Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Jeudi 21 Janvier 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara20 partages

RN4 : Sprinter nifandona, maty ny mpamily sy ny ankizy iray

Nitrangana lozam-pifamoivoizana nahatsiravina tamin’ny lalam-pirenena fahefatra iny ny sabotsy 16 janoary teo. Fiara iray, nitondra mpiantsena nifatratra tamin’ny spriner iray nitondra mpilalao baolina kitra. Vokany : maty tsy tra-drano ny mpamily iray nitondra mpiantsena. Namoy ny ainy ihany koa ny ankizy mpilalao baolina ao amin’ny ekipan’ny « Ascuf». Olona roapolo no volaza fa naratra. Tapa-tongotra sy tanana havia kosa ny mpamily iray hafa. Avy any Tsinjorano nikasa hanatitra mpiantsena aty Maevatanàna ity fiara spriner miloko ( Mavo, maintso, mena) ity no vaky kodiarana aloha, ka teo no nisian’ny fifandonana tamin’ilay fiara spriner miloko fotsy avy eto Maevatanàna hitondra mpilalao baolina kitra hanao lalao ara-piralahina any Antanimbary. Teo atsimon’ny tanànan’Andranobevava eny amin’ny kaominina ambanivohitra Beanana, ato anatin’ny disitrikan’i Maevatanàna no nitrangan’izany tokony ho tamin’ny telo ora sy sasany folakandro tany ho any raha ny vaovao hatrany. Ankoatran’ny mpamily maty teo no ho eo dia novonjena sy nomena fitsaboina tao amin’ny hôpitaly be Morafenokely ireo olona naratra, nisy ankizy mpilalao baolina iray voatery nampiakarina haingana tany an-drenivohitra. Indrisy anefa fa maty teny an-dalam-pitondrana azy teny akaikin’i Manerinerina atsimo. Mpanazatra iray kosa noentina niakatra any Antananarivo tamin’ny alahady alina teo noho ny mbola fisian’ny vakim-pitaratra tavela tao anatin’ny lohany. Ny Zandary ao amin’ny Brigady misahana ny lalam-pirenena ( BPR) eto Maevatanàna izay nanao ny fizahana ny zava-nisy no misahana ny raharaha ankehitriny.

Ratantely

Midi Madagasikara13 partages

Jirama – Air Madagascar : Sources possibles de risques budgétaires selon la Banque mondiale

Le dossier Air Madagascar est très suivi par les bailleurs de fonds.

La situation et l’avenir des deux entreprises publiques en difficulté, à savoir Air Madagascar et Jirama figure parmi les dossiers qui sont suivis de très près par les bailleurs de fonds.

Les négociations pour l’obtention de la nouvelle Facilité Élargie de Crédit avec le FMI se poursuivent par vidéoconférence. Hier, une réunion a eu lieu sur le cas particulier de la Jirama ; avec notamment la participation du ministère de l’Économie et des Finances, du ministère de l’Energie et des Hydrocarbures, de la Banky Foiben’i Madagasikara et de la Banque mondiale. Une autre réunion spécialement consacrée à la compagnie aérienne nationale Air Madagascar est également prévue dans les jours qui viennent. Des réunions qui démontrent à quel point la situation de ces deux entreprises publiques en perpétuelle difficulté influe sur l’économie malgache en général et sur le budget de l’État en particulier. La Banque mondiale classe même la Jirama et Air Madagascar parmi les sources de problèmes budgétaires pour le pays. Selon ce bailleur de fonds,  « le pays se trouve également confronté à de sérieux risques budgétaires, y compris liés aux pressions financières pesant sur certaines entreprises publiques comme la compagnie nationale d’eau et d’électricité Jirama ou la compagnie aérienne Air Madagascar » .

En difficulté depuis les régimes qui se sont succédé, ces deux entreprises publiques n’ont pas encore trouvé leur plan de redressement définitif. Faut-il, en effet, rappeler que depuis la rupture avec Air Austral, un nouveau plan de redressement a été élaboré mais jusqu’à présent ledit plan n’est pas encore définitivement bouclé et officialisé.  Selon certaines indiscrétions, la stratégie définitive à adopter ne ferait pas encore l’unanimité du côté des dirigeants, concernant notamment le renouvellement de la flotte de la compagnie. Certains administrateurs opteraient pour un achat pur et simple de nouveaux avions pour remplacer les deux Airbus A340 qui ne sont plus rentables. Une option très budgétivore qui risque toutefois de ne pas plaire aux partenaires techniques et financiers qui ont cette réputation d’être très exigeants en matière d’équilibre budgétaire.

Dans tous les cas, les bailleurs attendent des plans de redressement crédibles pour garantir la viabilité financière d’Air Madagascar. Une mission qui s’avèrera très difficile pour le futur Directeur Général de la compagnie nationale aérienne Air Madagascar.

R.Edmond

Midi Madagasikara10 partages

Cyclone Eloïse : Antsiranana rincée par une pluie torrentielle

L’inondation dans à l’ouest de la ville d’Antseranana.

Eloïse n’a pas épargné la ville d’Antsiranana. Une bande nuageuse s’est concentrée dans la partie septentrionale de la Grande Île.  Pendant trois jours, la ville a été rincée  par la pluie torrentielle. Plus d’une cinquantaine de maisons ont été ébranlées. Les ruelles qui vont vers Bazarikely sont quasi-impraticables. Les infrastructures sont également endommagées, les tuyaux d’eau de Besokatra sont bouchés, ce qui engendre une coupure d’eau dans la ville et ses environs.

Incident à Anamakia. La partie Ouest de la ville est très touchée. Les habitants des communes rurales d’Andranofanjava, d’Anamakia, d’Andranovondronana voient leurs rizières inondées.  Certes, la région DIANA ne figure pas parmi les régions alertées, mais, elle n’est pas  épargnée par la force du vent. Un véhicule 4×4 voulant rejoindre Babaomby, a été emporté par les courants, suite à une inondation au niveau du pont d’Andranovondronana. Bilan, le chauffeur et une femme qui se trouvait côté passager sont portés disparus, tandis que deux autres personnes, se trouvant à l’arrière sont légèrement blessées.

Le pont de d’Andranovondronana est totalement détruit. Cette vieille infrastructure, passage obligé pour traverser la commune rurale de Babaomby, n’a jamais été la première préoccupation de l’autorité locale. Faut-il attendre un incident pareil pour réhabiliter les infrastructures rudimentaires  et archaïques ? En effet, la partie Ouest de la ville d’Antseranana est une zone presque oubliée, alors qu’elle regorge de ressources. Les routes sont impraticables, les écoles et les hôpitaux sont quasi-inexistants, la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Eloïse a encore empiré la situation !

Évidemment, la population de cette contrée attend les dons de l’autorité locale. A chaque période de cyclone c’est un éternel  recommencement.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara9 partages

Anosizato : Vehivavy roa mpibizna rongony

Fivarotana toaka gasy sy rongony no antony nisamborana azy ireo. “Vehivavy roa izay 23 sy 29 taona no voasambotry ny polisy misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina ny talata teo. Teny amin’ny faritra Ambohijanaka sy Anosizato Atsimo izy ireo no nalaina” raha araka ny fanazavan’ny polisy. Olon-tsotra no nahita ny fanaon’ireo ka nitantara tany amin’ny mpitandro ny filaminana. “Raha ny fantatra dia efa hatramin’ny taona lasa no nanaovan’ireo vehivavy ireo izao varotra toaka gasy sy rongony ary tsy aiza fa ao an-tranon’izy ireo eny Ambohijanaka sy Anosizato ihany” hoy hatrany ny polisy. Rongony sivy fonosana sy toaka gasy 20 litatra no sarona tetsy Ambohijanaka. Iny andron’ny talata iny ihany dia nitodi-doha teny Anosizato ireo mpitandro ny filaminana ary nisambotra ilay vehivavy faharoa. Nahatrarana rongony dimy fonosana lehibe tao an-tranony nandritry ny fisavàna. Efa nogiazana avokoa ireo zava-mahadomelina tratra ary samy niaiky ny helony izy roa vavy.

D.R

Midi Madagasikara6 partages

Assassinat de Danil Radjan : Une vidéo montrant l’aveu d’un “vazaha” devient virale

Quelques mois après le meurtre commis sur Danil Radjan, un étranger résidant à Madagascar est passé aux aveux, une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux dernièrement. Cette vidéo a fait parler d’elle, des commentaires ont été émis par les utilisateurs. L’histoire fait froid dans le dos. La thèse d’un homicide volontaire avec préméditation est confirmée à travers cette séquence qui devrait avoir une valeur importante pour la manifestation de la vérité de ce crime. Le ressortissant français, qui avait bénéficié d’une liberté provisoire mais a été placé sous contrôle judiciaire pendant l’enquête au parquet, a reconnu les faits dans la vidéo. Cet homme a été interpellé par les forces de l’ordre avec trois Malgaches une semaine après la découverte macabre. Contrairement à cet étranger, les trois Malgaches ont été placés sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy. Ce ressortissant français expliquait dans la vidéo le déroulement du meurtre de la victime. Il a reconnu son implication exclusive dans le décès de ce père de famille, survenu dans l’enceinte de La City Ivandry. La victime a été retrouvée sans vie dans le parking souterrain du centre commercial, un site où le défunt avait son appartement. Le Français avoue qu’il a été contacté par deux « karana » pour exécuter l’acte avec une prime de 60.000 euros. Les commanditaires sont des ressortissants indopakistanais très connus dans la commercialisation de fournitures et de bricolage. À travers la vidéo, le Français a également admis avoir étranglé puis battu le corps de la victime. Même s’il y a cet aveu, la vérité sur cette affaire reste incomplète, il manque le comment et le pourquoi du crime. Le mystère sur cette affaire n’est pas encore résolu. Des réactions de la part de la Procureure de la République où des enquêteurs de la police nationale seraient attendus face à la vulgarisation de cette vidéo. Affaire à suivre.

Yv Sam

Midi Madagasikara4 partages

La grogne monte : Université, crise de l’eau, coût de la vie

Le monde universitaire est secoué ces derniers temps par les mouvements de grève.

Après la grève en début d’année des étudiants des écoles normales supérieures d’Antananarivo, de Toliara, de Fianarantsoa et d’Antsiranana, ceux de la faculté de médecine de l’Université d’Antananarivo annonce également une autre grève à partir d’aujourd’hui. Ils reprendront le flambeau et prévoit, dès aujourd’hui, un autre « mouvement de protestation » contre la « dégradation des conditions de vie et d’étude au sein de l’Université d’Antananarivo », a souligné l’association des étudiants en médecine humaine dans une lettre adressée à Elia Béatrice Assoumacou. La durée du mouvement va être « illimitée », ont averti les étudiants et va, à cet effet, réchauffer la tension au niveau du campus.

Bourses. Au début de cette année, les étudiants normaliens ont alerté les autorités sur leur avenir professionnel, les élèves médecins, quant à eux, soulèvent des questions des plus classiques à la vie estudiantine et qui ont toujours fait l’objet d’interpellation presque régulièrement dans le campus. Notamment « l’état de paiement de nos bourses étudiantes de l’année universitaire 2019-2020 et nos allocutions de stages de 2018-2019 », a rappelé les étudiants en médecine. Selon ces derniers, 5 mois de bourses et d’indemnité d’équipements de l’année universitaire 2019-2020 n’ont pas encore été payés, jusqu’à présent.

Foudre. Cette grève des étudiants indique une grogne qui commence à gagner du terrain et met la pression sur le gouvernement. La crise de ravitaillement en eau potable accompagnée par les coupures d’électricité dans plusieurs quartiers de la ville et qui riment, paradoxalement, avec la hausse des factures de la Jirama, attirent la foudre des critiques les plus acerbes au niveau des réseaux sociaux. Les contestations sur ces sujets inondent la toile depuis des semaines alors que la flambée des prix des produits des denrées alimentaires sur le marché est encore loin d’être maîtrisée.

Hausse. Le gouvernement, qui sent alors le danger qui lui guette derrière cette montée d’adrénaline au niveau des réseaux sociaux, a vite annoncé « l’urgence de réguler les tarifs affichés par la Jirama par rapport à la hausse du coût de la vie ». Une révision à la hausse dans le cadre du « nouveau tarif » de la société nationale d’eau et d’électricité n’est pas encore la bienvenue, estime alors le conseil des ministres d’hier. En haut lieu, on remue alors ciel et terre pour éviter que la situation ne dégénère. Le Premier ministre, lui, a déjà annoncé, mardi, que « l’Etat fait de son mieux pour résoudre » ces problèmes socioéconomiques, tels que le coût de la vie ou le chômage qui minent la société.

Caisse publique. A l’Université, les étudiants en médecine, qui vivent au quotidien les conséquences de cette hausse du coût de la vie, revendiquent également une hausse du montant de la bourse mensuelle allouée à chaque étudiant durant l’année d’étude. Ils veulent une « réévaluation des droits d’inscription ou du montant des bourses en adéquation aux conditions socio-économiques dans lesquelles vivent les étudiants », ont-ils annoncé dans leur lettre au ministre responsable. Cette allocution, qui, pourtant, coûte déjà chère à la caisse publique. Ils revendiquent également « l’amélioration des conditions d’études (notamment l’eau courante et les toilettes  dans nos salles d’études en particulier) » dans lesquelles ils sont confrontés actuellement.

Crise. En moins d’un mois, les universités deviennent un  véritable foyer de tension. Les contestations ont gagné les campus. Face à cette grogne, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, toujours pointée du doigt par les frondeurs, et qui bat de l’aile après l’éclatement de ces mouvements a, visiblement, du mal à faire baisser la tension pour faire régner le calme, particulièrement à Ankatso. Ces crises risquent alors d’affecter sa feuille de copie dans le cadre de l’évaluation des ministres. Et dans les jours qui viennent, l’Université d’Ankatso risque encore de sombrer dans les mouvements de contestation.

