Les actualités à Madagascar du Mardi 20 Juin 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar659 partages

Abus sexuels – La foule brûle le temple de Marc Tatandraza

Des villageois en furie se sont heurtés, hier, au pasteur et à sa centaine de fidèles pour séquestrations et abus sexuels. Douze fidèles ont été arrêtés.

Affrontements entre civils à Analakininina Soanierana Ivongo hier matin. Le temple de l’église néo-réformée Fivavahana Kristianina Miray (FKM), dont le repris de justice Marc Tantandraza, s’est érigé non seulement en pasteur mais aussi, en quasi-divinité en tant que patriarche, a été incendié par une foule, en état d’énervement total. Douze de ses fidèles ont été, dans la foulée, arrêtés. Blessés lors des heurts, ces derniers sont, néanmoins, mis en observation médicale. Marc Tatandraza est, pour sa part, en cavale.Des séquestrations d’adolescentes, des abus sexuels, ainsi qu’une prise d’otage incriminant cette communauté religieuse, ont mis le feu aux poudres, de source auprès des autorités locales. Selon les informations communiquées, des emprises religieuses ayant brisé des  ménages et ruiné des familles ont été signalées depuis que le pasteur Marc Tatandraza est venu s’y installer avec une horde de fidèles au début de ce mois.Le pasteur et ses compagnons, venus de Mahajanga, Mandritsara, Toliara, Amboromalandy, Antanana­rivo, se sont installés dans le temple même. Aveuglées par les prêches du pasteur et de ses templiers, des femmes ont quitté leurs époux et fait donation de leurs biens, en se remettant aux versets bibliques, et aux pseudo-commandements invoqués par les prêcheurs. Conquises par cette communauté religieuse, collégiennes, lycéennes ainsi qu’universitaires pubères, ont abandonné leurs foyers parentaux pour aménager avec les fidèles FKM au temple même. Construit avec des matériaux locaux, celui-ci avait des dortoirs de fortune d’après les forces de l’ordre.

Prise d’otageHier vers 8h30, une atmosphère délétère s’est emparée d’Analakininina lorsque des parents des adolescentes et des jeunes filles retenues se sont rués vers le temple pour chercher leurs enfants.N’étant pas les bienvenus, ils ont été chassés avec violence par les fidèles. Après ce coup d’éclat, ces derniers ont campé sur la RN 5, pour verrouiller la voie de desserte menant à leur église. Pris en otage, un individu, qui avait accompagné les parents des adolescentes, a été ligoté et séquestré. Prête à en découdre, cette cohue de fidèles se chiffrant par centaine, était armée de bâtons et de lance-pierres.Après avoir été contraints de se replier, les parents ont, quant à eux, rameuté des villageois pour revenir à la charge sitôt leur rang renforcé. Entre-temps, des leaders de l’Organe mixte de conception (OMC) dudistrict de Soanierana Ivongo, ainsi que les forces de police et celles de la gendarmerie se sont dépêchés sur les lieux pour essayer d’engager des pourparlers, mais les fidèles les ont accueillis à coups de lance-pierres.En surnombre, le fokonolona a chargé les émeutiers du FKM aux alentours de 10h 30. Après les avoir repoussés et disloqué leurs rangs, les habitants insurgés ont mis le feu au temple et vandalisé l’habitation de Marc Tatandraza et de ses prétendus disciples. Un policier a été blessé lors des affrontements.

Pasteur multirécidiviste

Marc Tatandraza a déjà été arrêté aux prix d’un affrontement avec ses fidèles à Antanimasaja Mahajanga le 12 mars 2015. Les autorités ont, dans la foulée, fermé la communauté religieuse qu’il a dirigée. Ces mesures ont été prises lorsque des problèmes similaires à ceux qui ont fait déborder le vase à Soanierana Ivongo ont fait l’objet de plainte. Ses compagnons, venant de plusieurs villes ont été renvoyés chez eux. Avant de se reconvertir dans la religion, Marc Tatandraza a purgé une longue peine de prison. À sa sortie, il a étalé dans les média sa saga criminelle, et s’est érigé le titre de premier «dahalo niova fo». Après la fermeture de son temple à Mahajanga, il s’est rendu à Soanierana Ivongo avec sa meute, en présentant une autorisation d’ouverture dont l’authenticité suscite des interrogations.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar280 partages

Transport aérien – Les comptes bancaires d’Air Austral bloqués

La situation se complique pour Air Austral. Malgré ses comptes bloqués, les négociations avec Air Madagascar continuent.

Air Austral traverse une zone de turbulence. Le futur partenaire stratégique d’Air Madagascar se trouve dans une situation financière sans précédent. Il est impossible pour la compagnie d’effectuer le moindre paiement. Pour cause, la justice réunionnaise a décidé de bloquer son compte bancaire à la suite d’un conflit avec son ancien pilote.« Air Austral refusant de payer 1 163 516 euros d’intérêts civils à David Rocher, un de ses anciens pilotes, ses comptes bancaires ont étés bloqués, mardi dernier. La Cour d’appel statuera ce jour sur un aménagement de l’exécution provisoire », a indiqué le Journal de l’île de La Réunion dans sa version en ligne.Cette décision n’aurait pas eu d’impact sur les négociations en cours entre les deux compagnies, a laissé entendre un responsable auprès d’Air Madagascar. « Les négociations sont en cours de finalisation. Il n’y a rien d’inquiétant sur la surface financière d’Air Austral. Elle a réalisé des résultats positifs au cours des trois dernières années », a soutenu notre interlocuteur.

RechercheDans le cadre de cette négociation en vue d’une ouverture de capital d’Air Mada­gascar, la compagnie réunionnaise doit apporter un cash de « 3 ou 4 millions de dollars », et un chèque de 40 millions de dollars. Or jusqu’ici Air Austral n’a pas encore identifié d’investisseur capable d’apporter ce pactole pour la compagnie malgache. « Nous sommes en pleine recherche », a déclaré Jean François Devaux de la compagnie Air Austral le9 juin dernier.Les évènements de ces derniers temps ne sont pas du tout en faveur de la compagnie réunionnaise. Fin mai, la presse réunionnaise a fait part de la difficulté rencontrée par la compagnie réunionnaise pour le prochain exercice fiscal 2017-2018. Une information démentie par la compagnie Air Austral.« La réalité n’a rien à voir avec cette information alarmiste. L’exercice 2016-2017, qui s’est achevé le 31 mars 2017, devrait être positif, ainsi qu’il sera annoncé bientôt, après laconsolidation définitive des comptes », a indiqué Air Austral dans un communiqué.Par ailleurs, Air Austral semble subir le coup de ses concurrents pour les vols régionaux. L’arrivée de French Blue n’arrange pas du tout la situation. Pourtant, Air Austral mise surtoutsur son partenariat avec Air Madagascar pour devenir le leader régional.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara254 partages

Coopération : Un don chinois de 3 100 tonnes de riz

La coopération entre Madagascar et la Chine se renforce.

La Chine  continue d’apporter son appui à la population malgache. Hier  au Port de Toamasina,  le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a réceptionné officiellement 3 100 tonnes de riz, offert par la Chine.

C’est la réponse à l’appel du Gouvernement malgache après la période de sécheresse qui a sévi dans le pays, et le passage du cyclone Enawo. L’Ambassadrice de la République Populaire de Chine, Yang Xiaorong, a déclaré que cette aide concrétise l’engagement pour une aide d’urgence, signé le 27 mars 2017, lors de la visite officielle du Président Hery Rajaonarimampianina en République Populaire de Chine.

Aide d’urgence

Le total du don en riz offert par la Chine est de 4 300 tonnes. Les deux premiers lots, respectivement de 1 000 puis de 2 100 tonnes, sont arrivés la semaine dernière au port de Toamasina, et ont été réceptionnés officiellement ce jour. Le troisième lot est prévu d’arriver en août 2017. La Chine concrétise ainsi son soutien à Madagascar, une aide d’urgence d’une valeur de 30 millions de yuans, soit environ 14 milliards d’ariary, tel que l’avait déclaré le Président Xi Jinping. En étroite collaboration avec le Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes de Madagascar (BNGRC), ce riz sera acheminé et distribué aux populations des régions affectées, notamment aux familles et aux personnes vulnérables. Ce don en riz est une nouvelle concrétisation de la solidarité du peuple chinois envers le peuple malgache. Le Président Hery Rajaonarimampianina n’a pas manqué de saluer cette fraternité. Il a notamment mis en relief les réalisations de la coopération sino-malgache, dans plusieurs domaines, depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays en 1972.

Plusieurs domaines

La coopération chinoise touche plusieurs domaines, tels que les infrastructures routières, la santé, avec la venue de plusieurs équipes de médecins et la construction d’hôpitaux, la culture et les sports, ou encore l’hôtellerie et le tourisme. Par ailleurs, en 2015 et 2016, la Chine a offert respectivement un don au comptant de 300 000 dollars et un don en tentes et couvertures pour renforcer la capacité de résilience aux catastrophes naturelles du pays et venir en aide aux populations les plus démunies. Le Chef de l’Etat a fait savoir que la Chine aide le pays à surmonter les phases difficiles comme c’est le cas avec ce don en riz, mais elle aide aussi Madagascar à asseoir un développement durable, à travers l’agriculture notamment, afin d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. Aujourd’hui, la Chine apporte son aide pour le développement de la culture du riz hybride, qui a déjà fait ses preuves dans plusieurs autres pays, en termes de productivité et de qualité. Le Président de la République a réitéré à Toamasina, lors de la réception de ce don chinois, que Madagascar est ouvert à tous les pays pour la concrétisation de nombreux projets de développement à Madagascar.

R.Edmond.

Midi Madagasikara128 partages

Air Madagascar : Vers une flotte de 14 appareils d’ici à 2020

Le redressement d’Air Madagascar passera aussi par l’augmentation de sa flotte.

La signature définitive du partenariat stratégique entre Air Madagascar et Air Austral est considéré comme le point de départ du redécollage pour la compagnie aérienne nationale

Les deux Airbus A 340 d’Air Madagascar continue de grever les finances de la compagnie aérienne nationale. Si l’un est encore opérationnel, mais effectue pour la plupart des temps des vols à perte sur le réseau long courrier. L’autre est tout simplement cloué au sol, puisque les procédures de retour dans l’immatriculation malgache posent encore des problèmes d’ordre technique et financier.

Adéquation

En somme, la gestion de ces deux appareils dont l’Etat doit poursuivre jusqu’au bout l’acquisition, malgré les millions de dollars qui y sont engloutis, est une autre paire de manches pour la compagnie. Les équipes d’Air Austral et d’Air Madagascar réfléchissent en tout cas, sur la manière de gérer ce dossier épineux de la flotte. Les responsables parlent notamment d’une adéquation de la flotte des deux compagnies, sans préciser les modalités. Du coup les observateurs se posent la question de savoir s’il s’agira d’abandonner les Airbus A 340. Faut-il en effet préciser que la flotte d’Air Austral est essentiellement composée de Boeing et d’ATR. Quoi qu’il en soit, le futur nouveau Directeur Général d’Air Madagascar, qui sera désigné par Air Austral sera obligé de trancher sur cette question. La compagnie réunionnaise qui pilotera le programme de redressement d’Air Madagascar mise en tout cas sur un retour à la profitabilité d’ici à trois ans. Passé ce délai, la compagnie pourrait réaliser un chiffre d’affaires de 420 millions de dollars. Mieux, dans les 10 ans à venir, la flotte d’Air Madagascar, composée, pour le moment de moins de 10 avions, passera à 14 appareils en 2020. On parle même de 17 avions en 2023. Un programme ambitieux en somme et qui passera par la réussite du partenariat stratégique entre les deux compagnies. Un partenariat stratégique considéré à juste titre comme le principal facteur du retour sur la pente ascendante pour la compagnie aérienne nationale. Les professionnels du tourisme, réunis par les deux compagnies, en marge de l’ITM misent sur la réussite de ce partenariat stratégique basé sur un plan de développement sur un horizon de 10 ans.

Critères préétablis

En tout cas dans le recrutement du partenaire stratégique, les évaluations ont été basées sur la qualité des offres et des business plan proposés par les compagnies soumissionnaires. « Il y avait effectivement parmi les soumissionnaires des compagnies de grand prestige, mais dont l’offre était limitée à un simple partenariat commercial, ou à des appuis techniques » rappelle-t-on du côté de la compagnie nationale. Le dossier d’Air Austral a répondu favorablement aux critères préétablis et cette dernière a conçu une offre attrayante, viable et profitable pour Air Madagascar. Tournée vers un partenariat d’égal à égal sur les deux hubs d’Antananarivo et La Réunion, l’offre de la compagnie réunionnaise s’est révélée nettement plus profitable à la compagnie nationale, contrairement à d’autres propositions qui pourraient tendre vers l’absorption. C’est pourquoi elle a été choisie preferredbidder par le Conseil d’Administration.

Compétitivité et qualité des services

Ce partenariat stratégique reste à ce stade la meilleure issue possible et la plus réaliste pour un redressement effectif et durable de la compagnie. Il a vocation à sortir Air Madagascar de sa situation actuelle et à développer la compagnie à moyen terme et long terme. Sa capacité dans le futur à être plus compétitive face à la concurrence internationale figure également parmi les priorités du plan de redressement. Les professionnels du tourisme ont effectivement reconnu qu’actuellement, nos destinations peuvent parfois coûter plus cher que les autres destinations régionales. Aussi, l’amélioration de la compétitivité et la stabilité des vols figurent parmi les axes importants soulignés par les professionnels du tourisme.

 

« Le partenariat entre Air Madagascar et Air Austral est une bonne initiative. Il est très important de miser sur la qualité et la fiabilité des vols domestiques, c’est ce dont les Tours opérateurs ont réellement besoin. Actuellement, ces vols à l’intérieur du pays ne sont pas très stables. Il y aura beaucoup de touristes qui vont venir, mais le réseau domestique ne suit pas le mouvement. Autant dire que la concrétisation du partenariat tombe à point nommé. Nous avons réellement besoin de développer et de fiabiliser les vols domestiques » soutient Hely Rakotomanantsoa, Présidente de l’Association des tours opérateurs de Madagascar (TOP Madagascar)

R.Edmond

Midi Madagasikara125 partages

Sakoroka tao Soanierana Ivongo : Fiangonana zandriny nodoran’ny olona, 14 naratra, 19 voasambotra

Leo ! Tofoka tanteraka ny amin’ny ataon’ny fiangonana zandriny iray, tao Soanierana Ivongo ireo mponina tany an-toerana. Velona ny fifampihantsiana teo amin’ireo fokonolona sy ny mpivavaka tao amin’ity fiangonana ity ary tsy azo nialàna ny sakoroka, omaly maraina. Vokany, olona 14 teo ho eo no naratra mafy, nahitàna mpitandro filaminana tao anatin’izany. Mpivavaka miisa 19 kosa no nosamborina, ary nodoran’ny olona ilay fiangonana sy ny trano iray niaraka taminy. Omaly tokony ho tamin’ny valo ora maraina tany ho any no niseho ity sakoroka tao Soanierana Ivongo ity. Raha  ny fampitam-baovao azo avy any an-toerana dia tofoka tanteraka amin’ny fombam-pivavahana tao amin’ity fiangonana zandriny iray ity izy ireo. Hatramin’ny nisian’izany tany an-toerana mantsy dia maro tamin’ireo olona no nisara-bady tsy fidiny, tao ireo voatery nivaro-pananana, handoavana ny ampahafolon-karena. Tsy miasa intsony ny olona ary misy ireo mpianatra no nandao tanteraka ny tokotanin-tsekoly, eny fa na hatramin’ireo mpianatra izay tokony hanala fanadinana aza. Izany eo ihany, araka ny fanazavàna nomen’ireo tany an-toerana, fa isan’ny tena nampirongatra ny olona ny fahafantarana fa hoe nisy lehilahy iray nofatorana tongotra aman-tanana tao amin’ilay fiangonana. Nitaky ny hamotsorana io lehilahy io ireo mponina izay nihatonga maro hatrany, saingy vatan-dehilahy am-polony, nirongo pilotra no nivoaka tao amin’ilay trano fivavahana, niambina izany. Tonga tany am-pototsofin’ireo tompon’andraikitry ny Omc ny raharaha, izay nivory avy hatrany ary nandray fepetra tamin’ny alalan’ny fidinana ifotony teny an-toerana. Tora-bato sy pilotra avy hatrany anefa no nasetrin’ireo mpino am-polony maro tao amin’ilay toerana, ireo mpitandro filaminana sy ny fokonolona izay nihamaro isa hatrany. Maro tamin’ireo fokonolona no naratra vokatry ny tora-bato, ka isan’izany ny pôlisy iray izay voa teo amin’ny tongony. Velona teo ny sakoroka. Niditra an-tsehatra nandrava ireo mpikomy ireto hatreo ireo mpitandro filaminana. 19 no voasambotra. Tsy hita kosa ireo mpitarika, izay mbola hanaovana savahao eran’ny tanana hatramin’ny omaly hariva, ora nanoratanay. Noho ny hatezeran’ireo mponina dia nodoran’izy ireo tsy nanany antra ilay trano fiangonana zandriny sy ny trano iray niaraka tamin’izany. Marihana fa ny volana mey lasa teo no nahazo alalàna hiforona tao an-tampon-tananan’i Soanierana Ivongo ilay fiangonana zandriny, saingy iray volana taty aoriana dia noravàna izany. Noho ity farany tsy manaraka sy manimba ny rafi-piarahamonina tao an-toerana, araka ny fampitam-baovao hatrany.

m.L

L'express de Madagascar88 partages

Tourisme – La haute saison s’annonce bonne

Les opérateurs dans le secteur tourisme se montrent optimistes. Ces derniers prévoient un bon résultat pour cette année.

La promotion de la destination Madagas­car porte ses fruits. Les indicateurs sont au vert pour le démarrage de la pleine saison touristique à Mada­gascar. Les acteurs du secteur touristique, à savoir les tour-opérateurs, les agences de voyages et les opérateurs dans l’hôtellerie et la restauration, notent une hausse de réservations sur le marché. Une tendance estimée à perdurer jusqu’à la fin de l’année, durant la haute saison où les baleines à bosse migratrices passent sur les côtes de l’île. La saison touristique débutera vers la mi-juillet pour s’étendre jusqu’au mois de décembre tout au long de la saison des baleines avec un pic aux mois de juillet, août et septembre.

Manque d’infrastructureÀ part l’île Sainte-Marie qui accueille le festival des baleines, Nosy Be et d’autres sites dans les alentours sont très prisés par les touristes comme le cas de Nosy Saba, une île privée située à 140 km de Nosy Be. « Le niveau de réservations dans nos hôtels, pour cette période est supérieur  à celui de 2016. Les Européens, comme les Italiens, dominent les fréquentations de cette île privée mais les anglophones s’avèrent également intéressés par la spécificité de cette zone touristique qui fait également la réputation de la Grande île », indique Holy Andrian­tsoa, responsable marketing auprès de l’hôtel Nosy Saba Island Resort and Spa, joint au téléphone, hier. Une hausse de fréquentations qui profite aussi au secteur des transports avec une préférence des touristes étrangers pour les vols  directs internationaux vers Nosy Be pour prendre ensuite le bateau ou des avions privés.L’insuffisance d’infrastructure est, toutefois, pointée du doigt par les opéra­teurs, surtout en matière d’hébergement. Plusieurs régions touristiques souffrent d’un problème de structure d’hébergement, Ce qui veut dire que, pour les cas de réservation de dernière minute, les touristes auront recours à des offres qui ne correspondent pas à leurs attentes. « Depuis le mois de février, les clients commençaient à réserver des hôtels, il y en a même qui ont fait leur  réservation l’année dernière. Pour nous par exemple, nous n’avons plus de chambredisponible à partir du mois de septembre », affirme Zo Rajao­belina, agent de voyage auprès d’Assisten Travel.Néanmoins, les acteurs dans le tourisme reconnaissent les efforts entrepris par les premiers responsables concernés dans la promotion de la Grande île comme l’Office nationale du tourisme de Madagascar qui a marqué le début de la saison touristique de cette année. Cette institution joue un grand rôle dans la promotion de la destination Madagascar. Les offices régionaux ont également contribué au développement du secteur. « On peut dire que l’environnement politique et économique du pays rassure actuellement les touristes. Ce qui pourrait également déterminer une croissance du flux touristique à Madagascar en plus des divers évènements conçus pour redorer l’image de l’île rouge », conclut Holy Andriantsoa.

Sandra Miora Hafalianavalona

Midi Madagasikara72 partages

Claudine Razaimamonjy à la prison de Manjakandriana : Le chef d’établissement a refusé l’installatio...

Claudine Razaimamonjy n’a plus besoin des médecins pour la soigner à Manjakandriana.

Le ministère de la Justice se défend jusqu’ici de jouer la carte de la transparence sur cette nouvelle destination de la conseillère spéciale du président de la République.

La femme d’affaires Claudine Razaimamonjy est-elle vraiment détenue à la maison centrale de Manjakandriana ? Pendant que les sources officielles se taisent, certains médias laissent croire que la conseillère spéciale du président de la République se trouverait dans une villa qui se trouve à quelques minutes de la prison de la ville de Vakiniadiana. Notre source indique par contre que vendredi dernier, Claudine Razaimamonjy a été bien à la prison de Manjakandriana. Et ce vendredi, des employés d’une société privée s’y sont rendus pour installer sur le toit de la chambre de détention de la femme d’affaires une antenne Canalsat. Mais, la même source a permis de savoir que le chef d’établissement de la prison a refusé cette installation. Ce qui a conduit à son annulation. Claudine Razaimamonjy a donc voulu être dotée d’une chambre équipée de Canalsat pour qu’elle puisse suivre les informations diffusées par les stations de télévision sur son cas. Durant le week-end, aucune source n’est plus en mesure d’affirmer si la milliardaire proche du régime HVM est encore détenue à la maison centrale de Manjakandriana.

Procès. Après Ampefiloha (Hôpital HJRA) et Antanimora (maison centrale d’Antanimora), les regards sont désormais sur Manjakandriana. L’hospitalisation de Claudine Razaimamonjy à l’HJRA a suscité des polémiques qui étaient difficiles à gérer par le régime en place. Le syndicat des Magistrats de Madagascar a fait tout pour vérifier si la femme d’affaires se trouvait réellement à la Chambre 126 du service neuro-chirurgie de l’HJRA. A la prison d’Antanimora, la conseillère spéciale du président de la République y a été transférée la nuit de 12 juin. Le même jour, le chef d’établissement de la prison d’Antanimora a confirmé ce transfert et a affirmé que Claudine Razaimamonjy n’y a pas bénéficié de traitement de faveur. Certains observateurs n’y ont pas cru. Mais, la milliardaire n’y a passé que trois jours. Le 15 juin, celle qui est accusée de détournements de deniers publics et de blanchiment d’argent a été transférée sur instruction du ministère de la Justice à la prison de femmes de Manjakandriana. Les polémiques commencent à enfler sur sa présence physique dans sa nouvelle maison de détention. Le ministère de la Justice se défend jusqu’ici de jouer la carte de la transparence sur cette nouvelle destination de Claudine Razaimamonjy.  Quoi qu’il en soit, détenue dans une villa ou dans une prison, la conseillère spéciale du chef de l’Etat attend, sauf nouveau transfert, son procès à Manjakandriana. Un procès qui risquerait de traîner, pour ne pas dire, de ne pas avoir lieu avant 2018. Dans le second cas, la milliardaire risquerait gros si le HVM ne sera pas reconduit au pouvoir.

R.Eugène

Midi Madagasikara68 partages

Riana Andriamandavy : Le dossier bloqué en haut lieu

Joint au téléphone hier soir, un haut responsable au niveau de la Brigade des recherches a annoncé que jusqu’ici, le dossier n’a pas encore atterri sur la table des enquêteurs à Fiadanana.

Au statu quo. C’est le moins que l’on puisse dire du dossier de Justice impliquant le vice-président du Sénat Riana Andriamandavy VII. En effet, 49 jours après le Soit-transmis émis à la Brigade des recherches de Fiadanana par le Procureur général près la Cour d’appel, Jacques Randrianasolo, cette affaire ne connaît aucune évolution. Le leader du HVM Fianarantsoa continue de montrer et démontrer son statut d’intouchable. Le week-end dernier, il a assisté au Congrès régional du parti au pouvoir qui s’est tenu à Toliara. Pourtant, dans son Soit-transmis, le PGCA a ordonné aux enquêteurs de la Brigade de recherches de convoquer le sénateur élu sous les couleurs du parti HVM « pour enquête et éventuellement en vue d’un défèrement ». Vers la fin du mois de mai, les enquêteurs ont transféré le dossier auprès du Procureur général près la Cour suprême, « en vue de demander la conduite à tenir », a-t-on expliqué. Une source proche du Syndicat des Magistrats de Madagascar a laissé entendre que le dossier a été transmis auprès du Procureur général près la Cour suprême en vue d’une régularisation. A en croire notre source, depuis ce temps, le dossier Riana Andriamandavy VII est passé entre les mains de nombreux responsables au niveau de la Justice. Il aurait été transmis au bureau du Procureur général près la Cour de cassation, puis au Procureur de la République. Joint au téléphone hier soir, un haut responsable au niveau de la Brigade des recherches a déclaré que le dossier n’a pas encore atterri sur la table des enquêteurs à Fiadanana. « Nous attendons que le dossier revienne chez nous pour pouvoir poursuivre le traitement du dossier », a-t-il soutenu.

Impunité. Quoi qu’il en soit, l’on constate que l’affaire Riana Andriamandavy VII est traitée avec une très grande prudence. Notre source auprès du Syndicat des Magistrats de Madagascar a fait savoir que le dossier est bloqué en haut lieu. On se demande pourquoi les enquêteurs de la Gendarmerie n’ont pas demandé la conduite à tenir auprès des responsables de la Justice lors de l’affaire du sénateur Lylison René de Rolland. Pourtant, contrairement à l’élu MAPAR qui a été condamné à un an d’emprisonnement ferme pour avoir lancé un appel à la ville morte à l’endroit de la population tananarivienne, le sénateur Riana Andriamandavy VII lui, est accusé de menaces de mort par SMS, diffamation, violences et voie de fait, suite à une plainte déposée le 2 mai dernier entre autres, par la présidente du SMM, Fanirisoa Ernaivo. Le Procureur général près la Cour d’Appel, Jacques Randrianasolo a même évoqué un flagrant délit lorsque le vice-président du Sénat a conduit des gros bras pour lancer des jets de pierres et de bouteilles contre le siège du Bureau Indépendant Anti-Corruption à Ambohibao. Jusqu’ici, le vice-président du Sénat continue de bénéficier d’une impunité. Reste à savoir pour combien de temps, car nul n’ignore que la poursuite du traitement de son dossier figure parmi les préalables aux négociations avancés par le Syndicat des magistrats. Histoire à suivre.

Davis R

L'express de Madagascar61 partages

AIMF – Mokhtar Andriantomanga au Canada

Le maire de la commune urbaine de Mahajanga, Mokhtar Andriantomanga, assiste à la 37e assemblée générale de l’Association internationale des maires francophones (AIMF) qui se tient à Montréal, depuis hier jusqu’au 22 juin. La dernière rencontre a eu lieu en 2016 et la présidente actuelle de l’Association est la maire de Paris, Annie Hidalgo.La réunion coïncide avec la célébration du 375e anniversaire de la fondation de la ville canadienne et est couplée au 12e Congrès de Métropolis. Le thème de réflexion concerne la mise en  perspective des attentes qu’exprimeront les femmes entrepreneures à l’égard des collectivités locales.L’information sur l’état d’avancement de la Programmation stratégique de l’AIMF/Union Euro­péenne est accessible pendant les ateliers organisés. La mise en réseau des villes des grandes régions économiques sera aussi discutée. La «Femme AIMF» de l’année 2017 sera élue durant cette rencontre.La commune urbaine de Mahajanga pourrait bénéficier d’un probable cofinancement de l’AIMF, à hauteur de 1 300 millions d’euros, dans le domaine de l’eau et de l’assainissement. Notamment des équipements en sanitaires et toilettes pour les familles en difficulté dans le cadre du projet d’éradication de la défécation à l’air libre.

V. A.

Midi Madagasikara54 partages

Tsaralalàna : « Ambulance » nitondra marary nivadika

Ny alin’ny zoma teo no nisehoan’ilay lozam-pifamoivoizana. Tokony ho tamin’ny sivy ora alina, nisy fiara kely iray marika « opel » raha araka ny fanazavan’izay nanatri-maso, nandeha mafy ary nifatratra tany amin’ilay fiara mpitatitra marary. « Mafy ny fifandonana ary nivadika ambony ambany ilay ‘ambulance’ vokatr’izany » raha ny fitatitry ny olona izay mbola nitangorona teo. Ny mpitondra ilay fiara mpitondra marary indray dia nanazava fa mba tsy nisy naninona ny olona nentiny. Tsy dia nisy akony firy tamin’ny marary ilay fifandonana fa ny fiara kosa no simba. Raha vao tafavoaka ny olona tao anatiny dia naverina tamin’ny laoniny avy hatrany ilay fiara, izany hoe natosika mba hiverina amin’ny tany ny kodiarana. Nalaky tonga ihany koa ny mpitandro ny filaminana, ny avy ao amin’ny pôlisy, satria tsy mifanalavitra eo ny kaomisarian’ny boriborintany voalohany, tokony ho eo amin’ny zato metatra tamin’ny nisehoan’ny lozam-pifamoivoizana. Ireo no nampandre ny kaomisaria foibe izay tonga naka ny mpamily sy nijery ifotony ny momba ilay fifandonana. Nentina tany amin’ny paositry ny pôlisy nony avy eo ny mpamily ilay fiara kely mba hatao fanadihadiana. Tao anatin’ny fifamoivoizana izay nanahirana mihitsy no nitranga ny loza satria tamin’io fotoana io dia tapaka ny lalan’Analakely. Mainka koa izany nitarika fitohanana tamin’ny alim-be teo an-toerana. Ny nahagaga ny maro dia mbola misy mahavita mandeha mafy ihany nefa dia efa ao anatiny lalana tery sy feno fiara, tamin’iny alim-be iny. Ny sasany nilaza fa mety ho efa mamo ilay nitondra ny fiara kely, zoma rahateo ny andro. Tsy voamarina teo an-toerana moa izay fa ny pôlisy nanokatra fanadihadiana no mety mahafantatra bebe kokoa an’izany.

D.R

Tia Tanindranaza47 partages

Fitondran-dRajaonarimampianinaTambazan’ny Sinoa amin’ny vary

Noraisina tany amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina omaly alatsinainy 19 jona ny vary milanja 3100 taonina avy amin’ny governemanta sinoa, izay tonga indroa miantoana ny herinandro teo.

 Mahatratra 4300 taonina ny vary avy amin’ny sinoa, ka vinavinaina ho tonga ny volana aogositra ny andiany faha-3 farany. Voalaza fa hamatsiana sy hanarenana ny fatiantoka nateraky ny rivodoza Enawo, ka nampitotongana ny famokarana sy nampidangana ny vidim-bary izy io. Ny Sampandraharaha misahana ny fiatrehana ny loza voajanahary (BNGRC) no handray an-tanana ny fitantanana. Ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina mihitsy no nandray ny fanampiana tany an-toerana omaly ary nanolotra izany tany an-toerana ny masoivoho sinoa Yang Xiaorong. Asa na mba hampihena ny vidin’ny vary eto amin’ny firenena izy ity na ho lasa bizina sy hanaovan’ny mpitondra propagandy fotsiny, ka dia ny omaly tsy miova ihany no hiainan’ny besinimaro. Tsy fantatra mazava koa ny ambadik’itony fanampiana avy amin’ny sinoa ity na misy hifandraisany amin’ny fanomezana vahana azy ireo, toy ny fitrandrahana harena ankibon’ny tany na ahoana. Efa tena an-tampondoha anefa ny fahantrana, ka manantena ny rehetra fa hisy fiantraikany amin’ny fiainana andavanandro. Hireharehan’ny mpitondra fa izy ireo mihitsy no nandray an-tanana ny vary mampitaraina vahoaka, ka miandry izay ho vokany ny rehetra. Vahaolana maharitra sy azo tsapain-tanana toy ny fidinan’ny vidim-piainana no ilain’ny vahoaka fa tsy seho ivelany. Mikofokofoka rahateo i Hery Rajaonarimampianina sy ny HVM amin’izao fotoana izao raha tsy hita izay nafitsoka tao anatin’izay 3 taona nitondrana ny firenena izay. Antomotra ny fifidianana, ka tsy mahatombina firy intsony fa miezaka maka ny fon’ny vahoaka amin’ny fizarazarana zavatra, fitokatokanana fotodrafitrasa … Tsy resahina intsony ny vahaolana petatoko arahina hadedahana fa mitsinjo ny vahoaka.

Toky R

 

 

 

 

Midi Madagasikara45 partages

Ambositra : Un véhicule échappe aux coupeurs de route

Le 17 juin vers 19 heures, un véhicule de transport de colis de la société de courrier DHL a frôlé l’attaque des coupeurs de route sur la RN7, soit exactement à Andraonanako, commune rurale d’Ivato, district d’Ambositra. Les malfaiteurs auraient attendu le passage du camion dans la localité où ils ont monté un barrage à l’aide de troncs de bois d’eucalyptus et de pin. Les malfaiteurs ont raté leur coup grâce à l’intervention des six éléments de la gendarmerie qui étaient dans le véhicule. Rentrant d’une patrouille, deux d’entre eux sont des gendarmes de la Brigade d’Ivato. Les quatre autres sont des agents de la brigade d’Ilaka qui revenaient de la poursuite d’un vol de bovidés. Une fois sur les lieux, les gendarmes ont tiré sur les coupeurs de route qui ont réussi à s’échapper. L’enquête est en cours.

