Les actualités Malgaches du Dimanche 21 Juillet 2019

Modifier la date
Madaplus.info0 partages

Madagascar: Ntsay Christian regagne sa place du numéro un du gouvernement.

Le 19 juillet dans la soirée, Ntsay Christian, Premier ministre sortant, vient d’être reconduit par le Président de la République. Le nouveau gouvernement sera donc mis en place dans les quelques jours qui suivent. Tout comme pour l’ancien gouvernement, il sera question d’un contrat de travail de six mois pour suite d’évaluation.
Ce nouveau gouvernement aura pour objectif principal d’effectuer les travaux inclus dans le programme Velirano de l’actuel Président. Selon Christine Razanamahasoa, il est important de confier la gestion du gouvernement à un technicien efficace. Au début de la session ordinaire, les bruits sur la reconduction de Ntsay faisaient le tour de l’assemblée nationale.
La Vérité0 partages

Jeux des îles  de 2023 - Le Président Andry Rajoelina suit de très près la candidature malagasy

Après la soirée traditionnelle de la cérémonie d'ouverture, le vendredi 19 juillet, la journée s’annonçait bien chargée pour les athlètes samedi avec une trentaine de compétitions programmées. En tête de la délégation malagasy, le Président Andry Rajoelina, accompagné du ministre de la Jeunesse et des Sports Tinoka Roberto, et le président du Comité olympique malagasy, Siteny Andrianasoloniaiko s’activait pour le  dossier Madagascar à l’organisation des Jeux des îles de 2023 au Conseil International des Jeux, ce samedi à l’hôtel InterContinental à Balaclava.

 

Etant présent à l’île Maurice, le Président de la République de Madagascar Andry Rajoelina suit de très près la candidature de la Grande île à l’organisation des Jeux des îles de 2023. En effet, le Président Andry Rajoelina a exprimé son souhait que les 11es Jeux des îles se déroulent à Madagascar. « Madagascar a toutes les cartes en main pour avoir l’organisation. Nous sommes la plus grande île de l’Océan indien et nous avons les plus grandes infrastructures. Nous avons foi pour avoir l’organisation, pour le moment on attend et on espère », annonce  le Président Rajoelina.

Les derniers Jeux  dans la Grande île remontent à 2007. « Le sport est un levier de développement d’un pays avec ses retombées économiques. Il suffit de moderniser nos infrastructures et d’en bâtir des nouvelles. D’ailleurs, le Gouvernement est prêt à débloquer 150 millions de dollars pour accueillir les Jeux des îles de 2023 », relate le ministre Tinoka Roberto Raharoarilala. Les Maldives et les Comores ont aussi présenté leur dossier organisationnel  pour 2023. L’instance internationale tranchera sur une décision avant la fin des Jeux car le drapeau des JIOI devra être remis au pays organisateur de la 11e édition lors de la cérémonie de clôture prévue le 28 juillet au stade Anlajay à Belle-Vue. Hier soir, le Président de la République a rencontré tous les  218 athlètes  malagasy à l’hôtel Victoria Beachcomberoù ils sont hébergés, pour les encourager.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

« Bazar kely » Toamasina - Détruit à 80 % par un incendie

Déplorable ! C’est ce qu’on peut qualifier l’incendie, l’un des plus graves à graver dans les annales de l’histoire, survenu samedi vers 20h à Toamasina. Pour la deuxième fois en l’espace de quelques années, le « Bazar kely », du moins la partie basse, a été dévastée à 80 % par les flammes, réduisant ainsi près de 2 200 box ou autres stands avec toutes les marchandises en cendres. « De surcroît, le peu de marchandises qu’on a réussi à évacuer du brasier avaient été volées par des profiteurs », indique l’information. 70 % des commerçants ont tout perdu dans cet incendie.

 

D’après cette information, personne n’aurait vu démarrer le sinistre et tout s’est déjà embrasé assez rapidement pour que les témoins se fussent alarmés. Des riverains affirment avoir été  terrorisés par l’ampleur du sinistre qui s’apparentait à un véritable enfer, selon leurs dires. Preuve que le feu a incroyablement poursuivi son œuvre destructrice à grande échelle, les sapeurs-pompiers de la Commune urbaine de Toamasina ainsi que ceux de la société d’Ambatovy, n’ont pu maîtriser la situation que plus de quatre heures après l’éclatement de l’incendie, et ce, au prix d’un combat acharné. Le feu n’a été complètement éteint que vers 1h du matin, hier. « Nous avons fait le maximum pour éteindre le feu, mais au bout de quelques moments, l’eau s’est tarie brusquement ! De plus, nous n’avons disposé que d’une bouche d’incendie, et celle-ci est située dans le secteur de Jumbo Score, ce qui n’est pas à la portée de nos lances ! », déclare le chef d’équipe des sapeurs locaux. Cependant, les pompiers du port (SPAT), de l’ASECNA et bien entendu d’Ambatovy ont prêté main-forte aux soldats du feu de la Commune.

