Les actualités Malgaches du Mercredi 20 Décembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara848 partages

Personnel de l’Etat : Suspension de salaire pour 9782 fonctionnaires non confirmés

Les fonctionnaires en service qui n’ont pas été confirmés par leurs responsables de ressources humaines, peuvent encore faire des réclamations, selon la DGGFPE.

La sanction est tombée pour les fonctionnaires fantômes identifiés, suite à l’assainissement par l’utilisation de l’AUGURE (Application Uniforme de la Gestion Unique des Ressources Humaines de l’Etat).

Des salaires de fonctionnaires ont été suspendus ce mois de décembre. Hier, certaines personnes touchées se sont déjà manifestées devant le Ministère de la Fonction Publique, en prétendant être victimes de malentendu. En effet, si l’Etat économise 8,4 milliards d’Ariary par an, grâce à l’assainissement des pensions de retraites mené depuis 2015 ; aujourd’hui, c’est sur le salaire des fonctionnaires que la DGGFPE (Direction Générale de la Gestion Financière du Personnel de l’Etat) travaille. « L’assainissement au niveau des fonctionnaires a été lancé en février 2017. Grâce au logiciel AUGURE, nous pouvons désormais savoir qui travaille où. Du mois de mars au mois de mai 2017, des descentes ont été effectuées dans les différentes régions du pays, pour former les responsables des ressources humaines. Ces derniers devaient inscrire les membres du personnel de chaque service, afin d’identifier qui sont les employés réellement en service. Ces données ont été recueillies de juin à septembre, et la liste finalisée en octobre indiquait que 17.204 agents n’étaient pas confirmés par les responsables des ressources humaines de l’Administration publique », a expliqué le DG de la Gestion Financière du Personnel de l’Etat, Ihanta Sahondra Razafintsalama.

Délai supplémentaire. Les ministères, institutions et autres établissements concernés ont été notifiés après la sortie de cette première liste. Suite à des réclamations, un délai supplémentaire a été accordé, jusqu’en novembre, d’après les explications. « Il a fallu revérifier la liste des employés réellement en service et finalement, il ne reste que 9782 agents non déclarés par leurs responsables de ressources humaines », a indiqué la DGGFPE. Ces agents non déclarés sont considérés comme des fonctionnaires fantômes et leurs salaires ont été suspendus. D’après le DG Sahondra Razafintsalama, les éventuelles victimes d’ommission ou d’oubli peuvent encore faire des réclamations auprès des responsables de ressources humaines de leurs services respectifs, et seront payés avant la fin de l’année, en cas de confirmation.

Antsa R.

Midi Madagasikara586 partages

Présidentielle de 2018 : Guerre déclarée entre Marc Ravalomanana et Rivo Rakotovao

Marc Ravalomanana demande aux dirigeants HVM de se plier, eux aussi, aux exigences de l’Etat de droit.

Qui  a peur de qui ? La réponse à cette question commence à être claire à l’approche des prochaines échéances électorales.

Reprise de l’escalade verbale entre le président national du HVM et l’ancien président Marc Ravalomanana. Mais cette fois-ci, les propos des deux parties s’apparentent à des attaques personnelles qui ressemblent à une véritable déclaration de guerre à un an de la prochaine élection présidentielle. Le président national du parti au pouvoir Rivo Rakotovao a martelé que ceux ou celles qui font l’objet des condamnations judiciaires et qui ont failli à leur devoir fiscal envers l’Etat ne seront pas autorisés à se porter candidat. C’est une allusion directe à Marc Ravalomanana qui a demandé au président du Sénat de ne pas confondre une « personne physique » (sa personne) à une « personne morale » (Tiko). Le président national du TIM qui vient de faire un succès populaire dans le district de Betafo n’a pas en tout cas tardé de réagir. Hier, il a réitéré depuis Faravohitra qu’il a été condamné à l’époque par une juridiction incompétente et que le Groupe Tiko n’a pas pu régler ses arriérés fiscaux à cause de la crise politique de 2009 dont il a été victime. L’ancien président de répondre directement à Rivo Rakotovao : « Vous avez parlé de l’Etat de droit, est-ce que votre accession à la présidence du Sénat a respecté la loi ? A ma connaissance, non. Il n’y a eu à Anosikely ni élection, ni désignation. Vous vous êtes auto proposé à la présidence du Sénat. Tous les micmacs ont été faits en une heure et 30 minutes seulement. »

Candidat d’Etat. Marc Ravalomanana a lancé un défi au parti au pouvoir : « Si le HVM s’estime être un parti fort, qu’il laisse aux autres de s’exprimer librement et que le régime cesse de s’acharner contre les maires TIM. ». L’ancien président a notamment interpellé les dirigeants sur la nécessité de se conformer à la Constitution et aux lois dans tout ce qu’ils entretiennent. « Si tout le monde se conforme à la Constitution et se plie aux exigences de l’Etat de droit, les futures élections vont se dérouler sans problèmes. La transparence fait partie de ces exigences de l’Etat de droit. Or, cette transparence manque dans le processus d’élaboration des projets de loi sur les élections. », a-t-il dénoncé. Avant d’enfoncer le clou : « Arrêtez l’hypocrisie politique. Je préfère rompre complètement le dialogue que vivre dans l’hypocrisie. Le TIM a toujours prôné le dialogue et nous ne dévions pas de notre ligne de conduite. Ce que nous sommes en train de faire, c’est d’écouter et de dialoguer avec les autres forces politiques pour que les futures élections soient crédibles et inclusives. » Bref, l’atmosphère politique devient de plus en plus délétère à l’approche de la prochaine élection présidentielle. Et à l’allure où vont les choses, le parti au pouvoir fera tout pour disqualifier avant la course les concurrents qui ont la chance d’écraser le candidat d’Etat.

R.Eugène

L'express de Madagascar284 partages

Administration – Des fonctionnaires privés de solde

Depuis février, les autorités ont lancé une opération d’assainissement des états de paie. Dix mille fonctionnaires étaient par conséquent privés de solde.

La bonne gouvernance financière en premier rang. C’est le mot d’ordre de l’opération d’assainissement effectuée par le ministère des Finances et du budget dans les états de paie des fonctionnaires en activités et des pensions de retraite. Mais cette mesure a créé des grognes dans le rang de certains agents de l’Etat. Bien qu’ils soient bel et bien en activité, ils n’ont pas pu percevoir leurs soldes du mois de décembre. Pour cause, leurs noms ne figuraient pas dans la déclaration faite par leurs hiérarchies ou leur ministère respectif, dans le logiciel Augure. Autrement, ils sont considérés comme étant des fonctionnaires fantômes. Au total, ils sont près de dix mille fonctionnaires victimes de cette mesure étatique.Depuis le mois de février, le ministère des Finances et du budget a lancé des opérations d’assainissement au niveau des soldes des fonctionnaires. La chasse aux agents en situation irrégulière était lancée avec le contrôle strict des états de paie. Chaque ministère et institution avaient participé activement aux opérations. Les responsables des ressources humaines auprès des ministères employeurs ont été appelés à intégrer tous les agents en service dans le logiciel Augure.Ces bases de données permettront d’avoir des informations fiables sur les agents, comme la date de prise de service, la fonction, et également d’effectuer le suivi des états de paie.

Défaillant« Après le rapprochement des états de paie et de ces déclarations, en novembre, nous avons détecté une différence de dix sept mille deux cents fonctionnaires », a déclaré Ihanta Sahondra Razafintsalama, directeur général de la gestion financière du personnel de l’État (DGGFPE) auprès du ministère des Finances et du budget (MFB).  Sept mille huit cent d’entre eux sont des agents du ministère de l’Éducation nationale, et le reste appartient aux autres ministères.Pour éviter tout couac ou malentendu dans l’application de cette mesure d’assainissement, le ministère des Finances et du budget, selon ce haut fonctionnaire, a encore laissé le soin à chaque ministère et Institution d’intégrer leurs agents en activité dans cette fameuse liste, dans le logiciel. Chose qui a été faite. Après une deuxième vérification et une confrontation avec la liste disponible auprès de la DGGFPE, neuf mille sept cent agents sont définitivement non déclarés, d’où la suspension de leur solde à compter de ce mois de décembre.Mais le système semble avoir une faille. Le cas du ministère de l’Éducation nationale le confirme. Selon la déclaration de Sandrot Rabeandalana, directeur des ressources humaines auprès de ce département ministériel, « des agents de ce ministère, qui ont été intégrés dans cette liste et envoyés au ministère des Finances n’ont pas pu toucher leur solde ».Devant cette situation, Vonintsalama Andriambololona, ministre des Finances et du Budget, tente de rassurer ces agents. Elle invite les responsables des ressources humaines à certifier et ainsi à attester les agents qui sont réellement en service au sein de leur département ministériel. « Nous pouvons traiter leurs soldes dès demain, s’ils sont attestés et certifiés par leurs ministères », a déclaré le membre du gouvernement. Ils pourront même toucher leur soldes avant la fin de l’année si tout est dans l’ordre, promet pour sa part Ihanta Sahondra Razafintsalama. La balle est maintenant dans le camp des ministères.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara280 partages

Septième art : Plaza : la nouvelle salle de cinéma

800 places confortables répondant aux normes, un écran harkness screen, un vidéo projecteur professionnel spécial cinéma Barco, un son Dolby Atmos 7.1 qui permet une qualité de projection immersive en 3D numérique certifié Disney Digital et Sony… Des détails techniques qui en disent très longs sur « Plaza », la nouvelle salle de cinéma située à Ampefiloha. Ouverte officiellement hier, en présence du Président de la République, « Plaza » était, à l’origine, un amphithéâtre. Suite à des incendies, en 2002 et en 2009, il se trouvait dans un état de délabrement. A l’initiative du Canal 7 events, en 2016, les travaux de réhabilitation, suite à une signature de convention par le biais du 3P, entre le ministre Paul Rabary et le DG du Canal 7 Events Raobelina Andry, ont été entamés. Hier, « Plaza » a ouvert ses portes et n’attend désormais plus que les cinéphiles !Mahetsaka

Midi Madagasikara154 partages

HCC : Second désaveu du gouvernement et du parlement

Ambohidahy a rendu hier sa décision concernant la loi relative à la délivrance des jugements supplétifs d’actes de naissance des enfants dans le cadre de l’enregistrement rétroactif des naissances et des adultes dans le cadre de l’opération Carte d’Identité Nationale.

Comme nous l’avions fait remarquer dans une précédente édition, ladite loi viole le principe de la séparation des pouvoirs notamment en son article 7 qui stipule que « tous les magistrats des Tribunaux de Première Instance et des Cours d’Appel peuvent présider les audiences foraines spéciales à l’intérieur de leur ressort territorial. Il en est de même pour les Préfets de Police, les Chefs de district et leurs adjoints selon le cas ».

60 ans en arrière. La HCC de considérer que « les Préfets, les Préfets de Police, les Chefs de districts et leurs adjoints sont des autorités administratives déconcentrées représentants de l’Etat, et plus précisément représentants de la branche exécutive, au niveau local ; qu’en vertu de la séparation des pouvoirs, ils relèvent de l’exécutif et non du juridictionnel ». Il est rappelé dans la décision que « le pouvoir de présider les audiences foraines relatives à la délivrance de jugements supplétifs avait été conférée à certaines autorités administratives déconcentrées depuis la Première République ; qu’à l’époque, une telle entorse à la séparation des pouvoirs pouvait être justifiée par l’insuffisance de magistrats et le nombre limité de juridictions sur l’ensemble du territoire national ; qu’en conséquence, la présidence des audiences foraines relatives à la délivrance de jugements supplétifs par les Préfets, les Préfets de police, les Chefs de district et leurs adjoints n’est pas conforme à la Constitution ». Bref, l’article 7 de la loi en question est un retour de 60 ans en arrière.

Inconstitutionnels. Par voie de conséquence, le juge constitutionnel d’invalider l’article 10 de la même loi qui dispose que « les représentants de l’Etat, leurs adjoints et les greffiers ad hoc siégeant en audience foraine spéciale doivent préalablement prêter serment par écrit « de bien et loyalement remplir leurs fonctions et d’observer tous les devoirs qu’elles imposent ». Selon l’article premier de la décision de la HCC, « la deuxième phrase de l’article 7 et l’article 10 de la loi n°2017-022 (…) sont contraires à la Constitution ». C’est-à-dire inconstitutionnels. L’article 2 d’ajouter que « les autres dispositions de la loi 2017-022 sont déclarées conformes à la Constitution et peuvent faire l’objet d’une promulgation ».

Assemblées croupion. Force est de constater qu’après le code de l’électricité, c’est la deuxième loi censurée par la HCC en l’espace d’une semaine. Un second désaveu du gouvernement qui a présenté les deux projets de loi mais aussi des deux Chambres du Parlement qui les avaient votées tour à tour et presque à l’aveuglette lors de la dernière session ordinaire. Il pourrait même y avoir un « jamais deux sans trois » à Ambohidahy avec la loi organique relative à l’élection présidentielle qui comporte des dispositions manifestement contraires à la Constitution. On est ainsi en droit de se poser des questions sur la capacité ou l’incapacité (c’est selon) des membres du Législatif – députés et sénateurs confondus – à examiner des textes de loi. Les parlementaires donnent l’impression d’être des béni oui oui et/ou de former des assemblées croupion qui ne tiennent même pas compte des avis et remarques, fussent-elles fondées, de leurs collègues juristes. Pour ne citer que les députés Hanitra Razafimanantsoa et Houssen Abdallah qui n’ont pas été entendus par la majorité HVM, quand bien même l’avocate et le magistrat se seraient exprimés à bon …droit.

R. O

Midi Madagasikara152 partages

Coopération sino-malagasy : 500 villages dotés de télévision numérique

La coopération bilatérale au centre des discussions de l’ambassadeur de Chine Yang Xiarong et du ministre des Affaires Etrangères, Henry Rabary-Njaka. (Photo Yvon RAM)

Dans le cadre de la coopération sino-malagasy, 500 villages de la Grande île seront dotés de télévision numérique. Ils auront également des écrans plats, des lecteurs et des panneaux solaires. Au titre du ministère des Affaires Etrangères, l’ambassadeur de Chine à Madagascar, SEMe Yang Xiarong a annoncé la construction d’un nouveau bâtiment, et ce, à hauteur de 24 millions de dollars. Ce Département ministériel a été doté également d’une crèche. Il y aura aussi un renforcement de capacité du personnel du ministère des Affaires Etrangères. Lors de son allocution, l’ambassadeur de Chine a déclaré que « nous ne nous immisçons pas dans les affaires intérieures de Madagascar ». Notons qu’outre l’ambassadeur de Chine, cette cérémonie a vu la présence du ministre des Affaires Etrangères Henry Rabary-Njaka  et du ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions, Harry Laurent Rahajason.

Dominique R.

Madagascar Tribune146 partages

Manipulation d’information

Dernièrement, l’annonce tonitruante de la part d’un média pro-régime selon lequel le taux de pauvreté à Madagascar serait passé de 92% à 72% en l’espace de 4 ans, a interpellé plus d’un. Bon nombre d’économistes et de politiciens ont réagi à ce qu’ils ont appelé un « miracle économique » si tant est que cela puisse être vrai. Car aucun pays dans le monde n’a jamais réussi un tel exploit, malgré nos recherches approfondies sur le sujet. Ce qui inquiète, c’est aussi le fait que le média en question n’a fourni aucune source afin que l’information puisse être vérifiée, mais s’en tient uniquement à un exposé de chiffre et à une déclaration ministérielle. Une intervention du ministre auprès de la présidence chargé des projets présidentiels a fait la déclaration comme quoi Madagascar a connu cette année une croissance à 4,1% et 5% pour l’année prochaine, ce qui n’est qu’une prévision, contre 2,5% en 2013. La Sefafi avait d’ailleurs souligné dans son dernier communiqué que « la réalité est têtue, comme en témoignent à la fois le spectacle des populations paupérisées et les statistiques les plus fiables. Pour la Banque Mondiale, 92% des Malgaches vivent sous le seuil de pauvreté, qui correspond à un revenu de moins de 2 USD par jour et par personne. Et entre 2013 et 2016, le PIB (Produit Intérieur Brut) par tête est passé de 462,5 à 401,4 USD, ce qui indique une tendance inquiétante de paupérisation pendant ces dernières années. ». Une déclaration tout à fait contraire de ce que veut faire croire le régime. D’autre part, il faut également souligner que plusieurs méthodes permettent d’établir le taux de pauvreté dans un pays donné. Le taux de pauvreté de 92% est établie sur la base de la méthode PPA ou parité de pouvoir d’achat avec le seuil de 2 USD par jour. Une méthode qui permet la comparaison entre les pays entre eux. La Banque mondiale vient de changer ce seuil et utilise maintenant le seuil de 1,90 USD par jour. Ainsi, si l’on se réfère à ce nouveau seuil, près de 80% des Malgaches vivent sous le seuil de pauvreté. Enfin, le taux de pauvreté peut également être établi par les gouvernements eux-même. Les résultats de ces différentes méthodes ne peuvent en aucun cas être comparé et sont totalement différents les uns des autres. Selon Patrick Randriamisata, économiste, la pauvreté se définit avant tout comme la difficulté ou l’impossibilité de satisfaire les besoins primaires, donc sur la base du 2 USD par jour. La précarité de la condition des Malgaches est d’autant plus alourdie par un taux d’inflation de 8% matérialisé par le prix de l’essence et le prix du sac de riz qui équivaut maintenant au salaire minimum. Dans tous les cas, selon la septième édition de la note de conjoncture économique de Madagascar, intitulée « Coping with shocks », de la Banque Mondiale datant de novembre dernier, «  le pays a pris du retard sur plusieurs indicateurs de développement : près de 80 % de la population vit avec moins de 1,90 dollar par jour, un enfant de moins de 5 ans sur deux souffre d’un retard de croissance et Madagascar est le cinquième pays au monde avec le plus grand nombre d’enfants non scolarisés. Par ailleurs, le taux d’accès à l’électricité est de 13 %, soit l’un des plus bas de la planète. ». Cette baisse spectaculaire du taux de pauvreté devient dès lors impensable.

Midi Madagasikara138 partages

Moramanga : Jiolahy nanafika nitaky iray alina ariary

Ny alin’ny alakamisy tokony ho tamin’ny iray ora maraina teo no nisy niditra ankeriny tao an-tokan-tranon’ireto zokiolona mivady manodidina ny 75 taona tao amin’ny fgokontany Ambohitranjavidy ato anatin’ny kaominina ambonivohitra Moramanga. Nisaro-tava ireo jiolahy ary nitondra antsy sy hazo lava. Nitady vola iray alina tamin’ireto mpivady ka tsy nahita afatsy enina arivo ariary vola madinika noho izy ireo mpivarotra voamadilo sy voatabia ary tongolo vitsivitsy,tsy nahita izay nilainy ireo olon-dratsy dia daroka sy vely kibay no nasetrin’ireo enin-dahy azy mivady. Tsy afaka nietsika avokoa ireto zokiolona ka ny maraina mihintsy vao afaka niantso ny nmpitandro filaminana. Nandritra ny fitsirihana nataon’ireto farany no nahitana fa tsy nisy naka ny fanamafisam-peo sy ny fitaovana mora zaka tao an-trano. Efa eo am-pelatanan’ny zandary eo anivon’ny borogadin’ny Moramanga ny fanadihadiana.

Cathy

Tia Tanindranaza136 partages

Marc Ravalomanana“Tsy misy mafy be izany eto”

Samy manaja tsara ny lalàmpanorenana sy ny tany tan-dalàna dia vita soa aman-tsara ny fifidianana ary tsy misy ny krizy, hoy i Marc Ravalomanana manoloana ny fanontanian’ny mpiara-miombon’antoka sy ny masoivoho vahiny.

 

 Mila mamela ny sasany mba hanana sehatra eo amin’ny filazam-baovao sy ny serasera hahafahana maneho hevitra ihany koa ny mpitondra. Mandrak’ankehitriny, tsy fantatra ny fotoam-pifidianana, kanefa ny fotoam-pivorian’ny parlemantera tapitra. Milaza anefa ny fanjakana fa tsy maintsy hatao ny fifidianana amin’ny taona 2018. Eo ihany koa ireo filana antsojay isan-karazany, sakantsakana … Amin’ny maha filohan’Antoko ny tena dia mahatsiaro ho manana andraikitra, ary tsy maintsy mijoro milaza ny marina sy ny tena zava-misy, hoy izy. Fantatra ny teniny sy ny lazainy fa hoe izy no antoko politika matanjaka indrindra, ka jereo ny mampatanjaka anao ary ! Fa izao ihany koa hoe mba haraho ny lalàna, hoy ny hafany miantefa amin’ny HVM, indrindra fa ho an-dRivo Rakotovao. Ny nahatonga anao ho filohan’ny Antenimierandoholona teo ve mba nandeha araka ny lalàna tsara ? Ny nanoloana anao amin’ny fahabangan-toerana ao amin’ny antenimierandoholona ara-dalàna, fa ny nahatonga anao ho lasa filohana andrim-panjakana tsy ara-dalàna,… ka dia mba mampahatsiahy aho mba jereo ilay izy fa tsy izany akory ny fitondra firenena, tsy izany akory no mampatanjaka, hoy ny filoha teo aloha. Naheno feo aza izahay hoe nampiasa fandrahonana, izay tsy fantatro ny fahamarinany, fa  izay fotsiny hoe tsy nifanaraka tsara amin’ny lalàna no nahatonga azy io ho lasa filohana andrim-panjakana, hoy izy. Miteny an’izany aho satria mahatsapa ny fiteninareo fa anananareo trosa ny tenako. Tsy tokony hafangaro izaho Marc Ravalomanana amin’ny maha izaho sy ny resaka orinasa sy ny trosa anananareo momba ny Tiko, hoy hatrany izy. Izahay rangahy ity mahalala tsara ny fitondrana ity firenena ity, ary fantatray ny tokony hatao ary tsy hanaotao foana amin’izany izahay, fa tsy iny no dradradradraina andro aman’alina eo, ary mba jereo ihany koa ny zavatra nataonao, hoy izy mantsy an-dRivo Rakotovao. Matoa nitranga ny trosa dia nisy krizy teto nanomboka ny 2009 hatramin’izao, ka aza mihevitra ny tenanareo ho marina foana ianareo.

Ataovy mazava ny fitsipi-dalao

 Raha ohatra samy mieritreritra isika ny tsy hisian’ny krizy dia ataovy izay hisian’ny fifanajana, hoy Ravalomanana. Mifampiarahaba sy mifampihatsaravelatsihy fotsiny ka tsy mety ary aleo tsy misy, hoy izy nandray ohatra ny zava-niseho tany Betafo. Nanaovana antsojay ny ben’ny tanàna TIM, ka anisan’izany ireo 13, izay nisy ny notifirina dia maty, nefa hatramin’izao tsy fantatra ny antony, ny sasany gadaraina,… Izao indray dia avoaka ny lalàna hisakantsakanana. Raha tena mihevitra tsara ny mpitondra, indrindra ny Filoha Rajaonarimampianina hoe tsy hisy krizy eto, dia araho tsara ny lalàna sy ny fifanajana mba tsy hahatonga ny vahoaka hitroatra, hoy izy. Mikasika ny fitokanan-javatra etsy sy eroa ve dia tena marina fa tena anareo avokoa ireny, hoy i Marc Ravalomanana. Aleo hipetraka sy hazava ny fitsipi-dalao, ary ataovy mitovy laharana ny lehiben’ny Antoko. Tsy maintsy hijoro sy hiezaka hatramin’ny farany aho, raha ilaina dia hanao izay ezaka rehetra hivondronan’ny mpanao politika rehetra hisian’ny fifampiresahana. Afaka adidy izahay rehefa ianareo mpitondra no manao ny ataonareo any, fa mihevitra ny tenanareo ho matanjaka ka tsy mila ny hafa, hoy i Marc Ravalomanana izay hita fa tsy hanaiky holembenana hatramin’ny farany.

Toky R

Midi Madagasikara119 partages

ONTM : Une stratégie digitale pour booster le tourisme

Joël Randriamandranto, le PCA de l’ONTM a présenté le nouveau site web de l’Office. (Photo : Yvon Ram)

Dans le cadre du lancement de ce site, un concours de photos dédié aux résidents nationaux, axé sur le thème « Voyage à Madagascar » est organisé du 19 décembre 2017 au 8 janvier 2018.

Création d’un nouveau branding dénommé « Treasure Island » et refonte totale de la stratégie digitale de l’ONTM (Office National du Tourisme de Madagascar).Telles sont entre autres, les recommandations émises à l’issue d’une étude sur une meilleure stratégie financée par la Banque Mondiale via le projet PIC 2 en vue de relancer la destination Madagascar après la crise de 2009.  « L’objectif consiste à atteindre le niveau du nombre d’arrivées des touristes en 2008 qui est de 375 000 touristes internationaux. Cette nouvelle stratégie digitale contribuera ainsi à booster le secteur tourisme », a expliqué Joël Randriamandranto, le Président du Conseil d’Administration de l’ONTM lors de la présentation de son nouveau site web www.madagascar-tourisme.com  qui s’est tenue hier à l’hôtel « Le Fred », un nouvel établissement situé à Antaninandro. Une représentante de la Banque Mondiale y a assisté.

L’Hôtel « Le Fred » dispose d’une salle de conférence. (Photo : Yvon Ram)

« Le Fred ». L’enseigne « Le Fred » a été créé en se référant au nom de la rue qui longe l’hôtel en l’occurrence Fredy Rajaofera, qui n’est autre que l’arrière grand-père du directeur général de l’établissement. Cet hôtel a été ouvert exceptionnellement pour la conférence de presse organisée par l’ONTM hier. En tout cas, il s’agit d’un nouvel établissement respectant les normes internationales qui va contribuer à l’embellissement de la ville. « L’action d’un tel opérateur malagasy effectuant un tel investissement est fortement louable car cela contribue au développement socio-économique de Madagascar. On encourage les opérateurs économiques nationaux à emboîter ses pas en investissant plutôt dans le secteur productif comme le tourisme, créant des emplois et générant des recettes en devises pour le pays », a évoqué Toky Rabeson, le directeur général du Développement du Tourisme au sein du ministère du Tourisme en marge de cette conférence de presse. Quant à Joël Randriamandranto, il a témoigné pour sa part que c’est un bel établissement.

Concours de photos. En revenant sur le nouveau site web de l’ONTM, c’est élaboré à partir du nouveau procédé « responsive design », soit adapté à tous les types d’appareils notamment les écrans mobiles et les tablettes et décliné en quatre langues à savoir, français, anglais, italien, allemand et bientôt chinois. On y trouve une liste de prestataires touristiques à Madagascar permettant aux visiteurs de les contacter rapidement ainsi que des pages spéciales pour accéder à toutes les thématiques ou aux actualités ou aux marchés des autres pays. Le renforcement de  la présence de la destination Madagascar sur les réseaux sociaux comme facebook, Instagram et Twitter, n’est pas en reste. « Les touristes étrangers peuvent effectuer directement une réservation en ligne en consultant ce site. En outre, il y a une vidéo sur la page d’accueil permettant de faire rêver les visiteurs sur la destination Madagascar. Une communication directe avec les professionnels du tourisme via le livechat est également désormais faisable. Dans le cadre du lancement de ce site, un concours de photos dédié aux résidents nationaux axé sur le thème « Voyage à Madagascar » est organisé du 19 décembre 2017 au 08 janvier 2018. Deux billets hors taxe Tanà-Paris-Tanà et Tanà-La Réunion-Tanà seront offerts au premier et deuxième gagnants », a conclu le PCA de l’ONTM.

Navalona R.

News Mada104 partages

Musique : Niu Raza signe son tout premier EP

Niu Raza dévoile son premier-né, «Something Niu» qui vient de paraître, hier, sur  la plateforme de distribution audio en ligne SoundCloud.

Tout jeune branché qui se respecte a sûrement écouté «Ampy izay» de Niu Raza. Effectivement, ce titre déferle sur les ondes comme sur nos petits écrans. Les émissions de télé -crochet se l’arrachent. Cet hymne de la jeunesse mérite d’être, sans l’ombre d’un doute, le tube de l’année.

La jeune diva continue sur sa lancée avec «Something Niu», un projet produit par Alejandro Leiva, avec lequel elle a travaillé sur trois de ses chansons. «La vérité est qu’il n’y a pas de perfection et si nous ne commençons pas quelque part, nous n’arriverons jamais là où nous voulons être. C’est mon tout premier EP et certainement pas le dernier. Ces chansons, je les ai écrites, je n’avais jamais eu vraiment foi en certaines d’entre elles parce que j’avais peur de ne pas être assez bonne. Mais, c’est un grand bonheur pour moi de les partager avec vous tous», argumente l’artiste.

Depuis le pays de l’Oncle Sam où elle effectue des études en musique, cette jeune artiste partage sa passion intarissable pour cet art à travers ce premier opus qui puise son inspiration dans des genres aussi variés que l’Afropop, le Jazz et le RnB. «Vous ne pouvez pas faire les choses par vous-même, si vous voulez aller loin dans la vie, vous devez apprendre à apprécier les autres et chacun d’eux signifie tellement pour moi parce qu’ils croient en moi et ma musique quand je suis au plus bas et doute», a-t-elle conclu.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara98 partages

Ravalo décidé à ne pas se laisser évincer

Marc Ravalomanana a été le premier à afficher ses ambitions présidentielles et il a proclamé urbi et orbi qu’il était fermement décidé à maintenir sa candidature. L’équipe entourant le président de la République, le considérant comme un rival redoutable, a multiplié les tracasseries pour essayer de contrarier sa démarche, mais malgré toutes les humiliations qu’on lui a fait subir, il ne dévie pas de son objectif. Cependant, les caciques du pouvoir insinuent que ceux qui sont condamnés par la justice et qui ont des arriérés d’impôt sont exclus de la course à l’élection présidentielle.

Ravalo décidé à ne pas se laisser évincer

La déclaration du président du sénat, Rivo Rakotovao, visait sans le nommer Marc Ravalomanana. Ce dernier a été condamné par la justice dans le cadre du procès de l’affaire du 7 février et les services fiscaux lui réclament les centaines de milliards d’impôts que Tiko n’a pas payés. La société AAA qui a remis en marche les usines laissées à l’abandon a été poursuivie pour les mêmes raisons. L’ancien président a eu beau affirmer qu’il n’avait plus rien à voir avec le nouveau groupe industriel, rien n’y a fait. La force publique a été dépêchée à Antsirabe pour faire cesser les activités de l’unité industrielle, en avançant que cette dernière n’avait pas payé les factures de la Jirama. L’opération a été très médiatisée et a démontré que le pouvoir est décidé à ne laisser aucun répit  au candidat déjà déclaré. Ce qu’a affirmé l’homme fort du HVM est une des dernières estocades pour le déstabiliser. Mais ce dernier a décidé de réfuter point par point toutes ses allégations. Il a décidé de ne pas se laisser faire et il se battra pied à pied pour ne pas être évincé. Il affirme qu’il se placera sur le plan juridique pour se défendre. Pour le moment, il ne s’agit que d’insinuations et  elles n’ont pas de valeurs officielles. Mais elles préjugent déjà de la stratégie qui va être adoptée par la suite. On est à un peu moins d’un an du premier tour de l’élection présidentielle et les chausses trappes vont se multiplier pour évincer les rivaux potentiels.

Patrice RABE

Midi Madagasikara84 partages

Toliara Sands : Le géant minier australien Base Resources investit 75 millions USD

Pour parvenir à l’étape actuelle, Phil Murphy, Chief Executiv Officer de World Titane Holdings, la maison mère de Toliara Sands a fait un travail de… titan.

La présence d’un géant de l’industrie minière de la trempe de l’australienne  Base Resources Ltd, entraînera la venue d’autres grands investisseurs miniers à Madagascar.

Phil Murphy, CEO de World Titane Holdings Ltd (WTH), la maison mère de Toliara Sands, a toutes les raisons d’être satisfait et heureux. Sa mission de longue haleine pour le développement du projet d’exploitation de l’ilménite de Ranobe à Toliara vient de franchir  une étape éminemment importante avec l’entrée en lice d’un partenaire stratégique.

Partenaire idéal. Et pas n’importe quel partenaire  puisqu’il s’agit de Base Resources, une société cotée à la bourse australienne (ASX) et anglaise (AIM) avec une capitalisation boursière de 225 millions de dollars australiens. Dans cette transaction, Base Resources investira 75 millions USD pour une participation initiale de  85% dans le projet Ilménite de Ranobe. Phil Murphy qualifie Base Resources de partenaire idéal. Et à juste titre puisque, outre sa grande capacité financière, Base Resources dispose d’une expérience confirmée et d’une solide compétence technique dans le domaine des investissements miniers. La technique minière d’exploitation du sable minéralisé, la réhabilitation environnementale, et la politique sociale, constituent autant de domaines où Base Resources excelle. « Base Resources  peut rééditer à Madagascar l’expérience réussie qu’elle est en train de réaliser au Kenya » selon toujours Phil Murphy.

Projet phare. En effet, Base Resources a réalisé avec succès la construction et la mise en opération de Kwale Mineral Sands Operations (Projet Kwale) au Kenya. Il s’agit d’un investissement de 330 millions USD qui emploie 925 personnes  dont 97% sont des Kenyans et qui a créé 3500 emplois supplémentaires. Base Ressources qui est gérée par une solide équipe technique, dispose de pratiques d’exploitation exceptionnelles à tel  point que le gouvernement kenyan a décerné au Projet Kwale,  le statut officiel de « Flagship Project » (projet phare). La renommée internationale de Base Ressources est également confirmée dans les projets sociaux et communautaires ainsi que dans la gestion de l’impact environnemental.  Comme le projet Kwale est une mine à sec similaire à Toliara Sands, Base Resources n’aura aucun problème pour réaliser la même prouesse à Madagascar.  Au grand bonheur  de toutes les parties prenantes comme les actuels et futurs employés de Toliara Sands, des communautés touchées directement ou indirectement par le projet. Et bien évidemment de l’ensemble de  l’économie malgache qui aura d’ici peu son troisième grand investissement minier après Ambatovy et Rio Tinto QMM.

Excellentes relations. En tout cas, Base Resources entend visiblement réaliser d’une main de maître le projet Toliara Sands et félicite WTH qui a réussi à faire progresser le projet. Sur ce point, Tim Carstens PDG de Base Ressources a déclaré : « WTH a investi de manière significative dans la progression du projet Toliara Sands pendant plusieurs années en établissant une ressource minière de classe mondiale, faisant avancer les études de développement et obtenant les permis de licence clés. WTH a également réussi à établir d’excellentes relations avec le gouvernement de Madagascar et les communautés locales. Les actionnaires majoritaires de WTH, AMED Funds et Boulle Titanium, dont l’engagement a contribué à la récente progression du projet, continueront à soutenir le projet, et Base Ressources, afin d’en assurer la progression vers la construction de la mine dans les meilleurs délais et conditions ».  Sur ce point, d’ailleurs, l’entrée en production de projet Toliara Sands est prévue  au milieu de l’année 2021.

R.Edmond.

Midi Madagasikara74 partages

CHU Place Kabary : 228 millions d’Ariary de l’Ambassade du Japon

La signature de convention entre l’Ambassade du Japon et le ministère de la Santé publique hier.

Avec la convention qui vient d’être signée hier entre le Centre hospitalier universitaire (CHU) Place Kabary (Antsiranana I) et l’Ambassade du Japon par l’entremise du ministère de la Santé publique (MSP), l’établissement se verra doté d’un nouveau pavillon dédié au «  Service des consultations externes ».

La capacité d’accueil de ce CHU passera alors de 5000 à 7000 patients. SEM l’Ambassadeur du Japon, Ichiro OGASAWARA a précisé que 228 millions d’Ariary ont été octroyés pour la réalisation de ce projet. Dans son allocution, SEM l’Ambassadeur a souligné que la construction de ce nouveau pavillon constitue une preuve de plus des liens profonds d’amitié qui unissent Madagascar et le Pays du Soleil levant. Il a par ailleurs souligné que le Japon est heureux « de soutenir les efforts louables fournis par le ministre de la Santé publique, Pr Lalatiana Andriamanarivo, dans le renforcement du système de Santé publique malgache ».Notons que le secteur de la santé représente un des domaines d’intervention prioritaire du gouvernement japonais à Madagascar. Rien que pour cette année, 4 projets en faveur de la santé publique ont été réalisés par le gouvernement nippon , dont la construction de la rampe du CHU de Gynécologie Obstétrique de Befelatanana et les Centres Vonjy, etc.

Histoire du CHU. Il convient de rappeler que le choix du CHU Place Kabary n’est pas anodin. Une histoire émouvante se cache derrière. En effet en 1942, durant la IIe guerre mondiale, 4 sous-mariniers japonais ont succombé en mer à Diégo-Suarez. Une stèle commémorative a été érigée en leur honneur. Touché par cette reconnaissance, le gouvernement japonais a ainsi décidé d’étendre et d’améliorer les infrastructures du CHU Place Kabary, d’autant plus que comme sus-mentionné, la santé représente un pôle important de la coopération nippo-malgache. Créé en 1901, le CHU Place Kabary fête cette année ses 116 ans. D’après son Directeur général Hery Rakotoarisoa, il se distingue par ses services d’ORL, d’Ophtalmologie, mais également de Neuro-psychiatrie, etc. Mais ce pavillon nouvellement créé améliorera également la gestion financière de l’établissement en boostant son système de recouvrement.

