Les actualités à Madagascar du Mardi 21 Février 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara584 partages

Dadi Love : 250 concerts en une année

L’agenda de Dadi Love est pratiquement plein pour cette année 2017.

Avec 250 concerts en 2016, Dadi Love est bien parti. Pour cette nouvelle année, il sort « Ameza facture », un nouveau titre avec lequel il va effectuer une tournée nationale et internationale.

 Elu « Artiste de l’année » par les auditeurs de la RDJ, Dadi Love, l’étoile montante de la musique tropicale, est en phase de devenir la référence, concurrençant le pilier de ce style dans son fief, dans le Nord. Avec son tube « Ataoko sonia », Dadi Love a lentement mais sûrement conquis le cœur du public. En 2016, il a effectué 250 concerts dans tout Madagascar. Un rythme effréné car l’artiste monte sur scène 5 jours par semaine, soit tous les jours sauf les lundis et les mercredis. Le groupe sillonne alors toutes les routes de la Grande Île pour rencontrer son public. Et partout où il passe, c’est la liesse populaire.

Tournée 2017. Cette année, Dadi Love et toute sa troupe est déjà sollicité partout. Son agenda est presque plein, il continue sa tournée dans tout le pays. Déjà, il a commencé en janvier et cela n’arrêtera pas avant la fin de l’année. De juillet à novembre, toutes les dates sont prises. Et le groupe fera un saut en France et dans les îles voisines, notamment à Mayotte, à Maurice et aux Comores. Pour cette nouvelle tournée, Dadi Love a sorti le titre « Ameza facture », une chanson qui fait un peu suite à « Ataoko sonia » qui a fait de lui l’artiste de l’année. Car outre les spectacles, l’artiste continue à écrire et à composer !

Anjara Rasoanaivo

L'express de Madagascar239 partages

Football – Ligue des Champions – Mika Rabeson déterminé

Le capitaine Mika Rabeson se dit prêt, et son équipe avec lui, et le fait savoir. Il ne sous-estime en rien le Coton Sport, futur adversaire de la Cnaps.

xCertes, la CNaPS Sport a perdu lors de son match retour, face au Township Rollers FC, samedi à Gaborone (2-3), en tour préliminaire de la Ligue des Champions de la CAF (Confédération africaine de football). Mais les Caissiers sont, tout de même, qualifiés aux dépens des Botswanais, grâce à leurs deux buts à l’extérieur.Outre la réalisation d’Éric en deuxième période, l’ouverture du score, par Niasexe dès la douzième minute, a concrétisé la détermination des cham­pions de Mada­gascar, d’après le capitaine Mika Rabeson : « La rencontre de samedi a été difficile. On parle de C1, et donc, le niveau est très relevé. À l’aller, il y a eu quelques failles et on a offert un cadeau au Township (NDLR: victoire deux buts à un). Un but d’avan­ce, c’est une marge très serrée. On était vraiment déterminé à aller chercher la qualification dès l’entame de match, lors de cette deuxième confrontation, et cela nous a permis d’inscrire le premier but rapidement. »Si la CNaPS Sport est au rendez-vous du deuxième tour, c’est aussi parce que son entraîneur, Tipeh, a fait les bons choix. Entre autres, il a aligné, d’entrée à la pointe de l’attaque, Niasexe, auteur du premier but. Et par la suite, il a remplacé ce dernier par Éric, qui a rajouté un deuxième pion, quelques secondes après son arrivée sur la pelouse. « Comme on dit, c’était un coaching gagnant. La stratégie mise en place par notre entraîneur a payé », poursuit Mika.

Nation de footballAu prochain stade de la compétition, la CNaPS Sport affrontera le Coton Sport du Cameroun. L’unique confrontation d’un club malgache avec une formation camerounaise, remonte à 1984, en huitième de finale de cette C1. À l’époque, le FIMA et le Canon de Yaoundé s’étaient séparés sur un score nul et vierge à Mahamasina, avant que le Canon ne l’emporte par un but à rien sur son terrain. « Le Cameroun est connu comme étant une nation de football. Sa sélection a remporté la Coupe d’Afrique des Nations, il y a quelques semaines. À nous d’élever notre niveau de jeu pour rivaliser avec eux », rajoute Mika à ce propos.Le Coton Sport est un club reconnu sur la scène africaine. Il a déjà soulevé le trophée de la Ligue des Champions à trois reprises dans son histoire. En tour préliminaire, il s’est baladé, face à un adversaire largement à sa portée, à savoir l’Atalabra du Sud-Soudan, balayé sur un total de six à un à l’issue des matches aller et retour.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara220 partages

Remaniement incontournable : Une dizaine de ministres en mauvaise position

La nomination et le limogeage des ministres font partie des pouvoirs régaliens du président de la République.

Mahazoarivo propose et Iavoloha dispose. C’est la règle pour la nomination et le limogeage des membres du gouvernement.

« Sur proposition du Premier ministre, il nomme les membres du gouvernement et met fin à leurs fonctions ». Par « il », l’article 54 dernier alinéa de la Constitution désigne évidemment le président de la République qui compte parmi ses pouvoirs régaliens, celui de nommer et de limoger les ministres. « Ce n’est pas la communauté internationale qui dicte sa loi chez nous », a-t-il spécifié à propos des élections.

 Souveraineté nationale. Cette mise au point du chef de l’Etat est valable en ce qui concerne le gouvernement pour lequel les partenaires techniques et financiers n’ont pas à faire pression – directement ou indirectement – pour la reconduction de tel ministre ou l’éviction de tel autre. « La formation du gouvernement fait partie des domaines de souveraineté nationale », souligne un baron du HVM. Avant d’ajouter dans la foulée que « le satisfecit accordé par le FMI et/ou la Banque mondiale à un membre du gouvernement ne signifie pas que ce dernier est inamovible ». Une allusion on ne peut plus claire à l’actuel ministre des Finances et du Budget à qui il reproche d’« avoir moins comme patron ses supérieurs hiérarchiques que les bailleurs de fonds ».

Problèmes relationnels. Un ministre de faire remarquer pour sa part que « Gervais Rakotoarimanana a des problèmes relationnels avec les autres membres du gouvernement qui n’en peuvent plus de devoir presque s’agenouiller devant lui afin d’obtenir le déblocage de tel fonds ou de tel financement ». Tout en reconnaissant que l’actuel Grand Argentier « n’est pas du genre magouilleur », un autre de ses collègues de faire remarquer qu’ « il n’est pas pour autant le seul ministre clean du gouvernement, même s’il se plaît à jouer le gendarme financier et budgétaire du régime ». Le baron du HVM suscité d’enchaîner que « le Monsieur Propre du gouvernement n’a pas le monopole du respect de l’orthodoxie financière ni de la bonne gestion des finances publiques ».

Démission. Appréhendant l’horizon 2018, le politicien en «cravate bleue » va jusqu’à dire qu’« en donnant son feu vert à la réouverture de Tiko malgré ses arriérés fiscaux, l’actuel ministre des Finances et du Budget donne l’impression de faire le jeu de l’ancien président Marc Ravalomanana ». Enfonçant le clou, un député de rappeler qu’« on avait réclamé la démission du ministre Gervais Rakotoarimanana dont les propos étaient assez dédaigneux lors du face-à-face avec les « Solombavambahoaka » à l’occasion de l’examen de la Loi de Finances pour 2017 qui n’a été adoptée que par 45 élus sur 151 ». Pour toutes ces raisons, plusieurs ministres, élus et membres du HVM demandent au président de la République de « ne pas reconduire l’actuel ministre des Finances et du  Budget lors du prochain remaniement du gouvernement car il y va de la cohésion et de la bonne entente au sein de l’Exécutif ».

Fracture. Un vent de fronde se lève également contre l’actuel ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions que bon nombre de journalistes accusent d’être « le fossoyeur de la liberté de la presse » à travers le code de la communication médiatisé. La reconduction éventuelle de Vonison Andrianjato ne pourrait qu’accentuer davantage la fracture entre le régime et une grande partie des médias, estime-t-on. L’affaire (au propre comme au figuré) de son ex-directeur de cabinet, Nivo Ratiarison ne plaide pas non plus en faveur du maintien du ministre qui a été plus ou moins désavoué avec le retour à leurs postes des anciens responsables des chaînes publiques que les deux hommes avaient fait limoger au lendemain de leur arrivée à Nanisana. Le ministre de la Sécurité Publique Anandra Norbert risque aussi de faire les frais du prochain remaniement. L’homme avait effectivement alimenté la chronique pour ne retracer que la saga sur la nomination, l’abrogation et la re-nomination de son directeur de cabinet.  Une valse hésitation qui avait eu des impacts dans les rangs de la Police qui avaient l’impression de faire un pas en avant et un pas en arrière, c’est-à-dire revenir finalement à la case départ.

Misabaka. Pour avoir fait fi de deux arrêts du Conseil d’Etat qui est la juridiction administrative suprême, la ministre de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation professionnelle pourrait également rester sur le quai lors du passage du train du remaniement au Complexe scolaire Ampefiloha. Il n’est pas non plus exclu que le ministre des Transports et de la Météorologie, Benjamina Ramanantsoa descende au prochain arrêt. Et ce, après avoir fait le tour de trois ministères (Transports ; Tourisme ; Enseignement Technique) depuis 2009. A force de jouer le « misabaka » avec le MTS et le HVM, il court le risque de ne plus se relever de pareil grand écart. Même chose pour les ministres Ndahimananjara Johanita (Environnement, Ecologie et Forêts) et Maharante Jean de Dieu (Fonction Publique et Réforme de l’Administration) qui ne sont plus tout à fait Orange sans être entièrement Bleus.

Affaires. Face à la recrudescence de la justice populaire, Charles Andriamiseza n’est pas sûr non plus de conserver son poste à Faravohitra lors du prochain remaniement, quand bien même sa gestion des dossiers chauds comme ceux d’Alain Ramaroson et Lylison pourrait être un atout pour lui. Ce qui n’est pas le cas du général Herilanto Raveloharison dont la gestion du dossier délestage, en sa qualité de ministre de l’Energie par intérim, a fait broyer du noir à la population. Le ministre des Ressources halieutiques et de la Pêche, Gilbert François risque aussi de sortir perdant de sa lutte de leadership avec le SG du gouvernement Tsihoara Eugène réputé plus proche d’Iavoloha que de Mahazoarivo. Ying Vah Zafilahy n’a pas non plus beaucoup de chance de garder le portefeuille des Mines et du Pétrole à cause des affaires (dans tous les sens du terme) de carrières de pierres (précieuses ou semi-précieuses) qui avaient même occasionné dans certains cas, des morts d’homme.

Numéro 3. La liste des ministres en mauvaise position n’est ni exhaustive ni définitive. La donne peut changer au fil des jours. En tout cas, le dernier mot appartient au président de la République. Qui aurait pu imaginer que le tout puissant président national du HVM, Rivo Rakotovao allait être relégué au rang de numéro 3 du gouvernement lors du dernier remaniement. Et ce, pour être supplanté par Narson Rafidimanana à la tête du ministère auprès de la Présidence chargé des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement. Une ascension fulgurante pour le patron du M2PATE qui en est à son 3e ministère en 3 ans.

R. O

L'express de Madagascar118 partages

Sekoly St Antoine – Manandratra ny maha Gasy ny mpianatra

Nanenika ny sekoly St Antoine Ambodivona ny horakoraka sy hafaliana omaly. Nandravaka ny tontolo andro ny fety aman-danonana tamin’ny fomba malagasy.

Hetsika fanao ary tohizana mandraka ankehitriny. Nifandimby nanao seho an-dampihazo sy dihy mirindra ireo mpianatry ny garabola ka hatramin’ny kilasy famaranana ao amin’ny sekolySt Antoine. Nifandrim­bonan’ny mpampianatra sy ny ray aman-drenin’ny mpianatra ny fanatontosana io hetsika goavana io. Loha­hevitra niompanan’ny fety ny hoe «Ny fihavanana malagasy, voahangy soa sarobidy sady ravaka no harena.» Narantin’ny mpianatra ary nanehoany ny talentany ny taovolo sy fomba fiakanjo isan-karazany toy ny randrana, ny sara-droa, ny tana ivoho, ny malabary, ny soran-jandiana, ny soga, ny lamba asampy an-tsoroka, ny kapa hoditra, ny fitsofana sodina… «Mahafinaritra ny maneho ny maha-izy azy ny fombantsika Malagasy. Nahafahanay mpianatra nikajy ny fitafy, ny fiteny ary ny fihetsika ny fety. Misy ny mampiavaka antsika mihoa­­tra ny firenena hafa toy ny fananana ireo karazam-biby toy ny varika sy ireo voly fanondrana. Inoako fa afaka misandratra avo koa ny teny malagasy amin’ny alalan’ny kabary, ny hira ary ny fanoratana sy fiantsàna tononkalo», hoy Soary Angèle, mpianatra ao amin’ny kilasy 4eB.

FivoaranaFanabeazana nifandovana ny fankalazana ny maha-malagasy eo anivon’ny sekoly ary nanokanana andro iray isan-taona izany. Ezahin’ireo mpampianatra sy mpanabe ny mampita amin’ny ankizy sy ny tanora fa «Ny teny no toetra» ary «ny fanahy no olona». Nazavain’ny talen-tsekoly, masera Razanamalala Marie Charlotte, fa mampiavaka ny Malagasy ny soatoavina ary ahitan’ny mpianatra fivoarana ny fandalàna ireo. «Tombony ho azy ireo ny maha-Malagasy azy satria na aiza na aiza ny toerana alehany ary na inona na inona ny kolontsaina idirany, mikoriana anaty rany ary mampiavaka azy ny kolontsainy», hoy izy nanamafy.Tsy te hitsanga-menatra ireo mpianatra ary nanambara fa zava-dehibe eo amin’ ny fiaraha-monina ny soatoavina malagasy. Natsidik’i Maeva Ramaroson, mpianatra ao amin’ny kilasy 4eA fa mbola iainan’ny rehetra ny fihavanana. «Na an-kara­tsiana na an-kafaliana, hain’ny Malagasy hatrany ny mifanampy, ny mifanotrona ary mbola maro ireo olona maneho fa ny firaisan-kina no hery», hoy izy namarana ny teniny.Fizarana koba kosa no nentin’ny tompon’ andraikitry ny sekoly namalifaliana ireo mpianatra marobe notronin’ny ray aman-dreniny.

Farah Raharijaona

Midi Madagasikara110 partages

Solution au délestage : Une centrale thermique à charbon de terre

Une volonté politique du gouvernement s’impose. Le président national du Syndicat Autonome des Travailleurs au sein de la Jirama (SAT/Jirama), Haja Maminirina, l’a évoqué lors de la présentation de vœux de ce syndicat tout récemment. « Comme solution au délestage, nous suggérons de mettre en place une centrale thermique fonctionnant à partir de l’exploitation du charbon de terre. Nous disposons d’une forte potentialité de ce minerai à Sakoa. Et même si nous allons importer cette matière première de l’Afrique du Sud, le coût de production de l’électricité sera nettement faible comparé à d’autres sources d’énergies renouvelables ou non », a-t-il évoqué.

Coût faible. D’après ses explications, il incombe à l’Etat de prendre une décision drastique au profit de la nation face aux conflits d’intérêts au sein de la Jirama. « Et l’avantage de la mise en place d’une telle centrale thermique, c’est qu’elle produit au minimum une puissance de 150 Mégawatts. Et il faut au maximum un an et demi pour l’installer. Cette source d’énergie a contribué au développement économique de l’Allemagne, de la Chine qui devient actuellement une grande puissance économique mondiale et de l’Afrique du Sud. Pourquoi, ne pas en faire autant pour mettre un terme au délestage ? », se demande-t-il. 

Décisions. Par ailleurs, le SAT/Jirama sollicite toutes les forces vives dont entre autres, le FFKM, les intellectuels, les groupements du secteur privé, la société civile, à se pencher sur l’avenir de la Jirama. « Nous ne sommes pas contre le changement des dirigeants et la restructuration en vue d’améliorer la gestion de l’entreprise. Et nous ne sacrifierons pas les employés à faire une grève. Par contre, toutes ces forces vives doivent être consultées si l’on veut changer le statut de la Jirama. En effet, les décisions prises par les dirigeants depuis des années ont eu des retombées négatives pour le pays pour ne citer que la privatisation des sociétés d’Etat. Alors, il faut que chacun prenne ses responsabilités si l’on veut se soucier des générations futures », a conclu Haja Maminirina.

Navalona R.

L'express de Madagascar106 partages

Revers de la médaille

Un scandale dans l’air. Le Président de la république remettra jeudi les distinctions de l’Ordre du mérite sportif à des centaines de jeunes champions, d’anciennes gloires, de techniciens et de dirigeants dévoués au sport. Une initiative louable, certes, mais qui a été mise à profit par certains petits malins pour mettre dans la liste, des noms qui n’ont aucun mérite d’y figurer. Du coup, certaines illustres personnalités qui auraient dû se trouver en tête de liste ont été occultées.Comme son nom l’indique, l’ordre de mérite sportif ne doit être attribué qu’au mérite, contrairement à l’ordre national qui peut-être octroyé par complaisance, par copinage ou pour des raisons politiques. Mais le fait est, qu’à chaque vague de récipiendaires, il y toujours des intrus et des grands oubliés. Le cru 2017 n’échappe pas à la règle. L’esprit sportif n’a pas visiblement été le conducteur des choix.Pour certaines disciplines, la subjectivité et la complaisance sautent aux yeux. Comment ignorer l’ancien président de la Fédération malgache de tennis, Serge Ramiandrasoa parmi les heureux élus. Avec Josoa Rakotonindriana et Serge Andriamampandry, eux aussi omis dans la liste, il a été le grand artisan du développement du tennis avec l’adhésion de Madagascar à l’ITF en 1996, l’organisation de la CAN  la même année, l’accueil de la Coupe Davis en 2000… Sans oublier les nombreux jeunes champions qui ont éclos durant son règne de 1990 à 2004.C’est un crime de les ignorer.De grandes figures du tennis sont également royalement écartées de la liste, à l’image de  Jacob Rasolondrazana, Lofo Ramiaramanana, Zarah  Razafimahatratra, si on prend comme critère un titre africain. Mais comme certains privilégiés ne remplissent pas cette condition, on peut élargir la liste à Tony Rakotomalala, Lina Randriamifidimanana, Aina R’Abel, Andry Rampanarivo, Thierry Rajaona, Bao Rasalama, Jean Baptiste Rakotondravelo…En basket-ball, des joueurs comme Jean André Ndremanjary, Mamy Ravelomanantsoa, Henri Randrianjatovo, Tombo, Jeannot Ravonimbola, entre autres, méritent amplement le grade de commandeur s’ils ont déjà reçu l’échelon inférieur.Dans les autres disciplines, la liste n’est pas non plus exempte de tout reproche, avec les mêmes injustices et préférences.Visiblement on a encore jeté une peau de banane sur le passage du Président en confectionnant une liste faite à la hâte où les noms des récipiendaires comportent d’énormes fautes. Comment peut-on donner le grade de commandeur alors que le plus grand athlète de tous les temps, en l’occurrence Jean Louis Ravelomanantsoa, n’avait eu droit, à titre posthume, qu’à une misérable insigne d’officier. Une inculture révoltante, une injustice flagrante, une ingratitude répugnante. Ailleurs, il aurait eu la plus grande distinction réservée à une personnalité civile, ici la Grand Croix de  2e classe.L’État compte courtiser le monde sportif à travers cette remise massive de distinctions honorifiques, mais la polémique risque de prendre le dessus à cause de ces anomalies et de ces critères discutables dans le choix des personnalités à décorer. Plutôt qu’une reconnaissance, l’initiative sèmera la zizanie dans un monde où les acteurs sont abandonnés et ne reçoivent que des médailles en plaqué or.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara97 partages

Toliara : Zazalahy 10 taona tratra namaky trano, nodarohan’ny olona

Tsy mifidy sokajin-taona intsony ny asa ratsy ankehitriny. Tsy mampino, ankizilahy iray vao 10 taona monja no tra-tehaka namaky trano tany Toliara, omaly naraina tokony ho tamin’ny 10 ora sy sasany, tao amin’ny fokontany Tsimenatse. Efa tafiditra tao an-trano ity zazalahy tontakely no tonga tampoka ny tompon-trano avy nivavaka, ka noraisim-potsiny tamin’ny asa ratsiny izy. Poa toa izay dia vory ny olona ka nanafay an’ilay jiolahikely, satria tsy nety nilaza ny ray aman-dreniny sy ny toerana misy azy, na izay olona naniraka azy nanao ny asa ratsy ity mpamaky trano rehefa nofotorana lalina. Rehefa rapa tarehy sy nivonto molotra noho ny vono sy daroka nihatra taminy ny anao lahy, dia nifona mafy ary nilaza fa tsy hamerin-keloka intsony. Nitsetra azy ny tompon-trano ka namotsotra azy fa tsy naterina intsony tany amin’ny mpitandro filaminana. Tsy nisy nahafantatra an’ity boaikely mpamaky trano ity ny mponina, hoy ny vaovao.

Eric Manitrisa

News Mada94 partages

Ambatomena Manjakandriana : fasana telo niara-vaky, lasibatra ny taolan-dava

 Nahazo vahana ny vaky fasana any Manjakandriana. Mitraina ny mponina noho izany. Ny asabotsy teo, fasana telo indray vaky ary naparitaky ny jiolahy ny razana…

 

Fasana telo indray vaky tany Manjakandriana, tany amin’ny fokontany Ankazotokana-Atsimo, any amin’ny kaominina Ambatomena. Ny asabotsy teo ny nahitan’ny olona fa misy varavaram-pasana misokatra tamina fasana iray tany an-toerana. Niantso ny fokonolona ilay nahita izany ka rehefa nozahana, hita fa nisy namaky ny fasana ary nisy nangalatra ny razana maro tao anatiny. Fasana telo be izao no novakan’ny jiolahy tamin’izany. Tonga teny an-toerana ny zandary, ny sefom-pokontany, ny ben’ny Tanàna ary ireo tompom-pasana.

Hita fa efa niparitaka avokoa ny razana rehetra tao amin’ireo fasana telo. Lasa ny taolan-dava rehetra tanatin’ireo fasana. Faty iray nalevina ny taon-dasa sisa tavela tamina fasana iray.

Tahaka izay ihany koa nitranga tamin’ireo fasana roa hafa, raha ny fanazavana avy any an-toerana. Naverina nofonosina ireo razana ary nalevina indray.

Mitaraina noho ity tranga ity ireo olona any an-toerana, noho ny fisian’ny vaky fasana miseho matetika. Tsy voalohany ity tranga ity, hoy izy ireo, fa efa matetika loatra, ary izao fasana telo indray vaky izao. Manao antso avo amin’ny mpitandro filaminana izy ireo mba handray andraikitra. Efa manao ny fanadihadiana ny zandary any Manjakandriana.

Tsy mbola mazava

Hatramin’izao, tsy mbola mazava ny lalan-komban’ny fanadihadiana momba ny vaky fasana eto amintsika. Iza no mpangalatra, sy mandray ireo taolam-paty ireo. Tamin’ny andron’ny tetezamita no nisy resaka kely ny amin’ny hoe misy mpandray ireny taolana ireny ary efa mandeha ny fanadihadiana. Tapitra ny tetezamita tsy heno izay tohiny. Taty aoriana, nisy ireo mpamaky fasana voasambotra saingy tsy tonga aiza ny fanadihadiana. Asa na mafy vava, na tsy mahita mangirana ny mpanao famotorana momba izany.

Raha lahatsoratra nivoaka tamin’ny gazety tany ivelany ny taona 2016 teo, eto amintsika ihany no misy ity resaka vaky fasana sy halatra taolam-paty ity. Isika anefa no mandala sy manaja ny razana indrindra ka asa raha misy ifandraisany amin’izany izao karazana fanimbazimbana ny fasana izao. Na ny mpahay fiarahamonina aza, tsy nanan-kambara manazava ny anton’ity vaky fasana sy halatra taolam-balo ity. Indrindra moa fa ny mpitandro filaminana.

Yves S.

 

Midi Madagasikara86 partages

Rues de Tanà : Déjà en état de dégradation

A Antanimena, ce gros trou expose les passants à des dangers.

Situation récurrente à Antananarivo, l’arrivée de la saison des pluies signe également la dégradation rapide des infrastructures routières, avec son lot de désagréments et de pertes économiques, moins flagrantes, certes, mais bien réelles.

 Et rebelote. Les habitants de la capitale renouent à nouveau avec les désagréments causés par le mauvais état des rues : c’est bel et bien le retour des nids de poule, ou plutôt, des nids … d’autruche et des chaussées complètement décapées, pour laisser la place à de gros trous remplis d’eaux stagnantes. Autant de signes de dégradation des infrastructures routières à Antananarivo résultant des excès d’humidité et des effets de la pluie. L’eau étant le premier ennemi de la route, les conséquences fâcheuses des pluies successives de ces derniers jours n’ont pas tardé à être observées. Elles ont inévitablement changé l’état des rues à Antananarivo.

Dans le centre ville, parcourir l’axe « Petite vitesse », bifurquant vers Tsaralalàna est particulièrement difficile pour les automobilistes, notamment les taxi-be qui n’ont d’autres choix que de rouler dans les mares qui se sont formées au niveau de la bifurcation, si les véhicules particuliers, eux, peuvent encore trouver une échappatoire et éviter d’emprunter cette voie au profit d’une autre.

Conséquences. A Antanimena, deux trous béants se sont formés, d’une part, sur le trottoir  situé à quelques mètres de l’arrêt de bus devant le bureau de poste, et d’autre part, juste devant l’arrêt de bus en question. Des trous qui exposent les passants à un réel danger dans la mesure où cet axe, et en particulier, le trottoir, est emprunté tous les jours par des centaines d’enfants et de jeunes élèves des établissements scolaires aux alentours. Il urge de les reboucher afin d’éviter les accidents.

Ailleurs, à Analakely ou encore sur l’axe  Ambatomitsangana, les nids de poule qui se forment petit à petit commencent déjà à avoir des répercussions sur la fluidité de la circulation, notamment aux heures de pointe. Les situations similaires sont nombreuses dans les divers quartiers de la capitale, non sans avoir des conséquences sur le quotidien des usagers, pour ne citer que le ralentissement de la circulation et les dégâts sur les véhicules. L’une comme l’autre situation, ont un coût, lequel n’est supporté, au bout du compte, que par les usagers.

Hanitra R.

News Mada84 partages

JOCV : le Japon priorise l’approche citoyenne

150 volontaires japonais sont intervenus à Madagascar depuis 2002, à travers une approche citoyenne auprès des communautés locales. Les Volontaires japonais pour la coopération à l’étranger (JOCV) œuvrent spécifiquement dans trois secteurs, notamment la santé, l’éducation et le développement rural. Et parmi eux, Momi Himemo, une infirmière japonaise.

Après l’appel du service du district de la santé publique de Miarinarivo (Région Itasy), Momi Himeno exerçant le métier depuis huit ans,  apporte son appui en tant que JOCV auprès du site de nutrition communautaire d’Ampasambazaha, situé dans la Commune urbaine de Miarinarivo, depuis août 2016.  Le site est chargé de faire un suivi et contrôle de la santé et la nutrition de la mère et l’enfant à travers les mesures anthropométriques, essentiellement le rapport Taille- Age des enfants de moins de deux ans, tous les deux mois. Des démonstrations culinaires, sur les produits locaux, sont également effectuées avec les mères pour assurer les apports nutritionnels des aliments.

« Je travaille déjà dans le domaine de la santé au Japon. J’aimerai apporter mon expertise dans le pays pour pouvoir aider les communautés, notamment les mères et les enfants. Je poursuivrai dans ce sens une fois arrivée au Japon, après mes deux ans de volontariat à Madagascar », avance Momi Himeno.

En effet, la malnutrition atteint près de 63% de la population dans la région Itasy (ENSOMD 2012). La vision de l’Office régional de la nutrition (ORN) serait de contribuer à la réduction de ce taux à 46, 7% d’ici 2020.

Riana R.

L'express de Madagascar77 partages

Plage – Le village touristique dépérit

Ce lieu destiné aux jeux et aux loisirs de plage tend à prendre un état de délabrement. Mahajanga perdra une de ses attractions touristiques si la situation empire.

Le village touristique perd petit à petit son essence. Initialement, selon le projet présidentiel, il était destiné aux jeunes et surtout aux sportifs. Depuis sa gestion privatisée, les habitants n’en profitent pas beaucoup mais plutôt les locataires, selon les occasions.La répartition des aires de jeux conçues pour les sports de plage tels que le beach-volley et le beach-soccer, a déjà été décidée au début. L’esplanade pour le terrain de basket-ball a déjà accueilli les concours de 3 contre 3, l’année dernière.  Mais actuellement, un grand chapiteau, abritant des cageots de boissons, des instruments de musique et du matériel de sonorisation, y est planté en permanence depuis le mois de décembre. L’alcool coule à flots à chaque occasion sur la plage dédiée aux sports mais transformée en bar géant à ciel ouvert.En outre, les prises de photos par les photographes amateurs sont devenues payantes et non plus gratuites. Ainsi que les tournages de clips vidéo. Les promeneurs et les touristes appréhendent d’y faire un tour. Des particuliers font du commerce dans la location d’ombrelles ou de paillottes, à raison de 2 000 ariary l’unité.

Mauvaise odeurLes postes de vigie pour la surveillance des baignades, achevés depuis longtemps, ne sont même pas fonctionnels. Aucun surveillant n’est engagé, et tout le monde se baigne « à ses risques et périls ».L’éducation des jeunes dans la ville de Mahajanga est ainsi menacée face aux différentes manifestations et événements qui se tiennent toute la semaine au Village touristique. Celui-ci est bruyant à partir de 18h, notamment dès jeudi soir. On y rencontre encore des enfants de moins de 10 ans, vers 20h30.Mais le plus désolant est la mauvaise odeur dégagée par les toilettes de fortune improvisées sur place depuis le mois de décembre. Au début, ces WC en satrana se trouvaient près du bord de la mer. Ils ont été déplacés au milieu de la plage, mais les odeurs d’excréments et d’urine continuent d’asphyxier les promeneurs. L’air est devenu irrespirable mais les gestionnaires ne le sentent peut-être pas.

Vero Andrianarisoa

Midi Madagasikara72 partages

Toamasina : Sambo voalaza fa nitondra andramena, tsy nahitana afa-tsy sira

“Efa vitan-dratsy mihintsy no nahazo anay, aiza ka tao anatin’ny dianay hiazo an’i Toamasina dia in-3 nisy olana ny sambonay, hany ka tafiditra amin’ny toerana tokony tsy misy anay, dia izao voaroiroy amin’ny izao trafika na andramena iza”, izay no nambaran’ny komanda ny sambo “Adidja” Atoa Rabesoa, nefa nomarihany fa aleo anao ny asany ny tomponandraikitra mba tena ahitana ny marina. Ny 4 febroary antoandro no niala tao Antsiranana ity sambo “Adidja” ity, izay an-dRtoa Tabavy Nathalie mpandraharaha, raha feno sira nilanja 1.065 taonina sy entana 5 taonina tao anatiny. Avy hatrany dia tao Vohemar ny diany voalohany nanala ireo sira 400 taonina sy entana hafa 5 taonina an’ny mpandraharaha tao an-toerana ny 5 febroary tamin’ny 9ora maraina. Taorian’izay dia nihazo an’i Maroantsetra izy ireo ny 7 feroary tamin’ny 7ora maraina, sira 165 taonina no nalan’izy ireo tany an-toerana raha tonga tany an-toerana tokony misasak’alina. Ny 11 febroary izy ireo no niala tao Maroantsetra hiazo an’i Toamasina, izay nanomboka teo ny olana rehetra hoan’ity sambo “Adidja”. Vao niainga 30min fotsiny tao Maroantsetra ny sambo “Adidja” dia nisy firehetana ny tao amin’ny moterany. Ny 13 febroary vao afaka nanohy ny diany izy ireo saingy adin’ny 3 taorian’izay dia niverina indray ny olana, ka teo no nitondran’ny riaka azy namonjy sisin-dranomasina tao Fanamehana – Manambolosy, efa nampandre ny APMF tao Maroantsetra ny nahazo azy izy ireo tamin’izay. Ny 15 febroary no tonga tao Mananara avaratra izy ireo araka ny baiko raha vita ny fanamboarana ny motera may tokony tamin’ny 10ora alina, ary niala tao ny 16 febroary tamin’ny 4 ora maraina niaraka tamina zandary 2 sy solon-tenan’ny tontolo iainana iray. Tsy lasa lavitra anefa dia ny “Pitch” mampihodina ny “helice” ny sambo indray no tapaka sy nahitana fahasimbana. Nifandray tamin’ireo tomponandraikitra misahana ny raharaha amin’ny maha-voarohirohy ny sambony ho mpanao trafika na andramena hatrany Rtoa Tabavy Nathalie tompon-tsambo; efa ao anatin’ny olana raha teo ireo tan-tsambo 13 tao anatiny sy ireo zandary 2 ary ilay mpiasan’ny tontolo iainana tao Mananara avaratra manara-dia azy ireo. Nisy noho izany ny fiantsoany vonjy tamin’ny seranan-tsambon’i Toamasina hitarika ny sambo hatreto Toamasina, ka ny 18 febroary tamin’ny 11 ora antoandro no niatomboka izany, ary ny 19 febroary tamin’ny 01 ora tolakandro vao tonga teo anivon’ny seranan-tsambon’i Toamasina ny sambo “Adidja”. Tamin’izay efa zandary nirongo basy sy manam-pahefana samy hafa  ara-pitsarana no nitsena azy ireo nijery ny entana tao anatin’ity sambo ity. Mbola nogiazana ao anatin’ny sambo aloha ireo mpandeha 13 lahy tao anatiny, nanomboka omaly koa ny fisavana ny lakalin’ny sambo. Tsy nisy na singana andramena iray anefa tao anatin’ny sambo “Adidja” afa-tsy ireo sira 500 taonina efa tao anatin’ny taratasy fa haterina eto Toamasina, izay an’ny mpandraharaha mpamongady iray manana ny tranom-barotrany ao Bazary kely nividy azy ireo.

Malala Didier

Midi Madagasikara66 partages

Karàna voatifitra tetsy Ambatobe : Alefa tsaboina any Maorisy, izy mianaka

Azo lazaina fa mbola tsara vintana ilay terantany karàna niaraka tamin’ny zanany, nisy nitifitra tetsy Ambatobe, ny alahady lasa teo. Araka ny fantatra mantsy dia avotra soa aman-tsara ny ain’izy ireo, rehefa nampidirina vonjimaika tetsy amin’ny hôpitaly Hjra, tetsy Ampefiloha ny andron’iny ihany. Ny angom-baovao hatrany anefa no nahafantarana fa tsy ho tazomina manaraka fitsaboana eto amintsika izy ireo fa alefa atsy amin’ny Nosy Maorisy. Any indray izany no hitohy ny fitsaboana azy raha ny fanazavàna azo hatrany. Ilay zazalahy dimy taona, zanak’ity terantany karàna voatifitra ity no nalefa voalohany, omaly maraina. Raha tsy nisy kosa ny antony hafa dia tokony efa lasa omaly hariva ny rainy. Araka ny fantatra hatrany, dia efa tsy misy atahorana intsony ny ain’izy mianaka ireto. Ity raim-pianakaviana ity no tena voa mafy tamin’ny tifitra. Ary araka ny tsilian-tsofina re dia toa mbola tavela sy miraikitra ao amin’ny tanan’ity terantany karàna ity ny bala nitifirana azy. Izay mety ho isan’ny antony andefasana azy hiala eto Madagasikara izany fa eo ihany koa araka ny voalazan’ny fianakaviana ny fahasahiranan’izy ireo mikarakara ny marary. Hatreto dia mbola mistery hatrany ny anton’ny nitifirana an’ity terantany karàna ity. Valifaty sa fangalàna an-keriny tsy nahaomby ? Na izany na tsy izany dia fantatra fa vao tonga teto an-toerana ity terantany karàna ity ary noho ny antony ara-pianakaviana no antony nahatongavany. Tera-bao mantsy ny vadiny ka nikasa ny hanatrika izany ny tenany. Ary iny izy handeha hody tany an-tranony iny, teny amin’ny « villa Le Panoramique » Ambatobe, izy sy ny zanany lahy vao dimy taona monja no norarafan’ny bala, tokony ho tamin’ny dimy ora hariva tany ho any. Ny azo antoka dia olona efa za-draharaha amin’ny famonoana no tao ambadik’ilay fitifirana. Toa efa maty paika avokoa mantsy, na ny toerana, ny lalana, ary ny fiara nandehanan’ireo mpitifitra, izay fiara 4×4, fitaratra mainty sy tsy misy laharana. Efa eny am-pelan-tanan’ireo mpitandro filaminana moa ny raharaha amin’izao fotoana izao, ka inoana fa tsy ho fantatra tsy ho ela ny marina mahakasika ity tranga ity.

m.L

Madagascar Tribune65 partages

Le Chef de l’Etat laisse pourrir la situation

Il a fallu au Président Rajaonarimampianina 3 mois pour trouver son Premier ministre en la personne de Kolo Roger. Constatant que ce dernier ne fait pas l’affaire, il a aussi pris beaucoup de temps pour l’enlever et ainsi de suite. Cela fait des mois qu’on parle quasiment tous les jours de remaniement ou changement de gouvernement. Au moins le remaniement est indispensable si ce n’est que pour remplacer feu ministre de l’Energie Rodolphe Ramanantsoa décédé il y a 6 mois. En 6 mois, le Chef de l’Etat n’était pas capable de trouver un ou une ministre de l’Energie alors que le problème de la Jirama avec l’insécurité constituent les problèmes les plus aigus du moment. Pareil, on n’entend pas du tout parler du ministre de la Sécurité publique après son problème de santé. Est-il encore en mesure d’assumer sa fonction ? Personne ne le sait car il est invisible. Rarement vu pour ne pas dire jamais vu dans les évènements officiels. Les autres ministres, on ne sait pas non plus ce qu’ils font, vu la dégradation continue de la vie socio-économique de la population, sinon qu’on distribue des vivres et repas chauds.

Pendant ce temps, le Chef de l’Etat attend, quoi ? On l’ignore aussi. En tout cas il espère apparemment que les problèmes se résolvent d’eux-mêmes. Ce n’est pas toujours le cas car il laisse pourrir la situation. Les bruits les plus fous courent sur l’imminent remerciement de l’actuel Premier ministre Olivier Mahafaly et un grand nombre de ministres. Il est sûr que le locataire de Mahazoarivo ne sera pas du tout content. Il paraît même qu’il résiste.

