vente a été réalisé dans la Commune urbaine d'Arivonimamo alors qu'après vérification, ces gens n'ont rien fait, mis à part un dépôt de signature. Ils disent aussi que le bornage du terrain a été assisté par le président du Fokontany de Mangarano alors que ce dernier niait carrément la véracité de ce fait. Le plus flagrant dans tout cela, quand ces personnes ont fait appel devant la Cour d'appel, beaucoup de contrastes ont été constatés dans leur dossier. Elles affirment que le terrain s'appelait Villa " Soanandrasana ". Alors que dans le registre du service de la Topo, le même terrain s'appelle " Manantenasoa ", ce qui se différencie du contenu de leur acte juridique mentionnant que le nom du terrain est " Soanantenaina ". Ce qui signifie que ce ne sont qu'avec des dossiers incohérents, montés de toute pièce, que ces gens souhaitent barouder avec le vrai propriétaire », annone le père de Lova Renée.

Rappelons qu'en 2011, ces gens ont déjà essayé de les expulser du terrain mais un décret sorti durant la période de transition les en a empêché. En 2015, les baroudeurs ont gagné devant la Cours d'appel mais la famille René a fait cassation devant la Cour suprême. Cette dernière a abrogé l'ordonnance de la Cour d'appel. Mais très tôt, d'une manière très douteuse, ils ont trouvé un moyen de suspendre la décision de ladite Cour. La famille victime a interjeté appel en 2015 et en 2019, mais en vain. Actuellement, la famille Réné Randriakoto a déposé sa doléance auprès des autorités compétentes en espérant regagner son bien.

E.F.

Madagate0 partages

Madagascar Journalisme. Le CJD à l’honneur. Vidéo et Photos d’ambiance

CLIQUEZ ICI

Journée inoubliable que ce lundi 19 octobre 2020 pour les membres du CJD et du journalisme malagasy en général. En effet, c’est bien la première fois que plusieurs journalistes d’une même entité sont élevés, en même temps, à des grades divers dans le tableau de l’Ordre National Malagasy (ONM). La cérémonie a eu lieu dans la cour de la Bibliothèque nationale à Anosy Antananarivo. Ce, en présence de la ministre de la Culture et de la Communication, Lalatiana Rakotondrazafy et du Chancelier de Madagascar, Donatella Rakotonavahy.

Voici la vidéo intégrale et une trentaine de photos d’ambiance prises avant la cérémonie proprement dite.

Jeannot Ramambazafy – Harilala Randrianarison – Andry Rakotoniraina

************************

 

Madagate0 partages

Madagascar Journalisme. Le CJD à l’honneur avec 16 médaillés le 19.10.2020

Journée inoubliable que ce lundi 19 octobre 2020 pour les membres du CJD et du journalisme malagasy en général. En effet, c’est bien la première fois que plusieurs journalistes d’une même entité sont élevés, en même temps, à des grades divers dans le tableau de l’Ordre National Malagasy (ONM). La cérémonie a eu lieu dans la cour de la Bibliothèque nationale à Anosy Antananarivo. Ce, en présence de la ministre de la Culture et de la Communication, Lalatiana Rakotondrazafy et du Chancelier de Madagascar, Donatella Rakotonavahy. Mais qu’est-ce que le CJD ?

Ce sigle signifie Club des Journalistes Doyens de Madagascar, « Fikambanan’ny Mpanao Gazety Zokiolona eto Madagascar » en langue malagasy. Il a été fondé le 18 août 1993, à la suite d’une « déconvenue » avec le Président du moment, le Pr Zafy Albert. Je ne m’attarderai pas sur cette déconvenue pour éviter la polémique. Seulement, à quelque chose malheur est bon… En effet, le CJD entendait se démarquer de l’OJM (Ordre des Journalistes de Madagascar), créé en 1974, par une approche très innovante pour l’époque.

En tout cas, le CJD n’est pas une entité politique. Sa politique réside en une démarche similaire à celle d’une association de la société civile : sans but lucratif, le CJD se pose en plateforme d’échanges entre ses membres, d’écoute et de suggestions pour la génération actuelle de journalistes malagasy. Mais le CJD se veut être aussi une tribune de vigilance envers toute entrave vis-à-vis du métier, bien que n’ayant, hélas, aucun pouvoir de décision.

Voici, d’ailleurs, quelques extraits des statuts du CJD :

Article 3. But et Objectifs : Le CJD œuvre pour : -Etablir des relations amicales et professionnelles par le biais de sa mutuelle : -Contribuer à la revalorisation de la profession, la formation, les connaissances et les expériences de chacun pour renforcer la capacité de promotion de la profession ; -Défendre la déontologie et l’éthique journalistique ; -Entreprendre des recherches dans le but d’améliorer le niveau technique des journalistes. Mission du CJD : émettre ses avis sur toute question qui lui est soumise : être présent à la participation de toute information et manifestation journalistique, photographique nationale et/ou internationale.

Article 5. Adhésion. Peuvent adhérer au CJD tout journaliste professionnel en activité ou déjà admis à la retraite, ayant plus de 55 ans, ou ayant au moins 20 ans d’activité professionnelle, sans discrimination de race et sexe, de religion ou de position politique ; adhérant aux présents statuts et devant remplir par écrit un bulletin fourni par le Bureau exécutif du CJD.

Article 12. Organisation. Le CJD est doté d’un organe de décision et de délibération qui est l’Assemblée générale et d’un organe d’orientation et de suivi qui est le Bureau exécutif chargé de suivre de près l’application des présentes statuts et du règlement extérieur.

