Les actualités à Madagascar du Mardi 21 Janvier 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara40 partages

Tendance et mode : Les maths et le stylisme font une bonne paire

Matheuse, Elysa est une styliste hors-pair. (crédit photo : My Passion)

Elysa Razafindrafara fera défiler ses créations dans la capitale Betsileo au mois de mai prochain.  Vêtements pour hommes, femmes ou enfants, le design de cette styliste cible tout le monde.

« Fianarantsoa est ma ville natale, précise-t-elle, et j’aimerais que mes créations soient admirées par les jeunes de cette ville. D’une part pour aimer le ‘vita malagasy’, et d’autre part  pour les encourager à entreprendre ».  La mode malgache commence à être appréciée, alors Elysa Razafindrafara essaie d’adapter son design au jeune malgache en général, et à ceux de Fianarantsoa en particulier.  Chef-lieu de la région Haute Matsiatra, Fianarantsoa sera également la capitale de la mode au mois de mai prochain. Ce sera un mélange entre la mode traditionnelle et la modernité. Un mélange qui est en vogue aussi bien sur le continent africain qu’à Madagascar.

Elysa Razafindrafara, styliste et gérante de My Passion. Diplômée de l’Ecole normale supérieure (ENS) de  Fianarantsoa en Mathématiques, elle décide de  poursuivre  ses études à Ankatso, alors qu’elle n’a pas de travail. « J’ai fait du bénévolat au sein du MENETP durant  un an et demi. J’étais alors en difficulté financièrement car je ne gagnais pas de salaire », a-t-elle expliqué. Parallèlement, elle a commencé à faire des créations comme des pochettes et écharpes, des bijoux… « J’applique les maths, les formes, la symétrie, quand je crée mes œuvres. Et c’est ce qui me différencie des autres…  je fais les choses avec  précision. Je vis avec les maths  car je suis aussi  la présidente fondatrice de l’ACRODMaths [Association des Concepteurs et des Réalisateurs des Outils Didactiques de Mathématiques à Madagascar] », souligne-t-elle.

 

Après quelques mois,  elle attire une clientèle. Elle s’est ensuite lancée dans la création de vêtements au style simple et « gasigasy », à l’image de « la robe Rakala », une robe en tissu soga, brodée par des sujets malgaches pour l’histoire de la riziculture. Attachée à la coutume malgache, elle confectionne des vêtements spéciaux pour le vodiondry, et le mariage traditionnel.

Lamba malgache confectionné par Elysa. (crédit photo : My Passion)

My Passion, son entreprise, a déjà représenté Madagascar aux quatre coins du globe.  En Inde, au Canada, en France, en Chine, aux Etats-Unis… Elysa Razafindrafara y a hissé le drapeau malgache. À part My Passion, elle est également gérante d’autres entreprises telles que Tsakotsako, E-Design, Betsileo aho, Tantely, With Love, Les Petits Coussins et Elyready. Son petit secret est qu’elle met beaucoup d’amour dans tout ce qu’elle entreprend.  Actuellement, Elysa Razafindrafara travaille dans le domaine éducatif en gérant en même temps ses entreprises.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara34 partages

EPP Ankadindambo à Ambohimangakely : L’alimentation scolaire endogène soutenue par le projet TaFiTa

Des parents engagés pour la réussite de leurs enfants, leur servant à manger en classe. (crédit photo : Fy Andriamanandratra)

À travers le projet TaFiTa (Tantsoroka ho an’ny Fitantanana ny Sekoly), l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA)  apporte son appui technique aux parents d’élèves et à la communauté de gestion des écoles primaires publiques (EPP) à Analamanga et Amoron’i Mania, pour la mise en place de cantines scolaires et d’une alimentation scolaire endogène. Une visite de l’EPP d’Ankadindambo a été effectuée hier pour constater ce qu’il en est.

Il ne s’agit pas ici de financer la construction de cantines, mais d’aider la communauté locale à gérer une telle disposition de manière à ce qu’elle soit pérenne, durable et bénéfique pour les enfants. Ainsi, depuis 2011, cette école publique d’Ankadindambo offre deux repas par semaine à ses élèves grâce à la contribution de la communauté et des parents d’élèves. Un bel exemple qui prouve qu’avec les moyens à notre disposition, nous pouvons déjà réaliser des projets pour le développement de l’éducation au niveau local.

Pour garder les élèves en classe. Selon les explications de la directrice de l’établissement, Andriatiana Lalasoa Randriamiharisoa : « cette cantine fonctionne grâce à une cotisation annuelle des parents, à hauteur de 5 000 ariary par parents. Et en plus de cela, nous avons également un jardin potager dont l’entretien est assuré par les enfants eux-mêmes. » Toujours selon cette dernière, la mise en place d’une cantine scolaire résulte d’une décision commune des parents et des responsables au niveau de l’établissement. « Nous nous sommes aperçus que si les enfants quittent l’école, c’est parce qu’ils ont faim. Nous avons donc décidé de mettre en place une cantine et depuis, le taux d’abandon a grandement diminué. Cette année, aucun élève n’a abandonné les bancs de l’école et les résultats se sont beaucoup améliorés », a-t-elle affirmé.

Implication des parents. Tout ceci est rendu possible grâce à la volonté et l’engagement des parents. En effet, lors d’une visite sur place, nous avons pu nous rendre compte que, ce sont les parents qui font tourner cette école. Le FEFFI (Farimbon’Ezaka ho Fahombiazan’ny Fanabeazana eny Ifotony), le comité de gestion de l’établissement scolaire, se compose des parents d’élèves. Même chose pour la préparation des repas au sein de la cantine scolaire et l’achat des fournitures pour l’école, les parents s’organisent tour à tour pour assurer les différentes tâches. Bien que l’école ne soit pas parfaite – notamment les infrastructures qui méritent quelques coups de pinceau – les responsables, les enfants et les parents sont contents de ce qu’ils ont pu construire avec l’appui technique de la JICA, et comptent bien continuer sur cette lancée. « Nous faisons ceci par amour pour nos enfants. Même si une aide reste la bienvenue, nous sommes prêts à poursuivre nos efforts dans l’amélioration des conditions dans cette école », a expliqué le président du FEFFI de l’EPP d’Ankadindambo.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara27 partages

INSCAE : Une ambition de booster l’entrepreneuriat

« Nous sommes convaincus que le développement de l’entrepreneuriat constitue un des leviers contribuant à la relance de l’économie nationale », dixit le Dr Harimino Rakoto, le directeur général de l’INSCAE. (Photo d’archives)

Les domaines de spécialisation de cet institut constituent entre autres, la finance et comptabilité ainsi que l’administration d’entreprise

L’Institut National des Sciences Comptables et de l’Administration d’Entreprise (INSCAE) a pour vocation de former des experts comptables à l’origine. Son expertise s’étend ensuite sur la formation des managers d’entreprises privées ou d’entités publiques. « Dorénavant, nous avons l’ambition de booster l’entrepreneuriat. Nous l’avons déjà lancé depuis l’an dernier. Et cette année, nous allons renforcer nos actions dans ce domaine tout en capitalisant les acquis en 2019 », a déclaré le Dr Rakoto Harimino, le directeur général de l’INSCAE lors d’une entrevue avec la presse hier. En effet, « nous sommes convaincus que le développement de l’entrepreneuriat constitue un des leviers contribuant à la relance de l’économie nationale », a-t-elle poursuivi.

Stage en entrepreneuriat. Rappelons que les domaines de spécialisation de cet institut constituent entre autres, la finance et comptabilité ainsi que l’administration d’entreprise. « Nous avons ensuite apporté des innovations pédagogiques en intégrant le cursus de l’entrepreneuriat. Et ce n’est pas tout ! Des journées entreprises ont été organisées l’année dernière dans le but de promouvoir les jeunes pousses d’entrepreneurs. Nombreux sont ainsi les étudiants qui y ont participé pour exposer leurs biens et services. Certains d’entre eux y ont présenté pour la première fois le fruit de leurs projets », a-t-elle enchaîné. En outre, « un stage en entrepreneuriat a été également lancé en 2019. Il ne s’agit pas d’un stage en entreprise. L’Institut encadre plutôt des groupes d’étudiants qui veulent monter des projets innovants. Et ils ont bien réussi à les mettre en œuvre. Cette année, nous allons augmenter le nombre de groupes d’étudiants à encadrer en matière d’entrepreneuriat », d’après toujours les explications de Dr Rakoto Harimino.

Détecter les talents. Mais quid des obstacles empêchant les jeunes étudiants sortant des universités à se lancer dans l’entrepreneuriat ? – « C’est la compétence comportementale qui fait défaut à part les compétences techniques », a-t-elle répondu. Raison pour laquelle, l’INSCAE œuvre pour le développement des talents de ses étudiants. « Nous allons détecter les talents de chaque étudiant en lui inculquant à développer des recherches dans le cadre de la mise en œuvre de son projet. En effet, certains ont la capacité de négociation tandis que d’autres possèdent des talents en musique, en décoration, en agronomie et en artisanat, entre autres. Notre challenge est de les aider à développer leurs talents quand ils présentent leurs projets. L’objectif consiste à orienter les étudiants à prendre en main leur propre formation », a soulevé le directeur général de l’INSCAE.

38e promotion. Par ailleurs, l’INSCAE se veut être un laboratoire en entrepreneuriat pour ses étudiants. A titre d’illustration, « ces derniers peuvent tester leurs produits au sein de l’Institut même en simulant le personnel de l’administration et les autres étudiants en tant que clients. Ils peuvent y mettre en pratique le marketing de leurs produits. Et ça ne coûte pas cher de faire un échec au sein de ce laboratoire vivant. Ils peuvent se relever en tirant des leçons », a-t-elle évoqué. Notons que la rentrée solennelle de la 38e promotion aura lieu lundi. L’INSCAE va ainsi accueillir 190 nouveaux étudiants en premier cycle et 23 autres en MBA.

Navalona R.

Midi Madagasikara17 partages

Andry Rajoelina : Remaniement incontournable

Le contrat-programme des ministres prend fin ce vendredi. Depuis quelques temps, le président et le Premier ministre sont en pleine évaluation du gouvernement.

Imminent. Un remaniement gouvernemental sera opéré d’ici peu. Depuis quelques temps, le président de la République Andry Rajoelina et le Premier ministre Ntsay Christian sont à pied d’œuvre pour évaluer chaque ministre. Le contrat-programme d’un an signé au lendemain de leur nomination prend fin cette semaine. Face à la Grande famille de la Presse, le Chef de l’Etat a donné un petit aperçu de ce que pourrait être le résultat de cette évaluation. Personne n’est à l’abri face au cyclone à venir. A entendre le numéro Un du pays, l’on peut croire qu’une grande majorité des actuels ministres se trouve sur la sellette. Il a fait la comparaison avec une équipe de football. « Certains arrivent à marquer des buts. Certains ne marquent pas. D’autres sont incapables  de réaliser des performances. Parmi les membres du gouvernement, il y en a qui sont des bagages lourds à porter », estime Andry Rajoelina. En effet, selon ses dires, il existe des ministres qui ne parviennent pas à suivre le rythme du TGV au sein de l’actuelle équipe gouvernementale. Le remaniement est donc incontournable. Critère pour les ministrables : le Chef de l’Etat ne veut pas de ministres de salon et/ou de bureau qui se contentent de donner des ordres dans leur bureau. Il veut travailler avec des hommes de terrains qui peuvent élaborer des projets innovants, conformément au Plan Emergence Madagascar.

Fonds souverain. « Nous disposons de l’argent pour financer nos projets ». C’est ce qu’a déclaré Andry Rajoelina. C’est la première fois qu’un président de la République assume cette réalité. En effet, le régime entend se servir des budgets des sociétés d’Etat pour financer la réalisation des travaux de construction des buildings mora, trano mora, EPP et CEG mora, ainsi que bien d’autres infrastructures. « Certes, il y a des projets auxquels il est nécessaire de collaborer avec les bailleurs de fonds traditionnels mais il y a aussi des projets où nous devons nous servir de nos propres ressources », a-t-il soutenu. Le régime envisage la création dès cette année d’un fonds souverain. « Rien qu’au niveau de la CNAPS, nous disposons par exemple d’un budget de 300 milliards d’Ariary. Le budget nécessaire pour la construction d’un building est de 1 milliard d’Ariary. Ce budget de la CNAPS peut donc servir à la construction de 300 buildings », a cité le Chef de l’Etat. Une manière à lui de réitérer qu’avec une bonne gouvernance, nous pouvons apporter le changement au pays. L’objectif du régime est de construire 40 000 logements en cinq ans. Andry Rajoelina s’est toutefois défendu de révéler le vrai coût de la réalisation du Plan Emergence Madagascar. « Cela nécessite plusieurs milliards », a-t-il annoncé sans entrer dans les détails.

Nouvelle ville. En ce qui concerne le projet Tana-Masoandro, le numéro Un d’Iavoloha persiste et signe. « Nous sommes condamnés à construire une nouvelle ville pour désengorger la capitale », soutient-il avant de réitérer qu’au début, Antananarivo a été fait pour 300 000 habitants, pourtant, actuellement la population à Tana dépasse les 3 millions d’habitants. En outre, on ne dispose pas de plan d’urbanisme, d’où l’inondation à chaque période de pluie. Tout en admettant une erreur de procéder de la part de ses proches collaborateurs car avant de lancer le début des travaux, ces derniers n’ont pas consulté les riverains, le Chef de l’Etat a annoncé que les négociations vont se poursuivre. Andry Rajoelina n’écarte pas une descente à Ambohitsimanjaka pour rencontrer les familles concernées par ce projet.

Remblais. Hier, Andry Rajoelina a réitéré qu’il offrira un budget de 10 milliards d’Ariary à la Commune Urbaine d’Antananarivo pour réaliser les nombreux projets de développement inscrits dans le programme du nouveau Maire, et pour financer l’assainissement de la ville. Le président de la République demande des comptes aux responsables de la CUA et ceux du Ministère de l’Aménagement du territoire concernant les remblais qui continuent dans plusieurs quartiers de la Ville des Mille, notamment à Ankorondrano. Ces remblais sont à l’origine des inondations qui frappent la capitale. Une enquête sera donc ouverte pour déterminer les responsables.

13%. Il a aussi profité de cette rencontre avec la presse pour mettre les points sur les « î » par rapport à l’affaire des 65 000 Ariary qui provoquent des polémiques au niveau des fonctionnaires. Selon ses explications, il n’était pas question de distribuer de l’argent à tous les employés de l’Etat. Comme chaque année, l’Etat voulait offrir des paniers garnis et non une somme d’argent. Ce « solom-bodiakoho » était destiné uniquement aux fonctionnaires des ministères au niveau central. A entendre le Chef de l’Etat, certains ministres n’ont pas compris la consigne du Conseil des ministres. Il n’écarte pas non plus l’existence de corruptions dans cette affaire. Andry Rajoelina trouve déplorable de voir des polémiques autour de cette histoire, pourtant il a offert un cadeau plus important aux fonctionnaires en accordant une augmentation de salaire de 13%.

Autosuffisance alimentaire. Pour ce qui est de l’affaire de l’octroi d’une surface cultivable de 60 000Ha au groupe « Elite Agro LLC » dans le Bas Mangoky, le président de la République d’expliquer que cette coopération vise à attendre l’autosuffisance alimentaire. Pour y parvenir, l’Etat a décidé de signer un contrat avec cette entreprise connue comme étant le leader dans les Emirats Arabes Unis dans le domaine des exploitations agricoles intégrées à grande échelle. Contrairement à l’affaire Daewoo en 2008, ce contrat ne prévoit pas de vendre nos terres aux étrangers. Par ailleurs, « Elite Agro LLC » sera interdit d’exporter ses productions. Les résultats de cet investissement auront des répercussions sur le social de la population avant la fin de cette année car ce projet va provoquer la réduction des prix puisqu’il n’y aura ni taxe ni transport, a déclaré Andry Rajoelina.

Davis R

Midi Madagasikara12 partages

Bas-Mangoky : Près de 60 000ha exploités par des investisseurs arabes

Atteindre l’autosuffisance alimentaire en juin 2020, soit dans le cadre de la célébration du 60e anniversaire de l’Indépendance de Madagascar. C’est l’un des objectifs inscrits dans le « Velirano » du Président de la République, Andry Rajoelina. Pour ce faire, le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche vient de signer un Mémorandum d’Entente avec le groupe arabe « Elite Agro LLC » basé à Abu Dhabï, aux Emirats-Arabes Unis. Ces investisseurs arabes vont ainsi exploiter près de 60 000ha de terrains dans la région de Bas-Mangoky, en vue de cultiver à grande échelle différentes spéculations. On peut citer, entre autres, le riz, le maïs, le blé, le soja, l’arachide et le pois du cap.

Prévisions de production. Il faut savoir que ces terrains sont encore à aménager. Et les prévisions de production annuelle sont de l’ordre de 350 000 tonnes pour le riz, 200 000 tonnes pour le maïs et de 150 000 tonnes pour le blé au démarrage de ce projet de grande envergure. Quant aux autres spéculations, les prévisions de productions de soja, de pois du cap et d’arachide sont respectivement de l’ordre de 300 000 tonnes, 20 000 tonnes et 30 000 tonnes par an. Dans le cadre de ce Mémorandum d’Entente, le ministère de tutelle met tout simplement à la disposition de ces investisseurs arabes le terrain d’une superficie totale de 60 000ha afin que ceux-ci puissent réaliser une exploitation agricole à grande échelle.

Phase d’essai. Au moment de la récolte, l’Etat s’engage à acheter la production à un prix abordable, selon la convention entre les deux parties. Cette production sera destinée à écouler sur le marché local afin d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. Le surplus de production sera par contre exporté, a-t-on appris. Notons que ce projet d’exploitation agricole à grande échelle est mis en œuvre après son approbation en Conseil des Ministres le 16 janvier 2020. Une phase d’essai est effectuée durant la première année. Si c’est concluant, les deux parties procéderont à la signature d’un contrat définitif, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara5 partages

Secteur minier : Madagascar risque de devenir le pays à éviter à cause des taxations exorbitantes

Les autorités minières ont intérêt à réussir le bouclage du nouveau code minier afin de donner au pays une meilleure attractivité.

Ambatovy pour le nickel et  le cobalt, Rio Tinto QMM et Base Toliara pour l’ilménite. Ce sont principalement les trois grands investissements miniers opérés à Madagascar. Et encore, ces trois compagnies, que l’on peut qualifier de « majors », rencontrent à leur niveau respectif un certain nombre de problèmes.

Faible impact. Preuve que  le secteur de la grande mine est encore loin de jouer son rôle dans le développement économique de Madagascar. Et ce, malgré un potentiel naturel très riche.  En effet, en l’espace de 50 ans, l’impact des mines sur l’économie demeure encore faible puisqu’elles ne représentent encore que moins de 5% du PIB. À l’origine de cet échec de la filière mine se trouve bien évidemment cette absence manifeste d’attractivité. La preuve, Madagascar ne se trouve même pas dans le classement des 10 pays africains les plus attractifs. Actuellement, les autorités s’efforcent à ce qu’il y ait finalement cette attractivité, en préparant le projet de nouveau code minier. Une démarche qui bute cependant sur un certain nombre de problèmes. Notamment au niveau de la préparation du projet de nouveau code minier qui fait actuellement l’objet d’une consultation  des parties prenantes dont  les organisations de la société civile concernées par le secteur minier.

