Les actualités à Madagascar du Mardi 20 Octobre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara141 partages

Judo :  Me Jean Andriamasy n’est plus

Me Jean Andriamasy, une très grande figure du judo à Madagascar.

Une très grande figure du judo à Madagascar s’est éteinte hier. Me Jean Andriamasy est mort à 84 ans laissant ainsi sans voix ses nombreux amis judokas, Homme d’un abord facile, Jean Andriamasy est l’ami de tout le monde. Avec un sens de fidélité hors pair car il faisait partie du Judo Club Saint Michel depuis ses débuts avec un dévouement qui force l’admiration. Il était aux petits soins avec tous les judokas. On se souvient encore qu’il accompagnait, en 1992, pour un stage pré olympique à Marseille, deux de nos meilleurs combattants en l’occurrence Jean Jacques Rakotomalala, l’actuel DTN, et Rasoanaivo Razafy Luc. Il parvenait toujours à motiver ses protégés à se surpasser avec ce trait d’humour qui fait partie de son ADN. Raison suffisante pour expliquer cette douleur qu’on ressent après la disparition d’un grand personnage.

Clément RABARY

Midi Madagasikara50 partages

Rotary Ainga : Une vingtaine d’actions à entreprendre pour un développement communautaire

Lors d’une donation effectuée par le Rotary Ainga au profit du centre Samyo.

« Le Rotary ouvre des opportunités ». C’est de ce thème que la présidente du Rotary Club Antananarivo Ainga, en la personne de Rita Ravelojaona, s’est inspirée durant son mandat qui court jusqu’en juin 2021. Un mandat pendant lequel elle compte entreprendre une vingtaine d’actions qui se focalisent principalement sur le développement économique communautaire et l’éducation. En effet, d’aucuns reconnaissent que la promotion de l’éducation constitue la base de développement d’une nation. « Je suis rotarienne depuis plusieurs années, mon tour pour présider mon club tombe cette année avec ce thème très inspirant. Et à part ces actions que nous allons mener prochainement, nous avons également des objectifs à atteindre pour les sept axes stratégiques du Rotary International », a expliqué la présidente de ce club de service, qui plus est un opérateur économique connu dans le secteur du tourisme.

Outil incontestable. À titre d’illustration, le Rotary Club Antananarivo Ainga a déjà prêté main forte aux établissements de santé de la capitale, en faisant un don de masques lavables pour le personnel logistique ; ainsi que des dons de gel hydro alcoolique pour faire face à la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 depuis son apparition dans le pays. « D’autres actions s’ensuivent, et cette fois-ci, dans le domaine de l’éducation de base. En effet, nous venons de remettre un trampoline au centre Samyo à Avarabohitra, qui est un établissement spécialisé offrant des classes de soutien pour les autistes. Ce qui va contribuer au développement de ces enfants », est-elle convaincue. La directrice du centre le confirme. En fait, « le trampoline est un outil d’une efficacité incontestable pour permettre à un enfant autiste de s’épanouir. Cela contribue à la thérapie des enfants qui ont des troubles d’intégration sensorielle », selon ses dires.

Par ailleurs, le Rotary Club Antananarivo Ainga prévoit d’autres actions comme le projet « Omby Vavy Harena » qui vise à améliorer le cheptel des éleveurs, ainsi que le projet « Ny Asako Rahampitso ». Celui-ci servira à sensibiliser les lycéens dès leur jeune âge aux professions et métiers qu’ils veulent choisir au terme de leurs études.

Navalona R.

Midi Madagasikara4 partages

Fonction publique : Un demi-millier d’agents de l’Etat indûment payés dont un ancien ministre

L’heure est à la bonne gouvernance de la gestion du personnel de l’Etat.

Autres temps autres mœurs, l’Etat prend une série d’actions pour mieux gérer la paie des fonctionnaires. Les irréguliers seront sanctionnés dès ce mois d’Octobre puisque leurs soldes seront suspendus. La mesure permettra à l’Etat de faire des milliards d’ariary d’économie.

Pour une meilleure gestion des fonds publics, le gouvernement multiplie les efforts en vue d’instaurer la bonne gouvernance administrative et financière dans la gestion du personnel de l’Etat.

Travaux de rapprochement

La situation irrégulière de centaines d’agents de l’Etat provoque une véritable hémorragie financière. Selon nos informations, on dénombre un demi-millier d’agents de l’Etat indûment payés, dont un ancien ministre. Par ailleurs, la situation de 7.000 agents reste encore à éclaircir. Anciens hauts employés de l’Etat dont les actes d’abrogation n’ont pas été mandatés, des directeurs retraités mais encore payés, hauts employés de l’Etat non identifiés, constituent autant d’irrégularités constatées dans les travaux de rapprochement effectués. Et si le gouvernement a décidé de frapper, c’est que les impacts financiers de ces irrégularités sont énormes. En effet, l’impact budgétaire annuel de ces agents indûment payés se chiffre en dizaine de milliards d’ariary. De ce fait, le gouvernement a décidé de réagir. Et ce, à travers des sanctions qui consistent notamment à suspendre les soldes des agents indûment payés à partir de ce mois d’octobre. Ils seront également traduits devant le conseil de discipline. La mesure permettra au gouvernement d’économiser un peu moins d’un milliard d’ariary par mois. Et les efforts ne s’arrêteront pas là puisque les institutions et ministères sont invités à clarifier la régularité administrative de 7.000 autres agents de l’Etat dont la situation est sujette à des doutes.

AUGURE

Cet assainissement se fait, rappelons-le à travers l’utilisation de l’Application Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources Humaines de l’Etat (AUGURE), dont l’utilisation a été rendue obligatoire pour tous les ministères et institutions suite à une décision du Conseil des ministres en Avril dernier. En raison des problèmes rencontrés dans son application, le ministère de l’Economie et des Finances a décidé d’améliorer le système en y intégrant des réformes. On peut citer parmi elles la rédaction des cahiers de charges fonctionnels et techniques, la sécurisation de la base de données, le traitement de tous les projets d’actes administratifs, arrêtés ou contrat de travail et l’authentification des actes par QR Code. Avec cette version améliorée, le module « rapprochement » permettra au ministère employeur de gérer la mobilité de la gestion du personnel et de maîtriser les besoins des postes fonctionnels. Pour le ministère de l’Economie et des Finances, elle servira à contrôler les états de paie des agents de l’Etat, à gérer la masse salariale et l’effectif des agents de l’Etat et à assurer la gestion financière des postes fonctionnels et l’effectif des postes disponibles. Au niveau du ministère en charge de la Fonction publique, le module aidera à maîtriser la nomenclature des postes, à recenser physiquement les agents de l’Etat, et à planifier la Gestion Prévisionnelle des Effectifs, des Emplois et des Compétences (GPEEC). Un atelier de validation de réformes regroupant les Directeurs des Ressources Humaines des départements ministériels et Institutions se tient depuis le 14 octobre à la Salle de Conférence de la Direction Générale des Finances et des Affaires Générales à Andraharo. Il s’agit de la dernière étape avant l’entrée en fonction de cette version améliorée. Laquelle traduit les efforts de bonne gouvernance réalisés par le gouvernement pour une meilleure gestion des fonds publics.

R.Edmond

Midi Madagasikara4 partages

Assainissement et propreté à Toliara : Un tricycle motorisé pour ramasser les ordures

Whh s’implique également dans l’accès à l’eau potable dans les districts de Toliara I, Toliara II et Sakaraha, face aux difficultés rencontrées par les populations dans ce domaine.

Le ramassage d’ordures est une tâche primordiale pour les communes urbaines et rurales. Comment faciliter cette dure besogne ? Depuis quelques temps, un cyclo-pousse ou triporteur parcourt les rues et ruelles de Toliara, sans faire de bruit et sans avoir à pédaler, suivi par une ribambelle de gamins joyeux. Il n’est pas bruyant car il est propulsé par un petit moteur, alimenté par trois panneaux solaires via quatre batteries de 12 volts. Ce prototype est une commande exclusive pour Toliara, fruit d’un partenariat avec la société Stenrich, basée au Kenya. Même si l’entreprise sociale « Greentsika » est chargée de la pré-collecte de déchets à domicile, il n’est pas sûr que ce soit ce prototype qui viendra chercher vos ordures.

Depuis août 2014, l’ONG Welthungerhilfe (Whh) accompagne les communes de Toliara I et II, et celle de Sakaraha pour le ramassage de déchets. Le Projet d’Assainissement Solide et de Sécurité Alimentaire à Tuléar (PASSAT2) est un financé par le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement de l’Allemagne. Actuellement, les ordures ne sont plus jetées partout mais transformées en objets d’art ou autres outils utilitaires. Leur donner une deuxième vie devient une activité génératrice de revenus (AGR) pour les riverains. Whh s’occupe également de l’eau potable et des latrines de 40.000 ménages dans les trois districts. Ces latrines produisent une centaine de tonnes d’ordures par jour. En principe, le PASSAT2 s’achèvera en 2021.

Charles RAZA

Midi Madagasikara3 partages

67ha : Voasambotry ny pôlisy ilay mpanendaka zaza

Zazalahy kely 12 taona miisa roa no lasibatra, tetsy amina elakelan-trano iray tetsy 67ha, raha iny handeha hody iny, ny sabotsy lasa teo. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny pôlisim-pirenena dia firavaka rojo volafotsy, misy vatosoa mitentina eo amin’ny 480,000 ariary teo ho eo. Ankevitry ny efa fantampatatr’ireto olon-dratsy angamba ny fisian’io firavaka io teny amin’ireto ankizilahy ireto. Antoandro be nanahary mihitsy no nanaovan’ireto mpanendaka ireto ny asa ratsiny, rehefa hitany fa izy roa lahy ireto fotsiny no nandeha nihazo ilay elakelan-trano. Roa lahy ireo mpanendaka raha ny vaovao hatrany ary avy hatrany dia nibahana azy roa lahy kely ireto ary nanendaka ilay firavaka volafotsy teny amin’ny iray tamin’izy ireo. Nirifitra nitsoaka avy hatrany rehefa azony izay nilainy. Tetsy andanin’izay kosa dia nametraka fitoriana ny ray aman-drenin’ireo zaza voaendaka. Nanao ny fikarohana izay mety ho nanao ny asa ratsy ny pôlisy ka tsy ela dia fantatra ny toeram-ponenan’ny iray tamin’ireo mpanendaka, izay tsy aiza fa teo amin’ny Cité 67ha, akaikin’ny Parking. Noraisim-potsiny tao moa ny anao lahy ary vao mainka nibaradaka ny heloka nataony rehefa tratran’ny fanontanian’ireo mpanao fanadihadiana. Nambarany kosa fa etsy tsy any aminy intsony ilay firavaka fa ilay namany niaraka nanendaka taminy no nitondra izany. Raha ny angom-baovao hatrany dia mbola eo an-dalam-pikarohana ity farany ireo mpitandro filaminana. Omaly moa ity tovolahy 18 taona, mpanendaka ankizy ity natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ary heverina fa nadoboka am-ponja avy hatrany miandry ny fotoam-pitsaràna azy.

m.L

Midi Madagasikara2 partages

Après l’état d’urgence sanitaire, un équilibre fragile à préserver

Un jour après la déclaration officielle de la fin de l’état d’urgence sanitaire, les Malgaches se sont vite adaptés à la nouvelle situation. En réalité, ils n’ont pas eu à changer leurs habitudes. Le port du masque et le respect des distanciations sociales sont effectifs et s’accompagnent maintenant de la satisfaction d’une liberté retrouvée. Ce sont les nombreux problèmes qui se sont accumulés que la communauté nationale va devoir affronter : chômage, baisse de revenus pour les employés d’entreprises au bord de la faillite, recherche difficile de la pitance quotidienne pour les dizaines de milliers de personnes sans logement, recrudescence de l’insécurité.

Après l’état d’urgence sanitaire, un équilibre fragile à préserver

Ces sept mois de crise ont fortement impacté la vie quotidienne des Malgaches. L’épidémie de la Covid-19 a détruit tout un pan de l’économie, amenant de nombreuses entreprises au bord de la faillite. Des dizaines de milliers de travailleurs indépendants et d’artisans ont vu leur source de revenus se tarir à cause de ce confinement. Des aides financières ou en nature, « tosika fameno » ou « vatsy tsinjo », ont été octroyées pour permettre aux personnes les plus vulnérables de survivre. Les employés des entreprises en difficulté ont bénéficié du chômage technique, et ont ainsi été sauvés de la misère. Dans le même temps, la lutte contre la Covid-19 a obligé toute la population à se prémunir contre la maladie. Sur le plan épidémiologique, le pays s’en est finalement bien sorti et c’est un nouvel élan qui doit maintenant être impulsé. Madagascar est un pays pauvre et sa population est maintenant obligée de redoubler d’effort pour remonter la pente. La machine économique est encore grippée et elle attend d’être relancée. Le plan de relance tant espéré tarde à venir. La loi de finances 2021 va être examinée lors de la session ordinaire des deux assemblées qui s’ouvre aujourd’hui. La vie de la nation a repris son cours normal, mais l’équilibre retrouvé est fragile et a besoin d’être préservé.

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

Football : Njiva en grande forme

Njiva a réalisé un retentissant quadruplé devant le Chiangmai FC.

Njiva Rakotoharimalala va-t-il faire son grand retour chez les Barea au cours de cette double confrontation avec les Éléphants de la Côte d’Ivoire ? C’est la question qui se pose.

De retour à Tana, le sélectionneur Nicolas Dupuis évoque cette possibilité de faire revenir Dax Arohasina Andriamirado qui joue aux Black Panthers en Afrique du Sud et Njiva Rakotoharimalala, l’attaquant du Nong Bua Pitchaya FC en Thaïlande. Des possibilités, comme le Français le disait, pour faire face aux nombreuses absences dues à la pandémie du coronavirus. Toujours est-il que ce choix fait le bonheur de nombreux fans des Barea qui estiment que ces deux joueurs ont leur place au sein de cette sélection. Fidèle croyant, Njiva confie dans un post qu’il s’en remet à la volonté de Dieu et demande à ses supporters de ne pas trop s’en faire quant à sa non-sélection. La réalité est que sur le terrain, Njiva est en grande forme. Pas plus tard que dimanche, et dans le cadre de la 10e journée du championnat de Thai League 2, il a réalisé un retentissant quadruplé devant le Chiangmai FC. Son équipe a gagné ce match 5 à 0. Un exploit qui traduit bien la forme de l’auteur de l’unique but contre la Guinée Équatoriale qui a permis aux Barea de se qualifier à la CAN 2019. Un but qui est encore dans les mémoires des férus du football malgache. Njiva lui-même se remémore son but en 2018 à Vontovorona, mais en tire une satisfaction modeste car ce n’est pas dans ses habitudes de tout ramener à lui. Il affirme que c’est le fruit du collectif et la volonté de Dieu.

Clément RABARY

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Des candidats du baccalauréat positif au coronavirus

Les épreuves de l’examen officiel du baccalauréat ont commencé hier, 19 Octobre, pour tout le pays. Les élèves de la classe de terminal ont dû faire face à plusieurs changements, à cause de la propagation du Coronavirus, depuis le mois de Mars pour Madagascar. Les cours ont dû être suspendus pendant un long moment et le calendrier scolaire a dû être totalement modifié, y compris les dates prévues pour l’examen officiel.
Dans la région d’Ihosy, des candidats au bac étaient positifs au coronavirus. Ils étaient au nombre de huit. Néanmoins, ces candidats ont été autorisés à passer leurs épreuves, bien évidement dans des mesures strictes pour éviter la contamination aux autres candidats et aux personnels responsables. Ces candidats sont, de plus, asymptomatiques. Ils sont isolés et un véhicule a été mis à leur disposition pour assurer leur transport.
Madagate0 partages

Beroroha. Notokanan’ny Praiminisitra Christian Ntsay ny CSAO

Ny Praiminisitra Ntsay Christian tany Beroroha, teo amin'ny fandraisany fitenenany

19 Oktobra 2020. Notokanana tamin'ny fomba ofisialy ny toby « Centre Spécial d’Aguerrissement Opérationnel » (CSAO) an'ny Zandarimariam-pirenena ao Beroroha, Faritra Atsimo Andrefana.

Raha tsiahivina, ny CSAO dia toby iray natokana hanitarana traikefa sy fahaiza-manao ka hampiharana avy hatrany ny hai-ady hamongorana ny asan-dahalo ao anatin'ny faritra mena iray voafaritra, hamondronana ihany koa ny hery rehetra ahafahana mandresy andian-dahalo maro.

Tonga nanome voninahitra izany fotodrafitrasa izany ny Praiminisitra Ntsay Christian, notronin'ny Jeneraly Rakotonirina Richard, Minisitry ny Fiarovam-pirenena (MDN), teo ambany fiahian'ny Jeneraly Ravalomanana Richard Sekreteram-panjakana izay miadidy ny zandarimariam-pirenena (SEG), sy ny Jeneraly Andrianjanaka Njatoarisoa, Komandin'ny zandarimariam-pirenena (COMGN). Tonga nanotrona koa ireo olona Manankaja sivily sy miaramila ary ireo tomponandraikitra ambony eo anivon'ny Zandarimariam-pirenena.

« Tsy ekena intsony ny hisian’ny distrika ho latsa-danja amin’ny fametrahana fandriampahalemana sy fampandrosoana amin’ny ankapobeny ». Izany no anisan’ny nasongadin’ny Praiministra Ntsay Christian tamin’ny fandraisana fitenenana tao anatin’iny fitokanana iny, izay nambarany fa mariky ny firosoana amin’ny paikady entina hampandrosoana sy hiadiana amin’ny tsy fandriampahalemana.