Voici le nom des différents Présidents du Bureau exécutif du CJD depuis sa fondation : Andriamasinoro Emilson (1993-1996) ; Razafindramiandra Honoré (1996-2004 et 2004-2007) ; Rakotondrasoava Georges (2007-2010) ; Taitsy Gilbert (2013-2017) ; Andriamorasata Solo Norbert (2017 à nos jours).

Certains des membres du CJD nous ont déjà quittés, d’autres sont encore parmi nous et, pour ceux-ci, comme le disait si bien Big Max Ratsimandisa -qui nous a quittés le 24 février 2012- : « Merci d’être vivants ! ». Oui, nous naissons, passons et trépasserons. Mais le journalisme demeurera jusqu’à la fin des temps. Nous sommes l’Histoire de notre pays ; nous avons fait et faisons son Histoire et tant qu’il y aura des journalistes, il y aura des témoins incontournables de tous faits et gestes de la société politico-socio-économico-culturelle, pour la mémoire collective. Enfin, on peut emprisonner ou tuer un journaliste mais on ne pourra jamais tuer la vérité ni une idée qui, elles, déplacent les montagnes et fait bouger les choses. Vous connaissez le mur de Berlin ?

Félicitations aux heureux récipiendaires de ce 19 octobre 2020, de la promotion dénommée « Fiankinana » de l’Ordre National Malagasy (ONM), qui sont :

Grand-Croix de 2è classe : Andrianasolo Jean-de-Dieu, Rambeloson Jean Aimé, Raliarison Jean Victor, avec la ministre de la Culture et de la Communication, Lalatiana Rakotondrazafy et le Chancelier de Madagascar, Donatella Rakotonavahy

Grands Officiers de l’ONM : Jaonarison Norbert, Ranivoarisoa Lydia Charlotte avec la ministre de la Culture et de la Communication, Lalatiana Rakotondrazafy et le Chancelier de Madagascar, Donatella Rakotonavahy

Commandeurs de l’ONM : Rakotondravao Joseph Ignace, Rabakoliarifetra Veromanitra Veloniaina, Ramarokoto Samuel Andriampenomanana, Rabekijana Félix avec la ministre de la Culture et de la Communication, Lalatiana Rakotondrazafy

Chevaliers de l’ONM : Andriamorasata Solo Norbert, Ralandy Haja Jean Iréné, Rapetera Désiré, Ramanahadray Fidisoa Alexis Jonah, Randrianambinintsoa Didier Salomon, Andriamalala Adolphe, Rakotoarijaona Elysée avec la ministre de la Culture et de la Communication, Lalatiana Rakotondrazafy et le Chancelier de Madagascar, Donatella Rakotonavahy

Un reportage de Jeannot Ramambazafy - Egalement publié dans "La Gazette de la Grande île" du mercredi 21 Octobre 2020, en page 7

CLIQUEZ ICI

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – « Tournoi Mafy Be » : 36 équipes en lice

Les basketteurs retrouvent le chemin de la compétition. Comme programmé, la deuxième édition du tournoi de basket-ball baptisé « Tournoi Mafy be » a commencé ce week-end, et ne prendra fin qu’après plusieurs semaines, sur le terrain d’Alarobia. En effet, il s’agit d’une rencontre sportive entre les clubs issus de différents quartiers de la capitale. C’est une initiative de Paul Ginot George, un arbitre de la Fédération malgache de basket-ball. 32 équipes sont en lice. Dans la catégorie open homme, il y a 24 équipes qui se répartissent en quatre poules. Chez les vétérans homme et dame, 12 clubs se disputeront le titre. Le tournoi se poursuivra chaque week-end à Alarobia.

Les résultats de la première journée 

Open homme

Audacieux (76)-Apache (69)

Manakara (45)-67ha City (61)

Thb TMS (64)-JAI (53)

GL Team (46)-HTMB (65)

Dasol (64)-KD’S Ivandry (32)

TTK (91)-FBC (49)

Vétérans homme

Mystery (63)-Astar (55)

Shooting STAR (45)-Ambatobe (53)

CCR (53)-Original Mada (57)

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Journée internationale du contrôleur de la circulation aérienne : Célébration des cent ans de la profe...

La journée internationale du contrôle de la circulation aérienne est célébrée mondialement le 20 octobre. Cette année, cette journée est célébrée avec le 59ème anniversaire de la Fédération Internationale des Associations de Contrôleurs Aériens, mais aussi le centième du métier d’aiguilleurs du ciel, un métier peu connu du grand public. C’est donc dans ce cadre que les contrôleurs aériens malgaches, membres de l’Association professionnelle des contrôleurs aériens ASECNA Madagascar (APCAAMAD) ont marqué cette journée d’une pierre blanche hier. Le pays étant toujours sous la menace de la pandémie de Covid-19, les contrôleurs aériens ont travaillé d’arrache-pied pour garantir la sécurité de tous les vols, tout en gardant en tête le caractère unique de ce moment pour leur profession. 

