Les actualités Malgaches du Lundi 21 Août 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara468 partages

Sambava : Ankizy nivoaka velona avy tao am-pasana

Trangam-piarahamonina tsy dia fahita firy niseho tany Soatanana Antsirabe Nord Distrikan’ i Sambava, ny hariva mena masoandron’ny alakamisy teo. Tovolahikely iray sahabo ho 10 taona eo, tsy tompon’ny tenany intsony (nivotirika voamaso sady hendratrendratra be) no hitan’ny olona nivoaka avy tao Ampasankova (fasana fandevenana vahiny maty any Antsirabe Nord), ka nanaitra ny maro ny tranga, ary vetivety dia niely haingana ny vaovao. Rehefa nofotorana lalina ity ankizilahy hita, dia nilaza fa Jamino no anarany, ary Lette no anaran-dreniny. Ankoatr’izany, dia tsy misy zavatra fantany intsony na ny toerana niaviany, ny tokony halehany ary ny fomba nahatongavany tamin’io fasana io. Taorian’ny fomban-tany antsoina hoe : “Boroboroko” tsy maintsy natao tamin’ity zazalahy hita velona nipoitra avy tao anaty fasana ity, dia naterin’ny fokonolona izay notarihin’ny Sefo Fokontanin’ i Soatanana Antsirabe Nord tany amin’ny mpitandro filaminana ity tovolahikely ity, mba hahafantarana ny tena marina momba azy sy hitadiavana ny fianakaviany. Hany nahafantarana an’ity zaza ity, raha ny tati-baovao azo, dia ny soratra hita teo amin’ny akanjony. Mifamahofaho be hatreto ny vaovao azo mahakasika ny nahatonga an’io tovolahikely io tao amin’io fasana io. Ao ireo milaza fa nangalarin’olona dia nariana tao, na nentin-javatra tao (devoly?!), na lolo vokatra (maty nifoha) araka ny feo miely miendrika tsaho heno nanomboka ny alin’ny 17 aogositra teo, avy any an-toerana. Ny fanadihadiana ataon’ny mpitandro filaminana ihany no hahafantarana ny tena marina an’ity mistery mampiroaroa saina ny maro ity.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara383 partages

Milavonjy Philobert : « Ravalomanana est un menteur »

Milavonjy Philobert dénonce « un mensonge d’Etat »

« Un comportement qui n’est pas digne d’un homme d’Etat ». C’est ainsi que le député d’Ambovombe Androy, Milavonjy Andriasy Philobert considère l’agissement de l’ancien président Marc Ravalomanana qui s’est fait expulsé d’un hôtel à Antsiranana jeudi dernier. Au cours d’une conférence de presse organisée hier, l’élu « Malagasy Miara-Miainga » dénonce « un mensonge d’Etat ». Selon ses explications, « Marc Ravalomanana et son épouse n’ont jamais été expulsés de l’hôtel. D’ailleurs, le Préfet de Police d’Antsiranana et les responsables au niveau de l’Organe Mixte de Conception ont déjà expliqué que leurs noms ne figuraient même pas dans la liste des clients de l’hôtel ». Pour le député Milavonjy Philobert, « cette affaire confirme, une fois de plus encore que Marc Ravalomanana n’a pas changé ». Et lui de rappeler au passage que « ce genre de comportement était à l’origine de son éviction au pouvoir par le peuple ». « Ravalo cherche uniquement à discréditer le président Hery Rajaonarimampianina vis-à-vis du peuple malgache », estime le député d’Ambovombe Androy. Selon ses dires, « l’ancien président de la République cherche à jouer la victime pour gagner la compassion des Malgaches ». Il a également lancé un appel à l’endroit du président Hery Rajaonarimampianina afin de ne pas céder aux provocations. « Au lieu de mettre en application la décision de Justice qui condamne Marc Ravalomanana, le Chef de l’Etat fait preuve de sagesse en mettant en œuvre le processus de réconciliation nationale actuellement en cours pour prouver sa bonne foi », soutient Milavonjy Philobert.

Davis R

Midi Madagasikara297 partages

Orlando Robimanana : « Big Sôma est devenu de plus en plus un événement social »

Orlando Robimanana est très apprécié de la population majungaise de par ses actions sociales et sportives.

Big Sôma a encore tenu son pari lors de l’édition 2017 qui s’est achevé dans l’euphorie hier avec une Tence Mena des grands jours mais aussi le tournoi de beach soccer de très haut niveau sans oublier le beach volley qui commence à avoir des adeptes à Mahajanga. Mention toute particulière au basket-ball FIBA 3×3. Et à l’heure du bilan, le président de l’Association Sôma Beach, Orlando Robimanana, dresse un bilan plutôt social que culturel et sportif.

Midi Madagasikara : Êtes-vous satisfait de l’édition 2017 de Big Sôma ?

Orlando Robimanana : « Comment ne pas l’être en voyant cette joie de toute la population majungaise qui adhère pleinement à la philosophie de Sôma Beach qui est de se mettre au service de la population. D’ailleurs le sport dont on sait qu’il est rassembleur, nous permet de se rapprocher davantage de cette population nécessiteuse à qui on vient en aide et que nous sensibilisons aussi en passant pour devenir des citoyens responsables. Mais avant toute chose, je me réjouis de voir le basket-ball 3 x 3 qui a commencé avec Big Sôma, devenir aujourd’hui une discipline olympique. Pour tout dire c’est un plaisir de pouvoir aider la Fédération Malgache de Basket-ball surtout que le président Mika Ramaroson est un très grand ami et que logiquement le tournoi Big Sôma s’est mué en un challenge national dont la finalité est de voir les joueurs qui vont défendre les couleurs malgaches au championnat d’Afrique FIBA 3 x 3 au Togo. »

Midi : C’est un travail en profondeur mais avez-vous les moyens humains et financiers pour y parvenir ?

O.R. : « Sôma Beach est une tribune pour tous les gens de bonne volonté pour tenter d’améliorer le quotidien des Malgaches et à ce titre, je me fais aider par de nombreux amis dont je tais les noms mais que je remercie du fond du cœur de leurs actes patriotes. Quant aux moyens humains, je me réjouis tout particulièrement de l’aide des universitaires qui sont tous des bénévoles mais qui font un travail exceptionnel en restant à l’écoute de la population. C’est d’ailleurs sur le conseil de ces étudiants que nous avons établi un programme d’aide aux quartiers les plus vulnérables de Mahajanga notamment à Mahabibokely, Tanambao Ambalavato, Fifio, Ambalavola, Ambondrona, Mangarivotra, Mahavoky, Tsaramandroso, Mahajanga Be, Manjarisoa, Aranta, Abattoir, Ambovalana, Morafeno, Manga, Mahatsinjo, Antanimasaja, Tanambao Sotema, Tsararano,Analakely, Antanimalandy et Ambohimandamina. A cela s’ajoutent d’autres centres dont l’orphelinat de Mangarivotra, la prison de Marofoto, le centre collectif des droits de l’enfant et de la famille, le centre Zaza Mania d’Amborovy ainsi que celui des personnes âgées. Dans tous les cas, Sôma Beach offre des sacs de riz, de l’huile, du savon et des balles de friperie voire même des ballons de football. Bref tout ce que la population a besoin dans l’immédiat. »

Midi : Des investissements énormes en fait et qui sous-entendent que vous avez d’autres objectifs ?

O.R. : « Mes objectifs sont simples, aider les gens qui en ont besoin dans leur vie de tous les jours et mon désir le plus profond c’est de faire ce que je fais à Mahajanga, une ville où j’ai grandi, dans les autres villes. »

Propos recueillis par

Clément RABARY

Ino Vaovao197 partages

FENOARIVO ATSINANANA : Misy mpampianatra mikasa haka an-keriny tany manan-tompo

Efa an-taonany maro no nananany tokotany tao Mangarivotra sy nipetrahany tao an-toerana. Tao anatin’ny taona vitsivitsy anefa izay, dia misy mpampianatra iray mifanolo-bodirindrina aminy mikiry mafy haka ny taniny, raha ny fanazavana noentin’i Dahy hatrany. Nokapain’io mpampianatra antsoina hoe Arnest io ny bambou sy voly fihinana tao anatin’ny lakoron’i Dahy. 

Nanorenana toeram-pivoahana ho azy ihany koa tao anatin’ny lakoro izay tsy azy. Manoloana izao fihetsika ataon’ity mpanabe ity, dia miantso ny tompon’andraiki-panjakana ny tenany mba hijery akaiky ny madinika sy handray fepetra ho an’ireo mpaka an-keriny tanim-bahoaka.

Mahatsiario iharan’ny tsindry hazo lena mantsy ity tantsaha monina ao Mangarivotra Fenoarivo-Atsinanana ity. Ilay mpanabe izay milaza azy ho mahafantatra olona ambony ka mandrahona fa tsy maintsy ho azony ny tanin’i Dahy Rasoavelo. Nilaza ny tsy hanaiky hatramin’ny farany kosa ity farany.

Kamy

Madagascar Tribune169 partages

L’Armée malagasy se réveille

« Nous avons vu les réalités ce jour et j’ai entendu tonner les canons… », déclare le président de la République qui assiste ce 18 août à Tampoketsa-Ankazobe au déroulement de « TINTOTRY » 2017. « TINTOTRY » signifie réveil dans les parlers betsimisaraka et tsimihety –réveil après de longues années d’absence ou d’inertie. Les dernières manœuvres propres à l’Armée malagasy datent des années 80 et apparemment ce sont les mêmes armements qui sont présents lors de cette grande manœuvre à l’exception des drones, des quads et buggys que le président Rajaonarimampianina a promis d’étoffer. Tous les corps d’armée ont participé à ce « réveil » pour des exercices de coordination sur terrain a fait comprendre le chef des opérations ; seule la Marine nationale n’a pas été représentée. Les critiques et rumeurs répandues par les détracteurs du régime seraient-elles restées en travers de la gorge du chef suprême des Armées et du ministre de la Défense nationale ? C’est en effet le ressenti dans leurs propos qui reviennent sur les défilés du 26 juin dernier à Mahamasina et les détracteurs du régime qui ont insisté sur la vétusté et la décrépitude voire l’incapacité des forces armées à défendre la patrie.

Le chef suprême des armées a donc vu l’état des armements et la capacité de l’Armée malagasy. Le ministre de la Défense s’est à l’occasion fait entendre en notant que l’objectif d’un tel exercice militaire est la remise en valeur des capacités opérationnelles qui existent dans l’Armée malagasy, d’une part, la continuité des entraînements militaires pour la mise en évidence de la coordination des actions, d’autre part. Il précise que ces armements et ces manœuvres militaires sont destinés à défendre la patrie contre les agresseurs étrangers et non contre les compatriotes. Des cadres dirigeants des forces armées malagasy ont réclamé depuis des années l’adoption d’une loi de programmation pour que les forces armées puissent être constamment à la hauteur de leurs responsabilités. Le président de la République pour sa part fait comprendre que c’est en fonction des moyens financiers dont le pays dispose.

En tout cas, plus d’uns se demandent si le régime ne se trompe pas de cible. Les véritables et premiers dangers sont aujourd’hui à l’intérieur du pays. L’insécurité et la terreur règnent partout. Il ne se passe un jour sans que les rubriques fait-divers de la presse ne relatent des actes de grand banditisme ou des opérations des forces de l’ordre ou de rétablissement de l’ordre dans telle ou telle région. A chaque attaque des brigands, il y a sinon des morts, des kidnappings, des maisons réduites en cendre, à la rigueur des zébus volés. Les dahalo dont les modes opératoires font penser au-delà des conséquences économiques et sur la sécurité des citoyens, à des actes de terrorisme psycho-social, affaiblissant alors les forces vives et actives de la nation.

Madagascar Tribune134 partages

Terrorisme des dahalo toute l’année

Une horde de 80 dahalo a attaqué une caravane de taxi-brousse sur la RN7 qui relie la capitale à la partie sud du pays ; l’attaque est survenue dans les environs du Camp Robin dans la nuit du 19 août dernier. Les gendarmes qui ont accompagné la caravane ont tiré et même utilisé des grenades offensives, ce qui ont fait fuir les dahalo. La Gendarmerie informe que tous les passagers sont sains et sauf et qu’aucune perte quelconque n’a été déplorée. Cette attaque de dahalo évitée de justesse a été saluée par beaucoup. Malheureusement, ce genre de cas est encore minoritaire. La plupart du temps, population et gendarmerie sont impuissantes devant des hordes de dahalo qui volent, pillent et terrorisent partout, en ville comme en brousse. Les agents opérant pour le compte de l’Etat ou des projets dans les zones rurales sont complètement déboussolés face à l’importance de l’insécurité très alarmante qui y sévit. Les agents travaillant pour le compte de l’Institut national de la statistique dans le cadre du recensement national par exemple sont affolés face à l’insécurité dans les zones notamment où ils doivent travailler. Heureusement que les dahalo à la recherche de zébus les ont encore épargné. Mais les gendarmes sur place leur ont conseillé de ne travailler que le matin et de ne plus bouger dès le début de l’après midi car les dahalo commencent tôt. Dans les contrées loin des centres villes, les gendarmes attaqués plus ou moins régulièrement par les dahalo se terrent dès le début de l’après midi. Et quand le fokonolona s’applique à la vindicte populaire, certains éléments de forces de l’ordre préfèrent aussi se mettre derrière le fokonolona pour ne pas subir la colère populaire. A quoi servent donc toutes ces réunions sur la réforme sécuritaire qui engloutit l’argent public ?

Tia Tanindranaza125 partages

Rugby - Kianja Makis Miezaka mihoitra ireo fileovana madinidinika

Mitohy hatrany ireo lalao tafiditra amin’ny fiadiana ny ho tomonpondakan’Analamanga Diviziona Elite tontosain’ny “Comité Technique Fédérale”

Midi Madagasikara119 partages

Aqualand Park Mahajanga : Parc de distraction et entreprise citoyenne

« L’aqualand park, un parc d’attraction et une entreprise citoyenne ». Photo Anastase

Les opérateurs privés à Mahajanga capitale du Boeny se ruent d’adresse pour faire promouvoir le tourisme, un des atouts majeurs de cette région. De nombreuses infrastructures ont été créées et des espaces de loisirs aménagés, au point de faire de la Cité des fleurs, la destination touristique la plus prisée de l’Ile.

Original. Certaines de ces activités relèvent d’un aspect bien original, comme celles de l’Aqualand park qui est non seulement un parc de distraction mais aussi une entreprise citoyenne. Dans la mesure où l’Aqualand park se préoccupe à travers son forage de plus de 40 mètres de profondeur d’approvisionner en eau les habitants riverains du site dans le quartier d’Amborovy. Le quartier d’Amborovy qui n’est pas approvisionné en eau par la Jirama et les habitants puisent leur eau dans des puits. Selon les responsables locaux, les efforts effectués par l’Aqualand Park dans l’approvisionnement en eau de source, ont permis de réduire le taux des maladies diarrhéiques en partie et de permettre à cette frange de la population de vivre en bonne santé ,de pouvoir travailler et mettre de l’argent de côté pour d’autres préoccupations.

10 000 m2. L’Aqualand park sise sur le bord de la route s’étend sur une superficie de 10 000 m2 de terrain dont une partie vient d’être aménagée avec des toboggans d’eau au grand bonheur des vacanciers dans un environnement luxuriant. L’Aqualand park a repris les activités de « Safari Aqualand » auparavant et a ouvert ses portes en juin dernier. Depuis la période des grandes vacances, ce site accueille quotidiennement près d’une centaine de clients non seulement locaux mais également des différentes villes pour jouir en famille des moments de repos agréable dans un environnement sans pareil.

Calendrier scolaire. Selon le directeur de l’Aqualand park, Randriamilantomanana Jean, le site est ouvert 200 jours par an et emploie une vingtaine de personnes. A propos du changement de calendrier scolaire que propose d’entreprendre le ministère de l’Education nationale, d’ici quelques années, Randriamilantomanana Jean se dit être préoccupé dans la mesure où l’année scolaire se déroulera du 1er mars au 22 décembre. Ce qui ne sera pas évident pour les parents et leurs enfants qui sans nulle doute ne profiteront pas de la saison des pluies pour venir passer des vacances à Mahajanga où ailleurs, sans parler aussi de l’essor du tourisme locale. Un coup de massue pour la promotion du tourisme locale et pour les opérateurs touristiques qui d’ores et déjà devront se préparer à ce nouveau programme scolaire d’ici quelques années. Une décision unilatérale du ministère de l’Education nationale qui ne risque de nuire au développement du tourisme à Madagascar et des rentrées de devises pour le pays. Le ministère de l’Education nationale devra revoir sa copie sociologiquement parlant.

Anastase

L'express de Madagascar114 partages

Dieu soit floué

Grand cirque a Antsiranana pendant le week-end. La célébration du cinquantième anniversaire de la Fjkm et du 200e anniversaire de la traduction de la Bible en malgache a fait l’objet d’une surenchère politico-médiatique entre l’ancien Président Marc Ravalomanana, president du comité d’organisation du jubilé, ancien vice-président de la Fjkm et le Président Rajaonarimampianina.On sait que Ravalomanana met à profit son statut de président du comité d’organisation du jubilé pour jumeler cet événement en particulier et l’Église en général, à sa pré-campagne électorale dans sa tentative de reconquête du pouvoir lors de la présiden­tielle 2018.Le feuilleton a commencé vendredi avec la vraie-fausse expulsion du couple Ravalomanana de la suite d’un hôtel qui devait également héberger le couple présidentiel, invité pour le même événement religieux.À l’art consommé de la provocation de Marc Ravalomanana, le staff présidentiel a répondu par sa maladresse habituelle en envoyant tout un bataillon pour déloger le gourou du Tim. On aurait pu faire l’économie d’une polémique au ras des pâquerettes autour d’une suite, en faisant les choses discrètement et religieusement au lieu de montrer ses crocs et ses griffes qui auraient été nécessaires et efficaces ailleurs là où les bandits font la loi.Puis le Président est arrivé à Antsiranana avec un treillis militaire que ses détracteurs trouvent déplacé en rapport avec la sainteté de la cérémonie pour laquelle il est invité. Il sortait tout droit d’une manœuvre militaire a Tampoketsa et est allé a la cérémonie religieuse au stade d’Antsiranana hier vêtu d’une tenue divine. La même tenue avait été pourtant plébiscitée lorsque Ravalomanana l’avait enfilée pour voir les dégâts du cyclone Gafilo à Analanjirofo en 2004.Samedi le battle a continué sur la plage de Ramena pour les deux hommes. Ravalomanana était vêtu d’un t-shirt jaune et d’un short bleu alors que Rajaonari­mampianina endossait un polo blanc et un bermuda bleu marine. Une guerre d’affluence et d’influence servant de test pré-électoral. Marc…iavelique comme on le connaît, Ravalomanana était bien évidemment entouréde ses ouailles venues des quatre coins du pays et a attiré astucieusement son «rival» sur un terrain qu’il a bien préparé.Les deux hommes se sont retrouvés, comme prévu, au stade pour la cérémonie religieuse, pour l’épilogue. Ils étaient bien évidemment animés d’un meilleur esprit et se sont montrés laudatifs l’un envers l’autre. Et comme deux boxeurs, ils sont tombés dans les bras l’un de l’autre à l’issue d’un combat dont le vainqueur l’a emporté aux points, sans donner le moindre coup de poing.Ce n’est pas fini. Le meilleur reste certainement à venir. Après le premier round à Ankaramalaxa, on attend la prochaine manche.Ainsi va le pays. L’Église sert toujours d’élément décisif pour conquérir le pouvoir. Le chef d’une secte s’est déjà porté candidat suivant la grâce divine. Pendant le week-end, les Témoins  de Jehovah ont montré leur force en obstruant les rues de Tana d’Antanimena à Antsonjombe. Curieusement il n’y avait ni autorité ni candidat pressenti à Antsonjombe.Avec toutes ces floraisons de paroisses et de cultes, le pays devrait se situer parmi les pays les plus développés. À moins que Dieu lui même soit floué ne sachant plus à quel saint se vouer. Entre Saint-Marc et Saint-Marc…ial son cœur balance. Lequel des deux aura la voix de Dieu puis celle des urnes ? L’affaire ne sera pas classée sans … suite.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara105 partages

50e anniversaire de la FJKM : L’ouverture du jubilé sous le signe de la Foi

Marc Ravalomanana, président du comité du jubilé des 50 ans de la FJKM, et Hery Rajaonarimampianina, président de la République, se sont serré la main. Photo Présidence.

La FJKM a consacré trois jours à l’ouverture officielle, à Antsiranana, de ses 50 ans d’existence et du bicentenaire de l’arrivée dans la Grande Ile des missionnaires de la LMS. Trois jours de célébration, clôturés, hier 20 août 2017 par un culte au stade municipal d’Antsiranana.

1818 – 2018. L’église protestante réformée FJKM (Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara) entame l’année du bicentenaire de l’arrivée des missionnaires de la London Missionary Society (LMS) à Madagascar. C’était, en effet, il y a 200 ans à Toamasina que les missionnaires protestants David Jones et Thomas Bevan ont foulé le sol malgache et ont commencé leur mission d’évangélisation dans le pays. La FJKM célèbre cet événement ainsi que le 50è anniversaire de sa création, dont l’ouverture officielle s’est tenue à Antsiranana. L’ouverture d’une année de célébration qui s’est étalée sur trois jours, du 18 au 20 août 2017, et qui s’est achevée, hier, par un culte au stade municipal d’Antsiranana. Le pasteur Irako Andriamahazosoa Ammi, président de la FJKM, n’a pas manqué de souligner, à cette occasion, l’importance du repentir et du pardon dans la vie des chrétiens qui se doivent de remettre en question leur attitude et leur comportement, pour être de véritables chrétiens à travers leurs actes, leurs paroles et leurs pensées.

Message. A Antsiranana, les fidèles de la FJKM, venus par milliers des quatre coins de l’île, et de l’extérieur, ont investi un stade noir de monde où le double événement qui marque l’histoire de l’église protestante réformée à Madagascar, a été célébré. L’occasion pour le président du comité du jubilé, Marc Ravalomanana, de transmettre aux fidèles la nécessité pour les chrétiens, d’être les témoins du Christ et de la foi. Un message qui reflète le thème choisi par l’église FJKM pour ce mois d’août, celui d’être des témoins du Seigneur qui triomphent des souffrances, renvoyant à l’image de la passion du Christ. En somme, un message invitant à la remise en question pour chaque chrétien, pour que la foi soit vécue au quotidien, et davantage dans le cadre de cette année de célébration du double événement de l’église FJKM. Le président de la République Hery Rajaonarimampianina présent à Antsiranana durant les trois jours marquant l’ouverture du jubilé a, lui aussi, mis en avant l’importance de la foi que les chrétiens devront prouver à travers leurs actes.

Trois églises. Si l’évangélisation commencée par les missionnaires de la LMS date d’il y a deux siècles, l’histoire de l’église FJKM telle qu’on la voit aujourd’hui, remonte à 1968, année où trois mouvements missionnaires protestants se sont unifiés : la LMS, devenue FKM ou Fiangonan’i Kristy eto Madagasikara ; la FFMA (Friends Foreign Missionary Association) devenue FFM ou Fiangonana Frenjy eto Madagasikara ; et la MPF ou Mission Protestante Française, devenue FPM ou Fiangonana ara-Pilazantsara eto Madagasikara. L’unification de ces trois églises, officialisée lors du premier grand synode à Toamasina le 18 août 1968, marque la naissance de la FJKM. Depuis, cinq présidents se sont succédé à la tête de l’église protestante réformée de Madagascar : le pasteur Titus Rasendrahasina, de 1968 à 1972 ; le pasteur Joseph Joelson Ramambasoa, de 1972 à 1992 ; le pasteur Edmond Razafimahefa, de 1992 à 2004 ; le pasteur Lala Haja Rasendrahasina, de 2004 à 2016 et le pasteur Irako Andriamahazosoa Ammi, actuel président en exercice.

Hanitra R.

Midi Madagasikara102 partages

Football CHAN 2018 : Madagascar sort par la petite porte

Coup dur pour le football malgache qui vit un véritable calvaire après la défaite de samedi en Angola et qui est synonyme d’élimination à la phase finale de la CHAN 2018

Un but, un seul, et le ciel est tombé sur la tête des Barea qui ont mis fin à leur rêve de participer à la phase finale de la CHAN 2018 au Kenya en se faisant battre par les Angolais lors de l’ultime étape pour les qualifications.

Une erreur de stratégie. Un nul de 1 à 1 aurait suffi pour qualifier l’équipe malgache pourtant très motivée à l’idée de recevoir les 10 millions d’ariary par joueur en cas de qualification mais rien n’y fit. Non pas que les Angolais n’étaient pas prenables mais le dispositif de 4-2-3-1 adopté par Raux Auguste ne se prêtait pas à la situation où il est impératif de marquer après le score vierge du match aller. Une erreur de stratégie qui coûta cher.

C’est tout aussi simple voire moins difficile que face au Mozambique où les Barea étaient mal partis avec le score de 2 à 2 de Mahamasina mais qui ont finalement joué leur  va-tout à Maputo au retour et avec un schéma de 4-3-3, ils ont su inverser la tendance en battant sur leurs terres les Black Mambas.

Doublure. Samedi encore et malgré le pressing effectué par les Angolais, les Barea avaient des occasions pourtant nettes et plus particulièrement celle de Nônô à la toute dernière minute mais son puissant tir a trouvé le portier angolais. Auparavant Njiva pourtant entouré de deux gardes de corps a armé un tir mais malheureusement non cadré. Et dans cette série de malchance, Bela rentré à la place d’un Dimby méconnaissable, a aussi failli tromper le portier adverse.

La question est de savoir pourquoi Raux Auguste a-t-il voulu changer une méthode qui lui a réussi et surtout pourquoi avoir fait entrer de nouveaux joueurs qui ne faisaient pas l’affaire tel Lôlôdy alors que son coéquipier du Fosa en l’occurrence Baggio a su tenir sa mission de sentinelle sans l’aide de personne.

Sans vouloir se mettre à la place des techniciens, le fait de n’avoir pas mis une doublure pour chaque poste, a rendu la tâche des techniciens, enfin des supposés comme tels, plus compliquée. Doublement dommage car de mémoire on n’est jamais passé aussi près d’une qualification.

Clément RABARY

Midi Madagasikara87 partages

Droit au but : Et si Briand Andrianirina était plus utile ailleurs ?

La démission de Briand Andrianirina à la tête de la Fédération Malgache de kick boxing a fait l’effet d’une bombe tant il est certain que cela va tuer cette discipline qui nous a réussi jusqu’ici avec à la clé des titres de champion du monde et d’Afrique.

On le sait que Briand Andrianirina s’ est investi à fond pour le kick boxing en payant souvent de sa poche mais il a également su attirer la sympathie des sponsors. Autant de moyens qui vont disparaître après le départ de ce président vraiment pas comme les autres avec la confiance des bailleurs mais surtout celle de la Fédération internationale. Car dans ce secteur précis, on ne donne pas de l’argent pour le plaisir de donner mais de l’utilisation des fonds alloués à un programme bien défini.

Et comme les hommes honnêtes à même de remplacer Briand Andrianirina ne courent pas les rues, il y a des raisons de s’inquiéter sur les stars qu’il a réussi à fabriquer notamment Lavakely, pour ne citer que celui qu’il est allé chercher au fin fond de la brousse tuléaroise.

Doit-on alors condamner l’attitude de Briand Andrianirina d’avoir laissé tomber le kick boxing qu’il a lui même réussi à rendre aussi populaire ? Certainement pas car il a d’autres objectifs plus légitimes et plus particulièrement de se mettre au service du judo qui a le mérite d’être une discipline olympique. Même s’il n’est que le quatrième Vice-président, il a toutes les chances de devenir Calife à la place de Siteny Randrianasoloniaiko devenu chairman de l’Union Africaine de Judo.

Mais on ne peut pas s’ empêcher de se demander pourquoi Briand Andrianirina a choisi le judo qui a réussi à se qualifier aux JO de Rio avec Asaramanitra et pas une autre discipline comme la boxe qui a besoin d’un homme de poigne pour sortir de cette crise interne dans laquelle elle s’ est embourbée depuis la mort du regretté Harvel. Le je t’aime moi non plus entre le président Herimamy Rabarisoa et son second, Zeze Bosco, n’arrange guère les choses car c’est tout juste une amitié de façade et que la boxe ne s’en sortira pas de cette manière. Une raison, une de plus pour dire que Briand Andrianirina est tout indiqué pour sauver cette discipline également olympique. C’est plus utile et cela cadre mieux avec son penchant pour un vrai sport de combat.

Clément RABARY

Midi Madagasikara84 partages

HVM : Campagne avant la lettre et utilisation de prérogatives de puissance publique

Des chefs «fokontany» font du porte-à-porte pour distribuer une fiche d’adhésion au parti au pouvoir.

Un peu plus d’un an avant l’élection présidentielle de 2018, les préparatifs battent leur plein au niveau des états-majors politiques. Le « Tiako i Madagasikara » et le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » sont les partis politiques les plus en vue du moment. Même si pour l’heure, le TIM ne parvient pas encore à obtenir le feu vert du régime pour célébrer d’une manière officielle son 15e anniversaire, l’on remarque toutefois que l’ancien président Marc Ravalomanana et son staff renforcent la campagne d’occupation de terrain en vue de cette échéance électorale. Pas plus tard que le week-end dernier, l’ex-Chef d’Etat a profité de sa présence à Antsiranana dans le cadre de la célébration du 50è anniversaire de l’Eglise réformée (FJKM) et du 200e anniversaire de l’arrivée à Madagascar des missionnaires du « London Missionary Society » (LMS) pour rencontrer ses partisans dans cette localité.

Lutte acharnée. En tout cas, Hery Rajaonarimampianina et Marc Ravalomanana se lancent une lutte acharnée pour gagner la confiance de l’électorat du Nord. Après avoir assisté au culte d’ouverture de l’année de jubilée de l’Eglise FJKM, les deux personnalités ont chacun enfilé leur short pour se rendre à la plage de Ramena où un bain de foule et une véritable opération de séduction ont été opérés. Jeudi dernier, Ravalo a été expulsé d’un hôtel à Diégo par des éléments de l’Emmoreg juste car le Chef de l’Etat allait séjourner dans cet hôtel. C’est certainement la raison pour laquelle le Pasteur Irako Andriamahazosoa Ammi, président du FJKM, dans son homélie prononcé hier, a prêché le pardon et l’amour de son prochain, ainsi que la repentance et le changement de comportement des chrétiens. Comme un signe de réconciliation, Hery Rajaonarimampianina et Marc Ravalomanana ont tenu une poignée de main amicale devant les milliers de fidèles présents à Antsiranana pour cet évènement. Reste à savoir si ce geste a été sincère et réalisé de bonne foi.

Amalgame. En tout cas, si Marc Ravalomanana profite de son statut de président du Comité d’organisation du jubilé de l’Eglise FJKM pour séduire les fidèles en vue de la Présidentielle de 2018, le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » pour sa part lance une campagne avant la lettre tout en utilisant les prérogatives de puissance publique. Nul n’ignore que Hery Rajaonarimampianina et les leaders du parti au pouvoir profitent de chaque déplacement dans les régions pour renforcer les bases du parti. Les observateurs ne cessent de dénoncer un amalgame entre les intérêts du HVM et les affaires du gouvernement. Bâtiments publics, véhicules et même budget de l’Etat sont utilisés pour les besoins du parti. Il convient toutefois de noter que cette pratique a toujours été courante durant les différents régimes qui se sont succédé. A rappeler par exemple que durant ce déplacement à Antsiranana, le Chef de l’Etat est accompagné par des membres du gouvernement et de plusieurs responsables du parti au pouvoir.

Fiche d’adhésion. Ce qui se passe au niveau de nombreux quartiers à Antananarivo, pour ne citer que le cas du cinquième arrondissement, est aussi un exemple flagrant d’utilisation de prérogatives de puissance publique par le HVM. Depuis la semaine dernière, des chefs «fokontany» font du porte-à-porte pour distribuer une fiche d’inscription et pour inciter l’adhésion de la population au sein du parti HVM. Une campagne qui risque fort de remettre en cause la crédibilité du recensement électoral vu l’énorme responsabilité confiée aux chefs «fokontany» dans la refonte de la liste électorale. Questionné sur cette opération, un chef «fokontany» a expliqué que l’ordre viendrait du District. La Commission Electorale Nationale Indépendante devrait prendre des mesures pour arrêter cette manœuvre visant à renforcer les bases du parti.

Davis R

Tia Tanindranaza80 partages

James Ratsima“Tsy nety ny fihetsiky ny filoham-pirenena tamin-dRavalomanana”

Mitohy hatrany ny fanehoan-kevitra ataon’ireo mpanao politika eto amin’ny tany sy ny firenena manoloana ilay tranga

 

tany Antsiranana ny herinandro teo ka nandroahana ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana mivady tao amin’ny hotely iray lehibe efa nofandrihin’izy ireo, nandritra ny fankalazana ny faha-50 taonan’ny fiangonana FJKM. Ho an’ny profesora James Ratsima manokana izay filohan’ny fikambanana Asandratro ny firenena dia nambarany fa tena tsy nety ireny fihetsiky ny filoha am-perinasa nandroaka olona tamin’ny alalan’ny mpitandro ny filaminana ireny. Sotasota fotsiny izao ireny raha ny fahitany azy. Tsy ho eo amin’ny fitondrana mandrakizay mantsy ny filoha fa fahefana mandalo ihany io ary nampindramin’ny vahoaka azy. Tsy mbola fantatra izay havoaky ny ampitso. Nomarihiny manokana moa fa tsy misy tompon’ny fahefana mandrakizay ny mpitondra tsirairay fa tsy maintsy hitsahatra izany ary efa akaiky aorian’ny fahatongavan’ny fahazavan’Andriamanitra eto amin’ny firenentsika.

Pati

 

Midi Madagasikara78 partages

Qui sont nos hommes politiques ? Razafimahefa Herimanana, « Servir la Nation est un honneur et non une pr...

Cet économiste de 60 ans a commencé ses études à l’Ecole primaire de Mahamasina Est, puis à l’Ecole Normale de Mahamasina. Il a continué ses études secondaires au lycée Gallieni où il a obtenu son baccalauréat. Après la licence es-sciences économiques qu’il obtenait à la faculté EESDEGS à Ankatso, il poursuit ses études en Europe. Après la Suisse, il fréquente l’université de Grenoble où il obtient une licence en économie internationale, puis la maîtrise et le DEA. Revenu à Madagascar, il fut nommé Secrétaire Général du ministère de l’Energie en 2002. En tant qu’homme de dossiers, il s’attelait à mettre en place la loi sur les investissements miniers, le décret d’application du code de l’eau et l’ADER pour l’électrification rurale. En 2009, malgré son appartenance à un parti politique pro RAVALOMANANA, il fut nommé membre de la HAT. Cette preuve de confiance du président de la Transition l’a beaucoup marqué c’est ainsi qu’il ne le quitte plus et devient jusqu’à ce jour l’un de ses plus fidèles collaborateurs. Devenu membre du CST, il occupe la fonction de Président de la Commission Développement rural. Sur le plan économique, depuis son retour au pays, il a créé une société de distribution de matériaux de construction dont le principal partenaire est le cimentier HOLCIM/LAFARGE. Plusieurs fois primé par la société HOLCIM qui a décerné à sa société AUTO-KAMS le titre de « Meilleur Promoteur de la Marque Holcim/lafarge en 2016 ». « Cette activité commerciale me permet de subvenir aux besoins de ma famille et de garder une indépendance financière vis-à-vis du monde politique » dit-il,

Rencontres. Sur le plan social, en tant que Coordonnateur national des Projets de l’ONG Allemande Deutsch Malagasy G (DMG), il s’occupe de l’organisation d’un reboisement annuel de 3 000 à 5 000 plants d’arbres endémiques ainsi que la création d’une école nommée DMG Schule qui s’occupe de la scolarisation des enfants les plus démunis en fournissant un repas complet quotidien, toutes les fournitures scolaires ainsi que le paiement des salaires des enseignants. Pour Herimanana Razafimahefa, « faire de la politique pour servir la Nation est un honneur et non une profession lucrative. S’engager dans la politique est un sacerdoce vu son caractère respectable en raison du sacrifice et du dévouement qu’elle exige» nous martèle-t-il avec conviction. Très jeune, élevé par son arrière-grand-mère à Ambohimanga Rova, cette vielle dame lui raconte souvent l’histoire de son grand-père Rainandriamanpandry qui fût un homme courageux et un patriote et qu’elle a vu se faire fusiller à Antsahamanitra. Plus tard, il a appris la politique au fur et à mesure des rencontres. En classe de cinquième au lycée Gallieni, son professeur d’Histoire de l’époque, qui n’est autre que Ramandimbilahatra Raymond, lui propose de lui donner une formation politique hebdomadaire qu’il a acceptée sans hésitation. Plus tard à l’Université d’Ankatso, ses professeurs de l’époque dontWilly Léonard et Rabetsitonta l’intègreront dans le Groupe de Réflexion et d’Action de Développement pour Madagascar (GRAD ILOAFO). A partir de ce moment, il commence à fréquenter les plus grands de la politique malgache dont le Fondateur du MONIMA Monja Jaona qui fût arrêté avec lui en juin 1980. Monja Jaona fut mis en résidence surveillée à Ankilivondraka et lui connaîtra pour la première fois l’emprisonnement à Antanimora. Il avait également beaucoup de respect pour le Pasteur Andriamanjato Richard qu’il considère comme un guide, un sage et un fin analyste politique. Il le consultait surtout dans les moments les plus difficiles.