Désert industriel

En tout cas,  de l’avis des opérateurs miniers, les autorités ont intérêt à réussir ce nouveau code minier pour attirer davantage les  investisseurs  miniers  et éviter, ainsi, le syndrome du désert industriel en ce qui concerne l’industrie minière. En effet, ce ne sont pas les trois grandes exploitations existantes (Ambatovy, QMM et Base Toliara) qui feront de Madagascar, un grand pays minier.  De l’avis des spécialistes du secteur, il faudrait au moins une dizaine de gros investissements minier  générant chacun pas moins d’1 milliard de dollars pour que le secteur puisse enfin jouer son rôle dans la relance économique. Or, en l’état actuel des choses, l’on relève pas mal d’anomalies dans  la gestion du secteur par les services publics. En matière de taxation par exemple, il s’avère aberrant, selon les industriels miniers que l’on perçoive des redevances auprès des détenteurs de permis de recherche et de qualifier  de spéculateurs les personnes qui demandent  ces permis. « Les autorités étatiques ont tendance à oublier  que la venue des gros investisseurs miniers dépend de la compétitivité et de l’attractivité du pays »  affirme un opérateur minier en ajoutant que « la gestion de la filière ne se limite pas  à l’aspect fiscal »

Fuite des capitaux

Or,  c’est visiblement cette question de recettes  fiscales qui est priorisée  par  le ministère des Mines qui parle par exemple de  ce  fameux partage de production  du cycle minier sur 40 ans.  Certes avec ce partage de production de 20% couplé avec des redevances estimées entre 4% et 8%, l’Etat peut faire des milliards de recettes, mais le système  concocté dans le nouveau code minier aura  pour impact  de grever excessivement la trésorerie  des entreprises minières qui devront ainsi débourser entre 24% et 28% de leur chiffre d’affaires.  Du coup, avec  l’absence d’une rentabilité  que provoquera ce projet de taxation exorbitante, l’on assistera probablement à une fuite des capitaux miniers.  Pouvant ainsi  faire de Madagascar, un pays à éviter pour les gros investisseurs miniers.  Un risque à ne pas prendre à la légère quand on sait que la Grande Ile ne figure même pas dans le premier rang des pays africains à bonne attractivité minière. En effet, dans  le dernier classement de Fraser Institute Madagascar qui n’est même pas dans le top 10, figure parmi les mauvais exemples en termes d’attractivité du secteur minier.  Le pays qui est potentiellement riche en la matière mérite mieux.

R.Edmond.

Midi Madagasikara2 partages

Andry Rajoelina : Rencontre périodique avec la presse

Les patrons de presse ont aussi présenté leurs vœux au Chef de l’Etat.

Sous l’initiative de l’Ordre des Journalistes de Madagascar (OJM), la Grande famille de la presse composée entre autres des patrons de presse, des directeurs de publications, des rédacteurs en chef et des journalistes issus de tous les organes de presse de la capitale, ou enfin presque, ont présenté leur vœux au président Andry Rajoelina hier lors d’une cérémonie qui s’est tenue au Palais d’Iavoloha. Une cérémonie qui s’est déroulée sous le signe de la fraternité et de la convivialité. Une occasion pour le Chef de l’Etat d’annoncer que désormais, il organisera une rencontre périodique avec la presse. Tous les mois, Andry Rajoelina fera une rencontre avec les journalistes, toutes tendances confondues. L’objectif étant d’assurer la transparence dans la mise en œuvre du Plan Emergence Madagascar, mais aussi de faciliter l’accès aux informations pour les membres de la presse. En effet, le Chef de l’Etat souhaite mettre en place une collaboration franche avec les journalistes venant de toutes les tendances politiques. D’ailleurs, lors de l’évènement d’hier, des journalistes et chroniqueurs proches de l’opposition et connus par leurs critiques acerbes contre le régime ont été présents à Iavoloha. Tous, ont pu échanger librement et prendre des photos avec Andry Rajoelina lors de ce petit-déjeuner de presse.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Harifidy Ramanandraibe : Deuxième audition mais par la gendarmerie

La semaine dernière, sa demeure a été perquisitionnée par les policiers de la brigade criminelle. Une fouille qui n’a rien donné. Hier, il a de nouveau reçu une convocation auprès de la brigade criminelle spéciale de la gendarmerie. Son audition se déroulera ce-jour, à huit heures du matin à la caserne de la gendarmerie à Andrefan’ambohijanahary. Après la police vient donc le tour des gendarmes. La brigade spéciale qui est chargée de son enquête se charge des dossiers concernant parfois des politiciens. C’est maintenant au tour d’Harifidy de passer devant les enquêteurs. À la brigade criminelle, il a été soupçonné sur une affaire liée à la sécurité nationale, qui l’accuse de détenir des armes de guerres chez lui. La perquisition a été infructueuse, mais il a tout de même été emmené à la brigade criminelle pour une audition. Le concerné est un chroniqueur politique auprès de la radio IBC, une chaîne qui s’oppose à l’État dans sa ligne éditoriale. L’accusé est réputé être cru dans ses interventions, et les observateurs voient sa poursuite liée à cette raison. Dans ce cas, le délit de presse n’est pas à écarter sauf que dans ce cas, il n’y a pas lieu d’enquêter sur un journaliste dans la section criminelle. Avisés de la situation, les membres de l’ordre des journalistes assisteront Harifidy Ramanandraibe pour son enquête, comme stipulé dans les articles 54 et autres du code de la communication médiatisée. Les observateurs y voient un harcèlement vis-à-vis du  journaliste et une manière de le museler. Cette pratique n’est d’ailleurs pas nouvelle dans le journalisme à Madagascar. On a vu des journalistes auditionnés par la section criminelle des forces de l’ordre du temps de l’ancien régime, des personnes sans langue de bois. Maintenant qu’ils sont des hauts responsables dans le pays, ils ne soutiennent même plus les leurs pour crier haro sur la pratique. Un tel fait nuit à la liberté d’expression. Certes, c’est un combat de tous les jours pour les journalistes, qui ont beaucoup milité pour cesser de tels harcèlements. Les théories et les pressions ont bien abouti à quelque chose. Mais la réalité en est autre… Wait and see.D.R

Madaplus.info0 partages

Madagascar : la rénovation de Mahamasina a commencé

La démolition des tribunes du stade de Mahamasina, rebaptisé Stade des Barea, a commencé aujourd’hui 21 janvier 2020. En effet, la démolition des anciennes tribunes et la création d’une nouvelle à deux étages qui peut recevoir 15 536 faits partis de la première phase de la rénovation.
Les vestiaires, les différentes salles (repos, contrôle ou presse…) se trouveront sous ses nouvelles tribunes. Une société chinoise est en charge de cette première phase de la rénovation du stade des Barea. Elle est prévue être effectuée avant la célébration des 60 ans du retour de l’indépendance.
Madaplus.info0 partages

Eliminations Coupe du monde 2022 au Qatar: Madagascar dans un groupe prenable


Le tirage au sort pour les éliminations de la coupe du monde 2022 au Qatar a lieu aujourd’hui au Caire, en Égypte. Les 40 nations africaines toujours en lice pour cette compétition ont été réparties en 10 groupes de 4 équipes. Seuls les vainqueurs de chaque poule passeront au troisième tour. Madagascar hérite du groupe J avec la RD Congo, le Bénin et la Tanzanie.
Rappelons, que la RDC a été battue par les Barea lors de la CAN 2019 en Egypte dans le cadre des huitièmes de finale Coupe d’Afrique des Nations. Ce groupe est très prenable pour les protégés de Nicolas Dupuis.
Ino Vaovao0 partages

FIHOTSAHAN’NY TANY TENY AVARADOHA : Naato tamin’ny asany ny Lehiben’ny Pompiers

Trano maromaro  no  potika sy rava tamin’izany  ka niezaka  niantso ny  teo  anivon’ny  mpamonjy  voina  «  Pompiers  » Tsaralalàna ny  mponina. Toa tsy  nisy  taitra sy  nandray andraikitra  anefa   ireto  mpamonjy  voina  fa  nijery  fotsiny no  sady  mbola nampanao taratasy  ireo  tra-boina  aloha. Etsy  andanin’izay, tsy  mbola azo antso  ihany  koa  ny  «  Chef de corps  »,  hany  ka  ny mponina ihany  no  niara-nisalahy  niady  tamin’ny  voina nahazo  azy  ireo. Raha  ny  tokony ho izy  dia tokony ho vonona  lalandava ny mpamonjy voina  saingy  matetika toa tara foana izy ireo eto  amintsika na koa tsy  mipoitra  mihitsy  aza. Vantany  vao  naheno ny zava-nitranga ny  Ben’ny tanàna  vaovao Naina  Andriantsitohaina sy ireo ekipany  dia nandray  andraikitra  ary  koa nidina  ifotony teny  amin’ny  tobin’ny «  Pompiers  » Tsaralàlana. 

Nanome baiko  ireto  mpamonjy  voina  mba hanatanteraka ny  asany. Nanaraka akaiky izany  ny  Ben’ny tanàna  ary  koa nitondra  fanampiana ho an’ireo  tra-boina teny  an-toerana.  Marihina moa fa tsy  nisy  olona naratra  na aina nafoy tamin’ity  loza ity. Manoloana  ny  zava-nisy  dia  namoaka fanambaràna ny  Ben’ny  tanàna  ka  noraisina  ny  fepetra hentitra  ka natsahatra tamin’ny asany ny «  Chef de corps  » teo  anivon’ny  Pompiers Tsaralalàna. Midika ho tsy  fandraisan’andraikitra goavana ny  tsy  fandraisany ny  antson’ny  fokonolona  nila vonjy taminy tamin’io fotoana io, ka tsy  maintsy  niafara tamin’ny fanalana azy teo  amin’ny  toerany.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA KIDNAPPING : Tra-tehaka tao Anjozorobe Randriamanga, jiolahy ikoizana

Nahitam-bokany  tokoa izany  tamin’ity  taona ity  satria  sarona tsikelikely  ireo  jiolahy  tompon’antoka tamin’ny  fanatanterahana fakàna an-keriny na “kidnapping “ mahery  vaika, toy ny  teto  an-drenivohitra, ohatra.  Efa  saika tra-tehaka avokoa ireo  jiolahy  mpaka  an-keriny, ary ny  teratany karàna no tena tsikaritra fa tena matetika lasibatra amin’ity asa ratsy ity. 

Nahazoana  loharanom-baovao ihany  koa izao ny  faran’ny  herinandro  lasa teo iny  fa  voasambotra  Randriamanga izay  mpaka  an-keriny  tena nikoizana  sy  efa anisan’ ireo  ela nokarohina. Araka ny tatitra  voaray  dia  voasambotry ny  miaramilan’ny 3RG DAS Marotsipoy, ny  zoma faha  17 janoary 2020 tao  Ambohitsimarofotsy,  Distrikan’ Anjozorobe ity  farany.  

Nandray   fepetra  hentitra  avy  hatrany ny teo  anivon’ny  zandary  tao  an-toerana, ka  nosokafana  ny  famotorana  lalina  natao  taminy. Aorian’izay  moa dia hiakatra Fampanoavana ny raharaha.  Miezaka hatrany  moa ny  eo  anivon’ny  mpitandro  filaminana  eto  amintsika   amin’ny  fanatsarana ny  fomba fiasa ary  koa mikaroka  ireo  jiolahy  nahavanon-doza maro  mbola tsy hita. Raha ny  lafiny  fakàna  an-keriny  izao  dia anisany tanjona goavana  apetrak’izy ireo  ny  hanafoanana tanteraka ary  koa  hisamborana ireo  atidoha mpikotrika ity  tranga ity  eto  amintsika.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

OLAM-PANAMBADIANA : Niakatra Fampanoavana ilay reny namono ny zanany

Araka ny  loharanom-baovao  voaray  avy  amin’ny  Polisim-pirenena. Nanomboka ny 12 janoary 2020 no tao amin’ny hotely iray teny amin’ny faritra 67ha iny ity ramatoa ity. Araka ny fantatra mantsy dia nisara-toerana efa ho 1 taona sy tapany izy sy ny vadiny, ka nipetraka tany amin’ilay rangahy ny zanany roa mirahavavy, 07 sy 10 taona. 

Ny zoma 17 janoary 2020 tolakandro no naka ireo zanany mirahavavy ireo tany amin’ny rain-janany any amin’ny faritra Anjanamasina, Kaominina Anosiala, distrikan’Ambohidratrimo ity ramatoa ity. Rehefa azony ireo zaza ireo dia noentiny tao amin’ilay hotely tetsy 67ha. Ny alina, alohan’ny hatory no nomeny nuvan «  1flacon  » ny zanany 10 taona, rehefa avy eo dia nokendainy tamin ’ny lamba kosa ilay zandriny 07 taona. Rehefa maty ireo zaza roa ireo dia nisotro toaka ary nampifangaroany nuvan «  1flacon  » ihany koa izy mba hamonoany ny tenany. Ny maraina anefa dia nahatsapa izy fa tsy maty fa nalemilemy ny zavatra nosotroiny ka nila vonjy tamin’ireo tompona hotely hitondrana azy any amin’ny dokotera. Tsikaritry ny tompona hotely kosa fa efa tsy nisy aina intsony ireo zaza ka nampandre ny mpitandro filaminana avy hatrany izy ireo. 

Tonga teny an-toerana kosa ny Polisin’ny CSP7 sy BC5 nijery ny zava–nisy, ilay ramatoa kosa dia efa nisy nitondra teny amin’ny hopitaly HJRA ary nanaraka fitsaboana. Rehefa nahazo ny fitsaboana sahaza azy ilay Ramatoa dia nosamborin’ny Polisy, omaly. Nilaza moa ilay Ramatoa fa tsy tiany hipetraka miaraka amin’ny rainy intsony ireto zaza ireto ary izay no nahatonga azy hamono ny zanany ary koa hamono ny tenany fa tsy zakany ny hahita ny zanany ho faty. Natolotra ny Fampanoavana omaly ity raharaha ity.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TETIKASA « TANA-MASOANDRO » : Hitafa mivantana amin’ny mponin’ Ambohitrimanjaka ny Filoham-pirenena

Tetikasa tanterahin’ny fitondram-panjakana entina hananganana tanàna vaovao hamahana ny fivangongoan’ny mponina eto an-drenivohitra izy ity ary efa vina napetraky ny Filoha Andry Rajoelina talohan’ny nirotsahany ho Filoham-pirenena. Araka ny fantatra, 88km tsy mivadimandry no velaran’ity Antananarivo ity ary izany dia noforonina ho an’ny olona manodidina ny 300 000 isa. Amin’izao fotoana izao nefa, efa tafakatra 3 tapitrisa mahery ny mponina eto. 

Vokany, voasokajy ho anisan’ireo renivohitra be mponina indrindra eran-tany Antananarivo ary tsy maharaka ny filàna intsony ny velaran-tany sy ny fotodrafitrasa misy. Vantany vao avy ny orana dia miakatra ny rano ary tsentsina avokoa ireo toeram-pamoahan-drano rehetra.  

Noho ireo antony ireo indrindra dia mbola nanamafy ny Filoham-pirenena fa tsy maintsy atao ny famoronana tanàna vaovao. «  Hamorona tanàna vaovao isika, tanàna vaovao tsy hisian’ny dibo-drano, hamahana ny olan’ny fitohanana fifamoivoizana eto an-drenivohitra, afaka hifamezivezena an-kalalahana ary hahitana ny biraon’ny Minisitera isan-tokony  », hoy ny fanazavana. Nanantitrantitra koa ny Filoha fa hisy ny fifampiresahana sy fifanakalozan-kevitra mivantana amin’ny mponina eny Ambohitrimanjaka hahafahana manangana ny tetikasa.

«  Mety nisy fahadisoana taty amin’ny mpanatanteraka tamin’ny fomba nanombohana ny tetikasa, tsy ampy ny fifampiresahana na dia efa natao avokoa aza izay voalazan’ny lalàna rehetra, izay no nahatonga ahy niteny hoe ajanony aloha io dia tohizana indray ny fifampiresahana. Horaisiko ny andraikitra ary izaho mihitsy no hiresaka mivantana amin’ny olona eny Ambohitrimanjaka  », hoy izy.  «  Mbola mamerina ny velirano nataoko tamin’ny Malagasy aho, tsy maintsy tafita ny firenena, tsy renivohitra manana ny hasiny intsony ity Antananarivo ity raha tsy mamorona tanàna vaovao isika. Ho voan’ny tondra-drano sy ho sempotra eto isika raha avela amin’izao ity Antananarivo ity fa tsy hitarina  », hoy hatrany ny fanazavana.

Ny A.

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA 32 TSY MANANA BEN’NY TANANA : “Tsy misy ny fanendrena PDS”

Notsindrian’ny Minisitry ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana, Tianarivelo Razafimahefa io manoloana ny ahiahian’ireo Kaominina sasany mbola tsy nahazo ben’ny tanàna. Voalazan’ny lalàna mikasika ny fitantanana ny Kaominina fa ny lefitra voalohan’ny ben’ny tanàna am-perinasa no misolo toerana vonjimaika azy raha toa ka milatsa-kofidiana ben’ny tanàna ny tenany. Nambaran’ny Minisitra fa mbola manan-kery io lalàna io amin’ireo Kaominina voakasika mandra-pahatongan’izay ben’ny tanàna voafidim-bahoaka.

Fantatra fa Kaominina miisa 24 no namoahan’ny Fitsarana misahana ny ady amin’ny fanjakana didy fa hamerenana fifidianana. Antony noho ny fisian’ny disadisa nandritra ny fifidianana izay notanterahina ny 27 novambra lasa teo. Kaominina miisa valo kosa no tsy nanana kandida ben’ny tanàna mihitsy. Izany hoe misy 32 ireo Kaominina mbola tsy manana ben’ny tanàna hatramin’izao. Nanamafy ny Minisitry ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana fa tsy misy ny fanendrena filohan’ny delegasionina manokana amin’ireo Kaominina ireo fa andrasana izay hahavitan’ny fifidianana amin’ny ampahany. Noho izany dia manohy ny asany hatrany ireo ben’ny tanàna mpisolo toerana mandra-pahavitan’io fifidianana io. “Tsy misy Pds izany. Ny voalazan’ny didim-panjakana dia mandra-pahatongan’ireo tompon’andraikitra vaovao voafidy, izany hoe izay voafidy amin’ilay fifidianana amin’ny ampahany dia mbola mitohy aloha ny asan’ireo izay eo amin’ny toerana amin’izao fotoana izao. Izany hoe, raha misy ireo ben’ny tanàna nametraka mpisolo toerana vonjimaika dia iny ihany aloha no mitohy manao ny asa mandra-pisian’ny ben’ny tanàna izay voafidy vaovao”, hoy ny Minisitry ny atitany.

Tompon’antoka tamin’izay tsy fietezana tany aloha ireo ben’ny tanàna niala

Nambarany fa azo irosoana avy hatrany ihany koa ny fifamindram-pahefana ary afaka mandray ny asany avy hatrany izay ben’ny tanàna vaovao. Anjaran’ity farany no mametraka ny fandaminan’asany eo anivon’ilay Kaominina. Nilaza kosa ny Minisitra manoloana ny fikasan’ireo ben’ny tanàna sasany hanao fitsirihana eo anivon’ny Kaominina fa tompon’andraikitra tsy afa-miala ilay ben’ny tanàna teo aloha raha toa ka hita fa misy ny tsy fietezana aorian’ilay fitsirihana. 

“Mahazo manao fifamindram-pahefana. Aorian’izay, azo atao foana ny fitsirihana na “audit” ary ny tompon’andraikitra teo aloha izay nanao ny tsy nety no tompon’antoka tamin’izay zavatra tsy nety fa ny an’ilay ben’ny tanàna vaovao dia manomboka eo amin’ny fandraisany fahefana voalohany”, hoy hatrany izy. Marihina fa folo andro ao aorian’ny namoahan’ny Fitsarana misahana ny ady amin’ny fanjakana ny didy mikasika ny fifidianana ben’ny tanàna sy mpanolotsaina no hananan’ireo izay tsy afa-po ka hahafahany hametraka fitoriana eny amin’ny filan-kevi-panjakana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MPIKAMBANA EO ANIVON’NY GOVERNEMANTA : « Misy ny miala ary misy koa ny hotazonina »

Araka ny nambaran’ny Filoha Andry Rajoelina moa dia hotsaraina amin’ny asa ireo minisitra ireo ary taona iray no fe-potoana hiasany. Hisy ny fanaovana tombana sy fanadinana rehefa dila io fe-potoana io. 