Pour le moment, en attendant que les enquêteurs puissent élucider l’affaire, des zones d’ombre planent sur l’origine du sinistre. Plusieurs versions, encore officieuses, ont été avancées. Certains privilégient la thèse d’un incendie criminel orchestré par des puissants investisseurs. D’autres avançaient qu’une dispute au sein d’un couple serait à son origine. Enfin, les bruits ont aussi couru comme quoi il s’agit d’une stratégie diabolique en vue d’expulser ces commerçants des lieux afin que certains puissent contrôler leur gestion à l’avenir.  Néanmoins, les pompiers ont expliqué que les constituants chimiques de la plupart des produits stockés dans les box sont en partie responsables de la vélocité des flammes pour que ces dernières puissent attaquer en un temps record un grand nombre de constructions. Pire, des négociants auraient stockés de l’essence sur les lieux.

Hier matin, les pompiers ont mobilisé quatre camions pour le nettoyage du secteur touché. A présent, les marchands du « Bazar kely » sont dans le désarroi total et se tournent vers le Gouvernement pour qu’il vienne à leur aide.

Franck R./T.H.

La Vérité0 partages

Cinquième édition du « Tagnamaro » - La mobilisation citoyenne s'enchaîne

Une initiative du ministère de la Communication et de la Culture (MCC) à partir du modèle rwandais. Le « Tagnamaro, andron'ny olom-pirenena » arrive actuellement en sa cinquième édition. Depuis le mois de mars dernier, la mise en œuvre de cette journée de mobilisation citoyenne s'enchaîne auprès des ministères, collectivités territoriales décentralisées et autres institutions administratives. Aussi, les associations, ONG et autres services ainsi que les habitants participent activement aux activités entreprises. En 5 mois de réalisation, l'on a constaté divers changements notamment au niveau des lieux qui accueillent les mobilisations, entre autres les écoles, marchés, gares routières, etc.

 

Samedi dernier, la délégation du MCC dirigée par le ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, en collaboration avec l'université d'Antananarivo et diverses associations, se dont donnés la main pour effectuer des travaux d'assainissement, de débroussaillage, de peinture et de réhabilitation dans l'enceinte du campus d'Ambohitsaina. A la fois un bien public et un patrimoine, ce dernier sis à Ankatso a nécessité de telles activités, d'autant plus que la plupart des infrastructures y sont vétustes. Outre les responsables ainsi que les personnels administratifs et techniques, les étudiants ont fortement contribué aux travaux afin de redorer l'image de leurs lieux d'études.

D'autres ministères n'ont pas failli à leur devoir du 3è samedi du mois. C'est le cas du ministère de la Santé publique et de ses Directions régionales, qui ont mobilisé leurs personnels et agents de santé pour une journée don de sang dans le cadre du « Tagnamaro ». En dehors de la banque de sang de l'HJRA, d'autres services des hôpitaux répartis dans les 4 coins de l'île ont accueilli les donneurs de sang bénévoles. Pour sa part, la grande famille du ministère de l'Aménagement du territoire, de l'Habitat et des Travaux publics dirigée par le ministre Hajo Andrianainarivelo s'est donné rendez-vous au Lycée technique et professionnel (LTP) d'Alarobia pour les travaux de réhabilitation de cet établissement. Quant au ministère de la Sécurité publique, les agents de Police se sont mobilisés à l'assainissement des bureaux et services administratifs. Il en est de même au sein du commandement de la Gendarmerie au camp Ratsimandrava, où officiers, sous- officiers et gendarmes ont participé aux travaux. Les institutions, administrations et habitants dans les régions ne sont pas en reste, comme chaque mois. Prochain rendez-vous le 17 août !

Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Mutinerie à la prison d'Ambalatavoahangy - Des coups de feu entendus, prise d'otage de 3 agents pénitenti...