À titre de rappel, la première tour de contrôle d’aérodrome a été installée en 1920 au champ d’aviation de Croydon, à Londres. À cette époque, il ne s’agissait qu’une construction en bois de 5 mètres de hauteur. Aujourd’hui, ce n’est plus tout à fait la même chose avec l’évolution de l’aéronautique. Le contrôle de la circulation aérienne est devenu une profession extrêmement réglementée, où haute technologie et talents humains sont indispensables. Quoi qu’il en soit, les contrôleurs malgaches espèrent que la célébration aura une plus grande envergure l’année prochaine si la Covid-19 disparaîssait d’ici là. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Rixe dans un karaoké : Les présumés tueurs d’un gendarme sous MD

Ils étaient six à être placés sous mandat de dépôt après leur déférement au Parquet du tribunal de première instance d’Antsirabe. Ces individus dont la plupart, des jeunes, sont inculpés du meurtre d’un gendarme. Ce dernier est le frère du propriétaire d’un karaoké situé au quartier de Mahazoarivo. A l’heure légale où devrait se fermer le centre, compte-tenu du confinement, les clients déjà sous l’emprise de l’alcool ont refusé de quitter les lieux. Ils ont cassé des bouteilles et des tables à l’intérieur. Les bruits ont réveillé le gendarme qui habite à l’étage. Celui ci est descendu voir ce qui se passait et, à son tour, a été tabassé par les individus ivres. Le gendarme a perdu connaissance après son passage à tabac. Entre-temps, la police d’intervention est arrivée sur place pour mettre la main sur les malfrats. Le blessé est un gendarme hors-classe du nom de Rakotondranivo. Il a été emmené à l’hôpital et après les premiers soins d’usage, son évacuation sanitaire à Antananarivo a été décidé. Il a cependant succombé à ses blessures et a péri en cours de route. Une semaine plus tard, les six individus ont été présentés au Parquet et le magistrat a ordonné  leur détention provisoire avant leur jugement, dont la date n’est pas encore connue. La gendarmerie a mis les points sur les i sur la situation : « le GPHC Rakotondranivo n’était en aucun cas sous l’emprise de l’alcool (…) il est intervenu pour sauver son frère qui est le propriétaire du bar et aussi remettre de l’ordre dans le karaoké (…) malheureusement, il a été victime d’une violence qui lui a coûté la vie ». Les enquêtes ont pris quelques jours puisqu’il s’agit d’un meurtre. Les limiers ont demandé une prolongation de la garde à vue pour mieux approfondir les investigations sur l’affaire. Une chose compréhensible puisque la victime est l’un des leurs. Ce meurtre était sur toutes les lèvres dans la Ville d’Eau, une ville pourtant réputée calme, mais qui est en traint de se métamorphoser dû au phénomène de l’exode rural/urbain.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Sénat : Rivo Rakotovao calme le jeu

Face à l’atmosphère morose qui plombe le ciel du Sénat, l’ambiance durant la cérémonie d’ouverture de la session ordinaire à Anosikely a été pour le moins glaciale. Malgré la prestation de la chorale du Sénat, accompagnée hier par Rija Ramanantoanina, qui a ponctué la cérémonie et essayé de meubler le silence qui pesait sur la salle, le manque flagrant de présence humaine a affecté le rendez-vous. Le dernier étage du siège de l’institution, qui accueille habituellement ce genre de cérémonie, était quasiment vide. Seuls les sénateurs ayant formé une fronde contre le président du Sénat y ont été présents et se comptent sur les doigts de la main, entre autres, Berthin Andriamihaingo, Honoré Rakotomanana, Mananjara Andriambololona. D’autres, comme Thierry Raveloson, Olga Ramalason, Mamitiana Fabergé ont brillé par leur absence. Les sénateurs de l’opposition, issus des rangs du Hery vaovao ho an’i Madagasikara et du Tiako i Madagasikara, ont boycotté la cérémonie d’ouverture officielle de la session ordinaire du parlement. 

Rivo Rakotovao, quant à lui, a choisi d’abréger son discours, loin des allocutions habituelles qui s’étalent dans le temps. Aussi, ce dernier a pris soin de bien peser ses mots pour temporiser la partie qui l’oppose à l’exécutif. « On a choisi de garder le silence à propos de la répression que subit le Sénat actuellement », a-t-il annoncé. « Laissons l’histoire en juger », poursuit-il. Hier, le président du Sénat a donc abandonné la virulence et préfère décorer son discours par des citations célèbres. Mais il n’a pas manqué de rappeler la réalité de son institution aux membres du gouvernement venus à Anosikely. « Il ne faut pas oublier que le Sénat emploie actuellement 600 malgaches », a-t-il rappelé pour donner une idée de la dimension de l’impact de la coupe budgétaire subie par la Chambre haute. En tout cas, toujours selon Rivo Rakotovao, « on est tous lié par notre Nation, malgré la différence et la divergence ». 

Rija R. 

Midi Madagasikara0 partages

Kmf-Cnoe : Participation à l’observation des sénatoriales

Les sénatoriales retiennent l’attention de bon nombre d’observateurs ces derniers temps et le KMF/CNOE- Education en fait partie. Il a ainsi constaté, que le droit de vote de certains supposément élus, en attente d’une décision du Conseil d’Etat sur les contentieux électoraux lors des dernières communales, est bafoué et que le droit de vote des autres collectivités territoriales décentralisées (Régions et Provinces) n’est pas respecté, étant donné que les organes de ces collectivités ne sont toujours pas en place.

Dispositions légales. Toutefois, organisation œuvrant dans l’éducation et respectueuse des lois et de l’Etat de droit, le KMF/CNOE-Education des citoyens, se soumet toujours aux dispositions légales et constitutionnelles. Selon la Constitution, les arrêts et décisions de la Haute Cour Constitutionnelle sont motivés et ne sont susceptibles d’aucun recours. Les sénatoriales se tiendront donc comme prévues le 11 décembre 2020. Le KMF/CNOE-Education des citoyens, de par sa mission prendra part activement à l’observation de ces élections. Il lance ainsi un appel à l’endroit de toutes les parties prenantes d’observer et de faire respecter les lois en vigueur.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Organisation JIOI 2023 : Une nouvelle opportunité pour Madagascar

Madagascar pourrait accueillir la 11e édition des JIOI en 2023.

