Les actualités Malgaches du Dimanche 21 Octobre 2018

Modifier la date
Madaplus.info0 partages

Madagascar: CAN 2019, les Bareas pourraient être privés d’Ima et de Bolida

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe sur internet. Selon un média en ligne, Faneva Ima Andriantsima et Lalaina Nomenjanahary, des pièces maitresses qui nous ont offerts la qualification à la CAN, pourraient être écartés pour la Coupe d’Afrique des Nations. Ce média en ligne de dire que cela ferait suite aux critiques qu’ils ont faites à l’endroit de la Fédération Malgache de Foot-ball.
On tient à préciser que cette information n’émane pas de la Fédération mais ce sont des journalistes qui l’auraient eu et ont décidé sortir. Face à cette situation, les joueurs se sont exprimés. Voavy Paulin, le premier buteur face au Sénégal d’affirmer que si Ima et Lalaina sont écartés, lui, il ne jouera pas non plus. « Cela n’a aucun effet sur moi, même si je ne jouerai pas la CAN » a continué Voavy Paulin. L’histoire du partage de prime a été aussi abordée par cet attaquant des Bareas, il a affirmé que les informations affirmant que c’est Faneva qui a partagé l’argent, comme bon lui semble, sont fausses. De son côté, Lalaina Nomenjanahary adresse un message à un Journaliste de Midi-Madagasikar sur son compte Facebook: “ Pour le journaliste Clément Rabary, il serait judicieux pour vous de vous faire petit, car très prochainement, la fédération qui vous paye pour vos articles mensongers ne sera plus en place. Soyez plus courageux et venez nous affronter quand nous nous croisons sur le terrain au lieu de nous fuir et sortir votre venin qu’une fois qu’on est parti ». Le joueur de Paris FC de continuer qu’il a encore une information à partager au public pour bientôt.
Madaplus.info0 partages

Madagascar: Ravalomanana a fait une démonstration de force à Ambohijatovo et Rajoelina a fait le show à...

Même si plusieurs candidats se focalisent encore sur la liste électorale et prévoient le report des élections, certains candidats comme Ravalomanana et Rajoelina et bien d’autres encore, continuent leurs campagnes électorales.
Samedi dernier, l’ancien président de la République Marc Ravalomanana a rempli le Jardin d’Ambohijatovo. C’était complètement une démonstration de force de la part du fondateur de l’empire TIKO. Les photos parlent d’elles-mêmes, une foule immense a acclamé Ravalomanana avec le fameux “alefa dada” (Vas-y Papa). De son coté, l’ancien président de la transition, Andry TGV devant une foule immense à Toamasina, continue la promotion de l’Initiative pour L’Émergence de Madagascar. Rajoelina a fait savoir ses plans pour Toamasina s’il est élu.
Madagate0 partages

Andry et Mialy Rajoelina à Fianarantsoa. Tournant décisif d’une tournée-marathon

« Sary namboarina » diront encore les incapables de faire mieux, l’ex-filoha Hery vaovao en tête. Depuis sa création en février 2001, il y a 17 ans, et dans le domaine du reportage photographique, madagate (qui n’est ni un blog ni un site mais un journal en ligne de référence), œuvre avec l’héritage léguée par Daniel Félix Rakotoseheno, alias Dany Be. Je parle, ici, du photojournalisme. C’est quoi, diriez-vous ? C’est tout simplement la mise en pratique sur terrain du constat du philosophe chinois Confucius : « une image vaut mille mots », ajouté au slogan du magazine Paris Match, en 1949 : « le poids des mots, le choc des photos », puis remplacé, en 2008, par « La vie est une histoire vraie ».

Ville d'Antsiranana, le 8 octobre 2018

Ville de Mahajanga, le 13 octobre 2018

A mi-chemin d’une campagne électorale débutée sur les chapeaux de roues dans la ville d'Antsiranana le 8 octobre 2018 (ICI, reportage photo du 13.10.2018 à Mahajanga), le candidat n°13 et son épouse ont atterri, le 20 octobre 2018, à Fianarantsoa dont la province du même nom est la plus peuplée de Madagascar, après celle d’Antananarivo. Quelques chiffres récents pour vous donner une idée :

Carte sur Wikipedia

Province d’Antananarivo :