Une brève mutinerie a secoué la prison d'Ambalatavoahangy à Toamasina, samedi dernier vers 7h. De sources concordantes, elle s'est soldée par plusieurs coups de feu, du moins des tirs d'intimidation et qui étaient le fait des gardes pénitentiaires afin de contenir les mutins. Mais il y avait aussi une tentative de ces derniers afin de prendre en otages trois agents pénitentiaires. L'un d'eux aurait reçu un projectile, qui a manqué de lui faire éclater la boîte crânienne. Le but de cette prise d'otages serait de faire pression sur les autres gardes pour qu'ils ouvrent le portail et de faciliter ainsi leur évasion, qui a finalement échoué.

 

Tout a commencé par l'arrestation d'un détenu, la veille. Ce dernier était surpris par les agents pénitentiaires d'avoir été en possession illégale de chanvre indien « rongony ». Un individu aurait lancé la marchandise de l'extérieur à l'intention du prisonnier qui serait en réalité le petit « dealer » au service de ses co-détenus à Ambalatavoahangy.

Ce dernier aurait tenté de s'opposer par la force à son arrestation, obligeant ainsi les agents pénitentiaires à employer les moyens forts, c'est-à-dire à ouvrir le feu pour la dissuasion. Mais le prisonnier a profité de la mêlée pour inciter ses collègues en détention dont l'un est un ex-gendarme pour se rebeller et obliger les gardes à libérer le passage pour qu'ils puissent  rejoindre la liberté.

Face à la tournure dramatique de la situation, les gardes ont été de nouveau contraints à procéder à des tirs en l'air à profusion afin de disperser les mutins, et surtout pour que ces derniers relâchent leurs collègues retenus provisoirement en otages. Aux coups de feu de leurs gardiens, les détenus ont répliqué à coups de jets de pierres. Entre-temps, des policiers furent dépêchés sur les lieux, histoire de prêter main-forte à leurs homologues agents pénitentiaires. Ces membres de la Police ont pris position autour de la maison centrale et ils étaient prêts à entrer à tout moment en action pour arrêter les prisonniers mutins, et surtout en cas d'une tentative de leur part pour s'évader en masse.

La situation ne s'est normalisée progressivement que vers 10h où les trois gardes ont été finalement relâchés. L'on signale aussi des blessures chez certains insurgés. Hier, un calme apparent a régné à Ambalatavoahangy, selon l'information. Cette affaire a poussé plus d'une fois l'opinion publique locale à interpeller l'administration pénitentiaire et les Forces de l'ordre sur l'urgence d'une mesure à prendre face à la surpopulation carcérale et la vétusté des infrastructures dans cette prison.

F.R./T.H.

La Vérité0 partages

Troisième gouvernement Ntsay - Au moins deux nouvelles têtes en perspective

Outre la nomination du Premier ministre, la formation du nouveau Gouvernement est parmi les étapes très attendues. Une tâche à laquelle le nouveau Chef d’Etat et son Premier ministre se seraient déjà attelés depuis la fin de la semaine dernière pour la mise en œuvre des grands chantiers qui font partie intégrante de ses « Velirano » pendant la propagande.  Attendu en fin de semaine dernière, les noms des nouveaux membres du troisième gouvernement de Christian Ntsay seraient connus en ce début de semaine. L’on ignore qui sera conduit parmi les ministres démissionnaires.

Le Président de la République Andry Rajoelina martèle que les ministres seront soumis à un contrat –programme et seront évalués à l’issue d’une durée bien déterminée. En principe, cette évaluation est en cours. La liste des membres du Gouvernement confirmera ou non cette évaluation. Evaluation ou pas, des changements seront certainement opérés au sein du Gouvernement. Au moins deux portefeuilles seront touchés, en l’occurrence le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme, ainsi que le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel.

En effet, depuis la démission au mois de mars dernier des ministres titulaires de ces deux postes respectifs, pour se porter candidates aux législatives, ces deux départements sont laissés vacants, et dirigés par des intérimaires. A l’occasion de la formation du Gouvernement, ces deux postes seront assurément remis à des permanents. Deux nouvelles têtes pourraient occuper ces portefeuilles. En effet, pour quelques observateurs, Lucien Irma Naharimamy et Volahaingo Marie Thérèse, les deux ministres démissionnaires, pourraient ne pas être reconduites.  Elues respectivement à Toamasina I et Bealanana, beaucoup voient mal les deux femmes délaisser leurs électorats pour des postes de ministres. La population de Toamasina particulièrement attend beaucoup de la première citée. Ces deux femmes pourraient d’ailleurs travailler à leur manière pour le développement de Madagascar sans forcément passer par la « case ministérielle », estiment des observateurs.