Les Maldives ont renoncé à l’organisation des Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI) 2023. Par conséquent, Madagascar se positionne en remplacement, étant donné qu’elle s’était portée candidate et sa requête avait été rejetée.

La 11e édition des Jeux des Îles de l’océan Indien (JIOI) 2023 ne se tiendra pas finalement aux Maldives. En effet, à l’issue d’une réunion du Conseil International des Jeux (CIJ), avec les représentants des îles, tels que Madagascar, Maurice, Comores, Mayotte, Seychelles, Maldives et La Réunion, hier, le ministre des Sports des Maldives a annoncé que leur pays ne serait pas en mesure d’organiser ce prochain sommet indianocéanique. « Dans ce contexte de crise sanitaire engendrée par la Covid-19 et vu le coût que représentent les Jeux des îles, le Ministre nous informe que les Maldives ne pourraient pas organiser les prochains Jeux en 2023 et propose une nouvelle organisation pour 2025. Il ne serait pas contre si une autre île pourrait l’organiser en 2023 », indique le Conseil dans un communiqué.

L’opportunité s’ouvre encore une fois à Madagascar. D’ailleurs, cette 11e édition des JIOI devrait logiquement s’y tenir, mais elle nous avait échappé. C’est ce qu’a suggéré le président du Comité Olympique Malgache, Siteny Randrianasoloniaiko, que l’on remplace les Maldives. « Mais tout doit être approuvé par le gouvernement », a-t-il annoncé. Madagascar a encore du temps pour se préparer. Après la rénovation de Mahamasina, le stade aura une capacité théorique de 60 000 spectateurs. Nous disposerons également d’autres infrastructures modernes en 2023 qui pourront être exploitées. Ainsi, la construction de l’Académie nationale sportive permettra la formation des athlètes de haut niveau. Une nouvelle réunion est prévue le mois prochain pour décider du lieu où se tiendront les prochains Jeux, avant la réunion en présentiel en février à Madagascar.

Manjato Razafy 

Midi Madagasikara0 partages

Showcase : Mad Max revient en force

L’auteur de Marina surchauffera les planches ce vendredi

Le spectacle aura lieu à la villa Pazzapa Mamory Ivato, organisé par le Foyer des Jeunes (FJ) et Vanilla Lyrics. Mad Max, l’un des musiciens préférés et connus des jeunes artistes, sera l’hôte de l’événement. Ce vendredi 23 octobre 2020, ce sera une rencontre d’amoureux et de nostalgie dans le pays car cela fait longtemps que Mad Max n’est pas passé dans la capitale. C’est l’occasion pour l’artiste de présenter les nouveaux produits sur lesquels il a travaillé durant cette période. « Marina », « Tsofiko Rano », « Angelina » et bien d’autres morceaux seront dans le répertoire du reggaeman de Toamasina. Dona Alsina, présidente fondatrice de FJ et Vanilla Lyrics, a déclaré que les organisateurs essaient de satisfaire le public au maximum. Selon les informations reçues, l’objectif principal est de divertir la foule après ces moments difficiles que le pays a rencontrés. Il est à noter que de nombreux spectacles ont été organisés par FJ et Vanilla Lyrics, comprenant des artistes qui ont collaboré avec eux au cours des trois dernières années. La soirée sera également animée par un DJ. Les réglementations sanitaire de l’État seront strictement respectées, a assuré le président du Foyer des Jeunes et Vanilla Lyrics.

Zo Toniaina 

Midi Madagasikara0 partages

Assainissement de la fonction publique : L’Etat fait une économie de 11,4 milliards d’ariary

Le ministère des Finances et de l’Economie améliore l’AUGURE pour une meilleure gestion des ressources humaines de l’Etat

Les efforts de bonne gouvernance réalisés, sur les directives du président de la République produisent des effets plutôt positifs

L’assainissement de la fonction publique, plus particulièrement au niveau des paies des fonctionnaires se poursuit. Avec de bons résultats, car l’opération permettra à l’Etat de faire une économie de 11,4 milliards d’ariary.

Délicats. Selon les précisions apportées par la Direction de la Solde et des Pensions et la Direction de la Gestion des Effectifs des Agents de l’Etat, l’assainissement a débuté en avril 2019, suite à une note du Conseil des ministres soulignant que tous les agents de l’Etat sont invités à enregistrer leurs informations dans le module de rapprochement de l’Application Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources Humaines de l’Etat (AUGURE). La mission de rapprochement réalisée par les équipes du ministère de l’Economie et des Finances (MEF) et le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales (MTEFPLS) a révélé 23.417 agents dont la situation est à éclaircir dans la base de données d’AUGURE. « C’est sur cette base qu’ont été réalisés les travaux d’assainissement » précise le Directeur de la Gestion des Effectifs des Agents de l’Etat, Tsiengeny Tovonkery Jocelyn. Des travaux très délicats puisqu’ils s’agit des paies des fonctionnaires, ces travaux ont nécessité la mobilisation d’une trentaine de techniciens du ministère de l’Economie et des Finances et d’une dizaine du ministère du Travail. Sans compter les responsables des ressources humaines de plusieurs ministères concernés par l’assainissement, lesquels devaient transmettre les informations au niveau du MEF et du MTEFPLS.

