Les actualités à Madagascar du Samedi 21 Mars 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara6 partages

Déclaration d’Andry Rajoelina : 3 passagères malgaches contaminées par le Coronavirus

La Grande île fait désormais partie des 34 pays africains infectés par le Covid-19.

Ce que l’on craignait est arrivé. C’est désormais officiel. Madagascar figure parmi les pays infectés par le Coronavirus, faisant donc partie des 34 pays africains touchés par cette pandémie. En effet, la Grande île ne pouvait pas faire exception. Le président Andry Rajoelina a confirmé l’existence des trois premiers cas de Covid-19 hier lors d’une déclaration à la nation diffusée sur la TVM. Il s’agit de trois femmes de nationalité malagasy contaminées. Toutes sont des Malgaches ayant séjourné en France. Leur contamination a été confirmée par les résultats des tests effectués par l’Institut Pasteur de Madagascar.

« Gasy ». La première est une mère de famille de 45 ans arrivée à bord du vol Air France 934 qui a atterri à Ivato le mardi 17 mars dernier. La deuxième, une jeune femme de 19 ans, arrivée à Madagascar le mercredi 18 mars à bord du vol Air Mauritius MK288. Elle a embarqué à Paris et est passée par l’île Maurice. La troisième femme contaminée, quant à elle, est une femme de 45 ans arrivée de France jeudi matin à bord du vol MD051. « Leur pronostic vital n’est pas en danger et les agents de santé suivent de près leur état de santé », a annoncé le président Andry Rajoelina.

Délai exceptionnel. A noter que ces trois personnes ont pu rentrer à Madagascar pendant le délai exceptionnel que l’Etat a accordé aux ressortissants malgaches souhaitant rentrer avant la fermeture des frontières. C’est d’ailleurs ce qui a provoqué la polémique, hier sur les réseaux sociaux. Si les Malgaches craignaient que la contamination vienne des Chinois, c’est plutôt les ressortissants malgaches de France qui ont apporté le « Covid-19 ». La question est de savoir si les passagers ayant voyagé dans le même vol que ces trois personnes contaminées ont respecté à la lettre les conditions de confinement et les termes de la lettre d’engagement qu’ils ont signés à leur arrivée à l’aéroport d’Ivato. Apparemment, ce n’était pas le cas. Depuis mercredi, les forces de l’ordre ont procédé à plusieurs arrestations pour non-respect des mesures de confinement.

Mesures sévères. Lors de sa déclaration à la nation, le chef de l’Etat a déclaré que les autorités concernées prennent toutes les dépositions pour sécuriser les citoyens malgaches vis-à-vis de cette pandémie. Les passagers de tous les vols ayant transporté ces trois premiers cas ont tous été placés sous surveillance et mis en quarantaine. L’hôpital « manara-penitra » d’Andohatapenaka a été préparé pour soigner les malades du Coronavirus. La même mesure à également été prise à l’endroit des proches de ces trois femmes et tous ceux qui les ont côtoyées. « L’Etat prend entièrement en charge les soins médicaux », a annoncé Andry Rajoelina avant d’ajouter que « c’est la responsabilité de l’Etat et du gouvernement de veiller sur la santé des Malgaches ». Le Chef de l’Etat n’a pas manqué d’exhorter les personnes qui viennent de rentrer au pays, ainsi que leurs proches, à respecter les conditions de confinement de 14 jours. Et lui de rappeler l’existence du numéro vert 913 pour signaler des cas de Coronavirus ou en cas de présence de symptômes. De leur côté, les agents de santé et les forces de l’ordre ont reçu la consigne de renforcer la mobilisation pour veiller au respect de ces mesures. « Des sanctions sévères vont être appliquées pour ceux qui essayent de passer outre ces conditions », a averti le président Andry Rajoelina.

Suspension des cours. Pour éviter la propagation du Covid-19, le chef de l’Etat a annoncé l’annulation de tout ce qui est spectacle ou rassemblement populaire, la fermeture de tous les lieux publics ainsi que l’annulation de toutes les rencontres sportives. Par ailleurs, les écoles et les universités sur toute l’étendue du territoire de Madagascar ont également reçu l’ordre de suspendre les cours pendant une période de 15 jours. Cependant, contrairement aux autres pays touchés par le Coronavirus tels que la France qui a opté pour le confinement total et la suspension de toutes les activités, la Grande île a choisi de poursuivre les activités professionnelles, les commerces et les échanges commerciaux. « Les citoyens ont le droit de circuler librement mais il faut respecter les consignes de santé », a soutenu le chef de l’Etat. Il a aussi envoyé un message d’encouragement au personnel de santé et aux forces de l’ordre qui vont travailler davantage pour faire face au Coronavirus. Il, c’est Andry Rajoelina qui a lancé un appel au calme et a incité tous les Malgaches à faire preuve de sagesse et à prioriser les « Soatoavina ». « Il est temps de cesser les provocations et la propagation de fausses nouvelles pour semer la panique au sein de la Société ». En quelque sorte, le chef de l’Etat compte sur des citoyens responsables pour lutter contre le Covid-19.

Davis R

Midi Madagasikara4 partages

Rentrée universitaire : Fixée début mai, fermeture de l’université d’Antananarivo à partir du 23 ...

L’université d’Antananarivo fermera ses portes à partir de lundi prochain.

Première Copries ou Conférence des présidents et des recteurs d’institutions de l’enseignement supérieur de la  ministre Elia Béatrice Assoumacou hier. La volonté de protéger autant que possible le personnel, les enseignants du ministère ainsi que les étudiants contre le Coronavirus a été mise en avant.

Prévue pour ce mois de mars, la rentrée universitaire a finalement été repoussée au mois de mai prochain. « Une décision prise durant la Copries ou Conférence des présidents et des recteurs d’institution de l’enseignement supérieur qui s’est déroulée à Fiadanana hier, et compte tenu de la lutte contre le coronavirus », selon les explications d’Elia Béatrice Assoumacou, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. La ministre de poursuivre que « des équipes de soutien moral ainsi que des équipes médicales composées de médecins et d’étudiants de la faculté de médecine vont être mises en place auprès des services de la médecine préventive des universités du pays afin d’accompagner les employés, enseignants et étudiants à faire face à une éventuelle épidémie ». Toujours dans le cadre de la prévention et de la préparation à une éventuelle épidémie, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique de poursuivre que « pour limiter les dégâts du Coronavirus, nous avons également donné la consigne d’organiser les soutenances de mémoire ou les soutenances de thèse à huis clos ». Une mesure prise étant donné que « les étudiants et les enseignants du monde de l’enseignement supérieur sont en mobilité permanente ».

Clos. Une des décisions phares prises durant la Copries d’hier consistait également en la suspension des cours à l’université d’Antananarivo à partir du lundi 23 mars prochain. Une mesure décidée « pour des raisons sanitaires », a-t-on avancé. L’université d’Antananarivo de mettre à exécution l’ordre concernant « la tenue à huis clos des soutenances de thèses ». Par ailleurs, la Copries d’hier a également décidé de fixer le projet de loi portant sur l’habilitation à diriger les recherches. Une opportunité pour les enseignants auprès des universités du pays d’accéder au grade de professeurs, selon toujours les dires d’Elia Béatrice Assoumacou. Ce, avant de conclure que toutes les initiatives, en particulier celle relative au projet de loi, ont pu être prises grâce à la consultation des collectifs des professeurs, de quelques membres du syndicat des enseignants ainsi que des présidents et recteurs d’instituts d’enseignement supérieur du pays. Si l’université d’Antananarivo ferme ses portes à partir de lundi prochain, l’on attend encore la décision des autres universités. Une décision prise également par d’autres institutions et entreprises du secteur privé. La décision du ministère de l’Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel est vivement attendue.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Route nationale : Coupure de la RN6 au PK218+200 

Route coupée sur la RN6 au PK218+200.