Rija R.

Midi Madagasikara1 partages

Affaire 73,5 kg d’or : Mandat d’arrêt international contre les trois trafiquants

L’Etat est déterminé pour extrader les trafiquants d’or arrêtés en début d’année en Afrique du Sud. Le Conseil des ministres d’hier a informé sur un mandat d’arrêt international lancé contre ces derniers. Dans ce cadre, le gouvernement compte sur une collaboration des autorités judiciaires sud-africaines afin que les trois malgaches soient jugés dans le pays et les 73,5 kg de lingots rapatriés. « Les dossiers relatifs à la demande d’extradition sont déjà sur les mains des autorités sud-africaines », a rappelé un communiqué de la présidence de la République. « Il est prouvé que les lingots d’or partent de Madagascar », précise également le Conseil des ministres et qui dément la thèse d’une origine malienne de ces métaux précieux. Dans le pays, les enquêtes se poursuivent autour de ce dossier qui fait scandale. Neuf personnes sont, jusqu’à présent, sous les verrous après les premières interpellations tandis que les véritables cerveaux du trafic courent toujours. La justice n’a pas pu encore mettre la main sur les commanditaires de cette exportation illicite d’or dont la valeur peut monter jusqu’à plus de 4 millions USD.

Rija R.

Midi Madagasikara1 partages

Créations de mode : Le raphia : une grande tendance en France

le raphia originaire de Madagascar était une grande tendance de l’été 2020 en France.

L’engouement réel pour les produits naturels a marqué les collections des couturiers de renommée mondiale.

A titre d’illustration, le raphia originaire de Madagascar était une grande tendance de l’été 2020 en France. Le recours à cette matière première est devenu incontournable dans la création de mode. La touche apportée par le raphia a, entre autres, mis du soleil sur les défilés de Dior, de Dolce Gabbana ou encore d’Edouard Vermeulen, a-t-on révélé. En effet, il a été évoqué que toutes les créations avec ce produit spécifique de la Grande-île sont intimement mêlées à la tradition africaine, notamment celle des Malgaches avec un travail artisanal minutieux revêtant une valeur symbolique plus profonde, représentatif de l’esprit couture. Ce produit naturel contribue, également, à représenter le style un peu « exotisme », simple à porter d’autant plus qu’il rend un reflet de légèreté et de chaleur.

Il est à noter que le raphia constitue une fibre naturelle obtenue des feuilles d’une espèce de palmier qui est endémique à Madagascar mais plus utile pour la population surtout grâce à sa forte solidité. De couleur naturelle ou teintée, il sert à tisser notamment la rabane, une étoffe souple servant à la confection de sacs, de paniers, de rideaux, de chapeaux, de sets de table, de nattes et bien d’autres articles de décoration. Les artisans l’utilisent en même temps pour la confection des meubles et des fauteuils légers, sans oublier les projets de bricolage fantaisiste. Force est, également, de reconnaître que de nombreux produits artisanaux à base de raphia sont très prisés sur le marché international. Ce produit, qualifié de perle rare de la Grande-île, occupe ainsi une place importante dans leurs créations. Certains artisans malgaches parviennent, entre autres, à le mélanger avec d’autres matières comme le cuir et les tissus « soga » en vue de fabriquer différents styles de sacs.

Rappelons que la région de SOFIA constitue une zone à forte potentialité en matière de production de raphia. Le Centre Régional de l’Artisanat Malagasy (CERAM) qui y est implanté, vient d’être doté par le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat d’un atelier de traitement de raphia pour contribuer au développement de cette filière porteuse. Cet atelier est composé d’équipements modernes tels que deux grands métiers à tisser, deux imprimantes 3D et un matériel à gravure CNC. Ce qui permettra de mieux professionnaliser les artisans locaux en matière de fabrication d’arts malgaches à base de raphia. Par ailleurs, « L’objectif vise à développer la production de produits artisanaux à base de raphia, tant en quantité qu’en qualité. Des actions de professionnalisation de ce métier seront en même temps renforcées dans cette région à forte potentialité en raphia », a expliqué le ministre de tutelle, Lantosoa Rakotomalala, lors de la remise officielle de ces équipements servant à traiter cette matière première.

Satisfaire la demande. Compte tenu de son envergure dans le secteur artisanal, le raphia figure parmi les filières prioritaires au sein de son département. Il faut également savoir que ces équipements modernes permettent d’effectuer une certaine forme d’automatisation au sein de cet atelier. Le but de ce soutien matériel et technique des artisans se spécialisant dans la transformation de raphia consiste à renforcer leur capacité pour pouvoir satisfaire la demande sur le marché international, pour ne citer que le marché du COMESA tout en promouvant le savoir-faire et la culture malgache dans ce domaine. Une vingtaine de femmes artisanes sont les premières bénéficiaires de cet atelier étant donné que le ministère de tutelle promeut l’entrepreneuriat au féminin. « Cependant, l’accès à l’atelier est ouvert aux associations d’artisans qui manifestent leur intérêt à rejoindre cette vision d’établir une qualité supérieure du raphia », a conclu le ministre de tutelle.

Navalona R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Cyclone Eloise – des pluies abondantes dans le district d’Antalaha

Le cyclone Eloise a frappé dans la région Est, avec une vitesse de vent d’environ 90 et 130 kilomètre à l’heure. La pluie est tombée en averse dans la partie Est de Madagascar, surtout dans le district d’Antalaha, la ou les conséquences ont été plus ou moins importantes.
Le cyclone s’est ensuite dirigé vers le Ouest, ayant provoqué des fortes pluies également dans les régions se trouvant dans la partie Nord-Ouest. Un affaiblissement considérable a, par contre, été remarqué. Les prévisions météorologiques prévoient un beau temps pour la région Est, pour ce jeudi 21 janvier.
Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA : Voasambotra ilay tovolahy misandoka ho jeneraly ary naiditra am-ponja

Raha ny loharanom-baovao dia voalaza fa nampiasa ny kaonty Facebook "Xavier Rakotoson" noho ny fisolokiana sy fisandohana nataony izy. Raha tsiahivina dia nampiasa ny sarina Jeneraly, sekreteram-panjakana miadidy ny Zandariamaria tany aloha ity kaonty ity. Taty aoriana dia nosoloiny sarina manamboninahitra Jeneraly hafa indray io. Ny sarin’ny Jeneraly, Sekreteram-panjakana miadidy ny Zandarimaria ankehitriny no nampiasainy farany, izao izy voasambotra izao.

Mitonona ho Jeneraly Rakotoson Xavier ao amin’ny Zandarimaria izy. Mampiresaka an’ireo tanora ka milaza fa afaka mampiditra azy ireo ho mpianatra Zandary ary maka vola ho takalon’izany. Voalazan’ity farany tamin’izany fa tsy misy mpianatra intsony ao amin’ny Sekoly Zandarimaria Ambositra ka ny Zandarimariam-pirenena dia mitady mpianatra ho Zandary haingana ary izany dia tsy mila mandalo fifaninanana fa mandoa vola dia tafiditra.

Nisy mihitsy aza moa tanora dimy (05) mirahalahy efa tonga tany Ambositra rehefa nomeny fiantsoana hosoka ary efa nanaovana fanadihadiana. Fisolokiana (escroquerie), fisandohana andraikitra (usurpation d’identité et de fonction) sy fakàna vola tsy ara-drariny (extorsion de fond) ary fampiasana sy fitazonana fanamiana Miaramila (détention et port illégal d’effets militaires) no iampangana azy. Natolotra ny fampanoavana tao Antsiranana izy ny 18 janoary 2021 taorian’ny fanadihadiana ary dia naiditra am-ponja.

Manamarika ny Zandarimariam-pirenena fa  : “tsy misy olona na iza na iza, na olona manana toerana ambony, na olon-tsotra, na manam-boninahitra na manam-boninahitra lefitra afaka milaza fa afaka mampiditra mpifaninana ho lasa mpianatra ho Zandary. Averina indray "na iza na iza" ; madio sy mangarahara tanteraka ny fifaninanana”.

 Tsara homarihina, araka izany, fa ny Zandarimariam-pirenena dia manentana ny mpiara-belona mba tsy ho voasarika amin’ny kolikoly tahaka izao fa hanadihady tsara ary hanontany ny Tobim-paritry ny Zandarimaria akaiky azy, na hampandre haingana ny tompon’andraikitra (0341400629) na hiantso "Service de suivi et traitement des doléances" Zandarimaria (0341200525) raha toa ka mandre na mahatsikaritra fisolokiana na fisandohana na endrika kolikoly toa izany. Manambara hatrany ny tompon’andraikitra ao amin’ny Zandarimariam-pirenena fa tsy hijery ny olona manimba ny hasiny toy izany fa hanao hazalambo azy ireny. 

Miantso ny olona hatrany mba tsy ho mora voafitaka. Manamafy fa ny fidirana ho mpianatra Zandary dia “tsy maintsy” mandalo fifaninanana. Manentana ny rehetra mba hahasahy hitoroka izay mbola manao, indrindra efa tsy ho ela ny fifaninanana hiditra ho mpianatra ho Zandary andiany faha 76.

Nangonin’i Vanessa  Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANKAZOBE : Tratra niaraka tamin’ny basy sy odigasy i Alain, jiolahy raindahiny

Raha ny nambaran’ny mponina dia nampitondra hafatra io jiolahy io fa tsy maintsy mahafaty Zandary raha toa ka misy hikasa hisambotra azy. Marihina mantsy fa efa ela ity farany no nokarohina ka noho izany dia natao avy hatrany ny paikady sy vela-pandrika rehetra mba hahatratrarana azy. 

Vokany, tra-tehaka teo amin’ny sampanana Imeritsianjaka, Fokontany Andranofotsy, kaominina Fihaonana izy, tokony ho tamin’ny 03 ora tolakandro tany ho any. Raikitra ny fisamborana raha toa ka mbola nikasa ho any amin’ny kaominina Andranovelona sady nandeha môtô izy. 

Niezaka nanohitra ireo Zandary saingy lefy ihany ny heriny ka noentina avy hatrany teny amin’ny trano nipetrahany mba hanaovana ny fisavàna. Hita tao avokoa  : ny basy vita gasy iray fampiasany, basy vita gasy iray hafa eo an-dalam-panamboarana, bala “chevrotine” miisa telo, zava-maranitra toy ny sabatra sy antsy lava ary odigasy marobe. Hatreto dia mbola mitohy ny fikarohana ny naman’ity jiolahy ity izay efa saika fantatry ny Zandary mpanao fanadihadiana avokoa izy ireo ka tsy maintsy hatao haza lambo.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

NAMAKIA ANTSIRANANA : Fiara iray noentin-drano, olona roa tsy hita, roa hafa avotra

Araka ny vaovao voaray dia olona efatra no tao anatin’ity fiara ity, izay saika ho any Andranovondronina no izao tra-doza izao. Ny roa tamin’izy ireo dia avotra soa aman-tsara fa ny roa hafa izay voalaza fa ilay mpamily lehilahy 48 taona  sy vehivavy iray dia mbola tsy hita hatramin’izao ora anoratanay izao.

Raha vao naheno ny voina ny filoha lefitra ny antenimieram-pirenena misahana ny Faritanin’Antsiranana, i Jocelyne Maxime, dia nidina ifotony ary tonga dia nandray andraikitra.

Namaly ny antso  nataon’ity solombavambahoaka ity  avy hatrany ny avy tamin’ny orinasa La Saline, izay nanome fitaovana nampiakarana ilay fiara. Fa ny Tafika an-dranomasina kosa indray no nanatanteraka ny fikarohana ireo olona roa mbola tsy hita ireo.

Azo heverina fa noho ny fisian’ny rotsak’orana be taty amin’ny tapany avaratry ny Nosy noho ny fisian’ny andro ratsy no nahatondraka ny rano ka izao nitera-doza izao.Mitohy hatrany ny fikarohana ireo olona roa mbola tsy hita hatramin’izao ireo ka ho fantatra eo izay mety ho tohiny.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

ANTENIMIERAN-DOHOLONA : Tafajoro ny Birao maharitra sy ireo Vaomiera miisa telo

Miisa 18 sisa ireo Loholona hampandeha an’ity andrim-panjakana ity, mifandraika amin’izay ihany koa dia niova endrika ny firafitry ny Birao maharitra sy ireo Vaomiera isan-tokony.

Nitondra fanovana mahakasika ireo fitsipika anatiny eo anivon’ny Antenimieran-doholona ireo Senatera. Ny talata lasa teo, raha tsiahivina no niatrika ny fivoriana voalohany izy 18 mianadahy vao voafidy sy notendren’ny Filoham-pirenena. Tafatsangana tamin’io fotoana io ny Birao maharitra hampandeha ny raharaha eo anivon’ity andrim-panjakana ity. Nahitam-panovana izany, raha mitaha amin’ny firafitry ny Birao maharitra hatramin’izay. Tsy misy afa-tsy telo sisa ireo filoha lefitra raha toa ka isam-paritany izany teo aloha.

Filoha lefitra misolo tena ny Faritany avy any Avaratra, Filoha lefitra misolo tena ny Faritany avy any Atsimo ary Filoha lefitra avy amin’ireo mpanohitra, Kestora iray ary mpampaka-teny iray no handrafitra ny Birao maharitra, ka amin’ny fotoana misy tsy fahafahan’ny Kestora dia afaka misolo ny toerany ny mpampaka-teny. Mahakasika ireo vaomiera isan-tokony indray dia nihena ho telo ny isan’ireo vaomiera hiasa eo anivon’ny Antenimieran-doholona. Vaomiera misahana ny fitantanam-bola toe-karena sy ny fampandrosoana maharitra. Faharoa, vaomiera misahana ny lalàna ary fahatelo vaomiera misahana ny ara-tsôsialy, ara-kolotoraly ary ny fifandraisana. Tapaka tao anatin’ny fivorian’ireo Loholona fa mpikambana enina avy no handrafitra ny vaomiera tsirairay ary noho ny fahavitsian’ireo Loholona dia afaka mikambana ao anaty vaomiera roa ny Loholona iray. 

