Les actualités à Madagascar du Jeudi 20 Juillet 2017

Modifier la date
Madagascar Tribune786 partages

Les gendarmes se sont enfuis laissant les passagers à la merci des dahalo

Une énième attaque sur la Route nationale 7 (RN7) dans la nuit du 17 juillet dernier. Une caravane de taxi-brousse reliant Toliara à la capitale a été attaquée par des dahalo. Bilan, tous les passagers dévalisés ainsi que 2 blessés par hache. Les gendarmes armés qui faisaient partie de la caravane sont les premiers qui se sont sauvés laissant les pauvres passagers à la merci des dahalo. Une situation qui a provoqué l’indignation générale des chauffeurs et des passagers. Une partie des voitures qui ont pu rebrousser chemin à temps en constatant les barrages des dahalo proposaient même aux gendarmes de revenir ensemble afin de secourir les victimes et faire fuir les dahalo mais les éléments de forces de l’ordre ont refusé préférant l’arrivée des renforts.

Pourtant, il fut un temps où les taxi-brousses qui refusaient de prendre des gendarmes armés dans leurs voitures sont traités de tous les noms par les hauts gradés de la gendarmerie et un chauffeur attaqué a été même emprisonné pour ce refus.

Dans la journée du 19 juillet, aucun taxi-brousse reliant la capitale au sud du pays n’a emprunté la RN7, ils sont en grève. Ils exigent de l’Etat un minimum de sécurité et des éléments de forces de l’ordre qui font leur travail. En tout cas, les passagers pour Toliara se plaignent et ne savent que faire face à cette grève. Certains sont très remontés car ils doivent reprendre leur travail après leur congé qui expire demain tandis que d’autres vont rater des événements auxquels ils doivent participer. Cet axe RN7 est périodiquement infesté par des dahalo qui braquent les convois de taxi-brousse vers Toliara qui l’empruntent pratiquement la nuit pour des raisons de commodité. Si la chaussée connait des points noirs il faut dire aussi et avouer que le circuit est parsemé de nombreux points vulnérables en matière sécurité, pour ne citer que les environs de Camps Robin-Ambohimahasoa ou Ranohira-Ihosy.

Midi Madagasikara275 partages

Régis Gizavo : Sa dépouille mortelle acheminée à Toliara le 26 juillet

La dépouille mortelle de Régis Gizavo atterrira à Ivato le 26 juillet et sera acheminée de suite à Tuléar.

« Pas de veillée funèbre à Tana » ! C’est ce qu’a fait savoir le frère de l’artiste, joint par téléphone hier. Encore à Paris à l’heure actuelle, la dépouille mortelle de l’accordéoniste sera rapatriée au pays la semaine prochaine. Elle atterrira à Ivato le 26 juillet, à quatre heures du matin et sera acheminée de suite vers sa ville natale : Tuléar. Ses amis et tous ceux qui l’ont connu pourront se réunir pour traverser ensemble ce moment difficile, partager leur peine, évoquer sa mémoire et lui rendre un dernier hommage, au Gymnase couvert de Tuléar où aura lieu la veillée mortuaire. Les obsèques auront lieu le lendemain (le 27), à Andranomena Tuléar. Le Ministère de la Culture lui décernera une distinction honorifique à titre posthume. Julien, Rakotonaivo, SG par intérim de préciser : « Rien n’a encore été décidé. On débat encore de la question étant donné qu’il n’a jamais encore été décoré. En tout cas, ce sera une médaille de l’ordre national ». Pour rappel, Régis Gizavo, pris de malaise sur scène, lors d’un concert avec le groupe Alba, en Corse décède le 16 juillet à 58 ans. Connu pour ses doigts de fées, l’accordéoniste a joué avec les plus grands artistes malgaches comme D’Gary, Monika Njava, les All Stars, mais a également enchanté des artistes internationaux notamment Mano Solo, Cesaria, I muvrini, Lenine, Dominguinhos, Christophe Mae, ou encore Cesaria Evora.Mahetsaka

News Mada218 partages

Antanimena : jiolahy tratra nanendaka sinoa

Naiditra am-ponja vonjimaika rehefa avy natolotra ny fampanoavana, omaly, ny jiolahy raindahiny amin’ny fanendahana. Noraisim-potsiny teo am-panendahana teratany sinoa iray teny Ambohibary Antanimena, ny alatsinainy teo ity jiolahy ity. Ny polisy miasa ao amin’ny poste de police Antaniavo no nahasambotra azy. Voalazan’ny polisy fa nandeha taxi ilay teratany sinoa no niditra an-keriny naka ny finday avolenta teny aminy ilay jiolahy. Raikitra ny fifanenjehana satria nanampy ilay teratany sinoa nanenjika ity jiolahy ity ny olona teo amin’ny manodidina. Nisy kosa ireo niantso polisy ka tsy afa-bela ilay jiolahy.

Efa mpanao asa ratsy eny amin’iny faritra Antohomadinika sy ny manodidina ity jiolahy ity. Maro ireo efa nitondra faisana ary isan’ny mampalaza ratsy azy ny fanendahana anaty fiara rehefa fitohanan’ny fifamoivoizana.

J.C

L'express de Madagascar159 partages

Refus d’exécution

Durant l’audience au Conseil d’État, Anosy, sur l’affaire qui oppose le parti Tiako i Mada­gasikara (TIM), à la préfecture de police, hier, l’un des conseillers a évoqué le fait qu’une requête en sursis à exécution d’un acte auprès du tribunal administratif,entraîne, immédiatement, la suspension de l’appli­cation de cet acte. L’un des conseillers a ainsi, questionné l’avocate du TIM, si le parti a notifié le préfet de police de l’introduction de cette requête. « Le préfet en a été signifié par voie d’huissier. Il a, cependant, répliqué que l’affaire fera encore, l’objet d’une audience et qu’en attendant, il devra appliquer les consignes qu’il a reçues de ses supérieurs », a affirmé l’avocate.

Midi Madagasikara156 partages

Technologie et développement : Les Malgaches lauréats du « Créathon » connus

Les deux équipes malgaches lauréates.

Les résultats préliminaires pour le concours international -concernant les nouvelles technologies appliquées à l’éducation au développement durable- qu’a organisé le Campus Numérique Francophone (CNF) ont été sortis officiellement hier. Deux équipes malgaches sont en lice pour Poitiers !

Intitulé « CREATHON 2017 », le concours a été organisé le 10 mai dernier. D’un point de vue générale, il s’agit d’un concours international d’applications pédagogiques. Un concours visant à appuyer l’émergence de projets éducatifs innovants, tout en exploitant l’évolution numérique et en restant ludique. Comme spécifié plus haut, le créathon portait sur le développement durable; plus précisément, il était intitulé : « Le développement durable ça s’apprend ». Il s’agit de la deuxième édition pour cette année, 200 équipes se sont inscrites et finalement cinq sont retenues ! Madagascar est en quelque sorte le « grand gagnant »- du moins pour l’instant- car deux équipes sur les cinq retenues pour la poursuite du CREATHON 2017 sont issues de l’Université d’Antananarivo. Notons qu’il s’agit de la deuxième fois que l’Agence Universitaire de la Francophonie, le Campus e-éducation de Poitiers et le Réseau Canapé ont noué un partenariat dans la préparation et la réalisation de ce concours international et interactif. Dès la communication du thème, le 10 mai dernier, les 11 équipes malgaches-formées d’étudiants et de professionnels- ont planché sur leur projet à huis clos et pendant 12 heures d’affilés ! Toutefois, elles ont été aidées de mentors. Grâce à leur bel esprit d’équipe, de bonnes pratiques et des partages d’expérience ont pu avoir lieu.

Poitiers. Les équipes retenues disposent de cinq mois pour concocter et mûrir leur projet, sous la bienveillance et les conseils techniques de leur mentor. Elles iront ensuite goûter à l’hiver poitevin du 2 au 6 octobre. Effectivement, elles seront accueillies à Poitiers dans le cadre du « Campus e-éducation » (C2E) qui aura lieu à Poitiers. Ils y participeront aux ateliers d’accélération, à l’issue desquels le public du C2E élira le meilleur projet.

Lauréats. Voici successivement les deux projets malgaches retenus pour Poitiers. D’une part « Idéfi » de « Velox »- application web et mobile aidant la population à s’engager en faveur du développement durable en réalisant des défis conséquents. D’autre part, « Ludicolo » de « Madagascar Sparks » étant un projet de plateforme de jeu et de concours pour récompenser les actions écologiques, les plus pertinentes et pragmatiques.

Luz R.R

Midi Madagasikara146 partages

Tanjombato : Mpangalatra matin’ny fitsaram-bahoaka

Tofoka tanteraka amin’ity firongatry ny tsy fandriampahalemana ity ny olona ka ny aza tratrany ihany. Toy ity  nitranga teny amin’iny faritra Tanjombato ity, ny alin’ny talata lasa teo. Lehilahy iray izay voalaza fa mpangalatra no niharan’ny fitsaram-bahoaka. Noho ny vono sy ny daroka nahazo azy dia tsy tana intsony ny ainy. Araka ny fanazavàna azo dia tsy fantatra mazava na saika hamaky trano ity ranamana ity na hoe tratra nanendaka olona. Ny hany fantatra dia hoe tratra ambodiomby teo am-pangalarana izy saingy mbola nitsoaka ihany. Niara-nientana avy hatrany ireo mponina teny an-toerana tamin’ny fanenjehana. Tsy lasa lavitra akory izy dia voasambotra. Tsy nisy alaharo alaharo fa avy hatrany dia niainga ny daroka sy ny vono. Efa nentim-po rahateo ireo fokonolona nahatratra azy ka tsy niraharaha intsony fa dia samy nanampatra ny fony teo avokoa. Efa tsy nahahetsika intsony ity farany no tonga teny an-toerana ny mpitandro filaminana misahana iny faritra iny, niezaka nifehy ireo andian’olona, raha ny fanazavàna azo hatrany. Noezahina nentina teny amin’ny tobim-pitsaboana saingy efa tsy nisy azo natao intsony. Raha ny fantatra dia teo amin’ny lohany no voa mafy, antony izay heverina fa nahafaty ity lehilahy voalaza fa tratra nangalatra ity. Ny pôlisy misahana ny ady amin’ny heloka bevava etsy Anosy  moa, raha ny fanazavàna azo avy amin’ireo pôlisy teny an-toerana, no avy hatrany dia nisahana ny famotorana sy ny fanadihadiana mahakasika ity fitsaram-bahoaka ity.

m.L

L'express de Madagascar129 partages

Développement décentralisé – Mahajanga et Mulhouse main dans la main

La première phase de la coopération entre la cité des Fleurs et la ville française est convaincante. Efficacité, transparence et autonomie la caractérisent.

«La coopération entre la ville de Mulhouse et la commune urbaine de Mahajanga se poursuit. Nous sommes satisfaits et contents de l’avancée des projets, mais nous sommes aussi très exigeants. »

C’est en ses termes qu’Anne-Catherine Goetz, adjointe au maire de Mulhouse, s’est exprimée lors de la signature de la convention cadre de développement décentralisée entre les deux villes, avec la commune urbaine de Mahajanga, mardi, à l’hôtel de ville de la cité des Fleurs.

« Les trois mots clés, efficacité, transparence et autonomie, sont constatés dans la coopération, à travers les différents projets qui unissent les deux parties », ajoute-t-elle.

Le premier magistrat de Mahajanga, Mokhtar Andriantomanga, et son équipe ainsi que les agents de la municipalité ont été félicités par la délégation de Mulhouse pour la qualité de leur professionnalisme et l’avancée constatée dans la réalisation des projets de partenariat.

Bonne gouvernance

La gestion de la collecte de déchets, le traitement de boues de vidange, la gestion des finances de la municipalité et les travaux effectués dans les différents marchés de Mahajanga figurent parmi les activités prévues par cette coopération, qui date de 2004.

La nouvelle étape de cette collaboration entre les deux parties, entrée en vigueur le 1er janvier, touche aussi la sécurité civile à Mahajanga dont la réorganisation de la caserne des pompiers. Les technologies de l’information et de la communication, mises au service de la bonne gouvernance dans la commune, permettront aussi d’élaborer un schéma directeur et de former des agents municipaux à l’utilisation des TIC.

Comme l’Ircod ayant été changé, depuis le 1er juillet, en Grand Est solidarité de coopération pour le développement ou Gescod, les villes de Mulhouse et de Mahajanga s’engagent à définir ensemble les modalités du financement des actions des programmes. Cette année, le montant du financement prévisionnel global mis en œuvre par l’Ircod pour la réalisation des actions citées dans la convention, est évalué à 140 300 euros, hors valorisation et engagements financiers directs des partenaires malgaches.

La délégation a prévu une visite des trois marchés de Mahajanga et du STBVL (traitement des boues de  vidange) à Marohogo, jusqu’au 20 juillet. Martine Mozère, chef du service des relations internationales, Régis Ochsenbeein, du directeur administratif et financier, et Nicolas Cazut, chef du service de l’assainissement, composent la délégation de la ville de Mulhouse.

Vero Andrianarisoa

Tia Tanindranaza125 partages

Kolonely CoutitiMila ady amin-dRavalomanana indray

Mitombo hatrany ireo irakiraka alefan’ny fitondrana HVM any anaty haino aman-jery hanaratsy an’i Marc Ravalomanana.

  Ny kolonely Coutiti indray no nipoitra sy niteny omaly. Ingahy Ravalomanana dia efa fantatra fa tsy tiam-bahoaka fa ny vahoaka no nanala azy tamin’ny 2009, hoy izy. Adala ve ny iraisam-pirenena nanameloka an’i Andry Rajoelina sy ny ekipany tamin’iny fanonganam-panjakana hitam-poko hitam-pirenena iny, ka nikatona nanomboka teo ny resaka famatsiam-bola ? Tokony hiandry ny fifidianana izy fa tsy hanao fihetsiketsehana manelingelina ny fitondrana. Nosoketain’ity kolonely efa reraky ny figadrana ity ho mpanao kopisoroka sy tsy miraharaha ny fanapahan-kevitry ny fanjakana mihitsy aza i Marc Ravalomanana, ka aoka tsy hanakorontana fitondrana, hoy hatrany izy. Toa efa tsianjery nomanina fotsiny ny fanehoan-kevitra fa tsy nisy ny fandinihana ny tena zava-niseho nialoha sy taorian’ny 8 jolay hoe iza no tsy nanaiky didim-pitsarana sy nanao herisetra ? Tsy hay na mba nandinika ny tantara sy ny zava-nisy ihany na manao tsianjery maimbo fotsiny noho ny fanaovana asana mpikarama an’ady politikan’ny HVM fa dia sahiny ny nilaza fa nolovaina tamin’i Marc Ravalomanana ny fahasahiranam-bahoaka ankehitriny. Adinony ve fa tamin’ny andron’i Marc Ravalomanana no ambony indrindra ny fiharian-karena teto Madagasikara izay tafakatra 7,1% fa ny fanjakana tetezamita sy ny HVM no nandrava efa ?  Niaro fatratra ny fitondrana HVM amin’izao efa tsy fahaiza-mitantana izao ny tenany hoe tsy mora ny manao zavatra. Mety tsy levon’ny vavonin’i Coutiti hatramin’izao ny nigadrany nandritra ny fitondrana Ravalomanana. Tsara ny mampahatsiahy fa ny fampijaliana sy fampihorohoroana olona nataony tany Avaratry ny nosy ny taona 2001-2002 no antony nanagadrana azy. Mbola tafiditra tamin’ny raharaha BANI Ivato, resaka fanongam-panjakana ny volana novambra 2010, ka voasambotra ary nalefa teny Tsiafahy tamin’ny andron’ny tetezamita ihany koa izy.

Toky R

 

Midi Madagasikara122 partages

Les travailleurs de l’ombre : Hanitraniaina Rakotondrabe, le coach exemplaire

Hanitra avec sa médaille et son certificat de mérite sportif.

Nombreux sont ceux qui ne connaissent pas Hanitra Rakotondrabe, pourtant, elle est la meilleure athlète du 100 m malgache etdétentrice du record de Madagascar en 11’32 établi en 1996.

Même s’ils aiment gagner, ces travailleurs de l’ombre préfèrent donner à leurs protégés la victoire. Parmi les rouages essentiels de chaque structure, l’entraîneur, quel que soit son profil, occupe une place à part. Hanitra Rakotondrabe fait partie des faiseurs de championsde l’athlétisme malgache.

Cela fait près de 29 ans qu’elle a baigné dans le monde de l’athlétisme. Elle a évolué en tant qu’athlète pendant 15 ans et 14 ans en tant que coach. Ancienne sprinteuse et recordwoman de Madagascar du 100 m, Hanitra Rakotondrabe est l’entraîneur national sprint et haies au sein de la fédération malgache d’athlétisme (FMA).Elle a commencé l’athlétisme en 1986 au sein du SOLIMAchez les juniors. Le déclic pour l’athlétisme vient de sa grande sœur. « Ma grande sœur était une athlète. Elle m’a encouragée à pratiquer cette discipline » a-t-elle fait savoir. Mais avant cela entre 1984 et 1986, elle a participé aux sports de masse pour le district d’Atsimondrano dans l’épreuve du 100 m. Deux ans après son entrée au club, elle a remporté son premier titre national du 100m. Et c’est depuisqu’elle a régné en maître pour cette épreuve reine jusqu’à sa retraite sportive en tant qu’athlète en 2003 aux Jeux des Iles de Maurice.

Recordwoman. En 1990, elle a été sélectionnée pour les Jeux des Iles à domicile où elle a terminé 4e en 100 m et l’or de l’équipe relais 4 x 100 m aux côtés de Monica, Lalao et Nicole. En 1996, elle a signé le record de Madagascar du 100 m en 11’32. 21 ans après, ce record n’a pas encore été pulvérisé. De 1990 en 2003 c’est-à-dire presque pendant 13 ans, elle était membre de l’équipe nationale aux Jeux des Iles, aux Jeux de la Francophonie, aux Jeux Africains, aux Jeux Olympiques et aux Championnats d’Afrique et du monde. Elle a été médaillée d’or aux Jeux de la Francophonie en 1997 à Alarobia, toujours médaillé en relais 4 x 100 m. En 2003, elle a décidé de changer de fusil en se lançant dans le coaching. Depuis 2000, Hanitra a bénéficié plusieurs stages et formations de la fédération internationale (IAAF). Elle est titulaire du diplôme le plus élevé de l’IAAF, le niveau 5. « Etre un bon coach avant tout il faut être un technicien, mais, surtout, qui sont les mieux placés outre ceux qui ont pratiqué la discipline » a-t-elle expliqué. Outre sa fonction d’entraîneur national, Hanitra est professeur d’EPS.Parmi ses protégés figure Rosa Rakotozafy, Elodie Embony et Nirina Ramahefasoa Tiarson Manandaza. « En toute honnêteté, la relève de l’athlétisme malgache n’est pas dans l’immédiat peut-être d’ici à cinq ans » a-t-elle conclu. Actuellement, Hanitra est à Abidjan pour l’encadrement des jeunes athlètes pour les 8es Jeux de la Francophonie.

T.H

Midi Madagasikara107 partages

Nations Unies : Un mandat de cinq ans pour Claudette Raharimanarina

Elle a été élue membre de la Commission des limites du plateau continental (CLCS) au sein des Nations Unies. Elle a obtenu 154 voix sur 164 lors de l’Assemblée des Etats partis à la Convention des Nations Unies sur le droit de la Mer, qui s’est tenue du 12 au 16 juin dernier à New York. Elle, c’est Mme Clodette Raharimanarina, géophysicienne et haut fonctionnaire à l’Office des Mines Nationales et des Industries Stratégiques (OMNIS). Elle a été reçue hier à Anosy par la ministre des Affaires étrangères Atallah Béatrice. Le mandat de Mme Claudette Raharimanarina au sein de la Commission des limites du plateau continental est de cinq ans, à compter du 24 juillet 2017 jusqu’en 2022. Au sein de cette Commission, l’Afrique dispose de cinq sièges qui seront désormais assurés par Madagascar, Nigeria, Cameroun, Mozambique, Kenya et Angola. Le Paragraphe 1 de l’article 2 de l’Annexe II à la Convention des Nations Unies sur le droit de la Mer stipule que la CLCS comprend 21 membres experts en matière de géologie, de géophysique, ou de l’hydrographie.

Enjeux économiques. A l’issue de la rencontre d’hier, la chef de la diplomatie malgache Atallah Béatrice de souligner : « (…) La présence d’une Malgache au sein de cette Commission est d’une très grande importance dans la mesure où l’exploitation des fonds marins constitue des enjeux économiques en matière de ressources énergétiques. » Pour sa part, Mme Claudette Raharimanarina de réagir sur son élection : « J’en suis fière en tant que femme, mais aussi Malgache. Cette élection nous permettra de suivre de près les dossiers relatifs à l’extension de notre plateau continental qui est en attente de recommandation actuellement. Comme les autres membres de cette commission, Madagascar examine aussi le cas des autres pays sur ce sujet. Ce sera un défi de taille auquel nous allons participer activement. »

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara104 partages

« Fasan’ny Karàna » : Insécurité sur la RN7, les transporteurs en grève

Hier matin, les usagers qui devraient prendre des taxi-brousses au stationnement « Fasan’ny Karàna » à Anosizato, ont failli être obligés de rentrer bredouilles. Les coopératives de transports de voyageurs opérant  sur la Route nationale n°7 (RN7) ont failli suspendre leurs activités pour manifester leur ras-le-bol sur la recrudescence de l’attaque de taxis-brousse sur cet axe. Elles étaient sur le point de lancer une grève d’avertissement, mais aux dernières minutes,  les responsables ont renoncé à ce projet à cause d’une défaillance au niveau de la communication. Cette décision d’observer une grève a été prise suite à ce qui s’est passé à Ambodimifahy, dans le district d’Ambalavao la nuit du 17 au 18 juillet. Un taxi-brousse de la ligne Antananarivo-Toliara était la cible des coupeurs de route.  Selon les informations, les bandits ont monté un barrage sur la descente d’Ambodimifahy, à quelques kilomètres de la ville d’Ambalavao. A la tête d’un convoi d’une vingtaine de véhicules, le Sprinter est tombé dans le piège tendu par les malfrats. Résultats, des passagers ont été blessés et dérobés de leurs biens. Les transporteurs s’insurgent contre l’insécurité qui règne sur cet axe, car les mesures prises par les forces de l’ordre n’ont pas fait preuve d’efficacité, jusqu’ici. Ce cas d’Ambalavao est significatif. Selon les informations, les six gendarmes qui ont escorté le convoi n’ont pas pu empêcher les bandits de sévir. Ainsi, les coopératives exigent la réorganisation immédiate de la collaboration entre les forces de l’ordre et les transporteurs.

T.M.

Midi Madagasikara100 partages

Education nationale : Lancement d’une application pour la gestion de l’alphabétisation ce jour

Le directeur de l’Education préscolaire Manajaona Ravelonjanahary Arthur.

La modernisation du système éducatif est l’un des objectifs fixés par le ministère de l’Education nationale dans sa réforme de l’éducation nationale. Le lancement de l’application weg Gamela ce jour constitue donc un pas de plus pour atteindre cet objectif. Ce que le directeur de l’Education préscolaire et de l’Alphabétisation, Mananjaona Ravelonjanahary Arthur a confirmé : « L’application Gamela a été créée à l’initiative du MEN avec des moyens qui lui sont propres. Des efforts ont été déployés depuis des années dans la modernisation du système éducatif. Le Plan Sectoriel de l’Education (PSE), appuyé par les partenaires techniques et financiers ne fait que les accompagner ».Devant permettre « une prise en main plus pointue de l’Alphabétisation, de l’éducation inclusive ainsi que de l’éducation préscolaire », ladite application est accessible à tout instant grâce à un compte utilisateur fourni par la direction de l’Enseignement préscolaire et de l’Alphabétisation. A cet effet, web Gamela entend raffermir la gestion et le contrôle de l’ensemble des activités de la direction (DEPA) à travers la mise en place d’une base de données numériques centralisées. Ce qui devrait permettre des recherches avancées et quasi-instantanées, et ce, afin de se défaire de la lourdeur des procédures en déterminant les détails des actions de l’alphabétisation ainsi que des sensibilisations à mener. Elle devrait également permettre de détecter et de lister les zones de l’administration pédagogique, les CISCO et les DREN qui nécessitent des interventions spécifiques.

José Belalahy

L'express de Madagascar94 partages

Exportations – De grandes firmes au chevet de la vanille

Le Fonds Livelihoods, dont fait partie Danone, annonce des investissements faramineux pour la réorganisation d’une partie de la filière vanille de Madagascar.

Vos enfants connaîtront-ils le parfum de la vanille ?, s’inquiète le site Challenge dans un article publié hier. Le magazine français dresse un tableau sombre de la filière dopée par la désorganisation et la spéculation de la vanille malgache. « Certains cuisiniers ont renoncé à la vanille », a soutenu pour sa part l’Agence France Presse (AFP) dans une dépêche publiée hier. Devant ce fait sombre, des industriels annoncent des investissements faramineux pour remettre sur pied la filière malgache.En espérant renverser la tendance, le Fonds Livelihoods a décidé d’investir 2 millions d’euros dans la filière dans la région de Sava. Le projet a pour but de tripler les revenus des agriculteurs et de fournir aux entreprises de la vanille de qualité et entièrement traçable pendant dix ans. Portant sur trois mille fermes familiales, il intègre des solutions pour améliorer non seulement la qualité et la traçabilité de la production de vanille, mais également la sécurité alimentaire des agriculteurs ainsi que la préservation de la biodiversité.

Qualité prix« Nous croyons que le projet vanille Livelihoods peut avoir un vrai impact car il permet aux agriculteurs de reprendre le contrôle de leur production et aux entreprises de maîtriser leur approvisionnement », a indiqué Bernard Giraud, co-fondateur et président de Livelihood, un fonds d’investissement dans l’agriculture durable, financé par de gros industriels de l’agroalimentaire comme Danone, Firmenich, Mars et Veolia.Les producteurs de vanille et les industriels sont confrontés à une situation difficile. En cinq ans, le prix de la vanille sur le marché mondial a été multiplié par huit. Selon le rapport Cyclope « le prix moyen des gousses de Madagascar a gonflé à plus de 400 dollars le kilo en 2016-2017 contre 50 dollars en 2012-2013 ». Avec ce prix, les industriels ont du mal à rentabiliser leurs produits. Alors que sa qualité ne cesse de se dégrader.Pour la filière malgache, la recrudescence des vols de gousses sur pied, la violation des règles de production, de récolte et de conditionnement, les problèmes d’insécurité avec les justices populaires dans certaines localités, la flambée des prix et le passage du cyclone Enawo n’arrangent pas la situation. La hausse est observée depuis l’avènement des trafics de bois de rose dont les capitaux seraient blanchis dans la filière vanille.Mais ces industriels regroupés au sein du Fonds Livelihoods veulent à tout prix sauver la filière. « Nous allons mettre en place une organisation de production, sorte de coopérative agricole, avec des formateurs, des agronomes, pour faire la récolte de la vanille verte, puis le long et délicat travail de la préparation de la vanille au sud de la Sava », explique Bernard Giraud.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara74 partages

Inapplicabilité du « ni…ni… » en 2018 : L’AKFM dénonce une ingérence de la communauté internati...

Après avoir annoncé ouvertement que le fameux « ni…ni… » ne s’appliquera plus en 2018, la représentante résidente du PNUD ou Programme des Nations Unies pour le Développement, Violette Kakyomya s’attire les foudres des politiciens qui remarquent une fois de plus une ingérence de la part de la communauté internationale dans la gestion des affaires étatiques internes du pays en général et dans le processus électoral malgache en particulier. Éric Rakotomanga, président du parti AKFM en est un et n’hésite pas à affirmer qu’« il y a d’ores et déjà un candidat de la communauté internationale que cette dernière veut soutenir ». Faut-il rappeler que selon les explications de Violette Kakyomya, le « ni…ni… » était seulement utilisé lors des élections présidentielles de 2013 et que l’on devait y recourir dans le cadre du processus de sortie de crise. Car au début, rappelons-le, l’on estimait que les principaux acteurs de la crise de 2009, à savoir Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, ne devraient pas participer à ces élections compte tenu de l’atmosphère très tendue de l’époque.

Stratégie. Eric Rakotomanga a également confié ses soucis par rapport à la commission électorale nationale indépendante (CENI). « Il est prouvé que les commissions électorales qui sont réparties dans toute l’Afrique sont mises sur pied pour justifier les résultats des scrutins manipulés par la communauté internationale pour mettre en place ceux qu’ils veulent voir diriger les pays concernés », a indiqué le président national de l’AKFM. Par ailleurs, ce dernier lit le contexte dans lequel s’établit la préélectorale comme étant un des aspects de la stratégie déployée par ladite communauté internationale. « Tout est question de stratégie. D’un côté, les dirigeants empêchent la tenue des manifestations publiques. D’un autre côté, les opposants veulent obtenir le pouvoir non pas par voie électorale, mais à travers les manifestations populaires », avertit-il. En tout cas, l’attention est focalisée sur la Ceni qui demeure encore très controversée jusqu’à maintenant.

Aina Bovel

Midi Madagasikara62 partages

Gouvernement : 7 femmes ministres sur 32 membres

La benjamine des femmes ministres a félicité la doyenne lors de sa nomination.

La benjamine des femmes ministres Onitiana Realy  a félicité la doyenne Vonintsalama Andriambololona. Même si les descendantes d’Eve ne représentent que 22% des membres du gouvernement, elles ont leur mot à dire quant à la gestion du pays.

Le ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSF) se réjouit de la nomination de Sehenosoa Vonintsalama Andriambololona, au sein du gouvernement en qualité de ministre des Finances et du Budget, conformément au décret n°2017-590 du 17 juillet 2017. A cet effet, la ministre Onitiana Realy adresse ses félicitations « à la première femme de l’histoire de Madagascar occupant le poste prestigieux de Grand argentier de la République». Elle a tenu, ainsi à souligner que la nomination de la nouvelle ministre des Finances et du Budget porte à sept le nombre de femmes que compte le gouvernement actuel.

Promotion. Il s’agit notamment d’Atallah Béatrice (ministre des Affaires étrangères), Monique Rasoazananera (Enseignement Supérieur et Recherche Scientifique), Onitiana Realy ( Population, Protection sociale et Promotion de la Femme), Johanita Ndahimananjara (Environnement, Ecologie et Forêts), Toto Lydia Raharimalala (Emploi, Enseignement Technique et Formation professionnelle), Léonide Ylenia Randrianarisoa (Secrétariat d’Etat chargé de la Mer auprès du ministère des Ressources halieutiques et de la Pêche) et Vonintsalama Andriambololona (ministre des Finances et du Budget). Notons que le gouvernement de Solonandrasana Mahafaly Olivier est composé de 32 membres dont 7 femmes. Si on fait un petit calcul, soit 22%.

Femme. De son côté, dans le cadre de sa mission liée à la promotion de la Femme, le MPPSF n’a cessé de sensibiliser l’opinion en faveur d’une participation accrue  des femmes malgaches dans la vie politique du pays, non seulement en occupant des postes à haute responsabilité mais à tous les niveaux de décision et d’action, dans toutes les collectivités, dans toutes les instances, dans tous les domaines, mais également au sein de la société civile et dans le monde de l’entreprise. Toujours est-il que Madagascar est inscrit dans « la planète 50/50 en 2030 ». Soit une parité de genre. Autrement dit, à pourcentage égal. La question se pose si ce pari sera gagné d’ici à 13 ans ? Soit l’équivalent de deux quinquennats présidentiels et demi. La gent féminine devrait ainsi gagner 28%, durant ce laps de temps.

Dominique R.

News Mada55 partages

Café littéraire : Volatiana Rahaga à livre ouvert

Effectuant un court séjour au pays, Volatiana Rahaga va présenter aux bibliophiles malgaches son recueil de poèmes fraîchement intitulé «Eritrelatra» autour d’un café littéraire, ce samedi à la librairie Mille Feuilles Behoririka.

Ecrivain émérite,  Volatiana Rahaga a toujours voué une passion dévorante pour la littérature aussi longtemps qu’elle se souvient. Pour assouvir cette passion, elle a sorti «I Vorombola sy i Voninkasina», son premier  livre de conte, à l’orée de l’année 2013, qu’elle a écrit et traduit en trois langues. Puis, un livre en faveur des plus démunis, notamment ceux de l’orphelinat «Etoile du matin» (Madagascar).

S’est ensuivi le recueil de poèmes «Eritrelatra» sorti le mois de décembre de l’année écoulée, aux éditions Ranjasoa Publishing. Fort de ses 122 pages, ce livre, résolument en langue malgache, est enrichi d’une très belle préface de Michèle Rakotoson et d’une illustration réalisée par les soins de sa fille, Soamiely Razafinimanana.

L’écrivain a élu domicile à Londres (Angleterre) depuis bien des années, mais la Grande île est encore «dans ses veines», comme elle le dit.  «Garni d’un peu plus de 80 poèmes et 35 illustrations, ce recueil aborde des thèmes aussi variés que l’amour, le patriotisme, Madagascar et la vie sous toutes ses coutures», confie-t-elle.

A l’occasion de cette matinée littéraire animée par Michèle Rakotoson, elle va s’en donner à cœur joie pour partager son vécu et son expérience en tant qu’écrivain.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara51 partages

Tangaina Moramanga : Taxi-brousse latsaka tanaty hantsana, iray maty, 21 naratra mafy

Zokiolona handeha handray fisotroan-dronono 70 taona no maty teo no eo izay nanahirana ny fakàna azy tao amban’ity fiara mpitatitr’olona latsaka tany amin’ny hantsana 10 metatra; fiara manao ny sa fitateram-bahoaka mampitohy an’Andasibe sy Moramanga ity nivadika ny atalata 18 jolay 2017 teo amin’ny 3 km hiditra an’i Moramanga ity. Feno tsentsina ilay fiara mpitatitra ka anisan’ny nahatonga ny loza etsy ankilany ny fahatapahan’ny isatra.Fiara natokana hoan’ny olona 24 no nitondra olona mihoatra ny 30 miampy ny entana maro samy hafa. Efa nahazo ny fitsaboana sahaza azy ireo avy ireo maratra eny anivon’ny hopitalin’ny Moramanga. Tonga nitsidika azy ireo no sady nanatitra solon-dranom-boankazo hoazy ireo loholon’i Madagasikara Razafimandroso Virginie sy solombavambahoaka Randriamahefa Henri Charles niaraka tamin’ny lehiben’ny distrika sy ireo ekipa mandrafitra ny HVM eto Moramanga. Niantso ny mpitatitra ity loholon’i Madagasikara monina eto Moramanga ity ny hitandremana mandrakariva ny ain’ny mpandeha sy ny hanaovana fikojakojana ny fiara mialohan’ny hiasàna mba hisorohana ny loza. Hoan,’ny solombavambahoaka kosa dia ny tokony hahaizan’ny mpamily rehetra mihazo ny lalam-pirenena faharoa ny fitandremana bebe kokoa ny lalana mifehy ny fifamoivoizana.

Cathy

L'express de Madagascar48 partages

First Global Challenge – Madagascar décroche la médaille de bronze

L’équipe malgache a réussi à se hisser à la troisième place du podium lors d’une compétition internationale de robotique aux États-Unis.