Les écroulements de routes reprennent à cause des fortes pluies. Cette fois, c’est la route nationale RN6 qui est touchée au PK218+200. « Une partie de la route s’est écroulée. De ce fait, la circulation routière est interrompue sur ce point. L’entreprise chargée de réaliser les travaux d’urgence est déjà sur le site et œuvre pour que la circulation se rétablisse dans les plus brefs délais. Les usagers de cette route nationale sont priés de suivre les indications et de respecter l’organisation mise en place par les responsables sur les lieux, pour que la circulation soit bien ordonnée », a déclaré le MATP (ministère de l’Aménagement et des travaux publics) dans un communiqué diffusé hier soir. En effet, les travaux pour la réhabilitation est déjà en cours sur le PK218+200 de la RN6. La situation devrait très vite revenir à la normale, selon les techniciens.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Tsaho amin’ny facebook : Olona roa no efa voasambotra ary mbola misy ireo karohina fatratra amin’izao

Nitombo roa indray izao ireo olona fantatra fa nosamborina tamin’ny fanelezana vaovao tsy marina sy fanakorontanana saim-bahoaka ao anaty tambajotra sosialy. Tsy vitan’ireo ihany fa mbola misy ireo karohina fatratra amin’izao, hoy ny fanazavàna azo avy amin’ny Lt-colonel Herilalatiana, lehiben’ny sampana « cybercriminalité » eo anivon’ny Ministeran’ny serasera sy ny kolontsaina.

Sambava. Raha ny fantatra tokoa mantsy, ankoatra ilay tovolahy iray voasambotra tany amin’ny distrikan’Andapa dia nisy tovolahy iray hafa ihany koa nosamborina sy nadoboka am-ponja tany Sambava. Resaka « coronavirus »  hatrany no nanenjehana ity tovolahy ity, izay niampy fanalàna baraka olona tao anaty tambajotra sosialy. Nambaran’ilay tovolahy tao anatin’ny « compte facebook » mantsy fa hoe lehilahy, izay monina any Sambava no nolazainy fa voan’izany aretina izany. « Notsirihina tao amin’ny CSBII Sambava haingana ny fahasalaman’io lehilahy io saingy salama tsara izy ary tsy nihetsika tao Sambava na hoe nakany Chine. Niaiky ny fahadisoany ilay tovolahy tompon’ny « compte » fa nanao ny « publication » niteraka fanalàna baraka izay nitondra fanahiana be ho an’ny mponina tao Sambava », hoy ny fampitam-baovao avy amin’ny zandarimariam-pirenena.

Iray hafa koa. Fa ankoatra izay dia fantatra ihany koa fa efa niroso tamin’ny fisamborana olona iray avy eto an-drenivohitra indray ireo tompon’andraikitry ny filaminana mahakasika ity resaka fanelezana vaovao tsy marina ity hatrany. Efa fantatra ny  nisy azy ary efa niroso tamin’ny fisamborana ny zandary, hoy hatrany ny voalazan’ny Ltcol Herilalatiana. Omaly dia nentina natao famotorana ao amin’ny Toby Ratsimandrava ity olona nanely tsaho tamin’ny facebook ity. Mbola misy kosa ireo karohina fatratra amin’izao fotoana izao, raha ny fanazavàna hatrany.

Miakatra amin’ny sehatra avo. Tsy mijanona intsony amin’ny hoe fanelezana vaovao tsy marina no mety hanenjehana ireo olona ao anaty tambajotra sosialy, milaza na mizara tsaho mahakasika ny resaka « coronavirus » fa mety efa sokajiana mihitsy ho fanohintohinana ny fiandrianam-pirenena ny ataon’izy ireo, hoy hatrany ny fanazavàna azo avy amin’ity tompon’andraikitra ity. Araka izany dia hihamafy sy hihahenjana ny fanenjehana azy ireny. « Koa aoka re mba hajanona sy hiezaka tsy hanaparitaka vaovao tsy marim-pototra sy tsy ofisialy isika », hoy hatrany ny fanentanana avy eo anivon’ity Ministera ny serasera ity.

Na izany na tsy izany anefa, nanambara sy nanamarina iny ny Filoham-pirenena omaly hariva fa tafiditra teo amintsika ity valan’aretina ity ary efa olona telo no mitondra ilay tsimok’aretina. Mbola azo heverina ve, araka izany, raha ny mikasika ireo olona nampidirina am-ponja, hoe nanely tsaho izy ireo ?

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Aéroport d’Ivato : Fermeture effective du ciel à l’international

Les vols internationaux sont suspendus.

La suspension des vols à destination et venant des pays étrangers est entrée en effectivité hier. Une descente auprès de l’aéroport international d’Ivato, dans la matinée, a permis de constater une application stricte de la mesure prise par le gouvernement malgache. Aucun vol n’a été observé hier. Il ne restait que des agents du ministère de la Santé publique chargés d’effectuer le nettoyage et l’assainissement des lieux. Une dérogation spéciale a pourtant été prise afin de permettre un retour dans leur pays d’origine « des Français et Européens de passage touristique à Madagascar ». Un communiqué publié sur la page Facebook officielle de l’Ambassade de France à Madagascar fait en effet savoir que « la compagnie Air France a affrété deux vols pour les 21 et 23 mars 2020, départ de Tananarive uniquement ».

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Suspension des regroupements publics : Les mariés parmi les « victimes collatérales »

Plus de réception de mariage. Et si mariage il y aura, la fête, elle, tombe à l’eau. C’est ce qu’implique la mesure prise, parmi plusieurs autres, annoncées hier soir par le président de la République, après la détection des premiers cas de coronavirus à Madagascar. Tous les espaces, salles de fête et de réception seront donc fermés pour au moins 15 jours. Mesure qui prend effet immédiatement. Autrement dit, dès ce jour, plus aucun espace ni salle de fête n’aura le droit d’accueillir du monde. Les cérémonies de mariage prévues ce jour et dans les 15 prochains jours ne seront pas ainsi suivies de fête si celle-ci est prévue se tenir dans un espace ou une salle de réception. Quid alors de la cérémonie religieuse elle-même, la déclaration d’Andry Rajoelina n’ayant pas spécifié les messes et les cultes religieux ? On comprendra tout de même que ce type de rassemblement entre logiquement dans le lot dans la mesure où il y a promiscuité. Quoi qu’il en soit, les mariés prévus de tenir leur cérémonie de mariage ce jour, et les jours suivants jusqu’au 4 avril 2020, ainsi que tous ceux qui envisagent de tenir une cérémonie du même genre durant cette même période, sont alors des « victimes collatérales » : le coronavirus leur a gâché la fête avant même que celle-ci n’ait commencée. Espérons pour eux que ce n’est que partie remise, lorsque le coronavirus ne sera plus d’actualité. Mais c’est certain, ce ne sera pas pour… demain.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Rugby Afrique : Tous les tournois internationaux reportés

Rugby Afrique vient de communiquer, hier, qu’en raison de l’épidémie de coronavirus, toutes les compétitions et les formations internationales seront reportées. La plus proche était le trophée Barthes U20, qui devait démarrer le 19 avril 2020 au Kenya. Les coupes d’Afrique masculine et féminine prévues démarrer le 30 mai jusqu’en juin seront reportées à une date qui sera communiquée ultérieurement. Parallèlement, Rugby Afrique a également pris plusieurs mesures de précaution pour protéger son personnel, notamment en interdisant les déplacements internationaux. « Dans le contexte actuel de l’épidémie de coronavirus, la santé des joueurs, des supporters, des officiels, du personnel et des bénévoles… reste notre priorité absolue. Il s’agit d’une situation sans précédente, incertaine et qui évolue rapidement. En conséquence, nous avons décidé de suspendre notre calendrier jusqu’à ce que nous ayons une vue plus claire de la situation en Afrique », a déclaré le président de Rugby Afrique, Khaled Babbou.

Recueillis par Manjato Razafy

 

.

 

Midi Madagasikara0 partages

Programme RINDRA : 40 millions d’euros pour un appui institutionnel 

Le développement agricole doit rimer avec la préservation de l’environnement.