Samy hanana ny andraikiny araka ny rafitra misy azy tsirairay avy ireo Vaomiera ireo. Tanjona iombonana kosa ny hampandeha araka ny tokony ho izy ny asa rehetra eo anivon’ny Antenimieran-doholona mba hifanaraka amin’ny filàn’ny vahoaka sy ny tombontsoan’ny Firenena. Ireo Loholona vaovao izay manome toky ny hamerin-kasina an’ity andrim-panjakana, hampiroborobo ny fiaraha-miasa amin’ireo vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana mba tena hisian’ny fampandrosoana marina miainga eny ifotony. Miandry ny fanapahan-kevitra manaraka avy amin’ny Fitsarana Avo momba ny Lalàmpanorenana vao hitohy indray ny fivoriana eo anivon’ny antenimieran-doholona. 

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

PRAIMINISITRA NTSAY CHRISTIAN : “Atao izay tsy hiverenana amin’ny hamehana ara-pahasalamana”

Noho ny tandrevaka amin’ny fanarahana an’ireo fepetra sakana no anisany antony fototra mampiakatra an’io antontan’isa io, raha ny nambaran’ny Minisitera tompon’andraikitra. Nilaza ny Praiminisitra, Ntsay Christian omaly fa tsy maintsy hatao ny ezaka rehetra hahafahana mifehy ity valanaretina ity, mba tsy hiverenan’ny Firenena ao anatin’ny hamehana ara-pahasalamana indray. 

Notsindriany fa tompon’andraikitra amin’izany ny olom-pirenena tsirairay amin’ny fanarahana araka ny tokony ho izy an’ireo fepetra ara-pahasalamana izay apetraky ny Minisiteran’ny Fahasalamana. “ Fehezintsika araka izay azo atao ny valanaretina. Ny zava-misy eran-tany dia hita fa mahazo vahana ny valanaretina any amin’ ireo Firenena Tandrefana sy Atsinanana. Isika mametraka hatrany fa tsy maintsy atao ny fanajana ny fepetra fototra dia izay no anentanana ny olona rehetra.

Isika amin’izao fotoana izao mametraka ny fandrindrana ny asa eo am-pelatanan’ny Minisitera misahana ny fahasalamam-bahoaka. Ny toromarika nomen’ny Minisitera dia tokony harahan’ny vahoaka malagasy. Manantitra aho ny amin’ny fanajana ny fepetra izay fomba handraisan’ny olom-pirenena rehetra anjara amin’izao fotoana izao  », hoy ny Praiminisitra. 

An-kilany, niaiky ny praiminisitra Ntsay Christian, omaly, fa mandalo fahasahiranana ny Firenena ary maro ireo olana iainan’ ny vahoaka. Nambarany fa ny firosoana amin’ ny fanatanterahana ireo vina maro samihafa dia ahafahana mamaha ny olana misy amin’ izao fotoana, ao anatin’ izany ny tsy fananan’asa, ny fiakaran’ ny vidim-piainana ary hitsinjovana ny rehetra amin’ny tsy fahampian-drano. 

Avotra isaorana

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY KERE : Nanolotra fanampiana an’ireo sahirana ny Filoha Andry Rajoelina

Mandray an-tanana ireo fianakaviana sahirana ireo ny fikambanan-dry Masera «  Fille de la Charité  » Sahan’i Maria ao Taolagnaro, izay isany fikambanana miara-miasa akaiky amin’i Père Pédro Opeka eto Antananarivo. Tafiditra ao anatin’ny antom-pijoroan’ny fikambanana ny fanoloran-tanana ireo izay mila izany. Vitsy ireo fianakaviana nanatona an-dry Masera tany am-boalohany ary nitombo tsikelikely izany noho ny zava-misy any Atsimo. 

Mahatsapa ny Fikambanan’ny Masera «  Fille de la Charité  » fa mandray ireo fianakaviana ho zanaka sy havana ny Filoham-pirenena amin’izao fanampiana entiny izao. Nampanantena ny fikambanana fa hozaraina ara-drariny ary ho tonga amin’ny fianakaviana mila izany ny fanampiana. Hifanome tanana amin’izy ireo amin’ny fizaràna ny ao anatin’ny Fikambanan’ny «  Md Vincent de Paul  ». Tsy irery ireo fianakaviana sahirana ireo miatrika ny fahasahiranana noho ny hain-tany sy ny tsy fanjarian-tsakafo. Tsy maintsy hojerena ny fomba hahafahana mamonjy azy ireo araka ny toromariky ny Filoha nandritra ny fanomezana ny fanampiana. Efa nanainga tamin’ny talata teo ihany koa ny «  Caravane du Sud  » hitondra ny sakafo, rano, fanafody hamonjena ny mponina ao Androy sy Anosy tratry ny tsy fanjarian-tsakafo sy ny kere, araka ny toromariky ny Filoha.

Notokanana ny «  hotpost wifi  »

Notokanan’ny Filoha omaly ihany koa ny hotspot wifi na ny toerana ahafahana misitraka aterineto maimaimpoana ao Tolagnaro. Napetraka manoloana ny Lapan’ny tanàna ny faritra mahazo izany ary efa misokatra ho an’ny rehetra, indrindra ny tanora. Efa tamin’ny fotoanan’ny Tetezamita no nametraka fanamby ny hisian’ny «  fibre optique  » ao Tolagnaro ny Filoha. Veliranony ihany koa ny hanao an’i Madagasikara ho maoderina sy mivoatra amin’ny lafiny teknolojia sy ny fifandraisan-davitra­. 

Tanjon’ny Fotodrafitrasa ny hanampiana ireo tanora amin’ny fikarohana sy ny fianarana ary ny fifandraisana. Voarara kosa ny fitsidihana ireo pejy mamoafady na voarara ho an’ny zaza latsaky ny 18 taona. Efa misy ny fitsirihana manokana izany ho an’ireo mampiasa, ka lavina avy hatrany ny fidirana amin’ireny pejy ireny. Nifarana omaly ihany koa ny fitsidihana ny faritra an’Anosy nataon’ny Filoha. 

Ny fanoratana

Ino Vaovao0 partages

« TARIFS OPTIMA » : Tanjona ny hampidinana ny vidin-jiro hatrany amin’ny 80 isan-jato

 Nanahirana ny mpanjifa koa ny nanavaka ny tolotra nomena azy ireo. Izany rehetra izany no nanosika ny orinasa Jirama niroso tamin’ny fampiharana ny «  Opitma  ». Mizara efatra ity tolotra vaovao noforonina ity. Ny «  Tarif social  », natao ho an’ny mpanjifa mandany latsaky ny 100 kWh, mampiasa fitaovana tsotsotra toy ny jiro, fahitalavitra ary radio. 

Ambonin’io ny «   Tarif économique  » ho an’ny mpanjifa mandany latsaky ny 150 kWh, izany hoe manatombo amin’iretsy fitaovana nampiasaina iretsy ny fandaniana ao an-tokantrano. Ho an’ireo mandany herinaratra toy ny orinasa na izay mitovy amin’izany kosa dia ny «  Tarif confort  » no mety aminy satria io no natokana ho an’ny mpanjifa mandany latsaky ny 300 kWh. Raha ambonin’izay anefa ny fandaniana dia tsy maintsy ny «  Tarifs superconfort  » no safidiana. Ny tombony amin’ny fampiharana ny Optima dia fampitoviana ny «  tarifs  » isam-paritra, fihenan’ny «  tarifs  » ho an’ny maherin’ny 80 isan-jaton’ny mpanjifa, izay ahitana tokantrano maherin’ny 455 000, fidinana hatramin’ny 15% ho an’ny «  tarif social  » rehetra ary 6 ka hatramin’ny 26 isan-jato ho an’ny mpanjifa mandany latsaky ny 130 kWh isam-bolana.

Miankina amin’ny fandanian’ny tokantrano araka izany ny «  tarif  » safidiany. Manentana ny mpanjifa, araka izany, ny eo anivon’ny orinasa Jirama hanatona ny masoivohon’ny Jirama akaiky azy indrindra na hiantso ny laharana maitso 3547 na koa hifandray amin’ny tranonkalan’ny Orinasa  : www.jirama.mg raha mila fanazavana fanampiny.

Nanantitra ny tale jeneralin’ny orinasa Jirama, Vonjy Andriamanga, omaly, nandritra ny tafa ho an’ny mpanao gazety nataony tetsy Faravohitra fa mety hitombo tsy toy ny mahazatra ny fandanian’ny isan-tokantrano raha toa ka tsy mifanaraka amin’ny fandaniana ny « tarif  »  ampiasaina. Mila maminavina mialoha ny fandaniana isam-bolana, araka izany, ny mpanjifa tsirairay ary miainga amin’io no hamaritana ny «  tarif  » ampiasaina. «  Sarobidy ny herinaratra ka tokony tsitsiana araka izay azo atao. Mila mahay misafidy ny rehetra satria tombony lehibe ho an’ny mpanjifa ny « optima  ». Tanjon’ny orinasa ny hanome fahafaham-po ny mpanjifa sy hampihena ny vola aloany  », hoy ny tale teneralin’ny orinasa, Vonjy Andriamanga.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FIRENENA : “Tokony hoesorina na hanala tena izay tompon’andraikitra tsy maharaka ny dian’ ny Filoham...

Olona voalohany namaky bantsilana ny fisian’ ireo tompon’ andraikitra isan’ambaratonga tsy mahavita ny andraikitra napetraka taminy ny filohan’ny Antenimierandoholona vaovao, Razafimahefa Herimanana. Taorian’ ny nanambaràny izany, namoaka ny heviny koa ity mpanao politika ity  : “Misy ireo tompon’andraikitra tsy maharaka loatra ny hafainganam-pandehan’ ny Filoham-pirenena. 

Iaraha-mahita izany ary iaraha-mahalala », hoy izy. Fanontaniana napetrakay ny hoe  : «  iza ireo voalaza tsy mahavita ny andraikiny ireo  ?  ». Araka ny heviny  :“ efa ela aho no naneho ary tsy mankasitraka loatra ireo voalaza fa manam-pahaizana avy any ivelany. Amin’ izao fotoana anefa, ny ankamaroan’ ny manam-pahaizana avy any ivelany, ireo no tsy maharaka ny hafainganam-pandehan’ ny Filoha”. 

Tsotra ny antony, hoy izy, tsy ny tena zava-misy eto amintsika no hainy fa zatra ny tany ivelany fotsiny. Notsindriany mafy fa  : “tsy olona tena mahay politika ireo olona ireo fa afototr’ izy ireo amin’ ny teknika fotsiny ny Fitondrana ny Firenena. Aleo anefa hazava fa ny Firenena dia politika no hitondrana azy fa tsy ampy raha teknika fotsiny”. Nanteriny koa fa manana adidy hanatanteraka ny asa nankinina taminy ireo tompon’andraikitra rehetra.

Sady mpanao politika no teknisiana

Mahatsapa koa i Soalihy Moussa fa tokony ho olona mahafehy ny teknika ary mahavoafehy ny Politika ny olona tokony ho minisitra. Noho ny tsy fahafehezan’ ireo tompon’andraikitra maro ny asa nomena hosahaniny ireo, dia tsy mahagaga ireo karazana trangan-javatra maro eto amin’ ny Firenena satria tsy manana etika politika ny ankamaroan’ ireo minisitra. “Raha ohatra izaho no minisitra ka tao ambany fahefako ny nisian’ ny olana iray dia efa nametra-pialana aho mba hanatsarako ny endriky ny Fitondrana. Saingy tsy manana izany ireo olona ireo. Io izao misy raharaha volamena izay tena mampimenomenona ny vahoaka. Iza no minisitra tompon’andraikitra na tsy voasaringotra ao anatin’ izany aza  ?” “Tokony ho tonga dia mametra-pialana izay tompon’andraikitra izay rehefa tsy mahita mangirana, raha ohatra olona manana etika politika. Saingy tsy manana izany izy ireo. Hanatsara azy anefa ny fanaovana izany ary hanatsara ny Fitondram-panjakana. Izay no ilaina olona resy lahatra”, hoy hatrany izy. 

Taorian’ iny filazana iny, misy ireo milaza fa manomboka miady an-trano ny Fitondrana Volomboasary. Nambarany anefa fa  : “ tsy midika ho ady an-trano akory izany fa ho fanehoan-kevitra hoentina hanatsarana. 

Sarotiny amin’ izao Fitondrana izao izahay ka raha mahita fa misy lafin-javatra mety hanimba ny endriky ny Fitondrana dia manao antso avo amin’ ny Filoha izahay mba hanesorana avy hatrany azy ireny. Maro ny fampanantenana nataon’ ny Filoha sy ny asa miandry azy ka mila olona tena miray loha aminy amin’ ny famitàna izany hatramin’ny farany”. Nilaza koa izy fa maro no tsy mahay manavaka ny hoe  : “manohitra”, “manohana Fitondrana” ary ny “manoso-kevitra hahasoa ny Fitondrana”

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

TETIKASAN’NY FILOHA ENY AMBONDRONA : Vonona hifampiraharaha ny mponina

Ny 15 avrily 2005 no nisy ny didy hitsivolana navoakan’ny Minisiteran’ ny Fanajariana ny tany nanavahana ny ampahan-tany ho an’ny vahoaka taorian’ny fifanolanan’ny vahoaka tamin’ny Foloalindahy Rm4 teto Mahajanga. Vola mitentina 49 000 Ariary nanehoana ireo fanamarinana taminay no fandaniana natao teny amin’ny biraon’ ny fananan-tany taty an-toerana namoahana ny famelàna azy ireo hanajary ny tany, ny 24 oktobra 2005 teo. 320 hekitara no velaran-tany azon’ireo vahoaka tamin’ny Fanjakana foibe ary nankatoavin’ny Miaramila izay tompon’ny tany laharana 881 BR, izay antsoina hoe "champ de tire".