Sur le podium. Madagascar a encore une fois brillé avec ses jeunes compétences sur la scène internationale. L’équipe malgache a porté haut le flambeau national lors d’une compétition internationale de robotique aux États-Unis. Elle a remporté hier la médaille de bronze du prix international Journey Sophia Kovalevskaya lors de cette compétition qui a vu la participation de plus de cent soixante pays.L’équipe malgache est composée de six étudiants âgés de 16 à 19 ans ayant de solides connaissances en informatique, télécommunication et électronique. Comme la plupart des jeunes « geek » du pays, ces génies ont réussi à concevoir et à développer des solutions axées sur la société.

Voiture intelligenteDepuis quelques semaines, ces jeunes prodiges de l’informatique et de la robotique se sont penchés sur la programmation. Cela, sous l’égide de Sahaza Rama­rosandy, le boss de Coderbus, un projet de la communauté Habaka.« Ils ont commencé à étudier et à connaître tous les détails de la programmation. En passant, ils ont fini de programmer une voiture intelligente. Le robot est arrivé le 20 mai, et ils ont étudié tous les détails et ont commencé à déléguer toutes les tâches à accomplir. Pour préparer ce concours, chaque membre de l’équipe a contribué par son talent et ses compétences », explique-t-on sur le site de la Team. Chaque pays reçoit un kit de l’organisateur. À partir de ce kit, l’équipe devra procéder à la conception et à la programmation de la machine, tout en respectant le thème du challenge.Ce concours organisé par First Global Challenge est un évènement annuel qui met à l’honneur de jeunes talents scientifiques du monde entier, en leur permettant de créer des robots qui apporteront des solutions aux grands défis mondiaux. Cette année, le thème portera sur l’accès à l’eau potable, et c’est la première fois que le « Team Mada­gas­car » participe à un concours d’une telle envergure.Le président de la Répu­blique, Hery Rajaonari­mam­pianina, a personnellement soutenu financièrement l’équipe en la recevant avant son départ.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara48 partages

Parc des oiseaux de Lyon : Un nouveau site de 16 000m² dédié à Madagascar et à l’Afrique

Sur les 294 espèces d’oiseaux recensées à Madagascar, 127 espèces ne se rencontrent nulle part ailleurs.

La Grande Ile, qui est un véritable paradis des birdwatchers ou des ornithologues, est à l’honneur dans ce parc qui accueille plus de 280 000 visiteurs chaque année.

Le Parc des Oiseaux situé à Villars-les-Dombes près de Lyon, vient d’ouvrir au public lundi 10 juillet 2017. Il s’agit d’un nouveau site de près de 16 000m² dédié  à Madagascar et à l’Afrique, a-t-on appris. C’est le projet le plus ambitieux jamais conduit par le Parc des Oiseaux, tant en termes de collection que d’aménagement paysager.

Destination par excellence. D’après le site officiel du parc, ce nouvel espace emmènera le visiteur à Madagascar, à travers une reconstitution des paysages de l’île et la rencontre des lémurs Catta, mais aussi des oiseaux tels que le « Fody rouge ». Installé au cœur de la Dombes  au sein du Département de l’Ain, le Parc des Oiseaux offre à ses visiteurs un véritable tour du monde ornithologique et botanique en présentant plus de 3 000 oiseaux originaires des cinq continents dans des ambiances inspirées des paysages du monde. Madagascar, véritable paradis des birdwatchers ou des ornithologues, est ainsi à l’honneur dans ce parc qui accueille plus de 280 000 visiteurs chaque année. La Grande Ile dispose en effet d’une avifaune hautement endémique. Ce qui fait d’elle une destination par excellence pour les ornithologues et les birdwatchers.

Séjour à Madagascar. Par ailleurs, le pays compte actuellement 294 espèces dont 127 ne se rencontrent nulle part ailleurs. Pour les découvrir et les observer dans leur habitat naturel, un séjour à Madagascar s’impose, notamment durant la période sèche, s’étalant du mois d’octobre à décembre. Durant cette période, les oiseaux sont facilement repérables par leurs cris, a-t-on évoqué. Et parmi les sites d’importance en termes de population d’oiseaux, on peut citer, entre autres, la Nouvelle Aire Protégée Complexe Mahavavy-Kinkony (NAP – CMK) située dans l’ouest de Madagascar. Il y a aussi la Baie de Baly localisée dans la partie nord ouest et qui dispose de 122 espèces d’oiseaux. Le lac de Tsimanampesotse  à Toliara regorge également de 112 espèces) tandis que le Parc Tsarasaotra à Antananarivo compte plus de 60 espèces. Les birdwatchers ayant déjà constatés de visu ces avifaunes de la Grande Ile témoignent toujours d’une entière satisfaction.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara45 partages

Mille Feuilles Behoririka : Un voyage de Londres à Tanà avec Volatiana Rahaga

Volatiana Rahaga, l’auteure de « Eritrelatra ».

Pour son café littéraire de ce samedi 22 juillet à partir de 11h, la librairie Mille Feuilles à Behoririka reçoit la poétesse Volatiana Rahaga. Michèle Rakotoson sera à l’animation, avec comme invitée de marque la slameuse Caylah.

Cela fait plus de 20 ans que la poétesse et auteure Volatiana Rahaga a quitté la Grande Île pour s’installer à l’étranger. Depuis quelques années, elle réside à Londres, mais cela n’a jamais empêché l’artiste de s’exprimer dans sa langue natale. En 2013, elle sort un premier livre, un conte intitulé « I Vorombola sy i Voninkasina ». Certainement inspiré de ces histoires d’antan qui l’ont bercée durant son enfance, car tous les soirs avant de dormir, sa nounou lui racontait des histoires. Car petite, elle affectionnait déjà les auteurs malgaches. D’ailleurs, le premier livre que sa maman lui a offert a été  « Les contes de Madagascar » en langue française. Puis, en décembre  2016 sort son recueil de poèmes « Eritrelatra ». Une œuvre qui a déjà été présentée à Paris. Le titre donne une certaine idée sur les inspirations de l’auteure qui laisse voyager les lecteurs. Le recueil compte plus de 80 poèmes, dont 35 illustrés par Soamiely sa fille. Et il a été préfacé par Michèle Rakotoson.

Café littéraire. Pour son café littéraire, la librairie Mille Feuilles à Behoririka reçoit pour ce samedi 22 juillet la poétesse Volatiana Rahaga. Les échanges débuteront à 11h et seront animés par Michèle Rakotoson. Avec comme thème « De Londres à Tanà », ce café littéraire sent le voyage à plein nez. En tout cas, on y discutera poésies et littérature. Et comme invitée surprise, la slameuse Caylah sera de cette matinée très enrichissante. Comme tous les cafés littéraires organisés par cette librairie, l’accès est gratuit. Entre deux tasses de café et un bon petit plat, parler d’art et de la richesse de la littérature malgache ne sera qu’un pur délice. Avis aux amateurs !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara44 partages

Jirama : Grogne des abonnés à cause du retour du délestage

Les appareils de distribution d’électricité de la Jirama sont tous vétustes. (Photo d’archives)

La rénovation de tous les réseaux de distribution de la Jirama y compris ses postes de transformateurs est déjà prévue dans la mise en œuvre du projet PAGOSE financé par la Banque mondiale. On n’attend plus que le décaissement du financement pour pouvoir lancer les travaux.

Nombreux quartiers dans la capitale sont actuellement touchés par le délestage, et ce, depuis quelques jours. Ce qui a fait la grogne des abonnés. Même dans les églises, les cultes ont été perturbés dans la matinée en raison des coupures de l’électricité dimanche dernier. Une partie de la zone à Analakely y inclus l’hôpital des enfants à Tsaralalàna a été également délestée mardi dernier vers 21 heures, selon les explications du responsable de la communication de la Jirama.  Il en est de même pour les cas des quartiers d’Isotry, d’Isoraka et d’Andohatapenaka. Les coupures de courant ont eu lieu mardi dernier vers 18 heures. Et pas plus tard qu’hier, une grande partie de l’axe vers Sabotsy Namehana a été également plongée dans le noir vers 00 heures 22 minutes.

Panne technique. Les techniciens de la Jirama ont tout de suite repéré toutes ces zones touchées par les coupures de courant suite à l’appel d’urgence des abonnés concernés. « Il ne s’agit pas du tout d’un délestage étant donné que la production électrique fournie par la Jirama est largement suffisante, voire excédentaire pour alimenter le Réseau Interconnecté d’Antananarivo, avec un surplus de 5 Mégawatts. C’est plutôt une panne technique due à la vétusté des appareils de distribution d’électricité de l’entreprise. Ce sont notamment les postes de transformateurs qui ont explosé ou disjoncté à cause d’un fort appel de charge des clients », selon leurs dires. C’est le cas entre autres, du poste de transformateurs couvrant la partie d’Analakely y inclus l’hôpital des Enfants à Tsaralàlana et de celui alimentant les quartiers d’Isotry, d’Isoraka et d’Andohatapenaka. « Les techniciens ont pu rétablir le courant trois heures après grâce à un bricolage », a enchaîné le responsable de la communication de la Jirama.

Rénovation. Quant au cas de la partie de Sabotsy Namehana, c’était un poteau alimentant une puissance sous-tension, qui est tombé. «  Nous avons ainsi dû le remplacer et l’électricité revient à la normale depuis hier même dans l’après-midi. A part la vétusté du réseau de distribution de la Jirama, la recrudescence de vols de courant surtout durant la période de pointe constitue également un facteur principal provoquant cette explosion de nos postes de transformateurs. Et comme solution pérenne, la rénovation de tous les réseaux de distribution y compris ces postes de transformateurs est déjà prévue dans la mise en œuvre du projet PAGOSE financé par la Banque mondiale. On n’attend plus que le décaissement du financement pour pouvoir lancer les travaux », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara42 partages

Ihosy : Toeram-pandefasam-bola amin’ny finday voatafika, lasan’ny jiolahy ny vola 1,8 tapitrisa Ar

Tsy antoandro, tsy alina fa mandraravara ny jiolahy ankehitriny. Toeram-pandefasam-bola amin’ny finday iray no voatafika, tany Ihosy, afak’omaly hariva, ka lasan’ny telolahy tsy nisaro-tava nitondra fitaovam-piadiana tamin’izany ny lelavola 1,8 tapitrisa Ariary niampy finday roa. Rehefa nahazo ny rembiny ireo jiolahy dia nitsoaka ka mbola karohina fatratra amin’izao. Raha ny tati-baovao voaray, dia teo am-piomanakomanana ny hihidy ity “kioska” ity no nisy lehilahy iray sahabo 35 taona eo nody haka vola 120 000 Ariary. Tampoka teo anefa nipoitra avy any ny roalahy nitondra basy poleta vita gasy, ary nandrahona ho faty an’ilay tompon-tsena hanome ny vola rehetra. Noho ny tahotra sy horohoro dia tsy afa-nanohatra ity ramatoa ka nanome ny vola. Ny nahagaga anefa dia betsaka olona nifamevizevy sy nipetrapetraka tsy lavitry ny toerana nisehoan’ny fanafihana, izay samy nilaza izy ireo fa tsy nahatsikaritra zavatra hafahafa. Raha ny fanamarinam-bavaovao azo, dia ireo tompon’ny tsena “kioska” mivelona amin’ny fandefasana vola amin’ny alalan’ny finday voatafika no voatery miantoka ary mamerina ny volabe very lasan’ireo jiolahy any amin’ny/ireo orinasan-tserasera miara-miasa aminy, ka tsy vitsy ireo tompon’ny tsena lasa banky rompotra mahantra tsy fidiny.

Eric Manitrisa

Tia Tanindranaza41 partages

Hery RajaonarimampianaMpananihany sa mpandainga ?

Nilaza i Hery Rajaoanarimampianina nandritra ny fitokanany ny tetezan’i Kamoro ny alatsinainy 17 jolay teo, fa tsy vaovao marim-pototra ny fametraham-pialan'ny minisitry ny fitantanam-bolam-panjakana,

Nolazain-dRajaonarimampianina, fa 3 volana dia mivaha ny olan’ny delestazy, raha izy no lany filoham-pirenena, saingy ny nifanohitra tamin’izay no niseho ary ny vahoaka Malagasy aza ankehitriny vao mainka tototry ny fidangan’ny vidin’ny herinaratra, kanefa mbola mampanantena poak’aty indray fa handrakotra herinaratra an’i Madagasikara. Nilaza fa handray an-tanana ny fampihavanam-pirenena, saingy fananganam-pahavalo no misy noho ny hakanosana noho ny tahotra ho very seza no misy satria fanjakana mitsipozipozy sy halam-bahoaka no misy eto, ka miantehitra amin’ny herim-pamoretana sisa. Nambara fa efa miverina ny fitokisan’ny mpamatsy vola. Aiza ho aiza anefa izao ny momba an’ilay 10 miliara mahery nampanantenain’ny mpamatsy vola taorian’ny fivoriana tany Paris ny 1-2 desambra 2016 ? Saika ireo famatsiam-bola efa mahazatra, toy ny sosialy izay mandeha foana no hireharena, fa izay vokatry ny ezaky ny mpitondra tsy hita izay tena misongadina. Ny tena loza aza dia toa mijapy masinina sy mitokana ny tsy tena nisasarana, toy ny tany Toliara satria voalaza fa zava-bitan’ny Ben’ny tanàna sy tetikasa tamin’ny andron’ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana tamin’ny alalan’ny TIC ny ankamaroan’ireo notokanana tamin’ny volana jona teo. Toy izany ihany koa ny tetikasa lehibe hoenti-manondraka ny lemak’i Mangoky, izay efa tamin’ny andron’ny tetezamita no nampanantenain’ny Banky Afrikanina momba ny fampandrosoana (BAD) hovatsiana vola, saingy ny fanjakana HVM no mirehareha fatratra amin’ny tsy tena nisasarany.

Toky R

Midi Madagasikara41 partages

Musique : « Fanahy Gasy » à la Résidence

Mirana de Kala Vazo sera de cette soirée.

Ils sont trois et sont tous passionnés de musique folk. D’ailleurs, ils en jouent tous, de la guitare notamment. Il s’agit de Mirana du groupe Kala Vazo, Mbola Talenta et de Fara Gloum, qui inaugurent le « Fanahy Gasy », un rendez-vous que les organisateurs ont envie de proposer périodiquement pour parler de musique mais surtout du « Fanahy Gasy », une valeur et une identité que l’on ne cesse jamais d’explorer en tant que Malgache. Pour cette première édition, la date est fixée pour le 29 juillet. Une occasion de retrouver ce trio sur scène et de discuter autour de ce thème. Passionné ou mélomane, ceux qui désirent approfondir ce thème pourront venir.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara39 partages

« Mada Comedy Club” : Casting : jour J !

Le moment est enfin venu pour tous les  comédiens de dévoiler leur talent ! Le casting organisé par l’équipe de MCC débute ce jour à l’Urban Café Antsahabe et s’étalera sur trois jours. Ceux qui se sentent l’âme d’une Florence Foresti, d’un Kev Adams ou pourquoi pas d’un Franck Dubosc pourront donc tenter leur chance. Car oui, le MCC est ouvert aux hommes, comme aux femmes, aux moins jeunes comme aux plus âgés. « Nous attendrons les candidats à l’Urban Café demain (aujourd’hui),vendredi et samedi de 14h à 18h ». Combien de personnes seront retenues? « Jusqu’ici nous souhaiterions surtout avoir un aperçu plus ciblé de la scène humoristique à Mada, nous verrons en fonction des candidats retenus ! ». Le Casting donnera lieu à un concours, mais des événements réguliers sont prévus. Le Mada Comedy Club, comme l’ont expliqué les organisateurs, se veut être une institution de l’humour et faire naître des Francis Turbo, ou encore des Gothlieb des temps modernes! ». Dès ce jour jusqu’au 22 juillet, ceux qui veulent participer, peuvent tenter leur chance à l’Urban Café Antsahabe. Avis aux amateurs !Mahetsaka

Midi Madagasikara37 partages

Fonds de campagne 2018 : Protocole d’accord SAMIFIN-CENI contre le blanchiment d’argent

La CENI luttera contre le blanchiment d’argent durant la campagne des présidentielles de 2018.

La CENI va également veiller à ce que l’argent « sale » ne soit pas utilisé pour « acheter » les voix des électeurs durant la campagne des présidentielles de 2018.

Plus l’élection présidentielle de 2018 approche, plus les regards sont focalisés sur la Commission Electorale Nationale Indépendante ou CENI. Ces derniers jours, les gestes et les opérations de cette commission se trouvent sous les feux des projecteurs et suscitent mêmes des polémiques lorsque son président Hery Rakotomanana revendique une indépendance et une autonomie financière pour un organe dont les ressources sont financées par l’Etat et les partenaires techniques et financiers de Madagascar. Avant-hier, Me Hery Rakotomanana a remis au premier ministre des documents où la CENI fait ses propositions quant à son autonomie fonctionnelle et financière. Parmi ces propositions figurent celles qui permettraient à cette commission électorale de déroger à certaines règles de la comptabilité publique dans la gestion de son budget. « Ces dérogations sont déjà prévues par les textes législatifs et règlementaires en vigueur. La CENI ne demande que leur application pour éviter toute lourdeur administrative qui risque d’handicaper les préparatifs électoraux dont certains se déroulent dans des endroits où le respect des procédures normales en matière d’exécution des dépenses est presque devenu impossible », explique le commissaire électoral Thierry Rakotonarivo.

Règlementation et limitation. Par ailleurs, la Commission électorale nationale indépendante, suite aux différents ateliers de concertation avec les parties politiques et des entités de la société civile, a proposé à l’Exécutif la règlementation et la limitation des fonds de campagne des candidats aux futures présidentielles. Des chiffres ont été mêmes proposés dans les documents remis aux différentes Institutions de l’Etat au mois de février. « Ce n’est pas la CENI qui a proposé ces chiffres, mais les représentants des partis politiques et de la société civile qui se sont concertés pour des élections où l’égalité des chances des candidats est la règle », précise Thierry Rakotonarivo. Mais, à bien suivre les démarches jusqu’ici effectuées à Alarobia, on s’achemine vers une lutte contre les blanchiments d’argent durant la campagne électorales des présidentielles de 2018. Cette lutte sera conjointement menée par la CENI et le SAMIFIN (Service de renseignement financier). Un protocole d’accord sera signé entre ces deux entités qui vont déceler des fonds de campagne suspects. Certains politiciens interpellent déjà la CENI pour que cette « lutte contre les blanchiments d’argent » ne soit pas un moyen pour affaiblir les adversaires politiques du « candidat d’Etat ». D’après nos sources, un autre protocole d’accord serait signé entre la CENI et le Bianco, celui-ci pour lutter contre la corruption durant la campagne électorale.

R. Eugène

Midi Madagasikara34 partages

Ambatovy : Les ennuis continuent

Déjà malmenée par la baisse des cours du nickel sur le marché international, Ambatovy risque encore d’avoir d’autres problèmes, avec la résurgence de l’affaire qui  remonte à 2013 et qui l’oppose à l’une de ses employés qui a été licenciée pour cause de divulgation d’informations confidentielles. On rappelle que l’employée en question a porté plainte pour licenciement abusif  et a eu gain de cause, puisque Ambatovy a été condamné  au paiement de 2,3 milliards d’ariary de dommages et intérêts. Un montant faramineux qu’Ambatovy a bien évidemment contesté.  L’entreprise a d’ailleurs porté plainte pour usage de faux et le litige est encore pendant. Mais  en attendant l’issue d’une telle procédure, l’on apprend que l’employée  envisage  de toucher auprès de la BNI la somme de 88 millions d’ariary à  titre d’exécution provisoire. En tout cas, cette affaire risque une fois de plus de mettre à mal, Ambatovy et, partant, les milliers d’emplois qu’elle génère, malgré la crise qu’elle traverse. On rappelle d’ailleurs que la Justice semble vouloir favoriser les adversaires d’Ambatovy. C’est notamment le cas avec le litige qui l’oppose à Assist Développement. Un acharnement qui nuit dans tous les cas à l’environnement des affaires à Madagascar et qui risque de dissuader les potentiels investisseurs à venir.

R.Edmond.

Midi Madagasikara33 partages

Lettre du lecteur : Règlement de sortie de crise

Toute crise, même les plus intenses, trouve sa solution et dans la DIPLOMATIE et dans la POLITIQUE. Il ne s’agit pourtant pas d’une politique à favoriser, mais de mener à bonne fin une voie politique viable pour sortir MADAGASCAR de l’impasse de la crise. Cette voie est souvent difficile à trouver. Les approximations sont quelquefois hasardeuses, les démarches coûteuses en temps et en efforts, les délais imprévisibles. La nécessité d’un dialogue sur les actions à mener devrait, en conséquence, être une priorité absolue. Il faut donner la possibilité aux principaux acteurs et à toutes les parties prenantes – surtout les plus vulnérables et marginalisés de faire mieux entendre leurs voix et de faire en sorte que leurs points de vue soient pris en compte dans les décisions relatives à la politique et aux programmes gouvernementaux. L’absence de dialogue constitue indubitablement l’un des facteurs de blocage de la sortie de crise. La promotion et le renforcement du dialogue devraient se faire dans le cadre de la Réconciliation nationale en ce sens que cette crise peut briser le pouvoir au premier assaut.

Le processus de la Réconciliation nationale ne doit pas être considéré isolement. Il doit s’inscrire dans un contexte le plus large de la recherche de paix, de stabilité et du développement avec un accent spécial sur la relance des activités socioéconomiques. En d’autres termes, il est indispensable de trouver la stabilité politique et la sécurité parallèlement au développement socioéconomique en vue de consolider la paix à Madagascar.

Pour maîtriser une crise, il ne suffit pas nécessairement de la modérer. Encore faut-il l’utiliser aux fins d’une stratégie, de façon résolument novatrice suivant les fins qu’elle poursuit. La diplomatie est l’un des moyens de cette stratégie permettant d’identifier rapidement et de prévenir les risques d’affrontement majeur et de l’escalade des menaces aux Droits de l’Homme. Au demeurant, les détenteurs d’obligations ne devraient pas rester indifférents et laisser les tensions politique- sociale ou économique se développer. Les manœuvres diplomatiques exploitent les anticipations. Prendre l’initiative apparaît toujours comme le meilleur défi.

On devrait rejeter catégoriquement l’utilisation du principe de la souveraineté comme une circonstance exonératoire permettant d’écarter les engagements souscrits dans la Feuille De Route du 16 septembre 2011 devenue Loi nationale. L’usage de ce principe à des fins étrangères aux obligations prévues dans ladite Feuille de Route pourrait compromettre gravement la stabilité du pays. Certes, la FDR n’est pas parfaite. Nulle œuvre humaine n’est parfaite. Néanmoins, elle mérite d’exister. D’autre part, il est vraiment regrettable que la loi nationale elle-même soit maintenant perçue comme un obstacle mettant en péril la stabilité et la sécurité du peuple malgache.

Pour traiter efficacement une crise, il faut la situer dans une vision qui l’explique. Le maniement d’une crise exige plus d’autorité, plus d’initiative et plus de responsabilité. Le traitement des crises requiert le besoin de développer la responsabilité du commandement politique, le sens de la discipline, de la prévision et de la prévention, des réflexions prospectives et systématiques. Le gouvernement doit faire preuve de plus de célérité, d’impartialité, d’efficacité et une meilleure coordination dans ses actions afin de créer une atmosphère favorable à la tenue d’élections démocratiques en 2018.

La situation actuelle exige donc des solutions radicales nécessitant la mise en coordination et de cohérence des synergies existantes entre l’ONU, les Organisations Régionales et sous régionales afin que cette crise ne dégénère en véritable conflit.

Il est également important d’impliquer directement la société civile et d’instaurer une synergie plus grande entre les membres de la société civile aux différents stades du processus de la Réconciliation nationale et donc du règlement de sortie de crise.

Par Bakoly Andrianady, juriste

L'express de Madagascar32 partages

Diplomatie – Clodette Raharimanarina élue aux Nations Unies

Exploit. Durant l’Assemblée des États à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, qui s’est tenue du 12 au 16 juin dernier à New York, Clodette Raharimanarina a été élue membre de la Commission des limites du plateau continental (CLCS). Un poste qu’elle occupera durant cinq ans à compter du 24 juillet jusqu’en 2022. Reçue au ministère des Affaires étrangères par Béatrice Atallah hier, le nouveau membre de la CLCS s’est exprimé par rapport aux tâches qui l’attendent. « Cette élection nous permettra de suivre de près les dossiers relatifs à l’extension de notre plateau continental qui est en attente de recommandation actuellement », a-t-elle déclaré.Selon Béatrice Atallah, bien que Clodette Rahari­manarina ne soit pas en charge des dossiers de Madagascar, « son expertise sera, néanmoins, plus que nécessaire, pour l’extension de notre plateau continental ». Elle a également insisté sur l’importance de la présence d’une compatriote malgache au sein des Nations Unies : « Il faut signaler aussi que la présence d’une Malgache au sein de cette commission est d’une très grande importance dans la mesure où l’exploitation des fonds marins constitue des enjeux économiques en matière de ressources énergétiques », a-t-elle soutenu.Madagascar dispose de 864 000 kilomètres carré de plateaux. Une surface qui regorge de richesses minérales avec le gaz, le pétrole et les pierres qui peuvent s’y trouver. En ce sens, le ministère des Affaires étrangères et l’État peuvent profiter de cet avantage pour revendiquer les territoires qui sont des droits acquis, ne serait-ce que sur le plan juridique.

Loïc Raveloson

Midi Madagasikara30 partages

Ambovombe-Androy : Une légère diminution du taux de la malnutrition

Un enfant victime de la malnutrition de la commune rurale de Nikoly à Tsihombe, district d’Ambovombe.

En baisse, c’est la tendance actuelle de la malnutrition dans le district d’Ambovombe-Androy.

Avancée. C’est ainsi qu’on pourrait définir la situation actuelle de prise en charge la malnutrition dans le district d’Ambovombe-Androy. La mise en place du centre de récupération et d’éducation nutritionnelle aussi bien au niveau des districts que communautaire en serait la cause. Lesdits centres œuvrent spécifiquement en réponse à la malnutrition (aiguë, avec ou sans complication). Interviewée sur cette avancée, une responsable nutritionnelle au niveau de la région Androy a affirmé que « les services octroyés dans les centres (prise en charge gratuite des enfants souffrant de la malnutrition, suivie de l’évolution de la santé des enfants, aide nutritionnelle aux mères de famille) ont eu des conséquences positives sur la vie de la population ». Il convient de rappeler que les causes de la malnutrition se présentent sur trois niveaux. Le premier étant un climat sec (le Sud est sujet aux changements climatiques) limitant la production agricole aussi bien en qualité qu’en quantité mais surtout un manque cruel d’accès en eau. Le second niveau quant à lui se réfère à une habitude alimentaire et nutritionnelle non saine. Le dernier et non le moindre étant le poids de la tradition et de la culture. La population du Sud est en majorité conservateur.

Recommandations. Outre l’éducation nutritionnelle, d’autres solutions devraient être proposées à la population locale. La première consisterait à lancer des actions multisectorielles (agriculture, nutrition, éducation et santé) au niveau des communautés. Lesdites actions devant être menées en amont de la période où la malnutrition frappe le plus. C’est-à-dire bien avant la saison dite « morte » comprise entre les mois de janvier et avril. Ce qu’un responsable auprès de la direction régionale de la santé publique d’Anosy a interpellé c’est que « les réponses se font surtout lorsque la malnutrition surgit alors que les actions devraient être menées bien avant que tout se dégrade ». Ce responsable de préconiser que des mesures conjointes doivent être prises par les directions de l’agriculture, de l’eau et de la météorologie. Ces trois secteurs étant pris en compte comme source de la récurrence de la malnutrition dans ledit district. Handicapant le développement aussi bien économique qu’humain dans le Sud, la malnutrition peut toutefois être éradiquée. Les efforts menés par les partenaires techniques et financiers comme l’Unicef (à travers les centres de récupération et d’éducation nutritionnelle) en sont les preuves. Le problème c’est qu’il y a un manque apparent de volonté politique des décideurs à le faire.

José Belalahy

Midi Madagasikara27 partages

Toliara : Tovolahy tra-tehaka nangalatra moto, saika nodoran’olona velona

Tovolahy iray 25 taona eo, no tra-tehaka nangalatra “moto scooter” omaly naraina tokony tamin’ny 9 ora sy sasany, tao amin’ny Fokontany Amborongony Toliara, ka saika matin’ny fitsaram-bahoaka. Raha ny fanazavana azo, dia nentin’ity tovolahy ity nirifatra nitsoaka ny moton’olona najanona teo amoron-dalana saika hamboarina fa tsy mahazo tsara ny hisitrany. Taitra ny tompon’ity “scooter” ity izay mbola variana miresaka aminy tokony hanamboatra ny soavaliviny, raha nahita ity motony nisy nitondra tampoka. Raikitra avy hatrany ny fifanenjehana, ka tra-tehaka tao Andaboly ity mpangalatra niaraka tamina fanalahidina moto sy fiara maromaro. Vetivety dia nitangorina ny olona raha nahare ny vaovao, ka nisy tamin’ny olona vory teo no niakatr’afo tezitra amin’ny fomba ratsin’ity tovolahy, ka nidaroka sy namono an’ity mpangalatra, ary nisy andiana tanora saika handoro velona an’ity tovolahy voasambotra naratra mafy tamin’ny alalan’ny kodiarana, saingy nosakan’ilay tompon’ny moto izany fihetsika izany. Raha ny fantatra dia mpiasa tamina garazy iray saika hamboarana an’io moto io ity tovolahy mpangalatra tra-tehaka. Noho izy faingan-tanana dia noroahin’ny mpampiasa azy. Noho izay halatra izay hatrany dia efa naiditra am-ponja in-telo ity tovolahy ity, hoy ny vaovao.

Eric Manitrisa

News Mada26 partages

Fanohanana ho an’ny fandraharahana : mitohy ny fifanarahana eo amin’ny AFD sy BFV-SG

 Vita, ny herinandro lasa teo, ny fifanarahana eo amin’ny AFD (Agence française de développement), nitondra fanohanana GPP (Garantie partielle de portefeuille) ho an’ny banky BFG-SG. Raha ny tena marina, fanohizana ny fifanarahana izany eo amin’ny roa tonta, izay efa nisy nanomboka ny taona 2010. Fiaraha-miasa atao hanampian’ny banky BFV-SG hanohanana ny mpandraharaha malagasy. Miainga avy amin’izany GPP izany ny manamora fampindramam-bola ho an’ny orinasa madinika sy salantsalany (PME). Efa nisy toy izany koa ny fifanarahana teo amin’ny AFD  sy ny banky BNI Madagascar, ny 23 jona lasa teo.

Nomarihin’ny AFD fa na eo aza ny fotoan-tsarotra diavin’ny firenena noho ny antony politika, miasa hatrany ireo sehatra mpikirakira vola. Mitombo ihany, ohatra, ny petra-bola any amin’ny banky sy ny fampindramam-bola. Na izany aza, saika avy any amin’ireo orinasa lehibe ny petra-bola be indrindra any amin’ny banky.

Sarotra amin’ny ankapobeny ho an’ireo banky eto an-toerana ny mifandray amin’ny orinasa madinika sy salantsalany. Hita ihany koa anefa fa ireo sampana mpampindram-bola madinika (micro finance) no lasa mahazo vahana mifaninana mivantana amin’ny banky. Misongadina izay fifaninanana izay amin’ny tanàn-dehibe. Any amin’ny tontolo ambanivohitra sy saro-dalana, mbola tsy hita izany fifandraisana izany na amin’ny micro finance aza, indrindra fa amin’ny banky.

R.Mathieu

Midi Madagasikara24 partages

Football : Place au Telma Coupe de Madagascar

Les éliminatoires de la Coupe de Madagascar de football plus connue sous le nom de Telma Coupe de Madagascar débute le 29 et 30 juillet avec sa phase préliminaire mettant aux prises les 80 clubs engagés.

25 autres équipes et notamment la détentrice du trophée, la CNaPS Sport ainsi qu’Elgeco Plus qui a été finaliste de la dernière édition entreront en lice aux 1/32e de finale avec les 23 clubs les mieux classés.

En attendant, voici le calendrier de cette prestigieuse compétition :

– Phase préliminaire : 29 et 30 juillet 2017

– 1/32e de Finale : 06 août 2017

– 1/16e de Finale : 27 août 2017

– 1/8e de Finale : 24 septembre 2017

– 1/4 de finale : 15 octobre 2017

– 1/2 Finale : 05 novembre 2017

– Finale : 26 novembre 2017.

Clément RABARY

Midi Madagasikara20 partages

Sofia : Foire régionale du 24 au 30 juillet prochain

La foire régionale économique et agricole « Mamelono Arivo » en est à sa cinquième édition. Elle se tiendra du 24 au 30 juillet, à Antsohihy, région Sofia. Elle a pour but de créer un cadre de promotion du développement de l’économie régionale et de rencontres entre les paysans et les professionnels du secteur économique et agricole de cette région. Selon, le chef de région Sofia, Zaranaina Tohanaina Ernest, cette foire vise 30.000 visiteurs avec notamment 80 exposants. Elle s’adresse, entre autres, aux paysans et agriculteurs, aux Institutions, aux partenaires, aux acheteurs professionnels et aux industriels. Cette région est d’ailleurs connue pour sa forte potentialité économique. A cet effet, les organisateurs de cette foire s’attendent à ce que la production agricole connaisse une promotion et que les acheteurs professionnels nationaux et internationaux soient conquis.

Dominique R.

Midi Madagasikara18 partages

Pétanque : BIC s’illustre à Montélimar

L’équipe du BIC avec le président d’honneur, le Dr Ruchet Rakotovazaha (extrême gauche) ainsi que les trois boulistes avec, de gauche à droite, Mamy, Jex et Tsialonina.

Le Bouliste Ialatsara Club Ambohimahasoa vient d’écrire une nouvelle page de son histoire en survolant le Nationale de Montélimar durant le week-end.

Expéditifs, Jex Falimanantsoa Angelo, Mamy Andrianirainy et Jean Michel Andrianjaka l’étaient en infligeant la fanny à Dupayre Christophe, Mallet Alexandre et Rosatti Michael lors d’une finale vite faite bien faite.

Une véritable démonstration de force de la part de BIC qui a déjà fait parler la poudre en demie en massacrant par 13 à 1 la triplette française composée de Riggierri Damien, Fromant Maxime et Keller Michael.

Ce tour de force était prévisible, car une semaine auparavant, Jex et ses amis d’Ambohimahasoa se sont hissés jusqu’en quarts de finale de la fameuse Marseillaise forte de 4000 triplettes.

Les trois hommes ont été battus par Dylan Rocher, Henry Lacroix et Robineau, tous des grands noms de la pétanque française en fait, mais qui ont dû s’ employer pour venir à bout d’Ambohimahasoa.

Soucieux de renvoyer une belle image d’Ambohimahasoa et donc de Madagascar,  le président d’honneur du BIC, le Dr Ruchet Rakotovazaha plus connu dans le milieu de la pétanque sous le nom de Zozo, va engager trois équipes à l’Europétanque de Nice du 22 au 24 juillet prochain. Un nouveau challenge en fait pour cette sacrée équipe qui commence à semer la terreur autour d’elle.

Clément RABARY

Midi Madagasikara18 partages

Mandela Day 2017 : Pour une meilleure accessibilité de la santé

Les signataires de la convention hier.

