Les actualités à Madagascar du Mardi 20 Décembre 2016

Modifier la date
Midi Madagasikara1901 partages

Hélène Segara :« Malgré les difficultés, les Malgaches sont doux »

Hélène Segara, une femme au grand cœur !

Hélène Segara est bien arrivée hier à Madagascar, pour donner un récital au CCI Ivato, et rencontrer les invités demain au Carlton. Une soirée organisée par le Lions Club Analamanga pour récolter des fonds pour la construction d’une école et des salles de classe.

L’histoire entre Hélène Segara et Madagascar a commencé à s’écrire bien avant qu’elle n’ait foulé le sol d’Ivato, hier, avec sa famille, pour un concert de levée de fonds en faveur des enfants défavorisés. « En France, je connais et d’ailleurs je chante avec des musiciens Malgaches, Mamy Rakotofiringa, un très bon bassiste, et son frère Hervé Rakotofiringa » raconte-t-elle. Une première approche donc qui lui a donné une certaine image de Madagascar, et qui conforte son impression sur le peuple malgache. « J’ai l’impression que malgré les difficultés, les gens sont doux, ils sont toujours souriants, solaires. Et moi j’aime bien le soleil » dit-elle, sur cette merveilleuse qualité malgache qui sait relativiser les situations dans toute circonstance. Cette dame au cœur d’or a en effet de quoi se plaire, avec une population chaleureuse et pudique. « Dans l’avion, à bord de Air Madagascar, j’ai bien remarqué que le personnel de bord m’a reconnue. Mais personne n’est venu m’importuner, jusqu’à ce que l’un d’entre eux vienne me voir pour me demander une photo » relate-t-elle. « Et pourtant, cela ne me dérange guère ».

Cœur d’or. Mais sa venue à Madagascar est loin d’être anodine. « Je suis ici pour une levée des fonds pour la construction d’une école et de plusieurs salles de classe. Cela me tient beaucoup à cœur et c’est important pour moi de remercier les généreux donateurs. Je viens à la rencontre des gens. En somme, c’est solliciter auprès de ceux qui ont les moyens pour le redonner afin d’améliorer les conditions de ceux qui sont en difficulté » dit-elle, Hélène Segara qui est déjà la marraine d’une vingtaine d’associations à travers le monde. « Je suis issue d’une famille indigente, alors lorsque ma vie a changé, je n’ai jamais oublié les personnes que la vie n’a pas gâtées ». Arrivée avec un excédent de 40 kg de bagages, « j’ai demandé à Air Madagascar de ne pas me taxer, car ce ne sont que des cadeaux pour les enfants. Et ils ont accepté ». 200 petites surprises qui vont aller droit au cœur des enfants qui en bénéficieront, en cette période de fête. Quant à la chanteuse, elle se produira ce soir au CCI Ivato, avec un ténor malgache, et rencontrera les invités demain lors de la soirée au Carlton.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara303 partages

HVM Fianarantsoa : Pour un deuxième mandat de Hery Rajaonarimampianina

Les ténors du HVM ont fait le déplacement à Fianarantsoa.

Galvanisé par la tenue de différents Sommets qui se sont tenus dans le pays, à savoir le Comesa et la Francophonie, mais également par la conférence des bailleurs de fonds et des investisseurs à Paris, le parti HVM entend marquer des points sur l’échiquier politique national. 

Démonstration de force du parti HVM, le week-end dernier à Fianarantsoa. C’était lors du congrès régional que ce parti a tenu dans la capitale du Betsileo. Plus précisément au gymnase couvert à Ambatomena qui était assailli par bon nombre de militants et de sympathisants, ce jour-là. Lors de ces assises régionales, les participants à ce congrès ont sollicité la candidature du Président actuel en 2018. Soit, pour un deuxième mandat de Hery Rajaonarimampianina. D’ailleurs, le président national de ce parti, Rivo Rakotovao  n’a pas manqué de souligner que le HVM « est le parti plus puissant dans tout Madagascar » en se référant notamment au nombre d’élus que ce parti compte sur l’ensemble du territoire. Pour mieux véhiculer les messages de ce parti présidentiel, des médias (Télévision, radio et journal) verront bientôt le jour.

Critiques. Ce parti lance également un appel à tout un chacun à renforcer les rangs du HVM. Toujours d’après Rivo Rakotovao, « il ne faut pas avoir peur des critiques ». Et lui d’ajouter que « les dirigeants HVM qui ne pensent qu’à leurs intérêts personnels au détriment du peuple seront démis de leur fonction ». Décidément, ce parti entend mettre le paquet, en vue des prochaines consultations populaires en général et de l’élection présidentielle en particulier. Il en a intérêt, car les autres partis seront aussi en lice pour ne parler que du TIM et du MAPAR. Notons qu’après Fianarantsoa, ce serait Toamasina de tenir son congrès régional prévu au début de l’année prochaine, par la suite, ce serait au tour d’Antsiranana. Toujours est-il que ce parti aura du pain sur la planche pour convaincre la masse à adhérer à sa cause.  

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara277 partages

Football U15 – UFFOI : Retour triomphal de Fosa Juniors !

Les joueurs de Fosa Juniors U15 à leur arrivée à Ivato avec le président de la Ligue de Boeny de football, Nourdine (à droite).

Les nouveaux champions de l’Océan Indien dans la catégorie des moins de 15 ans ont été accueillis triomphalement, hier à leur descente d’avion en provenance de Maurice. Une liesse compréhensible pour Fosa Juniors qui a mis les gros moyens pour y parvenir.

 Fosa Juniors est sacré champion de l’Union des Fédérations de Football de l’Océan Indien. Les jeunes joueurs de moins de 15 ans sont en effet restés invaincus durant ce championnat qui a duré une semaine et s’offrent la première place du classement et donc du titre avec deux victoires contre Maurice et Mayotte puis deux matches nuls contre les Comores et la Réunion.

Une belle démonstration. Bref des sélections nationales mais cela n’a pas empêché Fosa Juniors d’aller jusqu’au bout  avec l’aide des renforts dont un joueur de l’AS Adema et un autre de Tana Formation.

N’empêche, les deux joueurs ayant marqué de leurs empreintes ce championnat régional des moins de 15 ans sont bel et bien des Fosa pure souche notamment Dylan Fanomezantsoa qui est du reste le meilleur buteur de cette compétition avec cinq réalisations mais aussi Henintsoa, élu meilleur joueur.

Ce dernier, selon les confidences de l’entraîneur Tony Rabarison, est une pièce essentielle de Fosa Juniors U15 qui a permis de sauver une situation difficile face aux Réunionnais qui parvenaient à marquer deux buts en seulement 5 mn mais Henintsoa a pu marquer avant d’offrir une passe décisive pour l’égalisation à 2 partout de l’inévitable Dylan. Du beau travail. Voire une belle démonstration qui n’a pas laissé indifférent les sergents-recruteurs étrangers qui ont tout de suite entamé des pourparlers avec les deux garçons.

La voie à suivre. C’est dire et Tony Rabarison l’a dit que Madagascar possède des joueurs talentueux capables d’évoluer au plus haut niveau et qu’à la lumière de ce premier championnat U15 de l’Océan Indien, nos joueurs se trouvent d’un ton au-dessus.

Une raison suffisante pour ce technicien de dire qu’il ne faut pas s’endormir sur ses lauriers et tout faire pour que la préparation se poursuive avec si possible le maximum de matches internationaux, le seul garant d’une véritable progression.

Fosa Juniors a ainsi montré la voie à suivre, mais il appartient à tout le monde de se préparer en conséquence ne serait-ce que pour entretenir cette culture de la gagne. C’est tout aussi simple que cela.

Clément RABARY

Midi Madagasikara272 partages

Gal Rakotomahanina Florens : Promu général de division

Le Gal de brigade Rakotomahanina Harimanantsoa Florens promu au grade de général de division.

Un conseil des ministres extraordinaire s’est tenu, hier, à Iavoloha. En principe, ce conseil se tient tous les mercredis. Une vague de nominations a été décidée, lors de ce conseil, notamment pour les forces armées. On a l’impression, que c’est un clin d’œil à l’endroit des hommes en treillis. A cet effet, des officiers de carrière ont été nommés au grade de général de division, général de division aérienne ou de vice-amiral. Ils sont 17 à en avoir bénéficié dont 7 gendarmes. En ce qui concerne la gendarmerie nationale, pour compter du 1er juin 2016, les généraux de brigade, Ramiandrisoa Jean de Dieu Daniel, Randriamanarina Jean Christophe, pour compter du 1er octobre 2016, Manjakavelo Léonard Auguste et Rabehajasoa Andrianarivo et pour compter du 1er décembre 2016, Rakotomahanina Harimanantsoa Florens Louis Gilbert, Randrianarimanana Mosesy et Rakotoarison Alphonse Anthony ont été promus au grade de généraux de division.

A titre conditionnel. Pour ce qui est de l’armée malgache, au titre de général de division, il s’agit des généraux de brigade, Rolland, Rakotosalama Zefania Rivo, Rajaonarivony Alexandre,Raherisolofo Mamy , Emahitimanana, Razafindrakoto Lantoarinjaka, Ralala Alain Dominique, Rakotonarivo Fidy Mpanjato, Ranaivoseheno Louis Antoine de Padoue et Rakotovao Andrianohasoavimbahoaka Winoc. Toujours à propos des forces armées, 38 colonels ont obtenu le grade de général de brigade dont 10 à titre conditionnel. Par ailleurs, trois chefs de district ont été également nommés, à savoir Bekily, Kandreho et Andapa.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara246 partages

Congrès régional du HVM à Fianarantsoa : L’ancien ministre Anthelme Ramparany empoisonné

L’ancien ministre a évité le pire samedi dernier à Fianarantsoa.

L’ancien ministre de l’Environnement a frôlé la mort samedi dernier. Il reprendre en ce moment conscience.

D’après ce qu’on lit sur le mur du compte facebook du vice-président du Sénat Riana Andriamandavy VII, le congrès régional du HVM qui s’est tenu samedi dernier à Fianarantsoa a été un succès. Ce qui n’est pas le cas pour certains qui étaient témoins d’un « accident » qui a subitement frappé  l’ancien ministre de l’Environnement, non moins député élu à Mananjary, Anthelme Ramparany. Cet « accident » qui a immédiatement plongé la victime dans une situation comateuse s’est produit la nuit de samedi, lors d’un cocktail qui a suivi le meeting organisé par le parti au pouvoir au « Tranom-pokonolona de « Tsianolondroa ». D’après des témoignages, l’ancien membre du gouvernement a été empoisonné. Il a été immédiatement admis à un hôpital de Fianarantsoa où il a perdu dans son sac une somme de 6 millions d’ariary et son téléphone portable. Une source digne de foi a permis de savoir qu’avant de rejoindre la capitale du Betsileo pour le congrès régional du parti au pouvoir, le député Anthelme Ramparany a perçu son salaire et ses divers avantages dont carburant et crédit téléphonique. Vu la gravité de sa situation, l’ancien ministre a été évacué hier matin à Tana. Il a été de tout de suite soumis aux soins gastriques intensifs pour faire sortir le poison. Au moment où nous écrivons l’article, il a déjà reprendre conscience, mais ses membres inférieurs restent paralysés.

Une affaire de mercure ? Les commentaires foisonnent depuis hier sur le pourquoi de ce qui s’est passé la nuit du samedi à Fianarantsoa où presque tous les barons du HVM ont été présents. Pour certains, l’ancien ministre de l’Environnement, qui est également une importante figure du parti au pouvoir dans la partie Sud-Est de Madagascar, a été victime d’un règlement de comptes politique. Pour d’autres, son empoisonnement aurait un lien avec l’affaire de bois de rose saisis à Singapour, dont le procès connaît actuellement un nouveau rebondissement. N’ayant pas été reconduit dans le gouvernement Mahafaly, Anthelme Ramparany a déclaré, rappelons-le, que les bois saisis à Singapour ne sont pas illicites. Alors que le Premier ministre Jean Ravelonarivo a affirmé le contraire. Un autre son de cloche a permis de savoir que ce qui s’est passé au député de Mananjary aurait un rapport avec une affaire de mercure. Aucune hypothèse n’est confirmée jusqu’à présent. A rappeler qu’Anthelme Ramparany a été ministre de l’Environnement dans le gouvernement Kolo Roger, et puis ministre de l’Elevage dans l’équipe du Premier ministre Jean Ravelonarivo. Sa non-reconduction dans le gouvernement Mahafaly a surpris bon nombre d’observateurs. Anthelme Ramparany a été élu député sous les couleurs indépendantes. Après, il a intégré le HVM.

R. Eugène

L'express de Madagascar244 partages

Football – Kassimo, le bourreau des défenseurs

Champion de Madagascar et vainqueur de la coupe nationale, Lucien Kassimo a explosé au plus haut niveau cette année. Il a terminé meilleur buteur des deux compétitions.

À seulement 23 ans, Lu­cien Kassi­mo, alias Foroch, trône déjà sur le toit de Madagascar. Il vient juste de réaliser le doublé cham­pionnat-coupe nationaux avec la CNaPS Sport d’Itasy, pour sa première saison avec le club.Et il a également terminé meilleur artilleur de ces deux compétitions. Comme quoi, il a grandement contribué au succès des siens en enfilant les buts comme des perles sur un collier. Après avoir évolué au sein de plusieurs équipes, il a littéralement explosé au plus haut niveau cette saison.Lucien est encore jeune, mais il possède déjà un palmarès bien fourni. Les titres de champion d’Antsira­nana avec l’AJDA, de champion de la Sava et meilleur buteur avec le FC Joël et de champion d’Itasy avec la CNaPS Sport y figurent également.Depuis ses débuts en première division avec l’AS Samba à Antsiranana, quand il avait 15 ans, Lucien est devenu au fil des années la terreur des défenseurs. Sa principale force réside dans sa pointe de vitesse, couplée à sa capacité à marquer autant de son pied droit de prédilection que de son pied gauche, et à un bon jeu aérien.

Sélection nationale« J’aime bien affronter les défenseurs. La plupart du temps, ils sont focalisés sur le fait d’essayer de me faire tomber, de me faire mal, jusqu’à en oublier de se concentrer sur le jeu en lui-même. J’en profite alors pour les prendre à défaut », confie-t-il.Dans le milieu footballistique, Lucien Kassimo a un surnom unique, « Foroche ». Une appellation évoquant de jeunes délinquants dans la ville Antsiranana. « Quand je jouais à l’AS Adema (Anala­manga), mes coéquipiers m’ont affublé de ce surnom pour me chambrer, vu que je venais d’Antsi­ranana. Et depuis, ce sobriquet me colle à la peau », se remémore ce grand fan du Real de Madrid (Espagne), admirateur inconditionnel de Zinedine Zidane et de Cristiano Ronaldo.Pour l’instant, Foroche n’a pas encore été appelé chez les Barea. Mais vu son potentiel, ça ne devrait pas tarder. « Quand j’étais petit, je jouais au football tout le temps, avant d’aller à l’école, à la sortie des cours et le week­end. Je voue toute mon existence à cette discipline. Mon objectif ultime est de devenir joueur professionnel en France. Bien évidemment, tout footballeur rêve aussi d’inté­grer la sélection nationale. Quand ce moment viendra, je peux assurer que je donnerai le meilleur de moi-même pour notre pays », conclut-il.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara223 partages

Foyers à éthanol : 1 500 000 kits seront mis sur le marché

C’est le type de foyer à éthanol présenté par les promoteurs! (Photo : Kelly R.)

Le promoteur prévoit la création de 1 200 000 emplois dans le cadre de la vulgarisation de ces foyers à éthanol.

D’ici à un mois, les foyers à éthanol vulgarisés par Madagascar Development Company (MDC)  Alliance Group seront mis en vente sur le marché. « Nous prévoyons d’écouler 1 500 000 kits sur le marché local dans les deux à trois prochaines années tout en visant en premier lieu les ménages vulnérables », a exposé Nirina Rakotomanantsoa, le directeur général de l’entreprise dans le cadre de la Journée informative sur le secteur énergie organisée par le ministère de tutelle au DLC-Anosy hier.

Assemblage. Notons que les équipements sont encore importés. « Nous travaillons en collaboration avec un centre d’éducation pour les sourds et muets basé à Antsirabe afin d’assurer leur assemblage servant à fabriquer des foyers à éthanol. Dans un premier temps, 4 000 foyers à éthanol seront fabriqués mais au cours de l’année prochaine, 500 000 kits seront prévus à mettre en vente sur le marché. Ce n’est pas tout ! Puisqu’il s’agit d’un programme de l’Etat appuyé par la Banque mondiale depuis la réalisation des études de faisabilité jusqu’à l’identification des opportunités offertes, et qui sera mis en œuvre par un opérateur privé, le prix d’un foyer à éthanol sera de 50 000 Ariary avec un paiement échelonné sur dix mois. Et un litre d’éthanol permet sept heures de cuisson », a-t-il poursuivi. Et comme particularité, « nous avons déjà l’agrément de l’Etat et de la certification de la Banque mondiale en matière de crédit carbone dans le cadre de la fabrication de ces foyers à éthanol », a-t-il enchaîné.

1 200 000 emplois. Et au niveau de la production,  MDC Alliance Group a déjà identifié plus de 69 820 ha répartis dans plusieurs régions pour la plantation de canne à sucre. Le promoteur du projet prévoit la création de 1 200 000 emplois  au cours de l’année 2017. « Il y aura également des contrats conclus avec les planteurs de canne à sucre qui assureront la livraison des usines de production d’éthanol à installer dans les sites de production. Environ 200 unités de production d’éthanol produisant 1 000 litres à 5 000 litres par jour  seront créées dans les prochaines années. L’avantage de la vulgarisation de ces foyers à éthanol contribue entre autres, à la protection de l’environnement en luttant contre la déforestation et à l’éradication des maladies respiratoires atteignant les femmes enceintes et les enfants qui utilisent du charbon », a évoqué Nirina Rakotomanantsoa.

Vision de 15 ans. Dans le cadre de cette journée informative, le ministère de l’Energie et des Hydrocarbures veut faire connaître au grand public ainsi qu’aux partenaires techniques et financiers la nouvelle politique de l’énergie à Madagascar. « L’objectif est d’assurer un approvisionnement en énergie de bonne qualité et à moindre coût tout en augmentant le taux d’accès à l’électricité de 15 à 70% dans une vision de 15 ans, soit d’ici à 2030, et ce, face à la hausse incessante des besoins de la population. La promotion des énergies renouvelables et le développement du système 3P », a informé Razafindrakoto Norbert, le Secrétaire général du ministère de l’Energie.

Navalona R.

Midi Madagasikara222 partages

Volanirina Andriamananoro : « Le patriotisme ne doit pas être assimilé à un crime »

Augustin et Volanirina Andriamananoro risquent de ne pas passer Noël ensemble.

Pour la première fois depuis l’incarcération d’Augustin Andriamananoro, son épouse sort de son mutisme. Tout en clamant haut et fort l’innocence de son époux, elle réclame le retour à la maison de celui-ci pour que la famille soit au grand complet le jour de Noël. Interview exclusive.

Midi Madagasikara : Comment avez-vous vécu cette arrestation ?

Volanirina Andriamananoro : « J’ai encore le cœur lourd de souffrance, mais je prie le Seigneur pour m’aider à affronter dignement cette injustice de la vie. Mes trois enfants et ma proche famille souffrent également de cette longue absence de Papa AUGUSTIN à la maison. Depuis le soir du samedi 10 décembre 2016, lorsque des hommes en uniformes de la force de l’ordre l’avaient arrêté en pleines funérailles de ma tante à Itaosy Ambohijanamasoandro. Et depuis, mon mari Augustin ANDRIAMANANORO n’avait plus de contact avec nos enfants. Notre calvaire avait déjà commencé lors de sa poursuite par des individus armés des éléments de l’MMOREG  la nuit 22 septembre 2016, après s’être exprimé et témoigner en direct sur le plateau de VIVA TV, la légitimité de la lutte pacifique des paysans de Soamahamanina, contre l’accaparement de leurs terres au profit de la Société chinoise JIUNG XING Mines SARL. Le régime HVM actuel que lui même a fait campagne en 2013, à travers ses puissances publiques, et le tribunal ont décidé de le placer en mandat de dépôt à Antanimora, comme un vulgaire criminel. Tellement, cette injustice me mine le moral, que je n’ai pas retrouvé la force de venir assister à la messe dite en l’Eglise EKAR Ste Dorothée à Soamahamanina dimanche dernier, pour porter en prière Augustin Andriamananoro, à la prison de la capitale, surtout, demander au Seigneur miséricordieux de veiller à l’impartialité de la justice à l’audience du tribunal à Anosy où il va affronter le jugement des hommes ». 

M.M : Cette incarcération a-t-elle eu des impacts sur votre vie de famille ?

V.A : « Mon mari est un homme honnête, juste et loyal. C’est un homme fidèle à ses engagements politiques. Tout le monde sait qui est Augustin Andriamananoro, car au-delà d’être un personnage public ayant marqué les époques transitoires. Il était le Directeur de campagne pour faire élire la Constitution de la IVe République en 2010, et surtout la cheville ouvrière des Campagnes présidentielles pour faire élire le Président Hery Rajaonarimampianina. Personne ne comprendrait pourquoi actuellement, il devient l’homme à abattre par l’entourage du Président de la République, alors que ce dernier prône la réconciliation nationale. Notre fils Timothée âgé de 5 ans ne comprend toujours pas ce qui se passe, quand il voit  les photos de son papa publiées à la Une de tous les journaux.  Je n’ai pas de réponse à lui donner jusqu’à présent pour lui préserver d’une éventuellesouffrance morale que nous avons subite amèrement. Notre foyer familial attend le retour de Papa Augustin, et j’ose espérer que la justice appréciera à juste valeur les faits qui lui sont reprochés, sans preuve, ni fondement légal ». 

M.M : Est-ce que votre mari a réellement participé à la manifestation de Soamahamanina ?

V.A : « Pour rappel, mon mari et moi étions invités au mariage d’un proche ami à Imerintsiatosika le jeudi 22 septembre, c’était le jour de la répression par des éléments de l’MMOREG aux habitants de Soamahamanina qui avaient organisé une marche pacifique sur la descente vers la fameuse rivière d’Ikalariana. Alors que la manifestation a déjà commencé à peu près vers midi, nous étions arrivés en retard et du coup nous avions décidé de nous arrêter à l’entrée de cette commune rurale de Soamahamanina, et croisions les manifestants qui marchaient pacifiquement et bradaient fièrement le drapeau national malgache. Mon mari, commence alors à sortir ses matériels de tournage vidéo et photo et se précipite d’utiliser son drone DJI, afin de filmer cette belle séquence de cohésion des membres de l’Association « VONA ny Fitiavan-tanindrazana » regroupant tous les villageois de la Région Itasy. Défendre nos terres n’est pas un crime, bien au contraire, c’est le devoir des uns et des autres qui pensent à l’avenir de la génération qui nous prête cette terre. C’est pour la première fois que nous sommes venus à Soamahamanina après notre longue absence sur le territoire. Car nous étions partis en France depuis fin juin, et nous ne sommes retournés qu’au mois de septembre vers la fin des vacances d’été. Il n’a jamais participé à aucune manifestation,  car il était venu avec moi, ce jeudi 22 septembre pour être un des témoins oculaires, et éventuellement apporter des preuves pour plaider la bonne cause de Soamahamanina, et qu’il pourrait être utile à la recherche des solutions acceptables pour tout le monde. Ce jour-là, Il n’a jamais pris la parole, ni porté des banderoles. Nous n’étions même pas descendus dans la rue parmi les nombreux manifestants ayant laissé le passage des voitures sur la file de droite de la route nationale RN1 avant que le barrage de l’MMOREG les arrête à la hauteur de la rivière d’Ikalariana. La seule fois où on voit mon mari Augustin Andriamananoro, dans les médias, c’est après la répression des forces de l’ordre et les jets de grenades lacrymogènes. Une mère de famille du « Fokontany » d’Ambatomainty a été grièvement blessée, et il s’est précipité de porter secours et assistance à cette personne en danger. Des hommes d’Eglise, à commencer par les Evêques de la Diocèse de Miarinarivo et l’évêque Président de Justice et Paix ont lancé un appel solennel aux fidèles et aux citoyens responsables pour  Préserver la Terre d’après la lettre encyclique du Pape François dans ses documents  » LAUDATO SI » en parlant de l’accaparement des terres au paysans de Soamahamanina. De hauts responsables politiques, comme l’ancien Premier ministre du temps de la Transition, ou encore les nombreuses personnalités de la Société Civile, ont soutenu cette lutte de Soamahamanina. Les lettres ouvertes, adressées au Président de la République, au Premier ministre Chef du Gouvernement, le Ministre des Mines, le Ministre de l’Environnement, le Ministre de la Population et tous les services concernés par le projet d’exploitation aurifère par cette Société chinoise à Soamahamanina, sont restées sans réponse, la population n’a plus d’autre choix que d’exprimer autrement leurs doléances ». 

M.M : Le procès aura lieu ce jour, avez-vous un message à faire passer ?

V.A : « Il est grand temps que justice soit faite. Je remercie infiniment les journalistes qui ont soutenu mon mari pendant qu’il séjourne en prison. Je remercie les médias qui ont plaidé cette cause de Soamahamanina depuis plusieurs mois, et je prie le Seigneur pour veiller à ma famille qui a été fragilisée par cette brutalité dont nous sommes victimes. TSY HELOKA AKORY NY FITIAVAN-TANINDRAZANA disait mon mari Augustin Andriamananoro. Oui, il a raison, car le PATRIOTISME dont les villageois font preuve de courage NE DOIT PAS ETRE ASSIMILE A UN CRIME. J’espère pouvoir passer Noël avec mon mari Augustin Andriamananoro à la maison auprès de ses enfants qu’il a tant aimé et chérir ».

Propos recueillis par Davis R

Midi Madagasikara123 partages

Caille, pintade, pigeon : Des volailles fines très appréciées par les consommateurs

C’est le type de plat proposé !

Les employés de bureau dans les entreprises ainsi que les particuliers qui veulent changer leur habitude alimentaire seront ciblés.

La société « Cailles de Mada » est reconnue pour ses œufs de cailles ayant plusieurs vertus médicinales. Maintenant, les consommateurs commencent à savourer des volailles fines surtout les cailles. « Ce n’est plus uniquement les grands hôtels de la Capitale qui font des commandes de viande de caille mais même les petits restaurants proposent en ce moment ce menu à la carte. Et la demande ne cesse d’augmenter notamment en cette période de fête de fin d’année. En effet, les volailles fines comme les cailles, les pintades, les pigeons et les perdrix sont désormais très appréciées par les consommateurs. Face à cette opportunité, nous lançons depuis le mois dernier sur le marché une restauration livrée pour les volailles fines telles que la caille, le perdrix, le pigeon et la pintade », a annoncé Angelina Razafindraibe, Responsable Marketing et Commercial de Cailles de Mada lors d’une rencontre avec la presse la semaine dernière.

Rôtisserie mobile. « Il s’agit notamment d’un plat de résistance composée de viande de caille entière ou de portion de pintade avec un accompagnement de frites ou de riz ainsi que de la salade anglaise, qui sera présenté en barquette. Nous ciblons aussi bien les employés de bureau dans les entreprises que les particuliers  qui veulent changer leurs habitudes alimentaires. Il suffit de se connecter en ligne à travers notre site web pour passer la commande. La livraison peut se faire quelques heures plus tard moyennant des frais », a-t-elle rajouté. A part cette nouvelle formule lancée par son promoteur, il y aura également une rôtisserie mobile qui sera bientôt mise en place sur le marché de la Capitale.

Chaînes de valeur. Notons que « Cailles de Mada » travaille pour toutes les chaînes de valeur de cette filière porteuse, qu’est la volaille fine, allant de la production jusqu’à la commercialisation. « Nous avons déjà augmenté notre cheptel d’élevage de caille et de pintade afin de combler ce nouveau besoin en matière de restauration. Un partenariat avec les éleveurs de pigeons et de perdrix est également conclu. Et en plus de ces volailles fines, nous allons entre temps faire une extension de nos activités avec la restauration livrée pour les gibiers », a conclu Angelina Razafindraibe.

Navalona R.

News Mada104 partages

Anthelme Ramparany : le député de Mananjary, victime d’un empoisonnement

Samedi dernier, ce qui devait se terminer par un heureux dénouement s’est soldé par un empoisonnement qui a failli lui coûter la vie.

Le député Anthelme Ramparany est actuellement admis aux urgences à Antananarivo après une évacuation sanitaire hier matin. D’ après une source sécuritaire, dimanche dernier à Fianarantsoa, l’ancien ministre de la Pêche est tombé dans le coma suite à un empoisonnement, selon les premiers résultats de l’enquête.

Le député de Mananjary aurait eu un rendez-vous d’affaires, d’où les 6 millions d’ariary  en sa possession. Anthelme Ramparany et son accompagnateur ont été ensuite victimes de malaise mais, à ce moment-là, tout le monde avait cru qu’ils étaient en état d’ébriété et ils ont donc été ramenés à leur hôtel en taxi. Ayant quelque peu repris connaissance, l’autre homme a donné l’alerte sur l’état de santé du député dont l’entourage a de suite rejoint l’hôtel pour le retrouver, déjà dans un état comateux. Les enquêtes préliminaires ont permis d’établir que le député et son ami ont été empoisonnés après avoir consommé une boisson alcoolisée. Cependant, la nature de l’empoisonnement reste inconnue.

Toujours d’après les forces de l’ordre, la somme de six millions d’ariary et les téléphones portables du député ont été dérobés. « Ses téléphones portables ont été retrouvés mais la somme demeure introuvable tout comme un suspect qui viendrait d’Antananarivo et qui est activement recherché en ce moment », a déclaré notre source.

Série noire

Cela étant, force est de constater qu’une véritable série noire semble toucher les actuels responsables. Il faut rappeler qu’en mars dernier, alors qu’il était encore ministre de l’ Intérieur, le premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a été hospitalisé pour des raisons de santé et a même été évacué à l’étranger.

La mort subite du ministre de l’énergie Rodolphe Ramanantsoa survenue à Mahajanga en août dernier a également suscité une vague d’interrogations. Dans tous les cas, notre source de souligner que l’empoisonnement dont a été victime le député élu à Mananjary n’a aucun rapport avec le congrès national du parti HVM qui s’est tenu à Fianarantsoa le week-end dernier.

En tout cas, personne n’est encore en mesure d’apporter de réponses d’autant plus que l’enquête est encore en cours. De source confirmée, trois personnes sont actuellement auditionnées et dès que les deux victimes pourront se remettre sur pied, ils en diront certainement plus sur ce qui s’est réellement passé lors de ce malencontreux incident.

Rakoto

Midi Madagasikara92 partages

Non-respect de la Constitution : Le Mapar alerte la communauté internationale !

Les députés Mapar lancent une alerte à l’échelle internationale. En effet, hier, ils ont été au siège du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) à Andraharo pour « interpeller ce  dernier à réagir sur la situation à Madagascar ». D’après Christine Razanamahasoa, « il s’agit de faire part au PNUD tous les cas de figure qui illustrent la transgression de la Constitution et des textes en vigueur, perpétré par le régime actuel ».

Chasse à l’homme. Outre ce que le Mapar qualifie de « violation des textes en vigueur », il fustige également le non-respect des droits humains. « Nous n’approuvons pas les séries de chasse à l’homme effectuées à l’endroit du Mapar et de ses membres », a ajouté l’ancienne ministre de la Justice de l’ère transitoire. Effectivement, « deux éléments » de cette plateforme à savoir Lylison René de Rolland et Augustin Andriamananoro ont été étroitement inquiétés par le régime Rajaonarimampianina : le premier demeure en cavale, le procès du second a lieu aujourd’hui après avoir été placé sous mandat de dépôt à Antanimora. Par voie de conséquence et à l’unisson, le Mapar appelle le PNUD, les autres organismes internationaux tels que l’Union Européenne et l’Union Africaine et les diverses représentations à « ouvrir les yeux et à écouter ce qui se passe à Madagascar, mais surtout à surveiller de près cette transgression des lois et règlements en vigueur ainsi que le nonrespect des droits humains ».