"Variana indray ireto fokonolona izay milaza ho tompon’ny tany eny Ambondrona ireto ankehitriny manoloana ny nilazan’ny mpitantana ny oniversiten’i Mahajanga fa 200 hekitara amin’io ampahan-tany io no an’izy ireo ka izao hananganana ny tetikasan’ ny Filoham-pirenena izao". Hanorenana trano fonenan’ireo mpianatra izay hanamorana ny fahalaviran-toeran’ireo tonga mandranto fianarana any amin’ny campus ny antony. Miantso ny fitondrana ankehitriny ny vahoaka tafiditra amin’izao raharaha fakana ny tanin’izy ireo izao mba hijery akaiky azy ireo, satria an-taonany maro no efa nanajary sy nanao fandaniana teny amin’ity toerana ifanolanana amin’ny oniversite ny Mahajanga ity izy ireo.

Marihinay fa angom-baovao tamin’ny filohan’ny fikambanan’ireo vahoaka manana tany any Ambondrona misy olana io ireo rehetra voalaza teo ireo ka «  vonona ny hifampiraharaha amin’ny Fanjakana foibe fa tsy hanohitra ny tetikasan’ ny Filoha velively izahay, saingy misy ny mampirehitra afo, ka nahatonga ny resabe taty an-toerana ho amin’ny fanaratsiana ny fitondrana misy ankehitriny  », hoy hatrany ny vahoaka".

Marcos.

La Vérité0 partages

Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »

Un poste de vice-président a été créé au sein du Sénat au titre de l’opposition. Ranesa Firiana, observateur de la vie politique, constate qu’il s’agit d’une disposition illogique. De plus, son application s’avère particulièrement difficile.La nouvelle composition du Sénat est un peu particulière puisque le nombre de sénateur a été réduit à 18. Le nouveau bureau permanent sera composé d’un président en la personne de Herimanana Razafimahefa, d’un vice-président en charge de la partie Nord de l’île, d’un vice-président en charge de la partie Sud de l’île, d’un questeur, d’un rapporteur et, le dernier et non le moindre, d’un vice-président au titre de l’opposition.Cette place de vice-président au titre de l’opposition a enflammé les débats politiques. Ranesa Firiana, observateur de la vie politique, a avancé des explications sur ce sujet. Il a expliqué que ce sera vraiment difficile d’appliquer cette disposition puisque la Constitution dispose que l’opposition parlementaire se trouve exclusivement au sein de l’Assemblée nationale. Le chef de l’opposition officielle se trouve parmi les députés.Poursuivant ses explications, Ranesa Firiana, également secrétaire général du ministère des Postes et des Nouvelles technologies, a rappelé le rôle du Sénat. La Chambre haute représente les collectivités territoriales décentralisées. A ce titre, il vote les lois et contrôle les actes du Gouvernement. Mais il s’agit d’une mission de l’ensemble de sénateurs et non uniquement de l’opposition. Ce n’est pas une mission indissociable entre les sénateurs de l’opposition ou ceux qui soutiennent le régime.Enfin, le magistrat Ranesa Firiana a avancé que l’application de cette disposition sera compliquée puisque le mode de désignation même du vice-président du Sénat au titre de l’opposition est flou. Ce n’est pas précisé dans le règlement intérieur de la Chambre haute. Il conclut alors que cette disposition est illogique. Quoi qu’il en soit, le nouveau règlement intérieur du Sénat attend toujours le contrôle de constitutionnalité par la HCC. Si cette dernière donne son feu vert, le règlement intérieur sera appliqué et a valeur de loi.

La Vérité0 partages

Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs

Le nouveau règlement intérieur du Sénat est jugé conforme à la Constitution par la Haute Cour constitutionnelle. Des réserves ont été cependant émises par les juges constitutionnels en ce qui concerne les dispositions des articles 16 alinéas 3, 18 et 19 in fine nouveaux de l’arrêté qui « doivent faire l’objet d’une concertation avec l’Exécutif ». Ces dispositions ont pour information trait aux nombres de collaborateurs des membres du bureau permanent et des sénateurs. Par exemple, l’article 16 alinéa 3 dudit arrêté portant règlement intérieur du Sénat indique que « Le président dispose d’un cabinet composé de : un directeur de cabinet, quatre attachés de cabinet, six conseillers spéciaux permanents, quatorze conseillers techniques permanents, des conseillers techniques bénévoles, deux attachés de presse, un aide de camp, dix assistants permanents, deux jurisconsultes, un secrétaire particulier ». L’article 18 prévoit que « Chaque vice-président dispose d’un cabinet de dix assistants parlementaires permanents nommés par le président du Sénat sur proposition du vice-président » et l’article 19 in fine dispose que « chaque sénateur dispose de dix assistants parlementaires permanents et de trois conseillers techniques permanents nommés par le président du Sénat sur proposition du sénateur ». Des nombres de collaborateurs jugés excessifs et incompréhensibles par un certain nombre d’observateurs.Pour motiver sa décision, de requérir à une concertation du Sénat avec l’Exécutif, dans ses considérants, la HCC rappelle que la diminution du nombre des sénateurs a été justifiée par un souci d’austérité et de préservation des deniers publics. La HCC rappelle également que la Constitution énonce parmi les conditions de développement durable et intégré, la bonne gouvernance dans la conduite des affaires publiques, grâce à la transparence dans la gestion et la responsabilisation des dépositaires de la puissance publique : que cette dernière exigence signifie, notamment, la préoccupation que tous les responsables des Institutions de l’Etat doivent avoir à l’endroit de la gestion des deniers publics : que , certes, les Assemblées parlementaires, en se fondant sur le principe de la séparation des pouvoirs, sont dotées d’un pouvoir autonome d’organisation matérialisée et formalisé par le règlement intérieur qu’elles adoptent souverainement, mais que celui-ci doit être conforme aux dispositions de la Constitution. Se basant sur la même décision, Ambohidahy estime en outre que le nombre de collaborateurs des membres du bureau permanent et ceux des sénateurs devraient tenir compte de la situation actuelle des capacités budgétaires de l’Etat. D’où la nécessité d’une concertation avec l’Exécutif. La rédaction

La Vérité0 partages

Personne n’est … !

Le discours inaugural du tout nouveau président du Sénat ravive certains espoirs. Pour une première intervention, on se permet d’espérer. Razafimahefa Herimanana, car il s’agit de lui, élu à l’unanimité au perchoir, a crevé l’abcès. Il a dit tout haut ce que beaucoup murmure tout bas. En gros, le deuxième personnage de l’Etat dénonce l’immobilisme de certains hauts responsables du régime. Coupables de léthargie, ils attendent, à table, qu’on leur serve sur le plateau. Et pire encore, cet attentisme flagrant est lié à un état d’esprit irresponsable à tel point que personne n’est responsable de la situation alarmante qui prévaut actuellement. Apparemment, le Chef de l’Etat est le seul responsable dans ce pays. Il semble qu’il travaille seul ! Le constat pourrait s’avérer méchant mais il reflète la réalité !En octobre 2019, nous avions déjà eu l’occasion, à travers cette colonne, durant la première année du mandat présidentiel, de tirer la sonnette d’alarme sur le fait criant que le Président Rajoelina se démène au four et au moulin. En ce début de la troisième année du mandat, le phénomène persiste encore.Le pays traverse en ces temps-ci une période compliquée. La pandémie de la Covid-19 durant l’année passée, détruit les espoirs de la grande majorité des pays du monde dont Madagasikara. Les pays pauvres en payent le plus lourd tribut. Pour le cas de la Grande île, bien que le pays ait réussi à maitriser dans un délai sensiblement court les effets du coronavirus grâce à l’efficacité d’un remède local, le Covid-Organics (CVO) mis au point par le laboratoire national de l’IMRA, Madagasikara a dû faire face à d’innombrables problèmes. Entre autres, la paralysie de l’économie nationale, la perte par millier d’emplois, l’augmentation du nombre des pauvres, etc. Mais, à cela s’ajoutent les manquements de différents responsables de presque à tous les niveaux.L’inflation, le laxisme, la corruption et bien d’autres qui deviennent par les temps qui courent des « bêtes indomptables ». Le chef de Gouvernement a promis fermement qu’il va s’atteler à trouver des solutions pérennes à ces problèmes de taille pour ne citer que cette inflation qui fait souffrir le petit peuple. Fort heureusement pour les usagers que le Gouvernement a stoppé net le tarif Optima, ce nouveau système de tarification que la JIRAMA voulait appliquer. Un mode de calcul qui ne fait que compliquer la facture.Le digne successeur de Rivo Rakotovao au perchoir d’Anosikely, dans son allocution d’entrée en fonction, pointe du doigt la gabegie qui règne dans le pays. Le cas des 73,5 kg d’or qui ont atterri au pays de Nelson Mandela en provenance de la Grande île illustre en grandeur nature la gravité de la situation. Selon certains observateurs, c’est l’infime partie émergée de l’iceberg. Le pays se meurt à petit feu à cause des trafics illicites de ses ressources naturelles ou minières. Et personne dans le pays n’est responsable du dégât. Tout comme si les 73,5 kg d’or ont pu sortir du pays par enchantement ou par magie. Le Chef de l’Etat Rajoelina a donné des instructions fermes pour qu’on démasque les vrais auteurs de ce « crime » et qu’on les traduise devant la Justice. Certes, des interpellations ont déjà été faites mais on doute qu’il ne s’agisse que des menus fretins.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Inflation du prix des PPN - Impact sévère du marché international à Madagascar

Faiblesse du dollar, conditions météorologiques non favorables et hausse des demandes de matière première chinoise. La situation du commerce international impacte sévèrement sur les prix des Produits de première nécessité (PPN) à Madagascar. Les importateurs malagasy sont sortis de leur silence pour raconter leur vécu actuel. Ils ont surtout mis l’accent sur la hausse du cours mondial de la farine, du blé, de l’huile alimentaire et du sucre. Sur le marché local, l’inflation est déjà palpable. On constate une remontée du prix de l’huile de tournesol passant de 5 500 ariary à 7 000 ariary le litre. Difficile d’être épargné par l’évolution mondiale quand le pays est un grand importateur de produits alimentaires. « Le prix des PPN des importateurs est indexé au cours international. Entre 2019 à 2020, la farine et le sucre ont connu une augmentation à hauteur de 70% au minimum» rapporte Raoliarivony Tiana, représentante des importateurs. Cette hausse a commencé en juillet en pleine pandémie. Le prix s’est par la suite envolé jusqu’à la fin de l’année.Outre le cours mondial, le fret maritime figure également parmi les obstacles à affronter par les importateurs. En ce moment, il est difficile de trouver des bateaux. Le prix des frets a alors doublé voire triplé sur le marché à cause de cette concurrence. « Nous rencontrons des difficultés à trouver des conteneurs. Un conteneur de 20 pieds coûte généralement 900 dollars. Mais les pays doublent voire triplent actuellement ce tarif et atteint jusqu’à 2 700 dollars. Les rumeurs parlent d’un monopole de trois à quatre entreprises qui pourraient être à l’origine de la situation. Tenant compte de ces paramètres et ces coûts, les prix des PPN au niveau national suivront la tendance correspondante» souligne Molou Nazavaly, un importateur. Il faut dire que Madagascar ne peut malheureusement pas résoudre un problème qui se trouve à l’international et auquel tous les pays font face. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Factures exorbitantes - La JIRAMA accuse des erreurs de calcul

Mea culpa. Après avoir été recadrée par le Conseil des ministres, avant-hier, la société d’eau et d’électricité a admis avoir éventuellement fait des erreurs au niveau des calculs dans le basculement vers la nouvelle grille tarifaire, «Optima». « Pour faire ce basculement, nous nous sommes basés sur la consommation de nos clients de 2019. Nous avons considéré la consommation à cette date pour les diriger vers le tarif le plus adapté à leurs besoins en énergie. Toutefois, avec deux années de différence, il se peut que la consommation ait évolué dans ce laps de temps, faussant ainsi nos calculs et nos suggestions de tarifs pour certains clients. Nous ne voulons en aucun cas grossir la facture de nos clients. «Optima» a surtout été mis en place pour réduire les factures et pour égaler le prix de l’électricité dans tout le pays» a expliqué Vonjy Andriamanga, directeur général de la Jiro sy Rano Malagasy, lors d’une entrevue. Selon les données recueillies par cette société d’Etat, près de 9% des clients de la JIRAMA sont concernés par ces factures exorbitantes. « Mais suite aux consignes données par le Gouvernement, nous avons déjà entamé les procédures pour mettre à jour et corriger toutes les factures concernées. Des clients ont déjà rejoint nos agences. En parallèle, nos agents sont également en train de contacter tous les abonnés victimes d’une hausse démesurée de leur facture», rajoute le premier responsable de la JIRAMA. « De plus, nous savons toutes les difficultés auxquelles les consommateurs doivent faire face aujourd’hui, que ce soit dans le domaine de l’eau ou de l’électricité. Il est inopportun de rajouter une difficulté de plus, soit la hausse des factures à payer d’où cette intervention du Gouvernement. Ce dernier donne des consignes claires pour préserver les citoyens malagasy. Et l’exécution revient à la JIRAMA» soutient Lalatiana Andriatongarivo, porte-parole du Gouvernement. Comme il a été stipulé avant-hier, la JIRAMA aura 48 heures pour remettre de l’ordre à toute cette situation. Dans le dernier Conseil des ministres, il a été stipulé que : « la JIRAMA reçoit des subventions de l’Etat, donc cette hausse excessive n’est pas du tout acceptée. Une stratégie a déjà été mise en place pour gérer la baisse des tarifs d’eau et d’électricité. Et ces mesures doivent être maintenues». Dans cet état d’esprit, «Optima» sera maintenu. Toutefois, des modifications seront opérées pour préserver tous les clients de la compagnie. Rova Randria