20 ministères. Des travaux couronnés de succès, malgré un ralentissement provoqué par le confinement, durant lequel les rapprochements n’ont pas pu se faire.  En tout, 20 ministères ont dénombré 591 agents indûment payés. A savoir, 74 hauts employés de l’Etat dont les actes d’abrogation n’ont pas été mandatés, ayant un impact annuel de 854 millions d’ariary au niveau du budget Général ; 350 agents irréguliers ayant un impact annuel de 3,1 milliards d’ariary ; et enfin, 167 agents également irréguliers dont le solde a été suspendu au niveau du Ministère de la Défense Nationale et du Secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie, ayant un impact financier de 7, 5 milliards d’Ariary. Comme ces irrégularités sont sanctionnées par l’arrêt du paiement des soldes des fonctionnaires irréguliers, l’Etat fait ainsi une économie de 11,4 milliards d’ariary. Une économie qui va en tout cas permettre à l’Etat de prioriser d’autres dépenses. Et l’assainissement ne s’arrêtera pas là, 7000 autres agents non rapprochés enregistrés dans la base de données AUGURE feront également l’objet de régularisations.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Festival du jardin : Une deuxième édition prometteuse

Un jardin, même tout petit, c’est la porte du paradis. L’Alliance française de Tananarive ne sera pas seulement un centre culturel mais également un grand jardin où les visiteurs pourront se détendre et admirer des splendides fleurs. 

Le Festival des jardins qui se tiendra les 29, 30 et 31 octobre prochains. L’Alliance Française d’Andavamamba hébergera l’événement, et se présente comme un carrefour pour les acteurs et passionnés de l’art du jardinage. Un « jardin d’Eden » chez soi, tel est le thème choisi cette année. 

« Le jardinage comme l’art qui transforme le naturel en culturel, est un moyen de reproduire le paysage naturel dans son hameau ou de réinventer un paysage naturel selon sa guise. Un art qui permet à ses pratiquants, spécialistes ou simples amateurs, de manifester leur imagination sur l’image du fameux « jardin d’Eden », le modèle idéal que tout jardinier veut reproduire », a expliqué l’organisateur. Ainsi, les trois jours consacrés au « festival des jardins » seront une opportunité pour les amoureux de l’art du jardinage de partager et d’échanger leur savoir-faire. Ils pourront également faire connaître leurs produits et leurs offres. Cet évènement rassemblera une trentaine de participants et espère accueillir près de 5000 visiteurs, au vu de la situation actuelle cela se fera dans le respect des règles sanitaires instaurées contre la Covid-19. Toutes les barrières sanitaires seront respectées, et ce, dès que les visiteurs franchiront la porte d’entrée du salon. 

Le « Festival des jardins » propose au public, un grand marché aux plantes, des ateliers de découvertes de la « Permaculture urbaine », horticulture, bonsaï, recyclage ainsi que des stands dédiés au maraîchage bio qui proposeront des produits issus du terroir. Des échanges directs avec les professionnels de divers métiers du jardinage et divers jeux et animations autour des enjeux environnementaux seront également dans le programme. 

Les ateliers seront organisés en partenariat avec la Ferme d’Ambohimanga, un des participants depuis la première édition. La ferme d’Ambohimanga proposera des thèmes très innovants et pratiques pour tous les amoureux de la nature. A titre de rappel, les ateliers sont gratuits mais sur inscription au préalable pour l’organisation et le respect des barrières sanitaires. 

Recueillis par Zo Toniaina 

Midi Madagasikara0 partages

Déclaration de patrimoine : Des personnalités retardataires

Francisque Ravony avait joué la carte de la transparence sur ses avoirs.

Des personnalités assujetties à cette obligation n’y ont pas encore procédé ou s’y sont pliées sur le tard.

21 septembre 2020 – 21 octobre 2020. Un mois exactement après sa prestation de serment, le nouveau vice-président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Benaivo Andrianaly Narcisse n’a pas encore fait de déclaration de patrimoine auprès de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) même s’il dispose de « 3 mois après son entrée en fonction », pour énumérer tous ses avoirs. « Y compris les avoirs qui se trouvent (le cas échéant) à l’étranger ou qui échappent à la juridiction malgache, ainsi que toutes les dettes personnelles, conjointes ou solidaires dont il serait (éventuellement) tenu ». En revanche, son prédécesseur s’est plié à cette obligation un mois et demi après avoir été « démissionné » de la CENI. Probablement pour exposer les changements du patrimoine au cours des deux ans et deux mois, puisque sa première déclaration en tant que commissaire électoral avait été faite le 11 janvier 2017.

Evaluation. La valeur du patrimoine du vice-président sortant de la CENI a certainement évolué, l’évaluation des avoirs se faisant à la date de la déclaration. Et ce, même si elle intervient sur le tard comme pour les députés Andriano Giscard (Manakara) ; Manolosoa Félix (Ambatomainty) ; Razanadrabearimanana Jacques Aurélien (Vavatenina) ; Richard Tsimahalefy (Miandrivazo) ; et Randriamanampisoa Alfred (Antsirabe II) qui ont attendu ce mois-ci pour faire leurs déclarations respectives. Sont inclus dans la liste des avoirs à évaluer , les avoirs détenus par des tiers au nom ou pour le compte du déclarant, de son conjoint et de ses enfants mineurs et dans lesquels ceux-ci ont des intérêts directs ou indirects, individuels ou partagés et actuels.