Le programme de Renforcement institutionnel vers le développement de la résilience agricole, connu sous l’acronyme “Rindra”, sera mis en œuvre jusqu’en juillet 2023.

Ce programme est financé par l’Union européenne dans le cadre du 11e Fed (Fonds européen pour le développement), à hauteur de 40 millions d’euros, soit l’équivalent de 160 milliards d’ariary. La zone d’intervention de ce nouveau programme a une étendue nationale. « Il sert notamment d’un appui institutionnel au ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche et à celui de l’Environnement et du développement durable. Des ressources financières et techniques seront ainsi mises à disposition afin d’augmenter la capacité d’intervention de ces deux départements pour se rapprocher davantage des bénéficiaires », a expliqué l’Ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar et aux Comores, SEM Giovanni Di Girolamo, lors du lancement officiel du programme Rindra hier à l’hôtel Ibis à Ankorondrano.

Bénéficiaires directs. En outre, tous les acteurs concernés bénéficieront de renforcements de capacité via différents niveaux de formation. Par ailleurs, « le programme Rindra permettra d’améliorer l’accès au financement pour les producteurs au niveau du secteur agricole, élevage et pêche ainsi que de l’environnement. Les bénéficiaires directs seront au nombre de 250 000 exploitants agricoles familiaux dans tout Madagascar. Ceux-ci peuvent obtenir tous les appuis nécessaires à l’amélioration de leurs productivités et de la rentabilité de toutes les chaînes de valeur à travers l’opérationnalisation du Fonds de développement agricole ou FDA », a fait savoir le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, Lucien Ranarivelo.

Autosuffisance. Mais pour assurer un développement durable au niveau de ces secteurs considérés comme le pilier du développement de Madagascar, la préservation de l’environnement s’impose. Raison pour laquelle, le programme Rindra a alloué un financement direct à l’endroit de Madagascar national parks et du comité scientifique AS Cites. Devis programme et le Centre malgache de canne à sucre en sont également bénéficiaires. Notons que ce dernier a pour mission d’assurer l’organisation et la promotion de la filière canne à sucre. « Madagascar doit produire davantage du sucre si l’on veut atteindre l’autosuffisance alimentaire. Pour l’heure, on importe toujours ce produit pour satisfaire la demande locale », a conclu le ministre de tutelle.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambanidia Ankazotokana : Fifanenjehana tamin’ny jiolahy, olon-tsotra iray voatifitra

Nirefodrefotra ny basy teny amin’iny faritra Ambanidia iny, tsy lavitra ny toeram-pivarotana lehibe iray teny an-toerana. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny seraseran’ny pôlisim-pirenena dia fifanenjehana tamin’ny jiolahy no nitranga teny. « Androany (ndlr omaly) dia nahazo angom-baovao marim-pototra ny polisy avy ao amin’ny boriborintany faharoa fa hisy fanafihana mitampiadiana ataon’ny jiolahy etsy Ambanidia Ankazotokana. Niara-nidina teny an-toerana avy hatrany ny polisy avy ao amin’ny « unite special d’intervention » sy ny polisin’ny boriborintany faharoa tokony ho tamin’ny roa ora tolakandro teo ». Nifanehatra tamin’ireo olon-dratsy tokoa ireo pôlisy tonga teny an-toerana. Iretsy voalohany kosa, raha vao nahita ireo mpitandro filaminana dia nitifitra avy hatrany. Olon-tsotra iray, izay teo ambony môtô no voan’ny balan’ireo olon-dratsy araka ny fampitam-baovao hatrany. Naratra mafy moa ity farany, izy voan’ny bala teo amin’ny tongony. « Raikitra ny fifanenjehana sy ny fifampitifirina ka tra-tehaka teo akaikin’ny « tunnel » Ambanidia niaraka tamin’ny basy poleta miaraka amin’ny bala ny jiolahy iray fa tafaporitsaka kosa ny iray hafa ». Ilay olon-tsotra naratra kosa, raha ny fanazavana azo hatrany dia efa nentina nihazo ny toeram-pitsaboana. Mbola mitohy hatramin’ny ora nanoratanay omaly kosa ny fikarohana sy savahao ataon’ireo mpitandro filaminana an’ilay jiolahy tafatsoaka.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Affaire député Leva : Six mois de suspension pour le PGCA et relaxe pour le substitut général 

Le substitut général a été relaxé par le CSM.

Le sort des deux magistrats du tribunal de Toliara a été fixé à l’issue de la réunion du conseil supérieur de la magistrature tenue la semaine dernière. Ils sont concernés par l’affaire de mise en liberté provisoire de l’ancien député Ludovic Adrien Raveloson, dit Leva. 

Le verdict est tombé. Le procureur général près la Cour d’appel (PGCA) de Toliara, Jean Norbert, est suspendu de ses fonctions pour six mois. Cette décision est sortie du conclave du conseil supérieur de la magistrature, tenu la semaine dernière. Cet organe dirigé par le président de la République, chargé de la sauvegarde, de la gestion de la carrière et de sanction des Magistrats, a rendu la sentence sur le sort de ce magistrat concerné dans l’affaire de l’ancien député de Mahabo Ludovic Adrien Raveloson, dit Leva, lequel est toujours en cavale. Quant à Ritah Andriamanantenasoa, substitut général près la Cour d’appel de Toliara, elle est relaxée et devrait reprendre son poste.

Respect de la loi. Ludovic Adrien Raveloson, député de Madagascar élu à Mahabo est mouillé dans des affaires d’exploitation illicite de produits forestiers et d’abus de pouvoir, ainsi que de complicité d’homicide. Des chefs d’inculpation qui pèsent lourds et qui l’ont conduit en prison avant une mise en liberté provisoire qui aurait été prononcée par la Cour d’appel de Toliara. Depuis, Leva a pris la poudre d’escampette et a été déchu de ses titres parlementaires. Son poste à la Chambre basse est actuellement occupé par Dina Rakotomalala, sa colistière et non moins sa femme. Mais les cas des deux magistrats de Toliara ont intéressé le conseil supérieur de la magistrature qui devrait, non seulement, veiller, selon les dispositions constitutionnelles, notamment au respect de la loi et des dispositions du statut de la Magistrature, mais aussi, contrôler le respect des règles déontologiques par les Magistrats.

Nouvelle branche du PAC. Par ailleurs, le conseil supérieur de la magistrature a aussi validé la mise en place du pôle anti-corruption pour Mahajanga. Après celui d’Antananarivo, celui de la ville des fleurs sera la seconde branche du pôle qui va être opérationnelle pour mener la lutte anti-corruption. La mise en place de cette nouvelle branche du PAC renforce le dispositif déjà installé par le régime. Toutefois, la mise en place de l’agence nationale de recouvrement des avoirs illicites reste une autre priorité du régime pour finaliser le dispositif du système de lutte anti-corruption.

Rija R. 

Midi Madagasikara0 partages

Crise du Coronavirus : Un don de 50 000 euros à l’Allemagne

La relation Allemagne-Afrique doit aller dans les deux sens, selon Sebastian Wagner, directeur du GABF ou Forum des affaires Allemagne-Afrique. Hier, le GABF et Centurion international AG ont décidé de s’associer et de faire un don de 50 000 Euros. Les fonds seront alloués à des organisations de secours pour soutenir les personnes défavorisées, âgées ou sans-abri dans la ville de Berlin. « Beaucoup de gens dans le monde se tournent vers Berlin et sont inspirés parce que Berlin et ses organisations humanitaires représentent le meilleur de l’esprit allemand. En tant que forum d’affaires promouvant la coopération énergétique bilatérale mais aussi l’investissement et le commerce, nous insistons toujours sur le fait que la relation Allemagne-Afrique doit aller dans les deux sens. Le moment est venu pour nous d’honorer ce point de vue et de montrer qu’au-delà des affaires, nous sommes attachés aux relations humaines entre l’Afrique et l’Allemagne », a déclaré Sebastian Wagner.