Perceptions. Ayant tenu à honorer personnellement la cérémonie, le ministre de la Santé publique a également fait savoir que c’est la première fois qu’il visite les locaux zen et magnifiques de l’Ambassade du Japon. Il a également partagé les trois raisons principales qui ont motivé sa venue : ses liens d’amitié avec SEM l’Ambassadeur du Japon, son admiration pour le Japon et la mentalité japonaise et surtout sa reconnaissance. Il a en effet souligné que le Pays du Soleil levant est bien le premier en termes d’investissement en faveur des CHU à Madagascar. Par ailleurs, le Pr. Lalatiana Andriamanarivo revient du Forum sur la Couverture Santé universelle, organisé au Japon du 12 au 13 décembre dernier. Il n’a pas tari d’éloges en faveur des avancées du Japon en la matière : « J’étais frappé par les propos du Premier ministre japonais disant que pour assurer la couverture santé universelle du pays il fallait construire des Facultés de Médecine dans toutes les régions. Ainsi, comme première « leçon », d’ici 2018, nous allons construire quatre nouveaux centres dédiés à la formation de personnel médical, notamment les paramédicaux. »

Luz R.R

Midi Madagasikara66 partages

« The Red » : Vente-expo photo de Stéphane Neko

Rakotomalala Stéphane Harijaona, alias Stéphane Neko, a réalisé sa première exposition photo solo lors de « Break the Silence », en 2015, au Chill Out Café. Aujourd’hui, il fait un comeback au Buffet du Jardin, Antaninarenina, avec une vente-expo photo solo.

Du 16 au 30 décembre, les œuvres de ce jeune amateur de photographie conceptuelle seront accrochées dans ce restaurant d’Antaninarenina.

« The Red ». Stéphane a nommé ainsi son exposition car il veut faire part de son opinion sur cette couleur à la société. « La couleur rouge peut renfermer de nombreux messages. Elle peut signifier amour, haine ou encore violence. C’est une couleur très contradictoire ; et chaque personne a sa propre manière de l’interpréter », explique le jeune homme. Tout le monde peut se retrouver face à ces émotions, dans sa vie, et notre artiste souhaite que chaque personne puisse s’identifier sur au moins une de ses photos. Stéphane a décidé de présenter des photos mystérieuses, fictionnelles et artistiques aux nuances de rouges. Des œuvres d’art pouvant se lire de mille et une façons. « En plus de dévoiler mon travail, je souhaite également pousser les Malgaches à penser avec un esprit plus ouvert », rajoute le photographe. En effet, certaines des photos de « The Red » sont assez osées.

Jusqu’à la fin du mois, plongez dans les plus profondes pensées de notre artiste, en découvrant ses œuvres et en discutant avec lui, au Buffet du Jardin.

Kanto Andraina

News Mada62 partages

UPJ : madagascar brigue la vice-présidence

Khartoum (Soudan) accueille depuis mardi dernier et jusqu’au 21 décembre prochain le cinquième congrès de l’Union panafricaine de la jeunesse (UPJ).

Ce congrès sera marqué par l’élection du vice-président pour une durée de trois ans qui aura lieu le 21 décembre prochain. Juliana Ratovoson, la représentante de Madagascar à cette rencontre, brigue ce poste. La fondatrice de l’association «Malagasy youth for development» sera alors notre porte-flambeau durant cette réunion à laquelle participeront 54 pays membres de l’UPJ.

Il faut savoir que Juliana Ratovoson s’est brillamment distinguée lors de ses interventions en matière de leadership et de mobilisation des jeunes pour le développement de Madagascar et du continent, lors des différents sommets comme le sommet Afrique-Europe de la Jeunesse, le sommet Afro-Arabe, le forum panafricain, le 26e sommet des chefs d’Etat, la rencontre Yali RLC, le forum Jeune leader africain, ou encore le sommet Young change make award.

La Grande île aura une plus grande visibilité et de plus grandes responsabilités dans le concert des Nations. C’est également une opportunité à saisir pour améliorer nos relations diplomatiques avec les pays membres de l’union Africaine (UA). Le plus important, c’est notre possibilité de pouvoir participer activement à la réalisation de l’Agenda 2063.

Nadia

News Mada52 partages

GABEGIE DANS LES LYCEES Le ministre Paul Rabary tape du poing sur la table

Le ministre de l’Education nationale (Men), Paul Rabary, hausse le ton face à la gabegie qui règne dans certains lycées publics, ternissant l’image du secteur de l’éducation.  Ce dernier a averti ces responsables que des sanctions seront appliquées aux récidivistes.

Un changement radical. C’est ce que le numéro un du Men attend des proviseurs de lycée public et lycée communautaire, au nombre de 436, qui assistent au regroupement national des proviseurs depuis hier jusqu’à ce jour à Andohalo. Ce dernier n’a pas mâché ses mots en s’adressant aux participants, afin que cessent toutes les formes de gabegie qui règnent dans les établissements, telles que la corruption ou encore l’abus de pouvoir…

Parmi les mauvaises pratiques, le ministre Paul Rabary a évoqué les actes de corruption lors de l’inscription dans les lycées publics. «Des proviseurs de lycée inscrivent des élèves non admis à l’examen du BEPC moyennant  pots-de-vin », a-t-il souligné. Une situation qui ne manque pas d’interférer sur le niveau des élèves même s’ils arrivent à empocher leur baccalauréat à l’issue de trois ans d’études. Dans les universités, des étudiants en première année n’arrivent même pas à former correctement une phrase simple. « Sur les quelque 300 copies d’étudiants en première et troisième année en sociologie que j’ai corrigées, moins d’une dizaine ont obtenu la moyenne », a annoncé le ministre.

20 h de cours par semaine

 A cette occasion, le ministre de tutelle a averti les proviseurs qui s’opposent, directement ou indirectement, aux décisions d’affectation de poste. Des cas qui se généralisent ces deniers temps, notamment à Antsirabe, Ankazomborona ou encore à Alaotra Mangoro, où des parents d’élèves et enseignants sont descendus dans les rues pour protester contre le changement de proviseur. « Les plus corrompus figurent parmi ceux qui manifestent de la résistance face à une telle disposition », a-t-il fait remarquer.

 En ce moment où l’Etat s’attèle à l’assainissement du monde de la Fonction publique, en éliminant les fonctionnaires « fantômes », le Men ne ménage pas ses efforts pour assainir son domaine. Dans ce cadre, le ministre Paul Rabary a lancé un rappel à l’ordre au personnel concerné, dont les « capéniens » qui viennent d’être recrutés mais ne rejoignent pas leur poste. Des mesures rigoureuses seront appliquées à ces derniers, tout comme les enseignants qui n’assurent pas les 20 heures de cours par semaine dans les écoles publiques. Récemment, le Men a bloqué le solde de 95 employés « fantômes », selon le DRH.

Fahranarison

Midi Madagasikara44 partages

Ambohimangakely : Andian-jiolahy rain-dahiny, ravan’ny zandary

Isan’ny nampihorohoro ny mponina teny amin’iny faritra Ambohimangakely sy ny manodidina iny ny tarik’i Kaisara. Tambajotran-jiolahy izay hikoizana tokoa amin’ny resaka vaky trano miharo fanafihana sy fanolanana teny an-toerana. Ny faran’ny herinandro teo ary, telolahy izay ao anatin’ity fikambanan-jiolahy ity no voasambotry ny zandary avy ao amin’ny borigady Ambohimangakely. Fitaovam-piadiana sy fitaovana hafa fentin’ireto olon-dratsy ireto manafika no sarona teny amin’izy ireo ary efa nogiazana. Raha ny fanazavàna azo dia isan’ireo tompon’antoka tamin’ireo fanafihana nisesisesy, teny amin’iny faritra Ambohimahitsy sy Tsarahasina iny, ny volana novambra lasa teo izy ireo. Nanomboka teo no nandray andraikiny ireo tomponandraikitry ny filaminana tamin’ny fikarohana azy ireo. “Nitombo ny vaovao voaangona na avy amin’ny olon-tsotra izany na avy amin’ny fitrandrahana ataon’ny zandary ka izao nahasamborana azy ireo izao na dia fetsy sy malina tokoa aza izy ireo” hoy ny fampitam-baovao azo avy amin’ny zandarimarim-pirenena. Marihana hoy hatrany ny vaovao fa dia efa any amin’ny fonjaben’i Tsiafahy ilay jioahy rain-dahiny antsoina hoe Kaisara, dia ireo mbola manohy ny asa ratsiny ireto ihany ireo tariny. Omaly izy telolahy voasambotra ireto no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana. “Irariana ny hitohizan’ny fifanomezan-tanana toa izao hatrany hampihena ny asa-ratsin’ireo jiolahy” hoy hatrany ny teo anivon’ny zandary

m.L

L'express de Madagascar43 partages

Tourisme – Madagascar dans le top 20 des destinations

Beau cadeau. La Grande île jouit d’une modeste onzième place sur les vingt et une meilleures destinations retenues dans le classement publié par le magazine américain « National Geographic Traveler » pour 2018. Madagas­car reçoit un merveilleux cadeau de la part de cette rédaction, pour les fêtes de Noël et de fin d’année. Cela fait donc la cinquième fois cette année que Madagascar est cité dans un top d’un magazine de notoriété.En début d’année, le magazine « Vogue » ou encore les journaux « The New York Times », « The Washington Post » et « The Telegraph » ont déjà vanté la richesse de l’île en biodiversité. Le tourisme malgache reprend donc son souffle avec ce classement, surtout après l’épidémie de peste.Réputation. Même si le marché du tourisme malgache a perdu des points, environ quarante mille touristes, durant le deuxième semestre, cette année, ce secteur fait toujours partie des principales ressources de la Grande île en contribuant à une moyenne de 6% dans le produit intérieur brut. La popularité de ses richesses en biodiversité reste tout de même intacte.

Tsiry Razafindrazaka

L'express de Madagascar40 partages

Resa-behivavy ? sady tsy bado no tsy voageja

Ilay lazaina fa « fahendrena » malagasy dia mananatranatra ny vehivavy hipetraka tsara satria hoe «fanaka malemy». Fantaro anefa andriamatoa sy ramatoa isany solombavambahoaka fa izahay vehivavy malagasy dia sady tsy manaiky ho bado na koa ho vaogeja. Ela loatra izay nametrahana ny andriambavilanitra ho tokonana dikaina. Tsy zarizary  ny fanabeazana ny zazavavy, vitsy ireo misitraka ny zo hianatra. Torak’izany ihany koa ny amin’ny resaka fananantany sy ny zo haneho hevitra. Ireo vehivavy sahy mananga-peo dia tondroina ho ankohovavy maneno! Raha mijery ny zava-misy dia mety ho maro no mihevitra hoe efa niova izany satria efa nandroso ny fomba fisainana. Efa misy ireo vehivavy voafidy hisolo vava ny vahoaka dia ao ireo hilaza fa misy ny mijoro mitondra tenin’ny vehivavy hafa, mijoro ho an’ny firenena. Saingy nanetry tanteraka ny vehivavy Malagasy, ny fahendreny, ny fahaizany sy ny zony ianareo. Ny zo hiaina, ny zo ho salama, ny zo hanana fianakaviana ary ny zo hisafidy malalaka ny fiainany.Ry mpihatsaravelatsihy, mandritra ny fotoana hiafenanareo ao ambadiky ny fanhendrena malagasy, maro ireo vehivavy ho faty, tsy ho tambo isaina ireo zaza ho teraka hibaby fahasembanana izay tsy hamela azy hiaina ampamendrehana.  Mbola ratsy kokoa, hisy ankizy maro hitondra ny enta-mavesatra mandrakizay satria «namono» ny reniny tamin’ny fotoana nahaterahany. Mety manao resabe izahay hoy ianareo, nefa fantaro fa ao ambadiky ny teny rehetra lazaina entona dia misy fahamarinana, tantara tena misy, fiainana sy olombelona izay heverinareo tsotra izao ho tsy zava-poana.Avo ka tsy takatray ny toerana misy anareo, kanefa sintoninay hahalala ny zava-misy. Andeha ho raisina ny teny nosoratan’ny namana mpanao gazety iray. « Misy aretina sasany, ohatrany néphropathie, ny aretin’i Marfan, manery anay (dokotera mpampiteraka) hamoaka ny zaza avy ao ankibon-dreniny, mba tsy hahafaty azy. Eritrereto hoe misy vehivavy iray miteraka ny zanany fahaefatra izay voan’ny fahaverezan-drà be loatra. Iza no ho vonjenao ? Ny reny sa ny zaza ?» Ny atody miforina ao akibon’ny vehivavy izay ho lasa zazakely dia mety hisy fahasamponana goavana : loha misokatra, kibo misy tanana, ny tsinay tsy mipetraka amin’ny tokony ho toerany. Maro tsy ho voatanisa ireo ohatra mahatsiravina sy mampatahotra azo lazaina. Tsy any anaty sary mihetsika fa tena zavatra iainana sy sedraina vehivavy maro izany. Mandritra ny fotoana hiadianareo hevitra amin’izay ho lohatenin’ny lalàna, ny pitsopitsony dia misy ireo vehivavy miady amin’ny fahafatesana. Sarotra ny hiteny anareo hoe «mba meteza amin’ny toerany» satria raha nanao an’izany ianareo, na dia minitra vitsy monja aza, dia ho tsapanareo fa zo ny fanalan-jaza ara-pahasalamana hitandrovana ny ain-dehibe.Rano raraka tsy azo raofina. Raha ny fisainana nentina nadaniana iny lalàna iny dia kely ny finoana amin’ny hoe hiovanareo hevitra. Koa takina ny fangalana fepetra hizakan’ny malagasy ny vokatry ny fanapakevitrareo. Asehoy ary ny maha olokendry tokoa anareo eo anatrehanay soloinareo vava. Ianareo mantsy no tompon’andraikitra amin’ny tsy fahafahanan’ny mpitsabo hanavotra ny ain’ny reny sy ny zaza raha misy ny fahasarotan’ny vohoka. Tokony afaka mitory ny fianakaviana ka ianareo no ho hiantefan’izany tsy fandraisana andraikitra manoloana ny loza mihatra amin’ny vehivavy mitondra vohoka izany.Aoka ireo fianakaviana hahazo honitra, ireo zaza maty reny ho zakain’ny fanjakana tanteraka. Torak’izany koa, tokony ho entohin’ny fanjakana, ho entoanareo tanteraka mandra-pahafatiny ireo zaza ho teraka mibaby fahasembanana mavesatra. Andeha ary atomboka amin’ny fananganana sekoly manokana ho an’ny zaza sembana ao Tsimbazaza e! Mba anjaranareo no miahy sy mitaiza azy ireo isanandro hatsapanareo ny fijaliana mianjady amin’ireo ray aman-dreny manana zaza sembana. Satria ianareo no nisafidy ny fisiany sy ny hoaviny.Nefa, na dia ho vitanareo aza izany rehetra izany, misy zavatra iray tsy azonareo ho averina: ireo reny. Tsy afaka mamerina ireo reny izay maty  teo ampiterahana ianareo. Maty satria nesorinareo ny zony hiaina.  Andriamatoa sy ramatoa solombavambahoaka, aza mihafina ao aorian’ny fahendren’ny Ntaolo. Raha nisy fahendrena na dia kely aza ianareo dia nanetry tena hiresaka aminay. Tsy mba manaiky ny hiafenanareo ny Ntaolo satria, mamy ny aina. Ianareo dia mihevi-tena ho tompony fa tsy mpamerindoha ka misandoka ho tompon’ny ain’ireo reny Malagasy.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Madagascar Tribune37 partages

« Que les règles soient pour tous »

L’ancien président Marc Ravalomanana s’en est de nouveau pris au régime de Hery Rajaonarimampianina après les déclarations de la société Triple A et notamment sur la liberté de tenir des manifestations politiques. Ces derniers temps en effet, les tenants du pouvoir ont fait se succéder les inaugurations et les soi-disant démonstrations de force en vue des élections de 2018. Pour Marc Ravalomanana, l’actuel régime n’est pas du tout populaire contrairement à lui. Selon ce dernier, il suffit tout juste de se rappeler ce qui s’est passé à Betafo Antsirabe dimanche dernier pour s’en rendre compte. En effet, l’ancien et l’actuel président de la République se sont croisé dans cette localité lors de la célébration du jubilé de la Réformation durant laquelle l’ancien président a suscité plus d’intérêt et a su réunir la foule autour de lui ; ce qui lui a permis de scander que la population est toujours acquise à sa cause et est dans son camp. Aussi, si le régime veut réellement mesurer sa force, il devrait autoriser la tenue de manifestations politiques pour les opposants afin que les règles soient les mêmes pour tous. Ce dernier a également soulevé le fait que les lois électorales ne sont pas encore arrivées au niveau de l’Assemblée, ce qui laisse une incertitude quant à la tenue des élections pour 2018. Cette égalité devant la loi est égaiement valable pour ce qu’il en est de la fermeture de l’usine Triple A d’Andranomanelatra souligne encore l’ancien président.

Midi Madagasikara36 partages

Manjakaray : Rangahy iray voatifitra teo an-tokotany

Raha mba niarakaraka tamin’ny namany sy ny fianakaviany teo an-tokotaniny ilay rangahy no nisy basy nipoaka tampoka. Lehilahy iray izay nandeha môtô no nitifitra azy avy aty amin’ny arabe. In-telo nirefotra ny basy ary nanaitra ny fiarahamonina izany. Ny alin’ny alatsinainy teo, manodidina ny tamin’ny sivy ora, raha mbola nisokatra ny vavahadin’ny tokotany no nipoaka tampoka ny basy ary nisesisesy. Samy nanavotra ny ainy ireo olona niara-nikorana tamin’ilay rangahy tompon-trano. Raha ny fiheverana ity tranga ity dia ny ainy mihitsy no nofofoina satria tsy nisy naratra afa-tsy izy tenany tamin’ireo olona. Mba tsy nahazo azy ny bala roa voalohany fa ilay iray farany no nahazo ny tongony ary niteraka ratra. Voatery nentina teny anivon’ny hopitaly izy mba ho fanavotana ny ainy. Ireo vatan-dehilahy dia samy niezaka nanenjika ilay môtô ihany saingy vetivety dia nanjavona izany. Inona ny antony hifofofana ny ain’ity rangahy ity? Raha ny vaovao azo dia efa in-telo izay izy no nisy nisompatra toa izao. Tamin’ny voalohany, tamin’ny taon-dasa, dia nisy nandraraka asidra ny tenany, mbola teo Manjakaray ihany koa no nitranga izany. Mbola nitohy izany fisomparana izany tamin’ny volana jolay teo : nisy olona roa nandeha môtô nitifitra azy tamin’ny asidra. Tamin’io tranga faharoa io dia tsy voa ny tenany fa kosa ny vady aman-janany no niantefan’izany. Hametraka fitoriana eny anivon’ny pôlisy ilay fianakaviana niharan’ny fifofoana aina.

D.R

Midi Madagasikara32 partages

« Cybercriminalité » : Olona iray nosamborina, nisandoka ny « mail »- n’ny zandary

Voarohirohy ho nisandoka ny adiresy « mail »-n’ny zandary tamin’ny alàlan’ny cirgn12madagasikara@gmail.com izay kaonty tsy mitombina velively. Izany dia nentina nanalàna baraka y ramatoa iray izay tompon’ny « quincaillerie » iray etsy Sabotsy Namehana. Tsy izy ihany aza fa ny zanany koa dia noharatsiana tamin’ny alàlan’ny fampitana ny sariny tao anaty sary nopaingorina tamin’ilay « e-mail » izay nalefa tamin’ny mpanao gazety efa ho telon-jato. Nolazaina tao anatin’izany, fa mpamatsy vola sy fitaovana ny mpanao fakàna an-keriny eto an-drenivohitra ilay ramatoa ary koa mamatsy vola fanonganam-panjakana. Ny mpanao gazety mpikirakira ny trangam-piarahamonina, dia nahatsikaritra avy hatrany fa sandoka io « mail » io ary nentina hamotehana fiainan’olona fotsiny. Nitombina tokoa izany rehefa nohamarinina tamin’ny sampana seraseran’ny zandarimaria ; izay ny harivan’iny ihany dia nampitandrina fa misy misandoka ny « e-mail »-n’ny zandary. Teo dia efa nanomboka nisokatra ny fanadihadiana. Etsy andanin’izay, ilay ramatoa nalaina baràka, niaraka tamin’ny zanany, dia nametraka fitoriana teo anivon’ny sampana « cybercriminalité » ao amin’ny zandarimaria. Natao ny fitsirihina rehetra sy ny fampiasana ny teknika entina mamantatra ny olon-dratsy izay nanoratra ilay « e-mail » ary dia nisy fahombiazany tokoa izany. Omaly ary dia olona iray no nosamborina ary nalaina am-bavany avy hatrany, tetsy amin’ny Toby Ratsimandrava. Tsilian-tsofina no nandrenesana sy nahalalàna fa mpiasa teo aloha teo anivon’ny haino aman-jery iray ilay olona. Mety tao anatin’ny lisitry ny nahazo vaovao tamin’ny mpitandro ny filaminana izy ary dia iny lisitra marobe iny no nohararaotiny nadika, dia nandefasany ilay fampitam-baovao sandoka. Isan’ny zava-baovao ratsy nefa nirongatra tamin’ity taona ity ny fisian’ny mpisandoka amin’ny aterineto izay manaratsy olona. Raha ny teo anivon’ny pôlisy fotsiny, dia efa nahatratra 12 ny olona nosamborin’izy ireo ka nidoboka am-ponja (nisy teny Tsiafahy aza) noho ny fanaratsiana mivantana olona amin’ny tambajotra sosialy. Nizara ny hevitra momba izany. Betsaka ny faly, satria matetika dia ny voninahitry ny olona mihitsy no potehin’ireo mpisandoka ao anatin’ny fotoana fohy. Nisy koa anefa ny tsy nankasitraka ny fanagadrana, satria raha ny didy aman-dalàna mahakasika ny “cybercriminalité” no jerena, tsy tafiditra ao anatin’izany velively ny sazy an-tranomaizina. Fandoavana lamandy no voasoritra ao anatin’ny lalàna 2016-037. Na izany aza, mora foana ny mampiasa ny fehezan-dalàna famaizana, ankoatry ny lalàna miady amin’ny “cybercriminalité”, rehefa mitombina ny fanalam-baràka. Toy izay nahazo ilay ramatoa sy ny zanany, tamin’ity tranga fisandohana ny “e-mail”-n’ny zandarimaria.

D.R

News Mada28 partages

Ampefiloha : Plaza, une nouvelle salle de cinéma aux normes

L’amphithéâtre à Ampefiloha fait peau neuve. Réhabilité par Canal 7 vidéo events, l’endroit est actuellement transformé en une salle de cinéma, baptisée Plaza, répondant aux exigences internationales. L’inauguration s’est tenue lundi dernier, durant laquelle les responsables ont diffusé quelques bandes annonces des films qui y seront bientôt projetés. «Nous travaillons déjà actuellement avec les grandes firmes hollywoodiennes qui exigent des normes pour la diffusion de leurs produits. Ainsi, nous allons dorénavant suivre le calendrier international des sorties de films», a expliqué  Canal 7 vidéo events.

Contenant 800 places, la salle peut aussi accueillir des spectacles, des cabarets ou encore des sorties de promotion… «Mais nous allons surtout prioriser le cinéma», a-t-il annoncé. En ce qui concerne les droits d’exploitation, Bon-temps Ramitandrinarivo, directeur de l’Office malgache du cinéma (Omaci), présent durant l’inauguration, a expliqué qu’il prendra surtout en considération la régularisation des droits. «Nous sommes actuellement en phase d’instaurer une industrie du cinéma au pays. Ainsi, l’existence de ce genre de salle convient parfaitement au projet. Il est aussi à noter que cette réhabilitation a pu être effectuée grâce à une coopération entre le public et le privé», a-t-il ajouté.

Les premiers films seront diffusés à partir du 27 décembre. «Nous allons organiser un festival Disney du 27 au 30 décembre. Nous allons projeter aussi bien des films classiques que d’autres en 3D», a ajouté le responsable des lieux. Le programme de la salle sera disponible sur le site officiel de Plaza.

Holy Danielle

Midi Madagasikara22 partages

EPP Ankadivoribe Nord : La réhabilitation de l’établissement scolaire par l’association Koloina

Quelques-uns des membres de l’association Koloina avec les dons qu’ils vont offrir aux enfants de l’EPP Ankadivoribe ce jeudi 21 décembre. (photo : Kelly)

Jeunes mais engagés ! Convaincus de l’importance du développement durable à Madagascar, des jeunes entrepreneurs ont décidé de se regrouper dans l’association Koloina. « Depuis des années, nous avons exercé nos activités sous forme de projet. Ce n’est qu’au mois de juillet que nous avons décidé de monter notre propre association », a fait savoir Stéphanie R. Parmi les nombreux objectifs de la structure : la défense des droits humains, la promotion de la femme, le renforcement des capacités, la création d’emploi, le développement communautaire dans les milieux défavorisés, sans oublier l’environnement ou encore l’éducation. Le prochain sur lequel s’attèle l’association entre d’ailleurs dans ce domaine. « Nous travaillons actuellement sur la réhabilitation de l’EPP du fokontany d’Ankadivoribe Nord, dans la commune de Talata-Volonondry. Les élèves sont très motivés, les parents également mais l’infrastructure est dans un état de ruine. Les murs présentent des fissures, la toiture ne résistera certainement plus à une période cyclonique ou même une pluie abondante… ». Sur un premier temps, l’association Koloina a donc effectué la rénovation de l’infrastructure de cette EPP en attaquant directement la peinture du bâtiment et des trois salles de classe. Le renforcement de l’infrastructure est encore en cours. En attendant la finition des travaux et surtout en ces périodes de fête, l’association, avec d’autres jeunes engagés, pour ne citer que le dessinateur Tefy ou encore les Aléas du possible, va faire partager des jouets, des goûters… et plusieurs animations dont des spectacles de cirque, du « face painting » et des jeux malagasy aux enfants de l’EPP Ankadivoribe.Mahetsaka

Midi Madagasikara22 partages

Môta : « Je relativise mon histoire, je me réconcilie avec mon passé »

Après trois ans d’absence sur scène, Môta est de retour. La jeune femme rebelle et intrépide nous donne rendez-vous pour un One Woman Show, le 21 décembre au CGM Analakely. Elle y révèlera en détails les raisons de son silence. Ce spectacle sera très… fun. Môta a imposé un dresscode jamais vu ailleurs : elle nous demande de tous venir en pyjama !

Où étais-tu depuis trois ans ? « J’étais censée faire un spectacle au CGM, en décembre 2014. Mais j’ai laissé mon public en plant car on m’avait embarquée pour m’emmener à l’hôpital… psychiatrique. Selon les médecins, j’étais maniaque et bipolaire. Je me suis donc retrouvée à l’hôpital de Soavinandriana, puis à Anjanamasina. Je passais mon temps avec les médecins et les autres malades. En sortant de l’hôpital, j’ai préféré rester à l’écart de la scène. Honte et culpabilité vis-à-vis de mon public me rongeaient. J’étais en train de me remettre en question concernant ma vie d’artiste. Je voulais faire le point sur ce que je voulais faire de mon existence pour la suite. Aujourd’hui, je suis de retour. Je veux revoir mon public et lui faire découvrir mon histoire, partager avec lui les raisons de mes trois années de silence. »

Les raisons principales de ton One Woman Show ? « Ce show sera pour raconter cette histoire très personnelle qui m’a marquée. Ce sera donc plus qu’une histoire de musique. Ce sera aussi une occasion de faire des échanges sympathiques. Mon spectacle consistera à soutenir toute personne qui, comme moi, ont souffert et souffrent encore de maladie mentale et toutes celles qui vivent mal l’idée d’abus. Je suis de tout cœur avec vous. En vous racontant mon vécu, j’aimerais vous rappeler que la vie est belle, qu’elle est courte et qu’il faut en profiter et en rire malgré les difficultés. J’aimerais aussi partager mon expérience, celle où j’ai survécu et surmonté mon passé, un passé très lourd, grâce à l’art-thérapie. Artistiquement parlant, ce show sera présenté avec des chansons de mon ancien répertoire et d’autres que j’ai tirées de mon dernier EP intitulé E(p) = Môtion. »

Le pyjama comme dresscode, d’où te vient cette idée ? « En fait, j’adore dormir. J’aime tout ce qui est lié aux rêves et je trouve que le pyjama les symbolise parfaitement. Pour moi, c’est un vêtement dont on ne devrait pas se passer. Il nous procure du confort et beaucoup de liberté. Pour jeudi, ne vous tirez pas à quatre épingles. Laissez vos costards-cravates, talons hauts, robes de soirée et palettes de maquillage chez vous ! Libérez-vous, présentez-vous le plus simplement possible : en pyjama. »

 Kanto Andraina

L'express de Madagascar18 partages

Propriété foncière – Le sort des terrains coloniaux se résout

Le Parlement a adopté le projet de loi relatif au régime juridique de l’immatricu­lation et de la propriété foncière. Le texte fixe le sort des terrains coloniaux. 

Le sort des occupants des terrains coloniaux scellé. Ils pourront finalement accéder à la propriété. La loi sur le régime juridique de l’immatriculation et de la propriété foncière, récemment adoptée par le Parlement, définit bien les différentes procédures d’acquisition de ces terrains. « Ce texte va apporter de grandes révolutions au niveau du traitement foncier, notamment les conflits domaniaux. Les terrains coloniaux figurent parmi les dossiers les plus complexes en ce moment. Ce nouveau texte stipule que si ces terrains restent inexploités, le titre revient directement à l’Etat. Par contre, s’il y a déjà des occupants, ils peuvent accéder à la propriété des terrains », explique Hasimpirenena Rasolomam­pionona, directeur général de services fonciers (DGSF).Durant la période coloniale, de grandes surfaces, essentiellement agricoles, avaient été titrées au nom des entreprises françaises, créoles, dans l’objectif de faire de Madagascar une colonie d’exploitation.  Les régions à forts potentiels agricoles ont été privilégiées par les colons. D’après les informations obtenues auprès de la DGSF, il s’agit, par exemple, d’une grande partie de la région Itasy comme Anala­vory, Ampefy, Soavinan­driana, d’Amba­tondrazaka, de Miandrivazo, d’Anka­dinondry Sakay et biend’autres encore. En tout, ces propriétés étrangères auraient dépassé les 1 500 000 hectares dans les années 60 et 70, selon les études menées par l’ Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (ORSTOM) devenu actuellement l’Institut de recherche au développement (IRD). Avec ce nouveau texte, les occupants de ces terrains ne peuvent que se réjouir de cette bonne nouvelle.

Tribunal spécialPar ailleurs, l’un de grands changements apportés par ce texte concerne la reconstitution de document foncier. À ce sujet, les documents perdus, inexploitables, détériorés, détruits ou déchirés seront remis en état. « La détérioration des documents fonciers pénalise leur propriétaire. Il n’y a aucune possibilité, par exemple, d’avoir un permis de construire ou de procéder à un transfert. Le nouveau texte prévoit l’instauration d’un tribunal spécial terrier pour statuer sur le sort de ces documents fonciers », a souligné ce haut fonctionnaire de l’État.Ce tribunal spécial sera composé d’un juge issu du corps des magistrats qui préside les audiences, deux assesseurs issus du corps des Inspecteurs des domaines, un représentant de la Commune, le chef Fokon­tany, un fonctionnaire issu du corps des greffiers. Son rôle principal est de statuer sur le sort de données foncières manquantes et/ou documents fonciers détériorés sur la base des documents d’inventaire relatifs à ces données et documents fonciers et aux requêtes en délivrance de second duplicata, comme l’indiquent les articles 83 et 84 de la dite loi.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara18 partages

BFV SG – Allianz : Une alliance pour la réussite

Une soirée pas comme les autres. C’est ce que l’on peut dire de la soirée qui a réuni la  BFV-SG et Allianz, avec leurs clients respectifs samedi dernier. Ayant eu pour thème. « Wine Jazz » la soirée  a permis de rappeler  le partenariat durable et privilégié entre BFV-Société Générale et Allianz. Cette soirée a été aussi l’occasion de découvrir le nouvel dispositif en commun, le « sales corner » mais aussi de promouvoir les nouveaux produits assurances dédiés à la clientèle Entreprises.Généraliser et harmoniser progressivement l’équipement en Assurance Vie et Dommages Allianz des clients BFV-Société Générale à Madagascar, tel est l’objectif commun de BFV-Société Générale et Allianz à moyen terme. La présence historique en Afrique d’Allianz, leader sur ces marchés, est également un atout important dans cette collaboration. Allianz et BFV-Société Générale qui  ont une vision partagée pour développer fortement la bancassurance en Afrique Subsaharienne au travers de ce partenariat renforcé.  Depuis 2016, Allianz s’est installé à l’espace Entreprises de l’agence BFV – Société Générale à Ankadimbahoaka : les clients n’auront donc plus à se déplacer lors de leurs démarches et profiteront d’un conseil privilégié.

R.Edmond.

Midi Madagasikara16 partages

Education nationale : Rassemblement national des proviseurs de lycée

Paul Rabary, ministre de l’Education nationale hier au Lycée Galliéni Andohalo.

Une première dans l’histoire du Ministère de l’Education nationale (MEN). Depuis hier jusqu’à aujourd’hui, le rassemblement national des proviseurs de lycée se tient au Lycée Galliéni Andohalo. 436 proviseurs ont été réunis pour l’occasion.

Constat et perspectives. Le niveau des lycées publics malgaches n’est plus ce qu’il était, une tendance vertigineuse à la baisse s’observe ces dernières années. Un constat qui a, entre autres raisons, motivé la tenue de ce rassemblement national des proviseurs de lycée. Les participants, notamment le Ministre Paul Rabary, ont ainsi convenu des directives d’actions à mener pour redorer le blason des lycées malgaches et de rehausser le niveau des lycéens, garants, selon le ministre, de l’avenir du pays.

Actions. Pour commencer, les lycées seront ainsi classés en trois catégories, selon le nombre d’étudiants, d’enseignants et de résultats. Par ailleurs, le ministre a martelé que le renforcement de la discipline se fera à grande échelle dans les lycées publics malgaches. Le manque de discipline étant l’un des principaux fléaux qui minent le secteur de l’éducation. Paul Rabary a également évoqué le clientélisme et le népotisme de certains proviseurs, lesquels s’ils persistent dans cette voie, selon toujours le ministre, seront « sévèrement punis ». Les méthodes de suivi et de contrôle devront également être renforcées pour éviter que des élèves n’ayant pas leur Brevet d’études du premier cycle intègrent les lycées.

Luz R.R

Midi Madagasikara15 partages

SAMVA : Les travailleurs tirent la sonnette d’alarme

Les employés au sein du SAMVA dont trois des représentants ont été incarcérés récemment donnent un ultimatum de trois jours à compter d’hier pour la libération de leurs collègues. Rappelons que ces derniers ont été incarcérés suite à la revendication, ou plutôt la manière dont ils ont revendiqué leurs impayés. Une situation, qui selon les dires de leurs représentants, est insupportable, en cette période de fêtes, si fêtes il y aura pour eux.

Luz R.R

Midi Madagasikara12 partages

Cour suprême : 56 ans d’existence

Le Palais de justice à Anosy a été riche en évènement, hier. A cet effet, l’on a procédé, à l’inauguration de la maison des archives des états-civils du Tribunal de Première instance d’Antananarivo, et ce, en présence du Président Hery Rajaonarimampianina. Pour le compte du tribunal administratif, la journée d’hier a été aussi marquée par le lancement officiel du logiciel dénommé « Ilo ».  Quant à la Cour suprême, qui a été mise en place en 1961, elle a célébré cette année ses 56 ans d’existence. Avec ces matériels mis à la disposition de ces différentes juridictions, il y aura probablement plus de célérité dans le traitement des dossiers.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara12 partages

Sécurisation des fêtes de la fin d’année : 1 000 éléments de la force de l’ordre à mobiliser

Rassurer la population pour qu’elle puisse terminer cette année en beauté. Tel est l’objectif de la région Analamanga dans l’organisation d’une réunion avec les responsables des forces de l’ordre regroupés au sein de l’OMC ou Organe mixte de conception pour la région Analamanga, tenue à Androndra hier. Placée sous l’égide du chef de la Région Analamanga et dirigée par le Préfet d’Antananarivo, cette rencontre a pour objectif l’élaboration d’une stratégie et la mise en place de toutes les structures la sécurisation de la capitale et ses environs durant les fêtes de la fin d’année. En effet, la rencontre d’hier a vu la participation des hauts responsables de l’administration, de la Gendarmerie nationale, de la Police nationale et de l’Armée. En effet, les participants ont parlé de l’insécurité dans la circulation aussi bien dans la ville d’Antananarivo que dans les autres districts qui composent la région Analamanga. En matière de sécurité proprement dite, le chef de région Analamanga affirme qu’on attend de cette rencontre le renforcement de la sécurisation de tous les lieux publics à forte affluence comme les rues et les sites de festivité et surtout le contrôle de la circulation. Pour ce faire, le chef de Région affirme avoir confiance en la collaboration avec les forces de l’ordre. Représentant de ces dernières, le commandant du groupement d’Analamanga annonce que la Gendarmerie compte mobiliser 1 000 éléments durant cette période. Quoiqu’il en soit, il souhaite la collaboration de la population notamment dans les zones réputées sensibles en matière d’insécurité à travers le renforcement du « andrimasom-pokonolona ».

T.M.

Midi Madagasikara12 partages

Forum économique à Tunis : Monja Roindefo sera présent

Le bureau exécutif du conseil économique des partis politiques africains qui se réunira à Tunis la première moitié de janvier 2018 organisera un forum économique sur « les opportunités du développement et des investissements en Afrique et Madagascar». L’ancien Premier ministre Monja Roindefo, membre du conseil exécutif y sera probablement présent. Le Secrétariat Général invite ainsi les hommes d’affaires, les entreprises intéressées et les apporteurs d’affaires professionnels de tous les pays d’Afrique à participer à ce forum.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara12 partages

Front Patriotique pour la Reconstruction de Madagascar : Des lois électorales au service des dirigeants !