T.M.

Midi Madagasikara40 partages

Insécurité : Des détenus impliqués dans des braquages et attaques à main armée

Ces derniers temps, des détenus sont souvent impliqués dans des actes de banditisme. Ce fait remet en question la sécurité des prisons malgaches, voire le système de détention à Madagascar. Le pire est d’entendre dire que dans la plupart des cas, ces récidivistes sont des condamnés pour des actes criminels. Tel est le cas des condamnés à trois ans de travaux forcés encore impliqués dans l’attaque de taxi-brousse à Betafo dans la nuit du 10 juin.

Ce jour-là, six bandits ont été arrêtés par la gendarmerie nationale de Betafo après avoir attaqué un taxi-brousse de marque Sprinter Mercedes Benz en provenance de Morondava, sur la RN35. L’acte a été commis à Antanety (PK 30+800), dans la commune de Soavina. L’enquête a révélé que deux des malfaiteurs sont des détenus internés au camp pénal Ambohivoho, situé non loin du lieu de l’attaque. Jugés en août 2016, ils sont condamnés à écoper de cinq ans de prison ferme avec trois ans des travaux forcés. Ils étaient incarcérés à la maison centrale d’Antsirabe avant d’être transférés à ce camp pénal en septembre 2016 pour raison de réinsertion sociale après avoir, selon les explications du directeur régional de l’Administration pénitentiaire de Vakinankaratra, fait preuve de bonne conduite.

Selon toujours les informations émanant de la gendarmerie chargée de l’enquête, ces deux détenus auraient hébergé leurs comparses chez eux dans le camp pénal. Ce qui signifierait que ce genre de centre de détention sert de lieu de refuge des bandits. Le problème dans ce cas est de savoir que le transfert d’un prisonnier dans un camp pénal ou sa mise en liberté conditionnelle (mains d’œuvre pénales…) se décide en commission appelée commission de sélection. La question se pose alors sur les critères de sélection retenus dans cette procédure.

T.M.

Midi Madagasikara34 partages

Embouteillages : Ankorondrano-Andravoahangy, les véhicules font du surplace

Après le « Carnaval de Madagascar », un brin d’espoir a fleuri pour une circulation plus fluide. Au regard de ce qui s’est passé hier sur l’axe Ankorondrano-Andravoahangy, la situation empire… Il a fallu une heure pour aller de « La City » Ivandry à Antanimena. Décidément, en période de fêtes plus que jamais, les embouteillages sont le lot quotidien des Tananariviens! Avec ce que cela implique de pollution et de stress. Des agents de la police sont dépêchés un peu partout, mais sans grands résultats, certains conducteurs s’insurgent même en disant « Qu’ils ne font qu’empirer la situation ! ».

Luz R.R

L'express de Madagascar32 partages

Pole anti-corruption – La candidature des magistrats insuffisante

Un nouvel appel à candidatures pour siéger au sein du PAC d’Antananarivo est lancé expressément aux magistrats. Le manque d’effectif pourrait, cependant, réduire la marge de manœuvre des recruteurs.

cxInsuffisant. Le nombre de candidature des magistrats à des postes à pourvoir au sein du Pole anti-corruption (PAC), d’Antananarivo, ne suffirait pas à faire une sélection large et objective. Aussi, dans la presse, samedi, un deuxième appel à candidature a été lancé, « pour les candidats magistrats seulement ».La candidature de magistrats de 1er grade ayant 20 ans d’expérience dans les juridictions judiciaires est sollicitée dans ce deuxième appel. Un critère qui prévaut pour le chef de siège du second degré-siège, le chef du ministère public du second degré-parquet et l’avocat général. Des juges de 2e grade au moins, avec 16 ans d’expérience dans les juridictions judiciaires pour le président du premier degré-parquet, le doyen de cette instance et le procureur.L’annonce parue, samedi, requiert la candidature de magistrats ayant 10 ou 5 ans d’expérience dans les juridictions judiciaires, selon le poste à pourvoir. « L’on a constaté que dans certains postes le nombre de candidats est très limité et ne permet pasd’avoir une grande marge de manœuvre dans les sélections », explique une source proche du dossier.

EffectifL’appel à candidature aux membres du PAC d’Anta­na­narivo, que ce soit pour la branche juridictionnelle qu’administrative, a été lancé le 1er avril. L’échéance donnée pour la réception des dossiers des prétendants a été fixée le 30 avril.« Une capacité à travailler sous tension, à résister aux différentes pressions et interventions, une bonne condition physique, une disponibilité pour des déplacements fréquents et une intégrité avérée », sont les critères communs pour les postes à pourvoir au sein du PAC. L’appel lancé, en avril, aurait entrainé une ruée de candidats, notamment, des membres du corps de la magistrature.« Seulement, des postes concentrent plus de candidatures que d’autres », indique une source informée. Une source au sein de la magistrature confie que « la plupart des candidats sont plus intéressés par le statut et les conditions particulières du fait de siéger au sein du PAC, que réellement, par la lutte contre la corruption ». Ce serait, justement, une des raisons pour laquelle le comité chargé du recrutement souhaite pouvoir faire une sélection large.Les recruteurs auraient quelques difficultés à avoir un nombre « suffisant », de candidats aux postes requérant des magistrats gradés avec plusieurs années d’expérience. L’hypothèse avancée est que la plupart des magistrats les plus chevronnés sont, pour la plupart, en fin de carrière. « Bien que siéger au sein du PAC suppose des avantages pécuniaires particuliers, peu d’entre eux semblent disposés à subir les diverses pressions et risques qu’impliquent les dossiers sensibles à traiter », explique la source informée.Le magistrat contacté concède qu’il est probable que les magistrats expérimentés proches de la retraite pourraient ne plus vouloir porter le poids des responsabilités au sein du PAC. Il confirme, par ailleurs, que cela pourrait être causé par un problème d’effectif. Lorsque le projet de loi sur les PAC a été exposé au Conseil supérieur de magistrature (CSM), pour recueillir son avis, le 10 mai 2016, l’une de ses observations concerne « l’indisponibilité des ressources humaines pour rendre fonctionnel ces PAC ».Selon le CSM, pour que les PAC des six provinces puissent être opérationnels, il faudrait « au moins cent magistrats ». La compétence des magistrats qui les composent et la rigueur de leur recrutement sont, pourtant, une des garanties mise en avant pour l’indépendance des Pôles anti-corruption. De prime abord, la problématique de l’effectif au sein de la magistrature pourrait, cependant, obliger les recruteurs à faire leur choix sur la base d’une short-listcirconstancielle.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara28 partages

Antsirabe : Ramatoa novonoina tamin’ny fomba feno habibiana

Ramatoa mipetra-drery tokony ho 60 taona eo ho eo no maty nisy namono tao an-tranony ny alin’ny alahady lasa teo tao Andranomanelatra. Mihosin-dra ny tavany, tapaka ny hatony ary feno tsatoka antsy ny faritry ny lohany sy ny vatany. Lehilahy iray sendra nadalo tao amin’ny tranony hametraka entana no nahatsikaritra fa tsy nihidy ny tranon’io ramatoa io. Tokony ho tamin’ny 10 ora maraina, omaly alatsinainy no tonga tao amin’ilay ramatoa ity tovolahy kely ity hametraka akanjo fa handeha hamonjy fialan-tsasatra any Faratsiho. Efa fanaony mantsy ny mandalo ao amin’io ramatoa io raha ny fanazavana. Nangina tanteraka anefa ny trano, niakatra tao ambony ilay tovolahy ary tao no nahitany ilay ramatoa, efa mihosin-drà, tsy misy aina intsoy  ary tsy misy akanjo ny tapany ambony. Ny kaominina no natonin’ilay tovolahy nilazany ny zavatra hitany, ary ireo farany no nampandre ny mpitandro filaminana. Taorian’ny fizahana no nahitana fa feno dian’antsy ny faritra amin’ny lohan’ilay ramatoa. Nahitana izany teo amin’ny tendany sy ny nonony, ny faritry ny lohany sy ny hatony izay volaza fa kely sisa no nitazona azy. Dimy moa no voalaza fa dian’antsy hita tamin’ny faritry ny lohany. Ny fanadihadiana no nahafantarana fa vao avy namoaka kisoa sy nahalafo tany io ramatoa io. Marihina anefa fa tsy nahitana endrika fandrobana ny tranony. Tsy nisy banga rahateo ny entana tao an-trano rehetra. Mbola tsikaritra hita tao amin’ny efitranony ny zava-pisotro sy sakafo natao tsakitsaky. Midika izany fa nisy fiarahana tamina olon-kafa izy  ny alin’ny namonoana azy io, na dia tsy nisy niboridana aza ny tapany ambany dia voalaza fa tsy nisy marika fanolanana hita tamin’ilay ramatoa. Efa eo an-tanan’ny mpitandro filaminana ny raharana ary efa mandehana ny fanadihadiana amin’izao.

Andry N.  

Tia Tanindranaza27 partages

Soanierana IvongoNifamono ny sekta sy ny mponina

Nisavorovoro ny tany Soanierana Ivongo omaly alatsinainy 19 jona.

Noho ny fisian’ny fiangonana zandriny iray antsoina hoe FKM (Fiangonana Kristianina Mitambatra) voalaza fa manana olana amin’ny vahoaka na dia nahazo fahazoan-dalana hanao andrana 3 volana tamin’ny kaominina aza no antony. Manakotaba ny fiarahamonina amin’ny alina na “tapage nocturne” ity fiangonana ity raha ny tatitra. Tsy vitan’izay fa tsy afaka mankany an-tsekoly intsony ny zazavavy, manana olana ny mpivady ary olana ara-tsosialy goavana ny fisiany. Tsy avelan’ny mpitarika hivoaka ny fiangonana ireo olona tafiditra ao, raha ny fampitam-baovao avy any an-toerana. Noho ireo antony ireo dia nofoanana ny sabotsy 17 jona teo ny fahazoan-dalana manao andrana teo am-pelatanan’ireo mpitarika ny fiangonana raha tokony ho amin’ny volana aogositra vao hifarana. Tsy nanaiky mora fotsiny ireo mpivavaka tao ka nanafatra olona ivelan’i Soanierana Ivongo hanampy azy ireo ka raikitra ny fifampihantsiana. Nafana ny fifandranitana omaly ka niafara tamin’ny korontana sy ny fifamonoana ary fandorana ilay fiangonana. Ankoatra izay, olona 14 no naratra, ka polisy ny iray. Ny 11 tamin’ireo naratra dia voatery naiditra any amin’ny toeram-pitsaboana satria voa mafy ary misy mihitsy no miady amin’ny fahafatesana. Taorian’ny fahamaizan’ilay fiangonana dia nitsoaka any anaty ala ireo mpino izay nandoro trano sy ala mba ho famaliana faty sy tsy hisian’ny fanarahan-dian’ny olona sy ny mpitandro ny filaminana azy ireo. Nandrahona hanao valifaty ireo mpino tao amin’ity fiangonana ity. Nisy 8 tamin’izy ireo ihany anefa no voasambotra ary hanaovana fanadihadiana amin’izao fotoana. Mbola hifanenjehana sy karohina any anaty ala kosa ny mpitarika ity fiangonana zandriny ity amin’izao fotoana. Ahiana hitohy ny savorovoro noho ny valifaty tsy ampoizina.

Toky R

 

L'express de Madagascar27 partages

Sport équestres – Jean Jacques et Red Coat au top

Jean Jacques Rakotoniaina a été sacré champion de Madagascar de sports équestres, en niveau A, dimanche après-midi, au Club Olym­pique Tananarive. Il a remporté la finale de la catégorie avec son cheval dénommé Red Coat, sur un parcours comprenant des côtes qui variaient entre 105 et 115 cm.La hauteur de ces côtes diminuait selon les catégories. Ainsi, en niveau B Elite, avec des côtes de 95 à 105 cm, Anna Keizerling s’est imposé, en chevauchant Skan. Concernant le niveau B, avec des côtes de 85 à 85 cm, la victoire finale est revenue à Lilou Lemonier, sur Kim. Et enfin, en niveau C, avec des côtes de 80 à 85 cm, Alexandra Denoyelle a été sacrée, sur Diana.Concernant les jeunes chevaux, les cavaliers ont été départagés en deux catégories. Il n’y eut pas de qualifications et de finale comme pour les autres niveaux, mais uniquement un passage dans la matinée. Pour les jeunes chevaux de deuxième année, Quentin Rakotondramaro a tiré son épingle du jeu. Il a été couronné avec son cheval dénommé Havana.Du côté des jeunes chevaux de première année, le règlement stipulait que tous les cavaliers, ayant réussi un sans-faute, étaient automatiquement placés à la première place ex-aequo. Ils ont été au nombre de quatre, à savoir Son Rakotondramaro, sur Milay, Yvan Rakoton­dramaro, sur Navy Blue, Arnaud Ravelonanosy, sur Prince Alwatan, et enfin Mirija Ramarojaona, sur Space Bean.

H.L.R.

Midi Madagasikara26 partages

« Honneur à Madagascar » : Une autre expo-vente prévue au Cora Bruxelles

Le président de l’association belge-malgache Philippe De Keyser, débattant de l’arrivée des artisans malgaches.

Rebelote ! « Honneur à Madagascar », l’évènement qui met en lumière les produits artisanaux malgaches, rouvre ses portes. Fy art, l’organisateur de l’évènement a effectivement décidé de donner une autre chance aux artisans malgaches, les vrais, qui rêvent de pouvoir dévoiler au grand jour leur savoir-faire et leurs produits. « Plusieurs artisans se sont déjà joints à nous, mais nous avons décidé d’accueillir une deuxième vague », explique Elisa Razakaboana de Fy artisanat.  Cette deuxième vague d’artisans va avoir le plaisir et l’honneur d’investir le grand shopping commercial Cora Bruxelles du 10 au 22 juillet. Selon toujours la même responsable : « C’est une opportunité à ne manquer sous aucun prétexte. L’endroit est effectivement très bien placé. Beaucoup de commerce peuvent s’y faire en parallèle à l’artisanat. Et puis, il n’est pas donné à tout le monde de vendre dans un grand shopping. Nous remercions d’ailleurs les promoteurs belges, notamment le président de l’association belge-malgache Philippe De Keyser, qui nous ont soutenus et continuent de le faire ». Pour ceux qui rêvent d’exposer et de vendre leurs produits au Cora Bruxelles, l’opportunité est à saisir. « Nos portes restent grandes ouvertes jusqu’à ce jour. Pour s’inscrire : un seul numéro : 034 98 654 12». Un évènement à l’étranger où l’artisanat malgache est la star, une opportunité à saisir !Mahetsaka

Midi Madagasikara24 partages

Opposition : Grande réunion avant le 26 juin

A chacun sa manière de célébrer la fête de l’Indépendance. Sur une station privée, Alain Andriamiseza a déclaré que l’opposition va tenir une manifestation avant le 26 juin. Il a tenu toutefois à préciser que c’est une grande réunion qui se tiendra en salle. Il n’a pas cependant précisé ni le lieu, ni la date. Le thème n’a pas été non plus annoncé. Ce qui est sûr ce que cela va porter notamment sur l’Etat de droit, la bonne gouvernance et évidemment le droit de manifester notamment sur une place publique.

Dispositions. Mais pour en revenir à la réunion que l’opposition prévoit de tenir dans le courant de cette semaine, il se pourrait qu’elle n’aurait pas gain de cause dans la mesure où des dispositions ont été déjà prises par le pouvoir central. En effet, il a été décidé, lors du conseil de gouvernement en date du 30 mai dernier, « En ce mois de la célébration du 57e anniversaire de l’Indépendance, toute manifestation sur la voie publique a été interdite. Et ce, pour que l’ordre public soit maintenu dans les normes légales et règlementaires préconisées par les textes en vigueur. Ordre a déjà été donné aux autorités étatiques pour l’application de cette décision».

Dominique R.

Midi Madagasikara24 partages

Assises régionales HVM à Toliara : Pour la reconduction de Rajaonarimampianiny Hery en 2018

La reconduction de l’actuel président de la République Hery Rajaonarimampinina aux prochaines élections présidentielles de 2018 n’était une surprise, encore moins du choix de son propre parti HeryVaovao nyMadagasikara qui vient de tenir ses assises les 16 et 17 juin à Toliara. Lors de la clôture, le président du comité d’organisation, Kolo Roger, a tenu à remercier l’assemblée des militants HVM des 22 régions, venus de si loin. Puis ce fut une mise au point du président national, Rivo Rakotovao, qui a voulu véhiculer un message aux détracteurs du régime. Selon lui, le HVM est prêt à affronter toutes les élections et le parti œuvre pour le développement du pays en construisant diverses infrastructures, ce qui fait sa force, alors que les autres ne font que palabrer sans aucune réalisation. Rivo Rakotovao a rassuré aussi l’assistance que l’Etat n’a jamais retiré des terres privées pour le compte des étrangers. Il a annoncé que des réformes dans le statut du parti seront entreprises suivant la demande des militants, tout en révélant les noms des deux nouveaux vice-présidents : Horace Gatien et Marie Monique Razananiera. Un coordinateur par région sera bientôt nommé. Enfin ce fut la remise de fanion aux militants de la région du Boina, qui accueillera les prochaines assises régionales.

Equipe. Durant les deux jours, le comité technique a bien travaillé en capitalisant le travail des commissions dès l’après-midi du vendredi 16. Le CT a relevé un projet de société pour le futur candidat de 2018 avec un plan de stratégie pour les élections. Pour bien convaincre les militants, le CT énuméra toutes les réalisations du gouvernement et déclara : « On ne change pas une équipe qui travaille et qui gagne ». La Cité du Soleil s’est mise aux couleurs du parti HVM, bleu et blanc, le ciel aussi. Un seul nuage cependant, la sécurité en général, aurait pu être renforcée.

Charles RAZA, correspondant à Toliara

Midi Madagasikara24 partages

CEPE :Entre stress et sérénité

Jour J pour plus d’un demi-million de candidats au CEPE dont plus de 31 000 dans la circonscription scolaire d’Antananarivo-ville où 42 centres d’examen comptant 690 salles d’examen accueilleront les petits candidats.

 

Ils sont 31 182 enfants – et de moins jeunes – à participer aux épreuves du CEPE (certificat d’Etudes primaires élémentaires) dans la circonscription (CISCO) de la ville d’Antananarivo, et presque vingt fois plus dans l’ensemble de la Grande Ile, puisque le nombre de candidats s’élève, cette année, à 571 173. Plus d’un demi-million d’élèves qui affronteront les épreuves du premier examen officiel de l’année à Madagascar. Parmi eux, une benjamine, la petite Onja du haut de ses six ans, passera le CEPE à Anjozorobe. Quant au doyen, deux adultes peuvent être qualifiés de « candidats les plus âgés ». Le premier est inscrit à Antananarivo et passera son examen au CEG Antanimena, tandis que le second est inscrit à Toliara. Tous deux sont âgés de 64 ans ! Les uns et les autres ont attendu ce jour d’examen avec sérénité pour les uns, et avec un peu de stress pour les autres… ainsi que les parents. En tout cas, les enseignants ont déjà prodigué les conseils utiles afin que leurs petits protégés passent leurs examens dans le calme. Cependant, l’ambiance de fête qui commence à se faire sentir, notamment dans la capitale, en cette veille de fête nationale peut quelque peu perturber certains petits candidats.

 

Sept épreuves. Répartis à travers plus de 1 800 centres d’examen et plus de 13 700 salles d’examen – dont 42 centres et 690 salles d’examen dans la CISCO Tanà ville – tous ces candidats au CEPE affronteront, ce jour, sept épreuves. Après l’appel des candidats devant chaque salle d’examen, à 7h30, les épreuves débuteront à 8h tapantes par l’épreuve d’opérations, suivie du problème, puis les épreuves de Connaissances usuelles et enfin l’épreuve d’histoire pour terminer la matinée. L’après-midi, à partir de 13h30, place aux épreuves de Malagasy, de Français et enfin la Géographie pour clore la session. Des dispositions particulières ont été prises pour les candidats en situation de handicap, notamment les non-voyants et les candidats atteints de surdité.

Sitôt les épreuves terminées, ce jour, les séances de correction pourront débuter dans les centres de correction. Antananarivo en compte 16. Les premiers résultats sont attendus dans quelques jours, sans doute avant la fin de la semaine.

Hanitra R.

 

Madagascar Tribune23 partages

4 300 tonnes de riz réceptionnés par le président de la République

Le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a réceptionné officiellement, au port de Toamasina, 3100 tonnes de riz sur les 4 300 tonnes offerts par la Chine, ce 19 juin –les 1 200 tonnes restants sont attendus au mois d’août prochain. C’est la réponse à l’appel du Gouvernement malgache après la période de sécheresse qui a sévi dans le pays, et le passage du cyclone Enawo. L’ambassadrice de la République Populaire de Chine, Yang Xiaorong, a déclaré lors de la remise de ce don que cette aide concrétise l’engagement pour une aide d’urgence d’une valeur de 30 millions de Yuans soit 14 milliards ariary, signé le 27 mars 2017, lors de la visite officielle du président Hery Rajaonarimampianina en République Populaire de Chine.

La gestion de ce riz est confiée au Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) qui distribuera aux populations des régions affectées par la sècheresse et les inondations mais aussi aux personnes vulnérables. Une partie de ce don sera destinée au stock prévisionnel du BNGRC en cas de catastrophe.

Très critiquée ces temps-ci par les sociétés civiles et politiques, la coopération et les investissements chinois sont importants à croire le président de la République car la Chine aide le pays à surmonter les phases difficiles comme c’est le cas avec ce don en riz, mais elle aide aussi Madagascar à asseoir un développement durable, à travers l’agriculture notamment, afin d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. Aujourd’hui, la Chine apporte son aide pour le développement de la culture du riz hybride, qui a déjà fait ses preuves dans plusieurs autres pays, en termes de productivité et de qualité.

La coopération chinoise touche plusieurs domaines, tels que les infrastructures routières, la santé, avec la venue de plusieurs équipes de médecins et la construction d’hôpitaux, la culture et les sports, ou encore l’hôtellerie et le tourisme. De nombreuses réalisations sont à l’actif de la Chine depuis l’établissement des relations diplomatiques avec Madagascar en 1972.

Midi Madagasikara20 partages

Parti HVM : Enième transgression d’une décision gouvernementale

Le week-end dernier, le HVM a démontré… sa force à Tuléar durant le congrès régional du parti au pouvoir. A priori, force est de reconnaître que ce dernier a réuni toute une foule. Mais à côté, des bruits laissent entendre qu’une fois de plus, « On a payé ces gens pour qu’ils viennent soutenir le HVM ». A supposer que cette affirmation revête un caractère véridique, la transparence des fonds mobilisés et des financements du parti au pouvoir méritent d’être connus ; surtout si leurs sources rentrent dans la légalité ou non. Néanmoins, derrière cette démonstration de force du HVM – qui, signalons-le au passage – était couplée par une grande manifestation apologique, il y a eu une transgression des premières dispositions du Conseil du gouvernement en date du 30 mai 2017.

Dérogation ? Nous n’ignorons pas que toute manifestation est interdite durant ce mois de juin afin de préserver la paix et la sécurité en cette période de festivités relatives à la célébration de la fête nationale. Une période « chaude » de l’année. Les citoyens se sont indignés et n’ont pas manqué de réagir sur les réseaux sociaux en dénonçant une atteinte pure et simple aux libertés d’expression et de manifestation. De leur côté, les partis politiques se sont conformés à cette mesure du moins pour l’instant. Si tout un chacun respecte cette mesure qui porte le sceau du régime, en vertu de quel principe le HVM se permet-il d’y déroger en agissant sciemment. De surcroît, l’utilisation des termes « toute » et « aucune » implique, théoriquement, que la liste est loin d’être exhaustive. Pour la énième fois, le régime actuel écrase l’Etat de droit et les principes y afférents qu’il prétend soutenir par contre.

Aina Bovel

Tia Tanindranaza19 partages

Hotsaraina anio RamarosonHafahana sa halentika ?

Hiverina hiakatra fitsarana anio 20 jona i Alain Ramaroson rehefa nandamoka ny raharaham-pitsarana azy ny 6 jona lasa teo.

 10 volana izay no nampidirana am-ponja azy vonjimaika. Raha tsiahivina, ny 3 aogositra 2016 izy no nanomboka notazonina tetsy amin’ny fonjaben’Antanimora. Resaka hosoka sy fampiasana hosoka tamin’ny raharahan-tany hifanolanany amin’ny fianakaviany no vesatra hanenjehana azy. Efa im-betsaka ihany no nihemotra ny fotoam-pitsarana ity mpanao politika ity. Ny tamin’ny 6 jona dia voalaza fa nisy tamin’ireo voapanga niaraka taminy no tsy nahazo fiantsoana, ka izay no antony nanemorana ny fitsarana. Samy miandry izay havoakan’ny fitsarana anio ny rehetra. Ho afa-bela tanteraka ve ny tenany sa hahazo sazy miantona sa hanohy ny figadrana etsy Antanimora ? Fantatra teo amin’ny sehatry ny politika i Alain Ramaroson ary nampalaza azy ny raharaha fanonganam-panjakana tamin’ny taona 2009, ka nahazoan’izy ireo fahefana tamin’izany fotoana. Tsy nisy niraharaha azy intsony ireo niara-dalana taminy tamin’ny tetezamita. Na ezahina lazaina ho raharaham-pianakaviana aza ny raharaha, dia tsikaritra fa mamofompofona politika satria fantatra ny firehan-kevitra sy ny fanehoan-kevitra maro nataony ka anisan’ny nivaivay ny fanenjehana ny fanjakana Rajaonarimampianina rehefa voadakan’ny HVM ny ankamaroan’ny olon’ny tetezamita. Azo eritreretina ihany koa fa miankina amin’ny mety hanekeny hangina, ka tsy hamelively ny fitondrana ny fahafahany. Mandeha ihany koa anefa ny resaka fa tsy homena fahafahana i Alain Ramaroson raha tsy aorian’ny 2018 sao hanakorontana fitondrana. Tombantombana avokoa izany fa dia miandry izay haloaky vavan’ny fitsarana ny rehetra.

Toky R

 

Midi Madagasikara19 partages

Drépanocytose : 2 millions de personnes atteintes à Madagascar

Se faire dépister pour savoir si on est porteur du gène responsable de la drépanocytose, pour lutter contre la maladie.

 

Environ deux millions de personnes sont concernées, à Madagascar, par la maladie génétique la plus répandue au monde, la drépanocytose. Environ 2% de la population malgache est, en effet, atteinte de la drépanocytose, dont une majorité est située dans la partie Sud-Est de Madagascar. Cette maladie du sang est due à une anomalie de l’hémoglobine, provoquant une dégénérescence des globules rouges, lesquels prennent une forme de faucille, d’où son appellation « sickle-cell disease ». Les globules rouges ainsi déformés ont du mal à circuler dans le sang et peuvent parfois se bloquer dans les vaisseaux sanguins. Cette maladie provoque des crises de douleurs extrêmement intenses chez les malades, amenant à l’appeler « maladie de la douleur ».

Dépistage. La drépanocytose, maladie génétique héréditaire, est transmise à un enfant par ses deux parents, lesquels peuvent donc être des porteurs sains du gène responsable de la maladie. Ou plus précisément, d’un allèle muté du gène régissant la structure de l’hémoglobine, la protéine qui assure le transport de l’oxygène dans le sang. D’où la nécessité de se faire dépister pour que chacun sache s’il est porteur sain ou non. « Si on se sait être porteur sain du gène, on peut prendre les mesures en conséquence quand viendra le moment de faire un enfant, car à ce moment-là, si le conjoint(e) est aussi porteur sain, il y a une chance sur quatre que le couple donne naissance à un enfant drépanocytaire », explique un parent d’enfant drépanocytaire qui, à force de vivre la maladie de l’intérieur, en ayant un enfant atteint et en étant lui-même porteur sain du gène, finit par en savoir beaucoup sur la maladie. Dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de la lutte contre la drépanocytose, hier 19 juin, des dépistages gratuits ont été proposés au public.

Hanitra R.

 

Midi Madagasikara18 partages

Une défiance qui s’installe lentement mais sûrement

Les opposants qui appellent à manifester semblent prêcher dans le désert, car le pouvoir est bien décidé à ne pas les laisser faire. Et pourtant, ils expriment le malaise qui existe dans le pays. Le régime considère pourtant qu’il n’y a pas péril en la demeure. Mais le doute et la défiance s’installent lentement mais sûrement.

Une défiance qui s’installe lentement mais sûrement

Jusqu’à présent, il ne s’agissait que d’interpellations du pouvoir en place. La conférence des évêques catholiques, dans son dernier communiqué, n’a pas hésité à critiquer durement certains ministères. L’Eglise catholique n’a pas mâché ses mots pour souligner la gravité de la situation. Ses constatations donnent un certain relief aux critiques répétées des opposants. L’un des principaux partis politiques actuels qui ne peut pas être taxé d’aventurisme a élevé la voix et a appelé la population à descendre dans la rue. Son appel n’a pas eu l’effet escompté, mais il reçoit quand même un certain écho auprès des citoyens qui analysent les agissements des dirigeants en place. Le congrès régional du HVM à Toliary a montré que le pouvoir continue de verser dans l’autosatisfaction et n’a pas l’intention de tenir compte des remarques faites par les opposants. Le parti du président de la République semble estimer qu’un véritable boulevard s’ouvre pour le régime en place et que le chemin menant à une réélection de leur champion est tout tracé. Mais il ne semble pas s’apercevoir que la démonstration de force n’est qu’un gigantesque trompe-l’œil, les centaines de personnes présentes n’étant pas toutes des militants convaincus. Le TIM de l’ancien président Marc Ravalomanana se prépare lui aussi à célébrer son quinzième anniversaire au début du mois de juillet. Les membres de ce parti comptent bien montrer qu’ils sont toujours présents sur le terrain. Le MAPAR d’Andry Rajoelina, lui non plus, n’est pas en reste. Lui aussi montrera son importance au moment voulu.

Patrice RABE

L'express de Madagascar17 partages

Profession de foi

Tapis blanc, flashes qui crépitent et hôtesses ravissantes, toutes de bleu vêtues. L’American Corner Center, petit précarré américain sis à Tanjombato, avait des airs d’Hollywood, vendredi dernier. L’Unicef, dans le cadre de la célébra­tion de son 70e anniversaire, avait fait les choses en grand. Il s’agissait de récompenser les travaux de journalistes ayant réussi le mieux à dénoncer des situations où les enfants sont fragilisés. Au-delà des paillettes, des petits fours et de l’entre-soi, il fait bon de revenir un peu sur ce moment qui a fait du bien à la profession.Ne serait-ce que les larmes d’Ellsa Gladys Rabenatoandro, journaliste de la radio nationale malgache, travaillant à Antsiranana, très émue de voir le fruit de son travail reconnu 1200 kilomètres plus loin, et faisant jaillir en elle l’espoir qu’enfin les autorités se pencheront sur le cas de la commune d’Anivorano où la problématique de l’eau empêche les enfants de se rendre à l’école. Ne serait-ce que de voir la fierté de Philiberte Amiko pour Radio Antsivabe de Morondava, qui gagne un peu plus de visibilité. Ne serait-ce Miangaly Ralitera, journaliste du groupe L’Express de Madagascar, la voix tremblante, estimer, après avoir relaté sa rencontre avec des familles à Bekily, « que toutes les jeunes filles ont le droit de vivre leur rêve ». Ou encore Patricia Andrianirina, journaliste du quotidien La Vérité, qui reconnaît « avoir eu des problèmes avec les sources officielles auprès de la justice, mais bon … », lorsqu’elle a voulu témoigner sur la réalité des mineurs délinquants. Ne serait-ce enfin Andry Rialintsalama qui, en recevant son prix, a pensé « à ces familles courageuses » d’Ambo­vombe, aux prises avec la faim, qu’il a rencontrées.Ce n’était pas le Pulitzer. Cela reste un concours organisé par un organisme, d’abord soucieux de faire passer les messages qui lui tiennent à coeur. Il n’empêche que le message est passé. Les journa­listes ont fait leur job, dans les règles de l’art, et il est important de le souligner. La profession n’est pas au mieux de sa forme ces temps-ci. La crédibilité des journalistes est souvent mise en cause. Des confrères sont malmenés dans les conférences de presse. Et pour ne rien aider, des moutons noirs n’ont aucun scrupule à se prévaloir d’un titre dont ils ne comprennent ni les enjeux ni les responsabilités. Trop occupés qu’ils sont à courir après ce « quatrième pouvoir » qu’on leur fait miroiter. Le confondant, d’ailleurs, à un pouvoir de coercition … économique.La presse va mal. Elle est à la merci des puissances. Qu’elles soient politiques ou économiques. Elle s’autocensure souvent pour garder le peu de marge de manoeuvre dont elle dispose. Et personne n’est épargnée. « La presse imprimée et numérique chancelle, incapable de juguler la dégradation de ses contenus et de stabiliser son assise économique. » C’est Pierre Rimbert du Monde Diplomatique qui le dit. En France, le Garde des sceaux fraîchement nommé du gouverne­ment En Marche s’octroie le droit d’interpeller une rédaction dont le travail ne répondait pas à ses attentes. Aux États-Unis, il y a Trump … À Madagascar, un directeur de ministère invective sans complexe les journalistes qui, à ses yeux, « interprètent les faits au lieu de simplement les relater ».Alors, pour une fois que la profession est mise en avant, que le stress laisse la place aux strass, pourquoi faire la fine bouche ?Il est encore possible, dans ce pays, de témoigner, d’informer en bonne et due forme. On ne le doit pas au pouvoir politique soucieux de contrôler le moindre écart pouvant nuire à son image. On ne le doit pas au pouvoir économique qui défend avant tout ses intérêts. On le doit à des femmes, des hommes, une plume, un micro, une caméra ou un appareil photo à la main, convaincus que ce qu’ils font rend service à la société.

