Les actualités Malgaches du Jeudi 21 Septembre 2017

Modifier la date
Madagascar Tribune336 partages

Brutalités de militaires français dénoncées par une association de pêcheurs

L’association « Mpanarato miray Ambalambalamanga » a déposé une plainte au parquet auprès du procureur de la République du tribunal de première instance de Mahajanga, le 18 septembre dernier, suite à des faits réalisés par des militaires français sur des marins pêcheurs malgaches. « Non-assistance à des pêcheurs en danger, coups et blessures volontaires, violence et voies de fait, tortures et meurtres avec préméditation », tels ont été les motifs de la plainte déposée par l’association. Selon les informations reçues de l’association, ces militaires français, responsables de la garde de l’île Juan de Nova, ont jeté en plein mer, les GPS, les nourritures et même les moteurs des boutres de ces pêcheurs, alors qu’ils étaient à un peu plus de 75 km des côtes de Maintirano ou encore à plus de 100km de la plage d’Ambalambalamanga. Plusieurs d’entre ces pêcheurs ont par la suite péri en mer.

Faut-il rappeler que ce n’est pas la première fois que des militaires français interpellent ainsi des pêcheurs malgaches qui s’approchent de Juan de Nova. Les premiers cas de brutalités de la marine française face à des pêcheurs malgaches remontent au 29 mars 2014 et ne cessent depuis. Le 25 février 2017 dernier, le patrouilleur de la marine française « Le Malin » se trouvait à proximité de Juan de Nova. Selon sa situation géographique, cette île qui fait partie des iles éparses située dans le Canal du Mozambique à environ 150 km des côtes Ouest de Madagascar devrait appartenir à la Grande île. Pour le moment, Juan de Nova est l’une des îles éparses gérée aujourd’hui par l’administration des TAAF (Terres australes et antarctiques françaises).

Selon un article de presse français, lors de cette patrouille, 9 pirogues et près de 90 kg d’holothuries ou concombre de mer ainsi qu’une grande quantité de matériel de pêche ont fait l’objet d’une saisie par le directeur de la mer Sud océan Indien après consultation du parquet de Saint-Denis et confirmation par le juge des libertés et de la détention. A se demander comment se fait-il que le parquet de Saint-Denis soit compétent en la matière. Le fait est que les « négociations » sont encore en cours entre la Grande île et la France, et que d’autre part, les pêcheurs se trouvaient dans les eaux territoriales malgaches. Aussi, les militaires français, investis de quelques missions que ce soit ne devaient point agir de la sorte.

En ce qui concerne les îles éparses dont Juan de Nova, les échos de l’intervention du président de la République malgache à la tribune des Nations Unies qui devait se tenir hier sont très attendus, si pour sa part, le président français Macron a passé le sujet sous silence. Après un tel « incident », l’opinion se demande alors sur la position que va adopter le gouvernement malgache face à la situation.

Midi Madagasikara224 partages

Les travailleurs de l’ombre : Charlot Andriamady s’investit dans la formation des jeunes Malgaches

L’équipe de St Michel championne de Madagascar 1970. Assis et de gauche à droite Maurice Andriamandranto, Liva Kely, Alexandre Rasoanaivo, Berthin Andriamiharinosy et Dafy. Debout de gauche à droite Augustin Baovola, Madi, Charlot, Taosy et Guy Kely.

Le portier du St Michel de la grande époque, Salomon Charlot Andriamady, s’est trouvé un nouveau challenge en investissant corps et biens dans la formation de jeunes joueurs malgaches de 10 à 17 ans de la région parisienne. Un pari fou qui réunit son association MADAS (Mouvement Associatif pour le Développement Actif du Sport) à Cap Madagascar.

La passion du football continue d’animer l’un des plus grands portiers malgaches, Salomon Charlot Andriamady qui, de sa Saint Denis d’adoption, poursuit ses actions en faveur des sportifs malgaches. Certes, son travail ne lui permet pas de faire partie du staff technique même si ses conseils ne pourraient qu’être bénéfiques aux futurs gardiens, mais sa présence aux côtés des anciens de St Michel tels Augustin Baovola, Dafy ou Vévé fait qu’il parvient à ouvrir toutes les portes.

Enorme potentiel. Et l’idée de former les jeunes Malgaches en Ile de France est venue presque tout seul pour ce groupe d’amis au sein duquel Charlot comme tout le monde l’appelle, joue le rôle d’interface sur cette belle initiative de Cap Mada avec l’aide de MADAS.

« C’est en prenant conscience de l’énorme potentiel des jeunes Malgaches en Ile de France que nous avons décidé de les réunir comme ce sera le cas le 24 septembre à Chatelay-Malabry », confie Charlot d’un ton résolument optimiste.

Et ce n’est pas la seule activité de Charlot depuis qu’il a débarqué à Paris pour ses études universitaires notamment à Sorbonne, Paris 4. Habitant Saint Denis, donc idéalement situé pour porter aide et assistance à toutes les délégations sportives malgaches de passage à Paris. Un vrai travailleur de l’ombre même si sa modestie l’oblige à ne pas faire étalage de toutes ses B A. C’est tout juste s’il parle de l’aide de MADAS pour le centre de formation de St Michel ou encore au Talenta Academy de Toamasina sans parler de ses interventions pour favoriser le séjour de certaines délégations malgaches de passage à Paris comme celle du kick boxing de Briand Andrianirina ou encore les footballeurs de l’AS Jeunes Mada. Des dons en matériel mais également des aides financières qui sont généralement le fruit d’une collecte auprès des membres.

Les têtes pensantes de MADAS lors d’une réunion à Paris.

Natif de Betafo. Bref, Charlot est sensible à tout ce qui est Malgache. Comme tout Vakinankaratra qui se respecte car il est né à Betafo. Il y a d’ailleurs forgé ce caractère de battant qui l’a conduit tour à tour gardien de handball du Lycée André Resampa d’Antsirabe avant d’offrir en 1968, le titre de champion du Vakinankaratra de football au 3FB.

Et c’est là que St Michel l’a trouvé mais il a encore franchi un nouveau palier avec les conseils de Thomas Be, le mythique gardien de but de St Michel.

En 1970, St Michel s’offrait le titre de champion de Madagascar en battant l’Akon’Ambatomena par 2 buts à 1 où Vévé offrit le but de la victoire après que Baovola ait ouvert le score. L’ASSM participait alors à la Coupe d’Afrique des clubs champions avec le tandem Robson Louis et Nivo Razafimbelo aux commandes. Une expérience assez malheureuse notamment contre la Tanzanie qui l’avait battue à l’aller sur le score de 2 à 1 alors que tout le monde s’attendait à voir St Michel prendre sa revanche et se qualifier, il y a eu cette défaite de 3 à 0 qui est restée à travers la gorge surtout pour Charlot qui est resté sur les bancs.

Belle entente. Son talent ne se dément pas pourtant comme le montre, la même année, sa sélection en équipe nationale de l’ère Gonzales mais comme il a fallu faire un choix entre le football et les études à Sorbonne, son passage en équipe nationale fut plutôt éphémère au début des années 70.

Mais le football ne s’est pas arrêté pour autant pour Charlot qui intégrait à son arrivée en France une équipe d’universitaires malgaches à fortes colorations St Michel et Olympique Club de Tananarive, les deux prestigieux clubs de Tana. Aux côtés de Vévé et Dafy, il a échoué en finale contre la Côte d’Ivoire mais avec une très belle ambiance comme seuls les anciens savaient le faire.

Aujourd’hui encore, cette ambiance ponctuée d’une belle entente entre les anciens footballeurs fait la force de MADAS dont la devise est de servir les sportifs. Tous les sportifs. Malgaches évidemment…

Clément RABARY

Midi Madagasikara212 partages

Salon de la gastronomie : Le Chef Lalaina va partager son parcours

Chef Lalaina, plusieurs fois lauréats de concours internationaux, va témoigner de sa carrière lors de ce salon.

Le salon de la gastronomie, un haut lieu de rencontre entre tous ceux qui travaillent dans l’art culinaire. C’est en tout cas ce qu’ambitionne l’AFT à travers l’organisation de cet événement qui prend de plus en plus d’ampleur. Du 22 au 24 septembre, les locaux de l’AFT accueillent une cinquantaine de stands qui vont vendre des produits, dont pour la plupart, des produits locaux. Et ce ne sera pas tout, car la programmation prévoit aussi des jeux, une tombola, et des ateliers gratuits. Trois expositions seront aussi présentées au grand public, « recettes de Chef » où les Chefs vont dévoiler quelques-uns  de leurs secrets, « Le riz qui nourrit le monde » avec le Cirad et « Du labo à l’assiette » avec l’IRD. Mais ce salon sera également l’occasion d’écouter des parcours de Chefs, histoire de faire naître des vocations, pourquoi pas ? Parmi eux, on aura le Chef Zo et le Chef Lalaina qui témoigneront de leurs passions et de leurs carrières, le samedi à partir de 15h. Sinon, plusieurs conférences à thème seront organisées tout au long de ces trois jours.

Anjara Rasoanaivo

L'express de Madagascar183 partages

Tourisme – Les opérateurs unissent leur voix

Une nouvelle entité vient de voir le jour, hier. Il s’agit de la Confédération du tourisme de Madagascar (CTM). Cette organisation, nouvellement créée, ambitionne de regrouper tous les opérateurs privés du secteur touristique. « C’est un outil permettant d’avoir un meilleur lobbying au développement du secteur tourisme », a déclaré, hier, à Soarano, lors de l’assemblée constitutive, Patrice Raoul, président du conseil d’administration de la CTM. Elle sera donc l’unique interlocutrice du secteur privé au niveau de l’Etat, des bailleurs et des instances internationales.

La genèse de ce projet date d’il y a près d’un an. Le secteur privé a du mal à se faire entendre et à négocier avec les entités publiques. « Le secteur privé ne savait vers qui se tourner face aux problématiques causées par l’établissement de la Redevance pour le développement des infrastructures aéroportuaires (RDIA). Les négociations des professionnels du tourisme avec les entités publiques ou autres organisations n’ont pas abouti car les actions de pourparlers se sont éparpillées »,  a expliqué Hely Rakotomanatsoa, membre fondateur de la confédération du Tourisme de Madagascar et présidente de l’association des Tours opérateurs professionnels de Madagascar (TOP).

Par ailleurs, les membres de cette nouvelle structure rassurent qu’ils ne marchent pas sur la plate bande de l’Office national du Tourisme de Madagascar (ONTM). Cette entité s’occupe de tout ce qui est promotion de la destination Madagascar. La CTM, quand à elle, regroupe toutes les associations et tous les groupements évoluant dans le secteur et se chargera de la compétitivité de la destination Madagascar.

Lova Rafidiarisoa et Mirana Ihariliva

 

Midi Madagasikara172 partages

Association « Mpanarato Miray Ambalambalamanga » : Une plainte au parquet a été déposée contre l’Ar...

Les épaves des boutres des pêcheurs (Photo fournie)

« Coups et blessures volontaires, violence et voie de fait, tortures, meurtres avec préméditation et non-assistance à pêcheurs en danger ». Ce sont les principales infractions transcrites dans la plainte déposée par les pêcheurs malgaches, surpris en train de pêcher dans la mer territoriale de Juan de Nova, et qui, par la suite, ont été victimes d’agression émanant de l’Armée de mer française. D’après les explications que nous avons reçues, la plainte a été déposée lundi dernier auprès du parquet du Tribunal de Première Instance de Mahajanga par l’association « Mpanarato Miray Ambalambalamanga » Antanimasaja. Et pour cause, l’armée de Mer française aurait commis des infractions (suscitées) à l’endroit de certains membres.

Dédommagements. D’après ces faits, force est de reconnaitre que la France surveille bien les îles éparses. Non seulement, la présence des forces marines y est permanente mais aussi et surtout, ces dernières restent vigilantes par rapport aux pêches interdites dans les mers de ces îles. Pour ce faire, elles utilisent des méthodes manu militari. « Les forces marines françaises passent à tabac, confisquent les outils des pêcheurs malgaches, jettent les moteurs des pirogues, le GPS, la nourriture dans la mer. Après elles leur disent de rentrer », raconte notre source. « Des pêcheurs ont même rendu l’âme », continue cette dernière. Face à ce non-respect des droits humains, pour reprendre leurs termes, les familles des pêcheurs décédés et ceux qui ont été dépourvus de leurs activités recommandent que des enquêtes soient diligentées. Par ailleurs, ils exigent des dédommagements à leur endroit.

Aina Bovel

L'express de Madagascar169 partages

Préfecture de police – « L’ordre public n’était pas en danger »

Le 19 septembre, la FTAR a fait grève contre la CUA et la société OMAVET. La tenue de cette manifestation sous-entend que la préfecture a donné son autorisation.

L’association des taximen d’Antananarivo ou FTAR a tenu une manifestation mardi. Un millier de taxis sont partis d’Ankorondrano pour rejoindre le parvis de l’Hôtel de Ville. Si les usagers du macadam se sont plaints des bouchons causés par ce mouvement des taxis, la question sur l’autorisation de manifestation octroyée par la préfecture de police d’Antananarivo en a intrigué plus d’un.Après les deux demandes de manifestation succes­­sives du parti Tiako I Madagasikara (Tim) et du Dinika ho Fanavotam-Pirenena (DFP) qui ont été refusées, on constate par la tenue de cette manifestation que la préfecture a donné l’autorisation à la FTAR. Joint au téléphone hier, le préfet de police, le général Angelot Ravelonarivo, a expliqué que la grève de la FTAR n’a pas porté atteinte à l’ordre public. « La manifestation des taximen ne concerne que leur travail et l’OMAVET. Comparé à la manifestation pour laquelle le DFP avait demandé l’autorisation, l’ordre public n’est pas exposé à un éventuel trouble », a-t-il soutenu.

Explication vaseuseIl a également attesté que le projet du DFP avait pour objectif un soulèvement populaire. « Maharavo Ratolojanahary et consorts avaient un projet précis qui met en péril l’ordre public », a-t-il affirmé, avant d’ajouter « De toute manière, le DFP est une association de fait. Ce qui implique qu’elle ne peut pas demander d’autorisation de manifestation ».D’après le préfet de police, il a demandé à des représentants de l’association des taximen ce que ces derniers voulaient réellement faire le jour dit. « Ils m’ont répondu qu’ils partiraient d’Ankorondrano en direction d’Analakely, pour rester un quart d’heure à peu près sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Je leur ai alors demandé de rédiger une demande de manifestation sur la voie publique, car c’est la nature de leur projet », a-t-il déclaré. Les représentants de la FTAR se seraient concertés un moment avant de prendre une décision. « Après cogitation, ils m’ont dit que finalement ils ne feraient que passer par Analakely, donc circuler comme tous les véhicules », a-t-il affirmé.Pourtant, durant toute la manifestation, des embouteillages ont bloqué les quelques accès au centre ville. « Certes, cette manifestation a créé des bouchons dans la capitale, mais les embouteillages sont devenus notre pain quotidien », a déclaré le préfet de police. Dans tous les cas, le général Angelot Ravelonarivo estime que cette manifestation ne concerne que le domaine professionnel des taximen, ce qui n’atteint pas la sécurité publique.

Loïc Raveloson

Midi Madagasikara168 partages

Mahajanga : Mpangalatra nitsoaka natahotra fitsaram-bahoaka, maty namono tena

Trangam-piarahamonina hafakely tsy dia fahita matetika na faheno firy no niseho tao amin’ny Fokontany Aranta, ao Mahajanga tampon-tanàna, omaly naraina tokony ho tamin’ny 7 ora, satria fatina tovolahy iray sahabo ho 30 taona eo, voalaza fa mpangalatra namono tena natahotra fitsaram-bahoaka nitsoraka tao anaty ranomasina, no nobatain’ny fokonolona avy ao anaty rano. Nikasa hamaky tranon’olona iray tao amin’io fokontany io ity tovolahy ity, ny alin’ny talata hifoha ny alarobia teo tokony ho tamin’ny telo ora naraina kanjo nisy nahatsikaritra ny asa ratsiny, ka raikitra ny antso vonjy sy antsoantso hoe : « mpangalatra ». Nitsoaka nanavotra aina ity mpangalatra, ka nitsambina niafina tao anaty rano, dia tany no tsy hita. Nifanandrify indrindra tamin’ny fotoana fiakaran’ny ranomasina no nitrangan’ny zava-nisy ka nilentika ary tsy nipoitra intsony ity tovolahy. Efa ny fatiny natsingevan’ny rano no hitan’ireo Fokonolona ny maraina mazava andro, ary nomarihan’ny tati-baovao azo avy any an-toerana fa miorina amin’ny toerana misy rano nototofana manamorona ranomasina ny ankabeazan’ny trano ao Aranta.

Eric Manitrisa

Madagascar Tribune146 partages

La résistance s’organise

Après l’observatoire de la vie publique SEFAFI c’est au tour de la société politique de dénoncer l’intention du régime HVM de réviser la constitution à sa mesure. Hajo Andrianainarivelo, leader du MMM, Jean Omer Beriziky candidat de l’UNDD pour la prochaine présidentielle, Eliane Bezaza du parti social-démocrate PSD, Francine Ratsimbazafy, Hery Raharisaina et Saraha Rabeharisoa du parti libéral-démocrate ont signé ensemble un communiqué déclarant leur opposition à cette révision. Ils notent ainsi que « face à l’intention déclarée du Président de la République de procéder à un amendement de la Constitution nous faisons la déclaration suivante : le moment est inopportun pour toucher La Constitution. Nous soutenons la tenue des Elections Présidentielles en 2018 dans un respect strict de la Constitution ». Ainsi, ces politiciens font appel aux institutions diverses : CENI - Société Civile-Politiciens- Communauté internationale - Peuple Malagasy à déployer tous les efforts nécessaires pour la tenue l’élection Présidentielle pour l’intérêt supérieur de la Nation et dans un souci d’apaisement.

Notons que le TIM, parti de Marc Ravalomanana s’est aussi déclaré hostile à cette intention du HVM. Pour le TIM c’était au début de son mandat que le Chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina aurait du amender la Constitution s’il en avait besoin mais pas à la fin de son mandat. Le MAPAR d’Andry Rajoelina est également l’opposant le plus farouche de cette révision constitutionnelle, vu surtout qu’il est l’auteur de ce texte fondamental taillé à sa mesure à l’époque mais qui s’est retourné contre lui après.

Midi Madagasikara101 partages

Révision de la Constitution : Les voix des 114 députés impossibles à atteindre

Les députés attendent de pied ferme le projet de révision constitutionnelle de l’Exécutif.

Il faudra le soutien d’au moins 114 députés pour qu’un projet de révision constitutionnelle puisse passer à l’Assemblée nationale.

« (…) Le projet ou proposition de révision doit être approuvé(e) par les trois quarts des membres de l’Assemblée nationale et du Sénat (…) » Partant de ces dispositions de l’article 162 Alinéa 2 de la Constitution de la Quatrième République, le futur projet de révision constitutionnelle devra obtenir les voix de 114 députés (3/4 des 151 députés) pour pouvoir être soumis au vote populaire direct au cours d’un référendum. A l’Assemblée nationale, il semble impossible pour le HVM de trouver 114 députés. D’ailleurs, la femme d’affaires Claudine Razaimamonjy (qui est actuellement placée sous mandat de dépôt à la prison de Manjakandriana) n’est plus là pour une opération de séduction. A Tsimbazaza, le TIM et le Mapar comptent respectivement 19 et 21 députés fidèles à leur ligne de conduite politique. Il y a donc au moins 40 députés  « incorruptibles » à l’Assemblée nationale. Parmi les 111 restants, il y a encore ceux qui ne vont jamais adhérer à la cause du régime en place, pour ne citer que Razafindrafito Lova Narivelo (député d’Ifanadiana) qui était au début président du groupe parlementaire HVM et Volahaingo Marie Thérèse (député MMM de Bealanana). Arithmétiquement parlant, il sera donc impossible pour le HVM de trouver 114 députés pour faire passer son projet de révision constitutionnelle. L’opération sera pourtant facile à mener au Sénat où le parti au pouvoir détient une majorité écrasante et sans appel.

Deuxième sujet à interprétation. Ces derniers temps et à l’approche de la deuxième session ordinaire du Parlement qui débutera le 17 octobre prochain, des négociations sont engagées à l’Assemblée nationale. Le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier  était passé à Tsimbazaza au moins deux fois depuis l’annonce de la future révision constitutionnelle. En attendant de savoir les tenants et aboutissants de ces négociations, on a appris hier que l’Exécutif essaie de chercher une astuce pour contourner l’article 162 alinéa 2 de la Constitution. Cette astuce qui mettrait en branle l’article 55 alinéa 5 de la même loi fondamentale, permettrait au régime en place de ne pas passer par le Parlement. D’après ces dispositions constitutionnelles, « le président de la République peut, sur toute question importante à caractère national, décider en Conseil des Ministres, de recourir directement à l’expression de la volonté du peuple par voie référendaire ». Une  révision constitutionnelle peut-elle être considérée comme une « question importante à caractère national » ? Un deuxième sujet à interprétation vient d’être lancé pendant que les débats et les polémiques sont encore loin d’être clos sur l’interprétation de l’article 161 de la Constitution qui parle de « nécessité jugée impérieuse » comme étant le seul motif d’une révision constitutionnelle. En tout cas, le dernier mot appartient à la HCC.

R. Eugène

Midi Madagasikara100 partages

Article 55 alinéa 5 de la Constitution : Sahondra Rabenarivo dévoile sa non-applicabilité !

La juriste Sahondra Rabenarivo met les points sur les « i » sur la non-applicabilité de l’article 55 alinéa 5 de la Constitution (Photo d’archives)

« Nous faisons face à nouveau à des conseillers de style Raspoutine qui, au nom de l’expertise juridique et de l’astuce rusée, bref du « hafetsifetsena » (…) cherchent à duper à nouveau la population malgache ».

Ces propos ne sont autres que ceux de Sahondra Rabenarivo, juriste et membre du Sefafi, qui met les points sur les « i »  concernant la révision constitutionnelle en gestation et le référendum qui en découlera. Au préalable, a-t-elle cité les articles qui prévoient les cas de figure dans lesquels le peuple aura à trancher par voie référendaire. Il s’agit entre autres des articles 55 alinéa 5, 116 alinéas 4 et 5, 137, 162 et 164. Mais Sahondra Rabenarivo a accordé beaucoup d’importance à l’article 55 alinéa 5 sur lequel se base sa réflexion. A croire ses explications, les dirigeants cherchent  à duper les Malgaches.

Ambigüité. « Le président de la République peut, sur toute question importante à caractère national, décider en Conseil des Ministres, de recourir directement à l’expression de la volonté du peuple par voie de référendum », dispose ce fameux article 55 alinéa 5. Ces dispositions suscitent de l’ambigüité dans la mesure où – comme la notoire « nécessité jugée impérieuse » – l’expression « toute question importante à caractère national », est loin de contenir des précisions, des détails exhaustifs y afférents qui peuvent dégager toute ambigüité.  Par rapport à cela, Sahondra Rabenarivo se demande si cela « inclut les révisions constitutionnelles ?». Mais ce n’est pas tout. Dans le cas où « toute question importante à caractère national » englobe les révisions constitutionnelles, la juriste ne trouve guère l’importance des articles 161 à 163. Ces derniers étant regroupés dans le Titre VI de la Constitution actuelle qui traite principalement de la révision de la Constitution et qui doit être strictement observé avant d’y procéder.

Calculs politiques. Face à ces zones d’ombres, les dirigeants trouvent le temps de mener les Malgaches en bateau. Pour illustrer ses dires, Sahondra Rabenarivo a utilisé l’exemple du général de Gaulle en 1962 qui a eu recours à un référendum législatif d’initiative gouvernementale utilisé pour les projets de loi portant sur l’organisation des pouvoirs publics et non relatif à la révision de la Constitution. De là naissent ses questionnements subséquents : « est-ce qu’on peut, est-ce qu’on veut nous inspirer de cette approche de De Gaulle à Madagascar en 2017 ? Est-ce que « toute question importante à caractère national » équivaut à « tout projet de loi portant sur l’organisation des pouvoirs publics » de l’exemple français ? Est-ce que « toute question importante à caractère national » équivaut à « révision constitutionnelle ? ». Négatif pour elle et que les choses soient claires. « Nous pensons plutôt qu’il s’agit de lois ordinaires ou organiques que le Parlement refuse que le Président peut soumettre au peuple, pas un changement de Constitution. Ainsi, si le PRM pense qu’un Code minier, bloqué par le Parlement, vaut approbation, il peut le soumettre à référendum », conclut-elle. Sur la base des explications de Sahondra Rabenarivo, il faudrait reconnaitre que derrière  la révision de la Constitution en gestation se cachent des fins politiques. A suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara89 partages

Lutte contre la Peste à Antananarivo : La campagne de désinsectisation lancée hier

Des volontaires de la Croix rouge malgache en action hier dans le cadre de la campagne de désinsectisation.

Le ministère de la Santé publique vient de lancer hier la campagne de désinsectisation dans quelques quartiers d’Antananarivo.

Les quartiers d’Isoavimasoandro, d’Ambodihady, d’Ambodivona et d’Andravoahangy ont été choisis par le ministère de la santé publique et de ses partenaires pour lancer officiellement la campagne de désinsectisation en réponse à l’apparition de l’épidémie de peste. Pour ce faire, des descentes dans lesdits quartiers vont être effectuées durant trois jours pour « éliminer au maximum les puces » selon les dires du docteur Manitra Rakotoarivony, directeur de la promotion de la santé auprès du ministère de la santé publique. Joint au téléphone, ce responsable a tenu à expliquer que « des étapes précises doivent être suivies dans le cadre de la lutte ». Il convient de « désinsectiser d’abord. Puis de dératiser après » a-t-il lancé. Avant d’ajouter qu’il ne faut pas se tromper sur l’ordre des priorités. « Eradiquer les insectes tels que les puces vient avant la dératisation » a-t-il martelé. Pour ensuite enchérir que « si les rats sont tués en premier, les puces vont quitter leurs corps pour les maisons et foyers des populations ».

Zones. Profitant de l’occasion, le directeur de la promotion de la santé a tenu à annoncer les autres quartiers objets de la campagne de désinsectisation. Des descentes sont donc prévues dans deux jours à Ampasampito, Tsarahonenana, Andraisoro et Antohomadinika. S’en suivront les quartiers d’Anosibe, Fasan’ny karana, Andavamamba et Antohomadinika. « Ces quartiers sont classés comme étant des secteurs critiques, ayant hébergé des malades de la maladie ou présentant une forte insalubrité » d’après le docteur Manitra Rakotoarivony. Par ailleurs, le ministère de la Santé publique invite les populations à être vigilantes face à « la prolifération des rats, de la mortalité murine et la pullulation des puces ». Le ministère recommande également les populations « d’arrêter les feux de brousse » pour la raison que «les feux participent à l’émigration des rats vers les zones habitées ».

José Belalahy

Midi Madagasikara82 partages

Ambatondrazaka : Lasa renivohitry ny ady amin’ny kolikoly

Ao anatin’ny 20 andro no hipetrahan’ny birao mahaleotena eo anivon’ny ady amin’ny kolikoly  eto Ambatondrazaka  izay ahitana ireo tompon’andraikitra maro miasa eo anivon’ny bianco Toamasina .Nanatanteraka  birao  manakaiky ny vahoaka ny BIANCO  Toamasina  amin’izao fotoana izao ,ary Ambatondrazaka no nosafidian’izy ireo  hipetrahana anatin’ny 20 andro izay nanomboka ny faha-19 Septembre 2017 teo ary tsy hifarana raha tsy ny faha-5  Oktobre  2017. Araka  ny nambaran’ny tale iraisam-paritry ny bianco Toamasina Atoa Rabenarisoa Emile  dia tsy maintsy manakaiky vahoaka ny bianco ahafahana manafoana ny kolikoly ,satria ady iraisan’ny rehetra ny ady ary efa nisy ny fampianarana sy fampahafantarana ny rehetra efa an-taonany maro  izay, araka ny fanazavana   . Misy antontan-taratasy 30 no tafapetraka sy  hodinihana ho an’Alaotra Mangoro, izay nametrahana fitarainana  ,ary ny 10 no efa voaomana sy efa feno porofo   ary hatomboka fanadihadiana . Tsy misy ny trondro vaventy sy ny madinika eo anivon’ny lalàna, araka ny fanazavana, fa mitovy daholo ny fampiharana ny lalàna eo anivon’ny olompirenena rehetra, hoy ihany ny fanazavana nomen’ny bianco raha nihaona tamin’ny mpanao gazety izy ireo ny faha-19 septembre 2017 teo. Nanomboka ny faha-18 septembre 2017  ary dia fantatra fa olona manana ny maha izy azy aty Alaotra no voantso teny anivon’ny  bianco hanaovana fanadihadiana araka ny loharanom-baovao voaray  noho izay kolikoly izay ,ary fantatra ihany koa fa mbola maro  no hantsoina  noho ireo fitarainana nataon’ny  vahoaka noho ny kolikoly mianjady amin’ny vahoaka aty Alaotra io.

Janus R

Midi Madagasikara79 partages

Maevatanàna : Dahalo iray lavon’ny bala, tratra ny fitaovam-piadiana.

Dahalo iray no lavon’ny balan’ny polisy, fitaovam-piadiana maro no sarona. Dahalo valo lahy nirongo fitaovam-piadiana no nanafika tao amin’ny fokontany Morafeno, kaominina Maevatanàna voalohany, ny alahady lasa teo tokony tamin’ny 12 ora sy sasany alina. Araka ny fanazavana voaray avy tamin’Atoa Andrianirina Herimala, kaomisera eto Maevatanàna, dia nifanehatra tamin’ny polisy izy ireo ka raikitra fifanejehana teo amin’ny roa tonta. Dahalo iray antsoina hoe Avisoa no maty voatifitra nandritra ny fifandonana, izay namaly nitifitra tamin’ireo  polisy, ka voatery niaro tena ireto farany. Teo no nahafaty voatifitra an’ity malaso iray ity. Nogiazana kosa ireo fitaovam-piadiana teny aminy, toy ny Antsy lavalela maromaro sy ny fanafody gasy iray tavoangy ary vola niaraka tamin’ny solosaina tao anaty sakaosy. Marihana fa io dahalo maty io no voalaza namono an’ilay mpandraharaha tany Andranomamy voa tsy ela akory izay, ary mbola nahafaty olona roa tamin’ny fanafihana tao Ambatofotsy ny 28 Aogositra lasa teo, raka ny vaovao voaranay. Mbola mitohy kosa ny fikarohana ireo namany sasany izay antsoina hoe « Pascala sy Dauphin ary ilay lehibe mpamatsy any Antanànarivo.» Ny polisy eto Maevatanàna no misahana ny fanadihadiana sy famotorana momba ireo fitaovam-piadiana azo ireo.

Ratantely

Midi Madagasikara66 partages

Trafic d’or et blanchiment d’argent : Un indopakistanais dans le collimateur des enquêteurs

Les saisies de 2,240 kg d’or à Ivato fait penser à l’existence de réseau de trafiquants de ces ressources naturelles dans ce pays. C’est pourquoi, le Bianco, et la Samifin s’intéressent davantage à ce secteur. Selon les informations, ces institutions auraient déjà un piste sérieuse pour traquer les instigateurs de cette pratique nuisant la vie de la nation. La traque de ces 2,204 kg d’or aurait, selon toujours les investigations, abouti à la suspicion d’un indopakistanais, travaillant dans le secteur « or » et propriétaire de quelques bijouteries dans plusieurs grandes villes de Maagascar. Les enquêtes ont également révélé que ce suspect aurait été impliqué dans la tentative d’exportation de 24 kg d’or à destination de Dubaï en 2014. Des enquêtes ont également permis de savoir que l’homme en tant que propriétaire de plusieurs bijouteries se sert des membres de sa familles pour faire des voyages en groupe à destination de Maurice, soit en Inde pour transporter des bijoux en or d’au moins 2 kg par personne pour ne revenir au pays sans leurs parures jaunes.

Le pire est d’entendre, selon les informations, que ce suspect se fait plaisir de dilapider les richesses du pays. Il serait impliqué dans les changes illicites dans la Capitale. Des trafics de devises peuvent être qualifiés de blanchiment de l’argent. Mais le problème est d’entendre que toutes ces magouilles se sont passé sans être inquiétées. Heureusement, qu’actuellement, les autorités compétentes, à savoir le Bianco et le Samifin sont décidés de s’y pencher.

T.M.

Tia Tanindranaza60 partages

Fanasaziana zandary manao ny tsy metyTsy mifidy galona, hoy ny SEG

Namoaka ny antontan’isa mikasika ireo vokatra azon’ny avy eo anivon’ny zandarimariam-pirenena nanomboka ny janoary teo ka hatramin’ny omaly alaronia 20 septambra ny fiadidiana ity sampan-draharaham-pitandroana ny filaminana ity.

  Nanamafy hatrany ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena ny jeneraly Randriamahavalisoa Girard, hoy ny fanambarana fa tsy mifidy galona ny fanasaziana izay mihoa-pefy. Porofo dia 16 hatreto ireo zandary voaroaka noho ny tsy fanarahana fitsipika, 25 no voatazona am-ponja ary misy manamboninahitra tafiditra ao anatiny. 127 ireo atao famotorana noho ny fandikan-dalàna na fandikana fitsipi-pifehezana ary mbola misy manamboninahitra ihany koa. Ampahany amin’ireo vokatra azo ny fiverenan’ny omby miisa 100 an’ny ben’ny tanànan’ny kaominin’i Manambina, distrikan’i Miandrivazo, rehefa notafihana dahalo 60 lahy mirongo basim-borona 30 sy basy marovava 1 ny 15 septambra teo. Ao anatin’ny ezaka hiadiana amin’ny famotsiana omby halatra ihany koa dia tao anatin’ny ombim-barotra 158 nosavaina teny amin’ny lalam-pirenena fahafito dia 135 no tratra tsy nisy kavina ka nogiazana avy hatrany. Saron’ny zandary tao Betroka koa ny 9 septambra teo ny tambajotrana mpanamboatra bala ho an’ny dahalo izay vovoka simika Chlorate de sodium 200kg ka nisamborana olona 8 izay dahalo ny 3 amin’izy ireo. Manentana ny rehetra ny zandary mba hiara-kisalahy amin’ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana.

J. Mirija

Midi Madagasikara57 partages

Riz : Une importation massive pour stabiliser les prix

Alors que le prix du riz local affiche encore des prix relativement chers, avec une moyenne d’environ 1.800 ariary le kilo, le riz importé, pour sa part connaît une tendance à la baisse. Cette situation s’explique notamment par une certaine pénurie en « vary gasy », provoquée par une mauvaise pluviométrie de la dernière saison. Face à une telle situation, le gouvernement a décidé de prendre des mesures de régulation des prix. Et ce, en mettant en place un système d’importation massive pour stabiliser les prix. Une politique qui commence à porter ses fruits puisque sur le marché, on peut trouver du riz à 68.000 ariary le sac de 50 kg. « On va continuer les efforts afin que le prix du sac de 50 kg de riz importé baisse à 65.000 ariary » a déclaré, hier le ministre du Commerce et de la Consommation Chabani Nourdine.

R.Edmond.

Midi Madagasikara55 partages

Mahitsy : Tobin-drelijiozy nisy nandroba

Io indray ! Tobin-drelijiozy iray teny amin’iny faritra Mahitsy iny no lasibatry ny olon-dratsy indray, ny voalohandohan’ny herinandro lasa teo. Ny alina no nanaovan’ireo jiolahy ny asa ratsiny. Tsy nisy naheno, tsy nisy nahafantatra ny zava-niseho ireo tompon-trano raha tsy efa maraina vao nifoha. Tamin’izay vao fantatra fa nisy nanapitsoka ny varavarana ary nanjavona avokoa ireo entana rehetra lafo vidy tao amin’izany tobin-drelijiozy izany. Araka izany, tsy fantatra isa ireo olon-dratsy niditra tao amin’ilay trano ary tsy fantatra hoe tamin’ny firy izy ireo no tonga tao amin’ilay toerana. Na izany aza anefa dia tsy nisy naninona ireo tompon-trano tamin’izany fanafihana izany. Ny maraina nahitàna ireo tranga io moa ireo relijiozy no nampilaza tany amin’ny zandariam-pirenena. Teo no ho eo ihany dia efa nandeha ny fanadihadiana nataon’ireto farany, hikarohana ireo izay mety ho nahavanon-doza tamin’ity latsaka alina, nahalasibatra relijiozy ity.

m.L

Tia Tanindranaza46 partages

OMAVET AmpasampitoHampiasa fitaovana raitra sy moderna

Nisy ny fitsidihana teny ifotony fijerena ny toeran’ny OMAVET tetsy Ampasampito omaly izay nataon’ireo tompon’andraikitra eo anivon’ny kaominin’Antananarivo Renivohitra nahitana ny lefitra faharoan’ny

 ben’ny tanàna Atoa Julien Andriamorasata sy ny filohan’ny filankevitra Monisipaly ny kolonely Faustin Andriambahoaka ary ireo tale maro samihafa eo anivon’ny CUA. Naseho ny mpanao gazety ny zava-misy eny an-toerana, nambara fa eo am-piandrasana ireo fitaovana maoderna sy raitra ny OMAVET amin’izao fotoana ary afaka hiasa ara-dalàna amin’ny janoary 2018. Fanapahan-kevitra efa nankatoavin’ny filankevitra monisipaly ary tsy maintsy tanterahana ny fanaovana ny « contre visite » eny amin’ny OMAVET, araka ny fanambaran’i Julien Andriamorasata. Misy ny vola arotsaka ao amin’ny OMAVET noho ny asa ataony, hoy izy. Tsy manova ny vola aloan’ireo Taksi manao « contre visite » anefa. Noho ny fitaovana raitra ananany dia mahavita asa tsara sy haingana kokoa ity ivontoerana iray ity. Anisan’ny efa irosoany ihany koa amin’izao fotoana ny fanaovana « marquage au sol » amin’ny arabe eto Antananarivo tahaka ny natao teny Mahamasina omaly, ohatra. Mila miova ny fomba fijery fa tsy hanohitra foana ny fanovana sy fanatsarana izay atao ka itadiavana izao paika sy tetika rehetra izao, hoy ry zareo ao amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra momba ny resaka OMAVET.

Ramano F

 

Midi Madagasikara45 partages

Omavet-Taxis : La CUA ne reculera pas

Une délégation de la CUA conduite par le 2e adjoint au maire Julien Andriamorasata et le président du Conseil municipal Faustin Andriambahoaka a effectué hier une visite de travail à l’Omavet à Ampasampito. Une occasion pour la CUA de réitérer pour la énième fois que l’Omavet est un établissement public rattaché à la commune urbaine d’Antananarivo. « La CUA détient 99,96% de l’action au sein de l’Omavet. », a réitéré le 1er adjoint au maire Ramboasalama Emilien qui a en même temps démenti les fausses informations véhiculées par des dirigeants de l’association des taxis d’Antananarivo (FTAR). Et ce responsable d’annoncer : « L’Omavet va bientôt recevoir des matériels sophistiqués qui lui permettra d’effectuer la contre-visite des taxis et des taxis Be de la Capitale. »

PDS. Pour sa part, le président du Conseil municipal de préciser hier à Ampasampito : « Les frais à payer pour la contre-visite ne changent pas, contrairement à ce qu’on essaie de véhiculer. Par ailleurs, l’Omavet effectuera gratuitement des diagnostics pour les taxis et les taxis Be. Le conseil municipal aura un bureau à Ampasampito pour pouvoir contrôler les services offerts par l’Omavet. » Quant à lui, le 2e adjoint au maire Julien Andriamorasata de prévenir: « Nous faisons tout pour mettre fin aux anarchies et aux gabegies introduites par les PDS qui se sont succédé avant nous à l’Hôtel de Ville. Nos actions pourraient déranger certains intérêts particuliers.»