 Aina Bovel

Tia Tanindranaza57 partages

Anthèlme RamparanyNisy nanapoizina tamin’ny zava-pisotro

Nanaitra ny sain’ny maro ny vaovao nivoaka omaly fa nisy nanapoizina tamin’ny alalan’ny zava-pisotro i Anthèlme Ramparany, depiote ao anatin’ny antoko HVM

 

. Tany Fianarantsoa no nisehony tantara ny alahady teo, ary tsy vitan’ny hoe voapoizina ity depiote ity fa mbola voaroba volamena mitentina 6 tapitrisa Ar ihany koa araka ny vaovao voaray. Fantatra omaly alina fa efa nahazo fitsaboana izy ary efa niakatra aty Antananarivo. Raha tsiahivina, efa in-droa voatendry ho minisitra tamin’izao fitondrana izao ny tenany dia ny toeran’ny minisitry ny tontolo iainana ary taorian’izay no nandraisany ny asan’ny minisitry ny fiompiana sy ny fambolena rehefa nisy ny fanovana ny governemanta. Tsy hay na misy ifandraisany amin’ny resaka politika izao na lonilonim-piarahamonina. Nalaza tamin’ny resaka afera teto amin’ny firenena ihany mantsy i Anthèlme Ramparany ary anisan’ny nahatadidiavan’ny maro azy ilay aferana andramena naondrana tany Singapour ny taona 2014. Misy hifandraisany amin’iny raharaha iny ve izao toe-javatra izao ? Milaza mantsy ny fanjakana amin’izao fa tsy ara-dalàna ireo hazo tratra ireo.

 

Toky R.

 

L'express de Madagascar46 partages

JIRAMA – Un nouveau contrat pour la Jovenna

La société Jovenna vient d’obtenir un nouveau contrat de livraison de carburant pour les centrales thermiques d’Antananarivo. Ce qui représente plus d’une centaine de milliards d’ariary.

Le courant passe entre la Jirama et la Jovenna. Cette dernière vient d’obtenir un contrat de livraison de carburant pour les centrales thermiques de la capitale. « Après un appel d’offre lancé par la Jirama, nous allons continuer à lui fournir du carburant », a fait savoir Benjamin Memmi, directeur général de Jovenna hier.Le délestage qui a frappé Antananarivo et ses environs, depuis le début de la semaine dernière, avait duré jusqu’à six heures dans certains quartiers. Pour expliquer la situation, la Jirama a parlé d’un problème d’étiage au niveau des centrales hydroélectriques de Sahanivotry, Mandraka, Andekaleka et Antelomita.  Le gouvernement et les dirigeants  de la Jirama n’ont eu d’autres choix que de recourir à l’utilisation des centrales thermiques. La Jirama, n’ayant pas prévu le coup, se retrouve en manque de carburant.« Nous sommes entrés en négociation avec les responsables étatiques et les différents acteurs pour trouver une solution à ces coupures de courant. L’achat de carburant représente 85% des charges d’exploitation. Et 75% de l’énergie produite provient des centrales thermiques. Une grande partie des subventions allouées à la Jirama est donc destinée à l’achat de carburant. Nous sommes sur le point de trouver des solutions sur ce problème de carburant », a expliqué Nestor Razafindroriaka, directeur général de la Jirama.

FaramineuxLa semaine dernière, deux compagnies de distributions pétrolières se sont vues attribuées le marché de livraison de carburant pour la Jirama. Une compagnie pétrolière s’est engagée à la livraison de carburant d’une valeur de 5 milliards ariary pour les provinces. La Jovenna assurera celui du réseau interconnecté d’Antana­narivo. Mais aucun détail ne filtre sur les contenus ou la valeur du contrat.La société Jovenna figure parmi les plus gros fournisseurs de la Jirama en terme de carburant. Selon des indiscrétions, la consommation quotidienne de la société nationale d’eau et d’électricité s’élève jusqu’à plus de 450m³ de gasoil.Ceci représente à une somme faramineuse de 1,3 milliard d’ariary par jour avec le prix actuel à la pompe. Ce qui ramène à plus d’une centaine de milliards ariary pour les trois mois de contrat si le prix retenu est celui du marché. Dans les contrats précédents, le prix payé par la Jirama à ses fournisseurs de carburants était plus élevé que le prix à la pompe.La Jirama bénéficie cette année d’une subvention de 300 milliards ariary. Celle-ci sera révisée à 250 milliards ariary pour l’année 2017. D’ici là, elle devra trouver la solution aux coupures de courant qui sont revenues en masse sur le réseau interconnecté d’Antananarivo après le sommet de la Francophonie.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara46 partages

Littérature : Mossieur Njo signe son premier roman !v

Mossieur Njo dévoilera d’ici peu « Lisy mianjoria », son premier roman.

Il a déjà connu une première expérience en écriture : deux histoires courtes, mais encore jamais de roman. Il y a trois ans, il tente donc l’aventure d’où est née « Lisy mianjoria ». Un ouvrage de 360 pages qui sera disponible en librairies dans quelques jours, semaines,  « selon le bon vouloir de monsieur délestage ».

« Soudain, Tana se retrouve complètement détruit, sans préavis. Madagascar est sous les cendres et anéanti. La Terre connut également le même sort. Et il y a cette petite fille aux cheveux frisés, Lisy, qui s’introduit dans la chambre de Rabe un soir, venue le sauver. Elle lui dit qu’il y a un Antananarivo, un Madagascar autres que ce que nous connaissons déjà, que là-bas, les gens ne polluent pas l’environnement, que le train parvient jusqu’à Amborovy, que le lac Anosy y est propre… ». Voilà en résumé l’histoire que raconte Mossieur Njo dans « Lisy mianjoria ». Une histoire qui sera racontée en malgache et non en français et qui fera sans aucun doute rêver les passionnés de lecture. Car « Lisy Mianjoria » est né d’un rêve ou plutôt d’un souhait qui, un jour, espérons-le, deviendra réalité. L’auteur, Anjoanina Harivahy Ramaroson de son vrai nom, nous raconte. « C’était il y a trois ans. J’étais dans les environs du lac Anosy. Le paysage était beau. Il nous prend même parfois l’envie d’y pique-niquer, de nous y asseoir pour lire un bon roman… Soudain, des chevaux sont passés et le vent a soufflé et toute cette envie a été balayée par la forte odeur de pisse nauséabonde ». Depuis, Mossieur Njo s’est attelé sur sa nouvelle aventure littéraire, celle de Lisy.

Contribution. Lentement mais sûrement, « les aventures de Lisy »  se dessinent et prennent alors forme. Cela a pris trois ans à son auteur pour enfin finir le roman.  « Trois ans parce qu’il m’a fallu trouver les mots, me documenter et m’exercer ». Car « Lisy mianjoria » n’est ni un recueil de poèmes ni une nouvelle mais un roman de plus de 300 pages, en malgache. Et écrire en malgache n’est pas un exercice facile, surtout quand on est jeune et qu’on vit à l’ère de la mondialisation. « On se perd souvent dans la traduction d’un mot pourtant très facile. On croit également qu’on manque d’expression en malgache et pourtant non. Les trois ans, je les ai donc surtout dépensés en recherche et exercices d’écriture. La compréhension y est facile. D’ailleurs, les mots que j’utilise sont courants, sauf quelques-uns dont on a oublié l’existence et l’utilisation. Ce livre est en quelque sorte ma contribution à la langue malgache, que j’apprécie et chéris d’ailleurs  ». Cet ouvrage, Mossieur Njo le destine, non seulement à des personnes d’un certain âge ou à la jeunesse uniquement, mais à tout amoureux de livre et de lecture ! En attendant la sortie en librairies de « Lisy mianjoria », prévu début janvier, les amateurs peuvent déjà passer commander sur la page facebook de Mossieur Njo.Mahetsaka

Midi Madagasikara38 partages

Délestage : Toujours d’actualité, malgré une légère baisse

Les usagers de la JIRAMA prennent leur mal en patience.

Les coupures de courant à n’en plus finir, les Tananariviens en ont plus qu’assez. Mais il n’y a pas que les habitants de la capitale qui en souffrent, car le délestage dure depuis de longs mois, voire devenus une habitude depuis des années pour certaines localités.

Le délestage est relié à un problème technique, avance la société nationale d’eau et d’électricité JIRAMA. La détérioration de l’environnement amenant à la faible pluviométrie des dernières semaines semblent donc être en cause. Cependant, le problème est bien plus compliqué qu’une période passagère de déficit pluviométrique. Le problème de coûts générés par le mode de fonctionnement actuel de la JIRAMA est pointé du doigt. Le Premier ministre, sur le plateau d’une télévision privée, hier, a abordé le chapitre des centaines de milliards d’ariary de subventions par an  (300 milliards cette année) versées à la JIRAMA. Une situation qui n’a que trop duré, car ne permet même pas à la majorité des Malgaches d’avoir accès à l’électricité, sachant que seulement 15% de la population y ont accès.

Si ces derniers temps, les coupures d’électricité faisaient rage un peu partout dans la capitale, une légère baisse de leur durée a été constatée depuis le week-end dernier. Est-ce suite au coup de gueule du Premier ministre la semaine dernière ? En tout cas, les coupures de courant sont toujours d’actualité, du moins pour les habitants des périphéries, des régions et des provinces. Les soirées dans l’obscurité, les révisions à la lueur des bougies, les journées sans électricité dans les ateliers, et autres lieux de travail… restent ainsi le quotidien de nombre d’usagers. Si à Antananarivo, ces derniers ont fait preuve de – beaucoup – de patience, tout en tempêtant contre la JIRAMA partout où ils peuvent le faire, notamment sur les ondes et sur les réseaux sociaux, dans les localités régionales, le ras-le-bol s’est maintes fois manifesté par le saccage des locaux de la JIRAMA. Une réaction qui n’a, certes, pas réellement résolu le problème, mais qui résume amplement une situation devenue plus en plus intenable.  

Hanitra R.

News Mada37 partages

Faribolana Sandratra : Soa Mahamanina pour couronner le tout

Le Cercle des jeunes poètes et écrivains «Faribolana Sandratra»  programme pour ce samedi, au CGM Analakely, un récital de poèmes portant sur «Soa Mahamanina» pour tourner la page de cette année culturelle.

Cette séance de lecture poétique rassemblera sur un même plateau le cercle des jeunes poètes et plus particulièrement, Hery Mandaniaina et Ny Iraka Rambolamanana. Comme chaque 4è samedi du mois, Faribolana Sandratra va investir ce lieu devenu incontournable pour les passionnés de littérature pour dévoiler les ouvrages de ses membres.  «Les missions fondatrices de Faribolana Sandratra consistent à raviver et à préserver nos valeurs culturelles par le biais de la littérature et d’un événement ponctuel comme celui-ci. Les artistes vont également passer au peigne fin ce thème évocateur qui a émaillé l’actualité de cette année de manière plus poétique», a fait savoir Mampandrianiaina.

«On espère surtout, à travers cet événement, sensibiliser le plus grand nombre de public sur l’importance de la promotion des valeurs culturelles malgaches. Le fait est qu’au lieu d’être à la recherche des valeurs perdues, on rejette  le peu qu’on a retrouvé», a-t-il constaté.

Une bibliothèque pour 2017

La bibliothèque littéraire de Faribolana Sandratra ouvrira ses portes d’ici le début de l’année prochaine. Un projet ambitieux qui a pu voir la lumière au bout du tunnel, grâce à l’appui de plusieurs donateurs, issus essentiellement du milieu littéraire avec qui Faribolana Sandratra travaille de concert depuis toujours.

Vendredi dernier, l’association a reçu un don de 1.400.000 ariary de la famille Rajaona Andriamananjara, président de l’Académie malgache, pour financer l’acquisition d’un meuble.  Et comme le cercle soutient constamment les étudiants dans leurs projets de recherches à Ankatso, l’Université d’Antananarivo lui a aussi attribué gracieusement plus de 400 livres littéraires. Pour couronner le tout, un don de matériel informatique offert par la famille Paul Rapatsalahy viendra également enrichir cette bibliothèque littéraire.

Joachin Michaël

Midi Madagasikara33 partages

« Opération Mazava 2016 » : Lancement officiel dans la Région Bongolava

Lors de ce déplacement à Tsiroanomandidy, Olivier Solonandrasana Mahafaly a été accompagné par les ministres responsables de la Sécurité.

Le Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana a fait le déplacement à Tsiroanomandidy hier pour assister au lancement officiel de l’ « Opération Mazava 2016 ». En effet, pour marquer le coup d’envoi de cette opération militaire contre les « dahalo », un atelier a été organisé dans la capitale de la Région Bongolava. L’objectif étant d’élaborer des stratégies pour sécuriser les régions considérées comme zones rouges en matière d’insécurité. Cet atelier à Tsiroanomandidy concerne entre autres, les régions Bongolava, Vakinankaratra, Menabe, Sofia, Betsiboka, Alaotra Mangoro et Melaky.  Les principaux objectifs seraient de faire ressortir toutes les problématiques spécifiques et de sensibiliser l’opinion sur les tenants et aboutissants de l’ « Opération Mazava 2016 ». Il convient de noter que cette opération a déjà débuté depuis le 1er décembre. D’après les informations, 80 bovidés volés ont été récupérés et placés à la fourrière de Tsiroanomandidy en deux semaines.

Confiance. Dans son discours, le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a annoncé que le gouvernement a décidé de lancer cette énième opération afin de rétablir la confiance de la population envers les autorités et d’instaurer la sécurité d’une manière durable au niveau de toutes les régions. Cet atelier a en effet été initié dans le dessein d’impliquer toutes les forces vives et les parties prenantes dans la lutte contre l’insécurité, à savoir les représentants du gouvernement central, les représentants des autorités et élus locaux (parlementaires, chefs de région et préfets, maires et conseillers communaux), les représentants des forces de l’ordre et ceux de la Justice, les représentants du « Fokonolona », de la Société civile, les notables ainsi que les représentants des services techniques déconcentrés. Au cours d’une interview, le locataire de Mahazoarivo a réitéré que « la lutte contre l’insécurité ne concerne pas uniquement les responsables étatiques… C’est une affaire de tous. Société civile, chefs religieux, notables et forces de l’ordre devraient donc se donner la main ». A noter qu’un atelier de ce genre sera organisé au niveau de toutes les régions considérées comme zones rouges. Jeudi prochain, ce sera au tour des habitants de la Région Haute Matsiatra d’assister au lancement de l’« Opération Mazava 2016 ».

Davis R

Tia Tanindranaza30 partages

Kajikajy maloton’ny 2018Efa mipetrapetraka ny an’ny HVM

Raikitra ny kajikajy politikan’ny HVM hanomanana ny fifidianana amin’ny 2018.

Tsy takona hafenina ny hevi-petsy hamotehana ireo mpifaninana atahorana toy ilay lalàna mifehy ny fampihavanam-pirenena izay mitory fanilihana. Eo ihany koa ny fananganana ilay fitsarana manokana momba ny heloka ara-ketra sy ara-toekarena teo anelanelan’ny taona 2002-2013 hanenjehana sy hisakanana ireo mpandraharaha hirotsaka hofidiana. Efa mandeha sahady ny famoriam-bahoaka sy ny fitetezam-paritra miendrika fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana, ka hatao izay hahazoana olona amin’ny fomba rehetra mba hilazana fa mbola manana olona ny HVM, toe-javatra izay nitondran’ny firaisamonim-pirenena na KMF/CNOE fanakianana omaly. Ny fahitana azy anefa dia ny mba hanamorana ny fanodikondinana ny voka-pifidianana hampandresena ny fitondrana ankehitriny no tanjona, ka hentina hanamarinana izany ny hoe mbola mamim-bahoaka izy ireo matoa mahavory olona maro. Hatramin’izay nisian’ity antoko ity anefa, dia olona nokaramaina ny ankamaroan’ny mpameno ny sehatra amin’ny famoriam-bahoaka ataony. Anisan’ireny ny tamin’ny kongresin’ny antoko ny 19-20 desambra 2014, ka nitaterana olona sy nizarana vola nanomboka tamin’ny 30 000 ariary ka hatramin’ny 80 000ariary arakaraka ny fiavian’ny olona niatrika ny kongresy. Mandeha ihany koa ny resaka fa nisy ihany koa ny fanambazana vola nandritra ny kongresim-paritry ny HVM tany Fianarantsoa ny faran’ny herinandro teo. Tsy takona nafenina ihany koa ny fanambazana 5 000ariary isan’olona isaky ny fetim-pirenena etsy Mahamasina, izay efa niparitaka tamin’ny haino aman-jery. Ny maro an’isa no efa milaza fa fahagagana ny mbola hiverenan’ny mpitondra ankehitriny eo amin’ny toerany saingy efa mandeha sahady ny kajikajy isan-karazany, izay mila fandraisan’andraikitry ny mpanara-maso sy ny sehatra iraisam-pirenena satria tsy kely lalana ny ratsy ka na any amin’ny firenena matanjaka toy ny tany Etazonia aza dia mbola nandrenesana resaka toy izany. 

Toky R.

Midi Madagasikara30 partages

Jirama : des dirigeants pris Entre le marteau et l’enclume

Les délestages sont une véritable plaie pour la population malgache en général et pour l’économie du pays en particulier. Le feu roulant des critiques qui a déferlé sur la Jirama ces derniers temps s’explique par l’énorme frustration engendrée par ces coupures incessantes, mais à l’impossible nul n’est tenu, les dirigeants de la société nationale ont accepté les reproches et font face à l’avalanche de difficultés auxquelles ils sont confrontés.

Jirama : des dirigeants pris Entre le marteau et l’enclume

Les consommateurs sont unanimes. Il y a un léger mieux, ces derniers temps. Les délestages continuent, mais ils ont nettement baissé d’intensité. Après les longues coupures de courant qui ont plongé la population dans le désarroi, les dirigeants de la société nationale avaient été muets. Ils ont accueilli les récriminations sans pouvoir y répondre, car ils étaient eux-mêmes désarmés devant l’ampleur du phénomène. Les conditions climatiques étant défavorables et le budget à leur disposition ne leur permettant aucun écart, ils ont eu l’impression d’être pris entre le marteau et l’enclume. Ils ont donc tout fait pour trouver des solutions. Le recours à des pluies artificielles a été trouvé et le niveau d’eau des rivières alimentant les turbines  des rivières alimentant les turbines de l’usine hydroélectrique  de Mandraka a légèrement augmenté. La situation s’est  améliorée, faisant diminuer cette pénurie d’électricité qui a fait souffrir les ménages malgaches. Les entreprises ont, elles aussi, constaté un léger mieux. Le Premier ministre est monté au créneau  pour parler  des efforts de redressement en cours. Il a dessiné les nouvelles perspectives que son équipe est en train de mettre en place. Il s’est efforcé de tenir le langage de la vérité, essayant de ne pas excuser les mauvaises pratiques de ces dernières années. A-t-il réussi à convaincre les Malgaches ? En tout cas, dans le cas précis de cette société nationale qui traîne comme un boulet ses mauvaises performances, il faut plus que de belles paroles.

Patrice RABE

Midi Madagasikara28 partages

Tsimbazaza : Vers une promotion du parc national ?

La délégation japonaise avec madame la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Marie Monique Rasoazananera.

Le parc national de Tsimbazaza sera l’un des centres de la coopération entre le gouvernement malgache, par l’intermédiaire du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique/PBZT et le gouvernement Japonais.

Une délégation japonaise constituée de représentant du Ministère Japonais de la Santé, du Travail et des Affaires Sociales, des représentants des zoos Sendai City et Kitakyushu City sont venus rendre visite au ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Une visite qui entre dans le cadre de la coopération entre le Japon et Madagascar et qui a pour objectif la promotion du parc de Tsimbazaza. Ce que Monique Rasoazananera, le Ministre de l’Enseignement Supérieur a tenu à marquer selon lequel la venue de la délégation consisterait surtout en un « échange entre les deux parties pour une meilleure promotion du parc ». Celle-ci devant se faire aussi bien par « la recherche que par l’augmentation du nombre des espèces enregistrées auprès du zoo ». Et elle de rappeler que le partenariat entre le gouvernement malgache et celui du Japon « n’en est pas à la première fois, plus particulièrement concernant la promotion et le développement du zoo de Tsimbazaza ».

Partage. La promotion dudit zoo se ferait donc par un échange aussi bien du point de vue technique que par les animaux devant être détenus dans les parcs. Sur ce dernier point, Monique Rasoazananera de rappeler « l’importance du respect des normes, particulièrement sanitaires, dans les transferts des animaux ». « Il faut que les deux parties soient vigilantes pour éviter les éventuelles épidémies ou infections. Ces derniers pouvant se transmettre à l’homme » a-t-elle affirmé. Avant d’ajouter que « la présence des représentants du ministère japonais de la Santé, du Travail et des Affaires sociales témoignerait de ce souci du respect des normes ». Le parc de Tsimbazaza étant l’un des hauts lieux de la richesse en biodiversité de la Grande Ile, il serait bon d’appuyer cette initiative qui tend à le promouvoir. Une promotion qui ne doit toutefois pas se limiter à la recherche et aux échanges. Le côté marketing doit également être considéré, car, on le sait tous, le parc manque cruellement d’actions dans ce sens.

José Belalahy

Midi Madagasikara24 partages

La Vie des Entreprises : Mass’In installe son deuxième magasin à La City

Mass’In a pour slogan : « un accès vers l’avenir ».

Le secteur informatique malgache devient un marché de plus en plus concurrentiel et les opérateurs de la filière font preuve de créativité.

Devenir la plus grande chaîne de magasins spécialisés en informatique. Mass’In s’achemine de plus en plus vers cet objectif avec l’ouverture de son deuxième magasin au centre commercial La City Ivandry. A un peu moins d’un an après l’ouverture de sa première boutique au centre commercial Akoor Digue, inaugurée, rappelons-le en mars 2016, Mass’In s’installe donc à La City avec  le même objectif d’offrir le meilleur, aussi bien en termes de services que de qualité des produits.

Origine européenne. L’ouverture officielle qui a eu lieu dans la soirée de vendredi dernier était l’occasion pour Mass’In de montrer son savoir-faire. Le local, tout d’abord, est digne des grands magasins que l’on retrouve dans les pays développés. Pour les offres de produits, Mass’In est véritablement une chaîne de magasins informatiques de grandes marques parce que l’on y retrouve, les Lenovo, HP, Dell, et autres produits authentiques d’origine européenne. Ce qui  différencie Mass’In des autres enseignes c’est son concept de magasin haut de gamme accessible à tous. Et ce, avec trois types de produits. Il y a, tout d’abord les produits neufs et authentiques issus des canaux de distribution officiels des marques et n’ayant subi aucune transformation.

Rapport qualité-prix. Dans la seconde catégorie, on retrouve ce que l’on appelle dans le milieu de la distribution informatique, les produits reconditionnés constructeurs. Ce sont des  produits retournés auprès des constructeurs dans le cadre d’une garantie et qui sont par la suite soumis à des processus rigoureux de re-manufacture et de tests pour être aux mêmes états esthétiques et niveau de performance que les produits neufs. Enfin, il y a les produits reconditionnés  qui proviennent des principaux centres de reconditionnement informatique d’Europe. Il s’agit d’articles de gamme professionnelle, fiable et très robuste qui ont fait l’objet d’une utilisation de 3 à 18 mois auprès des grandes entreprises européennes.  Cette politique de diversification des offres permet, en tout cas à Mass’In d’être l’un des meilleurs en matière de rapport qualité-prix. On peut y retrouver, par exemple, des ordinateurs portables à 500.000 ariary.  Par ailleurs, tous les produits Mass’In sont disponibles en ligne sur le site www.mass-in.mg. Mass’In offre, par ailleurs des garanties et services après-vente innovants.

R.Edmond.

News Mada23 partages

Groupe Mahaleo : un retour épique et réussi

Epique et réussi. C’est en ces termes que se résume le retour du groupe Mahaleo, dimanche dernier,  à l’occasion d’une émission spéciale qui

lui a été dédié en prélude à la célébration de ses 45 ans de scène.

«Revy Mahaleo», cette émission diffusée en direct sur la chaîne TVM, RNM et Sky One a littéralement scotché les inconditionnels devant le petit écran. Vers 17 heures tapantes, Dama, Bekoto, Charles, Dadah et Nary ont entamé le show. Fafah n’était pas de la partie pour des raisons officiellement justifiées. Il en est de même pour Lolo sy ny tariny qui n’a finalement pas pu rejoindre le groupe sur scène. En tout cas, une chose est sûre : à bientôt 45 ans, Mahaleo n’a rien perdu de sa verve, ni de son talent ni d’ailleurs de son art. S’affirmant comme une digne relève de leurs parents, Imiangaly et Popoly Rabekoto ont offert une prestation qui a tout particulièrement retenu l’attention du public présent.

«Le groupe Mahaleo a été le témoin d’une grande période  l’histoire. Cette tournée renouvellera notre engagement en matière de redevabilité envers le pays et le peuple malgache», a argumenté Dama sur scène.  Le rendez-vous est donné. L’interprète de «Tongava re» va inaugurer sa tournée nationale à l’occasion d’un concert qui se tiendra le 19 février 2017 au palais des Sports et de la culture Mahamasina.

Joachin Michaël

 

Madagascar Tribune22 partages

Le HVM réclame la candidature de Hery Rajaonarimampianina

En route pour 2018. Comme au bon vieux de temps de la révolution socialiste, les militants HVM en congrès régional à Fianarantsoa le week-end dernier ont « sollicité la candidature de Hery Rajaonarimampianina en 2018 ». Les prochains congrès régionaux auront lieu à Toamasina et Antsiranana. Il est sûr que les congressistes des autres villes vont également réclamer la candidature du Chef de l’Etat. Et quand ce dernier va annoncer sa candidature comme prévu il va dire qu’il ne fait que répondre aux attentes du peuple.

Rivo Rakotovao, président en exercice du HVM, très fier de lui d’annoncer à l’issu du congrès régional que le HVM est le parti le plus fort de Madagascar maintenant, compte tenu du nombre important de ses élus. Il reste 2 ans avant les élections présidentielles donc autant de temps pour faire en sorte de gagner les prochaines élections selon le président du HVM. Les consignes de Rivo Rakotovao sont claires, il faut travailler dur pour gagner les prochaines présidentielles. Pour ce qui est de travailler dur pour mériter son salaire maintenant, aucune consigne.

L'express de Madagascar22 partages

Tsiroanomandidy – Mahafaly justifie d’éventuelles violences

Le Premier ministre devance les éventuelles dénonciations d’atteinte aux droits de l’homme inhérente à l’opération « Mazava ».

Anticipation. À entendre le discours de Solonandrasana Olivier Maha­faly, Premier ministre, hier, à Tsiroanomandidy, il semble avoir voulu anticiper les probables assauts des entités nationales et internationales impliquées dans la défense des droits de l’homme, en cas d’éventuelles brutalités militaires dans le cadre de l’opération « Mazava ».« Afin d’obtenir l’adhésion et la responsabilisation » des responsables et habitants des zones concernées par cette nouvelle opération militaire mise en branle pour casser la dynamique délétère des « dahalo », l’Exécutif a organisé un atelier, hier, à Tsiroanomandidy. Dans son discours d’ouverture de l’événement, le chef du gouvernement a reconnu que la guerre contre l’insécurité est loin d’être gagnée, mais que l’État ne ménage pas ses efforts pour y parvenir.L’opération « Mazava », est ainsi, présentée par celui qui préside, aussi, l’Organe mixte de conception nationale (OMC-nat), comme l’une des actions engagées par le pouvoir pour parvenir « à une sécurité durable ». Tout en incitant à une prise de responsabilité de tous les citoyens dans la lutte contre l’insécurité, le locataire de Mahazo­arivo a, également, appelé les responsables présents à l’atelier d’hier, à défendre « la nécessité de protéger les personnes et leurs biens », contre « les détracteurs lorsque l’opération sera vraiment engagée ».Dans son allocution, le Premier ministre a déploré que « plusieurs sont ceux qui critiquent les actions militaires, notamment, les défenseurs des droits de l’homme (…) que les militaires détruisent des villages, ou encore, brutalisent même les femmes et les enfants ». Selon lui donc, dans les opérations spéciales telles que « Mazava », les militaires « dans leur mission de protection des personnes et des biens (…) sont dans une logique de guerre (…) car, face à eux, ils ont des individus qui n’hésitent pas à tuer ».

Légitime défenseLa latitude des militaires à user de la force, quitte à tuer dans ces genres d’opération dont l’objectif est, justement, de casser la prolifération des « dahalo », a toujours fait débat. Surtout lorsque dans le feu de l’action, les éléments sur terrain confondent, souvent, « rétablissement de l’ordre », avec « exaction ». Pour se défendre des réprimandes des défenseurs des droits de l’homme, les responsables militaires mettent, fréquemment, en avant la dernière phrase de l’alinéa 1er de l’article 8 de la Constitution.Cette disposition prévoit en matière de droit à la vie que « (…) La mort n’est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans le cas où elle résulterait d’un recours à la force rendue absolument nécessaire, en vue d’assurer la défense de toute personne contre la violence illégale ». Une phrase qui renvoie à la « légitime défense », affirment, pourtant, des juristes. La légitime défense qui impose le principe de proportionnalité, notamment, des actes et des moyens, mais aussi, un critère de proximité temporel entre l’attaque et la réaction.L’application sur terrain de ces principes est, souvent, discutable. Conscient, probablement, de la situation, le commandement militaire souhaite un texte d’application de l’article 8 de la Constitution. « L’idéal est d’appréhender, enquêter et traduire ces individus devant la Justice. Mais la réalité est toute autre car, ils n’hésitent pas à répliquer aux forces de l’ordre, alors comment voulez-vous qu’ils réagissent », soutient, le Premier ministre.Étant donné les dégâts causés par les « dahalo », la logique étatique semble abonder dans le sens de l’usage de la force pour casser le rythme. « (…) les opérations ne sont, toutefois, pas suffisantes. Nous constatons que ces individus reviennent en force dans leurs méfaits, une fois que les opérations se terminent », concède, pourtant, Solonandrasana Olivier Mahafaly. L’usage de la force n’est, résolument, pas une solution durable.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara22 partages

Maevatanana : Nirefotra ny grenady, olona 7 nosamborina

Raikitra ny sakoroka tany amin’ny tanàna antsoina hoe Mandabe, any Maevatanana, omaly tokony ho tany amin’ny iray ora hariva. Nampita vaovao taty amin’ny gazety ny solontenan’ny mponina any an-toerana fa tonga tany amin’ilay toerana ny tompon’andrikiatra rehetra avy ao amin’ny Faritra niaraka tamin’ny mpitandro filaminana hanala ireo olona efa namboly vary tamina toerana iray. Vokany, olona fito no nolazaina fa nosamaborina, nirefotra ny grenady mandatsaka ranomaso ary nisy mihitsy aza ny tifi-danitra nataon’ny mpitandro filaminana. Ankoatra izany, notrongisina koa ny tany  efa nisy voly vary, izany rehetra izany, araka ny vaovao nampitaina taty amin’ny gazety.  Fotoana maromaro izay,  anisan’ny vaovoa nitana ny sain’ny mpanaraka ny fandehan-javatra eto amin’ny firenena ny zavatra misy any Mangabe. Eo anoloan’ny tranga, manaitra ny mpitondra ireo mponina hanaraka akaiky ity fitakiana mivadika sakoroka any an-toerana ity.

Nagonin’i r.s.

Midi Madagasikara21 partages

Quick Lane : Ouverture du 5e centre de service rapide à Itaosy

Ouverture officielle de Quick Lane à Horizon Itaosy, vendredi dernier.

Le réseau de garage multimarques, Quick Lane, spécialisé dans l’entretien de véhicule, ouvre son cinquième centre à Itaosy. Un lancement officiel a été organisé, le 16 décembre dernier, en présence des médias. « Quick Lane est à Madagascar depuis 2011 et fête donc cette année son 5e anniversaire. Nous avons déjà Quick Lane Jumbo Ankorondrano, Quick Lane AkoorDigue, Quick Lane Total Andoharanofotsy, Quick Lane Tamatave et maintenant le nouveau Quick Lane Itaosy. Et pour marquer la fête de fin d’année, nous avons des offres spéciales sur tout le réseau », a indiqué le promoteur de ce réseau à Madagascar. A noter que le réseau Quick Lane est présent dans le monde, surtout aux Etats-Unis, en Amérique du Sud et en Afrique, et compte plus de 1 200 centres Quick Lane. Pour Madagascar les services concernent la pneumatique, l’entretien rapide, la vérification et remplacement des amortisseurs, de batterie, la vente de produits divers, la recharge de climatisation automobile, la géométrie du véhicule, etc. En ce qui concerne les marques, les promoteurs du réseau ont cité les plus reconnus comme Bosh, Elf, Purflux, Michelin, BF Goodrich, Tigar, Ford, Motorcraft, etc.

 Antsa R.

Midi Madagasikara21 partages

Judo – Coupe de Madagascar : 550 judokas attendus à Fianarantsoa

Le beau monde du judo malgache se donnera rendez-vous à Fianarantsoa du 27 au 29 décembre prochain pour la coupe de Madagascar de judo.