« Miaina ao anaty tsy Fandriampahalemana rahateo i Madagasikara », hoy hatrany ny Lehiben’ny governemanta,« aryvelirano voalohan’ ny Filoham-pirenena,ny famerenana ao anatin’ny fotoana fohy ny Fandriampahalemana eto amin’ny tany sy ny fanjakana ». Ary nanolotrafisaoranamanokana ny teo anivon’ny Zandarimariam-pirenena, noho izao fahavitan’ny fotodrafitrasa izao, ny Praiministra Ntsay, izay nanambara fa « fitaovana fotsiny ny fotodrafitrasa, fa ao ambadik’ izanydia misy ny finiavana hiarovana ny vahoaka. Noho izany, dia ilaina ny mandamina ny fomba fiasa mba hisitrahan’ny vahoaka ny Fandriampahalemana ».

Tamin’ity fotoana nihaonany tamin’ny vahoakan’i Beroroha ity koa no nanamafisan’ny Praiminisitra Ntsay Christian fa «mpiasam-bahoaka ny mpiasam-panjakana ka amin’ izao fanovana rafitra sy tanjona izao dia mila mpiasam-panjakana moderina ny firenena, tokony ho eo akaikin’ny vahoaka lalandava, ary ialàna ny tsolotra sy ny fanaovana tandrevaka, ka mba ho mpiasam-panjakana hentitra, mahay ny asany ary manaja ny rariny sy ny hitsiny amin’ny fanatanterahana ny asany. Izay no hahafahana mamerina ny fitokisan’ny vahoaka amin’ny fitondrana amin’ny ankapobeny».

«Raha mikasika ny Faritra Atsimo andrefana manokana, ary amin’ny lafiny fampandrosoana, dia tsara», hoy ny Praiministra namarana ny anjara fitenenany,«raha ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny no mijery ireo zavatra azo trandrahina (« potentiels ») amin’ny toerana iray, ka hampandeha tsara ny asa fampandrosoana any amin’iny faritra iny».

Ny Jeneraly Rakotonirina Richard (MDN) kosa dia niompana tamin'ny fiarahana misalahy amin'ireo mpitandro filaminana mba hisian'ny vokatra tsara amin'ny ady tsi-fandriampahalemana.

Nantitraterin'ny Jeneraly Ravalomanana(SEG) ny mikasika ny fiaraha-miasa hentitra sy milamina tokony hisy eo amin'ny mpisahana ny fitandroana ny filaminana, ny toerana misy ny Dinabe, ny fanadiovana anatiny eo anivon'ny Zandarimaria ary ny « primes de bravoure » ho an'ireo izay zandary mendrika nahazo vokatra tsara.

Taorian'ny lanonana fitokanana no namorian'ny Praiminisitra Ntsay Christian ireo tompon’andraikitra, olomboatendry sy olomboafidy rehetra nanatrika, izay nanomezany toro-marika mba hisian'ny fandriampahalemana any amin'iny faritra iny. Namafisany ny tondrozotra ho amin'ny fampandrosoana sy ny fandriampahalemana ifotony, ny fametrahana ny Sampandraharaham-panjakana rehetra ao antoerana, ny fanatsaràna ny fifandraisana (« réseau téléphonique ») ary ny fampandehanana ny hôpitaly Beroroha. Eo amin’ny lafin'ny fandriampahalemana indrindra dia nambaran’ny Praiminisitra fa hanomboka tsy ho ela ny asa fananganana ny « Commissariat de Police », ary hametrahana Fitsarana ambaratonga voalohany sy hanorenana fonja ao Beroroha. Nampanantena ihany koa izy, fa hotendrena ato ho ato ny Lehiben’ny Distrika izay hampitaovana fiara.

Zandary anjatony no voatendry sy efa tafapetraka hiasa ao miaraka amin'ireo fitaovana vaovao sy manara-penitra. Velom-panantenena ireo vahoaka tao antoerana fa mba ho afaka hamboly sy hiompy ampitoniana manomboka izao.

Noraisin’i Jeannot Ramambazafy

Loharanom-baovao : InfoSeg sy Primatiora

Tia Tanindranaza0 partages

Tapitra ny fahamehanaAhoana amin’izay ireo afera ara-bola goavana?

Tapitra ny fahamehana ara-pahasalamana, ka tokony havoaka amin’izay ny mangarahara.

 

 Tsy nisy tohiny intsony ny fanomezana mangarahara amin’ny fitantanam-bola nampiasaina tamin’ny valanaretina coronavirus. Aiza ilay tatitra ara-bola amin'ny antsipirihany isam-bolana nambara fa avoaka ao amin'ny tranonkalan’ny Minisiteran’ny Vola? Nandeha an-tsakany sy an-davany ve? Tsiahivina rahateo, fa vao nanomboka kely ny hamehana no nanesorana tompon’andraikitra ambony maromaro momba ny fanaraha-maso ny fitantanambolam-panjakana, ary efa volana maro taty aoriana, vao notendrena ny solony. Manodidina ny 800 tapitrisa euros ny voalaza fa tohana avy amin’ny sehatra iraisam-pirenena, izay misy ny vola haverina, ary misy ny fanampiana. Ny Praiminisitra nilaza fa haompana betsaka amin’ny fanomezana karaman’ny mpiasam-panjakana, hampiodinana ny raharaham-panjakana ny fanampiana,… saingy tsy mazava ny tatitra hoe ny firy isan-jato tamin’ny fanampiana, izay tombanana ho efa tafiakatra hatrany amin’ny 1 miliara euros no naompana tamin’izany? Nipoaka ny afera “bonbons sucettes” 8 miliara ariary, ny raharaha “écrans plats” 216 tapitrisa ariary, izay mety ho ampahany ihany… izay nampitombo ny ahiahy. Nifanipaka ny fanazavana, ka ny Minisitry ny serasera Rtoa Lalatiana Rakotondrazafy, ohatra, nilaza fa fiara nindramina sy nampindramina ireny nasiana soratra lokon-doranjy nampiasaina ireny, kanefa ny Filoha Rajoelina nilaza fa fitaovana novidiana tamin’ny fanampiana ireny. Inona izany no marina ? Iza no mpandainga ? Nandaniana ohatrinona ny CCO ? Ohatrinona no lany tamin’ny CVO sy ny vola nampidiriny? Tany am-piandohana dia 1500 Ar ny vidiny nolazaina fa natao amin’ny takatry ny vahoaka, lasa 1000 Ar teny amin’ny tsena lehibe Grande Surface, ary 300Ar ankehitriny. Mazava fa matoa nahena, dia mety tsy mandeha, kanefa io ihany koa isika fa niroso tamin’ny famokarana ny CVO+ 13 andro dia mahavita ho an’olona 30 tapitrisa mihinana in-telo isan’andro ao anatin’ny dimy andro. Mandeha ny siosion-dresaka fa misy orinasa akaikin’ny Filoha na akaikin’ny vadin’ny miombon’antoka ao anatin’io. Ny ahiahy tsy hihavanana ka tsy tokony ho ny mpaneho hevitra anaty facebook ihany no higadra, fa mila jerena ireo afera maro mampanahy.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

PFNOSCM/ VohifiraisanaHanamafy ireo rantsamangaika any amin`ny faritra

Nanatanteraka atrikasa hahafahana hamaritra ny asan` ireo rantsamangaikany amin` ireo faritra 22 manerana ny nosy ny firaisamonim-pirenena PFNOSCM/ Vohifiraisana.

 Ny tanjona dia hanamafisiana ny fiaraha-miasa misy aminy sy ny FORUS amin`ny alalan` ny tetikasa “Forum international des plateformes nationales ONG plus solide pour un impact plus grand sur les politiques publiques » izay vatsian` ny Vondrona Eoropeanina sy AFD vola. Andraindraina amin`ity atrisaka ity hatrany ny fanatsarana ireo teboka amin` ny drafim-pamdrindrana sy ny fifandraisana amin` ny andrimpanjakana eo anivon` ny PFNOSCM sy PFROSC mba hahazoana drafitra mamaritra ny paikady apetraka ho amin` ny taona 2021-2025 ary ho fanatsaràna ihany koa ireo rantsamangaika eny anivon` ireo faritra 22 manerana ny nosy.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana Assanati Famo GidrakaNanampy mpiara-belona an-jatony

Betsaka ireo olona sahirana teto amin’ny firenena vokatry ny fihibohana. Ankoatra ireo very asa mivantana dia tsy vitsy ireo nihitsoka tanteraka mihitsy ny fitadiavany toy ireo mpanankato nanerana ny Nosy.

Nijery manokana azy ireo ny fikambanana Assanati Famo Gidraka, notarihin-dRtoa Assanati. Ny 15 Oktobra teo dia nizara vary sy menaka ho an’ ireo mpanankato rehetra tao mahajanga izy. Manodidina ny 200 mahery ireo nisitraka izany. Ankoatra izay dia nambaran’ny solontenan’ny fikambanana ihany koa ny fahavononan’izy ireo hanampy ny mpanankato amin’ny fikirakirana ny rakikira sy raki-tsarin’izy ireo hahafahany mivoatra ka tafiditra ao anatin’izany ny matrakazy eny anivon’ny haino vaky jery. Hiampita any amin’ireo mpikambana ny fizarana ny fanampiana atsy ho atsy raha araka ny fampanantenana nataon-dRtoa Assanati rehefa afaka mamory olona mihoatra ny 1.000 ny fikambanana tarihiny. Tsiahivina moa fa mbola misy akony ratsy eo amin’ny fiainana andavanandron’ny mponina ny fandalovan’ny COVID 19 hatreto. Marobe ireo Ray aman-dReny tsy afaka mampiana-janaka noho ny fahasahiranana antony nizaran’ny fikambanana vola nividianana kitapo sy fitaovana maro samihafa ho an’ireo kilonga madinika. Tsy nisy ihany koa ny fizarana fahana sy vary amin’ny gony ary fatana mitsitsy ho an’ireo mpanaraka azy tao amin’ny tambajotran-tserasera Facebook nahafahana nanamaivana ny fahasahiranan’ny tsirairay nandritra ny fihibohana. Tsiahivina moa fa tsy manao politika ny fikambanana Assanati ary manasoa ny mpiara-belona tsy misy tambiny araka ilay teny filamatra manao hoe : “antsika jiaby miaraka amin’ny Assanati Famo gidraka non stop, ny werawera tsy maintsy mandeha”

Pati sy Marigny

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra mena i 67 haZazalahy roa indray no voaendaka rojo volafotsy

Tovolahy iray, 18 taona no voasambotry ny polisy avy ao amin’ny CSP7 ny sabotsy teo teny amin’ny Bonarabe 67 ha .

Raha araka ny fantatra dia nanendaka tovolahy kely 12 taona miisa roa, tamina elankelan-trano iray teny 67 ha ny tovolahy. Nosakanan’izy sy ny namany avy hatrany ireo zazalahy ireo, ary nendahiny ny rojo volafotsy teny amin’ny tanany izay misy vatosoa mitentina 480.000 Ar kasa lasa nandositra izy ireo. Nametraka fitoriana avy hatrany ny ray aman-drenin’ireo zazalahy voaendaka ireo. Nisy avy hatrany ny fanadihadiana natao ka fantatra ny toeram-ponenan’ny iray tamin’ireo mpanendaka. Noraisim-potsiny ity farany tamin’ny fotoana nodiany teo amin’ny Cité akaikin’ny Parking 67 ha. Nandritra ny fanadihadiana natao tamin’ity voasambotra ity dia niaiky ny heloka vitany izy. Nambarany kosa fa ilay namany izay nara-nanao ilay asa ratsy taminy no nitondra ilay rojo volafotsy. Mbola karohina io namany io ankehitriny. Natolotra ny fampanoavana omaly ny tovolahy.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Seces Antananarivo “Mety ho sarotsarotra ny toe-draharaha”

Nanao fanambarana ny Seces sampana Antananarivo fa misaotra ny ray aman-dreny tamin’ny fikarakarana ny zanany sy niezaka mafy nijery ny hoavin’ny taranaka na mafy aza ny niainana tanaty fihibohana.

 Mirary soa ireo mpanala bakalorea ihany koa mba ho afaka soa aman-tsara. Henonay siosion-dresaka fa misy fanetriben’ny firenena mitady hamboly korontana ao anatin’izany, hoy hatrany ny Sendikan’ny mpampianatra mpikaroka, ka hisompatra ny ezak’ireo mpikarakara ity fanadinam-panjakana ity. Miantso ny fitondram-panjakana ny Seces mba tsy hilefitra amin’ireo mpanakorontana ary handray ny andraikiny sy hamongotra hatrany amin’ny fakany izay tratra manao heloka bevava tahaka ireny. Mety ho sarotsarotra ny toe-draharaha amin’ny fandraisana ireo mpianatra ety amin’ny oniversitem-panjakana, hoy ny filohan’ny Seces Antananarivo, ny Pr Sammy Gregoire Ravelonirina, satria ny taom-pianarana 2018 – 2019 ankehitriny dia mbola misy ny mamita taom-pianarana, misy ny manatanteraka fanadinana ary misy ny efa manomboka sahady angaha ny taom-pianarana 2019 – 2020. Ho avy indray ny 2020 – 2021 dia mipetraka ny fanontaniana hoe ahoana ny hiatrehana azy? Ilana valiny amin’ny tomponandraikitra ny drafitra momba izany, hoy hatrany ny Seces. Ny famitana ny taom-pianarana 2018 – 2019 dia efa vonona izahay fa ny enti-manana hanombohana ny 2019 – 2020 hanao ahoana, hoy izy ireo.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hiazakazaka sa handeha lavitra ?

Raha tiana ny hiazakazaka dia aleo mandeha irery, hoy ny olo-malaza iray izay. Raha tiana kosa ny andeha lavitra dia ilaina ny miara-dalana.

 Malaza ho masinina haingam-pandeha moa ny filoham-pirenena ankehitriny fony izy mbola nilana teo amin’ny sehatry ny fandraharahana sy nilatsaka ho ben’ny tanana. Reharehany mihitsy aza moa tamin’ireny fotoana ireny ny maha Andry TGV azy. Vetivety toa dia vitany niaraka tamin’ny ekipany ny nanangana foto-drafitrasa iray. Notohizany fony izy tafakatra teo amin’ny fitondrana tetezamita io fomba fiasa io ary namirapiratra be ho an’ireo maso mijery ireo foto-drafitrasa vita tao anatin’ireny fotoana ireny. Hopitaly manara-penitra, Coliseum, kianja manara-penitra sy ny maro hafa saingy eo no mampametraka amin’izay ilay fanontaniana hoe nitondra antsika nankaiza anefa ireny rehetra ireny? Tsy nahalala an-davan’andro sy alahady, hono, ny filoham-pirenena tao anatin’ireny ahamehana ireny saingy ny vokatr’izay anefa izao manao ahoana? Efa milamina tokoa ve ny toekarena sy sosialim-bahoaka sa izy ireo mbola tapena-maso amin’ny vatsy tsinjo sy tosika fameno mbola tsy mahavita taona foana? Volana vitsivitsy sisa dia ho feno 2 taona no nitantanan’izao fitondrana izao saingy mbola tsy hainy, hoy ilay mpanao politika iray izay, ny mampitombo ny ao am-paosin’ny vahoakany. Fahanana fampanantenana isan’andro ny vahoaka kanefa ny eo tsy tontosa hatramin’ny farany. Hiazakazahana ny fitetezam-paritra saingy miazakazaka ho firenena farany mahantra isika, hoy ny mpahay lalana mpanohitra izay. Hihazakazaka ho amin’ny sehoseho tokoa ve no maha maika sa handeha lavitra amin’ny fampandrosoam-pirenena ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

SambavaRongony 20 kilao indray no tratra

Jiolahy roalahy no saron` ny mpitandro filaminana nitondra rongony milanja 20 kilao izay nentina avy any amin'ny Kaominina Doany,

 

 Distrikan'Andapa, Faritra Sava ka nandalo tao Andohanantsahabe, omaly. Niroso avy hatrany famotorana ka fantatra izao fa olona mipetraka any Ambodiadabo Bealanana sy Maroambihy Sambava ireto jiolahy ireto ary efa matetika no manao ny asa ratsy toa izao. Ny zandarimriam-pirenena dia manamafy hatrany fa mitohy ny fandraisana fepetra hentitra amin` ny ady amin`ny zava-mahadomelina izay mampirongatra ny asa-jiolahy. 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Olan’ny FMF“Maha kely hery ny ekipam-pirenena”

Fanazaran-tena ny fihaonan’ny ekipam-pirenena malagasin’ny baolina kitra tamin’ny divizionina voalohany avy atsy Luxembourg dia ny Swift Esperange sy ny ekipam-pirenen’i Burkina faso, hoy ry zareo avy eo anivon’ny fikambanana misehatra amin’ny baolina kitra K2HB.

 

 Nisy fitsapana mpilalao be dia be tao anatin’ireny ary tsy hitsarana ireo hiatrika an’i Cote d’Ivoire amin’ny novambra ireny fa aleo aza misy ireny dia hita ny hanitsiana azy. Be dia be ny mpilalaon’ny Barea nefa isika miheritreritry ny hanova ary raha resaka taona dia azo lazaina hoe efa ambony, hoy ny filohan’ity fikambanana ity, Jean Ignace Randrianirina. Zaka ve raha ny mpilalao teo aloha ihany no hiatrika ny novambra? Mila fandresena ny Barea saingy manana olana amin’ny resaka fitantanana isika ary isan’ny maha kely hery ny ekipam-pirenena io satria ilay mpiahy mihitsy no misy fizarazarana. Raha tena manam-piniavana ny mpitantana ny baolina kitra dia nisy asa goavana natao teny Ivato tamin’ny febroary. Ahoana no hanohizana iny dinika iny? Raha tiana ny hahazo vokatra tsara amin’ny novambra dia avelao hiasa malalaka ny mpanazatra Nicolas Dupuis, hoy hatrany ny K2HB ary tokony hampivory ireo komity mpanatanteraka ny FMF hijerena ny tohin’iny tamin’ny febroary nandaniana volabe. Aiza ny komity mpanara-maso ny tohiny, hoy ny K2HB ?