R. Eugène

L'express de Madagascar26 partages

Épidémie – Suspicion de peste pulmonaire à Manjakaray

L’épidémie de peste pulmonaire continuerait à faire des victimes à Antana­narivo. Un cas suspect aurait été répertorié en ville, hier.

Un homme dans la trentaine, habitant le quartier de Manjakaray, aurait été révelé positif au test de diagnostic rapide (TDR) de la peste pulmonaire, effectué à Ambohi­miandra, hier. « Il a une forte fièvre, il tousse avec des crachats striés de sang. Inquiet, il a consulté un médecin libre. Ce dernier l’a référé à Ambohi­miandra où le test a été effectué », informe une source concordante.Il faudrait, toutefois, attendre les résultats de l’analyse envoyée à l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM), pour confirmer ce cas. En attendant, le malade suivrait des traitements à Ambohi­miandra, centre de prise en charge des pesteux. Quatre autres personnes seraient, également, traitées dans cet hôpital, en ce moment. Ces derniers sont des proches des malades de la peste pulmonaire à Toamasina et celle décédée à Antananarivo, le 11 septembre. Ceux qui ont contaminé ce dernier cas suspect resteraient encore méconnus. On ne sait pas s’il s’agit d’une peste bubonique non traitée ou d’une peste pulmonaire transmise par un autre malade. Interrogé sur ce cas, le ministère de la Santé publique n’a rien confirmé. « Seule la direction de la Veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique (DVSSE) pourra donner les statistiques officielles », a souligné le Dr Manitra Rakoto­arivony, directeur de la Promotion de la santé.Les recherches actives des personnes en contact avec ce nouveau cas suspect auraient été déjà entamées par l’équipe du ministère de la Santé publique. Elles auraient bénéficié de médicaments de « chimioprophylaxie », pour prévenir la propagation de la maladie.

Campagne de désinfectionLa détection de ce cas suspect coïncide avec la campagne de désinfection lancée par le ministère de la Santé publique dans la ville d’Antananarivo, depuis hier. « Si un cas survient à Antana­narivo, il sera difficile de maîtriser l’épidémie, vu le nombre de la population. De plus, certains quartiers de la ville d’Antanana­rivo sont très souillés », a expliqué le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo, lundi. La commune urbaine d’Anta­nanarivo reste les bras croisés. Malgré l’annonce des cas suspects en ville, aucune opération d’assainissement n’a été lancée.La Croix Rouge Mala­gasy, la direction de la Coordi­nation nationale du volonta­riat, et l’Organisation mondiale de la Santé appuient le ministère de la Santé publique dans cette campagne de désinfection. Ils ont commencé dans le fokontany de Soavima­soandro, hier. Ce jour, ils feront un saut à Manjakaray, si ce quartier n’a pas été prévu dans le planning, au début.Le ministre de la Santé publique rappelle que la peste est une maladie des rats qui se transmet accidentellement à l’homme. Il souligne, en outre, que la consommation de «Cotrim » est fortement déconseillée. « Cela peut engendrer des allergies graves », informe-t-il.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara26 partages

FIVMPAMA : Mise en place d’une antenne à La Réunion

Lors de la rencontre entre Erick Rajaonary et Louis Bertrand Grondin du Conseil régional de la Réunion.

Des partenariats entre les opérateurs malgaches et réunionnais seront créés afin de développer les échanges commerciaux et économiques entre les deux pays.

De nouvelles opportunités s’offrent aux opérateurs malagasy membres du FIVMPAMA en développant les échanges économiques entre Madagascar et La Réunion. En effet, ce groupement du patronat malgache vient de mettre en place son antenne dans cette île voisine. « L’objectif consiste à créer une structure formelle permettant de faciliter le réseautage entre les membres de la diaspora malgache à La Réunion et les opérateurs malgaches. Travaillant dans différents secteurs d’activité, ils sont prêts à contribuer au développement économique de la Grande Ile. Une collecte de fonds est ainsi prévue pour financer des projets des jeunes à Madagascar. Son aspect juridique est à l’étude », a déclaré Erick Rajaonary, le président du FIVMPAMA lors de sa rencontre avec la fédération de la diaspora à la Réunion, FEO Madagascar, présidée par Mpanarivo Rakotoharimanana, tout récemment.

63,2 millions d’Euros. En fait, « les échanges de la Réunion avec les autres pays de l’Océan Indien comme Madagascar, Comores et Maurice ne représentent que 4% de ses échanges commerciaux avec le reste du monde, et ce, malgré leur proximité. Il en est de même pour la Grande Ile, cela n’a atteint que 4,2%. C’est pourquoi, il est temps de booster ces échanges économiques », a-t-il poursuivi. A part cette diaspora, le président du FIVMPAMA a été également reçu par le vice-président de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME), Eric Leung, qui plus est le président de la Commission de développement international de la Chambre de Commerce et de l’Industrie de la Réunion (CCIR). Les deux parties vont signer ce jour une convention afin de développer des partenariats entre les opérateurs malagasy et réunionnais. En effet, « un financement de 63,2 millions d’Euros de FEDER est disponible pour mettre en œuvre un programme INTERREG V Océan Indien sur une période de 2014 à 2020. Mais ce fonds n’a pas encore été mobilisé jusqu’à maintenant faute de projet de coopération entre les opérateurs des pays de l’Indianocéanie », a-t-il révélé.

Formation. Par ailleurs, Erick Rajaonary a rencontré Didier Bossalini, le vice-président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de La Réunion. La formation des chefs d’entreprises et des futurs dirigeants d’entreprises suivie d’un transfert de savoir-faire entre les deux îles y a été discutée. Ce même sujet a été abordé lors sa rencontre avec Louis Bertrand Grondin, élu délégué à la formation professionnelle et en charge des affaires économiques au sein du Conseil régional de la Réunion. Toutes les autres personnalités qui l’ont reçu durant son séjour dans cette île voisine, ont convergé leur opinion sur le développement du partenariat win-win entre les opérateurs des deux pays. « L’agriculture, l’agro-alimentaire et l’énergie renouvelable constituent les secteurs qui attirent les opérateurs réunionnais », a conclu Erick Rajaonary.

Navalona R.

Midi Madagasikara25 partages

STEF’AUTO : « On veut aller aux Seychelles » dixit Didier Sely, coach

Championnes de Madagascar pour la 10e fois, Stef’auto de Toamasina peut s’enorgueillir de ses résultats. Fort de ses jeunes membres, eh oui, ils ont rajeuni les colonnes, Stef’auto a eu le dessus sur VBCD en finale dames du sommet national. Ils ont été reçus avec faste par la Région Atsinanana comme toutes les disciplines sportives championnes de Madagascar. « Pour avoir ce résultat, on a travaillé dur. Depuis janvier, on s’entraînait cinq fois par semaine et ce à raison de deux heures au moins ». Le retour de Jessie, Armella et d’Elia ont changé aussi les donnes. Sans Rose, Hasina et Melissa, ils ont mis en avant les Lalah, Emma et Najma avec ces jeunes suscitées. D’où ce résultat satisfaisant.

Après le titre national, l’équipe veut aller aux Seychelles du 3 au 9 décembre pour le sommet de l’Océan Indien. « On a besoin d’appuis car si notre président a réussi à nous trouver l’hébergement et la restauration, le transport est une toute autre histoire. Et nous comptons sur l’Etat ». Battues en demi-finale face à une équipe mauricienne, les filles de Stef’auto peuvent mieux faire cette année et elles ont aussi droit à ce voyage. A bon entendeur.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara22 partages

Trump vs Macron à la tribune de l’ONU

C’est une Amérique sûre d’elle-même et décidée à imposer ses vues que le président Donald Trump a présenté, avant-hier dans son discours à la tribune des Nations Unies. Le locataire de la Maison blanche a été égal à lui-même, ne transigeant pas devant ceux qui se dressent contre son pays. Il a trouvé devant lui un président Emmanuel Macron qui a pris le contrepied des thèses qu’il a développées durant son passage au même endroit.

Trump vs Macron à la tribune de l’ONU

Les observateurs n’ont pas manqué de faire remarquer que le président des Etats-Unis a retrouvé les accents de sa campagne présidentielle devant l’auguste assemblée à laquelle il s’adressait. C’est l’électorat qui l’a élu qu’il a voulu contenter, en utilisant un langage belliqueux vis-à-vis des ennemis de l’Amérique. La Corée du nord, l’Iran ou le Venezuela ont été les principales cibles de ses critiques durant son allocation. Il a rappelé son slogan : « America first ». Ceux qui croyaient que le chef de la première puissance mondiale allait utiliser un langage plus diplomatique et faire preuve d’une certaine habileté ont été consternés par son attitude. Les commentateurs de la presse américaine n’ont pas caché leur consternation. Les démocrates ont bien sûr condamné la posture qu’il a adoptée. Au sein du camp républicain, les réticences sont les mêmes. Mais, tout le monde s’accorde à dire que Donald Trump a choisi cette intransigeance sciemment. Il a voulu plaire à sa base désireuse de voir l’Amérique ne faire aucune concession au reste du monde. Néanmoins, l’effet de ces propos est particulièrement désastreux sur la communauté internationale. C’est peut-être la raison qui a poussé le président français Emmanuel Macron à prendre des positions totalement opposées à celles de son homologue américain. Il est apparu plus responsable dans les différents sujets qui font débat actuellement. Il a privilégié la solution diplomatique dans la crise nord coréenne. Il a défendu l’accord nucléaire conclu avec l’Iran, l’accord de la COP 21 et encourage les Etats-Unis à revenir sur sa décision de le quitter. Cette 72e session de l’ONU fera date à cause des interventions de ces deux chefs d’Etat qui ont fait forte impression.

Patrice RABE

Midi Madagasikara19 partages

«Volambita» : Le «Fihavanana» et le « vita gasy » à l’honneur !

L’équipe de l’association Iray qui a concocté le «Volambita».

J-1 avant la grande soirée «Volambita», fête du «Fihavanana», de l’Unité, organisée par l’association Iray. Cette grande soirée sera l’occasion de montrer la diversité des quatre coins de la Grande Île.

Célébrer la diversité dans l’unité ! C’est le message principal que l’association Iray veut faire passer à travers la grande soirée «Volambita» qui se tiendra à l’Hôtel de Ville Analakely demain 22 septembre. A travers cet évènement, le «Fihavanana», concept cher au cœur des Malgaches, sera à l’honneur. « Nous avons choisi spécifiquement les arts et la culture pour célébrer cette manifestation inédite car nous estimons que ce domaine est un formidable levier de développement. L’association entend ainsi apporter sa contribution au rayonnement du pays », précise Eris Rabedaoro, Président de l’association Iray. Ainsi, au cours de cette soirée inédite, défilés de tenues et coiffures traditionnelles revisitées seront agrémentés de performances musicales et chorégraphiques. Tous ceux qui seront au rendez-vous pourront apprécier les dernières créations de Phanala, Vidaa, Tachou, Junior, Lili, Malala, Sariaka et Gôna. Des collections spécialement imaginées pour cette occasion. Les papilles se régaleront également du fameux « Tsiron’i Gasikara » qui verra les spécialités culinaires modernisées des quatre coins de Madagascar. Mariette Andrianjaka, marraine de l’évènement sera bien évidemment aux fourneaux pour s’assurer que tout soit « à point ». Plusieurs artistes, entres autres Rakoto frah junior, Vahombey, Elodie, Anay, Kabosy spirit, MC Koezy, Manjakabetany, Jaojoby, Rakroots, Caylah, Rimbosa, Rematso et koezy se relaieront sur scène pour assurer le côté musical. Outre son côté festif, il ne faut pas oublier que « Volambita» » se veut avant tout fédérateur et entend redonner aux Malgaches l’envie de retrouver leur identité culturelle.Mahetsaka

Midi Madagasikara17 partages

Kmf-Cnoe : « Les candidats devraient être sur le même pied d’égalité »

Raharisoamalala Patricia responsable de section et formation au sein du Kmf-Cnoe.

Face aux diverses interprétations quant à la délimitation de la période de précampagne électorale, le Kmf-Cnoe estime qu’il s’avère nécessaire de mettre en place une loi pour la régir. Ces dispositions vont permettre de sanctionner ceux qui enfreignent les textes y afférents. Concernant notamment les prochaines échéances électorales, la responsable de section et formation de cet ONG, Raharisoamalala Patricia, estime que les candidats devraient être sur le même pied d’égalité. Tout en soulignant au passage qu’il y avait ceux qui profitent des prérogatives de puissance publique notamment lors des inaugurations.

Blocage. Elle pense également que le délai imparti pour la propagande n’est pas suffisant. De ce fait, elle propose un amendement du code électoral. La caution aux élections ne devrait pas non plus constituer un blocage pour les candidats. Notons que le Kmf-Cnoe est représenté dans 110 districts sur les 119 que compte le pays avec 2.000 membres actifs sur toute l’étendue du territoire. Par ailleurs, elle a fait remarquer que le «Fokontany» étant la base du développement du pays, le chef «Fokontany» devrait être élu par le « Fokonolona » pour qu’il puisse avoir des latitudes pour diriger sa localité. En outre, il est le mieux placé pour savoir ce qui se passe réellement dans son «Fokontany».

Dominique R.

Midi Madagasikara15 partages

Transmusicales de Rennes : No Mady sur les pas de The Dizzy Brains ?

No Mady, un groupe qui va certainement briller aux Transmusicales de Rennes.

Une nouvelle et belle aventure qui s’annonce pour un autre groupe malgache ? En 2015, les gars de The Dizzy Brains ont impressionné le public et les amoureux de rock de Transmusicales. Le Monde, Longueur d’ondes, Télérama, France info, L’Express (fr), AFP… tous ont relayé la performance d’Eddy et ses complices de scène. Deux ans après, un autre groupe, toujours de rock, va se produire sur la même scène. Un groupe pour qui le rock se conjugue au féminin. Etant revenu sur le devant de la scène en 2016, après une assez longue absence, No Mady a revu et corrigé ce qui devait l’être, a participé au festival Libertalia et va, aujourd’hui, se préparer à mettre le feu au Transmusicales à Rennes qui va se tenir du 4 au 10 décembre. Les Transmusicales, pour les non-initiés, sont une des grandes étapes du circuit des festivals de Rock et rassemblent plus d’une cinquantaine de groupes venus des quatre coins du monde.Mahetsaka

News Mada14 partages

Tourisme: les opérateurs se regroupent au sein d’une Confédération

La Confédération du tourisme de Madagascar a été mise en place officiellement, hier. Cette entité réunit une trentaine d’opérateurs touristiques œuvrant dans divers domaines.

Les expériences vécues par les opérateurs, dans le secteur du tourisme à Madagascar, ont abouti à la création de cette confédération dont le véritable plan d’action sera connu prochainement. Le président du Conseil d’administration, Patrice Raoull, a cependant souligné que cette Confédération se révèle comme un  «levier du tourisme à Madagascar».

Etant donné que la promotion du tourisme dans la Grande île est à la charge de l’Office national du tourisme et des offices régionaux, qui sont des entités semi-étatiques, les opérateurs privés dans le secteur du tourisme manifestent leur ambition de se regrouper au sein d’une seule structure.

Car, les activités dans ce secteur touchent en effet plusieurs domaines, entre autres l’hôtellerie, le transport, le métier de guidage, les parcs nationaux…

Une trentaine de membres

A ce propos, Patrice Raoull précise que «la confédération réunit une trentaine de membres. La plupart d’entre eux ont baigné dans le secteur pendant  vingt ou même trente ans. Ils ont vécu l’essor du tourisme dans le pays mais aussi les années de crise traversées par ce secteur.  Ces expériences permettront de développer ce secteur porteur».

En fait, pour les opérateurs, le tourisme à Madagascar a connu une nette évolution ces deux dernières années mais Madagascar reste bien loin des îles voisines malgré cela.

Durant une journée de travail qui s’est tenue,  hier, au Café de la Gare à Soarano, les membres ont  défini le statut et le cadre règlementaire régissant la Confédération et également le code d’éthique. L’élection des membres du Conseil d’administration provisoire et du bureau administratif a également été effectuée. C’est ainsi que Patrice Raoull est élu en tant que président du CA et Lita Razafimahefa en tant que Vice-président.

Riana R.

Midi Madagasikara13 partages

Formation en alternance/ISCAM : Un Master international et développement des affaires

Opportunité. C’est le mot qui désigne le plus la situation des étudiants inscrits ou voulant s’inscrire dans le domaine de la recherche en alternance. En effet, dans le cadre de son perpétuelle évolution, l’ISCAM vient de lancer, avec le concours du Groupe SOCOTA, un programme de Master international et développement des affaires. Ainsi, la formation sera dispensée sur site, dont celui du groupe SOCOTA sis à Antsirabe. Elle (la formation) sera ensuite jumelée avec un stage d’embauche durant toue la période de la formation. Pour ce faire, les formateurs de l’ISCAM feront le déplacement à Antsirabe pour assurer la formation en question. Les professionnels de SOCOTA de leur côté vont assurer des interventions d’activités pratiques et productives au sein même dudit groupe. Ce qui devrait permettre aux étudiants de jouir d’un apprentissage pratique axé sur les enjeux et des pratiques répondant aux exigences des marchés internationaux. Les étudiants devraient également bénéficier d’outils permettant d’appréhender la gestion des réalités locales.

Perspectives. Le programme Master international et développement des affaires est ouvert à tous les étudiants titulaires d’un diplôme de licence (Bacc+3 qu’importe leur base de formation) qui voudraient développer leurs capacités. Ce qui devrait déboucher sur une éventuelle embauche chez le groupe partenaire de l’ISCAM et d’un diplôme de Master de l’institut. Dans une tentative d’attraction des bons candidats, un système d’allègement des frais de scolarité des élèves sera mis en place pour les deux ans de formation.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara13 partages

Evénement : Jour pour China Exhibition Madagascar

Le grand rendez-vous économique de la semaine sera sans conteste la China Exhibition Madagascar qui débute ce jour au Centre de Conférence Internationale d’Ivato. Il s’agit, rappelons-le d’un événement qui entre dans le cadre du 45e anniversaire des relations diplomatiques entre Madagascar et la Chine. Sous le haut patronage du Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, l’événement est avant tout économique  et d’échanges, puisqu’il verra la participation d’une centaine d’hommes d’affaires chinois.  Des  opérateurs économiques chinois qui sont venus, non seulement pour vendre et acheter mais également pour proposer des projets industriels. Les opérateurs économiques venant de Madagascar et de la région Océan Indien auront en tout cas l’occasion de rencontrer ces investisseurs chinois pour des projets de partenariat gagnant-gagnant. Rappelons que la Chine figure parmi les plus grands pays partenaires de Madagascar. La facilitation des échanges entre les deux pays sera au centre des débats durant cette manifestation qui ne prendra fin que  dimanche.

R.Edmond

News Mada10 partages

Petite pecherie: une importante partie de la production halieutique

Le secteur de la pêche est encore dominé par des petits pêcheurs en difficulté. Alors qu’à Madagascar, 60% de la valeur ajoutée du secteur (pêche, transport, transformation…) provient de la petite pêche.

Spore, le magazine trimestriel du Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) des pays ACP, vient de dresser, dans son édition n° 186 (Septembre – Novembre 2017), un état des lieux du secteur de la pèche dans l’océan Indien. Selon les analyses effectuées sur le sujet, l’on note qu’à l’instar des pays ACP, notamment sur les îles de l’océan Indien, les petits pêcheurs sont des acteurs majeurs.

Le secteur de la pêche représentait 6,7% du PIB de Madagascar en 2016, selon les données de Smartfish, un programme de la Commission de l’océan Indien  (COI), financé par l’Union européenne, visant à développer la pêche en Afrique. Pourtant, le secteur demeure dominé par des petits pêcheurs en difficulté. Ils produisent beaucoup avec peu de moyens. Et selon les estimations de Spore, parmi les 85.000 pêcheurs malgaches recensés, seule une dizaine d’entre eux possède une vedette motorisée. La sécurité en mer et les moyens de conservation des produits de la pêche sont quasi inexistants.

Des acteurs majeurs et légitimes

Le Code de la pêche, adopté en février 2016, fait néanmoins des petits pêcheurs des acteurs majeurs du secteur en leur donnant plein pouvoir relatif à la gestion des ressources halieutiques, laquelle n’est plus l’apanage de l’Etat. Par ailleurs, le Code de la pêche ainsi amendé et le plan d’aménagement de la pêche, encouragent l’implication des organismes non gouvernementaux.

Le mode d’exploitation des aires marines et les disciplines y afférentes sont confiés aux «Vondrona olona Ifotony (VOI)», des communautés locales de pêcheurs qui se sont associées en groupement formel pour prendre en main la gestion des ressources halieutiques. Résultat, le stock de poissons est bien géré, l’environnement protégé, la production augmentée. De leur côté, des ONG forment les pêcheurs et les aident à accéder à des financements pour le renouvellement de leur matériel, tandis que l’Etat est en charge du suivi et du contrôle des activités.

Reste que la majeure partie des petits pêcheurs est encore peu armée pour se défendre. A Madagascar, plus de 75% d’entre eux ont à peine un niveau scolaire primaire.

Et le magazine rapporte les propos de Roginah Rafidison, directeur général de la pêche de Madagascar qui affirme que : «Outre la volonté politique, le problème est plus d’ordre économique que technique. Mais une fois la petite pêcherie consolidée, il conviendra de renforcer les collecteurs exportateurs professionnels en vue de booster la filière».

Arh.

Midi Madagasikara10 partages

Coopération sino-malgache : Opérations gratuites de la cataracte pour 200 patients

La poignée de main qui scelle le partenariat.

Une équipe médicale d’ophtalmologues chinois, munie de matériels et consommables médicaux ainsi que de médicaments, effectueront le mois prochain aux côtés des ophtalmologues malgaches, une série d’opérations gratuites de la cataracte à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA). L’initiative s’inscrit dans le cadre du projet « Voyage de la lumière » organisé par le gouvernement chinois dans le cadre de la coopération sino-africaine. Une convention de partenariat vient d’être signée à ce propos, le 19 septembre 2017, au ministère de la Santé publique à Ambohidahy. « Etant donné que la cataracte figure parmi les principales causes de la cécité dans les pays en développement, dont Madagascar, la Grande Ile fait partie des pays africains bénéficiaires de ce projet », a expliqué l’ambassadeur de Chine, SEMme Yang Xiaorong.

200.000 ariary. Quelque 200 patients malgaches du service d’ophtalmologie du HJRA, en majorité des personnes ayant de problèmes de vue ou malvoyants issues de groupes vulnérables comme les personnes âgées, bénéficieront de cette série d’opérations gratuites de la cataracte. Signalons au passage que le coût réel d’une opération de la cataracte s’élève à Ar 200.000.

L’intervention sino-malgache qui s’étalera sur dix jours et réalisée par l’équipe médicale chinoise, avec des ophtalmologues malgaches, sera « une occasion de s’approprier les technologies d’intervention de référence sur la cataracte, utilisées dans les hôpitaux des pays développés », ajoute le Pr. Léa Raobela, ophtalmologiste. Cette intervention s’ajoute ainsi aux nombreuses autres réalisations ayant marqué les 40 ans de coopération entre Madagascar et la Chine en matière de santé.

Hanitra R.

Midi Madagasikara10 partages

Commerce extérieur : Vers l’amélioration des exportations vers l’Europe

Antonio Sanchez Bénédito et Chabani Nourdine ont déjà travaillé sur d’autres dossiers économiques.

Le ministre du Commerce et de la Consommation Chabani Nourdine et l’Ambassadeur de l’Union Européenne Antonio Sanchez Bénédito se connaissent très bien pour avoir travaillé sur d’autres dossiers sur le développement économique.

Les relations entre Madagascar et l’Union Européenne sont au beau fixe. Antonio Sanchez Benedito, l’Ambassadeur de l’Union Européenne à Madagascar l’a réitéré, hier lors de sa rencontre avec le ministre du Commerce et de la Consommation, Chabani Nourdine.

Excédentaire

L’Europe est au premier rang parmi les pays de destination des exportations malgaches. Et ce, avec une balance commerciale excédentaire en faveur de Madagascar. En effet, les relations commerciales se font avec 45% des exportations vers l’Europe et 20% d’importations malgaches en provenance des principaux pays membres de l’Union Européenne. Les fruits de mer, les épices, le textile sont les principaux produits exportés par Madagascar sur le marché européen. Un marché très exigeant. « Si Madagascar arrive à exporter vers l’Union Européenne, c’est essentiellement en raison de la qualité des produits » a précisé Antonio Sanchez Benédito. Et lui de continuer que les efforts doivent être maintenus afin de garder cette performance.

Expérience commune

C’est d’ailleurs ce souci d’amélioration des échanges entre Madagascar et l’Union Européenne, qui était au centre de la discussion entre le ministre du Commerce et de la Consommation Chabani Nourdine, et l’Ambassadeur de l’Union Européenne. Deux personnalités qui se connaissent très bien puisque pendant son mandat au ministère de l’Industrie et du Développement su Secteur Privé, Chabani Nourdine avait mené avec succès le programme PROCOM, un projet d’appui au secteur privé malgache. « On a déjà une expérience commune au cours du PROCOM et on va continuer sur la même lancée » a déclaré, l’Ambassadeur de l’Union Européenne. « Nous allons continuer à appuyer la capacité d’exportation de Madagascar » a-t-il continué. Sur ce point d’ailleurs, le ministre Chabani Nourdine a indique sur son département travaille effectivement sur les moyens d’améliorer davantage la qualité des produits exportés.

APE

« Quand on réussit nos exportations vers l’Union Européenne, il n’y a aucune raison à ce que l’on ne réussisse pas avec les autres pays » a-t-il déclaré. A noter qu’outre l’Europe, Madagascar exporte vers d’autres pays. On peut citer, entre autres, la Chine, l’Afrique du Sud, l’Inde et les Etats-Unis. A noter que les relations économiques et commerciales entre Madagascar et l’Union Européenne sont basées sur l’Accord de Partenariat Economique (APE), lequel couvre l’accès au marché, la pêche et la coopération au développement. Il y a également les chapitres sur les règles d’origine, la défense commerciale et les mécanismes de règlement des différends. Ces différents aspects feront l’objet d’un suivi permanent, par le ministère du Commerce et de la Consommation.et également des chapitres sur les règles d’origine, sur la défense commerciale et les mécanismes de règlements des différends.

R.Edmond.

Orange Madagascar9 partages

Dekapy’s Band en concert

Thierry Ratsimbazafy alias Dekapy est une figure emblématique du rock malagasy, malgré le fait qu’il soit toujours en background et non au-devant de la scène. Actuellement, il vit  à l’étranger, mais cela ne l’a pas empêché de monter son propre groupe qui porte d’ailleurs son nom, Dekapy’s Band. Plusieurs dates sont à retenir pour ce mois de septembre.

En effet, Dekapy’s Band se produira demain soir (vendredi 22 septembre) à partir de 21 heures, au Piment Café. Ensuite, un grand concert avec le groupe Rheg se tiendra ce dimanche 24 septembre au Cercle Franco-Malagasy. Une semaine plus tard, toujours au même endroit, mais avec d’autres formations, le combo partagera la scène du CFM, le samedi 30 septembre,  avec Inox, The Hornstone, Bloddy Park ou encore Thierry Power Trio.

Dekapy’s Band est composé de Thierry Dekapy, bien sûr, à la guitare et notamment au backing vocal. Il sera appuyé du tout jeune Teddy, un nom à retenir, car il figure déjà parmi les crèmes des guitaristes de rock malgache, malgré son tout jeune âge. Cela nous rappelle d’ailleurs, un certain Pouna qui n’est autre que son oncle. Puis, on a également Tsanta à la basse et enfin Tsiory à la batterie.

Dekapy nous a signalé que le groupe a été monté, afin qu’il puisse jouer ses propres morceaux, ses propres compositions, même si la plupart de ces compositions sont déjà jouées par d’autres formations. D’autres formations, oui, car force est de souligner que Dekapy était l’un des membres fondateurs du groupe Inox, Green, Exinn et bien d’autres… Entre temps, il a joué dans plusieurs formations comme Apost, Red Metal … Tout cela pour dire qu’en lui seul, il représente tout le rock d’Antananarivo, voire même de Madagascar.

Du lourd, du heavy, c’est le rythme dans lequel la formation évolue. Préparons-nous donc, à entendre du bon son, mélodiques, certes, mais surtout bien saturé de distorsions, d’overdrive ou de wahwah.

Faly R.

Midi Madagasikara8 partages

Vacances numériques : Encore deux jours de gratuité au CEMDLAC

Présence massive des jeunes aux Vacances Numériques.

Ruée des jeunes aux Vacances Numériques. Le Centre malgache de développement de la lecture et de l’animation culturelle (CEMDLAC) à Analakely est très fréquenté depuis le lancement des Vacances numériques, un événement organisé par le MPTDN (Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique), en partenariat avec Orange Madagascar. En effet, l’objectif de cet événement initié à Antananarivo et réalisé presque partout à Madagascar, est de permettre aux populations, surtout les jeunes, de se familiariser avec les outils informatiques connectés à Internet et de promouvoir la culture numérique. « Le MPTDN entreprend des actions et réalise de nombreux projets dans diverses localités de l’île pour la promotion du Numérique pour tous à Madagascar. Ces actions et ces projets contribuent également à la réduction de la fracture numérique dans le pays » a indiqué Jean Jacques Rakotoniaina, DG des Opérations auprès du ministère. Certes, les matériels pour accéder à Internet ne sont pas à la portée de tous. C’est pour contourner cet obstacle que les Vacances Numériques ont été organisés, en offrant ainsi un accès Internet gratuit, une initiation à l’utilisation des terminaux et appuis et orientations techniques, selon Herintiana Rakotoarimalala, le directeur de la vulgarisation des TIC auprès du MPTDN.

Antsa R.

Midi Madagasikara8 partages

Kudeta Carlton : Rado Andriamanisa, à ne pas rater ce soir

Rado Andriamanisa au micro, c’est ce soir !

Désormais, tous les jeudis soirs, le Kudeta du Carlton organise et permet à un artiste de talent de faire son show. Et cela pour permettre à ces centaines d’artistes qui font de la bonne musique, et qui ne trouvent pas forcément une scène pour s’exprimer, de partager leur art. Ce soir, place à Rado Andriamanisa. Plus connu derrière la caméra et depuis peu en tant que peintre, Rado Andriamanisa n’a pas encore dit son dernier mot.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara7 partages

Polibrèves

 – Le parti Freedom organise aujourd’hui à 15 heures une conférence-débat axée sur le thème : « Problématique de la prochaine élection présidentielle : comment éviter une nouvelle crise postélectorale en 2018 ? » au Panorama Andrainarivo. Plusieurs intervenants issus des parties prenantes animeront cette conférence-débat. Il s’agit, entre autres, d’un représentant du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, d’un représentant de la Ceni, d’un représentant du Groupe des Experts Nationaux et d’un représentant du KMF/CNOE.

 – « Instrumentalisation de la religion dans la vie politique : légitimation et maintien du pouvoir ». C’est le thème de la conférence organisée par le Forum des Idées de Gauche qui aura lieu demain de 16h30 à 18 heures à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina.

– Une séance de restitution des travaux de la Commission Consultative de Réflexion et de Proposition sur l’amélioration de l’encadrement juridique du processus électoral malgache aura lieu au siège de la Ceni, à Alarobia, le 4 Octobre prochain. La présence des partis politiques, de la société civile et des médias est vivement sollicitée. La restitution commence à neuf heures.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara6 partages

Volley-ball : « Ce sera ce jour et ce sera à huis clos » Dixit Andriamandimbisoa Jocelyn, président de ...

La finale nationale des messieurs aura bel et bien lieu au Petit palais des sports ce jour à 16h30 selon le président de la fédération qui nous l’a annoncé hier.

La finale avortée entre CNaPS sport et GNVB a créé de nombreuses polémiques malgré la décision de sa tenue à Antananarivo au Palais ce jour. Et cela continue. Mais malgré ces commentaires, la finale est prévue à 16h30. Ce sera à huis clos pour ne plus revivre le cas de Toamasina. On n’a aucun intérêt à revivre cela. De toutes les façons les deux équipes sont déjà qualifiées pour la CCCOI des Seychelles en décembre prochain. Le public sera le premier sanctionné car c’est ce même public qui a envahi le terrain. A deux reprises, le match de Toamasina a été arrêté et on a dû vraiment tenir des réunions pour décider ensemble de cette issue tananarivienne. CNaPS sport a annoncé qu’ils ont des blessés mais qu’à cela ne tienne, le match aura lieu. La FMVB via son président s’en est tenu selon eux aux règlements et textes.

Du côté des gendarmes, c’est avec sagesse que le président Rakotomalala Hery a remercié tous ceux qui ont travaillé avec eux pour arriver aux résultats 2017 des gendarmes dans toutes les catégories. Ils ont réussi leur saison sportive. Ils vont ouvrir leur école de volley-ball à tous, mais il y aura une sélection. Quant aux polémiques, ils n’en ont rien à cirer. Ils passent l’éponge et avancent vers d’autres perspectives !

Anny Andrianaivonirina

News Mada5 partages

Aranta Mahajanga: jiolahy namono tena fa natahotra fitsaram-bahoaka

Nentin’ny tahotra fa sao tratran’ny fitsaram-bahoaka ilay jiolahy voarohirohy ho mpangalatra nifanenjehan’ny fokonolona tao amin’ny fokontany Aranta Mahajanga, omaly ka naleony namono tena nitsambikina tany anaty rano…

Ny fatin’ilay jiolahy manodidina ny 30 taona eo ho eo izay voarohirohy ho mpangalatra sisa no hitan’ny fokonolona natsingevan’ny rano taorian’ny fifanenjehana. Araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana, nikasa hangalatra tao an-tranon’olona tao amin’ity fokontany ity ilay jiolahy, omaly tamin’ny 3 ora maraina. Nisy nahatsikaritra anefa ny fitsofohany tao an-tokontanin’ilay olona saika hanaovany ny asa ratsiny. Raikitra ny antsoantso hoe mpangalatra ka nivoaka avy hatrany ny fokonolona teo amin’ny manodidina. Nifanenjehan’ny olona ity jiolahy ity, saingy tsy hita ny fiafenany. Tsy fantatra anefa izay nahazo azy na natahotra fitsaram-bahoaka na tsy nahita lalana nilefana intsony ka hany heriny nitsambikina tany anaty rano. Somary manamorona ny ranomasina rahateo ity rano nahitana ny fatin’ity jiolahy voalaza fa nikasa hangalatra ity. Voalaza fa nifandrify indrindra tamin’ny fotoana niakaran’ny ranomasina ny nitsambikinany tao anaty rano ka nitarika ny fahafatesany. Ny fatiny natsingevan’ny rano no hita tao an-toerana raha mbola teo am-pikarohana azy ny fokonolona tao an-tanàna.

Tonga teny an-toerana naka ny razana ny BMH avy ao Mahajanga. Isan’ny faritra malaza amin’ny fanaovana fitsaram-bahoaka ny ao Mahajanga ka naleon’ilay jiolahy namono tena avy hatrany.

J.C

News Mada5 partages

Faritra arovana Maromizaha, Andasibe: manampy ny mponina amin’ny lalam-pihariana hafa ny Gerp

Anisan’ny faritra arovana ao Maromizaha, kaominina Andasibe, nanomboka ny taona 2015. Ny 16 aogositra teo, nandefa taratasy ho an’ny tompon’andraikitra samihafa ny ben’ny Tanànan’Andasibe, nilaza fa voafitaka ireo tantsaha nivelona tamin’io toerana io. Mitondra fanazavana mamaly izany ny Gerp*, mitantana ny faritra arovana Maromizaha. 

Miainga avy amin’ny fanadihadiana siantifika isan-tsokajiny ho fiarovana ny tontolo iainana sy ny zavaboahary ao aminy ny famaritana faritra arovana iray. Manao fikarohana ao anaty ala Maromizaha, araka ny lalàna mifehy azy, ny Gerp na vondron’ny mpanao fanadihadiana sy fikarohana momba ny varika na gidro eto Madagasikara. Namoahana didy (laharana 2015-783, 24 avrily 2015) fankatoavana ny fitantanan’ny Gerp io ala io, avy amin’ny minisiteran’ny Tontolo iainana, hay voary sy ny ala. Natrehin’ireo solotenam-panjakana maro, anisan’izany ny ben’ny Tanànan’Andasibe, ny fanokafana io faritra arovana io.

Amin’izao fotoana izao, araka ny taratasin’ny ben’ny Tanàna, milaza fa “Mahatsiaro voafitaka ny tantsaha tamin’ny famaritana io faritra arovana io, satria voasodokan’ny fampanantenana paokaty… Ny fivorian’ny komity mpanara-maro no nahafantaran’izy ireo fa tsy mahazo mivelona amin’ny famakiam-bato ao amin’io faritra io ireo tantsaha ireo”.    Mazava izany fa araka ny lalàna mifehy ny faritra, voararan’ny lalàna ny mamaky vato ao anatiny. Tsy nitazam-potsiny ireo olona nivelona tamin’izany famakiam-bato izany anefa ny Gerp fa nanao ny andraikiny, ary misy tsy anjarany fa an’ny kaominina Andasibe.

Fiompiana tantely, trondro, kisoa …

Anisan’ny sahanin’ny Gerp ny fanampiana ireo olona ireo amina tetikasa maro : fiompiana tantely, kisoa, trondro. Nampahafantarina lalam-pihariana hafa ny mponina any an-toerana, hanatsarana kokoa ny fari-piainan’izy ireo, izay efa hitan’izy ireo ihany izao ny tombontsoa azony. Mamelona olona ampolony maro ny fiompiana tantely, toy izany koa ny fiompiana trondro. Fikambanana sivy ny mahita tombontsoa amin’ny fiompiana gana sy gisa ; fikambanana 12 mivelona amin’ny fiompiana kisoa. Nohatsaraina ny fomba fambolem-bary hialana amin’ny fanaovana tavy mahazatra; ezahina ampitomboana ny sakamalao, hitadiavana lalam-barotra ary fanamby lehibe ny fambolen-kazo.

Ahitan’ny mponina tombontsoa avokoa izany rehetra izany fa tsy ny famakiam-bato, araka ny filazan’ny ben’ny Tanànan’Andasibe. Famakiam-bato, nahitana sy mbola ahitan-doza matetika, toy ny fihotsahan’ny tany. Ny Gerp ihany anefa no mandray an-tanana ny traboina. Toy izany ny fanampiany ny lafiny fahasalamana, nanolorana fitaovana ho an’ny hopitaly ao Andasibe (kidoro, vata fampangatsiahana, fanafody …), miantoka ny karaman’ny mpampianatra Fram efatra nanomboka ny taona 2015; nizara fitaovan’ny mpianatra, sns. Miantoka ny velontenan’izy ireo sy fandrosoana ny faritra misy azy ny fahasalaman’ny mponina.