Voyager. Cet économiste de son état aime voyager. L’un de ses meilleurs souvenirs fût sa rencontre avec Wini Mandela en Afrique du Sud en 2011. Son premier voyage en Allemagne en 1982 où il a appris « qu’il ne peut y avoir de progrès et de développement sans rigueur et disciplines », l’a beaucoup marqué. Puis, son voyage au Japon en 2003, invité par le gouvernement japonais. Il fut fasciné par le courage du peuple et sa capacité à reconstruire rapidement. La visite de la place où fut larguée la première bombe atomique à Hiroshima, lui restera gravée à jamais dans la mémoire. Formé spirituellement à la Cathédrale d’Analakely par des illustres Pasteurs dont Rabarioelina, Rakoto André, Ravalomanana et actuellement le Pasteur Dina, le Chrétien protestant qu’il est préserve comme la prunelle de ses yeux la fidélité envers ses amis et ses idées. Aussi, il garde un très mauvais souvenir de la trahison en général et celle de ses amis en particuliers. Il adore les bons petits plats mijotés comme le « anamalaho sy tsaramaso lena » (brède mafana aux flagelots), boulettes de viande au cresson. Au restaurant, il commande souvent un magret de canard au poivre vert accompagné d’un vin rouge de préférence un bon Bourgogne. Son rêve c’est de pouvoir reboiser des millions de plants d’arbres sur des milliers d’hectares de terrain. Positionnement politique en 2018. Comme ces ancêtres d’Ambohimanga, il croit à son destin de faiseur de roi.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara73 partages

Tourisme et business en Chine : Guangzhou, une destination facilement accessible

Un quartier commerçant de Guangzhou très fréquenté par les touristes.

Pour les Malgaches qui veulent partir à l’extérieur aussi bien pour le tourisme que pour les affaires, Guangzhou est l’une des meilleures destinations à visiter avec des conditions et des tarifs attractifs.

Les bonnes initiatives ne manquent pas du côté des opérateurs économiques quand il s’agit d’offrir au public des opportunités de voyage à l’extérieur à moindre coût. L’entreprise chinoise Sourc’In et l’agence Karaîles, en partenariat avec Maglott, ont trouvé la bonne formule sous forme de voyage organisé pour permettre aux Malgaches de découvrir, la grande ville chinoise de Guangzhou, vraiment à petit prix. Une destination facilement accessible.

Service de guide. Un prix qui défie vraiment toute concurrence puisque le voyage organisé tout frais payé à Guangzhou est à seulement 3.550.000 ariary. « Cela inclut le billet d’avion aller-retour, l’hôtel, le transfert ainsi que les visites de sites touristiques et de marchés » précise un responsable de Sourc’In en expliquant qu’un service de guide compris dans le tarif facilitera le voyage aussi bien en terme de découverte touristique que d’opportunité d’affaires. « Il y a déjà beaucoup de Malgaches qui font la destination Guangzhou, et notre idée est de permettre à ceux qui hésitent encore car ils ne connaissent pas encore la ville, d’y aller en toute quiétude et à moindre prix » selon toujours notre interlocuteur. En effet, ce tarif tout frais payé proposé par les organisateurs ne représente même pas le prix du billet aller-retour Tanà Guangzhou en période de pointe.

Belle opportunité. En somme, cette visite guidée sera une belle opportunité pour de nombreux Malgaches de découvrir Guangzhou, réputée pour être la ville la moins chère de Chine. Le transport en commun peut par exemple se faire en métro à seulement 3 yuan. Pour les petits restaurants chinois de bonne qualité de Guangzhou proposent des menus copieux à moins de 10 yuan. Mais il y a évidemment d’autres restaurants de meilleure classe mais dont les prix restent toujours abordables « Grace à notre guide, les voyageurs auront l’occasion de découvrir les différents modes de transports et de restaurations de Guangzhou ». L’idée étant de permettre aux voyageurs de suivre les mêmes chemins que ceux que les Malgaches déjà habitués à la destination Guangzhou pratiquent déjà. « Beaucoup de personnes s’intéressent à la destination Guangzhou mais ils ont encore peur d’y aller car ils ne parlent pas chinois et ne connaissent pas la ville, notre rôle est de leur faciliter le voyage depuis le début jusqu’à la fin ».

Visa.  En effet, l’assistance commence l’inscription du voyageur car Sourc’In peut tout de suite s’occuper des procédures d’obtention du visa auprès de l’Ambassade de Chine. A Guangzhou, les guides accompagnent les voyageurs lors des visites de sites touristiques et des marchés en utilisant par exemple, le mode de transport le plus pratique qu’est le métro. Une véritable découverte touristique à prix abordable, en somme. Mais une grande opportunité d’affaire également puisque Guangzhou est un endroit idéal pour les shoppings de tout genre. Les voyageurs peuvent être accompagnés dans les différents centre commerciaux spécialisés dans le vestimentaires, l’électronique, la téléphonie, l’ameublement, les matériaux de construction… La première vague de ce voyage pas comme les autres aura lieu du 12 au 20 septembre et la deuxième du 19 au 27 septembre. Les informations sont disponibles en appelant le 0342422222 (voir encart publicitaire par ailleurs).

En tout cas, cette initiative de Sourc’In et de Karaîles en partenariat avec Maglott constitue, un autre facteur qui développe les relations entre Madagascar et la Chine. Notamment dans le secteur touristique. Sur ce point d’ailleurs, un autre événement important va également se dérouler à Guangzhou toujours au mois de septembre. Il s’agit, en l’occurrence de la participation de Madagascar à la Foire du Tourisme de Guangzhou. Cette participation fait suite à la visite récente d’une délégation chinoise conduite par le Vice-ministre chinois du Tourisme à Madagascar. Une délégation malgache d’une trentaine de membres est attendue à Guangzhou à cet effet.

R.Edmond.

Midi Madagasikara55 partages

Une rivalité exacerbée entre Hery et Ravalo

Le congrès du FJKM qui s’est tenu le week-end dernier à Antsiranana a mis en lumière l’importance accordée par deux des principaux candidats à l’élection présidentielle de 2018 à l’événement. Chacun a tenu à marquer sa présence de manière très forte à cette occasion et compte bien recueillir les suffrages des croyants dans un peu plus d’un an. La laïcité de l’Etat qui figure dans la Constitution n’est aujourd’hui qu’un principe que nos dirigeants font mine d’ignorer.

Une rivalité exacerbée entre Hery et Ravalo

L’ancien président Marc Ravalomanana n’a jamais caché son implication dans la gestion des questions religieuses lorsqu’il était à la tête de l’Etat. Il faisait déjà partie des instances dirigeantes de la FJKM bien avant son accession à la présidence. On lui a beaucoup reproché de ne pas respecter le principe de la laïcité. Mais il a décidé de ne pas en tenir compte, considérant que la religion revêtait une importance particulière dans la vie des Malgaches.  Certains ont fait remarquer qu’il voulait en tirer un bénéfice politique, l’église étant une force importante à Madagascar. Ecarté du pouvoir, il a tenu à ne pas s’en détacher. Aujourd’hui, il a retrouvé sa place au sein de la FJKM. Les observateurs estiment qu’il va en tirer parti dans la course à la présidentielle de 2018. Le président Hery Rajaonarimampianina est bien décidé lui aussi à attirer la sympathie des chrétiens et, depuis son accession à la tête de l’Etat, il assiste à toutes les grandes manifestations religieuses. La concurrence entre l’ancien et l’actuel chef de l’Etat s’est manifestée à plusieurs reprises. On les a vus  ensemble à Karamalaza. Ils se sont rencontrés ce week-end à Antsiranana. Marc Ravalomanana ne vient qu’aux grandes cérémonies religieuses de la FJKM. Hery Rajaonarimampianina ratisse plus large et s’intéresse également aux associations cultuelles. Comme nous le disions auparavant, la course à l’élection présidentielle est bel et bien lancée et c’est une véritable opération de charme qui est lancée envers les chrétiens.

Patrice RABE

Tia Tanindranaza54 partages

Voahangy RajaonarimampianinaManana olana manokana amin’ny FJKM ?

Samy nahatsikaritra ny rehetra fa nandeha irery tsy nombam-bady indray ny filoham-pirenena tany Antsiranana nanomboka ny sabotsy lasa teo, satria tsy niaraka taminy Rtoa Voahangy Rajaonarimampianina vadiny.

RTT

La Vérité53 partages

Miandrivazo - Des vandales mettent le feu à des maisons

Une situation à la fois alarmante et choquante s’est produite samedi vers 21h dans la Commune rurale d’Ankondromena, District de Miandrivazo. Selon un rapport émanant de la Gendarmerie, une bande d’individus, estimée à plus d’une dizaine, a mis le feu sur une dizaine de maisons situées en plein cœur de cette localité. Sitôt leur forfait consommé, ces inconnus ont ensuite pris la fuite sans rien emporter car ils s’étaient totalement désintéressés des mobiliers et du bétail, laissés tous intacts.

Pour le moment, le mobile de ces actes de vandalisme demeure non éludé. Mais preuve que les choses ne sont pas à prendre à la légère, des gendarmes dépêchés spécialement de Morafenobe sont arrivés sur place pour renforcer les rangs de leurs collègues basés à Ankondromena. Pendant que les recherches de la Gendarmerie se poursuivent, l’évaluation des pertes liées à ces incendies est en cours. L’enquête se poursuit.  Miandrivazo est l’une des Régions qui tombent actuellement sous la coupe des « dahalo » au pays. Les faits alarmants qui s’étaient succédé sur le terrain et qui s’étaient soldés par des pertes en vies humaines tout au long de la semaine dernière parlent d’eux-mêmes. Pendant que la population civile locale ou ailleurs est livrée à son sort, les Forces armées se contentent en toute quiétude de cette manœuvre militaire qui semble être destinée pour snober simplement les « dahalo ».Franck Roland

Tia Tanindranaza46 partages

Asan-dahalo goavana tany AndilamenaOmby 700 no very

Mirongatra ny halatra omby any amin’ny faritra Alaotra. Omby miisa 700 be izao no lasan’ny dahalo ny 14 aogositra sy ny 16 aogositra laza teo.

Toky R

L'express de Madagascar40 partages

Ambatondrazaka – Recherche d’armes de guerre dans tout le district

Deux Kalachnikov, dont un pris, sur un militaire ainsi qu’un Mas 36, ont été retrouvés à Ambaton­drazaka, depuis mai. L’opération couvre les quarante-quatre communes du district. 

Sur la piste des armes de guerre. Depuis le mois de mai, les gendarmes de la compagnie territoriale d’Ambatondrazaka sont déployés dans les quarante-quatre communes du district. Jusqu’à maintenant, deux Kalachnikov et un fusil d’assaut de la Manufacture Saint-Étienne 1936 (Mas 36), ont été arrachés à des gangs armés.La dernière saisie a été effectuée, jeudi, dans la commune rurale d’Andilanatoby. Deux individus étaient en train de négocier la vente d’un Kalachnikov, dérobé quelques semaines plus tôt à un militaire à Anjozorobe, lorsqu’ils sont tombés dans les mailles des filets tendus par la gendarmerie.L’arme de guerre retrouvée est enregistrée à l’armurerie du camp militaire 1/RM1 à Analakely. Il y avait encore dans la boîte un chargeur, vingt-quatre munitions de calibre 7,62 millimètres. Le militaire à qui elle avait été arrachée a échappé à la mort lorsqu’une escouade de bandits l’en a délestée.

Zéro budgetSelon les informations communiquées, les malfaiteurs lui ont envoyé du concentré de piment en plein dans les yeux et l’ont ensuite passé à tabac.Après en avoir fini, ils l’ont délesté de son arme de service. Les deux suspects arrêtés dans cette affaire seront traduits devant le Parquet d’Ambatondra­zaka, dans le courant de cette semaine.En revanche, trois autres individus sont déjà placés en détention préventive, après avoir été pris en possession d’un premier Kalachnikov ainsi que du Mas 36,  respectivement Ambohitrarivo et à Antsaha­mamy, dans la commune d’Amparafaravola.«Cette opération s’inscrit dans les actions de la gendarmerie de proximité dans l’objectif et de déployer au maximum les éléments opérationnels, même jusqu’aux localités les plus  reculées», explique le chef d’escadron Bruno Ramboasalama, commandant de la compagnie  territoriale de la gendarmerie nationale Ambatondrazaka.«Les gendarmes envoyés en expédition procèdent à un contrôle physique des armes entre les mains des civils, en partant d’un registre. Ils procèdent également à des examens de situation, ainsi qu’à des fouilles de marchandises suspectes. Il n’y a pas d’allocation budgétaire spécifique pour cette opération. Une réunion a été organisée avec les maires des communes du district ainsi qu’avec le chef de région. Il a été alors convenu que c’est le fokonolona qui s’assure que ces éléments envoyés dans les brousses mangent à leur faim et ont un toit où passer la nuit», poursuit le chef d’escadron Bruno Ramboasalama.La gendarmerie à Ambatondrazaka entend adopter ce dispositif, de façon pérenne.

Andry Manase

L'express de Madagascar39 partages

Énergie – L’élaboration de la politique nationale revient à l’État

Une décision de dissolution de la plateforme Diorano Wash a été prise afin d’attribuer au ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures le leadership dans le domaine de l’énergie. Ce dernier assure le rôle dans la mise en place d’une politique dans ce domaine pour garantir l’accès à l’eau potable et l’assainissement.« Le ministère de l’Eau a été créé en 2008. Pourtant, jusqu’à maintenant, nous avons deux entités qui élaborent la politique d’approvisionnement en eau. Cela ne devrait pas être le cas. Désormais, le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures s’en chargera », explique Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, vendredi, au centre desconférences international à Ivato. « De plus, l’État est le premier responsable dans ce domaine. Un atelier de travail entre la société civile et les collaborateurs techniques a été organisé, il y a un mois environ. Comme conclusion, cette concertation a abouti  à la dissolution de la plateforme DIORANO Wash dans l’élaboration de la politique », conclut-il.

S.M.H.

Midi Madagasikara36 partages

Behenjy : Taxi-brousse Sprinter nivadika, olona valo naratra

Nitrangana lozam-pifamoivoizana indray ny lalam-pirenena faha-7 (RN7) ny sabotsy vao maraina be tokony ho tamin’ny 5 ora sy 30 minitra. Fiara taxi-brousse « Sprinter »  niainga avy tany Mahajanga ho any Antsirabe no nivadika rehefa nandalo ny tanàna atao hoe Ambohikambana, ao anatin’ny kaominina ambanivohitra Behenjy. Araka ny fanazavana, olana teknika no nahazo io fiara io. Tapaka ny « bras » mitondra ny familiana. Tsy voafehin’ny mpamily intsony ilay fiara ka nivoaka ny arabe tao anaty fiolahana. Vokany nivadika tany amin’ny an-kavanan-dalàna ilay fiara. Soa fa tsy nisy ny aina nafoy. Olona 8 no kosa no voalaza fa naratra ka misy ireo tena voa mafy. Ireo fiara nandalo no namonjy ireo mpandeha ka nitondra ireo maratra tany amin’ny hôpitaly CSD ao  Ambatolampy. Ity lozam-pifamoivoizana ity dia manamarina ny tokony hitandreman’ireo mpamily, indrindra ireo tompona fiara sy ireo kaoperativa iasan’izy ireny ny amin’ny tokony hisian’ny fitsirihana ireo fiara mpitatitra alohan’ny fiaingana. Indrindra fa itony fiara manao dia lavitra toy ity niharan-doza ny Sabotsy teo ity. Iny RN7 iny rahateo, raha tsy hilaza afa-tsy ity eo Behenjy ity, dia be fiolahana ka saika mampidi-doza matetika.

Mbola lozam-pifamoivoizana ihany, saingy nitranga tany Analavory, distrikan’i Soavinandriana. Lehilahy lehibe iray no voadonan’ny kamiao Mercedes Benz teo amin’ny sisin-dalana, tao amin’ny  tanàna antsoina hoe Imazy. Vokany, naratra mafy ilay lehilahy ka tsy tana intsony ny ainy rehefa tonga teny amin’ny hôpitaly. Voalaza fa fahavakisana tao amin’ny atiny no tena nahafaty azy. Araka ny vaovao avy tamin’ny zandarimariam-pirenena izay nandray an-tànana ny fanadihadiana, avy any Ifanja ho any Analavory  ity fiara be ity no nitranga ny loza.

T.M.

Midi Madagasikara36 partages

Mahafaly Olivier : Pour un appui de la SADC à Madagascar

Rideau sur le 37e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement qui s’est tenu à Pretoria. Le thème de cette année a porté sur l’industrialisation de l’Afrique australe. Ainsi, le Sommet a exhorté les Etats membres à mettre en œuvre des projets qui sont conformes aux domaines prioritaires d’intervention de l’agro-transformation, de l’enrichissement des minéraux, de l’énergie et des produits pharmaceutiques. Lors de son intervention, le Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana a fait appel à l’appui de la SADC pour soutenir le gouvernement malgache afin que la stabilité dans la Grande Ile devienne pérenne et pour que l’Etat malgache puisse procéder à la lutte contre la pauvreté. Notons qu’il a été décidé, lors de ce Sommet, l’adhésion des Comores comme nouveau membre de la SADC.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara34 partages

Anjozorobe : Miaramila nidaroka sefo fokontany

Ny olona tokony hanampy indray no novonoina sy nampiasan-kery. Sefo fokontany iray, any amin’iny kaominina Marovazaha, distrikan’Anjozorobe iny, no niharan’ny vono sy ny daroka, nataona miaramila iray tany an-toerana, ny herinandro lasa teo. Nambaran’ity farany mantsy, fa hoe nangalatra ny basiny io sefo fokontany io ary tompon’antoka tamin’ny fanafihana vao avy nihatra taminy. Raha ny zava-nisy anefa, raha ny angom-baovao azo dia tsy nahafantatra na inona na inona akory ity solon-tenam-panjakana eny amin’ny fokontany ity ; izay mbola niasa tao amin’ny biraony rahateo tamin’io fotoana nitrangan’ilay fanafihana io. Ny talata teo tokoa mantsy, dia nisy miaramila iray, notafihan’ny jiolahy tao Ambohimandroso, kaominina Marovazaha, raha sendra nandeha môtô izy. Nofafazan’ireo olon-dratsy sakay ny masony ka jambena. Lasa tamin’izany ny basiny « kalach », niaraka tamin’ny bala ary nirifatra nitsoaka ireto farany nony avy teo. Teo noho eo ihany dia niverina namonjy tanàna ity miaramila voatafika ity ary tany amin’ilay sefo fokontany avy hatrany no nanamparany ny hatezerany. Nandeha tao avokoa ny daroka sy ny vono isan-karazany. Saika tsy afa-bela tao izy raha tsy nisy ny fandraisana andraikitra sy ny fanelanelanana nataon’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy tany an-toerana. Raha ny mikasika ilay fanafihana, dia nisy avy hatrany ny fanadihadiana sy fikaroham-baovao nataon’ny teo anivon’ny zandarimariam-pirenena. Ary fantatra amin’izao, raha ny loharanom-baovao azo, fa efa tratra ireo olon-dratsy nanafika ity miaramila ity, izay nikasa ny hivarotra ilay basy « kalach » sy ireo bala tany amin’iny faritra Ambatondrazaka iny. Ny tranga tahak’ity niseho tany Marovazaha, Anjozorobe ity no anisan’ny mampitombo ny elanelana misy eo amin’ny vahoaka sy ny mpitandro filaminana. Manjaka loatra mantsy ny tsindry sy ny fanamparam-pahefana ataon’ireo sasantsany amin’izy ireo, amin’ireo madinika, indrindra ireo any ambanivohitra any; izay tamin’ity moa dia ny sefo fokontany mihitsy no nampiasain-kery. Hany ka very sy tsy misy intsony ilay fahatokian’ny vahoaka izany mpitandro filaminana izany, eny fa na dia eo aza ny finiavana hanova ny fomba fijery, izay imasoan’ireo tompon’andraikitra ambony, ny amin’ny hoe mpitandro filaminana manakaiky ny vahoaka sy miaro ny fananany.

m.L

Midi Madagasikara32 partages

Andravoahangy : Lehilahy maty voahitsaky ny kamiô

Nandriaka indray ny rà tetsy Andravoahangy ambany, ny alin’ny zoma hifoha sabotsy lasa teo. Lehilahy iray no namoy ny ainy teo ho no eo rehefa voahitsaky ny kamiô teny an-toerana. Potsitra sy potika tanteraka ny tapany ambany, izay voatetin’ny kodiaran’ilay fiarabe navesatry ny entana nentiny. Tsy nisy azo natao intsony taminy, eny fa dia niezaka namonjy ihany aza ireo nanatri-maso. Hatreto dia mifamahofaho be ihany ny antony nahatonga ny loza sy ny nahatonga ity lehilahy ity ho tany ambanin’ilay fiarabe. Voalazan’ireo nanatri-maso mantsy fa hoe saika hangalatra « charbon », entana izay nentin’ity fiarabe ity io olona voahitsaka io. Nihanika teny ambonin’ilay fiarabe izy ary saika hitsambikina niaraka tamin’ilay entana no voarain’ny kodiarana, ary io voahitsaka io. Loharanom-baovao hafa indray milaza fa karazan’ireo mpitaona entana, miandry ny fiavian’ireo fiarabe tonga alim-be eny an-toerana izy io no izao niharan-doza izao. Ny zavatra hita aloha, dia nisy gony « charbon » iray teo akaikiny, izay niara-voahosy taminy. Taorian’ny loza moa, dia tonga avy hatrany teny an-toerana nandamina ireo olona efa nanomboka nitangorona ireo mpitandro filaminana misahana iny toerana iny sy ireo pôlisy misahana ny lozam-pifamoivoizana nanao ny fizahana ifotony. Ny razana kosa, dia efa nentina tany amin’ny tranom-paty. Efa mandeha moa ny fanadihadiana mahakasika ity tranga ity.

m.L

Midi Madagasikara31 partages

Les évènements sanglants ayant marqué l’histoire du pays

L’histoire contemporaine de Madagascar est marquée surtout par des crises à répétition et des règlements de compte entre les politiciens. L’emprisonnement d’acteurs politiques de l’opposition est devenu une des caractéristiques majeures de la pratique politique malgache. Actuellement, c’est le président national du parti Masters, Alain Ramaroson qui séjourne à Antanimora. Même s’il est incarcéré pour une affaire de litige foncier avec ses proches, bon nombre d’observateurs soupçonnent quand même un dessous politique pour faire taire celui qui a toujours lancé des critiques acerbes contre le régime Rajaonarimampianina. Du temps du régime Ravalomanana, on compte également de nombreux prisonniers politiques, pour ne citer que le cas des Voninahitsy Jean Eugène, Pety Rakotoniaina, le Général Fidy, le Colonel Coutiti Assolant, ainsi que les nombreux autres militaires et gendarmes jetés en prison suite à l’affaire 2002.

Réconciliation nationale. A l’allure où vont les choses, l’histoire risque de se répéter après la Présidentielle de 2018 si aucune mesure n’est prise pour l’éviter. Le processus de réconciliation nationale en cours fait déjà l’objet de nombreux soupçons de manipulations. Des critiques fusent de partout en ce qui concerne la sélection des membres du « Conseil du Fampihavanana Malagasy ». Pas plus tard que la semaine dernière, l’ancien président Marc Ravalomanana s’est fait expulsé d’un hôtel à Antsiranana par des éléments de l’Emmoreg, juste parce que le président de la République Hery Rajaonarimampianina et sa suite allaient s’installer dans le même hôtel. La tension politique risque de s’accroître à l’approche de l’échéance électorale de 2018. Dans sa mission de réconciliation, le « Conseil du Fampihavanana Malagasy » n’a pas droit à l’erreur si l’on veut éviter une nouvelle tragédie qui entachera davantage l’histoire politique du pays. En effet, l’histoire contemporaine de Madagascar est caractérisée notamment par des changements de régime marqués par des évènements sanglants ayant causé beaucoup de pertes en vie humaine. Afin d’essayer de conscientiser l’opinion et d’attirer l’attention de tout un chacun face aux risques d’une nouvelle montée des violences, nous allons présenter un petit rappel de ces évènements.

Avril 1971 : La révolte des paysans dans le Sud de la Grande Ile fut réprimée dans le sang par le régime Tsiranana. Notons qu’il s’agissait de la deuxième révolte initiée par les paysans du Sud après celle de 1967. Le Colonel Richard Ratsimandrava était le Chef d’Etat-major de la Gendarmerie à l’époque. Tenu pour responsable de cette révolte par les tenants du régime en place, le parti Monima fut dissout. De son côté, le Vice-président André Resampa, accusé de complot avec les Etats-Unis a été arrêté le 1er juin.

13 mai 1972 : Réélu en janvier 1972, le président Philibert Tsiranana a démissionné au mois de mai, suite aux manifestations et à la pression du peuple et à la révolte des étudiants qui ont incendié l’Hôtel de Ville d’Analakely le 13 mai, avec l’appui des lycéens et des syndicalistes. La grève générale a abouti à la chute du régime Tsiranana. La gestion du pays a été par la suite confiée à l’Armée et au Général Ramanantsoa. Le peuple a décidé de confier les pouvoirs à un Directoire militaire et à un gouvernement formé par des militaires et des techniciens, durant une Transition qui a duré trois ans.

1975 : En décembre 1974, un coup d’Etat a été initié par le Colonel Rajaonarison. En février 1975, le Général Ramanantsoa confronté à de graves troubles politiques décide de confier les pouvoirs au Colonel Ratsimandrava. Le 11 février 1975, six jours seulement après son accession au pouvoir, celui-ci fut assassiné à Ambohijatovo Avaratra. Un Directoire militaire a ensuite été mis en place avec à sa tête le Général Gilles Andriamahazo. Le 14 juin 1975, le Directoire militaire a été remplacé par le Conseil supérieur de la révolution qui était dirigé par le Capitaine de frégate Didier Ratsiraka. Ce dernier a occupé à la fois le poste de Président du CSR, de Chef du gouvernement et de Chef d’Etat.

1976 : Le 30 juillet 1976, le Premier ministre Joël Rakotomalala a été victime d’un accident d’hélicoptère. Il a perdu la vie durant cet accident. En mai 1978, les violences sont de nouveau montées lors de nouvelles manifestations estudiantines. En février 1981, Antananarivo a été le théâtre de nouvelles émeutes. La même situation s’est produite également à Toamasina en 1986 après la réélection du président Didier Ratsiraka en 1982.

10 août 1991 : En juin–juillet 1991, le pays est paralysé par une grève générale initiée par le « Hery velona » composé par tous les partis de l’opposition. Toute une série de manifestations exigeant la révision de la Constitution et le départ du président Didier Ratsiraka a eu lieu. Un gouvernement parallèle a été mis en place. Le 10 août, les Forces de l’ordre tirent sur les partisans du « Hery velona » lors d’une grande marche vers le Palais d’Iavoloha. D’après le bilan de l’opposition, cet évènement a fait une centaine de victimes et des blessés graves. De nombreues disparitions ont également été relevées.

2002 : En janvier 2002, Marc Ravalomanana refuse d’aller au second tour et appelle ses partisans à descendre dans la rue pour réclamer la victoire à l’issue de l’élection présidentielle de décembre 2001. Et ce, même si le 25 janvier 2002, la Haute Cour Constitutionnelle, dans sa proclamation officielle, a annoncé 46, 21% des voix pour le Tiako i Madagasikara, contre 40, 62% pour l’Amiral Didier Ratsiraka. Le 22 février, il s’autoproclame président de la République et prête serment. Bien malgré l’Accord de Dakar signé entre Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana le 18 avril 2002, le pays sombre dans les violences. Les affrontements ont fait plusieurs centaines de victimes. Avec deux gouvernements parallèles, le pays est complètement divisé. Au mois de mai 2002, Didier Ratsiraka et nombreux de ses proches collaborateurs ont fui le pays pour s’exiler en France.

7 février 2009 : Le 13 décembre 2008, Marc Ravalomanana ordonne la fermeture de la Télévision VIVA appartenant à Andry Rajoelina qui était Maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo à l’époque. Le 25 janvier, ce dernier appelle la population à descendre dans la rue pour contester la dictature du régime. Des émeutes ont éclaté dans toutes les provinces. A Antananarivo, plusieurs milliers de partisans de la Révolution orange ont occupé Analakely, Ambohijatovo et les environs. Plusieurs magasins, dont les Magro ont été pillés et incendiés. Environs 80 personnes ont succombé suite aux violences. Le 3 février, Marc Ravalomanana a décidé de destituer Andry Rajoelina de son poste de Maire de la Capitale, par une décision du ministère de l’Intérieur. Le 7 février 2009, la Garde présidentielle a tiré sur la foule devant le Palais d’Ambohitsorohitra. Une trentaine de morts et plusieurs blessés graves ont été recensés. Le 17 mars de la même année, Marc Ravalomanana a démissionné de son poste et a remis les pleins pouvoirs à un Directoire militaire qui les a aussitôt remis à Andry Rajoelina. Dans le même jour, Marc Ravalomanana a quitté la Grande Ile avec sa famille pour s’exiler à son tour en Afrique du Sud. Ses partisans quant à eux ont manifesté dans la rue, sous la répression des Forces de l’ordre.

Réalisé par Davis R

Midi Madagasikara26 partages

Réformes foncières : Madagascar cité en exemple par la Banque Mondiale

La Banque Mondiale reçoit le satisfecit de la Banque Mondiale dans le domaine des réformes fonciers. Dans un article paru sur le site officiel de la Banque Mondiale, André Tessyern spécialiste du foncier de la Banque Mondiale annonce que compte tenu des résultats satisfaisants obtenus à Madagascar, de nombreux pays peuvent s’inspirer de l’exemple malgache. « Plusieurs pays africains s’intéressent déjà à la réforme foncière malgache car elle répond à des questions difficiles et propose des solutions techniques et juridiques fiables et accessibles », précise le technicien de la Banque Mondiale. La Banque Mondiale parle notamment des succès obtenus dans la Commune rurale d’Andriambilany.

« Le succès rencontré dans cette commune tient à de nombreux facteurs dont, en premier, la gouvernance locale. La maire, dans l’exercice de sa fonction, met un point d’honneur sur la transparence, la redevabilité et la participation de la communauté aux décisions. Il existe également une bonne synergie entre les différents services qui touchent au foncier au niveau local : entre la commune, le guichet foncier, le service topographique et domanial », notent Anna Wellenstein, directrice des stratégies et opérations de la Banque mondiale et Jorge Munoz, chef de service au Pôle mondial d’expertise en Développement social, urbain et rural, et résilience, tous les deux en visite dans la commune rurale d’Andriambilany.

« La décentralisation est un aspect clé de la réussite de la réforme foncière telle que nous l’avons vu dans la commune d’Andriambilany », explique Hanitra Rasendrasoa, Directeur général des services fonciers. « Ce succès est également dû à une bonne organisation des services sur le plan technique, allié à une grande transparence et une participation active de la communauté dès l’identification des parcelles, une communication active avec l’administration foncière locale ainsi qu’à la mise à disposition de moyens techniques tels que le plan local d’occupation foncière (PLOF »).

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara25 partages

BFV-Société Générale : Une offre spéciale rentrée scolaire

Concurrence oblige, les banques rivalisent de créativité pour satisfaire au maximum la clientèle.

La rentrée scolaire approche. Et ce ne sont pas les offres spéciales qui manquent. La BFV- Société Générale, par exemple, vient de lancer une offre spéciale avec une promotion sur le crédit au particulier SOAFENO et le crédit immobilier SOAHONENANA. Ainsi, du 21 Août au 21 Octobre 2017, une large gamme sera mise à la disposition du grand public. Dans la pratique, il s’agit d’une campagne de neuf semaines ayant pour principal objectif d’offrir aux clients l’opportunité de préparer la rentrée en toute sérénité : « Prêt rentrée, C’est reparti !».

Point d’honneur. C’est une occasion pour la BFV-Société Générale de mettre un point d’honneur sur ses objectifs de soutenir constamment ses clients actuels et futurs. « La BFV-SOCIETE GENERALE s’engage à contribuer le plus possible aux attentes des clients, tant individuelles que familiales mais surtout, à leur permettre un accès facile et rapide aux offres de crédits conformément à leurs besoins », précise un communiqué de la banque. Ces offres concernent plusieurs volets. Que ce soit une demande de crédit entrant dans le cadre des études (fournitures scolaires, livres, …), d’un évènement spécial (mariage, fiançailles, …), de mobiliers (meubles, électroménagers, …) ou d’achat de véhicules divers (voiture, moto, …), les conditions de prêts SOAFENO et SOAHONENANA seront facilitées pendant la campagne afin que chaque foyer puisse y accéder et en profiter pleinement. Avec une baisse du taux d’intérêt de 2 points par rapport au standard, et une réponse dans les 48h.

Adapté. L’offre spéciale rentrée est effective dans toutes les agences de la BFV-SOCIETE GENERALE, dans la Capitale ou en provinces. Les crédits à la consommation SOAFENO et SOAHONENANA sont accessibles à toute personne désirant obtenir un prêt sur mesure, adapté à son rythme de remboursement et selon la spécificité de ses besoins. Dans le but de maintenir une meilleure collaboration avec sa clientèle et d’être encore plus proche, la BFV-SOCIETE GENERALE reste toujours à l’écoute de ses clients. Elle multiplie sa présence sur le terrain pour être au plus près des familles pour les épauler. Des offres pour toutes les générations existent afin de leur permettre de préparer leur avenir : de 0 à 21 ans : Epargne Ankizy, de 14 à 21 ans : Pack Evolution et Pack Mpianatra : de 18 à 25 ans. Une banque universelle, en somme.

R.Edmond.

Midi Madagasikara25 partages

Star Tour Majunga : Rideau sur trois jours de festivités totales

Jaojoby, le roi du salegy a donné une prestation à la hauteur de sa renommée lors de cette première édition de Star Tour Majunga.

La première édition du Star Tour Majunga s’est soldée sur une note de satisfaction, autant de la part des organisateurs, des partenaires mais surtout du public. Sport, activités familiales, concerts et ambiance discothèque jusqu’au bout de la nuit, tout était là pour divertir les vacanciers.

