Les actualités à Madagascar du Dimanche 20 Octobre 2019

Modifier la date
Madaplus.info0 partages

Madagascar : reprise du secteur tourisme dans la région de Menabe.

Des mesures de sécurité stricte ont été adoptées dans la région Menabe afin de réduire les attaques des touristes. Suite à cela, l’effectif des touristes à destination de Morondava a considérablement augmenté. En effet, en un mois, les chiffres montrent un effectif de 16 milles à 20 milles touristes. Pour promouvoir le secteur tourisme dans cette région, un événement pour la présentation des sites touristiques de la région Menabe aura lieu le 2 Novembre prochain.
D’autres mesures seront encore prises afin d’assurer la sécurité de quiconque souhaite visiter les sites touristiques de Menabe. Notons que l’année dernière, plusieurs touristes ont été victimes d’attaques à mains armées, et ce, de jour comme de nuit.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : L’opposition n’est pas contre le projet Tanamasoandro.

L’opposition n’est pas contre le projet Tanamasoandro. Elle demande à l’Etat de réaliser le projet dans d’autres localités afin de ne pas gêner les propriétaires de terrain. Selon encore les explications, l’Etat devrait procéder à des études d’impacts environnementaux au préalables vu l’ampleur du projet en question. Il n’est plus acceptable que du sang soit encore versé.
De son coté, L’état a augmenté le nombre des éléments de force de l’ordre afin de maintenir la sécurité. Le candidat de l’IRK à Ambohitrimanjaka a affirmé que des mercenaires, payés par les opposants, ont semé les troubles depuis le 17 Octobre.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : la voix d'or du groupe Mahaleo, Fafah, est partie rejoindre les étoiles

Famantanantsoa Andriamihaingo Rajaonarison, mieux connu par son nom de scène Fafah, vient de tirer sa révérence à l’âge de 65 ans. Fafah était la voix du groupe Mahaleo. Il a fallu le remplacer lors du dernier concert du groupe Mahaleo au Palais des Sports et de la Culture Mahamasina. En effet, il avait eu un problème de santé et ne pouvait pas encore chanter.
Des fans du groupe Mahaleo ont montré leur tristesse via des publications sur les réseaux sociaux. Rappelons que le groupe a perdu Raoul en 2010 puis et Nono en 2014. L’équipe de Madaplus adresse ses sincères condoléances à la famille, amis de Fafah et à tous les fans du groupe Mahaleo.
Midi Madagasikara0 partages

Affaire Ambohitrimanjaka : Les habitants durcissent leur mouvement de contestation

Comme ils ont déjà annoncé, les habitants concernés ont manifesté pacifiquement samedi dernier pour réitérer leur refus catégorique de céder leurs terres.

Ils ne sont pas prêts à céder. C’est le moins qu’on puisse dire d’une manifestation organisée samedi dernier par les habitants des quatre communes concernées par le projet de remblayage en vue de construction du projet « Tana-Masoandro ». C’était notamment une occasion pour les paysans des communes d’Ambohitrimanjaka, d’Ambohidrapeto, d’Ankadimanga et de Fiombonana de démentir les fausses informations véhiculées sur leur mouvement de contestation. « Nous ne sommes pas des mercenaires. Nous sommes les vrais propriétaires des rizières que l’Etat veut remblayer. Nous ne voulons pas de l’argent. Nous voulons garder les terres que nous avons héritées de nos ancêtres.», a martelé Rasolonirina Marcelline, une mère de famille de 55 ans qui était parmi les manifestants samedi dernier à Ambohitrimanjaka. Quant à lui, Ralaimizana Germain de mettre les points sur les « i » : « Nous n’avons reçu aucun franc pour manifester contre la spoliation de nos terrains. Dire que nous avons reçu chacun 5.000 Ar relève d’une désinformation. » Par ailleurs, un père de famille de 85 ans a demandé au président de la République à venir sur place pour que les habitants puissent lui dire que les paysans ne céderont pas leurs rizières. La manifestation de samedi dernier a été pacifique. Des éléments de l’Emmo-Reg ont été présents sur place. « Nous sommes ici pour sécuriser la manifestation. Tout débordement n’est pas accepté. », a expliqué le Lt-Col Anicet Randrianarivelo.