Superficie‎: ‎58.283 km2

Densité‎: ‎102 hab./km2

Population : 5.932.607 personnes

Province de Fianarantsoa :

Superficie‎: ‎103.272 km2

Densité‎: ‎40 hab./km2

Population : 4.142.444 personnes

Bien sûr, tout le monde ne vote pas et aucun pays n’a atteint le taux de participation de 100% à une élection présidentielle. Même sous Philibert Tsiranana avec ses 98% et quelques en janvier 1972. Ce qui n’a pas empêché sa chute, 5 mois plus tard, le 13 mai 1972… Une autre histoire. Pour en revenir à ce 20 octobre 2018, c’est cette journée que nous immortalisons à travers les photos qui suivent, démontrant qu’effectivement une image vaut mille mots et que la vie est une histoire vraie. Certes, partout où Andry Rajoelina et son épouse sont passés (Nord), passent (Centre et Est) et vont encore passer (Sud puis la Capitale), le désespoir de tout un peuple trépasse.

Qu'espère faire Didier Ratsiraka à 82 balais, lui qui se plaisait à dire que ce sont les jeunes qui constituent les piliers de l'avenir de Madagascar, au temps de sa splendeur définitivement perdue ?

Cependant, la Capitale du pays des Betsileo, est une escale électorale constituant un tournant décisif d’une tournée-marathon qui aurait déjà dû avoir lieu en 2013. Actuellement, ce sont ces photos qui font peur à cette vingtaine de candidats mal barrés -avec en tête un vieux timonier, devenu un meneur (ne menant nulle part) mal embouché de 82 ans-, dont on se demande la raison réelle de leur velléité à saborder un processus dans lequel ils sont, pourtant, les premières parties prenantes. Mais, de nos jours au sein de l’intelligentsia (« avara-pianarana ») malgache, la honte (« henatra ») et l’opprobre (« baraka ») ont déserté l’esprit de ses intellectuels qui semblent ne plus supporter le poids de leurs diplômes. Pauvres d’eux et place à nos photos !

Jeannot Ramambazafy – Harilala Randrianarison

La Vérité0 partages

Report de la présidentielle et nouvelle transition - Tollé général contre la manœuvre de certains cand...

La seule idée d’un report de l’élection présidentielle et d’une nouvelle transition a suscité un tollé général auprès d’une frange non négligeable de la population malagasy. Ces éventualités ont en effet été formulées par une vingtaine de candidats à l’élection présidentielle du 7 novembre qui se sont réunis, vendredi dernier à Nanisana, au cours d’une rencontre organisée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Un « accord politique » a été signé par ces prétendants à la magistrature suprême à l’issue de la réunion durant laquelle ils évoquent la nécessité d’une réouverture de la liste électorale, la mise en place d’une Cour électorale spéciale ainsi que la tenue d’une Conférence souveraine. Des demandes dont les objectifs in fine sont de reporter la tenue du scrutin présidentiel et d’instaurer une nouvelle période transitoire dans le pays.

La démarche de ces candidats est dénoncée de toutes parts, par les politiciens, les organisations de la société civile et par les simples citoyens.  Il faut savoir en effet qu’une réouverture de la liste électorale ne peut se faire qu’en trois mois, ce qui signifie donc implicitement un report du scrutin présidentiel. En outre, la conférence souveraine prévue ce jour devrait, selon les bruits de couloirs, déboucher sur la demande de mise en place d’un nouveau gouvernement. Faut-il d’ailleurs souligner que sous les autres cieux, ce genre de conférence a souvent été à l’origine de la mise en place d’un régime transitoire chargé de faire voter une transition… Pour beaucoup, s’être acquitté de la caution de 50 millions d’ariary pour être inscrit dans la liste des candidats à la présidentielle ne donne pas le droit à ces derniers de s’ériger en parlement ou un pouvoir souverain, en changeant la Haute Cour électorale en CES et en mettant en place un nouveau gouvernement. Cela s’assimile à un « coup d’Etat », ce qu’a d’ailleurs indiqué le candidat Roland Ratsiraka. Pour beaucoup, ces candidats semblent uniquement penser à leurs intérêts personnels en voulant mettre en place une transition et en tentant d’empêcher l’alternance démocratique. Pour les observateurs avertis, si l’objectif de la rencontre était de résoudre les failles dans le processus électoral, le débat aurait dû être orienté vers la recherche de solutions techniques pour résoudre ces problèmes. Faut-il souligner que des solutions légales et applicables sont possibles. L’on évoque notamment le recours aux ordonnances sur la base de l'article 42 de la loi organique sur le régime général des élections et des référendums. Pourtant, ce qui s’est passé vendredi sort du cadre technique pour pénétrer celui de la politique. Les analystes sont nombreux à affirmer que l’accord politique de Nanisana n’est ni plus ni moins qu’un coup d’Etat en direct, puisque diffusé sur les chaînes nationales. A ce sujet, il faut noter que le Premier ministre n’aurait pas été avisé de la diffusion de cette rencontre sur les chaînes nationales, une décision prise unilatéralement par le ministre de la Communication… En tout cas, il est important de souligner qu’un accord politique ne peut pas changer le gouvernement ou se substituer à une loi pour à nouveau ouvrir la liste électorale. D'ailleurs, la HCC a déjà débouté ces candidats. Jusqu’à preuve du contraire, en tout cas, l'élection aura bel et bien lieu. Ces candidats n’ont pas le droit de confisquer le droit de tout un peuple d'élire le Président qu'il veut. Ils n'ont aucune légitimité pour empêcher la tenue de l'élection. L’opinion est loin d’être dupe par rapport à ces manœuvres qui ne profitent qu’à une poignée de personnes. La Rédaction