La Vérité0 partages

Ambatondrazaka - Un gendarme assassiné de façon barbare au cours d’une mission

Une mission, en vue de la protection forestière, a tourné au vinaigre pour un gendarme hors classe du nom de Lahatra Rahajaharison basé à Ambatondrazaka, le 20 janvier dernier. Le malheureux a perdu la vie lorsqu’un forcené l’a attaqué par surprise, et par derrière en visant spécialement la tête avec une machette. Les faits se sont produits à Amparibolana, quartier de Mandanivatsy, Commune de Besakay, District d’Ambatondrazaka. Deux gendarmes, dont la victime, ont été désignés pour encadrer les agents forestiers pour une mission de contrôle de défrichement d’une zone boisée à Mandanivatsy.Lorsque les gendarmes sont arrivés à Amparibolana, ils ont vu deux suspects impliqués comme étant les responsables présumés de la destruction de la forêt. Les gendarmes ont conduit les suspects jusqu’à l’intérieur de la forêt pour leur montrer l’étendue des dégâts occasionnés. Notons que la forêt est gérée par la collectivité territoriale.Après cet état des lieux, les gendarmes, les agents forestiers ainsi que les deux suspects sont sortis de la forêt. Là, un groupe de villageois armés les y attendait déjà. Cette poignée d’excités a exigé à ce que les suspects soient relâchés. Pour éviter donc un éventuel bain de sang en cas de riposte du fokonolona, les gendarmes ont préféré relâcher les deux suspects, mais ont déclaré la nécessité de poursuivre l’enquête. Et là, l’irréparable s’est produit. Car contre toute attente, un “Zazamena” ou l’un de ces “Zanaka mpiarak’andro miray (ZAMAMI) de l’Alaotra, a attaqué le gendarme victime, qui ne s’était guère attendu à de telle tournure. En même temps que cela, des villageois qui ont vu la scène ont essayé de voler l’arme de service du gendarme, qui s’écroulait à la suite de son agression. Devant le risque d’un dérapage, le collègue de la victime a dû procéder à des tirs de semonce. Mais sa manœuvre était loin d’obtenir l’effet escompté. Au contraire, les villageois lui en voulaient. Dans sa posture de légitime défense, le gendarme a de nouveau ouvert le feu dans le tas, touchant mortellement ainsi un membre du fokonolona. Bravant la mort, il a réussi, avec les agents forestiers, à récupérer l’arme de service de son collègue tombé sur le champ de bataille. Ils ont pris la fuite mais les villageois étaient encore à leurs trousses. Au bout d’une heure de cette course poursuite, les Zazamena, se conduisant en assassins, ont rattrapé le gendarme et les deux agents forestiers, dans le but de leur faire la peau. Cependant, le gendarme a dû encore tirer en direction des assaillants, touchant mortellement à nouveau un autre Zazamena. C’était dans ces circonstances que des collègues à ces derniers se sont dressés pour empêcher le fokonolona d’assassiner les trois fonctionnaires. Cela n’a pas empêché les villageois d’agresser les membres des Forces au prix de coups, mais aussi d’agression à l’aide d’objets tranchants.Les bastonnades et les coups ont continué de pleuvoir sur les trois hommes qui ont été totalement livrés à la merci des agresseurs. Pire, les villageois les ont obligés à s’agenouiller sur la place publique jusqu’au moment où le maire s’amenait finalement pour apaiser les esprits, et conseiller les villageois à relâcher le gendarme et les agents forestiers.
La nuit, il a fallu pour le commandant du groupement d’Alaotra-Mangoro de se rendre personnellement sur place pour à la fois récupérer le corps du gendarme tombé en mission, mais aussi son collègue rescapé. Actuellement, les rebelles du “Zazamena” ont été identifiés. Ils s’attendent donc au pire après que la Gendarmerie termine l’enquête sur cette affaire.Franck R.


La Vérité0 partages

Promotion de la lecture - Une bibliothèque de rue ouverte à Tsaralalàna

Un « Street library » implanté en plein centre-ville. L’ambassade de l’Inde à Madagascar vient d’ouvrir sa bibliothèque de rue devant son bâtiment à Tsaralalàna. Cet espace culturel, accessible depuis la rue, vise à partager les joies de la lecture avec les Malagasy qui ont un vif intérêt pour les livres. « La bibliothèque de rue contiendra une grande variété de livres indiens tels que des biographies, des livres d'histoire, des romans littéraires et des livres de non-fiction. Il accueillera également un nombre important de livres en français et en malagasy comprenant des romans, des nouvelles, des poèmes, etc. », s’exprime Shri Abhay Kumar, ambassadeur de l'Inde. Les adeptes de la lecture, tout âge confondu, peuvent consulter les livres sur place dans la semaine, de 10h à 12h30 et de 14h à 16h30. Ils peuvent également les emprunter gratuitement pour quelques jours, à leur aise. Pour ce faire, leur inscription en est requise tout comme leur contact, en respectant un certain délai pour rendre les livres. En marge de l’inauguration de cet espace, hier à Tsaralalàna, l’ambassade de l’Inde a fait don de livres pour le « India corner », le coin spécialement réservé pour ce pays à la Bibliothèque nationale. «Cela contribuera à rendre la littérature indienne accessible au peuple malagasy en général et à améliorer leurs connaissances sur l’Inde», souligne l’ambassadeur.Programme ministériel« Ce projet d’ouverture d’une bibliothèque de rue, dans une zone à forte fréquentation, rime avec le programme intitulé « Ndao hamaky boky an-kalamanjana » du ministère sur la promotion de la lecture. Le grand public peut facilement avoir accès aux livres auprès des bibliothèques de proximité », avance Lalatiana Andriatongarivo, ministre de la Communication et de la Culture (MCC). Celle-ci n’a pas manqué de faire part de son idée d'agrandir la bibliothèque de rue dans les parcs et les espaces culturels à travers la ville d'Antananarivo pour que le maximum de personnes puisse profiter de la lecture. Depuis 2019, ce département ministériel a mené diverses activités pour la promotion de la lecture. Les sensibilisations dans les écoles et les localités reculées en font partie. A cela s’ajoute le partenariat avec les acteurs dans la chaîne du livre, dont les auteurs, les éditeurs et libraires jusqu’aux lecteurs. D’un autre côté, la rénovation de la Bibliothèque nationale et la mise en place de plusieurs coins comme celui de la recherche, celui des livres numériques, celui sur la découverte des pays, etc., constitue un accomplissement majeur du MCC dans ce sens.Patricia Ramavonirina

Midi Madagasikara0 partages

HCC : Validation de l’élection du président du Sénat cet après-midi

La HCC n’est pas compétente pour se prononcer sur l’élection du nouveau président du Sénat

HCC. Le nouveau Sénat est suspendu à la décision du juge constitutionnel qui va se prononcer ce jour sur le règlement intérieur déféré à son contrôle.

« Le règlement intérieur de chaque Assemblée est soumis au contrôle de constitutionnalité avant sa mise en application. Une disposition jugée inconstitutionnelle ne peut être promulguée ». En vertu de ces dispositions de l’article 117 in fine de la Constitution, le règlement intérieur du nouveau Sénat est parvenu hier à Ambohidahy.

Réserves. La HCC va statuer cet après-midi sur  ce règlement intérieur qui a toutes les chances d’être validé à travers la formule habituelle « sous les réserves énoncées aux considérants (…), les autres dispositions du règlement intérieur du Sénat sont déclarées conformes à la Constitution et peuvent faire l’objet d’une promulgation ».

Applicable. L’accession de Herimanana Razafimahefa au perchoir sera implicitement validée car son élection s’est tenue sur la base du règlement intérieur qui reste applicable jusqu’à l’entrée en vigueur du nouveau règlement intérieur. En effet, les dispositions concernant l’élection du président restent et demeurent applicables. En revanche, ce n’est pas le cas pour les autres membres du bureau permanent dont le nombre est révisé à la baisse.

Débat. Le débat autour de l’ « appartenance politique » de certains sénateurs nommés par le président de la République n’a pas non plus lieu d’être.  On prête effectivement au président du Sénat sortant d’invoquer la Décision en date du 25 mai 2019 de la HCC qui ordonne que « les sénateurs nommés doivent être issus des forces économiques, sociales et culturelle ou choisis en raison de leurs compétences particulières ; que leur décret de nomination devra respecter à la lettre ces critères exigés par la Constitution ; qu’en tout état de cause, ils ne doivent pas être choisis en raison de leur appartenance politique ». Une Décision qui s’impose effectivement à tous les pouvoirs publics ainsi qu’à toutes les autorités administratives et juridictionnelles.

Intérêt. En fixant au lundi 25 janvier 2021, la date de « la passation de pouvoirs dans l’esprit républicain entre le bureau permanent sortant et le nouveau bureau permanent », certains proches du pouvoir suspectent la HCC, de vouloir donner à Rivo Rakotovao, le temps de déposer une requête. En effet, jusqu’à la passation, il reste chef d’institution et peut saisir la HCC. « Dans quel intérêt », se demande-t-on à Ambohidahy qui ne va pas statuer « ultra petita » sur le décret de nomination des 6 sénateurs qui est d’ailleurs un acte de gouvernement. Non susceptible de recours devant n’importe quelle juridiction, y compris par devers la HCC qui n’a pas ses « maux » à dire par rapport au choix du président de la Chambre haute ni de l’élection des autres membres du bureau permanent prévue demain. L’important est que cela se tienne d’ici le 25 janvier. Soit 4 jours après l’expiration du mandat des sénateurs sortants. « Le temps pour les nouveaux membres de la Chambre haute de procéder en toute sérénité à la constitution du bureau permanent et des commissions », argumente-t-on au niveau de la haute juridiction.

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Conservatoire National de Madagascar : Journée portes ouvertes sur les cours disponibles

Bientôt un an que le CNEMD a repris du service. (Photo : CNEMD)

Moins d’une année après sa rénovation totale, le Centre National d’Enseignement de Musique et de Danse (CNEMD) semble être sur la bonne voie. Le centre prévoit une journée portes ouvertes ce samedi 23 janvier 2021. Les intéressés peuvent s’y rendre pour découvrir tous les cours de musique et de danse disponibles. Dès 8 heures, ce sont les cours d’accordéon et de violon qui seront présentés. S’en suivront les autres instruments de musique jusqu’à 14 heures. Dans le domaine de la danse, il en sera de même, la séance débute vers 8 heures 30 avec de la danse de salon et sportive. Et si des cours intéressent le public, l’inscription peut se faire de suite sur place. Notons que pour cette rentrée 2021, les classes de premier cycle de guitare, violon, chant et piano affichent complet,  n’acceptent donc plus aucun nouvel apprenant. Par contre, les cycles supérieurs de ces classes et les autres disciplines sont encore ouvertes à de nouvelles inscriptions.

Recueillis par Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Chine : Appui dans la lutte contre la Covid-19

Signature de la remise de don entre l’ambassadeur de Chine GUO Xiaomei et le maire d’Antananarivo Naina Andriantsitohaina.

La Chine continue de soutenir Madagascar dans la lutte contre la COVID-19. À cet effet, l’ambassade de Chine à Madagascar vient de remettre à la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) un don de matériels sanitaires composés de masques médicaux jetables, masques de type KN95, lunettes de protection, équipements de protection individuelle. Sur ce point d’ailleurs, l’ambassadeur de Chine GUO Xiaomei et le maire d’Antananarivo Naina Andriantsitohaina ont signé l’acte de remise et de réception du don, hier, à la mairie.

Grands défis. Les Chinois et les Malgaches sont de bons frères et surtout de bons partenaires dans la lutte contre la COVID-19, a indiqué l’ambassadeur GUO Xiaomei. Antananarivo, capitale de Madagascar, est une belle ville marquée par le dynamisme économique et social. Alors que la Commune urbaine d’Antananarivo fait face à de grands défis en matière de prévention et de contrôle de la COVID-19, l’ambassade a le plaisir de fournir à la CUA ce don de matériels sanitaires. « Par ce geste, nous voudrions contribuer à la lutte locale contre la COVID-19, et renforcer la solidarité et l’amitié entre la Chine et Madagascar », a affirmé Mme GUO Xiaomei.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Investissements publics et privés : Un plan d’action de partenariat conjoint entre la BAD et la BEI

La Banque africaine de développement (BAD) et la Banque européenne d’investissement (BEI) ont signé, hier, un plan d’action de partenariat conjoint mettant en évidence leur coopération renforcée et leurs priorités de développement mutuel. Un fort accent partagé sur la stimulation des investissements des secteurs public et privé en Afrique. Le plan d’action conjoint permet aux deux institutions de développer un portefeuille commun de projets bancables autour de thèmes complémentaires clés auxquels chaque institution apportera son avantage comparatif. Ces thèmes sont l’action climatique et la durabilité environnementale ; un investissement transformateur en infrastructures de qualité à grande échelle; Infrastructure et services des technologies de l’information et de la communication (TIC) ; l’inclusion financière avec une perspective de genre visant à l’autonomisation des filles et des femmes ; Éducation et formation ; et le secteur de la santé.