Arlette Ramaroson, présidente de l’Association Nosy Malagasy (ANM) et le Front Patriotique pour la Reconstruction de Madagascar (FPRM) sort de son silence. En effet, après un mutisme momentané, la candidate à la prochaine présidentielle de 2018 a quelques mots à dire par rapport à la conjoncture politique du moment, en l’occurrence, les lois électorales polémiques. Comme tous les autres politiciens et citoyens, Arlette Ramaroson les qualifie de « décevantes ». Elle considère qu’ « elles (ces lois) sont au service des dirigeants ; elles servent et protègent leurs intérêts ». Mais ce qui est le plus aberrant dans cette histoire, c’est le fait que le comité interministériel – chargé de la rédaction de ces lois électorales – ait « mis de côté » les recommandations de la commission d’amélioration du cadre légal des élections – chargée de recueillir et de formuler les propositions des partis politiques et de la société civile concernant justement les améliorations y afférentes.

Forcing. Par ailleurs, a-t-on appris que le FPRM veut demander l’avis des bailleurs du projet Sacem (Soutien Au Cycle Électoral) face à ce « forcing » orchestré par les dirigeants. «S’ils continuent à le soutenir (ce forcing), les crises et les troubles sont loin d’être inévitables. Et pourtant, la communauté internationale ne cesse de revendiquer des élections libres, justes, transparentes, crédibles et acceptées par tous», soutient Arlette Ramaroson. Notons que cette dernière s’est rendue à La Haye, au Pays-Bas le 4 décembre dernier et organisera, le 26 décembre prochain, une conférence à  l’Amphithéâtre Arago-France avec les compatriotes Malgaches. Cette conférence sera notamment axée sur la conjoncture politique du moment et les solutions avancées par le FPRM. Sur ce point, ledit front affirme « préparer la cinquième République » et demande, à cet effet, « l’aide et la coopération de toutes les forces vives de la nation et de la Communauté Internationale ». Défendant la démocratie libérale, le FPRM focalise tout son programme et toutes ses actions sur les valeurs et les principes fondamentaux traditionnels dans le dessein d’atteindre les objectifs de développement durable.

Aina Bovel

Midi Madagasikara11 partages

Football – Zanakala Club : Démission du vice-président Ramadison

« Pour cause de différence de point de vue avec le coach de l’équipe Henri, j’ai posé ma lettre de démission au poste de vice-président du club Zanakala Football Club », a fait savoir Ramadison. Il fait partie des fondateurs du club avec Mamibe Rasolotafika. « Je n’ai aucun problème avec Mamibe. Si le coach a accepté de recruter de nouveaux joueurs, le club aurait du remporter un titre national outre celui de Haute-Matsiatra », a-t-il continué. Il est à signaler que  le club a plié bagage aux quarts de finale de la Telma Coupe de Madagascar et à la seconde phase de la THB Ligue des Champions. Même s’il a démissionné dans la branche football, il reste très actif dans les autres disciplines comme le kick-boxing, Muay-thaï et le basket-ball. Actuellement, il est encore le président d’honneur, de Akon’Imady 200 Ambositra.

T.H

Midi Madagasikara8 partages

Rugby – Top 9 : La finale TFMA – Iarivo RC à Mahamasina

Le Président de la Ligue d’Analamanga, Andry La Pie, sera difficile à déloger car il a l’onction populaire pour diriger le rugby tananarivien.

La finale de tous les défis ! C’est tout au moins l’image que nous renvoie cette finale du Top 9 tananarivien opposant le TFM Ankasina à Iarivo Rugby Club. Une belle affiche qui cache aussi un autre défi, celui d’aller l’organiser au stade de Mahamasina sans doute pour pouvoir contenir tous les amoureux du rugby.

Rendre la journée du 30 décembre la plus attrayante possible. Le tout sur un air de défi. C’est le pari d’Andry Ravelojaona, la dynamique président de la Ligue d’ Analamanga dont l’image se bonifie après les attaques injustifiées de Marcel Rakotomalala.

Cri de cœur. « On laissera le public seul juge et j’en appelle le World Rugby à venir constater les agissements de Malagasy Rugby qui ne vont pas, mais vraiment pas du tout, dans le sens de l’intérêt de l’ovale et de tirer les conclusions même si on irait jusqu’à la suspension de cette fédération malgache qui verse dans n’importe quoi. »

C’est le cri de cœur d’Andry La Pie comme tous les gens du rugby appellent ce président qui dérange. Mais un président qui sait ce qu’il veut. Notamment de développer le rugby tananarivien et par ricochet le rugby de la Grande Ile puisque Analamanga représente au bas mot 97% des membres des équipes nationales.

C’est d’ailleurs ainsi qu’il a programmé une journée de festival pour ce dimanche 30 décembre à Mahamasina.

L’affluence au Malacam est énorme mais pas assez pour contenir tous les amoureux de l’ovale.

Onction populaire. D’abord par un match d’ouverture entre Matadorea et l’Union Amicale et Sportive des Cheminots. Ensuite par ce sulfureux match pour la troisième place opposant le 3FB au TAM Anosibe qui aurait pu être l’affiche de la finale du top 9 si les deux formations n’ont pas joué de malchance en demi-finales.

Avec une  excuse valable pour le 3FB dont plusieurs cadres ont été blessés.

Mais c’est peut-être mieux ainsi car la finale mettra aux prises les deux clubs les plus en forme du moment notamment Iarivo Rugby Club et le TFM Ankasina. Deux formations qui ont montré tout au long du championnat qu’elles savent se défendre tout en privilégiant le jeu à la main qu’affectionne tout particulièrement les férus de l’ovale.

Une finale très ouverte car bien avant le coup d’envoi, personne ne peut prédire l’issue de la rencontre. Ce qui rendra ce rendez-vous plus alléchant et que dans cette saga, Andry La Pie bénéficiera encore l’onction populaire surtout qu’à l’allure où vont les choses, cela pourrait se tenir à guichets fermés. On parie ?

Clément RABARY

News Mada2 partages

Précampagne : la bataille de dénigrements fait déjà rage

A un an de la présidentielle, les invectives commencent déjà entre les acteurs politiques. Le camp Ravalomanana a en effet décidé de répliquer au président national du parti présidentiel.

L’intervention du président national du parti présidentiel, Rivo Rakotovao, sur une station privée de la capitale, lundi dernier, a fait bondir le clan de l’ancien président Marc Ravalomanana. Se sentant visé par cette intervention, l’ancien Chef de l’Etat n’a pas tardé à réagir. «On sait d’après ses propres mots qu’il dispose d’un parti puissant. Cela ne signifie pas pour autant qu’il ne faut pas respecter la loi(…). Est-ce que les démarches qui l’ont  amené à la tête du Sénat s’inscrivent dans le respect de la loi?», s’est interrogé hier le fondateur de l’empire Tiko lors d’une rencontre avec la presse à Faravohitra, visiblement très «touché» par les prises de position du président du parti HVM.

Il n’a pas mâché ses mots envers le parti présidentiel. «Ce n’est pas comme ça qu’on dirige un pays. Cela ne rend pas fort, au contraire (…)», a-t-il insisté. En effet, le parti de l’ancien président prétend être victime de tracasseries administratives, ces jours-ci. Il s’agit en réalité d’une allusion à peine voilée aux difficultés des proches de l’ancien président dans des sociétés tels que Tiko triple A dont la fermeture a fait couler beaucoup d’encre.  C’était aussi le cas à Betafo, où le numéro un du parti Tim n’a pas eu droit à la  parole. Une situation qui, sans aucun doute, lui est restée en travers de la gorge.

Le plus étonnant dans cette histoire c’est que le pari présidentiel et le Tim ont été main dans la main lors de la nomination du Premier ministre Roger Kolo en 2014 à travers la Plateforme pour la majorité présidentielle (PMP). C’était aussi le cas lors de l’élection de l’actuel président de l’Assemblée nationale, Jean-Max Rakotomamonjy. Sans oublier qu’un proche de l’ancien président Marc Ravalomanana est resté membre du gouvernement durant plusieurs années, en la personne de Roland Ravatomanga. C’est que ces deux formations pensent peut-être qu’ils peuvent se jouer des Malgaches à leur guise et sans rien comprendre de leur manigance. Car il s’agit d’un semblant de bataille entre deux «amis» de longue date.

Quoi qu’il en soit, il existe un attente qui devrait focaliser l’attention de tout un chacun, à savoir la tenue des élections dans le respect de la Constitution. «Le pouvoir devrait accorder toute latitude à l’opposition s’il veut montrer qu’il est un parti fort», a insisté le camp Ravalomanana, hier. Comme l’a indiqué le Parlement européen dans leur dernière résolution en effet sur les prochaines élections présidentielles, qu’il «espère que les élections prochaines auront lieu dans un climat paisible et serein afin qu’elles puissent se dérouler de façon démocratique et transparente ; souligne que l’ordre constitutionnel et la stabilité politique doivent être préservés et que seuls le dialogue et le consensus entre tous les acteurs politiques sont susceptibles de garantir la tenue d’élections crédibles dans les délais prévus en 2018 ; invite la communauté internationale à adopter toutes les mesures utiles pour que les élections présidentielles de 2018 soient libres et régulières». Il en est de même pour l’Union africaine après le déplacement de l’envoyé spécial du président de la Commission de l’institution panafricaine, Ramtane Lamamra.

  Rakoto

News Mada2 partages

Madagascar il y a 100 ans : circulaire au sujet de la taxe de séjour (1)

Tananarive, le 14 décembre 1917.

Le Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, commandeur de la Légion d’honneur, à Messieurs les administrateurs chefs de province et de district autonome.

Il m’a été signalé que des Arabes, chauffeurs et soutiers à bord des annexes de la Compagnie des Messageries Maritimes, n’acquittent pas la taxe de séjour alors que leurs compatriotes, employés à terre comme coolies, y sont astreints.

Aucune réglementation spéciale n’ayant déterminé les conditions dans lesquelles les étrangers d’origine asiatique ou africaine employés à bord des bateaux devaient être assujettis à l’impôt, ces individus auraient dû payer la taxe de séjour conformément aux prescriptions de l’arrêté du 30 novembre 1905.

Toutefois, dans un but d’intérêt économique et pour favoriser le recrutement des marins à bord des navires qui fréquentent la Grande Île, une circulaire du 25 octobre 1913 ayant spécifié que les Malgaches régulièrement inscrits au rôle d’équipage des longs courriers, battant pavillon français et naviguant à leur bord six mois chaque année, seraient exempts de l’impôt de capitation et des prestations, j’ai décidé par analogie d’exempter de la taxe de séjour les étrangers d’origine asiatique ou africaine se trouvant dans les mêmes conditions que les Malgaches qui ont fait l’objet de la circulaire précitée.

Cette décision, qui s’applique exclusivement aux individus embarqués dans les conditions rappelées ci-dessus, n’a pas de rapport avec la mesure prévue à l’article 2, § 2, de l’arrêté du 30 novembre 1905, qui prévoit que les Asiatiques et Africains engagés au service des particuliers pourront être exemptés du droit fixe de séjour par décision spéciale du Gouverneur Général.

La taxe de séjour n’est pas encore appliquée aux Comores, où les Européens et assimilés, les indigènes, les Asiatiques et les immigrants (du sexe masculin) sont assujettis au paiement d’une contribution personnelle qui est de 15 francs dans la province des Comores, sauf à Mayotte où elle est de 20 francs.

(À suivre.)

M. Merlin.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

 

Madonline2 partages

Ikongo : Un autre signe d’un profond malaise social

Ikongo est une localité difficile d’accès, notamment durant la saison des pluies.

Personne ne s’attendait à cette série d’incidents graves dans la localité d’Ikongo, au Sud-est de Madagascar. Neuf corps de membres des forces de sécurité envoyés en renfort dans cette localité viennent d’être repêchés. Leur camion a été emporté par un courant d’eau alors qu’ils étaient en train de traverser une rivière, en ralliant Ikongo.

Mais avant cet incident, la localité d’Ikongo a été fortement perturbée par un mouvement de foule plutôt singulier et ayant abouti à  l’évasion d’une centaine de prisonniers. En effet, des centaines de villageois, munis d’armes blanches, notamment des sagaies, des sabres et des haches, se sont rués vers la prison d’Ikongo, le 13 décembre dernier, afin de sortir de prison et exécuter des condamnés impliqués dans l’assassinat de membres de leur clan familial.

Les prisonniers que les villageois ont recherchés étaient toutefois déjà transférés à un autre lieu de détention à ce moment. Mais l’incident a débouché sur l’évasion massive des autres prisonniers et sur une menace qui continue de peser sur les magistrats de la localité d’Ikongo, objets de la colère des villageois après la décision de transfert des prisonniers qu’ils recherchent. Les magistrats sont en attente d’évacuation vers le centre du pays actuellement.

C’est en tous cas l’une des tentatives de vindicte populaire les plus violentes de ces derniers temps dans la Grande Ile. Les agents pénitentiaires ont été très vite débordés devant la colère des villageois. Ces derniers se sont organisés de façon plutôt extraordinaire et ont sillonné à pied environ 50 kilomètres de routes avant d’arriver à la prison d’Ikongo.

Les magistrats de la ville devaient en tous cas être sécurisés à la caserne de la gendarmerie. Il fallait envoyer des renforts à Ikongo pour sécuriser la région, mais l’un des camions transportant les éléments des forces de sécurité a subi l’incident mortel qui a coûté la vie à neuf d’entre eux.

Si certains magistrats, face à la détresse de leur collègue d’Ikongo, parlent ouvertement de « rébellion », le député de ce district évoque plutôt la nécessité de trouver la solution idoine à un profond malaise social et à une perte de confiance de la population vis-à-vis de l’administration. Des discussions ont été entamées avec les villageois mais la tension est toujours réelle sur place.

Tia Tanindranaza2 partages

Paolo Emilio R« Misy ny zandary lasa dahalo manara-penitra »

Maro ny tantsaha mpiompy sy mpamboly no mitaintain-dava sy mbola miafina any anaty ala noho ny tahotra ny asan-jiolahy na fanafihan-dahalo.

RTT

News Mada1 partages

Mpikambana ao amin’ny COI : Miara-miasa ho fiarovana ny tontolo an-dranomasina

Maro karazana ny harena anaty ranomasina, izay tsy hita maso loatra angamba nefa miantoka toekarena sy sosialy (fahasalamana). Novatsin’ny Vondrona eoropeanina vola ny fanadihadiana momba izany nataon’ny  COI.

 Sambany izao vao misy tatitra momba ny « récifs coralliens », karazana zavaboary anaty ranomasina hita aty amin’ny ranomasimbe Indianina, faritra andrefana. Nampahafantarina ny momba izany ny 9 desambra lasa teo tany Naïrobi, Kenya, nataon’ny Komisiona aty amin’ny ranomasimbe Indianina (COI) izay novatsin’ny Vondrona eoropeanina vola.

Miombon-kevitra ireo firenena maro aty amin’ny tapany andrefan’ny ranomasimbe Indianina (Afrika Atsimo, La Réunion, Madagasikara, Maurice, Mozambika, Seychelles, Somalia, Tanzania) mitady vahaolana ho fiarovana izany « récifs coralliens » izany, izay manan-danja lehibe eo amin’ny lafiny toekarena sy sosialy. Miray hina miara-mitady vahaolana izy ireo mifanampy ho fiaraha-mitantana sy ho fiarovana izany.

Koa mampirisika ny COI handraisan’ny mpikambana rehetra fepetra, indrindra ny hanohizana izany. Ahazoam-baovao mahakasika ny fahavoazana mipaka any amin’ireo zavaboary anaty ranomasina ireo izao tatitra izao. Eto Madagasikara, misy Sekreteram-panjakana miandraikitra ny ranomasina, manana adidy manara-maso ny ambony sy ambany ranomasina. Mitaky teknisianina sy fitaovana ny fanaovana izany. Misy ary ampy ve izany eto Madagasikara ?

Ao anatin’ny tanjona nofaritan’ny Firenena mikambana ho amin’ny fampandrosoana maharitra ny fiarovana ny harena anaty ranomasina. Koa tokony ho hita anisan’ny  fandaharanasan’ny fitondrana isaky ny firenena, toa an’i Madagasikara, mpikambana ao amin’ny COI, izany.

R.Mathieu

News Mada1 partages

Fahaleovantenan’ny fitsarana : Ailiky ny mpitondra any amin’ny mpitsara ny raharaha

« Matetika, mitodika amin’ny filoham-pirenena ny sasany, ianareo, milaza hoe: omeo anay izany fahaleovantena izany. Fahaleovantena voalohany ananan’ny mpitsara eo amin’ny fanatanterahana ny asany ny feon’ny fieritreretany. Koa na iza na iza hiteny anareo, ny feon’ny fieritreretanareo no tokony hibaiko anareo eo amin’izany asa izany. »

Izay ny tenin’ny filoha Rajaonarimampianina tamin’ny mpitsara teny Anosy, omaly, tamin’ny fankalazana ny faha-56 taon’ny fitsarana tampony, momba ny fahaleovantenan’ny fitsarana. Betsaka ny rivotra mety mitsoka lazaina fa avy amin-dRanona na avy amin’ny mpitondra fanjakana. « Tsy miteny aho mety tsy misy izany, fa ianareo no mandanjalanja izany: mijery izany fomba hampiharanareo ny lalàna sy hanatanterahanareo ny asanareo amin’ny tokony ho izy », hoy ihany ny filoha.

Mandalo fotoam-tsarotra ny fitsarana

Nandalo fotoam-tsarotra ny fitsarana ankehitriny. Maro ireo fanakianana ny mpitsara sy ny tontolon’ny fitsarana ankapobeny. Ao ny mitsikera, nefa ao koa ny fanakorontanana tsotra izao. Voalazan’ny lalàmpanorenana ny foto-kevi-dehibe ny fahaleovantenan’ny fitsarana. Mila mpitsara mafy orina, tsy mihozongozona amin’ny fanatanterahana ny asany amim-pahamarinana, tsy mitanila, mahay ny asa, ary indrindra, mahaleo tena sy manana fahefana hampihatra ny lalàna eto amin’ny firenena, araka ny nambarany.

Olana ny tsy fisian’ny fisaraham-pahefana

 Marina ve izay voalazan’ny filoha izay? Olana amin’ny fahaleovantenan’ny fitsarana ny tsy fisian’ny fisaraham-pahefana. Izay no itakian’ny Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM) ny tsy fitsabahan’ny  mpanatanteraka ny asam-pitsarana. Toy izany koa ny amin’ny fanatanterahana ny didim-pitsarana, ny tany tan-dalàna…

Hotsiahivina amin’izany ve, ohatra, ny « Raharaha Andriamananoro Augustin », ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine », ny « Raharaha loholona Lylison René de Roland », ny « Raharaha loholona Andriamandavy VII Riana »… « Tsy ao anatin’ny saina ihany ny fahaleovantenan’ny fitsarana, fa misy ny antoka omena amin’izany », hoy ny filoha SMM, Ernaivo Fanirisoa, ny 14 desambra lasa teo.

Mila fandraisana andraikitry ny mpitondra ireo mpitsabaka sy manelingelina ny asam-pitsarana: mamindra toerana izay mpitsara tsy azony tsindrina, ohatra. Tsy fanilihana amin’ny mpitsara ve ny hoe amin’ny feon’ny fieritreretana no hisian’ny fahaleovantenan’ny fitsarana?

R. Nd.

News Mada1 partages

Promotion du tourisme : les opérateurs misent sur une stratégie affinitaire

Les acteurs du tourisme à Madagascar veulent mettre tous les atouts de leur côté pour augmenter la notoriété et la visibilité de la destination.

Le secteur du tourisme continue de faire les frais de la crise de 2009, en dépit du léger redressement constaté depuis l’an dernier. Une étude sur la situation du tourisme dans le pays a donc été réalisée avec l’appui de la Banque mondiale. L’objectif est de trouver les moyens à développer pour atteindre au plus vite les arrivées touristiques enregistrées avant la crise, c’est-à-dire, les chiffres de 2008 où 375 000 touristes ont visité Madagascar.  Ce qui a emmené à la présentation de cette nouvelle stratégie digitale. «Nous avons collaboré avec le groupe Lion Travel et plusieurs opérateurs touristiques malgaches pour la réalisation de cette étude. Il s’est avéré que la stratégie marketing devrait être affinitaire, c’est-à-dire, thématique. La promotion de la destination se fera donc autour de cinq thèmes, à savoir la nature, la plongée, la pêche sportive, le trekking et l’observation des baleines », a avancé le président de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM), Joel Andriamandranto, à l’occasion de la présentation de la nouvelle stratégie digitale de l’Office, hier, à Faravohitra.

En effet, le travail des opérateurs pour 2018 s’orientera vers cette stratégie affinitaire, c’est-à-dire, cibler les passionnés à travers ces cinq thèmes. Cela a un rapport avec l’instabilité dans le pays car même en temps de crise, les passionnés continuent toujours de visiter le pays pour se trouver au même endroit où ils peuvent vivre leur passion.

La stratégie digitale redéveloppée

Par ailleurs, ONTM a également  redéveloppé sa stratégie digitale  pour être à la pointe de la nouvelle technologie et pour procurer le plus d’informations possibles sur la destination Madagascar. L’initiative entre dans la nouvelle stratégie de communication de l’ Office, appuyée par la deuxième phase du projet Pôle intégré de croissance (Pic), financé par la Banque mondiale. Là encore, l’Office n’a laissé aucun détail pour assurer la fluidité et le côté pratique du site. Tous les évènements liés au tourisme, qui se passent à Madagascar, sont publiés instantanément en ligne. Les visiteurs du site peuvent être également conduits directement dans les établissements où ils veulent résider et peuvent procéder à la réservation.  Le site est multilingue, notamment en version française, allemande, italienne, anglaise et bientôt en chinois.

Déploiement des médias sociaux

A tout ce dispositif s’ajoute un renforcement de la présence de la destination sur les médias sociaux offrant une proximité avec le public online. Et les résultats sont déjà palpables. «Nous sommes passés de 16 000 à 96 000 followers sur facebook. Pareil sur twitter où les followers sont au nombre de 24 000 en ce moment si ils étaient juste une centaine au tout début», a avancé Patrick Emmanuel Andrianavalonarivo, webmarketing manager de l’ONTM. «Il s’agit d’un bon début. Mais le véritable objectif est de transformer ces visites en ligne en un voyage à Madagascar», a conclu Joel Andriamandranto.

Riana R.

 

News Mada1 partages

Toliara : fermeture de la décharge de Tsongobory

L’ancienne décharge sauvage de Tsongobory à Toliara entame une deuxième vie grâce aux efforts conjoints de la commune urbaine de Toliara et du Projet Passat/Welthungerhilfe.

Le site de décharge sauvage de Tsongobory a été réhabilité, après trois mois de travaux, pour servir de lieu d’habitation à des dizaines de nouveaux propriétaires. Insalubre auparavant à cause des déchets déversés depuis une soixantaine d’années par la ville de Toliara et ses environs, cette zone basse inondable a été remise en état par plus d’une centaine de personnes engagées par le Projet Passat/Welthungerhilfe, pour des journées de travail à Haute intensité de main d’œuvre ou Himo dans le cadre d’une action Argent contre travail (ACT).

Des engins de terrassement les ont relayées pour aplanir toutes les montagnes de déchets accumulés sur le site. Pour la normalisation de la transformation de l’énorme dépotoir d’ordures en lieu d’habitation, des tests ont été effectués afin de mesurer le dégagement de méthane issu de la fermentation des déchets, pour permettre l’établissement de résultats plus précis sur le mode d’approche technique.

Des mesures de sensibilisations doivent accompagner le projet pour son efficience. A cet effet, toute la population a été avisée de l’interdiction de jeter les ordures à Tsongobory. La fermeture de cette ancienne et historique décharge sauvage, qui constitue une grande première dans l’histoire à Madagascar, entre dans  le cadre des activités du projet Passat/WHH en matière de plan d’assainissement solide à Toliara.

La fermeture définitive de ce site fait suite à la construction, par le projet Passat/Welthungerhilfe, de la nouvelle décharge d’Aboriha qui est un centre de stockage et de valorisation des déchets. Ce nouveau site a été conçu d’ailleurs dans le respect de l’environnement et des normes établies. Des travaux d’embellissement de la ville ont déjà été effectués par le projet Passat/Welthungerhilfe à Toliara, en partenariat avec la commune urbaine, partant pour tous les projets innovant dans le cadre de la protection de l’environnement pour le mieux-être de sa population. Une rue de la ville porte d’ailleurs le nom du projet en reconnaissance des services rendus.

Manou

News Mada1 partages

Atsinanana : une autoroute à Toamasina

Le projet de construction d’une autoroute reliant la RN2 au port de Toamasina se précise. Les différentes études sont en cours vers sa réalisation actuellement vu l’envergure du projet engendré par l’extension de ce grand port de Madagascar.

Le projet a été présenté, hier, à la région Atsinanana, au cours d’une grande rencontre où le ministère des Travaux publics  a invité la population au Foyer social Canada pour recueillir les éventuelles doléances et suggestions. Des techniciens de l’Office national de l’environnement (ONE) et du Comité technique d’évaluation du projet de construction du projet d’autoroute ont été les principaux intervenants. La réunion a d’ailleurs été axée sur l’impact environnemental du projet, selon les responsables. L’évaluation des procès-verbaux résultant des enquêtes environnementales et sociales sur le projet a déjà été procédée, le 18 décembre, à Toamasina, par un comité inter ministériel et l’ONE. La zone concernée par le projet ainsi que le tracé proprement dit de la future autoroute ont fait l’objet d’une étude minutieuse afin d’évaluer ses impacts sur l’environnement et la population.

La prévention et les éventuelles indemnisations, ou du moins la réduction des préjudices, sont à la base de toutes les démarches entreprises jusqu’à présent dans le cadre de ce projet.

Manou

News Mada1 partages

Mota : « Je me réconcilie avec mon passé »

Mota donnera un concert unique, un « one woman show », demain, au Cercle germano-malgache (CGM) Analakely. Dans son affiche, elle a mentionné le pyjama comme dresscode, une idée qui donne déjà un avant-goût à son live. Durant la conférence de presse qu’elle a donnée, hier, au CGM, nous avons pu l’interviewer  pour en savoir plus sur ce mystérieux spectacle.

(*) Les Nouvelles : Pourquoi le pyjama ?

(-) Mota : Cette tenue a une grande importance pour moi. Au fait, dans mon passé, on m’avait longtemps obligée à dormir avec un pyjama. Et j’avais toujours désobéi… C’était seulement après que je m’étais rendu compte que ce vêtement avait une autre image qui me plaisait, un symbole de sommeil, de rêve donc et de liberté. Ainsi, le concert consiste en quelque sorte à assimiler mon rêve dans la réalité.

* Comment se déroulera donc le concert ?

– Pour le moment, je n’en ai aucune idée. Je sais seulement qu’il y aura un clavier, une voix et un cœur qui bat. Je n’interpréterai que quelques- unes de mes anciennes chansons car je vais surtout présenter les nouvelles, qui ont plus de bonnes vibrations. Ensuite, je miserai aussi sur l’improvisation. En tout cas, il y aura une histoire et aussi mille et une façons de la raconter. Mon objectif est donc de partager ma musique, mes expériences et surtout mon vécu. J’essaie actuellement de me réconcilier avec mon passé.

* Mota a été absente dans le monde musical depuis plusieurs mois, voire même des années. Qu’est-ce qui a déclenché ce retour ?

– Effectivement, j’ai déjà songé à effectuer un come back auparavant mais j’ai toujours annulé mes dates. En ce moment, je me sens d’attaque pour  des retrouvailles avec le public. Comme je l’ai dit, j’ai surtout besoin de partager ma musique, de relativiser mon passé parce que cet art, la musique, est une thérapie exceptionnelle, non seulement pour moi, mais aussi pour les autres qui souffrent actuellement. Après tout ce qui m’est arrivé dans ma vie, je suis surtout fière d’avoir survécu, grâce à la musique, et de rire de mes anciennes folies, mes bêtises et surtout mes malheurs.

* Quels seront donc vos prochains projets ?

– Artistiquement parlant, rien. Je ne veux plus être artiste. Montrer à tout le monde devant la scène que tout va bien alors qu’on vit dans un total chaos, non. Je préfère devenir femme au foyer, avoir des enfants… Par contre, je voudrai aider les autres grâce à l’arthérapie. J’aimerai simplement partager ma musique. Sur ce, je viens récemment de sortir un EP intitulé «E=motion», composé de 4 titres qui sont disponibles gratuitement sur le net.

Holy Danielle

 

Tia Tanindranaza1 partages

Nifanafika ny Zazamainty sy Zazamena4 no maty tao Mandoto

Miseho ny efa nampoizina momba ireny fikambanana milaza ho miady amin’ny dahalo ireny any Vakinankaratra.

 

Caius R

Tia Tanindranaza1 partages

IT UNIVERSITYNamoaka informatisiana avo lenta 124 mianadahy

Niampy 124 mianadahy indray ireo informatisiana avo lenta eto amintsika. Mpianatra navoakan’ny IT University eny Andoharanofotsy izy ireo ka ny 97 mianadahy notolorana ny mari-pahaizana Licence misalotra ny anarana “Raitra”

 

 rehefa nandalina ny lalam-piofanana informatika nandritra ny telo taona taorian’ny nahazoany ny maripahaizana Bakalôrea siantifika, raha notolorana ny ny Master II MBDS  kosa ireo 27 mianadahy misalotra ny anarana “Tafita” rehefa nandalina ity lalam-piofanana iray ity nandritra ny dimy taona. Tetsy amin’ny Yandy By-Pass no nanatanterahana ny lanonana mifandraika amin’izany, omaly, natrehin’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny nahitana ny solontenan’ny minisiteran’ny paositra sy ny fifandraisan-davitra ary ny minisitry ny fampianarana ambaratonga ambony. Fantatra nandritra izany fa betsaka amin’ireo mpianatry ny ITU no efa fandrihan’ny orinasa hiasa ao aminy amin’izao sady afaka mamorona asa ho an’ny tenany ihany koa entina hanampiana ny mpiara-belona. Ho an’ireo notolorana ny maripahaizana Master II indray dia avy any amin’ny oniversiten’i Nice Frantsa mihitsy no natolotra azy ireo, omaly,  mpiara-miombon’antoka akaiky amin’ny IT University eto an-tanindrazana. Ho an’i  Miahinantenaina Rafehivola, manokana, major tamin’ny andiany Tafita, nahazo ny Master II MBDS,  tovolahy iray vao 24 taona monja dia efa eo am-piandrasana ny fifanarahana hiasany amina orinasa iray any ivelany ny tovolahy amin’izao fotoana. Mandra-piandry izany anefa dia efa consultant amin’ny developpement informatique eo anivon’ny Trano fiantohana Aro ny tenany. Anton’izao tsiambaratelon’ny fahombiazany izao ny fanotontosany tsara hatrany ny fianarany  ankoatra ny fahatsapany fa anisan’ny lalam-piofanana tena mety sy tsara ho an’ny tanora ny informatika  satria sady hahafahana mampandroso ny firenena no azo hamoronana asa ho an’ny mpiray tanindrazana ihany koa. Anisan’ny hanofanan’ny IT University ireo mpianatra manovo fahalalana ao aminy ao anatin’ny lalam-piofanana informatika ny developpement d’application ho an’ireo notolorana ny maripahaizana licence, ny web,  ary ny “base de donnée et réseau”. Efa misokatra ny fisoratana anarana ho an’ny taom-pianarana 2017-2018.

Pati

Tia Tanindranaza1 partages

FJKM Katedraly AnalakelyLasa adihevitra be ny fampiatoana ny mpitandrina

Misy olom-bitsy miisa 11 eo, hoy ny fanehoan-kevitry ny diakona iray ao amin’ny FJKM Katedraly Analakely no tsy mahazaka ny asa sosialy ataon’ny mpitandrina ao an-toerana ankehitriny,

J. Mirija

 

L'express de Madagascar1 partages

Menu avec ou sans condiments et épices

Dans nos reprises d’anciennes Notes sur l’évolution culinaire dans la capitale malgache, les auteurs des articles de ce chapitre, dans le Spécial Tananarive de la Revue de Madagascar (1952), parlent de l’apparition d’une « cuisine spécifique ». Celle-ci est sous l’influence du « goût créole », écrivent-ils, lui-même dépendant du goût indien. Condiments et épices à saveur orientale se sont, en effet, incorporés aux ressources locales pour assaisonner les préparations et relever la fadeur du riz.Ils citent alors les condiments et épices les plus utilisés. À commencer par le carry, mais aussi sa version naturelle « tamotamo » (curcuma ou safran). Le carry jouit du droit de cité « sans réserve », avec un accent peut-être exagéré  de haute teneur en produits gras, parce que « le Malgache préfère les mets riches en graisse ».Le chutney indien se prépare également à Tana avec des mangues vertes ou mûres, cuites en marmelade et agrémentées de sel, de gingembre et de piment. De même origine sont les sambos, très appréciés de ceux qui y résident depuis longtemps, les nouveaux venus leur trouvant un goût quelque peu brûlant. C’est une farce de viande relevée d’herbes aromatiques, cresson ou brèdes, oignon vert, carry, poivre, piment, tomate et gingembre, enrobée dans une fine pâte à crêpes de farine de riz que l’on fait frire et dorer. Leur forme est généralement triangulaire, poursuivent les auteurs de ces articles.« Des colporteurs munis de boites en fer-blanc, en proposent aux terrasses des cafés. » Ce sont surtout des Comoriens qui le font.Le chatigny mauricien, visible sur les tables des restaurants tananariviens, ne semble pas dériver du chutney indien. Pourtant, la sauce rouge ou verte  est faite de tomates ou de mangues crues hachées avec des oignons, du sel, du poivre, beaucoup de piments frais mais brûlants, du citron et du gingembre éventuellement. « C’est l’accompagnement indispensable ici des plats au carry. »Spécifiquement bourbonnais sont les achards, faits de légumes divers émincés, frits à l’huile d’olive et relevés de piment, carry, safran et gingembre, auxquels on ajoute un jus de citron.« Les achards de chou-palmiste sont les plus appréciés. »De la même veine est la rougaille qui est une sauce-condiment que l’on prépare soit avec des légumes, soit avec de la saucisse émincée, soit avec des gratons (expression locale pour gratins  qui désigne les résidus de la fusion du lard), soit avec tout autre aliment. Pilée ou hachée menue, la matière est sautée avec de la tomate, des piments, des oignons et tous les condiments les plus épicés.Parfois, on se contente d’un ambrecale bourbonnais. C’est un plat de riz  avec sauce au safran et carry préparée au lard. On y ajoute des pois de Cap et d’autres légumes, « le tout relevé bien entendu ».Mais tous les Malgaches d’Antananarivo ne mangent pas ainsi, en général, sauf peut-être dans les grandes occasions. « Nombreux sont ceux qui demeurent fidèles à leur cuisine traditionnelle. » D’autant qu’aux diverses classes sociales correspondent des façons de cuisiner et de manger ainsi que des aliments spécifiques.Ainsi, les gens de condition modeste sont volontiers sobres dans leur alimentation. « D’une sobriété presque ascétique tant par goût que par nécessité : une poignée du riz quotidien suffit à ces sages qui ne consacrent à leur nourriture qu’une infime dépense. » Ils font leur habitude, et en alternance avec le riz, des mets simples à base de tubercules locaux bouillis, qui portent le nom générique de « hanikotrana ». Ce sont, entre autres, le « bononoka » carotte de manioc rouie dans l’eau une dizaine de jours, puis cuite à l’eau; « vomanga » ou patates douces mangées bouillies ou grillées ; « mangahazo teti-pohy » ou manioc émincé et bien cuit ; tubercules de « saonjo madinika » ou arum (igname ou taro ?)  cuits à l’eau avec leur écorce ;  « saonjo ramandady » tubercules striés de bleu que l’on fait cuire sans écorce ; parfois, les « ovy » ou pommes de terre sont aussi bouillis avec leur enveloppe. « Mais ils renoncent à ces mets élémentaires pour honorer les jours de fête de leur mieux et sans lésiner. »

L'express de Madagascar1 partages

Congrès de l’Union panafricaine de la Jeunesse

Tahina Juliana Ratovoson, une jeune femme malgache, se présentera candidate à l’élection des membres du bureau permanent de l’Union panafricaine de la Jeunesse (UPJ), pour un mandat de 3 ans. Les cinquante pays membres de l’UPJ procèderont à l’élection du vice-président, demain, à Khartoum Soudan. L’élection de cette malgache sera une opportunité à saisir pour améliorer nos relations diplomatiques avec les pays membres de l’Union Africaine.

L'express de Madagascar1 partages

Billard – Fahren Rambahy remporte  le Grand Open de Noël

Fahren Rambahy du Stone Club s’est imposée dans le tableau féminin du Grand Open de Noël, dimanche en début de soirée. Le tournoi de billard Blackball a été disputé au gymnase couvert de Mahamasina, concluant l’année 2017.Elle a battu Karine Heri­harison, également membre de Stone Club, au terme d’une finale qui s’est jouée en six parties gagnantes.Du côté des hommes, la finale qui se joue en sept parties gagnantes a été repoussée ce vendredi 29 décembre, au dôme RTA Ankoron­drano. Elle opposera Jonathan Randrasantsoa du club ISBC à Franck Rasoanaivo de l’Ulteam’eight. Il en sera de même pour la finale du tournoi par équipe, qui se joue en cinq parties gagnantes.D’un côté, on aura le trio Mickaël Rossanaly, Angelo Ranjamaharo et Dina Andria­narimanana. De l’autre, il y aura la triplette Mahery Ranaivoson, Dedane Andrian­jafinavalona et Franck Rasoanaivo. La remise de trophées se fera également au dôme RTA, après ces deux finales.

H.L.R.