C’est dans un grand bouquet final tout en couleurs et en lumières que se termine la première édition du Star Tour Majunga. Un feu d’artifice digne des plus grands événements qui a impressionné tout le monde, les vacanciers comme les locaux. Il fait dire que ces trois jours de fête ont été tout simplement divertissants. Samedi, en début d’après-midi, un grand carnaval a sillonné la ville. Avec aux premières loges le maire de la ville, Mokhtar Andriantomanga déguisé en pompier, défilant aux côtés des carnavaliers ; des étudiants, des élèves, des associations aux couleurs des boissons Star comme Eau Vive, XXL, Coca Cola, Judor, Caprice… Et d’autres partenaires de l’événement dont Salto, Orange… Apres avoir fait le tour de la ville, tout le monde s’est arrêté devant la grande scène pour faire ensemble de la zumba, dans une ambiance totalement fun.

People. Le soir, place aux concerts. Samedi, les ados et les jeunes ont tout fait pour être au plus près de la scène pour voir de près le groupe G5, qui a d’ailleurs fait sensation dans leur style boys band des années 2000. Ils dansent, chantent, et créent la liesse en interprétant « Despacito » en version semi acoustique, ou encore « Shape of you » de Ed Sheeran. Et surprise de la soirée, Andry Rajoelina et ses fils et Mamy Ravatomanga sont venus applaudir les G5. Jaojoby, le roi du salegy a succédé aux 5 gars, avant de laisser la place aux DJ. Hier, Rak Roots et son incontournable tube « Tanya » a envoûté les jeunes, avant la grande finale signée Ambondrona, toujours au top de leur popularité.Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara24 partages

Tapatapany

#- Ankorondrano. 4X4 nandrava tamboho sy rindrina. Fiara tsy mataho-dalana iray, marika « nissan patrol » no namarana ny làlany tamina tamboho ary nandrava rindrin-trano mihitsy tetsy Ankorondrano, ny alin’ny sabotsy lasa teo. Nandeha mafy ity fiara ity, izay nentina mpamily efa mamo ihany koa araka ny voalazan’ireo mpitandro filaminana. Niezaka niala fiarabe iray izy no tsy voatana intsony ny familiana ary io nifatratra teny amina tamboho io. Tsy nisy aina nafoy na ny naratra, saingy simba tanteraka kosa ilay fiara sy ilay tamboho nodoniny.

#-Mahajanga. Sarim-bavy nisy namono. Vatana mangatsiakana lehilahy iray, izay manao fiakanjom-behivavy no hita faty omaly vao maraina, tao Mahajanga. Nahitana ratra ny vatany sy teo amin’ny lohany. Tombanana ho nisy namono ity farany araka izany, izay raha ny anton’izany aloha hatreto dia mbola tsy fantatra. Tsy nisy nahita ihany koa ireo nahavanon-doza. Efa mandeha ny fanadihadiana ataon’ireo mpitandro filaminana any an-toerana mahakasika izay. Nentina natao fitsirihana kosa ny razana ary nomena ny fianakaviany taorian’izay.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara20 partages

Festival Sôrogno : Ambanja en fête du 31 août au 3 septembre !

Avec ces grosses pointures à l’affiche, le festival Sôrogno s’annonce très festif.

Le 31 août et jusqu’au 9 septembre, le tout Ambanja fête la vie, afin d’attirer touristes étrangers et locaux.

Nina’s, Willy et Aly Mourad en tête d’affiche le premier jour, le coup d’envoi du festival Sôrogno s’annonce très festif. Après le Somaroho qui s’est tenu à Nosy Be, c’est sur Ambanja que les yeux vont se tourner. Le 31 août et jusqu’au 9 septembre, le tout Ambanja fête la vie, afin d’attirer touristes étrangers et locaux. C’est aussi une opportunité de mettre en lumière les grands produits qui font la renommée de la région, café, cacao et bien d’autres encore. Mais c’est surtout la fête au rendez-vous, avec  des artistes de renom durant toute la semaine au grand stade : Jazz MMC, Lucia, Aka Zizi Céra, Black Nadia, Dadi Love, Sisca, Fandrama, Nina’s, Willy, Aly Mourad et plusieurs autres artistes locaux.

Sôrogno. Le mot « sôrogno » désigne la marée. Pendant la pleine et la nouvelle lune, le niveau de la mer atteint son niveau maximum. On dit que la mer est « sôrogno samonta », en malgache. C’est une période pendant laquelle la nature du paysage côtier acquiert une beauté sensationnelle et les calamités naturelles, bannies. Faunes et flores se livrent à un concert où beauté et harmonie agissent à l’unisson pour donner une atmosphère agréable et nostalgique. Durant la dernière décennie, la région du Sambirano a connu des difficultés quant à la filière cacao : production, qualité du produit, marché extérieur, vols,… Eu égard à cette situation, l’ONG Sambirano – Organisation pour le Développement Opérationnel et Garanti du Nord (SOROGNO)- a décidé d’organiser le festival Sôrogno dont l’objectif est de relancer la filière Cacao de la région du Sambirano en faisant connaître ses potentialités économiques. Au cours des quatre jours de festivités, diverses activités sont ainsi proposées. Outre les concerts et spectacles avec la vingtaine d’artistes à l’affiche, exposition-vente de produits agricoles, projections sur écran géant de films documentaires concernant la filière cacao, activités sportives (traditionnelles et modernes) et autres activités culturelles (danses et chansons folkloriques, mode d’habillement et vestimentaire) sont également prévus au menu.Mahetsaka.

News Mada18 partages

Dago descente : Mbike survole la 3e édition

Les coureurs du club MBike ont fait mordre la poussière à leurs, hier, lors de la version 2017 du Dago descente. Une course de vélo tout-terrain (VTT) qui a été disputée sur un parcours de 1.7 km à Mahatorana Ilafy. Comme il fallait s’y attendre, la troupe de Stéphane Lacas a fait une véritable démonstration de force en remportant la première place, aussi bien chez les seniors que les minimes.

Le numéro un du club a signé un temps de 1’22″81 contre 1’23″34 pour l’un des sérieux prétendants,  Tiaray Rasoavatsaraha (DH Mada), et 1’38″30 pour Cédric Andriamandranto issu du même club. Chez les minimes, Tohy David a pris le dessus sur Herman et Ravaka avec un chrono de 1’29″53 contre 1’39″81 et 1’40″65 pour ses deux protagonistes.

Rojo N.

Seniors :

1-Stéphane Lacas : 1’22″81

2-Tiaray Rasoavatsaraha : 1’23″34

3-Cédric Andriamandranto : 1’38″30

Minimes :

1-Tohy David : 1’29″53

2-Herman : 1’39″81

3-Ravaka : 1’40″65

 

L'express de Madagascar17 partages

Vtt – Dago descente – Stéphane Lacas s’impose à Ilafy

Nouvelle victoire pour Stéphane Lacas. Le vététiste de l’équipe MBike a remporté la troisième édition de la course downhill Dago Descente, hier à Mahatorana Ilafy. Les coureurs se sont affrontés sur un tracé en pente très raide, d’un peu moins de deux kilomètres, à cette occasion.Celui-ci comprenait tous les ingrédients pour une course downhill spectaculaire, à savoir virages relevés, escalier, saut et autres. Et à ce petit jeu, Lacas a été le plus fort. En finale, il a réalisé un chrono de 1min 22,81sec. Tiaray Rasoavatsara de chez DH Mada, vainqueur de la dernière course de descente en date, en janvier à Antsirabe, a pris la deuxième position, avec un temps de 1min 23,24sec.Enfin, Cédric Andria­mandranto, également de chez l’équipe DH Mada, a complété le podium final, avec un chrono de 1min 38,30sec. Du côté des jeunes, Tohy David a mis tout le monde d’accord, une nouvelle fois. Il a bouclé le parcours en 1min 29,53 sec. Ce qui a permis à l’équipe MBike de réaliser un joli doublé.

H.L.R.

Tia Tanindranaza16 partages

RajaonarimampianinaHanao fitaovana ny FJKM indray

Fanompoam-pivavahana lehibe tao amin’ny kianja Monisipaly ao Antsiranana omaly alahady 20 aogositra no nanokafana tamin’ny fomba ofisialy ny fankalazana ny jaobily faha-50 taonan’ny fiangonana FJKM eto Madagasikara sy ny faha-200 taona nidiran’ny Misiona LMS.

Misy ambadika

Somary nanaitra kosa ny ampahana kabarin’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina omaly tany Antsiranana raha nilaza izy hoe : « isaorana ny ezaka vitanareo tao amin’ny komitin’ny faha-50 taona, ary iriana ianao Atoa Ravalomanana mba haharitra amin’io toerana io fa avelao kosa ho anay ny fitantanana ny firenena… ».Avy eo moa nangataka an’Atoa isany Hery Rajaonarimampianina sy Marc Ravalomanana mba hifandray tanana imasom-bahoaka ny filohan’ny FJKM ary dia nifandray tanana tokoa ny roa tonta. Tsy misy maharatsy ny famintranam-pihavanana, saingy nanaitra ihany io lahateny nisy loko politika nataon’ny filoham-pirenena io ary avy eo dia niparitaka ilay sary mifandray tanana.Andro vitsy mialohan’io anefa dia ireny noroahana miaramila tao amin’ny hotely nipetrahany ireny Atoa Marc Ravalomanana mivady satria hoe ilain’ny filoham-pirenena ilay efitrano.Mampanahy ny tranga-javatra tahaka izany satria toa mamofompofona fampiasana ny fiangonana ho fitaovana politika, sanatria.Toa mifangarika sy mifanohitra mantsy ny kabary ambony pilipiotra sy ny fihetsika aty ambadika ary tsaroana eto ny resak’i Marc Ravalomanana herinandro lasa izay tany Toamasina momba ny fampihavanam-pirenena.Hoy indrindra izy tamin’ny mpanao gazety : « tena tsara ny fampihavanana, saingy fampihavanana tena izy tokoa ve ilay atao sa fampihavanana hanakonan-javatra…efa nisy ny fampihavanana notarihan’ny filoham-piangonana saingy mba nankaiza moa ny tohin’izy iny izao ? ». Niantso ireo mpikambana ao amin’ny governemanta sy ny mpitondra fanjakana mba hibebaka ihany koa nyfilohampirenena nandritra ny kabariny, asa izy raha hisy hihaino.

Toky R sy RTT

News Mada13 partages

Underground Body Gym : toherina ny herisetra sy ny zava-mahadomelina

Anisan’ny toerana fitaizam-batana amin’ny alalan’ny fanatanjahantena sy mikolokolo ny fahasalamana ny Underground Body Gym, eny Tanjombato, izay nanokatra ny varavarany nanomboka ny 31 jolay lasa teo. Anisan’ny tanjona nanangana izany ny ady amin’ny herisetra sy ny zava-mahadomelina mahazo ny ankamaroan’ny tanora, amin’izao fotoana izao. Nomarihin’i Haja, anisan’ireo mpanabe ao amin’ny Underground Body Gym, fa saika ahitana toerana fisotroan-toaka avokoa ny elakela-trano eto an-dRenivohitra, ankehitriny, ka nanosika azy ireo hametraka izao efitra hanaovana fanatanjahantena  izao izany. Maro ny fomba itaizana ny vatana hita ao, toy ny «musculation”, “cardio fitness”, “aerobic”, “tae-bo”, “zumba». Efatra mirahalahy ny “coach”, izay efa nianatra manokana manokana momba ny fanatanjahantena misahana izany : i Haja, i Andry, i Riana ary i Jacques. Misokatra ny alatsinainy hatramin’ny asabotsy,  manomboka amin’ny 7 ora ka hatramin’ny 8 ora alina, ny Underground Body Gym Tanjombato. Nomarihin’ny coach Haja fa manasitrana ireo aretina maro ny fanaovana fanatanjahantena, toy ny aretim-po, ny sohika, ny fiakaran’ny tosidrà sy ny fahasarotam-piterahana ho an’ny vehivavy. 5 000 Ar isaky ny mikotrana ny sarany ho an’ny olon-tsotra te hitaiza vatana fotsiny  ary 60 000 Ar isam-bolana kosa ho an’ny mpikambana. Anisan’ny mampiavaka ny Underground Body Gym ny fananany ireo fitaovana hiaka farany toy ny «Altère» milanja 55 kg. Manainga ireo tanora eny Tanjombato sy Ambany Atsimo ny Underground Body Gym, hikotrana ao anatin’izao fialan-tsasatra izao. Tsy ho azy ireo ihany fa ho an’izay maniry ny hikolokolo vatana. Afaka manao izany ihany koa ny ankizy manomboka ny roa taona, saingy nomarihin’i Haja fa ny fibatana fonjamby ihany no tsy mbola azon’izy ireo atao.

Torcelin

 

Orange Madagascar13 partages

Fausse déclaration : 1450 téléviseurs écran plat saisis par la Douane malgache

Le Dimanche 20 août 2017, les agents du service de la lutte contre la fraude douanière ont mis à nu une tentative de fausse déclaration douanière. Déclarés en tant que tissus, 1450 téléviseurs à écran plat ont été trouvés par les agents dans un dépôt sis à Analakely appartenant à une Société qui a pignon sur rue.Cette découverte est le fruit des efforts déployés par le service de la lutte contre la fraude douanière en matière de ciblage.

L’importateur propriétaire des marchandises, en plus de la fausse déclaration d’espèces, à également enfreint les dispositions réglementaires concernant les présentations à destination sous scellés rompus de marchandises expédiés sous plombs de douane. En effet, cet importateur a sciemment rompu le plomb apposé par le service aux fins de contrôle et a dépoter le conteneur sans aviser le SLF, alors que mention a été faite dans une attestation qui lui a été délivrée, selon toujours les réglementations en vigueur.A rappeler que la fausse déclaration d’espèce, comme celle découverte ici, constitue un délit douanier de première classe et passible de la confiscation de l’objet de fraude, de la confiscation des moyens de transport, de la confiscation des objets servant à masquer la fraude, d’une amende comprise entre 1 et 2 fois la valeur de l’objet de fraude et d’un emprisonnement de 6 mois à 1 an. 

Cette grosse prise réaffirme l’engagement de l’administration des douanes et de la Direction des affaires juridiques et de la lutte contre la fraude, en particulier, pour le renforcement des contrôles douaniers et ce malgré les moyens dont elle dispose à travers le SLF. Ce dernier agissant dans les cadres égales de ses compétences entend jouer à fond son rôle de contrôleur de deuxième rideau, notamment en matière de contrôle post-dédouanement et de contrôle a posteriori aux fins de renflouer les caisses de l’état.

L'express de Madagascar12 partages

Sommet – La SADC accompagne Madagascar

Le 37e sommet de la SADC qui s’est tenu à Pretoria promet de soutenir la Grande-Ile. Il a eu comme principale préoccupation l’industrie et l’industrialisation.

Sous surveillance. La situation à Madagascar est suivie de près par la SADC. Telles sont les déclarations faites à l’issue du37e Sommet des Chefs d’État et de Gouverne­ment de la SADC qui s’est tenu  au Ministère des Relations et de la Coopération Interna­tiona­les, bâtiment O R Tambo, à Prétoria. Le thème de ce sommet porte sur l’industrie et l’industrialisation de l’Afrique Australe, notamment dans le domaine de l’agro-transformation, de l’enrichissement des minéraux, de l’énergie, des produits pharmaceutiques. Ont été développées les compétences requises en vue de renforcer l’intégration régionale et de créer un mécanisme favorisant la parti­ci­pation du secteur privé. La délégation malgache a été dirigée par le chef du gouvernement Solonandrasana Olivier Mahafaly.Avec ses dix-sept pays membres, la communauté de développement des pays de l’Afrique Australe constitue un marché potentiel pour Madagascar. Riche en matières premières, l’industrialisation constitue toutefois le talon d’Achille de Madagascar. Affaiblie par la concurrence des produits importés, et pénalisé par le coût élevé de l’énergie, la marge de manœuvre de l’industrie malgache est réduite.

Post-criseDans son allocution, le Premier ministre a mis en exergue la place prépondérante de l’industrie dans le développement. « C’est par l’industrie qu’on pourrait  améliorer non seulement notre économie mais aussi créer des emplois. Il permet de donner de la valeur ajoutée et de la chaîne de valeur au niveau régional », soutient-il.Mandaté par l’Union africaine dans la médiation lors de la crise socio-politique de 2009-2013, bien que les résultats soient mitigés, la SADC suit avec attention l’évolution de la situation à Mada­gascar. Lors de ce sommet, le Chef du Gouverne­ment a dressé un rapport  sur les avancées de Madagas­car depuis la fin de la crise. Ainsi, il a fait appel à l’appui de la SADC pour soutenir l’effort accompli par Gouver­nement malagasy pour que la stabilité à Mada­gascar devienne pérenne et pour que l’État malagasy puisse procéder à la lutte contre la pauvreté. Un rapport que la SADC qualifie être en « évolution positive », selon le communiqué émanant de la Primature.Comme à chaque voyage officiel, les retombées des accords conclus et les déclarations faites par les autorités sont attendues par le citoyen lambda. Ainsi, la traduction des déclarations faites à Pretoria, en action à Madagascar, est attendue, d’autant que, tout récemment, le secteur de l’énergie vient de prendre son nouveau souffle. La régulation des importations apportera un nouveau souffle aux investissements des industriels malgaches.

Andry Rialintsalama

News Mada10 partages

Toamasina II sy I : ahitana hena maimbo sy feno olitra amidy 5.000 Ar

Tandindonin-doza ! Izay ny azo ilazana ny zava-misy ao amin’ny fokontany Ambodiantafana, kaominina ambanivohitra Antetezambaro, distrikan’ i Toamasina II. Betsaka ny omby maty ao amin’ilay orinasa “Madaraiche”.

Nanomboka ny 24 jolay no ho mankaty, efa 50 mahery ny omby maty noho ny harerahana, raha ny filazan’ny mpikarakara ny valaben’ny “Madaraiche”, Razafindrabe Judicaël, ao amin’ny fokontany Antetezambaro, fametrahana omby mialoha ny hanondranana azy any ivelany. Voalaza fa omby avy any amin’ny faritra atsimon’ ny Nosy ireo omby ireo, taterin’ny kamiao amin’ izany toerana izany, mirefy 95 ha, ka ny orinasa « Madaraiche » ny tompony, araka ny fantatra nandritra ny nanaovana ny fanadihadina teny an-toerana.

Nanomboka tamin’io fotoana io, nahitana omby maty tsy nalatsa-drà, efa lo sy maimbo ao amin’izany toerana izany. Milaza ny mpikarakara fa alevina avokoa izay omby maty. Nilaza ihany anefa izy fa tamin’ny voalohany, namidy 5.000 Ar amin’ny fokonolona ao an-toerana ny kilao. Andaniny, nilaza ny fokonolona fa nozaraim-potsiny ny hena efa maimbo. Nentin’ny fitiavana te hihinan-kena ka samy naka izay tandrify azy…

Nanomboka ny herinandro lasa teo, efa hita hatrany Toamasina izany, fokontany Ambohijafy Avaratra sy Atsimo, Salazamay, Valpinson ary efa niakatra teny amin’ny latabatry ny tsena mihitsy io henan’omby maty ho azy io ary namidy 5.000 Ar ny kilao. Voaporofo izany noho ny mbola nahitana omby efa feno olitra sy maimbo, nandritra ny fandalovana teny an-toerana, ny 18 aogositra teo.

Mandalo ny mpitsabo biby, mitazam-potsiny ny zandary

Mahavariana ihany koa amin’ity raharaha ity, araka ny voalazan-dRazafindrabe Judicaël, mandalo ao matetika ny mpitsabo biby avy amin’ny sampandraharahan’ny fiompiana nefa mbola ahitana ireo omby efa maty tsy alevina ireo. Tsy izay ihany fa eo amin’ny sakana ataon’ny zandary amin’ny RN 5 ny fiviliana miditra mankany amin’ny toerana misy io valabe io.  Mahita izay rehetra miseho ao ny zandary, saingy mitazam-potsiny, sa misy ambadika ve…?  Araky ny vaovao farany, niampy valo indray ny omby maty ny 19 aogositra teo.

“Manana fahazoan-dalana ara-dalàna miompy omby sy manondrana omby velona any ivelany ny orinasa”, hoy Razafindrabe Judicaël, tompon’andraikitra iray ao amin’io orinasa io. Valabe efa natao tany Fianarantsoa izany no nafindra any Toamasina, manamora ny fanondranana azy.  Fantatra ihany koa fa mbola hanangana laboratoara mahazaka famonoan’ omby miisa 150 isan’andro ny orinasa, hapetraka any amin’ny fokontany Antanandava, Toamasina II.

Sajo

Midi Madagasikara10 partages

Echos du vendredi joli

La formule Sammy, Sefo, Bebey, Benny a une fois de plus marché (photo : Kelly)

Piment Café : La bande à Benny ravit les habitués des lieux. La magie a opéré ! Benny, Bebey, Sefo et Sammy ont, une fois de plus, séduit les amoureux de folk au Piment Café. Vendredi dernier, les inconditionnels de Lôlô sy ny tariny n’ont effectivement pas raté le rendez-vous avec la bande à Benny. Dans une atmosphère suffocante d’enthousiasme et dans une cohue joviale, Sammy lance les premières notes avec son violon, suivi d’un Sefo des grands jours avec son calme légendaire. Benny, avec son sérieux et sa belle voix, Bebey avec ses reprises et cette voix qu’on reconnaîtrait entre milles, n’ont, bien évidemment pas manqué de séduire eux aussi les noctambules déjà acquis à leur cause. Une bien belle soirée !Mahetsaka

HDA Analakely : Marion et son guest font sensation. Non, Marion n’a pas encore fini de nous surprendre ! Vendredi soir, c’est une très agréable surprise qu’il a réservé à tous ceux qui étaient à l’Hôtel de l’Avenue Analakely. Ces dernières années, on voyait effectivement le chanteur reprendre ses titres sur des instruments préenregistrés. Cette fois, il a donc décidé de faire taire une bonne fois pour toutes les mauvaises langues et a prouvé que oui, il est une pointure. Vendredi dernier, l’interprète de « feno anao » est ainsi monté sur scène, avec quelques uns des musiciens les plus talentueux de la Capitale pour ne citer que Tahinavibe au sax et le coach Lanto au clavier. Une prestation saluée par ces noctambules qui avaient la chance de se retrouver  l’HDA. Une expérience que Marion renouvellera sans aucun doute très prochainement.Mahetsaka

Midi Madagasikara10 partages

Gasynet : Le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage rejoint le MIDAC

Le MIDAC (Ministères, Départements et Agences de Contrôle) est opérationnel au sein du ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage. En effet, ce département a signé jeudi dernier  un protocole d’accord avec le ministère des Finances et du Budget et la Société GasyNet. Il s’agit en fait de la confirmation de l’intégration de ce ministère  au module MIDAC de TradeNet. Le MIDAC, rappelons-le,  a été mis en place pour la délivrance de manière électronique des différents certificats, autorisations ou licences spécifiques requis dans les opérations d’importation et d’exportation. En intégrant ce système, les agences de contrôle et les directions concernées au niveau du ministère, vont pouvoir traiter et répondre en ligne aux demandes des importateurs et exportateurs. Ces derniers quant à eux, auront la possibilité de suivre en temps réel l’évolution de leurs dossiers. Il est à noter que la délivrance en ligne des autorisations de dédouanement et d’importation des produits agro-pharmaceutiques a déjà été lancée en octobre 2016. Les prochaines étapes consisteront à intégrer les certificats phytosanitaires ainsi que les différents certificats délivrés par les services vétérinaires, le tout aussi bien à l’importation qu’à l’exportation.

R.Edmond.

La Vérité9 partages

Produits d’exportation - L’« or brun » se dévalorise sur le marché

Le cours du cacao est en baisse. Pour cette année, le cacao se dévalorise encore plus que l’année dernière, que ce soit sur le marché local qu’international. En effet, même si le cacao de Madagascar est classé parmi les meilleurs du monde, sa valeur n’atteint pas vraiment ce niveau actuellement. Cette valeur est surtout définie par son cours sur le marché international. Et à l’heure actuelle, la demande mondiale en cacao a diminué. Par conséquent, son prix a également baissé. Une réduction de moitié. Cette chute de prix se fait également sentir dans le pays.

Elle est considérée comme une perte pour les paysans malgaches, étant donné que les collecteurs se refusent à acheter les fèves de cacao au prix adéquat. Ils doivent ainsi vendre leurs produits à moindre prix s’ils veulent les écouler. Une grande partie de la production de cacao produit est exportée, d’où l’influence du cours du cacao sur le marché local. Et le prix local devient alors instable. Le cacao est un produit d’exportation de grande valeur. Mais si le cours de ce produit tarde à évoluer, il pourrait perdre son statut d’« or brun ».Une production de qualité mais réduiteLa production de Madagascar est encore limitée jusqu’à aujourd’hui. La production annuelle de cacao varie de 5 000 à 10 000 tonnes par an, contre 15 millions de tonnes pour la Côte d’Ivoire. La majorité de la production provient de la région de Diana, plus particulièment d’Ambanja. On peut retrouver les trois principales variétés de cacao au pays, à savoir le « Trinitario » avec un pourcentage de 35 %, le « Forastero » (60 %) et le  « Criollo » (5 %).  Des variétés brassées pour faire la particularité et la bonne qualité de la production malgache. Comme la vanille, si Madagascar améliore sa production en termes de quantité et de qualité, il pourrait accaparer tout le marché et assurer la rentrée de devises. Pour assurer la stabilité du prix du cacao à Madagascar et promouvoir le produit, des conférences-débats seront organisés lors des rencontres qui auront lieu du 30 août jusqu’au 03 septembre à Ambanja, la Capitale du cacao. Il s’agira d’entrevues durant lesquelles le marché d’équilibre du cacao mais aussi les répercussions du changement climatique sur la production seront discutés. Propos recueillis par Rova R.

L'express de Madagascar9 partages

Santé publique – L’accident vasculo-cérébral fait rage

L’AVC est tenu pour la cause de plus de 20% des décès au centre hospitalier universitaire Joseph Raseta à Befelatanana. Les victimes de cet accident sont de plus en plus jeunes.

Mort subite. Lalaina, nom d’emprunt, vient de perdre son mari, dans des circonstances inattendues, la semaine dernière. Il a été emmené d’urgence au centre hospitalier universitaire Joseph Raseta à Befelatanana (CHU JRB), après être tombé dans l’inconscience en rentrant de son travail. « Il se plaignait juste d’avoir eu mal à la tête, avant de rejoindre son bureau. Il n’y avait plus grand-chose à faire le soir, il aurait fait une grande hémorragie cérébrale, selon les médecins », déplore cette jeune veuve, samedi.Son mari avait tout juste  la trentaine, à son décès. Il a été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC).Autour des 20% des personnes décédées dans cet hôpital sont victimes d’AVC, selon les statistiques.En 2016, sur les mille neuf cent quarante huit décès répertoriés dans tous ses services, les quatre cent trente huit sont causés par l’AVC. Entre janvier et juin de cette année, deux cent dix-huit sur les neuf cent quatre vingt treize décédés ont succombé suite à cette maladie.

JeunesAutres chiffres inquiétants dans ce centre de référence des AVC, près de la majorité des patients atteints de cette maladie meurent. 47,71% en 2016 et 44,76% entre janvier et juin de cette année. Presque la totalité des victimes sont âgées de plus de 25 ans et sont majoritairement des hommes.Les médecins spécialistes ont constaté depuis quelques temps le rajeunissement des malades. « L’âge moyen des malades tourne autour de la cinquantaine chez nous alors qu’ à l’étranger, l’AVC ne touche que les personnes âgées. Ils font encore partie des populations actives et doivent encore subvenir aux besoins de leur famille et voilà qu’ils sont condamnés », souligne le Dr Julien Razafi­mahefa, neurologue au CHU JRB.L’hypertension artérielle est, généralement, héréditaire.Il y a également des facteurs de risque, à savoir la consommation excessive d’huile animale, d’aliments farineux et d’autres encore. La négligence du contrôle de la tension artérielle pourrait engendrer l’AVC.« L’hypertension artérielle n’a pas de symptômes. Il ne faut donc pas attendre d’avoir mal à la tête ou à la nuque ou encore de se sentir fatigué pour contrôler sa tension artérielle. Il faut faire le contrôle si quelqu’un dans la famille en a déjà été victime. Au fur et à mesure qu’elle reste élevée, l’accident se produit », explique ce spécialiste qui précise que les médicaments sont à vie pour les personnes touchées par ce problème d’hypertension artérielle.

MiangalyRalitera

News Mada8 partages

Rajaonarimampianina et Ravalomanana : nouvelle passe d’armes à Antsiranana

Le culte d’ouverture officielle du jubilé de l’Eglise protestante réformée de Madagascar (FJKM) et du 200e anniversaire de l’arrivée des missionnaires de London Missionary Society ( LMS) à Madagascar s’est tenu, hier, au stade municipal d’Antsiranana. Un culte caractérisé par des discours à tirs croisés entre Rajaonarimampianina et Ravalomanana.

C’est sous un ciel bleu sans nuage, sous la chaleur de la ville d’ Antsiranana que les chrétiens de la FJKM ont procédé au lancement du jubilé de cette congrégation et du 200e anniversaire de l’arrivée des missionnaires de la LMS à Madagascar. Une ambiance chaude qui s’est fait ressentir lors des différents discours qu’ont tenus les différents orateurs, à commencer par le président de la FJKM, le pasteur Irako Andriamahazosoa Ammi, le président du comité de la célébration, Marc Ravalomanana et le président de la République, Hery Rajaonarimampianina.

Le président de la FJKM, le pasteur Irako Andriamahazosoa Ammi, a appelé les chrétiens protestants à ne pas accepter la division au sein de l’Eglise. «Que notre union ne soit pas entachée par nos origines, nos richesses, nos connaissances et encore moins la politique. Nous avons chacun notre appartenance politique mais que nous ne soyons pas désunis pour cela». Et en tant que «Raiamandreny» spirituel, le président de la FJKM a débuté la réconciliation nationale par Ravalomanana et Rajaonarimampianina sur place. Un geste ovationné par l’assistance, surtout après les polémiques suite à l’expulsion des époux Ravalomanana dans un hôtel d’Antsiranana par l’équipe de la Présidence ainsi que le port de la tenue militaire du président de la République sur les lieux.

De l’hypocrisie dans l’air

Dans son discours, à part la présentation des dirigeants depuis la création de la FJKM en 1968, le président du comité des deux jubilés, Marc Ravalomanana, a tenu à remercier l’assistance et les officiels qui ont honoré de leur présence la cérémonie. Reconnaissant spécialement la présence de Hery Rajaonarimampianina sur place, Marc Ravalomanana a réitéré la place de l’Eglise dans la Nation. «Il est ici incontestable que l’Eglise  tient une place prépondérante au sein d’une Nation. Mais l’Eglise doit respecter les échelons du pouvoir en place et nos dirigeants».

Ayant pris parole, le chef de l’Etat n’a pas manqué de répondre à Marc Ravalomanana. «Je tiens à féliciter le président du comité par l’organisation sans faille de ce jubilé. Je l’encourage à poursuivre la direction du comité qu’il l’effectue avec beaucoup de professionnalisme. Laissez la direction du pays et les affaires de l’Etat entre nos mains», a scandé Hery Rajaonarimampianina.

Un appel qui pour les observateurs n’est pas gratuit après les diverses actions et descentes qu’ont menées Ravalomanana et son team dans tout Madagascar. Un discours qui annonce également la couleur de ce qui va se passer durant la prochaine élection présidentielle. En d’autres termes, Hery Rajaonarimampianina veut que Marc Ravalomanana se cantonne dans les affaires religieuses et abandonne l’idée de revenir un jour au pouvoir.

Malgré les différentes gesticulations des deux politiciens à Antsirananana, le fait est qu’ils resteront toujours des adversaires politiques qui useront chacun de leur prérogative pour attirer les électeurs.

Rakoto

 

News Mada8 partages

Nampihavanin’ny FJKM tany Antsiranana… : nifandray tanana Ravalomanana sy Rajaonarimampianina

 Mba ho amin’ny fo tanteraka. Nanamarika ny fanokafana ny jobily faha-50 taon’ny FJKM tany Antsiranana, omaly,  ny fampihavanana ny filoha Rajaonarimampianina sy ny filoha teo aloha, Ravalomanana.

 

Nampihavanin’ny filohan’ny FJKM, Andriamahazosoa Irako Ammi nandritra ny fotoam-pivavahana nankalazana ny faha-50 taon’ity fiangonana ity sy ny faha-200 taona nidiran’ny misionera eto amintsika, ny filoha Rajaonarimampianina sy ny filohan’ny jobily, Ravalomanana Marc. “Aoka tsy hatao hampisaraka antsika ny politika… Ny fiaviana, ny fahasamihafana… Meteza hatoky hatrany… Tokony hanova toetra sy fihetsika isika kristianina”, hoy ny ampahan’ny fampianarana nataon’ny filohan’ny FJKM, Andriamahazosoa Irako, tamin’izany. Nampifandraisiny tanana avy eo ny filoha am-perinasa sy ny filoha teo aloha. “Faly aho, tena faly fa namaly ny fanasana ary tonga eto ny filoham-pirenena”, hoy kosa Ravalomanana amin’ny maha filohan’ny komitin’ny jobily azy. Nampahery ny asa masina tanterahin’ny FJKM kosa ny filoha Rajaonarimampianina tamin’ny lahateniny.

Tsy ho fisehoana ivelany fotsiny ihany

 Tsiahivina fa nisehoana disadisa ireo samy eo anivon’ny fiangonana ireto tato ho ato. Anisan’ny vao haingana indrindra ny nanesoran’ny Emmo/Reg, nahazo baiko avy amin’ny olona tsy fantatra, ny filohan’ny komitin’ny jobily, Ravalomanana mivady, tao amin’ny hotely nipetrahany noho ny filazana fa ho avy eo ny filoha Rajaonarimampianina. Efa namandrika mialoha izany toerana izany, tamin’ny anaran’olon-kafa ny 26 jolay teo, anefa ny filoha teo aloha.

Hiravona eo izany ve ny disadisa eo amin’ny roa tonta ? Mba tsy ho fihatsarambelatsihy na fisehoana ivelany fotsiny izao fifandraisan-tanana izao. Sa mbola hanao ny ataony hatrany, hanaratsy  endrika ny mpitondra ireo tompomenakely sy tandapa sasany ?

Synèse R.

Midi Madagasikara8 partages

Mananjary : Tovolahy tsy afaka Bacc, nitambotsotra maty tampoka

Hakiviana tsy nisy ohatra izany an’ity tovolahy iray sahabo ho 21 taona eo, monina any Mananjary, raha nandre fa tsy afa-panadinana bakalorea ny tenany, ny zoma hariva teo. Raha ny vaovao voaray dia efa in-telo naka “Bacc” ity tovolahy ity fa tsy afaka, ary nanantena mafy ny tenany tamin’ity indray mitoraka ity fa hahazo vokatra tsara amin’izay, kanefa indrisy fa ny zandriny vavy 18 taona no afaka ary nahazo “mention assez-bien”. Rehefa avy nisaotra an-jandriny vavy : “ Felicitation zandry” ity tovolahy voalaza fa salama tsara ity, dia nitolefika nitambosotra tampoka niakarapoka tamin’ny tany. Nezahina novelomina fa tsy nisy aina intsony. Tamin’ny ankapobeny dia tsara ny voka-panadinana Bakalorea 2017 tany amin’ny Cisco Mananjary (56,44% ny taham-pahafahana), ary tsy nampitsanga-menatra ny vokatra tao aminay, raha ny nambaran’ Atoa Totovelo Baolahy Vincent, Proviseur Lycée Justin Manambelona. 62 % ny taham-pahafana  tao amin’ity sekolim-panjakana ity.