La Vérité0 partages

Ilafy - Avaradrano - Le PDG de l’entreprise Festival assassiné

Vendredi vers minuit, Stephane Laurin, le PDG de l’entreprise franche Festival, a payé de sa vie de façon barbare lors d’un assaut perpétré par un gang, déjà identifié. Cette scène de violence gratuite à la fois horrifiante et révoltante, s’est passée dans le domicile de la victime et sous les yeux des siens à Ilafy, dans l’Avaradrano. De source policière, les assaillants, au nombre de 7, et une fois qu’ils aient pu s’introduire chez le dirigeant d’entreprise, n’ont pas hésité à lui tirer dessus presque à bout portant. La victime s’écroule sur place. La blessure observée sur le malheureux témoigne de l’irréversibilité des impacts de la balle sur lui.

Outre l’assassinat du locataire, les agresseurs ont emporté la somme de 2 millions d’ariary ainsi que divers objets, de valeur notamment. De la façon pour qu’ils aient pu s’y frayer un passage presque sans grand obstacle, ou du moins une tentative de résistance du PDG et de sa famille, seule l’enquête menée par la Brigade criminelle permettra de la déterminer. Justement, c’est là où la question se pose à propos du gardien, car il y en avait bel et bien un. D’ailleurs, ce dernier figurerait parmi les individus suspects et interrogés actuellement par la Police. Mais en attendant de pouvoir prouver sa complicité supposée, quatre assaillants ont été arrêtés à peine quelques moments après l’alerte. La Police a mobilisé assez rapidement les limiers du Commissariat d’Avaradrano et leurs collègues de l’Unité d’intervention rapide (UIR). « Sitôt dépêchés sur place, les Forces de l’ordre ont pourchassé les assaillants. L’opération était périlleuse du fait que les malfrats ont couvert leur fuite en tirant sur les limiers. Cependant, ces derniers parvenaient à en arrêter 4 tandis que le reste a pu s’échapper», confie une source policière.Actuellement,  les 4 auteurs supposés de l’acte sont placés en garde à vue dont 2 à la Brigade criminelle d’Anosy et 2 autres au Commissariat d’Avaradrano. Selon toujours cette même source, ils seraient les membres d’une bande dans laquelle figure un certain « Rasoka ». Le concerné et ses acolytes ont été depuis longtemps recherchés par la Police pour de multiples attaques, au moins quatre, qui se sont produites à Ilafy depuis. Les recherches afin de retrouver les traces des bandits fuyards se poursuivent. Affaire à suivre !Franck Roland

La Vérité0 partages

Football- championnat national - U16 féminin Mbola Ny Aina élue meilleure joueuse

La capitaine de l’équipe d’Antsirabe, Mbola Ny Aina Franca Allicia a été désignée meilleure joueuse du championnat national U16, ce samedi. Même si le milieu de terrain a perdu la finale avec son  club du FC Prescoi Vakinankaratra face aux Maitso Volo de la Haute Matsiatra (2-0). Elle a marqué cette compétition en terminant deuxième meilleure buteuse. Elle a inscrit 4 buts dont un en demi-finale contre le SabNam Analamanga (0-1). Au classement des meilleures joueuses, elle a été devancée par l’ailier droit du club Maitso Volo de la Haute Matsiatra, Daniella Tahirinomenjanahary, avec 5 buts, qui se consolera largement avec le premier titre de championne de Madagascar du football féminin U16. Un titre couronné d’un palmarès de meilleure gardienne attribuée à Anna Fenohasina. Cette dernière a arrêté au moins cinq tirs avec une bonne parade durant la finale.  

