Les actualités Malgaches du Samedi 21 Octobre 2017

Modifier la date
News Mada801000 partages

Kitra – «Poule des As» : mitarika ny Cnaps Sport Itasy

 Efa manomboka hita taratra ny ekipa mety hahazo ny laharana voalohany, eo amin’ny lalao mandroso, amin’ny «Poule des As », hiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja baolina kitra. Mitarika vonjimaika ny Cnaps Sport Itasy.

 

Ny Cnaps Sport Itasy irery, no hany nahazo fandresena, teo amin’ny andro faharoa amin’ny lalao mandroso, hiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara «Poule des As», taranja baolina kitra. Fifaninanana notanterahina, omaly zoma, tany amin’ny kianja Ampasambazaha, Fianarantsoa.

Resin’ny Cnaps, tamin’ny isa mazava, 4 no ho 2, ny Elgeco Plus. Fihaonana tena nandrasan’ny maro. Vao nanomboka 3 mn ny lalao dia efa nampiditra baolina i Lalaina ho an’ny Cnaps. Tsy ela ny valin-kafatra fa nosahalain’i Bila, izany teo amin’ny minitra faha-9 ary mbola nampian’i Bela, tamin’ny lohany, indray teo amin’ny minitra faha-29. Tany amin’ny fanampim-potoana (45 mn + 1), vao nosahalain’i Lanto, izany. Tsy nijanona teo ny baolina matin’ny Cosfa, fa mbola nampian’i Foroche, indray teo amin’ny minitra faha-67 sy ny faha-73.

Saika nilentika ny Cosfa

Nisaraka ady sahala, 2 no ho 2, kosa ny Hzam Amparafaravola sy ny Cosfa. Sahirana ny miaramila, satria nitarika an’isa hatrany ny Hzam. Nanokatra ny isa, i Beson, teo amin’ny minitra faha-43. Nanasahala ny isa i Nono, teo amin’ny minitra faha-58, tamin’ny alalan’ny “coup franc” tsara petraka. Nahatafiditra baolina indray i Hasinantenaina, teo amin’ny minitra faha-70, ho an’ny Hzam. Teo dia efa niezaka nanidy trano ry zareo Amparafaravola. Tsy nanafika intsony, fa nandany fotoana fotsiny. Tsy nampihemotra na nahakivy ny Cosfa izany fa nanao izay ho afany ry zalahy. Nampitovian’i Ravelinot ny isa teo amin’ny minitra faha-84. Manana isa 6 ny Cnaps, raha 3 ny an’ny Elgeco Plus. 1 avy kosa ny an’ny Hzam sy ny Cosfa. Ho fantatra rahampitso alahady, izay hahazo ny laharana voalohany. Hidona amin’izany, ny Cnaps sy ny Cosfa ary ny Elgeco Plus sy ny Hzam.

Torcelin

News Mada2209 partages

Kick-boxing : Me Kelly no hitazona ny Cospn

Fantatra izao fa hitazona ny klioban’ny Cospn, eo amin’ny taranja kick-boxing ny Me Rasoanaivo Kelly, izay efa nahazo ny “grade d’expert”. Tsy olona vaovao amin’ity haiady ity, ny tenany satria anisan’ireo Malagasy voalohany, nampiditra ny taranja kick-boxing, teto Madagasikara. Efa namoaka tompondakan’i Madagasikara maro ny tenany.

Noho ny fahaizana sy ny traikefa nananany, nohafaran-dry zareo Seiseloà hampianatra tany aminy izy, nanomboka ny taona 1993. Ankehitriny, efa tonga eto an-tanindrazana ny Expert Kelly, ary hijanona amin’izay. “Ampy izay ny any am-pita fa nisafidy ny hijanona ka hanasoa ny mpiara-belona sy ny mpiray tanindrazana amin’izay aho”, hoy izy. Marihina fa ao amin’ny Dojo pénitentiaire, etsy Antanimoro no mampikotrana ny Expert Kelly. Intelo isan-kerinandro izany dia ny alatsinainy, ny alarobia ary ny zoma, manomboka amin’ny 12 ora antoandro ka hatramin’ny 1 ora folakandro. Anisan’ireo homeny kotrana, ireo mpiandry fonja rehetra, ka ny “Aérokick”  no ampanaovina azy ireo.

Torcelin

Midi Madagasikara423 partages

Funérailles nationales à Ambilobe : Rajoelina et Ravalo évitent Hery Rajaonarimampianina

Le corps du Pr Zafy sera enterré aujourd’hui dans son caveau familial à Betsiaka (Ambilobe).

Les regards sont braqués aujourd’hui sur Ambilobe où le corps de l’ancien président Zafy Albert va être inhumé dans son caveau familial de Betsiaka. Le régime HVM entend faire de cet enterrement un événement national car sauf changement au dernier moment, le président de la République Hery Rajaonarimampianina sera présent à Ambilobe. Le Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana, lui-aussi, va y conduire une forte délégation gouvernementale. Certains ministres ont même annulé des événements qu’ils devraient présider ce week-end. Une forte délégation du Parlement qui est actuellement en pleine session, sera également présente aux funérailles du Pr Zafy Albert. Le président de l’Assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy, accompagné de nombreux députés, se trouvent déjà sur place. En fait, le président Hery Rajaonarimampianina se rattrape. Le Pr Zafy Albert était décédé le vendredi 13 octobre, mais le locataire d’Iavoloha a quand même quitté le pays le samedi 14 octobre pour la Conférence économique de Rome (Italie). Le chef de l’Etat était donc absent durant les moments forts du deuil national proclamé après la disparition du Père de la démocratie. Cette absence remarquée et remarquable était fortement critiquée dans les réseaux sociaux.

Question de sécurité. Contrairement à Hery Rajaonarimampianina, les deux anciens présidents Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina seront certainement absents aux obsèques nationales d’Ambilobe. Marc Ravalomanana, après avoir toujours été aux côtés de la famille du Pr Zafy Albert durant les jours où la dépouille mortelle de l’ancien président a été veillée à Antananarivo, a rejoint hier Paris où il entend rencontrer demain ses partisans dans le cadre du 15e anniversaire du TIM. Quant à Andry Rajoelina qui était spécialement venu à Madagascar pour le décès du professeur, il est déjà rentré en France. Par contre, on ne sait pas si l’ancien président Didier Ratsiraka sera présent aux funérailles de celui qui lui avait succédé au pouvoir en 1993. D’après nos sources, la question sécuritaire figurerait  parmi les causes qui n’ont pas permis aux anciens présidents de se rendre à Ambilobe (dans le nord du pays) pour les obsèques du Pr Zafy Albert. A noter que Betsiaka se trouve encore à plusieurs kilomètres de la ville d’Ambilobe. En tout cas, la réconciliation nationale est encore loin  d’être une réalité dans le pays. Le Conseil du Fampihavanana Malagasy ou CFM qui vient d’être doté d’un bureau permanent aura du pain sur la planche. L’équipe de Maka Alphonse sera-t-elle capable de relever le défi ? Cette équipe qui n’a pas encore commencé à plancher sur les dossiers à régler pourrait-elle inspirer la confiance du peuple malgache et des personnalités politiques à réconcilier ?

EugènePartager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara230 partages

TOURISME : Des réservations annulées à cause de la peste

La cité des Fleurs reste une destination très prisée par les touristes. (Photo d’archives )

C’est la période de haute saison du tourisme surtout pour le Birdwatching en ce moment. Cependant, « des réservations des touristes ont été annulées en raison de l’épidémie de peste qui sévit dans le pays », a évoqué Eric Razafimanitra, le PCA de l’Office Régional du Tourisme de Boeny. A titre d’illustration, un établissement hôtelier dans la cité des Fleurs a enregistré 55 annulations de réservation hier tandis que trois autres établissements hôteliers ont fait état de 120 annulations de réservations. En dépit de tout cela, « d’autres réservations des touristes étrangers ont été confirmées. Ce sont notamment des touristes qui ont une fidélité sur la destination Madagascar. Ils se sont toujours bien préparés pour faire une aventure », a-t-il poursuivi.

Renouveler. En outre, « des touristes venant de Mayotte qui ont annulé leurs réservations il y a une semaine, viennent de les renouveler. D’autant plus, les vols desservant Mayotte et la Grande Ile affichent toujours complets », a-t-il enchaîné. Et parlant de la destination régionale Boeny en particulier, la propagation de la peste n’affecte pas le secteur touristique en général. Les impacts se font sentir notamment sur le Birdwatching. « Quant aux autres circuits touristiques, la demande est encore maintenue surtout pour les touristes nationaux », a conclu le PCA de l’ORTB.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara196 partages

Orange Madagascar : Lancement officiel de la 4G à Mahajanga

Le directeur général d’Orange Madagascar, Michel Degland a annoncé l’arrivée de la 4G dans la ville des Fleurs.

C’est une opportunité unique pour les entreprises malgaches, qu’elles soient petites, moyennes ou grandes, d’être présentes à l’international.

Orange Madagascar continue le déploiement de son réseau 4G dans tout Madagascar. Autrefois un centre actif d’industries de transformation, Mahajanga est aujourd’hui un haut lieu du tourisme local et est le deuxième port de Madagascar. Aujourd’hui, le Gouvernement travaille étroitement avec les autorités locales pour donner vie à l’ambition de l’Etat qui est de faire de Mahajanga une ville pilote en termes de développement. De nombreux projets sont ainsi de prendre forme, notamment dans le domaine de la cimenterie, des infrastructures et des nouvelles technologies. Des projets qui vont contribuer à créer des emplois pour les jeunes. L’arrivée de la 4G d’Orange Madagascar y est aussi une excellente nouvelle pour les opérateurs économique locaux, afin de favoriser des usages innovants. C’est également une opportunité unique pour les entreprises malgaches, qu’elles soient petites, moyennes ou grandes, d’être présentes à l’international. Le numérique leur permettra de se positionner sur la carte des entreprises de ce monde, et ainsi d’avoir une vraie vie internationale. Un véritable atout, notamment, pour le tourisme. Une cérémonie officielle du lancement de cette 4G s’est tenue tout récemment à Mahajanga, et ce, en présence du directeur général d’Orange Madagascar, Michel Degland et le ministre des Postes et des Télécommunications et du Développement Numérique, Neypatraiky Rakotomamonjy ainsi que des autorités locales.

Projet d’interconnexion. «La qualité du réseau Orange est une vraie force qui nous permet de continuer à proposer des solutions de qualité pour permettre l’intégration des nouvelles solutions numériques dans les activités des professionnels », a évoqué le directeur général. Au cours de son allocution, le Maire de Mahajanga Mokhtar Salim Andriantomanga a rappelé le chemin parcouru par la Cité des Fleurs pour être une ville modèle, et il a souligné le rôle important des technologies pour le développement. La Commune Urbaine de Mahajanga a d’ailleurs déjà été félicitée par la Banque Mondiale pour son initiative de mettre en place le système de recouvrement des taxes des marchés municipaux via le Mobile Money. Orange Madagascar et la Commune Urbaine de Mahajanga ont ainsi noué un lien d’amitiés et de partenariat qui va bénéficier durablement à la population locale. Le Ministre Neypatraiky Rakotomamonjy, a pour sa part annoncé le financement par son département ministériel du projet d’interconnexion du bureau de la mairie de Mahajanga avec ceux des fokontany. Notons que cette cérémonie de lancement de la 4G a permis à la délégation d’Orange Madagascar de saisir une occasion pour recueillir directement les besoins des clients et futurs clients en vue d’apporter les meilleures solutions pour le développement de leurs activités et ainsi offrir la meilleure qualité de service.

Vacances numériques. Par ailleurs, « dans le contexte de développement, le secteur des Télécommunications doit jouer un rôle majeur, un rôle de catalyseur afin de soutenir les efforts entrepris par le secteur privé, mais aussi par l’Etat » réitère le ministre de tutelle. Et il a continué que « le numérique ne doit exclure personne et le ministère entreprend déjà différents projets pour que la population soit bénéficiaire du projet présidentiel Numérique pour tous. Les vacances numériques que nous avons déployés en août et septembre, notamment avec Orange Madagascar, en est un exemple ».

Recueillis par Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada185 partages

Hira anaty fihirana : 40 taona namoronana Razafintseheno Myriam (Zazah)

 Mpamorona ny ampahan-kira maromaro ao amin’ny fihirana FFPM sy ny fihirana fanampiny Razafintseheno Myriam na i Zazah. Mankalaza ny faha-40 taona namoronany hira fiderana an’Andriamanitra izy ankehitriny.

Anisan’ny hira malaza ny fanevan’ny faha-150 taona nandefonana an-dRasalama martiora “Ry Andriamanitra Nahary”. Izy no namorona ny feon’io hira io tamin’ny taona 1987.

Namorona ny hira fanevan’ny faha-20 taon’ny Dorkasy foibe “Ry mpanompo mahatoky” ihany koa ny tenany.

Ankoatra izay ny hiran’ny faha-10 taonan’ny SPAA 10 “Mandehana”, ny hira fanampiny faha-18 “Afafazo”, ny hira fanampiny salamo 13 “Endre, tsara sady mahafinaritra”.

Anisan’ireo komity nanavao ny Tiona FFPM farany teo i zazah. Komitin’ny fihirana salamo (boky I) koa ny tenany.

Nahafantarana an’i Zazah ny antokom-pihira Orima sy Tomima ao amin’ny FJKM Ambatolampy  Antehiroka Fitiavana. Namoronany hira betsaka io antokom-pihira manana ny lazany io. Ao rahateo i Zazah sy ny ankohonany no manao ny fanompoana an’Andriamanitra.

Zanaka mpitandrina i Zazah ary efa tia mihira fahakeliny. Mandeha ho azy ny famoronan-kira aminy fa tsy mifidy fotoana. Matetika, miara-tonga ny feony sy ny tonony. Raisiny amin’ny finday avy hatrany izay aingam-panahy tonga na raisina an-tsoratra mba tsy ho hadino.

Anisan’ny tena fahafinaretany ny fahafaham-pon’ireo olona tamin’ny hira noforoniny. Malahelo kosa izy rehefa tsy nahafa-po ilay olona izany hira nataony izany.

Fankalazana

 “Ny lanitra sy tany ho levona fa ny teniko tsy mba ho levona” (Mat 24: 35). Lohahevitra nosafidin’i Zazah io amin’izao fanamarihany ny faha-40 taona namoronany hira izao. Hisy ny fanompoam-pivavahana  hitondrana am-bavaka ny asa famoronan-kira amin’ny alahady 22 oktobra izao, amin’ny 2 ora sy sasany, ao amin’ny FJKM Ambatolampy Antehiroka Fitiavana. Hitohy ny alahady 29 oktobra ny fankalazana amin’ny alalan’ny antsan-kira anehoan’ny antoko mpihira  sy mpanakanto ny talentan’i Zazah.

Anisan’ny hanotrona amin’izany ny Taninketsa Ezraita, ny Valiha Tory Folo, ny Feokanto, Orima sy Tomima, ny Feo Dimy, Sarah (Album Music), ny SVM, ny Riantsa, Rakotondramasy ahitana ny Dr Pauline sy Dr Lydia…. Samy haneho ny fahaizany amin’ny fihirana ny hira noforonin’i Zazah avokoa izy ireo

Ny alahady 3 desambra, hisy ny fiarahana mifaly eny Anosiala iarahana amin’ireo mpianakavin’ny finoana rehetra. Ny alahady 17 desambra kosa ny fotoam-pamaranana ka hisy ny fifaninanan-kira izay hizarana loka ho an’ireo mendrika.

Tatiana A

Midi Madagasikara153 partages

Vacances de peste : Rentrée le 6 novembre

Les grandes vacances se prolongeront jusqu’à la Toussaint. Un enième report de la rentrée scolaire qui ravit les enfants… au détriment de leurs parents qui doivent payer les frais d’écolage malgré la suspension des cours.  

Le ministère de l’Education Nationale avec les directions nationales des écoles privées de Madagascar ont décidé que les cours seront encore suspendus jusqu’au 5 novembre prochain. La décision a été prise « pour éviter la propagation de la maladie et ainsi de sécuriser les enfants ». Sont donc concernées par la décision de report de la rentrée : toutes les Zones Administratives Pédagogiques (ZAP) d’Antananarivo Renivohitra, Avaradrano et Atsimondrano ; les ZAP de la Cisco d’Ambohidratrimo, de Toamasina I, de Fénerive Est, de Maevatanana, Mahajanga I et Fianarantsoa ainsi que bien d’autres Zones Administratives Pédagogiques du pays. A cet effet, « toutes les écoles privées ou publiques sont sommées de fermer leurs portes ». Par ailleurs, « La décision se veut être une suite logique de celles déjà prises par les différents acteurs nationaux ou internationaux », a fait savoir Todisoa Andriamampandry, Directeur Général de l’Education  Fondamentale et de l’Alphabétisation (DGEFA) auprès du ministère de l’Education Nationale.

Mesures. Les cours continuent dans les CISCO et ZAP non concernées par la décision. Todisoa Andriamampandry de noter toutefois que « des dispositions strictes doivent être respectées par les écoles, publiques ou privées, ouvertes ». « Il existe un protocole pour chaque établissement non concerné par la décision », a-t-il fait savoir. Avant d’ajouter que le ministère de Tutelle, avec l’appui de l’Unicef et de l’OMS, va procéder à « des séances de renforcement des capacités des responsables de santé scolaires régionales de toutes les régions de l’île ». Devant débuter la semaine prochaine, la formation consiste dans ce cas à leur donner les outils nécessaires pour protéger les enfants contre la peste. Fait également partie des mesures prises, « la mise en place d’un comité de vigilance dans tous les établissements non touchés par le report de la rentrée ». Une façon pour le ministère de tutelle de limiter autant que possible la propagation de la maladie.

Frais de scolarité. « Tout mois commencé est complètement dû ». C’est ce qu’on peut lire dans les cahiers ou carnets de correspondance des élèves des écoles privées. Mais avec le report, toutefois compréhensible de la rentrée scolaire, de nombreux parents se demandent sur ce qu’ils doivent faire. Payer les frais de scolarité des mois non commencés ou pas, telle est la question qui se pose pour de nombreux parents d’élèves. Mieux, certains parents se demandent si les écoles privées ne devraient pas leur  rembourser les frais de scolarité déjà payés. Les avis sont partagés. Certains estiment que ce n’est pas la peine et d’autres non. Quoi qu’il en soit, la peste a chamboulé tous les programmes… scolaires ou non.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza125 partages

Basy mahery vaika ampiasain’ny malasoMitohy ny sava hao ataon’ny zandary

Ny alarobia 18 oktobra 2017 teo, tao amin'ny fokontanin'i Sahavato any Nosy Varika, raha nanao ny fikaroham-baovao

 

Tia Tanindranaza119 partages

Aferana boaderozyRaikitra ny ampamoaka

Nangingina ny raharaha fanondranana boaderozy teo aloha teo. Manomboka mifoha indray ny resaka ankehitriny.

 

 Ny azo antoka aloha, dia tsy maintsy olona manana fahefana sy mpanam-bola be vao afaka manao an’io ary efa tambajotra mihitsy. Misy tendro hifandraisany hatrany, araka izany, ireo mpanao azy ka na mety misy aza ny tsy fifankahazoan-kevitra ara-politika, dia mahay mifampiaro ihany any anaty afera na koa samy manao ny bizina ataony fa tsy mifamotika. Manomboka vaky bantsilana anefa ny resaka. Novoizina tato ho ato, ohatra, ny naha tafiditra ny mpanefoefo sady mpandraharaha Mbola Rajaonah akaiky ny filoham-pirenena, izay nambara fa anisan’ny tompon’antoka tamin’ny fanondranana ilay andramena 30 000 bolabola saika halefa tany Hong Kong Sina. Sarona tao amin’ny seranan-tsambon’i Jurong tany Singapour anefa io. Tsy any amin’ny hoe marina sa diso ny adihevitra ankehitriny fa efa miakatra any amin’ny hoe efa tena vonon-kiady sy hifamotika ve ny mpifankahalala afera, ka hifamaky bantsilana ny raharaha maizina rehetra teto amin’ny firenena satria samy nanao ? Raha jerena, ohatra, ny momba ireo orinasa fampahalalam-baovao mamoaka resaka mikasika ny mpanolotsain’ny filoha ankehitriny iray ho mpanondrana boaderozy, dia olona voatonona anarana tamin’ny raharaha boaderozy ihany no ao ambadika na tompon’ilay orinasa mihitsy, tsy iza izany fa i Mamy Ravatomanga tompon’ny Groupe Sodiat. Ny fotoanan’ny tetezamita no tena nampalaza an’io aferana boaderozy io, ka olona ambony tamin’izany no tsy afa-miala; tsy mbola nisy koa anefa ny raharaham-pitsarana mazava natao ka noho izany tsy misy ny meloka araka ny lalàna fa tombatombana no betsaka hatreto aloha. Tsikaritra amin’ny zava-mitranga ihany anefa fa misy ny fampiasana mpikarama an’ady politika amin’ity resaka boaderozy ity ka manao resabe etsy sy eroa.  Hita ihany koa fa ireo irakiraka ankehitriny dia zary lasa mpanao fitan-droa sy manao fitaovana ny fahalalana tsiambaratelo, ka mitaky volabe mba tsy hamoahana ny marina. Nisy ny olona nalaza ho mpanondrana andramena tamin’ny tetezamitan-dRajoelina, ary nisy ihany koa no nalaza tamin’ity fitondrana Rajaonarimampianina ity. Zary samy manetsika ny mpikarama an’adiny avy no ataon’izy ireo amin’izao. Samy mangina sy tsy misy mpiteny kosa ireo ambara ho tena tompon’ny afera. Re kosa anefa fa efa misy sahy mamoaka vava any ambadika any ireo olobe tononina lava amin’ity raharaha ity hoe asaivo mitory ary ry Andry Rajoelina sy ny ekipany tamin’ny tetezamita raha sahy, dia ho hitantsika eo ny fipoaky ny afera ! Izany ve no mampangina ny sasany ? Mifampiandry kendry tohana, saingy efa manomboka mipoaka ny afera maro.

Toky R

 

Midi Madagasikara117 partages

Trafic d’êtres humains : Un réseau de passeurs démantelé par la police

Le 18 octobre 2017, quatre femmes malgaches ont été arrêtées par la police à l’aéroport d’Ivato alors qu’elles s’apprêtaient à prendre un vol à destination de Guangzhou, en Chine. Les limiers du service des Enquêtes spécialisées de la Police nationale à Anosy ont décidé de procéder à cette arrestation après avoir été renseignés que ces femmes sont envoyées dans ce pays de l’Asie pour se marier avec des Chinois. La police est intervenue car ces unions peuvent être qualifiés detrafic d’êtres humains. L’enquête a révélé l’existence d’un véritable réseau de passeurs qui bénéficie de grosse somme d’argent dans cette affaire. A Antananarivo, il y a des personnes qui s’occupent de la recherche et de l’expédition de la marchandise qui sera reçue par des complices qui se chargent de la livraison à l’acheteur. Marchandise parce que l’enquête a révélé l’existence de femmes tombées dans ce piège et qui ont fini par souffrir car elles sont traitées comme des objets vendus. L’enquête a permis d’arrêter deux présumés passeurs dans la Capitale. En Chine, deux femmes seraient le cerveau de cette affaire.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune103 partages

L’héritage d’Albert Zafy

Photo : Andrianina Rajoelisoa. Copyright Présidence de la République

Le Professeur Albert Zafy sera enterré ce week-end à Betsiaka. Depuis l’annonce du décès du premier Président de la IIIème République, les hommages affluent sur les réseaux sociaux. Son bilan fut peu flatteur sur le plan économique, noirci par un cercle de conseillers aventuriers et incompétents qui l’a amené sur le chemin tortueux des financements parallèles. Son bilan fut également peu reluisant sur le plan politique, tant et si bien qu’il a fini par passer dans l’histoire mondiale comme étant un des rares chefs d’Etats victimes d’une procédure d’empêchement.

Mais là où toute le monde est unanime, c’est sur les qualités de démocrate de l’homme au chapeau de paille, et qu’il a démontrées à plusieurs reprises.

Rappelons d’abord que la crise de 1991 ne fut pas un coup d’Etat, car la Convention du 31 octobre 1991 maintenait Didier Ratsiraka comme Président de la République durant la Transition. C’est tout à l’honneur du Professeur Albert Zafy et de l’opposition de l’époque, qui ne se sont pas fourvoyés dans des méthodes de voyou politique et sans éducation comme en 2009.

Son comportement face à son empêchement en fut sans doute la plus belle manifestation. Un autocrate aurait pu dissoudre l’Assemblée nationale avant le vote des députés, corrompre les juges de la Haute cour constitutionnelle, organiser des troubles, financer une mutinerie, ou tenter de créer des mouvements de rue. Il aurait même pu procéder à un coup d’Etat institutionnel en suspendant les institutions, ou en déclarant l’état d’urgence afin empêcher l’aboutissement de la procédure. Au lieu de s’engager dans ces comportements tortueux, il a laissé la procédure aller jusqu’à son terme, et très dignement, a cédé la place à Norbert Lala Ratsirahonana pour une courte transition.

Il s’est ensuite présenté aux élections présidentielles de 1996, qu’il a perdues au second tour face à Didier Ratsiraka. Là encore, il aurait pu appeler ses partisans à descendre dans la rue sous prétexte de fraudes, et à monter des Komity miaro ny safidim-bahoaka bidons comme le font les mauvais démocrates. Mais là encore, il a très dignement accepté sa défaite.

Dans ces deux cas de l’empêchement ou de la défaite, peut-on imaginer un instant comment aurait réagi quelqu’un ayant le tempérament de Tsiranana, Ratsiraka, Ravalomanana, Rajaonarimampianina, ou encore pire, Rajoelina ? Car derrière les déclarations lénifiantes où chacun d’entre eux s’est proclamé démocrate, leurs actes dans le domaine valaient mieux que tous leurs discours. Et s’il fallait noter leur comportement par rapport aux principes démocratiques, ils n’auraient pas de bilan reluisant : manipulations électorales, répressions musclées, sinistre police politique, coup d’Etat, NOTAM, utilisation de casseurs de meeting lors de manifestations de l’opposition en 2003, violations de la Constitution, Code de la Communication imposé mais décrié etc. Tout ceci a constitué une zone grise de la démocratie, où derrière des vitrines prometteuses, la réalité est beaucoup plus amère. Un peu comme ces belles plages vantées par l’industrie touristique, alors que la gestion de la crise de la peste montre jour après jour des responsables dépassés par les évènements, et dont le ridicule est accentué par des déclarations continuellement démenties par les faits d’épidémie « sous contrôle ».

Parenthèse illusoire.

Depuis 2002, le Professeur Zafy avait fait de la réconciliation nationale son cheval de bataille. Toutefois, dans ce domaine il fut snobé par Marc Ravalomanana, méprisé par Andry Rajoelina, et ignoré par Hery Rajaonarimampianina. Aucun autre que lui aurait mieux mérité d’être à la tête de ce Conseil du fifampihavanana qui vient d’être mis en place. Je retiens ses efforts pour contribuer aux différentes réunions de Maputo durant la Transition ; de cet affront à l’aéroport d’Ivato quand il ne put embarquer dans l’avion spécial (faute de place) alors que la SADC l’avait convié à une de ces innombrables réunions de médiation à l’extérieur ; et surtout de cet épisode où il avait comparé Andry Rajoelina comme un enfant de 10 ans à cause de son comportement immature à Maputo. [1]

Toutefois, quels que furent les divergences politiques du Professeur Albert Zafy avec ceux qui ont eu à diriger l’Etat malgache après lui, les comportements du Président Ratsiraka, du Président Ravalomanana et de Monsieur Rajoelina lors des différents évènements liés au décès du Président Zafy ont été appréciables. Marc Ravalomanana lui avait même déjà rendu visite à l’hôpital avant son évacuation. On salue également le comportement du gouvernement qui a pris en charge l’évacuation du malade vers la Réunion, puis le rapatriement du corps, et enfin organisé un deuil national qui a quand même plus de sens que certains connus par le passé. [2] A titre posthume, le Professeur au chapeau de paille a donc fini par réunir à sa manière les leaders des fameuses « quatre mouvances » et le régime actuel. Même si ce fut momentané, et même si c’est un peu tard.

Depuis le retour à l’Indépendance, seul Albert Zafy a mérité le titre de démocrate parmi les Chefs d’Etats. Sa simplicité, son humilité et son intégrité seront des caractéristiques qui resteront. Quant à son héritage politique, la mise en place de cette démocratie pour laquelle il avait combattu n’a pas donné les résultats qu’il escomptait, malgré les risques qu’il a pris.