Appui aux vulnérables. A noter que l’Allemagne a enregistré plus de 12 000 cas de coronavirus sur son territoire, ce qui fait du pays l’un des plus touchés par la pandémie. Si le système de santé allemand a été en mesure de lutter contre l’épidémie de manière relativement efficace, la situation accroît la vulnérabilité de segments déjà fragiles de la population. « Tous ceux pour qui Berlin est chez eux continuent de montrer que peu importe à quel point nous sommes résilients et nerveux avec le coronavirus, peu importe la difficulté et la durée du chemin à parcourir, les Allemands et les Berlinois travaillent pour un avenir meilleur et pour battre le Coronavirus en restant solidaires et en aidant les plus vulnérables d’entre nous », a déclaré NJ Ayuk, PDG du Centurion law group et président de la Chambre africaine de l’énergie. « Centurion law group a toujours travaillé en étroite collaboration avec l’Allemagne et son secteur privé dans des projets énergétiques en Afrique subsaharienne », a expliqué NJ Ayuk. Bref, en temps de crise, même les grands pays ont besoin de soutien des plus petits.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Justice environnementale : L’AVG réclame la fin du corporatisme

La tortue radiata est une espèce protégée dont la commercialisation est interdite. (Photo d’archives)

D’après les récentes informations publiées par Transparency International, Madagascar se trouve au 158e rang sur les 180 pays étudiés en matière de perception de la corruption. Et parlant des secteurs les plus corrompus, la Justice et les Forces de sécurité caracolent en tête du peloton. Tout récemment, un employé du ministère de la Justice a été pris en flagrant délit en possession de tortues de type « radiata » qu’il prévoyait de vendre à 55 millions d’ariary. Il a déjà été placé sous mandat de dépôt. Son jugement sera prononcé ce lundi 23 mars. Face à cette situation, l’Alliance Voahary Gasy réclame l’application effective de la loi en vigueur tout en évitant le corporatisme.

Notons que la peine prévue par la loi en cas de vente et de détention d’espèces menacées d’extinction comme les tortues radiata. Et l’exposition au public à des fins commerciales est passible de six mois à deux ans d’emprisonnement, assortis d’une amende de 10 000 000 à 50 000 000 d’ariary. A part cela, cette plateforme de la société civile oeuvrant pour l’environnement a également soulevé qu’elle n’est pas satisfaite jusqu’ici du traitement des cas des personnes suspectées dans les affaires de trafics de bois de rose. Une rencontre entre tous les acteurs oeuvrant dans le domaine de la justice sociale et environnementale est de mise, selon toujours l’AVG.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

La vigilance plus que jamais nécessaire

Elles sont trois Malgaches à être atteintes du coronavirus. La nouvelle de l’arrivée du Covid-19 à Madagascar était tout à fait prévisible, et c’est donc finalement sans surprise que nous l’avons reçue. Son annonce par le chef de l’Etat a été faite de manière solennelle et avec une certaine gravité. Mais cela ne change pas la manière d’appréhender le problème. Les consignes édictées doivent être suivies à la lettre et il faut faire preuve de discipline dans la vie de tous les jours. Le pays va maintenant entrer dans une phase de prévention rigoureuse.

La vigilance plus que jamais nécessaire

La situation est maintenant claire. Elle ne change finalement rien à la façon de contenir la propagation du Covid-19. Les citoyens avaient eu vent de la nouvelle dans la journée, et certains d’entre eux se sont rués dans les magasins pour faire des provisions. Mais ce réflexe ne devrait cesser. Les règles à suivre sont simples et elles sont communiquées à la télévision régulièrement. La balle est également dans le camp des autorités qui doivent faire preuve de vigilance et surveiller de très près toutes les personnes à risque. Elles sont une bonne centaine à avoir été en contact avec ces femmes contaminées. Le président de la République est venu faire son discours à la nation de manière solennelle et avec une certaine théâtralité. Mais au-delà de la forme, c’est le fond qui importe. Le pays est passé à un stade élevé de prévention. Tous les spectacles et toutes les manifestations sportives sont annulés, tous les établissements scolaires sont fermés. Les fêtes, quelles qu’elles soient, sont interdites. On n’est pas encore arrivé au confinement de la population. Mais les directives peuvent changer si la situation évolue et que l’épidémie se propage. Nous en avions déjà parlé hier, mais le pays est sur le pied de guerre. Il ne faut pas paniquer. Il faut seulement être vigilant et faire attention.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Adieu aux armes du Cemgam : La restructuration de l’armée malagasy est effective

Hier, c’était lors d’une cérémonie militaire pleine d’émotions et d’honneur que la grande famille de l’armée malagasy a honoré le départ à la retraite du général de division Théophile Justin Rakotonirina. Ce dernier a quitté avec fierté son dernier poste en tant que chef d’Etat-major général de l’armée malagasy (Cemgam). La cérémonie, comme à l’accoutumé, a été présidée par le ministre de la Défense nationale, le général de corps d’armée Richard Rakotonirina, durant laquelle il a procédé, au nom du Président de la République Andry Rajoelina, à la remise de la médaille de grand officier de l’ordre national au général Théophile Justin Rakotonirina. Cela s’est déroulé dans une cérémonie purement militaire qui a précédé une autre plus importante et plus émouvante que l’a été l’adieu aux armes du Général Théophile Justin Rakotonirina. La deuxième partie de la cérémonie d’hier a, en effet, été dédiée complètement en hommage au récipiendaire. Ce dernier va partir à la retraite après avoir servi dans l’armée pendant 42 ans avec persévérance et dignité. Des qualités que le ministre de la Défense nationale (MDN) Richard Rakotonirina a fortement louées lors de sa prise de parole pendant cette cérémonie. Le ministre affirme avoir travaillé avec le Cemgam sortant dans les pires et dans les meilleurs moments. « On a travaillé ensemble dès que ce régime a été mis en place, et cela dans les période les plus difficiles », a-t-il déclaré pour apprécier le Cemgam sortant. Aux côtés de ce dernier, le ministre reconnaît avoir beaucoup contribué dans les efforts accomplis pour la réalisation du premier « Velirano » du Président de la République Andry Rajoelina, qui est déjà ficelé dans le Programme général de l’Etat (PGE), à savoir le rétablissement de la paix et de la sécurité dans les plus brefs délais dans tout le pays. Tenant fermement à cet objectif, le général Théophile Rakotonirina a œuvré d’arrache-pied avec le MDN pour concrétiser cette vision du Président de la République. Raison pour laquelle ils ont eu l’idée de mettre en place ce qu’on appelle ZRPS (Zone rurale prioritaire de sécurité). A travers cette action, l’armée malagasy qui était censée auparavant limitée à la défense du pays contre les attaques venant de l’extérieur, contribue actuellement à la protection de la population locale. On ne parle plus des résultats obtenus jusqu’ici par les deux Bataillons interarmes (BIA) installés à Ihosy et à Tsiroanomandidy destinés particulièrement contre les vols de bœufs, et l’Unité spéciale anti-dahalo (USAD) dans le Sud. Le ministre de la Défense nationale a également parlé de ce que le Cemgam sortant a fait et a encore à faire, jusqu’à ce qu’il parte, dans la lutte contre la pandémie de coronavirus qui menace le pays. Le ministre l’a encore félicité pour son abnégation et son dévouement pour la patrie dans cette lutte contre le covid-19. « La veille de cette cérémonie, il était encore avec nous à l’aéroport d’Ivato pour accueillir et contrôler l’arrivée des derniers vols autorisés à atterrir », a-t-il souligné. Tous les régiments et corps composant l’armée malagasy ont défilé sur la place d’arme de la RTS, lieu de la cérémonie d’hier.

TM.