Pour marquer le « Mandela Day 2017 » et que « La santé pour tous » présente dans le Plan national de Développement (PND) devienne peu à peu une réalité, le IIe arrondissement de la capitale se dotera bientôt d’un Centre de Santé de base II.

Ce CSBII sera construit dans le cadre du partenariat entre la Fondation Telma (représentant le groupe AXIAN), le Ministère de la Santé publique et l’Ambassade d’Afrique du Sud, ainsi que l’Université d’Antananarivo. Sous le Haut patronage du Ministre de la Santé publique, la signature de convention a eu lieu hier, suivie par la pose de la première pierre demain, au CONACO Médecine.

Plan quinquennal. La construction du CSB II suivra un plan quinquennal. Le CSB comportera sept salles, dont une salle dédiée à l’accouchement, une autre dédiée aux accouchées, une autre pour les sages-femmes, une salle pour les consultations prénatales, et enfin une salle pour les soins et la pharmacie. Il est important de rappeler que ce CSB II sera le premier jamais construit dans le quartier d’Ambolokandrina, connu autant pour ses belles villas que ses habitats de fortune ! Ainsi, ce seront 850 personnes défavorisées du IIe arrondissement qui jouiront des services sanitaires proposés par le centre. Comme l’a indiqué Isabelle Salabert Directrice exécutive de la fondation Telma, dans son allocution, la fondation entend entreprendre dans le pragmatique concernant son engagement sociétal : « Nous sommes convaincus que la Santé et l’Education sont les piliers du développement de notre pays. Avec ce premier CSB que nous construisons, nous poursuivons notre aide à chaque famille malgache nécessiteuse et nous nous engageons à multiplier nos projets dans le domaine de la santé suivant l’Objectif du Développement durable 3 : permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être à tout âge afin d’améliorer la qualité de vie des populations locales ».

Luz R.R

Midi Madagasikara13 partages

« Free spirits » : iBemaso dans toute sa splendeur !

Auteur, compositeur, musicien, interprète et vidéaste, iBemaso a plus d’une corde à son arc ! Le 5 août au Fili’in Antsakaviro, ce sont toutes ces facettes de lui qu’il mettra en avant. Et plus encore.

iBemaso sous toutes les coutures ! Discret et plutôt effacé, le chanteur, ce 5 août, va faire son show. Il n’aura, confie-t-il, aucun retenu. Enfin, artistiquement parlant. « Souvent accompagné par d’autres musiciens, je serai seul cette fois», précise-t-il. Une grande première pour l’artiste ! A travers « free spirits », iBemaso va dévoiler une facette de lui que le public ne lui connaissait pas : le iBemaso engagé, un peu poète et patriote. « Je vais déballer sur scène toutes ces choses qui font que parfois, je suis cloîtré chez moi, que j’ai l’air abattu », explique-t-il. Son répertoire tournera autour de ce sujet qui lui tient à cœur : la liberté. « Jusqu’où s’arrête la liberté ? Je me suis toujours posé la question. Si ma patrie se dit libre, mais qu’elle est encore sous le joug de quelques personnes, gouvernant le monde, est-il vraiment libre ? Sommes-nous vraiment libres quand nos faits et gestes, la manière dont nous vivons est dicté par ‘le système’». Des réflexions très philosophiques mais qu’iBemaso nous dévoilera de manière poétique le 5 août.

Spirituel. Ayant toujours baigné dans le monde musical, Lanto Tiana Rabearison, de son vrai nom, n’a pu se résoudre à rester un simple spectateur. Au début des années 2000, il affûte ses armes auprès de Papay Co. Il enrichit ses expériences auprès de Zadoo, puis de Vahombey. Le virus de la musique, l’ayant contaminé, iBemaso sort ses vieilles compositions des tiroirs et les revisite, les peaufine pour en faire des titres aux sonorités blues et rock. Depuis, il a fait du chemin. Il est certes resté dans les lignes blues et rock, mais son approche est aujourd’hui plus spirituelle.Mahetsaka

Orange Madagascar11 partages

Kalom-pitia revient au Carlton

La quatrième édition de « Kalom-pitia » se tiendra au Carlton à Anosy, ce vendredi 28 juillet à partir de 20 heures. La conférence de presse pour la présentation de cet événement a été organisée dans la matinée de ce 20 juillet 2017, au Piment café à Behoririka.

« Kalom-pitia » est ce grand cabaret-concert, un concept rassemblant Mia, une voix d’or du jazz qui évolue également dans la musique variété, et Rija Ramanantoanina, le crooneur de référence à Madagascar. Mirado sera le guest de cette soirée.

« Kalom-pitia » édition 2017 se focalisera essentiellement sur du jazz contemporain. Mais le concept garde toujours la formule initiale. Ainsi, « Kalom-pitia » se divise donc, comme à l’accoutumée, en deux parties à savoir, une partie « Concert » avec les standards de Rija Ramanantoanina, et une autre partie « Cabaret », à l’image des grands cabarets du monde comme au Moulin Rouge ou encore au Lido. Cette partie sera assurée par Mia. Sinon, les solos, duos et trios (avec Mirado en guest) s’enchaineront pour une durée initiale de trois heures.

Le concept est bien fignolé, car force est d’affirmer que le duo travaille d’arrachepied depuis le mois de janvier 2017, pour la réalisation de ce spectacle.  Et pour cause, les plus grands noms de la musique jazz malgache comme Datita Rabeson à la guitare, Samy Andriamanoro et Rivo Kely aux claviers, Eric Rakotoary à la basse, Naly à la batterie et bien d’autres encore, accompagneront nos deux chanteurs. En tout, ils seront douze musiciens, à part Rija, bien sûr, sur cette scène. Cette même scène sera également animée par une dizaine de danseurs, habillés suivant le thème de chaque chanson. Les chorégraphies seront ainsi, bien étudiées et l’assistance pourra se délecter de scènes comme des« french cancans » ou encore du jazz contemporain.

Faut-il rappeler que le thème de chaque « Akom-pitia » change suivant le contexte ? La première édition, réalisée en 2011 et la seconde, réalisée en 2013 se focalisaient sur la variété. Celle de 2015 était axée sur la danse de salon et cette fois-ci donc, l’assistance aura le privilège d’apprécier le jazz contemporain, avec Mia et Rija.

Rendez-vous donc ce 28 juillet, pour une soirée inoubliable, avec de la musique de qualité, un cadre raffiné et une ambiance assurée.

Faly R.

Tia Tanindranaza11 partages

Fahalalahan’ny asa fanaovan-gazetyTokony hijerena lalàna iraisam-pirenena, hoy Rabelaolao

Anisan’ireo zokibe nametraka ny dian-drantsany efa ho 30 taona izao tao anatin’ny tontolon’ny asa fanaovan-gazety i Jessy Rabelaolao ary efa nisedra antsojay maro, raha ny fitantarany.

J. Mirija

 

Midi Madagasikara11 partages

Flash-Eco

Le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé Chabani Nourdine continue les visites d’entreprises. Hier, il a visité respectivement Vivetic et Floréal du côté d’Andraharo. Une occasion pour le ministre de réaffirmer son attachement à la création d’entreprises, au développement et au soutien des entreprises existantes. Nous en reparlerons.

R.Edmond

Tia Tanindranaza10 partages

Rocade AndohatapenakaVatoaratra 60 no efa lasan’ny mpangalatra

Ripaky ny mpangalatra ireo vatoaratra na “batterie” mampandeha ireo andrin-jiro manazava ny tanàna eny amin’ny Rocade Andohatapenaka.

Pati

Midi Madagasikara10 partages

Polibrèves

*Le procès de Clovis Razafimalala, le militant écologiste, aura lieu ce 24 juillet après une longue détention arbitraire. A titre de rappel, il a été emprisonné en étant taxé d’avoir fomenté des manifestations illégales à Maroantsetra et aidé les manifestants à entrer en éruption dans un bâtiment administratif, détruit les biens et les documents publics qui s’y trouvaient. Par ailleurs, Clovis Razafimalala est connu pour son engagement contre les trafics de bois précieux, dont le bois de rose.

*Les militaires retraités, regroupés dans l’association des anciens militaires, continuent de réclamer leurs droits. Il s’agit entre autres des paiements, par le ministère des Finances et du Budget, de l’alignement des indices de pensions des militaires retraités et des moins-perçus depuis juin 2016 en vertu d’un arrêt du Conseil d’Etat en date de 2010. Ils préviennent, par ailleurs, qu’ils vont intensifier les revendications si l’Etat continue de faire la sourde oreille.

*Le « Vovonana Mampiray » organise demain au centre social Arrupe Faravohitra une conférence axée sur la résolution des crises à Madagascar. Néanmoins, nombreux sujets seront au menu. La conférence commence à partir de 9h30.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara10 partages

Jeux Corporatifs d’Antananarivo : SICMA tire le premier !

Tous les feux sont au vert pour la tenue des Jeux Corporatifs d’Antananarivo du 26 et 27 août au complexe de la CNaPS à Vontovorona.

Si les responsables de ce superbe site sont en train d’apporter la touche finale avec notamment la création d’un autre terrain mixte, mais aussi un autre de volley-ball pour pouvoir accueillir tout le monde et plus particulièrement ceux qui viennent de loin comme ce sera le cas d’Ambatovy de Moramanga qui peut, s’il le souhaite, bénéficier d’un centre d’hébergement, les participants sont déjà descendus sur le terrain pour l’indispensable entraînement.

Et sur ce chapitre, SICMA a tiré le premier en s’acquittant des formalités pour l’inscription alors qu’il restait encore cinq bonnes semaines. « L’idée de passer un week-end récréatif à Vontovorona nous enchante plus que de se retrouver sur un terrain de sport, mais les deux choses combinées font que ce rendez-vous a de l’importance pour la grande famille de SICMA », rapporte Rivo, un des responsables du sport au sein de la Société Industrielle et de Commerce de Madagascar.

Une vision que partagent bien entendu plusieurs entités à commencer par la CNaPS qui est en même temps le partenaire de l’événement, mais aussi North South Connexion, un des premiers à réagir avec Institut Pasteur, ACM, Value Data et Value UT, ainsi que de nombreux fidèles de l’épreuve qui font croire que cette édition 2017 s’achemine vers un record de participation. Croisons les doigts…

Clément RABARY

Madagascar Tribune8 partages

La Foire « Mamelono arivo » pour se mettre en évidence

La cinquième édition de la foire « Mamelono arivo » de la région Sofia débutera ce 24 juillet et durera en tout et pour tout une semaine, pour ne finir que le 30 juillet. Et celle-ci se déroulera à Antsohihy comme les deux éditions précédentes. Il s’agit d’une foire organisée dans le but de créer un cadre de promotion du développement de l’économie régionale. Elle ouvre également sur des rencontres entre les paysans et les professionnels du secteur économique et agricole de la Sofia qui permettraient donc à la région d’entrevoir une meilleure perspective économique. Pour se faire, la foire verra dans un premier temps l’organisation d’un forum Agribusiness du 24 au 27 juillet prochain et ensuite enchainer avec des stands d’expositions des produits de la région tels que la vanille, les légumes et bien d’autres. La première partie sera composée de plusieurs thèmes à débat dont la protection sociale, la promotion des énergies alternatives ou encore une formation en terme de sécurité alimentaire et nutrition.

Pour la seconde partie, la foire « Mamelono arivo » verra la participation de près de 100 exposants. 35.000 visiteurs sont attendus pour cette cinquième édition. Selon le Comité régionale d’organisation de la foire (Crof) lors d’une conférence de presse au FDL Anosy hier, la foire sera une occasion pour la région Sofia de se mettre en évidence. La région aurait en effet les moyens et produits nécessaires pour être indépendante économiquement parlant. A titre d’exemple, chaque district produirait en temps de récolte pas moins de 500 tonnes de riz par an. Et pour ses besoins, la région Sofia n’aurait jamais importé de riz du fait que la production locale est amplement suffisante. Une foire de cette envergure devrait donc permettre à la région Sofia de se démarquer et de démontrer son potentiel. Toutefois, certains problèmes mineraient encore l’économie de la région, notamment en matière de sécurité. Le plus déplorable, selon toujours le Crof serait le fait que les responsables locaux en matière de sécurité se trouvent être ceux qui sont à l’origine de l’insécurité, étant de mèche avec certains bandits. Affectant considérablement l’économie régionale.

L'express de Madagascar8 partages

Alaotra-Mangoro – La Cisco de Moramanga classée première au BEPC

Cette année, la circonscription scolaire (Cisco) de Moramanga ouvre la marche dans les statistiques des résultats officiels des examens du Brevet d’études du premier cycle (BEPC). Elle est suivie de celle d’Ambatondrazaka. Moramanga affiche 1 837 admis, soit 40,38% – selon les chiffres déclarés dans les statistiques de la zone – tandis qu’Ambatondrazaka se console avec ses 37,80%. Concernant les Cisco d’Andilamena, d’Amparafaravola et d’Anosibe an’Ala, classées respectivement 3e, 4e et 5e au classement général de l’étendue régionale, les pourcentages sont plus ou moins maigres : 30,29%, 29,96% et 24,48%.

Ainsi, en général, la direction régionale de l’Éducation nationale  (DREN) d’Alaotra-Mangoro obtient un total de 34,82% d’admis soit 6 237 candidats sur les 17 911 présents à l’examen. Le nombre d’absents atteints 551 sur les 18 462 inscrits soit 2,98%. La Cisco d’Amparafaravola mène le score sur le taux de présence : 97,77%. Elle est suivie de très près par celle d’Ambatondrazaka, 97,44%. Mais sous un autre angle, c’est cette dernière qui a le plus d’inscrits au BEPC cette année : 5 754 contre 5 720 à Amparafaravola. Compte tenu de l’effectif de sa population et de l’enclavement qui la domine, c’est la Cisco d’Anosibe an’Ala qui ferme la marche sur ce compte : 912 dont 878 ont été présents.

Par ailleurs, au CEPE, la Cisco de Moramanga est classée 7e (82,76%) sur les 114 Cisco au classement général national, mais elle est devancée par celle d’Amparafaravola (85,10%), 5e. Ambatondrazaka vient au 14e rang avec ses 77,53% tandis qu’Andilamena (65,82%) et Anosibe An’Ala (64,32%) se retrouvent respectivement à la 46e et la 53e. Ce qui n’est pas du tout honteux, pour la contrée, si on se réfère aux 30% et aux 13,16% qui occupent les trois dernières places au classement national.

Hery Fils Andrianandraina

News Mada6 partages

Camille Vital : « Les élections restent le seul espoir »

Face à la situation que traverse le pays actuellement, notamment la crise politique, mais aussi sociale avec le phénomène d’insécurité qui gagne de l’ampleur, l’ancien chef du gouvernement de la Transition, le général Camille Vital, l’invité de l’émission « Ambarao » sur Alliance 92 livre ses impressions.

«Nous avons demandé à maintes reprises le départ du chef de l’Etat à cause de son incompétence dans la gestion du pays, mais la communauté internationale nous a conseillé d’attendre les élections », a répondu le général Camille Vital aux questions de Priscat Rakotomalala à propos du processus électoral. « A présent, nous demandons au gouvernement de donner les dates officielles pour que le moment venu, il ne sera plus question d’excuse comme la période de pluie ou autre prétexte », a-t-il précisé.

Contre le ni…ni

Le fameux ni…ni de 2013 a été au centre de tous les débats ces derniers temps. A ce sujet, le général à la retraite s’aligne sur la position de la communauté internationale en prônant des élections libres et inclusives. Pour dire que l’éventualité d’un ni…ni, notamment durant la présidentielle de 2018 est à écarter.

« Il est préférable que tout le monde se présente et que le meilleur gagne pour assurer des élections libres et transparentes », a-t-il fait savoir en indiquant toutefois qu’il ne sera pas candidat à ces élections.

Insécurité grandissante

Sur le plan sécuritaire, il est primordial que l’Etat prenne des mesures adéquates. « Aucun développement  économique n’est possible sans la sécurité », a expliqué l’ancien chef du gouvernement. D’ailleurs, « Lors des élections de 2013, le mot d’ordre que j’avais lancé était de lutter contre l’insécurité », a-t-il précisé. Il évoque ainsi le phénomène dahalo qui n’en finit pas mais également les kidnappings. « Il est malheureux qu’on soit arrivé là et il faudrait que le gouvernement en place tienne compte de ce phénomène et calmer l’esprit de la population malgache ». Pour Camille Vital, « Les élections restent le seul espoir » pour Madagascar de sortir de l’ornière.

A titre de comparaison, le général Camille Vital précise que le taux d’insécurité était de l’ordre de 10 à 15% du temps de son gouvernement alors qu’il s’élève à présent à 50%. « C’est comme si la justice ne faisait pas son travail », a-t-il fait savoir.

A cela s’ajoutent les foyers de tension, notamment les grèves des agents des douanes, des magistrats et greffiers ou encore des étudiants. Pour lui, le régime en place devrait tout simplement y réfléchir un peu plus. Dans tous les cas, il a tenu à féliciter l’ancien ministre des Finances Gervais Rakotoarimanana d’avoir eu le courage de démissionner. « Un ministre qui détient un département clé et qui démissionne, c’est du jamais vu », a-t-il soutenu.

Au final, le général aspire à des élections transparentes et espère que les régimes successifs pensent à l’avenir, cela pour ne citer que des espaces exploitables à Madagascar. « Si les régimes successifs pensent à promouvoir l’agriculture, Madagascar devrait s’en sortir. On aura une indépendance alimentaire et par conséquent, nous n’auront plus besoin d’importer du riz », a-t-il expliqué. Pour ce qui est de la situation dans le Sud, l’ancien Premier ministre, actuellement converti à l’agriculture dans cette région, a soutenu que l’eau n’est pas un problème, car « Il suffit de faire des forages ».

Rakoto

 

News Mada6 partages

Nitokona ireo koperativa mpitatitra : mihamahery vaika ny fanafihana taksiborosy

Manoloana ny fanafihan-jiolahy mpanakan-dalana eny amin’ny lalam-pirenena fahafito (RN7), izay mirongatra sy mihamahery vaika, naneho ny alahelony tamin’ny alalan’ny fitokonana ireo kaoperativa mpitatitra eny Fasan’ny Karana, omaly.

Sprinter iray voatafika tany Ambodimifahy, 40 km miala an’Ambalavao, ny alatsinainy hifoha talata teo. Nosakanan’ny jiolahy vatobe ny lalana ka tsy afa-nandeha ny fiara. Nirefodrefotra ny basy nanoloana izany. Naratra ny olona roa vokatr’izany, voaroba avokoa ny mpandeha rehetra. Niverin-dalana avy hatrany ny fiara roa tao aoriana izay nisy zandary telo lahy nirongo Kalachnikov. Tavela irery teo ilay taksiborosy voatafika.

Taorian’ity fanafihana  taksiborosy ity, nanao fitokonana, omaly, ireo fiara mpitatitra rehetra teny Fasan’ny Karana. Hetsika fanehoana amin’ny tompon’andraikitra fa tsy milamina ny tany, miaina anaty horohoro ny mpitatitra sy ny mpandeha, ary voatohintohina ny fiharian’izy ireo. Tsy nisy, noho izany, ny fiara nandeha ny maraina sy ny antoandro ho an’ireo mampiasa ny lalam-pirerena fahafito.

Nilaza ireo mpitatitra eny Fasan’ny Karana fa tsy afaka hiasa raha mbola misy ny tsy fandriampahalemana eny amin’ny lalam-pirenena. “Miseholany ny fanafihan-jiolahy taksiborosy, mirongo basy ireo ary tsy matahotra zandary akory, raha ny nitranga tany Ambodimifahy Ambalavao. Ireo zandary indray no vaky nandositra”, hoy ireo mpamily eny Fasan’ny Karana.

 Tsy mahavaha olana izany ny zandary fa manavotra ny ainy ny ataony, na efa mirongo Kalachnikov aza izymanoloana ny jiolahy mpanakan-dalana. Maromaro ireto farany, mirongo basim-borona, fa raha mitaha amin’ny fitaovana eny am-pelatanan’ny zandary sy ny fiofanana azony kosa, mety tsy misy dikany ihany.

Miaro tena ny zandary

Araka ny fanazavana azo, niaro tena ireo zandary telo lahy nanaraka fiara. Naka toerana azo antoka ary niverina nanao tifi-danitra nampitsoahana ireo jiolahy. Milaza koa ny zandary fa misy hatrany ny zandary manaraka ireo taksiborosy amin’ny alina fa indraindray tsy manaraka fandaminana ny fiara, ary misy hatrany ireo mandeha irery tsy manaraka “caravane”.

Raha tsy voafehy tokoa ity fanafihana amin’ny lalam-pirenena ity, efa tafiditra amin’ny andro fialan-tsasatra rahateo isika, hisy fiantraikany ratsy amin’ny lafiny sosialy, toekarena ary kolontsaina. Hihena ny fandehanan’ny olona mamonjy faritra, tsy ho afa-mody ny avy lavitra noho ny fanafihana mety hahazo azy. Miandry paik’ady matotra ny rehetra, mety tsy hiditra ny volan’ny mpitatitra, fa tena lasibatra voalohany ireo vahoaka miaina anatin’ny horohoro sy iharan’ny fanafihana.

Yves S.

 

Midi Madagasikara6 partages

« Iraim sy fito »

Il avait mis plus de 2 mois pour nommer Kolo Roger au poste de premier PM de la Quatrième République. 4 mois pour choisir le successeur de Fienena Richard à la tête du ministère de l’Energie. 8 mois pour pourvoir le fauteuil ministériel devenu vacant après le décès de Rodolphe Ramanantsoa. And last but not least, 4 ans pour les nominations de nos ambassadeurs à Paris, Washington, Bruxelles, Genève… si tant est qu’elles interviennent d’ici à la fin de l’année.

« Iraim sy fito »

Il, c’est évidemment le président de la République qui a fait preuve d’une célérité inhabituelle pour trouver un nouveau Grand Argentier. « Iraim sy valo » ou plutôt « Iraim sy fito » car cela porte à 7 le nombre de femmes ministres. En effet, s’il faut croire (tout simplement) sa déclaration devant les journalistes présents pour l’occasion, il n’était pas encore au courant de la démission de Gervais Rakotoarimanana au moment de l’inauguration du pont de Kamoro dans la matinée du lundi 17 juillet. Or, le décret de nomination de Vonintsalama Andriambololona à Antaninarenina a été pris à la même date quoiqu’il n’ait été publiquement officialisé que le lendemain à l’issue du conseil des ministres spécial. C’est dire que Hery Rajaonarimampianina a signé le décret à son retour à Iavoloha le même jour. Reste à savoir s’il a eu le temps d’en parler avec Mahafaly Olivier, car « sur proposition du Premier ministre, il nomme les membres du gouvernement et met fin à leurs fonctions ». A moins que les dispositions du fameux article 54 de la Constitution n’aient été encore une fois ignorées. Force est également de se demander quand est-ce que le président de la République a consulté celle qui allait être nommée ministre des Finances et du Budget puisque « le premier intéressé » qu’il est, n’en savait encore rien lundi, quand bien même la démission du Grand Argentier aurait été déposée trois jours auparavant, tel qu’il est mentionné expressément en haut du décret : « Vu la lettre de démission en date du 14 juillet 2017 présentée par le ministre des Finances et du Budget ». Et acceptée par l’article premier du décret. Tout cela n’est pas sans rappeler l’histoire du Premier ministre Jean Ravelonarivo qui a déposé sa lettre de démission deux jours après avoir été …démissionné.

R. O

News Mada5 partages

Kilalaky : hiaka-tsehatra any Frantsa i Bagzana

Nikopak’elatra niampita ranomasina, hanatanteraka fiakarana an-tsehatra any Frantsa, ny tarika Bagzana. Haharitra 20 andro eo ho eo ny fivahinian’ity tarika mivoy ny kilalaky nentim-paharazan’i Menabe ity any. Hitety toerana maromaro izy ireo ary samy seho goavana avokoa no hotontosaina amin’izany, araka ny nambaran’ny avy eo anivon’ny « Metis prod » izay mandray an-tanana ny tarika Bagzana ankehitriny.

Manana tanjona manokana izao fitetezam-paritra any ivelany izao. Eo aloha ny fampahafantarana bebe kokoa ny mozika nentim-paharazana malagasy, toy ny kilalaky. Etsy ankilan’izany, miezaka mitrandraka ny tsenan’ny mozika iraisam-pirenena ihany koa ry Bagzana, araka ny nambaran’ny mpikarakara ny tarika hatrany.

Raha tsiahivina, anisan’ireo namaky lay tamin’ny fivoizana ity gadona avy any amin’ny faritra Menabe ity ry Bagzana. Nomarihin’ny tompon’andraikitra ao amin’ity trano mpamokatra ity hatrany fa santatra am-bava rano ny tahaka izao, fa mbola maro ireo mpanakanto Malagasy hanara-dia ny tarika Bagzana.

Landy R.

News Mada5 partages

Marchés publics : la moitié des procédures de passation, non conforme

Plus de la moitié des procédures de passation de marchés n’est pas conforme aux principes généraux en vigueur a noté la Commission nationale des marchés (CNM), hier à l’hôtel Carlton Anosy, lors de la présentation des résultats sur le «Contrôle a posteriori des contrats passés en 2014 et 2015 auprès de 116 entités publiques  et du Contrôle a priori exercé au niveau des entités centrales au titre de l’année 2016».

Concernant le contrôle a posteriori pour 2014 et 2015, il en ressort que plus de la moitié des procédures, soit 53,32%, n’est pas conforme aux principes généraux régissant la passation des marché publics et consacré par le Code des marché publics. «Le taux de conformité demeure faible. Néanmoins, une nette amélioration a été enregistrée par rapport aux résultats du précédent contrôle réalisé en 2013 sur des marchés passés en 2011 et 2012», a souligné à cette occasion Rindra Rabarinirinarison, présidente du CNM.

Au niveau des entités centrales, le taux moyen de conformité est de 51,95% sur les 333 échantillons de marchés. Sur les 36 entités contrôlées, seules trois ont présenté un taux de 100% de procédures conformes sur les échantillons contrôlés (le ministère des Finances et du budget-DGB, le ministère de la Défense nationale et le ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique). Deux entités ont en outre présenté un taux 0% et deux autres n’ont pas pu soumettre les documents relatifs aux marchés objets de contrôle, faute d’archivage. Parmi ces dernières figure le ministère des Travaux publics comme l’a fait savoir la présidente du CNM.

Au niveau régional, le taux moyen de conformité est de 41,57% sur les six régions contrôlées. L’Ihorombe réalise le meilleur score avec 100% de procédures conformes, suivi des régions Analamanga (66,42%), Boeny (44,44%) et Atsinanana (20,69%). Les plus faibles résultats sont pour l’Alaotra Mangoro (1,56%) et la Sofia (0%).

Concernant le contrôle a priori, la CNM a contrôlé 119 entités totalisant 2.594 dossiers tous types confondus, au titre de l’année 2016 le contrôle sur. 1.898 ont reçu l’avis favorable de la CNM, soit 73,16% des dossiers examinés et 3,55% a fait l’objet de non accord. Les dossiers ayant fait l’objet de renvoi ou de retrait (23,29%) ont été examinés à des dates ultérieures.

Les principales irrégularités

Les modalités d’appréciation de la conformité des procédures de passation sont basées sur la liberté d’accès à la commande publique, l’égalité de traitement des candidats et la transparence des procédures. Les principales irrégularités constatées ont trait, entre autres, à l’inexistence de preuve de publication des avis d’appel d’offres dans les journaux, l’attribution du marché à un candidat non sélectionné lors de l’évaluation ou à une société n’ayant pas participé à l’appel d’offres, ou encore la réception avant achèvement.

Rindra Rabarinirinarison a par ailleurs tenu à préciser qu’en 10 ans d’existence, c’est la troisième fois que la CNM présente officiellement les résultats des contrôles a postériori, bénéficiant de l’appui financier de la Banque africaine de développement (Bad) à travers le Projet d’appui à la gouvernance institutionnelle (Pagi).

 Toutefois, c’est la première fois qu’elle présente les résultats des contrôles a priori. «Nous constatons chaque année une augmentation de 100% des marchés contrôlés depuis notre existence», a-t-elle souligné avant d’ajouter que «Après établissement du rapport de contrôle au niveau de la CNM, celle-ci va saisir les autorités judiciaires compétentes pour donner suite aux dossiers jugés non conformes».

Arh.

 

News Mada5 partages

Madagascar il y a 100 ans : le 14 juillet à Tamatave (1)

Le 14 juillet a été célébré à Tamatave avec la splendeur accoutumée, la même affluence et le même enthousiasme de la part des indigènes. Nous passerons sur les détails.

Le clou de cette fête a été incontestablement la revue des troupes passée sur le champ des courses, par le Commandant Müller.

Deux mille hommes bien équipés, bien armés, et de belle allure, solidement bâtis, ont défilé, drapeau et musique en tête, devant les tribunes, manœuvrant avec une précision qu’on n’était pas en droit d’exiger de recrues entrées tout récemment à la caserne.

Le défilé terminé, M. de Laborderie, notre excellent Administrateur-Maire, a adressé un speech au Commandant Müller, pour le féliciter sur la bonne tenue de ses troupes, et le remercier pour la réconfortante et patriotique cérémonie à laquelle il avait convié la population. Cela a été dit avec la facilité d’élocution et la correction du style dont M. de Laborderie est coutumier.

À son tour, M. le Commandant Müller remercie M. l’Administrateur-Maire pour les paroles élogieuses qu’il a bien voulu lui adresser et que, prétend-il, il est loin de mériter. Il prie d’excuser ses soldats s’ils n’ont pas manœuvré avec la perfection désirable, étant depuis si peu de temps arrivés à la caserne. S’ils avaient évolué moins mal qu’il ne pensait, c’est qu’ils s’étaient sentis électrisés par la sympathie qui émanait de cette foule venue si nombreuse pour les saluer.

On ne se souvenait pas à Tamatave d’avoir jamais assisté à une revue aussi imposante.

Le reste de la journée a été rempli par des courses et jeux divers.

Les jeux sportifs d’adresse et de force ont particulièrement attiré notre attention, la culture physique étant une de celles qui s’imposent le plus dans les circonstances actuelles, bien que jusqu’ici malheureusement trop négligée.

Au point de vue physique, il faut relever la race, se sont dit quelques hommes de cœur vraiment patriotes, et pour cela rien ne vaut les exercices gymnastiques de toute nature. Les muscles se développent, se fortifient, et d’un être malingre, la gymnastique fait un gaillard solide capable de faire un excellent soldat.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada4 partages

« Izaho mbola mankafy » : sehon’ny tarika Mboutah eto an-dRenivohitra

Anisan’ireo manome lanja ny fikarohana eo amin’ny tontolon’ny mozika ny tarika Mboutah. Maneho hatrany izay voka-pikarohana izay amin’ny alalan’ny fampisehoana ry zareo. Anjaran’ny eto Antananarivo ny amin’ity faran’ny herinandro ity. Fampisehoana hotanterahina etsy amin’ny Is’Art Galerie Ampasanimalo, ny asabotsy 22 jolay izao, manomboka amin’ny 7 ora hariva. Seho nampitondraina ny lohateny « Izaho mbola mankafy ».

Tany am-piandohana, nifantoka tamin’ny filalaovana ny mozika nentin-drazana malagasy sy ny reggae ny tarika Mboutah. Taty aoriana, nisokatra tamin’ny tontolon’ny « jazz-rock » ity tarika manana ny maha izy azy ity. Nakambana tamin’ny mozika nentin-drazana malagasy izy io ka namoaka zava-baovao indray.

« Mboutah », nalaina sy notakarina avy amin’ny teny malagasy « Tamboho ». « Samy mitondra ny anjara birikiny ny mpikambana tsirairay hananganana io tamboho io. Ny mozika sy ny zavakanto kosa no rihitra simenitra mampikambana anay », hoy ry Mboutah.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

Orange Madagascar3 partages

Shinsuke Suematsu en visite à Madagascar le 22 juillet prochain

La mission du Gouvernement japonais conduite par Shinsuke Suematsu, Ministre délégué auprès du Ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme (MLIT), effectuera une visite de travail à Madagascar du 22 au 25 juillet 2017 pour co-présider avec le Gouvernement malgache la « Conférence des secteurs public-privé sur les infrastructures de haute qualité». 

Suematsu conduit à Madagascar des hautes personnalités du Gouvernement du Japon et une soixantaine de représentants de plus de 30 sociétés japonaises dans plusieurs secteurs (construction, ingénierie, fabrication, commerce, finance etc.) qui s’intéressent fortement à partager leur technologie, dont la qualité est mondialement réputée, avec des partenaires malgaches dans le domaine de l’insfrastructure et même au delà.

La Conférence aura lieu au CCI Ivato à Antananarivo le 24 juillet 2017 à partir de 9h00. Durant la conférence, des discussions s’engageront entre les deux pays afin d’accélérer le développement et l’aménagement des infrastructures en République de Madagascar. A cette occasion, l’opportunité pour rencontrer un partenaire du business sera organisée. Des ateliers de travail sont aussi prévus entre les entreprises des deux pays.

News Mada2 partages

Us et coutumes : des bandes blanches ? quelles bandes blanches ?

Si vous pensez que traverser la rue sur les bandes blanches est ce qu’il faut faire quand on est un piéton avisé, sachez que cette règle est nécessaire mais suffisante. L’explication suivante vous éclairera. L’automobiliste lancé à 40km/h dans une rue encombrée aura du mal à ralentir s’il voit le piéton s’engager sur les bandes blanches.  C’est donc au piéton d’évaluer la capacité du véhicule à ralentir, si le chauffeur veut bien ralentir. Une fois engagé, le piéton évitera de lambiner, il ne faudrait pas que les voitures soient obligées de s’arrêter chaque fois qu’il y a des bandes blanches ! Ce serait un comble ! Piétons, il vous reste une solution : ne jamais changer de trottoir.

News Mada1 partages

« First Global Robotic » : Madagascar médaillé de bronze

L’équipe malgache, composée d’une fille et de cinq garçons en lice  au «First global robotic» à Washington DC (Etats-Unis), a remporté la médaille de bronze à titre d’encouragement à l’issue de six tournois réalisés depuis lundi jusqu’à mercredi.

D’après les informations reçues, lors de la dernière étape, Madagascar s’est allié avec la Bosnie Herzégovine et l’Amérique du Nord contre Israël, Azerbaïdjan et Lituanie. Un exploit par rapport aux 163 pays engagés car, à l’issue de la phase finale, 15 pays seulement ont été médaillés.

Concevoir un robot qui facilite l’accès à l’eau potable (stockage, filtration de l’eau contaminée, obtention de nouvelles sources) a été le thème majeur de cette édition. La prochaine olympiade «First global robotic 2018» se déroulera au Mexique, et l’équipe malgache s’y prépare déjà selon son mentor,  Sahaza Marline R.

Sera R

 

News Mada1 partages

Jeux de la Francophonie : une vingtaine d’artistes représentent Madagascar

Une délégation malgache, composée de 85 personnes dont une vingtaine d’artistes, est actuellement à Abidjan en Côte d’Ivoire pour participer à la 8e édition des Jeux de la Francophonie du 24 au 31 juillet.

Selon le site officiel des Jeux de la Francophonie, plus de 4 000 personnes venant de 60 pays sont attendues, cette année, pour participer à cette 8e édition. «Notre mission est donc de briller parmi ces personnes en leur démontrant notre culture ainsi que les talents de nos artistes», a annoncé l’un des artistes malgaches partis à Abidjan.