Hotazonina ireo nahavita ny andraikitra nankinina taminy ary ireo tsy nahefa izany kosa dia tsy maintsy hosoloina. Nanamafy ny mahakasika izay fanaovana tombana izay ny Filoha ary nambarany fa tsy maintsy hatao tokoa io fanaovana tombana io hahafahana mandrefy ny fahavitrihan’ireo Minisitra nofidiany.

«  Mila olona manana traikefa ny firenena, tsy mety intsony izany olona tarihina lava izany. Minisitra tompon’andraikitra mahavita midina ifotony mijery ny olana rehetra misy eto Madagasikara no ilain’ny Firenena. Ireo mahavita izay nankinina taminy dia ho voatazona fa ny sisa tsy maintsy ho- esorina. Tsy maintsy misy ny miala ary  misy koa ny mbola hotazonina », hoy ny fanazavany.  

Ny A.  

Tia Tanindranaza0 partages

Lehilahy maty tao amin’ny Borigady“Tsy tokony ho vitavita ho azy”

Tovolahy iray 27 taona notazonina tao amin’ny biraon’ny zandary teny Andoharanofotsy no namoy ny ainy ny zoma lasa teo, izay heverin’ny olona fa herisetra no mety nahafaty azy.

 

 Zanak’olona somary sahirana izy io. Mahagaga anay fa ohatra ny vitavita ho azy tsy misy resaka mihitsy ilay izy, ary toa tratran’ny ramatahora ireo fianakaviana ka tsy afa-manoatra, hoy ny mpiray vodirindrina aminy. Nilazana fotsiny ny fianakaviana hoe: “alaivo ny fatin’ny havanareo fa tratry ny arrêt du Coeur”, ary kafe sy siramamy no nateriny fa na tamin’ny fiandrasam-paty aza tsy misy ny na inona na inona, hoy fitarainana. Marihina fa efa manambady aman-janaka io tovolahy io. Tena tsy rariny mihitsy ilay izy, ka izay no hanairana ny manampahefana, hoy ny antso avo eo anatrehan’ity toe-javatra ity. Raha ny loharanom-baovao akaiky ny zandary kosa, dia voasambotra noho ny asa ratsy teny Ambohimanala izy io. Tafatsoaka ny namany roa fa izy kosa no tratra, izay mbola niaraka tamin’ny sabatra lava lela. Ny nahavariana ireto zandary dia tovolahy fanirakiraka ao amin’ny borigady izy ary namana mihitsy aza raha ny fanampim-panazavana.  Ny zoma hifoha ny sabotsy, araka ny filazan’ilay olona iray toerana taminy tao dia hoe nihetsika ny aretiny (mihinjitra ohatran’ireny voan’ny andro be ireny) ka navoaka haingana nentina tao amin’ny CSB II Andoharanofotsy, saingy tsy avotra ny ainy. Tsy mampino izany, fa olona salama tsara izy, hoy ny an-daniny. Samy manana ny ambarany izany ny zandary sy ireo akaiky ity tovolahy ity, ka tokony hisy fanadihadiana lalina hivoahan’ny tena marina satria nisy ain’olona nafoy tao anatin’ny raharaha.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

AMBOHIMARINA ANDRAMASINAMitohy ny fanadihadiana an’ilay hita faty nisy namono

Nahitana fatina lehilahy iray tao Ambohimarina, distrikan’Andramasina izay lalana anelanelan’ity renivohitry ny distrika ity sy Behenjy Ambatolampy.

Ny manampahefana teo an-toerana no nampilaza ny zandary tao Andramasina, efa tamin’ny 4 ora sy sasany tolakandro. Niaraka tamin’ny dokotera izy ireo nizaha ifotony ilay vatana mangatsiaka. Araka ny fizahana ny razana nataon’ny mpitsabo ara-dalàna dia maty novonoina ilay rangahy. Nahitana diam-pamaky ny vatany. Ny lehiben’ny fokontany no nampilaza ny mpitandro filaminana, mialoha ny faran’ny herinandro teo. Maro ireo lalana mangingina amin’iny faritra iny izay mampifandray an’Andramasina sy Behenjy no mampatahotra ireo mponina any an-toerana, raha ny loharanom-baovao azo. Manamorona an’Ambohimarina sy Antanetibe, Vinany, Lambanandriana ary Amboanjobe no tena mampivarahontsana ireo mpandalo. Ireo  mponina any amin’ireo tanàna ireo anefa mihevitra fa jiolahy avy any amin’ny faritra hafa no ahiana manatanteraka ny vono olona feno habibiana toy izao. Ny zandary ao Andramasina no mandray an-tanana ny tohin’ny raharaha. Mirohotra ny fanaovan-dratsy amin’iny faritra iny. Vao tsy ela koa no tratra ilay vehivavy nanary zaza teo Ambohimarina, Andramasina.

HN

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsaralalana sy AnalakelyNitokona nanoloa ireo mpivarotra amoron-dalana

Taorian’Anosy sy Anosibe ary Mahamasina dia nitohy teny Analakely sy Tsaralalana indray ny asa fandaminana ireo mpivarotra amoron-dalana notanterahin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra omaly, niaraka tamin’ny mpitandro ny filaminana.

 

 

 

Nambaran-dRandrianarisoa Rija, tale vaovao misahana ny tsena fa fandaminana mpivarotra no hatao fa tsy fanalana akory, araka ny baikon’ny Ben’ny tanàna Naina Andriantsitohaina. Ny lalana ho an’ny mpandeha an-tongotra sy ny arabe hoy izy dia tsy azo hivarotana mihitsy, antony nanalana ireo mpivarotra marobe izay nibahana teny rehetra teny. Tsy nisy afaka nivarotra ireto farany izay marihina fa renim-pianakaviana avokoa ny ankamaroany sady tsy manana antom-pivelomana hafa. Tonga nitokona nanoloana ny lapan’ny tanàna izy ireo omaly atoandro  ary nangataka fihaonana tamin’ny Ben’ny tanàna Naina Andriantsitohaina.  Tena nandray ny solontenan’izy ireo tokoa ny Ben’ny tanana ary nandefa ny talen’ny tsena vaovao  hijery toeran-kafa hivarotan’izy ireo.  Tsy misy aloha raha ny fantatra ny fotodrafitrasa vaovao handraisana azy ireo fa ny tsena efa misy toy ny eny Anosibe sy Namontana no ezahina halamina ary tsy hatao lafo ny hofany mba hampidirana azy ireo. Na izany aza anefa dia tsy nahafa-po ireo mpivarotra izany. Miantoka ny hanina hohaniny rahampitso mantsy ny vola matiny amin’ny tsena ka niverina niangavy tao amin’ny kaominina indray izy ireo mba hahafahany mivarotra toy ny teo aloha. Andrasana izay mety ho tohin’ity fanalana mpivarotra eto Antananarivo Renivohitra ity.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

«GARE ROUTIERE MAKI» ANDOHATAPENAKANadoboka am-ponja ireo jiolahy roa mpanendaka

Natolotra ny fitsarana ireo roalahy mpanendaka eny amin’ny fiantsonana taksibe Andohatapenaka ary notazonina vonjy maika eny Antanimora omaly alatsinainy 20 janoary 2020.

 

Lehilahy roa no voasambotry ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahafito etsy 67 ha ny 18 janoary noho ny fanendahana. Ny sabotsy 18 janoary lasa teo tokony ho tamin’ny 6 ora sy sasany maraina dia nisy tovolahy 2 mpanendaka tsikaritry ny olona teo amin’ny fiantsonana taksibe « gare routiere Maki » Andohatapenaka. Avy hatrany dia nampandre ny mpitandro ny filaminana teo akaiky teo ihany ireto olona ireto ka avy dia nisambotra azy roalahy ny polisy. Rehefa nosavaina izy 2 lahy dia nahitana finday 3, vola 18000 ariary ary clé USB 01 tany aminy. Araka ny filazan’ireo olona ireo dia efa mpanendaka eo amin’io faritra io izy ireo ary rehefa avy manao ny asa ratsiny dia tonga dia mandositra.

HN

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sabotsy NamehanaNandray ny asany ny Ben’ny tanàna Avotra Andriamosa

Nandray ny asany omaly alatsinainy 20 janoary ny ben’ny tanànan’ny kaominina Sabotsy Namehana Atoa Avotra Andriamosa taorian’ny fifidianana izay notanterahina ny 27 novambra lasa teo.

Nisy ny fisaorana manokana nataony tamin’ny vahoakan’i Sabotsy nandritra izany na ireo nifidy nandatsa-bato ho azy ireo na ireo tsy nifidy azy koa. Nambarany fa tokana ny tanjony dia ny hanasoa ny vahoaka tsy an-kanavaka. Tafiditra ao anatin’izany ny hitazonany ny kaominina Sabotsy Namehana ho fitaratra sy ho sangany eny Avaradrano raha oharina amin’ireo kaominina 16 mitovy aminy.  Tsy hadinon’ny Ben’ny tanana Avotra Andriamosa ihany koa ny nilaza fa hefainy sy hovitainy avokoa ireo fampanantenana nataony tamin’ny mponin’i Sabotsy nandritra ny fampielezan-kevitra ho fantatry ny rehetra fa tena miasa ny tenany ary mbola  hiasa.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanapoizinana ara-tsakafoTsy hilefitra ny ray aman-drenin’ireo mpianatra miisa 22

Rehefa vitan’ny mpitsabo teo Ambatomiraharavy ny fizaham-pasalamana sy ny fitiliana dia voalaza fa ny fihinanana sakafo

 

miaty fanapoizinana teo amin’ilay gargoty teo amin’ny faritry ny sekoly no nahatonga ny loza. Vokatry ny fanadihadian’ny mpitsabo hatrany no nahalalana fa samy nividy karazan-tsakafo teo amin’io tsena kelin-tsakafo io ireo mpianatra 22. Milaza ny tsy hilefitra ireo ray aman-dreny sasany manoloana ny fanapoizinana ara-tsakafo nahazo ireo mpianatry ny lisea eny an-toerana. Ny alakamisy teo tamin’ny 12 ora sy sasany atoandro no nitranga ny loza, tao anatin’ny lisea Ambatomirahavavy, faritra Itasy.

 Notaomina naiditra hopitaly ireo zatovo ireo. Tao ny nandoa, nisy koa ny narary kibo, maro no nivalana ary samy nalemy avy hatrany avokoa izy rehetra ireo. Vao nisy nihoaka nandoa dia mailo tanteraka ireo manodidina sy ny mpanabe, fa tsy misy valaka tamin’ny nahazo ireo mpianatr’Andravoahangy mantsy no nahazo azy ireo. Tsy nisy moa ny aina nafoy fa avotra soamantsara daholo ireo mpianatra. Mpampianatra iray eo amin’ny sekoly no tompon’io gargôty io. Maro ny sakafo masaka tsy ara-dalàna eto amin’ny Nosy fa isaky ny misy tranga vao miseho mandray andraikitra ireo mpitsirika ara-pahasalamana.

HN

Tia Tanindranaza0 partages

Lehilahy nodimandry tamin’ny fambolen-kazoTonga naneho fiaraha-miory ny zandarimaria

Tonga nitondra ny teny fampiononana ho an'ny fianakavian-dRandrianantohanina Jean François Anicet,

 mpiasa tao amin'ny minisiteran'ny toekarena sy fitantanam-bola nindaosin'ny fahafatesana tampoka taorian'ny fambolen-kazo natao ny alahady 19 janoary teo ny teo anivon'ny Zandarimaria omaly 20 janoary 2020 teny Anjanatsimiova Ampitatafika. Ny jeneraly Richard Ravalomanana Sekreteram-panjakana miadidy ny Zandarimaria no nitarika ny fianakaviamben'ny Zandarimaria notronin'ireo teo anivon'ny Foibe fibaikoana sy ny Fari-piadidian'ny Zandarimariam-pirenena Antananarivo. Marihina fa tsy olom-pantatra manokana na fianakaviana akaikin'ny iray amin'ny Zandary ilay mpiasam-panjakàna nodimandry fa noho ny firaisankinan'ny samy namita ny adidy masina ho an'ny taranaka sy ny tanindrazana, dia ny fambolen-kazo no antony. Nirary fiononana feno ho an'ny fianakaviana sy ny ministera izay niasàny noho izany ny fianakaviamben’ny zandarimariam-pirenena.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha 65 000 AriaryNy mpiasan’ny foibe ihany no nomen’ny filoha solompenakoho

Nahitsy ny tenin’ny filoham-pirenena teny Iavoloha omaly nanoloana ny mpanao gazety.

Tsy nisy tetibola ho an’ny mpiasam-panjakana rehetra manerana ny Nosy nifanarahan’ny filoha sy ny minisitra nandritra ny filankevitry ny minisitra. Nilaza moa ny minisitry ny fanabeazam-pirenena sy fampianarana teknika fa noho ny fisian’ny ambim-bola no nahatonga azy nangoraka ireo mpiasam-panjakana hafa. Midika izany fa tsy manana ny rariny ireo mpampianatra izay mitokona milaza fa niangarana raha samy mpiasam-panjakana.

Nilaza ny Filoha omaly fa nasaina nanatitra lisitra ireo minisitra rehetra ka ny roa ihany no nahatonga. Lasa naka fialantsasatra tany ivelany izy ka gaga raha nahare fa nikorontana tanteraka ny fizarana ilay solompenakoho. Notsindriany hatrany fa tsy vola zaraina no tamin’io fa kojakoja sy sakafo tahaka ny fanao isan-taona. Nanitsy mihitsy aza izy fa nisy endrika kolikoly satria nisy nanasonia tsy nisy maribola ireo nandray 9 000 ariary. Ela ihany vao voafehy ity seraseran’ny solompenakoho ity raha vao nitranga dia tokony efa nohazavaina ka izao nitatra hatramin’ny tsy fianaran’ny mpianatra izao.

HN

 

Tia Tanindranaza0 partages

Disadisam-piainanaNovonoiny ho faty ny zanany mirahavavy

Rehefa nahazo ny fitsaboana sahaza azy ilay Ramatoa namono ny zanany roa ka saika hamono tena dia nosamborin’ny Polisy afak’omaly.

Nilaza izy fa tsy tiany hipetraka miaraka amin’ny rainy intsony ireto zaza ireto ary izay no nahatonga azy hamono azy. Vehivavy iray 30 taona no voasambotry ny polisy miasa ao amin BC5 omaly alatsinainy 20 janoary 2020 rehefa avy nitsabo tena tao amin’ny HJRA noho ny resaka vono olona. Nanomboka ny 12 janoary 2020 no tao amin’ny hotely iray teny amin'ny faritra 67ha iny ity vehivavy ity. Araka ny fantatra dia nisara-toerana efa ho 1 taona sy tapany izy sy ny vadiny ka nipetraka tany amin'ilay rangahy ny zanany roa mirahavavy, 7 sy 10 taona.

Ny zoma 17 janoary 2020 tolakandro no naka ireo zanany mirahavavy ireo tany amin'ny rain-janany any amin'ny faritra Anjanamasina, kaominina Anosiala distrikan'Ambohidratrimo ity ramatoa ity. Rehefa azony ireo zaza ireo dia nentiny tao amin'ilay hotely tetsy 67ha. Ny alina, alohan'ny hatory no nomeny nuvan « 1flacon » ny zanany 10 taona, rehefa avy eo dia nokendainy tamin'ny lamba kosa ilay zandriny 07 taona. Rehefa maty ireo zaza roa ireo dia nisotro toaka ary nampifangarony nuvan 1 « flacon » ihany koa izy mba hamonoany ny tenany. Ny maraina anefa dia nahatsapa izy fa tsy maty fa nalemilemy ny zavatra nosotroiny ka nila vonjy tamin’ireo tompona hotely hitondrana azy any amin'ny dokotera. Tsikaritry ny tompona hotely kosa fa efa tsy nisy aina intsony ireo zaza ka napandre ny mpitandro ny filaminana avy hatrany izy ireo. Tonga teny an-toerana kosa ny Polisin'ny CSP7 sy BC5 nijery ny zava-nisy, ilay ramatoa kosa dia efa nisy nitondra teny amin'ny hopitaly HJRA ary nanaraka fitsaboana.

HN

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa DHL Madagascar Mitaiza sahady ny ankizy hanao fandraharahana

Notanterahana omaly tao amin’ny ministeran’ny fanabeazana Anosy ny fanavaozana ny fifanaovan-tsoaniam-piaraha-miasa niaraka tamin’ny orinasa DHL International Madagascar.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanokafana taom-pambolen-kazo tao Atsinanana Miisa 600.000 ireo zanakazo novolena

Toy ireo faritra rehetra dia nanokatra ny taom-pambolen-kazony koa ny fiadidiana ny minisiteran’ny tontolo iainana ao amin’ny faritra Atsinanana, tarihin’ny talem-paritra, Tezena Lionel Armando, ny alahady teo.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olan’ny angovo sy delestazyTsara rafitra ny IEM saingy…

Mampikolay hatrany ny fahatapahan-jiron’ny Jirama amin’izao fotoana izao. Saika isan’andro io, ary mandavan-taona tsy mety mivaha ny olana. Rehefa lohataona,

 

dia ambara fa tsy ampy ny rano, rehefa fahavaratra indray, dia ambara fa tapaka noho ny haratsin’ny toetry ny andro,… Nirarakopana ny fanesorana sy fanoloana tompon’andraikitra ambony, saingy hatreto, dia ny omaly tsy miova ny tolotra, izay mampikolay ny vahoaka. Anisan’ny noresahin’ny filoha Rajoelina tany amin’ny propangady ny resaka angovo sy herinaratra, ary nambara fa tena ho avy ny vahaolana, hampitomboina ny famokarana, ary hampidinina mihitsy aza ny sandan’ny herinaratra. Voaraikitra ao anatin’ny IEM fa manana toerana 1500 hahafahana herinaratra miainga amin’ny rano isika, izay hahafaha-mamokatra hatrany amin’ny 8000Mw. Ny fotodrafitrasa sy ny fanatsarana misy amin’izao, dia zara raha mahavokatra 160Mw. Mahatratra 2800 ora isan-taona ny daniky ny masoandro saika manerana an’i Madagasikara, indrindra ny ilany andrefana sy atsimon’ny nosy, izay zava-dehibe satria afaka mamokatra 15000Kwh/m2. Hahafaha-mamokatra amin’ny alalan’ny rivotra (éolien) 2000Mw ihany koa any avaratra sy atsimon’ny Nosy. Kendrena ho hatramin’ny 2025 ny fandrakofana herinaratra an’i Madagasikara, izany hoe eny ambanivohitra, raha 15% amin’ny Malagasy no misitraka izany ankehitriny, ka 6 hatramin’ny 8% ny eny ambanivohitra. Nambara fa hametrahana famokarana miainga amin’ny herin’ny masoandro ao anatin’ny fotoana fohy (plus brèfs delais) ireo toerana manana taramasoandro ambonin’ny 5500W/m2, dia i DIANA, SAVA, Sofia, Boeny, Melaky, Menabe, Matsiatra Ambony, Amoron’i Mania, Anosy, Androy, Atsimo Andrefana, Vakinankaratra, Bongolava, Atsimo Atsinanana. Hatreto aloha, mbola mijanona ho vina sy fampanantenana izany amin’ny ankapobeny. Tsara ny tetikasa, fa toa mbola baraingo ny hoenti-manatanteraka azy. Zava-dehibe ny vina fa mila atomboka amin’ny akaiky dia ny famahana ny olana misy ankehitriny, ary hitarina tsikelikely.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mihamaro ny mponinaManasarotra ny fandaminana

Mihamaro ny olona raha Antananarivo no resahina. Misy ireo ankizy teo aloha no mitombo taona ka lasa tanora dia mameno ny arabe.