En 1994, un de ses proches conseillers, Jaona Ravaloson avait écrit ceci : « Au moment où, dans plusieurs pays, la transition démocratique renouvelée et redynamisée par le discours de la Baule patine, la réussite du cas malgache pourrait-elle lui donner un second souffle et une nouvelle jeunesse, selon la désormais classique théorie des dominos ? Dans tous les cas, Madagascar a apporté sa brique à la construction d’un nouvel ordre mondial, celui né des cendres de la guerre froide et de la décomposition de l’ex-empire soviétique » (Ravaloson, Transition démocratique à Madagascar, 1994, p. 127).

L’empêchement du Professeur (1996), puis la succession de deux coups d’État dans les années qui ont suivi montrent que l’avancée permise sous Albert Zafy (1993 – 1996) dans le processus de démocratisation du pays n’a été qu’illusoire. Cette parenthèse n’a pas permis de transformer l’essai en consolidant les acquis obtenus après la crise de 1991. Faut-il encore se demander pourquoi ?

Midi Madagasikara81 partages

HVM – TIM : Rivo Rakotovao sur les traces d’Yvan Randriasandratriniony

Jusqu’où iront les similitudes entre leurs parcours ?

L’histoire est un perpétuel recommencement. Tout particulièrement sur le plan politique avec le parcours de l’actuel président national du HVM qui rappelle par bien des côtés, celui de son ancien homologue du TIM.

Rivo Rakotovao était le numéro Deux dans le premier gouvernement de la Quatrième République. Il devait être relégué par la suite au second rang et changer même de portefeuille, en passant de super-ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement à celui de l’Agriculture et de l’Elevage. Et ce, tout en restant rattaché ou attaché (c’est selon) à la Présidence, c’est-à-dire à Hery Rajaonarimampianina qui vient de le nommer au sein de la Chambre haute.

Précédent. Même si c’est à titre de complément d’effectif consécutif à la démission d’Ahmad, on imagine mal le président national du HVM siéger en qualité de simple sénateur parmi tant d’autres dans les travées de l’Hémicycle d’Anosikely. Difficile de croire également que le chef des « cravates bleues » puisse devenir vice-président parmi cinq autres, quoiqu’il y ait eu un précédent du temps de Marc Ravalomanana avec Solofo Razoarimihaja qui était numéro Deux ex aequo à l’Assemblée nationale, en dépit de sa place de numéro Un du TIM.

Parcours inverse. En fait, le parcours de Rivo Rakotovao ressemble plutôt à celui de l’autre ancien président national du TIM, en l’occurrence, Yvan Randriasandratriniony. A la seule différence que ce dernier avait fait le parcours inverse en quittant l’Agriculture et l’Elevage pour passer au ministère rattaché à la Présidence chargé de la Décentralisation et de l’Aménagement du Territoire. Il avait ensuite poursuivi son ascension jusqu’à la présidence de la Chambre haute. Un perchoir sur lequel Rivo Rakotovao pourrait logiquement monter la semaine prochaine pour « exercer les attributions présidentielles courantes » en 2018, au lendemain de la démission de l’actuel locataire d’Iavoloha qui brigue certainement un second et dernier bail de 5 ans.

Mauvais …tour. Quand bien même la HCC pourrait toujours, c’est le cas de le dire, interpréter en faveur du régime en place, ce que le constituant entend par « attributions présidentielles courantes », le HVM préfère visiblement prendre ses précautions, pour être à l’abri d’un mauvais …tour aux élections présidentielles. La question qui se pose est de savoir jusqu’où iront les similitudes entre Rivo Rakotovao et Yvan Randriasandratriniony. On se souvient que le second a vu son mandat écourté en 2009. En revanche, le sort du premier sera lié à l’issue de la prochaine course à la magistrature suprême. En attendant, les bookmakers en pari politique voient le jockey en casaque bleu portant le dossard °1, franchir la semaine prochaine la ligne d’arrivée de la course à la présidence du Sénat, sinon sa nomination à Anosikely ne serait pas une ascension mais de la relégation.

R. O

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara78 partages

Farafangana : Zandary iray maty voatifitra, notapahin-doha ny rainy

Ankoatra ireo tany Maevatanana, Betroka ary Amparafaravola dia fantatra ihany koa izao fa nisy zandary iray, izay namangy ny fianakaviana no maty notifirin’ny jiolahy tany amin’iny distrikan’i Farafangana iny. Ny alakamisy lasa teo, raha  tonga nitsidika ny rainy tany Bevoha, ao amin’ny fokontany Manatsara, eo amin’ny iray kilaometatra miala ny kaominina ambonivohitr’i Farafangana, ny zandary iray no nisy nanafika tampoka tao amin’io tokantrano io. Efa-dahy ireto olon-dratsy ireto, raha ny fampitam-baovao azo avy amin’ny zandarimariam-pirenena, izay nitondra basim-borona. Mbola teo am-pisakafoana ireto mpianakavy ireto no nanao amboletra niditra ireto mpanafika. Tsy nisy alaharo alaharo teo fa avy hatrany dia niantefa teny amin’ny tendan’ilay rangahy lehibe ny antsy, nanapaka izany ankitsirano. Maty tsy tra-drano ity raim-pianakaviana ity. Teo noho eo ihany, tsy navelan’ireto olon-dratsy nikofoka akory ilay zandary fa avy hatrany dia niantefa teny aminy ny basy. Voa teo amin’ny lohany ihany koa ity zandary mitondra ny grady «GPCE» ity ary namoy ny ainy avy hatrany. Raha ny loharanom-baovao hatrany dia mbola nisy olona roa hafa tao amin’io tokantrano io saingy tsy nataon’ireo olon-dratsy n’inona n’inona. Tsy nisy afa-tsy « lecteur » sy « panneaux solaire » no nalain’ireto mpanafika tao an-trano ary nanao tari-dositra nitsoaka izy ireo nony vita ny asa ratsiny. « Nandre ny zava-nitranga ny zandary tao Farafangana ka nidina avy hatrany teny an-toerana ary nanao ny fikarohana, saingy efa tsy tratra ireo jiolahy ». Noraisin’ireo zandary avy ao amin’ny vondron-tobim-pileovana Atsimo Atsinanana avy hatrany moa ny raharaha amin’ny fikarohana ireto olon-dratsy nahavanon-doza.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara67 partages

Kidnapping : Sôly, Ram’s et son épouse, wanted

21Hier, la brigade criminelle de la police nationale à Anosy a apporté des précisions sur Bôly, le bandit objet de l’avis de recherche publié dans notre édition du vendredi 20 octobre. La police rapporte que d’après les investigations, Bôly est un ami de Rakotoarimanana Pierre Joseph dit Ram’s qui fait partie de l’équipe de Sôly un bandit tristement célèbre en matière de kidnapping. En effet, le mois d’août dernier, la brigade criminelle a déjà lancé un avis de recherche à l’encontre de Ram’s et son épouse appelée Raharinirina Olivia Jenny et cela reste encore valable jusqu’à ce jour. Ce couple court toujours après s’être enfuit de son domicile à Anosiavaratra en abandonnant ses trois enfants sur les lieux. Sôly et Ram’s sont déjà passés à Tsiafahy. Inculpé dans une dizaine d’affaire de kidnapping, Sôly a séjourné à Tsiafahy durant la deuxième moitié de l’année 2015. En effet, fortement recherché également il devrait être concerné dans les affaires impliquant Bôly.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza60 partages

Razafintseheno Myriam (Zazah)40 taona namoronana ny hira fiderana

Mpamorona ny ampahan-kira maromaro ao amin’ny fihirana FFPM sy ny fihirana fanampiny Razafintseheno Myriam na i Zazah.

 

Pati

 

 

 

Midi Madagasikara60 partages

Présidentielle 2018 : Un Pacte de non agression entre candidats

Face à l’évolution de la situation politique sur le terrain actuellement, engendrée notamment par les attaques mutuelles et les coups bas entre les forces politiques, bon nombre d’observateurs restent pessimistes quant à l’issue de l’élection présidentielle de 2018. Plus d’un estiment qu’une nouvelle crise postélectorale n’est pas à écarter. Pour prévenir une éventuelle contestation des résultats et pour éviter un « sakoroka » avant, pendant et après les scrutins, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) envisage d’encourager les parties prenantes aux élections à signer une convention. Une sorte de Pacte de non agression entre les candidats. Selon une source bien informée, Alarobia a déjà finalisé l’élaboration d’un projet de convention. Une démarche aurait également été déjà faite auprès des acteurs politiques. Même si l’adhésion à ce Pacte ne sera pas obligatoire, de nombreux partis politiques et des candidats potentiels auraient déjà accepté de signer ce document qui, selon notre source, « n’a rien à voir avec le Code électoral mais dont l’élaboration est nécessaire pour éviter les affrontements ». D’après les explications, cette convention encouragera, entre autres, les candidats et leurs partisans à ne pas se verser dans des attaques mais de favoriser la sensibilisation des électeurs par rapport à leur projet de Société durant la période de campagne électorale. Une requête qui ne risque pas d’être respectée lors de la Présidentielle de 2018 vu le comportement actuel de certains politiciens. Du côté de la CENI, l’on attend que le Code électoral soit adopté pour convoquer tous les acteurs du processus électoral à signer cette convention.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza56 partages

Miaramila mivangabao any FrantsaMandray karama tsy tapaka

Misy miaramila tsy fantatra mazava na mbola miasa eo anivon’ny tafika Malagasy na tsia intsony amin’izao fotoana, saingy mbola mandray karama tsy tapaka raha ny vaovao azo.

Toky R

 

News Mada55 partages

Antananarivo : la réfection des rues à la traîne

La réfection des routes à Antananarivo a tout juste commencé. Bien que quelques axes aient été réhabilités, l’approche de la période des pluies laisse sceptiques les usagers de la route dans la capitale.

La réfection des routes à Antananarivo a débuté en septembre dernier. Des travaux sont achevés dans un certain nombre d’axes. Mais beaucoup reste à faire vu l’état des routes dans la capitale. De leur côté, les habitants de la capitale restent sceptiques à l’approche de la période des pluies. Quelques travaux ont beau être réalisés chaque année, cela apporte peu au désengorgement de la ville.

Les travaux d’entretien et de réhabilitation du côté de Tsimbazaza, Ankadifotsy, Antanimena, Andravoahangy et Besarety qui ont débuté le mois dernier sont achevés actuellement, d’après le ministère des Travaux publics. La réception des travaux du côté de Vasakosy, notamment, près du stationnement des taxis-brousse, portant sur la rénovation des pavés, a été faite, hier.

Perturbation de la circulation

Par ailleurs, l’enrobage de la chaussée reliant Antanimenakely à Itaosy pour le désengorgement de la circulation du côté d’Anosizato et Ampasika fait partie des travaux en cours durant ce mois. En effet, les habitants d’Itaosy ont longtemps déploré le mauvais état de cette portion de route, entraînant d’importantes perturbations de la circulation, notamment, durant les heures de pointe. La réception provisoire des travaux de cette chaussée s’est également déroulée, hier. La réhabilitation s’étalera jusqu’au mois novembre, d’après les techniciens au niveau du ministère des Travaux publics.

Alors que les prospections sur les routes à réhabiliter d’urgence à Antananarivo ont été réalisées au mois de janvier de cette année, les travaux n’ont réellement commencé qu’au mois de septembre. Il faudra donc encore que les habitants à Antananarivo s’arment de patience avant de profiter de routes fraîchement réhabilitées, loin des embouteillages monstres qui présentent un réel facteur de blocage à toutes les activités dans la capitale depuis maintenant quelques années.

Riana R.

Midi Madagasikara43 partages

Mi-ritsoka production : Annulation du concert de Lalatiana et remboursement des tickets !

Mi-ritsoka production a finalement décidé d’annuler le concert de Lalatiana.

Aucune autre issue possible. Annoncé comme reporté, le concert de Lalatiana au Palais des sports va finalement être annulé pour de bon. Tous ceux qui se sont déjà procurés leurs tickets pour ce qui devait être un moment inédit, seront remboursés.

Grande déception pour les inconditionnels de Lalatiana ! Mi-ritsoka production et Lalatiana ont décidé d’un commun accord d’annuler le concert prévu au Palais des sports, après un premier report. « Nous sommes les premiers désolés pour cette annulation mais on ne peut nous soustraire à ce qui a été décidé. Comme il a été décrété par le Gouvernement, toutes réunions ou manifestations publiques, pour des raisons sanitaires, sont interdites jusqu’à nouvel ordre. Nous avons donc été, à notre grand regret, dans l’obligation d’annuler complètement le concert », déplorent la chanteuse et Mi-ritsoka dans un communiqué. Musiciens et choristes ainsi que l’équipe de Mi-ritsoka ont cependant travaillé d’arrache-pied pour faire de cet évènement un succès. La situation ne s’est malheureusement pas améliorée. Mi-ritsoka, comme d’autres organisateurs, doivent donc en subir les conséquences.

Remboursement. Malgré les pertes que vont devoir essuyer les organisateurs, ils ont décidé de rembourser tous ceux qui se sont déjà procurés leurs tickets. La campagne de communication avait effectivement déjà commencé quand l’existence de la peste s’est avérée et que l’interdiction de manifester a été annoncée. Les prestataires ainsi que tous les frais afférents au matraquage et communication ont déjà été payés. Malgré la perte qui s’élève à plus de 100 %, les organisateurs ont quand même tenu à honorer la confiance que le public avait placée en eux. « A partir du 23, jusqu’au 28 octobre, les gens peuvent donc rapporter leurs tickets et demander à être remboursés au Super Music Analakely ». Une grande déception, autant pour les fans de Lalatiana que pour les organisateurs et la chanteuse mais… la santé avant tout !Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara42 partages

Des Malgaches prêts à faire face à l’épreuve de la peste

L’épidémie de peste s’est maintenant bien installée dans le quotidien des Malgaches. Ces derniers ont fini par accepter l’inéluctable. Les jours de cette semaine ont été rythmés par l’annonce quotidienne du chiffre du bilan fait quotidiennement  par le BNGRC. Après la panique des premiers jours, les citoyens ont fini par se raisonner et affronter courageusement la situation. Aujourd’hui, ils sont informés de l’évolution de la maladie et suivent les recommandations des autorités sanitaires. Ceux qui présentent les symptômes de la  maladie sont tout de suite pris en charge par le personnel médical et reçoivent un traitement adéquat. Sans faire preuve d’un optimisme exagéré, on peut dire que les efforts des autorités sanitaires commencent à porter leurs fruits. L’organisation de la lutte contre l’épidémie de peste est plus rationnelle, les moyens sont utilisés à bon escient. Cependant, on n’est pas encore sorti de la zone dangereuse. La population doit encore rester sur ses gardes et suivre toutes les recommandations qui leur sont  faites.

Les Malgaches ont rendu un hommage respectueux au professeur Zafy Albert. Nombreux sont ceux qui sont venus s’incliner devant son cercueil au Palais des sports. La classe politique a unanimement salué ce grand homme d’Etat, qualifié de père de la démocratie malgache. La dépouille a été transportée par route à Ambilobe où auront lieu aujourd’hui les obsèques.

Les affaires nationales suivent leur cours. Les débats sur le projet de révision constitutionnelle semblent avoir déserté la scène politique. Le régime qui était seul contre tous paraît en avoir abandonné l’idée. La nomination du président du parti HVM au poste de sénateur laissé vacant par Ahmad devenu président de la CAF n’a pas surpris outre mesure certains analystes qui ont annoncé, bien avant, l’élaboration d’une nouvelle stratégie du pouvoir pour ne pas être gêné par certains articles de la constitution. Pour le moment, aucune information ne filtre du côté des cadres du parti, mais la réception de Rivo Rakotovao en grande pompe, lundi prochain, est significative à plus d’un titre.

Sur le plan international, la défaite  de DAESH semble être consommée avec la reprise par les armées irakienne et syrienne de ses deniers bastions. Les analystes ne croient pas à une disparition totale de l’organisation terroriste qui, disent-ils, est en train  de se réorganiser et de mettre en place une nouvelle stratégie. La menace d’attentats est toujours pendante et les pays qui combattent l’internationale terroriste doivent rester sur le qui-vive. Si on en doutait, l’attaque terroriste au camion piégé  qui a eu lieu à la fin de la semaine dernière à Mogadiscio est là pour le rappeler. Elle a fait 130 morts et plusieurs centaines de blessés. Bien qu’elle n’ait pas été revendiquée, les autorités somaliennes pointent du doigt les shebab, lkiés à Al-Qaida.

L’Espagne est suspendue à l’évolution de la situation en Catalogne. Le bras de fer entre les autorités régionales et le pouvoir central continue. Le Premier ministre espagnol Rajoy a menacé de faire voter par le parlement l’application de l’article 155 de la constitution prévoyant  la suspension de l’autonomie de la Catalogne. Personne, cependant, ne veut  déclencher l’irréparable. Un accord entre le Premier ministre et le PSOE prévoit la tenue d’élections en Catalogne au mois de janvier.

La population malgache semble avoir accepté avec une certaine sagesse l’existence de cette épidémie de peste. Elle commence à vivre cette menace avec philosophie et organise sa vie quotidienne de la manière la plus rationnelle possible. Elle fait preuve, encore une fois, de sa capacité d’adaptation aux épreuves qui surviennent. Les Malgaches sont prêts une fois de plus à y faire face.

Patrice RABE

Midi Madagasikara42 partages

Pesta eto Toamasina : Tsaho « vakisinin’ny pesta », natsahatra ny fitsaboana ireo havan’ny marary

“Faly tena faly izao ireo andian’olona nanely ilay tsaho mikasika ny vakisinin’ny pesta natao an-tery teny amin’ny fokontany izay nitondrana mpitandro ny filaminana, satria nahomby ny haratsiam-panahiny sy ny faniriany ny Malagasy ho fatin’ny pesta eny amin’ny fokontany eny”. Izay no nambaran’ireo mpikamban’ny komity misahana ny pesta eto Toamasina; satria nanomboka ny alakamisy teo nivoahan’ilay “tsaho” dia natsahatra avokoa ny fidinan’ireo mpitsabo sy ireo mpiasan’ny fahasalamana ary ireo mpanetana isam-pokontany, amin’ny fandrarahana fanafody sy fitsaboana ireo havan’ireo mararin’ny pesta niditra hopitaly eny amin’ny fokontany misy azy. Manahy ny ainy ireto mpiasan’ny fahasalamana ireto noho ny fokontany sasany efa manao fiambenana amin’ny antsy be sy vatan-kazo an’ireo ambarany fa mpitsabo manao ity vakisinin’ny pesta tsy misy akory ity. Noho io fitsaharan’ny fanomezana fanafody sy famendrahana fanafody amin’ny havan’ireo voan’ny pesta io anefa dia atahorana hiteraka trangan’aretina hafa indray atsy ho atsy, ka ahiahiana hirongatra indray ny valan’aretina pesta raha efa manomboka voafehy izany ankehitriny, raha ny tarehimarika farany azo no jerena. Roa andro teo izao, ny alarobia niisa 02 sy ny alakamisy, niisa 03 sisa ireo marary namonjy hopitaly fitsaboana ny pesta. Ny fianakavian’ireo marary ireo anefa izao mila fitsaboana ara-panafody ary mila famendrahana fanafody koa ny trano sy ny tananan’izy ireo, nefa izao natsahatra izany satria manahy ny ainy ireo mpitsabo. Vokatr’ity olana ity dia nisy ny famoriana haingana ireo filoham-pokontany sy ireo lehibe na “Carreau” samy hafa misy eto Toamasina, nataon’ny prefen’i Toamasina sy ny talem-paritry ny fahasalamana atsinanana ary ny faritra atsinanana omaly misandratra andro, tao amin’ny lapan’ny prefektiora tao Mangarano II. Ilaina mantsy ny fanampian’ireto filoham-pokontany sy lehibe na “Carreau” ireto mba tsy hisy indray ny valan’aretina goavana vao hifanome tsiny amin’ity resaka pesta ity. Ankoatra izay dia fantatra ihany koa izao fa mpitsabo roa avy any Toamasina II avy naka vakisiny tahaka ny fanaon’izy ireo izay ilainy any amin’ny CSB II ao Toamasina II niisa 02, iray tao Ambolomadinika, ny faharoa tao Andranomadio, no nosamborin’ny mpitandro ny filaminana sy voadaroky sy voatora-baton’andian’olona ny alakamisy teo. Nefa amin’izao aretina pesta izao dia mpitsabo efa mihoatra ny 30 no voany nefa tsy maintsy niasa hatrany araka ny baikon’ny fanjakana. Natsahatra fotoana fohy ihany koa ny asan’ireo tanora mpanisa vahoaka eto Toamasina mba hiarovana ny ain’izy ireo noho ilay “Tsaho” mikasika ity vakisinin’ny pesta ity, izay tsy misy akory.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara37 partages

Besarety : Lehilahy avy niasa maty voatsatok’antsy

Notsatohana antsy ary rehefa namoy ny ainy dia navela fotsiny teo anelakelan-trano. Omaly maraina no hita nitsiatra ilay razana. Raha ny fanamarihana azo dia avy niasa io lehilahy io ary hamonjy ny tokantranony. Heverina ho raim-pianakaviana ary manodidina ny 40 taona, raha araka ny filazan’ireo nahita. Tsy nisy taratasy nahafantarana azy kosa teny aminy. Mbola hita tao anatin’ny vatany ny tapak’ilay antsy nanindronana azy. Hatreto dia heverina fa nisy nanendaka ity lehilahy ity ary mety nisy ny fifanoherana izay tonga tamin’ny fahafatesany. Na izany aza anefa toa mampanahy ihany izany fijery izany rehefa tsy nisy nipika firy ny akanjo teny an-kodiny. Nanao pataloa « jeans » izy ary mbola tsy nipika koa ny « blouson cuir » izay teny aminy. Isan’ny toerana hanjakan’ny tsy fandriam-pahalemana iny Besarety sy ny manodidina azy iny ary tsy vao izao akory izany. Be loatra ny elakelan-trano izay hahafahan’ireo olon-dratsy mitsoaka ary lasa manamora ny asan’izy ireo izany. Isan’ny matetika fitsoahan’izy ireo ilay mizotra mankany amin’ny fasan’Anjanahary izay indraindray dia toerana fizaran’ireo olon-dratsy izay entana na vola azo. Midika izany rehetra izany fa tsy misy afa-tsy ny andrimasom-pokonolona ihany na koa ny fiaraha-miasan’ny mpitandro ny filaminana amin’ny vahoaka no vahaolana amin’ny ady amin’ny jiolahy. Raha misy olona miambina isaky ny elakelan-trano dia inoana fa tsy afaka ny hitsoaka any intsony ireo mpanao ratsy. Mitombo arak’izany ny mety hahazoan’ny mpitandro ny filaminana azy ireo raha tsy maintsy mandeha eny amin’ny arabe.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara36 partages

Agriculture et sécurité alimentaire : La chenille légionnaire d’automne, une épée de Damoclès pour...

Les dégâts causés par la chenille légionnaire d’automne.

Les organismes nuisibles sont à l’origine de pertes importantes sur les récoltes, compromettant la sécurité alimentaire dans certaines régions du globe. La chenille légionnaire d’automne en fait partie, dévastant jusqu’à plus de 70% des récoltes des champs de maïs dont dépend la sécurité alimentaire de plus de 200 millions d’Africains.

La présence de la chenille légionnaire d’automne (Spodoptera frugiperda) est déjà confirmée dans une trentaine de pays d’Afrique depuis 2016 où sa présence a été signalée en Afrique occidentale : Nigéria, Sao Tomé-et-Principe, Togo, Bénin. Depuis, elle n’a cessé de se propager en sévissant début 2017 dans une vingtaine de pays africains : Angola, Botswana, Burundi, Côte d’Ivoire, RDC (République démocratique du Congo), Éthiopie, Ghana , Kenya, Malawi, Mozambique, Namibie, Niger, Rwanda, Sierra Leone, Afrique du Sud, Tanzanie, Ouganda, Zambie et Zimbabwe. Les récoltes – principalement de maïs, mais l’insecte se nourrit aussi de blé, de riz, de sorgho, aliments de base en Afrique australe – ont été détruites massivement en quelques mois. La légionnaire d’automne (« automne » fait référence aux habitudes alimentaires de cette chenille originaire d’Amérique où c’est en automne qu’elle fait le plus de ravages) peut causer jusqu’à 70% de pertes de récoltes.

Danger permanent. Pour l’instant, Madagascar semble être épargnée, sa présence dans la Grande Ile n’ayant pas encore été signalée, du moins, officiellement. Elle est, cependant, une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes, car le danger est permanent. Une éventuelle introduction de cette espèce pourrait s’avérer dévastatrice pour l’agriculture locale, déjà soumise à diverses pressions. En effet, l’ennemi est plutôt coriace. Les pesticides habituellement utilisés pour d’autres insectes nuisibles sont inefficaces sur cette espèce. Les pesticides qui permettent de l’éliminer ne sont efficaces que lorsque les larves sont encore très petites et qu’elles n’ont pas encore causé de dommages visibles sur les plantes. Après cela, il n’y a plus grand-chose à espérer. Les œufs, regroupés et recouverts d’écailles, rend difficile le traitement. Au stade larvaire, la légionnaire d’automne est déjà d’une nuisance extrême. Une fois devenue papillon, elle l’est davantage car peut voler au-delà de 100 km et se reproduit à grande vitesse, d’où les ravages extrêmement importantes qu’elle occasionne.

Prix mondial de l’alimentation. Afin de lutter contre cet ennemi redoutable qui compromet la sécurité alimentaire en Afrique, plusieurs pays se sont déjà concertés pour lutter contre le fléau, avec la participation d’organismes œuvrant dans le domaine de l’agriculture et de l’alimentation, notamment la FAO. Cette semaine, trois experts parmi les plus reconnus au monde en matière d’agriculture, et ayant déjà remporté le Prix mondial de l’alimentation, se sont exprimés en lançant un appel à une action concertée, rapide et à grande échelle pour lutter efficacement contre la légionnaire d’automne. Le président de la Banque africaine de Développement (BAD), Adesina Akinwumi, à qui est attribué le Prix mondial de l’alimentation 2017, remis avant-hier à Des Moines, capitale de l’Iowa, aux Etats-Unis, a déclaré : « Le légionnaire est un danger manifeste et bien réel… Nous avons besoin de mesures urgentes pour soutenir l’Afrique, afin de vite éradiquer cette vraie menace à sa sécurité alimentaire ». Pour sa part, le lauréat du Prix mondial de l’alimentation en 2013, Robert Fraley, vice-président exécutif et directeur de la technologie chez Monsanto (entreprise américaine spécialisée dans la biotechnologie agricole), a souligné que la possibilité de riposte existe dans la mesure où la légionnaire d’automne est présente depuis longtemps en Amérique du Nord et que des scientifiques et producteurs ont réussi à endiguer sa propagation. « Nous avons les stratégies pour détecter l’insecte très tôt, pour arrêter sa propagation et pour identifier les variétés de cultures qui lui résistent le mieux. Les organismes qui luttent contre la faim dans le monde doivent investir les ressources nécessaires pour le faire », a-t-il lancé. Pedro Sanchez, pédologue au « Institute of Food and Agricultural Sciences » de l’Université de Floride et lauréat 2002 du Prix mondial de l’alimentation, a quant à lui avancé que « stopper l’avancée du légionnaire d’automne est l’objectif suprême auquel nous pouvons dédier le Dialogue de Borlaug de cette année ». Le « Dialogue de Borlaug » est le symposium qui se tient à l’occasion de la remise du Prix mondial de l’alimentation. Lauréat du prix Nobel de la paix en 1970 et créateur du Prix mondial de l’alimentation, Norman Borlaug est connu pour avoir mis à profit les progrès accomplis dans l’agriculture et ainsi sauvé un milliard de vies humaines.

Recueillis par Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara35 partages

BOA Madagascar : Crédits à conditions très avantageuses pour le personnel de la « Paositra Malagasy »

La convention de partenariat a été signé entre Othmane Allaoui, DG de la BOA Madagascar et Stéphanoël Razafimanantsoa, DG de la PAOMA.

Désormais le personnel de la « Paositra Malagasy » pourra réaliser des projets grâce aux offres de crédit proposées par la BOA Madagascar

BOA Madagascar joue parfaitement son rôle de banque universelle en cherchant constamment à mettre à la disposition d’un maximum de cible, des produits et services bancaires adaptés aux besoins spécifiques.