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra faha 23Miha sarotra ny raharaha

Aza afangaro ny fomban-drazana sy ny raharaha politika, hoy ny raiamandreny avy any Nosy varika, faritr’i Vatovavy fitovinany, Paul Ramandimbison, manoloana ny resabe mikasika ny faritra faha 23. Manana soatoavina manokana ny Tangalamena, hoy izy.

 Ny sarisary mandeha ankehitriny moa raha tsiahivina dia ny hoe mitambatra Ifanadiana, Nosy varika, Mananjary. Manakara, Ikongo, Vohipeno koa mitambatra. Namorona moa kosa dia mifandray amin’i Manakara. Tsiahivina anefa fa efa nisy nitonona ho olobe avy ao Ikongo sy Mananjary koa nanao fanambarana fa mitsipaka izay tsy fampiarahana an’Ikongo sy Mananjary, izay renivohitr’i Vatovavy, izay. Mifamatotra ara-tantara sy fomban-drazana ny roa tonta ary samy Tanala. Isan’ny fanontaniana mipetraka mandeha ankehitriny ny hoe maninona raha ny distrikan’i Manakara izay manana kaominina miisa 52 no zaraina roa hamoahana ilay faritra faha 23 ? Miha sarotra ny raharaha.

 

J. Mirija

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Loholona sy Fanjakana foibeHo raikitra ny ady ny farany

Nanamafy ny teo anivon’ny Antenimierandoholona ho tohin’ny fanambarana efa nataony ny 07 oktobra, fa mbola tratry ny ankivy ara-bolan’ny Minisiteran’ny vola sy ny tetibola amin’ny tokony hamoahana ny vola hoenti-miasa eo anivon’io andrim-panjakana io.

 

Navoakan’izy ireo ny antsipirihany tamin’ny famoham-bola efa natao araka ny fampahafantarana N°011-MEF/SG/DGFAG tamin’ny 08 oktobra, izay nosoniavin’ny Minisitry ny vola sy ny tetibola. Tahala izao ny tahan’ny fandavorariana ny famoaham-bola : 100% tamin’ny tambin-karama dia voaloa, 19,80% ny « Biens et services hors carburant et hors fonds spéciaux », Carburant et lubrifiant 57,84%, Fonds Spéciaux compte 0%, Transferts 16,56%, Projets d’investissement Publics (PIP) 0%,… Tsy ahafahan’io andrim-panjakana laharana faharoa io manao ny fandaniana sy fampiodinan-draharaha telo faha-efatra ny toe-draharaha. Tsy tahaka an’io ny any amin’ny Fiadidian’ny Repoblika, Primatiora, ny antenimieram-pirenena, ny minisitera, izay saika 100% avokoa amin’ny ankampobeny, raha ny fampitahana nataon’ny Antenimierandoholona. Ho an’ireo andrim-panjakana sy minisitera dia 100% ho an’ny “Biens et services”, “Transferts” 100%, Ressources Propres Internes (RPI) 100%,…

 ADY FARANY…

Fivoriana ara-potoana farany ho an’ny Antenimierandoholona amin’ny endriny ankehitriny io, ary heverina ho ady farany amin’ny fifandrinan’ny samy andrim-panjakana eo amin’ny loholona HVM sy ny Fahefana mpanatanteraka tarihin-dRajoelina. Tsy maintsy hampandalovina eny Anosikely ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana, izay mety hotsongolohan’ny antenimierandoholona satria ny voasoratra tao anatin’ny LFR 2020 teo aloha aza tsy tanterahina. Ahiana ny mety ho tsy fahalanian’ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana rehefa handeha ny fifampitana na “navettes parlementaires” eo amin’ny antenimiera roa tonta. Mety hisy ny fitsipahana ny tetibola 2021, ka hiafara any amin’ny fampandaniana azy amin’ny alalan’ny didy hitsivolana, tahaka efa nisy teo aloha, raha izao no mitohy. Karazana fahafaham-baraka ho an’ny mpanatanteraka anefa, raha mbola ho izay no ho endriny.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Alaotra MangoroAn-dalana ny asa fanamboarana ny RN44

Efa miditra amin` ny vanim-potoam-pahavaratra isika izao. Mitebiteby fatratra ny mpampiasa ny lalana RN 44 mampitohy an’ Ambatondrazaka sy Moramanga amin’izao fotoana izao, noho ny fahasimban’ ity lalana ity.

 

 Atahorana hatramin` izay ny fahatapahana sy ny mety ho fisian’ny loza amin’ny fivarinan’ny fiara any anaty hantsana lalina. Olana any Alaotra rehefa mihabetsaka ny rotsak’orana, dia lasa ireo fotodrafitrasa no simba eny fa na ny fiaran-dalamby aza tsy tonga eto Ambatondrazaka intsony fa miantsona eo Vohidiala. Toerana 5 no tena hatahorana sy ratsy, dia eo amin’ny vahalavan’Andilanatoby (lalana Rabeniasy), eo ihany koa ny ao Ranofotsy, ny ao Andranokobaka, Ambodirano ary ny atsimon’Andaingo. An-dalana kosa ny fanamboarana izany ka tsy ho nofy intsony ny lalana faha 44 izay tsy nisy nijery nandritra ny taona maro ary anisan' ny tsy mikely aina amin'izao fanamboarana ny lalana izao koa ny faritra Alaotra Mangoro, hoy Dr Ramandehamanana Richard, governoram-paritra ao Alaotra Mangoro. Anisan'ny teny filamatra napetraky ny Governora ny faritra Alaotra Mangoro moa ny hoe "Faritra Alaotra Mangoro fara faharatsiny voalohany" hinoana fa hanampy ireo mpahazo tombotsoa mampiasa ity lalana ity ny fahavitan'ny RN44, hoy hatrany ny fanazavana.

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ministeran’ny fambolena sy ny fiompianaNanao tomban`ezaka an`ireo mpiasa

Mizara telo ny tomban`ezaka nataon` ny minisiteran`ny fambolena sy ny fiompiana ary ny jono (MAEP) tamin`ireo mpiasa manana mari-pahaizana Bacc+5:

voalohany, ny fahafantarana ny maha izy azy; faharoa, ny fijerena ny fahaiza-manao sy ny traikefa ananany; ary farany dia ny fifampitafana manokana izay hotontosaina amin’ ny fotoana tsy ho ela. Hahafahana manatanteraka izany dia ny fahafantaran’ ireo mpiasa ny andraikitra sy ny asa lehibe tandrify ny tsirairay izay miandry ny ministera. Ilana fiaraha-mientana ho an'ny mpiasa ao anatiny ihany koa izany izay misandrahaka amin'ireo sehatra telo lehibe. Tanjona moa dia ny ahafantaran’ ny tsirairay ny traikefany sy ireo andraikiny ho an’ ny fampandrosoana ny firenena. Maro ireo fanamby sy tanjona napetraky ny fitondram-panjakana ho fampandrosoana ny sehatry ny fambolena sy ny fiompiana ary ny jono ka mila miroso haingana amin’ ny fanatanterahana ireo asa fampandrosoana ireo ny MAEP.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Misaona ny Judo MalagasyNodimandry ny Maitre Jean Andriamasy

Nodimandry omaly tolakandro tokony ho tamin’ny 3 ora latsaka fahefany tolakandro teo amin’ny faha 87 taonany ny andrarezin’ny Judo Malagasy, ny Maitra Jean Andriamasy.

Ny klioban’ny AS Saint Michel moa no azo lazaina ho tena nandaniany ny fahavelomany ary raha ny nambaran’ireo mpianany dia tena ray sy raibe ary namana izy ankoatry ny maha mpampianatra ho azy ireo. Efa tompondakan’i Madagasikara in-3 teo anelanelan’ny taona 1960 – 1970. Ny taona 1967 izy no nahazo ny anaram-boninahitra tompondakan’i Madagasikara ho an’ny sokajy rehetra. Isan’ireo olona 3 teo anivon’ity taranja ity izay nasandratry ny federasionina malagasin’ny Judo ho 6e dan ny tenany ny taona 2019. Nahavita be teo anivon’izany federasionina izany rahateo moa ny tenany satria nandritry ny 18 taonany no nisahanany ny andraikitra maha sekretera jeneraly tao ny taona 1078 – 1996. Mankahery sy mirary fiononana feno ny akaiky azy rehetra ny gazety Tia tanindrazana.

 

J. Mirija

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Gerard Ramamimampionona“Mila manorina ny firenena isika …”

Avy nankalaza ny 62 taona niainana ny atao hoe repoblika isika ankehitriny, hoy ny filoha lefitry ny komitin’ny fampihavanana Malagasy, Gerard Ramamimampionona.

 Maro izao no tsy mahafantatra hoe inona izany repoblika izany. Raha atao amin’ny teny tsotra dia avy amin’ny teny grika hoe “repoblika” izany hoe zava-bahoaka. Samy tompony ny rehetra ary tokony ho sarotiny sy hiaro, hikajy ary hampiasa sy hikolokolo izany rehetra izany mba hifandovana. Natao hampitovy ny rehetra eo ambany lalana ny repoblika saingy ny zava-misy tao anatin’ny 62 taona dia efa nisy lalampanorenana miisa 4 izany angamba ary in-4 niova repoblika isika. Ny any amin’ny firenen-kafa anefa 100, 150, 250 taona io tsy miova. Tokony hifanaraka amin’ny maha izy azy ilay firenena sy ny soatoavina ao tsinona ny ao anaty lalampanorenana. Natao hiarovana izay maha tompony ny olona rehetra ny lalampanorenana. Voaaro ve noho izany, hoy hatrany izy, ny maha repoblika ny repoblika tao anatin’izay 62 taona izay? Tompon’andraikitra ve ny rehetra? Izay no nialana tamin’ny faha mpanjaka sy fanjanahantany satria misy ampahan’olona mahazo tombony be dia misy tsy mahazo. Tsy zava-baovao izany ary tsy mifanalavitra ny soatoavina Malagasy, hoy izy, ary antony hanaovana antsoavo hoe mila manangana sy manorina ny firenena isika aorian’ny fahahamehana ary tsy andron’ny fifanenjehana izao fa efa lany andro izany.

J. Mirija

Legende: Gerard Ramamimampionona

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitondra fanjakanaTsy mihorohoro amin’ny hetsika politika raha mamim-bahoaka

Miezaka mafy misakana ny mety hisiana hetsika politika eto amin’ny firenena ny Fitondram-panjakana ankehitriny. Nosakanana ny hetsiky tamina toerana manokana tsy miankina tany Mahajanga, ary rakotra mpitandro filaminana ny tanàna.

 

Nofoanana ny hamehana ara-pahasalamana, fa rarana ny fahafahana mamory vahoaka mihoatra ny 200. Ny Filoham-pirenena sy ny ekipany anefa afaka manao famoriana olona, tsy misy fanajana fepetra, ary ny filoham-pirenena aza manao mpitari-bato vilam-bava tsy manao arovava indraindray. Tsy resaka fisorohana ny valanaretina sy fampanjana fepetra mazava ho azy no handrarana ny hetsika famoriam-bahoaka, fa tena tahotra ara-politika? Inona no atahoran’ny fitondram-panjakana ankehitriny? Angaha tsy efa mahatsapa tena ho tena miasa mafy sy mitsinjo vahoaka ? Tsy hanan-tahotra amin’ny ampamoaka politika sy ny hetsika samihafa ataon’ny mpanohitra ny Fanjakana, raha tena mahatoky fa “mamim-bahoaka” sy miasa miantraika amin’ny sosialim-bahoaka, fa tsy miaina amin’ny kajikajy politika. Rava ho azy sy tsy misy mpihaino ny hetsiky ny mpanohitra raha toa ka tena mahatsapa ny vahoaka fa miasa sy mahavita azy, ary tena mahavaha olana ny fitondrana Rajoelina. Matoa anefa mandrara mafy, manenjika mpanohitra, managadra, mandrahona,… dia endrika tahotra izany. Mihamaro rahateo ny bala eo am-pelantanan’ny mpanohitra eo anatrehan’ny amboletra sy ny fahatsapan’izy ireo fandikan-dalàna, ny afera maro samihafa nahasaringotra tompon’andraikitra ambony,… Maro ny olona ambony eto amin’ny firenena no tsy mahatoky tena intsony, matahotra ny hotsaraina amin’ny natao, ka misy ny efa mitady zom-pirenena hafa sy mangataka hialokaloka any ivelany raha sanatria misy ny fipoahana ara-politika eto.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tolona amin’ny tsy fananan-tsataMiandrandra ny depiote ireo lasibatra

Lavitra ezaka ny tolona amin’ny tsy fananan-tsata eto Madagasikara na ny “apatridie”,

 

hoy ny avy eo anivon’ny « Focus development association » , izay miady ho amin’ny fanafoanana izany tsy fananan-tsata izany omaly. Maro ireo tetikasa momba ny tolo-dalana efa naroson’izy ireo manodidina andinin-dalana maromaro ao anatin’ny sata mifehy ny maha olom-pirenena na « Code de la nationalité ». Nankatoavin’ny Antenimierandoholona tamin’ny fivoriana ara-potoanan’ny Parlemanta Malagasy ny volana jolay 2020 izany ary efa nalefa any amin’ny Antenimieram-pirenena ny 3 Jolay 2020 teo io tolo-dalana fanavaozana io. Nanomboka ny aogositra teo ny fanentanana momba ny fandraketana ny fahaterahan’ny zaza niarahan’ny Ministeran’ny Atitany sy ny Fitsinjaram-pahefana sy ny FDA nanatontosa ary notohanan’ny kaomisaria ambonin’ny firenena mikambana momba ny fitsoaham-ponenana na HCR. Zava- dehibe ny fanoratana ny zaza eny amin’ny Kaominina raha vao teraka mba hisorohana ny tsy fananany sata maha olom-pirenena. Miandrandra ny depiote, izay hivory manomboka anio mba handany an’io tolo-dalàm-panitsiana sy famenoana ny sata maha olom-pirenena io noho izany ireo lasibatra sy ny FDA ary ireo mpiara-mitolona aminy.

 J. Mirija

Legende: Efa an-taonany maro no nisian’ity ady ity teto Madagasikara

Tia Tanindranaza0 partages

Pr Mangalaza Eugène“Mbola hihavana i Ravalomanana sy Rajoelina”

Nivoaka tamin’ny fahanginany tamina fandaharan’ny fahitalavitra tsy miankina iray omaly ny Praiminisitra teo aloha Atoa Mangalaza Eugène.

Voatendry ho Praiminisitra ny 10 aogositra 2009 rehefa nandeha ny diniky ny ankolafy efatra. Ny 18 desambra 2009 dia namoaka didy hitsivolana nanalana azy ny Filoha Rajoelina, ka Rtoa Manorohanta Cécile no Praiminisitra vonjimaika tamin’izany. Tamin’ny taona 2013 dia notendren’ny Filoha teo aloha Marc Ravalomanana ho Talen’ny fampielezan-kevitry ny kandida Jean Louis Robinson, izay notohanan’ny TIM,…. Ankihitriny kosa dia mpikambana ao anatin’ny Filankevitry ny fampihavanana Malagasy na ny CFM. Nalana tsy ho Praiminisitra fa tsy mba niteny, tsy niady ary tsy ary nisy gidragidra teo aminay sy ny Filoha Rajoelina, hoy izy. Gidragidran’izy 4 izay tsy nifankahazo tamin’ny fitsinjaran-toerana no tsy nahafahana nanangana ny governemanta. Nambarany anefa fa betsaka ny miaramila nanao hetsika, ny avy any amin’ny RFI ho eny Mahazoarivo. Tsy mendrika an’izany ny Lapan’i Mahazoarivo, tsy nanaiky ny fandatsahan-drà aho, ka naleoko niala, hoy izy. Momba ny tontolo politika dia nambarany, fa betsaka ny te hanao politika, saingy betsaka anefa no tsy mahay politika. Nisy ny “désobéissance civile” tamin’ny krizy teto, izany no nampianarina teto. Fantatrao izao fa tanim-panjakana no hidiranao, fantatrao tsara fa ben’ny tanàna manana ny hajany,… Ny filohan’ny Repoblika teo aloha dia hatramin’ny akanjon’ny vadiny tsikeraina,… tsy mety izany. Very hasina isika, tsisy fifanajana intsony isika, hoy ny Pr Mangalaza. Mikasika ny fanapahan-kevitra momba ny fahamehana, dia naka risika ny fanjakana, ka aza gaga isika raha miverina izy io, hoy izy.

RAHARAHA MAPUTO I

Ny Maputo I, dia resaka fikarakarana ny fananan’ny Filoha Ravalomanana, izay tsy tanteraka, ary izao izy izao no miteny hoe: ahoana ny momba ahy, izay nataony am-panajana. Izay no voalazan’ny lalàna, ka nangataka tamin’ny CFM izy, ary noraisinay satria nanara-dalàna, fa ny valiny no mbola tsy hay, hoy ity Mpikamban’ny CFM ity. Mbola mitohy etsy ankilany ny fifanolanana momba ny orinasa Tiko, izay mbola ny Filoha Rajoelina sy ny Filoha teo aloha Ravalomanana no endrika hita. Mino anefa ny Pr Mangalaza, fa mbola hihavana ireo.

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Kaomisera Alexandre Ranaivoson«Tena miparitaka izay tsy izy ny rongony eto »

Niaiky ny kaomisera Alexandre Ranaivoson tompon’andraikitry ny serasera eo anivon’ny polisim-pirenena omaly fa tena miparitaka be eto amintsika tokoa ny rongony.