Ainsi, le programme sera composé de plusieurs concours, expositions, ateliers et rencontres. Le thème général des Jeux sera axé sur la promotion de la langue française, la promotion de la paix et la promotion du développement. Les artistes participants s’y sont déjà préparés depuis plusieurs mois.

Zoom sur les artistes

Les Malgaches seront notamment en lice dans le concours de danse de création avec le groupe Tahala Compagny.  Anjoanina Harivahy Ramaroson, alias Mossieur Njo, sera notre homme littéraire, Taka Andrianavalona sera dans la catégorie Peinture et Maherisoa Rakotomalala dans la sculpture. La compagnie Zolobe est aussi prête pour épater le public étranger avec ses marionnettes géantes.

Si le volet création numérique vient récemment d’être instauré dans le programme, Madagascar a déjà un candidat confirmé. Il s’agit de Koloina Famenontsoa Rakotoarisoa, dit Tanguy, qui va créer une œuvre audiovisuelle en utilisant les nouvelles technologies. Et enfin, Mahefa Dimbiniana Randrianarivelo assurera la catégorie photographie.

Des échanges et partages

La plupart de ces artistes n’ont pas encore participé à des concours internationaux. «Effectivement, nous sommes angoissés à cette idée. Toutefois, ces concours serviront à évaluer nos talents par rapport aux autres artistes étrangers et aussi à acquérir davantage de l’expérience pour ensuite les partager aux autres artistes locaux», a-t-il souligné. De ce fait, le programme comporte divers ateliers et rencontres pour favoriser les échanges. Et enfin, chaque catégorie se terminera par une représentation, une sorte de restitution réalisée par tous les artistes participants.

Holy Danielle

 

Tia Tanindranaza1 partages

Fifaninanana mamorona “robot” tany EtazoniaLaharana fahatelo ny Malagasy

Namiratra indray ny tanora Malagasy ary nanandratra avo ny voninahi-pirenena tany ampitan-dranomasina.

Toky R

La Vérité1 partages

Marc Ravalomanana à Mandritsara - Visite sous haute surveillance policière

Bravant les prohibitions que le régime lui impose d’une manière ou d’une autre, l’ancien Président Marc Ravalomanana s’est rendu dans la ville de Mandritsara hier. Dès son arrivée à l’aérodrome, les habitants sont sortis de leurs maisons pour le voir sur son passage à bord d’un véhicule 4x4 de couleur blanche. Par la suite, un timide bain de foule ponctué de brèves séances de selfie a eu lieu dans la capitale d’Androna.  La visite du collège théologique de l’église Fjkm a officiellement motivé sa visite dans cette agglomération de la région Sofia. La réhabilitation de l’infrastructure est prévue dans le cadre du jubilé du 50e anniversaire de cette entité cultuelle qui prépare un grand rassemblement à Antsiranana en août prochain. L’ancien vice-président laïc de la Fjkm est aussi à la fois désigné président du comité préparatoire de la célébration.

PréventiveLe président national de Tiako i Madagasikara a profité de l’occasion pour rencontrer les responsables du parti au niveau local. Les éléments des Forces de l’ordre ont bien veillé à ce qu’aucun rassemblement en plein air n’ait eu lieu en raison des consignes strictes venant d’en-haut. Une voiture 4x4 pick-up bourrée de gendarmes a alors circulé dans la ville à titre de mesure préventive. Les jeunes Tim de Mandritsara ont envisagé une assise régionale ce vendredi. Mais les hauts responsables étatiques ont ordonné le retrait de l’autorisation délivrée par le chef de District à l’organisateur (cf. La Vérité du 17 juillet). « Il a seulement visité le domaine du collège théologique. Un projet de réhabilitation de l’infrastructure est en vue. Il n’y a pas eu de rassemblement populaire », a confirmé un haut responsable de la sécurité en charge de la province autonome de Mahajanga joint au téléphone.M.R.

L'express de Madagascar1 partages

Banque – La 57e agence de la BFV SG inaugurée

Dans l’optique d’être la banque relationnelle de référence, la BFV - Société Générale poursuit sa politique de proximité et démontre une fois de plus qu’elle place constamment ses clients au centre de ses préoccupations. En phase avec la stratégie du Groupe Société Générale, la banque développe et consolide ses activités. C’est dans ce cadre qu’elle a inauguré le 12 juillet dernier sa nouvelle agence à Maroantsetra, région Analanjirofo.Cette inauguration s’inscrit dans la politique d’extension du réseau pour le développement des régions en pleine croissance. Maroantsetra regorge de potentialités économiques en termes de production agricole, de ressources halieutiques, de création d’entreprises, ainsi que le tourisme. « Des opportunités que la BFV-Société Générale saisit afin d’accompagner le développement de la ville, tout en se rapprochant de tous les acteurs économiques présents dans cette région », explique Hassan, le directeur de l’agence.La BFV – Société Géné­rale compte désormais ce jour cinquante sept agences.

Harilalaina Rakotobe 

L'express de Madagascar1 partages

Région Menabe – Le paysage naturel tend à disparaître

L’un des plus beaux paysages de l’Ile est fortement menacé. Un grand festival est organisé à Morondava pour conscientiser.

Inquiétant. L’aire protégée de Menabe Antimena, un des sites touristiques qui abritent l’allée des baobabs et les forêts denses sèches de Kirindy ou encore la réserve spéciale d’Andranomena, sans oublier les lacs Kimanaomby et Bedo et les  mangroves présentant un centre de micro-endémisme, est sévèrement menacée. Les chiffres avancés par des scientifiques malgaches et allemands qui ont mené des études sur le Menabe Central sont en effet alarmants.« Entre 1973 et 2010, la couverture forestière de Menabe-Antimena, d’une superficie totale de 210.312 ha a été réduite de 71 390 ha, ce qui signifie un taux de déforestation annuel moyen de 631,6 ha », indique l’étude. Le taux de déforestation a connu son pic entre 1992 et 2010 avec 872.7ha de superficie qui disparaît annuellement.Pour cause, la région Menabe subit une migration massive augmentant la pression sur l »environnement.« La vague migratoire incessante engendre la perte de la couverture forestière dûe à la culture sur brulis de maïs et d’arachide. Ce qui a engendré une perte considérable allant de3.295 ha/an en moyenne, de 2010 à 2014 », indique l’ONG Fanamby, une organisation engagée dans la conservation de la biodiversité, la gestion durable des ressources naturelles et le développement économique durable des communautés de base.

Potentiel en périlLes parties prenantes telles que la direction régionale de l’Environnement, de l’écologie et des forêts Menabe, l’ONG Fanamby, le CNFEREF, le DURRELL, le MNP et le WWF intensifient les actions de sensibilisation et d’information auprès des cinq communes touchées par l’aire protégée. Le festival Baobab-Fosa, organisé par l’office régional du Tourisme de Menabe (ORT Menabe) se tiendra du 21 au 23 juillet prochain afin de conscientiser, et sur le péril du potentiel écotouristique de la zone, et sur l’attrait touristique de la beauté du paysage Menabe. «Les baobabs sont des produits touristiques phares de la Grande île. Par ailleurs, le nombre de “fosa” prédateurs endémiques de Madagascar, vivant dans l’aire protégée de Menabe Antimena, diminue considérablement. Aussi, la manifestation vise à protéger l’animal et à accroître la renommée des baobabs», souligne Hoséa Randriamanantena, Directeur de l’ORT Menabe.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Éducation – L’application Gamela comme base de données

Dans le cadre de l’amélioration du système éducatif, la direction de l’Éducation préscolaire et de l’alphabétisation (DEPA) a lancé l’application Gamela, hier à Manakara. Il s’agit d’une prise en main la plus pointue de l’alphabétisation, l’éducation inclusive, ainsi que l’éducation préscolaire.Toutes les informations proviennent des régions, des districts et des communes afin de voir de plus près les cas qui se présentent dans chaque localité. « La modernisation du système éducatif ne peut se réduire à l’amélioration de la qualité de l’enseignement. Elle s’opère avec le renforcement de la performance de l’administration. L’application Gamela a le mérite de permettre un suivi pointu. Elle offre, en outre, la possibilité de localiser avec précision les utilisateurs qui alimentent ou utilisent la base de données. Une mise à disposition de contenus fiables et à jour en résulte. D’où, un outil de prise de décision permet d’orienter la politique de la direction vis-à-vis de ses activités », explique Arthur Mananjaona Ravelonjanahary, directeur de l’Éducation préscolaire et de l’AlphabétisationLes listes des zones d’administration pédagogique (ZAP), les circonscriptions scolaires (Cisco) et la direction régionale de l’éducation nationale (DREN) sont détectés à travers cette application. Tous les problèmes liés à la préscolarisation, l’éducation inclusive et l’alphabétisation sont disponibles sur cette base de données. Enfin les informations, les associations, les organisations non-gouvernementales ainsi que d’autres institutions auront le mot de passe de l’application.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar1 partages

Énergie – Les nouveaux tarifs d’électricité publiés

L’office de régulation de l’électricité (ORE) vient de publier mardi sur son site internet les nouveaux tarifs d’électricité à Madagascar. Les entreprises sont les plus touchées de cette révision avec une hausse de 15%. Le prix du kilowattheure passe de 561 ariary à 645 ariary pendant les heures de pointe, pour les clients hors tension. La nuit, elle serait facturée à 65 ariary.Pour les ménages ayant souscrit au code tarif 14, le prix de l’énergie de la première tranche, c’est-à-dire une consommation ne dépassant pas les 25 kilowattheures, reste à 141 ariary.  Au-delà de ce plafond, une légère hausse de 3,5% est enregistrée. La Jirama facture entre 734 ariary à 873 ariary le kilowattheure selon la zone tarifaire. Pour les clients non résidentiels, c’est-à-dire, les salons de coiffure ou les épiceries, le prix de l’énergie reste à 165 ariary pour la première tranche et à 764 ariary à 916 ariary selon leurs lieux de résidence.La révision des tarifs entre dans le cadre de la politique de redressement de la société. À travers cette révision, la Jirama estime pouvoir générer une recette supplémentaire de près de 3 milliards ariary par mois.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

La côte Ouest favorable aux courants commerciaux

Àla fin du XIXe siècle, Madagas­car compte de nombreux ports commerciaux plus ou moins importants (Bulletin du Comité de Madagascar, 1898).Dans le Nord-ouest de la Grande ile, à Nosy Be, le port de Hellville constitue un centrecommercial assez conséquent. Les paquebots de la compagnie des Messageries maritimes y font escale deux fois par mois, à l’aller et au retour. Après le passage du courrier venant de France (aller), c’est en outre la tête de ligne du service de cabotage effectué par le petit vapeur Mpanjaka qui dessert les escales de la côte Ouest et embarque les principaux produits de la région.De nombreux boutres mettent en relation Nosy Be avec la Grande terre et les Comores. Sur la côte jusqu’à Mahajanga, le commerce est entre les mains des Indiens qui sont approvisionnés de marchandises anglaises ou allemandes et de tissus de Bombay. Deux importantes maisons de commerce allemandes sont alors installées à Nosy Be, la Maison Oswald et Cie et la Deutsch Ostrafrikanische Gesellschaft.Plus au Sud, Mahajanga. Par sa position dans le canal de Mozambique et grâce à son excellent port, Mahajanga est destiné à devenir une des têtes de ligne de la route d’Antananarivo et est appelé à un avenir commercial certain. Une magnifique voie de pénétration, le cours de la Betsiboka, permet à de petits vapeurs  d’atteindre Suberbieville (près de Maevatanàna) à 200 km à l’intérieur des terres, pendant neuf mois de l’année.De ce point à Antananarivo, le chemin suivi par le corps expéditionnaire est rapidement amélioré  et le courant commercial qui a existé sous la royauté merina, entre le Boeny et le Plateau central, ne tarde pas à reprendre et à s’accroître à mesure que la sécurité se rétablit dans le pays.La situation géographique de Mahajanga met ce port en relations faciles avec l’Afrique australe. Celle-ci est appelée à devenir un débouché important pour certains produits de Mada­gascar, tels que les animaux de boucherie, les denrées alimentaires, les légumes frais, le pois du Cap, etc.Quelques vapeurs appartenant à des maisons de commerce (Mantes et Borelli, Oswald)visitent fréquemment Mahajanga. La ville est également approvisionnée en marchandises par les boutres qui font le va-et-vient avec Zanzibar et ceux qui, profitant chaque année de la mousson nord-est, viennent directement de Bombay au mois de mars. Ils attendent la mousson sud-ouest au mois d’août pour rejoindre l’Inde, chargés de produitsmalgaches. Ces boutres sont, en général, des bâtiments de 90 à 120 tonnes, montés par des équipages de six à huit hommes. Vingt cinq à trente abordent chaque année à Mahajanga.Des boutres de moindre importance relient également Mahajanga et Nosy Be à Zanzibar,  aux Comores, Morondava et Nosy Be. De même, un petit vapeur des Messageries maritimes effectue chaque mois un voyage aller-retour, de Nosy Be à Nosy Be, faisant la liaison entre cette ile et la baie de Saint-Augustin à l’extrême Sud de Madagascar, avec escales à Mahajanga et à Maintirano.Au sud du cap Saint-André, dans la région Melaky qui s’étend jusqu’à hauteur des îles Barren, on rencontre plusieurs petits ports, dont les principaux, Tombolarano et Maintirano, ont été les grands dépôts des Cafres, esclaves introduits par les voiliers venant de la côte d’Afrique. Plus tard, quatre ou cinq boutres continuent ces voyages chaque année à la mousson de décembre. L’occupa­tion de cette côte par les troupes françaises mettra fin à ce trafic.Des produits de la terre remplaceront désormais les esclaves. Les troupeaux de bœufs sont l’une des richesses de la région où l’on trouve également du caoutchouc, du bois d’ébène, de la cire et des arachides. Une maison américaine de Boston y a autrefois introduit de la poudre et des fusils à silex en grande quantité. Puis le commerce passe entre les mains des Indiens et de quelques Arabes et Comoriens. Seul le caoutchouc est embarqué sur le vapeur annexe des Messageries maritimes, les autres produits étant chargés sur des boutres.Après le Boeny et le Melaky, d’autres ports de moindre envergure jalonnent le Menabe jusqu’au Sud de la Grande ile, mais leur importance commerciale n’est plus à démontrer.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

 

L'express de Madagascar1 partages

Un chinois capture un pickpocket

Un voleur à la tire a été appréhendé par un Chinois après l’avoir dépouillé de son téléphone dans un taxi à Ambohibary Antanimena, lundi. Les habitants du quartier ont prévenu des policiers d’Antaniavo qui ont ensuite embarqué le voleur. Celui-ci est passé immédiatement aux aveux et a reconnu avoir volé le portable du Chinois qui a pu récupérer son bien.

L'express de Madagascar1 partages

Alaotra-Mangoro – La foire régionale « Tangorogna 2017 » démarre en trombe

Sorti gagnant. Depuis hier et jusqu’à dimanche, la ville d’Ambatondrazaka ou plus précisément la place de son marché municipal abrite un évènement régional, qui se tient tous les ans. Soit cinq jours de manifestation commerciale, culturelle et agricole pendant laquelle les producteurs exposent des échantillons de leurs produits et pourraient enregistrer les commandes qui leur seraient passées.

Avant le vernissage, qui est prévu se tenir demain vendredi et où de hautes personnalités étatiques sont attendues, le début de la matinée de la première journée de la foire a été marqué par le passage d’une formation musicale venue de la commune rurale de Mangalaza d’Ambatondrazaka. Elle est composée de gros cuivres, d’instruments à vent et de percussions agréablement bruyants. Comme si l’équipe de fanfare a traversé la ville pour réveiller toute une ville encore enfouie dans le brouillard d’un temps hivernal en plein juillet.

Au passage de l’orchestre mobile, succède celui d’un défilé surnommé carnaval quoique, à première vue, il n’ait – presque – rien de commun avec ceux qui se pratiquent dans le Sud des États-Unis. En tout cas, aucun incident majeur n’a été signalé et tout s’est passé très bien sous le contrôle des personnalités locales issues des instances publiques et privées qui y ont participé.

L’on note également la participation des délégations représentant les quatre districts et la préfecture d’Ambatondrazaka. En fait, ce « carnaval » à l’Alaotra-Mangoro a été une manifestation qui entre dans le cadre du « fampidiram-bokatra » (introduction ou entrée des produits locaux) dans les stands d’exposition au Stade Rasolonjatovo, le cœur du champ de foire devant servir de tremplin au développement socioculturel et économique de la région Alaotra-Mangoro. « Tout se joue pendant cinq journées d’affilée », concluent des observateurs.

Hery Fils Andrianandraina

Madaplus.info0 partages

Le fruit d’un des projets d’Edgard Razafindravahy, codeur Bus, remporte la troisième place au concour...

L’équipe Malagasy , menée par Sahaza Ramarosandy a obtenu une médaille de Bronze lors de la compétition internationale sur la robotique, le First Global Challenge 2017.
Parmi les 160 pays participants à cette compétition, notre pays empoche la médaille de Bronze en se plaçant à la troisième position. Pour un premier concours international, le Malagasy Team, composé de six jeunes étudiants entre 16 et 19 ans, a porté haut le flambeau Malagasy. La Diaspora Malagasy de Washington a pleinement soutenu l’équipe lors de ce Challenge international. Le FGC s’est déroulé le 16 juillet à 18 juillet 2017 à Washington DC. Il s’agit d’un concours international, portant sur le développement d’un robot. Pour cette année le thème se portait sur la facilité d’accès d’eau potable.
Rappelons que cette participation de Madagascar est le fruit du projet d’Edgard Razafindravahy, Codeur Bus. Le projet vise à initier les jeunes à s’intéresser au Code.
Madaplus.info0 partages

Suspension de voyages pour Tananarive - Tuléar

Une décision unanime a été prise hier, par les chauffeurs des taxis-brousses opérants sur la ligne Tananarive-Tuléar, pour la suspension provisoire de tous les voyages, jusqu’à obtention de mesure de sécurité ferme par les Forces de l’Ordre.
Les chauffeurs victimes d’une attaque avant-hier à 40 km d’Ambalavao ont confirmé que les gendarmes qui convoyaient la caravane n’ont pas pris leurs parts de responsabilités. Au moins, ils auraient dû faire des tirs en l’air pour faire fuir les brigands. Un chauffeur a souligné que les gendarmes se sont enfuis avec leurs armes pendant l’attaque. Hier, les chauffeurs ont décidé de suspendre tous les voyages sur l’axe de la Route Nationale 7, à cause de l’insécurité qui sévit sur cette route. La reprise au cours normal des services ne se fera que lorsque les Forces de l’Ordre ont pris les mesures adéquates pour faire face aux attaques des taxis-brousse.
Ino Vaovao0 partages

MILA VONJY MAIKA : Mitombo habe hatrany ny lohan’ilay zazavavy vao herintaona monja

Vao herintaona sy roa volana monja anefa ilay zaza no ampahorian’ny aretin-dratsy tahaka izao. Efa maro ny fitsaboana natao mba hahasalamana ity tsy manan-tsiny ity nefa dia mitarazoka hatrany izany ary vao mainka mihombo andro aman’alina ny aretina. Ny vola lanin’izy mivady koa anefa efa maro dia maro. Manao antso avo amin’ireo malala-tanana sy tsara sitra-po araka izany izy ireo, amin’izao fotoana izao, mba hanampiana ny hoenti-manana amin’ny fitsaboana ilay zaza.

Araka ny fanazavana voaray avy amin’ny ray aman-dreniny mantsy dia vao nanomboka efa-bolana ity zaza ity no narary ary efa natao ny fitsaboana rehetra saingy mbola tsy nahitam-bokany avokoa. Raha nanatona ny hopitaly Joseph Ravoahangy Andrianavalona na HJRA izy ireo tamin’ity volana ity dia manodidina ny 3 tapitrisa Ariary ny vola ilaina hiatrehana ny fandidiana ilay zaza.

Tsy manana izay vola izay anefa izy ireo hitsaboana ilay zaza, ka mangataka amin’izay afaka hanampy amin’ny hoenti-manana hanavotana ny menaky ny ainy. Afaka miantso ny laharana 034 25 150 45 na ny 033 73 530 99 avy hatrany ireo terem-panahy amin’izany. Misaotra sahady ireo efa nandray anjara ny ray aman-drenin’ilay zaza tsy salama.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANDRAVOAHANGY - LAHIANTITRA VOAROBA : Nofatoran’ireo jiolahy teo an-tongo-pandriana

Tokantrano maromaro izay no voatafika nanomboka tamin’ny volana jona lasa teo ka hatramin’izao, raha ny tatitra voaray avy eny anivon’ny Fokontany.

Toy ny zava-nitranga tetsy amina tokantrano iray Andravoangy Ambony dia lahiantitra mipetra-drery indray no notafihin’ireo jiolahy, ny talata lasa teo tokony ho tamin’ny roa ora maraina tany ho any. Nofatoran’izy ireo teo an-tongom-pandriana ity rangahy ity nandritra ny fandrobana. Manodidina ny 70 taona eo ity lehilahy ity ary efa mananotena, ka samy tsy eto an-toerana avokoa ny zanany raha ny tatitra ihany. Efa fanintelony no voaroba izy ity ka talanjona ireo mpiara-monina manoloana ny zava-misy.

Toa mampiahiahy mantsy ny fiverimberenan’ny fanafihana ary manahy ireo mpifanolo-bodirindrina fa sao olona eo akaiky eo ihany no manararaotra noho ny fipetrahany irery.Araka ny fanazavana voaray hatrany dia miisa telo teo ireo olon-dratsy no tonga nanafika, ka nitondra karazana zava-maranitra izy ireo nampihorohoana ity lahiantitra ity. Karazana entana sarobidy toy ny volamena tamin’ny boaty no lasa tamin’izany ary vola tao anaty vata izay tsy voafaritra. Hatreto aloha dia tsy nahitana ratra ny tenany na dia voafatopatotra aza fa ny mampatahotra azy dia ny fiverenan’ny fandrobana amin’ny manaraka indray, ka sao hanaraka hatramin’ny ainy mihitsy. Rehefa vita ny nataon’ireto mpanafika dia nitsoaka izy ireo, ka izay vao afaka niantso vonjy ity lehilahy ity. Nikoropaka ireo mpiara-monina teo am-pandrenesana izany, ka nirohotra nandeha namonjy azy daholo.

Ny fepetra noraisina taorian’izay dia nasaina nalain’ny havana aloha ity rangahy ity hatreto, ka efa misokatra ny fanadihadiana momba ny raharaha amin’izao fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ADY TANY : Niara-nikaondoha ireo Sefo Fokontany sy ny tambajotra miaro ny zon’ny mpanjifa

Betsaka ny ady tany eto Mahajanga ary antontan-taratasy maro no efa eny amin’ny Fitsarana. Tokony hiainga eny ifotony ny famantarana ny tany, hoy Gabin Eugène filohan’ny tambajotra miaro ny zon’ny mpanjifa eto Mahajanga. Ny Fokontany no tokony hahalala ny olona mipetraka ao aminy sy ny tompon’ ny tany, ary tokony miainga any ny an-tanantohatra amin’ny fikarakarana sy fikirakirana ny antontan-taratasin-tany. Nanentana ireo sefo Fokontany handray andraikitra izy ary niarahana nametraka ny fenitr’izany andraikitra izany. 

«  Afaka mamaha olana eny ifotony ny Sefo Fokontany, hoy hatrany izy ireo, saingy ny olana dia betsaka ireo manao rano dikain’ny zinga, ka tsy miraharaha azy ireo. Tokony miainga eny amin’ny Fokontany kosa anefa ny an-tanantohatra amin’ny fikarakarana ny taratasin-tany ary tsy tokony hoekena ny baorina ambony latabatra, hoy hatrany izy ireo  ». Anio moa no hisy ny fifanakalozan-kevitra lehibe iantsoana ny vahoakan’i Mahajanga rehetra iarahana amin’ireo tompon’andraikitry ny fananan-tany sy ny ao amin’ny Fitsarana izay iafaran’ny ady tany matetika.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

OLAN’NY FITATERANA AO MAHAJANGA : Maro ireo bajajy tsy manara-dalàna no giazan’ny Kaominina

Nanomboka ny faran’ny herinandro teo izany dia nosamborina sy nogiazana ireo bajajy tsy manara-dalàna.

Efa am-polony maro ireo bajajy voatazon’ny Kaominina ankehitriny. Tsy mazoto ny handoa ny lisansy izay efa 80 000 Ariary anefa ireo tompony hanalana azy tao fa  ny fitokonana indray no hitany fa mety. Raha tsiahivina dia 200 000 Ariary isan-taona no tapaka fa saran’ny lisansy ho an’ireo kodiara-telo manao fitateram-bahoaka eto Mahajanga. Tsy nanaiky izy ireo ary nangataka ny hampidinana izany ho 50 000Ariary. Rehefa nivezivezy teny amin’ny Fitsarana misahana ny ady amin’ny fanjakana ny raharaha dia 80 000 Ariary no nekena. Mbola tsy te-handoa io indray anefa ny mpitatitra dia nampiditra fitoriana vaovao indray.

Nandritra ny roa taona mahery nisian’ny ady anefa dia niasa hatrany izy ireo, saingy tsy mandoa hetra.  30 000 Ariary isan’andro farafahakeliny no aloan’ny mpamily amin’ny tompon’ny bajajy. Ny sisa kosa an’ny mpamily. Efa mananika ny 2 000 ireo bajajy miasa eto Mahajanga nefa manodidina ny 500 ihany no nandoa ara-dalàna ny hetra sy haba. Mipetraka ny fanontaniana hoe tena olana tokoa ve ny fandoavana ilay lisansy sa efa filàm-baniny no misy tsy andoavana lisansy mihitsy nefa miasa sy mampidi-bola hatrany ?

Misy very ny kojakoja

Milaza ireo mpamily bajajy fa misy very sy manova ny kojakoja amin’ny bajajin’izy ireo giazana ao amin’ny La voirie ao. Batteries sy CDI ary kojakoja maromaro no voalaza fa very amin’izany. Mora noho ny vidin’ireo kojakoja ireo anefa ny saran’ny lisansy izay aloa isan-taona. Manefa lisansy izy ireo dia ara-dalàna, tsy hisy hanemban- tsembana azy amin’ny asany no tsy hogiazana ny bajajy raha tsy misy hadisoana hafa. Tsy ny fanefana ny lisansy anefa no hitan’ izy ireo fa mety fa ny fanaovana fitokonana. Lasa hambom-po diso toerana no misy eo amin’ireo bajajy sy ny mpitondra ny Kaominina, ka tsy ny hampandroso ny Kaominina sy ny hahatonga ireo bajajy ho ara-dalàna no atao fa mifampila ankisa. Lany andro mivezivezy eny amin’ny Tribonaly misahana ny ady amin’ny Fanjakana fotsiny izy ireo amin’izany. Ankoatra izay dia voalaza fa efa misy ihany koa fitoriana any amin’ny Fitsarana ambaratonga voalohany momba ny halatra kojakoja mahazo ireo bajaj giazana.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TSY FANDRIAMPAHALEMANA : Mitety Distrika ny OMC tarihin’ny Prefet sy mpitsaran’i Maintirano

Manoloana ny firongatry ny halatr’omby izay miteraka tsy fandriampahalemana any amin’ny Faritr’i Melaky no hanaovana izao hetsika izao, araka ny vaovao voaray avy any an-toerana.

Efa roa herinandro no niantombohan’ny hetsika. Hihainoana ny hetahetam-bahoaka any amin’ireo Kaominina ambanivohitra rehetra any amin’ny faritra no tena tanjona amin’izany. Fitadiavana vahaolana ho an’ireo vahoaka mitaintain-dava amin’ny fanafihan-dahalo ihany koa no ihainoana azy ireo mandritra ny fitsidihana ataon’ireto tompon’andraiki-panjakana avy ao amin’ny renivohitr’i Melaky ireto.

Tsy hifarana izao hetsika izao raha tsy ahitam-bokany avokoa ireo fitsidihana tanàna natao, raha ny vaovao voaray ihany. Mahazo olona avokoa ireo famoriana nataon’ireto tompon’andraikitra misahana ny fampandrian-tany ireto nandritra izay roa herinandro, raha ny loharanom-baovao. Omaly dia niditra tao amin’ny Distrikan’i Morafenobe izy ireo, raha ny vaovao voaray avy any an-toerana hatrany.

Nandritra ny fandalovan’izy ireo tao amin’ny Distrikan’Ambatomainty dia nifampitafa tamin’ireo tompon’andraikitra tao an-toerana ireto farany fa hisy ny fananganana tsangam-bato manokana ho an’ilay mpanakanto Rasoa Kininike namoy ny ainy tamin’ny lozam-pifamoivoizana tany an-toerana.

Ny 22 septambra ho avy izao dia hisy ny hetsika goavambe hanamafisana izany ao an-toerana mba ho faha-tsiarovana ny andro nahafatesany.

Pounie

News Mada0 partages

KMF/Cnoe : « Aiza ho aiza ny « Raharaha R. Claudine »? »

« Manoloana ny toe-java-misy mifamahofaho tato ho ato, mangingina ny raharaha izay nahabe resaka teto amin’ny firenena. Eo, ohatra, ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine » sy ny « Raharaha Antsakabary ». Tokony hatao hitan’ny olom-pirenena hatrany hoe: aiza ho aiza ny tohiny sy hiafaran’ny raharaha? »

Io ny fanehoan-kevitry ny sekretera jeneralin’ny KMF/Cnoe, Raharisoamalala Patricia, manoloana ny toe-draharaham-pirenena amin’izao fotoana izao. Tena voatsara sy migadra marina tokoa ve ny/ireo olona izay voatonina nahabe resaka hatramin’izay?

Ny atahorana, araka ny nambarany, ny mbola isiana sy ny anjakan’ny tsimatimanota eto amin’ny firenena. Anisan’ny mahabe sy mampitombo ombieny ombieny ny fitsaram-bahoaka amin’izao fotoana izao izay.

Koa tsy tokony hapetraka mora foana izany ny raharaha lehibe nahabe resaka toy ireny. Anisan’izany ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine » sy ny « Raharaha Antsakabary« : aiza ho aiza izany amin’izao fotoana izao? Miandry vaovao marim-pototra ny rehetra: inona no hiafaran’ny/ireo olona izay nanao fandikan-dalàna?

 

Takina ny fahalalahana maneho hevitra

 Manoloana ny fanakantsakanana maro samihafa amin’ny fanehoan-kevitra, takin’ny firaisamonina sivily toy ny KMF/Cnoe ny hoe: asehoy fa tany demokratika i Madagasikara, manaja an’izay fahafahan’ny rehetra haneho hevitra an-kalalahana sy am-pitoniana, fa tsy ho sakantsakanana sy rahonana lava.

« Mankahery ny tolona ataon’ny Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM) izahay mba hisian’ny fahaleovantenany tanteraka amin’ny fitsarana », hoy izy. Satria izay no hita fa fositra lehibe tsy mampandroso ny firenena: ny fitsabahan’ny fahefana mpanatanteraka amin’ireo andrimpanjakana maro samihafa.

Tokony hipetraka mazava tsara ny fisaraham-pahefana eto amin’ny firenena, ary mila omena fahaleovantena ny rafi-pitsarana.

R. Nd.

News Mada0 partages

Distrika Anjozorobe : tsy nahavitana asa goavana ny CLD 2016

Efa misasaka ny taona 2017! Natao hampandrosoana ny kaominina ny vola omen’ny fanjakana amin’ny Komitim-paritra ho an’ny fampandrosoana (CLD). Amin’izao volana jolay izao, tsy mbola vita tanteraka ny famaranana ny CLD any amin’ny distrikan’Anjozorobe ho an’ny taona 2016. Nambaran’ny ben’ny Tanànan’Anjozorobe, ny Dr. Andriamanantsoa Lova  fa hivory izy ireo avy amin’ny kaominina 15 amin’ny 27 jolay ho avy izao, hanombanana ny zava-bita. Fanintelony nahitsy ny an’ity distrika ity. Anisan’ny olana ny fanatanterahana ny tsenambaro-panjakana, satria maro loatra ny dingana tsy maintsy arahina, midangana koa ny sarany fanatanterahana azy. Kely anefa ny tetibola natokana isaky ny kaominina, hany ka kely ihany koa ny asa vitany. Lasa ireo orinasa manao ny asa no tena mahazo tombom-barotra.  Raha handray ohatra, mety ho asa mitentina 5 tapitrisa Ar sisa ny vitan’ny tetibola 10 tapitrisa Ar. Mandritra izany, tsy mbola nivoaka ny CLD ho an’ny taona 2017.

“Miompana amin’ny tena fampandrosoana

Na izany aza, nanome toky ny ben’ny Tanàna Anjozorobe, fa tsy miova ny politika ataony ampiasana ny vola CLD ho an’ny kaominina iadidiany. Ifantohana ny fanamboarana fotodrafitrasa ho an’ny vahoaka, toy ny fanamboarana na fanarenana sekoly, toeram-pitsaboana, tetezana, ny fampitaovana fanitarana asa, sns. Nomarihiny fa misy ampahany fandraisan’anjaran’ny fokonolona sy ny mpahazo tombontsoa amin’ireny asa ireny, mba hisian’ny fiaraha-misalahy amin’ny fampandrosoana.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Régis Gizavo : ho tonga ny 26 jolay ny razana

“Mitomany ny angorodao”, hoy ny rehetra. Ao anatin’ny fotoana fanomezam-boninahitra sy fanaovam-beloma farany an’i Régis Gizavo ny fianakaviamben’ny kanto.

Nanakoako naneran-tany ny vaovao ratsy… Niraradraraka nanaraka izany ny fanehoana alahelo sy fanomezam-boninahitra isan-tsokajiny, ho an’i Régis Gizavo. Nisy, ohatra, ny fivoriana nanehoana fiaraha-miory nataon’ireo namana sy mpifanerasera, na ao anatin’ny mozika na tsia, ny talata hariva teo tao amin’ny Place Saint Michel any Paris.Araka ny vaovao azo avy any an-toerana, naneho ny firaisankina izy ireo, ka niandraikitra ny fikarakarana ny razana sy ny fampodiana azy aty an-tanindrazana. Raha ny vinavina, ho tonga ny alarobia 26 jolay izao amin’ny 4 ora maraina ny vatana mangatsiakan’i Régis Gizavo.“Efa nisy ny fifampiresahana tamin’ny fianakaviana, ka manam-pikasana ny hanome mari-boninahitra ho azy ny minisitera. Miandry izay fanapahan-kevitra farany, satria tsy mbola eto an-toerana koa ny minisitra fa manatrika ny lalaon’ny Frankôfônia”, hoy ny nambaran’ny mpampita vaovao ao amin’ny minisiteran’ny Kolontsaina.Raha ny fantatra kosa, hatreto, vantany vao higadona an-tanindrazana dia hentina any Toliara, tany niaviany.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Taksiborosy namoa-doza : mpandeha iray namoy ny ainy, 22 naratra mafy

 Mpandeha miisa 22 indray naratra mafy, raha raim-pianakaviana iray kosa namoy ny ainy vokatry ny lozam-piarakodia tao Moramanga, afakomaly. Ny fahatapahan’ny frein-n’ny fiara no nitarika ny loza…

 

Nivarina tany anaty hantsana eo amin’ny 10 metatra eo ho eo ao Tangaina Moramanga RN 2 ity taksiborosy ity noho ny olana teknika teo amin’ny fiara ka tsy voafehin’ny mpamily intsony. Raim-pianakaviana iray andeha handray fisotroan-dronono ao Moramanga no maty tsy tra-drano, tafavoaka avy ao anatin’ilay taksiborosy ka voatsindry tao ambany fiara. Araka ny fanazavan’ny iray amin’ireo mpandeha niharam-boina, taksiborosy manao fitaterana mampitohy an’Andasibe sy Moramanga ity namoa-doza ity. Teo amin’ny 3 km mialoha ny hidirana an’i Moramanga no nitranga ny loza. Fiara natokana ho an’olona miisa 24 ity fiara taksiborosy ity, saingy efa nihoatra ny 30 mahery miampy entana marobe ny nentiny ka antony iray nanampy trotraka ny fahavoazana ihany koa izany ankoatra ny fahatapahan’ny frein izany. Voalazan’ireo mpandeha hatrany fa hiakatra fiakarana ilay taksiborosy no tapaka tampoka ny frein. Nihemotra ilay fiara ka latsaka avy hatrany tany anaty hantsana. Horakoraka antso vonjy sisa nataon’ireo olona tao anaty fiara. Raikitra ny fifanjevoana nikorapaka ny mpandeha rehetra tao anaty fiara. Tao ny vaky loha, nisy kosa tapa-tanana sy tongotra vokatry ny fivadibadihana tao anaty hantsana.