Midi Madagasikara0 partages

FFKM : « Il faut garder la foi face au coronavirus »

Un culte œcuménique pour témoigner la volonté de lutter contre la propagation du coronavirus. (Photo Princy)

Comme déjà annoncé, le FFKM a tenu hier à la cathédrale anglicane d’Ambohimamory, un culte œcuménique pour témoigner sa volonté de lutter contre la propagation du coronavirus dans le monde. Les chefs d’église au sein du conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar se sont référés ainsi à l’écriture sainte « Dieu ne t’a pas donné un esprit de timidité, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse » » (2 Ti 1.7). Le FFKM invite ainsi les églises et les chrétiens à garder leur foi, et de se soutenir dans la prière face à cette pandémie. Et ce conseil de continuer dans sa déclaration que nous allons toujours continuer à croire en Dieu. Que les chrétiens prouvent leur solidarité et considèrent les autres comme les fils de Dieu.

Il est tout à fait possible de changer notre manière de vivre. Nous vous invitons à suivre les instructions y afférentes, et ce, dans notre intérêt.

Branle-bas de combat. Il s’est également adressé au pouvoir central à être vigilant dans son rôle de protection des personnes. Il n’a pas manqué non plus de féliciter le personnel de santé qui s’est totalement impliqué et investi pour maîtriser la situation. Ce message du FFKM n’est pas anodin dans la mesure où l’existence de cette maladie dans la Grande île est maintenant confirmée. Il tient à soutenir les fidèles mais surtout pour que ces derniers gardent la foi en Dieu dans cette épreuve que le pays traverse actuellement. Et nous en avions vraiment besoin. Le Président de la République, dans son message à la nation d’hier, l’a d’ailleurs confirmé. Il a parlé notamment de trois cas confirmés.

. (Lire article par ailleurs).

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Stade de Mahamasina : On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs

Les travaux se poursuivent à Mahamasina.

La polémique enfle avec l’arrivée des 38 techniciens chinois pour la construction des tribunes du stade de Mahamasina ou celui des Barea comme on voulait l’appeler.

Les 38 Chinois en question avaient respecté le confinement d’usage à Addis-Abeba, mais pour faire taire les critiques, ils ont accepté d’observer pour quelques jours encore la quarantaine comme le souhaitait le service de la santé à Madagascar, notamment la branche qui s’occupe de cette nouvelle pandémie qu’est le coronavirus.

La grande marque chinoise. Autrement dit et si par malheur, certains sont porteurs du virus, quoique la mesure prise en Ethiopie doive suffire pour séparer les bons grains de l’ivraie, ils seront immédiatement pris en charge par une équipe médicale déjà en place.

Sur un tout autre volet, on ne doit pas oublier que ces Chinois sont passés maîtres dans l’art de construire des stades et que, théoriquement, toutes les infrastructures des grands rendez-vous sportifs mondiaux portent leurs griffes. Au bout, Madagascar aura un des plus beaux stades, du moins en Afrique, dont il peut être fier. C’est tout simplement de haut niveau.

Stade Olympique. Avec un stade de Mahamasina remis aux normes internationales avec, on l’espère, une piste d’athlétisme de dix couloirs tout autour, notre pays pourra enfin héberger des championnats d’Afrique de cette dernière discipline. Ou, à défaut, on aura l’endroit tout indiqué pour les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux des îles de l’Océan indien. Car tout compte fait, si on arrive à y combiner le football et l’athlétisme, on pourra finalement l’appeler le Stade olympique de Madagascar.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Léonard candidat aux législatives : Remboursement de la caution de 5 000 000 d’ariary

Dans son arrêt n°05-HCC/AR du 19 mars dernier relatif à la demande de remboursement de la caution de Léonard, la Haute cour constitutionnelle a décidé que la requête de Léonard est déclarée recevable. L’institution d’Ambohidahy ordonne ainsi le remboursement de la caution de cinq millions (5 000 000) d’ariary au requérant. Faut-il rappeler que par lettre en date du 27 février 2020, reçue le 13 mars 2020 au greffe, Léonard, candidat aux élections législatives du 27 mai 2019 dans la circonscription électorale de Toamasina I, saisit le président de la Haute cour constitutionnelle en vue de demander le remboursement de la caution de cinq millions (5 000 000) d’ariary, versée auprès de la Trésorerie générale de Toamasina.

Commission mixte paritaire. Par ailleurs, dans son avis n°02-HCC/AV du 19 mars 2020 relatif à une demande d’avis sur la constitution d’une commission mixte paritaire, la HCC a donné son avis, en son article premier. La convocation d’une commission mixte paritaire est incontournable en application de l’article 96 alinéa 3 de la Constitution. Et en article 2 : En cas d’échec de la commission mixte paritaire, l’Assemblée nationale statue définitivement à la majorité absolue des membres la composant.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Guide du Week-end

Lico Kininike poursuit son tour de la capitale

L’héritier de Rasoa Kininike, Lico Kininike, sera sur la scène du San Marina aux 67 ha ce soir à partir de 21h. Décidément, ce jeune chanteur se plaît bien à Antananarivo car depuis le début de l’année, il a au moins effectué quatre concerts dans la capitale. Sa musique commence aussi à convaincre puisqu’il arrive petit à petit à sortir de l’ombre de sa mère. Les titres comme « Izaho tsy hiala aminao », « Aleo  iha mandeha » et compagnie seront sûrement au menu.

Le Galet Manakambahiny aux couleurs urbaines

La musique urbaine investira la scène du Le Galet à Manakambahiny aujourd’hui à 14 h avec Rootsikalo et Black Majesty. Le premier n’est plus à présenter, connu dans le milieu du reggae/ragga/dancehall depuis quelques années. Il a sorti des petites perles telles « Tsio-drivotra » ou encore « Tsy sitrapony ». Il a aussi été présent dans quelques festivals de musique urbaine de Madagascar. Le second reste à découvrir. Vu son appellation, son style gravite sûrement autour du même univers que Rootsikalo.

Petit regard « rétro’ » au Trass Tsiadana

Un peu de nostalgie n’a jamais fait de mal, même si cela nécessite l’ouverture du tiroir du musée. Les Mike Brant, Julio Iglesias, Céline Dion et autres tubes des années ‘60 à ‘90 reviendront le temps d’un après–midi au Trass Tsiadana à partir de 16 h. Au micro, le public retrouvera des super-interprètes comme Ony Rakotomalala et Manoa. Ce duo sera accompagné par Mika et Luc. Dans le genre moment privilégié pour quinquagénaire et plus, il n’y aura pas mieux dans la capitale.

Vaiavy Chila et Elidiot sur la même scène

Deux grosses pointures de la musique tropicale seront en tête d’affiche au Bônara Be aux 67 ha cette nuit à partir de 21 h. Vaiavy Chila et Elidiot feront vibrer les noctambules de ce lieu de plus en plus réputé. Ils seront épaulés par un troisième chanteur à découvrir,  du nom de scène Pa’hery. Sans conteste, cette soirée sera enflammée avec la diva du salegy qui possède l’expérience requise pour allumer la piste et la scène. Quant à Elidiot, il a occupé le haut du classement des chants depuis ses titres comme « Lasan’ny vazaha » et bien d’autres.

Focus sur la femme malgache

Le café-histoire du Musée de la photographie à Anjohy se propose de s’entretenir sur le thème « La femme malgache, entre changement et tradition » à partir de 10 h. La panéliste à cette occasion sera Eléonore Johasy, vice-présidente du conseil national des femmes de Madagascar. « Loin des oppressions, loin des stéréotypes négatifs, la femme malgache est définie par la tradition comme un être divin et sacré », annonce la présentation de cette rencontre.

ZoToniaina/IssHeridiny/Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – 3×3 : Tojo Harilala et Yann Vezo promus arbitres internationaux

Ils sont les deux premiers arbitres malgaches à pouvoir officier dans les grandes compétitions internationales de basket 3×3.