 

 Ny olana anefa hoy izy dia ireo mpivarotra sy mpifoka foana no tratra fa tsy mety ho hita mihitsy ireo tena goavam-be ati-doha mikotrika ity raharaha manga ity. Ho an’ireo izay tratra hoy izy dia milaza hatrany fa olona nandalo no namatsy rongony azy ireny noho izany ny vahoaka ihany no tena lakile iray hahafahana manatratra ny tena ati-doha mikotrika azy ireny. Ny mpivarotra sy ny mpifoka rahateo hoy izy miafina ihany koa ka ireo olona eny ifotony ihany no tena mahafantatra azy ireny. Manao antso avo amin’ny rehetra araka izany kaomisera Alexandre mba hanome vaovao ny polisy tsy tapaka mikasika ireny rongony miparitaka ireny. Nampanantena izy fa hijanona ho tsiambarantelon’ny polisy irery ihany ny fampitam-baovao azony avy amin’ny vahoaka na iza izy na iza.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mandra-pahatongan’ny 2023Hangotraka ny fanoherana

Azo antoka ny hihamafisan’ny fanoherana ara-politika hatramin’ny taona 2023, raha tsy misy ny fipoahana ara-politika na toe-javatra goavana mety hiseho mialohan’izay.

 

Mihamafana ny toe-draharaha politika, ary mitovitovy amin’izao ny toe-draharaha nahatonga ny hetsika teny amin’ny 13 mey notarihin’ny depiote 73 ny aprily 2018. Nandeha tamin’ny resaka lalàna aloha tamin’ny alalan’ny fitoriana teny anivon’ny ambaratongam-pahefana, toy ny HCC, tsy afa-po ary niafara teny an-kianja, ka ny MAPAR izay eo amin’ny fahefana ankehitriny no isan’ny nitarika ny hetsika niaraka tamin’ny TIM. Mitovitovy amin’izay ny sary amin’ny fifidianana loholona ankehitriny, ary mety ho ady fiady ho an’ny andaniny, izay mahatsiaro ho lasibatra. Azo antoka fa ho azon’ny mpitondra ankehitriny 100% ny toerana ao anatin’ny antenimierandoholona, ny eny Tsimbazaza efa azy ireo ny maro an’isa. Malalaka tanteraka ny mpitondra amin’izay tiany, fa tsy hisy intsony ny karazana fifandanjan-kery ara-pahefana, ary tsy dia hisy arofanina sy hanohintohina intsony aorian’io fifidianana loholona io, raha handeha araka ny fiheveran’ny mpitondra azy. Tanjaka sy fahamarinan-toerana ara-politika no andraisan’ny mpitondra azy, saingy misy ny mpandinika maneho, fa tonga amin’ny teboka na “point culminant” hampikoa azy ny Fanjakana ankehitriny. Efa niseho io tamin’ny andron’ny Filoha Tsiranana, Pr Zafy Albert, ny Amiraly Ratsiraka, Marc Ravalomanana, Hery Rajaonarimampianina, izay samy nanana olom-boavidy depiote sy loholona na ben’ny tanàna maro an’isa, saingy nirodana avy eo. Efa fanombohana krizy politika ny resaka fisamborana, fanagadrana, fampiasan-kery amina famoriam-bahoaka,… ka mety ho ratsy ny ho fandehan-draharaha, raha tsy mitandrina ny mpitondra ankehitriny. Tsy voatery hampiongana fitondrana ny fanoherana, fa handemy sy hampalemy ny tanjaka ara-politika, toy ny nahazo an’i Hery Rajaonarimampianina sy ny HVM farany teo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny kere Hiverina any Androy ny Filoham-pirenena

Ny 22 oktobra izao no hotokanana ny « Centre de Rehabilitation Nutritionnelle et Médicale » izay ivon-toerana iadiana amin`ny kere any amin`ny faritra Androy, izay iarahan` ny minisiteran` ny fahasalamam-bahoaka sy ny ONN miasa.

 

Mitsidika ny tapany atsimon` ny nosy ireo ministra miisa enina ho famahana ny olana misy any an-toerana. Ao Tsihombe ny Ministry ny Mponina, Ministry ny Fahasalamam-bahoaka, ary ny Ministry ny Rano. Any Ambovombe kosa ny Ministry ny Harena an-kibon'ny tany sy ny Ministra lefitra misahana ny tanana vaovao manao fanisam-bahoaka faobe. Mamita iraka any Beloha kosa ny Ministry ny Paositra sy ny fifandraisan-davitra. Raha ny fantatra dia hiverina fanindroany any atsimo ny filoham-pirenena, Andry Rajoelina. Efa mipetrapetraka avokoa ny lamina rehetra amin'ny famahana fohy ezaka sy lavitra ezaka mahakasika ireo vahoaka iharan'ny hain-tany sy mosary ireo.

Tia Tanindranaza0 partages

AmbatoboenyTratra i Solosoa, mpamatsy ody ratsy an`ireo dahalo

\Mitombo isan`andro ny faritra mena manerana ny Nosy. Matetika dia haino fa toa resy tosiky ny dahalo ny mpitandro filaminana noho tsy fananana paikady matotra.

 

Na dia izany mitohy foana ny ezaka eo anivon` ny Tafika Malagasy amin`ny ady amin` ny dahalo indrindra any amin`ny tontolo ambanivohitra. Manjaka moa ny ody ratsy any ambanivolo ary mampiasa izany ny ankamaoran` ny dahalo. Voasambotry ny miaramilan'ny ZRPS Delta/BOA2 any Ambatoboeny kosa i Solosoa, izay mpamatsy ody ratsy an'ireo dahalo namany amin` ity faritra ity. Nandritra ny fisafoana nataon'izy ireo tao Tsarahonenana, Kaominina Tsaramandroso no nahatratrarana an`ity dahalo raindahiny ity sady mpamatsy ody ratsy. Efa natolotra ny zandary i Solosoa natao famotorana ary hatolotra ny fampanoavana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Bevalala Miha mahazo vahana ny fanendahana

Vehivavy mpianatra iray nanovo fahalalana ao amin’ny« Centre professionnel » an-dry mopera eny Bevalala no voendaka niaraka tamina lehilahy iray 25 taona nitondra bisikileta ny 15 oktobra teo teny akaikin’ny kianja filalaovam-baolina.

 

Miisa efatra ireo mpanendaka izay mody manatona moramora ireo olona roa lasibatra ka ny roa nanampina avy hatrany ny vavan’ilay nokendrena ary ny roa kosa naka ny entana.Very tamin’izany ny findain’ilay vehivavy izay mitenti-bidy 250.000Ariary. Toy izany ihany koa ilay lehilahy mitaingina bisikileta. Lasan’izy ireo tamin’izany ilay kodiaran-droa ary nirifatra nilefa izy ireo. Niantso Polisy avy hatrany ireo niharam-boina. Raikitra ny fifanenjehana nandritra izany ka tavela ilay bisikileta raha lasan’ireo namany telo ilay findain’ilay vehivavy. Ny Sabotsy teo no tratra teny Anosimahavelona,Ampitan’ny fasan’ny karana ny lehilahy roa hafa izay tena nandray anjara tamin’izany fanendahana izany. Tafiditra ao anatin’ilay Bande de 4 izay mpampihorohoro ny mponina eny Atsimondrano izy ireo raha araka ny fantatra. Pati Legende : Santionany tamin’ireo tratra

Tia Tanindranaza0 partages

Halatra sy vaky tranoLehilahy 4 no voasambotra teny amin’ny 67 ha

Lehilahy miisa efatra no voasambotry ny Polisim-pirenena avy ao amin’ny CSP7 ny zoma sy sabotsy ary alahady teo teny amin’ny faritra 67ha sy ny manodidina iny.

 

 Namaky trano sy nanendaka izy ireo raha araka ny fantatra. Tamin’ny zoma no tratra ny lehilahy 56 taona sy 18 taona. Ilay lehilahy 18 taona dia nosamborina taorian’ny antso nataon’ny tompon-trano iray teo 67ha avaratra. Fantatra moa fa mamo ity tovolahy ity ary tamin’izany no nidirany an-tsokosoko tao amin’ilay trano ary nibatàny ny vata fahitalavitra sy ny solosaina enti-tanana tao an-toerana. Tra-tehaky ny tompon-trano anefa izy tamin’izany ka nosamborina avy hatrany. Ilay lehilahy iray 56 taona kosa dia voasambotry ny Polisy teo amin’ny 67ha atsimo. Raha tsiahivina dia nisy tsy fetezana ny fiaran’ilay tompona fiara ka nanolo-tena hanampy azy ity lehilahy ity. Noho ny andro efa maizina anefa dia natolony azy ny finday Iphone 7 plus mba hitsilovany azy. Teo am-panamboarana ilay fiara anefa dia natolotr’ilay lehilahy ny namany izany finday izany ka lasany nandositra izy ireo. Lehilahy roa hafa ihany koa no voasambotra ny sabotsy sy alahady teo noho ny antony fikasana hanendaka. Efa nanara-maso anefa ny polisy nandritra izany noho ny fahamailoan’ny mponina ka tratra teo am-panaovana ny asa ratsiny izy roalahy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly ambony tsy miankinaNahenan’ny fanjakana ny hetra aloany

Raha nisy ireo tena lasibatra indrindra nandritra ny fihibohana nateraky ny valan’aretina Covid 19 dia lohalaharana amin’izany ny sekoly tsy miankina.

 

Ny saram-pianaran’ny mpianatra mantsy no tena hahafahan’izy ireny manodina ny asany amin’ny andavanandro ka tafiditra ao anatin’izany ny hofantranon’olona. Ity farany no tena naha banky ropitra ireo sekoly tsy miankina raha araka ny fanadihadiana natao. Nanaiky ny fanemorana ny fandoavana ny hofantranony mantsy ireo tompon-trano sasany saingy tsy nanaiky ny fanenana izany kosa na dia kely aza. Tsy maintsy naloha ihany koa ny karaman’ireo mpiambina sy mpanadio. Na izany aza anefa dia efa mba nijery azy ireo ny fitondram-panjakana raha araka ny fanazavan-dRamihandrisoa Rabaritsimba Lalaina, tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny sekoly ambony ISSUP. Nahenan’ny fitondram-panjakana 10 % mantsy ny hetra alohan’izy ireny izay mbola hirariany hatrany ny hidinan’izany ho ambany kokoa. Mikasika ny sekoly ambony izay tantanany manokana dia fantatra fa omaly alatsinainy 19 oktobra no niditra ny mpianatra. Ireo mpianatra afaka bakalorea teo aloha aloha no noraisiny tamin’izany raha mbola handeha ihany koa ny fidirana vaovao ho an’ireo mpianatra vao niatrika ny kabalorea nanomboka omaly. Ankoatra ny fahatongavan’ny mpianatra any an-tsekoly dia efa mampiasa ny NTIC ihany koa ny ISSUP amin’izao fotoana amin’ny alalan’ireo taranja marobe misy ao aminy toy ny commerce international, ny “administration d’entreprise”, ny “gestion”, ny comptabilité financière….Hankatoavin’ny fanjakana avokoa moa ny diplaoma havoakan’ity sekoly ambony iray ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

LMA AmpefilohaNisy mpiadina teknika diso lalana tonga tao an-toerana

Mpiadina hiatrika ny fanadinana Bakalôrea teknika vitsivitsy diso toerana no tonga tao amin’ny foibem-panadinana LMA Ampefiloha omaly maraina.

Amin’ny ankapobeny anefa dia amin’ny herinandro ambony vao handray ireo mpianatra hiatrika ny baka teknika andiany faharoa ity lisea iray ity raha mbola ireo mpiadina miatrika ny fanadinana Bakalorea ankapobeny miisa 1.647 no noraisina tao an-toerana nanomboka omaly. Na izany aza dia efa naterina any amin’ny toerana tokony hisy azy ireo mpiadina diso lalana ireo. Nilamina ny fizotry ny fanadinana Bakalôrea andro voalohany omaly ho an’ity lisea iray ity. Voahaja tsara ny elanelana 1 metatra hiarovana amin’ny fiparitahan’ny valan’aretina COVID 19. Nozaraina aron-tava daholo ihany koa ny mpiadina rehetra teo am-pidirana ankoatra ny fampiasana ny gel desinfectant. Nametraka efitrano roa mahazaka mpiadina 20 isa ihany koa izy ireo hametrahana ireo mpiadina raha satria misy marary na manana maripana avo sy ambony. Na izany aza anefa tsy nisy izany tamin’ny andro voalohany omaly izay niatrehan’ireo mpiadina ny taranja filozofia sy ny langue vivante. Ny taranja kajy indray no hatrehin’izy ireo anio maraina izay hitohy amin’ny taranja Malagasy rehefa folakandro. Tsiahivina moa fa anisan’ny foibem-panadinana notsidihin’ny Ministry ny fampianarana ambaratonga ambony sy ny fikarohana ara-tsiantifika ity lisea iray ity omaly.

Pati

Legende : Mbola voahaja hatrany ilay elanelana 1 metatra ho an’ny mpiadina hatreo

 Sary fanehoana

Tia Tanindranaza0 partages

Tambajotran-jiolahy ikoizana Sarona niaraka tamin’ny rongony sy basy ary bala

Tratra nandritra ny hetsika nataon'ny Tobim-paritry ny zandarimaria Imerintsiatosika ny tambazotran-jiolahy iray ahitàna jiolahy ikoizana miisa folo (10) ao amin'ny kaominina Imerintsiatosika, ny 17 oktobra 2020.

Manoloana ny horohoro, vakitrano sy fanafihana mitam-piadiana, iainan'ny mponina amin'iny kaominina iny no antony nanaovana ny hetsika manokana fampandrian-tany, hoy ny zandarimaria. Tratra tamin'izany ireo entana halatra isan-karazany, sarona tao amin'ny trano fieren'izy ihany koa ny rongony voafono 3 kg, ireo fitaovana, toy ny basy poleta vita gasy iray miaraka amin'ny bala miisa 09 miampy “chargeurs” 02, ary “barre à pince” sy antsy lava fampiasan'izy ireo. Ny roa amin'ireo jiolahy ireo moa dia fantatra fa mpamatsy bala mihitsy. Velom-bolo ireo vahoaka ao an-toerana eo anatrehan’ny vokatra tahaka izao, fa manomboka milamina tanteraka ny tanàna.

\Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fivorian` ny parlemanteraHo voaboasana ny LFI 2021

Misokatra anio ny fivoriana ara-potoana faharoa hatao eny amin` ny Antenimieram-pirenena sy ny Antenimierandoholona. Ho an`ny Antenimieram-pirenena manokana dia tahaka ny fivoriana farany teo tamin` ny volana mey ihany ny toerana hanatanterahina izany ka eny amin`ny CC Ivato ny fotoam-pivoriana.

 

Noho ny mbola fisian` ny valanaretina Covid 19 eto ka mba hahafahana manaja ireo fepetra iadiana amin` ny aretina no antony ny fanapahan-kevitra. Na dia fananam-panjakana aza ny CC Ivato dia fantatra fa mitentina 3,8 tapitrisa ariary isan-andro no hofan` ity toerana ity izay tsy maintsy aloan` ny fitondram-panjakana. Marihana fa haharitra 60 andro ny fivoriana ara-potoana ataon` ireo parlementera. Hovoaboasana mandritra ity fikaonan-doha mikaton-trano ity ny momba ny tetibolam-panjakana lasitra (LFI) taona 2021. Fantatra fa hifantoka bebe kokoa amin`ny fampivelarana ny lafiny sosialy sy ara-toekarena ny fampiasam-bola amin`ny taona ho avy. Anisan` ny hodinihana ny antsipirian` io tetibola vaovao ka hita eo raha hahazo fankatoavana avy amin` ireo solombavambahoaka izany na tsia. Aorian`ny fanapahan-kevitra horaisin` ireo loholona no hamerenana an`io volavolan-dalàna io eny amin` ny Antenimieram-pirenena. Ireo depiote kosa no ho tompon` ny teny farany. Ankoatra izay, ho resahina ny fizarana momba ny faritra Vatovavy sy Fito Vinany.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

AmboditsiryMaty nodomin’ny moto ilay mpangataka

Nitrangana lozam-pifamoivoizana nahafatesana olona iray teny Amboditsiry teo akaikin'ny Lapara Pharmacie ny 8 oktobra teo.

 

 Tokony ho tamin' ny 10ora alina tany ho any no nitrangan’ny loza raha tsiahivina. Moto kymco G5 izay hiazo ny rond point Andranobevava no nandona lehilahy iray 40 taona izay nipetraka tamin'ny sisiny ankavanan-dalana. Noho ny dona mafy nahazo ity farany anefa dia maty tsy tsa-drano izy izay mpangataka nipetraka teo amin'ny sisin-dalana . Marihana fa mamo ny mpamily ilay moto , antony nahatonga ny loza. Nianjera ilay moto ka naratra ilay mpitaingina ary potika tanteraka ny lohan'ilay moto. Nentina avy hatrany teny amin'ny tranopaty kosa ny razana. Misokatra ny fanadihadiana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Boriborintany fahaefatraTsy mandika kopia amin’ny teny Frantsay intsony

Tsy mandika kopia amin’ny teny Frantsay intsony ny Boriborintany faha-efatra, raha araka ny fanadihadiana natao tao an-toerana.

 

Ny tribonaly no manatanteraka izany izay vao entina miverina ao amin’izy ireo hoy ny fanazavana. Entina any amin’ny tribonaly ihany koa ireo kopia diso izay vao entina ao amin’ny Boriborintany faha-efatra ka rehefa vita soa aman-tsara izany hoy ny tompon’andraikitra dia hita misoratra ao anatin’ilay kopia vaovao ilay diso nasiam-panitsiana. Samy ao amin’ny varavarana fahatelo ao amin’ny tribonaly Anosy avokoa no hanaovana izany rehetra izany. Mikasika ny kopia mari-pahaterahana indray dia fantatra fa isaky ny andro alatsinainy hatramin’ny alakamisy manomboka amin’ny 07 ora maraina ka hatramin’ny 09 ora maraina izy ireo no mandray fangatahana momba izany hoy Rtoa Rija Ethel Razafimandimby, lefitry ny delegen’ny Boriborintany fahaefatra. Na izany aza anefa hoy izy dia tsy manakana azy ireo tsy handray ireo olona tonga anelanelam-potoana izany ho fanomezana fahafaham-po azy ireny. Toraka izany koa ny andro zoma izay tsy tokony handraisan’izy ireo fangatahana fanamboarana kopia saingy mandray ihany izy ireo ho an’ireo izay mila izany tampoka. Iray andro aorian’ny fanaovana fangatahana ihany dia vita soa aman-tsara ny kopia. Mahatratra 700 isan’andro raha kely ny kopia raisin’izy ireo an-tanana raha 40 ka hatramin’ny 50 isa isan’andro eo kosa ny an’ireo zaza vao teraka mila izany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

OFMATAMikatso fa tsy misy Tale Jeneraly

Mpamboly 35 000 lasibatra, hetra 300 miliara Ar tsy miditra,… Namoaka fanambarana ny mpiasa rehetra ao anatin’ny OFMATA (Office Malgache des Tabacs), miaraka amin’ny Sendikan’ny mpiasa, izay miandraikitra ny tantsaha mpamboly paraky manodidina ny 35 000 manerana ny Nosy.