Midi Madagasikara1 partages

Université de Mahajanga : L’association des parents d’élèves crève l’abcès

Eninjara Guy J.B et Johana Charles, représentaient l’association des parents d’étudiants de l’université de Mahajanga, face à la presse hier.

Selon les dires des représentants de l’association des parents des étudiants de l’Université de Mahajanga, les tensions qui agitent cette université depuis plus de deux mois, atteignent leur paroxysme. Ils ont rencontré la presse hier au restaurant « Mon goûter » Andrefan’Ambohijanahary pour crever l’abcès.

Ils ont alors annoncé que cela fait deux semaines qu’ils ont demandé, sans succès, une audience auprès du président actuel de l’Université de Mahajanga, Emmanuel Rakotoarivony. Au centre des débats, les dissensions internes qui agitent la communauté des étudiants «divisée » maintenant en CEE (Conseil exécutif des Etudiants) et BEDUM (Bureau des étudiants de l’Université de Mahajanga. Une scission qui s’est matérialisée en octobre par les affrontements violents entre le CEE et le BEDUM, à l’intérieur du campus, comme dans le quartier de Tsaramandroso ; où des pillages et des incendies ont été mis sur le compte du BEDUM.

70 étudiants. Suite à ces accès de violence, 70 étudiants ont été désignés responsables de ces actes et soumis à un Conseil de Discipline. Comment ? Alors que selon les témoignages des badauds (rapportés en octobre) présents sur les lieux, des individus étrangers au monde universitaire ont profité des circonstances pour se livrer aux pillages et autres. Les questions se posent alors sur les méthodes d’enquête ayant permis d’identifier ces 70 étudiants présumés coupables. Devant se tenir du 5 au 8 décembre dernier, ce CODIS n’a pas encore rendu son verdict. Questionné sur le sujet par l’association des parents des étudiants du BEDUM, le préfet de la Cité des Fleurs, Fitiavana Lahiniaina Ravelomahay a joué la carte de l’apaisement. Effectivement, en tant qu’intermédiaire entre les parents, les étudiants et le président, il est tenu d’arrondir les angles et de maintenir la paix en période de fête. Le verdict de ce conseil est ainsi attendu pour janvier, en principe.

CEE vs BEDUM. Les faits sont là. Plus de 2/3 de ces étudiants viennent de la région Sofia. Les régions DIANA (Diégo, Ambilobe, Nosy-Be, Ambanja), SAVA (Sambava, Andapa, Vohémar, Antalaha) et le Vakinankaratra se partagent le reste du quota. Pourquoi parler de cela, alors qu’a priori les considérations ethniques devraient être dépassées ? Justement, les parents des étudiants du BEDUM, redoutent- précisons qu’il s’agit de perception personnelle et non d’affirmation- que des considérations ethniques soient employées afin de manipuler et diviser les étudiants de l’Université de Mahajanga. En effet, le CEE opposé au BEDUM regroupe des étudiants majoritairement issus des Hautes-Terres centrales (à part Vakinankaratra). Le CEE semble avoir le soutien de l’Université de Mahajanga selon les dires de nos interlocuteurs. En effet, le 11 octobre, le préfet de la ville Fitiavana Lahiniaina Ravelomahay, a interdit toute manifestation au sujet des troubles agitant l’université. Le lendemain pourtant, le président de l’université de Mahajanga a permis aux étudiants regroupés au sein du CEE de se réunir. Coïncidence ou connivence… Le débat est ouvert.

Luz R.R

Midi Madagasikara1 partages

Tuléar : Le Projet PASSAT/WHH a procédé à la fermeture d’une décharge sauvage

Après trois mois de travaux, l’ancienne décharge sauvage de Tsongobory à Tuléar revit une deuxième jeunesse. Une réalisation possible grâce aux efforts conjoints de la commune urbaine de Tuléar et du Projet PASSAT/Welhungerhilfe.

60 ans plus tard, l’ancien site de décharge sauvage de Tsongobory a finalement été réhabilité. Cela faisait en effet plus de 60 ans que la ville de Tuléar et ses environs déversaient leurs déchets sur cette zone basse inondable, située à proximité du Fiherena. Un endroit insalubre et complètement envahi par les déchets, qui se reconnaissait des kilomètres en avance à cause des odeurs qui s’y échappaient.

Aujourd’hui, l’endroit est devenu propre et a été entièrement assaini. Ce, grâce aux efforts menés par la commune urbaine de Tuléar et le projet PASSAT/Welthungerhilfe. En lieu et place d’un immense dépotoir, c’est désormais un endroit où habiter pour des dizaines de propriétaires. Ils ont été plus de 100 personnes chaque jour à être mobilisées pour remettre en l’état cet endroit. Le projet a ainsi organisé des semaines entières de journées de travail à haute intensité de main d’œuvre ou HIMO dans le cadre d’une action Argent contre travail (ACT).

Par la suite, ce fut au tour des engins de terrassement de prendre le relais. Il a ainsi fallu aplanir toutes les montagnes de déchets. Des tests ont également été effectués afin de mesurer le dégagement de méthane issu de la fermentation des déchets. Ce qui a permis d’établir des résultats plus précis sur le mode d’approche technique. Cette fermeture est la première du genre à Madagascar. Habituellement, les opérateurs des déchets ont l’habitude soit de construire sur la décharge  déjà existante, soit de directement y pratiquer leurs activités.

Rappelons que la fermeture définitive de ce site fait suite à la construction par le projet PASSAT/Welthungerhilfe de la nouvelle décharge d’Aboriha : le Centre de Stockage et de Valorisation des Déchets. Un site plus respectueux de l’environnement et suivant les normes établies. Ce qui reste aussi une grande première à Madagascar. En attendant, il a déjà été avisé à toute la population qu’il est désormais interdit de jeter ses ordures à Tsongobory.

Recueilli par Mamiah

Madaplus.info0 partages

Inauguration officielle de la nouvelle salle de cinéma PLAZA

La nouvelle grande salle de cinéma Plaza a ouvert officiellement ses portes avant-hier. Après la signature de la convention de rénovation de 2016 avec le Ministère de L’Éducation nationale, l’entreprise Canal 7 Event présidée par Andry Raobelina s’est chargé de la réalisation des travaux de réhabilitation.
Le Président de la République Hery Rajaonarimamapianina était venu sur place pour inaugurer l’ouverture solennelle de cet ancien amphithéâtre d’Ampefiloha. Il a spécialement félicité Canal 7 Event qui était le promoteur de ce projet. Lui de confirmer lors de son discours que : « C’est en travaillant ensemble que nous allons relever les défis du développement ».
Madaplus.info0 partages

Stéphanie, élue la meilleure artiste de l’Océan Indien

Stéphanie a brillé lors de la compétition musicale dénommée « selon Les Voix d’Or de l’Océan Indien », huitième édition. Elle est alors la meilleure artiste malgache selon cette compétition.
Parmi les artistes malgaches qui se présentaient à ce concours, à savoir Elidiot et Daddi Love, C’est Stéphanie qui a marqué plus de scores. Il est à signaler que le vote de tous les artistes s’est fait via le réseau social Facebook où elle a fait exploser tous les « Like » du public. La cérémonie de remise des trophées de « Les Voix d’Or de l’Océan Indien » s’est tenue dans la Cité des Arts à Saint-Denis samedi dernier.
News Mada0 partages

Fivoarana ho an’ny sarimihetsika : notokanana ny Plaza, efitrano manara-penitra

Tsy nisy tsy niaiky ! Lasa efitrano fijerena sarimihetsika manara-penitra ny Amphithéâtre taloha, etsy amin’ny ANS Ampefiloha. Dingana lehibe ho an’ny tontolon’ny sarimihetsika izany.Mbola misy mpankafy ve ny « cinéma » ? Hahitam-baliny tsy ho ela izany. Notokanana ny alin’ny alatsinainy teo mantsy, ilay toerana fijerenana sarimihetsika manara-penitra, Plaza, etsy Ampefiloha. Tsy mba toa ireo toerana fantatra sy nalaza teto Antananarivo taloha, fa tena manaraka ny fenitra iraisam-pirenena sy takian’ny fivoaran’ny sarimihetsika maneran-tany izany.Mahazaka mpijery 800, manana « écran » novokarin’ny Harkness Screen izay mirefy 13 metatra, sy « vidéo projecteur » Barco, natokana indrindra ho an’ny sinema ny toerana. Nampifanarahana amin’izay ny lafiny feo, Dolby Atmos 7.1, izay kalitao eken’ny Disney Digital sy ny Sony.Araka ny nampahafantarin’ny avy ao amin’ny Canal 7 Vidéo Events, tsy ho mena-mitaha amin’ireo any ivelany intsony ny eto amintsika. Afaka hanaraka ireo sarimihetsika hiaka farany, toy ireo amin’ny endriny “3 D” ihany koa ny eto.Tsy ny tontolon’ny sarimihetsika ihany no nahazo tombony, fa hisitraka ny toerana koa ny sehatry ny fampisehoana. Efitrano manara-penitra eo amin’ny feo sy ny teknika koa mantsy ny Plaza.Vokatry ny fiaraha-miasaFanontaniana nandrasan’ny maro valiny: “fa angaha moa tsy an’ny fanjakana ny toerana no lasan’ny tsy miankina?”. Araka ny fanazavana, nisy ny fifanekem-piaraha-miasa teo amin’ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena, Rabary Paul sy Raobelina Andry, tale jeneralin’ny Canal 7 Vidéo Events, ny 14 septambra 2016. Tapaka tamin’izany fa horaisin’ireto farany ny Amphitheatre Ampefioha, mba hananganana fotodrafitrasa maoderina ho an’ny sarimihetsika. Raha tsiahivina, tamin’ny taona 1977 no nitsangana ny Amphithéatre Ampefiloha, ka fanaovana teatra sy fandraisana hetsika ara-koltoraly izy, ankoatra ny fivoriana isan-karazany. Rava tanteraka anefa ny toerana vokatry ny fahamaizana indroa nisesy, ny taona 2002 sy 2009, ka lasa fitobian’entana fotsiny sisa.Mazava loatra fa tsy nandingana ny fitokanana ny Plaza Ampefiloha ny filoham-pirenena. Ao anatin’ny fitetezana fitokanana zava-bita etsy sy eroa rahateo ny mpitondra amin’izao fotoana izao. Zara aza nisy an’ity fotodrafitrasa ity azo notokanana, satria tsy mba tao anatin’ny programam-panjakana mihitsy izany fampiroboroboana ny zavakanto sy ny kolontsaina izany, nandritra izay fotoam-piasan’izy ireo madiva hifarana izay.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Biry : « Sarotra ivelomana ny hira… »

Mpanakanto nandia vanim-potoana ela eo anivon’ny tontolon’ny zavakanto, indrindra fa ny hira, i Biry, iray amin’ireo nanangana ny tarika Ny Railovy. Nandritra ny fampahafantarana ny fivoahan’ilay rakikira DVD an’ity tarika manana ny maha izy azy ity no nilazany fa            «… Sarotra ny mivelona amin’ny hira fotsiny… Fa ny mbola mahavelona ny hira sy ny mpihira dia ny fitiavan’ny olona ». Nohamafisiny fa « raha mandeha amin’ny tokony ho izy ny fikarakarana ny zavakanto sy ny fisitrahana ny fitamberenan’ny talenta sy ny ezaky ny mpanakanto tsirairay any aminy, moa tsy izahay no tokony hanan-karembe ? Saingy tsy izay ny zava-misy», hoy i Biry. Na izany aza, na eo aza io tranga io, nantitranterin’i Biry hatrany fa fanasoavana ny firenena sy ny mpiara-belona ny zavakanto fa tsy eritreretina hitadiavam-bola. Nentiny nanamafy izany ny fanazavana fa «… Tsy azo hadinoina fa afaka sy azo itaizana ary hamolavolana ho olom-banona tsara ny zavakanto sy ny kolontsaina, toy ny hira. Adidy goavana tsy tokony hisaraka amin’ny mpanakanto io ».

Raha tsiahivina, eo am-panomanana ny fankalazana ny faha-62 taony, ankehitriny, ny tarika Ny Railovy. Mahatratra 200 mahery eo ho eo ny hiran’ny tarika efa fantatry ny olona.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Hanampiana ankizy marary… : hiray sehatra ry Bodo, Nanie, Rossy, Tovo J’Hay…

Mpanakanto maromaro, samy manana ny karazan-kira sy gadona voiziny izy ireo. Natambatry ny mozika sy ny fitiavana, hanampy ireo ankizy any amin’ny hopitaly kosa anefa…Mirona amin’ny asa sosialy ihany koa. Tsy vao izao no nanao izany, ary manohy hatrany ny fanampiana ny mpiara-belona ny mpanakanto. Anisan’izany ny hetsika iray, hotontosaina ny zoma 22 desambra ho avy izao manomboka amin’ny 8 ora alina, etsy amin’ny Espace Riantsoa, Andrefan’Ambohijanahary.Hifampizara sehatra mandritra izany i Bodo, Iary, Nanie, Tovo J’Hay ary Rossy. Mpanakanto samy manana ny maha izy azy, ary antenaina fa hitarika ireo mpankafy azy isanisany, satria asa sosialy no tanjona. Fantatra mantsy fa harotsaka hanampiana ireo ankizy marary any amin’ny hopitaly, amin’izao ankatoky ny fety izao, ny ampahany amin’ny vola azo amin’ity fampisehoana ity. Hanomezana tsiky ireo ankizy miditra hopitaly ao Tsaralalàna (Chumet), ny marimarina kokoa.Fampisehoana feno, satria hivelatra be ny mozika mandritra izany. Ao ny milamindamina, ny mampandihy, ny karazan-gadona maroloko, sns,  araka ny hahafantarana ny mpanakanto tsirairay avy. Anisan’ny famaranana ny fiarahana maromaro tamin’ity taona ity izany ho an’i Nanie, izay niverina an-tanindrazana nankalaza ny faha-25 taona niakarany an-tsehatra tamin’ity.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

“Telo sa iray” : Angano navoaka ho sarimihetsika

Sambany… Raha toa ka tantaraina no nahafantarana ny angano hatramin’izay, natao ho sarimihetsika ary havoaka “DVD” kosa izy ity. “Telo sa iray”, angano nosoratan-dRakemba, ary novokarina sy haparitaky ny Iriela Production, manomboka anio izy ity.Mirakitra ny tantaran’ny mpanjaka telo lahy: Andriamahefa, Andrianjaka ary Andriantsaralova, izay samy miady ny hahazo an’i Baotsara, ny tantara. Mpilalao fototra enina no mamelona izany, ao anatin’ny ora iray latsaka kely.“Mitovy amin’ny sarimihetsika mahazatra ihany, saingy angano no novelomina. Azo henoina fotsiny toy ny angano rehetra ihany koa izy”, hoy ny fanazavana nomen’i Gégé Rasamoely. Araka ny teny fampidirana, “natao manokana ity angano ity mba hiverina hanana anjara toerana lehibe eo amin’ny kolontsaina malagasy amin’izao vanin’andro iainana izao, toy ireo fahiny niarahana tamin’i Kakibe sy Nenibe teo amorom-patana…”

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Zazalahikely roa maty an-drano tany Sambava : natsipin’ny ranomasina, omaly, ilay razana faharoa

Tsy avotra ny ain’ilay voalohany, hita afakomaly tolakandro, na  nialana nenina tany amin’ny hopitaly aza. Ilay faharoa kosa, omaly maraina, no hita natsipin’ny ranomasina teo amin’ny torapasika ny vatana mangatsiakany. Maty avokoa, araka izany, ireto zazalahikely roa, tra-doza, natelin’ny ranomasina tany Sambava afakomaly, ireto.

Raha afakomaly tokony ho tamin’ny 1 ora teo no natelin’ny ranomasina ary hita faty ny andron’io ihany ny tovolahikely vao 13 taona monja, omaly maraina kosa vao hita ny razana faharoa, tany Sambava. Tovolahikely roa nilalao ranomasina izy ireo, izay samy avy aty Antananarivo ny fiaviany. Araka ny vaovao voaray, efatra mianadahy, vavikely ny iray ary mpiray vodirindrina, izy ireo no niara-nilalao ka nifampitaona nankeny amoron-dranomasina, ny alatsinainy teo. Nilomano ny roa lahy, ka ny iray manana fahasembanana voalaza fa moana, nitazona ny akanjo teo amin’ny tora-pasika. Ilay vavikely no nampilaza tamin’ny ray aman-drenin’izy ireo rehefa nahita azy roa lahy sempotra tao anaty ranomasina. Vory maro ny vahoaka ka niaraka nitady ilay zazalahy na tsizarizary aza ny fitaovana teo am-pelatanana hoentina mamonjy voina. Nampandrenesina ireo mpitondra eo an-tanàna hangatahana “vedette rapide” an’ny BNGRC ao amin’ny tobi-miaramila Ambolimadinika, saingy tsy nahazo. Nifamonjena ny fanavotana tamin’izany ka adin’ny iray taorian’ny antso vonjy, hita ny tovolahy kely iray 13 taona antsoina hoe Johary, avy aty Antananarivo, ary nentina namonjy hopitaly nialana nenina, saingy tsy avotra ny ainy. Omaly maraina, tamin’ny valo ora latsaka fahefana teo kosa, hita teny amin’ny torapasika ny vatana mangatsiaka ny zazalahy faharoa nanjavona hatry ny afakomaly. Hiakatra aty an-dRenivohitra, anio, ny razan’ilay zazalahikely.

Fotoam-pialan-tsasatra

Tafiditra anatin’ny fotoam-pialan-tsasatra tanteraka ny ankizy amin’izao, ary maro ireo mamonjy morontsiraka na mody ireo mandranto fianarana eto an-dRenivohitra. Mila fitandremana anefa ny filalaovan’ny ankizy rano na an-tanàn-dehibe koa aza, amin’ny loza mety hitranga, hanaraha-maso ny zaza. Manana andraikitra ny ray aman-dreny amin’ny fanaraha-maso ny zanany. Tompon’andraikitra voalohany rahateo izy raha misy manjo ireny ankizy ireny. Azo atao tsara ny mitory ny ray aman-dreny tsy manao ny adidiny amin’ny zanany, indrindra raha tra-doza izy ireny. Na izany aza anefa, tsy mpitranga eto amintsika izay toe-javatra izay raha misy ny voina. Any ivelany no misy fikambanana miaro ny zon’ny ankizy ka miafara amin’ny fitsarana ny raharaha raha manao tandrevaka ny zanany ny ray aman-dreny. Na izany na tsy izany, tena zava-dehibe hosorahana ny loza toy ity tany Sambava ity ny fanaraha-maso ny ankizy amin’izao fialan-tsasatra izao.

Yves S.

News Mada0 partages

Betongolo : veloma farany ho an’ny Jly Randrianazary

 Notanterahina tao amin’ny Toby Jeneraly Philibert Ramarolahy, ao Betongolo, ny fanaovam-beloma farany amin’ny fomba miaramila ny nofo mangatsiakan’ny Jly Randrianazary, Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena (Seg) teo aloha. Ny Jly Randriamahavalisoa Girard, Sekreteram-panjakana eo anivon’ny  minisiteran’ny Fiarovam-pirenena miadidy ny zandarimariam-pirenena no nitarika izany notronin’ny Jly Rasolofonirina Béni Xavier, minisitry ny Fiarovam-pirenena sy ireo tompon’andraiki-panjakana ambony eto amin’ny firenena.

Nandritra ny fandraisam-pitenenana nataon’ny Jly Randriamahavalisoa no nampahatsiahivany fohy ny mombamomba ny Jly Randrianazary. Nivoaka tamin’ny andiany faha-10 tao amin’ny Akademia Miaramila ao Antsirabe, andiany mivantana, ny taona 1979 izy ary nisalotra ny galona Sous-Lieutenant, ny 15 septambra 1979. Ny 1 jolay 2008 kosa no nahazo ny galona Général de brigade ary ny 1 janoary 2011 no niakatra ho Général de division.

Nomarihiny manokana fa noho ny fahatokisana nomen’ny tompon’andraikitry ny zandarimariam-pirenena azy tamin’izany fotoana izany dia izy no manamboninahitra zandary malagasy voalohany namorona sy nifehy ny Gsis rehefa avy nandranto fiofanana tany Versailles-France. Teo koa ny naha tale jeneraly ny CIS azy ary koa ny naha Seg.

Nentina tao amin’ny Eglise catholique immaculée Antsobolo Ambatomaro izy ary nihazo an’Ambatondrazaka taorian’izay.

J.C

News Mada0 partages

Ikongo : hita avokoa ny fatin’ireo mpitandro filaminana 9 tra-doza

Omaly vao hita avokoa ny razan’ireo mpitandro filaminana sivy nokarohina nandritra ny andro vitsy. Ny iray aza, efa omaly hariva vao hita. Toy izany koa ireo fitaovam-piadiana rehetra nampiasain’izy ireo.

Hita omaly avokoa ireo razan’ireo sivy lahy, tafika  enina; polisy roa ary zandary iray, izay latsaka tao anatin’ny reniranon’Agnila noho ny fivarinan’ny kamiao nitatitra azy ireo raha saika hanao iraka hamonjy ny Tanànan’Ikongo ny 16 desambra teo, tamin’ny 1ora sy sasany antoandro teo izy ireo. Ny vatana mangatsiaka an’itompokolahy G1C Raharijaona Wilfried niasa tao amin’ny Brigade Mananjary, no hita farany, omaly hariva, tamin’ny 4 ora sy 15 minitra. Hita avokoa ireo fitaovam-piadiana tany amin’izy ireo.“Nanao ny fikarohana haingana dia haingana tamin’io fotoana io ireo mpitandro filaminana namany nampian’ireo mponina izay tonga maro be, ka tamin’ny 11 ora maraina no hita ny razana 3”, hoy ny zandary.Nitohy ny fikarohana ary nandefa « spécialiste » avy ao amin’ny « Corps de protection civile” izay ao amin’ny tafika malagasy ny tompon’andraiki-panjakana, ka omaly no hita avokoa ireo niharan-doza saingy efa ny vatana mangatsiakan’izy sivy mirahalahy no tratra.« Nisy ny efa lasa hatrany amin’ny 4 km no nahitana azy ary hita avokoa ny fitaovam-piadiana izay latsaka tao nandritra ny nisehoan’ny loza”, hoy ny fanazavana.« Ny fianakaviam-ben’ny zandarimariam-pirenena, maneho hatrany ny fiaraha-miory amin’ny fianakavian’ireo namoy ny ainy ary manantitra ny fisaorana eram-po eran-tsaina tamin’ny fihetsika tena malagasy sy feno fitiava-namana nasehon’ireo mponina any Ikongo, indrindra indrindra moa ireo avy eo amin’ny kaominina Ambinanitromby tamin’ny fanomezan-tanana nentin’izy ireo tsy antoandro tsy alina, tsy nahalala sasatra nanampy ireo mpitandro filaminana ireo ka hahafahana mbola manana farany azy sivy mirahalahy”, hoy ny zandary.

Yves S.

Tafika malagasy:– Adjudant ANDRIAMAPANA Joseph RM2 Fianar– Sergent Chef RASOLONJATOVO Jean Damien RM2 Fianar– Soldat de 1°cl: RAFANOMEZANTSOA Faly Albert RM2 Fianar– Soladat de 1°cl RATOLOJANAHARY Sedinas, RM2 Fianar– Soldat de 2°cl RAFOLONOMEMBAZANY Saphibien, RM2 Fianar– Soldat de 2° cl; ANDRIANIRINA Hervé Augustin, RM2 Fianar

Zandarimariam-pirenena: – G1C RAHARIJAONA Jean Wilfried, Brigade Mananjary

News Mada0 partages

Kamiaobe nivadika, naratra mafy ny mpamily

Kamiaobe nitondra vary saika hiakatra aty an-dRenivohitra ity nivadika tampoka ity mialoha ny hidirana ny tetezan’i Sakay, afakomaly hariva. Naratra ny mpamily sy ireo olona niaraka tamin’ilay kamiaobe.

News Mada0 partages

Ambohimangakely : Tratran’ny zandary ireo jiolahy telo naman’i Kaisara

Natolotra ny fampanoavana omaly ka naiditra am-ponja vonjimaika ireo jiolahy telo saron’ny zandarimariam-pirenena avy ao amin’ny borigadin’Ambohimangakely, ny 16 desambra 2017 lasa teo. Araka ny fanazavan’ny zandary, andian-jiolahy iray mpanao fanafihana mitam-piadiana ireto tratra ireto. Efa nokarohina hatry ny ela ny roa amin’izy ireo ary isan’ny tambajotran-jiolahy mahery vaika. Tratra tany amin’izy ireo koa ny fitaovam-piadiana sy fitaovana hafa fitondra mamaky trano. Nanamafy hatrany ny zandary fa iray fikambanana tamin’ilay jiolahy fanta-daza antsoina hoe Kaisara izay efa migadra any Tsiafahy ireto telo tratran’ny zandary ireto.

Ny 6 novambra 2017 alina tao Ambohimahitsy ary ny 28 novambra 2017 alina koa tao Tsarahasina no fantatra fa fanafihana tranon’olona nandraisan’ireto jiolahy ireto anjara. Niainga avy amin’izany ny fanadihadiana sy ny fitsongoana dia nataon’ny zandary. Nitombo hatrany ny fanangonam-baovao azon’ny zandary ka noraisim-potsiny ry zalahy.

Tratran’ny zandary namita iraka manokana tao amin’ny fokontany Ambavanara Marotsiela Ambatomainty, ny 16 desambra 2017 koa ny jiolahy iray fanta-daza amin’ny anarana hoe Lebabany. Teo am-pikasana hanao fanafihana izy no tratra.

Jean Claude

News Mada0 partages

Rabary Paul : “Tsy azo ekena intsony ny fanaovana bizina amin’ny BEPC”

 Nidina ny taham-pahafahana BEPC manerana ny Nosy tamin’ity taona ity. Ho an’ny Cisco Antananarivo Renivohitra, nilatsaka ho 48,04% izany taha izany ho an’ny taona 2017. “Taratry ny fari-pahaizan’ny mpiadina izany”, hoy ny minisitra.

Nandritra ny fampivondronana ny mpitantana ny lycée miankina amin’ny fanjakana sy ny lycée naorin’ny fokonolona 436 eny ifotony, nilaza ny minisitry ny Fanabeazana, Rabary Paul fa tokony hajanona ny fanaovana bizina amin’ny fanadinana BEPC. Misy mpianatra tsy tokony horaisina eny amin’ny lycée tafiditra noho ny risoriso ka hita taratra rehefa miditra eny amin’ny ambaratonga ambony izany zava-misy izany. “Amin’ny laza adin’ny mpianatra 300 ao amin’ny sokajy L1 sy L3, ao amin’ny departemanta sosiolojia, oniversiten’Antananarivo,  dimy ihany no mahazo salan’isa 10/20 no ho miakatra satria tsy mahafehy ny fandrafetana fehezanteny amin’ny teny frantsay akory”, hoy ny minisitra. Anisan’ny fositra ny fandraisana mpianatra eny amin’ny lycée izay baikoan’ny fitiavam-bola fotsiny. Manomboka izao, haverina indray ny kalitaon’ny fampianarana sy ny fitsipi-pifehezana eny amin’ny lycée tantanin’ny fanjakana manerana ny faritra 22. Apetraka ny fomba fiasa vaovao mahomby miainga amin’ny mpitantana voalohany ao amin’ny lycée izany.

Matetika, ireo mpitantana voalohany mpanao bizina no tsy manaiky miala rehefa tonga ny fandehanana misotro ronona na famindran-toerana ataon’ny minisitera. Toy ny nitranga tao amin’ny lycée André Resampa ao Antsirabe.

Ho an’ny mpampianatra manana Capen voatendry hampianatra any ambanivohitra, hotahapina ny karaman’ireo tsy mamonjy ny toeram-piasana ka tsy mahafeno ny ora 20 tokony anjarany. Tokony halefan’ny mpitantana ny lycée ny anaran’izy ireo handraisana fepetra. « Handray mpampianatra vaovao 300 manana Capen ny minisitera haparitaka amin’ny toerana izay latsaky ny 13 ny mpampianatra mpiasam-panjakana ao aminy », hoy ny minisitra.

Lycée 158, mbola naorian’ny ray aman-dreny ao an-tanàna

Mivory mandritra ny roa andro eny amin’ny lycée Andohalo ny mpitantana ny lycée 436 manerana ny Nosy hifampizara ny traikefany sy handray ny toromarika avy amin’ny minisitera hahazoana vokatra tsara amin’ny fanadinana. Amin’ny 436, mahatratra 278 ireo miankina amin’ny fanjakana, 158 kosa ireo mbola naorian’ny ben’ny Tanàna sy ny ray aman-dreny ary mbola tsy manana fahazoan-dalana hisokatra avy amin’ny minisitera. Aorian’ny telo taona niasany, midina ifotony amin’izay ny minisitera mijery sy manombana ny fotodrafitrasa sy ny votoatin’ny fampianarana mialoha ny hanomezana ny fahazoan-dalana hisokatra, hoy ny talen’ny fampianarana faharoa fototra, Soloniaina Chantal.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Andohatapenaka III : nodiovina ny lakandrano tsentsina rehetra

Anisan’ny faritra iva sy mora tondraka rehefa fotoam-pahavaratra ny eny amin’ny fokontany Andohatapenaka III. Nidina teny an-toerana ny ekipa teknika  avy ao amin’ny boriborintany voalohany, ny RF2 (Rafitra fidiovana sy fanadiovana) ary ireo « association » mpitantana fotodrafitrasa eo anivon’ny boriborintany.

Araka ny hita teny an-toerana, lasa anarian’ny olona fako sy maloto ny lakandrano ka somary manahirana ny fanadiovana.

Raha ny tokony ho izy, anjaran’ny fokontany sy ireo mponina tanteraka ny manadio itony lakandrano madinika itony. Noho ny habetsahan’ny loto izay tena diso tafahoatra anefa, tsy maintsy midina manao fanadiovana faobe toy izao ny kaominina Antananarivo Renivohitra. “Tanjona ny fisorohana ny fiakaran’ny rano rehefa fotoam-pahavaratra toy izao”, hoy ny tompon’andraikitra.

Hitohy eny amin’ny Cité Ambodin’Isotry indray ny fanadiovana ireo lakandrano madinika eo anivon’ny boriborintany voalohany.

Tatiana A

News Mada0 partages

Tafajoro ara-panjakana : hanabe ny tanora handray andraikitra ny AJVM

Tafatsangana ara-panjakana, ny 7 desambra teo, ny Fikambanan’ny tanora manana vina eto Madagasikara na ny « Association des jeunes visionnaires à Madagascar »  (AJVM). Hifantoka amin’ny fanabeazana ny tanora amin’ny lafiny maro, toy ny ara-batana sy ara-tsaina  ary ny ara-panahy ireo mpikambana.

Nambaran-dRandrianasolo Ramanandraibe Rolland na i Omega, filohan’ny fikambanana, fa hiompanan’ny asa ny fitaizana sy fanabeazana ny tanora hahay handray andraikitra eny anivon’ny  fiarahamonina. « Ho tena tanora antoky ny hoavy, any aoriana, tokoa fa tsy ho lasa resaka fotsiny izy ireo », hoy izy.

Manana vina maro entina hampandrosoana an’i Madagasikara ny AJVM, araka ny voalazan’ny filoha, ary vonona ny hitondra  ny anjara birikiny, manerana  ny Nosy. Efa mijoro manerana ny boriborintany enina eto Antananarivo sy any amin’ny faritra sasany ny fikambanana. Ny alahady tolakandro teo, nampahafantarina ny rehetra ny fijoroan’ny birao nasionaly sy ny  eto Analamanga.

Hetsika ara-tsosialy voalohany hotanterahin’ny fikambanana ny fizarana kilalao ho an’ny ankizy sahirana sy ny solom-bodiakoho ho an’ny zokiolona, amin’izao ankatoky ny fetin’ny Krismasy sy ny taona vaovao izao. Ankoatra izay, hidina ifotony, hifampikasoka amin’ny mponina ihany koa izy ireo, hampahalala ny zo fototra ananany. Hanampy ireo tanora sy olona manana olana eo amin’ny resaka kara-panondro sy kopia. Fantatra fa hapetraka amin’ny fomba ofisialy, tsy ho ela, ireo mpikambana ao anatin’ny AJVM, eny anivon’ny boriborintany enina eto an-dRenivohitra.

Landy R.

News Mada0 partages

Vokatry ny ezaky ny association Koloina : Vita ny fanavaozana ny EPP Ankadivory Avaratra

Vita ny fanavaozana ny EPP Ankadivoribe Avaratra, kaominina Talata Volon’ondry, ao amin’ny Cisco Antananarivo Renivohitra, noho ny ezaky ny mpikambana ao amin’ny association Koloina. “Mpandraharaha tanora maromaro manana fomba fijery mitovy hoe miara-mandroso amin ny mpiray tanindrazana no nifanome tanana ary samy nampiasa ny fahaizany sy ny traikefany hanampiana ny EPP Ankadivoribe ahazoan’ny mpianatra 88 ao aminy misitraka zavatra tsara”, hoy ny filohan’ny fikambanana, Andriamanantena Stéphanie.

Tanimanga no nandrafetana ny trano tany aloha ary mitete be ny tafo rehefa avy ny orana. Nohamafisina ny rindrina ary nasiana sarimiaina niaraka amin’i Tefy Khaita, manan-talenta amin’ny fanaovana sary. Nohavaozina tanteraka ny efitrano telo fianarana mandray ireo mpianatra. Latsak’emboky ny mpikambana no niaingana nanatanterahana ny asa niampy ny tolo-tanan’ny tsara sitrapo zanaky ny fokontany Ankadivory Avaratra ihany.

Ho fandraisana ny fanavazoana vita, manomana fety iarahana amin’ny mpianatra ny association rahampitso any an-toerana. Satria fetin’ny ankizy, ho avy any koa hitondra fampisehoana cirques (dihy, tanisa…) ny fikambanana Les Aléas du possible. Hanaingo ny tavan’ny ankizy rehetra amin’ny sary koa i Tefy.

Ao anatin’izay rehetra izay, hizarana kilalao sy fanampin-tsakafo ny mpianatra ho fanamarihana ny fety ho avy. Nisy fanentanana natao tamin’ny tambajotra sosialy nandraisana ny kilalao efa tsy ampiasaina intsony ho an’ireo kilonga any ambanivohitra any.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Fanatsarana ny asan’ny paositra : mpiasa telo nanaraka fiofanana teknika tany Inde

 Manome vatsim-piofanana mahakasika lohahevitra maro momba ny fanatsarana ny asan’ny Paositra ny governemanta indianina isan-taona. Tamin’ity taona ity, telo ny mpiasan’ny Paositra malagasy voafidin’ny masoivohon’i Inde eto an-toerana nanaraka fiofanana nandritra ny roa herinandro (4-15 desambra) tany Inde, mifanaraka amin’ny Itec/Scaap 2017-2018.  Fiofanana fanamafisana ny lafiny teknika sy traikefa momba ny asan’ny paositra.

Fiaraha-miasa toekarena amin’ny firenena indianina izany, izay fandaharanasa manokana ho fanampiana ny aty Afrika, mpikambana ao amin’ny Commonwealth. Tsy mpikambana i Madagasikara fa mana-tantara ifandraisana amin’ny firenena anglisy.

Voafidy nanaraka ny fiofanana Raharinjatovo Bongré, tale-paritry ny Paositra any Toamasina, Rabarison Hery Avotra, reseveran’ny Paositra any Taolagnaro, ary Randrianarivony Jean Bienvenue, mpitantana ny Mobile Banking. Fiofanana narahin’izy ireo ny « Leadership development  program » sy ny « Executive development program ».

R.Mathieu

News Mada0 partages

BMOI : nouvelle agence à Toliara

La Banque malgache de l’océan Indien (BMOI) compte une nouvelle agence à Toliara. Cette agence dans la Cité du Soleil a ouvert officiellement ses portes, hier, à l’angle de la rue Flayelle et de la rue Faray. Ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 11h30 et de 14h à 16h30, l’agence dispose également d’un guichet automatique, disponible 24h/24 et 7j/7.

Avec l’ouverture de cette nouvelle agence, la BMOI continue ainsi d’agrandir son réseau sur toute l’île pour mettre au profit de sa clientèle la sécurité, la confidentialité, la performance, l’innovation et mérite ainsi la confiance des clients, suivant le nouveau slogan de la banque : «BMOI, la banque qui vous mérite».

Dans l’optique de maintenir le niveau de satisfaction élevé de ses clients, la BMOI fournit régulièrement des offres actualisées et étoffées. En effet, après la mise en place d’outils de banques à distance qui ont depuis longtemps prouvé leur efficacité, comme BMOI Net et BMOI SMS, la BMOI dévoilera plusieurs projets, dans les mois à venir, qui auront pour objectif d’améliorer le confort et l’expérience client.

Etant la première banque malgache à obtenir la nouvelle certification ISO 9001-2015 pour l’ensemble des activités de sa production bancaire, la BMOI assure que ses produits et services ont été conçus pour répondre aux attentes et aux besoins de ses clients en matière de services bancaires, que ce soient les particuliers, professionnels, entreprises, institutions ou les organisations internationales.

Arh.

 

News Mada0 partages

Fiainam-piangonana : misavorovoro ny Jesosy Mamonjy

Tafiditry ny politika maloto ? Tratry ny tsikera mivaivay noho ny tsy fanarahana ny fombafomba amin’ny  fanovana tokony hatao momba ny fitsipika  anatiny ny eo anivon’ny filankevi-pitantan’ny (CA) fiangonana Jesosy Mamonjy. Nifanenjana ny miandany amin’izany sy ireo tsy mankasitraka tamin’ny fivoriambe (AG) natao  ny asabotsy teo  tetsy Ankorondrano.  Nanova ny andininy sasany ireo mpitantana.  Anisan’ny tsy levon’ny vavonin’ny mpikambana hafa anefa ny momba ny masontsivana amin’ny filatsaha-kofidina ho mpikambana eo anivon’ny CA. Nambaran’izy ireo fa natao hanilihana ny mety ho mpifaninana  izany. Ohatra ny fe-taona ahafahana mirotsaka,  noferana ho 45 no ho miakatra. Eo koa  ny famerana  fa ireo pasitera niasa mihoatra ny 15 taona ihany no mahazo mirotsaka. “Tena mifanipaka amin’ny satan’ny fiangonana izany…”, hoy ny pasitera iray.