R.Mathieu

L'express de Madagascar4 partages

FIVMPAMA – A la conquête du marché réunionnais

Les liens commerciaux entre La Réunion et Madagascar vont se renforcer. Des conventions de partenariat vont être signées.

Erick Rajaonary continue toujours son périple. Après les Seychelles, le président du groupement de patronat malgache (Fivmpama) a mis le cap à La Réunion, la semaine dernière, pour parler des affaires et opportunités d’investissements. De quoi renforcer les liens commerciaux dans l’océan Indien. Pour le patron de Guanomad, c’était une mission accomplie. Sa visite a abouti à une ouverture de partenariat avec le secteur privé réunionnais.« Une délégation de la Cité des dirigeants se trouve en ce moment à Antananarivo. Nous allons sceller des conventions de partenariat demain (ndlr : ce jour) », a annoncé hier Erick Rajaonary, président du Fivmpama. C’est le premier résultat de cette visite. Il espère autant de l’accouchement de divers partenariats avec d’autres acteurs économiques de cette île française.À part la Cité des dirigeants, l’homme d’affaireS a multiplié les rencontres, notamment avec la confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), l’équivalent français du Fivmpama, où la question de rapprochement entre les deux entités était abordée.

Co-développement Ils ont discuté sur des pistes concrètes de collaboration avec la Chambre de commerce et d’industrie de la Réunion (CCIR) et le secteur privé réunionnais. C’était dans le cadre du programme européen Inter-REG qui se chiffre chaque année à plus de 60 millions de dollars. « Ce programme vise à renforcer l’insertion régionale de La Réunion et de Mayotte dans l’océan Indien et à répondre aux enjeux de co-développement des pays de la zone », explique le patron de Guanomad.Depuis quelques mois, cet homme d’affaires a effectué une tournée mondiale, dont l’objectif est de constituer une plate-forme d’échanges entre les chefs d’entreprises malgache « expatriés » et les entreprises étrangères ayant des liens avec Madagascar d’une part, et les entreprises malgaches réunies au sein de son groupement patronal, d’autre part.Durant son périple, il était toujours accueilli par la fédération de la diaspora malgache. Après un passage aux États-Unis, Canada, Allemagne, France, Bénélux, Seychelles, c’est maintenant au tour de La Réunion d’avoir une antenne locale du Fivmpama. Chose qui sera faite avant la fin du mois.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara4 partages

Dago Festival : Les médias et leur rôle dans la culture

Les intervenants lors de la conférence débat hier à l’IKM Antsahavola.

« La place des médias dans la culture ». Tel a été le thème débattu hier lors de la conférence débat qui s’est tenue à l’IKM Antsahavola, dans le cadre du Dago Festival, qui bat son plein.

Un sujet à la fois difficile et pointé du doigt, surtout lorsqu’on touche le domaine du matraquage. Les intervenants, un journaliste culturel et un responsable au sein de l’IKM, ont d’abord introduit le sujet. Et très vite, le débat a été animé. Car immédiatement, le sujet a basculé vers le matraquage. Les médias sont en effet au centre du matraquage et donnent aux plus offrants leurs plages, peu importe la chanson diffusée. Les jeunes qui ont assisté à cette conférence regrettent donc le peu d’implication des médias dans la qualité des programmes et des chansons diffusées. Puis, un jeune homme de l’assistance questionne : « comment définir la culture ? » Parler de Culture dans son sens large est en effet difficile, car on parle là d’un sujet très vaste. Même si trop souvent, on réduit la culture à l’art, et l’art à la musique. Chacun a donc essayé de donner sa définition, même si au final, tout le monde s’accorde à dire que la culture façonne un peuple, et que désormais, il faudrait que la culture devienne un réel levier de développement.

Levier de développement. La culture est en effet un aspect important d’une société que l’on ne doit pas sous-estimer. Au contraire, elle devrait être prise en compte dans toutes les stratégies de développement. Mais encore faudrait-il que les gouvernants, les bailleurs de fonds et ceux qui régissent le pays en soient convaincus. Ce qui est loin d’être le cas actuellement car trop souvent, on fait l’amalgame entre culture et spectacle, et acteurs culturels et artistes. Du coup, la musique prend le dessus et depuis des années, on entend le même refrain. Aujourd’hui, il est temps que tout le monde prenne part à la valorisation de la culture et à sa place dans le développement. Et c’est peut-être là le vrai rôle des médias. Informer tout un chacun, des décideurs à l’opinion publique, et finalement Monsieur tout le monde pour que la culture devienne un réel levier de développement.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara4 partages

Hippisme : Jean Baptiste Rakotohanja sort le grand jeu

La journée des courses de dimanche à Bevalala a été marqué par le doublé de Jean Baptiste Rakotohanja qui sort ainsi de l’anonymat et d’une bien bonne manière puisque il a tout gagné .

Enfin presque car après s’être approprié de la 2 e course avec Oscar et devançant ainsi le favori du lot Oiseau d’Or confié à Patrick Rakotoarivelo, Jean Baptiste Rakotohanja s’est aussi imposé à la troisième course avec l’aide de Mascotte de Star.

Et ce n’est pas tout car le jockey en état de grâce a terminé à la deuxième place de la 5e course avec Nelly Fly qui terminait derrière Jovialité, l’autre cheval qui monte en puissance et confié à Fenohasina Ralairijaona. Koldikova de Nicot Ramiliarimanga complète le tiercé de la journée marquée par une autre victoire d’un autre apprenti mauricien en l’occurrence Varum Tengaree sur King of Star.

Patrick Rakotoarivelo qui, d’habitude, rafle tout a dû se contenter d’une seule victoire à la 4e course sur le dos d’un cheval que tout le monde donnait favori en l’occurrence Navigateur qui s’est imposé avec une aisance déconcertante qu’on se demande s’il est maintenant apte pour faire partie de l’élite. Une élite quelque peu mise au repos sans doute pour pouvoir être au top au Grand Prix de dimanche et marquant les 21 ans de l’AHCEL.

Une journée très prometteuse car l’occasion est trop belle pour Michelson Rakotoarisoa et son équipe pour montrer le vrai visage de l’élevage des chevaux à Madagascar. 21 années après.

Rendez-vous à ne pas rater donc dimanche à Bevalala.

Clément RABARY

Madaplus.info3 partages

Madagascar: séparation réussie pour deux sœurs siamoises de quatre mois

Les sœurs siamoises Mitia et Fitia sont nées il y a quatre mois par césarienne à Madagascar. Il y a six jours, elles ont été opérées pour les séparer au centre hospitalier d'Antananarivo.
Une opération réussie puisqu’aujourd'hui les deux nourrissons sont en bonne santé. En 2012, plusieurs « jumeaux joints » sont décédés à Madagascar des suites de leur opération de séparation, faute d'un matériel adéquat. Le ministère de la Santé souhaite désormais montrer qu’il n'est plus nécessaire d'aller à l'étranger, car Madagascar dispose d'un matériel moderne et d'un personnel compétent capable de réaliser des opérations chirurgicales délicates.
Les bébés siamoises étaient unies par le ventre depuis la cage thoracique jusqu'au diaphragme. L'opération de séparation a duré 2h30 et a été effectuée par une équipe d'une quinzaine de médecins, réanimateurs et infirmiers. Une manipulation chirurgicale délicate réalisée au centre hospitalier d'Antananarivo, par le ministre de la Santé lui-même, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo.
« Il y avait un problème au niveau du foie parce que le foie était vraiment uni. Il y avait un problème au niveau des côtes, au niveau du diaphragme également. Mais on a bien maîtrisé tous les problèmes pendant l'intervention. Il y a beaucoup de gens qui disent que ce n’est pas la peine d'aller à l'hôpital, que ce sont des incompétents, des gens qui ne travaillent pas bien. Mais il y a beaucoup d'interventions encore plus compliquées que la séparation de siamois qu'on fait au sein de cet hôpital ».
Six jours après l'opération, Fitia et Mitia vont très bien selon leurs parents qui ont préféré garder l'anonymat. La maman des jumelles est rassurée. « Au moment de l'opération, on était très inquiets. Mais quand l'opération a réussi, on était très contents, très contents. Là maintenant elles se portent bien. Elles jouent, elles essayent d'attraper les jouets au-dessus de leur berceau et elles mangent bien ».
Selon le ministre de la Santé, cette intervention chirurgicale aurait coûté jusqu'à 120 000 euros si elle avait été effectuée à l'étranger. L'Etat malgache, qui a pris en charge le montant de l'opération, aurait fait une économie d'au moins 50%.
Source RFI
News Mada3 partages

Mpahay lalàna, Rabenarivo Sahondra: « Tokony hatsahatra ny fikitihana lalàna mialoha ny fifidianana »

Nivahiny tao amin’ny fandaharana “Ambarao”, ao amin’ny radio Alliance 92 FM ny mpahay lalàna, sady mpikambana eo anivon’ny fiarahamonim-pirenena, Rabenarivo Sahondra. Anisan’ny nitondrany ny heviny ny fanitsiana lalàmpanorenana tadiavin’ny mpitondra hirosoana. Ampahany  amin’ny resadresaka…

Manahirana ny Vondrona afrikanina (UA) io fikitihan’ny mpitondra amperinasa aty Afrika ny lalàmpanorenana io, mialoha ny fifidianana na mialoha ny fiafaran’ny fe-potoam-piasany ny mpitondra. Fomba ratsy efa tokony ajanona izany satria tsy mipetraka ny fanjakana tan-dalàna. Ny lalana no mitondra fa tsy ny mampahefana. Ovana lava ny lalàmpanorenana mialoha ny fifidianana  ka ny manampahefana ny mitondra azy fa tsy lalàna intsony. Tokony hipetraka sy hajaina ary hampiharina ny lalàna fa tsy ovaina”, hoy izy. Na izany aza, anisan’ny tolokevitra nentin’ity mpahay lalàna ity ny hitondran’ireo kandidà filoham-pirenena amin’ny taona hoavy ny lalàmpanorenana. Mety ho federalisma izany na momba ny fisarahan’ny fahefana mba hifidianan’ny vahoaka azy.

Notsiahiviny indray fa hiteraka korontana sy hampidi-doza, araka ny efa nambaran’ny fiarahamonim-pirenena ny fanitsiana ny lalàmpanorenana na nilaza aza ny filoham-pirenena fa hampilamina sy hampitony izany. “Tsy fanitsiana na fanamboamboarana, fa tena fanitsiana miditra lalina ho amin’ny fandaminana ny rafi-panjakana araka ny hetahetam-bahoaka ny tokony hatao”, hoy izy. Nanteriny fa tsy voahajan’izao fitondrana izao sy nolavin’ny HCC ny andininy sasany ao amin’ny lalàmpanorenana.  Ohatra, ny And  54 momba ny fanendren’ny antenimiera ny praiminisitra. Ny lalàna momba ny mpanohitra. Ny And. 72 momba ireo mpivadika palitao eny amin’ny Antenimiera. Ny fitsarana avo (HCJ), tokony napetraka ny 25 janoary 2015, nefa mbola tsy nitsangana hatramin’izao. “Tsy voahaja izany ity lalàna fototra ity”, hoy ihany izy.

Fanodinkodinan-dresaka ny fanitsiana lalàmpanorenana

Ankoatra izany, nambarany fa fanodinkodinan-dresaka io fanitsiana tadiavin’ny mpitondra hatao io, ka zary lasa tsy mijery akaiky ny rehetra amin’ny fanovana mety ataony momba ny lalàm-pifidianana, ny lalàn’ny tetibola, ny lalàna momba ny fifidianana filoham-pirenena. “Tsy hampilamina izany ary hikorontana eto…”, hoy izy.

Notsiahiviny koa fa nohasarotina ny dingana rehetra rehefa hitondra fanitsiana amin’ity lalàmpanorenana ity. Anisan’ny voalaza ao fa tena ilaina izany ary tsaraina mihitsy vao azo hirosoana. Mandalo ny antanan-tohatra samihafa izany avy eo, toy ny fifidianan’ny antenimiera roa tonta azy. “Mandalo dingana sarotra ary natao fanahiniana mihitsy izany satria betsaka ny fanitsiana kasain’ny olom-bitsy hatao sy tsy mahasoa ny firenena.  Anisan’ny fotokevitr’io lalàmpanorenana io izany. Ka tena ilaina tokoa ve ny fanitsiana ? Lafo koa ny manao fitsapan-kevi-bahoaka sady tsy ho ato anatin’ny fotoana fohy”, hoy ihany izy. Notsiahiviny fa ny HCC ihany no afaka hitsara ny amin’ny tena ilaina na tsia ny hanitsiana ny lalàna fototra. Na hanaraka befahatany ny ambaran’ny mpitondra aza anefa ny eny Ambohidahy, tokony hametrahan’ny rehetra adihevitra na tena mitombina na tsia. Anisan’izany ny mpanao politika . Tsy maintsy manamarina koa ny fitondrana fa ilaina izany, araka ny nambarany ihany.

Anisan’ny tolokeviny koa, momba ilay ambara fa elanelam-potoana hanaovana ny fifidianana fihodinana voalohany sy faharoa, ny tokony hampitaovana ny Ceni, hahahaingana ny famoahana ny voka-pifidianana ato anatin’ny herinandro. “Aza laniana amin’ny fitsapan-kevi-bahoaka ny vola fa mitadiava lalana hafa. Lanio amin’ny ordinatera sy internety ary ny 4G izany…”, hoy izy.  Nohitrikitrihiny fa tsy mazava ny tian’ny mpitondra h. Anisan’ny fanontaniany raha tena ilaina tokoa ve ny fanitsiana ?

Hampihemotra ny fifidianana filoham-pirenena

Etsy andaniny, fanodinkodinan-dresaka ny momba ny fokontany, araka ny fanamafisany. Tsy nampihatra ny tena fitsinjaram-pahefana ity fitondrana ity. “Tsy nanangana ny faritra sy ny faritany… Tetika handresena lahatra antsika hifidy sy hanaiky ny fitsapan-kevi-bahoaka fotsiny izany”, hoy izy. Anisany ambarany fa mety ho tetika maloton’ny fitondrana hanemorana ny fifidianana filoham-pirenena koa izao fanitsiana tiany hatao izao. Mety hanova datim-pifidianana ny fitondrana amin’ny alalan’io fanovana io. “Telo volana mialoha ny fiantsoana ny mpifidy amin’ny fitsapan-kevi-bahoaka. Efa  antomotra isika satria efa hifarana ny taona. Mety amin’ny jona ny fitsapan-kevi-bahoaka ary hanomana ny fifidianana filoham-pirenena aorian’izany. Mampiahiahy izany satria tsy fantatra ny fanovana sy ny tetika ataon’ny mpitondra hanemorana ny fifidianana”, hoy ity mpahay lalàna ity.

Manoloana ireo rehetra ireo, notsiahiviny fa efa notakin’ny Sefafi, ny volana avirly teo, ny hamoahana ny lalam-pifidianana sy ny fitazonan’ny filohan’ny Antenimierandoholona, raha ohatra ka mametra-pialana ny filoham-pirenena. “Efa tokony ho vonona avokoa ny volavolan-dalana momba izany rehetra izany ary nampahafantarina. Izany no tokony horesahina fa tsy ity fanitsiana lalàmpanorenana ity…”, hoy izy.

Synèse R.

News Mada2 partages

Débit internet: Madagascar dans le top 5 en Afrique

Madagascar se trouve au 4e rang du classement des 35 pays africains où la connexion en internet est la plus rapide, selon une publication, du ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique (MPTDN) sur les réseaux sociaux, hier.

Avec une vitesse de téléchargement de 3,49 Mbps et un temps de 4h 53mn 15 secondes pour transférer une vidéo de 7,5 Go, la Grande île dépasse ainsi d’autres pays comme la Côte d’Ivoire, l’Egypte, l’île Maurice et le Nigeria qui occupent respectivement aux 19e, 20e, 13e et 5e places. A l’échelle internationale, Madagascar est au 89e rang sur 189 pays. Le Kenya arrive en tête devant l’Afrique du Sud et la Tunisie.

Ce classement est le résultat d’une enquête menée par Measurement Lab (M-Lab), un laboratoire américain, en partenariat avec la New America’s Open Technology Institute, Google Open Source Research et PlanetLab de l’université de Princeton.

Sera R

News Mada2 partages

Grand sud: le plan de relèvement en bonne voie

Le Plan de relèvement et de résilience (PRR), pour les districts les plus affectés par la sécheresse à cause du phénomène El Nino dans le Grand sud de Madagascar, est actuellement en bonne voie. Le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) à Madagascar a annoncé cette bonne nouvelle, hier, au cours d’une rencontre entre cette organisation onusienne et la presse, en son siège à Andraharo,

Les politiques et les stratégies relatives à la poursuite de la mise en œuvre de ce PRR ont été au centre des échanges, entre autres, le «Cash for work» ou l’argent contre travail, et l’exploitation du service financier adapté aux besoins de la population. Trois régions sont particulièrement touchées par cette sécheresse, les districts d’Ampanihy et de Betioky dans la région Atsimo andrefana, Bekily Tsihombe et Beloha pour l’Androy et le district d’Amboasary pour la région Anosy.

150 millions de dollars d’investissement

La mise en œuvre du PRR requiert un investissement de plus de 150 millions de dollars répartis sur trois ans, à partir de cette année. 1,5 million de dollars ont déjà été débloqués par le Pnud, à titre de démarrage, pour ravitailler les projets en cours.

Le PRR comprend trois composantes essentielles. D’abord, le relèvement face à la sécheresse et la dégradation de l’environnement, pour un coût de 18,502 millions de dollars, puis par rapport à la réduction des vulnérabilités structurelles à hauteur de 120 millions de dollars. Et enfin, le relèvement institutionnel et culturel pour un montant de 12 millions de dollars.

Sera R

News Mada2 partages

Betsipolitra Miandrivazo: 2000 zébus volés, des maisons incendiées

La situation sécuritaire dans le district de Miandrivazo, plus précisément dans la commune de Betsipolitra, est préoccupante. Les 12, 13 et 19 septembre, près de 2.000 zébus ont été volés par des dahalo armés. Pour couronner le tout, les bandits de grand chemin ont incendié des maisons.

Le maire de la commune rurale de Betsipolitra, Sadahay Miandriahy, a expliqué qu’environ 70 dahalo équipés d’armes à feu et d’armes blanches ont assailli le village d’Androtsibe. «Les dahalo ont pris la direction du sud avant de mener le troupeau dans une forêt. Un hélicoptère a vainement survolé la zone. Le lendemain, ils ont attaqué un autre pâturage à Soafiarenana pour s’emparer de 800 têtes de zébus. Ce qui porte à 1.400 le nombre de bœufs volés», a expliqué le maire Sadahay Miandriahy.

Le maire a ajouté que, mardi, les dahalo ont de nouveau assailli le village de Soafierenana et d’Androtsibe. Cette fois-ci, les bandits ont emporté 600 zébus. Les habitants d’Androtsibe ont essayé de repousser les assaillants mais cela n’a fait qu’attiser la colère de ces derniers qui ont mis le feu à dix maisons.

Dépossédés de leurs biens et dans le désarroi total, le maire et les habitants de Betsipolitra lancent un appel à l’aide et interpellent les autorités pour qu’elles prennent des mesures immédiates afin de mettre fin à cette insécurité. «Ils ont dirigé les zébus volés à Itondy. Nous ne pouvons rien faire face à ces dahalo qui sont dotés d’armes de guerre et nous demandons une opération militaire», a conclu Sadahay Miandriahy.

Mparany

Madaplus.info1 partages

La CUA persiste pour octroyer la contre-visite des transports en commun à l’OMAVET

La Commune Urbaine d’Antananarivo se montre ferme sur l’affectation du service de contre-visite des véhicules des transports en commun à l’OMAVET et ne reculera pas en arrière malgré la contestation des chauffeurs de taxi.
Cette décision a été prise issu du Conseil Municipal et essentiellement dans le cadre de l’amélioration des services publics notamment pour les transports en commun. D’après l’affirmation de l’Adjoint au Maire, OMAVET appartient exclusivement à la CUA et il n’est nullement question de remettre le contrôle de la contre-visite à une société de transport privée, selon les rumeurs qui font du bruit dans tous les coins de la rue. CUA est l’unique actionnaire de l’OMAVET. La CUA de marteler qu’aucune hausse de tarif à payer sur la contre-visite n’est prévue. C’est au Conseil Municipal que revient les décisions y afférentes. Celle-ci de confirmer que le fait de verser 10% seulement de recette perçue par l’OMAVET à la caisse de la CUA est d’ordre organisationnel. La CUA et l’OMAVET restent ouverts à tous dialogues. À signaler que la rencontre entre OMAVET, CUA et l’Association des transports aura lieu samedi prochain.
Madaplus.info1 partages

Coopération sino-malgache : célébration du 45e anniversaire

La cérémonie de la célébration du 45e anniversaire de l’établissement de la relation diplomatique entre la Chine et Madagascar s’est déroulé ce jour à Carlton. Diverses activités ludiques ont été prévues par l’Ambassade de Chine. L’évènement a été marqué par la projection des films chinois sous-titrés en français, des conférences et d’autres animations.
Le premier film projeté dans le cadre de la cérémonie d’ouverture de l’exposition chinoise était « Ma bonne étoile », une romance pimentée d’aventure et la plus appréciée en Chine. Le but de cette exposition de film chinois est d’approfondir la compréhension mutuelle des peuples et de l’amitié entre les deux pays. L’Ambassadeur de Chine d’affirmer que c’est à travers ces films que la Chine partage sa culture aux peuples malagasy. L’Ambassadeur sollicite vivement la projection des films malagasy en version chinoise afin de faire connaître l’authenticité de la culture malagasy.
News Mada1 partages

«VOYAGE DE LA LUMIERE»: 200 opérations de cataractes pour les plus démunis

La santé oculaire constitue une priorité pour la République populaire de Chine, qui vient de conclure un partenariat allant dans ce sens avec le ministère de la Santé, avant-hier à Ambohidahy. Cette initiative entre dans le cadre du projet intitulé «Voyage de la lumière», organisé par le gouvernement chinois, dont Madagascar fait partie des bénéficiaires.

Ainsi au mois de novembre, une équipe médicale d’ophtalmologues chinois, dotée de matériels de pointe, de consommables médicaux et de médicaments, sera dans nos murs pour effectuer une opération gratuite de cataractes aux 200 patients malgaches au service d’ophtalmologie du Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-JRA).

«La santé est primordiale pour le bien-être de la population et le progrès social du pays. Lors du Sommet de Johannesbourg du Forum sur la Coopération sino-africaine en décembre 2015, le président chinois, XI Jinping, a annoncé dix programmes de coopération entre la Chine et les pays africains, parmi lesquels figure le programme de la santé publique. A ce sujet, les deux Gouvernements se sont consultés pour mettre en œuvre ce Projet», a souligné  l’ambassadeur de la Chine à Madagascar, Yang Xiaorong.

Partage d’expériences

L’intervention qui s’étalera sur dix jours, sera donc pratiquée par l’équipe médicale chinoise, assistée par des ophtalmologues malgaches ainsi que des parties prenantes du programme «Vision 2020». Selon le Pr. Léa Raobela, «cette opération sera une occasion de se familiariser avec les nouvelles technologies d’intervention en matière de cataracte, utilisées dans les hôpitaux des pays développés».

Toujours d’après ce spécialiste, «Les personnes qui ont des problèmes de vue et les malvoyants, notamment les groupes vulnérables dont les personnes âgées,  bénéficieront  de cette intervention gratuite, si le coût s’élève à 200.000 ariary pour une opération normale».

Il ne s’agit pas d’une première coopération entre Madagascar et la Chine touchant le volet sanitaire car cela date déjà de 40 ans. «Ce partenariat est marqué par diverses réalisations, entre autres, la construction du CHU d’Anosiala-Ambohidratrimo l’année dernière, la formation en acupuncture, l’envoi des missions médicales chinoises tous les deux ans dans les hôpitaux de Sambava, Vatomandry, Ambovombe et Mahitsy Antananarivo…. Et qui va s’élargir encore dans des domaines autres que la santé oculaire», a souligné le ministre de la Santé, le Pr. Mamy Lalatiana Andriamanarivo.

Fahranarison

News Mada1 partages

Ankazobe: taksiborosy nivadika fa resin-tory ny mpamily

Io indray! Taksiborosy an’ny kaoperativa malaza eny Ambodivona no tra-doza tampoka tao Ankazobe, omaly maraina. Avy any Ambaja hihazo aty Antananarivo ity taksiborosy ity kanjo namoa-doza tampoka satria resin-tory teo ambony familiana noho ny harerahana ny mpamily. Tsy vitan’izay fa mbola nandeha mafy koa ilay fiara ka nivadika avy hatrany. Tsy nisy ny naratra na aina nafoy fa niteraka fahasorenana teo amin’ireo mpandeha ny tsy firaharahan’ilay kaoperativa azy ireo. Tsy nisy na fialan-tsiny aza tamin’ity loza ity fa samy nanao izay hodiany ny mpandeha rehetra. Tsy nisy fandraisana andraikitra tamin’ny famindrana ireo mpandeha tamin’ny taksiborosy hafa. Navelan’ilay mpamily teo fotsiny ireo mpandeha. Ny fiara nandalo no mba nangorana ireo mpandeha ka nitondra ireo mpandeha sasany. Isan’ireo taksiborosy manana ny tolotra faran’izay raitra nefa lafo ity taksiborosy namoa-doza ity. Tsy vao izao fa matetika nahitan-doza ity RN 4 ao Ankazobe ity. Matetika tandrevaka kely tsy tandrina toy izao hatrany ny mahatonga ny loza. Tompon’andraikitra ihany koa ny kaoperativa amin’ny trangan-javatra toy izao.

J.C

News Mada1 partages

Madagasikara sy Chine: hahazo vahana ny sarimihetsika sinoa

Ao anatin’ny fanamarihana ny faha-45 taon’ny fifandraisana diplomatika eo amin’i Madagasikara sy i Chine, sarimihetsika sinoa 6 no nalefa eto an-dRenivohitra, nanomboka omaly. Ahitana dikan-teny frantsay avokoa ireto sarimihetsika ireto. Amin’ny ankapobeny, mampiseho sy manasongadina ny kolontsaina sy ny fomba amam-panao sinoa izy ireo. Anisan’ireny ny « La porte du dragon, la légende des sabres volant », nalefa omaly. Ny « Le Rois singe : Le retour du héros » sy ny « Ma bonne étoile », nalefa androany teny amin’ny Oniversiten’Antananarivo. « Mojin – la légende perdue » » sy ny « La bataille de la montagne du tigre », samy halefa rahampitso avokoa. Ny masoivoho sinoa eto Madagasikara sy ny « China film group corporation » no mifarimbona amin’ity hetsika ho an’ny sarimihetsika sinoa ity.

Tsetsatsetsa tsy aritra no ilazana fa anisan’ny mampiavaka an-dry zareo Sinoa ny fahaiza-mitana ny fototry ny kolontsainy sy ny fanelezana sy fampanjakana izany maneran-tany amin’ny fomba haingana sy mahomby !

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

Tia Tanindranaza1 partages

Ampasina Andina AmbositraMarary nify ny ankamaroan’ny mponina

Ratsy nify ny 80 %-n’ny Malagasy. Antony maro no mahatonga izany toy ny tsy fahampian-tsakafo, ny tsy fahaizana mikojakoja ny fahasalaman’ny nify sy ny ativava.

 

 Ho an’ny kaominina Ampasina Andina, any Ambositra manokana dia mahatratra 60 isan’andro amin’izao ireo olona tonga manala nify, manararaotra ireo olona valo mianadahy mpitsabo nify avy any Alemaina  mandalo any an-toerana. Ao amin’ny “CentreMédical Communautaire” no hanatanterahana ny hetsika, izay tsiahivina fa natsangana vokatry ny fiaraha-miasan’ny GROUPAMA Frantsay malala-tanana avy any Alemaina izay marihina fa misy trano fiterahana, misy trano fitsaboana, misy laboratoara hijerena ny kankana … Ireo  vahoaka ao amin’ny fokontany Ampasina kosa no niantsoroka ny fanamboarana ny trano. Arahina fampianarana ireo mponina momba ny fikojakojana ny nify sy ny ativava izany. Maimaimpoana ny fanalana ny nify sy ny fanafody rehetra. Misy mponina miisa 24.400 moa ao Andina ankehitriny, miparitaka amina fokontany miisa 15. Ny ady amin’ny aretina bilarziozy sy ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana no asa maika hiantsorohan’ny ben’ny tanàna Rakotozandrindrainy amin’izao fotoana.

Pati

Orange Madagascar1 partages

La 2e revue de l’accord au titre de la FEC examinée en décembre

Une mission des services du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par Marshall Mills, Chef de mission pour Madagascar, a séjourné à Antananarivo du 7 au 21 septembre 2017 pour mener des discussions sur la deuxième revue du programme de réformes économiques appuyé par un accord triennal au titre de la facilité élargie de crédit (FEC)1. À l'issue des discussions qui vont se poursuivre, le Conseil d'administration du FMI pourrait examiner comme prévu en décembre 2017 la deuxième revue de l'accord au titre de la FEC.

La FEC est un mécanisme de prêt qui permet d’accompagner des programmes de manière soutenue à moyen et à long terme, dans les cas de difficultés persistantes de balance de paiements. L’accord conclu avec Madagascar d’un montant de 220 millions de DTS (environ 304,7 millions de dollars ou 180 % de la quote-part) a été approuvé par le Conseil d’administration du FMI le 28 juillet 2016 (voir Communiqué de presse No. 16/370). L'augmentation du niveau d’accès dans le cadre du programme de 30,55 millions de DTS (environ 42,39 millions de dollars) ou 12,5 % de la quote-part du pays, a été accordée suite à la réunion du Conseil d’administration du FMI du 28 juin (voir Rapport pays du FMI No. 17/223).

Au terme de la mission, Marshall Mills a déclaré que la situation économique de Madagascar a continué à évoluer positivement en 2017, avec le maintien de la stabilité macroéconomique en dépit des chocs. La croissance économique devrait atteindre 4,1 % en 2017. « Bien que ce taux soit un des plus élevés en Afrique subsaharienne, il est en deçà des attentes, notamment en raison des effets du cyclone et de la sécheresse sur les secteurs agricoles et la production hydroélectrique. La croissance est prévue de s’accélérer à 5,1 % en 2018, portée par la hausse de l'investissement public et un rebond dans le secteur agricole. L'inflation, qui a connu une légère accélération au premier semestre de cette année en raison des chocs climatiques, devrait redescendre aux alentours de 8% d'ici à la fin de l'année et poursuivre sa baisse progressive en 2018 », a-t-il ajouté.

Le Chef de mission du FMI de poursuivre que « les autorités ont réalisé d’importants progrès dans le cadre du programme appuyé par la FEC. A ce jour, tous les critères de réalisation quantitatifs fixés pour fin juin ont été respectés. Le recouvrement des recettes continue de dépasser les objectifs du programme. La Banque Centrale de Madagascar a géré de manière adéquate les tensions liées au choc positif du prix de la vanille, en accumulant des réserves de change additionnelles, alors que le taux de change s’est légèrement apprécié, conformément au régime de change flexible. Une politique monétaire prudente a également permis de contenir l’inflation. La plupart des réformes structurelles envisagées dans le cadre du programme ont été réalisées, avec des retards pour certaines ».

Pour le reste de 2017, les autorités mettent en œuvre des mesures budgétaires supplémentaires pour compenser des dépenses imprévues. Les dépenses salariales supérieures aux prévisions seront compensées par une augmentation des recettes et par la maîtrise des autres dépenses. Les autorités s’emploient également à accélérer l’exécution des projets d’investissement financés sur ressources extérieures. Les discussions sur le partenariat stratégique pour Air Madagascar se poursuivent et la signature de l’accord final nécessitera un transfert conséquent pour couvrir les engagements liés aux pertes antérieures, tel qu’inscrit dans le budget 2017 et prévu dans le programme FEC.

« Les discussions sur le budget 2018 ont porté sur les objectifs du programme que sont le renforcement de la mobilisation des recettes et l’amélioration de la qualité des dépenses publiques. Les autorités ont réaffirmé leur engagement en ce sens. Elles continuent à préparer des réformes supplémentaires de la politique et d'administration fiscales. Celles-ci visent à maintenir une croissance significative des recettes en 2018, en dépit du choc négatif sur les recettes douanières de l'appréciation de l'Ariary. Par ailleurs, les discussions se sont aussi concentrées sur une meilleure allocation des dépenses pour soutenir une croissance inclusive, tel que prévu dans le cadre du programme. A cet effet, il faudra accroître les investissements publics, maîtriser la progression de la masse salariale, et réduire les transferts, notamment vers l’entreprise publique JIRAMA. Les réformes de la JIRAMA avancent, en particulier celles visant à une meilleure gestion et une baisse des coûts. La poursuite de ces progrès est essentielle afin de réduire les transferts, comme convenu », selon toujours Marshall Mills.

Par ailleurs, les réformes structurelles prioritaires ont également été abordées, concernant la politique monétaire, le développement du secteur financier, la politique fiscale et la gouvernance. « La banque centrale continue d’améliorer le cadre opérationnel de la conduite de la politique monétaire. De même, conformément aux recommandations de l'évaluation de la stabilité du système financier (ESSF), les autorités s’emploient à renforcer le contrôle prudentiel basé sur les risques, la réglementation prudentielle, et à moderniser la législation bancaire. Concernant la politique fiscale, les discussions ont mis l’accent sur la nécessité de l’efficience et l’efficacité des nouvelles incitations fiscales envisagées. Elles doivent promouvoir de nouveaux investissements privés tout en en minimisant les coûts et sans compromettre les recettes futures. Dans le domaine de la gouvernance, le gouvernement a déposé au Parlement des projets de loi relatifs à la coopération internationale et au recouvrement des avoirs. Par ailleurs, le gouvernement a aussi préparé un projet de loi pour la lutte contre le blanchiment d’argent qu’il entend soumettre au Parlement cette année. Les services du FMI ont encouragé les autorités à le faire et à renforcer progressivement leur dispositif de déclaration de patrimoine », a-t-il ajouté.

Faut-il noter que la mission a rencontré le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, le Premier Ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana la ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona, le ministre de l’Économie et du Plan, le Gouverneur de la Banque Centrale de Madagascar, Alain Rasolofondraibe, le Commissaire général de l'OCSIF, Léon Rajaobelina, ainsi que d’autres hauts responsables, des représentants du secteur privé et des partenaires au développement.

 

L'express de Madagascar1 partages

Industrie – Une lueur d’espoir pour Bidco

Entente. Après la fermeture et l’interdiction d’exploitation controversée émise par le ministère de l’Industrie, à l’endroit de la société de raffinage d’huile alimentaire Bidco, depuis près d’un an, les promoteurs ainsi que la même autorité en sont venus à des consensus lors d’une audience entre les deux parties, hier, à Antaninarenina.La raffinerie d’huile Bidco Madagascar avait fonctionné en essai technique, depuis plus de deux mois. Depuis, la situation de la société, ainsi que de ces employés, est devenue plus qu’incertaine.« D’un commun accord, nous avons convenu de la véracité de certains points, en l’occurrence l’irrégularité de la situation de l’entreprise sur certains points. Des sujets que nous tâcherons de régulariser afin de rouvrir au plus vite les portes de l’huilerie », explique Armand Tazafy, ministre de l’Industrie. Ce dernier a précisé qu’il s’agit de la question de la délivrance du certificat de consommabilité des matières premières que la société utilise, de l’autorisation d’autoproduction d’énergie de la société et de l’inexistence de certificat de mise en marché des produits de l’huilerie.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Faravohitra – Le SMM demande des comptes au ministère

Du concret. C’est ce qu’attend le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) du pouvoir exécutif. La traduction en acte des bonnes intentions affirmées par les décideurs étatiques, quant aux revendications de l’organisation syndicale.À l’issue d’une réunion avec le secrétaire général du ministère de la Justice hier à Faravohitra, le SMM a réaffirmé cette attente. Selon les explications de Fanirisoa Ernaivo, présidente du Syndicat, le rendez-vous avait pour but de s’enquérir de l’évolution de l’application des revendications dont ils ont fait part à Alexandrine Elise Rasolo, ministre de la Justice, lors de leur rencontre le 31 août. « Comme nous allons tenir une assemblée générale vendredi, nous voulions savoir où en était nos revendications », a déclaré la magistrate.« Le ministère affirme que les choses avancent. Nous attendons pourtant, toujours, des actes concrets, car rien n’est fait jusqu’ici », a-t-elle déploré, à l’issue des 2 heures 30 d’échanges. Parmi les actes qu’attend le SMM figure, par exemple, la mise en place d’une commission de réforme de textes, comme celui sur le Conseil supérieur de la magistrature (CSM). « Des actes sont aussi toujours attendus sur l’application des décisions de Justice », ajoute la magistrate.L’assemblée générale que tiendra le Syndicat des magistrats conjointement avec celui des greffiers, demain au siège de la Cour suprême Anosy, devrait décider de la suite à donner à leurs revendications. À entendre ce qui a été dit hier toutefois, le SMM devrait profiter de l’occasion pour réaffirmer sa position, vis-à-vis de la révision de la Constitution que compte enclencher le pouvoir Exécutif.

Une occasionOutre le timing, le Syndi­cat affirme que « le cas de nécessité impérieuse », motif prévue par la Constitution pour qu’elle puisse être révisée, n’est pas acquis. Étant donné les charges qu’imposent l’organisation d’un référendum, il avance, par ailleurs, qu’une retouche ne devrait pas être verrouillée à quelques dispositions. Hery Rajaonarimampianina, président de la République, soutient en effet que la révision ne concernera que les articles relatifs aux élections.« Ça devrait être l’occasion de restaurer un vrai équilibre entre le pouvoir Exécutif, parlementaire et judiciaire, et de revoir l’organisation de la Justice », plaide le SMM. La Consti­tution actuelle placerait « entièrement le pouvoir judiciaire sous la tutelle de l’Exécutif, notamment, du président de la République ». Parmi les exemples soulevés, il y a la présidence du CSM qui revient au chef de l’État. L’inspection générale de la Justice est également rattachée à la présidence de la République.Il y a aussi la nomination en conseil des minis­tres du premier président, le procureur général et les vice-présidents de la Cour suprême.

Garry Fabrice Ranaivoson.