Mobilisation. La signature intervient au milieu de la pandémie Covid-19 en cours qui favorise la pauvreté et menace les marchés et les moyens de subsistance, renforçant l’urgence d’agir, selon les deux parties. « Il est essentiel qu’un plus grand nombre de banques de développement multinationales et d’autres institutions de financement du développement s’engagent à une collaboration plus étroite et plus forte, comme le montre ce plan d’action conjoint entre la BAD et la BEI, afin de soutenir plus efficacement nos pays membres régionaux pendant ces des temps troublants », a déclaré Bajabulile Swazi Tshabalala, vice-président principal par intérim au sein de la BAD. Le plan d’action conjoint a été élaboré à la suite d’une réunion de la délégation de la BEI avec la BAD en février 2020. À noter que dans le sillage de la Covid-19, les deux institutions ont consacré des financements à une réponse rapide pour répondre aux besoins budgétaires et sanitaires des pays de la région. Au cours des 5 dernières années, le portefeuille commun des deux institutions est passé à 3,4 milliards d’euros, mobilisant des investissements totalisant 10,2 milliards d’euros pour 26 projets à travers le continent. La BEI et la BAD reconnaissent le rôle unique des banques de développement publiques dans le soutien des investissements à fort impact et pionniers ainsi que la mobilisation des financements du secteur privé.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Précipitations : Peu d’impact d’Eloïse sur Antananarivo

Les intempéries qui ont touché les parties Nord et Ouest de Madagascar, suite au passage de la tempête Eloïse n’ont finalement eu que peu d’impact sur les Hautes Terres, notamment à Antananarivo. En effet, les pluies tombées sur la capitale n’ont pas été celles escomptées. Si on attendait des pluies torrentielles, qui pourraient soulager un peu les Tananariviens de la crise de l’eau, il n’en est rien, du moins jusqu’à hier. Le lit de l’Ikopa, désespérément asséché, n’a que très peu évolué depuis. Une hypothétique montée du niveau d’eau pourrait pourtant résoudre en partie les problèmes d’approvisionnement d’eau dans la ville d’Antananarivo et des environs. « C’était la première fois que j’ai souhaité qu’un cyclone arrive, tellement cette crise de l’eau nous pèse, à moi et ma famille, et pas seulement, je vous assure ! », a affirmé sur un réseau social une mère de famille, indignée de la situation. Malheureusement, Eloïse n’a pas répondu à ses attentes !

Pour les jours à venir, des précipitations plus importantes sont espérées par les habitants de la capitale afin de sortir, enfin, de ce problème d’eau qui attise de plus en plus la tension au sein des usagers. Pour l’instant, la solution à ce problème n’est pas encore à portée de ces derniers.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Rapport de commission du Sénat : Présenté à Marc Ravalomanana

L’opposition bouge ces derniers temps. En effet, elle s’est donné rendez-vous, hier, au domicile de l’ancien président Marc Ravalomanana : les députés TIM, la plateforme de l’opposition issue notamment du RMDM ainsi que du groupe Panorama et des sénateurs qui vont quitter le Palais de verre ce jour. Ces derniers ont mis au courant l’ancien président sur le rapport de la commission au sein de la Chambre haute portant sur quatre points, à savoir: l’évasion massive dans la prison de Farafangana, l’importation illicite d’armes de guerre, la gestion des fonds destinés à la lutte contre la Covid-19 et les doublons lors des élections. Des dossiers brûlants, en quelque sorte. Ils invitent ainsi la Justice ainsi que les différentes entités qui s’occupent de la lutte contre la corruption à prendre en main la suite des investigations ainsi que les mesures qui s’imposent. Selon les explications de ces anciens sénateurs, on pourrait mener des enquêtes sur les violations de la loi et les abus de pouvoir exercés par l’Exécutif. Mais l’on se demande pourquoi n’ont-ils pas transmis ces dossiers au ministère de la Justice qui est juste à côté de la résidence du fondateur de l’empire Tiko et donner, à cette occasion, les explications y afférentes ? Dans tous les cas, l’opposition a déjà annoncé qu’elle va intensifier son mouvement pour 2021. En outre, elle se fixe comme objectif de mettre en place une nouvelle pratique politique dans le pays.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Foot à 7- « Open Nouvel An » FC AMI sacré champion

La première édition du tournoi Open nouvel an, organisée par Art Original Pro Sport, a connu son dénouement ce week-end sur le terrain synthétique Andohalo. Vingt-huit clubs issus de différentes entreprises, de familles ou d’associations ont entamé la phase des éliminatoires lors de la première journée. En finale, FC AMI a été sacré champion en s’imposant face au FC Compagnie sur le score de 1 but à 0. Dès le coup d’envoi de la rencontre, les deux équipes se sont montrées très agressives de tous les instants.  Dominés lors de la deuxième mi-temps, les joueurs de FC Compagnie ont essayé de riposter en tentant le tout pour le tout pour recoller au score mais en vain. Et c’était sur ce score de un but à zéro que les deux équipes ont quitté le terrain. Avec cette victoire, Herimanitra et son équipe ont remporté la somme de 200.000 ariary contre 50.000 ariary pour le vice-champion. Bet 261 et FC Sporting étaient de leur part éliminés en demi-finale.

Place au tournoi « Dona Mafy »

Prévue initialement ce week-end, la deuxième édition du tournoi football à 7 « Dona Mafy » est repoussée de trois semaines, les 13 et 14 février sur le terrain synthétique d’Andohalo. Cette fois-ci, le champion empoche le gros lot de 2.600.000 ariary. Les inscriptions sont déjà ouvertes. Pourtant, le nombre de participants est arrêté à 32 équipes. Une équipe pourra aligner trois joueurs licenciés.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Basket – N1A : Les deux équipes du MB2All en quarts

C’est la fin des éliminatoires aux Championnats de Madagascar N1A. MB2All est l’unique club qui est engagé dans les deux catégories. Si les filles ont réalisé un parcours sans faute en remportant quatre matchs en autant de sorties, les hommes ont arraché leur qualification de justesse. Vainqueurs de la rencontre les opposant à l’ASB Itasy par 88 à 72, les joueurs du MB2All se sont qualifiés pour les quarts de finale après un début de compétition chaotique. Les grandes équipes à l’image de la GNBC et de l’ASCUT terminent invincibles de leur poule respective. Les policiers du Cospn ont corrigé les militaires du Cosfa, hier, par 82 à 57. Chez les dames, sans aucune surprise, les joueuses  de Sôma beach basketball club (SBBC) de Boeny ont battu  les Tamataviennes du Cospn. (70-57). Les 16 équipes qualifiées, pour les quarts de finale prévues pour demain, auront droit à une pause ce jour.

T.H

Résultats

Hommes

Ascut Atsinanana (68) -USF Matsiatra Ambony (49)

– GNBC Analamanga (99) -ASCB Boeny (17)

– SEBAM Boeny (77)- TMBB Analamanga (68)

-MB2ALL Analamanga (88) – ASB Itasy (72)

– COSPN Analamanga (82) -COSFA Analamanga (57)

Dames

– MB2ALL Analamanga (69)-Serasera Vakinankaratra (40)

-ANKARATRA Vakinankaratra (108)- BC EST Atsimo-Andrefana (55)

– SBBC Boeny (70)-COSPN2 Atsinanana (57)

-TAMIFA Amoron’i Mania (89) – CRJS Atsinanana (26)

Midi Madagasikara0 partages

Ferdinand Rafalimanana : Ultime hommage au gymnase couvert Mahamasina

Les fils de Ferdinand Rafalimanana avec les ex-footballeurs internationaux malgaches.

Le corps du grand gardien de but, de l’histoire de football malgache, Ferdinand Rafalimanana, alias Goal Be sera rapatrié ce dimanche. Il sera emmené au gymnase couvert à Mahamasina avant d’être inhumé à Mandritsara.

Le corps de Ferdinand Rafalimanana est attendu au pays ce dimanche 24 janvier. Pour honorer cette légende du football malgache, l’association des ex-footballeurs internationaux malgaches exhorte les férus du ballon rond malgache à l’accueillir à Ivato, afin de soutenir et réconforter également la famille du défunt. « La dépouille de notre père arrivera dimanche matin mais nous attendons encore la confirmation des pompes funèbres sur l’heure exacte. Malgré les difficultés sur la préparation des documents administratifs, financiers, on a réussi à le rapatrier en terre natale. Il va finalement arriver chez lui, pour être enterré ici à Madagascar, le pays qu’il aime », a déclaré sa fille Stella Rafalimanana lors d’une conférence de presse, hier.

Pour permettre au grand public de la Capitale de lui rendre un dernier hommage, il sera acheminé directement au gymnase couvert Mahamasina. Une veillée funèbre y sera organisée le soir. Sa dépouille mortelle quittera ensuite les lieux le lendemain et rejoindra Mahajanga avant d’être inhumée à Mandritsara où il pourra reposer en paix. « Tous ceux qui l’ont connus, aimés et admirés pourront lui rendre un dernier hommage. Nous ne pourrons peut-être pas accueillir tout le monde. Compte tenu de la crise sanitaire, nous sommes aussi obligés de limiter l’affluence mais nous allons faire le maximum pour respecter les gestes barrières, notamment le port du masque, l’utilisation de gels hydroalcooliques et le respect de la distanciation sociale », a-t-elle ajouté.

Direction Mandritsara. En effet, par manque de moyen nécessaire, puisque faire rapatrier un corps vaut beaucoup d’argent, la famille avait déjà programmé de l’enterrer chez-eux à Bordeaux. « Lorsque la décision a été prise sur le fait de rapatrier mon père ici, il y en avait en effet du problème d’agent. Quand on s’est rendu compte que le peuple malgache aussi  aurait aimé pouvoir rendre hommage à notre père. Ainsi, on s’est concerté avec tous mes frères, sœurs et notre mère, puisqu’ au fond de nous on savait aussi qu’il désirait être enterré à sa terre natale. On s’est mis d’accord même si c’était un sacrifice psychologique, émotionnel et financier pour nous en France de le faire revenir ici. Donc on nous a conseillé d’ouvrir un compte leetchi, un compte participatif et solidaire pour nous aider. Le compte a été alimenté par des anonymes, par des personnes qui l’aiment», relate-t-elle.

Elle a expliqué que la totalité du montant de la cagnotte en ligne a été reversée directement aux pompes funèbres, tandis que la somme qui a été récoltée localement par l’association des ex-footballeurs restera ici, car arrivée sur place, la famille aura des frais, des dépenses lors de la cérémonie jusqu’à l’enterrement. Il y a eu également la participation des anciens joueurs de la Réunion mais cette somme, la famille la gardera pour elle.

« Je tiens à remercier plusieurs personnes qui ont participé à cette mission car c’était une véritable mission administrative, émotionnelle, financière et aussi une mission du cœur. Merci au peuple malgache de ne pas l’avoir oublié, de ne pas avoir oublié ce que mon père a donné au pays à travers le football », a conclu Stella Rafalimanana. Hier, l’association des ex-footballeurs internationaux malgaches a remis la somme de 4.036.900 ariary collectée pendant le téléthon à la famille de Goal Be.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Ambohijanaka : Trois blessés lors de l’attaque du domicile d’un épicier

L’insécurité reprend de l’ampleur dans les périphéries de la Capitale. Parmi les localités réputées dangereuses en matière d’acte de banditisme, Ambohijanaka était le théâtre d’une attaque à main armée la nuit du mardi au mercredi dernier. Vers 21 heures dans le fokontany de Mahamandry, commune Ambohijanaka, district d’Antananarivo Atsimondrano, le domicile d’un épicier, qui sert également de magasin, a été la cible d’une bande de nombre inconnu et munie d’armes blanches. Selon les témoignages des victimes, les malfaiteurs se sont introduits de force dans la maison juste au moment où les propriétaires étaient sur le point d’aller dormir. Une fois à l’intérieur, les assaillants ont violenté les personnes qu’ils y ont rencontrées. Ces dernières qui ont été obligées de se soumettre aux exigences de leurs prédateurs qui ont réclamé tous les objets de valeur dans la maison. Les malfaiteurs ont alors réussi à dérober une somme de 150.000 ariary, deux téléphones portables avant de prendre la fuite. L’épicier et sa femme, âgés respectivement des 39 et des 38 ans, ainsi que leur fils ont été blessés. Avisés quelques minutes après l’acte, deux gendarmes du poste fixe d’Ambohijanaka se sont immédiatement rendus sur les lieux avec une moto, dotation de cette unité. Appuyés par des membres du fokonolona, ils sont partis à la poursuite des malfaiteurs. Ce qui a permis d’arrêter deux des malfaiteurs dans la nuit-même alors que leurs complices ont pu s’échapper. Les deux téléphones volés ont été trouvés sur eux. Pour continuer la recherche, cinq gendarmes de la brigade d’Andoharanofotsy ont été également dépêchés sur les lieux. Amenés dans cette brigade, les deux individus arrêtés ont été placés en garde à vue pour enquête.

Mahitsy. Ce même mardi 19 janvier, une autre attaque à main armée a eu lieu dans le chef-lieu de la commune de Mahitsy, soit à une centaine de kilomètres à l’Ouest de la Capitale. Vers 19 heures, sept bandits armés de deux pistolets automatiques et d’armes blanches ont pris d’assaut deux épiceries. Selon l’information, la bande a tiré un coup de feu pour intimider la population avant de s’en prendre à leurs cibles où ils ont dérobé 420.000 ariary en liquide, des bijoux en or, un téléphone portable. Heureusement aucun blessé ni perte en vie humaine n’est à déplorer. Alertés de ces faits, des gendarmes de la brigade de Mahitsy se sont précipités sur place. Malgré la célérité de l’intervention, ils sont rentrés bredouille parce que les malfrats se sont déjà évanouis dans l’obscurité. Ils se sont alors contentés de boucler toutes les issues susceptibles d’être empruntées par les fugitifs. L’enquête est en cours.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Danse : Première édition du « Café de la Danse » à la Teinturerie

Ce mercredi 27 janvier 2021, à partir de 16 heures à la Teinturerie Ampasanimalo, se tiendra la première édition du Café de la Danse qui réunira la Compagnie Lovatiana, Labibliotekroz.cie, et Déviant. Une occasion d’échanger entre chorégraphes, danseurs et public. Pour le contenu de l’événement, il y aura, bien évidemment, de la danse avec les compagnies présentes. Labibliotekroz.cie performera « Sento », selon ce qu’on peut lire sur leur page Facebook. Après les différentes performances des artistes, le public est lui aussi invité à participer au spectacle lors d’une jam session où tout le monde pourra danser librement.  Et pour clore cet après-midi de danse, un dialogue entre artistes et public est prévu.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Eloïse, bilan provisoire : Plus d’un millier de sinistrés et 2 disparus

Eloise a apporté des pluies abondantes dans quelques localités faisant plus d’un millier de sinistrés.