Potika tsy nisy noraisina intsony ilay fiara. Nifanome tanana ireo mpandeha tamin’ny fivoahana tao anaty fiara. Nalefa ao amin’ny hopitalin’i Moramanga ireo niharam-boina. Vokatry ny gaboraraka sy ny tsy fanarahan-dalàna araka ny voasoratra ao anaty bokin’andraikitra avokoa ny antony mahatonga ny loza toy izao.

J.C

News Mada0 partages

Ankadivato : narodana ireo trano tsy ara-dalàna

Tonga teny Ankadivato ireo tompon’andraikitra avy eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra, ny talata vao mangiran-dratsy, handrava ny trano iray niorina tsy ara-dalàna teny an-toerana.

Nanatanteraka ny didim-pitondrana laharana faha 49-CUA/CAB.17, izay mandidy ny fandrodanana ny fanorenana, izay nataon-dRamatoa Rakoto Ramaniraka Chantal sy Andriamatoa Rakotoniary Eugène, izy ireo tamin’izany.

Niorina teo amin’ny tanin’ny kaominina « Voie d’accès Est n°2 » TN 1235-A sis à Antsahabe ilay trano. Marihina fa trano roa nifanakaiky no narodana teny an-toerana. Voalohany, noho izy ireo miorina eo amin’ny tanin’ny kaominina kanefa tsy nanaraka ireo fepetra sy ny andininy ao amin’ny didim-pitondrana laharana faha 819-CUA/DS/CAB.16.

Ny iray tsy nanana taratasy fahazoan-dalana hanorina kanefa mbola minia manorina trano ihany. Araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra, efa maro ny antanatohatra efa narahana vao niafara tamin’izao fandrodanana izao.

Ny tompon-trano rahateo etsy andaniny efa nahazo ny taratasy fampandrenesana mialoha avy eo anivon’ny Kaominina.

Nanatontosa ny asa fandrodanana ny Direction juridique et contentieux (DJC), ny Direction des travaux publics (DTP) ary ny polisy monisipaly.

Tatiana A

News Mada0 partages

First Global Challenge : laharana fahatelo tamin’ireo firenena 160 ny Malagasy

Laharana fahatelo tamin’ny firenena 160 nandray anjara tamin’ilay fifaninanana First Global Challenge i Madagasikara. Nahazo ny medaly alimo izy enina mianadahy nisolotena ny Malagasy tany Amerika niatrika io fifaninanana io.

Marihina fa niompana tamin’ny famoronana “robot” hanatsarana ny fahazoana rano fisotro madio  ity First Global Challenge ity.

Tsy mena mitaha amin’ny tanora any ivelany ny tanora malagasy. Mahay ary tsy mampitsanga-menatra ny firenena. Mendrika ny ho alain-tahaka ny zava-bitan’izy enina mianadahy ireo.

Mitaky toe-tsaina tia mamorona sy manangan-javatra ho fandraisana anjara amin’ny fampandrosoana ny tontolo ankehitriny. Tsy miandry tolorana lava fa tia mikarokaroka ary izao misongadina amin’ny sehatra iraisam-pirenena izao.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fampianarana ambony : miato ny fanomezana alalana hanokatra sekoly « paramédicaux »

Nivory maika tao amin’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony sy ny fikarohana siantifiika, tao tsimbazaza omaly, ny Commission de reference pour les formations en medecine (CRFM).

Tapaka tamin’izany fa miato mandritra ny fotoana tsy voafetra ny fanokafana sy ny fanomezan-dalana ny sekoly ambony manofana ho “paramédicaux”. Tsy mandray antontan-taratasy fangatahana fisokafana vaovao intsony ny minisiteran’ny Fampianarana ambony sy ny fikarohana ara-tsiansa.

Hisy fidinana ifotony hijerena ireo sekoly efa misokatra hahafahana manome ireo toromarika sy fepetra ilaina amin’ny fankatoavana sy ny kalitao.

Hakatona avy hatrany ireo sekoly mbola minia misokatra kanefa tsy manana fahazoan-dalana.

Niorina tamin’ny taona 2010 ny CRFM. Tanjon’ity vaomiera ity ny handrindra ny tolotra ara-piofanana eo amin’ny sehatry ny siansa sy ny fahasalamana eo anivon’ny fampianarana ambony miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana.

Tatiana A

News Mada0 partages

Acharnement sur Ambatovy : la compagnie saisit les plus hautes instances

La loi relative au code du travail, notamment celle concernant le licenciement «justifié» pour une faute grave pouvant même porter atteinte à la vie d’ une entreprise, Ambatovy l’a toujours respectée à la lettre..

Et cela a toujours été le cas en 2013 quand une cadre d’Ambatovy a été licenciée suite à la divulgation non autorisée des informations à caractère confidentiel. En un mot, cette ancienne cadre a été remerciée pour des comportements contraires à l’éthique. Et malgré cette faute grave, Ambatovy a déjà réglé ses avantages dus conformément au texte en vigueur et qui n’ont fait l’objet d’aucune opposition. Mais la personne a porté plainte pour licenciement injustifié et réclame 88 millions d’ariary, une partie des dommages et intérêts au titre d’exécution provisoire de la décision du tribunal. Au total, elle demande 2,3 milliards d’ariary.

Faux et usage de faux

Juste après l’annonce du tribunal, Ambatovy a déjà fait savoir qu’elle va saisir les plus hautes instances conformément à son statut de grande compagnie minière à l’échelle mondiale. A dire vrai, la compagnie a déposé une plainte pénale pour faux et usage de faux à l’encontre de cette ancienne cadre.  En fait, dans le dessein d’arriver à ses fins, cette dernière a produit des documents contestés par Ambatovy. Mais apparemment, la dame n’a pas pris compte de cette procédure en annonçant à la BNI son intention de toucher la somme susmentionnée. Du coup, comme Ambatovy l’a annoncé le 18 février 2017,  son compte a été bloqué et gelé.

Sans conteste, si cette situation sur fond d’acharnement perdure, l’avenir de la compagnie et ses employés sera menacé. D’autant que le cours de nickel sur le marché mondial continue sa chute, générant dans ce sens d’importantes pertes, non seulement pour Ambatovy mais également pour les grandes compagnies minières à travers le monde. Nul besoin de le dire qu’Ambatovy occupe une place importante dans le développement du pays. Elle reste le plus grand pourvoyeur d’emplois et de devises. A titre d’information, Ambatovy verse annuellement à l’Etat 50 millions de dollars de taxe.

Alors qui a intérêt à voir Ambatovy en difficulté,  pis encore à faire couler l’ensemble de l’entreprise ? Pour l’histoire, après son licenciement, cette ancienne cadre a été appelée à occuper un poste important au sein d’un ministère. Or, aux dernières nouvelles, plus précisément le 11 juillet dernier, elle a démissionné sur ordre de la Première dame…suite à un acte d’insubordination.

JR.

 

News Mada0 partages

Ndriandahy Mahamoudou : « Mba tsy ho kiantranoantrano ny fifantenana mpikamban’ny FFM »

 Hanao ahoana ihany ny fampihavanam-pirenena? Hiroso amin’ny fanaovana sivana izay ho mpikamban’ny Filankevitry ny fampihavanana malagasy (FFM) vaovao ny komity mpifantina ato ho ato. Maneho ny fijeriny ny filoha nasionalin’ny  firaisamonina sivily Voifiraisana/PFNOSCM, Ndriandahy Mahamoudou: « Mampanahy sao mbola hisy kiantranoantrano toy ny tamin’ireo andiany roa teo aloha indray ny fifantenana izay ho mpikamban’ny FFM. » Dinidinika…

 

Gazety Taratra (*): Ahoana ny fijerinao ny fomba hifantenana ny firotsahana ho mpikambana ao amin’ny FFM vaovao, hifarana ny 21 jolay?

 

Ndriandahy Mahamoudou (-): Tena zava-dehibe tokoa ny hijoroan’ny sampandraharaha misahana manokana ny fampihavanam-pirenena. Iaraha-mahalala fa maro ireo disadisa eo anivon’ny fiarahamonina, tsy mbola nahitana vahaolana hatramin’izao. Anisan’izany, ohatra,  ny fivangongoan’ny enti-manana eto an-dRenivohitra amin’izay ilaina amin’ny fampandrosoana.

Eo koa ny lonilony tsy mbola mivaha naterak’ireny krizy politika nifanesy ireny, indrindra fa ny farany teo. Misy ny elanelana be loatra eo amin’ny manana sy ny mahantra. Diso tafahoatra ny kolikoly, mahatonga ny fanjakan’ny tsy rariny eo anivon’ny fiarahamonina. Mbola eo ny fandisoana ny tantaram-pirenena, ka mora ampiasaina ho fitaovana fandranitana adim-poko… Ilaina vahana ireny disadisa ireny, satria miteraka sakana ho an’ny fampandrosoana maharitra.

* Tsy efa nisy ve ny asa nataon’ny FFM teo aloha?

– Nisy ny Filankevitry ny fampihavanana malagasy (FFM) teo aloha, izay tsapan’ny maro fa tsy nahatontosa mihitsy ny andraikitra fototra nametrahan’ny firenena azy ireo taorian’ireny krizy namaivay nandalovan’ny firenena ireny. Tsy nanana ny famendrehana nifanaraka tamin’izany andraikitra goavana izany ny mpikambana maro tao aminy, koa rariny loatra raha soloina.

Efa mpikambana fanindroany no nandrafitra ny FFM farany teo. Satria voatery noravana ireo mpikambana voalohany, raha vao tafatsangana noho ny fahitan’ny maro fa tsy nahomby. Izao FFM hatsangana izao, mpikambana fahatelo.

 

* Azo antoka amin’izay ve fa hitondra fanovana eo amin’ny fomba fiasa sy vokatra andrasana aminy ?

– Sarotra hatreto no hino hoe azo antoka fa hitondrana fanovana, na eo amin’ny fomba fiasa na ny vokatra amin’izay izy ireo eo amin’ny fanatsarana ny tontolo politika sy fiarahamonina eto amintsika… Maro no mety ho antony. Voalohany, maro loatra ireo mpikambana tendren’ny filoham-pirenena, ka hiteraka tsy fahatokisana feno io rafitra io avy amin’ny ankolafy hafa.

Manaraka izany, tsy nisy fangaraharana ny fanendrena ireo mpikambana ho mpifantina. Ny fitondrana ankehitriny no nanendry azy ireo tamin’ny fomba ofisialy. Ny fanontaniana dia hoe: ho azon’ny ankolafin-kery rehetra antoka ve fa safidy madio, tsy misy kiantranoantrano ny fomba fiasan’ireo mpikambana ao amin’ny komity mpifantina ireo?

Farany, hatreto, noho ny tsy fisian’ny fangaraharana: tsy misy mahalala ny fomba hisafidianan’ny komity mpifantina ireo kandidà, ka mampanahy sao mbola kiantranoantrano toy ny tamin’ireo andiany roa teo aloha indray no hisy.

* Ahoana ny fiheveranao fa tokony hanaovana ny fifantenana mba ho tena mangarahara?

– Voalohany aloha, tokony hanaja tanteraka ny voalazan’ny lalàna lah. 2016-037 momba ny fampihavanam-pirenena izy ireo, indrindra fa momba ny And. 12, 13, 14, 16, 17. Izany hoe, amin’ny ankapobeny: olona manana fahalalana ampy amin’ny andraikitra goavana andrasana aminy, tsara fitondran-tena, tsy mpanao kolikoly, saro-piaro amin’ny fahamarinana sy ny tombotsoa ambonin’ny firenena…

Manaraka izany, mila fangaraharana tanteraka ny fifantenana. Tokony hisy tatitra amin’ny antsipiriany matetika azon’ireo kandidà rehetra sy ny vahoaka malagasy momba ny fizotran’ny fifantenana. Tokony hatao eo ambany fanaraha-mason’ny Birao mahaleo tena iadiana amin’ny kolikoly (Bianco) sy ny Komity ho amin’ny fiarovana ny fahitsiana (CSI) ny fifantenana. Mba hahafahana mahazo antoka fa tena mizotra amin’ny fomba madio izany, tsy ananana ahiahy.

Farany, tsy tokony hanana kandidà harovany ny mpifantina. Ny mpifantina tsirairay, rehefa handinika antontan-taratasina kandidà ananany rohim-pihavanana na koa iray fikambanana aminy, ohatra: tokony hivoaka tsy mandray anjara amin’ny fifantenana. Mba hampitovy lenta tanteraka ny kandidà rehetra izany. Raha ireo fepetra telo ireo fotsiny no voahaja tanteraka, azo antoka fa hadio ny sivana, ary mety ho olona mendrika tokoa no handrafitra io FFM vaovao io.

Nangonin’i R. Nd.

News Mada0 partages

Botozaza Pierrot : « Tsy ao amin’ny Tim intsony aho »

« Tsy  anisan’ny mpikambana amin’ny antoko naorin’ny filoha teo aloha Ravalomanana Marc, intsony aho. Heveriko angamba fa efa tsy ilaina aho satria tsy nantsoina tamin’ny fametrahana sy fananganana ny birao nasionalin’ny antoko » hoy i Botozaza Pierrot, tao Toamasina, ny faran’ny herinandro teo.  Na izany aza, nambarany fa tsy misy olana eo aminy sy ny mpanorina ny Tim. “Mifankahazo am-po tsara izahay mirahalahy, saingy avy amin’ ireo samy mpikambana nasionalin’ny antoko Tim ny  olana. Isehoan’ny fanavakavahana amin’ny endriny maro mihitsy aza izany raha tsorina. Efa hatramin’ny fanolorana kandida sy ny fikarakarana anton-taratasy firotsahana ho fidina tamin’ny fifidianana filoham-pirenena farany teo niantomboka ny tsy fifankazahoan-kevitra teo amin’ny samy birao politika”, hoy ihany izy. Mbola nitohy tamin’ny fanolorana ny anarana ho kandidà loholona izany, araka ny nambarany. Nohamafisin’ ity Praiminisitra lefitra tamin’ny fitondrana Tetezamita ity  fa tsy manana antoko politika mifehy azy izy. Nanangana fikambanana Zanaka ambanivolo mivoatra (Zami) kosa anefa ny tenany mba hisehatra eo amin’ny lafiny sosialin’ny mponina andavanandro sy hitondrana ny fampandrosoana eny ifotony miainga avy amin’ny fiaraha-monina marefo sy ny tantsaha. “Mba ifampitsinjovana eo amin’ny samy Malagasy”, hoy hatrany izy.

Sajo

News Mada0 partages

Ny Jly Camille Vital : « Tsy mijery ny fahoriam-bahoaka izao fitondrana izao… “

Nitondra ny heviny momba ny raharaham-pirenena tao amin’ny fandaharana “Ambarao”, ao amin’ny onjam-peo Alliance 92 FM, omaly, ny Jly Camille Vital. Anisan’ny nambarany tamin’izany ny fahitany ny fitantanana ny firenena sy ny tsy fandriampahalemana…

Tsy niolaka. “Mampiahiahy io fifidianana amin’ny taona ho avy io. Miely ny feo fa hoe any amin’ny taona  2023 mifankahita isika raha ny nambaran’ny sasany satria mbola hiverina eo izao fitondrana izao. Amiko,  tokony hamoaka daty ofisialy ny fanjakana hanaovana ny fifidianana. Mitady ny fomba ipetrahana ela eo ireo mpitondra ireo fa tsy mijery ny fahoriam- bahoaka. Mazava anefa ny lalàmpanorenana fa amin’ny 2018 ny fifidianana ka tokony ho fantatra dieny izao ny daty”, hoy izy. Nohitsiny fa mampalahelo ny ataon’ny fitondrana satria mamerina ny tsy mety nataon’ny teo aloha izy ireo. Tokony hapetraka ny mangarahara sy ny demokrasia ary tokony hijery ny zava-misy marina ny mpitondra. “Iderako ny minisitry ny Vola izany. Miala rehefa misy tsy mety fa tsy mitady ny fomba ipetrahana ela eo. Miarahaba azy aho satria tsy fahita teto izany olona ambony mametra-pialana izany nefa mitazona ny fanalahidin’ny  vola . Manantena aho fa tsy izy irery no hanao tahaka izany. Misy tsy mazava sy tsy ifanarahana ao ary tena antony lehibe matoa izy niala… Manoporofo ny tsy fetezan-javatra eto amin’ny firenena iny fialan’ny minisitra iny”, hoy ity praiminisitra teo aloha ity.

Notsiahiviny fa misy antony avokoa ireny fitokonana etsy sy eroa ataon’ny sendikà  sy ny mpianatra ireny. Tsy fahita izany mpiasan’ny ladoany mitokona izany. Eo koa ny  mpitsara sy ny fitsarana, tokony hahaleo tena nefa jereo ny mahazo azy. “Misy tsindry hatrany. Ohatra ny nitranga teny amin’ny Bianco. Misy loholona tonga eny Ambohibao mamaky vavahady. Tsy mazava intsony ny fampiharana ny lalàna eto amintsika”, hoy izy.

Tsy misy fampandrosoana vanona eto…

 Tsy misy  vahaolana fa vao mainka miha milentika ny firenena ary  miha mahantra ny vahoaka, araka ny nambarany. Nanteriny indray fa anisan’ny efa novoziny fony kandidà filoham-pirenena ny tenany ny amin’ny tsy hisian’ny fampandrosoana vanona raha tsy eo aloha ny fandriampahalemana sy ny filaminana. “Izao anefa ny vokany. Tsy misy mihitsy izany,  indrindra any atsimo. Ny eto an-dRenivohitra indray lasa lamaody ny fakana an-keriny. Ohatry n y tsy manao ny asany ny mpitandro filaminana. Tsy mba tahaka izao anefa tamin’ny fotoan’androny. Ny zava-misy, mijaly sy sahirana ny mpitandro  filaminana. Tsy voaloa ny tambin-karamany, ka tsy mahagaga raha misy ny kolikoly. Ho sarotra ny fandriampahalemana raha mitohy izao satria anisan’ny anton’io koa ny fahantrana… Tena mafy ny tranga miseho amin’izao fotoana izao raha mitaha tamin’ny andron’ny Tetezamita”, hoy ity jeneraly efa misotro ronono ity.

Antony nananganana ny Hiaraka isika…

 Nambarany ho anisan’ny vahaolana ny fiaraha-miasan’ny polisy sy ny zandary ary ny miaramila ary tokony hanana ny paikady arakaraka ny zava-misy isika. Anisan’ny olana koa anefa araka ny nambarany ny tsy tokony hijerena tavan’olona. “Tsy ananana antra rehefa mandika lalàna. Ohatra ny tany Anjozorobe. Nisy zanak’olona ambony nanao ny tsy mety nefa tsy nisy fepetra noraisina. Misy ambonin’ny lalàna izany eto… Mino aho fa manana ny paikady ireo mpitandro filaminana zandry ireo, satria mitovy ny fianarana natao. Mety ho tratry ny tsindry koa anefa izy ireo, ka tsy afaka miasa araka ny tokony ho izy”, hoy ihany izy.

Ankoatra izany, nambarany fa tsy mba manana lolompo izany ny tenany. Ho azy, namana daholo ny Malagasy rehetra. “Aoka samy hijery ny tokony hatao ny rehetra. Ilaina koa anefa ny fifankatiavana. Anisan’ny antony nahatonga ny anaranay hoe “Hiaraka isika” izany. Tsy nipoitra fahatany io anarana io satria tsy vitan’olon-tokana i Madagasikara. Atambatra ny fahaizan’ny tsirairay mba ahafahantsika mandroso”, hoy ny Jly Camille Vital.

Synèse R.  

News Mada0 partages

40 milliards d’ariary : un budget assez limité d’après la Ceni

Le projet de loi de finances 2018 réserve 40 milliards d’ariary à la Ceni pour la préparation des prochaines élections. Un budget assez restreint d’après une source auprès de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), du moins si aucun changement n’est apporté.

« 40 milliards d’ariary sont trop limités  pour la préparation des élections puisqu’il faudra prévoir le premier et le deuxième tour des élections présidentielles », a indiqué notre source auprès de l’organe. « Il faut noter que lorsque le ministère de l’Intérieur était en charge des élections, il lui fallait au moins 50 milliards de francs. Vu la situation actuelle, notamment la valeur de l’ariary, 40 milliards seront plus ou moins difficiles à gérer », a-t-elle fait savoir. De plus, « Il faudra également prévoir les élections législatives qui devront aussitôt être organisées juste après la présidentielle », a-t-elle poursuivi.

Si le budget n’est pas revu à la hausse d’ici son adoption, la Ceni pourrait ainsi se trouver en difficulté, cela malgré que le projet Sacem prévoit un fonds de près de 12 millions de dollars. « Sur ce point, seul le Pnud et les Etats-Unis ont versé leur part dans le basket found, il n’est donc pas encore sûr que la totalité soit reçue », a précisé notre source.

T.N

 

News Mada0 partages

Kitra – «Chan 2018» : tsy mitombin-tsaina ny Mambas «Chan 2018

Tsy niandry ela fa vao tonga any Maputo ny Mambas, niroso tamin’ny fanazarantena avy hatrany, ka efa niatrika izany izy ireo ny talata lasa teo, eo amin’ny fanomanana ny lalao miverina hikatrohana amin’ny Barea, eo amin’ny fiadian-toerana, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ireo mpilalao tsy matihanina , hatao any Kenya. Matahotra ity fihaonana ity ry zareo ka mitandrina fatratra. Tsy mitombin-tsaina mihitsy, araka izany, ireo mpilalao sy ny mpanazatra.

Niompanan’ny fanomanana, nataon’ingahy Abel Xavier, mpanazatra, ny fiarovantena sy ny fanafainganana fanafihana, miafara amin’ny famonoam-baolina. Tsy nanafina i Sonito, kapitenin’ny ekipa, fa mafy ny Barea de Madagascar, saingy manantena izy fa afaka handresy, amin’ity lalao miverina ity, satria hilalao ao amin’ny kianjany.

Amin’ny alahady ho avy izao, ao amin’ny Estadio do Zimpeto, no hanatontosana ny fihaonana, eo amin’ny roa tonta.  Tsiahivina fa nisaraka ady sahala 2 no ho 2 ny roa tonta, teo amin’ny fihaonana mandroso, natao teo amin’ny kianjaben’i Mahamasina, ny alahady 16 jolay lasa teo. Tsy maintsy mandresy ny Barea, amin’ity, raha te hanohy ny lalana, amin’ity fifaninanana, ity.

 Tompondaka

 

News Mada0 partages

Rallye Matsiatra Ambony : 19 monja ireo fiara hifaninana

 Mangingina  tsy toy ireo “rallye” rehetra efa mahazatra, ny fiaingan’ny dingana fahatelo, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara. Vitsy ireo mpifaninana amin’ny “rallye Matsiatra Ambony”.

 

Hanomboka, anio alakamisy, ny dingana fahatelo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara amin’ny familiana fiarakodia «Rallye Matsiatra Ambony». Fifaninanana, karakarain’ny klioba Tasam. Asa na noho ny halaviran’ny toerana fa tsy misy afa-tsy 19 ireo handray ny fiaingana amin’ity. Tsy anisan’ireo hifaninana ry Loom sy i Guiguibone ary i Boom. Na izany aza, tonga any an-toerana ary mihevitra ny mbola hitazona ny fandresena efa azony, tamin’ny dingana faharoa, ny ekipazy, Ndrianja sy Fanja. Hifampitady aminy ry Hery Be sy ny fiara Mitsubishi Evo X. Andrasana ihany koa ny adin’i Domvala.

Mahatratra 260, 16 km ity “rallye Matsiatra Ambony” ity, ary ahitana dingana manokana “ES” miisa 14, mirefy 155, 26 km.

Tsiahivina fa haharitra hatramin’ny asabotsy ho avy izao, ity dingana fahatelo ity.

Torcelin

Ireo mpandray anjara :

1-Nirina – Alcazaria Jr – (FMMSAM) – P.206

2-Ndrianja – Fanja – (Asacm) – Subaru

3-Tonio – Jordanis – (Asacm) – P.205

4-Jeffy James – (TMF) – P.205

5-Tanjona – Dinax – (FMMSAM) – Subaru

6-Alcazaria – H.Etiennah – (FMMSAM) – P.205

7-Bona – Miangaly – (FMMSAM / ACCT) – Subaru

8-Domvala – Tita – (Asacm) – VW Polo TDI

9-Fidinera – Naina – (Asacm) – R.Clio

10-Legah – Betojo – (Asacm) – P.205

11-Yves Maurice – Herinjaka – (Asa Tana / Asacm) – R.Clio

12-Hery Be – Fafah – (TMF / Tacs) – Mitsubishi Evo X

13-Tahiana – Tahiry – (Asacm) – Subaru

14-Dani – Hendry – (Asa Tana / FMMSAM) – Citroen C2

15-NS – Rado – (FMMSAM) – R.Clio

16-Fred – Adriani – (Asacm) – P.206

17-Haja D – Alain – (TMF / Asacm) – Ssangyong Actyon

18-Yves – Nitro – (TMF / Asacm) – Subaru

19-Tahina – Baovola – (Asacm) – Subaru

News Mada0 partages

Telma coupe de Madagascar : 105 formations en lice

C’est reparti pour une version 2017 de la Telma Coupe de Madagascar dont les phases préliminaires auront lieu les 29 et 30 juillet dans plusieurs sites de compétition. 105 équipes sont inscrites et les 23 clubs les mieux classés, l’équipe championne en titre et le club finaliste de la dernière édition n’entreront en lice qu’à partir du tour suivant.

La Telma Coupe de Madagascar repart de plus belle avec un record de participation puisque quelque 105 formations sont dans la course en vue de détrôner l’équipe championne en titre, la Cnaps Sport. Cette dernière entrera en lice à partir des 1/32e de finale avec le malheureux finaliste de la dernière édition, Elgeco Plus, ainsi que les 23 clubs les mieux classés. La Fédération malgache de football (FMF) a effectivement dévoilé, hier, le calendrier prévisionnel de la compétition dont les phases préliminaires sont prévues les 29 et 30 juillet.

Les choses sérieuses débuteront le 6 août pour les Caissiers et les 24 autres clubs à l’occasion des 1/32e de finale. La tâche ne sera pas aisée pour l’équipe championne en titre avec ce plateau relevé. Les rencontres sont délocalisées dans plusieurs sites dont Mahanoro, Fénérive Est, Toliara, Antsirabe, Maroantsetra, Manakara, Mahajanga, Port Berger, Tsiroanomandidy, Vangaindrano, Ambalavao, Ambatondrazaka,…Les clubs habitués au rendez-vous ont encore une fois répondu à l’appel des organisateurs, à l’instar de Jet Mada, AS Fortior, 3FB, COSPN, Zanakala FC, Top Dom Amoron’i Mania, Ascum, Uscafoot, Fosa Juniors,…

L’année dernière, Cnaps Sport a remporté haut la main la Coupe à la grande déception d’Elgeco Plus sur le score de 2 buts à 1 au stade Rabemananjara à Mahajanga. Le club vise cette fois un quatrième sacre mais les autres prétendants vont lui compliquer la tâche.

Rojo N.

Calendrier prévisionnel :

-Phase préliminaire : 29 et 30 juillet

-1/32e de finale : 6 août

-1/16e de finale : 27 août

-1/8e de finale : 24 septembre

-1/4 de finale : 15 octobre

-1/2 finale : 5 novembre

-Finale : 26 novembre

 

News Mada0 partages

Rugby : voavaha ny olana, omena kianja vaovao ny RCTS

Nivaha ihany ny olana nahazo ny Rugby Club Tanora Soavimasoandro (RCTS), teo amin’ny fanefena ny kianja hitaizany ireo ankizy beazina amin’ny taranja baolina lavalava, eny Imamba. Hita ny marimaritra iraisana eo amin’izy ireo sy ny orinasa Prim Immobilier, nahazo izany fotodrafitrasa izany. Nanaiky ity farany fa hanome kianja vaovao, ho an’ny RCTS, izay mirefy 1 ha 75 a, hanohizan’ity klioba ity ny fitaizana ireo tanora. Hanaraka ny fenitra tanteraka izany, izay hahitana efitrano fisoloana akanjo sy fidiovana. Mitentina 70 tapitrisa Ar ny tetibidin’izany fotodrafitrasa vaovao, ho an’ny RCTS Soavimasoandro, izany. Noho ny fanelanelanana nataon-dRakotonirina Alain, raiamandrenin’ny rugby, ny nahitana izao vaha  olana, teo amin’ny roa tonta izao.

Natao, omaly teny Imamba Soavimasoandro, ny fifanarahana sy fanaovan-tsonia eo amin’ny roa tonta : ny Prim Immobilier, andaniny, notarihin-dRandrianasolo Solofo, ary ny RCTS Soavimasoandro, ankilany, tamin’ny alalan’ny filohany, Avotra Tokiniaina sy ireo mpiara-miasa aminy rehetra.

Nahafaly ireo raiamandrenin’ireo ankizy beazina ao amin’ny RCTS izao vaha olana izao. Marihina fa mahatratra 300 mianadahy mahery eo ireo kilonga tezaina ao amin’ity sekolin’ny baolina lavalava, ao Imamba Soavimasoandro, ity.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Masters de pétanque : place à la 2e étape

Les boulistes malgaches, étant jusqu’ici en pole position sur le classement général des Masters de pétanque, seront de nouveau sur les fronts, ce jour, pour défendre leur place. Nanou et sa bande seront les hommes à battre de cette seconde étape à Wissembourg. Après la 1ère étape à Romans-sur-Isère, Madagascar arrive en 3e position avec 5 points derrière la triplette de Dylan Rocher et l’équipe Fournié.

Pour rappel, la triplette malgache a fait un bon début aux dépens des Béninois qu’elle a déjà affrontés en finale du championnat du monde de pétanque à domicile. Nanou et consorts ont fait parler la poudre en ne faisant qu’une bouchée du camp adverse sur le score de 13 à 0. Cependant, ils ont été battus à plate couture par l’équipe Rocher en demi-finale en s’inclinant sur le score de 13 à 5.

Rojo N.

News Mada0 partages

Rallye-Haute Matsiatra : les ténors sur la grille du départ Liste des engagés :

Le rallye Haute Matsiatra comptant pour la 3e manche du championnat de Madagascar démarre en trombe ce jour à Fianarantsoa. Un contingent de 19 équipages dont les prétendants au titre sera  sur la ligne de départ.

Cette manche s’annonce sulfureuse. Presque tous les gros bras affichent leur ambition de survoler la piste et de ravir le sacre. Sous cette optique, les leaders au classement provisoire ont intérêt à appuyer sur le champignon à l’image de Ndrianja Rajemison et Fanja Ramiakatsoavina sur une Subaru impreza qui mènent au championnat. Hariandry Razakaboana et Miangaly Rabarijoely également au volant d’une Subaru devait aussi batailler fort pour conserver d’abord leur deuxième place et d’espérer même une belle victoire à Fianarantsoa.  L’équipage Haja Danielson et Alain Rasamimanana, quatrième au classement continue son aventure sur Ssangyong Actyon.

Seul bémol de cette course, l’absence de Lova Andriamihaingo et Gérard Louvel, respectivement troisième et cinquième après les deux manches disputées. Ce qui limite le nombre de Mitsubishi Evolution sur la grille de départ à une, celle pilotée par Herilalaina Rasoamaromaka alias Hery be alors que les Subaru sont en force avec 6 voitures en lice. La marque au lion sera également bien représentée avec 6 équipages dont Nirina Ratsifandrihamanana-Christele Rabaonary et Janice Raharinosy-Hasina Etiennah Andriamampionona.

Naisa

Ndrianja Rajemison – Fanja Ramiakatsoavina (Subaru), Tahiana Andriamanantena -Tahiry Rakotondrazaza (Subaru), Herilalaniaina Rasoamaromaka – Fabrice Rsata-Herindraibe (Mitsubishi Evo X), Tahina Razafinjoelina – Baovola Rajaonarison (Subaru), Yves Rabarijoely – Tanjona Ralambo (Subaru), Hariandry Razakaboana – Miangaly Rabarijoely (Subaru), Nirina Ratsifandrihamanana – Christele Rabaonary (Peugeot 206), Sitraka Rakotomalala – Rado Rakotomalala (Renault Clio), Frederic Rabekoto – Adriani Rabekoto (Peugeaot 206), Daniel Rabetafika – Hendry Andrianainarivelo (Citroen C2), Janice Raharinosy – Hasina Etiennah Andriamampionona (Peugeot 205), Dominique Raherison – Thierry Raherison (Volkswagen Polo TDI), Jeffy Rafenoarisoa (Peugeot 205), Antonio Rakotomavo – Jordan Rakotomavo (Peugeot 205), Fidy Rasetarivelo – Naina Ramaromandray (Renault Clio), Haja Danielson – Alain Rasamimanana (Ssangyong Actyon), Tanjona Raharinosy – Dina Randriantanja (Subaru), Gaston Rakotonindrina – Tojo Ramaromandray (Peugeot 205), Yves Maurice Rakotoniaina – Herinjaka Rajemison (Renault Clio)

 

News Mada0 partages

Ambanidia : nafindra ny biraom-pokontany

Tao aorian’ny nanakatonana azy, nitady vahaolana ny tompon’andraikitra ho an’ny biraom-pokontany eny Ambanidia. Fantatra ary izao fa nanomboka ny faran’ny herinandro teo,  natambatra trano miaraka amin’ny biraom-pokontany Volosarika ny biraom-pokontany Ambanidia.

Tsy miray birao akory fa ny trano fotsiny no iraisana. Mitazona ny biraony hatrany ny fokontany Volosarika. Nomena efitra ao ambany rihana kosa ny fokontany Ambanidia. Nanambara ny sefom-pokontanin’Ambanidia, Rasolofomanana Isabelle, fa ahafahany miasa tsara ny birao.Marihina fa nesorina tamin’ny toerana nisy azy teo aloha ny biraom-pokontany Ambanidia ny herinandro lasa teo. Tsy mazava ny taratasin’ny tany, misy tompony hono ny tany fa tsy an’ny kaominina ka teraka teo ny disadisa ary niafara hatramin’ny fanakatonana ny birao.Ampinga iray tsy afa-misaraka amin’ny mponina ny biraom-pokontany. Eny avokoa no hanatontosana ny fikarakarana taratasy isan-karazany, hamahana ihany koa ny olana misy eo amin’ny fiarahamonina. Akaiky indrindra amin’ny mponina mialohan’ny biraon’ny firaisana sy ny kaominina ny fokontany.