Midi Madagasikara64 partages

Easy Park : Une dizaine d’horodateurs arrivent bientôt

Malgré les contestations des usagers, Easy Park avance dans son travail de quadrillage de la capitale en parking public. Après les phases d’essai dans différents quartiers comme Analakely, Antaninarenina, Antsahavola… d’autres artères seront occupées par Easy Park. A cet effet, cette entreprise qui travaille  sur la base d’un partenariat public privé avec la Commune Urbaine d’Antananarivo introduira bientôt une dizaine d’horodateurs neufs.  « Ces nouveaux matériels sont destinés à offrir aux usagers de meilleurs services »  explique un  responsable d’Easy Park. Selon toujours les explications, Easy  Park  et la Commune Urbaine d’Antananarivo vont encore renforcer les campagnes d’information et de sensibilisation des usagers afin de les faire comprendre le système de fonctionnement des horodateurs, ainsi que les rôles et attributions des agents de surface et des contrôleurs.  En partenariat avec Orange Money, Easy Park a également développé un système de paiement par mobile. Un mode de paiement facile et rapide et qui  est de plus en plus utilisé par les automobilistes en raison de sa rapidité et de sa facilité.

A noter que le contrat passé entre Easy Park et la CUA prévoit un transfert de technologie. A termes les matériels seront cédés à la Commune Urbaine d’Antananarivo qui gérera les parkings en exclusivité.

R.Edmond.

Midi Madagasikara53 partages

Lylison René de Roland : Sa famille fait opposition à sa condamnation

Hier, le grand frère de l’élu MAPAR s’est présenté au Palais de Verre d’Anosikely pour aviser le Bureau permanent du Sénat de cette nouvelle requête.

La famille du Sénateur Lylison René de Rolland a fait opposition à la décision de Justice qui condamne l’ancien Directeur de la Force d’Intervention Spéciale à une peine d’un an d’emprisonnement ferme. D’après les explications de son frère, Lylia René de Roland, cette opposition a déjà été déposée vendredi dernier au tribunal d’Anosy. Hier, les proches de l’élu MAPAR, dirigés notamment par son grand frère et un huissier de Justice, se sont présentés au Palais de Verre d’Anosikely pour aviser le Bureau permanent du Sénat de cette nouvelle requête. Le président de la Chambre haute, Honoré Rakotomanana n’ayant pas été présent sur les lieux, une copie de l’opposition a été déposée au Secrétariat général du Sénat. Pour l’heure, le Sénateur Lylison René de Roland reste introuvable. Par ailleurs, ses proches affirment qu’ils ignorent où se trouve le Sénateur de Mahajanga actuellement. Des questions se posent donc sur les tenants et aboutissants de cette opposition. Si l’on se réfère aux textes, elle devrait être formulée par l’intéressé lui-même. En effet, le mandat d’arrêt prononcé à l’audience doit d’abord être exécuté. Pas plus tard que la semaine dernière, l’ancien Juge international et non moins président actuel du Sénat, Honoré Rakotomanana a déclaré que « pour faire opposition à ce verdict, le Sénateur Lylison doit sortir de sa cachette et se présenter lui-même au tribunal ».

Procédures. Joint au téléphone hier, l’avocat du Sénateur Lylison René de Roland, Maître Sylvestre Razafimahefa a fait savoir que jusqu’ici, il n’a pas encore été notifié de la condamnation de son client. De son côté, le ministre de la Justice, Charles Andriamiseza a déclaré que « toutes les procédures légales ont été suivies à la lettre concernant cette affaire ». En quelque sorte, le Garde des Sceaux accuse l’avocat du Sénateur MAPAR d’avoir menti en affirmant qu’il n’a pas été avisé de la tenue du procès. A en croire les explications du numéro Un de la Justice, la défense a envoyé un avocat stagiaire pour assister au procès de mercredi dernier. L’on attend désormais la réaction du président du Sénat Honoré Rakotomanana par rapport à cette affaire. Ce dernier a déclaré la semaine dernière que bien malgré cette condamnation, Lylison René de Roland reste Sénateur de Madagascar.

Davis R

L'express de Madagascar50 partages

Coopération – Le combat de Himeno dans la lutte contre la malnutrition

La lutte n’est pas du tout facile. Momi Himeno, du haut de ses 20 ans s’est engagée auprès de la population de Miarinarivo dans la lutte contre la malnutrition chronique. Cette volontaire japonaise est au service du site de nutrition communautaire d’Ampasambazaha, dans la capitale de la région d’Itasy, pour apporter du soutien à l’équipe locale. « Je suis venue ici pour aider les gens les plus vulnérables. Dans ce centre, nous apportons tous les jours des conseils aux mères de famille. Tout passe par la surveillance du poids et des mensurations de l’enfant. À cela s’ajoutent des conseils nutritionnels », explique cette jeune infirmière japonaise.Entre Madagascar et le Japon, il y a un grand contraste en ce qui concerne la santé maternelle et infantile. À Miarinarivo, le taux de malnutrition chronique est très élevé. « Le taux est estimé à 62,2%. Notre vision est de réduire ce chiffre à 46,7% en 2020 », a souligné le docteur Patrick Rakotondranaly, coordinateur régional de l’Office nationale de nutrition (ONN).La venue de Momi Himeno serait quel­que chose de positif dans l’atteinte de cet objectif. « Elle nous aide beaucoup dans ce sens. Grâce à elle, le centre a connu une hausse de fréquentation », a expliqué Voahirana, animateur communautaire de nutrition.Tous comme ses autres pairs du volontariat japonais, Momi Himeno participeactivement à l’amélio­ration des conditions de vie de la population rurale à travers l’approche Seikatsu Kaizen. Celle-ci porte surtout dans l’amélioration d’une situation à partir des ressources et moyens existant à proximité, sans gros investissements et sans nécessairement de grandes technologies. « Grâce à la fertilité de la terre, on recense une forte production agricole dans la région Itasy. Mais on enregistre encore un taux élevé de malnutrition chronique. Au lieu de consommer les produits, les paysans se précipitent de vendre à chaque récolte », indique un autre animateur du centre. Arrivée à Miarinarivo août 2016, Momi Himeno y restera pendant deux ans.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara45 partages

Mpisoloky gaigilahy : Ampatoriany amin’ny « valium » ireo lasibatra, lasany avy eo ny fiara

Lehilahy iray antsoina hoe H., 26 taona, gaigilahy amina resaka fisolokiana no voasambotry ny pôlisy misahana ny heloka bevava ny herinandro lasa teo, teny amin’iny faritra Ambatomainty iny. Efa tena kalaza tokoa amin’ity asa ratsy ataony satria dia fantatra fa ampatoriany amin’ny alalan’ny fanafody ireo olona izay hosolokiany. « Tamin’ny famotorana natao azy no nilazany fa “valium” no fanafody nampiasain’izy  ireo nentina nampatoriana ireto olona very camion ireto ka plaquette iray no araraka ao anaty ranom-boakazo iray. Matory mandritra ny 4 ka hatramin’ny adin’ny 6 eo ho eo izay misotro azy ity ». Voarohirohy  tamina resaka halatra fiarabe marika « Mercedes 709 » tany amin’iny faritra Antsirabe iny ity lehilahy ity. Fiarabe izay, voalaza fa hoe hitanterana entana aty Andrenivohitra kanefa, noho ny asa ratsin’i H. sy ny namany dia nanjavona ilay fiara, ny volana desambra lasa teo. Nampatorian’ireto olon-dratsy tamin’ity fanafody ity mantsy ireo olona niaraka tamin’ilay kamiô, ny tompon’ny fiara, ny mpamily ary ny mpanampiny, ary dia lasan’izy ireo ilay fiara. Marihana fa efa niakatra fitsaràna tany Antsirabe ity raharaha ity saingy mpanera iray no nidoboka am-ponja, ary mbola nifampitadiavana i H. sy ny namany. Tetsy andanin’izay, nisehoana fisolokiana ka nahaverezana fanitso maromaro ihany koa tamina tranombarotra iray, tetsy Anosibe, ny volana janoary lasa teo. Rehefa natao ny fanadihadiana dia fantatra fa ity H. ity ihany no tao ambadika. Natao avy hatrany ny fikarohana ka izao tratra izao ny lehilahy. Tsy miasa irery izy fa misy namany maromaro miray tsikombakomba aminy amin’izany. Efa eo an-dalam-pikarohana ireto farany ireo mpitandro filaminana amin’izao fotoana izao. Efa natolotra ny Fampanaovana omaly ihany moa ity mpisoloky hikoizana ity.

m.L

Midi Madagasikara44 partages

Officier de Police Judiciaire : Sortie de 115 policiers de la promotion « Meva »

Un des stagiaires recevant son certificat.

115 fonctionnaires de police ont suivi une formation intitulée «  Direction et Contrôle des Enquêtes Judiciaires », dispensée au niveau de la Direction de la Formation Continue et de la Recherche du 13 au 17 Février 2017. Ils sont issus de la promotion « Meva ». Cette formation  rentre dans le cadre de la politique générale du ministère de la Sécurité  suivant l’axe de renforcement de capacité des fonctionnaires de police. Notons que cette formation a été élaborée, pour faire de ces fonctionnaires de police des officiers de police judiciaire, ce qui leur permet d’effectuer les actes de police judiciaire exigés dans leurs futures enquêtes et autres investigations judiciaires.  En effet, depuis 2012, en collaboration avec le ministère de la Justice, les inspecteurs de police sortant de l’Ecole Nationale des Inspecteurs et agents de police pourront acquérir cette qualité après cette formation.

Recueillis par Dominique R.

Madagascar Tribune38 partages

Redondance de déclaration

Lors du conseil du gouvernement hier à Mahazoarivo, la primature a cru bon de rééditer la déclaration déjà faite après le team building à Mantasoa. « Consécutivement aux diverses résolutions prises dans le cadre du team building tenu récemment à Mantasoa par le gouvernement, des décisions concrètes et devant impacter directement sur le cours de la vie quotidienne des citoyens, ont été adoptées, après débats, par le Conseil. Décisions qui se rapportent à l’insécurité, à la hausse des prix des produits de première nécessité, notamment des denrées alimentaires, à la hausse des tarifs de la Jirama, ainsi qu’à la lutte contre la corruption », peut-on lire dans le communiqué. Avant que le communiqué précise que la teneur des décisions seront communiqué ultérieurement. Autant dire pas grand-chose de nouveau de la part du gouvernement. Rappelons qu’une déclaration semblable avait déjà été faite à la fin du team building il y a maintenant une semaine. Ceci alors que le défi était d’agir en urgence étant donné que les efforts gouvernementaux ne se ressentent et ne se sont pas ressenti dans la vie de la population durant tout le mandat. D’autre part, il avait déjà été annoncé que la communication de ces résolutions prises lors du team building attendait la rédaction en bonne et due forme du rapport à présenter au président de la République. Et non pas d’autres décisions du Conseil du gouvernement.

Le conseil du gouvernement s’est également attelé à réadopter les projets de loi auxquels la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) a demandé des précisions ou des corrections. Notamment le projet de loi relative aux zones économiques spéciales et le projet de loi portant code de l’électricité à Madagascar. Des projets de loi qui seront sans aucun doute à l’ordre du jour d’une prochaine session parlementaire, extraordinaire ou ordinaire. Ceci alors que le code électoral reste toujours absent du tableau. Encore une fois, l’on s’interroge sur ce que le régime actuel prévoit de faire. La population et les forces politiques attendant respectivement des actions urgentes comme annoncées et la fixation de la date des élections de cette année. Pour l’heure, rien n’est sure sur ce qui pourrait suivre de ce team building tant la communication des décisions se fait attendre.

News Mada37 partages

Vonoan’olona teny Andavamamba : 17 taona roa sy 19 taona nahavita nanindrona antsy olona

Tovolahy vao 17 taona roa niampy ny namany iray 19 taona nahavita namono nahafaty, nanindrona antsy ny namany ihany, teny Andavamamba, ny 17 febroary lasa teo. Ny asabotsy ihany dia voasambotra izy telo lahy raha nihevitra fa tsy nisy nahalala fa izy ireo no nahavanon-doza. Voasambotra teny Andranomanalina sy 67 Ha izy roa lahy.

Ny zoma lasa teo, nisy olona tonga tao amin’ny BC2 Anosy, nilaza fa misy tovolahy maty nisy namono teny Andavamamba ary efa ao amin’ny tranom-paty ny razana. Rehefa nanao ny fizahana ny polisy, fantatra fa tsindron’antsy iray teo amin’ny tratrany havanana ambanin’ny nonony no nahafaty ity tovolahy ity. Tamin’ny fanadihadiana sy ny fikarohana nataon’ny polisy no nahafantarana fa tovolahy telo niaraka nanao baby-foot taminy teo antetezana Afovoany Andavamamba no nanindrona antsy ity tovolahy maty ity. Nisambotra avy hatrany ny mpitandro filaminana ka izao izy telo lahy tratra izao. Nilaza ry zalahy ireto fa efa mifankafantatra tsara satria samy mpanao baby eo amin’ity toerana ity. Tamin’io fotoana io anefa, nisy ny fifamaliana teo amin’izy telo lahy sy ilay maty. Nandeha nody naka antsy tany an-tranon’ny iray izy telo lahy. Rehefa tafaverina avy any izy ireo, nanindrona tampoka ilay antsy tany amin’ilay namany. Nitambotsotra ity farany ka novonjen’ny olona nentina tany amin’ny hopitaly saingy efa tsy tana intsony ny ainy. Naiditra am-ponja vonjimaika omaly ireo.

Yves S.

Midi Madagasikara37 partages

Natation : Elodie Razafy retenue avec l’équipe nationale

Elodie Razafy termine première au test de classement.

Le championnat de Madagascar de natation sur bassin de 50 m à Vontovorona  a permis au staff technique de la fédération de détecter les membres de l’équipe nationale en vue des Championnats du monde de Hongrie. Deux représentants, respectivement chez les hommes et les dames, défendront les couleurs nationales à ce rendez-vous planétaire du 12 au 18 juillet à Budapest. Il s’agit de Mickael Rasolonjatovo du Saint Michel Natation Club (3 706,17 points) et de Lalanomena Anthony Andrianirina du Cosfa (3 444,79 points) du côté des hommes. Les deux places chez les filles ont été remportées par Elodie Razafy (3 598,53 points) et Aina Estellah Fils Rabetsara (3 461,85 points), deux nageuses du Managing. « Le bilan était satisfaisant côté organisation et  performance en général » a expliqué le DTN, Vola Razafindrainibe. Le prochain rendez-vous fédéral est prévu les 13-14 avril à Mahajanga pour le championnat national sur bassin de 25m.

T.H

Midi Madagasikara33 partages

Election présidentielle : 12 millions de dollars de la communauté internationale

La communauté internationale, sous l’égide des Nation Unies, le gouvernement malgache et la CENI ont procédé, hier, à la signature du projet de «soutien au cycle électoral de Madagascar» (SACEM), au siège de cette commission électorale, à Alarobia. En marge de cette cérémonie, le Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana a déclaré que le fonds alloué par la communauté internationale au SACEM est estimé à 12 millions de dollars. Le Premier ministre a également souligné la tenue des élections libres, transparentes et inclusives. Des déclarations qui s’apparentent aux points de vue de la communauté internationale».

Dialogue inclusif. Pour en revenir à la cérémonie d’hier, ce nouveau projet ambitionne de renforcer les capacités de la CENI en vue de pérenniser et de promouvoir, mais aussi d’établir un cadre propice au dialogue inclusif entre les acteurs clef de la vie politique et sociale. Lors de son allocution, la Représentante résidente du PNUD à Madagascar, Violet Kakyomya, de réitérer que « les élections crédibles, transparentes, inclusives sont un gage pour la paix durable mais également pour la légitimité et la crédibilité des élus et des Institutions tant au plan national qu’international…Le processus électoral étant un élément crucial de la démocratie ». Et d’ajouter que « des partenaires techniques et financiers ont confirmé leur intérêt pour une contribution au fonds commun pour le cycle électoral à Madagascar».

Dominique R.  

Midi Madagasikara33 partages

Andavamamba : Tovolahy maty voatsindrona antsy, voasambotra ireo namono

Tovolahy mpiara-milalao taminy ihany ireto namono nahafaty azy tamin’ny tsindrona antsy ireto, vokatry ny fifamaliana sy tsy fahazakana taim-bava. Nisy telo izy ireo araka ny fampitam-baovao avy tamin’ny pôlisim-pirenena ary samy efa voasambotra avokoa ny sabotsy maraina teo. Teny Antetezana Afovoany, Andavamamba no nisehoan’ity tranga ity, ny zoma hariva lasa teo. « Lehilahy  telo : 19 taona ny iray ary 17 taona ny roa, voalaza ho tompon’antoka tamin’ny fahafatesana tovolahy iray, 17 taona niseho teny Andavamamba, ny zoma, 17 febroary 2017 antoandro no voasambotry ny Polisy misahana ny ady amin’ny heloka bevava safelika faha-2 etsy Anosy, teny Andranomanalina sy 67HA » hoy ny vaovao. Raha ny zava-niseho tamin’io fotoana io, niara-nilalao « baby foot » teny amin’iny faritra iny ireto efa-dahy ireto, izay « efa mifankafantatra tsara, satria samy mpanao baby eo amin’ity toerana ity avokoa ». Noho ny antony izay mbola tsy fantatra anefa, dia raikitra ny fifamaliana teo amin’izy ireo, izy telo lahy voasambotra tetsy an-kilany ary ity tovolahy namoy ny ainy ity tetsy an-daniny. Asa raha hoe tsy nahazaka ny fifamaliana intsony ireto telo lahy ireto ka dia nanapa-kevitra ny haka antsy tany an-tranon’ny iray tamin’izy ireo. Nony niverina, tsy nisy alaharo alaharo fa avy hatrany dia niletra teny an-tratran’ilay tovolahy nifamaly tamin’izy ireo ilay zava-maranitra. Nijininika ny rà, ary nitambotsotra tsikelikely ilay naratra. Ny olona nahita no avy hatrany dia nitondra tany amin’ny hôpitaly,  saingy indrisy fa nahazo ny fony ilay zava-maranitra ka tsy tana intsony ny ainy. Nametraka fitoriana avy hatrany teny anivon’ny pôlisy ireo fianakavian’ny maty. Niroso avy hatrany tamin’ny fitsirihana ny razana, ary nanokatra ny fanadihadiana avy hatrany ireo mpitandro filaminana. Tsy lasa lavitra, na dia nitsoaka ihany aza ireto telolahy namono ka voasambotra teny amin’iny faritra iny ihany sy teny amin’ny 67ha. Omaly no natolotra ny Fampanoavana izy ireo ary dia nadoboka am-ponja avy hatrany. Vono olona niniana natao no vesatra nanenjahana azy ireo.

m.L

News Mada31 partages

Festival Anaty Elakelatrano : le quartier de Befelatanana à l’honneur

Après 67Ha et Ampandrana, la troisième édition du Kolontsaina festival « Anaty elakelatrano » (Au sein du quartier) se tiendra à la Cité médecine à Andrefan’ Ambohijanahary. Ayant choisi comme thème « Maina ny tany » (La terre est sèche), il se fera les 25 et 26 février prochains.

Plusieurs citadins pensent que l’art et la culture ne sont pas utiles et nécessaires dans leur vie quotidienne. Convaincus du contraire, Sleeping Pop et son mari ont lancé un défi d’organiser un évènement dénommé « Kolontsaina festival anaty Elakelatrano » qui se déroulera dans tous les quartiers de la capitale.

« Notre premier objectif est de valoriser chaque quartier en lui offrant un peu de décoration pour que ses ruelles ne soient pas considérées comme des endroits malsains. C’est aussi l’occasion de démontrer aux enfants du quartier ce qu’est l’art et pourquoi il est nécessaire », a annoncé Sleeping Pop.

« Maina ny tany »

« Le réalisateur Gégé Rasamoelina nous a spécialement invités à l’organiser dans sa cour à la Cité médecine à Andrefan’ Ambohijanahary », a-t-elle expliqué. Cette troisième édition a pour thème « Maina ny tany ». La pluie est déjà de retour au pays, mais les organisateurs pensent que la sécheresse s’étend dans plusieurs domaines, à savoir la politique, l’économie et surtout la culture. « Cet évènement servira donc de coup de pouce, surtout pour la culture », a ajouté notre interlocuteur.

Un programme chargé

Ainsi, au programme, les matinées seront réservées aux ateliers et exposition de peintures, de dessins… Les spectacles se feront durant les après-midi et les soirées seront réservées au cinéma. « Plusieurs artistes se sont déjà manifestés pour participer à ce festival, entre autres, le réalisateur Nathaniela, le groupe Maitso Nation, et peut être Vahombey… ou encore quelques associations ou entités telles que Endemika Film, Tantsary… Par ailleurs, l’inscription est encore ouverte pour ceux qui désirent adhérer à cette cause », a-t-elle continué.

Des représentants venus spécialement de la région de Toamasina seront présents durant cette troisième édition. « Nous songeons organiser une autre édition à Toamasina  au mois de novembre prochain », a-t-elle ajouté.

Holy Danielle

 

Midi Madagasikara31 partages

Adéquation formation-emploi : La pédagogie et l’andragogie comme solutions

L’éducation inclusive touche toutes les catégories de personnes qu’elles soient handicapées ou dites « normalement constituées ».

La crise de l’emploi que traversent des milliers de jeunes malgaches actuellement tire son origine de l’inadéquation de la formation aux besoins et exigences des entreprises. Une triste vérité que la mise en place de la politique de l’emploi et de la Formation Professionnelle voudrait changer. A l’instar de l’Institut National du Personnel des Etablissements d’Enseignement technique et de formation professionnelle (INfor), les centres de formation axent leurs cursus dans cette optique mais également pour qu’ils touchent toutes les personnes sans distinction.Ce qui n’est toujours pas le cas actuellement étant donné que les personnes en situation de handicap souffrent de marginalisation et sont livrées (dans la majeure partie des cas) à la pauvreté. D’où l’importance de « l’éducation inclusive qui est une approche éducative qui tient compte des besoins particuliers en matière d’enseignement et d’apprentissage de tous les enfants et jeunes gens en situation de marginalisation et de vulnérabilité : enfants vivant dans les rues, filles, groupes d’enfants issus de minorités ethniques, de familles démunies financièrement, de familles nomades, des familles déplacées (victimes de guerres, de catastrophes, etc.), enfants atteints du VIH/sida, enfants handicapés ». Et dont l’objectif est « d’assurer à ces enfants l’égalité des droits et des chances en matière d’éducation ».

Recueillis par José Belalahy

News Mada30 partages

Pollution de l’air : le seuil minimal fixé par l’OMS largement dépassé à Tana

A un niveau critique. Le taux de particules en suspension dans l’air que nous respirons dans la capitale, dépasse la normale. Les valeurs des mesures prises dans quelques quartiers, via un appareil spécifique,  l’« Air Beam », sont alarmantes.

Supérieures à la moyenne. Les mesures prises dans  six endroits différents, notamment à Analakely, Ankadimbahoaka, 67Ha,  Anosibe, Ambanidia et au niveau du tunnel d’Ambohidahy, dépassent largement la moyenne journalière, fixée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui ne devrait pas excéder 20 µg/m3. En effet, les taux de particules enregistrés dans ces endroits se situent entre 28µg/m3 et 360µg/m3. Ces mesures ont été prises en octobre dernier, à l’occasion du marathon international de Tana.

Ces données ressortent de la première expérience sur l’utilisation de  l’«Air Beam», un appareil qui sert à détecter les particules fines dans l’air, la température, les bruits et l’humidité de l’air. Cet appareil, introduit au pays par DHL Madagascar dans le cadre de son projet «Air Casting», lequel entre dans son programme de Responsabilité sociale en entreprise (RSE), fait partie intégrante de la stratégie du groupe Deutsche Post DHL (DPDHL). Ceci consiste à mesurer la qualité de l’air dans la ville d’Antananarivo avec l’appareil «Air Beam».

Le tunnel d’Ambohidahy plus pollué

Conformément aux données recueillies, le tunnel d’Ambohidahy est le plus pollué  avec une moyenne se situant entre 74µg/m3 et  217µg/m3 lors des deux journées. Selon les informations, le manque d’aération, qui emprisonne les particules fines, serait la principale cause de la pollution élevée dans les tunnels.

La situation  est loin d’être meilleure à Analakely où les mesures recueillies se situent à hauteur de 53µg/m3. L’endroit le moins pollué parmi les six lieux de mesure se trouve aux 67ha avec une moyenne de 28µg/m3 à 33µg/m3. Certes, les pics étaient à Ankadimbahoaka, samedi, avec 360µg/m3, mais ces données sont certainement dues aux divers passages de camions et poids lourds sur les lieux au moment de la prise des mesures.

DHL s’engage

DHL Madagascar compte mener des actions concrètes qui pourraient contribuer à inverser cette tendance. Ce, en mettant en place une unité de mesure simple pour informer le grand public de l’évolution de la qualité de l’air dans le temps, dans le cadre d’une convention de partenariat avec l’Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN) en décembre dernier.

L’accord de coopération consiste à réduire la pollution atmosphérique à Antananarivo à travers la collecte et l’interprétation des données, l’information et la sensibilisation du public ainsi que la réalisation des actions pour réduire la pollution en ville.

DHL s’engage déjà dans ce sens via différents projets tels le tri et la valorisation locale des déchets qu’elle génère, la récupération des denrées alimentaires pour lutter contre le gaspillage et la création de méthane, le remplacement progressif de son parc automobile plus respectueux de l’environnement. D’autres projets sont aussi en cours de réalisation comme l’installation de source durable d’eau ou l’utilisation de l’énergie solaire.

Pour cette année, l’objectif de DHL est d’avoir dans 10 points fixes à Tana des «AirBeam» pour fournir au quotidien des informations sur la qualité de l’air, à travers les médias. Dans un premier temps, des mesures seront faites à l’interne chez DHL. Les enregistrements ont commencé dans trois sièges de DHL depuis hier, notamment au Head Office à Ankorondrano, au Gateway à Ivato et à DHL Galaxy.

Recueillis par Fahranarison

 

L'express de Madagascar30 partages

Hausse de salaire – Les « hors cadres » écartés

Le projet de décret d’application de la hausse de salaire pour le privé est en cours. Seule une partie des employés bénéficiera de cette hausse.

Mis à l’écart. Encore une fois, les em­ployés de catégorie profes­sionnelle « hors cadres » du secteur privé ne bénéficieront pas de la hausse du salaire. La décision d’augmentation de 8%, prise par le patronat et les syndicats des travailleurs, à la date du 10 février, ne concernera que les employés des catégories professionnelles Manœuvre catégorie 1 ou M1 à l’OP3 ou« ouvrier personnel » catégorie 3, selon Henri Rémi Botoudi, secrétaire général de la Confé­dération chrétienne des syndicats malgaches (SEKRIMA), joint au téléphone, avant-hier. « Il a été souligné pendant notre rencontre, que le but est de mettre en place un système de salaire minimum, pour sécuriser les employés ne jouissant pas du salaire conforme. Il a été, également, dit que les “hors cadres” bénéficient déjà de condition de traitement spécial. Ces derniers peuvent discuter de leur situation, avec leur patron », rapporte-t-il.

AnciennetéPresque chaque année où il y a hausse de salaire au sein du secteur privé, les employés « hors cadres », sont oubliés.Henri Rémi Botoudi porte haut leur voix. « C’est quand même dommage de constater deux poids deux mesures au sein des entreprises. En 2014, la valeur du point d’indice de la catégorie professionnelle OP3 et de hors cadres était égale. Depuis, le patronat n’a pas touché la valeur du point d’indice de ces derniers, tandis que celle des ouvriers a augmenté de 0, 6200, avec la hausse annuelle des salaires. C’est injuste que les ”hors cadres” soient moins payés que les “ouvriers professionnels” », s’exprime-t-il.Le système de classification est également critiqué par ce syndicaliste.« Certains employés de la zone franche sont toujours classés “M2”, alors qu’ils intègrent ce poste avec une spécialisation. Alors que le M2 révèle plutôt l’ancienneté que la spécialisation », rajoute Rémi Henri Botoudi qui souhaiterait présenter ces problématiques au sein des autorités compétentes.Avec cette hausse, le salaire minimum sera de 155 123 ariary, contre 144 000 ariary, après la hausse de salaire de 8,27%, en 2016. Le projet de décret d’application de cette hausse devrait être présenté aux conseils du gouvernement et des ministres, cette semaine et devrait être sorti, une semaine après, selon Hermann Tandra, directeur général du Travail au sein du ministère de la Fonction publique, de la réforme administrative, du travail et des lois sociales.

Miangaly Ralitera

Madagascar Tribune29 partages

Le bras de fer entre l’ATT et les transporteurs continue

Jour J. Après plusieurs hésitations, l’ATT (Agence de transport terrestre) a annoncé hier que tous les transporteurs du Fasan’ny karana desservant la RN1 doivent rejoindre désormais la nouvelle station d’Andohatapenaka dès ce jour. Les transporteurs ne sont pourtant pas pressés d’investir les lieux et demandent à ce que cette date soit reportée au début du mois de mars. « Nous ne sommes pas du tout contre le déplacement vers la nouvelle gare routière d’Andohatapenaka. Mais nous estimons que des aménagements sont encore nécessaires pour qu’on puisse s’y installer dans les meilleures conditions. Comme nous pouvons le constater, les marquages au sol sont insuffisants pour accueillir les véhicules. Il en de même pour les plaques d’indication des guichets ainsi que des tarifs, etc. Il faut reconnaitre que les coopératives ne sont pas composées uniquement de véhicules et des chauffeurs. D’autres acteurs sont également impliqués. C’est pour cela que nous demandons le report de la date », lance un transporteur.

Durant la rencontre entre les deux parties hier, l’ATT s’est montré inflexible et menace même de sanctionner les transporteurs récalcitrants. De leur côté, les transporteurs maintiennent leur position. Ce qui a haussé parfois le ton d’un cran. Malgré les pourparlers, le désaccord entre ATT et transporteurs persiste et a été accompagnée d’une échauffourée.

Hier soir, une barricade de pneus brulés érigée par les opposants au déménagement a coupé la route reliant Anosizato et Ankadimbahoaka. Une personne a été interpellée par la police.

Dans la gare routière du Fasan’ny karana comme dans la plupart à Tana, des kiosques, de petites épiceries, gargote, des badauds assurant le transport des bagages ou des intermédiaires de transport sont installés partout. Ces derniers sont les plus nombreux. Lorsqu’il a été annoncé que tous ces occupants suscités n’auront pas leurs places à Andohatapenaka, leur mécontentements se sont manifestés par cette échauffourée.

Tia Tanindranaza26 partages

Fitsarana an'i LylisonAra-dalàna tsara, hoy ny minisitra

Manoloana ny didim-pitsarana nivoaka ny 14 febroary, manameloka ny loholona Lylison higadra an-tranomaizina 1 taona sazy mihatra

, dia nametraka fanoherana na « opposition » teny amin’ny fitsarana ary nanatitra ny dika mitovy amin’izany teny amin’ny antenimieram-pirenena ny fianakaviany notarihin’ny mpisolovava azy omaly. Antony ny hisorohana ny mety handraisan’ny antenimierandoholona fanapahan-kevitra manokana noho iny didy nivoaka iny. Miteraka adihevitra lehibe, indrindra fa ny tontolo politika iny fitsarana iny, ka nitondra ny heviny ny minisitry ny fitsarana Charles Andriamiseza omaly. Nanaraka ny fepetra ny fitsarana an’ny loholona Lylison ary dosie toy ny rehetra ihany io, satria efa nandalo famotorana, ary niakatra teny anivon’ny fitsarana. Izy tsy hita kanefa nisy ny didy fampisamborana, ka tsy maintsy faranana sy notsaraina ny dosie, hoy io tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny fitsarana Malagasy io. Nomarihiny fa nisy ny fiantsoana saingy tsy nipoitra ny loholona Lylison. Tena ara-dalàna iny fitsarana iny raha ny fijerinay ety anivon’ny minisiteran’ny fitsarana, hoy hatrany io tompon’andraikitra io. Tombanana ho tsy misy hevitra intsony ny hahavoatazona ity manamboninahitra ity ho loholona rehefa ny eo anivon’ny fitsarana no mijoro fa ara-dalàna ny fanenjehana sy ny fandetehana azy. Ny faneken’ny fitsarana ny taratasy fanoherana ny didy efa nivoaka avy amin’ny fitsarana sisa fara fanantenana ho azy, raha dinihina amin’ny zava-misy ankehitriny. Etsy an-kilany, tsy fantatra mazava izay misy ny kolonely Lylison, raha samy nihevitra ny rehetra fa hosamborina amin’izay ny tenany taorian’iny didim-pitsarana, izay ambaran’ny ankamaroan’ireo mpomba azy ho didim-pitsarana politika iny.

Toky R

Madagascar Tribune22 partages

Ampamarinana : toujours sous des menaces de glissement de terrain

Vulnérabilité. Si la pluie a cessé ces derniers jours dans les environs d’Antananarivo, les habitants dans les environs de la Haute-ville ne sont pas encore épargnés d’éventuels risques d’éboulement de terrains ou de blocs de pierre. Bien que les autorités aient déjà contraint les habitants situés sur les zones à risque de quitter provisoirement les lieux, les résistances ne manquent pas de rendre le travail encore plus difficile. Selon les estimations, il y aurait environ neuf blocs de pierre qui menacent encore de faire des victimes. « L’alternance continue entre pluie et forte température fragilise le sol, ce qui risque à tout moment d’ébranler la position des rochers », enchaine la BNGRC (Bureau National de la Gestion des Risques et des Catastrophes Naturelles). Selon les autorités concernées, on s’apprête actuellement à enlever le bloc de pierre responsable du drame. Si dans les mines, on se sert des dynamites pour faire exploser un rocher, ce procédé est inapplicable pour Ampamarinana. Cela ferait tomber fort probablement les autres rochers. Raison pour laquelle le BNGRC envisage de faire appel à la main-d’œuvre locale pour le réduire en moellons. En tout cas, cela demande toujours un certain degré de technique et d’expérience car l’opération s’effectue sur une pente, des éboulements pourraient encore survenir.

Résistance

Après le drame de samedi dernier qui avait coûté la vie de sept personnes issues de trois maisons d’habitation, un grand nombre de familles ont plié bagage, quitté les lieux et rejoint des familles d’accueil ou des connaissances en attendant la stabilité de la situation. D’autres décident toujours de rester sur place malgré les risques. Actuellement, l’Etat contraint les habitants des zones à haut risque de se déloger provisoirement et dans les plus brefs délais. « Mais bien que le Minisitère de la population ait déjà ouvert un centre d’accueil à Isotry pour les sans-abris ou encore les personnes qui ne disposent pas de logement d’accueil, on enregistre encore une masse de gens qui souhaite rester sur les lieux car ils ne veulent pas voir leurs maisons cambriolées », regrette le BNGRC.

Midi Madagasikara21 partages

Festival Elakelatrano : « Maina ny tany » pour cette 3e édition

Vahombey participera à ce festival.

« Maina ny tany ». Un appel au secours en cette période où Dame Pluie se fait désirer, mais surtout une interpellation en général alors que la Planète Terre souffre du changement climatique. Pour sa 3e édition, le Festival Elakelatrano s’implique et devient de plus en plus engagé. D’une simple rencontre entre artistes, désireux de valoriser leurs quartiers, le Festival Elakelatrano devient un événement communautaire. La première édition s’est tenue aux 67 Ha avec comme thème le choc ethnique. Puis, c’est le quartier d’Ampandrana qui a accueilli la deuxième édition avec le thème urbain. A chacune des éditions, plusieurs artistes ont gracieusement répondu présents, ce qui reflète leur engouement pour cette manifestation. D’ailleurs, les artistes qui y participent ne sont pas forcément issus des quartiers qui accueillent l’événement. Pour cette troisième édition, quelques artistes ont déjà confirmé leurs participations. Ainsi, du 25 au 26 février, dans la cour de l’acteur Gégé Rasamoely à la Cité Médecine, il y aura une exposition, de peinture, de dessins, un concert gratuit avec notamment Vahombey dans l’après-midi, et une soirée ciné avec quelques cinéastes de la place, comme Nathaniela, ou encore Endemika Films. Avec son succès fulgurant, les initiateurs de cette manifestation comptent tenir le même événement à Toamasina.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara20 partages

GRC-RRC : Techniciens et superviseurs de la Croix-Rouge Malagasy en formation

La formation répond à un objectif de préparation et d’implication des élèves, parents et instituteurs dans les écoles cibles dans les activités de RRC.

Depuis hier, 18 superviseurs, accompagnateurs, techniciens et autres coordonnateurs régionaux de la Croix-Rouge Malagasy (CRM) ainsi que 2 personnes issues du service GRC (gestion des risques et des catastrophes) du ministère de l’Education Nationale (MEN) participent à une formation inter-agences tenue au « Hintsy » Ambohimamambola. Ce, dans le cadre de la poursuite des activités d’éducation en matière de GRC et RRC (réduction des risques et des catastrophes) en milieu scolaire, déjà menées depuis l’an dernier par la CRM. Des activités qui illustrent la mise en application des mesures de préparation, de prévention et de réponse face aux catastrophes climatiques, afin de permettre aux populations vulnérables d’être mieux armées et plus résilientes aux chocs engendrés par les désastres.

 « Cette formation est une occasion de renforcer la capacité des participants en matière de mise en place des plans de contingence et d’évacuation au niveau des écoles, familles et villages », explique le Dr Harizaka Rabeson, coordonnateur GRC au sein de la CRM. Et d’ajouter que pour les plans de contingence régionaux et nationaux, les plans d’évacuation sont mentionnés dans le manuel GRC-RRC, mais pas de manière explicite. « A travers le projet Miatrika, la CRM élaborera et mettra en place les plans de contingence et les plans d’évacuation au niveau des régions cibles dont ceux des écoles et des villages », souligne-t-il. Pour rappel, le projet Miatrika est un projet de la CRM, lancé en 2016, pour la réduction des risques de catastrophes et le renforcement de la résilience de la communauté à Madagascar et mis en œuvre en collaboration avec la Croix-Rouge norvégienne, la Croix-Rouge allemande et la Croix-Rouge danoise. 

La formation qui durera 5 jours est financée par la commission européenne pour l’aide humanitaire et la protection civile (ECHO) à travers le projet Miatrika.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara19 partages

Informatique : IBT devient Harelmallac Technologies

Le groupe HarelMallac entend renforcer sa positon de leader dans sa division technologique. Pour cela, l’entreprise s’est dotée de nouvelles structures qui devraient lui permettre d’asseoir davantage cette position dans certains marchés riches comme Madagascar, le Burundi et le Rwanda. Dans ce même élan de consolidation et d’expansion des activités, IBT vient de changer de nom et est devenue HarelMallac Tehnologies. Une nouvelle dénomination qui symbolise la démarche d’innovation et donne plus de valeur ajoutée au marché.