Par Rondro Ramamonjisoa

Tia Tanindranaza15 partages

Rija Rasolondraibe sy ny Mission SOSHanafana eny Alarobia mandritra ny 4 andro

« Famantarana sy fahagagana » no lohatenin’ny hetsika iarahan’ireo misionera miisa 300 avy amina firenena 25 sy ireo mpihira ara-pilazantsara vitsivitsy toa an-dry Rija

 

 Rasolondraibe, hotronin’i Joseph D’af sy ny Antsa an’i Kristy manomboka rahampitso alarobia ka hatramin’ny alahady 25 jona izao etsy amin’ny kianjan’Alarobia. Toriteny sy fiderana an-kira no hita eny an-toerana mandritry ny 4 andro, hoy ny fanazavana, ary hisy ihany koa ny asa sosialy samihafa toy ny fizarana sakafo sy entana ilaina amin’ny andavanandro raha ankatoavin’ny ben’ny tanànan’Antananarivo. Ny hitory ny filazantsara sy hampahafantatra an’i Jesoa Kristy amin’ny olon-drehetra no tena tanjona, hoy ny mpikarakara ary ireto misionera ireto no ho vavolombelona.

Mirija

 

 

Midi Madagasikara15 partages

Filière d’exportation : Relance de la culture de lingot blanc de Miandrivazo

Faly Export distribuant les produits d’hygiène dans sa zone d’intervention.

Les activités de RSE doivent être inscrites dans la politique de développement des filières, selon Faly Rasamimanana, le directeur général de Faly Export, qui plus est le promoteur du label référentiel HOREB à Madagascar.

La production de haricots de Miandrivazo avait une notoriété mondiale. Mais le pays a perdu une part de marché en raison de la dégénérescence de la qualité de ce produit d’exportation très prisé sur le plan international. Des projets de développement ont contribué à relancer cette filière porteuse en appuyant les petits exploitants agricoles. « Mais depuis que nous avons promu l’exportation de ce grain sec, il y a deux ans, nous avons encore constaté un mélange de deux variétés dans le même sac, alors que la variété exportable est le lingot blanc », a évoqué Faly Rasamimanana, le Directeur général de Faly Export, lors d’une rencontre avec la presse hier. Face à cette situation, « Nous avons effectué une descente sur le terrain afin d’identifier les contraintes ne permettant pas à ces producteurs de fournir des produits de qualité et en quantité. Et après avoir apporté des solutions dans le cadre du système inclusif et durable, HOREB (Hygiène, Organisation et Restauration de l’Environnement et de la Biodiversité), que nous avons initié, nous avons relancé la culture de lingot blanc dans le district de Miandrivazo, et ce, avec l’implication effective des autorités locales, dont entre autres  le Chef de district », a-t-il poursuivi.

Charte HOREB. Parmi les contraintes, cet opérateur économique a soulevé entre autres, la propagation de la bilharziose affectant la population locale à cause de la défécation à l’air libre et à l’exposition à l’eau contaminée et non potable. Dans le cadre de ses activités de RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise) via le système HOREB, la société Faly Export a distribué des médicaments pour traiter cette maladie parasitaire dans le « fokontany » de Tsarafidy. Des « Sur’eau » ainsi qu’une pompe à eau manuelle ont été également offerts pour permettre à la population locale d’accéder à l’eau potable. Cette société exportatrice distribue ce produit de purification d’eau tous les deux mois afin de lutter contre la diarrhée dans sa zone d’intervention. En outre, quatorze latrines y ont été installées. « Nous sensibilisons les exploitants agricoles ainsi que leurs familles respectives bénéficiaires de cette donation à respecter cette bonne pratique d’hygiène. C’est inscrit dans la charte HOREB. L’objectif consiste à améliorer la santé de ces producteurs pour qu’ils puissent avoir plus de rendement de productivité. Et six tonnes de semences de variété lingot blanc leur ont été distribuées gratuitement afin de relancer la culture de ce produit d’exportation. La récolte est prévue en août prochain », a expliqué Faly Rasamimanana.

Ravagés par les rats. Mais ce n’est pas tout ! Le retard de l’arrivée des pluies a eu des retombées économiques négatives pour le secteur agricole dans le district de Miandrivazo lors de cette campagne. Pire encore, la majorité des cultures des paysans est actuellement ravagée par les rats.  La société Faly Export a ainsi apporté son aide en vue d’une dératisation massive. Un projet de reboisement est également prévu au niveau des sources d’eau, et ce, en collaboration avec le district de Miandrivazo afin d’éviter le tarissement des lacs.  Bref, « Les activités de RSE doivent être incluses dans la politique des filières car cela permet d’améliorer la production tant en qualité qu’en quantité. L’implication du secteur privé dans le développement de ces filières permet entre temps de développer les zones productrices tout en luttant contre l’insécurité », a conclu ce promoteur du label référentiel HOREB.

Navalona R.

Midi Madagasikara15 partages

Droits pédagogiques à ENS : Les étudiants protestent

« Les droits pédagogiques sont trop élevés. Nous réclamons une baisse de cette somme qui est au-dessus de nos moyens » ! Les étudiants de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) ont manifesté, hier, en milieu de journée,  pour protester contre la hausse des droits pédagogiques pour les étudiants en Master 1 et Master 2. Ces droits sont respectivement de 240 000 ariary pour les M1 et 400 000 ariary pour les M2 actuellement. Une somme que les étudiants refusent de payer pour pouvoir s’inscrire. Les manifestants ont bloqué, pendant un moment, la circulation à Ampefiloha, devant l’ENS, hier, provoquant un ralentissement de la circulation. L’arrivée des éléments de l’EMMO-REG et de l’UIR ont rapidement fait disperser les étudiants, lesquels sont retournés dans l’enceinte de l’établissement. Des pourparlers ont déjà été menés entre les responsables de l’Ecole Normale Supérieure et les étudiants en master, sans qu’aucun terrain d’entente n’ait pu être trouvé. La manifestation reprendra, ce jour, ont maintenu les étudiants. Affaire à suivre.

Hanitra R.

Midi Madagasikara14 partages

Recherche : Contribution à la réduction du coût de production

Les secteurs de l’agriculture et de l’élevage seront les premiers bénéficiaires de l’utilisation des résultats de recherche.

 

De nombreux résultats de recherche entrepris par des centres de recherche et des projets seront vulgarisés dans le cadre de la foire sur la mécanisation agricole organisée par le Centre de Formation Agricole et de Mécanisation Agricole (CFAMA), dans le cadre de la célébration de son 35e anniversaire. « L’utilisation de résultats de recherche contribue à la réduction du coût de production des exploitants agricoles opérant dans le secteur de l’agriculture ou dans le secteur de l’élevage », a expliqué Randrianaritiana Pierrot Serge, le Secrétaire général du ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage. A titre d’illustration, « Nous mettons à la disposition des paysans des variétés de semences agricoles permettant d’effectuer des cultures inter-saison pour faire face à la concurrence sur le marché international. Ainsi la période de récolte des produits d’export sera différente de celle des autres pays concurrents », a-t-il exposé.

Super granulé. En outre, « Le système d’irrigation par aspersion sera également vulgarisé afin de soutenir les zones à forte potentialité agricole qui sont entre autres exposées par la sécheresse ou qui subissent un retard de la pluviométrie. Cela permet en même temps d’améliorer la production », a-t-il enchaîné. Il ne faut pas non plus oublier la vulgarisation des techniques agricoles plus appropriées par le projet PAPRiz visant à réduire le coût de revient des producteurs. Par ailleurs, le centre national de la recherche appliquée au développement rural (FOFIFA) vient de produire des engrais urées dits super granulé, sous forme de bonbon. « Cela permet de mieux fertiliser le sol tout en améliorant la production, car l’intrant n’est pas lessivé facilement suite à l’irrigation », a fait savoir le Numéro 2 de l’Agriculture.

Automatisé. Et au niveau du secteur de l’élevage, la promotion de la culture fourragère est indispensable surtout pour l’élevage de vaches laitières. Des matériels et équipements nécessaires à la transformation et à la conservation des fourrages sont distribués afin d’assurer l’alimentation des bétails tout au long de l’année. En ce qui concerne l’élevage avicole, tout est déjà automatisé grâce à l’utilisation de nouvelles technologies allant de l’abreuvage et l’alimentation des cheptels jusqu’à la collecte des œufs. Et tout cela, pour aider les exploitants agricoles à se professionnaliser dans leurs activités.

Navalona R.

Midi Madagasikara14 partages

Congo Telecom : Rupture du câble sous-marin WACS

Les internautes ont encore en tête la coupure d’Internet due à la rupture du câble Eassy. Ce genre d’incident ne touche pas uniquement Madagascar, dans la mesure où la rupture d’un câble sous-marin de fibre optique peut arriver dans tous les pays. C’est le cas récemment de Congo Telecom.

Selon en effet l’administrateur général de Congo Telecom, Akouala Akoula , les travaux de réparation du câble sous-marin de fibre optique WACS, sectionné le 11 juin dernier, débutent la semaine prochaine. Un bateau en provenance du Cap, en Afrique du Sud depuis le 13 juin, est arrivé à Pointe- Noire, hier. Les opérations de maintenance du câble sous-marin vont probablement commencer aujourd’hui.

D’après la plateforme d’information journaldebrazza, l’administrateur général de Congo Telecom a également indiqué que la « coupure du câble a d’abord touché sa partie cuivre, l’endroit où passe le courant pour alimenter les répéteurs en mer. C’est pour cela que nous avons bloqué l’équipement de notre côté, pour être alimenté par le Cameroun ». Le responsable a ajouté que ses équipes techniques sont à pied d’œuvre pour le rétablissement du service, en attendant l’opération de maintenance programmée par le consortium WACS.

S’exprimant sur l’interruption « accidentelle » de l’accès à Internet au Congo par le câble WACS, Thierry Moungalla, le ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement, a déclaré, le 15 juin 2017, qu’«Il n’y a pas d’autres explications que celles-là, il n’y a pas de malices, il n’y a pas d’autres événements qui pourraient expliquer cet incident».

En attendant la réfection de la fibre optique qui peut prendre 2 à 7 semaines, les opérateurs télécoms présents sur le marché télécom congolais, ont mis en place des solutions alternatives pour répondre à la demande en connectivité de leurs consommateurs.

Recueillis par R.Edmond

Madagascar Tribune13 partages

L’affront du HVM

Le parti HVM vient d’organiser son congrès régional à Toliary suivi d’inauguration à la pelle et d’un conseil des ministres. Le prochain congrès se tiendra à Mahajanga ; en attendant l’opinion a pu apprécier la « grandeur » de la cérémonie du congrès à travers les reportages télévisés. Tout en blanc et bleu, le HVM a habillé au couleur du parti présidentiel une foule immense. On peut dire qu’ils n’ont pas lésiné sur les moyens.

Cette ostentation a offusqué plus d’un. Au moment où la grande majorité, plus de 92% selon les chiffres officiels, se bat dans la misère, déployer tous ces moyens pour une cause politique est considéré comme une insulte, une indécence au plus haut degré. D’autant que de grandes interrogations demeurent sans réponse sur les origines de ces moyens que s’offre le parti présidentiel. Beaucoup de chefs politiques et de leader d’opinion ne s’empêchent pas d’affirmer « qu’on sait très bien d’où vient l’argent gaspillé pour se donner une belle image. Ce n’est pas Claudine Razaimamonjy qui va nous contredire », font-ils comprendre. D’autant que ces messieurs dames qui se pavanent sur l’estrade HVM n’ont pas du tout assuré sur ce dont ils sont payés. L’insécurité est devenue dramatique, entre kidnappings, attaques à main armés et vindictes populaires. Sur le côté socio-économique, rien ne va ; les infrastructures de base sont en déliquescence faute d’entretien. On ne sait pas trop ce que font les princes qui nous gouvernent à part faire la fête au frais de la princesse et faire le tour du monde !

En tout cas, les promesses sont légions et les gouvernants ne cessent de persuader l’opinion sur les caractères indispensable et incontournable des aides, des prêts et des investissements étrangers pour développer le pays.

Midi Madagasikara13 partages

Basket-ball – N1A : La coupe de la Ligue à SBBC et Fandrefiala

Hiérarchie respectée lors de la Coupe de la Ligue de Basket-ball, puisque les deux premières équipes de la phase aller du championnat de Madagascar de la N1A s’offrent les trophées notamment Fandrefiala chez les dames et Soma Beach Basket Club chez les hommes.

Les meilleurs ont gagné ! C’est le moins qu’on puisse dire à l’issue des deux finales de la Coupe de la Ligue disputées au Complexe sportif de Mahajanga et devant une foule évidemment des grands jours.  Et à grand jour, deux grandes finales dont l’issue n’a réellement fait jour que lors du troisième quart  temps.

Politique et basket. D’abord chez les dames, MB2ALL a pris l’ascendant sur Fandrefiala avant de se faire rejoindre à la mi-temps (27 à 27). Mais poursuivant sur cette belle lancée, les protégées de Cyril Rasolojaona  se mirent à pratiquer un pressing payant pour mettre six points d’écart qu’elles ont eu tout juste à gérer au cours du dernier quart temps. Du travail bien fait qui prive d’un titre, toujours bon à prendre, le club de Ndranto Tagg dont l’absence a été un grand handicap pour ses joueuses. Mais que voulez-vous ? Une carrière politique ne signifie pas avoir toutes les coudées franches et comme il se devait d’être à Toliara avec la grande famille HVM, Ndranto Rakotonanahary a du laisser le basket-ball. Une remarque tout aussi valable pour le président de l’ASCUT, Mbola Rajaonah.

Résultat, la victoire finale est allée à Fandrefiala sur le score de 75 à 67.

Quant aux dames du SBBC, elles ont fini à la troisième place du championnat en battant l’étonnante JEA Antsirabe par 66 à 50 montrant par la même occasion qu’elles ne sont pas loin, mais qu’un coup de lifting s’impose pour espérer tenir le premier rôle comme chez les hommes.

Bouillant Boana. Ces derniers ont en effet terminé premier du classement pour ensuite ravir la coupe en s’imposant devant l’ASCUT pourtant revenu au premier plan grâce au coaching de Bomba. Mais poussé au combat par Boana, le bouillant entraîneur majungais, SBBC a imposé un rythme fou à la finale pour ensuite réussir un trou au troisième quart temps avec un écart de six points qu’il n’a fait ensuite que gérer.

Au final, le score de 56 à 50 montre que ce SBBC là est prévu gagner dans la durée et que le cas échéant, il sait aussi se défendre grâce à ses géants notamment Fiary et Lon. Comme Mami d’ailleurs élu meilleur joueur de ce sommet de Mahajanga, mais aussi Nono et Joma font du bon travail,  le SBBC a ainsi son collectif comme principale arme. Mais le basket-ball, c’est aussi cela avec un effectif homogène où tout le monde peut être aligné à tout moment selon les circonstances. Sacré SBBC !

Clément RABARY

Midi Madagasikara13 partages

ASF : Transfert de la technologie verte

Dans le cadre de ses actions de plaidoyer pour la promotion du panafricanisme, Actions Sans Frontière (ASF) a plaidé pour un transfert de technologie verte et de la culture entrepreneuriale ambitieuse en faveur de tous, et ce, avec l’appui de la BAD (Banque Africaine de Développement). Pour commencer, des actions sont ainsi menées au niveau des enfants dans les écoles, conformément au Plan Sectoriel Education, ensuite au niveau de la communauté locale dirigée par le Maire, les jeunes qui ont une potentialité stratégique et les entrepreneurs ruraux.

Cette initiative devrait être mise en oeuvre dans une sous-région, par exemple le bassin de Mandialaza, qui abrite la forêt naturelle protégée d’Angavo. En effet, il est inacceptable, d’après ASF, si des centaines de milliers de mètres cube de pin ont été exploitées par une grande société d’exploitation forestière dans cette sous-région forestière depuis plus de 20 ans alors que les bureaux des communes et les écoles ne disposent pas jusqu’à maintenant des mobiliers adéquats. ASF revendique ainsi un partage de la culture technologique et entrepreneuriale verte en vue de l’industrialisation de l’économie rurale, car sans l’industrialisation, l’exportation et l’émergence d’un secteur privé fort et ambitieux, aucun pays d’Afrique ne peut prétendre sortir de la pauvreté et contribuer à la croissance.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara11 partages

Tennis – Maurice : Jacob Rasolondrazana a réalisé un doublé

Difficile de l’arrêter. Jacob Rasolondrazana vient d’ajouter un nouveau palmarès à son actif à l’Ile Maurice. Samedi en finale de l’Emcar Sport, le natif d’Antsiranana a confirmé une fois de plus son statut de favori. En finale, il s’est imposé face au Roumain, Daniel Bazu en deux sets à un,3-6, 6-1 et 6-3. Lors de cette finale, le Roumain a remporté le premier set avant que Jacob égalise le jeu à un set partout.Le troisième set, les deux joueurs se rendaient coup pour coup, mais, Bazu se fait breaker au moment décisif pour laisser la victoire à Jacob. « Cela faisait un mois que je ne me suis pas entraîné correctement me concentrant plus sur mon travail de coaching. Je suis très heureux de conserver ma couronne d’autant plus que j’étais plus libéré en fin  de partie. Je suis compétiteur dans l’âme et je n’ai qu’une envie, c’est de poursuivre sur ma lancée » a déclaré Jacob selon le journal Le Mauricien. Après ses titres en 2013, 2015 et 2016, Jacob a remporté son 4e titre cette année. Dans ce tournoi, il a balayé tour à tour, Hemanshu Rambojun et Kenny Ah Chuen. Et Jacob a réalisé un très doublé en s’offrant aussi du tournoi du double. Associé à Hemanshu Rambojun, Jacob a survolé la finale du tournoi  contre Ludovic Louis et Kenny Ah Chuen par deux sets à zéro, 6-2 et 6-0. Autant dire que Jacob est devenu un phénomène à l’Ile Maurice en raflant tout sur son passage.

T.H

Midi Madagasikara11 partages

Politique nationale de la Jeunesse : Le FFPM aux côtés de l’Etat

A part l’Etat, d’autres acteurs s’engagent dans la mise en œuvre de la Politique nationale de la Jeunesse (PNJ), à l’instar du « Fikambanan’ny Fiangonana Protestanta eto Madagasikara » (FFPM). Vendredi dernier, cette institution a organisé une levée de fonds dans le cadre du projet « Hetsika Nehemia 3 », axé sur la promotion des jeunes dans la refondation de la nation, traduit par « fanarenana ny firenena » par les organisateurs. Le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), représenté par son Directeur des Ressources humaines, a ainsi contribué à hauteur de 2 millions d’Ariary lors de cette levée de fonds.

Promotion des Jeunes. Quels secteurs de Madagascar va-t-on reconstruire et améliorer ? Le président du FFPM répond en disant : « Selon nous, cette refondation passe autant par l’aspect matériel (structures et infrastructures, formations, etc.) que spirituel. En tant qu’entité religieuse, nous avons un devoir d’éducation sociale et apportons concrètement notre part à l’édifice. » Par ailleurs, Lovatiako Ralaivao, Secrétaire Général du MJS a explicité en quoi cette initiative du FFPM rejoint la PNJ de l’Etat : « Nous avons décidé de soutenir cette initiative du FFPM, car il met en exergue l’importance capitale du dynamisme de la jeunesse dans le décollage socio-économique du pays ».

Luz R.R

Midi Madagasikara10 partages

TGC : « Vavaka Fiderana », quatre concerts pour le pays

TGC en concert gratuit toute la semaine.

En cette veille de la fête nationale, les prières pour le pays viennent de partout. Et les artistes évangéliques, qui prêchent la Bonne Nouvelle au quotidien, n’oublient pas que le pays traverse actuellement des problèmes, et que les Malgaches en sont les premières victimes. Pour cette semaine entière donc, le TGC donne un concert gratuit tous les soirs, de 18h à 19h au « Tranompokonolona » Analakely. La série de concerts débute ce soir, puis les 21, 22 et le 23 juin. Plusieurs guests participeront à ces concerts gratuits : TDL, qui a récemment fait le plein à Antsahamanitra, Antsan’i Kristy, des incontournables dans le monde de la musique évangélique, The Singers of Jesus et bien d’autres. Le groupe TGC n’est pas un nouveau venu dans ce genre d’initiative, et a longtemps organisé ces concerts gratuits pour le pays. Et pas qu’en période de festivités nationales, mais tout au long de l’année.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara10 partages

Okalou : Skol et XXL illuminent Mazaval Run

Les jeunes se sont donné à fond lors de ce Mazaval Run.

Evénement unique en son genre, le Mazaval Run organisé par Okalou s’est tenu vendredi dernier au stade annexe de Mahamasina et a attiré plus de 3 500 personnes. Un réel succès pour une grande première.

 

C’était vendredi soir, dans une ambiance très fun au Stade annexe de Mahamasina. L’événement Mazaval Run a attiré plus de 3 500 personnes. Des jeunes et des générations confondues venus se prélasser autrement, alliance sport et fun, dans un concept totalement innovant. Car outre l’aspect purement physique, il y a un volet ludique et festif : un premier arrêt à l’animation Disco, puis une deuxième escale au Chinese Hip Hop, puis place au point « Robot duster », avant d’enchaîner sur le « Gasy Gasy », le « Magic Forest » et finalement « Afro Trap ». La soirée se termine dans une ambiance totalement électro avec DJ Kiero, Dj Gouty et DJ Shinchan et une partie spectacle animée par Steph Rambi, Rak Roots et Do-B. XXL, boisson des amateurs de sport et de sensations fortes, ainsi que Skol, destiné aux jeunes adultes branchés, ont été aux côtés des participants lors de cette soirée. D’ailleurs, XXL a doté les 500 premiers venus de boissons afin de les booster tout au long de la soirée.

Avec le Zumba Fluo qui a débuté la soirée, à 18h30, tout le monde s’est échauffé. Le parcours de 1 km ne s’est pas fait tout seul, plusieurs arrêts ont ponctué le chemin. Les participants ont mis à l’épreuve leur endurance et se sont surpassés. Tout le monde était dans le thème du « Mazaval », ces couleurs fluorescentes qui brillent dans la nuit. Une séance de facepainting avec Skol a également attiré le public. Au rythme de la musique électro balancée par Mr DJ, tout le monde a ensuite dansé jusqu’au bout de la nuit.

Anjara Rasoanaivo

News Mada9 partages

Gastronomie : “Mad to Miss Madagascar” à Londres

Très peu connue en Grande Bretagne, la gastronomie malgache a été à l’honneur lors d’un évènement organisé à Londres, le 17 juin dernier. « Mad to Miss Madagascar » a célébré l’art culinaire malgache dans tous ses états. Trois Malgaches installés au Royaume-Uni, depuis les années 90, sont les initiateurs  de cet évènement

La tradition culinaire malgache est fortement influencée par la cuisine asiatique, indienne, arabe ou africaine. Au cours de la soirée « Mad to Miss Madagascar« , les visiteurs ont pu  goûter plusieurs plats typiques de la Grande île.  .

La gastronomie fait partie des atouts touristiques à mettre en  valeur pour le développement de ce secteur à Madagascar, estiment les professionnels du tourisme. Plusieurs manifestations ont déjà précédé cet évènement pour faire découvrir aux touristes étrangers les saveurs de Madagascar.

R.R.

 

Midi Madagasikara8 partages

JUDO : Saint-Michel prépare sa relève

Une compétition interne pour les petits judokas de Saint-Michel samedi dernier afin de démontrer à tous les objectifs de cette discipline pour ses adeptes.

Des jeunes, des tout petits mêmes qui adorent le judo et qui ont démontré aux parents et membres du club de Saint-Michel judo leur passion pour cette discipline. Voilà l’ambiance à Amparibe samedi dernier avec les quelque 50 judokas qui ont été en compétition. Sous la houlette de

Rakotondralambo Tahiana, nouveau jeune président du club, la journée a permis aux parents donc de connaître les bases de l’éducation par le sport au collège Saint-Michel. Esprit, corps et âme sont pris en compte et surtout que cela rime avec la devise du club : « prospérité et bienfaits mutuels ». Le judo n’est pas seulement un sport de compétition, mais aussi et surtout un jeu avec lequel les enfants  s’expriment. Le respect de soi-même et de l’autre reste incontournable.

Le collège suit de près les activités du club, ne serait-ce que par la présence du révérend Père Célestin Rakotondramavo, directeur des sport du collège Saint-Michel. La ligue d’Analamanga avec sa présidente Vola Elena Raoelison était là, ainsi qu’un représentant de la fédération malagasy de judo.

Les jeunes étaient répartis en quatre groupes selon l’âge et le poids et ils se sont affrontés en judo au sol, judo debout, ou judo sumo. Les anciens du judo club de Saint-Michel ont assuré côté arbitrage, coach, techniciens assistés par les entraîneurs du club Maître Andriamasy, Maître Rejo, Maître Dera et Maître Ony. Des démonstrations techniques ainsi que des explications ont été proposées à tous.

Le staff actuel du judo club Saint-Michel

Président : Rakotondralambo Tahiana

Secrétaire Général : Rakotomalala Lucienne

Trésorière : Razafiarijaona Zoniaina

Directeur Technique : Rasoloson Randy

Conseillers : Randrianasolo Olivier et Ralambo Andry

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara7 partages

Volley-ball : Une formation d’entraîneurs de niveau 2 du 20 au 24 juillet prochain

Les passionnés de volley-ball qui veulent se perfectionner dans leur discipline seront servis. Avec deux entraîneurs en la personne d’André Glaive instructeur de la fédération française de volley-ball et de Razafinjatovo Honoré de la fédération malgache, les intéressés peuvent se spécialiser en tant qu’entraîneur niveau 2. Ils devront contracter leurs ligues ou les conseillers techniques celles-ci.

Anny Andrianaivonirina

News Mada6 partages

MJS : le budget de fonctionnement revu à la baisse

La joie a été de courte durée dans le milieu sportif après que l’Etat a décidé d’amputer les crédits initiaux alloués au  ministère de la Jeunesse et des sports (MJS).

La Loi de finances rectificative (LFR) de cette année a été fatale pour le sport malgache. Sur les 27 627 356 000 ariary destinés au MJS, l’Etat a jugé opportun d’enlever la somme de 1 169 201 000 ariary. Désormais, il ne reste plus que 26 458 155 000 ariary de crédits disponibles pour le MJS.

Mais, vu que la LFR a été adoptée à la fin du premier semestre, des dépenses ont été engagées auparavant par le ministère. De ce fait, les crédits restants sont inférieurs à ces crédits rectifiés à hauteur de 26 milliards d’ariary. Certes, cette somme reste largement supérieure au budget de l’année dernière d’un montant de 18 milliards d’ariary. Mais, cela n’enlève en rien au fait que le sport demeure le cadet des soucis du pouvoir en place.

En effet, à l’approche des différentes compétitions qui se déroulent habituellement durant le deuxième semestre de l’année, les fédérations ont besoin de plus de soutien de la part de l’Etat via le MJS. C’est le cas notamment pour les prochains Jeux de la francophonie. Moins de deux mois avant ce grand rendez-vous, les fédérations attendent toujours un signe du ministère quant à la participation ou non de Madagascar, sans parler des soutiens dans la préparation des athlètes. Quid également des championnats nationaux dans diverses disciplines sportives. Faute d’argent, certaines fédérations n’arrivent même plus à organiser un sommet national.

Affectation ailleurs

Cette baisse des crédits alloués au sport n’est pas due à la diminution des recettes enregistrées par l’Etat. Pour cause, certains ministères ont vu leurs crédits augmenter, entre autres, la Présidence et le ministère des Finances et du budget. Ce qui signifie que l’argent amputé au MJS a été affecté à d’autres entités étatiques.

Mais, le MJS ne peut pas prendre cette baisse comme excuse pour ne pas donner un coup de main aux différentes disciplines sportives. Avant, avec un budget largement inférieur, quelques fédérations ont pu néanmoins jouir du soutien financier du ministère de tutelle.

Rakoto

L'express de Madagascar6 partages

Anosy – À la recherche d’entrepreneurs

Promouvoir l’entrepreneuriat et fouetter l’emploi. Tels sont les objectifs du Centre d’affaires de la région Anosy (Cara) en organisant, avec la Jeune Chambre internationale de Fort-Dauphin, un concours de projets d’entreprise. « Bon nombre de jeunes de la région sont au chômage alors qu’ils sont diplômés. C’est pour cette raison que nous avons décidé de lancer cette initiative et de soutenir les jeunes qui ont des idées d’entreprise », explique Zico Rakotondrina, chargé du développement des opérateurs locaux au sein du Cara.De ce fait, quelques jeunes ont pu présenter des projets porteurs d’innovation économique et sociale, samedi. Cela s’est passé devant les institutions financières et les partenaires techniques et financiers à l’instar de Rio Tinto QMM. De plus, des professionnels venus de l’Université de renommée internationale de l’Arizona, étaient présents lors de la présentation. La finale se déroulera demain. À cette occasion, le gagnant sera primé de 500 dollars et bénéficiera d’un accompagnement du Cara pendant six mois, afin de concrétiser son idée dans une entreprise rentable.Durant le concours, il a été constaté que l’accès au financement demeurait un facteur de blocage. Quoiqu’il en soit, les jeunes de la région Anosy sont prêts à relever les défis dans tous les secteurs d’activités.

Moise Fanomezantsoa

News Mada5 partages

Festival Rio Loco : Wawa enivre la diaspora à Toulouse

Sans conteste, le prince du salegy a conquis la scène toulousaine à l’occasion du festival Rio Loco qui s’est tenu du 15 au 18 juin dernier.

Un carrefour des artistes de part et d’autre des horizons, Rio Loco a mis un accent particulier sur les artistes malgaches et des îles sœurs pour cette édition. A cette occasion, la scène malgache a été représentée par des artistes aussi variés que le roi du salegy Jaojoby  et son épouse Saramba, mais également Valiha Babah, Damily, Toko Telo, The Dizzy Brains, Rajery et la compagnie Zolobe. Wawa figure parmi les artistes qui ont assuré le clou du spectacle.

Il fallait s’y attendre, le chanteur de «Mahafaka Chaouko» a fait un carton tout au long de la soirée dominicale à la Prairie des Filtres. «Nous pouvons être fiers d’avoir un public immense qui nous a soutenus à travers un festival d’envergure comme le Rio Loco. Nous aurons bien des occasions de réitérer cette expérience à l’occasion d’une tournée de 2 mois en France au mois d’octobre prochain», confie-t-il.

A peine Rio Loco clôturé en apothéose, Wawa s’est rendu hier matin à Nairobi, Kenya. Il ne s’agit point d’une balade de santé ni moins d’une tournée artistique comme le chanteur a l’habitude d’effectuer lors de ses multiples sorties hors de nos frontières, mais plutôt d’une séance d’enregistrement avec le groupe ivoirien Kiff No Beat au Coke Studio Africa.  Après Denise (Deenyz) qui vient récemment d’annoncer une collaboration avec Jason Derulo, Locko et Mr Bw, il est donc le deuxième artiste malgache à fouler ce prestigieux studio.

Joachin Michaël

 

Ino Vaovao4 partages

FARITRA ATSIMO - TSY FAHAMPIAN-TSAKAFO : Tsy mahita vahaolana momba ny kere ny Fanjakana

Ny zaza amam-behivavy no tena misedra olana amin’izany hatramin’izao fotoana izao saingy mbola tsy hita izay fepetra raisin’ireo tompon’andraiki-panjakana manoloana izany hatreto fa toa tsy maha-vahaolana akory izy ireo. Nisy fotoana aza ny Filoham-pirenena fa tsy misy akory izany kere izany any Atsimo. Toa zary fampanantenana poakaty no iainan’ny vahoaka madinika ankehitriny.

Araka ny fanambaràna navoakan’i Jean Michel Henri Solombavambahoaka ao amin’ny Distrikan’ Ambovombe momba ity fahasahiranana goavana mahazo ny vahoaka ity dia “ efa betsaka ireo atrik’asa maro samihafa nitadiavam-bahaolana hisorohana ny kere saingy mbola tsy nisy ny ezaka hita maso vitan’ny Governemanta”.

Nandritra ny fihaonana nataon’ny Parlemanta sy ny Governemanta teny amin’ny Antenimierampirenena farany teo iny aza dia mbola nanao fangatahana sy niady mafy hatrany ity Solombavambahoaka ity mba hampiarana ireo paik’ady efa novinavinaina ka hanafoanana izany faran’izay haingana .

Tatianà R.

L'express de Madagascar4 partages

Santé de la reproduction – Plus de liberté sur le planning familial

La nouvelle loi sur le planning familial a été adoptée à l’Assemblée nationale. Elle donne plus de liberté à la santé de la reproduction.