Outre, la nomination aux postes vacants, l’intégration des députés au sein de l’effectif gouvernemental a été demandée par Christine Razanamahasoa, présidente de l’Assemblée nationale.  La question est de savoir donc combien de ministères seraient touchés par ce changement. La réponse est attendue dans les prochaines heures.

La rédaction

La Vérité0 partages

Gestion de la mairie de Nosy Be - Bilan nettement positif

L’une des Communes les plus florissantes de la Région Diana est sans doute celle de l’île aux parfums. L’actuel maire de la Commune urbaine (Cu) de Nosy -Be Aboudou Aly  a fait du bon travail durant son mandat et que son bilan est nettement positif. En effet, si lors de la passation entre lui et son prédécesseur en 2015 le fonds disponible était de 22 millions d’ariary seulement alors que les salaires des employés s’élevaient à 58 millions d’ariary par mois sans compter les arriérés au niveau de la CNAPS, d’une imprimerie et plusieurs fournisseurs d’un montant d’environ 800 millions d’ariary, aujourd’hui tous les feux sont au vert  pour la Cu de Nosy- Be avec un budget avoisinant 3 300 000 d’ariary contre 2 809 122 000 ariary en 2018, 1 671 726 219 d’ariary en 2017, 1 327 650 699 d’ariary en 2016 et 926 711 688 d’ariary en 2015.

On se souvient également que, lors de la prise de pouvoir de l’actuel maire, la Cu de Nosy- Be ne disposait d’aucun matériel roulant opérationnel. Aboudou Aly a alors dû mettre au service de ladite Commune sa voiture personnelle en attendant la réparation de la 4x4 Mazda appartenant à celle-ci. Actuellement, on  croit savoir que ladite Commune dispose de 5 nouveaux  véhicules. C’est le fruit d’un partenariat avec des Communes de la Réunion et de la France. En effet, la Commune St Paul de la Réunion a offert 1 camion citerne pour les sapeurs- pompiers et 1 ambulance tandis que celle des Adrès de France a remis 3 véhicules à la Cu de Nosy- Be. La transparence dans la gestion de celle-ci a valu au maire Aboudou Aly la confiance de l’organisation internationale GIZ laquelle est disposée à travailler étroitement avec la Cu de Nosy- Be. A noter que le projet PIC est toujours présent dans l’île aux parfums.

Nombreuses réalisations

Des nombreuses réalisations ont été effectuées durant le mandat d’Aboudou Aly. Des travaux d’assainissement tels que curage de caniveaux, éclairage public et des bâtiments administratifs, entretien et réhabilitation et ouverture des routes, adduction d’eau potable s’il ne faut citer que cela, ont été entrepris sans oublier la mise en place de la police du tourisme. La liste est longue. En tout cas, selon un raiamandreny de ladite ville, après l’ancien député  maire Toly Laurent c’est l’actuel maire Aboudou Aly qui a réellement œuvré pour le développement de la Cu de Nosy- Be.

A.Lepêcheur

La Vérité0 partages

Environnement - Antananarivo bientôt invivable

Aucune amélioration. Malgré les alertes lancées par les différentes organisations, allant des défenseurs de l'environnement aux responsables de santé, sans oublier le monde de la presse, rien n'a changé dans la Capitale. Les voitures émanant des fumées noires continuent de circuler. Toutes les catégories de personnes continuent de brûler leurs déchets à l'air libre. « Le problème est que certains habitants n'ont pas encore pris conscience de la gravité de la situation. Il y a ceux qui se sont adaptés à cette situation et ceux qui ignorent tout simplement.

Pour ces derniers, les différentes alertes ne sont que des chiffres, tant que cela ne les touchent pas de près. Ils ne savent pas que chaque jour, une personne sur sept va chez le médecin pour des problèmes respiratoires liés à la pollution de l'air », déplore une environnementaliste. Entre manque de sensibilisation et entêtement des sensibilisés, mais aussi avec l'agrandissement démographique et l'expansion de l'exode rural, Antananarivo deviendra bientôt invivable.

«  Effectivement, selon les chiffres de l'OMS, le seuil soutenable pour l'homme de la quantité de poussières fines dans l'air est de 50 microgrammes/m3. Pourtant, pour Antananarivo, ce seuil a été dépassé depuis longtemps, surtout dans les quartiers où les voitures sont les plus présentes comme Soarano et Ambohidahy, où les quantités  sont respectivement de 157 et de 120 microgramme/m3  , explique un responsable au sein du ministère de l'Environnement et du Développement durable, en marge de la dernière célébration de la Journée mondiale de l'environnement axée sur la lutte contre la pollution de l'air.