Le passage de la forte tempête tropicale Eloise a laissé des séquelles aux villes touchées.

C’est le moins que l’on puisse dire du bilan provisoire du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC). Le bulletin émanant du BNGRC fait état de 1.026 sinistrés dans les districts de Maroantsetra , Vavatenina, Toamasina I  et Antalaha . Le cumul des personnes déplacées se porte par contre à 610. Les fortes pluies ainsi que le vent fort apporté par cette tempête ont aussi endommagé des infrastructures. 56 cases sont détruites et 134 inondées. D’après toujours ce bulletin provisoire du BNGRC, ce sont les établissements scolaires qui ont payé le prix fort. 31 salles de classe et neuf écoles sont endommagées tandis que six salles de classe et six écoles sont détruites. La route RN5A est aussi partiellement bloquée à cause des éboulements si le mur latéral Ouest de la brigade d’Amboasary dans le district de Moramanga s’est également effondré.  Aucune perte en vie humaine n’est par contre à déplorer durant les intempéries mais deux personnes sont portées disparues à Namakia, dans le district d’Antsiranana.

Concernant l’évolution de cette forte tempête tropicale, elle s’est déjà affaiblie au stade de tempête tropicale modérée. Sa sortie en mer est prévue ce jour au niveau de la région Melaky. Toutefois, la vigilance post aléa reste en vigueur dans les régions de Sava et Analanjirofo ainsi que dans les districts de Bealanana, Befandriana Nord et Mandritsara. La sortie en mer au Nord de Toamasina et entre Cap d’Ambre et Morombe reste encore déconseillé, selon le service de la météorologie jusqu’à ce que le danger lié au vent, vague et fortes pluies orageuses soit mis à l’écart.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Showcase : Reko Band au Comptoir Vintage

Reko Band se forge une notoriété de fer.

Car de la bonne musique, on ne s’en lasse jamais ! Pour Reko Band, il est temps de reprendre la promotion de son album.

Comme les spectacles se font rares, voire interdits pour le moment, les artistes privilégient les rencontres plus intimistes. Progressivement, la relance des activités culturelles et artistiques après le silence causé par la pandémie continue. Pour Reko, la promotion de son album « Andao » reprend. Samedi, c’est au Comptoir Vintage à Ankorondrano que la bande retrouvera ses inconditionnels. Au programme, showcase et séance de dédicace. Cette fois encore, le groupe sera au complet. Avec Fy Rasolofoniaina derrière le micro, Diary Razafimamonjiraibe à la basse, Princia Razakamahefa à la guitare et Maminiavo Razafindralambo à la batterie. Une occasion de redécouvrir cet album qui a marqué d’une pierre blanche la carrière du groupe. En effet, l’engouement autour des singles à l’instar de « Tiako ianao », « Mitonia » et « Misy anao » a été tel que la sortie de l’opus a suscité une grande impatience du public. Sorti il y a quelques années, la promotion de l’album s’est vu en suspens à cause de la pandémie, de ce fait, ceux qui n’ont pas pu se procurer l’opus à temps ont dû prendre leur mal en patience.

Si les cabarets vont bon train dans la Capitale et les autres grandes villes, certains centres culturels ont choisi d’annuler ou de reporter certains rendez-vous, ceux qui continuent le travail intègrent dorénavant les gestes barrières dans leurs habitudes. Incluant ainsi la limitation des convives mais également l’utilisation systématique du gel hydroalcoolique et le port de masque obligatoire.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Football – Transferts : Mamy Gervais à la Tamponnaise

La Tamponnaise vient de recruter Mamy Gervais Randrianarisoa.

La valse des transferts bat son plein dans le championnat réunionnais. Des clubs, qui ambitionnent de réussir leur saison, se mobilisent pour s’attacher les services des meilleurs joueurs. Mais qui dit meilleurs joueurs à la Réunion, aura forcément un regard sur les joueurs malgaches. Après avoir pris Mathieu Sedera Andriamparany, la Tamponnaise vient de recruter Mamy Gervais Randrianarisoa. Les deux joueurs étaient à la Saint-Pierroise avant d’aller sur les hauteurs de Tampon. Un transfert presque sans surprise car les deux joueurs en question sont comme le vin en se bonifiant avec l’âge et qu’ils restent très solides. Mais si les choses sont allées un peu plus vite, c’est grâce à l’entraîneur tamponnais Jean-Pierre Bade. L’ancien Marseillais connaît très bien Sedera et Mamy Gervais et il estime qu’il a besoin de ces deux tauliers pour faire retrouver des couleurs à la Tamponnaise qui retrouve l’élite après des années de galère. Le point commun à ces deux joueurs est d’avoir effectué un bref passage au sein des Barea de l’ère Nicolas Dupuis. Peut-être qu’ils n’étaient pas bons aux yeux de Dupuis mais pas pour Jean-Pierre Bade qui leur fait confiance, presque les yeux fermés. Le technicien français qui a offert plusieurs titres à la Saint-Pierroise, sait bien ce que valent les joueurs comme Mamy Gervais et Sedera et il n’a pas hésité à les appeler. Pour un nouveau défi.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Union Africaine de Judo : Siteny Randrianasoloniaiko vise la présidence

Siteny Randrianasoloniaiko part favori à cette élection.

Il pourrait être le premier Malgache à occuper le poste de président de l’UAJ.

Il a annoncé la nouvelle sur sa page Facebook, hier, en début de matinée. Siteny Randrianasoloniaiko, le président de la fédération malagasy de judo, actuel chairman de l’Union Africaine de Judo, est candidat à la présidence de cette instance continentale. « Il est temps que Madagascar s’affirme sur la scène internationale. J’ai déjà occupé le poste de chairman de l’UAJ et je vise la présidence pour continuer ce qu’on a déjà commencé pour le judo africain », nous a fait savoir, le numéro Un du judo malgache. Élu à la tête de la FMJ en 2011, Siteny a été élu chairman de l’UAJ, soit numéro deux du judo continental en 2011 à l’issue de l’AG élective à Tunis. Cette année, l’Assemblée générale élective de l’UAJ se tiendra au Maroc le 19 mai 2021 en marge de la tenue du tournoi qualificatif continental pour les Jeux Olympiques de Tokyo. Pour cette candidature, Siteny est en terre conquise et a déjà montré à ses pairs africains ses capacités pour ne parler que les trois éditions de Championnat d’Afrique organisées au pays. Le président en exercice, l’Ivoirien, Habib Sissoko ne se porte plus candidat. Le président de la Fédération tchadienne de judo, Abakar Djermah est aussi candidat à la présidence de l’UAJ. Lui qui argue du soutien de 20 fédérations nationales. Ces deux candidats, qui étaient tous deux des anciens judokas, ont gravi les échelons au niveau de l’administration du judo à l’échelle nationale, continentale et internationale et sont aussi présidents du Comité national olympique respectif de leur pays. Après Ahmad qui était à la tête de la Confédération africaine de football, Siteny pourrait être le second Malgache à présider une instance continentale. Mais pour ce faire, il va falloir convaincre la majorité des 54 présidents de fédération qui détiennent la clé de cette élection.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Mahazo : Toaka gasy anarivony litatra sarona

Fiara roa avy any Vatomandry, handeha hiakatra aty an-drenivohitra no voasakana tetsy Mahazo ny voalohan’ny herinandro lasa teo. « Bidon » am-polony maro, feno toaka gasy anarivony litatra no sarona tamin’izany, rehefa noezahina nafenina.

Ny alatsinainy teo no saron’ny pôlisy miady amin’ny zava-mahadomelina ireto fiara ireto, rehefa nisy ny angom-baovao azon’izy ireo mahakasika ny fisian’ireto fiara feno toaka gasy ireto. Rehefa natambatra sy natontaly ny tao anatin’ireo bidon am-polony maro dia voalaza fa mahatratra teo amin’ny toaka 1180 litatra tany ho any no saika hampidirina an-tsokosoko eto an-drenivohitra. Olona efatra no voarohirohy tamin’ity raharaha ity, ka ny iray tamin’izy ireo no tompon’ireto zava-pisotro mahamamo ireto, izay tsy nahazoana alalàna velively. Nogiazana avy hatrany moa ireo toaka ary nentina nanaovana fanadihadiana kosa ireo voasambotra.

Raha ny fantatra tokoa dia na dia eo aza ilay lalàna 03-2019, mamaritra ny famokarana sy fivarotana toaka gasy ary lany teny anivon’ny Antenimierampirenena, izay tokony manala ny fandraràna izany dia fantatra fa mbola mahavoasazy ny fitondrana itony toaka gasy itony, tsy nahazoana alalàna. Lamandy manodidina ny 10,000 ariary isaky ny litatra, miampy fampiakarana izany eny anivon’ny fitsarana moa tokony ho efain’ireo izay tratra.

Fa ankoatr’azy efa-dahy ireto dia vehivavy iray ihany no nosamborin’ny pôlisin’ny Stup, teny amin’iny faritra Ambohijanaka sy Anosizato Atsimo iny, noho ny fivarotana toaka gasy sy rongony, ny talata lasa teo. « Raha ny fantatra dia efa hatramin’ny taona lasa no nanaovan’ireo vehivavy ireo izao varotra toaka gasy sy rongony izay ao an-tranony eny Ambohijanaka sy Anosizato » hoy ny vaovao.  Ho an’ilay tetsy Ambohijanaka dia rongony teo amin’ny sivy fonosana teo, niaraka tamin’ny toaka gasy 20 litatra no sarona, raha rongony dimy fonosana lehibe kosa no tratra ho an’ilay vehivavy tetsy Anosizato. « Tamin’ny fanadihadiana azy ireo dia niaiky ny helony izy » hoy hatrany ny vaovao. Omaly moa izy ireo natolotra teny anivon’ny Fampanoavana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Région Analamanga : Des engins modernes pour la réhabilitation des routes

Ces engins modernes seront utilisés pour la construction et la réhabilitation des routes à Analamanga.

« Aucun district ne sera oublié ». C’est un défi lancé par le gouverneur de la région Analamanga , Hery Rasoamaromaka, concernant la réhabilitation et la construction des infrastructures routières. Dans son projet, ce sont les routes intercommunales qui seront priorisées pour éviter l’enclavement des zones et des districts concernés. C’est dans cette optique qu’ont été présentés hier, au CCI Ivato les engins modernes à la pointe de la technologie pour la réalisation des travaux. Il s’agit entre autres d’une niveleuse, une pelle mécanique, un compacteur, un porte char et une tractopelle. S’ajoutent à cela également une dizaine de véhicules tout terrain pour veiller à la bonne exécution des travaux dans les zones impraticables et un camion  de sapeurs-pompiers. « Pour cette année, il y  a la construction de 200 km de routes secondaires et de 35 km de routes en pavés. L’achat de ces équipements a pu être effectué grâce à notre propre budget. Les travaux seront réalisés de concert avec les petites et moyennes entreprises », a-t-il souligné

Par ailleurs, le gouvernorat de la région d’Analamanga , apporte également sa contribution dans la lutte contre le coronavirus. Outre ces engins, une ambulance a été aussi acquise grâce à ses fonds propres. Ce véhicule sera mis à la disposition des malades lorsque le besoin se présente, d’après toujours Hery Rasoamaromaka. L’assainissement des endroits à forte affluence se poursuit également s’il a débuté à Antaninarenina, Analakely et Behoririka.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Tarifs Optima : Baisse du tarif de l’électricité pour 80% des clients

Les tarifs Optima présentent des avantages et sont adoptés pour l’intérêt général des consommateurs, selon la Jirama.

Les usagers avaient besoin de faire la lumière sur les nouveaux tarifs Optima, que la Jirama compte adopter. Hier, les dirigeants de cette société d’Etat ont apporté des précisions, en présentant le concept. Selon le Directeur général, Vonjy Andriamanga, la majorité des usagers de la Jirama vont bénéficier d’une baisse de tarif d’électricité. « La Jirama s’active dans la mise en œuvre du deuxième engagement solennel du Président de la République qu’est la fourniture en électricité et eau pour tous au prix le plus abordable. Un engagement qui coïncide avec le redressement de la société. Le coût de l’électricité pèse lourd dans le budget des ménages, notamment ceux les plus défavorisés. A cela s’ajoutent l’impact de la pandémie de Covid-19 dans l’économie et les disparités régionales des tarifs, ce qui a conduit la Jirama à procéder à l’Optimisation tarifaire », ont soutenu les représentants de la société.