« Il s’agit du dernier critère de sélection en vue des championnats d’Afrique senior de judo qui se tiendra à Madagascar les 13 et 14 avril prochain ainsi que d’une assemblée générale élective » a lancé le président de la fédération malgache de judo Randrianasoloniaiko Siteny. Ainsi le rendez-vous de Fianarantsoa sera aussi un rendez-vous électif et le président actuel est candidat à sa propre succession. Selon lui : « Je ne vois pas à qui je peux passer le flambeau pour le moment. Personne n’est vraiment prêt et je ne supporterais pas qu’on réduise la vitesse de développement du judo actuel. Le judo n’est pas que de la compétition » a-t-il dit.

Il sera aussi à Fianarantsoa pour les 80ans du judo club du Betsileo « une vieille coupe atteste même cela et on va le fêter ». Par ailleurs, des combattants de Réunion et de Mayotte participeront au tournoi.

Jusqu’ici, 550 inscrits judokas sont inscrits selon le président. Ils y vont soit pour la compétition allant de la catégorie des plus petits aux seniors, soit pour les passages de grades, soit pour les recyclages d’arbitrage. Chaque club qui présente plus de cinq combattants devra aligner un arbitre et ceux qui ont plus de 10 combattants auront obligatoirement deux arbitres. La nouvelle équipe d’Analamanga sera aussi sur place avec sa présidente Vola Raoelison. 

Anny Andrianaivonirina

L'express de Madagascar19 partages

Tanjombato – Agression meurtrière en public

Passée à tabac par ses voisins, une mère de famille a trouvé la mort. Ses agresseurs l’ont battue sous les yeux des badauds indifférents. 

xUn homicide qui est commis devant une foule indifférente. Rouée de coups par ses voisins furieux pour un bol de riz et quelques morceaux de viande pris chez eux, une mère de famille de 37 ans a succombé à ses blessures samedi. «Ma mère entretenait de bonnes relations avec le couple qui l’a passée à tabac. Ce qui s’est passé me dépasse», confie Fanome­zantsoa Rakotonirina, fils de la défunte.L’agression meurtrière a été  commise à Tanjombato mardi. Aux alentours de 13 heures, en regagnant son foyer après une dure journée de travail, la trentenaire se serait permise de s’introduire chez sa voisine en l’absence de celle-ci. Y ayant trouvé du riz dans un bol, des pâtes, ainsi qu’un plat de viande, elle ne se serait pas gênée pour se servir. Après, elle était rentrée chez elle pour se reposer.«Ma mère était en train de faire la sieste lorsque la voisine, en état d’énervement total, a fait irruption dans notre foyer, pour se ruer vers elle et lui asséner de violents coups alors qu’elle était encore au lit», poursuit le fils de la trentenaire.Selon ses explications, la voisine dont la taille est très imposante comparée à celle de sa mère, aurait traînée de force cette dernière jusqu’à la porte. L’ayant tirée dans la cour, la voisine déchaînée ne se serait par retenue pour l’humilier devant les riverains attroupés dans les parages.

Humiliations« L’époux de la voisine a également levé la main sur notre mère. Elle a tant bien que mal essayé de rester débout, mais les coups n’ont pas cessé. Elle a, de ce fait, trébuché. Bien qu’à terre, ils ont continué à la battre. On lui a écrasé le visage, le ventre et la poitrine. Elle était très mal en point lorsque le couple en avait fini avec elle», se désole Valéry Randrianante­naina, un autre fils de la défunte. Sur ces entrefaites, les personnes présentes semblaient plutôt se délecter des scènes de désolation qui se déroulaient sous leurs yeux, plutôt que de porter assistance à la personne en danger.Grièvement blessée après son agression, la victime s’est faite soignée par un tradi-praticien, mais son état a empiré, malgré les fréquentes séances de massages qu’elle a suivis. Admise à l’hôpital d’Ampefiloha samedi, elle été placée sous soins intensifs mais a fini par succomber. « La police a été informée de l’homicide. Depuis la mort de notre mère, le couple incriminé se fait discret. Il ne passe dans le quartier qu’à des heures tardives de la nuit, puis s’en va avant l’aube», explique Valéry Randrianan­tenaina.La dépouille de la victime a été conduite à la morgue de l’hôpital d’Ampefiloha où une autopsie a été pratiquée hier. La brigade criminelle n’est pas encore saisie. Entre-temps, les funérailles se dérouleront à Tanjombato demain.

Andry Manase

Midi Madagasikara19 partages

Ampasika : Fiaran’olona namidin’ny ramatoa tamina taratasy sandoka

Raha ny fomba fiadiny dia azo heverina fa efa rain-dahiny amin’ny fisolokiana ity ramatoa iray, voasambotry ny pôlisy teny amin’iny faritra Ampasika iny, ny zoma lasa teo. Nitonona ho tompon’ny fiara iray ny tenany ary nikasa hivarotra izany tamin’ny olona iray. Efa nahazoany vola dimy tapitrisa ariary ity mpividy ity, ary taorian’izay no saika handositra niaraka tamin’ny fiara ilay ramatoa. Soa ihany anefa fa mailaka ilay rangahy nividy ka tra-tehaka teo ny anao vavy. Raha ny zava-nitranga : rangahy iray no nikasa hividy kamiô. Nentin’ny mpanera tao amin’ity ramatoa ity, izay voalaza fa manana fiarabe marika Mercedes 1113, ilay mpividy. Fiarabe izay tsy niafina fa teo an-tokotany. Natao ny ady varotra ka tapaka tamin’izay fa 13 tapitrisa ariary no vidiny. Ampy tsara ny taratasy rehetra teny an-tanan’ilay ramatoa ka roboka ilay mpividy, nanao ny taratasy fampivarotana tany amin’ny Firaisana. Ny nahavitan’izay no ela dia nangataka « avance », dimy tapitrisa ariary ramatoa. Variana tamin’ny fihodinkodinana teo amin’ity tranom-panjakana ity anefa ny rehetra. Tao anatin’izay kosa dia tsy hita tany nanjavonana intsony ity ramatoa. Nanan-kevitra ny handeha avy hatrany tany amin’ny toerana nisy ilay fiara ilay rangahy. Ity fiarabe ity efa velona sy niomana ny handeha no sendra hitany. Niantso pôlisy avy hatrany ity farany. Ka tamin’izany no nahafantarana fa tsy azy velively ilay fiara, saingy nokasainy hamidy. Taratasy hosoka avokoa no nampiasainy sy nentiny nanangoleny ilay mpividy. Teny amin’ny pôlisy ihany koa no tonga ilay tena tompon’ny fiara, nitondra ny taratasy rehetra ara-dalàna mombamomba an’ilay fiara. Omaly no natolotra ny Fampanoavana ity ramatoa nisoloky ity, ary nadoboka am-ponja avy hatrany, miandry ny fitsaràna azy.

m.L

News Mada18 partages

Consommation : le prix de l’œuf s’envole

Les prix grimpent sur le marché. A quelques jours des fêtes de Noël et de fin d’année, l’œuf est particulièrement concerné par cette hausse. Ce qui met le panier de la ménagère à l’épreuve.

300 ariary n’est plus suffisant pour acquérir un œuf. Depuis la semaine dernière sur les étals, le coût d’un gros rouge est passé de 450 à 500 ariary l’unité. Le prix du moyen calibre se situe entre 350 à 450 ariary rien que durant ce laps de temps contre 300 à 350 ariary il y a moins d’un mois. Cette augmentation est observée dans presque tous les quartiers de la capitale, notamment à Ambohidahy Ankadindramamy. «Certes, le prix de l’œuf connait une augmentation à chaque période de fêtes, mais cette fois-ci, cela dépasse nos attentes», a souligné une mère de famille, ayant fait ses emplettes le week-end dernier au marché du quartier.

Cette hausse ne manque pas d’influer sur les recettes des pâtissiers, dans la mesure où les prix s’envolent aussi  chez les grossistes à Antohomadinika qui eux-mêmes subissent la hausse venant des fournisseurs. Pour ne pas continuer de vendre à perte, ces derniers n’ont d’autres choix que d’augmenter leur tarif à leur tour, au grand dam des clients.

Marché vers les autres provinces

Certains éleveurs de Mahitsy expliquent cette tendance à la hausse par l’ouverture du marché vers les autres provinces, qui a fait une belle reprise depuis un mois. Raison pour laquelle, il leur arrive de rationner les livraisons dans la capitale. Un grossiste à Antohomadinika, Faraniaina Raharimanana, a fait savoir que la hausse des prix des provendes ou encore du maïs… peut également expliquer cette situation. Notons qu’en cette période festive, les Produits de première nécessité (PPN), comme le sucre, l’huile ou encore le riz ont tous connu une augmentation.

Fahranarison

 

Midi Madagasikara17 partages

Subventions pour les communes : Le SeFaFi dénonce les défaillances du régime

L’Observatoire de la Vie Publique (SeFaFi) reste critique envers le régime en place. Dans son dernier communiqué en date du 17 décembre 2016, ce « Sehatra Fanarahamaso ny Fiainam-pirenena » dénonce le fait que le régime actuel a adopté par forcing à l’Assemblée nationale l’ensemble des nouvelles lois régissant la décentralisation en 2014, mais ces lois ne sont pas jusqu’à ce jour appliquées. « Plusieurs communes n’ont pas encore reçu la totalité des subventions de fonctionnement budgétisées dans la Loi de Finances 2016 et la loi de Finances rectificative (…). Leur subvention de fonctionnement est descendue sous la barre de 1% du budget national en 2015, alors que cette part était de l’ordre de 3% durant la transition et de 5% avant 2009. Pendant ce temps, ce pourcentage était en moyenne de 7% en Afrique (…) », souligne le communiqué.

« Fokontany ». Le SeFaFi s’insurge également contre le manquement au renouvellement des responsables au niveau des « Fokontany ». « Si les textes exigent le renouvellement des responsables auprès des « Fokontany » après chaque élection communale, rien n’a été fait depuis un an et demi. Pire encore, les chefs « fokontany » qui continuent à honorer leurs engagements fonctionnent sans les indemnités prévues, même si elles sont minimes et que l’Etat a dû mal à les payer à temps », déplore-t-il dans son communiqué.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara17 partages

Sambava : Mpividy lavanila iray hita faty tapa-doha

Tamin’ny faran’ny herinandro teo, lehilahy iray mpividy lavanila no nisy namono tany amin’ny toerana antsoina hoe Nasaina,  fokontany Marodrala, any Sambava. Mirongatra ny fanafihan-jiolahy any an-toerana amin’ny fotoana fiakaran’ny lavanila. Tokony ho tamin’ny 7 ora hariva no niseho ny fanafihana. Araka ny loharanom-baovao, toa efa fantatr’ireo mpanendaka ny fisian’ny volabe tany amin’ilay olona hividy lavanila. Ny loharanom-baovao no nahafantarana fa efa nandrasan’ireo bandy tamin’ny toerana mangina ilay nitondra vola. Tonga dia notaperin’izy ireo ny ainy. Notapahina ny tendany ankoatra ny tsindrona antsy nianjady taminy. Nalain’ireo olon-dratsy tamin’izay ny zavatra rehetra tany aminy, vola mitentina 28 tapitrisa ariary, ny entana rehetra hatramin’ny lavanila vao avy novidiana.

Rehefa nahazo ny vaovao ny mpitandro filaminana dia nosokafana ny fanadihadiana. Hatramin’izao aloha, tsy mbola nisy ny olona fantatra fa namono sy nandroba io olona io.

r.s.

Midi Madagasikara17 partages

BMOI : Une nouvelle agence au Galaxy Andraharo

Le PCA de la BMOI, Naina Andriantsitohaina (au milieu), lors de l’inauguration de l’agence Galaxy.

La Banque Malgache de l’Océan Indien (BMOI) étoffe son réseau d’agence. C’est au Kube D de la zone Galaxy Andraharo que la BMOI a installé la 17e agence de son réseau. Une agence qui se distingue par sa modernité et sa fonctionnalité et qui, comme toutes les banques qui se respectent est dotée d’un guichet automatique ouvert 24h/24 et 7j/7.

L’inauguration de la nouvelle agence a eu lieu dans la soirée de vendredi en présence des personnalités publiques et du monde des affaires. Une agence qui confirme la politique de proximité de la BMOI, puisque la zone Galaxy Andraharo est non seulement un endroit très fréquenté, mais également et surtout un quartier en pleine expansion commerciale et industrielle. « C’est une implantation qui s’inscrit dans la stratégie de développement de la clientèle d’entreprises, d’institutionnels et de particuliers haut de gamme » a explique Naina Andriantsitohaina Président du Conseil d’Administration de la BMOI. Une manière pour lui d’expliquer que cette nouvelle infrastructure  est un élément important du dispositif du groupe BPCE mis à disposition de la BMOI pour satisfaire au maximum les clients.

Alain Merlot, le nouveau DG de la BMOI de rappeler dans son discours que les principaux objectifs de la banque, sont, entre autres de servir ses clients  en respectant son engagement de qualité, de sécurité et de confidentialité qui constitue l’ADN de la BMOI.  Une satisfaction clientèle confirmée d’ailleurs par le fait que la BMOI  est  la première banque malgache certifiée ISO 9001-2015. « Cela  confirme la place privilégiée de la BMOI parmi les banques les plus actives et les plus solides à Madagascar au service de sa clientèle ».

R.Edmond.

Midi Madagasikara16 partages

Boxe – Coach course 1st star : Un succès sur toute la ligne !

Les participants au stage de boxe avec l’expert Makrem Grani et le SG du COM, Harinelina Jean Alex Andriamanarivo.

Comme un sphinx, la boxe malgache est en train de renaître de ses cendres. C’est l’image qu’offre la tenue de ce stage dirigé par l’expert de l’AIBA, Makrem Grani durant une semaine intense où l’heure était à l’euphorie.

Un succès qu’illustre la participation du président de la Fédération Malgache de boxe, Herimamy Rabarisoa qui n’a pas hésité à reprendre les cahiers au grand bonheur de ses amis stagiaires. 15 stagiaires en tout mais en provenance des ligues régionales et plus particulièrement celles qui sont connues pour leur passion pour la boxe pour ne citer que Toliara, Morondava et Toamasina sans oublier Antananarivo qui forme le gros de la troupe.

A l’heure du bilan, le président Herimamy Rabarisoa ne peut que se féliciter d’une telle initiative avec l’étroite collaboration du Comité Olympique Malgache. « Ce stage a été bénéfique pour tout le monde et il trouve toute son importance tant il est conçu comme un nouveau départ de cette discipline qui n’a que très souffert de plusieurs années de traversée du désert », confie le président Rabarisoa qui attend comme ses camarades la sortie du résultat de cet examen car pour l’instant, Makrem Grani n’a donné que des certificats de participation.

Clément RABARY

Midi Madagasikara15 partages

Ampasanimalo, Besarety, Antohomadinika : Nisesy ny fanafihana tamin’ny faran’ny herinandro

Mangotraka ny asan-jiolahy rehefa mipaika ny volana desambra. Samy efa mahafantatra an’izany avokoa ny rehetra. Ny antony dia tsotra ihany, mitady vola hanaovana fety ny olon-dratsy. Tetsy Ampasanimalo, tokony ho tamin’ny fito ora hariva ny alahady teo, raha nivoaka ny olon-dehibe tao amin’ny tokantrano iray ka ny zanany sy ny mpanampy no nijanona tao an-trano, dia nanararaotra ny mpanao ratsy. Nitsofoka tao amin’ilay trano ny dimy lahy nitam-basy. Norahonana ireo olona roa niambina ny trano ary nofatorana tany amin’ny efitrano fidiovana. Rehefa izay dia nobataina izay rehetra nety tamin’ireo mpangalatra tao anatin’ilay tokantrano. Trano efa foana sy ny menaky ny aina nifatotra no novantanin’ny ray aman-dreny. Azon’ny tsirairay an-tsaina angamba ny fahoriana nianjady tamin’izy ireo. Tetsy Besarety indray dia mpivarotra zava-pisotro handeha hanidy tsena no nandalovan’ny jiolahy mitam-basy, ny harivan’ny asabotsy indray io. Lasa ny vola izay maty nandritra ny andro. Loharanom-baovao teo anivon’ny mpitandro ny filaminana no nahafantarana fa manodidina ny 500.000 ariary izany. Farany dia tetsy Antohomadinika, mbola ny harivan’ny asabotsy hatrany. Mpivarotra akanjo efa nanaovana (friperie), mpambongady, no narahin’ny jiolahy hatrany an-tranony. Rehefa avy nivarotra izy ireo dia tapa-kevitry ny nitondra vola mody, tsy toy ny fanaony mahazatra. Heverina ho nisy firaisana tsikombakomba tamin’ity fanafihana ity, satria mety ho niainga tamin’izay no anton’ilay asaratsy. Dimy lahy ary nisy nitondra basy lava, raha araka ny fanamarihana azo tamin’ny mpitandro ny filaminana, no nanao ny fanafihana. Lasa avokoa ny vola maty indray andro. Miverina ny asan-jiolahy ary mifanesy. Tsy ambakan’izany ihany koa ny amin’ny antoandro izay matetika sinto-mahery no fomba isehoany. Ireo olona mampiasa finday anaty taxi-be no isan’ny tena lasibatra. Misesy etsy amin’ny “tranobe”, etsy Ampandrana, alohan’ny hahatongavana eo amin’ny Rasalama ny olona mitaraina ho niharan’izany. Saika faritra mena amin’ny fanendahana avokoa izay aleha amin’ny antoandro. Hafatra miverina matetika ny hoe mila mitandrina ny rehetra. Tsy misy diso izany saingy mba mila mailo ihany koa ny mpitandro ny filaminana mametraka ny olony amin’ny fanamiana sivily etsy sy eroa, mba hampitony ny sain’ny olona. Tsy misy saina afaka hieritreritra fampandrosoana mihitsy raha miaina ao anaty tsy filaminana ny olona…

D.R

News Mada14 partages

Ady amin’ny fahantrana : hamatsy vola 75 miliara dolara ny Ida

Hahazo famatsiam-bola mitentina 75 miliara dolara, avy amin’ny Fikambanana iraisam-pirenena ho an’ny fampandrosoana (Ida) ny firenena 75 mahantra, ka aty Afrika (ao anatiny i Madagasikara), amin’ny tapany atsimon’i Sahara ny 39. Hanomboka amin’ny jolay 2017 ary hifarana amin’ny 30 jona 2020 (telo taona) ny fandaharanasa, hifantoka amin’ny fahasalamana sy ny famatsian-tsakafo ho an’ny olona 400 tapitrisa, famatsian-drano fisotro (olona 45 tapitrisa), fahazoana famatsiam-bola (4-6 tapitrisa), fiterahan’ny reny bevohoka (11 tapitrisa), fanofanana mpampianatra 9-10 tapitrisa hiahy ankizy 300 tapitrisa, fanaovana vaksiny ankizy 130-180 tapitrisa.

Tsy vao izao ny famatsiam-bola

Eo koa ny fanamafisana ny fahaiza-manao ny fitantanan-draharaham-panjakana any amin’ny firenena miisa 30, ny fampitomboana hatrany amin’ny 5 GW isan’ora ny tanjaky ny herinaratra amin’ny alalan’ny angovo azo havaozina.

Saika nahazo famatsiam-bola avy any ivelany amin’ny lafiny samihafa ny mpitondra nifandimby teto. Nisy tokoa ny zava-bita, saingy rehefa tombanana eny ifotony, tsy afaka ny fahantrana mamintina ny olana, lazaina fa vahan’ireo tetikasa sy fandaharanasa voatanisa eo ambony. Anisan’ny fototry ny tsy fahombiazana ny kolikoly, ny fanomezana ny tsenam-baro-panjakana (marchés publics) atao kiantranoantrano (gré à gré), ny fandaniana ny 80%-n’ny tetibolan’ny tetikasa amin’ny fanomanana, atrikasa, resaka ambony latabatra, fa ny 20% ihany no tena mipaka eny ifotony. Hatraiza ny tomban’ny mpamatsy vola amin’ireny nefa mamerina ny vola sy mandoa ny trosa ny vahoaka sy ny taranany tsy mbola teraka ?

Njaka A.

News Mada14 partages

Surveillance douanière : une unité anti-drogue bientôt en place

La direction des douanes compte renforcer la lutte contre le trafic de drogue à travers la création d’une unité anti-drogue dans cette branche du ministère des Finances et du budget. L’initiative a été annoncée lors de la séance d’information initiée par le Comité interministériel de lutte contre la drogue (CILCD) et le Comité interministériel de lutte contre le marché illicite de médicaments contrefaits (CILCMIMC) pour les agents des douanes dans les ports et les aéroports, qui s’est tenu le 13 décembre dernier. L’objectif est de partager aux douaniers l’environnement et les enjeux liés à ce genre de trafic illicite pour permettre à la douane de prendre les mesures adéquates.

Le trafic de drogue et le marché illicite de médicaments contrefaits ont été les principaux sujets discutés lors de cette rencontre.  Le contexte actuel du trafic de drogue, la géopolitique du trafic par catégorie de drogues, la présence d’ un réseau de trafiquants à Madagascar et leur mode opératoire ont été passés en revue. Les enjeux des trafics sur les médicaments contrefaits, la procédure de contrôle aux frontières avec les agents du ministère de la Santé publique ont été également évoqués.

Plus de six tonnes de cannabis circulent sur le marché local  chaque année. La majorité du cannabis vendu dans l’Ile provient des parties Nord et Sud de l’Ile, la destination de cette quantité reste encore indéterminée.

Riana R.

 

Midi Madagasikara14 partages

Gasyplast : Certifiée ISO 9001 – 2015

De gauche à droite : Stéphanie Chaléon-Raghoonauth, Directrice d’AFNOR Océan-Indien ; Ny Riana Raharimanjato, Président Directeur Général de GASYPLAST.

La qualité des services et des produits est une réalité chez Gasyplast. Cette entreprise malgache spécialisée dans la transformation des matières plastiques a obtenu la certification ISO 9001 version 2015 pour les activités de production de tubes et tuyaux en polychlorure de Vynil (PVC) et polyéthylène (PE). La satisfaction clientèle est au cœur des préoccupations et du développement de Gasyplast qui s’est engagée dans une démarche qualité qui lui a permis en août 2016 de décrocher la certification ISO 9001 – 2015, par AFNOR Océan Indien, organisme international de normalisation. Une certification qui constitue la preuve de la fiabilité de Gasyplast et a le mérite de lui donner la garantie de produits de qualité réalisés aux normes intrernationales NF ISO.

A noter que la norme ISO 9001 est basée sur un certain nombre de principes de management de la qualité, notamment une forte orientation client, la motivation et l’engagement de la direction d’une entreprise. La cérémonie de remise du certificat a eu lieu le jeudi 15 décembre dernier au siège de l’entreprise à Andraivorona Ambohimalaza.

R.Edmond.

Midi Madagasikara13 partages

Vinaninkarena : Nifampitifitra ny dahalo sy ny zandary, omby 18 tafaverina

Efa manani-bohitra ankehitriny  ny asan-dahalo eto Antsirabe, tsy lavitra akory fa tao Vinaninkarena no nisehoana fanafihan-dahalo ny faran’ny herinandro lasa teo. Lasibatra tamin’izany ny tao amin’ny fokontany Fenoarivo kaominina Ambohitsimanova.

Tokony ho tamin’ny 9 ora alina tany ho any raha ny filazan’ny solontenan’ny mponina no niditra ny tanàna ny dahalo manodidina ny 15 lahy eo ho eo. Kotaba poa-basy sy horakoraka no nidirany teo an-tanàna, niezaka namaly ihany ny fokonolona saingy tsy nahatohitra ny basy ka ny hany azo natao dia nilefa avokoa. Tokantrano telo misy valan’omby no nidiran’ireo malaso nony avy teo, ary tapitra noraofiny avokoa ny omby rehetra nahatratra 18 isa. Tsy niandry ela ny fokonolona taorian’ny fanafihana fa avy hatrany dia nanatona ny zandary  manao ny asany amin’ny fisavana ireo fiara mivezivezy amin’ny alina amin’iny lalam-pirenena faha7 iny. Ireo zandarin’ny BPR ireo no avy hatrany dia niaraka tamin’ny fokonolona nanao ny fanarahan-dia taorian’ny toromarika voarainy. Ny borigady Antsirabe sy ny zandary avy ao  Manandona kosa no nanao ny sakana mialoha  tamin’ireo lalana heverina fa tsy maintsy andalovan’ireo dahalo mandroaka ny omby. Tsikaritr’ireo dahalo fa tsy mahita hirika hivoahana intsony ry zalahy ka tao Mahaimandry no nifanehatra tamin’ny zandarin’ny BPR nanaraka avy aoriana. Raikitra ny fifampitifirana tao, tsy naharesy ny zandary ry zalahy ka vaky nandositra avokoa ka navelany teo avokoa ny omby hazany. Nambaran’ny lehiben’ny borigady Andranomadio GPHC  Damy Bevahiny fa efa tery avokoa ny lalana, saika feno zandary ka nivily tamina lalana hafa, niditra kizo ireo dahalo ka teo no naha tafaporitsaka azy ireo. Mbola mitohy ny fanadihadiana raha toa ka efa taferina tamin’ny tompony avokoa ny omby 18 isa.

Andry N. 

Midi Madagasikara13 partages

Antsirabe : Vokatry ny ora-mikija trano iray nihotsaka

Raha somary niato ny orana teto Antsirabe fotoana maromaro lasa  izay dia niverina nivatravatra  indray izany nanomboka ny zoma lasa teo. Tsy nitsahatra nilatsaka ny orana nanomboka io daty voalaza io, ary saika ho isan’andro. Vokany, trano iray  no  nihotsaka tao Ambohimiandrisoa, ny alahady alina lasa teo. Trano lehibe misy rihana izy ity,  fianakaviana 5 mianaka no nipetraka tao amin’io trano io efa an-taoonany maro. Soa aloha fa tsy nisy ny aina nafoy na fahapotehan-javatra be fa ny rindrina amin’ny trano no nihotsaka ary tsy azo ipetrahana intsony io trano fonenana io sao hampidi-doza. Raha ny fantatra dia ny tsy fisian’ny lakan-drano  no tena antony nampihotsaka ny rindrina. Tsy misy lalana hivoahana mantsy ny rano rehefa milatsaka ny orana ka mihandrona ao an-tokotany, mahazo ny rindrina ka nitarika azy tamin’ny fihotsahana io. Raha ny fantatra hatrany dia efa niteraka olana teo amin’ny mpiray vodirindrina ity tsy fisian’ny lakandrano ity. Raha ny re mantsy dia misy ihany io lakan-drano io saingy efa tototra tanteraka ka tsy hita intsony. Nisy mpiray vodirindrina tsara sitrapo nikasa ny hanokatra ilay lakan-drano ny volana novambra lasa teo saingy ireto farany indray no nisy niantso polisy nilaza fa manentsina ny lakandrano sy manimpy rano maloto amin’ny tokotaniny. Vokatr’io tsy fifankahazoana io moa dia niato teo ny fikasana hanokatra ilay lakan-drano ka izao nifara tamina loza hafa izao.

Andry N.

Midi Madagasikara12 partages

Orphelinat Ambatolampy : La police n’oublie pas les 72 pensionnaires

L’association des épouses du STAFF et les femmes conduites par Diana Anandra.

Une forte délégation de l’association des épouses du staff et des femmes Staff auprès du ministère de la sécurité publique, conduite par Diana Anandra l’épouse du ministre elle-même a visité l’orphelinat de la police Nationale d’Ambatolampy le dimanche 18 décembre dernier. Une visite qui entre dans le cadre d’une longue et vieille tradition qui consiste à donner le sourire aux enfants pensionnaires à l’occasion de la fête de la Nativité. Et qui se veut être « un rappel à ces enfants que tous les policiers, et particulièrement, les membres du staff et leurs épouses, sont leurs parents de substitution ».  Ce que Diana Anandra a tenu à appuyer : « une pensée particulière est toujours adressée aux enfants, surtout en cette période de l’année. Et la grande famille de la police nationale sera toujours là pour les accompagner ».

Cadeaux de Noël.La délégation a ainsi offert « des friandises, des couvertures, jouets et des symboliques chapeaux de père Noël aux 72 enfants hébergés à l’orphelinat ». Pris en charge complètement par le Ministère de la Sécurité publique, ces enfants démontrent des résultats positifs, voire exceptionnels, aux examens publics. Le résultat à l’examen du CEPE était de 100%, celui aux examens du BEPC 50% et quatre sur cinq d’entre eux ont réussi leur baccalauréat.

José Belalahy

Tia Tanindranaza10 partages

Mpahay informatika sy zaitraMiisa 177 mianadahy hiditra amin’ny tsenan’ny asa

Tontosa ny sabotsy 17 desambra tao amin’ny trano fanaovam-petin’ny Madvision Andohanatady-Fianarantsoa ny famoahana mpiofana miisa 177 andiany faha-45 « FIVOY » nahavita ny fiofanana momba ny informatika sy zaitra.

 

Nangonin’i Jean D.

Midi Madagasikara10 partages

TENNIS-MASTERS CUP JUNIOR 2016 : Les finales pour ce 24 décembre

Les éliminatoires du tournoi réservé aux jeunes de 8 à 16 ans se sont tenuessamedi 17 décembre et dimanche 18 décembre au Cercle Franco-Malgache à Anosy. Ce tournoi continuera ce mercredi 21 décembre 2016. Les phases finales se dérouleront le 23 et 24 décembre 2016 encore sur les courts du CFM Anosy.

Les résultats du week-end :

U8G:

Raoily Mahery bat Rakotomanga Mahvan 4/3 4/3

Rabarijaona Manoa Sandy bat Rakotomalala Amboara4/1 4/0

U10 F:

Rabearisoa Mitia bat Andrianafetra Miarana 5/4 5/2

U12 G:

Andrianaivo Kiady bat Rovanantenaina Jhonny 6/3 6/3

 Rabarijaona Tefy Ranja bat Robinson Andhy 6/4 7/6

U12 F:

Rasendra Miotiosoa bat Rabearisoa Mialy 6/2 7/5

U14 G:

Rakotozandriny Lanja bat Rasendra Fenosoa 1/6 6/4 10/4

U14 F:

Rakotoarivelo Sandy bat Raharinosy Miangaly 6/1 6/2

 

Sendra R. (Stagiaire)

Midi Madagasikara10 partages

Billard – Grand Open de Noël : 184 joueurs réunis à Mahamasina

Pari tenu. Les Jean-kil alias the Killer, Mamih Masters, Harambato Andriamanalina ont relevé le défi au Gymnase de Mahamasina avec le Grand Open de Noël de billard en réunissant 184 joueurs dans les catégories juniors et seniors, les dames et les hommes pour l’équipe de trois. A l’issue de ces deux journées intenses de compétition, l’équipe de Copain composée de Lionel, Mathieu et de Feno a survolé le tournoi par équipe de trois. Anja s’est imposée chez les dames et Nekla dans la catégorie « défi » regroupant les juniors et seniors confondus. Ce n’est qu’à 4 heures 40 du matin que les joueurs ont pu se départager.  2.400.000 Ariary de primes ont été partagées aux vainqueurs. En somme, 184 joueurs dont 64 en seniors, 72 chez les juniors, 32 chez les dames ont été réunis pour ces grandes retrouvailles. « Les férus du billard ont encore démontré qu’ils sont toujours là et solidaires. On a constaté un engouement et la suite s’annoncera encore plus intéressante » a indiqué Harambato Andriamanalina. Vivement la prochaine édition prévue décembre 2017.

T.H

News Mada9 partages

Tsy ampy ny fitaovana sy ny olona, delestazy…

Araka ny voalaza etsy ambony, niainga tamin’ny herin’ny tenany sy araka ny paikady novolavolaina ny fomba nahavitana izao ezaka goavana vitan’ny TTA sy ny sampan-draharahan’ny fananantany Anjozorobe izao. Marihina fa anisan’ny nanao hetsika toy izao koa ny tany amin’ny distrikan’i Manjakandriana.

Ho an’Anjozorobe, tsikaritra fa nivaingana ny vokatra sady azo tsapain-tanana, satria nambaran’Andriamiramanga Brumel fa manodidina ny 2.000 ihany ny tany vita titra tao amin’ny distrikan’Anjozorobe, hatramin’ny nisian’ny fananantany teto Madagasikara nanomboka ny taona 1896.

Anisan’ny sakana nandritra ny fanatontosan’izy ireo ny asany, ny tsy fahampian’ny herinaratra satria tapaka ny jiro manomboka amin’ny 12 ora atoandro any Anjozorobe. Tsy ampy koa ny mpiasa manatontosa ny asa, toy ny mpandrefy tany, ny mpirakidraharaha, ny mpiasa mikirakira ny antontan-taratasy, ka voatery niantso mpianatrasa. Voafetra koa anefa ny isan’izy ireo satria arakaraka izay tetibola teo am-pelan-tanana.