 

Nampahafantarin’izy ireo ny 16 oktobra lasa teo ary fa: mikatso tanteraka ny fampandehan-draharaha rehetra noho ny tsy fisian’ny Tale Jeneraly, izay “abrogé” na nofoanana ny 20 aogositra ny didimpanjakana nanendrena izany. Noho izany dia tsy voaloha ny vidim-parakin’ny mpamboly nanomboka ny volana aogositra ka hatramin’izao. Manodidina ny 741 taonina izany, kanefa mbola hitohy hatramin’ny aprily 2021 ny fandanjana paraky, ka mampitaraina azy ireo. Tojo tsy fahasahiranana tanteraka ihany koa ny mpiasa an-tsekika rehetra izay mihoatra ny 1000 isa amin’ny tsy fandraisana karama. Mikatso ihany koa ny fandoavan-ketra ho an’ny fanjakana to any “Impôt sur le revenu CNaPS,…” maherin’ny 300 miliara ariary isan-taona. Mikatso ihany ny famatsiana paraky amin’ireo “Fabriquants” izay manodidina ny 150 taonina, hoy ny fampitam-baovao. Notsiahivina fa araka ny lalàna manan-kery dia ny OFMATA irery ihany no miandraikitra, miantoka, mifehy ny voly paraky sy ny seha-pihaiana mifandraika aminy ero Madagasikara. Noho ireo antony ireo, dia misy fiantraikany ara-toekarena ho an’ny tantsaha, ny fabricants, ary ny firenena izao zava-misy izao, hoy ny fanambarana. Miangavy ny Filohan’ny Repoblika sy ny Praiminisitra ary ireo minisitra mpiahy mba hanendry Tale Jeneraly vaovao ao anatin’ny fotoana fohy noho izany ny eo anivon’ny OFMATA, araka io fanambarana io.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fizarana an’i Vatovavy FitovinanyAndrasana izay hafitsoky ny depiote

Ankoatra ny fandinihana ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana 2021, dia isan’ny ho lahadinika halefa eny amin’ny Parlemanta ny resaka fizaram-paritra ka hitsangan’ny faritra faha-23, ambara fa veliranon’ny Filoha.

Vatovavy dia ahitana ny distrikan’i Nosy Varika, Ifanadiana ary Mananjary. Ho an’I Fitovinany kosa, dia Manakara, Vohipeno, ary Ikongo. Nanohitra an’io ireo Ampanjaka sy Olobe izay mitaky ny hampidirana an’Ikongo ho any Vatovavy miaraka amin’ireo distrika hafa mitovy ara-pomba aminy ka tsy tokony hosarahana. Nisy ny fanamafisana ny hoe: raha tsy hahazo fotodrafitrasa noho ny fijanonana hiaraka amin’I Vatovavy, dia ho azo ihany izany amin’ny fitondrana manaraka. Nangina tsy nandrenesam-peo ny mpitondra taorian’iny, ka asa izay hiafarany etsy Tsimbazaza. Efa hafatra goavana niantefa tamin’I Andry Rajoelina ireny ka hizirizy amin’ny heviny ve ny fitondrana izay efa nanapaka ny fizarana ho distrika telo avy sa hihaino ireo avy any ifotony? Hanao amboletra satria manana ny maro an’isa etsy Tsimbazaza sa hanaiky hilefitra? Zary toa santatry ny an-kizarazara faritra, izay maromaro izy amin’izao, ka mety ho lasa didy fakan-tahaka iray velirano miteraka adihevitra ny fampiharana azy ity.

Toky R

La Vérité0 partages

Palais d’Anosikely - L’ultime session pour Rivo Rakotovao et consorts

Une fin au goût amer ! C’est ainsi que l’on pourrait qualifier ces derniers mois de mandat pour les sénateurs HVM dont le président Rivo Rakotovao. Mandat qui se terminera de manière effective au mois de février prochain pour les membres de la Chambre haute. Cette amertume s’est fait ressentir à chacune des dernières interventions et sortie médiatique du président du perchoir d’Anosikely.  L’on n’a pas manqué de remarquer son discours plus ou moins bâclé lors de la cérémonie d’ouverture de la session budgétaire hier. Pour la énième fois, ce ténor du «  Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » a mis l’accent sur la nécessité du respect des lois et de la Constitution. Des propos qui font référence aux changements qui s’opèrent progressivement au niveau du Sénat mais qui apparaissent pourtant incohérents.En effet, il y a quelques semaines, la Haute Cour constitutionnelle a déjà validé à l’issue d’un contrôle de constitutionnalité entre autres les ordonnances relatives au fonctionnement du Sénat ainsi qu’aux modalités d’élection et de désignation des sénateurs. Donc, quoi de plus légal ! Rappelons que l’ordonnance relative au fonctionnement du Sénat souligne que la Chambre haute comptera désormais 18 sénateurs contre 63 auparavant dont 12 élus au scrutin indirect et 6 nommés par le Président de la République. Manœuvres dilatoiresDurant cette session budgétaire, l’on peut encore s’attendre à d’autres manœuvres de ces futurs « ex – sénateurs » pour éventuellement saper l’adoption de la loi de Finances 2021. En tout cas, l’assiduité n’était pas au rendez – vous lors de la cérémonie d’hier sous prétexte de manque de moyens. Avant-hier, le bureau permanent du Palais d’Anosikely a révélé au cours d’une conférence de presse que « le Sénat ne peut plus assurer son fonctionnement à défaut de moyens financiers ». Qui dit réduction d’effectif dit forcément diminution de budget. Le Sénat étant considéré comme une institution budgétivore, la politique d’austérité fait partie des principales raisons qui ont poussé le Président de la République à envisager cette version réduite du Sénat à défaut de suppression. Cette ultime étape est et restera sans aucun doute difficile à accepter pour les hommes en cravate bleue. Cela explique d’ailleurs les nombreuses manœuvres visant à retarder la prochaine échéance électorale prévue le 11 décembre. L’on se souvient de la requête des sénateurs dirigés par Olivier Rakotovazaha auprès de la HCC évoquant un non- respect de la loi, en l’occurrence celle relative à la convocation du collège électoral pour les scrutins sénatoriaux et qui a été déboutée par l’instance d’Ambohidahy. Aujourd’hui, il appartient à ces sénateurs de faire le choix entre sortir par la grande porte en misant sur l’intérêt général ou faire valoir l’intérêt politique et perdre totalement en crédibilité !La Rédaction

La Vérité0 partages

Mairie d’Antananarivo - Des élus oublient leur principale mission

Pour la première fois depuis longtemps, l’espoir était de nouveau permis chez les Tananariviens. La Commune urbaine d’Antananarivo s’orientait dans le bon sens avec l’accession de nouveaux élus, toute tendance confondue, à l’Hôtel de ville de la Capitale. Pour un certain nombre d’observateurs, enfin, la Ville des mille se mettait en mesure de rattraper son retard de développement par rapport aux autres Capitales d’Afrique. Mais patatras… Au lieu d’aider l’exécutif communal, certains des élus municipaux font en effet passer leur frustration avant les intérêts de la majorité. A l’instar d’une élue qui a tourné le dos à ses colistiers et qui se permet depuis plusieurs mois de critiquer ouvertement quasiment chacune des réformes avancées par l’Exécutif. Des réformes qui font pourtant partie des engagements de campagne de la liste qu’elle a menée durant les élections municipales et communales. Quid également de certains de ces conseillers municipaux qui, pour des raisons apparemment bassement politiques, sont allés très récemment demander la déchéance du président du Conseil municipal de la CUA. Une demande qui n’avait pas abouti car elle avait été rejetée par la Préfecture de Police d’Antananarivo. En tout cas, au lieu de ramer pour aider la Capitale à avancer, ces élus tiennent le développement de la ville en otage. La situation doit évoluer. Un geste de tous les élus, toutes obédiences politiques confondues, est attendu. Et ce, pour que la marmelade politique qui n’en finit pas actuellement, cesse. La ville a hérité d’une gestion catastrophique. Une centaine d’opérations conséquentes dans tous les secteurs d’activités doivent être entreprises par l’exécutif communal. Aujourd’hui, des entreprises d’assainissement sont actuellement en cours. Le maire Naina Andriantsitohaina fait preuve de détermination à récupérer le patrimoine de la Commune et à démolir les box illicites construits ici et là dans la Capitale. Oublié dans les tiroirs de l’Hôtel de ville, le Code municipal d’hygiène a été réactivé par le maire.  Il compte réinstaurer la discipline, l’ordre et le respect de la loi au-devant de la scène. L’objectif est que la Ville des mille retrouve son lustre d’antan. Mais ces actions nécessitent l’adhésion des conseillers municipaux. Les électeurs dans la Capitale attendent de leurs conseillers municipaux des actions pour faire avancer les choses et non le contraire.La rédaction

La Vérité0 partages

Code municipal d’hygiène - Sensibilisation et éducation du citoyen avant tout

La Municipalité d’Antananarivo se doit de soigner sa stratégie de communication afin de mieux faire passer le message de développement et d’impliquer ainsi la population au nouvel élan que les dirigeants de la ville veulent mettre en œuvre. Les récentes controverses, légitimes ou non, provoquées par les mesures se rapportant au Code municipal d’hygiène (CMH) sont révélatrices d’un certain blocage et d’une certaine distance entre les administrateurs de la cité et ses habitants.Le CMH conserve toute sa légalité. Il n’y a pas beaucoup de discussion à faire là-dessus. Il est établi suivant l’arrêté municipal no 826/13 du 27 août 2013 modifié et complété par les arrêtés municipaux no 219/20 du 12 mars 2020 et no 260/20 du 25 mai 2020. Il est ainsi applicable dans le périmètre de la ville d’Antananarivo. Personne n’est en droit de l’attaquer auprès d’aucune juridiction. Par ailleurs, son objet porte sur les intérêts communs.Ces derniers correspondent aux exigences dignes d’une ville de notre époque. De fait, le CMH met l’accent sur la prévention et le rétablissement de la salubrité publique, la propreté des domiciles, lieux et espaces publics, la préservation de l’hygiène des marchés, les maladies contagieuses, la sécurité publique, la sécurisation sur les voies publiques et dépendances, la réglementation des voies publiques et la tranquillité publique.Qualité de l’airSeulement les sanctions administratives et procédures que le code énonce fâchent ceux non habitués à ce genre de discipline qui fait la réputation de nombreuses villes africaines à l’instar de Kigali au Rwanda. Dans des centres urbains africains, comme Nairobi, Kenya, par exemple, tout ou presque est sous contrôle. Il existe en plein centre de la capitale kenyane une zone déclarée non-fumeur pour préserver la salubrité et la santé publique.Elle se trouve justement aux côtés des bâtiments administratifs, dont le siège de l’Assemblée nationale et certains ministères. La qualité de l’air à l’intérieur de la zone interdite doit être préservée. Toute personne s’introduisant à l’intérieur du périmètre est préalablement informée de la restriction. Des supports le rappelant sont d’ailleurs placardés un peu partout. Personne ne s’en plaint pas.Cela aurait pu occasionner des crispations au début. Mais les administrés ont fini par s’y habituer à la longue. Mais, quand ça se passe à Antananarivo, ça déplairait bien que les normes juridiques rentrant dans le CMH datent d’indépendance pour ne citer que l’arrêté no 1238-SAN du 16 juillet 1960 fixant les conditions du fonctionnement du service de police sanitaire générale dans les communes publié dans le Journal officiel du 23 juillet 1960.Résultat attendu« Chers citoyens de la ville d’Antananarivo, nous avons rêvé pour Antananarivo d’une ville propre, lumineuse, sécurisée, moderne et digne », devait souligner le maire Niaina Andriantsitohaina dans son message. « Les citoyens d’Antananarivo ont trop longtemps vécu dans le désordre, la corruption, les embouteillages, les constructions illicites, l’insécurité, et le non-respect de la loi », rappelle le premier magistrat de la ville.« Il est temps de rétablir la fierté de notre ville, la Capitale de Madagascar. Ce retour à l’ordre ne se fera pas sans difficulté. Il faut changer de vision, de comportement, et surtout de mentalité », ajoute-t-il avant de s’appesantir sur le fait que le CMH va organiser dans l’ensemble notre cité et réglementer les différents aspects de la vie communautaire de la ville. « Nous l’avons réformé et amélioré en considération du résultat attendu. Je fais appel à vous. Entraidons-nous pour défendre et faire respecter le CMH, et collaborons pour sa concrétisation », lance-t-il.Chacun y est allé de son interprétation à sa convenance. Entre autres, la partie concernant les bruits provenant des animaux a ouvert une vanne à un flot de remontrances voire insultes à l’endroit des autorités municipales. Son article 79 dispose en ces termes : « Les propriétaires et possesseurs d’animaux, en particulier des chiens, sont tenus de prendre toutes les mesures propres à éviter une gêne pour le voisinage, par l’usage de tout dispositif dissuadant les animaux de faire du bruit de manière répétée et intempestive, tel que collier anti-aboiement, muselière, dressage, ainsi que de faire rentrer les animaux quand ils quittent leur maison ».RelâchementD’aucuns y voient une forme de provocation. Mais, à y voir de très près, les dysfonctionnements sont éloquents. Dans toutes les grandes villes qui se respectent, tout bon citoyen se garde cracher là où il veut, pisser là où il veut, jeter des ordures là où il veut… C’est le tout contraire chez nous. Ailleurs, les éleveurs de bœufs s’installent dans les zones réservées à cet effet. Chez nous, même les jardins de la ville peuvent servir de prairie pour les bovidés. On voit de tout chez nous.Selon le témoin des personnes des générations précédentes, l’application des mesures touchant la vie de la communauté était des plus strictes à l’époque coloniale et même durant les premières années des Républiques. Mais le relâchement a fini par s’amplifier au fur et à mesure que le temps a avancé à tel point que le civisme est descendu à un niveau déplorable aujourd’hui. La remontée de la pente est une œuvre collective et c’est pour cela que la Municipalité d’Antananarivo a intérêt à ajuster au contexte sa stratégie de communication pour la réussite de son entreprise. La sensibilisation et l’éducation du citoyen sont primordiales avant tout.M.R.

La Vérité0 partages

La caravane de la vie

Une suite de voitures à usage utilitaire, adaptées aux besoins de la santé communautaire, quitte la Présidence à Iavoloha la semaine passée pour rallier le Sud du pays. Une caravane du salut public qui, selon les résultats escomptés, encensera du baume au cœur et apportera de l’espoir à une population un peu désaxée par la crise de la Covid-19 surtout pour les concitoyens habitant les Régions éloignées. L’équipe itinérante se compose de six véhicules transformés « cliniques mobiles » et de seize tentes accompagnant le personnel médical et paramédical offrant gracieusement leur savoir-faire au service de la population avec le soutien technique du ministère de la Santé publique, des partenaires de bonne volonté et surtout sous la haute bienveillance de la Présidence de la République dont la Direction chargée des actions sociales et politiques (DASP). Le Président Rajoelina en personne veille à la réussite de l’action. La mission consiste à aller auprès des gens souvent vulnérables et loin des centres de soins médicaux publics spécialisés pour diagnostiquer ou dépister sur place les maladies courantes ou chroniques. La démarche intéresse au plus haut point la population surtout en cette période post-pandémie de la Covid-19. A Betafo, 1 500 personnes se sont ruées pour bénéficier des traitements nécessaires. La population locale félicite le dévouement exemplaire de l’équipe médicale. Jamais Betafo et ses habitants n’avaient pas vu venir chez eux une caravane spéciale de ce genre, « une caravane de la vie ». Après la localité de Betafo et ses environs (Région Vakinankaratra), « la caravane de la vie » continue son chemin toujours vers le Sud en direction d’Andohasaha Ambalakely (Région Ambony) et Vohipeno (Vatovavy Fitovinany).A l’époque de la Première République, le ministère de la Santé mettait en œuvre des groupes mobiles au service de la santé communautaire. C’est le cas du Groupe mobile n° 2 (GM 2) qui sillonnait le pays et s’occupait de la santé de base de la population. Diagnostics des maladies classiques, contrôle de vaccins, santé buccale, etc. De la Troisième République et suite, les groupes mobiles étant rayés de la carte, on n’a plus jugé nécessaire à « rendre visite » à la population, en particulier, les Malagasy vivant dans les Régions reculées (tany lavitra Andriana). Le Président Rajoelina, en visite dans tout le pays, constate de visu le manque criant de soins médicaux de base auprès de la population. En réalité, son peuple souffre ! Il ne supporte pas une telle souffrance. L’idée de déployer sur terrain un groupe de clinique mobile, une caravane de la vie, découle directement de ce constat.Compte tenu des impacts négatifs de la crise sanitaire due à la pandémie du nouveau coronavirus, l’Etat a mis en branle un train de mesures pour accompagner la population. Les résultats sont là ! La caravane de la vie s’inscrit dans le cadre d’une action globale de réponse contre la pandémie de la Covid-19 . Les Tosika Fameno, les Vatsy Tsinjo, le projet Fihariana, etc. autant d’initiatives louables du régime Orange pour soulager la souffrance du peuple. Le Grand Sud, à part le souci permanent du Kere, se voit soulager des soucis quotidiens grâce à ces mesures de soutien.La caravane de la vie redonne l’entrain et l’enthousiasme pour affronter la vie.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Implantation d’industrie dans chaque District - Apport d’expertise du SIM