Confidentiel. En somme ,au propre comme au figuré, tous les avoirs doivent figurer dans la déclaration de patrimoine qui « revêt un caractère confidentiel ». Dans d’autres pays comme la France, les déclarations de patrimoine sont consultables par les contribuables qui ne peuvent toutefois les publier. Ce qui n’est pas encore le cas à Madagascar où l’on peut tout juste consulter la liste des déclarants, quand bien même le but d’une obligation de déclaration périodique de patrimoine serait de « promouvoir la transparence dans l’exercice des fonctions publiques, de garantir l’intégrité des serviteurs de l’Etat et d’affermir la confiance du public envers l’Etat ». Seulement, en l’état actuel des textes, la clé de la transparence qui peut faire sauter le verrou de la confidentialité, appartient au déclarant, tel que l’avait fait à l’époque le Premier ministre Ravony, connu pour sa …Franchise.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

USAID : Assistance alimentaire pour 64 000 enfants dans le Sud de Madagascar

Les enfants souffrant de malnutrition recevront des traitements à base d’aliments thérapeutiques.

Le gouvernement américain finance à hauteur de 2,5 millions de dollars, les activités de l’UNICEF et du PAM dans la partie Sud de la Grande île, jusqu’à la fin de la période de soudure.

A travers l’Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID), le financement de 2,5 millions de dollars alloué par le gouvernement américain servira à soutenir les activités du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et du Programme Alimentaire Mondial (PAM) dans le Sud de Madagascar en faveur des enfants durement touchés par la malnutrition. Selon les prévisions d’une étude réalisée en avril 2020, plus de 119 000 enfants souffriront de malnutrition aiguë modérée et plus de 19 000 autres seront touchés par la malnutrition aiguë sévère dans six districts du Sud cette année. Faut-il rappeler que la malnutrition est associée à au moins 44% des décès d’enfants de moins de cinq ans à Madagascar. Les enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère courent un risque élevé de décès ou de séquelles physiques et intellectuelles, à long terme.

« Nous sommes profondément alarmés par la malnutrition provoquée par la sécheresse qui menace des vies dans le Sud de Madagascar. Grâce à cette assistance, 64.000 enfants touchés par la malnutrition pourront recevoir un traitement vital », a déclaré l’ambassadeur américain Michael P. Pelletier. L’UNICEF et le PAM utiliseront ce financement pour l’achat de produits alimentaires spécialisés, à forte densité énergétique et produits localement, remplis de micronutriments et conçus pour aider les enfants de moins de cinq ans à prendre rapidement du poids. Sur le financement remis par le gouvernement américain, un million de dollars servira à financer les activités de l’UNICEF dans le traitement des enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère dans huit districts : Ampanihy, Bekily, Betioky Sud, Beloha, Tsihombe, Amboasary, Ambovombe et Taolagnaro. L’UNICEF fournit ainsi des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi, dénommés RUTF. Il s’agit d’un complément nutritionnel spécialisé, distribué uniquement sous la supervision des agents de santé qualifiés. Tout enfant dont l’état nutritionnel se détériore pendant le traitement RUFT sera adressé à l’hôpital le plus proche pour des soins et un traitement supplémentaire.

Malnutrition aiguë modérée. Le PAM, de son côté, se penchera sur la malnutrition aiguë modérée, et recevra 1,5 millions de dollars sur les 2,5 millions fournis par le gouvernement américain. Au stade de malnutrition aiguë modérée, un degré moindre, certes, mais toujours grave, l’enfant reçoit un complément alimentaire prêt à l’emploi, ou RUSF, un produit nutritionnel fort en calories et riche en vitamines et en minéraux. Le PAM utilisera ce financement pour maintenir un programme de traitement de la malnutrition aiguë modérée existant dans les districts d’Amboasary, Ambovombe, Ampanihy et Bekily. Dans le cadre de ce programme, les enfants de 6 à 59 mois font l’objet d’un dépistage actif pour déterminer leur état de santé nutritionnel. Les enfants considérés comme ayant besoin de soins supplémentaires, suivent un traitement jusqu’au terme de la récupération.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Motocross – Championnat de Madagascar : La MX Kawasaki ouvre le bal !

Les amateurs de motocross se réjouiront de la réouverture de la saison 2020, prévue ce dimanche 25 octobre. Un championnat de Madagascar dans les règles de l’art sous la houlette de la MX Kawasaki et qui se déroulera sur un circuit de rêve à Ambatolampy Ambohidava. Un circuit rendu d’autant plus intéressant après les premières gouttes de pluie, offrant le décor nécessaire au motocross. Comme les grands noms de cette discipline seront présents à Ambohidava, on s’attend à de belles bagarres. En attendant, les inscriptions sont ouvertes au CT Motors à Andraharo.

Clément RABARY 

Midi Madagasikara0 partages

Ambassade de l’Inde : Un partage de savoir-faire entre les deux virtuoses indiens

L’Ambassadeur de l’Inde à Madagascar et aux Comores, Ahbay Kumar, a organisé une conférence en ligne en compagnie de DR. L. Subramaniam et Kavita Krishnamurti le 19 octobre 2020. 

Kavita Krishnamurti débuta la conversation en expliquant comment, malgré son appartenance à une famille non musicienne, elle s’est dirigée vers la musique en grandissant. Elle a mentionné qu’étant jeune fille, elle rêvait de faire partie du Service Diplomatique Indien et de parcourir le monde. Le Dr L. Subramaniam quant à lui, a mentionné l’influence de son père qui était violoniste et visionnaire, un père qui l’a initié au violon. Tous deux ont rapporté l’impact de la COVID-19 sur leur vie et comment la musique a été une source de positivité durant une période aussi incertaine. Les deux artistes se sont fixés pour but de recueillir des fonds afin  d’aider les artistes ayant perdu leur emploi durant la pandémie. DR. L. Subramaniam et Kavita Krishnamurti ont également cité la fusion de musique mondiale et les compositions qu’ils ont écrites comme Bharat Symphony ou Earth Anthem. La dernière sortie de l’album Navratri de Kavita Krishnamurti et la prochaine symphonie Beyond Borders, qui devrait sortir plus tard ce mois-ci, ont été ensuite abordées.