Midi Madagasikara1 partages

Impôts et douane : Formations pour les opérateurs économiques à Antaninarenina

Deux formations sur la fiscalité et sur la douane se tiennent au Colbert Antaninarenina les 20 et 21 septembre. Il s’agit de journées organisées, suite aux recommandations formulées par le secteur privé, ainsi que par les administrations fiscale et douanière, lors des Assises organisées par PROCOM (Projet d’appui à l’emploi et à l’intégration régionale). En effet, ces formations sont dédiées aux opérateurs économiques, notamment ceux des PME, afin d’approfondir leurs connaissances en matière fiscale et douanière, de les sensibiliser sur les dispositions des principaux textes en vigueur, de faciliter la compréhension de ces règles et d’en assurer une application correcte. Pour la formation sur la fiscalité, plusieurs sujets sont abordés, entre autres, la lutte contre le secteur informel, les obligations et la fiscalité des PME, les procédures en matière de contrôle fiscale, avec les droits et obligations du contribuable. Ces volets sont assurés par l’expert comptable et financier, Andriamisa Ravelomanana, et des représentants des inspecteurs des Impôts. En ce qui concerne la formation sur la douane, les formateurs abordent dans durant les deux jours, les régimes économiques douaniers, les procédures douanières à l’exportation, les opportunités offertes par les accords régionaux, l’APEi (Accord de partenariat économique intérimaire) et la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction). Cette formation sur la douane est assurée par l’expert douanier Roger Rakotondrazaka avec des inspecteurs des douanes et des ingénieurs des eaux et forêts, ainsi que des ingénieurs des mines.

Antsa R.

News Mada0 partages

MAS-LOW La maison intelligente à nos portes

Le système «Mas-Low», ou maison intelligente, est l’ensemble des techniques informatiques, physiques et de télécommunication, utilisé dans les bâtiments en matière  de sécurité, d’économie des ménages et d’exploitation internet et des satellites.

Et cette avancée technologique est aussi utile dans le domaine de l’enseignement supérieur. Comme c’est le cas à IT University d’Andoharanofotsy, une institution privée spécialisée en informatique qui vient d’inaugurer hier son laboratoire «Mas-Low».

A titre d’exemple, «Mas-Low» permet de sécuriser un lieu à travers une reconnaissance faciale et vocale du propriétaire. Grace à ce système innovant, les portes et les fenêtres s’ouvrent automatiquement. A propos de la gestion des ménages, le système peut faire le suivi des consommations de chaque appareil utilisé, groupé ou par matériel, selon une programmation prédéfinie. La lumière, le chauffe-eau et les connexions à l’internet peuvent être aussi réglés  selon les besoins du propriétaire. Et les possibilités sont multiples.

A noter que les étudiants de l’IT University se sont toujours illustrés sur le plateau des concours nationaux et internationaux. Entre autres, le Webcup Madagascar et de l’océan Indien en 2014, l’Africa Challenge Dev App et Top 3 du MBM Student challenge en 2015, et de nouveau le Webcup Madagascar et de l’océan Indien en 2016.

Sera R

News Mada0 partages

SECES Deux indemnités attendues en janvier

Le renforcement des revendications permettant de garantir les droits et valeurs des enseignants figure parmi les grands points soulevés, lors du Congrès national du Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants (Seces), les 18 et 19 septembre, à Mahajanga.

«Les revendications relatives aux indemnités de résidence et de logement, devraient être  mises en vigueur à partir de janvier 2018. De même pour l’application du décret 2009-1215 sur les indemnités de recherches pour ceux qui devraient en bénéficier», a souligné le président national du Seces, le Dr. Dimby Ralambomanana, joint hier au téléphone. Ce dernier a été réélu président national pour un mandat de trois ans.

Le Seces a également interpellé les responsables à tous les niveaux sur la concrétisation du système LMD et de tenir compte les propositions que le syndicat a avancées lors de l’atelier national sur le LMD, à Toamasina en 2016.

Dans la foulée, les congressistes n’ont pas manqué de soulever les affaires politiques, tout en lançant un appel aux politiciens afin qu’ils cessent l’ingérence dans la gestion et la mise en marche des affaires des universités sous toutes leurs formes…

Ils ont clamé haut et fort leur désapprobation à la corruption à tous les niveaux des instances décisionnelles, surtout  le trafic et l’exportation illicite des richesses naturelles. Les membres du Seces se donnent rendez-vous en 2020 pour le prochain congrès qui se déroulera à Antsiranana.

Fahranarison

Ino Vaovao0 partages

ZOTRA SUBURBAIN MAHAJANGA : Mandrahona ny tsy handoa patanty ny kaoperativa

Tsy izy irery anefa fa ireo filohan’ny kaoperativa rehetra mitrandraka ny zotra suburbain dia samy miombon-kevitra aminy daholo noho ny amboletra ataon’ireo tompona fiara milaza azy ho mahitahita ka tsy azo atao na inona na inona. Fa indrindra ilay fiaran’ny manamboninahitra kolonely iray, izay nahatonga ity firongatry ny tsy fanarahan-dalàna ao amin’ity zotra iray ity ka nampiana-dratsy ny sasany hanao ‘clandestin’.

Izy ireo indray no feno mialoha ireo fiara manara-dalàna miantsona etsy aminy parkazy Ampasika ka mahatonga fantiantoka ho an’ireo fiara namany. Noho izany dia raikitra ny langoraona ny talata 19 septambra teo fa tsy handoa ilay patanty 600 000 ariary izay takian’ny kaominina amin’izy ireo intsony ny tompona fiara rehetra manao ny asa fitaterana ao aminy zotra suburbain io manomboka izao.

Satria tokoa dia miditra fatiantoka mihoapampana ireto farany noho izany tsy fanarahan-dalàna ataon’ny sasany izany, kanefa tsy misy ny fandraisan’andraikitra ataon’ny tompon-andraikitra voakasiky ny fitaterana an-tanety eto Mahajanga na dia efa nisy ny fitorohana nataon’izy ireo. Manaitra ny sain’ny isan’ambaratonga mahefa izy ireo mba hanadio ireto fiara tsy manara-dalàna etsy Ampasika ireto mba hialana amin’ny disadisa manaraka.

Marihina fa kaoperativa miisa dimy no mitrandraka ny zotra suburbain ity dia ny Kofibe, Komafibo, Kofimare, Kofifama ary ny Kofimama.

INVMGA.

Ino Vaovao0 partages

ZARIDAINA RALAIMONGO : Afaka iray volana eo dia ho vita tanterakany asa

Nambarany tamin’izany fa afaka iray volana eo ho eo dia ho vita tanteraka ity zaridaina ity. Efa mandeha ny ‘jet d’eau’ eo am-povoany ary efa misy rano afaka anondrahana ihany koa ao. Efa mamita ny fametrahana ireo ‘pavés’ ny mpanamboatra. Efa manomboka mamboly bozaka ihany koa ny mpanao zaridainan’ny kaominina.

Hapetraka atsy ho atsy ny andrin-jiro mihaingo handravahana sy hanazavana io zaridaina io. Marihina moa fa ny Azam Bakreza, orinasa mpitoto varim-bazaha izay manana vina ny hanorina orinasa eto amintsika no mamatsy vola ny fanamboarana ity fotodrafitrasa ity. Miasa amin’ny firenena miisa 10 aty Afrika izy io.

Araka ny fifampiresahana nataon’ny tompon’andraikitr’io orinasa io tamin’ireo manampahefana eto an-toerana dia eto Mahajanga no irian’izy ireo hametrahana io orinasa io ary hanome asa tsy mivantana olona miisa 1000 mahery. Mbola tsy mipetraka eto akory izy ireo fa nitsidika ny orinasa misy teto fotsiny dia nanao asa fanasoavana ny tanàna sahady. Nanampy ihany koa i Mourad, filohan’ny Antenimieran’ny varotra eto Mahajanga amin’ny famerenana amin’ny laoniny ny tsangambato sy ireo tafondro manodidina azy, izay holokoina loko volafotsy sy volamena.

Aorian’ny fahavitan’ny fotodrafitrasa moa dia hiroso amin’ny fitokanana saingy ilana fandaminana amin’ireo mpamatsy vola izay tsy monina eto Madagasikara izany.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Zaza tsy ampy taona mamelona ny ray aman-dreny sy ny fianakaviana

Maro araka izany ny zaza tsy ampy taona mikarama manampy ny ray aman-dreniny amin’ny fitadiavam-bola. Eny amin’ny Petite plage Mahajanga no anisany toerana iray ahitana ireny zaza tsy ampy taona mikarama ireny. I Gerlain no anisan’izany. Vao sivy taona monja izy dia efa manampy ny reniny mitady vola hiveloman’izy ireo. Manao tentina atao sary amin’ny tarehin’olona mitsangantsangana eny amin’ny sisin-dranomasina ireny ny asa ataony.

Eo amin’ny 500 ariary ka hatramin’ny 1000 ariary eo no anaovany izany ary mahatratra 5000 ariary kosa ny vola azony mandritra ny tontolo andro raha tena mandeha ny tsena. Ny renin’i Gerlain moa dia mpivarotra mandehandeha eny amin’ny Petite plage ihany koa. Mbola mianatra ity zaza ity fa fotoanan’ny fialan-tsasatra izao ka mikarama eny amoron-dranomasina izy. Tsy i Gerlain irery ihany no zaza tsy ampy taona miasa mitady vola tahaka izao fa mbola maro ary misy mbola kely lavitra noho izy mihitsy aza izany.

Tsy eny amin’ny petite plage irery ihany koa no misy ireo zaza ireo fa saika ahitana azy ireny avokoa ny toeram-pitsangatsanganana rehetra toy ny Bord de la mere, Village touristique ary Grand Pavois. Rehefa nanontaniana ireo mpanjifa sy mpampiasa ireny zaza tsy ampy taona ireny dia misy ny milaza fa fanampiana an’ireo zaza sy ny fianakaviany no antony anjifany sy ampiasan’izy ireo ireny zaza ireny.

Misy ny milaza fa tsy mety ny ataon’ireny ray aman-drenin’ireny zaza ireny. Tokony harahi-maso akaiky izy ireny fa tsy avela fotsiny amin’izao. Betsaka kosa ny miasa mandritra ny fialan-tsasatra mba hahafahany manampy ny ray aman-dreniny amin’ny fividianana fitaovam-pianarana. Tsy misy fialamboly ihany koa ireo ankizy ka aleon’ny ray aman-dreny sasany miasa mitady vola, toy izay hangalangalatra ka ho lasa jiolahy na zazavavy zatra vola any aoriana.

Patricia (stagiaire)

Ino Vaovao0 partages

SAMBAVA : Tsy manaiky ny famonoana alika faobe ny Fikambanana Be amboa

Tsy manaiky ny hetsika famonoana alika io ny Fikambanana be amboa ka hidina an-dalambe, ny sabotsy izao izy ireo no hamakivaky ny tanànan’i Sambava sady hitarika ireo biby fiompin’izy ireo ao amin’ny fikambanana.

Efa nanomboka tamin’ny sabotsy lasa teo ny hetsika famonoana alika io ary efa nanohitra izany hatramin’ny voalohany ny filohan’ny Fikambanan’ny be amboa fa tsy manaiky izany hatramin’ny farany.

Araka ny vaovao avy any an-toerana dia anisany mahatonga ny hetsika famonoana ireo biby fiompy, ny fanadiovana ny tanàna ary hisorohana ny aretina haromontana,pesta izay efa miparitaka tokoa ankehitriny sy ny loza mety haterik’izany, hoy ny fanazavan’ny lehiben’ny sampana mpitsabo alika ao Sambava.

Nanamafy anefa ny sampana mpitsabo amboa iray fa ireny alika mirenireny ireny no vonoina ka tsy tokony hampisy olana satria fanatsarana ny tanàna io hetsika hatao io ary baiko midina no azon’izy ireo. Andrasana noho izany ny hetsika hataon’ireo Fikambanana be amboa izany.

Pounie

News Mada0 partages

Hippisme: l’Ahcel souffle ses 21 bougies

Et d’après l’organisateur, ce n’est qu’une mise en jambes avant la grande journée d’anniversaire de l’autorité hippique pour les courses et l’élevage de chevaux à Madagascar (Ahcel) qui aura lieu dimanche prochain, toujours au même hippodrome.  Au final, Jean Baptiste Rakotohanja s’est distingué avec les deux succès décrochés respectivement à la seconde et troisième épreuve.

Il a tout d’abord amené Oscar vers la victoire lors du prix Lac Itasy au terme d’un duel acharné contre Oiseau d’or de Patrick Rakotoarivelo suivi par Luna Bella pris en mains par Eric Ravelonjanahary (Quinté : 4-3-1-2-5). Il a ensuite enchaîné avec le prix Lac Tritriva (2.000 m) avec Mascotte de Star face à Oiseau Bleu, chevauché par Nicot Ramiliarimanga et Kamar’all Star monté par Patrick (tiercé : 1-2-4). Quant au prix Lac Rasoabe (1.700 m), il est revenu à Navigateur, associé à Patrick ayant devancé Negus sous la selle de Nicot et Nayade, monté par Rabearivelo (tiercé : 1-3-2).

Cette journée a été clôturée par un Quinté spécial qui s’est soldé par la consécration de Jovialité associé à Fenohasina Ralaiarijaona. Nelly Fly, sous la selle de Jean Baptiste, s’est octroyé la seconde place devant Koldikova monté par Nicot. Lolita star de Patrick et Madonna associé à Sedera Ranaivosoa ont complété le quinté gagnant de cette épreuve de 1.800 m (quarté spécial : 1-4-2-3).

Rojo N.

News Mada0 partages

Respect des droits des enfants: appel à l’engagement des entreprises

Le respect des droits de l’enfant dans le milieu du travail a été abordé lors d’une visite effectuée par la représentante de l’Unicef à Madagascar, Elke Wisch, auprès du ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, Armand Tazafy, le 19 septembre.

A ce sujet, un programme de formation sur les  Principes directeurs relatifs aux droits

de l’enfant et les entreprises  (PDEE) a été lancé conjointement entre le ministère de l’Industrie et l’Unicef en avril dernier.

En effet, le programme vise à informer le secteur privé sur les enjeux du respect des droits de l’enfant et à rappeler l’engagement que doivent prendre les entreprises dans ce sens. Il repose sur dix principes mobilisant les entreprises à respecter et à promouvoir les droits de l’enfant dans le milieu du travail, que ce soit à travers les accords et partenariats ou au sein même de leur entreprise.

Après la signature d’un plan de travail annuel entre l’Unicef et le ministère de l’Industrie en avril, un programme de formation des formateurs est en cours jusqu’à la fin de l’année. Par ailleurs, les entreprises qui s’engagent dans cette action vont désigner un point focal qui, à son tour, va transmettre son savoir et appliquer ces principes directeurs au sein de l’entreprise.

 «La promotion de l’innovation et le développement de l’industrie apportent un impact économique et social positif à notre pays, un encouragement à une croissance économique soutenue et une création d’emplois décents qui vont atténuer progressivement les inégalités sociales existantes», a précisé Elke Wisch.

Riana R.

News Mada0 partages

Boxe: les Seychellois à l’assaut de Madagascar

Madagascar s’apprête à accueillir un combat de défi contre les Seychelles le 15 octobre prochain au palais des Sports de Mahamasina. Neuf combattants seychellois seront sur le ring dans les catégories élites et juniors.

«Des séances d’entraînement et de formation, dirigées conjointement par les techniciens des deux fédérations auront lieu du 11 au 14 octobre. La délégation seychelloise sera dirigée par le président Bryan Esparon, le secrétaire général Edmond Folette et le Team Manager, Jacques Bonne. Les coachs Gerry Legras et Roch Pirame ainsi que l’arbitre John Figaro sont également attendus dans nos murs», a déclaré hier le président de la fédération malgache de boxe olympique (FMBO), Hery Mamy Rabarisoa.

Chez les élites, les boxeurs malgaches vont en découdre avec Keddy Agnes (+ 91 kg), Nelson Molle (75 kg), Shane Boniface (69 kg) et Edrian Volcere (64 kg). Du côté des jeunes, il y aura Fabio Roselle (56 kg) et Christopher Jean (69 kg). En outre, le championnat national aura bel et bien lieu dans la capitale du 28 septembre au 1er octobre.

Rojo N.

News Mada0 partages

Judo: Aya San, une volontaire japonaise débarque à Toamasina

Le président de la ligue de judo d’Atsinanana, Jean-Loup Bardy, a annoncé officiellement le lancement de la saison 2017-2018 dans cette région. Pour l’occasion, une jeune volontaire japonaise du nom d’Aya San, a été envoyée par l’associaion nippone Jica pour les deux années à venir.

La nouvelle saison débutera officiellement samedi prochain au lycée français de Toamasinapour la ligue d’Atsinanana qui travaille d’arrache-pied pour la promotion de cette discipline dans la partie est de la Grande île. Une fois encore, la ligue ne fait pas cavalier seul dans ses projets. Elle aura encore le soutien de ses partenaires indéfectibles comme l’agence de coopération japonaise (Jica) qui vient d’envoyer une jeune volontaire du nom d’Aya san, 2e dan kodokan, pour promouvoir le judo à Toamasina pendant deux ans.

«L’arrivée de cette jeune volontaire est une chance pour Toamasina et pour la fédération malgache négocier avec les acteurs historiques de la discipline dans cette localité. Nous avons reçu en 2009 et 2011, un jeune volontaire japonais formé à l’université de Tokay pour nous aider à booster le niveau du judo à Toamasina. Et au lieu de s’en réjouir, la fédération malgache nous a mis des bâtons dans les roues. Mais c’est une autre histoire», a déclaré hier, Jean-Loup Bardy.

Bonnes résolutions

Notons qu’Aya San a comme mission de développer le sport en général, et le judo en particulier à Toamasina 2 (ndlr, 18 communes). «Notre objectif est simple : « ji ta kyo ei » qui signifie propspérité et bienfait mutuellle. Autrement dit, il s’agit de faire rayonner le judo dans l’Est de Madagascar, dans les 7 districts et les 90 communes», dixit Jean-Loup Bardy.

L’ouverture officielle de la saison se déroulera sous le thème «Mixité des genres et mixité sociale». Près de 200 judokas sont attendus pour y participer. Seront à l’ordre du jour le règlement des litiges opoosant la fédération à la ligue d’Atsinanana, la promotion des moniteurs ainsi que la proposition de calendrier avec les jeunes de la Jica affectés aux Cisco I et II. A long terme, la ligue d’Atsinanana ambitionne de sensibiliser 1.000 familles et enfants répartis dans les 30 EPP de la zone Toamasina I et les 18 communes de Toamasina II. Et ce, d’ici 2019.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Chine – Madagascar: des échanges culturels pour la compréhension entre les deux pays

Cette année marque le 45e anniversaire des relations diplomatiques  entre la Chine et Madagascar. Dans ce cadre, la Chine propose plusieurs activités culturelles. D’après Yang Xiaorong, ambassadeur de Chine à Madagascar, les échanges culturels sont importants pour le renforcement des relations entre deux pays. Et c’est la raison d’être d’une projection de films chinois au Carlton Anosy mardi dernier.

«Lorsque je suis arrivée pour la première fois à Madagascar, beaucoup m’ont posé la question : quelle est la Chine actuelle ?», a fait savoir  l’ambassadeur Yang Xiaorong, lors de la cérémonie d’ouverture des journées du cinéma chinois.

En guise de réponse, l’ambassade a choisi de démarrer la célébration des relations diplomatiques entre les deux pays par une projection de films chinois qui durera trois jusqu’à demain. «Nous avons choisi les films les plus appréciés et les plus vendus pour donner un aperçu de cette Chine actuelle. J’espère qu’un jour, il y aura aussi une séance de projections de films malgaches en Chine», a-t-elle continué.

Des films célèbres au programme

Ainsi six films sont au programme et projetés dans divers sites de la capitale. Pour commencer, deux œuvres ont été diffusées, hier, à l’Ivon-toe-ran’ny Kolontsaina Malagasy (IKM) sis à Antsahavola, en l’occurrence «Qui suis-je» avec Jackie Chan et «La porte du dragon, la légende des sabres volants» avec Jet Li.

«Je me réjouis de voir ces films qui mettent en vedette mes acteurs préférés. Par ailleurs, j’ai surtout apprécié qu’ils soient en version originale parce que ceci permet de me baigner dans la langue chinoise durant quelques heures», a indiqué un spectateur. Aujourd’hui, la projection se déroulera à l’Université d’Antananarivo Ankatso.

Notons que ces festivités dureront plus d’un mois et qu’à part la projection de films, l’ambassade propose aussi d’autres activités culturelles, entre autres, une exposition sur la Chine et Madagascar, des spectacles, des concours de chansons en chinois, des concours de rédaction en chinois…

Holy Danielle

News Mada0 partages

Fafi V: Dons à la police du 3e arrondissement

En pleine célébration de son 10e anniversaire, Fafi V, une association d’œuvres sociales, présidée par Hanitriniala Raholidina, épouse de Naivo Raholidina, député de Madagascar élu sous la bannière du Mapar dans le 5e arrondissement, a remis des téléphones portables, des fournitures de bureau, des bons de carburant au commissariat du 3e arrondissement à Andraisoro qui vient d’être opérationnel. Et la communauté locale n’est pas en reste en se dotant de torches, de lampes de poche. A noter que l’insécurité est galopante dans ces localités.

D’après Hanitriniala Raholidina, l’association prendra également en charge la construction d’un bâtiment destiné au comité de vigilance et de ceux à transformer en postes de police.

Le commissaire, Eric Ravelomanantsoa a félicité ce geste. «Vous avez dit qu’il s’agit juste d’une contribution, mais pour nous, cette aide arrive à point nommé», a-t-il souligné en s’adressant aux membres de Fafi V. Le comité local de vigilance a également exprimé ses remerciements, surtout devant le climat d’insécurité qui règne dans sa localité.

Rakoto

News Mada0 partages

IFM Un concert classique à l’eau de rose

Le 82e  concert classique de midi a célébré, hier, l’amour dans toute sa splendeur, à l’Institut française de Madagascar, tout en mettant un point d’honneur au folklore hispanique.

A cette occasion, les compositions de Mozart, Beethoven, Haendel ou  Bach ont été mises de côté et fait place à la figure emblématique de la musique lyrique espagnole, la «Zarzuela». Ce genre théâtral lyrique, typique de ce grand pays de l’Europe, a fait résonner les murs de l’Institut français.

Natacha Rajemison au soprano, Hajatiana Rakotozafy et Moritz-York Hohenthal au ténor, ont présenté un extrait d’airs célèbres de ce genre musical autour de la thématique «Enamorados» ou «amoureux» en d’autres termes. On notera tout particulièrement «Canción Espanola» de Pablo Luna et El Nino Judio, «La petenera (La Marchenera)» de Moreno Torroba ou encore «No puede ser» de Pablo Sorozabal. Avec un piano comme seul argument, Doria Rakotondrazaka a mis le public en poche.

«Ça me réjouit l’idée de voir un tel engouement que suscite la musique classique. J’espère bien avoir une autre occasion de partager la scène avec des artistes malgaches», lance Moritz-York Hohenthal, en marge de sa prestation.

Même lieu, même concept, la prochaine édition va s’articuler autour de la guitare avec Josiane Rabemananjara.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Assainissement: 25 gendarmes écroués en 9 mois

Conformément aux directives et consignes du secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie nationale, l’assainissement au sein de la gendarmerie se poursuit. Pour rappel, le général Girard Randriamahavalisoa a fait savoir, lors de sa prise de fonction, que la gendarmerie n’est pas un refuge pour les brebis galeuses. Le commandement de la gendarmerie a alors mené un véritable coup de balai afin de redorer son blason.

Selon les statistiques du Service de l’information et de la communication, 25 gendarmes dont des officiers ont été écroués du 1er janvier au 20 septembre 2017, tandis que 127 autres ont fait l’objet d’une enquête pour des infractions pénales ou disciplinaires.

«Après l’enquête, si les faits impliquant un gendarme sont établis, nous prendrons les mesures qui s’imposent. Le concerné, quel que soit son grade ou son poste, doit répondre de ses actes. Il encourt même la révocation. La preuve, 16 gendarmes ont été révoqués cette année pour non-respect de la discipline», pouvait-on lire dans le rapport.

Quoi qu’il en soit, les bérets noirs se veulent rassurants et indiquent qu’ils poursuivront leur mission qui est de protéger les biens et les personnes. «Nos missions sont parfois contraignantes, exigeantes et parfois périlleuses. Depuis le début de l’année, 11 gendarmes sont tombés sur le champ de bataille».

Mparany

News Mada0 partages

Administration pénitentiaire: Le Csap en réunion annuelle

Le Conseil supérieur de l’ Administration pénitentiaire (Csap) a débuté  hier à la bibliothèque du ministère de la Justice Faravohitra, sa grande réunion annuelle qui sera clôturée ce vendredi. Etant une administration paramilitaire, l’avancement de son personnel et, par la même occasion, le grade correspondant, sont parmi les ordres du jour.

D’après les informations reçues, plusieurs centaines de dossiers seront examinés. Toutefois, l’aboutissement à un avancement n’est pas toujours sûr.

En outre, l’intégration des stagiaires, la validation des procès-verbaux (PV) du Conseil de discipline, et en particulier, la politique générale de cette administration pour l’année à venir, dont le désengorgement des établissements pénitentiaires et la gestion des camps pénaux, seront également au menu.

Sera R

News Mada0 partages

Amoron’i Mania: Deux individus arrêtés pour détention illégale d’armes

Le 17 septembre, lors d’une descente effectuée par la gendarmerie de la brigade d’Ilaka-Centre à Analanilefotsy, les gendarmes ont capturé deux individus pour détention illégale d’armes à feu. Dans un premier temps, un individu a éveillé les soupçons des gendarmes à cause de son attitude suspicieuse. Il a été arrêté et à l’issue d’une fouille, les gendarmes ont trouvé sur lui un fusil de fabrication artisanale avec 9 cartouches de 7,5 mm. Le lendemain, après son enquête, il a dénoncé celui qui avait fourni l’arme, un habitant de Sahatsiho Ambohijanaka. La perquisition opérée par les gendarmes a permis de mettre la main sur un autre fusil muni de 2 balles calibre 7,5 mm. En cette période où les cas d’insécurité se multiplient, la gendarmerie nationale tient à rappeler que la protection de la population reste sa priorité.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

Atsinanana: une ambulance gratuite pour la population

La gratuité des soins sera partiellement effective pour la population de Toamasina après la mise en fonction d’une ambulance, dotation de l’association Fivoy à la ville. Le projet résulte de la réalisation des promesses de propagande du député élu de la circonscription.

La nouvelle ambulance remise à la ville de Toamasina est destinée à l’usage du grand public, d’après les déclarations du Dr Patrick Hassanaly Zara, président de l’association Fivoy qui a financé  son acquisition. La nouvelle a été annoncée lors de la cérémonie de remise du matériel dans le fokontany Dépôt Analankininina. Et cette ambulance sera gérée par le comité composé de représentants de chaque fokontany de la commune urbaine de Toamasina.

L’initiative entrant dans le cadre de ses actions sociales, l’association Fivoy s’acquittera des charges liées au fonctionnement de l’ambulance en finançant les rémunérations du personnel, du carburant et de l’entretien du véhicule. Cette ambulance, mise à la disposition de tous les centres de soins de Toamasina par l’association Fivoy, doit être disponible en permanence et aura obligation de se mettre au service de ceux qui en ont présenté la demande, d’après les initiateurs du projet.

A point nommé

Cette ambulance  vient à point nommé, clame la population, puisque le manque de matériel et la difficulté engendrée par l’obligation des compensations dans les services de santé favorisent la hausse du taux de mortalité au sein de la population dont la majorité vit au-dessous du seuil de la pauvreté. Un numéro de téléphone a été publié par l’association pour requérir les services de l’ambulance de l’association Fivoy de Toamasina.

Manou

News Mada0 partages

Iles Eparses: Des pêcheurs malgaches dans la danse

Les dossiers sur les Iles Eparses reviennent sur le tapis parallèlement à la tenue de l’Assemblée générale de l’ONU. L’association des pêcheurs malgaches «Mpanarato miray Ambalambalamanga» dépose actuellement plainte contre des militaires français de Juan de Nova.

Une plainte pour non-assistance à des pêcheurs en danger, coups et blessures volontaires, violences et voies de fait, tortures, meurtres avec préméditations a été déposée par l’association «Mpanarato miray Ambalambalamanga» de Mahajanga, le 18 septembre dernier, contre des militaires français basés  sur l’île Juan de Nova.

Les faits ont débuté le 29 mars 2014 où des pêcheurs malgaches ont subi les sévices de ces militaires qui les ont abandonnés sans aucune ressource à la mer, selon l’acte d’accusation. L’association et les familles de pêcheurs victimes réclament une ouverture d’enquête en mentionnant que leurs ancêtres ont opéré sur ces lieux depuis 1832.

Manou

News Mada0 partages

Fanajana ny zon’olombelona: tsy mahazo mikasi-tanana ireo polisy manao famotorana

Tsy tokony hisy an’izany fikasihan-tanana izany intsony ny famotorana amin’izao. Raha ohatra ka mbola misy an’izany mitrerotrerona na fikasihan-tanana izany mandritra ny famotorana dia miala. Atidoha ny ampiasaina amin’izao rehefa manao famotorana”, hoy ny fanazavan’ny mpandrindra ankapobeny amin’ny fanaraha-maso ny asa eo anivon’ny polisim-pirenena, ny contrôleur général de police, Rasoloarivony Martin, omaly nandritra ny atrikasa sy ny dinikasa nokarakarain’ny teo anivon’ny polisim-pirenena momba ireo polisy mpanao famotorana teny amin’ny trano malalaky ny teti-pivoarana Anosy.

Nohamafisin’ity manamboninahitra ambony eo anivon’ny polisim-pirenena ity fa fampahatsiahivana ny fomba fiasan’ny polisy mpanao famotorana ny zavatra natao omaly. Ry zareo mpanao famotorana no tena resahina tamin’izany ka antony niantsoana manokana ny teo anivon’ny fampanoavana sy ny mpisolovava. Nanazava sy nitafatafa tamin’ireo polisy mpanao famotorana ireo hoe inona ny filamatra tokony harahina rehefa manao famotorana, ny teo anivon’ny fampanoavana. Aorian’izao dinidinika izao dia hisy ny fanatsarana ny fomba famotorana eo anivon’ny polisim-pirenena. Nandray anjara tamin’ity dinikasa ity avokoa ny mpanao famotorana rehetra eto an-dRenivohitra na ny BC na ny kaomisaria mba hanatsarana hatrany ny fomba fanaovana famotorana.

Jean Claude

News Mada0 partages

Chronique: nœuds coulants et nœuds serrés

La fiche de renseignements est formulée de la façon la plus banale : nom, prénom(s), date de naissance, adresse. Jusqu’ici, tout va bien.  A la ligne suivante, on marque un temps d’arrêt. Le mot n’est pas inconnu mais on ne sait plus très bien ce qu’il signifie. Que doit-on répondre quand on nous demande notre «filiation» ? On ne sait pas, on ne sait plus et on n’ose pas avouer son ignorance.

On va alors au plus simple, on passe. On peut aussi chercher dans ses souvenirs et dans son vocabulaire et reconnaître le radical «fil-». Alors on tente la réponse : «père de famille». Remplacez «filiation» par fils/fille de … et de …, le formulaire sera rempli comme attendu. Maintenant que la distinction entre le père et le fils est clairement établie, il est temps de discuter prétentions. Sans ciller, et sérieux comme un pape, on affirme qu’on n’est pas prétentieux.

L’anecdote peut faire sourire mais elle n’est pas drôle. C’en est une parmi de nombreuses autres qui témoignent des difficultés que nos compatriotes affrontent quand ils doivent s’exprimer dans la deuxième langue officielle du pays. Le français est une langue étrangère, cela fait quelques décennies qu’on doit l’admettre. Aujourd’hui c’est aussi une langue étrange qu’on comprend mal et qu’on parle peu.  Le français de Madagascar s’appauvrit, il se rouille et ce n’est pas au profit de l’anglais ou du mandarin, ni même du malgache, alors qu’on aurait pu l’espérer.

Alors, que fait-on ? Doit-on pleurer la fin de cet héritage lourd et encombrant ou se réjouir de le voir jeté aux oubliettes ?  On peut s’autoriser un détour par la sagesse proverbiale de nos anciens, toujours très utile. Si on imagine par exemple que les liens que nous avons tissés avec la langue française sont comme ceux du mariage, nœuds coulants plutôt que nœuds serrés, on respire tout de suite beaucoup mieux.  Mariage d’amour ou mariage de raison ?… Prenons le temps de la réflexion. Pour l’instant, on préfère s’en tenir à la question de la filiation.

Kemba Ranavela

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Les conférences du R. P. Raymond

C’est une tournée triomphale que le P. Raymond fait par le pays. Catholiques et non catholiques viennent pour voir, entendre et acclamer l’officier français en habit blanc de Dominicain avec la Légion d’honneur et la croix de guerre sur le large manteau noir. Ravi, on l’écoute parler de la bravoure française, de l’abnégation des petits soldats qui s’offrent sans sourciller pour aller à dix, à quinze au poste d’où vraisemblablement aucun ne reviendra, de la camaraderie chrétienne, généreuse de bonne maison qui règne entre le soldat et l’officier, du grand cœur de cette belle France dont la masse des étrangers qui visitent Paris ignore l’existence. Il fait frémir son auditoire, l’enlève, lui fait admirer, aimer la France. Et les auditeurs applaudissent et plus d’un regarde, en retournant chez lui, notre pays avec de tout autres yeux qu’il n’avait pour lui avant d’avoir entendu ce que l’amour pour la France faisait sortir en vagues chaudes de tendresse de la bouche du P. Dominicain, fils magnifique de la France.

Le Tamatave

Mort au champ d’honneur

Rayet, capitaine. – Tombé mortellement frappé le 29 septembre 1915 aux environs de la ferme de Navarin, en Champagne. Se soulevant sur le bras gauche, il cria au lieutenant X… : «Je suis blessé, prenez le commandement du bataillon, vous connaissez l’objectif, en avant, faites vite» et retomba. Il commandait alors le 1er bataillon du 5e colonial.

Le capitaine Rayet a fait plusieurs séjours à Madagascar. Il avait été affecté en dernier lieu à la 1re compagnie du bataillon de l’Émyrne à Tananarive et avait quitté Madagascar le 22 septembre 1914 pour se rendre au front.

Postes et télégraphes

Par arrêté du 27 août 1917, les bureaux auxiliaires de Loholoka (province de Mananjary) et de Vangaindrano (province de Farafangana) sont ouverts, à titre exceptionnel et provisoire, au service des lettres et boîtes avec valeur déclarée.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Hevitra mandalo, resaky ny mpitsimpona akotry: tranga sy seho mifanipaka

Tato ho ato izay dia mirangaranga ny fahamaroan’ny mpitandro filaminana mbola zazavao. Asa na toy ny basy atifi-kavana ny fampideraderana ny fahabetsahan’izy ireny ho fampitandremana ny jiolahy isan-karazany izay efa mankaleo ny mponina ny asa ratsy ataony. Toa tsy mampiraika an’ireo olon-dratsy anefa izany. Tsy mampitsahatra azy

amin’ny fanaony eo amin’ny fampihorohoroana vahoaka, miteraka ny tsy fisian’ny fandriampahalemana.

Ampiasaina amin’ny inona aza ireto zazavao ireto ? Ireny tomefy manaraky ny arabe manampy sady mianatra asa eo amin’ny fandaminana ny fifamoivoizana. Mianatra mitsoka kiririoka ve ? Miala tsiny raha tsy aritra ka tsy tana fa nivoaka hoazy iny fanontaniana somary valavala iny. Tsy misy faniriana hanevateva na kely aza raha lasa ny saina mahita an’ireo mpandamina ny fifamoivoizana mitandahatra eny amin’ny afovoan-dàlana isaky ny 50 metatra, mivoy rivotra amin’ny tànana mamporisika ny fiara handeha haingakaingana hatrany. Ny fitsofana kiririoka moa dia atao filazana ny fahenteran’ny baiko maniraka fandehanana mafimafy kokoa hatrany. Inona ary no ataon’ireto pôlisy ? Satrin’iza no handady noho ny fikatson’ny fizorana ? Raha malalaka ny làlana tsy mila miandry fampisehoana fahefana toy izao ny olona. Samy maniry hisosa tsara tsy misy fanelingelenana. Tsy eo amin’ny fiara mitandahatra tafiditra ao anatin’ny fandrika ny olana, noho izany tsy eo ny famahana ny olana. Ary rehefa misosa amin’ny tokony ho izy ny fizotran’ny fiara, ny kiririoka mankarenina sy ny tànana mivoy rivotra dia naman’ny fipasohana ny efa malama.

Any ho any anefa, manerana ny kartie maro, misy ireo jiolahy manefa ratsy antoandro be izao. Tsy misy mpiahy ny filaminam-bahoaka any, tsy ampy ny pôlisy tazana misafo tanàna. Noho izany, tsy tsapan’ny olona intsony ny fisian’ny fanjakana eto amin’ny tanàna ka raha sendra mahazo eo am-pelatanany ny iray amin’ireo faikan’olona mampihorohoro ny fiaraha-monina dia tsy henatra tsy tahotra no anaovan’ny mponina fitsaram-bahoaka izay zava-dratsy no heloka bevava. Na tany tsy tazana any amin’izay tokony ho izy aza ny fanjakana, dia tany tan-dalàna Madagasikara. Izany hoe na maro aza ny mpanao ratsy tafaporitsaka amin’ny makarakara, manefa ny vitsy voasambotra ary ireo dia ampy ampiharana ny lalàna ahafahana hilaza ny maha tany tan-dalàna.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes: l’homme orchestre

Le pays connaît la crise mais ce n’est pas encore la débâcle. Les uns se font marchands de fortune, les autres s’inventent « affairistes », d’autres encore se découvrent amuseurs des rues.  Chanteurs, musiciens, hâbleurs, prêcheurs… et hommes orchestre.  La débrouillardise est une seconde nature dans notre pays, atout non négligeable quand on vit dans un puits sans fond. L’homme-orchestre s’installe devant son instrument magique, une batterie faite de bric et de broc : deux valiha, une guitare, un tambourin et amplificateur  font un sympathique orchestre qui agrémentera la journée des marchands de légumes et des flâneurs. Encore une belle leçon de vie…

Ino Vaovao0 partages

TSARATANANA : Omby 100 sy takalon’aina lasan’ny dahalo, olona 4 maty nandritra ny fanarahan-dia

Na efa aparitaka amin’ny toerana maro aza ankehitriny ireo miaramila mpampandry tany dia mbola miseho tsy milavo lefona ihany ireo andian-dahalo. Mitady ho lany tamingana ireo ombin’ny mponina noho izay halatr’omby sesilany izay, etsy andaniny ny fihorohoroan’izy ireo vokatry ny fananan’ireto malaso fitaovam-piadiana mahery vaika miparitaka amin’izao fotoana.

Ny zava-niseho tao Ambovomavo Fokontanin’Andranomanitsy Kaominina Bekapaika Distrikan’i Tsaratanàna izao dia dahalo miisa telopolo no tonga nanafika tao an-tanàna, ny alatsinainy alina lasa teo.

Vokany, omby miisa zato miampy takalon’aina no nalain’izy ireo nandritra ny fandrobana. Tsy sahy nanohitra ireto fokonolona ka nanaram-po nanao izay tiany natao ireto mpanafika raha ny fanazavana voaray. Ny hery rahateo tsy mitovy ka tsy maintsy niandry ny fahatongavan’ireo zandary ny rehetra izay vao niroso tamin’ny fanarahan-dia. Vokatr’izay dia raikitra ny fifandonana nandritra ny fanarahan-dia ka dahalo iray, miampy jado miisa roa ary miaramila mpampandry tany iray no nindaosin’ny fahafatesana tamin’izany. Hatreto aloha dia mbola tsy tafaverina ireo omby sy ny takalon’aina nalain’ireo dahalo ary mbola tafatsoaka ihany izy ireo.