Fiarovana ny fananantany

Azo tsorina fa mahavita zavatra ny tompon’andraikitra rehefa eo ny finiavana. Nambaran-dRtoa filohan’ny TTA Anjozorobe, maro ny mpianatra nahavita fianarana manovo fahalalana eny amin’ny sekoly ambonim-panjakana manofana ho teknisiana. Dikany, azo atao tsara ny mikarakara ny tany eto amintsika hahazo titra. Zava-dehibe izany satria entina hiarovana ny tanin’ny Malagasy.

Ho an’ny lehiben’ny sampandraharahan’ny fananantany Anjozorobe, Andriamiramanga Brumel, fa “tsy ampian’ny fanjakana ianao raha tsy manao zavatra mialoha. Miezaka izahay araka izay tratra mba hampandroso isan-toerana, mitarika any amin’ny fandrosoan’ny firenena. Tsy mora ny mitantana biraom-panjakana, saingy misy ny vokatra rehefa hay ny mifampitaiza amin’ny mpiara-miasa sy ny vahoaka manan-draharaha ato aminay”.

 Tsiahivina fa maro ny tany natao kadasitra saingy tsy vita hatramin’ny farany any Anjozorobe, miampy ny tanim-panjakana efa voajarin’ny olon-tsotra. Nomarihin’ireo tompon’andraikitra roa ireo, fa miverina misoratra amin’ny fanjakana ireo tany lava volo.

 Njaka Andriantefiarinesy

Midi Madagasikara9 partages

Ambohimirary – Ampasampito : La maison a pris feu pendant que la propriétaire assistait à un mariage

Un incendie encore un incendie, un sujet de conversation des Tananariviens depuis une semaine. Pas plus tard que dimanche dernier, une maison sise à Ambohimirary juste de l’autre côté du bureau de « fokontany » a été incendiée. Selon les informations recueillies, un court circuit a été à l’origine de ce malheur malgré la présence d’un gaz qui n’a pas du tout réagi au feu ce qui était étonnant. Les propriétaires  assistaient à un mariage au moment où leur maison a pris feu. Informée pendant la messe à l’église, la mère de famille s’était évanouie en voyant les dégâts causés. Bilan : personne n’a été blessé ni tué, mais il n’y avait rien à récupérer, tous les meubles ont été carbonisés, l’argent bien enfermé dans les armoires a été réduit en cendres.  Il était encore impossible de définir la valeur de ses pertes  vu l’ampleur de l’incendie. Les habitants du quartier se sont donnés la main pour éteindre le feu par pour éviter que la situation ne s’aggrave et que le feu n’atteigne pas  les maisons avoisinantes.  Les pompiers ont répondu à l’appel des victimes, mais ne sont arrivés qu’une fois le feu éteint.

Kanto R. (Stagiaire)

Midi Madagasikara9 partages

Soirée « Open jiaby » : Fali en scène !v

Elle est certainement l’inconnue la plus célèbre ! Sa voix, les mélomanes l’ont entendue au moins une fois, dans un concert de Samoela, de Silo, ou même ailleurs. Car si Fali, jusqu’à présent, n’a encore sorti  aucun album en solo, elle a déjà navigué de scène en scène et multiplié les collaborations avec des artistes de renom, issus de divers horizons musicaux. Récemment, elle a d’ailleurs sorti une vidéo, un cover où l’on peut apprécier sa magnifique reprise de « Misy tsikinao » de Lalie. Pour ceux qui rêvaient de la voir sur scène, Fali sera aux côtés de Z band au QG Fiadanana ce vendredi 23 décembre. Soul, pop jazz, world music et bien d’autres, en tout cas, de la bonne musique sera au menu. Druid DJ prendra ensuite le relais pour faire danser tous ceux qui seront au rendez-vous. « Open jiaby », une soirée découverte ! Comme l’indique l’intitulé de l’évènement, boissons, brochettes… et cigarettes seront offertes. Les places sont limitées alors… avis aux amateurs ! Zephyr présente une soirée « Open Jiaby ».Mahetsaka

Tia Tanindranaza7 partages

RajaonarimampianinaNanome galona ireo mpiaro azy

Niraradraraka ny fizarana kintana ho an’ireo manamboninahitra ao amin’ny foloalindahy omaly alatsinainy 19 desambra 2016 nandritra ny filankevitry ny minisitra notanterahana teny Iavoloha. 62 no lasa manamboninahitra jeneraly ka ny 17 kolonely nasondrotra ho general de brigade, nahazo ny galona general de division kosa ny 45.

 Singanina manokana ireo jeneraly efa mitazona andraikitra ka nitombo grady, anisan’ireny ny jeneraly Florens Rakotomahanina lehiben’ny fari-piadidian’ny zandarimariam-pirenena ho an’Analamanga. Tsiahivina fa ny taona 2014 dia mbola kolonely ity manamboninahitra ity. Roa taona aty aoriana dia efa general de division sahady. Nahazo izany galona kintana 3 izany koa ny jeneraly Ramiandrisoa Jean de Dieu Daniel komandy ambonin’ny zandarimariam-pirenena sy ny jeneraly Rakotoarison Alphonse Anthony misahana ny fanangonam-baovao sy ny serasera ao amin’ny zandarimariam-pirenena. Nitombo grady koa ny jeneraly  Rakotonarivo Rivo Mpanjato, talen’ny kabinetran’ny praiminisitra. Fahefan’ny filohan’ny repoblika moa ny manome ny galona ho an’ireo manamboninahitra jeneraly. Mazava izao fa sady nankasitraka ireo jeneraly niasa mafy niaro azy ny fitondrana HVM no efa manomana sahady ny ho avy ihany koa ka manambitamby ny foloalindahy amin’ny alalan’ny fampisondrotana grady. Isaky ny alarobia no fanatanterahana ny filankevitry ny minisitra hatramin’izay saingy naroso omaly alatsinainy tamin’ity herinandro ity.

Nangonin’i RTT

 

L'express de Madagascar7 partages

Les dirigeants politiques sont le reflet de ce que nous sommes …

Mais cela ne les exempte pas d’obligations envers la population. Un échange avec un jeune malagasy se préparant à faire la transition entre la vie estudiantine et la vie professionnelle a déclenché en moi l’envie de m’exprimer sur un sujet qui fatigue beaucoup de personnes : la politique. Ce jeune me disait que dans son projet de thèse il propose, je cite – à la « Nation » d’apprendre à vivre sans compter sur le pouvoir politique – fin de citation. Je discute un peu virtuellement avec ce jeune depuis quelque temps. Au fil des discussions, j’ai commencé à sentir le désarroi, pour ne pas dire, le désespoir, de la jeune personne sur le plan individuel et collectif en ce qui concerne la situation à Madagascar.En lisant son message, je n’ai pas pu m’empêcher de me voir à son âge, à Mada­gascar, fin des années 70 et début des années 80, en pleine période du socialisme à la malagasy. N’avais-je pas pensé moi-même à ce moment-là, que le pouvoir politique nuisait à la société en général plus qu’il ne l’aide ? N’avais-je pas moi-même questionné les valeurs familiales quem’avaient inculquées mes parents ? N’avais-je pas contesté les idéologies qu’imposaient ceux et celles qui étaient aux commandes du pays ? J’étais témoin impuissant d’une mutation artificielle de la société à laquelle j’appartenais, mais qui ne résonnait nullement en moi. J’avais déjà en moi les bribes du refus global mais je n’en aurai une conscience claire de tout ce qui se passait autour de moi et en moi que des années plus tard, loin du pays que j’aimais et que j’aime toujours. Ne l’avais-je pas déjà dit ? Je suis entré par accident et malgré moi en 1972 comme tant d’autres jeunes, dans la conscience de ce qu’est véritablement le monde de la politique à Madagascar.Je ne suis certainement pas le premier à dire qu’il est vraiment difficile d’être jeune dans un pays comme Madagascar. Et ce, toutes classes confondues. Surtout pour ceux et celles qui ont un minimum de sensibilité sociale et humaine qui prédispose ces jeunes à des questionnements et des rêves quant au passé et surtout l’avenir. L’aspect matériel et existentiel de la politique a permis, dans le temps, ou, du moins, pendant un bout de temps jusqu’à la fin des années 80, de tromper la vigilance de tout un chacun sur l’importance du passé pour façonner l’avenir collectif d’un pays. S’il y avait un tournant décisif qui aurait dû faire comprendre à tout le monde que l’argent n’est qu’un moyen, un simple moyen, d’arriver là où l’individuel et le collectif pouvaient mieux vivre  ensemble, c’était au début des années 90. Mais les obligations néfastes de la politique politicienne allaient s’imposer comme l’ingrédient le plus apprécié de ceux et celles qui allaient se succéder aux commandes du pays jusqu’à nos jours.Personne n’a jamais détenu, en 56 ans d’indépendance, la liberté et le droit de ne pas être d’accord avec ce qui se fait dans les sphères influentes du pays à Mada­gascar. Je ne parlerai même pas de domination par le nombre, car la majorité est encore très silencieuse, sauf dans de rares cas où tous les plombs sautent sans que personne ne puisse y faire quoi que ce soit. Une fois les cendres et les poussières tombées, les sphères influentes vont reprendre le droit de décider pour tout le monde. Et ce, sans qu’il y ait la moindre consultation en bonne et due forme de la majorité silencieuse rentrée sagement dans ses peurs et ses angoisses, en attendant la prochaine tempête sociale. Le pouvoir politique revient alors à la partie, représentative ou non de la société en général mais qui aura donné l’impression, fausse ou non, d’être le reflet de la société qui ne sait pas exactement comment elle doit réagir ou agir car emprisonnée par ses peurs et ses angoisses. Cela a toujours comme conséquencel’évacuation, sans aucune forme de procès, de ce qui avait causé la tempête sociale au profit d’une pratique quasi-moyenâgeuse de la politique. Bref, la loi du plus fort et du plus armé.On constate quand même, depuis l’indépendance, l’éclosion d’élites un peu partout dans l’Ile de Madagascar, quoique encore minoritaire en terme de nombre. Il y a également, instruites ou non, pas mal de personnes de bonne volonté partout à Madagascar quoique vraiment occupées à survivre, maintenant plus que jamais. Ce qui laisse le champ libre aux détenteurs du pouvoir politique et à leurs acolytes qui ne se préoccupent pas le moins du monde d’intérêts collectifs ni de valeurs nationales. Toutefois, cette élite a pu prouver sa capacité de mener à bien des projets et ce n’est surtout pas ce qui manque à Madagascar. Toutefois, il faut souligner que l’avenir harmonieux et le mieux vivre ensemble d’un pays ne dépendent pas de projets, nécessaires, sans en être l’élément vital, mais dans la capacité des détenteurs du pouvoir politique de mettre en programme ces projets. Pour que ces projets soient gérables, planifiables, organisables, mesurables, mis en priorité, finançables et vérifiables au profit de la population du pays dans le respect des ententes transparentes signées par les détenteurs du pouvoir avec ses partenaires locaux et internationaux. La souveraineté d’un pays dépend principalement de la capacité des détenteurs du pouvoir politique de développer, de mettre en œuvre, de gérer et d’entretenir un programme-pays (incluant un contrat social) dont les composantes ne seront autres que les projets dont l’élite de Madagascar maitrise déjà les tenants et aboutissants, mais à l’intérieur de programmes sur lesquels le pouvoir politique du pays n’a présentement aucune espèce de contrôle pour en faire profiter la population.Je ne dois pas non plus oublier de mentionner l’importance pour le pays d’avoir des règlements clairs, viables et applicables en ce qui concerne le financement et le fonctionnement politique. Car, actuellement, dès qu’on parle de financement et fonctionnement politique à Madagascar, il nous vient en tête ces pratiques beaucoup plus proches des organisations criminelles que d’un État de droit.Pour terminer, je n’hésiterai pas à mentionner qu’un pouvoir politique ne peut réussir à agir dans le sens de l’intérêt de la grande majorité silencieuse mais imprévisible tant et aussi longtemps qu’il ne détient pas la crédibilité et la capacité de mettre en place un programme-pays qui tient la route et partant des vrais besoins de la population. Le cas échéant, le pouvoir politique n’est qu’une boite aux lettres au profit d’intérêts tout à fait aux antipodes de ceux de la population de Madagascar. Il y a, certes, les contraintes, tant financières qu’économiques dans son sens global à l’échelle de la planète mais cela ne devrait surtout pas éclipser les aspirations de la population locale pour un mieux-être et un mieux vivre ensemble à Madagascar.

Par Jean Razafindambo

Midi Madagasikara7 partages

Rugby – Election : La date du scrutin reste floue

Initialement prévue se tenir demain à Toliara, l’élection du président du Malagasy Rugby (M.R) n’aura pas lieu. Pour cause, aucune information n’a filtré de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) sur la tenue de cette assemblée générale élective (AGE). Aussi, la CENI est dans un silence radio total, car pour le moment elle n’a pas encore publié la liste des candidats retenus, la modalité d’élection, la date et le lieu du vote. Selon les informations, cette élection pourrait ne pas avoir lieu cette année. Les férus de l’ovale devront encore patienter une fois de plus pour savoir leur futur président pour un mandat quadriennal.

T.H

News Mada6 partages

“Espace Maray” : nahatratra 60 ireo nianatra dihy

 Miisa 60 ireo ankizy, tanora ary olon-dehibe nianatra dihy tao amin’ny “Espace Maray”, tantanin’i Julie Iarisoa, matihanina amin’ny dihy ankehitriny, nandritra ity taona 2016 ity. Izany dia tafiditra ao anatin’ilay tetikasany antsoina hoe “Danse pour tous”, azo adika hoe “Dihy ho an’ny rehetra”, tontosaina isaky ny asabotsy.

Araka izany, maimaimpoana ny fampianarana, satria tanjona ny ahafahan’ny sokajin’olona rehetra mitrandraka sy mampivoatra ny talentany. Raha ny fanazavan’i Julie Iarisoa, 4 taona ny kely indrindra amin’ireo ary 35 ny zokiny indrindra.

Ho an’ny taona 2017, mbola hitohy ity tetikasa “Danse pour tous” ity, araka ny fampanantenan’ny mpikarakara, ho fanomezana fahafaham-po ireo ankizy marobe mbola maniry ny hitohizan’ny fampianarana ho fampitomboana ny fahaizany.

Ankoatra ny fampianarana dihy, misy koa ny fanofanana momba ny fivelesana amponga na “percussion” ao amin’ny “Espace Maray”. Mbola hitohy ihany koa izy io, amin’io taona hoavy io. Mikasika ny atrikasa sy fampisehoana samihafa kosa, mbola eo am-panomanana tanteraka ry Julie Iarisoa sy ny ekipany.

Landy R.

Agence de Presse de l'Ocean Indien6 partages

La Polyclinique d’Ilafy certifiée ISO 9001

Les représentants d’AFNOR, certificateur international, ont offert à la Polyclinique d’Ilafy le certificat ISO 9001 :2015 sur l’ensemble de ses activités durant une cérémonie qui s’est déroulée ce jeudi 15 décembre. Ce qui lui permet d’être le premier établissement de santé à Madagascar à être certifié.

Toutes les procédures d’acquisition de cette certification ont débuté depuis un an. L’audit s’est déroulé début novembre et le comité de l’AFNOR a statué en un mois. «  Depuis une année, nous avons engagé une réelle démarche de partenariat avec les institutions, les entreprises, les assurances et les autres établissements de soins notamment l’Institut médical de Madagascar et le CHU de la Réunion. Nous avons également assuré le traitement des cancers en radiothérapie. Toujours au cours de la même année, nous avons organisé une vraie chaîne logistique santé au sein du groupe avec la pré-hospitalisation, les urgences et les évacuations sanitaires » détaille Jacques Schmitt, directeur général de ce centre hospitalier du groupe Sodiat.

Le prix est souvent un frein à l’accès aux soins pour les Malgaches car il est souvent élevé. Il a donné son point de vue concernant ce prix durant son discours. « Les prestations que nous proposons sont en moyenne 4 à 5 fois moins chères qu’à l’étranger avec des équipements et des protocoles identiques ». Un audit de suivi se fera chaque année afin de garder durant 3 ans cette qualité certifiée. « Nos équipements sont sous garantie de maintenance et contrôlés par les instances internationales. De plus, la qualité que nous offrons repose sur le respect de la déontologie, la qualité de la prise en charge, la sécurité, le confort et la compétence » confie ce premier responsable.

FR

L'express de Madagascar6 partages

Projet AQUEM – Les filières scientifiques à prioriser

De moins en moins de  jeunes s’intéressent aujourd’hui à la filière scientifique alors que cela joue un rôle important dans le développement. Afin d’assurer une éducation de qualité aux jeunes qui deviendront, plus tard, les responsables du développement du pays, le projet Aquem travaillera avec les établissements scolaires publics du pays durant cinq ans. Financé par l’Agence française de développement, ce projet d’amélioration de la qualité de l’éducation à Madagascar se chargera de préparer les directeurs d’écoles primaires en gestion pédagogique et administrative, de former les instituteurs dans le domaine pédagogique et linguistique et de renforcer la capacité du personnel d’encadrement pédagogique.Dépassée par les filières littéraires, les filières scientifiques n’intéressent plus beaucoup de jeunes. Pour pouvoir inciter ces derniers à reconnaitre l’importance des matières scientifiques, le projet se concentrera davantage sur ce domaine à travers des appuis matériels comme les livres, des équipements informatiques et des laboratoires pour favoriser les travaux pratiques dans les collèges et les lycées.Les enseignants des matières scientifiques, les laborantins, les encadreurs pédagogiques et les  chefs d’établissements bénéficieront ainsi d’un renforcement de capacité. « L’effectif des étudiants qui choisiropnt les séries scientifiques et les résultat du bac indiqueront la réussite ou l’échec du projet », conclut Andriamisetra Rakotojaona, directeur général de l’enseignement secondaire et de la formation de masse au niveau du ministère de l’éducation nationale.

Angola Ny Avo

News Mada5 partages

Mponina 850.000 tratry ny kere mafy any Atsimo : manamafy ny ONU sy ny Pnud fa misy ny krizy amin’ny maha...

 Tsy noraharahin’ny mpitondra ny fijerena ny maha olona any amin’ny tapany atsimon’ny Nosy, manoloana ny tsy fahampiana ara-tsakafo. Manamafy ny rafitry ny Firenena mikambana (SNU) sy ny lafiny fampandrosoana (Pnud), fa « zava-misy miverimberina ny krizy amin’ny maha olona any amin’ny tapany atsimon’ny Nosy ».

Nahitsy ny hafatra nataon’ny mpandrindra ny Rafitry ny firenena Mikambana (SNU), sady solontena maharitry ny sampandraharahan’ny fampandrosoana ao aminy (Pnud) eto amintsika, Rtoa Violet Kakyomya mikasika ny toe-draharaha any atsimon’ny Nosy ankehitriny. Mampalahelo fa zava-misy miverimberina ny vonjy taitra sy ny krizy amin’ny maha olona any amin’ny tapany atsimon’ny Nosy. « Manavotra sy mamonjy ain’olombelona ny fanampiana, saingy tsy afaka misoroka ny krizy. Tsy maintsy mifantoka amin’ny fototry ny krizy isika, toy ny fanatsarana ny fisorohana ny loza voajanahary amin’ny lafiny seha-pampandrosoana samihafa », hoy izy.

Misy ankehitriny ny fandaharanasa Drafitrasa fanarenana sy fisorohana (PRR), mifantoka amin’izany, nofaritan’ny SNU, iarahana amin’ny Biraom-pirenena mitantana ny loza voajanahary (BNGRC). Mandritra ny telo taona ny faharetany, miompana amin’ny fanamafisana ny ezaka amin’ny maha olona any amin’ny distrika fito tena tratry ny krizy (Betioky, Ampanihy, Ambovombe, Amboasary, Tsihombe, Beloha), mahakasika olona 850.000.

Fanarenana ny lafiny toekarena

Voakasiky ny lafiny fanarenana ny fanatsarana ny fahazoana rano fisotro maharitra, ny fambolena sy ny fiompiana. Ho an’ny fanarenana ara-toekarena sy ny fampihenana ny rafitra marefo, hapetraka ny fepetra hamerenana ny fampandrosoana ny toekarena isam-paritra isan’ambaratongany sy ny seha-pihariana samihafa. Hapetraka koa ny rafitra afaka mamerina ny fampandrosoana ny toekarena ao amin’ny faritra.

Ho an’ny tonia mpanatanteraky ny BNGRC, ny jeneraly Rambolarison Charles, hanomboka ato anatin’ny enim-bolana voalohany ny fanampiana ny maha olona, fa tsy maintsy mila vina manokana ny PRR. Araka ny voasoritra ao anatin’ny paikady, mandray anjara avokoa ny solontenan’ny vondrona olona ifotony any atsimon’ny Nosy. Ao anatin’izany ny fakan-kevitra azy ireo efa natomboka tany Antananarivo sy Ambovombe ary ny distrika voakasika rehetra. Antony mba tena handraisan’ny mponina anjara mivantana amin’ny dingan’ny tetezamita ho any amin’ny fampandrosoana ».

Tsy vao izao

Toy ny tetikasa rehetra, tsara endrika foana ny voarakitra an-tsoratra. Hany hamantarana ny fahombiazany na tsia ny vokatra vita. Tsy vao izao ny fandaharanasa iraisam-pirenena, ny toky nataon’ny mpitondra. Saingy hamantarana ny hazo, ny endriky ny voany. Hatreto aloha, mazava ny tomban’ny SNU-Pnud, krizy miverimberina ny any atsimon’ny Nosy.

Amina miliara ny trosa aloan’ny vahoaka Malagasy amin’ireny famatsiam-bola avy any ivelany ireny. Amina miliara ny fanampiana natao tany atsimo. Amina miliara koa anefa ny tetibidin’ny fatiantoka sy ny voka-dratsin’ny tsy fahampian-tsakafo, ny fahantrana, nefa tsy hita mihitsy ny vokatra. Hany hanamarinana izany, ny tsy fametrahana fitaovana famatsian-drano, amin’ny alalan’ny fantsom-be (pipeline) any atsimo, ohatra.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada5 partages

BNI Madagascar : l’offre aux fonctionnaires continue

Depuis le mois de septembre dernier, la banque BNI Madagascar a instauré un rendez-vous mensuel lors duquel les agents de l’Etat peuvent profiter d’une remise de 80% sur les offres qui leur sont dédiées. Pour cette fin d’année, plus précisément cette semaine, un autre rendez-vous est donné.

L’opération  « Semaine du Fonctionnaire » fait partie de la stratégie de proximité client de la banque. Dans cette action, la BNI invite les agents de l’Etat exerçant sur toute l’étendue du territoire malgache à profiter des produits et services avec des tarifs promotionnels valables jusqu’en fin décembre.

En souscrivant au Pack Mpiasam-panjakana, le client bénéficie à la fois d’un compte bancaire, un compte mobile lié au compte bancaire, d’une carte visa nationale, des outils de gestion de compte multi-support, d’une avance sur salaire systématique, d’une assurance vie et de plusieurs services dédiés.

Rappelons que la « Semaine du fonctionnaire » accorde également à toute personne déjà bancarisée ou non au sein de la BNI, l’occasion de parrainer l’adhésion de leurs amis ou proches fonctionnaires en tant que nouveaux clients de la banque.  La banque organise une tombola avec divers lots réservés aux souscripteurs au Pack Mpiasam-panjakana, ainsi qu’aux parrains et filleuls.

Exclusivement durant la période du 19 au 24 décembre, la banque augmente les chances des fonctionnaires de gagner des cadeaux puisque chaque souscripteur au Pack Mpiasam-panjakana recevra cinq tickets de participation à cette grande tombola. Le tirage au sort des gagnants de la tombola se tiendra le 30 décembre prochain

R.R.

 

News Mada4 partages

Le délestage persiste : la Jirama tente de rassurer

Le délestage persiste toujours dans quelques quartiers d’Antananarivo, en dépit des pluies artificielles provoquées en fin de semaine afin de permettre à la centrale hydroélectrique d’Andekaleka de fonctionner à plein régime. Le débit d’eau au niveau du barrage où se situe la centrale reste insuffisant en raison de la période d’ étiage, indique-t-on auprès de la  Jirama.

Deux groupes sur trois fonctionnent actuellement au niveau de la centrale d’ Andekaleka, après la forte pluie enregistrée en fin de semaine. Cela reste insuffisant pour satisfaire les besoins à Antananarivo, étant donné que cette infrastructure hydroélectrique approvisionne à hauteur de 42% le Réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA). « La production nominale de la centrale est de 92 MW, une fois les trois groupes activés. Elle n’est que de 60 MW actuellement en raison de l’insuffisance d’eau. Nous prévoyons de déclencher le troisième groupe dès que le niveau d’eau nécessaire est atteint », a affirmé Fanomezantsoa Randriamandranto, responsable auprès de la Jirama.

Faible niveau d’eau

En effet, il faut 50 m3 d’ eau pour fournir les 92 MW d’ électricité, alors que le niveau d’eau sur le barrage d’ Andekaleka n’est que de 17 m3 actuellement. Les agents de la Jirama présents à Andekaleka constituent un stock d’eau pour pouvoir répondre aux besoins de la capitale, essentiellement durant les heures de pointe. « Nous sommes contraints de stocker l’eau pour atteindre la production de pointe, notamment durant la soirée et le en début de journée », a poursuivi Fanomezantsoa Randriamandranto.

En tout cas, provoquer d’ autres pluies artificielles pour régler ce problème d’eau n’est pas encore propice d’après le service de la météorologie. « Les conditions météorologiques ne le permettent pas encore en raison du régime d’alizé enregistré actuellement », indique un responsable auprès de ce service.

Approvisionnement en carburant

Mais le problème du délestage actuel n’est pas seulement dû à l’insuffisance d’eau. Les arriérés de la Jirama auprès des compagnies pétrolières y sont pour quelque chose. Nestor Razafindroriaka, directeur général de la société a tenté de rassurer hier, à l’occasion de la journée informative sur le secteur de l’énergie organisée à Anosy, en avançant que « le problème d’ approvisionnement  en carburant sera réglé dans les prochains jours, pour éviter le délestage durant les fêtes ». Par ailleurs, une nouvelle politique de l’énergie a été discutée durant cette rencontre, notamment la transition vers les groupes qui fonctionnent au fuel oil à moyen terme et le déploiement de l’énergie renouvelable sur le long terme. A ce sujet, le secrétaire général auprès du ministère de l’Energie et des hydrocarbures, Norbert Razanakoto a avancé que « cinq grand projets ont été lancés en 2015 pour atteindre ces objectifs. Les études sont en cours actuellement, et des résultats devraient être palpables à partir de 2020 ».

 Riana R. / Arh.

 

News Mada4 partages

Foot – Fosa Junior U15 : l’entraineur donne son avis

Un succès qui redonne du sourire aux footeux, pour Fosa Junior FC à Maurice, lors du tournoi de l’Union des fédérations de football de l’océan Indien (Uffoi), chez les U15. Une bonne nouvelle que l’entraineur de l’équipe Anthony Rabarison prend avec des pincettes.

Carton plein pour l’équipe malgache à Maurice durant le tournoi de l’Uffoi puisque, outre l’obtention de la couronne, deux des joueurs malgaches ont glané une récompense individuelle. Ainsi, Dillan a été sacré meilleur buteur du tournoi tandis que son compère Henintsoa a ravi le titre de meilleur joueur.

Pour autant, Anthony Rabarison a fait montre d’insatisfaction au niveau de l’ossature de l’équipe vainqueur. «Bien que nous ayons été avantagés par la bonne entente et l’automatisme de nos joueurs, la sélection, quant à elle, a posé quelques difficultés durant la compétition. Elle aurait été meilleure si la sélection s’est faite au niveau national pour que nous ayons 18 joueurs interchangeables. Pour cause, lors des deux derniers matchs, la déconcentration nous a coûté des points».

Ainsi, l’obtention du sacre n’a pas été aussi facile que les victoires laissent paraître. «Les matchs sont très différents de ceux que nous connaissons à Madagascar. Les adversaires sont très costauds, à l’image de l’équipe de La Réunion que je considère comme l’obstacle le plus dur contre lequel nous nous sommes butés», s’est confié Dillan.

Des soupçons et autres

Souvent pointé du doigt sur l’âge des joueurs, Madagascar a été cette fois-ci l’équipe modèle. Même le coach malgache a évoqué le sujet aux journalistes comme quoi «des doutes pèsent sur certains joueurs des îles voisines contrairement aux nôtres».

Des joueurs malgaches U15 qui font la fierté du pays grâce à leurs performances individuelle et collective. Cependant, en vue du Championnat d’Afrique U17 qui aura lieu à Antananarivo du 2 au 16 avril 2017, Anthony Rabarison reste réticent à l’idée d’intégrer ses meilleurs éléments à la sélection nationale. «Bien sûr, quelques joueurs pourront jouer en U17, cependant, ils auront de la difficulté à s’adapter faute d’avoir la force nécessaire» a-t-il souligné.

Naisa

 

News Mada3 partages

Anjozorobe : titra tany 4.000 nokarakaraina

Manao ezaka goavana ny Fitsaran-tany mitety vohitra (TTA) sy ny sampandraharahan’ny fananantany any Anjozorobe. Manodidina ny 4.000 ny titra tany karakaraina tamin’ity taona ity, raha 2.000 ny titra nisy tany an-toerana tato anatin’ny 100 taona mahery, nanomboka ny taona 1896.

Nahavita fanamby! Nifanojo ny zavatra tsapan’ny tompon’andraikitry ny fitsaran-tany mitety vohitra (TTA) any Anjozorobe, tarihin’ny filohany, Rtoa Razafimbelo Patricia, inspekteran’ny fananantany, sy ny lehiben’ny sampandraharahan’ny fananantany Anjozorobe, Andriamiramanga Brumel. Ho an-dRtoa Razafimbelo Patricia, “marobe ny raharaha ady tany miakatra any amin’ny fitsarana ambony aty Anosy. Koa, tsy maintsy karohina  ny vahaolana hampihenana azy”. Mifanandrify amin’izany, nilaza i Andriamiramanga Brumel, fa “tany lavitra andriana aty Anjozorobe satria misahana ny fananantany ny sampana Avaradrano aty Antananarivo. Iaraha-mahita anefa ny habetsahan’ny manan-draharaha ao sy ny filaharam-be. Saika antontan-taratasy mikasika ady tany ny sahaninay tany aloha”.

Soa fa misy ny paikady fitsinjaram-pahefana ny fitantanan-draharaham-panjakana (déconcentration), nahafahanay sy ny TTA miara-miasa hamahana ny olana. Nitsiry teo ny hevitra hanaovana paikady sy fandaharanasa manokana hikarakarana ny tany hajarian’ny mponina homena titra. Nanomboka ny volana febroary 2015 ny fanentanana sy ny fanomanana samihafa, ary notanterahina ny avrily.  Voakasik’ity fandaharanasa manokana ity ny kaominina Anjozorobe sy Mangamila, distrika Anjozorobe, faritra Analamanga.

Nilaza Rtoa Razafimbelo Patricia, fa tanjona ny hanomezana titra 5.000, fa noho ny antony samihafa, tratra ny 4.100. Zava-dehibe izany na niainga tamin’ny herin’ny tenanay aza izahay fa tsy nisy ny tetibola manokana.

Latsaky ny 20 ny niakatra fitsarana ambony

Anisan’ny dingana nataon’ny TTA Anjozorobe, ny fidinana ifotony nijery ny toerana nangatahan’ny mponina. “Misy ny fangatahana faobe, hanamorana ny fikarakarana ny antontan-taratasy, ary arakaraka ny hamaroan’ny mpangataka ny manamora ny saran’ny fikarakarana. Efa natao araka izay zakan’ny fahefa-mividin’ny tantsaha rahateo ny vola notakina”, hoy Rtoa Razafimbelo Patricia. Nitety ny toerana tsirairay ny mpandrefy tany nahavita fianianana, hamoahana ny refin’ny tany. Taorian’izay, nandeha ny fitsarana ampahibemaso, narahin’ny famoahana ny didim-pitsarana.

Nalefa tany amin’ny sampandraharahan’ny fananantany, iandraiketan’Andriamiramanga Brumel ny antontan-taratasy avy any amin’ny TTA. Nokarakaraina ny famoahana ny titra sy ny sarin-tany, iandraketan’ny sampandraharahan’ny fandrefesan-tany.

Notanterahina ny alakamisy 15 desambra teo ny fizarana ny titra-na tany tamin’ny fomba ofisialy.