Autorisée. La loi 002/2017 du 8 février sur la santé de la reproduction et le planning familial annulera les textes du 31 juillet 1920. Elle offrira plus de liberté à tout un chacun sur le choix du planning familial, alors que l’ancien texte a interdit toute forme de publicité, entravant à la reproduction. Elle a été adoptée par une trentaine de députés, hier, en début de soirée, à l’Assemblée nationale à Tsimbazaza. « L’ancienne loi n’est plus compatible avec les réalités. À l’époque coloniale, on a incité les familles à avoir beaucoup d’enfants, pour avoir beaucoup de mains d’œuvre. Par conséquent, l’augmentation du nombre de la population est trop rapide, par rapport à l’augmentation du taux du produit intérieur brut (PIB).  », a expliqué le secrétaire général du ministère de la Santé, le Dr Joséa Ratsirarson, pour persuader les députés, présents à cette séance plénière, à voter la loi.

Grossesse interrompueCette nouvelle loi met en avant la santé reproductive des jeunes, en âge de procréer. Son article 21 stipule, entre autres, l’obligation de « Conseils et d’offre sde service contraceptif pour les adolescents et les jeunes, ayant une vie sexuelle active, mariés ou non ». Le Dr Joséa Ratsirarson précise, toutefois, que l’utilisation de la méthode contraceptive est conditionnée par l’accord parental.L’interruption volontaire de la grossesse (IVG) est inadmissible. Toutefois, le texte précise que l’avortement est autorisé, au cas où la grossesse pourrait avoir  un impact sur la vie de la mère. La décision doit être prise par deux responsables de la santé qui doivent faire un rapport écrit à la mère. Cette dernière doit également établir un consentement manuscrit.L’article 17 de cette loi invite, par ailleurs, les hommes à respecter le choix de leur femme sur leur procréation. « Les hommes ont l’obligation de protéger le droit de la femme sur la maternité et la reproduction, ainsi que leur liberté à jouir des services sur le planning familial ». Dans cette loi, le personnel de santé est tenu d’offrir des services de planning familial.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar4 partages

Santé – La drépanocytose se traite à Madagascar

Actuellement, la drépanocytose peut être traitée à Madagascar même. Nos centres hospitaliers sont désormais équipés de matériel adéquat pour faire face à cette maladie.

Il y a quatre ans, le traitement de la drépanocytose se faisait à l’étranger. Actuellement, on peut traiter cette maladie à Madagascar car nous avons le matériel pour l’effectuer », affirme Olivat Rakoto Alson, chef du service hématologie à l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) lors de la mise en œuvre de la stratégie nationale pour la lutte contre la drépanocytose à l’HJRA, hier.Peu de Malgaches connaissent la drépanocytose. Cette maladie existe dans toute l’Ile mais certaines régions enregistrent de forts taux de prévalence comme les régions de Vatovavy-Fitovinany et Atsimo Atsinanana avec un taux de 18 %. L’année dernière, 18,5 % des enfants dans la région Atsimo Atsinanana ont été touchés par le syndrome drépanocytaire majeur. « Le drépanocytose est une maladie de la déformation de l’hémoglobine S dans le globule rouge en fossile. A cause de cette transformation, les malades peuvent présenter des syndromes anémiques ou des parties de son organe sont détruits petit à petit», explique le professeur Olivat Rakoto Alson. 8 à 11 % de la population portent l’hémoglobine S.

ContagieuxAu premier symptôme, les malades se sentent affaiblis et ont, quelquefois, mal à la tête. Les yeux et la peau deviennent jaunes. La carence en globule rouge affecte les organes et les détruisent.« Lorsque cette maladie atteint un stade critique, les malades ont besoin d’intervention chirurgicale afin d’enlever les parties abîmées des organes détruits. Un échange transfusionnel peut aussi être fait aux malades en échangeant les globules rouges transformés en globules rouges normaux », ajoute t-elle. Il n’existe aucun remède contre la drépanocytose mais il faut la prévenir à travers le changement de mode de vie et le dépistage. « Il faut que la maison soit aérée, éviter de porter des vêtements trop serrés et le stress autant que possible. Les jeunes ont intérêt à faire le dépistage car si une personne est drépanocytaire et se marie avec un autre porteur de ce gène, il est évident que l’enfant sera drépanocytaire », insiste t-elle.

Mamisoa  Antonia

News Mada3 partages

Musique : Gangstabab provoque l’ire des internautes

Dévoilé vendredi dernier sur les réseaux sociaux, le nouveau single de Gangstabab, sobrement intitulé «Atosika tsara», continue d’alimenter la polémique.

Dans ce clip d’une durée de 4 mn 35, le chanteur chante devant des jeunes filles pubères qui sont en train de se déhancher de manière nonchalante au rythme de la musique. Cependant, si celui-ci se veut être une nouvelle fois «artistique et poétique», avec notamment la présence de Narindra 1.0 et  Narindra 2.0 dans une séquence. Malgré tout, les internautes voient d’un assez mauvais œil le contenu de la vidéo.

Le clip, qui n’est disponible sur YouTube que depuis vendredi, fait partie des sujets les plus discutés sur les réseaux sociaux. «Qu’en pense la Brigade de la police des mœurs et de la protection des mineurs vis-à-vis de cette vidéo. Et dire que vous voulez insuffler un vent de changement dans le pays. Vous devriez avoir honte», s’indigne un internaute tandis que d’autres perçoivent «Atosika tsara» comme «Une incitation à la pédophilie».

Censuré dans les médias

«Soyons francs et directs, beaucoup de mes chansons ont été auparavant censurées dans les médias pour diverses raisons», a-t-il commenté dans sa page facebook. Notons au passage que le fameux titre «Tsy hanambady aho», où il a partagé le micro avec Princio en 2014, a également fait monter au créneau les «défenseurs» des droits des femmes.

Et lui d’enchaîner que «Il faut savoir que Atosika tsara fait allusion à l’histoire de Narindra 1.0 et  Narindra 2.0, de leur enfance jusqu’à aujourd’hui.  Es-ce vraiment une raison d’orienter les discussions à caractère pédophile ou politique ? Les artistes doivent-il jouer le rôle d’éducateur ? Ce genre de clip favorise t-il la recrudescence de la prostitution ?».

Précurseur de l’art oratoire, Ganstabab s’est démarqué à ses débuts avec un ton quelque peu moralisateur et éducatif. C’est ce qui lui a d’ailleurs valu d’être récompensé meilleur artiste de l’année en 2015. Bénéficiant d’une forte cote de popularité, il s’est aussi aventuré sur la scène politique, mais ceci est une toute autre histoire.

Joachin Michaël

La Vérité3 partages

Affaire Alain - Ramaroson L’acharnement persiste

Alain Ramaroson va encore croupir à la prison pendant un certain temps. Pour cause, le procès a été renvoyé au 18 juillet prochain.

 Suite à l’absence des personnes qui ont dû témoigner, le procès a été reporté. Apparemment, cette affaire a été affectée  par les grèves des greffiers de la semaine dernière que l’envoi des convocations de ces témoins n’a pas eu lieu. Ceci dit, leur absence explique un dossier incomplet conduisant au report du jugement. Deux fois de suite, la demande de liberté provisoire à l’endroit de l’homme politique Alain Ramaroson a été encore refusée. Hier vers 10 heures, il a été emmené au Tribunal d’Anosy à bord d’un véhicule 4x4. Selon une source, ce refus a été prévisible de sorte que le ministère de tutelle, lui-même, n’accepte pas sa libération. Rappelant que cette affaire impliquant directement l’un des propriétaires du building Ramaroson à Soarano qui est inculpé de faux et usage de faux, concerne non seulement sa famille mais des personnes extérieures. Entre autres, les procurations de vente ont été falsifiées dont la signature. Selon une source, l’inculpation de l’un du fils Ramaroson profite au bon nombre des autorités malgaches. Ainsi, sa libération s’avérait être inespérable pour l’instant. En effet, cette affaire remonte déjà trois années auparavant. Toutefois, elle n’a été révélée qu’en 2016 lorsqu’Alain Ramaroson a réclamé sa part dans la vente de terrains, continue encore la source. De plus, cela fait 10 mois qu’il a été détenu à la prison d’Antanimora, plus précisément le 3 août 2016. De ce fait, sa détention va s’allonger jusqu’au prochain jugement. Au terme de ce procès, que ce soit favorable ou non, Alain Ramaroson va tenir une rencontre exclusive avec la presse pour une grande révélation de toutes les facettes de l’histoire. Affaire à suivre. 

Kanto R.

News Mada2 partages

Ampefiloha : nidina an-dalambe, nandoro kodiarana ny mpianatry ny ENS

Tapaka nandritra ny ora vitsivitsy ny lalana teny Ampefiloha noho ny fihetsiketsehan’ny mpianatry ny ENS. Ny tsy fahazakana ny fiakaran’ny vola takiana amin’izy ireo (frais pédagogiques) no anton’ny fihetsiketsehana.

 

Nanaitra ny mpiasa sy mpianatra maraina ny fahatapahan-dalana tetsy Ampefiloha omaly. Tara ny ankamaroan’ny mpianatra handeha hianatra maraina. Niteraka fitohanan’ny fifamoivoizana ny fitokonan’ny mpianatry ny Ecole normale supérieure (ENS).

Nandoro kodiarana, nilahatra nanapaka ny lalana naneho ny tsy hafaliany manoloana ny fidangan’ny sarana pedagojika (frais pédagogique) aloa isaky ny fiandohan’ny taom-pianarana ny mpianatry ny ENS, omaly maraina. Nivoaka ny faritry ny toeram-pianarana eo Ampefiloha izy ireo ka tapaka nandritra ny fotoana vitsy ny fifamoivoizana teny an-toerana omaly. Nisy ny taratasy fangatahana nalefa teny anivon’ny filankevitry ny sekoly ambony hampidinana io sorabola io nefa tsy nodinihina nandritra ny fivorian’izy ireo tamin’ny herinandro lasa izany. Tezitra ny mpianatra ka nanapaka ny fampianarana ary nanao hetsika niafara tamin’ny fivoahana ny faritry ny sekoly mihitsy. Tonga teny Ampefiloha sy ny manodidina ny mpitandro filaminana fa tsy nisy kosa ny fifandonana na fandatsahana entona.

Nanambara ny filohan’ny association pédagogique fa hitohy anio ny fitakiana satria tsy mbola nahazoana valiny mahafa-po. 240 000 Ar ho an’ny M1 ary 400 000 Ar ho an’ny M2 ny sarana pedagojika entina hanampiana amin’ny fampihodinana ny ivontoeram-pampianarana. 0,08% 17 tapitrisa Ar monja amin’ny tetibola no omen’ny minisitera ny ENS nefa 200 tapitrisa Ar any ho any ny vola ilaina hampandehanana ny fampianarana, hoy ny fanazavan’ny filohan’ny association pédagogique ihany, omaly.

Mihenjan-droa ny tady eo amin’ny pianatra sy ny mpitantana ny sekoly satria mavesatra loatra ny sorabola ka tsy zaka. Azo aloa intelo miantoana ny sarana pedagojika. 50% ny voalohany, 25% ny faharoa ary 25% ny farany. Efa maro no nanefa ny 50% amin’izao fotoana izao.

Vonjy A.

News Mada2 partages

Fifaninanana : hifanintsana ny mpilalao fanorona

« Iza ny ho tompondakam-pirenen’ny fanorona ? ». Fanontaniana hitadiavam-baliny ato ho ato io. Raikitra fa ny asabotsy 24 jona izao manomboka amin’ny 9 ora maraina no hanatanterahana ny fifanintsanana eo amin’ity lalao fanorona ity. Hetsika hatao eny amin’ny zaridainan’ny « Maison des Maires » Anjohy. Raha ny vaovao nampitain’ny mpikarakara, any amin’ny volana jolay any ho any vao hiditra amin’ny famaranana izay mpifaninana tafakatra amin’ny asabotsy izao. Ahitana mpandray anjara avokoa ny Boriborintany enina eto an-dRenivohitra. Ao koa ny avy any amin’ny faritany.

Ankoatra ny fanatanterahana ny fifanintsanana amin’io fotoana io, afaka milalao ihany koa ireo izay tonga eny an-toerana ka maniry ny hanao izany. Nomarihin’ny fikambanan’ny mpilalao fanorona ny maha zava-dehibe ny nanoloran’ny kaominina Antananarivo Renivohitra, ity zaridaina ity, ho an’ny mpilalao fanorona.

Tafiditra ao anatin’ny fandaharam-potoana mialoha ny fikatrohana ny fisian’ny hira sy kalokalo. Teny faneva amin’izao hetsika izao : « Mamiko ny taniko, ny fisandratany no fanambiko ».

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada2 partages

Affrontement dans une église : plus de 40 blessés à Soanierana-Ivongo

La commune de Soanierana-Ivongo a été le théâtre d’un affrontement entre les forces de l’ordre et les fidèles d’une église du réveil implantée officiellement à Analankininina, dans le fokontany d’Andatsadrano, hier matin.

Une quarantaine de fidèles d’une église du réveil officiant à Analankininina, dans la commune de Soanierana-Ivongo, ont été blessés par la population lors d’un affrontement suite  à leur refus d’engager le dialogue, hier matin. Cette communauté évangélique a fait l’objet d’une série de plaintes depuis des mois à cause de ses pratiques jugées contraires au dogme chrétien par la population. Ses dirigeants sont accusés d’escroquerie, de détournement de mineurs à travers des manipulations psychologiques, et sont à l’origine de différents troubles sociaux dans la commune.  Une lettre de mise en demeure leur a été adressée depuis vendredi par les autorités locales mais l’église n’en a eu cure.

Rejet de la population locale

Excédée par les manipulations psychologiques dont sont victimes leurs proches embrigadés par cette église, une partie de la population a marché sur l’édifice de la communauté, hier matin, pour réclamer la libération de leurs proches qui y sont retenus. Les fidèles de l’église ont rejeté leur demande et ont pris en otage quelques membres de la délégation. Ils ont barré la RN5 passant près de l’église pour repousser avec des armes blanches le reste de la délégation qui a dû faire un repli stratégique en attendant des renforts avant de revenir à l’assaut. Les fidèles ont dû battre en retraite à leur tour face à l’afflux de leurs adversaires qui ont brûlé leur église et procéder à des arrestations musclées après leur fuite.

Aggravant la situation, les fidèles de cette église récriminée ont accueilli à coups de frondes et d’armes blanches les éléments de l’Organe mixte de conception (OMC) conduits par le maire et le député pour entamer des négociations sur les lieux. Le calme est revenu dans la ville de Soanierana-Ivongo hier après l’intervention des forces de l’ordre.

Manou

 

Tia Tanindranaza2 partages

400 000 Ar ny saram-pisoratana anaranaNigrevy ny mpianatry ny ENS

Nitokona ny mpianatra teny amin’ny ENS (Ecole Normale Supérieure) Ampefiloha omaly, ka raikitra ny fanakanan-dalana sy fandorana kodiarana teny an-toerana.

 

 Anton’izany ny fahatsapan’izy ireo fa midangana loatra ny saran’ny fisoratana anarana ho an’ireo mpianatra manomana ny “Masters”. Ho an’ny M1 dia 240 000Ariary izany raha toa 400 000Ariary kosa ho an’ny M2. Tsy zakanay izany fa mavesatra loatra, hoy ireo mpianatra. Fantatra ny hampiasana azy toy ny resaka aterineto, saingy tsy takatry ny fahefa-mividin’ny mpianatra, ka izay no antony nampitroatra azy ireo. Efa niatrana teny an-toerana ihany koa ireo mpitandro ny filaminana, ka niverina niditra tao amin’ny faritry ny sekoly ireo mpianatra nanohy ny hetsika. Hatramin’ny nampidirana ny rafi-pampianarana LMD (Licence Masters Doctorat) no nampidangana ny saram-pisoratana anarana teny anivon’ny anjerimanontolom-panjakana teto amintsika, ka zary lasa vesatra ho an’ny mpianatra. Efa naneho hevitra mikasika ity rafi-pampianarana ity ny Fikambanana Andrianiko ny Tanindrazako tarihin-dRajoroarisoa Andrianina, ka nilaza fa tsy mahomby eto Madagasikara ny rafi-pampianarana LMD, izay mitaky fandaniana bebe kokoa kanefa ny ankamaroan’ny tanora Malagasy tsy maharaka ka tsy afaka mamita ny fianarany hatramin’ny farany. Tsy tokony hahamaika ny fanjakana ny fampiharana azy io fa ny mitady rafitra mifanaraka amin’ny fari-piainan’ny Malagasy no himasoana. Mitotongana tanteraka ny faripahaizan’ny Malagasy hatramin’ny nampidirana ny LMD ary mitombo ny tahan’ny tsy fananan’asa, araka ny fahitan’izy ireo azy. Zava-dehibe ny fandinihina sy fandalinana mialoha ny mety ho olana amin’ny fampiharana ny rafitra tahaka izao, mba tsy vao mainka ho lasa olana, ary tompon’andraikitra feno amin’ny fitadiavana vahaolana maharitra, indrindra ny hoenti-manana amin’ny fampiharana ny rafitra vaovao tahaka izao ny fanjakana. Ny eto amintsika mantsy toa teren-ko masaka toy ny voalobo-jaza kanefa ny fomba hoenti-miatrika azy na ara-pitaovana na ara-teknika tsy misy, ka zary lasa kitsapatsapa fotsiny.

Toky R

 

 

 

Madaplus.info1 partages

Transfert de Claudine RAZAIMAMONJY effectué avec des irrégularités

La réaction sur le transfert de Claudine Razaimamonjy continue jusqu’à ce jour. Maitre Willy Razafindrakoto a fait une intervention sur le transfert de Claudine.
Pour maitre Olala, ce transfert est entaché par une forme d’irrégularité, puisque dans le cadre de la loi, une personne qui a commis une infraction de droit commun n’a pas encore le privilège d’être place dans cet endroit, vu que la Maison Centrale de Manjakandriana est réservée aux détenues politiques. Il a souligné que la conseillère du Président est tout simplement en première comparution au niveau de l’enquête. Maitre Willy appelle les citoyens de la justice à soutenir le SMM dans le contrôle de la démarche de la poursuite judiciaire de Claudine Razaimamonjy.
News Mada1 partages

Rotaka tany Soanierana Ivongo : 14 naratra, nodoran’ny olona ny fiangonana sekta FKM

  Nitrangana rotaka tampoka tany Soanierana Ivongo omaly maraina. Vokany, olona 14 naratra mafy ary polisy ny iray tamin’ireo. Ity farany izay tena voa mafy noho ny toram-bato nahavoa azy teo amin’ny tratrany.

Voalaza fa nahatonga ny korontana ny vokatry ny hatezeram-bahoaka ary niitatra tamin’ny fandoran’ny olona  ny tranom-pivavahan’ny fiangonana zandriny FKM, ao amin’ny fokontany Ambalankininina Soanierana Ivongo.

Karohina fatratra i Tiandraza  mitonona ho pasitera mitarika ity fiangonana ity sy loholona teo aloha, Modeste, izay samy tafaporitsaka nandositra avokoa. Miisa valo mianadahy, hatreto, ireo mpiangona amin’ity sekta ity voasambotra ary atao famotorana ao amin’ny borigadin’ny zandary.

Raha ny fanazavana voaangona tamin’ny ben’ny Tanànan’ i Soanierana Ivongo, Ralaimamonjy Charles Hugues, nahazo alalana tamin’ny kaominina mitondra ny laharana 061/CR/SI/2017 tamin’ny 15 mey 2017 ity antokom-pinoana sekta ity.

« Tsy maintsy naato araka ny lalàna laharana faha-001/CR/SI/ANM/2017 tamin’ny 17 jona 2017 indray anefa izany fahazoan-dalana nomena ity fiangonana zandriny ity noho izy tsy manaraka ary nitondra fahasimban’ny rafi-piarahamonina eto an-tampon-tanànan’ i Soanierana Ivongo araka ny fitsirihana nataon’ny OMC kaominina, notarihin’ny lehiben’ny disitrika« , hoy hatrany ny fanazavan’ny ben’ny Tanàna, Ralaimamonjy Charles Hugues.

Niteraka olana maro

Araka ny fanazavana azo, hatramin’ ny  15 mey nahazoan’ ity sekta ity fahazoan-dalana,

, saika lasa tsy nianatra avokoa ny mpianatra hatramin’ny hanomana fanadinam-panjakana bakalorea. Tsy vitsy ihany koa ny mpiasa niala niasa, ny tantsaha sy mpivarotra nijanona tamin’ny fiveloamany. Maro ny mivaro-panana raha nanangona ny firavaka volamena ny olona kosa ireo mitonona ho pasitera.

Vokany, tezitra ny fokonolona ary nahatonga ny OMC nandray ny andraikiny ka nampitsahatra ny fazoan-dalana hivory na hampivavaka olona ao an-tampon-tananan’ i Soanierana Ivongo.  Tsy resy lahatra kosa ireo mitonona ho kristianin’ny sekta FKM ka

nanohitra ary izay nitarika korontana. Karohina fatratra i Tiandraza izay mitonona fa dahalo miova fo sy i Modeste.

Sajo sy Yves S.

News Mada1 partages

Fiovan’ny toetr’andro : fahavoazana efa hita sy voaporofo ny tsy fahampian-drano

Mandalo fotoan-tsarotra, amin’izao fotoana izao, ny firenena  aty atsimon’i Afrika, noho ny fiovan’ny toetr’andro. Tsy afa-bela amin’izany andro ratsy izany ny eto Madagasikara. Ankoatra ny haintany, eo koa ny rivodoza, manapotika ny tontolon’ny fambolena, andry lehibe iray iankinan’ny toekarem-pirenena.

Voalazan’ny FMI fa ny 40 %-n’ny vahoaka mahantra maneran-tany, aty atsimon’i Afrika avokoa. Tsy misy antontanisa mazava momba ny tantsaha eto Madagasikara, taona maro izay, hatramin’ny nihatombohan’ny mpifindramonina an-tanàn-dehibe. Hita misongadina any amin’ny kaominina ambanivohitra maro ny fahapotehan’ny tontolo iainana sy vokatry ny fambolena mihena isan-taona, indrindra ny vary, noho ny tsy fahampian’ny orana. Miankina betsaka amin’ny toetr’andro ny voly eto amintsika.

Hitombo hatrany ny fahavoazana noho izao fiovan’ny toetr’andro izao, miampy ny fanapotehana ala sy fidirana any amin’ireo faritra arovana. Fahavoazana efa hita sy voaporofo izao ny tsy fahampian-drano, na rano sotroina aza. Tsiahivina anefa fa atahorana ho lasa sakana indray amin’ireo tetikasa fananganana famokarana herinaratra mandeha amin’ny rano izao tsy fahampian-drano izao. Loza iray lehibe hafa manambana ny fiakaran’ny ranomasina, mety handrava tanàna maro any morontsiraka.

Manaitra ny mpitondra rehetra aty atsimon’i Afrika ny FMI, anisan’izany ny eto Madagasikara, hamaritra politika vaovao hiatrehana ny fiovan’ny toetr’andro sy ny loza voajanahary mateti-pihavy. Tokony hivelatra amina sehatra maro ny fihariana sady mametraka fotodrafitrasa matanjaka, toy ny famokarana herinaratra sy fanamboaran-dalana. Raha mitombo ny famokarana angovo, mitombo ny asa fihariana azo atao, izay manampy ireo tantsaha any ambanivohitra.

Raha mivonona sy mampihatra politika mazava ho fiarovana ny tontolo iainana isika, mihena ny fahavoazana aterak’ireo loza isan-karazany ireo. Tsy atao resabe fotsiny na hanaovana atrikasa intsony ny fiarovana ny ala. Ny famokarana angovo azo havaozina no tokony ho hita taratra, hanokanana tetibola matanjaka, tsy hiandrasana vahiny.

R.Mathieu

News Mada1 partages

Mizana tsindrin’ila ny momba an-dRamaroson Alain sy i R. Claudine

Sady efa tsy tan-dalàna, mbola manao mizana tsindrin’ila izao fitondrana izao. Hiverina hiakatra fitsarana anio Ramaroson Alain. Resaka olana momba ny lova ary tena raharaham-pianakaviana tanteraka ny azy izao hiakarany fitsarana izao. Nihazonana azy am-ponja vonjimaika (MD) efa ho herintaona latsaka anefa izany. Tsy nahazoany fahafahana vonjimaika (LP) ary indroa miantoana ny fanemorana izao raharaham-pitsarana izao.

Ny an-dRazaimamonjy Claudine anefa, fanodinkodinam-bolam-panjakana antapitrisany ariary, narahina kolikoly avo lenta ary maha-voarohirohy tompon’andraikitra ambony maromaro. Volam-bahoaka tokony hampandrosoana ny kaominina sady antontan-taratasy lehibe eto amin’ny firenena nefa izao iaraha-mahalala izao ny tombony manokana omena azy. Nalefa nitsabo tena tany ampita. Nahazo toerana manokana tetsy amin’ny HJRA tamin’ny fitsaboana teto an-toerana. Nalefa andro vitsy eny Antanimora avy eo nafindra any amin’ny fonjan’ny vehivavy any Manjakandriana. Tsy vitan’izany fa mbola nafindra toerana manokana sy sakafo hafa amin’ny trano mihaja sy avo lenta kokoa (villa), araka ny vaovao an-gazety, nivoaka afakomaly. Olon’ny fitondrana sy ny HVM tokoa ka mampibaribary ny fiandaniana sy fanomezana tombony ny hafa.

Randria

 

News Mada1 partages

KMF/Cnoe : « Porofoy amin’ny asa ny fandraisana andraikitry ny mpitondra »

« Aoka mba tsy ho fandraisana andraikitra am-bava fotsiny no atao, fa porofoy amin’ny asa mivaingana azo tsapain-tanana. Mba hananan’ny vahoaka fitokisana tanteraka anareo tomponandraikitra isan-tokony izany: ny filoham-pirenena,  ny governemanta sy ireo minisitera voakasika mivantana ary ny ambaratongam-pahefana rehetra. »

Io ny fanambaran’ny birao nasionalin’ny KMF/Cnoe hoe « Mbola mitana ny andraikitra napetraky ny lalàna taminy ve ny Foloalindahy? », ny faran’ny herinandro teo, momba ny tsy fandriampahalemana. Tsy azo odian-tsy hita, tena ao anatin’ny tsy fandriampahalemana ny vahoaka amin’ny fiainana andavanandro.

Maro ireo endrika tsy fandriampahalemana eto amin’ny firenena na aiza na aiza amin’izao fotoana izao, na an-drenivohitra na ambanivohitra; eny, na hatrany an-dranomasina aza.

Anisan’izany, ohatra, ny fakana olona an-keriny, ny fanendahana etsy sy eroa, ny vaky trano arahina famonoana olona, ny fanafihan-dahalo, ny fisandohana andraikitra sy ireo asan-jiolahy maro samihafa…

Misy mpitandro filaminana mandray anjara amin’ny asan-jiolahy

Ny mampalahelo, anisan’ny mpandray anjara amin’ny asan-jiolahy sy voatonontonona amin’izany ireo mpitandro filaminana maro. Toy izany, ohatra, ny tany Antsakabary nandorona trano anjatony, ny fanafihana ny tobin’ny masera sy famonoana pretra, ny zava-nitranga teny Ivato momba ny fanondranana an-tsokosoko volamena, ny rongony 20 gony tratra tany Ihosy… Etsy andaniny, miroborobo ny fanafihana tranombarotra manerana an’Antananarivo.

« Mba aiza ho aiza ireo mpiaro ny vahoaka sy ny fananany amin’izany? » , hoy ny fanambarana. Tomponandraikitra amin’ny fampiharana ny lalàna ny Foloalindahy, ary natao hiaro ny vahoaka sy ny fananany fa tandroka aron’ny vozona.

Tokony handray fepetra ny mpitondra fanjakana manoloana ny zava-misy eto amin’ny firenena. Tsy mandry ara-tsaina mandrakariva ny vahoaka ankehitriny, ka tsy afa-mamokatra tsara.

Antoky ny filaminam-bahoaka ny fandriampahalemana, izay iankinan’ny fampandrosoana. Miankina amin’ny Foloalindahy efa nahazo fiofanana manokana ny fiarovana ny vahoaka sy ny fananany.

R. Nd.

 

Tia Tanindranaza1 partages

FLM Ambano –Antsirabe II Misedra olana tanteraka

Misedra olana ny fiangonana Loterana ao amin’ny Synodam-paritany Avaratr’i Mania ary raikitra ny fitokonana.

 Totoafo ara-bakiteny io fitokonana isaky ny misy fanoloana pastora. Efa notaterina teto fa tsy mbola milamina ny ao Ampitatafika amin’izao fotoana ary dia io indray ny ao amin’ny kaominina Ambano, Antsirabe faharoa. Teo aloha dia gidragidra tanteraka vao nilamina ny FLM Voajanahary Antsirabe voalohany sy ny tao Andranomanelatra Antsirabe II. Raha ity tao Ambano ny alahady 18 jona teo ity dia resaka famindrana pastora hatrany no olana ka lavin’ireo kristianina. Nobahanan’izy ireo ny fikasan’ny mpitondra fileovana hametraka ny pastora vaovao, izay nanaovana antso avo tamin’ny onjam-peo mihitsy. Tsy tanteraka satria nobahanan’ireo mpino ny lalana nankany am-piangonana ka rava maina ny fotoam-pivavahana. Olona manodidina ny 30 no nikasa hametraka ny pastora vaovao kanefa dia kristianina an-jatony no nibahana ny fiangonana ka tsy tontosa ny hetsika satria dabilio sy sorabaventy mahamenatra no nataon’ny mpino tsy nankato ilay fanovana pastora. Tafiditra resaka kolikoly sy fampiasam-bola ny resaka ka ho hita eo indray ny tohiny amin’ny manaraka. Nialoha io alahady io moa dia efa nisy fotoana niakaran’ireo mpino an’arivony ireo teo anoloan’ny biraon’ny Synodam-paritany saingy tsy nivaha hatrany ny olana hatramin’izao na dia efa nisy fifampiresahana aza, hono, tamin’izany. Tonga teny an-toerana ny mpitandro filaminana saingy nijery ny mety ho fihoaram-pefy fotsiny izy ireo.

Caius R

 

L'express de Madagascar1 partages

Ambatovy – Sumitomo accroit sa part dans le capital

Sumitomo obtient 15,2% de la part d’actions d’Amba­tovy cédée par Sherritt Inter­national. Une décision prise après la révision de la structure de partenariat au sein du groupe. Le groupe japonais Sumitomo a donc, actuellement, une part qui s’élève à 47,7% dans le projet d’exploitation de nickel et de cobalt mené par l’entreprise Ambatovy lorsqu’il n’en détenait que 32,5% auparavant. Un accord de principe a été conclu entre les trois partenaires, àsavoir Sumi­tomo et Kores Ressources, Sherritt international et Ambatovy selon une publication d’un journal économique vers la fin de la semaine dernière.Selon toujours les détails apportés par le journal, « la participation de ce dernier dans le projet sera maintenant ramenée de 40% à 12% en échange de l’élimination de 1,4 milliard de dollars canadiens (CAD), l’équivalent de 1,02 milliard de dollars US, de dettes envers Sumitomo et Korée Ressources ». De ce fait, ce dernier compte « appuyer activement Ambatovy pour maintenir son ambition mondiale sur le projet de nickel de premier ordre », selon un communiqué.

S.M.H.

L'express de Madagascar1 partages

Nouveaux diplômés

Quarante trois nouveaux diplômés viennent de grossir les rangs des sortants de la MISA de la Faculté des sciences de l’Université d’Antananarivo. Ils ont reçu leurs diplômes de Master et Licence vendre­di à Ankatso. Depuis ses vingt années d’exis­tence, ce département a formé trois cents cadres spécialisés en statistiques et informatique. La tota­lité des diplômés de ce départe­ment a pu intégrer le monde professionnel sans difficulté, que ce soit à Madagascar ou ailleurs. Certains sortants rejoignent même les rangs des grands groupes internationaux, comme la société Apple aux Etats-Unis.

L'express de Madagascar1 partages

Bots For Messenger Challenge

Aucun nom malgache parmi les gagnants. Les noms des gagnants du concours Bots For Messenger Challenge organisé par Facebook a été dévoilé hier. Les trois projets malgaches, Game Grimoi Bot, Gifter Bot, et AlfreBot, accédant à cette phase finale n’ont pas convaincu le jury de ce concours. Les palmes reviennent aux projets du Sénégal, Nigeria, Ethiopie et Kenya dans la zone Afrique subsaharienne.

Madaplus.info0 partages

Le SMM continue de réclamer l’indépendance de la justice

Certes, la conseillère du président de la République est sous les verrous, mais les malversations juridiques continuent.
La plainte déposée par le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM), relative aux agissements du sénateur Rina Andriandavy n’a pas encore eu de suite jusqu’à ce jour. Le vice-président du SMM, Clément Jaona réclame l’indépendance de la justice pour le bien de tous. Des assises régionales seront donc effectuées avant une Assemblée générale extraordinaire de la semaine prochaine, afin de recueillir les idées des 42 juridictions dans tout Madagascar qui seront restituées pendant l’Assemblée pour inspirer la décision sur la suite de revendication déjà enclenchée. Clément Jaona affirme que la revendication du SMM est surtout motivée par le non-respect flagrant de l’état de droit à Madagascar.
News Mada0 partages

Justice et Paix sy ny Fifa : « Atsahatrantsika izao fitantanana mampahory vahoaka izao »

 Tsy nitsitsy tamin’ny fanambarana nataony. « … Antsoina isika rehetra haneho ny fiombonana araka ny hafatry ny eveka. Hampitsahatra izao fomba fitantanana mampahory vahoaka izao ny ezaka hataontsika », hoy ny eo anivon’ny komitin’ny fahamarinana sy ny fandriampahalemana ary ny fiadanana, ahitana ny Justice et Paix sy ny Firaisankina ho an’ny fandriampahalemana (Fifa), ao Fianarantsoa. Natsidik’izy ireo tamin’ity fanambarana ny 6 jona teo ity fa handrafitra ny tondrozotra hiadiana amin’ny ratsy hametrahana fandriampahalemana maharitra izy ireo, hiarovana ny soa iombonana ary hitantana sy hitsinjara ara-drariny ny harem-pirenena. « Entanina isika rehetra hanangana ny komitin’ny fahamarinana sy ny fandriampahlemana ary ny fiadanana (K3F) ho sehatra ifampiresahana eo anivon’ny fiarahamonina », hoy izy ireo.