Eric Manitrisa

News Mada7 partages

Atsimo Andrefana sy i Menabe : hanome 16 miliara Ar ny Sinoa hamatsiana rano

Iaraha-mahafantatra ny tsy fahampian-drano any amin’ny faritra atsimo, zary sakana iray lehibe ho an’ny toekarena sy sosialy. Manoloana izany, tetikasa iray goavana iarahan’ny governemanta malagasy sy sinoa ny hanamboarana ny vovo fisintonan-drano miisa 200 any amin’ny faritra Atsimo Andrefana sy Menabe. Tanjona ny hampiakatra 67 % ny tahan’ny fahazoana rano madio fisotro, ho antoky ny fahasalaman’ny mponina hahafahany miasa mamokatra. Vita sonia, ny faran’ny herinandro teo, ny fifanarahana eo amin’ny governemanta roa tonta, teny amin’ny CCI Ivato, ka 16 miliara Ar no hoentina hanaovana izany asa izany avy amin’ny governemanta sinoa, fanampiana tsy averina, araka ny fanamarihan’ny minisitry ny Angovo sy ny rano, Rasoloelison Lantoniaina.

Raha ny salanisa eto Madagasikara, 24 % monja ny mahazo rano madio fisotro, fa mbola misy latsaka ambany lavitra noho izany any amin’iny faritra atsimon’ny Nosy iny ihany. Efa nisy fanadihadiana niarahan’ny teknisianina malagasy sy sinoa momba izany any amin’ireo faritra roa ireo. « Lavaka tsy maintsy hahitan-drano ireo vovo 200 ireo fa tsy vitavita ho azy fotsiny amin’izao. Tsy lavaka lehibe ireo fa lalina ary hisy milina hisintonan-drano aminy », hoy ny minisitra Rasoloelison Lantoniaina. Manomboka avy hatrany izao ny asa.

Araka ny tapaka tamin’ny filankevitry ny governemanta, ny 16 aogositra teo, ny fanafoanana ny “Dioranowash”, ary raisin’ny fanjakana feno ny fitantanana sy famatsian-drano manerana ny Nosy. Faritana ao anatin’ny politikam-panjakana ny momba ny famatsian-drano, indrindra amin’izao misy minisitera misahana izany izao. “Tompon’ny fanapahan-kevitra rehetra momba ny famatsian-drano izany, manomboka izao, ny fanjakana. Na izany aza, eo hatrany ny fiaraha-miasa amin’ireo mpiara-miombon’antoka handaminana ny fomba fiasa”, hoy ihany ny minisitra.

R.Mathieu

News Mada7 partages

Orange Madagascar : la 4G lancée à Antsiranana

Orange Madagascar a lancé officiellement la 4G à Antsiranana, à l’occasion d’une cérémonie organisée le 18 août dernier. L’ensemble  des opérateurs économiques de la région a répondu présent à cette cérémonie, également honorée par le ministre des Postes, des télécommunications et du développement numérique, Neypatraiky André Rakotomamonjy. La délégation d’Orange Madagascar a alors saisi l’occasion pour recueillir les besoins des clients et des futurs clients dans la région.

 Arrivée le 16 août 2017 à Antsiranana, la délégation d’Orange Madagascar a déjà pu rencontrer quelques opérateurs économiques. «Nous avons des besoins spécifiques, chacun dans nos activités, et les réalités de notre région ne sont pas celles de la capitale. Voilà pourquoi c’est important qu’on nous écoute, et nous sommes heureux que le comité de direction d’Orange Madagascar ait fait spécialement le déplacement chez nous pour nous écouter» a expliqué un opérateur économique de la ville.

En effet, l’arrivée de la 4G est une opportunité pour les entreprises malgaches, d’être présentes à l’international. Car le numérique leur permettra de se positionner sur la carte des entreprises de ce monde et ainsi d’avoir une vraie vie internationale. Un véritable atout, notamment, pour le tourisme.

Riana R.

 

L'express de Madagascar4 partages

Le Collectif Tany parle au Président

Le Collectif TANY, dont la mission consiste à appuyer les citoyens et paysans malga­ches dans leur développement et dans la défense de leurs terres et ressources naturelles, a visionné attentivement et avec un grand intérêt votre douzième intervention sur « Le Rendez-vous - Fotoambita », consacrée particulièrement à la Terre et au Foncier.En premier lieu, nous rappelons que le Collectif TANY tient à ce que toutes les décisions concernant les terres ne doivent ni oublier ni exclure la majorité des citoyens malgaches, notamment les paysans, car l’avenir du pays en dépend.Nous avons bien noté que, dès les premiers mois de votre mandat présidentiel, vous vous êtes investi en priorité dans la recherche d’investisseurs, notamment étrangers, afin d’exploiter les terres malgaches dans divers secteurs. Les efforts intenses de trois années et demie semblent aboutir actuellement- à la manifestation d’intérêts d’une multitude de pays, notamment de la Chine - puisqu’une note sur l’intégration de Madagascar à la Ceinture économique de la route de la soie a été signée lors de votre visite d’État en Chine au mois de mars (1) et que certains hauts dirigeants malgaches ont déclaré vouloir répondre aux besoins des Chinois (2),- et à la mise en place de différentes lois pour réguler diverses zones d’investissement.La vente de terrains aux étrangers Vous avez fermement affirmé, et nous vous en sommes gré, que la législation malgache interdisait la vente de terres aux étrangers et vous avez évoqué votre réaction à Tuléar face aux plaintes relatives à la vente de terrains à une société étrangère à très bas prix - 7 Ariary le m2. (3)Néanmoins, nous souhaitons que vous puissiez nous apporter des éclaircissements sur un certain nombre de points :• Des sanctions sont-elles prévues par la Loi pour les personnes enfreignant cette interdiction, à savoir celles qui vendent et achètent des terres de manière illégale ? Le Collectif TANY souhaite que les poursuites judiciaires contre les contrevenants soient effectives et propose que les sanctions comportent des amendes ainsi qu’une annulation de la vente et une restitution des terres à la commune.• Pourriez-vous confirmer que cette interdiction de vendre les terrains aux étrangers à Madagascar concerne également la vente de terrains à des sociétés à capital majoritairement étranger ? En effet, diverses publications attestent que les organisations de la société civile ne sont pas les seules entités à comprendre que les articles 18 et 19 de la loi 2007-036 autorisent la vente de terrains à des sociétés étrangères (4). Une nécessaire clarification pourrait être apportée.• Comment devons-nous interpréter les interventions publiques de ces dernières semaines de l’EDBM (Economic Development Board of Madagascar) et leur insistance particulière sur la notion de « garantie du Foncier » (5) dans la problématique de la venue des investisseurs ? Ceci nous inquiète car ressemble fort à une offensive de lobbying dans le sens de l’autorisation de vente de terre aux sociétés à capitaux étrangers, en cette période où la révision de la loi sur les investissements 2007-036 est évoquée par certains articles de presse. Le Collectif TANY demande instamment qu’une consultation des citoyens sur le sujet soit faite préalablement à la soumission d’un projet de loi aux différentes instances d’approbation.• Nous apprécions à sa juste valeur votre déter­mination à trouver des solutions pour combler les lacunes et corriger les erreurs. Le Collectif TANY rappelle quelques propositions qu’elle a déjà émises (6)* La réduction de la durée des contrats de location de terres aux investisseurs nous paraît cruciale, car les impacts sur les communautés locales des locations de terres de longue durée, appelées baux emphy­téotiques, sont identiques à celles des ventes. C’est pour cette raison que le Collectif TANY recommande des locations dont la durée est inférieure à 25 ans.* Les décisions d’attribution devront être prises par une commission impliquant diverses parties prenantes, notamment les populations affectées et riveraines dans le cadre du consentement préalable, libre et éclairé. Le renouvellement éventuel du bail sera décidé par une commission de suivi et d’évaluation qui prendra en compte le besoin éventuel des terres concernées pour l’usage des paysans.* Concernant la surface des terres, l’allocation de terres se fera par lots de 1 000 ha. Une évaluation économique, sociale et environnementale (emplois créés. méthodes utilisées, production effective, impacts négatifs sur l’environnement, etc) devra être effectuée avant de passer à une extension des attributions dont les critères d’approbation seront à déterminer.* Une date limite pour la réalisation du projet d’investissement doit être fixée. En effet de nombreuses expériences à Madagascar montrent que les populations sont privées de vastes surfaces attribuées aux investisseurs qui finalement ne les utilisent pas ou exploitent seulement une partie infime au bout de plusieurs années. En cas de défaut de réalisation du projet avant la date limite prévue, les terrains reviendront à la commune concernée.

Par Mamy Rakotondrainibe

News Mada3 partages

Antsiranana : la guerre de communication fait rage

Durant trois jours, les yeux sont rivés à Antsiranana où se tient un évènement de taille, en l’occurrence, la célébration du 50e anniversaire de l’Eglise protestante réformée de Madagascar (FJKM) ainsi que le 200e anniversaire de l’arrivée des missionnaires de London Missionary Society (LMS) à Madagascar.

Depuis l’ouverture de cette célébration vendredi dernier, on assiste à une guerre de communication entre les équipes du président du comité des deux jubilés, Marc Ravalomanana, et le président de la République de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina. Les réseaux sociaux s’enflamment de photos, de communiqués des deux personnalités. Tout comme la rivalité entre les partisans de ces deux adversaires potentiels pour 2018.

Chacun se prête au jeu du selfie pour démontrer respectivement qu’il est aussi populaire que l’autre. La course au populisme est ouverte, tantôt sur la plage de Ramena, en tenue légère, en se baignant avec la foule exhibant ainsi leur sourire et laissant de côté les procédures protocolaires, ou lors de l’arrivée dans le stade municipal d’Antsiranana. Le public et les internautes se prêtent au jeu et se réjouissent des images et des vidéos en direct qui défilent chaque seconde sur leur mur.

En tout cas, ce qui se passe à Antsiranana n’est que les prémices de ce qui attend la population en 2018 où tout va se jouer dans la communication. Une guerre de communication ou une communication de guerre, c’est selon, qui n’est pas à négliger.

Nadia

 

L'express de Madagascar3 partages

Matières premières – Le prix du cacao continue sa chute

À Ambanja, le cacao continue de perdre de sa valeur. Certains planteurs n’ont pas encore intégré la plateforme mise en place afin de pérenniser la filière.

Désespoir. Le prix du kilo des fèves de cacao à Ambanja coûte actuellement 1 200 ariary, contre 2 500 ariary au mois de mars, alors que le kilo des fèves séchées coûtait 5 000 ariary auparavant. Les producteurs se trouvent dans une situation de détresse depuis la récolte en mars à cause d’une baisse de la demande. De plus, certains planteurs n’ont pas adhéré aux associations des producteurs. Ils se contentent du prix imposé par certains collecteurs.Les problèmes environnementaux, comme la déforestation, peuvent également nuire à la qualité de ce produit de rente, très prisé àl’échelle internationale, si aucune mesure n’est prise par les opérateurs dans la filière. « L’adhé­sion des agriculteurs à des plateformes comme l’association des producteurs de cacao peut leur permettre de fixer le prix du produit, de 2 000 ariary à 3000 ariary. Ce sont les collecteurs qui fixent les prix. De plus, ces producteurs ont été également pénalisés, le marché ne leur a pas donné espoir pendant la période de récolte au mois de mars, entre autres », explique Armand Zafilaza, coordinateur général de l’ONG Sorogno à Ambanja.Pour sa part, le ministère du Commerce et de la Consom­mation tient le rôle de facilitateur pour trouver un terrain d’entente entre les producteurs et les exportateurs. Les données statistiques de la Banque centrale de Madagascar tablent sur une baisse de l’ordre de 26% pour le premier trimestre de l’année en termes d’exportation de cacao.

Essai de redressementLes données auprès de l’Organisation internationale du cacao ont également montré une baisse de prix de 8,97% sur le marchéinternational pendant le premier semestre de l’année. Le prix d’une tonne de fèves de cacao est de 1 998,25 dollars, contre 2 195,06 dollars au mois de janvier et 2 034,09 dol­lars vers la fin du premier trimestre. Mada­gascar se trouve actuellement à la 22e position pour l’exportation.La plaine de Sambirano à Ambanja  produit 95% de fèves de cacao. Le festival Sorogno, destiné à la promotion et au redressementde la filière cacao et vanille, débutera le 30 août à Ambanja dans la ville du cacao. Des conférences et des débats entre les différents acteurs pour le développement de ces filières sont également au programme.

Sandra Miora Hafalianavalona

News Mada2 partages

Filière vanille : baisse de qualité contre envolée des prix

Des prévisions dramatiques ont secoué le marché de la vanille malgache au lendemain du passage du cyclone qui a ravagé près de 30% des champs de vanille du Nord de l’île. Aujourd’hui, le bilan est tout autre : la baisse de la qualité inquiète plus que l’envolée des prix.

La situation du marché de la vanille a attiré l’attention de la presse internationale ces derniers jours. Si l’on a annoncé une baisse considérable de la production à la fin du premier trimestre de l’année, les premières observations de la campagne démarrée en juin dernier sont moins alarmantes que ce qui a été prévu. La récolte actuelle s’annonce stable en volume. S’il est encore difficile d’avoir des statistiques précises, Madagascar est de loin le plus gros producteur mondial de vanille. Et selon les spécialistes, environ 80 % des 2.500 tonnes de vanille qui seront consommées dans le monde en 2017 proviennent toujours de Madagascar.

Ce sont tout de même des chiffres à prendre avec des pincettes puisque, Georges Geeraerts,  président du Groupement des exportateurs de vanille de Madagascar (GEVM), explique à «Le Point» que «Même pour nous les acteurs du secteur, qui sommes très actifs dans la recherche d’informations, le marché reste très opaque».

«Il faut maintenant attendre le début de la campagne de vrac, mi-septembre, pour connaître l’orientation du marché. Si les acheteurs se positionnent massivement en début de campagne, les prix continueront de flamber», prévoit sur Jeune Afrique Emmanuel Nee, directeur du département ingrédients du négociant de matières premières français Touton, à propos de la campagne de vanille 2017.

Incertitudes

En comparaison à l’année dernière, les cours n’ont pas autant flambé dans la Grande île: le kilo de la vanille verte se vend tout de même autour de 160.000 ariary, environ 45 euros, contre 80.000 ariary au début de la campagne 2016. Ce qui n’est pas le cas de la gousse brune.

En partant des cours affichés en 2012, les cours mondiaux de la vanille préparée ont été multipliés par 30. Alors qu’elle se négociait encore en 2012 autour de 20 euros le kilo, le cours de la vanille devrait atteindre pas moins de 600 euros le kilo cette année, selon les propos de Georges Geeraerts. Cyclope, une société d’études spécialisée dans l’analyse des marchés mondiaux des matières premières, évoque même dans son rapport du même nom «une bulle spéculative dangereuse».

Mais cette grimpée des prix a engendré un autre phénomène : celui d’une baisse de qualité sans précédent. Le taux de vanilline, la molécule tant recherchée par les industriels, n’a jamais été aussi bas. Et c’est certainement là que se situe le vrai danger pour la Grande île. Selon certains exportateurs, les taux de vanilline tournent autour de 1 %. Et pour Madagascar, les enjeux demeurent nombreux face à une flambée des prix, une baisse de la qualité, et des pays qui sont prêts à reprendre le marché, à citer l’Indonésie, la Papouasie Nouvelle Guinée, l’Ouganda et l’Inde.

Arh.

 

Madonline2 partages

Réconciliation nationale : Les églises de nouveau sollicitées

Le jubilé de la FJKM, sous la houlette du pasteur Ammi Andriamahazosoa, a permis de réunir côte à côte Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina malgré les tensions qu'il fallait oublier au moins le temps d'un culte.

Les églises chrétiennes réunies au sein du FFKM sont sollicitées par des organisations politiques actuellement pour relancer le processus de réconciliation nationale qui piétine à Madagascar depuis plusieurs mois.

Le recrutement des membres du Conseil national de réconciliation est sur la bonne voie. Mais les acteurs politiques en général ainsi que la société civile semblent plutôt sceptiques. Depuis la crise de 2009, à la suite du coup d’Etat, toute démarche institutionnelle, que ce soit au niveau national ou au niveau international, n’a effectivement abouti à rien. Au contraire, cela a débouché sur une élection présidentielle qui a exclu les principaux acteurs de la crise et une instabilité politique chronique que la Grande Ile continue à vivre actuellement.

C’est en constatant les errements des huit dernières années, que le FFKM prend de nouveau conscience de son devoir. Même si, comme tout le monde le sait, en 2009 et avant les élections de 2013, les initiatives de réconciliation menées par les chefs d’églises n’ont pas pu aboutir non plus à une solution applicable, contrairement à la démarche de 1991 qui a permis de sortir le pays d’une impasse, marquée par des morts d’homme et sept mois de grève générale, pour faire tomber la République socialiste de l’amiral Didier Ratsiraka.

Pour le moment, les églises chrétiennes n’ont pas de projet concret pour réunir les acteurs politiques malgaches. Mais quand l’église protestante réformée FJKM, lors de la célébration de son cinquantième anniversaire à Antsiranana, a pu, tant bien que mal, obtenir une poignée de main solennelle entre le président Hery Rajaonarimampianina et l’ancien président Marc Ravalomanana, les idées ont de nouveau germé afin de responsabiliser le FFKM, dont la FJKM est membre à part entière.

Des groupements politiques continuent de rencontrer des chefs d’église pour évoquer la situation politique dans le pays mais le FFKM a préféré, au cours des derniers temps, jouer la carte de la prudence. L’archevêque catholique, Odon Razanakolona, rencontre régulièrement des politiciens et des acteurs de la société civile mais l’église catholique de Madagascar n’a pas pris de position sur les affaires nationales en dehors des communiqués très critiques de la conférence épiscopale de Madagascar.

L'express de Madagascar2 partages

Les journalistes autonomistes subissent la répression

Mai 1949. Le ministre de la France d’Outre-mer, Coste Floret, visite la Grande ile. Un rapport officiel apporte à l’occasion quelques explications sur la répression subie par certains organes de presse, depuis l’insurrection de 1947 (lire précédentes Notes). « Les mesures d’ordre ont été prises pour cette manifestation et la suspension des journaux les plus violents a rassuré les inquiétudes qu’avait fait naitre, pendant ces dernières semaines, l’audience des feuilles nationalistes et communistes.» Il est ici question du Gazetin’ny Malagasy et du journal de l’équipe des communisants, précise Lucile Rabearimanana.Le rapport poursuit : « L’arrestation préventive du docteur Maurice Andriamampianina et d’Arsène Ramahazomanana a surpris et n’a pu que confirmer les leaders nationalistes dans l’attitude de prudente expectative qu’ils avaient adoptée. »D’une manière générale, les journalistes souffrent d’une sévère répression qui ne se relâche qu’après 1955, lorsque l’atmosphère politique se détend. L’historienne rappelle que les arrestations sont fréquentes, ainsi que les poursuites, toujours pour le même motif : diffusion de fausses nouvelles de nature à troubler l’ordre public. « C’est ce qui arrive, par exemple, à Arsène Ramahazomanana lorsqu’en 1951 et en 1952, il expose les conditions de détention des prisonniers politiques MDRM d’Ankazondrano à Fianarantsoa. »Ces journalistes autonomistes, ajoute Lucile Rabearimanana, peuvent aussi être arrêtés pour reproduction d’articles parus dans des périodiques métropolitains. Certains parmi ces derniers qui peuvent circuler sans problème en France, sont prohibés à Madagascar. « C’est le cas de la Défense, de France Nouvelle, de certains numéros du Monde . » En outre, entre le 10 octobre et la fin de novembre 1948, par exemple, « la mise en circulation de six tracts nationaux a été interdite par arrêté du haut commissaire ».Les journaux risquent enfin d’être saisis, « même si la censure sévit déjà ». S’ajoutant aux arrestations et emprisonnements des rédacteurs, cela ne peut qu’aggraver les difficultés financières. Celles-ci ne seront surmontées que grâce à l’apport du journaliste lui-même sur ses biens personnels.Ainsi, les journalistes autonomistes forment  un groupe social particulièrement hardi, qui brave la sévère répression sévissant à l’époque, constate l’historienne qui ajoute : « Ce qui fait qu’il est pourchassé par l’Administration coloniale et mal vu par les confrères favorables à la colonisation et à la présence française. » Elle cite notamment Ny Firaisana, un journal qui parait de 1847 à 1951 et qui appartient à Pascal Velonjara secondé par Robert Ramamonji­soa. Cet organe ne reconnait guère en eux les porte-parole du peuple malgache et pense qu’ils ne représentent qu’eux-mêmes. L’Administration, pour sa part, suit de près les activités et les commentaires des journalistes « qui sont périodique­ment établis des rapports et qui sont toujours surveillés par des agents de la Sûreté générale ».Face à  ces adversaires, les journalistes autonomistes présentent un front commun. Chaque fois que l’un d’eux est arrêté ou poursuivi en justice, ou qu’un journal de la tendance est saisi ou suspendu, « c’est le groupe tout entier qui proteste et qui, en chœur, juge illégale ou injustifiée l’arrestation du journaliste ou la saisie d’un numéro de journal ». Il réclame ainsi la libération du confrère. Cette solidarité se manifeste aussi par l’entraide matérielle qui fonctionne en faveur du membre arrêté et de sa famille. Il existe également un syndicat de la presse malgache, dont Gabriel Razafintsalama du Fandrosoam-baovao est le président de 1952 à 1958, et tous y sont affilés.Lucile Rabearimanana précise toutefois que l’organisation est contrôlée par les journalistes les plus modérés. « En fin de compte, ses interventions en faveur de ses membres sont peu nombreuses et peu efficaces. Finalement, les liens unissant les journalistes autonomistes sont surtout basés sur des affinités personnelles réciproques et ne se matérialisent sous forme de structure, d’organisation que de manière occasionnelle. » Des tentatives de rapprochements plus importantes se remarquent pendant les périodes électorales, l’objectif étant de faire élire les conseillers municipaux favorables aux intérêts de la majorité des Tananariviens. Cela n’aboutit pourtant pas à une unité d’action satisfaisante. Lors des campagnes législatives en 1951, les appels à l’union abondent également en insistant sur les deux blocs qui se mesurent : celui des colonialistes et celui des partisans de l’indépendance. Mais finalement, ils mènent la bataille électorale séparément!

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Mission norvégienne

News Mada1 partages

Fizafato : tsipahin’i Berkley ny amboletra

Tamin’ny feo avo. “Manamafy aho fa tsy mankasitraka ary tsy mankato ny fifidianana natao amboletra ny 6 aogositra teo. Tsy Fizafato iny fa antokon’olona nametraka olon-tokana”, hoy Andriamanarivo Berkley teny Ambohipo, omaly. Nohitsiny fa lasa takalon’aina ny fikambanan-drazana ka nanaovany antso avo izany avy eo. “Manainga am-panajana ny ankolafin-kery rehetra ao anatin’ny zanaka am-pielezana avy any amin’ny faritanin’i Toliara, mahatsapa fa tompon’andraikitra, mba hijoro sy handray andraikitra amin’izao toe-draharaha izao”, hoy ihany izy.

Synèse R.

 

News Mada1 partages

Tenisy – «Mada 2017» : voahosotra ho tompondaka i Ando sy i Fitia

 Nifarana tanteraka ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja tenisy. Nisongadina ireo mpilalao efa manana traikefa. Anisan’izany Rasolomalala Ando, teo amin’ny “1 ère série” lehilahy.

 

Rasolomalala Ando, ho an’ny lehilahy, ary Ravoniandro Fitia kosa teo amin’ny vehivavy. Ireo no nandrombaka ny tompondakan’i Madagasikara, teo amin’ny taranja tenisy, sokajy “1 ère série”. Fifaninanana, natao tetsy amin’ny kianja Acsa Ambohidahy, omaly alahady.

Azo lazaina fa voahaja ny lojika, tamin’ity, satria mbola nisongadina ny traikefa sy ny fahaiza-manaon’ireo mpilalao mpandresy.

Raha ho an’ny lehilahy, nazava ny fandresen’i Ando an-dRakotozafinirina Patrick. Tamin’ny seta 2 no ho 0 (6/1 ; 6/3), ny nisarahan’izy mirahalahy. Tsy niady mihitsy ny fihaonana fa toy ny nanaovan’i Ando fanazarantena fotsiny i Patrick. Voan’i Ando, teo amin’ny famezivevezana baolina, ity mpifanandrina taminy ity. Tsy nanary baolina mihitsy koa ny lehilahy ary nahay naka isa, tamin’ny fotoana nanaovan’i Patrick fahadisoana teo amin’ny famerenam-baolina.

Lavon-dRavoniandro Fitia kosa i Robinson Manuella, teo amin’ny vehivavy. Tamin’ny seta 2 no ho 0 (6/1 ; 6/3) ihany koa no nibatan’i Fitia ny fandresena. Hita tamin’ny lalaon’izy mirahavavy fa nanana tanjaka sy mailaka kokoa i Fitia, raha nitaha amin’i Manuella. Hainy tsara ny nikapoka ny baolina, tamin’ny toerana izay nalalaka ka nanahirana ny mpifanandrina taminy.

Teo amin’ny “2è série” lehilahy, resin-dRanaivo Toky, tamin’ny seta 2 no ho 0 (6/2 ; 6/2) ihany koa, Rakotozandriny Lanja. Adin’ny samy Ranaivo kosa ny teo amin’ny vehivavy, izay nandrombahan’i Narindra ny fandresena nanoloana an’i Mialy, tamin’ny seta 2 no ho 0 (6/2 ; 6/2).

Torcelin

News Mada1 partages

Gendarmerie nationale : l’opération de récupération des armes se poursuit

L’opération de récupération des armes entre les mains des bandits se poursuit. Celle menée par la Compagnie territoriale de gendarmerie d’Ambatondrazaka a de nouveau porté ses fruits.

La prolifération des armes à feu est incontestablement l’une des sources de l’insécurité au pays. C’est la raison pour laquelle la gendarmerie a lancé cette opération qui vise à récupérer les armes en circulation entre les mains des bandits.

A l’instar des autres circonscriptions de gendarmerie, la Compagnie territoriale d’Ambatondrazaka a lancé la sienne depuis le mois de mai. Et selon le chef d’escadron Bruno Ramboasalama, commandant de la Compagnie  territoriale de gendarmerie nationale à Ambatondrazaka, l’opération couvre les 44 communes du district d’Ambatondrazaka. Le résultat est palpable avec la saisie de deux fusils d’assaut Kalachnikov,  d’un fusil Mas 36 et de plusieurs munitions, sans parler des armes de fabrication artisanale.

Un fusil Kalachnikov dérobé à un militaire

La dernière saisie en date a eu lieu jeudi. Il s’agit d’un fusil d’assaut Kalachnikov muni de 24 cartouches, volé une semaine plus tôt à un soldat du Détachement autonome de sécurité en poste à Anjozorobe. Il a été récupéré par les gendarmes à Ranofotsy, commune d’Andilanatoby. Deux individus qui ont tenté de le revendre ont été arrêtés par les gendarmes.

Le soldat en question a échappé de peu à la mort. Des bandits lui ont aspergé du piment en poudre en plein visage, atteignant ainsi ses yeux, avant de le rouer de coups. Ils ont par la suite fait main basse sur son arme de service. Mais grâce à l’opération, l’arme de guerre a pu être récupérée.

Le chef d’escadron Bruno Ramboasalama a précisé qu’il n’y a pas d’allocation budgétaire spécifique pour cette opération.

Mparany

 

News Mada1 partages

Festival Sorogno : des grosses pointures invitées

Cette année, l’ONG Sorogno organise la 18e édition du festival Sorogno et la 2e  édition de la foire Sorogno Cacao. Depuis l’année dernière, les  organisateurs ont décidé de réunir ces deux évènements pour promouvoir davantage la région Diana et surtout la ville d’Ambanja et Sambirano.

Le festival Sorogono se déroulera donc à Ambanja, du 30 août au 3 septembre. De grands artistes seront donc invités, entre autres Nina’s, Willy, Black Nadia, Sisca, Fandrama et Jazz MMC. Mais avant les spectacles, l’ONG propose diverses conférences sur l’amélioration des productions de cacao dans la région.

«Nous voudrions améliorer notre région qui est très productive», a annoncé Armand Zafilaza, président du comité d’organisation du festival Sorogno. En effet, cette région produit non seulement du cacao mais aussi de la vanille, du poivre… «Au fait, notre objectif pour cette foire est de démontrer au ministère du Commerce que la saison pour organiser un marché est irrégulière, et qu’il devrait discuter avec les agriculteurs avant d’imposer quoi que ce soit. Parce que le changement climatique est l’un des grands problèmes de ces paysans», a-t-il réclamé.

Par ailleurs, des stands seront érigés pour présenter au grand public les produits locaux. Des conférences- débats seront aussi au programme, le thème tournera autour de l’amélioration de la production du cacao. L’ONG propose aussi des activités sportives, entre autres le moraingy ou encore le semi-marathon. «Désormais, ce dernier sera organisé tous les ans, durant le festival Sorogno à Ambanja», a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

Tia Tanindranaza1 partages

Kung Fu Wisa –tompondakan’i MadagasikaraNisongadina ireo mpikatroka avy any amin’ny faritra

Tontosa soa aman-tsara tetsy amin’ny Lapan’ny fanatanjahantena Mahamasina omaly alahady 20 aogositra 2017 ny fiadiana ny ho tompondaka nasionalin’ny taranja Kung Fu Wisa eto Madagasikara miaraka amin’ny Me Avoko Rakoarijaona.

La Vérité1 partages

Combustibles - Le charbon de bois s’amenuise

Le charbon de bois, actuellement le combustible le plus utilisé dans les foyers malgaches, fait depuis un certains temps l’objet d’une hausse de prix. De nombreux facteurs sont à l’origine de ce phénomène. Entre autres, le défrichement anarchique qui fait que les forêts d’eucalyptus se raréfient. « Nos fournisseurs se trouvent à Ambohimena, une contrée située au-delà de Moramanga, voire d’Amboasary, sur la Rn44 menant vers Ambatondrazaka. A mesure que les forêts sont défrichées, les fabricants s’éloignent davantage de la Capitale, si bien que cet éloignement occasionne un surplus de frais et nous oblige à augmenter le prix de vente », a fait savoir Hary Lantosoa Rasoanomena, marchande de charbon depuis des années, ayant succédé à son grand-père et sa mère qui ont été les premiers à pratiquer ce métier. 

Rajouté à cela, il existe une autre raison : le retournement des morts. En fait, une fois par an, les travailleurs des champs s’absentent pour aller célébrer cet événement dont l’organisation nécessite un budget équivalent à l’intégralité de leurs gains de l’année. Pendant cette période, ce sont des remplaçants qui prennent les affaires en main pour s’occuper des cheminées et de la vente. Bien que la quantité de la production baisse, les prix montent.Pour ce qui est des prix, un sac de charbon d’eucalyptus s’achète à 17 000 ariary. Après  rajout du prix du transport et du frais de portage vers les magasins qui se trouvent dans des quartiers non accessibles pour les voitures, il est vendu à 19 000 ariary. Pour le charbon de pin, le sac est acheté à 28 000 ariary, pour être vendu à 30 000 ariary. Du côté des acheteurs, aujourd’hui, rares sont ceux qui prennent un sac entier. Apparemment, du fait de l’inflation toujours galopante, les familles ont trouvé un système qui leur permet de ne pas dépenser excessivement pour les combustibles. Elles fixent la quantité de charbon de bois à utiliser, à 600 ou 800 ariary, pour la cuisson journalière, et tâchent de ne pas dépasser ce budget. « Pour persévérer dans ce métier, il faut savoir respecter son travail, et surtout les clients. Dans ce sens, il faut accepter tous les achats, même ceux de petites quantités, afin de les fidéliser, car un moment viendra où ceux-ci pourront acheter un sac entier », a expliqué Hary Lantosoa Rasoanomena qui a ajouté que ses principaux clients sont surtout les restaurateurs qui prennent un sac de charbon tous les trois jours. Côté santé, elle a confié que pour éviter les maladies provoquées par les poussières de charbon, chacun des membres de sa famille consomme une banane par jour, ainsi qu’une mixture à base de miel mélangé avec du curcuma. Une recette indiquée par un médecin.Rivo S.

L'express de Madagascar1 partages

Remboursement de la TVA – Le secteur privé satisfait

La direction générale des Impôts, auprès du ministère des Finances et du budget, a sorti  la situation globale du remboursement du crédit de la Taxe sur valeur ajoutée (TVA) à la date du 26 mai. Les entreprises admises au régime de Zone franche, les professionnels de l’exportation et toutes les entreprises assujetties à la TVA, réalisant des investissements supérieurs à cent millions d’ariary au mois et portant sur les immobilisations corporelles, et dont la TVA correspondante s’élève à moins de vingt millions d’ariary, ont droit au remboursement de TVA.Les dossiers  répertoriés au mois de Janvier 2016  ont été traités en intégralité au mois de juin de la même année. Les montants demandés en 2016 s’élevaient à près de 181 milliards d’ariary. 137 milliards d’ariary ont été payés par le Trésor. Pour l’année 2017, quelques 51 milliards d’ariary représentent les demandes déposées, 36 milliards en sont les demandes instruites  et les arriérés actuels s’élèvent à  22 251 747 931 ariary.Deux mécanismes ont été mis en place par l’Etat afin de régler les arriérés de TVA, à savoir la mise en place du compte séquestre dédié au remboursement des arriérés de TVA à partir de 2016, et la titrisation des créances de TVA antérieures à 2016 à travers les Bons de trésor Fihary (BTF). « Le secteur privé a montré sa satisfaction par rapport à l’effectivité du remboursement des crédits de TVA à partir de 2016 et a félicité la direction générale des Impôts pour ses efforts dans l’instruction des dossiers », rapporte la parution sur la situation globale du remboursement du crédit. «Le sujet du remboursement du crédit sur la TVA est l’un des efforts les plus positifs, traité dans le cadre du dialogue public privé» déclare Charles Giblain, président du GEFP (Groupement des entreprises Franches et partenaires), initiateur du sujet du remboursement  du crédit sur la TVA au niveau de la plate-forme de dialogue public-privé.

Mirana Ihariliva

News Mada0 partages

Beriziky Jean-Omer : « Omeo alalana haneho ny heviny ny olona »

Hanao ahoana ny fahalalahana mivory sy maneho hevitra eto Madagasikara amin’ny afitsoky ny mpitondra? Mila omena fahalalahana maneho ny heviny ny olona, raha ny nambaran’ny Praiminisitra teo aloha, Beriziky Jean-Omer.

« Raha misy lalàna iray lehibe momba ny demokrasia na ny fanehoan-kevitra, ohatra, ka sakanana hatrany ny olona tsy haneho ny heviny: tsy hirotsaka an-dalambe izy haneho ny heviny? Izay ny farany azony atao. »

Io ny fanehoan-kevitry ny Praiminisitra teo aloha, Beriziky Jean-Omer, ny faran’ny herinandro teo, momba ny fahalalahana manao fivoriana sy maneho hevitra izay niteraka resabe tato ho ato.

Mety tsy ho fantatra intsony ny fetran’ny firotsahana an-dalambe. « Maninona àry raha omen-dalana haneho ny heviny ny olona? Omeo alalana haneho ny heviny ny olona », hoy izy. Misy fetrany io, ary azo atao tsara ny mametraka izany. Fa tsy hery hatrany no aseho rehefa misy ny toy izay.

 

Mahatonga valifaty ny fanehoan-kery be loatra

 « Miteraka valifaty indraindray ny fanehoan-kery be loatra. Lasa faritra saropady avokoa ny faritra rehetra ny eto Antananarivo no hiafarany », hoy izy. Tsy mety izay. Manao bemarenina ny fanjakana, na misy aza ny olona maneho hevitra sy soso-kevitra. Tsy misy koa ny fierana amin’ny vahoaka amin’ny zavatra atao.

Tsy misy fitoniana ny raharaha politika eto amintsika amin’izao fotoana izao. Mbola manahirana ny misaintsaina azy: tsy fantatra marina ny lalan-kombana. Moa hivoaka ny tonelina isika sa mbola hiroso hatrany any amin’ny fahasahiranana?

Mila mihaino sy mifampiera amin’ny vahoaka ny mpitondra

Tokony hihaino ny sokajin’olona rehetra izay milaza aminy izay zavatra hitany fa tsy mety eto amin’ny firenena ny fitondram-panjakana, raha ny vahaolana narosony. Na amin’ny sehatra misy ny tsirairay izany, na amin’ny fiainam-bahoaka ankapobeny.