Aucune mesure conséquente

Vu la gravité de la situation, la majorité des personnes ne sont pas encore prêtes à virer de bord. En effet, aucune mesure conséquente n'a été prise par les autorités. « Par exemple, les voitures polluantes continuent de circuler dans la ville. Aucune autorité ne les pénalise pourtant, de nombreuses personnes suffoquent à chaque inhalation de leur fumée. Et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres », s'indigne une mère de famille. Pourtant des mesures drastiques doivent être mises en place pour que la pollution ne s'étende, outre le désenclavement de la ville. Et ces mesures doivent être multisectorielles, cernant le domaine social mais aussi économique surtout avec l'usage des charbons de bois et le triage des ordures.  

Rova Randria

La Vérité0 partages

Vilénies bestiales et monstrueuses !

En phase à une grande et décisive mutation, le pays n’est toujours pas au bout de ces malveillantes surprises. En  attendant la publication des noms des heureux élus pour siéger au Gouvernement Ntsay Christian, des affaires datant du régime précédent débarquent et polluent l’environnement. En dépit du début encourageant d’une éclaircie de la vie nationale, les vilénies monstrueuses du régime déchu, celui de Rajao, continuent de vicier l’atmosphère. Les échos des barbaries bestiales dont les ex-barons aux cravates bleues passaient maitres ne cessent de choquer l’opinion.

 

Bon débarras ! Vivement l’effondrement du maudit « édifice HVM » ! Le peuple malagasy a eu, mille fois raison, de se débarrasser irrémédiablement l’indésirable régime de Rajaonarimampianina Hery. Avec les minables scores de 8 % obtenus au premier tour de l’élection présidentielle de 2018, l’ancien locataire d’Iavoloha n’avait d’autre choix que de tailler la route vers un désert inhospitalier. Un châtiment que lui et ses bourreaux méritent. Le peuple souverain les balaya d’un revers de la main. Autrement dit, bâti sur le sable et au moindre coup de vent, l’immeuble s’écroule. Une implacable tempête des … urnes, en plein océan de la déperdition, emporta le navire égaré battant pavillon « HVM ». Apparemment, le naufrage fut inévitable ! Et le régime, animé d’une vilénie bestiale, n’est plus. Bon débarras !

Victimes d’un acharnement bestial, des dénonciations calomnieuses et d’un harcèlement moral, le tout sans fondement aucun, de la part de l’ancien régime-HVM, Monsieur Maminirina Ravatomanga et Madame Ramy Rakotoniary, son épouse, un couple d’opérateur économique de renom de la place, sortent indemnes. Même la très sérieuse et impavide Cour d’appel de Paris, saisie de l’affaire, « lave » de tout soupçon le couple tant incriminé. Un modèle de réussite incontestable, dans un contexte globalement difficile voire hostile, le Pdg du Groupe Sodiat Maminirina Ravatomanga avec le soutien indéfectible de son épouse parvient à bâtir honnêtement un empire. Malheureusement, comme c’est souvent le cas une réussite, un arbre de taille haute, attire les foudres et les animosités de certains en mal de succès, par exemple, l’ex- régime sans foi ni loi tel le HVM.

Devrait-on le rappeler, pour la énième fois que le début sinon la réussite du Groupe Sodiat ne date pas d’hier ou même d’avant-hier ! Dire que le Groupe Sodiat s’était particulièrement enrichi durant la Transition de 2009-2013 relève d’une machination purement calomnieuse et dénuée de tout sens. Et le régime HVM qui datait de quelques années seulement est le premier des « mal placés » aux fins de pouvoir le traiter ainsi.

Et que dire des niaiseries de Rivo Rakotovao, le dernier survivant du feu régime HVM ? Avoir une idée saugrenue de célébrer le soixantième anniversaire de l’Institution qu’il préside, le Sénat, Rivo Rakotovao vient de montrer aux yeux du public qu’il se trouve à côté de la plaque. Organiser pompeusement des fêtes à partir de ce jour jusqu’au 26 juillet prochain, soit cinq longues journées, et cela dans un cadre global d’austérité, ressort d’un état d’esprit démentiel sinon celui d’un parvenu.

En fait, les rebondissements intrus des insanités plutôt des vilénies bestiales et monstrueuses des tenants du pouvoir de l’ex-régime HVM éclaboussent indument la vie nationale.

NNdrianaivo