Kolikoly sy kiantranoantranon’ny mpitondra

Nohitsin’izy ireo fa tsy manana antenaina intsony ny vahoaka ary tsy tompon-tanindrazana koa. Tsy voaaro ny ain’ny olona sy ny fananany. Ravana ny soatoavina maha kristianina amin’ny fanimbazimbana ny fananana masina. Ohatra ny halatra lakolosy, sary masina…Potika tanteraka  ny kolontsaina amin’ny halatra taolam-paty.  Tsy vitan’izany. « Mampihoron-koditra ny habibiana niseho tany Antsakabary, ny fametavetana masera tao Antsirabe, ny famonoana pretra tao Antsohihy », hoy izy ireo. Eo koa ny tsy firaharahan’ny olom-boafidy ny vahoaka. Nambaran’izy ireo ho antony mahatonga ireo rehetra ireo ny tsy fanajan’ny mpitondra ny lalàna velona. Eo ny kolikoly sy ny kiantranoantrano ataon’ny mpitondra, araka ny fanambarana ihany. « Baikon’ny vola ny asam-bahoaka sy ny asam-panjakana. Migalabona amin’ny harem-pirenena sy ny volam-bahoaka ny olom-bitsy sy ny vahiny… Mampirisika ny hitohizan’izao fampahoriana izao ny depiote ary manamarina ny mampery ny fitantanan’ny mpitondra », hoy ihany izy ireo. Manoloana ireo rehetra ireo, potika ny vahoaka ary simba ny hoavin’ny taranaka, araka ny fanambarana.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Ankadindramamy : tratra ilay ramatoa nisandoka ho mpiasan’ny minisiteran’ny Fahasalamana

 Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny kaomisaria boriborintany fahavalo eny Analamahitsy teny Ankadindramamy, ny talata 6 jona 2017 teo ilay ramatoa voarohirohy noho ny resaka fisandohana ho mpiasan’ny minisiteran’ny Fahasalamana. Araka ny fanazavan’ny polisy, naharay fitarainana izy ireo fa misy ramatoa iray misandoka ho mpiasan’ny minisiteran’ny Fahasalamana maka vola amin’ny mpivarotra isaky ny tsena. Tsy vitan’izay fa mitety fivarotana hani-masaka ity ramatoa ity ary milaza ho mpiasan’ny minisiteran’ny Fahasalamana ka hanao fisafoana sy fanaraha-maso ireo fivarotana. Rehefa misy tsy metimety aminy ireo toeram-pivarotana dia angalany vola. Marobe, araka izany, ireo tsena efa nahazoany vola. Nilaza izy nandritra ny famotoran’ny polisy fa vola 26 000 Ar no alainy isaky ny tsena.

Marihana fa mitety faritra maro ity mpisoloky ity rehefa manao ny asa ratsiny. Mody mitondra taratasy entiny mandresy lahatra ireo mpivarotra amin’ny maha mpiasan’ny minisiteran’ny Fahasalamana azy izy. Natolotra ny fampanoavana, omaly, ity ramatoa mpisoloky ity.

Jean Claude

News Mada0 partages

CRM : notsofin-drano ireo mpanala CEPE

 Nitsodrano ireo mpianatra amin’ny kilasy T5 avy amin’ny EPP maromaro eto Antananarivo ny Croix Rouge Malagasy (CRM) niaraka tamin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena ary ny CUA.

Nisitraka izany ireo mpianatra tamin’ny EPP nanaovana ny tetikasa Mendrika. Natao tetsy amin’ny EPP 67 ha Avaratra Andrefana ny hetsika omaly. 1.269 ireo mpianatra tamin’ny EPP fito toy ny EPP Antetezana Afovoany, Manarintsoa, Andavamamba Anjezika, III G Hangar, 67 ha Nord, Andohatapenaka I sy Andohatapenaka II ka nizarana kojakojam-pianarana sy ody ambavafo hiatrehana ny fanadinana anio.

Fandaharanasan’ny Croix Rouge Malagasy ny tetikasa Mendrika. Tohanan’ny Croix Rouge Danoise ara-bola sy ara-teknika izy io. Tanjona ny hanome fiainana mendrika ho an’ny ankizy zanaky ny fianakaviana sahirana ao anatin’ny fokontany maromaro ao amin’ny boriborintany voalohany.

Nanomboka ny taom-pianarana 2016-2017 ny tetikasa Mendrika izay nanentanana indrindra ny ray aman-dreny hazoto hampiana-janaka. Nisy koa ny fanomanana ara-tsaina ireo ankizy hiatrika ny fanadinana izay nataon’ny mpilatsaka an-tsitrapo avy amin’ny CRM.

Tatiana A

News Mada0 partages

20 taona ny Mahitsy English Club : manana mpianatra 120

 “Tanjon’ny Mahitsy english club ny hampianatra ireo ankizy ny teny anglisy, indrindra hanala ny henatra sy tahotra ao amin’ny zaza hampiasa ny teny anglisy”, hoy ny filoha mpanorina ny club, Ravosoa, ny asabotsy lasa teo, teny Mahitsy.

Afaka miditra mianatra ao avokoa ireo mpianatra amin’ny sekoly eo amin’ny kaominina Mahitsy rehetra sy ny manodidina. Mankalaza ny faha-20 taony ny fikambanana amin’ity taona ity izay manana mpianatra 120 (hatramin’ny ankizy kely afaka raisina ao). Nosantarina ny faran’ny herinandro ny fanamarihana nandraisan’ny solontenan’ny Dren Analamanga, Cisco Ambohidratrimo sy ny tomponandraikitry ny masoivoho amerikanina ary ny minisiteran’ny Fanabeazana anjara.

Ampitaina any amin’ny mpianatra fa mahatafita ny fifehezana ny teny anglisy. Manana sehatrasa betsaka ny fikambanana toy ny fitsidihana fibeazana.

Nambaran’ny filohan’ny fikambanana fa tokony tsy atao taranja azo isafidianana intsony ny anglais amin’ny fanadinam-panjakana BEPC fa tahaka ny taranja francais tsy maintsy hatrehana.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Marathon : hampiroborobo ny fizahantany any Isalo

Natao ny alahady 19 jona teo tany Ranohira, ny andiany voalohany amin’ny “Marathon-n‘Isalo”.  Nikarakara azy ny mpandraharaha amin’ny fizahantany amerikanina, Marathon Tours and Travel, niara-niasa tamin’ny Ofisim-pirenena misahana ny fizahantany eto Madagasikara (ONTM) sy ny Madagascar National Park (MNP).

Nahatratra 84 ny mpandray anjara tamin’ity hetsika ity, nahitana teratany amerikanina, afrikanina tatsimo, kanadianina, neo-zelandey, holandey, sns. Nahazo ny voalohany i Inez Haagen, tamin’ny fe-potoana 3 ora 53 mn 02 s. Niisa enina ny Malagasy nandray anjara, ka vitan’i Haro avy ao Ranohira tao anatin’ny 1 ora 40 mn 6 s ny halavirana semi-marathon (maherin’ny 21 km).

Anisan’ny nandray anjara tamin’ity “Marathon-n’Isalo” ity ny mpandraharaha amerikanina Brent Weigner, 67 taona, avy any Cheyenne any amin’ny fanjakan’i Wyoming Etazonia. Firenena faha-103  nanaovany marathon i Madagasikara. Maminavina ny mpikarakara fa hitombo hatrany amin’ny 300 ny mpandray anjara amin’ny andiany faharoa amin’ny taona 2018.

Njaka A.

News Mada0 partages

Collectif Tany : « Tsy mampazoto ny mpampiasa vola ny fambolena »

  Ho an’ny fikambanana Collectif Tany, tsy mbola manana antoka amin’ny lafiny fananan-tany hanaovana fambolena amin’ny tany midadasika ny mpampiasa vola vahiny. Tsy misy koa ny rafitra mifehy ny asam-pambolena eto amin’ny firenena.

Anisan’ny nasin’ny fikambanana Collectif Tany teny ny lafiny fambolena, ny 25 mey 2017 teo. Voalaza fa ho an’ny fitondrana mivoy fatratra ny fambolena midadasika, maro ny asa manara-penitra aterany omen’ireo mpampiasa vola. Noraisiny ohatra tsara amin’izany ny orinasa tsy miankina iray, mampiasa mivantana olona hatrany amin’ny 1.500 any atsimon’ny Nosy any, miasa amin’ny velaran-tany maherin’ny 6.500 ha. Tsy noteniny mivantana anefa ny tena isan’ny mpiasa raikitra, ny an-tselika ary ny mpiasa isan’andro. Raha atao ny kajy tsotra, manodidina ny mpiasa 0,23 no miasa amin’ny tany iray hekitara.

Namoaka tatitra mikasika ny asa sahaza sy mendrika ny Birao iraisam-pirenena misahana ny asa (BIT), ny 18 mey teo. Voalaza fa monina eny ambanivohitra ny 80%-n’ny Malagasy, ary mivelona amin’ny fambolena ny 75%-n’izy ireo, amin’ny fambolena, ny fiompiana ary ny jono. Milaza koa ny BIT fa mihisatra ny fampiroboroboana ny asa mendrika sy sahaza eny ambanivohitra ka tsy mahafoana sy tsy mamaha olana amin’ny fampihenana ny fahantrana eto Madagasikara. Sady matetika, tsy voasahana mihitsy ny fianakaviana sahirana sy marefo, indrindra ny vehivavy sy ny tanora.

Lalàna mazava, fahatoniana ara-politika

Ho an’ny Collectif Tany, mila hamoraina ny fahazoana tany raha tiana ny hahatongavan’ny mpampiasa vola amin’ity sehatra ity eto amintsika. Mifanaraka amin’ny tatitra navoakan’ny Cnuced, ny taona 2015, io fijerin’ny Collectif Tany io. Voalaza ao anatin’izany fa sakana ho an’ny fampiasam-bola ny fandrarana ny vahiny tsy hahazo tany. Tokony hatao mazava tsara ny lalàna ahazoan’ny vahiny mividy tany eto Madagasikara. Mila averina dinihina tsara ny lalàna mikasika ny fampiasam-bola 2007-036, manome alalana hivarotana ny tanin’ny Malagasy amin’ny vahiny.

Etsy ankilany anefa, manana antontam-baovao ny Collectif Tany, mikasika ny fanehoan-kevitry ny mpahay lalàna iray. Nambaran’ity farany, fa tsy ny fambolena ataon’ny fianavakiana, na ny tantsaha malagasy no sakana amin’ny fampiasam-bola amin’ny fambolena eto amintsika, fa vokatry ny politika tsy marin-toerana, indrindra rehefa antomotra ny fotoam-pifidianana samihafa. Eo koa ny firongatry ny tsy fandriampahalemana, ka tsy manana antoka sy fiarovana ny mpampiasa vola vahiny.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

20 tapitrisa Ar very tao amin’ny Spat* : nahemotra amin’ny 3 jolay ny fitsarana

Anisan’ny raharaha niandrasan’ny mpanara-baovao maro teto Toamasina, nandritra ny fitsarana ady heloka bavava, omaly, ny momba ny fahaverezana fitahirizam-bola « coffre fort », miisa roa ao amin’ny seranan-tsambon’ i Toamasina (Spat). Voalaza fa nisy vola manodidina ny 10 tapitrisa ariary tsirairay avy izy ireo.

Tamin’ny 10 ora sy 19 mn, natomboka ny fiantsona ireo voarohirohy miisa telo sy vavolombelona dimy, ny mpisolovavan’ny seranantsambo sy an’ny voampanga. Efa samy vonona samy hifandahatra amin’ ity raharaha goavana ity. Efa vory rahateo koa ny mpanara-baovao, liana te hahafantatra mazava hoe tamin’ny fomba ahoana no nahafahana namoahana ireo fitehirizam-bola roa ireo indray mandeha ? Eo anefa ny fiambenana izay heverina ho mafy amin’ny fanaraha-maso ao amin’ny seranantsambo.

Mahavelom-panontaniana ny anjara andraikitr’ireo mpiambina telo karazana, zandary, polisy ary ny orinasa tsy miankina misahana ny fivoahana sy fidirana, miampy fampiasana scanner. Samy talanjona ny rehetra fa nahemotra amin’ny 3 jolay indray ny fitsarana, noho ny mbola tsy fahavitan’ny famotorana lalina, raha ny fanazavan’ny mpitsara mpamoaka didy.

Sajo

Spat * : Société du port à gestion autonome de Toamasina

News Mada0 partages

Taux de pression fiscale : les prévisions revues à la hausse dans la LFR

La prévision du taux de pression fiscale est à 11,4% dans la Loi de finances de rectificative (LFR) 2017 si celle-ci était à 11% dans la Loi finances initiale (LFI) 2017. «Cet  objectif  répond  au  souci  de   conserver un espace budgétaire viable pour pouvoir honorer toutes les dépenses, notamment celles liées aux  secteurs sociaux», indique-t-on dans ce texte adopté au niveau de l’Assemblée nationale la semaine dernière. Ainsi,  les recettes fiscales totales seront légèrement révisées à la hausse (3,8%) en passant  de  3  931,1  milliards  d’ariary  à  4  081,0  milliards  d’ariary  (net).

En effet, le Gouvernement se fixe comme objectif d’augmenter annuellement de 0,5 point de pourcentage sur le taux de pression fiscale jusqu’à 2019. Le taux estimé est alors de 11,4%  en 2017 (soit 12,0% en 2019) contre 10,8% en 2016. Les recettes totales et dons escomptés  en terme  brut  sont  ainsi  de  5 389,6  milliards  d’ariary,  dont  4 156,6  milliards  d’ariary  en  recettes  budgétaires  et  1 233,0 milliards d’ariary en dons.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Reliquat du 10e FED : la Sadc ne fait pas dans la demi-mesure

Un  reliquat de 1 400 000 d’euros du 10e Fonds européen pour le développement (Fed) a été accordé à Madagascar pour appuyer l’intégration régionale. Toutefois, le déblocage attendra encore la finalisation du document projet relatif au Programme de facilité de commerce avec la Communauté de développement de l’Afrique australe (Sadc).

Madagascar a élaboré le document projet lié au Programme de facilité d’échange avec la Sadc en mars dernier. Ce programme, établi dans le cadre d’un accord signé entre l’Union européenne, vise principalement à renforcer le processus d’intégration régionale dans la zone de libre échange de la Sadc et d’accroître la compétitivité commerciale des pays membres à l’échelle internationale.

 Le document projet final de Madagascar est en consultation durant la réunion de coordination, entre les représentants de la Sadc et les parties prenantes malgaches, qui se tient depuis hier à l’hôtel Colbert Antanina-renina. A ce propos, les observations apportées par la Sadc restent mitigées.

Un projet solide à soumettre

D’après les informations apportées par le ministère du Commerce et de la consommation, «Madagascar devrait reformuler et soumettre un projet effectif, solide et explicite, que le pays mettra en œuvre dans un délai de deux ans. Il est également impératif de coordonner les activités pour des résultats tangibles». Ainsi, le déblocage de l’enveloppe de 1 400 000 euros attendra encore la finalisation de ce document projet.

Pour rappel, la facilité liée au commerce de la Sadc est un mécanisme de soutien financier et technique aux Etats membres de ce bloc économique.  Elle vise à aider les pays membres pour la  mise en œuvre des engagements pris dans le cadre de deux instruments, notamment le Protocole commercial de la Sadc et l’Accord de partenariat économique (APE) conclu entre l’Union européenne et le groupe APE de la Sadc. Cela pour accroître les flux commerciaux intra et interrégionaux des Etats membres concernés.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy-Alain Ramaroson : deux poids, deux mesures

L’affaire Alain Ramaroson est renvoyée au tribunal pour audience ce jour. Une occasion de rappeler qu’il ne bénéficie pas le même traitement de faveur que la conseillère spéciale du Chef de l’Etat, Claudine Razaimamonjy.

L’ancien membre du conseil supérieur de la Transition Alain Ramaroson se présentera  de nouveau devant la justice ce jour. Le retour de cet acteur politique à Anosy remet toutefois sur le tapis le traitement de faveur accordé à «certaines» personnalités par rapport à d’autres, notamment ceux et celles qui sont proches du pouvoir en place. Il est donc clair qu’il suffit de se trouver du bon côté et d’avoir des entrées au Palais d’Iavaloha pour s’échapper ostensiblement à une décision de justice. Ce ne sont sûrement pas les proches de Claudine Razaimamonjy qui diront le contraire.

En effet, à titre d’illustration, l’ancien parlementaire de la Transition Alain Ramaroson était sous mandat de dépôt depuis le 3 août 2016 pour faux et usage de faux et suite aux plaintes déposées par des membres de sa famille. Un conflit familial autour d’un héritage, c’est-à-dire une affaire privée qui n’implique en rien la politique nationale. Et pourtant, il est emprisonné à Antanimora depuis presque

un an et dont le mandat de dépôt a été prorogé à deux reprises, sans que sa demande de liberté provisoire ne soit acceptée.

Dans le bon camp

De l’autre coté, la conseillère spéciale du Président de la République, Claudine Razaimamonjy, bénéficie de tous les traitements dignes d’une reine en détresse, de son passage à l’HJRA à Manjakandriana, en passant par Antanimora et à l’île Maurice. Alors que la propriétaire de l’hôtel A C est impliquée dans des affaires de détournement de deniers publics, de corruption de haut niveau et dont l’implication touche directement le pays et donc l’intérêt de la population.

Claudine R., étant probablement dans le bon camp (c’est-à-dire proche du pouvoir) semble particulièrement chouchoutée par ses amis haut placés. Car après son hospitalisation à Maurice et son long séjour à l’ HJRA, elle se pavane actuellement dans une villa basse à Manjakandriana, loin des regards indiscrets et des prisonnières de cette localité. Alors que, officiellement, son transfert dans cette localité s’inscrivait dans la ligne de traitement de faveur dont elle a bénéficié jusqu’ici.

En tout cas, à travers ce flagrant traitement de faveur, en fonction de la personnalité concernée et de son affiliation politique, il semble légitime que la justice monte au créneau pour dénoncer les acharnements de l’Exécutif dans son domaine.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Déclaration de patrimoine : les lettres de rappel envoyées cette semaine

La liste des récalcitrants à la déclaration de patrimoine est achevée. Le Bianco commencera à distribuer les lettres de rappel cette semaine qui marque en quelque sorte le début de la procédure de poursuite.

Le dernier délai pour la déclaration de patrimoine était fixé à la fin du mois de mai. Malgré cela, plusieurs personnes concernées n’ont toujours pas régularisé leur dossier. Ainsi, le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) a décidé d’agir et d’annoncer des éventuelles sanctions à travers la révision de la liste des récalcitrants. Mais avant cela, l’émission d’une lettre de rappel est nécessaire.

«Le Bianco a bouclé la liste des personnes qui n’ont pas encore effectué leur déclaration de patrimoine. L’émission des lettres de rappel commencera donc à partir de cette semaine», a indiqué le directeur territorial de la section Analamanga du Bianco, joint au téléphone hier, le général Benjamina Ratovoson. Cela sans pour autant pouvoir avancer de chiffres exacts. Les lettres seront ainsi envoyées par catégorie en fonction des possibilités du Bianco.

Deux mois

En tout cas, d’après les informations reçues, certaines personnes concernées ont vite régularisé leur situation à l’annonce des sanctions du Bianco. «Néanmoins, cette lettre marque le début des poursuites», a indiqué une source auprès du Bianco. Les destinataires auront ainsi un délai de deux mois à compter de la réception de la lettre pour déclarer leur patrimoine. Pour rappel, 60% des assujettis n’ont pas déclaré leur patrimoine au mois de décembre dernier.

Tahina Navalona

 

News Mada0 partages

Kitra – «Amboaran’ny kaonfederasiona» : nolavin’ny «vidéo » ny baolina matin’i Pepe

 Niteraka resabe, tany Rosia, ny zava-nitranga nandritra ny fihaonan’i Meksika sy i Portugal, teo amin’ny fiadiana ny  «Amboaran’ny kaonfederasiona». Tsy nekena mantsy ny baolina tafiditry ny Portiogey.

Nisaraka ady sahala, 2 no ho 2, i Portugal sy i Meksika, teo amin’ny fiadiana ny “Amboaran’ny kaonfederasiona”, taranja baolina kitra. Fihaonana notanterahina ny alahady lasa teo, tao amin’ny kianja Kazan, any Rosia. Tsy nahavita naneho ny maha kalaza azy, amin’ny fampidiram-baolina, i Cristiano Ronaldo, tamin’ity. Na izany aza, tolotra avy any aminy no nahafatesana ny baolina.

Nitrangana olana ihany koa ity lalao ity, noho ny fandavan’ny “arbitrage video” ny baolina matin’i Portugal. Nahatafiditra baolina mantsy i Pepe, teo amin’ny minitra faha-22, saingy tsy neken’ny mpitsara izany fa  “hors jeu”, rehefa nojerena tamin’io horonantsary fanamarinana ny baolina maty io.

Hifandona amin’i Rosia, mpampiantrano, ny Portiogey, tompondakan’i Eoropa, rahampitso alarobia, izay mitarika vonjimaika ao amin’ny vondrona “A”. Ny Rosianina, izay nanilika an’i Nouvelle-Zélande, tamin’ny isa mazava 2 no ho 0, ny asabotsy lasa teo, nandritra ny fanokafana ity fihaonana ity.

 

Niankohoka ny Liona

Ratsy fanomboka kosa ny Liona tsy voafolaka avy atsy Kameronina. Niondrika teo anatrehan’i Chili, tamin’ny isa 2 no ho 0. Voalaza fa tena naneho ny fahaizany tokoa ny Kameroney, saingy tsy ampy fahamatorana. Nanindry ny Silianina, teo amin’ny 10 mn voalohany, ary nisy ny baolina saika tafiditr’izy ireo, saingy nidona tamin’ny tsatoby ny dakan’i Eduardo Vargas. Nahafaty baolina kosa i Adolphe Teikeu, ho an’i Kameronina, teo amin’ny minitra faha-16,  saingy tsy nekena izany, izay voalaza fa nisy fahadisoana nataon’i Vincent Aboubakar tamin’i Arturo Vidal, izay tazana tamin’ny “video”.

Mbola nolavin’ny “arbitrage video” ihany koa ny baolina tafiditry ry zareo Silianina, tamin’ny alalan’i Vargas.

Marihina fa anisan’ny nisongadina ho an’ny Liona i Ondoa, mpiandry tsatoby,  izay nanakana daka marobe.  Ny alakamisy ho avy izao ny lalao faharoa, ho an’ny Liona avy any Kameronina, hifandonany amin’i Aostralia.

Tompondaka

News Mada0 partages

Rugby – «Mondial U20» : tompondaka ny All Blacks

Voahosotra ho tompondaka eran-tany, ho an’ny sokajy U20,  ny All Blacks  avy any Nouvelle-Zelande, eo amin’ny taranja rugby. Resin’izy ireo teo amin’ny famaranana, tamin’ny isa mazava, 64 no ho 17, i Angletera. Niady ny fihaonana teo amin’ny roa tonta ary tena niendrika famaranana tokoa.

Samy nampiseho ny fahaiza-manaony avokoa ny andaniny sy ny ankilany, saingy nanantombo teo amin’ny tanjaka ara-batana sy ny fahaizana namezivezy baolina ry zareo All Blacks. Efa nitarika tamin’ny isa 40 no ho 7 ny All Blacks, teo am-pialan-tsasatra. Marihina fa ry zareo Nouvelle-Zelande no nanilika ny Frantsay, teo amin’ny manasa-dalana. Tsiahivina fa tsy nisy naharesy mihitsy ry zareo Nouvelle-Zelande, nanomboka tany amin’ny fifanintsanana isam-bondrona ka hatreo amin’ny famaranana. Mendrika ny zava-bitan’ny All Blacks, raha amin’ity taranja rugby lalaovina olona 15 ity. Raha tsiahivina, eo am-pelatanan’izy ireo avokoa izany ny anarana maha tompondaka eran-tany, ho an’ny sokajy “sénior” sy ny “junior”.  Nahazo ny laharana fahatelo, i Afrika Atsimo, izay nandresy ny Frantsay  tamin’ny isa 37 no ho 15.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Volley-Analamanga : les jeunes de la GNVB en force

Si les seniors de la GNVB Analamanga continuent leur mainmise aux championnats régional et national, les jeunes pousses du club de la gendarmerie sont en train de suivre les pas de leurs aînés à Analamanga.

Après les demi-finales des catégories jeunes qui se sont tenues le week-end dernier, au gymnase de Mahamasina, la GNVB a pu placer 5 de ses équipes en finale, le 15 juillet prochain, au gymnase d’Ankorondrano. Seules les cadettes ont trébuché en demi-finales.

Une fois de plus, au seuil du sacre, les relèves de la gendarmerie confirment leur potentiel. En tout cas, l’ambition existe bel et bien chez les GNVB de remporter plus de titres régionaux que l’année dernière. Pour cela, il leur suffit d’emboîter le pas à leurs aînés dans la catégorie masculine qui continuent de mener de main de maître le championnat d’Analamanga.

Naisa

Résultats des demi-finales :

Benjamines :

Bi’As-CCVB : 2-0 (27-25/ 25-16)

GNVB-Afa : 2-0 (25-08/ 25-21)

Minimes filles :

GNVB-Bi’As : 2- 0 (25-17/ 25-17)

CCVB-Asi : 2-0 (25-18/ 25-10)

Minimes garçons :

GNVB-Afa : 2-1 (25-27/ 25-21/ 15-9)

3FANS-Asi : 2- 1 (17-25/ 25-16/ 15-13)

Cadettes :

VBCD-GNVB : 3-0 (25-08/ 25-05/ 25-09)

Asi-3FANS : 3-0 (25-13/ 25-09/ 25-19)

Cadets :

GNVB-Afa : 3-1 (28 – 26/ 25-15/ 17-25 / 25-18)

Asi-ASSM: 3-0 (25-09/ 25-19/ 25-21)

 

News Mada0 partages

Chronique : docile incompréhension d’une brutale réalité

Les populations des pays dont le PIB dépend essentiellement de la production pétrolière arrivent en première ligne pour subir les férocités d’un appauvrissement suite à une cruelle récession provoquée par la chute brutale des cours du pétrole. Le gros de ces populations n’a pourtant même pas bénéficié de vraies miettes, du temps où les prix avaient flambé. Entre autres maltraitances de ses victimes, la crise actuelle déshabille les pauvres.

On pourrait croire que dans les pays importateurs l’écroulement des cours du brut profiterait de façon mécanique aux consommateurs. Erreur ! Dans ce sens le mécanisme ne fonctionne pas. Qui a empoché la différence ? La différence qu’a dévalée une dégringolade de 150 à 50.

Ici dans le pays même si l’on ne peut parler d’une surchauffe des prix à la pompe les consommateurs n’ont jamais eu à enregistrer une diminution palpable. On parle pourtant d’efforts de l’Etat et de dettes du gouvernement les uns fournis par solidarité avec les distributeurs les autres contractées pour soulager le consommateur. Alors que le cours du brut accuse une chute conséquente, serait-elle sans conséquence sur les prix appliqués sur les marchés où s’approvisionnent les compagnies qui ravitaillent le pays ? La question est légitime, afin de la faire taire la communication sature l’atmosphère d’explications résolument ardues pour paraitre techniques, de quoi embrouiller le public qui de guerre lasse opte pour une docile incompréhension. Alors qu’il y a matière à débat, les «je sais tout» habituellement prolixes font silence tant ils se sentent largués face au problème dont la solution de prime abord évidente se complique à la faveur du traitement qu’appliquent des experts-aboyeurs au service de sa majesté «gros profits».

Le système dominant organise une opacité des circuits voués exclusivement aux intérêts d’un nombre réduit d’anonymes mais omnipotentes puissances capitalistes, qui contrôlent et rackettent le schéma pour s’assurer la perception d’une dime sur l’ensemble de la production et de la distribution. Réalistes ces ogres se préoccupent de laisser des miettes de survie afin de ne pas tarir la source. Malheureusement dans les pays les plus déshérités, souvent les dirigeants avec leurs complices se servent au passage, entreprennent une razzia sur les miettes. Le brut peut toujours baisser, à la pompe le prix du carburant ne variera pas d’autant, et manifestera une détermination sans relâche à pomper un max de bénéfices au mépris de l’appauvrissement de la population.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : arrêté portant classement de la station thermale d’Antsirabe (3)

(Suite et fin.)

Art. 9. – Les militaires envoyés à la station thermale d’Antsirabe sont considérés comme étant en déplacement temporaire pour raisons de santé et présents au corps ou à leur poste, pendant la durée de leur séjour à Antsirabe, ou en route pour s’y rendre, soit à l’aller, soit au retour.

Le droit à la solde de présence coloniale et aux accessoires de solde leur est conservé. Ils ont droit à l’indemnité journalière normale pendant une durée de trente jours.

Les militaires qui ont obtenu l’autorisation de faire une deuxième saison restent dans la position visée aux paragraphes 1 et 2 du présent arrêté, mais l’indemnité réduite leur est allouée pendant la durée de la prolongation.

Art. 10. – MM. le général, commandant supérieur, le directeur du service de santé, le directeur des finances et de la comptabilité et le chef de la province du Vakinankaratra sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

Tananarive, le 21 mai 1917.

Garbit.

Congrès d’agriculture

coloniale

Le Congrès d’agriculture coloniale organisé par l’Union coloniale française est fixé au 15 octobre prochain.

Le Président de la République et le Ministre des colonies ont accepté la présidence d’honneur de cette grande manifestation qui a pour but l’étude des moyens pratiques d’organiser la production agricole dans les colonies.

Les organisateurs de ce Congrès comptent sur le concours des assemblées locales, des services techniques et des particuliers pour recevoir la documentation qui leur est nécessaire concernant les travaux agricoles à Madagascar.

Il est à désirer que cette documentation soit en rapport avec l’importance des intérêts engagés dans notre Colonie et traduise en outre d’une façon précise, pour le Congrès d’agriculture en préparation, les besoins véritables de la colonisation.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : aiza ny fanefitra fandravana ny tranga fangalana olona an-keriny

Arahabaina tsy maty fo aman’aina ilay tovolahy Karana fa votsitra soamantsara avy any am-pelatanan’ireo jiolahy naka azy an-keriny. Sarotra no hilaza mivantana fa natao takalo-bola ny ainy. Na izany aza samy maminavina izao karazan’olona rehetra izao eny amin’ny fiaraha-monina nohon’ny tsy fisin’ny fanambarana mikasika ny resaka nifanaovan’ny havany sy ireo nitana an-keriny an’ity lehilahy ity, izany hoe raha ho lazaina amin’ny teny tsotra adivarotra mikasika ny vidin’ny ain’ilay olona atao takalo.

Azo an-tsaina fa mandrahona izay tsy izy ireo olon-

dratsy, ary mampitandrina na rehefa votsitra ilay olona eo am-pelatanany dia tsy afa-bela ny fianankaviany fa afaka ampitondra faisan’azy ilay tambajotran-jiolahy na ho ela na ho aingana rehefa tsy manaja ny dina nifanaovana taminy. Ilay tafika totankely moa velom-bolo toy izany ka mihevitra azy tsy maty manota ary toy ny tànana zatra mitsotra dia tsy misalasala no hamerina raha vao mangidihidy nohon’ny fikitikitiky ny fakampanahy. Maro ireo bandibandy lasa nofinofy manao arizato ampandrina manisa mialoha vola mikararana tsy an-tànana.

Tsy eto amin’ny nosy ihany no nitrangan’io fanao vetaveta io, tany ivelany toy tany Italy nisy fotoana nanjakan’ny fangalana olona an-keriny. Ela vao resy ny fitrangany ary tsy nitsahatra raha tsy nahavita fampisehona fahakingana ny polisy sy ny fitsarana, ka tratra haingana sady voasazy enjana izay manandrana fanaovana asa ratsy toy ireny. Tsy kobo anefa izy ireo raha tsy mifarimbona am-pahatokisana ny fianankaviana iharany sy ny polisy. Izay firaisan-tendro amin’ ny polisy izay no ahian’ireo olon-dratsy ary anafarany an’ ireo fianankaviana fa antoky ny ain’ilay olona voatana ny fanefan’ny fianankaviana an’ireo fepetra rehetra voalazany.

Mangina noho izany ireo sendran’io setrasetra io, ary sarotra no anomezan-tsiny azy noho izany. Rahampitso indray miresaka, ireo efa nanota tsy afaka antenaina ho voky, ny fijorona tarika vaovao haka tahaka sy ifaninana amin’izany fanatanterahana an’io fangalana olona an-keriny io tsy ferana. Fiaraha-midinika eo amin’ny tompon’andraikitry ny fandriampahalemana sy ny vondron’olona izay lasibatra no hany fomba ahitana fanefitry ny kidnapping.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : le vide par excellence

Inutile d’ergoter sur le vide de légalité ou de légitimité de cette aile du Leader Fanilo, pour constater le vide qui la caractérise. Elle appelle la population à faire un saut dans le vide. Vide d’idée, vide de proposition, vide de popularité (aucun représentant élu, disqualifié en conséquence des prétentions qu’elle manifeste à vouloir être Leader), la « grande » initiative même de nature exclusivement populiste qu’elle entreprend sonne creux sans même parvenir à résonner dans le vide.