Procédure. Outre le refus des agriculteurs concernés de céder leurs terrains, un débat juridique est engagé sur la procédure qui devrait être respectée quand il s’agit d’une expropriation pour cause d’utilité publique. D’après l’ancienne présidente du SMM (Syndicat des Magistrats de Madagascar), une étude d’impact environnemental doit être effectuée avant de procéder à une éventuelle expropriation. Cette magistrate souligne que cette étude devrait comporter plusieurs phases, dont notamment une enquête de commodo et in commodo qui permet connaître les réactions des habitants concernés par l’expropriation. « Une autre phase permet d’évaluer les montants des indemnités à allouer aux propriétaires qui acceptent de céder leurs terres. Et le processus sera clos par l’adoption du décret portant expropriation. », précise Fanirisoa Ernaivo. La question qui se pose est de savoir si la procédure a été respectée. Hier, la porte-parole du gouvernement Lalatiana Rakotondrazafy a publié dans les réseaux sociaux plusieurs documents administratifs dont le « décret n°2019-1546 déclarant d’utilité publique les travaux de construction de la nouvelle ville Tana-Masoandro 1re phase, 1re étape et fixant les modalités de libération d’emprise occasionnée par lesdits travaux ». La ministre de la Communication et de la Culture a également divulgué l’avis sur l’ouverture de l’enquête commodo et incommodo. L’avis date de 14 juin 2018 et a été signé par Hajo Andrianainarivelo, alors qu’à ce moment-là, ce dernier n’était pas encore le ministre en charge de l’Aménagement du Territoire.

R. Eugène

La Vérité0 partages

Football - Qualifications - CHAN 2020 Les Barea éliminés par la Namibie

Immense désillusion pour les supporteurs de football malagasy. Malgré leur victoire (1 but à 0) à domicile lors du match aller, les Barea de Madagascar ont été éliminés par la Namibie (2-0), lors du dernier tour de qualification au Championnat d’Afrique comptant pour le match retour qui s’est tenu à Sam Najuma Stadium, Windhoek, Namibie.Les protégés de Franklin Andriamanarivo n’ont pas su garder leur précieux avantage gagné au match aller. La pression a beaucoup pesé sur les épaules de Ando, capitaine de l’équipe, et ses camarades à 90 minutes de leur qualification au Cameroun. Les Bravo Warriors de Namibie ont réussi à réduire l’écart 1-0  sur un corner à la première période. Toujours sur leur garde, les Namibiens continuent de renverser la vapeur après être revenus au score.

A la 49e minute de jeu, en seconde mi-temps, une contre-attaque rapide menée par Elmo Kambindu - qui s’est faufilé entre deux défenseurs malagasy après le dégagement du gardien de but namibien devant la surface de réparation - n’a pas été sifflé hors-jeu et a lobé le gardien malagasy en déviant la balle dans la cage de Ando. L’absence des trois joueurs, pièces maîtresses des  Barea, à savoir Lalaina, Théodin et Leda a permis aux Bravo Warriors de trouver la faille malagasy. Score final 2-1 au cumul de points entre les deux équipes. Il faudra encore attendre 2022 pour Madagascar afin de concrétiser son rêve de participer à son premier CHAN avec la Pro League nouvelle formule de championnat national. Zambie aussi confirme sa qualification devant Eswatini (2-0) au cumul de points. Tanzanie déjà menée 1-0 par le Soudan au match aller se rattrape et valide son ticket. Pour le Cameroun et l’Uganda, ils ont également confirmé leur qualification devant le Burundi. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

« Kopi kole » et Découverte Madagascar 2019 - Augustin et DC Mamiana remportent le sacre