Sady mpitsara no mpandray anjara koa ny sasany… Manoloana izany, tsipahin’ny mpikambana sasany izao fanovana izao ka tokony  hofoanana. Ny filankevitry ny fifidianana irery ihany koa no tokony afaka manitsy ny lalàm-pifidianana mba ho fanajana ny mangarahara.

Randria   

News Mada0 partages

Handball : la saison 2018 s’annonce meilleure

La Fédération malgache de handball (FMHB) a honoré son programme d’activités de cette saison. Pour la prochaine période, tous les acteurs de la discipline seront bien servis en compétitions et en formations.

Combler les lacunes ! Voilà le mot d’ordre de la FMHB, pour la saison prochaine, dans son optique de redynamisation de la discipline. Après la vulgarisation du handball dans les localités à fort potentiel, comme Tsiroanimandidy ou Maintirano, ainsi que la dotation de matériels de base tels que les centaines de ballons pour les jeunes pousses, place à la suite…

A la suite des critiques qui se sont abattues sur les arbitres lors de la joute nationale,

la FMHB va renforcer leurs capacités en programmant plusieurs formations en leur faveur. Les entraineurs ne seront pas en reste eu égard au niveau affiché par certaines formations. «Nous sommes fiers d’annoncer que, l’année prochaine, plusieurs formations seront au programme avec des experts nationaux et internationaux», a déclaré le président de la FMHB, Fidèle Razafintsalama.

L’autre bonne nouvelle n’est autre que l’introduction du beach-hand à Madagascar. En retard par rapport à l’île Maurice, qui a déjà abrité un championnat du monde de cette nouvelle discipline cette année, la Grande île compte se rattraper. D’autant que, la Fédération internationale de handball (IHF) compte la transformer en discipline olympique prochainement.

Le rendez-vous à ne pas manquer

Pour le prochain tournoi IHF Trophy de la zone 7, qualificatif pour l’IHF Trophy Afrique, Madagascar a été choisi par les instances africaine et internationale pour l’accueillir. Les équipes nationales malgaches garçons et filles, de la catégorie junior, affronteront les équipes nationales des îles voisines, telles les Comores, Maurice ou Seychelles.

Les vainqueurs dans les deux catégories représenteront la zone 7 au rendez-vous continental, comme cela a été le cas des deux sélections malgaches lors des deux dernières éditions.

Cette fois-ci, l’objectif reste le même pour la fédération qui entamera, dès le mois de janvier, le regroupement des présélectionnés, en vue de l’événement qui aura lieu le week-end de Pâques à Antananarivo.

Naisa

 

News Mada0 partages

Vaky tanteraka ny ady : notebahin-dRavalomanana ny filohan’ny HVM, Rakotovao

 Miseholany ny disadisa,  herintaona mialoha ny fifidianana. Nahatsiaro ho lasibatry ny fanehoan-kevitry ny filoha nasionalin’ny HVM sady filohan’ny Antenimierandoholona, Rakotovao Rivo ny filoha nasionalin’ny Tim, Ravalomanana Marc. Tsy niandry ela ny valin-kafatra. 

 “Fantatra amin’ny teniny sy ny lazainy fa antoko politika matanjaka indrindra izy ireo. Jereo ny mampatanjaka anao nefa mba araho koa ny lalàna… Ny nahatonga anao ho  filohan’ny Antenimierandoholona teo ve nanaraka lalàna ? Ara-dalàna ny nanoloana ny fahabangan’ny toerana  fa ny nahatonga anao ho filoha kosa  tena  tsy ara-dalana”, hoy ny filohan’ny Tim, Ravalomanana, omaly.  Nohitsiny koa  fa  na ny fomba nanaovana  fifidianana  aza tetsy Anosikely, lany avy hatrany, ora iray sasany.  “Mampahatsiahy koa aho fa tsy tahaka izany ny fitondrana firenena ary tsy izany ny hampatanjaka…”, hoy ihany izy. Nanteriny fa tokony hijery ny ataony Rakotovao Rivo ary mahalala ny ataony koa ny tenany. “Aza mihevitra ny tenanareo  ho marina hatrany… “, hoy izy.

Tsy tokony hifampihatsaravelatsihy

Notsiahiviny avy eo ny fihaonany amin’ny vahoakan’i Betafo ny faran’ny herinandro teo. “Fotoana fohy monja, nihetsika ny   vahoaka ka sao mihevitra ianao fa anao daholo ireny  vahoaka ireny”, hoy Ravalomanana.

Nomeny lesona ny filoha nasionalin’ny HVM ka nilazany fa mba  ataovy ny isian’ny fifanajana. Hifampiarahaba mifampihatsaravelatsihy  fotsiny eo.  “Aleo tsy mifampiteny sy tsy mifampiarahaba”, hoy ihany izy. Naverimberiny  fa ho vita soamantsara ny fifidianana raha samy manaja ny lalàmpanorenana sy ny  fanjakana tan-dalàna isika. Tsy tokony hiseho ny krizy. Tokony havela hanana sehatra amin’ny filazam-baovao sy mba manana fotoana hanehoana hevitra ny hafa, araka  ny fampahatsiahivany.

Tsy tokony tahaka izao io vidim-bary io…

Manoloana izany, nilaza ny mpanorina ny Tim fa manana  andraikitra hilaza ny marina sy ny tena misy ny tenany amin’ireo antsojay sy sakantsakana samihafa. “Araho ny lalàna sy ny  fifanajana mba tsy hahatonga ny vahoaka hitroatra. Jereo ny fahasahiranan ‘ny vahoaka. Samy manana ny paikadiny  fa tsy ohatra  izao izany io vidim-bary io. Tsy mbola  nikaikaika tahaka izao ny  vahoaka hatramin’izany.  Ianareo anefa milaza fa mitokana zavatra etsy sy eroa… Sao misy tsy anareo koa ireny tokanana ireny ? “, hoy  Ravalomanana.

Nanteriny hatrany  fa tokony hazava ny fitsipi-dalao ary tokony mifanaja sy hitovy lahatra ny mpanao politika. “Raha azo atao,  hivondrona ny mpanao politika rehetra hifampiresaka. Ho afaka adidy izahay rehefa  ianareo mpitondra manao ny ataonareo any sy milaza tena ho matanjaka ary tsy mila  ny hafa…”, hoy ihany izy.

Synèse R. 

 

News Mada0 partages

Fianarantsoa : nanentana ny fifidianana ny DFP

Nidina ifotony. Tsy nivaona amin’ny efa nambarany ny eo anivon’ny Dinika ho fanavotam-pirenena (DFP). Anjaran’ny any Fianarantsoa indray ny nandray azy ireo ny herinandro lasa teo. Nitarika izany  Ratolojanahary Maharavo  (Doudou).  Nihaona tamin’ireo mpikambana ao amin’ny fiarahamonim-pirenena  any an-toerana ny izy ireo ary nifantoka tamin’ny filazalazana ny raharaham-pirenena sy ny fifidianana ny fifanakalozan-kevitra. “Handray anjara amin’ny fanentanana ny olom-pirenena momba ny raharaham-pifidianana izahay. Anton’izao fitetezam-paritry ny DFP izao ny ho fametrahana fiaraha-miasa momba izany. Mbola ao anatin’ny famolavolana ny antontan-taratasy fandrafetana tetikasa hitadiavana mpamatsy vola  izahay  izao”, hoy izy. Nanteriny fa hianona amin’ny fanabeazana ny olom-pirenena izy ireo raha ny voalazany hatrany. Miandalana kosa ny filazana na hanohana kandidà amin’ny fifidianana filoham-pirenena ho avy eo na tsia, araka ny nambarany ihany… “Laharam-pahamehana aminay aloha izao ny fitaizana ny olona amin’ny fifidianana”, hoy izy.

Synèse R.

News Mada0 partages

Basikety – «Tournoi Lakana Tsara Voha» : norombahin’ny JCBA sy ny Ascut ny amboara

Ny  JCBA Antananarivo, teo amin’ny vehivavy ary ny Ascut Atsinanana ho an’ny lehilahy. Ireo ny nandrombaka ny amboara teo amin’ny fiadiana ny  “Tournois LakanaTsara Voha”, taranja basikety, nokarakarain’ny ligin’Atsinanana. Fihaonana, notanterahina ny asabotsy lasa teo, tao amin’ny kianja Soavita Toamasina. Lalao natokana ho an’ny sokajy «veteran», nandraisan’ireo ekipa avy eto  Toamasina syAntananarivo  anjara.Raha hiverenana ny vokatra, resin’ny JCBA, tamin’ny isa 63 no ho 53 teo amin’ny famaranana, ny Ascut ary tamin’ny isa 63 no ho 57 kosa ny nandavoan’ny Ascut  ny BBCM. Marihina fa nitarika anisa hatrany ny BBCM, teo amin’ireo tapa-potoana telo voalohany, saingy tany minitra farany, amin’ny tapa-potoana fahefatra, vao nivoaka ho mpandresy ny Ascut.

Nahazo ny laharana fahatelo,  ho an’ny vehivavy, ny ASTT rehefa nandresy ny AS  Port, tamin’ny isa 50 no ho 44. Ny Cospn, teo amin’ny lehilahy, izay nanilika ny Casina, tamin’ny isa tery, 76 no ho 74. Nomena ny AS Port  ny amboaran’ny «fair-play».  Ankoatra izay, natolotry ny mpanolotsain’ny filoham-pirenena, Rajaonah Mbola Joseph, ho an’ny ligin’Atsinanana, ireo fitaovana samy hafa  avy  amin’ny filoham-pirenena, ho fampivoarana ny sokajy zandriny.

Sajo

News Mada0 partages

Kitra ao Matsiatra Ambony : niala tsy ho filoha lefitry ny Zanakala FC, Ramadison

Nametra-pialana  tsy ho filoha lefitry ny  Zanakala FC intsony Ramadison. Ny tsy fitovian’ny tadin-dokanga, teo aminy sy ny mpanazatra ny ekipa, ny tena antony nanosika azy  hiala.

Mandalo olana ny Zanakala FC amin’izao fotoana izao. Fantatra mantsy fa nametra-pialàna tsy ho anisan’ireo mpikambana ao anatin’ny “Staff”-n’ny ekipa intsony Ramadison. Anton’ny fialany, araka ny voalaza ny tsy fitovian-kevitra eo aminy sy ny Me Henri, mpanazatra ny ekipa.

Raha tsiahivina, isan’ireo olona nanangana ny klioba Zanakala FC, niaraka tamin’i Mamibe, ny tenany izay nomarihiny tsara fa tsy misy ny olana eo amin’izy mirahalahy. Ankoatra izay, nomarihiny fa nahazo anaram-boninahitra farafaharatsiny iray ity tompondakan’i Matsiatra ambony ity,  raha toa ka tsy nisy ny sakana nataon’ny Me Henri. Anisan’ny tsy nitovian’ny roa tonta fomba fijery, teo amin’ny tokony hakana mpilalao hanatevin-daharana ny klioba, tamin’ny taom-pilalaovana lasa.

Porofon’izany, lasa nijaly ny ekipa, rehefa misy voadona ny vodilaharana tompon-toerana satria tsy nanana mpilalao hasolo azy, ka niteraka ireny faharesena ireny, araka ny fanazavan-dRamadison, filoha lefitry ny Zanakala FC, teo  aloha ity. Raha tsiahivina, nihintsana teo amin’ny dingan’ny ampahavalon-dalana ny Zanakala FC, teo amin’ny fiadiana ny amboaran’i Madagasikara “Telma coupe”, raha teo amin’ny fihodinana faharoa, ho an’ny fiadiana ny ho tompondaka.

Nanambara, Ramadison fa tsy mitana alahelo amin’ny klioba ny tenany fa mirary soa hahavita be sy ho lasa lavitra, amin’ireo fifaninanana hatrehiny amin’ny taom-pilalaovana manaraka. Nomarihiny fa mbola vonona hiverina sy hanolo-tanana  ny Zanakala FC izy, amin’ny fotoana mahamety izany.

Ny baolina kitra no nialany fa izy dia mbola mpikambana sy mpanohana ny Kick – boxing sy ny Muay – Thai ary ny basikety, eo anivon’ity klioban’ny Zanakala, ity.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Fanomanana fifidianana : mbola mila ezaka be ny fanavaozana lisi-pifidianana

« Amin’izao 20 andro izao, efa lasa izany ny ampahatelon’ny fotoana amin’ny fanavaozana ny lisi-pifidianana: somary manifinify ihany ny isa azo eto an-tanana », hoy ny filoha lefitry ny Ceni, Rakotonarivo Thierry, teny Alarobia, omaly, momba ny fanavaozana ny lisi-pifidianana, izay nanomboka ny 1 desambra lasa teo.

Raha tokony ho 9% eo ho eo no hotratrarina amin’izao fanavaozana farany ny lisi-pifidianana mialoha ny fifidianana rehetra, taona 2018, izao: eo amin’ny 2,6%  eo izany. « Mbola ezaka lehibe no tokony hatao, izay tsy ho vitan’ny Ceni irery fa iarahan’ny rehetra mba hahazoana manomana sy mikarakara fifidianana madio sy andraisan’ny rehetra anjara, ka hamoaka vokatra hoeken’ny rehetra », hoy izy.

Mba hisian’ny andrimpanjakana sy fitondram-panjakana marin-toerana izay voka-pifidianana eken’ny rehetra izay, hitondra ho amin’ny tena fampandrosoana ny firenena.

 Zava-dehibe ny fanavaozana ny lisi-pifidianana

 Zava-dehibe ny fanavaozana ny lisi-pifidianana, izay hifarana vonjimaika ny 31 janoary 2018. Satria io ny fanamboarana farany ny lisi-pifidianana mialoha ny fifidianana na ny latsa-bato rehetra izay tokony hatao amin’ny taona 2018. Ny dikan’izany, tsy ho afaka handatsa-bato na hifidy amin’ny taona 2018 izay rehetra tsy voasoratra anarana ao anatin’ny lisi-pifidianana hatramin’ny 31 janoary 2018.

Manafatra sy manentana ny vahoaka malagasy manana kara-panondrom-pirenana ny Ceni hanatona eny anivon’ny fokontany hisoratra anarana ao anatin’ny lisi-pifidianana. Voalaza mazava ao amin’ny And. 2 ao anatin’ny lalàna mifehy ny fifidianana fa adidin’ny Malagasy feno taona ny misoratra anarana amin’ny lisi-pifidianana.

R. Nd.

News Mada0 partages

Rallye : la suite se révèle inquiétante

D’une saison à une autre, le rallye voit ses meilleurs pilotes quitter le navire petit à petit ! La saison 2018 ne dérogera pas à la règle à l’allure où vont les choses. Plusieurs pilotes restent incertains sur la suite à donner à leur prochaine saison.

Vainqueur pour la deuxième fois cette année au championnat de Madagascar, Ndrianja Rajemison reste évasif sur sa participation ou non à la prochaine joute nationale. «Nous verrons si c’est possible de continuer. Notre participation dépendra de la présence des sponsors à nos cotés», a-t-il fait savoir.

Son dauphin de cette saison, en l’occurrence Hariandry Razakaboana dit Boana, pourrait être de la partie mais il va perdre assurément sa copilote, Miangaly. Cette dernière a  en effet décidé de mettre un terme au rallye. «Pour moi, personnellement, le rallye s’arrête ici, j’ai d’autres projets en vue. Peut-être qu’il (Boana) va continuer l’année prochaine», a-t-elle déclaré.

Entre le départ et l’arrivée des pilotes sur le circuit, la saison prochaine, le prochain championnat de Madagascar différera de celui de cette année tant sur l’ossature des concurrents que sur les manches à faire.

Il se peut aussi que la Fédération du sport automobile de Madagascar (FSAM) change de dirigeants vu que le mandat de l’actuelle équipe touche à sa fin.

Naisa

 

News Mada0 partages

Chronique : Ikongo, les malheurs de la République

Un problèmes survient rarement seul. On serait pourtant tenté d’attribuer à « pas de chance » l’accident qui endeuille les forces de l’ordre par la perte de six de leurs hommes d’entre ceux que l’on a dépêchés en renfort au chevet de la République. Ni explication, ni cas particulier, banal accident de circulation contre lequel personne n’est prémuni, pourrait on avancer. Ce qui n’est pas faux, la route est si meurtrière. Le réseau routier accuse un état médiocre dans son ensemble, faute d’entretien ; en reflet de cette médiocrité une mentalité des usagers qui s’oublient à ne pas toujours prendre conscience qu’ils se trouvent en pays civilisé où existent codes (de la route) et autres règles (de bonne conduite) ; pour compléter l’illustration du paysage la circulation de véhicules à grands dangers malgré l’exigence que l’on fait de leur passage à l’expertise prétendue sévère de contrôle dénommé technique. Plus discipliné que les agents des forces de l’ordre tu meurs ! Plus précautionneux du matériel que l’armée, la gendarmerie ou la police, l’Etat ne possède d’organe. Décemment il serait donc difficile d’attribuer la responsabilité ou plutôt les premières causes de cet accident à la charge de l’organisation des forces publiques. Tout bonnement quand ça ne veut pas ça ne va pas ! Quoique… Aucune hypothèse ne saurait être négligée pour faire la lumière sur ce malheur.

Il n’est pas exagéré de qualifier de très malheureux cet accident, outre le malheur subi par la perte de vies humaines on déplore les torts importants qui aggravent une situation recélant déjà en elle plus qu’un dysfonctionnement : c’est le sens ou l’essence de l’Etat qui se trouve malmené dans ce petit chef-lieu. Lorsque les renforts pour entreprendre une pacification échouent en route, les communications ne crépitent pas pour annoncer au pouvoir une bonne nouvelle, style :

« l’ordre règne à Ikongo ».

De quoi alerter les magistrats, surtout lorsque leurs collègues locaux sont réduits à se terrer sous la protection des forces par ailleurs déjà impuissantes à casser l’élan de révolte populaire. L’ordre républicain est inversé. Jamais on ne ressent autant la douleur que lorsque, tels les magistrats dans la situation actuelle, on est blessé dans sa chair ou dans celle du corpsauquel on appartient.

Ça ne sera jamais plus comme avant ! Désormais, sortie de sa tour d’ivoire (palais de justice), la magistrature  prendrait fait et cause contre l’injustice pour en avoir réalisé les méfaits.Du moins la population, qui en connait bien des affres, le souhaite et s’aventure à l’espérer.

Quand les choses ne vont pas au mieux, ou plus réaliste encore quand elles vont de travers, en République le peuple ne peut s’en remettre qu’au droit et à l’ordre : la magistrature est la garante de l’un, les forces républicaines le gardien du second. Il arrive pourtant que l’une et les autres faillissent à ces rôles, tant phagocytées elles peuvent s’abandonner en se laissant enrôlées à d’autres fins. Quelque part ces événements malheureux, sans besoin que l’on leur reconnaisse un quelconque mérite, peuvent et nécessitent même d’être exploités comme une piqûre de rappel à tous de rentrer dans les rangs, afin que chacun à son poste les valeurs républicaines soient respectées.

Dans la période actuelle, le pouvoir craint surtout et accuse comme source de tous les maux présents et futurs le désordre dans la rue. On ne peut certes en nier la potentialité, doublée de la menace d’être imprévisible, toutefois elle ne serait que l’éruption d’une maladie dont souffre l’Etat. Le désordre dans la rue ne saurait être  que la manifestation symptomatique d’une République en désordre.

Que l’on veuille ou non, la première responsabilité du désordre ou d’une remise en ordre revient nécessairement au pouvoir politique. Il ne reste pas moins qu’il appartient à la magistrature et aux forces de l’ordre, de veiller à ce que tout le monde marche au pas et à ce que chacun reste dans les clous.A l’intérieur de ces clous demeurent des espaces d’immunité qui nécessitent des aménagements afin que l’on cesse de faire rimer immunité à impunité, ambigüité qui immanquablement conduit à rendre irresponsables nos premiers responsables.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Convoi militaire accidente a ikongo : les neuf corps repêchés

Les six corps restants emportés par le fleuve d’Agnila ont été remontés à la surface, hier. Les armes de ces derniers ont également été retrouvées. Un corps a été repêché à 4 km du lieu de l’accident.

Avec l’appui des villageois d’Ambinanitromby et  des forces de l’ordre déjà présentes sur place, les éléments du Corps de protection civile de l’armée malgache ont retrouvé hier les 6 corps restants emportés par le fleuve d’Agnila, après la découverte des 3 victimes dimanche dernier. Ce n’est qu’hier vers 16 h 15 que le dernier corps a été sorti de l’eau. Il s’agit du Gendarme de 1ère classe Wilfried Raharijaona, de la brigade de Mananjary.

Envoyés depuis avant-hier à la rescousse du camion de l’Etat-major mixte opérationnel national (Emmonat) surpris par un fort courant d’eau à Ambinanitromby, les éléments du corps de protection civile ont immédiatement commencé les recherches pour retrouver les militaires emportés par les eaux. L’intervention de ces experts de l’armée a porté  ses fruits car certains corps ont été retrouvés à 4 km du pont-radier où le drame a eu lieu. Selon les informations recueillies, leurs armes ont été également retrouvées.

Enquête ouverte

Si l’objet du déplacement était de rétablir l’ordre à Ikongo, le malheur a frappé. C’est un fait malheureux qui sera gravé à jamais dans les pensées de tous, particulièrement la famille des victimes et les 22 rescapés de l’accident.

Par ailleurs, le Chef du gouvernement Mahafaly Olivier Solonandrasana à indiqué que des enquêtes seront diligentées pour identifier les responsables de l’évasion de la prison d’Ikongo.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

Accident a ivato : d’importants dégâts constatés

La route de l’aéroport d’Ivato a de nouveau été le théâtre d’un accident spectaculaire. Dans la soirée d’avant-hier, vers 18 heures, un Mercedes Sprinter en provenance de la capitale a percuté de plein fouet une Opel garée sur le bas-côté de la route, à Tanambao nord, plus précisément à hauteur du siège de l’Assistance Plus. La berline a été réduite à un tas de ferrailles.

L’accident a également fait écrouler une maisonnette et un panneau publicitaire. Heureusement que personne ne se trouvait dans l’Opel. Néanmoins, 2 occupantes de la maison  et un passant ont été conduits à l’hôpital à cause de leur blessure.

Selon un témoin oculaire, le Sprinter roulait à vive allure quand une dame accompagnée d’un enfant a traversé la route. Le conducteur n’a eu d’autre choix que de foncer droit sur l’Opel pour épargner la vie des deux piétons. Une enquête a été ouverte.

ATs.

News Mada0 partages

Tranfert monetaire « FIAVOTA » : les bénéficiaires s’investissent dans des activités pérennes

 Le programme de transfert monétaire, baptisé « Fiavota », commence à porter ses fruits dans le sud du pays. Les ménages vulnérables ciblés par ce système de protection sociale, qui bénéficient d’un transfert monétaire de 30.000 ariary par mois, commencent à se relever.

« Ils ont commencé à s’investir dans des activités familiales rémunératrices pour améliorer leur source de revenu avec la première tranche du fonds de redressement de 90.000 ariary. Des initiatives qui leur permettent de sortir du cercle de la pauvreté et de ne plus revenir à l’état de vulnérabilité initiale à la fin du projet ». C’est ce qu’a informé le directeur inter-régional du Fonds d’intervention pour le développement (Fid), lors d’une mission d’évaluation sur les lieux, vendredi dernier.  Une des mères de famille bénéficiaire du village de Morafeno, dans la commune d’Amboasary Atsimo, a confirmé cette réalité. « Après le Kere, ma vie s’est dégradée. Grâce au « Fiavota », j’ai pu me relever de la pauvreté. En fait, contrairement à ma situation d’avant, aujourd’hui mes enfants sont mieux nourris et tous scolarisés. De plus, j’ai pu financer mon projet d’élevage de chèvre grâce à ce  fonds de redressement », a-t-elle témoigné.

Notons au passage que le Fid se charge de la mise en œuvre de ce projet dans 39 communes des cinq districts des régions Androy et Anosy, à savoir Amboasary Atsimo, Ambovombe, Tsihombe, Beloha et Bekily, en partenariat avec l’Office national de nutrition (ONN). Financé par la Banque mondiale, « Fiavota » a une durée d’exécution de trois ans et touche près de 65.000 ménages vulnérables ayant des enfants de 0 à 5 ans. Le chef de la région Androy a souligné que « la réception de l’appui financier par les ménages se fait gratuitement, sans contrepartie ».

Fahranarison

News Mada0 partages

UN REPAS POUR 1000 : les détenus ciblés

Après le succès de «  un repas pour 1000 », initié par Hilda Hasinjo en 2016, l’évènement se décentralise à Toamasina.

Cette fois-ci, Ino Vaovao Toamasina (IMT), l’organisateur, cible les prisonniers de cette localité.  1000  détenus dont des femmes, des mineurs, des hommes, des personnes âgées pourront festoyer. Un menu complet composé d’une entrée, d’un plat de résistance, d’un dessert et du gâteau sera servi pour chaque individu trié par les organisateurs.

150 kg de macédoine, 180 kg de saucisse, 150 kg de fruits, 1000 bouteilles de jus, des sacs de riz, des couverts et nappes de table seront nécessaires pour la réussite de cet événement.  L’IMT lance un appel aux dons aux citoyens afin de concrétiser cet acte de bienfaisance.

Un certain nombre de donateurs ont déjà répondu à l’appel mais il reste encore ouvert.

Nadia

News Mada0 partages

Revendications : Le Seces prend position

 Le Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants (Seces) national n’emboîte pas le pas à la Section Toliara et Antananarivo, qui met actuellement la pression au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres)  pour satisfaire ses revendications.

« La décision que le (Seces) section Tanà va prendre à l’issue de l’assemblée générale de ce jour n’engage que lui seul, sans l’aval du Seces national », a souligné hier le président national du Seces, le Dr Dimby Ralambomanana, lors d’une interview. Ce dernier a fait savoir que cette disposition du Seces national sera annoncée officiellement demain à l’occasion d’un point de presse, mené en présence des représentants des six sections du Seces dans tout Madagascar.

Les membres du Seces Antananarivo ont décidé de passer outre à l’accord déjà passé entre eux et le Mesupres qui concerne le paiement de la première tranche des heures complémentaires, l’une de leurs requêtes, prévu en 2018. Ils vont décider lors de cette AG de ce jour la suite à donner à leur mouvement vu que l’ultimatum de 72 heures qu’ils ont lancé au ministère de tutelle a pris fin hier.

Fahranarison

News Mada0 partages

Rock : Red Metal mettra la barre haute

Ils auront attendu trois longues années. Les inconditionnels admirateurs de Red Metal auront le loisir d’apprécier cette figure de proue du métal, à l’occasion de trois dates de concerts, ce week-end de Noël, dans la capitale.

Effectuant un court séjour au pays, Vony et ses compagnons de route concoctent un moment de partage musical pour fêter Noël. Sur scène, ce groupe ne peut promettre que du metal. Les 23 et 24 décembre, l’interprète de «Omby masiaka» sera sous les feux de la rampe au Dôme Ankorondrano. S’ensuivra, le 26 décembre, un live VIP, à l’Arena Ivandry.

Avec une discographie qui se résume à cinq albums, cette figure emblématique du rock malgache a déjà sorti «Calvary» en 1992, «Red and dark side» en 2006, «Poizina mahery» l’année 2000, «Back to blast» en 2014, et en cette fin d’année, la formation annonce la couleur avec «Revolution!!! Now or never». «Un album auto produit, Revolution!!! Now or never  a été distribué gratuitement sur les réseaux sociaux, notamment sur Youtube, depuis jeudi», lance Vonisoa Rambeloson en présentant cet opus en guise de cadeau  pour ses fans.

Un répertoire riche et fort de plusieurs dizaines de chansons sera aligné lors de cette série de prestations qui dureront chacune quatre heures environ. Aux tubes et titres déjà connus du groupe s’ajouteront ainsi de nouvelles compositions comme «Aleo miova», «Miandry an’iza», «Vita matavy», «Iarivo Taloha», «Isika Roa».

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Muay thai – afrique : Yannis Ralaikera n’a pas démérité

L’expatrié malgache Yannis Ralaikera, plus connu sous le nom de guerre de Black zébu, revient au sein de son club en France, après avoir porté le drapeau malgache au premier championnat d’Afrique de Muay Thaï ayant eu lieu au Maroc le week-end dernier. L’homme n’a lâché prise qu’en demi-finale. Yannis a ouvert les hostilités en battant à plate couture un combattant mauricien. Et ce, malgré une épaule qui s’est déboîtée à 10 minutes du début de l’affrontement. Soit pendant l’échauffement. Cependant, fort de ses plusieurs années d’expérience, il a dominé les trois rounds et a fait compter son adversaire avec des genoux sautés pendant les 2e et 3e rounds. Il a gagné à l’unanimité des juges.

Ensuite, Yannis est tombé sur un os au deuxième combat. Il a effectivement défié un adversaire camerounais, qui ne faisait pas partie de sa catégorie, tout en cumulant les blessures aux tibias lors de son premier combat. «J’ai boxé contre un adversaire très propre et plus expérimenté que moi (+ de 20 combats). Malgré tout, je me suis fait compter au 2e round. En déséquilibre, je me suis pris un coup de coude bien placé. Je me suis fait compter mais j’ai pu finir le second round même si j’ai été dans les vapes. J’ai redémarré le 3e round avec toute ma tête et réussi à remonter au niveau des points», a-t-il déclaré.

Cependant, les juges ont décidé de mettre fin au combat car l’état de Yannis s’est fait trop remarquer. Malgré cette défaite, l’homme s’est quand même placé sur la troisième marche du podium, ex æquo avec le représentant ivoirien.  Notons que ce premier championnat d’Afrique est un premier pas pour la création de l’African Muay Thaï Union. Pour sa part, Yannis Ralaikera se concentre actuellement sur le prochain championnat du monde de Muay Thaï au Mexique.

Rojo N.

News Mada0 partages

Ski alpin-mondiaux : début difficile de Mialitiana

Premiers pas de la jeune Mialitiana Clerc, dite Mia, du haut de ses 16 ans, à la Coupe du monde de Courchevel en France, hier. Se frotter avec la crème de la discipline était un rêve qui est devenu une dure réalité pour elle lors du slalom géant, première épreuve de la compétition.

Mia a terminé la première manche à la dernière place, c’est-à-dire, au 57e rang en ayant réalisé un temps de 1’11’’38, soit 11 secondes de retard sur le meilleur temps

de la journée, celui de la Française Tessa Worley (1’00’’67).

L’aventure ne fait que commencer pour la pépite malgache, qui va devoir se ressaisir dès ce jour pour améliorer son classement général.

En tout cas, la participation à une compétition de haute volée, comme cette Coupe du monde,  est la meilleure préparation pour elle en vue des Jeux olympiques (JO) d’hiver en 2018.

Naisa

 

News Mada0 partages

RUGBY : va pour le tournoi Gold Top 8

Loin d’un effet d’annonce, Malagasy rugby organisera bel et bien le tournoi annuel Gold Top 8 dont le coup d’envoi sera donné, le 30 décembre, au stade des Makis à Andohatapenaka. Notons que l’équipe championne et vice-championne du tournoi portera les couleurs nationales à la Coupe des clubs champions de l’océan Indien (CCCOI), Top 6 océan Indien, qui se déroulera à Madagascar l’année prochaine.

La première affiche de la journée mettra aux prises FTM Manjakaray et 3F5 Amboditsiry. Les militaires de Cosfa vont ensuite affronter les éléments de l’UIRC. Quant au club du STM, il aura un adversaire à sa taille qui n’est autre que JSTA Ambondrona. Et cerise sur le gâteau, USI Ikopa retrouvera USA Ankadifotsy. Autant d’affiches alléchantes qui promettent des étincelles pour le public d’Andohatapenaka.

Rojo N. 

Ino Vaovao0 partages

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA TAO TOAMASINA : Olona telo indray matin’ny môtô tao anatin’ny andro iray

Ny voalohany, dia lozam-pifamoivoizana niseho ny alahady 17 desambra tokony ho tamin’ny 11 ora antoandro teo amin’ny lalam-baovao Tanambao Fahadimy tsy lavitra Vazaha Gasy. Lehilahy iray sahabo ho 40 taona nandeha môtô hamonjy fodiana no voadonan’ny fiara ka maty tsy tra-drano. Ity farany izay zoky iray tampo amin’ny mpanao gazetin’ny Rnm-Tvm ao Brickaville. Niaretan-tory tao Mangarivotra ny razana, ka ny harivan’ny alatsinainy 18 desambra no noentina nihazo ny tanindrazany any Ambositra.

Nitrangana lozam-pifamoivoizana mahery vaika ihany koa ny lalam-pirenena fahadimy tsy lavitra ny tobin-dasantsy Jovenna Ambalamasy. Ny alin’ny alahady 17 desambra tokony ho tamin’ny 8 ora sy sasany indray no nisehoan’izany. Olona roa mpihavana akaiky nitaingina môtô avy tany Ivoloina hamonjy fodiana tao Toamasina no nifatratra tamina fiarabe nentina Karàna iray. Vokany, maty tsy trà-drano izy roalahy izay mbola tanora vao erotrerony tokoa, 15 taona ny iray raha 20 taona kosa ny faharoa. Niaretan-tory tao Ambolomadinika ny razana. Tsy nitsoaka kosa ilay Karàna nandona fa nitolo-batana.

Ny andron’ny alahady 17 desambra izany, dia olona telo no namoy ny ainy tao Toamasina vokatry ny lozam-pifamoivoizana. Nandeha môtô avokoa ireto niharam-boina ireto.    

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FANOMANANA FIFIDIANANA : Nahitam-piakarana 2, 6% ny tahan’isan’ireo mpifidy

Araka ny fantatra dia nahitam-piakarana hatramin’ny 2, 6% ny tahan’isan’ireo olom-pirenena voasoratra ao anaty lisitry ny mpifidy hatramin’izay nisokafan’ny fanavaozana ny lisi-pifidianana tato anatin’ny volana maromaro nifandimby. Araka ny fanazavana voaray hatrany dia mbola andrasana hitombo hatrany amin’ny 9% ny isan’ireo mpifidy hatramin’ny faran’ny volana janoary ho avy izao. 

Io fotoana io no fetra vonjimaika hikatonan’ny lisi-pifidianana raha amin’ny tapaky ny volana avrily kosa ny famaranana azy tanteraka. Manentana hatrany ny olom-pirenena tsy ankanavaka ny Céni mba hanamarina ny anarany ao anaty lisi-pifidianana mba hialana amin’ny mety hisian’ireo olom-pirenena efa feno 18 taona mbola tsy tafiditra ao anaty lisi-pifidianana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO POLITIKA MADIO : Vonona ny hanarina an’Antananarivo i Gangstabab

Nandritra ny nahateo azy tamin’ny fitantanana ny tanànan’Antananarivo no nisehoana korontana izay nifanandrinan’ny mpivarotra amoron-dalana sy ny mpiasan’ny Kaominina teto an-drenivohitra. Manginy fotsiny ny raharahan’ady tany mahakasika ny tsena tetsy sy teroa ary anisany tena nanamarika ity taona ity ny olana nampifandrirotra ny Kaominina sy ireo mpamily fiara karetsaka mivondrona ao anatin’ny Ftar manoloana ny raharaha momba ny Omavet. Nitondran’ny rehetra fanakianana ny ben’ny tanàna am-perin’asa ankehitriny ihany koa ny fiparitahan’ny fako izay efa manenika ny tanàna. Eo anatrehan’ireo rehetra ireo dia nilaza, Rakotoarisoa Faniry Alban na ilay mpanakanto fantatry ny maro amin’ny anarana hoe Gangstabab, izay sady filoha nasionalin’ny antoko politika Madio fa vonona ny tenany hanarina sy hitondra fiainam-baovao ho an’ny vahoakan’Antananarivo. 

Nambarany tamin’ny fomba ofisialy nandritra ny lanonana nankalazana ny faha-40 taona nitsingerenan’ny taona nahaterahany ary mbola nohamafisiny ihany koa nandritra ny fivahinianany tamina fahitalavitra tsy miankina iray, ny faran’ny herinandro lasa teo ny maha kandidà azy amin’ny fifidianana izay ho ben’ny tanànan’Antananarivo. Araka ny fanazavana nomeny hatrany dia efa tsara petrapetraka avokoa ireo ekipany izay handrafitra ny boriborintany maro eto Antananarivo ary efa hatramin’ny ela no nanomanany ny filatsahan-kofidiany. 

“Matoa mirotsaka dia vonon-kiasa”, io no fanamby napetraka ho an’ny tanànan’Antananarivo sy ny vahoaka ao aminy. Nohazavain’i Gangstabab ihany koa fa diso ary fanelezana tsaho fotsiny ny vaovao aparitaka etsy sy eroa izay milaza fa hirotsaka hofidiana ho Filoham-pirenena amin’ny taona 2018 izy. Nambarany fa tsy mbola mahazaka izany ny antoko politika misy azy, saingy kosa rehefa manangana antoko politika tahaka izao dia vina apetraka mandrakariva ny hitondra firenena indray andro any. Amin’ izao fotoana izao ny fitantanana ny tanànan’Antananarivo sy handimby toerana ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana no homasahin’izy ireo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FARITRA SAVA - MIPETRAKA NY FANONTANIANA : Nankaiza ny talem-paritry ny serasera ?