HarelMallac Technologies sera désormais une équipe unifiée qui aura le soutien nécessaire et plus poussé en termes de ressources et de savoir-faire technique de sa maison-mère à Maurice. Lors d’une séance de présentation qui a eu lieu la semaine dernière au Carlton, un responsable d’HarelMallac d’expliquer que l’entreprise s’engage à rendre accessible aux entreprises, les meilleurs produits et services informatiques de haute qualité. « HarellMallac Tehnologies illustre clairement cet engagement et est prête à jouer son rôle crucial dans le futur et surtout dans les territoires où elle est présente » a déclaré le CEP du groupe, Charles Harel. En tout cas, il y a eu une évaluation en profondeur de la stratégie adoptée ces dernières années, du portefeuille de solutions technologiques proposées par l’entreprise à sa clientèle locale et régionale.

R.Edmond

Madagascar Tribune18 partages

12 millions USD de soutien de la communauté internationale

La communauté internationale conduite par le PNUD et la CENI en présence du ministre des Finances ont signé ce 20 février le document de projet « Soutien au cycle électoral de Madagascar » (SACEM). Ce projet en faveur du prochain cycle électoral bénéficie d’un portefeuille d’une valeur de 12 millions USD. Le SACEM couvre cinq (5) domaines : l’appui à la fiabilisation et la crédibilisation des listes électorales ; la révision du cadre légal relatif aux élections ; la communication, éducation civique et électorale ; l’appui aux opérations électorales ; l’assistance technique.

Le projet SACEM tire profit des leçons apprises de l’ancien Projet d’appui au cycle électoral 2012-2014 à Madagascar, plus connu sous le nom de PACEM ainsi que des recommandations et orientations prescrites par les missions d’observations électorales nationales et internationales pour l’organisation des futures consultations électorales, indique le président Hery Rakotomanana de la CENI. Le projet SACEM prendra le relai des nombreuses activités pré-électorales mises en place en 2016 avec le concours de la communauté internationale.

Quant au gouvernement malgache déclare le Premier ministre Mahafaly, sa contribution est inscrite dans la loi des Finances et couvre la période 2018 jusqu’en 2020 sans préciser la nature des consultations populaires ; autrement dit, le gouvernement n’a pas encore décidé si ce sont les présidentielles qui vont être priorisé ou les élections territoriales.

Midi Madagasikara18 partages

Enfants en conflit avec la loi : La nouvelle loi se veut-elle être souple ?

La réduction de la durée de détention des mineurs fait partie des modifications « positives » apportées par la loi n° 2016-018 relative aux mesures et à la procédure applicable aux enfants en conflit avec la loi.

Madagascar a ratifié la convention relative aux droits des enfants en 1990 alors que la loi, l’ancienne, régissant les mesures applicables aux enfants en conflit avec la loi datait de 1960. Une situation qui est à l’origine des lacunes et des « déphasages » quant à l’application desdites mesures. Ne répondant plus à l’époque actuelle, ces dernières peuvent aggraver les cas au lieu de faire le contraire escompté. Des informations recueillies lors de l’atelier de formation des juges d’enfants qui se déroule au Pavé Antaninarenina durant quatre jours. Se consacrant sur la nouvelle loi régissant les cas des enfants mineurs, ladite formation voudrait doter les juges en charge des mineurs (venus des quatre coins de la Grande-île) des outils nécessaires pour une application « uniformisée » des mesures. S’étalant sur quatre jours, ladite formation se consacrera également au mécanisme de suivi des enfants victimes de violence ainsi qu’à la mise en place d’indicateurs par rapport à la base de données sur le cas des enfants. Le tout, en apportant plus d’attention et d’égard aux cas des enfants victimes de violence. Car d’après Laurette Lala Harinivo, directeur des reformes législatives auprès du ministère de la justice, « notre attention se porte plus sur les délinquants et/ou criminels au détriment des victimes, des enfants. En effet, ceux-ci sont vite oubliés par l’opinion publique et les médias ».     

Plus. La nouvelle loi apporte des obligations qui incombent aux juges des enfants. Entre autres, la rédaction des motifs de détention des enfants dans le jugement. Mais la plus grande avancée de  ladite loi se trouverait dans sa façon de lutter pour préserver les enfants des mauvaises fréquentations du milieu carcéral. Etant des « universités du crime », la prison serait l’endroit idéal pour les criminels en tous genres de former des « relèves » ou encore de recruter de nouvelles recrues. Pour ce faire, la loi n°2016-018 a limité la durée de détention préventive des enfants mineurs à 9 mois pour ceux jugés pour crime et 6 mois pour ceux jugés pour délits. Les juges d’enfants devraient donc tout faire pour régler les dossiers des enfants en question. D’autres mesures d’accompagnement ont également été mises en place pour les enfants qui ne devraient pas être détenus. Ce que Laurette Lala Harinivo, directeur des reformes législatives auprès du ministère de la justice explique par des mesures alternatives outre que la détention. Entre autres la liberté surveillée, les travaux communautaires, le contrôle judiciaire ou encore le suivi par des travailleurs sociaux. Etant donné que l’avenir du pays se trouve entre les mains des enfants, la responsabilité de donner à ces derniers une éducation digne de ce nom incombe à tous les acteurs.

José Belalahy

Midi Madagasikara17 partages

FIVMPAMA : Des actions pour formaliser l’informel

Lors de la présentation de vœux du FIVMPAMA.

Le groupement continue à mettre en place des antennes régionales afin de soutenir les entrepreneurs dans les régions.

Patriotisme économique  et promotion du « Vita Malagasy ». Tels sont toujours les leitmotive du Groupement du Patronat Malagasy (FIVMPAMA). « Cette année, nous allons entreprendre de nombreuses actions visant à formaliser le secteur informel qui représente 25% du PIB (Produit Intérieur Brut). En effet, celui-ci tue les entreprises formelles en raison d’une concurrence déloyale. Et l’amélioration de l’environnement des affaires reste un combat au quotidien », a évoqué Erick Rajaonary, le président national du FIVMPAMA, lors de la présentation de vœux de ce groupement samedi dernier à l’espace Les Hérons Vontovorona.  

Formations. Parmi lesquelles, « nous allons continuer de mettre en place des antennes régionales du FIVMPAMA afin de sensibiliser tous les acteurs informels à s’intégrer dans le secteur formel en s’adhérant au sein du groupement. L’an dernier, le groupement est déjà présent dans huit régions, à savoir Vakinankaratra, Atsinanana, Haute Matsiatra, Amoron’i Mania, Bongolava, Menabe, Boeny et Mananjary. La mobilisation de tous les acteurs de développement au niveau local n’est pas en reste afin d’optimiser les apports du secteur privé dans le développement de l’économie locale, et partant, nationale », a-t-il rajouté. En outre, ces acteurs informels bénéficieront de diverses formations, une fois qu’ils sont devenus membres du groupement. 

Accès aux crédits. Ce n’est pas tout ! Le FIVMPAMA continue à multiplier les échanges entre les opérateurs membres et les partenaires étrangers, et ce, dans un esprit gagnant-gagnant. Une rencontre avec la délégation d’opérateurs turcs, les chambres de commerce de Vietnam et de Corse témoigne de cette volonté du groupement à avoir sa place dans cette dynamique de mondialisation. Et le financement des entrepreneurs malgaches par le biais d’un partenariat avec l’Association Professionnelle des Banques constitue également un autre défi à relever. En fait, « avec le taux d’intérêt des prêts qui reste trop élevé, soit de 18%, et le système de garantie qui engage souvent tout le patrimoine de l’entrepreneur, il est toujours difficile pour les opérateurs surtout dans les régions d’accéder aux crédits. Et malgré l’intégration régionale de Madagascar dans les marchés communs, les entrepreneurs malgaches y sont très peu visibles dans ces marchés, car ils ne comptent que 10 à 15% », a soulevé Erick Rajaonary.

Start-up. Par ailleurs, une des actions-phares du groupement constitue le concours start-up. Lors de la première édition, deux jeunes entrepreneurs dans la culture champignonnière ont obtenu de gros lots en plus d’un accompagnement dans le développement de leurs activités. « Nous poursuivrons ce projet pour permettre à l’entreprenariat des jeunes de prendre de l’ampleur au niveau national », a-t-il enchaîné. Notons que le FIVMPAMA a également soutenu et parrainé le start-up week-end Paris les 26 et 27 novembre 2016 avec Junior Pour Madagascar, sans oublier la mise en place du FIVMPAMA-France.

Navalona R.

Midi Madagasikara15 partages

Cross-country – Mada : Deux tickets pour les mondiaux de Kampala en jeu

Les grosses pointures  vont livrer bataille au Championnat national de cross-country ce samedi 25 mars à Ihosy.

Plus de 300 coureurs issus de toutes les ligues régionales sont attendus à Ihosy au sommet national toutes catégories.

Enjeu. Jean de la Croix Rakotomalala de la CNaPS chez les hommes et Nanie Razafindrafara (3FANS-Analamanga) remettent en jeu leurs titres chez les seniors. La course sera ouverte ce samedi à Ihosy. Les gros calibres seront tous sur la ligne de départ pour cette compétition inaugurale de la saison. L’enjeu est de taille pour tous les coureurs car les deux champions représenteront la Grande-Ile au Championnat du monde de cross-country prévu pour le 25 mars à Kampala, Ouganda. Une épreuve qui promet d’être disputée surtout au niveau des seniors hommes où le vainqueur de 2016, Jean de la Croix, tentera de garder son titre. Fulgence son co-équipier qui a raté de peu la victoire, à 7 secondes en 2016, ne va pas faire de la figuration. C’est dire les deux coureurs seront sur le départ ce samedi, il faudra s’attendre à une belle entrée en matière.Chez les dames, les choses s’annoncent compliquées pour la championne sortante, à savoir Nanie Razafindrafara. Marthe Ralisirina du 3FB, deuxième en 2016 aura une revanche à prendre tout comme Fanomezantsoa Razafindravelo du Garage Radom.

Cadors. « La décentralisation de la compétition à Ihosy coïncide avec la politique de la fédération dans la promotion de la discipline et la détection de nouveaux talents. Les cadors à l’image de Hajanirina Andriamparany du Cosfa, Fulgence Rakotondrasoa d’Antsirabe et Mampitroatsa du COPSN Boeny chez les hommes, Fanomezantsoa Razafindravelo du Garage Radom, Marthe Ralisirina du 3FB du côté des dames se sont déjà engagés pour ce sommet national », a fait savoir la présidente de la fédération malgache d’athlétisme, Norolalao Ramanantsoa. Les seniors parcourront une distance de 10 km, 8 km pour les U20G et 6 km pour les U20F, 6 km pour les U18G et 4 km pour les U18F, 4 km pour les U16G et 2 km pour les U16F.

T.H

Midi Madagasikara14 partages

ASIA 2è édition : 10 .000 invitations gratuites à distribuer

Suite au grand succès  de l’année précédente, ASIA revient avec sa deuxième  édition qui se déroulera du 24  au 26 mars prochain au Parc des Exposition Forello Tanjombato. Le premier évènement économique que présentera l’agence Première Ligne cette année, a pour objectif de  faire profiter à la population malgache les cultures asiatiques et de faire découvrir les différents pays de l’Asie du Sud-Est et de l’Asie continentale. «  Ce sera une grande première commerciale étant donné que  plus de 10.0000  invitations gratuites font d’ores et déjà l’objet d’une première large diffusion et sont disponibles dans plusieurs magasins de la capitale », a affirmé Domenichini Ramiaramanana le D.G de Première Ligne. Sponsorisée par la marque HYUNDAI, et en partenariat avec la BNI, Evento, Info Event,Plantation Bemasoandro, MaTv, Hotel du Louvre, No Comment, Orange etc., cette foire internationale entre les pays de l’Asie avec l’Océan Indien aura donc lieu au plus grand espace couvert de Madagascar et de l’Océan Indien.  Ce sera donc le lieu de rencontre aficionados du « Asia is beautifull » avec, sans oublier la possibilité d’y découvrir une large gamme de produits de l’Asie. Cette foire internationale multisectorielle  est aussi le reflet des nombreuses relations amicales de Madagascar avec l’ensemble des pays de l’Asie. Le D.G de l’agence Première Ligne a aussi rajouté que des voyages ainsi que des appareils électroménagers seront à gagner durant ces 4 jours, cela grâce aux tirages  au sort des invitations qui se feront sur place.

Koloina H (Stagiaire)

Midi Madagasikara14 partages

Lu pour vous ! « Lisy Mianjoria » : entre fantaisie et songe !

« Soudain, Tana se retrouve complètement détruit, sans préavis. Madagascar est sous les cendres et anéanti. La Terre connut également le même sort. Et il y a cette petite fille aux cheveux frisés, Lisy, qui s’introduit dans la chambre de Rabe un soir, venue le sauver. Elle lui dit qu’il y a un Antananarivo, un Madagascar autres que ce que nous connaissons déjà, que là-bas, les gens ne polluent pas l’environnement, que le train parvient jusqu’à Amborovy, que le lac Anosy y est propre… ». « Lisy mianjoria », le premier roman entièrement en malgache de Môssieur Njo fera voyager le lecteur dans un monde situé entre le temps et l’espace, un endroit merveilleux tout droit sorti de son imagination. Un livre dans lequel le lecteur découvrira le « Tana » de rêve de l’auteur : un lac Anosy où ne souffle plus une odeur nauséabonde et répugnante mais qui sent bon les fleurs et où l’on peut pique-niquer.  « Lisy mianjoria », un ouvrage plein de fantaisie qui plaira non seulement aux amoureux de livre mais qui pourrait également tenter les amateurs.« Lisy mianjoria » de Môssieur Njo, 360 pages, disponible en librairie et en ligne depuis le mois de janvier.

« Ilay dinan’ny fitia » : de suspens en suspens !Voahary et Dina sont amoureux éperdument l’un de l’autre. Fiancés depuis deux ans, le jeune couple prépare actuellement ce qui devrait être le plus grand jour de leur vie : celui où ils se diront enfin oui devant Dieu et les hommes.  Une histoire des plus banales, à ne lire que les premières pages. Mais soudain, la jeune femme disparaît, sans laisser de trace, après l’explosion d’un pont. Dina serait-elle liée à cet évènement ? L’époque dans laquelle se situe l’histoire est  en effet trouble. La vie politique n’est pas stable. Une crise se prépare et les deux jeunes gens sont très impliqués dans la vie et les projets de leur parti politique respectif.  Voahary a remué ciel et terre pour retrouver sa belle. Trois ans après la disparition de Dina, alors qu’il n’y croyait plus, une lettre lui parvient. Il reconnaît l’écriture : « Voahary malalako ! Andraso aho ! Hitohy ny tantarantsika ». Une lettre qui fait renaître l’espoir. Quatre ans après, ils se retrouvent enfin, mais pour vivre un autre drame. La jeune femme est gravement malade et est devenue maman, d’un petit garçon : Lova, un petit métisse qui ne parle ni ne comprend le malgache. Mais sur tout, l’amour l’emporte. Voahary n’a jamais oublié son amour de jeunesse, celle avec qui il voulait fonder sa vie. Il la soutient et devient même un père pour le petit Lova. Plus tard, il découvrira un grand secret, un lourd secret que la jeune femme ne lui révèlera qu’à l’article de la mort : elle est séropositive et lui a transmis sa maladie. Une histoire qui, contrairement, à la plupart, ne connaît pas une fin heureuse et qui tiendra sans aucun doute le lecteur en haleine, jusqu’à la dernière page.« Ilay dinan’ny fitia » d’Esther Randriamamonjy, 256 pages, disponible en librairie depuis 2008.Mahetsaka

Tananews12 partages

Morondava : affrontement meurtrier entre dahalo et fokonolona

6 décès à déplorer du côté du fokonolona, tués à coups de couteaux, haches et autres machettes.

N’y aurait-il pas un moyen d’éradiquer définitivement cette vermine que sont ces dahalo ?

Ce ne sont pas des homo sapiens ces gens là. Mais des créatures préhistoriques qu’il convient d’éliminer au même titre que des chiens enragés.

Midi Madagasikara11 partages

Une nouvelle impulsion bientôt donnée par le régime

Est-ce que cette fois-ci, on va enfin y arriver ? Le président de la République avait éludé la question à chaque fois que les journalistes l’interrogeaient sur un remaniement ou un changement de gouvernement. A en croire certains bruits de couloir, il devrait avoir lieu bientôt. Il s’agit, croit-on savoir, pour le chef de l’Etat de donner une nouvelle impulsion à un quinquennat où il n’a, jusqu’à présent, pas atteint les objectifs fixés lors de son élection.

 Une nouvelle impulsion bientôt donnée par le régime

Plus personne ne veut revenir sur les promesses faites par le président de la République à maintes reprises. Les gouvernements qui se sont succédé n’ont pas réussi à réaliser les programmes présentés lors de leur constitution. Les premiers ministres nommés n’ont pas su prendre les initiatives nécessaires pour sortir le pays du marasme où il se trouve. Ils n’ont pas su se libérer de l’emprise des équipes entourant le chef de l’Etat et n’ont fait que gérer la crise existante. Au fil du temps, aucune évolution positive de la conduite des affaires de l’Etat n’a été observée. La promesse de milliards de dollars de crédit faite par les bailleurs de fonds a été un signe que le régime entend bien exploiter. Mais aucune avancée n’a été observée depuis cette réunion qualifiée d’historique. La situation s’est même détériorée à cause de la gestion désastreuse des délestages. Le nouveau départ annoncé n’a pas eu lieu. Les rumeurs de remaniement ou de changement de gouvernement n’ont jamais cessé. Le président pressé de questions par les journalistes est toujours resté imperturbable, affirmant que cela aura lieu au moment opportun. Mais tous les observateurs ont pu constater le fébrilité qui régnait dans certains ministères. Apparemment, le moment opportun annoncé par le chef de l’Etat n’est plus très loin. Les consultations ne se font plus en catimini. Pour le régime, il s’agit maintenant de mettre en chantier les projets qu’il a annoncés. C’est donc une nouvelle équipe qui va le faire.

Patrice RABE

L'express de Madagascar9 partages

Domaine d’Ankatso – Des branchements illicites révélés

« Infraction pénale ». La société « Jiro sy rano Mala­gasy » (JIRAMA) n’a pas mâché ses mots dans le qualificatif du « vol » d’électricité et d’eau potable, découvert dans « le domaine d’Ankatso », hier.Comme annoncé, la société d’énergie procède à un ratissage pour débusquer les voleurs d’eau et d’électricité. Sur la base d’anomalies constatées sur leur facturation, le « task force » de la Jirama a placé dans son viseur deux grosses sociétés, la semaine dernière. Une nouvelle descente dans une propriété de l’une d’elles a ainsi été faite hier.« Depuis le 14 février, le task force électricité et le task force eau ont procédé à des contrôles in-situ au sein du domaine d’Ankatso », rapporte le communiqué de presse publié, hier, par le service de la communication de la Jirama. Cette missive ajoute : « Les techniciens ont constaté et dûment prouvé l’effectivité de vols d’électricité et d’eau potable, constitutifs d’infraction pénale.(…) D’ailleurs, les auteurs ont reconnu leur forfait dont la date remonte à mars 2011 ». Un branchement illicite en électricité a donc alimenté durant toutes ces années « vingt-trois appartements ».Pour la consommation en eau potable, « vingt appartements et une piscine » ont été approvisionnés « sans système de comptage ». En réaction, la société d’État compte porter plainte devant la juridiction pénale. Outre les sanctions et peines prévues, notamment dans le décret réprimant les vols d’électricité adopté en début, ou de l’article 401 du code pénal, « l’application de la mesure commerciale de rappel de la consommation en vigueur » est aussi prévue », indique le communiqué de presse. Celui-ci souligne, qu’en matière de vol d’électricité, les branchements illicites constituant « une menace pour la sécurité des personnes et des biens » constituent une circonstance aggravante.

G.F.R.

Midi Madagasikara8 partages

Basket-ball – Coupe du président : L’ASJBM de Mahabo frappe d’entrée

Les éliminatoires de la Coupe du président de basket-ball pour la zone ouest ont débuté hier à Morondava.  Six équipes à savoir MFB Morondava Menabe, BCM Miandrivazo Menabe, BCM Belo Menabe, ASJBM Mahabo Menabe, GM Morondava Menabe et ASB Itasy se vont s’échanger les joutes pour prétendre aux deux tickets du play-off. Pour la première journée d’hier, l’équipe de la BCM de Miandrivazo s’est imposée de justesse par 49 à 47 devant celle du MFB de Toliara. L’ASJBM de Mahabo était en roue libre contre la formation du BCM de Belo sur le score de 89 à 60. Les éliminatoires se poursuivent ce jour.

T.H

L'express de Madagascar7 partages

L’argent de la SACEM à gérer par le PNUD

Parmi les discussions, en marge de la cérémonie de signature de l’accord sur le projet de Soutien au cycle électoral à Madagascar (SACEM), hier au siège de la Commission électorale nationale indépendante, à Alarobia, il a été entendu que les 12 millions de dollars du « basket fund », seront gérés par le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD). La CENI n’aura qu’à faire part des besoins dans ses activités d’organisation des élections au PNUD. Une méthodologie de travail qui n’est pas nouvelle, car déjà le cas durant l’organisation des scrutins de fin de Transition.

Midi Madagasikara5 partages

Best Class Decoration Contest : L’édition de 2017 sous le thème du patriotisme

Un concours à thème de la meilleure décoration de salle de classe a été initié auprès de l’EPEPSAA sise à Antanetibe-Ivato. Se déroulant chaque année, dans le cadre de la journée des écoles, ledit concours est l’occasion pour les enseignants, mais surtout les élèves de développer leur esprit créatif. En effet, grâce à cet esprit, les élèves et les jeunes peuvent développer leur imagination afin d’avoir une flexibilité mentale et une meilleure intuition. Et ce, dans le but de se démarquer dans la société. Ledit démarquage étant citoyen et responsable. Ainsi, incarnant la pédagogie par la créativité, la troisième édition du concours de la meilleure décoration des salles de classe a été axée sur le thème « Madagasikara, ma patrie, ma bataille ». Une façon pour les responsables de ladite école « d’initier déjà l’esprit patriotique,  mais aussi de cultiver la solidarité via l’esprit d’équipe ». Ce qui s’est fait par la transmission de bons messages grâce à la méthodologie utilisée. À cet effet, les élèves de toute catégorie ont pu laisser leurs créativités s’exprimer. Et comme c’était un concours, tous les élèves ont gagné chacun un prix d’encouragement. Ce qui cadre dans l’esprit de fraternité qui a guidé l’évènement.

Recueillis par José Belalahy

L'express de Madagascar5 partages

Affaire Lylison – Charles Andriamiseza défend le verdict

Soutien indéfectible. Le ministre de la Justice Charles Andriamiseza plaide en faveur de la décision de justice concernant l’affaire du sénateur Lylison René de Roland, condamné à un an d’emprisonnement ferme. Pour lui, «les démarches entreprises sur cette affaire sont légales. La partie défenderesse a été prévenue, et il y a un délai à respecter avant de statuer sur cette affaire», a martelé le garde des Sceaux, en marge de la présentation du projet «PASIE» (initiative régionale pour l’amélioration de la gouvernance, la reddition des comptes dans le secteur extractif en Afrique Franco­phone Subsaharienne), hier, à la Cour suprême à Anosy.Suite à une constatation d’un procès verbal de recherches infructueuses après l’enquête de la gendarmerie, le juge d’instruction a porté cette affaire pour audience le 7 février 2017 dernier, et le verdict est tombé une semaine plus tard.Hier, la famille du sénateur Lylison René de Roland a décidé de faire opposition à ce verdict du tribunal. Une démarche illégale, selon le code de procédure pénale. En effet, selon l’un des membres de son conseil d’avocats, « si la défense entame cette procédure d’opposition, le sénateur Lylison, qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt, aurait dû assister à cette audience ».S’agissant d’un jugement par défaut, le sénateur en question aurait dû être notifié par l’huissier de justice pour que ce verdict soit effectif. Une situation inconfortable pour cet officier supérieur de la gendarmerie devenu sénateur.

Juliano Randrianja

Midi Madagasikara4 partages

ACD : L’affaire portée au sommet de l’Etat

L’affaire ACD est portée au sommet de l’Etat. Face au forcing du gouvernement. Les groupements patronaux en appelle au Président de la République pour que la parole de l’Etat soit respectée, que les discussions qui ont été entamées sur la sécurisation des ports se poursuivent au sein de la plateforme de dialogue public-privé, conformément à l’accord signé le 1er Mars et que ce projet de mise en œuvre de l’ACD soit arrêté une fois pour toutes.

Critiqué par les Américains, l’ACD est aussi fortement contestée par le secteur privé. Tous les groupements patronaux, en l’occurrence, le Groupement des Entreprises de Madagascar (GEM), le Syndicat des Industries de Madagascar (SIM), le Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy (FIVMPAMA), le Groupement des Entreprises Franches et Partenaires (GEFP) et l’Entreprendre au Féminin Océan Indien (EFOI). Dans un communiqué, ces groupements représentatifs de l’ensemble des entreprises malgaches dénoncent la tentative gouvernementale.

Dialogue public – privé. « Un an après la première tentative de mise en place du système ACD, le secteur privé est de nouveau confronté à un projet similaire, sinon identique, matérialisé par la « Note explicative » de l’APMF en date du 19 janvier 2017.La lecture de cette note montre que l’APMF reprend les mêmes arguments dont l’inexactitude et le manque de pertinence ont pourtant été maintes fois démontrés par le secteur privé, notamment dans son communiqué du 15 Février 2016 ; et confirmés par les partenaires techniques et financiers. L’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique vient encore de réitérer sa position vis à vis du système ACD. Le GEM rappelle qu’il a signé le 1er Mars dernier, au nom du secteur privé, un accord qui prévoyait «de travailler de concert pour la mise en place d’un système de sécurisation des ports de Madagascar dont la mise en œuvre sera nationale et confiée à l’APMF ». Un groupe de travail a été constitué au niveau du dialogue public-privé. Les concertations privé-privé ont été achevées, le secteur privé attend toujours les résultats des consultations public-public. La « Note explicative » de l’APMF ne tient aucun compte de cette situation et si elle devait persister dans cette voie, la parole du Gouvernement serait en défaut.

Ebranlée. Dans ces conditions, la confiance serait ébranlée et la poursuite du dialogue public-privé ne pourrait être envisagée. Après les efforts et parfois les sacrifices consentis par le secteur privé dans le cadre de l’accueil du sommet du COMESA, du sommet de la Francophonie et sa participation massive à la CBI, la déception est grande. Par ailleurs, dans une conjoncture où les contraintes qui pèsent sur le secteur privé sont encore très fortes, cette initiative est mal venue. Après avoir subi pendant des semaines les problèmes de délestage, qui commencent tout juste à se résorber, subi la hausse du prix des carburants, les menaces inflationnistes dans plusieurs secteurs, le secteur privé souhaite pouvoir travailler dans la sérénité ».

Recueillis par R.Edmond

Tananews3 partages

Domaine d’Ankatso : des cas de vols de courant aussi

Après enquête, des étudiants ont avoué qu’ils se branchaient ainsi indûment depuis .. 2011 !

Aaah les belles années de la Transition : de la gabegie, du bordel, du laisser faire laisser aller.

Et sinon il semblerait qu’environ 20% des utilisateurs de la Jirama se brancheraient donc avant compteur.

Mais il y a encore mieux : certains détournent aussi l’eau. Pour remplir leur piscine notamment.

C’est abuser quand même.

News Mada3 partages

Relance de l’ ACD : le secteur fait bloc

Les instigateurs de l’Advance cargo declaration (ACD) persistent a priori pour l’application du système, alors que de nombreux éléments restent inexpliqués. L’ensemble du secteur privé vient de monter au créneau et exprime sa grande déception par le biais d’un communiqué.

Les membres du secteur privé déplorent un retour à la case départ quant aux discussions sur l’application de l’ACD. Une année après la suspension dudit projet, le secteur privé déclare se trouver « de nouveau confronté à un projet similaire, sinon identique, matérialisé par la Note explicative de l’APMF en date du 19 janvier 2017 ».

Le dialogue public/privé de nouveau menacé

Considérablement déçus de la tournure des événements, les opérateurs reprochent ainsi à l’APMF de ne pas tenir compte des accords établis auparavant selon lesquels chaque partie prévoyait de « travailler de concert pour la mise en place d’un système de sécurisation des ports de Madagascar dont la mise en œuvre sera nationale et confiée à l’APMF ». Le Groupement des entreprises de Madagascar (Gem) rappelle à ce sujet qu’il a signé le 1er mars dernier, au nom du secteur privé,  un accord y afférent. « La Note explicative de l’APMF ne tient aucun compte de cette situation et si elle devait persister dans cette voie, la parole du gouvernement  serait en défaut. Dans ces conditions, la confiance serait ébranlée et la poursuite du dialogue public/privé ne pourrait être envisagée », déclare le secteur privé dans son communiqué, signé en l’occurrence par le Gem, le Sim, le Fivmpama, le GEFP, l’Efoi…

Arguments contradictoires

Dans un communiqué publié hier, les arguments contradictoires de l’APMF n’ont fait que nourrir davantage les suspicions. Les initiateurs du projet parlent en effet cette fois-ci d’un mécanisme de contrôle de la chaîne logistique relatif aux accords maritimes internationaux (SOLAS, ISPS), de la Charte de l’Union africaine de Lomé sur la sécurité, sûreté et développement maritime, des accords de Djibouti Code of conduct ou encore du rapport de la Banque mondiale sur la Supply Chain Security (SCS).

Bref, après que la représentation américaine au pays ait, une fois de plus, désavoué le système qu’ils comptent mettre en place, ils ont brusquement changé de langage en invoquant des accords pris au niveau africain, alors qu’il y a peu de temps encore, ils ne juraient que par les « exigences des Garde-côtes américains ». L’ambassade des Etats-Unis à Madagascar avait, pour rappel, clairement indiqué qu’ « Il n’y a aucune obligation dictée par les Gardes Côtes des Etats-Unis sous le Programme international de sécurité portuaire (International Port Security Program) ou sous le code ISPS (International Ship and Port Facility Code) pour un système ACD tel que fourni par la société ATPMS ».

Respect de la parole donnée

Ce n’est en tout cas pas la première fois que les initiateurs du projet se dédisent ou se contredisent pour justifier à tout prix leur projet. On aura beau parler d’ « ACD de l’ Union européenne, du Mexique ou du Canada », mais le système que l’APMF et l’ ATPMS comptent mettre en place n’est pas le même que celui opérationnalisé ailleurs. Et c’est d’ailleurs un des principaux points sur lesquels l’ ambassade américaine avait mis le doigt en soulignant qu’ il n’y a, encore une fois, aucun lien avec le code ISPS et cet ACD d’ATPMS.

Le secteur privé en appelle ainsi au président de la République pour que la parole de l’Etat soit respectée, que les discussions qui ont été entamées sur la sécurisation des ports se poursuivent au sein de la plateforme de  dialogue public/privé, conformément à l’accord signé le 1er mars 2016 et que ce projet de mise en œuvre de l’ACD soit arrêté une fois pour toutes.

Haja R.

 

News Mada3 partages

Tetikasa Pasie : arahi-maso ny volan’ireo mpitrandraka harena an-kibon’ny tany

Firenena efatra mampiasa teny frantsay, aty amin’ny tapany atsimon’i Afrika no ampiharana ny tetikasa fanatsarana ny fanaraha-maso ny indostria mpitrandraka harena an-kibon’ny tany na Pasie*. Tafiditra anatin’izany i Madagasikara, miaraka amin’i Mali, Burkina Faso ary Cameroun. Arahi-maso manokana amin’izany tetikasa izany ny vola mihodina amin’ireo indostria mpitrandraka harena an-kibon’ny tany ireo.

 Tsy takona afenina ny fananan’i Madagasikara harena an-kibon’ny tany, saingy tsy hita misongadina ny tambin’izany any amin’ny faritra sy eto amin’ny firenena. Tsy araka ny voatrandraka ny miditra anatin’ny kitapom-bolam-panjakana, tsy misy afa-tsy 2,12 % monja amin’ny harinkarena faobe raha ny eto Madagasikara. Koa apetraka eto amintsika ny tetikasa Pasie (Projet d’amélioration de la surveillance de l’industrie extractive), fanaraha-maso ny vola mihodina amin’ireo orinasa mpitrandraka harena an-kibon’ny tany ireo. Manohana ara-bola ireo firenena efatra voakasik’izany aty Afrika, ny governemanta kanadianina, nanome 18 tapitrisa dolara. Manana andraikitra misahana izany eto an-toerana ny Cours des Comptes, rafitra faratampony amin’ny fanaraha-maso ny vola miasa.

Voalohany izao ny Cours des Comptes hanao izany asa izany any anivon’ireo orinasa mpitrandraka harena an-kibon’ny tany. Manaraka fiofanana momba izany ireo mpitsara ao aminy, anton’ny atrikasa ataon’izy ireo nanomboka omaly hatramin’ny 24 febroary izao. “Tsy voafetra ny hanaovana fanaraha-maso, indostria vaventy, salantsalany, mpitrandraka madinika. Mandeha miandalana ny asa atao, araka ny fahafahan’ny Cours des Comptes, satria tsy io irery ny asanay”, hoy ny filohany, Andriambolanirina Arison Jean Noël. Tsy manasazy akory ny Cours des Comptes fa mijery ny fomba fiasa, manitsy izay tsy mety, manome tolo-kevitra hanitsiana ny fitantanana raha misy tokony hahitsy, ary afaka maka mpisolovava mpiaro izay orinasa hanaovana izany.

Ampolony monja ny mampidi-bola be indrindra

Efa eo ny EITIE, misahana ny hisian’ny mangarahara amin’ny sehatra fitrandrahana harena an-kibon’ny tany, ny tetikasa Pasie kosa, momba ny vola manokana. “Eto Madagasikara ahitana ireo indostria lehibe, toy ny QMM, Kraoma, Ambatovy sy karazany maro hafa, koa tsy mahagaga raha tafiditra amin’ity tetikasa Pasie isika. Efa misy ny ezaka nahazoana 2300 miliara Ar, saingy tokony mbola ho be lavitra noho izany ny miditra”, hoy ny minisitry ny Harena an-kibon’ny tany sy ny solika, Zafilahy Ying Vah. Amin’ireo fahazoan-dalana anarivony, ampolony monja ny mampidi-bola be indrindra. Amin’izao aloha mbola tsy tafiditra ny solika, vao manomboka ny fitrandrahana menaka mavesatra ataon’ny Madagascar Oil.

R.Mathieu

News Mada3 partages

Antsiranana : grève avortée des taxis Bajaj

Le calme est revenu dans la ville d’Antsiranana depuis hier après une grève avortée des taxis Bajaj contestant la hausse de la taxe sur la licence d’exploitation. Une réunion conjointe décidera de la suite des revendications avant le 28 février.

Les taxis  Bajaj opérant dans la ville d’Antsiranana n’ont pas réussi à faire fléchir le maire malgré un début de manifestation qu’ils ont entamée en suspendant leurs activités, hier. Ils ont, en effet, procédé à une grande caravane partant du stade vers la mairie, hier matin, pour protester contre la décision communale d’augmenter de 280% les taxes sur la licence, suivant les préavis de grève affichés depuis une semaine sur les taxis Bajaj. La délégation prévue rencontrer le préfet d’Antsiranana a pu discuter avec les membres de l’Organe mixte de conception (OMC) qui ont été réunis, mais a échoué dans sa mission. Le maire a refusé de revenir sur une décision délibérée par le conseil municipal en décembre 2016 et contrôlée légale par la préfecture et dont le décret d’application a été publié depuis le 25 janvier 2017.

Les taxis Bajaj dans l’expectative.

Le maire leur a par ailleurs déclaré avoir effectué une étude préalable sur les recettes des taxis Bajaj qui ont sextuplé, avant de proposer le nouveau tarif au conseil municipal. Dans le même ordre d’idées, la décision communale sur les taxis Bajaj va dans le même sens que celle des autres régions. Il a promis en plus de programmer une réunion extraordinaire entre les coopératives de transport de ces taxis  et les membres du conseil municipal avant le 28 février, date butoir prévue Cette échéance a donc été reportée au 31 mars prochain pour permettre de repartir sur de nouvelles bases.

Le manque de solidarité entre les 300 propriétaires de ce genre de taxi peut être à l’origine de l’attitude de la commune, selon leur porte-parole qui a révélé hier que certains se sont déjà acquittés de cette taxe, allant à contre-courant des revendications. La grève d’avertissement n’aura duré qu’un tour d’horloge puisque les activités ont repris après cette rencontre infructueuse avec les autorités.

Manou

News Mada3 partages

Madagascar il y a 100 ans : nouvelles de Sainte-Marie de Madagascar (2)

(Suite et fin.)

Le Sidney, qui a mouillé ce matin sur notre rade venant de Diégo-Suarez, va lever l’ancre ce soir pour Tamatave ; le temps nous fait donc défaut aux colons, aux planteurs et aux habitants de l’île, pour adresser une pétition à notre distingué et bienveillant Gouverneur Général de Madagascar, pour le supplier de faire rétablir, – de toute impérieuse nécessité, – l’ancien itinéraire des annexes Bagdad et Sidon pour des escales mensuelles aller et retour Diégo, Ste-Marie, Tamatave ; au retour, Tamatave, Ste-Marie sur Diégo.

Nous signalons de plus à Monsieur le Gouverneur Général que, sur la population de cinq mille âmes, il y a encore cinq cents détenus de la maison de force et de correction qu’il faut nourrir, que sans le Bagdad ou le Sidon, le fournisseur actuel ne trouvera aucun transport de Tamatave à Ste-Marie pour les fournitures de riz.

Que le journal Le Tamatave nous vienne en aide dans cette circonstance, en publiant nos appels à qui de droit.

Un vieux colon.

Mauvais temps

à Vatomandry (1)

D’un autre côté, un ami de Vatomandry nous fait de sa région le navrant tableau ci-après :

Depuis le 4 au soir, nous traversons une période de grosses averses qui n’ont pas manqué de faire gonfler et déborder les rivières alors qu’elles n’avaient pas encore repris leur cours normal depuis les dernières grandes crues.