Recuillis par Iss Herdiny 

Midi Madagasikara0 partages

MICA-SIM : Une convention pour promouvoir l’industrialisation

Lors de la signature de la convention de partenariat entre les deux parties.

Le programme ODOF ou One District, One Factory est désormais opérationnel. 

L’objectif consiste à produire localement les besoins en consommation de la population malgache. Pour ce faire, le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat et le Syndicat des Industries de Madagascar (SIM) ont signé hier une convention de partenariat en vue de promouvoir l’industrialisation de Madagascar. La première partie se charge ainsi d’appliquer des mesures facilitant l’implantation et la formalisation des industries de toutes tailles au niveau des districts, et ce, depuis l’an dernier. Ces industries oeuvrent dans différents secteurs, entre autres, l’agroalimentaire, la pharmaceutique, la cimenterie et l’industrie automobile. D’autres industries se spécialisant dans l’assemblage des panneaux solaires, afin de répondre aux besoins en énergie de la population, seront également visées.

Campagnes de promotion. En revanche, la seconde partie se positionne en tant que leader dans le secteur privé, assurant la promotion de cette industrialisation. Cette convention entre le MICA et le SIM vise également à renforcer la compétitivité des industries existantes à travers des programmes de mise à niveau, ainsi qu’à favoriser l’émergence des industries au niveau des régions ou des districts. Par ailleurs, des campagnes de promotion du label « Malagasy Ny Antsika » seront lancées au niveau des grandes et moyennes surfaces et des épiceries, du 20 octobre au 20 novembre 2020, en commençant dans la région Analamanga. En plus de l’organisation de jeux via des réseaux sociaux, un concours photo sera mis en place. Le but est de pousser la population à consommer les produits fabriqués localement par ces industries.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Assemblée nationale : Des députés préparent la destitution de Christine Razanamahasoa

Des députés seraient en train de préparer la destitution de Christine Razanamahasoa.

Les travaux de commission, les conférences de présidents et la conférence du bureau permanent auront lieu à Tsimbazaza. En revanche, les assemblées générales se tiendront au CCI-Ivato.

En marge de la cérémonie de l’ouverture officielle de la session ordinaire de l’Assemblée nationale qui s’est tenue, hier, au CCI-Ivato, des députés seraient en train de préparer la destitution de la présidente de la Chambre basse. Il y aurait eu des réunions secrètes allant dans ce sens et le nom d’un ancien membre du gouvernement afin de le remplacer circulerait sous le manteau. Le cas du député Brunelle Razafintsiandraofa élu à Ikongo notamment pour son poste de vice-président au titre de la province de Toliara, pourrait également être soulevé. Le député objecte ouvertement l’incorporation de l’Ikongo à la circonscription de Vatovavy. Un point de vue s’opposant à celui de l’exécutif qui, lui, opte pour le rattachement à Fitovinany.

Des piques. Pour en revenir à la cérémonie d’hier, lors de son discours d’ouverture, Christine Razanamahasoa n’a pas manqué de lancer des piques à l’endroit des sénateurs. « Certains sénateurs disent que la tenue des sénatoriales relève du forcing, ce qui n’est pas vrai », a-t-elle soutenu. Dans la même foulée, la présidente de l’Assemblée nationale de souligner qu’il faudrait penser à l’intérêt supérieur de la Nation. Concernant les projets de loi qui seront examinés au niveau de l’Assemblée nationale, notamment pour la loi de finances initiale, Christine Razanamahasoa estime qu’il faudrait tenir compte des idées émises par l’opposition et les centristes. Ces derniers seraient-ils constitués par les indépendants ? L’on se demande si c’est un clin d’œil à l’opposition. Toujours lors de son discours, la présidente de la Chambre basse a mentionné le « plan stratégique de l’Assemblée nationale de Madagascar » qui selon ses dires, est déjà entre les mains de l’exécutif et des chancelleries du pays.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Tsaradia : Plus de tests PCR obligatoires pour les vols domestiques

Les passagers des vols domestiques opérés par Tsaradia ne sont plus soumis à la contrainte des tests PCR. Suite à la levée de l’état d’urgence sanitaire, la compagnie annonce également la fin des tests PCR. La nouvelle mesure est effective depuis hier pour tout passager au départ d’Antananarivo pour les provinces, et pour tout passager au départ des provinces pour Antananarivo. « Nous rappelons que pour la sécurité et la santé de tous, il est fortement recommandé de respecter les gestes barrières dans chaque étape du voyage », précise Tsaradia dans un communiqué. Autrement dit les passagers doivent veiller au respect de la distanciation physique, porter le masque et se laver fréquemment les mains, avec du gel hydro-alcoolique. On rappelle que le test PCR était à la charge des passagers, moyennant 100.000 ariary.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Elections sénatoriales : Des candidats IRD contestés