Efa telo volana mahery mantsy izao no tsy nahitana an’ity tompon’andraikitra ity. Araka ny nambaran’ny mpiara-miasa aminy sasany dia tsy fantatra ny tena antony tsy maha ao an-toerana ity tompon’ andraikitra ity. «  Araka ny fahafantaranay azy tsy namita iraka any ivelany  na koa nahazo «  congé  » ny talenay. Tamin’ny volana septambra teo no nahitanay azy farany teto Antalaha  », hoy izy ireo. 

«  ‘Délégué’ ao Antalaha no sady talem-paritry ny serasera ny tenany  », hoy hatrany ireto farany. Tsara ny manamarika fa ao Sambava no tokony hiasan’ity talem- paritra ity fa mijanona any Antalaha foana izy hatramin’izay. Manoloana izay toe-javatra izay dia tsy misy fepetra noraisin’ny ministera mpiahy raha tsy tamin’ny  02 desambra teo izay namoahany naoty manendry an’i Manjary «  délégué  »-n’ny serasera tao Vohemar ho talem-paritra vonjimaika. 

Araka ny loharanom-baovao dia efa am-perinasa ity farany ary namory ireo mpiara-miasa aminy tao Sambava omaly. Raha hiverenantsika kosa ny momba an’ingahy Zanatoto Briand Appolinaire satria izay no anaran’ity talem-paritry ny serasera izay nanjavona ity araka ny loharanom-baovao any an-toerana dia ananan’olona maromaro vola hono ity farany ka mety izay no anisany antony tsy ahitana azy ao Antalaha. Ho hitantsika eo ny tena marina.

 A.Lepêcheur   

Ino Vaovao0 partages

FOMBA FAMPIANARANA MIFANDRAIKA AMIN’NY KOLONTSAINA : Mahomby ny andrana

Zanak’i Mahajanga manomana doctorat amin’ny oniversiten’i New Mexico any Etazonia i Rijasoa ka i Mahajanga dia anisan’ireo tanàna nanaovany andrana io fikarohana nataony io ankoatra an’Antananarivo sy Toamasina. Fampianarana teny vahiny ka ny kolontsaina misy ao amin’ny firenena aloha no anombohana azy, vao mianatra ny kolontsaina hafa. 

Misy ihany koa ny fampianarana amin’ny alalan’ny zavakanto, toy ny slam na poezia ary indrindra fifanakalozana matotra eo amin’ny mpianatra sy mpampianatra. Mahomby tokoa io fomba fampianarana io araka ny nambaran’ireo mpampianatra nampihatra io fomba fampianarana io satria mora kokoa ho an’ny mpianatra ny miresaka momba ny kolontsaina iainany isanandro. Tsy misakana ny fampianarana kolontsaina hafa anefa izany fa ny mifanohitra amin’izay aza, ahafahana mianatra kolontsaina maro sy mampitaha avy eo. 

Efa nisy moa mpampianatra ao amin’ny sekoly Philibert Tsiranana nankany Etazonia, tamin’ity tetikasa ity. Ny tanjoko, hoy Rijasoa Andriamanana dia mba hahazo doctorat izy ary hampiharina eto Madagasikara ny vokatry ny fikarohany.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FAMPIANARANA : 70%-n’ny fandaharam-pianarana no vita amin’izao fotoana izao

Manoloana izany dia samy nanana ny lamina napetrany ny sekoly tsirairay mba hahafahana mamita ny fandaharam-pianarana rehetra. Raha tsiahivina mantsy izany dia teo amin’ny iray volana sy tapany teo ho eo no nanenjehana ny fampianarana tokony hatao mandritra ny telo volana. Amin’izao fotoana izao àry dia fantatra fa ny 70%-n’ny fandaharam-pianarana tokony novitaina tamin’ity telovolana voalohany ity no vita ho an’ireo sekoly sasany, tafiditra ao anatin’izany ny Epp Andrononobe. Nisy ny lamina napetraky ny mpitantana ity farany ka nahafahana nanentsina ny fahabangana araka ny fanazavana voaray. 

Tafiditra ao anatin’izany ny ezaka avy tamin’ny mpampianatra tsirairay amin’ny fampitana ny fampianarana. 

Nisy ihany koa ny fampitomboana ny ora firavana sy ny ora fidirana. Ireo no natao dia mba hahafahana manatratra ireo praograma napetraka hovitaina amin’ity telovolana voalohany ity. Efa samy an-dalam-pamaranana ity telovolona voalohany ity ny sekoly tsirairay amin’izao fotoana izao ka hiditra amin’ny fialantsasatry ny noely sy ny faran’ny taona indray. Andrasana indray araka izany izay mety ho fepetra raisin’ny sekoly amin’ny fiatrehana ny telovolana roa farany. 

Lucien R.

Tia Tanindranaza0 partages

IKONGO

Nanome baiko ny baiko ny sefo distrika ny praiminisitra mba hifampiresaka sy hifandamina amin’ireo olo-be ao Ikongo ary hanasazy ireo tompon’antoka rehetra tamin’ny zavatra nitranga tany Ikongo : fikasàna hanao fitsaram-bahoaka, famakiana fonja.

 Ho vitan’io manam-pahefana io ve ny handamina izany, indrindra raha efa nitsoaka avokoa ny olona izay eo tokony ho eo ambany fiahiany ary misampana amin’ny sehatra samihafa : ny fampanoavana, ny mpiandry fonja ary ny mpiasam-panjakana hafa. Sao dia mba endrika fialàna andraikitra sy fanipazana baolina kosa ?

 

POLITIKA

Tsy vonona mihitsy ity fitondràna HVM ity ny hiroso amin’ny fifidianana ary porofon’izany ny mbola tsy fisian’ny lalàna mifehy izany hatramin’izao vanim-potoana ankatoky ny fifidiana izao, raha araka ny fanazavan’i Marc Ravalomanana. Raha ny fijeriny dia tsy tokony hilaza fa antoko matanjaka ny HVM raha toa ka tsy mamela malalaka ny fanehoan-kevitry ny antoko mpanohitra. Manahy ny hisian’ny krizy vaovao indray izy raha tsy tomombana ny fifidiana, indrindra koa fifidianana azo antoka no andrandrain’ny vahoaka ankehitriny. 

Tsy misy asa hatao afa-tsy ny mitokana zava-bita sisa no hataon’ny fitondràna tato ho ato. Nampivoaka vava ny firaisamonim-pirenena sasantsasany mihitsy fa tsy mifanaraka amin’ny filàn’ny vahoaka ny zavatra tokanana : sinema, efitrano fanaovana kung-fu, fanomezana fitaovana ny haino aman-jerim-panjakana. Ary ny làlana izay avy any Daraina ka mihazo an’I Vohémar mba oviana no tokanana? Raha tsy hilaza afa-tsy izany, fotodrafitr’asa izay tsiahivina ihany fa isan’ny fampanantenan’ny filoha ny hanamboatra izany.

 

TRANGAM-PIARAHAMONINA

 

 Lasan’ny jiolahy ny vola mitentina 180 tapitrisa ariary vao avy nalaina tao amin’ny banky, tetsy Tanamakoa-Toamasina. Handeha hividy entana izy ireo rehefa azo ny vola no nisy jiolahy roa nandeha scooter ary nitondra poleta miisa roa. Nambanana izany ilay lehilahy izay raha ny fantatra dia mpivarotra jirofo ny asany ary mipetraka any Soanierana-Ivongo izy, dia nalaina ny vola tamin’ny sakaosy teny aminy. Tsy nisy poa-basy saingy haingana kosa ny fanafihana izay tsy naharitra afa-tsy segondra vitsy monja.

Lehilahy iray no nosamborin’ny zandary avy eo amin’ny sampana « cybercriminalité » eo anivon’ny zandarimaria noho ny fanalàna baraka olona amin’ny alàlan’ny fitaovam-pifandraisana aterineto. Tamin’ity raharaha ity dia ramatoa iray sy ny zanany vavy no nitory noho ny fanalam-baràka nanjo azy ireo, toa ny hoe mpamatsy vola hanonganam-panjakana ary koa mpamatsy vola ny mpanao kidnapping karàna eto an-drenivohitra. Niasa ny teknisiana amin’ny informatika an’ny zandary, izay eo anivon’ny sampana cybercriminalité ary niafara tamin’ny fisamborana izany omaly.

 

Hitory ny pôlisy koa ny havan’ny lehilahy iray izay maty voatifitr’io vondron’ny mpitandro ny filaminana io, tetsy Anosibe. Nafangaron’ireo pôlisy tamin’ny jiolahy ny vadiko, raha araka ny fanazavan’ilay ramatoa. Voatifitra bala telo itsy voalohany ary bala iray kosa ho an’ny vadiny izay mbola tsaboina ao amin’ny Hjra. Nomarihan’ilay ramatoa fa mamo ilay pôlisy nanatontosa izany tifitra izany ary kalachnikov no nampiasainy. Tao an-tranony io fianakaviana kely io no niharan’izao herisetra izao

KIDNAPPING

 

Misesy ny kidnapping ao Malaimbandy ary manomboka mampanontany tena hoe tena ireo dahalo tokoa ve no manatontosa an’izany sa misy olon-kafa ivelan’ny tanàna ? Ankizilahy vao enin-taona no hataon’ireo olon-dratsy takalon’aina nanomboka ny asabotsy lasa teo ary noho ny tsy fanànan’ny ray aman-dreniny ny vola fito tapitrisa ariary izay takian’ireo jiolahy dia tsy mbola navotsotra io zaza io hatramin’ny omaly. Isan-kerinandro izany dia lasa misy kidnapping hatrany ao amin’io tanàna io ary raha tsiahivina aza, iray volana lasa izay, dia zandary no isan’ny nalain’ireo an-keriny ary voatery nandoavana vola mba vao votsotra.

 

FAMPIANARANA AMBONY

Hanao valandresaka ho an’ny mpanao gazety mikasika ny famahana ny olana eny amin'ny oniversiten’Antananarivo rahampitso alakamisy 21 desambra ao amin'ny Grand Amphi DEGS Ankatso amin'ny 10 ora maraina ny sendikan’ny mpampianatra mikaroka mivondrona ao amin’ny SECES. Aorian'io dia hisy fivoriamben'ny mpianatra sy mpampianatra eo amin'ny Esplanade Ankatso.

 

MPITSOA-PONENANA

Mandiso ny filazana fa misy ny mpitsoa-ponenana eto Madagasikara ny sekretera jeneralin'ny “cercle de reflexion inter-musulmane”, Soalihy Moussa. Nambarany fa “tablique” na mpanao fivahiniana masina mivantana amina “mosquée” no misy. Nilaza ihany koa i Soalihy Moussa fa ilaina ny fanasaziana ny olona izay tsy ara-dalàna ny fipetrahany eto Madagasikara.

 

FAMPITANDREMANA

Mila mailo ny rehetra amin’izao ankatoky ny fety izao, hoy ny filohan’ny mpiaro ny zon’ny mpanjifa satria fotoana fiparitahan’ny sakafo lany daty izao. Miantso ny mpanjifa ihany koa ny tenany mba ho tompon’andraikitra, ka hanara-maso izany ary hampilaza ny minisiteran’ny varotra  raha mahita sakafo lany daty.

 

TOLAGNARO

Tontosaina manomboka anio 20 desambra ka hatramin ny 23 desambra ny « Festival Sambaraha », hetsika hoenti-mampisongadina ny faritra Anôsy. Hisy ny hetsika ara-kolontsaina sy ara-java-kanto isan-karazany.

 

MALAIMBANDY

Fifaninanana ara-panatanjahantena nandraisan'ireo FKT rehetra ( 19), Lahy sy Vavy no nentina namaranana ny hetsika ataon'ny Vondron'ny Zanak'i Mahabo ho an’ity taona 2017 ity. Nahafahana nanentana ny ho amin'ny Fanabeazana ho Olom-Pirenena Vanona satria dia tsy zoviana ny  tsy Fisian'ny Fandriampahalemana any ( Asan-dahalo, fakana ankeriny, Vono olona, fanararaotam-pahefana, sns). Fampivoriana amin'ny Sehatra rehetra ny Tanjona ka ilana ny fiaraha-mientana izany.

 

, Fandikan-dalàna mibaribary ny ataon'ny orinasa Classic Knit Wear nanery ireo mpiasa 263 handeha « Congé » faobe mandritra ny 30 andro nanomboka tamin'ny 11 desambra 2017. dia mbola hotohizana « chômage technique » ny 8 janoary ka hatramin’ny 4 martsa 2017, ka aiza ao amin'ny fehezan-dalàna momba ny asa 2003-044 tamin’ny  28/07/2004 no misy izany « congé » faobe izany, hoy ireo mpiasa yonga saina ?

 

 Tsy misy vahaoalana hita taorian'ny fihaonana in’efatra miantoana teo amin’ny solontenan'ny mpiasa sy ny sendikà ary ny mpampiasa.  Teo koa ny fanelanelanan'ny « inspection de travail ». Koa napetraka afak’omaly ny taratasy milaza fitokonana araka ny takian'ny lalàna ary dia hanomboka ny alakamisy 21 desambra 2017 ny fitokonana eny amin’ny toeram-piasana Andraharo mandritra ny fotoana tsy voafetra, hoy ireo mpitarika.

 

BORIBORINTANY FAHA-6

 

Nitsidika nijery ifotony ny olana mahazo ny mponina ao amin’ny Fkt Ambohimiadana Nord (Quartier ambadiky ny tsena Ragasy - 28) Boriborintany faha-6 omaly maraina  ny Depiote Horace taorian'ny fiafaran'ny fivorian'ny parlematera tamin’ity taona ity. Akoatra ny ranobe avy amin’ny arabe izay mivarina sy mandeha amin’ny tohatra izay simba ary mivantana any an-tokantranon'izy ireo dia maro ny loto sy fako izay entiny ka mampitaraina mponina, na miezaka manadio aza izy ireo, eo koa ireo mpandalo manary fako.

 

Loza mitatao ho an'ireo mponina ny andri-njiro hazon'ny JIRAMA izay efa mihozongozona ka ireo « fil » misampana sisa mitazona azy tsy hianjera, ka nangatahin'ireo fokonolona miaraka amin’ny  depiote Horace ny hanoloan'ny JIRAMA azy ho « béton » fa tsy hazo, izay vy teo aloha fa potika vokatr'io rika be io.

Toliara

Efa tonga ao Fianarantsoa daholo ireo mpandraharaha ny fonja izay voaelingelina tao anatin’iny raharaha nitranga tany Ikongo iny, raha ny nambaran’ny minisitry ny fitsarana, Elisa Alexandrine Rasolo, ary efa milamina ny toe-draharaha any an-toerana amin’izao fotoana izao. Tsy maintsy hisy ny fanadihadiana izay hatao ary tsy maintsy mandray anjara foana ny fitondram-panjakana amin’ny fihoaram-pefy toy ireny, raha ny nambarany hatrany. Samy manontany moa ny rehetra hoe hatraiza tokoa izany fandraisan’andraikitra izany.

TAMAMI

Rehefa avy nanao fitetezam-paritra tany Farafangana ry zareo avy eo anivon’ny antoko Tanora malagasy miroso na Tamami dia nilaza fa nahavelombolo azy ireo ny mahita ireo tanora taninketsan’ny politika eto amin’ny firenena  liana amin’izany fanaovana politika tena izy izany. Ny fametrapetrahana ilay fan’s club an’ny antoko moa no tena imasoan’izy ireo amin’izao fotoana izao, raha ny fanazavana, ary sambany izany no nisy teto amin’ny firenena fa tokana tamin’ireo antoko mpanohitra nahavita kaongresim-pirenena ihany koa Ny Tamami, raha ny fanazavana hatrany.

Foloalindahy

Tontosa omaly tetsy amin’ny toby jeneraly Ramarolahy etsy Betongolo ny fanaovam-beloma farany ny sekretera jeneraly misahana ny zandarimariam-pirenena teo aloha, ny jeneraly Randrianazary. Tonga nanotrona izany teny an-toerana moa ny SEG amin’izao fotoana, ny jeneraly Randriamahavalisoa Girard sy ny minisitry ny fiarovam-pirenena, Beni Xavier Rasolofosoa.

Ambohimangakely

Jiolahy 3 lahy no tra-tehaky ny mpitandro ny filaminana teny Ambohimangakely teny ny 16 desambra teo. Efa nokarohina hatry ny ela ny 2 tamin’izy ireo raha ny fanazavana ary dia izao nijabaka niaraka tamin-dry zalahy izao koa ny 1 hafa.

 Ambatoboeny

 Dahalo miisa 6 mirongo FC miisa 2 no nangalatra ny ombin’ny mponina antsoina hoe François monina ao Ankianja/Besely, kaominin’ambanivohitr’Ankirihitra ny17 desambra 2017 teo tamin’ny 11 ora antoandro .  Nanara-dia ny zandary miisa 3 ao amin’ny PF Ambatomasina niaraka tamin’ny fokonolona. Raikitra ny fifampitifirana ka dahalo miisa 2 maty ; tafaverina tamin’nytompony kosa ireo omby ary tompon’ny omby miisa 148 sy omby miisa 2 no maty novonoin’ireo dahalo.

 

AMBILOBE  

  Zandary avy ao amin’nyborigady Anaborano Ifasyno nanao fisafoana ankapobeny nisava olona telo niaraka ka nahasarona rongony milanja 123 kilao tao amin’ny entan’izy ireo.  Nosamborina avy hatrany izy telolahy ireo izay 50, 43 ary 25 taona ary nogiazana ny zava-mahadomelina tratra taminy ny 14 desambra 2017 tamin’ny 06 ora maraina tao Andohan’i Mahatsara, fokontanin’ Antsaba, kaominin’ambanivohitr’ Anaborano/Ifasy.                         

 

Tia Tanindranaza0 partages

ManjakarayNitifitra ny jiolahy dia nitsoaka

Nirefodrefotra ny basy ary raim-pianakaviana 1 no nokendrena notifirina, raha ny nambaran’ireo nanatri-maso. Voa teo amin’ny tongony izy. Lonilony sa sotasota tsotra izao ? Nisavoritaka tetsy Manjakaray an-tampon-tanàna, tokony ho tamin’ny 9 ora latsaka fahefany alin’ny alatsinainy teo.

 

 Nirefotra in-telo ny basy. Raha ny fizotry ny tantara, nitondra “môtô bwise” ilay tovolahy nitifitra, izay teny am-pitan’ny arabe tamin’io fotoana io. Nisokatra ny vavahadin’ilay raim-pianakaviana, izay nisotrosotro teo an-tokotaniny niaraka tamin’ireo namany vitsivitsy. Raha ny filazan’ireo nanatri-maso, basy vita gasy no nentin’ilay olon-dratsy, tamin’io fotoana io. Ny andro rahateo, somary efa maizimaizina ihany, ny olona mbola mifamezivezy. Ny tifitra fanintelony no nahavoa ilay raim-pianakaviana teo amin’ny tongony ka nandriaka manerana ny tokotany ny ra. Nikoropaka ny iray tanàna, namonjy ilay voatifitra ary nentina teny amin’ny hopitaly HJRA. Nisy ihany ireo naman’ilay raim-pianakaviana nanenjika, saingy efa tsy tratra intsony ilay olon-dratsy. Raha ny loharanom-baovao, tsy vao izao fa efa fanintelony no saika nisy hifofo ny ain’ity raim-pianakaviana ity. Tamin’ny taona 2016, no efa nisy nandraraka asidra ny tenany, teny Manjakaray. Ny volana jolay teo, olona roa nitondra môtô koa no efa nikendry azy tamin’ny fitifirana asidra, raha izy nitondra fiara hody, raha avy namangy olona teny amin’ny hopitaly saingy tsy izy no voa fa ny vady aman-janany, niampy olona iray nentin’izy ireo tao anaty fiara. Nilaza ny hametraka fitoriana eny anivon’ny polisy moa ny fianakaviana. Ny faran’ny herinandro teo ihany koa moa dia efa nampitaraina ireo mpandalo teny amin’iny faritr’i Behoririka sy ny manodidina iny ny firongatry ny fanatahana poketra. Hampahafantatra ny fepetra horaisin’izy ireo hitandroana ny filaminana mandritr’izao vaninandro fety izao kosa ny avy eo anivon’ny polisim-pirenena anio, raha ny fampitam-baovao.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Airtel Madagascar sy ny ASM Efa-taona niadivana tamin’ny Vih /SIDA

Efa-taona nifanomezan-tanana iadiana amin’ny otrikaretina Vih/ SIDA sahady ny orinasam-pifandraisana Airtel Madagascar sy ny Association d’Aide et Soin aux Malades (ASM) tarihin’ny profesora Mamy Randria, tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny hopitalim-panjakana Befelatanana eny ambony.

Efa-taona nifanomezan-tanana iadiana amin’ny otrikaretina Vih/ SIDA sahady ny orinasam-pifandraisana Airtel Madagascar sy ny Association d’Aide et Soin aux Malades (ASM) tarihin’ny profesora Mamy Randria, tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny hopitalim-panjakana Befelatanana eny ambony. Mbola vonona hatrany ny roa tonta  hifanampy sy hifanohana mandritra ny taona 2018 ho avy io hahafahana manampy ny mpiara-belona. Nivoitra izany  nandritra ny dinika nanaovan’izy ireo jery todika ny asa vita tamin’ny taona 2018 hahafahana miatrika ny taona vaovao 2018. Raha tsiahivina ny tantara dia faritra maro manerana ny Nosy no mahazo tombontsoa amin’ity fiaraha-miasan’ny Airtel sy ny ASM ity. Anisan’izany ny ao Fianarantsoa, Antananarivo, Toamasina, Moramanga, Foulpointe, Mahajanga… Tamin’ny alalan’ny fametrahana hopitaly mandehandeha sy faritra natokana hitsaboana ireo marary no nahazoan’ny tsirairay tombontsoa tamin’izany, narahina fitiliana maimaimpoana ny aretina SIDA, toraka izany koa ny fitsaboana ireo marary, ny fanolorana fitaovana sy fanafody ho an’ny ASM nataon’ny Airtel. Tsiahivina moa fa anisan’ny andraikitra goavana noraisin’ny Airtel efa taona maromaro lasa izay ny fandefasana sms maimaimpoana ho an’ny mpanjifa mikasika ny fihetsika tokony hatao hiatrehana ny areti-mandoza SIDA.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Verezina fa tsy herezina

Tsy vao izao akory no nandrenesana fandrebirebena saim-bahoaka. Raha ny zava-mitranga ankehitriny kosa dia efa tsy mijanona eo amin’izay intsony no hita rehefa tena manaraka ny fandehan’ny vaovao rehetra avy eto an-toerana fa verezina tanteraka sy dontoina anaty fahantrana mihitsy ilay vahoaka kely miha safotry ny fahantrana andro aman’alina.

 Na ilay fifidianana ho avy hany sisa heverina fa mba hahafahany mitondra anjara biriky hanavotany ny fireneny aza ity toa mitady hongotana aminy koa. Verezina amina resaka tsy mitondra mankaiza intsony ny valalabemandry mba tsy hahafahany miatrika am-pitoniana io tokony ho vanim-potoana goavana hanan-danja eo amin’ny maha olom-pirenena azy io. Inona intsony tokoa moa no mbola antony hiadian-kevitra momba ny lalàmpanorenana rehefa tsy vita tany am-piandohana ? Tsy efa tokony ho ny fampahafantarana amin’ny maro ny tetiandrom-pifidianana ve izao no tokony ho vain-dohan-draharaha miampy ny fampahafantarana azy amin’ny antsipirihany izay tokony hataony amin’ny fiomanana sy fiatrehana izany ? Mbola fotoana hiadian-kevitra mikasika lalàna ve izao na lalàmpanorenana na lalàm-pifidianana ? Sao dia tokony hampangarahara ny zava-drehetra mandritry ny fifidianana fotsiny izao amin’izay no himasoana fa amin’ny manaraka manatsara izay hita ho mbola ratsy mba tsy verezina amina resaka mandany jiro fa herezina amina hetsika mahasoa azy ny vahoaka !

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kianja mitafo Soavita - ToamasinaNahazo fitaovana manara-penitra

Tao anatin’ny fanatanterahana ny “Tounoi basket veterans "Lakana tsara voha" notontosain’ny ligin’ny basiketin’Atsinanana ny faha-15 sy 16 desambra teo ka nahazoan’ny ekipa vehivavin’ny JCBA Analamanga

Tia Tanindranaza0 partages

Ankatoky ny fetyMaro ny tokantrano sahirana ara-bola

Miaina anaty fahasahiranana tanteraka ny tokantrano Malagasy hatramin’ny fitondrana tetezamita no ho mankaty. Nihena na tsy manana tetibola hiatrehana ny fety akory ny ankamaroan’izy ireny amin’izao dimy andro tsy hahatongavan’ny fetin’ny krismasy izao raha araka ny fanadihadiana natao.

Ranto, Raim-pianakaviana niteraka telo :Ny anay aloha tsy misy hoe : fety vao mihinam-be fa rehefa misy vola dia manao fety. Tsy manana tetibola hiatrehana ny fety akory izahay amin’izao ankatoky ny krismasy izao fa izay eo am-pelatanana no hifaliana.

Benja, Raim-pianakaviana niteraka roa :  Misy ihany ny tetibola hiatrehana ny fety fa tsy betsaka. Ho an’ny kilalao ho an’ny ankizy izao dia noferana ho 30.000 Ar tsirairay avy ny azy ireo raha 30.000 Ar ihany koa ny sakafo holaniana amin’ny krismasy. Tsy betsaka fa rehefa misy vola dia manao fety e !

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fahalafosan’ny vidim-baryMamono afo amin’ny alalan’ny serasera ny fanjakana

Henjana ny serasera ampiasain’ny fitondram-panjakana hoenti-mivoy sy miresaka, fa tena nitady vahaolana mba hampidinana ny vidim-bary tokoa ny mpitondra.

 

Raikitra ny fandokadokafana isan-karazany fa 1580Ar tokoa ny kilaon’ny vary eny amin’ny tsenan’Anosibe. Misy mihitsy ny fanambazana ireo orinasan-tserasera sasany hisian’ny “tam tam” be amin’ny fivoizana io resaka fidinan’ny vidim-bary io. Rehefa tena mijery eny ifotony kosa anefa dia ny teo ihany no teo, mbola lafo ny vary. Misy koa ny mody mametaka ny vidiny fa rehefa anontaniana tsy misy akory. Ny toerana maro eto Antananarivo dia efa tsy mitovy amin’io eny amin’ny tsenan’Anosibe io, mainka fa ny any amin’ny faritra sasany lavitry ny renivohitra. Lalaovina any amin’ny resaka serasera sy fampitam-baovao sisa ny vono afo momba ity fidangan’ny vidim-bary ity. Tsy misy mandiso ny resaka fisian’ny fandraisan’andraikitra, fa kosa tsy mipaka velively any amin’ny rehetra izany, fa ny resabe fotsiny no betsaka. Maro no mitaraina ankehitriny satria efa tena tsy zaka, mahatsapa tena ho nahavita ny adidiny anefa ny mpitondra. Tsy filam-boatsiary na fitia te hanamaivana ny ambaran’ny mpitondra fa fandraisan’andraikitra nataony, saingy miandry izay tena vokatra azony tsapain-tanana ny olona, indrindra amin’izao vanim-potoanan’ny fety izao. Ny minisitera sy ny sampandraharaham-panjakana isan-karazany, dia samy mizarazara zavatra hoenti-miatrika fety fa mba manao ahoana kosa ny sarambabem-bahoaka ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanampiana ho an’ny firenena mahantraNomen’ny FMI 44,5 tapitrisa dolara i Madagasikara

Tsy maintsy hibitaka indray ny mpitondra HVM satria tonga tahaka ny fanomezan’i Dadabenoely ny vola fanampiana mitentina 44,5 tapitrisa dolara, izany hoe efa ho 144 miliara ariary mahery avy amin’ny tahirim-bola iraisam-pirenena (FMI).

 

 Nankatoavin’ny filankevi-pitantanan’ny FMI ny hamoaka vola hanampiana an’i Madagasikara amin’ny alalan’ilay programa Facilité élargie de crédit (FEC) satria nahafeno ny fepetra ara-toekarena araka ny masontsivana napetraka ny firenena Malagasy. Natokana ho an’ireo firenena mahantra sy tena manana fahasahiranana ara-bola ny FEC ary fotoana voafetra ihany no hahazoana azy, 3 ka hatramin’ny 5 taona. Tanjon’izy ity ny fanomezana tosika ilay firenena hahafahany miarin-doha sy mandamina ny fifandanjan’ny vola miditra sy mivoaka eo aminy amin’ny alalan’ny fanohanana ireo fandaharanasa ara-toekarena. Karazana lalana iray hahafahana manetsika ny famatsiam-bola hafa ihany koa ny FEC, satria matoa mahazo azy ny firenena iray dia nisy izany ny ezaka vita teo amin’ny fitantanana ny toekarena. Tsy ho azo tsapain-tanana izao dia izao ny vokatry ny FEC fa ho hita amin’ny antenantenan’ezaka sy ny lavitr’ezaka raha toa ka misy tsara ny fitoniana ao amin’ilay firenena. Miverina « zero » ny resaka rehetra vantany vao misy ny korontana. Ho an’i Madagasikara manokana dia mbola miankina amin’ny zavattra hitranga amin’ny herintaona ny tohin’ny raharaha. Nanome fanampiana ny vondrona eoropeanina ny alatsinainy teo 13,5 tapitrisa dolara ho fanohanana ny tetibolam-panjakana, omaly io indray ny FMI fa nanapa-kevitra ny hanolotra 44,5 tapitrisa dolara saingy mitaky fitoniana sy fanatanterahana fifidianana milamina, mangarahara ary tsy misy fanilikilihana ireo rafitra iraisam-pirenena roa ireo. Ny fihetsika kely monja tsy voahevitra ataon’ny fitondrana HVM ka manohintohina io fepetra io dia efa ampy hampiantona na hampihemotra ny famoahana ny vola.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Soavinandriana Itasy sy ny vina CLD 2017“Caserne” zandary sy « commissariat de police » no hatao

Nambaran’ny depiote Harinosy Rabenerika Charlot voafidy tany amin’ny distrikan’i Soavinandriana Itasy fa anisan’ireo vina hotanterahina ao anatin’ny CLD 2017 hatao any amin’ny distrika misy azy ny fananganana “caserne”

Tia Tanindranaza0 partages

AndoharanofotsyNy mamo indray no niantso zandary

Ara-bakiteny ilay fitenenana manao hoe “mamo miantso polisy” raha ity tranga iray niseho teny Andoharanofotsy.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Manajà tena amin’izay !

Manao ahoana ry Jean a ! Mbola misonanina hatrany any an-dapa ve hatramin’izao ka tsy mahalala ny fahasahiranam-bahoaka e ?

 Mbola mizahozaho sy miedinedina amin’ity mitokan-javatra etsy sy eroa ity, ka hisejo milay fa mahavita zavatra hatrany ! Sao dia heverinareo ho vendrana ary izahay ry Jean ka tsy hahalala fa maro amin’izeo zavatra hireharehanareo ireo no tsy nisy ariarinareo mitsivalana akory. Anisan’ireny ny fanamboaran-tsekolin’ny orinasa karana, ny famatsian-jiro eny ambanivohitry ny Alema … Aza mifamitapitaka sy miseho milay fa tsy misy adala sy kentrina eto, ka hanaiky hataonareo ho dondrona eto a ! Aza izahay ihany koa no fitapitahina amin’ny seraseran’ny gaigy sy mpamita-bahoaka amin’ity resa-bary ity, fa ny aty aminay ny kapoaka tsy miova fa midangana hatrany. Aza mifamitapitaka, fa tsy izao izahay vao mahalala ny toetranareo, ka izao dia mahalala manaja tena e ! Hafatrafatra ny ahy iny ary tenin-dehilahy, ka aza avela hiakatra ny tosidrako sy ireo mitovy amiko vao ho taitra. Tsy mamerina izay intsony izahay ry Jean fa dia efa ho avy amin’ny angdy sy harona raha minia be vinany eo a !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Fananan’ny mpitondra sy mpanao politikaTsy misy fanaraha-maso ny eto Madagasikara

Navoakan’ny fahefana ambony momba ny fangaraharana eo amin’ny fiainam-bahoaka (HATVP) any Frantsa ny faran’ny herinandro teo ny fanambaram-pananana nataon’ireo mpikamban’ny governemanta Frantsay.

 

Nivoaka tamin’izany fa misy ireo tena manan-karembe, toy ny minisitry ny asa Muriel Pénicaud, izy tompon’andraikitry ny lafiny maha olona na DRH tao amina orinasa iray antsoina hoe Danone teo aloha. Mahatratra hatrany amin’ny 7,2 tapitrisa Euros ny harena nanaovany fanambaram-pananana, ka manana trano lehibe mitentina 1,3 tapitrisa Euros any Hauts-de-Seine izy ary manana hafa mitentina 340 000 Euros. Teo anelanelan’ny taona 2012-2014 ny tenany, dia nanana 4,74 tapitrisa Euros. Miteraka resabe any Frantsa ny mikasika ny fananany. Tratran’izany ihany koa ny minisitra misahana ny fiampitana amin’ny angovo azo havaozina, Nicolas Hulot. Ny tiana hambara sy hahatongana dia ny hoe mba manao ahoana ny aty amintsika ? Misy ny lalàna manery ny manampahefana toy ny mpikamban’ny governemanta, parlemantera, ben’ny tanàna,… hanao fanambaram-pananana. Ekena fa misy tokoa ny manao saingy vita izay dia mijanona hatreo. Tsy mbola nisy teto amintsika ny hoe minisitra anankiray, ohatra, nampiasa ny fahefana teo am-pelatanany, ary vetivety dia lasa mpanefoefo sy tena manankarem-be. Rehefa miala amin’ny toerany, dia vitavita ho azy. Inona izany no tena lanjan’ilay fanambaram-pananana natao ? Tsy zon’ny vahoaka ve no mahafantatra hoe tahaka ny ahoana marina ny fari-pananan’ny olona mitondra azy, indrindra ireo tsikaritra ho mitombo harena amin’ny fomba mahagaga ?  Raha ny vaovao farany, loholona 3 sy solombavambahoaka 3 no tsy nanao fanambaram-pananana hatreto. Mety hiharan’ny lalàna sy ny sazy ireo. Manao ahoana kosa ireo olom-panjakana mety nampiasa ny fahefana nenti-mampitombo ny harenany, izay mety tamin’ny fomba tsy ara-drariny ? Hatreto dia vitavita ho azy ny momba ireny olona ambony miala amin’ny toerany tsy misy arakaraka ireny na mangoron-karena amin’ny tsy ara-drariny aza, ka tsy hay atsy ho atsy.

Toky R

 

La Vérité0 partages

Concours de danse « Kiz with me show » - Le Malgache Roddy France revient avec une médaille d'or

Les Malgaches ont du talent à revendre et peu importe la discipline artistique. En effet, nous avons toujours au moins une personne qui excelle dans le domaine. La danse en fait partie, de plus la jeunesse malgache adore s'y mettre. Effectivement, dans la Capitale comme dans les régions, les professionnels malgaches de la danse se multiplient et fondent suivant leurs propres moyens les écoles de danse.

Ceci dans le but de promouvoir cette discipline artistique qui est parfois oubliée par le ministère et les départements concernés. Parmi ces jeunes pionners de la danse de salon figure Roddy France Tsialiva, fondateur du centre d'enseignent de danse dite « de salon, latine et sportive » dénommé Jadl's, sis à Antsiranana. La danse est pour lui une passion née d'une envie de quelque chose de nouveau. Car depuis longtemps, les danseurs étaient considérés comme de simples personnes qui s'amusent, sans but, alors que l'on peut faire de la danse un métier. Selon le point de vue du danseur, c'est un art qui privilégie beaucoup la beauté et la discipline, mais aussi un moyen d'expression sans frontières. « Ma vraie formation a commencé avec Dih'Art, en 2011, et j'ai obtenu mon certificat d'aptitude à enseigner en 2012 au même Club. Cette école de danse fait partie de la fédération malagasy de danse de salon, latin et sportif et les certifications qui sont obtenues par son biais sont reconnues par ladite fédération nationale », explique Roddy. On voit donc en lui un homme rêvant d'aller très loin et de faire de la danse un vrai levier de développement. Dernièrement, le jeune homme vient de faire honneur à son pays en remportant un trophée et une médaille d'or en compagnie de sa partenaire de toujours Geneviève durant la 2ème édition du concours de danse « Kiz with me show » qui s'est déroulée à l'Ile de La Réunion. C'est un partenariat inter-îles, soutenu par la fédération malgache de danse de salon Dih''Art, la fédération nationale de danse française, l'association « Vien bougé », ainsi que « Premier pas de danse, et Vibration de l'Océan Indien », qui a permis à sept couples de concourir  au trophée. Pour l'occasion, les membres du jury étaient composés entre autres de danseurs en provenance de différents pays comme le Canada à l'instar de Saint Juste, le chorégraphe qui a introduit la salsa à La Réunion, Jean Marie, moniteur du club « Premier pas de danse », et de Rijamanitra, représentant de Madagascar. Une grande performance pour ce danseur mais également une occasion de démontrer son talent en prouvant aux pratiquants étrangers que les Malgaches n'ont rien à envier aux autres quelle que soit la discipline artistique. Avec sa partenaire, il a su émerveiller le jury avec des chorégraphies bien explicites et exactes tout en donnant le meilleur de lui-même. En tout cas, tout le monde était tombé sous le charme de la performance du couple.  Outre la compétition, « Kiz with me show », a aussi été une occasion pour le couple de partager son savoir faire au-delà de l'océan, à travers des stages qu'ils ont donnés au Gymnase Daniel Narcisse, de la ville de la Possession. Ce trophée est l'aboutissement de plusieurs années de travail acharné de Roddy France et de sa partenaire. L'effort bien fourni est toujours payant et le petit club de jadis commence à devenir une référence dans la région. L'aventure continue pour Roddy qui, en parallèle avec la compagnie Jadl's, donne aussi des cours de catégories variées : enfants de 5 à 10 ans, les plus de 11 ans et les adultes et même ceux qui sont déjà âgés, à partir du moment où ils se sentent encore à l'aise dans leur corps. T.A.