Njaka Andriantefiarinesy

Tia Tanindranaza3 partages

Propagandy mialoha ny fotoanaManaitra ny CENI ny KMF/CNOE

Mbola lesoka ho an’ny tany an-dalam-pandrosoana toa antsika, raha araka ny fanazavan-dRaharisoamalala Patricia mpikambana eo anivon’ny KMF /CNOE omaly ny tsy fanajana ny lalàna velona mahakasika ny fifidianana.

 

 Mandeha sahady ny fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana tanterahin’ny fitondram-panjakana, hoy izy, antony tsy mampitovy lenta ny samy kandida rehefa tonga tokoa ny fotoana. Miantso ny  vaomiera mahaleotena mikarakara ny fifidianana ny tenany hijery akaiky ny zava-misy. Tsy rehefa eo amin’ny fitondrana akory dia afaka manao izay tiana hatao, hoy Raharisoamalala Patricia fa ny mpitondra aza no tokony hanome maodely tsara ho an’ny rehetra hanehoana fa tany tan-dalàna i Madagasikara sady manaja ny lalàna velona misy. Tsiahivina fa efa hatramin’ny ela ny KMF /CNOE no efa niantso ny CENI mahakasika ny fanaraha-maso ny  fifidianana. Andrasana izay mety ho fanapahan-kevitr’ireto farany.

Pati

 

L'express de Madagascar3 partages

Toliara – La prison d’Ambalabe rénovée

La maison centrale de Toliara a reçu un sérieux lifting avec la dotation d’un nouveau bâtiment. Mais la présence en ville d’un tel bâtiment inquiète.

Avec une superficie totale de 9100 m², la prison de Toliara située au cœur de la ville est l’un des bâtiments les plus anciens de la Grande ile car elle a été construite en 1956, vers la période coloniale. Il y a encore quelques mois, l’établissement a été répertorié comme la maison d’arrêt la plus délabrée, la plus vétuste de Madagascar. D’une capacité d’accueil de 250 détenus, elle en abrite aujourd’hui 509, soit une surpopulation carcérale de l’ordre de 250. L’information a été donnée par le directeur régional de l’administration pénitentiaire de l’Atsimo-andrefana, Philémon Doré Razafindrahana.Consciente de cette situation inhumaine, l’Association chrétienne pour le développement et l’action environnementale de Madagascar (ACDEM) a établi un projet intitulé « Instrument européen pour la démocratie et les Droits de l’Homme. C’est dans ce cadre qu’elle a reçu un financement à hauteur de 70 000 000 ariary de l’Union Européenne afin de construire ce nouveau bâtiment dans l’enceinte de la prison de la Cité du Soleil.« Cette nouvelle infrastructure de 16,55m x 11m est érigée sur l’emplacement de l’ancien magasin de stockage démoli dans cet objectif », précise Paul Mamiarijaona, coordonnateur de l’ACDEM. Et d’ajouter : « Cette nouvelle structure respecte les droits humains et les conditions carcérales des prisonniers, car les lits des dortoirs sont constitués de bat-flancs en béton armé. Il y existe des toilettes, le courant électrique et même des prises pour les ventilateurs dans chaque pièce. »

Emplacement délicatMalgré la livraison de ce nouveau bâtiment à l’administration pénitentiaire de Toliara la semaine passée, des questions et des doutes subsistent encore au niveau de la population quant à son emplacement. En effet, il est bâti au centre même de la ville, à Bazary Be, et celal’expose souvent à des tentatives d’émeutes perpétrées, soit par des groupes de personnes mécontentes des verdicts judiciaires soit par des politiciens qui veulent en extraire des détenus politiques. Sans oublier les évasions spectaculaires et massives du mois de mai qui le place davantage dans une situation délicate.Bref, tous ces indices démontrent que cette prison constitue un danger public pour la cité. Ainsi, quand les Tuléarois ont appris la rénovation de la maison centrale, leur rêve de voir le transfert de cette prison à celle d’Andabizy, à 2 km de Toliara, s’estompe. Interrogé sur la question, lors de l’inauguration du nouveau bâtiment, Tantely Rakotomalala, directeur de l’humanisation et de la détention au sein du ministère de la Justice, a précisé que pour le moment, cette question n’est pas encore d’actualité et que toute chose se fera en son temps.

Francis Ramanantsoa

Tananews3 partages

« Je n’arrive toujours pas à résoudre les problèmes de la Jirama après 3 ans »

La phrase du jour est signée par personne.

Mais elle aurait pu l’être par quelqu’un.

Oui oui, par exemple par la même personne qui avait promis de les résoudre entre 3 à 6 mois.

Et qui n’a même pas l’humilité aujourd’hui d’avouer qu’il s’est planté mais grave.

Alors qu’ailleurs c’est comme ceci que ça marche

News Mada2 partages

Taorian’ny Frankofonia : naverina ny delestazy

Mahavariana ! Lazain’ny fitondrana sy ny Jirama fa ritra ny loharanon’Andekaleka mahatonga ny delestazy, ankehitriny. Tsy atao mahagaga izany satria efa fanao sy faheno ny manome valin-teny ara-teknika manoloana ny tranga na olana. Ho an’ny tambajotra famatsiana herinaratra eto Antananarivo sy ny manodidina (Antsirabe, andrefana, …), « tsy ampy ny rotsak’orana miteraka ny milina manodina herinaratra tsy afaka miasa ». Rehefa tonga indray ny fotoam-pahavaratra, “tototry ny antsanga ny milina any Andekaleka ka misy fahasimbana ireo milina manodina herinaratra”.

Efa nanomboka ny volana aogositra na septambra ny fiafaran’ny vanim-potoana ririnina, nisian’ny orana. Nanomboka ny volana oktobra ny delestazy eto Antananarivo, nanamarinana io fehinkevitra fa tsy ampy ny ranon’orana io, saingy “nailika” tany amin’ny “tsy fahampian’ny gazoala”, manodina ny milina mamokatra herinjiro ny olana.

Manomboka eo ny fahagagana satria “tsy nisy mihitsy ny delestazy nandritra ny 15 andro, nisian’ny fivoriambe Frankofonia teto Antananarivo. Vao tapitra io fotoana io, “naverina ny delestazy”, sady nahery vaika, maharitra adiny efatra indroa miatoana isan’andro.

Azo adika fa fandraisana ny mpanjifa ho toy ny zazakely izany, ary endrika sarimihetsika ihany ny nanombohana ny fotoam-pambolen-kazo tany Andekaleka farany teo. Hanamarinana izany, efa manana drafitrasam-pambolen-kazo ny Jirama, ary tafiditra ao anatin’izany ny any Andekaleka. Raha tsy hoe “sinema ihany koa any fambolen-kazon’ny Jirama”!

Randria

News Mada2 partages

Sport de plage : le beach hand à nos portes

A l’instar des autres disciplines collectives, le monde du handball se met à l’heure du beach petit à petit. Sauf revirement inattendu, la Zone 7 Afrique accueillera la Coupe du monde du beach handball U17 qui se tiendra à l’île Maurice du 20 au 27 juillet 2017. Une proximité qui amènera le parfum de cette compétition jusqu’à Madagascar, un pays insulaire propice à ce genre de discipline sportive mais encore absent dans le milieu.

Viviers de handballeurs de talent, le Sud et le Nord de l’île sont des zones susceptibles d’adopter d’une manière fulgurante ce sport de plage comme c’est le cas en foot ou encore en volley. Mais reste à savoir la voie suivie dans l’implantation du beach hand si elle va mener vers le succès du beach-soccer ou le fiasco du beach-volley.

Bien que absent du programme de la Fédération malgache du handball, le beach hand a pris racine dans l’océan Indien et dans la Zone 7 Afrique dont fait partie Madagascar. Inévitablement, son développement ne se fera sans tous les pays membres. Maurice en est le fer de lance mais elle a besoin des autres îles comme la Grande île, Comores ou La Réunion pour son implantation.

Naisa

News Mada2 partages

Livres : Môssieur Njo signe «Lisy Mianjoria»

Anjoanina Harivahy, plus connu sous son nom de plume Môssieur Njo, aime se frotter à la fiction. Son dernier roman «Lisy Mianjoria» qui vient tout juste de sortir aux éditions Ranja Soa Publishing, ne fait pas exception.

Après des années de recherches, de lectures et de rencontres, Môssieur Njo s’est attelé à l’écriture de «Lisy Mianjoria» en 2013. Il propose aux bibliophiles son chef-d’œuvre, savamment pensé. Fort de ses 350 pages, ce livre intégralement en langue malgache est enrichi de belles illustrations de Catmouse James. Entre réalité et fiction, ce roman nous plonge dans le monde fantaisiste d’une jeune fille dénommée Lisy.

«…Sans prévention d’aucune sorte, la capitale est complètement dévastée, tout comme la Grande île.  Un soir, Lisy fait irruption dans la chambre à coucher de Rabe, lui raconte que là, quelque part, se trouve une nouvelle ville des Mille, un nouveau Madagascar, plus propre, plus serein et plus moderne. Lisy invite Rabe à se lancer avec elle dans cette aventure», c’est en ces termes que l’auteur décrit le contexte dans lequel évolue le personnage. Môssieur Njo s’attache surtout à démontrer qu’ Antananarivo a encore de l’espoir. Au-delà de ces images lugubres qui ternissent cette ville, à cause notamment de la pollution atmosphérique et de l’insécurité grandissante qui y règne.

«Lisy Mianjoria» est le premier roman de Môssieur Njo.  Il a cependant sorti deux recueils de nouveaux intitulés «Litera sy baraingo» et «Livre Q» en 2009.

Joachin Michaël

 

L'express de Madagascar2 partages

Connivence des bailleurs de fonds

Sitôt dit , sitôt fait. Et si la conférence des bailleurs de fonds et des investisseurs à Paris était une mascarade ?  Il y a tout lieu de le croire à en juger la suite des évènements. Les 10 milliards de dollars réunis dans la capitale française sont plutôt des fonds déjà ventilés que promis ou à rechercher. A preuve, dès son retour à Tana le Président Rajaonarimampianina s’empresse, soit de poser la première pierre d’une unité industrielle, d’une centrale solaire ou hydroélectrique, soit inaugurer une infrastructure dont la construction s’est faite dans une totale discrétion. Ainsi, bien avant son retour on a annoncé l’octroi du futur barrage hydroélectrique de Volobe au groupe Hassanein Hiridjee pour un montant de 825 millions d’euros. Puis il a posé la première pierre de la centrale solaire d’Ambatolampy de 25 millions d’euros qui sera construite par le Groupe Green Yellow. Dans la foulée il a inauguré l’usine militaire de Moramanga laissée à l’abandon depuis 37 ans mais remise en marche pour fabriquer armes et munitions afin de conforter le socle du pouvoir.Le Président a tout à fait raison d’affirmer que l’argent est déjà à la disposition de l’État étant donné que dans la totalité de la somme, ont été prises en compte certaines contributions annoncées antérieurement par les bailleurs de fonds traditionnels comme le FMI, l’Union européenne ou la Banque Mondiale. Ce qui est nouveau c’est la participation des investisseurs privés. En fait, la conférence de Paris servait à avoir la caution des bailleurs de fonds sur le partage des marchés dans divers secteurs que l’État a effectués unilatéralement sans appels d’offres et sans aucun aval du Parlement comme c’est la règle dans tout grand projet. Tout a été maquillé par le fameux partenariat public-privé dont Ravalomanana a été l’inventeur, pour favoriser ses entreprises aux frais de l’Etat.La cession de blocs miniers un peu partout fait partie de ces contrats signés par l’État au titre d’un marché de gré à gré.Voilà donc les bailleurs de fonds plus ou moins floués alors qu’ils réclament justement une bonne gouvernance et une transparence dans la passation des marchés publics. C’est loin d’être le cas. On sait que tout manquement à l’orthodoxie financière internationale risque d’exposer l’État à une suspension, voire une rupture de la coopération avec les bailleurs de fonds. On ignore si cette grande braderie de Madagascar sera considérée comme les fameux financements parallèles du tandem Zafy – Andriamanjato. En tous cas, Rajaonarimampiania semble avoir les mains libres et agir comme bon lui semble, vu l’appréciation de la situation par le FMI qui trouve qu’on est sur la bonne voie et la Banque Mondiale, qui note une croissance de 4,1 % du PIB. C’est l’économie dans sa forme abstraite. Les réalités sur le terrain sont loin de traduire cette éclaircie. L’État vient de déclarer l’état d’urgence dans le Sud, frappé par une famine chronique après plusieurs appels de détresse des organismes internationaux. À Tana, on continue à vivre sans eau ni électricité et en pleine insécurité. À se demander si une manufacture d’armes constitue une priorité dans cette situation de dénuement total. D’autant plus qu’elle servirait plutôt à gaver de balles les opposants et les contestataires et à sécuriser les 10 milliards de dollars des braquages. Gouverner c’est prévoir.

Par Sylvain Ranjalahy

Madaplus.info1 partages

Sécurisation de la ville d’Antananarivo pendant les fêtes

Presque partout dans la capitale, plusieurs éléments des forces de l’ordre sont présents pour la sécurisation des fêtes au mois de décembre et de janvier.
Pour la police nationale, la mesure de sécurisation consiste à déployer environ 800 policiers dans la capitale. Des agents en tenue civile traverseront aussi toutes les rues et les ruelles de la capitale surtout là où les pickpockets sévissent. En effet, ces derniers augmentent actuellement surtout en cette période festive selon la police afin d'assurer des fêtes sereines à la population.
La gendarmerie nationale va aussi déployer ses éléments à partir aujourd’hui, dans les banlieues et surtout dans les zones rouges de la capitale. Des éléments seront aussi renforcés dans les campagnes et dans les régions là où les dahalo ravagent.
Madaplus.info1 partages

Des produits périmés inonderaient le marché

A la veille des fêtes, la vigilance est de mise quand il s’agit de faire ses emplettes. En effet, des produits, dont la date de péremption est dépassée, inonderaient le marché.
L’histoire des tonnes de riz avarié, bloqué au port de Toamasina, cultive la peur de la population quant à son possible mis au marché. Cette histoire a fait la une des journaux la semaine dernière. Maintenant, des ouï-dire que des produits périmés seraient déjà sur le marché. Les autorités compétentes y travaillent déjà pour endiguer la prolifération de ces produits et causer di tort à la population malgache.
Souvent ce sont les produits importés qui sont périmés suite à la facilité d’entrée de ces produits dans nos murs.
Tananews1 partages

Délestages : et un nouveau petit contrat juteux avec Jovenna, un

Un petit contrat de 3 mois certes, mais représentant l’équivalent de 100 milliards ar !

C’est couillon hein, avec de tels montants, on aurait pu en construire de nouvelles centrales solaires ?

Mais il n’y a pas de mystère, gouverner c’est toujours prévoir, et non pas se faire systématiquement avoir comme un bleu de la sorte. Et c’était dès le premier jour du mandat qu’il fallait agir et non pas 1060 jours après.

News Mada1 partages

Ady totohondry Olympika : mpanazatra 15 nahavita fiofanana

Nifarana omaly alahady teny amin’ny ivontoeran’ny Komity olympika malagasy (Kom), ny fiofanana «Aiba-1 star coach course», ho an’ny mpanazatra ady totohondry, miisa 15 avy amin’ny ligim-paritra enina dia Analamanga, Boeny, Matsiatra Ambony, Amoron’i Mania, Vatovavy Fitovinany, Antsinanana. Ilay manampahaizana Tonizianina, i Makrem Grami avy amin’ny Aiba no nizara ny traikefany, nanomboka ny 11 desambra lasa teo, teny amin’ny ANS Ampefiloha.Lohahevitra maro no norantovin’izy ireo, tamin’ity manampahaizana ity toy ny taktika sy ny teknika ary ny fivoaran’ny ady totohondry eran-tany. Teo koa ny fianarana ny lalàna vaovao mifehy ny taranja. Ankoatra izay, nisy koa ny fampiharana mivantana ka anisan’ny niofanana ny andraikitry ny mpanazatra, toy ny fomba fitarihana fanazarantena, ny fanomezana toro-marika amin’ny fitondrana ady. Nofaranana tamin’ny fanadinana ny fiofanana. Marihina fa taratasy fanamarinana fandraisana anjara no nozaraina tamin’ireo mpanazatra fa mbola alefa any amin’ny foiben’ny Aiba ny fanadinana nataon’ireo mpanazatra ireo, izay vao ho fantatra izay hahazo ny «grade 1 étoile», fepetra takiana hahazoana mitondra atleta. «Fantatro tsara ny ady totohondry malagasy, fony aho mbola niady. Tokony hiray hina hampandroso ity taranja ity ianareo, ary manantena aho fa hahita malagasy hiatrika ny lalao Olympika amin’ny taona 2020», hoy i Makrem Grami. Marihina fa avy amin’ny «solidarité olympique» sy ny Aiba, ity fiofanana ity.

 Torcelin

News Mada1 partages

Beach soccer – “Can 2016” : voahosotra ho tompondaka i Sénégal

Ny ekipan’ny Liona-n’i Teranga avy any Sénégal no voahosotra ho tompondakan’i Afrika (Can 2016), eo amin’ny taranja beach soccer. Fihaonana, notanterahina tany Lagos Nizeria ary nifarana ny alahady lasa teo. Resin’izy ireo, tamin’ny isa mazava 8 noho 4, teo amin’ny famaranana. Faninefany amin’izao izany, nandrombahan’i Senégal ity anaram-boninahitra ity. Araka izany, hiatrika ny “Mondial 2017”, tanterahina any Bahamas, ny 27 aprily ka hatramin’ny 7 mey ho avy izao, i Sénégal sy Nizeria izany.

Laharana fahadimy kosa ny Barea de Madagascar, tamin’ity andiany 2016 ity. Resin’ny ekipam-pirenena malagasy, tamin’ny isa tery 4 noho 3, teo amin’ny lalao fiadian-toerana ny Elefantan’i Côte d’Ivoire. Marihina fa nihemotra be ny Barea tamin’ity. Raha laharana voalohany 2 taona lasa, dia izao nivarina fahadimy izao. Raha tsiahivina, faharesena 2 sy fandresena 3 ny vokatra azon’ny Barea tamin’ity Can 2016 ity.

 Tompondaka

News Mada1 partages

Tenisy – «Wilson Open 2016» : nanao pao-droa Rasolondrazana Jacob

 Anjakan’ilay Malagasy, Rasolondrazana Jacob,  ny fifaninanana tenisy tanterahina atsy amin’ny Nosy Maorisy. Norombahiny indray mantsy ny “Wilson open 2016”, “tournoi” mamarana ny fihaonana, atsy Maorisy.

 

Nanao pao-droa, Rasolondrazana Jacob teo amin’ny fiadiana ny amboara «Wilson open 2016 », taranja tenisy. Fifaninanana notanterahina tao amin’ny Petit-camp Maorisy, ny faran’ny herinandro lasa teo. Nanjakan’i Jacob tanteraka ny lalao izay adin’ny samy Malagasy ny famaranana, teo amin’ny olo tokana. Seta 2 noho 1 (6/3 ; 6/7 (5) , 6/1) ny nandreseny an-dRandriamanantsoa Jean-Richard. Tsy vao izao akory izy mirahalahy ireto no nihaona fa efa imbetsaka ary matetika, tsy afa-bela amin’i Jacob i Jean-Richard.

Mbola lasan’i Jacob ihany koa ny lalaon’olon-droa, izay niarahany tamin’i Rambojun Hemanshu. Lavon’izy mirahalahy ireo tamin’ny seta 2 noho 0 (6/4 ; 7/5) Randriamanantsoa Jean-Richard sy i Kwok Yin Siong Yen Anthony.

Azo lazaina dia nanjakan’i Jacob avokoa, araka izany, ny tenisy atsy Maorisy satria lasany avokoa ny fandresena tamin’ireo fifaninanana rehetra natao tany an-toerana, tamin’ity taona ity. Marihina fa fifaninanana manakatona ny taom-pilalaovana atsy Maorisy ny “Wilson open 2016”.

Teo amin’ny vehivavy, nahazo ny voalohany i Amélie Boy, rehefa nandresy an’i Sarah Introcaso, tamin’ny seta 2 noho 0 (6/4 ; 6/4). Tsiahivina fa nanilika an’i Astrid Tixier, laharana voalohany atsy Maorisy, i Amélie.

Ankoatra izay, ho an’ireo mpilalao zandriny eto Madagasikara, efa eo am-panomanana ireo hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika Aostraly, sokajy U14 sy U16 lahy sy vavy, tanterahina any Windhoek Namibia, ny 9 ka hatramin’ny 18 janoary 2017, ny federasiona malagasy.

 Torcelin

News Mada1 partages

Tennis : carton plein pour Jacob Rasolondrazana

Jacob Rasolondrazana fait parler de lui dans son pays d’adoption qu’est l’île Maurice. Les tournois s’y sont suivis mais se sont ressemblés, vu sa domination outrageante dans le tableau masculin en simple. Son dernier succès en date n’est autre que le tournoi de clôture de la saison, dénommé Wilson Tennis Open.

Mais avant ce succès final, il a glané, «chez lui», pas moins de sept titres cette saison dont le sacre, au début, au Luxe Grand-Gaube Open.

Un démarrage en trombe qui l’a conduit loin malgré quelques tournois lâchés au profit de ses adversaires, comme cela a été  le cas du Swan Open ravi par Andy Ratsimandresy ou encore le Yop Open adjugé par Jean-Richard Randriamanantsoa.

Les autres compétitions sont toutes tombées dans son escarcelle comme le Gymkhana Open, tournoi Vital, Mauritius Union Group Open, entre autres.

Ses compatriotes ne sont pas en reste

Bien que Jacob Rasolondrazana ait fait une énorme saison, cela n’occulte en rien la performance de ses compatriotes à Maurice, à l’image de Jean-Richard Randriamanantsoa, Zarah Razafimahatratra, Andy Ratsimandresy qui ont chacun obtenu un sacre en simple tandis que Finaritra Andriamadison et Manuella Robinson ont brillé en double chez les U14 filles au circuit junior de l’ITF.

Naisa

Tananews1 partages

Anthelme Ramparany empoisonné

Lors du Congrès HVM à Fianarantsoa, oui oui celui la même qui s’est autoproclamé « parti le plus fort de Madagascar« , l’ancien Ministre de l’environnement devenu député a été empoisonné pendant un cocktail.

Tiens tiens, avec cette histoire de procès à Singapour, celui qui s’est juré de « combattre jusqu’à la mort le trafic de bois de rose » ne serait-il pas devenu un peu gênant par hasard ?

Une affaire qui n’est  pas sans rappeler une autre, celle du défunt Ministre de l’énergie, Rodolphe Ramanantsoa, décédé après avoir bouffé des moules avariées. Ou des huîtres.

L'express de Madagascar1 partages

Hélène Segara – « Donner de son temps et de son amour »

Très attendue pour sa première venue dans la Grande île, Hélène Segara est fin prête à émerveiller le public. Les deux soirées programmées s’annoncent mélodieuses et chaleureuses.

Généreuse et dotée d’un capital fort sympathique, aussi bien dans l’Hexagone qu’ici à Madagascar, Hélène Segara vient de débarquer au pays pour captiver et enchanter un public de mélomanes privilégiés, dans le cadre de deux rencontres musicales qui s’annoncent exceptionnelles. Véritable icône de la musique francophone, Hélène Aurore Alice Rizzo, de son vrai nom, promet de belles surprises pour tous ceux qui se joindront à elle, au Centre de conférence international d’Ivato (CCI), ce soir à partir de 20 heures.Sa prestation intervient dans le cadre de la célébration du Centenaire du Lions Clubs International, et d’une collecte de fonds pour subvenir à la réhabilitation de quelques écoles primaires publiques de la ville des Milles. Pour l’occasion, Hélène Segara entend bien envouter ses fans. Ayant marqué toute une génération de mélomanes francophones de part et d’autre du globe, la chanteuse réserve toute une épopée musicale enchanteresse au public du CCI, ce soir. Et ce, à travers ses plus grands tubes que le public malgache connaît et apprécie particulièrement, entre autres « Elle, tu l’aimes », « Tu vas me quitter », chansons de la comédie musicale « Notre Dame de Paris » par laquelle elle s’est fait découvrir. Pour l’incontournable « Vivo per lei », elle sera accompagnée d’un jeune ténor malgache avec qui elle partagera ponctuellement la scène.Elle se plaira aussi à chanter les nouvelles compositions issues de son dernier album « Amaretti » sorti fin septembre, dont une chanson de Dalida, « Histoire d’un amour » qu’elle reprend avec brio.

Proche du publicDe l’Europe toute entière à Madagascar, elle conquiert toujours le public par son charme naturel et sa voix, et surtout avec cette humilité légendaire qui l’anime et qui fait sa renommée. « J’arrive dans un pays où je ne suis jamais venue, mais où je suis connue et cela me touche beaucoup. De plus, Madagascar est un pays que je voulais connaître car c’est un pays réputé pour son hospitalité et la joie de vivre de sa population. D’ailleurs je n’ai pas encore connu un Malgache qui n’a pas le sourire aux lèvres, et rien que çà, çà m’enchante énormément », confie Hélène Segara.Outre le rendez-vous au CCI Ivato ce soir, la chanteuse se retrouvera sur la scène du Carlton à Anosy demain soir, pour une soirée qui s’annonce plus convivial,e car privilégiée et exclusive. Certes, les billets ne sont pas à la portée de tous, mais Hélène Segara tient à rassurer le public. Elle souligne « Nous faisons cela avec le Lions Club, pour une bonne cause. Or j’aurais aimé être ici dans le cadre du Sommet de la francophonie pour un concert gratuit. Mais là, on espère surtout fédérer les grandes entreprises à notre cause pour promouvoir l’éducation des jeunes et veiller à ce qu’ils ne manquent de rien. De plus, je suis convaincue qu’il faut savoir donner de son temps et de son amour ». Marraine d’une vingtaine d’associations, Hélène Segara s’est toujours affirmée comme étant proche de son public, un privilège dont elle se délectera particulièrement avec le public malgache.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Une unité anti-drogue

L’administration douanière va mettre en place une unité anti-drogue. En effet, la lutte contre le trafic des stupéfiants, et des médica­ments contrefaits figure parmi les priorités mention­nées dans le plan d’action de la surveillance douanière. L’annonce a été faite par Dieudonné Manantoha directeur des Services extérieurs de la douane lors de la séance d’informa­tion initiée par le Comité interministériel de lutte contre la drogue (CILCD) et le Comité interministériel de lutte contre le marché illicite des médicaments contrefaits (CILCMIMC), le 13 décembre dernier.

L'express de Madagascar1 partages

Semaine du fonc­tionnaire

L’Opération « Semaine du fonctionnaire » conti­nue cette semaine auprès des 56 agences de la BNI Madagascar. Les agents de l’État peuvent ainsi profiter d’une remise de 80% sur les offres qui leur sont dédiées. En sous­crivant au « Pack Mpiasam-panjakana », le client bénéficie à la fois d’un compte bancaire, un compte mobile lié au compte bancaire grâce au service Kintana, une carte Visa nationale, des outils de gestion de compte multi-support.

L'express de Madagascar1 partages

Une pluie d’étoiles en conseil des ministres

Le conseil des ministres d’hier, qui s’est tenu au palais d’État d’Iavoloha, a nommé plusieurs nouveaux généraux de brigade et de généraux de division. Parmi ceux qui ont été promus le général Lantoarinjaka Razafindrakoto, chef d’État major général de l’armée Malagasy (CEMGAM), le général Jean de Dieu Daniel Ramiandrisoa, commandant de la gendarmerie nationale et le général Florens Rakotomahanina, commandant de la Circonscription interrégionale de la gendarmerie nationale (CIRGN), d’Antananarivo.

Tananews0 partages

Affaire Augustin Andriamananoro : jugement ce 23 décembre

4 heures de procès aujourd’hui et un jugement qui sera donc rendu ce vendredi 23 décembre 2016.

En attendant, Augustin Andriamananoro retourne donc à Antanimora.

Wait and see donc jusqu’à vendredi.

Tananews0 partages

Orange Madagascar : accès difficile aux sites sécurisés

En gros ce sont les sites qui commencent par https://

Ca devient franchement pénible tout cela.

Heureusement qu’il y a la connexion Telma en backup sur ce coup la, merci Telma.

Tananews0 partages

2 députés TIM ont voté le Code de la Communication et la Loi des Finances 2017

Ah la la, la discipline du Parti n’est plus ce qu’elle était.

Ou c’est plutôt : « aux chiottes la discipline » et vive les petites mallettes ?

Dans tous les cas, les députés Guillaume Ravahimanana, élu à Miarinarivo et Benjamin Andriamitantsoa, élu à Anta­na­narivo-Avaradrano, sont donc bien partis pour être radiés du TIM.

Tananews0 partages

2018 : le HVM réclame la candidature de sa Seignhery

Bin voyons, comme si sa Seignhery n’allait pas se représenter pour un deuxième mandat.

Et il va promettre quoi cette fois ?

Que les délestages seront résolus en 3 mois ?

3 mois après le cinquième mandat sans doute.

News Mada0 partages

Olona telo nosamborina tany Fianarantsoa : nisy nanapoizina tamin’ny toaka ny depiote Ramparany Anthelme

Narary mafy ka voatery nakarina aty an-dRenivohitra ny minisitra teo aloha sady depiote HVM, voafidy tany Mananjary, Ramparany Anthelme. Voalaza fa voapoizina tamin’ny toaka tany Fianarantsoa ny tenany. Olona telo nosamborina tamin’izao raharaha izao, ka vehivavy ny iray.

Araka ny loharanom-baovao, niaraka nisotro tamin’ny namany roa sy vehivavy iray teny Beravina ity minisitry ny Tontolo iainana teo aloha lasa depiote ity. Tsy salama ny tenany nandritra ny fiarahana izany ka nentina fiarakaretsaka. Nivadika tsy nahatsiaro tena ny tenany taorian’izany ka nentina teny amin’ny hopitaly Tambohobe. Narary, tahaka izany, koa ny namany iray. Niditra an-tsehatra ny mpitandro filaminana sy ny mpitsabo ka nanamafy fa tena voaporofo fa tratry ny fanapoizinana ny depioten’i Mananjary, Ramparany Anthelme. Tsy hita ny vola tany aminy mitentina enina tapitrisa Ariary sy ny findainy. Tsy niandry ela fa nosamborina avy hatrany ireo olona roa sy ilay vehivavy ary nanaovan’ny zandary any an-toerana fanadihadiana.

Nentina nampiakarina aty Antananarivo  kosa ity minisitra teo aloha ity hanaraka fitsaboana. Hatramin’izao, tsy mbola nahazoam-baovao ny momba azy hatramin’ny fotoana anoratana.

Tsiahivina fa anisan’ireo niatrika ny kongresim-paritry ny antoko HVM tao Fianarantsoa ny  tenany ny asabotsy teo. Andrasana ny tohin’ny famotorana sy ny fanadihadiana.

Synèse R. 

 

News Mada0 partages

Sefafi : « Fampanantenana fotsiny ny 200 tapitrisa Ar isaky ny distrika »

« Fampanantenana fotsiny no mba ataon’ny fanjakana fa handrotsaka vola ho fampandrosoana ny faritra mitentina 200 tapitrisa Ar ho an’ny distrika tsirairay ankehitriny », hoy ny fanambaran’ny Sehatra fanaraha-maso ny fiainam-pirenena (Sefafi), ny 17 desambra, « Fanapariaham-pahefana: ahoana ny amin’ny famindrana ny vola iasana? ». Ny hany azon’ny kaominina atao, manolotra tetikasa hoe lohalaharana any amin’ny Komitim-paritra ho an’ny fampandrosoana (CLD) natsangana isaky ny distrika.

Tsy mahazo famatsiam-bola ny kaominina

Manindrahindra ny fanatanterahana ny fanapariaham-pahefana ny fitondrana; farafaharatsiny, tokony hitana ny teniny. Ankehitriny, maro ny kaominina mbola tsy nahazo manontolo ny famatsiam-bola hoenti-miasa noferan’ny lalàn’ny tetibola 2016.

Takin’ny lalàna ny hanavaozana ny tomponandraikitry ny fokontany isaky ny vita ny fifidianana kaominina. Tsy mbola nisy vita izany, efa ho roa taona sy tapany izay. Mbola ratsy lavitra noho izany, nanohy nanatontosa ny adidiny ireo lehibem-pokontany: tsy nahazo ny tambin-karama. Manahirana ny fanjakana ny mandoa azy ara-potoana, nefa vola kely dia kely.

Mikiry hitantana ny vola ankolaka hatrany ny fanjakana

Mbola tsy tafapetraka ny faritra, ny lehiben’ny distrika miaraka amin’ny depiote no hanapa-kevitra amin’ny hampiasana ny vola fanampiana ny kaominina. Tsy lasan’ny kaominina ny fifehezana ny vola natokana hampiasaina any aminy, fa noraisin’ny fitondrana foibe tamin’ny alalan’ny distrika.