Un District, une industrie. C’est l'ambition du ministère de l'industrie, du Commerce et de l'artisanat (MICA). C'est dans ce sens que l'institution collabore avec le Syndicat des industries de Madagascar (SIM) à travers un accord de partenariat. La cérémonie de signature s’est tenue hier à Anosy. L’objectif étant de travailler ensemble pour le développement du secteur de transformation dans le pays. «  Madagascar possédait des industries dans le passé. Mais toutes ces unités de transformation ont disparu à cause de la mauvaise gestion des entreprises. Cette coopération témoigne la volonté de faire renaître le secteur manufacturier à Madagascar. Nous allons créer des industries dans chaque Région. Mais pour y arriver, le soutien du secteur privé serait nécessaire. Le SIM apportera son expertise en matière de cartographie des industries à Madagascar. Nous allons définir ensemble le besoin de chaque Région et la taille de l’industrie. Dans tous les cas, cette stratégie de développement favorise la création d’emplois pour les jeunes », annonce Lantosoa Rakotomalala, ministre de l'Industrie, du Commerce et de l’Artisanat. Enjeux de taille Il faut savoir que Madagascar compte près de 26 millions d’habitants. Le pays doit être capable de répondre aux besoins de la population que ce soit en matière de PPN, d’articles vestimentaires ou en matériaux de construction. Et pourtant, la Grande île importe presque 80 % des matières premières. Or, seulement un tiers des Districts parmi les 119 existants possèdent une industrie. Ce partenariat promeut ainsi la création, la mise en place et le développement des entreprises manufacturières comme l’agroalimentaire, la pharmaceutique, la cimenterie, l’industrie automobile et des industries spécialisées en assemblage de panneaux solaires. Durant son discours, la ministre de tutelle a également annoncé l’appui en matériel des entrepreneurs. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Secteur industriel - Sept zones d’émergence identifiées

Le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA) vient d’identifier sept localités dans sept Régions de Madagascar où il serait possible d’implanter les Zones d’émergence industrielle (ZEI). Leur installation est en pleine gestation, même si elle a été retardée par la crise sanitaire. Ainsi, les futures ZEI se localiseront à Andrakaka, dans la Région de Diana, à Boanamary située à Boeny, à Ambohibary dans l’Alaotra Mangoro, dans le port de Tsarakofafa dans la Région d’Antsinanana, à Mangatany localisée dans la Région d’Itasy, à Antsoatany dans le Vakinankaratra, à Betsinjaka et Ehoala, respectivement dans les Régions d’Atsimo Andrefana et d’Anosy. En majorité, ces zones se concentreront sur l’agro-industrie. Seule Ambohibary sera une zone d’émergence industrielle dans le domaine du textile. Ces ZEI exploiteront donc les matières premières et les ressources disponibles dans chaque Région. « L’objectif étant d’initier le développement dans chaque Région concernée notamment à travers l’extension des investissements ainsi que la transformation des produits locaux et la création d’emplois », stipulent les responsables au niveau du MICA. Ces localités ont ainsi été choisies parce que certains produits abondent dans ces Régions, sauf que leur exploitation reste très limitée jusque-là. L’identification de ces localités contribue alors à l’installation d’une industrie. La création de ces ZEI a également pour objectif d’attirer les investissements directs étrangers dans tous les Régions du pays. « Avec la mise en place de ces ZEI, le ministère entend surtout mettre aux normes les produits malagasy en termes de qualité et de quantité pour une meilleure concurrence, mais aussi dans le respect de l’environnement. Pour arriver à ces résultats, les réseaux des PME (Petites et moyennes entreprises) seront alors soutenus tout au long du processus, de même que les échanges de compétences à travers les comités de gestion des ZEI», rajoutent-ils. Un comité spécial gérera en effet ces zones, comme il a été annoncé au mois de janvier dernier. Ce comité se compose notamment des représentants des ministères de l’Environnement et du Développement durable, ceux de l’Aménagement de territoire et des Travaux publics, de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat ainsi que des représentants du ministère des Mines et des Ressources stratégiques dans chaque Région concernée. Une fois implantées, ces ZEI devraient ainsi faire évoluer les différents secteurs dans chaque Région. Rova Randria

La Vérité0 partages

Miss Madagascar 2020 - Nellie Njaratiana rencontre ses « protégés » à Mananjary

L’heureuse élue « Miss Madagascar 2020 », Nellie Njaratiana a été très attendue dans la Région de Vatovavy-Fitovinany, la semaine dernière. Préoccupée par la situation des jumeaux de Mananjary, elle s’y est dépêchée pour constater de visu la réalité. « Dès l’arrivée au centre Fanatenane, un mélange d’émotions et d’appréhensions bouillonne à l’intérieur de moi. L’accueil chaleureux des enfants et leur surprise de rencontrer une Miss m’ont beaucoup fait chaud au cœur. J’ai été par contre attristée de voir les nourrissons abandonnés. Ce sont des aperçus qui ont encore plus renforcé mon objectif de les aider. Cette ambition voire une mission d’apporter du positif à ces jumeaux considérés comme une source de malédiction pour l’ethnie Antambahoaka et dans la localité du sud-est de Madagascar me passionne encore plus actuellement. Comme on dit, tant qu’il y a de l’espoir, tout est possible, et c’est ce que j’ai ressenti en étant sur place », a partagé la reine de beauté malagasy. Pour notre représentante au concours Miss Monde 2020, ce voyage a été non seulement une occasion de faire connaissance avec les enfants aux destins incertains accueillis au sein dudit centre et de leur offrir des présents, mais elle en a aussi profité pour rencontrer les parents ayant recours au service de ce centre d’accueil et surtout les leaders traditionnels de Mananjary. « Déjà que notre venue a représenté un grand moment de joie et d’enthousiasme autant pour les enfants que pour nous, et nous avons constaté en plus de cela le travail entrepris par le centre pour que les enfants puissent mener une vie pleine d’avenir. Ces derniers jours ont été propices à des rencontres humaines riches en partage et en émotion. Je m’attends ainsi à un impact positif et durable pour le centre Fanatenane et automatiquement pour ces enfants à la fois énergiques et enthousiastes. Comme je l’ai toujours dit, mes actions ne vont certainement pas mettre fn à cette pratique plutôt culturelle. Mais d’une autre manière ou d’une autre, elles vont sans doute améliorer les conditions de vie de ces enfants toujours mal perçus et abandonnés », a-t-elle souligné. Comme l’a toujours expliqué le Comité national Miss Madagascar, l’enjeu de la participation au concours « Miss Monde » n’est pas limité au « Titre ». Notre belle Nellie Njaratiana vise également différents trophées. Le plus important à décrocher porte sur « Beauty with a purpose ». En cas de victoire, non seulement Saya Nellie Anjaratiana décrochera le trophée, mais elle percevra aussi un financement dudit projet concernant les jumeaux à Mananjary. C’est ainsi qu’elle s’implique corps et âme. K.R.

La Vérité0 partages

Lutte contre la malnutrition - Des activités portent leurs fruits

Baisse du taux de malnutrition à Madagascar. Tel est le résultat concret des actions menées ces dernières années dans le cadre de la lutte contre la malnutrition. Ce taux est passé de 47,3% à 41,6% de 2012 à 2018 et ce au niveau national. Pour la Région Analamanga, le taux de malnutrition chronique chez les enfants de moins de 5 ans est désormais de 47% contre 51% auparavant. « Les activités menées au niveau des communautés ont porté leurs fruits. Les sensibilisations et l’éducation culinaire pour une alimentation saine, variée et équilibrée en font partie », constate Alitiana Randrianandrasana, coordonnateur au sein de l’Office régional de la nutrition (ORN) Analamanga. Durant la célébration de la journée mondiale de l’alimentation, organisée samedi dernier par la plateforme HINA (Harmonisation des initiatives en nutrition et sécurité alimentaire), les mères et jeunes filles de la Commune d’Ankadikely Ilafy ont été sensibilisées sur diverses thématiques. L’alimentation équilibrée, l’importance de l’accès à l’eau, assainissement et hygiène, les 1 000 premiers jours de l’enfant ou encore les gestes barrières face à la Covid-19, y ont été mis en exergue. « Les sensibilisations thématiques et l’éducation culinaire constituent des activités permanentes de l’HINA. Elles devraient toutefois être renforcées notamment dans les Régions des Hautes terres où le taux de malnutrition reste élevé alors que le sol y est fertile et la production abondante », fait part Faniry Hantarinivo, vice-président du conseil d’administration de ladite plateforme. Présente dans 20 Régions de Madagascar, celle-ci regroupe plus de 400 associations et ONG membres, en plus de sa coopération avec le réseau des champions pour la nutrition.Malgré la baisse du taux de la malnutrition chronique, du chemin reste à faire pour éradiquer ce fléau qui handicape le développement du capital humain. A l’exemple de la malnutrition sévère dans le Sud, le Gouvernement, partenaires et acteurs devraient renforcer les actions multisectorielles, dont l’approvisionnement en eau potable et celle pour l’irrigation, la dotation de semences ou encore la sensibilisation de la population à cultiver. Aussi, HINA renforce ses appels aux décideurs et dirigeants du pays que « la nutrition est un droit fondamental de chaque citoyen qui nécessite une forte coordination des actions et un fonds conséquent pour assurer un avenir radieux des enfants malagasy, soutenu par une bonne nutrition ».Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Sport automobile - 41e RIM - Une distance de 300km au menu

Une distance de 300km mettra à l’épreuve les participants à la 41 ème édition du Rallye international de Madagascar qui se déroulera les 13, 14 et 15 novembre prochains dont 160 km divisés en 13 épreuves spéciales. La distance minimale est de 8 km tandis que la plus longue sera de 18km. La course aura lieu à Antananarivo aux environs d’Ambohidratrimo et d’Ivato. D’après le président de la Fédération de sport automobile, Jimmy Rakotofiringa, la FSAM a organisé cette première compétition de l’année pour pouvoir donner plus d’élan à tous les pilotes en vue de leur préparation pour la saison 2021. Elle permettra aussi aux équipages qui ont importé de nouvelles montures d’avoir l’opportunité de les tester et de s’évaluer en vue de la saison prochaine. Comme c’est la seule course de la saison, la bataille sera rude. Dans le cadre de la protection contre la Covid-19, la FSAM ne fléchira pas devant les négligences concernant les mesures barrières. Chaque pilote devra porter une cagoule à l’intérieur de son véhicule et une fois sorti, le port de masque est obligatoire. Il en est de même pour les mécanos. Outre les mécaniciens, seuls les pilotes seront autorisés entrer dans les stands de parc.  En outre, une distanciation sociale sera de mise entre les stands de parc de chaque équipage. Les officiels et les commissaires sportifs seront dans l’obligation de porter des masques de protection et gants durant l’exercice de leur responsabilité selon les informations des dirigeants de la FSAM.Recueillis par E.F.

Midi Madagasikara0 partages

Protection des enfants : Un problème de taille à Madagascar

L’Unicef avance d’emblée dans son évaluation formative du programme de pays (2015-2020) que le système de protection des enfants à Madagascar demeure faible. 47% des enfants de 5 à 17 ans sont impliqués dans le travail des enfants ; 37% sont mariés avant l’âge de 18 ans ; et 63% des enfants âgés de 1 à 14 ans ont déjà subi un châtiment corporel.

Ces dernières semaines, les médias ont relaté différents faits de viol sur des enfants à Madagascar. Des nouvelles qui n’ont pas manqué d’écœurer une grande partie de l’opinion publique.  Dans les discussions autour du sujet dans les différents séminaires et réunions organisés par les acteurs engagés dans la protection des enfants, la culture, l’éducation, et la pauvreté et ses conséquences [alcoolisme, changement de comportement, etc.] sont souvent considérés comme à l’origine des actes ignobles perpétrés aux enfants. Et pour dire les choses telles qu’elles sont, les violences à l’égard des enfants remontent à très loin ; mais ce n’est qu’aujourd’hui qu’elles sont mises en lumière, et les réseaux sociaux et l’engagement des médias y sont pour quelque chose. On peut même dire que beaucoup plus de personnes sont sensibles à cette cause que le travail des autorités s’est vu alléger par ce système collaboratif. Néanmoins, les faits relatés dans les journaux ne sont qu’une infime partie, et la face cachée de l’iceberg est encore d’une taille imposante.

Activités prévues par l’Unicef. L’évaluation formative du programme de pays entre le gouvernement de Madagascar et l’Unicef (2015-2020) a pour objectif principal d’informer et d’appuyer la préparation du futur programme du pays (2021-2023). Le document publié sur le site de l’organisme international affirme que « 34% des enfants de moins de 5 ans ne bénéficient pas d’une garde adéquate et sont laissés seuls ou sous la garde d’un autre enfant pendant plusieurs heures. La prévalence de la violence à l’encontre des enfants de moins de 5 ans serait également élevée ». Aussi, pour les trois prochaines années, les activités dans le cadre de la protection de l’enfance à Madagascar incluent le développement et la mise en œuvre d’un cadre national de protection de l’enfance et d’une stratégie de plaidoyer en vue de contrer la violence et l’exploitation des enfants ; le renforcement des capacités des autorités infranationales de protection de l’enfance en gestion des services de protection ; et la mise à l’échelle des programmes de communication pour le changement de comportements, et la sensibilisation des populations sur les questions de violence envers les enfants.

La précédente génération ? Dans ce grand débat sur la violence envers les enfants, la génération précédente est celle oubliée. Mais elle aussi a subi de violences sexuelles et physiques qui sont passées sous silence. « Ma première expérience sexuelle s’est passée avec notre gardien. Il n’arrêtait pas de me reluquer depuis quelques semaines, mais je n’osais pas en parler à mes parents. La suite, vous la connaissez, et cela ne s’est jamais arrêté, jusqu’au jour où mes parents m’ont envoyé à l’étranger », nous a raconté une jeune fille victime d’abus sexuels. Et dans cette situation, elle n’est pas la seule. Jeunes garçons et filles ont payé les frais des écarts de conduite de certains adultes pendant des années. Mais ces choses là font honte et n’ont jamais constitué un dossier solide. De plus, avec la notion de prescription, les victimes n’ont plus d’autre choix que d’apprendre à vivre avec. Et même s’il est vrai que de plus en plus d’adolescents cherchent la maturité avant l’heure, et aiment tenter des expériences qui ne sont pas de leur âge, les abus sont bel et bien présents sur la Grande-île, et méritent une lutte à la hauteur de leur ampleur.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Relance économique : Promotion de l’agritourisme au niveau national

Mis à part le développement du tourisme national, le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie promeut également l’agritourisme et le tourisme villageois.

L’industrie mondiale du tourisme est en mauvaise posture en raison de la crise sanitaire liée à la Covid-19. Ce secteur, grand pourvoyeur de devises, est également fortement affecté par cette pandémie depuis plus de neuf mois. Compte tenu de l’apparition d’une nouvelle vague de la Covid-19 dans les pays européens, qui constituent les principaux clients des opérateurs touristiques locaux, Madagascar va encore fermer ses frontières. Dès lors, le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie a orienté sa stratégie visant à assurer la relance économique en développant le tourisme national. Plus concrètement, ce département ministériel compte promouvoir l’agritourisme et le tourisme villageois, ainsi que tout ce qui contribue au développement rural.

Interdépendants. En effet, « le tourisme et le développement rural sont deux secteurs indivisibles et indissociables », selon les explications du ministre de tutelle, Joël Randriamandranto, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale du tourisme. C’était d’ailleurs le thème choisi par l’Organisation mondiale du tourisme pour cette année. « On peut même dire que ces deux secteurs sont interdépendants. En effet, plus d’un tiers du budget des touristes durant leur séjour est consacré à la consommation des produits agricoles, d’élevage et de la pêche des paysans. De leur côté, ces derniers tirent également profit du développement de l’agritourisme et du tourisme villageois », a-t-il poursuivi. D’aucuns reconnaissent également que la visite d’un site par des touristes constitue une source de revenus de subsistance pour les villageois.

Expérience enrichissante. Il faut savoir que le ministère de tutelle prévoit actuellement de travailler en étroite collaboration avec les opérateurs touristiques et les entrepreneurs ruraux pour développer davantage cet agritourisme et le tourisme villageois. En effet, certaines régions ont déjà une expérience enrichissante dans ce domaine, et ce, depuis quelques années, pour ne citer que la région d’Ambositra qui est aussi appelée la « capitale des arts Zafimaniry ». Les touristes pourront y découvrir, entre autres, l’art raffiné dans le travail des bois, tout en côtoyant les villageois à Antoetra, ainsi que la sériciculture et le travail de la soie dans le village de Soatanàna. Mis à part la visite des ateliers, les habitants leur réservent un accueil chaleureux tout en leur proposant leur art culinaire. Dans la région Vakinankaratra, le tourisme humanitaire est plus développé à travers les randonnées solidaires tout en valorisant le savoir-faire local, tels que l’artisanat, l’agriculture et l’élevage ; ainsi que la cuisine, sans oublier les richesses culturelles.

Préservation de l’environnement. Par ailleurs, la promotion de l’agritourisme et le tourisme villageois rime avec la préservation de l’environnement. Ce qui permettra de protéger la biodiversité endémique de Madagascar. Cela constitue d’ailleurs un produit phare servant à attirer les touristes vers cette destination. Une stratégie est ainsi menée par les parties prenantes afin de lutter contre les feux de brousse, les exploitations illicites forestières et le défrichement, qui entraînent la destruction de l’habitat naturel de la faune et la flore faisant la renommée de la Grande île sur le plan international. Dans la foulée, les touristes nationaux sont sollicités à les découvrir grâce aux offres promotionnelles lancées par les opérateurs économiques de chaque site. De plus, de nombreux parcs nationaux sont désormais rouverts au grand public, pour ne citer que ceux de Masoala et de Nosy Mangabe à Maroantsetra, ainsi que celui d’Andasibe.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Slam national : Le calendrier de la phase de qualification connu

Conan a représenté Madagascar à la coupe du monde du slam en ligne au mois de mai.