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a confirmé cette semaine la liste des candidatures retenues pour les élections sénatoriales du 11 décembre prochain. 14 candidatures ont ainsi été confirmées. En effet, Alarobia a validé tous les dossiers reçus. La déclaration officielle de présentation des listes retenues aura lieu le 29 octobre prochain. C’est donc officiel. Seule la plateforme pro-régime, l’IRD sera représentée au niveau des six provinces. Les anciens partis au pouvoir quant à eux, le Tiako i Madagasikara (TIM) de Marc Ravalomanana et le Hery Vaovao hoan’i Madagasikara (HVM) de Hery Rajaonarimampianina ont choisi le boycott des sénatoriales et ne participeront pas aux scrutins. Même choix politique pour les groupuscules regroupés au sein du Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara (RMDM). Le parti Malagasy Miara-Miainga du ministre de l’Aménagement du territoire et des Travaux publics, Hajo Andrianainarivelo, lui, présente des candidats à Toamasina et à Antananarivo et rivalisera donc contre la plateforme politique au pouvoir. Notons également, la participation de listes indépendantes dans les autres provinces. Ainsi, trois listes entreront en concurrence au niveau des provinces de Toamasina, Antananarivo et Antsiranana, et deux candidatures de chaque pour les provinces de Fianarantsoa et de Toliara. Quant à la Province de Mahajanga, l’IRD fera cavalier seul.

Polémiques. L’on s’achemine donc vers un razzia de l’IRD. Mis à part les candidats présentés par le Malagasy Miara-Miainga de Hajo Andrianainarivelo qui possède des maires et des conseillers communaux et municipaux, les autres candidats ne feront certainement pas le poids contre le parti au pouvoir. L’existence de certains candidats de l’IRD qui ne font pas l’unanimité auprès de la base fera aussi la particularité de ces sénatoriales. En effet, l’on constate quelques prétendants faisant l’objet de contestations au sein même des partisans du pouvoir. Des frustrations se font sentir, notamment chez les acteurs politiques du TGV et du MAPAR. Le cas de Neypatraiky Rakotomamonjy, un ancien élu HVM, faisant partie de la liste IRD à Toliara par exemple, est source de polémiques au sein des fidèles partisans du Tanora malaGasy Vonona. Certains se disent d’ailleurs consternés par le fait qu’il soit originaire de la Province de Fianarantsoa et non pas de Toliara. Par ailleurs, il est toujours député. Aux yeux des observateurs, ceci confirme l’hypothèse selon laquelle le régime Rajoelina est en manque, voire ne possède pas, de politiciens et de personnalités crédibles pour occuper les postes à responsabilités. L’on fait recours à la politique du  » Ny tonta ihany no avadibadika « , contrairement au principe du président Andry Rajoelina, qui souhaite placer des nouvelles têtes qui ne traînent pas de casseroles. A première vue, l’on constate aussi que pour ces sénatoriales, la plateforme pro-régime a choisi de récompenser les copains, et les… coquins. Des commentaires plutôt négatifs font surface quant aux deux candidats à Antananarivo, à savoir Herimanana Razafimahefa et Sylvain Rabetsaroana. Deux fidèles compagnons de lutte du président Andry Rajoelina. Nul n’ignore pourtant que leur parti n’ont pas forcément eu de grande influence sur les résultats des élections. C’est certainement la raison de la frustration de certains politiciens pro-régime qui ont probablement espéré un  » seza  » en guise de récompense. Nul n’ignore pourtant que le président Andry Rajoelina et le bureau central du parti ont leurs raisons et justifient ces choix, auxquels il faut se soumettre. Quoiqu’il en soit, ce sont les grands électeurs qui éliront les sénateurs et la reconnaissance de la base est importante pour les candidats sénateurs.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Baccalauréat : Après les épreuves de Mathématiques, place à la Physique-Chimie

Il ne reste plus que deux jours à tenir pour les candidats au baccalauréat général. Si hier, les futurs bacheliers ont dû faire face à la redoutable épreuve des Mathématiques, ils ne sont pas encore sortis d’affaire puisqu’ils affronteront ce jour la Physique-Chimie de bon matin, avant d’enchaîner avec l’Histoire-Géographie durant l’après-midi. 

Anja R.

Midi Madagasikara0 partages

Des actions menées lentement mais sûrement

C’est lentement mais sûrement que l’équipe du maire d’Antananarivo procède à l’assainissement de la ville. Elle réalise le programme sur lequel le nouvel édile a été élu. Elle procède par étape. Elle a annoncé dès le début ses intentions. Elle a commencé à dégager les trottoirs de la capitale, provoquant un véritable tollé . Après un arrêt temporaire pour laisser les passions s’apaiser, l’assainissement a repris. Ce sont les boxes en face de Pochard qui ont été détruits.

Des actions menées lentement mais sûrement

La volonté affichée par le maire de la capitale est claire : remettre de l’ordre dans une ville qui a été laissée à l’anarchie. Le défi est de taille car il faut imposer des mesures drastiques et forcément impopulaires pour accomplir le plan d’assainissement envisagé. Il est d’autant plus délicat d’agir que ce sont des particuliers s’estimant dans leur bon droit qu’il faut déloger. C’est sans ménagement que les actions de démolition ont été réalisées. Les protestations ont été ignorées. Aujourd’hui, c’est un fait accompli et accepté. On sait que ce n’est que le début des travaux d’assainissement et ils seront menés à leur terme. Ce qui s’est passé avant-hier en face de Pochard est dans la logique du programme de l’équipe qui a la charge de le réaliser. Elle avance lentement mais sûrement. D’autres quartiers vont par la suite être touchés. Le travail à effectuer est de longue haleine. Il se conjugue avec l’application des règles du code municipal d’hygiène. C’est là aussi un véritable combat à mener car il nécessite persuasion et compréhension des habitants d’Antananarivo. Il n’y a pas encore eu de campagne d’explication de toutes les dispositions qui seront prises mais cela ne devrait pas tarder. Les Tananariviens attendent de voir les résultats des actions menées par la mairie.

Patrice RABE