Mitohy araka izany ny fanarahan-dia ataon’ny miaramila miisa efatra miaraka amin’ny fokonolona raha ny tatitra teo am-panoratana hatrany ka andrasana ny fivoaran’ny toe-draharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

KAMIAO MPITONDRA OMBY NIVADIKA TAO AMBATO-BOENY : Olona 1sy omby 7 no maty

Araka ny tatitra voaray avy amin’ny mpitandro filaminana dia kamiao mpitondra omby Mercedes benz Imm avy any Vohemar hihazo an’i Marovoay no nivadika . Marihana fa omby niisa 29 no tao anatiny ka ny fito tamin’ireo no maty tsy tra-drano avy hatrany. Olona iray kosa no voalaza fa naratra mafy ary niezahana noentina tao amin’ny Hopitaly Mampikony saingy nindaosin’ny fahafatesana ihany ny farany.

Notazomina ao amin’ny Borigadin’Ambondromamy ilay rangahy mpamily raha ny loharanom-baovao ihany ka misokatra ny fanadihadiana amin’izao fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

HAINO AMAN-JERY : Ifanilihan’ny fitondram-panjakana ny fanokafana ny MBS

Anisany fanontaniana nanitikitika ny mpanao gazety nandritra ny fihaonana tamin’ny Filoham-pirenena, ny sabotsy lasa teo ny mahakasika ny fisokafany indray sy ny fahazoan-dalana mifandraika amin’izany.

Tsy dia mazava loatra anefa ny valin-teny nomen’ny filoha izay toa miendrika fanilihana andraikitra sy fialàna bala fotsiny ihany. Voalaza fa ny tsy fananan’ity haino aman-jery ity taratasy ara-dalàna no tsy ahafahany misokatra hatramin’izao. Nambaran’ny filoha fa raha toa ka mahafeno ny antotan-taratasy manara-dalàna izy dia afaka misokatra tsara.

“Raha ara-dàlana ny taratasy dia tsy misy olana ny fisokafany”, hoy hatrany izy. Ankilan’izany anefa dia nanizingizina mafy ny talen’ny famoahana eo anivon’ity haino aman-jery tsy miankina ity fa efa niasa ara-dàlana ny onjampeo sy ny fahitalavitra ny taona 2015 no nisy ny baiko nidina avy amin’ny ministeran’ny serasera tamin’izany fotoana nanafoana indray ny fahazoan-dalan’ny fisokafany. 

Araka ny voalazan’ ity tompon’andraikitra ity hatrany dia tsy mitombina no sady tsy ara-dalàna akory ireo antony izay voatery tsy maintsy hanakatonana azy indray. Manoloana io zava-nitranga io dia nametraka fitoriana teo anivon’ny filankevi-panjakana ny tompon’andraikitra tao anatin’ny haino aman-jery saingy hatramin’izao mbola tsy nisy valiny izany. 

Fantatra fa ny valim-pitsarana havoakan’ity farany ihany no hamaritra ny fahafahan’ity haino aman-jery ity hisokatra indray na tsia.

Avotra Isaorana  

Ino Vaovao0 partages

VONDRONA MAPAR : « Ny fiatrehana ny fifidianana no tokony himasoana »

Manaporofo izany ny fisian’ny fanambaràna nataon’ireo izay vonona ho isan’ireo hilatsaka hofidiana. Ankilany ny vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana na ny Céni ihany koa dia nilaza izay fahavononana izay.

Manamafy izany ihany koa ireo mpanao politika sy olom-boafidy ao anatin’ny vondrona Mapar. Ho azy ireo dia ny fiatrehana ny fifidianana no tokony tena himasoana amin’izao fotoana izao satria efa miandrandra izany fatratra ny vahoaka, ny antoko politika hatramin’ny vondrona iraisam-pirenena araka ny fanazavan’ny solombavambahoaka Lanto Rakotomanga.

Ho an’ny vondrona Mapar  mba hahatomombana izay fikarakarana ny fifidianana izay dia tokony hataon’ny fitondrana laharam-pahamehana ny fampitaovana ny Céni mba hanafainganana ny fahatongavan’ny valim-pifidianana avy any amin’ireo faritra faran’izay ambanivohitra  eny amin’ny foibe. 

Ankoatra izay dia nitondra ny fanehoan-keviny manoloana ny resabe mandeha amin’izao fotoana mahakasika ny fanovàna ny lalàmpanorenana ihany koa ny Mapar. Ahian’ity vondrona mpanao politika ity fa mieritreritra ny tsy hana- tanteraka ny fifidianana amin’ny taona 2018 ny fanjakana ka izay no anisany mahamaika azy ireo hikitika ny lalàmpanorenana izay tsy misy afatsy politika maloto ny ao ambadikany. Ankoatra ireo rehetra efa nijoro ho mpanohitra io fikasana io dia nanambara ihany koa ny Mapar fa tsy manaiky ary mitsipaka marindrano izany izy ireo.

 “Midika ho tsy fahatokisan-tenan’ny mpitondra ny fikasana hanova ny lalam- panorenana ary misy ambadika politika izay tafiditra ao anatin’ny paikady hiatrehana ny fifidianana”, hoy ny voalazan’ny Mapar tamin’ny alalan’ny solombavambahoaka Lanto Rakotomanga. Araka ny fanehoan-kevitra voaray hatrany dia ahiana hiteraka korontana tsy hifankahitana io fanapahan- kevitra io.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TETEZANA AO VOHIPOSA : Hamoaka vola ny vondrona eoropeanina mba hana-fainganana ny fanamboarana

Antony nahatonga ny fahasimbana ny vesatra noentin’ny fiara lehibe iray izay nihoatra ny tokony ho izy. Ny harivan’io ihany dia efa nidina tany an-toerana ny teknisianina eo anivon’ny ministeran’ny asa vaventy nijery ny zava-nitranga. Araka ny nambaran’ny minisitry ny asa vaventy dia efa nanomboka niverina ny fifamoivoizana any an-toerana nanomboka ny alatsinainy hariva teo.

Vahaolana vonjimaika aloha no natao, amin’ny alalan’ny “Déviation”, mba hahafahan’ny fiara mifamezivezy araka ny nambaran’ny minisitra. Ho an’ny fiara latsaky ny 3,5 taonina ihany anefa io vahaolana io fa efa mandeha ihany koa ny fikaroham-bahaolana ho an’ireo fiara lehibe mampiasa ny lalana. Tsy nohadinoin’ny minisitra tompon’andraikitra ny nampahatsiahy ireo mpitatitra entana ny amin’ny tokony hanajàna ny fetra farany zakan’ny tetezana toy ireny mba hisorohana ny loza sy ny fahasimbàna.

Araka ny nambaran’ny minisitra hatrany dia lasa fatiantoka ara-toekarena ho an’ny firenena iray manontolo mihitsy ny olana toy izao nefa dia vokatry ny tsy fanarahan-dalàna ataon’ny sasany. Mahakasika ireo tsy manara-dalàna dia tsy maintsy handraisana fepetra, hoy ny fanazavany ihany.

Araka ny fantatra dia namoaka vola tao anatin’ny tahiry natokana ho an’ny fanarenana ireo fotodrafitrasa simba nohony toetrandro sy ny loza voajanahary ny vondrona eropeana mba hitadiavana vahaolana faran’izay haingana. Ny ministeran’ny rano sy ny angovo ary ny akoran’afo kosa etsy ankilany dia nanambara fa tsy atahorana hisy fiantraikany velively amin’ny famatsiana solika any amin’ny tapany atsimon’ny Nosy ny fahatapahan’ny fifamoivoizana nandritra ny fotoana fohy. Mbola ampy hamaliana ny filan’ny vahoaka ny tahirin-tsolika misy any an-toerana.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

FIAROVANA NY ALA HONKO : Mbola resaka ambony latabatra hatramin’izao fotoana izao

Ankoatra ny fanamboarana trano dia misy ihany koa ny mitevy azy io atao saribao. 10 taona lasa izay dia nametraka ny fanjakana fa tsy azo trandrahina ny ala honko. Hatramin’izao dia amidy malalaka eny amin’ny mpivarotra fitaovam-panorenana ny honko. Noho ny fandrarana anefa dia tsy afaka mametraka paikady hanavaozana azy io miaraka amin’ny mpitrandraka ireo tompon’andraikitra nefa tsy afaka manasazy sy manakana ny fitrandrahana ihany koa noho izy ilaina loatra amin’ny fiainana andavanandro. 

Lasa tsy ara-drariny ary tsy misy mitantana ny fitrandrahana fa samy manao izay danin’ny kibony, hany ka mitombo hatrany ny fahapotehana. Amin’iny faritra Boanamary sy Motahariva iny dia manorim-ponenana mihitsy ny mpanao saribao nefa dia jerem-potsiny. Tsy misy paikady natao hanarenana ny simba sy hambolena zanakazo fa dia ireo mpitrandraka landy (izay miaina amin’ny karazana honko) no mba mahatsiaro tena hiaro ny seha-pihariany. 

Atao mandritra ny telo andro ao amin’ny les roches rouges ny colloque régionale  iarahana amin’ireo mpikaroka avy amin’ny lafivalon’ny Nosy, ny avy any ivelany sy ny ranomasimbe indianina.  Ny tanjona dia ny fitadiavana vahaolana maharitra hisorohana ny fahapotehana. Samy mahafantatra ny maha-zava-dehibe ny ala honko ny rehetra satria efa nandeha hatrizay ny fanentanana mikasika azy io. Fonenana sy fanatodizan’ny drakaka, makamba sy karazana hazandrano maro. Ny honko ihany koa dia mandray entona karbonika bebe kokoa noho ny hazo an-tanety ka manadio ny rivotra iainana.  Ankoatra izay dia miaro ny sisin-dranomasina, nefa tsy misy miraharaha izany manoloana ny ady amin’ny fiainana andavanandro.

Mahantra ny Malagasy ka mila vola dia manao saribao. Ny honko no moramora amin’ny fanorenana dia tapahina anaovana trano… mbola tsy misy rahateo hatreto mahasolo azy satria  na hanao trano vato aza dia ilaina amin’ny echafaudage. Ny hany nambaran’ireo manam-pahaizana teo am-panombohana dia hoe raha misy orinasa hiorina dia ilaina ny fanaovana ‘etude d’impact environnemental’. Mbola anatin’ny lalana Mecie ihany koa io, saingy ny hadinon’ireto manam-pahaizana dia tsy ny orinasa velively no tena manimba ny ala honko. Nandritra ny fihaonambe momba ny fahatrarana ny tanjon’ny Odd 14 teto Mahajanga aza, ny volana mey teo,  dia niharihary ny tsy fitovian-kevitra teo amin’ny tompon’andraitra eo amin’ny fiarovana ny tontolo iainana sy ny ao amin’ny harena an-dranomasina, satria dia nametraka tsara ny directeur central  avy ao amin’ny ministera fa tsy azo atao ny fitrandrahana maharitra ny ala honko.

Ny ao amin’ny sampan-draharahan’ny tontolo iainana anefa dia mahatsapa ary mahita fa efa fampiasan’ny olona hatrizay ny honko ary tsy misy ny enti-manana hiarovana ny fitrandrahana azy hatreto. Ary indrindra mandrisika ny fitrandrahana antsokosoko izay tsy voafehy ka ilaina ny fametrahana miaraka fitrandrahana maharitra mba hahafahana manara-maso izany… hatreto izany dia mbola resaka ambony latabatra ihany ny fiarovana ny ala honko fa tsy misy vahaolana azo ampiharina sy maharitra.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FIOFANANA TAO MORONDAVA : Hamafisina ny ady atao amin’ny fiparitahan’ny solika

Ny ankamaroan’ireo orinasa lehibe manao famokarana sy manao fanodinana vokatra eto amintsika mantsy dia saika mampiasa solika avokoa mba hahafahana manodina ireo milina isan-karazany ampiasaina amin’izany. Ny tsara ho fantatra anefa dia tsy ny lafiny ara-toekarena sy ny ara-barotra ihany no tokony heverina rehefa miresaka solika fa mila sokajiana ihany koa ny lafiny tontolo iainana.

Izany hoe mifampiankina ihany ireo raha jerena amin’ny fomba fijery siantifika. Fantatra ankehitriny fa manodidina ny 700 tapitrisa taonina isan-taona ny solika tsy voadio mivezivezy aty amin’ny lakandranon’i Mozambika. Ankoatr’izay, raha hiresaka ny tanànan’i Morondava manokana dia anisan’ireo toerana mbola vatsiana solika amin’ny alalan’ireo fiara vaventy mpitondra solika ihany koa. Ireo no anton’ny nanomezana fiofanana narahana fampiharana ireo komity vonjy taitra amin’ny ady atao amin’ny fiparitahan’ny solika an-tanety sy an-dranomasina nomen’ny Olep tany amin’ny distrikan’i Morondava.

Araka ny fanazavana nomen’ny tompon’andraikitry ny fampiofanana eo anivon’ny Olep dia maro ireo tranga mety hampidi-doza ka mahatonga ny fiparitahan’ny solika, na an-tanety izany na an- dranomasina. Nanome ohatra tamin’izany ity tompon’andraikitra ity ny mety hisian’ny fahavakisan’ny sambo mitondra solika amina hetsiny taonina. 

Tranga mety hiseho izany vokatry ny asa ratsy isankarazany miseho eny an-dranomasina.  Ankoatr’izay ihany koa dia betsaka ireo loza manambana amin’ny fivezivezen’ireo fiara vaventy mpitondra solika an-tanety, izay tsy dia voaresaka matetika kanefa mampidi-doza tokoa. Izany rehetra izany dia manamafy ny tokony hananana fahaiza-manao sy traikefa amin’ny ady atao amin’ny fiparitahan’ny solika. 

Marihana etoana fa nantsoina manokana hanatevin-daharana ireo eo anivon’ny komity ihany koa ireo miaramila sy zandary noho izy ireo manana fahasahiana amin’ny asa atao. Izany rehetra izany no natao dia ny mba hisian’ny fahombiazana, araka ny fanazavana hatrany.

Lucien R.  

News Mada0 partages

Tontolo iainana: 330.000 ha ny ala honko arovana

Natao tany Mahajanga ny 18, 19, 20 septambra teo ny atrikasam-paritra mikasika ny fitantanana ny ala honko. Votoatin’ny atrikasa ny hamolavolana paikady hitantanana ny ala honko amin’ny fomba maharitra, ahafahan’ny olona monina eny ifotony misitraka ny tombontsoa ateraky ny ala honko.

Miara-miombon’antoka amin’ity atrikasam-paritra ity ny minisiteran’ny Tontolo iainana, ny ao amin’ny Fampianarana ambony sy ny fikarohana ara-tsiansa ary ny masoivohon’i Frantsa. Nambaran’ny minisitry ny Tontolo iainana, fa tsy afaka mandeha irery ny minisitera eo ambany fiahiany fa tsy maintsy miaraka amin’ny mpikaroka maro samihafa.

Any amin’ny tapany andrefan’i Madagasikara ny 98%-n’ny toerana ahitana ala honko, mahatratra 330.000 ha. Ao amin’ny faritra Boeny, mirefy 1.764 ha ny ala honko any amin’ny fokontany Antrema, kaominina Katsepy, distrikan’i Mitsinjo.

Fiarovana ny zavaboahary

Nilaza ny lehiben’ny faritra Boeny, Saïd Ahamad Jaffar, fa mamaly tanteraka ny filanay eto amin’ny faritra ny atrikasa toy izao. Satria, mahakasika ny fiarovana ny zavaboahary amin’ny alalan’ny fiahina manokana ny ala honko, ny fitantanana sy ny fitrandrahana azy mba ho lovain-jafy.

Nandray anjara tamin’ity atrikasam-paritra ity koa ny firenena manodidina ny ranomasimbe Indianina. Samy nanazava ny misy any aminy sy ny mampiavaka azy avy izy ireo. Nampahafantarina koa anefa ny tsindry mihatra amin’ny ala honko amin’izao fotoana izao.

Mitahiry harena voajanahary lehibe ny ala honko. Toeram-ponenan’ny drakaka sy fanatodizan’ny makamba, ankoatra ny hazandrano samihafa. Miantoka ny fiveloman’ny zavamananaina ny zavamaniry ao aminy. Azo hakana akora fototra, hanamboarana loko, hatao fanafody, sns. Miaro ny sisin’ny morontsiraka ihany koa.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Ben’ny Tanàna lefitra, Andriamorasata: « Tsy azo ekena ny fametrahana PDS…”

Valin-kafatra. “Miezaka manarina an’Antananarivo Renivohitra izahay, mba tsy hisian’ny gaboraraka. Betsaka ireo tsy ara-dalàna napetrak’ireo nitondra teo aloha, indrindra fa ireo PDS. Ohatra ny fanatsarana ity « contre visite” ity. Araka izany, tsy manaiky ny fanovana atao ho PDS  ny fitantanana ny  CUA izahay satria misy tombontsoan’ny sasany manokana voakitikitika ao”, hoy ny ben’ny Tanàna lefitra , Andriamorasata Julien, teny Ampasampito, omaly. Nidina ifotony nijery ny toeran’ny Omavet ny tenany.  Fantatra fa andrasana ato ho ato ny fitaovana raitra handraisana ny fanaovana ny « contre visite ». Nomarihiny fa sampandraharahan’ny kaominina, tetsy Antsakaviro, ity nafindra eny ity. “Tsy misy vola sy haba misondrotra  amin’ny “contre visite” fa mijanona toy ny  teo aloha ihany. Anton’ny namindrana ny “contre visite” eny amin’ny Omavet ny fahateren’ny toerana taloha. Tsy misy ny fitaovana fa eo koa ny fanatsarana ny sampandraharahan’ ny CUA ho an’ny amin’ny Omavet  satria an’ny kaominina ihany izy io”, hoy ihany izy. Homena maimaimpoana koa ny « diagnostic » eo amin’ny fiara fa ny “droit” fotsiny no aloa. Harahi-maso ny fidiram-bola rehetra eny an-toerana.

Synèse R.

News Mada0 partages

Ranesa Firiana: « Fandaniam-bola ny fitsapan-kevi-bahoaka hanitsy lalàmpanorenana »

Resabe ny amin’ny hanitsiana na hanovana ny lalàmpanorenana. Hanao ahoana? Maneho ny fijeriny ny mpahay lalàna, Ranesa Firiana: « Fandaniam-bola ny eritreritra hanao fitsapan-kevi-bahoaka hanova na hanitsy lalàmpanorenana. » Dinidinika…

Gazety Taratra (*): Ahoana ny fijerinao ny amin’ny fikasan’ny mpitondra hanitsy ny lalàmpanorenana?

Ranesa Firiana (-): Azo ahitsy na ovaina ny lalàmpanorenan’ny Repoblikan’i  Madagasikara, araka ny fangatahan’ny filoham-pirenena notapahina tao anatin’ny filankevitry ny minisitra. Afa-mangataka ny fanitsiana na fanovana ny lalàmpanorenana koa ny roa ampahatelon’ny mpikamban’ny Antenimiera iray. Na ny roa ampahatelon’ny depiote na ny loholona no manao izay fangatahana izay, azo heverina ny fanitsiana na fanovana lalàmpanorenana.

Saingy na iza na iza mangataka, tsy maintsy eken’ny telo ampahefatry ny mpikamban’ny Antenimierandoholona sy ny Antenimierampirenana amin’ny alalan’ny latsa-bato ny volavolan-dalàmpanorenana heverina hatolotra ny vahoaka. Avy eo, manapaka amin’ny alalan’ny fitsapan-kevi-bahoaka ny vahoaka, mamaly « Eny » na « Tsia »: ekena sa tsia ny fanovana? Raha mandresy ny « Eny », miova na voahitsy ny lalàmpanorenana; raha mandresy ny « Tsia », mijanona amin’izao ihany.

Nefa mamaritra ny lalàmpanorenana amin’izao fotoana izao fa tsy azo atao ny manova ny lalàmpanorenana, raha tsy tena misy antony goavana izay tsy nofaritan’ny lalàmpanorenana. Ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC) no mamaritra ny hoe antony toy inona ny hoe goavana amin’izany, na ny antony madinika tsy azo anekena ny fanovana na fanitsiana.

* Ahoana àry ny fijerinao ny lalàmpanorenana amin’izao fotoana izao?

– Tsy nampiharina antsipiriany ny lalàmpanorenana nisy teto Madagasikara hatramin’izay. Nanomboka tany amin’ny Repoblika I ka hatramin’izao Repoblika IV izao, misy andininy tsy nampiharina hatrany. Tsy any amin’ny hoe ratsy sa tsara ny lalàmpanorenana ny olana. Matoa mivoaka ny lalàmpanorenana, misy manampahaizana nandrafitra azy.

Noheverina hoe miainga amin’ny hetahetan’ny besinimaro izay fandrafetana izay. Na miainga amin’ny hetahetan’ny mpanao politika aza amin’ny ankapobeny, fa tsy tena hoe hetahetam-bahoaka. Azo lazaina hoe tsara hatrany ny lalàmpanorenana raha eo amin’ny firafitra, fa eo amin’ny fampiharana azy: misy toetra ratsy avy amin’ny mpampihatra. Rehefa tsy ampy ny finiavana hampihatra araka ny voasoratra, lasa ratsy hatrany ny lalàna iray.

Ny misy antsika amin’izao fotoana izao, tsy mbola nampiharina io lalàmpanorenan’ny Repoblika IV io. Noho izany, tsy afa-miteny isika hoe ratsy na tsara io, vokatr’izay tsy mbola nampiharana azy izay. Mbola tsy tafatsangana, ohatra, ny Filankevitra momba ny toekarena sy sosialy, ny Fitsarana avo, ny Filankevitra ambony momba ny fiarovana tany tan-dalàna sy ny demokrasia, tsy mbola olom-boafidy no mitondra ny faritany sy ny faritra. Ny dikan’izay, mbola tsy nampiharina io lalàmpanorenana io.

Heverina hoe vahaolana ny fananan’ny mpanao politika, indrindra ny mpitondra, finiavana hanatanteraka araka ny tokony ho izy ny lalàna misy. Aorian’izay fanatanterahana izay isika no manapaka hoe tsara na ratsy ny lalàna iray.

* Tokony hahitsy na hovaina sa tsia ny lalàmpanorenana amin’izao?

–  Inona moa no tokony hanitsiana na hanovana lalàmpanorenana iray? Fitaovana entin’ny mpitondra neken’ny vahoaka hitondra azy hanatanterahana ny politikam-pampandrosoana ny lalàmpanorenana. Noho izany, raha mahatsapa, ohatra, ny mpitondra iray fa tsy ahafahany manatanteraka ny vinam-pampandrosoana tiany hapetraka ny lalàmpanorenana, azony atao ny mangataka amin’ny vahoaka fa tsy ahafahako manatanteraka ny vinam-pampandrosoana tiako hatao ny lalàmpanorenana. Noho izany, mangataka amin’ny vahoaka mba hanovana izany hifanaraka amin’ny vinam-pampandrosoana izy.

Any amin’ny fiandohan’ny fotoam-piasan’ny mpitondra iray izany no tokony hanovana ny lalàmpanorenana, raha tena tsy mety aminy. Raha efa amin’ny faran’ny fotoam-piasan’ny mpitondra no hanaovana izany: be ny mety hieritreritra hoe noho ny tombontsoa manokana, indrindra mety tsy hifanaraka amin’ny vinam-pampandrosoana ny lalàmpanorenana mety hiova entin’izay mpitondra manaraka eo raha misy mpitondra vaovao. Voatery hanova lalàmpanorenana indray izany ilay mpitondra vaovao. Any amin’ny fiandohan’ny fotom-piasana no hanaovana fanovana, raha tena kendrena hahazoana manatanteraka politikam-pampandrosoana.

* Ahoana no hahazoana manatanteraka ny fanitsiana na fanovana ny lalàmpanorenana amin’izao ankatoky ny fifidianana izao?

– Raha amin’izao fotoana izao isika no mieritreritra hiroso amin’izany, tsy ho vita amin’ity taona 2017 ity. Mamaritra ny lalàm-pifidianana fa 90 andro alohan’ny datim-pifidianana ny fihaikana mpifidy; ary tsy azo atao manomboka ny 1 desambra ka hatramin’ny 30 avrily ny fifidianana, izay fotoan’ny orana. Any amin’ny tapaky ny desambra izany ny hoe 90 andro. Efa tafiditra ao amin’ny fotoan’ny orana izany.

Noho izany, raha mieritreritra hanao fitsapan-kevi-bahoaka hanovana na hanitsiana ny lalàmpanorenana ny mpitondra: farafahaingany, any amin’ny fiandohan’ny volana mey 2018 vao ho tanteraka izay vinavina izay. Nefa fotoana hanatanterahana fifidianana filoham-pirenena ny taona 2018.

Raha ampifandraisina amin’ny fanazavana teo aloha: raha lalàmpanorenana lany amin’ny volana jona 2018, ohatra, telo na efa-bolana ihany no hananan’ny mpitondra hampiharana izay lalàmpanorenana vaovao hanatanterahana vinam-pampandrosoana eritreretiny, tsy hahazoana manao inona intsony izany fa efa tokony hanomanana ny fifidianana filoham-pirenana. Noho izany, fandaniam-bola ny eritreritra hanao fitsapan-kevi-bahoaka hanova na hanitsy lalàmpanorenana.

Nangonin’i R. Nd.

News Mada0 partages

Fanitsiana lalàmpanorenana: « Mampiseho ny fahalemen’ny fitondrana », hoy ny RDS

« Amin’ny ankapobeny sy amin’ny fomba fijery politika, mampiseho ny fahalemen’ny fitondrana ankehitriny hiatrika ireo fifidianana lehibe hifandimby ny filana hanova ny fitsipi-dalao. »

Izay ny fanehoan-kevitry ny antoko Roso ho amin’ny demokrasia sosialy (RDS) tamin’ny fanambarany  hoe « Hajao ny fitsipika demokratika », ny 18 septambra lasa teo, manoloana ny fikasan’ny fitondrana hanitsy ny lalàmpanorenana. Manao sonia izany ny filoha nasionaly, Rakoto Andrianirina Fetison.

Miharihary ihany koa ny tsy fahatokian’ny fitondrana ny safidin’ny olom-pirenena izany, ka mampitodika azy any amin’ny fanodinkodinana ny saina aman’eritreritra. Vao mainka manaisotra ny fahamarinan-toerany anefa izay.

« Anisan’ny aretina mikiky tsy hain’ny sehatra politika malagasy resena ny filana te hampiasa sy te hanodinkodina ho amina anton-javatra mandalo ny andrimpitondrana« , hoy ny fanambarana. Hanimbana ny fenitra sy ny fitsipika tokony hifaharan’ny demokrasia sy ny fihodinan’ny fitantanan-draharaha ary ny fampandehanana ny lafiny lalàna izany.

Vokany, mivaona ny fizotry ny demokrasia, hany ka manjavozavo sy mitongilahila ary tsy hay ampiasaina ho amin’ny tombontsoa iombonana sy ny fanasoavana ny olom-pirenena.

Nd.

News Mada0 partages

Hialana amin’ny kolikoly sy ny gaboraraka: arahi-maso ny fitantanana ny tobim-pahasalamana

Iadiana amin’ny kolikoly sy ny halatra ary ny gaboraraka eny anivon’ny fitantanana ny tobim-pahasalamana eto amintsika, hametraka fomba fiasa vaovao ny minisitera mpiahy. “Hisy ny fanaraha-maso akaiky ny fitantanana ny toeram-pitsaboana rehetra, manomboka amin’ny CSB ka hatramin’ny hopitaly lehibe afaka mandidy. Hojerena koa ny fihodin’ny “phagecom” sy “phagedis” mitahiry sy mitsinjara ny fanafody any ambanivohitra lavitra”, araka ny fanazavan’ny minisitry ny Fahasalamana, Andriamanarivo Lalatiana, omaly teny Ambohidahy.

Hosantarina ny volana oktobra ny fanaraha-maso (audit) ka hofanina manokana ny mpiasan’ny fahasalamana hameno ny “canevas” ilaina amin’izany. Tafiditra amin’ny fahazai-mitantana ny asa ka hijerena ny fitaovana avy amin’ny fanjakana sy ireo nomen’ny mpiray ombon’antoka vahiny marobe. Iantefan’ny fanaraha-maso koa ny toerana fandoavam-bola eny amin’ny hopitaly lehibe rehetra manerana ny Nosy.

Tsy mety ny fomba famoahana fanafody

Ny taona 2016, efa nisy “audit” natao avy amin’ny tetikasa “Passoba- santé” ho an’ny distrikam-pahasalamana 16 amin’ny faritra sivy iasan’ny tetikasa. “Tsapa fa betsaka ny tsy fahatomombanana amin’ny fomba fiasan’ny toerana mpamatsy fanafody (phagedis). Nomena toromarika ny mpiasa hanitsiny ny tsy mety rehetra. Misy ihany ny fanodinana fanafody amin’ny lalana tsy tokony hizorany nefa vitsy ny tranga”, hoy ny talen’ny sampana fanaraha-maso anatiny ao amin’ny minisitera, Razafimbelo Clovis.

Manomboka izao, hatao isan-taona ny fanaraha-maso anatiny isaky ny tobim-pahasalamana momba ny fitaovana, fanafody ary ny vola miditra rehetra satria mitaky izany rahateo ny mpamatsy vola ny tetikasam-pahasalamana.

Hatramin’ny taona 2002 no ho mankaty, nahitana fidinany ny fitantanana ny rafi-pahasalamana teto amintsika. Teo ny krizy namparefo izany fa koa ny fanaovana ho maimaimpoana ny fanafody ny taona 2002. Miarina tsikelikely ny rafitra ankehitriny ka izay no ilana ny fanaraha-maso tahaka izao. Ny taona 2001 ny nisy ny “audit” farany teo anivon’ny tobim-pahasalamana eto amintsika.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Toamasina: mpiasan’ny Mictsl tratra nangalatra kaontenera

Mpiasa efa-dahy ka ny roa mpiasa eo anivon’ny orinasa tsy miankina Mictsl (Orinasa iraisam-pirenena mitantana ny kaontenera eto Madagasikara) , ny iray mpamily ary ny fahefatra mpiambina sivily misahana ny seranan-tsambon’i Toamasina no tratra nangalatra kaontenera 40 pieds feno entana avy any ivelany. Teo am-pamoahana an-tsokosoko ireo kaontenera ireo zalahy no saron’ny zandary. Tombanana ho mitentim-bidy 7 miliara Ar ny entana ao anatin’ireo kaontenera ireo. Araka ny fanazavan’ny kaomandin’ny borigadin’ny zandary misahana ny seranan-tsambon’i Toamasina, ny GPHC Rabaridimby Brandy sy ny lefiny nandritra ny valan-dresaka ho an’ny mpanao gazety, ny 2 septambra lasa teo dia nisy kamiaobe iray niditra tao amin’ny seranan-tsambo nitondra kaontenera tsy misy entana niditra tao amin’ny faritry ny Mictsl. Vokatr’izay fisian’ny kamiao nitondra kaonterana foana izay no nahasahian’ireo tambajotrana mpangalatra kaontenera namoaka ny kaontenera 40 pieds feno sigara izay entana tonga tamin’ny taon-dasa ao amin’ny faritry ny Mictsl, saingy tsy mbola navoakan’ny tompony izay tsy fantatra ny antony. Efa vonona ny fitaovana fibatana ny entana hametraka azy eo ambonin’ilay kamiaobe ary vita soa aman-tsara izany. Nisy mpiambina nahatsikaritra anefa ilay fihetsika hafahafa nataon’ny mpamilin’ilay kamiaobe ka nanomboka nisy ny fanairana ireo mpiambina ao amin’ny Mictsl ka noraisim-potsiny ireo mpangalatra.

Sajo

News Mada0 partages

Andro ho an’ny fandriampahalemana: hizara tantely ny Ortana sy ny Rotary Club Ainga

Hiavaka ny fanamarihana ny Andro eran-tany ho an’ny fandriampahalemana sy ny fandavana ny herisetra, karakarain’ny Ofisim-paritry ny fizahantany eto Analamanga (Ortana) sy ny Rotary Club Antananarivo Ainga.

Nahitam-pahombiazana ary tena nahafinaritra ny tamin’ny taon-dasa ka hotohizana isan-taona ny  « Manolora tantely ho an’ny manodidina ». Araka izany, androany manomboka amin’ny 9 ora maranina eny amin’ny zaridainan’Antaninarenina, hisy ny fizarana tantely. Aorian’izany hatramin’ny 23 septambra, hisy ny varotra fampirantiana tantely.

Soatoavina malagasy, mampalaza antsika manerana izao tontolo izao, ny fihavanana. Fihavanana izay manosika antsika hifanohana, hifanampy ary hifampizara. Nametraka ny tantely ho mariky ny fahafenoana sy ny fahatanterahana ny ntaolo malagasy. Izany indrindra no anton’ity fizarana tantely ity, mba hanamarihana ny Andron’ny 21 septambra.

Hifampizara ny hamamian’ny tantely ho mariky ny fifankatiavana, ho fanolorana ny mamy ho an’ny manodidina ary ho tsodrano mba ho mamy hatrany ny fiainana. Vokatra voalohany sy tsara indrindra entina hampahafantarana an’i Madagasikara, amin’izao tontolo izao, ny kolontsaina sy ny olona mivoy ny kolontsaina, araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra ao amin’ny Ortana. Noraisiny ho adidy ny fikajiana, ny fandalinana, ny fanohizana ary ny fampitana ireo kolontsaina sy fahendrena malagasy ireo.

Landy R.

 

News Mada0 partages

“Fandaharanasa Yali”: tonga an-tanindrazana ireo nahazo ny MWF

Tafaverina eto an-tanindrazana ary noraisin’ny masoivoho amerikanina sy ny USAID, tetsy Isoraka, ireo tanora mpisitraka ny vatsim-pianarana Mandela washington fellowship (MWF), miisa 16, niofana tany Etazonia.

Niaraka tamin’ny  fandaharanasan’ny “Regional leadership center” miisa 36 izay niofana tany Pretoria, Afrika Atsimo, izy ireo. Samy tafiditra ao anatin’ny “Fandaharanasa Yali” avokoa ireo vatsim-piofanana roa ireo.

Niarahaba azy ireo ny solontenan’ny masoivoho amerikanina sy ny USAID, noho ny fahavitan’izy ireo ny fiofanana momba ny fitarihana tany Etazonia sy Afrika Atsimo. Nanambara izay hampisongadina ny asan’ireo maintimolaly Yali, eto Madagasikara, amin’ny alalan’ny tambajotra Yali miasa am-pahavitrihana manerana ny firenena manontolo. Nampahafantatra ny tetikasa vinavinain’izy ireo hatao kosa ireo mpisitraka ny MWF. Nasehon’ireo maintimolaly ny faharisihan’izy ireo hizara izay nianarany tamin’ireo namany sy hampihatra ny asa iriany hatao ho anjara birikiny amin’ny asa fampandrosoana eto Madagasikara.

Misokatra ho an’ny tanora Malagasy rehetra 25 hatramin’ny 35 taona mahay miteny anglisy ny “Fandaharanasa Yali”. Manohana ny ezaka ataon’ny masoivoho amerikanina, hanamafy ny demokrasia sy hampandroso ny fivoaran’ny toekarena eto Madagasikara amin’ny alalan’ny fampirisihana, ny maintimolaly Yali, hiditra amin’ny sehatry ny fandraharahana sy famoronana asa, fitantanana ny raharaham-bahoaka sy fitarihana ny fanabeazana olom-pirenena vanona. Efa misokatra ao amin’ny site web www.yali.state.gov ary mitohy hatramin’ny 11 oktobra izao ny fisoratana anarana ho an’ny Mandela washington fellowship 2018.

Tatiana A

News Mada0 partages

Nanao antso tamin’ny “Facebook”: nahazo fanampiana 4 tapitrisa Ar i Nadia R.

Nitondra fanampiana ho an-dRazanaparany Nadia, marary tsaboina ao amin’ny HJRA noho ny aretin’ny fo mahazo azy ny solontenan’ny vadin’ny filoha, Rajaonarimampianina Voahangy, omaly, niaraka amin’ny talen’ny kabinetran’ny minisiteran’ny Fahasalamana. Voatery notapahina mihitsy ny tongony vokatry ny aretiny. Nilaozan’ny vadiny izy ary miahy irery ny zanany roa, 3 sy 5 taona, amin’izao fotoana izao. Nanao antso tamin’ny tambajotra serasera ny tenany ka nanoina izany ny fitondrana amin’ny fanomezana lelavola 4 tapitrisa Ar, ankoatra ny fiantohana ny saran’ny fitsaboana tanteraka azy ao amin’ny HJRA. Nahazo seza misy kodiarana ahafahany mivezivezy ihany koa izy. Olana teo amin’ny lalandra no nitarika ny tsy fahasalamana. Niitatra ny aretina ary lasa tsentsina avokoa ny lalandra rehetra tany amin’ny tongony. “Tsy maintsy natao ny fandidiana ary arahi-maso ny fitaran’ny aretina amin’ny infection. Mbola jerena akaiky koa ny mety fiitaran’ny lalandra tsentsina amin’ny taova hafa”, hoy ny fanazavan’ny lehiben’ny HJRA, profesora Rakoto Alson Olivat. Ankoatra ny fitsaboana ara-batana, misy ny fandraisana an-tanana ny saina satria niova ny toe-batana ka mety hanohitohina ny maha olona rehetra.

Olona iray faharoa notolorana fanampiana koa ny vehivavy iray notapahina koa ny tongotra roa, taorian’ny lozam-pifamoivoizana nihatra taminy. Fanampiana fahatelo ny fanohizana ny fandraisana an-tanana ny fikarakarana ilay kambana roa vavy i Mitia sy i Fitia. Nomena sakafo sy kojakoja ihany koa ny ray aman-dreniny.

Vonjy A.

News Mada0 partages

SECES nasionaly Voafidy indray ny Dr Ralambomanana D.

Lany ho filoha nandritra ny zaikabe nasionalin’ny Seces, natao tany Mahajanga, ny 18 sy 19 septambra teo ny dokotera Ralambomanana Dimby. Efa nitarika ny Seces teo aloha ihany ny tenany ka izao voafidy fanindroany izao. Haharitra telo taona ny taom-piasany.

Nivoitra tao anatin’ny zaikabe ireo fehin-kevitra telo mafonja. Voalohany amin’izany ny fanamafisana ny fitakiana efa nilofosan’ny mpampianatra mpikaroka izay mahakasika ny zo sy ny hasiny.

Tafiditra ao anatin’izany ny fanatanterahana ny tambin-karama roa (résidence sy logement ) voafaritry ny didim-panjakana 2009-1214. Tokony hihatra manomboka ny volana janoary 2018 io fanomezana tambin-karama io.

Ankoatra izany ny fampiharana ny didim-panjakana 2009-1215 ny amin’ny tambim-pikarohana ho an’ireo tokony hisitraka izany.

Nasian’ireo mpampianatra mpikaroka tsindrim-peo ny mahakasika ny fampiharana ny rafitra LMD. Takian’izy ireo, araka izany, ny fampiharana ireo antontan-kevitra nivoitra tamin’ny atrikasa nasionaly momba ny LMD, natao tany Toamasina, tamin’ny taona 2016.