Une bonne nouvelle en début d’année. Avec la montée en puissance du basket 3×3, Madagascar redouble d’efforts pour rester performant dans cette nouvelle discipline. A côté de l’exploit des équipes nationales engagées dans les différentes compétitions internationales, surtout en 2019, le côté arbitrage ne sera pas en reste. Lors de la tenue de l’Afrobasket 3×3 à Kampala, Ouganda, au mois de novembre 2019, huit arbitres de quatre pays ont été soumis à un certain nombre de tests physiques, techniques et d’aptitude. Quatre mois après, la Fiba a annoncé en début de semaine les résultats du 25e stage d’arbitre Fiba 3×3. Cinq candidats ont passé avec succès tous les tests et ont obtenu le droit d’entamer une carrière d’arbitre Fiba 3×3 Licence C. Les deux Malgaches engagés, à savoir Tojonirina Andriamanantsoa et Yann Vezo Davidson, ont réussi avec brio les examens. Eux qui ont pris en charge leur participation à hauteur de 500 dollars. « Les règles de base sont les mêmes comme la reprise, le marcher… on ne tolère plus les fautes au basket 3×3, exit le spectacle. Les examens étaient assez compliqués, mais nous avons donné le maximum. Nous avons passé trois tests, à savoir l’anglais, les règlements et le plan physique et la pratique », ont-ils fait savoir. Trois autres arbitres ont réussi les examens, en la personne de Mary Auma Oriaro du Kenya, Dorothy Okatch du Botswana et Monica Nassuuna de l’Ouganda. Tojo qui évolue au pays et Yann basé en France sont les deux premiers arbitres internationaux malgaches de basket 3×3. Tous deux qui sont déjà des arbitres internationaux en basket 5×5. Tojo et Yann peuvent actuellement officier dans tous les rendez-vous planétaires du basket 3×3.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Un bouleversement des valeurs de la société après la crise du coronavirus

Sur la carte qui montre les pays touchés par le coronavirus, Madagascar figure parmi les pays qui ont réussi à résister à cette épidémie pendant un temps assez long. Malheureusement, la Grande vient de rejoindre le rang des nombreuses nations peintes en rouge. Officiellement, le Covid-19 a réussi à franchir nos frontières. Les autorités malgaches le répètent à l’envi: les mesures prises sont d’une extrême rigueur, mais elles ne sont pas de la même importance que celles appliquées en France ou en Italie. Le chef de l’Etat est en première ligne dans cette guerre menée contre le coronavirus. La population est tout à fait consciente du danger qui est actuellement dans nos murs, mais elle garde encore son calme. Les départs qui ont eu lieu à Ivato ont permis l’évacuation de la plus grande partie des ressortissants étrangers désireux de partir. Mais on parle d’autres vols spéciaux qui auront lieu ce week-end malgré la fermeture effective du ciel malgache. La pression va être de plus en plus forte dans les jours à venir sur l’ensemble des citoyens devant se plier à des règles drastiques. Les Malgaches dont la discipline n’est pas le point fort devront se faire violence mais ils vont certainement être soucieux de l’intérêt général. Pour le pouvoir, il s’agit d’arriver à imposer toute son autorité et s’il arrive à le faire, il en tirera un réel bénéfice sur le plan intérieur. II n’est cependant pas épargné par la critique sur les réseaux sociaux. Il ne s’agit pas uniquement de propos malveillants, mais de remarques parfois justifiées. Les autres aspects de l’actualité nationale ne bénéficient pas de la même attention du public. La session extraordinaire des deux chambres du parlement n’a pas bénéficié du même éclairage et sa clôture s’est déroulée dans une certaine indifférence. Les efforts de la Ceni pour faire oublier l’épisode malheureux de la destitution de son vice-président ont été plutôt vains.

Sur le plan international, c’est encore et toujours l’épidémie du coronavirus qui domine l’actualité. La Chine a réussi à stopper définitivement la progression de l’épidémie, aucun cas de contamination n’a été constaté durant ces deux derniers jours. Singapour et la Corée du Sud prennent le même chemin. Les pays occidentaux ont pris le relais. L’Europe est aujourd’hui le plus important foyer de la pandémie. L’Italie compte un grand nombre de personnes contaminées et de morts de la maladie. La France la suit d’assez loin, mais elle connaît une situation difficile. Le pays n’est pas encore totalement à l’arrêt, mais les mesures appliquées sont de plus en plus drastiques. Les Français s’y plient avec plus ou moins de bonne volonté, mais ils respectent l’intérêt commun. Les autorités commencent à s’interroger sur l’impact économique de la crise. C’est une véritable révision de la manière d’orienter l’économie qui est envisagée. Parmi les mesures en tête figure la relocalisation de certaines unités de production installées notamment en Chine pour ne plus connaître les difficultés d’approvisionnement actuelles. Les Etats-Unis commencent à être frappés de plein fouet par la pandémie. Le nombre des cas de contamination a brutalement augmenté, et Donald Trump qui avait auparavant pris la situation à la légère est en train de réviser son jugement. Les démocrates lui reprochent sa décision de détruire la politique de santé de Barack Obama. Les dizaines de millions d’Américains ne bénéficiant pas d’une assurance santé vont être les premières victimes du coronavirus.

Le coronavirus est en train de changer totalement le monde. On est à l’orée d’une transformation radicale du mode de fonctionnement de la société en général. C’est une prise de conscience de la fragilité du système qui s’opère, et lorsque l’épidémie aura été éradiquée, on devrait assister à un bouleversement des valeurs régissant notre société.

Patrice RABE.

Midi Madagasikara0 partages

Fonjaben’i Taomasina : Miady amin’ny valan’aretina coronavirus

Ny zoma 20 marsa maraina teo dia nisy ny asa tanamaro nataon’ireo mpandraharaha ny fonja sy ireo voafonja tamin’ny fanadiovana sy fandrarahana fanafody teo anivon’ny fonjaben’i Toamasiana. Raha ny fanazavan’ny talen’ny fandraharahana ny fonja eto Toamasina, Atoa Napou Jeremi, dia tafiditra amin’ny ady ataon’ny fanjakana amin’ny valan’aretina coronavirus tsy hiditra eto izao hetsika izao, satria faritra saro-pady amin’ny valan’aretina tahaka ny coronavirus ny fonja. Maro ny hetsika efa noraisin’ny mpandraharaha ny fonja mikasika ny fisorahana ity valan’aretina ity hoy ny talen’ny fandraharaha ny fonja Atoa Napou Jeremi, eo ny fananganana komity manokana, ny fametrahana toerana fanasana tanana amin’ny savony matetikana, ary fitilina hafanana amin’ireo olona mamangy voafonja – na ireo mpanatitra sakafo azy ireo – na ireo voafonja vao miditra vonjy. Nomarihan’ny talen’ny fandraharahana ny fonja hatrany fa raha misy ny mety ho fidiran’izany eo anivon’ny fonja dia tsy maiamin’ny fiarovana ny voafonja sy ireo mpandraharaha ny fonja miasa eo anivon’ny fonjaben’i Toamasina ireo mpandraharaha ny fonja eto Toamasina. Hisy hatrany koa ny fandrahana fanafody matetika hatao ho fisorohana izany valan’aretina izany, ary efa vonona ireo fanafody hitsaboana ireo voafonja na mpandraharaha ny fonja mety ho voany amin’ny fotoana hisiany.

Hatoka-monina avy hatrany ireo voany, ary tsaboina toy ny olon-drehetra izy ireo. Raha sanatria tafiditra eto amintsika kosa izany valan’aretina coronavirus izany dia ny fanakatonana tanteraka ny fonja sy fampitokana-monina ny voafonja no atao, ka hifarana hatreto ny zon’ireo voafonja hovangiana saingy hisy hatrany fanaterana sakafo fa ho henjana ny fanaraha-maso ara-pahasalamana atao mandritra izany. Ankoatra izany dia efa vonona amin’ny fiarovana ny voafonja sy ireo mpandraharaha ny fonja miasa eo anivon’ny fonjaben’i Toamasina ireo mpandraharaha ny fonja eto Toamasina. Hisy hatrany koa ny fandrahana fanafody matetika hatao ho fisorohana izany valan’aretina izany, ary efa vonona ireo fanafody hitsaboana ireo voafonja na mpandraharaha ny fonja mety ho voany amin’ny fotoana hisiany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Recyclage de bouteilles en plastique : L’Eco city s’installe dans les entreprises

Première utilisation de l’Eco city à l’immeuble « Ivandry business center ». (crédit photo : Anja)

« Les dernières images des centaines de bouteilles en plastique qui sont remontées à la surface lors  des montées des eaux à Besarety ne peuvent laisser indifférentes », s’est exprimée d’emblée Martine Pless lors de la présentation d’Eco city à l’immeuble  « Ivandry business center »,  jeudi dernier. Après le projet de la Star baptisé Kopakelatra, dédié au recyclage des bouteilles en plastique, Martine Pless a, elle aussi, décidé de prendre part à cette bataille qu’est la préservation de l’environnement de son pays d’accueil. C’est ainsi qu’aujourd’hui, elle a pu mettre sur pied des collecteurs de bouteilles compactées qu’elle a nommés Eco city. Ces collecteurs sont, pour l’instant, destinés aux entreprises qui comptent le plus de consommateurs de boissons contenues dans des bouteilles en plastique.