Tatiana A

News Mada0 partages

Insécurité sur la RN7 : les chauffeurs réclament un convoi sécurisé

Face à la recrudescence de l’insécurité sur la RN7, les chauffeurs de taxis-brousse empruntant cet axe routier ont tenu hier une réunion d’urgence à la gare routière Fasan’ny Karana. Ils ont décidé de suspendre momentanément leurs activités.

Les chauffeurs de taxis-brousse desservant la zone nationale sud tirent la sonnette d’alarme. Face à l’insécurité qui prévaut actuellement sur la RN7, ils réclament la réorganisation de la sécurisation des convois après chaque regroupement. «Certes, des gendarmes nous accompagnent après chaque regroupement, mais cette stratégie s’avère inefficace. A preuve, une attaque s’est produite dans la nuit de lundi à mardi à Ambodimifaha, alors que des éléments armés de la gendarmerie nous ont accompagnés», a déploré l’un d’eux. Ces chauffeurs suggèrent ainsi que l’escorte des forces de l’ordre, le soir venu, soit permanente de Behenjy à Ranohira pour les véhicules allant vers le sud, et d’Ilakaka à Behenjy pour les taxis-brousse en direction de la capitale. De ce fait, ils suggèrent à ce que la relève des agents d’escorte s’effectue à chaque regroupement.

L’escorte n’est pas la seule solution

D’autres chauffeurs ont affirmé que l’escorte n’est pas forcément ou l’unique solution à ce problème d’insécurité. Selon leurs explications, lors d’un convoi, les éléments d’escorte prennent place dans la voiture de tête et à la fin de la caravane. «En général, le véhicule en tête de convoi est doté d’un moteur puissant et il laisse loin derrière lui le reste du convoi. Et ce sont toujours les retardataires qui subissent les attaques des coupeurs de route comme ce fut le cas à Ambodimifaha», a fait remarquer l’un d’eux. «Nous avons tous remarqué que les attaques se produisent toujours non loin d’un point de regroupement, dans un rayon de cinq à dix kilomètres, et toujours près d’un village. A mon avis, il vaut mieux d’abord sécuriser ces lieux. Les gendarmes doivent effectuer des opérations de ratissage inopiné dans ces zones», a-t-il ajouté.

A l’issue de la réunion d’hier, les chauffeurs et les responsables de coopératives ont adressé une lettre de demande de rencontre avec les autorités compétentes en vue de discuter du problème dans les plus brefs délais.

Sera R

 

News Mada0 partages

Concours créathon 2017 : Madagascar a gagné le premier prix

Deux équipes malgaches ont remporté haut la main le concours international de création d’applications pédagogiques ou «Créathon 2017», initié par le Campus «e-éducation» de Poitiers (France) et en partenariat avec l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) ainsi que l’Agence universitaire de la francophonie (AUF).

Les lauréats sont les équipes de Velox et Madagascar Sparks. La première a réalisé le projet «Idéfi», une application mobile et web destinée à aider les usagers à s’engager en faveur du développement durable à travers des défis. Quant à la deuxième, à travers son projet «Ludicolo», elle a conçu une plateforme de jeu et de concours ayant pour but de partager et de récompenser les actions écologiques d’un utilisateur par ses pairs.

Ces deux équipes bénéficieront d’un accompagnement pour la réalisation de leur projet ainsi qu’un voyage d’une semaine à Poitiers. Et ce sera une occasion pour Velox et Madagascar Sparks de présenter leur innovation numérique au public du Campus «e-éducation» de Poitiers.

A noter que ce concours est ouvert aux étudiants, enseignants et même aux  entrepreneurs. Cette année, 200 équipes composées chacune de 3 à 5 personnes  venant de plus d’une vingtaine de pays, dont Madagascar, ont signé leur participation.

Sera R

 

News Mada0 partages

Fondation Telma : un CBS pour Ambolokandrina

A l’occasion du Mandela Day et dans la continuité des actions d’aide à la population, la Fondation Telma, en étroite collaboration avec l’université d’Antananarivo et l’ambassadeur d’Afrique du Sud à Madagascar, Vuyelwa Maud Dlomo, s’engage à accompagner, une fois de plus, les personnes défavorisées à travers la construction d’un Centre de santé de base (CSB II) dans le 2e arrondissement, plus précisément à Ambolonkandrina. A ce sujet, les trois parties ont signé une convention de partenariat hier à Ankatso.

La Fondation débutera le projet par la pose de la première pierre ce vendredi. Ce CSB II comportera 7 salles dont une salle d’accouchement, une salle d’accouchées à 5 lits, une salle pour sage-femme, une salle pour consultations prénatales, une salle de soins et une pharmacie. Un projet qui pourra venir en aide aux 850 personnes défavorisées d’Ambolokandrina.

«Nous sommes convaincus que la Santé et l’Education sont les piliers du développement de notre pays. Avec ce premier CSB II, nous poursuivons notre aide aux familles nécessiteuses» a indiqué le directeur exécutif de la Fondation Telma, Isabelle Salabert. Et elle de souligner que la fondation poursuivra son aide à ces familles en s’engageant à multiplier ses projets dans le domaine de la santé suivant l’ODD Objectif 3.

Sera R

News Mada0 partages

Fournitures scolaires : une hausse de 5 à 30%

En cette période de vacances, une hausse des prix s’annonce déjà auprès des marchands de fournitures scolaires. Cette augmentation varie de 5 à 30 % selon les articles. Le paquet de 100 pages vendu à 10 000 ariary l’année dernière s’achète actuellement à 10 500 ariary. Il en est de même pour les stylos à bille qui, de 22 000 ariary la boîte l’année dernière ne sont plus accessibles qu’à partir de 30 000 ariary, soit une hausse de 27%. Les règles, les équerres et les rapporteurs ne sont pas en reste avec une hausse de 25% en moyenne.

«Les articles importés de marque sont les plus touchés avec un taux de 20 à 30%», a indiqué un marchand du côté des pavillons d’Analakely. De préciser ensuite que même les articles de fabrication chinoise sont touchés par cette hausse, si leurs prix ont été stables durant les années précédentes.

Interrogés sur les raisons de cette hausse, les marchands de fournitures scolaires sont unanimes à répondre que «Nos fournisseurs refusent de répondre sur les raisons de cette hausse des prix. Ils se contentent seulement de nous dire que le prix de tel ou tel article a augmenté». D’après eux, une nouvelle  hausse des prix pourrait avoir lieu d’ici la prochaine rentrée scolaire.

Sera R

 

News Mada0 partages

Pickpocket : bel élan de solidarité à Antanimena

Un jeune pickpocket de 19 ans a été arrêté, alors qu’il voulait faire les poches à un ressortissant chinois à Ambohibary Antanimena, le 17 juillet dernier.

Ce jour-là, il a subtilisé le téléphone portable de l’étranger qui se trouvait à bord d’un taxi. Ne voulant pas se faire avoir, le Chinois s’est mis à sa poursuite. Aidé par les riverains et par des passants, il a réussi à immobiliser le jeune délinquant. Rapidement alertés, des éléments du Poste de police d’Antaniavo Antohomadinika sont intervenus.

Mparany

News Mada0 partages

Diana : Ambanja en pôle de développement

Le district d’Ambanja fait figure de proue en matière de développement local dans la région Diana. Toutes les communes de ce district ont été sélectionnées pour bénéficier des subventions du FDL grâce aux efforts soutenus de leurs équipes dirigeantes.

Les 24 communes composant le district d’Ambanja ont prouvé leurs meilleures performances pour se faire sélectionner parmi les 1000 meilleures communes de Madagascar, condition d’éligibilité aux financements du Fonds local de développement (FDL). Le directeur de l’administration générale et territoriale de la région Diana, Zafimanjo, a annoncé la nouvelle, hier, lors de son passage au chef-lieu du district. Il a par ailleurs révélé que des subventions d’environ 15 millions d’ariary seront octroyées aux  1000 bénéficiaires de cette première vague pour les nécessités de la réalisation de leurs projets de développement. Six communes sur les 24 susmentionnées sont déjà représentées aux séances de formation sur la ventilation et la priorisation relative à l’engagement de ce pactole à Antsiranana actuellement. Des séances similaires sont prévues par vagues échelonnées pour les autres communes de la région où 63 communes sur les 66  en ont bénéficié.

Manou

 

News Mada0 partages

Analamanga : un litige foncier résolu à Imamba

Tout est rentré dans l’ordre à Imamba-Isoavimasoandro suite aux tractations menées par Alain Rakotonirina, un féru du rugby, qui a réussi à résoudre le litige foncier ayant opposé l’association « Rugby club tanora Soavimasoandro »  (RCTS) à un promoteur immobilier.

Les membres de l’association ont décidé d’évacuer les lieux d’implantation de leurs infrastructures à Imamba-Isoavimasoandro, convaincus des droits de propriété de la société immobilière sur le terrain. Ils ont toutefois décidé de négocier et ont réussi à décrocher un accord de partenariat avec l’opérateur économique pour la pérennisation de l’éducation des jeunes de la zone, avec l’aide du dirigeant sportif Alain Rakotonirina. Le contrat ayant pour objet l’aménagement d’un nouveau terrain pour l’association a été présenté publiquement au centre Pachamama d’Imamba, hier. L’opérateur immobilier s’engage ainsi à trouver un terrain d’une superficie de 1ha 75 a transformable en terrain de rugby suivant les normes fédérales tandis que les bénéficiaires auront à charge de viabiliser l’infrastructure.

Manou

 

News Mada0 partages

Chronique : on n’est jamais si bien trahi que par les siens

On croyait avoir appris le pire concernant les examens nationaux avec la benjamine des candidats au CEPE, âgée de sept ans. Cet examen est pourtant conçu pour des élèves de onze ans, riches de cinq années scolaires passées dans un établissement du premier degré. Il est très difficile de croire que les adultes (parents, enseignants, responsables des examens) étaient animés des meilleures intentions du monde lorsqu’ils ont décidé que cette petite fille devait se préparer à entrer au collège, quand elle est encore à l’âge de jouer aux « tantaravato ».

Bis repetita à quelques jours des épreuves du baccalauréat : on apprend dans la presse que  la benjamine des candidats a tout simplement six ans d’avance sur l’âge des bacheliers ordinaires.  D’après la terminologie courante, elle entre à peine dans l’adolescence. Par le grand bond en avant que lui offrent ses parents, avec la complicité officielle de l’office du baccalauréat, cette candidate est sommée de remplacer ses rêves de préadolescente par des projets d’avenir rationnels.

Si elle est reçue, doit-on vraiment le lui souhaiter ?, la malheureuse ne pourra même pas se faire offrir le permis de conduire comme cadeau  d’entrée dans la vie d’adulte.  Quand ses condisciples organiseront une fête pour célébrer leur nouveau statut, elle n’aura sans doute pas la permission de 19 heures. Enfin, aura-t-elle l’autorisation de s’inscrire aux concours d’entrée à l’université ?

Ces jeunes candidats font rarement partie d’un contingent d’élèves si doués pour les études qu’ils en perdraient leur temps avec ceux de leur âge. Ce sont le plus souvent des enfants comme les autres, formatés par des parents obnubilés par la réussite scolaire. Le succès à l’examen montrera à la famille combien est exceptionnelle l’éducation que ces parents extraordinaires donnent à leurs enfants formidables. C’est bien cela le pire.

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fotoana fahavitsian’ny fiara eto Iarivo

Indraindray dia mba misosa tsy manorisory ny fifamoivoizana eto an-drenivohitra. Na eo aza izany dia mbola misy ihany ny fotoana mampikatso azy toy ireny efa mahazatra ireny ihany. Fomba fiteny ihany moa izay filazana hoe mahazatra izay. Nefa toy ny mikasika ny fihafiana noho ny tsy fahafahana manoatra dia fiaretana amin’ny zava-misy eo amin’ny tsy fisiana fa tsy misy angamba ny fanazaran-tena amin’ny tsy fidiny.

Andeha hiverenana ny tafatafa manodidina ny fifamoivoizana. Samy mahatsapa ny rehetra fa na rehefa vitsy aza ny fiara dia tazana ihany ny fahateren’ny làlana ary indraindray dia mivandravandra koa fa tsy tsara rafitra ny fomba nandaminana ny fizorana amin’ireo arabe maro. Ohatra fotsiny amin’ireny rond-point ngezabe toy ny eo Antanimena. Aty andohan’ny làlana mivarina mankany Ankorondrano dia eo amin’ny fivoahana an’ilay rond-point, mihaona ny fiara sy ny mpandeha an-tongotra miampita. Tsy tafavoaka ny rond-point mankaiza akory koa dia mitandahatra ny taksibe eo amin’ny fijanonany mba hidinana sy hiakaran’ny mpandeha.

Efa miresaka momba ny taksibe ihany, iza no handa ny maha anisan’ny vesatra voalohany mampikatso ny fifamoivoizana ny taksibe ? Nefa kosa vesatra tsy maintsy zakain’

ny rehetra noho ny fanamaivanan’ny fahasahiranan’ny maro eo amin’ny fahafahany mivezivezy toy ny sasany mampiasa ny fiarany manokana. Raha dinihina aza, noho ny olona maro indray taterin’ny tsirairay aminy dia tokony omena vahana manokana izy ireny mialoha ny fiara madinika taingenan’

olom-bitsy. Fandaminana mazava no tokony hametraka fitsipika mifehy izany. Nofinofy angamba izany araky ny fihevitry ny maro. Eto amin’ny tanàna moa tsy miteny firy intsony izany hoe fitsipika izany. Toy ny any amin’ny tany tsy misy fanjakana, ny fanaovana hetraketraka sy amboletra no hany manjaka fa tavela any aoriana izay te hanara-dalàna na izay vonona handefitra. Manomboka avy any amin’ny mpitarika sarety izay manao hitsin-dàlana tsy tahotra tsy henatra ka hatrany amin’ireo olona ambony (ministra sy ny karazany) izay manitsaka fitsipika sy lalàna ampahibemaso isan’andro izao. Ny lalàna moa dia mametraka mazava fa ny filohan’ny andrim-panjakana ihany no hany ialohavana fiara mpisava làlana. Manaja izany ve ireo olona ambony miafina ao ambadiky ny fitaratra maizina manavatsava ny fifamoivoizana amin’ny fanositosehana ny mpampiasa arabe sasany ?

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Mendrika : “Mitombo ny mpively « batterie » ”

 Feno 20 taona amin’ity taona ity ny nampianaran’i Mendrika (ao anatin’ny tarika Solomiral) ny fivelesana “batterie” na ampongamaroanaka. Ao amin’ny Tahala Rarihasina no misy ny sekoliny. Tao anatin’izay fotoana izay, anisan’ny zavatra nisongadina tsapany ny fitombon’ny isan’ny mpianatra, isan-taona. “Midika izany fa mihamaro hatrany ny olona, indrindra ny tanora, liana sy te hahay ity zavamaneno ity”, hoy izy. Manaraka ny fe-potoam-pianarana any an-tsekoly, izany hoe, sivy volana isan-taona ny fampianarana ao amin’i Mendrika. Ho an’ny tanora sy ny olon-dehibe, maharitra efa-taona ny fianarana, arakaraky ny talenta ao amin’ny tsirairay. Lavalava kokoa izany ho an’ny ankizy. “Raha oharina amin’ny tany aloha anefa, haingana kokoa ny fandraisan’ny mpianatra ny fampianarana, satria tsapa ho mihatsara hatrany ny “niveau” n any fahaizan’izy ireo, raha vao manomboka fotsiny ny fianarana, noho ny teknolojia, izay anovozam-pahalalana ihany koa”, hoy hatrany i Mendrika. Mikasika ny faha-20 taona nampianaran’ity mpanakanto ity kosa, efa nisy ny hetsika notanterahiny, ny asabotsy teo tetsy amin’ny CGM Analakely, ho fanamarihana izany. Miisa 34 ny mpianatra sy ireo efa nahavita fianarana nifandimby niaka-tsehatra, naneho ny talentany amin’ny fivelesana ampongamaroanaka. Mbola hisy ny hetsika ho fanohizana ny fankalazana, mandra-pahatapitr’ity taona ity.

Landy R.

News Mada0 partages

Patrick Andy : un nouvel album en gestation

Le bassiste Patrick Andy vient de sortir un nouveau single intitulé «Amazing Grace». Un inédit qui annonce un prochain album. «Amazing Grace est issu de mon prochain album intitulé  Mifalia», a-t-il tout simplement commenté dans sa page facebook.

A noter que Patrick Andy, Patrick Andriantsialonina de son vrai nom, commence à jouer de la guitare dès son jeune âge et à la basse à 17 ans. Porté par sa passion, il ne tarde pas à côtoyer les artistes les plus en vue de Madagascar. Sur sa lancée, l’artiste a évolué sur les scènes internationales,  (Paris, Genève) et  notamment à New York, où il fait carrière actuellement.

En 2006, il devient partie intégrante de l’ensemble de musique de l’église du Times Square en tant que bassiste. En 2010, il sort son premier opus «Joy», coproduit avec Jamba Castro. Il fait également partie du groupe «Merce», qui a sorti son premier album en 2013 et fait un concert promotionnel au Brésil et aux États-Unis.

Joachin Michaël

 

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA FIARA : Mpandeha roa voakapa famaky, vaky nitsoaka ireo Zandary

Taksiborosy mpitatitr’olona iray avy any Toliara hiakatra aty Antananarivo no notafihina andian-jiolahy tamina tanàna kely iray tokony ho 40 km miala ny Distrikan’Ambalavao. Lehilahy roa no naratra mafy voakapa famaky, najifa avokoa ny entan’ireo mpandeha.

Mbola tsy ahitam-bahaolana hatreto ny trangana tsy fandriam-pahalemana amin’iny lalam-pirenena fahafito iny. Vao mainka mihamahery vaika ny tetika sy ny paik’ady ampiasain’ireo olon-dratsy miampy ny fitaovam-piadiana entin’ izy ireo isaky ny fanafihana. Nambaran’ireo mpitatitra fa efa tsy matahotra mpitandro filaminana intsony ireo jiolahy no sady tsy mifidy ora ihany koa fa na amin’ny andro mbola mazava be izao aza dia manatanteraka ny fanafihana ry zalahy.

Efa tsy vahaolana intsony ny fisian’ireo Zandary manaraka ireo fiara manao karavanina satria izy ireo indray aza no matahotra ireo jiolahy, hoy hatrany ny loharanom-baovao voaray.

Ny talata lasa teo, taksiborosy marika mercedes-sprinter iray manao zotra mampitohy an’i Toliara sy Antananarivo indray no lasibatra. Nanao andiany maro ireo jiolahy ary sakan-dalana lehibe teo ampovoan-dalana no nataon’izy ireo hanakanana ireo fiara. Nambaran’ny mpamilin’ity fiara voatafika fa nanao tongotra an-katoka nitsoaka avy hatrany ireo Zandary telo lahy vao nahita ity fanafihana ity.

Nanao izay danin’ny kibony

“Nanao karavanina nisy efa ho 20 fiara izahay no niaraka, ny fiara teo alohako efa lasa daholo fa izahay no taraiky teo amin’ilay sakana ary mbola nisy fiara telo hafa tao aoriananay. Ilay taksiborosy tany amin’ny faran’ny aoriana no nitondra ireo Zandary telo lahy mitam-basy.

Tsy nahavita na inona na inona anefa ireto farany fa nirefotra ny basin’ireo olon-dratsy dia tonga dia nivoaka ny fiara ry zareo ary nanavotr’aina nitsoaka tany anaty ala niaraka tamin’ny basiny”, hoy ny fitantaran’ilay mpamily.

Noho ny tsy nahafahan’ilay fiara ireo sakana teo ampovoan-dalana no nahatratraran’ireo jiolahy, tora-bato sy tifitra variraraka io no noentin-dry zalahy nanatonana an’ilay taksiborosy. Vaky tanteraka ny fitaratra eo anoloana an’ity fiara lasibatra ary mbola nokapain’izy ireo ny famaky ihany koa ny roa lahy tamin’ireo mpandeha.

“Tsy hitako intsony izay natao, tsy afaka nihoatra an’ilay vato be aho. Raha nihodina ihany koa voahodidina hantsana ilay toerana nitrangan’ny fanafihana ka aleoko tonga dia nijanona ary nilaza tamin’ireo mpandeha hoe “samia manavotra ny ainy”. Tsy nisy nahahetsika ny iray fiara, nanao izay danin’ny kibony tanteraka tamin’ny fandravana amin’izay ireo jiolahy”, hoy hatrany ilay mpamily nitantara ny zava-niseho. Nasesin’ireo jiolahy avy any aoriana ny fandrobana an’ireo mpandeha ary teo no nisian’ilay fikapana famaky izay nahavoa ny roa tamin’izy ireo. Soa ihany anefa fa tsy nisy ny aina nafoy fa ny entan’ireo mpandeha niaraka tamin’ny vola sy ny firavaka no najifan’ireo olon-dratsy.Tokony ho tamin’ny 6 ora hariva no nigadona tetsy amin’ny Fasan’ny Karàna ity fiara voatafika ity ary teo vao noentina namonjy hopitaly ireo naratra.

Manoloana ity fanafihana ity dia mihorohoro fatratra ireo fiara mpitatitra mampiasa an’iny lalam-pirenena iny satria efa tsy mitsitsy intsony ireo jiolahy, fanampin’izay efa tsy mahomby intsony ilay vahaolana hoe ampanarahina mpitandro filaminana ireo fiara.

Avotra Isaorana

Tia Tanindranaza0 partages

Fitohanan’ny fifamoivoizanaMila vahaolana maty paika

Mampiteny ny moana ny fitohanan’ny fifamoivoizana eto Antananarivo. Tsy andavanandro, tsy andro tsena fa saika isan’andro mihitsy. T

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Solika Tapitra ny fe-potoana famerana ny vidiny nifanarahana

Tsy manana olana loatra amin’ny fampiasana ny vola vaovao 20.000 ariary ireo mpandraharaha eo anivon’ny famatsiana solika, hoy ny loholona Jean Martin Rakotozafy.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mbola ho avotra ve ?

Firy taona izao no nikasana hanatontosana ny fampihavanam-pirenena ary efa im-piry niova ny anaran’ireo rafitra no

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

ANKADIVATOTrano iray no narodan’ny kaominina

Trano iray tsy ara-dalàna no voatery narodan’ny kaominina Antananarivo Renivohitra afak’omaly talata, mba ho fanatanterahana ny didim-pitondrana laharana faha-49-CUA/CAB.17.

 Antony  nahatonga izany ny fiorenan’ny trano eo amin’ny tanin’ny kaominina kanefa tsy nanaraka ireo fepetra sy andininy ao amin’ny didim-pitondrana voasoratra.  Manampy trotraka izany ihany koa ny tsy nangatahan’ny tompony alalana tamin’ny kaominina tamin’ny fanorenana azy tamin’ny fotoan’androny. Efa  maro moa  ny  dingana sy lalana efa  narahin’ny kaominina vao  tonga  tamin’izao fandrodanana izao izy ireo  raha araka ny fantatra raha efa  nahazo taratasy fampandrenesana mialoha avy amin’ny kaominina ihany koa ny tompon-trano. Tsy nisy ny sakantsakana

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fokontany Nanisana IadimbolaHatao rarivato ireo lalan-dratsy

Anisan’ny misedra olana amina resaka fotodrafitrasa ny fokontany Nanisana Iadimbola na dia mbola ao anatin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra aza

. Lohalaharana amin’izany ny lalankely ao anatin’ireo faritra dimy izay fantatra fa nandratra ireo mponina tao aminy mihitsy hatramin’izay. Havadika hatao rarivato ireo lalana ireo, araka ny fanazavan’Andriamandimbisoa Fanomezana, lefitry ny sefom-pokontany ao an-toerana. Eo am-panamboarana ny taratasy fangatahana eo anivon’ny kaominina sy ny distrika izy ireo amin’izao fotoana izao, mialoha ny asa fanamboarana. Ankoatra izay dia anisan’ny mbola tena mampijaly ireo mponina ao anatin’ity fokontany iray ity ihany koa ny rano fisotro madio. Hiezaka hitady famatsiam-bola ho amin’izany ihany koa ny fokontany ka tanjona ny iadiana amin’ireo aretina ateraky ny fampiasana sy fisotroana  rano tsy ara-pahasalamana. Marihina moa fa miisa 11 monja ireo paompin-drano fisotro madio ao amin’ity fokontany iray ity izay mamatsy ireo mponina miisa 197.740.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Boriborintany faha-6Betsaka ireo ankizy tsy manana kopia

Betsaka ireo ankizy tsy afaka nandia ny varavaran-tsekoly hatramin’izay tao amin’ny Boriborintany fahenina noho ny tsy fananany kopia mari-pahaterahana.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ambatondrazaka – Faritra Alaotra MangoroMitaona ny olona hanotrona ny tsenabe Tangorona ny HVM

Nanomboka omaly alarobia 19 jolay 2017 tany Ambatondrazaka ny tsenabe Tangorona ho an’ny Faritra Alaotra Mangoro izay haharitra 4 andro ka tsy hifarana raha tsy ny sabotsy 22 jolay 2017.

Ny distrika 5 ao amin’ity Faritra ity no handray anjara amin’ny hetsika. Koa satria amin’ny zoma 21 jolay no hanatanterahana ny lanonana fanokafana ofisialy an’ity tsenabe ity dia fantatra fa efa mihetsiketsika ny HVM manerana an’ity Faritra ity mitaona olona karamaina toy ny mahazatra hanatrika ny lanonana fa ho avy any ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier. Tompon’andraikitra voalohany amin’ny hetsika ny lehiben’ny Faritra Alaotra Mangoro, Ranarisoa Désiré.

Rabri

 

La Vérité0 partages

Faux visas de long séjour - Le multimilliardaire comparaîtra ce jour

A quelque six mois de l'éclatement de l'affaire, R.L.Y, ce multimilliardaire de 40 ans accusé pour façonnage de faux visas de séjour ou professionnels, devra comparaître devant le juge ce jour au Tribunal d'Anosy. Cela après les plaintes déposées par le ministère de l'Intérieur qui a saisi la Gendarmerie nationale en vue de l'enquête en décembre 2016, laquelle a débouché sur l'identification puis l'arrestation du présumé faussaire en février dernier.

Il est accusé d'avoir été trempé dans un réseau de  fabrication de faux visas ou de fausses cartes de résident. Soumis à une fouille, R.L.Y était surpris avec une quantité significative de passeports et de cachets administratifs. La découverte par les enquêteurs de tous ces objets compromettants  leur a donc permis de constituer la charge contre R.L.Y. Le fil de l'enquête a révélé que ses agissements devraient dater depuis de nombreuses années. Ces activités illicites ont fait le chou gras au quadragénaire qui aurait engrangé des milliards et des milliards lorsqu'on sait que le visa  s'octroie  entre 1 à 10 millions d'ariary.   Déféré au Parquet quelques jours après son interpellation, il aurait pourtant bénéficié d'une liberté provisoire alors que trois de ses complices, des employées du ministère de l'Intérieur devraient encore croupir en prison, à titre préventif. Mais revenons dans les circonstances de l'arrestation de R.LY. Des éléments de la Police judiciaire ont trouvé ses traces dans la zone du centre commercial La City à Ivandry alors que le quadragénaire était en train d'étudier une autre phase de son forfait à bord de sa luxueuse Volkswagen Touareg. Réalisant que la nasse s'est refermée sur lui, le concerné a dû indiquer aux enquêteurs un complice, ce dernier étant spécialiste de la fabrication des documents mais demeure introuvable encore aujourd'hui. Une perquisition chez ce dernier s'imposait le même soir à Ambohimiandra. Là, les gendarmes avaient devant eux des passeports et des imprimés en grande quantité, sans parler bien sûr le matériel ou autres outils servant à les fabriquer dont des imprimantes, des scanners, des tampons, etc. Quant à la clientèle du réseau, elle est constituée de ressortissants de pays asiatiques mais aussi européens. Franck Roland

La Vérité0 partages

Incendie au Kianjan’ny Kanto - L’indice d’un sabotage se confirme, selon Rossy

Près de trois semaines après l’incendie qui a complètement détruit les matériels de sonorisation appartenant au musicien-chanteur Paul Bert Rahasimanana, alias Rossy, les choses semblent bouger. Ce dernier a donc finalement décidé de porter plainte pour acte de sabotage. Pour lui, un indice permet de plus en plus de le confirmer.

« Lorsque nous avons constaté que la sono était en feu, il était curieux que le ruisseau qui passe derrière l’était également. C’est pour dire que nous n’avons jamais été à  l’origine de ces flammes, donc c’est un sabotage pur et simple et que nous estimons avoir le droit de porter plainte », déclare en substance le spécialiste de « l’angorodao » ou accordéon.  Le patron du groupe« Sôma » semble donc s’impatienter pour savoir les données de l’enquête où la police scientifique venait, semble-t-il, de faire des prélèvements sur les lieux. En attendant, point n’est besoin pour lui de s’atermoyer. Il faut bien que les activités reprennent au fameux« Kianjan’ny Kanto » où l’incendie de la première semaine de juillet, semble être déjà un lointain et mauvais souvenir. Mieux, Rossy, dans son pari à aller de l’avant, s’est félicité sur le fait que le lieu en question a été agrandi deux fois par rapport à sa superficie initiale. « A présent, vous ne trouverez plus aucune trace du sinistre. Nous avons réussi à tout restaurer. Nos habituels rendez-vous artistiques de vendredi  restent donc inchangés », jubile-t-il. Seul ombre  au tableau pour ce président d’association d’œuvres caritatives dont la prise en charge d’orphelins, ses sonos. En fait, les matériels endommagés sont de fabrication allemande, donc un oiseau rare, du moins selon les explications de Rossy. Cependant, il s’est réjoui des coups de mains de ses amis résidant à l’extérieur ou sur place pour les remplacer par du neuf.  Un bref rappel des faits s’impose.  L’incendie a éclaté aux alentours de 5h du matin et après un cabaret d’adieu offert à un musicien du groupe Rossy le samedi 7 juillet, c’est-à-dire juste dans une période préludant à la commémoration du 15e anniversaire du parti Tim de l’ancien Président Marc Ravalomanana, qui a prévu inviter ses supporters justement à Mahamasina. Pour les observateurs de la vie nationale et Rossy lui-même, il est pourtant encore difficile à trouver des preuves sur l’existence d’un lien entre ces deux évènements, qui se sont produits à un intervalle de quelques heures seulement.  Et il n’y a toujours aucune raison valable   pour tenter d’expliquer la possibilité  des pyromanes pour y accéder encore en cachette alors que les lieux grouillaient d’éléments des Forces de l’ordre, avec la consigne d’empêcher quiconque de  s’approcher.Franck Roland

La Vérité0 partages

« English language institute » - Pour incuber les futurs entrepreneurs malgaches

A l’origine, l’« English language institute (Eli) » a commencé ses activités dans la formation en langue anglaise. Toutefois, l’établissement compte multiplier ses activités afin de participer davantage au développement du pays. C’est dans cet axe qu’il a mis en œuvre le « Business incubator » pour aider les jeunes entrepreneurs à créer leur propre emploi, à réaliser leur idée de business mais également à développer leurs propres entreprises. Le lancement officiel de cette plate-forme s’est fait hier à l’hôtel Le Pavé, Antaninarenina.

Cette formation est promulguée et son but principal est de favoriser la création de startups qui vont booster l’économie du pays. Ce lancement officiel cadre avec le Salon de l’entreprenariat et de l’emploi qui débute aujourd’hui.« Business incubator »Selon le general manager,  Njaka Rajaonarison, le « Business incubator » passera par 3 étapes bien distinctes mais interdépendantes. La première étape concerne la formation ou  « Training » et la seconde se portera sur la pratique ou « Practicing ». Ces deux étapes dureront 4 semaines. Et la dernière étape se composera de différentes séances d’accompagnement ou de « Mentoring » qui dureront trois mois et durant lesquelles les participants seront assistés par de vrais professionnels actifs dans la création de leurs entreprises. Tous les cours se dérouleront à Ankadivato et les inscriptions se feront à chaque début du mois. Le general manager a insisté sur le fait que la formation suivra la méthode anglaise, c’est-à-dire qu’il y aura plus de pratiques que de théories. Cette formation ne fait pas de discrimination de diplômes, et toutes les personnes qui sont intéressées peuvent s’inscrire pour en bénéficier. Situation freinante de l’économie malgache« Eli » a décidé d’instaurer ce programme de formation vu la situation actuelle de l’économie malgache. En effet, selon Njaka Rajaonarison, chaque année, des jeunes fraîchement diplômés se retrouvent sur le marché de l’emploi. Cependant, ils n’arrivent pas à y trouver leur bonheur. Mais il y a également le problème de financement qui freine la plupart des jeunes entrepreneurs qui veulent investir dans ce domaine. Dans les pays développés, c’est le secteur privé qui fait fonctionner l’économie. Or, à Madagascar c’est le contraire, c’est-à-dire que l’économie malgache vit des financements et des taxes issus de la douane. De plus, le taux de la Tva est moindre. Pourtant, avec une population active composée en majorité de jeunes qui œuvrent dans la création de nouvelles entreprises, le secteur privé ainsi que l’économie malgache seraient boostés en un rien de temps. Rova R.

La Vérité0 partages

Football-Cosafa U17 - Madagascar affrontera la Zambie d’entrée

Tout est fin prêt pour le coup d’envoi de la 5è édition du tournoi Cosafa des moins de 17 ans à l’île Maurice du 21 au 30 juillet 2017. Madagascar évolue dans le groupe B, avec l’Afrique du Sud et le Mozambique ainsi que la Zambie. Cette dernière  affrontera la formation de la Grande île ce vendredi 21 juillet tandis que l’Afrique du Sud se confrontera au Mozambique. Parmi ces 4 équipes, seul le Mozambique n’a pas joué la Cosafa U17 2016. L’année dernière en effet, l’Afrique du Sud a échoué en finale face à la Namibie quand Madagascar a complètement raté son tournoi, perdant ses trois matchs de poule. La Zambie, quant à elle, a été disqualifiée de l’édition 2016 suite à une histoire de tricherie d’âge des joueurs.

Pour le groupe A, les hostilités débuteront demain samedi 22 juillet. Au programme le Botswana défiera le Malawi dans un premier temps tandis que l’équipe hôte mauricienne se mesurera aux Zimbabwéens quelques instants plus tard, juste après la cérémonie d’ouverture de la compétition. Si le Botswana et le Zimbabwe ont fait l’impasse à l’édition 2016, le Malawi a joué les demi-finales l’année dernière en profitant de la mésaventure de la Zambie, mais ayant dû s’incliner face à la Namibie après la séance de tirs au but (si les deux équipes se sont quittées 1-1 durant le temps règlementaire). L’île Maurice, avec une seule victoire en trois rencontres, n’a pas pu se qualifier au tour suivant. Le tournoi se disputera dans deux stades: le stade de Saint François Xavier dans la Capitale mauricienne à Port Louis, et le Centre technique de la Fédération mauricienne de football.En termes de palmarès, l’Afrique du Sud a remporté deux campagnes sur ses terres (1994 et 2002), le Malawi et la Namibie ont soulevé cette coupe une fois chacun, respectivement en 2001 (Afrique du Sud) et en 2016 (Maurice).E.F.