Nampiaka-peo ihany koa ny mpampianatra amin’ny tsy tokony hijabahan’ny mpanao politika amin’ny raharahan’ny oniversite. Tsy ekena ny fampizarazana ny mpampianatra ara-politika.

Tetsy andaniny, miray feo amin’ny ady amin’ny olikoly ny mpampianatra mpikaroka. Hotanterahina any Antsiranana kosa ny zaikabe amin’ny taona 2020.

Tatiana A

News Mada0 partages

Handeha amin’ny Kolo TV ny « Tour du monde de la Francophonie »

Harahin’izao tontolo izao avy amin’ny firenena 150, rahampitso zoma ny « Tour du monde de la Francophonie ». Miara-miasa amin’izany ny eo anivon’ny Kolo TV sy ny TV 5 Monde. Haharitra 52 mn ny fandaharana ary hanomboka amin’ny 11ora sy 50 mn. Hanentana izany i Sébastien Folin avy amin’ny TV5 Monde sy i Hary Yvette eo anivon’ny Kolo TV.  “Ahoana ny fahitana izany Frankofonia izany eto amintsika ? Ahoana ny iainan’ny tanorantsika izany ? ». Ho hita sy ho rentsika amin’io fandaharahana io ny valin’izany. Tsy vitan’ny adihevitra sy fanehoan-kevitra ihany izany fa ho hita eo koa ny lafiny kolontsaina sy ny zava-kanto ataon’ireo tanora. Ahitana taratra ny fahasamihafan’ireo firenena avy amin’ny kaontinanta dimy izany ka hanaraka izany ireo mpijery fahitalavitra maherin’ny 50 tapitrisa.

Efa nitety izao tontolo izao ity « Tour du monde de la Francophonie » ity. « Fanambin’ny Kolo TV ny tetikasa tahaka izao ary ezahina ny hanitarana izany. Hanomezana hasina sy lanja ny mpanakantontsika koa ny fandaharana ary hahalalan’izao tontolo izao ny kolontsaintsika…”, hoy ny talen’ny Kolo TV, Randriatsarafara Mija.

Synèse R.

News Mada0 partages

Ady totohondry: Seiseloà 9 lahy hanafika ny Malagasy

Handray fihaonana iraisam-pirenena, ny ady totohondry malagasy, amin’ny volana oktobra ho avy izao. Hanafika ary hitsapa ny herin’ireo mpikatroka ao anaty ekipam-pirenena mantsy ry zareo avy atsy Seychelles.

Hanao lalao fihantsiana, eto Madagasikara, ny mpanao ady totohondry seiseloà. Fihaonana hotanterahina  ao amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina, ny 15 oktobra, ho avy izao. Mpikatroka 9 mirahalahy no hifampitsapa hery amin’ireo ao anaty ekipam-pirenena malagasy. Mialoha io ady fihantsiana io, izany hoe ny 11 – 14 oktobra,  hisy fiofanana sy fanazarantena miaraka, iarahan’ny firenena roa tonta,  ka hifandimby hitarika izany ireo teknisianina, avy amin’ny andaniny sy ny ankilany. Hitarika ny delegasiona seiseloazy, ny filohan’ny federasiona, Bryan Esparon, miaraka amin’ny sekretera jeneraliny, Edmond Folette ary ny Team Manager, Jacques Bonne. Eo koa ireo mpanazatra, Gerry Legras sy Roch Pirame ary ny mpitsara, John Figaro. Fahatokisan’ity Nosy rahavavy ity, ny federasiona malagasy, ny  antom-pisian’izao fihaonana sy fifanakalozana traikefa  izao.

Fifaninanam-pirenena aloha

Mandra-piandry io ady fihantsiana io, hotontosaina ny 28 septambra – 1 oktobra 2017, eto Antananarivo, ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara. Efa vonona ny fikarakarana rehetra. Hanomboka ny 27 septambra ny fandraisana ireo delegasiona avy any amin’ny faritra.

Nohamafisin’ny filohan’ny federasiona, Rabarisoa Hery Mamy, fa tsy mitombina ny fisian’ireo ligim-paritra sasany, hikasa hanakorontana io fifaninanam-pirenena io. Marihina fa tafiditra ao anaty fitiliana ireo handrafitra ny ekipam-pirenena “B” ity fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara ity.

Tompondaka

News Mada0 partages

Judo: Mpikatroka dimy hiofana any Japon

Ho fanomanana, ny lalao olympika (JO 2020), hatao any Japon, fantatra fa hisy mpikatroka 5 amin’ny taranja judo, halefa hiofana any an-toerana. Fantatra izany, nandritra ny fitsidihana nataon’ny masoivohon’i Japon, miasa sy monina eto Madagasikara, Ichiro Ogasawara, tamin’ny minisitry ny fanatanjahantena, Andriamosarisoa Jean Anciet, teny Ambohijatovo, omaly.

Hiantohan-dry zareo Japoney avokoa ny saran-dalana sy ny fampiantranoana ireo atleta. Nambaran’ny minisitra Jean Anicet, fa tohin’ny resaka efa nifanaovan’ny roa tonta, ny nahazoana izao fifanarahana izao. Hiara-hiasa amin’ny federasiona ny minisitera amin’ny fifantenana sy fijerena ireo atleta mendrika, halefa hiofana, sy ny sokajin-danja, azo antoka fa hahazoana medaly. Tsiahivina, fa anisan’ny taranja manavanana ary hanjakan’ny Japoney, tokoa ny Judo, ka mety hitondra vokatra tsara ho an’ny mpikatroka malagasy, izao fiofanana izao. Hisy koa eo amin’ny taranja karate, saingy mbola vao eo an-dalam-pieritreretana ny amin’izany ny roa tonta.

Tompondaka

La Vérité0 partages

Désavoué

La lune de miel du tandem Iavoloha-Anosikely n'a duré qu'un seul été ! Le locataire d'Iavoloha et le tenant du perchoir d'Anosikely, en couple de raison, formait un ménage apparemment solide. Mais très vite, le mari s'est rendu compte que sa « belle conquête » parait trop…âgée pour affronter efficacement l'avenir.

Les enjeux de la vie conjugale et sociétale étant complexes, parfois, tordus qu'il se méfie de la capacité…physique la « mère de famille » à gérer les situations difficiles. Les enfants adoptifs, eux aussi, étant ce qu'ils sont ! Ainsi, il se décida de rompre, avec astuce et ruse, le contrat.Lors de la mise en place du Sénat, la deuxième Institution de la République, le Chef de l'Etat nomma, parmi le quota selon ses prérogatives, Honoré Rakotomanana, juriste de son état. Seul candidat au perchoir, il a été élu presque à l'unanimité.Etant le deuxième personnage de l'Etat, vu la Constitution Art. 52. 2, le président du Sénat assurera, en cas de vacance de poste, la fonction de Chef de l'Etat pour une raison ou une autre. De ce fait, durant l'élection présidentielle, au cas où le Président sortant se porterait candidat, il devra selon l'Art. 46 démissionner de son poste 60 jours avant la date du scrutin. Nul n'était pas sans savoir que la propulsion de Rakotomanana Honoré à ce poste, très stratégique pour le régime, répondait au souci de pallier  cette exigence de la Constitution. Hery Rajaonarimampianina, à travers ce choix, prenait l'homme du perchoir d'Anosikely, vu son âge et son cursus, pour quelqu'un de politiquement inoffensif, sans ambition apparente. La cause protestante aidant, Rakotomanana Honoré ferait l'affaire au cas où.Seulement voilà, le Président avait, peut-être, trop sous-estimé ou minimisé le poids de l'âge de son « protégé », 82 ans au moment des faits. Le « petit incident » du 14 juillet à la résidence de France l'aurait, au conditionnel svp, éveillé  l'attention.  L'incident avait trahi Rakotomanana Honoré, lui-même, qui croyait pouvoir tout faire malgré son âge avancé.Du coup, on doutait dans l'entourage du Chef de l'Etat sur la pertinence du choix dévolu au vieux Rakotomanana Honoré pour assurer la fonction de Président de la République. Les « vautours » d'Iavoloha, très sceptiques dès le début, pèseraient de tout leur le poids  pour que le grand Chef revoie le cas. Ils remettraient en cause la capacité réelle du président du Sénat à gérer la crise  avant-pendant-immédiatement après le scrutin. Vu son âge, un Raiamandreny be, en tant qu'homme de droit et en bon croyant protestant, Rakotomanana ne serait pas l'homme qu'il faut pour « truquer » ou imposer des résultats visiblement douteux.En proie à un doute persistant, le clan Hvm s'inquiète de l'impact incertain de l'Art. 46 sur le processus de reconquérir le pouvoir. La meilleure solution serait de « corriger » l'article dangereux car le locataire d'Iavoloha  ne s'hasarderait jamais à remplacer Rakotomanana Honoré pour un autre. Le plus sûr serait de prendre en main la direction de l' »opération ». De cet entêtement de vouloir réviser le texte de la Loi fondamentale, le Chef de l'Etat a une méfiance envers son entourage et dans la foulée, il renonce finalement au tandem initialement prévu. Pauvre Rakotomanana Honoré, le désavoué !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Jean Omer Beriziky - Le Président Rajaonarimampianina, source de la déstabilisation

Le Premier ministre de consensus sous la transition, Jean Omer Beriziky, s'oppose au projet de révision de la Constitution. « Quel que soit le terme, révision ou changement, je pense que c'est inopportun », lance-t-il au cours d'un entretien. Il demande alors au Président Hery Rajaonarimampianina de retirer sa velléité de toucher à la Constitution.

Le risque de déstabilisation et d'une scission sociétale et politique à Madagascar est réel à cause de cette malheureuse initiative, à son avis. « Il accuse les opposants de toujours vouloir déstabiliser le pays. Mais voilà maintenant qu'il est à la source même de la déstabilisation. C'est contraire à la stabilité que le régime a prônée constamment. Pour une fois, il devrait écouter l'opinion publique. Les citoyens attendent une autre élection et non celle-là », lâche l'ancien locataire de Mahazoarivo.Vagues d'inquiétudeLes dirigeants actuels devraient s'abstenir d'engager le pays dans l'aventure de retouche constitutionnelle à un an des échéances électorales. Le risque d'instabilité est lié aux interprétations qui peuvent avoir lieu de part et d'autre, selon l'optique de Jean Omer Beriziky. « On parle, dit-il, de calcul politique pour des intérêts personnels et partisans. »Manifestement, le manège vise à donner une certaine marge au président en exercice le pouvoir de profiter ou user des prérogatives de la puissance publique dont il dispose pour se préparer aux élections. A l'instar des sociétés civiles et autres organisations, des associations comme le Mamimad dont l'ancien ambassadeur à Bruxelles est le président d'honneur sont contre la diablerie ourdie par les tenants du régime.L'annonce a justement soulevé des vagues d'inquiétude. Notre interlocuteur rappelle que gouverner, c'est prévoir. Le chef de l'Etat qui sera le candidat du parti Hvm aurait pu s'employer à la révision de la Constitution dès le début de son mandat si elle ne lui convient pas. Ou, tout au moins, dès le moment où il s'est porté candidat en 2013, il aurait pu déjà y songer étant entendu que cette loi fondamentale n'est pas idéale.Jeu malsainPar ailleurs, au vu et au su de tous, il était parmi les groupes qui la soutenaient à l'époque. Il était dans l'équipe des personnes qui l'avaient défendue bec et ongle. Son revirement actuel ne peut donc qu'être l'expression d'un jeu malsain en préparation tendant à infantiliser le peuple. « Ceci ne nous donne pas la possibilité d'avancer, de réfléchir au véritable développement du pays », regrette celui qui se présentera aussi à la prochaine présidentielle.Selon ses dires, Jean Omer Beriziky a fait voter pour le « non » lors du référendum de novembre 2010. « J'ai pourtant accepté après que la Constitution était adoptée en vertu des principes républicains et démocratiques. Mais je trouve malhonnête de la remanier à une année des élections comme elle le prévoit si l'on s'en tient toujours à elle », observe-t-il.Manou Razafy

La Vérité0 partages

Conjoncture politique - Qui veut éliminer « Neny » Lalao Ravalomanana ?

Certains taximans demandent le remplacement de Lalao Ravalomanana par un président de délégation spéciale (Pds). Au cours d'une mobilisation avant-hier, des leaders de l'Association des taxis à Antananarivo Renivohitra ont fait savoir qu'ils retiraient leur confiance envers l'actuelle maire de la Capitale.

En effet, depuis quelque temps, le torchon brûle entre la Commune urbaine d'Antananarivo et les chauffeurs de taxi. Ces derniers s'opposent la délibération du Conseil municipal consistant à déléguer à l'Omavet la mission d'effectuer la contre-visite des taxis et des taxis be.  Avant-hier, ces conducteurs de taxi ont  effectué une véritable démonstration de force dans les rues de la Capitale pour manifester leur désapprobation contre ce projet communal. Une opération escargot opérée par les taxis a eu lieu dans le centre de la Capitale. Une manifestation qui a visiblement obtenu le feu vert des représentants de l'Etat qui ont laissé le créneau libre aux taximans de bloquer la circulation. Certaines presses se sont emparées de l'imbroglio pour donner du crédit à ceux qui veulent et exigent la tête de Lalao Ravalomanana. La hargne de ces médias est trop bien coordonnée pour qu'elle soit vertueuse. Cette conjonction de faits amène certains locataires de l'Hôtel de ville à subodorer des dessous politiques derrière le mouvement des taximen.  Pour les têtes pensantes au sein de la Commune, ces derniers seraient ainsi manipulés à des fins politiques. Pour d'autres, des politiques auraient pris le train en marche du mouvement des taximen pour tenter de désarçonner le maire. La question qui se pose donc est de savoir qui veut la tête de la maire d'Antananarivo ?  Il ne serait pas interdit de penser que l'on peut y voir encore la main des tenants du régime derrière ces appels au remplacement de Lalao Ravalomanana par un Pds. Faut-il encore remarquer que les relations entre l'équipe de l'Hôtel de ville et le pouvoir en place sont loin d'être au beau fixe depuis l'élection de Lalao Ravalomanana à la tête de la mairie de la Capitale. De même, entre Marc Ravalomanana, époux de l'édile de Tana et non moins conseiller spécial de la maire, et Hery Rajaonarimampianina, Président de la République, l'entente ne serait pas franchement très cordiale. En outre, durant le petit déjeuner de presse de samedi dernier à Iavoloha, Hery Rajaonarimampianina avait mis en avant certaines responsabilités non prises par les maires. Certains zélateurs du régime ne manqueraient d'ailleurs pas de saisir chaque occasion pour dénigrer la première magistrate de la Ville des mille et réclamer son remplacement, sans toutefois l'affirmer clairement. Dans l'optique des élections présidentielles de 2018, certains au sein des cercles du pouvoir pourraient ainsi être tentés de se débarrasser politiquement d'un élément qui pourrait être encombrant. D'un côté, il faut aussi dire  que Lalao Ravalomanana donne le bâton à ses détracteurs pour se faire battre. Visiblement en proie à des problèmes de trésorerie, l'équipe de la mairie cherche par tous les moyens de remplir ses caisses.  Outre la délégation de la contre-visite des taxis et taxis be à l'Omavet qui ne fait pas l'unanimité auprès des principaux concernés, la délégation de la gestion des parkings à Easy park reste sujette aux critiques…Recueillis par A.R.

Tia Tanindranaza0 partages

Benjamina Ramarcel Ramanantsoa« Mahavita azy isika »

Tsy misy mipetrapetraka eto fa miasa isika ary tsy maintsy mahavita azy. Io no nambaran’Andriamatoa Benjamina Ramarcel Ramanantsoa,

Goavana tokoa ny tetikasa, ary maro ny resabe momba azy ireo. Nanamafy ny minisitra tompon’andraikitra, araka ny resaka nifanaovana taminy, fa asa laharam-pahamehana ny tetikasan’ny filoham-pirenena ary natao mba handaminana ny fiarahamonina sy hanomezana asa ny Malagasy. Ny tena zava-dehibe dia ny fametrahana fotodrafitrasa goavana, raitra sy manara-penitra ary maharitra.Vita ny 75%-n’ny asa fanitarana raha ny eny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato manokana no resahana. Asa tena goavana ao anatin’izany ny fanitarana ny habe sy ny halavan’ny Piste sy ny fananganana Terminal vaovao. Afaka mandray mpandeha 1,5 tapitrisa isan-taona ny eny Ivato rehefa vita ny asa izay iantsorohan’ny Ravinala airports. Hahazaka fiaramanidina goavam-be (gros porteur) miisa 4 miaraka ny seranam-piaramanidina ary mitovy amin’ny hita amin’ireo seranam-piaramanidina lehibe any ivelany ny fitaovana ao anatiny. Ho lasa 17 500 m² ny velaran-tany misy ny seranam-piaramanidina vaovao ary manodidina ny 125 tapitrisa dolara ny tentim-bidin’ny fanamboarana rehetra. Efa vita amin’ny 70% ihany koa ny asa ho an’ny toby fiantsonana etsy Andohatapenaka. Izy ity no hampiantrano ny zotra rehetra amin’ny lalam-pirenena RN1, RN4 ary RN6, ny volana desambra izao no hahavitan’ny asa. Tsy ambakan’izay fa lehibe ihany koa ny asa fanorenana « gare routière » eny Ambohimangakely sy Ambohimanambola. Efa nanatsidika ihany koa ny minisitra Benjamina Ramarcel Ramanantsoa fa misy ny tetikasa goavana hanamboarana zotran-dalamby mampitohy an’Antsirabe sy Fianarantsoa, ary Fianarantsoa sy Toliara. Asa tsy maintsy irosoana ihany koa, hoy izy ilay tetikasa « Méga Pangalane » hahafahana mampiasa araka ny tokony ho izy ny fitaterana amin’ny alalan’ny ranomamin’i Pangalane. Mazava ho azy fa tetikasa goavambe hanova endrika tanteraka an’Antananarivo ny tetikasa « Grand Tana » izay efa am-piketrehana ny fanatanterahana azy. Tsy maintsy mahavita zavatra tsara isika rehefa tena miasa, hoy izy ary zava-dehibe ny traikefa na ara-teknika na ara-politika amina tetikasa goavam-be tahaka izao.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Mananika ny avo

Be ireo saika voafitaka omaly nahita ny vaovao niparitaka tamin’ny tambajotram-pifandraisana iray nilaza fa nisy lehiben’ny antokon’ny fitondram-panjakana niharan’ny fitsaram-bahoaka tao Andilamena omaly.

 Rehefa nandeha anefa ny adihevitra sy ny fanadihadiana dia nisy nahatsikaritra ihany fa fitsaram-bahoaka nitranga tany amina firenen-kafa no nampiarahan’ilay nanely ny tsaho tamin’ny sary avy eto an-toerana. Miha mananika ny avo hatrany hatreto ilay fahasahiana mihoa-pampana. Efa maro anefa ireo raharaha nahatonga olona tany am-ponja toy ilay resaka fihotsahan’ny tonelin’Ambohidahy sy ny raharaha Hiary Rapanoelina. Mety ho efa tofoka sy leon’ny fitondrana misy ankehitriny ny vahoaka saingy mampametra-panontaniana ihany hoe inona no tombony amin’ny fanelezana tsaho fa vitan’ny malagasy mihitsy ny mampihatra fitsaram-bahoaka amina mpanao politika ? Tsikaritra, araka izany, fa tsy ny sehatra politika ihany no ahitana famandrihana ny olom-pirenena fa hatrany amin’ny tambajotran-tserasera. Andrasana ihany koa izay ho fihetsiky ny fitondram-panjakana manoloana iny tranga izay sady hita ho mamboly fisaraham-bazana iny.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa Marokanina eto Madagasikara Nofohazina herintaona aty aoriana

Nosantarina tamin’ny fivoriamben’ireo minisitra avy amin’ny firenena frankofona andiany faha-34 ny fivoriamben’ny Firenena Mikambana andiany faha-72 ao New York.

Nitarika izany ny minisitry ny Raharaham-bahiny Malagasy Henry Rabary-Njaka amin’ny maha filoha mpitarika ny OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) an’i Madagasikara. Lohahevitry ny dinika ny hoe : «Fandriampahalemana sy fampandrosoana ao amin’ny valan’i Frankofonia miray hina». Teboka nasiana tsindrim-peo manokana ny fisian’ireo trangana asa fampihorohoroana mianjady amin’ireo firenena maro manerantany. Resy lahatra rahateo ireo mpandray anjara tamin’ny lahadinika fa tontolo roa goavana mifampiankina tanteraka ny filaminana sy ny fampivoarana ny firenena tsirairay. Soso-kevitra avy amin’i Madagasikara moa ny fitsinjarana ara-drariny ireo harena misy eran’izao tontolo izao iadiana amin’ny tsy fandriampahalemana. Tsara ampiakarina ihany koa ny tahan’ireo tanora tsy an’asa eo anivon’ireo tany miteny ampahany na manontolo ny fiteny frantsay, hoy ny minisitra Malagasy. Voaresaka nandritra ny fihaonan’ity farany sy ny lehiben’ny diplomasia marokanina Nasser Bouri kosa ny fanatontosana ireo tetikasa fiaraha-miombon’antoka nifanarahan’ny roa tonta nandritra ny fihaonana an-tampon’ny Frankofonia tamin’ny taona 2016 toy ny fananganana hopitalin’ny reny sy ny zaza ao Antsirabe sy ny fitrandrahana ny lakandranon’i Pangalana.

Nangonin-dRamano F.     

Tia Tanindranaza0 partages

Salon de la GastronomieHisy fampianarana maimaimpoana momba ny fahandroan-tsakafo

Hotanterahina manomboka ny zoma 22 septambra ho avy izao, haharitra telo andro, etsy amin’ny AFT Andavamamba ilay « Salon de la gastronomie » andiany fahefatra natao hanomezan-danja ny vokatra vita Malagasy.

 

 Miisa 50 ireo mpandray anjara raha 30 tamin’ny taon-dasa. Anisan’ny maro an’isa indrindra ireo tantsaha mampokatra. Eo ihany koa ireo karazana orinasa mpitrandraka hazan-dranomasina  sy mpanao sakafo mifandraika amin’izay toy ny poissonnerie Manda. Tsy latsa-danja ireo karazan-tsakafo vita amin’ny voankazo sy legioma, ny ronono, arahin’ny varotra fampirantiana ireo karazana kojakojan-dakozia ilaina amin’ny fiainana andavanandro. Hisy ny famelabelaran-kevitra arahina adihevitra hotanterahin’ireo mpahandro sakafo efa matihanina eto amintsika. Ankoatra ireo karazan-tsakafo efa mahazatra dia hisy ihany koa ny fampahafantarana ireo karazan-tsakafo avy any ivelany arahin’ny fifanakalozana traikefa eo amin’ny roa tonta. Hisy ihany koa ny fampianarana nahandro maimaimpoana ho an’ireo izay liana, indrindra fa ny renim-pianakaviana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiasa handeha hisotro rononoEzahana hahatsangana trano

Nampahafantarina tetsy amin’ny sampandraharaha misahana ny fitantanana ny taozavatra etsy 67ha omaly alarobia 20 sertambra

 ny fitsanganan’ny ivontoeran’ny fampandrosoana iraisan’ny rehetra na ny CDI eo anivon’ny sampana House Madagasikara izay miompana manokana amin’ny fampandrosoana ny tontolo ambanivohitra sy ny fampifandraisana izany amin’ny fihariana ety an-drenivohitra. Araka ny fanazavan’ny mpandrindra ankapobeny, Andriantsitohainarivo, dia voakasiky ny hetsika fampandrosoana kasain’izy ireo hatao avokoa ireo sehatra manodina ny fampandrosoana toy ny fambolena sy fiompiana ary ny indostria sy ny fitaterana. Hiasa mandritry ny taona 2018 aloha ity rafitra vaovao ity satria mbola hiatrika fifidianana isika amin’io taona ho avy io. Aorian’izay kosa vao tena hisy ny lavitr’ezaka kokoa, hoy izy. Anisan’ireo asa efa miainga ny tetikasa fanorenana trano fonenana ho an’ireo mpiasa handeha retirety izay mitentina 25 tapitrisa ariary ka hatramin’ny 50 tapitrisa ariary ny totalin’ny fandraisan’anjara. Eo ihany koa ny fijerena izay azo hanampiana tosika ireo vokatra tena fiveloman’ireo mponina isaky ny faritra misy azy.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanMilalao afo

Miarahaba anao aho ry Jean ! Fa inona mihitsy no tena mahazo anao ity e ?

 Tsy efa hitanao daholo ve ireny nanjo ny namana taloha ireny ? Sa ilay miaina eto ambonin’ny tany mihitsy no tsy mety aminao intsony ? Aza dia mamoifo tahaka io re a ! Betsaka anie ny zavatra mbola mahafinaritra eto an-tanàna eto fa aza dia manao an’izany a ! Marina fa efa tena mila ho tsy azo iainana intsony tokoa ilay zava-misy fa mba hitongilano kely ihany aloha sao dia mbola misy azo ihoriranana e ! Raha ireny foana anie no hovoizinao ao dia mety izahay eto akaikinao eto koa no hifafy ny kihony e ! Tandremo ry Jean fa maha may anie ny milalao afo e ! Andao izay vahaolana ahafahantsika mianakavy mivoaka amin’ity olana eto an-tanàna ity no tadiavina fa tsy hifampitarika any an-kady any. Ianao ve dia mbola hanaraka ny fanaon’ny olona efa hita fa saika nahafaty ohatra ireny nahazo an’I Jean lava volo sy ny tariny ireny ? Ireny aza efa nilaza hoe fay. Izay ry Jean fa mba eritrereto ihany aloha a ! veloma !

Marco  

Tia Tanindranaza0 partages

Fiharian’ny mponina AtsimondranoSomparan’ny fitondrana HVM

Nitaraina fatratra omaly ny depiote voafidy tao Atsimondrano, Voahangy Raharimanarivo, manoloana ny tsy mety fahavitan’ny fanarenana ireo

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Julien Andriamorasata“Fanampiana ny TAXI no ataon’ny kaominina”

Tsy misy olona tsy tia fandrosoana sy fanatsarana ny fiainana izany fa mety tsy azon’ny mpitondra taxi tsara angamba ilay zavatra atao.

  Mbola hifampidinika tsara aloha izahay hampazava ny zava-drehetra momba ity resaka contre visite ataon’ny OMAVET ity, hoy Andriamatoa Julien Andriamorasata lefitra faharoan’ny Ben’ny tanàna araka ny resaka fohy nifanaovana taminy omaly.

Tia Tanindrazana (TT) : Fa inona no tena antony namindrana ny fanovana “contre visite” eny amin’ny OMAVET Ampasampito ?

Julien Andriamorasata (J.A) : Tiako aloha ny misarika ny sain’ny mpitondra taksi fa tery ny toerana nampiasaintsika teny Antsakaviro, tsy nisy ny fitaovana. Mbola nisy ilay fomba fiasa hafahafa “sans voir” ihany koa teny, izany hoe misy mitondra fotsiny ny taratasin’ny fiara dia vita ny “contre visite”. Io no mampiroborobo ny kolikoly sy ny taksi “clandestin” ary nahatezitra ireo manara-dalàna. Tsy azo ekena intsony izany ka izay no nikarohana hevitra sy fomba fiasa matotra kokoa.

TT : Manahy ireo mpitondra taksi fa sao dia tetika hitadiavam-bola fotsiny ity resaka OMAVET ity, nitombo ve tompoko ny vola aloa ?

J.A : Averiko eto ihany fa lainga izany vola mitombo izany. Tsy niova ny”Droit” fa tahaka ilay teo aloha ihany. Mbola atao maimaimpoana aza ny “diagnostic” ho an’ireo fiara te hahafantatra ny tsy metimety aminy. Raha atao any ivelany anefa io “diagnostic” io dia mandoa 50 000 Ar isaky ny fiara. Fanampiana azy ireo no tena karohanay ao amin’ny CUA fa tsy fanambakana sanatria.

TT : Resaka mandeha ihany koa ny hoe manana ketrika hampidirana fiara vaovao hanoloana ireo efa misy ny kaominina sy ny mpiara-miasa aminy. Ahoana indray ny momba izay ? Hosoloina fiara vaovao daholo ve ?

J.A : Tsia avy hatrany ny valiny. Famitahana sy fandrebirebena izany, fomba fiady politika efa fanao io ka aoka isika tsy ho taitaitra. Fifanampiana sy fanatsarana ny fomba fiasa no atao, fanafoanana ny kolikoly mba hahafahan’ny rehetra miasa am-pitoniana ao anatin’ny fanajana ny lalàna.

TT : Nilaza ry zareo mpamily taksi mivondrona ao amin’ny FTAR fa tsy hiresaka aminareo avy ao amin’ny kaominina mihitsy raha vao io OMAVET io no lahadinika. Handray fepetra ve ianareo ?

J.A : Mbola hifampidinika izahay amin’ny sabotsy fa tsy maintsy hifanazavana ny zavatra rehetra. Mety tsy azon’ny mpitondra taksi tsara  ilay izy sy ny tombontsoa ho azony amin’ity resaka OMAVET ity ka izay no mampiziriziry azy ireo hatreto aloha. Mino aho fa tsy misy olona tsy tia fandrosoana sy fiainana tsara kokoa izany fa ny fifanazavana kosa no mila atao matotra tsara. Vonona hifampiresaka sy handamina foana ny kaominina Antananarivo Renivohitra.

Nanambara ary nanamafy Raharinina Clémence, filohan’ny FTAR fa tsy hihemotra amin’ny hetsika ataony izy ireo. Vao mainka hihamafy aza raha tsy mamaly ny fangatahan’izy ireo ny kaominina, dia ny tsy hanomezana ny « contre visite » ny OMAVET. Tsy misy ambadika politika ny hetsika fa fitakiana tsotra mba tsy hamonoana ny mpitatitra amin’ny fandoavana volabe mihoa-pampana etsy sy eroa, hoy hatrany izy.

 

Nangonin’i RTT

La Vérité0 partages

Expulsion de l'île Juan de Nova - Plainte des pêcheurs malagasy contre la marine française

Le lundi 18 septembre dernier, une plainte a été déposée au Parquet du Tribunal de première instance de Mahajanga à l'attention du procureur de la République. Une plainte pas comme les autres car déposée par une association de pêches dénommée « Mpanarato Miray Ambalambalamanga » contre des agents de la marine française. Le motif évoqué est « non assistance à des pêcheurs en danger, coups et blessures volontaires, violence et voies de fait, tortures, meurtres préméditations », selon une information émanant de l'Association Nosy Malagasy (Anm).

Les pêcheurs seraient victimes de ces exactions depuis l'année 2014 lorsqu'ils sont surpris en train de pêcher aux alentours de l'île Juan de Nova, un des îles Eparses qui font l'objet de litige entre Madagascar et la France. L'île en question se trouve à un peu plus d'une centaine de kilomètres de la côte d'Ambalambalamanga et à 75 km de celle de Maintirano. En dépit des revendications de la partie malagasy, l'île demeure jusqu'à présent un territoire d'Outre-mer classé dans les Terres australes et antarctiques françaises (Taaf). Elle fait donc l'objet d'une surveillance militaire. D'après les informations, les militaires de la marine française usent de la force pour dissuader les pêcheurs d'explorer cette zone et n'hésitent pas à confisquer leurs matériels. Un pêcheur aurait même succombé en mer à la suite de ces violences que l'association qualifie de violation des droits de l'homme. Cela remonte pourtant à plus d'un siècle que cette génération de pêcheurs exerce cette activité à cet endroit. Par conséquent, la famille du pêcheur décédé exige une enquête tandis que les autres pêcheurs veulent un dédommagement en ayant été empêchés d'exercer une activité qui leur font vivre.Recueillis par S.R.

La Vérité0 partages

Détournement à la Bni Tsimbazaza - Un cinquième larron en fuite avec le magot

Après l’incarcération provisoire à Tsiafahy d’Yves Razakarivony Rivofanantena Daniel, dit Yves (40 ans), le principal suspect dans le détournement de 440 millions d’ariary de la banque Bni Tsimbazaza, l’affaire n’en restera sans doute  pas là.  Selon une récente information, un cinquième larron se serait enfui avec le magot et il est encore en cavale.

Ce qui veut dire qu’Yves n’aurait pas été donc le seul à accomplir le forfait. Quant aux trois autres personnes incriminées, des employées de la Bni, et présentées également au Parquet hier, elles ont obtenu  la liberté provisoire. Malgré tout, Yves  reste la pièce maîtresse du puzzle de vol. Il a été recherché depuis le 10 août dernier  et il s’est rendu   à la Brigade criminelle Anosy, les mains vides, vendredi dernier. Mais il s’était fait accompagner par son avocat. Comme nous l’avions donc rapporté dans l’une de nos précédentes publications, Yves n’a  donc jamais quitté la Grande île. Se sentant traqué et que l’étau va devoir se refermer sur lui, tôt ou tard, le quadragénaire a préféré se livrer à la Police.  Pour le moment encore, les limiers de la Bc n’ont pas affirmé que la traque du suspect en cavale a démarré ou non. Seul le procès d’Yves permettra donc d’en savoir davantage sur son véritable rôle et l’endroit où l’argent volé de la banque puisse bien se trouver en ce moment. Décidément,  cet homme plutôt décrit comme un peu gauche par ses clients à la banque, ne cesse donc de surprendre.  Pour revenir un peu dans la genèse de l’affaire, Yves a fait ses impairs le 10 août dernier où il a emporté les fonds en question à bord de sa Renault, profitant de l’absence momentanée de ses collègues, alors partis casser la croûte. Depuis, on n’a plus revu ses traces même si sa Clio a été retrouvée non loin de son domicile à Anjomakely, le lendemain même de sa fuite ! Depuis, la Brigade criminelle a intensifié ses recherches jusqu’à ce que le fugitif ait donc surpris par sa décision de se rendre auprès d’elle, vendredi dernier. Affaire à suivre.Franck Roland

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Un syndicat sur les rails

Un Conseil d’Administration provisoire de la «Confédération Tourisme Madagascar» a été formé lors de son assemblée générale constitutive qui s’est déroulée dans la journée du mercredi 20 septembre. Le Président de ce C.A., Raoull Patrice, a tenu à rappeler le rôle essentiel de cette confédération « établir des ponts de partenariat équitable entre le secteur privé et public ». Cette confédération qui rassemble les différentes filières en 7 collèges (hôtellerie et restauration, T.O, Agence de voyage, transporteur, compagnie aérienne, prestataire spécialisé et, enfin, guide) devrait devenir, en effet, le principal représentant du secteur tourisme auprès des pouvoirs publics, capable d’assumer la défense des intérêts du secteur privé et de gérer les problèmes et les crises. « Il faut désormais définir les plans d’actions et rendre véritablement opérationnelle cette confédération » portée sur les fonds baptismaux par la Banque Mondiale.La création de la confédération va libérer l’Office National du Tourisme (ONTM) de son rôle d’interface entre les secteurs public et privé. L’ONTM pourra désormais se consacrer pleinement à la promotion de la destination.Dans six mois un C.A opérationnel pourra s’atteler à ses actions de lobbying auprès des pouvoirs publics afin de tenter d’apporter des solutions aux freins du développement du secteur : insécurité, dégradation des infrastructures routières et aéroportuaires, invasion du secteur informel, manque de dessertes aériennes domestiques, insuffisance des formations professionnalisantes…

La Vérité0 partages

Patrimoine environnemental - Le commerce illicite des tortues à soc se contrôle

Les vols de tortues ne datent pas d’hier, ce qui fait que ces impacts sont vraiment conséquents pour Madagascar. Depuis 1986, le ministère en charge a donc légué à Durell Wildlife Conservation Trust la fonction de conservation de la tortue à soc, une espèce endémique de la Grande île. Et à partir de 2014, Durell Wildlife Conservation Trust a reçu un financement du Gouvernement britannique pour mettre en place un projet de renforcement des impacts de ses activités sur la société en se focalisant sur le thème de : «  briser la chaîne : combattre le commerce illicite de tortues à soc ».

Cela a été un projet de 3 ans. Arrivé à son terme donc, Durell Wildlife Conservation Trust a organisé un atelier afin de restituer toutes ses actions et des résultats obtenus suite au projet, hier, à l’hôtel Colbert Antaninarenina. Après tous ces dispositifs mis en place, le trafic des tortues à soc commence maintenant à être contrôlé. Formations, enquêtes et collaborations avec les entités concernées. Tels sont les principaux axes du projet. Les principales actions Deux principales enquêtes ont donc été menées afin de voir le degré d’implication des communautés aux alentours des sites dans le braconnage et le trafic de tortues mais également sur les facteurs qui motivent ces dernières à y participer ou non. Les membres des patrouilles des villages ainsi que les agents de Durell Wildlife Conservation Trust et de Madagascar National Park ont reçu des formations concernant le logiciel Smart. Un logiciel permettant l’optimisation des résultats de patrouille. Pour le niveau national, les douaniers  d’Antananarivo, de Mahajanga et de Toliara ont été initiés aux procédures de la convention internationale Cites  par des membres du « Comité national de tortues ». Sur le plan juridique, le ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des fôrets avec ses directions régionales ont concerté avec l’Alliance Voahary gasy et Durell Wildlife Conservation pour approcher les magistrats afin d’harmoniser les manières de perception des délits forêstiers surtout quand ce sont les espèces endémiques qui sont touchées. Les actions ne vont pas s’arrêter là. Et toutes les tortues exportées illicitement seront d’ici peu rapatriées dans le pays mais on attend encore le règlement des papiers administratifs.Rova R. 

La Vérité0 partages

« China Exhibition » - « Promotionner davantage la coopération sino-malagasy »

« Together for a brighter future. » La Chine est aujourd’hui le premier partenaire commercial et investisseur à Madagascar. Malgré cela, elle veut encore étendre sa coopération avec le pays.  Et c’est dans ce sens que la première édition de « China Exhibition » a été organisée dans la Grande île avec l’appui de l’ambassade de la République populaire de la Chine et de l’Edbm (Economic development board of Madagascar).  Cet évènement a commencé officiellement hier et se terminera ce dimanche au Centre de conférence international d’Ivato (Cci).

« China exhibition » est une nouvelle plateforme d’échange. L’ambasaddeur de la République populaire de la Chine à Madagascar, Yang Xiaorong, a même déclaré que «  la tenue de la première exposition bilatérale destinée aux échanges économiques et commerciaux entre nos deux pays nous permettra de promouvoir encore davantage la coopération sino-malagasy ». Plusieurs entreprises malagasy et chinoises installées à Madagascar sont donc présentes sur les lieux mais également des investisseurs et des partenaires venus spécialement de la Chine pour l’occasion. Durant ces 4 jours, les échanges entre les différentes entreprises permettront d’accroitre les investissements ainsi que les collaborations entre les acteurs concernés par les domaines de l’agriculture, de la pêche, de la manufacture, du tourisme ou encore de l’aviation. D’après l’ambassadeur de la Chine, ce renforcement repose sur trois principaux piliers c’est-à-dire les infrastructures, la mise en valeur des ressources humaines et la facilitation du commerce et des investissements. Après cet évènement, il est donc espéré que les relations entre les deux pays ne cessent de s’approfondir afin de favoriser le développement de chacun. Rova R.