A environ deux mois de la tenue du slam national, six villes participeront à la 11e édition du plus grand concours de poésie de la Grande-île. Antsiranana, Mahajanga, Toamasina, Antananarivo, Sambava et Fianarantsoa auront leurs représentants. Les dates de qualification, pour chaque ville, sont déjà publiées. Vu la situation sanitaire actuelle, le nombre de participants pour chaque ville sera limité à deux représentants.

« Nous attendons la confirmation pour les villes d’Antsirabe, d’Ambositra et de Toliara. Nous ne cessons pas d’espérer la réouverture des vols internationaux afin que nos invités français, suisse, et allemand puissent nous joindre pour ce festival international de slam-poésie de Madagascar » peut-on lire sur le site.

Initiative de l’association Madagaslam, le slam national est le plus grand événement de Slam poésie à Madagascar. Il met en confrontation des poètes issus des quatre coins de l’île, mais c’est aussi et avant toute chose, un grand moment de fête et de partage de la poésie. Madagaslam est une association de droit malgache. Elle est fonctionnelle depuis l’année 2006. Tout au long de l’année, les poètes de Madagaslam organisent des ateliers, des rencontres, des scènes régulières et participent à diverses manifestations sociales et culturelles dans divers lieux de la Grande-île.

Que ce soit en matière de slam ou en poésie classique, les Malgaches  n’ont rien à envier aux autres. Nos présences annuelles dans de grands évènements littéraires témoignent de cette potentialité artistique, car il est à rappeler que Madagascar a toujours eu un représentant à la coupe du monde de slam, aux concours intercontinentaux de « spoken word » ou encore dans les nombreux colloques littéraires. L’existence des cercles de poètes est un avantage considérable, mais surtout l’intérêt de la jeunesse malgache pour la poésie est un trait non négligeable.

Phase de qualification

Antsiranana : 21 octobre  à l’Université d’Antsiranana

Mahajanga : 23 octobre à l’AF Majunga

Toamasina : 24 octobre à l’AF Tamatave

Fianarantsoa : 24 octobre à l’AF Fianarantsoa

Sambava : 31 octobre à l’AF Sambava-centre

Antananarivo : 7 novembre à l’Ifm Analakely

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Beroroha : Implantation d’un « centre spécial d’aguerrissement opérationnel »

Le Premier ministre Ntsay Christian a fait une descente dans la région Atsimo-Andrefana, hier, plus précisément à Beroroha. Il a procédé notamment à l’inauguration du « centre spécial d’aguerrissement opérationnel » implanté dans ladite localité. Ce centre rentre dans le cadre dans la lutte contre l’insécurité. D’ailleurs, lors de son allocution, le Premier ministre a déclaré que « c’est inadmissible qu’il y ait un district qui soit délaissé en matière de sécurité et de développement ». Et d’enchaîner que le pays vit dans l’insécurité  et la restauration de la sécurité fait partie du « velirano » du Président de la République. Par ailleurs, le chef a également annoncé la mise en place d’un commissariat de police, d’un tribunal de première instance et d’une prison à Beroroha. En outre, il a aussi déclaré que la nomination du chef de district de cette localité ne va pas tarder.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Handball : Les championnats nationaux 2020 annulés

Les clubs peuvent désormais se préparer pour les prochains championnats.

Il n’y aura pas de championnats nationaux pour cette année. Les incertitudes, auxquelles les clubs font face actuellement, n’ont pas permis à la Fédération malgache de handball d’avoir une visibilité sur le maintien des sommets nationaux qui ont été déjà fixés quelques mois en avance. Pour rappel, le Championnat des jeunes était prévu se dérouler du jeudi 29 octobre au samedi 7 novembre dans la Capitale ou à Fianarantsoa si le Palais des Sports de Mahamasina et le Gymnase couvert d’Ankorondrano ne sont pas encore disponibles à accueillir les activités sportives, tandis que le Championnat des seniors était programmé du jeudi 10 au samedi 19 décembre à Mahajanga.

Cette décision a été prise après une consultation auprès des ligues et des clubs. Et cela semble très convenir à la plupart des ligues, qui rencontrent actuellement des difficultés financières, après la crise sanitaire liée à la Covid-19. Prenons en exemple la ligue Atsinanana, le président a annoncé que seul l’EHACA a confirmé sa participation à ce Championnat. Par ailleurs, la Fédération a déjà élaboré un calendrier pour les championnats 2021. Le plus proche rendez-vous sera la Coupe de Madagascar des Jeunes, qui se tiendra en avril, notamment, pendant les vacances de Pâques. Le Championnat national Open seniors se déroulera pendant la semaine du 16 mai. Les champions représenteront la Grande Ile à l’IHF Trophy à Maurice en mai et à la Coupe des clubs champions de l’Océan Indien à La Réunion à la fin de l’année 2021.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Journée du Lionisme : Le Lions Club Salanitra fait d’une pierre deux coups

Dans le cadre de la célébration de la Journée du Lionisme, le 8 octobre 2020, qui commémore la création de l’Association Lions Club International, le Lions Club Antananarivo Salanitra a fait d’une pierre deux coups lors de la semaine précédente. Contrairement à chaque mois, le club a choisi d’effectuer deux actions cette fois-ci, la première en faveur des enfants du village d’Ambohimiadana et la seconde pour le personnel soignant malgache. La première action s’est donc déroulée le 11 octobre 2020 et consistait à équiper les enfants du village d’Ambohimiadana pour la prochaine rentrée scolaire. A cette occasion, une centaine d’enfants ont reçu des sacs à dos, des cahiers, des stylos, des ardoises, des craies, et des casquettes. Ces dons ont pu être remis grâce à la contribution des partenaires du Lions Club Salanitra. Après ce premier événement, le lendemain, c’est-à-dire le 12 octobre 2020, le club s’est tourné vers le personnel soignant du service de réanimation chirurgical de l’hôpital HJRA, du CSB II Isotry, et du CSB II Anosipatrana. Grâce à une collecte de fonds effectuée auprès de la Diaspora Malagasy en Europe et au Canada, il a été possible d’offrir des paniers garnis contenant des vivres aux bénéficiaires. Le Lions Club Salanitra se dit particulièrement satisfait des deux réalisations accomplies pour la Journée du Lionisme.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Baccalauréat 2020 : Ouverture « tardive » des portails dans certains centres d’examen

Les candidats affronteront les épreuves de mathématiques ce matin, et de malagasy cet après-midi.

On les avait incité à arriver tôt. Très tôt. Mais finalement, les portails de certains centres d’examen ne se sont ouverts qu’à 7h, hier matin, premier jour du baccalauréat.

« On avait conseillé aux candidats d’arriver suffisamment tôt en raison des dispositions sanitaires à respecter, comme le lavage des mains à l’entrée et la prise de température. Mais nous sommes arrivés à 5h45 pour rien, parce que notre centre d’examen n’était accessible qu’autour de 7h », se désolent certains candidats à Ampefiloha. Dans la majorité des cas, pourtant, l’accueil des candidats a débuté bien avant 6h du matin, comme c’était le cas au centre d’examen d’Analamahitsy.

Pour rappel, la note émise par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique indiquait aux responsables des centres d’examen d’arriver deux heures avant le début des épreuves, afin de disposer de suffisamment de temps pour les préparatifs. Ils devaient procéder à l’accueil des candidats déjà présents sur les lieux pour éviter les attroupements, distanciation sociale oblige.

Sans incidents. Les premières épreuves d’hier se sont toutefois déroulées sans incident majeur. Les oublis des convocations ou des pièces d’identité étaient les plus courants, comme à chaque session. On notera ce jeune candidat en plein désarroi au centre LMA (Lycée Moderne Ampefiloha), qui s’est trompé de centre d’examen ! Il devait se présenter au Lycée Saint Antoine à Andravoahangy, au lieu de celui d’Ampefiloha. La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Elia Béatrice Assoumacou, justement présente sur les lieux au moment des faits, a mis à la disposition de ce candidat un véhicule pour le conduire à toute vitesse à son centre d’examen. Problème résolu, mais le jeune candidat a eu chaud !

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Fanintsanana 3e édition : Zatia Rocher débarque dans la ville des fleurs

Zatia Rocher a plus d’un tour dans son sac.

Reine des réseaux sociaux et non moins femme d’affaire, Zatia Rocher inonde la toile et ne laisse personne indifférent. Jeudi, c’est au tour de la Ville des Fleurs de jouir de l’évènement festif qui signera la troisième édition du « Fanintsanana ». Selon l’organisatrice, les fashionistas de Mahajanga auront quatre jours d’immersion dans ce monde de fête et de bombance à la façon tananarivienne au Samirah Hotel pour leur plus grand bonheur. Au programme le sacre du roi et de la reine « Fanintsanana » et des grandes soirées à la hauteur de la notoriété de l’initiatrice, d’autant plus que les participants auront l’occasion de se procurer les produits ZRC à prix raisonnable.

Grâce à sa personnalité et le « Zatia way of life », ses vidéos et ses activités touchent un large public, à tel point que ses petites manies et ses vocabulaires déteignent sur ses followers. Parmi les plus populaires, on retrouve le fameux « Fanintsanana » qui est devenu un concept à part entière. « Car la confiance en soi n’est pas un don du ciel, nous en sommes les artisans ». Dans cette emblée, l’idée, du « Fanintsanana » consiste à embrasser sa personnalité en faisant fi des critiques négatives. Avec la levée de l’urgence sanitaire, il est temps de mettre en pratique ces constructions ou regains de la confiance en soi qui se sont enchaînés dans ses vidéos durant ces sept mois de confinement. On apprécie ou pas, chacun son opinion, mais ce qui est sûr, c’est qu’elle en impose.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Création de la 23e région : Un projet mort-né ?

Le projet de loi sur la création de la nouvelle région aura-t-il encore une chance d’être adopté par le parlement ?

Le projet de loi de création de la nouvelle région n’a pas été adopté lors du dernier conseil des ministres. Le découpage fait toujours polémique et la situation à Vatovavy Fitovinany fait traîner les choses.

Les perspectives de création de la nouvelle région sont-elles en train de s’amenuiser ? La situation locale, dans la région Vatovavy Fitovinany, semble mettre du plomb dans l’aile de la démarche administrative qui devrait boucler la question. Lors de son passage à Manakara, il y a deux semaines, le président de la République a annoncé que « nous allons adopter au prochain Conseil des Ministres le projet de loi sur le découpage administratif de la Région Vatovavy Fitovinany en vue de la création d’une 23e Région ». Ce n’est cependant pas encore le cas. Lors de conseil des ministres, jeudi dernier, l’adoption du projet de loi sur la création de la nouvelle région n’est aucunement mentionnée dans le compte-rendu distribué à la presse. Cette étape est pourtant nécessaire avant que le texte ne passe en adoption au niveau des deux chambres.

Légitime. La situation au niveau des deux régions fait trainer la décision en haut lieu. De son côté, le président de la République qui a conduit une large consultation à Manakara afin aborder ce sujet de création d’une nouvelle région, a adoubé la voie de la majorité des notables de tous les districts de la région Vatovavy Fitovinany. Voie selon laquelle la « séparation prévoit d’accorder respectivement aux régions Vatovavy et Fitovinany, trois districts chacune et propose que le District d’Ikongo forme la Région Fitovinany avec Manakara et Vohipeno tandis que la Région Vatovavy sera composée par Ifanadiana, Nosy Varika et Mananjary ». La démarche a été adoptée pour éviter l’arbitraire concernant le découpage, et a été privilégiée une délimitation plus légitime et mieux adaptée aux réalités locales. D’ailleurs, il « vise à apporter les projets de développement équitables, pour qu’aucun district ne soit lésé au niveau des appuis techniques et financiers » a déclaré le Chef de l’Etat.

Polémique. Mais cette nouvelle configuration de la région est contestée par certains à Ikongo. Le député Brunelle Razafitsiandraofa, élu à Ikongo, milite pour le rattachement de son district dans la circonscription de Vatovavy dans le cas où une nouvelle région sera effectivement créée. Une initiative qui s’oppose donc à la ligne défendue par l’exécutif. Mais le vice-président de l’Assemblée nationale, issu de la majorité présidentielle ne change pas d’un iota sa position sur la question. Sur ce sujet, ce député IRD choisit de se désolidariser de sa propre famille politique. Dernièrement, il a sensibilisé l’opinion publique locale, et a fait le tour de certains médias de la capitale pour défendre son opinion. Dimanche dernier, une manifestation a eu lieu à Ikongo pour manifester en faveur de ce rattachement à Vatovavy. Sous l’impulsion du député Brunelle Razafintsiandraofa, le découpage devient donc un sujet à polémique dans la région. Une situation qui peut affecter la décision de l’exécutif sur la création de la nouvelle région tant attendue par les autres districts de Vatovavy Fitovinany.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Pauvreté liée à la sécheresse : L’attention des dirigeants sollicitée par la société civile

La solution durable de pauvreté, suite à la sècheresse du Sud, est-elle environnementale ou économique ? La sécheresse que subissent nos concitoyens du Sud n’est pas aussi forte que ce que vivent nos confrères du Sahara. Pourtant, les deux images désolantes qui font l’image de Madagascar dans le monde sont les lémuriens, menacés de disparition, et les enfants de l’Androy malnutris. Ces deux images attirent l’attention des partenaires de développement. Si la cause des lémuriens alerte autant d’experts et est appuyée par diverses stratégies ainsi que de plusieurs milliard de dollars US, celle des enfants, en comparaison, n’en cumule que peu. A noter que les facteurs de la sécheresse sont concernés de manière intégré par les trois conventions des Nations Unies en matière d’environnement : le changement climatique UNDCCC, la biodiversité CDB et la désertification et la sècheresse UNCCD. Cette dernière concerne précisément l’Afrique, incluant Madagascar.

Opportunité à saisir. Malheureusement, on parle moins de la Grande-île. Les stratégies PAYS du Système des Nations Unies à Madagascar, elles même, ne mentionnent ni le terme « sécheresse » ni « dégradation des terres », alors que la majorité de ses investissements est axée dans le Sud. Le problème du Sud, pour les économistes et les experts, est-il sanitaire, nutritionnel ou alimentaire ? Différents pays ont subi la désertification : la Chine, la Turquie, etc. Pour le cas du Sahel, sur la base de la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification et la sècheresse, une stratégie intégrée « Great Green Hal » a été mise en place. On voit rarement des photos qui rappellent l’Afrique d’antan. Notons que l’économie, l’environnement, la recherche scientifique et le développement ont été intégrés dans le cadre d’une stratégie pluriannuelle. Selon Rakotovoavy Frédéric – d’Actions Sans Frontières, OSC agréée de l’UNCCD – les expertises et les ressources existent. « La volonté de trouver une solution durable de l’équipe dirigeante actuelle doit se préparer dès aujourd’hui pour profiter des opportunités de cette convention à travers la prochaine COP15 de l’UNCCD qui se déroulera en Septembre 2021. Les questions d’ordre économique seront-elles associées ? », a-t-il évoqué.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimangakely : Un groupe de malfaiteurs démantelé, trois suspects incarcérés à Tsiafahy

Cette maison en construction a été utilisée par les bandits pour cacher leur butin.

Il était temps. Un des groupes de malfaiteurs qui a terrorisé la commune d’Ambohimangakely et ses environs depuis des mois a enfin été démantelé par la gendarmerie. Composé de sept membres, ce gang a été l’auteur de plusieurs vols à main armée commis dans la localité, dont le dernier a eu lieu la 14 octobre vers 3 heures du matin. Quatre individus munis de couteaux se sont introduits de force dans le domicile d’un particulier à Ikianja, commune Ambohimangakely, après avoir cassé la porte. Ayant réussi à maîtriser les propriétaires, ils y ont volé un scooter, une bicyclette, et une télévision à écran plat avant de prendre la fuite. Selon les informations émanant de la gendarmerie d’Ambohimangakely, la victime n’a pu alerter les forces de l’ordre que vers 10 heures du matin. Une fois avisés, des gendarmes sont partis à la recherche des malfaiteurs. En menant leur investigation, ils ont reçu une alerte indiquant que deux individus suspects étaient en train de fuir en moto sur la route de Macoline en direction d’Ambohimahitsy. Vers midi, ce renseignement a été confirmé par une autre source. Les gendarmes se sont alors rendus sur place où ils ont surpris les deux suspects. Interpellés, ces derniers ont fini par indiquer l’endroit où ils ont caché leur butin, dans une maison à Ambohimahitsy. La perquisition de cette maison a permis d’arrêter trois autres suspects. La plaque d’immatriculation de la moto volée, la bicyclette et la télévision y ont également été découvertes. Les gendarmes étaient sur le point d’évacuer les lieux quand ils ont coincé un autre suspect qui rodait dans les alentours. L’enquête a révélé que cette personne était venue sur place pour tenter de déplacer les objets volés vers un autre endroit plus sûr. Ainsi, six individus ont été arrêtés cette journée du 14 octobre. Cependant, « Bota », le chef de ce groupe, reste encore en cavale. Celui-ci est un ancien de la maison de force de Tsiafahy et vient de sortir, il y a à peine deux mois. Les six suspects arrêtés ont été déférés au parquet du tribunal de première instance d’Antananarivo, samedi. Trois d’entre eux ont été placés sous mandat de dépôt à Tsiafahy ; tandis que les trois autres ont bénéficié d’une liberté provisoire en attendant le jour de leur procès.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Antaninarenina : Fankalazana ny andro maneran-tany iadiana amin’ny fanaintainana

Toy ny firenena rehetra dia nankalaza ny andro maneran-tany iadiana amin’ny fanaintainana ny teto Madagasikara omaly alatsinainy 19 oktobra. Araka ny fifanarahana iraisam-pirenena dia ny alatsinainy fahatelo amin’ny volana oktobra no hanamarihana izany. Nisy araka izany ny valandresaka narahana adihevitra notarihin’ny vondrona «Inter Clud de Tana » sy ny fikambanana « Douleurs Sans Frontières Madagascar », ivondronan’ireo mpisehatra amin’ny ady sy fitsaboana ity karazan’aretina mpahazo ny daholo be ity, tao amin’ny « Le pavé Antaninarenina ». Lohahevitra nentina nanamarika izany dia ny hoe : «Ndao hiara-kiady amin’ny fanaintainana». «Manana zo tsy hahare fanaintainana ny marary rehetra, fa ny tsy fitarainan’ny marary no anisan’ny mahatonga azy ireo hiaritra fanaintainana», hoy Profesora Rakotoarison Nicole, Filohan’ny Clud CHUHJRA raha nanazava io lohahevitra io. Nambarany ary fa manana andraikitra hitaraina ny fanaitainana mahazo azy amin’ny mpitsabo ny marary. Efa maro, hoy izy, ny fanafody sy fitaovana mifandraika amin’ny filan’ny mpitsabo hampitoniana ny fanaintaianana eto amintsika ka tsy tokony hisalasala ireo voan’izany aretina izany hanatona mpitsabo. Ankoatra izay dia efa misy koa ny fiofanana mitohy ahafahan’ireo mpiasan’ny fahasalamana rehetra mampitombo ny fahalalany eo amin’izay sehatry ny fampitoniana ny fanaintainan’ny marary izay.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

HCC : Jurisprudence sélective

« Le scrutin doit se tenir durant la saison sèche de l’année, entre le 31 mai et  le 30 novembre, sauf cas de force majeure prononcé par la juridiction compétente sur saisine de la Commission Electorale Nationale Indépendante ». Rivo Rakotovao et consorts ont invoqué, entre autres griefs, le non respect de ces dispositions du code électoral pour soulever l’inconstitutionnalité du scrutin du 11 décembre 2020.