 

News Mada0 partages

Rija Rasolondraibe : « Hidera an’Andriamanitra isika !»

Manomboka rahampitso ka hatramin’ny 25 jona, hotanterahina eny amin’ny kianjan’Alarobia ny « Famantarana sy Fahagagana ». « Tsy kaonferansy fa fitoriana ny Filazantsara no hatao eny », hoy i Johannes Amritzer, evanjelista avy ao amin’ny Mission Sos. Nanamafy izay i Rija Rasolondraibe ka nambarany fa « hidera an’Andriamanitra isika. Ny fon’ny Malagasy no andrasana hitodika any aminy ». Naneho ny fahavononany amin’ny fanolorana ireo hira ankafizin’ny olona maro ity mpanakanto manana ny maha izy azy ity. Handray anjara amin’izao hetsika izao ihany koa i Joseph d’Af, Antsa an’i Kristy, Julia Willkander (Sos Band).

Mahatratra 300 ireo delegasiona ao anatin’ny Mission Sos izay avy amin’ny firenena mahatratra 25. Nambaran’i Johannes Amritzer fa efa nianatra hira amin’ny teny frantsay izy ireo noho ny fahatsapana fa io teny io no manavanana ny ankamaroan’ny Malagasy. Ankoatra izay, hanampy ny olona sahirana izy ireo amin’izao fandalovany eto Madagasikara izao. Hiezaka ny hitafa amina olona anatina sokajin’asa samihafa ihany koa. Anisan’ireny ny olona miasa anaty fandraharahana, ny mpitondra isan-tsokajiny, sns.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

IKM : niantsa ho an’ny teny malagasy ny VKHM

Teny malagasy, tenin-dreny, teny mamy … Samy naneho ny vetsovetsom-pony, nanaporofoana ny firaiketana tanteraka amin’ny teny malagasy ireo mpikambana ao amin’ny Korira kanton’ny haisoratra malagasy (VKHM), ny asabotsy teo, tetsy amin’ny Ivotoeran’ny kolontsaina malagasy (IKM) etsy Antsahavola.

Tafiditra indrindra amin’ny fanamarihana ny Iray volan’ny teny malagasy ity hetsika antsa tononkalo ity. Hetsika niavaka izy ity, satria nanome hasina ny asa soratra sady nanandratra ny teny malagasy.

Marihina fa tanora ny ankamaroan’ireo mpikambana ao amin’ny VKHM, fikambanana mpanao asa soratra. Na izany aza, tsikaritra fa efa manan-talenta izy ireo ary tsy ambakan’ireo zoky, andrarezin’ny literatiora malagasy. Azo singanina amin’izany i Tendry Razaf, niantsa ny hoe « Ny sakaizako voalohany ».

Nambaran’ity mpanakanto ity fa lalim-paka loatra ny fitiavany ny asa soratra sy ny teny malagasy : lohalaharana amin’ny hiantefan’ny fitiavany … eny, raha oharina amin’ny vady mihitsy aza. Santionany ihany io fa marobe ny aingam-panahy nivoaka tao anatin’ity hetsika ity ho fanehoana ny fankamamiana ny teny malagasy.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Miss Jeunesse Madagascar : la première étape franchie

La toute première présélection Miss Jeunesse Madagascar s’est tenue le week-end dernier à la Villa Pradon à Antanimena. A cette occasion, 111 candidates sur les 5OO présentées, sont en lice  pour le second round des éliminatoires ce 24 juin.

Concours exclusivement dédié à la gent féminine, Miss Jeunesse Madagascar se découvre cette année sur le petit écran, plus précisément, sur la chaîne Kolo TV. L’objectif étant de permettre à des jeunes filles malgaches, âgées de 15 à 19 ans, de porter haut le flambeau du pays et d’en défendre les couleurs lors du concours international Miss Jeunesse World.

Pour le premier casting, la moisson riche a rendu complexe la tâche de sélection des membres du jury d’autant que les candidates sont aussi belles les unes que les autres. Dans la deuxième étape de la sélection de Miss Jeunesse Madagascar «Ce ne sera pas que la beauté qui départagera les candidates…Elles ne devront plus faire valoir seulement leur silhouette drapée de jolis atours mais plutôt jouer d’un autre atout car cette fois-ci, l’intelligence sera leur dame d’atours. En effet, les candidates devront répondre à plusieurs questions censées jauger leurs connaissances et leur intelligence et prouver ainsi que côté maintien, elles ne déméritent pas…», rapporte un communiqué.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Musclemania : Fitiavana Mickael sur le toit de l’Europe

Pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître! Fitiavana Mickael a fait mouche en devenant champion du Musclamania Classic d’Europe de la catégorie junior le week-end dernier en Espagne.

Fitiavana Mickael est l’avenir de la discipline dans la Grande île en matière de bodybuilding naturel. A force d’abnégation et de persévérance, ce jeune bodybuilder a réalisé ce que d’autres ont rêvé à seulement 21 piges. Il a été l’unique malgache en lice sur l’une des plus grandes compétitions de bodybuilding naturel dans le monde. Fiatiavana a tout simplement ébahi l’assistance grâce à l’esthétique de son corps qui lui a ouvert le sacre dans la catégorie junior.

D’après les organisateurs, la compétition est ouverte à ceux qui «veulent afficher leur physique, symétrie et corps de plage».  Plus originale a été la présentation d’un court-métrage durant la compétition.

Des étapes que Fitiavana Mickael a réussies avec brio face aux meilleurs du vieux continent. Tout simplement impressionnant quand on sait qu’il n’est encore qu’à ses débuts. D’ailleurs, il a même balancé sur sa page facebook que le meilleur reste à venir. «Oui, tous mes efforts, travaux acharnés, dévouement et patience ont fini par payer… J’ai réussi cette première étape et je veux tous vous remercier, tous les gars qui m’ont soutenu. Je suis très reconnaissant», a-t-il déclaré.

A suivre…

Dans l’autre discipline de bodybuilding affilié à l’international bodybuilding federation (IBBF), un autre Malgache pourrait également faire sensation. Il s’agit de Jean Claude Andrianomentsoa, alias Jean Andriano. Après des tours d’échauffement dans l’Hexagone et en brillant dans quelques compétitions auxquelles il a participé, ce bodybuilder va s’attaquer à la prestigieuse compétition continentale, du 22 au 24 septembre prochain, en l’occurrence l’Arnold Classic Europe.

L’unique chemin pour lui de se qualifier pour le sommet mondial de la discipline.

Naisa

 

News Mada0 partages

Foot-Freestyle : Edith R. fait le buzz

Derrière une silhouette de mannequin se cache une vraie jongleuse de ballon de foot ! Une formule qui marche. La preuve, une jolie jeune fille de la ville d’Eaux du nom d’Edith Razafindrakoto fait sensation sur facebook depuis le 17 juin dernier, date de la publication d’une vidéo d’elle en train de jongler un ballon de foot entre deux maisons du quartier. Aisance technique et imitation des grands du freestyle comme Ronaldinho et tout le monde en est resté bouche bée.

Une main sur ses cheveux et les deux pieds en démonstration, un style qui n’a d’égal que sa prouesse, en 27 secondes chrono. Avec plus de 50000 vues sur facebook, le chiffre parle de lui-même.

Naisa

 

News Mada0 partages

Hausse des frais pédagogiques : vent de colère chez les étudiants de l’ENS

La circulation a été coupée durant un moment à Ampefiloha. En fait, devant la hausse des frais pédagogiques qu’ils jugent exorbitants, les Normaliens sont sortis de l’enceinte de l’établissement pour  étayer leurs revendications de revoir à la baisse ces frais.

Ayant brûlé des pneus sur la route d’Ampefiloha, les grévistes ont bloqué la circulation dans cette partie de la capitale pendant quelques minutes, avant que les éléments des forces de l’ordre ne viennent sur les lieux pour maîtriser la situation.

«Cette manifestation  fait suite à une rencontre infructueuse avec les responsables, qui leur ont proposé de payer ces droits avec  échelonnement, soit  quatre fois dans l’année», a fait savoir le président des étudiants normaliens de Madagascar, Daniel Sylvain Ratolojanahary. Une alternative qui n’ a pas été appréciée par les étudiants qui prévoient la poursuite de leur grève ce jour.

LMD : les étudiants paient le prix fort

Payer autrement ? «Ce libellé s’ajoute-t-il aux conditions régissant l’application  du LMD, mis à part les autres  paramètres qui devraient accompagner ce nouveau système d’enseignement enseigner autrement, travailler autrement ou encore étudier autrement ?», s’est demandé le directeur de l’Ecole normale supérieure (ENS), Henriette Ramanambelina, hier lorsqu’on a  demandé son avis par rapport à l’augmentation des frais pédagogiques des étudiants normaliens. Ces droits se situent actuellement à 240.000 et  400.000 ariary respectivement pour les niveaux Master M1 et M2, contre 75.000 ariary auparavant.

Une telle hausse, effective depuis l’année universitaire 2013-2014 suite à une décision du Conseil d’administration, sert à combler en partie les lacunes des budgets de fonctionnement relatifs aux activités pédagogiques, qui s’élèvent cette année à hauteur de 215.165.420 ariary.  « En dépit de cette augmentation des droits pédagogiques, qui a permis de collecter une somme 125.615.000 ariary, un énorme gap reste à combler dans la mesure où l’ENS n’a droit qu’à 0,08% de son budget de fonctionnement, soit près de 17.000.000 ariary par an. Une situation qui n’est nullement étonnante si on se réfère au fait que l’Université d’ Antananarivo ne reçoit de sa part que 4% de son budget de fonctionnement », a fait remarquer le numéro un de l’ENS.  Bref, la situation est désespérante poursuit ce responsable car les moyens n’arrivent pas à satisfaire les besoins, sachant que l’entrée dans le système LMD traduit un important besoin  matériel, si on ne cite le fait que toutes les salles de classe doivent être dotées d’outils informatiques… Des efforts ont été fournis dans ce domaine, mais il reste encore beaucoup à faire.

«En guise d’exemple, sur les besoins en 36 vidéoprojecteurs, 17 sont disponibles dont 3 non fonctionnels. En outre, des imprimantes, des ordinateurs ou encore des tableaux numériques… ont été déjà acquis  grâce en partie à ces droits», a informé le directeur de l’ENS pour démentir les dires des grévistes qu’ils ne jouissent pas de ces matériels durant leurs études.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Lutte contre la drépanocytose : éduquer les malades

Même si la drépanocytose est une maladie héréditaire qui se soigne à vie, les malades peuvent vivre longtemps en observant certaines règles et contraintes.

Allant dans ce sens, au cours de la célébration de la journée mondiale de la drépanocytose hier à l’HJRA Anosy, une campagne de dépistage, de  sensibilisation  et  d’éducation aux  malades et à leurs familles a  été effectuée par l’ONG «Lutte contre la drépanocytose à Madagascar (LCDM)». L’objectif est, entre autres, de renforcer la campagne de  dépistage pour une meilleure prise en charge des malades.

Une bonne hygiène de vie

«Une fois la maladie dépistée à temps, si les drépanocytaires arrivent à suivre une bonne hygiène de vie et à  respecter rigoureusement certaines disciplines, ils peuvent vivre très longtemps», a noté la présidente fondatrice de la LCDM, Pascale Jeannot. Et, elle de poursuivre que les crises drépanocytaires et l’hospitalisation peuvent être évitées si les patients arrivent à boire au moins trois litres d’eau par jour, ne pas s’exposer à une chaleur trop intense pour éviter la sudation, de se protéger du froid parce que cela provoque une vaso-inclusion, et de s’éloigner, autant que possible, des endroits susceptibles d’attrapper une infection.

5 crises par mois

D’après les témoignages d’un patient, du nom d’Angelo, ses crises drépanocytaires ont auparavant une fréquence de 4 à 5 par mois. Toutefois, ces crises se sont estompées une fois qu’il a suivi les traitements et les conseils prodigués sur son cas. Actuellement, ses accès de crise se font rare. Cependant, il suit un contrôle médical tous les mois. Selon ses dires, le coût d’un traitement de la drépanocytose est d’environ un million d’ariary en cas d’hospitalisation.

Plan national

L’atelier relatif à l’élaboration du plan de stratégie national à l’HJRA Anosy pour lutter contre cette maladie a marqué la célébration de cette journée mondiale. Selon le ministère de la Santé, la célébration officielle sera effectuée ce 14 juillet à Toamasina.

Sera R

 

News Mada0 partages

Fête du 26 juin : hausse de prix des lampions

Mois de l’enfance, la saison des circoncisions ainsi que le 57e anniversaire du retour à l’Indépendance sont tous des arguments qui placent le mois de juin sous le signe des jouets dont les prix sont révisés à la hausse cette année, notamment pour les «Arendrina» ou lampions.

Si en 2016, pour la même période, si un lampion de fabrication chinoise s’obtenait entre 3 000 et 5 000 ariary, le prix plancher pour cette année de 5 000 d’ariary. En général, ces lampions sont proposés à 7 000 ariary sur les étals. Quant aux fabrications locales, le prix minimum est de 1 000 ariary, contre 400 à 500 ariary l’année précédente.

Une signification oubliée

A la veille de la célébration de l’Indépendance, les enfants et les jeunes, que ce soit en milieu rural ou en ville, se regroupent pour parader avec leurs lampions dans les rues. Une tradition qui remonte à l’époque de la royauté, plus précisément à la veille du «Frandroana». Mais au fil du temps surtout depuis 1960, porter des lampions sert également à célébrer la fête de l’Indépendance, après avoir été  célébration de l’Indépendance depuis 1960, comme il a été également le cas pour le 14 juillet durant la période coloniale.

Selon les Anciens, l’utilisation des lampions est faite pour chasser les mauvais esprits avant la célébration  proprement afin que l’événement puisse se dérouler sans encombre. Car d’après les croyances, les mauvais esprits ont peur du feu étant reconnu comme purificateur. Actuellement, les bougies sont remplacées par les ampoules qui sont recommandées par peur d’éventuels incendies au cours des défilés le long des rues. Encore une tradition qui se perd à cause de l’avancée des technologies.

Sera R

News Mada0 partages

Cepe 1er arrondissement : 1.269 candidats dotés de kits d’examen

Jour J pour le premier examen officiel. Pour qu’ils puissent affronter les épreuves en toute sérénité, 1.269 candidats issus de sept écoles primaires publiques (EPP) du 1er arrondissement de la capitale, à savoir Antetezanafovoany, Manarintsoa,  Andavamamba Anjezika, III G Hangar, 67 Ha Nord, Andohotapenaka I et Andohotapenaka II, ont  été dotés de kits d’examen hier à l’EPP 67 Ha Nord-Ouest. Une initiative de la  Croix-Rouge Malagasy (CRM), entrant dans le cadre du projet «Mendrika», menée en partenariat avec le ministère de l’Education nationale (Men) et la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA).

Depuis le début de l’année scolaire en cours, la CRM a fourni un package d’activités aux élèves pour leur préparation aux examens. Des séances de préparation psychosociale, des cours d’appui ainsi que des appuis en supplément alimentaire durant les cours leur ont été offertes, tout comme d’autres élèves des Fokontany cibles préparant le CEPE.

Et pour favoriser les liens de proximité et de collaboration entre les familles et la CRM, notamment les volontaires, une soixantaine de parents ont bénéficié des séances de partage sur l’importance de l’éducation de leurs enfants au niveau des Fokontany.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Alaotra : les élèves contre la corruption

La région Alaotra Mangoro renforce la lutte contre la corruption par la mise en place de la cellule anti-corruption au niveau de la Dren.

La direction régionale de l’éducation nationale (Dren) de l’Alaotra Mangoro procède à un assainissement. Dans le cadre de la lutte contre la corruption, le directeur régional a révélé avoir décelé des fonctionnaires titulaires de faux diplômes et corrompus dans son service. Une quinzaine d’élèves issus de la circonscription scolaire d’Ambatondrazaka ont été présentés officiellement en leur qualité de membres de la cellule anti-corruption au niveau de l’éducation nationale à Ambatondrazaka et Ambatosoratra. Leur rôle se limite à la sensibilisation et  au contrôle des pratiques corruptives dans l’éducation dans la région.

La collaboration des élèves dans cette lutte est d’une importance capitale, ont déclaré les intervenants à la cérémonie de présentation à Ambatondrazaka.

Manou/Solo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lasa anjely tampoka !

Manadio tena fatratra manoloana ny tsy fahafehezana ny firenena sy ny famotehana natao ny fanjakana Rajaonarimampianina.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko mpihira Taratry ny MazavaHanatanteraka seho ao amin’ny FJKM Anjohy

Taorian’ilay fampisehoana goavana nanamarihan’ny antoko mpihira Taratry ny Mazava eo anivon’ny fiangonana FJKM Ambohidanerana ny voka-dehibe tetsy amin’ny Sainte Famille Mahamasina farany teo dia fantatra fa hanatontosa fampisehoana ao amin’ny FJKM Anjohy indray izy ireo ny 02 jolay ho avy izao.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanMampijaly zaza

Miarahaba ry Jean a ! Dia ho tahaka izao foana ve ny fiainanao sy itondranao ity revy ity ? Fa maninona raha tonga dia omena an’io zaza io izay tena ilainy fa tsy tapi-maso sy tampim-bava lava izao ?

 Zanakao anie ireo e ! Tena vatranao ve ny mbola hampiaina ireo zaza ireo izao fahasahiranana lalina izao ao anaty 5 taona indray ? Jereo anie ilay zaza raha tsy efa mitrakitraky taolana mihitsy e ! Tsy mba misakafo sy miaina ara-dalàna intsony fa zara raha misy atelina ahafahana mitsipozipozy sisa. Ianao anefa ity mbola midongy hijanona eo amin’io toerana misy anao io ihany. Sao dia mba tokony hatsangan’olon-kafa amin’izay ireto zaza ireto fa miha mijaly andro aman’alina e ! Hihaino ahy indray ary ve izao Jean ?

Marco malahelo ny iray tampo aminy 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanMampijaly zaza

Miarahaba ry Jean a ! Dia ho tahaka izao foana ve ny fiainanao sy itondranao ity revy ity ? Fa maninona raha tonga dia omena an’io zaza io izay tena ilainy fa tsy tapi-maso sy tampim-bava lava izao ?

 Zanakao anie ireo e ! Tena vatranao ve ny mbola hampiaina ireo zaza ireo izao fahasahiranana lalina izao ao anaty 5 taona indray ? Jereo anie ilay zaza raha tsy efa mitrakitraky taolana mihitsy e ! Tsy mba misakafo sy miaina ara-dalàna intsony fa zara raha misy atelina ahafahana mitsipozipozy sisa. Ianao anefa ity mbola midongy hijanona eo amin’io toerana misy anao io ihany. Sao dia mba tokony hatsangan’olon-kafa amin’izay ireto zaza ireto fa miha mijaly andro aman’alina e ! Hihaino ahy indray ary ve izao Jean ?

Marco malahelo ny iray tampo aminy 

Tia Tanindranaza0 partages

GovernemantaMikaon-doha any Toliara

Tonga tao Toliara ny tolakandron’ny alatsinainy 19 jona 2017 ny Praiminisitra lehiben’ny Governemanta Mahafaly Solonandrasana Olivier sy ireo mpikambana ao amin’ny governemanta hanatrika ny filankevitry ny minisitra mitety faritra andiany fahatelo izay tarihin’ny Filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina hatao rahampitso alarobia 21 jona.

 

 Hotokanana ihany koa ny fotodrafitrasa toy ny lalàna, tsena, biraon’ny kaominina, toeram-piasana, ary ny fametrahana vato fehizoro amin’ny hanitarana ny seranan-tsambon’ny Toliara ny talata 20 jiona 2017. Nihaona tamin’ny filoha lefitry ny Banky Iraisam-pirenena, Andriamatoa Keith Hansen ihany koa ny lehiben’ny governemanta sy ireo minisitra sasantsasany ny tolakandron’ny 19 jona. Anisan’ny votoatin’ny fihaonana ny firesahana ny fitsidihana nataon’ny banky iraisam-pirenena tany amin’ny faritra atsimon’ny nosy satria betsaka ny fotodrafitrasa natao tany. Iaraha-miasa amin’izy ireo ihany koa ny ady amin’ny tsy fanjariantsakafo, ny fanomezana vola ny tokantrano mba hahafahana miady amin’ny fahantrana… Nampahafantarina ny banky iraisam-pirenena fa efa manao ezaka ny fitondrampanjakana amin’ny ady amin’ny fahantrana. Miezaka manao izay fomba anampiana ny Malagasy amin’ny alalan’ny “transfert monétaire” ny banky iraisam-pirenena. Anisany fangatahan’ny lehiben’ny governemanta tamin’ny ireo mpiara-miombon’antoka ireo ny hanaparitahana any amin’ny faritra hafa manerana an’i Madagasikara ny “Asa Avotra Mirindra” mba hahafahana miady amin’ny fahantrana. Nanaiky izay fangatahana nataon’ny Praiminisitra izay ny filoha lefitry ny banky iraisam-pirenena.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko TIMManentana ireo mpikambana ifotony

Mihetsiketsika fatratra ny sampana antoko TIM manerana ny nosy amin’ny fanentanana ny mpikambana ao aminy ankehitriny.

Ho an’ny TIM eo anivon’ny boriborintany faha-2 eto Antananarivo Renivohitra, ohatra, dia manezaka amin’ny fanentanana ireo mpikambana ao aminy hanolo ny karatra maha-mpikambana ny DISTIM tarihan’ny filohany Randriamalala Dera izay efa nirosoan’ny mpikambana rehetra manerana ny nosy hatramin’ny volana desambra 2016, ka tamin’ny sabotsy 10 jona teo dia mpikambana niisa 11 mpikambana FOKOTIM 2è no nahazo ny anjara karany maimaimpoana avy amin’ity rafitra ity.

Ho an-dry zareo TIM any Atsimo Andrefana kosa dia miezaka manangana ny rafitra “JEUNE TIM” manerana ny fokontany samihafa ao Toliara I, toy ny ao Tongobory sy Antanimora ary ao Anketraka izay hotanterahina anio talata 20 jona raha amin’ny alahady ho avy izao kosa no hananganana ny birao ao amin’ny fokontanin’i Betania, Sans Fil ary Tanambao I, rehefa nahatafatsangana ny “JEUNE TIM” Toliara I foibe tamin’ny 3 jona lasa teo ry zareo. Nambaran’Atoa Sazalahy Tsianihy mpitarika ny REGTIM Atsimo Andrefana fa tafiditra ao anatin’ny fananganana ifotony amin’ny endriny vaovao ny antoko izao ataon-dry zareo izao.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Olom-pirenena ankehitrinyTe hampandini-tena mpitondra, hoy ny VAMI

Te hampandini-tena ny mpitondra ankehitriny ireo olom-pirenena tsy manangan-tsaina, hoy ny sekretera jeneralin’ny antoko VAMI (VAhoaka MIray),

 Gaby Vakiniadiana, raha naneho ny heviny mikasika ny antony mahavitsy ireo sainam-pirenena mitsangana isan-tokantrano amin’izao fotoana. Namidin’ny mpitondra ny tolona sy ra latsaka tamin’ny 1947, hoy izy, ary tsapan’ny olom-pirenena izany. Miharihary io amin’ny fivarotana ny tanintsika amin’ny vazaha sy sinoa sy karana. Fampandinihan-tena ny mpitondra sady fitakiana ny fametraham-pialany ny antony tsy fananganan-tsaina, hoy izy. Ireo vazaha indray no mandrafitra ny firenena Malagasy kanefa mpiara-miombon’antoka fa tsy mpiara-mitantana akory ny PNUD.

Mirija

 

Ino Vaovao0 partages

BENENITRA : Nifandramatra ny Zandary iray sy Lehiben’ny Distrika ary mpampianatra iray

Araka ny loharanom-baovao voaray tao an-toerana dia noho ny ady nifanaovana Zandary sy mpampianatra ary ny Lehiben’ny Distrika tao anaty trano fisotroana no niteraka tabataba nanerana ny tanàna.

Nanoloana izay dia samy naratra mafy avokoa izy ireo, ka ilay mpampianatra no potipotika sy niendaka tanteraka ny vavany, ilay Zandary kosa dia voan’ny totohondry teo amin’ny masony. Marihina fa samy efa mamo tampona izy telo lahy tamin’io fotoana io satria voalazan’ny loharanom-baovao hatrany fa dia efa fanintelon’ny bara nidiran’izy ireo no nisehoan’ity ady ity.

Araka ny filazan’ireo vahoaka ihany koa dia karazana lonilony sy tsindritsindry ifanaovan’izy ireo no tena nahatonga izao korontana izao ka rehefa samy tsy tompony tenany vokatry ny fahamamoana dia nivoaka avokoa ny tsy zaka rehetra. Soa ihany aza fa nalaky tonga ireo mpitandro filaminana nanasaraka azy ireo fa raha tsy izany dia mety ho nisy namoiny ny ainy teo mihitsy.

Ny sabotsy maraina vao nandre ity raharaha ity ny Solombavambahoaka, Randrianaina Theophile ka nanao fanambaràna fa “mitady hanjakazaka ireo solontenam-panjakana ao an-toerana ka mitady tsy hanara-dalàna intsony, hany ka manjary manala baraka ny lazan’ny tanàna ny zava-niseho”. Nanamafy hatrany ity Depiote ity fa tsy maintsy atao ny fampihavanana ary haravona ny olana satria lasa miteraka fizarazarana. Izany hoe handray fepetra hentitra izy ireo hisorohana ny ady.

Efa eo am-pitsaboana ny naratra izy ireo amin’izao fotoan izao ka andrasana hatreto ny fanatontosana ny fampihavanana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TAOLAGNARO : Zandary iray mamo saika niharan’ny fitsaram-bahoaka ny faran’ny herinandro teo

Zandary iray miasa any an-toerana mantsy no saika nanamparan’ny fokonolona ny hatezerany . Tonga ara-potoana anefa ny mpitandro filaminana ka voasakana ihany ity fitsaram-bahoaka ity.

Araka ny fanazavana voaray dia mamo ilay Zandary. Nivalan-drano izy ary nataony tamin’ny lehilahy iray izany. Tezitra ity farany ka niteny azy. Vava be anefa no nasetriny izany, raha ny fanazavana voaray hatrany. Tsy vitan’izany fa mbola nandrahona ilay lehilahy ihany izy.

Hitan’ny fokonolona teo amin’ny manodidina anefa izany fihetsika ratsy nataon’ilay Zandary izany ka nitraotra niaro ilay lehilahy izy ireo. Raha ny vaovao voaray hatrany dia efa fanaon’io Zandary io ny mandrahona ireo mpiara-monina aminy rehefa mamo izy. Tezitra avokoa ny fokonolona teo amin’ny toerana ary efa saika novonoin’izy ireo mihitsy ity Zandary ity.

Tonga nandamina anefa ny mpitandro filaminana ary nitondra ilay Zandary tany amin’ny biraon’izy ireo. Mbola voatazona ao amin’ny biraon’ny Zandary ity raha ny fanazavana voaray hatrany mba hisorohana ny mety ho hatezeran’ireo fokonolona.

Niony Nantenaina

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’ANTSALOVA : Zazavavikely iray manala Cepe nihetsika ambalavelona tampoka

Ny marainan’ny Talata, nandritra ny fanatanterahana ny fanadinana CEPE tany an-toerana dia tovovavikely iray indray no lasibatra.

Efa tafiditra tao anatin’ny efitrano ary efa miatrika ny laza adina ity farany no avy hatrany dia nihetsika ambalavelona. Tao anatin’ilay fotoana nangina be iny indrindra no fantatra fa nitsamboatra sy nikiaka mafy tampoka izy, nihinjitsinjitra be tsy tana ary nitady lalana nivoahana ny efitrano saingy nifampitazoman’ireo mpampianatra lehilahy, araka ny fitantaran’ny loharanom-baovao voaray. Voatery navoaka ny efitrano fanadinana ity ankizy ity nanoloana izany mba tsy hanelingelenana ireo namany ary tsy maintsy nalefa nody teo noho eo.

Tao amin’ny ivon-toeram-panadinana ao amin’ny CEG Antsalova no nisehoan’io trangan-javatra hafahafa io.

Nambaran’ireo tompon’andraikitra fa tsy afaka hanohy ny fanadinana intsony ity tovovavy satria tsy maintsy mbola hisy ny fitsaboana ho arahiny. Ny Fari-piadidiam-pampianarana ao Antsalova dia nanana mpiadina miisa 654 izay naparitaka amina ivon-toeram-panadinana telo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

CEPE 2017 : Nitombo ny tahan’ireo mpianatra niatrika ny fanadinana ara-panjakana voalohany

Nahatratra 570 000 ny isan’ireo mpiadina manerana ny Nosy tamin’ity taona ity. Nisy ihany anefa ireo nitsoaka an-daharana noho ny olana madinidinika niseho teny antenantenan’ny fampianarana ary saika nahitana izany avokoa tamin’ireo Fari-piadidiam-pampianarana manerana ny Nosy.

Ny Fari-piadidiam-pampianara any amin’ny Distrikan’i Toliara faharoa no notsidihin’ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena, Rabary Paul, omaly. Noantitrateriny tamin’izany fa tsy andrasana ela ny fitsarana ny taratasim-panadinan’ireo mpiadina mba tsy hahataraiky ny fivoahan’ny valim-panadinana tahaka ny fomba fiasa hatramin’izay.

Tamin’ny ankapobeny dia nilamina tamin’ny antsakany sy andavany ny fanatanterahana ny fanadinana omaly. Nahatratra hatrany amin’ny 64 taona ny zokiny indrindra tamin’ireo mpanala fanadinana CEPE.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FAHASALAMANA : Tafakatra 12 000 ireo Malagasy tratran’ny aretina Drépano...

Araka ny tatitra azo avy amin’ny minisiteran’ny Fahasalamana dia efa mahatratra an’arivony ny Malagasy tratran’ity aretina ity.

Ny any amin’ny faritra Atsimo Antsinana no tena ahitana taha ambony amin’izany aretina izany. Ny mbola fisian’ny lova tsy mifindra any amin’io faritra io no antony indrindra maha ambony io taha io, araka ny fanazavana voaray hatrany. Ny ankamaroan’ny olona voan’ity aretina ity dia efa mitaraina avokoa amin’ny fahalafosan’ny saram-pitsaboana sy ny vidim-panafody amin’izany. Izany indrindra no nahatonga ny minisiteran’ny Fahasalam-bahoaka niara-niasa tamin’ny OMS (Organisation Mondiale de la Santé) sy ny ONG LCDM hanampy ara-pitsaboana ireo mararin’ity aretina ity.

Tanjon’izany fiaraha-miasa izany y hametrahana politika nasionaly hiadiana amin’io aretina io ary ihany koa hametrahana fifanarahana iraisam-pirenena hiadiana hatrany amin’io aretina io.

Niony Nantenaina

Ino Vaovao0 partages

VAROTRA MAHAJANGA : Lasa varomaizina ny harona plastika tsy misy tahony

Tokony tsy hisy hampiasa intsony ireny harona plastika tsy misy tahony ireny satria tafiditra ao anatin’ireny plasitka voarara ireny. Efa tamin’ny faran’ny volana avrily teo no farany azo nampiasana azy, araka ny didy navoakan’ny Fanjakana malagasy.

Ary izany indrindra no tsy ahatazanana azy intsony eny amin’ireo toerana mpivarotra azy ireny. Kanefa raha ny fanadihadina natao dia mbola betsaka izy ireo no mivarotra azy io saingy tsy arantiny eny ambony latabatra izany fa afeniny, ka efa fantany ireo olona mpividy aminy.

Raha olon-kafa tsy fantatr’izy ireo no manjifa izany dia tsy mahazo mihitsy, efa misy ihany koa teny miafina hifanaovana rehefa hividy azy, ka izany no mahatonga azy ho voasokajy ho isan’ny varo-maizina indray.

Fety

Ino Vaovao0 partages

TSY FAHAMPIAN-TSAKAFO : Hanampy ny tantsaha malagasy ny Vondrona Akesson

Tanjona ny fampiboroboroana ny indostria mifanaraka amin’ny filan’ny tantsaha.Anisan’ny nahazo io tohana io ny Ivon-toeram-piofanana sy fanamboarana milina entina mamokatra na ny Cfama eto Antsirabe tahaka ireo faritra hafa, toy ny any Mahajanga, Sambava, Manakara, Antananarivo, Amboasary, Fort Dauphin. Nandritra ny fanokafana amin’ny fomba ofisialy ny faha-35 taona nisian’izany ivon-toerana izany dia ny vondrona Akesson Mienragrex no mpanohana ofisialy ny Cfama. Nisy ny fankalazana izany teo anoloan’ny Tsangambato, teo amin’ny araben’ny Fahaleovantena Antsirabe, ny faran’ny herinandro teo ka tamin’izany no nanambaran’i Karl Akesson, filoha sady mpamorona ny vondrona Akesson Mingagrex fa malalaka ny tany azo hamokarana eto Madagasikara saingy ny fitrandrahana azy no tsy ampy.