La Vérité0 partages

Omnisport - Asoimada - Les fonctionnaires se sentent humiliés

La déception totale. Les fonctionnaires sportifs en lice  au championnat national de l'ASOIMADA, (Association Sportive Omnisports Interministériels et Institutions de Madagascar), dans le cadre des sports d'entretien des fonctionnaires à Toliara,  menacent de tout arrêter d'ici 24 heures (ndlr : un délai qui a pris fin hier). Ils réclament  une élection d'un nouveau président de l'association dans le plus bref délai.

Tous les directeurs régionaux et comité d'organisation régional à Toliara ont ainsi réuni les médias hier dans la Cité du Soleil. Si les fonctionnaires s'y sont déplacés, en espérant se divertir et de faire du sport et en même temps passer leurs vacances, ce n'est pas le cas. C'est un véritable calvaire pour eux en ce qui concerne leurs conditions d'hébergement.« Le championnat national de cette année est le pire championnat qu'on ait jamais vécu. On nous  héberge dans des endroits où il n'y a même pas de matelas, ni eau ni électricité. Les terrains qui abritent le championnat national ne sont même pas en mesure d'accueillir un match.  Les gens qui se prétendent être l'organisateur (Ndlr : le comité interministériel) de  ce sommet ne font rien de concret. On ne nous a dit que de belles paroles. Pour nous c'est une humiliation des fonctionnaires. On nous réclame des droits d'engagement, des frais divers et ceux de licence, pourtant personne ne sait où va tout cet argent », lance le porte-parole des directeurs régionaux dans sa déclaration au Gymnase de Toliara. Avant d'ajouter, qu'aucune des  conventions conclues lors de l'Assemblée Générale du 9 août dernier à Anosy n'a été réalisée.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Conjoncture socio–économique - Le régime se limite aux promesses trimestrielles

3 mois pour résoudre le problème de l’insécurité, 3 mois pour stabiliser le prix du riz… Ces promesses ont été respectivement faites, dans le courant de la semaine, par le Premier ministre, Mahafaly Olivier Solonandrasana face à la recrudescence alarmante de l’insécurité et le ministre du Commerce et de la Consommation, Chabani Nourdine à propos du coût élevé du riz.

Les promesses des tenants du régime se limitent désormais à une échéance de 3 mois renouvelable. Des engagements qui commencent à lasser la population à tel point que leur annonce se fait dans l’indifférence générale. Du coup, personne n’aura la patience de vérifier si la promesse sera effectivement tenue après la durée évoquée. Depuis le temps que le phénomène d’insécurité fait jaser le commun des Malagasy, le sursaut du Gouvernement ne s’est effectué qu’à un an de la fin de mandat du régime Rajaonarimampianina. Idem pour le riz qui a connu une énorme crise vers la fin de l’année dernière et continue à rendre la vie dure pour les consommateurs.Problèmes irrésolusMalgré les multitudes de promesses, les problèmes restent pourtant irrésolus. En ce moment, d’autres problèmes s’ajoutent même au lot de préoccupations auxquelles  les citoyens sont confrontés au quotidien.  Parmi eux, le délestage déguisé en coupures récurrentes de l’électricité. Les usagers déplorent même des coupures d’eau dans certains endroits, notamment les zones périphériques de la Capitale. Il y a également les litiges fonciers qui connaissent un accroissement inquiétant frôlant  une explosion sociale. A se demander, à quel moment le régime décidera enfin à prendre ses responsabilités pour éviter que la situation n’empire.Faut – il pourtant rappeler que la durée du mandat présidentiel est de 5 ans. Une durée à laquelle le Président Hery Rajaonarimampianina s’est engagé à œuvrer pour l’amélioration des conditions de vie des Malagasy. 5 longues années durant lesquelles le Chef de l’Etat et son équipe ont été très généreux en promesses et démagogies mais avares en actes ! S.R.

La Vérité0 partages

Bancale !

Bloqué. Le centre de la Capitale fut paralysé, durant toute la matinée, le temps pour les taximen  d’exprimer leur ras-le-bol face à la politique de gestion de la ville initiée par Mme le maire et son équipe. En effet, l’association des taxis d’Antananarivo (Ftar) rejette catégoriquement les nouvelles dispositions relatives aux contre-visites techniques des véhicules que la Commune urbaine d’Antananarivo (Cua) voulait imposer en appelant le service de l’Omnium de maintenance des véhicules de transports (Omavet). Rahanirina Clémence, présidente de la Ftar, condamnait vivement cette approche bancale frisant la dictature de Lalao Ravalomanana et son équipe. 

A elle de rappeler qu’il s’agissait de la cinquième volonté de la mairie de leur faire avaler la couleuvre pour des motifs, souvent,  très discutables. Vu sous un autre angle, c’est une interminable guéguerre entre deux femmes de poigne : Mme le maire vs Mme la présidente de la Ftar. De l’autre côté, la manière avec laquelle la Préfecture de la police gère la situation insurge.Rappel des faits. La Cua faisait appel à l’Omavet, un organisme rattaché à la mairie, le soin de s’occuper des contre-visites des taxis desservant la Capitale. Une activité normalement attribuée à un service technique de la Commune qui, sous le règne de la corruption, finit par se muer en une véritable passoire. D’où découle une situation bordélique et anarchique. Trop de véhicules datant du siècle précédent circulent avec en prime le non-respect du code de la route. Des commerçants informels envahissent les trottoirs et les…rues à tel point qu’Antananarivo vit dans le sens dessus-dessous. Bouchons monstres et incontrôlables s’érigent en lot quotidien de la population. Pour remédier à un tel état chaotique, la Commune se rabat à une instance « indépendante », l’Omavet, pour des contre-visites plus sérieuses. Sentant la menace qui pèse sur leurs vieilles carcasses, les taximen et…women lèvent les boucliers.En soi, la démarche n’a rien de répréhensible dans la mesure où elle contribuerait à améliorer la circulation, tant décriée, dans la Ville des mille. Cependant, là où le bât blesse réside sur la procédure. Les responsables de la Commune devraient prendre, d’abord, la peine de discuter autour d’une table avec les principaux intéressés qui, eux-aussi, sont victimes de la situation. Cela, bien entendu, pour instaurer un climat d’entente et trouver ensemble la meilleure option, avantageuse des deux côtés. C’est surtout cette maladie de vouloir tout dicter, l’usage du forcing, un principe collé à la peau de l’ancien Chef de l’Etat et conseiller spécial-particulier auprès de Mme le maire qui attise les animosités des uns et des autres.Pour sa part, le comportement, pour le moins révoltant, affiché par la Préfecture dans la gestion des faits, irrite les esprits tatillons pour le respect des principes. La méthode de deux poids deux mesures exacerbent.Le Préfet de police n’a trouvé aucune raison de s’opposer à la grève de la Ftar qui, en vérité, causait un réel trouble de l’ordre public. Une raison brandie par la Préfecture pour refuser à chaque demande d’autorisation de manifester publiquement déposée par les leaders politiques du camp de l’opposition. D’une part, on laisse librement s’exprimer les uns tandis que de l’autre, on musèle certains.Mais la palme de la turpitude revient aux tenants du pouvoir qui soufflent le chaud et le froid dans cette démocratie bancale. Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Manakara - Deux faux-monnayeurs arrêtés avec 12 millions d’ariary

Avec la déliquescence de l’Etat malagasy et afin qu’on puisse faire face à la grave crise qui l’accompagne, la contrefaçon fiduciaire  est devenue l’un des fléaux qui gangrènent notre société. Le week-end dernier, deux hommes présentés comme des faux-monnayeurs ont été interpellés par la Gendarmerie. Les suspects étaient surpris avec des fausses et anciennes coupures de 10 000 ariary, d’un montant  total de 12 millions ariary. Mais ce n’est pas tout. Les gendarmes ont encore trouvé  susr eux 500 coupures de papier A4 de la même dimension que les billets de 10 000 ariary.

Tout a commencé par l’interpellation d’un suspect à Manakara. Selon une information recueillie sur place, son audition par la Gendarmerie a permis de retrouver les traces de son complice à Mananjary. Le commandant de compagnie de gendarmerie de la Région Vatovavy-Fitovinany rapporte alors qu’une perquisition chez le concerné a débouché sur la découverte des 500 bouts de papier. S’ils ont réussi à les transformer en d’autres billets de 10 000 ariary, on est sûr qu’ils auraient pu atteindre un montant de 20 millions ariary. Après leur déferrement à Manakara mercredi dernier, les deux hommes furent jetés en prison à titre de détention préventive. Depuis le début de cette année, les arrestations ou les incarcérations se sont succédé, notamment dans la partie sud-est, dans la Capitale mais aussi dans le Nord-ouest du pays. Ce qui sous-entend qu’un puissant réseau continuerait toujours ses activités au noir  dans le domaine de la contrefaçon fiduciaire tant qu’il n’a pas été décapité. Certains sont allés même plus loin en n’hésitant pas à y voir la main de quelques personnalités haut placées comme à l’instigation de la falsification.Franck Roland

La Vérité0 partages

Accidents mortels touchant des enseignants et élèves - Des « compensations » pour les orphelins et proches

Des promesses à tenir. Le ministère de l’Education nationale (Men) ne tarde pas à intervenir après les accidents de circulation mortels, touchant des élèves ou des enseignants. Récemment, le drame survenu à Manankazo Anjozorobe, samedi dernier vers 10h, a couté la vie à 3 enseignants Fram provenant de la Circonscription scolaire de Mandritsara, dans la Direction régionale de l’éducation de Sofia. 21 autres enseignants en ont été blessés.

Depuis, la grande famille de l’Education s’est mobilisée pour aider les familles des défunts et les blessés, dont le rapatriement des corps ou encore la prise en charge complète de l’hospitalisation et du traitement des rescapés. En marge de la cérémonie d’adieu en leur honneur qui s’est déroulée lundi dernier au lycée « Victor Miadana » à Mandritsara, le Men a avancé des « compensations », un genre de reconnaissance pour les efforts déployés par les défunts. Ainsi, « la sœur de l’une et les enfants des 2 autres enseignants seront recrutés par ce Département ministériel en tant que fonctionnaires, plus précisément comme personnels administratifs ou techniques. Leurs postes dépendront de leurs diplômes respectifs », a expliqué un directeur du Men. De plus, ce ministère prendra en charge la scolarisation des enfants de ces victimes décédées et ce jusqu’à ce qu’ils arrivent en classe de terminale. Actuellement, 6 enseignants survivants sont encore hospitalisés à l’Hjra, où ils reçoivent gratuitement les soins adéquats. Leur état de santé s’améliore, au point que l’un d’entre eux sortira bientôt de l’hôpital. Rappelons que le Men s’est aussi engagé à assurer la scolarité des 6 élèves devenus orphelins suite à l’accident mortel du côté d’Anjozorobe, le 28 janvier dernier. Ce drame, faisant état de 47 morts (dont 15 élèves) et 22 blessés, a été causé par la sortie de route d’un camion transportant les victimes au retour d’un mariage.  Ces orphelins bénéficieront d’une prise en charge scolaire entière jusqu’en classe de terminale. Actuellement, ils sont inscrits dans les établissements scolaires publics et privés d’Ambongamarina.Patricia Ramavonirina

Madagate0 partages

Ihosy. Affaire du journaliste Fernand Cello: en délibéré le 26 septembre 2017

Dans un couple de semaines, cela fera exactement 5 mois que le journaliste de radio Jupiter à Ilakaka, Fernand Cello, a été privé de liberté car embastillé à la prison d’Ihosy.

Ce mandat de dépôt avait fait suite à des plaintes pour:

Vol de chèque, abus de blanc-seing, faux, sur un chèque, usage d’un chèque faux à Fianarantsoa; diffamation publique à Ilakaka et dénonciation calomnieuse à Ihosy.

Concernant l’histoire de chèque, il a été placé sous mandat de dépôt le 8 mai 2017. Pour la diffamation publique et la dénonciation calomnieuse à Ihosy, ilfait l’objet d’une DPAC (Détention pour une autre cause). Après donc près de 5 mois passés à la prison d’Ihosy (à quelque 600 km de la Capitale Antananarivo sur la RN7), il est passé en jugement, le mardi 19 septembre 2017.

Sans entrer dans les détails de cette comparution de ce 19 septembre, il faut savoir que le tribunal de Première instance d’Ihosy a décidé de mettre l’affaire en délibéré.

*****************

Ce délibéré pour le mardi 26 septembre 2017. Fernand Cello semble avoir un moral de fer, en tout cas. Il remercie tous les journalistes qui se sont déplacés pour assister à ce jugement à Ihosy.

Eh bien en attendant, ci-après, juste pour rappel, des documents levant le voile sur la vérité sur cette histoire de chèque où le plaignant ne s’est jamais montré. Il est certain que ces pièces ont été versées dans le dossier de Fernand Cello, ce n'est pas un scoop.

Mais n'est-ce pas la signature de ce cher Ravelonirina Benjamain dit Niry Maherlla -reconnue par la BFV-SG-, en haut sous la date 06.09.2015? Donc ce chèque n'a jamais été volé. C'était donc aussi une tentative d'ajouter "faux et usage de faux" contre Fernand Cello. Il y a tout de même une justice juste en ce bas monde alors...

Jeannot Ramambazafy – 21 septembre 2017

Reportage photo sur terrain: Harilala Randrianarison et Haja Randria

L'express de Madagascar0 partages

Mise en place du HCDDED – La CNIDH défend son choix

La Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH) refuse de revoir sa copie. Elle se base sur la décision du Conseil d’État qui a validé l’élection du représentant de la société civile au sein du HCDDED.

Sans équivoque. La Com­mission natio­nale indépendante des droits de l’Hom­me (CNIDH) persiste et signe. Le nom du représentant des organisations ou associations pour la défense des droits de l’Homme est connu depuis le début de l’année.À l’issue d’un long processus stipulé dans son mandat, la CNIDH a choisi parmi cinq postulants, l’ancien ministre de la Justice Anaclet Imbiki. « Conformément à la procédure, nous avons lancé un appel à candidature. Tous les dossiers étaient recevables », soutient une source auprès de la CNIDH, jointe au téléphone.La Présidence, par le truchement de sa direction juridique a déposé un recours au Conseil d’État pour contester le choix de cette commission nationale des droits de l’Homme, mais n’a pas obte­nu gain de cause. Ainsi, le 24 mars, la Cour administrative a validé à l’unanimité l’élection d’Anaclet Imbiki au sein du HCDDED.Le processus est mis en sourdine. Jointes au téléphone, différentes sources auprès de la CNIDH mettent en avant qu’une nouvelle élection de son représentant auprès du HCDDED n’est pas envisagée. « Le conseil d’État a tranché. Il n’a relevé aucune irrégularité lors de l’élection. Il n’y donc pas lieu de la refaire », explique l’un de ses membres.À la lumière de l’article 2 de la loi relative à la Haute cour de Justice, le HCDDED doit y désigner deux membres titulaires et deux membres suppléants. Or cette institution n’est pas encore mise en place, en l’absence du représentant de la société civile. Selon le président de la République, lors du petit déjeuner de presse de samedi, « C’est à la CNIDH de désigner le représentant de la société civile [ndlr : au sein du HCDDED] ».Une assertion contestée par les membres de cette commission indépendante, interrogés sur ce sujet. «Nous avons transmis le procès-verbal de l’élection à qui de droit, notamment à la Présidence, la Primature, à l’Assemblée nationale, au Sénat et au ministère de la Justice », se défend un membre de la CNIDH, joint au téléphone.Dans la foulée, notre source s’affranchit des responsabilités sur le retard de la mise en place du HCDDED. «Nous ne constituons pas le blocage dans la mise en place du Haut conseil pour la Démocratie et de la défense de l’État de droit [HCDDED] », conclut un membre de la CNIDH.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Volleyball – Championnat de Madagascar – GNVB – CNAPS, finale sans public

La FMVB a décidé, après la réunion avec les représentants de la GNVB et de la Cnaps, que la finale sera rejouée ce jour. La rencontre se jouera à huis clos.

La décision finale d’hier confirme la tenue de la finale au cham­pionnat de Madagascar messieurs de volley-ball hommes ce jour. La fédération, représentée par son président Jocelyn Andriamandimbisoa et le directeur technique national, Serge Saramba a convoqué hier les représentants des deux clubs finalistes pour une réunion.La rencontre s’est tenue dans l’après-midi au siège de la fédération à Anjahana Manan­kambahiny. Les deux équipes, la GNVB et la Cnaps, ont été représentées respectivement par leur coach et président de club, sauf que le head coach de la Cnaps a été excusé car retenu par son travail.Cette finale n’a pas pu se terminer l’après-midi du samedi 16 septembre au gymnase du CRJS à Toama­sina, interrompue par le débordement des spectateurs. Elle devra être rejouée à une date ultérieure selon la décision prise par le comité de contrôle, la soirée de ce même samedi. Le face-à-face d’hier a été le premier entre les dirigeants des deux formations, après l’incident.L’ordre du jour était de définir la date, le lieu, l’heure, l’organisation et le déroulement de la finale à rejouer. Les deux camps ont tout de même eu l’occasion de s’exprimer lors de cette première rencontre, car ils ont été reçus un par un lors de la réunion d’urgence à Toamasina.

Une finale boîteuseLa Cnaps, qui a déjà organisé une conférence de presse mardi a réitéré sa demande de reporter la finale vers fin octobre. « On ne pourra pas rejouer le match jeudi, car on a quatre joueurs blessés et on a les certificats médicaux comme pièces justificatives. En plus, quelques-uns de nos joueurs ont du sécher les cours pour disputer le cham­pionnat à Toamasina. Là, ils vont passer leur examen et ne pourront plus s’absenter. Et encore, pourquoi se précipiter, car la CCCOI n’est prévue qu’au début décembre », a répondu le head coach Bruno Raoelinjatovo, dit Raly.De son côté, Honoré Raza­finjatovo, alias « Nore kely », entraineur de la GNVB a affirmé que son équipe est fin prête pour rejouer la finale demain (ce jour). Et on va la jouer comme il faut. Personnel­lement, je considère toujours que la Cnaps va rejouer malgré la demande de report . Le président de la fédération et le DTN se sont retirés un moment, puis ont annoncé la décision finale confirmant la tenue de la finale pour cet après-midi. La rencontre se jouera au petit palais, et à huis clos.« C’est la seule date disponible pour le moment pour utiliser la salle, et ce sera à huis clos… Et quant au cas des joueurs blessés de la Cnaps, comme tout autre match il suffit de remplacer les blessés et non reporter le match. On aurait même du la rejouer 72 heures après la date du samedi 16 septembre, selon le règlement », a précisé le président de la fédération. Seuls les organisateurs, c’est-à-dire l’équi­pe de la fédération, ses techniciens ainsi que les arbitres, les deux équipes avec les joueurs mentionnés dans les mêmes feuilles de match de la première finale et les journalistes auront le droit d’accès à la salle.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Événement – Le « Salon de la gastronomie » honore la cuisine du terroir

Une ode aux saveurs, mais également aux charmes de la gastronomie d’envergure internationale de la Grande île. Le « Salon de la gastronomie » rouvre ses portes ce week-end. 

Promettant d’émerveiller les papilles de ses visiteurs, tout en joignant l’utile à l’agréable, le Salon de la gastronomie rempile pour une quatrième édition. Elle promet d’être toujours aussi goûteuse et savoureuse aux yeux du public les 22, 23 et 24 septembre. Initié par l’Alliance française d’Antananarivo (AFT), c’est un événement festif et gourmand, de même qu’il est des plus conviviaux et égayera ainsi le quartier d’Andavamamba tout au long de ce week-end. Mettant à l’honneur les produits locaux, ainsi que ces recettes et divers mets typiques de la Grande île, le Salon de la gastronomie fédère les amateurs de cuisine de tous horizons.Une programmation bien garnie en guise de menu a été exposée à l’AFT Andavamamba face à la presse hier. Le tout sublimé par diverses animations, mais également des expositions inédites, ainsi que des conférences et des ateliers avec tous les acteurs de la gastronomie nationale. Fraichement nommé directeur général de l’AFT Andavamamba, Jean Paul Clément affirme « Se nourrir et prendre du plaisir, c’est à travers ce leitmotiv que je convie le public à nous rejoindre dans le cadre de cet événement, ce week-end. Ce salon est l’occasion de nous retrouver autour de cette passion commune qui nous réunit autour de la richesse de la gastronomie malgache ». Ce dernier ,qui est aussi délégué général de l’Alliance française à Madagascar, un pays qu’il connait parfaitement, mais aussi dans tout l’océan Indien.

Un savoir faire et un artPlus d’une cinquantaine de stands seront ainsi à découvrir et à visiter tout au long de ce Salon de la gastronomie à Andavamamba. Ceci étant, outre l’exposition des produits locaux, à l’instar des produits halieutiques et autres fruits de mer représentatifs de la Grande île, mais aussi des produits laitiers artisanaux, le goût particulier de la viande nationale ou tout simplement le fameux « Koba ».Cette quatrième édition du Salon de la gastronomie laissera la part belle aux échanges, aux rencontres et à la découverte entre les amateurs de bonne cuisine et les professionnels. D’autant plus que le salon vise aussi à faire valoir la diversité culturelle à travers la gastronomie ainsi que d’apprécier le savoir-faire et le talent des chefs nationaux.D’ici la fin de ce mois-ci, trois expositions accompagneront le salon dans les locaux de l’AFT Andavamamba. À savoir, une exposition sur « Les recettes de chefs », puis « Le riz qui nourrit le monde » avec Le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad). Enfin, l’exposition « Du labo à l’assiette » avec l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Tribunal à Anosy – Des gendarmes se heurtent à des policiers

Un face à face tendu entre policiers et gendarmes a eu lieu au tribunal lors du passage au parquet d’un adjudant. Il est arrêté pour grand banditisme. 

Sur le pied de guerre. Les forces de police étaient sur le qui-vive, hier, en début de soirée, lors du passage au parquet de six inculpés pour grand banditisme, dont un gendarme principal de deuxième classe (NDLR: Adjudant). Prête à en découdre avec une dizaine de gendarmes de l’Escadron Blindé numéro 4 (EB4) à Ambatolampy, venus accompagner deux supérieurs hiérarchiques de l’adjudant cloué au pilori, dont un colonel et un chef d’escadron, la police a déployé un bouclier défensif.La brigade criminelle a ramené un renfort surarmé à la tombée de la nuit. Aux alentours de 18 heures, une trentaine de policiers, entassés dans trois pick-up et un minibus, ont débarqué, pour tenir à l’œil la dizaine de gendarmes, venus de loin. Les attendant de pied-ferme, des policiers d’élite du Service Central Antigang (SAG) et de l’Unité Spécialisée d’Intervention (USI) se sont invités à ce branle-bas de combat, avec tout un arsenal de commandos. Le niveau d’alerte était apparemment si élevé que certains de ces policiers, prêts à frapper d’une main de fer, portaient des gilets pare-balle, quoique les gendarmes sur places soient venus  les mains nues. Le tout-terrain qui les avait amenés était garé dans le parking du palais.

Six incarcérationsLes auditions des six prévenus ont été entamées dans l’après-midi, vers 15 heures. Elles ne se sont terminées que dans la soirée, aux alentours de 19h15, heure à laquelle le parquet a prononcé la mise en détention préventive des six incriminés. Les cinq inculpés, dont l’adjudant, ont été envoyés dare-dare à la maison de force de Tsiafahy. La femme mise dans le même sac qu’eux est, en revanche, placée à l’ombre à la maison centrale d’Antanimora.Sitôt le sort des prévenus scellé, les trente policiers, aux nerfs à vif, ont établi un rideau de fer autour des prévenus pour faire écran. Les véhicules prévus conduire en prison les prévenus ont été placés sous haute-surveillance, avec tout un périmètre verrouillé.Les gendarmes de l’EB4 ont, pour leur part, attendu avant de lever le camp.Le forfait ayant coûte la liberté à leur frère d’arme a été perpétré à Anosy Avaratra, dans la nuit de vendredi à samedi. Une pharmacie a été prise pour cible. Le gang a utilisé une Peugeot 405 dont les plaques d’immatriculation ont été enlevées. Alors que quatre des passagers de la Peugeot 405 sont descendus pour sauter dans un taxi-be, ses deux derniers occupants,dont une femme, se sont fait cueillir. Pris en chasse par un véhicule de la police, le véhicule de transport en commun que les malfaiteurs avaient emprunté, a été immobilisé au terme d’une course-poursuite. Les quatre fuyards, dont le gendarme, ont balancé sous les sièges leurs armes ainsi qu’une partie de leur butin lorsque la police les y avait délogés.

Pratiques aberrantes

Le coup de théâtre militaire qui éclaté au tribunal à Anosy, hier soir, fait ressurgir l’ombre horrifiante d’une rébellion policière ayant ébranlé le même palais en 2012, à la différence près que les rôles ont été inversés. Dans la soirée du 24 juillet, des policiers du Groupe d’Intervention Rapide (GIR) ont chargé leur fusil puis embarqué de force cinq de leurs éléments, placés sous mandat de dépôt pour le meurtre d’un opérateur économique à Ankasina, au mois de mai. Le défunt a été délesté de soixante millions d’ariary en liquide.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Andasibe – Mobilisation pour protéger l’indri 

Un festival a été organisé, du 15 au 17 septembre, à Andasibe pour la préservation de l’indri indri. En définitive, il s’agissait de promouvoir le tourisme durable.

Ensemble pour préserver l’indri indri. Tel a été le thème de la célébration du Festival Indri à Andasibe – localité située dans la partie est du district de Moramanga - du 15 au 17 septembre. Un grand évènement initié par les opérateurs économiques d’Andasibe et l’Office régionale du tourisme d’Alaotra-Mangoro et appuyé aussi bien financièrement que techniquement par les ministères du Tourisme, et de l’Environ­nement, de l’écologie et des forêts, ainsi que des partenaires privés, tels que la société Fanala­manga, Ambatovy, la Star, le NTD, Madagascar National Park, la BNI Madagascar, Mitsinjo, Asity et l’association Vahiniala.Diurne, folivore et vivant dans les cimes des arbres, l’indri indri est actuellement le plus grand lémurien de la Grande île avec ses 75 à 90 cm (taille adulte). Il peut peser entre 8 à 12 kg, vivre jusqu’à 40 ans en groupe de deux à dix individus, lesquels ne sortent pas d’un territoire de 5-7 ha.Il vit dans les forêts pluviales de l’Est. La zone la plus indiquée pour son observation est Andasibe, une petite réserve naturelle à 1 000 m d’altitude.

PrioritésLe carnaval a été marqué par la présence de diverses personnalités étatiques et la participation de diverses organisations et d’associations communautaires folkloriques locales. Une conférence sur l’Indri par « Madagasikara Voakajy » et sur le tourisme durable a été donnée par Stella Chan Man, directeur de développement du tourisme durable au ministère du Tourisme. Elle a souligné qu’il existe des normes pour une effectivité du tourisme durable à Madagascar et cette initiative fait partie des priorités du ministère de tutelle.Ce festival a attiré des touristes nationaux et internationaux en visite à Andasibe, et les spectacles relatifs ont intéressé beaucoup de monde. Par ailleurs, il a été constaté que grâce à cette manifestation, tout un chacun est à nouveau conscient de l’importance de la préservation des ressources naturelles pour la promotion d’un tourisme durable et les retombées économiques sont palpables. Le ministre de l’Environ­nement, de l’écologie et des forêts, Johanita Ndahi­mananjara, a offert un zébu à la population de la commune rurale d’Andasibe.

Hery Fils Andrianandraina

L'express de Madagascar0 partages

Nosy-Be – L’association Megafaune vient  à la rescousse des requins-baleines

Les séances de formation portant sur l’approche des requins-baleines ont débuté depuis le dimanche 17 jusqu’au vendredi 22 septembre sur l’île de Nosy-Be. Celles-ci rentrent dans le cadre de la fête de la baleine de l’île aux parfums, organisée par l’association Megafaune. La fête de la baleine de Nosy-Be, qui en est à sa cinquième édition cette année, se présente sur plusieurs facettes telles que des soirées-concert, du théâtre, des expositions de photos, des sorties en mer, des séances d’animation sur le recyclage des déchets pour en faire des instruments de musique. Les requins-baleines sont des espèces rares et ils viennent en masse dans la mer de Nosy-Be de septembre jusqu’en avril. L’île de Nosy Komba accueillera la séance formation de demain 20 septembre.La compagnie de théâtre « Les 3 zébus » fera une représentation unique autour du thème requins-baleines à l’hôtel Sarimanok à Ambatoloaka, le vendredi 29 septembre à 19 heures. Et Loïc Simon animera les séances de recyclage de déchets qui vont se tenir du 4 au 7 octobre à Hell-ville, à Ambatoloaka et à Madirokely. La soirée de clôture au « Tsy Manin » à Madirokely réservera de bonnes surprises. La fête de la baleine à Nosy-Be œuvre pour la protection des requins- baleines menacés d’extinction.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

XIVe Tour cycliste international de Madagascar – Un marathon de 1 123 km

C’est confirmé. La XIVe édition du Tour cycliste international de Madagascar (TCIM) aura bien lieu du 7 au 17 décem­bre sur l’axe Sud et Sud-Est, avec un départ à Toliara. Pour cette année, la distance totale que fera la grosse caravane du TCIM sera de 2886 km, avec 1763 km de transbordement et 1123 km de course, répartis en dix étapes.« Cette année, on a pu renouveler nos engagements auprès de nos sponsors. La Bank of Africa, qui est avec nous depuis 2004, sera là. La brasserie Star aussi a renouvelé son partenariat, mais aussi l’Unicef qui revient pour la troisième fois consécutive, avec de plus en plus de moyens. Les autres suivront, mais je peux déjà dire que le TCIM se fera », rappelle Francis Ducreux, promoteur du TCIM.La fédération malgache de cyclisme procèdera à la sélection des coureurs malga­ches qui prendront part à cet évènement, et finalisera le nombre d’équipes participantes vers le début du mois de décembre. Le Grand Prix de l’amitié et le Trophée des As constitueront les derniers tests pour connaître les coureurs en forme du moment.Pour la participation des coureurs étrangers, on aura une équipe française, une équipe néerlandaise qui a fait sensation en 2016. Les organisateurs attendent aussi la confirmation de la RD Congo, de la Réunion ou encore de la Côte d’Ivoire ainsi que de la Belgique.Pour les Malgaches, le champion de Madagascar en titre Julien Rakotondra­vony et ses coéquipiers du club FCSA(Force cycliste sportive d’Analamanga), à l’image d’Emile Randria­nantenaina, de Jean de Dieu Rakotondrasoa dit Ravoatabia mais aussi de Jean Marc Rakotonirina sont prêts pour briguer des places en équipe nationale.On peut aussi s’attendre à un retour en force du champion d’Analamanga 2017, Mazoni Rakoton­dravony, qui a terminé second du TCIM 2016, juste derrière le Français Vincent Graczyk.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Charité – La Première Dame au chevet d’une amputée

Les yeux en larmes, telle est l’image renvoyée par Nadia Razanaparany, une femme qui a subi une amputation des deux jambes, le 16 août à cause de l’émergence d’une infection causée par la maladie cardiovasculaire suite à un accident de circulation.Faisajt partie du staff de Voahangy Rajaonari­mam­pianina, cette dernière a reçu la visite de la première dame accompagnée de Willy Andriamarotia, directeur du cabinet du ministère de la Santé publique, hier à l’hôpital HJRA Anosy. « Nous sommes émus. Elle est encore jeune et déjà en situation d’handicap car il a fallu qu’on ampute ses deux jambes. Le ministère va prendre en main son traitement. Elle doit veiller seule sur ses trois enfants », affirme Willy Andria­marotia, directeur de cabinet.Une enveloppe de 4 000 000 ariary a été offerte  à Razanaparany pour élever ses enfants. Deux chaises roulantes ont été attribuées à deux femmes dont Razana­parany. L’état de santé de Razana­parany n’est plus à craindre selon Olivat Aimée Rakoto Alson, directeur de l’établissement HJRA. Par ailleurs, la Première Dame a également apporté son soutien aux sœurs siamoises qui ont été opérées avec succès.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Conservation – Il faut sauver  les mangroves

La menace de disparition des mangroves est réelle. Or, elles constituent tout un écosystème côtier sensible au changement climatique et à l’intervention de l’homme.  

La construction dans la zone des mangroves à Manapatanana, sur la route d’Amborovy, interdite par la commune de Mahajanga, a fait couler beaucoup d’encre et a été au centre des discussions, il y a quelques mois, dans la cité des Fleurs.Face à cette situation, le ministre de l’Environnement, de l’écologie et des forêts, Johanita Dahimananjara, a déclaré qu’une autorisation sur les études d’impact environnemental est obligatoire. Une descente sur place sera effectuée afin de vérifier la situation de cette zone de mangroves. Il s’agit de la loi.Les forêts de mangroves malgaches représentent environ 400 000 ha de marais maritimes. Elles couvrent une superficie approximative de 3 000 à 4 000 km2, dont 98% se trouvent exclusivement sur la Côte ouest. Elles constituent un des écosystèmes les plus productifs en biomasse. Ces forêts fournissent des biens et services écosystémiques importants aux communes locales. Mais de multiples pressions anthropiques menacent leur intégrité et leur biodiversité.La conversion en agriculture, à 35%, a été le facteur principal responsable de la déforestation des mangroves, plus particulièrement transformées en rizières et en champs de canne. Tandis que l’exploitation forestière s’effectue généralement sous la forme d’une coupe rase toute l’année. Tous les individus sont abattus sans laisser de semencier.De plus, les bois des palétuviers sont utilisés comme source d’énergie, en tant que bois de chauffe et charbon de bois. Les impacts humains sur les mangroves concernent également l’utilisation des bois de palétuviers dans la construction de cases, de pirogues ainsi que de valakira, c’est-à-dire de clôtures et d’enclos.

La participation de la population environnante à la plantation de boutures de palétuviers permet de régénérer la mangrove, à Ranobe.

Puits de carboneAvec un taux de 3% en aquaculture, la conversion de la mangrove est devenue un phénomène récent, en particulier dans le Nord-Ouest de Madagascar. La déforestation varie entre 25 à 50 %, la perte en étendue  est due au développement de l’aquaculture.Ainsi, les mangroves sont sous l’emprise de plusieurs facteurs responsables de leur destruction, sous l’incontournable action de l’homme. Outre les menaces et pressions anthropiques, on peut citer les problèmes de changement climatique, de variations du niveau de la mer, d’assèchement des chenaux ainsi que l’ensablement des embouchures, etc.En dépit de la rapidité de renouvellement de peuplement des espèces, la mangrove est un écosystème qui mérite d’être protégé. Ainsi, environ 10% des mangroves de Madagascar sont actuellement incluses dans le système des aires protégées.En contrepartie, elles ont une place importante écologique. Puisque les mangroves sont un puits de carbone et peuvent jouer un rôle important dans la gestion des gaz à effet de serre. Dans la protection des côtes, elles forment des lignes de défense contre la tempête qui vient de la mer en réduisant l’action du vent, l’intensité des vagues et des courants. De plus, les racines des palétuviers  maintiennent les sédiments en place.Les mangroves préservent les écosystèmes adjacents (herbiers, lagunes ainsi que les récifs coralliens), les sédiments déversés en aval par la rétention et l’exportation de sédiments et de nutriments. Et elles forment un habitat pour développement de plusieurs espèces faunistiques.

Des experts malgaches et internationaux ont participé au colloque régional océan Indien sur les mangroves, à Mahajanga.

Des conférences pour comprendre les écosystèmes côtiers

Après Mahajanga, c’est à l’IFM, du 25 au 28 septembre prochains, que s’achève la série d’évènements « Mangroves 2017 » organisée par l’Institut de recherche pour le développement (IRD), le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et de nombreux partenaires, avec le parrainage du ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts. L’objectif est de mettre en exergue l’importance des mangroves pour les populations qui en dépendent, la lutte contre le changement climatique, la préservation de la biodiversité et plus largement les écosystèmes côtiers.

Océan Indien – Un colloque régional à Mahajanga

À l’unisson, les pays de l’océan Indien attirent l’attention sur la protection des mangroves à travers le Colloque régional océan Indien qui s’est tenu du lundi à hier à la salle de réunion de l’hôtel Les Roches Rouges à Mahajanga.Le thème de cette conférence était axé sur « Les mangroves de l’océan Indien  occidental : dynamiques, pressions et gestions ». Plusieurs institutions travaillant sur les mangroves dans la région étaient ainsi réunies. Elle fait suite à une école thématique sur la dynamique et gestion des mangroves. Une trentaine de personnes dont la moitié des apprenants sont des ressortissants des pays de la COI et dix sont des encadreurs internationaux et nationaux lors de cette école.Les ministres de l’Environnement, de l’écologie et des forêts, Johanita Dahimananjara, et de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le Pr Marie Monique Rasoazananera ont assisté à l’ouverture officielle, lundi matin avec les autorités locales.Présenter des éléments principaux pour la bonne gestion des mangroves, soit leur gestion rationnelle des mangroves et celle des écosystèmes associés ont été l’objectif de cette école.Les mangroves souffrent en tant que zones humides, et elles représentent une richesse patrimoniale mais qui sont facilement accessibles à moindre coût. C’était dans cette optique que la concertation sur l’état des lieux a été établie. L’écosystème fragile, les mangroves, est menacé alors qu’il est aussi une source de richesse à l’avenir pour la future génération.De ce fait, une trentaine de communications orales et une vingtaine de posters, en guise de communication affichée ont illustré ces trois jours de concertation. La première journée était l’occasion de présenter les enjeux sur la conservation des mangroves dans certains sites de la région Sud-Ouest de Madagascar, la gestion des mangroves au niveau de l’aire protégée d’Ankivonjy, la réserve communautaire marine de Bimbini, aux Comores.Mardi, la conservation des mangroves, leur restauration et les bonnes pratiques ont été au centre des discussions pendant la matinée. Puis, les dynamiques spatiales, temporelles de l’écosystème des mangroves ont clôturé la journée.Le colloque a été clôturé, hier, par une table ronde  sur les « Mangroves : une ressource-clé pour l’avenir ». Elle a été animée par l’association Reniala.