La journée du 5, temps à grains fréquents ; mais dès le commencement de la nuit, le vent souffle et ne tarde pas à prendre une tournure inquiétante. On se fait la réflexion : « Si cela dure, nous sommes perdus. »

En effet, le 6 au matin, on constate déjà pas mal de dégâts :

1° À l’Assistance médicale, la toiture de la Maternité est complètement enlevée (construction nouvelle en maçonnerie couverte de tôle) ; une grande partie de la « varangue » (en tôle) des bureaux du médecin inspecteur est également enlevée.

2° À la Douane, la toiture (tôle) du hangar débarcadère en partie enlevée.

3° L’abattoir complètement écrasé.

4° Au Marché, l’une des constructions en chaume également écrasée.

5° Quelques cases indigènes et de gros arbres brisés ou déracinés.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Tananews3 partages

Lylison en mode télétravail

Il a assisté à son procès de loin, entendu le verdict de loin, fait appel de loin, a également fait sa déclaration de patrimoine de loin, dénonce de loin la multiplication de faux comptes facebook à son nom.

Les joies du télétravail.

Et sinon Madame Lylison (existe-elle?), ça va ?

Il y a quand même quelque chose de difficile à faire dans un couple. De loin.

Tananews3 partages

Les rues de Tana : dans un état bien pourri

Comme tous les ans, après les pluies diluviennes, les nids de dinosaures font leur réapparition.

Les petits tip top, les petits rebouchages, sont rapidement emportés par les hectolitres d’eau, révélant les mêmes trous que l’année dernière.

Seule solution durable pour une ville comme Antananarivo : les grosses dalles de béton armé. Nous avons encore vu un autre exemple du côté de l’ancienne Ambassade de Chine (devenue Ministère des relations avec les Institutions), en bas de la descente pour aller vers Nanisana : terminé les trous avec la mise en place de grosses dalles de béton et ça dure.

Midi Madagasikara3 partages

Vivo Energy : Une nouvelle station Shell à Antsirabe

La nouvelle station Shell à Mandaniresaka.

Vivo Energy Madagascar, la société qui distribue et commercialise les produits et services Shell à Madagascar, étoffe son réseau de distribution. Elle  a procédé  vendredi dernier  à l’ouverture officielle de la station-service Shell Soava Dia à Antsirabe. Implantée dans le quartier de Mandaniresaka, sur la Route Nationale 7 vers le Sud, la nouvelle enseigne offre également une boutique, un service de lavage auto, et un service professionnel de vidange pour offrir aux clients l’expérience la plus complète et satisfaisante.

Afin de répondre aux besoins de sa clientèle, Vivo Energy Madagascar confirme une nouvelle fois sa volonté de se diversifier en proposant une offre qui répond aux besoins de chacun. Vivo Energy Madagascar veut offrir plus que des lubrifiants et des carburants de qualité supérieure et met aujourd’hui à la disposition de sa clientèle un véritable espace de vie aussi bien pour les riverains que pour les transporteurs de passage dans cette ville.

R.Edmond.

Midi Madagasikara3 partages

Surveillance des industries extractives : Madagascar parmi les pays bénéficiaires

Madagascar fait partie des quatre pays bénéficiaires de l’appui de l’Organisme des Affaires Mondiales de Canada et de la firme Cowater, une agence d’exécution, dans la mise en œuvre du Projet d’Amélioration de la Surveillance des Industries Extractives (PASIE). Ce projet intervient dans le cadre d’un programme de coopération en Industries Extractives pour un développement économique renforcé. « Il est financé par le gouvernement canadien à hauteur de 18 millions USD Canadien, soit l’équivalent d’à peu près 43 milliards en monnaie locale », a annoncé Alfred Enoah, le Chef de projet, lors d’un atelier de sensibilisation pour les pays de l’Afrique francophone et subsaharienne hier à la Cour des Comptes à Anosy. 

Résultats attendus. L’objectif consiste à renforcer les capacités des acteurs en matière de surveillance des industries extractives afin d’améliorer la gouvernance du secteur extractif. A cet effet, une traçabilité des revenus, un respect des cadres légaux, une préservation de l’environnement, un respect des genres et des impacts socio-économiques, une amélioration des recettes de l’Etat et du revenu des exploitants ainsi que de la balance commerciale, constituent les résultats attendus. « Pour l’heure, les recettes de l’Etat issues de ce secteur s’élèvent à 2 300 milliards Ariary. C’est encore faible face à la potentialité des ressources minérales du pays. En outre, on recense 4 000 permis miniers délivrés alors que seuls une dizaine d’entreprises minières contribuent à l’amélioration des recettes de l’Etat », a soulevé le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah.

Formations. Notons que la mise en œuvre de ce PASIE a été initiée avec le Conseil Régional de Formation des Institutions Supérieures de Contrôle des Finances Publiques de l’Afrique Francophone et subsaharienne pour réaliser un développement des compétences sous forme de formation et de conduite d’audits pilotes auprès de l’Institution Supérieure de Contrôle et de la Cour des Comptes. « En matière d’audit, trente magistrats poursuivent actuellement des formations. Ils effectuent des observations et émettent des recommandations afin d’atteindre ces objectifs », a évoqué le Président de la Cour des Comptes, Noël Arison Andriambolanirina.

Navalona R.

Midi Madagasikara3 partages

La Vie des Entreprises – ID Motors : Dong Feng, des bus taillés sur mesure pour les transports publics

Le Dong Feng fait 80 cm de longueur de plus et 40 cm de largeur de plus que le Sprinter.

Les nouveaux bus qui seront proposés par ID Motors ont fait l’objet d’un an d’études avant d’être introduits sur le marché malgache.

ID Motors n’est pas une entreprise inconnue sur le marché de l’automobile à Madagascar. A un peu moins d’un an après son inauguration, cette entreprise de droit malgache fait déjà ses preuves en tant que représentant des grandes marques comme Dong Feng qui figure dans le Top 3 en Chine et dans le Top 10 dans le monde.

Grande qualité. C’est justement en tant que concessionnaire de la marque Dong Feng qu’ID Motors a lancé le projet de nouveau bus pour les transports publics à Madagascar. Présenté la semaine dernière à Ambohitsorohitra, le bus Dong Feng affiche une grande qualité. Et c’est normal puisque ce car d’une nouvelle génération est conçu en partenariat avec PSA Peugeot Citroën. Mieux, le modèle qui sera utilisé à Madagascar est un bus taillé sur mesure pour les transports publics malgaches. « Il s’agit d’une offre professionnelle qui s’adapte parfaitement au contexte malgache, puisque le projet a fait l’objet de pratiquement une année d’études, par nos experts qui ont réalisé des tests sur terrain » explique David Ralambofiringa, Directeur Général d’ID Motors. Il s’agit en somme d’un bus adapté aux transports publics, non seulement dans la capitale, mais dans l’ensemble du pays. D’ailleurs, pour une performance encore meilleure, des modifications sont actuellement en cours, aussi bien dans la motorisation que dans le confort intérieur du bus Dong Feng, introduit à Madagascar dans le seul objectif d’améliorer et de professionnaliser les transports de passagers.

Carte magnétique. Parmi les grands avantages de ce nouveau bus capable de transporter 23 passagers assis et 26 debout figurent la sécurité et le confort qui n’ont rien à envier des transports publics dans les pays développés. Avec le système, une seule porte d’entrée devant, sur le côté droit et une seule porte de sortie, le car Dong Feng est muni du paiement par carte magnétique. Chaque passager est compté par le chauffeur avec un système de vidéosurveillance et toute tentative d’entrée sans payer est détectée. « L’utilisation de la carte de paiement permet non seulement aux transporteurs d’éviter toute perte de recettes, mais elle est également un facteur de sécurité dans la mesure où les passagers ne sont pas obligés d’apporter avec eux de l’argent liquide », selon toujours David Ralambofiringa. En ce qui concerne la taille du bus Dong Feng, elle peut s’adapter aux principales routes malgaches puisque le véhicule mesure 8,1 m de long (contre 7,3 m pour un Sprinter) et 2,4 m de large (contre 2 m pour le Sprinter).

Normes internationales. Dans ce projet, ID Motors va bien évidemment offrir les cars, mais également les services. « Le système de surveillance, le paiement par monétique, la sécurisation du car, du chauffeur et des passagers constituent autant de services qui accompagneront la fourniture du bus dont l’acquisition sera facilitée, à travers un système de financement qui est encore à l’étude » selon toujours le DG d’ID Motors. Les chauffeurs seront également formés et un partenariat avec l’Institut des Métiers de la Ville de la CUA est prévu pour ce volet formation. En somme, le seul et unique objectif d’ID Motors est d’améliorer les transports publics à Madagascar. Avec les bus Dong Feng qui peuvent transporter beaucoup plus de passagers que les autres cars, il y aura moins de voitures en circulation mais un nombre plus important de passagers transportés et dans des conditions de confort et de sécurité répondant aux normes internationales. A noter que les pièces détachées du bus Dong Feng seront disponibles à Madagascar et un service après vente aux normes internationales sera assuré par ID Motors qui envisage d’ailleurs de créer une usine de montage à Madagascar.

R.Edmond.

Midi Madagasikara3 partages

Biosécurité aquatique : Elaboration d’une stratégie nationale

L’élaboration de cette stratégie nationale contribuera ainsi à la bonne gouvernance, au développement durable et à la protection des systèmes aquatiques naturels.

« Les récentes épidémies et pertes importantes survenues dans les installations d’élevage de crevettes à Madagascar, dues au virus du syndrome des points blancs, ont amené le Gouvernement à reconnaître la vulnérabilité du pays face aux maladies des animaux aquatiques transfrontières ». Le Ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche de Madagascar, Gilbert François, l’a affirmé lors d’un atelier national réunissant tous les acteurs dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture qui durera deux jours à l’hôtel Panorama. Conscientes de cet état de fait, toutes les parties prenantes vont élaborer une stratégie nationale en matière de biosécurité aquatique, et ce, par le soutien du Fonds Africain de Solidarité et à travers l’expertise technique de la FAO.

Bonne gouvernance. « L’objectif consiste à renforcer le contrôle de la sécurité sanitaire des aliments destinés à la consommation locale tout en luttant contre les ravageurs et les maladies des plantes et des animaux aquatiques. Nous priorisons les produits d’exportation sans oublier les poissons d’eau douce qui sont les principaux aliments de la population malagasy. Pour le cas de la maladie affectant les crevettes, une espèce résistante sera bientôt connue grâce à un partenariat avec les groupements des opérateurs aquaculteurs de crevettes et une université à l’étranger », a-t-il évoqué. L’élaboration de cette stratégie nationale contribuera ainsi à la bonne gouvernance, au développement durable et à la protection des systèmes aquatiques naturels. Le renforcement de la capacité de gestion de la biosécurité aquatique nationale et de la santé des animaux aquatiques n’est pas en reste.

Il contient les plans d’action nationaux à court, moyen et long termes, utilisant une mise en œuvre progressive en fonction des besoins et priorités nationaux, et présente les programmes et projets qui aideront à élaborer une approche nationale de la gestion globale de la santé des animaux aquatiques.

Mesure proactive. La planification stratégique nationale pour la santé des animaux aquatiques et la biosécurité est une mesure proactive. Sans une telle planification préalable, un pays ne peut réagir que de façon fragmentaire aux nouveaux développements du commerce international et à la situation mondiale en ce qui concerne les maladies animales transfrontalières, et ses secteurs de l’aquaculture et de la pêche resteront très vulnérables aux maladies qui peuvent affecter gravement la pêche de capture et la production aquacole, ce qui entraîne des impacts sociaux et économiques majeurs. De plus, « cette stratégie nationale en matière de biosécurité aquatique revêt une importance significative tant pour la sécurité sanitaire alimentaire pour la consommation locale que pour le commerce des produits au niveau international, et donc pour l’économie du pays » a tenu a souligné Patrice TALLA, Représentant de la FAO à Madagascar, Comores, Maurice, Seychelles.

Navalona R.

L'express de Madagascar3 partages

Appui au cycle électoral – Moins d’argent venant de l’extérieur

Le projet Soutien au cycle électoral est mis en route. Par rapport aux élections de sortie de crise, la communauté internationale devrait réduire son appui financier.

Douze millions de dollars. Selon ce qui a été dit, hier, au siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à Alarobia, tel serait le montant de l’appui financier prévu être versé dans le « basket fund » du projet de Soutien au cycle électoral à Madagascar (SACEM).Par rapport aux élections de sortie de crise, avec un peu plus de 30 millions de dollars collectés dans le « basket fund » du Programme d’appui au cycle électoral à Madagascar (PACEM), ancêtre du SACEM, la somme annoncée, hier, est réduite à plus de la moitié. À l’instar du programme soutenant les élections de fin de Tran­sition, le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD) sera l’interface internationale du SACEM.En marge de la signature de l’accord entre l’État et la communauté internationale, représentée par le PNUD sur le projet de soutien, hier, Violette Kakyomya, représentante résidente de l’entité onusienne, a expliqué : « La somme collectée dans le « basket fund » a été réduite, car plusieurs matériels nécessaires aux votes ont déjà été achetés durant les élections de sortie de crise et disponibles au pays ».Dans son allocution d’ouverture de la cérémonie d’hier, la diplomate onusienne a déclaré que le SACEM « censé encadrer et piloter l’assistance électorale, vise à mettre sur pied un mécanisme de mutualisation des moyens autour de cinq grandes composantes du projet, qui sont l’appui à la fiabilisation et la crédibilisation des listes électorales, à la réforme du cadre légal, à la communication, l’éducation civique et électorale, aux opérations électorales et à l’assistance technique ».

ChargeAu regard des axes d’action du projet de Soutien au cycle électoral, ce sera à l’État de prendre en charge le reste du budget nécessaire au « cycle électoral », allant jusqu’en 2018. Les représentants étatiques présents à la cérémonie d’hier n’ont pipé mot sur la part de l’État dans le financement des prochaines élections. « (…) le gouvernement ne ménagera pas ses efforts pour apporter en temps opportun son concours pour la mise en œuvre du processus électoral », a affirmé Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, à Alarobia hier.Pour les élections de fin de Transition, le budget annoncé oscillait entre 60 et 70 millions de dollars. Une somme prévue pour l’organisation des élections présidentielles, législatives et communales. Il a donc fallu que l’État débourse au moins une trentaine de millions de dollars. Certaines voix indiquent qu’il est peu probable que le « cycle électoral », prévu se tenir courant 2018, soit aussi coûteux que les scrutins de sortie de crise. La charge de l’État devrait ainsi être réduite.Pour le vote de 2018, l’objectif est cependant d’avoir au moins dix millions d’élec­teurs inscrits sur la liste électorale. Une augmentation de près de deux millions de votants de plus qu’en 2013. Outre la présidentielle notamment, les réactions d’hier indiquent que « le cycle électoral » prend en compte, par ailleurs, les régionales et les provinciales. Des élections annoncées pour cette année, mais qui sont systématiquement éludées par les responsables étatiques en particulier.« Ici, il n’est pas question de telle ou telle élection, mais de l’organisation de toutes les élections prévues », a répliqué le Premier ministre à la presse, hier. « Comme le calendrier des régionales et des provinciales n’est pas encore défini, nous ne pouvons pas anticiper. Nous verrons les aménagements à faire dans le cadre de la SACEM, lorsque ce sera le cas », a, quant à elle, indiqué la représentante résidente du PNUD.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar3 partages

Secteur minier – L’industrie extractive à surveiller

Les juges de la Cour des comptes sont  en formation. Il s’agit d’améliorer la bonne gouvernance sur les industries extractives.

Mis. C’est dans un contexte d’adoption d’une version améliorée du code minier et pétrolier révisés que le projet d’amélioration de la surveillance de l’industrie extractive (Pasie) a été officiellement présenté hier à la Cour suprême d’Anosy.Faisant suite à un accord de contribution d’une durée de cinq ans financé par le gouvernement du Canada, en date du mois de mars de l’année dernière, ce projet a pour but d’améliorer la gouvernance sur le plan du secteur minier dans divers pays africain dont le Burkina Faso, le Cameroun, Mali et bien entendu, Madagascar.En somme, des pays dont les potentiels en matière d’industrie d’extraction sont importants mais où le flux d’investissements étrangers ne s’implique pas à un niveau qui permettrait une meilleure recette pour le gouvernement, l’amélioration du PIB ou encore l’accroissement des revenus d’exploitation pouvant ainsi pencher en faveur de la balance économique et commerciale du pays.Sous forme d’un atelier de renforcement de compétence, destiné aux responsables des audits auprès des institutions supérieures de contrôle (ISC), notamment à travers une formation dispensée aux juges de la Cour des comptes de Madagascar par des experts canadiens. « Nous avons déjà intégré cette activité dans notre plan de travail pour cette année 2017, et sommes déjà en préparation tant technique qu’en matière de ressource pour mener à bien la réalisation du projet », confie Arison Jean Noel Andriambolanirina, Président de la Cour des comptes auprès de la Cour Suprême.

PartenariatLe projet résulte d’un partenariat entre le conseil régional de formation des institutions supérieures de contrôle des comptes des finances publiques de l’Afrique francophone subsaharienne (CREFFAF) ainsi que du gouvernement canadien qui y a contribué à hauteur de 18 millions de dollars pour les 4 pays bénéficiaires cités précédemment. Il a pour vocation de provoquer des retombées positives directes pour la population de la localité où intervient telle ou telle industrie d’extraction. Ce qui n’est majoritairement pas le cas pour Madagascar. En effet, on recense, à présent, près de 4000 permis miniers enregistrés auprès des autorités; parmi ces milliers, une petite dizaine de sociétés impacte réellement sur la balance économique du pays. Le reste n’étant que des petites exploitations à taille humaine et qui n’interviennent nullement dans l’amélioration ni sur le revenu national et encore moins dans le développement socio-économique de la population environnant la zone d’exploitation. Pourtant, les enjeux en matière de bonne gouvernance sur le secteur minier s’élèvent à des milliards d’ariary, autant dire un énorme manque à gagner pour l’État ainsi que pour toute la population malgache.« C’est après consultation de toutes les institutions concernées par le secteur minier en particulier et le développement en général que nous avons validé l’application dudit projet, de ce fait, nous estimons des retombées positives une fois qu’il sera effectif », conclut Charles Andriamiseza, garde des Sceaux, Ministre de la Justice. Reste à savoir si l’application du projet impactera autant sur le secteur informel dans la mesure où elle ne s’applique jusqu’ici que sur les plus gros investisseurs enregistrés.

Harilalaina Rakotobe

Madaplus.info2 partages

SACEM : L’aide de la communauté internationale pour l’élection de 2018

Le projet Soutien Au cycle électoral de Madagascar (SACEM) concrétise la collaboration du gouvernement malgache, la CENI Madagascar et la communauté internationale, présenté par l’ONU dans la mise en œuvre de l’élection de 2018.
L’accord de ce projet est signé hier à Alarobia par Maître Hery Rakotomanana, président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), et Violet Kakyomya, représentante résidente du Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD). Le projet intervient dans le renforcement de la capacité de la CENI, de l’éducation civique, dans l’appui technique et financier pour que la prochaine élection soit démocratique, transparente, apaisée et conforme aux standards internationaux. Il est élaboré à partir des recommandations du Projet d’Appui au Cycle Electoral 2012-2014 à Madagascar (PACEM).
Tananews2 partages

Plus de 600 viols de mineures en 2016

Soit quasiment 2 viols par jour ?

Il y a vraiment des castrations qui se perdent dans ce pays.

Et pourtant couic, on coupe, on en parle plus, au suivant ?

News Mada2 partages

Fampandrosoana isam-paritra : voasakana sy mitohana ny ao Soanierana Ivongo

Soanierana Ivongo, Renivohitry ny disitrika, nefa mitovy laharana amina kaominina ambanivohitra maro hatramin’ izao. Tsy tongatonga ho azy izany fa misy ny sakana tsy hisian’ny fampandrosoana ao an-toerana. Manginy fotsiny ny mpandraharaha tsy mandoa hetra sy tamberimbidy ho an’ny kaominina.

 Renivohitry ny disitrikan’i Soanierana Ivongo ny kaominina ambanivohitra Soanierana Ivongo, azo sokajiana ho farany raha ao anatin’ny faritra Analanjirofo. Amin’ny maha kaominina azy, misy fokontany 17 ao aminy, voafidy ben’ny Tanàna, Ralaimamonjy Charles Hugues, amin’ny anaran’ny fikambanana Fivoy naorin’ny minisitry ny Tontolo iainana sy ekolojia, Ndahimanjara Johanita. Tsy misy fampandrosoana azo ianteheran’ny mponina ny ao an-toerana, tsy miditra ny vola avy amin’ny mpandraharaha sy ny mponina tokony handoa hetra. Mifanipaka ny hery roa eo anivon’ny kaominina, ny mpanatanteraka sy ny filankevitry ny tanàna.

Ny faran’ny herinandro teo, nanaovan’ny ben’ny Tanàna tatitra sy fanazavana ny antony tsy mampandroso ny kaominina.  » Miaiky aho fa tsy mandroso ny kaominina Soanierana Ivongo. Maro ny antony, anisan’izany ny tsy fandraisan’ny filankevitra fanapahan-kevitra momba izay tetikasa entina hanaovana asa fampandrosoana. Ohatra, ny tetikasa Pic2 hanamboarana ny seranan-tsambo sy lalana mamakivaky tanàna ; fangatahana orinasa mpivarotra solika, fanokafana banky, raha tsy hilaza afa-tsy ireo aloha” hoy ny ben’ny Tanàna, Ralaimamonjy Charles Hugues. Noho ny antony politika, sarotra ny mahazo fankatoavan’ireo mpikambana ao amin’ny filankevitra ny asa fampandrosoana naroso, araka ny fanazavan’ny ben’ny Tanàna,

“Hatramin’ izao, mbola tsy niverina aty aminay ny tamberimbidin’ny vokatra letisia” hoy ihany  ny ben’ny Tanàna. Voalaza fa mirongatra mihitsy ny fanaovana « ticket » hosoka, handraofana vola avy amin’ireo mpitatitra sy mpandraharaha mampiasa ny seranan-tsambo sy tamberimbidy avy amin’ny vokatra lavanila sy jirofo.

 

Tonga hamaha olana ny fikambanana Sim

Ny 18 febroary teo, nampahafantarina ny fitsanganan’ny fikambanana Soanierana Ivongo Mandroso (Sim), tarihan’ny filoha mpanorina azy, Ramanantsoa Marcellin, tale iraisam-paritry ny fitantanam-bola Atsinanana sy Analanjirofo no zanaky ny disitrikan’i Soanierana Ivongo. « Ampy izay ny ady saritaka ifanaovan’ny mpitondra eto an-toerana. Atao izay hampandrosoana ity disitrika ity. Fikambanana ivondronan’ny olona rehetra teratany Malagasy sy vahiny manana finiavana hampandroso an’ i Soanierana Ivongo ny Sim« , hoy ny filohan’ny Sim, nandritra ny lahateniny tamin’ny fampahafantarana ny fijoroan’ny fikambanana.

Noporofoiny avy hatrany tamin’ny fanolorany solosaina hiasan’ny kaominina, indrindra amin’ny fanaovana karatany ; tsy maintsy atao ny fanelanelanana eo anivon’ny ireo banky izay mety afaka hametraka masoivohony sy amin’izay afaka mametraka toby fitsinjarana solika. Tandindomin-doza amin’io fivarotana solika tsy manara-penitra io ny Tanànan’i Soaniarana Ivongo.

Efa indroa vaky ny biraon’ny kaominina, very tamin’izany ny solosaina mirakitra ny karatany, anisan’ny antony mahatonga ny firongatry ny ady tany. Ho mpanelanelana eo amin’ny famahana olana rehetra noho izany ny Sim.

Sajo

News Mada2 partages

Fehinkevitra noraisin’ireo kaoperativa : laharam-pahamehana ny tany ho an’ireo mpikambana

Nangonina daholo ireo olana rehetra sedrain’ireo kaoperativa miasa any amin’ny tontolo ambanivohitra, nandritra ny atrikasa nataon’izy ireo, ny herinandro lasa teo. Afa-po ireo mpandray anjara an-jatony nifanakalo hevitra tamin’ireo efa manana traikefa. Nanampy betsaka iny fihaonana iny ny NCBA-CLUSA avy any Etazonia.

Maro ny sakana amin’ny fampandrosoana any ambanivohitra. Anisan’ny olana lehibe indrindra, ny fahazoana famatsiam-bola sy ny fananan-tany, ny tsy fahalalan’ny betsaka amin’izy ireo momba ny hetra. Olana lehibe iray, ny fomba fahitana lalam-barotra hialana amin’ireo mpanangom-bokatra tsy ara-dalàna. Voamarika ihany koa fa tsy ampy fiofanana amina taranja maro ny tantsaha malagasy.

Manoloana ireo rehetra ireo, fehin-kevitra noraisina ny tokony hanaovana fihaonambe iombonana isan-taona. Asiana federasiona, tsenabe, vondrona isaky ny lalam-pihariana sy ny fifanakalozana. Tsy atao ambanin-javatra ny fampidirana ny teknolojia vaovao (Tic) amin’ny sehatra trandrahina, fidirana amin’ny Antenimieran’ny varotra sy sendika. Halatsaka ny hetra  alaina amin’ny tantsaha. Atao laharam-pahamehana ny tany ho an’ireo mpikambana.

Tokony hisy hatrany ny fifampiraharahana eo amin’ireo kaoperativa sy ny fitondrana foibe na minisitera, mpividy vokatra, mpamatsy zezika na masomboly, mpivarotra fitaovam-pamokarana, mpamatsy vola, ONG sy izay manana andraikitra mifanandrify amin’ny fampandrosoana ny fambolena, fiompiana, jono, asa tanana. Nampahafantarina ireo Malagasy mpandray anjara ny fivoaran’ny kaoperativa any Etiopia, momba ny fampitaovana, famokarana sy fahombiazan’ny tantsaha etiopianina. Laharam-pahamehana hatrany ny fanomezana tany ny tantsaha any amin’io firenena io.

Zahana izay mampidi-bola haingana

Nohamafisina ny fehin-kevitra mba hizahana akaiky izay lalam-pihariana mampidi-bola haingana, alain-tahaka ny any Afrika momba izany. Apetraka ny sampandraharaha manohana ireo izay efa manana endrika orinasa sy ny fampifandraisana azy ireo amin’ny mpanangom-bokatra. Nofaritan’ireo mpivory ny lalàna tsy maintsy ifampifehezana ho fandraisana mpikambana vaovao ; fampitomboana ny vola miasa amin’ny alalan’ny fifanakalozana ; fampitomboana ny tolotra amin’ny alalan’ny fifanarahana vita.

Vita ny fivoriana naharitra herinandro be izao. Maro nifampizarana tao ka niafara tamin’ireo fehin-kevitra ireo. Andrasana izany ny tena fampiharana azy.

R.Mathieu

News Mada2 partages

Industrie extractive : projet d’amélioration de la surveillance

L’industrie extractive dans un pays donné devrait normalement impliquer un flux important d’investissements étrangers. Par conséquent, beaucoup d’avantages sont attendus tels que l’augmentation des recettes du gouvernement, du PIB et du revenu national en plus d’un accroissement des revenus d’exploitation, sans oublier l’effet positif sur la balance commerciale du pays. En bref, une contribution au développement socioéconomique de la population.

Parti de ce constat, le Projet d’amélioration de la surveillance de l’industrie extractive en  Afrique francophone  subsaharienne (Pasie) a fait l’objet d’un accord de contribution de 5 ans, en date du 3 mars 2016 entre l’organisation Affaires mondiales Canada et la firme Cowater, agence d’exécution. Une séance de présentation du projet a eu lieu hier à la Cour suprême d’Anosy en présence du ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du pétrole et celui de la Justice.

Ce projet intervient dans le cadre du programme de coopération en industries extractives pour un développement  économique renforcé (Cedre) dont la contribution du gouvernement canadien est à hauteur de 18 millions de dollars canadiens, environ 43 milliards d’ariary pour quatre pays bénéficiaires : Burkina faso, Cameroun, Madagascar et Mali.

Un partenariat a été initié avec le Conseil régional de formation des institutions supérieures de contrôle des finances publiques de l’Afrique francophone subsaharienne (Crefiaf) pour réaliser le développement des compétences sous forme de formation et conduite d’audit pilote auprès des institutions supérieures de contrôle (ISC), la Cour des Comptes pour Madagascar.

Arh.

 

L'express de Madagascar2 partages

Beroroha – Le percepteur disparaît avec la paie

Les fonctionnaires de Beroroha n’ont pas été payés depuis le mois de décembre. Le percepteur a disparu avec des fonds de la trésorerie. 

La loi de la jungle à Beroroha. «Le percepteur principal n’a plus donné signe de vie depuis près de deux mois. Les fonctionnaires ainsi que les pensionnés du district vivent dans le désarroi. Le dernier paiement remonte au mois de décembre. Et encore, seulement unepartie des bénéficiaires ont perçu leur dû. Au mois de janvier, il n’y a pas eu du tout de paiement. Le percepteur principal leur a, tout bonnement, faussé compagnie. Pour ce mois-ci, personne ne sait à quoi il faut encore s’attendre », lance Tiaro Henri Ferlin, maire de Beroroha, élu sous la bannière Monima.L’heure est grave à entendre l’élu. «Les enseignants fonctionnaires ont décidé de mener une manifestation à partir d’aujourd’hui (NDLR : hier). Les classes sont, de ce fait, fermées pour une durée indéterminées. Ils sont environ une quarantaine à avoir cessé les cours », poursuit le maire.Le percepteur principal soupçonné de s’être évanoui dans la nature avec les fonds des usagers, est injoignable au téléphone. Même son portable de service estinopérant depuis maintenant quelques semaines. « Il s’est présenté à son bureau, pour la dernière fois fin décembre. Il y a eu des manquements dans les paiements. Ce qui  se passe relève du mystère, même pour nous. Au mois de janvier, tous les fonctionnaires et retraités sont rentrés bredouilles.Dans la mesure où un quelconque problème aurait pu survenir dans l’allocation des fonds, un rapport doit être fait au trésorier, ce qui n’a pas été le cas », martèle l’un des collaborateurs de l’agent spécial cloué au pilori.Interrogé sur une éventuelle poursuite contre celui-ci, le commandant de la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Beroroha indique qu’aucune plainte à ce sujet ne lui est jusqu’à maintenant, parvenue. À sa connaissance, aucun avis de recherche n’a été, de surcroît, lancé. « Pour ce qui est de ces troublants non-paiements, j’avoue ne pas être au courant », confie le commandant de brigade. En tout cas, le percepteur principal  incriminé est plus que jamais appelé à se présenter auprès de ses autorités hiérarchiques.

Affectation«Une décision d’affectation pour un poste à Mananara-Nord a été prononcée. Son successeur s’est rendu à Beroroha il y a  cinq jours, accompagné d’un inspecteur du trésor,pour faire la passation, mais il était absent au poste », indique, pour sa part, une source auprès de la trésorerie publique à Toliara. Le maire affirme l’avoir vu pour la dernière fois le 26 décembre 2016 à Ambalabe, une localité située à 25 kilomètres du chef- ,lieu de district de Beroroha. « ll se rendait à Toliara », fait savoir l’élu.Les fonctionnaires du district commencent à avoir  les nerfs à fleur de peau après avoir été menés en bateau pendant près de deux mois. « J’enseigne à Sakena, une localité enfouie dans l’extrême Nord de Beroroha. À chaque fois, je dois crapahuter sur  une distance de 130 kilomètres pour percevoir ma paie. Si à chaque fois je rentre les mains vides, alors là, ce n’est plus acceptable », fulmine Marcel Tsiketa.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar2 partages

Une nouvelle station Shell à Antsirabe

Vivo Energy Madagascar, la société qui distribue et commercialise les produits et services Shell à Mada­gascar a procédé hier, à l’ouverture officielle de la station-service Shell Soava Dia à Antsirabe. Implantée dans le quartier de Mandaniresaka, sur la Route Nationale 7, la nouvelle enseigne offre également une boutique, un service de lavage auto, et un service profession­nel de vidange pour offrir aux clients, une expé­rience complète et satis­faisante.

L'express de Madagascar2 partages

Une session extraordinaire improbable

Certains membres du groupe parlementaire HVM de l’Assemblée nationale souhaitent la tenue d’une session extraordinaire. Selon eux, il s’agira de voter une loi de finances rectificative, afin d’intégrer au budget de l’État de cette année 2017, les fonds acquis à la Conférence des bailleurs et des investisseurs (CBI) de Paris. Un souhait qui pourrait difficilement être exaucé en cette première moitié de l’année, étant donné que les promesses d’aide ou d’investissement acquis ne sont pas encore effectives.

L'express de Madagascar2 partages

Un groupement des professionnels de l’énergie

Le groupement des professionnels de l’énergie à Madagascar (GPDEM) vient de voir le jour. Comme son nom l’indique, il regroupe les grandes entreprises œuvrant dans le secteur de l’énergie, ainsi que des ingénieurs spécialisés dans le secteur.  L’esprit qui anime le GPDEM est d’aider les dirigeants étatiques à résoudre, une bonne fois pour toutes, le problème du délestage. Ce qui permettra un regain de la consommation. Cela renflouera les caisses de l’état.

L'express de Madagascar2 partages

Une alternative à trois faces pour Duchesne

La dernière partie du « Livre jaune » français renferme les instructions adressées au général Duchesne, commandant en chef du corps expéditionnaire, et à Ronchot, délégué du ministère des Affaires étrangères. Le « Livre jaune » est le recueil de différents documents sur les affaires de Madagascar distribué au Parlement français.Ces instructions parlent du second Traité- le premier date de 1885- à imposer à la reine Ranavalona III et de la ligne de conduite à observer au cours de la campagne si le gouvernement malgache cherche à ouvrir des négociations.D’après le ministre des Affaires étrangères, M. Hanotaux, « ou bien le gouvernementmalgache, venant immédiatement à résipiscence, s’efforcera de traiter au cours de votre marche sur Tananarive; ou bien il attendra pour se soumettre que nos troupes se soient emparées de cette ville; ou bien encore, poussant la résistance jusqu’à ses dernières limites, il abandonnera la capitale pour se retirer dans le Sud ».Des actions sont donc à mener en fonction de cette alternative.Dans le premier cas, Duchesne et Ronchot signeront le traité à condition que leurs vis-à-vis malgaches, envoyés par la reine et le Premier ministre, soient munis de pouvoirs réguliers et autorisés à signer pour la partie malgache. Cela ne doit pas pour autant interrompre la montée du corps expéditionnaire français vers l’Imerina, car « quelles que soient les dispositions du gouvernement hova, la prise de possession de Tananarive doit être la première condition de paix ».Dans la deuxième option, si les troupes de l’expédition arrive à Antananarivo et se trouve en présence d’un pouvoir régulièrement constitué, Duchesne devra faire signer le traité par celui-ci et une garnison sera installée dans la ville.Si la Cour abandonne la capitale, les troupes françaises auront à la poursuivre et à la rattraper. « Affaiblie par l’effet moral qu’aurait produit sur la population l’entrée de notre troupe dans la capitale, manquant probablement de vivres, peu apte à prendre des décisions et à s’organiser au milieu d’évènements aussi graves, elle prolongera d’autant moins sa résistance qu’on ne lui laisserait pas le temps de se reconnaître. »Dans les trois cas de figure, la marche du corps expéditionnaire doit être rapide et se faire pendant la saison sèche pour ne pas éreinter et affaiblir les soldats.Concernant la signature de la convention (ou du traité), les instructions de Duchesne mettent également l’accent sur la nécessité de traiter avec un « pouvoir existant, connu et accepté de la population.»« Vous ne devrez donc rien tenter pour enlever son trône à la reine Ranavalona. Il n’y aurait même que des avantages à ce que ce fût la souveraine elle-même qui prit l’initiative des pourparlers devant amener la soumission des Hovas… »Bref, le ministre Hanotaux recommande expressément à Duchesne d’éviter, autant que faire se peut, de porter atteinte à l’état des choses existant à Madagascar. Il prévoit déjà d’utiliser l’organisation politique et administrative de la Grande île pour le fonctionnement du protectorat à ses débuts.Il insiste aussi à ce que les populations locales soient traitées « avec un grand esprit de justice » et qu’il leur soit témoigné « toute la bienveillance » conciliable avec le souci de la sécurité des troupes françaises et exigences des opérations militaires. « Il sera impolitique de froisser sans nécessité leurs mœurs, leurs intérêts et même leurs préjugés… »Les instructions abordent aussi le cas des Sakalava, en particulier, celui des « populations indépendantes  ou semi-indépendantes » en général. Les Français devront « se tenir envers elles sur une grande réserve ». Ils doivent surtout éviter de leur faire des promesses « que peut-être nous ne pourrions tenir à l’avenir ».Le ministre Hanotaux parle enfin des premières réformes à réaliser concernant « l’amélioration du régime de la corvée, la suppression progressive de l’esclavage et l’organisation de l’administration judiciaire ».

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

Madaplus.info1 partages

ILONTSERA conscientise les acteurs médiatiques

Sur son communiqué, l’Observatoire des médias et de la communication à Madagascar, ILONTSERA a mis en exergue les points sur la « guerre médiatique » entre les médias « prorégime » et d’opposition.
Dans ce communiqué, ILONTSERA affirme que les médias manipulent la population, mais ils sont aussi manipulés par les politiciens en vue de la prochaine élection présidentielle de 2018. À travers les faits sociaux : insécurité, des vindictes populaires, les crises de riz, le problème de l’électricité et le transport commun, et la hausse des carburants, l’Observatoire des médias et de la communication à Madagascar rappelle la responsabilité des médias. Ainsi, ILONTSERA fait appel aux journalistes d’exercer dans « le professionnalisme et loyauté envers les citoyens », aux citoyens d’utiliser les réseaux sociaux de façon « contrôlée et raisonnée ».
Tananews1 partages

Fusillade d’Ambatobe : les 2 victimes évacuées à l’île Maurice

Le père et son fils, Indo-pakistanais, bien qu’hors de danger apparemment, ont été évacués à l’île Maurice.

Il est vrai que les hôpitaux à Babakoto Land n’ont d’hôpitaux que de nom.

Des mouroirs plutôt.

Tananews1 partages

Ça dérange d’être debout dans le bus ?

Non, dans toutes les capitales du monde on est assis ou debout dans un bus, il y a des pylônes et des poignées pour s’accrocher.

Il n’y a qu’à Babakoto Land que certains piaillent au scandale.

Ceci étant à Babakoto Land c’est aussi record de “mpisam” (pickpocket) et de “vas-y que je me frotte à toi madame” en prétextant la grande affluence dans le bus.