Le rideau est tombé  sur la 6ème édition du concours de téléréalité  « Kopi kole » et Découverte Madagascar, à l’issue de laquelle Augustin, le « Kopi kole » Rossy a remporté la victoire. Au côté des musiciens de son artiste imité, il a su donner le meilleur de lui-même et a conquis le cœur du public et les membres du jury. Quant à la catégorie « Découverte Madagascar », Mamiana a convaincu le jury à travers une chanson évangélique qui évoque la  réalité dans le pays, notamment la pauvreté et la malnutrition. Pour les deux prix « coups de cœur » du public, ils ont été remportés par le « kopi kole » Jaojoby et Dc Glopopopy. Comme promis, ces quatre candidats auront donc le privilège de visiter Addis-Abeba, la Capitale d’Ethiopie pour un voyage culturel groupé. D’après les membres du jury, composés de Njaka Andriamahery, Anja Andriatiana,  Rindra Dupré et Minah Bolimakoa, le choix était plus que jamais difficile puisque tous les candidats n’ont cessé de leur surprendre. D’ailleurs, ils n’ont pas caché leur consentement durant les prestations de ces futurs artistes.

Une nouvelle aventure Pour les deux lauréats de la catégorie Découverte Madagascar et « Coup de cœur du public », à l’instar de Mamiana et DC Glopopopy, une nouvelle aventure les attend. D’une part, l’Alliance française de Madagascar en tant qu’une entité qui œuvre dans la promotion de la culture malagasy, offre à cette fillette de 14 ans le privilège de visiter toutes les Alliances  françaises de Madagascar en 2020. Une tournée nationale qui lui sera offerte afin de  promouvoir et présenter son talent au public.  Quant à DC Glopopopy, qui est déjà à la une des publications sur les réseaux sociaux, il a déjà conquis le public, non seulement les amateurs de cette téléréalité, mais également tout Madagascar. Il a déjà posé ses empreintes dans la musique traditionnelle malagasy. Cette compétition n’est qu’un coup de pouce afin que toute l’île connaisse ses talents. Et c’est chose faite. Outre le coup de foudre entre lui  et le public, ce nouveau rythme est désormais dansé et chanté dans tous les coins de rue, ainsi que lors des évènements festifs. Originaire d’Antsirabe, Midera, de son vrai nom, a déjà composé quelques titres avant de s’inscrire au concours de « Découverte Madagascar ». « Glopopopy » est le nom de danse pour ceux qui ne savent pas danser et qui n’arrivent pas à suivre le rythme de la musique. En outre, ses morceaux sont déjà sortis en clips vidéo, disponibles sur Youtube.Il faut savoir que 20 candidats ont monté sur scène durant cette finale dont 9 « kopi kole » et 11 « Découvertes ». Le spectacle a été marqué par des mises en scène qui rallie coutume et tradition malagasy, tout cela mêlé avec des spécialités et de la création. Outre le public, les artistes imités représentaient un soutien majeur pour ces nouveaux artistes. Réalisée sous le thème « Bapampa », cette grande finale s’est tenue hier au Coliseum d’Antsonjombe.  Beaucoup sont les entreprises qui ont soutenu les jeunes talentueux de ce pays, à travers cette téléréalité, organisée par TV Plus Madagascar. Parmi elles figurent Startimes, Ethiopian Airlines, France Rider, Elgeco Plus et le Groupe Sodiat qui a été toujours là depuis la première édition.   Anatra R.

La Vérité0 partages

Ni diktat ni forcing !