La Vérité0 partages

« Repas pour mille » - De la nourriture pour les prisonniers d'Ambalatavoahangy

Une délocalisation du projet « Repas pour mille ». Le concept n'a pas changé. Il s'agit d'offrir un repas complet et gratuit d'une valeur de 20 000 ariary aux individus choisis.  Il se compose de mets spéciaux « fêtes » à savoir une entrée, un plat de résistance, un dessert, du  gâteau  ainsi que des boissons. Le nombre des bénéficiaires reste toujours mille personnes et ce sont notamment les gens défavorisés qui en reçoivent. Cette année, pour la deuxième édition du projet « Repas pour mille », l'on a choisi de regagner la ville de Toamasina. Dans le cadre d'une collaboration avec les membres du groupe Facebook « Ino maresaka Tamatave (Imt) », les prisonniers d'Ambalatavoahangy vont pouvoir se joindre à un repas de Noël.

Les bénévoles se sont donné rendez-vous ce vendredi 29 décembre afin de distribuer les nourritures. « Les  détenus  possèdent le droit de passer Noël dans une ambiance de convivialité », indique Hilda Hasinjo, initiatrice du projet. Selon elle, après deux endroits, qui sont Antananarivo et Toamasina, ce projet va se poursuivre et s'effectuer au niveau national. « Le tour des autres Régions va arriver », poursuit-elle. Cette fois-ci, la section Antananarivo s'occupe du gâteau de Noël.  Les équipes organisatrices ouvrent ainsi leurs portes pour toutes formes de contribution. Pour y parvenir, elles se mobilisent pour collecter des dons matériels et financiers. Depuis le réseau social « Facebook », elles ont rassemblé pas mal de donations. Pourtant, ces dons sont encore insuffisants. Notons que le défi a été relevé l'année dernière : plusieurs familles défavorisées ont bénéficié des nourritures qui leur ont été préparées spécialement. Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Isoanala - 30 morts dans un coup de force du BIA et de l'Usad

Durant les 2 jours précédents, c'était l'extermination, côté dahalo, dans le district d'Isoanala. 3O assaillants furent tués, leurs corps charriés par la rivière en crue qui longe le champ de bataille. Seuls 10 dahalo ont donc survécu à ce coup de force militaire.  Là, les éléments du bataillon inter-arme (BIA) et les gendarmes de l'unité spéciale anti-dahalo (Usad) de Betroka, les y ont accrochés parsurprise. Ces violents accrochages s'étaient produits tôt mardi matin.

Les éléments des forces engagés sur le terrain ont été appuyés par un hélicoptère. La libellule  a pris le relais dans leur poursuite à travers les goulots d'étranglement d'un massif aux reliefs accidentés par où les dahalo ont espéré s'échapper avec le bétail volé. « En effet, nos adversaires ont déjà réussi à beaucoup nous distancer. Mais avec cet hélicoptère à leurs trousses, ils n'ont jamais la moindre chance de filer facilement », affirme une source proche des militaires.  Depuis un mois…Le district de Bekily vit au rythme des incursions et de razzias des dahalo depuis un mois. Lundi dernier,  les assaillants s'étaient emparés de force d'une cinquantaine de zébus,  à Beraketa dans le même district.  Des éléments  d'information renseignaient que les brigands ont emmené le troupeau dans le massif d'Andindomahery, un site  réputé imprenable situé près d'Isoanala. Face à cettesituation, un député de la région a alerté les autorités locales. Le BIA  d'Ihosy, fut informé et il  a pris rapidement ses responsabilités.  « Le site  en question est plutôt propice aux embuscades. Décision fut alors prise de solliciter l'aide de l'Usad.  Le but a été de déclencher une opération mixte  d'encerclement avec les hommes du BIA. De plus, des éléments du groupement de gendarmerie de l'Androy ont été aussi envoyés en renforts sur place. Dans cette même stratégie, il fut décidé que les forces de l'ordre vont s'infiltrer par Isoanala pour prendre à revers les assaillants dans une opération déclenchée mardi à l'aube », a déclaré encore l'information.A 3 heures tapantes mardi, les troupes furent rassemblées à Isoanala, prêtes à donner l'assaut. Parallèlement, une alerte à la razzia d'une centaine d'autres bovidés,  s'était déclenchée dans le centre de cette ville. Cela tombe  bien.  Pour les dahalo, ce fut la première mauvaise surprise.  Mais leur contact avec les forces de l'ordre, et auquel ils ne s'étaient pas attendus, a rapidement dégénéré en une véritable escalade. Une partie des assaillants fut par la suite fauchée par les balles des militaires malgré leur tentative d'engager le bras-de-fer.Dans leur fuite, les malaso ont abandonné le bétail dans la rivière. Finalement, ils ont lâché prise et ont dû se replier en ordre dispersé en direction de leur place-forte d'Andindomahery. Mais là, deuxième désagréable surprise ! Beaucoup de fuyards étaient traqués par l'hélicoptère et le bilan s'alourdit encore, côté assaillants. Tard dans la soirée du mardi et jusqu'à l'heure où l'on parle, une autre faction des forces de l'ordre encadrée par le capitaine Faneva, ratisse encore une autre zone infestée de dahalo. L'auto-défense villageoise ou les « Jado » participent également dans l'opération.Franck Roland

La Vérité0 partages

Football - CAF - Ahmad Ahmad met la pression sur le Cameroun

En visite à Abidjan, sur invitation du Président de la République de Côte d’Ivoire Alassane Ouattara, le patron du football africain Ahmad a animé une conférence de presse, en début de cette semaine. Le président de la CAF souhaite impliquer tous les acteurs dans la gestion du football africain. Le président de la Confédération africaine de football, le Malgache Ahmad, a menacé mardi à Abidjan de délocaliser l'organisation de la CAN 2019 si le Cameroun n'accepte pas l'élargissement à 24 équipes.

 

Il a insisté sur le fait qu'il ne reviendra pas en arrière, soulignant que le passage de 16 à 24 permettrait d'éviter l'absence fréquente de certains grands pays. Ahmad a ajouté qu'il ne reculerait pas sur l'élargissement à 24 participants. « Quant au Cameroun 2019, je ne peux pas anticiper, mais toutes les autorités du pays jusqu'au sommet de l'Etat nous ont toujours confirmé qu'ils seraient prêts ».

On a envoyé un cahier des charges. Au jour J, on va voir les rapports du cabinet indépendant qui nous permettront de dire si le Cameroun est prêt ou ne sera pas prêt. On ne négociera rien, relate Ahmad, Président de la CAF. En août dernier, le Malgache avait jugé que le Cameroun n'était « pas prêt ». Une déclaration qui avait suscité la polémique sur une éventuelle réattribution de la CAN, alors que le Cameroun avait obtenu l'organisation sur un cahier des charges à 16 équipes. Le passage à 24 avait été préconisé en juillet 2017 lors d'un symposium.  « Combien sommes-nous à regretter la non qualification de certaines équipes à la Coupe d’Afrique des Nations à chaque édition ? Il est vrai que les éliminatoires sont âprement disputées mais il faut donner plus de chance aux équipes pour atteindre les phases finales. C’est une promesse de campagne que je dois honorer. Car si je suis là, c’est parce que les présidents de fédération ont eu confiance en moi, sur la base de cette proposition et je pense que cela est faisable. Il y a des pays en Afrique capables d’accueillir un tel événement »,  a assuré le patron du football africain. La Côte d’Ivoire organise la CAN 2021, après elle, ce sera au tour de la Guinée Conakry. Le président de la CAF dit avoir rassuré les autorités ivoiriennes, quant à la tenue de l’événement en Côte d’Ivoire. Selon lui, « le pays a fait beaucoup d’efforts en matière d’infrastructures ». Le président de la CAF a donné cette assurance ce mardi 19 décembre au cours de la conférence de presse qu’il animait après une audience avec le Président Alassane Ouattara.

Recueillis par  E.F.

La Vérité0 partages

Projet « Toliara Sands » - « Base Resources » dans l’arène

L’arrivée du nouveau. Suite à un accord effectué avec « World Titane  Holdings », la compagnie minière « Base Resources » a acquis à 85 % le projet de sables minéraux de Toliara. En effet, l’intéressé a procédé il y a quelque temps à une levée de fonds, d’un montant de  100 millions de dollars australien, afin de financer en partie cette acquisition. D’après les termes de la transaction, cette société déboursera une somme de 75 millions de dollars pour acquérir les 85 % de participation initiale au projet. Mais étant donné que cette dernière est ambitieuse, elle compte bien débourser 17 millions de dollars de plus pour acquérir les 15 % restants, et ce quand le projet sera en phase de développement.

 

La compagnie « Base resources » compte passer à la réalisation du Projet  « Toliara Sands » en 2019. Selon le chronogramme du projet, le début de la production devrait commencer vers le second semestre de l’année 2021. Par ailleurs, cette société considère le projet « Toliara Sands » comme étant l’un des meilleurs projets de développement de sables minéraux au monde. De plus, son opinion sur le sujet est confortée sur la base de faits positifs : le code JORC (« Joint Ore Reserves Committee ») estime que 857 millions de tonnes de ressource a été réalisée pour le gisement de Ranobe en 2012.  A noter que « World Titane Holdings » a investi dans le projet « Toliara Sands » depuis des années. Elle a entre autres effectué la phase d’étude par le biais de sa filiale mauricienne.  Qui plus est, cette dernière a apparemment tissé des liens forts avec le Gouvernement malagasy ainsi qu’avec la communauté locale de Toliara. 

Propos recueillis par Marinà R.

La Vérité0 partages

Promotion touristique - Une contribution indéniable du monde numérique

Le numérique est devenu un compagnon indispensable dans la promotion touristique, et l’Office national du tourisme de Madagascar (Ontm) l’a bien compris. C’est pour cette raison qu’il a développé un nouveau site web pour promotionner Madagascar en tant que l’une des meilleures destinations touristiques. Après plus d’un an et demi de travail acharné sur le développement technique, l’intégration de contenus ainsi que les phases de test, tout  cela avec le soutien du projet « Pic 2 » de la Banque mondiale, l’Ontm a enfin présenté officiellement le fruit de son travail, son nouveau site web : www.madagascar-tourisme.com, mardi à l’hôtel Le Fred, Faravohitra. Ce nouveau site est composé de plus de 7 grandes innovations et disponibles sur quatre langue à savoir le français, l’anglais, l’italien et l’allemand. Le chinois est également en cours d’intégration. 

 

Depuis leur intégration dans les différentes plateformes reliées à Internet comme les réseaux sociaux, les responsables de l’Ontm ont constaté que le monde numérique apporte une contribution indéniable dans la promotion de l’image de la Grande île. Effectivement, de plus en plus de personnes découvrent le pays à travers les réseaux sociaux comme « Facebook », « Twitter » ou encore « Instagram » où les nombreux atouts de Madagascar sont mis en valeur. Aujourd’hui, pour « Facebook » par exemple, la page de l’Ontm a plus de 93 000 abonnés alors qu’au tout début, elle n’en avait que 16 000 seulement.  « Ces nombreux postes sur l’authenticité de la faune et de la flore malagasy ainsi que sur la qualité des voyages qui se font dans le pays feront envier tous les internautes du monde entier », affirme le président du conseil d’administration de l’Ontm, et ce seront ces envies qui vont par la suite se transformer en un vrai voyage. D’où la nécessité d’une meilleure promotion dans le monde numérique ».  Toutefois, mise à part la découverte, les touristes pourront aussi d’ores et déjà programmer leur voyage directement par le biais du site, c’est-à-dire choisir la destination et le circuit à parcourir mais aussi faire des réservations au niveau des différents prestataires comme les hôtels ou encore les agences de voyages. Tout ce système a été mis en place afin de faciliter la vie des touristes mais également afin de promotionner les différentes activités et acteurs dans le secteur touristique.  Dans le cadre du lancement de ce nouveau site web, l’Office national de tourisme de Madagascar organise un concours de la meilleure prise reflétant la beauté de la Grande île. Les deux meilleurs photographes recevront des billets aller-retour vers Paris et La Réunion. Ce concours a été lancé mardi dernier et ne se terminera que le 8 janvier prochain.  

Rova R.

La Vérité0 partages

Jeannot Ramambazafy - « Un journaliste reste un journaliste jusqu’à sa mort »

« Madagascar 2014-2016 : sous le sceau de Lucifer » est  sorti en 2016. La publication sera remise au Président de la République Hery Rajaonarimampianina ce jour. Directeur de publication et rédacteur en chef de journal en ligne www.madagate.org, Jeannot Ramambazafy, écrivain, raconte les tenants et aboutissants de son ouvrage. Interview d’un journaliste par un journaliste.

La Vérité (+) : Comment vous est venue l’idée de ce livre?

Jeannot Ramambazafy (-) : Plusieurs raisons m’ont amené à écrire ce livre. Cet ouvrage fait suite au livre « Hery Rajaonarimampianina, les 100 jours d’un homme de pouvoirs », sorti en août 2014. L’ouvrage se veut être une réponse à la question que s’est-il passé entre janvier 2014 à août 2016. Notamment de l’investiture de l’actuel président de la République et à la dernière déclaration de la conférence épiscopale à l’époque. L’ouvrage aborde cependant la genèse du régime actuel, notamment lorsque l’actuel Chef de l’Etat était encore ministres des Finances et du Budget au sein de la Transition. L’ouvrage se veut être la mémoire de cette période difficile traversée par le pays. Il s’agit plus d’un livre d’histoire que d’un roman découlant d’un long travail de recherches. Tout ce qui a constitué l’actualité forte dans le pays durant ces deux ans est inscrit noir sur blanc dans cet ouvrage.

(+) : Pourquoi « mémoire » ?

(-) : Le fait est que la génération actuelle doit se contenter d’histoires, souvent contées par des étrangers. Il s’agit donc ici de transmettre la vérité sur ce qui s’est passé durant cette période aux générations futures pour que ce qui s’est passé de mal dans le passé ne se reproduise plus.

Ce qui se passe actuellement avec les femmes Hvm qui protègent Voahangy X (ndlr : Voahangy Rajaonarimampianina) s’est déjà produit durant l’époque des Pisodia et Madagasikara tsy mandohalika. On l’a déjà vu durant l’époque du Tiako i Madagasikara. La raison est que certaines personnes ne savent pas ou ne prennent pas des leçons de l’histoire.

(+) : A ce sujet justement, une certaine presse est accusée de faire une fixation sur la première dame. Le sujet est abordé dans le livre. 

(-) : De courts passages du livre sont consacrés à la Première dame.  Notamment par rapport au fait que personne ne connaisse son nom de jeune fille. Nous connaissons tous les noms de jeunes filles des précédentes premières dames. Seul le nom de l’actuelle Première dame est inconnu. Puisque personne ne connaît son nom, c’est pour cela que dans le livre elle est dénommée Voahangy X.  Il s’agit plus d’une curiosité de la population et non d’un acharnement.

(+) : Où peut-on se procurer l’ouvrage ?

(-) : Il est disponible à la vente sur Amazon depuis novembre 2016. Le dépôt légal est aux Etats-Unis. Il est imprimé aux Etats-Unis et également en Pologne. Il coûte 46 euros sans compter le surcoût facturé par la plateforme de téléchargement. Il est également disponible sur Ebook pour beaucoup moins cher. Mais lire un livre de 453 pages depuis un smartphone serait un peu compliqué. 

(+) : Un livre comme celui-ci à un coût. Certains de vos détracteurs vont se demander si vous n’avez pas reçu des financements de la part de certaines personnes.

(-) : Le problème c’est qu’à Madagascar, tout à un prix. Certains vont effectivement être tentés de se demander si je n’ai pas été aidé financièrement. J’ai perçu zéro franc, zéro financement pour ce livre. En fait, l’apport principal dans cet ouvrage provient de mon cerveau. Et aux Etats-Unis, on aide beaucoup les gens comme moi. A Madagascar, publier un livre comme celui-ci n’est pas donné. J’ai déboursé de mes poches pour fabriquer mon premier livre « Madagascar. Chronostory 2002 ». Je l’ai vendu pour environ 150.000 fmg. Le second livre, intitulé « Hery Rajaonarimampianina, les 100 jours d’un homme de pouvoirs » en août 2014 a été vendu pour environ 400.000 fmg pour obtenir un léger bénéfice.

(+) : Quelles ont été vos sources ?

(-) : « Madagascar 2014-2016 : sous le sceau de Lucifer » est un recueil d’informations agrémenté de quelques commentaires.  Ce n’est pas un roman. En fin de compte, il s’agit plutôt d’un recueil d’articles que j’ai écrits et de quelques autres articles de mes confrères et consœurs sur les deux ans de gouvernance du régime Rajaonarimampianina. Des documents authentiques sont également publiés dans cet ouvrage. A l’exemple des dossiers sur l’affaire Soamahamanina. 

(+) : Et les documents publiés dans votre ouvrage ?

(-) : Un troisième ouvrage beaucoup volumineux, peut être d’un millier de pages verra peut-être le jour si Dieu le veut. Je le débuterai au mois de juin prochain. J’ai mis deux ans à collecter toutes informations contenues dans cet ouvrage. Je veux juste dire une chose : quand on est un journaliste crédible, les gens vous font confiance. 

(+) : Pourquoi le titre « Le sceau de Lucifer » ?

(-) : C’est pour reprendre une expression d’un ancien collègue très critique envers l’actuel régime qui est par la suite devenu ministre qui avait qualifié les gens du régime de ce nom… Si vous remarquez bien, l’image de Madagascar sur la couverture est renversée.  Qui n’a pas remarqué que tout est sens dessus dessous actuellement dans la vie des malgaches actuellement. Pour ne parler que du prix du riz qui ira encore crescendo en janvier de l’année prochaine. Le pays est sous le sceau de Lucifer…Mon souhait est de voir le pays se redresser au sens propre comme au sens figuré. Mais j’ai peu d’espoir.

 (+) : Vous avez poussé un coup de gueule suite à l’absence de commissions de délivrance de cartes de presse pour les journalistes issus des médias en ligne. Raison pour laquelle vous menez une campagne dans les médias et vous comptez remettre votre ouvrage au Chef de l’Etat.

(-) : Il est vrai que les médias en ligne ne font pas partie de ceux qui vont recevoir des cartes de presse. Or les médias en ligne sont inscrits dans le code de la communication. D’ailleurs en 2014, lors de la précédente délivrance de carte de presse nous faisions partie des 9 seuls journalistes en ligne sur les 1200 journalistes à en avoir reçus. Il faut également rappeler que c’était l’actuel ministre qui était en poste à l’époque. Pourquoi cette fois-ci les journalistes des médias en ligne ne font plus partie de ceux qui seront récipiendaires de carte de presse ? En effet, aucune commission de délivrance de cartes pour les journalistes issus des médias comme le nôtre n’est place. En outre, il existe une illégalité dans la procédure de mise en place des commissions de délivrance des cartes. Je m’insurge également contre la campagne de dénigrement menée à mon encontre sur les réseaux sociaux selon lesquelles je recevais des financements de la part d’un tel ou d’un tel. 

(+) : Certains arguent que les journalistes membres du Club des journalistes doyens ne sont plus éligibles car ils ne sont plus en fonction et de fait, ne devraient donc plus bénéficier de la carte de presse.

(-) : Je tiens à préciser une chose. Un doyen est un aîné. A cet égard, il mérite le respect. C’est une marque de politesse et d’égard. Un journaliste est et reste un journaliste jusqu’à sa mort. De mémoire, seul un journaliste a été décoré alors qu’il allait partir en retraite. L’argument selon lesquels les doyens ne sont plus en fonction ne tient donc pas la route.  Aujourd’hui (hier, ndlr), la Présidence nous a envoyé un mail pour nous demander les noms de ceux qui vont couvrir la cérémonie de présentation de vœux en 2018. Cela veut dire que la Présidence reconnaît Madagate. Et-ce à dire que le ministère irait à l’encontre d’Iavoloha en ne reconnaissant pas Madagate et les médias en ligne en général ?

(+) : Pourquoi remettre l’ouvrage au Chef de l’Etat ?

(-) : Nous voulons que le Chef de l’Etat prenne conscience du ridicule dans cette histoire de carte de presse et qu’il prenne de lui-même la décision qui s’impose. Nous avons obtenu une carte lors de la dernière livraison de carte de presse en 2014. Par ailleurs, dans le monde des médias, qui ne connaît pas le journaliste Jeannot Ramambazafy ?

La Rédaction

 

La Vérité0 partages

Distribution de cadeaux de Noël - La Première dame déçoit des milliers d’enfants

Déception totale. Tel est le mot qui revenait sur toutes les lèvres des parents à la sortie d’un rassemblement d’enfants  àIvato, hier. Un rassemblement pas comme les autres car selon une annonce faite avant – hier, les élèves des écoles privées et publiques dans les environs ont été appelés à venir dans le cadre d’une animation qui leur était destinée. Par la même occasion, il a été promis que la Première Dame, Voahangy Rajaonarimampianina allait leur distribuer des cadeaux en cette période de fête de la Nativité. Des milliers d’enfants ont donc répondu présent. Le rendez – vous était fixé à 8h30 de la matinée, mais a finalement débuté avec un très grand retard. Du coup, les enfants ont dû attendre sous un soleil de plomb. 

Aux termes de presque deux heures d’attente, l’animation des marionnettes a finalement commencé puis a été suivie de la distribution de biscuits et d’une bouteille d’eau en guise de rafraîchissement.  Une journée qui devait se dérouler sous le signe de la joie et l’allégresse mais  qui s’est pourtant soldée par une énorme déception aussi bien pour  les enfants que pour leurs parents.D’autant plus que la Première Dame n’était pas de la partie, comme à son habitude.

 Des parents en colère

Pour tenter de se justifier, les organisateurs de l’évènement ont expliqué que l’animation suivait un circuit bien précis. Le départ a connu un retard d’où le décalage au niveau de l’heure. La caravane a, en effet, fait le tour de plusieurs fokontany dont Soavimasoandro, ainsi qu’à Ambohitratrimo, entre autres. Mais cela n’explique pas le fait que  les écoliers d’Ivato n’ont pas été les seuls à avoir pris leur mal en patience. Le même scénario et la même grogne ont été observés du côté de Soavimasoandro où des jeunes élèves ont dû endurer une forte chaleur pour, au final, voir des marionnettes danser et recevoir des biscuits. « Mes enfants ont quitté les cours pour des pacotilles ! Ils auraient mieux fait de rester à l’école », a déploré une mère, très en colère.  « Ils auraient dû offrir ces dons de biscuits et de bouteilles d’eau pour  chaque école au lieu d’embêter les enfants de cette façon », déclare un autre père de famille mécontent. Certains parents ont même crié à la tromperie après la journée d’hier. Par distribution de cadeaux, les enfants s’attendaient à des jouets comme il est de  circonstance à Noël,  au lieu d’un paquet de biscuits.Déçus, la plupart des enfants ont préféré quitter les lieux que de faire la queue pour recevoir les étrennes. Un nouveau faux – pas qui joue en  défaveur de la Première Dame et son équipe !

 S.R.

La Vérité0 partages

Quelquefois, le malheur… !

 

 Quelquefois, le malheur porte bonheur ! En espace de quelques semaines, le pays assista à deux  « incidents » pratiquement similaires.  Un juge de la juridiction du Tribunal de Toamasina a été muté d’office. Pour cause, le verdict qu’il avait rendu provoquait une vague de contestation chez les transporteurs qui ont décrété une journée de grève. Les faits. Le juge incriminé avait relaxé au bénéfice du doute les principaux responsables des jets de pierre et coupeurs de route sur la Rn2 au niveau de Brickaville, selon la version des enquêteurs. La Gendarmerie de Toamasina, ayant diligenté les enquêtes, montait au créneau et dénonçait le jugement.

Le pouvoir central, saisi du dossier par le biais du tout puissant président du Sénat, Rivo Rakotovao, décida de sévir. Les « coupables » reviennent en prison et le magistrat « fautif » affecté. De quoi provoquer l’ire du Syndicat des magistrats (Smm). Les membres du personnel du Tribunal du District d’Ikongo ont fait, avant-hier, l’objet d’évacuation dare-dare par hélicoptère vers Fianarantsoa. En cause, la population se levait contre la décision du juge concernant un prévenu qui aurait commis un acte criminel. Les gens s’en étaient pris au procureur et personnel de la greffe du Tribunal d’Ikongo. Ils ont attaqué la prison dans l’idée d’extirper l’assassin. Résultats : les «locataires » de la prison ont pris le large. Le tribunal et la prison se sont vidés de leur personnel. Un cadre très dangereux pour ce District perdu dans l’immense espace du grand Sud où les menaces liées à l’insécurité le placent parmi les zones rouges réputées du pays. Une situation préoccupante, aussi et surtout, pour la Grande île dans la mesure où le phénomène « vindictes populaires » gagne trop de terrain. La Justice, en général en est la première victime où le responsable se retrouve, ainsi, sur la pente raide sinon sur le fil. Elle n’inspire plus ni la confiance ni le respect des citoyens  justiciables. Les Forces de la défense et de l’ordre traversent, pour leur part, des épreuves brûlantes. Elles perdent une bonne partie de leur crédibilité auprès du peuple. Censés protéger les personnes et leurs biens, militaires, gendarmes et policiers faillirent à leur mission. Certes, des efforts ont été constatés. Il existe des éléments qui ne lésinent point sur les moyens physiques et intellectuels dans un cadre moral  intègre. Cependant les louables abnégations des uns s’éclipsent devant les montagnes de turpitudes des autres. Les réactions violentes des populations exacerbées et lassées de ces comportements indignes montrent à quel point elles en ont marre. Des Tribunaux saccagés ou incendiés, des camps de la Gendarmerie ou des commissariats de Police attaqués. Les pertes en vies humaines sont considérables, qui de simples soldats, des éléments ou agents, qui des Commandants de Brigade, qui des officiers. Les « dahalo » osent défier l’Armée, la Gendarmerie… En somme, la Justice et les Forces de l’Ordre,  pointées du doigt par l’opinion nationale et les Organismes internationaux (« Amnesty International », « Human’s Rights Watch »…) comme étant parmi les Secteurs publics les plus corrompus, encaissent un sale coup en ce moment. Mais quelquefois, le malheur présage un bonheur. Nous osons croire que juges, gendarmes et policiers sur qui repose la garantie d’une sécurité durable dans le pays, vont devoir, à l’avenir, corriger leurs copies respectives.

Ndrianaivo

 

L'express de Madagascar0 partages

56e anniversaire de la Cour Suprême – La Justice fait son mea culpa

La Cour suprême de Madagascar célèbre son 56e anniversaire. Les magistrats reconnaissent les anomalies au sein de la Justice. Le professionnalisme est évoqué comme solution. 

Redorer le blason de la Justice. Tel est le maître mot des interventions pendant la célébration du 56e anniversaire de la Cour suprême de Mada­gascar, hier à Anosy.À travers des introspections, les différentes allocutions évoquent la nécessité de prendre un nouveau départ. À l’instar de ceux qui ont pris la parole, Hery Rakotozandry, président du Tribunal de première instance d’Antananarivo a évoqué la perception de l’opinion publique sur le monde de la Justice.« Quand on parle de la Justice, les esprits s’embrasent et les discussions s’enveniment. Pour être honnête, ces récriminations ou réprobations ne sont pas forcément illégitimes », a-t-il regretté.Les faits confirment cette allégation, au vu de la recrudescence de la vindicte populaire pendant le premier semestre de cette année. Des actes témoignant la perte de la crédibilité de la Justice dans l’opinion publique. Tout récemment, les incidents du district d’Ikongo marquent le paroxysme de cette perte de confiance.Ce constat a été, par ailleurs, confirmé par Robertson Ranary Rakotonavalona, procureur général auprès la Cour suprême dans son discours. Il a ainsi énuméré les maux qui minent ce secteur, en citant, entre autres, la cupidité, la partialité, la passivité voire l’indifférence, l’incom­pétence, toutes formes de discrimination.Une note négative reflétant la réalité. Figurant parmi les secteurs les plus touchés par la corruption selon les rapports de Transparency International, des défis de taille sont à relever.

RéveilSuite à ce mea culpa quasi-unanime, les différents intervenants ont également évoqué la nécessité de redorer le blason de la Justice. Alexandrine Elise Rasolo, ministre de la Justice et vice-présidente du Conseil Supé­rieur de la magistrature somme ses pairs de changer de mentalité, et de laisser les pratiques qui ternissent l’image de la Justice. Quand au prési­dent de la République Hery Rajaonarimampianina, il a soulevé le professionnalisme dans l’accomplissement de leur travail. Il a ainsi rappelé l’importance du principe d’indépendance de la Justice.« (…)[il nous faut] une justice qui soit comprise, respectée et respectable, forte et en cohérence avec les aspirations de la société, il faut des juges compétents, indépendants, professionnels, et dotés de réels pouvoir dans leurs fonctions », a-t-il souligné.Réclamé par le Syndicat des magistrats de Madagascar depuis le début de l’année, le président de la République a évoqué l’indépendance de la Justice. « L’indépendance est dans la tête. Il s’agit de votre conscience malgré les pressions que vous subissez. Je vous encourage à respecter la vérité, et à oser refuser la corruption », a-t-il martelé.La célébration du 56e anni­versaire de la Cour suprême a été marquée par une double inauguration. Il s’agit de bâtiments au niveau du Parquet du Tribunal de Première Instance d’Anta­narivo destinés aux archives de l’état civil, de la Cour d’appel et du TPI d’Antana­narivo. Le logiciel ILO, permettant la gestion dynamique des affaires au niveau de la Cour administrative a également été lancé officiellement hier.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Santé – Un pré-paiement pour des soins gratuits

La couverture de santé universelle se met en place progressivement. Un système de pré-paiement sera fonctionnel dans trois districts pour des soins gratuits toute l’année.

Bénéficier de soins à moindre coût. Le ministère de la Santé publique concrétise progressivement la couverture de santé universelle (CSU). Dès le début de l’année 2018, ce projet d’État sera lancé dans trois districts pilotes. Vatomandry dans la région Antsinanana, Manandriana pour l’Amoron’i Mania et Faratsiho pour la région de Vakinankaratra. Le principe  est simple. « Ceux qui ont les moyens prendront en charge le coût du soin des vulnérables. Et les personnes saines payeront le traitement des malades. Les personnes vulnérables représentées par 70% de la population, seront affiliées à l’État», souligne le Dr Adrien Andriamboavonjy, coordonnateur général du Bureau central de coordination des projets au sein du ministère de la Santé publique. C’était à l’hôtel Carlton Anosy, hier, dans le cadre de l’atelier d’intégration des travailleurs du secteur indépendant et informel en milieu urbain dans un réseau de soin Coordonnés (RSC).L’accès de la population aux services de santé essentiels est vulnérable à Madagascar. Selon l’état des lieux du ministère de la Santé publique, au début de ce projet, la fortune des familles d’un malade serait épuisée avant la fin des traitements. Cette CSU devrait renforcer le système de santé et améliorer l’accès au soin.

RévisionEt pour atteindre cet objectif, des caisses nationales de solidarité santé seront fonctionnelles. Dans ces trois districts, un système de pré-paiement sera fonctionnel où chacun sera invité à cotiser 9 000 à 10 000 ariary par an, pour un paquet de soin au niveau des formations sanitaires publiques. « Cette cotisation permettra à une personne malade de bénéficier gratuitement des premiers soins dans les centres de santé de base et des traitements au niveau des centres hospitaliers de référence du district, tout au long de l’année. A ce début, les maladies spécialisées ne sont pas comprises dans ce paquet de soin mais on travaillera à  leur intégration», explique le Dr Adrien Andriamboavonjy.Ce projet pilote sera mis à l’échelle avant la fin 2018. Une révision du taux de cotisation s’effectuera au fur et à mesure de l’avancement de ce programme.

Accès au soin pour l’informel 

Les travailleurs du secteur informel et indépendant sont invités à bénéficier d’une sécurité santé. Ils sont incités à adhérer dans le réseau des Soins Coordonnées (RSC). Ce projet est fonctionnel depuis août dans le district d’Atsimondrano. Une douzaine de formations sanitaires privées, quatre pharmacies et un dépositaire de médicament proposent un paquet de soins au coût variant entre 5 000 ariary à 30 000 ariary par épisode maladie pour ces travailleurs jouissant rarement d’une prise en charge médicale. Le RSC compte depuis quatre mois, deux cent vingt familles membres.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Ikongo – Huit corps et dix-sept Kalachnikov repêchés

Les recherches des militaires emportés par les crues s’avèrent payantes. Huit dépouilles, dix-sept fusils d’assaut et deux grenades ont été retrouvés. 

Les éléments mixtes dépêchés à Ikongo se remettent en selle après qu’un drame a happé  neuf de leurs frères d’armes lors de leur passage au radier d’ Ambinanitromby, samedi, en début d’après-midi. L’issue des recherches a de quoi requinquer leur morale, sapée par la tragique disparition de leurs compagnons d’infortune. D’après le bilan communiqué, hier, à 15 heures, huit corps des disparus ont été retrouvés. Parmi cesvictimes figurent deux policiers et six militaires. Le corps d’un gendarme était encore, en revanche, introuvable, hier soir. D’ailleurs, les corps retrouvés, hier, sont en état de décomposition avancée.Dans l’après-midi, un camion dépêché depuis Fianarantsoa avec des cercueils a quitté Ikongo avec les corps repêchés.La recherche des armes disparues s’est aussi avérée fructueuse. Dix-sept Kalach­nikov sur  les dix-neuf manquants ont été remontés de la vase boueuse. Alors que les plongeurs ont mis la main sur deux grenades offensives perdues dans l’accident, deux grenades lacrymogènes restent encore introuvables. Gisant sous le lit de crues, les armes en question ont été découvertes lorsque l’épave du véhicule de transport de troupes qui s’est renversé a été déplacée. Le pire s’est produit lorsque ce poids-lourd et ses trente occupants  ont été emportés par les crues démontées, en tentant de traverser le radier enfoui sous une déferlante mortelle d’eaux déchaînées.«Le fokonolona est de tout cœur avec les éléments sur place dans la recherche des corps et des armes. La zone de recherche a été élargie, certaines dépouilles ont été repêchées à environ un kilomètre en aval. Aucun de nos hommes ne sera abandonné. Les recherches seront intensifiées », lance le général de brigade Théophile Rakotonirina, deuxième adjoint de l’État-Major général de l’armée malgache.

ApaisementDepuis avant-hier, les trois hommes de tête de l’État-Major Mixte Opérationnel de la province de Fianaran­tsoa, en la personne du commandant de la circonscription inter-régionale de la gendarmerie nationale, celui de la garnison militaire, ainsi que le directeur provincial du ministère de la Sécurité publique sont à Ikongo. Une rencontre avec une famille endeuillée, dont la mort de l’un des siens a nourri une colère ayant viré à l’émeute et attaque de prison, mercredi, s’est tenue hier. La tension se dissipe et la situation penche de plus en plus vers l’apaisement.À titre de rappel, dix présumés auteurs de l’homicide ont été placés en détention préventive à la maison centrale d’Ikongo. Réclamant leur tête, près de huit cents individus en état d’énervement total se sont abattus sur le pénitencier. Faute d’avoir trouvé les dix prévenus, transférés à Mananjary la veille, la cohue d’individus en furie a libéré cent-vingt détenus.L’inspecteur de l’administration pénitentiaire, Napou Jérémie, directeur de la communication auprès du ministère de la Justice appelle tout un chacun à ne pas céder aux rumeurs.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Formation Maroy – Des jeunes éduqués à la prise de responsabilité

Afin de satisfaire le désir de nombreux jeunes de pouvoir prendre en main leur avenir et leurs responsabilités par rapport à la nation, l’Association des jeunes au sein du parti Arche de la nation (ADN) organise une formation dénommée MaRoY, « Malagasy Roots Young ». Cinquante-six étudiants issus des Universités et Instituts d’enseignement supérieur publics et privés ont bénéficié de la première partie de cette formation, du 2 au 16 décembre derniers. Le chef de file de l’ADN, Edgard Razafindra­vahy a assisté à sa clôture.Des jeunes âgés de 18 à 35 ans, inscrits dans diverses filières comme la sociologie, les mathématiques ou l’économie, ont participé à cette première édition de MaRoY. Tous les samedis au siège des jeunes ADN, ils ont suivi et étudié six thèmes. Ainsi, Bonaventure Raderarivelo, vice-président de l’ONG SOS Village d’enfants et en même temps coordonnateur national de l’ADN, a inauguré la formation avec le thème sur la jeunesse et le savoir-vivre.Luc Narda Andriana­hasina, président des jeunes ADN a exposé aux participants à la formation MaRoY les méthodes de direction et les structures d’un parti politique. La notion de leadership à été inculquée aux cinquante-six partici­-pants par Naina Randria­mananjara, directeur général de la télévision RTA. Tandis que le marketing politique n’aura plus de secret pour eux grâce à Manovosoa Rakotovao.