News Mada1 partages

Fampandrosoana : nanova fomba fiasa ny CUA

Nanova paikady amin’ny fampandrosoana. Nidina ifotony teny anivon’ny fokontany amin’ireo boriborintany enina eto an-dRenivohitra ny ben’ny Tanàna Ravalomanana Lalao sy ny ekipany tao anatin’ny efatra andro. Nanomboka tamin’ny fiandohan’ny taona ity fomba fiasa ity. Nijerena ny zava-misy izany sady namaritana ireo laharam-pahamehana ho an’ny mponina. “Anisan’ny notsidihina tamin’izany ireo fokontany 8 ahitana ny tetikasan’ny Komitim-paritra ho an’ny fampandrosoana (CLD) eny amin’ny  boriborintany fahefatra”, hoy ny mpirakidraharaha eo anivon’ny CUA, Ravaonirina Sarah Zoe, ny faran’ny herinandro teo tetsy amin’ny lapan’ny Tanàna, Analakely. Notateriny tamin’ny mpanao gazety tamin’izany koa ireo fitsidihana tany amin’ireo fokontany amin’ny boriborintany hafa sy ny hetahetan’ny olona ary koa ny fijerena ny olan’ny mponina eny ifotony. “Nitondran’ny ben’ny Tanàna vahaolana avy hatrany ny momba ireo fanorenana fotodrafitrasa tsy ara-dalàna, ny lakandrano maloto, ny fampitaovana ny CSB II teny Namontana. Eo koa ny trano fivoahana iombonana, tsy ampy noho ny olan’ny tany sy ny resaka famatsiam-bola”, hoy ihany ity tompon’andraikitra eo anivon’ny CUA ity. Nohamafisiny fa nomen’ny ben’ny Tanàna lanja manokana koa ny sehatry ny fitaizana ny tanora. “Anisan’ny hafatra averimberin’ny ben’ny Tanàna ny fiaraha-mientana eo amin’ny sefo fokontany sy ireo rafitra isan-tokony, toy ny fanadiovana eny ifotony. Aoka koa isika vahoaka handray andraikitra ho an’ny fampandrosoana maharitra eto amin’ity Renivohitra ity”, hoy izy.

Synèse R. 

 

News Mada1 partages

Fifidianana 2018 : ahina ny hanilihan’ny mpitondra ireo kandidà sasany

 « Firenena manana ny fiandrianam-pirenentsika isika, manana ny vahoakantsika manapa-kevitra. Tsy ny avy any ivelany no manapa-kevitra ho antsika, indrindra amin’izany resaka safidy izany, fa tokony ho ao anatin’ny adihevitra isika amin’izany. Tsy hisy afa-kihambo ho tompon’ny hevitra amin’izany. »

Valin-tenin’ny filoha Rajaonarimampianina ny mpanao gazety teny Sabotsy Namehana, ny 15 febroary, io, momba izay nambaran’ny ambasadaoron’ny Vondrona eoropeanina fa tsy ekena ny fanilihana kandidà na ny « Tsy. .. tsy…  » amin’ny fifidianana 2018. Raha tsiahivina, ny fiombonambe iraisam-pirenena no nahatonga ny hoe « Tsy Ravalomanana, tsy Rajoelina » tamin’ny fifidianana 2013.

« Enga anie hahazo mirotsaka avokoa ny rehetra, rehefa ampy ny fepetra hahazoany mirotsaka. Mahazo mirotsaka avokoa, na zato aza no mahafeno fepetra. Raha tsy mahafeno ny fepetra: inona ny fepetra horaisina? Satria natao arahina ny lalàna. » Izay no nambaran’ny filoha nasionalin’ny HVM, Rakotovao Rivo, tao amin’ny RNM, ny faran’ny herinandro teo.

Holalaovina amin’ny alalan’ny lalàna ny raharaha

 

Efa nampoizina… Any amin’ny lalàna no hilalaovan’ny mpitondra sy ny antokony ny raharaha, na ny fanilihana kandidà? Mby ao an-tsaina amin’izany ny amin’ny volavolan-dalàna fananganana fitsarana manokana misahana ny heloka ara-toekarena sy vola ary hetra. Ambaran’ny sasany fa fanilihana mialoha an-dRavalomanana sy Rajoelina tsy ho kandidà amin’ny fifidianana filohan’ny Repoblika izany.

Efa namaky bantsilana izay ny eo anivon’ny firaisamonina sivily, fa efa misy ny rafi-pitsarana iadiana amin’ny kolikoly na ny Pôle anti-corruption (Pac). Anisan’ny antony tsy mbola nahatafiditra amin’ny lahadinika hodinihina teny anivon’ny Antenimierampirenena io volavolan-dalàna io izay. Tsy eken’ny depiote ny hoe lalàna vao havoaka, hampiharina amin’ny raharaha teo aloha: taona 2009-2013.

Na ny lalàna momba ny fampihavanam-pirenena aza, misy milaza fa mamofompofona izay fanilihana kandidà izay. Na ahoana na ahoana, eo hatrany ny ahiahy amin’ny fanilihan’ny mpitondra kandidà. Mbola ho henjana ny raharaha. Politika io. Tsy vitan’ny famoahana fanambarana, famaliana bontana, famoahana na fampiharan-dalàna… Tsy kely lalana ny ratsy?

R. Nd.

 (Tahirin-tsary)

News Mada1 partages

Solontenan’ny Pnud, Violet Kakyomya : « Hitondra filaminana ny fifidianana misokatra ho an’ny rehetra»

Anisan’ny nivoitra tamin’ny lahatenin’ny solontena maharitry ny Pnud eto amintsika, Violet Kakyomya  ny momba ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny taona 2018. Na tsy mivantana aza, mitaky fifidianana tsy manilika kandidà ny Pnud.

« Hitondra fitoniana sy filaminana maharitra ny fifidianana azo antoka sy mangarahara ary tsy hanilihana na hanavahana ny hafa. Ara-dalana sy itokisan’ny eto an-toerana sy ny fianakaviambe iraisam-pirenena koa ny ho voafidy eo sy ny andrimpanjakana hijoro », hoy ny lahateniny. Tafiditra amin’ny fanohanan’ny Pnud antsika amin’izany fifidianana  izany ny fanaovan-tsonia ny Sacem, omaly teny amin’ny foiben’ny Ceni Alarobia. Notsiahiviny ny dingana vita niarahana tamin’ny fianakaviambe iraisam-pirenena.

 

Manohana hatrany ny sehatra iraisam-pirenena

 Anisan’izany ny fanohanan’ny  ONU ny hiatrehana ny fifidianana, nanomboka ny taona 2016 sy ny nandefasany iraka manokana naka hevitra amin’ireo mpisehatra rehetra eto amintsika, araka ny lahateniny ihany. Nambarany fa natao ity Sacem ity hanampiana antsika ho tohin’ny Pacem teo aloha rehefa nasiam-panitsiana avy amin’ireo mpisehatra amin’ny fifidianana eto an-toerana sy avy amin’ny iraisam-pirenena, anisan’izany ny UE.  Nanteriny ireo teboka dimy eo anivon’ny  Sacem. Eo ny tokony hahazoana antoka ny lisi-pifidianana, ny serasera sy ny fifandraisana ary ny fanabeazana ny olom-pirenena momba ny fifidianana, ny fanohanana ara-teknika ary ny fanitsiana ny lalàna.   « Manaporofo izao fanaovan-tsonia izao fa vonona ny fianakaviambe iraisam-pirenena handray andraikitra hanohana an’i Madagasikara, hiatrehana  ny fifidianana… Zava-dehibe ny fandraisan’andraikitry ny tsirairay sy ny fanajana izany mba hiantohana ny firosoana any amin’ny demokrasia sy ny dingana ho any amin’ny fitoniana, anisan’ny fepetra voalohany ho an’ny fampandrosoana sy hampivoarana ny fiainan’ny vahoaka malagasy », hoy ihany ity solontenan’ny Pnud eto amintsika ity.

Fototry ny fanjakana tan-dalàna

Mbola nohamafisiny hatrany fa manantena ny fifidianana mba hangarahara sy mifanaraka amin’ny fenitra iraisam-pirenena ny Pnud. Efa midika ho fahatokisan’ny mpiara-miombona antoka ara-bola ny fandraisain’izy ireo anjara amin’ilay tahiry iombonana ho an’ny fifidianana ka hahatanteraka ny tena demokrasia sy ny fampandrosoana, araka ny nambarany ihany. « Manantena izahay fa hitondra any amin’ny fitoniana sy filaminana ary ny demokrasia, miaraka amin’ny fanamafisana fototra ny fanjakana tan-dalàna ny fifidianana hatao », hoy izy.

Synèse R.

 

News Mada1 partages

Justice : un atelier sur les enfants en conflit avec la loi

Dans le cadre d’aligner la législation malgache sur les normes et standards  internationaux, en particulier sur les Enfants en conflit avec la loi (ECL), un atelier de cinq jours se tient depuis hier, au Le Pavé Antaninarenina.

Sous l’égide de la Direction des réformes législatives (DRL) du ministère de la Justice, plus d’une vingtaine de magistrats prennent part à cet atelier. A noter que ce sont des juges d’enfants ou des substituts du procureur qui s’occupent  des affaires des ECL dans leurs circonscriptions respectives. Ils sont issus des six provinces de la Grande île ainsi que des villes de Taolagnaro, d’ Ambatondrazaka, de Nosy-Be et d’ Antsirabe.

Formation sur une nouvelle loi

Une formation sur une nouvelle loi des ECL qui s’est déroulée le mois d’août dernier, a fait l’objet d’une publication dans le journal officiel de ce mois de janvier et est au menu de cet atelier. Une loi incontournable puisque Madagascar a ratifié les droits des enfants en 1991.

Parmi les perspectives envisagées, se distingue la réduction de la détention préventive des ECL qui est limitée à six mois pour les simples infractions au lieu de douze mois pour le cas des adultes et de neuf mois pour les crimes, au lieu de 18 mois pour les adultes. « De ce fait, les juges sont dans l’obligation de préparer leurs dossiers avant ces délais fixés par la loi », a souligné la directrice de la DRL, Laurette Lalaharinivo.

Liberté surveillée

En cas de condamnation, la mise en œuvre de la liberté surveillée est aussi envisagée pour les ECL, une mesure alternative à leur détention. Cependant, cette mesure ne peut être décidée par le juge que si l’enfant et les parents sont en commun accord pour l’appliquer. A cet effet, l’enfant et la famille sont convoqués chaque mois par le juge, à titre de contrôle judiciaire. Cela afin de suivre l’évolution de la situation du jeune condamné. Une collaboration avec des travailleurs sociaux n’est pas aussi à écarter dans la mise en œuvre de cette mesure.

Suivi des enfants victimes

Au cours de cet atelier, le suivi des enfants qui ont été victimes de violences est également au programme. « Auparavant, on s’est arrêté à l’inculpation des auteurs de ces violences, sans penser au devenir des victimes », a fait remarquer la directrice de la DRL.

Cet atelier se clôturera sur la constitution d’une base de données des ECL.

Sera R

 

News Mada1 partages

Viols sur mineures : 618 cas recensés en 2016

Même si une légère baisse est notée par rapport à l’année dernière, les viols sur mineures prennent une certaine ampleur. 618 cas ont été recensés en 2016, contre 655 en 2015, selon les informations recueillies auprès du centre Vonjy  au sein du CHU-GOB (Centre hospitalier universitaire de Gynécologie obstétrique de Befelatanana).

C’était en marge d’une visite d’une délégation burundaise, dirigée par le DG de la Santé de ce pays Isaac Minani, au sein de ce centre. Cette mission consiste à s’enquérir de l’expérience de deux Centres intégrés dans la prise en charge intégrée des survivants des violences sexuelles basées sur le genre dans le pays, à savoir celui de la capitale et de Toamasina. Ce, en vue d’améliorer la préparation de la mise en place des trois Centres Intégrés pour le Burundi et d’affiner le guide opérationnel de ces centres, lesquels seront initiés dans les hôpitaux de Cibitoke, Makamba et Muyinga.

Aucune place à l’impunité

L’effectif assez important des victimes, admises au sein du Centre Vonjy de Befelatanana, pourrait s’expliquer par le fait que les procédures se trouvent allégées, dans la mesure où tous les services de prises en charge sont accessibles en un même lieu, y compris le volet médical, psychologique et judiciaire. Et le tout se fait gratuitement, grâce à une collaboration avec l’Unicef. D’ailleurs, la mise en place de ce système a largement contribué à l’éradication de l’impunité qui a démotivé les victimes et leurs parents à porter plainte.

Selon l’Officier de police judiciaire (OPJ) exerçant au centre Vonjy, Jean-Paul Andrianiriana, les auteurs ont tous été incarcérés. Ces derniers sont dans la majorité des personnes proches des victimes, voisins, familles ou petits amis. Hier, une fille handicapée mentale, violée par son oncle censé la garder pendant l’absence de ses parents, a été confiée au centre Vonjy pour se faire consulter et porter plainte.

Fahranarison

 

Tananews1 partages

Hery Rajaonarimampianina : un futur Bachar el Assad ?

Nous n’y sommes pas encore mais nous disposons de tous les ingrédients.

Les mots clé : #VindictesPopulaires, #Elections, #ResultatsTruqués, #Emeutes, #Repressions.

Et comme Bachar, ça va justifier ses répressions en évoquant la présence partout de “terroristes”.

Tia Tanindranaza1 partages

Tiako I MadagasikaraHitantana indray ny firenena amin’ny 2018

Tontosa ny alahady 19 febroary 2017 ny fifampiarahabana ny taona vaovao 2017 ho an’ny vehivavy Tiako I Madagasikara boriborintany faha-6. Nahatonga solontena avokoa ireo mpikambana avy amin’ny FOKOTIM 31 izay nanodidina ny 250.

Ramano F.

 

 

Tananews1 partages

Violet Kakyomya : “le PNUD souhaite également des élections inclusives”

Aïe aïe aïe, à ce rythme sa Seignhery fera un AVC.

Il risque de s’étouffer de rage devant tellement d’ingérence sans gêne.

D’un côté la carotte des 10 milliards de dollars, de l’autre le bâton des élections avec les abominables Rajoelina et Ravalomanana.

Cruel dilemme.

Midi Madagasikara1 partages

Tana : Quatorze ressortissants turcs arrêtés avec de faux visas

Les passeports turcs confisqués jusqu’à nouvel ordre. (Photo ministère de l’Intérieur)

Des turcs sont en situation clandestine dans le pays. Il a suffi d’une seule opération inopinée pour le ministère de l’Intérieur pour la démontrer. Rien que pendant la nuit du jeudi au vendredi dernier, ils étaient 13 ressortissants turcs à être arrêtés avec de faux visas de séjour. Ces gens se passent pour des investisseurs, des travailleurs pour la plupart des cas. Il y en a aussi qui prennent le motif de regroupement familial pour espérer vivre en toute quiétude dans la Grande Ile. Ils choisissent la destination Madagascar car les corruptions et les manques de contrôles leur rendent la clandestinité facile. Cette fois-ci, la situation s’est retournée contre eux. Le ministère concerné ne s’est pas laissé faire et après un contrôle d’usage, il a été vérifié que les visas ne sont pas authentiques, tous falsifiés. Cette situation de flagrant délit a permis à leurs arrestations. Les concernés sont auditionnés auprès du service de la surveillance du territoire du ministère de la Police. Ces individus risquent une peine d’emprisonnement ferme si l’on se réfère à la législation en vigueur qualifiant la situation irrégulière de délit. Outre cela, l’usage de faux pour une écriture de document administratif est aussi pénalement punissable. Ce coup de filet du ministère de l’Intérieur, la première du genre, serait un bon signe de la part de l’administration quant au respect de la souveraineté nationale. Madagascar ne mérite pas d’être un terrain de débarquement des sans-papiers, et surtout avec le contexte actuel où le terrorisme devient une lutte internationale. C’est dans ce sens d’ailleurs que le ministère concerné invite tous les étrangers à régulariser dans les plus brefs délais leurs titres de séjours afin d’éviter les éventuels problèmes. « Le service des immigrations-émigrations est le seul autorisé à décerner des visas aux étrangers. La procédure est précédée d’une validation de ‘visa transformable’ par le ministère des Affaires étrangères. Si les demandes ne passent pas par ces circuits, les visas sont qualifiés de faux. Il ne faut pas tomber dans les pièges des réseaux de faussaires puisqu’il suffit d’un clic dans notre base de données biométrique pour détecter les visas non authentiques » nous a expliqué un haut responsable auprès du ministère de l’Intérieur. La même source indique que le passage vers le passeport biométrique a permis d’identifier plus facilement les faussaires. Il y avait même ceux qui étaient pris en flagrant délit d’usage de faux durant le renouvellement de leur passeport en biométrique. Tous ces individus seront prochainement déférés au parquet.

D.R

L'express de Madagascar1 partages

Protection de l’enfant – Une fille violée par son oncle

Le centre Vonjy prend en charge de nombreux cas de viol. Le Burundi veut prendre exemple sur Madagascar.

Abusée à cause de sa vulnérabilité. Vola, une jeune fille de 17 ans, en situation de handicap mental, a été emmenée par ses parents, au centre Vonjy à la maternité Befelatanana, hier. Elle aurait été violée par son oncle, en janvier. Elle a été en état de crise lorsque le drame s’est produit. « Le 19 janvier, nous lui avons administré des sédatifs, car elle n’allait pas bien. Quand nous sommes rentrés, sa grand-mère a dit : “Votre fille a ses règles”. Cela nous intriguait car cela ne faisait pas longtemps qu’elle a eu ses règles. Quelques temps après, elle nous a raconté que son oncle lui avait dit “Tu ne souhaiterais pas qu’on te fasse un enfant  ”. Elle se serait endormie, et à son réveil, elle a vu du sang sur elle », raconte son père. Les parents attendent les examens médicaux de la jeune fille qui révèleront si elle a été réellement violée, et si elle est tombée enceinte après cet acte. Les parents déposeront une plainte, pour poursuivre la personne qui a détruit leur fille.Un autre père de famille va, également, porter plainte contre l’homme qui a mis enceinte sa fille de 17 ans.« C’est un homme marié qui lui aurait promis de divorcer de sa femme. Et maintenant, la femme de cet homme menace ma fille. Je veux lui éviter toutes ces contraintes et obliger cet homme à payer », dit-t-il, l’air rassuré au centre Vonjy.

Madagascar, un modèleDepuis la création de ce centre, dont les activités et le fonctionnement sont financés par le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (Unicef), plus de 1 200 dossiers y ont été administrés, dont 618 en 2016. La grande majorité de ces dossiers sont des cas de viol, l’auteur est souvent le « petit-ami » mais aussi des membres de la famille. Selon l’officier de police judiciaire du centre, Jean Paul Andria­nirina, la grande majorité de ces auteurs ont été condamnés.Le Burundi veut prendre exemple sur Madagascar, dans la lutte contre la violence basée sur le genre, en visitant le centre Vonjy. « Nous sommes en train de mettre en place un centre intégré de prise en charge des violences sexuelles basées sur le genre, nous avons appris qu’à Madagascar, vous êtes en avance par rapport à nous. Notre intérêt, c’est de prendre desexpériences et voir ce qui se fait ici et l’importer chez nous », explique Isaac Minani, directeur général des services de santé dans la lutte contre le sida au Burundi. Dans ce pays, les cas de viol seraient pareils qu’à Madagascar. Il parle de « réalité africaine ». « Ce qui nous a le plus frappés, c’est l’organisation, un rôle pour l’accueil, une assistante sociale, un bureau pour le policier, presque tous les services dont la victime a besoin, se trouvent ici. Elle n’a pas à se déplacer », rajoute-t-il.Pour Madagascar, le centre de prise en charge intégrée des victimes de violence sexuelle, s’étend dans d’autres villes. À part celui mis en place à la maternité de Befelatanana et à Toamasina, l’inauguration de celui de Mahajanga sera pour bientôt. L’ambassade du Japon a récemment accepté le financement de la construction du bâtiment pour Nosy Be.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar1 partages

Médias – Ilontsera veut calmer le jeu

A l’approche des élections, Ilontsera pressent une guerre médiatique. L’Observatoire recommande un environnement socio-médiatique et politique plus sain.

Urgent. Dans un communiqué publié hier, l’Obser­vatoire des médias et de la communication, ou Ilontsera, prédit qu’à l’approche de la prochaine élection présidentielle, « une guerre médiatique sera difficilement évitable ».Pour éviter pareille situation, l’organisation civile recommande notamment une « urgente (re)prise de conscience de chaque citoyen, des autorités publiques, de la société civile et toutes les forces vives de la nation, en premier lieu de tous les acteurs médiatiques, quant à la nécessité d’instaurer un environnement socio-médiatique et politique plus sain, réellement au service de la paix, de l’harmonie sociale et du bien commun ».Pour Ilontsera, les conditions d’un affrontement médiatique entre les différents bords politiques durant la présidentielle de 2018 sont réunies. « Du point de vue quantitatif, le nombre de médias entre les mains de chaque camp semble désormais s’équilibrer, avec la prolifération à grande vitesse des médias “présidentiels”, tandis que plusieurs demandes d’extension d’émission et/ou d’ouverture de nouvelles stations sont en attente depuis 2013 », souligne le communiqué.

ÉquitableEn vue de cet « affrontement », les munitions seraient aussi déjà à disposition, avec la prolifération des vindictes populaires, ou encore l’insécurité « qui font l’affaire des politiciens locaux en mal d’étincelle pour allumer le brasier ». L’observatoire des médias ajoute que « cette guerre sera aggravée par l’application des conditionnalités liées à l’octroi des aides financières issues de la dernière conférence des bailleurs de fonds ».Ilontsera regrette ainsi que le pluralisme de l’information tende se confondre avec le sensationnalisme.« (…) Pire, il donne lieu à des positionnements extrémistes, alimentés à coup de désinformations et de manipulations médiatiques », ajoute-t-il. Le « turn over » des journalistes, virevoltant au gré « des intérêts politiques et économiques », et les excès de« certains patrons de presse » sont également épinglés.Dans ses recommandations, Ilontsera en appelle « aux journalistes, toutes tendances confondues, à faire preuve de professionnalisme, de loyauté envers les citoyens, et d’assumer comme il se doit leurs responsabilités (…), aux autorités compétentes de garantir les mêmes traitements aux journalistes, en particulier, sur l’accès à l’information, quel que soit l’organe de presse qui l’emploie (…), l’application du nouveau code de la communication médiatique de manière équitable à tous les médias quelles que soient leur obédience et leur ligne éditoriale ».

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar1 partages

Ski – Mondiaux – Andy Randriamiarisoa atteint la finale

Andy Randriamiarisoa a atteint la finale du slalom géant, samedi dernier, à Saint Moritz, durant le championnat du monde de ski alpin. Il affrontait, à cette occasion, la crème de la discipline, sur les pentes suisses.Au terme de son premier passage, il a réalisé un chrono de 1min 01, 99sec. Par la suite, lors de son deuxième passage, il a terminé avec un temps de 1min07, 01sec. Ce qui a débouché sur un total de 2min09sec. Au classement général, il s’est retrou­vé à la 78e place sur 82 skieurs, à 34,25sec du vainqueur du jour, Marcel Hurscer.L’Autrichien a enregistré un cumul de 1min 34,75 sec, avec des chronos de 46,43sec et 48,32sec lors de ses deux passages. Le skieur malgache prévoit encore de disputer une vingtaine de courses cette saison. Sur le long terme, il vise une qualification des prochains Jeux Olympiques d’hiver, en 2018, en Corée du Sud.

H.L.R. ­

L'express de Madagascar1 partages

Mahajanga – Vers la fin du délestage

Les Majungais sortent petit à petit du cauchemar et de l’obscurité causés par le délestage tournant et économique imposé par la Jirama. Une rencontre entre le ministre de l’énergie par intérim, Herilanto Raveloarison et les autorités locales, dont le préfet de Mahajanga et le chef de la région Boeny, le directeur interrégional de la Jirama, s’était tenue à Mahajanga, vendredi dernier. Les membres de l’OMC étaient aussi présents à cette rencontre. Le ministre a annoncé une petite amélioration de la situation concernant les coupures.« La pièce du groupe qui fonctionne au fuel est réparée depuis lundi (ndlr hier). La répartition de l’approvisionnement est aussi révisée. Mahajanga possèdera désormais un stock suffisant pour quelques jours et non plus de deux jours. Les machines en panne seront réparées », a-t-il déclaré.Le directeur de la Jirama a, pour sa part, annoncé que la durée du délestage sera réduite.« Il n’y aura plus beaucoup de coupures pendant les heures de pointe, de 18h à 21h. Les zones comprenant les casernes militaires, de la gendarmerie et de la police nationale ainsi que les hôpitaux, ne souffriront plus du délestage. Nous possédons désormais un stock suffisant, même pour les périphéries. Le ravitaillement en carburant a augmenté », a précisé Bruno Rabevahoaka.Le délestage sera « allégé ou réduit » mais il ne disparaitra pas totalement encore à Mahajanga. Une solution trouvée par la Jirama pour réduire les coupures, ces derniers jours, consiste à ne pas utiliser les éclairages publics dans plusieurs quartiers. Ainsi, à Ampisikina, à partir du croisement du bloc vers le CEG, aucune lampe n’est allumée. De même, la rue menant vers Tsaraman-droso vers Mahavoky atsimo est totalement dans le noir. Les poteaux électriques, à partir du croisement du bloc administratif vers la Cour d’Appel en passant par le Lycée technique jusqu’à La Corniche, sont depuis longtemps éteints.Aucune patrouille policière ne circule dans ces parties de la ville pendant la nuit, comme c’était le cas dimanche. Les éclairages des bars et des pharmacies de garde sont les seules lumières qui éclairent les piétons. Devant l’Hôtel de ville, sur l’avenue de France vers la cathédrale, sur l’avenue de la Libération devant le gymnase et le stade de football jusqu’à la cathédrale et au croisement du camp de la gendarmerie nationale, c’est aussi le black-out total.

V. A.

L'express de Madagascar1 partages

Atelier interactif des partis politiques

Les partis politiques, ce jour et demain, participeront à un atelier interactif de renforcement des capacités sur leur leadership et leur contribution à la consolidation de la paix et de la démocratie dans la Grande île. Le rendez-vous est annoncé comme l’occasion pour ces écuries politiques de diverses tendances « d’échanger de manière conviviale, franche et objective sur des questions d’intérêt national », selon une note d’information du PNUD. Celui-ci reste partenaire dans l’organisation de l’évènement, qui s’inscrit dans une série d’initiatives de renforcement de capacités multi-acteurs. Le ministère de l’Intérieur figure parmi les parties prenantes.

Madaplus.info0 partages

Journée de la littérature malgache le samedi 25 février

Un petit rappel pour cette Journée internationale de la langue maternelle.
L'UNESCO soutient l’enseignement en langue maternelle et l'éducation multilingue par le biais de la Journée internationale de la langue maternelle (JILM). L'objectif général de la Journée est de contribuer à la promotion de l'éducation à la citoyenneté mondiale.
(...)
L'UNESCO organise la célébration de la JILM 2017 autour du thème "Vers des avenirs durables grâce à l’éducation multilingue". La Journée sera en phase avec "L’éducation pour les peuples et la planète : créer des avenirs durables pour tous", thème du Rapport mondial de suivi de l’UNESCO sur l’éducation 2016.
La JILM fait également écho à l’objectif 4.6 des Objectifs mondiaux du développement (ODD) : "D’ici à 2030, veiller à ce que tous les jeunes et une proportion considérable d’adultes, hommes et femmes, sachent lire, écrire et compter."
Andro iraisam-pirenena ho an'ny Tenindrazana. Ny Teny Malagasy, teny ibeazana : "Andrianiko ny Teniko, ny an'ny hafa koa feheziko" DI... (1993).
Koa manasa anao ho avy hankalaza izany àry ny sabotsy 25/2/2017 manomboka amin'ny 10 ora etsy amin'ny INALCO, 65 rue des Grands Moulins 75013 Parisy. Amin'izao taonarivo izao, ny Malagasy koa manana ny toerany eo anivon'ny Tontolo, satria tsy ny vola ihany no harena, isan'ny harena navelan'ny Ntaolo sy ny Razana ny Tenindrazana, izay mitrotro ny fanahy maha olona Malagasy.
Tananews0 partages

Sa Seignhery va distribuer des distictions honorifiques aux grands sportifs malgaches

Voila donc la dernière trouvaille en date pour tenter de. rehausser quelque peu sa cote de popularité.

Sauf qu’évidemment et comme d’habitude, tout ceci a encore été concocté à la va vite, des noms ont été oublié, le grade de commandeur distribué n’importe comment et Sylvain Ranjalahy en passe.

Lire : Revers de la médaille

Tananews0 partages

“Le gouvernement travaille pour garantir l’indépendance de la CENI”

La phrase du jour est bien entendu signée par le désormais devenu très bavard Premier Ministre Olivier Mahafaly.

“Le gouvernement travaille pour garantir l’indépendance de la CENI”

Oui mais du coup on est obligé de se demander : “ah bon, ce CENI n’était pas indépendant alors jusqu’ici ? 2014 inclus ” ? 

News Mada0 partages

Hovahana amin’ny politika ny raharaha… : nanohitra ny didy ny fianakavian’ny Kly Lylison

« Ny raharaha anenjehana ny loholona Lylison, fantatra fa raharaha politika. Fantatsika fa izany ady politika izany, tsy maintsy politika koa no amaliana azy », hoy ny avy amin’ny fianakavian’ny loholona Lylison, Lylia René de Roland, teny Anosy, omaly, tamin’ny fanaterana ny fanohanana na fanoherana ny didim-pitsarana nivoaka momba ny loholona Lylison René de Roland.

Nampahafantarin’ny fianakaviana izay fanohanana ny didim-pitsarana izay mba hahafahana mampihantona aloha izay didy na fanapahan-kevitry ny Antenimierandoholona momba ny loholona Lylison, araka ny fanazavany. Araka ny fanapahan-kevitry ny fianakaviana sy ny mpisolovava ny nametraka izay koa teny amin’ny fitsarana.

Noho ny zava-misy eny amin’ny Antenimierandoholona, milaza matetika fa tsy mahafantatra rehefa misy tranga-javatra toy ireny: naleon’ny fianakaviana nametraka ny dikan’ny fanohanana didim-pitsarana niaraka tamin’ny vadintany. Mba tsy hiteny ho tompon-trano mihono ry zareo amin’ny « Raharaha loholona Lylison René de Roland ».

Tsy eto an-toerana ny filohan’ny Antenimierandoholona sy ny kestora, ka ny sekretaria no nandray ny antontan-taratasy.

 

« Ara-dalàna ny raharaha« , hoy ny minisitry ny Fitsarana

 « Tsy marina ny hoe natao maimaika sy an-kinafinafina, fa tena ara-dalàna raha ny fijerinay aty amin’ny minisiteran’ny Fitsarana: nanaraka ny fepetra ara-dalàna ny fomba nitsarana azy », hoy kosa ny minisitry ny Fitsarana, Andriamiseza Charles, omaly, momba ny « Raharaha loholona Lylison ».

Toy ny raharahan’ny olon-drehetra ihany ny « Raharaha Lylison« : rehefa vita ny famotorana, nentina tao amin’ny fitsarana. Tsy hita ny loholona Lylison, nisy didy mampisambotra tamin’ny voalohany. Nofaranana ny raharaha satria tsy hita izy: tsaraina, nivoaka ny didim-pitsarana, araka ny fanazavany.

« Ara-dalàna ny fitsarana azy aminay fitsarana », hoy izy. Miteny ny lalàna hoe: raha tsy eo ilay olona hotsaraina, tsy mahazo miteny ny mpisolovava azy. Nanatrika fitsarana teo ny mpisolovavany, ary tsy hoe atao maimaika sy an-kinafinafina ireny fitsarana ireny. Fa nisy fiantsoana halefa amin’ny olona rehetra izay hiatrika ny fitsarana, ary misy fe-potoana tsy maintsy arahina izany fiantsoana izany.

R. Nd.

 Sary : Fanou

 

News Mada0 partages

Kitra : hangotraka ny lalaon’ny Monaco sy Manchester City

Hotanterahina amin’ity anio ity ny ampahavalon-dalana mandroso eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa, taranja baolina kitra na ny “ligue des champions”. Anisan’ny fandaharam-potoana voalahatra amin’izany ny fifandonan’ny AS Monaco sy ny Manchester City. Hanafika any Angletera amin’ity ny ekipa frantsay.

Sambany ary voalohany no hifanandrina ny ekipa roa tonta. Hatreto aloha, manana tombony ny Anglisy, saingy hahazo vahana kosa ny Monegaska noho izy mbola handray ny fihaonana miverina. Na izany aza, mailo ny Frantsay ka mihevitra fa hanao ady sahala fotsiny. Araka izany, avy hatrany dia handahatra ireo mpilalao manana traikefa ny mpanazatrany. Anisan’ireny, ny fiverenan’ilay Arzantin, i Guido Carrillo izay efa sitrana. Eo koa ilay Brezilianina, i Jorge izay vao nantsoina hanatevina ny ekipa.

Ankoatra izay, mbola lalao goavana ihany koa ny fandraisan’ny Bayer 04 Leverkusen ny Atletico de Madrid.

 Tompondaka

News Mada0 partages

Asoimi : hilatsaka ho fidina Randimbiarisoa Oliva

Hanavao ny birao mpitantana ny eo anivon’ny Asoimi (Association Omnisports Interministériel et Institutions). Anisan’ireo kandidà hirotsaka ho filohan’izany, Randimbiarisoa Oliva.

 Hotanterahina rahampitso alarobia ny fifidianana izay ho filoha hitantana indray ny Asoimi (Association Omnisports Interministériel et Institutions), fikambanana misahana ny fanatanjahantena natokana ho an’ireo mpiasa eo anivon’ny minisitera sy ny andrimpanjakana. Kandidà hifaninana amin’izany toerana izany, Randimbiarisoa Oliva, filohan’ny seksiona atletisma eo anivon’ny minisiteran’ny Fitantanam-bola sy ny teti-bola. Olona tsy zoviana amin’ny mpitia fanatanjahantena ny tenany satria efa tompondakan’i Madagasikara, teo amin’ny vikin-dava, sokajy «cadet, junior, toute catégorie», tamin’ny fotoanandro. Mbola tanora izy satria vao 35 taona monja. Manana ny traikefa amin’ny fitantanana ny fanatanjahantena. Porofon’izany, anisan’ny olona nanangana ny DGB Basket-ball ary nametraka ny biraon’ny DGB baolina kitra sy ny MFB mihira ary ny MFB atletisma. Teny filamatra entiny ny hoe : «Ataontsika fikambanana lehibe indrindra amin’ny fanatanjahantena eto Madagasikara ny Asoimi».

Hametraka rafitra matihanina sy fitantanana mangarahara ny tenany. Eo koa ny fehin-kevitra hamahana ny olana ara-bola sy ara-mpitantanana eo anivon’ny Asoimi. Hampiray hina ny rehetra ao anatin’ny fototra tsara rafitra. Fanohanana ny fikarakarana ny fifaninanana any amin’ny faritra. Hanome lanja ny lalao eo anivon’ny governemanta ka hisian’ny lalàna mifehy ny fandraisana anjaran’ireo mpiasam-panjakana rehetra.

 Komity mpanohana

Efa nitsangana ny komity mpanohana azy, tarihin’i Fortune Eric miaraka amin-dRakotobe Nomenjanahary, filohan’ny Omnisport eo anivon’ny minisiteran’ny Fitantanam-bola. Vonona izy ireo, iray andro mialoha ny fifidianana saingy mametraka ny ahiahiny noho ny zavatra tsy mazava amin’ny fizotran’ny fifidianana, toy ny tsy mbola filazana ny toerana hanaovana izany. Eo koa ny lisitra miovaova hatrany sy ny olona manan-jo hifidy. Na izany aza, efa tapa-kevitra ry zareo ary miandry ny fotoan’ny fandatsaham-bato.

Antony nanoloran’izy ireo an’i Oliva ho kandidà, ny fahitany fa tsy mitsahatra mitotongana ny fikarakarana sy ny fitantanana ny fifaninanana eo anivon’ny Asoimi, tao anatin’ny telo taona, raha tsy hilaza afa-tsy ny fisian’ny atleta matory eo ambony tsihy, mandritry ny fifaninanam-pirenena ary koa ny fisian’ny “mercenaires”.

Ny hafatra apetraky ny komity mpanohana dia fiantsoana ireo mpifidy hanapa-kevitra amin’ny fanovana satria fotoana izao. “Mifidiana amin-kitsim-po, tsy misy faneriterena ho an’i Oliva, kandidàn’ny firaisankina hivondronan’ny minisitera rehetra sy ny prezidansa fa tsy an’ny minisiteran’ny Fitantanam-bola irery akory. Raha ny fampielezan-kevitra nataonay,  hita fa efa resy lahatra tanteraka ny mpifidy ary mangetaheta fiovana”, hoy i Fortune Eric.

Torcelin

News Mada0 partages

Fandaharam-potoana 2017 : feno tanteraka ny seho hataon’i Dadi Love

Mpanakanto tanora anisan’ny manana ny lazany. Sehatra sy tanàna maro no efa miandry azy amin’ity taona ity. Aon y eto an-toerana fa misy koa ny any ivelan’i Madagasikara.

Nanomboka tamin’ny volana janoary no efa niaka-tsehatra ny tarika Daddi Love… Tsy misy fiatoana izany hatramin’ny volana desambra. Manomboka ny volana jolay izao ka hatramin’ny volana novambra, tsy misy fotoana intsony fa efa feno tanteraka ny fandaharam-potoana. Hanombohana izany ny volana aprily izao. “Ameza facture”  hotontosaina any Toamasina. Ho an’Antananarivo, ny Alatsinain’ny Paka, hanatanteraka seho an-tsehatra goavana eny Alarobia i Dadi Love. Fampisehoana lehibe hihaonany amin’ny mponina eto an-dRenivohitra hanomezany fahafaham-po ny mpankafy azy.

Inefatra mivoaka an’i Madagasikara ry Dadi Love amin’ity taona 2017 ity : Frantsa, Mayotte, Grand Comores ary Maorisy. Ankoatra izay, mitohy hatrany ny famoronana hira vaovao. Anisan’izany ny “Ameza facture” nivoaka tamin’ity herinandro ity. Tohin’ilay hira “Ataoko Sonia” ihany io. Voalaza, fa mbola hisy hira vaovao roa hivoaka hanaraka an’ny “Ameza facture” io.