L’épilogue d’Ambohitrimanjaka perdure. Les échauffourées entre les Forces de l’ordre et une partie des habitants de la localité continuent de focaliser les esprits. Elles ne cessent de défrayer les chroniques et alimentent toujours les débats dans les chaumières, dans les salons et sur la place publique. Du coup, la bourgade d’Ambohitrimanjaka, une paisible localité dans la périphérie immédiate de la Capitale, devient par la force des choses un point chaud et surtout névralgique qui retient l’attention et du pouvoir public et les simples citoyens.Rappel des faits. Un groupe d’individus, apparemment très déterminés ou remontés, attaquèrent le dépôt d’installation de chantier d’une entreprise adjudicataire pour le démarrage des travaux de réalisation du projet présidentiel, « Tana Masoandro », contenu dans le cadre global de l’extension de la ville d’Antananarivo. Les attaquants ont carrément vandalisé le dépôt. Ils ont détruit  matériels et engins.  Malgré  l’intervention des éléments de la Gendarmerie assurant la sécurité du site, le groupe de personnes, tels des  « drogués » sinon des mercenaires grassement « payés » ne voulaient rien entendre. La situation dégénère très vite en violents accrochages. Les assaillants s’en étaient pris aux gendarmes numériquement inférieurs. Il avait fallu les interventions musclées des renforts dépêchés d’urgence sur place pour qu’enfin la situation se tasse quelques heures après.

Bilan : de nombreux blessés des deux côtés dont un très grave  parmi les Forces de l’ordre.  Le gendarme en question  durement touché à la tête se trouve dans un état critique, entre la vie et la mort. Il y a eu des arrestations et les enquêtes suivent leurs cours. Il  appartient à la Justice de trancher. Madagasikara, étant un Etat de droit, laisse au Tribunal le soin de décider sur le sort de tout ce qui transgresse la loi. Personne n’est au-dessus de la loi. Parlementaires, Société civile et des membres de certaines Institutions montent au créneau et  proposent leur service de médiation et cela évidemment pour décanter la situation voire régler le litige « à l’amiable ». Pour ce faire, ils tentent de ramener les uns et les autres autour d’une table. Mais, pour être honnête, il faut mettre le point sur les « i ». Il n’a jamais été question aux tenants du régime IEM d’imposer quoi que ce soit ! On priorise toujours la démarche respectant la dignité humaine. L’équipe du ministère de l’Aménagement du territoire, première responsable de l’exécution des projets présidentiels en matière d’infrastructure de base, se donne le souci d’aller, en premier pas, auprès des paysans dont les terrains sont concernés par la réalisation du Projet pour  discuter librement sur les démarches à suivre, en particulier, concernant les indemnisations. Les ministres responsables directement du Projet descendirent plus d’une fois sur terrains. Des accords ou des ententes ont été déjà établis. Pour ainsi dire que Rajoelina n’entend jamais dicter des ordres auprès de ces paysans propriétaires bien que la loi l’autorise dans la mesure où les travaux en question sont déclarés « d’intérêt général ». Il n’est inscrit nulle part ailleurs dans le registre du mode opératoire du nouveau régime d’imposer comme ce furent les cas des ténors du TIM et du HVM. Il faut toujours passer par la voie du dialogue et refuser le raccourci du diktat et du forcing.

La Vérité0 partages

Nécrologie - Fafah, la voix d’or de Mahaleo, s’est éteint

La nouvelle était tombée hier comme un coup de tonnerre pour les fans du groupe Mahaleo en particulier et ceux de la musique malagasy en général. Fafah, le chanteur « à la voix magique » s’est éteint hier à l’âge de 65 ans, à la suite d’une longue maladie. Né le 13 mai 1954, Famantanantsoa Andriamihaingo Rajaonarison, de son vrai nom, est l’un des piliers, pour ne pas dire le pilier du groupe Mahaleo constitué en début des années 70 et qui traverse jusqu’à l’heure actuelle presque trois générations. La voix de Fafah est présente sur les 80 % des chansons du groupe, ce qui confirme la qualification  que lui a donné l’opinion publique. Pour de nombreux mélomanes ou autres amateurs de « folk songs » du pays, la voix de Fafah est inimitable bien que le récent concours réalisé par le groupe ait désigné Ony comme l’une des rares personnes à pouvoir reproduire la voix du défunt.  Plus d’un frissonnent en entendant la voix de Fafah dans « Ise Kely », « Ravorondreo » ou « Ramiaramila » et des larmes coulaient sur le visage en écoutant « Jamba », « Farimbolana » ou « Rafahafahana ». « En mai 1972, en pleine révolution, ou bien plus tard, la voix de Fafah a toujours galvanisé les jeunes étudiants contestataires de l’université d’Ankatso », se rémémore Toky, la soixantaine et à la fois un nostalgique de la belle époque.  Brice, la cinquantaine, cet autre passionné du groupe se souvient : « Il y a surtout quelque chose d’électrique et d’irrésistible, mais aussi de nostalgique dans sa voix. Quand je l’entends chanter, les larmes coulent souvent le long de mes joues et l’envie de chanter comme lui me saisit. Oui, il reste mon idole ! », déclare notre interlocuteur.