Ao koa ireo mpila ravinahitra avy any ambanivohitra ka mifindra monina ety an-drenivohitra mba hitady izay harapany. Ny faritra Ambohipo, 67Ha, Itaosy sy ny manodidina moa dia lasa tanàn-dehibe ao anaty tanàn-dehibe. Tsy misy intsony ireo miampita eny amin’ny toerana voatokana hanaovana izany na ny « passage zebré ». Ny « passage clouté » moa dia efa voatampina ary nendahina ny vy taminy ka nosoloina marika miloko mitsipitsipika mavo na fotsy taty aoriana. Ny jiro telo loko moa efa fantatra mozean’ny tanàna sisa ka asa na fantatry ny taranaka aty aoriana fa efa nampiasa izany Antananarivo hatramin’ny repoblika faharoa ary jiro sinoa kosa taty aoriana.  Samy miampita eny amin’izay mahafaly ny fony sy mahafinaritra azy ny tsirairay satria tsy misy toerana fiampitana ilay faritra naleha no feno mpivarotra amoron-dalana ny sisin’arabe. Manginy fotsiny ny tsy fanarahan-dalàna maro samihafa. Ao anatin’ny fandaminana sy fanabeazana olom-pirenena ny mpitandro filaminana amin’izao. Hitantsika ireny hetsika etsy Anosy sy Mahamasina ary Tsaralalana ireny. Miaiky ny tompon’andraikitra sasany fa sarotra ny mamerina ny Malagasy hanaja sy hanaraka fitsipika.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Moto-Scooter-SaretySamy manao izay saim-pantany

Ny bisikileta, ny « scooter » ary ny sarety sy ny posy koa dia samy manao izay saim-patany amin’ny fifamoivoizana.

Na dia efa noraràna aza ireo posy sy sarety tsy hiditra amin’ny faritry ny afovoan-tanàna dia navela indray izy ireo amin’izao fotoana izao ka dia miandry ny hafainganam-pandehany mora izay fiara tratra aoriany. Ireo izay tsy mitandrina moa dia mety ho voakikin’ny vy be sy ny entana izay entiny. Ireo moto sy bisikileta ihany koa dia tsy manaraka ny lamina momba ny fifamoivoizana. Tsy manaja ny atao « priorité ». Misy amin’ izy ireo azamoa tsy mahafantatra ny lalànamifehy ny fifamoivoizana. Ny mpamily « scooter » aza moa dia miakatra eny amin’ ny faritra natokana ho an’ ny mpandeha tongotra mihitsy. Tena manao izay saim-patany.  Hatreto aloha dia mafy ny asa miandry ny ben’ ny tanàna izay hanova ireo fahazaran-dratsin’ny mponina ireo. Ny resaka fahadiovana sy ny fandriam-pahalemana dia mbola tsy asianay resaka aloha. Raha tsorina dia mikorontana tanteraka Antananarivo, renivohitr’i Madagasikara. Hita taratra misongadina ny fahantrana sy ny loto ary ny fifamoivoizina.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Lalana eto AntananarivoTsy mandeha amin’ny laoniny

Ny kaominina sy ny mpitandro filaminana dia hita miasa eny rehetra eny fa ny fotodrafitrasa no tsy maharaka.

 

Na dia betsaka aza ny lalana amboarina na ireo lalam-pirenena na « rocade » vaovao dia mbola misy toerana tena tsy afaka fitohanana. Ohatra ny etsy Andohatapenaka, dia nisy ampahan-dalana tsy vita kanefa raha ny tetiandro, ny faran’ny taona teo no namitana azy. Eny Fasan’ny karana, ny arabe dia feno lavaka ka ny tampitampina « bombô voanjo » aza amin’ny toerana maro tsy misy intsony. Manoloana ny tsenan’i Namontana, misy lavaka be ka sahirana ny mpampiasa lalana. Mahavariana anefa fa toa tapenana io lalana io rehefa vanim-potoam-pifidianana. Amin’izao dia mizotra miadana ireo fiara madinika, eny fa na dia ireo tsy mataho-dàlana hita fa efa mihamaro eto an-drenivohitra koa aza dia mitsitsy lavaka.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fitateram-bahoakaTsy manaja ny fitsipiky ny fifamoivoizana

Ny taksbe dia tsy misy manaja fifamoivoizana sy manaraka ny fitsipika mifehy azy.

 

Ny fiara fitateram-bahoaka dia an’arivony eto an-drenivohitra fa ny fanarahana ny fenitra amin’ny maha asam-bahoaka azy dia tsy hita mihitsy. Maro amin’izy ireny no mbola mandray mpandeha etsy sy eroa na dia tsy amin’ny toerana fiantsonany aza. Misy ihany koa no mijanona amin’ny toerana fiantsonana ihany saingy mibahana afovoan-dalana sady tsy miditra maka sisiny fa mijanona ety aoriana be ety. Ny antsoantso sy ny tabataba ny toerana haleha no nihena. Ny varavaran’ny taksibe moa dia misokatsokatra tsy fantatra na hampiditra na hampidina olona rehefa eny amin’ny fitohanana rehetra eny. Vitsy ireo fiara fitaterana no mampiasa ireny « clignotant » na ireo jiro mipipika fampilazàna fiviliana havia na havanana. Ny fiara « sprinter » dia fitaterana mpanao « rallye ». Miroso amin’iny fametrahana GPS ny ministera voakasika mba hifehezana azy ireo kanefa toa lasa sakana indray ny saran’io fitaovana io. Mila vahaolana maharitra.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Efa rano raraka

Toy ny vao omaly ilay raharaha 2009 nivoizana fa namadika tanindrazana ny mpitondra teto Madagasikara, raha saika hampanofa tany ny orinasa Koreanina iray.

 

Lasa adihevitra indray mantsy ity ny fampidirana ny arabo hampiasa sy hamboly eto amina velaran-tany an’aliny hektara. Tena mampalahelo ny vahoaka io, ka melohiko ny fifanaovan-tsoniam-piaraha-miasa, ary manameloka ny governemanta aho, indrindra ny filoha, hoy ny filohantsika ankehitriny tamin’izany. Tsy fombantsika Malagasy ny mivarotra tanindrazana, eny fa na ny fampanofana amin’ny vahiny fotsiny aza, hoy izy. Tsy hanenjika na hanakiana, fa hay mety ho fomba fiasa tsy azo ihodivirana ihany ny fampindramana na fampanofana tany amin’ny vahiny, raha misy tetikasa lehibe heverina fa hisy tombony ho antsika. Tsy sanatria voagejan’ny tantara na mamendrofendro fa tokony haka lesona amin’izay isika ankehitriny. Aleo tsy manenjika be fahatany na manasoketa olona an-jambany. Herintaona nitondrana izy ankehitriny, izay mbola manana fotoana lava hahafahany manao zavatra. Afaka manatsara ny efa hitany fa mety, ary mbola afaka manitsy ny dia amin’izay tsy mety. Mila mahay mihaino sy malala-tsaina, fa tsy hihidy anaty rindrin’efatra. Mila mahay mampiombona sy manainga ny hery rehetra eto amin’ny firenena. Mila mijoro ho fitaratra amin’ny fitiavan-tanindrazana, ka manome ohatra tsara. Fa ny tena goavana dia mahatsapa ny Malagasy fa manana mpiaro fa tsy sanatria ho tompony mangataka atiny eto amin’ny taniny. Ny fahita eto matetika mantsy dia isika samy isika no mifamotika. Rehefa ny Malagasy no mba misandratra kely, dia nangalatra sy nangorona harem-pirenena ary manao ampihimamba, fa rehefa ny vahiny dia nahay nihary. Efa rano raraka ny lasa rehetra fa ny famindra amin’ny ho avy no andeha hahitsy, ka any volana, any andro any taona, mba ho tanteraka tokoa ilay hoe : dia ho tany sambatra ilay Madagasikaranay!!! 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikaonandoham-pirenena ho an'ny Baolina Kitra MalagasyNanomboka omaly ny fakan-kevitra isam-paritra

Ho fanaomanana ny Fikaoanandoham-pirenena ho an’ny Baolina Kitra Malagasy izay ho tanterahina eny amin’ny Mining Business Center eny Ivato amin’ny faha-28 sy faha-29 janoary 2020 izao izay ho tarihan’ny FMF

“Federasiona Malagasin’ny Baolina Kitra” izay hitondrana ny lohahevitra : “Antsika Rehetra ny Baolina Kitra Malagasy” ka hametrahana amin’ny rehetra ny fanontaniana :  Inona no fanatsarana tianao atao @fifaninanana Baolina Kitra Malagasy karakarain'ny LIGY misy anao ?

dia nanomboka omaly ny fakan-kevitra ifotony isam-paritra havondrona amin’io fotoana io ka ny ligin’i Toamasina no nanomboka izany omaly alatsinainy faha-20 janoary 2020 ary ho tohizan’ny faritany hafa mandritra ity fihaon-dohan’ny herinandro ity. Anisan’ny hanatanteraka ny azy anio talata, ao amin’ny Lapan’ny Faritan’Atsimo Andrefana toerana iasan’ny Governora ankehitriny. Hitarika an’izany, araka ny fantatra, ny mpikambana CE ao  amin’ny FMF. Nantsoina hanatrika an’ity fihaonana ity kosa araka ny nambaran’ny filohan’ny ligin’ny baolina kitra any Atsimo Andrefana, Atoa Randrianantenaina Regis, ireo filohana klioba rehetra ao amin’ity faritany ity, ireo filohana seksiona rehetra ihany koa, ireo filoha ligin’ny baolina kitra any amin’iny faritra iny ary koa ireo mpandraraha ara-toekarena any an-toerana. Ny hevitry ny tsirairay tsy an-kanavaka no  ho raisina ho fanatsarana ny baolina kitra Malagasy araka ny heviny fa “Antsika rehetra ny Baolina Kitra Malagasy ary Antsika rehetra ny BAREA araka ny tenin’ny filohan’ny FMF, Arezaka Raoul Rabekoto.

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Afrobasket 2021 Vondrona E - ZimbabweFirenena sisa no handray anjara manomboka anio

Hanomboka anio talata 21 janoary 2020 any Bulawayo Zimbabwe ka tsy hifarana raha tsy amin’ny faha-25 janoary ho avy izao ny fifanintsanana ao amin’ny vondrona E hahazoana miatrika ny Afrobasket 2021 hotontosaina any Rwanda

 

Nitsoaka an-daharana i Afrika atsimo sy Botswana ary i Comores ka dia i Madagasikara- Zimbabwe- Zambie izany sisa mandray anjara amin’ny fifaninanana araka ny fandaharana :

 

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra Ligue 1 - AnalamangaTsy tontosa ny fihaonan’ny Five Fc sy Fosa Jr Espoir

Lalao 3 ihany no tontosa teny amin’ny kianja sentetika St Vincent de Paul eny amin’ny Complexe Sportif Akamasoa eny Bemasoandro

Ambohimahitsy tamin’ny fifaninanana  fiadiana ny ho tompondakan’ny ligin’Analamanga « Alfa » sokajy Ligue 1 andro faha-10 tapany faharoa, omaly alatsinainy 20 janoary 2020 fa tsy tontosa kosa ny lalao farany tokony ho nihaonan’ny ekipan’ny Five Fc sy ny ekipan’ny Fosa Jr Espoir noho ny kianja dibo-drano tamin’ny orana nikija teny an-toerana.

As Jet Mada 1 - 1 Mi-20 Fc  

Cf Tfc 1 - 0 Cffa  

Net Foot 1 - 0 Cospn 

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Filaharana pasipaoro tetsy AnosyMpanolotsainana minisitra no namaha ny olana

Hafaliana sy fankasitrahana ny an’ireo olona maherin’ny 20 isa nilahatra pasipaoro tetsy amin’ny minisiteran’ny filaminana anatiny tetsy Anosy ny takarivan’ny faran’ny herinandro teo

 

nanoloana ny fihetsiky ny mpanolotsain’ny minisitry ny filaminana anatiny iray. Andro efa tamin’ny 5 ora sasany hariva no mbola milahatra haka ny pasipaoron’izy ireo na an’ny fianakaviany izay mila izany maika ireto olona ireto no nandalo izy ary nanazava fa efa tsy misy tompon’andraikitra intsony ao fa inona ny olana ? Rehefa nitaraina sy nanazava ireto farany fa efa nisy hatramin’ny 3 ora no nilahatra teo, ny sasany avy lavitra toy ireo avy any Mahajanga sy Antsiranana.  Ny sasany efa raiamandreny be. Ny sasany taraiky fidirana amin’ny fanohizana fianarana any andafy ny zanany raha tsy azo tamin’io fotoana io ny pasipaoro. Rehefa nahita izany dia nanapa-kevitra ity tompon’andraikitra ity, ary izy tenany mihitsy no namoaka ireo pasipaoro sy nanamarina ary nanome izany ireo tompony, tsy naka tambiny, hoy ny raim-pianakaviana iray naneho ny hafaliany. Nilaza mihitsy izy fa tsy tantiny ny mahita toe-javatra toy ireny nefa samy Malagasy. Maha te hidera ilay fihetsika ary mendrika ny tazomina amin’ny toerany sy tadiavina hameno orinasam-panjakana ny karazan’olona toy itony, hoy hatrany ny fanehoan-kevitra.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Natiora« Vita ny adidin’ny praiminisitra. »

Araka ny efa nambarako hatrany, hoy ny filohan’ny antoko politika Natiora, Mihari-Ni-Rencho, dia tsy misy antenaiko amin’izao fitondrana izao.

Ny olona indraindray gaga ary manontany hoe fa maninona ianareo no milaza ho “centriste” nefa manohitra ? Rehefa tsy voahaja ny mahaolona ary tsy mitana ny teny nomeny ny mpitondra dia tsy maintsy mijoro ny Natiora. Hitanay ho tomponandraikitra amin’ny toerana misy ny firenena ankehitriny daholo ireo mpitondra nifandimby, ankoatra an’i Philbert Tsiranana, satria tamin’izany mbola frantsay. Namotika ny Malagasy ary nanimba zavatra betsaka, toy ny toetsaina sy ara-tafika ny tetezamita 2009. Nanomboka tsy nisy intsony teo ny fifanajan’ny mpianatra sy mpanabe, hoy hatrany ny Natiora. Tsy misy lesona halain’ny mpitondra satria vazaha no nametraka azy ireo teo. Jereo ny tantara mikasika ny fomba nahatongavan’ireo teo. Tsy hitondra fiovana ho an’ny vahoaka ny fahavitan’ny fifidianana ben’ny tanàna, raha ny fahitan’ity antoko ity azy. Eo amin’ny lafiny ara-politika sy fitantanana raharaham-panjakana dia nahavita ny adidiny ny praiminisitra Ntsay Christian, hoy ny filohan’ny Natiora. Izay no adidiny teo nanomboka tamin’ny fifidianana filoham-pirenena saingy tsy azo adinoina fa tsy nilamina izay fifidianana izay, hoy izy, ary tsy mbola hilamina koa ny eto. Io izao ny IEM, nofinofy fotsiny no hita tao anaty herintaona ary izaho mino fa tsy hisy vita koa ny 2 taona. Ilaina ihany ny mba manome lesona mametra-pialana rehefa tsy mahavita, hoy hatrany ny antoko Natiora.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Praiminisitra Ntsay Christian“Tena mila fanavaozana ny tafika Malagasy”

Tonga nanokatra ny atrikasa sy dinik’asa entina manatanteraka ny rindran-damina amin'ny fanavaozana ny rafitry ny Tafika tanterahin’ireo tompon'andraikitra ambony eo anivon’ny tafika Malagasy,

 

 teny amin’ny CCI Ivato ny praiminisitra Ntsay Christian. Tsy maintsy haperaka ny rindran-damina vaovao mifanaraka amin’ny filan’ny firenena eo anivon’ny tafika Malagasy, izay mifanaraka amin’ny vinan’ny filoha, hoy izy. Nambarany fa : “Tsy misy fampandrosoana azo eritreretina eto amin’ny firenena raha tsy mipetraka ny filaminana”. Miankina amin’ny fandraisana andraikitry ny mpitandro ny filaminana isan-tsokajiny, indrindra ny eny ifotony anefa io. Noraisiny ho ohatra ny fiarovana ny fari-dranomasina sy ny sisin-dranomasin’i Madagasikara, efa miroso amin’ny fampiroboroboana ny toekarena manga isika amin’izao fotoana izao. Tokony hapetraka noho izany ny paikady mazava sy ny toerana tokony hasiana ny tobin’ny tafika an-dranomasina mba ho tena hahafehezana ny fiarovana. Nankasitrahany ny ezaka tamin’ny 2019 : fiaraha-miasa sy ny fiarahana nisalahy tamin’ny zandarimariam-pirenena sy ny polisim-pirenena ho famahana ny olana amin’ny fandriampahalemana, izay manaporofo ny fifamenoana andraikitra, nanampy ny vahoaka nandritra ireny voina, toy ny hain-trano sy ny tondra-drano, izay niseho teto tamin’ny alalan’ny « actions civilo-militaire. “Tokony ho resy lahatra amin’ny anaovana ny fanavaozana ny rehetra, satria sarotra ny mampiasa ny rafitra izay napetraka tany amin’ny taona 1960, kanefa tsy mifanaraka amin’ny filàn’ny firenena amin’ny zotram-pampandrosoana apetraka amin’izao fotoana izao”, hoy hatrany ny tenany.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Filoha sy ny governemantaTena tonga ny tsotsorimamba isarahana

Andro vitsy sisa dia higadona ny 24 janoary naha herintaona nananganana ny governemanta, izay nisian’ny « contrat-programme » handrefesana ny asan’ireo mpikambana.