 Nahavita fiakarana an-tsehatra 250

 Araka ny fanazavan’i Angelo Andrianirina, mpiahy ny tarika, fampisehoana dimy ao anatin’ny herinandro no vitan-dry Dadi Love taorian’ny nivoahan’ny hira « Ataoko Sonia ». Sanganasa anisan’ny nalaza sy nampiakatra avo ny tarika tamin’ny taona 2016. « Fiakarana an-tsehatra 250 no vitanay tamin’iny taona iny. Ny alatsinainy sy ny alarobia ihany izahay no tsy manao fampisehoana fa ankoatra izay, eny ambony lapihazo hatrany”, hoy hatrany ny fanazavany. Nanome toky rahateo izy fa hiezaka ny hitondra ny tsara hatrany ho an’ny mpankafy. Nisaotra ny mpankafy ny kanto ihany koa ny mpikarakara sy ny tarika noho ny nisafidianan’izy ireo an’i Dadi Love ho mpanakanton’ny taona 2016 nandritra, ny « RDJ Mozika » farany teo.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Ambohibe Ilafy : nalefa any Maorisy ireo karana voatifitra

 Taorian’ny fitsaboana ireo karana mianaka (Dilavarhoussen Reza Mamod sy ny zanany) niharan’ny tifitra nataona teratany vahiny iray sy gasy iray nandeha fiara 4×4 teny Ambohibe Ilafy, afakomaly hariva, tapa-kevitra ny fianakaviana fa handefa azy ireo hanaraka fitsaboana atsy amin’ny Nosy Maorisy. Antony, mba hahafahana manara-maso akaiky ny fitsaboana sy ho fiarovana ny ain’izy  mianaka. Tsiahivina teny an-dalana hody izy mianaka no naharan’ireo olona roa nandeha fiara 4×4 avy aoriana. Nitsivalana teo anoloan’ny fiara avy hatrany ireo mpanaraka nony tonga teo akaikin’ny tranon’izy ireo. Nivoaka ilay vazaha ka nitifitra avy hatrany an’i Reza Mamod sy ilay zanany vao 5 taona monja. Gorobaky ny bala teo amin’ny tratra sy ny sorony ilay Karana raha nandalovan’ny bala teo amin’ny lohany kosa ny zanany. Naratra mafy izy mianaka ka nentin’ny olona avy hatrany teny amin’ny hopitaly HJRA.

Mbola mitohy kosa hatrany ny omaly ny fikarohan’ny zandary ilay fiara 4×4 nahavanon-doza. Tsy hita rahateo ny nanjavonan’ilay fiara rehefa avy nitifitra azy mianaka. Voalaza fa mpandraharaha momba ny hotely any Antsiranana i Reza Mamod fa nanaraka am-badiny hiteraka aty an-drenivohitra ny tena anton-dian’izy ireo kanjo izao niharan’ny tifitra tampoka izao. Tokony hoteraka omaly hariva io vadiny io araka ny fampitam-baovao. Hatreto mampiahiahy ity raharaha ity. Valifaty sa fikasana haka an-keriny? Aorian’ny fanadihadiana no hamantarana ny marina rehetra.

J.C

News Mada0 partages

Fitrandrahana any Anjozorobe : hiakaratra fampanoavana ny raharaha

Mifamahofaho ny raharaha momba ny fitrandrahana any Ankaraoka, kaominina Marotsipoy Anjozorobe, izay ifandroritana olona maromaro. Fantatra fa hisy ny fampiakarana ny raharaha eny amin’ny fampanoavana Anosy anio. Voalaza fa misy ny antontan-taratasin’ady momba ny fanaovana hosoka tao anatin’ny taratasy nentina nandroahana ireo mpitrandraka tany an-toerana, niaraka tamin’ny zanaky ny olona ambony eto amin’ny firenena. Nambara anefa fa mbola misy olona tsy vita fakana am-bavany amin’ity raharaha ity, izay milaza fa tompon’ilay toeram-pitrandrahana. Ity farany ilay nambara fa nivadi-pitokisana tamin’ny olona nanofa ny tany.

Misy ny fitoriana nataona vadintany manodidina izany raharaha izany, ka voalaza fa tsy noraisin’ny fitsarana. Milaza ireo mpitory fa voahitsakitsaka ny zo fiarovana raha izao zava-misy izao no jerena. Andrasana, araka izany, izay mety ho tohin’ity raharaha ity eny amin’ny fitsarana.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Polisy matin’ny fitsaram-bahoaka : nitsoaka any anaty ala ireo mponina ao Ambalamanga Befandriana

 Azo lazaina ho mbola tsy milamina ny toe-draharaha manoloana ilay fitsaram-bahoaka nahafatesana polisy roa lahy, tao Ambalamanga Befandriana Avaratra, ny asabotsy hariva teo. Lasa nitsoaka any anaty ala kosa ireo mponina nahavanon-doza fa matahotra fisamborana…

 

Efa tonga any Befandriana hatry ny omaly ireo polisy hanao ny fanadihadiana momba ity raharaha fitsaram-bahoaka nahafatesana polisy roa lahy teo am-panatanterahana ny asa ity. Voalazan’ny loharanom-baovao iray fa matahotra tanteraka ireo mponina ao Ambalamanga, ka lasa nitsoaka any anaty ala ny ankamaroany satria manahy sao hiafara amin’ny fisamborana ity raharaha ity. Tanàna kely vitsivitsy ity Ambalamanga ity ka ny ampahan’olona vitsivitsy tao an-tanàna no namono ireo polisy roa lahy, araka ny fanazavana hatrany. Tsiahivina fa tsy faly tamin’ny fisamborana ity lehilahy ity ny mponina tao an-toerana ka nanampatra ny hatezerany tamin’ireo mpitandro filaminana roa lahy. Nahazo taratasy avy amin’ny fitsarana amin’ny hahazoana manao ny fisamborana ilay lehilahy, ireto polisy roa lahy ireto, kanefa izao niafara tamin’ny fitsaram-bahoaka izao ny raharaha. Tsy nanaiky izany anefa ny mponina ka niandry ny fandalovan’ireo polisy roa lahy nitondra ilay lehilahy teo am-pivoahana ny tanàna. Niharan’ny tora-bato sy ny tsindrona antsy avy hatrany izy roa lahy raha vantany vao nivoaka ny tanàna. Tafaporitsaka kosa ilay olona nosamborina, saingy tratran’ny zandary taorian’izay. Nalain’ny olona kosa ny basy PA teny amin’ilay polisy iray. Natsipin’ireo olona teo akaikin’ny fatin’ireo polisy ihany anefa ilay basy, saingy efa tsy nisy bala intsony. Nidina tany an-toerana avy hatrany ny zandary avy ao amin’ny kaompanian’i Mandritsara sy ny borigady ao Antsakabary nanao ny fanadihadiana. Ny polisy kosa no manohy ny fanadihadiana rehetra.

J.C

News Mada0 partages

Centre Vonjy : ankizivavy 17 taona voaolana

Nandray fitarainana avy amin’ny ray aman-drenin’ny tovovavy iray 17 taona voaolana, ny ivontoerana Vonjy ao anatin’ny toeram-piterahana Befelatanana, omaly. Fianakaviana ihany ilay lehilahy nahavanon-doza araka ny fitantaran’ny rain’ilay ankizivavy ary tsy hanaiky fa hitory izy ireo. Efa nozahan’ny mpitsabo ilay niharan’ny herisetra. Nitsidika io toeram-pandraisana io ny delegasiona avy any Burundi, omaly, satria hametraka rafitra iray mahaleotena tahaka ny Vonjy izy ireo any aminy. Efa voasahana ao avokoa ny lafiny fahasalamana (fitsaboana), tohana ara-tsaina ary ny mpitandro filaminana mandray ny fitorian’ny niharan’ny herisetra ara-pananahana (fanolanana).

Ankoatra ny eny Befelatanana, hitsidika ny sampana BMH Isotry ny vahiny hijery ifotony ny fandraisana ny fitarainana momba ny herisetra atao amin’ny ankizy amin’ny antso maitso 147. Hitafa mivantana amin’ny  mpisehatra ara-tsosialy eny anivon’ny fokontany ny tomponandraikitra malagasy sy burundaise momba ny herisetra miseho isam-pokontany.

Tetikasa napetraka niarahana amin’ny Unicef, hanamorana ny fandraisana an-tanana ireo ankizy niharan’ny herisetra amin’ny endriny rehetra ny Vonjy eo Befelatanana.

Vonjy

News Mada0 partages

Maternite Befelatanana : vehivavy 1 000 hotilina ny homamiadan’ny vozon’ny tranon-jaza

« 25% amin’ny homamiadana mpahazo ny vehivavy, mitranga amin’ny vozon’ny tranon-jaza avokoa. Antontanisa iraisan’izao tontolo izao io ary tsy manalavitra amin’izany ny zava-misy eto amintsika », hoy ny minisitry ny Fahasalamam-bahoaka, Andriamanarivo Lalatiana, omaly teny amin’ny toeram-piterahana sy fikarakarana momba ny reny ao Befelatanana. « Azo sorohina amin’ny fitiliana mialoha ny homamiadan’ny vozon’ny tranon-jaza ary mbla sitrana tsara raha vao miandoha ny aretina », hoy ny dokotera Praveen Ramdaursingh, filohan’ny Rotary Vacoas, avy any Maorisy. Tonga eto Madagasikara ny delegasiona maorisianina ahitana olona 10 (mpitsabo sy paramédicaux) hanao fitiliana ny vozon’ny tranon-jaza. Nitondra fitaovana avo lenta coloscopie hijerena ny fahavoazana ao amin’ny vozon’ny tranon-jaza izy ireo, miaraka amin’ny kojakoja marobe. Nanomboka omaly ny fitiliana eny amin’ny toeram-piterahana Befelatanana ary hifarana ny 1 marsa ho avy izao. Maimaimpoana ny fitiliana sy ny fandraisana an-tanana raha vao miandoha ny aretina voatily ho an’ny vehivavy 25-60 taona, tsy mitondra vohoka. Hizara roa ny ekipa, ny voalohany handray ireo vehivavy ao Befelatanana, ny faharoa ho eny amin’ny Zone Forello Tanjombato eo anivon’ny orinasa Karina, mampiasa vehivavy 600.

Hoentina any amin’ny toeram-pitsaboana Fortis Clinic Darne any Maorisy ny fitiliana rehetra hohadihadiana ary hivaly afaka iray volana.

 

300 tapitrisa Ar ny vola nahetsika amin’ny tetikasa

Miara-miasa amin’ny fanatanterahana ny tetikasa ny Rotary Ivandry sy ny Rotary Vacoas ao Maorisy ary ny minisiteran’ny Fahasalamana. Nitondra maimaimpoana ny fitaovana rehetra ny Air Mauritius hanampy amin’ny fitiliana hatao. Manodidina ny 300 tapitrisa Ar ny tetibola naompana amin’ny asa rehetra. Entanina ny vehivavy rehetra 25-60 taona hanatona eny amin’ny maternite Befelatanana hitily ny vozon’ny tranon-jaza fa maimaimpoana izany. Eny amin’ny Institut Pasteur de Madagascar, manodidina ny 110 000 Ar ny saran’ny frottis cervico-vaginal hitiliana ny homamiadan’ny vozon’ny tranon-jaza.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Mampianatra sakafo maroloko i Himeno Momi

Mpilatsaka an-tsitrapo  japoney mifarimbona amin’ny sehatra ara-pahasalamana ao amin’ny toby Seecaline ao Miarinarivo, fokontany Andrefan’ny Hopitaly, i Himeno Momi. Manara-maso ny fitomboan’ny zaza izy ary mampianatra sakafo ara-pahasalamana ireo reny mitaiza kely tonga ao amin’ny toby.

Tao anatin’ny enim-bolana no niasany tao amin’ity toby Seecaline ity. « Tsikaritra ho navitrika ireo reny mitondra ny zanany entina harahi-maso nandritra ny fahatongavany teto », hoy ireo mpiara-miasa aminy. « Infirmière » i Himeno Momi, tany Japon ary efa manavanana azy ny sehatry ny fahasalamana indrindra ny fikarakarana ny ankizy toy izao ataony ao Miarinarivo izao.

Miainga amin’ny vokatra  eo an-toerana ihany ny sakafo amboarina mba ho tonga ara-pahasalamana ho an’ny reny bevohoka sy mampinono ary ho an’ny zaza enim-bolana ka hatramin’ny 24 volana, karakarainy.

Tarigetrany miaraka amin’ny ofisim-paritry ny fanjarian-tsakafo ao Itasy ary ny lehiben’ny sampandraharahan’ny fahasalamana eny amin’ny distrika (SDSP), ny fanomezana sakafo miovaova sy maroloko ary mora, kanefa ara-pahasalamana ho an’ny reny sy ny zaza.

Tatiana A

Ino Vaovao0 partages

MAHAVOKY BESARETY : Telo lahy nitondra sabatra nanadala vadin’olona nenjehin’ny fokonolona

Araka ny fanazavana voaray teny an-toerana dia telo lahy nitondra sabatra iray avy no nanafika vehivavy efa vadin’olona, teny Mahavoky. Nitady ilay vehivavy no antony nahatongavan’ireto telo lahy tonga teny an-toerana.

Tsy nahafantatra akory an’ity vehivavy ity hoe efa manam-bady izy telo lahy ka voafitaka tany ambadimbadika tany. Efa tonga teo am-bavahadin’ny tranon’ity vehivavy izy ireo no niantso azy mba hivoaka. Ny vadin’ilay vehivavy efa tao an-trano tamin’io andro io.

Teo no nipoitra ny olana, satria nitabataba tamin’io vehivavy io, ireo telo lahy izay tsy nanampo. Nipoitra tampoka ny vadiny, ka avy hatrany dia nitifitra totohondry ny vavan’ny iray tamin’ireo telo lahy. Vao mainka niakatra ny afo, ka tonga hatrany amin’ny arabe ny ady. Namoaka sabatra ireto telo lahy, fa hokatsanany amin’ny antsy tsirairay izay manantona azy ireo.

Naharomotra ny olona teo amin’ny manodidina izany, ka nenjehin’ny olona izy telo lahy. Vava no betsaka, fa ny ainy tsy nisy ny azy ireo. Rehefa tonga teny Antsahakely Besarety anefa dia tsy hita ny nalehan’izy telo lahy. Ny azy mivady kosa dia mbola tsy fantatra izay mety ho tohiny. Raha ny fantatra dia mpanadala vadin’olona eny Mahavoky ireto telo lahy ireto.

RaJean

Ino Vaovao0 partages

GARE ROUTIERE BE : Mpampanofa tena nanakorontana nosamborin’ny mpitandro filaminana

Isan’andro no mila ady amin’ireo namany hatrany ity tovovavy ity. Tsy vitsy tamin’ireo mpampanofa tena namany ireto no efa niady taminy, noho ny tsy fahaiza-miaina asehony isan’andro.

Tamin’ity tranga farany ity, ny alin’ny alahady teo, tokony ho tamin’ny 7 ora sy sasany hariva dia “bar” iray no nanamparany ny fihetsika feno herisetra fanaony. Niditra tamin’ity “bar” ity izy, ka nilany vaniny ny zazalahy kely iray, zanaka tompon’ity “bar” ity. Tsy namaly azy ity zazalahy kely ity fa avy hatrany dia noraofin’ity mpampanofa tena ity ny kahie lehibe iray, mirakitra ny kaonty rehetra momba ny vola amin’ity “bar” ity. 

Niantso haingana ny ray aman-dreniny sy mpiasa tao amin’ny “bar” io ihany ity zazalahy ity. Nanomboka teo, raikitra ny fijerena ity mpampanofa tena ity, hakana ilay kahie, fa ain-dehiben’ity “bar” ny kaonty anatin’izany kahie izany. Nisahotaka ny iray tanàna, ka vetivety dia vory maro ny olona. Akory anefa ny hagagan’ny rehetra fa norovitin’ity mpampanofa tena ity ilay kahie ary hita teny am-bodin-tranon’olona ny sasany tamin’ny takelaka kahie ity, ny sasany hita teny amin’ny lalana tao an-toerana ao ihany. Manakaiky trano fivoahana sy fidiovana iray tao an-toerana kosa no nahitana ny vatan’ilay kahie iray manontolo.

Minitra fohy taorian’izany, hita ilay mpampanofa tena ary namaky ady, hikasi-tanana ny ramatoa tompon’ity “bar” ity sy ny anadahiny mbamin’ireo mpiasa. Tsy namaly azy ity ramatoa tompon’ity bar ity. Vao mainka, nihamaro ny olona. Nandray ny andraikitra ny Polisim-pirenena izay miasa eny an-toerana ary nosamborina sy nofatorana tady ilay mpampanofa tena. Milaza ny hametraka fitoriana amin’izao raharaha izao ilay ramatoa tompon’ny “bar” ity.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

NISY NITIFITRA TENY AMBATOBE : Mbola tsy mahatsiaro tena ireo Karàna mianaka

Nambaran’ireto farany fa mbola samy tsy misy mahatsiaro tena izy mianaka ary mbola manaraka fitsaboana amina hôpitaly lehibe iray eto an-toerana hatramin’izao.Mpitantana ny hotely Maymouna any Antsiranana ilay raim-pianakaviana ary hamangy havana ny anton-diany teto Antananarivo ny faran’ny herinandro io.

Raha tsiahivina ny zava-niseho dia harivan’ny alahady teo, tokony ho tamin’ny 5 ora sy sasany, no notifirin’olon-tsy fantatra ny fiara nitondra azy mianaka ireto. Nihazo ny lalana mankeny Ambatobe no efa nisy jiolahy nanaraka ilay fiara noentiny.

Tonga teo amin’ny kihon-dalana somary mangina no avy hatrany dia nisongona ilay 4x4 avy ao afara ary avy hatrany dia nitsivalana teo anoloan’ilay fiara nisy azy mianaka ary nitifitra tsy am-pihambahambana ireo jiolahy nisaron-tava. Teo amin’ny tratrany no niantefan’ny bala ny an’ilay rangahy ary teo amin’ny kibony kosa ny an’ilay zanany lahy.

Mandeha ny fanadihadiana, mbola tsy fantatra mazava izay tena antony nahatonga izao fanafihana tsara homana izao.

INV

Ino Vaovao0 partages

JEAN DAVID RANAIVOSON : “Ahiana ny hisian’ny krizy politika aorian’ny fifidianana filoham-pirenena”

Raha ny fanazavana nentiny, dia saika niteraka olana teto amin’ny Firenena hatrany ireo fifidianana izay nisy teto. Ohatra tamin’izany ny fifidianana Ben’ny tanàna farany teo sy ny fifidianana Loholona. Raha mbola mpitondra am-perinasa hatrany no miandraikitra ny fifidianana ho avy dia tsy maintsy hisy ny olana na any amin’ny fanisam-bato io na eo amin’ny fikirakirana ny lisi-pifidianana. 

Nambaran’ity mpandrindra nasionalin’ny antoko ity, fa tsy maintsy hampiasa ny fahefany feno manoloana izany ny mpitondra, satria eo am-pelantanany ny fahefany amin’izany fotoana izany. Izany no nahatonga ny antoko Marina nilaza tamin’ny herinandro lasa teo, fa tsy tokony handray anjara amin’ny fifidianana ny filoha am-perinasa. “Tokony hipetraka ho raiamandreny izy raha tena tia tanindrazana marina”. Mba hisorohana ny disadisa na olana mety hiseho no nilazan’ny antoko Marina izany.

“Tokony handray anjara amin’ny fifidianana ihany koa ireo rehetra izay mahafeno ny fepetra takian’ny Lalàmpanorenena”, hoy ny antoko. Ity farany efa nilaza fa handray anjara amin’ny fifidianana rehetra ho avy eo. “Mba hialana amin’ny hosoka sy ny hala-bato anefa dia aleo hitsangana ny vaomiera manokana hiandraikitra izay fifidianana izay”, hoy ny antoko Marina, ka ny fifidianana eny anivon’ny Fokontany no tokony hatao voalohany, ho fanomezan-kasina ny vahoaka eny amin’ny fokontany.

RaJean  

News Mada0 partages

Condamnation par contumace : la famille Lylison responsabilise le Sénat

Rebondissement dans l’affaire Lylison René de Rolland. Après le verdict rendu par le tribunal le condamnant à un an de prison ferme, ses proches sont sorties de leur silence. Hier, son avocat et sa famille se sont déplacés au Sénat à Anosy pour déposer une opposition qui aura un effet suspensif sur la décision du tribunal.

« L’objectif est de remettre la copie de  cette opposition au président ou à son intérim afin qu’ils puissent être au courant des procédures que nous avons entreprises», a expliqué un membre de la famille.

Cette opposition n’a aucunement besoin de la présence du sénateur Lylison pour être valide. La famille peut en effet assumer ce rôle et déposer ce document. «C’est une affaire purement politique. Seule la politique peut la résoudre», a conclu la famille.

Du côté la justice, le ministre Charles Andriamiseza réfute les déclarations affirmant que ce jugement revêt une connotation politique. «C’est un jugement normal, qui a suivi une procédure normale. Sans caractère politique. Je pense que la décision des juges respecte la loi en vigueur au pays comme le définit le code pénal», a affirmé le ministre de la Justice.

Il faut rappeler que le sénateur Lylison René de Rolland a fait appel à une ville morte le 23 mai de l’année dernière. Un appel qui n’a pas été suivi, mais qui lui a coûté sa liberté. Depuis ce jour, étant abandonné par ses confrères sénateurs, l’élu du Mapar est en cavale.

Nadia

 

News Mada0 partages

Elections 2018 : le Pnud octroie 12 millions de dollars

12 millions de dollars seront déployés pour le prochain cycle électoral 2017-2019 à Madagascar à travers le projet Sacem. Un projet qui relève de la demande d’appui du gouvernement aux Nations unies pour la préparation des élections 2018.

La signature du projet de Soutien au cycle électoral de Madagascar (Sacem) s’est tenue hier à Alarobia entre la représentante résidente du Pnud, Violet Kakyomya et le président de la Commission électorale indépendante (Ceni), Hery Rakotomanana.

«12 millions de dollars sont nécessaires pour réaliser le projet. Ce qui fait un peu plus de la moitié du projet Pacem», a indiqué Violet Kakyomya, hier. Cette somme sera obtenue grâce à la contribution de la communauté internationale.

«Des partenaires techniques et financiers ont confirmé leur intérêt pour une contribution au Fonds commun pour le cycle électoral», a-t-elle fait savoir. Le numéro un du Pnud à Madagascar explique ainsi que le projet Sacem s’appuiera sur «Plusieurs activités pré-électorales qui ont eu lieu tout au long de l’année 2016 avec la collaboration et le soutien de la communauté internationale».

Outre le volet financier, le projet se focalisera également sur cinq domaines bien définis, à savoir l’appui à la crédibilisation des listes électorales, la révision du cadre légal, la communication et l’éducation civique électorale, l’appui aux opérations électorales et  l’assistance technique.

Soutien de la Communauté internationale

Une fois de plus, le système des Nations unies vient à la rescousse du pays grâce à l’appui aux opérations électorales. Il faut noter que le Pnud était présent et avait déjà participé à l’organisation des élections pour la sortie de crise en 2013  à travers le projet Pacem. Il compte ainsi répondre à la demande d’appui du gouvernement pour la préparation des élections de 2018.

Cette contribution de la communauté internationale a été saluée par le Premier ministre  Olivier Mahafaly Solonandrasana et le président de la Ceni Hery Rakotomanana. «C’est grâce à la communauté internationale que Madagascar a pu sortir de la crise», a fait savoir ce dernier lors de son discours. «Nous sommes confiants dans votre collaboration. En effet, les efforts n’ont pu être réalisés qu’à travers l’appui du Pnud», a-t-il poursuivi.

Tahina Navalona

 

News Mada0 partages

Basket – Mérite sportif 1: 05 passionnés à décorer

Pendant que les éliminatoires de la Coupe du président dans la zone Ouest battent leur plein à Morondava, la Fédération malgache de basketball (FMBB) a annoncé la tenue d’une remise d’ordre de mérite sportif, ce jeudi, à Iavoloha. 105 passionnés de la balle orange seront à l’honneur dont l’un d’eux, Rémi Rambeloson, sera promu Commandeur de l’ordre national. Huit seront  élevés au grade d’Officier de l’ordre national et le reste sera fait Chevalier de l’ordre national.

L’actuel président de la FMBB, Jean Michel Ramaroson et le président du MB2All, non moins chef de région d’Analamanga, Ndranto Rakotonanahary, sont parmi les personnes à décorer pendant cette cérémonie. Figurent également dans cette liste des joueurs et joueuses bien connus comme Fataka Evrard, Kiady Rabarijoelina, Christiane Rajaofera ou encore la fameuse Maiwen Andriamilandy.

Par ailleurs, le challenge se poursuit dans la ligue de Menabe pour une place au prochain tour de la Coupe du président pour le compte de la zone Ouest. Hier, BCM Miandrivazo s’est imposée sur le fil face à MFB Morondava sur le score de 47 à 49. BCM Belo n’a pas eu cette chance en s’inclinant devant ASJBM Mahabo par 60 à 84.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Tennis – Afrique : Madagascar sur deux fronts

La campagne africaine continue pour les jeunes tennismen malgaches après le Championnat d’Afrique Australe en Namibie. Fenosoa Rasendra et Sampras Rakotondrainibe (U14 garçons) intègrent le circuit de la Confédération africaine au Caire avant de disputer les Championnats d’Afrique U14 et U16 filles et garçons.

C’est reparti ! Les porte-fanions malgaches dans la catégorie U14 garçons, Fenosoa Rasendra et Sampras Rakotondrainibe, se lancent dans le circuit de la Confédération africaine de tennis, du 27 février au 5 mars prochain, au Caire, en Egypte. Selon les explications, ils seront engagés dans deux tournois. Ce sera donc la deuxième apparition de Fenosoa Rasendra après une première expérience avec ses compatriotes au Championnat d’Afrique Australe. Quant à Sampras, cette graine de champion a beaucoup mûri depuis ses dernières compétitions et a déjà des atouts à faire valoir dans les compétitions africaines.

Dans la même catégorie, Lanja Rakotozandriny et Toky Ranaivo seront en lice pour le Championnat d’Afrique U14 garçons en Afrique du Sud à partir du 27 mars à Benoni. Le coach Dina Razafimahatratra aura sous ses ailes six joueurs pendant cette joute continentale. Et pas n’importe lesquels car il s’agit des représentants au Championnat d’Afrique Australe. On ne change pas une équipe qui gagne.

Les Ranaivo, Mialy et Narindra évolueront dans le tableau des U12 filles tandis que Tsantaniony Iariniaina et Fitia Ravoniandro croiseront la raquette avec U16 filles. D’après les responsables de la Fédération malgache (FMT), «Le regroupement débutera bientôt mais la Fédération internationale de tennis, par le biais de Riaan Kruger, effectuera un camp d’entrainement pour les meilleurs joueurs locaux U12, U14 et U16 du 6 au 10 mars ».

Pour rappel, Madagascar a été classé deuxième lors du Championnat d’Afrique Australe en Namibie avec deux médailles d’or en U14 garçons (par équipe et en simple) et une médaille d’or en U14 filles (double), deux médailles d’argent en U16 filles (par équipe) et en U14 garçons (double) ainsi que deux bronzes en U14 filles et U14 garçons. Un exploit à rééditer.

Rojo N.

News Mada0 partages

Sehatra Ba Gasy : la crème de la crème à l’IKM Antsahavola

Fidèle à son rendez-vous mensuel, le « Sehatra Ba Gasy » va investir, ce dimanche, la scène de l’IKM Antsahavola en invitant, R’imbosa, une figure de proue de ce chant théâtral.

La nouvelle saison bat son plein pour le « Sehatra Ba Gasy ». Outre l’atelier organisé chaque 1er mercredi du mois, le partage d’expériences et la scène ouverte chaque 2e samedi du mois, une série de concerts diversifie également sa programmation annuelle. Dans ce dessein, après le dernier concert du groupe « Angola Itokiana » qui  souffle également ses 7 bougies, R’ imbosa reprend le flambeau.

« De mémoire, la plupart des membres du groupe ont prêté leur voix aux rangs de l’ Association théâtrale et artistique des universitaires de Madagascar (Atum) à Antananarivo. C’est à l’orée des années 90 que nous avons adhéré le groupe Solika, aux côtés du regretté Proper. Soucieux de la vulgarisation du Ba Gasy, nous avons monté notre propre groupe, R’ imbosa, en 1998 », se remémore Mbosa Rabenasolo sur une chaîne locale.

 Au-delà de cette programmation, l’association propose une réflexion plus profonde sur l’avenir du Ba Gasy. Une exposition et notamment une conférence-débat seront organisées  sous peu.  «Cette année, nous projetons d’organiser plusieurs manifestations pour éveiller la richesse et les valeurs culturelles du Ba Gasy et par la même occasion, de le faire découvrir aux jeunes générations. Le but étant de redonner à ce chant théâtral d’antan ses lettres de noblesse», confie Jeannot Rasolondraibe.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Arondihy : un atelier en prélude au festival

Le festival de danse multidisciplinaires Arondihy a pour objectif de promouvoir toutes les danses issues des différentes régions de Madagascar.  « Ceci permet de valoriser à la fois la danse et surtout la culture malgache », a annoncé Santatriniaina Fanou, l’initiatrice du projet et présidente de l’association Lamako event. Ainsi, comme tous les ans, elle propose plusieurs ateliers et le premier se tiendra durant cette semaine au Cercle germano-malgache (CGM) à Analakely.

Depuis de début de ce festival, Lamako Event a fait appel à des danseurs traditionnels venus d’autres régions de Madagascar. Pour cette semaine, elle propose de promouvoir la danse traditionnelle Sakalava avec Soameva. Par ailleurs, d’autres disciplines seront aussi mises à l’honneur, à savoir la danse de contact, initiée par Judith Olivia Manantenasoa et Jazz Afro Kakotemporain avec Jean Claude Bardu. Après une semaine d’atelier gratuit et ouvert à tous, une restitution de chaque discipline se fera, le 24 février au CGM.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Beroroha : disparition inquiétante du percepteur

Les fonctionnaires et les pensionnaires de Beroroha ne savent plus à quel saint se vouer. Et pour cause, le percepteur principal de cette localité n’a pas donné signe de vie depuis bientôt deux mois.

D’après Tiaro Henri Ferlin, maire de Beroroha, la disparition de cet agent spécial n’a pas été sans conséquence sur le quotidien des habitants. « Le dernier paiement a eu lieu au mois de décembre. Depuis, aucun fonctionnaire n’a été payé. Dieu seul sait ce qui va se passer encore ce mois », a-t-il fait remarquer. Les responsables locaux ont vainement essayé de le joindre par téléphone portable.

Toujours d’après l’élu, les enseignants fonctionnaires de Beroroha ont mené depuis hier un sit-in afin de manifester leur mécontentement. Par conséquent, de nombreuses écoles ont maintenant fermé leurs portes.

Par ailleurs, l’on sait que le percepteur en question est déjà notifié d’une affectation à Mananara Avaratra. La passation de service avec son successeur était prévu se tenir cinq jours auparavant, sauf que le principal concerné était absent.

Mparany

(Photo d’archives)

News Mada0 partages

Le troc : une transaction qui perdure

Le troc persiste encore de nos jours. En milieu rural, cette pratique se traduit notamment par l’échange de paddy contre des articles ou des marchandises et qui se fait ainsi juste après la moisson. Interview de madame Line qui habite à Imerintsiatosika, une habituée de ce genre de transaction.

. Les Nouvelles : Depuis quand avez-vous pratiqué le troc ?

– Madame Line : Depuis mes seize ans, après l’arrêt de mes études, il y a une vingtaine d’années. Je l’ai appris en suivant ma mère et mes tantes, à pied ou sur une charrette tirée par des bœufs, parcourant tous les villages des riziculteurs avoisinants, environ dans un rayon de dix à quinze kilomètres.

. Pourquoi le troc s’effectue toujours juste après la moisson du riz ?

– C’est le moment où les paysans n’ont pas beaucoup d’argent en liquide. Ils ont tout investi en employant des moissonneurs et dans la manutention du paddy, allant des rizières au grenier. Une opportunité dont nous profitons au plus vite avant la venue des collecteurs, comme c’est le cas maintenant, après la moisson du « Vary aloha » ou riz de la première saison. Une fois qu’ils ont de l’argent, ils vont effectivement en ville pour faire leurs achats et dédaignent ainsi nos marchandises.

. Quel genre de marchandises proposez-vous ?

– Des couvertures, des effets vestimentaires, en général de la friperie, des appareils ménagers et des ustensiles de cuisine. Auparavant, on amenait du sucre, du sel, de l’huile, du savon et du pétrole. Mais depuis la pullulation des épiceries jusqu’aux fins fonds de la brousse, nous nous abstenons de ces produits de première nécessité.

. Quelles mesures utilisez-vous pour évaluer à la fois vos marchandises et le paddy reçu en contrepartie ?

– Nous utilisons deux sortes de mesures. Le « Daba » ou bidon, d’une capacité de 12 Kg environ de paddy, et le gobelet. Le choix dépend de l’importance du troc.

. Pouvez-vous donner quelques exemples ?  

– Une couette ou une couverture en laine s’échange contre trois à six bidons de paddy. La différence s’explique par la qualité de la couverture et aussi de la qualité du paddy. Il en est de même pour une marmite ou une cuvette en aluminium. Le troc d’une assiette Duralex ou en inox s’effectue à partir de cinq gobelets.

. Quel est le secret de ce métier ?

– En premier lieu, être au courant du cours actuel du paddy ainsi que du choix des articles à vendre. Ensuite, savoir par cœur le prix de revient attribué à chaque article, ce qui est très utile en prévision des longues palabres qu’on va mener lors du marchandage. Il ne faut pas aussi être trop gourmand, sinon c’est l’échec assuré du troc. En effet, même étant paysans, ils sont plus ou moins au courant de l’évolution des prix des choses.

Propos recueillis par Sera R

News Mada0 partages

Rotary Club : partenariat entre Ivandry et Vacoas

L’action humanitaire rotarienne ne connait pas de frontière. Une délégation du Rotary club Vacoas de l’île Maurice, dirigée par son président le Dr. Praveen Ramdaursingh, est actuellement dans nos murs pour concrétiser ce concept. En partenariat avec le Rotary club Ivandry, présidé par Dimitris Skourtellis, et le ministère de la Santé, sa mission en terre malgache consiste en une campagne de dépistage du col de l’utérus, lequel concerne 25% des cas de cancers des femmes dans le monde. Sans plus tarder, la mission en question a débuté, hier, avec le concours de spécialistes mauriciens et malgaches, après une rencontre avec la presse organisée à Befelatanana.

Plus de 1.000 femmes sont ciblées lors de cette campagne. 600 d’entre elles travaillent au sein d’une société de zone Franche située à Tanjombato. Les spécialistes ont recours à un matériel de haute technologie, la coloscopie, amené de Maurice, pour occulter les patientes gratuitement. Une telle analyse, menée avec un tel appareil, n’est pas à la portée de toutes les bourses car se situant à plus de 400.000 ariary, selon le ministre de la Santé, le Pr. Mamy Lalatiana Andriamanarivo.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Unesco : faire exprimer les jeunes sur les ondes

La sensibilisation des lycéens au monde des médias, pour qu’ils puissent s’exprimer librement, est une des activités organisées par la Commission nationale malgache pour l’Unesco. Parmi les médias, la radio, accessible à tous, a été choisie cette année en véhiculant le thème « Radio et participation du public, la radio c’est vous ! ». 

Comme il ne s’agit pas simplement de s’exprimer, mais surtout d’être compris par les auditeurs, les intervenants sont formés et encadrés par des professionnels de la radio.

« L’objectif est de faire en sorte que les élèves puissent exprimer librement leurs idées. Pour cela, il faut qu’ils sachent parler correctement et le faire dans le cadre d’un dialogue constructif », indique le secrétaire général de la Commission nationale malgache pour l’ Unesco, Fanjamboahangy Ratsimisetra.

Plusieurs thèmes sont abordés, tous en faveur d’une éducation à la paix. Entre autres, « Le Fihavanana et la tolérance », « Le respect de l’environnement », « Le respect d’autrui en milieu public » ainsi que « La participation citoyenne ».

Sera R

News Mada0 partages

Chronique : fracassements des mesquineries au choc des foucades

Simple théorie que le principe de l’équilibre des pouvoirs, un point introuvable en l’absence d’application rigoureuse des règles qui président à la gestion des finances de l’Etat. Celui qui détient les cordons de la bourse tient

au collet ses « alter egos », ses égaux en théorie. Dans ce schéma les députés souvent en position de faiblesse jouent le mauvais rôle, ainsi le gouvernement a tout loisir de s’amuser d’eux et de jouer à yoyo

à propos de ces 4X4 que les parlementaires revendiquent comme outil nécessaire à l’exercice de leur fonction. Sans vouloir pencher en leur faveur, on ne peut taire le fait que les charges financières à cet effet ne sont que goutte d’eau face à l’océan des dépenses somptuaires que pour des indus de confort s’autorise l’exécutif.  Pareil déséquilibre se reflète à l’identique au niveau des collectivités décentralisées.

Les administrés de la commune de Taomasina se désolent du spectacle peu digne qu’offrent actuellement leurs élus. Des déchirements au sein du conseil municipal, l’appétit mesquin pour des petits profits a conduit à des clivages en camps retranchés, chaque clan réclamant sa part et ce sans considération de l’appartenance à l’opposition ou à la majorité, majorité acquise par le Mapar auquel est lié le maire. Une partie des conseillers se rebiffe contre ce qu’ils qualifient «  diktats » du maire. Il n’est pas rare à ce qu’il parait que celui-ci manifeste son autorité par des décisions imprévisibles au gré de ses caprices du jour sans souci de contredire

le lendemain par de nouvelles décisions les mesures qu’il a adoptées la veille. Le président du conseil municipal aurait fait les frais de ce genre de foucade, face à une décision d’expulsion du logement que « sa toute puissance » monsieur le maire lui a affecté voici trois mois. Belle illustration du mode de gestion des biens publics, gestion dans laquelle priment sur les règles de bonne gouvernance les fantaisies de ceux qui détiennent le pouvoir. Que réclament la-bas les conseillers municipaux disposés à mener une fronde ? Une carte attestant leur état d’élus du peuple ! Ailleurs il y existe ceux qui meurent pour des idées, ici pour des babioles il en est qui sont prêts à allumer un incendie, sans souci pour une population qui meurt à petits feux.

Léo Raz

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : sao ataon’ialahy hoe…

Diso aloha ihany izany fipetraky ny ahiahy  mikasika ny fiheverana hoe ataon’ny fitondrana toy ny azy samy irery ny firenena. Raha izay tokoa mantsy ny ao an-tsain’ny mpitantana dia hafahafa noho izao ny fitrangan-javatra. Tsy ho nisy ny baranahiny. Ho tsapa bebe kokoa ny ezaka ary ho nitera-bokatra tsaratsara kokoa noho izao tazana izao ny fiantsorohana adidy. Mandrak’androany ka hatrany aloha fisehosehoana ny betsaka ary izay kely atao na tsy mbola tanteraka hatramin’ny farany aza dia entina hisekosekoana.