Mbola Ny Aina Franca Allicia a commencé à jouer au football à l’âge de 7ans avec des jeunes camarades de quartiers et à l’école chez les bonnes sœurs à Antsirabe où la passion du foot est naquit pour elle. Ensuite, elle a rejoint le club 2FB Antsirabe à l’âge de 10ans avant de rejoindre la Prescoi où elle a gagné le titre de vice-championne de Madagascar à 16ans. « Le développement du football a son avenir. Je crois que d’ici quelques années nous aurons notre place au niveau international. Heureusement que ma famille me soutient dans ma passion qui m’a permise de m’épanouir dans plusieurs objectifs. Ce que je retiens du football quand on a un moral de battant, on peut tout vaincre et atteindre son but, ce qui est la victoire. Une conception qu’on peut appliquer dans la vie dans n’importe quelle domaine », exprime la meilleure joueuse du championnat. Elle a comme idole, l’international brésilien Neymar chez les hommes et l’internationale malagasy,  Sophie Irène Faranirina, qui évolue en France actuellement chez les dames. En tant que footballeuse confirmée, son club préféré est le Paris Saint-Germain (PSG).Une philosophie qu’elle pourra mettre en pratique dans ses cursus scolaires. Comme toutes jeunes filles, Mbola vient d’être admise en classe de première et comme c’est très important d’aider les autres pour elle, Mbola rêve de devenir médecin. Le  tournoi national de football féminin pour les moins de 16ans, organisé par la commission du football féminin au sein de la Fédération Malagasy de football, tire ainsi à sa fin à Carion du 11 au 20 octobre derniers. Ce tournoi a été organisé en partenariat avec UNICEF Madagascar à l’occasion de la célébration internationale de la journée mondiale de la fille.  Huit clubs issus des huit ligues régionales, à savoir, Maitso Volo (H. Matsiatra), FC Prescoi (Vakinankaratra), ASOT (Analamanga), AS3A (A. Mania), SAbNaM (Analamanga), SOS Village(Atsinanana), FC BOENY, AS JAF (A. Atsinanana). Rappelons que pas moins de 300 jeunes filles ont été mobilisées durant l’événement.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Echanges commerciaux - Renforcer le contrôle au niveau des entreprises

Libéraliser. Les échanges commerciaux, plus particulièrement l’importation, ne connaissent aucune limite probante à Madagascar. C’est pour cette raison que le contrôle après dédouanement doit être particulièrement renforcé. Et aujourd’hui, le contrôle au niveau des entreprises prend de plus en plus d’ampleur dans la chaîne de contrôle douanier. Effectivement, dans le cadre de la facilitation des échanges, l’administration douanière est dans l’obligation de réduire les contrôles aux frontières. Donc, c’est pour éviter les écarts de conduite ou que certains opérateurs en profitent que le contrôle post-dédouanement est priorisé. « Il s’agit essentiellement des contrôles en entreprise qui consistent à comparer les éléments déclarés, tels que l’espèce, la valeur, l’origine ou encore la quantité des marchandises, aux informations disponibles en dehors et chez l’entreprise, susceptibles d’infirmer ou de confirmer les éléments déclarés », explique le Service de lutte contre la fraude douanière.

Lutter contre la fraude douanière Entre fausses déclarations et sociétés fictives, les opérateurs usent de plusieurs manières pour éviter de payer les différents droits et taxes. De ce fait, conformément aux articles 53 et 54, le Service de lutte contre la fraude douanière se rapproche des détenteurs d’informations et de documents susceptibles d’infirmer ou de confirmer les éléments déclarés, ainsi que de dénoncer ces mauvaises pratiques. « Devant ces mauvaises pratiques, le service renforce depuis l’année dernière les contrôles ponctuels et procède aux contrôles tant que les marchandises peuvent encore être vérifiées même après la mainlevée », souligne un responsable auprès dudit service. Toutefois, il faut noter que le contrôle après dédouanement doit se faire dans un délai de trois ans. Le Service de lutte contre la fraude douanière se doit alors d’améliorer ses actions pour éviter de pénaliser tout le système économique par la forte présence de la concurrence déloyale. Effectivement, comme les opérateurs paient moins de taxes, leurs produits reviennent moins chers. Un vrai problème à résoudre, plus particulièrement pour assurer les bénéfices des producteurs locaux.    Rova R.

La Vérité0 partages

Premier tour !

« Premier tour de vita ! » La campagne électorale pour le scrutin du 7 novembre entame la deuxième quinzaine du mois. A mi-chemin du parcours, la course se durcit. L’écart se creuse. Un ou deux se démarquent du peloton et atteignent pleinement la vitesse de croisière. Les autres, pour la plupart, ont du mal à trouver leur rythme. Apparemment, ils s’essoufflent déjà, sinon, pour quelques -uns, on s’amuse à jouer une vilaine comédie ! Bref, il y en a même qui se trouve bloquer au ... startin g-block ! Parmi les mieux placés de cette course, le candidat n° 13 Andry Nirina Rajoelina (ANR) qui se détache nettement. Selon certains observateurs, l’éventualité de la victoire au 1er tour est réelle. Une possibilité partagée par d’éminents chroniqueurs du « Jeune Afrique ». A en voir l’allure de la campagne et l’intérêt général que l’IEM suscite, ANR a effectivement toutes les chances de l’emporter.

En dépit des obstacles créés, en cours de route, dont des placages par derrière, des bâtons jetés dans les roues, ANR poursuit sa course, imperturbable. La route, parsemée d’embûches, ne l’empêchera d’atteindre le but fixé : sauver la Grande île ! Quoiqu’on fasse, il avance allègrement vers la victoire ! Des foules immenses l’attendent à chaque rendez-vous dans n’importe quelle localité, en milieu rural ou en ville. Le candidat Orange, porte flambeau du TGV/MAPAR soutenu par une myriade de personnalités, de partis et d’associations n’éprouve aucun malaise d’affronter l’électorat. Chaque meeting qu’il organise se solde par des réussites éclatantes et sans cesse croissantes. Noir de monde, stades municipaux, terrains vagues ou autres espaces voient, à chaque rencontre, leurs superficies trop exigües pour contenir la marée humaine. Partout où ANR débarque, c’est une foule en délire qui l’accueille.  Avide de changement, les citoyens ont hâte de tourner la page. Jeunes, paysans, ouvriers, fonctionnaires, simples gens. Bref tout le monde, las de subir des absurdités du régime HVM, s’impatientent de s’en débarrasser. D’Antsiranana en passant par Nosy Be, Mahajanga, Antsohihy, Mandritsara, Manjakandriana, Imerintsiatosika, Manandriana … , partout et d’un seul bloc, on n’a pas le temps à passer pour le deuxième tour. On se presse à déboulonner ce régime maudit. Apparemment, la population veut chasser, pour de bon, les barons aux cravates bleues.   Les 25 millions d’âmes que constituent les habitants de ce beau pays, durant les cinq ans du mandat du Président démissionnaire, végètent dans une boue de misère indescriptible et intenable. Au point que Madagascar traîne parmi les cinq pays les plus pauvres du monde. Laminés par les dures conditions d’existence, du Grand Sud à la pointe Nord de l’Ile, les Malagasy aspirent au plus vite à un changement radical. Ils exigent qu’on mette fin à l’insécurité  barbare qui suffoquent et étranglent leur vie. Et tout citoyen lambda veut mettre un terme à l’emprise de la corruption. Partout, sur le territoire national, on réclamait sinon scandait le « 1er tour de vita ! » Certes, un tel succès ne laisse point indifférents les adversaires de la course. A défaut d’arrêter le cortège Orange vers la victoire, ils misent sur le report du scrutin du 7 novembre quitte à déclencher une période de transition. Une éventualité que Zandry Kely rejette catégoriquement ! Le peuple non plus n’en veut point ! Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Andry Rajoelina en campagne - Marée humaine dans les capitales Betsileo et Betsimisaraka