Avantages pour la majorité. D’après les explications, la grille tarifaire, à travers Optima, sera dorénavant simplifiée en quatre catégories suivant le niveau de consommation. La première est le Tarif social applicable aux clients consommant moins de 100 kWh ; ensuite, la deuxième catégorie est le Tarif économique pour les clients consommant moins de 150 kWh ; puis le Tarif confort pour les clients consommant moins de 300 kWh ; et enfin la quatrième catégorie, le Tarif superconfort dédié aux clients consommant plus de 300 kWh. Selon les dirigeants de la Jirama, les tarifs Optima présentent plusieurs avantages et permettent la réduction des inégalités régionales en termes de tarifs d’électricité, la baisse du tarif pour plus de 80% des clients, représentant plus de 455.000 foyers, la baisse généralisée pouvant aller jusqu’à 15% pour tous les clients du tarif social, de 6 à 26% pour ceux consommant moins de 130 kWh par mois. Le niveau de consommation détermine, ainsi, le tarif de chacun des ménages.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Projet de manifestation estudiantine : Le Mesupres met les points sur les «i»

Dans une lettre de « préavis de manifestation étudiante » adressée à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Elia Béatrice Assoumacou, l’association des étudiants en médecine humaine d’Antananarivo indique vouloir mener un mouvement de prestation devant débuter ce jour pour une durée indéterminée. Et dans cette lettre, les membres de ladite association font savoir que le mouvement entend attirer l’attention des responsables sur l’état de paiement de leurs bourses de l’année 2019-2020 et de leurs allocations de stages de 2018-2019 ainsi que sur la réévaluation des droits d’inscription auprès de leur université. Lettre à laquelle le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MESupRES) a répondu avec des explications techniques précises. Sur la question des bourses d’études, le MESupRES a exprimé que la « procédure de demande d’autorisation d’engagement pour le déblocage et le transfert des fonds nécessite des pièces justificatives pour faciliter le contrôle et la vérification ». Pièces, comme la liste des boursiers, que la direction des affaires administratives et financières de l’université d’Antananarivo n’a communiqué que le vendredi 15 janvier dernier si l’on se réfère toujours aux explications du ministère de tutelle. Pour ce qui est des allocations de stage, le MESupRES s’appuie sur l’article 5 du décret n°2006-656 du 5 septembre 2006 qui prévoit un partage équitable de la prise en charge des dépenses relatives au paiement des allocations de stages des étudiants en médecine entre le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et le ministère de la Santé publique. « Le MESupRES prend en charge les 50 % et le Ministère de la Santé Publique les 50% restants. Le MESupRES traitera les dossiers dès la réception de la liste des bénéficiaires et autres pièces justificatives requises venant des instances concernées », précise le département ministériel de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Enfin, pour ce qu’il en est des droits d’inscription, le ministère de tutelle met en avant l’article premier du décret 2002/565 du 4 juillet 2002 stipulant l’autonomie pédagogique, scientifique, administrative et financière des Universités. « Il appartient ainsi à chaque Université de fixer les droits d’inscription en Conseil d’administration», conclut le MESupRES. »

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Interview – DJ Mimie : « Il fallait que je trie mes contrats… je devais aussi payer la location des pl...

DJ Mimie, une DJ déjà confirmée et au talent précoce.

Depuis avant-hier, les soirées « Ladies Night » et ses shows girl reviennent en guise d’ouverture de la saison festive au Point d’Exclamation Lounge Bar à Analakely tous les mercredis. Pour cette année, ce sera une jeune femme qui en sera la DJ attitrée. De son nom civil, Fabiolla Rajaonarisoa, DJ Mimie est une ancienne finaliste d’un concours de DJing réputé de la Capitale. Ainsi, c’est sans doute l’une des rares fois qu’une femme se retrouve attitrée derrière les platines dans un lounge de Tana. Elle a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions.

Tout d’abord, vous êtes une « DJette », un métier pas très reposant. Comment avez-vous commencé dans cette branche ?

Je n’ai jamais pensé devenir une « DJ », mais j’aimais juste écouter de la musique. Et un jour j’ai animé un événement en tant que DJ dans mon lycée. Depuis ce jour, tous mes amis me disaient que j’avais un talent pour ça.

Un début assez normal, cependant vous vous êtes rapidement lancée…

Et après j’ai participé à un concours de DJ chez RDJ en 2017. J’étais la seule fille, je ne suis pas arrivée jusqu’au bout. En 2018, je suis revenue pour le concours et j’étais une des finalistes. En ce moment, j’anime des événements comme les anniversaires, les fiançailles, les bals de fin d’année, les fêtes privées. Pendant deux ans, je n’avais pas encore de platines, je les empruntais toujours à l’époque. Alors, il a fallu que je trie mes contrats parce que je devais aussi payer la location des platines. Et maintenant j’en ai une ! Je ferai tous les événements. (Rires)

Avez vous une niche musicale particulière dans votre pratique du DJ ?

Je suis généraliste, je joue tous les styles de musique à part l’électro.

Comment vous est venue l’idée de travailler au Point d’Exclamation ?

J’ai vu l’annonce sur les réseaux sociaux et j’ai tenté ma chance ! J’ai passé un casting, j’étais la première à atteindre la finale qui consistait à animer une soirée, j’ai réussi…

Qu’est-ce que vous allez proposer musicalement à l’assistance ?

Ah d’accord ! Je commence la soirée par des tubes « old », puis j’observe le feeling ambiant et j’improvise selon les genres et le public.

Recueillis par Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Malnutrition dans le Sud : Rajoelina multiplie les actions

Le président Andry Rajoelina multiplie les actions dans le cadre du renforcement de la lutte contre la malnutrition dans le Sud. Au lendemain du lancement de la Caravane du Sud qui consiste à l’envoi de convois dans les districts touchés par le “kere” pour acheminer des vivres, de l’eau et des médicaments, le chef de l’Etat s’est rendu, juste avant de quitter Fort-Dauphin, chez la Communauté des sœurs Filles de la charité – Sahan’i Maria de Fort-Dauphin qui est une organisation affiliée à l’Akamasoa du Père Pedro Opeka, pour mener des actions sociales auprès des plus démunis. Il a, notamment, fait don d’aides alimentaires au profit des Antandroy qui ont quitté la Région Androy pour fuir le “kere” et chercher du travail à Fort-Dauphin. Les sœurs de la charité ont toujours pris en charge ces familles nécessiteuses. L’Eglise Saint-Vincent de Paul a également été désignée pour appuyer les sœurs Filles de la charité – Sahan’i Maria – dans la distribution des dons. En quelque sorte, le chef de l’Etat accentue la collaboration avec l’Eglise et les associations religieuses pour assurer la distribution des vivres dans le cadre de la lutte contre le “kere”. Certainement afin d’éviter les détournements.

Avant de se rendre chez les sœurs de la charité, Andry Rajoelina s’est d’abord rendu devant l’Hôtel de ville de Fort-Dauphin pour inaugurer le Hotspot-wifi qui consiste à offrir un accès gratuit à la connexion internet au profit des jeunes et de la population de la capitale de la Région Anosy. Jusqu’ici, une cinquantaine de Hotspot-wifi sont installés au niveau de plusieurs villes de Madagascar. En cette période de l’ère du numérique et du développement des télécommunications, le régime choisit de favoriser le développement par l’instauration d’une société malgache connectée et ouverte au monde.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Sillon du passé : Les « oiseaux métalliques » et le ciel malgache

Marcelle Gouttelette( à gauche), le pilote audacieux

Le début du XXe siècle malgache a été marqué par l’histoire de l’aviation. Entre 1911 et 1938,  Le ciel malgache voit des « Appareil Volant Imitant l’Oiseau Naturel » voler.

Le 7 juillet 1911, 15 ans après l’annexion de Madagascar par la France, un petit avion transporté par un bateau et remonté sur place débarque à Madagascar. Piloté par Jean Raoult, l’avion évolue dans le ciel de la Capitale. C’est la première fois qu’un avion vole dans le ciel malgache. Il faut attendre 15 ans pour voir un autre “appareil volant imitant l’oiseau naturel » atterrir sur le sol tananarivien. En effet, la Grande Ile accueille l’hydravion “H-194 Lioré et Olivier” du lieutenant de Vaisseau Marc Bernard, parti de l’étang de Berre le 12 octobre 1926, avec un autre hydravion piloté par Guilbaud et Bougault, amerrit à Mahajanga le 21 novembre 1926, après 20 étapes et 41 jours de vol.

21 janvier 1927, “Breguet XIX” piloté par le commandant Jean Dagnaux et le mécanicien Paul Dufert atterrit à Antananarivo après avoir fait 55 jours de vol depuis Paris. Deux ans plus tard, le 27 octobre 1929 à 11 heures, un “Farman-192 F-AJJB” piloté par le trio Goulette-Marchesseau-Bourgeois vient toucher terre  après avoir traversé l’Afrique de l’Ouest, le Sahara, Niamey et le congo Belge (RDC), en Rhodésie anglaise, avant de terminer son périple terrestre africain au Mozambique. Le trajet vers la région du Sud-Ouest de l’Océan Indien est inévitable pour l’appareil.  De plus, Madagascar est une grande île favorable à une escale. Ainsi, fatigué et affaibli par sa pneumonie compliquée par le paludisme, Marcel Gouttelette décide de se faire soigner à Madagascar. Ensuite, à Madagascar, l’équipage distribue le courrier à Antsirabe et Toamasina. Après avoir séjourné presque un mois dans la Grande Île, l’avion part pour La Réunion.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

 Un mandat sur lequel plane l’ombre de Trump

La page est maintenant officiellement tournée. Cependant jusqu’au bout, l’ancien locataire de la Maison Blanche s’est singularisé en attirant sur lui l’attention de tous les commentateurs. Donald Trump a libéré les locaux au tout dernier moment et utilisé Air Force One pour se rendre dans sa résidence de Floride. La prestation de serment de Joe Biden s’est déroulée sans anicroche, mais elle a eu lieu dans des conditions sécuritaires qui n’ont jamais été vues. Le 46e président des Etats-Unis a maintenant la lourde tâche de donner un nouvel élan à une fonction qui a été passablement malmenée par son prédécesseur.

 Un mandat sur lequel plane l’ombre de Trump

 Les yeux du monde entier ont été braqués sur le Capitole pour voir cette cérémonie d’investiture du président Joe Biden. Malgré cette sensation d’être dans une ville en état de siège, la prestation de serment du nouveau locataire de la Maison Blanche ainsi que celle de sa vice-présidente, ont permis de clore cette période troublée vécue par l’Amérique. Le 46e président des Etats-Unis a décidé de se mettre tout de suite au travail, en signant ses premiers décrets instituant des mesures qu’il estime urgentes. L’équipe qu’il a constituée est composée de personnalités compétentes et reflète la diversité du peuple américain. Sa présidence se caractérisera par un mélange de pragmatisme et de changement. Il a décidé de réintégrer son pays dans l’accord de Paris dont Donald Trump avait décidé de se retirer . En matière de politique étrangère, il compte collaborer plus étroitement avec ses alliés européens pour ramener l’Iran à la table des négociations d’un nouvel accord sur le nucléaire. Il va adopter une certaine continuité sur la question du Proche-Orient où la politique de son prédécesseur est considérée comme une véritable avancée. La page est maintenant tournée et le mandat de Joe Biden ne va pas être de tout repos car l’ombre de Donald Trump va continuer à planer sur ce mandat qui a commencé hier.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana nandratra polisy tao Amboasary : Tafaverina ireo omby 60 voaroba, mbola tafatsoaka ireo dahalo

Araka ny baiko nomen’ny Filoham-pirenena tamin’ny Minisitry ny Fiarovam-pirenena sy ny minisitry ny Filaminam-bahoaka ny amin’ny tsy maintsy hikarohana ireo dahalo nanafika tao Tarandy, Amboasary Atsimo ka naharatrana polisy roa izay voatifitr’ireo dahalo, dia nanohy hatrany ny fikarohana ireo nahavanondoza ireo mpitandro ny filaminana. Nahitam-bokany izany ny talata hariva teo satria dia nifanehatra tamin’ireo jiolahy tao amin’ny fokontany antsoavelo, kaominina Tanandava Sud izy ireo io andro io. Nisy ny fifandonana teo amin’ny roa tonta vaky nandositra ireo olon-dratsy ary namela ireo omby nentiny. Voavotra avokoa, arak’izany ireo omby 60 norobain’izy ireo. Satria efa alina dia nananosarotra ny nanarahana ny dian’ireo mpanafika ka tsy fantatra na nisy naratra na tsy nisy tamin’izy ireo hatreto. Mitohy hatrany ny fikarohana.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Andranomanalina : Une maison a pris feu suite à un court-circuit

Encore un incendie. Hier vers 7 heures du matin, une maison de type traditionnel a pris feu dans le quartier d’Andranomanalina. Le feu s’est déclaré dans le grenier de la maison et a consumé l’ensemble de la partie supérieure de la construction. Alertés du drame vers 7 heures 20 minutes, des éléments de la caserne des Sapeurs-pompiers de la commune urbaine d’Antananarivo ont débarqué sur les lieux vers 7 heures 30 minutes. La célérité de leur intervention, malgré le problème de la circulation, a permis de maîtriser le feu vers 8 heures 12 minutes. Le feu n’a pu se propager vers d’autres constructions. Quoiqu’il en soit, les dégâts sont énormes, puisque ce grenier sert d’atelier de couture. Ainsi, des tissus et des vêtements, des machines à coudre et quelques matériels électroniques sont partis en fumée. Selon la déclaration du propriétaire, cet incendie qui n’a fait aucun blessé ni mort d’homme aurait été provoqué par un court-circuit. Pour éviter ce genre d’accident, la vérification de manière régulière des équipements électriques, des anciennes constructions comme cette maison incendiée, est recommandée en cette saison de pluies.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanàna : Efa hita ny fatin’ilay sinoa lasan’ny rano teo ambony « machine »

Hita faty tamin’ny sabotsy 16 Janoary lasa teo ilay teratany sinoa iray nifampitadiavana nandritra ny andro maro. Ny fokonolona ao Amboabary, any amin’ny kaominina Ambalajia no nahita ny razana teo amin’ny sisin-dranon’i Betsiboka, izany hoe teo akaikiny tafian-dakana Amboabary. Simba tanteraka vokatry ny tsy nahitana azy tao anatin’ny andro maro ny vatana mangatsiakan’ilay teratany sinoa. Voatery tsy maintsy nalefa tany Maevatanànana ny razana. Raha hiverenana ny tantara dia lasan’ny ranotrambo noho ny fahatapahan’ny «  Câble-n’ny machine à Drague niasany no nahatonga ny loza. Fito mirahalahy izy ireo no lasan’ny loharano ny alatsinainy hifoha talata heriny lasa teo. Ny telo tamin’izy ireo no hita velona tamin’ny talata hariva saingy naratra ny roa dia Sinoa sy Malagasy iray. Tamin’ny alarobia hariva no nahitana olona telo : Zandary mpiambina iray, Sinoa iray, ary Gasy iray,) saingy efa vatana mangatsiaka sisa no hitan’ny fokonolona sy ny mpitandro ny filaminana, ary telo andro taty aoriana vao hita ny teratany sinoa iray fahafiton’izy ireo izay voalaza etsy ambony.

Ratantely