Nampitahain’ny filoha Andry Rajoelina amin’ny ekipa baolina kitra ny zava-misy, ka ao ny nahomby, tao ny reraka ambony ihany, tao ny tsy afaka, raha ny nambarany nandritra ny fihaonana tamin’ny mpanao gazety teny amin’ny lapam-panjakana Iavoloha omaly. Tonga izany ny tsotsorimamba hisarahana satria nohamafisiny fa hisy ny fanovana ny governemanta ary ao anatin’ny fanaovana tombana sy fijerena ny asan’ireo minisitra izy amin’izao fotoana. Misy minisitra tena miasa fa misy misy maisatra tarihina, ka tsy maharaka ny diako, hoy i Andry Rajoelina. Minisitra 8 eo amin’ny 23 no mety hotazonina raha ny siosion-dresaka efa re avy any an-dapa any. Andrasana anefa izay mety ho fanapahan-kevitra farany satria ny filoha no tompon’ny teny farany. Ny tsy azo lavina, dia misy ekipa tsy mahavita azy sy tsy mahavaha olana ao anaty governemanta ao, ary saika ny ankamaroany matoa endrika somary miiba no tena misongadina amin’ny asan’ny fanjakana ka takona ny mety ezaka misy. Misy no toa efa mametrapetraka ny kajikajy politikany sy ny tombontsoany manokana. Toa manao mpamosavy malemy mihitsy aza ny sasany, izay maro no mihevitra fa mety ho mpifandrina politika amin-dRajoelina atsy ho atsy. Andrasana izay fanapahan-kevitra hiseho, fa matoa aloha ho tonga amin’ny tsotsorimamba hisarahana, dia tsy arakaraka ny nantenaina ny vokatra.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanendrena olona ambonyTena tsy ampy olona ny fanjakana…

Governora tsy voatendry, ambasadaoro tsy voatendry, minisitra tsy voatendry,…

 

Hita fa tena tsy manana olona ny fitondram-panjakana raha ny fanehoan-kevitry ny mpandinika Toavina Ralambomahay. Manaporofo izany ny mbola fitadiavana manampahaizana 1500 isa. Raha tsiahivina ny nambaran’ny filoham-pirenena, dia nialoha ny faran’ny taona 2019 ny fanendrena governora ambiny saingy mbola 11 ihany aloha hatreto no voatendry. Sora-bola ho an’ny faritra miisa 23 anefa no voalaza ao anatin’ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana na ny LFI 2020.  Tany amin’ny volana novambra 2019, dia efa nambara fa nomena 1,045 miliara avy ireo governora. Manao ahoana izany ny momba ireo faritra hafa tsy mbola voatendry ny governorany ? Efa misitraka ny anjara vola hoenti-manpandroso sa miandry ny governorany izay tsy voatendry hatreto ? Volabe hatrany amin’ny 5miliara ariary isaky ny governora iray anefa no hatolotra, ka ny 4 dia holaniana amin’ny fampiasam-bola amin’ny asa, ary ny 1miliara kosa ho an’ny fampihodinan-draharaha. Hatreto, mbola 22 ny faritra fa tsy 23, saingy efa io 23 io no voasoratra ao amin’ny LFI. Efa mihantra izany raha ny tokony ho izy satria efa manan-kery ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana. Raha ny antenimierandoholona, izay niteraka lonilony teo amin’ny fanjakana foibe sy io andrim-panjakana io ny fanapahana tetibola, dia tsy mbola niova ho 18 akory ny isan’ny loholona dia efa noboriana nanesorana hatrany amin’ny 20miliara ariary ny tetibolany. Hafahafa ihany ny fomba fiasan’ny fitondram-panjakana fa toa lasa alohan’ny omby ny sarety, raha dinihina ny zava-misy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Didim-pitsarana momba ny fifidiananaMbola maro no havoakan’ny filankevi-panjakana

Ho an’ireo kaominina izay nodidian’ny fitsarana fa haverina ny fifidianana dia tsy miova ny fitantanana ao aminy aloha,

 

 hoy ny mpahay lalàna, Ranesa Firiana, raha nanazava ny mety ho tohin’ny raharaha mahakasika ny fifidianana kaominaly farany teo. Ity herinandro ity rahateo, amin’ny ankapobeny, no saika hanatontosana ireo famindram-pahefana momba izany. Mametraka ny lalàna fa 120 andro aorian’ny fivoahan’ny didim-pitsarana no tokony hatao ny famerenana fifidianana, hoy izy. Tranga miseho anefa dia misy ireo izay mampiakatra fitsarana fandravana na “pourvois en cassation” eo anivon’ny filankevi-panjakana. Rehefa misy io dia mbola hisy didim-pitsarana mikasika ireo kaominina rehetra ireo. Ohatra ny nambaran’ny fitsarana misahana ny ady amin’ny fanjakana fa haverina ny fifidianana fa rehefa tonga eo amin’ny filankevi-panjakana dia mety hoe ity kandida ity no lany. Mandray ny asany indray amin’izay fotoana izay ilay lazaina fa lany. Misy indray mety hoe nambaran’ny fitsarana miady amin’ny fanjakana fa lany kanefa miteny ny filankevitra fa averina ny fifidianana ao amin’ilay toerana satria misy tsy fahatomombanana sy tsy fanarahan-dalàna dia averina indray ilay fifidianana. Misy karazany maromaro, hoy hatrany izy, ireo didy mety mbola havoakan’ny filankevi-panjakana. Tsaratsara kokoa ny miandry ireo didy mbola hivoaka ireo vao manatontosa famerenana fifidianana amin’ny ampahany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana ny tanàna« Tsy misy fanendrena PDS »

Kaominina 24 no hamerina fifidianana afaka 120 andro fa 8 kosa tsy nahitana kandidà nandritra ny fifidianana farany teo.

 Araka ny voalaza tamin’ny didim-panjakana noraisina tamin’ny taon-dasa dia manohy ny asany ireo ben’ny tanàna teo aloha mandrapahatonga ireo vaovao ary tsy hisy ny fanendrena filohan’ny delegasionina manokana (PDS), hoy i Tianarivelo Razafimahefa, minisitry ny atitany sy ny fitsijaram-pahefana. Mbola manohy ny asany ihany koa ireo mpitantana vonjimaika. Nohamafisiny fa afaka miasa avy hatrany ireo ben’ny tanàna nahazo « notification »  fa manaraka ho azy ny fanaovana fitsirihana eo anivon’ny kaominina. Tsy mila miandry fifamindram-pahefana na koa ny fahavitan’ny fitsirihana vao afaka miasa. Ny tompon’andraikitra teo aloha no tompon’andraikitra voalohany amin’ny tsy mety tany aloha tany raha toa ka ratsy ny vokatry ny fitsirihana, hoy hatrany ny fanazavana. Manana 10 andro aorian’ny famoahan’ny T.A ny voka-pifidianana ireo  kandidà ben’ny tanàna raha hampiakatra ny raharaha eny amin’ny filankevi-panjakana raha misy tsy nahafa-po.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Andry Rajoelina« Ho avy eny Ambohitrimanjaka aho »

Nazava ny tenin’ny filoham-pirenena Andry Rajoelina omaly teny amin’ny lapam-panjakana Iavoloha nandritra ny fihaonana tamin’ny

 

mpanao gazety fa tsy maintsy hitarina ny tanànan’Antananarivo satria efa hipoka. Olona 3 hetsy tany am-boalohany no namoronana ireo fotodrafitrasa, kanefa manodidina ny 3 tapitrisa izao ny olombelona mifamoivoy sy miaina eto. Niaiky kosa anefa ny filoham-pirenena fa nisy ny lesoka tamin’ny fanatanterahana ity tetikasa goavana iray ity. Ekena fa mety tsy ampy ny fifampiresahana tamin’ireo tompon-tanimbary, hoy izy ary izay no nahatonga ny fanoherana. Nahitsy ny tenin’ny filoha Rajoelina fa ho avy eny Ambohitrimanjaka ny tenany ary hiresaka mivantana amin’ireo mponina voakasiky ny mety ho fandravana trano sy fanotofana tanimbary noho ny tetikasa Tanamasoandro. Tsy nisy aloha ny daty mazava fa ny tsapa dia efa nivonona amin’ny zava-drehetra ny filoha. Nanome fanampim-panazavana aza izy fa tsy hijanona eo Ambohitrimanjaka sy ireo kaominina manodidina azy io tetikasa Tanamasoandro fanitarana an’Antananarivo toa an’i Fenoarivo, Imerintsiatosika, Arivonimamo. Manolo-tena izany ny filoham-pirenena fa hiresaka amin’ireo mponina tompona tany na tanimbary tsy maintsy hototofana noho ny tetikasa Tanamasandro. Asa izay tokony ho efa notanterahan’ny minisiteran’ny fanajariana ny tany sy ny toeram-ponenana ary ny asa vaventy moa fa raha ny tatitry ny filoham-pirenena omaly dia tsy nahavita ny asany io minisitera iray io. Maro tokoa ny teknisianina efa nalefa niresaka tamin’ireo olona tsy manaiky ny hanotofana ny tanimbariny, natsangana ny birao manokana teny amin’ny « Village Voara » Andohatapenaka saingy tsy mazava tsara aloha ny tarehimarik’ireo nanaiky hivarotra ny taniny hatramin’izao. Ho hita eo izay mety ho tohiny.

RTT

La Vérité0 partages

Frais de visa pour la France - 120 000 ariary de plus à payer

Plus de 300 000 ariary à payer. « A partir du 3 février 2020, les droits de visa applicables aux demandes de visa Schengen court séjour seront modifiés ». Tel a été le communiqué publié par l’Ambassade de France à Madagascar, avisant toute personne projetant de voyager dans tous les pays de l’espace Schengen, à savoir la zone de l’Union européenne, pour une période de 90 jours maximum dans un but touristique ou professionnel. Désormais, la demande de visa plein tarif se paie à 80 euros, ce qui équivaut à environ 300 000 ariary et la moitié de cette somme pour les demandeurs âgés de 6 à 12 ans. D’après les explications, ces tarifs s’appliquent à l’ensemble des demandes déposées à partir de la date indiquée, y compris lorsque le demandeur aurait pris rendez-vous avant. Les demandeurs de visa qui seraient dans cette situation sont donc invités à prévoir le paiement des droits indiqués ci-dessus.

 

Cependant, les droits concernant les autres types de visa restent inchangés, de même que les frais de service de TLS Contact. « L’augmentation des frais de visa résulte d’une décision de l’Union européenne qui s’impose à l’ensemble des Etats membres de l’espace Schengen. Le nouveau tarif appliqué doit être apprécié au regard du nombre de pays, à savoir 26 Etats membres auxquels un visa Schengen donne accès », souligne l’ambassade de France à Madagascar.

Face à cette hausse des droits pour la demande de visa, les demandeurs malagasy expriment leur insatisfaction par rapport au traitement du dossier. En général, même si les dossiers de demande de visa soient exhaustifs et conformes avec un séjour clairement justifié, l’Ambassade  trouve  toujours des motifs de refus non fondés, confie un citoyen malagasy. « Au moins les frais au TLS Contact doivent être remboursables. Nous payons une somme conséquente pour recevoir par la suite un visa refusé. Et lorsque la demande est relancée avec la lettre d’engagement de retour au pays qui, dans la plupart des cas, est jugée non fiable, un refus catégorique vous tombe dessus. Or, avec cette deuxième demande refusée, le prix a été doublé à part le "petit coût" des papiers constituant l’ensemble du dossier. Pour deux personnes, mère et enfant, nous avons dû payer 450 000 ariary au premier essai et la même somme d’argent au deuxième essai. En tout, nous avons ainsi perdu 900 000 ariary pour avoir voulu visiter notre famille en France »,  témoigne une mère de famille.

Outre la hausse des frais de visa, la prolongation du délai de dépôt des demandes figure dans la liste de nouvelles règles pour l’obtention du visa Schengen en cette nouvelle année 2020. Les formulaires de candidature électronique vont prendre forme dans plusieurs pays. Il a été annoncé également que les autorités représentatives de chaque membre de l’espace Schengen doivent être présentes dans chaque pays tiers pour ce qui est de l’admission des visas après ce 2 février. De plus, les voyageurs fréquents ayant déjà reçu des visas peuvent bénéficier d’autres visas valides pour plus longtemps.

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Mondial  2022 - Madagascar dans un groupe assez fort

Ce sera un challenge pour arracher sa première qualification dans un Mondial pour Madagascar. Les Barea se trouvent dans le groupe J  avec la RD Congo, le Benin et la Tanzanie.  Les Malagasy disputeront leur premier match contre le Benin puis la Tanzanie et enfin la RDC Congo. Les Barea ne devront pas sous-estimer aucune équipe de leur groupe.  Toutes les équipes pourront se qualifier d'après Marcel Desaily en avançant son point de vue sur ce groupe durant la cérémonie. Toutes les équipes qui ont participé à la dernière CAN méritent une attention particulière.

Le groupe le plus intéressant est le groupe G où figurent le Ghana, l'Afrique du Sud, le Zimbabwe et l'Ethiopie tandis que le groupe de la mort va être celui du groupe D avec le Cameroun, la Côte d'Ivoire, le Mozambique et le Malawi. En général, les restes des groupes sont équilibrés.

Les vainqueurs respectifs accèderont alors au troisième tour. Programmée pour le mois de novembre 2021, cette dernière étape opposera les dix vainqueurs de groupe, qui disputeront cinq confrontations en matchs aller-retour. Un tirage au sort, avec dans un premier lot les cinq meilleures nations au classement FIFA et dans l'autre les cinq moins bien classées, permettra de décider de ces cinq barrages entre les premiers de chaque groupe.

Coup d'envoi en octobre 2020

Enfin, signalons que la Confédération africaine de football a réajusté le calendrier des éliminatoires en fonction de la reprogrammation de la CAN 2021 en période hivernale. 

La Vérité0 partages

Séquestration d’un bébé - Deux personnes derrière les barreaux

Après le récent déferrement de trois personnes impliquées dans une affaire de séquestration d’un enfant d’à peine un an, et de vol d’objets survenus à Androndrakely, deux d’entre elles ont été placées sous mandat de dépôt. Il s’agit d’une jeune femme, domestique au service des parents du petit otage ainsi qu’un chauffeur de taxi. Quant au troisième suspect, l’amant de la femme de ménage, il a obtenu une liberté provisoire. Gageons que l’affaire s’est plutôt bien dénouée et la petite victime est saine et sauve. D’autant plus que les objets d’une valeur de 6 millions d’ariary que la femme de ménage a volés du foyer, ont pu être déjà remis à leurs propriétaires. Notons que l’arrestation des prévenus par les éléments de la Brigade criminelle (BC3),  date du vendredi 17 janvier dernier à Antsirabe.

 

Tout a démarré par la plainte déposée par un couple auprès de la BC3 vers 20h jeudi dernier à propos du kidnapping de leur enfant, de la disparition de la femme de ménage ainsi que le cambriolage qui a touché leur domicile à Androndrakely. Notons que les époux, du fait de leurs activités professionnelles, doivent quotidiennement quitter leur maison tôt le matin, et ne rentrent que tard dans la soirée. Il y a de quoi à rendre les concernés affolés. Car en rentrant, ils découvrent avec stupeur que la maison était béante, et que des objets ont disparu. La valeur totale de ceux-ci est estimée à 6 millions d’ariary.

La Police a alors démarré une enquête. Elle a appris que la femme de ménage vient d’Antsirabe. Or, celle-ci restait injoignable au téléphone. Pour avoir le cœur net, les Forces de l’ordre s’étaient rendues sur place, le vendredi suivant. L’investigation qu’elle mène sur les lieux lui a fait apprendre que la femme a un amant, et que l’adresse de ce dernier est connue. L’homme fut interpellé. La Police lui a fait une pression afin qu’il indique où pouvait bien se trouver sa compagne, alors introuvable.

Les enquêteurs ont voulu piéger la concernée en l’appâtant avec son propre compagnon. Dans le scénario improvisé, l’amant a invité la jeune femme à se joindre à lui dans un hôtel de passe dans le quartier de Vatofotsy. En réalité, il s’agissait tout simplement d’un guet-apens visant à attirer la domestique dans la gueule de la Police. Vers 20h le soir même de cela, la fille a mordu à l’hameçon et fut cueillie sur place en se rendant à l’hôtel. Mieux, elle avait emmenée avec elle l’enfant. Plus tard, tous les objets qu’elle a subtilisés du domicile de ses employeurs, ont été retrouvés dans celui où elle réside à Antsirabe.

Lorsque la Police l’a interrogée pourquoi elle a séquestré le bébé, la jeune femme a simplement expliqué qu’elle n’en pouvait pas se séparer de ce dernier car elle l’aime. Un examen médical sur l’enfant n’a révélé aucune trace de coups, ni de sévices. Il a donc pu retrouver ses parents, sain et sauf.

Franck R.

La Vérité0 partages

Intempéries - Antananarivo toujours sous la pluie

Non épargnée. Madagascar est actuellement confronté à des conditions climatiques fortement perturbées. Le temps ne devrait pas connaître une amélioration notable et la dégradation pourrait même s’étendre à plusieurs Régions de l’île. Antananarivo et ses environs en sont aussi impactés que les autres Régions côtières. Par conséquent, les activités sociales et économiques de la population sont au ralenti. Pour la Capitale, ce mauvais temps provoque des embouteillages monstres. De plus, les travailleurs en plein air dont les personnes exerçant des professions libérales en paient également le prix fort. Les marchands informels sont contraints de remballer leurs produits avant l’heure. Quelques-uns préfèrent même travailler moins pour éviter les pertes.

 

Au niveau des établissements scolaires, le nombre des élèves absents s’est accru cette semaine. Selon un directeur de collège en périphérie, bon nombre des parents d’élèves en primaire ont choisi de ne pas envoyer leurs enfants à l’école par peur d’incident, notamment l’éboulement. Toutefois, les employés de bureau ne disposent pas ce choix de rester à la maison ou de modifier leur programme. Le contrat de travail leur exige d’honorer leur engagement en étant toujours présent au lieu de travail.  Le mieux à faire, c’est de s’adapter à ce mauvais temps qui ne risque pas de s’arrêter dans les heures qui viennent. D’après les informations communiquées par la Direction Générale de la Météorologie (DGM), une large circulation dépressionnaire reste stationnaire sur le canal de Mozambique. Le flux de  mousson règne sur l’ensemble de la zone, engendrant des activités pluvio-orageuses étendues. De fortes averses devraient donc tomber sur la Grande île, au moins jusqu’à demain. Des cumuls de pluie estimés à 100mm/24  heures pouvant causer une stagnation des eaux et des inondations locales sont à craindre, principalement sur le Nord-ouest et les hautes terres centrales.

La Région de Melaky au centre d’une dégradation pluvio-orageuse

« Une large circulation dépressionnaire est prévue atteindre la Région de Melaky. La probabilité de son intensification en stade de cyclone est très faible. Toutefois, cette circulation dépressionnaire apportera encore de fortes pluies, des vents forts ainsi que des fortes houles sur la partie ouest de Madagascar », avance météo Madagascar. Un flux de la mousson, conjugué par la perturbation tropicale, est prévu atterrir sur la zone de Melaky ce jour. Et ceci va certainement renforcer la précipitation sur la partie nord-ouest du pays. Le vent soufflera d’ouest à nord-ouest avec une vitesse de 40 à 50 km/h, accompagné de rafales pouvant dépasser temporairement les 63 km/h. L’alizé se renforce également sur le sud-ouest du pays. En outre, des houles australes de secteur sud de 3 à 4 mètres intéressent les côtes Est, Sud et Ouest de Madagascar. Le renforcement du flux de mousson perturbe l’état de la mer sur le Nord-ouest. Ce qui implique que la sortie en mer est déconseillée jusqu’à l’écartement  des dangers.

Vigilance rouge : Melaky, Boeny, Betsiboka,  Antsohihy et Mampikony, Port-Berger

Vigilance jaune : Analamanga, Bongolava, Itasy, Alaotra-Mangoro, Belo-sur-Tsiribihina, Mandritsara, Befandriana-Nord, Bealalana, Ambanja,  Nosy Be

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Openflex – Profiler - Main dans la main pour la promotion du cinéma malagasy

Place au septième art. Le cabinet cinématographique Profiler s’est allié avec la société éditrice de logiciel « Openflex » pour valoriser le cinéma malagasy. Une annonce officielle s’est tenue vendredi dernier à Ambodivona. En effet, les deux entreprises ont élaboré ensemble le projet « Cinémalagasy découverte ». C’est une plateforme pour découvrir des œuvres filmiques malagasy et de rencontrer des réalisateurs talentueux. Le cabinet cinématographique se charge des films et l’Openflex s’occupe de l’hébergement. C’est pourquoi, les séances ont lieu tous les samedis au sein de leur établissement à Ambodivona.  En effet, Openflex possède une petite salle pouvant accueillir environ 70 personnes.

« C’est une occasion pour le  grand public et les professionnels dans le métier de découvrir les nouveaux talents. Les producteurs et les réalisateurs présenteront le fruit de leur travail qu’il s’agit d’un long ou court métrage. En plus, tous les genres sont bienvenus. Pour le moment, nous avons choisi de diffuser un seul film par mois. A la fin, l’assistance partage son avis et son commentaire. Le producteur pourra ainsi apporter des améliorations sur ses produits ou ses projets futurs » explique Lova Randriambololonirina, directeur de cabinet cinématographique Profiler.

Depuis la dissolution de l’Office malagasy du cinéma (OMACI), le secteur privé prend la relève dans la promotion du secteur. « Le cinéma malagasy a du mal à émerger. Nous n’avons pas encore de filière entièrement dédiée pour ce métier, c’est pourquoi les gens nous critiquent souvent au niveau de la qualité. Pourtant, nous, les passionnés essaient de s’accrocher et faire en sorte que les choses évoluent. En tant que professionnels dans le métier, j’y crois de tout cœur. Je sais aussi qu’il y a beaucoup de personnes qui veulent entrer dans le domaine,  ainsi nous avons mis en place cette plateforme. On va faire de cette diffusion en live le déclencheur de cette amélioration du cinéma malagasy. Les producteurs réduisent ainsi les coûts en faisant connaitre gratuitement  », poursuit-il. A noter que la première séance pour cette année débute ce samedi.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Oiseaux rares

« L’Etat malagasy recrute », tel est l’intitulé du communiqué officiel de presse émanant de la Présidence. L’Etat lance avec large diffusion un appel d’offres aux postes de hauts emplois. Un geste  révolutionnaire de la part des tenants du régime IEM qui entendent se démarquer des anciennes pratiques. La démarche vise à offrir les mêmes chances à tous les élites du pays. Un style de management de type anglo-saxon qui consiste à primer  l’excellence. Les principaux points des termes de référence de l’appel à candidature permettent à chacun de saisir l’esprit de la démarche et les objectifs à atteindre.