Fafah n’a pas limité ses frontières uniquement au groupe Mahaleo auprès duquel il a fait ses premières armes, certes. Cependant, il était bel et bien passé dans d’autres prestigieuses formations aux couleurs nationales où il a su toujours montrer sa valeur. Au cours des deux dernières décennies, l’artiste a intégré le groupe « Feo Gasy » où sa voix et ses prestations scéniques ont fait toujours trembler l’auditoire. Maintenant donc, Fafah et Bariliva, l’ex-valihiste de cette formation, doivent cheminer ensemble dans cet autre monde. Et bien que ce fût assez éphémère, son passage au sein des VHF - groupe évangélique où il a chanté à côté d’autres voix légendaires du pays comme Bodo, Francia, Nini, Solofo, Luk, Mahery, Vi, Naly et Sefo, etc, tous des anciens membres de ce groupe, ou bien encore Parfait Lalanirina qui est également parti rejoindre le panthéon des chanteurs décédés depuis - a été inoubliable.Sa présence scénique s’est toujours manifesté par ce gestuel langoureux à la façon d’un poète inspiré, une personnalité qui avait été rehaussée par sa tenue de scène, unique, et où l’artiste a souvent privilégié le « malabary ». C’était comme si Fafah a voulu bien prouver que son art a été puisé à la racine, qui fait mêler à la fois la mélodie et le son nostalgique de la Haute terre centrale. Pour ses aficionados, il a été toujours un activiste, aussi bien sur scène que dans d’autres domaines, et ce, en dépit de son apparent flegme. Tout le monde s’en souvient encore. Ce retraité de la fonction publique a toujours été un militant.  Il s’est toujours porté en première ligne pour défendre la cause de son quartier : Isotry. Pour le public, la disparition de Fafah ne doit être surtout considérée comme un malheur pour ses pairs encore actifs du groupe Mahaleo, à savoir le quartet formé par Dama, Bekoto, Charles et Dadah. Au contraire, sa mort doit leur donner une inspiration plus que jamais poétique qui puisse exister.Avant Fafah, deux autres fondateurs du groupe, Raoul et Nônô, l’ont précédé pour un monde meilleur.Dans l’après-midi d’hier, la ministre de la Culture et de la Communication, Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy s’était rendue au chevet de la famille du chanteur pour lui apporter réconfort et consolation. Le corps de Fafah sera veillé au Palais des Sports de Mahamasina ce mercredi, selon les informations.Nos sincères condoléances à sa veuve et ses quatre orphelins.Franck Roland

La Vérité0 partages

Huitième édition du Tagnamaro - La ruelle de Soanierana vers CAPSAT de nouveau accessible

Trois équipes mobilisées. La 8ème édition du « Tagnamaro, andron’ny olom-pirenena » a couvert 3 endroits pour Antananarivo, à l’initiative du ministère de la Communication et de la Culture (MCC). Il s’agit du Fokontany III G Hangar accueillant le début d’un grand assainissement, Soanierana pour la réhabilitation de la ruelle vers CAPSAT ainsi que la Résidence Rainilaiarivony où un nettoyage a été fait avant sa restauration. En dehors de la Capitale, de multiples activités se sont déroulées dans les Régions, Districts et Communes durant la journée de mobilisation citoyenne, samedi dernier.Un salut pour les riverains. La ruelle de Soanierana menant vers le camp militaire CAPSAT est de nouveau accessible, après des mois de coupure. Celle-ci a été occasionnée par le trou béant suite aux fortes averses durant la saison de pluies en 2018. Le ministère de la Communication et de la Culture (MCC) a ainsi choisi d’y mener la sixième édition du « Tagnamaro, andron’ny olom-pirenena », le samedi 17 octobre dernier. Après 2 mois de travaux, cette ruelle de 40 mètres est de nouveau accessible depuis samedi dernier, au grand soulagement des usagers.

« Puisque la ruelle est maintenant ouverte, les personnes vulnérables, dont les malades, les handicapés et ayant un âge avancé ne sont plus contraints de marcher à pied pendant plusieurs minutes pour rejoindre les arrêts de bus à Ankadimbahoaka ou Tsimbazaza, comme le cas ces derniers mois. De plus, la ligne « 142 » reliant Soanierana et Analakely pourra désormais rejoindre son « terminus », devant le CAPSAT », se réjouit Voahirana R., mère de famille résident à Fiadanana Soanierana. Comme elle, les riverains n’ont pas manqué d’exprimer leur joie et reconnaissance pour les travaux entrepris, à l’initiative du MCC. C’était lors de l’inauguration de la ruelle réhabilitée, samedi dernier en marge de la 8ème édition de la journée de mobilisation citoyenne. Rappelons que les habitants et responsables des Fokontany environnants ont lancé plusieurs appels de détresse et demandes d’aide pour la réhabilitation. Certains, ayant pourtant répondu aux appels, ont promis de financer ou d’assurer les travaux, mais en vain. Il a fallu la tenue du Tagnamaro pour faire bouger les choses. Les travaux ont été assurés par le MCC, les bénévoles, les riverains ainsi que les militaires du CAPSAT et du RTS.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Course à la Mairie d’Antananarivo - Ravalomanana infantilise le candidat du TIM

Début de la comédie. Quelques jours après son retour de l’étranger, le candidat du Tiako i Madagasikara à la course à la Mairie d’Antananarivo, Tahiry Ny Rina Randriamasinoro,  a effectué un petit tour dans certains  quartiers de la Capitale, notamment d’Anosibe dans le quatrième Arrondissement. Une démarche tout à fait naturelle pour un candidat. Mais le ridicule c’est le comportement de son mentor, Marc Ravalomamanana, qui l’a accompagné durant cette pré-campagne.  Au lieu de mettre en avant le porte-fanion de son parti à la course à la municipalité de la Capitale, l’homme a trusté le devant de la scène. Il a préféré faire parler de lui, plutôt en mal qu’en bien d’ailleurs. L’ancien Chef de l’Etat, comme à son habitude, a montré qu’il n’a rien perdu de son caractère dominateur à l’endroit des collaborateurs. « On lui fera régler cela plus tard », a notamment lancé le président national du TIM à des commerçants qui exposaient leurs soucis. Marc Ravalomanana a par ailleurs traité comme un moins que rien le candidat du TIM, en faisant notamment boire de la tisane traditionnelle au candidat de son parti TIM, comme s’il s’agissait d’un enfant. 

Et comme à son habitude, l’ex-Chef d’Etat s’est permis de tutoyer tout le monde, et en particulier Tahiry Ny Rina Randriamasinoro. Le fait de rabaisser de la sorte ses interlocuteurs est un trait de caractère propre à Ravalomanana. Il a cette fâcheuse manie de se permettre des familiarités, notamment des tutoiements en public à ses collaborateurs. D’anciens ministres et des officiers supérieurs peuvent témoigner du fait. Beaucoup opinent pourtant que c’est cette attitude méprisante de Ravalomanana qui lui valurent de se mettre à dos une partie de l’Armée. Marc Ravalomanana n’hésitait pas en effet à confier aux militaires des tâches avilissantes, ou à tout le moins, qui ne correspondaient aucunement aux missions d’un militaire. Nombreux ont encore en mémoire le fait, par Marc Ravalomanana, d’avoir confié la garde des vaches laitières de Tiko à des soldats…La Rédaction

La Vérité0 partages

Andry Rajoelina à Antsirabe - Le Vakinankaratra se dote d’une université « manara – penitra »

Une grande première dans l’histoire de l’Enseignement supérieur. Désormais, les bacheliers d’Antsirabe et ses environs ne seront plus obligés de se déplacer à Antananarivo ni à Fianarantsoa pour poursuivre leurs études supérieures.  En déplacement dans la Région Vakinankaratra durant le week – end, le Président Andry Rajoelina a procédé au lancement de plusieurs grands projets dont la construction de cette université.Ce nouvel établissement universitaire, situé à Vatofotsy, sera doté, entre autres, de bâtiments et infrastructures modernes, avec notamment une salle numérique avec une connexion internet gratuite pour tous les étudiants et un amphithéâtre pouvant accueillir jusqu'à 400 étudiants. Parallèlement, un Centre d'Appui pour la formation professionnelle agricole ainsi qu’un Centre de Formation du programme Fihariana ont également été inaugurés. Une occasion d’accélérer l’intégration du monde professionnel par les jeunes. 

Une nouvelle station d’épuration  pour la ville d’EauxToujours à Antsirabe, les travaux de construction d'une nouvelle station d'épuration d'eau ont débuté officiellement à Andraikiba en vue de garantir un accès à l’eau potable pour tous. A la fin du projet, il est attendu que la production en eau potable de la ville soit plus de 700m3, si elle est de 450m3 actuellement. Une centrale agrophotovoltaïque d’une capacité de 4,9MW, qui alimentera Antsirabe et ses environs ainsi qu’un centre de formation FoodEnergy vont être implantés à Tsaratanana. La construction de la centrale est prévue s’achever entièrement en avril 2019.  Le centre de formation, quant à lui, prodiguera des formations en systèmes photovoltaïques autonomes, en production bio-agricole, en agro-technologie moderne et en culture hors-sol. Appui à la sécurité Le domaine de la sécurité publique n’a pas été en reste au cours de ce déplacement présidentiel à Antsirabe. Le Chef de l’Etat a procédé à la dotation de véhicules 4x4 aux compagnies de la Gendarmerie du Vakinankaratra, Mandoto, Ambatolampy mais également la Préfecture d’Antsirabe et le District de Faratsiho. Ces véhicules contribueront à garantir plus d’efficacité aux actions des Forces de l’ordre ainsi qu’à maintenir la sécurité dans la région. Dans son discours,  en faisant allusion aux échauffourées d’Ambohitrimanjaka, le Président Andry Rajoelina a fermement soutenu qu’il condamnait les actes de violence à l’endroit des Forces de l’ordre dont le devoir est de protéger les citoyens, ainsi que tout acte allant à l’encontre des actions pour le développement du pays et l’intérêt commun de la population.Des logements aux normes pour les familles  défavoriséesHier, le Chef d’État a fait le détour au chantier de construction du Centre de Formation professionnelle de référence ainsi qu’à l’hôpital mère-enfant à Antsirabe. Deux infrastructures financées par la fondation Mohamed VI. Pouvant accueillir 1000 étudiants, le centre est destiné aux métiers du tourisme, de l’hôtellerie et aux travaux publics. Le Président Andry Rajoelina a aussi visité la pépinière d’Andranonahoatra Mandaniresaka qui dispose actuellement de 4 000 000 de jeunes plants.  Pour clore sa visite marathon, l’homme fort du pays a officiellement lancé le programme de réinsertion sociale pour les familles défavorisées dans le village communautaire de Vinaninkarena. Une centaine de logements aux normes seront en construction dans cette zone. Outre les logements, les bénéficiaires auront également divers espaces aménagés en poulaillers, en étables et disposeront d’un marché commun ainsi qu’un terrain commun cultivable de 11ha. A entendre le Président, ce programme de réinsertion sociale est une grande première en Afrique. Elle a pour but d’aider les personnes les plus défavorisées à trouver un logement décent et à entreprendre afin qu’elles puissent subvenir elles-mêmes à leurs besoins.La Rédaction