La Vérité0 partages

Gaz domestique - Un combustible hors de portée des citoyens lambda

Les organismes de conservation de l’environnement préconisent la protection, tant de la faune que de la flore à Madagascar. A cet effet, ils sollicitent de la part de l’Etat la délocalisation des occupants des zones qu’ils protègent. Parallèlement à cela, la législation interdisant la coupe d’arbres pour l’usage domestique dont principalement pour en faire du bois de chauffe, se durcit davantage. Face à ces règlements sur la conservation de la nature, les résidents séculaires sur ces lieux ne savent plus à quel saint se vouer.

Mais il n’y a pas que dans les milieux ruraux que ces législations portent préjudice aux gens, car ces interdictions engendrent des insuffisances et des pénuries de combustibles dont le charbon de bois et le bois de chauffe dans les villes. A cela s’ajoute un phénomène imprévu : la collecte à outrance du charbon de bois par les Chinois qui l’exportent vers leur pays. Tous ces faits constituent autant de facteurs subversifs dans le quotidien des Malgaches dont la plupart, comme d’aucuns le savent, utilisent le charbon de bois pour la cuisson. Le problème est que l’Etat ne cesse de rappeler aux simples gens les méfaits de la coupe et la destruction des forêts, ainsi que les sanctions que peuvent encourir ceux qui ne se conforment pas à cette proscription, alors qu’il ne propose aucune solution à ces gens qui ne pourront jamais opter pour le gaz, vu son coût hors de portée des petites bourses. « Nous avons un besoin impératif quotidien de charbon de bois d’une valeur d’environ 1 000 ariary, ce qui nous fait une charge mensuelle fixe et obligatoire de 30 000 ariary pour nous procurer ce combustible. Ainsi, si nous ne pourrons plus utiliser le bois et le charbon de bois, ce sera l’impasse totale. Si l’Etat compte appliquer cette interdiction, il lui faudra trouver une solution qui serait à notre portée, mais pas le gaz que nous ne pourrons jamais acheter, vu que son prix est trop élevé par rapport à nos revenus », a confié Rasoa, une mère de famille vivant aux 67ha.Du gaz pour ceux qui ont les moyens En prenant comme exemple les stations-service Total, le gaz n’y est pas vendu en tant que simple combustible isolé. Pour un acheteur, il lui faudra payer en plus du prix du gaz liquide de 40 500 ariary, la consignation de la bouteille, le brûleur, le grill-support, ce qui donne un montant total à payer de 124 100 ariary pour pouvoir emporter la bouteille et les kits. Pour une bouteille de 12 kilos, le coût est d’autant plus élevé puisque le gaz en soi est vendu à 83 700 Ar, avec la consignation de 35 000 ariary, le détendeur à 44 000 ariary, le flexible à 21 000 ariary, et l’allume-gaz à 7 600 ariary. Au final, l’acheteur payera 191 300 ariary. Rivo S. 

La Vérité0 partages

Le dépit !

Le régime Hvm, mis en place voilà 32 mois de cela, déçoit. Une déception sur toute la ligne. Un dépit qui atteint les profondeurs de l’être en piquant au vif la chair et le sang. Certes, Madagascar venait de sortir d’une longue et pénible crise qui, au final, fait payer à chacun un lourd tribut. Néanmoins, à l’entame de son mandat, le nouvel homme fort du pays avait entre les mains toutes les chances, sinon tous les atouts pour réussir. D’ailleurs, s’il avait osé promettre des monts et merveilles le jour de son investiture, à Mahamasina le 24 janvier 2014, c’est parce qu’il savait pertinemment que tous les moyens lui seraient accordés. Mais à une… condition : qu’il sache en profiter comme il faut.

Malheureusement, cela n’a pas été le cas et la réussite manque au rendez-vous ! Le pays « descend » et personne n’est en mesure de savoir, maintenant, jusqu’où et jusqu’à quand !Les trois pôles du pouvoir de la République, à savoir l’Exécutif, le Législatif et le Judiciaire, focalisent ensemble la déception générale des citoyens.Pour l’Exécutif, le dépit trouve son origine, directement et en premier lieu, auprès des deux têtes, à savoir le Chef de l’Etat et son Premier ministre. L’un et l’autre n’ont pas su transformer en réussite les « essais » offerts, souvent, sur le plateau. Des ratages impardonnables dans la mesure où les conséquences se chiffreraient à des centaines de milliards et des milliards d’ariary et qui impactent profondément sur le moral des gens. Les membres du Gouvernement brillent par leur inaptitude à juguler le mal dont le pays souffre. Un ou deux, au maximum trois ministres, sortent du lot. Le reste, c’est du remplissage ! Rien que des gesticulations servant à amuser la galerie. Le déficit est énorme. Le pouvoir législatif, de par son échec à plate couture, accentue la déconfiture du régime. Un Parlement « croupion » qui se défigure de jour en jour à tel point qu’il est devenu méconnaissable aux yeux du public. On est tenté de s’interroger sur la véritable représentativité de ces députés et de ces sénateurs. Le cas de cet élu d’Atsimondrano nous emballe dans un tourbillon des vicissitudes de la politique de nature à nous donner le vertige. Elu sous la couleur « Indépendant » avec un score impressionnant, tout d’un coup, cet élu, pas comme les autres, côtoie le parti au pouvoir, le Hvm. Le pouvoir des espèces sonnantes dispose, encore, de beaux jours devant lui. En réalité, les parlementaires, élus ou nommés, représentent d’abord les intérêts du régime plutôt que ceux des contribuables qui les avaient élus. Une Assemblée nationale et un Sénat qui ne répondent qu’à la voix de leur maître. Mais là où la déception de la population atteint le paroxysme se situe au niveau du pouvoir judiciaire. « La Justice est le rempart des faibles », dit-on ! Le chemin à parcourir pour parvenir à ce stade où la Justice consent vraiment à défendre les pauvres ou les riches, sans distinction et en toute indépendance, et cela, au nom de la vérité et de la… justice, semble encore loin. Le Temple de l’équité reste encore sous l’empire de… l’argent. Toutes les instances se plient sous sa coupe ! Un régime de dépit !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Presse internationale - La piètre image du régime Rajaonarimampianina

Décidément, le régime Rajaonarimampianina n’a pas bonne presse à l’international. Mediapart, dans un article paru mardi sur son site, faisait un constat sans complaisance de la situation à Madagascar dans la perspective 2018 (voir notre édition d’hier). Dans le même temps ou presque, Le Monde et « Voice of Africa » peignent eux également un portrait peu  avantageux pour le pouvoir actuel. La démission du ministre des Finances et l’« affaire Claudine » ont singulièrement terni le prestige du pouvoir actuel à l’étranger. Pour Laurence Caramel, journaliste chez Le Monde, « Six mois après avoir annoncé un “nouveau Madagascar”, le pouvoir rattrapé par des affaires de corruption ».

Un titre qui donne le ton du reste de l’article, dans lequel la journaliste revient notamment sur la démission du ministre malgache des Finances, « réputé intègre ». « Les circonstances dans lesquelles intervient sa démission (du ministre Rakotoarimanana) s’inscrivent dans un contexte marqué par de nouveaux scandales de corruption impliquant des proches du Chef de l’Etat », indique Laurence Caramel. Outre les raisons évoquées par le ministre démissionnaire telles que « un manque de soutien » et « une divergence de point de vue », la journaliste relève que « le ministre démissionnaire aurait en réalité souhaité prendre ses distances avec une gestion peu scrupuleuse des finances publiques à l’approche de la prochaine échéance électorale de 2018 ». Ce serait en effet selon la journaliste « les contrats signés avec la Chine lors d’un voyage présidentiel en mars, puis un accord financier conclu avec Pékin à son insu, il y a quelques jours, qui auraient scellé sa décision ». « Voice of Africa », mardi, ironisait pour sa part sur la décision de l’Exécutif de nommer une « fonctionnaire limogée à la tête du ministère des Finances à Madagascar », en la personne de Vonintsalama Andriambololona, pour remplacer le ministre démissionnaire. Ancienne secrétaire générale de ce département ministériel, notamment du temps où l’actuel Chef de l’Etat en était le ministre, le nouveau Grand argentier avait été limogé par le régime Rajaonarimampianina il y a deux ans à peine, « pour avoir  soutenu le directeur général du Trésor public de l’époque Orlando Robimanana, qui avait dénoncé une transaction douteuse impliquant le parti Hvm du Président Hery Rajaonarimampianina ».Déflagratoire pour le Chef de l’Etat Dans son article, la journaliste du quotidien « Le Monde » touche également mot de l’enquête menée par le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) sur « trois ministres dont le chef du Gouvernement Olivier Mahafaly » dans le cadre de « l’affaire Claudine ». Une affaire que la consœur indique comme possiblement être beaucoup plus déflagratoire pour le Chef de l’Etat.« Après de rocambolesques rebondissements, le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) est parvenu à faire incarcérer Claudine Razaimamonjy et élargit ses investigations aux ministres ayant facilité « l’évacuation sanitaire » de la femme d’affaires à Maurice pendant une quinzaine de jours », révèle ainsi la journaliste, avant de soutenir que  « Trois ministres sont directement visés : le ministre de la Santé, celui de la Justice et le Premier ministre, Olivier Mahafaly, en sa qualité de ministre de l’Intérieur. Ce dernier a lui-même signé les ordres de virement de subventions exceptionnelles destinées à certaines Communes ». Laurence Caramel rafraîchit la mémoire de ses lecteurs en rappelant qu’une intervention du Bianco pour exiger « la remise en liberté de la femme d’affaires (…) avait déclenché un mouvement de protestation des magistrats qui n’est pas retombé depuis ». Et elle de rappeler également que dernièrement, suite à une grève de 7 jours, pour réclamer l’indépendance de la Justice, des discussions dans le cadre de tables rondes ont aujourd’hui lieu entre le syndicat et les autorités compétentes. « Un bilan sera fait le 28 juillet. La poursuite de la procédure engagée contre Claudine Razaimamonjy est aussi sur la table », rapporte ainsi Le Monde reprenant des propos de Fanirisoa Ernaivo, présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm). Dans sa livraison de dimanche dernier, « Voice of Africa » faisait également écho de cette grève embarrassant le régime Rajaonarimampianina.  « Des juges menacés de mort par des élus, des "rabatteurs" chargés d’enterrer des affaires, des forces de sécurité qui refusent publiquement l’exécution d’un jugement : à Madagascar, la corruption et les pressions gangrènent la Justice et embarrassent le pouvoir politique », soutient ainsi un premier article publié dimanche dernier, intitulé « Corruption, pressions… les magistrats malgaches se rebiffent », rapportant les tenants et aboutissants de la grève des hommes en toge à l’appel de leur syndicat.  « Jusqu’à quand le Chef de l’Etat maintiendra-t-il sa confiance à son Premier ministre ? », s’interroge ainsi Laurence Caramel, pour qui, « La démission du ministre des Finances aurait pu être l’occasion d’un remaniement plus large. Depuis plusieurs semaines, les représentants des bailleurs se relaient pour ‘conseiller de remettre de l’ordre’ dans le Gouvernement. Ils ont pour eux de solides arguments. En  décembre 2016, la conférence organisée à Paris , au siège de l’Unesco, avait permis de rassembler près de 6 milliards d’euros de promesses d’aide pour financer le plan national de développement de Madagascar. Qualifiée d’ « historique » par Hery Rajaonarimampianina, elle a marqué le retour en grâce du pays auprès des bailleurs. Six mois après, certains peuvent avoir le sentiment d’avoir été bernés. Tandis que l’île s’enfonce dans la crise et l’insécurité, le ‘nouveau Madagascar’ annoncé à Paris par le Président ne ressemble plus qu’à un mirage », conclut ainsi l’article dans Le Monde.Recueillis par A.R.

Madagascar Tribune0 partages

Des lignes de taxi-be revoient leur frais de transport

Ce ne sont pas les premiers et ne seraient pas certainement pas les derniers à prendre une mesure d’augmentation du frais de transport. Les coopératives réunis au sein du groupement FMA comprenant les lignes de transport en commun, 163 et 194 de la coopérative Mirindra, 165 de la coopérative Mihary, 109 de la coopérative Sitraka, 143 de la coopérative Kofitama, 166 de la coopérative Tambatra et enfin 192 de la coopérative Onja ont décidé d’appliquer une hausse du frais de transport à 500 Ar à partir du 1er août prochain. Une augmentation de 100 Ar soit de 25%. Cette décision serait définitive et donc non négociable selon les explications des responsables au sein du FMA.

Pour rappel, l’Union des coopératives des transporteurs urbains et suburbains (UCTU et UCTS) avaient menacé d’augmenter les frais de transport il y a quelques semaines, mais cela a été suspendu suite à des négociations avec les responsables étatiques dont le ministère des transports et l’Agence des Transports terrestre (ATT).

La principale argumentation des transporteurs sur cette hausse reste bien évidemment le prix trop élevé du carburant qui induirait une hausse du coût d’exploitation des véhicules. Ces coopératives ont ainsi décidé de se passer des promesses de subventions de la part de l’Etat et d’appliquer leur propre « vérité de prix ».

Madagascar Tribune0 partages

Suspension de tous les projets de remblayage à Antananarivo

Tous les projets de remblayage dans la capitale et ses périphéries, autorisés ou non, sont suspendus, a déclaré le ministère de l’Aménagement de territoire. Le décret ministériel y afférent a été rendu public mercredi dernier. Des descentes sur le terrain seront effectués d’ici peu pour mettre un terme à toute tentative d’entrave à cette nouvelle décision ministérielle. Des sanctions seront également prises à l’endroit de ceux qui tenteraient de braver cette disposition.

Les sanctions peuvent aller de la mise en fourrière des véhicules utilisés pour le remblayage jusqu’à une poursuite judiciaire en cas d’insistance, a précisé le ministère. Ainsi, celui qui effectue le remblayage devra remettre à son état le terrain et payé deux fois de son prix normal le volume total du remblai. Bref, toutes les sanctions possibles seront prises pour mettre un terme au galopant projet de remblayage dans la capitale ces derniers temps.

Cette disposition a été prise dans le cadre de la protection des zones à remblayer et des riverains d’une éventuelle crue, explique le ministère de l’Aménagement du territoire, Christine Razanamahasoa.

Madagascar Tribune0 partages

Reprise des cours annoncée à partir de ce jour pour les établissements publics de la capitale

Une entente a finalement été trouvée entre les responsables au sein de la Direction régionale de l’éducation nationale (DREN) Analamanga et les enseignants en grève notamment après la décision de l’Etat d’accorder une subvention aux enseignants fonctionnaires du ministère de l’Education nationale. Aussi, la reprise de l’enseignement dans les établissements publics de la capitale se fera à partir de ce jour, ont affirmé des enseignants lors d’une conférence de presse hier au Lycée Rabearivelo à Analakely.

« Nous qui avons mené les manifestations à Antanimbarinandriana faisons aujourd’hui cette déclaration : dans l’intérêt des élèves, le mouvement des enseignants sera suspendu à partir de demain. Et bien que nos revendications ne soient pas entièrement satisfaites, ou que les solutions avancées par l’Etat ne répondent pas entièrement à nos exigences, nous pensons qu’actuellement, on ne peut négocier plus que ce que le président de la République a déjà ordonné », avait alors déclaré Randrianarivo Hasiniaina, porte-parole des enseignants en grève.

Le calendrier scolaire et les dates des examens officiels sont maintenus. « Les élèves ont déjà eu deux mois et demi de suspension de cours à cause des grèves, il importe maintenant de finir l’année scolaire en bonne et due forme. Et en ce qui concerne les dates des examens officiels, rien ne change jusqu’à maintenant et toutes les dates sont maintenues ». affirme Andrianilanona Jery, de la DREN Analamanga.

Cette année scolaire 2017-2018 a accusé un retard de plus d’un trimestre pour les établissements publics, avec l’arrêt des cours durant l’épidémie de peste au mois de novembre, et la longue grève des enseignants. Certains enseignants tente toutefois de rassurer que le programme scolaire serait achevé à temps pour permettre aux élèves de passer les examens officiels.

Cette reprise des cours concerne uniquement pour le moment le DREN Analamanga. Les enseignants dans les autres régions qui ont emboité le pas de leurs collègues à Antananarivo lors des grèves ne se sont pas encore prononcés. Pas plus tard qu’hier, des examens de l’épreuve d’éducation physique du Baccalauréat à Fianarantsoa ont été interrompu par les enseignants membres du Sempama, de même que dans la région Vatovavy Fitovinany.

Madagascar Tribune0 partages

Présidentielles 2018 : Au moins huit candidats se sont prononcés

Hery Rajaonarimampianina, actuel président de la République et non moins fondateur du Hery Vaovao ho an’i Madagascar (HVM), Andry Rajoelina, ancien président de la Transition et fondateur du groupe des partis dans lequel se trouve le Tanora Gasy Vonona (TGV) et Marc Ravalomanana, ancien président de la République et fondateur de Tiako i Madagasikara. Ces trois politiciens figurent parmi les éventuels potentiels candidats à la prochaine élection présidentielle.

Bien que les deux premières personnalités politiques, Hery Rajaoanarimampianina et Andry Rajoelina n’aient pas encore officialisés leur candidature, la probabilité pour qu’ils ne s’y présentent pas est très faible. D’autant plus qu’ils ont multiplié ces derniers temps les tournées politiques, en se lançant dans une véritable campagne électorale, non réglementée, mais surtout déguisée par des événements à caractère social, politique et économique.

Moins de quatre mois avant la tenue du premier tour de l’élection présidentielle, le 7 novembre prochain, et une dizaine de jours avant le dépôt de candidature officielle, nombreux sont également les personnalités, pas forcément politique, qui ont déjà annoncé leur candidature à cette course à la magistrature suprême. La plus récente est celle d’Eric Rajaonson, un candidat indépendant qui dit avoir comme capital les plus de 3 millions d’électeurs qui ont choisi de boycotter la dernière élection présidentielle dans le pays en 2013.

Maihol André Christian Dieu Donné, le pasteur de l’église de l’apocalypse à Madagascar sera présenté par son parti le GFFM ou « Gideona Fandresena ny Fahantrana eto Madagasikara. Au mois de mars, il a annoncé en grandes pompes sa candidature à la présidentielle. Comptant sur les milliers de fidèles de son église, ce pasteur controversé arbore la couleur bleu, comme celui du parti présidentiel, le HVM. Des rumeurs circulent que l’État Russe de Vladimir Poutine serait derrière ce candidat.

Largement sollicité après la crise politique de 2009, ancien premier ministre de la transition, Jean-Omer Beriziky a également fait savoir officiellement sa candidature. En arborant un chapeau de paille comme celui du regretté Albert Zafy, il s’est affiché avec la veuve de dernier, Thérèse Zafy, lors de l’annonce de sa candidature. Il se présente comme un digne héritier politique de cet ancien président. Il se présentera ainsi sous les couleurs de l’UNDD et de l’association MAMIMAD dans lequel figure l’ancien ministre de la Justice, Imbiky Anaclet.

Le général Jean Ravelonarivo, ancien Premier ministre du régime Rajaonarimampianina sera aussi candidat. Il l’a officiellement annoncé au mois de juin dernier à son domicile à Ivato.

La fille du premier président de la République, Philibert Tsiranana, Eliana Bezaza, secrétaire générale du parti PSD, sera pour l’instant l’unique candidate féminine à la prochaine présidentielle. Lors de l’annonce officielle de sa candidature en mars, elle s’est affichée aux côtés de la politicienne, Saraha Rabearisoa, candidate malheureuse aux présidentielles de 2013.

L’artiste Dama, Rasolofondrasolo Zafimahaleo de son vrai nom, un des piliers de l’emblématique groupe Mahaleo a officialisé sa candidature au début du mois de juillet. Cet ancien député de Madagascar s’affichera sous la couleur de l’association « Valimbabena » à travers lequel il compte rendre service à son pays qui lui semble avoir tant donné. D’aucuns ne savent que cet artiste a tissé beaucoup de liens avec la diaspora malgache en Europe et travaille avec les Allemands en matière artistique, des relations qui peuvent lui être favorables.

Patrick Raharimanana, déjà candidat malheureux lors des dernières présidentielles en 2013, va renouveler l’expérience. Ayant obtenu 0,44% des voix en 2013, il a annoncé prendre part à la course à la magistrature suprême une fois de plus cette année. Candidat d’un parti dénommé "Vitantsika Io", ce politicien adepte de la nouvelle technologie s’est affiché avec le Mapar et l’homme d’affaires, Mamy Ravatomanga, avant de prendre son envol et s’est fait remarquer ces derniers temps par son site internet « Gasy patriote » qui est devenu sa nouvelle carte de visite politique.

D’autres noms circulent également, comme Fanirisoa Ernaivo, présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), Orlando Robimanana, ancien directeur général du Trésor, Ninie Donia, artiste, Kohen Rivolala et Marc Tatandraza, deux noms bien connus en tant que gourou de sectes et ayant déjà eu des démêlés avec la justice.

La liste est ainsi loin d’être exhaustive et on estime que le nombre des candidats à la présidentielle sera aussi important qu’en 2013. Toutefois tous les prétendants ne pourront pas forcément s’aligner à la course. En 2013, sur les 49 candidatures déposées, 31 ont été admises par la Cour Électorale spéciale (CES) à participer au premier tour des présidentielles. Le dépôt des candidatures à la Haute Cour Constitutionnelle débutera ce 1er août et s’achèvera le 21 août. La HCC arrêtera et publiera la liste définitive des candidats au plus tard le dimanche 26 août 2018 et la campagne électorale à proprement parler démarrera le 08 octobre.

Madagascar Tribune0 partages

Des lignes de taxi-be revoient leur frais de transport

Ce ne sont pas les premiers et ne seraient pas certainement pas les derniers à prendre une mesure d’augmentation du frais de transport. Les coopératives réunis au sein du groupement FMA comprenant les lignes de transport en commun, 163 et 194 de la coopérative Mirindra, 165 de la coopérative Mihary, 109 de la coopérative Sitraka, 143 de la coopérative Kofitama, 166 de la coopérative Tambatra et enfin 192 de la coopérative Onja ont décidé d’appliquer une hausse du frais de transport à 500 Ar à partir du 1er août prochain. Une augmentation de 100 Ar soit de 25%. Cette décision serait définitive et donc non négociable selon les explications des responsables au sein du FMA.

Pour rappel, l’Union des coopératives des transporteurs urbains et suburbains (UCTU et UCTS) avaient menacé d’augmenter les frais de transport il y a quelques semaines, mais cela a été suspendu suite à des négociations avec les responsables étatiques dont le ministère des transports et l’Agence des Transports terrestre (ATT).

La principale argumentation des transporteurs sur cette hausse reste bien évidemment le prix trop élevé du carburant qui induirait une hausse du coût d’exploitation des véhicules. Ces coopératives ont ainsi décidé de se passer des promesses de subventions de la part de l’Etat et d’appliquer leur propre « vérité de prix ».

Madagascar Tribune0 partages

La Foire « Mamelono arivo » pour se mettre en évidence

La cinquième édition de la foire « Mamelono arivo » de la région Sofia débutera ce 24 juillet et durera en tout et pour tout une semaine, pour ne finir que le 30 juillet. Et celle-ci se déroulera à Antsohihy comme les deux éditions précédentes. Il s’agit d’une foire organisée dans le but de créer un cadre de promotion du développement de l’économie régionale. Elle ouvre également sur des rencontres entre les paysans et les professionnels du secteur économique et agricole de la Sofia qui permettraient donc à la région d’entrevoir une meilleure perspective économique. Pour se faire, la foire verra dans un premier temps l’organisation d’un forum Agribusiness du 24 au 27 juillet prochain et ensuite enchainer avec des stands d’expositions des produits de la région tels que la vanille, les légumes et bien d’autres. La première partie sera composée de plusieurs thèmes à débat dont la protection sociale, la promotion des énergies alternatives ou encore une formation en terme de sécurité alimentaire et nutrition.

Pour la seconde partie, la foire « Mamelono arivo » verra la participation de près de 100 exposants. 35.000 visiteurs sont attendus pour cette cinquième édition. Selon le Comité régionale d’organisation de la foire (Crof) lors d’une conférence de presse au FDL Anosy hier, la foire sera une occasion pour la région Sofia de se mettre en évidence. La région aurait en effet les moyens et produits nécessaires pour être indépendante économiquement parlant. A titre d’exemple, chaque district produirait en temps de récolte pas moins de 500 tonnes de riz par an. Et pour ses besoins, la région Sofia n’aurait jamais importé de riz du fait que la production locale est amplement suffisante. Une foire de cette envergure devrait donc permettre à la région Sofia de se démarquer et de démontrer son potentiel. Toutefois, certains problèmes mineraient encore l’économie de la région, notamment en matière de sécurité. Le plus déplorable, selon toujours le Crof serait le fait que les responsables locaux en matière de sécurité se trouvent être ceux qui sont à l’origine de l’insécurité, étant de mèche avec certains bandits. Affectant considérablement l’économie régionale.

Madagascar Tribune0 partages

Christian Ntsay succède à lui-même

Christian Ntsay succède à lui-même à la tête du gouvernement du régime Rajoelina. Conformément à la loi en vigueur, le chef du gouvernement a démissionné de son poste le 18 juillet dernier. Effectivement, cette démission du Premier ministre en son nom et au nom du gouvernement a été acceptée, mais aussitôt, le Président de la République l’a reconduit à son poste.

« Nous avons la même vision et nous partageons les objectifs de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar », selon Andry Rajoelina lors de la cérémonie de présentation de Christian Ntsay à Iavoloha. Cette nouvelle nomination est conforme aux dispositions de l’article 54 de la Constitution qui indique que c’est le parti ou groupe de partis majoritaires à l’Assemblée nationale qui présente le chef du gouvernement. C’est ce que la plateforme IRD l’a justement fait.

« Il remplit tous les critères nécessaires pour se trouver à la tête du gouvernement et sa reconduction permettra de poursuivre les efforts de l’Etat en matière de développement », selon Brunel Razafitsiandraofa, député de Madagascar élu à Ikongo, également vice-président de l’Assemblée nationale pour la province de Fianarantsoa. Christian Ntsay reste en effet le candidat potentiel et unique des élus IRD pour le poste de Premier ministre.

Pour l’instant et en attendant le décret de nomination des membres du gouvernement, ceux qui ont composé le staff de Christian Ntsay auront encore la mission d’expédier les tâches courantes du gouvernement. Mais beaucoup pensent qu’il n’y aura pas beaucoup de changement, voire aucun au vu notamment de cette reconduction du chef du gouvernement à son poste.

Quelques personnalités peuvent tout de même revenir au sein du gouvernement à l’instar de la députée Irmah Naharimamy, ancienne ministre de la Population qui s’est présentée aux élections législatives à Toamasina. Celle-ci a dû déposer sa démission à la suite de sa candidature à ces élections. La députée de Bealalana, Marie Thérèse Volahaingo, ancienne ministre de l’Education nationale, pourra également revenir à son poste bien que les prétendants à ce poste sont nombreux.

Madagascar Tribune0 partages

Levée de l’isolement pour les 213 personnes rapatriées de l’étranger

Le CCO-Covid-19 a annoncé la levée de l’isolement pour les 213 ressortissants malgaches et étrangers rapatriés il y a 20 jours au pays. La direction de la veille sanitaire, de la surveillance épidémiologique et de la riposte (DVSSER) leur remettra des certificats de fin de confinement. Ces derniers pourront ainsi rejoindre leurs proches à partir de ce jour.

Ces 213 malgaches et étrangers en provenance d’Afrique, du Brésil, d’Angleterre, des Etats-Unis, arrivés au pays le 6 juillet dernier par un vol d’Ethiopian Airlines, ont passé 14 jours en isolement dans plusieurs sites de mis en quarantaine. Soixante-neuf (69) d’entre eux ont été pris en charge à l’espace « la Villa Verte » à Ambatomirahavavy, vingt-neuf (29) auprès du domaine Saint-François toujours à Ambatomirahavavy, trente-sept (37) confinés à l’hôtel « Chez Jeanne » à Talatamaty, cinquante-trois (53) missionnaires mormons confinés à l’espace « Ravinala » à Amboanjombe, dix-huit (18) missionnaires militaires auprès de la Direction centrale des services de santé militaire (DCSSM) du ministère de la Défense nationale, et sept (07) personnes de santé fragile prises en charge à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) d’Ampefiloha, selon le CCO-Covid-19.

Ceux qui résident en province ont été autorisés à rentrer chez eux avec toutefois une organisation spéciale pour leur rapatriement dans leur région d’origine.

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – Deux équipes malgaches en lice pour le concours « Créathon »

Pour la promotion du développement durable auprès du grand public, le tout à travers des outils numériques. C’est dans cette optique que la Grande île rejoint l’aventure « Créathon » cette année.

Un concours d’innovation numérique et pédagogique, le « Créathon » convie ses participants à valoriser leur imagination au service de la promotion des connaissances et des richesses propres à leur pays. Laissant la part belle à leur créativité, tout en mettant un point d’honneur à faire valoir les besoins de la population, les concurrents au « Créathon » sont invités à débattre, partager et collaborer en équipe sur un thème précis. Visant un épanouissement social qui tend vers un développement durable pérenne, le concours fédère principalement la jeunesse, notamment des lycéens, des étudiants, mais également de jeunes entrepreneurs. En partenariat avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), le concours rempile pour sa deuxième année. Initié depuis le 10 mai, le concours a été coordonné par le Campus Numérique Francophone (CNF) de la Direction régionale océan Indien de l’AUF sise à l’université d’Antananarivo pour la Grande île. Le pays qui s’affirme d’ores et déjà comme le grand favori du « Créathon », puisque deux équipes sur les cinq désignées gagnantes à l’issue du concours  sont malgaches.

Des applications en coursAyant ainsi comme objectif principal de favoriser l’émergence de projets innovants en lien avec le numérique, l’apprentissage et le jeu. Cette année le concours a mis en avant la créativité de ses concurrents à travers le thème « Le développement durable, ça s’apprend ». Pendant douze heures d’affilée aidées suivi d’un encadrement, les équipes ont travaillé à huis clos leurs projets. « Il  importe continuellement d’éveiller la créativité de nos jeunes, de même que de contribuer au développement de notre société. Le numérique est actuellement un outil incontournable pour y arriver et il est plaisant de découvrir la maîtrise des équipes malgaches de ces outils numériques », affirme Pierre Bataille, directeur du bureau régional océan Indien de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF). Les projets des deux équipes retenues sont ceux de l’équipe Velox intitulé « i-Défi ». Une application web et mobile, qui se destine à sensibiliser ses usagers sur le développement durable en suscitant ces derniers à réaliser des défis au quotidien. L’équipe Velox se compose de Faneva Ramiandrisoa, Nomena Fitiavana Ny Hoavy, Jocelyn Ambinintsoa Rakotonirina et Tojosoa Nirina Andrianaivomanana.L’équipe Madagascar Sparks, quant à lui, présente le projet « Ludicolo », qui s’affiche comme une plateforme de jeu et de concours destiné à partager et à récompenser les actions écologiques de ses utilisateurs sur le web. Le projet est porté par Nomena Rindra Raininoro, Mamitiana Ignace Randrianarivony, Njary Iriniaina Rakotomihamina et Andry Henintsoa Razafindramanana. Elles bénéficieront d’un accompagnement personnalisé de leur projet par des experts du domaine numérique jusqu’à la création de leur propres start-up et la productivité de ceux-ci. Elles iront à Poitiers en France du 2 au 6 octobre dans le cadre du Campus e-éducation (C2E) pour participer à des ateliers de production accéléré. Le public y élira par la suite son projet préféré.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Tanjombato – Lynchage à mort pour attaque armée 

Capturé par les riverains après une attaque à main armée ayant fait deux blessés, un membre d’un gang de sept individus a été exécuté.

Vindict populaire en pleine ville. Une onde de choc a réveillé le quartier de Tongarivo Tanjombato hier vers 2heures du matin. Tombé dans les griffes d’une foule en furie, un suspect, âgé d’une trentaine d’années a été lynché à mort.Une  attaque à main armée a mis le feu aux poudres. À une heure tardive de la nuit, sept bandits à visage découvert, munis d’armes blanches ont pris d’assaut le foyer d’une famille de commerçants. Tout en menaçant de découper à coups de sabre les deux enfants du couple pris pour cibles, les malfaiteurs l’ont sommé de leur remettre tout l’argent disponible. N’ayant pas obtempéré, le chef de famille  été tailladé à l’arme blanche  en plein cou, dans la cuisse  et au niveau du bras. Son épouse est pour sa part blessée au front. En voyant ce dont était capable le gang, les victimes lui ont remis un butin dont le montant s’élève à environ 200000 ariary.Avant de décamper, les assaillants se sont emparés de deux bicyclettes. Réveillés en sursaut par les cris de détresse des victimes, les riverains se sont rués vers les lieux du crime malgré les intimidations et les menaces de mort des bandits.

Foule impitoyablePris en chasse par le fokonolona, six des malfaiteurs ont réussi à semer les poursuivants. Le sort de leur dernier comparse, rattrapé en train de pousser l’un des vélos volés était en revanche scellé dès qu’il était tombé dans les griffes de la cohue d’individus en état d’énervement total. Une mort certaine l’attendait dès que la foule furieuse a commencé à se déchaîner sur lui.Evacués à l’hôpital d’Ampefiloha, le chef de famille et  sa femme sont hors de danger. Traumatisés par l’acte de  violence qui a failli mettre en lambeaux leur famille, les victimes ont déménagé hier même.Les victimes venaient de renforcer la porte de leur foyer la veille de l’attaque à main armée mais cela n’a pas été suffisant pour empêcher les voleurs de s’introduire dans leur domicile.La police du commissariat central de l’Atsimondrano s’est dépêchée sur placepour faire  le constat et ouvrir une enquête. Les premières informations recueilliesrévèlent que l’individu sur lequel les riverains se sont déchaînés habitait à Tongarivo Mandrosoa même. Ses acolytes restent en revanche introuvables.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

XVe anniversaire du TIM – Le Conseil d’État confirme le verdict du tribunal administratif

Sur l’affaire qui oppose la préfecture au parti TIM, le Conseil d’État s’est prononcé pour un « non lieu ». Ce qui signifie qu’il s’en tient à la décision du tribunal administratif, selon les explications.

Non-lieu. C’est ce qu’a prononcé le Conseil d’État, dans l’affaire qui oppose la préfecture de police, au parti Tiako i Madagasikara (TIM). Aussi, selon les explications d’un conseiller au sein de cette branche de la Cour suprême, la Cour administrative s’en tient à la décision du Tribunal administratif. Il ajoute que le non-lieu est une confirmation automatique de cette décision.À l’issue d’une audience qui s’est tenue, le 7 juillet, à Anosy, le tribunal administratif d’Antananarivo, a ordonné le sursis à exécution de l’acte pris par le général Angelo Ravelonarivo, préfet de police d’Antana­narivo, retirant l’autorisation accordée au parti TIM, de célébrer son XVe anniversaire, au stade municipal de Mahamasina, le 8 juillet. En réaction, la préfecture a, immé­diatement, interjeté appel devant le Conseil d’État. Le dossier passé en audience, hier, devant la Cour administrative est, en effet, daté du 7 juillet.Par ce non-lieu, le Conseil d’État estime que l’appel est sans objet, la date du 8 juillet étant passée. D’après les explications du magistrat au sein de cette Cour, cependant, la décision d’hier, pourrait, le cas échéant, faire jurisprudence. Car, en confirmant, de manière tacite, la décision du tribunal administratif, les juges de la Cour administrative confirment, également, le principe qui a motivé le verdict du 7 juillet.En marge de l’audience du 7 juillet, un des juges a expliqué que la décision a été prise sur la base du principe qu’en période normale, la liberté est la règle et la restriction, ou l’interdiction est l’exception.