Où vont les bouteilles ? Lorsqu’elle était encore à l’hôtel Akoa, Martine Pless travaillait déjà avec l’association « Agir pour le développement durable et l’économie verte à Madagascar » (Addev) pour la collecte des déchets. Cette association, dans le cadre du projet « Fanavotana », regroupe des femmes  issues des milieux vulnérables qui peuvent bénéficier d’une source de revenus en collectant les déchets et en les revendant à des sociétés de recyclage. Dans ce nouveau projet, ce sont ces mêmes femmes de l’Addev qui s’occupent de la collecte des bouteilles en plastique pour les revendre à Adonis, une société spécialisée dans le recyclage.

Compresser en trois mouvements.  L’Eco city est assez simple à utiliser, il est composé d’un compresseur de bouteille « Ecopress », d’un collecteur fabriqué à partir de deux fûts de récupération en acier, d’une trappe d’ouverture qui permet de jeter la bouteille et d’une porte fermée à clef, accessible aux femmes du « Fanavotana ». Pour l’utilisation, la personne retire le bouchon de sa bouteille avant de la faire compresser par le compresseur, remet le bouchon et jette le tout dans le collecteur.

Si l’immeuble Ivandry business center est le premier client à Antananarivo, la conceptrice de l’Eco city compte bien, dans un futur proche, installer son collecteur de bouteilles compactées dans d’autres entreprises et même à l’aéroport international d’Ivato. « Cela va permettre de réduire grandement les déchets jetés à la rue, lesquels causent tant de pollution à Madagascar », a-t-elle conclu. Quant à son premier client, il a l’air satisfait de l’aspect de son collecteur qui, notons-le, porte le nom de son immeuble. Il nous a confié qu’il compte encore passer une autre commande si le système s’avère efficace pour sensibiliser ses clients dans cette démarche écologique.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Université d’Antananarivo : Au rythme de l’émergence de Madagascar

Plusieurs projets sont prévus pour cette année à l’université d’Antananarivo. Quelques-uns d’entre eux sont déjà réalisés et d’autres en cours de mise en oeuvre. Au mois de janvier dernier, l’université d’Ambohitsaina, à Ankatso, a été dotée d’un système de production d’eau potable. Il s’agit d’un forage pour l’adduction d’eau, indépendante de la Jirama. D’après les promoteurs du projet, deux réservoirs d’une capacité totale de 60m3/jour ont été installés, ce qui suffit largement pour satisfaire les besoins de l’université. Cette capacité peut aller jusqu’à 90m3/jour, si l’on se réfère à la quantité d’eau pouvant être obtenue avec le forage. Mercredi dernier, l’université a également planté des arbres précieux et endémiques au jardin botanique qui vient d’être aménagé sur une superficie d’un hectare. Selon les responsables de l’université, ce jardin est une vitrine des espèces endémiques et plantes médicinales de Madagascar, et représente également un site d’attraction touristique.

Privilégié. Un autre projet en cours à l’université d’Antananarivo est financé par la fondation Bill Gates. Il s’agit du centre de vaccination et de recherches contre la typhoïde et la bilharziose, 2e du genre en Afrique. L’AFD (Agence française de développement) est également un des partenaires de l’université d’Antananarivo. Elle appuie un projet de construction de chantiers école multi-matériaux, lesquels seront dupliqués dans le futur. Cette infrastructure permettra aux étudiants de l’université d’appliquer leurs acquis théoriques à travers les pratiques, notamment pour l’Agro, car c’est un laboratoire de technologie de bois. Un autre projet concerne la mise en place d’un laboratoire de biotechnologie moléculaire pour la détection d’OGM (Organisme génétiquement modifié), avec l’appui de l’Union européenne et de l’USAID. Ce laboratoire permettra de contrôler la traçabilité d’OGM dans les denrées alimentaires et les produits phylogénétiques importés, à l’exemple des semences. Bref, les projets sont nombreux et permettront certainement de transformer l’université d’Antananarivo.

Antsa R.

Madagate0 partages

Coronavirus hoe ? Fantaro ny marina tokony ho fantatrao

Be ny resaka mandeha momba ity aretina Coronavirus ity maneran-tany. Ao ny Malagasy toa anao, toa aho no miezaka sy maniry mafy ho tonga eto Madagasikara izy io. Efa “zombies” ireny (izany hoe lolovokatra efa maty eritreritra sy fanahy fa tsangan'olona sisa). Fa inona marina moa ity aretina mifindra nipoitra avy tao amin'ny faritra Wuhan any Chine ity, ny volana Desambra 2019 ? Izao ary ny fandehany azavaiko amina fomba tsotra fa mazava ho an'ny rehetra.

Ny aretina ankapobeny

Ny aretina Coronavirus 2019 na COVID-19 dia aretina mora mifindra avy amina viriosy na virosy (“virus”) vaovao izay mbola tsy voafaritra ao anatin'ny olombelona hatramin'izay. Io virosy io dia mitondra aretina toa ny gripa miaraka amina kohoka, tazo ary tevika na pnemônia (“pneumonie”) mitarika fahasemporana rehefa tsy voafehy. Ny fomba fiarovana aminy voalohany azo atao izany aloha dia ny fanasàna tànana matetika sy ny tsy fikasiana ny tarehy mihitsy.

Ny fifindran'ny aretina

Ny fifindran'io COVID-19 io dia amin'ny alalan'ny olona efa tratrany izay mievona, mikohoka, mitsonika lelo ny orony, marary tenda, voan'ny tazo, eny tratry ny fahasemporana sy pnemônia araka ny voalaza eo ambony ka mety hitarika fahafatesana. Rehefa mikohoka izy ireo na koa mievona dia ny rora sy lelo mipitika no mamindra ny aretina any amin'ny olon-kafa manodidina. Ireo ihany ny fomba fifindran'ny COVID-19 mivantana. Ny sisa dia resaky ny “zombies” voalaza ery ambony. Eto dia marihina fa ny olona mety hamindra ny aretina dia avy any amin'ny firenena nidiran'io aretina io izay nandeha fiaramanidina na sambo fa tsy olona tsy nihetsika teto Madagasikara mihitsy akory. 157 no isan'ny firenena misy io COVID-19 io..

Marihina ihany koa fa fotoan'ny gripa sy sery eto Madagasikara amin'izao famaranana ny volana marsa izao. Maro ny zazakely, ny ankizy sy ny olon-dehibe mievina, mikohoka sy seriserena ary mitsonika mihitsy aza ny oron'izy ireo ary miakatra mari-pana ihany koa. Tsy midika velively izany fa voan'ny COVID-19 izy ireo monina any anivon'ny fokontany rehetra any, raha tsy hoe nisy olona avy any ivelan'i Madagasikara no misy ireo fisehoana ireo ary tsy nanaraka ny toro-marika napetraky ny fanjakana. Samia mailo daholo fa kosa tsy manorotoro fahatany sao higadra.

Italia...