La pratiqueComme l’objectif de ces jeunes consiste à devenir plus tard des responsables au sein de la nation, l’exposé du chroniqueur politique Ismaël Razafinarivo sur l’histoire de Madagascar et les régimes existant jusqu’à présent leur sera sûrement d’une grande utilité. De même, Sylvain Ranjalahy, administrateur délégué du groupe L’Express de Madagascar, a appris aux jeunes participants au MaRoY les subtilités des Institutions des différentes Républiques qu’a vécues la Grande île. Enfin, Jaona Ratefiarivony, député de Madagascar élu à Tsara­tanàna, leur a parlé de la bonne gouvernance.La deuxième partie de cette formation initiée par les jeunes ADN débutera le samedi 6 janvier 2018, au cours de laquelle d’autres thèmes seront examinés et les participants passeront à la pratique. Ainsi, ils visiteront les Institutions, de nombreuses entreprises, et ils rencontreront de hauts responsables du pays.

L'express de Madagascar0 partages

Élevage de vaches laitières – Le fourrage tarde à se professionnaliser

Les besoins en fourrage pour les vaches laitières ne sont satisfaits qu’à 40%. Des habitudes doivent changer.

Minime. Une vache à Madagascar ne produit en moyenne que 4 à 8 litres de lait par jour. La productivité en effet est encore faible, 2600 litres par vache par an en moyenne, contre 4000 litres par vache par an au Kenya par exemple. Cette productivité est garantie en grande partie par la qualité et la quantité de fourrage pour les vaches.Une vache doit consommer quotidiennement l’équivalent de 10% de son poids en fourrage. Si elle pèse 500kg, elle doit consommer 50kg de fourrage par jour. La journée «fourrage» d’hier, marquée à la vitrine du palais d’État d’Iavoloha, a été une occasion pour mieux faire connaître la pratique de la culture fourragère, et de redynamiser la synergie entre tous les acteurs de la filière lait.« J’élève des vaches depuis maintenant six ans. Si la productivité est bonne, cette activité peut me faire vivre toute l’année. Seulement, celle-ci devient actuellement aléatoire, vu que je ne possède pas de terrain pour cultiver du fourrage », raconte Henri Rakotoarimanana, un éleveur d’Ambatolampikely, dans le nord de la capitale. Il dit se faire livrer en moyenne 150kg de fourrage par jour. L’éleveur  malgache ne peut satisfaire que 34 à 57% des besoins en fourrage de ses vaches. «L’élevage de vaches laitières ne devrait plus être contemplatif, ou rester parmi les activités en essai. C’est une affaire de professionnels », précise Harison Randriarimanana, ministre en charge de l’Agriculture et de l’élevage. Des représentants d’éleveurs ont été formés en culture fourragère par le ministère, par le biais du MDB (Malagasy Dairy Board), dans le cadre du programme ASA-Lait, financé par l’Union européenne.

Taureaux« Le bon fourrage n’est pas celui qu’on coupe à chaque coin de rue. Il se cultive », a fait savoir Jean Michel Rakoto, directeur  de la préservation et du développement de la filière zébu, auprès du ministère en charge de l’Agriculture et de l’élevage. Une démonstration de culture d’acacias, de braccharia ou de penniffetun, des variétés de fourrage, a ainsi été initiée par le président de la République, Hery Rajaonarimampianina,témoignant le soutien de l’État à l’amélioration de la productivité des vaches. Le maïs fourrager est également indiqué comme du bon fourrage.Outre les pratiques de culture fourragère, vingt taureaux améliorateurs, de race Pie rouge norvégienne ont été offerts pour améliorer la race génétique destroupeaux laitiers malgaches. « Ces taureaux seront répartis, pour commencer, dans la région Analamanga et Itasy, en se basant sur des études de la chaîne entière dans chaque communauté », précise Haingotiana Razafindraibe, président de MDB.En somme, des projets structurants et réalisables sont en cours dans les régions du triangle du lait ralliant Alaotra, Analamanga, Itasy, Haute Matsiatra et Bongolava. « Une famille d’éleveurs ne possède en moyenne qu’un hectare de terrain. Ainsi, la sécurisation foncière accompagnera ces projets de pratique fourragère », a promis le ministre Harson Randriarimanana.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Francis Ducreux – « Le Tour 2018 reste un défi »

Le Tour de Madagascar 2017 est terminé, sur des notes satisfaisantes malgré quelques bémols. Les organisateurs espèrent une édition 2018 mieux élaborée.

Le Tour est fini. Quel bilan pouvez-vous faire par rapport à l’organisation, et par rapport à la participation des équipes étrangères?Par rapport à l’organisation, il y a des points positifs à signaler. On a eu éga­lement des points négatifs, ceux que vous avez soulevés dans la précédente édition de l’Express de Madagascar. La perfection dans n’importe quel domaine ne peut être atteinte. Le plus important pour nous, c’est de pouvoir l’approcher en corrigeant nos erreurs, ce que nous reconnaissons, moi-même et Jean Claude Relaha. Nous sommes conscients que nous devons revoir certains points pour faire un Tour meilleur pour l’édition de 2018. On est prêts à mettre tous les moyens pour progresser dans l’organisation matériel, mais aussi dans le domaine de la logistique. Ce ne sera pas facile, mais on lance un défi. L’édition 2018 sera nettement meilleure que celui de 2017. C’est un défi qu’on se lance à nous-mêmes.

Qu’est-ce qui fait quand même la beauté de ce Tour 2017?Vous le savez, à cause de la peste, des équipes comme la France région Sarthe, ou encore une grande équipe de la Réunion, devaient venir, tout comme la Belgique et l’Allemagne. Ces équipes ont dû déclarer forfait à la dernière minute. Néanmoins, nous avons pu avoir au départ soixante coureurs qui nous ont offert un magnifique tour, et qui ont enthousiasmé le public malgache.Le tour a pu se faire grâce au ministre de la Jeunesse et des sports qui nous a donné toutes les autorisations nécessaires au bon déroulement de l’épreuve, et nous a honorés en acceptant que la XIVe édition soit placée sous son patronage. On remercie également messieurs mesdames les maires et chefs de district qui ont mobilisé les populations plus nombreuses cette année par rapport aux années précédentes. Félicitations à la gendarmerie motorisée, la police nationale, locale et l’armée pour la couverture du tour sans accident. La santé, toutes les commissions avec Laurent Bezault, représentant l’Union cycliste internationale, qui nous a offert une course limpide, avec la photo finish de Nikiema Joachim, et mon collaborateur Lucky Boro ainsi que la fédération malgache de cyclisme. Tout ce beau monde a fait la réussite du tour. Et que dire des médias qui ont fait de ce Tour non pas un évènement, mais une institution nationale. Le tour est devenu grand grâce à vous, médias. Les sponsors sont pour beaucoup aussi, car sans eux le tour n’aurait pu se faire. Merci à la Bank of Africa (trophée du Tour), la brasserie Star, l’Unicef Madagascar avec leur sensibilisation des enfants par rapport à l’usage de l’internet et des réseaux sociaux. Après, on a Canal+, PMU Madagascar, l’organisation de la Francophonie, Madauto, Signal, Ecoprim, Allianz, White palace, Shell, l’Express de Madagascar.

Les sponsors se sont montrés généreux. Comment envisagez-vous le Tour 2018?Pour le Tour 2018, nous voulons apporter un changement concret. On va le préparer six mois à l’avance, des reconnaissances plus approfondies pour éviter les mauvaises surprises. On va ensuite essayer d’avoir plus d’équipes africaines, autre que l’Angola et la RD Congo au départ, et bien entendu de belles équipes étran­gères. On travaillera davantage de manière à ce que les commis­sions soient responsabilisées à leur poste, et surtout pas d’improvisation. Il faudra surtout sensibiliser les populations lors des étapes, avec les radios locales et sur tout le parcours. On préparera mieux les équipes malgaches six mois à l’avance, en allant faire des compétions à l’étranger, mais aussi reconnaître les principales étapes du tour. Enfin, on prévoit de distribuer des gadgets sur l’ensemble du parcours, pas seulement aux arrivées car le passage du tour doit rester un souvenir pour la population.Je souhaite que ce Tour 2017 puisse amener des jeunes à s’inscrire dans les clubs. C’est cela, promouvoir le cyclisme à travers le Tour de Madagascar, et que des courses s’organisent tout au long de l’année, comme le fait si bien la ligue d’Anala­manga avec son présidenrt Naly Ravelonarivo. C’est dans ce sens qu’on pourrait avoir de belles équipes malga­ches au Tour 2018, avec nos cham­pions Mazoni Rakotoa­rivony, Dama Miarintsoa, Houlder et Emile Randrianantenaina.Bonne fin d’année 2017 et meilleurs vœux 2018. Vive le sport à Madagascar, et longue vie également au cyclisme malgache.

Propos recueillis par Dina Razafimahatratra 

L'express de Madagascar0 partages

Dôme Rta Ankorondrano – Retour en flamme de Red Metal

Ils reviennent ! Le groupe de rock le plus mythique des années 90 est de retour  pour trois shows exceptionnels. Un événement qui s’annonce d’ores et déjà démentiel 

Le grondement se fait déjà sentir. Qui ne se souvient pas de «Iray kilasy», «Afobe» et «Mpiatsaravelatsihy» ? Ces fameux tubes et bien d’autres chansons qui ont marqué l’apogée de Red Metal à la fin des années 90, avec le chanteur Vony. Deux décennies plus tard, le groupe de rock reste toujours en activité et s’apprête à partir de nouveau sur la route avec quelques concerts programmés. Le samedi 23 et le dimanche 24 décembre à partir de 17 heures, la bande infernale Red Metal prendra possession du Dôme Rta Ankorondrano pour deux concerts qui devraient marquer les esprits.Pour ce retour, Red Metal double la mise, avec deux concerts consécutifs, samedi et dimanche. Des milliers de spectateurs sont attendus au total. Pour l’amour du rock et à la demande de ses fans, le groupe accorde une attention rare dans le milieu de la musique, au point de veiller à ce que les tarifs de leurs concerts restent les plus bas possibles. Ainsi, les billets pour leurs deux soirs au Dôme sont moitié moins chers (5000 ariary) que ceux pour le concert des rockeurs  il y a quelque semaines. Le groupe ne compte pas pour autant négliger le spectacle. Il a prévu une scène inédite de cinquante mètres carrés  de large, pour être au plus près du public et annonce  25.000 watts de puissance en lumière et 19000 watts en sono juste pour donner satisfaction au public.

Groupe de chocDans les années 2000, Vony et sa bande ont marqué à jamais à coups de canon l’histoire du rock, riffs puissants et textes pleins de révolte. Red Metal a secoué la capitale à travers ses tubes. Pour beaucoup d’amateurs du genre, Red Metal reste une référence au même titre que les groupes de rock international. Le groupe n’est pas monté sur scène depuis une décennie, il jouera à cette occasion ses anciens tubes éponymes et interprétera également en exclusivité les nouveaux titres tirés de ses deux derniers albums « Back to Blast » et «Revolution now or never » à l’instar de « Aleo miova », « Vita matavy »…Quelques heures de métal tumultueux, rebelle et mélodieux sont ainsi prévues pour égayer ce concert dominical des métalleux de la capitale. Ce sera sans doute le seul concert du groupe puisque Vony devra ensuite retourner à La Réunion où il réside.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Loi de finances – La HCC rejette des mesures fiscales 

La Haute cour constitutionnelle remet en cause les nouvelles dispositions fiscales. La ministre des Finances et du budget prend en compte ses recommandations.

Des mesures non conformes à la Constitution. Dans sa décision, publiée lundi sur son site internet, la Haute cour constitutionnelle (HCC) a déclaré les nouvelles dispositions fiscales inscrites dans la loi de Finances 2018 non conformes au texte fondamental. La mesure d’exonération sur des revenus pour certaines catégories d’entreprises était pointée du doigt. Le principe d’égalité devant les impôts et les charges publiques semble ne pas être respecté.  D’après les Juges d’Ambohidahy, « les dispositions de l’article 01.01.03.04° du code général des impôts de la loi de finances déférée sont contraires à la Constitution ».Dans son article 2, le document budgétaire modifie et complète quelques dispositions du code général des impôts (CGI). Par exemple, l’article 01.01.03.04°  indique que « les produits ainsi que les plus-values de cession des actions ou parts sociales détenues par les sociétés par actions de droit malgache ayant principalement pour objet de prendre des participations minoritaires, dans le capital social des entreprises en phase de création ou existantes en phase de restructuration » dans sa nouvelle version.

Manques à gagnerPour les Juges constitutionnels, « le groupe de mots « existantes en phase de restructuration » situé à la fin de cet article ne constitue pas de critères objectifs et rationnels pouvant justifier l’exonération d’impôt ».Outre cela, la loi de finances a modifié aussi certains dispositifs sur les revenus imposables. L’ajustement du seuil d’assujettissement aux impôts sur le revenu a attiré l’attention particulière de la HCC. La Cour d’Ambohi-dahy a vivement critiqué la révision de ce seuil à 100 millions d’ariary. Le nouveau texte budgétaire, toujours dans son article 2, modifie le seuil de 20 millions d’ariary de chiffre d’affaire annuel comme il est indiqués dans l’article 01.01.02 du code général des impôts à 100 millions d’ariary de chiffres annuels. Pour les Juges d’Ambohidahy « cette réforme engendre une augmentation des nombres de contribuables qui échappent au paiement des impôts sur le revenu ». Des manques à gagner dans la caisse de l’Etat.Le message semble bien passer. La ministre des Finances et du budget, Vonintsalama Andriambololona a déclaré au téléphone que ces recommandations sont tenues en compte. «Le dispositif indiqué dans l’article 01.01.03 du code des impôts restera à sa version initiale », explique le grand argentier. Dans l’ensemble, la HCC déclare, sous réserves de certains considérants, que les autres dispositions de loi de Finances sont conformes à la Constitution.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Le Japon aide le Centre hospitalier universitaire

Le domaine de la santé bénéficie de l’aide du Japon. La construction d’un pavillon au Centre hospitalier universitaire de la Place Kabary Antsiranana en est une preuve.

L’ambassade de Japon priorise la santé à Madagascar. Le Centre hospitalier universitaire (CHU) de la Place Kabary à Antsiranana a reçu un financement de 228 millions d’ariary pour la construction d’un nouveau pavillon. La signature de la convention a été effectuée hier à Ivandry par Mamy Lalatiana Andriamanarivo, ministre de la Santé publique, Ichiro Ogasawara, ambassadeur japonais à Madagascar, et le Pr Herinirina Andriamanana Rakotoarisoa du CHU Antsiranana. Cette convention entre dans le cadre du programme financier « Aide sous forme de dons aux micro projets locaux contribuant à la sécurité humaine » (APL). Le financement consiste en la construction d’un nouveau pavillon à trois salles de soins, d’ophtalmologie, d’oto-rhino-laryngologie (ORL), de rééducation et d’un laboratoire.« Ce nouveau cadre permettra d’offrir de meilleurs soins et des services médicaux à la population locale, étant donné que la capacité d’accueil du pavillon sera de cinq mille à sept mille patients », a affirmé l’ambassadeur Ichiro Ogasawara.Cet hôpital est un des grands établissements hospitaliers de la région de Diana, d’après le Pr Heriniaina Rakotoarisoa.

Santé universelle« Le CHU de la Place Kabary se spécialise dans le traitement ophtalmologique, oto-rhino-laryngologique et de tous les organes humains», a-t-il expliqué.Les travaux de construction sont prévus commencer la semaine prochaine. Pour le ministre de la Santé publique, le Pr Mamy Lalatiana Andriamanarivo, le Japon est un modèle dans la mise en place de la couverture de la santé universelle. Et cela est prouvé par différentes projets réalisés en collaboration avec le Pays du Soleil levant depuis des années.« Le Japon a déjà appliqué la couverture de la santé universelle depuis 1961. Madagascar s’y achemine également. Le manque de personnel de santé reste encore un problème dans la Grande île. Les instituts de formation datent de 1921, 1930 ou 1960 », a précisé le ministre.En fait, quatre nouveaux centres de formation de paramédicaux et de sages femmes seront mis en place l’année prochaine.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Loi sur les élections – Le dialogue se fait attendre

Depuis un certain temps, des programmes de dialogues avec les partis politiques et la société civile se font entendre au niveau du gouvernement. Si cette idée semble bonne, sa réalisation se fait attendre par le Comité de vigilance démocratique pour les élections (CVDE). D’après une source auprès du comité, aucune invitation ne leur est encore parvenue. « Le gouvernement a toujours dit qu’il organisera un dialogue avec les partis politiques et la société civile, mais jusqu’ici rien ne s’est fait », a déclaré la source. De plus, le concept de dialogue a toujours été contesté par certains observateurs, dans la mesure où il doit normalement se faire avant l’élaboration des lois.Le fait est qu’il n’est mentionné nulle part que les partis et la société civile ont participé à l’élaboration des projets de loi organique portant code électoral. Pour ce proche du CVDE, vouloir dialoguer est à prendre au conditionnel. « On ne trouve pas dans l’exposé de motif des projets de loi sur les élections, l’implication des politiciens et de la société civile dans l’élaboration et la rédaction de ces lois. Alors pourquoi s’en soucier maintenant ? », a-t-il soutenu. De surcroît, il faut savoir que même des idées avancées par la commission consultative n’ont pas été retenues dans le projet de loi final.Dans tous les cas, ce dialogue doit se faire avant la soumission des projets de loi au niveau de l’Assemblée nationale, pour être adoptés en session extraordinaire.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Ndrianja Rajemison – « La mésaventure à Fiana­rantsoa nous a renforcés »

Victoire au Rallye Asacm du mois de mai, sortie de route au Rallye Haute Matsia­tra du mois de juillet, et retour en force en fin d’année pour décrocher une deuxième couronne de champion avec un autre succès au Rallye Shell Helix du weekend. C’était en quelque sorte une saison de confirmation, avec ce second titre.Ndrianja et Fanja Raje­mison sont passés par tous les états avec leur Subaru Impreza N4. Comme cité précédemment, à Fiana­rantsoa, ils étaient partis à la faute. Résultat, accident et abandon. Cependant, ils ont trouvé les ressources pour rebondir, repartir de l’avant et conclure sur une bonne note. Pas évident tout de même, mais ils l’ont fait, rajoutant du panache à leur sacre.« Les sorties, ça fait partie du jeu. Après, on est reparti avec plus de sérieux sur la préparation. Ça aurait pu être une saison tranquille sans cet accident. Mais cette épreuve nous a renforcés », confie Ndrianja. Un exemple à suivre pour tout sportif dans n’importe quelle discipline. Comme on dit souvent, le plus important après une chute, c’est de se relever.Ndrianja s’est bagarré avec plusieurs pilotes cette année. Parmi ceux-ci figure le jeune Hariandry Razaka­boana, étoile montante qui roule sur Subaru Impreza M12, et qui s’est imposé au Rallye Haute Matsiatra. « Boana est très bon. Rapide et régulier, il gère bien la machine aussi. Il possède tous les ingrédients pour réussir », analyse le pilote de la Subaru PMU.L’exercice 2017 est définitivement clos, après le Rallye Shell Helix. Un rallye qui devait se tenir en octobre, mais qui a été reporté en raison de l’épidémie de peste pulmonaire qui avait sévi à Antananarivo à ce moment. Quand on demande à Ndrianja si le chamboulement du calendrier l’a perturbé, il répond : « un peu, mais tout le monde l’a subi, à mon avis. »Concernant ses prochains objectifs, notamment un troisième titre ou une éventuelle sortie à l’étranger, le double champion reste discret : « On verra pour 2018. On se focalise sur la relève aussi. »

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – Amélioration de l’enseignement dans les lycées

Intransigeant. Le ton est monté au lycée Galliéni d’Andohalo, hier matin. Le ministre de l’Éducation nationale, Paul Rabary, a mis en garde des proviseurs de lycée sur le laisser-aller dans le fonctionnement de leur établissement. Il exige l’amélioration de la qualité de l’enseignement pour un meilleur résultat. C’était lors du regroupement national des quatre cent trente-six proviseurs de lycée dans tout Madagascar à Andohalo, hier. « Certains inscrivent dans leur établissement des élèves qui n’ont même pas de BEPC. Cela met en péril l’avenir des jeunes. Il ne faut pas s’étonner si, arrivés à l’université, certains n’ont pas le niveau requis. Ils sont pourtant l’avenir du pays. Des mesures seront prises à l’encontre de ces responsables de lycée corrompus», lance-t-il.La corruption n’exprime pas tous les problèmes rencontrés dans les lycées. Chaque proviseur doit se sentir responsable pour améliorer progressivement cette qualité de l’enseignement incluse dans le Plan sectoriel de l’éducation (PSE). Ils doivent, par exemple, exiger de leur personnel enseignant, 20 heures de cours par semaine. Le ministère compte, en outre, mettre en place des lycées de référence.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Noyade à Sambava – Une deuxième victime succombe à l’hôpital

Un garçon de 14 ans, emporté par les vagues, lundi, aux environs de 11 heures, à Antaimby, district de Sambava, a été remonté à la surface, hier matin. Il a été acheminé d’urgence à un hôpital luthérien, mais son décès a été annoncé dix minutes plus tard, selon un lieutenant de la gendarmerie locale.Son frère a été retrouvé mort le jour même, vers 14 heures, d’après les explications du même interlocuteur. Les éléments de la brigade de Sambava se sont diligentés sur les lieux après l’alerte donnée à 12 heures 45 précises et ont commencé à rechercher les victimes au large de la plage. L’opération de sauvetage s’est avérée difficile faute de vedette rapide.« Le BNGRC en a une, mais elle a été gardée à 12km du lieu de noyade », a indiqué un confrère local dans un entretien téléphonique, hier. Les villageois, les parents de l’enfant et les forces de l’ordre se sont serrés les coudes pour repêcher le corps, depuis lundi après-midi.Les victimes, originaires d’Antananarivo, sont élèves à Smyrna à Antsirabe-Sambava, si l’on se tient à leur identité.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Vie d’entreprise – L’Écrin de Dzama ouvre  ses portes

La compagnie Vidzar a ouvert une nouvelle boutique pour sa marque Dzama, lundi. Implanté au milieu de Tana Water Front, un centre commercial de la capitale, l’Ecrin de Dzama, c’est bien son nom, fait revire aux consommateurs les belles histoires de cette compagnie malgache. La boutique regroupe, dans un espace de luxe, la finesse et le goût des spiritueux 100% Vita Malagasy.Les gammes Prestiges, les Vieux Rhum ainsi que d’autres lignes de produits se vendent mieux dans les rayons en Europe, Canada, ou encore aux Etats-unis. L’ouverture de cette boutique est ainsi une occasion pour les amateurs de spiritueux de les consommer…avec modération bien sûr. En matière de vieux rhum, Dzama regorge d’une richesse exceptionnelle.  Le Lucien Fohine, du nom de son fondateur, un vieux rhum de 28 ans d’âge, a bénéficié d’une longue et patiente maturation en fût de chêne. D’autres gammes moins âgées existent aussi comme le Vanilla Dzama.D’après la société, il n’y a pas que les spiritueux qui sont disponibles auprès de cette boutique. Pour attirer une large clientèle, des épices de la Grande île sont également présentes dans ses rayons. De quoi parfumer les festifs. La compagnie a été créée en 1982 et s’installe sur l’île de Nosy Be près d’une usine de sucrerie. De ce fait, son fondateur a appelé son rhum Dzama, le diminutif de la ville de Dzamandzar.

L. R.

L'express de Madagascar0 partages

Affaires étrangères – Deux accords entre la Chine et Madagascar

Deux accords ont été signés hier par le ministre des Affaires étrangères, Henry Rabary-Njaka et l’ambassadrice de la République populaire de Chine, Xiaorong Yang. Le premier accord concerne une coopération relative à une assistance sans contrepartie d’un montant de deux cent millions de Yuans Renminbi (RMB), en vue de la construction d’un nouveau bâtiment au standard international pour le ministère des Affaires étrangères (MAE). Si cent millions de Yuans ont été prévu au début, le gouvernement chinois a doublé cette somme pour que le nouveau bureau du MAE suive des normes hautement requises.Le deuxième accord consiste en l’accès de cinq cents villages de Madagascar à la télévision, à travers la Société Startimes. Il est financé par un don sans contrepartie, dans le cadre du Fonds d’aide pour la Coopération Sud-Sud établi par le gouvernement chinois. Selon le ministre des Affaires étrangères, ces signatures sont le fruit de la visite d’État effectuée par le président de la Répu­blique Hery Rajaonari­mampianiana en Chine au mois de mars.À travers ces signatures, un projet touche les Malga­ches dans les parties les plus éloignés de Madagascar. Selon Henry Rabary-Njaka, la mise en place dans ces villages d’appareils de télévision numérique entre dans cette poli­tique générale de Madagascar.

L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Peinture – « Expressions », la première exposition en solo d’Eddy Bessa

Une trentaine de tableaux sont accrochés sur les mûrs du hall de l’Alliance Française d’Antananarivo depuis le lundi 18 jusqu’au vendredi 29 décembre. Chaque pièce porte un focus sur le visage qui évoque une expression particulière. Un petit garçon bricolant son jouet fait à partir d’une boîte de conserve, un vieil homme fumant sa cigarette les yeux fixés vers l’avenir, une belle jeune femme indonésienne au sourire radieux. L’ensemble des expressions racontent une histoire. Celle que l’artiste lui-même, Eddy Bessa, veut raconter autour de sa première exposition en solo. « La perception de chacun des organes des sens produit une expression particulière selon l’individu. Et ces expressions s’expriment surtout sur le visage. C’est une expression entre l’objet et un individu que je définis dans l’ensemble à travers cette première exposition en solo. Je m’inspire de ce que je vois dans la rue. Un regard, un sourire, les plis sur un visage, sont tous des moyens de communication pour moi que je veux transmettre aux gens », a expliqué ce diplômé en arts à l’Université d’Arts de l’Institut Seni Indonésia Padangpanjang en Indonésie en 2016. Jean Eddy Fananantsoa, pour l’état civil, a invité l’ambassadeur d’Indonésie, Heru Wicaskono pour le vernissage de son exposition. L’ambassadeur n’a pas manqué de féliciter l’artiste pour la beauté de ses œuvres qui racontent l’histoire du peuple de l’Indonésie  et celui de Madagascar dans un réalisme stupéfiant. A préciser qu’Eddy Bessa a obtenu une bourse d’études de six ans pour approfondir sur la peinture, le design et la sculpture en Indonésie.

R. R.

L'express de Madagascar0 partages

Deux dahalo tués

Deux voleurs de bœufs sont tombés sous les balles de la gendarmerie dimanche matin, vers 6 heures, dans un affron­tement meurtrier, à Ankianja, district d’Ambatoboeny. Cent quarante-huit têtes de zébus volés ont été récupérées après cette embuscade. Le poste fixe d’Ambatomasina a ouvert une enquête après le constat.

L'express de Madagascar0 partages

Belinta – La gendarmerie de Mahajanga  en manœuvre

La Circonscription inter régionale de la Gendarmerie nationale (CIRGN) de Mahajanga a organisé une manœuvre militaire vendredi dernier à Soamahasitrana Belinta, située à 38km de la Cité des Fleurs sur la Route nationale 4.L’exercice militaire de tir a concerné les officiers et les sous-officiers des groupements des régions Boeny, Melaky ainsi que de la Sofia et Betsiboka, et des journalistes ont également participé à cette expérience. Des fusils tels que des Mas 36 ainsi que des pistolets automatiques et des kalachnikovs ont été utilisés.Durant cette opération, quatre mille balles ont été tirées, d’après le colonel Behivoka Fiederch, commandant de la CIRGN de Mahajanga.La manœuvre militaire a également consisté à effectuer une marche à pied de 15km en trois heures de temps à partir de 4h du matin. Le parcours, comportant des obstacles dont des embuscades et des opérations reconnaissance de points, a été prévu au programme. Durant la manœuvre, deux bœufs ont été abandonnés par des dahalo, .

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

IFM Analakely – Les enfants vont créer des objets pour Noël

« Comme c’est la période de Noël, on va profiter pour faire quelque chose autour de ce thème ; tout en restant dans un esprit festif. On va demander aux enfants de chanter, de faire leurs poésies de Noël, de créer des objets et des décorations à utiliser pendant les fêtes de fin d’année ; comme des guirlandes ou des cartes postales, par exemple. Ils seront fiers de les offrir à leurs proches. Le but principal est de marquer dans leur esprit la fête de Noël. Ils vont certainement fêter ça chez eux. Mais ici, ils vont se faire de nouveaux amis, rester avec des enfants de leur âge, et partager leurs petites expériences entre eux. Stimuler leur esprit créatif et leur sens du partage dans une ambiance joviale. a expliqué Jeanne Ralimahenintsoa, animatrice et responsable de la section pour enfants de la bibliothèque de l’Institut Français de Madagascar ou IFM.  Ce petit atelier va se dérouler le mercredi 20 décembre dans la bibliothèque section pour enfants de l’IFM à partir de 15 heures jusqu’à 16 heures et s’adressent à ceux qui ont entre six et douze ans, pour la simple raison qu’ils vont utiliser des ciseaux. « Normalement, seuls les membres de l’IFM auront accès à ce genre d’activité ; mais comme c’est Noël, ceux qui ont cette tranche d’âge sont tous les bienvenus. », poursuit la responsable.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Championnats d’Afrique Australe – Neuf Malgaches en lice au Botswana

2018 commence bien. Madagascar sera présent avec neuf joueurs pour le cham­pionnat d’Afrique australe U14 et U16 individuel et par équipes qui se jouera à Gaborone, capitale du Botswana, du 8 au 16 janvier.Chez les U14 garçons, on notera la participation de Sampras Rakotondrainibe, pensionnaire du centre de la fédération internationale de tennis de Nairobi, Angy Haroeja Rasolomanana, qui évolue au Togo et Finoana Rakotomalala. Miotisoa Rasendra, Maholy Razaka­niaina ainsi que Randy Rako­toarilala composent l’équi­pe féminine dans cette même catégorie.En U16 garçons, la délégation malgache sera composée de Toky Ranaivo, pensionnaire au centre de la fédération internationale de tennis de Casablanca, de Lanja Rakotozandriny de l’ASUT ainsi que de Tsiory Rakotoarilala. Ce dernier a gagné le troisième ticket en équipe nationale après un tournoi de sélection, qui a recensé Tsiferana Andriana­toandro, Henikaja Razafin­drakoto et Haritsiky Rajaonah.Madagascar n’aura pas de représentant pour la catégorie U16 filles. Finaritra Andriamadison, qui est déjà qualifiée pour le sommet africain des U16 à Tunis du 9 au 14 avril (comme Toky Ranaivo) a préféré mettre une priorité sur les tournois du circuit mondial des juniors. Narindra Ranaivo et Mialy Ranaivo, elles aussi ont fait l’impasse sur ce championnat d’Afrique australe.Ces trois joueuses seront en lice pour trois semaines de tournoi U18 au Kenya à partir du 22 janvier jusqu’au 10 février 2018.Pour ce déplacement, la fédération malgache de tennis se chargera de la moitié du billet de chaque joueur de la délégation malgache. Elle prendra aussi la totalité du billet d’avion pour le coach Harivony Andriana­fetra, ainsi que ses indemnités et autres frais relatifs au voyage. Les parents des joueurs pour leur part se chargeront de payer les 50% du billet de leurs enfants. La FMT a demandé le soutien du ministère de la Jeunesse et des sports pour financer le voyage de la délégation malgache. Pour l’heure, c’est le silence total du côté d’Ambohijatovo.

D.R.

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Un escroc notoire enfin arrêté

Les gendarmes ont appréhendé un père de famille présumé escroc de haut vol, après avoir été reconnu par l’une de ses victimes. De fait, de nombreuses personnes ainsi que des opérateurs économiques ont été bernés par ce filou pendant des années « d’exercice ». Parmi ses proies figurent des responsables hôteliers et de maisons de commerce d’Antsirabe.Il a réussi à extorquer de grosses sommes à ses dernières victimes en se présentant comme émissaire d’un parti politique bien connu. Il prétendait être envoyé par un député de la place auprès  de gens et d’opérateurs qu’il rendait visite pour collecter de l’argent destiné à l’assainissement de la ville. Malheureusement pour l’escroc, un  responsable d’une association qu’il a arnaqué et son épouse l’ont rencontré et l’ont reconnu. Ils l’ont alors retenu jusqu’à l’arrivée des gendarmes appelés en catimini.De nombreuses plaintes ont été déposées par les victimes. En fait, sa filouterie consistait également à prendre les commandes de marchandises auprèsd’entreprises et d’hôtels et à percevoir une avance.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

123kg de cannabis saisis

La gendarmerie d’Anabo­rano a saisi cent vingt-trois kilos de cannabis sur trois hommes, jeudi, dans le fokontany d’Antsaba, district d’Ambilobe. Ces individus, âgés entre 25 à 50 ans, se sont fait arrêter et ont été placés en garde-à-vue pour enquête.

L'express de Madagascar0 partages

Déclaration du SECES national

Le président du Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de l’enseignement supérieur (SECES) a réagi face au préavis de grève du SECES section Antananarivo et de la suspension des activités des membres de la section Toliara. Il précise que cette grève et menace de grève ne concernent que ces deux universités. Le SECES national fera une déclaration sur sa position face à ces déclarations, jeudi,ù les représentants des six sections seront présents. Le préavis de grève de la section Antananarivo s’achève ce jour.

L'express de Madagascar0 partages

Enquête poursuivie

Le processus d’enquête sur les trois cent grammes d’héroïne découverts par les douaniers à l’aéroport international d’Ivato, le 17 novembre, poursuit toujours son cours, selon son service de commu­nication, avant-hier à Antaninarenina. L’homme de paille court toujours, selon les explications reçues.

Midi Madagasikara0 partages

Accident du camion militaire à Ikongo : Les quatre derniers corps retrouvés à plus de 4 km du lieu de drame

Enfin, la découverte du corps sans vie du gendarme principal de 1re classe (GP1) Raharinomenjanahary Wilfried a clôturé la recherche des victimes de l’accident survenu le samedi 16 décembre au camion transportant des éléments de renfort pour rétablir l’ordre public à Ikongo  après l’émeute du 14 décembre dernier. En effet, les corps des neufs (6 militaires, 2 policiers, et 1 gendarme) déclarés être emportés par les crues quand ce camion s’est renversé dans la rivière d’Angila, lieu du drame, sont tous récupérés. Rappelons que trois des victimes ont été repêchés le lendemain même de l’accident grâce à l’appui de la population environnante.  Ces résultats ont été obtenus grâce à l’intervention des spécialistes du Corps de la protection civile de l’Armée malagasy, qui sont venus à la rescousse des secouristes déjà sur place. Selon toujours les informations, les crues  ont emporté le corps du GP1 et ceux des autres victimes retrouvés avant ce dernier à près de 4km du pont, lieu de l’accident. Selon les informations, aucune arme n’a été perdue dans cet accident. La grande famille de la gendarmerie nationale a manifesté sa reconnaissance à la contribution louable de la population locale notamment celle de la commune rurale d’Ambohitromby qui a prêté main forte pendant cette période douloureuse.

T.M.

Qui sont les victimes

Armée Malagasy.– Adjudant ANDRIAMAPANA Joseph RM2 Fianar– Sergent Chef RASOLONJATOVO Jean Damien RM2 Fianar– Soldat de 1°cl: RAFANOMEZANTSOA Faly Albert RM2 Fianar– Soldat de 1°cl : RATOLOJANAHARY Sedinas, RM2 Fianar– Soldat de 2°cl : RAFOLONOMEMBAZANY Saphibien, RM2 Fianar– Soldat de 2° cl : ANDRIANIRINA Hervé Augustin, RM2 Fianarantsoa

Gendarmerie nationale  :

 – G1C RAHARIJAONA Jean Wilfried, Brigade Mananjary

Police nationale :– APS RAHERISAINA Lauréat, Commissariat SP IKONGO;– APS RAZAFINDRAHOBY Dina Lalaina Commissariat SP IKONGO

Midi Madagasikara0 partages

ITuniversity : Sortie de 22 Masters et de 97 Licenciés en informatique

ITuniversity n’est plus à présenter, situé à Andoharanofotsy, cet établissement d’enseignement supérieur spécialisé en informatique peut s’enorgueillir d’être parmi les centres de formation de référence dans le domaine des  nouvelles technologies dans le pays.

L’ITuniversity a, ce 19 décembre 2017, procédé à la sortie solennelle de deux promotions, celle de la 5e vague de licenciés en informatique nommée TAFITA, qui après trois années d’intenses formations  assorties de stages voient leurs études couronnées du diplôme de Licence, d’une part. Et d’autre part, la non moins bénie appelée  RAITRA, la 3e vague pouvant se targuer de bénéficier de la co-diplômation de l’ITuniversity d’Antananarivo et de l’Université de Nice à Sophia Antipolis pour l’obtention du Master MBDS (Mobiquité, Base de Données et intégrations de Systèmes).

Les voilà donc prêts à continuer et/ou pour le service avec toujours guidés par le même leitmotiv du  Recteur, monsieur Olivier Robinson, « Distinguez-vous et où que vous soyez, soyez dignes de l’ITuniversity ».

Les mots des majors

Miahinantenaina Rafehivola, 24 ans, master « Je suis déjà embauché par Aro, je gagne plus de 1 200 000 d’ariary , qui sait peut-être je vais m’exporter… »

Nirijaona Lala Ricœur Khino, 22 ans, licencié « Je vais continuer et me spécialiser dans la  cybersécurité parce qu’il y a encore beaucoup à faire ».

Ces quelques mots se passent de commentaires.

M.Ranarivao

Partenariat avec l’Université de Nice à Sophia Antipolis

IT University offre en partenariat avec l’Université de Nice à Sophia Antipolis (France), le Master MBDS (Mobiquité, Base de Données et intégrations de Systèmes),un Master 2 Professionnel – Spécialité Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication.

Pourquoi MBDS ?

Le Master MBDS vise à former des spécialistes informatiques maîtrisant le développement d’applications de bout en bout (de la BD au téléphone) dans des environnements de mobilité et d’architecture sans fils, avec prototypage de projets dans tous les secteurs professionnels appuyés