FondéeQue l’administration doive fournir la preuve que la menace à l’ordre public est avérée et réelle, et qu’elle ait prise toutes les mesures nécessaires pour éviter les troubles à l’ordre public et non pas tout de suite restreindre une liberté. L’avocate du TIM a justement fait remarquer hier que le déroulement de la journée du 8 juillet donne tort à l’administration.Lors de l’audience d’hier, le commissaire de la loi, équivalent du ministère public, des juridictions judiciaires, auprès du Conseil d’État, a démonté des points sur lesquels le tribunal administratif a tablé sa décision. C’est ainsi, par exemple, par le fait que les dommages causés par l’acte de retrait de l’autorisation pouvaient être difficilement indemnisable. Durant sa prise de parole, le commissaire de la loi a, cependant, concédé que la seconde explication du verdict, qui concerne la préservation d’une liberté consti­- tu­tionnellement admise est fondée.Une menace grave d’atteinte à l’ordre public, est le principal motif mis en avant dans l’argument de la préfecture de police, pour expliquer le retrait de l’autorisation au TIM. Devant le Conseil d’État, hier, un dossier confidentiel transmis par les renseignements généraux, indi­­quant qu’une convergence de différents mouvements politiques et syndicaux, allait profiter de la célébration du XVe anniversaire de la formation politique, pour déclencher un mouvement populaire visant à démettre, le pouvoir en place.Le Mouvement pour la liberté d’expression (MLE), ou encore, le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), a été cité durant l’audience comme faisant partie des entités concernées par ce rapport du service des renseignements généraux. Devant la Cour administrative, la remarque inscrite par le tribunal administratif dans son jugement, a été, une nouvelle fois, soulevée. Il a été dit s’il y a eu une certitude quant aux renseignements, pourquoi ne pas avoir procédé à des arrestations ?.Le représentant de la Direction de la législation et des contentieux (DLC), qui a porté le dossier de la préfecture de police, a juste répliqué que l’enquête sur la base de ces renseignements, est encore en cours. Le tribunal administratif, par ailleurs, devra encore, statuer sur l’annulation ou non de l’acte de la préfecture. Cette affaire, par ailleurs, est d’un grand intérêt, car, des juristes craignent que le motif de menace à l’ordre public ne devienne une raison derrière laquelle l’adminis­tration pourrait se cacher pour restreindre les libertés d’expression, de réunion et autres.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Études paramédicales – Suspension d’autorisation des demandes d’ouverture d’institut

Les instituts supérieurs qui proposent des formations en science de la santé ouvrent leurs portes un peu partout. Autorisés, accrédités, habilités, rien n’est sûr. Le ministère de l’Enseigne-ment supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres) est en quête d’amélioration pour que les étudiants atteignent un bon niveau. La Commi-ssion de référence pour les formations en médecine (CRFM) a tenu une réunion, hier, et a décidé la suspension d’autorisation pour toute demande d’ouverture à l’endroit des instituts et établissements qui excellent dans la formation paramédicale. La commission a étudié vingt-six dossiers. Si elle les approuve, ces demandes étoffent les soixante dix neuf autres ayant obtenu leur habilitation. Au total, la CRFM a attribué huit cent trente-trois autorisations depuis sa création en 2010. Elle a pour rôle d’harmoniser les formations en Sciences de la santé dispensées au sein des institutions d’enseignement supérieur, publics et/ou privés.Le ministère ne reçoit, par conséquent, aucune demande d’autorisation d’ouverture. L’institution entamera une descente sur terrain afin de repérer les instituts et écoles qui auront besoin de consignes et de conditions pour l’obtention d’une accréditation. Le Mesupres procèdera, par la suite, à la fermeture immédiate des établissements qui ouvrent sans autorisation.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Portrait – Samba Reniala, la voix de l’Androy

Samba Reniala est une artiste à l’identité musicale singulière. Sur les traces de son illustre paternel, Remanindry Reniala, elle se relance au devant de la scène.

La musique, elle y baigne depuis toute petite. Grandissant dans un univers à part où les richesses culturelles et traditionnelles foisonnent, Samba Reniala, de son vrai nom Zafisoanomeny Kazy Sambany, est une artiste à découvrir par sa maîtrise du folklore musical du terroir du Sud, qui transcende et surprend toujours autant. Originaire de Beloba, dans la région Androy, Samba Reniala, du haut de ses trente printemps, voue une passion dévorante pour l’art et la musique. Si son prénom Samba du mot « Sambany » signifie « Première fois » dans la langue de Molière, ce n’est pas la première fois qu’elle fait parler d’elle par son talent. Elle a déjà un curriculum vitae bien rempli à son actif en s’affirmant comme étant pluridisciplinaire.En plus d’être une musicienne confirmée maîtrisant avec aisance et grâce le « Lokanga », un violon traditionnel du Sud, Samba Reniala est également une danseuse et une chanteuse talentueuse, prônant avant tout les traditions de sa région natale. « C’est pour moi un privilège que de pouvoir valoriser au devant de la scène notre richesse culturelle. C’est pourquoi, je mets un point d’honneur à faire en sorte que ma musique et mon art prônent des valeurs essentielles, dont je suis fière, pour notre culture », souligne-t-elle.

Mélodie et traditionElle est la fille aînée de Remanindry Reniala, un monument de la musique traditionnelle Antandroy et fier gardien de la culture du Sud. Sa musicalité se forge principalement autour du« Beko » propre à cette partie de l’île, mais également autour du « Galeha » et du « Bobobobo», ainsi que le « Tanjobe », le « Gorodo » et le « Tsotsoboke ». Elle confie « Ce sont là principalement des chants traditionnels que je me plais à faire découvrir à chaquefois au devant de la scène. Plus précisément, des chants et des sonorités qui sont représentatifs de notre vécu dans le Sud, dans les forets et quand on veille sur nos troupeaux de zébus ».Elle a accompagné son père tout au long de son enfance, écumant les scènes de la Belgique, de l’Allemagne, mais aussi l’île de la Réunion, en enchainant des festivals internationaux depuis 1992. C’est en 2004 qu’elle se lance dans une carrière solo en s’entourant d’ Isabelle Soananahary au chant et à la danse, ses sœurs cadettes Adeline Françoise et Haingo également au chant, mais aussi à la danse et au « Langoro », percussions traditionnelles, ainsi que Sambiasy au « Marovany» un instrument proche de la valiha. Le dernier de la fratrie Nindry l’accompagne aussi au «Lokanga». C’est donc bien entourée que Samba Reniala entraine sa troupe sur son petit bonhomme de chemin. Souvent sollicitée lors des cérémonies officielles et des festivals de musique traditionnelle, elle enchaine aussi les cabarets à Toliara. Elle fait partie des « Décou-vertes Hay » cette année.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Tsiroanomandidy – Une fusillade meurtrière dure deux heures

Des tirs nourris ont résonné pendant près deux heures à Ampamoizankova Tsiroanomandidy dimanche aux petites heures. L’affronte­ment a fait un mort dans les rangs des dahalo. Trente bovidés qui venaient d’être dérobés ont été récupérés.Vers 1 heure du matin, quatorze dahalo armés de fusils de chasse ont sévi dans le village de Bevato. Après avoir rassemblé une cinquantaine zébus, dérobés en catimini, ils ont pris la fuite dans un salve de coups de feu, réveillant ainsi les environs.Dans la panique, les riverains ont compté les bœufs dans leurs enclos respectifs. Sitôt le vol constaté, ils ont engagé une poursuite aux côtés de quatre gendarmes et d’un militaire du détachement autonome de sécurité.La fusillade a fait rage lorsque les deux camps sont tombés nez-à-nez au sommet d’Ampamoizankova. Se heurtant à la puissance de feu des éléments des forces de défense et de sécurité qui les prenaient en tenaille, les voleurs de bétail ont renoncé à leur butin et abandonné sur le champ de bataille le corps inerte de leur compère abattu. Le troupeau a été restitué à leurs propriétaires.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Rallye Haute Matsiatra – Ndrianja-Fanja sur sa lancée

Le coup d’envoi de la première édition du Rallye Haute Matsiatra sera lancé ce jour. Dix-neuf équipages prendront le départ cet après-midi. 

C’est parti pour trois jours de rallye dans la capitale Betsi­leo et ses alentours.La première édition du Rallye Haute Matsiatra s’y tiendra à partir de ce jeudi et ne prendra fin que ce samedi 22 juillet.Dix-neuf équipages sont engagés pour cette troisième manche du championnat de Madagascar des rallyes. L’équipage, champion national en titre et vainqueur de la deuxième manche organisée par le club ASACM, Ndrianja Rajemison-Fanja Ramiakatsoavina sur Subaru Impreza sera en lice pour la confirmation de sa position de leader au classement provisoire.Cet équipage mixte aura comme adversaires directs l’équipage Tahina-Baovola sur Subaru Impreza, ainsi que Haja Danielson-Alain au volant d’une SsangYong Actyon. Cet unique rallye de la saison en dehors de la capitale sera surtout marqué par la reprise de volant de Herilalaina Rasoamaro­maka, alias Hery be aux côtés de Fabrice Rasata-Herin­draibe, dit Fafah, sur Mitsubushi Evolution X du Team Berthin.Deux super-spéciales sur le circuit JMJ à Ambatomena sont au programme de cette première journée. Les concurrents passeront à deux reprises sur ce circuit fermé de JMJ long 1,92 kilomètres .

Quatorze spécialesLa distance totale de ce Rallye Haute Matsiatra, organisé par le club TASAMM est de 260,16 kilomètres, dont 155,26 kilomètres d’épreuves spéciales. Cette première édition est composée de quatorze épreuves spéciales très techniques, comme lors de la précédente manche nationale. Six épreuves spéciales seront au menu des participants le vendredi 21 juillet, deuxième journée du rallye et six autres pour le samedi 22, dernière journée.Les deux dernières journées seront toujours bouclées par les super-spéciales sur la promiscuité de JMJ. Outre les super-spéciales, la distance des épreuves chronométrées sont entre 16 kilomètres et 19 kilomètres.

Les engagés

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Basket-Ball – Analamanga – Les vétérans et le virtuel au programme

Quatre en un. La ligue de basketball d’Analamanga organise du 22 au 30 juillet les championnats d’Anala­manga, catégories U12, U14, et pour la première fois ceux des vétérans hommes et dames et virtuel.Quarante-sept équipes venant des quatre sections telles Tanà ville, Ambo­hidratrimo, Avaradrano et Atsimondrano seront en lice pendant ces dix jours de compétition au gymnase couvert de Mahamasina et aux terrains extérieurs. Vingt-et-une équipes sont engagées dans la catégorie U12 dont sept chez les filles et quatorze chez les garçons. Vingt six formations sont en course chez les U14 dont douze pour les filles et quatorze pour les garçons.Et pour les vétérans, âgés de 30 ans et plus, sept équipes dames et quinze hommes disputeront ce tout premier sommet régional d’Analamanga. La ligue d’Analamanga organise aussi pour la première fois le championnat de basketball virtuel NBA 2K17 sur PS4 dont le règlement est celui de la Fiba.Trois-cent participants sont attendus à ce sommet inaugural et cent-vingt se sont déjà inscrits jusqu’ici. Les matches se joueront en 5 minutes x 2 en phase éliminatoire, et la phase finale en quatre temps de 10 minutes. Les éliminatoires s’étaleront du 26 au 28 juillet, demi-finales et la finale le 30 juillet.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Jazz – Andy Razafindrazaka Quartet continue son épopée

Depuis l’année dernière, un tout jeune batteur talentueux n’arrête pas de faire parler de lui par ses mélodies sur la scène artistique de la ville des Mille. Andy Razafindrazaka continue à surprendre à chacune de ses prestations, le public qui vient le découvrir, lui et son quartet, enflammant la scène aux rythmes de ses enchainements à la batterie. Un jazzman au talent précoce Andy Razafindrazaka continue de conquérir le cœur des mélomanes par son talent aux côtés de ces musiciens qui l’accompagnent.Ce soir à partir de 20h, c’est au Buffet du Jardin Antaninarenina que le Andy Razafindrazaka Quartet retrou-vera le public pour une soirée jazz mélodieuse qui promet d’électriser toutes les générations de férus de jazz qui se joindront à lui. À l’occasion, le jeune batteur jazz sera entouré de musiciens tout aussi talentueux que lui. Mahefa Ramiandrisoa au piano, Bruno Rakotozafiarison à la guitare et Ranto Ranoarimanana à la basse, ainsi que des invités surprise. Avec un gain de maturité sur scène, le quartet rythmera la soirée à la baguette. De plus il fera honneur aux racines du jazz comme à l’accoutumée.Les meilleures compositions des standards du jazz, mais aussi du funk américain garniront le répertoire de la soirée. Allant de George Benson à Pat Metheny, Roy Hargrove, Kenny Garret, mais aussi de Miles Davis à John Coltrane.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Un faux député écroué

Un faussaire âgé d’une quarantaine d’années qui se faisait passer pour un parlementaire du Sud de Madagascar a été placé sous mandat de dépôt à Antanimora, hier matin. Il aurait tenté d’acheter du carburant à Ampita­tafika, habillé d’ une tenue correcte. Il n’a rien obtenu et a été vite interpellé.

L'express de Madagascar0 partages

Sous tiens

La démission de l’ancien ministre des Finances continue d’agiter le microcosme politico-economique. Un départ qui met à nu  certaines discordances au sein de l’Executif. Lors de sa conférence de presse, Gervais Rakotoarimanana a d’ailleurs souligné qu’il n’a pas eu assez de soutien pour accomplir la mission que le Président lui a confiée. Il a rappelé qu’il est rentré du Canada pour servir le pays, suite à une sollicitation du Président, collègue enseignant, ami et homonyme. Le Président voulait d’ailleurs a tout prix le garder en feignant d’ignorer sa démission déposée depuis vendredi. C’est là qu’on a du mal à suivre l’histoire. Si le Président tenait à celui qui a permis le déblocage des fonds des différents bailleurs, il n’aurait pas dû permettre les attaques dont le ministre était la cible, d’une aile dure de son entourage. Ce n’est donc pas de gaieté de cœur qu’il se sépare de son Grand argentier, l’une des rares images de crédibilité et d’honnêteté de son gouvernement. Mais le Président a trouvé une belle parade en rappelant une  »réserviste » qui a servi longtemps dans le département et dont il connaît bien les qualités pour avoir été son secrétaire général, quand lui-même tenait les cordons de la bourse à Antaninarenina. Il ne perd pas ainsi au change en mettant quelqu’un que les bailleurs de fonds connaissent bien et qui connaît bien aussi bien les grands dossiers que les arcanes des finances. Le Président n’a aucun souci quant à la continuité de la coopération avec les partenaires financiers même si une des raisons ayant poussé l’ancien ministre vers la sortie aura été le flou qui entoure les accords avec la Chine.Mais le plus gros morceau qui attend le nouveau ministre est de pouvoir résister aux pressions de toutes parts pour des exonérations douanières ou pour des trafics. Des paramètres qui ont fini par avoir raison de l’inflexibilité et de l’indifférence de Gervais Rakotoarimanana. Certes, on sait qu’en nommant son ancien secrétaire général, le Président n’a pas exaucé les vœux d’une partie de son entourage, mais vu ce que l’ancien ministre a enduré avant d’abdiquer, le nouveau patron des Finances doit avoir les reins assez solides pour résister à tous les coups. Ce qui est certain, c’est que Vonintsalama Andriambololona aura le même protecteur que quand elle était secrétaire général.Autant Rajaonarimampianina n’est pas très regardant sur le profil de certains ministres dans divers départements, autant il tient à ce que les Finances soient tenues par l’homme ou la dame qu’il faut à la place qu’il faut. À preuve, il n’a pas eu besoin de tergiverser ni de considérer des paramètres politiques pour combler le départ de son ami. S’il avait procédé de la même manière depuis son Premier gouvernement et lors des remaniements successifs, les choses auraient peut-être eu une autre allure.L’ancien ministre que son successeur est le seul membre du gouvernement à être indépendant et le seul à être exempté de missions politiques. Une faveur exceptionnelle dans un département qui gère le nerf de la guerre et qui nécessite tous les sous … tiens.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Stage pour entraineurs – Les entraîneurs des églises en formation 

Nouvelle cible. Suite à la sollicitation des églises, les techniciens formateurs de l’Académie nationale des sports ont accordé dix jours de stage pour les entraîneurs de deux disciplines à savoir le basketball et le volleyball.Le stage a débuté lundi et prendra fin ce jour à l’ANS Ampefiloha. En cette période de lancement, le ministère de la Jeunesse et des sports collabore pour le moment avec les églises FLM (église luthérienne malgache) et FJKM (Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara) de la capitale.Le stage de basketball est dirigé par le directeur techni­que national, Angelot Razafiarivony et celui du volleyball par Olivier Rason, ancien directeur technique national. En basketball, trente coaches pour les catégories U12 et U14 sont en formation. «Je dispense les mêmes cours que ceux pour les coaches mini-basket, c’est-à-dire la phase d’initiation des techniques de base comme la passe, le dribble, le tir et bien sur le règlement du basketball» a souligné le DTN Angelot Razafiarivony.Les stagiaires passeront des examens oral, pratique et théorique au terme de la formation et seront sanctionnés d’attestation et de diplô­me. Quant à la formation des entraîneurs d’enfants de 6 à 12 ans en volley-ball, l’objec­tif est de mettre en place plus tard des écoles de sport et de la vie.Quarante stagiaires suivent le stage. Le lancement officiel de ce projet école de sport et de la vie est prévu pour le 7 aout. À long terme, le ministère et les églises comptent décentraliser ensemble ce projet dans les autres régions qu’Anala­manga, dans le but toujours de vulgariser ces disciplines sportives.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Voyage présidentiel

Hery Rajaonarimam­pianina, président de la République, est actuel­lement, en voyage, en Côte d’Ivoire. Le chef de l’État, devra assister à la cérémonie d’ouverture des VIIIe jeux de la franco­phonie, qui démarreront à Abidjan. Pays hôte du dernier sommet de l’Orga­nisation internationale de la francophonie (OIF), en novembre, Madagascar préside cette entité inter­nationale. Le locataire d’Iavoloha, assistera donc, à la cérémonie d’Abidjan, en tant que président de l’OIF.

L'express de Madagascar0 partages

Football – Coupe de Madagascar – CNaPS Sport et Elgeco Plus favoris

La coupe de Madagascar de football version 2017 sera lancée vers fin juillet. Quatre-vingt-deux équipes sur les cent-cinq engagées disputeront le tour préliminaire les 29 et 30 juillet.Quarante-et-un matches sont programmés pendant ce week-end sur vingt sites. Les villes d’accueil sont Ambalavao, Ambatondra­zaka, Fandriana, Ambositra, Amparafaravola, Antana­narivo, Antsohihy, Fenarive Est, Fianarantsoa, Maeva­tanana, Mahajanga, Maha­noro, Manakara, Maroan­tsetra, Antsirabe, Port Berger, Toamasina, Toliara, Tsiroa­nimandidy et Vangaindrano. La CNaPS Sport, détentrice de la Coupe et Elgeco Plus finaliste de la version 2016, ainsi que les 23 clubs les mieux classés parmi les engagés n’entreront en lice qu’à partir du deuxième tour, les 1/32es de finale, le 6 août.Les 1/16èmes auront lieu le 27 août, les 1/8es le 24 septembre, les quarts de finale le 15 octobre, les demi-finales le 5 novembre et la finale le 26 novembre.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Un agresseur s’enfuit

Un litige foncier s’est soldé par un coup de feu qui a blessé un homme à Antafotafo, commune d’Amboriala, district de Vohémar, dimanche matin. Rouge de colère, l’assaillant a dégainé son arme à feu et a tiré sur la cheville de la victime. Il a ensuite pris la fuite et reste toujours insaisissable.

L'express de Madagascar0 partages

Tournoi inter ONG – Doublé pour EDS et VE SOS

Les finales des poussins aux juniors de la dixième édition du tournoi de football inter-ONG ont eu lieu ce week-end au stade d’Ala­robia. Ce tournoi est réservé aux enfants défavorisés et orphelins.Les éliminatoires ont été lancées depuis le mois d’avril. Cette année, le tournoi a réuni quatre-cent-vingt équipes de différentes catégories jeunes, issues des ONG comme l’Enfant du soleil (EDS) et le village des enfants SOS (VE SOS).L’intégration des filles était l’innovation de cette version 2017. EDS a réalisé un doublé en arrachant les titres des poussins et des cadets. EDS bat Enda par 2 à 0 en finale des poussins et écarte les sentinelles sur le même score chez les cadets. VE SOS a, lui aussi, remporté deux titres. Ses minimes ont écrasé les Sentinelles par 5 buts à rien et ses filles se sont imposées par 4 à 2 face à Soafaniry.Quant aux deux autres catégories, Enda bat, après la séance de tirs au but par deux à zéro, le VE SOS chez les benjamins et chez les juniors, Manda s’impose de justesse par 5 buts à 4 la formation de Graines de bitume.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – La note du Malagasy Rugby en sursis à exécution 

Le conseil d’État a traité hier l’affaire Malagasy Rugby et Analamanga Rugby. La note de la fédération qui suspend l’équipe du président de la ligue, Andry la Pie Ravelojaona pour une durée de trois ans a été mise en sursis à exécution.Le ministère de la Jeunes­se et des sports a, lui aussi, déjà annoncé le 14 juillet qu’il ne reconnaît pas le comité ad-hoc mis en place par le Malagasy Rugby, le 9 juillet.

S.R.

Midi Madagasikara0 partages

Ankavandra : Saika nifandona ny tanàna roa noho ny Dina

Nipoakapoaka ny basy ary trano iray no may ny alin’ny Alatsinainy hifoha ny Talata teo tao Ankavandra. Nitranga izany noho ny hatezeran’ireo olona 250 mpanara-dia omby very avy any amin’ny tanàna iray, antsoina hoe Ambalamary , fokontany Betsipolotra. Very tao Ankavandra ny dian’ny omby narahan’izy ireo ka araka ny Dina izay ifampifehezana any an-toerana dia tazonina ho tompon’antoka amin’ilay halatra ny mponina ao amin’izay tanàna nahavery ny dian’omby. Tsy nety nivoaka ny trano avokoa anefa ny olona tao amin’ilay tanàna iray tao amin’ity toerana ka nampiakam-pofona ireo mpanara-dia. Nisavoritaka eran’ny tanàna izy ireo no sady nanapoaka basy. Nandritra izany no nisy ihany koa trano nirehitra izay voalaza aloha hatreto, fa mbola tsy fantatra marina izay antony marina raha araka ny fanazavan’ny avy ao amin’ny Zandarimariam-pirenena. Ireto farany izay efa nandray an-tanana ny raharaha ka nanokatra famontorana rehefa nisy ny fandaminana nataon’ny manam-pahefana any an-toerana izay notarihan’ny lehiben’ny Distrika.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Tsimbazaza : Tovolahy notsindromin’ny vehivavy antsy

Tanora maromaro izy ireo no niaraka, nian-dahy niam-bavy. Ela alina ny andro, manodidina ny tamin’ny folo ora, ary mbola tsy nisaraka hatrany ireo tanora. Nisy ny fifamaliana teo amin’izy ireo ary niditra an-tsehatra ihany koa ny tovovavy tao anatin’ilay vondrona kely. Tsy vitan’ny vava anefa ny nitranga fa tonga hatramin’ny tsindrona antsy. Hafakely ny zava-nitranga ary tsy mbola fantatra mazava izay tena nitarika ny adiady. Ny fantatra kosa dia ny fisian’ny tovovavy izay nanindrona antsy ilay lehilahy. Niboraka hatramin’ny tsinain’io farany raha araka ny fanamarinam-baovao natao. Nentina tetsy amin’ny hopitaly Hjra ary nodidiana ny alin’iny ihany. Omaly izy dia mbola tsy nahatsiaro tena raha araka ny loharanom-baovao teo anivon’ny toeram-pitsaboana. Nisy hamamoana ve sa kosa nisy tsy fahazakana zava-mahadomelina? Fanontaniana iray mipetraka voalohany ary hovahan’ny mpitandro ny filaminana izany. Fa ny tena mahatalanjona dia ny fomba nanan’ilay tovovavy antsy ary tsy vitan’izany koa fa tena hainy ny nampiasa azy, nampiasa azy amin’ny ratsy izany. Nijijinika ny rà tetsy Tsimbazaza, tsy mifanalavitra loatra amin’ny biraon’ny “assemblée nationale” ary nisy trobaka hatramin’ny taovan’ilay niharan’izany. Efa very rà betsaka izy nandritra ny fitaterana azy saingy tsy maintsy natao ny rehetra mba hamerenana ny ainy. Mbola miady amin’ny fahafatesana ity tanora ity noho ny adiady teo amin’ny samy mpinamana izay tsy mbola fantatra izay mety ho antony. Mizotra mankany amin’ny herisetra ve ny tanora ankehitriny? Ankoatra ireo izay mirona any amin’ny asa fanendahana sy asan-jiolahy mantsy, toa ireo mpanendaka sy mpangarom-paosy marobe eto an-drenivohitra, toa mitady ho lasa kolontsaina koa ny fandalàna ny herisetra.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Conseil du « Fampihavanana Malagasy » : Déjà mis sur la sellette !

Les membres du Comité de Sélection National ont du pain sur la planche. (Photo d’archives)

Nonobstant le fait qu’il ne soit pas encore mis sur pied, le CFM ou Conseil du « Fampihavana Malagasy » subit, d’ores et déjà, les feux des critiques de certains politiciens.

Lors de l’ouverture des candidatures, le comité de sélection national au sein du CFM a imparti, à partir du 14 juin dernier, un délai d’un mois pour soumettre les candidatures au sein du CFM pour les aspirants. Un délai qui est loin d’être un délai franc pour lequel, juridiquement parlant, il faut observer le « dies a quo » et le « dies ad quiem ». En d’autres termes plus simples, un délai franc est un délai qui court un jour après la publication de quelque chose (dies a quo) et s’expire un jour après la date prévue (dies ad quiem). En d’autres termes plus simples encore, c’est un délai dont le point de départ (dies a quo) et l’échéance (dies ad quiem) ne sont pris en compte qu’un jour après. Généralement, la computation de délais s’utilise en matière contentieuse.

Doute. Pour en revenir à notre sujet, nous ne sommes pas sans savoir que la date butoir prévue le 14 juillet dernier a été reportée par le comité de sélection national du CFM pour demain, soit ce vendredi 21 juillet. Un report d’une semaine seulement, mais qui suscite déjà des doutes auprès des candidats et auprès de l’opinion publique. La raison du report en question est que nombreux candidats n’ont pas pu compléter leurs dossiers à temps et se sont précipités jusqu’à la dernière minute. Selon le comité de sélection national, la plupart de ces candidats avaient eu un problème au niveau de la nationalité ; parmi les raisons qui ont conduit à l’extension du délai. Par ailleurs, pendant un mois, les intéressés avaient une grande marge de manœuvre concernant le dépôt de candidature soit en la déposant directement au siège du comité de sélection national, soit auprès des bureaux des 119 districts, soit à envoyer par Lettre Recommandée avec accusé de réception à une adresse bien précise. Et l’heure c’est l’heure. De surcroît, les aspirants avaient jusqu’au 14 juillet à 18 heures pour s’y conformer. « On aurait dû garder la date du 14 juillet comme deadline. Comme ça, ceux qui n’ont pas pu déposer leur candidature à temps ne peuvent que se résigner », nous a indiqués une candidate au CFM. Mais il n’y a pas qu’elle, des politiciens fustigent également l’organe constitutionnel notamment au niveau de sa composition.

Exclusion. Camille Mektoub du parti « Kintana », a par exemple, fustigé l’absence de ceux qui ont déjà été condamnés dont font parties les détenus politiques. « Comment peuvent-ils les exclure alors que durant les crises cycliques de 1991, de 2002 et de 2009, les détenus politiques y ont été fortement impliqués ? », s’interroge-t-il. Effectivement, il fut un temps où les membres de l’association des détenus politiques avaient affiché leur indignation quant à la composition du CFM, mais surtout à leur exclusion. Peut-être qu’ils ont attendu (ce qui n’est pas arrivé) qu’une amnistie intervienne. Camille Mektoub se pose aussi la question selon laquelle comment le comité de sélection national compte procéder à la sélection des 22 membres dont il a la charge ? Une source proche du dossier nous a confiés que ceux qui sont membres du FFM n’ont pas hésité à présenter leur candidature au nom de la « continuité ». Bref, qui vivra verra, mais tout un chacun attend impatiemment le « triage » des 22 membres désignés par le comité de sélection national et surtout la nomination des 11 autres membres par le chef de l’État.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

« Vovonana Mampiray » : « Solutions pour la situation actuelle du pays »

L’association « Vovonana Mampiray » tiendra une conférence-débat demain, au centre social Arrupe à Faravohitra portant sur le thème « Solutions pour la situation actuelle du pays ». Faut-il rappeler que cette association présidée par la juge internationale Arlette Ramaroson a qualifié de crime contre la population civile ce qui s’est passé à Antsakabary, Befandriana-Nord. En un mot, une atteinte purement et simplement aux droits humains.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Financements : Le FMI confirme le décaissement des 86 millions de dollars

La nouvelle ministre des Finances et du Budget poursuivra probablement les relations avec le FMI.

Vonintsalama Andriambololona commence son mandat au sein du ministère des Finances et du Budget, avec une nouvelle plutôt bonne.

Le FMI confirme le décaissement des 86 millions de dollars au titre de la Facilité Elargie de Crédit (FEC). Ce bailleur de fonds vient de sortir les rapports détaillés sur les conclusions  de la  première revue du programme FEC relatif au décaissement d’un financement de 86 millions de dollars.

Résultats positifs. Des rapports qui font notamment état de résultats positifs obtenus par Madagascar. «Les résultats enregistrés par Madagascar dans le cadre de son programme économique appuyé par la facilité élargie de crédit (FEC) ont été solides. La stratégie des autorités visant à promouvoir une croissance plus inclusive et durable grâce au renforcement des investissements dans les infrastructures et le capital humain, à l’augmentation des dépenses sociales et à la poursuite de réformes structurelles — conformément au Plan national de développement — est appropriée. La réussite du programme passera par le renforcement de la capacité de gestion des investissements tout en sauvegardant la stabilité macroéconomique et la viabilité de la dette ».

Faiblesse. Mais un rapport qui parle également des faiblesses de l’économie malgache. « Madagascar est un pays fragile à faible revenu qui s’efforce de se redresser au terme d’une période d’instabilité politique. Le pays accuse un faible taux de croissance économique de longue date — qui peine à suivre le rapide taux de croissance démographique — et les indicateurs de bien-être social se sont détériorés. Ces défis ont été aggravés par les crises politiques et les catastrophes naturelles récurrentes. Madagascar est ainsi devenu l’un des pays les plus pauvres de la planète et certains de ses indicateurs d’éducation, de santé et de nutrition sont parmi les plus faibles au monde. Le gouvernement vise à briser ce cycle de croissance et d’investissement faibles en accélérant l’investissement public et les réformes structurelles dans le cadre du Plan national de développement de 2014. La situation économique a évolué de manière encourageante en 2016. Impulsée par les investissements publics, l’augmentation des exportations de textile et l’accélération de l’activité agroindustrielle, la croissance s’est hissée à 4,2 % en 2016, son niveau le plus élevé depuis 2008 ». Et c’est justement cette amorce de reprise qui permet au FMI de confirmer la poursuite des financements pour la relance économique de Madagascar.

Dangereuse. En tout cas, cette confirmation du FMI quant à sa volonté de poursuivre ses relations avec Madagascar met fin aux supputations selon lesquelles, la nomination  d’une nouvelle ministre des Finances et du Budget est liée à une quelconque volonté du gouvernement actuel d’abandonner les bailleurs de fonds traditionnels et de se tourner définitivement vers d’autres sources de financements, dont notamment la Chine. Une telle alternative demeure d’ailleurs dangereuse dans la mesure où à défaut d’une relation avec le FMI, tous les autres financements multilatéraux (Banque Mondiale, Union européenne…) et bilatéraux seront également suspendus.

.R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Hery Rajaonarimampianina : Parti pour la Côte d’Ivoire

Le Président Hery Rajaonarimampianina a mis sur le cap sur la Côte d’Ivoire avant-hier, pour assister aux Jeux de la Francophonie. Un déplacement attendu, vu notamment, que le chef de l’Etat malgache préside actuellement l’organisation internationale de la Francophonie.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Faliarivo Ampitatafika : Lehilahy misoloky ho solombavambahoaka, voasambotry ny zandary

Ny malety an-tanana, ny « costard » tsy hadino, ny fomba firesaka dia toa ireny mpanao pôlitika ngezalahy ireny. Raha ety ivelany dia tsy misy marika hamantarana azy mihitsy hoe olona mpisandoka ity lehilahy iray manodidina ny 40 taona any ho any ity, izay voasambotry ny zandary teny amin’iny faritra Faliarivo Ampitatafika iny, ny talata lasa teo. Efa maro ny fitarainana azon’ireto mpitandro filaminana ireto, mahakasika ny fisiana lehilahy iray izay mitonona ho solombavambahoaka, ary maka vola aman’olona. Raha ny isan’ireo olona efa voasolokiny sy ny vola azony raha atambatra dia efa an-tapitrisany mahery tany ho any. Hita nihaodihaody teny amin’iny faritra Faliarivo ity lehilahy tamin’io fotoana io, ary avy hatrany dia niroso tamin’ny fisamborana ireo zandary. Tamin’ny fanadihadiana azy no nahafantarana fa efa olona maromaro no efa voany tamin’izany, ary mazana dia olona manana ny maha izy azy sy asa ambonimbony avokoa. Amin’izany dia milaza fa olom-boafidy avy any Atsimo ny tenany, saingy sendra ny tampoka ka lany ny volany kanefa izy tsy maintsy hamonjy fivoriana eny Tsimbazaza. Mandangolango amin’ny fitenenana eo ity mpisoloky ary mahazo izay tadiaviny amin’izay olona lasibatra ihany nony farany. « Raha ny fomba fihetsiny sy ny fitafiany aloha dia tsy mahagaga raha mety ho voarebireby ireo olona hangalàny vola », hoy ny fanazavana azo. « Misy vangovango ankoso-bolamena izay tsy miala eny aminy, ary mody asehony tsara sy lalaoviny foana izy io rehefa te hampiresaka ilay olona isolokiany izy ». Taorian’ny nanaovana azy andrimaso teny amin’ny biraon’ny zandary dia omaly no fantatra fa natolotra teny anivon’ny Fampanoavana, Ingahy depioté sandoka. Nadoboka am-ponja vonjimaika moa ity farany, miandry ny fotoam-pitsaràna azy.

m.L