Na vy nahitana ny famoronana ny tahiry ho fampandrosoana ny faritra aza ny depiote, tokony hampiasa azy ny kaominina mandrafitra ny boriborintany. « Raha mbola mikiribiby hitantana ny vola ankolaka hatrany ny fanjakana, aoka hatsahatra ny fanapariaham-pahefana », hoy ny fanambarana.

Misy kaominina 40 mahaleo tena ara-bola

Tamin’ny 2004 no natsangana ny faritra. 12 taona izay ireo fanjakana nifandimby, tsy nahavita nampanao fifidianana mifandraika amin’ny vondrombahoaka antenantenany: faritra, faritany. Soa ihany, mba nisy kaominina 40 eo ho eo nahatratra ny faritry ny fahaleovantena ara-bola sy ara-pitondrana noho ny fiarahana tamin’ny mpiara-miombona antoka ara-teknika sy vola avy any ivelany. Nefa miisa 1 695 ny kaominina.

R. Nd.

News Mada0 partages

Fiainana antoko : nampiseho ny heriny tao Fianarantsoa ny HVM

 Nosantarina tao an-dRenivohitry ny faritra Matsiatra Ambony, Fianarantsoa ny kongesim-paritry ny antoko HVM ny faran’ny herinandro teo. Nahavory mpikambana maro ao an-toerana, notronin’ireo avy any amin’ny faritra hafa izany, ankoatra ireo vahoaka tonga niatrika ny hetsika. Noporofoin’izy ireo ny maha lohany nibatana ny fandresena tamin’ny fifidianana filoham-pirenena. Nizara vaomiera ireo mpizaika taorian’ny lahateny fanokafana. Teo ny  vaomiera sosialy nijerana ny fanabeazana sy ny tanora ary koa ny fahasalamana sy ny kolontsaina. Manampy izany ny fampandrosoana ka hanohizana ny fanorenana fotodrafitrasa. Eo koa ny tsy fandriampahalemana anisan’ny tena olana ho an’iny faritra iny. « Arahi-maso ny fitsarana… Tokony hovahana ny olan’ny fahantrana… Ny fitsanganan’ny olon-kendry isaky ny kaominina..Haverina ny bokim-bahiny… » hoy ny tatitry ny vaomiera iray.

Amin’ny ankapobeny, nahomby sy mendrika ny fandraisan’ny tao Matsiatra Ambony ny kongresy. Hitohy any Antsiranana indray izany amin’ny voalohan’ny taona ary any Toamasina avy eo.

Synèse R.

News Mada0 partages

Andraharo : nanaitra ny Pnud amin’ny tsy fanarahan-dalàna ny Mapar

 Nitady lalan-kafa. Nanao rodobe teny amin’ny foiben-toeran’ny sampandraharahan’ny Firenena mikambana misahana ny fampandrosoana (Pnud), omaly, ny lohandohan’ny Mapar. Nanatitra taratasy fampahafantarana ny toe-draharaham-pirenena izy ireo.

 

« Nanatona ety izahay mpikambana nanatitra  taratasy fanairana sy fampahafantarana azy ireo ny fanosihosena ny lalàmpanorenana sy ny lalàna ary koa ny zon’olombelona », hoy ny depiote sady mpandrindra nasionalin’ny Mapar, Razanamahasoa Christine. Nohitsiny fa tsy afa-bela amin’izany tsy fanarahan-dalàna izany ny firenena ary eo koa ny fanenjehana tsy misy fiafarany ny Mapar. « Manoloana izany rehetra izany, miantso azy ireo izahay mba hanokatra ny masony. Mba hihaino ny sofiny ka hijery akaiky sy hanara-maso ny tsy fanarahan-dalàna samihafa mihatra eto amin’ny firenena « ? hoy ihany izy. Natsidiny fa mbola handeha hitety ny Vondrona afrikanina (UA) sy ny eo anivon’ny Vondrona eoropeanina (UE) ity vovonana naorin-dRajoelina ity.

Didy fampisamborana sy fidirana am-ponja

Na tsy nivantana aza, anisan’ny anton’izao taratasy izao ny fanenjehana mahazo ny loholona Lylison amin’ny namoahana didy fampisamborana azy. Fa eo koa ny nampidirana am-ponja vonjimaika (MD) ny filoha lefitra, Andriamananoro Augustin. Samy olon’ny Mapar avokoa izy ireo.

Mandra-piandry izany, hanaraka akaiky ny raharaham-pitsarana etsy Anosy, anio, ny Mapar. Miankina amin’izany ny ho avy ara-politikan’ity niantoka ny fampandaniana ny filoha Rajaonarimampianina ity tamin’ny fifidianana filoham-pirenena teo ireny.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Vokatra vaovao : hamoaka ny “Ambony moraly” i Lady Nanou

Eo am-panomanana ny rakikira faharoa, amin’izao fotoana izao, i Lady Nanou, araka ny nambaran’ny lehiben’ny tarika, izay tsy iza fa ny rainy. Dingana lehibe ho an’ny mpanakanto ny fahavitana izany, saingy mbola mipetraka ho olana, mambotry ny mpanakanto, ny mpanao piraty. “Hataka an-tanan-droa ataonay mpanakanto amin’ny Omda ny ikarohany mihitsy  hevitra iadiana amin’ity “piratage” ity”, hoy hatrany izy. “Ambony moraly” ny lohahevitr’ireo hira ao anatin’io rakikira hivoaka tsy ho ela io.

Tsy mora mahamamo ny mihaino ny vazon’ity tarika mpihira avy any Alaotra ity. Ampiasainy amina lohahevitra samihafa, toy ny vavaka, fifankatiavan’ny lahy sy ny vavy, fitiavan-tanindrazana, olam-piarahamonina, sns, ny gadona rehetra. Matetika, manentana ny vehivavy mba hihetsiketsika ho an’ny vadiny ihany koa ny tononkirany. Fa miresaka indrindra koa ny fitiavana ny faritra niaviana, dia Antsihanaka, izy ireo. Lohatenina hira iray ao amin’ilay rakikira navoakan’ny tarika herintaona lasa mihitsy io.

Nampandihy fotsiny teo am-piandohana no nataon’ny tarika”, hoy Rasoamananjara Nanou Lady, mpihira nanome anarana ny tarika. “Nitsiry tao anatin’izany ny fanapahan-kevitra hamoron-kira an’ny tarika madiodio”, hoy ihany izy. Arakaraka ny ventin-kevitra voizina ao anatin’ny hira no ifidian’ny tarika gadona.  Eo koa ny fitafy sy ny dihy mandravaka sy mampiaina ny sehatra. Efa an-dàlana mankany amin’ny matihanina tanteraka ry zareo ato amin’i Lady Nanou, izay saika mpihavana avokoa.

Rarivo

News Mada0 partages

Rabesaiky Luc : « Tsy misy tarika Ny Ainga roa »

Ny Ainga, tarika anisan’ny mahavita fampisehoana sy fitetezam-paritra maro ao anatin’ny taona… Na izany aza, tsy ity tarika manana ny maha izy azy ity velively no nanatanteraka ilay seho tao Toamasina ny alahady teo.

« Efa nisy ny fanambarana nataonay tany amin’ny haino aman-jery any Toamasina, fa noho ny fitarainana sy fahadisoam-panantenana nahazo ny vahoakan’i Toamasina, voatery mamerina fanazavana izahay », hoy Rabesaiky Luc Marie, filohan’ny tarika Ny Ainga, omaly. Nohazavainy fa « olona tsy ao amin’ny tarika Ny Ainga intsony sy olona tsy fantatra no nitonona ho tarika Ny Ainga nandray anjara tamin’ny fampisehoana tamin’ny seho notontosaina tao amin’ny kianja Soavita Toamasina, ny alahady18 desambra teo. Ny mpikambana efa tsy ao anatin’ny tarika Ny Ainga intsony, tsy afaka mampiasa ny sariny amin’ny anaran’ny tarika Ny Ainga sy tsy mahazo mampiasa ny tsanganasan’ny tarika Ny Ainga… Tsy misy tarika Ny Ainga roa ». Nohamafisin’i Luc fa « tsy azon’ny tarika Ny Ainga tontosaina ny fampisehoana rehetra tsy nandalo sy tsy nahazo fankantoavana avy amiko (filohan’ny tarika araka ny artikla 11 mifehy ny tarika) sy i Do. Handray fepetra manoloana iny fisolokiana sy fisandohana marindrano iny izahay ».

Mampanantena ny vahoakan’i Toamasina i Luc fa « hisy ny fampisehoana goavana sy miavaka amin’ny fahita hatramin’izay hotontosain’ny tarika Ny Ainga aty an-toerana amin’ny taona 2017 ».

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Kamiaon’olona no nakany vola an-tapitrisa : voasambotra ilay ramatoa mpanao fisolokiana avo lenta

 Tsy misoratra eny amin’ny tava tokoa ny asa ratsy ataon’ny olona. Ramatoa iray, 44 taona monina eny Ambohimiandra, voalaza fa mpisoloky no voasambotry ny polisy avy ao amin’ny poste de police Ilanivato ny zoma, 16 desambra teo, tokony ho tamin’ny 5 ora hariva teny Ampasika.

Ny zoma tolakandro tokony ho tamin’ny 2 ora, rangahy iray nilaza ny hividy fiara kamiao nentina mpanera teny Ampasika . Rehefa tonga teny izy ireo, naseho ilay fiara kamiao Mercedes Benz 1113, izay voalaza fa hamidy.

Tamin’izay no nipoitra ilay ramatoa voalaza etsy ambony ary nilaza fa tompon’ny fiara. Raikitra ny ady varotra ka 13 tapitrisa Ar no nifanarahana. Rehefa voamarin’ilay rangahy hividy ny fiara fa ara- dalàna tsara ny taratasy mahakasika ilay fiara, niroso tamin’ny fanavaona taratasy fifampivarotana teny amin’ny firaisana ny roa tonta. Rehefa vita ny taratasy fifampivarotana, nangataka “avance” 5 tapitrisa Ar  ilay ramatoa io, fa ny ambiny kosa aloha rehefa maka ilay fiara ilay rangahy ny harivan’iny.

Tsy hita izay nanjavonan’ity mpisoloky raha vao azony ilay vola. Nandeha teny Ampasika avy hatrany ilay rangahy ka akory ny hagagany fa efa velona ilay fiara ary efa saika hivoaka ny vavahady. Nobahanany ny vavahady. Rehefa nifandrirarira teo ilay rangahy sy ny mpamily, nipoitra ramatoa nilaza fa efa lasan’ilay mpividy ny kamiao, fa saika entina haka entana fotsiny.  Tsy nanaiky anefa ilay rangahy fa niantso polisy avy hatrany. Tonga teny an-toerana ireto farany ka noraisim-potsiny ramatoa.

Kara-panondro hosoka

Tamin’ny famotorana natao azy no nahafantarana fa tsy azy ilay kamiao fa ana rangahy iray hafa izay mpifati- drà aminy. Efa ho roa taona izay no nipetrahan’io fiara io tany amin’ilay ramatoa ka izy no mampiasa azy.

Voamarina fa hosoka ny kara-panondro nampiasain’ity vehivavy ity. Nampitoviana tamin’ny anarana tao amin’ilay “carte grise” ny anarana tao amin’ny kara-panondrony fa ny sary no azy. Nilaza moa izy fa vao roa volana izay no nanaovany ilay kara-panondro hosoka tany Marovoay. Tonga teny amin’ny biraon’ny polisy ilay rangahy tena tompon’ilay fiara nitondra ny taratasy rehetra manamarina fa azy tokoa ilay kamiao.

Araka izany, tsy zava-baovao amin’ity ramatoa ity ny fisolokiana. Misy ihany koa ny mpiray tsikombakomba amin’ny fanamboarana kara-panondro sandoka, tsy eto an-dRenivohitra fa any amin’ny faritra any. Mahazo vahana tanteraka izany fanao izany amin’ny faritra maro. Tsy misy ny fanaraha-maso, mangingina eo ny raharaha.

Yves S.

News Mada0 partages

Mandabe : dahalo 4 sy olona 2 namoy ny ainy

Ny alakamisy lasa teo, nisy ny fanafihan-dahalo mirongo fiadiana mahery vaika tao amin’ny fokontany Ambalatandroy, any amin’ny kaominina Mandabe, faritra Menabe iny. Dahalo miisa eo amin’ny 50 mahery no nanafika ka  omby 100  no voaroba tamin’izany. Nandritra ny fifampitifirana teo amin’ny dahalo sy ny mpanara-dia no nahavoatifitra ny zandary iray.  Nijanona ny fanarahan-dia ka niverina nitondra ny maratra ny rehetra, ary navela ny omby. Nahita izany ny kalony ao amin’ny fokontany Morarano, nandray nanohy ny fanarahan-dia ka nifanandrina tamin’ireo dahalo. Dahalo iray no maty ary sady  tafaverina ny omby. Ny zoma kosa indray, nanao tampody fohy ireo dahalo ka nanafika ny tananan’i Morarano, ary naka omby 45. Nisy ny fifanjevoana nandritra ny fanarahan-dia ka dahalo telo no matin’ireo kalony, ary roa tamin’ireo kalony no maty voatifitra. Anisan’ny maty tamin’izany ny tompon’ny omby ary tsy mbola tafaverina ireo hatramin’izao. Araka izany,  mbola mafampana  ny halatra omby amin’iny faritry Menabe iny.

CMS

News Mada0 partages

Mpiasan’ny CUA : nohamafisina ny fitakiana tombontsoa

Notontosaina ny faran’ny herinandro teo tetsy amin’ny Kianja mitafon’i Mahamasina ny  fihaonamben’ny mpiasa rehetra eo anivon’ny kaominina Antananarivo  Renivohitra izay nahitana ny sendikan’ny mpiasan’ny kaominina Antananarivo  Renivohitra (SMKAR) Naneho ny hetahetany nanoloana an-dramatoa ben’ny tanàna ireo mpiasa ka nitondra ny teny ho solontenan’ny maro ny filohan’ny sendika Rakotomaharo Tsinjo Ismaella.

Nitaky ny fijerena ny fitaovana izay tsy ampy ny mpiasa ka anisan’izany ny tsy fisian’ny fitaterana ny mpiasa intsony. Nitaraina koa ny mpiasa noho ny fahataran’ny karama indraindray. Tsy nohadinoina ny fijerena akaiky ireo mpiasa efa misotro ronono sy ny tombontsoan’izy ireny.

Nasiana resaka koa ny tokony hampitoviana ny fikarakarana ireo mpiasa maty eto amin’ny tanàna mba tsy hisy ny tombo syh ala miaraka amin’ny fijerena ireo vady aman-janany. Nivoitra tamin’ny fangatahan’ny mpiasa koa ny tokony hisian’ny fitsaboana amin’ny alalan’ny « pris en charge » ho an’ny mpiasa ka anisan’izany ny fanafody, « analyse », ny fidirana hopitaly….Tetsy andaniny, tsy nisalasala ny solontenan’ny mpiasa nilaza fa misy manome hoditr’akondro ny ben’ny tanàna ka mila mailo sy jerena akaiky. Nilaza koa ny filohan’ny sendikà izay niantefa tany amin’ny fitondram-panjakana ny amin’ny hanomezana fanampiana ara-bola ny kaominina Antananarivo izay tsy mbola naharay izany kanefa zon’ny tanànan’Antananarivo tanteraka ny fahazoana izany.

Namaly azy ny ben’ny tanàna fa vonona koa izy hanavao ny zavatra rehetra fa angatahana kosa ny fiaraha-miasa miaraka, ary mila fanajana sy fifampatokisana , firaisankina, fahavononana ary fitiavana izany…

Tatiana A

News Mada0 partages

Analamanga : des jeunes au Festival de Rennes

Madagascar s’est fait représenter par deux jeunes membres de l’association Fifanampiana malagasy au Festival de la Solidarité organisé à Rennes en France, cette année.

Les trois jours de cette manifestation internationale ont été dédiés à des séances d’échanges entre bénévoles des pays participants. La jeunesse et son vécu quotidien y ont été spécifiquement décortiqués, selon le rapport de la délégation malgache à son retour au pays. Les représentants malgaches ont révélé avoir acquis de nouvelles stratégies au cours de la rencontre pour impliquer davantage les jeunes dans le processus de développement. L’utilisation des réseaux sociaux pour leur sensibilisation figurera désormais dans la panoplie des jeunes membres de la Fifanampiana malagasy dans ce cadre, en plus des méthodes conventionnelles de l’association, selon les explications de Sabine et de Setraniaina, deux  bénévoles de la section Analamanga sélectionnés pour le festival.

Des projets sont en cours pour partager les acquis à tous les bénévoles de l’association sur tout le territoire national.

Manou

 

News Mada0 partages

Fampianarana FJKM : nivoaka ny andiany nahazo traikefa

Nivoaka ny herinandro teo, tetsy Amboniloha ny andiany fahatelo amin’ireo mpampianatra amperinasa eo anivon’ny FJKM, rehefa nahazo fiofanana sy nanovo traikefa. Miisa 24 izy ireo ary irahina hanatanteraka izany fiofanana azony izany any amin’ireo sekoly niaviany avy. Tanjon’ny fanofanana ny fanatsarana ny fahaiza-manaon’izy ireo sy ny hampivoatra ny fomba fampianarana mahazatra any an-tsekoly. Tafiditra ao anatin’izany ny pedagojian’ny taranja sy ny tetika ary ny paika fandrafetana ny fitsinjaranasa miaraka amin’ny fanomanana ny lesona.

Anisan’ny anton’izao ny hamaroan’ireo mpampianatra tsy nahazo fanofanana mialoha ny nidirana amin’io asa iray io. Nanohana izany tetikasa izany ny departemantan’ny « Missionnaire Suisse – Echange et mission ». Efa nisitraka ny fanofanana ireo mpampianatra eo anivon’ny fari-piadidiam-pampianarana FJKM miisa 26, nanomboka tamin’ny andiany voalohany ny taona 2008-2011.

Synese R.  

News Mada0 partages

Tsenan’ny fety : nifanitsakitro ny tetsy Mahamasina

Nanararaotra ny faran’ny herinandro teo ireo mpiantsena hanangonana ny kojakoja ilaina amin’ny fetin’ny Krismasy sy ny faran’ny taona. Tsy hisy intsony ny fotoana hahafahana miantsena ka nirodorodo tetsy Mahamasina ny mponin’Antananarivo nanararaotra ny hetsika “La Grande Braderie de Madagascar (GBM).

Nifanitsakitro ny mpiantsena. Lavareny ny filaharana niditra tao Mahamasina hatramin’ny alahady hariva. Niteraka fitohanana naharitra mihitsy izany nanomboka ny maraina mandra-pahalin’ny andro.

Nifanotofana ny tranoheva nisy ny karazana kilalao, indrindra ireo kilalao manaraka ny toetrandro tao amin’ny GBM. Nihoatra ny nandrasana ireo mpitsidika raha ny filazan’ny Madavision, mpikarakara, raha ny faran’ny herinandro teo fotsiny.

Tao ireo mpivarotra tsy naharaka ny tinady ny tolotra ka voatery nitady hevitra nifandraharaha tamina mpivarotra hafa nanomezana fahafaham-po ny mpanjifa. Ankoatra ny kilalao, nifanotofana ihany koa ny lamaody sy ny sakafo.

Nitohy omaly sy anio ny GBM etsy Mahamasina. Faradoboka anio ka manararaotra mandafo ny entany ireo mpivarotra hahafahana mampiditra entana vaovao amin’ny taona ho avy.

Tatiana A

News Mada0 partages

EPP Ambohitrarahaba : du « repas amélioré » pour les élèves

Un menu qui sort de l’ordinaire. La journée de vendredi a été exceptionnelle pour les  quelque 556 élèves de l’EPP Ambohitrarahaba, qui ont eu droit à un repas complet composé d’entrée, de plat de résistance et de dessert à la place du menu habituel qu’ils prennent chaque jour, sauf le mercredi, au sein de la cantine de l’école. Cette opération, baptisée «repas amélioré», résulte de l’initiative d’un couple malgacho-réunionnais, Laurence et Michael Valiamée, tous deux membres de l’association réunionnaise «Les amis de l’EPP Ambohitrarahaba».

«Une somme de 800.000 ariary a été octroyée à l’école pour préparer des repas fortifiants pour les élèves», a fait savoir le représentant de l’association à Madagascar, Rakotondriana Randimbison. Ces derniers peuvent manger à leur faim, grâce à l’appui de cette association mais les donateurs veulent faire plus pour eux à leurs propres frais, à l’occasion de la fête de la Nativité. Un appui qui se répercute de manière positive sur l’assiduité des élèves et les résultats scolaires. «Chaque année, l’école enregistre un taux de réussite de 100% au CEPE. Certes, ceci a régressé, à cause du changement dans la méthode d’enseignement, mais la chute n’est pas très flagrante par rapport au taux des autres établissements car 83,54 % de nos candidats ont empoché leur premier diplôme», a informé le directeur de l’EPP, Alfred Ralison.

Ce bon résultat encourage le partenaire de l’école à renouveler son engagement chaque année et ce depuis 2001. Mises à part la cantine et  les fournitures scolaires, les élèves ont également droit à des soins gratuits durant l’année scolaire.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Antsiranana : les droits des ECD à la loupe

La région Diana n’est pas en reste. Les équipes de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnaps) et du Trésor public ont mis le cap sur Antsiranana, la semaine dernière, en vue de soutenir les causes des employés de courte durée (ECD) dans cette région. Les différents responsables concernés, notamment ceux issus des services territoriaux déconcentrés et des services décentralisés, ou encore les gestionnaires des dossiers des salariés, ont été sensibilisés et ont reçu des formations sur le sujet. La session a permis de passer la réalité à la loupe.

Différents problèmes, notamment ceux liés à l’irrespect des procédures administratives, telle la gestion des dossiers, ont été évoqués comme cause de non-droit des personnels ECD. Mais les obstacles d’ordre financier ne sont pas non plus négligeables. Le SG de la  Commune urbaine d’Ambanja, Obaidillah Mohamady II,  ne les a pas niés. Il a reconnu que sa municipalité a rencontré des difficultés dans le versement des cotisations trimestrielles. Les arriérés en la matière sont énormes pour ladite commune dans la mesure où ces cotisations sont impayées depuis le dernier trimestre de 2014. La Commune urbaine d’Ambilobe enregistre un cas similaire, selon son SG Bruno Assimo. «Ce retard dans le paiement des cotisations des salariés n’est nullement un fait nouveau», selon le coordonnateur des antennes et des délégations régionales de la Cnaps, Joslina Tsaboto. Au moins, ces communes, via leurs représentants, se sont engagées à faire de leur mieux pour résoudre un tel problème.

Fahranarison

News Mada0 partages

Universités : un nouvel épisode de grève se profile à l’horizon

Un nouveau trouble en perspective dans les universités. Le Syndicat des enseignants-chercheurs (Seces) concocte un mouvement plus radical pour protester contre l’inertie de l’Etat face à ses revendications.

Des paroles en l’air. Jusqu’à l’heure, l’Etat n’arrive pas à  honorer les promesses qu’il a faites, via le ministère de tutelle, pour résoudre les crises en milieu universitaire, notamment celles relatives aux revendications des enseignants. A l’allure où vont les choses, la tenue d’une grève générale n’est pas à écarter. Le raz le bol commence à se faire sentir au niveau des membres du Seces, notamment ceux issus des universités de Toliara et de Mahajanga. Des grèves se profilent ainsi à l’horizon.

Selon les explications, cet éventuel mouvement risquant de mettre en péril le sort de cette année universitaire en cours  est motivée par le fait que rien de concret n’a été obtenu sur ce que les enseignants estiment leur revenir de droit.

Les indemnités suspendues cette année

Durant l’année universitaire 2014-2015, seule une partie de leurs revendications a été satisfaite, notamment, les indemnités de risques et de logement…après leur grève générale. Pour cette année, aucune somme correspondant à ces indemnités ne leur a été versée. «L’Etat a peut être besoin qu’on tire de nouveau la sonnette d’alarme pour respecter nos droits en tant qu’enseignants des écoles supérieures et universités», a fait entendre l’un des membres du Seces Toliara.  Ceux issus de la section d’Antananarivo évitent pour le moment de parler de grève, comme l’a souligné leur président, le Dr Sammy Grégoire Ravelonirina.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

JCI Ilon’Iarivo : « Construisons une école ensemble »

Après trois années d’attente et de recherche de fonds, 108 élèves démunis pourront enfin jouir d’une éducation saine et pleine d’avenir. Grâce aux associations Jeune chambre internationale (JCI) Ilon’Iarivo et Elan du cœur, le projet «construisons une école ensemble» a enfin pu être concrétisé.

L’inauguration de la nouvelle infrastructure s’est déroulée, samedi dernier, à Ambolonkandrina en présence des partenaires et donateurs. Avec la contribution de la fondation Telma, de PMU, du groupe Socota, du groupe  SMTP et d’une coopération personnelle, le fonds nécessaire d’une valeur de 106 millions d’ariary pour mettre en place une école comprenant cinq salles de classe, une cantine, un bureau/infirmerie, une bibliothèque et des sanitaires a pu être réuni. Dorénavant, l’école pourra accueillir les élèves.

Avenir du pays

Durant la cérémonie de réception officielle de cette école, les orateurs ont tous mis en exergue l’importance d’un tel projet en faveur des enfants, d’autant que ces derniers sont sans conteste l’avenir de ce pays. Les donateurs, tels que la fondation Telma, ont raffermi leur volonté de contribuer à l’éducation des enfants malgaches par le biais de leur projet de construire 100 écoles et la 21e «Ecole de la Victoire».

Le représentant du ministère de l’Education nationale a salué l’initiative et souligné l’appui de son département en facilitant les procédures d’enregistrement à l’administration.

La présidente de la JCI Ilon’Iarivo, Gaëlle PLESS, et son homologue auprès de l’association l’Elan du cœur, Hary Andriantefihasina, tout comme les chefs fokontany ont respectivement exprimé leur profonde reconnaissance pour l’accomplissement de ce projet.

Une projection vidéo des activités parascolaires réalisées durant l’année, comme la pose de la première pierre avec la présidente mondiale de la JCI internationale Kiara Milani, ou l’évolution des travaux jusqu’à l’inauguration, a marqué la journée de samedi.

Sans oublier le spectacle concocté par les enfants avec la participation de la jeune chanteuse lyrique Ando Ramalanjaona qui soutient depuis le début cette école.

Nadia

 

News Mada0 partages

Medias et communications : RSF brosse un bilan « dramatique »

«La tendance est dramatiquement à la hausse». C’est en ces termes que Reporters sans frontières (RSF) résume l’année 2016 en termes de liberté d’expression des médias.

Dans son bilan publié récemment, RSF a fait savoir «qu’à ce jour, 348 journalistes sont emprisonnés dans le monde, ce qui représente une augmentation de 6% par rapport à 2015».

Le même bilan fait état d’un rebondissement de 22% des journalistes professionnels incarcérés qui a quadruplé en Turquie à la suite du putsch manqué de juillet.

«Plus de 100 journalistes et collaborateurs de médias se trouvent aujourd’hui dans les geôles turques. Notre association a pu établir un lien direct entre l’arrestation et l’activité journalistique de 41 d’entre eux», a conclu le communiqué.

Malgré ce bilan négatif, Madagascar a cependant connu un avancement concernant le respect de la liberté d’expression selon le site de RSF. La Grande île est actuellement à la 56e place contrairement à l’année dernière où elle se plaçait au 64e   rang.

Néanmoins, Reporters sans frontières s’est insurgé contre l’adoption du code liberticide à Madagascar. Puis récemment elle a fortement condamné la persécution du journaliste de la radio privée Jupiter, Fernand Cello.

«Face aux risques toujours plus nombreux auxquels sont confrontés les journalistes, RSF réclame la création d’un « représentant spécial » pour la sécurité des journalistes», directement rattaché au secrétaire général des Nations unies. Pour l’heure, les nombreuses résolutions de l’ONU sur la protection des journalistes et la lutte contre l’impunité n’ont pas donné de résultat satisfaisant», a conclu le rapport.

Recueillis par Nadia

 

News Mada0 partages

Sécurité régionale : l’opération « Mazava » démarre

Après des années d’inertie, l’Etat décide enfin de se pencher sur le problème de l’insécurité minant la vie socio-économique du pays.

Des ateliers régionaux sur la sécurité sont donc programmés dans ce cadre dans des localités regroupées en différentes zones depuis hier. Pour faire face à l’insécurité qui prévaut actuellement sur le territoire national, en effet, le Gouvernement a décidé d’organiser des opérations militaires de sécurisation visant à rétablir à la fois la confiance de la population envers l’Etat et la sécurité de manière durable. Les objectifs de ces ateliers régionaux sont de faire ressortir toutes les problématiques spécifiques relatives à la sécurité des zones respectives, de faire connaître l’esprit de base sur lequel vont être conduites et réalisées ces opérations et les enjeux d’une sécurité prise dans son sens holistique. Ils serviront aussi à obtenir l’adhésion et la responsabilisation de toutes les parties prenantes, majoritairement des locaux dont les représentants du pouvoir central, les représentants des autorités et élus locaux, les représentants des  forces de l’ordre et de la Justice, les représentants des forces vives de la société et les représentants des services techniques déconcentrés.

La cérémonie d’ouverture de l’atelier pour la zone ouest et nord, regroupant les régions Bongolava, Vakinankaratra, Menabe, Sofia, Betsiboka, Alaotra Mangoro et Melaky, s’est déroulée à la Tranompokonolona de Tsiroanomandidy hier. L’opération «Mazava», objet de l’atelier a déjà débuté le 1er  décembre dans la zone ouest et nord et plus de 8 dizaines de bœufs volés ont été récupérés  et placés à la fourrière de Tsiroanomandidy actuellement.

Manou

 

News Mada0 partages

Chronique : fantassin aux ordres ou franc-tireur

Les variations de majorité au sein de l’Assemblée Nationale induisent une instabilité du régime. Les inspirateurs de la 4ième République ont voulu assurer de stabilité le système et entouré de précautions en conséquence l’émergence d’une majorité fixe garantie de solidité. La rédaction de la constitution a ainsi opté clairement pour la solution qui soumet le député à la discipline du groupe auquel il appartient, sans lui permettre de changer d’étiquette au cours d’un mandat. Chargeant d’un mandat impératif l’élu, cette formule réduit sensiblement le champ de liberté de ce dernier qui ne dispose plus de son libre-arbitre pour s’exprimer et son rôle se réduit à être un porte-voix de son groupe. Du même coup les électeurs pour désigner leurs représentants ne votent plus pour un homme mais pour un porte-étiquette. En confirmation de cette thèse la déchéance menace l’élu auquel on retire le dossard.

Le groupe parlementaire TIM vient de radier de ses rangs deux députés élus sous la bannière de ce parti, cette exclusion si l’on se réfère à l’esprit n’est que le début d’une procédure dont seule la déchéance des deux intéressés signerait la clôture. Vœux pieux de fidèles à la constitution, la Haute Cour Constitutionnelle par une construction d’apparence intello-juridique a conclu autrement, argumentant son avis autour d’un concept du mandat de l’élu davantage dépendant des électeurs qu’il représente que de la volonté du parti qui l’a étiqueté.

Certes ceci ne s’emboite peut-être pas exactement dans le moule du texte écrit. Mais cette situation cadre bien dans la contradiction d’un système qui allie à une légalité virtuelle un fonctionnement différent de la réalité. La procédure de désignation du premier ministre trois fois à l’épreuve a réussi trois fois sans que l’on puisse prétendre que la démarche s’est calquée fidèle à la lettre, voilà pour l’exécutif. Dans un souci d’équilibre le législatif n’est pas en reste question mystère ou mystification, le parti en soutien présidentiel faute d’avoir existé à l’époque n’avait pas participé aux législatives, actuellement dans cette même législature passe pour être le groupe le plus influent. Ne pas chercher l’erreur il n’y en a pas.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : carnet d’un boto de pousse-pousse

Qu’avons-nous fait, pauvres Tamataviens, à notre excellent confrère de Tananarive ? Notre colonisation ne ressemble pas à celle de la côte Ouest. Tamatave est bâtie sur le sable, Majunga sur la terre ferme. Nous avons une rade foraine avec des bateaux coulés dans le fond. Majunga a une rivière, nous aurons peut-être un canal. Nous obtenons un luxe de travaux publics. Mince de luxe ! Comparez donc la poste, le tribunal, la résidence de Majunga avec les bâtiments similaires de Tamatave, sans parler des quais, de la télégraphie sans fil, des rues larges et bien entretenues de la capitale de la côte Ouest. Il est vrai qu’en revanche, nous avons un Wharf, un théâtre et une résidence pour le Gouverneur Général, pour ce haut fonctionnaire que nous accaparons et faisons pérorer et gueuletonner. Et le pays environnant, c’est bien pis, nous qui étions si fiers des concessions de l’Ivoloina et de l’Ivondro ; signe de pauvreté, les piquets de graphite un peu plus loin ; même présage, nos bœufs ne sont même pas vivants, comme ceux de Majunga. Ah ! j’oubliais ! nous avons le rail, mais le rail ce n’est pas nous qui en avons besoin, c’est Tananarive qui ne sera jamais port de mer. C’est peut-être ce qui ennuie mon cher confrère, mais nous n’y pouvons rien.