Textes et photos : Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

MMA – Supérior Fighting Championship – Iony Razafiarison remporte la ceinture 

Une autre ceinture de plus pour la Malgache, Iony Razafiarison. Cette combattante du Team MMA Factory (Mixed Martial Arts) a remporté la ceinture du Superior Fighting Championship, dans la catégorie des moins de 57kg dames, le 16 septembre au Friedrich-Ebert Halle en Allemagne. Elle a battu la Roumaine Diane Belbita.Son adversaire n’a plus supporté l’encaissement dû à la supériorité technique de la Malgache. Par conséquent, Diane Belbita n’a plus attendu la fin des quatre rounds et a décidé d’abandonner au deuxième. « J’ai combattu pour la première fois en catégorie des -57kg, qui nécessite un effort conséquent pour y arriver. Heureusement, je suis encadrée et entourée par les meilleurs, entre autres le stratège head coach, Fernand Lopez Owonyebe », a confié Iony Razafiarison après le succès de ce week-end. « Le cutting était très dur, passer de 60kg à 56,500kg en vingt-quatre heures. Je suis tout de même arrivée à descendre à ce poids grâce au nutritionniste qui a fait preuve de son professionnalisme », a-t-elle poursuivi.La Roumaine compte beaucoup plus de combats à son actif, par rapport à la Française d’origine malgache.Le week-end d’avant, Iony venait de gagner un combat très difficile, à domicile. Victoire sur décision face à une autre française, Morgane Manfredi.Avec des débuts au 100% fight, Iony Razafiarison est sur le circuit depuis quatre ans, mais elle ne compte pas encore assez de combats référencés. Pas mal d’annulations de combats ont été la cause, dont récemment celui comptant pour le Superior FC contre Helena Kolesnyk, la mystérieusement absente le jour même du combat.Dans son palmarès, Iony a déjà participé et acquis pas mal d’expérience au Cent pour cent fight 24, et a déjà brillé en décrochant la médaille et la ceinture de Naga Grappling Championship  en 2013. La saison se poursuit pour Iony, qui a annoncé que l’histoire ne fait que commencer, c’était juste un pas de plus.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Santé – Reprise de l’audit des formations sanitaires

Relance de l’audit interne au sein des formations sanitaires du ministère de la Santé publique. Le dernier datait de 2001. Depuis, le système de santé s’est détérioré. « À défaut de la réalisation de cet audit, il y avait des détournements de fonds, dans certaines formations sanitaires. Des problèmes de procédures ont été, en outre, constatés », explique le Dr Clovis Razafimbelo, directeur de la Cellule d’Audit interne du ministère. C’était à Ambohidahy, hier, dans le cadre de la cérémonie de lancement officiel de l’audit interne d’envergure nationale des formations sanitaires publiques, qui sera réalisé à partir du 2 octobre.Un problème de gestion a été constaté dans 35% des seize services de district bénéficiaires du projet Passoba-santé, en 2016. « Depuis, ce taux a baissé jusqu’à 10% », renchérit le Dr Clovis Raza­fimbelo. Cet audit consistera en un contrôle général des formations sanitaires, des équipements offerts par l’État ou les partenaires techniques et financiers, de médicaments, de la cession au niveau des hôpitaux.Le ministère envisagerait de réaliser cet audit, annuellement, à partir de ce moment.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Vakinankaratra – Une femme gardienne  de la culture malgache

Promouvoir le développement de la femme et des jeunes filles, surtout dans le domaine de l’artisanat, en gardant l’originalité et en mettant en valeur la culture malgache. Tel est le principal objectif d’Angelinah Ralaitsi­zafy, présidente du Comité d’organisation de la première édition du « Manako 2017 », promue récemment au titre d’aînée ancestrale au sein de la région Vakinan­karatra.Consciente de l’importance de la culture dans le domaine du développement, cette  dame s’est en effet engagée dans la promotion de la culture et de l’identité malgache, notamment de la région Vakinankaratra en commençant par la réorganisation du « Santa-bary » à Betafo.« Faisant partie de notre culture, peu de gens connaissent et pratiquent le santa-bary. Aussi, afin de raviver cette tradition qui joue un rôle important dans le fihavanana, nous avons décidé de l’organiser depuis maintenant deux ans » note Angelinah Ralaitsizafy.En outre, elle s’est également engagée dans la pratique et la continuité des coutumes ancestrales telles le partage de « jaka », ou morceau de viande, ainsi que le partage du miel à tous les invités lors d’une  cérémonie organisée  près du tombeau royal à Betafo, là où son investiture en tant qu’ainée ancestrale, a été effectuée en présence de quelques familles royales du Menabe, Analan­jirofo, Analamanga, Vakinan­karatra, et de la Haute-Matsiatra, entre autres, et en présence des autorités locales dirigées par William Rakoto­narivo, chef de région, hier.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Discours à l’ONU

Hery Rajaonarimampianina, président de la République, a prononcé son discours devant l’assemblée générale des Nations Unies (ONU), à New York, hier aux alentours de minuit, heure de Madagascar. Avant, le chef de l’État a présidé les 7e et 8e réunion de cette 72e assemblée générale. Le locataire d’Iavoloha a par ailleurs signé le traité sur l’interdiction des armes nucléaires.

L'express de Madagascar0 partages

Événement – Lemur Trophy au salon de l’auto

Lemur Trophy en est à sa deuxième édition cette année. Ce raid touristique en véhicule participera à la XIe édition du salon de l’automobile, qui se déroulera du 5 au 8 octobre au CCI d’Ivato. À cette occasion, l’organisateur de Lemur Trophy présentera sur son stand le parcours de la version 2017, les conditions de participation et ses partenaires ainsi que les véhicules participant.Cette deuxième édition partira de Toliara le 3 novembre pour rejoindre Taolagnaro le 11 novembre. Deux spéciales sont programmées, l’une au départ pendant le Vez’tival de Toliara, et l’autre à l’arrivée pendant les journées de la glisse dans la capitale d’Anosy. Cinq étapes seront au menu des participants entre ces deux villes, sur une distance de plus de 600 km, traversant les côtes Vezo, Mahafaly et Antandroy.Ce raid en véhicule tout terrain dont 4×4, quads, SSV, Buggys… avait l’année dernière, pour sa première réalisation, réuni plus de vingt-cinq participants répartis sur onze véhicules. Ils ont rejoint Toliara en partant de la capitale. Cette version 2017 se distinguera par la création de deux nouvelles épreuves, à savoir le Challenge Hisun et le Challenge des véhicules destiné au 4×4 uniquement.Les participants sont des résidents, touristes, partenaires accompagnés par des journalistes comme relais média­tique. Le véhicule gagnant est celui qui totalise le moins de kilomètres le jour de l’arrivée, sur l’addition des kilométrages aux compteurs.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Cinq morts 

Une fusillade contre une trentaine de dahalo a fait cinq morts à Bekapaika Tsaratanàna. Un militaire du détachement autonome de sécurité est parmi les personnes ayant trouvé la mort. Un accrochage est survenu dimanche et mardi, après un vol de cent zébus et une prise d’otage. Deux dahalo et deux miliciens payées par les villageois ont été également tués.

L'express de Madagascar0 partages

Partenariat Mada­gascar-Union européenne

Un nouveau pont a été réceptionné et mis en service ce mardi 19 sep­tem­bre, à Tsiagnoria, commune de Mahatalaky dans la région Anosy. Cette infrastructure a été construite avec un financement de l’Union européenne pour un montant de 510 000 Eu­ros. Elle s’inscrit dans le cadre du projet « Amé­lioration de la sécurité alimentaire et augmen­tation des revenus agricoles » (ASARA). Il a été réalisé en approche « Haute intensité de main d’œuvre » (HIMO).

L'express de Madagascar0 partages

Taxicomanie

Les forces de l’ordre ont préféré abdiquer sans essayer d’esquisser la moindre riposte. La grève des taxis a paralysé toute la ville mardi. Ils étaient plusieurs milliers à contester la remise aux normes des voitures censées devoir transporter ceux qui n’ont pas de véhicules personnels mais n’ont pas le courage de subir la torture infligée aux passagers par les transports en commun, ou ceux pour qui la journée est une éternelle course contre la montre.Une manifestation autorisée de bon cœur par les autorités en dépit des bouchons et des désagréments qu’elle a créés toute la matinée. Elle a fait pire que les manifestations politiques tuées dans l’œuf à tous les coups. La meilleure parade revient au préfet de police.«Grève ou pas, l’embouteillage est la tasse de thé des Antananariviens. Il n’y a donc pas trouble de l’ordre public». Il a cloué le bec à tous ceux qui voyaient un deux poids deux mesures dans le traitement des différentes manifestations de rue dans la capitale. Les taximen peuvent donc continuer à occuper les voies publiques aussi longtemps que la CUA reste intransigeante dans son initiative. Un bras de fer qui s’annonce aussi long et musclé que celui livré contre les marchands de rue finalement abandonné a l’approche de la présidentielle.Dans toute cette histoire, c’est toujours le pauvre consommateur qui en patit. Au delà d’un éventuel micmac financier autour de la remise aux normes des taxis, songer à assurer aux usagers un minimum de confort et surtout de sécurité est un devoir sacré des autorités municipales. L’argument de l’association des taxis avançant que ses membres craignent que l’Omavet mette à l’écart des mazettes vieilles de deux siècles alors qu’ils n’ont pas les moyens de renouveler leur parc, fait froid dans le dos. C’est purement et simplement une apologie de la médiocrité, un homicide involontaire prémédité. S’il y a sept mille taxis à Antananarivo, les 2/3 ne doivent plus circuler. La visite technique est juste une formalité. Pire, c’est une visite par «contumace».L’entêtement des marchands de rue et l’insubordination des taxis sont le fidèle reflet de l’anarchie généralisée insufflée par le vent de la Transition en 2009. Si la CUA avait pu imposer facilement la lanterne municipale et la couleur beige crème pour tous les taxis en 2004, la veste, chemise et cravate pour les conducteurs de taxi-be, les règles deviennent difficiles à instaurer depuis 2009. Tous les secteurs d’activité veulent créer la loi qui leur convient comme toutes les corporations veulent avoir un ministère. La mutinerie risque de faire tache d’huile suite à ce «succès» des taxis. Demain les tireurs de pousse-pousse et de charrettes pourront emboîter le pas aux taxis ou sollicités pour renforcer le mouvement. Que se passera-t-il si tous les gros camions de quatre et cinq essieux bouchent les rues de la capitale pour réclamer une autorisation de circuler à toute heure, insécurité oblige ?Le problème est simple. Que les autorités municipales montrent qu’elles sont bel et bien à leur place et ne laissent pas aux autres l’initiative des lois. Elles ont été élues pour faire le nettoyage et bien gérer la ville. Autrement, les accros à la …taxicomanie vont pulluler.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Les envoyés de Monsieur Vincent à Fort-Dauphin 

Vincent de Paul qui n’a jamais mis les pieds à Madagascar, a joué dans le passé de la Grande île un rôle de premier plan. En 1642, Pronis et quatorze colons débarquent dans l’Anosy mandatés par la Société de l’Orient. Assez rapidement, le nombre des colons augmente. Deux ans plus tard, ils sont quatre vingt dix, mais les rapports avec les Antanosy manquent d’aménité. C’est le moins que l’on puisse dire. Pronis a beau épouser la fille d’un roi du pays, la situation ne s’améliore pas.Les échanges commerciaux ne sont guère brillants. En 1646, le « Saint-Laurent » regagne la France, les cales vides ; les actionnaires s’émeuvent. Le plus entreprenant, Étienne de Flacourt décide de s’embarquer pour aller examiner la situation sur place. Le conseil d’administration de la Compagnie le charge de remplacer Pronis. Mais avant de partir pour cette grande aventure, il demande au supérieur des « Messieurs de Saint-Nazaire » de lui donner « un ou plusieurs prêtres » qui pourraient assurer le service religieux dans la colonie naissante.La Congrégation de la Mission que Vincent de Paul vient de fonder, en est encore à ses débuts. Sa constitution n’a pas encore reçul’approbation officielle. « Mais Monsieur Vincent ne peut rester sourd à cet appel. C’est celui de la charité ! » (Bernard Blot). Derrière la centaine de colons français installés à Fort-Dauphin, « il entrevoit les milliers d’hommes qui n’attendent que des prêtres pour se convertir. Déjà son choix est fait. MM. Nacquart et Gondrée s’embarqueront à La Rochelle le jour de l’Ascension, le 21 mai 1648. Au premier, il écrit : « Pour aller servir Dieu dans l’île Saint-Laurent, la Compagnie a jeté les yeux sur vous, comme sur la meilleure hostie qu’elle ait. » Il parle de sacrifice. « Était-ce un pressentiment ? Avec une sorte d’acharnement, les épreuves n’allaient cesser de s’abattre sur ses fils. »La traversée dure six mois et les deux prêtres arrivent au fort Dauphin, le 4 décembre 1648. Cinq mois plus tard, M. Gondrée est emporté par la fièvre. Pendant treize mois, M. Nacquart restera sans compagnon. Lorsque, en août 1654, arriveront les aides envoyées par « Monsieur Vincent », il y aura quatre ans que son corps « revêtu des ornements sacerdotaux » repose dans le terrain destiné à la construction de la future église. L’un des nouveaux venus, M. Mousnier meurt après un séjour de dix mois. Pendant plus de deux ans, M. Bourdaise, seul prêtre, réalise des conversions. Le 19 février 1656, il a la joie d’écrire à « Monsieur Vincent » que la population catholique de Madagascar comprend trente cinq ménages, douze de Malgaches et vingt trois de Français. Mais usé par le climat et le labeur, il expire le 15 juin 1657. Fort-Dauphin demeurera privé de prêtres pendant six ans.« Ce n’est pas que le supérieur des Lazaristes n’ait pas songé à la relève. Trois autres missionnaires étaient partis de La Rochelle, le 29 octobre 1655. Mais M. de Belleville était mort en mer. Les deux autres, après s’être rendus à l’île Sainte-Marie, avaient été terrassés par la fièvre à quelques semaines d’intervalle, moins d’un an après leur arrivée. »De telles épreuves ne sont pas de nature à décourager M. Vincent. « Ce serait une belle compagnie que celle de la Mission qui, parce qu’en voilà cinq ou six morts, elle abandonnait l’œuvre de Dieu : compagnie lâche, attachée à la chair et au sang ! » Et déjà d’autres volontaires se présentent, mais leur bateau fait naufrage au large de Saint-Nazaire alors qu’ils se disposent à embarquer.Nouveau départ, de Nantes cette fois, le 14 mars 1658. Le navire n’a pas pris le large depuis vingt quatre heures qu’une tempête se déchaîne pour huit jours et oblige le capitaine à chercher refuge à Lisbonne. Ils reprennent la mer après réparations, mais c’est pour tomber sur un corsaire qui oblige les passagers à débarquer en Espagne.Quatre nouveaux prêtres s’offrent encore, mais il faut trouver un bâtiment qui accepte de les conduire à destination. « La-Maréchale » accepte finalement de les embarquer le 18 janvier 1660, mais ils font naufrage à l’approche du Cap de Bonne-Espérance. Des vaisseaux hollandais les ramènent en France où ils arrivent en juillet 1661.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Haja et Nanie brillent à  l’Ultra Run

Deux porte-fanions et deux médailles d’or pour la Grande île. Les athlètes malgaches ont brillé à l’Ultra Run de ce week-end à la Réunion. Chez les hommes, Hajanirina Andriamparany remporte la course longue de 20km en bouclant la distance en 1 h 11 min 20 sec. Du côté des dames, Nanie Madeleine Razafindrafara termine première. Elle a parcouru les 10km en 38 minutes.

L'express de Madagascar0 partages

Semi-marathon de Mahajanga

La ligue d’athlétisme de Boeny s’est associée avec celle de la Réunion dans l’organisation de son semi-marathon de ce samedi à Mahajanga. Le multiple champion de l’épreuve, Mampitraotsy (Cospn) a franchi en premier la ligne d’arrivée, suivi de son coéquipier Fitohiza, et Jean de La Croix de Vakinankaratra à la troisième marche. Chez les dames, Mbola (Cnaps) devance la réunionnaise Anne Atias (LRA974) et Landy de Cospn.

L'express de Madagascar0 partages

Vol de mille zébus

Un millier de zébus ont  été dérobés à Betsipolitra Miandrivazo, la semaine passée. Un hélico­ptère de l’armée malgache a été mobilisé, mais les malfaiteurs ont réussi à s’évanouir dans la nature.

L'express de Madagascar0 partages

Des avant-projets de loi adoptés

Le conseil du gouverne­ment, tenu hier, à Mahazoarivo, a adopté plusieurs textes réglemen­taires. Il s’agit de l’avant projet de loi sur la microfinance, de l’avant projet de loi régissant l’activité et le contrôle des bureaux de l’information sur le crédit et de l’avant projet de loi portant code de l’électricité. Ces différents textes vont passer devant le conseil des ministres avant leur examen devant le Parlement, à la prochaine session ordinaire.

L'express de Madagascar0 partages

Déjeuner des premières dames

En marge du séjour de la délégation présidentielle au sommet des Nations Unies, Voahangy Rajaonarimampianina, première dame, a pris part à un déjeuner des premières dames, sur invitation de Melania Trump, son homologue américaine. Le couple présidentiel, depuis son arrivée, a également rencontré les membres du corps diplomatique malgache sur place. L’occasion pour le président de la République de rappeler la place retrou­vée par Madagascar sur la scène internationale.

L'express de Madagascar0 partages

Insécurité sur la RN2

Les jets de pierres contre les véhicules reprennent sur la RN 2, à Brickaville. Dans la nuit de mercredi à jeudi, un camion et un taxi-brousse ont été caillassés à la hauteur de Menagisa.

L'express de Madagascar0 partages

Quinze foyers calcinés

Incendie dévastateur à Ambohibary Anjozorobe, lundi, vers 13 heures. Il a dévoré quinze foyers. Une explosion survenue dans un foyer serait à l’origine du sinistre. Soixante-cinq sinistrés sont dénombrés, selon les gendarmes.

Midi Madagasikara0 partages

DIANA – Vol de portable : Arrestation de Sosony, un dangereux détrousseur

Ces dernières semaines, de nombreuses plaintes ont été reçues par la police concernant des attaques et spécialement des attaques qui ont été faites par des chauffeurs de Bajaj.

Ce mercredi le 13 septembre, vers 11h30, un chauffeur de Bajaj a attaqué un passager qu’il transportait et l’a délesté de son téléphone. Des témoins de l’acte ont alerté les forces de l’ordre.

Grâce à l’intervention de la police centrale et de la FIP (Force d’Intervention de Police), le chauffeur du Bajaj a été arrêté rue Colbert. Il s’agit de Rakotoarison Armand dit Sosony, âgé de 44 ans. Il s’agit d’ un multi récidiviste plusieurs fois incarcéré.

Le commandant de la FIP a demandé à la population d’être vigilante et de donner l’alerte très vite en cas d’attaque. Il faut donner une adresse exacte et précise, ensuite dire exactement le problème, par exemple s’il s’agit d’un attaque à main armée ou autre chose afin qu’ils puissent se préparer en conséquence pour affronter les malfaiteurs et pour que l’intervention soit un succès.

Sosony a sévi longtemps dans les rues de Diégo. Il est maintenant hors d’état de nuire et va rester à l’ombre durant plusieurs années.

C.Angeline

Midi Madagasikara0 partages

Fandikan-dalàna : Zandary 25 naiditra am-ponja

Ao anatin’ny fanadaovana ny tontolon’ny Zadarimariam-pirenena mba ho fampiharana ny ezaka fampahandriam-pahalemana eto amin’ny Firenana, fantatra izao fa zandary 25 no efa naiditra am-ponja noho ny fandikan-dalàna nanomoboka ny volana Janoary no manakaty. Zandary 16 no voaroaka, 127 no atao famontorana noho ny fandikan-dalàna na fandikana fitsipi-pifehezana. Voakasik’io anton’isa io daholo na ny miaramila an-daharana na manam-boninahitra. Izao fandraisana fepetra izao dia ho fanatanterahana ny voalazan’ny Jeneraly, Sekeretaram-panjakana miadidy ny Zandarimaria tamin’ny nandraisany ity toerana ity fa : “ny fanadiovana ny ato anatiny aloha no hatao vaindohan-draharaha satria tsy natao ho fialokalofan’ny jiolahy na ny mpiray tsikombakomba amin’ny mpanao ratsy sy ireo mpanararao-pahefana ny ato amin’ny Zandarimaria. Manamafy hatrany moa ny eo anivon’ny Sekretariam-panjakana miadidy ny Zandarimaria fa tsy mihemotra na oviana na oviana amin’ny fanatanterahana ny andraikiny dia ny fiarovana ny olona sy ny fananany. Miezaka hatrany na dia ady aman’aina aza no hatrehana hametrahana ny fandriam-pahalemana eto amin’ny tany sy ny fanjakana. Adidy mavesatra tokoa satria  hatramin’ny niandohan’ity taona 2017 ity, 11 izao no isan’ny Zandary maty an’ady nifanehatra tamin’ny jiolahy teo am-panatantrehana ny asany.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Pesta teto Toamasina : Manao fanadiadiana ifotony ny “institut pasteur”

Taorian’ny  tatitra farany nataon’ny talem-paritra atsinanan’ny fahasalamana izay nahalalana fa enina ireo voan’ny Pesta mbola notsaboina tao amin’ny  sampana mitsabo ny aretin-tratra ny hopitaly be farany teo, dia tsy nisy intsony ny tatitra mikasika ity aretina ity noho ny filazan’izy ireo niaraka tamin’ny prefen’i Toamasina, fa efa voafehy ny aretina ankehitriny amin’ny ankapobeny. Fantatra izao araka ny angom-baovao fa efa eto Toamasina hatramin’ny faran’ny herinandro teo ny ekipan’ny “institut Pasteur” avy ao Antananarivo manao fanadiadiana sy manao fitiliana ifotony ireo olona nifandray sy nifanerasera ary nikasokasoka tamin’ireo olona maty sy ireo olona narary. Natao izao fanadiadiana ifotony izao mba entina hamantarana ny mbola fisian’ny aretina eto Toamasina, sy hamaritana fandaharan’asa entina misoroka ny mety mbola hitrangany, ary entina ihany koa hanomezana toky ny vondrona iraisam-pirenena momba ny fahasalamana (OMS) amin’ny fifehezana ny Pesta eto Toamasina. Ny volana oktobra ho avy izao raha teo andray mpizahan-tany entin’ny sambo COSTA hifandimby isaky ny 15 andro i Toamasina. Vokatry ny fahatsaran’ny fandraisana azy ireo ny taona lasa sy ireo faritra samy hafa azo tsidihana ho an’ireto mpizahan-tany ny taona lasa, dia nampitombo ny fahatongavany ny sambo COSTA; ka raha mazana ny volana desambra na janoary dia tapitra ny fahatongavany, amin’ity taona ity dia any amin’ny volana martsa 2018 vao hifarana ity fahatongavan’ny sambo COSTA isaky ny 15 andro ity

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Tsaratanàna : Malaso iray lavon’ny balan’ny Zandary

Malaso iray no maty voatifitra ny mpitandro ny filaminana, basim-borona iray no sarona. Andian-jiolahy nirongo fitaovam-piadina no nanafika tao amin’ny fokontany Antanadava, Kaominina Bekapaika, disitrikan’i Tsaratanàna, faritra Betsiboka, ny atalata lasa teo, tokony ho tamin’ny 12 ora miatataovovona. Araka ny fanazavana voaray avy any an-toerana, nifanena tamin’ny Zandary niambina ny kizo ireo dahalo telo nitondra basim-borona. Raikitra ny fifampitifirana teo amin’ny roa tonta. Dahalo iray antsoina hoe gevais no maty voatifitra nandritra ny fiafandonana. Marihana fa manjaka any amin’ity disitrikan’i Tsaratanàna ity ny asan-dahalo ary saika isan’andro no andrenesana izany. Tsy mikely soroka manoloana izay ny mpitandro ny filaminana any an-toerana. Ny Zandary avy ao amin’ny borigadin’ny Tsaratanàna no misahana ny fanadihadiana sy ny famotorana ary nanao ny fanarahan-dia.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Ilaka Centre : Basy lava vita gasy roa saron’ny zandary

Mitohy hatrany ny hetsika ho famongorana ny asan-jiolahy ataon’ny zandary amin’izao fotoana izao. Porofon’izany, basy vita gasy roa, izay saika hanaovana fanafihana no saron’ny zandary tany amin’iny faritra Amoron’i Mania iny ny faran’ny herinandro lasa teo, tao Ilaka Centre. Lehilahy roa no sarona tamin’izany. Araka ny fampitam-baovao dia mahimahina ny lehilahy iray raha vao nahita zandary. Niroso avy hatrany tamin’ny fisavàna ireto farany ary tamin’izany no nahitàna basy gasy iray niampy bala sivy. Tamin’ny famotorana no nilazany ny namany. Nosamborina avy hatrany ity farany, ary tao an-tranony dia mbola nahitàna basy gasy iray sy bala roa. « Na eo aza ireo ondry sasany izay mania, vitsy an’isa, izay efa nandraisana fepetra hentitra, ary mbola handraisana fepetra henjana raha sanatria mbola misy minia mandika lalàna dia tsy sasatra ary tsy kivy ny manohy ny asa nankinina taminy amin’ny fisorohana ny tsy fandriam-pahalemana hatrany ny maro an’isa amin’ireo miaramilan’ny Zandarimariam-pirenana ary mbola maneho ny fahavononany hiroso hatrany amin’ny fiarovana ny mpiray tanindrazana sy ny fananany » hoy ny vaovao

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimanarina : Ramatoa namoy ny ainy, nianjera tao anaty fatana

May tanteraka ny faritra ambony rehetra amin’ny vatan’ity ramatoa iray ity, izay latsaka tao anaty fatana nisy afo. Antony nitarika ny fahafatesany raha ny angom-baovao azo. Teny amin’iny faritra Ambohimandroso Ambohimanarina iny no nitrangan’ity loza ity, ny alin’ny talata lasa teo. Raha ny zava-nitranga, araka ny fanazavàna azo avy amin’ny mpitandro filaminana dia mipetra-drery ity ramatoa, tokony ho 50 taona ity, izay manana aretina mitaiza azy ihany koa raha ny loharanom-baovao hatrany. Tsy fantatra mazava izay tena zava-niseho, fa izy efa niankohohoka tao anaty fatana mirehitra sy efa maimbo rainkona no hitan’ireo manodidina azy. Ankevitry ny nahandro sakafo araka izany izy tamin’io fotoana io, no mety nihetsika tampoka ny aretina nahazo azy, ary dia io nianjera tao anaty fatana misy afo io. Noheverin’ireo mponina manodidina fa mahandro sakafo aza izy tamin’io fotoana io, raha tsy ny fofona no nanaitra ny rehetra. Niezaka namonjy azy izay nahita rehetra saingy indrisy fa efa may tanteraka ny tapany ambony tamin’ity vehivavy ity, izay niafara tamin’ny fahafatesany. Vao niseho moa ny loza dia nampandrenesina avy hatrany ireo tompon’andraikitry ny filaminana teny an-toerana, ary tonga nizaha ifotony ny zava-nisy sy nanatanteraka ny fanadihadiana. Ny razana kosa efa naterina teny amin’ny tranom-patin’ny Hjra nanaovana fitsirihana, alohan’ny hanomezana azy ny fianakaviany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

RN9 : Vita godorao tanteraka ny lalana mirefy 107 km

Vita tanteraka ankehitriny ny asa fanamboarana  ho tara ny lalam-pirenena fahasivy mampitohy an’i Toliara tampon-tanàna sy Analamitsampy mirefy 107 km ataon’ny orinasa Sinoa China Railway. Ny alarobia naraina teo no tonga nijery ny fahavitan’ny asa vita ary nanao fandraisana vonjimaika izany ireo teknisianina tompon’andraikitra nahitana ny avy ao amin’ny minisiteran’ny Asa vaventy, izay nilaza fa tsara ny kalitaon’ny lalana vita, ary anisan’ny nahatsara izany sy nahavitana izao lalana manara-penitra izao haingana. Raha ny fanazavana azo, dia noho ny fiaraha-miasa matotra nisy teo amin’ireo injeniera Malagasy sy Sinoa. Tombony lehibe ho an’ny tananan’ i Toliara sy ireo faritra manodidina ny fahavitan’ny lalana izao, satria sady manamora ny vidin-javatra ilain’ny mponina amin’ny fiainana andavanandro no mitarika mpizahantany ihany koa, ka anisany malaza sy fantatry ny maro ny ao Ifaty misy toram-pasika tsara indrindra eto Madagasikara, sy ao Madiorano ary Mangily andalovan’ity lalam-pirenena ity.

Rava ny nofy ratsy. « Na dia teo aza ny olana maro samihafa nodiavinay dia vita ara-potoana ihany ity ny fanamboarana ny RN9 izay novatsian’ny BAD vola », hoy ny talen’ny China Railway, James Guo. Nambaran’ny avy ao amin’ny Banky Afrikanina momba ny Fampandrosoana fa hotohizana hatrany amin’ny Distrikan’i Manja Faritra Menabe ny lalana, ary hisy ao anatin’izany ny fanamboarana tetezana vaovao izay isan’ny tena lehibe indrindra eto Madagasikara. Tetsy andaniny dia faly ireo mpampiasa ny lalana satria vita hatreo ny nofy ratsy nodiavina tamin’ny faharatsian-dalana nampiteny ny moana teo aloha, indrindra rehefa fotoan’ny orana. Tsiahivina fa tamin’ny  fotoan’ny tetezamita no nanaovana ny sonia fifanarahana hanamboarana ho tara ny RN9, ka izao izy vita izao ankehitriny.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanàna : Azo sambo-belona ny lehiben’ny mpamatsy ireo dahalo

Lehiben’ny mpamtsy an’ireo dahalo no azo sambo-belona niaraka tamin’ny omby nangalariny sy ny namany. Tao amin’ny fokontany sy Kaominina Marokoro, disitrikan’i Maevatanàna, no nahasarona io lehiben’ny dahalo io, ny Alarobia lasa teo tokony ho tamin’ny 9 ora maraina. Araka ny fanazavana voaray avy amin’Atoa Andrianiaina Blaise, kaomandin’ny tombim-paritry ny Zandary eto Maevatanàna. Ny Alatsinainy 28 Aogositra lasa teo, dia nahitana dahalo 20 lahy nitondra basim-borona efatra nandroba omby maromaro, an’olona iray, tao amin’ny fokontany Begogo, Kaominina Tsararano, disitrikan’i Maevatanàna. Niditra an-tsehatra avy hatrany ny Zandary dimy amin’ny «Poste fixe»Bevilany, ka raikitra ny fifampitifirana teo amin’ny roa tonta, izay naharitra 30 mn teo. Resy tosika ny dahalo ary vaky nandositra, fa ny iray tamin’ireo malaso kosa no azo sambo-belona niaraka tamin’ny omby maromaro. Vokatry ny fanadihadiana natao taminy no moa nahalalana fa manana lehibe mpamatsy izy ireo any Marokoro, ka teo no nahasarona an’io lehiben’ny dahalo mpamtsy io. Tsy nisy naratra ny mpitandro ny filaminana sy ny fokonolona tamin’izany fifandonana izany. Ny Zoma teo no natolotra ny fampanoavana ny lehiben’ny dahalo, ary efa nalefa eny amponja vonjimaika. Tafaverina amin’ny tompony avokoa ny omby maromaro. Mitohy ny fikarohana ireo dahalo sasany ary nosokafana ihany ny fanadihadiana momba ity fanafihana ity.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Révision constitutionnelle : « Enième initiative malheureuse de Hery Rajaonarimampianina », dixit Omer ...

Jean Omer Beriziky dénonce un calcul politique du HVM.

D’après l’ancien Premier ministre de consensus, un forcing du HVM risque fort de provoquer une instabilité politique.

« Inopportun ». C’est la constatation de Jean Omer Beriziky par rapport au projet du régime HVM de procéder à une révision constitutionnelle. En effet, l’ancien Premier ministre de consensus est contre ce projet qu’ il considère d’ailleurs comme « une initiative malheureuse du président de la République ». « A un an de l’élection présidentielle, on ne devrait plus s’aventurer dans ce genre de décision », estime l’ancien locataire de Mahazoarivo. Selon ses dires, « la velléité des tenants du régime de changer la Constitution risque fort de provoquer une instabilité ». L’ex-Chef du gouvernement dénonce également « un calcul politique visant à satisfaire des intérêts personnels et partisans. Et ce, afin de donner une marge de manœuvre au président et aux dirigeants actuels d’user et d’abuser des prérogatives de puissances publiques en vue de l’élection présidentielle de 2018 ». En quelque sorte, Jean Omer Beriziky partage la position de certains membres de la Société civile et des politiciens de l’opposition qui ont réagi négativement à ce projet de révision constitutionnelle. « Le risque d’une scission sociétale et politique est réel », lance-t-il. L’ancien PM de consensus pointe du doigt particulièrement le président Hery Rajaonarimampianina qui s’avère être son ancien ministre des Finances et du Budget. « Pourquoi le président n’a pas changé la Constitution au moment de son accession au pouvoir ?, se demande Jean Omer Beriziky. Et rappeler au passage que « Hery Rajaonarimampianina faisait partie de l’équipe ayant élaboré et soutenu cette Constitution en 2010 ».

Remaniements. L’ex-Chef du gouvernement a également touché mot des remaniements qui ont déjà été opérés depuis le début de la Quatrième République. « Remaniements reflétant un régime confronté à un problème d’instabilité, et réalisés sous le signe du copinage et du clientélisme car on n’ose pas remplacer les ministres défaillants », estime-t-il. Il, c’est Jean Omer Beriziky qui se dit « complètement sidéré de voir à quel point le président Hery Rajaonarimampianina n’a pas le sens de la reconnaissance ». « En effet, il n’est pas du tout reconnaissant envers ceux qui l’ont amené au pouvoir ». L’ancien Premier ministre a cité notamment le cas de l’ancienne ministre des Affaires Etrangères Atallah Béatrice qui vient d’être limogée alors qu’elle est considérée par bon nombre d’observateurs comme l’un des artisans de la victoire du HVM lors de l’élection présidentielle de 2013. En ce qui concerne le processus de réconciliation nationale, l’ancien locataire de Mahazoarivo estime que c’est aussi un autre problème majeur auquel le régime est confronté. « Et ce, dans la mesure où ce sont les gens que l’on devrait réconcilier qui composent le Conseil du Fampihavanana Malagasy ». Une allusion notamment au Premier ministre Charles Rabemananjara et d’anciens responsables étatiques qui ont joué un rôle durant les crises politiques qui se sont succédées au pays. « Je me demande quels étaient les critères de sélection des membres de cette Institution », soutient Jean Omer Beriziky.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Jiolahy roa mitam-basy avy nanafika tranombarotra, maty voatifitry ny polisy

Jiolahy roa efa malaza ratsy sy ikoizana amin’ny fanafihana mitam-basy ao Toliara tampon-tanàna sy ny manodidina no maty tsy tra-drano voatifitry ny polisy nandritra ny fanenjehana azy ireo, afak omaly maraina vao mangiran-dratsy, tokony ho tamin’ny dimy ora sy sasany tany ho any, tao Bazaribe. Araka ny loharanom-baovao akaiky ny mpitandro filaminana, dia tranombarotra telo samihafa manakaiky ny trano fiantohana lehibe iray ao Bazaribe Toliara no nasesin’ireo andian-jiolahy nirongo fitaovam-piadiana norobaina, ny alin’ny alatsinainy hifoha ny talata tokony ho tany amin’ny 2 ora sy sasany tany ho any, ka entana an-tapitrisany maro no lasan’ireo mpandroba. Raha ny fantatra dia avy eny ambony tafo no niditra ireo olon-dratsy, avy eo namaky nisesy an’ireo toeram-pivarotana telo voaroba. Nandritra ny asa ratsy anefa no nisy olon-tsotra monina tsy lavitra an’ireo mangazay voatafika nahatsikaritra ny asa ratsy, ka sahy nampandre avy hatrany ny mpitandro filaminana. Afaka fotoana fohy dia tonga ny bebaoty, ary raikitra ny fanenjehena an’ ireo olon-dratsy izay naharitra adiny telo. Tao anatin’ ny fifampitifirana no lavon’ny balan’ ireo polisy ny jiolahy roa, ireto farany izay voalaza fa anisan’ireo jiolahy efa mitam-basy tena henjana amin’ny famakiana trano sy fanendahana an-dalambe tao amin’ny “Bande de 5” izay efa nokarohin’ny mpitandro filaminana hatry ny ela rehefa maty ny namany telo, araka ny fanazavana azo hatrany.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanàna : Antoko TGV niseho sehatra indray.

Nivoaka tamin’ny fahanginana rehefa takon’ny MAPAR tanteraka, ny antoko tao anatin’ny telo taona lasa izay. Tsy dia nandrenesam-peo firy intsony mihitsy rehefa niditra tao anatin’io vondrona io. Niverina naneho ny heriny anefa ny TGV ny Asabotsy 16 Septambra lasa teo. Tao amin’ny kiajaben’ny La Place Maevatanàna no nankalaza sy nanao ny hetsika rehetra, ary tazana tamin’izany, fa nihanahazo aina. Nabaribarin’ny TGV tamin’io fety sy hetsika rehetra nikarakarainy, fa mbola misy ny antoko ary mijoro hatrany ireo mpikambana ao antiny. Isan’ny nangatahan’ny mpikambana teto an-toerana mihitsy aza,niakaran’ny mpandrindra ny antoko TGV ato amin’ny faritan’ny Mahajanga, i Rtoa Ninah depioten’ny Mahajanga voalohany, no tonga teto Maevatnàna tamin’ny fety nokarakarian’ny antoko TGV avy eto an-toerana. Nanetsiketsika ny fandraisana anjara ireo TGV sy ny loko mahazatra azy tamin’ny fety sy ny hetsika ara-panatajahantena, nandritra tontolo androny Asabotsy, izay notarihan’ny Atoa Christien filohan’ny fikambanana ato amin’ny faritra Betsiboka.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Fikambanana malagasy mijoro Toamasina : Nanao fizaham-pahasalamana maimaim-poana ireo sahirana

“Tsy misy ifandraisany amin’ny tranga na pesta teto amintsika no nanaovana izao fizaham-pahasalamana maimaim-poana izao, fa fandaharam-potoana efa voafaritra mialoha ny anay nefa nifanojo tamin’iny tranga iny, saingy raha mahita tranga izany izahay dia tsy maintsy mandray ny andraikitray”, izay no nambaran’ny filoham-boninahitry ny FIMAMI, Fikambanana Malagasy Mijoro, ny senatera Dr Benesy Harison Sebastien, izay nihatrika ny hetsika fanaon’izy ireo isan-taona amin’ireo mpikambana ao aminy sy ireo olona manantona azy ireo mandritra izany. Olona sahirana an-jatony izay saika ankizy sy olon-dehibe ny ankamaroany no tonga nanao izao fizaham-pahasalamana maimaim-poana izao, tao amin’ny “Pointe Tanio” Tanamakoa. Nisy ihany koa nandritra izany ny fizarana fanafody maimaim-poana nifanaraka tamin’ireo aretina nahazo sy hita tamin’ny tsirairay nomen’ny fikambanana. Raha ny fanazavan’ireo mpitsabo nisahana ny fizaham-pahasalamana izao dia ny resaka olana ara-pisefoana noho ny fiovan’ny toetr’andro sy ny loto, ny fivalanana, ny tazomoka izay misy mandavan-taona eto Toamasina, ary ny resaka tosi-dra indrindra ireo olon-dehibe, no tena tsikaritry ny mpitsabo nandritra izao hetsika izao. Nambaran’ny senatera Dr Benesy Harison Sebastien nandritra ity hetsika ity, fa hisy ihany koa afaka herinandro eo ny hetsika fanaiovana tanana hataon’izy ireo entina hanampiana ny kaominina amin’ny loton’ny tanàna sy ny fivangongoan’ny fako eto Toamasina tampon-tanana, izay ataon’izy ireo amin’ny alalan’ny asa tana-maro sady fanadiovana no fidiram-bolan’ny olona ihany koa. Misy noho izany ny antso avo nataony amin’ny fiarahan’ny rehetra manao izany, sy fiantsoana mpiara-miasa amin’ny fanampiana ny fikambanana amin’ny maha-tanana iombonana an’i Toamasina.

Malala Didier