 

« Ensemble, rattrapons le retard de développement de Madagascar », tel est le cadre global qui justifie les tenants et aboutissants  de l’inédit appel d’offres d’emplois décrété par l’Etat. C’est un défi stratégique de haute importance qu’il faut à tout prix relever. L’usage du terme « ensemble » révèle que le Président Rajoelina affiche son intention de ratisser large auprès  des intellectuels sinon les experts du pays à se mobiliser pour offrir le meilleur d’eux-mêmes afin de « sauver » la Patrie. En effet, l’œuvre de développement du pays nécessite la participation et la collaboration de tous. L’heure n’est plus à la primauté de la considération de la  couleur politique ni sur des critères nébuleux basés sur le pouvoir des espèces sonnantes et trébuchantes. Le développement du pays ne se limite plus aux « initiés » qui gravitent autour, sur l’orbite du régime en place.

Le renforcement des compétences et des expertises des acteurs  en service au sein de l’Etat relève d’une priorité nationale absolue. La complexité et la difficulté sans cesse croissantes en termes d’exécution des tâches et la concrétisation en temps réel de l’IEM amènent obligatoirement l’Etat à revoir en qualité des bases de données entre les mains des grands décideurs.  

Mais, l’initiative combien louable de Rajoelina Andry et ses proches collaborateurs qui consiste, en fait, à faire monter en surface des perles noires ou blanches de qualité fines  n’exclut pas aux observateurs de se poser la question « Le recrutement touchera-t-il tous les domaines d’action de l’Etat  notamment ceux des secteurs de la souveraineté nationale comme l’administration territoriale, de l’administration financière ou fiscale ou autres, bref, qui sont  traditionnellement et normalement réservés ou dévoués aux sortants des Ecoles supérieures publiques du genre ENAM ou des instituts supérieurs du pays ? ». On se rappelle de l’époque où les administrateurs civils, les inspecteurs des impôts, entre autres, réclamèrent en raison de leurs compétences particulières la priorité des nominations au sein des Départements ministériels de l’Intérieur ou des Finances dans les postes de chefs de service, de directeurs, de directeurs généraux et secrétaires généraux. Il fut ainsi un temps où le syndicat des administrateurs civils réclamait tous les postes de secrétaires généraux dans tous les ministères. De même, au sein de l’éducation, les inspecteurs de l’enseignement primaire jugèrent que tous les postes de responsabilité (Direction régionale, centrale) leur reviennent de droit. En grande partie, les vœux ont été exaucés. Et nous savons tous les résultats ! Raison pour laquelle le Président Rajoelina a pris une telle décision. Le défi est colossal mais il va falloir le relever.

L’opinion nationale félicite l’initiative et souhaite qu’elle soit couronnée de succès.  Et que des oiseaux rares surgissent.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Stade de Mahamasina - Démolition des deux tribunes latérales hier

Une bonne nouvelle pour les férus du ballon rond. 6 mois après l’annonce du Président de la République – plus précisément lors de l’accueil triomphal des Barea à leur retour de la Coupe d’Afrique des Nations le 14 juillet 2019 – les travaux de réhabilitation du stade de Mahamasina ont commencé de manière effective hier.  Annoncés pour le 6 janvier dernier, les travaux ont pu être entamés par l’équipe de construction hier. D’après les constatations effectuées sur les lieux, les deux tribunes latérales ont déjà été démolies.

 

Rappelons que, l’année dernière, dans une déclaration publiée sur les réseaux sociaux, Nicolas Dupuis, coach de l’équipe nationale en personne, a évoqué le besoin de réhabiliter le stade de Mahamasina. Un constat fait à l’issue du match qui avait opposé la sélection malagasy à celle éthiopienne. Un match durant lequel les Barea ont pu néanmoins arracher une large victoire malgré leur énorme difficulté à jouer sur le terrain usé de Mahamasina.

 « Je tiens à dire au nom des Barea qu’il est tout de même temps de refaire totalement le stade de Mahamasina. La priorité à la pelouse car nos joueurs sont plus à l’aise sur un bon terrain. Mais sans oublier l’enceinte dans sa globalité. Nos supporters ont besoin de sécurité, de confort. Ils le méritent. Vous l’avez compris, nous demandons aux instances de réfléchir à la réparation totale du stade », avait alors déclaré le sélectionneur des Barea et non moins directeur technique du football malagasy.

Descente du Président

Aux dernières nouvelles, une descente du Président Andry Rajoelina sur les lieux est prévue samedi prochain sauf changement. Il faut dire que ce chantier tient à cœur le Chef de l’Etat qui entend à soutenir le sport malagasy, y compris le football, par tous les moyens.  Un soutien indéfectible qu’il avait inscrit dans ses « Velirano » dès la campagne présidentielle pour faire du sport une source de fierté nationale. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il a promis la réhabilitation du vieux stade de Mahamasina. Une décision hautement symbolique qui rehaussera l’image du ballon rond dans le pays. Au terme des travaux, la capacité d’accueil du stade qui sera rebaptisé « stade Barea » pourra alors accueillir 40 000 personnes. La première phase des travaux consiste à la construction de tribunes à la capacité de 15 000 personnes d’ici la célébration du 60ème anniversaire de l’indépendance de Madagascar le 26 juin prochain.

Sandra R.

La Vérité0 partages

Kraomita malagasy - 505 milliards détournés par les anciens dirigeants

Dans le courant du dernier trimestre de l’année 2016, nous avions sorti un dossier intitulé « Sur la piste des pirates de l’or » et dans lequel nous avions dénoncé les spoliations dont est victime la Kraomita Malagasy SA, une société minière à participation majoritaire de l’Etat, et ce, par le fait de ses propres dirigeants de l’époque. L’on apprend actuellement que l’un de ces derniers, à savoir l’ancien directeur général Arsène Rakotoarisoa, a été interpellé hier et est encore en garde à vue à l’heure où  nous mettons sous presse. En cause, la constatation d’une perte colossale de 505 milliards de francs (soit 101 milliards d’ariary) due à des malversations durant son mandat à la tête de la société.

 

Les  faits ont été mis en évidence dans le bilan 2018 certifié par le cabinet Delta Audit et conformément au rapport d’Audit de gestion réalisé par le cabinet PWC et ce, consécutivement aux états des lieux établis à la prise de fonction de la nouvelle équipe dirigeante de Kraoma SA en février 2019. Vol de 34 000 tonnes de chrome ; exportation frauduleuse des produits de Kraoma (un des faits que nous avions dénoncé, en vain, en 2016) ; créances douteuses basées sur d’intentionnelles fausses informations ; fixation abusive du prix de vente des produits sans prendre en considération leurs prix de revient, favoritisme, détention et usage personnel des biens de la société… Tels sont, entre autres, les faits sur lesquels l’ancien DG de Kraoma SA aurait à répondre devant les enquêteurs.

Selon les informations qui filtrent sur cette affaire, Arsène Rakotoarisoa ne serait qu’un simple exécutant. Ceux qui tiraient les ficelles ne seraient autres que l’ancienne première Dame et l’ex-homme fort du régime HVM, Henri Rabary-Njaka. Si la première a été nommément citée dans un témoignage recueilli lors de nos investigations dans le cadre du dossier cité en début d’article, le second était notoirement connu  pour être derrière des opérations douteuses, tout en étant juteuses, ayant eu cours  durant le précédent régime. Le pillage en règle de la société d’Etat Kraoma SA en faisait donc partie.

Selon toujours les  constats établis, le résultat de 1,2 milliard d’ariary de 2017 serait passé à un résultat négatif de 30 milliards d’ariary en 2018. Une descente aux enfers qui ne peut être mise sur le compte d’une « simple » mauvaise gestion. Il ne faut guère s’étonner que la Kraoma SA, dont le domaine d’activité figure pourtant parmi les plus porteurs dans le pays, en soit arrivée à ne pouvoir payer, ni les salaires de son personnel, ni les charges sociales et ni à honorer les créances. Pour rétablir la situation et remettre la société sur le chemin de la croissance, l’équipe dirigeante actuelle a établi  un plan de relance tirant jusqu’en 2023.

La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Réforme de la santé publique : Importance indéniable de la valorisation des recherches

Des participants à la formation de transfert de connaissance pour la valorisation des pratiques et des politiques fondées sur la recherche.

La Grande Île n’est pas encore parvenue à se débarrasser de la peste, du paludisme ou encore de la prématurité. De vraies problématiques pour la santé publique qui pourraient toutefois trouver aux données scientifiques des solutions durables.

Qu’elles soient sous forme de rapports, de travaux de restitution, d’ateliers, de réunions, ou de publications scientifiques, la Grande Île regorge de données relatives à la santé publique. Et dans toutes les catégories de données, celles qui « concernent la peste, le paludisme et la prématurité » détiennent la première place en terme de chiffres. C’est ce qu’on a avancé à l’Institut pasteur de Madagascar (IPM) Avaradoha, lors de l’ouverture d’une formation portant sur le transfert de connaissances, hier. En effet, pour le cas de l’IPM, diverses recherches en anthropologie de la santé ont été menées depuis 2012. « Des recherches en anthropologie sur les déterminants et les complexes socioculturels autour de la santé à Madagascar ont été menées dans plusieurs régions du pays. Elles révèlent les réalités des malgaches lorsqu’ils doivent recourir aux services de santé publique », selon les explications de Chiarella Mattern, anthropologue de la santé auprès de l’Institut Pasteur de Madagascar. Avant de noter « l’importance de l’utilisation efficiente des données et produits de recherche en question ». La réalité démontre en effet que les produits de recherche – à l’instar des publications scientifiques que personne ne lit – sont complètement ignorés par le grand public, voire des décideurs politiques. Les données recueillies via les recherches constituent toutefois des outils d’aide à la décision, devant être exploitées et utilisées par ces derniers.

Défis. Un obstacle – qui relève de la capacité de compréhension des décideurs politiques – se dresse toutefois contre cette utilisation efficiente des données de recherche pour le développement de la santé publique. Le jargon utilisé par les chercheurs et la complexité de leur analyse ont été avancés comme étant les obstacles majeurs à toute entreprise de valorisation des produits de recherche. La formation pour le transfert de connaissance pour la valorisation des pratiques et des politiques fondées sur la recherche organisée à l’institut pasteur de Madagascar arrive donc à point nommé. Se consacrant sur trois thématiques majeures : la peste, le paludisme et la prématurité, les échanges entre dans le cadre du projet Rise ou Recherche, innovation, surveillances et évaluation. Devant durer cinq jours, l’événement  a réuni 24 participants intervenant dans les trois thématiques. Ainsi, « l’objectif est de bénéficier les participants d’outils nécessaires leur permettant de traduire les recherches opérationnelles en action publiques » d’après les explications de Voahangy Rasolofo Razanamparany, directeur scientifique auprès de l’Institut pasteur de Madagascar. Avant de renchérir : « il y a beaucoup de données sur les recherches. Il ne faut ni s’arrêter au stade de rapport, ni au stade de simples données brutes ou analysées. Il faut les exploiter pour améliorer le domaine de la santé publique ».  Tirer les bons éléments des données exploitables pour en faire des politiques publiques répondant aux besoins prioritaires de la population, telle serait le crédo de la formation qui se déroule actuellement à l’IPM Avaradoha. Pour cela, il conviendrait pour les chercheurs de trouver les bons mots, les bons arguments pour que les décideurs puissent comprendre et formuler des projets de développement à partir des produits de recherche.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Handisports – Championnats Analamanga : Akama et Ascut confirment en natation, Cosahp en haltérophilie

Sitrakiniana Alban Nomenjanahary, champion d’Analamanga en haltérophilie.

La saison commence un peu tôt pour la ligue d’Analamanga de sports paralympiques. Deux disciplines sportives, à savoir la natation et l’haltérophilie, ont déjà terminé leurs championnats ce week-end.

Pour le championnat d’Analamanga de natation qui s’est déroulé à l’ANS Ampefiloha samedi dernier, treize personnes en situation de handicap, issues des sept clubs de la ligue, ont participé. Les nageurs du club Akama et Ascut ont confirmé leur suprématie en réalisant chacun un beau doublé. Dans la catégorie sourde, Aziz Sakir a été sacré champion. Il a bouclé les 50 mètres en 50sec74, tandis que sa coéquipière, Heaven Soa Razanamahefa, a remporté le sacre chez les dames. Elle a terminé son parcours en 50sec85. Pour le club Ascut, l’honneur a été préservée par ses deux athlètes en déficience physique, en l’occurrence Fanja Razafiarisoa et Alain José Rakotondramady. Le premier a été sacrée championne chez les dames avec un chrono de 46sec67, quant au deuxième, il a remporté le titre chez les hommes avec un temps de 39sec57. De son côté, le club Malinjo n’est pas rentré les mains vides, puisque Tahiana Ramambazafy a fait du bon travail dans la catégorie des personnes en déficience intellectuelle. En effet, il a enregistré un chrono de 22sec77 pour le 25 mètres nage libre.

Ensuite en haltérophilie, la mission est accomplie pour le Cosahp Analamanga qui est l’unique club à avoir participé au championnat de la ligue. Sans grande surprise, Sitrakiniana Alban Nomenjanahary a enregistré un record régional en soulevant la barre de 190 kg (couché). Chez les -60kg, Jean Claude Rakotomahefa a pu lever la barre de 90 kg. En effet, c’est le premier championnat de la ligue pour cette discipline. Toutefois, le directeur technique national affirme que, les athlètes sont capables de participer à des compétitions internationales car ils sont tous performants. Mais comme il s’agit encore du commencement, le poids à soulever est encore limité à 190 kg. La présidente de la ligue, Fabienne Ranoromihaja a ajouté que « Madagascar ne manquera pas la qualification aux Jeux Olympiques. Pour se préparer, ses athlètes vont suivre une formation à Dubaï, prévue du 10 au 17 mars ».

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Programme GoTeach : Partenariat renouvelé entre DHL Madagascar et le MENETP

DHL International Madagascar s’implique beaucoup dans les actions RSE, selon son DG Yves Andrianaharison, lors de la soirée organisée pour les médias, vendredi dernier.

Le programme social de la société DHL International Madagascar enregistre de plus en plus de succès. Axé sur l’éducation, l’employabilité, le renforcement de capacité et l’entreprenariat des jeunes, ce programme a fêté récemment son 10e anniversaire et a inclus, depuis 2017, les jeunes des établissements scolaires publics liés au MENETP (Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et Professionnel) dans le rang de ses bénéficiaires aux côtés des jeunes de SOS Villages d’Enfants. Après trois ans de collaboration, ce partenariat a été renouvelé, hier, lors d’une cérémonie assistée par la ministre Marie Thérèse Volahaingo, le DG de DHL International  Madagascar Yves Andrianaharison, et la directrice de GoTeach dans les pays d’Afrique francophones et lusophones et les pays de l’Océan Indien, Faneva Raharimanantsoa. Pour ces parties prenantes, le programme permet de poursuivre l’objectif de soutenir les jeunes afin de faciliter leur accès au monde professionnel.

Parrainages. Au niveau de la démarche, DHL International Madagascar reçoit les jeunes au sein de l’entreprise pour leur faire découvrir les divers métiers, mais principalement les familiariser avec l’environnement professionnel. « Les jeunes bénéficiaires sont âgés de 15 à 25 ans et depuis trois ans, plus de 1 000 jeunes issus des établissements publics ont eu une première expérience professionnelle avec les employés volontaires de DHL, soit par des témoignages de parcours professionnel, soit par des conseils d’orientation, soit durant les olympiades organisées durant les célébrations des dix ans de GoTeach en 2019. Le but étant d’aider les jeunes à s’orienter dans leur choix de carrière dès le plus jeune âge ainsi que de les soutenir durant les étapes de transition vers le monde professionnel », ont expliqué les représentants de DHL Madagascar. A noter que cette multinationale et le MENETP ont signé une convention pour cinq ans afin d’anticiper les actions pour les cinq prochaines années à venir en faveur des jeunes Malgaches notamment, en plus des activités telles que le parrainage professionnel, les séances d’orientation, les stages de découverte. D’après les explications, le programme prévoit également l’amélioration des centres techniques et professionnels et le développement de l’entrepreneuriat chez les jeunes. A partir de cette année, plus de jeunes de Lycées publics bénéficieront des activités de GoTeach, à l’exemple de parrainages professionnels, des séances de partage d’expérience par les volontaires de DHL, des séances de développement personnel, l’orientation professionnelle, coaching en entrepreneuriat à Antananarivo et à Toamasina. Dans cette optique, DHL compte aider le MENETP dans l’amélioration des centres techniques et professionnels et développer l’entrepreneuriat chez les jeunes.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Socio ; scopie

Une semaine agitée côté météo. La direction générale de la météorologie rapporte « un flux de mousson, conjugué à la perturbation tropicale prévue atterrir sur Melaky, va renforcer le vent sur le nord-ouest du pays ». Ce qui engendrera des vents d’ouest au nord-ouest de 40 à 50km/h, avec des rafales pouvant dépasser temporairement les 63 km/h. Aussi, les conditions pluvio-orageuses observées dans le centre du pays devraient continuer dans les prochains jours. Sur les côtes, la direction générale de la météo fait savoir que, des vagues de trois à quatre mètres pourraient être observées sur les côtes est, sud et ouest du pays. Le service météo du pays de déconseiller les sorties en mer jusqu’à écartement des dangers.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

SAVA : De nouvelles routes pour Sambava

La cérémonie de construction de pavés à Sambava.

La région SAVA bouge ces derniers temps. Ainsi, le 18 janvier dernier l’on a procédé à la construction de pavés à Sambava qui n’est autre que la capitale de  ce Faritra, et ce, entrant dans le cadre des velirano du Président Andry Rajoelina.  Soit de nouvelles routes. Une initiative émanant du gouverneur de SAVA Tokely Justin. Ces pavés sont longs de 2 km. Selon les estimations, 1,5 Km seront  réalisés avant le 26 juin prochain. Mais les travaux ne vont pas s’arrêter  là car les communes urbaines sises dans cette région auront également leur part.  Notons que cette cérémonie a vu la présence des deux députés élus dans la ville de Sambava. Il s’agit notamment de Mamangy Norbert et de Ange Richard. Par ailleurs, les directeurs régionaux ont été aussi présents.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Infanticide aux 67 ha : La meurtrière appréhendée par la police, hier

Après son passage à l’hôpital HJRA, une femme d’une trentaine d’années a été arrêtée par les éléments de la 5e section de la Brigade criminelle d’Anosy, pour le meurtre de ses deux filles.

Cette femme a séjourné dans un hôtel sis aux 67 ha depuis le 12 janvier dernier. D’après les renseignements, elle est séparée de son mari depuis près d’un an et demi, et ce dernier avait la garde de leurs deux filles de dix et sept ans.  L’après-midi du vendredi 17 janvier dernier, la femme était venue chez son ex-mari, qui habite à Anjanamasina, prendre ses enfants pour passer le week-end avec elle, et les a emmenés dans l’hôtel où elle a élu domicile. C’est dans la soirée de ce même jour qu’elle a fait ingurgiter un insecticide, Nuvan, à l’aînée. Elle a ensuite étranglé la cadette avec un tissu. Après l’horrible acte, elle a elle-même pris le même poison avec de l’alcool, dans le but de se suicider. Le lendemain matin, en retrouvant ses esprits et se sentant très faible au réveil, la femme a demandé de l’aide auprès des employés de l’hôtel, et leur a prié de l’emmener voir un médecin. Cependant, ces mêmes employés surpris en voyant les deux fillettes sans vie dans la chambre, ont tout de suite alerté les autorités concernées. Des policiers du Commissariat du 7e arrondissement de la Sécurité Publique des 67 ha, et de la 5e Section de la Brigade criminelle d’Anosy se sont rendus sur les lieux pour constater les faits. Pendant ce temps, la mère suicidaire a été évacuée à l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona (HJRA) Ampefiloha. Enquêtée par la police sur la raison de son acte inimaginable, cette mère de famille qui serait en pleine dépression, a déclaré qu’elle préférait voir ses enfants mourir que laisser ses filles avec son père. Elle voulait ensuite se suicider car elle ne pouvait pas non plus supporter l’idée de perdre ses enfants. Suite aux aveux de la meurtrière, les enquêteurs ont déféré la présumée hier même au parquet, qui l’a placée sous mandat de dépôt à la Maison Centrale d’Antanimora.