Aoka izay ny andrakandrana. Fantatra fa sarotra ny fanarenana ary na maika aza ny fisikinana hanatanteraka an’izany. Na ny takon-kenatra na ireo karazana vonjy maika dia samy poizina avokoa. Famitahana marivo tototra. Vetivety dia miteraka farasisa. Mampitombo fahasarotan’ny raharaha izay efa tsy mora rahateo.

Mandodona angamba ny fanovana governemanta na ny fanoloana mpikambana sasantsasany ao anatin’io governemanta io. Hany ka samy may volon-tratra ny minisitra ka noho ny tsy fananan’ny maro asa vita hatolotra  dia mifaninana mampiseho tetik’asa sitrany ahay ho fialana nenina mba tsy ho isan’ireo voafaokan’ny rivo-mahery. Raha sendra lany hevitra moa dia ny tetika efa nalevina ihany no fongarina ka avadibadika fotsiny mba hisehoany amin’ny tarehy vao.

 Andrakandrana indray, filma efa niseho no sady tsy nahomby ity aroson’ny minisiteran’ny Fitaterana hamahana ny olana mikasika ny fitateram-bahoaka eto an-drenivohitra. Iza no tsy mahatsiaro fa efa nisy ny tetika momba ny fanovana karazany an’ireo fiara fitaterana ? Na ny Filoha aza angamba mahatadidy tsara ny antsipirian’ireo fepetra manodidina ny fanafarana fiarabe sinoa. Anisan’ny tompon’andraikitra teo amin’ny famolavolana ny fomba nomanina ho fanatanterahana ilay fikasana nandamoka fony andron’ny Tetezamita ny tenany.

Tsy mety ho tonga saina ve ny mpitondra fa tsy ny fiara fitaterana no olana fa ny fahateren’ny arabe. Tsy ny fandaminana

ny fifamoivoizana tsy tomombana no loha-ranon’ny fahasahiranana ? Manahirana ny fisaintsainana an’izany nefa izay no voalohany tsy maintsy dinihina lalina raha tena mitady fomba maharitra isorohana ny fahasahiranana. Ny hevitra kitaingina tsy mahatafita lavitra.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Meurtre de deux policiers : des éléments de la BC dépêchés à Befandriana Avaratra

Les membres du staff du ministre de la Sécurité publique (MSP) ont effectué hier une réunion d’urgence afin de discuter, entre autres, de l’affaire de Befandriana Avaratra, où deux policiers viennent d’être assassinés.

Le commissaire principal de police Jean-Rostand Rabialahy, directeur de cabinet du MSP, a expliqué qu’une enquête a été ouverte en vue de faire toute la lumière sur cette affaire.

«Nous allons essayer de déterminer s’il s’agissait réellement d’une vindicte populaire comme il a été véhiculé ou d’une embuscade. On a dit que les policiers avaient extorqué une forte somme d’argent lors de leur mission à Antsakabary mais personne n’est en mesure de le confirmer jusqu’ici. Il y avait eu aussi mort d’homme donc il faut ouvrir une enquête en vue d’identifier le ou les auteurs de ce double meurtre. Des éléments de la Brigade criminelle ont été mandés sur place pour ce faire», a-t-il expliqué.

Le haut fonctionnaire de police a également fait savoir que des émissaires du ministère ainsi que des éléments des Forces d’intervention de la police ont fait le déplacement à Mahajanga pour appuyer les éléments de renfort qui sont déjà sur place.

Par ailleurs, l’on sait que parallèlement à cette mobilisation, une campagne de sensibilisation sera menée afin d’empêcher qu’un tel triste événement ne se reproduise.

«Dans un premier temps, nous allons sensibiliser nos hommes pour qu’ils prennent les dispositions nécessaires afin de parer à toute éventualité durant l’exécution d’une mission. Il faut évaluer les risques en renforçant davantage la collecte de renseignements. En second lieu, nous allons sensibiliser les autorités coutumières, sachant qu’elles ont une certaine influence sur les villageois», a conclu le commissaire principal de police Jean-Rostand Rabialahy.

Pour rappel, deux policiers munis d’un mandat de justice ont procédé samedi à l’arrestation d’un suspect à Antsakabary, une localité se trouvant dans le district de Befandriana Avaratra. A la sortie du village, ils ont été pris à partie par une foule. Les villageois les ont lapidés et poignardés à mort.

Mparany

(Photo d’archives)

 

News Mada0 partages

Commissariat central : journée de détente à Vontovorona

La grande famille du Commissariat central de la ville d’Antananarivo s’est réunie samedi au Centre culturel et de loisirs de la Cnaps pour une journée de détente et de convivialité.

Sous la houlette du Commissaire principal de police Jean-Victor Tsaramonina Ravony, commissaire central de la ville, cette journée a vu la participation des éléments de la compagnie d’intervention, de la Brigade des accidents, de la Sûreté urbaine et aussi du service administratif. Ils étaient évidemment accompagnés de leur famille respective. Des membres du Staff du ministère de la Sécurité publique ont également honoré de leur présence cette journée récréative.

Les quelque 2.000 convives se sont retrouvés pour se divertir en s’adonnant à différents jeux et activités sportives tels que la pétanque, le foot, l’athlétisme et le basketball. Ils se sont également partagés le déjeuner.

«L’année dernière, nous étions entièrement retenus par le travail si bien que nous n’avons pas eu le temps de sortir en famille. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé d’organiser cette journée de retrouvailles. Quoi qu’il en soit, nous restons toujours sur nos gardes», a indiqué le Commissaire principal de police Jean-Victor Tsaramonina Ravony.

Mparany

 

News Mada0 partages

Vakinankaratra : place aux valeurs ancestrales

Les descendants des jumelles Razafindratompo et Razanaharitompo préservent les valeurs malgaches dans leurs familles respectives. Les jeunes générations en ont été initiées lors des retrouvailles de Nouvel an à Fenoarivo-Atsimondrano.

Les deux centaines de membres de l’association FTK II (Fikambanan’ny terak’i kambana  roa) regroupant les descendants des jumelles Razafindratompo et Razanaharitompo se démarquent par leur volonté de maintenir les us et coutumes malgaches. Ils l’ont démontré lors de la cérémonie de présentation de vœux qu’ils ont organisée dans la capitale, le week-end dernier, où les échanges de repas et de cadeaux, le partage du «koba» et la remise de «solombodiakoho» aux aînés ont eu la cote. Bebe Vic, la doyenne des membres qui se sont retrouvés à Fenoarivo-Atsimondrano à l’occasion, a retransmis à l’assistance le message familial sur l’importance du maintien des valeurs ancestrales pour préserver l’identité culturelle de cette lignée originaire d’Ambahondrano, dans la Commune rurale d’Andriambilany, en région Vakinankaratra.

Manou

 

Ino Vaovao0 partages

FIFIDIANANA : Vonona ny hanohana an’i Madagasikara ireo vondrona iraisam-pirenena

Ny mpiara-miombon’antoka iraisam-pirenena, toy ny Firenena Mikambana, ny Vondrona Eoropeanina sy ny firenena vahiny hafa no miara-manatanteraka ity Sacem ity. Noraisina avokoa ny fanamarihana entina manatsara ny fizotran’ny fifidianana nataon’ireo mpanara-maso ny fifidianana vahiny farany teo teto amintsika.

 Asa dimy lehibe no horaisin’ny Vondrona Iraisam-pirenena an-tanana ao anatin’ny Sacem. Toy ny fanampiana ara-bola sy ara-teknika mba hahazoana lisi-pifidianana azo antoka, ny fanatsarana ny lalàm-pifidianana, ny fiantohana ny serasera manodidina ny fifidianana sy ny fanabeazana ireo olom-pirenena ary fanentanana mahakasika ny fifidianana. Mandray anjara amin’ny tohana ara-teknika rehetra mandritra sy aorian’ny fifidianana. Volabe no holanian’ny vondrona iraisam-pirenena amin’ny fifidianana manaraka eto amintsika.  

Ny Sacem kosa efa nakana sy nandraisana ny tolo-kevitra rehetra mba hahazoana fifidianana azo antoka sy hanarenana ny lesoka teo aloha. Sarotra, araka izany, ny ilazana fa mahaleo tena sy manana ny fiandrianam-pirenena i Madagasikara kanefa mbola ny vahiny no miantoka ny ampaham-bola betsaka indrindra amin’ny fifidianana. Manana ny ambarany hatrany ny vondrona iraisam-pirenena ary tsy afa-miala amin’izany ny Malagasy na dia mahaleo tena aza. 

INV

Ino Vaovao0 partages

FAMPANANTENAN’NY MINISITRY NY ANGOVO : “Hahena ny delestazy ao Mahajanga”

Voalaza fa ny olana amin’ny solika sy ny fahasimban’ny milina iray an’ny orinasa Jirama ao Mahajanga no fototry ny olan’ny delestazy tany an-toerana nandritra ny iray volana mahery izay.

Naharitra ora maro ny fahatapan-jiro tany an-toerana ary saika ny tontolo andro mihitsy dia tsy mahita hazavana ny mpanjifa. Niezaka nitady ny vahaolana ahafahana miala amin’izany ny Fanjakana amin’ny alalan’ny minisiteran’ny Angovo sy ny orinasa Jirama ao Mahajanga. Nalefa any ivelany ny kojokoja izay fantatra fa simba tamin’ny milina iray lehibe mamokatra herinaratra. Omaly alatsinainy 20 febroary no voalaza fa hametahana io kojakoja simba io izay nohafarana avy any ivelany ary hojerena ihany koa ny famatsiana ny solika, hoy ny minisitry ny Angovo ny Jeneraly Raveloharison Herilanto. “Ezahina hoy hatrany ny minisitra ny fampihena ny oran’ny delestazy ao Mahajanga aorian’ny fametahana ireo kojakoja ireo sy ny fahatongavan’ny solika ara-potoana”.

“Tsy ny ao Mahajaga tampon-tanàna ihany anefa no ezahina hahena ny fahatapahan-jiro fa ireo faritra manodidina koa dia hovahana ny olan’ny famatsiana herinaratra”, hoy hatrany ny fanazavana. Manomboka amin’ity herinandro ity dia hisy fiovana  tanteraka ny fahatapahan-jiro ao amin’ny renivohitry ny Faritra Boeny sy ny manodidina. Raha ny fampanantenan’ny talem-paritry ny Jirama Rabevahoaka Bruno dia “eo am-pamaranana tanteraka ny olana momba ny delestazy ny Fanjakana, ka tsy ho ela dia ho foana izany”.  Nanamafy anefa ny minisitry ny Angovo fa hiezaka koa ny minisitera izay tarihiny sy ny Fanjakana foibe hitady faran’izay hiangana ny famahana ny olan’ny delestazy amin’ireo faritra hafa eto Madagasikara.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

INSTITUT BIOLOGIQUE APPLIQUÉ : Saika niteraka korontana ny famindram-pitantanan’ireo Tale

Araka ny didy navoakan’ny filohan’ny Oniversiten’i Mahajanga, tamin’ny 15 febroary, teo no tokony hisolo ny talen’ny IBA ary notanterahina izany.

Taoriana ny fahazoan’ny Tale teo aloha io didy io dia noterena tsy maintsy vitana haingana ny famindra-pitantana satria dia efa tokony handray ny asany io Tale io mialoha ny fidiran’ny mpianatra. Raha ny zava-misy dia saika niteraka korontana tao amin’ny IBA ity famimdra-pitantanana natao tery vaimanta ity satria dia mbola maro ny tetikasa no tokony hatao saingy voatery najanona.

Fantatra anefa fa tetikasa hoentina mampandroso ity sampam-pampianarana IBA izany.

Raha ny fanazavana azo avy amin’ny filohan’ny Oniversiten’i Mahajanga profesora Emmanuel Rakotoarivony dia efa ela no tokony ho nanesorana ny Tale teo aloha satria dia efa tamin’ny fitantanana vonjimaika ny Oniversite no nanendrena azy teo ka rariny sy hitsiny raha efa olona voafidy no hapetraka amin’io toerana io.

Tsy midika izany, hoy hatrany izy, fa hanala ireo Talen’ny sekoly rehetra ny tenany fa ireo izay tsy te hiara-hiasa aminy ihany no esorina mba hiaraka hampandroso ny Anjerimanontolo. Nilaza hatrany ny filohan’ny Oniversite fa hisy ny fanapahan-kevitra horaisina raha toa ka misy ny miketrika korontana ireo olona ao amin’ny Oniversite.

“Tsy hisy ny korontana hiseho aorian’ny fidiran’ny mpianatra satria dia efa vonona ny fandoavana ny vatsim-piaranan’ireo mpianatra, hoy hatrany ny fanazavana.Tantara tsy miova tokoa ny ao Anjerimanonrolo ao Mahajanga eo amin’ireo mpampianatra sy ny mpianatra satria dia samy mitady ny tombontsoany avokoa ny rehetra, indrindra ireo manana fahefana.

Tsy azo adinona anefa fa fandalovana ihany ny toerana sy ny fitantanana asa iray ka tonga amin’ny fitenenana hoe “Aaleo very tsikalakalam-bola toy izay very tsikalakalam-pihavanana”.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

IVON-TOERAN’NY HETRA AO MAHAJANGA : Nanao fisavana nandritra ny telo andro

Ny 15 amin’ ireo fiara mpitatitra no nandoa avy hatrany ny azy. Ny sisa kosa mbola mikarakara.  

Olona miisa 13 kosa no nampandoavina ny “impôts synthétique” ary roa no nampandoavina ny “impôt sur le revenu”. Nahatratra 6 502 000 Ariary ny vola tafiditra tamin’izany. “Ady amin’ny tsy fanarahan-dalàna sy fiarovana ireo olona ara-dalàna ara-ketra no ataon’ny ivon-toeran’ny hetra B nandritra ny telo andro, hoy Honoré Andrisoa, tompon’andraikitra ao amin’ny ivon-toeran’ny hetra B”. 

Ny “carte fiscale 2016” no nosavaina, ary toy izany koa ireo manana anton’asa fa tsy mbola nandoa hetra mihitsy. Ireo fiarabe sy fiarakodia mpitatitra, mpivarotra isan-karazany no voakasik’izany. Tsy nampilaza mialoha izy ireo fa nanao bemidina avy hatrany. Nanomboka omaly kosa ny ivon-toeram-paritra hafa ka ireo bajajy no anisan’ny savaina amin’izany. Araka ny lalàna mantsy dia tokony efa mandoa hetra vao miasa ireo fiara mpitatitra. Mbola betsaka anefa ny bajajy no tsy nandoa ny patanty sy ny lisansy. Marihina fa ny “Impôts synthetique” dia ny 31 marsa 2017 izao no fara-fandoavana azy ka ny 95%  aminy dia mankany amin’ny vondrom-bahoaka ifotony, Faritany, Faritra ary n Kaominina. Ny «  impôt sur le revenu  » kosa dia ny  15 mai 2017 no fara-fandoavana azy

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

LEHIBEN’NY FARITRA : “Mampandroso ny Firenena ny fananana ivon-toerana hanabeazana tanora”

Tsy ny eny an-drenivohitra ihany anefa no hiantefan’izany fampivoarana izany fa indrindra ny eny ambanivohitra. Manana io ivon-toerana fanabeazana sy fiofanana io ny Fiangonana Loterana Malagasy ao Vinaninkarena saingy noho ny tsy fahampiana ara-pitaovana sy ara-bola dia eo am-pikarohana ny vahaolana amin’izany ny mpino rehetra.

Ny alahady teo, tonga nitsidika ary nanatrika ny fotoam-pivavahana tao amin’ity fiangonana FLM ity ny Lehiben’ny Faritra, Rakotonarivo William mivady sy ny Tale kabinetran’ny Kaominina Ambonivohitra  Antsirabe voalohany. Tsy nitondra tanam-polo anefa izy ireo tamin’izany fa nanome fanampiana ny fiangonana mba hamitana ilay Akany. Naharesy lahatra an’ity Lehiben’ny Faritra ity mantsy ny ezaka ataon’ny fiangonana satria dia tsy natao ho an’ny mpino eo anivaon’ny FLM ihany izany fa natao ho an’ny rehetra tsy misy ankanavaka mihitsy.

Fanabeazana ireo tanora izay maniry hiditra amin’ny sehatry ny asa sy ireo maniry hanao asa tena toy ny asa tanana sy ny fiompiana sy fambolena mantsy no nahatonga ny Flm Vinanin- karena hanangana ity Akany ity. Ankoatra izay dia hisy ihany koa ny fametahana ivon-toeran-tserasera mba hahafahan’ny rehetra manaraka ny vaovao eto an-toerana sy any ivelany mikasika izany fampandrosoana izany. Miara-miasa amin’ny Kaominina Vinaninkarena ny fiangonana amin’izany satria ny tanora eo an-toerana no hahazo tombontsoa voalohany amin’izany.

Nambaran’ny Ben’ny tanàna, Rasolofoniana Stephanoel fa efa namaly ny antson’ny Kaominina ihany koa ny Solombavambahoaka, Ravelohanitra Nirina, voafidy tao amin’ny Distrikan’Antsirabe faharoa. Fampanantenana kosa no nataon’ny Lehiben’ny Faritra  fa hitady mpamatsy vola ahafahana mamita haingana ny Akany izy. Ny mpitandrina, Andriamapandry Tiana kosa tetsy an-kilany dia nisaotra ireo rehetra izay nanolo-tanana sy izay mbola hanampy amin’ny famitana ity akany ity. 

Aminy, ny fampivoarana ny tanora sy ny fanampiana azy ireo ara-pitaovana no tosika voalohany hampandrosoana ny Kaominina ary tsy maintsy hisy fiantraikany amin’ny Firenena izany. Efa betsaka, hoy izy, ny ezaka vitan’ny mpino saingy maro ihany koa ireo asa mbola miandry. Fa ankoatra izay dia nanentana ny mpino rehetra manerana ny Faritra Vakinakaratra ihany koa ny Jeneraly Rakotonarivo William ny amin’ny tokony hanajan’ny olona ny tontolo iainana. Misy, hoy izy, ny tetikasa fambolena zana-kazo vaovao eto amin’ny Faritra hiatrehena izay ady amin’ny fahasimban’ny tontolo iainana izay.

Tiaray R

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondran'ny HVMFanjakan-jiolahy

Telo taona mahery kely izay no nitondran’ny fanjakana HVM an’i Madagasikara. Telo 3 taona vao mainka nampihemotra sy nampikorosy fahana ny firenena.

 Na nisy aza ny mety endri-pampandrosoana natao, dia takona tanteraka fa ny zava-doza nataon’ity fitondrana ity no nisongadina. Miha mahantra fadiranovana ny Malagasy ary miha manjaka andro aman’alina ny kolikoly. Raha tany amin’ny laharana faha-123 dia efa manakaiky ny rambony satria any amin’ny faha-145 amin’ny firenena 176 amin’izao fotoana izao. Nitombo ihany koa ny tahan’ny famotsiam-bola maloto. Amin’ny fomba ahoana tokoa moa no handresena ny kolikoly raha ny mpitondra ambony eto amin’ny firenena no mpanome leson-dratsy ? Niniana nafenina ny raharaha fahatrarana an-dramatoa Nicole Andrianarison, olona akaiky ny filoha nitondra volabe tsy mazava mitentina 3 tapitrisa Euros tany Roissy Frantsa ny volana desambra 2015. Nalaza ny raharaha fanodinkodinam-bola mitentina 390 tapitrisa ariary nahavoatonona ny anaran’i Claudine AC, mpanolotsain’ny filoha, saingy ny Bianco sy ny fitsarana aza toa niala maina. Ny 54 tamin’ireo tsenan’asa 107 izay manome 62% tamin’ny asa nandritra ny frankofonia no voalaza fa tsy nisy antso tolobarotra ara-dalàna, ary efa notakian’ny firaisamonim-pirenena eto amintsika ny fanazavana izany tamin’ny antsipirihany satria mitentina 25,6 miliara ariary na 8 tapitrisa dolara teo ho eo no totalim-bidin’ireo zavatra tsy mazava ireo saingy tsy nampiana resaka hatramin’izao. Nanjaka ny fanondranana boaderozy, ka ny olona efa tratra toa an’i Bekasy aza navotsotra sy nampandosirina.

Mitombo ny kolikoly

Izao ihany koa dia mandeha be ny feo fa olona manana ny maha izy azy ao an-dapa sy mpikambana no voalaza ho mpiaro ireo mpanao  trafikan'ireo bolabolana boaderozy  341 sarona tany Masoala, saingy tsy voakitika fa ireo irakiraka sy tatsambo no naiditra am-ponja. Ankoatra izay, niha nahazo vahana ny kolikoly satria raha araka ny tatitra navoakan'ny Transparency International ny 25 janoary lasa teo dia lasa laharana faha-145 i Madagasikara tamin'ny 2016 raha toa ka laharana faha-123 tamin'ny 2015. Ampahan-javatra ihany ireo saingy hahafahan’ny tsirairay misaintsaina ny afitsoky ny fanjakana HVM. Fampanantenana no betsaka fa ny asa maivana ary maro ny manampahefana ambony be afera ka sarotra noho izany ny hahatokisana fa mangarahara ny fitantanana ny volam-bahoaka sy ny harem-pirenena.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mila miala sasatra

Tsy moramora ny mitondra firenena. Ekena tokoa izany. Na mety na tsy mety ny rafitra apetraka dia mitombina foana io teny io.

Mirija   

Tia Tanindranaza0 partages

BNI MADAGASCARVonona ny hanohana ireo mpandraharaha ara-toekarena rehetra

Banky iray anisan’ny manohana hatrany ireo karazana hetsika ara-toekarena tanterahina eto amintsika ny banky BNI Madagascar entina hampandrosoana ny firenena.

 Noho izay antony izay indrindra no nanosika azy ireo hanohana ofisialy ilay hetsika ASIA 2017 hotanterahina eny amin’ny Parc des expositions Forello Tanjombato ny 23 ka hatramin’ny 26 martsa ho avy izao, karakarain’ny agence premiere ligne. Anisan’ny hampiavaka ny fisian’izy ireo mandritra io efatra andro io ny fiparitahan’ireo ekipa ara-barotra ao aminy hihaino sy handray ny hetahetan’ireo mpanjifa maro isan-karazany ho avy hitsidika ny salon. Tafiditra ao anatin’izany ny olon-tsotra, ny orinasa na koa ireo mpandraharaha avy any ivelany. Tanjona moa ho an’ny tale jeneralin’ny banky BNI Madagascar Andriamatoa Alexandre Mey, ny hahafahana mampitombo lanja ny firenena Malagasy amin’ny alalan’ny fanampiana ireo mpandraharaha ara-toekarena eto amintsika.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

"Bus Intelligent"Mbola mila fanofanana ny mpamily

Naneho ny heviny mikasika ilay “bus intelligent” kasain’ny fanjakana hampiasaina eto an-drenivohitra sy ny manodidina omaly Andriamatoa Maradonna, filohan’ny koperativa Contrasmar mampitohy an’Anosy sy Vontovorona.

 Nambarany fa tsy mbola nisy fifampidinihina mihitsy teo amin’izy ireo sy ny fanjakana hatreto mikasika ireo bus ireo. Hanamaivana ny fahasahiranam-bahoaka kosa ny antom-pisian’izy ireny, hoy izy. Ho an’ny koperativa tantanany manokana dia nambarany fa tsy olana ny mety hidiran’ireto bus intelligent ireto any amin’ny zotra trandrahany satria ilaina ihany koa ny fanovana saingy tsy maintsy mila fanofanana manokana ny  mpamily. Ticket mantsy no hiasa ka tsy hisy intsony ny fikirakiram-bola.  Malalaka  rahateo ny lalana  mihazo an’i Vontovorona sady mahazaka olona betsaka  ny fiara izay avo roa heny noho ny zakan’ny sprinter. Tokony ho orinasa no hitantana ireny bus ireny fa tsy koperativa izay hivondronana tompona fiara maromaro. Mety hanahirana ihany mantsy ny fitantanam-bola manodidina izany raha tsy hay ny mandamina azy.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

CENTRE VONJY -BEFELATANANA84 taona no zokiny indrindra tamin’ireo voaolana

84 taona no zokiny indrindra amin’ireo olona voaolana tonga manatona ny Centre Vonjy etsy amin’ny hopitaly Befelatanana, hoy ny Commandant Andrianirina Jean Paul, tamin’ny mpanao gazety omaly.

Roa taona kosa no zandriny indrindra. Nahatratra 618 mianadahy mianaka ireo noraisin’izy ireo an-tanana nandritra iny taona 2016 nivalona iny. Amin’ny ankapobeny dia nigadra avokoa ireo olona nanolan-jaza ka  voarain’izy ireo ny  fitoriana azy. Tsy mamela mahazo ny UNICEF izay mpanohana voalohany ity ivontoerana ity. Tsy maintsy mijinja ny nafafiny ny olona iray raha vantany vao nanolana zaza ho an’ireo latsaky ny 13 taona. Mpanodinkodina zaza tsy ampy taona kosa no hiantsoana azy ireny ho an’ireo latsaky ny 18 taona. Tombony ho antsika eto an-drenivohitra ny fananana ivontoerana tahaka izao. Tsy mila misahirana mantsy ireo lasibatra fa manatona avy hatrany dia mametraka fitoriana ary mahazo dokotera sy fitsaboana maimaimpoana avy eo, miampy ireo assistante sociale miasa manampy ireo olona lasibatra. Hiantohana kosa ireo zazavavy kely bevohoka efa nahitana tranga miisa 68 nandritra iny taona nivalona iny. Tonga nitsidika ny ivontoerana omaly ireo delegasiona avy any Burundais nifanakalo traikefa tamin’ireo tompon’andraikitra tao amin’ny Centre Vonjy. Fanirian’izy ireo ihany koa mantsy ny hanangana ivontoerana  tahaka izao any amin’ny faritra misy azy hahafahana manampy sy manohana ireo lasibatra.

Pati              

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo AtsimondranoTanimbary an-jatony hektara difotry ny rano

Velaran-tany maromaro no dibodrano amin’iny Distrika Antananarivo Atsimondrano iny, taorian’ny orana nisesy ny faran’ny herinandro teo.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

CLD AmbohidratrimoNotsinjaraina tamin’ny kaominina 12

Tapaky ny fivoriamben’ny komity ifotony misahana ny fampandrosoana eo anivon’ny distrikan’Ambohidratrimo ny fitsinjarana ilay tetibola 200 tapitrisa ariary amin’ireo kaominina 12 isan-taona.

Ramano F.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zon’ny mpiasa ECDHiara-kiasa ny CNaPS sy ny fanjakana

Ho antsika eto Madagasikara dia ny CNaPS no napetraky ny lalàna miahy ny Fiahiana ara-tsosialin’ny mpiasa amin’ny sehatra tsy miankina sy ireo mpiasa ECD

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Efa mandeha ny fanadihadiana…

Salama tsara ve ry Jean a ! Ahoana indray ity aferan-dry lava orona mifampitifitra eto amin’ny tanàna ity ?

Marco

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mahafaly OlivierHalefa ambasadaoro any Frantsa ?

Hahatratra ny faherintaonany amin’ny aprily 2017 sa ho rava alohan’izay ny governemanta Solonandrasana Mahafaly Olivier ? Re miverimberina tato ho ato mantsy ny hanovana io governemanta am-perinasa io.

 

 Loharanom-baovao samihafa aza no milaza fa efa misy fandraisana izay arahina fanadinkadinana ireo olona heverina fa hotendrena minisitra hampidirina ao anaty governemanta vaovao. Mbola ireo loharanom-baovao ireo hatrany no milaza fa roa ny tranga mety hiseho. Na tazomina amin’ny toerany ny praiminisitra Mahafaly Olivier, fa ireo toerana roa banga dia ny minisiteran’ny Atitany, izay izy praiminisitra hatreto no mampivady ny asa maha lehiben’ny governemanta azy amin’ny asan’ny minisitry ny Atitany ; eo koa ny minisiteran’ny Angovo izay mbola banga ny toerany taorian’ny nahafatesan’ny minisitra tompon-toerana, Ramanantsoa Rodolphe ny 20 aogositra 2016. Mbola ny loharanom-baovao hatrany anefa no mahita fa mety ho sarotra ny hitazona ela an’i Mahafaly Olivier ao Mahazoarivo sao ifindran’ny viriosin’ireo praiminisitra teo alohany, Monja Roindefo sy Camille Vital, izay nirotsaka hofidiana filoham-pirenena avokoa. Nahavita be ho an’ny HVM, izay antoko eo amin’ny fitondrana, tamin’ny fifidianana kaominaly sy Loholona ny taona 2015 ireny anefa i Mahafaly Olivier ka sarotra ny hanilika manta azy toy ny vato natsindry ahazana, ka eo no isian’ny vinavina handefasana azy ho ambasadaoro Malagasy any Frantsa, ary dia mety ho i Solonandrasana Mahafaly Olivier amin’izay no hisantatra ny fanendrena ambasadaoro ao anatin’ity fitondrana Rajaonarimampianina ity. Mety hanahirana anefa ny hametraka azy eo ambany fitantanan’ny minisitry ny raharaham-bahininy Atallah Béatrice, ka mety hakisaka ao amin’ny minisiteran’ny Atitany ity farany, hanomana ireo fifidian-ko avy. Manana traikefa amin’izany rahateo i Atallah Béatrice, fony izy filohan’ny Vaomieram-pirenena mahaleotena misahana ny fifidianana tamin’ny tetezamita (CENI-T) nikarakara ny fifidianana filoham-pirenena sy solombavambahoaka nivoahana tamin’ny krizy, niakaran’i Hery Rajaonarimampianina eo amin’ny fitondrana.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana 201837,5 miliara Ariary no ilaina

Tontosa omaly tolakandro teny amin’ny foiben’ny Vaomiera mahaleotena mpikarakara ny fifidianana (CENI) eny Alarobia ny fifanaovan-tsoniam-piaraha-miasa ho fanohanana ireo fifidianana eto

 amintsika vatsiana vola amin'ny alalan'ilay tetikasa PACEM iarahana amin’ny vondrona iraisam-pirenena amin’ny alalan’ny Sampandraharahan’ny firenena mikambana momba ny fampandrosoana na ny PNUD. Nisolotena ny CENI  ny filohany Hery Rakotomanana, teo ihany koa ny minisitry ny vola Gervais Rakotoarimanana ary ny mpandrindra ankapobeny ny asan’ny firenena mikambana sady solontena maharitry ny PNUD eto Madagasikara Rtoa Violet Kakyomya. Nanatrika ny lanonana ihany koa ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly. Nandritra io fotoana io no nilazan’ny filohan’ny CENI Hery Rakotomanana fa 12 tapitrisa dolara na 37 560 000 000 ariary ny tetibola tratrarina hoenti-miatrika ny fifidianana 2018. Nilaza kosa ny praiminisitra Mahafaly Olivier fa ezahina ny hameno 10 tapitrisa ny isan'ny mpifidy amin’ny alalan'ny fanaovana ny hetsika fitsarana mitety vohitra. Mbola hiakinan-doha amin’ny vahiny ny resaka famatsiana ara-bola ny fifidianana eto amintsika fa tsy vitan’ny samy Malagasy. Anisan’ny miteraka olana io satria matetika dia misy fiantraikany any amin’ny fifidianana ilay dian-tanan’ny vondrona iraisam-pirenena.

 

Toky R

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Deuxième édition du salon ASIA

La deuxième édition du salon ASIA, organisée par l’agence Première Ligne, se tiendra du 23 au 26 mars prochain au Forello Expo Tanjombato, Antananarivo.

Asia is beautiful ! Tel est le concept que les initiateurs d’ASIA tendent à véhiculer. ASIA est un salon mettant en avant les cultures asiatiques et les produits différents pays de l’Asia du sud-est et de l’Asie continentale. La première édition en 2016 fût un succès d’estime pour le comité d’organisation. Elle a également dépassé les espérances de tous les participants. Pour cette nouvelle édition,  découvertes culturelles, rencontres B to B et initiatives pertinentes des pouvoirs publics seront au rendez-vous. Il s’agit aussi du premier évènement économique international pour ce premier trimestre 2017 à Madagascar. Plus de 100 000 « Invitations gratuites 0 Ar » seront distribuées dans des centaines de magasins ayant pignon dans la capitale, de centres commerciaux, d’entreprises diverses… Les sponsors et les partenaires de l’évènement ont été présentés durant une conférence de presse tenue ce 19 février à l’hôtel « Le Louvre » notamment Hyundai, en tant que sponsor officiel. Orange, partenaire de cette manifestation, est également partenaire de tous les salons organisés par « Première Ligne » pour cette année 2017.

« Conjuguer le pragmatisme asiatique avec les besoins et potentialités exceptionnelles de Madagascar avec ses extensions possibles sur les marchés du sud-ouest de l’océan Indien, de la SADC et du COMESA, devrait constituer une convergence économique et commerciale gagnant/gagnant » explique le comité d’organisation.

FR

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Antsirabe – Le tourisme se porte bien

Les statistiques montrent une belle croissance du secteur touristique dans la région Vakinankaratra. Selon les données du ministère du Tourisme, les nombres d’arrivées sont passés de 19 037 en 2015 à 21 837 en 2016.

L’accueil de rendez-vous internationaux dont les Assises de l’Union de la Presse Francophone a insufflé un nouvel élan au tourisme dans cette région. « Les touristes sont venus nombreux jusqu’au mois de décembre et janvier », informe le directeur exécutif de l’Office Régional du Tourisme de Vakinankaratra (ORTVA), Rija Disaine sur une note de satisfaction. Les opérateurs espèrent maintenir cet essor, ainsi 61 nouvelles chambres et 143 couverts se sont ajoutés aux infrastructures existantes l’année dernière. Antsirabe dispose d’une capacité d’accueil de 1 200 chambres grâce à ses hôtels et ses maisons d’hôtes. Célèbre destination pour ses cures thermales, la ville d’eau et sa région possède de nombreux sites touristiques comme l’aire protégée d’Ibity, les lacs Tritriva et Andraikiba, les randonnées pour découvrir d’authentiques paysages ruraux, etc. Cependant, l’accès à sites est difficile, car les routes sont très délabrées.

C’est Antsirabe également que l’accueil villageois a été initié. Cette forme de tourisme participatif est en plein essor, actuellement on recense 4 sites villageois dans un rayon de 4 km autour de la ville. L’association AVIMA (Accueil Villageois Malagasy) se charge de promouvoir le tourisme durable et l’accueil chez l’habitant. Elle collabore avec 7 villages dans la périphérie d’Antsirabe et donne des formations sur l’accueil villageois.

Madagascar Tribune0 partages

Le bras de fer entre l’ATT et les transporteurs continue

Jour J. Après plusieurs hésitations, l’ATT (Agence de transport terrestre) a annoncé hier que tous les transporteurs du Fasan’ny karana desservant la RN1 doivent rejoindre désormais la nouvelle station d’Andohatapenaka dès ce jour. Les transporteurs ne sont pourtant pas pressés d’investir les lieux et demandent à ce que cette date soit reportée au début du mois de mars. « Nous ne sommes pas du tout contre le déplacement vers la nouvelle gare routière d’Andohatapenaka. Mais nous estimons que des aménagements sont encore nécessaires pour qu’on puisse s’y installer dans les meilleures conditions. Comme nous pouvons le constater, les marquages au sol sont insuffisants pour accueillir les véhicules. Il en de même pour les plaques d’indication des guichets ainsi que des tarifs, etc. Il faut reconnaitre que les coopératives ne sont pas composées uniquement de véhicules et des chauffeurs. D’autres acteurs sont également impliqués. C’est pour cela que nous demandons le report de la date », lance un transporteur.

Durant la rencontre entre les deux parties hier, l’ATT s’est montré inflexible et menace même de sanctionner les transporteurs récalcitrants. De leur côté, les transporteurs maintiennent leur position. Ce qui a haussé parfois le ton d’un cran. Malgré les pourparlers, le désaccord entre ATT et transporteurs persiste et a été accompagnée d’une échauffourée.

Hier soir, une barricade de pneus brulés érigée par les opposants au déménagement a coupé la route reliant Anosizato et Ankadimbahoaka. Une personne a été interpellée par la police.

Dans la gare routière du Fasan’ny karana comme dans la plupart à Tana, des kiosques, de petites épiceries, gargote, des badauds assurant le transport des bagages ou des intermédiaires de transport sont installés partout. Ces derniers sont les plus nombreux. Lorsqu’il a été annoncé que tous ces occupants suscités n’auront pas leurs places à Andohatapenaka, leur mécontentements se sont manifestés par cette échauffourée.

Madagascar Tribune0 partages

Christian Ntsay a effectué une visite inopinée nocturne hier

Une descente sur terrain inopinée et nocturne. C’est ce qu’a effectué le Premier ministre, Christian Ntsay, dans la nuit de mercredi à jeudi dans les quartiers des 67 Ha, Andavamba, Ambilanibe, Anosibe, Ambohipo et Ambolokandrina. Cette visite lui a permis de constater de visu le fonctionnement des dispositifs sécuritaires mis en place par l’armée, la gendarmerie nationale ainsi que la police nationale, et ce dans le cadre de l’opération de sécurisation de la capitale.

Diverses infractions ont été découvertes lors de cette descente, comme la fermeture tardive des bars, ou encore les comportements douteux de certains noctambules. Néanmoins, il a été constaté que certains riverains, comme ceux du quartier d’Anosibe, ont pris l’initiative de mettre en place des comités locaux de vigilance, afin de contribuer au maintien de la sécurité.

Christian Ntsay a affirmé que la mise en place de ce dispositif sécuritaire s’étendra dans toute l’île. Toujours est-il qu’à l’instar des résultats des efforts déployés par les forces de l’ordre, l’implication de tous les citoyens s’avère nécessaire, mettant ainsi fin à toute forme d’infraction, pour une totale sérénité.

Madagascar Tribune0 partages

Les nominations des chefs de région abrogées, des chefs de district nommés et des magistrats placés

Ça y est ! Les nominations des vingt-deux (22) chefs de région de Madagascar sont bel et bien abrogées en conseil des ministres, conformément à la promesse de campagne du président de la République. Il reste au gouvernement d’officialiser la création d’une nouvelle région, Vatovavy, qui portera à vingt-trois (23) le nombre des régions et de nommer les « 23 gouverneurs » qui dirigeront ces régions. Autrement dit, la réforme de l’administration, conformément aux dispositions de l’IEM, le chef de bataille du président de la République, est en marche.