Ireo olona ahiana mora andairan'io COVID-19 io dia efa nahazo taona ny ankamaroany ary taizana aretina toa sohika na asima (“asthme”), diabeta na aretim-po. Izay no mahatonga ny Italia be olom-pirenena matin'io COVID-19 io ao Eoropa satria mihoatra ny 20% ny mponiny no feno 65 taona miakatra. Ary ireo Italianina zokiny ireo no manana fahefam-bidy mandeha mitety izao tontolo izao amin'ny alalalan'ireny hoe “bateaux de croisière” (sambo avo lenta ho an'ny mpizahan-tany)ireo. Fantaro ary fa ny iray amin'izany sambo izany no nampidina mpizahan-tany iray tao La Réunion, ny 11 marsa 2020, izay tratry ny COVID-19. 80 taona io lehilahy io ary avy eo nisy vehivavy iray, 78 taona, no tratry ny aretina ary avy amin'io sambo io ihany. Raha zohina izany dia ny avy any ivelany hatrany no mamindra amin'ireo tena mponina amina firenena iray. Ny olona ihany izany no mamindra fa tsy ny entana na koa fitaovana. Tokony hazava ho an'ny rehetra izany ary ilaina haverina matetika.

Vola amina milara

Aleho hazava tsara koa ny resaka fa, hatreto aloha, tsy misy fanafody na vaksiny mahasitrana io COVID-19 io na dia efa mikaon-doha mafy ny manam-pahaizana maneran-tany ary vola be tsy voatanisa no atokan'ireo firenena matanjaka hiarovana ny toe-kareny. Ny fanjakana sinoa no loha laharana, izay nanome 70 miliara euros hanampiana ny toe-kareny; manaraka ny fanjakana anglisy izay nanokana 55 miliara euros hanampiana ireo orinasany; fahatelo ny fanjakana frantsay izay nanokana 45 miliara euros hanampiana ny orinasany. Ny orinasa izany no tsy handoa jiro sy rano fa tsy ny olo-tsotra frantsay velively. Aoka hijanona ny tsaho momba io ry Malagasy very jery a!

Fiarovana

Sarotra ny manome daty amin'ny ilazana hoe : “hita ny fanafody na vaksiny mahasitrana io aretina COVID-19 io”. Ny any azo atao mandrapahatonga izany vaovao mahafaly izany dia ireto fepetra manara ireto :

*Manasà tànana matetika amin'ny rano sy savony

*Tapeno amin'ny lanton-tsandry ny vava sy ny orona raha mikohoka na mievina.Tapeno amin'ny mosara azo ariana ny vava sy ny orona rehefa mikohoka na mievina. Ataovy fahazarana ny tsy mandrora na mandrehoka amin'ny tany

*Ataovy fahazarana ny tsy mifandray tànana rehefa mifampiarahaba

*Hajao ny elanelana iray metatra amin'ny olona mikohoka na mafana hoditra

*Ataovy mahazatra ny tsy misikotra orona na mikosoka maso na koa mikasoka ny vava amin'ny tànana.

 

Ho an'ny “olo-tsotra”

Raha toa ka mikohoka na mievona ianao ary koa voan'ny sery sy gripa ary koa miakatra mari-pana dia izao atao :

*Mangalà aina ary matoria

*Aza mandeha amina toerana be rivotra sy/na mangatsiaka

*Misotro rano matetika

* Arovy ny tendanao

 

Ho an'ny olona avy ivelany

Ireo olona rehetra avy ivelan'ny Nosy ka tonga ao Ivato na eny amina seranan-tsambo malagasy dia efa mazava ny toro-marika nanaovany sonia mazava :

*Mijanona an-trano mandritra ny 14 andro na roa herinandro

*Mangala ny mari-pananao isan'andro (tokony tsy mihoatra ny 36°)

*Ny mpitsabo no manatona anao fa tsy ianao no mivoaka ny trano ho any amina tobim-pahasalamana irery.

 

COVID-19 nahafaty mpanao gazety

Tsy mifidy olona, saranga sy fiaviana ity COVID-19 ity. Ny 16 Marsa lasa teo ary dia nodimandry tao Parisy ny namana mpanao gazety Jean-Michel Denis, 70 taona. Voazala fa io Coronavirus COVID-19 io no nandavo azy. Marihina f'efa tsy dia salama loatra izy nanomboka ny volana febroary. Anisan'ireo mpanao gazety nanandratra avo ny mozika avy aty Afrika i Jean-Michel, ary i Pélagie vadiny rahateo moa Ivoarianina. Tao amin'ny gazety boky “Jeune Afrique” no tena nahafantarana an'i Jean-Michel Denis. Fa nanoratra boky koa izy, mitondra ny lohateny hoe “Les mots du passé” izay nahazoany ny loka “Roman de l'été, Femme actuelle”, ny taona 2012. Tantara noforonina (“roman”) izy io. Betsaka ireo karazana gazety boky nahitana ny asa sorany toa “Afrique Magazine”, “Le Monde” ary “Paris Match”. Eny lasa i Jean-Michel Denis fa ny asany mitoetra.

Endémie, épidémie sy pandémie

Matetika dia afangaron'ny olona ireo teny frantsay ireo izay tsy hananako ny dikany amin'ny teny malagasy. Fa tsy asian-tsika olana. Misaotra. Inona tokoa moa ireo raha aretina no resahina ?

Endémie

Io dia manambara aretina mahazatra miseho amina faritra tokana ihany ary mahakasika ny mponina ao anatin'izany faritra izany. Io voambolana io no ampiasaina rehefa fantatra ny fisian'ilay aretina, fa tsy midika hoe nitombo na niparitaka fa eo foana kosa. Ohatra ny tazo vony na “fièvre jaune” izay misy aty Afrika sy any Amerika atsimo.

Epidémie

Io indray dia filazana aretina mitombo ary miparitaka faran'izay malaky ao anatina faritra iray. Azo adika amin'izao manaraka izao io voambolana io : “tranga tsy ara-dalàna miseho amina olona marobe ao anatina faritra iray ary miparitaka ao anatina fotoana fohy dia fohy”. Ohatra ny gripa, ny pesta efa fanta-tsika malagasy ary voafehin'ny fanjakana ihany.

Pandémie

Io voambolana farany io dia manambara aretina mitombo ary miparitaka faran'izay malaky ivelana faritra na sisin-tany maro ary tsy mbola ahitana fanafodiny na vaksiny fanefitra. Io pandémie io no filazana an'ity COVID-19 ity, izay miparitaka ao anatina firenena miisa 157 maneran-tany amin'izao volana marsa 2020 izao. Teo amin'ny Tantaran'ny zanak'olombelona dia nisy ny pandémie amin'ireto aretina manaraka ireto: peste, choléra, variole, grippe, typhus, tuberculose, poliomyélite ary sida.

Grippe espagnole (Grippe 1 souche H1N1)

Fa ny pandémie tena namono olona be indrindra teto an-tany dia ny grippe espagnole nandripaka olona miisa 50 tapitrisa anelanelan'ny taona 1918 sy 1920. Fantaro fa tamin'ny Ady lehibe voalohany 1914-1918, dia miaramila 10 tapitrisa sy sivily 9 tapitrisa no namoy ny ainy ! Mbola tsy antsasak'io grippe espagnole voalaza io. Amin'ny maha pandémie azy dia ireto avy ny firenena voakasik'io grippe espagnole 1918-1920 io : Inde (olona 18,5 tapitrisa no maty); Chine (9,5 tapitrisy no maty); Europe occidentale (2,3 tapitrisa no maty); Etats Unis (675.000 no maty).

Ny Ady lehibe faharoa 1939-1945 kosa dia nahafaty olona 60 tapitrisa ! Maromaro ihany ny tanora malagasy nanome ny ainy tao anatin'izany Ady lehibe roa izany... COVID-19 ve ? Samia isika manaraka ny toro-marika ofisialy rehetra fa raha samy mitaintaina ihany isika mianakavy dia tadidio fa mandalo fotsiny ihany izy io. Toa ny fandalovanao eto an-tany. Ny aorian'io no tokony efa ataon'ireo izay mbola velona vonona...

Jeannot Ramambazafy