TM

Midi Madagasikara0 partages

En sursis 

Branle-bas de combat du côté des marchands de rues qui, depuis leur déménagement forcé la semaine dernière, ont dû approcher l’équipe municipale pour plaider leur cause. Car il y péril en la demeure du côté des marchands informels qui ont longtemps envahi les trottoirs, voire les chaussées de la capitale. Délogés des trottoirs, ils n’ont plus de « lieu de travail » et se retrouvent du jour au lendemain sans ressources, ou au mieux, ils ont perdu la grande partie de leurs revenus, gagnés au jour le jour. On imagine leur désarroi. Mais il faut bien que les choses changent.

En sursis 

Les usagers des rues n’en pensent que du bien : « On ne peut plus continuer comme avant ». Il faut bien que les marchands de rues restituent enfin les trottoirs aux piétons et les chaussées aux automobilistes. Ne pouvant plus exercer leur activité, les marchands de rues du côté d’Anosibe ont frappé à la porte de Monsieur le maire pour négocier un sursis. Et ont obtenu gain de cause. Ils peuvent rester, à condition de ne pas occuper la totalité des trottoirs, en attendant que de nouvelles infrastructures soient mises en place pour accueillir les marchands informels que les marchés existants ne parviendront pas à absorber. Autrement dit, on verra encore des marchands de rues dans certains quartiers d’Antananarivo, mais ils seront peut-être moins envahissants qu’avant. Quand pourrait-on alors espérer voir les rues d’Antananarivo totalement désertés par les marchands informels ? Et avec eux, les montagnes d’immondices abandonnées en pleine rue, en fin de journée ? Nul ne le sait. Mais quoi qu’il en soit, ceux contraints de quitter les rues ne verront pas d’un très bon œil ceux « autorisés » à rester, même le temps d’un sursis, et pourraient réclamer une égalité de traitement. Et que dire des clients ? Car tant que les marchands restent visibles dans les rues, et que les clients continuent à acheter ce qu’ils proposent – évidemment à des prix plus compétitifs car soumis à peu de charges – le phénomène ne sera jamais endigué. On parie ?

Hanitra R. 

Midi Madagasikara0 partages

Fambolen-kazo tao Antetezana : Nitera-doza ny fodian’ireo avy niatrika izany, tovolahy iray maty voadonan...

Olona iray no maty tsy tra-drano tao Ivoloina raha voadonan’ireo olona avy nanao ny adidiny tamin’ny fambolen-kazo tao Antetezana namonjy fodiana teto Toamasina renivohitra ny alahady hariva. Mpandeha bisikileta ity voadona ity ka ny fikapohan’ny lohany tamin’ny arabe no niteraka ny fahafatesany. Tery dia tery ny lalana nandritra izany satria olona 5.000 teo no tonga tao Antetezana niatrika ity fambolen-kazom-panjakana ity, nefa efa lalana be mpampiasa ny lalam-pirenena faha-05 amin’ny fitaterana ireo mpandeha mamonjy an’i Fenerivo atsinanana sy Soanierana Ivongo ary Vavatenina, sy iny tapany avaratr’i Toamasina rehetra iny, ary alahady raha teo no nitrangan’ilay fambolen-kazo tao Antetezana, nefa fotoana fanaovan’ny fianakaviana maro fialan-tsasatra any Mahavelona Foulpointe. Efa nanao ny ezaka rehetra nifampiresaka sy nifandamina ary nanao ny fomba malagasy tamin’ny fianakavian’ny maty ireo tompon’andraikitra samihafa sy ilay nahavanon-doza. Efa nalain’ny fianakaviany teo anivon’ny tranom-patin’ny hopitalibe rahateo ilay tovolahy maty tamin’ity lozam-pifamoivoizana tamin’ny lalam-pirenena faha-05 teo am-pidirana ny Ivoloina raha avy any Antetezana ity. Ankoatra izany dia nahagaga ny mpamboly zanakazo nampiasa ny lalam-pirenena faha-05 tamin’izao fambolen-kazo tao Antetezana izao, ny faharatsian’ny lalana na efa nilaza ny fanamboarana izany aza ny fanjakana. Ny ao Antetezambaro – Vohimbendrana – ary hatrao Ambodiatafana ihany no nisy fanamboarana kely izay mirefy eo amin’ny 04km mahery kely eo mitsitapatapaka ny asa vita.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Fonction publique : Contrats de travail pour les enseignants du DRENETP Analamanga

Des enseignants de la région Analamanga recrutés en tant que fonctionnaires.

Les enseignants du DRENETP Analamanga (Direction Régionale de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et Professionnel) ont signé leurs contrats de travail lors d’une cérémonie organisée le 18 janvier dernier à l’INFP Mahamasina. Outre les enseignants qui ont achevé leur formation au niveau du CRINFP Benasandratra, d’autres ont également bénéficié de contrats de travail, notamment ceux qui ont déjà eu la promesse du président Andry Rajoelina, lors de sa descente sur terrain dans la région Analamanga. Selon la ministre de tutelle, ces actions sont menées pour alléger les difficultés des parents d’élèves dans la prise en charge des maîtres FRAM. Dans son discours, la ministre a indiqué que le processus de recrutement avance petit à petit, pour les enseignants qui ont été formés au sein de l’ENS (Ecole Normale Supérieure).

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Football – Boeny : Place aux demi-finales

Le championnat de la ligue de football de Boeny aborde sa dernière ligne droite avec les demi-finales de samedi au stade Alexandre Rabemananjara. Deux affiches alléchantes avec à 13h, le choc entre l’ASCUM et le Kintan’i Boeny, très attendu par le public majungais qui le qualifie comme une finale avant la lettre. L’autre demi-finale promet aussi des étincelles puisque Tsaramandroso, auteur d’une saison exceptionnelle en dominant largement les matches de poule de la zone Nord, retrouvera en face le mythique club du Fortior de la Côte Ouest que les Majungais continuent d’aduler. Au bout de ce duel titanesque, on aura droit à un spectacle de toute beauté. En attendant, voici le classement des matches de poules.

Zone Nord :

1) Tsaramandroso…29 points

2) Kintan’i Boeny…20 points

3) Reste du Monde…19 points

4) Boeny Formation….18 points

5) Magic FC…17 points

6) Racing…16 points

7) AJSA …14 points

8) FC SAM…11 points

Zone Sud :

1) A ASCUM…24 points

2 ) Fortior CO …23 points

3) COSPN.. 15 points

4) Sporting…13 points

5) FC 3R…13points

6) TAMINA … 13 points

7) Leopard…6 points

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Anjozorobe : Lehilahy voarohirohy tamin’ny resaka fakàna takalonaina voasambotra

« Efa mandeha ny fanadihadiana sy ny famotorana io lehilahy io, izay tazomina  natao andrimaso aty aminay », hoy ny avy eo anivon’ny Vondron-tobim-pileovan’ny zandary Imerina Centrale etsy Ankadilalana, izay miandraikitra iny faritra Anjozorobe iny omaly. Ny faran’ny herinandro teo tokoa mantsy dia lehilahy iray izay efa malaza ratsy amin’ny resaka fakàna an-keriny sy fanaovana takalonaina no voasambotry ny miaramilan’ny Das (détachement autonome de la sécurité), tany Ambohitsimarofotsy, kaominina Marotsipoy. Satria tsy manana fahefana hanao fanadihadiana (police judiciaire) ireto miaramila nisambotra azy ireto dia voatery natolotra ny zandary tany an-toerana izany ary io nampiakarina avy hatrany sy notazomina aty an-drenivohitra io. Raha ny angom-baovao azo dia toa hoe efa ela no nikarohana azy ity saingy izao vao tratra. « Hatreto anefa dia mbola resaka ahiahy aloha no tena antony nisamborana sy nitazomana azy hatao famotorana. Ny fizotran’ny fanadihadiana atao ihany angamba no tena ahafantarana marina na tena voasaringotra amin’izay resaka fakàna takalonaina izay ny lehilahy na tsia », hoy hatrany ny fanazavana nomen’ireo mpanao famotorana. Tsiahivina tokoa fa vao volana vitsivitsy izay no nitrangana fangalàna takalonaina tao amin’io kaominina iray ao amin’ny distrikan’Anjozorobe io. Efa avotra soa aman-tsara moa ilay raim-pianakaviana lasan’ireo jiolahy tamin’izay fotoana izay, saingy hatreto dia mbola tsy voasambotra ilay tena atidoha nikotrika izany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Sommet sur l’investissement : Réunion des leaders du Royaume-Uni et d’Afrique, hier à Londres

Sommet sur l’Investissement entre le Royaume-Uni et l’Afrique, hier à Londres.

Des dirigeants d’entreprises, des représentants de gouvernements et d’institutions internationales, se sont réunis hier à Londres pour faire connaître et promouvoir les opportunités d’investissement dans les pays d’Afrique.

« De nouvelles perspectives pour les échanges commerciaux bilatéraux » et « L’intérêt grandissant des investisseurs britanniques pour l’Afrique ». Tels seront les thèmes principaux du Sommet sur l’investissement entre le Royaume-Uni et l’Afrique, organisé hier à Londres par le Premier-ministre britannique Boris Johnson. Parmi les grosses pointures africaines qui y ont participé figure le président du Groupe de la BAD (Banque Africaine de Développement),Akinwumi Adesina. Cette réunion, co-organisée par la Royal African Society et l’Université Oxford Brooks, a vu la participation de parlementaires, universitaires et décideurs du Royaume-Uni, ainsi que des représentants du CNUED et du SACU. Une réunion-débat en séance plénière sur le thème « Les finances et les infrastructures durables – Exploiter le potentiel des services financiers de la City de Londres et du Royaume-Uni pour promouvoir la croissance en Afrique», des rencontres bilatérales, une conférence du Groupe parlementaire multipartite (APPG) du Royaume-Uni, des dialogues inter étatiques, etc. étaient au programme de ce Sommet, dont le but est de bâtir de nouveaux partenariats sur le thème « Partenaires pour la prospérité ». Les futures relations commerciales entre le Royaume-Uni et l’Afrique, et la Zone de libre-échange continentale africaine dans le contexte du Brexit, ont également occupé une place importante dans les débats.

Transformations. Pour la BAD, le dialogue avec le Département du développement international (DFID) du Royaume-Uni était axé sur la stimulation de la transformation économique en Afrique dans les domaines des infrastructures, de l’égalité des sexes, du secteur privé et de l’emploi. Le changement climatique, l’accès à l’énergie, la lutte contre la précarité, et l’application des principes de bonne gouvernance ont également été abordés. A noter qu’en 2018, la valeur des échanges commerciaux entre l’Afrique et le Royaume-Uni s’élevait à plus de 33 milliards de livres sterling.  D’après les informations, près de 2 000 entreprises britanniques sont actuellement établies en Afrique. Par ailleurs, les exportations de l’Afrique vers le Royaume-Uni se sont élevées à 17 milliards de livres sterling en 2016, en légère augmentation par rapport aux 16,7 milliards de dollars en 2015. Au cours de la prochaine décennie, l’Afrique devrait jouer un rôle de plus en plus important à l’échelle mondiale, selon les participants au Sommet. D’ici à 2050, la population du continent devrait doubler pour atteindre deux milliards d’habitants, ce qui représentera alors un quart de la population mondiale. De plus, six des dix économies avec les taux de croissance les plus élevés de la planète se trouvent en Afrique, un continent riche en possibilités d’investissement.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Association Ravinala : Des kits scolaires pour 330 élèves de l’EPP Fangato Mananjary

La remise des kits scolaires, samedi dernier.

Des cartables bien remplis pour passer l’année scolaire 2019-2020 dans de bonnes conditions. C’est ce dont ont bénéficié tous les élèves de l’école primaire publique (EPP) Fangato à Mananjary, le week-end dernier. Des kits scolaires remis par l’association Ravinala, basée à Pau, en France, au bénéfice des 330 élèves des classes de 12e à 7e de cette EPP qui, visiblement, avaient grand besoin d’un grand soutien. Issus de familles plus que modestes, les élèves travaillent avec très peu de moyens et des fournitures scolaires réduites au strict minimum. Celles remises par Ravinala permettront d’améliorer les conditions d’apprentissage de ces d’enfants, et d’améliorer leurs résultats scolaires à la fin de l’année.

La cérémonie de remise officielle des kits scolaires était un véritable événement pour cette école. Outre les élèves, les dix enseignants, la directrice de l’école et les parents d’élèves, le chef de zone d’administration pédagogique (chef ZAP), ainsi que des représentants de la circonscription scolaire (CISCO) de Mananjary ont également été présents. D’une valeur de 2 000 euros, soit environ 8,4 millions d’ariary, les kits scolaires remis constituent le premier appui apporté à l’EPP Fangato par l’association Ravinala, huit mois après la création de celle-ci en avril 2019. Cette association a comme principal objectif l’entraide pour Madagascar dans le domaine de la pauvreté, de l’éducation et de la santé des enfants malgaches. « Ce premier soutien n’est qu’un début. Nous comptons en apporter d’autres à cette école, peut-être sous d’autres formes, mais nous envisageons aussi de mener diverses autres actions à Madagascar au profit de différents bénéficiaires », explique Philippe Laplace, président de l’association. Celle-ci réunit environ 80 adhérents en France. Les douze membres du bureau sont tous d’origine malgache.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Cabaret : Fandrama entame l’année 2020 en trombe

Le groupe Fandrama soutenu par le parolier Lejim 415.

Après avoir effectué une tournée dans la partie septentrionale de Madagascar, Bemamy Beriziky,  le leader du groupe Fandrama, continue son périple musical. Ce vendredi 24 janvier à partir de 21 heures, Bemamy et ses compères donnent rendez-vous à leurs inconditionnels au Jao’s Pub. Ce n’est pas le « salegy » qui manque ! Fandrama a déjà préparé ce jour depuis longtemps. Le « gomalahy » résonnera d’Ambohipo jusqu’à Ambolokandrina.  Les battements de mains rythmés animeront les fans de cette formation d’Anivorano Nord. Les jeunes femmes suivent  la cadence en se déhanchant.   Une occasion pour le Bemamy de chanter en live sa nouvelle chanson « Bonne année 2020 ». Devenu une tradition pour le collectif, chaque nouvel an, le groupe Fandrama sort un titre « Bonne année ».

Hormis ce titre sorti il y a un mois, l’équipe de Bemamy a quelque peu disparu du radar. Mais cela ne veut pas dire qu’elle n’est plus écoutée. Pour mieux sauter, il faut prendre de l’élan. Le leader du groupe a décidé de puiser son inspiration dans son village à Anivorano-Avaratra,  une commune rurale à 75 kilomètres d’Antsiranana. Cette année, Bemamy compte faire son comeback. Un retour en force avec  la  sonorité du terroir.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Ils ont fait le buzz : Louise Marhez Alisoa Florida, héroïne malgré elle

La photo de Louise Marhez Alisoa Florida et de sa classe ayant alerté Facebook.

Un cœur de femme et une âme de reine, Louise Marhez Alisoa Florida est une petite héroïne dans son Isoanala natal. Son compte facebook, sans aucune forme de philosophie, relate depuis le mois de décembre sa belle vie d’enseignante de Betroka.

Pour faire simple, le district de Betroka est celui qui a vu la mort d’un gendarme en 2017 et est celui qui a abrité la fameuse sorcière, Itokanono. C’est aussi le district où les affrontements entre les « dahalo » et les forces de l’ordre alignent régulièrement les morts.

Louise Marhez Alisoa Florida est enseignante dans ce trou perdu, toujours selon son compte facebook. Et l’image qui a fait le tour du monde est celle qui la montre, fière et téméraire, avec une petite mention « Tiko ny asako ka hajaiko na dia tsy misy trano fianarana aza », littéralement, « J’adore mon travail et je le respecte même s’il n’y a pas de salle de classe ».

A en croire l’illustration accompagnée de cette petite déclaration, le « facebooker » aura l’impression qu’il s’agit d’une volontaire d’une quelconque association ou organisme voulant aider le pauvre petit peuple malgache. Cependant, il s’agit vraiment d’une enseignante, inscrite dans le registre officiel de ce corps de métier.

Incarnant ainsi le discours de ces penseurs et penseuses de salon adorant admirer les « sursauts de leurs âmes », Louise Marhez Alisoa Florida donne un espoir exaltant comme seuls les héros et les héroïnes savent le faire. L’espoir pour un pays abritant toujours des personnes besognant sans retour, ni tintamarre médiatique pour la génération future.

Sa déclaration, à bien des égards, est loin de toute saveur politique, sans aucune rancœur contre le système, sans mettre sur le dos de tous les anciens dirigeants… Elle parle avec son cœur. C’est pourquoi son post a généré plus de 750 partages.

Des héros et héroïnes comme elle, le pays en manque grandement. Surtout dans le système, l’administration… quand celle-ci serait, d’après les experts, noyée dans une trame presque inamovible de corruption. A côté de cela, il y a une hantise des enseignants de ne pas être affectés dans les régions reculées.

Dans son post, elle écrit concernant cette image « C’est grave le manque d’eau par ici ».

La jeune maîtresse ferait mentir tous les clichés. Louise Marhez Alisoa Florida a tout simplement posé, derrière sa classe, dont le tableau se trouve sous un arbre, sans murs, ni fenêtres ni porte. Rien d’artificiel. La vocation d’enseignant à l’état naturel.

Au fil de ses « posts », la jeune femme montre également un aspect de son quotidien. Alors, le « facebooker » s’apercevra aussi du manque d’eau, la poussant à aller à pied sur de longues distances pour en trouver.

Tout cela, elle le fait avec le sourire, une fierté et une sincérité non feintes… puisqu’elle démontre dans ses autres « posts » qu’elle vit sa vie comme elle vient, qu’elle mène une existence semblable à celles de ses contemporains et contemporaines. Et cela sans arborer les accoutrements, ni le regard blasé, ni la mine grave des « révolutionnaires » web 2.0.

Elle ne révolutionne rien, elle fait de son mieux pour assurer sa mission. Une mission, comme elle le démontre : sacrée.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Fanolanana zazavavy sivy taona tao Vavatenina : Voaazona vonjimaika am-ponja ilay polisy kaominaly

Raha noafahan’ny fampanoavana tao Fenerivo atsinanana talohan’ny fitsarana ny raharaha Ingahy Ratianarisonina Nirina, polisy kaominaly 43 taona, rehefa niakatra fitsarana ny 02 janoary 2020 ilay raharaha fanolanany ity zazavavy 09 taona tao Vavatenina, dia nivadika ny rasa izao fa noazonin’ny mpitsara mpanao famotorana am-ponja vonjimaika ny tenany raha niakatra teo anivon’ny fanadihadian’ny mpitsara mpanao famotorana ny raharaha ny 16 janoary teo. Olona maro no manaraka akaiky ity raharaha ity ao Vavatenina sy Fenerivo atsinanana, satria tena simba tanteraka ilay zazavavikely 09 taona. Raikelin’ilay zazavavikely ity mpanolana azy ity, satria mianadahy ny zaza tezain’izy mivady ao an-trano, ka ilay zazalahikely zanak’ilay rangahy, fa ilay vavy no an-dramatoa. Mpampianatra any ambanivolin’ny Vavatenina ny renin’ilay zazavavikely, ka isaky ny herinandro ihany no mba miakatra ao an-tampon-tananan’i Vavatenina. Mandritra ny tsy maha-ao an-tanana an-dramatoa io ny fanolanan’ilay raikeliny an’ilay zazavavikely, ka efa in-08 naolany ilay zana-badiny nandritra izao nahatrarana azy izao. Ankoatra izany dia noteran’ny mpitsara mpanao famotorana ao Fenerivo atsinanana tsy mahazo mifandray amin’ny mpanao gazety ny renin’ilay zazavavikely taorian’ny fiakaran’izy ireo mpitsara mpanao famotorana farany teo.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

K1-Combat Pro : Fazaraly battu par le Chinois Chualih Zhao

Un coup dur pour Fazaraly lors de son dernier combat de la saison 2019.