Fanoitra lehibe ho an’ny fampandrosoana anefa ny fanana izay tany midadasika izay ka tokony hampanarahana izany ny fampiofanana omena ny tanora izay maro an’isa ihany koa eto Madagasikara. Tanjona ny hisitrahan’ny vahoaka malagasy ny vokatry ny taniny mba hialana amin’ny tsy fahampian-tsakafo hoy ihany i Karl Akesson ka izany indrindra no tokony hisian’ny fiaraha-miasa matotra eo amin’ity vondrona Akesson ity sy ny Cfama. Ny Cfama dia mamokatra ireo fitaovana entina mitrandraka ny tany sy mampiofana ny tanora fa ny Vondrona Akesson kosa etsy an-kilany dia hanampy ara-pitaovana sy teknika ary ireo fotodrafitrasa isan-karazany izay ilain’ny isam-paritra ary indrindra ny fanatsarana ireo fitaovam-pamokarana ireo mba hisy fiantraikany eo amin’ny fiainan’ny olona andavanandro.Tsy ho amin’izao ankehitriny izao ihany fa ny ho avin’ny taranaka malagasy mihitsy ka tsy ho hita taratra intsony izany tsy fahampian-tsakafo sy tsy fanjaraian-tsakafo izany. Eo indrindra no ilaina ny fampiofanana ny tantsaha saingy ilaina ny fandraisan’andrakitry ny rehetra izany. Mila tohanana, hoy hatrany ny filoha mpamorona, ny Vondrona Akesson ny ivon-toerana tahaka ny Cfama.

Marihina fa mpianatra miisa 81 niofana sy nianatra mikasika ny fanamboarana sy fanatsarana ny fitaovana enti-mamokatra no nahazo ny mari-pahaizana « Licence en machine agricole » tao amin’ny Cfama ka ny andro fanokafana tamin’ny fomba ofisialy ny fankalana ny faha-35 taonan’ny Cfama no nizarana ny maripahaizan’izy ireo. Izy ireo izay afaka misehatra ny asa avy hatrany. Ankoatra izay dia naranty nandritra ny telo andro izay nifarana omaly alahady ireo fitaovana enti-mamokatra ireo izay nandraisan’ireo orinasa madinika sy salantsalany maro anjara.

Ankoatra ireo manam-pahefana sivily sy miaramila eto amin’ny Faritra Vakinakaratra dia minisitra efa avy eo anivon’ny Governemanta no tonga nanome voninahitra ity fankalazana tsingerin-taona ity.

Ireo rehetra izaynandray fitenenana dia samy resy lahatra fa miankina amin’ny fampiroboroana ny fambolena no antoka amin’ny fahavitan-tena ara-tsakafo.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

AMBOHIMAHASOA : Haverina indray ny tsenaben’ny Fambolena rehefa nitsahatra tao anatin’ny taona maro

Araka ny nambaran’ny Solombavambahoaka voafidy tany amin’iny faritra Ambohimahasoa iny Rasolonomenjanahary Fidélis Justin dia ny hisarihana indray ireo mpanangom-bokatra no antony namerenana ity tsenaben’ny fambolena ity. Raha ny tsy fandriam-pahalemana no nampalaza ity Distrika ity tato ho ato dia havoakan’ireo tantsaha any an-toerana amin’ny alalan’io tsenaben’ny fambolena io indray fa tany mamokatra ny ao Ambohimahasoa. Tanjona amin’izany ny hampiakarana indray ny toekarena any an-toerana.

Ny 23-24-25 joana izao no hanatanterahana izany. Hiara-hiasalahy amin’izany avokoa ireo Kaominina 18 mandrafitra ity Distrika ity. Ankoatra ny varotra fampirantiana dia ahitana hetsika ara-kolontsaina maro ihany koa mandritra io tsenaben’ny fambolena io.

Niony Nantenaina

La Vérité0 partages

BasketBall - Fiba 33 - Ankorondrano est prêt pour le sommet national

C’est le rendez-vous sportif de l’année des amateurs de basket à Antananarivo. La deuxième édition du championnat national de basket-ball à 3 (Fiba33) réunira à partir de demain pas moins de 80 équipes au Gymnase couvert d’Ankorondrano, Antananarivo.

Les lieux vont vibrer sous l’ambiance du basketball du 22 au 24 juin avec diverses animations au programme. « Outre le championnat national U18 et Open Hommes, nous attendons 96 équipes qui  se partageront leurs joutes sur les terrains extérieurs et à l’intérieur du Gymnase d’Ankorondrano. Chez les moins de 12 ans garçons et open Hommes, elles seront 24 équipes et 12 respectivement en Open dames, tournoi des partenaires et U18. Au total, cinq catégories seront en course. Il faut que tout soit au top le jour J », avancent Pascal Rasaony et Riana Randrianarisoa chargés du basket à trois au sein de la Fédération.   Le tournoi des partenaires va réunir 16 équipes dont Telma, Colis Express, Managing, AGF, PMU, ATTI.mg, Sodi Milk, Star, Studio Das Records, RDJ, Dreamin, Kolo, Ministère de la Jeunesse et des Sports et TAFITA. Les éliminatoires se disputeront les 22 et 23 juin et les phases finales sont programmées le samedi 24 juin, en plus des concours de dunk, tir et lancer franc. Grâce à Telma Madagascar, partenaire numéro 1 de la FMBB, les résultats du championnat national seront suivis dans tout le pays, par le biais de son Backbone national by Telma, mis à disposition pendant toute la compétition. De plus, Telma offrira 500.000 Ariary à l’équipe championne hommes de plus de 18 ans, 400.000 Ariary à la championne Open femmes, 250.000 Ar à celle championne U18. Par ailleurs, les vainqueurs au dunk hommes et tirs à 3 points hommes et dames recevront des Smartphones by Telma.

E.F.

La Vérité0 partages

Football-Poule des As Analamanga - Quatre candidats pour une place

 

Place à la poule des As. Elgeco Plus  vient de valider officiellement sa victoire au titre régional de la ligue du football Analamanga D1 après voir battu le Cosfa (2-0) ce weekend, pour le compte de la dernière journée du championnat. Un deuxième titre déjà attendu dès la 15ème journée et ce même avant la fin du championnat.

Les hommes de Oelison Rafanomezantsoa, entraîneur de l’équipe, vient donc d’empocher leur billet pour le THB ligue des champions 2017 qui débutera au mois de juillet.  Il ne reste plus qu’un ticket de qualification pour  déterminer la deuxième équipe porte-fanion  de la ligue Analamanga au sommet national. Mais la qualification sera encore plus difficile pour cette équipe. En effet, elles sont quatre équipes à  « concourir » pour arracher l’unique ticket disponible qui se disputera entre Tana Formation (2e), As Adema (3e),  Cosfa (4e) et Mama FC.  A noter que la poule des As se disputera en match de poule unique et la meilleure équipe au classement, après décompte de points, gagnera sa qualification.  Aussi, aucune équipe n’a droit à l’erreur, car une seule défaite pourrait coûter cher dans cette formule. Pour le moment, il est difficile d’avancer un pronostic. Sauf si un éventuel changement s’opère, les favoris à cette poule des As restent Tana Formation et As Adema.  

CNaPS en D1  Analamanga 

Une deuxième équipe de la CNaPS Sport qui évolue en D2 Analamanga vient de monter en D1 après avoir gagné sa qualification en  finale. Les caissiers ont battu 4FAA Alasora (2-1) en demi-finale ce weekend sur le terrain synthétique de Carion. La deuxième demi-finale se disputera entre Fosa Junior Analamanga et Jupiter le samedi 24 juin prochain. Par ailleurs, le vainqueur entre les deux équipes rejoindra la CNaPS en D1 la saison prochaine tandis que le FC Tana  et Mi20 seront relégués en D2.

Elias Fanomezantsoa

 

La Vérité0 partages

La caille - Une filière miraculeuse et florissante

Une nouvelle venue sur le marché des volailles, la caille domestique, importée du Japon par un professeur chercheur malgache qui est de ce fait, l’instigateur de ce nouveau type d’élevage à Madagascar. Cette caille se distingue de sa version sauvage existant au pays, qui est de plus petite taille.

Depuis peu, l’œuf de caille s’est propulsé d’une manière vertigineuse vers la plus haute marche du podium des aliments les plus nourrissants et les plus vertueux sur le plan thérapeutique. Avec ses mille et une propriété de combattre différentes maladies, l’œuf de caille a de loin surpassé tout autre aliment. Ces qualités sont autant de facteurs qui ont fait la réputation de cet aliment et de ce remède miraculeux. Et ce n’est pas du boniment car les propriétés de l’œuf de caille ont été scientifiquement vérifiées. La valeur nutritive par 100g de l’œuf de caille est de : 678 kilo calories, 11,6% de protéine, 14% de graisse, 0,5% de glucide et 0,9% de minéraux. 

La connaissance des vertus curatives de l’œuf de caille ne date pas d’hier. Dans les civilisations de l’Egypte ancienne et chinoise, les œufs de caille étaient utilisés pour le traitement de l’asthme bronchique et de l’impuissance sexuelle. Bien plus tard, en 1967 en France, les propriétés thérapeutiques des œufs de caille ont été découvertes par le médecin Jean-Claude Truffier qui l’utilisa pour le traitement de l’allergie et de l'impuissance sexuelle.  

L’œuf de caille, ce nouvel aliment naturel miraculeux, inonde actuellement le marché. Que ce soit à Ambodin’Isotry, à Isotry, à Andravoahangy ou à Anosibe, vous entendrez les crieurs vous vanter les bienfaits de ce produit vendu avec le volatile qui l’a pondu, et qui une fois cuisinés comme il se doit, constituent des mets délicieux.  D’un goût exquis, l’œuf de caille est également plus fin et plus léger, et est donc facilement digestible. En plus de ces agréments gustatifs, pour convaincre les acheteurs, il a surtout ces vertus tant nutritives que sanitaires. Du point de vue taille, l’œuf de caille est trois fois plus petit que celui de la poule mais il présente cependant beaucoup d’autres qualités pour vous faire oublier sa taille menue. Pour le même poids, ce dernier contient bien plus d’éléments nutritifs, dont la protéine et le calcium, que ceux d’une poule. 

Se vendent bien mieux que les petits pains

Sur les marchés publics, l’œuf de caille se vend à 300 ariary, pour l’achat au détail, et à 250 ariary, pour les grandes quantités. Dans les centres commerciaux et les grandes surfaces, leurs prix sont plus élevés. Si du côté des simples gens, les cailles sont encore au stade d’essai dans leur habitus culinaires, dans les restaurants, elles sont plus prisées, du fait de leur goût plus succulent et de la légèreté de leur chair, moyennant des prix plus importants que les consommateurs oublient de sitôt, une fois que la fine viande de ce volatile assouvit le caprice de leurs papilles.

L’élevage et la vente de cailles, ainsi que de leurs œufs s’avèrent lucratifs. Jusqu’au début de cette année, des nouveaux phénomènes sont apparus : le nombre d’éleveurs ayant considérablement augmenté, et les grandes fermes industrielles, telles que La Hutte et Avitech s’y sont également mis. La production à outrance a établi un rapport de force inégal entre les petits éleveurs et ces sociétés.« Si au début, nous parvenions à écouler plus d’une centaine de cailles par jour au marché, maintenant, il n’y a plus qu’une quarantaine ; heureusement qu’il ya les grands preneurs dont les restaurants et les grandes surfaces », a confié Sylvie Randrianatoandro, éleveuse et marchande de cailles au marché d’Ambodin’Isotry.  

De nombreuses vertus thérapeutiques

L’œuf de caille, à multiples vertus curatives, peut servir pour soigner des maladies de toutes sortes, à savoir digestives, hépatiques, rénales, cardio-vasculaires, du système circulatoire, du système nerveux, ainsi que les maladies métaboliques telles que les allergogènes. Ce qui fait que l'œuf de caille est le seul œuf diététique qui existe au monde. Pour ce qui est de la posologie, le nombre d’œufs de caille à consommer est tributaire du type de maladie à traiter. Ce nombre varie généralement de 120 à 240 jusqu’à l’obtention de résultats. Concernant l’élevage de cailles, ce volatile est nourri à la provende, aux grains de riz décortiqués, de maïs, sinon de légumes hachés. A l’instar des poulets de chair, les cailles nécessitent un éclairage de leur cage pour se nourrir la nuit. La couvaison se fait à l’aide de la même couveuse que celle des poulets. L’éclosion se produit au bout de 18 jours. Sinon, une caille peut couver six œufs pendant cette période, mais le résultat n’est pas assuré car certains œufs peuvent déborder du plumage de la mère couveuse. 

Rivo S.

La Vérité0 partages

Manakambahiny - 2 malfaiteurs abattus, un autre capturé vivant

Tout un secteur du quartier de Manakambahiny a été réveillé par des détonations, tôt dans la matinée d’hier. En effet, la Police était intervenue pour surprendre, pourchasser et mettre en hors d’état de nuire un gang. Ce dernier était sur le point de commettre un vol dans un restaurant.

Les tirs des policiers ont fait systématiquement mouche, fauchant ainsi deux suspects à un moment où ils ont essayé de riposter aux Forces de l’ordre, tandis que leur acolyte fut capturé vif. Il avait une énorme pince coupante sur lui. Enfin, d’autres suspects ont pu encore prendre la fuite, selon des témoins. L’un des individus tués a cueilli un projectile dans les parties génitales avant que la balle fût ressortie à l’arrière de ses hanches. L’autre victime, elle, l’a reçue en plein dans la tête, lui arrachant presque l’oreille. Toujours est-il que des bonbons probablement empoisonnés et qui étaient prévus pour éliminer les chiens de garde, ont été encore trouvés sur l’un d’eux. L’intervention des Forces de l’ordre a été rendue efficace grâce au réflexe de certains riverains, qui étaient au courant de la tentative des bandits pour les alerter au plus vite. D’ailleurs, la réaction des riverains s’inscrit selon les consignes qu’on les a longtemps habitués.  Quelques moments après les faits, des limiers de la Brigade criminelle d’Anosy se sont rendus sur place pour un constat d’usage. Hier, vers 4h du matin, les agents du Bureau municipal d’hygiène (Bmh) ont transporté les dépouilles des victimes vers la morgue de l’hôpital d’Ampefiloha où aucun membre des familles des défunts n’étaient venus les réclamer ou au moins pour vérifier. Selon une information de la Police, ces bandits ont pénétré en force dans le restaurant après avoir enlevé les grilles de protection du local.   « Ils ont déjà réussi à évacuer des mobiliers à l’extérieur lorsque la Police a débarqué. Devant cette situation, les bandits ont alors rebroussé chemin pour regagner l’intérieur du restaurant. Ils s’apprêtaient à ouvrir le feu sur les policiers mais ces derniers furent plus rapides qu’eux », explique le commissaire Alexandre Ranaivoson du service de communication et des relations publiques de la Police nationale. Selon toujours les explications reçues, ce gang est équipé de deux pistolets automatiques dont l’un s’avère être de fabrication locale et l’autre étant une arme factice. « A première vue, rien ne permet de le distinguer d’un vrai », renchérit-il.  L’enquête suit son cours. Ces dernières semaines, il était entré dans les habitudes des malfaiteurs qui sévissent dans la Capitale d’empoisonner les chiens de garde, que ce soit avec du lard ou un morceau de viande, ou avec de la friandise, tous contaminés.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Examen du Cepe - Le candidat doyen d’Antananarivo se désiste !

Le premier diplôme officiel à 64 ans. R.L. (diminutif du nom), candidat doyen de l’examen du Cepe (certificat d’étude primaire élémentaire), a voulu à tout prix l’obtenir. « J’ai déjà passé 2 fois l’examen du Cepe, mais en vain. Mes lacunes se trouvent dans les matières scientifiques, surtout le « Problème » et les « Svt » (Sciences de la vie et de la terre).

Mais ces échecs ne m’ont pas découragé, au contraire ils m’ont motivé à étudier encore et encore, et me revoici de nouveau dans la course pour cette année », nous confie ce candidat doyen. Celui-ci a composé dans une salle d’examen du centre Ceg Antanimena, hier matin. « Je suis autodidacte, c’est-à-dire que je n’ai pas suivi des cours particulier pour participer à cet examen. Mais je reste persuadé qu’en travaillant dur, je réussirai. D’ailleurs, j’envisage encore de passer les examens du Bepc et du baccalauréat », ajoute notre candidat libre, célibataire et sans enfant. Toutefois, il n’y est plus revenu l’après-midi, ce qui a surpris non seulement les autres candidats mais aussi les surveillants et le premier responsable dudit centre. « On a entendu dire que cet homme âgé de 64 ans a passé la session sans le consentement de sa famille. Ses proches se seraient dépêchés ici pour le chercher et l’en dissuader, en fin de matinée, ce qui pourrait expliquer son absence », avance une indiscrétion. D’autres pensent cependant que la présence massive de la presse a augmenté la « honte » qu’éprouverait le candidat. Bref, le doyen vient encore de rater son premier diplôme en manquant 3 matières à savoir le Malagasy, le Français et la Géographie. Plus de 20 000 absentsSur les 571 173 inscrits dans toute l’île, 517 780 candidats se sont présentés hier dans leurs centres d’examens respectifs pour passer l’examen du Cepe. Ainsi, 3,88 % des candidats, soit 20 877 candidats ont été absents, dont 2 302 dans la Région d’Alaotra-Mangoro, 1 631 pour Analamanga et 1 501 pour la Sofia. Selon les informations recueillies, cette absence s’explique entre autres par l’abandon des élèves en pleine année scolaire, outre les problèmes personnels des candidats. Pour le centre du Ceg Antanimena, 15 candidats sur les centaines inscrits ont été absents depuis la matinée, outre le doyen qui ne s’est plus pointé l’après-midi. « Le jour d’examen s’est en général bien déroulé. Dès demain, nous nous attaquerons à la correction dans la matinée et le dépouillement dans l’après-midi, suivis de la transcription des notes au Lycée moderne d’Ampefiloha, ce jeudi », a avancé hier Ramarosandy, chef dudit centre. Pour sa part, le ministère de l’Education nationale (Men) innove dans la publication des résultats dès cette année, avec l’ouverture d’un « ChatBot » dans sa page « Facebook » https://www.facebook.com/menmadagascar/. Les parents et proches des candidats peuvent y consulter les résultats. Pour ce faire, ils doivent d’abord entrer dans la page du Men, puis contacter en message privé et écrire « CEPE ». Après avoir obtenu une réponse, ils doivent envoyer soit les noms complets, soit les numéros d’inscription des candidats pour enfin accéder aux résultats (admis ou pas). En dehors de cette innovation technologique, les parents ont aussi le choix de consulter les résultats du Cepe en envoyant par Sms le numéro d’inscription du candidat au 601, ou consulter le site web http://www.education.gov.mg/, en plus des listes affichés dans les centres d’examen. La publication des résultats est attendue en fin de semaine.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

A suivre !

Les férus du petit écran conservent dans leur mémoire ces célèbres feuilletons qui crevaient les télés des années 80 à 2000 dont certains continuent de l’être jusqu’à nos jours. D’éternels films « à suivre » qui envoûtaient les familles, notamment du genre  « Dallas » ou « Puissance et gloire » et l’interminable « Feux de l’amour » ou de ces séries « télé- novelas » latino-américaines, ensorceleuses, ou enfin de ces  « filma gasy » du type « Malok’ila ». Autant de  « tantara mitohy » qui, au final, font oublier les mille et un soucis en créant des fantasmes auprès des  petites gens. Depuis quelques semaines, déjà, d’autres genres de feuilletons passionnent le public.

Des « films à  suivre » qui ne sont, en fait, qu’à leur début, mais attention, risquent d’ébranler la fondation même du régime en place. Nous serions en face d’une série de vastes scandales de corruption de type Petrobras qui a fini par emporter le régime du Parti des travailleurs (Pt) de Dilma Roussef. Cette dernière étant une héritière politique, au pouvoir, du dirigeant  charismatique Lula Da Silva au Brésil. Depuis que le directeur général du Bureau  indépendant anti-corruption (Bianco), Roger  Andriamifidy, juge de son état, commençait à  traquer les auteurs des biens mal acquis, certaines grosses affaires commencent à bouger. La panique envahit le cercle du pouvoir, alors qu’on est qu’au tout début du long métrage. L’Afrique regorge, dans son escarcelle, des  dirigeants et leurs proches qui, se comportant en vrais pilleurs de biens publics, à l’instar des Teodoro Obiang Nguema (Guinée Equatoriale) ou des Denis Sassou Nguesso (Congo), spolient les richesses de leurs pays. Et Madagascar n’en a pas fait exception !  L’affaire Claudine Razaimamonjy, éclaboussant le régime tout entier, n’est qu’à son début. Sur les cinq ou six dossiers qui la concernent, seuls deux sont en cours de traitement. Et les trois ou quatre restants, d’après les sources dignes de foi, revêtent une importance beaucoup plus consistante par rapport aux deux premiers. Les forces vives de la Nation réclament, haut et fort, la poursuite à terme des  procédures. Une affaire à suivre !  Les procédures judiciaires visant Laisoa Jean Pierre dit Jaovato, cet autre milliardaire, opérateur économique de son état et député élu à Antalaha, ne font aussi que démarrer. Etant aussi l’un des fidèles et bailleurs de fonds du régime Hvm, Jaovato s’empêtre dans l’œil du cyclone. Il figure, bel et bien, dans la liste des « gros poissons » qui intéressent les limiers d’Ambohibao-La Piscine avec la jonction de ceux des 67 ha, notamment la Chaîne pénale anti-corruption (Cpac), ainsi que ceux du Faravohitra, opérant dans le Service du renseignement financier (Samifin). Tous, des services chargés de traquer les auteurs de malversations financières, d’allégations de corruption et toutes les formes de blanchiment d’argent. L’opinion exige la suite du traitement du dossier. Une autre affaire à suivre ! Le dossier touchant le vice-président du Sénat, Riana Andriamandavy, est bloqué quelque part. Les observateurs attendent de pied ferme son évolution. Personne ne doit jouir d’aucune impunité. Une affaire, de plus, à suivre !  Madagascar entre dans une phase décisive de la lutte contre tous les délits de détournement des deniers publics, de corruption et de blanchiment d’argent. Les citoyens restent vigilants et se décident de porter leurs entières attentions sur ces feuilletons pas comme les autres. A suivre !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy - L’Etat victime de ses propres turpitudes

La saga judiciaire autour de Claudine Razaimamonjy continue de tenir le monde entier en haleine. Après le transfert à polémique de l’opératrice économique à la prison de Manjakandriana, certaines informations répercutées dans la presse soutiennent qu’une résidence privée située à 30 mètres de la prison a spécialement été affrêtée pour accueillir cette proche du couple présidentiel malagasy. Une information démentie par le directeur de l’établissement pénitentiaire de Manjakandriana, qui indique toutefois que la villa en question servirait de logement pour les proches de la détenue…  Du côté des proches du régime, on continue de crier comme depuis le début de cette affaire à l’acharnement.

A y voir de plus près, il semblerait que ce soit  plutôt le pouvoir lui-même qui est le premier responsable de l’agitation autour de cette histoire. Pour bon nombre d’observateurs en effet, si cette baronne du Hvm avait rejoint la maison centrale d’Antanimora après que la Chaîne pénale anti-corruption ait prononcé son placement sous mandat de dépôt pour y attendre la date de son procès, tout le tapage actuel autour de cette affaire n’aurait probablement pas eu lieu.  Cependant, au lieu de suivre ce cheminement, les barons du parti présidentiel Hvm et la haute sphère du pouvoir ont joué et continuent de jouer le tout pour le tout afin de soustraire la multimilliardaire femme d’affaires Claudine Razaimamonjy de la procédure judiciaire.  Ces velléités ont commencé quand le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) a ordonné le  3 avril dernier l’arrestation de cette personne jusque-là jugée intouchable et jusqu’à ce transfert à la prison de Manjakandriana.  L’opinion se rappellera notamment de la conférence de presse au beau milieu de la nuit du ministre de la Justice pour réclamer la libération de cette opératrice ou encore du communiqué de presse du ministre de la Communication pour soutenir que cette affaire n’était point une affaire d’Etat, en passant par les actes empreints de violences du sénateur Riana Andriamandavy VII devant le portail du Bianco lors des auditions de sa belle sœur.  Ce sont ces velléités de certains membres du cercle proche du pouvoir de soustraire Claudine Razaimamonjy d’une décision de justice qui contribuent à ce que l’affaire soit aussi commentée dans la presse et ailleurs sur les réseaux sociaux jusqu’à aujourd’hui. Pour la plupart des observateurs, le pouvoir semble cultiver  l’impunité. Une impression qui amène à la perte de confiance du peuple malgache à leurs dirigeants.  C’est pour ces raisons que bon nombre de citoyens ont émis des doutes sur la présence effective de cette dernière dans la chambre 126 du service de neurochirurgie de l’Hjra après son évacuation à l’île Maurice. Les mêmes doutes sur sa présence effective dans sa cellule ont fleuri lorsque la détenue a été transférée à la maison centrale d’Antanimora et puis par la suite à la maison centrale de Manjakandriana, sont issues des mêmes raisons. En tout cas, pour certains analystes, un grand pas dans la lutte contre l’impunité et la corruption sera franchi si cette affaire va jusqu’à son terme sans les multiples interventions qui ont jalonné la procédure jusqu’ici.Recueillis par  L.A.

Madagascar Tribune0 partages

Violence à l’égard des enfants : Un nouvel outil de lutte mis en place par l’Unicef

Un nouvel outil pour mieux lutter contre la violence envers les enfants a vu le jour hier lors d’une table ronde sur la violence à l’égard des enfants. Il s’agit de la toute première étude nationale sur le sujet grâce à l’Unicef. A terme, cette étude devrait permettre aux acteurs de la protection de l’enfant de mieux comprendre et donc de mieux prévenir et de mieux répondre à ces situations de risque. Le fait est que tous les enfants sans distinction seraient à risque de violence au sein de leurs familles, dans leurs écoles, dans les communautés, dans les institutions, ou dans tout autre espace auquel ils ont accès, y compris les réseaux sociaux et Internet.

Dans son discours, Hanta Baraka, Secrétaire Générale du Ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme a tenu à souligner que « cette table ronde constitue une occasion pour susciter une prise de conscience de la part de tous les décideurs, partenaires et acteurs ». Elke Wisch, représentante de l’Unicef à Madagascar quant à elle a invité tous les acteurs, les autorités compétentes, les partenaires techniques et financiers, les partenaires de la protection de l’enfant, les communautés, les familles et les parents à prendre conscience de la gravité de ce phénomène et à prendre conjointement les mesures qui s’imposent.

Lourde de conséquence

Selon les informations recueillis dans la réalisation de cette étude, « 89% des jeunes déclarent avoir été victimes de châtiment corporel dans leur famille, soit près de 9 jeunes sur 10, 65% des répondants considèrent le châtiment corporel comme approprié à la maison, plus de la moitié des jeunes affirment avoir subi des violences en milieu scolaire, soit 1 jeune sur 2, 29% des jeunes acceptent le châtiment corporel en milieu scolaire et en ce qui concerne le travail des enfants, 40% de jeunes affirment avoir travaillé avant 18 ans ». Des chiffres qui confirment que la violence semble être présente dans la vie d’une grande majorité des enfants malgaches au quotidien.

Quelle qu’en soit sa forme, la violence a un impact néfaste sévère pour chacun des enfants victimes. Mais l’élimination de violence envers les enfants est de la responsabilité de tous. L’impact de cette violence est multiple - des blessures graves, des traumatismes, des troubles du développement tant physiques qu’émotionnels, des comportements à risque, de l’abandon scolaire, des grossesses précoces, voire, dans le pire des cas, la mort. Si la qualité de la prise en charge fait défaut, l’impact peut se prolonger dans le temps et influer significativement sur le développement et le bien être futur d’un enfant, voire d’une société. L’enfant victime de violence pourrait, une fois adulte, adopter des comportements à risque, voire reproduire à son tour des actes de violence sur les enfants.

Madagascar Tribune0 partages

Mouvement populaire pour le changement : Descente dans les ministères HVM

Les descentes dans les ministères ont repris depuis hier pour les manifestants de la place du 13 mai, emmené par les députés du changement. En effet, la même démarche avait déjà été effectuée dans les débuts des manifestations pour interdire les accès aux bâtiments des ministères et institutions afin que les employés puissent rejoindre la grève.

Cette fois-ci, il ne s’agit toutefois pas de vider les ministères mais bien de déloger les ministres issus du parti présidentiel dont les redoublants dans le gouvernement Ntsay Christian. Aussi, les manifestants ont commencé hier par le ministère de l’agriculture, puis celui de l’éducation nationale, celui du transport, celui de la poste et de la télécommunication pour terminer au ministère de la santé publique avant de revenir sur la place du 13 mai.

A chaque ministère, les revendications syndicales ont été énuméré et la démission des ministres ont été réclamé. Arrivé au niveau du ministère de la poste, de la télécommunication et des nouvelles technologies de Maharante Jean de Dieu, les manifestants ont eu à faire aux forces de l’ordre qui en interdisait l’entrée. Cela n’a toutefois pas empêché le mouvement de crier la démission de ce ministre déjà rejeté du ministère de la fonction publique.

Selon les explications de la députée Hanitra Razafimanantsoa, les descentes dans les ministères ne s’arrêteront plus et cibleront essentiellement les départements occupés par les redoublants ou les ministres HVM. Celle-ci de rappeler que si l’on s’en tient à la décision de la Haute Cour Constitutionnelle, il ne devrait y avoir aucun HVM dans le gouvernement.

Madagascar Tribune0 partages

« Pétard mouillé »

Après trois jours d’âpres discussions entre le président de la République et les pétroliers, le consensus a été rendu public par le président Andry Rajoelina en personne ; les réductions des prix sont les suivantes : 500 ariary pour le pétrole lampant, 150 ariary pour le gazole et 100 ariary pour l’essence. Ce qui revient à dire que l’essence s’achète maintenant à 4 100 ariary tandis que le litre du gazole est vendu à 3 400 ariary.

Pour les propriétaires de voiture légère fonctionnant à l’essence qui s’acharnent avec beaucoup de mal à se maintenir dans la catégorie de la classe moyenne, c’est la déception totale. Cent ariary c’est l’équivalent de deux (2) pièces de bonbon Jok, déclare un père de famille. Des chauffeurs/propriétaires de taxi sont mitigés et se résignent avec un goût amer-doux. En tout cas, les usagers des taxi-be s’attendent désormais à une baisse des tarifs sur tous les circuits. Mais dans l’ensemble le commun des citoyens qui prend les taxi-be est unanime à reconnaître que la baisse est sans aucune mesure comparable avec les tonitruantes et successives déclarations de guerre présidentielles contre les pétroliers. Et ce bien que le président ait évoqué, documents à l’appui disait-il, la surfacturation du fret pétrolier, les marges élevées… et surtout sa volonté de défendre les intérêts du peuple, son pouvoir d’achat.

Le président a nourri beaucoup d’espoir mais au final, il a échoué car les résultats des rencontres avec les puissantes compagnies pétrolières sont en demi-teinte. « Tsy ekeko intsony, tsy ekeko intsony… », martelait-il mais devant les groupes auxquels appartiennent ces compagnies pétrolières, il a tout de même réduit les prix à la pompe. C’est l’essentiel car la vérité des prix est atteinte et les arriérés dus aux pétroliers sont effacés.

D’après Roger Ralison, la lutte pour la baisse des prix est une fausse route. A son avis, la seule solution durable est de disposer d’une raffinerie et d’obliger les pétroliers à importer du pétrole brut ; autrement dit la re-nationalisation de la raffinerie Galana (anciennement Société malgache de raffinage ou SMR) et l’importation de brut uniquement pour pouvoir comme en son temps disposer des sous-produits du pétrole que l’on peut toujours considérer comme plus-value à exporter.

Madagascar Tribune0 partages

Une petite baisse du prix du carburant après 3 jours de négociation

La très attendue baisse du prix de carburant est enfin tombée. L’annonce a été faite hier soir par Andry Rajoelina sur les réseaux sociaux. L’État et les compagnies pétrolières ont enfin trouvé un terrain d’entente après les trois jours de négociation à Iavoloha. Une victoire à l’arrachée pour Andry Rajoelina mais qui ne fait pas l’unanimité.

La baisse est moins importante et encore loin des prix de 2 500 ariary évoqués. Le pétrole lampant dont l’utilisation est de moins en moins rare connaîtra une baisse de 500 ariary, le gasoil de 150 ariary, l’essence de 100 ariary. Le gasoil sera ainsi vendu à 3400 Ar, l’essence à 4100 Ar, le pétrole à 2130 Ar.

Ce baisse de tarifs sera effective dès ce jeudi, a annoncé le ministre de l’énergie, de l’eau et des carburants lors d’une conférence de presse tenue très tard dans son bureau hier.

Andry Rajoelina n’a pas manqué de manifester sa joie par rapport à cette nouvelle disposition tarifaire des produits pétroliers. « Cela fait longtemps que les Malgaches ont attendu qu’on veille sur leur niveau de vie, je l’ai réalisé aujourd’hui, 5 mois seulement après ma prise de pouvoir et de gestion de l’affaire nationale, conformément à la parole que nous nous avons donné ».

Parallèlement à cette nouvelle mesure, le président de la République a également annoncé que les dépôts de carburant en pleine centre ville, comme celui d’Ankorondrano, devront être transférés par souci de sécurité. Pour plus de sérénité et pour assurer l’approvisionnement, l’État malgache et les opérateurs pétroliers ont également décidé de rallonger à 45 jours, contre 21 jours auparavant, la réserve en carburant dit également stock de sécurité. Cette mesure permettrait de se garder d’une hausse inattendue des prix à la pompe et éventuellement de se préparer à une éventuelle solution le cas échéant.