Facteur climatique. Dans sa Décision du 16 octobre dernier, la HCC de considérer que « la saisine préalable de la juridiction compétente par la CENI pour évoquer le cas de force majeure en vue de l’organisation des élections sénatoriales dont le collège électoral est formé de grands électeurs (restreints) au-delà de la saison sèche est une simple formalité facultative ». Et de se référer à sa Décision du 26 septembre 2015 relative à une requête aux fins de constatation d’un cas de force majeure pour rappeler que « les élections sénatoriales sont organisées au suffrage universel indirect avec un collège électoral restreint constitué par les conseillers municipaux ou communaux et les maires ; que le facteur climatique ne devrait pas être un obstacle dirimant à l’organisation du scrutin ».

Option préférentielle. Dans son Arrêt rendu le même jour concernant la requête du KMF/CNOE, le juge électoral de réitérer que « l’organisation d’un scrutin  durant la saison sèche ne peut être qu’une option préférentielle pour être conforme à la Constitution ; qu’un scrutin doit donc de préférence, se tenir durant la saison sèche ». Et de répéter que la saisine préalable de la juridiction compétente par la CENI est « une simple formalité consultative ». Aux yeux de la HCC, « l’absence de saisine de la Cour de céans par la CENI pour évoquer le cas de force majeure (…) ne constitue en rien un motif pour déclarer inconstitutionnel le décret de convocation du collège électoral ».

Dérogation. On est en droit – au propre comme au figuré- de faire remarquer que le juge électoral se base sur une jurisprudence sélective. En effet, dans sa même Décision du 26 septembre 2015, il est souligné expressément qu’ “elle (la HCC) est la seule à pouvoir accorder une dérogation (…)” pour la tenue d’un scrutin en dehors de la saison sèche. Comme c’est le cas des sénatoriales du 11 décembre 2020 qui tombent en pleine saison des pluies. Force est de constater que la HCC est seule juge de ce qui est formalité substantielle, donc obligatoire, et de ce qui est simple formalité facultative. Bref, dans l’interprétation de la Constitution et du code électoral, elle fait la pluie et le beau temps.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Cabaret : Stéphanie retrouvera la scène du « Glacier »

Stéphanie sera la reine du vendredi joli.

L’urgence sanitaire est levée, les noctambules retrouveront leurs habitudes. Vendredi, c’est au « Glacier » Analakely que Stéphanie reviendra sur scène pour le bonheur des habitués des lieux. En mettant la même ambiance entrainante à la façon « Dontsika », elle compte enflammer la scène. Elle aura l’occasion de sillonner ses albums tout en comptant sur ses singles et ses tubes. Outre ses propres compositions, elle va également se faire plaisir en revisitant quelques-uns des titres de ses idoles.

Stéphanie fait partie de ces artistes qui ont démarré l’année en beauté. Même si  son élan a été coupé par le confinement, elle compte bien reprendre les choses là où elle les a laissées. Après son ascension en beauté ces dernières années, Stéphanie a encore à donner à son public. A ses débuts, on se souvient d’une jeune Stéphanie qui dansait comme personne, tout en comptant sur le rythme endiablé de ses morceaux. Plus tard, peaufinant sa voix, elle s’essaye au slow qui semble lui réussir. Au fur et à mesure, la belle s’impose sur le devant de la scène et rejoint le rang des chanteuses incontournables malgaches.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Ambilobe : « Quartier mobile » maty, notetitehina tamin’ny antsy

Tamin’ny fomba feno habibiana tanteraka ny namonoan’ireto nahavanon-doza ity pôlisim-pokontany iray tany amin’iny distrikan’Ambilobe. Voarohirohy tamin’izany ny Sefo fokontany sy ny mpiambina iray namany.

Tokony ho iray volana lasa izay no nitranga ity trangana vono olona mahatsiravina ity. Araka ny fanazavàna azo avy tamin’ireo solon-tenam-pianakaviana dia mety ho fialonana tsotr’izao no antony nahatonga ireo mpamono, handatsaka aina ity raim-pianakaviana ity. Voalaza mantsy fa mahitsy amin’ny asany izy ka mety maro ireo mpialona. Fantatra moa fa ankoatry ny fananany andraikitra amin’ny sehatry ny fampandriana fahalemana eo anivon’ny fokontany nisy azy dia mpiambina amina orinasa iray any an-toerana ihany koa ity farany. Ny zava-nitranga araka ny fitantaran’ireo fianakaviana hatrany dia nidirana tao an-tranony, tamin’ny fotoana nialàny sasatra tsy niasa, mihitsy ity lehilahy ity. Telolahy izy ireo no nanao ny asa ratsy ary ny iray tamin’izy ireo dia voalaza fa mpiambina, iray asa taminy ihany tao amin’io orinasa io. Mody nampiresaka azy ity farany ary niantso ireo namany roalahy nony avy eo. Tsy nisy alaharo alaharo, hoy hatrany ny fitantarana fa avy hatrany dia notetitehin’izy ireo tamin’ny antsy ity lehilahy ity, ary tsy namelan’izy ireo raha tsy tapitra ny ainy. Nandriaka ny rà tao an-trano saingy tsy nahoan’ireo mpamono izany, raha tsy vita izay nataony.

Niditra an-tsehatra avy hatrany nanao ny famotorana tamin’ity raharaha ity ireo mpitandro filaminana tany an-toerana ka isan’ny voarohirohy tamin’izany ilay namany mpiray asa aminy, ary sefo fokontany iray teo an-toerana. Efa natolotra teny anivon’ny Fampanoavana ny raharaha moa ka voalaza fa nadoboka am-ponja vonjimaika ireto farany. Nanome didy kosa ireo mpitsara mpanao famotorana ny hitohizan’ny fanadihadiana ary hikarohana ireo roalahy hafa, izay nandray anjara nivantana tamin’ity raharaha vono olona mahatsiravina ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

CAVB-Beach-volley : Holiarisoa Ravonitseheno diplômée

Holiarisoa Ravonitseheno a terminé avec succès la formation de la CAVB.

Holiarisoa Ravonitseheno a terminé avec succès le programme d’études en ligne proposé par la Confédération africaine de volleyball (CAVB) concernant le coaching de beach-volley. A la fin de ses études, elle a obtenu son diplôme de « Women coach Beach volleyball CAVB 2020». Les cours ont été animés par l’instructeur international Mohammed Benhamida. En effet, Holiarisoa est la première femme malgache qui a obtenu la meilleure note de 92% d’après les examens finaux. Elle pourra, désormais, continuer sa route pour devenir instructrice. Malgré l’arrêt total des compétitions à cause de la pandémie de Covid-19, la CAVB continue d’organiser des séminaires de formation à l’endroit des acteurs de volleyball africain. A Madagascar, le beach-volley est très prometteur. Le bilan était positif lors du dernier stage pour les techniciens dans la ligue Atsimo-Andrefana ces derniers temps, et cela se poursuit encore dans les autres ligues.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Lu pour vous : « Le chant de nos filles » de Deb Spera

Deb Spera signe là son premier roman et nous offre une histoire envoûtante et percutante. Les personnalités de Gertrude, Retta et Annie vont longtemps rester dans nos mémoires.

Trois femmes, trois milieux sociaux différents, trois destins liés. Au fil de ces 390 pages, nous allons faire la connaissance de Gertie, de Retta, la bonne noire et d’Alice Coles. Ce roman choral donne la parole à ces trois femmes. Chaque chapitre est à l’image de celle à qui la parole est donnée. Ainsi, le langage plutôt familier et oral de Retta et Gertrude tranche avec celui, plus soutenu, de dame Annie. J’ai aimé ce style qui donne beaucoup d’authenticité. À chaque prise de parole, j’entendais Gertrude, Retta ou Annie. Nous savons ainsi ce qu’elles pensent et ce qu’elles ressentent.

Le lecteur suit le destin croisé de ces trois femmes qui, malgré les coups, la misère, les trahisons et les terribles secrets, se tiennent droites, le poing levé et la tête haute. Le talent de l’auteure réside dans la construction de ses personnages. Ils sont si bien aboutis psychologiquement parlant, que l’on ne peut qu’avoir la sensation de vivre leurs mésaventures en même temps que les héroïnes !

« Le chant de nos filles » a une puissance évocatrice incroyable, surtout pour un premier roman. À travers de petites touches, Deb Spera recrée le Sud des USA, une société au modèle économique moribond, les immenses plantations dédiées à une unique culture, qui s’accroche avec nostalgie à son passé grandiose d’avant la guerre de Sécession, refusant les progrès venus du Nord. Soixante ans après, tout continue à fonctionner comme si l’esclavage existait encore, comme si les femmes n’étaient toujours que quantité négligeable.

Mais ce roman choral n’a pas qu’un aspect historique, il est surtout axé autour de la solidarité féminine, qui coule de soi pour ces femmes empêtrées dans leurs problèmes. Une solidarité qui se moque des clivages raciaux et sociaux. Tout ce qui compte pour elles, c’est d’assurer un futur à leurs filles ou aux filles des autres. De magnifiques portraits de femmes émergent dans le roman, avec une résilience qui pourrait s’appliquer à n’importe quelle page de l’Histoire. Avec délicatesse, Deb Spera nous conte ces quelques semaines qui changeront Branchville à tout jamais. Avec cruauté aussi, une cruauté imposée par l’époque, que l’on se prend comme un uppercut dans le ventre. La tension monte au fil des chapitres, jusqu’à un final éblouissant d’amertume. Ce roman a gagné en intensité au fil des pages. Si j’ai eu du mal avec les personnages au début du roman, n’ayant aucune empathie pour eux, je me suis surpris à ne pas vouloir les quitter. Ces femmes vont faire corps face aux hommes et à l’indicible. Malgré leur différence d’âge, de couleurs, de milieux sociaux, Gertrude, Retta et Annie vont se rapprocher « grâce » à leurs failles et à leurs blessures. Toutes blessées, toutes meurtries, elles ont également toutes perdu un être cher. Unies dans l’adversité, ce trio va nous livrer un dénouement explosif.

Je conseille? Je suis passée par plusieurs types d’émotions durant cette lecture. L’indifférence, l’incompréhension, la colère, la tristesse se sont succédé au fil des pages. Ce roman est sombre, dur, à l’image de la vie de ces femmes. Aucune n’a été épargnée par la vie. Elles ont toutes perdu un être cher, ont été maltraitées physiquement ou moralement et pourtant elles s’en sont sorties. Ensemble, le chant de nos filles redonne la parole à ces femmes à qui l’on a demandé de se taire trop longtemps. Un premier roman révoltant et percutant.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Fianarantsoa : Un commerçant se plaint d’être victime de harcèlements judiciaires

Cette histoire remonte aux mois de juin et juillet quand une société, grossiste de produits de première nécessité sise à Fianarantsoa, est entrée en conflit avec son fournisseur siégeant à Antananarivo. Un litige qui a fait polémique dans les médias dernièrement. Jeudi dernier, l’avocat de la société concernée à Fianarantsoa, Me Herinavalona, a rencontré la presse pour clarifier le sujet. D’après lui, la société, qu’il défend, est victime de harcèlements dans les procédures judiciaires. Cela a commencé quand son client a été poursuivi pour être insolvable envers son fournisseur. Ce dernier a alors porté l’affaire auprès du tribunal pénal alors qu’elle ne devait être traitée qu’auprès du tribunal de commerce en tant qu’affaire correctionnelle.C’est ainsi que le tribunal pénal aurait déclaré être incompétent pour y trancher. Non satisfait de cette décision, le plaignant a saisi le Pôle Anti-Corruption (PAC). Sans attendre la suite de sa plainte auprès de ce dernier, il a de nouveau saisi la cour pénale du tribunal de première instance. Cette dernière a ordonné la saisie conservatoire des biens de son client. L’avocat admet que tout un chacun est en droit de choisir le tribunal dans lequel il souhaite porter plainte. Cependant, il dénonce les méthodes adverses en les qualifiant de harcèlements de procédures judiciaires visant son client.

T.M

Midi Madagasikara0 partages

Imerintsiatosika : Basy sy rongony no tao an-tranon’ny jiolahy

Ireo fitaovam-piadiana sarona niaraka tamin’ireo fikambanan-jiolahy.

Olona folo no indray voasambotra nandritra ny hetsika nataon’ny zandarimaria tao Imerintsiatosika. Izany dia noho ny fitarainan’ny olona niaina tao anaty horohoro, vakitrano sy fanafihana mitam-piadiana tato ho ato. Nanaovana hetsika manokana fampandrian-tany tany an-toerana ary nahitam-bokany izany. « Tratra tamin’izany ireo entana halatra isan-karazany, sarona tao amin’ny trano fieren’izy ihany koa ny rongony voafono 03kg, ireo fitaovana toy ny basy poleta vita gasy iray miaraka amin’ny bala miisa 09 miampy chargeur 02, ary barre à pince sy antsy lava fampiasan’izy ireo » raha araka ny fanazavan’ny zandary. Notohizan’io loharanom-baovao io fa ny roa amin’ireo jiolahy ireo dia mpamatsy bala no tena anjara asany. Mbola tranga iray manaporofo hatrany ity zava-misy ity fa raha vao misy basy na iray fotsiny aza ny andian-jiolahy dia efa sahy manafika. Samy manana ny anjara asany ireo, ao ny mpamatsy fitaovam-piadiana fotsiny, ao ny manara-maso ny olona sy toerana hatao lasibatra ary ao ny manatontosa ny asaratsy. Matetika dia mifoka zava-mahadomelina ireo rehefa hiroso amin’izay amin’ny fanafihana ary dia izay no antony hisian’ny herisetra na efa milavo lefona aza ny voatafika. Manaporofo ireo fanao ratsy ireo avokoa ireo fitaovana tratran’ny zandary tetsy Imerintsiatosika.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Sénat : Session ordinaire compromise

Les sénateurs risquent de déserter Anosikely ce jour. (Photo d’archives)

La tenue de la session ordinaire par le Sénat fait couler beaucoup d’encre. Dans un communiqué remis à la presse, cette institution, avec des tableaux à l’appui, fait état de la situation dans laquelle se trouve la Chambre haute.

Le communiqué de mentionner notamment que « faisant suite à la Conférence de presse tenue par le Bureau Permanent du Sénat, en date du 07 octobre 2020, et concernant le blocage du budget de l’institution par le ministère de l’Economie et des Finances, il est désormais constaté que le Sénat ne peut pas assurer son fonctionnement normal à défaut de moyens financiers, conformément aux dispositions du circulaire portant régulation de l’exécution budgétaire N°011-MEF/SG/DGFAG du 08 octobre 2020, signé par le ministre en charge de l’Economie et des Finances ».

Engagements. Le Sénat ne peut pas procéder aux engagements des dépenses prévues par la loi n°2020-010 portant sur la loi de finances rectificative pour 2020 à travers le taux de régulation chiffré sur ce premier tableau. Vu que les engagements sur les biens et services et les transferts n’ont pas été ramenés à 100% contrairement aux autres institutions (Assemblée Nationale, Présidence, Primature, Ministères, …) l’institution ne peut pas engager la totalité de ses dépenses prévues pour le 4e trimestre 2020 par ladite loi de finances rectificative. De plus, les fonds spéciaux prévus par le compte 6760 sont réduits à néant depuis le mois de janvier 2020. En conséquence, la tenue de la seconde session ordinaire du parlement auprès du Sénat sera compromise. Une session vouée à l’examen et à l’adoption du projet de loi de finances 2021. De ce fait, le Sénat décline toute responsabilité pouvant résulter de ces imperfections causées par ces imputations budgétaires illégales.

Dispositions. Si l’on s’en tient à ce communiqué, il n’y aura pas de session ordinaire pour le Sénat dont l’ouverture officielle est prévue ce jour, à moins que des dispositions soient prises à la dernière minute. Dans le cas où la session ordinaire du Sénat a lieu, les membres de cette institution ne manqueront pas de soulever leur cas.

Recueillis par Dominique R.