Convergence de vue

C’est encore le cas, avec la convention de partenariat signé avant-hier entre la BOA et « Paositra Malagasy ». Fruit d’une convergence de vue et d’intérêts entre les deux entités, ladite convention consiste à offrir au personnel de la PAOMA un Pack Fonxionaria. Il s’agit d’une offre qui se distingue par des conditions préférentielles, notamment un taux d’intérêt réduit. « C’est un taux d’intérêt extrêmement avantageux » a  souligné  Stéphanoël Razafimanantsoa, Directeur Généra de la PAOMA. Une aubaine, en somme pour les agents et cadres de la PAOMA puisque ces réductions s’appliquent sur de nombreuses offres comme le prêt « Tous à l’Ecole », le prêt « Vaha-Olana », le prêt Evénement Familial, le prêt Epargne Ambition, les crédits à la consommation, et enfin, le Prêt Immobilier « Akany ».

Gagnant-gagnant

Bref, de quoi permettre aux travailleurs de la PAOMA de réaliser leur rêve. Y compris celui de pouvoir construire leur propre maison. « Cette convention permettra aux deux parties de progresser, non seulement dans la recherche du bien-être social des membres du personnel de la « Paositra Malagasy », à travers la promotion de l’accès au crédit pour tous, mais aussi la promotion de l’accès à un logement décent » a fait remarquer Othmane Allaoui, Directeur Général de BOA Madagascar. A noter que la souscription à ces services bancaires offerts par la BOA Madagascar n’est pas obligatoire pour les membres du personnel de la PAOMA. En effet, la banque donne au personnel le maximum d’informations sur les avantages des offres tout en lui laissant la liberté de les prendre ou non. D’ailleurs, dans le cadre de ce partenariat, les membres du personnel de la PAOMA bénéficient d’un accueil privilégié. Un partenariat gagnant en somme, entre ces deux entités complémentaires. Ne serait-ce que par le fait qu’elles disposent toutes les deux, d’un vaste réseau d’agence. En effet, si la PAOMA est présente dans tous les recoins du pays, avec ses 600 points de contact, dont 250 bureaux de poste, la BOA pour sa part dispose d’un large réseau de 89 agences, de trois centres d’affaires et plus de 700.000 comptes.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada29 partages

Traite de personnes : un réseau de trafic de femmes démantelé

Malgré l’interdiction légale, la traite de personnes existe encore dans le pays. La police a mis la main sur quelques membres du réseau.

En dépit des mesures prises par les autorités, interdisant l’envoi de femmes malgaches au Moyen-Orient, une autre forme de traite de personnes est en train de s’installer dans le pays ces derniers temps.

C’est ainsi que la police de l’aéroport d’Ivato a intercepté mercredi dernier quatre femmes malgaches qui étaient sur le point de prendre le vol à destination de Guangzhou (Chine). C’est à l’issue de l’enquête que les quatre Malgaches ont avoué la raison de leur déplacement. Elles étaient promises à un mariage avec des étrangers.

Destinées à la vente

A la suite des enquêtes menées par les éléments du Service central des enquêtes spécialisées, la police a été informée que 2 femmes malgaches résidant en Chine sont à l’origine de ce nouveau type de traite de personnes.

Les limiers ont également mis la main, le jour même, sur les deux individus en charge de réunir les dossiers de leurs victimes dans la Grande île. L’un d’entre eux  s’occupe du passeport et du visa de la victime, tandis que l’autre assure son hébergement avant le départ pour la Chine. Les mafieux mettent en confiance leurs cibles afin de les appâter avec la promesse d’un  mariage avec des étrangers mais en réalité, elles y sont vendues.

Trois femmes en provenance de Sambava depuis quelques jours ont été également retrouvées dans le repaire des bandits. Au total, neuf individus font l’objet d’une enquête par les policiers du Service central des enquêtes spécialisées.

Interdiction

Pour rappel, suite à l’envoi de travailleuses malgaches dans les pays étrangers où ces dernières se plaignent à leur retour d’être victimes de maltraitance, les autorités malgaches ont pris des mesures strictes interdisant les Malgaches de s’engager dans de telles aventures. Le Rapport sur la traite de personne en 2016 le confirme : «…Ces femmes ont contourné une interdiction d’envoi de travailleurs vers les pays du Golfe en place depuis 2013 en transitant par l’île Maurice, le Kenya, les Comores et l’Afrique du Sud».

En outre, ce rapport relate qu’ «En 2015, des représentants de l’Etat ont décidé, via des démarches diplomatiques, de rapatrier 60 citoyens malgaches qui ont été victimes de traite de personnes en Chine, Comores, Koweït, Arabie Saoudite et Thaïlande. Les autorités malgaches ne se sont pas engagés avec des gouvernements étrangers concernant la protection ainsi que les recours légaux pour les travailleurs malgaches exploités».

Ando Tsiresy

 

Madagascar Tribune24 partages

Pas d’impact sur le calendrier et le programme scolaire

Le ministère de l’Education nationale a décidé ce 20 octobre 2017 que la reprise des cours s’effectuera le 6 novembre prochain pour les établissements scolaires publics et privés dans les Zones d’actions pédagogiques (ZAP) et Circonscriptions scolaires (CISCO) affectées par l’épidémie de peste, dont celles de la capitale et ses environs immédiats (Antananarivo Avaradrano et Atsimondrano et Ambohidratrimo). Beaucoup d’écoles privées ont ouvert leur porte le 2 octobre dernier. Les hauts responsables du ministère de l’Education multiplient les déclarations pour rassurer les parents et les élèves que ce report de la rentrée scolaire ou cette prolongation des « vacances » n’aura pas d’impact sur le programme scolaire car si auparavant le programme s’étalait sur 39 semaines, le ministère l’a réduit à 36 semaines. Aussi ne faut-il pas s’inquiéter outre mesure en matière de réalisation du programme scolaire souligne-ton du côté du ministère car les retards peuvent toujours ajoute le directeur général de l’Education fondamentale, être comblés d’autant que les vacances sont déjà prévues être comprimées. De toutes les façons des directives ont déjà été convenues dans ce sens avec la direction des écoles privées souligne ce responsable ministériel.

Toujours est-il que la rentrée scolaire a pris un peu plus de deux (2) semaines de retard pour beaucoup d’écoles privées confessionnelles et non confessionnelles de la capitale et ses environs et plusieurs établissements scolaires des ZAP des CISCO de Toamasina I et II et de Fénérive Est, de Vavatenina…. Des mesures sanitaires sont prévues être appliqué dans les écoles et collèges/lycées pour cette rentrée scolaire du 6 novembre 2017.

Des observateurs font comprendre qu’il aurait été judicieux de décréter la quarantaine pour la capitale et Toamasina aussitôt la survenue de l’épidémie plutôt que de tergiverser de la sorte.

Tia Tanindranaza24 partages

Fifidianana 2018Mila 40 miliara ariary

40 miliara ariary no voafaritry ny tetibolam-panjakana hampiasaina amin’ny fanomanana ny fifidianana rehetra ho avy amin’ny taona 2018.

J. Mirija

 

L'express de Madagascar23 partages

Toamasina – Les agents de santé pourchassés à Toamasina

La population a manifesté contre une rumeur de vaccin contre la peste. Les acti­vités de sensibilisation et de riposte ont été suspendues temporairement.

Les activités de sensibilisa­tion, de surveillance et de riposte relatives à la peste à Toamasina ont failli tourner au vinaigre, avant-hier. Les agents de santé et les bénévoles travaillant dans la lutte contre l’épidémie de peste, ont été pourchassés par des habitants furieux. Ces derniers se sont munis de bois et même de couteaux, pour les effrayer. « Des personnes malintentionnées leur ont parlé d’une campagne de vaccins contre la peste. Ils y ont cru et ont refusé de recevoir nos agents », a expliqué le Dr Raymond Rakotoarima­nanale, directeur  régional de la Santé publique Antsinanana, joint au téléphone. Le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo a précisé que le vaccin contre la peste n’existe pas.Suite à cette réaction violente, la DRSP Antsinanana a décidé de suspendre temporairement les activités menées au niveau de la communauté, avant-hier. Cette suspension des activités pourrait exposer certaines personnes qui sont entrées en contact avec des malades, à la maladie, donc, engendrer l’apparition de nouveaux cas. La chimio prophy­laxie de contact et la désinfection sont obligatoires pour éviter la propagation de la bactérie.

ContrôlerLa direction régionale de la Santé publique a sollicité la collaboration avec les autorités locales, à l’instar des chefs fokontany,pour résoudre au plus vite ce problème. Hier après-midi, des équipes ont commencé à faire des descentes. « Heureusement, la situation s’est calmée », renchérit ce médecin qui assure la poursuite des activités.À Toamasina, la situation de l’épidémie de peste est plus ou moins contrôlée. Hier, il n’y avait plus que vingt-quatre malades hospitalisés, contre une centaine à Antananarivo. De nouveaux cas de pestiférés pourraient encore ressurgir, au cas où il y aurait un manque de vigilance.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara18 partages

Des vacances forcées pour préserver nos enfants

Les élèves des établissements scolaires de plusieurs zones administratives pédagogiques de la Grande ile vont devoir prolonger leurs vacances forcées par mesure de sécurité jusqu’au 6 novembre. Pour les parents, qui sont préoccupés par le désœuvrement de leurs enfants, une véritable épreuve, mais il s’agit d’une mesure de bon sens qui est nécessaire pour prévenir tout risque de contamination de ces derniers.

Des vacances forcées pour préserver nos enfants

 Les établissements scolaires de plusieurs CISCO de Madagascar ont été fermés pour permettre la désinfection de leurs locaux et éviter ainsi tout risque de contamination. Les suspensions de cours durent depuis le début de l’annonce de l’épidémie de peste, c’est-à-dire depuis la fin du mois d’août. Pour les parents, il s’agit d’une véritable épreuve car outre l’obligation de payer des frais de scolarité, ils doivent s’occuper de leurs enfants obligés de rester chez eux. Cependant, ils font contre mauvaise fortune bon cœur et acceptent de le faire pour le bien de leur progéniture. Il s’agit d’une contrainte parmi tant d’autres subie par les Malgaches dans le contexte actuel, mais puisqu’il s’agit de préserver la vie de leurs enfants, ils s’y plient sans rechigner. Cette mesure est prise dans le cadre d’une politique de prévention et elle s’ajoute à toute une série de règles à respecter. Les précautions sont tout aussi rigoureuses dans tous les lieux publics et tout le monde convient qu’il est nécessaire de les prendre pour se préserver. La lutte contre l’épidémie de peste est maintenant entrée dans sa phase opérationnelle. Il est donc nécessaire de ne pas relâcher ses efforts. Toutes les volontés se conjuguent pour mener à bien ce combat qui va durer longtemps. C’est pour cela que nos enfants ne doivent s’exposer à aucun risque et cela explique ces vacances forcées qui sont très longues. Mais leur sécurité est à ce prix.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara16 partages

Madagascar All Stars : De la bonne musique au service de la bonne cause

Madagascar All Stars mettra sa bonne musique au service de la bonne cause.

Jaojoby et ses compagnons de route continuent l’aventure Madagascar All stars. Trois mois après la disparition de Régis Gizavo, ils retrouvent la scène internationale. Ils se produiront au salon River à Villiers-Sur-Marne, à Paris le 11 novembre. Ils investiront la salle du théâtre de Longjumeau toujours dans la capitale française, le 24 novembre et donneront un concert à la salle Cérémonia, à Lille le 2 décembre. Des évènements organisés par « Amboara » qui célèbre cette année son dixième anniversaire. Composée d’une trentaine de personnes en France et à Madagascar, l’association œuvre dans le domaine de l’éducation et contribue, par ses actions, au développement de la scolarisation des enfants en milieux ruraux à Madagascar: rénovation d’écoles, collecte de livres et manuels scolaires en France, création de bibliothèques et distribution de kits scolaires. Les bénéfices de ces événements avec Madagascar All Stars contribueront donc aux projets de l’association en 2018 et 2019.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara16 partages

Signature de convention de collaboration entre l’Organisation mondiale de la Santé et la Croix-rouge mal...

La signature de la convention entre l’OMS et la Croix-Rouge malgache à Andraharo.

Jeudi dernier, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Croix-Rouge malgache ont signé une convention de collaboration dont l’objectif principal était « d’assurer des enterrements dignes et sécurisés dans l’ensemble du pays en général et dans les régions affectées par la peste en particulier ». Un article sur le sujet est apparu dans nos colonnes hier, mais une erreur s’est glissée au niveau de la photo et de la légende. Voilà donc la photo et la légende adéquates. Nous présentons nos excuses aux concernés.

Luz.R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar16 partages

Réduction de la pauvreté – L’agribusiness reste incontournable

L’élimination de la pauvreté préoccupe plus d’un. Des actions méritent ainsi d’être entreprises pour aller vers le développement agricole.

Inévitable. La richesse de l’Afrique, dans un proche avenir, doit passer par les industries agro-alimentaires. Un message relayé, notamment, par la Banque africaine de développement (BAD) lors de la journée de l’alimentation ainsi que le lendemain, journée mondiale de l’élimination de la pauvreté, le 17 octobre.« Les futurs milliardaires de l’Afrique ne le seront pas grâce au pétrole, au gaz ou aux industries extractives. Il s’agit aujourd’hui d’investir  dans les petites entreprises agro-alimentaires pour qu’elles deviennent de grandes entreprises, demain », a déclaré le président de la BAD, Akinwumi Adesina, à la réception du prix mondial de l’Alimentation qui lui a été décerné, cette année.L’agriculture reste le principal pourvoyeur d’emplois, par sa contribution au PIB, à la transformation rurale et à la croissance économique.« Nous semblons négliger ce point essentiel de développement qui implique le domaine agricole à la réduction de la pauvreté », indique un consultant en développement durable. « La politique agricole actuelle tient-elle compte du contexte, qui prévaut dans le pays, tel que l’insécurité, le niveau d’éducation, les problèmes fonciers, l’infertilité du sol et surtout de l’existence de volonté réelle de la part de chaque entité et collectivité ? », se demande encore Fano Rabarisoa, consultant.

Focus JeuneMadagascar veut aller sur ce chemin du développement agricole, rien qu’à analyser les divers projets en cours. Les jeunes sont fortement impliqués et pris en compte pour développer le monde agricole pour réduire ainsi la pauvreté, 70,7% aux derniers chiffres. «Enable Youth», un des projets touchant les jeunes sur l’entreprenariat agricole, vise quelque trois cent cinquante jeunes. « Ce sont des jeunes universitaires diplômés qui seront formés pendant une année pour devenir des agripreneurs », précise le secrétaire général du ministère en charge de l’Agriculture et de l’élevage, Pierrot Serge Randrianaritiana. « Ces jeunes seront, notamment, appuyés pour créer des start-up industriels qui les feront vivre décemment », ajoute-t-il.Le programme renforce également la sécurité alimentaire dans le pays. L’accord de prêt de la BAD d’un montant de 1,1 million de dollars a déjà été signé en 2016.Le président de la BAD d’expliquer que faire émerger une nouvelle génération d’agripreneurs jeunes, énergiques et talentueux favorisera le recours aux nouvelles technologies tout au long de la chaîne de valeur. Toujours est-il que le réel développement de l’agriculture dépend encore d’autres paramètres tels que le développement des infrastructures, l’utilisation intensive d’intrants agricoles, la mécanisation agricole, l’accroissement de l’accès aux crédits et, surtout, la résolution des problématiques foncières. D’autres projets concourent à l’effectivité de ce projet Jeunes, nous explique-t-on.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara13 partages

BAD : Appui aux jeunes agriculteurs africains

La Banque africaine de développement (BAD) a appelé à un soutien mondial pour les jeunes agriculteurs et “agripreneurs” africains, soulignant que l’agro-industrie est la solution à l’emploi des jeunes sur le continent. En collaboration avec l’Initiative for Global Development, l’Association des professionnels agricoles africains de la diaspora (AAAPD), l’université du Michigan, l’université de l’Iowa et l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA), la BAD a réuni les parties prenantes pour discuter des moyens d’accroître les opportunités économiques pour les jeunes d’Afrique tout le long de la chaîne de valeur agricole – depuis la ferme de l’agriculteur jusqu’à l’assiette du consommateur en passant par les labos scientifiques.Une session Intitulée « Rendre l’agriculture “cool” : investir dans les futurs agriculteurs et agripreneurs africains » s’est tenue en marge du Dialogue de Borlaug  à Des Moines, dans l’Iowa, en présence de jeunes entrepreneurs venus d’Afrique, de représentants du secteur privé, de décideurs et de leaders d’opinion. L’Afrique compte la population la plus jeune au monde, avec 60 % de jeunes de moins de 35 ans. 420 millions sont âgés de 15 à 35 ans, et ce segment de la population devrait doubler pour atteindre 840 millions d’ici à 2040. Dans le cadre de son programme ENABLE Youth (Empowering Novel Agri-Business-Leded Employment) et en collaboration avec l’IITA, la Banque africaine de développement œuvre en faveur des jeunes agriculteurs. « Les futurs milliardaires de l’Afrique ne viendront pas du pétrole, du gaz ou des industries extractives. Avec ENABLE Youth, il s’agit d’investir aujourd’hui dans les petites entreprises agro-alimentaires pour qu’elles deviennent de grandes entreprises demain », a déclaré le président de la BAD, Akinwumi Adesina.

« En encourageant les jeunes à chaque étape de la chaîne de valeur agroalimentaire, nous leur permettons de créer des entreprises agro-alimentaires viables et rentables, des emplois et de meilleurs revenus pour eux-mêmes et pour leurs communautés. Et le président de la BAD d’expliquer à quel point faire émerger une nouvelle génération d’agripreneurs jeunes, énergiques et talentueux – qui inciteront à adopter de nouvelles technologies tout au long de la chaîne de valeur, augmenteront la productivité et répondront à la demande alimentaire croissante – est une priorité des plus urgentes.

Recueillis par R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara13 partages

Athlétisme : Le Mauricien Gungaram siège à l’IAAF

L’Afrique est de nouveau à l’IAAF. Le président de l’association mauricienne d’athlétisme Vivian Gungaram représente l’Afrique au sein de la Fédération internationale d’athlétisme. Cette présence renforce l’athlétisme africain au niveau international et surtout, effacera les histoires du scandale de dopage et de suspension du Kenya par l’IAAF ainsi que de David Okeyo représentant de la Confédération africaine au sein du comité exécutif et venant de Kenya. La nomination de Gungaram a été ratifiée par la Confédération africaine d’athlétisme au Maroc. Consultant en formation des officiels techniques pour l’Afrique et conférencier, il est connu du monde de l’athlétisme à Madagascar. Avant cette nomination internationale, il était déjà dans les hautes sphères de l’athlétisme en étant responsable de l’organisation des compétitions en Afrique. L’IAAF a aussi permis à chaque confédération d’avoir un directeur de développement et pour l’Afrique, c’est le marocain Aziz Dauda qui assure le poste.

Si les Mauriciens n’ont le grand potentiel de Madagascar, côté présence internationale et infrastructures, ils assurent. Déjà, ils en sont à la formation des officiels et entraîneurs en vue des Jeux des Iles de l’Océan Indien qui se dérouleront en 2019 à Maurice.

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara13 partages

Sensibilisation à la protection sociale : La CNaPS étend sa politique de proximité

Le taux d’affiliation à la Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS) – de 10%- demeure très bas à Madagascar. Pourtant pour les travailleurs, la sécurité sociale est à la fois un droit, mais aussi un facteur de motivation, donc de productivité. La CNaPS a donc décidé d’étendre sa politique de proximité en sensibilisant les communautés locales, même celles des zones les plus éloignées. La semaine dernière jusqu’au début de la semaine en cours, la CNaPS a effectué un atelier de formation et de sensibilisation à Sainte-Marie, sous le lead de Rakotondradano Hanitry ny Aina et Joslina Tsaboto, Coordonnatrice des antennes et des délégations régionales de la CNaPS.

Guichet et stands. A Lonkitsy et dans les îles au Nattes, un guichet forain a été mis en place au service de la population. En parallèle, des renseignements basiques sur les attributions de la CNaPS ont été fournis à l’assistance. Les missionnaires leur ont donc appris comment effectuer une demande de prestations, comment procéder au paiement des cotisations, quelle était la procédure à suivre pour bénéficier par exemple du demi-salaire et du remboursement de l’accouchement, etc. Par ailleurs, des stands de proximité ont été aménagés à Analarajy, Ambodifotatra et Vohilava. Les caissiers déployés sur place proposaient les mêmes services qu’ils effectuaient dans les représentations de la CNaPS. Les affiliés ont donc pu consulter leurs comptes et demander des conseils y afférent. Par ailleurs, une assistance-conseil axée sur la “Déclaration nominative des Salaires” a été fournie à des entreprises privées, comme le collège Le Rocher d’Agniribe.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada12 partages

Action citoyenne : Orange Madagascar appuie le corps médical

Etant donné l’urgence de la lutte contre la propagation de la peste, Orange Madagascar, par le bais d’Orange solidarité Madagascar, apporte sa contribution en tant qu’entreprise citoyenne, en dotant de matériels sanitaires le corps médical et ses agents. Un don comprenant 10 000 masques de protection, 20 000 gants et 200 bouteilles d’un litre de gel antibactérien.

Une délégation d’Orange solidarité Madagascar, conduite par sa présidente Josie Randriambeloma, a procédé hier à la remise officielle de ces matériels au Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) à Antanimora, en présence de quelques responsables du ministère de la Santé publique.

Une dizaine de centres de santé de la région Analamanga en seront les bénéficiaires, en l’occurrence le CHAPA Ambohimiandra, CHU Befelatanana, CHU JRA, l’hôpital des enfants de Tsaralalana ainsi que le Service des urgences Antananarivo (Sureca).

Dans cette même lancée, Orange Madagascar a également pris des dispositifs sur la lutte contre l’épidémie de peste. En particulier la sensibilisation par sms depuis le début de ce mois d’octobre en incitant ses abonnés à se protéger de ce fléau en adoptant les mesures d’ hygiène qui s’imposent. Sans parler du numéro vert 910 qui est accessible gratuitement en cas d’alerte.

Sera R.

 

Midi Madagasikara12 partages

Football- Poule des As : Retour fracassant de Lucien Kasimo

Foroch ou selon l’Etat civil, Lucien Kasimo, est de retour pour offrir à la CNaPS Sport une confortable victoire de 4 buts à 2 devant Elgeco Plus. Une victoire pour le moins capitale pour la course au titre car entre temps le HZAM et le COSFA ont tout juste joué un film de série B « Ensemble mourir ».

 

La Poule des As s’achemine déjà vers une victoire finale de la CNaPS Sport même en tenant compte des matches à venir.

Fougue. Car cette CNaPS d’hier a montré un visage séduisant au cours d’une rencontre difficile confiée pour la raison qu’on ignore à un arbitre national, Ibrahim. Ce dernier avait eu tout le mal du monde à contenir la fougue des joueurs et même de l’entraîneur de la CNaPS, Tipe Randriambololona qu’il a renvoyé dans les vestiaires.

Le carton jaune de Johnny alors qu’on jouait à peine un quart d’heure montra que les deux équipes ne sont pas venues pour s’amuser.

Et dans cette farouche volonté de mieux faire, c’est Elgeco Plus qui prit le devant en menant par 2 buts à 1 à la mi-temps sur un bijou de Bila (9) qui alla se loger en pleine lucarne et ensuite sur une tête de Bela (29) qui trouva l’un des montants des buts de Leda avant de mourir dans les filets.

La CNaPS ouvrit en premier le score sur un caviar de Foroch pour Lalaina qui ajusta un boulet à ras de terre (3).

Doublé de Foroch. La seconde mi-temps commença à peine que la CNaPS trouva l’égalisation sur un but de Niasexe qui a su profiter d’un cafouillage devant les buts d’Elgeco.

Et la rencontre prit une autre tournure car enhardis par ce score de parité, les caissiers changèrent de tactique pour envoyer de longs ballons pour Foroch qui ne s’en priva pas. A deux reprises, l’attaquant de la CNaPS Sport parvint à tromper le gardien Ando. D’abord sur une balle en cloche (72) puis sur un tir croisé à la minute suivante.

C’était trop pour le moral d’Elgeco Plus qui chercha à revenir en faisant rentrer ses jokers dont le Nigérian Samson Kilani mais aussi l’homme providentiel contre le COSFA, Dany Kely; Mais la défense d’en face tint bon avec Ando et Lanto dans l’axe et Toby et Ronald sur les côtés. Mika qui retrouva sa forme après une longue convalescence excella au poste de milieu de défensif aux côtés de Rija dans un rôle s’essuie-glace.

En clair, cette CNaPS d’hier sera facile à déloger surtout si le HZAM continue de tenir son rôle de trouble-fête. Hier encore Tanjona menait au score par 2 buts à 1 avant de se faire égaliser par le COSFA sur un but de Ravelino (88).

L’inévitable Besona ouvrit le score en premier pour le HZAM (43)avant que Nono n’égalise sur un superbe coup franc de 30m qui se logea sous la barre (58. Amparafa corsa l’addition par Herinantenaina (70) pour ensuite commettre l’irréparable en voulant jouer avec le temps car le COSFA est parvenu à niveler le score par Ravelino. Une erreur de jeunesse qui ne justifie pas le désir d’un dirigeant d’Amparafa de tout laisser tomber pour rentrer à cause de l’arbitrage.

Tout est donc à refaire pour le HZAM et le COSFA dont les chances de devenir champion s’amenuise.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara12 partages

Élaboration des lois sur les élections : « Un an avant les échéances électorales ! », dixit Sahondra...

Nous ne sommes plus au stade des longs palabres. En gros, c’est le message qu’a transmis Sahondra Rabenarivo, juriste et membre du Sefafi, hier à Alarobia en marge du cadre de concertation de la Ceni avec les organisations de la société civile. Maintenant, il faut passer à l’acte. En effet, interrogée sur le processus électoral en général, et sur les lois relatives aux élections en particulier, Sahondra Rabenarivo de souligner qu’ « à l’heure qu’il est, l’avant-projet de loi portant code électoral devrait être au niveau du Parlement » en précisant accessoirement que « des textes spécifiques devraient aller de pair avec le code électoral ». A-t-elle cité entre autres la loi portant élection du président de la République, la loi portant élection des membres de l’Assemblée Nationale, la loi sur la Ceni si besoin est. Effectivement, les textes qu’elle vient d’énumérer connaissent une certaine caducité par rapport au temps : la loi n°2012-015 relative à l’élection du premier Président de la Quatrième République, par exemple. Une loi qui ne peut régir l’élection des autres futurs chefs d’Etat successifs de la Quatrième République. De surcroît, si on change définitivement de Constitution pour donner naissance à une Cinquième République, cette loi demeure tout simplement non-applicable.

Préparations. Dans cette même optique, Sahondra Rabenarivo tire la sonnette d’alarme par rapport aux différentes tergiversations actuelles. « Dans les autres pays, on connait préalablement, au moins un an avant les échéances électorales, toutes les lois relatives aux élections pour que les éventuels candidats puissent se préparer à bon escient », a-t-elle soutenu. Justement, par rapport à ces préparations, une loi consacrée à la campagne électorale doit être mise en vigueur dans l’immédiat pour dégager les zones d’ombre et surtout d’endiguer les différents cas de corruption susceptibles de se produire. Sahondra Rabenarivo a recommandé à ce que l’on détermine clairement la définition de ce qu’est la campagne électorale. « Propagande, meeting ou réunions des membres d’un parti politique ? », s’interroge-t-elle. Mais ce n’est pas tout. La précampagne et les ressources financières des partis politiques sont à circonscrire clairement. Le tout, suivi de sanctions draconiennes en cas d’infractions. Les parlementaires ont donc du pain sur la planche d’autant plus qu’ils n’ont pas toute l’éternité pour agir. A suivre.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara11 partages

Sommet des maires à Valencia : Un Prix du Pacte de Milan à la CUA

Olivier Randrianarisoa recevant le Prix au nom de la maire Lalao Ravalomanana.

400 maires, experts et représentants des villes de la politique alimentaire urbaine du Pacte de Milan sont réunis à Valencia (Espagne) du 19 au 21 octobre 2017. L’un des mécanismes les plus importants pour renforcer la coopération entre ces villes est le Prix du Pacte de Milan (PPM), promu l’année dernière par la ville de Milan, avec le soutien de la Fondazione Cariplo. Le PPM récompense les meilleures pratiques urbaines en matière de gestion durable des aliments dans les villes signataires du Pacte. Cette année, deux Prix ont été décernés. Le premier a été remporté par Toronto (Canada) pour la bonne pratique « Alimentation Communautaire pour les nouveaux arrivants ».

15.000 Euros. Tandis que la ville d’Antananarivo a reçu le second Prix (15.000 Euros) pour la catégorie « Environnement Difficile ». A rappeler qu’avec l’appui de la coopération de la Région Ile-de-France, la ville a lancé entre 2011 et 2017 un programme d’agriculture urbaine qui encourage l’installation de micro-jardins potagers dans les quartiers à faibles revenus pour améliorer la sécurité alimentaire et créer des activités génératrices de revenus à travers la vente de légumes locaux frais. Ce programme compte plus de 16.000 bénéficiaires. Le conseiller spécial de la maire, Olivier Randrianarisoa, a reçu hier à Valencia le Prix remporté par la CUA.

EugènePartager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara11 partages

Arema Matotra : Raharijaona Pierre n’est plus

L’ancien  député et non moins fondateur du parti AREMA Matotra, Raharijaona Pierre s’est éteint, avant-hier, à l’âge de 75 ans. L’ancien sénateur sera inhumé, ce jour, à Ambohikambana, Behenjy Gare. Midi-Madagasikara présente ses condoléances à la famille du défunt.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar8 partages

Un vaccin « mortel » alimente la rumeur

Quand la peste éclate à Antana­narivo en 1921, et qu’elle s’amplifie dans les régions périphériques, les Malgaches commencent à douter de l’efficacité des règlements  sanitaires qui ne compense pas leur sévérité et leur caractère oppressif. Et selon l’historienne Faranirina V. Esoavelomandroso, dans son étude sur « l’interprétation par les Merina du phénomène d’endémie pesteuse sur les Hautes terres centrales 1921-1936 » (1980), devant « l’irrésistible extension » d’un fléau mortel, les Malgaches, plus précisément  les leaders nationa­listes, accusent l’administration de génocide.En effet, la peste étant considérée comme une maladie « politique », ils pensent qu’elle « sait faire la distinction entre les races et ne frappe que les indigènes ». Et comme ces attaques sont lancées publiquement au moment où l’agitation politique gagne du terrain, « elles trouvent un écho favorable auprès d’une population qui constate le décès de personnes ayant reçu la vaccination antipesteuse, censée protéger contre la maladie ». Habitués depuis longtemps à la vaccination antivariolique, les Malgaches n’acceptent pas facilement de s’immuniser contre la peste. En fait, jusqu’en 1935, on leur impose divers vaccins pas très efficaces, ce qui explique leur réticence à l’égard des services médicaux et l’administration et, finalement, leur manque de confiance dans la prophylaxie occidentale mais aussi dans le Fanjakana.Mais un bref historique s’impose. Encore frappés par la récente épidémie de grippe espagnole, les Tananariviens envahissent les centres de vaccination dès que la peste est déclarée, confiants dans le principe même de l’immunisation. Quinze jours à peine après la publication de l’arrêté, plus de 46 500 personnes sont vaccinées. « Couronnée par un succès indéniable, la campagne de 1921, au cours de laquelle on utilisa un vaccin local expérimenté au préalable sur le personnel de l’Institut Pasteur, ne semble pas officiellement marquée par des incidents. »Cependant, déjà la distinction entre indigènes et européens éveille quelque inquiétude chez les premiers. Telle l’existence des centres de vaccination pour Européens dirigés par des médecins également européens, et pour les indigènes, des centres placés sous la surveillance de médecins indigènes ou d’étudiants en médecine. Telle aussi l’obligation de vaccination maintenue pour les indigènes, un mois après la fin de l’épidémie.Très vite, on se rend compte que la vaccination ne confère qu’une immunité de courte durée (deux à quatre mois), aussi finit-on par renoncer à son application systématique : elle devient facultative sauf pour les indigènes qui voyagent. Ce recul après la vaccination massive obligatoire de juillet 1921, dénonce, selon les profanes, les hésitations sinon les incertitudes des responsables. Le doute s’installe :« Comment se fait-il qu’une médication préventive efficace contre la variole, ne le serait pas contre la peste ? Le liquide injecté est-il réellement un médicament ? »De là à voir dans le vaccin un poison capable de provoquer une maladie appelée peste afin de justifier l’oppression, le contrôle exercé sur les Malgaches, le pas est vite franchi. « D’autant plus que la mort de certaines personnes ayant reçu le vaccin ou le sérum antipesteux parait suspecte. » Le 25 avril 1923, le directeur de l’Institut Pasteur, responsable de la fabrication du vaccin local utilisé jusque-là, donne l’ordre, dans une lettre confidentielle adressée au directeur du Service de santé, de cesser immédiatement sa distribution. En effet, non seulement les indigènes vaccinés n’échappent pas  à la peste mortelle, mais de plus le décès se produit « après un mois alors que l’immunisation devait être acquise ».Un dernier incident contribue à renforcer l’idée de nocivité du vaccin. Des prisonniers vaccinés contractent « un phlegmon au point d’inoculation », deviennent porteurs de bacilles pesteux et meurent de septicémie. Comme le vaccin utilisé sur eux appartient à une série qui avait toute été utilisée, d’autres accidents mortels du même genre  ont dû se produire. En tout cas, l’idée d’empoisonnement fait son chemin et la rumeur court même dans la capitale que « l’infirmier fait aux isolés des injections d’urine pour les tuer » (rapport AMI en 1926).

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar3 partages

Réinsertion sociale – Les handicapés bannis par les entreprises

Recruter des personnes en situation de handicap (PSH). Beaucoup d’entreprises ne sont pas encore prêtes à en faire malgré la qualité de formation qu’on leur offre. La plupart d’entre elles hésitent sur l’aptitude de ces personnes et manquent également de matériels nécessaires pour pouvoir recevoir les PSH « Ce n’est pas l’handicap qui est un obstacle pour les personnes dans cette situation car lorsqu’on leur donne des formations, on les considère comme des personnes normales. Ce qui rend difficile le rejet de la société et surtout des entreprises. Ces dernières  ne sont pas prêtes à recruter les personnes en situation de handicap », explique Lila Ratsifandrihamanana, directeur de Christoffel Blindenmission (CBM), hier lors de la remise dl’attestations des jeunes en situation de handicap dans le cadre du projet Mihary, au centre de formation professionnelle des personnes en situation de handicap.En fait, dix-sept jeunes PSH qui se sont spécialisés dans le domaine de l’énergie solaire vont entrer dans le monde du travail malgré ce souci. « Nous avons suivi les formations mais nous devons encore attendre la création d’entreprises qui travaillent pour l’énergie solaire, notamment, celles qui produisent des panneaux solaires », affirme Freda Rakotonirina, parmi les sortants du projet Mihary.Pourtant, les formateurs leur ont conseillé de créer leur propre emploi et de devenir des entrepreneurs. « Ces jeunes chercheront du travail comme toute personne normale mais nous les avons ,entre autres,formés à créer leur propre emploi », affirme Mahandri­manana Andrianainarivelo, coordinateur du projet Mihary. De plus, il y a le manque d’infrastructures et de matériels nécessaires pour la prise en charge des PSH. Le ministère de l’Emploi et de l’enseignement technique et de la formation professionnelle agit, de son côté, dans la mise en place de différents centres de formation. « Nous avons mis en place des centres à Mahajanga, à Toliara et dans la région de Sava. Nous essayons aussi de travailler étroitement avec les groupements de centres de formation », affirme Marson Rehriman­dimby, directeur du cabinet du ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle.

Mamisoa Antonia

News Mada2 partages

Andavamamba Anjezika II : nentanina amin’ny fahadiovana ny isan-tokantrano

Fotoana vitsy aorian’ny fanadiovana izay ataon’ny mpiasan’ny kaominina Antananarivo Renivohitra, efa tsapa fa miverina mandoto indray ny olona sasany. Noho izany, nandray ny fepetra ny kaominina sy ireo mpiara miasa aminy eny anivon’ny fokontany mba hanentana sy hisava ny fahadiovan’ny isam-baravarana.

Tamin’ity herinandro ity, nidina teny amin’ny ny fokontany Andavamamba Anjezika II ny ekipan’ny kaominina nanao ny fisavana isan-tokantrano. Nisy ny fanadiovana goavana natao nifanindran-dalana tamin’izany.

Nentanina  ny isam-baravarana ary nodiovina daholo ireo loto rehetra. Nisy ny fiaraha-miasan’ny boriborintany voalohany tamin’ny vovonan’ny fokontany 12, ny RF2 (Rafitra fahadiovana sy fidiovana) ary ny mponina rehetra teny amin’ny fokontany Andavamamba Anjezika II.

Araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny vovonan’ny fokontany 12 boriborintany I sy IV dia mbola tena ao anaty fiadiana amin’ny valanaretina ny kaominina amin’izao fotoana izao. Tsy ny pesta ihany no tena iadiana fa ireo valanaretina izay ateraky ny loto toy ny aretim-pivalanana, raboka…

Tanjona amin’izao fanadiovana izao ny hifehezana ny fako. Nanentana ny rehetra mba samy handray ny andraikitra tandrify azy ny avy ao amin’ny CUA.

Tatiana A

Midi Madagasikara2 partages

Socio….. ……Scopie

Cours en ligne. Comme écrit dans l’article plus-haut, les cours sont suspendus durant ce mois d’octobre, dans les établissements publics comme privés, conformément aux declarations officielles du Ministère de l’Education nationale. Les établissements français implantés à Madagascar ont également respecté cette déclaration. Les établissements étaient fermés, mais par contre certains, à l’instar du Lycée français de Tananarive ont continué et continuent les cours – mais en ligne et à domicile- les enseignants étaient disponibles à tout moment pour les élèves via cette connexion.

Scoutisme. 100 scouts éclaireurs et éclaireuses, ou encore “Mpanazava” et “Tily” unionistes de Madagascar et les guides de Sainte-Marie ont mis en place un “Club CNaPS Zandriolona” ou “Club CNaPS pour les jeunes” à Sainte-Marie.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar2 partages

Pêche en eau – Le respect du calendrier encore négligé

Le calendrier de fermeture et d’ouverture de pêche dans les plans d’eaux continentaux, ou d’eau douce continentale de surface a de nou­- veau été communiqué. « Le mareyage, la collecte, le transport et le colportage des poissons d’eau douce sont interdits pendant la période de fermeture de la pêche », rappelle le communiqué.Des exploitations ont été signalées par des habitants de quelques régions mais non confirmées par la gendarmerie. « Normalement, aucune exploitation ne peut avoir lieu durant la période de fermeture, autrement, on fait une entorse à la loi. Toutes les entités concernées par la pêche, à savoir la surveillance des Pêches, la gendarmerie et les directions régionales sont au courant du calendrier », indique un directeur régional de la Pêche et des ressources halieutiques. « Les autorisations spéciales sont accordées dans certains cas, comme pour les recherches scientifiques », souligne-t-il. Le non-respect des textes amène à la saisie des produits ou au retrait des permis.Chaque opérateur, poissonnerie, et tout établissement hôtelier sont tenus de déclarer leur stock de poissons d’eau douce auprès des directions régionales de la Pêche et des ressources halieutiques.

M.I.

L'express de Madagascar2 partages

Décès – Pierre Raharijaona s’est éteint

Endeuillé. Pierre Rahari­jaona a quitté la politique et le monde à l’âge de 75 ans. La nouvelle a fait le tour des réseaux sociaux et les sites d’information depuis, hier. Pierre Raharijaona est un politicien proche de Didier Ratsiraka, depuis la création du parti Antoko revolisionera Malagasy (AREMA) en 1975. Membre du parti rouge dès ses premières heures, il est resté fidèle à Didier Ratsiraka durant la traversée de désert du parti entre 1992 et 1997. Élu député à Antananarivo Atsimondrano,  il a fait parti du comité directeur de l’Arema lors du congrès du parti en avril 1997.Suite au second exil de l’amiral Didier Ratsiraka en 2002, Pierre Raharijaona a eu des affinités avec Marc Ravalomanana. Ainsi, il a fondé sa propre formation politique « Arema Matotra » en 2004, et a intégré une coalition dénommée Isika miaraka amin’i Marc Ravalo­manana (IMMR). Ce geste lui a coûté sa place en tant que membre du comité directeur de l’Arema en 2006.Malgré son soutien à Marc Ravalomanana, il a été oublié par ce dernier dans la distribution des sièges jusqu’à la déchéance en 2009. Depuis, ce politicien, non moins ancien député, est resté discret. Son inhumation se tiendra, ce jour, dans son caveau familial à Ambohi­kam­bana, Behenjy Gare.

Andry Rialintsalama

News Mada1 partages

Débat autour de la Constitution : «Une diversion» d’après le DFP

Alors que le régime annonce un débat public sur l’éventualité d’une retouche de la Loi fondamentale, l’opposition se montre sceptique. Le DFP fait partie de ceux qui doutent de cette initiative.

«Il n’y aura pas de changement de constitution. Tous les débats autour de ce sujet n’est qu’acte de diversion initié par le gouvernement». Cette déclaration est du porte-parole du mouvement «Dinika hoan’ny Fanavotam-pirenena», Maharavo Ratolojanahary, alias Doudou, lors d’ une conversation téléphonique, hier. Le mouvement affiche son pessimisme par rapport à cette initiative par le fait que les partenaires techniques et financiers du pays sont aussi réticents. «Il faut d’ailleurs signaler que la Communauté internationale ne s’en tient qu’à la présidentielle», a ajouté notre interlocuteur.

A ce titre, lors de son déplacement au pays récemment, l’expert de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le général Siaka Sangaré ne s’est prononcé que sur la présidentielle et les législatives. Les observateurs estiment par ailleurs qu’il faudrait une enveloppe d’environ 40 milliards d’ariary pour organiser un référendum constitutionnel alors que, pendant ce temps, l’Etat peine à satisfaire les diverses revendications syndicales.

Se maintenir au pouvoir

Le mouvement DFP estime, à l’instar de tous les opposants, que cette initiative résulte de la volonté du régime de se maintenir au pouvoir et ce, par tous les moyens. «La nomination du président national du parti présidentiel (HVM) au Sénat s’inscrit dans cette optique. C’est très clair», a souligné Maharavo Ratolojanahary. Et lui d’ajouter, «D’ailleurs, s’il y a référendum, le régime ne sortira pas gagnant sauf peut-être s’il y a fraude électorale».

Pour en revenir au débat public que le régime entend initier dans les jours à venir, le DFP ne ferme pas totalement la porte aux discussions. Le chef du gouvernement avait annoncé dernièrement qu’un débat public serait organisé le 27 octobre prochain au Carlton. A en croire Olivier Mahafaly Solonandrasana, celui-ci sera ouvert aux partis politiques, aux organisations de la société civile et aux médias pour discuter ensemble de ce projet de révision et de référendum constitutionnels. «Nous allons participer au débat public annoncé par le premier ministre si nous sommes invités. Comme nous l’avons toujours indiqué, nous sommes ouverts au dialogue».

Lors de la conversation téléphonique d’hier, le porte-parole du DFP a aussi soutenu que le mouvement a choisi de se taire, ces temps-ci, pour rendre hommage à l’ancien président Albert Zafy. «Nous avons choisi de rester en retrait car le débat coïncide avec la disparition du Père de la démocratie. Nous avons donc respecté le deuil national par respect à l’ancien chef de l’Etat Albert Zafy», a-t-il déclaré.

Rakoto

 

L'express de Madagascar1 partages

Kidnapping – Un quatrième rançonneur identifié

La brigade criminelle d’Anosy est à présent aux trousses d’un quatrième kidnappeur, Boly. Ce dernier demeure jusqu’à présent insaisissable.

Membre du réseau maffieux de Sôla, Boly ou Fidimalala Rakoton­drainibe fait maintenant l’objet de recherche de la brigade criminelle (BC) à Anosy. Depuis onze jours, la police tente de percer l’énigme des enlèvements contre rançon qui se sont produits dans la capitale depuis cette année. Le quatrième rançonneur a été identifié suite à l’exhumation des dossiers et l’étude des hypothèses criminelles.« Il y a lieu de faire prescrire toutes recherches utiles en vue de retrouver Fidimalala Rakotondrainibe dit Boly,43 ans, poursuivi pour association de malfaiteurs et kidnapping », a indiqué un rapport confirmé par la police, hier. La BC a déjà avisé tous les services de police et toutes les unités de la gendarmerie sur les signalements. Pierre Rakotoarimanana (Ram’s) et sa femme, Jenny Olivia Raharinirina, Boly et Sôla, le chef de la bande, sont toujours introuvables. Une mission de renseignements est, pourtant, menée tambour battant, selon les informations recueillies au niveau du Service central des affaires criminelles (SCAC).

Cerveau« Ce nouveau suspect réside à Anosizato, au logement AZ AII 05, mais il s’est déjà évanoui dans la nature après le lancement de son avis de recherche, le 10 octobre », a appris un policier judiciaire.Quant au couple rançonneur, il a abandonné ses trois enfants à son domicile, à Anosy Avaratra, et demeure insaisissable. Ram’s et Sôla ont déjà été envoyés derrière les barreaux de la maison de force de Tsiafahy. Ils ont recommencé après leur sortie de la prison en décembre 2015, selon les explications d’un enquêteur.Le cerveau de ce réseau de kidnappeurs est toujours impliqué dans les dix derniers enlèvements contre rançon qui se sont déroulés dans le pays. Les Français d’origine indienne ont été la proie des rançonneurs depuis cette année. Toutes les informations et renseignements concernant ces quatre individus recherchés peuvent être transmis au numéro 034 05 517 26.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar1 partages

Pierres taillées – Les exportations exigent le respect des normes

Les normes de taillage sont négligées. « L’aubaine de connaître et de maitriser le taillage des pierres se présente puisqu’il y a un potentiel de travail et de bénéfices énormes derrière le taillage des pierres », a fait savoir Andrinirina Rasolonjatovo, directeur général de l’Institut de Gemmologie de Madagascar (IGM).« La formation en lapidairerie se déroule en trois mois mais l’IGM offre plusieurs modules », renchérit le directeur en marge d’une précision sur le concours de lapidairerie lancé par l’IGM et le Bureau du Cadastre minier de Madagascar (BCMM). Près de 95% de nos exportations de pierres sont encore des pierres brutes. « Les 5% restants sont des pierres taillées dont les normes sont encore à maîtriser par les lapidaires », ajoute-t-il. « Beaucoup de nos pierres taillées, à destination de l’Europe, notamment,  ne sont pas acceptées car elles ne sont pas appréciées par les clients », a-t-il fait savoir. Le travail doit suivre des normes, que ce soit le style de taillage américain ou celui asiatique, actuellement en vogue.Le concours de lapidairerie a intéressé dix-neuf participants.

M.I.

Madaplus.info0 partages

Présidentielle 2018 : La CENI en pleine préparation

Le problème des élections a été toujours au niveau de la liste électorale. La CENI (Commission électorale nationale indépendante) essaye tant bien que mal à y remédier. On parle actuellement d’une liste électorale biométrique, mais la CENI affirme que ce ne sera pas encore possible pour la prochaine élection présidentielle, mais elle va mettre cela sur pied à la fin de leur mandat.
News Mada0 partages

4G Orange any Mahajanga : manampy sy manafaingana ny asan’ny mpandraharaha

Malaza i Mahajanaga sy ny farira Boeny ankapobeny amin’izao fotoana izao eo amin’ny fizahantany ; eo koa ny seranan-tsambo lehibe ao aminy sady manomboka miverina tsikelikely any an-toerana, ankehitriny, ny indostria. Koa miara-miasa akaiky amin’ny mpitantana ao amin’ny faritra ny fitondram-panjakana hametraka an’i Mahajanga ho tanàna fitaratra eo amin’ny fampandrosoana. Maro ireo tetikasa voafaritra, anisan’izany ny fiverenana amin’ny famokarana simenitra, fanamboarana fotodrafitrasa samihafa, fametrahana teknolojia vaovao.

Noho izany antony rehetra izany, hanome hery ny toekarena, napetraka any Mahajanga, ny 19 oktobra teo, ny tambanjotra 4G Orange. Nanokatra izany ny  minisitry ny Fifandraisan-davitra, Rakotomamonjy Neypatraiky André, ny tale jeneralin’ny Orange, Michel Degland, notronin’ireo tompon’andraikitra samihafa any an-toerana. Manampy betsaka ny mpandraharaha ao amin’ny faritra ny fisian’io 4G Orange io, hanatsarana ny fomba fiasa hiatrehana ny fifaninanana. Manamora ny fifandraisana ny 4G Orange eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena. Tombony lehibe izany, indrindra ho an’ireo miasa momba ny fizahantany.

« Tsy azo ihodivirana ho an’ny asa fampandrosoana ny fifandraisan-davitra sy ny teknolojia vaovao miaraka aminy, manohana ny sehatra tsy miankina sy ny fanjakana », hoy ny minisitra Rakotomamonjy Neypatraiky André. « Tsy manavaka olona ny nomerika ary manao izay tandrify azy ny minisitera mba hahazo tombontsoa amin’izany ny rehetra », hoy ihany ny minisitra. Nanamafy ny tale jeneralin’ny Orange nilaza fa hery lehibe ho azy ireo ny kalitaon’ny tolotra ao aminy hanolorana vahaolana ho an’ny tsaratsara kokoa hatrany.

Mandray haba amin’ny « mobile money »

Nanatrika izany fotoana izany ireo mpandraharaha isan-tsokajiny, fotoana nandraisan’ny Orange Madagascar mivantana ny hetahetan’izy ireo. Endrika iray ho fanohanana ny asan’izy ireo izany sy hahafahana mitady vahaolana hanatsarana hatrany ny kalitaon’ny asa. Iantohan’ny minisitera kosa ny fampifandraisana ny tambajotra, biraon’ny fokontany rehetra amin’ny biraon’ny ben’ny Tanànan’i Mahajanga. Efa noderain’ny Banky iraisam-pirenena ny ezaka ataon’ny tanànan’i Mahajanga momba ny fandraisana haba amin’ny alalan’ny « mobile money ».

R.Mathieu

News Mada0 partages

Vidim –bary midangana : « Misy manafim-bary ny mpivarotra », hoy ny minisitera

Miaiky ny fitondrana fa misy tsy manara-dalàna tokoa ireo mpivaro-bary eto amintsika. Na ampy tsara aza ny tahirim-bary, misy ny manararaotra tsy manara-dalàna toy ny manafim-bary, ohatra, ka alaim-panahy mampidangana ny vidiny.

Nampahafantatra ny minisiteran’ny Varotra sy ny fanjifana, fa maro ny fidinana ifotony natao nanerana ny faritra, nanomboka ny fiandohan’ny septambra teo. Nisy ny fihaonana tamin’ireo mpisehatra samihafa amin’ny lafiny vary, toy ny mpanafatra avy any ivelany, ny mpamongady, ny mpaninjara, hisorohana ny olana amin’ny famatsiam-bary. Taorian’izay, narahi-maso ireo orinasa mpandraharaha amin’ny vary any Toamasina sy ny eto Antananarivo. Tsikaritry ny minisitera fa ampy tsara ny tahirim-bary ary tsy misy atahorana ny famatsiam-bary. Nahita koa ny minisiteran’ny Varotra fa nisy tsy nanara-dalàna ny mpandraharaha toy ny fanafenam-bary, tsy fanarahan-dalàna amin’ny fomba fivarotana ny vary.

Tsy mifanalavitra ny vidiny

Ao anatin’izany ny tsy maintsy hanaovana fanambarana ny tahirim- bary, ny fananana fanamarinana fahazoana mihinana ny sakafo (certificat de consommabilité), ny hametrahana ny vidim-bary. Nomarihin’ny minisitera manokana fa tsy tokony hofitahana ny mpanjifa amin’ny vidim-bary. Mifanalavitra ny vidin’ny vary hafarana avy any ivelany sy ny avy eto an-toerana. Raha ny hita anefa, tsy mifanalavitra velively fa saika mitovitovy avokoa ny vidin’ireo karazany roa ireo. Manodidina ny 1.800 Ar-2.100 Ar ny kilaon’ny vary avy any ivelany ary manomboka 2.000 Ar (dista), 2.200 Ar (vary gasy mena), 2.300 Ar (vary gasy mangamila, makalioka) ny vary eto an-toerana.

Midika ireo, fa tsy tena voafehy ny fitsinjovana ny mpanjifa ary maro ny andraikitra mila hamafisina.

Randria

News Mada0 partages

Na avy aza ny orana : hihemotra ny taom-piotazana letisia?

Nahatsikaritra ny rehetra fa nirotsaka ny orana teto Antananarivo sy ny manodidina tato anatin’ny andro vitsy. Na izany aza, tsy ampy ny rotsak’orana ho an’ny voly letisia, ka ho tara ny fahavokarany, indrindra any amin’ny faritra Atsinanana, faritra ahitana azy.

Manara-maso isaky ny tapa-bolana ny fivoaran’ny foto-kazo letisia ny fitantanam-paritry ny fampandrosoana (DDR) ao amin’ny faritra Atsinanana, miaraka amin’ny Foibe teknika momba ny zavamaniry any Toamasina (CTHT). Nilaza ny talem-paritry ny DDR Atsinanana, Rasolondraibe Ralph, fa mifanahantsahana ny tamin’ny taona 2011 ny miseho ankehitriny, tsy ampy ny rotsak’orana aty Toamasina. Araka izany, hihemotra amin’ny faran’ny volana novambra ny fisokafan’ny taom-piotazana letisia, raha novinavinaina ny tapaky ny volana novambra amin’ity taona 2017 ity.

Tonga voalohany any Eoropa

Nomarihin’ny talem- paritra DDR, fa tsy hiantraika any amin’ny kalitaon’ny letisia io fahataran’ny fotoana hahamatoy ny letisia io. Na izany aza, hisy fiantraikany any amin’ny fanondranana any ivelany, satria nahazatra ny mpanjifa any Eoropa ny fahatongavan’ny letisia avy aty Madagasikara mialoha ny faran’ny taona, sady voalohany tonga eo amin’ny tsena any Eoropa rahateo. Manodidina ny 20.000 t isan-taona ny letisia aondrantsika any ivelany amin’ireo 100.000 t vokarina.

Njaka A.

News Mada0 partages

Orange Madagascar : lancement de la 4G à Mahajanga

Orange Madagascar continue le déploiement de son réseau 4G dans tout Madagascar. Celui-ci  a été lancé officiellement le 19 octobre à Mahajanga. De nouvelles opportunités s’ouvrent aux opérateurs de la ville des Fleurs à partir des avantages apportés par la 4G.  Il s’agit, notamment, de la présence à l’international pour les entreprises de toute taille. Car le numérique leur permettra de se positionner sur la carte des entreprises au niveau international. Ce qui présente un  atout majeur, précisément, dans le secteur du tourisme.

 «Dans le contexte de développement, le secteur des télécommunications doit jouer un rôle majeur, un rôle de catalyseur, afin de soutenir les efforts entrepris par le secteur privé mais aussi par l’Etat» rappelle André Neypatraiky Rakotomamonjy, ministre des Postes, des télécommunications et du développement numérique, avant de continuer, «le numérique ne doit exclure personne et le ministère entreprend déjà différents projets pour que la population soit bénéficiaire du projet présidentiel numérique pour tous».

Pour sa part, Michel Degland, directeur général d’Orange Madagascar, a soutenu que «la qualité du réseau Orange est une vraie force permettant de continuer à proposer des solutions pour promouvoir l’intégration des nouvelles solutions numériques dans les activités des professionnels».

En tout cas, l’arrivée de la 4G à Mahajanga ne fera que renforcer encore plus le développement des activités économiques, constaté ces dernières années. Mahajanga est réputée pour être la principale destination des touristes locaux. C’est également le deuxième port de Madagascar. Par ailleurs, l’Etat  travaille actuellement avec les autorités locales pour faire de Mahajanga une ville pilote en termes de développement. De nombreux projets sont ainsi en phase de prendre forme, notamment dans le domaine de la cimenterie, des infrastructures et des nouvelles technologies.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Dinika momba ny lalàm-pifidianana : « Tsara manatrika ny rehetra », hoy ny Ceni

« Raha mampiantso momba izay handinihana momba ny lalàm-pifidianana izay ny governemanta, tsara ny hihazakazahan’ny rehetra mandeha amin’izay. » Izay ny nambaran’ny

filohan’ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana (Ceni), Rakotomanana Hery, taorian’ny fihaonan’ny Ceni tamin’ny firaisamonina sivily teny Alarobia, omaly.

Nodinihina tamin’izany ny momba ny lalàm-pifidianana. Teo koa ny famaritana ireo faritra ipariahan’ny firaisamonina sivily tsirairay avy manerana ny Nosy sy ny fanomanana ny fanavaozana isan-taona ny lisitry ny mpifidy, taona 2017-2018.

Amin’izay fihaonana izay no hijerena raha mifanitsy amn’ny volavolan-kevitra nalefan’ny Ceni sy izay hatolotra any amin’ny komity iraisan’ny minisitera, izay hanao ny fandrafetana ny volavolana lalàm-pifidianana alohan’ny handefasana azy any amin’ny filankevitry ny minisitra.

« Tian-dry zareo harafitra miaraka amin’ny olona izany; amiko, tsara izany », hoy izy. Amin’izay no ahazoan’ny rehetra mijery hoe: hatraiza ny torohevitra izay natao tamin’ny fakan-kevitry ny Ceni no tafiditra amin’ny mialohan’ny volavolana lalàm-pifidianana nataon’ny komity iraisan’ny minisitera?

Raha namoaka ireny volavolan-kevitra rehetra ireny ny Ceni, izay alefa any amin’ny governemanta: mihaino ihany koa ny hevitry ny olon-drehetra. Izay hevitry ny olon-drehetra izay no nalefa any amin’ny governemanta, araka ny nambarany.

R. Nd.

News Mada0 partages

Banga ny antoko Arema : nodimandry Raharijaona Pierre

Misaona ny tontolo politika, indrindra fa ny antoko Arema. Nodimandry, afakomaly teo amin’ ny faha-75 taony, Raharijaona Pierre. Mpikambana teo anivon’ny antoko Arema ny tenany tamin’ny fotoan’androny. Nanorina ny antoko Arema Matotra anefa izy rehefa nandalo tany efitra ity antoko naorin’ny amiraly Ratsiraka ity, taorian’ny 2002.  Izany hoe, antoko tony fihetsika raha mitaha amin’ireo namany nijanona tao amin’ny Arema.

Efa solombavambahoakan’ i Madagasikara teo aloha, voafidy teny amin’ny distrikan’Atsimondrano, ny tenany. Tsy hita teo amin’ny tontolo politika, intsony izy mialoha ny krizin’ny 2009.

Hiainga eny amin’ny trano fonenany eny Tongarivo, Malaza Andoharanofotsy, anio, ny razana. Hatao veloma farany ao amin’ny FJKM Ankadimbahoaka ary halevina any an-tanindrazany, any Ambohikambana Behenjy Gara, avy eo.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Fanitsiana lalàmpanorenana : kolikoly ny fiara 4 x 4 ho an’ny depiote amin’ny fotoana farany

Hiverina hanohy ny fivoriana ara-potoana faharoa ireo depiote amin’ny herinandro ambony. Resabe hatrany ny fahazoana fiara 4 x 4 hoe kolikoly? Famakafakana…   

Mbola mahabe adihevitra ny fahazoan’ny solombavambahoaka fiara tsy mataho-dalana na tsia. Miseholany hatrany izany isaky ny misy raharaha mafanafana ratsy eny anivon’ny Antenimierampirenena. Teo, ohatra, ny fampiatoana ny filohan’ny Repoblika amin’ny asany, 3 jolay 2015, hoe noho ny tsy fahazoana fiara.

Amin’izao 15 volana tsy hahataperan’ny fe-potoam-piasan’ny Antenimierampirenena izao, vao mainka mahabe resaka ny amin’izay fahazoan’ny solombavambahoaka fiara izay. Na toy inona fanazavana sy fanamarinan-tena, alaim-panahy ihany ny maro hanombana fa mamofompofona kolikoly ny raharaha.

Lazaina, ohatra, fa haloan’ny solombavambahoaka tsikelikely ny fahazoana izany fiara izany, fa tsy maimaimpoana. Nandritra izay telo taona mahery izay, na nisy mandrakariva aza ny fangatahana na fitakiana, tsy nisy firy izay resaka izay. Nahoana no efa hifarana ny fe-potoam-piasana vao hoe haloa tsikelikely?

Tsy tongatonga ho azy ny fahazoana fiara

 Amin’izao fikasan’ny filohan’ny Repoblika hampanao fitsapan-kevi-bahoaka hanitsiana ny lalàmpanorenana izao vao hoe hiaraka hahazo fiara tsy mataho-dalana amin’ny fandoavana izany tsikelikely ireo solombavambahoaka? Tsy tongatonga ho azy izany. Andrasana kendry tohina toy izany ny fiara hoe haloa tsikelikely.

Hahaenjika ny fandoavana tsikelikely ve ireo solombavambahoaka efa tsy nanao izany nanomboka tamin’ny nanombohany ny asany? Tsy fantatra raha mbola ho tafaverina amin’ny toerany na tsia amin’ny fe-potoam-piasana manaraka. Ny fanjakana foibe no hanao antoka amin’izany? Eo no tsy mazava, mamofompofona ratsy…

Efa nahabe resaka hatrany ny amin’ny fifandraisan’ny fahefana mpanatanteraka amin’ireo solombavambahoaka sasany hoe manohana fitondrana, na mpivadibadika, na manao takalon’aina amin’izany. Tena tsy misy kolikoly? Mahagaga fa tsy avelan’ny birao maharitra hanao fanadihadiana ifotony ny Bianco hatramin’izay.

Hanao ahoana indray àry ny resaka fiara tsy mataho-dalana amin’izao fivoriana ara-potoana faharoan’ny Antenimierampirena izao? Hibahan-toerana ny fanitsiana lalàmpanorenana sy ny   fahazoana fiara, ary hoketsaketsaina sy zara fa vita amin’ny fotoana farany ny fandaniana ny lalàna mifehy ny tetibola, taona 2018?

R. Nd.

News Mada0 partages

Fiainana antoko : 15 taona ny Tim any Paris

Tsy eto an-toerana ihany. Hanamarika  ny faha-15 taony koa ny antoko Tiako i Madagasikara (Tim), any Paris, Frantsa. Hotantarehina, anio, any an-toerana izany amin’ny alalan’ny hetsika samihafa, ialohavan’ny lahateny samihafa. Efa nigadona any Frantsa, omaly, ny mpanorina ny antoko, Ravalomanan Marc, sy ny depiote sady mpitondra tenin’ny antoko Tim, Randrianarisoa Guy Rivo.

Tombanana fa ho voaresaka amin’izany ny hiatrehana ny fifidianana amin’ny 2018. Eo koa ny fifampitana ny vaovao misy sy marina eto amin’ny firenena. Manampy izany ny momba ny fanakatonana ny orinasa AAA Tiko ao Andranomanelatra, Antsirabe.

Ankoatra izany, norombahin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra kosa ny loka momba ny fambolena an-tanàn-dehibe “Pacte de Milan”,  mitentina 15 000 euros. Nandritra ny fivorian’ireo ben’ny Tanàna 400 maneran-tany sy ny manampahaizana ary ireo solontenan’ny tanàn-dehibe samihafa nivory tany Valence, Espagne, ny nahazoana izany.

Traikefan’ny CUA

 Natokana ho an’ny tanàn-dehibe, toy ny any Fianarantsoa, Mahajanga, ary Moramanga ho fampiroboroboana ny fambolena an-tanàndehibe io vola io. Hiantsoroka ny fitantanana izany koa ny CUA, amin’ny alalan’ny ben’ny Tanàna, Ravalomanana Lalao, noho ny traikefa efa ananany. Tompon’ny sonia momba ny dinan’i Milan amin’ny vina “Nourrir les villes”, ny volana avrily lasa teo teto Antananarivo, rahateo ny tenany.

Synèse R.

News Mada0 partages

Halevina, anio, ny Pr Zafy : foana avokoa ny lanonana, mikatona ny bar…

Tsy tokony ho toy ny andavanandro ny anio. Halevina any amin’ny fasan-drazany any Betsiaka, Ambilobe ny nofo mangatsiakan’ny filoha teo aloha, Zafy Albert. Araka ny fanapahan-kevitry ny fitondrana, ho andro fisaonana izany ka foana sy tsy azo atao avokoa ny lanonana rehetra, manerana ny Nosy. Hikatona avokoa ireo toeram-pisotroana zava-pisotro misy alikaola. Efa nidina antenantenany hatramin’ny 13 oktobra teo kosa ny sainam-pirenena. Tokony handefa hira milantolanto, tsy maredona na mampitsinjaka na koa handravaka ny fandaharana amin’ny alalan’ny hiram-pivavahana ny haino aman-jery.

Sorona Masina notarihin’ny Mgr Rosario

Hanatrika izany fotoam-pandevenana any an-toerana izany avokoa ireo lehiben’ny andrimpanjakana, hotarihin’ny filoha Rajaonarimampianina. Eo koa ny Praiminisitra Mahafaly sy ny filohan’ny Antenimiera, Rakotomamonjy Jean-Max.

Tsiahivina fa nanaovana Sorona Masina tao Ambanja, notarihin’ny eveka any an-toerana, ny Mgr Rosario, ny alarobia teo izany. Nitohy tao Ambilobe izany afakomaly ka nitsena ny razana ireo vahoaka marobe, mialoha ny hidirana ny tetezan’ i Mahavavy.

Nanaovana ny fomban-drazana Antakarana

 Nampidinina ny nofo mangatsiakan’ny Pr Zafy avy eo,  amin’ny maha Antakarana azy ary nanaovana ny fomban-drazana, mialoha ny hitsakana renirano lehibe tahaka izao, indrindra fa ny renirano masina tahaka ny reniranon’i Mahavavy. Nolanjain’ny vahoaka ny tranovorona tamin’izany. Nentina  tao amin’ny Kolejy Md Joseph, toerana voaomana handraisana azy izany avy eo. Nialoha izany anefa, nampandalovina tao amin’ny tranony tao Matiakoho Ambilobe ny nofo mangatsiakan’i Pr Zafy.

Nandalo an’Ambakirano, tanànan’ny fahatanoran’ny Pr Zafy taorian’izany. Vory marobe ny vahoaka tany an-toerana niondrika sy nanome voninahitra farany ity filoha teo aloha ity. Tonga tany Betsiaka ary izao halevina, anio, amin’ny fasan-drazany izao.

Synèse R.  

News Mada0 partages

Anjoma Nandihizana – Manandriana : dahalo roa lahy nahatrarana basy poleta roa

 Saron’ny zandary avy ao amin’ny kaompanian’ny zandarimaria ao Ambositra, ny herinandro teo ny dahalo roa lahy niaraka tamin’ny basy poleta roa sy bala efatra. Dahalo efa nokarohina hatry ny ela tany amin’ny kaominina ambanivohitra Anjoma Nandihizana, distrikan’i Manandriana, Amoron’i Mania, ry zalahy ireto.

Nanao hetsika ho fampandrian-tany ka nidina ifotony nisafo tanàna ny zandary any an-toerana notarihin’ny kaomandin’ny kaompanian’Ambositra rehefa nahazo ny fanangonam-baovao sy fitrandraham-baovao rehetra momba ireto dahalo raindahiny ireto. Nisy ny fifampitifirana teo amin’ny zandary sy ireo dahalo ka lavo tamin’izany izy roa lahy. Basy vita gasy ny iray amin’ireo basy tratra tany amin’ireo dahalo ireo raha PA marika MAB izay voafafa laharana kosa ny iray. Nohamafisin’ny zandary fa tsy dahalo teo am-panafihana ireo fa ny fikaroham-baovao no nitarika ny fisamborana nokasaina hatao azy ireo hisorohana ny asan-dahalo mety hataony.

Jean Claude

News Mada0 partages

Efa saika hanainga teny Ivato… : fito vavy saika haondrana hampanambadiana any Sina

Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny “Service central des enquetes spécialisées” teny amin’ny seranam-piaramanidina iraisam-pirenena Ivato, ny alarobia lasa teo ireo tovovavy fito halefa hampanambadiana sinoa any Guangzhou Sina. Vidiana mihitsy ireto tovovavy Malagasy ireto…

 

Fantatra nandritra ny famotoran’ny polisy fa hampanambadiana sinoa izy ireo rehefa tonga any Guangzhou Sina. Nohamafisin’ny polisy eo anivon’ity sampandraharaha ity hatrany fa vehivavy Malagasy roa monina any Sina no tena atidoha mikotrika izao fivarotana tovovavy Malagasy izao halefa any Sina. Efa manana mpiray tsikombakomba aminy eto Madagasikara ireto vehivavy Malagasy roa mpivarotra olona ireto ka voasambotry ny polisy tamin’io fotoana io taorian’ny vela-pandrika ny tovolahy roa mpiara-miasa amin’izy ireo. Ny tovolahy iray amin’izy ireo dia voalaza fa mpikarakara ny pasipaoro sy ny “visa”-n’ireo tovovavy handeha ireo. Ny iray kosa mpampian-trano azy ireo eto Antananarivo mandra-pahatonga ny fotoana handehanany hihazo an’i Guangzhou. Mbola tratra tao an-tranon’ity farany ireo tovovavy miisa telo hafa izay vao tonga avy any Sambava ka nokasaina haondrana any Sina. Nilaza ireto tovolahy ireto nandritra ny fanadihadian’ny polisy fa maro ireo tovovavy Malagasy efa nalefan’izy ireo hanambady sinoa any Sina. Misy amin’ireo tovovavy anefa no mitaraina amin’ny ray aman-dreniny aty Madagasikara noho ny fampijaliana mahazo azy ireo any satria toy ny entam-barotra izy ireo rehefa tonga any noho izy ireo amidy amin’ny Sinoa. Ny vola azo amin’izany anefa mijanona ho an’ireo mpandefa sy ny mpanafatra fotsiny ihany.

Tsy lany ketrika mihitsy ireo mpanao tambajotra. Rehefa tsy nahita irika tany amin’ny fandefasana tovovavy hiasa any amin’ny tany Arabo, manjaka indray ny fivarotana tovovavy hampanambadiana ny kelimaso.

Jean Claude

News Mada0 partages

Cisco Antananarivo-Renivohitra, Atsimondrano… : mbola tsy hianatra ny mpianatra hatramin’ny 5 novambra ...

 Hapetraka ny komitin’ny fanaraha-maso isaky ny sekoly, mbola mitsahatra ny fampianarana amin’ny Cisco 25 hatramin’ny alahady 5 novambra, ka anisany ny eto Antananarivo Renivohitra, Atsimondrano…. Izay ny fanapahan-kevitry ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, omaly. Voakasika daholo ny sekoly rehetra na miankina na tsia amin’ireo Zap sy Cisco ireo.      

Mitohy ny fialan-tsasatra ho an’ny mpianatra amin’ny Cisco sivy: Antananarivo Renivohitra, Avaradrano, Atsimondrano,  Ambohidratrimo, Toamaina I, Fenoarivo Atsinanana, Vavatenina, Mahajanga I ary Fianarantsoa. Voakasika avokoa ny Zap rehetra ao amin’ireo Cisco ireo. Iantefan’ny tsy fisokafan’ny sekoly ihany koa ny Zap 24: Anjozorobe sy Mangamila ao amin’ny Cisco Anjozorobe. Zap Sabotsy Ambohitromby, Cisco Andramasina, Zap Ambanivohitra Toamasina ao amin’ny Cisco Toamasina II, Zap Antoby Atsinanana, Zap Mahaditra, Zap Betafo Ville…. Zap Antsatramarina, Cisco Mandritsara. “Mikatona avokoa ny sekoly amin’ireo Zap sy Cisco ireo na sekolim-panjakana na sekoly tsy miankina hatramin’ny 5 novambra ho avy izao. Fepetra noraisin’ny tomponandraikitry ny fanabeazana izao ho fitsinjovana ny fahasalaman’ny mpianatra”, hoy ny tale jeneralin’ny Fanabeazana fototra, Andriamampandry Todisoa, omaly teny Anosy. Nohavaozina ny fifanarahana amin’ny mpiray ombon’antoka hanaraka ny fenitra iraisam-pirenena rehefa misy ny trangana pesta. Miara-miasa amin’ny minisiteran’ny Fanabeazana ny Unicef sy ny OMS. Hofanina eto Antananarivo manomboka amin’ny herinandro ambony ny tomponandraikitry ny fahasalamana any an-tsekoly ho an’ny Dren 22 miaraka amin’ny Unicef sy OMS. Hampahafantarina ireo mpiofana ny fepetra manokana vaovao momba ny pesta sy ny fandraisana an-tanana ireo rehetra eo anivon’ny sekoly miaraka amin’ny torolalana arahana alohan’ny hisokafan’ny sekoly indray.

 

Hapetraka isaky ny sekoly ny komitin’ny fanaraha-maso

“Hapetraka isaky ny sekolim-panjakana na tsy miankina ny komitin’ny fanaraha-maso ahitana ny tale, ray aman-dreny, ny mpanabe ary tokony hisy mpitsabo ihany koa”, hoy ny filohan’ny fikambanana misahana ny ivontoeram-panabeazana laika (AILE), Rakotomalala Célin. “Izahay mihitsy no nangataka ny fametrahana ny komity satria efa nangataka ny hiverina an-dakilasy izahay”, hoy ny fanazavany ihany.  Asiana efitrano fanokanana ny ankizy na mpanabe ahina ho voan’ny pesta. “Hanome fitaovana ahafahana mitily ny hafanana sy ampiasain’ny komity ny Unicef. Hatoro azy ireo koa ny fepetra raisina raha miseho ny tranga pesta any an-dakilasy. Hanombohana ny fiofanana ireo Zap sy Cisco mbola ahitana tranga pesta amin’izao fotoana izao. Tanjona ny hifehezan’ny komitin’ny fanaraha-maso ny fepetra rehefa hiverina ny fampianarana”, hoy ny tomponandraikitry ny Unicef, Sophie Achilleas.

Tokony hisy fifampitsinjovana momba ny saram-pianarana

Nanamarika ny filohan’ny AILE fa tokony tsy hisy ny fanararaotana eo amin’ny talen-tsekoly momba ny saram-pianarana volana oktobra. Mampiasa olona koa anefa ny sekoly ka ilaina ny fifampitsinjovana eo amin’ny ray aman-dreny sy ny mpitantana ny ivontoeram-pianarana tsy miankina. Manomboka izao, hanentana ny sekoly tsy miankina ny AILE hametraka ny komitin’ny fanaraha-maso hatramin’ny 5 novambra satria handray fampianarana ny 6 novambra.

 

Tsy misy fampianarana koa amin’ny oniversite voakasika

Nanome toromarika ho an’ny mpitantana ny oniversitem-panjakana sy ireo ivontoeram-pampianarana ambony ny minisitera hampiato ny fampianarana hitandroana ny fahasalaman’ny mpianatra sy ny mpampianatra, araka ny fanambarana nosoniavin’ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony, Ralijaona Guy, omaly. Voakasika manokana ireo toerana mbola ahitana ny valanaretina pesta.

 Vonjy A.

News Mada0 partages

Ady amin’ny pesta : nanolotra fitaovana ho an’ny mpitsabo ny Orange

Ho fandraisana anjara amin’ny ady amin’ny pesta eto amintsika, nanolotra fitaovana fiarovana ho an’ny mpitsabo sy ny mpikarakara ny marary eny amin’ny hopitaly ny Orange Madagascar, omaly. Natolotra teny amin’ny foiben’ny BNGRC Antanimora ny fitaovana takom-bava 10 000, fono tanana 20 000 ary gel fiarovana amin’ny otrikaretina 200 tavoahangy, ka ny tomponandraikitra ao indray no hitsinjara izany araka ny filana misy. Nitondra ny delegasiona teny an-toerana ny filohan’ny Orange Solidarité, Randriambeloma Josie. Hapetraka eny anivon’ny hopitaly : Ambohimiandra, Befelatanana, Anosiala, HJRA, Anosy Avaratra, Tsaralalàna, Itaosy ary ny toerana fandraisana ny vonjy taitra (Sureca).

Ankoatra izay, mitondra fanohanana amin’ny fandefasana hafatra amin’ny finday manentana ny mponina manoloana ny aretina pesta ny orinasa. Azo antsoina amin’ny laharana orange maimaimpoana rahateo ny laharaa maitso 910 ho an’ireo mila torohevitra momba ny trangana pesta.

Mahatsapa ny tomponandraikitry ny orinasa fa manana adidiy hanampy ny mpiara-belona indrindra ao anatin’ny hamehana entin’ny valanaretina pesta.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Etsy Analakely : iverimberenana ny fanadiovana iadiana amin’ny pesta

Tsy ny pesta ihany no ezahina fongorona eto anivon’ny fari-piadidiana ny Tanànan’Antananarivo Renivoihtra amin’izao fotoana izao, fa ireo aretina rehetra izay mety ateraky ny loto.

Miverimberina matetika, araka izany, ny fanadiovana faobe. Iverimberenana ny fanadiovana ny faritra Analakely sy ny manodidina  izay iarahan’ny ekipan’ny boriborintany voalohany sy ny  sampana mpamonjy voina ary ny DSH (Direction de la santé et de l’hygiène).

Nodiovina tamin’ny ranobe ireo toerana izay lotoin’ny mpatory an-dalana sy ireo mpivarotra amoron-dalana. Teo koa ny famendrahana ranom-panafody famonoana bibikely sy otrikaretina.

Tanjona ny hanairana ny sain’ny tsirairay mba samy handray ny andraikitra tandrify azy amin’ny fanadiovana tokony hatao amin’ny toerana avy nivarotana. Mandrora mitsilany anefa ny ankamaroan’ireo mpivarotra amin’izao fotoana satria mamela ny lotony eo ary izy ireo ihany no miaina amin’izany loto izany.

Nilaza ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny fari-piadidiana ny Tanànan’Antananarivo Renivohitra fa tsy hilefitra intsony amin’ireo izay mbola minia mandoto.

Tatiana A

News Mada0 partages

Minisiteran’ny Fampianarana ambony : hiara-hiasa ny Université de Milan

Hiara-hiasa ny minisiteran’ny Fampianarana ambony sy ny oniversiten’i Milan manomboka izao. Hifototra amin’ny fampianarana ampitain-davitra antsoina hoe “télématique” ny fifanarahana izay natao sonia tany Italia, ny herinandro lasa teo. Voafaritra ao anatin’ny fiaraha-miasa ny andraikitry ny roa tonta amin’ny fanatanterahana ny tetikasa. Hametraka fotodrafitrasa maro mifandraika amin’izany ny mpiandraikitra ny oniversite. Olona avy eto Madagasikara ihany no hampihodina ny oniversite vaovao ka hiteraka tolotrasa maro ho antsika izany. Hanampy amin’ny fanamorana rehetra ahazoan’ny tetikasa mihodina ny minisitera.

Mifanindran-dalana amin’izay, hanome vatsim-pianarana  ho an’ny mpianatra malagasy handranto fianarana any Italia ny université populaire de Milan. Ho mariky ny fisantarana ny fiaraha-miasa, notolorana 1tapitrisa dolara ny minisitera mpiahy.

Nahazo mari-boninahtra ara-pikarohana Associée honoraire en éducation avy amin’ny Université populaire de Milan ny ministra Rasoazananera Monique, nandritra ny diany tany.

Nisokatra ny taona 1901 ny université de Milan ary manana traikefa amin’ny sehatra maro.

Vonjy A.

News Mada0 partages

MesuprES : coup de pouce de l’Université de Milan

A l’issue de sa visite en Italie cette semaine, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres), Marie Monique Rasoazananera, a conclu un accord de partenariat avec l’Université populaire de Milan, visant à améliorer le monde de l’enseignement supérieur. Celui-ci porte sur la mise en place d’une université d’innovation dans le pays, basée sur la formation à distance ou «Télématique».

Selon les clauses de ce partenariat, l’Université de Milan s’engage à mettre en place les infrastructures nécessaires pour la mise en œuvre de ce projet, générateur d’emplois au niveau local, sachant que les deux parties feront appel aux ressources humaines et savoir-faire malgaches pour faire tourner cette université. Une collaboration qui a déjà été matérialisée par la dotation de cette université italienne d’une somme de 1 million de dollars au Mesupres pour initier la réalisation dudit projet.

«L’appui en question, visant à renforcer les compétences des jeunes Malgaches, s’accompagne également d’une dotation de bourses d’études pour les étudiants performants voulant poursuivre leurs études en Italie», a informé Marie Monique Rasoazananera

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Maevatanana : les dahalo sèment la terreur

Malgré les opérations entreprises par le groupement de la gendarmerie Maevatanana pour le renforcement de la lutte contre l’insécurité, les dahalo ne se sont pas laissé démonter.

Depuis lundi dernier, ils n’ont cessé de faire parler d’eux dans le district. En fait, lundi dernier vers 17 heures à Kamotro, après avoir abattu un garçon puis enlevé un enfant qui l’accompagnait, les bandits ont fracassé à coups de hache la tête d’un autre homme qui s’était retrouvé sur leur chemin. Le malheureux a été conduit à l’hôpital de Maevatanana. Ce n’est que jeudi dernier que les bandits ont relâché l’enfant qu’ils ont kidnappé.

A part cela,  des dahalo ont incendié un village de Maevatanana puis sont partis avec les zébus.

Suite à ces attaques successives survenues dans la localité, la population lance un appel de détresse à la gendarmerie pour que celle-ci renforce son effectif sur place.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Certification foncière : tir groupé à Soavinandriana

Une opération de certification foncière groupée vient d’être lancée dans la commune Soavinandriana, région Itasy, ce mois d’octobre. Cette action initiée par le projet Croissance agricole et de sécurisation foncière (CASEF) entre dans le cadre de la mise en œuvre de l’appui à la politique foncière, à l’enregistrement et à la gestion des droits fonciers. Les paysans du fokontany Antorapasika ont été la cible de l’opération depuis jeudi dernier.

La famille de Clotilde Rasolofoarivola a commencé à exploiter un terrain de 4 Ha dans le fokontany d’Antorapasika, voilà maintenant près de trente ans. Ce terrain produit deux tonnes de riz par hectare, selon les explications. Cependant, Clotilde et sa famille ne sont pas si motivés que cela dans leurs activités étant donné que ce terrain de 4Ha n’est  ni certifié ni titré à leur nom.

L’action du Casef arrive à point nommé et Clotilde Rasolofoarivola n’a pas hésité à fournir les dossiers nécessaires pour obtenir un certificat. «Ce sera une assurance pour moi et mes enfants que le terrain que nous exploitons est enfin à nous», se réjouit cette mère de famille.

Si la plupart des paysans ne se sont pas vraiment bousculés pour demander une certification de leurs terrains, c’est à cause du coût requis. «Effectivement, le prix d’une certification demandée au niveau du guichet unique foncier varie entre 45.000 ariary à 90.000 ariary. Un prix hors de portée des paysans. Mais actuellement, grâce à ce projet, le coût a été réduit à 3 000 ariary par certification», a expliqué Justin Joseph Andriambololona, du guichet foncier.

Depuis le début de cette opération, touchant les 16 fokontany  dans la commune de Soavinandriana Itasy, 2 500 demandes ont été déposées. «L’objectif de 3 000 parcelles demandées et certifiées sera facilement atteint car les paysans sont enthousiastes», a-t-il ajouté.

Ayant été entrepris depuis fin septembre 2017 avec la réception des demandes de certificat foncier, le processus de certification foncière groupée dure environ 45 jours. Ainsi, les premiers résultats de certificats fonciers inscrits au profit des bénéficiaires sont attendus fin novembre 2017.

Pour une réforme foncière réussie

Financé par la Banque mondiale à hauteur de 53 millions de dollars, le projet Casef est mis en œuvre par le ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage (MPAE).

Cette opération de certification foncière groupée couvre 12 communes dont six dans la région Vakinankaratra, deux dans la région Analamanga, deux autres dans la région Itasy, deux dans l’Atsinanana et la commune de Mahambo pour la région Analanjorofo.

L’opération foncière engagée actuellement permettra aux ménages ruraux d’accéder à une sécurisation foncière propice à l’intensification de leur production.

Elle concerne seulement les ménages occupant une propriété privée non titrée qu’ils ont exploitée pendant un certain temps.

 A la fin de l’opération en décembre 2017, 24 000 certificats fonciers seront prévus être inscrits au nom des familles bénéficiaires, suivant une prévision de 2 500 demandes de certificat foncier par commune.

Selon les explications de la cellule de coordination du projet dans les régions Analamanga et Itasy, Sariaka Razafimahefa, «13 500 certificats ont été octroyés depuis le début de cette opération».

Il fait savoir que ladite opération a pu être entamée grâce à une collaboration étroite avec la Cellule de coordination de la réforme foncière (CCRF) et de la Direction d’appui à la gestion foncière décentralisée (DAGFD) au sein de la Direction générale des services fonciers (DGSF). En effet, tous les outils techniques (formulaires de demande et de recensement, configuration du logiciel Fi-PLOF), nécessaires à l’opération, sont conçus par la DAGFD.

Nadia

 

News Mada0 partages

Rugby : un délai d’une semaine pour les arbitres

Malagasy rugby a donné un délai d’une semaine pour les prétendants au poste d’arbitre. Notons que la formation et le recrutement se tiendront les 28 et 29 octobre prochains au stade des Makis à Andohatapenaka. Les inscriptions se feront au siège de Malagays rugby à Ankorondrano. Les candidats âgés de moins de 35 ans doivent avoir le diplôme du BEPC. Ce recrutement a été précédé d’une réunion des entraîneurs nationaux qui ont fait un bilan et la préparation des joueurs de haut niveau.

En ce qui concerne les compétitions, Malagasy rugby et Analamanga rugby n’ont pas toujours trouvé un terrain d’entente. Les deux parties campent sur leurs positions et organisent chacune leur championnat régional. D’un côté, le comité ad hoc mis en place par la fédération rassemble sa meute au stade des Makis. De l’autre, Andry Ravelojaona dit Andry La Pie tient son championnat d’Analamanga au stade des Cheminots à Antanimena.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Foot – Poule des as : vers un nouveau sacre de Cnaps Sport

Le club champion de Madagascar, Cnaps Sport, avance à pas de géant vers un nouveau sacre, au terme des deux journées de la poule des as de la THB Ligue des champions. Il vient d’infliger une correction à son principal protagoniste, Elgeco Plus, hier, à Fianarantsoa, et se place aux premières loges du classement général.

Difficiles à battre. Les Caissiers, tenants du titre de la Ligue des champions de Madagascar, maintiennent les rênes au classement général de la poule des as après une victoire tonitruante face à Elgeco Plus. Un adversaire de taille et le plus sérieux des prétendants au titre. Cnaps Sport a ouvert la marque dès la 3e minute grâce à un but de Lalaina.

Et la suite était prévisible car Elgeco Plus a égalisé à la 9e minute. Un but signé par Bila qui reste le fer de lance de cette formation. Elgeco Plus ne comptait pas en rester là. L’autre buteur, Bela, a offert le second but à son équipe à la 29 e minute. La tension est montée d’un cran du côté de Cnaps Sport (2-1). Les deux équipes ont regagné les vestiaires sur ce score.

Et, ô stupeur ! Cnaps Sport a de nouveau frappé au début de la seconde mi-temps grâce à un but de Lanto à la 46e minute. Au top de sa forme, Foroche, qui vient récemment de rejoindre le rang des Caissiers, a prouvé qu’il mérite sa place au sein du club en marquant les deux buts à la 71e et 72e minute.

La tension était à son summum. Le coach de Cnaps Sport a été expulsé de la surface technique à la 80e minute mais les deux formations se sont séparées sur le score de 4 buts à 2 au terme du temps règlementaire. Une victoire synonyme de 6 points plaçant le champion en titre à la 1ère place. L’autre affiche de la journée a opposé Cosfa à HZAM Amparafaravola. Comme aucun des deux n’a voulu lâcher prise, le match s’est terminé avec 2 buts partout.

Rojo N.

Résultats de la seconde journée

Elgeco Plus – Cnaps Sport : 2-4

Cosfa – HZAM Amparafaravola : 2-2

Classement :

1-Cnaps Sport : 6 pts (+3)

2-Elgeco Plus : 3 pts (-1)

3-HZAM Amparafaravola : 1 pt (-1)

4-Cosfa : 1 pt (-1)

News Mada0 partages

Hizara traikefa any toliara ny Tamarin

Tonga ny 19 oktobra teo, any Toliara, ny orkesitra Tamarin, avy any La Possession-La Réunion. Orkesitra mpitsoka mozika efa manana ny lazany. Hihaona sy hifampizara traikefa amin’ireo tanora ao anatin’ny tarika Malagasy Marching Band ireo mpikambana ao aminy.

Na ireo tanora ao anatin’ity orkestra mpitsoka mozika, sahanin’ny fikambanana Bel Avenir, any Toliara, ity aza, tsy vitsy ireo izao vao hifanerasera amin’ny mpilalao karazan-javamaneno tsofina, tahaka izao. Izany hoe, fotoana iray sarobidy ho azy ireo izao fiaraha-manatontosa « résidence de création » na fotoana famolavolana sanganasa vaovao izao.

Haharitra herinandro ny fivahinian’ny orkesitra Tamarin. « Nialoha izany, efa nifandefa « partition » misy ny hiran’izy ireo tsirairay ny tarika roa tonta ahafahana mamantatra sahady ny zava-bitan’ny andaniny sy ny ankilany. Aorian’ity « résidence » ity, hanolotra fampisehoana lehibe sy iraisana ny Tamarin sy ny Malagasy Marching Band », hoy ny tompon’andraikitra ao amin’ny fikambanana Bel Avenir.

Hotanterahina anio, ao amin’ny Vakok’Arts Trano, ao Toliara, io hetsika io. Hitohy ao amin’ny Hôtel Solidaire ao Mangily izany, ny alahady.

Landy R.

News Mada0 partages

Tsy afa-manoatra intsony… : nofoanana aloha ny sehon’i Lalatiana

Tokony nandeha ny 8 oktobra lasa teo ny fampisehoan’i Lalatiana, tetsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina. Noho ny baiko nidina avy amin’ny fitondram-panjakana, amin’ny tsy tokony hisian’ny fivorivoriana anefa, voatery nanapa-kevitra ny avy ao amin’ny mi’Ritsoka Production, mpikarakara, fa hahemotra amin’ny fotoana mahamety azy ny seho.Samy niandry ny daty hahafahan’ny lapan’ny Fanatanjahantena misokatra ho an’ny fampisehoana ny mpikarakara, ireo mpanakanto fa indrindra ny mpankafy. Nihantona teo foana anefa izany, noho ny toe-draharaha mahakasika ny pesta, izay tsy mbola mihatsara hatramin’izao.“Nampanantena izahay fa raha vao miverina amin’ny laoniny, ka tsy misy hatahorana intsony dia hatao ny fampisehoana. Noho ny tranga misy anefa, voatery ny mi’Ritsoka Production sy i Lalatiana manafoana tanteraka ny fampisehoana, ka manome fotoana ireo mpankafy amin’ny manaraka indray”, hoy ny fanambarana tonga taty amin’ny fanoratana.Araka izany, nofoanana mihitsy aloha ilay seho. “Tsy sitraky ny mpanakanto, ny mpikarakra fa indrindra ianareo mpankafy izany. Noho izany indrindra, hisy ny famerenana ny volan’ireo efa nividy tapakila mialoha, tao amin’ny Super Music Analakely”, hoy hatrany ny fanambarana. Araka ny fandaminana, afaka mandalo manomboka ny alatsinainy 23 oktobra ka hatramin’ny asabotsy 28 oktobra ireo hanao ny famerenana ny tapakila.“Tsy maintsy misy ny fiarahana, fa aleo mihitsy milamina ny toe-draharaha mba anatin’ny fo sy saina tony ary vatana salama no hiatrehantsika izany. Mampanantena izahay fa hisy io, ary mety tsy ho ela akory”, hoy kosa ny fanampim-panazavana avy amin’ny mi’Ritsoka Production.Tsy ny mpikarakara hetsika irery no iharan’ny fatiantoka iray lavaka amin’ny tranga toa izao, fa ny mpanakanto ihany koa. Tsiahivina fa ankoatra ity seho goavana ity, tokony nandray anjara tamin’ny “Madajazzcar”, ny “Nosy Be Jazz Festival” ary ireo seho anaty efitrano maromaro toa ilay nokasaina hatao any Antsirabe ny 5 novambra izao i Lalatiana. Foana avokoa anefa izany…

Randria.

News Mada0 partages

Lalatiana : le concert annulé, les billets remboursés

Les préparatifs allaient bon train. Lalatiana était fin prête, après un mois de répétition. Plus de 50% des places étaient déjà réservées. Et pourtant, vu que Miritsoka Production n’a pas encore eu de confirmation de date auprès du palais des Sports et de la culture, il a décidé d’annuler le grand concert et annonce le remboursement des billets déjà vendus.

Il y a deux semaines, Miritsoka Production avait annoncé que le grand concert de Lalatiana qui devait se tenir le 8 octobre au palais des Sports et de la culture à Mahamasina serait ajourné. Une partie du travail de communication a déjà débuté et une partie des billets, vendus. «Depuis l’ajournement, nous avons attendu une confirmation de la date pour pouvoir lancer officiellement les annonces publicitaires. Et pourtant, jusqu’à ce jour, nous n’avons eu aucune réponse. Ainsi, nous n’avons d’autre choix que d’annuler et de procéder à un remboursement des billets. Cela se fera auprès du point de vente Super Music Analakely, durant la semaine prochaine», a annoncé un responsable de l’organisation chez Miritsoka Production.

Des pertes inestimables

«Nous sommes tous perdants dans cette affaire, que ce soit les organisateurs, les artistes, ou même le public», a-t-il poursuivi. Selon notre interlocuteur, Miritsoka Production a pris en charge quelques frais de séjour de l’artiste. «Notre plus grande perte est constituée des droits et taxes qui ont déjà été payés auprès de la commune urbaine, les jours de répétitions des artistes et musiciens. Sans oublier les diverses actions de  communications, comme les panneaux publicitaires…», a-t-il ajouté.

Lalatiana repart à l’Hexagone  

De son côté, Lalatiana est aussi perdante. En effet, plusieurs évènements culturels au pays, en l’occurrence le festival international Madajazzcar, Nosy Be Jazz Festival et quelques autres soirées, auxquels  elle devait participer, ont tous été annulés. «Même la soirée qui devrait se tenir le 5 novembre à Antsirabe est annulée», a poursuivi  Miritsoka Production. Face à tout cela, Lalatiana et son guitariste Rija Randrianivosoa ont décidé d’écourter leur séjour à Madagascar. «Dès que l’épidémie de la peste sera sous contrôle et que l’interdiction de tenir des rassemblements publics sera levée, nous reviendrons pour nos fans», a fait savoir Lalatiana.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Havatsa-Upem : toute une semaine de littérature

Un rendez-vous littéraire organisé tous les ans,  la Semaine de l’Union des poètes et écrivains malgaches (Havatsa-Upem) débutera en fanfare, ce lundi, à l’Académie malgache Tsimbazaza.

Cette célébration sera ponctuée d’une remise de parchemins et par la même occasion, de nouveaux chefs-d’œuvre des membres de l’association seront exposés. La Semaine de l’Havatsa-Upem prendra place au Tahala Rarihasina jusqu’au 29 octobre.

Ce rendez-vous est ainsi fait afin de concrétiser le principal objectif de l’association : la promotion de la littérature et des œuvres  malgaches (la poésie, les romans, etc.). Le fameux slogan  «Andrianiko ny teniko, ny an’ny hafa koa feheziko» qu’on peut traduire globalement par «Je valorise ma langue tout en maîtrisant celles des autres» sera constamment souligné par le biais de cette exposition.

Les passionnés de poésie et de littérature malgache pourront ainsi se régaler, durant une semaine, de l’exposition mais aussi profiter de la présence des grosses pointures de l’Havatsa-Upem.  A part cela, des ventes de livres, des conférences et des débats seront également au programme. Le recueil de poèmes  «Ny tsarako 15 taona natao iray fehezana» de R.H.A Nary fera partie des œuvres à exposer. Soyez sensibles à la littérature malgache et soyez- en fiers !

 Mahenina Randria

 

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires : pourrissement rapide d’un héritage

Les restes mortels d’Albert Zafy ne reposent pas encore dans leur dernière demeure que déjà le message laissé en héritage se déchire en lambeaux. L’homme qui s’en est allé, n’a marqué pas son passage par des réalisations d’édifices matériels, mais par son exemple il a forgé le modèle d’un devoir de rectitude manifesté par une fidélité rectiligne à défendre avec acharnement les valeurs qu’on a faites siennes, des valeurs indispensables au service de l’intérêt public dans un système républicain. De peur d’être en reste au risque de ne pouvoir se vêtir d’un pan d’une popularité prestigieuse dont la population a habillé l’ancien président, nombreux acteurs de la vie publique, qui ne reculent devant rien quitte à faire preuve de nécrophagie, ont engagé une bataille d’héritage, chacun essayant de chausser des souliers du mort dont la pointure leur sied mal.

Couvrir de couleurs de valeur l’absence de vertu

Ils étaient tous présents dès les premiers moments, sauf le Président en exercice qui par «obligation» d’absence n’a pu satisfaire à l’obligation de promptitude pour rendre hommage,  manquement compensé lors de la dernière cérémonie, au risque de déranger l’intimité familiale. A quelques exceptions rares, plus qu’à rendre hommage au disparu, qu’à reconnaitre avec humilité leur erreur d’avoir méprisé de partager un vrai dialogue avec lui, qu’à promettre d’en tirer leçon, nombreux ont profité de l’aubaine de ce décès  pour s’autoproclamer dignes successeurs en tant que gardiens des valeurs défendues par Albert Zafy. Creusés dans cette veine, mêmes «les rendez-vous du Président» publiés en son absence n’ont pas failli. Les scènes renvoient à la mode des selfies qui témoignent d’un appétit de  vedettariat par le reflet que renvoie une approche passagère d’avec une star.

Les faits d’actualité de la semaine suffisent pourtant à interroger, combien dans la réalité il est loin de la coupe aux lèvres.

Le contresens de la réconciliation

La réconciliation depuis des lustres s’embourbe dans des ornières, sans doute du seul fait que l’on refuse à définir les sujets à réconcilier entre eux. L’œuvre que l’on entreprend, aux yeux du grand public semble manifester excès de prétention tout en faisant l’impasse sur le basique des objectifs. En considération du fonctionnement de la vie publique, il ne serait pas faux de faire un constat de désamour grandissant entre la population et la chose publique. En admettant que la population ne conclut pas sur une dépravation totale de l’activité politique, elle y a au moins retiré une partie de sa confiance et plus les choses passent plus elle perd foi en une rédemption. La mission de l’entreprise de réconciliation consisterait ainsi à mener la réflexion sur les causes de cette hémorragie de confiance et de proposer les remèdes pour juguler le mal. Réconcilier le peuple avec la politique, apporterait le nouveau souffle dont le pays manque à s’en étouffer.  Pour y parvenir, le procédé d’inverser rôles et valeurs présente le danger d’aggraver davantage la situation. Le système républicain base le fonctionnement sur une attribution des rôles selon un mode équilibré du partage des pouvoirs. Donner des coups de canif à cet équilibre, déjà mal respecté, en grignotant un peu de pouvoir au législatif et au judiciaire pour en doter une commission de réconciliation, ne saurait que déformer le schéma sur lequel se base l’autorité de l’Etat avec le risque de créer un conflit supplémentaire. Pour être efficiente dans son rôle, toute commission de réconciliation ne peut déborder sur le pouvoir des institutions. De plus, permettre à un organe émanant d’une sorte de cooptation, d’empiéter sur le pouvoir d’institution composée de membres élus par le peuple ou structurée par des éléments  faisant carrière établie sur des hautes capacités techniques, apporte un discrédit à la démocratie. Un non sens que de vouloir réconcilier le peuple avec la vie publique en dépouillant la démocratie du monopole à oindre de légitimité une fonction.

Course à la Présidence, prometteuse de guerre de désunion

Les mauvais coups ou ceux qui sont interprétés comme tels, commencent à pleuvoir. Ce n’est qu’un début, la suite ne peut aller qu’en aggravant le climat de tension. Les candidats déclarés ou en embuscade fourbissent leurs armes. Malgré une absence de confirmation concernant la candidature du Président en exercice, celle ni sans avoir fait l’objet d’une déclaration ne laisse plus qu’une infime place au doute. La stratégie de réviser la constitution pour permettre de se porter candidat sans nécessité de démissionner de son poste de président au préalable, risque de ne pas réussir. Qu’à cela ne tienne, garder les rênes en de bonnes mains occupe une grande importance au regard de la clique actuellement au pouvoir, et pour cause ! A ce poste on a la haute main sur la machinerie de l’Etat et les machinations en conséquence. Le plan B est en marche, nul besoin d’être prophète pour deviner sans grand risque d’erreur, l’identité du prochain «Président par intérim» si les circonstances devaient confirmer l’hypothèse de devoir recourir à cette formule conforme à la constitution. La majorité prépare avec détermination ses armes, des munitions de détail à l’armurerie lourde. Seules inconnues qui peuvent réserver des surprises, les foucades de la population. Déjà les gens se font la leçon d’accepter avec bienveillance les «dons d’achat de suffrages», sans avoir le sentiment d’en être tributaires, veillant à préserver leur liberté de choix, voire de cultiver une réserve à l’endroit de ceux qui pensent pouvoir acheter leur âme.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

La peste à Madagascar (1907) : bulletin de la peste

Cette semaine a été particulièrement fatale. On a enregistré des victimes de l’épidémie dans tous les quartiers et faubourgs de Majunga, y compris le Camp du Rova, demeuré indemne jusqu’alors. La statistique signale douze cas, dont deux Européens, et huit décès. Pareille recrudescence du mal semble avoir jeté un peu d’affolement dans les commissions et conseils sanitaires. L’incohérence et le désarroi des mesures prises commencent à être vivement commentés par le public.

Nous nous garderons bien d’émettre à la légère une opinion mais il nous paraît qu’après deux mois d’expériences et de tâtonnements, certaines fautes d’incurie ou d’impéritie ne devraient plus être commises comme au début du fléau.

Il est inconcevable qu’on n’ait pas encore trouvé le moyen d’arroser les rues au moins à l’eau de mer, ni songé à améliorer le service des vidanges qui n’a jamais été aussi exécrable. D’autre part, les employés à la désinfection continuent dangereusement pour la masse à aller manger et coucher à leur guise et sans plus de précautions dans les quatre coins de la ville. Faute de cases d’isolement aménagées pour Européens au lazaret d’Amboboka, les malades de cette catégorie sont toujours traités à l’hôpital. Il ne faut donc pas s’étonner que tout aille de mal en pis.

Nous croyons savoir qu’une notable partie de la population prépare une supplique de protestation à l’adresse du Gouvernement général où sera posée, en même temps qu’une demande de crédits très opportune, la question de la prohibition de l’immigration asiatique.

Enfin, des malandrins se livrent avec trop de liberté aux exploits les plus audacieux. Ils ouvrent de nuit tous les parcs du bétail de boucherie qu’ils chassent en dehors du cordon sanitaire à la merci de complices avisés et mettent ainsi en danger le ravitaillement de Majunga.

Il serait temps de réprimer énergiquement tous ces désordres.

L’Action à Madagascar (Majunga)

Samedi 21 septembre 1907.

www.bibliothequemalgache.com

 

Tia Tanindranaza0 partages

6 mianaka maty nosemporinaVoasambotra ireo nahavanon-doza

Ny alin’ny 20 septambra no nisehoan’ny fampijaliana niharo famonoana olona 6 mianaka tao Ambatovaventy, distrikan’Antanifotsy.

  Raha ny fizotry ny tantara, nofatoran’ireo olon-dratsy aloha ny mpiambina ny tanànan’izy 6 mianaka izay mpivarotra no asany. Nivatsy tohatra izy niakarany teo amin’ny lavarangana. Ny resaka ren’ireo mpiambina nafatotra nandritra ny naha tao an-trano ireo jiolahy, dia nilaza ny tompon-trano hoe "Ireto ny vola misy ato aminay". « Tsy miraharaha izay volan’ialahy izahay ! », hoy kosa ireo jiolahy, izay azo heverina fa resaka lonilony sy famonoana tsotr’izao no tanjona. Nakatony tao an-trano avokoa izy mivady sy ny zanany 4 mianadahy ary nivoaka nandoro ny trano tokoa ireo mpanafika. Tsy nirehitra anefa ny efitra nisy azy ireo ary rehefa hitan'ireo jiolahy izany, dia niverina izy, ka nisy zavatra napoakan'izy ireo tao an- trano, izay azo heverina fa « Gaz » ary io no namono azy 6 mianaka. Nandray ny andraikiny ny borigadin’ny zandarimariam-pirenena avy ao Antanifotsy nanao ny fikarohana. Anisan’ny nanampy betsaka ny fisian’ireo alika nanao tsongo dia avy amin’ireo zandary mpibaiko alika teny Ivato, nanafaingana ny fahafantarana ny momba ireo nanafika. Nampiasaina koa ny teknolojia nahafahana namantatra haingana ny tarehin’izy ireo ka ny « section recherche criminelle » avy aty Antananarivo no nanampy betsaka tamin’izany. Fa tetsy an-daniny dia nisy koa ny fanampian’ny mponina tamin’ny alalan’ny fanomezam-baovao maro samihafa. Nody ventiny ny rano nantsakaina. Voasambotra ny jiolahy miisa 7 ary niaiky ny heloka nataony. Nisy tamin’izy ireo no jiolahy raindahiny efa nokarohana hatry ny ela. Ny lehilahy iray kosa dia notondroin’izy ireo fa mpanampy azy amin’ny ody gasy isaky ny handeha hanafika. Natolotra ny fampanoavana ny 12 oktobra 2017 ireo jiolahy ireo taorian’ny famotorana azy ka tafiditra am-ponja vonjimaika ao amin'ny fonjan'Ambatolampy avokoa.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha fakana an-kerinyKarohana i Bôly sy Sôla ary Olivia

Fantatra izao, noho ny fanadihadiana nataon’ny borigady misahana ny heloka bevava, fa i Fidimalala Rakotondrainibe (Bôly) dia miray tendro amin’i Pierre Joseph Rakotoarimanana

 (Ram’s) izay samy ekipan’i  Sôla, raindahany (chef de bande) amina  raharaha fakana an-keriny. Raha tsiahivina, teny Anosy Avaratra no adiresy farany nahafantarana fa nisy an’i Ram’s sy Olivia na Olivia Jenny Raharinirina vadiny izay samy efa namoahana ombay mitady. Nandritra ny fidinan’ny BC teny an-toerana dia efa tafatsoaka izy mivady ary navelany tao ny zanany 3 mianadahy. Marihina fa na i Ram’s na i Sôla dia samy efa nisazy teny Tsiafahy avokoa. I Sôla dia efa nigadra tamin’ny naha voarohirohy azy tamina raharaha fakana an-keriny am-polony maro ka rehefa nidoboka teny Tsiafahy ny tapaky ny taona 2015 dia nivoaka ny fonja ny farany volana desambra 2015 ihany. Fantatra fa i Bôly izay anaovana ombay mitady dia miray tendro amin’i Ram’s ary dia azo heverina  fa mety ho ambadika koa i Sôla izay samy efa karohin’ny mpitandro ny filaminana fatratra ankehitriny.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

ORANGE SolidaritéNanolotra fitaovana hiadiana amin’ny pesta

Tonga nanolotra fanampiana ho an’ireo fianakaviana manana ny tsy salama sy ireo tompon’andraikitra eny anivon’ny tobim-pitsaboana

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fialantsasatry ny pestaMbola hitohy hatramin’ny 5 novambra

Ny alatsinainy 6 novambra ho avy izao indray vao hiverina an-tsekoly daholo ireo mpianatra manerana ireo fari-piadidiam-pampianarana 25 nahitana ny valanaretina pesta, araka ny fanambarana nataon’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena omaly.

 

Mbola hitohy haka aina ao anatin’ny fialantsasatry ny pesta ny ankamaroan’ny mpianatra, eny fa na dia ho an’ireo sekoly tsy miankina amin’ny fanjakana aza. Lohalaharana ny fari-piadidiam-pampianarana Antananarivo Renivohitra, Antananarivo Atsimondrano, Avaradrano, Toamasina I, Mahajanga I ary Fianarantsoa. Na izany aza anefa dia hisy hatrany ny hetsika hataon’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka amin’ny alalan’ny fanofanana ireo tompon’andraikitra ara-pahasalamana eny anivon’ny sekoly mba hahatomombana tsara ny fandraisana ny mpianatra. Ny alarobia 25 oktobra ho avy izao no hanatanterahana ny hetsika.  Anisan’ny tanjona ny hahafahana manara-maso ny fahasalaman’ny mpianatra eny anivon’ny sekoly, ny fametrahana efitrano manokana natao handraisana ireo ahiahiana ho voan’ny pesta, ny fepetra raisina raha toa ka misy marary tokoa. Tsiahivina fa anisan’ny manampy betsaka ny minisitera amin’ny fanatanterahana izany rehetra izany ny OMS sy ny UNICEF.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoHo bado eto ihany

Fomba fanabadoana hafa kely ve sa ahoana no mitranga fa toa mahalasa saina ihany ? Amin’ny maha zaza sy ankizy ary mbola tanora fanahy azy ireo dia mitotorebika aloha amin’izao fotoana izao ny kilonga satria mitohy ny fialantsasatra.

 Etsy an-kilany kosa dia miezaka mandamindamin-dresaka hatrany ireo tompon’andraikitra ambony misahana ny fanabeazana amin’ny alalan’ny filazana fa tsy misy ny atahorana ny amin’ny fahataran’ny fandaharam-pianarana. Ny kalandarin’ny ivontoerana sosialy misahana ny fahasalamana (ISH) mikasika ny fanentanana amin’ny ady amin’ny pesta anefa amin’ny volana desambra no fiafarany. Dia mbola mipetraka foana ny fanontaniana hoe fa iriana haharitra mihitsy ve ity valanaretina pesta ity sa tena efa paika maloto hahatonga antsika ho bado eto ihany na raha vantanina dia hoe fanabadoana amin’ny fomba hafa kely ? Aretina tany Eoropa efa tany amin’ny taona 1800 ny pesta ary ny taona 1930 izy no nandripaka ny antsasaky ny Eoropeanina saingy tamin’izay fotoana izay kosa no nanako farany tany an-toerana ny teny hoe “Pesta”. Dia tsy mba handray lesona amin’ny fitsaboana sy fisorohana ny aretina mihitsy ve fa dia mbola hotarihina hatramin’ny oviana izy ity ? Inoana fa tsy vao haingana no nisian’ny soso-kevitra hoe hatokano amin’ny toerana iray faran’izay midadasika ireo marary isam-paritra kanefa ankehitriny dia ireo dokotera madinika indray no miaiky fa tsy mety ny fomba fiady amin’ny pesta amin’izao fotoana satria be loatra ireo toeram-pitsaboana handraisana ireo marary. Sanatria dia tsy ho takatrana profesora hatramin’izay ve ny fanapahan-kevitra tsotra toy izany ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanampiana ny ankizy mpianatraMiara-miasa ny CUA sy ny UNICEF

Manana vina ny hanatsara sy hampivoatra hatrany ny asa sosialin’ny mponina, izay eo ambany fiadidiany ny Ben’ny tanànan’Antananarivo Lalao Ravalomanana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Trano eny Soaniedanana PK 67Hatao mitovy endrika avokoa

Hatao mitovy endrika avokoa manomboka izao ireo trano rehetra haorina ao amin’ilay tanàna vaovao natsangan’ny fikambanana HAFARI Malagasy eny Soaniedanana PK 67 lalam-pirenena fahefatra.

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Antananarivo RenivohitraNahazo loka iraisam-pirenena

Roa taona izay no nisian’ny Dinan’i Milan na ny “Pacte de Milan” momba ny politikan’ny fizakan-tena ara-tsakafo ho an’ny tanàn-dehibe,

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalaina Berthnès“Hampidi-kizo mpandimby i Rajaonarimampianina”

Vaovao mafana eo amin’ny tontolo politika eto Madagasikara amin’izao ny fitsanganan’ny rafitra vaovao misahana ny fampihavanam-pirenena na CFM sy ny fikasan’ny filoham-pirenena,

J. Mirija

 

Madagate0 partages

Zafy Albert. UE: il restera dans la mémoire du pays par sa grande empathie et son honnêteté

Peu de temps après l’annonce, c’est avec tristesse que la Délégation de l’Union européenne a appris le décès de l’ancien président de la république de Madagascar, Pr Zafy Albert.

L’Ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar, Antonio Sanchez-Benito, ainsi que l’ensemble de la Délégation de l’Union européenne à Madagascar, exprime ses sincères condoléances aux autorités et au peuple Malagasy, et plus particulièrement à la veuve et aux enfants du défunt, à ses plus proches parents et amis, ainsi qu’aux membres de son parti politique.

Le Président Zafy restera dans la mémoire du pays par sa grande empathie et son honnêteté, ainsi que son engagement en faveur du développement, de la démocratie et des droits de l’Homme, qui lui ont apporté beaucoup d’estime de la population et de la Communauté internationale./.

Midi Madagasikara0 partages

Nosy Varika : Un homme arrêté avec un fusil à pompe

Un homme vient d’être appréhendé par des gendarmes de la compagnie de Mananjary pour port et détention d’arme illégale. Résident à Nosy Varika, le suspect dispose d’un fusil à pompe de marque «Dominion Arms Grizzly » qui n’est pas destiné au civil en tant qu’arme de 1re catégorie. D’autant plus que ce type d’arme ne figure pas dans les équipements des forces de l’ordre à Madagascar. Puisque le suspect n’a pas d’autorisation de détention de ce genre d’arme, la gendarmerie a saisi le fusil à pompe. Pour l’instant, aucune information n’a filtré quant à l’origine de cette arme. L’Enquête est en cours. Ce n’est pas la première fois qu’on entend parler de circulation de ce genre de fusil d’assaut chez des malfaiteurs. Le problème est de constater que jusqu’ici, aucune explication sur la manière dont ils sont entrés dans le pays.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Ambodimadiro-Maevatanana : Lehilahy iray maty voatifitry ny jiolahy

Notafihan’ny andian-jiolahy nirongo fitaovam-piadianana ny lehilahy iray, ka namoy ny ainy rehefa voatifitra. Tao amin’ny fokontany Ambodimadiro,kaominina Maevatanana voalohany, no nitrangan’ny fanafihana, ny alarobia lasa teo, tokony ho tamin’ny 09 ora sy sasany alina. Araka ny tatitra voaray avy any an-toerana, fitolahy nitondra basim-borona no nanafika tao an-tranon’ilay rangahy. Nandritra  ny fanafihana dia notifirin’ireo olon-dratsy tamin’ny basy avy hatrany, ary maty tsy tra-drano, voatifitra basy teo amin’ny fony. Lasan’ireo jiolahy ny vola sy ny finday. Nidina tany an-toerana ny Zandary sy ny dokotera nanao fizahana. Ny borigadin’ny Zandary avy eto Maevatanana no misahana ny famotorana. Mitohy ny fikarohana ireo jiolahy.

Fa etsy andanin’izay, eo anatrehan’ity resaka tsy fandriampahalemana manjaka any an-toerana dia tapaka tamin’ny fivorian’ny OMC, izay ahitàna ireo tompon’andraiki-panjakana na tompon’andraikitry ny filaminana, tany an-toerana fa hapetraka ny tsy fahafahana mivezivezy amin’ny alina. Indrindra fa ao amin’ny distrikan’i Maevatanana. Efa nihatra nanomboka ny alakamisy teo ity tsy fahafahana mivezivezy amin’ny alina na « couvre-feu » ity, izay manomboka amin’ny sivy ora alina ka hatramin’ny efatra ora maraina. Tsy ao anatin’ireo kosa ireo izay tratry ny tsy fahasalamana sy ireo fiara mpitatitra izay mifamezivezy amin’iny lalam-pirenena fahaefatra iny, araka ny fampitam-baovao azo.

Ratantely

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar0 partages

Funérailles d’Albert Zafy – Une journée de deuil national décrétée

L’acte décrétant la journée de deuil national, sur tout le territoire aujourd’hui, a été publié jeudi. Toutes les festivités publiques et la vente de boissons alcoolisées sont interdites.

Acté. La journée d’aujourd’ hui est officiellement décrétée journée de deuil national. Une journée de recueillement de la Nation pour rendre un dernier hommage au professeur Albert Zafy, dont les funérailles se dérouleront ce jour à Betsiaka, Ambilobe.Le décret, officialisant le deuil national, a été publié jeudi, sur les médias publics. Sa signature a dû attendre le retour de Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, de son voyage à Rome, Italie. Les drapeaux en berne, mesure qui a été de mise depuis le jour du décès de l’ancien chef d’État, le 13 octobre, seront maintenus. Comme le souligne l’acte présidentiel, toutes activités festives ainsi que ventes de boissons alcoolisées sont suspendues pendant la journée du samedi 21 octobre 2017, jour de deuil national.Selon le général Angélo Ravelonarivo, préfet de police d’Antananarivo, les fêtes d’ordre privées ne sont pas concernées par les restrictions. Il souligne, toutefois, que les festivités publiques, payantes ou non, seront strictement interdites durant cette journée. Pour la capitale en particulier, le préfet indique que des patrouilles des forces de l’ordre circuleront dans tous les quartiers de la ville afin de vérifier l’application sur terrain des suspensions d’activités prévues pour la journée de deuil national.« Les commerces ou endroits qui dérogeront au prescrit du décret encourent le retrait des licences autorisant la vente de débit de boisson, ou même la fermeture de l’établissement concerné », a souligné le général Ravelonarivo.En principe, l’ébriété publique ne sera pas non plus tolérée, aujourd’hui.

Bien faireLe suivi de l’application sur terrain des comportements à observer durant cette journée de deuil national, pourrait s’expliquer d’abord par le fait qu’il s’agit d’un dernier hommage rendu à un ancien président de la République. Ensuite, pour éviter que le recueillement de la Nation en l’honneur d’une personne qui a marqué de son empreinte le pays, ne soit pas que sur le papier.C’était le cas, par exemple, durant la journée de deuil national décrété en la mémoire de Régis Gizavo, accordéoniste de renommée mondiale, le 27 juillet. À Antananarivo, les points de vente de boissons alcoolisées ont continué comme si de rien n’était, les établissements de festivités comme les bars, les salles de karaoké, ou encore des boites ont encore fait carton plein. Même certains bâtiments administratifs n’ont pas respecté le deuil, avec des drapeaux hissés haut.Pour les funérailles de l’ancien président Albert Zafy, l’État semble vouloir faire bien les choses et ne laisser place à aucune fausse note. Ceci, en faisant en sorte d’abord que la journée de deuil national soit suivie sur tout le territoire. Puis, en affichant le recueillement de la Nation, à Betsiaka, durant l’inhumation de la dépouille du professeur au chapeau de paille.Le couple présidentiel, absent depuis le retour au pays du corps du chirurgien cardiologue, présentera ses condoléances à la famille d’Albert Zafy aujourd’hui. Il sera accompagné d’une forte délégation gouvernementale et de parlementaires, et plusieurs personnalités politiques seront présentes par ailleurs, durant le service funèbre et l’enterrement de l’ancien chef d’État, dans son tombeau familial, à environ deux kilomètres de sa commune natale. Aujourd’hui, la Nation fera ses adieux au professeur.

Garry fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Prévention de la peste – La reprise des cours repoussée en novembre

Un comité de vigilance et une salle d’isolement doivent être mis en place au niveau des écoles. Ceci nécessite une suspension des cours de deux semaines.

Deux semaines de pause scolaire. Toutes les écoles, privées et publiques, des zones où la peste sévit ne pourront rouvrir leurs portes qu’après l’opérationnalisation d’un comité de vigilance et d’une salle d’isolement par établissement. Ce dispositif devrait être fonctionnel d’ici le 6 novembre. Et c’est à cette date que les cours devront reprendre pour toutes les écoles des circonscriptions scolaires (CISCO) et zones d’administration et pédagogique (ZAP) où des cas de peste ont été enregistrés.« Ce comité contrôlera l’état de santé de chaque élève avant et pendant la classe. Il fera la première constatation dans la salle d’isolement et appellera la ligne verte 910 si l’élève présente les signes cliniques de la peste », explique le Dr Todisoa Andriamam-pandry, directeur général de l’Éducation fondamentale et de l’alphabétisation (Dgefa) au sein du ministère de l’Éducation nationale à Anosy, hier. Il rassure qu’il n’y aura pas d’année blanche.Ce comité sera composé du personnel de chaque établissement, mais aussi des parents d’élèves. Ses membres seront formés sur les mesures à prendre pour le fonctionnement de ce protocole de gestion de suspicion de peste dans les écoles.

Reprise des coursEn outre, chaque salle d’isolement sera dotée d’équipements de protection, à savoir des masques, des gants, mais aussi d’un thermomètre et de l’eau, que le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (Unicef) a promis de fournir.Pour les deux prochaines semaines, donc, les cours seront encore suspendus pour tous les établissements scolaires des CISCO Antanana-rivo-ville, Avara-drano, Atsimondrano, Ambohidra-trimo, Toamasina I, Fénérive-Est, Vavatenina, Mahajanga I, Fianarantsoa. Certaines ZAP à Anjozorobe, à Andra-masina, à Toamasina II, à Miarinarivo, à Soavinandriana, à Lalangiana, à Vohibato, à Ambalavao, à Antanifotsy, à Betafo, à Tsiroanomandidy, à Fenoarivobe, à Port Bergé, à Mandritsara, à Anosibe An’Ala et à Ambositra devront aussi fermer leurs portes pendant deux semaines. « C’est pour éviter la propagation de l’épidémie », informe le ministère.Pendant ces vacances de peste, certaines écoles privées donnent des devoirs à la maison à leurs élèves. Ce qui oblige des parents d’élèves à continuer à payer les frais de scolarité. « Les écoles privées ne devront pas profiter de la situation», lance le directeur national des institutions laïques pour l’éducation, Célin Rakotomalala, aux responsables des écoles privées.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Karting - Rotax – Le titre tend les bras à Tommi

Tommi Rajoelison dispose de quatre-vingt points d’avance sur son dauphin. Une bonne posture pour décrocher le titre, dimanche, quatrième et dernier Grand Prix de la saison.

En ballotage favorable. Tom­mi Rajoelison (Kosmic) est confortablement installé sur le fauteuil de leader du classement général de la catégorie Max Evo, à une manche de la fin du championnat de Madagascar de karting rotax. Le jeune pilote de quatorze ans est crédité de 280 points, soit deux victoires et une deuxième place lors des trois courses disputées jusqu’à présent.Derrière lui, son dauphin, Haja Nirina Rakoto­malala (Sodikart) possède 200 unités à son compteur. Vu son avance, Tommi peut voir venir, durant le quatrième et dernier Grand Prix de la saison, ce dimanche, sur le circuit Total Karting Imerintsiatosika. Questionné par rapport à la situation, il se dit décontracté.« C’est vrai que je suis en tête au général. Mais je ne me mets pas de pression pour autant. Bien évidemment, j’aimerais finir la saison en beauté avec une nouvelle victoire. Mais, d’un autre côté, il y a un risque de passer à côté, et donc c’est un peu compliqué », souligne-t-il.Un risque minime cependant. Pour que Haja Nirina soit titré, ce dernier doit d’abord décrocher les 100 points de la gagne. Et aussi, il doit espérer que Tommi finisse au-delà de la septième place, et n’engrange que 10 points ou moins.

Noa domine Pour ce quatrième GP, la piste mesurera 1350 mè­tres, soit l’une des configurations les plus longues du circuit Total Karting Mada­gascar. Les pilotes l’emprunteront en sens normal.Autre condition de course à prendre en compte en plus du tracé et de l’altitude, la chaleur influera considérablement sur les performances des karts. Pour dimanche, les prévisions météorologiques annoncent des pics à 27°C. « Concernant les réglages et la stratégie de course, on verra dimanche matin, lors de l’essai chrono », affirme Tommi à ce sujet. Ce qui sera le cas pour les autres pilotes du peloton également.Du côté de la catégorie Espoirs, trois coureurs peuvent encore être sacrés. Noa Pfau (Merlin) est en tête du classement général avec 280 points. Mais son avance sur ses rivaux est moins importante. En effet, Nathan Baumann (Mach 1) et Mirija Randriatsarafara (Sodikart) comptent chacun 220 unités. La bataille entre les trois jeunes pilotes promet d’être intense ce dimanche.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Moramanga – Un bébé de deux mois tué

Un nouveau-né de 2 mois mortellement fauché par un automobiliste a causé un émoi sur la RN2, à Ambodinifody-Moramanga, jeudi, à 8 heures. Sa mère,  grièvement blessée, se trouve toujours à l’hôpital principal de ce district. Elle sera transférée dans une autre clinique pour une radiographie, selon les explications de l’Adjoint-commandant de brigade routière (ACB) local, joint au téléphone, hier. D’après les premiers détails de l’enquête sur les circonstances de l’accident, la mère et son bébé, dans ses bras, venaient de descendre du bus. « Ils allaient rejoindre l’autre côté de la route lorsqu’un autre véhicule roulant à fond les ont percutés de plein fouet. Projetés à dix mètres, ils n’ont plus réussi à se relever », a indiqué un témoin oculaire.Le chauffard les a conduits à l’hôpital de Moramanga, mais le bébé a succombé à ses blessures, trente minutes après l’arrivée au serviced’urgence. « Toujours sous le choc, la mère reste encore dans le silence, jusqu’à hier soir », rapporte l’ACB.La voiture avait transporté des médicaments pour Toamasina. Le conducteur sera déféré devant le parquet de Moramanga, lundi,d’après les informations de la gendarmerie.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Internet – Mahajanga à l’heure du 4G

Le haut débit débarque dans le chef-lieu de la région Boeny. La connexion 4G d’Orange Madagascar permettra de booster les PME locales.

Après Antsiranana, le 18 août dernier, le lancement officiel de la 4G Orange a eu lieu hier à l’hôtel les Roches Rouges à la Corniche Mahajanga. L’ensemble des opérateurs économiques a répondu présent à cette soirée.Michel Degland, le directeur général d’Orange Madagascar, a tenu particulièrement à être présent à cette cérémonie, s’il a manqué celle d’Antsiranana.« La qualité du réseau Orange est une véritable force qui nous permet de continuer à proposer des solutions de qualité afin de permettre l’intégration des nouvelles solutions numériques dans les activités des professionnelles», a-t-il souligné.La délégation d’Orange Madagascar a profité de l’occasion pour s’enquérir et collecter directement les besoins des clients et futurs clients, en vue d’apporter les meilleures solutions pour le développement de leurs activités et ainsi offrir la meilleure qualité de service.Le ministre des Postes, des télécommunications et du développement numérique, André Neypatraiky Rakotomamonjy, a, pour sa part, annoncé le financement par son département du projet d’interconnexion du bureau de la mairie de Mahajanga avec ceux des fokontany.« La ville où j’ai passé ma scolarité m’a beaucoup donné, à moi de donner en retour. Dans le contexte de développement, le secteur des télécommunications doit jouer un rôle majeur, un rôle de catalyseur afin de soutenir les efforts entrepris par le secteur privé, mais aussi par l’État », a-t-il mentionné.

Numérique pour tous« Le numérique ne doit exclure personne et mon ministère entreprend déjà différents projets pour que la population soit bénéficiaire du projet présidentiel Le numérique pour tous. Les vacances numériques que nous avons déployées en août et septembre, notamment avec Orange Madagascar, en sont un exemple», a rappelé André Neypatraiky Rakotomamonjy.Par ailleurs, le maire de Mahajanga, Mokhtar Andriantomanga, a évoqué le chemin parcouru par la Cité des Fleurs pour être une ville modèle, et il a souligné le rôle important des nouvelles technologies pour le développement.Autrefois centre actif d’industries de transformation, Mahajanga est aujourd’hui un haut lieu du tourisme local et est le deuxième port de Madagascar. Actuellement, le gouvernement travaille étroitement avec les autorités locales pour donner vie à l’ambition de l’État qui est de faire de la Cité des Fleurs une ville pilote en termes de développement.« La commune urbaine a, d’ailleurs, été félicitée par la Banque mondiale pour son initiative de mettre en place le système de recouvrement des taxes des marchés municipaux via le Mobile Money. Orange Madagascar et Mahajanga ont ainsi noué un lien d’amitiés et de partenariat qui va bénéficier durablement à la population locale », a ajouté le premier magistrat de la ville.L’arrivée de la 4G est une excellente nouvelle pour les opérateurs économiques locaux, ce afin de favoriser des usages innovants. C’est également une opportunité unique pour les entreprises malgaches, qu’elles soient petites, moyennes ou grandes, d’être présentes à l’international. Le numérique leur permettra de se positionner sur la carte des entreprises du monde, et d’avoir ainsi une vraie vie internationale. Un véritable atout,  notamment, pour le tourisme.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Cinéma – Le « T-Movie Action Awards » ravit les cinéphiles

Les retrouvailles de tous les férus du septième art de la capitale, c’est tel un mini-festival que le « T-Movie Action Awards ». 

Un événement fraternel qui s’affiche comme étant fédérateur pour tous les cinéphiles. Le « T-Movie Action Awards » rempilera pour une nouvelle édition ce week-end au Centre Malgache pour le Développement de la Lecture Publique et l’Animation Culturelle (CEMDLAC) Analakely. Prenant l’allure d’un festival, ce rendez-vous, initié par l’association de cinéastes T-Movie conviera le public à s’imprégner de l’univers du septième art malgache dans sa généralité. Un univers riche et qui ne cesse de s’épanouir au gré du contexte socio-économique national, mais qui mérite amplement de gagner en notoriété sur la scène internationale aussi. Depuis jeudi  donc, ce sont trois joursd’échanges et de partages autour de la pérennisation de l’industrie du cinéma dans la Grande île qui a égayé le CEMDLAC Analakely. L’initiative de ce « T-Movie Action Awards » étant parallèlement soutenue par l’Unesco en vue de valoriser le cinéma malgache comme un véritable promoteur du folklore et de la culture malgache dans toute sa splendeur.

« Trois jours d’initiation »Eric Andriantseheno, président de l’association T-Movie affirme : « À travers notre association, on fédère principalement les jeunes. Le fait est que la jeunesse actuelle s’intéresse de plus en plus au monde du cinéma. Une discipline artistique en constante évolution et dont le marché continue à s’épanouir tout autant ».Des projections de courts-métrages réalisés par les cinéastes membres du T-Movie, des débats, des rencontres avec des acteurs du septième art national, des expositions, ainsi que la présentation de quelques extraits de pièces de théâtre garnissent le programme de ce « T-Movie Action Awards ». En outre, les manifestations qui se tiendront dans le cadre de cet événement laisseront la part belle à l’initiation aux cinéphiles et passionnés présents aux divers métiers du cinéma, le tout à travers la forme de quelques ateliers improvisés. Notamment, en ce qui concerne l’actorat, le montage, la réalisation et aussi la production. Des certificats ont été remis de la part de l’association T-Movie, de l’Office malgache du cinéma (Omaci), ainsi que du ministère de la Culture, de la promotion de l’Artisanat et la sauvegarde du Patrimoine à tous ceux qui ont participé aux ateliers. « Il importe d’inculquer auprès de tous ceux qui se disent professionnels du cinéma les véritables valeurs et normes qui régissent une telle industrie. On salue et soutient ainsi chaque initiative qui va dans ce sens, notamment celle du T-Movie dont on est particulièrement fier» confie Bon-Temps Ramitandrinarivo. De même, l’association T-Movie œuvre activement à la ratification de la politique nationale portant sur le septième art national. L’objectif étant de contribuer à l’émergence d’une nouvelle génération de cinéastes professionnels et respectueux des normes de production.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Élections – Une charte pour cadrer les partis politiques

Accord. Dans l’optique d’un apaisement durant le processus électoral, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) compte amener les entités politiques souhaitant prendre part à la joute à s’accorder sur une charte de bonne conduite.Sauf changement, la Ceni organisera une réunion des formations politiques désireuses de prendre part aux élections, au lendemain du rapport du comité interministériel chargé de la rédaction des avant-projets de texte destinés à composer le nouveau cadre juridique du processus électoral. Un rendez-vous dont l’objectif est de les convaincre d’adhérer à une convention de bonne conduite à suivre avant, pendant et après les élections.« Plusieurs partis politiques sont d’accord avec cette idée », indique Thierry Rakoto­narivo, vice-président de la Ceni. L’acte devant instaurer un respect mutuel entre les belligérants du processus électoral, ou encore l’éthique politique et le respect des résultats des votes, n’aura toutefois pas une force exécutoire. Pareille démarche a déjà été faite durant les préparatifs des élections de fin de Transition, en 2013.Les entités politiques s’étant alignées à la ligne de départ des élections de sortie de crise, se sont accordées sur certains principes de bonne conduite à respecter, afin d’assurer un processus apaisé, même après le vote. Des accords qui ont semblé être vite oubliés dès le début de la campagne électorale. Des contestations de résultats du vote ont mêmefailli mettre le feu aux poudres, après les scrutins. L’apaisement électoral semble surtout dépendre d’une volonté sincère des acteurs politiques.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Football - Poule des As – Foroche offre la victoire à la CNaPS Sport

La CNaPS Sport Itasy est désormais seule en tête du classement général, en phase aller de la Poule des As. Et ce, après une victoire sur Elgeco Plus Analamanga, hier au stade Moderne d’Ampa­sambazaha, à Fiana­rantsoa, lors de la deuxième journée. On s’attendait à un choc entre les deux grosses écuries et on n’a pas été déçu.Lalaina a ouvert la mar­que pour les Caissiers dès la 3e minute (1-0). Sonné par ce but prématuré, Elgeco Plus n’a pas tardé à réagir par Bila (9e, 1-1), avant de passer devant grâce à Bela (29e, 1-2).À la mi-temps, le cham­pion d’Analamanga menait par deux à un. Un avantage de courte durée, toutefois. Lanto a tout d’abord égalisé une minute après le retour des vestiaires, avant que Lucien « Foroche » n’inscrive un doublé (72e et 73e).Absent de l’effectif des Caissiers depuis le mois de février, Foroche a rejoué pour la première fois hier. Et il a déjà planté deux buts, rappelant ainsi ses performances de la saison dernière, quand il avait terminé meil­leur buteur de la compétition.

Dos-à-dosEn début d’après-midi, avant ce choc Cnaps Sport-Elgeco Plus, HZAM Alaotra Mangoro et Cosfa Anala­manga ont été aux prises, en ouverture de cette deuxième journée. La rencontre s’est conclue sur un résultat de parité.Besona a ouvert la mar­que pour HZAM quelques instants avant la pause (44e, 1-0). Mais Nonot a ramené les siens dans le match en début de seconde période (57e, 1-1). Les joueurs d’Alao­tra Mangoro ont pris l’avantage une deuxième fois, une dizaine de minutes plus tard, grâce à Herinantenaina (70e, 2-1). Mais c’était sans compter sur Ravelino, qui a remis les deux équipes à égalité pour la deuxième fois (82e, 2-2). Et c’est sur ce score de deux buts partout que les deux formations se sont séparées.Au classement général, la CNaPS Sport mène la danse avec six points. Elgeco Plus la suit à trois longueurs, tandis que Cosfa et HZAM sont chacun crédités d’un point. Il reste une troisième et ultime journée dans cette phase aller, prévue ce dimanche, avec les duels Cnaps Sport-Cosfa et Elgeco Plus-HZAM au programme.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Manifestation des étudiants en médecine

Les étudiants de la 3e à la 6e la faculté de Médecine d’Antananarivo réclament au ministère de la Santé publique, leur indemnité de stage impayée depuis plusieurs mois. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique aurait déjà versé leur part.

L'express de Madagascar0 partages

Tourisme – Une Danoise meurt  de chaleur à Isalo

Accident. Une septuagénaire danoise a succombé en visitant le parc national d’Isalo. L’accident s’est produit jeudi aprés-midi, selon une source locale. «Elle a succombé suite à une complication d’insolation. Il fait trop chaud ici, en ce moment, cela a sûrement provoqué une déshydratation chez elle. Elle s’est évanouie et a perdu la vie par la suite», explique le Dr Dauphin Radesy, médecin chef du Centre hospitalier de référence du district à Ranohira, joint au téléphone, hier. Selon Rivo Randrianarison, chef prévisionniste du service de la météorologie à Ampandria-nomby, la température maximale aux environs de la région d’Ihorombe, dont Isalo, a atteint 35°C, ce jeudi.Ce ne serait pas le premier accident répertorié dans le parc national d’Isalo. En octobre 2014, un autre touriste y a perdu la vie, selon encore le Dr Dauphin Radesy. Ces touristes devraient faire attention pour ne pas arriver à une telle situation. « Les touristes, surtout les personnes âgées, ne devront pas fournir trop d’effort, pendant les visites », enchaine le médecin.Le transport du corps de la défunte vers l’aéroport international d’Ivato, pour son rapatriement vers son pays d’origine, s’est fait par voie terrestre.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Illustration – « Inktober » incite les dessinateurs à se surpasser

Un événement d’envergure internationale qui fédère tous les illustrateurs, à travers les réseaux sociaux chaque année. « Inktober » engage les intéressés à une créativité sans limite.

Rassembler tous les passionnés d’illustration de tous âges et de tous horizons autour d’un événement à la fois ludique et resplendissant de créativité. C’est dans cette optique que l’initiative « Inktober », un anglicisme conjuguant « ink », encre, et « oktober », octobre, a vu le jour en 2009 d’après l’idée originale de l’illustrateur américain Jake Parker.« Je suis parti d’un concept visant à fédérer tous les illustrateurs du monde entier autour d’un défi fraternel. L’objectif consiste à améliorer les compétences de chacun et à développer de bonnes habitudes de travail durant le mois d’octobre auquel j’ai dédié cet événement. Depuis, cela a pris l’envergure d’une entreprise mondiale, avec des milliers d’artistes qui relèvent le défi tous les ans », explique Jake Parker sur son site.Comme chaque année, le défi « Inktober » revient pour envahir les réseaux sociaux. Pendant tout le mois d’octobre, les dessinateurs, professionnels et amateurs, sont invités à créer, chaque jour, un dessin à l’encre, sans filet, sur un thème imposé. Aujourd’hui, le défi a même une déclinaison francophone, « The French Inktober » qui permet de découvrir les nouveaux talents des pays francophones, dont Madagascar.

Une illustration de Stephan Iro Pelayo pour le 16e jour du Inktober sur le thème du jour Gras, qu’il a tenu à représenter à travers une caricature de la momie mixée avec le mignon personnage de Disney Baymax.

Les illustrateurs malgaches au taquet !

Conjuguant plusieurs inspirations, entre abstrait et réalisme, les dessinateurs malgaches illustrent avec vivacité leur vision de la société. Ils sont près d’une bonne trentaine d’illustrateurs malgaches à œuvrer activement chaque jour pour égayer les réseaux sociaux. Autant de talentueux dessinateurs et illustrateurs pour lesquels on vous invite à découvrir en suivant le #inktober sur facebook. Notamment dans le groupe attitré comme « Inktober Gasy de Madagascar », mais aussi dans le groupe « Gasy Tia Sary ». Vous pouvez y suivre directement les illustrateurs les plus aguerris comme Jari Bede Razanamparany, Yves Robinson, Heri Shinato, Stephan Iro Pelayo, Njaka Ny Aina Andriantsoa, ou encore Heryfield Bezara et tant d’autres encore. Par ailleurs, si l’envie vous prend de dessiner et de participer au « Inktober », il n’est jamais trop tard. À vos crayons et lancez-vous !

La vitesse et la rapidité brillamment retranscrites en dessin par Herimaholy Randriamasinoro dit Heri Shinato par ce dessin où il conjugue heroic fantasy et science fiction.

Des règles simples

Le principe du « Inktober » est tout ce qu’il y a de plus simple. Chaque participant doit réaliser, au quotidien, un dessin exclusivement à l’encre, le poster en ligne sur les réseaux sociaux en le légendant avec le hashtag #inktober et #inktober2017. Il s’agit de répéter le tout, chaque jour, en respectant le thème du jour, lequel contribue à éveiller l’inspiration de chacun. En outre, il est interdit de retoucher les dessins qui doivent être réalisés uniquement à l’encre ou colorés à la main, au feutre, par exemple. Les dessins numériques sont donc interdits, l’illustrateur peut par contre scanner ou photographier son illustration pour le poster en ligne.

L’élégance et la grâce illustrées par Heryfield Bezara pour le 17e jour du Inktober, un dessin à travers lequel il a retranscrit sa personnalité taquine et satirique.

 

Les thèmes journaliers de cette édition 2017 du Inktober que Jake Parker a imposés pour inspirer les illustrateurs du monde entier.

Le logo du Inktober créé par l’illustrateur américain Jake Parker.

Andry Patrick RakotondrazakaPhotos fournies

L'express de Madagascar0 partages

Illustration – « Inktober » incite les dessinateurs à se surpasser

Un événement d’envergure internationale qui fédère tous les illustrateurs, à travers les réseaux sociaux chaque année. « Inktober » engage les intéressés à une créativité sans limite.

Rassembler tous les passionnés d’illustration de tous âges et de tous horizons autour d’un événement à la fois ludique et resplendissant de créativité. C’est dans cette optique que l’initiative « Inktober », un anglicisme conjuguant « ink », encre, et « oktober », octobre, a vu le jour en 2009 d’après l’idée originale de l’illustrateur américain Jake Parker.« Je suis parti d’un concept visant à fédérer tous les illustrateurs du monde entier autour d’un défi fraternel. L’objectif consiste à améliorer les compétences de chacun et à développer de bonnes habitudes de travail durant le mois d’octobre auquel j’ai dédié cet événement. Depuis, cela a pris l’envergure d’une entreprise mondiale, avec des milliers d’artistes qui relèvent le défi tous les ans », explique Jake Parker sur son site.Comme chaque année, le défi « Inktober » revient pour envahir les réseaux sociaux. Pendant tout le mois d’octobre, les dessinateurs, professionnels et amateurs, sont invités à créer, chaque jour, un dessin à l’encre, sans filet, sur un thème imposé. Aujourd’hui, le défi a même une déclinaison francophone, « The French Inktober » qui permet de découvrir les nouveaux talents des pays francophones, dont Madagascar.

Une illustration de Stephan Iro Pelayo pour le 16e jour du Inktober sur le thème du jour Gras, qu’il a tenu à représenter à travers une caricature de la momie mixée avec le mignon personnage de Disney Baymax.

Les illustrateurs malgaches au taquet !

Conjuguant plusieurs inspirations, entre abstrait et réalisme, les dessinateurs malgaches illustrent avec vivacité leur vision de la société. Ils sont près d’une bonne trentaine d’illustrateurs malgaches à œuvrer activement chaque jour pour égayer les réseaux sociaux. Autant de talentueux dessinateurs et illustrateurs pour lesquels on vous invite à découvrir en suivant le #inktober sur facebook. Notamment dans le groupe attitré comme « Inktober Gasy de Madagascar », mais aussi dans le groupe « Gasy Tia Sary ». Vous pouvez y suivre directement les illustrateurs les plus aguerris comme Jari Bede Razanamparany, Yves Robinson, Heri Shinato, Stephan Iro Pelayo, Njaka Ny Aina Andriantsoa, ou encore Heryfield Bezara et tant d’autres encore. Par ailleurs, si l’envie vous prend de dessiner et de participer au « Inktober », il n’est jamais trop tard. À vos crayons et lancez-vous !

La vitesse et la rapidité brillamment retranscrites en dessin par Herimaholy Randriamasinoro dit Heri Shinato par ce dessin où il conjugue heroic fantasy et science fiction.

Des règles simples

Le principe du « Inktober » est tout ce qu’il y a de plus simple. Chaque participant doit réaliser, au quotidien, un dessin exclusivement à l’encre, le poster en ligne sur les réseaux sociaux en le légendant avec le hashtag #inktober et #inktober2017. Il s’agit de répéter le tout, chaque jour, en respectant le thème du jour, lequel contribue à éveiller l’inspiration de chacun. En outre, il est interdit de retoucher les dessins qui doivent être réalisés uniquement à l’encre ou colorés à la main, au feutre, par exemple. Les dessins numériques sont donc interdits, l’illustrateur peut par contre scanner ou photographier son illustration pour le poster en ligne.

L’élégance et la grâce illustrées par Heryfield Bezara pour le 17e jour du Inktober, un dessin à travers lequel il a retranscrit sa personnalité taquine et satirique.

 

Les thèmes journaliers de cette édition 2017 du Inktober que Jake Parker a imposés pour inspirer les illustrateurs du monde entier.

Le logo du Inktober créé par l’illustrateur américain Jake Parker.

Andry Patrick RakotondrazakaPhotos fournies

L'express de Madagascar0 partages

Un fusil à pompe confisqué

Un fusil à pompe de marque Dominion Arms Grizzly a été découvert chez un quidam, à Sahavato-Nosy Varika, mercredi. Cette lourde arme n’est utilisée ni par la gendarmerie ni par la police, ni par les forces armées. Elle est surtout interdite au civil. Son détenteur a été placé en garde-à-vue à la gendar­merie pour enquête sur l’origine du fusil.

L'express de Madagascar0 partages

Bemiray – « Pour que la mer ne soit plus la limite de notre rizière »

Il est difficile de ne pas chroniquer sur Le Sujet d’actualité qu’est la peste, tout comme sur l’assassinat du capitaine Thomas Sankara, il y a trente ans. Heureusement, Tom Andriamanoro nous propose également un thème moins lugubre, plutôt écolo, la notion de complexe touristique écolodge.

Burkina Faso – Au pays des citoyens balayeurs

15octobre 1987- 15 octobre 2017. Le temps passe vite. Trente ans déjà que Thomas Sankara est parti, et rien n’a changé dans sa maison familiale. Quelques objets  personnels que pour rien au monde Blandine, sa mère, ne voudrait déplacer : des photos épinglées au mur, une bicyclette, deux guitares ramenées certainement d’Antsirabe, la ville des Mahaleo où le capitaine a fait sa formation d’officier (à l’Académie militaire). « Ils font partie de notre vie, d’autant plus que d’autres sont restés dehors ». Une allusion à Blaise Compaoré qui avait promis de passer et n’est jamais venu, « J’aurais pourtant aimé qu’on se dise les yeux dans les yeux si ce qu’on raconte est la vérité ou pas ». Des reliques bien modestes en mémoire du Président-musicien qui avait mis la culture avant toute chose.C’est lui qui avait  repositionné le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), ressuscité les salles de Ouaga, créé des formations musicales dans toutes les tranches d’âge dont les « Petits chanteurs aux poings levés ». Le grand Blaise comme on l’appelle s’évertua à l’enterrer, une seconde fois, sous couvert de « Rectification de la Révolution », mais, apparemment, sans résultat. Sa traitrise a trop heurté l’esprit des « Hommes intègres » pour que ces derniers voient en lui un continuateur de l’œuvre de Sankara.Les héritiers idéologiques du capitaine, dont beaucoup ne l’ont même pas connu, ont grandi et ils ont créé, en 2013, le mouvement « Balai citoyen ». Pourquoi diable un pareil symbole qui, à la limite, pourrait prêter à dérision ?« Un balai, ça n’est jamais que quelques brindilles fragiles. Mais une fois nouées, elles deviennent un instrument efficace pour se débarrasser de toutes les ordures. Et Dieu sait s’il y en avait sous le régime Compaoré : dictature, impunité, corruption, fainéantise… »Ce sont ces « citoyens balayeurs », secondés par les femmes qui n’avaient pour toutes armes que leurs spatules, qui se sont soulevés en 2014 pour empêcher le Coup d’État constitutionnel de Blaise Compaoré : au pouvoir depuis déjà 27 ans, il voulait modifier la Loi fondamentale pour obtenir un nouveau mandat. Et comme il avait la majorité à l’Assemblée nationale, cela devait passer comme une lettre à la poste. C’était oublier les citoyens balayeurs qui, eux aussi, ont mis le cap sur l’Assemblée nationale. Un cortège interminable avançant au son de l’hymne national, les mains en l’air pour bien montrer qu’ils étaient désarmés. Personne ne s’arrêtait ni ne reculait, malgré les tirs en l’air à balles réelles de la garde présidentielle.

Le capitaine Thomas Sankara figure parmi les chefs d’État africains révolutionnaires.

La patrie ou la mortSankara était bien présent tel un commandant invisible, et sa prédiction était en train de se réaliser : « Tuez-moi et il naîtra des milliers de Thomas Sankara ». En voyant s’approcher cette déferlante que rien ne pouvait plus endiguer, de nombreux honorables parlementaires choisirent de déguerpir en escaladant les murs, et ce qui devait arriver arriva : l’incendie de l’hémicycle par la foule en colère. Ce jour-là, en mettant en échec un dictateur tout puissant avec leurs mains nues, les Burkinabés ont compris que ce qui sort de la volonté de l’homme, même les rêves les plus fous, était réalisable. Un de ces rêves qu’ils ont toujours caressés était d’amener la mer jusqu’au Burkina Faso en creusant tout ce qu’il faudra creuser. Ils n’ont pas eu les moyens de le faire, par contre ils ont construit des aérodromes et gagné la bataille du rail pour amener leurs ressources, notamment minières, jusqu’à cette mer qui manquait tant à leur pays enclavé.Après l’Assemblée nationale, les insurgés ont voulu « visiter » les superbes villas des dignitaires du régime, question pour tous ces laissés-pour-compte dont l’horizon immobilier se limitait à leur petit carré de tôle rouillée, de voir « comment ils vivaient ». Le plus célèbre de ces  apparatchiks était le propre frère du Président, François Compaoré, qui s’est approprié jusqu’à la rue passant devant sa résidence. Les manifestants étaient d’abord muets de stupeur devant tant de fastes. Puis le pillage en règle a commencé, aucun carreau, aucune ampoule ne devant rester à sa place. Les lieux autrefois interdits tels quelque temples sacro-saints ont ensuite été ouverts au grand public, certainement pour servir de lieu de réflexion et de méditation…

Le journaliste de Jeune Afrique, Sennen Andriamirado, a interviewé le capitaine Thomas Sankara en 1986 à Paris.

Un des prochains épisodes de la tragédie de Thomas Sankara se jouera-t-il dans un autre pays, plus précisément en Côte d’Ivoire qui a offert l’asile et la nationalité à son bourreau ? Les écoutes téléphoniques ont prouvé qu’après la chute de Compaoré, des milieux influents ivoiriens travaillaient à son retour au pouvoir, dont le Président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro. C’était compter sans les révélations du général burkinabé Gilbert Diendéré, auteur d’un putsch raté proCompaoré en septembre 2015. Le général avait dévoilé que pour faire son coup, il avait reçu des fonds et du matériel en provenance directe de l’État-major d’Alassane Ouattara. Or les prochaines présidentielles ivoiriennes mettront probablement face à face ces deux dinosaures qui ont tous tenu un rôle obscur dans les affaires burkinabé. Une intrigue à suivre avec son lot de révélations gênantes, et où il sera exclu de se faire des cadeaux…

La réception de l’écolodge de la réserve de Vohimana, située dans le parc national d’Andasibe.

Environnement – Introduction à l’écolodge

L’écolodge est une infrastructure d’accueil obéissant à la philosophie et aux principes-clés de l’écotourisme. Il ne se limite pas au logement, mais offre aux touristes une éducation et des expériences participatives.

La phase de planification d’un écolodge est très importante. Plusieurs points ne sont pas à négliger, comme :-le choix de la région,-l’approche locale de la population et la prise en compte de son avis,-l’identification des critères de développement,-la coexistence entre les valeurs locales et internationales.Parmi les directives sur la construction proprement dite, il faut :-choisir un terrain qui a une bonne capacité d’absorption d’eau,-préférer un site offrant de nombreuses possibilités d’activités,-prioriser les ressources humaines locales,-tenir compte des habitudes des riverains, s’inspirer des formes, matériaux et techniques de l’endroit,-étudier les systèmes de gestion des déchets,-intégrer le logement du personnel dans la conception du plan de masse.

Sa gestion doit respecter l’environnement et prendre en considération plusieurs paramètres dont :-l’installation dans un milieu naturel isolé, riche en biodiversité,-une utilisation maximale des ressources locales,-une  bonne table, qui permet aux clients de se regrouper à l’extérieur pour apprécier les soirées en milieu naturel,-une atmosphère conviviale et relaxante,-des facilités et services se rapprochant de la nature.En réunissant les points forts pris dans ces critères, on  aboutirait à un écolodge modèle où l’on retrouverait quelque chose du Vakona d’Andasibe, du Relais de la Reine de l’Isalo, et du Relais du Masoala…

Source : Landscape Development Interventions

Épidémie – La peste, une histoire ancienne chez les autres

Pour bien situer les grandes épidémies en général, et la peste en particulier, le Moyen-âge est un repère incontournable. Un moment de civilisation décrié par les « humanistes » du siècle des Lumières, défendu au contraire par ceux qui y trouvent les fondements de la société occidentale moderne, depuis la floraison des universités à la nouvelle organisation des villes et la montée en puissance de la bourgeoisie commerçante. Il s’étend sur mille ans du Vè au XVe siècle de l’ère chrétienne. Le Moyen-âge n’est donc pas homogène, et on le divise généralement en trois parties : le Haut Moyen-âge (du Vè au VIIIè siècle), le Moyen-âge central (du IXe au XIIIe siècle), et le Bas Moyen-âge (XIVe et XVe siècles). Cette fin du Moyen-âge est traversée de crises graves, dont la Guerre de Cent Ans et les épidémies de peste, sans parler de la lèpre importée d’Orient durant le Haut Moyen-âge. Elle a durablement marqué les esprits et favorisé la création, par l’Église, de maladreries et de léproseries qui ne fermeront qu’en 1699.

En d’autres lieux, comme le montre ce tableau, peint en 1804 par Antoine-Jean Gros intitulé « Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa », la peste est une maladie des siècles passés.

EndémiqueMais la plus grande épidémie du Moyen-âge fut la « Peste noire » qui s’abattit sur l’Europe dans les années 1340, désorganisant totalement le tissu social. La « Peste noire » n’était pas, à proprement parler une nouvelle venue, puisqu’elle avait déjà frappé au VIè siècle. Mais il faut reconnaître que le bacille de la peste, découvert en 1894 par Yersin, a une action rapide et violente. Entre 1347 et 1352, la peste priva la France de 35% de sa population, un taux qui, dans certaines régions, est même monté jusqu’à 70%. Un peu partout il faudra attendre le XVIIe, voire le XVIIIe siècle, pour retrouver le niveau de population d’avant 1347.Après des accalmies, en général, la peste ne disparaît pas, mais reste endémique avec, de temps à autre, de violentes poussées. Ce fut le cas en 1628 et 1642 quand tout le royaume fut touché. Elle réapparut de 1720 à 1722 mais se cantonna à la Provence. Quelles sont les raisons pour lesquelles le royaume de France a pendant aussi longtemps été vulnérable aux grandes épidémies ? Les chercheurs en ont identifié un certain nombre :-la densité de la population dans les zones les plus exposées ;-la vitalité des échanges et la mobilité de la population ;-la confluence de plusieurs bassins épidémiques ;-le mode de vie et l’hygiène publique. Les eaux stagnantes, vectrices d’épidémie, sont fréquentes en ville, notamment à proximité des activités nécessitant une forte humidité et une macération ;-la production d’ordures et d’excréments qui s’entassent.Les éléments de cette liste suffisent à expliquer pourquoi une calamité, enterrée depuis des siècles dans certains pays, est restée d’une cruelle actualité dans d’autres.

Le matériel et l’habillement des agents de désinfection et de désinsectisation montrent que la peste reste un fléau du 21e siècle, à Madagascar.

Rétro pêle-mêle

Les Japonais et Madagascar. Selon des statistiques de 1999, les cinq destinations africaines préférées des Japonais sont l’Égypte, le Maroc, l’Afrique du Sud, le Kenya, et la Tunisie. Pour sa part, Madagascar se situe en neuvième position. Parmi les Japonais qui connaissent le pays, on retiendra les journalistes de l’audiovisuel, les membres d’associations et de sociétés représentées à Madagascar, les hommes d’affaires, ainsi que les volontaires de l’Association Croix du Sud œuvrant dans le domaine agricole. Des universités comme le Kansai University envoient périodiquement des étudiants en « Expedition Club ».

Le saxophoniste de jazz japonais, Sadao Watanabe, un habitué de Madajazzcar.

Les Japonais peuvent prendre des vacances à trois moments de l’année : le Nouvel An, la Golden Week au début mai, et la période d’Obon en août. 90% des touristes japonais visitant Madagascar font le circuit Andasibe-Morondava-Taolagnaro. Cet itinéraire naturaliste est préféré à la plongée, au surfing, à la Route du Sud, et même à l’observation des baleines. Sur le plan culturel, Madagascar a déjà accueilli de grands noms comme ceux de Yutaka Fukuoa qui s’est produit avec la troupe Bakomanga, ou du saxophoniste Sadao Watanabe invité par Madajazzcar. On recense pas moins d’une quarantaine d’étudiants malgaches au Japon, et leur association est particulièrement active, organisant des manifestations de notoriété comme le « Madagascar Day » au Itabashi Sanban Hall de Tokyo.Le plus insolite attachement à Madagascar vient de cette famille qui, tous les ans, effectue un pèlerinage à Antsiranana en mémoire de quatre officiers de marine japonais morts dans les eaux malgaches durant la Deuxième guerre mondiale.

Lettres sans frontières

Jacques GodboutIn  Salut Galarneau

Je veux « vécrire »

J’avais déjà rêvé, quand j’étais avec Maryse, de devenir le roi d’une chaîne de stands, pas seulement d’un autobus à frites sur le bord d’une route à l’île Perrot, mais d’avoir quinze, vingt autobus dans la province, un peu partout. C’est une question d’intelligence et d’organisation, pourquoi est-ce que je ne serais pas capable de faire marcher ça ? Je ne suis pas plus bête qu’un autre. J’ouvrirais une école, la première semaine, dans la cour, pour que tous mes concessionnaires sachent faire les mêmes bons hot dogs, les mêmes hamburgers juteux ; j’aurais des spéciaux, Texas style, avec des tomates et de la laitue, je n’aurais qu’à surveiller, circuler d’un stand à l’autre ; ça m’évitera de penser à Maryse, je ne verrais plus Jacques parce qu’il y a des limites à ne pas dépasser. Je pourrais même engager des Français comme cuisiniers, ils ont bonne réputation, je pense. C’est des drôles de gens, ils sont toujours pressés, faut que ça saute, ils sont faciles à insulter. Du monde nerveux ! ça doit être à cause de la guerre, ça devait être terrible, les bombardements, l’occupation, les tortures, la Gestapo.J’envisage un projet d’envergure nationale, non mais, c’est vrai ! Nous devons, nous Canadiens français, reconquérir notre pays par l’économie ; alors, pourquoi pas le commerce des hot dogs ? Je ne suis pas séparatiste, mais si je pouvais leur rentrer dans le corps aux Anglais, avec mes saucisses, ça me soulagerait d’autant.J’ai des visions comme ça, des tas de visions, des rêves qui se bousculent dans le grenier. Je sais bien que de deux choses l’une : ou tu vis, ou tu écris. Moi je veux « vécrire ». L’avantage, quand tu « vécris », c’est que c’est toi le patron, tu te mets en chômage quand ça te plaît, tu te réembauches, tu élimines les pensées tristes ou tu t’y complais, tu te laisses mourir de faim ou tu te payes de mots, mais c’est voulu. Les mots, de toute manière, valent plus que toutes les monnaies.Jacques peut bien garder ma femme, la bichonner, la dorloter, lui faire des enfants blonds, les élever, écrire pour la télévision, faire de l’argent, il ne sait pas ce que c’est qu’un cahier dans lequel on s’étale comme en tombant sur la glace, dans lequel on se roule comme sur du gazon frais planté.Ce midi dix-huit octobre, toutes les feuilles des arbres alentour sont tombées, et celles du salon aussi. Happy birthday ! Il faut naître un jour ou l’autre.

Textes : Tom AndriamanoroPhotos : L’Express de Madagascar - AFP  

 

L'express de Madagascar0 partages

Sortie – Et la lumière fut  à la Terrace avec « Electro Night »

L’ambiance fluorescente s’impose dans les clips tendances sur nos écrans. En plus des décors qui mettent en valeur les couleurs vives, mises en valeur par les lumières noires, les maquillages sur les visages des gens s’illuminent comme par enchantement. On se croit se trouver dans un autre monde. Tout est beau, tout est magique ; comme dans un film de sciences fictions, Avatar en occurrence. Et le disque-jockey a une part importante dans cette soirée qui porte le thème de «  Electro Night ».La bonne humeur se distille aux rythmes de la musique du temps moderne. Sous l’effet de la lumière noire, les boissons deviennent cristallines ; les sourires affichent les dents plus blanches que jamais. On se sent au top de sa forme malgré tout. Une bonne formule qui sert à remonter le moral en cette période où tout le monde ou presque broie du noir.Au moins à La Terrace hier, la lumière était omniprésente dans tout ce qu’on regarde. C’est peut-être l’effet « électro light ». En tout cas, ça a fait du bien.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Le président de la République  en escale pour Betsiaka

L’avion spécial transportant le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, et son épouse, ainsi que les personnalités qui les accompagnent a atterri à l’aérodrome d’Arrachart Antsiranana, hier vers 15h30. Le couple présidentiel venait de Sambava où il a assisté à la rentrée officielle des écoles privées catholiques du diocèse d’Antsiranana.  L’accueil de la délégation présidentielle a été quelque peu léger, car  seules les autorités locales assurant les intérims étaient présentes à l’aéroport, les autres étant déjà parties à Ambilobe pour assister aux funérailles du Pr Albert Zafy.D’après les explications données par le chef de l’État, l’escale d’Antsiranana est consacrée au repos nocturne avant de rejoindre Betsiaka, ce jour. Le couple présidentiel ralliera donc ce matin le lieu d’enterrement de l’ancien président de la République. Il voyagera à bord d’un hélicoptère de la base navale d’Antsiranana (BANA).« Nous venons souvent à Antsiranana pour nous consacrer à nos devoirs », a encore déclaré Hery Rajaonari­mampianana.Ce n’est pas encore cette fois-ci que le Président de la République verra et endurera l’état lamentable de la route reliant la capitale du Nord à Ambilobe. Ce serait aussi le cas pour des anciens chefs d’État et autres personnalités politiques qui fouleront le sol de Betsiaka pour la première fois de leur vie. Or, certaines personnes profitent de l’or extrait dans cette localité. Gageons que cela les inciteront à réhabiliter cette portion de route dite nationale.

Raheriniaina 

L'express de Madagascar0 partages

Fermeture des universités et instituts.

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a décidé de suspendre les enseignements dans les universités et instituts privés dans les régions où des cas de peste sont déclarés. Ceci pour préserver la sécurité et la santé de tous. La courbe des nouveaux cas n’a pas encore fléchi.

L'express de Madagascar0 partages

Mesures sur la hausse du prix  du riz.   

Le ministère du Commerce et de la consommation prendrait des mesures face à la hausse du prix du riz sur le marché. Le kilo du riz est actuellement vendu à 2 200 ariary, que ce soit le “makaolika”, ou le riz local. Ce serait de l’abus.

L'express de Madagascar0 partages

Un gendarme tué et son père décapité

Un gendarme principal de classe exceptionnelle (GPCE) a été tué par balle, tandis que son père a été décapité par quatre bandits armés de fusil de chasse, à Bevoha-Manatsara, à 1km de Farafangana. Les faits se sont déroulés jeudi, vers 19h 30. Tata Théophile, le GPCE, est connu pour ses services au groupement de la gendarmerie de Farafan­gana. Il a rendu visite à son père lorsque l’attaque a eu lieu.

L'express de Madagascar0 partages

Interprétation africaine de la Constitution

Le sang coule au Togo, les images de tortures perpétrées sur des civils et les activistes sont insoutenables. Les réalités que vivent les opposants en République Démocratique du Congo ne sont pas moins terrifiantes. L’appétit de pouvoir est tellement grand que la raison s’est tue. Tous les moyens sont bons et la Constitution n’est plus garante de quoi que ce soit en Afrique. La liste des pays où elle a été instrumentalisée est longue. Citons, le Tchad où elle était modifiée en 2005 et a permis à Idriss Deby Itno à se maintenir au pouvoir depuis son coup d’État de 1990. En Mauritanie, en 1991, la modification de la Constitution a permis à Ould Taya de rester au pouvoir à son renversement par coup d’État en août 2005.En Guinée –Conakry, la Constitution a été modifiée en 2002. Elle voulait autoriser le feu président Lansana Conté à se représenter, à la fin de son second et dernier mandat aux élections présidentielles. Au Burkina Faso, elle a été manipulée par Blaise Comparé au pouvoir depuis son coup d’État de 1987. En Ouganda, sa modification en 2005 a permis le maintien d’Yoweri Museveni au pouvoir depuis sa victoire militaire contre le régime en place en 1986. En Tunisie, en 2002 la Constitution permet désormais au Président Zine Ben Ali de se représenter à l’élection présidentielle de 2004 qu’il a remportée pour un quatrième mandat. Lui qui, en 1987, avait destitué le premier président tunisien, a juré de mettre fin à la présidence à vie. Il y a aussi le Cameroun, le Togo et… Madagascar.Au Togo, la Constitution a été modifiée en 2003 et a permis à feu EYADEMA de se faire réélire pour un troisième mandat de cinq ans, au terme de 36 années de pouvoir jusqu’à sa mort en 2 OO5. Mais les choses se compliquent. Gnassingbé, qui est au pouvoir depuis 2005, après presque 40 ans de règne de son père sur le pays, fait le forcing pour retoucher la Constitution. L’opposition refuse un référendum sur une modification de la Constitution qui permettrait à Faure Gnassingbé de se présenter aux scrutins de 2020 et de 2025. La population réclame le retour à la Constitution de 1992 qui prévoit la limitation des mandats présidentiels à deux, et le rétablissement d’un mode de scrutin à deux tours.En République Démocratique du Congo, Kabila le sanguinaire a déjà réalisé deux mandats, la Constitution ne lui permet pas de se représenter.  Son deuxième et dernier mandat a pris fin en décembre 2016. Mais il manipule la CENI qui joue en sa faveur car elle étend son pouvoir encore un peu plus alors qu’une présidentielle devait initialement avoir lieu fin 2017 selon l’accord dit «de la Saint-Sylvestre». Alors des violences sans précédent ont été créées dans le Kasaï. Et la Céni a estimé qu’il n’était «pas possible» de tenir le délai. Aussi, un « plan » prévoit le maintien au pouvoir du chef de l’État en reportant l’élection présidentielle à fin 2019 au plus tôt et en modifiant le mode de scrutin.En Afrique, la Constitution est interprétée, modifiée au gré de l’appétit des égos des dirigeants. Que ce soit en Afrique du Nord, Est, Centre ou Ouest, ces pays ont tous un seul dénominateur commun : « modifier la Constitution pour s’éterniser au pouvoir ». Au-delà de la peste et la poudre de perlimpinpin pour faire passer les maux, pourrait-on lire ce qui se passe à Madagascar à l’échelle des exemples africains ?

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Ligue Europa – Victoire à l’extérieur pour Ludogorets

Le Ludogorets Razgrad d’Abel Anicet Andrianan­tenaina a réalisé la bonne opération de la troisième journée, jeudi soir, en Ligue Europa. Le champion de Bulgarie s’est déplacé au Portugal à cette occasion.Il a enregistré une victoire sans bavure à l’extérieur, sur le terrain du Sporting Club de Braga. Score final deux buts à zéro, avec une réalisation de Moti en première mi-temps (25e) et un but contre-son-camp de Raul en seconde période (56e).Titularisé en milieu de terrain avec son maillot floqué du numéro 12, Abel Anicet Andrianantenaina a bien tenu son rôle comme à son habitude, et apporté sa pierre à l’édifice dans ce succès important. Important, car il permet au Ludogorets Razgrad de s’emparer du fauteuil de leader dans le groupe C.Le champion de Bulgarie est désormais crédité de sept points. Il dépasse son adversaire du jour, le Sporting Club Braga, qui compte six unités. Dans l’autre rencontre de cette poule, Hoffenheim (Allemagne) a vaincu à domicile Basaksehir (Turquie), sur le score de trois buts à un.Le club allemand s’installe en troisième position grâce à cette victoire (3 pts), tandis que la formation turque ferme la marche au quatrième rang (1 pt).La prochaine journée de cette phase de groupe de la Ligue Europa est fixée pour le jeudi 2 novembre. Le Ludogorets accueillera Braga cette fois-ci.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Ibity – Huit personnes foudroyées

La saison intermédiaire n’a pas duré longtemps et voici déjà celle des pluies, du moins pour quelques parties de la région du Vakinankaratra. Ainsi, les habitants de la commune rurale d’Alatsinainy Ibity ont enduré une grosse averse pendant tout l’après-midi du jeudi 19 octobre.Mais une fois que la pluie a cessé, le tonnerre a rugi et les éclairs ont illuminé le ciel. Autrement dit, la foudre est tombée. Elle a même frappé toute une famille qui était en train de construire sa maison. En fait, le père, la mère et leurs trois enfants ainsi que les quatre maçonss’étaient abrités dans l’habitation non encore terminée pendant que les éléments se déchainaient. La foudre a alors tué toute la famille et trois des bâtisseurs. Le rescapé a été évacué à l’hôpital d’Antsirabe pour des brûlures graves, le malheureux est d’ailleurs très choqué et n’a pas encore retrouvé tout son esprit.La foudre est aussi tombée à Ambohibary, ce même jeudi. Aucune victime n’est à déplorer mais l’élément naturel a complètement détruit toutes les portes et fenêtres d’une maison nouvellement inaugurée.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Arbitres - Formation de mise à jour

Vu l’évolution incessante des règlements de compétition de basketball, la commission centrale des arbitres de cette discipline organisera une formation de mise à jour.Pour commencer, le stage de recyclage sera réservé aux arbitres membres de la commission régionale d’Ana­lamanga, dont le but vise à actualiser leurs connaissances sur les nouvelles règles pour les années 2017 et 2018. La formation se tiendra ce jour, dans la matinée, à l’aca­démie nationale des sports (ANS) à Ampefiloha à partir de 8h30.« Différents points seront à l’ordre du jour, mais l’un des plus marquants sera surtout le changement de la règle du marcher, et bien sûr tant d’autres modifications », a avancé un des responsables auprès de la commission centrale des arbitres. Le week-end suivant, ce sera au tour des entraineurs et joueurs de la capitale, et plus tard les techniciens des autres ligues régionales.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Sept habitations incendiées à Iakora

Quatre pyromanes ont mis le feu à sept maisons à Ambaibokely, fokontany de Reafatsy, commune rurale d’Iakora, mercredi vers 22 heures. Ils ont tiré cinq coups de feu et se sont ensuite enfuis.