Malgré les manœuvres dilatoires, la tournée pour la campagne d’Andry Rajoelina continue. Samedi, l’équipe de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar a enchaîné les meetings dans le sud à savoir à Midongy Atsimo, Ivohibe, Ifanadiana pour terminer à Fianarantsoa. Lors de ces déplacements, le candidat n°13 a mis en avant ses projets phares dont la réhabilitation des routes dans toutes les régions de Madagascar à l’aide de bulldozers et de tracteurs. Dans sa vision, les routes constituent le moyen le plus rapide pour faciliter la connectivité entre les villes. Elles permettent un échange entre les citoyens et assurer la fluidité des transports des produits.  L’insécurité se situe également à la tête des préoccupations de la population dans l’ensemble du territoire national. Pour le cas du District d’Ivohibe, les « dahalo » ont fait de nombreuses victimes.

A cause de la recrudescence de l’insécurité, les femmes enceintes sont obligées de fuir les villages et d’accoucher dans les forêts. Pour venir à bout de ce fléau, le leader de l’IEM a réitéré son projet d’utilisation de puce équipée de GPS dans les bovidés et la création d’une Force spéciale anti-dahalo.  A Ifanadiana, le candidat du « Tanora malaGasy Vonona » a exposé son projet phare touchant tous les domaines de la vie sociale, entre autres, le sport, l’investissement pour les jeunes, la culture, l’élevage, l’agriculture et l’agrobusiness, l’insécurité et l’économie. Depuis 4 ans, Ifanadiana est devenu un abri des dahalo. Ce district est aussi frappé de plein fouet par le délestage. La lampe LED d’Andry Rajoelina et son système d’énergie renouvelables résoudront efficacement le disfonctionnement de la société JIRAMA et réduira le prix de l’électricité. Bientôt un Coliseum à Fianarantsoa Pour clore la journée, le président de l’IEM a visité la ville Fianarantsoa. Un énième succès du candidat n°13 qui a fait encore carton plein dans une grande  ville. Les Fianarois ont montré un soutien indéfectible à Andry Rajoelina à travers leur présence massive sur la grande place devant la Mairie de la capitale du Betsileo. Ladite place était même trop étroite pour contenir les partisans locaux du président fondateur de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar. C’est  d’ailleurs pour cette raison qu’Andry Rajoelina a annoncé la construction d’un Coliseum pour Fianarantsoa. Les travaux débuteront dès son arrivée à la tête du pays. A cette grande infrastructure s’ajoute la construction d’une usine de fabrication des lampes LED à basse consommation toujours à Fianarantsoa. L’objectif étant de résoudre le problème de délestage. Les lampes LED de 2000 Ariary assorties d’une plaque solaire seront vendues dans tout Madagascar et seront offertes aux usagers après 12 mois d’utilisation. Andry Rajoelina a aussi réitéré qu’un barrage hydraulique appelé « Namorona II » sera mis sur pied. En ce qui concerne l’éducation, le candidat au dossard n°13 entend construire des EPP, CEG et lycées aux normes à Fianarantsoa. Dans son engagement pour le développement, le candidat du parti  « Tanora malaGasy Vonona » compte bâtir des logements pour tous, confortables et à prix abordables. Les « Trano mora » seront donc transformés en « Buildings mora ». Affluence dans l’Est Ni le mauvais temps, ni la pluie n’a empêché le candidat n°13 de poursuivre son périple hier dans la partie Est de la Grande île. La visite a débuté dans la matinée à Marolambo, Anosibe an’Ala, à Moramanga pour se terminer à Toamasina. Les partisans du candidat du mouvement orange ont investi la place du Bord. Après un grand carnaval depuis l’aéroport, Andry Rajoelina et son épouse Mialy Rajoelina, accompagnés de leurs 3 enfants, ont été accueillis dans la liesse. Le candidat n°13 a annoncé des grands projets pour transformer le bord en un endroit paradisiaque à l’image des plages à l’étranger. Il a également promis de résoudre aux nombreux problèmes des habitants dont le délestage, la pénurie de riz, etc. Faire de Madagascar un monde meilleur, un modèle en Afrique est le leitmotiv d’Andry Rajoelina. Le peuple malgache est invité à participer à ce grand changement en allant aux urnes le 7 novembre prochain. La Rédaction