Sarah B.

Sursis

On dit que les sursis accordés jusqu’ici ne seront pas renouvelés et que les bénéficiaires devront rejoindre la caserne.

État sanitaire

L’état sanitaire actuel n’est pas brillant. Nous avons signalé dans notre supplément d’hier qu’un jeune indigène atteint de méningite cérébro-spinale avait succombé après quelques heures de maladie. Ce cas s’étant produit en plein centre de la ville, l’administration a pris des mesures pour que la maison soit désinfectée et les voisins ont subi ce matin une visite médicale.

Désinfectant

Les Travaux Publics ont fait distribuer hier du crésyl aux différents services de la ville.

Le kiosque de la musique

Ce kiosque demande de sérieuses réparations. Attend-on qu’il soit complètement en ruine pour le réparer ?

Égout

Les Travaux Publics construisent actuellement un égout rue Amiral Pierre, espérons qu’il fonctionnera un peu mieux que ceux dont nous avons été jusqu’ici gratifiés.

La Dépêche malgache

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Us et coutumes : question d’état d’esprit

Pour éviter ce qu’il est convenu ici de qualifier majorité à géométrie variable, on a cru trouver la solution dans la formule du mandat impératif. La réalité témoigne autrement, les valises furtives ignorent les barrières. Contre mauvaise pioche ruse de rattrapage : les partis s’avérent être d’excellents passeurs. Les juges suprêmes enferrés  dans les pesanteurs des mêmes fonctionnements se trouvent dans une situation cornélienne, sauf qu’en raison de l’état d’esprit il faille légèrement nuancer la tirade : « qu’ils mourussent ou bien qu’un opportuniste déni alors les secourût ».

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : poti-borodamba atambatambatra

Marevaka ka mahasodoka mihitsy rehefa tsara rary ny fampiadiana ireo loko maro karazana amin’ireo poti-borondamba atambatambatra anaovana bemiray. Manompy lokona bemiray ny sasantsasany amin’ireo antoko politika. Tsy vao tamin’izao fotoana izao ihany no nisehoan’izany. Efa ela no raikitra ao an-tsain’ny mpilalao pôlitika ny tetika tsy fintaingenana afa tsy ny soavaly matanjaka. Niainga avy any ka hatraty, na niforona avy amin’ny tsy misy aza ny antoko manohana ny fitondrana, vetivety eo dia lasa anisan’ny antoko matanjaka indrindra. Tsy hita omen-tsiny ireo mpilalao pôlitika. Izany hoe lalao no ataony noho ny tsy fisian’ny rafi-kevitra ijorona fa fanohanana olona no manambatra. Hafa noho izany moa ny momba ny fifanekena amin’ny samy antoko mikasika firaisan-dia. Izany dia fanaon’ireo antoko vitsivity izay mifototra amin’ny tsangan-kevitra.

Ireo antoko matanjaka indray andro no anton-dresaka ka tsy hiitatra ela amin’ireo antoko manana hevitra tohanana. Ny mpilalao politika miampitapita antoko maro mpitsikera tsy mampihetsi-bolomaso, ary vao mainka aza miroborobo ny fanaovana izany. Tsy izay lalàna fototra no afaka hanongotra an’io fomba io. Ny Lalàmpanorenana mandrara mazava ny solombavambahoaka tsy hivadibadika antoko. Tsy tapitra anefa izany : ny TIM izao dia nanapa-kevitra handroaka depiote roa avy ao amin’ny vondrona parlemantera TIM. Depiote iray avy ao amin’ny VPMMM, teo anoloan’ny Filohampirenena, no nanipaka ambavafo ny Filohan’ny vondrona misy azy. Inona moa izay lalàna sy fanajana tena tsy mahefa hifandanja amin’ny fahazarana efa mifehy ny fomba. Ny mpanao baolina izay deraderain’ny maro anie ka efa ela no niraikitra amin’ny fivarotan-tena, fomba nosarotsaronana tamin’ny filazana izany fanao izany hoe “professionnel”.

Ny fiovoavan-kevitra no diso, raha tsy mbola misy ny fijoroana ara-poto-kevitra eo amin’ny fanaovana pôlitika, dia toy ny fikaramana an’ady ny filalaovana ao anatin’io sehatra io. Sahirana ny mpifidy, ho an’ny mpanohana an-dRakoto Prezida sa ho an’ny mpanohana an-dRanaivo Filoha no handatsahana ny vato. Very anjavony ilay olona mendrika tokony hametrahana toky eo amin’ny andraikitra fampandrosoana ny firenena. Raha leo pôlitika noho izany anefa ny maro vao mainka manomeha vahana ny kary hanjaka ao anatin’ny tsy fisiana hazavana. Difotra izao izany fitiavan-tanindrazana izany dia mbola ho avela tsy hisy fanarenana indray ve? Tsy miafina ny fivarinana. Ny olom-pirenena tsirairay samy manana ny fanalahidy mba ahafahana miverin-dalàna na efa mandifitra aza ny lavaka nilatsahana.

Léo Raz

Tananews0 partages

Rapport CNUCED 2016 : Babakoto Land dans le top 6

Top 6 de quoi ?

Top 6 des pays les moins avancés du monde pardi. Les plus pauvres quoi, avec 70 à 80% de la plèbe vivant avec un revenu de moins de 1$ par jour.

Ce qui est étonnant c’est qu’il y ait encore 5 pays qui seraient encore plus pauvres que nous, cela semble inconcevable qu’il y ait encore plus pauvre, plus médiocre, plus miséreux qu’un babakoto en ce bas monde.

En revotant pour sa Seignhery en 2018, nous devrions atteindre le top 1 sans problème et comme nous aimons manger notre pipi, c’est bien ce que nous ferons en 2018.

Orange Madagascar0 partages

Echos d'Antsiranana du 20 décembre 2016

ENERGIE.La cellule technique de la Plateforme régionale d'échanges en énergie de Biomasse (PREEB) organise ce mercredi 21 décembre, à la salle de conférence de la région Diana, un atelier annuel dédié au bilan 2016 et perspective 2017. Seront à l'ordre du jour, les rappels sur le plan PREEB 2016-2020 et le bilan des activités 2016 de la PREEB.

RESULTATS DU NOSY-BE TRAIL.l'organisation Rando-Run et l'Office Régional du Tourisme de Nosy-Be ont présenté les résultats des parcours de la 4ème édition du Nosy-Be Trail du 10 décembre dernier. La course a réuni au total 74 participants amateurs, habitués, malgaches dont 43 pour le parcours de 25km et 31 pour celui de 45 km. Les premiers arrivants ont terminé avec une durée d'un peu moins de 3H pour le parcours de 25km et moins de 4h pour celui de 45 km. Les derniers mais non moins courageux ont foulé la ligne d'arrivée après environ 10 heures de courses pour les deux types de parcours.

Orange Madagascar0 partages

Akon'Antsiranana, 20 desambra 2016

FANDRIAM-PAHALEMANAnitsidika an'Ambanja sy Ambilobe tamin’ny faran’ny herinandro teo ny ministry ny Filaminam-bahoaka, Anandra Norbert. Tamin’ireo toerana rehetra nolalovany  ireo dia namory ireo polisy sy OMC (Organe mixte de conception) hatrany izy. Nifototra tamin'ny fanomezana toromarika sy fanentanana ny tsirairay mba samy handray andraikitra mikasika ny fandriam-pahalemana amin’izao andro fety izao ny fihaonana. Nasiany tsindrim-peo manokana ny mikasika ny fitsaram-bahoaka, izay nambarany fa tokony hasiana fitandremana fatratra mba hialana amin’ny mety hifamonoana eo amin’ny mponina.

NOELY AO ANTSIRANANAEfa mivolon’andro fety ny ao an-tampon-tanànan’Antsiranana na dia hita tsy rototra firy aza ny mponina. Efa mirentirenty etsy sy eroa ireo kilalao sy akanjo ary ny kojakoja ilaina amin’ny fety. Efa mivoaka koa ireo afisy sy sora-baventy manambara fety aman-danonana isan-karazany.

KAOMININA ANTSIRANANAManao ezaka fanamboaran-dalana amin’izao fotoana izao ny kaominina ambonivohitr’Antsiranana. Manaitra ny mpandalo ny fahitana ireo fitaovana fanamboaran-dalana sy fiara lehibe mifanaraka amin’izany eo anoloan’ny kianja monisipaly izay efa voarakotra tara sahady. Voalaza fa orinasa sinoa no tompon’antoka amin’ny fanamboarana.

Tia Tanindranaza0 partages

Hifamela sa hifandako ?

Ao anatin’ny vanim-potoanan’ny fety tanteraka isika izao. Mitaky fitoniana politika izany ary ilaina ny hanadinoana ny romoromo.

Toky R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanomezana faran’ny taonan’ny Airtel8 no nitsikian’ny vintana

Olona valo indray nanomboka ny 15 desambra lasa teo no nahazo ny anjara lokany avy amin’ny Airtel ho an’ilay hetsika tanteraho ny nofinofinao andiany fahefatra tetsy Ambohijatovo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hifarana ny taona 2016Maro ireo kaominina tsy nahazo “subvention”

Manindraindra ny fanatanterahana ny fanapariaham-pahefana ny fitondrana nefa tsy mitana ny teniny.

Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiaraha-miasa amin’ny orinasa vahiny vaventyVahaolana amin’ny fahatapahan-jiro, hoy i Faly Ramakavelo

Mila antsoina ireo orinasa vahiny vaventy avy any ivelany mba hamokatra herinaratra eto ao anatin’ny fotoana voafetra, izany hoe 15 taona farafahakeliny, hoy ny mpahay toekarena Faly Ramakavelo, raha hitady vahaolana amin’io resaka fahatapahan-jiro lavareny io.

 Ny antony dia ahafahan’ireo vahiny ireo, mampihodina ara-drariny ny orinasany aloha. Rehefa tapitra ilay fe-potoana nifanarahana dia tokony hisy ny fampitana traikefa. Ny dikan’izany dia tokony hampianarin’ireo vahiny antsika ny fahaiza-manaony nahafahan’izy ireo nanodina ireo orinasa mpamatsy angovony mialoha ny hamelan’izy ireo hitantana ireo orinasa navela notantaniny teo aloha. Efa maro ny firenena nanao io fomba fiasa io antsoina hoe “transfert de technologie” anisan’ny nampandroso ny firenena Sinoa. Ny Indianina, ny Koreanina tatsimo sy ireo firenen-kafa marobe izay maniry hitrandraka angovo eto amintsika ireo, hoy izy, dia tsara hararaotina.

Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitrandrahana ny harem-pirenenaFanina hatramin’ny manampahaizana

Resabe teo aloha teo ny mikasika ilay hoe 1% amin’ny tombony amin’ny fitrandrahana harena ankibon’ny tany ataon’ireo vahiny ihany no anjaran’ny fanjakana malagasy.

Zava-dehibe amin’ny fampandrosoana

 Zava-dehibe amin’ny fampandrosoam-pirenena nefa, hoy izy ireo, ny fahalavorarian’io. Na dia efa nanao ezaka aza ny avy eo anivon’ny minisitera, raha ny filazany, tamin’ny fametrahana birao misahana ny fandraharahana eo amin’izy ity tany amin’ireo faritra heverina ho mila izany, toa an’i Manakara sy Ambatondrazaka, dia hita fa mbola misy lesoka ihany ka mahatonga fitrandrahana tsy ara-dalàna matetika. Mitovitovy amin’izay ihany koa ny zava-mitranga eo amin’ny resaka fitrandrahana harena any amorontsiraka satria raha ny fanazavan’ny komitim-pirenena misahana ny morontsiraka dia tsy mbola laharam-pahamehana ny fitrandrahana harena voajanahary any amin’ireo morontsirantsika na dia any aza no itoeran’ny 65%-n’izany harena izany. Tsy mbola tafiditra ao anatin’ny fototry ny fampandrosoana eto amintsika izay fitrandrahana ny morontsiraka izay sady tsy mbola misy ihany koa ny fitrandrahana ireo harena samihafa ka dia manao izay saim-pantany ihany koa ireo mpitrandraka. Nomarihin’ity komity ity moa fa ny morontsiraka no be mponina indrindra eto amintsika.

Mirija     

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafoanana ny halatra ombyVita amin’ity taona ity, hoy ny profesora Tsiavaliky Célestin

Manana antoko politika 371, antokom-pinoana 230 any ho any, fiarahamonim-pirenena tsy tambo isaina, mpitandro filaminana marobe sy tantsaha mpamboly sy mpiompy ary mpanabe tsy voaisa isika,

 hoy ny profesora  Tsiavalaky Céléstin raha nitafa tamin’ny mpanao gazety tetsy amin’ny Tahala Rarihasina Analakely, omaly. Ny dikan’izany dia tsy tokony hisy anjara toeran’ny mpangalatra omby intsony eto manoloana ireo hery marobe ireo. Na dia rahampitso aza dia azo foanana ny halatra omby saingy ny finiavana hanao izany no ilana fanentanana.  Efa tsy te hangalatra omby intsony ireo dahalo saingy ireo hery hafa avy any ivelany no manery ny mpitondra antsika hanakarama ny  mpangalatra omby noho ny tombontsoan’ireo vahiny. Raha manapa-kevitra ny mpitondra fa hanafoana izany dia ho tapitra mialoha ny faran’ny taona ny halatra omby eto.  Anisan’ny lalàna tokony hapetraka ny tsy fahazoana mitondra firenena raha tsy manana omby.  Anio ka hatramin’ny 24 desambra izao dia handresy lahatra antsika mianakavy ao amin’ny tahala Rarihasina momba izay vinany izay ity profesora nitrandraka manokana momba ny omby ity.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

FoloalindahyVoailikilika ireo zokiolona mpisotro ronono

Nisy ny fanitsiana tabilao mari-karama na «alignement du grille indiciaire» ho an’ny fianakaviamben’ny foloalindahy ny taona 2005.

Ramano F. 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanMampirediredy

Miarahaba Jean a ! Miaiky anareo aho aloha amin’ilay fisamborana etsy sy eroa e ! Mino aho fa tompondaka mihitsy ianareo amin’iny.

 Fa ny hampoiziko koa, raha sanatria mbola mitohy izao  fihetsikareo izao, dia ny haha tompondaka anareo amin’ny fampitomboana ny adala eran’ny tanàna. Isan’andro aho mantsy dia toa mifanena amina zanak’olombelona be dia be miara-monina amintsika toa zary lasa mirediredy sisa.  Dia mahita tenenina daholo any izany e ! Azo atao anie, hono, ny manafoana ny halatra akoho  eto  mialoha ny faran’ny volana e ?  Ny sasany moa  dia  izao vao milaza ity atsanga tsy aman’orana  rehetra ity , toy ny hoe mila manangana tetezamiitatra vaovao e !   Tokony ho amin’ny alalan’ny finday, hono, no hanaovana ny fifidianana izay ho filohantsika e !  Ny sasany moa dia manala azy amin’ny fanamelohana fa izay Indray angamba no tetika mahomby mora akana vola amin’izao akatoky ny fety izao. Dia asa moa ry Jean izay mbola hataonareo fa ny andro koa ity manomboka miha mafana rahateo ka na ny tenako koa aza  efa mila ho fanina mihitsy manoloana ny hafitsokareo.   Mba jereo ihany izay azo atao hanavotana anay ao ry Jean a ! veloma !

Marco   

Tia Tanindranaza0 partages

Ravelonarivo JeanNangidy ho azy iny 2016 iny

Nangina tanteraka na tsy mbola nanambara ofisialy aza fa hisintaka tanteraka amin’ny sehatra politika ny praiminisitra teo aloha, jeneraly Ravelonarivo Jean taorian’ny paipaika maloto nataon’ny tandapa nentina nanesorana azy tao Mahazoarivo.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Augustin AndrimananoroHavotsotra sa hadoboka ?

Anio talata 20 desambra amin’ny 8 ora sy sasany maraina no fotoana voatondro hitsarana an’ingahy Augustin Andriamananoro, izay nosamborina teny am-pandevenana ny sabotsy 10 desambra lasa teo.

 Mitaky ny hamoahana azy tsy misy fepetra ny Fikambanana Vona sy ny mponin’i Soamahamanina ary ireo mpanao politika mpiara-dalana aminy. Ho fiombonam-po aminy dia nisy afak’omaly ny fotoam-pivavahana niraisana mba hitrotroana am-bavaka ny tenany noho izao toe-javatra mahazo azy izao. Mbola baraingo hatreto na ho afaka izy na tena halentiky ny fanjakana tanteraka. Raha tsiahivina ny vesatra hanenjehana azy dia fitarihana fihetsiketsehana tsy nahazoana alalana, fanohintohinana filaminam-bahoaka, fandoroana tanety, halatra basy izay samy nandritra ny hetsi-pitakiana ny fialan’ny orinasa sinoa Jixiang Mines tany Soamahamanina avokoa.  Nialoha ny fanenjehana an’i Augustin Andriamananoro dia efa nisy ireo 5 lahy nogadraina teny Antanimora noho iny raharaha Soamahamanina iny avy eo nomena sazy miantona ary dia mangina tsy re feo intsony ankehitriny. Tombanana ho mitovitovy amin’izay ihany koa no mety ho azon’ity mpanao politika ity. Sarotsarotra ihany mantsy ny hinoana ny fanafahana azy madiodio aorian’ny fitsarana anio kanefa mitovy ny vesatra hanenjehana azy sy ireo ambara fa mpitari-tolona tany Soamahamanina. Fitsarana tena izy ve sa fitsarana politika no hatao amin’i Augustin Andriamananoro ? Ho hita anio ny valiny.

Toky R.

Ino Vaovao0 partages

ZONE D’INVESTISSEMENT AGRICOLE : Niroso tamin’ny fambolena ireo mpandraharaha ao Vakinakaratra

Ireo zavatra telo goavana ireo no anton-dian’ny delegasiona avy aty amin’ny faritra, izay notarihin’ I Rakotomahandry Thimoté Sekretera jeneralin’ny Faritra sy ny Talen’ny fampandrosoana ny Faritra Rakotoarivelo Rivo Herindray, tao amin’ny Kaominina Andravola Vohipeno ao amin’ny Distrikan’Ambatolampy, ny faran’ny herinandro teo.

Momba ny lafiny fanabeazana, dia natomboka ilay tetikasa "Cantine scolaire" ho an’ireo EPP misy ny tetikasa ZIA na ilay velaran-tanin’ny faritra hiasan’ireo mpandrahara mpisehatra eo amin’ny fiompina sy fambolena. Raha tsiahivina dia misy ampahan-tany 2 ha homena ireo EPP hanaovany asa fambolena, ka hitsinjovana ireo mpianatra , indrindra fa ny lafiny ara-tsakafo izay matetika dia sakana ho an’ny tsy fahavitan’izy ireo ny fianarany eo amin’ny ambaratonga voalohany ny tsy fahampian’izany.

Tao Andravola àry dia ny EPP Ambinanibe no nanaovana izany ka vory lanona teo an-tanimboly ireo ray aman-drenin’ny mpianatra 76 niara-nisalahy nikarakara ny tany rehefa vitan’ny Faritra asa tamin’ny trakitera ny tany, tamin’ny herinandro lasa teo. Niroso avy hatrany tamin’ny asa fambolena izy ireo ary nampiasa masomboly sy ny zezika teo an-tanany ho fanombohana ny tetikasa. Fa ankoatra izay dia efa nisy ihany koa ny tohana nentin’ireo mpandraharaha manao asa any an-toerana. Ny Faritra kosa dia tsy nionona tamin’ny fanomezana sy ny fiasana ny tany fa mbola nanolotra masomboly voafantina sy tsara karazana, ka soja 40kg sy katsaka 40 kg ary ladim-bomanga avy ao amin’ny FIFAMANOR no natolotra .

Ny tanjona hapetraka, hoy ny Sekretera jeneraly, dia ho lasa fitaratra ho an’ny hafa ireto ray aman-drenin’ny mpianatra ao amin’ny EPP Ambinanibe ireto. Taorian’ny fihaonana tamin’ireto Fram ireto dia nanohy ny diany ny ekipan’ny Faritra ka nitsidika ireo asa fambolena ataon’ireo mpandraharaha , ka tsikaritra tamin’izany fa efa tena miroso izy ireo amin’ny asa izay efa taratra sahady ihany koa fa manome traikefa ireo tantsaha eny ifotony . Fa isan’ny Kaominina manan-jara hatrany i Andravola satria ao anatin’ireo Kaominina 19 mandrafitra ny Distrikan’Ambatolampy dia isan’ireo nahazo ny tohana avy amin’ny tetikasa “PURSAPS” izy ireo ka toho-drano lehibe afaka manondraka velaran-tany aminà hekitara maro no anjaran’izy ireo.

“Amin’izao fotoana izao dia efa vita ny fandraisana vonjimaika io toho-drano goavana ao amin’ny ilany andrefan’ny kaominina io ka ny paik’ady hitantanana ny rano amin’izao fotoana izao no tsy maintsy hapetraka sy hamafisina mba hampirindra sy hialàna amin’ny ady rano. Ny fotoam-panetsana rahateo efa manomboka manao izany ireo tantsaha any an-toerana”, hoy Rateloarisoa Gilbert, Ben’ny tanànan’Andravola.

Tiaray R}

Ino Vaovao0 partages

ALAOTRA : Mihena ny fidiram-bolan’ny mponina ao Ambatondrazaka vokatry ny delestazy

Mihena ihany koa ny fidiram-bolan’ireo rehetra izay mampiasa herinaratra noho io olana io.

Betsaka ireo olona mitaraina noho ny olana afitsoky ny delestazy. Zary lasa henjikenjehina avokoa ny asa atao rehetra, raha ny fanazavana azo. Etsy an-kilany, na dia miverina mandeha aza ny herinaratra dia tsy marintoerana ny tanjaka avoakany fa miovaova ary miteraka fahasimban-javatra.

Ho avy tsy ho ela ny fety kanefa na ny fanomanana izany aza raharaha, hoy ny raim-pianakaviana iray, noho io delestazy mampihena ny vola miditra io. Tsy mbola heno aloha hatreto izay mety ho vahaolana fa dia iainana hatrany izy io.Ankoatra ny herinaratra dia mampijaly ny mponina mipetraka amin’ny faritra avo ao Ambatondrazaka ihany koa ny fahatapahan’ny rano isan’andro izay tsy nety nahitam-panafany hatramin’izao.

« Mitovy amin’ny olona tsy manana paompy ao an-trano izahay satria tsy maintsy mameno sinibe foana isan’andro fa raha tsy izany tsy manana rano hampiasaina ka voatery matsaka any amin’ny vovo », hoy ireo olona manana izany.

Hariliva R.

Tananews0 partages

Midi Madagascar devrait apprendre à ses stagiaires de bien relire leurs articles avant de livrer

Lire : Ambohimirary – Ampasampito : La maison a pris feu pendant que la propriétaire assistait à un mariage

C’est quand même le b-a-ba du métier de rédacteur : se relire 3 fois avant de livrer son article, en espaçant chaque relecture d’une heure au moins.

Et sinon il apparaît donc clairement qu’ils n’ont pas de relecteurs chez Midi Madagascar, pour que des coquilles aussi grossières puissent sortir. Exemple : « Les habitants du quartier se sont donnés la main pour éteindre le feu par pour éviter que la situation ne s’aggrave et que le feu n’atteigne pas les maisons avoisinantes. »

Et il n’y a pas que les stagiaires qui sont concernés, même l’expérimenté Eugène Rajaofery s’est fait avoir aussi : « L’ancien ministre de l’Environnement a frôlé la mort samedi dernier. Il reprendre en ce moment conscience. »

Sinon nous avons un très bon service de relecture chez TNN si ça intéresse quelqu’un

Tananews0 partages

Il emprunte une Mercedes-Benz pour aller à un mariage

Aucun problème jusqu’ici.

C’est après que les choses se sont gâtées : un cambrioleur s’en est pris à la voiture garée sur un parking et y a mis le feu.

Résultats : la Mercedes réduite en un tas de ferraille fumant, 2 autres véhicules à côté subissant le même sort par propagation de l’incendie et l’emprunteur de la Merco qui s’évanouit en découvrant ce spectacle.

Il va pourtant bien falloir que quelqu’un la rembourse cette Mercedes.

L'express de Madagascar0 partages

Suspicion d’empoisonnement – Anthelme Ramparany en réanimation 

Le député de Mananjary aurait été victime d’un empoisonnement. La coïncidence des faits avec le tournant que prend l’affaire Singapour intrigue.

Empoison­nement   La question reste pour l’heure sans réponse franche. Les informations reçues de sources sécuritaires indiquent que le député Anthelme Rampa­rany, aurait été « victime d’empoisonnement, dimanche soir ». Les faits se seraient déroulés dans le fokontany de Beravina, Fianarantsoa.L’élu de Mananjary aurait eu un rendez-vous arrosé avec trois autres individus. « Le député a été pris d’un soudain malaise. (…) Les premières enquêtes avancent la thèse qu’il aurait pu être empoisonné par l’une des boissons consommées », indique la source contactée. Dans un premier temps, l’ancien ministre aurait été ramené par taxi à son hôtel. « Son état ayant empiré, ceux qui l’ont ramené ont décidé de le transporter à l’hôpital », ajoute-t-elle.Des informations concordantes soutiennent, du reste, qu’à son arrivée à l’hôpital, Anthelme Ramparany était « dans un état comateux ». Transféré au Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-HJRA), hier, l’ancien ministre a été admis en réanimation. Certaines sources au sein de l’hôpital d’Ampe­filoha ne confirment, pourtant, pas la thèse de l’empoi­sonnement et préfèrent rester prudentes sur la cause du mal dont souffre l’élu de Mananjary.« Je ne me hasarderais pas encore à parler d’empoisonnement car, cela n’a pas encore, été confirmé. Sinon, le patient est conscient. Il est, néanmoins, encore nécessaire de le garder sous surveillance », explique-t-on du coté du CHU-HJRA. Des indiscrétions indiquent que le membre de l’Assemblée nationale aurait certaines difficultés à bouger ses membres inférieurs.

ContextePour en revenir aux faits de dimanche soir, l’ancien ministre « a, également, été détroussé d’une somme de 6 millions d’ariary et de ses téléphones portables ». Deux suspects ont été arrêtés par les forces de l’ordre de Fiana­rantsoa, jusqu’ici. « Celui qui aurait pris l’argent est toujours recherché », déclare la source sécuritaire. Elle explique la présence de cette somme d’argent conséquente en indiquant que la rencontre conviviale de Beravina aurait été, en fait, « un rendez-vous d’affaires ».La victime étant une personnalité politique, l’affaire prend de fait une dimension particulière. Un point reconnu par certaines des sources sécuritaires contactées, hier. Surtout que l’ancien ministre de l’Environnement du gouvernement Kolo, est l’un de ceux considérés comme acteurs pouvant influencer le procès sur l’exportation illicite de près de trente mille rondins de bois de rose, en cours à Singapour. Un trafic dont l’administration Rajaonarimampianina, a confirmé l’illégalité et sur lequel, l’État s’est porté partie civile, il y a quelques jours.Du temps où il était ministre de l’Environnement, le député Ramparany avait, pourtant, affirmé à la justice singapourienne « la légalité », de l’exportation. Parallèlement à la procédure judiciaire dans la ville-Etat, le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), a, également, engagé une enquête sur cette exportation illicite de trente mille rondins de bois de rose. L’audition du parlementaire est considérée par le Bianco, comme l’une des étapes cruciales pour qu’il puisse clore son enquête et transférer l’affaire à la Justice malgache.C’est dans ce contexte donc, que « le soupçon d’empoisonnement », survient, à Fianarantsoa. Anthelme Ramparany, par ailleurs, n’est pas la seule personnalité politique à avoir été victime de mal dans des cir­cons­tances houleuses ou opaques, cette année. Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, a été évacué d’urgence à la Réunion, en mars, près d’un mois avant sa nomination pour siéger, à Mahazoarivo. Certains courants d’information parlaient d’une « tentative d’empoisonnement ». Feu Rodolphe Ramanantsoa, ancien ministre de l’Énergie, quant à lui est décédé, en août dernier, dans une chambre d’hôtel, à Mahajanga. Les circonstances du décès restent, jusqu’ici, une énigme.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Lutte contre le blanchiment de capitaux – Ressources à renforcer au Samifin

Le service de renseignements financiers doit revoir son effectif pour remplir correctement sa mission. Son budget est augmenté de 45% pour 2017.

Un personnel à étoffer. La réussite de la lutte contre le blanchiment de capitaux passe par une augmentation de l’effectif au sein du service de renseignements financiers (Samifin), estime le Fonds monétaire international (FMI) dans son dernier rapport sur l’évaluation de la stabilité du système financier. « Le renforcement du système de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme exigera des ressources humaines additionnelles et une action plus efficace », indique le rapport.Avec seulement un effectif de 35 personnes en 2015, le Samifin a du mal à remplir sa mission. À en croire le rapport du FMI, cette insuffisance des ressources est à l’origine du retard dans l’application des règlementations existantes. « Le Samifin semble traiter avec diligence les déclarations d’opération suspecte (DOS) mais ne dispose pas de ressources nécessaires pour traiter les autres informations reçues », souligne le rapport.Ainsi, faute de ressources humaines, les déclarations des banques sur les opérations en espèces d’un montant élevé, ou encore celles du ministère des Finances et du budget sur les infractions fiscales ne font-elles pas l’objet de traitement sérieux par le Samifin. A cela s’ajoute, signale encore le rapport du FMI, le fait « encore plus inquiétant (…) que le procureur général ne semble pas faire plein usage des DOS qui lui sont transmises par le Samifin ».

Budget en hausseCes manquements font que jusqu’ici « il n’y ait pas eu de condamnation pour blanchiment de capitaux ou financement du terrorisme », rap­pelle le rapport. Or, poursuit le document, « la confiance dans le système financier pourrait être ébranlée par des soupçons de complicité répandue d’actes criminels, et la réputation de Madagascar serait en jeu si le pays ne donnait pas l’impression qu’il contribue aux efforts ».Des efforts ont été réalisés en matière de législation avec, notamment, en plus des textes adoptés dans les années 2000, la définition détaillée des sanctions pénales en 2012 et l’adoption de la loi contre le financement du terrorisme et le crime organisé transfrontières en 2014. Les lois visant à combler certaines lacunes qui subsistent sont en cours de préparation, tandis que la Grande île a également entamé le processus d’adhésion au groupe Egmont et au groupe de lutte contre le blanchiment des capitaux d’Afrique orientale et australe.Pour faire face aux besoins qu’impliquera un renforcement de l’effectif du Samifin, le budget du service passera également de 1,100 milliards d’ariary en 2016 à 1,600 milliards d’ariary en 2017, soit une hausse de plus de 45%. En 2014, avec un effectif de 29 personnes, 86% du budget du service qui s’élevait à 1,086 milliards d’ariary était réservé au fonctionnement, solde inclus.