Mila fifampierana fa tsy kobokobonin’ny tena avokoa ny fanapahan-kevitra rehetra raisina eto amin’ny firenena. Eo, ohatra, ny fanomezan-dalana ny vahiny hitrandraka amin’ny toerana iray, nefa ny olona eny ifotony tsy mahalala izany: ny fitrandrahana atao, ny fiavian’ny mpitrandraka, ny tombontsoa mety ho azon’ny tompon-tany…

« Tokony hahatsapa ny mpitondra fanjakana fa nampindramin’ny vahoaka fahefana, fa tsy hoe tsy manam-petra izany », hoy izy.

R. Nd.

News Mada0 partages

“Africa games show” : fantatra ireo ho any Maraoka

Ratsimialavahoaka Ranto Manoro (Maka), eo amin’ny Street Fighter V. Rakotoarison Mamitiana Michel, ho an’ny Asphalt 8 ary Rabarison Ony Michael, teo amin’ny PES 17. Ireo ny nandrombaka ny fandresena farany ka hisolo tena an’i Madagasikara, eo amin’ny “Africa games show”, hotanterahina any Casablanca Maraoka ny volana septambra ho avy izao. Folo ny firenena hiady ny anaram-boninahitra amin’izany : I Ginea Konakry, i Sénégal, i Maraoka, i Tonizia, i Kameronina, i Côte d’Ivoire, ny Repoblika Demokratikan’i Kongo, i Mali ary i La Réunion.

Natao tetsy amin’ny IKM Antsahavola, ny asabotsy 19 aogositra lasa teo, ny famaranam-pirenena, nandraisan’ireo, tompondaka isam-paritra avy any Vakinankaratra, Toamasina, Boeny ary Antananarivo. Marihina fa ny fitsipika “Wolrd Gaming Federation» (WGF), izay nampiasaina nandritra ny Can Orange farany teo, ny fitsipika nifaninanana. Manohana ny mpifaninana, ny orinasa Orange. Tsiahivina fa efa lasa fialamboly mahazatra ny daholobe ny e-Sport, iarahana amin’ny 4G orange ary anisan’ny be mpampiasa indrindra eto Madagasikara, ankehitriny.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Kitra – «Telma coupe de Mada» : manohy ny diany ny AS Adema Analamanga

Tontosa, omaly alahady,  ireo ambin-dalao fito eo amin’ny fiadiana ny amboaran’i Madagasikara «Telma coupe de Mada», taranja baolina kitra. Anisan’ireo ekipa tafita amin’izany ny AS Adema Analamanga.

Nomontsanin’ny AS Adema, tamin’ny isa mavesatra, 7 no ho 0, ny Piment vert avy any Atsinanana. Fihaonana, natao omaly alahady tetsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina. Mbola nitoetra teto ny traikefa ananan’ny mpilalaon’ny seranam-piaramanidina Ivato. Nanantombo betsaka teo amin’ny tanjaka sy ny taktika ny Adema, izay tsy nanana fahasarotana mihitsy. Ankoatra izay, manana ny fahaiza-manaony manokana koa ireo mpilalao ao aminy, izay  nahay namezivezy baolina ka afaka nanafaingana ny lalaony. Nisesy araka izany ny baolina matin’izy ireo.

Hita ho sahirana kosa ny ankamaroan’ireo mpilalao ao amin’ny Piments vert, tamin’ny halehiben’ny kianja. Tafakatra ihany koa ny Tana Formation, izay nilalao tany Fenoarivo Atsinanana, rehefa nandresy ny FC Sami Analanjirofo, tamin’ny isa 2 no ho 0.

Miakatra eo amin’ny dingan’ny ampaha-16-ndalana ihany koa ny FCE Atsinanana, rehefa nandresy ny ekipan’ny FC Iarivo Maroantsetra, tamin’ny isa 2 no ho 1.

Torcelin

News Mada0 partages

«Sport scolaire – Mada 2017» : mifaninana any Mahajanga ny mpianatra 1209

Nanomboka tamin’ny fomba ofisialy, ny zoma 18 aogositra lasa teo any Mahajanga, ny fifaninanam-pirenena, eo amin’ny fanatanjahantena an-tsekoly «Sport scolaire 2017». Mandray anjara amin’izany ireo mpianatra miisa 1209 avy amin’ny faritra 22. Hifaninana amin’ny taranja dimy :  ny atletisma, ny baolina kitra, ny volley-ball, ny basikety ary ny hand-ball, mandritra ny folo andro, izy ireo.

Nanotrona ny fotoam-panokafana  ny minisitry ny Tanora sy ny fanatanjahantena, izay nilaza fa fanomanana sahady ny ho taninketsan’ny fanatanjahantena eto Madagasikara ny fifaninanana toy izao. Nanome voninahitra ny lanonana koa ny minisitry ny Serasera sy ny fifandraisana amin’ny andrim-panjakana ary ireo olo-manan-kaja maro. Fantatra fa amin’ity taona 2017 ity, ho fiaraha-miasa amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, hamoaka mpampianatra miisa 200 mandritra ny roa taona, ao anatin’ny 10 taona. Hofanina ao amin’ny ANS  izy ireo ary hisahana ny lafiny fanabeazana ara-batana eny anivon’ny sekoly. Mandra-piandry izany, toy izao ireo voka-dalao sasany. Teo amin’ny andro voalohany, basikety vehivavy U14, lavon’i Vakinankaratra, tamin’ny isa 33 no ho 29 i Amoron’i Mania ary Anosy nanilika an’i Matsiatra Ambony, tamin’ny isa 28 no ho 22. Sofia nandresy an’i Ihorombe, tamin’ny isa 49 no ho 25.

Tsiahivina fa hatao ny 20-23 aogositra ny fifanintsanana dia. Ny 25 – 27 aogositra kosa dingan’ny famaranana.

Torcelin

News Mada0 partages

Rugby Analamanga : niondrika teo anatrehan’Ankady ny 3 F5

Nitohy, tetsy amin’ny kianja Makis Andohatapenaka,  ny andro fahadimy eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ligin’Analamanga, taranja rugby, karakarain’ny «commission technique fédérale». Ny sokajy «Elite fédérale» avokoa no niakatra kianja, tamin’ity. Anisan’ny nisongadina  ny fandresen’ny US Ankadifotsy ny 3F5 Amboditsiry, tamin’ny isa mavesatra 70 no ho 7. Niady ihany ny lalao teo amin’ny tapa-potoana voalohany izay nisaraka tamin’ny isa 18 no ho 7, tsy naharaka ny hafainganam-pandehan’ny lalao nataon-dry Poune sy ry Dale ary Tianakely ny 3F5 saingy teo amin’ny fidirana faharoa, ka nahatonga ny isa iitatra be. Teo amin’ireo lalao hafa, resin’ny JSTA, tamin’ny isa 28 no ho 19, ny UIRC ary 25 no ho 15 kosa ny nanilihan’ny Savony ny XV Avenir. Resin’Ikopa, tamin’ny isa 41 no ho 11 kosa ny VTMA Antsalovana ary ny FTM Manjakaray nanilika ny Cosfa, tamin’ny isa 40 no ho 23.

Nanohy ny fifaninanana, tetsy amin’ny kianja Malacam, ihany koa ny ligy ka ny 3 FB, nandresy ny Cheminot, tamin’ny isa 28 no ho 16, ary ny IRC kosa, nanilika ny SOE, tamin’ny isa 19 no ho 16.

Tompondaka

News Mada0 partages

Kitra – «Chan 2018» : notapahin’ny Angoley ny lalan’ny Barea de Madagascar

 Ratsy fiafara ny dian’ny Barea de Madagascar, eo amin’ny fiadiana ny toerana hiatrehana ny ho tompondakan’i Afrika ho an’ny mpilalao tsy matihanina na ny «Chan 2018». Resin’i Angola teo amin’ny dingana farany, mantsy ny malagasy.

 

Nianjera teo an-tokonam-baravaran’ny «Chan 2018», ny Barea de Madagascar. Lasa avo vao tra-pahoriana. Resin’ny Palancas Negras avy any Angola, tamin’ny isa tokana, 1 no ho 0 teo amin’ny lalao miverina notanterahina, ny asabotsy lasa teo, tao amin’ny kianja 11 novambra tao Luanda, ny Malagasy.

Hiatrika, ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, natokana ho an’ireo mpilalao tsy matihanina na ny «Chan», hotanterahina any Kenya, ny 11 janoary – 2 febroary 2018, izany ny Angoley. Baolina tokana, matin’i Dany, teo amin’ny minitra faha-61 no nahazoan’izy ireo, ny tapakila, hiakarana amin’izany dingan’ny famaranana izany.

Efa nitongilana, tany amin’ny Barea ny vintana, taorian’ny «pénalty», tsy tafiditr’i Job, ho an’ny Angoley, teo amin’ny minitra faha-49. Tsy hain’ny mpilalao malagasy ny nanararaotra izany, izay nahakivy sy nampisavoritaka ny Angoley.

Tsy nampiasa ilay tolotolotra haingam-pandeha intsony, ny Barea fa nanao daka be, fa ho any fa ho any, izay very an-javony sy tsy nisy vokany. Ny Angoley indray aza, no niezaka nandamina ka nanahirana ny fiarovan-tena malagasy. Ankoatra izay, tsy nampiasa ilay fanafihana, fanaony mahazatra i Toby sy Tantely, raha tsy efa tany amin’ny faramparan’ny fotoana.

Saika nanasahala ny isa ny Barea, teo amin’ny 5 minitra farany, saingy nivoaka ny dakan’i Njiva teo amin’ny daka farany. Voadonan’ny vodilaharana Angoley kosa ny an’i Nono. Tapitra hatreo izany ny dian’ny Barea amin’iny «Chan » iny fa ny «Can 2019», indray no andrandraina.

Tompondaka

News Mada0 partages

Fifandraisan-davitra : manampy ny orinasa any Antsiranana ny 4G Orange

 Nosokafana, ny 18 aogositra teo any Antsiranana, ny tambajotra 4G Orange. Nametrahana izany tambajatroa matanjaka izany any an-drenivohitr’i Diana noho ny toerany eo amin’ny lafiny toekarena :  seranan-tsambo lehibe fahatelo, fizahantany, varotra, indostria. Ny fizahantany, ohatra, miantoka asa tsy lasaky ny 6.000 any amin’iny faritra iny.

Voasolo tena tamin’io fotoana io avokoa ireo mpandraharaha sy orinasa any an-toerana, nahazoan’ny Orange nandray ny tinadin’izy ireo sy ho an’izay mpanjifa mbola ho avy. Hitondra vahaolana rehetra ho azy ireo ny Orange amin’ny tolotra avy aminy, indrindra eo amin’ny kalitao, hisian’ny fampandrosoana marina.

Tonga tany an-toerana, ny 16 aogositra, ny delagsiona ao amin’ny Orange, izay efa nihaona mialoha tamin’ireo mpandraharaha. Nilaza ny zava-misy ao amin’ny faritra misy azy ireo mpandraharaha ireo, ary araka izay koa ny tinady naroson’izy ireo amin’ny Orange Madagascar. « Faly izahay raha misy tonga aty aminay sy mihaino anay toy izao », hoy ny mpandraharaha iray, nandritra izany fihaonana izany. Vaovao lehibe, noho izany, ny fahatongavan’ny 4G Orange, tombontsoa manokana ho an’ny orinasa malagasy, lehibe, salantsalany na kely, manana ny toerany eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena.

 « Vonona izahay ny hanohana hatrany, hametraka ny orinasa malagasy eo amin’ny fampiasana teknolojia avo lenta”, hoy ny minisitry ny Fifandraisan-davitra, Rakotomamonjy André Neypatraiky. “Zava-dehibe ho an’ny fiainan’ny orinasa rehetra sy ny daholobe ny manana fifandraisana azo antoka. Manana tolotra tsara kalitao amin’izany izahay izay tsy itoviana amin’ny hafa », hoy kosa ny tale jeneraly lefitra ao amin’ny Orange, Benja Arson.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Saron’ny polisin’ny BC sy ny Sag teny Ambatomaro… : tratra ireo efa-dahy saika hivarotra taolam-paty...

 Fiaraha-miasa teo amin’ny polisy misahana ny heloka bevava (BC), sakelika voalohany sy ny avy ao amin’ny Service Anti-Gang (Sag) no nahafahana nisambotra ireto efa-dahy voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ny fikasana hivarotra taolam-paty teny Anosibe, ny zoma 18 aogositra 2017 lasa teo. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny polisy, taorian’ny 26 jona 2017 no efa fantatra fa nikononkonona hivarotra taolam-paty ireto olona voarohirohy ireto. Nahazo loharanom-baovao hatrany ny eo anivon’ny polisy fa hoe lasa naka ireo taolana tany amin’ny faritra atsimon’ny Nosy ny roa lahy. Nanao ny vela-pandrika avy hatrany  ny polisy taorian’izay. Tonga teto an-dRenivohitra ny alakamisy 17 aogositra 2017 ireo roa lahy avy naka taolana tany amin’ny faritra Atsimo. Natobin’izy ireo teny amin’ny trano fonenany eny Ambatomaro ireo taolana marobe. Nitohy hatrany ny fitsongoana dia sy ny vela-pandrika nataon’ny polisy. Fantatra taorian’ny angom-baovao rehetra fa hoe hatao eny Anosibe ny fifampivarotana, ny zoma teo. Nilatsaka tampoka teny Anosibe ireo polisin’ny BC1 sy ny Sag ka noraisim-potsiny teo izy efa-dahy. Mbola tratra tany amin’izy ireo ny sakaosy misy ny lamba namonosana ireo taolana miampy ireo taolam-paty miisa 145.

Jean Claude

News Mada0 partages

Taksiborosy voatafika tao Camp Robin : tratran’ny zandary ireo dahalo roa lahy ahina ho tompon’antoka

Voasambotry ny zandary ireo dahalo roa lahy ahina ho tompon’antoka tamin’ny fanafihana taksiborosy  tao Camp Robin RN 7, ny zoma 18 aogositra 2017 lasa teo. Nampiahiahy ny zandary ny fihetsik’ireto roa lahy nandritra ny fanarahan-dia nataon’ny zandary satria nitsoaka avy hatrany izy ireo. Nisy dian-dra narahin’ny zandary satria nisy tamin’ireo jiolahy no voatifitra nandritra ny fifandonana, saingy very tao amin’ny trano fonenan’izy ireo ao amin’ny fokontany Imanda izany ka nosamborina avy hatrany izy ireo. Tsy hita kosa anefa ny tompon’ny ra very izay narahina tamin’io fotoana io.

Nitondra fanazavana kosa ny lehiben’ny serasera eo anivon’ny anivon’ny zandarimariam-pirenena, ny Chef d’escadron, Andrianarisaona Herilalatiana fa fanafihana voasoroka iny tranga iny satria tsy nahakasika ny olona ary tsy afaka nandroba ireo jiolahy ireo noho ny fandraisana andraikitra nataon’ny zandary. Tsy marina fa tsaho fotsiny ihany ny filazana fa nisy olona very vola sy olona noratrain’ireo jiolahy tao anaty fiara. Tsy mitombina koa ny hoe mahatratra 80 lahy ireo jiolahy mpanafika tamin’io fotoana io, araka ny fanazavany hatrany.

Taitra noho ny fisian’ny sakana nataon’ny dahalo ny mpamily ka izay no nampivadika ilay taksiborosy izany. Afa- nandositra nivoaka ny fiara kosa ny mpandeha iray nitondra vola 2 tapitrisa Ar ary niafina tany anaty ala ka notifirin’ireo jiolahy saingy tsy voan’izy ireo.

J.C

News Mada0 partages

Analakely : voasambotry ny polisy i Fotsikely sy ireo mpanendaka namany

 Tratran’ny polisy teo Analakely, ny zoma teo ireo jiolahy miisa 11 malaza ratsy amin’ny fanaovana sinto-mahey sy harom-paosy ary fanendahana eny Analakely sy manodidina. Noraisim-potsiny teny Behoririka koa i Fotsikely, raindahiny amin’ny fanendahana, iray tarika amin’ireo jiolahy voasambotra teo Analakely…

Nanao tohivakana ny fisamboran’ny polisy miasa ao amin’ny kaomisaria boriborintany voalohany eny Analakely ireo jiolahy ireo, ny alakamisy sy zoma teo teny Analakely sy ny manodidina. Mampalaza ireto jiolahy ireto ny harom-paosy sy ny ny fanendahana. Voalazan’ny tatitra avy amin’ny polisy fa nanao hetsika amin’ny famongorana ireo mpanao sinto-mahery eny Analakely sy ny manodidina hatreny Behoririka ny polisy miasa ao amin’ny kaomisaria Analakely. Nahitam-bokany izany hetsika nataon’ny polisy izany satria jiolahy miisa valo no tratra teo am-panaovana ny asa ratsiny tamin’io fotoana io. Ny efatra voasambotra teo akaikin’ny fivarotan-tsolika iray eny Analakely raha teny amin’ny tsenan’Analakely kosa ny roa ary teny amin’ny Petite Vitesse ny ambiny. Nilaza izy ireo nandritra ny fanadihadian’ny polisy fa mody arahin’izy ireo ny olona hoendahiny ary atsofoky ry zalahy afovoany ka manao ny ataony amin’izay izy ireo.

Ankoatra izany, nifanenjehan’ny polisy i Fotsikely, jiolahy raindahiny amin’ny fanendahana ary efa nifampitadiavana hatry ny ela. Voasambotra teny Behoririka izy taorian’izay. Nanoro ireo namany mpiara-manao asa ratsiny aminy izy ka tratra teny Analakely koa ireo namany ireo.

Araka ny fanazavan’ny polisy hatrany, efa nigadra telo volana teny Antanimora ny efatra amin’ireo jiolahy ireo.

Jean Claude

News Mada0 partages

Teknolojia : mahafehy ny « jeux vidéo » ny Lomay

Nizara ny traikefany nandritra ny fihaonana isaky ny zoma tao amin’ny IRC ny Lomay. Tanora mandala ny tontolon’ny famokarana « jeux video » eto Madagasikara izy ireo.  Nohazavain’ireto mpamaky lay ireto ny lalana nodiaviny sy ny olana nosedrainy ary ny vahaolana nentiny tamin’ny famoronana ny lalao Gazkar.

Nisaotra ireto tanora ireto ny lefitry ny mpanolotsaina momba ny serasera sy ny kolontsaina Amy Kornbluth ary nanasongadina ny mahazava-dehibe ny fisian’ny tanora mahafehy ny teknolojia sy mahasahy miditra amin’ny sehatry ny fandraharahana momba izany, toy ireto tanora avy amin’ny Lomay ireto.

Efa betsaka ny tanora mahavita zavatra eto Madagasikara. Tsy mbola tena misongadina anefa izy ireo fa takon’ny fitobahan’ny vokatra any ivelany. Manana manam-pahaizana i Madagasikara saingy tsy omena sehatra izy ireny hahafahany maneho ny fahaiza-manaony.

Anisan’ny mbola sakana amin’ny tanora mahavita zavatra tsy hahafahany mivelatra ny tsy fahampian’ny hoenti-manana.

Na izany aza, ilaina ny fahasahiana mamaky lay hahafahana miseho sy hisairahana ny mason’ny olona, hoy ireto tanora ireto.

Tatiana A

News Mada0 partages

Antananarivo : vita ny fitsarana ny fanadinana bakalorea

Nifarana, ny asabotsy teo ny fitsarana ny fanadinana bakalorea ho an’ny fampianarana ankapobeny eto Antananarivo sy ny manodidina raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitra. Ao anatin’ny fanamarinana tsara ny naoty ireo mpitsara taratasim-panadinana ankehitriny mialoha ny hampidirana izany ao anatin’ny ordinatera.

Heverina hotanterahina ny alakamisy izao kosa ny “deliberation” ary hivoaka amin’ny zoma ny voka-panadinana araka ny daty efa nampanantenain’ny tompon’andraikitra.

17 ireo foibem-panadinana nanaovana ny fitsarana ny taratasim-panadinana bakalorea teto Antananarivo. Nahatratra 1.653 kosa ireo mpitsara fanadinana niandraikitra izany. Nahatratra 74.577 ireo tanora niatrika fanadinana tamin’ity taona ity izay nitombo miohatra ny tamin’ny taon-dasa.

Marihina fa efa nivoaka ny voka-panadinana ho an’ny distrika sasany toy ny any Fianarantsoa. Efa miandry ny anjarany ireo tanora eto Antananarivo. Tsy nahavita nandeha niala sasatra mihitsy ny sasany raha tsy mahafantatra ny vokatra.

Tatiana A

News Mada0 partages

Bac Antananarivo : les corrections terminées

Les corrections des épreuves du baccalauréat de l’enseignement général d’Antananarivo et de ses périphéries sont quasiment terminées, samedi, de source auprès de l’Office du baccalauréat.

Actuellement, les notes sont au stade du contrôle et de la vérification, avant leur transcription vers l’ordinateur. Si tout se passe comme prévu, la délibération s’effectuera jeudi. Quant à la publication des résultats, elle s’accomplira dès le lendemain, c’est-à-dire, le vendredi 25 août. L’on sait que 1 653 correcteurs ont été mobilisés dans les 17 centres de corrections.

Cette année, 74 577 candidats ont passé le baccalauréat pour Antananarivo, soit un millier de plus que l’année scolaire précédente. A cet effet, deux nouveaux centres d’examen ont été ouverts. Le premier dans la commune rurale de Talata Volonondry, du district d’Avaradrano, et l’autre à Mahasolo, du district de Tsiroanomandidy. En 2015, ils étaient 69 200 candidats à Antananarivo. Pour dire que leur effectif n’a cessé d’augmenter depuis.

La réussite en baisse pour Fianarantsoa

Comme toujours, l’université de Fianarantsoa a été parmi les premières à sortir les résultats de cet examen. Cette année donc, le taux de réussite est de 49,95% sur les 25 500 inscrits, soit une baisse de 3% par rapport à l’année dernière qui a été de 52,93%.

Pour la série A1, 924 ont réussi sur les 1 522 inscrits. Dans cette série, le lycée d’Ikalamavony a enregistré un succès avec le taux de 100%. Pour la série A2,

8 390 ont passé le bac sur les

17 533 candidats. Quant aux séries scientifiques, leur taux est de 51,66% pour la série D, 58,50% pour la série C, et 58,82% pour le bac technique.

Sera R

 

News Mada0 partages

Tournoi de jeux en ligne : trois «Gamers» vont représenter Madagascar

Le tournoi national « E-Sport Contest Mada 2017 », avec les jeux en ligne de

« Pro Evolution Soccer 2017 » et « Street Fighter V  », a pris fin, samedi, à l’IKM Antsahavola. La  compétition a vu la participation des « Gamers » gagnants des tournois de présélection régionale qui se sont déroulés depuis le mois de juillet à Antsirabe, Toamasina, Mahajanga et Antananarivo.

Les deux lauréats du « Street Fighter V » sont Ranto Manoro Ratsimialavahoaka, alias Maka Asphalt 8, et Mamitiana Michel Rakotoarison. Quant à Ony Michael Rabarison, il est le vainqueur du

« Pro Evolution Soccer 2017 ». Ces trois champions vont ainsi représenter Madagascar à

l’« Africa games show » dans chacune de leurs disciplines. Ce prochain tournoi se déroulera à Casablanca, Maroc, le mois de septembre.

A noter que L’Africa Games Show regroupera les meilleurs « Gamers » africains venant de Madagascar, de Guinée Conakry, du Sénégal, du Maroc, de la Tunisie, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de la République Démocratique du Congo, du Mali et de l’île de la Réunion.

Soutien d’Orange Madagascar

Orange Madagascar collabore avec l’association « e-Sport Mada » mais aussi avec des « influenceurs » et acteurs web spécialistes de

l’e-Sport pour mieux accompagner les « Gamers » à explorer ce terrain d’innovation par le biais des jeux en ligne, des contenus vidéo et des médias sociaux. De ces différentes initiatives, il est aujourd’hui l’opérateur le plus impliqué sur la scène de

l’e-Sport malgache et contribue à populariser cette pratique. Cela, en mettant à disposition des joueurs son 4G.

Sera R

 

News Mada0 partages

Tampoketsa : exercice militaire tactique

Madagascar est une île et les risques d’invasion extérieure sont quasiment minimes, voire inexistants, mais cela n’empêche pas le ministère de la Défense nationale de renforcer et d’évaluer la capacité opérationnelle de l’Armée.

Au cours d’un exercice interarmées, baptisé Tintotry 2017, qui s’est déroulé du 10 au 18 août au Centre d’instruction de Tampoketsa, les quelque 600 éléments issus de différents corps de l’Armée, hormis les forces navales, ont pu perfectionner leurs savoir-faire. Des artilleries du Régiment d’appui et de soutien (Ras), du Régiment d’artillerie lourde (Ral) et Régiment de l’artillerie antiaérienne (RAAA) ont été déployées au cours de l’exercice qui est un gage de maîtrise et de qualité.

Plusieurs hautes personnalités, dont le président de la République, le président de la HCC et des membres du gouvernement, ont assisté à la dernière journée au cours de laquelle les militaires ont simulé la libération d’un village assiégé par des forces étrangères.

Mparany

 

News Mada0 partages

Kolo TV – Fifaninanana MJM : tonga eto ny Miss Jennifer Massicot

 Miaraka amin’ny Kolo TV/FM – KProd. “Tonga eto aho hanatrika ny famaranana ny “Miss jeunesse Madagascar”, hatao ny talata izao. Mampahery ireo rehetra mpifaninana hanao izany aho. Faly aho hanatrika izany”, hoy ny teny fohy nataon’ny miss jeunesse world (MJW), teo am-pahatongavana teny amin’ny serananan’i Ivato, omaly. Miara-dalana aminy amin’izao tonga eto amintsika izao ny filoha mpanorina ny komitin’ny MJW, Pricillia Tebib. “Sambany mitsidika sy mandalo eto ity mpanjakan’ny hatsaran-tarehy ity. 19 taona handray 20 taona izy izao. Efa nitety firenena maro…”, hoy izy.

Tsiahivina fa hatao, rahampitso eny amin’ny espace Yandy By Pass, izany famaranana eo amin’ny “Miss jeunesse Madagascar” (MJM) izany. Hiatrika izany izy 26 mirahavavy tafakatra farany tamin’ireo 52, teo amin’ny manasa-dalana. Anisan’ny hitsarana azy ireo, ankoatra ny hatsaran’ny endrika amam-bika, ny tetikasany eo amin’ny sosialy, mba handraisan’ireto tanora ireto andraikitra sahady.

Synèse R.

News Mada0 partages

« Tafaray isika roa » : ratsy ny lafiny teknika…

Tsara fanomanana ve ? Nandiso fanantenana ireo mpijery tonga teny an-toerana ilay seho « Tafaray isika roa » notanterahin’i Farakely teny amin’ny CCEsca Antanimena, ny faran’ny herinandro teo. Niainga hatrany am-boalohany, tratra aoriana vao nanomboka. Tsy namoaka ireo nandrasana taminy ny soradihy teny an-tsehatra noho ny tsy fetezan’ny fiantefan’ny jiro teny amin’ireo mpandihy. Tahaka izany koa ny fanamafisam-peo sy ny pitsopitsony miaraka aminy toy ny « effets » isan-karazany. Toa nahitana tsy firindrana sy tsy fifandrohizana izany teo amin’ny mpitendry sy ny mpihira, sns.

Na teo aza ireo rehetra ireo, niezaka nanolotra ny kanto hatrany i Farakely sy ireo vahiny nasaina toa an’i Dama (tarika Mahaleo) izay nanokatra ny sehatra rahateo. Tahaka izany ihany koa ny tarika Randrantelo.

« Tafaray isika roa », fampisehoana nanehoan’i Farakely ilay fifamatorana eo aminy sy ny mozika… Saingy toa tsy tafapaka tany amin’ny mpijery kosa izay fifamatorana izay noho ny lafiny teknika ?

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

« Star Tour Mahajanga » : nampitsinjaka ny rehetra i Jaojoby

Nisy ny seho natokana ho an’ireo tanora kokoa… Tsapa kosa anefa fa tena ho an’ny rehetra ny fampisehoana natolotr’i Jaojoby sy ny tariny, ny alin’ny asabotsy teo, teto amin’ny Bord Mahajanga.

Tsy tongatonga ho azy izany safidy izany, fa tena nandrasana tamin’ity mpanjakan’ny salegy ity mihitsy io tolotra io. Vao niaka-tsehatra, nampiditra ny saleginy araka ny nahafantarana azy avy hatrany i Jaojoby. Nifandimby ireo hira taty aoriana sy ireo efa taloha, toa ny “Malemilemy”, “Mangala viavy”, “Velogno”, “Tsy hirenireny”, “Samy mandeha, samy mitady”, sns. Teo koa ny hira izay nanehoany fa tsy salegy ihany ny mozika lalaovin’i Jaojoby.Efa fanaon’ny mpanjakan’ny salegy rehefa amina sehatra lehibe toy ny “Star Tour” koa ny mamela ny sehatra ho an’ireo mpanara-dia azy, toa an’i Anderson Jaojoby zanany, sy ny vadiny izay lehiben’ny tarika Saramba rahateo.

Nankafizin’ireo tanora kokoa ny G5

Zava-baovao nandritra ny “Star Tour” ihany koa ny fandraisana anjaran’ny tarika G5, ilay nivoaka tao anatin’ny fifaninanan-kira nokarakarain’ny fahitalavitra iray. Sedra voalohany ho azy dimy lahy, satria sehatra goavana voalohany natrehiny. Tsapa ny tahotra kely tany am-boalohany, saingy vetivety dia nahafehy ny sehatra izy ireo. Anisan’ny nampihorakoraka ireo tanora marobe ny nanaovan’ny G5 ilay hira malaza maneran-tany amin’izao fotoana izao, “Despacito”. Na izany aza, mbola misy lesoka azo hatsaraina tsara ihany eo amin’ity tarika ity?“Ambiance” hafa mihitsy koa ny teny amin’ny sehatra faharoa. Nahazo laka ireo tia mihira sy manala azy amina “karaoke”. Saika ireo “tanora zokiny”, araka ny fitenenana malaza no nameno ity toerana ity. Tsy tapaka olona ihany koa ny sehatra ho an’ny ankizy, amin’ny maha fetim-pianakaviana ny “Star Tour”.

Carnaval lehibe

Ny asabotsy, nisy ny “carnaval” lehibe, notontosaina teto an-tampon-tanànan’i Mahajanga. Naka ny lokon’ireo vokatra Star izany, kanefa nahitana koa ny fandraisana anjaran’ireo mpisehatra marobe. Anisan’ny nisongadina ny ekipan’ny fiadidiana ny Tanàna, notarihin’ny ben’ny Tanàna izay nanao fanamiana mitovy amin’ny an’ireo mpamonjy voina.Tsy tapaka fialamboly na ireo teny amin’ny Bord na ireo nisafidy ny torapasika teny amin’ny Grand Pavois ny maraina sy ny antoandro.

Zo ny Aina

Ino Vaovao0 partages

ASA FANENDAHANA SY HAROM-PAOSY : Lehilahy miisa 11 voasambotra tetsy Analakely

Lehilahy miisa 11 izy ireo no sarona ka mpanao sinto-mahery avokoa izy ireo raha ny voalazan’ny avy ao amin’ny Kaomisarian’ny boriboritany voalohany.

Manodididna ny 19 ka hatramin’ny 42 taona ny salan-taonan’ireto jiolahy tratra ireto. Ny valo tamin’ireo dia fantatra fa tratra ambodiomby teo am-panaovana ny asa ratsiny. Raha ny fanazavana voaray ihany dia ny efatra tratra teny akaikin’ny toby mpaninjara solika iray, ny roa teny amin’ny tsenan’Analakely ary ny roa ambiny teny amin’ny ”Petite vitesse”. Rehefa nohadihadiana izy ireo taorian’ny nahatratrarana azy dia nilaza fa arahina ireo olona hoendahina izay vao misikotra ny sakaosy izy ireo.

Notohizana ihany ny fisamborana ireo olon-dratsy ireo ka nokarohina tamin’izany i Fotsikely19 taona, izay malaza ratsy amin’ny fanendahana .

Sarona tao Behoririka itsy farany izay tena anisany ikoizana, ka nandritra ny famotorana natao azy dia nanondro ny namany anankiroa ny tenany. Raikitra ny savahao, ka noraisim-potsiny tao amin’ny tsenan’Analakely ireo roa lahy ireo. Marihina fa efa nigadra nandritra ny telo volana teny Antanimora ny efatra tamin’izy ireo ary resaka harom-paosy sy fanendahana hatrany no nidiran’izy ireo teny. Efa natolotra ny Fampanoavana, ny sabotsy lasa teo, izy ireo rehefa niaiky ny heloka vitany .

Nanamafy ny tompon’andraikitra eo anivon’ny Polisim-pirenena fa mbola hitohy ny fanenjehana ireo jiolahy ireo hatreto.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TSIROANOMANDIDY : Taratasin’omby sandoka miisa 400 tratra, dahalo 560 niakatra Fitsarana

Anisany mampirongatra ny trangana halatr’omby sy ny famotsiana omby halatra any amin’iny toerana iny anefa izany noho ny fahamaroan’ny fivezivezen’ireo omby amidy.Nandritra ny taona 2016 iny no nankaty dia mahatratra hatrany amin’ny 400 ireo taratasin’omby sandoka na “Fiche Individuelle de Bovin (FIB)” tra-tehaky ny mpitandro filaminana. Dahalo maherin’ny 560 isa ihany koa no voasambotra izay efa niakatra Fitsarana avokoa raha nisy enina kosa ireo namoy ny ainy.

Ireo no fantatra nandritra ny lanonana famindram-pahefana teo amin’ny kaomandin’ny vondron-tobim-pileovana Bongolava teo aloha sy ny vaovao vao nandray ny toerany, ny zoma lasa teo. Nivoitra ihany koa fa anisan’ireo Faritra nanaovan’ny Zandary ny hetsika fampandrian-tany ny tany Bongolava, ka ezaka vita nandritra ny fidirana an-tsehatra nataon’ny mpitandro filaminana tany amin’ny toerana heverina ho tena mafana sy ny fanaraha-maso ny tsenan’ny omby no nahazoana ireo vokatra voalaza etsy ambony.

Ankoatra ny fahatratrarana ireo dahalo mpanao fanafihana mivantana dia efa nisy tamin’ireo tambajotrana dahalo ambony labatatra mpanao taratasin’omby sandoka ihany koa no efa ravan’ny Zandary tany Tsiroanomandidy. Vao ny herinandro lasa teo no nahasaronana ireo omby 12 tsy misy taratasy namidy tao an-tsena.

Mbola ezaka mafana ny fanafoanana hatramin’ny fakany ny trangana halatr’omby ao anatin’ity Faritra ity, torak’izany ihany koa ny fahatratrarana ireo mpiray tsikombakomba amin’ny famotsiana omby izay anisany fototra mampirongatra izay tsy fandriam-pahalemana sy asan-dahalo izay.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FITAKIANA : Hanatevin-daharana ny hetsiky ny miaramila misotro ronono ny sendika hafa

Hetsika izay voalaza fa mafimafy kokoa mihoatra noho ny efa natao hatramin’izay ary hivoahana ao anatin’ny fahanginana sy ny fandeferana vokatry ny fampanantenana poak’aty.

Tsy hihemotra amin’ny fanapahan-kevitra horaisiny ny fikambanan’ireo miaramila sy zandary misotro ronono na ny AMM. Etsy Andrefan’ Ambohijanahary izy ireo no hanao ny hetsika ary hanotrona azy ireo amin’izany ny fikambanana sendikaly hafa eto Madagasikara, anisan’izany ny Sendikan’ny Mpitsara eto Madagasikara na ny SMM. 

Araka ny vaovao voaray dia handray fitenenana mandritra izany ny filohany, Fanirisoa Ernaivo izay hanatsikafona ny tsy fahombiazam-pitantanan’ny mpitondra amin’izao fotoana izao. Araka ny fanazavana avy amin’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny AMM dia tsy hanao fanagatahana taratasy fahazoan-dalana hanaovana ny hetsika izy ireo satria ao anatina efitrano mikatona no hanatanterahany ny fihetsiketsehany.

Noho ny fampanantenana poak’aty nataon’ny fitondram-panjakana momba ny vola fisotroan-dronono tokony horaisin’izy ireo no antony lehibe tena hanaovana ny hetsika. Araka ny fanazavana hatrany dia “tamin’ny Filoham-pirenena ankehitriny mbola minisitry ny Fitantanam-bola sy ny teti-bola tamin’ny andron’ny tetezamita no efa nampanantena ny fikambanana izy fa amin’ny Repoblika fahaefatra no hanefana ny vola fisotroan-drononon’izy ireo satria mbola tsy manam-bola ny fanjakana amin’izao tetezamita izao. Izao anefa efa tonga eo amin’ny toeran’ny Filoham-pirenena ny tenany saingy mbola tsy hita izay fahatanterahan’ilay fampanantenana”, hoy ny nambaran’ny solontena avy ao amin’ny AMM.

Tsy hanaiky lembenana intsony izy ireo manoloana izay fa hanao hetsika goavana amin’izay satria raha ny fantatra dia efa nisy hatrany ny hetsika madinidinika nataon’izy ireo talohan’izao saingy tsy manao be marenina hatrany ny Fanjakana. Fantatra fa hatrany amin’ny enina arivo ny isan’ireo Zandary sy miaramila misotro ronono tokony hisitraka izay fisotroan-dronono izay ary misy amin’izy ireo no manana grady ambony. Hafampana indray, araka izany, ny toe-draharaha politika amin’ity herinandro ity.

Fikambanana maro no efa manambana hanao hetsi-bahoaka. Rahampitso ihany koa no fantatra fa hanatanteraka ny anjarany ny avy eo anivon’ny Herin’ny Fanovana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

CAP MASOALA : Misy sambo ahian’ireo mpanjono hanondrana andramena

Ny vaovao avy amin’ireto mpanjono tsara sitrapo any amin’ny Distrikan’i Maroantsetra ireto no nahalalana fa efa andro maromaro izay io sambo lehibe io no nihaodihaody any amin’ny fari-dranomasin’i Masoala. Eny ampovoan-dranomasina no miantsona ilay sambo ary tsy mihetsika firy. 

Tazan’ireo mpanjono izy io saingy tsy mbola nanatona aloha izy ireo noho izy afovoan-dranomasina, ka manano sarotra ny fanatonana vokatry ny tsy fahampian’ ny fitaovana, araka ny vaovao voaray hatrany. Ny faritra misy ilay sambo anefa dia faritra mena tokoa amin’ny fanondranana andramena antsokosoko. Manahy amin’ny fikasana fanondranana andramena noho izany ireo mpanjono madinika ao Maroantsetra, ka miantso fandraisana andraikitra haingana avy amin’ireo tompon’andraikitra voakasika.

Sarotiny amin’ny fivoahan’ireo harem-pirenena an-tsokosoko ireo mpanjono madinika ao Maroantsetra. Manaporofo izany izao fandraisana andraikitra asehon’izy ireo izao amin’ny alalan’ny fisorohana sy fanairana ireo tompon’andraiki-panjakana izao dieny mbola tsy lasa ireo harem-pirenena.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

ANDIANY FAHA-18 : Hotontosaina ao Ambanja ny 31aogositra ny festivaly Sôrogno Cacao

Nambaran’ny filohan’ny komity mikarakara ny festivaly Sôrogno Zafilaza Armand nandritra ny valan-dresaka tamin’ny mpanao gazety tao amin’ny Glacier Annexe, ny sabotsy teo fa hiompana bebe kokoa amin’ny lafin’ny toe-karena ny hetsika amin’ity taona ity.

Atrikasa arahina adihevitra

Hisy atrikasa arahina adihevitra araka izany hotanterahina, ny zoma 1 septambra mikasika ny sehatry ny Cacao sy lavanila ao amin’ny Distrikan’Ambanja. «  Haresaka ny adihevitra. Amin’ny fomba ahoana tokoa ohatra  no azo anekena ny vidin’ny cacao iray kilao ho 600 ariary nefa mahatratra 7 dolara ny iray kilao eny amin’ny tsena iraisam-pirenena. Ho henjana ihany koa ny resaka lavanila ary ho tonga ao an-toerana ny tompon’ andraikitra ao amin’ny «  Plateforme nationale de vanille  ». 

Miroborobo ny fambolena  lavanila ao Ambanja ary lasa anisany faritra mpamokatra lavanily be no tsara kalitao eto Madagasikara ny ao an-toerana. Ny mampalahelo dia lasa olana ho an’ny tantsaha mpamokatra izany : tonga ao daholo ny «  mafia  » sy ireo kolektera tsy manara-dalàna  ary vidin’izy ireo alohan’ny fotoana ny lavanila  » hoy izy. 

«  Oviana marina ny fotoam-piotazana lavanily any Ambanja  ? Satria raha ny zava-misy no jerena dia efa masaka ny lavanila  nefa mbola tsy misokatra ny tsena. Aleo miainga amin’ny ifotony ny fanapahana ny daty hisokafan’ny tsenan’ny lavanila  fa tsy anjaran’ny minisiteran’ny Varotra irery no manapaka izany. Hodinihina miaraka amin’ny tompon’andraikitra ara-panjakana rehetra ao amin’ny Faritra Diana sy ny tantsaha izany mba hahafahan’ireto farany migoka ny vokatra sy miady amin’ny firongatry ny halatra lavanila sy vono olona. Efa mitondra kalachnikov mihitsy ireo jiolahy amin’izao fotoana. Izahay maty mamboly ny hafa no mahazo tombontsoa. Tsy azo ekena izany  », hoy ny fanazavana nataon’i Zafilaza Armand hatrany.

Hivondrona anaty kaoperativa

Koa satria manao izay tiany hatao ny mpandraharaha sasany eo amin’ny vidin’ny Cacao dia nilaza i Zafilaza Armand fa hoentanina ny tantsaha rehetra any amin’ny faritra Sambirano mba hivondrona anatin’ny kaoperativa mba hahafahana miady amin’ny fitontongan’ny vidin’ny cacao.

Zanaka cacao miisa 500 000 isan-taona

Mba hahafahana hanolo ireo vodin’ny Cacao efa antitra dia tafiditra amin’ny tetikasa Pic 2 miaraka amin’ny Fofifa ny famokarana zanaka cacao miisa 500 000 isan-taona ao Ambanja ho an’ny faritra rehetra mamokatra cacao eto Madagasikara. «  Tamin’ity taona ity zanaka cacao miisa 125 000 no tratra. Fa manomboka amin’ny taona ho avy dia ho 500 000 isan-taona izany  », hoy Zafilaza Armand.

Mpanakanto maro hanafana ny hetsika

Artista maro ka anisan’izany Nina’s, Willy, Aly Mourad, Black Nadia, Dadi Love, Jazz Mmc, sy maro hafa no hanafana ny festival sôrogno cacao. Ny tarika Fandrama no hamarana ny hetsika raha i Nina’s kosa no hanokatra izany. Azo antoka ny ambiansy mandritra ny 4 andro ao an-tampon-tanànan’Ambanja. Ankoatra ny hetsika ara-java- kanto dia hisy koa ny fifaninanana ara-panatanjahantena tahaka ny hazakazaka lavitr’ezaka «  sémi- marathon  » sy ny baolina kitra.

A.Lepêcheur

News Mada0 partages

Foot – Chan 2018 : Barea ratent le coche

Les Barea de Madagascar étaient à une marche d’une qualification pour les phases finales du championnat d’Afrique des nations (Chan) pour la version 2018 au Kenya. Le sort en a décidé autrement car les Palancas Negras de l’Angola ont remporté le face-à-face à domicile sur le score de 1 but à rien.

Madagascar ne disputera pas la phase finale du Chan 2018 au Kenya. Le sort en a décidé ainsi pour les Barea qui ont fait un véritable parcours du combattant durant cette campagne africaine 2017. Force est de noter que c’est la première défaite de l’équipe et les avis divergent sur le déroulement de ces deux rencontres (eller et retour) face à l’Angola. Déception quand tu nous tiens !

Une chose est sûre, l’Angola a été à un cran au dessus bien que les deux équipes aient eu chacune leurs stratégies respectives pour sortir la tête hors de l’eau. Pourtant, les hommes d’Auguste Raux semblaient tenir front aux Palancas Negras durant la première période. Pour preuve, les deux équipes ont regagné les vestiaires sur un score nul et vierge.

Le pire est venu pour les Barea de Madagascar qui ont visiblement été pris de court par la nouvelle stratégie,

tant défensive qu’offensive, menée par les Angolais qui ne se sont plus contentés de fermer boutique. Ces derniers ont sorti l’artillerie lourde en misant le tout pour le tout dans les offensives.

Le gardien de but malgache a été mis à rude épreuve pour défendre sa cage si l’on ne cite que le pénalty manqué par l’attaquant angolais, Job, à la 50e minute. Ce qui devait arriver arriva pour des Barea de Madagascar complètement désorientés à la 62e minute grâce à Dany qui a pu prendre la balle au bond en toute quiétude profitant d’une erreur de marquage de la défense malgache. Tant de tirs à corriger si l’on veut aller loin sur le circuit continental.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Badminton-par équipe : Sangasy en haut du tableau

Une compétition pas comme les autres s’est tenue au petit palais des Sports de Mahamasina, en fin de semaine. Concoctée par la Fédération malgache de badminton, elle a mis aux prises les badistes de renom dans une formule par équipe et en double.

La domination de la formation de Sangasy est évidente. Conduite par Aina et Haja des grands jours, cette équipe a remporté haut la main le tournoi par équipe. Le duo Aina et Haja a doublé la mise en remportant la finale par abandon du double Julio-Toky après que ce dernier s’est blessé.

En doubles dames, la finale a tenu toutes ses promesses. Poussées dans leurs retranchements, Aina et Hanitra ont puisé dans leurs ressources pour venir à bout de Tiavina et Stéphanie par 2 sets à 1.

Naisa

Résultats des finales

Par équipe :

Sangasy (Aina, Haja, Annick et Ando) bat SCI1(Tsihoarana et Aina)

Double homme :

Aina-Haja bat par forfait Julio-Toky

Doubles dames :

Aina-Hanitra bat Tiavina-Stéphanie : 2 sets à 1

 

News Mada0 partages

Karaté-Sommet National : Analamanga truste tous les podiums

Analamanga a dominé de la tête et des épaules le championnat de Madagascar de karaté qui s’est déroulé à Antsirabe le week-end dernier. Cette ligue a remporté tous les titres en jeu.

La ligue hôte rentre bredouille du sommet national qu’elle a organisé ! Comment ne pas l’être lorsque les karatékas d’Analamanga ont trusté les médailles d’or. Que ce soit chez les cadets, juniors ou seniors, au kumité et au kata, les compétiteurs issus de la ligue d’Analamanga ont occupé le devant de la scène, ne laissant que des miettes aux autres prétendants.

Une moisson record qui sera dans les annales de cette discipline sportive. En effet, jamais aucune ligue n’a été aussi dominatrice que celle d’Analamanga 2017. Les 14 titres sont  ainsi tombés dans l’escarcelle de cette dernière dont 8 chez les jeunes et 16 chez les seniors.

Mention spéciale à quelques combattants dans la catégorie reine, à l’issue de ce sommet national où ils ont conservé leurs couronnes respectives, en l’occurrence Patrick (-84 kg) et Fifi (+84 kg) chez les hommes, Tahiry (-50 kg), Felana (-61 kg), Tiantsoa (-68 kg) et Misa (+68 kg) chez les femmes.

Battus lors de la finale, Tanjona (-60 kg) et Toky de Cosfa (-75 kg) ont par contre échoué dans la conservation de leur bien. Un autre Toky prend le pouvoir chez les -7 kg hommes.

Quasi inchangé

Les compétitions par équipe ont également offert un scénario du déjà vu. Les deux équipes d’Analamanga 1 ont dominé le kata. De même, au combat, l’équipe numéro 1 de cette ligue a fait respecter la hiérarchie chez les hommes et chez les femmes.

Rendez-vous à Toamasina en 2018, pour le prochain championnat de Madagascar. La décentralisation de cet événement se poursuit comme l’a promis la Fédération malgache de karaté.

Naisa

Résultats Hommes :

Kumite individuel :

-60kg :

1-Tantely (Analamanga)

2-Tanjona (Analamanga)

3-Aimé (Ihorombe)

-67kg :

1-Lalaina (Analamanga)

2-Amédée (COSPN)

3-Hajaniaina (Haute-Matsiatra)

-75kg:

1-Toky (Analamanga)

2-Toky Tahiry (Cosfa)

3-Jean Bick (Boeny)

-84kg:

1-Patrick (Analamanga)

2-Diary (Analamanga)

3-Hoby (COSPN)

+84kg :

1-Fifi (Analamanga)

2-Valera (Analamanga)

3-Nantso (COSPN)

Kumite par équipe :

1-Analamanga 1 (Tantely, Billy, Patrick, Lalaina, Toky)

2-Analamanga 2 (Tsilavo, Tanjona, Haja, Orlando, Ginoh

Kata individuel :

1-Razafindrazaka Tsiory (Analamanga)

2-Jao (Analamanga)

3-Henri (Vakinankaratra)

Kata par équipe :

1-Analamanga 1(Rova, Njafy, Avotra)

2- Cosfa (Nestin, Judicael, Bien-Aimé)

3-Analamanga 2 (Faneva, Mickael, Jacklin

Résultats Dames:

Kumite individuel :

-50kg :

1-Tahiry (Analamanga)

2-Fabby (Analamanga)

3-Evelyne (Boeny)

-55kg :

1-Nofisoa (Cosfa)

2-Ianja (Analamanga)

3-Christophine (Boeny)

-61kg :

1-Felana (Analamanga)

2-Fanja (Analamanga)

3-Farantsa (Cosfa)

-68kg :

1-Tianatsoa (Analamanga)

2-Diane (Analamanga)

3-Conception (Boeny)

+68kg:

1-Misa (Cosfa)

2-Liantsoa (Atsinanana)

3-Juliette (Atsimo andrefana)

Kumite équipes :

1-Analamanga 1(Felana, Liantsoa, Ianja)

2-Cosfa (Farantsa, Misa, Nofy)

3-Ihorombe (Marie, Olivia, Nina

Kata individuel :

1-Mialy (Cosfa)

2-Vetso (Analamanga)

3-Joel (Vakinankaratra)

Kata par équipe :

1-Analamanga 1(Gaelle, Vetso, Kanto)

2- Analamanga 2 (Lanja, Gracia, Hanitra Oliva)

3-Cosfa (Mialy, Tahina, Farantsa)

News Mada0 partages

Big Soma 3X3 : Kingston et Fandrefiala champions

La course aux quatre places dans la sélection nationale est relancée après le débâcle des présélectionnés lors du tournoi Big Sôma 3×3, à Mahajanga, le week-end dernier. Répartis dans trois équipes, Tana 1, 2 et 3, les présélectionnés n’ont pas atteint la finale. En effet, Tana 1 et Tana 2 ont trébuché en demi-finales face respectivement à Kingston et GNBC.

Une finale surprenante dans cette catégorie masculine qui a vu la victoire inattendue de l’équipe locale, Kingston, devant les gendarmes.

Côté dames, la logique a été respectée. Fandrefiala, équipe championne de Madagascar en titre, a poursuivi sa quête de sacre. Au final, les Judith, Sarobidy, Hasina, Rabrikely ont dominé les fines fleurs de SBBC Boeny pour s’offrir un sacre.

Naisa

Résultats hommes :

Finale :

Kingston-GNBC: 17-13

3e place:

Tanà2-Tanà1: 17-12

Résultats dames :

3e place dames:

MB2All-JSB: 20-10

Finale:

Fandrefiala-SBBC: 08-06

 

News Mada0 partages

Tennis – Sommet National : Ando Rasolomalala n’a pas lâché prise

Le rideau est tombé en fanfare, hier, sur les courts de l’Acsa à Ambohidahy à l’issue de la finale du championnat de Madagascar, toutes catégories, avec les forces en présence de la petite balle jaune malgache. En 1ère série, Andonavalona Rasolomalala n’a pas eu du mal à se défaire des griffes de Patrick Rakotozafinirina en s’imposant facilement au terme des échanges en deux sets (6/1 ; 6/3).

L’expérience a primé pour Ando qui n’a rien laissé au hasard tout en profitant des lacunes de l’adverse à chaque jeu. Mais c’était loin d’une simple formalité pour Ando qui revient de loin après une longue absence sur les courts. En première série dames, Fitia Ravoniandro a disposé de Manuella Robinson.

Le tempo imposé par Fitia, auréolée de son tonus hors pair, lui a permis de s’imposer en deux sets sur le score de 6/1 ; 6/3. En 2e série, Toky Ranaivo a battu Lanja Rakotozandriny par 6/2 ; 6/2. Dans le tableau féminin, le public a eu droit (encore une fois) à un duel entre les sœurs Ranaivo. Au final, Narindra a eu le dernier mot en s’imposant par 6/2 ; 6/2.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Andao Hilalao : objectif atteint

Samedi dernier, l’association Lato a clôturé officiellement la troisième édition de «Andao Hilalao», une manifestation de divertissement destinée spécialement aux enfants. Soutenu par l’Unicef, et l’Office régional de la région d’Analamanga (Ortana), l’évènement a vu la participation de 780 enfants. L’objectif est largement atteint.

L’association Lato a organisé, durant 5 semaines, la troisième édition de l’évènement Andao Hilalao. Selon Natolotra Rajaonarifetra, un des membres de l’association, l’objectif a été atteint. Par rapport à l’année dernière, la manifestation a enregistré une hausse de 60%, avec environ 780 d’enfants participants.

Samedi dernier, l’association Lato et les enfants participants ont clôturé en beauté l’évènement à Ampefiloha. Cette année, l’association a été soutenue par l’Unicef qui a financé la participation des enfants issus des EPP et CEG des quartiers d’Ampefiloha et d’Andavamamba. «Au début, nous avons eu quelques difficultés pour réunir les enfants de différentes couches sociales, mais après quelques séances, nous avons pu supprimer cette discrimination», a-t-elle précisé.

Apprendre aux enfants les jeux anciens

Au fait, Andao hilalao est un divertissement réservé aux enfants âgés entre 4 à 13 ans. Il se tient durant les périodes de vacances. Son but est d’apprendre aux enfants actuels les divers jeux traditionnels malgaches, entre autres, les «vitsily», «katro», «fanorona», «tsikonona», entre autres. Cette année, l’association a mobilisé une vingtaine d’animateurs, issus de diverses entités telles que Tily Madagascar. La  visite de quelques sites de la capitale n’a pas été omise, comme le parc zoologique de Tsimbazaza. A part ces jeux, les enfants ont aussi assisté à divers ateliers. «Chaque enfant a ainsi construit son propre jouet, comme le kalesy», a-t-elle ajouté.

Pour la prochaine édition, l’association projette d’agrandir son projet vers d’autres régions. «Nous entendons organiser Andao Hilalao à Antsirabe, Toamasina et Mahajanga», a annoncé notre interlocutrice. Aussi, l’évènement se fera non seulement durant les grandes vacances mais aussi durant toutes les autres vacances scolaires.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Farakely : première sortie ratée

Plusieurs spectacles se sont tenus durant le week-end, dont le premier en solo de la jeune chanteuse Farakely. La salle a été à moitié remplie, vendredi dernier. La prestation de l’artiste n’était pas satisfaisante et la sono n’était pas à la hauteur. Le public a ainsi rouspété.

«La soirée aurait dû commencer à 19h20 et il y avait du retard», s’est indigné un des spectateurs. L’artiste a confondu le concept de cabaret et de concert. Des musiciens et des techniciens se sont baladés librement sur scène. Farakely n’a pas étudié le côté scénographie. «Elle a voulu être plus proche de ses fans mais ce concept se fait durant les cabarets», a analysé un autre spectateur.

En revanche, Farakely ne devrait pas être déçue de cette première sortie ratée. Au contraire, elle devrait prendre note pour ne pas refaire les mêmes erreurs. Notons que la chanteuse multipliera ses concerts pour la promotion de son premier album intitulé «Tafaray isika roa». Des tournées nationales et internationales seront au programme.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Chronique : purgatoire bureaucratique

En septembre 1985, l’auteur Douglas Kennedy quitte Dublin pour Alexandrie avec un sac de voyage et cinq carnets de notes. Quatre mois plus tard, il revient d’Egypte les carnets bien remplis et publie en 1988 «Beyond the pyramids, Travels in Egypt», récit de voyage traduit en français en 2010 sous le titre «Au-delà des pyramides». Lire ce livre près de trente ans après sa parution est un étrange voyage dans le temps.  En 1985, Hosni Moubarak est un «jeune» président, Khadafi règne en maître sur la Lybie, le rideau de fer est bien surveillé et si les Frères musulmans ont déjà une assise bien solide, les médias internationaux s’intéressent plus aux réformes en URSS qu’à l’islam radical.

Au cours de son séjour dans la capitale égyptienne, Douglas Kennedy est amené à faire prolonger son visa. Il se rend à l’immeuble Al-Moghamma dont «il suffit de prononcer le nom (…) pour que les Cairotes adoptent la même mine horrifiée que les Moscovites en entendant mentionner la Loubyanka, le sinistre siège du KGB à Moscou. Ce n’est pas qu’Al-Moghamma ait abrité quelque redoutable police secrète, non ; c’était une prison d’un autre genre, un purgatoire bureaucratique où la patience était soumise à un test d’endurance très éprouvant». De file en file, de guichet en guichet et de formulaire en formulaire, l’auteur obtient enfin son visa. Il aura eu le temps d’apprécier une organisation  conçue pour ne pas être efficace, notamment en observant «une quinzaine de ronds-de-cuir littéralement occupés à ne rien faire».

Il est tout de même curieux que trente ans plus tard et quelques milliers de kilomètres plus loin, les ronds-de-cuir d’Al-Moghamma nous paraissent si familiers. Notre bureaucratie locale n’a rien à envier à son homologue égyptien. En réalité, les méandres kafkaïens sont une constante de l’administration dans les pays qui jouent les équilibristes entre féodalité et marche forcée vers un Etat moderne.

Kemba Ranavela

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : la main-d’œuvre indigène (3)

(Suite.)

Ils sont donc des frères en état de minorité complète, ignorants et incapables de se conduire par eux-mêmes. Il nous incombe dès lors le devoir absolu de les éduquer et de les diriger.

Est-il permis à nos jeunes frères d’échapper aux devoirs que, dans leur propre intérêt, nous avons cru devoir leur imposer ? Personne ne l’admettra.

Même parmi ceux qui travaillent, à de rares exceptions près, le sans façon, on ne peut plus irrespectueux, avec lequel ils traitent leur patron, surtout lorsque celui-ci est un Européen, est à peine croyable. Entre eux, ils ne désignent ce dernier que par un sobriquet qui caractérise le défaut culminant qu’ils ont découvert en lui.

Qu’une observation faite par lui ne leur convienne pas, quelque justifiée qu’elle soit, ils le plantent là, quelque pressé que soit le travail, quelque dommage qui puisse en résulter pour leur patron, sans terminer le mois pour lequel ils se sont engagés, ni même quelquefois la journée commencée.

Bien mieux, si le bruit d’une fête arrive jusqu’à eux, ou si un enterrement passe dans le voisinage, – car un enterrement est pour eux une très grande fête où l’on se soûle et où l’on fait ripaille, – ils n’hésitent pas à planter là leur travail, sans crier gare et sans même avertir leur employeur.

Cela ne les empêche pas de venir aussitôt après réclamer insolemment le montant de ce qui leur est dû.

Et vite de vous exécuter, car sans cela le conseil d’arbitrage vous attend.

Le conseil d’arbitrage !!! Ah ! quel bon boulet nous a légué là le socialiste Augagneur. Ce n’est pas qu’en elle-même cette institution ne soit pas une admirable chose. Dans l’Émyrne et le Betsileo elle donne peut-être de bons résultats. Mais, appliquée dans le reste de la colonie, notamment sur la côte Est, où l’indigène n’a pas de domicile fixe, et change de nom plus souvent que de chemise, cette institution n’est plus qu’un déplorable anachronisme.

À ce sujet, il est à remarquer que l’administration centrale prend souvent des mesures englobant la colonie entière sans tenir compte des milieux, des différences de zones, de la mentalité malgache, et surtout sans consulter les intéressés. C’est une sorte de lit de Procuste, auquel tous doivent s’ajuster.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : olana tsy fahaiza-miara-monina – olona samy mivavaka, samy manentana fih...

Ny filoham-pirenena teo aloha andaniny, ilay filoham-pirenena amperin’asa ankilany. Izy roalahy samy any Antsiranana manome voninahitra fankalazana karakarain’ny antokom-pivavahana iray. Noho ny haja sy adidy amin’ny maha raimandreny azy avy dia samy nialoha laharana izy ireo eo amin’ny fanentanana ny fanaovana fampihavanam-pirenena. Nefa dia tsy afaka niray toerana tao amin’ny trano fandraisam-bahiny nandritra ny fe-potoana naha tany an-toerana azy. Nahilika avy ao amin’ilay hotely efa nandray azy andriamatoa Marc Ravalomanana sy ny vadiny mba hahafahan’ny Filoha Rajaonarimampianina sy ireo tandapa mpanotrona azy hilasy tsy misy mpanelingelina. Izy samy izy, olona samy manan-kaja ambony aza tsy afaka hifampikasokasoka. Mazava ho azy fa resaka fotsiny ireny filazana hoe filoha manakaiky mponina ahafantarany ny tena fahasahiranana sy hetahetan’ny vahoaka. Eo amin’ny maha kristiana moa dia tsy mety no mitsara antendrony ny fomba fanatanterahana ny fitiava-namana araky ny fampianarana navelan’i Kristy. Angamba misy ny fampitandremana manokana ho an’ny olom-pitondrana amin’ny fanafarana tsy ho kasihin-dalitra.

Raha momba ny Fampihavanam-pirenena izay atao resabe mandany fotoana hatry ny ela sady anokanana vola aman-karena, angamba tsy ny tranga toy izany no azo heverina fa fomba  famporisihana hifandefitra handravina fihavanana.

Tsapa tato ho ato fa mihahenjana ny fifandraisan-dry zalahy. Antony tokana no mahatonga izany. Mandondona sahady ny fifidianana. Raha afaka 16 volana no fotoana, izao dia efa manomboka ny hazakazaka. Samy be tenda ka ho henjana ny fifaninanana. Asakasak’izay diso miolomay mafy tsy ampy fitandremana fa tsy hisy fitsaharana ny fingapingan-drafilahy.

Ny mahagaga moa dia fahatongavana eo amin’ny fitantanana raharaham-pirenena no tanjona ifaninanana nefa ahiana ho adinodino ny tena fiandraiketana an’izany, fa lasa hirona fotsiny any amin’ny fanaovana kabary mamy am-bava sy any amin’ny fanolotolorana fanomezana madinidinika ho an’ny mponina. Fomba fividianana ny fitiavan’ny mpifidy. Tsy ny vahoaka indray no homen-tsiny noho izany. Fantatra fa arakaraky ny fiavosan’ny fahasahiranana eo aminy no mahamora jambena azy amin’ny fanomezana. Izany angamba no itaizain’ny sasany ny fahantrana, hahafahany manambaka mora foana ny vahoaka sy handrebirebena azy amin’ny vary masaka sy potikanina. Raha mbola mahatsiaro iharan’ny tsy rariny dia tsy ireo efa teo na ireo eo an-toerana no azo ianteherana hitondra fiovana.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : entre cafés et écolages, on oublie la visite technique

Savez-vous ce qui se dit sur la corruption ? Elle a toujours existé, Bianco ou pas Bianco. La différence entre la corruption d‘hier et celle d’aujourd’hui, c’est que si l’ancienne version se voulait plus discrète, dans sa version actuelle, elle s’affirme toute honte bue. Il faut donner à l’agent de la circulation de quoi s’offrir son café du matin, du midi ou du soir, et surtout ne pas oublier de remettre son écolage au gendarme égaré sur la route nationale. En passant, on se demande combien de cafés et d’écolages a payés le chauffeur du car qui devait amener ces jeunes d’Ampefy à Majunga. Cette horrible tragédie n’a malheureusement pas arrêté la tradition. A défaut de visite technique en règle, les billets de dix mille ariary passent allègrement d’une main à l’autre sur les routes nationales.

 

Ino Vaovao0 partages

FANATANJAHANTENA AN-TSEKOLY : Nosokafana tamin’ny fomba manetriketrika ny zoma teo

Ambohipihaonan’ireo mpianatra avy amin’ny lafy valon’ny Nosy tokoa ny eto Mahajanga. Ny zoma tolakandro teo no nisokatra tamin’ny fomba ofisialy tao amin’ny kianja Rabemananjara ny "sport scolaire national 2017". Nanome voninahitra ny lanonana ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena Paul Rabary, ny minisitry ny Fanatanjahantena, ary ny minisitry ny Serasera sy ny fifandraisana amin’ny andrim-panjakana. 

Tanjona roa lehibe no tratrarina amin’ny fikarakarana fanatanjahantena an-tsekoly, voalohany ny fanomanana ireo taniketsa ho avin’ny fanatanjahantena Malagasy, indrindra koa ho fitaizana ireo mpianatra hanana vatana tomady mba hitondra fahombiazana. Ao ihany koa ny fifaneraserana sy fifanakalozana eo amin’ny samy mpianatra. Haharitra 10 andro ny fanatanjahantena an-tsekoly. 

Taranja maro no hifaninanana amin’izany tahaka ireo lalao iraisana toy ny baolina kitra, baskety... isan’izany koa ny athletisma. Hampiavaka ny amin’ity taona ity ny «  Urban cross  » izay hivoaka an-dalam-be. Amin’ny 27 aogositra no hifarana ny fanatanjahantena an-tsekoly atao any Mahajanga ity. 

Vanessa

Tia Tanindranaza0 partages

Asan-dahalo any BetrokaMisy fa tsy mafy be intsony

Omby 17 avy ao Andriatomefy, kaominin’i Ranohira, no nangalarin’ny dahalo ary nentiny nitsofoka nihazo an’i Betroka ny zoma teo,

 

 raha ny fampitam-baovaon’ny tompon’andraikitry ny filaminana avy any an-toerana. Ny antoandron’io ihany rehefa naharay ny vaovao ny eo anivon’ny zandarimaria dia lasa nanara-dia. Raikitra teo ny fifampitifirana ary dahalo miisa 3 no lavon’ny balan’ny mpitandro ny filaminana ary efa tafaverina amin’ny tompony kosa ireo omby. Ny andron’iny zoma iny ihany koa moa dia fantatra fa nisy fanafihana iray tsy tontosana dahalo 7 lahy nikasa haka omby miisa 20 tao amin’ny kaominin’Ambanivohitr’Ambondro, ao amin’ny distrikan’i Betroka hatrany. Voatifitry ny zandary ihany koa ny 2 tamin’ireo dahalo saingy afaka nitsoaka ary efa eo am-pikarohana azy ireo amin’izao fotoana ny mpitandro ny filaminana any an-toerana.Efa tena nihena be ny asan-dahalo any Betroka raha oharina amin’ny zava-nisy roa taona lasa hoy ny fanazavana azo avy eo anivon’ny sampana seraseran’ny zandarimariampirenena eny amin’ny toby Ratsimandrava, satria raha ahitana fanafihana 10 na 15 isam-bolana teo aloha dia efa tena nihena amin’ny antsasany izany ankehitriny.Ary tsy fanafihan-dahalo mafy be mandeha andiany an-jatony tahaka ny tamin’ny andron-dRemenabila fa dahalo efa vitsivitsy.Ho an’ny zandarimariam-pirenena dia tena nisy vokany tsara ny fametrahana ny USAD na ny vondron-tafika manokana miady amin’ny dahalo ao Mahabo-Betroka.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ndao hilalao andiany faha-4Omena tombony koa ny ankizy any amin’ny faritra

Nifarana ny sabotsy teo rehefa naharitra iray volana mahery ilay hetsika “Ndao hilalao” nokarakarain’ny fikambanana Lato tetsy amin’ny ANS Ampefiloha.

  Ankizy mihoatra ny 780 no nandray anjara tamin’izany raha araka ny fanazavan-dRtoa Rajaonarifetra Natolotra izay zary niombom-po sy nahay nifankatia tao anatin’ny fotoana fohy na dia samy hafa sokajy sy saranga aza. Ny 60 %-n’ireo ankizy ireo mantsy dia ankizy avy eny amin’ny Fokontany manodidina an’Ampefiloha avokoa, niampy ireo mpianatry ny sekoly tsy miankina. Efatra ka hatramin’ny 13 taona izy ireo izay marihina fa tsy nilalao fotsiny ihany fa nitondra voka-tsoa nody ihany koa tamin’ny alalan’ny fahaizany ireo karazana kilalao gasy, ny fomba fandrahoan-tsakafo…Betsaka raha araka ny fanazavan’ireo Ray aman-dReny nanan-janaka nampialana voly tao anatin’ny Ndao hilalao ny fiovana hita taratra teny amin’ireo zanany taorian’ny fisian’ity hetsika iray ity, indrindra fa amin’ny fampandehanana ny fiainana andavanandro. Fikasan’ny mpikarakara moa ny hitondra ny hetsika any amin’ny faritra amin’ny andiany faha-efatra hotanterahina amin’ny taona ho avy, hetsika izay tsiahivina hatrany fa natao hanampiana ireo ankizy tsy afaka manao vakansy any ivelan’Antananarivo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zanabohitra AndilamenakelyFilamatra amin’ny fampandrosoana

Olona nifindra monina avy ao Betatao distrika Anjozorobe no namorina tanàna any Andilamenakely ny taona 1930.

                                                                                       Niry A

 

Tia Tanindranaza0 partages

Asan’ny mpampivelonaMisedra olana noho ny tsy filaminana

Mahatratra 3.500 isa ireo mpampivelona voasoratra anarana ara-dalàna ao anatin’ny holafitry ny mpampivelona amin’izao fotoana.

   Tsy ampy anefa io isa io amin’ny ankapobeny na dia efa mamokatra ihany koa aza ny sekoly ambony tsy miankina, hoy Ralamboson Tatavy Amelie,  filoha lefitry ny mpampivelona eto Madagasikara. Anisan’ny antony mampahazo vahana ny renim-pianakaviana hiteraka amin’ny reninjaza izany, ireto farany izay tsy manana traikefa akory momba ny fikarakarana ny fahasalaman’ny reny sy ny zaza, indrindra fa ny resaka fahadiovana eo am-piterahana. Tsy nianatra ny fahasarotana mety hitranga eo am-piterahana ihany koa ny reninjaza, hoy hatrany Rtoa Tatavy Amelie  antony mahatonga ireo vehivavy  tokony hodidiana efa tena reraka mafy vao entina manatona  hopitaly. Raha ny fanirian’izy ireo anefa dia ny hanafoanana ny fiterahan’ny vehivavy amin’ny Reninjaza, indrindra fa any amin’ireo toerana lavitr’andriana tsy mbola misy mpampivelona.  Vahaolana iray goavana  aroson’ny holafitry ny mpampivelona ny tokony hiarovan’ny fitondram-panjakana ny ain’izy ireny sy ny fananany. Tsy afaka ny hipetra-drery ny mpampivelona na dia manam-piniavana ny hampihena ny taham-pahafatesan’ny Reny sy ny zaza eto amin’ny firenena aza, hoy hatrany ny filoha lefitry ny fikambanana misy azy ireo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Manetsetra fotsiny e

Manetsetra sy mitsiriritra lava ny hafa lalandava ny Malagasy eo amin’ny fandrosoan’ny firenena. Ny olona lasa ihany, fa isika kosa mihemo-dava mamonjy ny rambony eo amin’ny resaka fahantrana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra – Analamanga D-2Voahosotra ho tompondaka ny CNaPS Analamanga

Tontosa omaly alahady 20 aogositra ihany noho ny farany ny lalao fiadiana ny ho tompondakan’Analamanga eo amin’ny taranja baolina kitra sokajy D-2.

  Voahosotra ho tompondaka D-2 2017 eto amin’ny ligin’Analamanga ary ny ekipan’ny CNaPS Analamanga rehefa nandresy ny Fosa Junior Analamanga 1-0 tany amin’ny fanalavam-potoana. Marihana moa fa ireto ekipa ireto dia efa samy miakatra D-1 daholo amin’ny taom-pilalaovana ho avy ary mbola samy miatrika ny Telma Coupe de Madagacar avokoa. Teo  amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ligin’Analamanga izay ihany saingy eo amin’ny sokajy U 17 dia resin’ny Fosa Junior Analamanga 1-0 ny St Michel Amparibe. Teo anelanelan’ireo lalao roa ireo tetsy Mahamasina dia nisy ny lalao 1/32-ndalan’ny Telma Coupe de Madagasikara izay nivoahan’ny As Adema Analamanga ho mpandresy 8-0 nanoloana ny ekipan’ny Piment Vert Atsinanana.

Tia Tanindranaza0 partages

Barean’i MadagasikaraRava teo ny nofinofy samihafa

Rava teo ny nofinofy samihafan’ny Barean’i Madagasikara dia ny mba handeha hiatrika ny dingana famaranan’ny CHAN 2018 any Kenya

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Karana iray mpanefoefo ao Toamasina Tsy matahotra ny lalàna misy eto Madagasikara

Teratany Karana iray malaza ho mpanefohefo sy mpanjakazaka fananan'olona ao amin'ny Faritr'Atsinanana no milaza, fa tsy matahotra ny lalàna misy eto amintsika.

 

Rabri

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fivorian’ny SADC tany Afrika Atsimo Nampanantena fifidianana mangarahara ny praiminisitra

Tontosa tany Pretoria Afrika Atsimo, tao amin’ny tao amin’ny trano lehibe fanaovana fivoriana goavana O.R Tambo

ny 19-20 aogositra lsa teo ny fivoriana faha-37 ho an’ireo firenena mpikamban’ny SADC. Filoham-panjakana sy lehiben’ny governemanta ary delegasinona maro avy amin’ny firenena mikambana ao anatin’ny vondrona ara-toekarena ity no niatrika izany. Nisongadina tamin’izany ny fifamindram-pahefana sy fanolorana ny faneva ho an’ny Filoha vaovao hitantana ny SADC, Jakob Gedleyihlekisa Zuma, Filoha Afrikanina atsimo sy ny Mpanjakan’I Swaziland Msawati III, izay nitantana ny SADC teo aloha. Nambaran’i Jacob Zuma tamin’izany fa fotoan-dehibe nahafahana nandinika ny fivoarana sy hametrahana ny fanamby sy ny programa hatao iny fivorian-dehiben’ny SADC andiany faha-37 iny. Nisy kosa ny fanehoan-kevitra nataon’ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly Olivier momba ny raharaham-pirenena Malagasy, ka nilazany ny tatitra momba ny asa nataon’ireo iraky ny SADC notarihin’i Joachim Chissano teto Madagasikara tamin’ny taon-dasa momba ny filaminana ara-politika. Nambarany fa ao miaina ao anatin’ny fitoniana politika ny firenena, ary isan’ny nitondra ezaka tamin’izany ny vondrona SADC. Noresahiny ihany koa ny resaka fisokafan’ny famatsiam-bola avy any ivelany toy ny fahazoana ny FEC, ny momba ilay 10 miliara dolara nampanantenain’ny mpamatsy vola tany Parisy. Tsy adinony ny momba ny fifidianana ho avy, izay nilazany sy nanamafisany fa efa nanipika amin’ny hisian’ny fifidianana mangaraharaha, demokratika, ary eken’ny rehetra. Isan’ny zava-dehibe indrindra ny fitodihana amin’ny fanatsarana ny lalàna momba ny fifidianana, ary isan’ny zava-dehibe ihany koa ny fanakaikezan’ny CENI ny antoko politika rehetra mba hahafahan’izy ireo mitondra soso-kevitra fanatsarana, indrindra fa eo amin’ny resaka lalàna sy pitsopitsony hafa. Niantso ny SADC mba hanohana hatrany amin’ny fametrahana nyfitoniana eto Madagasikara ihany koa ny praiminisitra mba hahafana miroso amin’ny ady amin’ny fahantrana.Nekena ho mpikambana vaovao eo anivon’ny SADC nandritra izao fihaonana tany Pretoria izao moa ny Nosy Kaomoro ary any Namibia indray ny fihaonana an-tampony faha 38 no hotanterahana amin’ny taona 2018.

Légende:Ny minisitry ny raharaham-bahiny Atallah Béatrice, ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly ary ny minisitry ny Indostria Chabani Nourdine nivory tanyPretoria.

Toky R

La Vérité0 partages

A plaindre !

A plaindre. Tel est le sort réservé à ces médias appelés à exécuter une « mission impossible ». Défendre l'indéfendable, cirer la boueuse et sauver l'irrécupérable (l'« inavotrable »), autant d'engagements dont la réalisation exige des dons ou talents surnaturels, voire des exercices acrobatiques que les exécutants seraient en passe de rater. Tellement, la prestation voulue demande des efforts inhumains et des compétences savantes, hautement qualifiées, que les prestataires risqueraient de ne pas pouvoir réaliser. Il n'est pas question, ici, de sous-estimer le savoir-faire journalistique de certains confrères dont l'expertise en la matière ne souffre d'aucune insuffisance ni d'avoir la nécessité de passer par le feu de la preuve. Seulement, on ne peut ne pas être désolé de l'entremise inconcevable à laquelle quelques « amis » de la profession, de la presse s'entend, s'étaient impliqués la tête baissée !

Le régime, pour défendre sa cause, balance sur la place publique une horde de quotidiens. Une véritable mafia de journalistes dont la mission consiste à cirer les bottes boueuses et crasseuses des tenants du pouvoir et à sauver la vie d'un régime mourant. Ils sont à plaindre dans la mesure où ils se montrent en authentiques ridicules du métier vis-à-vis de l'opinion. Les titres ou les « la Une » qu'ils proposent se passent de commentaires. Et il suffit de faire le tour de quelques kiosques, sinon des étalages de fortune de la Capitale pour constater de visu que rares sont les intéressés osant dépenser les moindres sous pour s'en procurer.Notre pensée compassionnelle va directement chez nos confrères et amis de ce quotidien dont la réputation en qualité journalistique n'est plus à démontrer. Mais, en vertu d'un nébuleux contrat que le patron avait conclu avec l'autre patron, le vrai, d'Iavoloha, ils sont obligés de se plier, autrement, se démettre. Un cas à plaindre !Comment pourrait-on défendre un régime qui se met, carrément, à dos de son propre peuple ! Un peuple fatigué, angoissé et laissé pour son sort à la merci des fauves de tout acabit. Un peuple qui doit se débrouiller de son propre compte, de ses moyens dérisoires, s'il veut survivre. En somme, un peuple délaissé ! Comment pourrait-on embellir ou cirer un régime qui se salit ou qui se laisse éclabousser par des affaires opaques et douteuses. Des allégations de détournement, de corruption et de dilapidation des deniers publics que l'on commet au su et au vu de tout le monde, et ce, sans le moindre souci !Comment pourrait-on sauver un régime qui se meurt ou qui se suicide en s'adonnant à des actes reprochables et condamnables à tout point de vue. Il est difficile de venir en aide à quelqu'un qui se noie de sa propre volonté. Bref, porter un secours à un suicidaire relève d'une tentative vouée à l'échec au départ.Et les confrères de ce quotidien « ami » de s'exécuter à ce genre de numéro acrobatique frisent le ridicule ! La bourse oblige ! Dirait-on quelque part. Et dire que la galère de ces aimables hommes et femmes vont en s'aggravant. On n'est qu'en phase de pré-campagne. Le moment où la grande bataille électorale battra son plein, ils auraient, sûrement, du pain sur la planche. Ils sont vraiment à plaindre.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Boxe – Championnat du Monde - Les Athlètes victimes du malin dirigeant

Le vice-président de la FMBOI pointé du doigt. Peine perdue pour Marco Jérôme (-52 kg hommes) l’unique pugiliste malgachecensé disputer le championnat du monde senior hommesàHambourg,Allemagne, du 20 août au 3 septembre. Sur les deux malgaches qualifiés, il reste à quai faute de budget. Le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) a décidé de fermer le robinet à cette discipline. Une prévisible réaction du MJS qui s’est muré dans le silence durant la préparation de l’athlète, en vue de ces mondiaux après son retour d’Afrique. Et ce,après  le comportement ahurissant du filou dirigeant nommé à la tête de la délégation malgache au Congo Brazzaville, lors du championnat d’Afrique du noble art. 

Lors de la petite virée malgache en terre africaine,une première sortie en terre étrangère pour le soi-disant chef de la délégation, celui-ci a fait une fausse révélation auprès de la diaspora. En effet, il ne s’est pas gêné d’encrasser le nom du MJS tout en disant que l’Etat n’a pas pris charge le déplacement de la délégation malgache. L’un des membres de la diaspora, résident à Brazzaville, a même voulu se faire entendre et prendre à partie le MJS en téléphonant en direct sur une chaîne de télévision privée de la Capitale. La réaction du ministre de la Jeunesse et des Sports ne s’est pas fait attendre. Ce dernier a  mis le point sur les « i » et dire que l’Etat a octroyé 7000 dollars au vice-président, hormis les cotisations et l’hébergement de la délégation malgache sur place. Effectivement, il n’est pas étonnant si le MJS n’a plus envie de mettre de nouveau la main à son portefeuille. Et ce, après avoir entendu la déclaration du vice-président que c’est lui-même qui a pris  l’initiative d’avancer toutes les dépenses pour les passeports et la vaccination des seize  membres  de la délégation  pour Brazzaville, d’un montant de  115 000 ariary et 37 000 ariary par personne.  Maintenant la fédération n’a pas pu envoyer une personne en Allemagne pour disputer ce rendez-vous planétaire. « C’est insensé, on a tout fait pour qualifier des boxeurs au championnat du monde  mais finalement je ne pourrai pas disputer le Mondial », a déploré Marco Jérôme Randrianarivelo. « On nous a dit qu’aucun rendez-vous n’a été pris auprès de TLS  pour  la demande de visa…  On nous a proposé de faire le visa premium, alors qu’on  ne sera pas  reçu avant le 24 août,  alors que  le championnat du monde  débute le 20 août.La réunion technique est programmée, ce week-end », a souligné le président de la fédération, Hery Mamy, lors d’une conférence de presse hier à Mahamasina. Avant d’ajouter que « pourtant le billet et l’hébergement (3200 euros)  destinés à la délégation étaient déjà  entre les mains du Tafita ».Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Anivorano- Nord - Aucune affluence pour Ravalomanana

Alors que le président Hery Rajaonarimampianina a pris l'avion pour rentrer hier dans la matinée Marc Ravalomanana a décidé de rencontrer ses partisans dans cette partie Nord de la Grande Ile en vue de l'élection présidentielle de 2018. Le laitier ne perd aucune occasion pour occuper le terrain et mener une campagne avant la lettre. Tout comme le Hvm d'ailleurs. Hier vers 10h 30mn Marc Ravalomanana et sa suite ont débarqué à Anivorano-Nord, District d'Antsiranana Il.

Avant de rejoindre ses partisans au « Terrain Aurélien » où il leur a donné rendez-vous Marc Ravalomanana a parcouru quelques dizaines de mètres à pied. Il en a profité pour discuter avec des marchands. Tout au plus une centaine de personnes  dont un ancien maire a attendu  l'ancien chef d'Etat au « Terrain Aurélien ». Marc Ravalomanana n'avait pas  d'autre choix que de refouler sa désillusion. Lui qui pense qu'il est resté toujours populaire dans le Nord du pays. Il semble oublier le mal qu'il a fait à la population de cette région quand il y a dépêché ses « zanadambo » pour une soi-disant mission de pacification. En fait, du temps où il était chef d'Etat la population avait plutôt peur de lui mais ne l'appréciait pas du tout. C'est une évidence même s'il ne veut pas l'admettre.  Sa rencontre avec ses partisans et la population d'Anivorano-Nord au « terrain Aurélien » n'a finalement duré que 15mn tout au plus.Aucun rassemblement à AmbilobeVers 15h 45mn l'ancien président de la République est arrivé à Ambilobe. Mais aucun rassemblement avec ses partisans n'y a eu lieu. Il est juste descendu faire quelques achats et en a profité pour  faire un petit bain de foule. Son show habituel. Après quoi le laitier et son équipe ont continué vers Ambanja. Selon nos sources Marc Ravalomanana se rendra aussi à Nosy Be. Des observateurs politiques ont finalement des raisons de croire que  la célébration à Antsiranana  du cinquantenaire du FJKM et des deux siècles de l'arrivée de l'Evangile à Madagascar est juste un tremplin pour une pré-campagne de la part du président national du Tim.                                                     A.Lepêcheur

La Vérité0 partages

Conjoncture - Les bourdes du régime

Les décisions défrayant la chronique et les déclarations indélicates sont l'apanage du régime Rajaonarimampianina. Les tenants du pouvoir actuel sont passés maîtres dans le domaine. Le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a montré l'exemple à ne pas suivre. Le chef du gouvernement a effectué un déplacement au Rwanda pour assister à la cérémonie d'investiture du président Rwandais puis en Afrique du Sud pour assister au 37è Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté de développement de l'Afrique Australe.

Officiellement, il s'agissait pour le Premier ministre de remplacer le Président de la République.  Mais sur les dix membres inscrits sur la liste envoyée au ministère des Affaires étrangères malagasy qui ont quitté le territoire malagasy à bord d'un avion privé, la présence des trois enfants du Premier ministre a fait tiquer plus d'un. La progéniture ministérielle avait-elle également rendez-vous avec les autres chefs d'Etat ? Pour se justifier, la communication du Pm avait soutenu que les enfants n'étaient pas pris en charge par l'Etat et que ce serait pour des raisons de sécurité que les noms de ses enfants ont été dans la liste envoyée au Mae… Une défense face au tollé soulevé par son déplacement africain qui apparaît plus que jamais hors jeu.  Bon nombre de gens ont dénoncé une véritable « désinvolture » eu  égard aux millions de malagasy qui n'arrivent même pas à boucler leurs fins de mois…A un étage en dessous, certains ministres du gouvernement Mahafaly Solonandrasana ont également fait parler d'eux la semaine dernière. A l'image du ministre de l'Eau, de l'Energie et des Hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison. Le numéro Un d'Ampandrianomby a provoqué une autre polémique sur les réseaux sociaux suite à une de ses déclarations.  « Ce n'est pas le coût de l'électricité qui augmente mais c'est  la facture », a-t-il affirmé. Un jeu de mots qui passe très mal auprès des abonnés de la compagnie nationale d'électricité et d'eau. En effet, quels que  soient l'explication ou le langage diplomatique utilisé, la hausse impacte  les portefeuilles des abonnés. La « bourde » est d'autant plus embêtante qu'elle intervient dans une période où les coupures ou les délestages, c'est selon, refont surface dans le quotidien des consommateurs.  Pire dans certaines régions, la coupure en eau dure des jours sans qu'aucune compensation ne soit faite.Le Président de la République Hery Rajaonarimampianina y est également allé de sa polémique. En fin de la semaine dernière, le numéro Un d'Iavoloha s'était rendu à Tampoketsa-Ankazobe pour assister à la cérémonie de la fin de la manœuvre militaire Tintotry 2017. Dans la foulée, il est revenu à Antananarivo avant de s'envoler en direction d'Antsiranana pour assister à la cérémonie de lancement du jubilé de l'Eglise reformée de Madagascar (Fjkm) et la commémoration du bicentenaire de l'arrivée des missionnaires du London missionary society (Lms). A sa descente d'avion, le chef de l'Etat avait enfilé l'uniforme militaire qu'il portait déjà sur lui à Tampoketsa. En tant que Chef suprême de l'armée,  revêtir un tel vêtement ne lui est pas interdit. En revanche, bon nombre de personnes ont critiqué le Chef de l'Etat dans un contexte où l'insécurité fait rage. La veille de son apparition en uniforme militaire, une attaque de 80 bandits sur un convoi de taxi- brousse avait en effet défrayé la chronique et remis sur table le débat sur la compétence du régime à régler le problème de l'insécurité… Et le port de cette tenue militaire n'est pas également approprié à la cérémonie religieuse qui s'y déroulait. La présence de Hery Rajaonarimampianina à Antsiranana alors que se déroulait en même temps en Afrique du Sud le 37è sommet des chefs d'Etat et de gouvernement en Afrique du Sud est également considéré comme un impair (voire notre édition d'hier). D'habitude si prompt à sortir du territoire, le chef de l'Etat a visiblement préféré mener un combat médiatique contre l'ancien chef de l'Etat Marc Ravalomanana que d'affronter ses pairs au pays de Mandela. L'expulsion du couple Ravalomanana de l'hôtel où Rajaonarimampianina allait séjourner est également une autre bourde « communicationnelle », ont estimé bon nombre d'analystes… Cette série d'impairs en tout cas ne va pas arranger l'image du régime, déjà taxé mal en point ces derniers temps après les multiples couacs, notamment en matière de lutte contre l'insécurité qui fait rage actuellement dans le pays.Recueillis par A.R.

La Vérité0 partages

Voahangy Rajaonarimampianina - Une aversion pour la FJKM ?

Voahangy Rajaonarimampianina, l'épouse du chef de l'Etat, a brillé de son absence au double jubilé de l'Eglise de Jésus-Christ à Madagascar (FJKM) à Antsiranana durant le week-end. Le fait qui n'a pas échappé à l'observation continue jusqu'ici d'alimenter les conversations dans les couloirs. Il est même en passe de créer l'habituelle controverse entourant la personne de l'intéressée.

En effet, le déplacement du couple présidentiel dans la capitale du Nord était évoqué lors de l'expulsion manu militari du couple Ravalomanana du luxueux Grand Hôtel dans la soirée de vendredi. Toutefois, le moment venu, il n'y a eu que le président Hery Rajaonarimampianina en joyeuses apparences dans une tenue de combat militaire et ses proches collaborateurs qui ont débarqué à la grande surprise des tenants du lieu.Aucune précisionEffectivement, la mère des Malgaches n'a été vue nulle part à Antsiranana aux côtés de son époux qui était entrainé dans des manœuvres continuelles comme pour marquer un territoire conquis. Sa place est restée vacante lors du culte célébré au stade municipal de la ville d'accueil. L'on s'est alors demandés où elle pourrait bien être passée.Des informations  ont rapporté qu'elle se serait envolée à l'étranger jeudi soir après la remise des dons aux pensionnaires du père Pedro Opeka au centre Ankamasoa à Andralanitra, dans la banlieue d'Antananarivo. Deux BiblesL'on remonte dans le passé dans le but d'y déceler quelques éléments d'explication plus plausibles. Ce n'est pas pour la deuxième fois que la dame a boudé les retrouvailles de la famille FJKM depuis le début d'année. La première date du 15 janvier quand les fidèles de cette entité cultuelle se sont réunis au coliseum d'Antsonjombe pour bénir le mandat de leur nouveau président en la personne du pasteur Irako Andriamahazosoa Ammi.Ce dimanche là, le chef de l'Etat accompagné des membres de la famille, sans Voahangy Rajaonarimampianina, a été bel et bien présent au culte. Il s'est même adressé à l'assemblée comme à l'accoutumée. Les hauts dirigeants de l'église ont alors prévu d'offrir deux Bibles aux époux. Mais, comme l'un des récipiendaires était absent, force était pour les donneurs de prier son mari de bien vouloir la lui remettre par son propre soin.PéripétiesL'on est tentés de croire que Voahangy Rajaonarimampianina a une aversion pour la FJKM pour on ne savait quelle raison exactement. Peut-être à cause du couple Ravalomanana qui a une place de choix au sein de cette entité cultuelle. La polémique sur la construction d'une nouvelle bibliothèque dans l'enceinte de l'école publique primaire d'Antanimbarinandriana constitue certainement la cause de ce froid qui s'installe entre le couple Ravalomanana et la Première Dame. Le jubilé de la FJKM s'étalera sur une année. Un grand rassemblement aura lieu à Toamasina en septembre 2018 et un autre, en guise de clôture, à Antananarivo un mois plus tard. On verra bien alors si l'épouse de l'Etat s'y absente encore. En tout cas, l'ambiance électorale pourrait augmenter d'ici là si tout ira bien.Manou Razafy

La Vérité0 partages

Accident meurtrier d’Ankazobe - Les rescapés abandonnés par l’Etat !

Trois semaines après le tragique accident survenu dans la nuit du 31 juillet dernier à 20km d’Ankazobe, les rescapés se plaignent de l’irresponsabilité de l’Etat. Le Président de la République a, rappelons-le, promis la prise en charge de tous les frais médicaux et les soins nécessaires pour les blessés, mais en vain. Jusqu’à maintenant, ils paient de leurs propres moyens toutes les dépenses y afférentes. Outre les survivants d’Ankazobe, ceux d’Anjozorobe et d’Antsakabary sont aussi livrés à eux- même, à cause des promesses non tenues.

Une dizaine de survivants encore dans un état critique. Parmi les rescapés de l’accident meurtrier à Ankazobe figure Narovana, un bébé de 7 mois qui s’en est sorti avec une fracture crânienne. « Nous avons passé 2 scanners depuis l’accident, mais seul le premier a été pris en charge par l’Etat. Pour le 2è, le responsable m’a clairement fait savoir que l’établissement ne peut s’en assurer. D’ailleurs, il ne dispose pas de l’appareil y afférent. Ainsi, il a fallu débourser dans les 280 000 Ariary rien que pour le scanner, sans parler des autres dépenses pour les médicaments », témoigne la mère de la petite victime. Outre le traitement médicamenteux, ce benjamin des rescapés doit faire un contrôle régulier toutes les 2 semaines auprès de l’Hjra. Il ne peut subir aucune intervention chirurgicale au risque de succomber. Pour sa part, Niriantsoa et son fils Tsinjo suivent encore des traitements chez eux à Soavinandriana. La mère se trouve avec un bras déboîté et une fracture de la clavicule tandis que le fils n’est pas encore rétabli avec une jambe cassée. « J’ai débloqué pas mal d’argent pour l’achat des médicaments et m’acquitter des frais pour les radios et autres analyses effectuées à l’hôpital. Ne recevant plus d’aide de l’Etat, je paie les dépenses avec les enveloppes reçues - lors des visites à domicile - des familles, amis, proches ou les personnes de bonne volonté », nous confie cette mère de famille. Sur les 17 victimes dudit accident au sein de sa famille, elle a été la seule à avoir touché la somme de 300 000 Ar à la fin de son hospitalisation, au début du mois d’août. « Les responsables nous ont demandé de cumuler les factures pour ensuite les rembourser, mais aucune suite favorable jusqu’à maintenant », rajoute -t-elle.Les survivants d’Ankazobe, dont la majorité habitent  à Soavinandriana, ne sont pas les seuls à être déçus par les promesses non tenues des dirigeants. Ceux d’Anjozorobe endurent également la même négligence, voire l’abandon de l’Etat. L’on leur a promis d’assurer une prise en charge médicale et sociale, notamment pour les enfants devenus orphelins. Pourtant, ils n’en ont plus bénéficié depuis des mois, notamment après leur sortie de l’hôpital. De son côté, la population d’Antsakabary reste dans un état de détresse permanent, 6 mois après l’incendie criminel perpétré par une quarantaine de policiers. Le don de matériaux du gouvernement reste bloqué sur le pont Sofia, du moins jusqu’à la semaine dernière. Leur acheminement s’avère pourtant indispensable afin que la population puisse se redresser, à commencer par la reconstruction de leurs habitations. Cette fois encore, la mauvaise foi de l’Etat est pointée du doigt. Dans tous les cas, les dirigeants devraient réviser leurs priorités et surtout tenir leurs promesses pour que les victimes puissent mieux aller de l’avant.Recueillis par Patricia Ramavonirina

Madagascar Tribune0 partages

« Après avoir fait adopter une nouvelle Constitution, plus adaptée aux Malgaches, je démissionne »

Eliana Bezaza est une des rares femmes qui ont décidé de se présenter à la prochaine élection présidentielle à Madagascar. Présentée par le PSD du père de la République, elle s’est particulièrement distinguée lors de son dépôt de candidature en se déplaçant à la Haute cour constitutionnelle à bord d’une charrette tirée par des bœufs. La candidate a accepté de répondre à nos questions. Interview.

M.T.Com : Pourquoi êtes-vous candidat à la présidentielle ?

Eliana Bezaza  : Pour plusieurs choses. À cause de la souffrance extrême de nos compatriotes. Aujourd’hui, la souffrance est telle que c’est contreproductif. La croissance économique n’est pas nulle, elle est négative parce que les paysans ont peur de gagner de l’argent. Dès qu’ils gagnent de l’argent, on les attaque. Quand ils vendent leur production rizicole, ils sont obligés de dormir ailleurs ou d’aller dans un autre village. C’est le cas par exemple à Alaotra. Tout cela n’est pas normal. A cause de cette situation, les gens préfèrent ne plus produire, pourtant ils doivent manger, ils doivent vivre, mais la production est nulle. Tout cela a des impacts sur les produits d’exportation et on n’exporte plus. Il n’y a que les « dahalo » qui règnent. Comment ne pas réagir face à cela ? C’est un point de non-retour. Ça c’est un fait aujourd’hui, mais depuis plusieurs années, le problème est qu’il n’y a aucune politique sociale, pas de politique économique claire et il n’y a pas de décentralisation effective. Donc, tout est à organiser à Madagascar. À notre petit niveau, si on est juste un opérateur économique ou bien même dirigeant d’une ONG, on ne peut pas changer des choses. Il faut que ce soit dans la politique, notamment là où on prend les décisions. Cela correspond au poste du président de la République.

M.T.Com : Cette souffrance de la population ne date pas d’aujourd’hui. Mais vous n’êtes candidate que maintenant….

Eliana Bezaza : C’est à cause de mon histoire personnelle. Je suis rentrée de France en 1995 et je n’avais jamais, au grand jamais, pensé faire de la politique, puisque j’étais opérateur économique et aussi comme je le disais tout à l’heure, dirigeante d’association, d’ONG. Il fallait que l’histoire se fasse. Quand je me suis rendue compte qu’avec tout ce qu’on a fait avec les paysans — parce que j’ai beaucoup travaillé avec les paysans en construisant des écoles, en faisant des formations professionnelles dans le tourisme, on a fait beaucoup de choses originales… — mais dès que la première pluie arrive, je veux dire de la crise de 2009 est arrivée, tout est à l’eau. Donc il a fallu se rendre compte de tout cela. Je me suis rendu compte que finalement aider les gens dans une ONG ne sert pas vraiment à changer les choses. Il faut changer la structure à Madagascar. Il a fallu que j’intègre un parti politique, malheureusement, tout ne se fait pas en un jour. Mais aujourd’hui, les choses sont claires, je veux être présidente de ce pays pour changer les choses.

M.T.Com : Vous vous êtes rendue à la HCC sur une charrette pour déposer votre candidature. Pouvez-vous expliquer le sens de ce spectacle inédit ?

Eliana Bezaza : On peut dire tout ce qu’on veut, mais pour moi, c’est surtout symbolique. Je pense au contraire que ce sont les candidats qui s’y rendent en 4 x 4 V8, ces véhicules tout terrain dernier cri, qu’il faut critiquer. Mais notre esprit est tordu à l’envers. Quand on achète des jets privés et des V8, d’une part on enrichit les pays étrangers, mais d’autre part, on est très loin du peuple pour lequel on postule qui n’a rien à voir avec ces véhicules tout terrain et les jets privés. Alors moi, je veux montrer que je suis près du peuple et puis, une charrette c’est quand même 100% made in Madagascar. Je n’enrichis pas des pays étrangers. Donc finalement, c’est qui qu’il faut critiquer ? C’est moi ou les autres ? Moi, je pense que je suis dans les normes. C’était aussi un symbole de patriotisme, j’aime mon pays et je veux être près du peuple. Il y avait aussi les oies et les bœufs. Jadis, quand Madagascar était prospère, c’est-à-dire sous la première République, tout le monde mangeait des oies et des bœufs, le dimanche et pendant les fêtes. Mais ce n’est plus le cas actuellement. C’est quelque chose qui est perdu actuellement. Donc pour moi, ce sont des valeurs à protéger. C’est une culture malgache. Le Malgache quand il est content, il va acheter une oie, il la tue pour la manger pendant la fête avec sa famille. Et c’est tout un symbole d’une politique économique qui s’appelle la politique du ventre et qui est notre politique à nous PSD.

M.T.Com  : Donc, vous êtes de ceux qui disent qu’il faudra réduire les avantages des dirigeants, vendre les voitures luxueuses de l’État qui ne font que confirmer le fossé de pauvreté entre les autorités et le peuple ?

Eliana Bezaza  : Évidemment. Tout cela laisse croire que les dirigeants sont les rois. Je ne vois pas vraiment l’utilité. Si vraiment c’est nécessaire pour aller dans les zones enclavées dont la route pour y accéder est en très mauvais état, peut-être qu’il vaut mieux prendre des voitures plus adaptées, mais pas acheter des voitures luxueuses. Vous vous rendez compte toutes les V8 qui sont en plaque rouge qui circulent dans la capitale ? Il y en a au moins une vingtaine, or l’une d’entre elle coûte désormais plusieurs centaines de millions d’ariary. C’est-à-dire qu’on a jeté tout l’argent de l’État dans l’achat de ces voitures ? Est-ce que vous vous êtes posé la question de qui se serre alors la ceinture dans ce pays ? Donc, pour moi, si on veut faire des économies et mettre l’argent là où c’est utile, il faut vendre tout cela. C’est inutile d’avoir des choses d’aussi luxueuses dans un pays aussi pauvre.

M.T.Com  : Vous avez évoqué l’exemple de la première République. Pensez-vous que la politique appliquée durant la première République peut encore s’appliquer à nos jours ?

Eliana Bezaza : Bien évidement. Tout cela n’est qu’une question de volonté politique. Aujourd’hui, nous sommes devant un mur. On ne peut pas aller plus bas, alors il faut prendre des décisions. Est-ce qu’on veut améliorer notre niveau de vie ou pas ou alors on veut dégringoler encore plus dans le fossé. À mon avis, si quelqu’un vient avec la décision politique de faire un contrat social avec le peuple, c’est-à-dire que le peuple participe mais que l’État fasse sa part des choses pour améliorer l’environnement social dans lequel on vit, pour améliorer l’environnement politique et l’environnement économique, je pense que tout est totalement faisable.

M.T.Com  : Concrètement, que proposeriez-vous pour relancer l’économie de Madagascar si vous êtes élue ?

Eliana Bezaza : Premièrement, pour relancer l’économie de Madagascar, il faut lutter contre la corruption. Si on veut relancer l’économie, on doit faire appel aux investissements privés qu’ils soient nationaux ou étrangers. Mais les investisseurs ne veulent pas utiliser leur argent dans un pays où il y a autant de corruption. Pour cela, il faut commencer par faire un grand ménage en nettoyant beaucoup de choses. Parce que les investisseurs veulent un environnement clair au niveau de la Justice, au niveau des infrastructures, au niveau de l’énergie, au niveau des coûts, au niveau de la main d’œuvre….Donc c’est là qu’il faut travailler. Certes, on a une main d’œuvre très stable qui veut travailler, mais le problème réside dans la corruption, notamment au niveau de la Justice. Tant qu’on ne fait pas quelque chose par rapport à cela, les investisseurs vont aller de l’autre côté du canal de Mozambique. Il n’y a pas 36 solutions, ni de miracles pour améliorer l’économie. Il faut des investissements et l’État doit aussi faire appel à des partenariats pour améliorer les infrastructures et réduire les coûts.

M.T.Com  : À vous entendre au début de votre intervention, la politique est un grand facteur de blocage dans ce pays. Iriez-vous jusqu’à modifier la Constitution qui constitue également un facteur de blocage à Madagascar si vous êtes élue ?

Eliana Bezaza  : Ça, c’est la première des choses à faire. J’ai adhéré avec cette idée de refondation (HFI) mais je ne partage pas leur avis sur la stratégie parce que la HFI propose de ne pas faire d’élection, or quand on voit les rapports des forces, ce mouvement n’arrivera pas à arrêter les élections. Et même si on arrête les élections, ce n’est pas sûr qu’on arrive à mettre en place les stratégies de la HFI. Donc, moi, j’ai décidé de me présenter aux élections. Et la première chose que je vais faire si je suis élue est de changer la Constitution, en proposant une Constitution plus adaptée aux Malgaches. Je dis même que je mettrais deux ans pour faire cela. Après avoir fait adopter cette nouvelle Constitution, je remets mon tablier, je démissionne et je demande qu’on fasse l’élection du premier président de la cinquième République.

M.T.Com  : C’est audacieux…

Eliana Bezaza : Oui, mais je suis audacieuse.

Propos recueillis par Arena R.

Madagascar Tribune0 partages

Dépôt de candidatures : déjà 28 candidats et il y en a encore

Jusqu’à lundi soir, le nombre des candidats à la présidentielle ayant déposé leur dossier de candidatures à la Haute cour constitutionnelle (HCC) était de 28, soit un peu moins que lors des dernières élections. Neuf des candidats ont ainsi choisi la date d’hier pour déposer leur dossier à Ambohidahy.

Emma Rasolovoahangy et Narison Stephan, tous les deux des candidats recalés par la Cour Électorale spéciale (CES) en 2013. sont les derniers à avoir déposé leur candidature à la greffe de la HCC hier.

Des candidatures surprises ont également été remises dans la journée d’hier. C’est le cas notamment de l’ancien directeur de cabinet de Jean Ravelonarivo alors Premier ministre du régime Rajaonarimampianina, José Michel Andrianoelison alias José Kely, un ancien collaborateur de l’ancien président Didier Ratsiraka. L’enseignant chercheur musicien, Dr Bruno Rabarihoela qui formait le duo Bruno sy Malala et le Pr Marcellin Andriantseheno, médecin neurologue et bien connu dans son domaine, seront également présents à cette course à la magistrature suprême.

Joseph Martin Randriamampionona dit Dadafara, un opérateur économique converti en politique, a également décidé de se présenter une nouvelle fois après son échec en 2013, tout comme l’ancien ministre des Finances de Marc Ravalomanana, Benjamin Radavidson Andriamparany ou encore Rakoto Jean Pierre qui tentent à nouveau leur chance.

Sont attendus ce mardi, dernier jour de dépôt de candidature à la présidentielle, la candidature de l’ancien Premier ministre, Olivier Solonandrasana Mahafaly, de l’opérateur économique Ny Rado Rafalimanana, du politicien Tabera Randriamanantsoa. Les Patrick Raharimanana et Edgard Razafindravahy qui ont déjà annoncé leur participation à cette course à la présidentielle sont également très attendus à la HCC ce jour à moins qu’ils se rétractent à la dernière minute.

En 2013, quarante-neuf (49) dossiers de candidatures ont été déposé à la Cour électorale spéciale (CES). Trente trois (33) ont été admis pour se présenter à la présidentielle.

L'express de Madagascar0 partages

Rajaonarimampianina – Ravalomanana – La Fjkm prise en sandwich

En toute bonne foi, le bras de fer entre Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina s’est terminé par une poignée de main. Les hostilités n’ont pas cessépour autant. Dans un score nul et vierge, la compétition continue.

Fin de l’épisode. Le choc des titans au Nord de Madagascar s’est terminé par un score nul et vierge. La cérémonie de lancement du jubilé du cinquantième anniversaire de l’Église reformée de Madagascar (FJKM) et la commémoration du bicentenaire de l’arrivée des missionnaires du London missionary society (LMS), dans le stade municipal d’Antsiranana, s’est déroulée dans une ambiance pieuse et apaisée, hier.La poignée de main entre les deux présidents, Hery Rajaonarimampianina et Marc Ravalomanana, annon­ce la fin du match, mais pas le championnat.Quelques minutes auparavant, Hery Rajaonarimam­pianina a prononcé son discours. Le comité d’organisation a mis en place deux estrades. L’une était réservée aux invités de marque, dont le président de la République, et l’autre aux ténors de la FJKM.Lors de sa prise de parole, Hery Rajaonarimampianina a rejoint celle où se trouve le comité du cinquantenaire, dont fait partie Marc Ravalo­manana. Pendant son discours, il a prié l’auditoire de faire preuve de bonne volonté et de prouver leur foi à travers les actes en faveur d’autrui et de la patrie.

Salut diplomatiqueIl a également remercié et félicité le président du comité d’organisation de ce jubilé, ce qui fut suivi d’une ovation. À la fin de son discours, il s’est approché du président du parti TIM pour lui tendre la main. Pris au dépourvu, Marc Ravaloma­nana n’a pas pu refuser ce geste devant les  milliers de fidèles venus au stade municipal d’Antsiranana, d’où cette poignée de main en toute bonne (ou mauvaise) foi.L’intervention du président de la République était précédée de celle du président du Comité d’organisation. Comme à son habitude, Marc Ravalomanana a posé ses marques au début de son allocution par la formule «Faly aho, tena faly » (je suis content, très content). Après une rétrospective des mandats des dirigeants successifs de la Fjkm, il a essentiellement salué et remercié le comité d’organisation de ce jubilé dans son discours. Il a également tenu à remercier le président de la Répu­blique d’avoir rehaussé de sa présence ce jubilé. Une déclaration suivie d’applaudissements.Cette ambiance de convivialité est aux antipodes des événements qui se sont déroulés les jours précédents. Dans le programme annoncé par le comité d’organisation, une sortie collective à la plage de Ramena est prévue pour la deuxième journée de la célébration. Ainsi, la quête de popularité a primé et a fait le tour des réseaux sociaux l’après midi du samedi. Sans se concerter, les deux présidents ont établi un véritable modus operandi.Les mêmes scenarios ont inondé les réseaux sociaux à quelques détails près. Arrivée en grande pompe, suivie d’un bain de foule, un dress code en short bleu, une baignade devant les caméras et appareils photos, des selfies avec le public, la guerre de communication a été à son optimum.Dans son homélie, le président de la Fjkm a bon prôné amitié et solidarité des fidèles. «Que les différences ne soient pas facteurs de division dans cette Église», a prôné le pasteur Irako Andriama­hazosoa Ammi. Une déclaration probablement entendue par les deux personnalités influentes au sein de cette Église à tel point qu’ils ont marqué cet épisode par une poignée de main en toute bonne mauvaise foi ou en toute mauvaise bonne foi. Quoi qu’il en soit, entre les deux géants de la politique, la Fjkm est prise en sandwich.

Andry Realitsalama

L'express de Madagascar0 partages

Consommation – La coupure d’eau s’étend dans la ville

Le ton s’est élevé chez les clients de la société de distribution et de production d’électricité et d’eau ou JIRAMA, ce samedi. Ils ont été pris au dépourvu par une coupure sans préavis de l’approvisionnement en eau, très tôt dans la matinée. C’était le cas dans les quartiers d’Ankadifotsy, d’Ankadita­paka, d’Antani­mena, d’Ankazomanga, d’Ankoron­drano, d’Anosi­vavaka. « Aucune goutte d’eau n’est sortie du robinet, quand on s’est réveillé le matin. Nous nous apprêtons, pourtant à assister à un mariage, ce jour. Nous avons été obligés de faire la queue dans des bornes fontaines publiques du côté d’Ambodivona, pour remplir deux bidons de 20 litres. La toilette a été faite à la va-vite. Si nous étions avisés plutôt, on aurait cherché des solutions », témoigne Poussy Andrianaivojaona, une mère de famille habitant à Ankadifotsy. L’approvision­nement en eau n’aurait repris que tard dans la soirée dans ces quartiers.Après quelques jours de panne technique, communiquée par Feno Randria­narison, responsable de la communication de la Jirama, les habitants de ces quartiers ont continué à avoir du mal à accéder à l’eau.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

CCESCA Antanimena – Farakely s’illustre en toute intimité

Habituée des scènes de cabarets-concerts nocturnes, Farakely s’est illustrée pour la première fois sur une grande scène dans la soirée du vendredi. Une grande première plutôt modeste.

Elle avait promis du beau spectacle, le tout sublimé par une mise en scène unique, ainsi que par des effets lumineux et sonores d’exception. Outre, le romantisme et la douceur de la poésie de ses chansons, ayant amplement conquis son auditoire de la soirée, Farakely a assuré de bout en bout le concert de promotion de son premier album « Tafaray isika roa ». Une grande première pour elle,qui fut à la fois teintée de bonnes intentions en vue de satisfaire ses inconditionnels, et d’une touche d’amateurisme sur le plan technique. Ceci étant, « une fois n’est pas coutume » comme le dit l’adage, ainsi l’on pourrait ,sans aucun doute, pardonner les quelques imperfections qui ont surtout garni la scène tout au long du concert.Un rendez-vous qui s’est surtout affirmé comme de vives retrouvailles entre Farakely et ses fans de toujours, également. Dans un CCESCA Antanimena modestement rempli et qui aura mis un certain temps à s’échauffer, la chanteuse n’aura pas démérité à faire valoir sa voix et son talent dans la soirée du vendredi. Le public qui aura aussi longtemps patienté, avant de voir  le début précis du concert, à 19h20 marqué par l’intervention des organisateurs durant la conférence de presse. La faute sans doute aux soucis techniques cités auparavant, vu qu’à l’heure donnée, c’est tout juste aux allées et venues des techniciens sur scène que le public a eu droit.

« Adoubée par ses pairs »C’est donc vers 19h50 que le concert débuté et que le rideau s’est levé sur « Tafaray isika roa ». Une mise en scène plutôt sobre accueillait d’entrée ceux qui ont honoré le rendez-vous. Les musiciens, un peu en hauteur de part et d’autres de la scène, tandis que de longs rideaux mi-transparents et estampillés « Farakely », aux tissus reluisants ornaient le milieu de la scène. D’un effet sonore assez  rauque, la voix de Dama du groupe Mahaleo se fait entendre sous les traits d’un appel téléphonique, annonçant la chanteuse. Dama, qui par la suite, rentre en scène pour chanter sa chanson mythique  « Farakely » et qui adoube par la même occasion le talent de la chanteuse. Telle la princesse plutôt timide d’un soir, cette dernière a fait alors son entrée en scène, enchainant d’une façon harmonieuse son concert. « Cette histoire représente pour moi cet amour indélébile que j’éprouve pour la musique. Une passion qui m’anime constamment et que j’ai tenu à retranscrire dans cet album où je chante mon union avec la musique » souligne-t-elle. De « Samy tiako ianareo » à « Voady » en passant par « Ry aiko », Farakely délecte son auditoire de belles balades romantiques saupoudrées aussi bien de folk, que du funk avec même un savoureux zeste de salsa.Ceci dit, malgré la belle prestation de l’artiste, au fil de la soirée, on se laisse facilement distraire par ces techniciens qui, après chaque chanson, gambadent sans gêne sur scène, pareillement pour les quelques blancs entre chaque chanson. On regrette également que, du fond de la salle, les effets d’ombres chinoises par les danseurs soient à peine visibles, vu que les rideaux renvoient la lumière projetée d’en face.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Football – CHAN 2018 – Les Barea échouent au port

Madagascar s’est incliné devant l’Angola, samedi soir à Luanda, sur le score d’un but à zéro. La Grande île ne disputera pas la phase finale du CHAN 2018.

En douze matches disputés cette année, Madagascar n’a concédé qu’une seule défaite. Sauf que celle-ci est survenue au pire moment, contre l’Angola, samedi soir, à Luanda, en troisième et dernier tour des éliminatoires du Cham­pionnat d’Afrique des Nations 2018.L’unique but de la rencontre a été inscrit de la tête par Dany, à l’heure de jeu. Une réalisation suffisante, pour qualifier les Palancas Negras en phase finale du CHAN et anéantir les espoirs des Barea.Contrairement au match aller, Auguste Raux a titularisé Bela en pointe cette fois-ci, dans un système en 4-2-3-1. Il a également lancé Lolody en tant que récupérateur aux côtés de Baggio dans l’entrejeu. Leda était de retour devant le but après sa suspension. Et Boura ne figurait pas dans le onze de départ, puisque Njiva et Dino ont animé les ailes.Une formation tournée vers l’offensive, puisque la Grande île était dans l’obligation de marquer au moins une fois après le 0-0 à Maha­masina. En face, les Angolais aussi étaient déterminés à attaquer et à gagner. Et ils l’ont prouvé tout au long de la rencontre, en gagnant la majorité des duels et en se procurant plusieurs occasions. Toutefois, aucune des deux équipes n’a réussi à trouver la faille à la mi-temps.

Penalty ratéEn seconde période, les Palancas Negras sont repartis sur les mêmes bases et ont rapidement obtenu un penalty (50e), suite à une main peu évidente de Ando dans la surface de réparation. Un penalty raté par Job, cependant, qui a vu le cadre se dérober. Le but de Dany est arrivé dix minutes plus tard. Sur un long coup franc venant de la droite, il s’est retrouvé seul au deuxième poteau, sans aucun défenseur au marquage, pour reprendre le cuir de la tête (60e, 1-0).Les hommes d’Auguste Raux se devaient de réagir. Mais en s’entêtant avec de longs ballons aériens, ils se sont heurtés aux grands gabarits angolais. Tour à tour, Dimby, Nonot et Bila sont entrés en jeu dans les trente dernières minutes. Incapables jusque-là de réellement construire une action collective digne de ce nom, les Barea ont retrouvé leur jeu de passes dans les derniers instants de la rencontre.Ils ont eu deux opportunités d’égaliser, mais le tir de Njiva en bout de course est passé par-dessus la barre transversale (90e), puis la frappe de Nonot à la conclusion d’un jeu en triangle a été déviée par un défenseur (90e+2).

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Anosibe – Saisie de cent cinquante unités d’ossements

Fin du parcours pour une bande de trafiquants d’ossements humains. Vendredi, quatre individus allaient conclure la vente de cent quarante-cinq unités d’os longs à Anosibe, lorsque les hommes du Service Central Antigang (SAG) leur étaient tombés dessus.De source policière, les transactions ont été entamées le 26 juin, lors de la célébration de la fête de l’indépendance. Deux des individus arrêtés se seraient alors rendus dans le Sud, pour se procurer de la marchandise prohibée. Les forces de police les attendaient déjà de pied ferme à leur retour à Antana­narivo, jeudi dernier.Sitôt débarqués du taxi-brousse, les ossements humains en question auraient été transportés au foyer des suspects à Ambatomaro, avant d’être emportés à Anosibe, le lendemain  pour la vente. Toute la bande était rassemblée lorsque la police l’a cueillie. Des sacoches ainsi que des vêtements dans lesquels étaient dissimulés les ossements, ont été retrouvés sur eux. Les quatre suspects se sont fait piéger par des policiers qui ont opéré sur la base d’informations. Ils seront traduits ce jour devant le Parquet.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Réconciliation nationale – La liste des membres du Ffm en délibération

Casting terminé. La dernière phase de sélection des deux cent vingt aspirants aux postes de membres du Comité de réconciliation nationale a pris fin, jeudi. Selon Jacob Tehindraza­narivelo , président du comité de sélection, la liste des quarante quatre membres a été déjà bouclée et envoyée au Président de la République pour la validation. C’est le Président qui sortira le décret de nomination des heureux élus auxquels s’ajouteront les onze membres désignés par lui-même.Parmi ces membres, vingt-deux seront des membres titulaires. Les autres composeront les membres suppléants. Selon Djacoba Tehindrazanarivelo, la sélection n’a pas été facile, étant donné la qualité des prétendants. Il a rassuré que ceux qui ont été retenus ont assez d’expériences en matière de réconciliation. Il a fallu également tenir compte de leur conduite et de leur notoriété dans la société dont ils sont originaires. « Leur notoriété dans leur région d’origine a été déterminante dans le choix », souligne Djacoba Tehindra­zanarivelo.Selon la loi régissant ce Comité de réconciliation nationale, la liste arrêtée par le Comité de sélection ne peut plus faire l’objet d’une modification, ni d’une retouche. Il reste à attendre le décret du gouvernement officialisant la nomination.

 

L'express de Madagascar0 partages

Karaté – Championnats de Madagascar – Nette domination de la ligue d’Analamanga

Les férus gâtés. Les cham­pionnats de Madagascar en kumite et kata catégories seniors et jeunes se sont déroulés ce week-end, au gymnase couvert de l’académie militaire d’Antsirabe.Un record de participation, le sommet a réuni en tout, deux-cent-vingt-et-un participants, venant de treize ligues. Cette version 2017 a été marquée par la nette domination de karatekas d’Analamanga.Cette ligue a raflé dix-sept titres sur les vingt en jeu. En kumite, les porte-fanions d’Analamanga ont arraché quatorze victoires en seize finales de catégories différentes. Succès à 100% chez les hommes, cinq finales et autant de victoires signées Tantely (-60 kg) qui a battu Tanjona (Anala­manga), Lalaina (-67 kg) en écartant Amedé de Cospn, Toky (-75 kg) victoire face à Toky Tahiry de Cosfa.Et les catégories lourdes étaient une affaire entre Analamanga. Chez les -84 kg, Patrick s’est imposé contre Hary et du côté des plus 84 kg, Sissi a défait de Valera.Chez les dames, Anala­manga a gagné trois finales sur cinq, chez les -50 kg par Tahiry, puis Felana dans la catégorie -61 kg et Tianasoa, -68 kg. Les deux autres ti­tres en kumite dames reviennent aux combattantes de Cosfa, à l’instar de Nofisoa chez les -55 kg et Misa chez les plus de 68 kg.Analamanga a encore réalisé un double en kumite par équipes hommes comme chez les dames. Les catégories jeunes ont également été dominées en intégralité par les combattants d’Ana­lamanga. Orlando est sacré champion chez les cadets et Carine chez les cadettes.Et du côté des juniors, le titre revient à Tsiry chez les garçons et Jenko chez les filles. En kata, le trophée pour l’individuel a été remporté par Tsiory d’Anala­manga chez les hommes et Mialy de Cosfa chez les dames. Encore une fois, Analamanga rafle les titres en équipes hommes et dames.« Je suis impressionné par le gabarit des nouveaux talents. Le karate est actuellement en phase de relance », a mentionné le président de la fédération malgache, Solofo Barijaona Andrianavomanana. « On a aussi constaté l’engouement des pratiquants de chaque région, accompagnés des spectateurs venus en masse», a-t-il poursuivi.Les championnats dans la Ville d’Eaux ont servi également de détection des présélectionnés pour la toute première édition de la coupe de l’océan Indien prévue se tenir à Antananarivo en novembre.Les compétitions ont été précédées de stage de recyclage pour les coaches et arbitres, dirigé par le directeur technique national, Jean Roger Randrianjohary et assisté par l’expatrié, Thierry Randrianasolo, un arbitre national de la fédération française. « On a appliqué durant ce championnat les nouveaux règlements en vue de JO de Tokyo 2020. On a utilisé le nouveau système de score-board et logiciel d’arbitrage comme dans les compétitions internationales à l’étranger », a ajouté Solofo Barijaona Andrianavo­manana. Il a été décidé lors de l’assemblée générale ordinaire de la fédération durant laquelle le comité exécutif a obtenu le quitus à 100% que le prochain championnat sera abrité à Toamasina.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Hôtel de l’Avenue – Marion en mode séduction

C’est devant des fans acquis à sa cause, que Marion et ses compères foulent le podium de la salle de l’Hotel de l’Avenue Analakely, vendredi soir aux environs de 21 heures. Fidèle à sa réputation de showman, le chanteur avait donné un show exceptionnel, à la hauteur de l’attente de ses fans. Dans la mythique salle, il y avait des familles, des couples, beaucoup de jeunes et surtout des jeunes femmes. La salle était parfaitement orchestrée pour permettre à Marion et ses compères d’envoûter leurs fans. Un public qui ne regrettera certainement pas le choix d’avoir assisté à la soirée. « Je vous remercie d’être venus, j’espère qu’on va passer un agréable moment», a lancé le chanteur avant de faire parler le clavier de Lanto Randrianantoandro, procurant un bonheur inestimable aux fêtards qui ont vibré au rythme des chansons interprétées. Hystérie, souvenirs et émotions s’emparent de la salle lorsque Marion a envoyé les premières notes de son tube «Tomany» repris en chœur par le public. En passant du rnb aux sons plus technos et parfois, kilalaka rnb, le chanteur arrivait à remodeler les styles de ses morceaux pour former un spectacle conforme à sa propre identité. Coup de cœur pour le duo surprenant entre Marion et la voix rauque de Teddy Prezeau, jeune artiste rnb qui  a collaboré avec le chanteur dans le tube « Tiako ianao». L’une des très belles chansons d’amour sur lesquelles de nombreux jeunes couples ont dansé. Bref, le chanteur a su mettre le public dans sa poche, ses chansons ont été entraînantes, on a vu tout de suite qu’il s’est fait plaisir.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Championnat de Madagascar – Ando conserve son titre en première série

Ando Rasolomalala a conservé sa couronne nationale en catégorie première série, après avoir battu Patrick Rakotozafinirina en finale. Son prochain objectif sera de disputer la Coupe Davis.

Sacré à Antsirabe l’an dernier, Ando Rasolomalala a enchainé avec un deuxième titre consécutif de champion de Madagascar première série, hier. Et ce, après avoir disposé de Patrick Rakotozafinirina en finale, en deux sets (6/3 6/2). Il réalise ainsi le triplé cette année, après avoir déjà été sacré au championnat de la section Tana ville et au championnat de la Ligue d’Analamanga. « Mon prochain objectif est de conserver mon titre national », avait-il lancé après avoir gagné la compétition régionale, il y a un peu plus de deux semaines. C’est désormais chose faite.L’entame du premier set a été marqué par un break de chaque côté. Les deux joueurs étaient alors au coude-à-coude jusqu’à 3/3. Moment choisi par Ando pour prendre à nouveau la mise en jeu de son adversaire, ce qui a scellé le sort de cette première manche (6/3). Entre autres, le tenant du titre a bien pilonné le revers de Patrick dans la plupart des échanges. À tel point que ce dernier était obligé de répondre par des slices défensifs en étant acculé en fond de court.Sur cette lancée, Ando a démarré tambour battant le deuxième set. Avec un double break confirmé, il s’est rapidement retrouvé devant 4/0. En face, Patrick ne tenait plus vraiment le rythme. Certes, il s’est offert un sursis à 5/2. Mais il a finalement rendu les armes sur une ultime faute directe au bout du huitième jeu (6/2).

Blessure au genouA terme, Ando aura maîtrisé de bout en bout cette finale. Et il aura également bien géré son physique malgré une blessure au genou droit, sur son pied d’appui au service, vu qu’il est gaucher. « Je souffre de cette blessure depuis les quarts de finale. Il m’a fallu supporter la douleur à chaque rencontre. Mais au final, j’ai bien géré même si c’est sur mon pied d’appui. Maintenant, je vais me concentrer sur mon prochain objectif qui est de disputer la Coupe Davis », a-t-il lancé à l’issue du match.Un match auquel ont notamment assisté Rivo Rakotovao, ministre auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’Élevage, ainsi qu’Ahmad, président de la Confédération Africaine de Football et amateur de tennis, de passage à Madagascar, pour suivre l’avancée des travaux d’aménagements de son bureau à Mahajanga.

Fitia a remporté la finale en à peine une heure.

Fitia prend sa revanche sur Manuella

À sens unique. C’est ainsi que l’on peut décrire la finale de la catégorie première série dames, au championnat de Madagascar, hier à l’ACSA Ambohidahy. Fitia Ravoniandro a disposé de Manuella Robinson à peine une heure de jeu (6/1 6/2). Elle a ainsi pris sa revanche, face à celle qui l’avait éliminée en trois sets, en demi-finales de la catégorie U16, une dizaine de jours auparavant. Contrairement à leur précédente rencontre, Manuella n’est jamais rentrée dans cette finale. Tout le contraire de Fitia, très déterminée, qui a rapidement pris confiance dans la première manche. Une première manche conclue en moins de trente minutes. Rapidement devant à 5/0 grâce à un double break, elle a bouclé l’affaire à 6/1. Fitia a, entre autres, pu compter son coup droit puissant. Alors que Manuella a multiplié les fautes directes, même si elle a réussi à éviter de concéder un humiliant set blanc.Le même scénario s’est répété dans la deuxième manche, à quelques détails près. Une nouvelle fois, Fitia a pris la mise en jeu de son vis-à-vis à deux reprises, pour mener 4/0. De l’autre côté du court, Manuella surjouait et était de plus en plus frustrée, comme en témoignent ses nombreux gestes d’agacement. Elle s’est tout de même reprise, pour revenir à 4/2. Un réveil tardif, cependant. La rencontre était déjà pliée. Toutefois, au moment de conclure, Fitia a comme perdu ses moyens. « Ce n’est jamais évident de conclure, même si on a facilement dominé le match », pouvait-on alors entendre comme commentaire dans les tribunes. Il lui a fallu la bagatelle de sept balles de matches, pour finalement s’imposer (6/2). « J’étais vraimentstressée dans les derniers jeux. Je me suis trop précipitée, mais au final j’ai quand même gagné. C’est une belle revanche pour moi », a-t-elle lancé à la fin de la rencontre.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Vingt projets pour trois mille ménages

Le projet d’électrification dans les milieux ruraux continue pour la Jirama. Vingt projets d’approvisionnement en électricité sont actuellement en cours,  selon le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, lors de l’inauguration de la fin des travaux de réhabilitation de la centrale thermique de Mandroseza.  Trois mille ménages pourront bénéficier de l’accès à l’énergie.

L'express de Madagascar0 partages

Telma coupe – Récital de l’AS Adema

L’AS Adema Anala­manga n’a fait qu’une bouchée de son adversaire, lors de son entrée en lice, en 32e de finale de la Telma Coupe de Madagascar, hier au stade de Mahamasina.Victoire sur le score de sept buts à zéro devant le Piment Vert Atsinanana. Pour sa part, Tana Formation est rentrée de Fenoarivo Atsinanana avec une victoire face au FC Jami Analan­jirofo, deux buts à zéro. Le Cosfa Analamanga devait également jouer, hier, face à l’AS Jofama Marosoa Amoron’i Mania.Mais la rencontre est décalée pour ce mercredi. Les grosses écuries sont toutes passées à l’issue de ces 32e de finale et ont réalisé au passage quelques cartons.Entre autres, la CNaPS Sport Itasy, tenante du titre, et Elgeco Plus Analamanga, se sont qualifiées respectivement aux dépens du Disciples FC et de l’Olym­pique de Tanamabao V Atsinanana, auparavant.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Boxe olympique – Madagascar privé  du Mondial de Hambourg

« C’est insensé, on a tout fait pour qualifier des boxeurs au championnat du monde mais finalement l’heureux qualifié ne pourra pas disputer le Mondial », a déploré l’équipe de la fédération malgache de boxe olympique. Le président de la FMBO, Herimamy Rabarisoa et son vice Bernard Gégé Bosco Andria­manampisoa, se plaignent de ne pas pouvoir envoyer deux personnes à ce cham­pionnat seniors hommes, qui se déroulera à Hambourg Allemgange du 20 aoūt au 3 septembre. La Grande Ile a pu qualifier un boxeur, en la personne de Marco Jérôme Randrianarivelo, médaillé de bronze dans la catégorie -52 kg. Cette qualification n’a finalement servi à rien, car Marco et son accompagnateur, le coach Claude Razanakolona, restent à la maison, faute de visa.« On nous a dit qu’aucun rendez-vous n’a été pris auprès de TLS pour la demande de visa… On nous a proposé de faire le visa premium, alors qu’on ne sera pas reçu avant le 21 aout, alors que le championnat du monde débute le 20 aoũt. La réunion technique est programmée, ce week-end », a poursuivi  le vice- président de la fédération. Ce dernier a révélé aussi qu’il a pris l’initiative d’avancer les frais de passeport de seize membres de délégation pour Brazzaville d’un montant de 115 000 ariary par personne et la vaccination de dix combattants, 37 000 ariary par personne.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Sports scolaires – Plus de mille-deux-cent élèves réunis à Mahajanga

Le coup d’envoi lancé. La cérémonie d’ouverture officielle des championnats nationaux de sport scolaire version 2017, s’est tenue vendredi, au stade Alexandre Rabema­nanjara. La cérémonie a été marquée par différentes animations et le défilé des participants issus des vingt-deux directions régionales de l’édu­cation nationale.Sans compter les accompagnateurs, mille-deux-cen­t-neuf élèves sont réunis dans la capitale de Boeny, pendant ces dix jours de compétition. Les tirages au sort et réunions techniques de chaque discipline ont eu lieu samedi et les éliminatoires de chaque discipline ont débuté hier.Les compétitions de l’athlétisme réservées aux U17 se dérouleront au stade Rabemananjara pour les courses sur piste et les concours sur le terrain de Don Bosco Antanamasajy. Tous les matchs de football destinés aux U13 se tiendront au stade Rabemananjara.Les éliminatoires en basketball U15 pour sa part, se joueront au lycée Philibert Tsiranana et au gymnase couvert, ceux du volleyball U17 au Don Bosco et au lycée qui accueille également ceux du handball U17. Toutes les phases finales en sport collectif se tiendront au complexe sportif.Les six premiers garçons et les six meilleures filles représenteront la Grande île au championnat du monde de sport scolaire à Paris, en mars 2018.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Jao’s Pub – Mode et musique avec Sacha Bam-Bam

Mode, beauté et ambiance « mafana » ont ravi la clientèle du Jao’s pub d’Ambohipo dans la soirée du vendredi 18 août avec Sacha Bam-Bam et l’équipe du « Top Model Madagascar ».La chanteuse et à la fois styliste, Sacha Bam-Bam, a conjugué ses deux facettes pour une soirée riche en couleurs. Avec ses danseurs et musiciens, elle a donné le meilleur d’elle-même avec son ventre tout en rondeur. Elle a interprété les morceaux qui ont marqué sa carrière. Les onze finalistes du concours de mannequinat « Top model Madagascar » ont assuré une belle prestation en portant des tenues créées par la chanteuse. Une chose est sûre, Sacha a son style. Elle met de l’énergie dans ce qu’elle fait. Et çà se sent à travers sa musique et dans sa création vestimentaire. D’ailleurs, le public n’a pas été insensible à ses talents multiples. Se faire prendre en photo avec les mannequins a été une autre animation, pour une partie « fashion » pendant la soirée.

R. R.

L'express de Madagascar0 partages

Salon des jeux de société – « Game over »

La remise des lots aux champions de chaque discipline du Salon des jeux de société, pour l’édition 2017, a marqué la fin de cet événement qui en est à sa vingt-deuxième année consécutive. La fierté et la joie se lisaient dans les yeux des gagnants. Des fournitures scolaires, des livres et une enveloppe contenant une somme « symbolique », en guise de récompense, ont comblé leur statut de nouveaux champions. Tous ceux qui ont participé aux concours organisés ont reçu un prix de consolation. L’Alliance Française d’Andavamamba  a accueilli, depuis le 7 août, les adeptes et les curieux pour une bonne quinzaine de jeux de société. Jeux d’échecs, go, fanorona, katro, jeu de dame, sodoku, belote, yu-gi-oh, lettres croisées, chiffres croisés, questions pour un champion, des chiffres et des lettres, scrabble, bridge, jeu de Rova, uno boom, mille bornes, Le défi. Ces disciplines, aussi intéressantes les unes que les autres, ont réuni petits et grands dans la bonne humeur. On se creuse la tête pour sortir vainqueurs  pour chaque partie. « On joue, on apprend, on gagne, on perd, on se concentre, on rit, on se fait des amis, on découvre d’autres jeux. Je m’éclate. Je suis en vacances et je ne m’ennuie pas » définit un jeune, en classe de quatrième, venu pour jouer au jeu de dame et qui découvre l’uno boom.Une jeune femme de vingt-quatre ans est venue particulièrement pour le jeu de scrabble. « C’est ma troisième édition, cette année. A chaque fois, je me fais de nouveaux amis intéressants, et en même temps, j’enrichis mon vocabulaire français », selon elle. Rakotoarivelo, un homme de soixante-trois ans, est venu pour se mesurer à d’autres adversaires sur une partie de jeu de dame. Champion des années précédentes, il a espéré trouver un adversaire à sa taille. Il a encore emporté le titre cette année. « Pour moi, c’est le plaisir de jouer. Çà fait travailler mes méninges », a exprimé le sexagénaire.La première semaine de ce salon de jeux de société a été destinée à l’initiation aux différentes disciplines existantes ; une série de concours a meublé la seconde.  Satisfaite du bon parcours du Salon ,l’organisation n’a pas manqué de remercier tous les participants de cette année.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

 Des écoles amies  de WASH à Mahajanga

Quatre écoles primaires publiques à Mahajanga ont été certifiées « Écoles amies de Wash », ce samedi. Ces établissements ont fourni des efforts pour adopter les bonnes pratiques d’hygiène dont le but est de contribuer à l’amélioration de la perfor­mance scolaire. La remise des certifications a été effectuée par les de l’orga­nisa­tion internationale non gouvernementale « Water Sanitation for the Urban Poor » et ceux du minis­tère de l’Éducation nationale.

L'express de Madagascar0 partages

Camion attaqué

Attaque d’un camion à Ampizarantany Tsiroanomandidy  dans la nuit de vendredi à samedi. Cinq bandits munis de fusils de chasse ont arrosé de balles le poids-lourd, pendant que celui-ci s’est arrêté pour la nuit. Une somme s’élevant à 2,7 millions d’ariary a été subtilisée selon les  gendarmes. Le chauffeur a été blessé pas des éclats de verre.

L'express de Madagascar0 partages

Le prix du café en baisse

Le kilogramme de café se vend actuellement à 12 000 ariary chez les grossistes au marché d’Andravoahangy et, également, au marché d’Anosibe. Les vendeurs de boisson chaude de la capitale n’ont plus de mal à avoir accès à ce produit qui s’est fait rare depuis un certain temps. La campagne du café a déjà commencé depuis plus d’un mois dans certaines régions, comme à Antsinanana  et dans la région de Vatovavy Fitovinany.

L'express de Madagascar0 partages

Résultats du bacca­lauréat à Antananarivo

Les noms des admis à l’examen du baccalauréat dans l’ex-province d’Anta­nanarivo seront affichés dans les centres d’examen, ce vendredi, selon le direc­teur de l’office du baccalau­réat. La délibération se tiendra le 24 août.

L'express de Madagascar0 partages

Huit blessés à Behenjy

Accident collectif sur la RN7, à la hauteur d’Ambohikambana, Behenjy. Le bilan fait état de huit blessés. Le drame est survenu au point kilométrique 40 +300 avant-hier vers 5h 30 du matin, pendant que la Mercedes Spinter impliquée dans cet accident abordait un virage. Le bras directionnel gauche se serait arraché. Du coup, le minibus a fait une sortie de route. La taxi-brousse était en provenance de Mahajanga.

L'express de Madagascar0 partages

Attaque armée

Quatre bandits ont sévi dans une propriété à Ampanefy Ankadivoribe, hier, aux petites heures. Les personnes prises pour cible ont été ligotées. Les voleurs ont fait main basse sur un téléphone, une tablette, ainsi qu’un ordinateur, selon les gendarmes.

L'express de Madagascar0 partages

Les marchands de rues non maîtrisés

La chasse aux marchands de rues se poursuit dans le centre-ville, en cette fin de semaine. La com­mune urbaine d’Antana­narivo a du mal à les maîtriser, malgré les opé­rations qu’elle effectue.

L'express de Madagascar0 partages

Découverte macabre

Le corps inerte d’un chef de famille âgé de vingt-trois ans a été retrouvé dans un plan d’eau à Tsaramandroso Ankisabe, vendredi en début de soirée. Interrogée par les gendarmes, son épouse a indiqué qu’il lui arrive parfois de perdre connaissance. Le défunt travaillait dans les champs  lorsque la mort l’a happé.

Midi Madagasikara0 partages

Anosibe : Mpibizina taolam-paty efa-dahy voasambotry ny pôlisy

Taolambalo mahatratra teo amin’ny 145 teo no nokasain’ireto efa-dahy hamidy eto Andrenivohitra, ny zoma lasa teo. Very an-javony anefa izany rehefa saron’ny pôlisy misahana ny ady amin’ny asan-jiolahy mahery vaika (Sag) sy ny pôlisy miady amin’ny heloka bevava ireto farany, teny amin’iny faritra Anosibe iny. Raha ny fampitam-baovao avy tamin’ny pôlisim-pirenena, dia efa taorian’ny 26 jona  teo no re fa misy mikononkonona hivarotra taolam-paty eto Andrenivohitra. Efa fantatra tamin’izay ihany koa ireo mpivarotra. Napetraka nanomboka teo ny vela-pandrika. Nalaina tany amin’iny faritra Atsimon’ny Nosy tany ireto taolambalo marobe ireto. Ny alakamisy teo no fantatra fa tonga teto Andrenivohitra ireto mpibizina taolam-paty ireto, ary trano iray eny amin’iny faritra Ambatomaro iny no nanatobian’izy ireo izany. Entina hamandrihana ireto fanetriben’ny firenena ireto, dia nolazaina fa ny zoma lasa teo no noraiketina ny fifampivarotana eny amin’iny faritra Anosibe iny. Ary dia tonga teny tokoa ireto farany, nitondra fiaraketsaka sy niaraka tamin’ireo « entana », ary dia noraisim-potsiny. Efa-dahy izy ireo, ary mbola tratra teny aminy ny sakaosy misy ny lamba namonosana ireo taolana. « Taolam-pe 50, taolan-dranjo 49 ary taolan-tanana 46 » izay no tao anatin’ilay sakaosy. Tamin’io fotoana io ihany, dia nentina nanaovana fanadihadiana tany amin’ny biraon’ny pôlisy tetsy Anosy izy efa-dahy tratra ireto. Raha tsy misy ny fiovàna, dia fantatra fa hatolotra ny Fampanoavana anio izy ireo. Hatreto dia mbola mipetraka foana ilay fanontaniana tsy nisy valiny, efa an-taonany maro hoe, iza no mpandray ary atao inona taolam-paty ? Inoana fa mety hisy valiny atsy ho atsy izay, raha mizotra lalindalina kokoa ny fanadihadiana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Tsinjoarivomanga-Tsiroanomandidy : Kamiao voatafika, vola 3 tapitra ariary voaroba

Jiolahy 5 nirongy basim-borona roa sy antsy no indray nanafika kamiao iray tao amin’ny  distrikan’i Tsiroanomandidy,  ny alin’ny sabotsy 19 Aogositra teo. Tao amin’ny tanàna atao hoe Ampizarantany, kaominina Ambanivohitra Tsinjoarivomanga, no nitranga ny tantara. Kamiao nofaina nitondra entana ity voatafika ity raha sendra nijanona natory tao amin’io tanàna io, noho ny andro alina. Sady nanapoaka basy in-telo ireo jiolahy no nitifitra ilay kamiao. Noho izany, vaky ny fitaratr’ilay fiara be. Tsy afaka nanao na inona na inona intsony ireo mpandeha izay natory tao anatiny. Isan’izany ilay rangahy nanofa ny fiara. Ity farany izay voalaza fa voaroba vola 2 700 000 ariary. Naratra teo amin’ny masony kosa ilay mpamily, fa nipitihan’ny vakim-pitaratra. Tonga teny an-toerana ihany ny zandary rehefa nahazo antso, fotoana fohy tao aorian’io, saingy niala maina satria efa nadio ny rano niampitan’ireo jiolahy.