« La défaite fait partie des combats et je l’accepte », a déclaré Fazaraly Razanajatovo alias Super Bad Boy, après son combat au « Glory Organisation », l’un des plus grands combats mondiaux, organisé par Wulingfung, samedi dernier à Guangxi. En effet, ce jeune tireur malgache qui évolue en Chine a perdu son combat face au Chinois Chualih Zhao chez les moins de 65kg. Il s’agit de sa cinquième défaite contre 11 victoires en termes de combats professionnels en K1 et muay thaï depuis 2018. « Même si j’avais donné les meilleurs de moi-même, j’ai perdu sur un score de 2 à 1. Le combat était un peu serré qui s’est tourné à l’avantage de mon adversaire », a-t-il ajouté. Pourtant, la défaite ne fait pas rougir Fazaraly. Il fait confiance en ses talents. Pour lui, le moral est déjà au rendez-vous pour le prochain combat. « Le moment va sûrement venir pour que je puisse remporter ma troisième victoire au Glory. Mais il faut d’abord que j’améliore encore plus ma performance physique. Je remercie tous ceux qui m’ont soutenu d’ici et à Madagascar », a-t-il affirmé. C’est ainsi que la saison 2019 s’est officiellement clôturée pour lui, par contre son entraînement reprend dès la semaine prochaine.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Conseil municipal de Tana : L’RK a raflé les quatre sièges du bureau permanent

Les quatre nouveaux membres du bureau permanent de la CUA. Le président du conseil municipal (2ème à partir de la gauche, avec des lunettes). (photo : Kelly)

Les conseillers municipaux n’ont pas attendu longtemps pour élire les membres qui composent leur bureau permanent.

Comme prévu, le conseil municipal d’Antananarivo a tenu sa première réunion, hier.  Les conseillers ont ainsi procédé, hier, à l’élection des membres du bureau permanent. A l’issue du vote, Ralitera Andriamparany a été élu président du conseil municipal. Il a été crédité de 28 voix sur les 55 suffrages exprimés. Quant à Naharison Rapatsalahy, il a eu le poste de vice-président. Pour ce qui est du premier et du deuxième rapporteur, ils ont été ravis respectivement par Rakoto Razafimbelo et Victor Andriantsoa. Tous sont issus de l’IRK. Cette plateforme proche du pouvoir a ainsi raflé tous les sièges au niveau du bureau permanent.

Restaurer l’image. Lors d’une interview accordée à la presse, le nouveau président du conseil municipal a parlé notamment de restaurer l’image ainsi que le droit des conseillers municipaux. Il n’a pas manqué également de souligner que le conseil municipal va tenir incessamment une session extraordinaire où il sera question, entre autres, de l’organigramme ainsi que la délibération de délégation de pouvoir octroyé au maire. La mise en place des différentes commissions sera aussi à l’ordre du jour. En somme, un agenda surchargé pour les prochains jours.

Initiative. Notons que la composition des  conseillers municipaux se présente comme suit : l’IRK et le TIM sont à égalité avec 25 sièges pour chaque liste. La liste « Komba » a obtenu 3 sièges contre 1 pour la liste de Lalatiana Ravololomanana. Le 55ème siège de conseiller municipal est ravi par  une autre liste indépendante. Au vu de cette composition, le nouveau maire d’Antananarivo Naina Andriantsitohaina devrait tenir compte des différentes entités. Toutefois, si les conseillers issus de l’opposition auraient l’intention de bloquer l’initiative du maire, ce dernier va probablement consulter les conseillers indépendants pour avoir leur soutien. Malgré tout, le premier magistrat de la ville d’Antananarivo se fixe comme objectif de redorer le blason de la capitale. Ce qui devrait être l’affaire de tous.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Moramanga : Manakaiky ny vahoaka ny zandary

Fampahatsiahivana sy fanentanana no nataon’ ny komandin’ ny vondon-tobim- paritry ny zandary sy ireo mpiara- miasa aminy eto Moramanga tamin’ ireo sefo fokontany sy ny lefiny ato anatin’ ny kaominina ambonivohitra Moramanga sy kaominina Ambohibary. Nampahatsiahy azy ireo mahakasika ny fampiasana ny bokim- bahiny sy ny laharana maitso azo iantsoana raha misy maika na tampoka. Anisan’ ny nibahan- toerana ny tokony hanamafisana ny fametrahana ny andrimasom- pokonolona ho an’ireo efa misy ary ny hananganana izany ho an’ izay mbola tsy nametraka. Hisy ny fanamafisana traikefa amin’ ny fomba fiaraha-miasan’ ireo zandary sy ny andrimasom-pokonolona. Fanamby ho an’ity tompon’andraikitra ity ny hisian’ny fiaraha-miasa akaiky amin’ny vahoakahanatrarana ny tanjon’ny fahalemana. Hentitra izy nanafatra ireo sefo fokontany sy ny lefiny fa ny olon-dratsy dia miara-dia amin’ny olona ao an-toerana hatrany amin’ny ankapobeny, ka ny fandraisana andraikitry ny tsirairay no ahafahana manatratra azy ireny. Tsy tokony hifanjana na ankinina amin’ny mpitandro filaminana irery fà mila hatrany ny fiaraha-miasa. Natomboka tamin’ireo kaominina roa mifanakaiky ireo ny asa fanentanana izay mbola hitohy amin’ ireo kaomina rehetra ato anatin’ny fari- piadidian’ny Kapiteny Razafimamonjy Jean Richard.

Cathy

Midi Madagasikara0 partages

Afrobasket pré-qualifications : Madagascar débute face au Zimbabwe

Neuf ans après l’Afrobasket 2011, la sélection malgache tentera de remporter son ticket pour la phase finale de l’édition 2021 au Rwanda.

Les choses sérieuses vont pouvoir commencer ce soir au Zimbabwe pour les pré-qualifications de l’Afrobasket 2021 des zones 6 et 7. Ces pré-qualifications, réunissant trois pays à savoir la Zambie, le Zimbabwe et Madagascar, se tiendront jusqu’au 26 janvier 2020. Toutes les équipes se rencontrent sous la formule aller et retour. Les protégés du duo Lova Raharidera et Tojo Rasamoelina affronteront les Zimbabwéens, hôtes de la compétition, ce soir pour leur premier match. Deux équipes qui ne se connaissent pas. On peut noter que la Grande Île a participé pour la première fois à l’Afrobasket seniors hommes en 2011 à domicile, en terminant à la 13e place. Neuf ans après, la sélection malgache espère revenir sur la scène continentale en passant par cette étape zimbabwéenne. L’équipe hôte a participé à l’Afrobasket 2015 et a terminé dernière sur les 16 sélections participantes. Si le gros de la délégation a débarqué à Bulawayo, Zimbabwe, Rija Lahonton, le joueur expatrié est arrivé hier en fin d’après-midi. Rija a immédiatement rejoint l’ensemble de l’équipe pour les entraînements. Livio Ratianarivo est attendu ce jour, lui qui n’a pas pu partir avec l’ensemble de la délégation car il a du passé des examens en vue d’entrer au sein de la police nationale. « Nous abordons avec beaucoup de confiance cette première confrontation. Le jeu rapide nous différencie des autres équipes africaines et nous allons toujours miser sur celui-ci. Nous avons travaillé l’adresse et nous réussissons tant bien que mal », a souligné Tojo Rasamoelina, entraîneur de l’équipe nationale. Cette première rencontre s’annonce décisive pour les Malgaches et la suite de la compétition.

T.H

Calendrier

21 janvier

Madagascar contre Zimbabwe

22 janvier

Madagascar contre Zambie

23 janvier

Zambie contre Zimbabwe

24 janvier

Madagascar contre Zambie

25 janvier

Madagascar contre Zimbabwe

26 janvier

Zimbabwe contre Zambie

Madagate0 partages

Franck Raharison is gone but the show must go on 2 ! by Jeannot Ramambazafy

Franck Raharison et Jeannot Ramambazafy : ensemble, 30 ans d'un journalisme combatif souvent incompris mais devenu, au fil du temps, référentiel

30 ans ! On se connaissait depuis 30 ans Franck Raharison et moi. Trois décennies durant lesquelles chacun de nous est demeuré journaliste avec, certes, un parcours peu similaire, mais avec la même conviction guidé par l'amour du métier et la défense de la profession. A l'annonce de son départ, je n'avais pas encore de mots à écrire, étant encore un peu souffrant au moment où je rédige ces quelques lignes. D'où ma mise volontaire sur la liste des abonnés absents. Momentanément, pour ma part, car pour Franck, l'absence (physique) sera définitive ici-bas. Franck a été mon Rédacteur en chef au quotidien “Madagascar Tribune” de feu Rahaga Ramaholimihaso. Ne pas lui rendre hommage aurait donc était un manquement à un devoir sacré : le devoir de mémoire.

Franck Raharison était un chef “masiaka be ronono” mais un chef au vrai sens du terme. C'est-à-dire ayant de l'autorité. Comme j'ai toujours été une tête brûlée, un électron libre, il tenait toujours une corde autour de moi pour me contenir. Etant le “Boss”, il avait toujours son dernier mot pour les articles à paraître ou non. Si Franck vous disait : oui, ce n'était pas une évidence. Le plus bel exemple est que vers la moitié des années 1990, je me suis mis à écrire à la première personne et à mettre écrire le nom des photographes. Jusqu'au marbre (ultime étape avant l'impression proprement dite d'un journal papier), c'était “oui”. Mais le lendemain, rien n'était publié. Le plus marrant, dans cette histoire de première personne, c'est que Franck lui-même s'est mis à l'utiliser dans ses billets du samedi de “La Gazette de la Grande île”, intitulés “Scanner”.

Bon vivant, buveur sans être tout à fait ivre, je me rappelle des moments où nous n'étions plus qu'une poignée de confrères à quitter le desk d'Ankorondrano, vers les 3h du matin, pour, déjà, aller aux nouvelles du côté d'Antaninarenina... A cette époque, j'étais omniprésent tout comme le photographe Rivoherizo Andriakoto qui nous a quittés tôt, trop tôt... A cette époque encore, j'avais créé une rubrique qui reprenait en français l'émission “Ampitatao” dont la chanson du générique a été créée par Rossy dont le titre est le même. Il s'agissait de nouvelles issues des quatre coins de l'île, retransmises en direct, via le téléphone, à la RNM (Radio nationale malagasy). Quelle que soit l'heure où nous rentrions, il fallait être au desk, le lendemain, dès 9h. Et nous y étions, l'exemple venant de Franck. C'est cette application strito sensu de la discipline qui a disparu au fil des présidents de la république qui se sont succédés à Madagascar...

Autre “souvenir” inoubliable dans ma mémoire, ce fut avant ma prise en otage par les fédéralistes à Diego-Suarez où j'étais correspondant de “Madagascar Tribune”, en 1991. Comme l'a narré notre confrère James Ramarosaona hier: “à l’issue d’une rencontre inopinée avec le Premier ministre Guy Willy Razanamasy et le Chef d’Etat Major des Forces Armées, Ismaël Monibou au Buffet du Jardin à Antaninarenina, Franck Raharison a accepté de couvrir le déplacement du Premier minitre dans la capitale du Nord. Au cours duquel Franck Raharison s’est mobilisé pour couvrir en toute honnêteté l’évènement”. Il avait avec lui Rolly Mercia, venu en tant que photographe. Durant tout leur séjour, la ville a eu un semblant d'accalmie. Mais c'était le calme avant la tempête fédéraliste. J'avais supplié de rentrer avec eux car je savais que la venue du Premier ministre ne sera pas prise en compte par les fédéralistes. Mais la réponse était qu'il n'y avait plus de place dans l'avion.

La Vahinée”, 32 rue Colbert, à l'angle de l'Avenue de France, à Diego Suarez, telle qu'elle était lors de la venue du Premier ministre Guy Willy Razanamasy en 1991. La discothèque se situait au sous-sol

Au lendemain d'une soirée bien arrosée à “La Vahinée” de Rolland Sylvain, rue Colbert, après un “accord de paix” somme toute verbal, l'avion ayant amené le Premier ministre Razanamasy et sa délégation, dont l'équipe de “Madagascar Tribune” dirigée par Franck Raharison, décolla. Peu de temps après, le drapeau des fédéralistes fut érigé sur la façade des bâtiments administratifs et la chasse aux membres des Forces Vives (“Hery Velona”) débuta. Considéré comme tel, je fus appréhendé avec force quelques jours après devant le palais du “Faritany” en face du camp de gendarmerie. Personne n'a levé le doigt pour moi... J'ai été enfermé dans un bureau au premier étage, gardé par des mineurs du quartier de Tanambao V, armés d'AK47. Des miliciens civils des capitaines Coutiti, Rahitso et Zeze... Bien sûr qu'ils me connaissaient tous. Mais ma tête avait été mise à prix pour... 10.000 ariary. Je ne valais vraiment pas cher, n'est-ce pas? Mais moins de 48 h après : miracle! Thérèse Bandrou vient pour me libérer après quelques sermons... En fait, l'ordre venait d'assez haut. Pas du Très-Haut mais d'assez haut...

Ne pouvant plus rentre chez moi où des individus m'attendaient avec des armes blanches, j'ai tout laissé à Diego en m'enfuyant caché dans un camion transportant du coton. Après une semaine sur la route, j'ai débarqué directement au desk de “Madagascar Tribune” où Franck Raharison me donna carte blanche pour tout raconter. Dans cet épisode, Thérèse Bandrou a été tuée lors de l'affrontement à l'aéroport d'Arrachart entre fédéralistes et membres des “Hery velona”. Vous allez vous dire que ce n'est pas de moi qu'il s'agit. C'est vrai. Mais l'un n'allait pas sans l'autre dans cette décennie 1990-2000, il y a 10 ans, un siècle, une éternité (dixit Joe Dassin).

C'était mon grand frère plus que mon chef. Et c'est dans cette éternité que Franck Raharison est désormais entré à jamais. Que les journalistes de la génération actuelle lisent et relisent ses articles. Ce sont des cours de journalisme gratuits, certes, mais à mettre en pratique.

Veloma Franck! You are gone but the show must go on !

Jeannot RAMAMBAZAFY – Hommage également publié dans “La Gazette de la Grande île” du 21 janvier 2020

Madagate0 partages

Madagascar Forces armées. Terre-Air-Mer: vers un Etat-major d'armée chacune

COMMUNIQUE

Atelier pour la restructuration de l’Armée Malagasy

Mahazoarivo, le 20 janvier 2020 – Le Premier ministre, Chef du gouvernement, Christian Ntsay, a honoré de sa présence l’ouverture de l’Atelier pour la restructuration de l’Armée Malagasy, organisé par les hauts responsables de l’Armée, et qui s’est tenu aujourd’hui au CCI Ivato. L’atelier a eu pour objectif principal l’application des stratégies de réforme au niveau de l’Armée Malagasy, et a vu la présence des membres du gouvernement dont les attributions sont concernées par la sécurité.

Le Premier ministre a affirmé que dans le cadre des défis et des objectifs fixés suivant les directives du Président de la République, nous devons inexorablement opter pour la mise en place de nouvelles stratégies au niveau de l’Armée Malagasy, et ce, pour satisfaire les nécessités du pays en la matière.

« Aucune forme de développement n’est envisageable sans la stabilité en termes de sécurité », a déclaré le Premier ministre. Mais, toutefois, cette optique exige la prise de responsabilité de la part des forces de l’ordre, surtout en milieu rural. Pour cette affirmation, il a pris exemple de la surveillance des zones maritimes et des côtes de Madagascar, en avançant que nous sommes actuellement en phase de promotion de l’économie bleue. Aussi, a-t-il ajouté, y a-t-il lieu d’étudier une stratégie bien définie, ainsi que la position géographique du camp maritime pour que la protection du littoral Malagasy fasse réellement office de levier de développement, vue la richesse en ressources halieutiques du pays.

Le Chef du gouvernement a salué tous les efforts déployés par l’Armée Malagasy durant l’année 2019 ; entre autres, l’étroite collaboration avec la Gendarmerie Nationale et la Police Nationale dans la résolution des problèmes d’insécurité, ce qui valide d’ailleurs la complémentarité entre tous les éléments de la force de l’ordre, et de surcroît, a permis des résultats à court terme. De plus, continuait-il, l’Armée a contribué de façon significative au soutien du peuple lors des différents cataclysmes tels que les sérieux incendies et les inondations qui ont surgi dans le pays, et ce, via les « actions civilo-militaire ».

« Chacun devrait être convaincu de la nécessité de la réforme, car il sied de reconnaître que cela s’avère difficile de travailler avec les anciennes structures mises en place en 1960 puisqu’elles ne s’adaptent guère à l’actuel processus de développement auquel le pays a opté », a conclu le Premier ministre.

La Direction de la Communication

********************

DIKAN-TENY

Ny Minisitry ny Fiarovam-pirenena, ny Jeneraly de Division Rakotonirina Léon Jean Richard, eo amin'ny micro, teny amin'ny ccI Ivato

Tonga nanokatra ny atrikasa izay ataon’ireo tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny tafika Malagasy, teny amin’ny CCI Ivato ny Praiminisitra, Lehiben’ny governemanta, Ntsay Christian. Dinikasa entina manatanteraka ny rindran-damina amin’ny fanavaozana ny rafitry ny Tafika, izay natrehin’ireo mpikambana eo anivon’ny governemanta voakasika amin’ny sehatry ny fandriampahalemana.

Nambaran’ny Praiminisitra fa ho fanatrarana ny tanjona sy ny fanamby izay napetraka, izay mifanaraka amin’ny vinan’ny Filohan’ny Repoblika, dia tsy maintsy hirosoana ny fametrahana rindran-damina vaovao mifanaraka amin’ny filàn’ny firenena eo anivon’ny tafika Malagasy.

Tsy misy fampandrosoana azo eritreretina eto amin’ny firenena raha tsy mipetraka ny filaminana”, hoy ny Praiminisitra. Izany anefa dia miankina amin’ny fandraisana andraikitry ny mpitandro ny filaminana isan-tsokajiny, indrindra ny eny ifotony. Noraisiny ho ohatra ny fiarovana ny fari-dranomasina sy ny sisin-dranomasin’i Madagasikara, efa miroso amin’ny fampiroboroboana ny toekarena manga isika amin’izao fotoana izao. Ka izay no tokony handinihana paikady mazava sy ny toerana tokony hasiana ny tobin’ny tafika an-dranomasina mba ho tena fanohitra iray ahafahana mampandroso ny firenena, ny fiarovana ny sisin-dranomasina sy ny fari-dranomasina manerana ny Nosy noho ny fisian’ireo harena an-dranomasina maro ananan’i Madagasikara.

Nankasitrahan’ny Lehiben’ny governemanta ireo ezaka efa nataon’ny tafika Malagasy nandritra iny taona 2019 iny. Teo ny fiaraha-miasa sy ny fiarahana nisalahy tamin’ny zandarimariam-pirenena sy ny polisim-pirenena ho famahana ny olana amin’ny fandriampahalemana, izay manaporofo ny fifamenoana andraikitra eo amin’ny mpitandro ny filaminana rehetra, ka nahitam-bokatra tao anatin’ny fotoana fohy. Manaraka izay dia nanampy betsaka ny vahoaka ny tafika nandritra ireny voina, toy ny haintrano sy ny tondra-drano, izay niseho teto amin’ny firenena ireny, tamin’ny alalan’ny «actions civilo-militaire».

Tokony ho resy lahatra amin’ny anaovana ny fanavaozana ny rehetra, satria sarotra ny mampiasa ny rafitra izay napetraka tany amin’ny taona 1960, kanefa tsy mifanaraka amin’ny filàn’ny firenena amin’ny zotram-pampandrosoana apetraka amin’izao fotoana izao”, hoy hatrany ny Praiminisitra.

Serasera Primatiora