Lova Rabary-Rakotondravony

L'express de Madagascar0 partages

Mass’in – Les produits high tech en vogue

Dans un secteur marqué par une concurrence très rude, Mass’in s’est rapidement imposé sur le marché de la vente des produits high tech à Madagascar. Après son premier magasin au centre commercial Akoor Digue, une nouvelle boutique vient d’ouvrir ses portes à La City Ivandry. « Notre force de vente est la qualité de nos produits qui sont des produits neufs issus des canaux de distribution officiels des marques d’une part. Il y a aussi des produits renew constructeur, les produits reconditionnés », a expliqué Farid Allali Zidane, directeur des ventes de Mass’in.Le renew constructeur est essentiellement des articles qui ont été retournés auprès des constructeurs dans le cadre d’une garantie ou annulation de commande. Ils sont, par la suite, soumis à des processus rigoureux de re-manufacture et de tests pour être au même état esthétique et au même niveau de performance que les produits neufs. La plupart des grandes marques internationales ont conçu des programmes officiels de reconditionnement et remise à neuf de leurs produits. Quand aux produits reconditionnés, ils proviennent des principaux centres de reconditionnement informatique d’Europe.Tout cela a permis à Mass’In de proposer des produits à des prix accessibles à toutes les bourses. Les ordinateurs de bureau, les laptops, les tablettes, les smartphones, les consoles de jeux et autres accessoires informatiques, sont exposés à des prix défiant toute concurrence dans les boutiques très high tech de Mass’In.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Délit de fuite sur la RN1 – Un motard succombe suite à une jambe sectionnée

Un délinquant de la route a tué sur la RN 1 dans la soirée d’avant-hier. Happé par un véhicule, un motard, âgé de trente-sept ans, a eu la jambe gauche sectionnée. Après l’accident, le chauffard a commis un délit de fuite, laissant pour mort sa victime. Evacué aux services des urgences de l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona par un véhicule qui passait sur les lieux du drame, le trentenaire était déjà mort lorsque les médecins urgentistes l’ont pris en main. Son corps sans vie a été, du coup, placé à la morgue pour y procéder à une autopsie. Cet accident mortel est survenu à la hauteur d’Ambohidramanga Ambato­mirahavavy.La brigade locale de la gendarmerie nationale a ouvert une enquête. Selon les informations communiquées, le défunt allait regagner son foyer à Imerintsiatosika lorsque l’accident s’est produit. Les circonstances sont néanmoins floues. Lors du constat, la gendarmerie a relevé des indices susceptibles de permettre d’identifier le délinquant en fuite. Un appel à témoin est lancé par la brigade territoriale de la gendarmerie à Ambatomirahavavy pour le coincer le plus vite passible.

S.A.

L'express de Madagascar0 partages

Dôme RTA – GMMC enchante ses fidèles

Un genre musical unique en son genre suscitant les sentiments les plus profonds de l’âme, c’est ainsi que se décrit le gospel prêché par le God’s Messenger Mass Choir ou GMMC. Ce rendez-vous dominical a drainé du beau monde du côté d’Ankorondrano, au Dôme RTA. Les retrouvailles avec le GMMC a captivé le public, comme à l’accoutumée. Une des chorales de gospel les plus populaires sur la scène musicale malgache, le GMMC a su se faire une place de choix dans le cœur de ses fans et dans celui du public féru du genre, au bout de ses vingt-cinq ans d’existence. C’est dans un dôme bouillonnant de spiritualité que la chorale a fédéré son public, hier après-midi, pour un concert des plus touchants, avec lequel elle clôt cette année.Porté par ses valeurs, le GMMC a tenu un concert évangélique, à la fois sobre, très rythmé et festif même, qui a fait vibrer tout le Dôme RTA ainsi que le cœur des férus de gospel venus se joindre à lui à l’occasion. Outre les fidèles du FJKM Analamahitsy, sa paroisse d’origine, venus nombreux, le concert a surtout fédéré un public jeune. De ses chansons les plus connues comme « Ampianaro aho » à « Manana anao » en passant par ses incontournables comme« Ho anao io » et « Nomenao ahy », le GMMC et ses quelques 32 choristes et musiciens ont littéralement soulevé le toit du Dôme RTA Ankoron­drano en près de quatre heures de show.Illustrant ainsi brillamment l’intitulé de cet instant sobrement intitulé « Feno anao », ces retrouvailles avec le GMMC ont rempli de bonheur et de bonté, le cœur du public ainsi que celui de ses membres, venus pour l’occasion à la recherche de spiritualité. La chorale remplissant aisément la scène, resplendissait de jeunesse et a tenu une prestation qui n’a rien à envier à ses illustres homologues occidentaux, à l’instar de Hillsong qui l’influence particulièrement. Une véritable communion que la chorale se plaira sans doute à revivre sur une plus grande scène au courant de l’année prochaine.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Bilan – Le Tour 2016 mérite beaucoup plus de grandeur

C’est un bilan assez simple soulignant les éventuelles améliorations à apporter, les points négatifs à effacer et les points positifs à conserver de ce Tour de Madagascar 2016.

Rideau sur le Tour cycliste international de Madagascar. Pour avoir suivi l’événement du 9 au 18 décembre, j’ai pu vivre des moments exceptionnels en admirant les 56 coureurs effectuer les 988 km de parcours répartis en neuf étapes. Une aventure humaine qui a réuni des coureurs venant de La Réunion, de la Hollande, de la RD Congo, de la France et bien sûr de Madagascar. La compétition a démarré à Toamasina, et après un détour à Fenoarivo-atsinanana, elle est descendue sur Brickaville, Moramanga, Antananarivo, Behenjy et Antsirabe. Ensuite, c’est le transbordement vers Morondava où chacun a pu découvrir les fameux baobabs, ces arbres à l’envers. Le Tour est revenu vers la chaleur intense de Miandrivazo puis sur  Mandoto, pour finir en beauté autour du lac Anosy.Mes appréciations ont trois dénominations, « bon », « pas bon » et « à amélior ».

Bon-Les heures de départ scrupuleusement respectées par le directeur de course, Laurent Bezault, ainsi que le responsable de l’arrivée, Joachim Niekema.-L’itinéraire du Tour offre un terrain de jeu très intéressant, selon le directeur de course et consultant à l’Union cycliste internationale, Laurent Bezault.-La retransmission des résultats s’est faite en un temps record depuis les juges à la ligne d’arrivée jusque dans nos mails.-L’accueil du Tour et les diverses animations ont davantage attiré la population malgache des différentes villes traversées.-Les conditions d’hébergement des coureurs étrangers et des deux équipes malgaches.-L’engouement des sponsors Bank of Africa, Unicef, Star, Canal Plus, Allianz, Airtel, Shell, PMU, Mon savon, Hôtel White Palace, Madauto et l’ensemble de la presse à faire de l’évènement une réussite sur le plan sportif et social, car le TCIM a engagé pas moins d’une cinquantaine de personnes, nourri des familles.-Le courage des carriéristes à chaque arrivée.-Le volet médical est à féliciter car le personnel s’est montré très professionnel .-La cohésion de l’équipe nationale a été bien présente. Toutefois, les cinq coéquipiers de Mazoni Rakotoarivony n’ont pas eu les jambes qu’il fallait pour l’aider a enlever le maillot jaune du dos du Français Vincent Graczyk.

Pas bon-L’état du circuit dans la ville de Fenoarivo-atsinanana avec une piste en graviers et poussiéreuse sur l’ensemble du parcours. Une vingtaine de crevaisons ont été enregistrées.-La réduction de l’Étape 8 reliant Miandrivazo à Mandoto de 115km à 5 kilomètres,  due au mauvais état des routes .-La sécurité sur l’axe Brickaville-Moramanga laisse à désirer avec l’affluence des camions qui mettent en danger la vie des coureurs. Consultés sur ce point, les organisateurs vont désormais annuler les étapes dangereuses sur cet axe Est.-La sécurité autour du lac Anosy où la course a été arrêtée après quatre tours à cause de l’incapacité des forces de l’ordre à boucler le périmètre de course.-L’état des véhicules loués par la direction du Tour et  proposés par les sponsors Madauto, Bank of Africa ou encore la Star. Les differentes pannes de ces véhicules ont entrainé des imprévus au niveau de l’organisation générale du Tour.– Durant tout le Tour, les coureurs de l’équipe nationale malgache Bank of Africa n’ont pas eu droit a des boissons isotoniques. On s’est limité à des bananes, de l’eau, parfois même du coca-cola et des biscuits….

A améliorer :-La restauration mobile du Tour est en dents de scie. Ici on parle de la qualité des repas et du timing du service .-L’hébergement des coureurs autres que les équipes nationales et étrangères. Parfois, comme à l’arrivée à Toamasina, ils n’ont pu avoir un logement qu’à 22h20. Cela s’est amélioré par la suite.-L’encadrement technique des équipes nationales malgaches qui sont suivies par des directeurs sportifs connaissant le vélo, mais parfois débordés par l’événement.Rendez-vous donc à Toliara pour l’édition 2017.

Jean Claude Relaha – « Mazoni est une fierté nationale »

Le président de la Fédération malgache de cyclisme et directeur du Tour cycliste international de Madagascar (TCIM) nous livre ses impressions sur l’événement.

Après le sacre de Dino Mohamed Houlder en 2015, l’armada malgache avec Mazoni en tête s’est contentée de la deuxième place. Comment expliquez-vous cet échec  ?Il faut d’abord préciser que le niveau du Tour cycliste international de Madagascar a été particulièrement élevé avec la venue des coureurs hollandais. Après je peux dire qu’un grand nombre de coureurs malgaches ne comprennent pas encore et n’acceptent pas encore qu’il y ait un leader à soutenir et à protéger. L’effort à faire serait déjà sur le volet éducation de l’ensemble des coureurs malgaches pour qu’il comprennent mieux le vélo et on va s’y atteler. Je reviens sur la prestation de Mazoni Rakotoarivony qui me fascine au plus haut point. C’est un excellent coureur et il demeure une fierté nationale. Il lui fallait deux ou trois équipiers pour pouvoir gagner et ces coéquipiers, il ne les a pas eus.

Sur le plan organisationnel qu’avez-vous à dire  ?En général, nous pouvons dire que nous avons été à la hauteur de l’événement. Nous avons fait l’effort de ramener toujours beaucoup d’adversaires et nous l’avons eu avec la présence des Hollandais et des Français ou même des Réunionnais et des Congolais. Après, il faudrait revoir le volet sécurité qui reste un domaine à toujours améliorer, car c’est la priorité des priorités. Nous avons vu aussi que l’état des routes reste un problème majeur à prendre en compte.

Comment s’est préparée l’organisation du TCIM 2017  ?Nous sommes déjà en train de monter le TCIM 2017 avec un départ prévu pour Toliara. Nous mettrons en place le parcours de telle sorte que nous puissions avoir quelques étapes de montagne qui favoriseront les coureurs malgaches. Nous tiendrons compte de l’état des routes. Nous comptons également sur l’appui et le soutien de nos fidèles sponsors et des autorités, car c’est eux qui font vraiment la pérennité de ce TCIM.

Après le TCIM 2016, comment s’annoncent les échéances internationales en 2017  ?Effectivement, il y aura des échéances internationales intéressantes en 2017. Nous essaierons, du mieux qu’on peut, de constituer une équipe nationale plus performante car nous aurons quelques bons mois de préparation. Il y aura le Tour de la RD Congo en juin et nous prévoyons aussi d’aller à La Réunion. Par la suite, le plus important reste les championnats d’Afrique. Nous ignorons jusqu’à maintenant où ils se dérouleront, mais nous envisageons d’envoyer au moins deux coureurs. Faire plus serait très difficile pour nous.

Textes et photos : Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Fabien de Marassé Enouf – « Le sucre mauricien a sa place sur le marché européen »

Le «Chief Finance Officer» du groupe Alteo fait le bilan de la récolte de la canne à sucre pour 2016. Il évoque les perspectives de développement du groupe, notamment dans le secteur de l’énergie.

Quel bilan faites-vous de la récolte qui s’est achevée vendredi  ?-La coupe s’est terminée avec un tonnage inférieur à celui de l’année dernière. Cela se chiffre dans les environs de 815 000 tonnes de cannes récoltées. Ce qui est en baisse comparé aux 867 000 tonnes de l’année précédente. La raison principale, c’est une baisse de rendement due à des facteurs climatiques, qui étaient plus favorables pour la coupe de 2015 comparé à celle de cette année. Ce qu’on note comme point positif pour la récolte, c’est le taux de sucrose dans la canne, qui est nettement supérieur au taux de l’année dernière. Une amélioration due au fait que la partie Nord de l’île a réalisé des taux de sucrose très élevés. Donc, sur la production de sucre, on se retrouve, malgré le tonnage en baisse.

– Comment vous préparez-vous à la fin des quotas sur le marché européen en 2017  ?– Selon nos indications, la production en Europe augmentera. La surface de culture de betterave a été augmentée. Nous nous assurons d’investir dans la qualité de notre sucre destiné au marché européen. De plus, nous investissons dans des facilités d’emballage à la raffinerie afin d’être plus flexible par rapport à la demande de notre clientèle européenne. Il faut aussi relativiser. Maurice représente 400 000 tonnes de sucre sur un marché européen qui fait 15-17 millions de tonnes. On est dans certains marchés niches et on trouvera toujours notre place, malgré la concurrence.

-Quelle est la position d’Alteo par rapport au syndicat des sucres, d’autant plus que certains usiniers avaient signifié leur intention d’aller négocier individuellement sur le marché européen ?-Nous sommes membres du syndicat et nous voyons d’un bon œil ses initiatives de se restructurer par rapport à la commercialisation des sucres. Pour le moment, nous supportons cette initiative et nous pensons que l’on peut trouver des solutions qui seraient acceptables pour tout le monde.

-Quelles ont été les principales difficultés auxquelles le groupe a été confronté cette année ? – Le défi principal pour nous a été de pouvoir gérer nos coûts d’opération dans un contexte de prix du sucre très faible. En 2014 et 2015, le prix du sucre avait beaucoup baissé pour atteindre Rs 12 500 la tonne. En 2016, le cours du sucre est monté à Rs 15 300 la tonne, ce qui est nettement plus favorable. Mais le challenge à Maurice est de pouvoir opérer à un coût de production viable. On a mis en place plusieurs pistes de réflexion sur l’optimisation de nos opérations à tous les niveaux.Sur l’Afrique, c’est un contexte différent, avec une situation de croissance forte. Donc, le défi c’est d’arriver à investir dans nos capacités usinières et de développer de nouveaux marchés sur des segments qui nous permettront de bénéficier des opportunités de croissance.

-Quelles sont les attentes d’Alteo par rapport à 2017, notamment pour l’économie locale ? -Pour la plupart de nos secteurs, nous sommes surtout impactés par des conditions économiques internationales. Au niveau local, on peut peut-être mentionner le secteur énergétique, où les projets se réalisent évidemment en partenariat avec les autorités. Nous espérons donc que nous pourrons participer activement à l’effort national pour augmenter la part d’électricité produite à partir de sources renouvelables comme la bagasse ou le solaire. De plus, c’est toujours plus réconfortant pour les investisseurs de pouvoir faire confiance aux autorités afin de mettre en place une politique économique stable et transparente qui permette d’investir avec confiance. Beaucoup de choses ont été faites en ce sens et il faut continuer dans cette direction.

Propos recueillis par lexpress.mu

L'express de Madagascar0 partages

Morte sous un camion

Un camion en provenance de Befandriana-Nord a fauché à mort une fillette à Anahidrano Mahajanga avant-hier. Un excès de vitesse serait à l’origine du drame.

L'express de Madagascar0 partages

Andohatapenaka – « Tanàna krismasy » affiche une ribambelle de festivités

Un lieu de festivités, de rencontres, d’échanges aussi bien culturels qu’artistiques et artisanaux, le Village d’Andohatapenaka rouvre ses portes au grand public pour ces fêtes de fin d’année et promet de ravir les visiteurs qui s’y aventureront. Rebaptisé « Tanàna krismasy » ou le Village de Noël, les lieux accueilleront un grand marché de Noël qui s’affirme inédit car ils se redécouvriront comme un véritable paradis pour les petits enfants, jusqu’au 30 décembre. Les festivités pour la célébration de la Nativité auront donc une connotation particulière cette année pour la population de la ville des Mille. Onze jours de manifestations variées tant  pour les petits que les grands sont ainsi prévus au  Village d’Andohatapenaka.Outre les stands d’attraction comprenant des jeux variés, des ventes d’articles artisanaux et des expositions d’ouvrages artistiques, des concerts avec les groupes musicaux les plus populaires de la scène musicale, sont à vivre sur place à partir de ce jour. Le Père Noël sera constamment présent au village tout au long de ces onze jours de festivités pour amuser les bambins, mais surtout pour être à leur écoute, à l’approche des fêtes.À partir de 19 heures, Rak Roots et la chorale Voice of God sont attendus sur la scène de ce Village de Noël. De même, une sélection des grandes chorales d’Antanana-rivo et d’artistes évangéliques s’y mettront en scène, les jours suivants. Dans une ambiance plus folklorique, les fameux Mijah et Gothlieb se chargeront de l’animation le 27 décembre. Le grand rendez-vous se tiendra le 30 décembre avec Ambondrona qui égayera la scène de ses compositions, à partir de 19h30.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Rasolondrazana conclut l’année en beauté

Fin d’année en apothéose pour Jacob Rasolondrazana. Dimanche, sur l’ile Maurice, il a réalisé un joli doublé au Wilson Tennis Open. En finale du tableau simple hommes, il a disposé de son compatriote Jean-Richard Randria­manantsoa en trois sets (6/3, 6/7(5), 6/1).Les deux joueurs se sont également retrouvés en finale du tableau double. Et encore une fois, la victoire est revenue à Jacob, associé à Heman­shu Rambojun. Jean-Richard, qui a évolué avec Anthony Kwok, a été balayé en deux manches (6/4, 7/5).Ce doublé vient conclure une année bien riche pour Jacob. Outre les nombreux trophées qu’il a remportés individuellement, il y a également la victoire en Coupe Davis avec la sélection malgache, au mois de juillet à Ankatso. Un succès qui a permis à Madagascar de remonter une nouvelle fois en groupe II Europe/Afrique.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Maurice – Fosa Juniors remporte l’UFFOI U15

Outre son ascension fulgurante chez les séniors, marquée par le titre de champion du Boeny ainsi que la participation à la Poule des As en Champions League, Fosa Juniors se distingue également dans les autres catégories. Dimanche, à l’île Maurice, les jeunes Fosa ont remporté la Coupe de l’UFFOI, dans la catégorie garçons des moins de 15 ans.Les représentants de Madagascar ont terminé avec un bilan de deux victoires et deux matches nuls. Grâce aux huit points engrangés lors de ces quatre rencontres, ils ont terminé en tête du classement final.La Réunion a également été créditée de huit unités à l’issue de la compétition. Mais le porte-fanion malgache a l’avantage à la différence de buts, +5 contre +2.Fosa Juniors a très bien entamé le tournoi avec une victoire sur Maurice, deux buts à zéro. Par la suite, il a enchainé avec un deuxième succès de rang face à Mayotte, cinq buts à deux. Contre La Réunion, son adversaire le plus redoutable, Fosa a dû se contenter du point du nul (2-2). Il en a été de même face aux Comores (1-1).Ce triomphe a été accompagné de deux distinctions individuelles pour l’équipe malgache. En effet, les titres de meilleur joueur et de meilleur buteur sont respectivement revenus à Henintsoa et Dillan. Comme quoi, le triomphe du représentant de la Grande ile est total.Les jeunes champions de l’océan Indien sont rentrés au pays, hier après-midi. Un accueil digne de leur sacre leur a été réservé à l’aéroport d’Ivato.De quoi motiver ces footballeurs en devenir, pour qu’ils continuent à donner le meilleur d’eux-mêmes lors des autres tournois internationaux auxquels ils participeront dans le futur.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – « Ho maitso ny tontolo » se démarque

Un mois à peine après sa création, l’association « Ho maitso ny tontolo » d’Antsirabe marque son existence à travers une œuvre sociale destinée à des enfants nécessiteux de deux établissements scolaires. Trois cents élèves issus pour moitié des écoles primaires publiques d’Ambohi­mena et d’Antanambao-Est à Ivohitra ont été ainsi l’objet de cette première activité de l’association. Elle traduit sa contribution au développement social.Sélectionnées à partir de leur cas social respectif, les cibles ont bénéficié d’un repas enrichissant et de jouets correspondant à leur âge.« Nous avons  choisi l’établissement d’Antanamba-Est Et Ivohitra car éloigné de la ville, il est souvent occulté par les bienfaiteurs alors qu’il accueille aussi des écoliers qui ont besoin d’aide » explique Orlando Razakarivo, président de l’association. Celle-ci se déclare apolitique et préfère  agir dans les domaines de l’éducation, la santé, le social et surtout, comme son nom l’indique, elle s’intéresse beaucoup à la protection et la préservation de l’environnement.Après ce premier contact, la direction de cette école primaire publique a accepté la collaboration entre l’établissement et l’association, dans le cadre environnemental. Des formations seront ainsi organisées à l’intention du corps enseignant et des élèves. Par la suite,l’association leur donnera un appui pour qu’ils puissent améliorer l’environnement de l’école qui célèbre sa 38e année d’existence.

A. N. A.

L'express de Madagascar0 partages

Renforcement de capacité

La Facilité africaine de soutien juridique (ALSF) annonce un appui aux autorités malgaches en matière de formation afin que celles-ci puissent négocier des transactions plus équilibrées avec les partenaires privés dans les secteurs de l’énergie et du pétrole. Une délégation de cet organisme travaillant sous l’égide de la Banque africaine de développement (BAD) et conduite par son directeur, Stephen Karangizi, a rencontré le chef de l’Etat, hier.

L'express de Madagascar0 partages

Acheteur de vanille assassiné

Meurtre d’un acheteur d’or vert à Marodrala Sambava vendredi soir. Près de30 000 ariary en liquide ainsi que de la vanille ont été dérobés sur lui selon la gendarmerie. Deux suspects ont été arrêtés.

L'express de Madagascar0 partages

Mahaleo célèbre 45 ans de scène

Mahaleo, le groupe populaire et folklorique par excellence à Madagascar, célèbre actuellement ses 45 ans de scène. Toute une émission en direct en son honneur, consacrée aussi bien à son historique qu’à sa musique proprement dite, s’est découverte au public sur la chaine nationale, dimanche après-midi.  Entre anecdotes diverses et mélodies folk toujours aussi enivrantes, avec Lucette Botralahy et l’humoriste Gothlieb à l’animation, c’est une soirée musicale inédite qui s’a été proposée aux téléspectateurs de la chaine nationale, avant-hier.

L'express de Madagascar0 partages

Attaque armée

Munis d’armes blanches, sept bandits ont attaqué un foyer à Tsiafabositra Maevatanàna dans la soirée de vendredi aux alentours de 19 heures. Le chef de famille et son épouse sont hospitalisés. Battus par les assaillants, ils ont perdu connaissance au moment des faits. Les malfaiteurs ont fait main basse sur une somme s’élevant à2,5 millions d’ariary selon la gendarmerie.

L'express de Madagascar0 partages

Beach soccer-CAN – Le Sénégal sur le toit  de l’Afrique

xLe Sénégal succède à Madagascar, au palmarès de la Coupe d’Afrique des Nations de beach soccer. Dimanche soir à Lagos (Nigéria), les Sénégalais se sont imposés en finale de la deuxième édition de la CAN. Ils ont disposé des Nigérians, qui évoluaient pourtant à domicile, sur le score de huit buts à quatre.La rencontre a été accrochée durant les deux premiers tiers-temps. Longtemps, les deux formations sont restées à égalité, quatre buts partout. Mais dans le troisième et dernier acte, le Sénégal a réussi à inscrire de suite quatre réalisations, ce qui a anéanti tous les espoirs de sacre sur ses terres pour le Nigéria.Vice-champions en 2015 derrière les Barea de Mada­gascar, les Lions de la Teranga accèdent cette fois-ci à la première place.Dans les autres rencontres, l’Égypte a remporté la petite finale. Au terme d’une rencontre 100 % maghrébine, entre Égyptiens et Marocains, ce sont les Pharaons qui ont réussi à tirer leur épingle du jeu. Le match s’est conclu sur un résultat de quatre buts à un en leur faveur.Derrière, la Grande île a pris la cinquième place. Et ce, après avoir réussi un comeback improbable face à la Côte d’Ivoire, pour l’emporter quatre buts à trois.Le rideau se ferme ainsi sur cette CAN, durant laquelle Madagascar a dû abandonner sa couronne continentale, après une élimination prématurée en phase de poule. Le Sénégal et le Nigé­ria, les deux finalistes de la compétition, représenteront l’Afrique lors de la prochaine Coupe du monde. Celle-ci se tiendra à Nassau (Baha­mas), du 27 avril au 7 mai 2017.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Un corps sur l’Ikopa

Le corps d’un homme âgé d’une quarantaine d’années a été rejeté par l’Ikopa du côté d’Andohatapenaka dans la matinée d’hier. Aucune blessure n’a été relevée sur sa dépouille et il avait encore sur lui tous ses vêtements.

L'express de Madagascar0 partages

Billard-Grand Open de Noël – Nekla empoche l’enveloppe d’un million ariary

La dernière finale de la première édition du Grand Open de Noël de billard, n’a pris fin qu’à 4 heures et demie du matin, hier. Le choc le plus attendu a été le duel final du défi entre le meilleur chez les seniors et celui des juniors.Le trophée et l’enveloppe d’un million ariary sont allés à Nekla, joueur de catégorie junior, sans club fixe. Il s’est imposé en finale face à Tanjona dans la catégorie senior, du club Games. Le dauphin pour sa part a ravi une enveloppe de 250 000 ariary.Soixante-quatre joueurs ont été engagés chez les seniors et 72 chez les juniors. Le trophée ainsi que la prime de 200 000 ariary chez les dames ont été décrochés par Anja de Games qui a défait en finale Felana de Suprême. En équipe, le trio dénommé Copain constitué de Lionel, Mathieu et Feno, a remporté l’enveloppe de 600 000 ariary en battant en finale l’équipe de Traceur composée de Dedan, Six et Boul.La compétition pour les dames a réuni 32 joueuses, il en est de même en équipes. Vu la réussite de cette version 2016, les organisateurs ont confirmé la tenue à fréquence annuelle des prochaines éditions.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Société – La bourse des ménages lancée à Faratsiho

D’ici janvier 2017 à Faratsiho, le nombre de personnes bénéficiaires des projets « Vatsin’ankohonanana » et Let’s Us Learning (allons à l’école) qui vient d’être lancé dans ce district, atteindra 12 000. La somme versée totalise 29,2 milliards ariary et le paiement bimestriel se fera par mobil banking.En raison de la vulnérabilité économique des parents, le taux de scolarisation et le taux d’abandons scolaires dans le district de Faratsiho sont encore remarquables. L’objectif des deux projets est d’appuyer l’intégration scolaire des enfants en âge scolaire, de promouvoirl’amélioration de l’état nutritionnel des enfants de 0 à 5 ans, d’appuyer l’intégration et le maintien des jeunes au collège et de faciliter la transition scolaire du niveau primaire au niveau secondaire. Les projets consistent à donner 20 000 à 40 000 ariary à chaque ménage vulnérable et toucheront d’ici 2019, 429 fokontany de 53 communes dans six districts de Madagascar.Pour Faratsiho en particulier, 746 familles issues de 5 fokontany du district de Faratsiho sont les premières bénéficiaires de cette bourse familiale d’une valeur  de 32 972 360 ariary.Pratiquement, les deux projets consistent à créer des revenus supplémentaires aux ménages vulnérables. Initiés par le gouvernement malgache, exécutés par le Fonds d’intervention pour le développement en coordination avec le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme et le ministère de l’Éducation nationale, ils sont respectivement financés par la Banque Mondiale et l’Unicef.

A. N. A.

L'express de Madagascar0 partages

Gala de sport de combat – Domination des Mahorais

Les combattants mahorais ont dominé les débats lors du Gala de sports de combat organisé par l’association Perfect Fighting Commission, dirigée par le champion du monde en savate boxe française, Parfait Rakotonindriana.Le gala a été placé sous l’égide de la Fédération malgache de kickboxing et disciplines associées. Vingt-et-un combats se sont déroulés, dimanche au gymnase couvert de l’Académie nationale des sports à Ampefiloha, dont trois internationaux en pancrace de classe B, entre combattants Malgaches et Mahorais.Succès à 100% pour Mayotte qui a raflé trois victoires. Chez les -70kg, Aha­mada de Mayotte a défait par soumission Dominique du pays hôte. Erwan a ensuite remporté la deuxième victoire mahoraise après avoir battu par KO Tahina Rako­tonirina. Et le dernier duel de choc a été une affaire de Malgaches, même si la victoire a été remportée par Victoire Rakoto­malala qui a défendu les couleurs mahoraises.Il s’est imposé face Chris Billy Francklyn Ramboasa­lama par soumission. Plus d’une dizaine de combats en kempo et MMA ont été aussi au programme et regroupé des combattants des autres régions comme Boeny, Itasy, Vakinankaratra, Atsinanana en plus d’Anala­manga. C’était la septième compétition organisée par le PFC, et la quatrième internationale depuis la création de l’association il a plus d’un an.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Détruire les cactus pour mater la révolte dans le Sud

Le cactus, « raketa » ou «roy», plante épineuse du Sud qui a donné son nom à l’Androy, a été l’un des instruments utilisés par les forces de pacification françaises pour vaincre l’insurrection de 1896 à 1903.Selon Raymond Decary en 1929 (La destruction des cactus par une cochenille à Madagascar: ses conséquences économiques et sociales), cette plante est employée à plus d’un titre dans la région Androy. La population l’utilise comme haie de protection de ses biens (cases, troupeaux) puisqu’elle construit son habitat au milieu des forêts d’épineux.Elle est aussi employée dans l’alimentation du bétail. Brûlées, ses feuilles complètent les herbes des pâturages, rares dans ces zones de sécheresse. Vertes, elles conservent l’eau pour abreuver les bœufs très nombreux et qui font la richesse de la population. Raymond Decary souligne, en outre, que même celle-ci se nourrit également des fruits du cactus entre les mois d’août et février. Du fait de la pluviométrie insuffisante, en effet, les cultures vivrières ne produisent pas durant cette période.Du fait de cette place importante jouée par le cactus dans la vie de la population, la première action des forces de pacification françaises dans l’Androy est de détruire cet épineux pour vaincre la lutte nationaliste.Pourtant, d’après Jeanne Rasoanasy (Menalamba sy Tanindrazana), les Français nedisposent encore alors ni de produits ni d’une cochenille qui peut détruire les « raketa » comme ils le feront en 1925. Ils obligent simplement leurs prisonniers à couper des forêts d’épineux. Ainsi, ils peuvent accéder facilement à tous les villages et hameaux dans lesquels, selon eux, se cachent les insurgés, tout en mettant en difficulté la population dans sa recherche de nourriture en période de soudure.En 1899, les troupes françaises pénètrent au sud  d’Ambovombe, où résident les Sevohitse et les Maroalaka. À partir de là, ils comptent réduire à néant la lutte menée dans tout l’Androy où les Menalamba constitueront bientôt une armée dirigée par Tsiseza et Titsy. Face à l’invasion des pacificateurs, Titsy fait mine de se plier. Mais entretemps, il regroupe des hommes pour chasser les Vazaha. Tsiseza le rejoint avec son armée et s’installe le long de la riveoccidentale du Manombo. Titsy, pour sa part, se poste de l’autre côté. Bientôt leurs actions portent leurs fruits et les Analavondrobe viennent les renforcer.Au début, les pacificateurs préfèrent les ignorer pour se concentrer sur la construction d’une garnison à Ambovombe. De quoi encourager les Menalamba à venir les y déloger et plusieurs affrontements se voient entre les deux armées. Parallèlement, malgré leurs raids incessants, les Français n’arrivent pas à se saisir des résistants Antandroy bien tapis dans leur région qu’ils connaissent mieux que quiconque.Mai 1901 verra la bataille la plus virulente entre Menalamba et Français près d’Ambovombe. Titsy est à la tête de 1 500 hommes pour mener l’assaut contre la garnison française. Mais ils doivent se retirer, les armes en présence étant déséquilibrées: fusils et sagaies contre canons.Cela ne décourage pas Titsy et ses hommes dont les rangs sont étoffés par la population d’Ezila et Imokola, au nord-ouest. En septembre, Titsy annonce au chef de la garnison que ses partisans et lui refusent d’obéir aux ordres des Blancs, de payer les impôts et de se lier d’amitié avec eux tant qu’ils occuperont l’Androy. À partir de cette date, il harcèle les porteurs des bagages des Français, militaires et civils, et attaquent les villages qui apporteraient leur appui à ces derniers.Une autre bataille virulente met aux prises Menalamba et pacificateurs français à Ambondro, mais ceux-ci ne peuvent pas vaincre les nationalistes malgré leur force de frappe.Malheureusement, des indiscrétions permettent aux Vazaha de se saisir de la plupart des chefs Menalamba de la région. Ces arrestations refroidissent quelque peu l’ardeur des résistants. De plus, les Français imposent une lourde taxe sur la détention d’arme à feu et proposent une alternative: la payer ou rendre les armes. Mais les hommes du Sud n’acceptent pas cette défaite. La lutte reprendra en 1902 et s’étend. En 1903, elle atteint la région de Farafan­gana. Les Antefasy, Antesaka, Antanosy, Tanala et Bara rejoignent les Antandroy et les batailles sont sanglantes, les Menalamba étant disposés à combattre «jusqu’à la victoire finale». Mais leur lutte sera complètement anéantie en 1906.

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles