Les actualités à Madagascar du Vendredi 20 Septembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara38 partages

Journée mondiale des pharmaciens : Occasion pour découvrir l’univers du pharmacien et des médicaments

Les professionnels de la santé lors de la présentation de la journée mondiale des pharmaciens à l’hôtel Panorama. (crédit photo : Anja)

La présentation de la première célébration de la journée mondiale des pharmaciens s’est déroulée hier matin à l’hôtel Panorama. L’occasion pour les organisateurs de l’événement de réitérer leur invitation au public ; « cette journée permettra de faire connaître le métier de pharmacien ainsi que l’univers des médicaments au public » a déclaré le Dr Tantely Rakotomalala, Président de l’Ordre National des Pharmaciens.

Madagascar va célébrer pour la première fois de son histoire la journée mondiale des pharmaciens. Ce sera pour le 25 septembre prochain au parvis de la gare Soarano. Toutes les personnes désireuses d’en savoir plus sur les médicaments et le métier de pharmacien sont donc invitées à assister à cet événement selon le message des responsables rencontrés à l’hôtel Panorama. En effet, de nombreuses personnes ignoreraient encore les différentes facettes du travail de pharmacien, « un pharmacien ne fait pas que vendre des médicaments dans une pharmacie, son travail est bien plus complexe que cela, cette journée sera donc le moment pour partager tout ce qu’il faut savoir au sujet des obligations du pharmacien au grand public » a expliqué le Président de l’Ordre National des Pharmaciens.

Programme rempli. L’accès au parvis de la gare Soarano est gratuit pour la journée du 25 septembre. On y trouvera plus de 320 professionnels (des pharmaciens biologistes, des gérants de pharmacie, des grossistes pharmaceutiques et bien d’autres encore) et différents stands agencés suivant des thématiques bien précises. Ainsi, diverses manifestations sont prévues: animations, exposition d’affiches, stands pour le grand public, espace pour les professionnels de santé, représentation artistique des étudiants et des séries de conférences. Puis, la prestation de serment des nouveaux pharmaciens issus de la 5ème promotion ILOAINA aura aussi lieu durant cet événement. « Des médicaments sûrs et efficaces pour tous », c’est le thème choisi pour cette journée mondiale des pharmaciens. Ce moment permettra d’envoyer un message au public : que les pharmacies malgaches garantissent la commercialisation de médicaments sûrs et efficaces. En effet, comme on importe 90% des médicaments disponibles dans le pays, le contrôle de la qualité du produit est primordial. « Une pharmacie n’a pas le droit de commercialiser un médicament qui n’a pas obtenu l’autorisation de mise sur le marché du ministère de la Santé » a expliqué le Secrétaire Général par intérim du ministère de la Santé publique.

Concernant les étudiants qui souhaitent exercer en tant que pharmacien, la formation en pharmacologie est déjà disponible à l’Université d’Antananarivo depuis 2006. Cette branche de la faculté de Médecine bénéficiera d’ailleurs d’un nouveau bâtiment bientôt. Les débuts de la construction sont prévus pour l’année 2020 d’après ce qu’on a entendu lors de la conférence de presse. Enfin, pour en savoir davantage, le ministère de la Santé publique, l’Ordre National des pharmaciens de Madagascar, l’Association des pharmaciens de Madagascar, le syndicat des pharmaciens et tous les acteurs dans ce secteur, qui ont mis en place cet événement invitent tout le monde à venir célébrer cette journée dédiée aux médicaments et à leur commercialisation.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara6 partages

Vatomandry : Nifamono ny sinoa sy gasy : enina naratra mafy

Nitrangana sakoroka goavana tao amin’ity orinasa « Gallois » mpanao grafita ao Marovintsy Vatomandry ity; izay hofain’ireo sinoa izany amin’izao ka ireto sinoa ireto indray no mitantana ny fitrandrahana ilay grafita ao Marivintsy  ity. Vokatry ny sakoroka tao amin’ity tanàna Marovintsy ao Vatomandry ity, dia enina ireo naratra mafy ka notsaboina tao amin’ny hopitalin’i Vatomandry, roa tamin’ny mpiasa efatra kosa ireo sinoa miasa ao amin’ny fitrandrahana grafita ao Marovintsy ity. Raha ny vaovao marim-pototra voaray avy any an-toerana, dia mitaraina lava amin’ny fahaverezana «gasoil» sy baterian’ny orinasa isan’andro, amin’ny afitsok’ireo mpiambina sivily izay mponina manodidina ihany. Noho izay olana izay, dia nanapa-kevitra ireo sinoa mpampiasa ny fahazoan-dalan’ny « Gallois » mitrandraka ny grafita ao Marovintsy Vatomandry ; izay 15Km miala an’i Vatomandry no misy azy, fa handroaka ireo mpiasa mpiambina zanatany  50 ireo ka hanolo ny asan’izy ireo amin’ny alàlan’ny orinasam-piambenana « ASS »  20 eo monja no isan’ireto mpiambina vaovao ireto. Io resaka fandroahana ireo mpiambina zanatany nasolo ny mpiambin’ny « ASS » ity no niteraka olana, satria raha tonga nitaky ny zony ieo mpiasa, ny alarobia hariva dia fandroahana avy hatrany  no nataon’ireo mpiambin’ny « ASS » azy ireo ; ka nanomboka teo ny sakoroka rehetra tao Marovintsy, satria mitaky ny zony ny mpiasa mpiambina ary mitaky ny hanesorana ny « ASS » koa fa maka ny anjara asan’izy ireo fotsiny. Tsy tao Marovintsy loatra no tena nitrangan’ny sakoroka sy ny fifamonoana, fa teny ivelan’ny ity tanàna ity, satria mbola maro ireo sinoa tamin’ireo an-jatony miasa ao Marovintsy mbola  nivoaka naka rivotra tety ivelany. Teo no nisehoan’ilay fifampidaorohana teo amin’ireo sinoa sy ireo zanatany ka io niteraka olona enina naratra mafy io ; izay sinoa ny efatra raha zanatany ny roa. Ny alarobia alina nifoha ny alakamisy teo, dia efa nanao izay afany ny Tafika sy ny zandary amin’ny fiarovana ny teratany sinoa sy ny zanatany ary ny orinasa Marovintsy.  Milaza ny hanakatona ny orinasa fitrandrahana grafita ao Marovintsy Vatomandry ity, ireo sinoa aloha, ary efa notaterina niala ao Marovintsy avokoa ireo sinoa an-jatony miasa ao, ho fisorohana ny sakoroka manaraka indray sy izay mety ho fifamonoana. Ny minisitry ny fiarovam-pirenena sy ny lehiben’ny etamazaoro ny zandary misahana ny Emmo Nat, niaraka tamin’ny Emmo Far eto Toamasina nidina nijery ifotony ny olana omaly tokalandro ka ho hita ny fepetra horaisin’izy ireo amin’izao olona izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara6 partages

Cybercriminalité : Une amende de 10 millions d’ariary pour chacun des deux journalistes

Le monde de la presse malgache a accueilli hier avec consternation la peine prononcée contre deux de ses acteurs.

Le verdict est tombé. Nadia Raonimanalina de la MBS et Mahefa Rabearivony de  24h Mada écopent chacun d’une peine d’amende de 10 millions d’ariary. Tandis que Arphine Rahelisoa du « serasera cua » a été relaxée au bénéficie du doute. Quant à Patrick Andriamisa, un arrêt de poursuite a été ordonné contre ce directeur de la Culture au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo. « Le pouvoir en place n’a pas opté pour l’apaisement. Une lourde peine d’amende est appliquée aux journalistes qui font leur travail. », a réagi le président de l’Ordre des Journalistes de Madagascar Gérard Rakotonirina. « Je trouve que cette peine est disproportionnée pour des journalistes dont la précarité de la rémunération par rapport aux responsabilités et aux risques encourus dans ce métier est connue de tout le monde. Les cas flagrants de diffamation sont nombreux à Madagascar, mais il y a véritablement deux poids deux mesures. », a affirmé quant à lui Vivier Raoelison, l’un des avocats de la défense à l’issue du procès d’hier.

1 ariary symbolique. En prononçant son verdict, la justice a appliqué l’article 20 nouveau de la loi n°2016-031 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°2014-006 du 17 juillet 2014 sur la lutte contre la cybercriminalité qui prévoit : « L’injure ou la diffamation commise (…) envers les Forces Armées nationales ou d’un Etat (…) sera punie d’une peine d’amende de 2.000.000 Ariary à 100.000.000 Ariary ». La peine d’amende prononcée hier contre Nadia Raonimanalina et Mahery Rabearivony est la peine maximale prévue par la loi n°2016-029 portant Code de la Communication médiatisée. Cette peine maximale de 10.000.000 Ariary a suscité à l’époque la réaction négative des professionnels de la presse. Raison pour laquelle, sa réduction à 6.000.000 Ariary faisait l’objet des consultations menées en vue de modification de la loi en question. Un avant-projet de loi y afférent a été adopté lors du Conseil de gouvernement du 18 septembre dernier. Ce qui est ahurissant dans cette affaire d’un hélicoptère de l’Armée qui a survolé le stade municipal de Mahamasina, c’est que lors du procès du 16 septembre dernier, le plaignant qui est le Chef de l’Etat-Major Général de l’Armée Malagasy n’a réclamé qu’1 ariary symbolique à titre de réparation.

« Menace ». Le président de l’Ordre des Journalistes Gérard Rakotonirina n’a pas caché son appréhension devant cette « condamnation excessive ». « Ce genre de peine constitue une sérieuse menace contre la liberté de la presse à Madagascar. Si un organe de presse financièrement précaire fait l’objet de cette condamnation, il est voué à disparaître. Je ne suis pas là pour remettre en cause un jugement. Je suis là pour interpeller l’opinion sur ce qui se passe dans notre pays où la poursuite des journalistes devient monnaie courante ces derniers temps. », a-t-il dénoncé. Avant d’enfoncer le clou : « Je pense qu’une justice à deux vitesses n’est pas une solution. Il y a des journalistes qui enfreignent carrément la loi dans l’exercice de leur métier, mais ils ne sont même pas inquiétés. » A rappeler que l’histoire d’un hélicoptère de l’Armée qui a survolé sans l’autorisation du propriétaire du lieu le stade municipal de Mahamasina se trouve à l’origine de l’affaire. Les photos de l’hélico ont été publiées dans les réseaux sociaux et on a accusé des journalistes pour en être les responsables. « On ne savait même pas que c’était un hélicoptère de l’Armée. Donc, il n’y  avait aucunement une intention de diffamer qui que ce soit dans ce que nous avons publié. », ont déclaré les prévenus durant le procès.

Eugène
Midi Madagasikara5 partages

Portrait : Mirindra Razafinarivo, l’étoile montante du tennis malgache

Le tennis, c’est une discipline où les Malgaches excellent tant sur la scène régionale qu’internationale. Mirindra Fanomezantsoa est une relève prometteuse de la petite balle jaune malgache.

À 11 ans, Mirindra Fanomezantsoa rêve de devenir joueuse de tennis professionnelle. Au sein de l’Association Sportive Universitaire d’Antananarivo, son entraîneur Basile Ramanantoanina croit en son talent et sa capacité.

Une détermination sans faille, un mental d’acier, et de grandes capacités sportives : Mirindra Fanomenzantsoa a toutes les qualités et tous les atouts pour devenir une grande joueuse de tennis. Si Mirindra est une sportive dans l’âme, rien ne la prédestinait à faire du tennis. Toute petite, elle faisait de la danse classique qu’elle continue de pratiquer aux Cygnes, ESCA. C’est en accompagnant son frère, Eric Razafinarivo à l’entraînement qu’elle a pris goût au tennis. « Elle ramassait les balles sur les courts en 2016. Basile lui a donné une raquette et c’est comme cela qu’elle a décidé de faire du tennis, son sport favori » a souligné, sa mère. Pour une débutante, elle se révèle très douée. En 2016, lors d’une première compétition après quelques mois de pratique, Mirindra a été sacrée championne du Master Cup chez les U8. Et c’est à partir de ce résultat que ses parents se sont rendus compte qu’elle a la capacité de devenir une bonne joueuse capable d’aller plus loin. Entourée de techniciens, elle travaille avec un coach, un préparateur physique, un nutritionniste …..sa technique, son endurance et sa santé. Tout pour faire le meilleur parcours possible.Mais on peut dire que Mirindra avance, et progresse vite. A l’âge de 10 ans, elle est vice-championne des U12 contre Miarana Andrianafetra au Championnat de Madagascar. Cette année, elle a tout raflé, championne de Madagascar en U12 contre Iriela Rajaobelina ( 6/2 – 6/4), championne 4e série dames contre Fikasana Rakotomalala ( 6/3 – 6/3) et vice-championne en 3e série dames contre Miotisoa Rasendra (6/3 – 6/4). Au championnat de la ligue Analamanga, elle a été sacrée en U12, 4e serie dames et vice-championne en 3e série. Elle a obtenu en tout 19 coupes et trophées.

Entraînement intensif. Elle s’entraîne désormais deux heures par jour sur les courts de l’ASUT à Ankatso. Un rythme qu’elle accepte avec courage et lucidité. Elle est suivie par Alain Daniel Ralibert son préparateur physique tous les mardi et dimanche. La question de la santé et de la diététique n’est pas en reste pour accompagner sa croissance. Mais entre les compétitions et les entraînements, elle doit aussi trouver le temps d’être une bonne élève. Elle est actuellement en classe de sixième à La Francophonie. En classe, c’est une excellente élève et elle figure toujours parmi les trois premiers. L’objectif pour Mirindra est de terminer major de sa classe. « Pour l’heure, elle suit le cours normal car son emploi du temps en classe permet de jongler à la fois le tennis et les études » a continué sa mère. À l’avenir, elle pourrait suivre un cours par correspondance avec CNED. “J’aime bien l’école, et c’est mon vrai moment de plaisir » a-t-elle expliqué. Comme les petites filles de son âge, Mirindra aime danser et chanter

A son âge, elle a son avenir tout tracé devant elle, celui d’ une joueuse professionnelle. Mirindra a comme idoles, la japonaise, Naomi Osaka, la Canadienne, Bianca Andreescu côté dames et le Suisse, Roger Federer chez les hommes. « Ces deux joueuses sont les stars montantes de la discipline » a annoncé, Mirindra. Une chose est sûre le nom de Mirindra est à suivre dans le milieu du tennis malgache.

T.H

Midi Madagasikara1 partages

Face-à-face Gouvernement – PTF : Les élections communales évoquées

En ce qui concerne l’éducation, le Premier minsitre Ntsay Christian a déclaré qu’il est hors de question de remettre en cause le Plan Sectoriel de l’Education… Il faut juste l’adapter à la vision de développement du président Andry Rajoelina.

Satisfecit. Les partenaires techniques et financiers sont satisfaits du processus de préparation des prochaines élections communales. C’est ce qu’a fait savoir hier le Premier ministre Ntsay Christian. En effet, la 16è réunion de concertation entre le Gouvernement malgache et les partenaires techniques et financiers s’est tenue hier au Palais de la Primature à Mahazoarivo. Une réunion rentrant dans le cadre du Groupe de Dialogue Stratégique. A entendre Ntsay Christian, les PTF ont salué la démarche en cours et reconnaissent la réussite des préparatifs électoraux. Et lui de réitérer au passage que le budget nécessaire à l’organisation de cette échéance électorale est assuré intégralement par l’Etat malgache à l’exception de certaines dépenses inscrites dans le cadre du projet SACEM. Les questions relatives à la mise en œuvre du Plan Emergence Madagacar (PEM) ont également été évoquées durant cette rencontre co-présidée par le locataire de Mahazoarivo et la Représentante résidante du Système des Nations Unies, Violette Kakyomya. Les partenaires techniques et financiers ont exprimé leur volonté à soutenir la Grande île dans la réalisation de ce programme stratégique de développement engendrant les engagements que le président Andry Rajoelina a fait vis-à-vis du peuple malgache. Selon Ntsay Christian, les concertations se poursuivent tant au niveau de la Société civile qu’au niveau du secteur privé afin d’établir les axes prioritaires du développement.

Majorité. La réforme de l’éducation était le troisième sujet ayant été évoqué avec les PTF. D’après le Premier ministre, la majorité des partenaires techniques et financiers contribuent déjà de façon significative à l’application du Plan Sectoriel de l’Education (PSE). Et lui de soutenir qu’ « il n’est pas question de remettre en cause ce plan mais on doit juste adapter sa mise en œuvre à la vision de développement initiée par le président de la République et aux actuelles normes afin que l’on puisse atteindre les objectis fixés ». En tout cas, la rencontre d’hier a permis au Chef du gouvernement d’exposer de façon détaillée aux partenaires techniques et financiers tous les programmes de mise en œuvre de la vision de développement.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Union européenne : Semaine de la diplomatie climatique

La semaine de la diplomatie climatique s’inscrit dans le cadre des objectifs de la Conférence de Paris.

2019 est une année cruciale pour la coopération internationale sur le changement climatique. A cette occasion, l’Union européenne organise la semaine de la diplomatie climatique qui est « un exemple de diplomatie multi-niveaux, les différents acteurs travaillant ensemble pour atteindre un objectif commun afin de montrer leur leadership dans la lutte contre le changement climatique ».

Sensibilisation et engagement. A Madagascar, l’événement sera célébré le vendredi 27 septembre prochain au Palais des Sports de Mahamasina avec au programme, série de discours ; diffusion d’un film sur le processus de consultation des jeunes ; plaidoyer et engagement des jeunes ; présentation du panel d’initiatives existantes (groupes de jeunes, entreprises, institutions de formation) ; animations et jeux. Ce sera une journée de sensibilisation et de l’engagement des jeunes sur la lutte contre le changement climatique pour laquelle l’Union Européenne et ses Etats membres n’ont de cesse d’encourager l’action collective en vue d’atteindre les objectifs de la Conférence de Paris de 2015 à laquelle la Grande Ile avait adhéré et activement pris part.

Recueillis par R.O

Midi Madagasikara1 partages

Adaptation au changement climatique : Madagascar s’en remet aux fonds climatiques

La destruction de l’environnement continue de se faire à Madagascar et les effets ne sont plus à démontrer.

“La Grande Île ne dispose pas de budget spécialement dédié à l’adaptation et à la résilience aux effets du changement climatique”. Ce sont là les propos avancés lors de l’open space organisé à Antaninarenina hier. L’évènement a permis de connaître “l’incapacité pour le Pays de mettre en place un fond spécial pour faire face aux effets des changements climatiques”. Comme l’a fait savoir une responsable auprès du Bureau National de Coordination du Changement Climatique Red Plus Plus (BNCCC Red++) : “l’Etat n’attribue pas vraiment un budget sur le changement climatique”. La responsable de renchérir que “le pays s’appui essentiellement sur le fond climatique tel que le fond vert sur le climat, le fond d’adaptation pour les pays moins avancés ou encore le fond spécifique au changement climatique”. Avant d’expliquer que “Madagascar peut accéder à ces fonds grâce (à cause c’est selon) au fait que le pays est vulnérable aux effets du changement climatique. Mais surtout parce que le pays est pauvre”. Il conviendrait toutefois de préciser que l’octroi desdits fonds est tributaire du contexte géopolitique mondiale d’un côté, mais également de la capacité de négociation des dirigeants du pays. Disponibles, les fonds climatiques devraient faciliter l’adaptation et la résilience aux effets du changement climatique. Encore faudrait-il que les décideurs politiques sachent prioriser les priorités. Et orienter leurs actions et activités afin d’atténuer les dégâts causés par le phénomène de changement climatique. Entre temps, le pays et le monde entier assistent à une hausse considérable de la température.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Guillaume Gomez – Fondation Ecole de Félix : Bientôt un institut culinaire au village Akamasoa du Père...

L’Institut d’Excellence culinaire Guillaume Gomez, c’est d’abord une histoire d’amitié, de conviction et de valeurs. Il est né de l’amitié entre Guillaume Gomez, et les frères Mathias et Gauthier Ismail, fondateurs de la Fondation Ecole de Félix, une association de droit malgache reconnue d’utilité publique depuis 2014

Un institut culinaire au village Akamasoa du Père Pedro. C’est un projet qui verra le jour d’ici peu. L’heureuse initiative, puisque c’en est une, née en avril dernier lors du voyage à Madagascar du Chef cuisinier du Palais de l’Elysée Guillaume Gomez.

Une histoire d’amitié

 « A la veille de son départ, Guillaume Gomez rend une visite amicale au Père Pedro, et lui explique qu’il est à Madagascar pour la création d’un Institut d’Excellence culinaire » rapporte Orange Actu dans un article consacré à ce projet et signé par notre confrère Renaud Raharijaona. « Le Chef cuisinier du Palais de l’Elysée, Guillaume Gomez, annonçait mardi soir son projet de création de deux Instituts culinaires à Madagascar. Le premier est déjà opérationnel dans l’Ankarana, à Antsiranana, mais de nouveaux bâtiments sont en construction. Le deuxième Institut sera mis en place avec le Père Pedro qui a souhaité la création d’un tel établissement au sein du village Akamasoa, à Antananarivo. L’ensemble du projet est porté par la “Fondation Ecole de Félix” des frères Mathias et Gauthier Ismail, par OSO La Gambas Bio de Madagascar, et par l’association Guillaume Gomez ». L’Institut d’Excellence culinaire Guillaume Gomez, c’est d’abord une histoire d’amitié, de conviction et de valeurs, et est né de l’amitié entre Guillaume Gomez, et les frères Mathias et Gauthier Ismail, fondateurs de la Fondation Ecole de Félix, une association de droit malgache reconnue d’utilité publique depuis 2014. Une rencontre impulsée par Brigitte Macron, l’épouse du Président français Emmanuel Macron.

Actions caritatives

Les trois hommes ont noué un premier contact en 2018, en marge des actions caritatives auxquelles ils participent. Auteur de trois livres de cuisine à succès, Guillaume Gomez utilise d’ailleurs l’intégralité des droits d’auteur généré pour servir les intérêts de diverses associations caritatives. “Je fais énormément d’actions caritatives tout au long de l’année. Je pars du principe que les Chefs ont une notoriété, et cette notoriété ne sert pas à grand chose si on ne la met pas au service de différentes causes autour de la transmission du savoir, du partage” explique Guillaume Gomez à Orange actu Madagascar. C’est précisément sur le marché international de Rungis que les premières réflexions sont nées, se rappelle Guillaume Gomez. “Les frères Ismail m’expliquent comment fonctionne l’école qu’ils ont créée dans l’Ankarana et où ils scolarisent 1.000 élèves. Ils m’expliquent aussi qu’ils aimeraient leur offrir un débouché autre  que ce qu’ils proposent actuellement, d’où la création d’un module de cuisine avec une quinzaine d’élèves. Ils m’ont proposé d’en être le parrain j’ai accepté” souligne-t-il, avec une certaine émotion. En avril 2019, Guillaume Gomez s’envole pour Madagascar afin de visiter les installations de l’Ecole de Félix, et de rencontrer les étudiants de la première promotion du Centre de Formation aux Arts Culinaires Mone Paolo Sari. “J’ai eu un vrai coup de foudre amical pour toute l’équipe sur place. Ils font ressortir le meilleur des produits avec un modèle économique et sociétal exemplaire, et avec beaucoup d’entraide” confie Guillaume Gomez, avant de continuer : “Je me suis demandé  ce que je peux faire de plus car je n’ai pas envie de m’arrêter là, et on a démarré cette idée de partenariat et aider ces jeunes qui habitent dans l’Ankarana.

Décisif

Le voyage à Madagascar en avril dernier s’avère décisif. A la veille de son départ, Guillaume Gomez rend une visite amicale au Père Pedro, et lui explique qu’il est à Madagascar pour la création d’un Institut d’Excellence culinaire. “Tout est parti de là car il veut absolument qu’on en crée un aussi au village Akamasoa, à Antananarivo. On est en train de voir avec lui comment on va y créer un institut pour l’année prochaine” annonce fièrement Guillaume Gomez. “Le principe de construire un deuxième institut de formation aux arts culinaires pour soutenir les actions du Père Pedro à Antananarivo est acquis” renforce Mathias Ismail, président de la Fondation Ecole de Félix, avant de continuer :  « Nous allons nous appuyer sur les acquis et expériences locales de la Fondation Ecole de Félix, notamment celles de l’Ankarana, pour la mettre en place dans de bonnes conditions“. Les évaluations sont actuellement en cours avec le Père Pedro, avec une prévision d’ouverture en 2020 sur un site d’Akamasoa.

Recueillis par R.Edmond, avec l’accord de Renaud Raharijaona

Midi Madagasikara1 partages

Un verdict d’une : grande sévérité

Le verdict est tombé et il a laissé tout le monde pantois. En condamnant les deux journalistes inculpés de diffusion de fausses nouvelles à verser une amende de 10 millions d’ariary, la Justice n’y est pas allée de main morte Sa décision  est souveraine, mais on ne peut pas se  débarrasser d’un sentiment de malaise car dans le groupe de prévenus, seuls les membres de la presse ont subi une condamnation, les deux autres étant relaxés ou bénéficiant d’un arrêt de poursuite.

Un verdict d’une : grande sévérité

Les membres de la presse qui ont eu connaissance du verdict l’ont reçu comme un véritable coup de semonce. La lecture qui en a été faite est qu’ il y a un raidissement du pouvoir à leur encontre. C’est une peine sans commune mesure avec ce qui a été reproché aux deux journalistes. L’avertissement est net et il s’apparente même à un acte d’intimidation. La sentence est donc censée frapper les esprits. Il est à remarquer que le ministère de la  Défense qui est la plaignante n’a demandé qu’un ariary de dommages et intérêts. Cette sévérité de la peine amène une certaine incompréhension quand on pense aux multiples débordements existant sur les réseaux sociaux et qui ne sont même pas relevés par les autorités. Les journalistes condamnés prennent acte de la sentence, mais ils vont certainement faire appel. Ils ne peuvent que déplorer cette situation leur rappelant un passé que tous avaient déploré. Ils restent cependant sereins car ils espèrent un verdict d’apaisement lorsque leur affaire sera rejugée. Dans les circonstances actuelles, il n’est pas souhaitable pour le pouvoir de se mettre à dos une grande partie de la presse. Sans rappeler les propos du chef de l’Etat sur l’administration d’une bonne justice et son intention de promouvoir une véritable liberté de la presse.

Patrice RABE

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Nicolas Dupuis poursuit son aventure avec les Bareas.

La Fédération Malgache de FootBall a prolongé le contrat du sélectionneur français Nicolas Dupuis. Celui qui a amené Madagascar pour la première fois à la CAN et la qualifié en quart de finale obtient aussi un nouveau poste : Directeur Technique national en charge de l’équipe nationale A.
Ainsi, il se chargera de la sélection des équipes A selon le nouveau Président de la fédération, Raoul Harizaka. En effet, la sélection de ces équipes A débutera le 5 Octobre prochain. Selon Nicolas Dupuis, il usera de toutes ses capacités pour faire du football malagasy beaucoup plus professionnel qu’auparavant. Pour le moment, il travaille le contrat en question pour fixer les techniques qu’il usera durant la prochaine saison et surtout pour les compétitions internationales.
Tia Tanindranaza0 partages

Politika sy fiainam-pirenenaHiverina an-tsehatra ny HVM

Antoko nanana ny naha izy azy ny HVM saingy tsy re tsaika intsony taorian`ny fifidianana filoham-pirenena fihodinana voalohany.

 

Fantatra amin`izao fa ao anaty fivoriana ny antoko niarahana tamin`ireo mpikambana nandinihana ny fiainam-pirenena. Mijery ary mametraka paikady politika amin`izao izy ireo. Fotoanana fanomanana fifidianana kaominaly sy monisipaly izao ka maro ireo antoko mandray anjara. Tsy hita tabilao anefa izy ireo. Tsy mangina ny antoko fa mijery ny asan`ny fanjakana, hoy ny mpikambana iray ao anatin` ny antoko. Tsy midika faharesena ny fahanginana fa tafiditra ao anatin`ny paikady politika. Mamela malalaka ny fitondrana hanao ny asany sy ho tony ny antoko. Tsy hanao toy izay natao taminy  ny taona 2014. Vao lany ny filoha Rajaonarimampianina dia nanomboka ny fanakorontanana maro samihafa sy famingampinganana. Ny HVM dia milaza fa tsy misafidy fanaratsiana. Nilaza ity mpikambana ity fa tsy misy intsony ny famatorana ara-politikan`ireo olona ireo. Navelan`ny antoko malalaka izy ireo. Inona ny sata mifehy azy ireo eo anivon` ny Minisoteran` ny Atitany ? Mpanohatra tokoa ve ? Marihina fa manana anjara seza ity antoko ity ao anatin`ny vondrona Rodoben` ny Mpanohitra ho an`ny Demokrasia eto Madagasikara  (RMDM) saingy tsy mbola nisy fanambarana ampahibemaso. Ny azo antoka kosa anefa dia hiverina an-tsehatra eo amin`ny tontolo politika ny antoko tsy ho ela.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiasana AterinetoMbola tara i Madagasikara

Hifarana anio ny fikaonan-doha nasionalin’ny “Aterneto” izay efa natomboka omaly tetsy Anosy.

 

Hetsika natao hanenjehana ny fahataran’i Madagasikara amin’ny fampiasana Internet. Mpampiasa fototra ny aterineto ny mpianatra eny amin’ny anjerimanontolo noho ny fampiharana ny rafi-pianarana LMD kanefa na eny aza dia mbola maro ny tsy misitraka izany. Tanjona amin’ity hetsika ity ny  hahazoan’ny mpianatra Internet manerana ny nosy. Hamoraina araka izany ny vidin’ny fampidirana “Connexion” isaky ny tokantrano mba ho afaka hampiasa azy ny Malagasy manerana ny nosy. Tsiahivina fa 300.000 Ariary farafahakeliny ny sarany ankehitriny ary mbola misy ireo faritra tsy takatry ny tambajotra miasa eto amintsika. Dingana iray no efa vita dia ny fahafahan’ny mpandraharaha tsy ankanavaka misehatra amin’ny fanomezana tolotra “Fibre optique”. Paik’ady faharoa ny dinika an-databatra boribory hanetsehana ireo mpandraharaha araka ny nambaran’ny ISOC na ny orinasan-tserasera aterneto eto Madagasikara.

 Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiahiana ara-tsosialy CNaPS – SASS Notohizana tany Andapa ny fampiofanana

« Aoka ny hasasarany ho azony araka ny fifanarahana », hoy ny inspecteur de travail Randrianarijaona Charles Emilson lehiben’ny sampandraharaha SASS (na service d’Action Sanitaire et Sociale) eo nivon’ny CNaPS tao Andapa tamin’ny fanombohana ny fampianarana momba ny Lalànan’ny Fiahiana ara-tsosialy.

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa 930Hiatrehana ny loza voajanahary

Notoloran’ny Fondation Telma fitaovana manaraka ny toetrandro ny fikambanana Medair hanampy amin’ny fanatanterahana ny tetikasa 930 izay ahafahana manaitra mialoha ny olona raha sendra tojo loza voajanahary.

 

 Manamarika ny faritra Avaratra Andrefanan’i Madagasikara iny ny fisian’ny tondra-drano na dia tsy misy rivodoza matetika aza. Noho izay indrindra dia miisa 58 ny finday miaraka amin’ny puce, 5 ny tablettes nomena ny fikambanana Medair. Tanjona ny hanampiana ny mponina mipetraka any amin’ny distrikan’Ambanja, izay nosafidiana manokana noho ny tondra-drano mateti-piavy any mba ahafahan’izy ireo miatrika am-pitoniana izany ary mandray ny fanairana mialoha, mandritra ary aorian’ny loza. Ny fikambanana Medair dia misahana ny fanampiana amin’ny lafiny maro amin’ny fiatrehana ny tondra-drano. Miara-miasa amin’ny Birao Nasionalin’ny Fitantanana ny Loza Voajanahary (BNGRC) sy ny Fondation Telma izy ireo ary misehatra any amin’ny toerana marefo indrindra indrindra.

Tsirinasolo

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Farihin’AnosyEfa tsy matahotra intsony ny mpanarato

Tsy tahotra tsy henatra ny an’ireo olona manarato etsy amin’ny Farihin’Anosy toerana hivarinan’ny rano maloto avy amin’ireo faritra manodidina azy eto Antananarivo.

 

 Amin’ny andro atoandro be nanahary no hisian’izany eto amin’ity farihy ity, ary tsy misy tahotra sy henatra mihitsy. Asa na misy tompon’andraikitra ara-panjakana mahita ihany na tena tsy misy mahita, kanefa efa matetika no ahitana izany eo. Fampihinana maloto tsotr’izao sy famosaviana ny mpiara-belona, ka mendrika ny hosamborina sy homena ny sazy faran’izay mafy ireo mampihinana maloto ny Malagasy tahaka izao. Io no isan’ny antony tsy hananan’ny olona fitokisana amin’ny fividianana trondron’ny Renivohitra fa sao noharatoina tetsy Anosy na teny amin’ny Marais Masay. Zary lasa manimba ny fiveloman’ireo hafa izany tsy fahatokisana izany. Andrasana ny fandraisana andraikitra hentitra eo anatrehan’ity toe-javatra mamoafady ity.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo RenivohitraMandroso ny asa fanamboaran-dàlana sy làlankely

Mandroso ny asa fanamboaran-dalana sy lalankely ao Betafo Ambohimandroso sy Ambodivonkely boriborintany faha-6;

Volosarika Ambanidia boriborintany faha-2 nampikaikaika ny mponina ny haratsiny, ary ao Antetezana Afovoany boriborintany voalohany mirefy 300m. Mitohy   hatrany ny asa manakaiky  vahoaka sy ho an’ny vahoaka   ataon’ny eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA),   araka  ny toromariky  ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana. Tato anatin’ny  volana vitsy no nanombohana ny asa fanamboarana ary  efa eo an-dalam-pahavitana avokoa  izy ireo  .  Tetibola madiodio avy amin’ny CUA no namatsiana ny asa fanamboarana rehetra, toy ny fitaovana sy ny karaman’ny mpiasa. Ankoatra ny asa fanamboaran-dalana dia mitohy ny asa fanadiovana faobe  ny lakandrano fivarinan’ny rano maloto  teny  Antetezana Afovoany  mirefy 800 m sy teny Ambohimandroso  amin’ny alalan’ny asa  tanamaro na  HIMO. Tsongaina manokana amin’ny fanatanterahana izany ireo sokajin’olona sahirana eny amin’ny fokontany misy ny asa tanterahana.  Tonga   nijery ifotony   ny asa  fanamboarana lalana sy lalankely  omaly alakamisy  19 septambra,   ny sekretera jeneralin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra,  Rina Randriamasinoro, nisolotena   ny ben’ny tanàna Lalao  Ravalomanana, ny delegen’ny boriborintany voalohany  Randriamamonjy Lanto, ny delegen’ny boriborintany faha-2 Naivo Rahamefy ary ny delegen’ny boriborintany faha-6 Fehizoro Andrimananjezika,  sy ny mpiara-miasa aminy avy.  Faly ireo mponina satria afa-pahasahiranana. Isaorana, hoy izy, ireo ny tompon’andraikitra  rehetra  nahatontosa izao asa  izao.  Miezaka hatrany ny CUA,  hanala fahasahiranana  ny mponina,  indrindra  amin’ireo fotodrafitrasa  manakaiky vahoaka mivantana amin’ny  maha Antananarivo  soa iombonan’ny Malagasy azy, hoy  ny Sekretera jeneraly, Rina Randriamasinoro.

Toky R 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran’ny fahasalamam-bahoakaHanafaingana ny fomba fiasa ny teknolojia avo lenta

Fifanaovan-tsonia fifanaraham-piaraha-miasa tamin’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka sy ny fikambanana iraisam-pirenena misahana ny fahasalamana (OMS) mandritra ny 3 taona no notanterahina tetsy Ambohidahy omaly.

 Miteraka fahatarana amin’ny fandraisana andraikitra hatramin’izay ny fanoratana ny marary eny amin’ny tobim-pahasalamana. Aorian’izay mantsy dia mbola alefa any amin’ny distrika sy faritra ny taratasy izay vao tonga any amin’ny minisitera. Lany fotoana be satria herinandro na tapa-bolana mihitsy izay vao voaray eny amin’ny minisitera ny taratasy ary misy fotoana aza efa tena mihombo sy mirongatra ny aretina izay vao tonga ny taratasy. Amin’izao fotoana izao dia nahazo teknolojia avo lenta ny minisitera vokatry ny fiaraha-miasa amin’ny OMS ka vantany vao mahazo ny vaovao ny eny anivon’ny ivontoeram-pitsaboana na ireny CSB ireny dia voarain’ny minisitera sahady izany ary afaka mandray andraikitra avy hatrany izy ireo, indrindra amin’ireo trangan’aretina mampiahiahy.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ben’ny tanàna maty voatifitraVoasambotra Rabiby lehiben’ny dahalo

Volana vitsy taty aoriana, nahitam-bokany ny hetsika fampandriana fahalemana nataon’ny teo anivon’ny zandarimaria.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampianarana ambonyMitokona ny SECES Fianarantsoa, manambana ny eny Ankatso

Nanatanteraka “Journée de solidarité” ireo mpampianatra-mpikaroka sy mpikaroka-mpampianatra (SECES) ao amin’ny oniversiten’i Fianarantsoa.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny areti-mifindraNanolotra laboratoara mandehandeha ny Amerikanina

Tafiditra amin'ny ady atao amin'ny areti-mifindra ny famatsian’ny fanjakana amerikanina,

amin'ny alalan'ny Sampandraharaha Amerikanina misahana ny fampandrosoana Maneran-tany na ny USAID ny laboratoara mitety vohitra vaovao hanaraha-maso sy hiadiana amin’ny fihanaky ny areti-mifindra eto Madagasikara. Ity laboratoara ity izay mipetraka ambony fiara tsy mataho-dalana, hampiasain’ny Institut Pasteur de Madagascar (IPM) ho fanohanana ny asa fanaraha-maso sy fiadiana amin’ny areti-mifindra ataon'ny minisiteran'ny fahasalamam-bahoaka. Mitentim-bidy 200.000 dolara io laboratoara io, izay ahitana fitaovana tena raitra, ary afaka mandeha amin’ny lalan-dratsy. "Ankehitriny ireo mararin’ny pesta sy valan'aretina hafa dia hahazo fizahana sy fitsaboana sahaza haingana dia haingana. Efa voaofana avokoa ireo teknisianina sy mpamily ary vonona ny hiasa ity laboratoara mitety vohitra ity”, hoy ny Mpanolotsaina Voalohan’ny masoivoho amerikanina, Atoa Stuart R. Wilson, nandritra ny lanonam-panokanana natao ny alakamisy 19 septambra 2019 tao amin'ny IPM. Nanatrika ny lanonana ny minisitry ny fahasalamam-bahoaka, Pr Julio Rakotonirina sy ny solontenan’ireo mpamatsy vola, ka anisan'izany ny solontenan'ny Masoivoho frantsay eto amintsika sy ny solontenan'ny Sampandraharahan’ny Firenena Mikambana misahana ny Fahasalamana (OMS). Miara-miasa akaiky ny USAID, IPM, PSI ary ny minisiteran'ny fahasalamam-bahoaka amin'ny fanaraha-maso ny areti-mifindra sy ny fikarohana momba ny fahasalamam-bahoaka. Ny taona 2017, mandritra ny fihanaky ny valan’aretina pesta, no tsapa fa tena ilaina ny laboratoara mitety vohitra. Izy ity dia hanao fisedrana sy analizy microbiolojika ary fanadihadiana any amin’ny faritra lavi-toerana. Hanamora ny fanadihadiana mikasika ny fihanaky ny areti-mifindra koa izy, toy ny tazomoka, ny pesta sy ny kitrotro. Amin’ny fahafahany mitety vohitra sy mamantatra haingana ny otrikaretina, ity laboratoara ity dia fitaovana manampy ny laboratoara lehibe, toy ny Centre National de Référence et Centre Collaborateur OMS manampy ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka amin’ny fanaraha-maso ny areti-mifindra mety hisy. Raha misy trangan’areti-mifindra ahiana dia afaka miasa haingana ny laboratoara, ary manao fizahana biolojika eny an-toerana mba hanamarinana ny fitiliana epidemiolojika, izay hampihena ny fotoana ilain’ny tompon’andraikitry ny fahasalamana hametrahana ny fepetra mahomby tokony horaisina haingana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tery

« Tery ». Tsy misy voambolana mahalaza azy ankoatr’izay raha hiresaka ny momba ny atao hoe demokrasia eto Madagasikara isika.

 

Taratra io raha nahita ny valin’ny fitsarana ireo namana mpanao gazety omaly. Tsy asiana resabe intsony angamba iny. Hanao ahoana ny ho avy ? Ny ho avin’izay demokrasia nilokalokana hampanjakana tany anaty propagandy izay ? Mila hampahatsiahivina eto koa angamba fa nanokafan’ny filoha ankehitriny kianja manokana mihitsy, folo taona lasa izay. Ilay kianja aza moa nakatona tsy lera ary tsy nosokafana intsony hatramin’izao. Dia tena tsy mbola nisy heloka an-gazety na “délit de presse” hafa nitranga sy nanohintohina rafitra na olona nihoatra iny resaka angindimby iny tokoa ve tato anatin’izay 9 volan’ny fitondrana IEM izay ? Sa rehefa tsy manohintohina ny fitondrana sy vao mainka manome vahana azy aza dia tsy maninona na dia mety hanimba fiainan’olon-kafa ? Azo lazaina teo amin’ny laharana antonony eo imason’ny sehatra iraisampirenena isika tamin’ny taon-dasa, raha nikasika ity resaka demokrasia ity na dia mbola tsikera nomen’izy ireo antsika aza ny hoe maro ny lesoka tokony harenina. Ary efa voambolana nivoaka koa moa tamin’izany io teny hoe “tery” io. Asa hanao ahoana indray izany ny mikasika ity taona ity eo amin’izay lafiny izay ary sanatria aza ve mbola ho mafimafy noho io ny voambolana hahafaritra azy fa dia efa tsy vitan’ny hoe firenena anisan’ny farany mahantra izany isika ankehitriny eo amin’ny lafiny toekarena, sosialy, politika fa dia mbola hitombo koa ny fahantrana ara-pahalalahana.

J. Mirija 

Tia Tanindranaza0 partages

Baskety Alley-Hoop 2k19 2019Vonona ny mpikarakara sy ireo mpilalao ary ny kianja

Tao anatin’ny fanatanterahana ny dinikasa natao tetsy amin’ny “Parking” anatiny etsy amin’ny Lapan’ny fanatanjahantena Mahamasina tamin’ny alarobia 18 septambra teo no nahatsapana fa efa vonombonona avokoa na ireo mpikarakara notarihan’ny Rdj nahitana ny Taleny, Rasolojaona Tahina “Jay Taxx”,

Tia Tanindranaza0 partages

Basikety U 16 AnalamangaTompondaka ny Mb2All lehilahy sy Sepa 67 ha vehivavy

Tontosa omaly alakamisy tetsy amin’ny kianja ivelan’i Mahamasina ny famaranana basikety lahy sy vavy fiadiana ny ho tompondakan’ny ligin’Analamanga 2019 sokajy U 16.

Tia Tanindranaza0 partages

Andriamanarivo FranklinHamono baolina alohaloha ny Barea amin’ny alahady

Tao anatin’ny fanatrehana ny fanazaran-tena nataon’ireo mpilalao 23 (au grand complet) mandrafitra ny Barea Chan tetsy amin’ny kianjan’i Mahamasina omaly alakamisy 19 septambra no nilazan’ny mpanazatra azy ireo,

Tia Tanindranaza0 partages

FJKM Antanety FitahianaNotokanana ny Akany Fitahiana, tsangambaton’ny faha-150 taona

Nankalaza ny faha-150 taona niorenany ny fiangonana FJKM Antantety Fitahiana Ambohimanarina.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Filohan’ny Sendikan’ny MpitsaraNotafihan’ny dahalo ny tanànany, very ny omby 50

Notafihan’ny andian-dahalo nirongo fitaovam-piadiana ny tanàna niavian’ny filohan’ny Sendikan’ny Mpitsara eto Madagasika na ny SMM, Atoa Clément Jaona.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha HelikopteraMpanao gazety 2 voaheloka handoa10 tapitrisa Ar avy

Sazy henjana, dia fandoavana lamandy 10 tapitrisa ariary no nomen’ny Fitsarana an’i Nadia Raonimanalina talen’ny famoahan’ny gazety Le Quotidien sy Mahery Rabearivony gazetin’ny 24h Mada,

 araka ny didim-pitsarana omaly. Afaka madiodio kosa i Arphine Rahelisoa mpanao gazetin’ny Valosoa sady miandraikitra ny seraseran’ny kaominina Antananarivo (CUA) sy ny talen’ny kolontsaina eo anivon’ny CUA  Patrick Andriamisa. Raha tsiahivina, notorian’ny fanjakana tamin’ny alalan’ny Etamazaoron’ny Tafika noho ny famoaham-baovao tsy marina tamin’ny tambajotra fesiboky momba ilay angidimby nisidina tao amin’ny kianjaben’i Mahamasina ny 30 aogositra teo izy 4 mianadahy ireo. Resaka « cybercriminalité » no nentina niampangana an-dry zareo, ka nilatsahan’izao sazy izao, raha jerena amin’ny heloka. Ny andininy faha-20 amin’ny lalàna mifehy io « cybercriminalité » io no nampiharina. Tsy rariny ilay didim-pitsarana. Nambara fa fanalam-baraka tamin’ny alalan’ny lahatsoratra. Tsy nisy filazana hoe tafika Malagasy mihitsy tao, hoy kosa ny mpisolovava Vivier Raoelson. Tsy miditra lalina amin’ny fitsarana mpanao gazety ny minisiteran’ny serasera, hoy kosa ny Tale jeneraly Atoa Fanahimanana Tiaray, izay milaza fa mampanaja ny etika sy deontolojia no anjaran’izy ireo. Nisy fanjakana niongana ve teo sa nisy firenena nikorontana noho ny zavatra navoakan’izy ireo ? Sazy tsy misy famonjana ary ambara fa fananarana amin’ny alalan’ny fandoavana lamandy no natao ho an’ny mpanao gazety tamin’ny hadisoana arak’asa. Onitra volabe 10 tapitrisa ariary, izay mety ho karaman’ny mpanao gazety an-taonany maro. Firy ny orinasan-gazety afaka hiaina amin'izany . Na ny orinasa an-gazety mpiandany amin’ny fitondrana aza tsy manakarama ireo mpiasany amina volabe afaka hiatrehana ny tahaka izao. Firy amin'ireo orinasan-gazety eto amintsika no afaka handoa io ? Azo natao ny fandisoana sy fanitsiana ny vaovao na “démenti”, saingy tsy te hahalala ny fanjakana. Ampahafirin’ny fanalam-baraka sy fanompana maro samihafa ao anaty “facebook” ny nataon’izy mianadahy ireo. “Rehefa tena tiana hovonoina ny alika dia lazaina fa romotra”, hoy ny fitenenana. Maro ny pejy, indrindra fa ireo manao seraseran’ny mpitondra no manao zavatra mamohehitra lavitra noho ny heloka nataon’izy mianadahy ireo, saingy tsy voakitika ireny satria manasohaso fitondrana. Hampiakatra ny raharaha amin’ny ambaratongam-pitsarana ny mpiaro ny voaheloka anio amin’ny 10 ora sy sasany maraina, ka andrasana ny tohiny.

 

“Mampieritreritra ity tranga iray ity satria hikatona tsikelikely ny orinasan-tserasera ary ho very asa ireo mpanao gazety raha izao no mitohy. Samy efa nanao hadisoana avokoa ny rehetra raha amin’ity sehatry ny asa fanaovan-gazety ity no jerena. Akoho ve no vonoina dia hitondrana famaky?”, hoy Atoa Rakotonirina Gerard, filohan’ny holafitry ny mpanao gazety  na ny OJM. 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalàna mifehy ny seraseraHodinihana eny Tsimbazaza amin`ny fivoriana manaraka

Nankatoavin'ny governemanta ireo antontan-kevitr'ireo fanitsiana ny lalàna mifehy ny serasera taorian'ireo fakan-kevitra avy amin'ireo mpisehatra samihafa tamina haino aman-jery manerana ny faritra nataon'ny minisiteran'ny serasera sy ny kolontsaina.

 

 

 Raha tsiahivina, nohamafisina tamin'ny fanitsiana nampiharina ao anatin'io volavolan-dalàna io ny tsy fahafahana mampiditra mpanao gazety am-ponja amin'ny vaovao havoakany ka sazy ara-bola no setrin' izany. Noesorina eo ambany fifehezan'ny minisiteran'ny serasera sy ny kolontsaina ihany koa ny holafitry ny mpanao gazety (OJM). Nomena fahefana feno amin'ny fanomezana fahazoan-dalana ho an'ireo haino aman-jery hisokatra sy hahenika an'i Madagasikara ny sampandraharaha nasionaly mpandrindra ny fifandraisana (ANRCM). Nahitsy ho 13 ny isan`ireo mpikambana ao anatin`ity sampandraharaha ity ka 6 amin`io no solontenan`ny fitondram-panjakana. Ny enina kosa solontenan`ny orinasa tsy miankina ary ny iray farany solontenan`ny OJM.  Araka izany, hodinihin'ireo solombavambahoaka amin'izay fivoriana manaraka ity volavolan-dalàna mifehy ny serasera ity.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Plan Emergence MadagascarIreo mpamatsy vola mahazatra ihany no hanohana azy

Hevi-dehibe telo no nifantohan’ny fiaraha-midinika andiany faha-16 teo amin’ny governemanta Malagasy sy ny mpiara-miombon’antoka mikasika ny fampandrosoana omaly teny Mahazoarivo.

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’AtsimondranoManantena ben’ny tanàna mampandroso

Manantena ben’ny tanàna mampandroso azy ny distrikan’Atsimondrano, hoy ny solombavambahoaka voafidy tao an-toerana, Alain Ratsimbazafy.

Ilaina koa ny ben’ny tanàna mahay miara-miasa amin’izay fitondrana misy na iza na iza. Ny tanàna no jerena ary ilana fiaraha-miasa ny fampandrosoana eny ifotony. Izay fiaraha-miasa izay, hoy izy, tsy midika fironana amin’ny lafiny politika fa mba ahafahana mampandroso ny tanàna tantanana. Ho an’ny distrikan’Antananarivo Atsimondrano dia maro ireo kaominina miaina tsy fahandriampahalemana. Maro koa ny fotodrafitrasa hitako hoe tokony hojerena toy ny lalana. Maro ireo mbola lalan-tany. Eo amin’ny lafiny sekoly toy ny EPP dia mbola maro ireo ankizy mandia lalan-davitra vao tody any amin’izany sekoly izany. Eo amin’ny lafiny fahasalamana dia hita ny fahabangana ara-pitaovana amin’ireny CSB II ireny.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana sefo fokontany« Atao voalohany raha sahy ny fitondrana ! »

Mahagaga, hoy ny filohan’ny antoko politika Natiora, Mihari-Ni-Rencho, fa isaky ny misy fifidianana dia misy fanoloana sefo fokontany.

 

Hatramin’izay anefa dia fifidianana tsy mandany vola io ary fototra iaingan’ny taratasy ilain’ny fanjakana rehetra. Aminay, hoy izy, dia tokony hatao io raha tena manana ny fahavononany ny fitondrana ankehitriny. Nandeha ny fifidianana solombavambahoaka dia hita io kajikajy amin’ny fanovana sefo fokontany io, raha ny fanazavany. Dia izany foana ve no stratejia ? Aminay dia asan-devoly sy satanika izany, hoy izy. Voazimbazimba amin’izany ny zo fototra maha olona. Raha tena vonona sy sahy amin’ny maha lanim-bahoaka azy ny fitondrana, hoy izy, dia io fifidianana tsy mila CENI sy HCC io no atao voalohany fa amin’ny faran’ny oktobra dia efa hipetraka ireo prezidam-pokontany ireo.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote kandidà ben`ny tanànaAfaka miverina raha tsy voafidy

Afaka miverina depiote ireo nilatsaka hofidiana ho ben’ny tanàna raha tsy voafidy. Raha ny andininy ao amin`ny lalàmpanorenana mifandraika amin`ity tranga ity dia ny and.

 

faha-71 izay manambara fa “tsy azo ampirafesina amin`ny asam-panjakana na olom-boafidy hafa ankoatra ny asa fampianarana ny maha solombavambahoaka” . Efa nisy moa tranga toy izao tamin`ny fifidianana ben`ny tanàna 2015 tao Fianarantsoa. Christine Razanamahasoa, solombavambahoaka voafidy tao Ambatofinandrahana am-perinasa tamin`izany no narotsaky ny Mapar saingy tsy lany. Niverina nandray ny sezany tao Tsimbazaza anefa izy rehefa tsy lany. Ho an`ity fifidianana amin`ny 27 novambra ity dia i Roland Ratsiraka, filoha nasionalin`ny antoko Malagasy Tonga Saina (MTS) solombavambahoaka vao voafidy tao Toamasina I tamin`ny fifidianana natao ny 29 mey lasa teo, no nandrotsaka antontan-taratasy filatsahan-kofidiana ho ben`ny tanàna. Miandry ny fanamafisana ataon`ny CENI amin`ny 24 septambra 2019 izao raha anisan`ireo kandidà nahafeno fepetra takian`ny  lalàna mifehy ny fifidianana ny antontan-taratasy firotsahan-kofidiany i Roland Ratsiraka.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa Tanà-MasoandroHo lasan’ny sinoa indray ny tsena ?

Tonga nitsidika sy nitsirika ny toerana hanatanterahana ny tetikasa « Tanà-Masoandro »

hananganana fotodrafitrasa samihafa ireo mpandraharaha Sinoa mikambana ao amin'ny "Organisation Mondiale de l'Economie Solidaire et Sociale", niaraka tamin'ny solontena avy amin'ny minisiteran'ny fanajariana ny tany. Nanambara ny fahavononany hiara-kiasa amin'ny fitondrana ankehitriny ireo delegasionina sinoa ireo. Marihina hatrany fa tany hatrany amin’ny 1000Ha no hasiana ny Tanà-Masoandro, izay ambara fa hitazona ny 42% amin’ny harin-karena faobe eto Madagasikara. Mandeha izany ny fitadiavana mpampiasa vola hanao ny asa satria tsy manana vola hanatanterahana izany ny fanjakana, fa tsy maintsy miaina ao anatin’ny fiaraha-miasan’ny fanjakana sy ny sehatra tsy miankina na ny “3P”. Ny 26 jolay nandritra ny famelabelarana teny Ankatso dia nambara fa tsy maintsy tanterahina ao anatin’ny 5 taona ny “Coeur du projet” ao anatin’ny 370 ha ahitana toerana hahafaha-mivezivezy, biraom-panjakana, ireo masoivoho… mitentina 2,575 miliara Ariary na 650 000 000Euros eo ho eo ny sandany. Nambara fa 25 ireo mpampiasa avy amina firenena samihafa hiditra an-tsehatra.  Inona no tambiny sy ny fifanarahana amin’ireo vahiny ? Haharitra firy taona ? Ny 3 novambra 2018 dia nilaza i Andry Rajoelina teny Antsonjobe, fa hivarotra tany hahafaha-manao zavatra. Ny 10 febroary 2009 tao anatin’ny fanonganam-panjakana anefa izy dia nilaza tao amin’ny Gazety Jeune Afrique, fa ny tetikasa fampanofana tany tamin’ny Daewoo saika hataon-dRavalomanana izay nisy fampiasam-bola 6 miliara dolara dia anisan’ny mampalahelo ny vahoaka. Manameloka ny fifanaovan-tsonia aho ary ny governemanta sy ny filoha indrindra indrindra. Araka ny fomban-drazana, voarara ny famarotana tany na fampanofana tany amin’ny vahiny, hoy izy. Inona anefa ny ataony amin’izao ? Ny vahoaka tompon’ny tany kosa tsy mandà ny hanaovana ny tetikasa, saingy tsy tokony ho ny tanimbary sy ny tanimboly fiveloman’izy ireo no hototofana, ary vao ny faran’ny herinandro teo no nanao hetsika ny teny Ambohitrimanjaka.  

Toky R

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tandindomin-doza ny firenenaTena marary ny fampianarana

36,91% ny taha-pahafahana ho an’ny fanadinana BEPC 2019 teto amin’ny Cisco Antananarivo renivohitra raha toa ka 48,81% tamin’ny herintaona.

Tena niha ratsy arak’izany ny vokatra , izay azo hitarafana ny vokatra manerana ny nosy .Ny tany amin’ny faritra SAVA dia nanambara ny talem-paritry ny fampianarana fa foanana sy tsy azo ekena intsony ny kilasy nantsoina hoe « 2nd Special ».Izany hoe izay ankizy tsy afaka BEPC dia mamerin-taona ao amin’ny kilas faha 3 fa tsy asondrotra; nampioron-koditra ny nandre tany amin’ity faritra ity fa tsy nisy afa-tsy ny 11% ny mpiadina no afaka BEPC tao Sambava.Antony maro no mety mahatonga izao faharatsian’ny voka-panadinana BEPC izao : eo aloha ilay fahalavan’ny taom-pianarana, efa ho 11 volana izay tena nampikaikaika ny mpianatra satria reraka izy ireo ; nahatsapa tsara izany koa ny mpampiantra sy ny ray amandrenin’ny mpianatra.Eo ihany koa ny fiovaovana tany anay fandaharam-pianarana, fa eo koa ny mety tsy fahampian’ny fanaraha-maso hany ka manao izay saim-pantany ireo mpianatra misy tena variana amin’ny rendrarendra sy ny zavatra mbola mamoa-doza kokoa aza toa ny fidorohana zavamahadomelina sy ny firosoana amin’ny firaisana ara-nofo.Mazava ho azy fa tsy maintsy tafiditra ao ihany koa ny vokatry ny tsy fahatomombanana tany amin’ireo kilasy tany aloha.Rehefa nanontaniana ireo mpanala BEPC dia tena mampanahy be ny valiteny satriaa lazain’ny ankamaroan’izy ireo fa sarotra ny taranja Malagasy, Frantsay, Matematika, Fizika..na ny haisoratra izany na ny siantifika dia samy manahirana ny mpianatra Malagasy, ka tsy atao mahagaga raha ratsy ny naoty dia io voka-pifidianana miha ratsy io.Mila ezaka sy fanarenana goavana ny tontolon’ny fanabeazana eto Madagasikara na paikady io, na fomba fiasa, na fandaharam-pianarana fa na ho feno efitrano fianarana aza isam-pokontany rehetra tsy matotra ny programa sy ny fomba hampitana azy dia zava-poana..tsy ny trano no inona fa ny olona ao anatiny.Tsy misy firenena miha mandroso izany raha toa ka miha bado ny vahoaka ao aminy…ary tsy tokony atao entam-barotra hitadiavam-bola fotsiny ny fanabeazana sy fampianarana fa sehatra iray tokony ho matotra sy faran’izay voaara-maso indrindra eto amin’ny firenena.

RTT

Ino Vaovao0 partages

DORO TANETY NIAFARA TAMIN’NY FAHAMAIZANA : Trano 09 kila forehitra,39 tsy manankialofana

Toy ny zava-niseho tany  amin’ny Fokontany  Androfiakely, kaominina Beanana, Distrikan’i Maevatanàna iny izao, ny 16 septambra lasa teo, tokony ho tamin’ny 2 ora tolakandro   dia zava-doza be mihitsy  no nitranga satria   nisy  fahamaizana naharavana fananana tao an-toerana  noho ny  fisiana doro tanety mahery vaika, tsy fantatra izay olona nahavanona ny fandoroana. Vokany,  nahazo  vahana ny afo  ary  naharitra ora maro kanefa dia tsy nisy  olona teo an-tanàna fa lasa niasa tany an-tsaha avokoa. 

Efa tao anatin’ny  ora  maromaro ny firehetana  izay vao tonga  ny  fokonolona  saingy efa setroka sy lavenona sisa no tazana.   Trano miisa 9 no levon’ny afo, miisa 39 ireo  tsy manan-kialofana  ankehitriny, saika tapitra may avokoa ny entana sarobidy  ary tsy nisy  niangana intsony. Eo  anatrehan’ny voina nahazo  ny mponina  dia  tonga nanefa ny adidiny, nanome fanampiana azy ireo  ny  solombavambahoaka voafidy  tao  an-toerana, ny solon-tenam-panjakana mba ho  vonjy rano vaky.  Nanentana ny rehetra araka izany  izy ireo mba hanatsahatra tanteraka ny fandoroana tanety  satria loza  ho an’ny  firenena izany. 

Etsy  andanin’izay  dia  manokatra ny fanadihadiana  ny mpitandro filaminana, mikaroka ireo  olon-dratsy ao ambadik’izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA MISESISESY TAO AMBOVOMBE ANDROY : Jiolahy miisa efatra nidoboka am-ponja

Raha ny tatitra voaray   dia nitrangana fanafihana nisesisesy tao an-tampon-tanàna’Ambovombe Androy ny volana aogositra lasa teo iny. Nanao ny fanadihadiana  Mahakasika  izany ny teo anivon’ny Polisy, eo anatrehan’ireo  fanafihana misesy nianjady tamin’ny mponina ao Ambovombe ireo. 

Nisy ny vaovao azo avy amin’ny olona tsara sitra-po tany an-toerana ary ny 15 septambra lasa teo ihany  dia fantatra avokoa ireo olon-dratsy nanao ireo fanafihana. Nametraka paik’ady ny Polisy any an-toerana ka ny 16 septambra lasa teo dia tra-tehaky ny Polisy ny lehilahy miisa 04 izay mpanao ireo asa ratsy ireo. Voaporofo tamin’izay fotoana izay  fa  tsy ampy taona ny roa amin’izy ireo.

Rehefa nohadihadiana tany amin’ny kaomisaria  ireto farany  dia  niaiky ny heloka nataony  avokoa fa  tompon’andraikitra tamin’ny fanafihana nisesy tao Ambovombe. Nidoboka am-ponja vonjy maika hatreto  izy  efatra  mirahalahy rehefa natolotra ny fampanoavana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

AMBANJA : Mpandraharaha iray notetitetehan’ny jiolahy, lasa ny vol...

Raha ny angom-baovao  voaray avy any an-toerana  dia  noho ny delestazy  lava reny efa ho telo herinandro misesy izay,  ny mpitandro  filaminana  tsy mahafehy ara-dalàna ny fisafoana  ny tanàna, hany   ka manjakazaka  ny jiolahy   manafika ny  tanàna. Lasibatra ny mpanam-bola sy  mpandraharaha ao an-toerana. Ny alarobia hariva lasa teo, tokony ho tamin’ny enina ora sy sasany hariva, nanararaotra ny jiro tapaka  ireo jiolahy  miisa telo ka nanafika ny tompon’ny trano fandraisam-bahiny sady  toeram-pisakafoanana malaza iray  tao an-tanàna. 

Raim-pianakaviana  fantatry ny maro amin’ny hoe “ Bebera” no tompon’ilay hotely. notetitetehan’ireo jiolahy ny vatan’ity farany (tanany, ny lohany, ny lamosiny) ka naratra  mafy ny lehilahy tamin’izay fotoana izay. Nony  avy eo  tafatsoaka izy ireo, niaraka tamin’ny  lelavola 4 tapitrisa ariary ary tsy hita popoka hatreto. Nifamonjena nentina tany amin’ny  hopitaly  nony avy eo ity raim-pianakaviana ity ka raha ny fanampim-panazavana  voaray efa tsy  dia misy  atahorana intsony  aloha ny  fahasalamany. 

Manoloana ny  zava-niseho dia manaitra ny tompon’andraikitra mahefa ny mponina  mba hijery akaiky ny raharaha satria dia voalaza fa gaboraraka loatra ny  fitandroana ny filaminana. Irian’izy  ireo ny tokony hanamafisana  sy hijerena akaiky ny fomba fiasan’ny  Polisy, ny fisavana  ny karapanondro sy ny fanamarinam-ponenan’ireo vahiny   mivezivezy ao an-tanàna, indrindra indrindra fa  ny  fahatapahan-jiro matetika. Betsaka mantsy  ny manararaotra  tato ho ato   ary mbola mialokaloka  miafina eo amin’ny manodidina. 

Mitohy ny  fikarohana  ireo  olon-dratsy nahavanon-doza amin’izao  fotoana izao. Tsy fantatra na mpiray tsikombakomba amin’ireto jiolahy ny mpiambina ilay hotely fa tsy hita izy hatramin’izao.  Arahina akaiky  ny  tohin’ny  raharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANAMAFISANA ADY AMIN’NY KOLIKOLY ENY AMIN’NY ARABE : Nampahafantarina ny toro-lalana vaovao

Natao izany mba hanamafisana ny ady amin’ny kolikoly eny amin’ny arabe. Izany dia vokatry ny fiaraha-miasan’ny Pnud, ny Bianco ary mpiara-miombon’antoka ara-tekinika  ahitana ny avy amin’ny minisiteran’ny fitaterana sy ny zandary ary ny polisy. Araka ny voalaza fa io toro-lalana io dia natao mba hampahafantarana ny vahoaka ny fanovana  vaovao nentin’ny lalàna vaovao laharana 2017-002 tamin’ny 06 jolay  2019 mifehy ny fifamoivoizana. 

Anisany nanatrika ny atrikasa izay natao tao amin’ny Kaominina ambonivohitra Antsiranana ny solon-tenan’ny Sampan-draharaham-panjakana  eo amin’ny sehatry ny fitaterana aty  Antsiranana  miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana. Tamin’ny fandraisam-pitenenana nataon’ ny Prefektioran’ Antsiranana sy ny Talen’ny Bianco dia samy nanamafy ny maha zava-dehibe   ny fanajana io toro-lalana io, izay heverina ho mampihena ny lozam-pifamoivoizana sy ny kolikoly ary isorohana ny fanararaotana sy ny hafa. Voatsindry tamin’izany ihany koa ny fampahafantarana ny «  plateforme de dénonciation i-toroka” mba hahafahana mametraka fitarainana tsy manonona anarana sy iarovana ny zon’ny mpanome fitarainana. Voalaza hatrany ny  maha zava –dehibe ny fiaraha-mientan’ny rehetra.

Ny Kaoperativam-pitaterana, ny fikambanana, ny tranom-piatohana, ny sekoly fianarana mamily fiara sy ny  haino aman-jery nanatrika ny atrikasa dia samy  naneho ny fahavononana hiaraha-hiasa amin’ny Prefektioran’Antsiranana sy ny Talen’ny Bianco amin’ny fanaparitahana io toro-lalana vaovao io aty an-toerana.

Marihina fa hisy ny fanaraha-maso fampiharana ny lalàna mikasika ny fifamoivoizana sy ny fijerena ifotony hataon’ny " Comité mixte chargé de la Sécurité -Routière lutte Contre la Corruption” amin’ny volana oktobra ho avy izao.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

MINISITERA : Mitohy hatrany ny fanadiovana ireo haino aman-jery tsy manara-dalàna

Tato ho ato dia fantatra fa tsy mitsaha-mitombo ireo orinasan-tserasera misokatra kanefa tsy manaraka ny dingana tokony harahina ny ankamaroan’izy ireo. Maro amin’izy ireo no tsy mampahafantatra akory ny minisitera tompon’andraikitra izay fisokafany izay. Ankoatra ny eto Antananarivo dia Faritra maro manerana ny nosy ihany koa no ahitana izany. 

Nambaran’ny tale jeneralin’ny serasera eo anivon’ny minisitera fa hisy ny fepetra horaisina amin’ireo orinasan-tserasera tsy manara-dalàna ireo. Takiana ny hampitsaharan’ireo tompon’andraikitra tsy misy hatak’andro ny fampandehanana an’izany orinasa tsy manara-dalàna izany. “Tsapa tato anatin’ny herinandro vitsivitsy izay fa dia maro ny orinasan-tserasera misokatra tampoka. Taorian’ny fanadihadiana natao dia hita fa tsy manaraka ny dingana tokony harahina amin’ny fananganana orinasan-tserasera izay voafaritra ao anatin’ny rijan-dalàna mifehy ny serasera izy ireny. 

Noho izany ny minisiteran’ny serasera sy ny kolontsaina dia manasa ireo orinasan-tserasera voalaza ireo mba hampiato avy hatrany ary tsy misy hatak’andro ny asany rehetra. Raha tsy izany dia horaisina ny fepetra mifanaraka amin’izany”, hoy ny fanazavana noentin’ny tale jeneralin’ny serasera, Fanahimana Tiaray. Efa nisy hatrany ny ezaka nataon’ny minisitera mba hampanara-dalàna an’ireo haino aman-jery rehetra misy eto amin’ny firenena.

Nomena fe-potoana izy ireo hanatitra ny antotan-taratasiny rehetra mahakasika ilay orinasa. Ny 18 martsa lasa teo dia nisy ny fanapahan-kevitra noraisin’ny minisitera izay mampitsahatra aloha ny fanomezan-dalàna hanokatra orinasan-tserasera vaovao. Misy hatrany anefa ny minia mandika lalàna ka mbola manokatra an-tsokosoko ihany. “Ampahatsiahivina fa mbola miato avokoa ny fanomezan-dalana manokatra haino aman-jery sy ny fanitarana izany”, hoy hatrany ny fanazavana.

Avotra Isaorana          

Ino Vaovao0 partages

TETIKASA TANAMASOANDRO : Miroso amin’ny fanatanterahana ny asa ny fitondram-panjakana

Tafiditra ao anatin’ireo fampanantenana nataon’ny Filohan’ny Repoblika, Andry Rajoelina ihany koa ny fanatanterahana azy ity. Omaly, delegasiona Sinoa miisa 21 avy amin’ny fikambanan’ny mpahay toe-karena sy sosialy mitambatra no nitsidika ny toerana hananganana ny tanàna eny amin’ny faritr’ Ambohitrimanjaka. Araka ny tatitra nataon’ny teo anivon’ny minisiteran’ny asa vaventy, fampifandraisana ny fampandrosoana ny ambanivohitra sy ny an-drenivohitra no tena nifampiresahana tamin’ireto delegasiona ireto, ary nanambara ny fahavononany hiara-hiasa amin’ny fitondrana ankehitriny izy ireo hanatanterahana ny tetikasa rehetra.

Tsiahivina fa tsy ny eto Antananarivo irery no hisitraka ny tetikasa vaventy sady goavana tahaka ny Tanamasoandro. Misitraka izany amin’ny alalan’ny fananganana «  Building Mora  » koa ny any Antsiranana, Toamasina sy ireo Faritra hafa. Ho an’i Toamasina manokana, efa hita ny toerana hananganana ny «  Building  » mora. Nidina ifotony nijery izany ny Filoham-pirenena tamin’ity herinandro ity. Araka ny nambarany nandritra ny fandalovany tao Toamasina dia 200 000 ariary isam-bolana no ho hofan’ny Building mora. Mandritra ny 15 taona no handoavana izany ary lasan’ny tompony ambongadiny ny toerana misy azy aorian’izay.

N.A

La Vérité0 partages

Déménagement à la Gare routière d'Andohatapenaka - Légère tension à Ambodivona

Des habitués se sont opposés à l'organisation. Certaines coopératives œuvrant sur les axes RN2 reliant Antananarivo-Toamasina et la RN5 desservant Antananarivo et Fénérive-Est ont continué à opérer à Ambodivona dans la matinée d'hier, jour prévu de leur déménagement à la Gare routière d'Andohatapenaka. « Nous allons rester ici, comme les autres coopératives d'en haut. C'est inacceptable que certaines coopératives de transport déménagent tandis que d'autres continuent à exercer librement », crie un guichetier mécontent.

Certaines d'entre elles ont haussé le ton tandis que d'autres n'ont voulu rien savoir. Il a fallu l'arrivée des responsables de l'Agence des transports terrestres (ATT) avec des éléments des Forces de l'Ordre pour les obliger à dégager les lieux. Une légère tension a ainsi eu lieu à Ambodivona, avec l'entêtement de certains.

Questionné à ce sujet, le directeur général de l'ATT en la personne du Général Jeannot Reribake a récemment martelé que « ce sont surtout les rabatteurs et les commerçants informels qui s'opposent au déménagement à la Gare routière d'Andohatapenaka. Ce mécontentement s'explique par le fait qu'ils ne pourront plus y exercer librement, comme le cas depuis des années à Ambodivona. Par contre, les présidents de coopérative ont déjà donné leur aval en acceptant l'organisation. La majorité des coopératives ont effectivement déménagé à Andohatapenaka depuis hier. D'ailleurs, ils ont déjà occupé leurs box, guichets et parkings à leur disposition. Toutefois, celles ayant des infrastructures adéquates, y compris le local et les parkings répondant aux normes imposées dans la fiche de conformité, sont restées à Ambodivona.

Pour information, chaque coopérative opérant à Andohatapenaka loue un box à 50 000 ariary par mois. Cependant, elle gagne en confort et sécurité, tout comme ses voyageurs. De plus, ses recettes redeviendront stables, avec plus de profits sans les rabatteurs, selon le témoignage d'une responsable. Bref, le premier jour de déménagement a été plutôt calme du côté d'Andohatapenaka, malgré la faible résistance à Ambodivona.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Résultats médiocres du BEPC - Enseignants, parents et élèves au banc des accusés

Taux de réussite catastrophique presque généralisé. La plupart des Circonscriptions scolaires (CISCO) qui ont sorti les résultats de l’examen du BEPC (Brevet d’étude du premier cycle) affichent un taux de réussite de moins de 50 %. C’est le cas pour les CISCO des grandes villes, à commencer par Antananarivo affichant un taux de 36,91 %. L’on note une baisse de 12 % du taux réussite, par rapport à celui de 2018. Les villes de Toamasina, Fianarantsoa et Antsiranana enregistrent respectivement un taux de 26,81 %, 35,87 % et 44,32 %. D’autres CISCO enregistrent même des résultats plus que médiocres, à l’exemple de Sambava. Cette ville affiche un taux de réussite de 11,5 %, dont 17 établissements publics et privés s’en sortent avec 0 %. Andapa, Vohémar et Antalaha notent respectivement un taux de 18,74 %, 18,93 % et 20,23 %.

 

Les résultats médiocres du BEPC de cette année constituent ces derniers jours un sujet vif de débats, non seulement dans les communautés et les institutions mais aussi sur les réseaux sociaux. Toutes les parties prenantes, à savoir les autorités éducatives, les enseignants, les parents et les élèves, s’accusent de cet échec flagrant. Pourtant, ils se trouvent chacun sur les bancs des accusés, à en tenir compte des résultats. « Le faible niveau de certains enseignants, n’ayant ni les diplômes ni les compétences et non moins les formations requises, constitue le fond de ce problème », pointe du doigt Verohanitra R., mère de famille dont la fille a échoué au second examen officiel. « La principale faute revient aux parents. Bon nombre d’entre eux sont tellement occupés par la difficulté de la vie quotidienne qu’ils négligent l’éducation et le suivi de la scolarité de leurs enfants. Quasiment absents, d’autres n’arrivent plus à cerner leurs enfants, dont la délinquance s’agrandit de jour en jour », se désole Minosoa R., professeur de français au sein d’un établissement public d’Antananarivo.

Mais la plupart des critiques vont à l’encontre des élèves. « Ils ne font qu’à leur tête, notamment avec les mauvaises fréquentations et l’influence négative de l’Internet, surtout les réseaux sociaux dont Facebook. Sans le suivi des parents et l’indifférence des enseignants, la situation s’empire », s’exprime Mario A., chef d’une micro-entreprise à Itaosy. « Les mauvaises influences des réseaux sociaux se sont reflétées durant les examens du BEPC, pendant lesquels certains candidats ont utilisé les langages SMS notamment dans les épreuves littéraires. Les élèves ne s’intéressent guère à la lecture de nos jours », constate une enseignante dans une école privée, voulant garder l’anonymat. « Le pire, c’est que certains parents n’hésitent pas à porter plainte contre les enseignants dès que leurs enfants ont des problèmes au niveau des notes ou des comportements en classe, sans même demander ce qui se passe. C’est déplorable !… », ajoute-t-elle. Quoi qu’il en soit, chacun a sa part de responsabilité dans ce taux de réussite en chute libre !

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Détournement à la CISCO de Tana-ville - 3 ans d’emprisonnement pour l’ancienne responsable

A l’issue d’un procès marathon qui s’est prolongé jusqu’à minuit, jeudi, au Pôle anti-corruption (PAC) aux 67ha, le verdict du juge tombe : l’ancienne chef CISCO d’Antananarivo-ville a écopé d’une peine de 3 ans d’emprisonnement. Les chefs d’inculpation sont multiples à savoir, abus de fonction, détournement de fonds public, favoritisme et complicité. Traitée en cours criminelles ordinaires, l’affaire a  été finalement transformée en correctionnelle, le PAC n’ayant finalement pas décelé le côté criminel supposé des actes dont on incrimine l’ex-chef CISCO.

Par ailleurs, ses 6 co-accusés ont obtenu la liberté . Ils sont constitués d’ex-chefs ZAP (Zone administrative et pédagogique) de certains Arrondissements de la Capitale,  ainsi que des directeurs d’établissements scolaires publics.  Auditionnée pour la première fois par les juges du Pôle anti-corruption (PAC)  le 06 février dernier, elle a été placée en détention provisoire en attendant son procès.

L’affaire remonte en octobre 2016 où l’accusée et ses complices, du temps où elle a exercé,  furent la cible de tirs croisés de plaignants anonymes à propos du caractère délictueux de leurs actes.  A propos du détournement proprement dit, le préjudice s’élève à  74 691 100 ariary pour l’Etat. Ces pertes pour l’Etat  malagasy ont été décelées par l’équipe du Bureau indépendant anti-Corruption (BIANCO). En effet, ces importants préjudices de ladite Circonscription scolaire se sont traduits par l’opacité des sources de financement trouvées par l’accusée à l’époque. Durant les débats à l’audience au PAC, jeudi soir, l’absence de travaux de construction d’infrastructure à la CISCO d’Antananarivo, comme il se devait, a été soulevée. Cela suppose que des fonds réunis à travers un circuit souterrain auraient atterri simplement dans les poches de l’accusée. Pour sa défense, elle a argué que le budget officiel alloué à la CISCO dont elle a la responsabilité, du temps où elle l’a dirigée, était loin d’être suffisant. Et qu’il lui fallait alors trouver d’autres sources de financement.

C’était dans ces circonstances que les tarifs de location du parking d’un lycée à Analakely mais aussi ceux d’un magasin dénommé F.D, se trouvant également dans le même secteur, ont été doublés. En ce qui concerne particulièrement ce magasin, les loyers annuels étaient gonflés au point qu’il atteignait 24 millions ariary.  Selon l’accusée, l’argent récolté serait  réparti, selon son argument,  entre la CISCO dont elle avait la direction et l’EPP d’Analakely. Or, c’est là où le bât blesse : tout cela n’avait jamais été pris en comptabilité. Pire, la même EPP n’a jamais connu une quelconque réhabilitation promise, notamment du point de vue infrastructurelle. Et déjà à l’époque, l’incriminée n’a trouvé mot à dire lorsque celui qui allait la succéder à ce poste à responsabilité lui a demandé un peu plus de transparence dans la gestion des fonds.  

Notons que 48 témoins ont été entendus dont une bonne partie était des témoins à charge. Et surtout, l’ex-ministre de l’Education nationale Paul Rabary figura dans la liste de ces témoins. L’ancienne chef CISCO d’Antananarivo-ville a été, récemment, directeur de cabinet d’une collectivité décentralisée.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Etat riche !

Ntsay Christian, le Premier ministre de consensus, dès le moment où il débarqua à Mahazoarivo, au palais de la Primature, jugea nécessaire l'assainissement de l'Administration. Dans le viseur du PM, le patrimoine de l'Etat dont le parc automobile se trouve, en premier lieu, en ligne de mire. Nanti d'une volonté politique inébranlable, le nouveau Premier ministre a eu le courage d'ouvrir la boîte de Pandore.

 

Nommé au poste Premier ministre, chef du Gouvernement, le 4 juin 2018, des suites d'une exécution de la Décision irrévocable de la HCC portant n°10-HCC/D3 du 25 mai 2018, Ntsay Christian atterrit à Mahazoarivo avec une intention précise de moraliser l'Administration publique. Rajaonarimampianina Hery, le Chef de l'Etat, acculé au mur n'en pouvait autrement que de se plier  au … diktat de la HCC. En tout cas, il n'a qu'à mordre son petit doigt ! C'est le résultat inéluctable de ces années de « bourdes » à répétition. Rajao et sa clique du HVM n'en font qu'à leur tête et multiplient les « bêtises ». Au final, Madagascar s'appauvrit et rejoint les rangs des pays miséreux de la planète.

A la surprise générale, la première décision de Ntsay en tant que PM fut d'ordonner l'usage systématique de la plaque rouge en lieu et place de la plaque noire à tout véhicule administratif. Le pot aux roses a été découvert et mis à la connaissance du public. Quelle surprise de savoir que l'Etat malagasy est riche ! Sur cinq voitures qui roulent sur la voie publique, au moins deux sont de plaques rouges. Et pas n'importe lesquelles ! Des Mercedes, des Toyota tout-terrain, des Peugeot, des Renault, pour la plupart des cas flambant neuf et de « dernier cri ». Des chefs de service jusqu'au sommet de l'échelle de l'Administration, on a droit en principe à un ou à plusieurs véhicules de fonction. Et jusqu'au moment où un certain Ntsay Christian prend les commandes, on peut imaginer facilement les abus ou même le pillage du patrimoine roulant de l'Etat et cela sans oublier les abus en carburant. Et tout cela, aux frais de la …princesse, de l'Etat ! Au fait, c'est le citoyen lambda qui paye ! Les dignitaires du pays sont loin du calvaire et du sacrifice vécus par la grande majorité de la population.

Au Canada, durant les années 80, au moment où le pays devait combler le déficit record du budget de l'Etat, les membres du Gouvernement allaient au travail en transport en commun. La loi de l'austérité impose aux décideurs la rigueur tout en ayant toujours le souci de réviser  à la baisse les dépenses publiques. Il faut avoir toujours dans la tête que la caisse de l'Etat est le fruit de la sueur des contribuables. Le moindre Ariary débloqué doit être suffisamment justifié.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Riziculture - Digitalisation de la production dans tout Madagascar

Le riz représente le principal aliment de la population malagasy. De ce fait, la riziculture occupe une position stratégique dans le système de production du pays. Pour une meilleure rentabilisation de la filière, un projet de digitalisation de la riziculture à Madagascar sera bientôt initié par Atos, leader international de la transformation digitale et Bearing Point, un cabinet de conseil en management et technologie indépendant aux racines européennes avec une couverture  mondiale. Cette digitalisation se fera par l’apport des solutions intégrées d’Applications métiers et environnement de travail connecté.

« Ce projet est une plateforme à double enjeux pour les agriculteurs, premièrement une contribution à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire à Madagascar, et deuxièmement l’amélioration des conditions de vie des riziculteurs malagasy à travers l’augmentation des rendements agricoles, la diminution des pertes et gaspillages tout au long de la chaîne de valeur, une meilleure distribution du riz d’une région excédentaire vers des localités déficitaires, ainsi que la réduction des asymétries d’information sur les prix lors de chaque transaction », a détaillé le responsable du projet, lors de sa présentation la semaine dernière à la Foire internationale de l’Agriculture-Agribusiness-Agroalimentaire à la zone Forello Expo située à Tanjombato.

Ainsi, la plateforme disposera des fonctionnalités de base telles que le référencement des agriculteurs, le paiement mobile, des informations sur la météorologie et le prix, une formation élémentaire aux pratiques agricoles, une évolution de l’éligibilité aux microcrédits. « L’objectif étant de permettre aux agriculteurs d’accéder à des services facilitant leurs  activités économiques comme les semences de qualité, les amendements ainsi que les prêts bancaires et les assurances », ajoute le responsable.

Etude

Pour le moment, les initiateurs du projet conduisent une étude de faisabilité financière et technique de ce modèle, sous l’égide du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche et financé par le ministère de l’Economie et des Finances, afin d’évaluer la possibilité et les modalités de sa concrétisation d’ici deux ans au maximum. Ils souhaitent notamment d’être au plus près de la réalité des pratiques et du terrain malagasy. En tout cas, un prototype sera bientôt testé en conditions réelles, représentatives des pratiques culturales au sein de la filière riz.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Changement climatique - Madagascar parmi les plus vulnérables

Bouleversement des saisons, augmentation des températures. Le changement climatique apparaît sous plusieurs visages. D’ailleurs, Madagascar demeure encore parmi les pays les plus vulnérables en la matière. Sur le plan mondial, l’Accord de Paris adopté en 2015 représente une étape charnière dans la lutte contre les changements climatiques. Maintenir l’augmentation moyenne de température dans le monde bien en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels, et autant que possible à 1,5°C pendant ce siècle constitue le principal objectif dudit accord.

 

Dans cette optique, l’engagement de Madagascar s’apparente à l’augmentation de la capacité de séquestration des puits de carbone de 32% ainsi que la réduction des émissions de gaz à effet de serre de 14% et le renforcement des actions d’adaptation à l’horizon de 2030. Le Sommet Action Climat 2019 qui démarre d’ici peu de jours sous le lead du Secrétaire général des Nations Unies donnera aux dirigeants et partenaires l’opportunité de faire part d’actes concrets posés en faveur du climat et d’afficher leurs ambitions.

Des risques plus élevés

Le changement climatique implique une augmentation des températures. Si la température augmente de 1,5 à 2°C, 25 % des espèces faune et flore confondues pourraient disparaître selon le WWF dans son rapport de 2018. A cela s’ajoute un risque élevé de diminution des rendements agricoles car l’augmentation de l’intensité et/ou de la durée des périodes de sècheresse entraînerait aussi une perturbation du calendrier cultural.

Selon les données de l’Institut National des Statistiques (INSTAT, 2016), 500.000 ménages malagasy sont victimes de catastrophe naturelle chaque année. 547.760 personnes sont en phases « Urgence » et « Crise » sur la période entre juin et juillet 2019 dans 8 Districts du Sud de Madagascar.

Malgré cette situation, le nombre de victimes pourrait encore s’élever puisque la fréquence des cyclones tropicaux intenses augmenterait encore d’après les nouvelles projections climatiques à Madagascar en 2030 et 2080. Les précipitations vont baisser de 5,1mm sur les Hautes terres centrales en 2030. On enregistrerait également  la hausse de 1,2°C de la température maximale et la baisse de 1,2°C de la température minimale. Force est de constater que le changement climatique a un impact considérable sur l’agriculture, l’élevage, la foresterie, les ressources en eau, la pêche et la santé.

Recueillis par Sandra R. 

La Vérité0 partages

Ministère des Affaires étrangères - Naina Andriantsitohaina prend congé de ses collaborateurs

Candidat à la Mairie d'Antananarivo, Naina Andriantsitohaina a quitté son poste de ministre des Affaires étrangères. Bien que la loi l'autorise de siéger au sein du Gouvernement jusqu'à la validation par la CENI de sa candidature, il a pris les devants en rendant son tablier avant l'heure. « C'est un déchirement de quitter les collaborateurs du MAE et toute l'équipe engagée pour porter les beaux défis qui nous incombaient », écrivait l'ancien ministre sur sa page facebook. A la tête de ce département ministériel depuis le mois de février dernier, Naina Andriantsitohaina y sort la tête haute et certainement au grand regret de ses collaborateurs. « J'ai constaté que dans ce Gouvernement, il était l'un des rares ministres d’un caractère fort.

C'était pratique pour nous qu'il soit proche du Président de la République et du Premier ministre», regrette une employée du MAE qui affirme que son départ est une triste fin pour le département. Naina Andriantsitohaina explique son départ anticipé du ministère des Affaires étrangères. « Je dois m'atteler pleinement à la préparation du nouvel engagement que j'ai choisi vers la Mairie d'Antananarivo ».

En tant que ministre des Affaires étrangères, Naina Andriantsitohaina reconnaît avoir acquis plus d'expériences pour ses fonctions futures. «  Je suis convaincu, que ces mois passés à servir les intérêts de Madagascar sur la scène géopolitique mondiale seront essentiels pour servir Antananarivo et sa population. Ces portes ouvertes seront des opportunités de développement », avoue le candidat de l'IRD à la Mairie d'Antananarivo. Lui qui, en guise de conclusion de sa missive, exhorte tout un chacun à s'impliquer et s'engager pour le bien-être collectif et pour le développement du pays quel que soit le poste occupé.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Fondation d'Andry Rajoelina - Feu vert de la HCC

La Haute Cour constitutionnelle donne son feu vert au Président de la République pour la création d'une fondation. Conformément à l'article 119 de la loi fondamentale qui dispose que: « La HCC peut être consultée par tout chef d'Institution et tout organe des Collectivités territoriales décentralisées, pour donner son avis sur la constitutionnalité de tout projet d'acte ou sur l'interprétation d'une disposition de la présente Constitution », le Président de la République Andry Rajoelina avait saisi la HCC aux fins de demander l'avis de la haute juridiction sur la conformité avec l'article 49 de la Constitution de la création d'une fondation par le Président de la République.

D'après les dispositions de cet article, « les fonctions du Président de la République sont incompatibles avec toute fonction publique élective, toute autre activité professionnelle, toute activité au sein d'un parti politique et de l'exercice de responsabilité au sein d'une institution religieuse ». Dans l'article 1 de son avis, publié sur son site web hier dans la matinée, la HCC estime que « la création d'une fondation par le Président de la République n'est pas contraire à l'article 49 de la Constitution ». Toutefois, la HCC est d'avis que « Le Président de la République ne doit exercer aucune fonction au sein de cette fondation ». Dans l'article suivant, la HCC précise que : «  La fondation doit respecter scrupuleusement son objectif d'intérêt général et doit être dissociée de toute connotation politique ».

Pour information, l'article 2 de la loi n°2004-014 du 19 août 2004 portant refonte du régime des fondations donne une définition de la fondation. Selon cette disposition, une fondation est donc « Personne morale de droit privé dont la création résulte, d'une part d'un acte juridique par lequel une ou plusieurs personnes physiques ou morales affectent de manière permanente des biens, droits et ressources pour la réalisation d'objectifs d'intérêt général et, d'autre part de la reconnaissance d'utilité publique par le Gouvernement » ;  la fondation est une institution dédiée à l'intérêt général, la tutelle de l'Etat est là comme garant de l'utilité publique. En tout cas, le Président Andry Rajoelina a désormais les coudées franches pour créer une fondation. Les rênes de la fondation pourraient être laissées à un conseil d'administration, comme il est d'usage sous d'autres cieux. Notons qu'une fondation existe par l'affectation irrévocable de biens pour la réalisation d'une œuvre d'intérêt général. Une fondation, c'est de l'argent privé mis à disposition d'une cause publique. L'argent ne proviendra pas forcément des poches du Chef de l'Etat.  Il pourrait également provenir de tout un chacun.

La Rédaction

Madagate0 partages

Herizo Rakotozafy. Tsy ho adino mandrakizay

Herizo Rakotozafy. Mise au tombeau le 23 Septembre 2018 -VIDÉO et PHOTOS ICI-

Chaque minute, quelqu'un quitte ce monde.

L'âge n'a rien à voir avec cela.

Nous sommes tous dans cette file sans nous en rendre compte.

Nous ne savons jamais combien de personnes sont devant nous.

Nous ne pouvons pas aller en arrière de la file.

Nous ne pouvons pas sortir du rang.

Nous ne pouvons pas arrêter d'avancer.

Donc, pendant que nous attendons en ligne

Faites que les moments comptent.

Faites une différence.

Faites cet appel.

Choisissez vos priorités.

Prenez le temps.

Faites connaître vos talents.

Faites sentir chaque personne spéciale.

Faites entendre votre voix.

Rendez les petites choses grandes.

Faites sourire quelqu'un.

Faites le changement.

Faites de vous une priorité.

Faites l'amour.

Réconciliez-vous.

Faites la paix.

Assurez-vous de dire "Je t'aime" aux personnes chères.

Ne regrettez rien.

Soyez prêt.

Ce monde vous laissera souvent souhaiter d'avoir 5 minutes de plus.

A ce puissant rappel de cette perspective, réveillez-vous chaque jour en (vous) disant MERCI ! En réalisant que c'est un cadeau.

Tirez-en le meilleur parti!

Bonne journée à vous toutes, à vous tous et profitez de ce privilège que vous avez d'être toujours vivant(e).

 

Jeannot Ramambazafy

Madagate0 partages

Madagascar USAID. Un labo mobile exploité par l'IPM

FANAMBARANA AN-GAZETY

Vonona hiasa ny laboratoara mitety vohitra hiadiana sy hisorohana ny areti-mifindra

Laboratoara mitety vohitra no natolotry ny fanjakana amerikana hanampiana ny Ministeran'ny Fahasalamam-Bahoaka eto Madagasikara amin'ny alàlan'ny tetikasan’ny Institut Pasteur de Madagascar

ANTANANARIVO, 19 Septambra 2019. Tafiditra amin'ny ady atao amin'ny areti-mifindra ny famatsian’ny fanjakana amerikanina, amin'ny alàlan'ny Sampandraharaha Amerikana misahana ny Fampandrosoana Maneran-tany, (USAID) ny laboratoara mitety vohitra vaovao hanaraha-maso sy hiadiana amin’ny fihanaky ny areti-mifindra eto Madagasikara. Ity laboratoara ity izay mipetraka ambony fiara tsy mataho-dàlana dia hampiasain’ny Institut Pasteur de Madagascar (IPM) ho fanohanana ny asa fanaraha-maso sy fiadiana amin’ny areti-mifindra ataon'ny Ministeran'ny Fahasalamam-bahoaka.Mitentina 200.000 dolara ity laboratoara ity izay ahitana fitaovana tena raitra, ary afaka mandeha amin’ny làlan-dratsy.

Nandritra ny lanonam-panokanana natao ny alakamisy 19 septambra 2019 tao amin'ny IPM, dia nanambara ny Mpanolo-tsaina Voalohan’ny masoivoho amerikana, Atoa Stuart R. Wilson, fa : "Ankehitriny ireo mararin’ny pesta sy valan'aretina hafa dia hahazo fizahana sy fitsaboana sahaza haingana dia haingana. Efa voafana avokoa ireo teknisianina sy mpamily ary vonona ny hiasa ity laboratoara mitety vohitra ity!”.

Nanatrika ny lanonana ihany koa ny Minisitry ny Fahasalamam-bahoaka, Pr. Julio Rakotonirina, sy ny solontenan’ireo mpamatsy vola, ka anisan'izany ny solontenan'ny Masoivoho frantsay eto amintsika sy ny solontenan'ny Sampandraharahan’ny Firenena Mikambana misahana ny Fahasalamana (OMS). Miara-miasa akaiky ny USAID, IPM, PSI ary ny Ministeran'ny Fahasalamam-bahoaka amin'ny fanaraha-maso ny areti-mifindra sy ny fikarohana momba ny fahasalamam-bahoaka.Tamin’ny taona 2017, mandritra ny fihanaky ny valan’aretina pesta, no tsapa fa tena ilaina ny laboratoara mitety vohitra. Izy ity dia hanao fisedrana sy analizy microbiolojika ary fanadihadiana any amin’ny faritra lavi-toerana. Hanamora ny fanadihadiana mikasika ny fihanaky ny areti-mifindra koa izy, toy ny tazomoka, ny pesta sy ny kitrotro. Amin’ny fahafahany mitety vohitra sy mamantatra haingana ny otrikaretina, ity laboratoara ity dia fitaovana manampy ny laboratoara lehibe toy ny Centre National de Référence et Centre Collaborateur OMS manampy ny Ministeran’ny Fahasalamam-bahoaka amin’ny fanaraha-maso ny areti-mifindra mety hisy.

Raha misy trangan’ areti-mifindra ahiana dia afaka miasa haingana ny laboratoara, ary manao fizahana biolojika eny an-toerana mba hanamarinana ny fitiliana epidemiolojika, izay hampihena ny fotoana ilain’ny tompon’andraikitry ny fahasalamana hametrahana ny ny fepetra mahomby tokony horaisina haingana.

PRESS RELEASE

New Mobile Laboratory is Ready-To-Go for Infectious Disease Response and Prevention

The mobile laboratory, donated by the U.S. government, will support Madagascar’s Ministry of Public Health through the program of the Institut Pasteur de Madagascar

ANTANANARIVO, September, 19, 2019. As part of the fight against infectious diseases, the United States government, through the United States Agency for International Development (USAID), has financed the purchase of a new mobile laboratory to support the surveillance of and response to infectious disease outbreaks in Madagascar. The mobile laboratory, which consists of a contained medical laboratory mounted on the back of an off-road vehicle, will be operated by the Institut Pasteur de Madagascar (IPM) in support of the Ministry of Public Health’s division of disease surveillance and response.

Valued at $200,000, the mobile laboratory has high-tech laboratory equipment and can navigate even very bad roads.

At the inauguration ceremony for the mobile laboratory, held on Thursday, September 19, 2019, at the campus of IPM, the United States Deputy Chief of Mission, Mr. Stuart R. Wilson, said, “Now the victims of plague and other epidemics will get a diagnosis and receive the appropriate care as quickly as possible. All the technicians and drivers have been trained and this mobile laboratory is ready for use!” The inauguration event was also attended by the Minister of Public Health, Prof. Julio Rakotonirina, and key members of the donor community, including a representative of the French Embassy and the World Health Organization Country Representative. USAID, IPM, PSI, and the Ministry of Public Health collaborate closely on epidemic control and public health research.

The need for the mobile unit was first identified during the 2017 plague outbreak. The mobile laboratory performs advanced lab tests, including microbiological analyses and field investigations in remote areas. The laboratory will facilitate outbreak investigations for several infectious diseases of public health importance, including malaria, plague, and measles. Thanks to its capacity to quickly and reliably identify germs in the event of an outbreak, the mobile laboratory will provide vital support to reference laboratories (National Reference Center and WHO Collaborating Center) and the Ministry of Public Health’s surveillance of diseases with epidemic potential.

In the event of a suspected outbreak, the lab can be quickly deployed at the request of the Ministry, and will conduct on-site biological testing to rapidly confirm the epidemiological diagnosis, allowing health authorities to provide fast, appropriate, and effective responses to emergency situations.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Un nouveau laboratoire mobile prêt à fonctionner pour la riposte et la prévention des maladies infectieuses

Le laboratoire mobile, offert par le gouvernement américain, soutiendra le Ministère de la Santé publique de Madagascar à travers le programme de l'Institut Pasteur de Madagascar

ANTANANARIVO, 19 septembre 2019. Dans le cadre de la lutte contre les maladies infectieuses, le gouvernement des États-Unis, par l’intermédiaire de l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID), a financé l’achat d’un nouveau laboratoire mobile destiné à faciliter la surveillance et la riposte aux épidémies de maladies infectieuses à Madagascar. Ce laboratoire mobile, composé d’un laboratoire médical indépendant monté à l’arrière d’un véhicule tout terrain, sera exploité par l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) pour appuyer la division de la surveillance et de la riposte aux maladies du Ministère de la Santé Publique.

D’une valeur de 200.000$, le laboratoire mobile est doté d'équipements de laboratoire de haute technologie et est adapté pour parcourir même des routes en très mauvais état.

Pendant la cérémonie d'inauguration du laboratoire mobile qui s'est tenue le jeudi 19 septembre 2019 sur le campus de l'IPM, le Premier Conseiller de l’Ambassade des États-Unis, Monsieur Stuart R. Wilson, a déclaré : «Aujourd’hui, les victimes de la peste et d'autres épidémies obtiendront un diagnostic et recevront des soins appropriés le plus rapidement possible. Tous les techniciens et les chauffeurs ont reçu une formation et ce laboratoire mobile est prêt à être utilisé ! ”.

Le Ministre de la Santé Publique, le Pr. Julio Rakotonirina, et des membres de la communauté des bailleurs, dont un représentant de l'Ambassade de France et le représentant-pays de l'Organisation Mondiale de la Santé, ont également pris part à la cérémonie d'inauguration. L’USAID, IPM, PSI et le Ministère de la Santé Publique collaborent étroitement pour la recherche sur la lutte contre les épidémies et la santé publique.

La nécessité de l'unité mobile s’est fait ressentir pour la première fois lors de l'épidémie de peste de 2017. Le laboratoire mobile effectue des tests de laboratoire avancés, dont des analyses microbiologiques et des enquêtes sur le terrain dans des régions reculées. Il facilitera les enquêtes sur les épidémies de plusieurs maladies infectieuses importantes pour la santé publique comme le paludisme, la peste et la rougeole. Par sa mobilité et ses capacités d’identification rapide et fiable des germes responsables des alertes épidémiques, il sera un outil complémentaire des laboratoires de référence (Centre National de Référence et Centre Collaborateur OMS) et apportera un appui capital au Ministère de la Santé Publique dans la surveillance des maladies à potentiel épidémique.

En cas de suspicion de cas groupés ou d’épidémie, il pourra être mobilisé rapidement, à la demande du Ministère, et permettra de faire un diagnostic biologique sur site pour confirmer le diagnostic épidémiologique et réduire ainsi les délais de mise en oeuvre, par les autorités sanitaires, d’actions rapides, appropriées et efficaces de riposte aux épidémies.

Midi Madagasikara0 partages

Football : FC Folimena Ankaramena battu aux tirs au but

Pour une première participation à un tournoi officiel à Fort-Dauphin, l’équipe du FC Folimena Ankaramena n’a pas démérité. Pour son premier match,  elle a été battue par l’équipe Eléphant aux séances de tirs au but après un score de parité de 2 partout. Cette équipe Eléphant est habituée à disputer des rencontres. La présidente du club, Solange Atallah s’est engagée à soutenir ces joueurs qui sont issus d’un milieu défavorisé et sont la plupart des fils de paysans. Les joueurs engagés en U15 ont mis pour la première fois de leur vie des godasses si auparavant, ils sont habitués à jouer pied nu. C’est grâce au football que ces gars ont pu découvrir la ville de Fort-Dauphin. « Nous avons créé ce club pour aider les joueurs et les éduquer à travers le sport. La famille Atallah les a soutenus tant sur le plan matériel que financier » a souligné, Béatrice Atallah. La famille Atallah qui œuvre beaucoup dans les actions sociales dans cette partie de l’île. Le club dispute son deuxième match ce jour et face aux gros calibres, les joueurs sont prêts à en découdre.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Football – Classement FIFA : Madagascar à la 95e place

Madagascar a gagné une place pour le classement FIFA pour ce mois de septembre. La Grande Ile est à la 95e place alors qu’elle se classait  96e au mois de juillet et 108e avant la Coupe d’Afrique des Nations. Le Sénégal reste à la 20e place mondiale et prend la première place en Afrique. La Tunisie (29e) devance le Nigeria (34e). L’Algérie (38e), le champion en titre est à la quatrième place, et Madagascar à la 21e. La Belgique reste en tête du classement mondial suivie de près par la France qui récupère sa deuxième place devant le Brésil.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

World (Beach) Clean Up Day : Tous au rond-point Ankorondrano le 21 septembre à 08h30

Un grand nettoyage, baptisé « World (Beach) Clean Up Day », de la Grande Île et de la planète elle-même est prévu pour le 21 septembre 2019. Le Staff de la Délégation de l’UE (Union européenne), les Nations Unies, Let’s do it, Madagascar et les Schtroumphs convient donc tout un chacun à rejoindre cette initiative. Pour Antanarivo, le programme consiste en un ramassage de déchets le long du Marais Masay. Le rendez-vous est ainsi fixé au rond-point Ankorondrano à 08 h30 et les participants sont invités à se munir de paire de gants. A noter tout de même que les activités s’arrêteront à midi.

Ce programme a été mis en place car les déchets, plus particulièrement les déchets marins constituent un défi mondial. Avec les tonnes de détritus qui terminent leur pérégrination dans l’océan actuellement, on risque d’avoir plus de plastique que de poissons dans la mer d’ici à 2050. Il est donc temps de prendre en main notre destin. Pour cette année, l’UE a uni ses forces avec les Nations Unies et d’autres institutions. Ensemble, faire connaître le défi des déchets sur la planète bleue sera plus aisé. Chaque citoyen est donc invité à prendre part à cette lutte, notamment en célébrant la Journée Internationale du Nettoyage dans le monde ce 21 septembre 2019. Enfin, outre Marais Masay, cette action touchera aussi plus de 25 sites de la Grande Île.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Prévention des maladies infectieuses : Un laboratoire mobile pour les tests avancés sur le terrain

Le laboratoire mobile, offert par le gouvernement américain à travers l’USAID,

sera exploité par l’Institut Pasteur de Madagascar pour appuyer la division de la surveillance et de la riposte aux maladies du ministère de la Santé publique.

 

Un laboratoire mobile capable de réaliser des tests avancés, de faire un diagnostic rapide et fiable des maladies infectieuses comme la peste, le paludisme ou la rougeole, et de confirmer le diagnostic épidémiologique, tout en étant en mesure d’atteindre rapidement des sites éloignés et difficile d’accès. C’est dont bénéficiera désormais le ministère de la Santé publique à travers sa division de la surveillance et de la riposte aux maladies. D’une valeur de 200.000$, ce laboratoire mobile, inauguré, hier, a été offert par le gouvernement américain par l’intermédiaire de l’Agence Etats-Unis pour le Développement International (USAID) qui en a financé l’acquisition. Dotée d’équipements de laboratoire de haute technologie et adaptée pour parcourir des routes en très mauvais état, cette unité mobile est destinée à faciliter la surveillance et la riposte aux épidémies de maladies infectieuses dans la Grande île. Elle sera exploitée par l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM).

 

Combler une grande lacune. Lors de l’épidémie de peste en 2017, les réalités du terrain ont montré une grande lacune par l’absence d’une telle structure capable de réaliser rapidement et de manière fiable les tests nécessaires pour être fixé sur le diagnostic chez des cas suspects, notamment dans des zones reculées du pays. L’existence d’une unité mobile aurait permis de réduire considérablement les délais de mise en œuvre des actions de riposte. C’est maintenant chose faite avec ce nouveau laboratoire mobile en mesure de faire des tests de laboratoire avancés, dont des analyses microbiologiques, et des enquêtes sur le terrain. Il facilitera les enquêtes sur les épidémies de plusieurs maladies infectieuses importantes pour la santé publique. « Par sa mobilité et ses capacités d’identification rapide et fiable des germes responsables des alertes épidémiques, il sera un outil complémentaire des laboratoires de référence (Centre National de Référence et Centre Collaborateur OMS) et apportera un appui capital au Ministère de la Santé Publique dans la surveillance des maladies à potentiel épidémique », souligne l’ambassade des Etats-Unis. En cas de suspicion de cas groupés ou d’épidémie, ce laboratoire mobile pourra être mobilisé rapidement à la demande du ministère. «Aujourd’hui, les victimes de la peste et d’autres épidémies obtiendront un diagnostic et recevront des soins appropriés le plus rapidement possible. Tous les techniciens et les chauffeurs ont reçu une formation et ce laboratoire mobile est prêt à être utilisé », a alors affirmé le premier conseiller de l’ambassade des États-Unis, Stuart R. Wilson, lors de la cérémonie d’inauguration du laboratoire mobile, hier, sur le campus de l’IPM. Une cérémonie à laquelle ont également assisté le ministre de la Santé publique, le Pr. Julio Rakotonirina et les membres de la communauté des bailleurs, dont un représentant de l’ambassade de France et le représentant-pays de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Recueillis par Hanitra R.

 

Midi Madagasikara0 partages

Ifm : Sax Machine débarque en trombe

Deux concerts pour le 04 octobre à 19 h et le 05 à 18 h avec le groupe de référence « Sax Machine » à l’Ifm Analakely, « Trio Jazz Hip-hop, Sax Machine est un retour vers le futur de la « Great Black Music » : Hard-Bop, Afro-Beat, Funk ou Hip-Hop viennent de fusionner pour former un alliage inédit et imparable ! « Sax Machine » est une formule alchimique imaginée par les talentueux saxophonistes Guillaume Sené et Pierre Dandin pour transformer l’art de l’improvisation en un groove cuivré et envoûtant mis en boucle par les loopers et machines. Racecar, rappeur de Chicago dans le plus pur style Native Tongue de la Côte Est, qui a collaboré aux USA avec Slim Kid Tre de The Pharcyde, Speech de Arested Developpment ou plus récemment à Paris avec Soulsquare (DJ Atom de C2C), DJ Suspect ou encore Alakazam (Zulu Nation), vient mettre le feu à la scène en prouvant qu’intelligence, positivité et classe peuvent réanimer le hip-hop ! Pour les amateurs de jazz, de hip hop, ce spot de deux jours est l’occasion rêvée  de goûter à ces nouvelles sonorités. Sax Machine est une formation de référence en France, alliant le rock, le classique et plein d’autres influences… Comme James Brown, Miles Davis, The Dirty Dozen Brass Band, A Tribe Called Quest, Jungle Brothers, De La Soul

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

JIRAMA : Les membres du Conseil d’Administration nommés

Le nouveau plan de redressement de la JIRAMA est en cours d’exécution. En effet, après le limogeage du directeur général Jaomiary Olivier le 14 août 2019, le Conseil des ministres d’avant-hier a nommé les 10 nouveaux membres du Conseil d’Administration de cette société d’Etat en difficulté. D’après le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures Vonjy Andriamanga, le nom du nouveau Directeur général de la JIRAMA sera connu dans deux mois. « La nomination ne sera pas politique. Le nouveau directeur général sera un vrai technicien. », a-t-il souligné.

Délestage et pénurie d’eau. Quoi qu’il en soit, le limogeage de Jaomiary Olivier n’a pas permis de solutionner le délestage et la pénurie d’eau. En fait, il n’était qu’un fusible. Pour ne parler que de la réalité vécue dans la Capitale, plusieurs quartiers continuent de souffrir du délestage et de la pénurie d’eau, pour ne citer que le quartier d’Avarabohitra Itaosy. Contrairement à celui de la JIRAMA, le nouveauDirecteur général de l’ARTEC (Autorité de Régulation des Technologies de Communication de Madagascar) a été nommé lors du Conseil des Ministres d’hier, en la personne de Rakotomalala Laurent Richard.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Ady amin’ny zava-mahadomelina : Rongony 250 kilao indray saron’ny zandary

Tsy maintsy nodorana …

Mitohy hatrany ny ady amin’ny fiparitahan’ny zava-mahadomelina ataon’ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena. Ankoatr’ilay sahan-drongony sy ireo rongony maina an-taonina maro tra-tehaka tato anatin’ny herinandro vitsy izay, dia nisy indray ireo gony feno rongony tra-tehaka, tany amin’iny tapany Atsimo sy Avaratry ny Nosy iny. Rongony 187 kilao, ny voalohany, saron’ny zandary tany amin’iny distrikan’Antsohihy. Araka ny fampitam-baovao azo, dia mpitandro filaminana nanao fisafoana tao amin’ny kizon’Antsahalalina, telo kilaometatra atsimon’i Betsipotika, ao amin’ny kaominina Antsahabe, distrikan’Antsohihy no nahatratra ireto kitapo 18 feno rongony , efa vonona ny haparitaka ireto. Tamin’ity indray mitoraka ity moa, dia tsy tratra teo ny tompony ary mbola eo am-pikarohana izany ireo zandary any an-toerana. Nodorana teo imason’ny mpitondra fanjakana tany an-toerana moa ireto zava-mahadomelina ireto, ny alarobia lasa teo. Fa ankoatr’izay, aman’arivony kilaometatra miala tao Antsohihy, tany amin’ny distrika Midongy Atsimo iny, dia rongony 71 kilao ihany koa no saron’ny zandary avy ao amin’ny tobim-paritra Midongy nandritra ny fisafoana natao ny alin’ny alarobia hifoha alakamisy lasa teo, tao amin’ny tanànan’Ambalahoraka ao amin’ny fokontany Vohimanoro, kaominina Nosifeno. Nitondra an’ireto rongony, jiolahy efatra no nosamborina. Fantatra, hoy ny fampitam-baovao, fa avy any amin’ireo tanin-drongonin’Antodabe Isandra sy Befotaka Atsimo no nangalan’ireo an’ireto zava-mahadomelina ireto. Tsy mijanona hatreo, fa mbola mitohy hatrany ny famongorana hatramin’ny “fakany” ity fanetriben’ny firenena, anisan’ny voalaza fa mitondra tsy fandriampahelamana eto amintsika.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

L’Oréal : Implantation de l’académie de coiffure dans la capitale malgache

Un défilé de mode a clôturé la journée d’hier.

«La beauté du ciel est dans les étoiles, la beauté des femmes est dans leur chevelure» dit un proverbe italien. Une vérité incontestable ! Il s’avère que partout dans le monde, la coiffure est une identité. À Madagascar, depuis toujours, elle fait inévitablement partie de l’art. Elle occupe une place importante dans la vie traditionnelle…Ces trois dernières décennies, la coiffure a prix une évolution exponentielle dans la Grande Ile. Les maisons de coiffure gagnent de plus en plus du terrain. Alors, pour avoir une formation de qualité, le groupe L’Oréal, implanté depuis la fin des années 1980, prend une initiative de créer une centre de formation dans la capitale malgache.

Mannequins, models, coiffeuses, ont été présents hier, vers 10 heures 30 minutes, à l’ouverture officielle de l’académie L’Oréal l professionnel Madagascar à l’immeuble Atrium Ankorondrano au premier étage. D’après la directrice commerciale de la société Sedis, Chantal Dixneuf , « cette formation est organisée tous les mois et non sporadiquement comme auparavant. Le principal but est de développer le marché de la beauté dans la Grande Ile. L’approche a toujours été centré autour des besoins des consommateurs. Et grâce à cette académie, L’Oréal renforcera sa proximité, toujours en s’appuyant sur ses 110 années d’expérience ».

A part les coiffeuses et esthéticiennes résidant à Antananarivo, celles des régions ont assisté à l’évènement. Comme Eléonore Lemalade, une coiffeuse réputée de Toamasina, qui a quitté sa ville pour acquérir plus de connaissances sur la coiffure artistique. « Cela faisait plusieurs années que je suis coiffeuse. Il me faut une formation de qualité pour étoffer mes expériences » a-t-elle confié. En tant que propriétaire d’un salon de coiffure, Lemalade connaît l’évolution de la coiffure à Madagascar. « Dans les années 1990, les femmes malgaches avaient honte de colorer leurs cheveux. Par contre, à présent, les jeunes filles s’y mettent. Elles s’en servent pour exprimer leur personnalité. La plupart d’entre elles ont trouvé leur look et lui restent fidèles. Cela vaut aussi pour leur coupe de cheveux et leur coiffure, qui deviennent en quelque sorte leur signature » a-t-elle témoigné.

 

Le marché de la cosmétique à Madagascar est très prometteur pour le groupe L’Oréal. La petite entreprise créée par le chimiste français Eugène Schueller en 1909 est devenue le plus grand groupe cosmétique du monde et a de la notoriété en Afrique en général et à Madagascar en particulier. Dans son ambition de séduire des millions de consommateurs malgaches, le groupe a choisi de se renforcer sur la Grande Ile en organisant des formations. Qu’il s’agisse de la coupe, de la coloration ou des techniques de haute coiffure, les toutes dernières tendances  y seront révélées.

Trente ans sur l’Ile rouge. Présent à Madagascar depuis plus de 30 ans, le groupe a connu de l’ampleur à l’aube de l’année 2000. Le Groupe souhaite consolider sa position sur deux marchés : le marché des produits de grande consommation et celui du circuit professionnel. Sur ce dernier, le Groupe compte s’imposer grâce à la formation professionnelle. Le directeur du groupe EDL, Irshad Razaali a certifié que « depuis 1988, L’Oréal a développé le marché de la beauté et de la coiffure à Madagascar ». Et elle continuera de donner de la brillance aux cheveux des jeunes femmes malgaches.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Festival ; Angaredona en évènement majeur de la Grande Île

Les Zazakanto vont illuminer le festival Angaredona avec des titres de leur cru.

Un festival qui prend de l’envergure, Angaredona se déroulera à Antsirabe à partir du 03 au 06 octobre. Un plateau musical hors norme, une véritable gâterie par les temps qui courent.

Une quinzième édition du festival Angaredona à la hauteur des attentes. L’ensemble des concerts se tiendra à Antsirabe. « Bien sûr, ce sera toujours dans la perspective de découvertes des artistes malgré la présence des grands noms », fait savoir Rajery, l’initiateur de cet évènement qui semble prendre toujours de la hauteur. Alors, le public verra des groupes venus de la scène internationale comme Ya’a Pop du Cameroun, Razia Said des Etats-Unis, Ethiopian Group et bien d’autres. Les artistes locaux ne feront pas seulement de la figuration : Salala, Oladad, Bagzana…

Sûrement, le groupe ZMG sera l’une des attractions du festival, présent lors du concert de clôture devant la gare de la Ville d’Eaux, le 06 octobre. En tout et pour tout, ils seront plus de 35 artistes à animer les quatre jours de l’événement. L’ouverture officielle aura lieu le 03 octobre au restaurant Razafimamonjy à partir de 20 h avec Aponga Vato, Kultur, Sova Zik et Salala. Entre le traditionnel et la musique du monde, les mélomanes et les simples amateurs auront pour leur grade. Il est temps de retrouver aussi Salala, le groupe d’a capella célèbre dans les années 90 avec la reprise stratosphérique de « Salakao » du légendaire Vaovy.

L’autre attraction d’Angaredona sera les petits de Zaza Kanto, ces phénomènes des réseaux sociaux ayant réussi à bouleverser la planète Internet malgache jusqu’à l’international. Leur cœur à l’ouvrage et leur talent, assez convaincant pour leur âge, les ont fait sortir de la rue pour arpenter le parcours des vedettes. Ils partageront la scène le 04 octobre au centre Lovasoa à partir de 17 h avec Diamondra, Mpamanga, Mafonja et Ethiopian Group. L’Alliance française locale ne sera pas en reste avec des pointures comme Arison Vonjy, Talike, Bira Carnaval… à 14 h, le 05 octobre. Ce sera aussi l’occasion pour les découvertes de se montrer.

L’annonce au public a donc été faite, hier, au restaurant Le Taxi Be Antanimena en présence de Mamy Bastah, Rajery… les principaux meneurs de l’équipe. Tout comme les soutiens pour ne pas citer le Cercle Germano-malgache (CGM). Du bien beau monde.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Médias : Dix organes de presse audiovisuels illégaux ordonnés à être fermés

Alors que la délivrance de nouvelle licence, d’extension, et de rajout d’activité en matière d’entreprise de presse est suspendue par le Ministère de la Communication et de la Culture (MCC) depuis le 18 mars dernier, l’enquête menée par ce ministère a révélé l’existence des dix organes de presse audiovisuels qui viennent de se constituer ces dernières semaines. Le Directeur général de la Communication auprès du MCC, Fanahimanana Tiaray l’a annoncé hier aux journalistes à Nanisana. Couvrant toutes les activités (radios, presse écrite et en ligne), ces entreprises ont été recensées dans plusieurs districts dont Antananarivo, Ambanja, Antsohihy, Farafangana, Marolambo, Ambovombe. Il ajoute que ces entreprises sont allées jusqu’à se servir des bouquets satellitaires. D’après le directeur des affaires juridiques Henintsoa Rakotondratafika, les investigations du ministère via la direction des régulation des médias ont permis de constater que l’ouverture de ces unités n’ont pas suivi la procédure de constitution prévue par le code de la communication médiatisée et aussi le cahier des charges des entreprises audiovisuelles privées. Il ajoute que les démembrements du ministère n’ont pas été avisés de leur ouverture. En effet, ces sont des entreprises illégales. Pour empêcher cette gabegie, le MCC invite ces entreprises de presse à suspendre immédiatement, et cela de leur propre initiative, les émissions, activités et publications, avant de procéder à la mise en demeure. Le Dgcom a mis à profit la rencontre avec la presse d’hier pour annoncer que la loi 2016-029 du 14 juillet 2016 portant code de la communication médiatisée a été adoptée par le Conseil du Gouvernement du 18 septembre 2019 sans aucun amendement majeur par rapport celui qui a été présenté aux parties prenantes à son élaboration, le 05 août 2019. Déclarant être disposé à défendre la voix des journalistes auprès de l’exécutif, le MCC a renouvelé, à travers un communiqué émanant de ce département, son engagement pour le prochain passage de ce texte en Conseil des ministres et devant le Parlement qui devrait avoir lieu pendant la prochaine session de cette institution en octobre. Et cela pour mettre en place une presse libre, responsable et surtout professionnelle dans le pays.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping tetsy Ambohidratrimo : Hatolotra ny fampanoavana anio ny tompon’antoka

Tsy vita omaly ny fanadihadiana nataon’ny zandary, ary dia anio no hatolotra ny fampanoavana i Jimmy. Io farany izay maromaro ny vesatra anenjehana azy. Isan’izany: ny fakàna an-keriny, ny fanolanana, ny fitsoahana ny mpitandro ny filaminana, ny fampiasana fitaovam-piadiana, ny fikasana hanao kolikoly tamin’ny zandary mpanao fanadihadiana sy izay mety hafa tsy voatonona noho ny tsiambaratelon’ny fanadihadiana. Efa mpamerin-keloka ny lehilahy, ary isan’ny tena nampalaza ratsy azy dia ny nataony tamin’ny taona 2015 ka nitorian’ny mpivarotena marobe azy. Mahakasika herisetra avy amin’ny fandrahonana amin’ny basy izany mba hahafahany manao izay tiany. Vitavita foana teny ny raharaha ary  sazy maivana no azony raha oharina tamin’ny zava-bitany. Teo dia efa nanahy ny maro ny nisian’ny kolikoly. Efa-taona taty aoriana, dia niverina namerin-keloka indray ny raharaha ary tena sahy ny niantso ny zandary ; izay hisambotra sy hanao fanadihadiana ny raharaha ka nampanantena enina tapitrisa ariary mba handaminana ny afera. Tsy nanaiky ny zandary no sady nisambotra ihany no koa nampahafantara ny besinimaro ny fanaon’ilay mpamerin-keloka, dia ny fikasana hampiasa vola izany. Azo heverina arak’izany, fa mitombina ny ahiahy tamin’ny 2015 izay nahamaivana ny sazy azony sy ny nahazoany fahafahana vonjimaika aza, talohan’ny nivoahan’ny didy. Izao kosa, raha ny fijery ny fikirakiran’ny zandary ny raharaha, dia betsaka ny vesatra hitazonana ity rangahy ity, indrindra koa zaza tsy ampy taona no nalainy an-keriny sy naolany.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Cybercriminalité : Une amende de 10 millions d’ariary pour chacun des deux journalistes

Le monde de la presse malgache a accueilli hier avec consternation la peine prononcée contre deux de ses acteurs.

Le verdict est tombé. Nadia Raonimanalina de la MBS et Mahefa Rabearivony de  24h Mada écopent chacun d’une peine d’amende de 10 millions d’ariary. Tandis que Arphine Rahelisoa du « serasera cua » a été relaxée au bénéficie du doute. Quant à Patrick Andriamisa, un arrêt de poursuite a été ordonné contre ce directeur de la Culture au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo. « Le pouvoir en place n’a pas opté pour l’apaisement. Une lourde peine d’amende est appliquée aux journalistes qui font leur travail. », a réagi le président de l’Ordre des Journalistes de Madagascar Gérard Rakotonirina. « Je trouve que cette peine est disproportionnée pour des journalistes dont la précarité de la rémunération par rapport aux responsabilités et aux risques encourus dans ce métier est connue de tout le monde. Les cas flagrants de diffamation sont nombreux à Madagascar, mais il y a véritablement deux poids deux mesures. », a affirmé quant à lui Vivier Raoelison, l’un des avocats de la défense à l’issue du procès d’hier.

1 ariary symbolique. En prononçant son verdict, la justice a appliqué l’article 20 nouveau de la loi n°2016-031 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n°2014-006 du 17 juillet 2014 sur la lutte contre la cybercriminalité qui prévoit : « L’injure ou la diffamation commise (…) envers les Forces Armées nationales ou d’un Etat (…) sera punie d’une peine d’amende de 2.000.000 Ariary à 100.000.000 Ariary ». La peine d’amende prononcée hier contre Nadia Raonimanalina et Mahery Rabearivony est la peine maximale prévue par la loi n°2016-029 portant Code de la Communication médiatisée. Cette peine maximale de 10.000.000 Ariary a suscité à l’époque la réaction négative des professionnels de la presse. Raison pour laquelle, sa réduction à 6.000.000 Ariary faisait l’objet des consultations menées en vue de modification de la loi en question. Un avant-projet de loi y afférent a été adopté lors du Conseil de gouvernement du 18 septembre dernier. Ce qui est ahurissant dans cette affaire d’un hélicoptère de l’Armée qui a survolé le stade municipal de Mahamasina, c’est que lors du procès du 16 septembre dernier, le plaignant qui est le Chef de l’Etat-Major Général de l’Armée Malagasy n’a réclamé qu’1 ariary symbolique à titre de réparation.

« Menace ». Le président de l’Ordre des Journalistes Gérard Rakotonirina n’a pas caché son appréhension devant cette « condamnation excessive ». « Ce genre de peine constitue une sérieuse menace contre la liberté de la presse à Madagascar. Si un organe de presse financièrement précaire fait l’objet de cette condamnation, il est voué à disparaître. Je ne suis pas là pour remettre en cause un jugement. Je suis là pour interpeller l’opinion sur ce qui se passe dans notre pays où la poursuite des journalistes devient monnaie courante ces derniers temps. », a-t-il dénoncé. Avant d’enfoncer le clou : « Je pense qu’une justice à deux vitesses n’est pas une solution. Il y a des journalistes qui enfreignent carrément la loi dans l’exercice de leur métier, mais ils ne sont même pas inquiétés. » A rappeler que l’histoire d’un hélicoptère de l’Armée qui a survolé sans l’autorisation du propriétaire du lieu le stade municipal de Mahamasina se trouve à l’origine de l’affaire. Les photos de l’hélico ont été publiées dans les réseaux sociaux et on a accusé des journalistes pour en être les responsables. « On ne savait même pas que c’était un hélicoptère de l’Armée. Donc, il n’y  avait aucunement une intention de diffamer qui que ce soit dans ce que nous avons publié. », ont déclaré les prévenus durant le procès.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Accès à Internet : Forum national sur le Plan de gouvernance, au Carlton Anosy

Orange Madagascar figure parmi les opérateurs qui œuvrent pour la réduction de la fracture numérique dans la Grande Ile.L’IGF (Internet Gouvernance Forum) de cette année se tient depuis hier, sous le thème « Connecter les non connectés ». Les différents acteurs du secteur de l’Internet à Madagascar sont au rendez-vous, les 19 et 20 septembre.Madagascar figure parmi les pays ayant une bonne qualité de connexion Internet. Cependant, le pays est encore à la traîne, en termes de nombre de personnes connectées, par rapport à l’ensemble de la population. Une concertation est en cours, au Toit de Tanà – Carlton Anosy – pour la recherche de solutions à ce handicap, dans le cadre de l’édition 2019 du Forum sur la Gouvernance de l’Internet ou IGF. Il s’agit d’un événement organisé par l’Internet Society Madagascar chapter (ISOC Madagascar), en collaboration avec Network Information Center Madagascar (NIC-MG) et Orange Madagascar, dans le dessein de définir le plan de gouvernance de l’Internet à Madagascar. D’après les organisateurs, ce Forum  entre dans le cadre du Sommet Mondial sur la Société de  l’Information (SMSI). Il se déroule sous le haut patronage de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES) et du  ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement  numérique (MPTDN), et est parrainé par l’ARTEC (Autorité de régulation des technologies de Communication).Programme. Hier, les dirigeants gouvernementaux, les conférenciers, les experts, les entreprises, les start-up, les universitaires et les membres de la société civile  ont exploré une facette du contexte numérique actuel à Madagascar et à travers le monde en soulevant des problématiques et en proposant les améliorations à apporter. Plusieurs thématiques étaient au programme : Ecosystème de l’Internet, E-gouvernance et Vulgarisation Numérique, Point d’échange Internet IXP et règlementations du monde digital, … ont alimenté les débats durant le forum. Pour ce jour, les participants aborderont le sujet de l’Internet dans l’éducation et la recherche. « En outre, les lauréats du concours de conception d’applications innovantes intitulé « Hackathon WSA 2019 », organisé par l’ISOC Madagascar, WSA Madagascar et NIC-MG, recevront également leur prix. A la fin de l’événement, le professeur Raft Nicolas Razafindrakoto présentera une synthèse de ce qui a été avancé durant les sessions de conférences-débats ainsi que des recommandations pour la mise en place de la politique de numérisation à Madagascar jusqu’en 2025 », ont indiqué les organisateurs. A noter que l’Internet Society (ISOC) est une organisation américaine qui cherche à assurer un leadership en matière de normes, d’éducation, d’accès et de politiques liées à Internet. D’après ses membres, sa mission est de promouvoir le développement ouvert, l’évolution et l’utilisation de l’Internet au profit de tous les peuples du monde entier. En ce qui concerne l’Internet Society Madagascar chapter, l’Association fondée en mars 2017 en fixant comme objectif la promotion de l’Internet à l’échelle nationale.Antsa R.
Midi Madagasikara0 partages

World Clean Up Day : Une manifestation en faveur de l’environnement

Un événement organisé par l’Union  européenne, les Nations  unies et d’autres institutions. World (Beach) Clean Up Day aura lieu à Madagascar le 21 septembre, coordonné par Let’s do it, Madagascar. D’après les explications, 25 sites seront nettoyés. Pour le staff de la Délégation de l’Union européenne, les actions de demain seront concentrées sur les abords du Marais Masay. « Les déchets, partout autour de nous, et les déchets marins, en particulier, constituent un défi mondial. Chaque année, des millions de tonnes de détritus finissent dans l’océan. D’ici à 2050, il pourrait y avoir plus de plastique que de poissons dans la mer. Outre les océans, les endroits à nettoyer sont multiples et nous sommes tous concernés ! Cet événement est organisé, afin de mieux faire connaître le défi des déchets dans tous les coins de notre planète bleue. La campagne invite les citoyens à participer partout aux actions de nettoyage”, ont indiqué les initiateurs du projet.

Antsa R.

Madagate0 partages

Afrique du Sud. Plus de visa d'entrée pour les ressortissants malagasy

Air Madagascar dia mampahafantatra fa manomboka izao, ireo Malagasy rehetra manana pasipaoro diplomatika na pasipaoro tsotra dia tsy mila visa sy fahazoan-dalana intsony raha handeha ho an’ny Afrika Atsimo. Izany dia manan-kery 90 andro isan-taona.

 

Air Madagascar wishes to inform you that any Malagasy possessing a simple or diplomatic passport will no longer need to present a visa to travel to South Africa for a period of 90 days a year.

 

Air Madagascar tient à vous informer que tout Malagasy possédant un passeport simple ou diplomatique n’aura plus besoin de présenter un visa pour voyager en Afrique du Sud pour une période de 90 jours par an.

 

Fanazavana fanampiny

More details

Pour plus de détails

Ambassade d'Afrique du Sud

Lot Ivo 68 Bis, Ankorondrano Antananarivo

Phone : 020 22 494 82