Au-delà de cette abrogation, le conseil des ministres d’hier à Iavoloha a également procédé au changement, voire nomination de nouveaux chefs de district dans certaines circonscriptions : Emilien Francis Madina à Antsalova, Herman Reminantenaina à Betroka, Odilon Victorien Pruvot à Befandriana Nord, Angelin Eddy Randriamaro à Antanambao Manampotsy, Sitrakiniavo Njaratiana Herizo Rajaonarisoa à Manjakandriana, Tiana Lantoarivelo Rakotondrasolo à Betafo. Le préfet de Manakara est également remplacé par Béatrice Hortense Rahantamalala.

Le conseil présidé par le président de la République a également fixé les dispositions des élections législatives en indiquant que « chaque district est une circonscription électorale. Il est également indiqué que le nombre de députés est fixé selon le nombre d’habitants pour assurer une nouvelle représentativité. Ainsi, le seuil pour l’attribution de deux sièges (ndlr : par chaque district), est fixé à 300 000 habitants ». Le nombre total des membres de la nouvelle Assemblée nationale malgache sera alors garder à 151.

Concernant les circonscriptions électorales qui ne comportent qu’un seul siège à pourvoir, les députés sont élus au scrutin majoritaire uninominal à un tour. Pour celles qui comportent deux sièges, les députés sont élus au scrutin de liste à la représentation proportionnelle à une tour selon la règle du quotient électoral et celle de la plus forte moyenne sans panachage ni vote préférentiel ni liste incomplète.

A ces nouvelles dispositions s’ajoutent l’officialisation de la nomination des membres de staff de la présidence, de la primature et de certains ministères. Sont nommés au sein de la Présidence, Rinah Rakotomanga, en tant que directeur de communications et des relations publiques de la présidence, Sahondra Rabenarivo, président du comité pour la sauvegarde de l’intégrité. Le nouveau directeur de cabinet civil du Premier ministre est nommé, en la personne de Nandrasana Georges Merlin Rasolo, récemment président du SRMV à Mahajanga et membre de la Cour électorale spéciale en 2013.

Plusieurs figures connues de la justice malgache, en étant magistrat, sont également appelé à remplir des hautes fonctions au sein des ministères à l’instar de Herilaza Imbiki, nommé secrétaire général du ministère des mines et des ressources stratégiques, Firina Rakotonjanahary Ranesa, secrétaire général au sein du ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique, Fanahimana Tiaray, directeur général de la communication au sein du ministère de la communication et de la culture. Et à la grande surprise de tous, Francis Razafiarison alias Francis Turbo est nommé directeur général de la culture au sein du ministère de la communication et de la culture.

Madagascar Tribune0 partages

Les stocks des commerçants s’epuisent faute d’approvisionnement

Il n’y a plus de stocks. La suspension des vols entre la Chine et Madagascar se répercute sur les activités des marchands locaux. Ce sont les marchands qui se fournissent en Chine et vendent des produits chinois qui souffrent le plus, car depuis l’annulation des vols et la fermeture des frontières malgaches pour empêcher la propagation du Covid-19, le manque de produits chinois se fait sentir.

« Nos stocks sont épuisés et nous sommes en train de vendre au détail tous les produits restants, car nous n’avons pas prévu cette situation. Nous sommes obligés d’augmenter les prix pour pouvoir continuer à payer le loyer de notre boutique au cas où nous n’aurons plus rien à vendre. Maintenant, nous sommes contraints de nous fournir auprès de grossistes chinois qui disposent encore de stocks. Mais leurs tarifs sont élevés », selon Sitrakiniaina, vendeur d’articles de sport à Behoririka.

Ainsi, ces marchands doivent vendre au détail leurs produits pour éviter leur épuisement total au cas où l’annulation des vols se prolonge. Pour le cas d’Air Madagascar, la compagnie aérienne ne reprendra les vols vers et en provenance de la Chine qu’au 30 avril.

« Nous n’avons plus d’autres produits que ce qui se trouve sur les étagères. Normalement, nous devrions faire de l’approvisionnement en Chine en mars mais c’est impossible, la suspension des vols étant encore maintenue », selon Vero Fitahiana, vendeuse de chaussures et de sandales à l’Avance Center de Behoririka.

Des boutiques fermées

Certains commerçants chinois ne subissent pas encore ce problème, étant donné leur stock important. Toutefois, une dizaine de commerces tenue par des chinois sont fermées dans divers centres commerciaux à Behoririka, leurs propriétaires étant coincés en Chine et ne peuvent rejoindre Madagascar avec les restrictions de voyage.

La fermeture des commerces de gros chinois crée un problème aux petits commerçants qui s’y approvisionnent. «  A cause de la fermeture des boutiques de gros, nous nous tournons vers la vente de confection malgache car nous ne voulons pas mourir de faim si nous n’avons rien à vendre. Nous sommes contraints de trouver des solutions de rechange à toutes les difficultés engendrées par cette situation », selon une mère de famille marchande de vêtements.

La situation actuelle démontre bien de la dépendance excessive à une Chine usine du monde. Depuis quelques années, la mise en place d’une ligne directe Antananarivo–Guangzhou par Air Madagascar (en 2007) a permis à bon nombre de Malgaches de contourner les intermédiaires chinois et de s’approvisionner directement auprès de fournisseurs basés en Chine.

Madagascar Tribune0 partages

18 dossiers reçus depuis 2018, zéro condamnation jusqu’ici

Depuis sa création en 2018, la Haute cour de la Justice (HCJ) a reçu 18 dossiers. L’on a appris lors de l’audience inaugurale de cette grande instance judiciaire hier, que 13 d’entre eux ont déjà été transmis à l’Assemblée nationale. Le dernier aurait été envoyé la semaine dernière. Ce, conformément aux dispositions de la loi en vigueur, à savoir la Constitution de la 4e République et la loi organique N°2014-043 relative au fonctionnement et organisation de cette cour.

Cette loi organique précise en effet que la HCJ est la seule juridiction compétente pour connaître les actes accomplis par un président de la République. La Constitution dans son article 33 énumère également les personnalités qui pourraient être mis en accusation auprès de cette grande instance : les présidents des Assemblées parlementaires, le Premier ministre, les anciens membres du gouvernement, le président de la Haute cour constitutionnelle.

Mais les procédures sont longues et compliquées voilà pourquoi, jusqu’ici la HCJ n’a encore procédé à aucune condamnation. En effet, pour mettre en cause ces personnalités, la requête doit être adressée au procureur général de la Cour suprême. Il apprécie par la suite la recevabilité de cette requête. Si elle est recevable et que les éléments constitutifs de l’infraction sont réunis, il transmet la requête au président de l’Assemblée nationale qui doit saisir le bureau permanent.

Ce bureau permanent doit par la suite procéder à la création d’une commission d’enquête spécialement créée à cet effet. Lors de la prochaine session parlementaire ordinaire, cette commission présente son rapport sur l’enquête et élabore une proposition de mise en accusation qui devrait être adoptée par l’Assemblée nationale. Si la mise en accusation est votée, elle sera transmise au procureur général de la Cour suprême pour instruction.

Midi Madagasikara0 partages

Soavinandriana : Mpianaka voalaza fa mpangala-jaza, niharan’ny fitsaram-bahoaka

Tovolahy iray, niaraka tamin’ny rainy no nianjeran’ny hatezeram-bahoaka rehefa voalaza fa nangalan-jaza tao amin’ny kaominina Mananasy, any amin’ny distrika Soavinandriana. Raha ny zava-nitranga, araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary dia nisy fahaverezan-jaza tao amin’ity kaominina ity ny herinandro lasa teo. Tamin’io fotoana io anefa, nisy nahita ny tovolahy iray, izay tsaroan’ny olona fa nitondra ity zaza very ity. Avy hatrany dia nosamborin’ny olona avy hatrany ity farany ka velona teo ny daroka sy vono. Soa ihany anefa fa nalaky tonga ny tompon’andraikim-panjakana iray, niezaka niaro ilay tovolahy ary nitondra azy tany amin’ny biraon’ny zandary tany Soavinandriana. Noho ny tahotry ny mety ho firongatry ny hatezeran’ny olona dia nafindra toerana haingana tany amin’ny biraon’ny Vondrom-pileovan’ny zandary ilay tovolahy. Mbola nitohy ihany tetsy andanin’izay ny fikarohana ilay zaza very, ka tany amin’ny rain’ilay tovolahy indray ireo fokonolona no namatratra. Ity farany izay efa notanana tany amin’ny zandary. Nalain’ireto andian’olona ireto ity raim-pianakaviana ity ka nampiharan’izy ireo ny hatezerany, ary novonoin’izy ireo teny an-dalana. Niditra an-tsehatra avy  hatrany moa ireo mpitandro filaminana niezaka nandamina ny savorovoro. Nanaiky nilamina ihany ireto fokonolona ary efa niroso tamin’ny famotorana ireto olona voarohirohy ireto izy ireo zandary any amin’iny faritra iny. Fantatra ihany koa fa efa milamina tanteraka ny teo-draharaha ny an-toerana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Manjakandriana : Fasana telo nisy namaky, niparitaka ny razana

Navoaka ireo razana sisa tsy nisy naka, dia nokarakaraina

Mitohy hatrany ny vaky fasana any ain’ny kaominina manodidina an’i Manjakandriana. Ny asabotsy lasa teo no tsikaritry ny olona tao amin’ny fokontanin’Ankazotokana-Atsimo, eo anivon’ny kaominina Ambatomena Manjakandriana, ny fisian’ny varavaram-pasana izay nisokatra fotsiny. Rehefa nozohina, hay nisy namaky izany ary nisy nangalatra ny razana maro tao am-pasana. Telo ireo fasana niharan’izany raha araka ny vaovao azo avy tany an-toerana. Ny maraina no nigadona teo an-toerana ny manampahefana teo an-toerana. Ny ben’ny tanàna, ny zandary, ny lehiben’ny fokontany ary notronin’ireo zana-drazana. Nandritry ny fizahana ny fasana dia tsikaritra fa, efa niparitaka ambony ambany ny tao anatiny tao. Tao amin’ny iray amin’ireo toerana dia lasa avokoa ny taolam-balo rehetra . Tsy nisy afa-tsy ny faty lena iray izay vao nalevina tamin’ny herintaona sisa  no najanon’ireo olon-dratsy. Mitovitovy amin’izany ihany koa ny tao amin’ireo fasana roa ambiny, saingy mbola naparitak’ireo mpangalatra taolam-paty ambony ambany ireo taolam-balo tsy nilainy. Nanapa-kevitra ireo olona teo an-toerana ny namoaka ireo taolam-balo sisa tsy lasa ary nikarakara an’izany talohan’ny namerenana indray izany tao am-pasana. Manao antso avo ankehitriny ny fianakaviana maro amin’iny vakin’i Mananara iny satria misesy loatra ny vaky fasana. Mbola mitazona ny fomba « tsy misara-mianakavy » iny toerana iny ary marobe ny razana indray milevina ao amin’ny fasana iray. Raisin’ny fianakaviana ho ambana lehibe hoazy ireo ny fisian’ny vaky fasana tato ho ato ary miandry ny valin’ny fanadihadian’ny mpitandro ny filaminana izy ireo ary koa izay mety ho fandraisana andraikitry ny manam-pahefana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Lehilahy lehibe 65 taona namoy ny ainy nazeran’ny bisikileta

Tsy milaza mialoha tokoa ny loza rehefa ho avy, ary patsa iray tsy omby vava. Raim-pinakaviana iray 65 taona eo ho eo no maty rehefa nazeran’ny bisikileta nentiny, ny antoandron’ny asabotsy teo, tao Andatabo Toliara,  amin’ny lalam-pirenena fahafito iny. Raha ny vaovao voaray, dia handeha hivarotra saribao ao an-tampon-tanànan’i Toliara ity lehilahy lehibe ity no tra-doza teny an-dàlana izao, rehefa nandeha nirimorimo mafy tamin’ny bisikileta tamin’ny  fidinana sady fiolahana, kanefa nisy omby nanapaka tampoka ny arabe. Niala izany ilay rangahy ka tsy voafehiny intsony ny familiana, ary latsaka tamin’ny lakandrano vato amin’ny sisin’ny arabe. Noho ny dona nahazo azy, dia naratra mafy teo amin’ny lohany izy, ary tapaka ny tànany havanana. Nentin’ny nanatri-maso ny loza namonjy tobim-pitsaboana ity niharan-doza, kanefa noho ny fahaverezan-drà be loatra nahazo ity rangahy ity, dia tsy tàna ny ainy.

Eric Manitrisa

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Dally et Natacha décorées

Les sœurs Dally et Natacha Randriantefy seront promues dans l’Ordre du Mérite Sportif. Elles seront élevées au rang de Comman­deur. Juste récompense pour ces deux joueuses de tennis qui ont porté très haut les couleurs malgaches sur le plan international.Elles ont sillonné le circuit professionnel durant de nombreuses années. Dally a atteint son meilleur classement mondial en avril 2005, quand elle s’était retrouvée au 44è rang. Pour sa part, le meilleur classement de Natacha remonte à août 2002, soit une 325e position.Coachées par leur père, Max Randriantefy, elles comptent plusieurs victoires sur le circuit ITF (Inter­national tennis federation). En parlant de Max justement, celui-ci sera élevé au grade d’Officier, en compagnie de Ravalitera Rafoloma­nantsiatosika, autre coach de renom dans le milieu de la petite balle jaune.À côté, quinze autres acteurs dans l’univers du tennis seront élevés au rang de Chevalier. Parmi eux figurent notamment le jeune Sampras Rakotondrainibe, le président actuel de la Fédération, Tsialiva Rajao­belina et le directeur technique national Dina Raza­fi­mahatratra.Rija Rajaobelina, capitaine de la sélection de Coupe Davis ou encore Zo Rabari­jaona de l’association Tennis Malagasy seront également promus au grade de chevalier. Tous recevront leur décoration respective, en compagnie d’autres récipiendaires d’autres disciplines, lors d’une cérémonie officielle.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Toliara II – La situation paludéenne sous contrôle

La recrudescence du paludisme à Toliara II est due à la saison chaude et humide, une période de transmission aigüe de la maladie. Pour l’instant, les données actuelles sur la situation sont loin d’atteindre le seuil épidémique.

Le paludisme reste une menace cruciale dans la région Atsimo-Andrefana. Et pour cause, le district de Toliara II demeure une des zones de prédilection de cettemaladie. De fait, le paludisme est la première cause de consultation, d’hospitalisation et de mortalité dans les Centres de santé de base de niveaux I et II (CSB I et II) dans ce district sanitaire.En 2015, de nombreux enfants de moins de cinq ans et plusieurs femmes enceintes ont payé le plus lourd tribut à cette maladie. Face à cette situation d’urgence, et afin de rassurer l’opinion et d’apaiser les inquiétudes sur la question, la riposte ne s’est pas fait attendre de la part de l’État, par le biais de la direction de la Lutte contre le paludisme (DLP) au sein du ministère de la Santé publique et de ses partenaires techniques et financiers. Selon le médecin-inspecteur de Toliara, le Dr Raphaël Hotahiane, des efforts ont porté, entre autres, sur le renforcement de la prise en charge systématique de tous les cas, et sur le traitement préventif intermittent chez la femme enceinte. Il y a eu également des opérations de chimio-prévention pour les enfants dans le district sanitaire de Toliara II.Selon toujours ce responsable, d’autres mesures ont été également prises, comme la campagne d’aspersion intra-domiciliaire ou CAID, la campagne de sensibilisation des communautés, la dotation supplémentaire en intrants antipaludiques (médicaments, tests de diagnostics rapides, moustiquaires imprégnées d’insecticide) pour les localités.

Pas d’épidémieAutant d’actions et de démarches assorties d’un dispositif de suivi de l’évolution de la situation, commencent à porter leurs fruits avec, notamment, la baisse des cas présumés. Et pourtant, ces derniers temps, des bruits ont couru selon lesquels le paludisme frappe encore très fort dans ces zones.Pour le médecin-inspecteur du district sanitaire de Toliara II, la recrudescence observée n’est pas une situation nouvelle. La saison chaude et humide qui s’étale de novembre au mois d’avril est une période de haute transmission du paludisme, ce qui explique la recrudescence du fléau.En tout cas, pour les spécialistes présents lors de la deuxième opération dechimio-prévention qui s’est déroulée à Ankililoaka, samedi dernier, « les cas enregistrés dans le district de Toliara II interpellent les autorités sanitaires concernées sans qu’il y ait lieu de céder à la panique. La situation est sous contrôle car il ne s’agit pas d’une épidémie ».

Les autorités sanitaires ont initié une opération de chimio-prévention à Ankililoaka.

 

Près de deux mille cas constatés

En ce début d’année, la recrudescence du paludisme inquiète plusieurs maires, dont celui de la commune d’Ankililoaka, Parfait Joujou Fitahiananahary. Celui-ci fait état d’au moins plusieurs centaines d’enfants malades du paludisme en quelques mois dans sa circonscription. Toutefois, il souligne qu’aucun décès n’est signalé jusqu’à présent car les campagnes de sensibilisation ont été efficaces.Les chiffres du service de district de la Santé publique de Toliara II détaillent la situation du paludisme dans les communes du district de Toliara II, de décembre 2016 à février 2017. Ainsi, la commune rurale d’Ankililoaka enregistre 514 cas et zéro décès contre 12 101 cas et quatre décès au Centre de santé de base en 2015. Le même tableau comparatif précise que pour la même période, le district de Toliara II, dans son ensemble a enregistré 1 931 cas et zéro décès en 2017, contre 14 406 cas et douze décès en 2015

Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Justice – Restriction des peines des mineurs

De moitié. La détention préventive des enfants en conflit avec la loi est réduite de moitié par rapport à celle des adultes, selon la loi sortie en août 2016 et publiée dans le journal officiel, en janvier. Cette loi stipule que la détention préventive est limitée à 6 mois, pour un mineur présumé auteur d’un délit, si pour les adultes, elle est de 12 mois. Pour les crimes, elle est réduite à 9 mois, au lieu de 18 mois. « La loi internationale incite à réduire au plus court possible, la détention d’un enfant. Nous-mêmes, nous constatons quelles pourraient être les conséquences sur l’enfant », explique Laurette Lalaharivony, directrice des Reformes des législatives, au sein du ministère de la Justice. C’était au Pavé Antanina­renina, hier, dans le cadre d’un atelier de formation des juges d’enfant, essentiellement sur cette nouvelle loi.

AlternativesToujours dans le souci de réduire le temps d’incarcération des enfants, des peines alternatives sont en vigueur, à savoir, les travaux communautaires, la liberté surveillée, dont la décision dépend du juge et l’application, sous conditions. Des éducateurs spécialisés peuvent, également, être mis en place pour les surveiller. « L’objectif, c’est de préparer des relèves pour le pays. Donc, nous sommes obligés de les réadapter et non de les garder en prison trop longtemps », poursuit-elle.Désormais, il est interdit de garder en détention provisoire, un enfant en conflit avec la loi, au delà de ces délais fixés. Malheu­reusement, à Mada­gascar, les prévenus sont en surnombre. Des statistiques indiquent qu’en 2014, 80% des mineurs détenus n’avaient pas reçu leur jugement. Laurette Lalaharivony rassure que la formation des juges d’enfant, qui est en cours, devrait améliorer cette situation.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Télé-crochet – « Feo tokana, gitara iray » en phase finale

Les participants au télé-crochet « Feo tokana, gitara iray » redoublent d’efforts à l’approche des 8èmes de finale. Du côté du jury, les délibérations sont intenses.

Place à la découverte et aux belles surprises. Plus qu’une simple émission de télé-crochet,« Feo tokana, gitara iray » ou une voix et une guitare dans la langue de Molière, continue à faire valoir le talent de ses concurrents face à un jury de prestige et d’expérience. Depuis une semaine maintenant, à 19h30, les téléspectateurs de la chaîne Radio télévision Analamanga (RTA) ont eu quotidiennement le privilège de découvrir plus d’une centaine de mélomanes de tous âges et de tous horizons sur leur petit écran.L’émission entre dans le cadre de la célébration des 40 ans de scène d’Érick Manana. Les premières phases de sélection des participants ont contribué à faire briller le talent de près d’une cinquantaine de mélomanes. Ainsi, le 18 février, ils sont en tout quarante huit candidats à avoir fait partie de la deuxième phase de sélection.Le jury composé de Dama, de Kolibera et du musicien Taxx Razafindrakoto, ont passé la journée d’hier à visionner  les auditions vidéo pour  départager  ces jeunes talents.  Vingt quatre candidats  sont sortis du lot. Ils se partageront la scène du Dôme Rta Ankorondrano ce 25 février pour les huitièmes de finale de « Feo tokana, gitara iray ». Originaires de Toamasina, Antsirabe, Mahajanga et Antananarivo, des candidats, tous animés par leur passion, leur créativité et l’envie de s’épanouir pleinement dans le milieu musical, ont surpris le jury, ainsi que les téléspectateurs.

PrometteurLa délibération d’hier au Dôme RTA a particulièrement été intense pour le jury, qui a surtout jugé les candidats sur leur technicité, leur écriture musicale, la pertinence de leur composition et même leur charisme.« Chacun de ces jeunes artistes a, en lui, un potentiel énorme. Ils ont le talent, ils ont l’envie, mais il leur manque tout juste ce petit plus qui les démarquera du lot, notamment dans leur manière de jouer. Il faudrait juste qu’ils se focalisent plus sur leur personnalité propre et la gestion des notes qui, d’entrée, enchanteront le public », affirme Dama. Rendez-vous est ainsi donné au Dôme Rta Ankorondrano ce samedi à partir de 14h30. Durant cet événement, durant  lequel les talentueux concurrents de « Feo tokana, gitara iray » sauront faire resplendir leurs compositions, sous la bienveillance d’un jury d’exception. L’illustre D-Gary, notamment, rejoindra ses camarades pour évaluer ces jeunes, et en profitera pour partager son expérience.Grand absent pour l’instant, Erick Manana suit de près l’évolution de l’aventure outre mer. « Comme l’émission est aussi diffusée quotidiennement en ligne, il est au courant de tout ce qui se déroule ici. Il en est très fier, et affectionne particulièrement le fait que des jeunes se passionnent encore pour le genre bà-gasy qui lui tient à cœur. Il a hâte de venir et de se joindre à cette aventure », assure Naya Razafi, responsable au sein de la RTA.Plateforme unique pour les jeunes talents, le télé-crochet verra son lauréat partager la scène du Casino de Paris avec Erick Manana au mois de mai.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Santé – Un dépistage du cancer du col de l’utérus organisé

Une opportunité pour les femmes malgaches. Le ministère de la Santé publi­que, en partenariat avec l’association Rotary Club Vacoas de l’Île Maurice et Rotary Ivandry, organise un dépistage du cancer du col de l’utérus pour 1 000 femmes. Une conférence de presse concernant le dépistage s’est deroulée hier jusqu’au 1er mars à la maternité Befela­tanana. Un dépistage de dix jours se tient depuis hier à la maternité Befelatanana et au sein de l’entreprise Karena de la Zone Forello Tanjom­bato, où se trouvent 600 femmes travailleuses. « Le dépistage du cancer du col de l’utérus coûte cher. Il est de 100 000 ariary à l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) c’est pourquoi on l’organise. Ce cancer est très fréquent partout dans le monde et touche 25 % des femmes. Le problème à Mada­gascar c’est que les patientes n’arrivent à l’hôpital qu’au stade avancé alors qu’on peut prévenir cette maladie. Le dépistage est le premier moyen de prévention puis vaccin », explique Mamy Lalatiana Andriamanarivo, ministre de la Santé publique. « L’individu à dépister ne doit pas être dans la période de menstruation et ne doit pas avoir eu de rapport sexuel 48 h avant le dépistage. On ne peut pas faire l’analyse quand la femme est enceinte », explique Nadia Chanthiohine Bundhoo, membre du Rotary Club Vacoas de Maurice.Les membres de la délégation venant de Maurice apportent des coposopies pour faire probablement le dépistage. À Madagascar, la coposcopie coûte 400 000 ariary.

Fanomezana Rasolomahery

L'express de Madagascar0 partages

Littérature – Beniowsky par Jean-Christophe Rufin

Entre fiction et réalité. Une page de l’histoire de la Grande île, à travers les péripéties d’un seul homme, se découvrira à travers un roman inédit. C’est ce que le public aura le plaisir d’apprécier, le temps d’une conférence exceptionnelle à l’Institut français de Madagascar (IFM), ce 28 février à partir de 18h. Un moment inédit, durant lequel l’histoire méconnue de Beniowsky qui aurait marqué les relations entre l’Europe et Madagascar se racontera en partie.À l’occasion, Jean-Christophe Rufin, médecin, romancier, diplomate et académicien, de passage à Madagascar évoquera ce personnage atypique, et d’autres personnalités européennes qui auraient marqué l’histoire, voire la culture du pays.  « Vérité romanesque et réalité historique. Comment des personnages deviennent des héros littéraires. De Jacques Cœur à Beniowsky et quelques autres», c’est à travers cette thématique que Jean Christophe Rufin ira ainsi à la rencontre du public féru de littérature, notamment la jeunesse.Jean Hervé Fraslin, conseiller consulaire élu par les Français de Madagascar sur la liste indépendante « Mieux Vivre Ensemble à Madagascar », affirme « Au cours d’un voyage que j’ai préparé avec Jean-Christophe Rufin, j’ai eu le plaisir de l’accompagner sur les traces du héros de son prochain roman. Un certain Beniowsky, personnalité hors du commun du 18ème siècle, qui aurait marqué l’histoire des relations entre l’Europe et Madagascar ». Né dans l’empire austro-hongrois, engagé pour défendre la Pologne face aux Russes, Beniowsky a été fait prisonnier au Kamtchaka, s’en est évadé en séduisant la fille du gouverneur de la prison. Il s’est emparé d’un navire avec lequel il a rejoint l’Alaska puis le Japon, avant de faire escale à Macao puis à Madagascar. Là, il s’est fait adopter par les Betsimisaraka du Nord, dont les chefs l’ont proclamé Roi.En gros, c’est le résumé de l’histoire de Beniowsky que racontera Jean-Chris-tophe Rufin. Le personnage a vogué de Maroantsetra à Louisbourg en France, en côtoyant autant les Anglais que les Américains. De retour dans la Grande île, il disparaitra tragiquement près d’Antalaha. Depuis, les Slovaques, les Hongrois et les Polonais revendiquent chacun l’héritage de celui qu’ils considèrent comme un héros national.

A.P.R.

L'express de Madagascar0 partages

Amborovy – Des produits périmés brûlés

Suite à une descente effectuée par les agents de la Direction régionale du Commerce et de la consommation Boeny, depuis le mois de janvier, des marchandises périmées, comprenant des denrées alimentaires d’une valeur de dix millions d’ariary ont été détruites à Amborovy, vendredi.«La date de péremption de ces produits remontait à 2011 mais a été modifiée en 2017 pour certains articles et denrées. Les contrevenants ont apposé de fausses étiquettes sur les emballages comme c’était le cas pour le sel alimentaire, les couches-culottes pour bébés ou encore des aliments en boîte. La mention obligatoire est la date de péremption et la fabrication sur les étiquetages », a expliqué le directeur régional, Jean- Berchmans Belalahy.Les produits étaient saisis auprès de détaillants, grossistes ou grandes distributions de Mahajanga. Du lait en poudre pour bébé, des couches-culottes, du haricot en boîte, des paquets de biscuits, des boîtes de lait concentré et plusieurs articles ont été arrosés d’essence et jetés dans une fosse avant d’être brulés.Par ailleurs, à Mampikony le démembrement du Réseau provincial de défense des consommateurs (RPDC) vient d’être mis en place, samedi, par le Président national et celui de la région Boeny. En effet, d’après les plaintes des consommateurs dans cette localité, les produits périmés inondent le marché, en particulier les denrées alimentaires, et les balances sont parfois truquées.Le RPDC Boeny, présidé par Gabin et la direction régionale du Commerce et de la consommation luttent ensemble contre cette situation. Trois fois par mois, une descente est effectuée par la Direction régionale pour traquer ces produits périmés.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Sécurité alimentaire – ADRA fête ses 25 ans

Une année de plus pour Agence Adventiste d’Aide et de Développement  (ADRA International). Cet organisme caritatif a soufflé ses 25 bougies à l’Ame­rican Center à Tanjombato, hier.L’ADRA œuvre dans plusieurs activités, à savoir, la sécurité alimentaire, l’éducation, la santé, le développement économique et l’aide humanitaire. Elle a des projets en cours dans le Sud, à savoir « ASARA » mis en œuvre  de 2014 à 2018, qui s’occupe de l’agriculture, de la production agricole et du marché à Betroka et à Bekily, « ASOTRY » sur la sécurité alimentaire en collaboration avec l’USAID, à réaliser entre 2014-2019. Et « ZINA », de 2015 à 2019, un projet sur la sécurité alimentaire à Ampa­nihy avec la Coopération allemande. « Le gouvernement est conscient des conséquences néfastes de la malnutrition et de l’insécurité alimentaire à Madagascar, c’est d’ailleurs pour cette raison que la lutte contre la pauvreté qu’il mène passe avant tout par la possibilité d’octroyer à tous les Malgaches l’accès aux services sociaux de base de qualité », indique le premier ministre Mahafaly Solonandrasana, présent à la célébration du 25e anniversaire de ADRA.Une délégation de l’ADRA, conduite par son Vice-Prési­dent, Michaël Kruger, a également effectué une visite de courtoisie au chef d’État, Hery Rajaonari­mampianina, au palais d’État à Iavoloha, hier, toujours dans le cadre de cette célébration de son 25e anniversaire.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Trois jeunes arrêtés

Arrestation de deux jeunes âgés de 17 ans et de leur camarade de 19 ans à Andranomanalina et aux 67 ha, samedi. Ces trois individus sont soupçonnés d’être les auteurs du meurtre de leur jeune ami, poignardé en pleine poitrine, à Andavamamba, la veille. Une dispute ayant éclaté pendant qu’ils jouaient au baby-foot, serait à l’origine de l’homicide.

L'express de Madagascar0 partages

Impôts – Huit véhicules mis en fourrière à Mahajanga

Pour l’équipe postée sur l’avenue de la Libération à Mangarivotra, près du lycée Philibert Tsiranana, les résultats de la première descente faite par la Direction régionale des Impôts du Boeny sont la mise en fourrière de huit véhicules, faute de carte fiscale sur les 162 véhicules contrôlés.Les inspecteurs des impôts étaient accompagnés d’agents de la Police nationale. Ils ont, ainsi, vérifié les cartes fiscales, les cartes grises ainsi que les assurances et les permis de conduire.La majorité des véhicules étaient en règle vis-à-vis du fisc pour l’exercice 2016, qui prendra fin vers la fin du mois de mars. D’autres sont déjà en possession de la nouvelle carte 2017. Cette action est organisée dans le cadre de l’amélioration des recettes fiscales.Ce contrôle des cartes fiscales, pour les taxis-ville, les minibus ainsi que les tricycles et les bus, sera effectué pendant une semaine dans la ville de Mahajanga.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Dadi Love continue sur sa lancée

Il vient d’être fraîchement élu « Artiste masculin de l’année » aux RDJ Mozika Awards ce week-end. Dadi Love, de son vrai nom Stéphanoelson Hervé Rajaoasalama, s’est rapidement fait une place honorable parmi ses pairs dans le milieu de la musique. Pour lui, l’année 2016 aura été plus que productive. Chacune de ses compositions a su conquérir le public.Dadi Love affiche une humilité qui lui est propre à travers sa musique. Il chante essentiellement la vie quotidienne, avec une belle touche de poésie taquine et souvent pleine d’amour. Il retranscrit de même une certaine bonne humeur dans ses chorégraphies dynamiques et effrénées, de quoi enchanter facilement un public de tous âges à chacune de ses prestations. Énergique , Dadi Love a enchaîné pas moins de 250 dates l’année dernière. Une prouesse pour ce jeune talent originaire d’Antsohihy, dans le nord de la Grande île.De « Ataoko sonia » à « Tsy ambelako » en passant par l’incontournable « Tsy atakaloko», Dadi Love aura conquis le cœur du public et lui réserve encore de belles surprises.« Cette année, on peut dire que mon agenda est déjà presque bouclé. Je partirai très prochainement pour Toamasina et je passerai Pâques avec le public de la capitale par la suite, au Stade Municipal d’Alarobia » confie-t-il. De nouvelles compositions sont d’ores et déjà prévues, notamment « Ameza facture », dont l’histoire ferait suite à « Ataoko sonia ». Outre-mer, à part l’Hexagone, Dadi Love enchantera aussi les îles voisines, notamment Mayotte, les Comores et l’île Maurice.

A. P R.

L'express de Madagascar0 partages

Vol de camion

Recherché pour escroquerie et pour un vol de camion commis au mois de décembre, un individu de 26 ans s’est fait cueillir par la police criminelle, à Ambatomainty, jeudi. La police a trouvé ses traces, lorsqu’une société sise à Anosibe a porté plainte à son encontre, pour détournement de tôles. Les interrogatoires ont révélé que le suspect  aurait servi du jus de fruit additionné d’une forte dose de somnifère, lorsque le vol du camion a été commis.

L'express de Madagascar0 partages

Miahy ny maitso

Beazina amin’ny fampandrosoana maharitra, momba ny tontolo iainana, ny sekoly malagasy. Misy ny fandaharana « Éco-école » manerana ny faritry ny ranomasim-be Indiana tanterahin’ny Islands sy ireo mpiara-miombon’antoka aminy, hahafahana manabe ny mpianatra hikajy ny tontolo iainana manodidina azy. Nanomboka nisitraka izany ny sekoly malagasy tamin’ny taona 2014 ary isan’izany ny EPP Tsilazaina-Ambohijanaka, ny lisea Andrianampoinimerina Sabotsy Namehana, ny sekolyNotre Dame de Nazareth ao Toliara ary ny CEG Andapa. Tonga eto an-toerana ny filoha tale jeneralin’ny «Foundation for Environmental Education» (FEE) ka hitsidika ireo sekoly roa voalohany hizaha ny fivoaran’ny fandaharan’asa.

L'express de Madagascar0 partages

Premier hard enduro

Le calendrier du championnat de Madagascar de motocross prend peu à peu forme. Le team Husqvarna-Motostore innovera cette année, avec un « hard enduro challenge », en d’autres termes, une course d’enduro plus relevée que d’habitude, la première du genre dans la Grande île. Celle-ci est fixée pour le 1er avril à Ilafy. En ce qui concerne l’habituel rendez-vous d’ouverture de saison, à savoir les Quatre Heures Honda, il est prévu pour le 19 mars. Le site du SRK Imerintsiatosika en sera l’hôte, comme l’an passé.

L'express de Madagascar0 partages

La Réunion – Une journée de recherche sur Madagascar

Au départ, Noro Rakotobe voulait juste trouver un film malgache pour le prochain «Festival du film oriental». Agrégée de lettres et responsable du diplôme universitaire de malgache à la Maison des langues de l’université, l’enseignante porte son choix sur «Songs for Madagascar», un documentaire de César Paes qui met en scène le groupe Madagascar All Stars». Mais voilà que le projet s’étoffe… pour aboutir à une projection en avant-première, un concert et une journée de recherche universitaire sur le thème « Regards croisés sur le patrimoine malgache, transmission et régénération d’un héritage vivant » le 24 février prochain.« Nous ne devons pas être uniquement tournés vers le passé, de manière nostalgique. Il est important de souligner la vitalité artistique et culturelle d’un pays qui offre souvent une image négative, à cause des problèmes politiques et économiques », souligne Noro Rakotobe, expliquant la nécessité de regénérer l’héritage vivant. À travers le film « Songs for Madagascar », l’idée est de faire « un plaidoyer pour le respect de l’île, pour mettre en commun les ressources pour faire avancer le pays ». « Ce film raconte comment de très grands musiciens s’unissent pour faire passer des messages », résume Noro Rakotobe, rappelant que « le groupe « Madagascar All Stars » rassemble Dama Mahaleo, Jaojoby, Erick Manana, Justin Vali, Régis Gizavo et Olombelo Ricky.Une table ronde avec César Paès démarrera la journée «Regards croisés sur le patrimoine malgache». Celle-ci sera suivie d’une discussion autour des relations du Malgache avec la mort et les morts. L’approche de la mort chez les Réunionnais d’origine malgache sera évoquée au cours de cette conférence. Parmi les invités figure également Johary Ravaloson, que Noro Rakotobe qualifie « d’écrivain francophone important, qui a reçu une douzaine de prix ». Cet « écrivain qui monte » a, entre autres, reçu le prix du roman Métis des lycéens. Les journées « Mada-gascar » seront clôturées par un concert de « Madagascar All Stars » le 25 février, puis le 1er mars.

JIR

L'express de Madagascar0 partages

Deux morts à Andapa

Mort dramatique de deux motards à Ambodivoara Andapa, avant-hier vers 15 heures. Le deux-roues des défunts est entré en collision avec  un 4×4.

L'express de Madagascar0 partages

Tetikasa Miatrika

Atomboka dieny any an-tsekoly ny fianarana ny fitantanana ny loza voajanahary sy ny atambo. Nisantatra izany efa hatramin’ny volana desambra tamin’ny taona 2016 ny fikambanana Vokovoko Manga Malagasy teny anivon’ny sekolim-panjakana miisa roa. Mpianatra 1200 an’ny EPP 3G Hangar sy Antetezanafovoany no nianatra momba ny loko, ireo fihetsika atao raha sendra rivo-doza na tondra-drano, ireo hafatra fototra mahakasika ny rano, fahadiovana sy fidiovana. Mitohy araka izany ny tetikasa Miatrika iarahana amin’ny BNGRC, ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro hanamafisana ny fahaiza-manaon’ny mpianatra.

L'express de Madagascar0 partages

Pentathlon à l’Equitana

L’événement de sports équestres Equitana, qui se tient chaque année au centre Amajo à Ilafy, proposera plusieurs nouvelles manifestations. Citons le pentathlon, le triathlon pour les cavaliers de moins de douze ans ainsi qu’une épreuve d’endurance. Pour 2017, l’Equitana se tiendra les samedi 8 et dimanche 9 avril. Toujours à la recherche d’innovation, les organisateurs de chez Amajo proposeront également un spectacle sur le thème du cirque, afin de diversifier encore un peu plus l’événement.

L'express de Madagascar0 partages

Évacués après une fusillade

Frappés de projectiles après une fusillade survenue à Ambatombe, dimanche soir, un chef de famille et son fils ont été évacués  à l’étranger, hier. Les victimes sont d’origine indienne. L’individu soupçonné de les avoir arrosés de balle serait un ressortissant étranger.