Madagascar Tribune0 partages

« Pétard mouillé »

Après trois jours d’âpres discussions entre le président de la République et les pétroliers, le consensus a été rendu public par le président Andry Rajoelina en personne ; les réductions des prix sont les suivantes : 500 ariary pour le pétrole lampant, 150 ariary pour le gazole et 100 ariary pour l’essence. Ce qui revient à dire que l’essence s’achète maintenant à 4 100 ariary tandis que le litre du gazole est vendu à 3 400 ariary.

Pour les propriétaires de voiture légère fonctionnant à l’essence qui s’acharnent avec beaucoup de mal à se maintenir dans la catégorie de la classe moyenne, c’est la déception totale. Cent ariary c’est l’équivalent de deux (2) pièces de bonbon Jok, déclare un père de famille. Des chauffeurs/propriétaires de taxi sont mitigés et se résignent avec un goût amer-doux. En tout cas, les usagers des taxi-be s’attendent désormais à une baisse des tarifs sur tous les circuits. Mais dans l’ensemble le commun des citoyens qui prend les taxi-be est unanime à reconnaître que la baisse est sans aucune mesure comparable avec les tonitruantes et successives déclarations de guerre présidentielles contre les pétroliers. Et ce bien que le président ait évoqué, documents à l’appui disait-il, la surfacturation du fret pétrolier, les marges élevées… et surtout sa volonté de défendre les intérêts du peuple, son pouvoir d’achat.

Le président a nourri beaucoup d’espoir mais au final, il a échoué car les résultats des rencontres avec les puissantes compagnies pétrolières sont en demi-teinte. « Tsy ekeko intsony, tsy ekeko intsony… », martelait-il mais devant les groupes auxquels appartiennent ces compagnies pétrolières, il a tout de même réduit les prix à la pompe. C’est l’essentiel car la vérité des prix est atteinte et les arriérés dus aux pétroliers sont effacés.

D’après Roger Ralison, la lutte pour la baisse des prix est une fausse route. A son avis, la seule solution durable est de disposer d’une raffinerie et d’obliger les pétroliers à importer du pétrole brut ; autrement dit la re-nationalisation de la raffinerie Galana (anciennement Société malgache de raffinage ou SMR) et l’importation de brut uniquement pour pouvoir comme en son temps disposer des sous-produits du pétrole que l’on peut toujours considérer comme plus-value à exporter.

Madagascar Tribune0 partages

Le FID et TI-MG ensemble pour la transparence, la redevabilité

Main dans la main, le Fonds d’Intervention pour le Développement (FID) et l’association TI-MG, Transparency International – Initiative Madagascar, sont désormais partenaires pour la transparence, la redevabilité et la lutte contre la corruption. La signature de la convention qui scelle cette collaboration a été effectuée s’est déroulée vendredi dans les bureaux du FID, à Anosy.

Ces partenariats ont pour but de « travailler ensemble pour lutter contre la corruption dans les activités de protection sociale relevant de la responsabilité du FID ». En effet, les deux institutions se « sont aussi engagées mutuellement à promouvoir la transparence et la redevabilité ». Et dans le cadre de cette collaboration, des échanges ainsi que des partages d’expertise et des supports de communication sont prévus entre les deux parties.

« Il s’agit pour le FID de renforcer son engagement dans la lutte contre la corruption et de maintenir son cap dans le cadre de la bonne gouvernance ». En effet, le Fonds collabore avec le Bureau indépendant anti-corruption depuis 2010. Une cellule Anti-corruption a même été mise en place au sein du FID au cours de cette année pour sensibiliser l’ensemble des collaborateurs et de ses partenaires. Par ailleurs, il rend accessible au public toutes les informations techniques et financières à jour de ses activités sur son site web.

« Cette collaboration avec le FID, qui s’inscrit dans notre démarche de lutte pour la transparence et l’accès à l’information dans le cadre de la crise liée à la covid-19, s’inscrit bien dans notre philosophie globale Ce partenariat démontre également la possibilité d’un travail conjoint entre les institutions publiques et les organisations de la société civile, dans la poursuite de l’intérêt général, et nous ne pouvons que nous en féliciter », souligne Ketakandriana Rafitoson, directrice exécutive de TI-MG.

L’association TI-MG, qui célèbre cette année ses 20 ans d’existence, contribue activement à la lutte contre la corruption à Madagascar par la promotion des principes de la transparence, de redevabilité et d’intégrité auprès de l’ensemble des acteurs de la société. Elle intervient dans plusieurs secteurs dont les ressources naturelles (mines, forêt, pêche, etc.) et la santé et anime un réseau de journalistes d’investigations dénommé « Malina », destiné à exposer les cas de grande corruption.

Madagascar Tribune0 partages

Mahery Lanto Manandafy placé en détention à Toamasina

Mahery Lanto Manandafy, le fils du regretté leader politique du « MFM », Rakotonirina Manandafy, est placé vendredi après-midi, en détention provisoire à la prison d’Ambalatovohangy, Toamasina. Ce lanceur d’alerte sur les réseaux sociaux et non moins activiste sur les réseaux sociaux a notamment mis en cause par une affaire de diffusion de fausses informations, à la suite d’une plainte déposée par le Sénateur Dr Benessy Harison Sébastien.

Vers le début du mois de juin, cet ancien conseiller en communication de la présidence du temps du président Hery Rajaonarimampianina, avait publié sur sa propre page Facebook que le Dr Benessy Harison Sébastien est décédé des suites du coronavirus. Quelques heures plus tard, il a démenti l’information et a apporté des précisions selon lesquelles c’est le père du médecin qui est finalement décédé. Il indiquait même avoir discuté avec le sénateur en question.

Le sénateur, élu sous la bannière du HVM, parti de l’ancien président de la République, Hery Rajaonarimampianina, aurait également précisé que son père n’était pas du tout décédé du coronavirus, mais d’une maladie qui l’aurait entretenue depuis un moment. Mais dans sa plainte, il y aurait formulé que le fils de Rakotonirina Manandafy aurait souhaité sa mort.

Mahery Lanto Manandafy affirme avoir été enquêté auprès des forces de l’ordre à Antananarivo, puis convoqué à Toamasina où la plainte a été déposée. Après avoir été auditionné auprès de la gendarmerie dans la ville du Grand Port, il a été déféré au parquet de Toamasina et le procureur aurait décidé de l’envoyer en prison, en attendant son procès.

Cette affaire qui relèverait plus d’un fait divers que de la politique a notamment suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. C’est le cas notamment de Paolo Emilio Raholinarivo Solonavalona, un haut responsable du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), qui condamne cet emprisonnement « s’il s’agit notamment d’une affaire politique et non d’une infraction de la loi », précise-t-il.

Madagascar Tribune0 partages

Six personnes dont quatre responsables du ministère de l’Education devant le PAC

Quatre individus, responsables du ministère de l’Éducation nationale, et deux autres, des fournisseurs, qui seraient impliqués dans l’affaire de bonbons à 8 milliards d’ariary au sein de ce ministre, une affaire qui relèverait de la corruption, ont été entendus vendredi au niveau du Pôle anticorruption (PAC), le tribunal spécial pour les affaires de corruption à Madagascar. Parmi eux, il y a le directeur général du ministère (DG), le directeur des affaires financières (DAF) et deux autres responsables du marché public au sein de ce département.

L’ancienne ministre, Rijasoa Josoa Andriamanana, écartée du gouvernement il y a quelques semaines à cause toujours de cette affaire, pourrait également faire l’objet d’une enquête. Mais celle-ci doit être menée par la Haute cour de la Justice (HCJ), conformément à la loi en vigueur dans le pays concernant la mise en cause des membres de l’exécutif, dont les ministres et le chef de l’État. Au vu de la complexité des procédures concernant la mise en cause de cet ancien membre du gouvernement, les auditions y afférentes, et le cas échéant, sa poursuite, pourrait prendre du temps.

Les six personnes mises en cause dans le cadre de cette affaire ont déjà été auditionnées au niveau du Bureau indépendant anticorruption (Bianco) pendant environ 48h. Au niveau du PAC, leur audition a commencé vers 9h du matin et a duré plusieurs heures, dans la journée de vendredi. Maître Willy Razafinjatovo alias Olala qui assure la défense du directeur général du ministère explique que cette longue audition est due entre autres au fait que chaque personne mise en cause dispose de plus d’un avocat. Ces derniers ont d’ailleurs le droit d’assister à l’audition de leur client respectif.

Pour Maître Olala, les individus mis en examen au niveau du tribunal anticorruption sont de simples exécuteurs, à l’instar de son client. Au-dessus de ces responsables, il y a forcément des décideurs. « Et au vu du montant évoqué dans cette affaire, l’enquête devrait aller encore plus loin, jusqu’au président de la République », indique ce célèbre avocat malgache qui pourrait donc plaider au moins pour la responsabilité partagée afin de dédouaner son client. Mais visiblement, les tâches risquent d’être ardues pour les avocats.

Au lendemain de l’éclatement de cette affaire au niveau des médias, notamment par un journal proche du président de la République, vers la fin du mois de mai, Rijasoa Josoa Andriamanana avait déclaré que le projet d’achat de friandises au sein de son ministère avait été abandonné, car jugé non prioritaire par le président de la République et que la somme d’argent indiquée n’est jamais sortie de la caisse de l’État. Et pourtant, lors de sa passation de service avec la ministre par intérim, Béatrice Assoumacou, des cartons de bonbons certainement destinés à ce projet ont encore été visibles au sein du ministère.

Quoi qu’il en soit, cette affaire de bonbons à 8 milliards d’ariary rappelle l’énigme sur la vente de villa Élisabeth à Ivandry qui a notamment mis en cause un directeur général et des responsables au sein du ministère de l’Aménagement du territoire, sans que le ministre, premier responsable, dans ce dossier ne soit inquiété. Pour rappel, les personnes impliquées dans la vente de ces biens appartenant à l’État malgache restent pour l’heure placées en détention en provisoire, après leur audition auprès du PAC, sans qu’un véritable procès ne soit encore mené concernant leur cas.

L'express de Madagascar0 partages

Conseil des ministres décentralisé – Le régime lance une offensive de charme à Toliara

Cap au Sud. La cité du soleil vire au bleu. Après le congrès régional du parti présidentiel qui s’est tenu durant le weekend à Toliara, c’est au tour de l’Exécutif au grand complet d’y tenir le prochain Conseil des ministres. L’enjeu est grand d’autant plus que les ministres concernés par les projets de lois soumis à l’Assemblée nationale ont délégué leurs responsabilités aux secrétaires généraux. Sous la houlette du président de la République, Hery Rajaonari­mampianina, ce conseil des ministres sera le troisième du genre après ceux de Toamasina et d’Antsiranana.  Initié par l’administration Didier Ratsiraka et poursuivi par celle de Ravalo­manana, le régime actuel a également pris goût à cet exercice.

Clin d’œilArrivés à Toliara depuis hier, le premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly et quelques membres du gouvernement préparent le terrain. Hier, ils ont rencontré le vice-président de la Banque mondiale pour dresser le bilan des interventions de cette institution dans le Sud.Ce jour, ils vont procéder à la pose de la première pierre de l’extension du port. Après cela, des inaugurations de marchés, de bureaux communaux, d’infrastructures routières sont prévues dans l’agenda de cette virée de trois jours.À l’instar des précédents conseils des ministres décentralisés,  cette réunion hebdomadaire de l’Exécutif entre dans la logique d’une opération de charme. Il s’agit d’un message fort adressé à la population du Sud d’autant que cette partie de la Grande Île, malgré les potentialités à revendre, a la triste réputation d’être laissée pour compte par les régimes successifs.Conscient de la désaffection de la population tananarivienne à son endroit, le régime ratisse large dans les autres provinces. En effet, des promesses de réalisations sont systématiquement annoncées pour ne citer que la rénovation de la route reliant Ambilobe à Vohémar, lors de celui d’Antsiranana, la réfection d’une partie de la RN 5 durant le conseil à Toa­masina. Tout cela constitue un clin d’œil pour grap­piller quelques niches de voix supplémentaires à l’approche des échéances électorales de 2018.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Andranofeno Sud – Du réconfort pour les anciens sinistrés

La première dame multiplie ses descentes sur terrain. Elle a visité les villageois d’Andranofeno Sud, hier. Voahangy Rajaonarimam-pianina est venue apporter un peu de réconfort à ces sinistrés de l’intempérie de 2015 qui ont été déplacés dans cette « Terre promise ». Elle n’est pas venue les mains vides. Les mille six cents, habitants de ce village ont bénéficié de dons de sa part. Des produits de première nécessité ont été remis aux familles.En cette approche de la fête de l’indépendance, elle a également apporté des jouets aux enfants. Elle n’a pas oublié, les petits candidats à l’examen du CEPE. La première dame leur a remis des kits qu’ils vont pouvoir utiliser à cet examen. Elle a aussi tenu à améliorer l’infrastructure scolaire du village d’Andrano-feno Sud, en ajoutant des tables-bancs à son école primaire publique.En tout, Voahangy Rajaonarimampianiana a remis une centaine de tables-bancs, trente sacs de riz, trente sacs de couverture, des lampions pour huit cents enfants, quatre cents bâtons lumineux, dix-sept sacs de friandises, vingt cartons de biscuits, cent vingt litres d’huile, deux cents kilos de légumes secs, neuf cartons de « koba aina », cent trousses.Onitiana Realy, ministre de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme a accompagné la première dame dans ce déplacement. Andranofeno Sud est un projet initié par ce ministère de la Population, en 2015.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Médias – Vingt-cinq journalistes en formation à l’OIF

Une vingtaine de journalistes spécialisés sur les sujets culturels reçoivent une formation sur la critique face aux enjeux culturels à l’OIF, depuis hier, et ce jusqu’au 24 juin.

Améliorer le niveau d’information et de compréhension des journalistes sur les enjeux culturels. Transmettre des outils d’analyse critique d’œuvres culturelles de manière à renforcer leur travail de médiation auprès des publics. Tels sont les objectifs de la formation des journalistes qui se déroule depuis hier jusqu’au 24 juin au quartier général de l’Organisation International de la Francophonie à Antaninarenina. C’est le fruit d’une initiative conjointe menée par la revue « Africultures » et l’OIF.

Des journalistes issus des pays de l’océan Indien, membres de la francophonie à l’instar de Madagascar, Maurice, Seychelles, Union des Comores et du département français de la Réunion, ont été sélectionnés pour participer à une pratique collective autour des thèmes de stratégies narratives et esthétiques, importance des vocabulaires spécifiques comme les styles et courants, les circuits de production et de diffusion, les spécificités du journalisme culturel en littérature, musique, patrimoine. Figureront aussi au programme, la place de l’image et du son dans l’écriture journalistique, les enjeux culturels et les enjeux de la critique au sein d’un réseau médiatique et culturel dans la région, et ce, à partir des apports théoriques documentés comme la projection de films, la lecture de textes, l’écoute d’albums, les visites de sites et bien d’autres.

 Programme chargé

« Cette formation met en œuvre un programme d’appui au renforcement des politiques et industries culturelles des pays francophones du Sud. Le but est de renforcer les capacités humaines et institutionnelles des pays concernés en vue de contribuer à l’amélioration de leur système de gouvernance de la culture », explique Toussaint Tiendrébéogo, spécialiste de programme à l’OIF.

Durant les cinq jours d’atelier intensif, le souci est de consolider la structure du texte critique, de partager les ficelles de l’écriture journalistique, les techniques de l’interview, du reportage et du compte-rendu dans une approche multimédia, les différentes façons d’enrichir l’écrit par l’image et par le son.

L’atelier se terminera par un débat public dans un lieu culturel d’Antananarivo, un débriefing sur les productions et sur l’atelier mené par les journalistes de l’atelier.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Basketball-Championnat de Madagascar N1A – SBBC Boeny et Fandrefiala s’imposent

L’hôte SBBC et Fandrefiala Analamanga remportent la coupe de la ligue de Boeny. Un tournoi à quatre pour boucler en beauté la première phase du championnat national N1A, à Mahajanga.

Le championnat national N1A est à mi-parcours. La phase aller a pris fin dimanche. L’hôte, Soma Beach Basketball Club de Boeny chez les hommes et Fandrefiala Analamanga chez les dames dominent la première phase qui s’est déroulée au complexe sportif de Mahajanga et à l’ancien gymnase de la com­mune, pendant une semaine.Ces deux formations sortent vainqueurs lors des demi-finales, puis des finales de la coupe de la ligue de Boeny, destinée aux deux premiers de chaque poule à l’issue des éliminatoires. En finale des hommes, SBBC s’est imposé à domicile sur un score de 56 à 50 face à l’ASCUT Atsinanana.Le club champion en titre, la Gendarmerie nationale basketball Vakinan­karatra se trouve à la troisiè­me place après sa victoire en match de classement contre l’association sportive et culturelle de Boeny (ASCB), détentrice de la coupe du président, score final 85 à 69.La finale des dames était une affaire entre clubs d’Ana­lamanga. L’équipe cham­pionne en titre, Fandrefiala confirme sa suprématie. Ce club vainqueur de la dernière édition de la coupe du président, a défait MB2ALL par 75 à 67.

RevancheCe dernier a tout de même maîtrisé la situation lors du premier quart temps. « MB2ALL, avec des joueuses encore jeunes, était pourtant efficace et menait au score lors du premier quart temps. On a remonté la pente en deuxième et troisième période et on a finalement remporté la victoire au terme de la rencontre grâce à notre expérience », a expliqué Andry Rakotomanantsoa coach de Fandrefiala, sur le déroulement de la finale.En phase éliminatoire, MB2all a déjà battu Fandre­fiala d’entrée par 51 à 47. La troisième place revient à SBBC qui a défait JEA Vaki­nankaratra par 66 à 50, en match de classement. En demi-finales des hommes, samedi, ASCUT a battu ASCB par 71 à 63 d’une part et de l’autre, SBBC a écarté GNBC par 76 à 67.Du côté des dames, MB2ALL a défait SBBC sur un score de 52 à 48, et Fandrefiala s’est imposé 59 à 47 face à JEA Vakinan­karatra. àÀl’issue de cette première phase, Maminirina Ramanantsara du club SBBC est élu meilleur joueur du championnat et Valimbavaka Ambinintsoa de Fandrefiala meilleure joueuse.Rideau pour la première phase, place dans quatre mois à celle retour suivie de suite par la grande finale, du 12 au 22 octobre au palais des sports à Mahamasina. Les clubs hôtes SBBC dans le groupe A et ASCB dans la poule B se trouvent en tête du classement chez les hommes au terme de cette étape et les équipes d’Anala­manga, Fandrefiala dans le groupe A et MB2ALL dans celui B pour les dames.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Assainissement et hygiène menstruelle – Marosakoa élu commune pilote

Il faut dépasser les préjugés sur les menstruations, un phénomène naturel chez les femmes. L’objectif est de les éduquer sur l’hygiène pour qu’elles se sentent à l’aise  pendant cette période. 

Parler de la menstruation ne doit pas être tabou. La célébration de la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle le 28 mai, s’est déroulée à la commune rurale de Marosakoa du district de Marovoay, dans la région Boeny, le 2 juin. C’est la première fois qu’elle est célébrée dans le pays. Cette année, «éducation et hygiène pendant la menstruation» a été  le thème choisi par les organisateurs.Ainsi, l’éducation des jeunes filles a été mise en exergue pour qu’elles ne se sentent plus exclues de l’école (ou ne s’absentent plus de l’école) à cause de la menstruation. Certaines quittent même l’école dès leurs premières règles.Parallèlement, les règles menstruelles, faute d’hygiène appropriée, sont dues à l’indisposition physique. Elles incitent les jeunes filles à se mettre à l’écart et à devenir complexées.

Messages clésPlusieurs sensibilisations sur l’hygiène menstruelle ont été réalisées à l’occasion de cette célébration. La communication des quatre messages clés de WASH a été initiée, à savoir la potabilité de l’eau du puits à la consommation, le lavage des mains avec du savon ou de la cendre, l’utilisation effective des latrines hygiéniques et la gestion de l’hygiène menstruelle. Le ministère de la Santé publique a choisi la commune rurale de Marosakoa sur la RN4, comme lieu de célébration, car la population locale s’implique sérieusement à l’hygiène et l’assainissement, selon le constat des techniciens sur terrain.Grâce aux efforts réalisés par les locaux, la commune rurale de Marosakoa est actuellement devenue un village Open Defecation Free (ODF) ou un village sans défécation à l’air libre. Et le Centre de santé de base de Marosakoa est le premier, dans la région Boeny à devenir ami de WASH grâce à l’application à la lettre des quatre messages-clés. Dans cette optique, un certificat de mérite «Trois étoiles » a été décerné à ce CSB II. «La santé est la première richesse. Ce n’est donc pas par futilité que le monde se rue vers la sensibilisation sur les attitudes à adopter pour l’avoir», rappelle le préfet de Mahajanga, Lahiniaina Fitiavana Ravelomahay.Pour Madagascar, Marosakoa est donc la commune pilote que toutes les autres devraient imiter en matière d’hygiène et d’assainissement.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Toliara Sands – Le sous-comité régional du projet prêt à relever le défi

Après quelques mois de relâchement, la société vient de redémarrer officiellement ses activités de pré-exploitation. Le responsable de coordination du projet à Toliara, a pris la mesure des enjeux et se pose comme un interlocuteur incontournable sur l’échiquier régional et national.

Impatience ! Voilà le maître-mot des maires dont les collectivités se trouvent dans les zones d’impacts du projet minier d’ilménite de Ranobe. Il s’agit de ceux des communes rurales de Tsianisiha, d’Ankilimalinike, de Belalanda Maromiandra et du représentant de la commune urbaine de Toliara 1. Ils ont exprimé ce sentiment d’empressement par rapport au projet de Toliara Sands, devant le sous-comité régional de coordination (SCRC) lors de la réunion ordinaire qui s’est déroulée, mardi,  au palais de la région Atsimo-andrefana à Mitsinjo-Betanimena. Et ce, en présence du préfet de Toliara, Edward Andriajafinaivo, et du secrétaire général de la région, Lydore Solondraza.Le SCRC, créé en 2012 par un arrêté régional, est composé de représentants de diverses entités, comme la région, la préfecture, les districts, les directions ou services techniques ministériels, les mairies, la société civile. Cette plateforme d’échanges assure l’interface entre les autorités locales et la société Toliara Sands. Elle a pour objectif d’intégrer le projet au développement régional, d’accélérer le processus de mise en exploitation de l’ilménite dans les normes juridiques et techniques et d’optimiser les impacts socio-économiques positifs jusqu’au niveau des communautés de base concernées par le projet.

« L’acceptation du projet, après les consultations publiques et surtout l’obtention du permis d’exploitation et du permis environnemental, a provoqué l’enthousiasme de la population. Afin de ne pas stopper cette ardeur, nous sollicitons la mise en œuvre du projet dans les meilleurs délais », lance Nataly Edaraly, maire de la commune rurale de Tsianisiha. Une demande appuyée par Paul Adina, maire de la commune rurale d’Ankilimalinika « En tant que plateforme régionale, nous devons relever le défi pour faciliter l’avancement de ce projet, afin d’effacer l’étiquette qui nous colle toujours à la peau : Toliara, cimetière de projets », précise-t-il.Pour sa part, Paubert Mahatante, le président régional de la société civile, se dit également favorable à ce projet sauf que ses membres resteront le gardien du droit et de la légalité qui régit l’exploitation minière. C’est pour cela qu’ils se tiennent prêts à intervenir en cas de non-respect des engagements de la société, définis dans le plan de gestion environnemental et social.

Vers la fin de l’année 2014, le public d’Atsimo-andrefana était consulté sur le projet à travers ses représentants.

Accord de principeToliara Sands a reconnu qu’il y avait effectivement un moment de silence, un vide expliqué par la chute des prix de l’ilménite sur le marché mondial durant quelques années, entraînant un ralentissement économique mondial. Ceci s’est répercuté sur le projet ainsi que sur les activités du SCRC, dont la dernière réunion ordinaire remontait à 2015.D’après les responsables de la société, d’autres permis ont été déjà octroyés par les autorités compétentes pour le projet Ranobe, à savoir le permis d’exploitation PE et le permis environnemental correspondant. Toutefois, d’autres autorisations relatives notamment à la phase de construction sont en attente, et des accords de principe sont en cours de validation.Aussi, la société Toliara Sands réitère-t-elle la contribution de tout un chacun et surtout des membres du comité afin d’atteindre les résultats escomptés. Cette phase de construction touchera les infrastructures liées au site minier, telles que la route qui traversera plusieurs communes et qui est conçue pour évacuer les minerais, et la jetée qui sera construite pour exporter les produits après séparation.Cependant, pour parvenir à ce stade, la priorité des plans d’actions est résumée dans le processus de sécurisation foncière avec, comme condition sine qua non, la mise à jour des états parcellaires ainsi que la matérialisation du partenariat public privé.« La coordination et la réalisation de la sécurisation ont été confiées à l’Agetipa, l’ONG Ezaka ho Fampandrosoana ny Ambanivohitra, GIS Consulting et un consultant environnemental, toutes des sociétés de droit malgache. Pour marquer la détermination des membres du SCRC dans l’accompagnement du projet jusqu’à son terme, le préfet de région a conclu que « seul notre engagement respectif garantira la réussite de ce grand projet qui conduira au développement de la région. En tant que représentant de l’État, nous veillerons toujours à l’application des lois et règlements et notre rôle sera d’accompagner tout projet de développement ». Une conclusion qui confirme les propos du ministre auprès de la Présidence chargé des Mines et du pétrole lors de la présentation du projet auprès des autorités étatiques, il y a un mois, à l’hôtel Colbert à Antananarivo

Textes et photos : Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Tribunal – Quelques procès encore ajournés

Plusieurs procès et verdicts ont encore été ajournés même si les greffiers ont repris leur travail. Les affaires se sont accumulées au sein du tribunal à cause des jours de grève. La plupart sont reportés de presque un mois.Ainsi, les procès qui doivent se ont dû le 14 juin sont reportés au 12 juillet. «J’ai vu que les procès datant du 15 juin sont reportés au 21 juillet. Lorsque j’y pense, notre verdict qui doit se passer aujourd’hui ne se passera qu’au mois d’Août si l’on se réfère à cette annonce. Nous attendrons car ils sont responsables», se plaint Bodo Ravoniarisoa, une des personnes qui ont attendu dans la cours du tribunal Anosy. D’après le responsable, les procès sont ajournés pour des raisons d’organisation après la grève. «Au sein du tribunal, il existe plusieurs sections et sous sections. Ce sont eux qui arrangent les procès  et les affaires du tribunal afin qu’ils ne pas tombent le même jour», explique Ella Inham Herinatrehana, greffier en chef du tribunal de première instance à Antananarivo. Pendant deux semaines, les ordonnances de requête et les enroulements vont être admis de 8h à 16h tous les jours afin de rattraper le temps perdu.

M. A.

L'express de Madagascar0 partages

Betroka – Formation de deux cents milices par village

L’autodéfense villageoise se renforce dans les villages des fins fonds de la brousse de Betroka, libérés de l’emprise des dahalo. Le groupement de la gendarmerie de la région Anosy a annoncé la formation de deux cents hommes par village, dans les fiefs des dahalo conquis après une double opération militaro-civile, menée par huit-cents villageois ainsi que quatre-vingt militaires et gendarmes.Le dimanche 11 et le lundi 12 juin, une centaine d’hommes, dont la plupart étaient connus comme étant des voleurs de bétail, sont sortis de leurs cachettes. Cette reddi­tion s’est opérée dans la commune rurale de Bekorobo.Après un affrontement soldé par la mort d’une quinzaine d’individus armés les 18 et 19 mai à Berotsy, les éléments des forces de l’ordre appuyés par des civils munis de fusils de chasse, sont revenus à la charge, pour marcher à Mahilivoro, Nanarena, Itroho et Ambinda. Six jours après l’opération, les bandits des montagnes d’Ambinda leur ont emboîté le pas, en se rendant. Le lendemain, leurs congénères de Mahilivoro, Nanarena et Itroho ont fait de même.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Loi de finances rectificative – Le Sénat se penche sur le sujet

Bis repetita. Comme il l’a été à l’Assemblée nationale, le projet de loi de finances rectificative (LFR) est entré en travail de commission hier à 15 heures au Sénat à Anosy. La date pour le passage en séance plénière n’est pas encore connue. Le budget de fonctionnement des différentes institutions y est examiné, discuté et apprécié, d’autant plus que le Sénat a, en son sein, plus d’intellectuels en science économique qu’à l’Assemblée nationale. Tout porte à croire que le débat sur la LFR est politique et non technique. Ce qui fait que malgré la certaine expertise de quelques uns de ces parlementaires, l’espoir qu’un amendement soit effectif est presque inexistant.En principe, rien ne devrait être rectifié. Durant la séance de l’adoption de la LFR par les députés, certains ont soulevé le fait que les subventions octroyées à la compagnie aérienne Air Madagascar et à la Jirama sont astronomiques. On parle de quatre cent cinquante milliards d’ariary pour la Jirama et de trois cent trois milliards d’ariary pour Air Madagascar en vue derembourser les multiples dettes de la compagnie aérienne. Ajouté à cela, la rémunération et les avantages des parlementaires, il y a de quoi appâter les parlementaires et faciliter ainsi l’adoption de la loi de finances rectificative.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Ampefiloha – Les normaliens manifestent en pleine rue

De l’huile sur le feu. Des pneus brûlés en pleine rue ont créé un embouteillage monstre du côté d’Andava-mamba et d’Ampefiloha, hier. Il s’agit encore d’une manifestation estudiantine. Les étudiants du niveau Master de l’École normale supérieure (ENS) à Ampefiloha ont voulu tirer la sonnette d’alarme sur le tarif « exorbitant » de leurs frais pédagogiques.« Les normaliens du niveau master 1 paient 240 000 ariary en une année universitaire et ceux du master 2, doivent s’acquitter de 400 000 ariary. C’est au-dessus de nos moyens. Et par rapport au tarif des autres Écoles, c’est excessif. Chez eux, on paye en moyenne 100 000 ariary. Nous réclamons, ainsi, la révision à la baisse de ces frais», explique Daniel Sylvain Ratolojanahary, président de la solidarité des étudiants normaliens supérieurs, hier.L’application du système Licence-Master-Doctorat mettrait cette école dans une difficulté financière. Les besoins pédagogiques engendrés par ce système seraient multiples, à savoir l’achat de vidéo-projecteur, de tableau numérique, d’ordinateurs, d’imprimante. En tout, le coût est estimé à 217 000 000 d’ariary. L’établissement ne bénéficierait, pourtant, que de17 000 000 d’ariary en une année universitaire. Les étudiants doivent combler le gap. « Nous n’avons d’autres choix que de faire payer cette somme aux étudiants pour assurer les besoins pédagogiques », indique Henriette Ramanambelina, directeur de l’ENS. Au total, la recette des frais pédagogiques s’élèvent aux alentours de 100 000 000 d’ariary, en une année universitaire. Les étudiants dénoncent ne rien bénéficier avec la somme qu’ils paient. Le directeur de l’école nie. « Nous avons déjà là une dizaine de vidéo-projecteurs », réplique-t-elle.L’École a proposé à ces étudiants de payer en quatre tranches ces frais pédagogiques, pour alléger leurs charges. Les étudiants refusent cette suggestion et menacent de poursuivre leur manifestation, jusqu’à ce qu’un terrain d’entente soit trouvé.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Concert – Kenny Wesley revient au pays

Après ses deux concerts, il y un mois et demi de cela, le Café de la Gare Soarano déroule le tapis rouge pour le retour au pays de la vedette américaine du soul, jazz et blues, Kenny Wesley. Un rendez-vous funky et rythmé se tiendra demain à partir de 12 heures. Cette fois-ci, il sera accompagné par d’autres chanteurs à l’instar de Tovo J’hay, Steph Ramby et Anyah. Cet événement entre dans la cadre de la célébration de la fête de la musique. Bien qu’il ne soit pas encore une grande célébrité à Madagascar, ce chanteur américain est connu pour être multi-instrumentiste de réputation internationale. Ce « One man show » inédit et expérimenté promet, comme la dernière fois, d’enchanter les oreilles de tous ceux qui se retrouveront à Soarano. La programmation s’annonce riche pour un  instant funky et de douceur.

Kenny Wesley est un auteur-compositeur qui possède un charisme inégalé et une voix puissante pouvant interpréter tous les styles de musique. Ce sera donc sur des hits tels que « Won’t let it go », « Woman » avec d’autres interprétations à l’instar de « Happy day » et un groove enlevant que le public se délectera pendant toute l’après-midi. Un instant de qualité, assez convivial pour accueillir tous ceux et celles qui souhaitent passer un agréable moment musical. Une autre occasion exceptionnelle pour tous les amateurs de jazz, soul et blues de revivre et redécouvrir ce genre musical particulier dans toute sa splendeur.

 

L'express de Madagascar0 partages

Daniel Rabetafika – « On roulera sur une DS3 prochainement »

Vainqueur en deux roues motrices en compagnie de Herz, sur Citroën Saxo, Dani évoque la passe d’armes dans cette catégorie durant le Rallye Asacm. Il dévoile aussi sa nouvelle voiture.

Premiers en deux roues motrices avec une Saxo M10, c’est une sacrée performance ?Effectivement, c’est une performance mémorable pour nous. Nous avons fait une bêtise avec la C2 lors du précédent rallye. On a cassé un amortisseur vers la fin, en voulant aller chercher une meilleure place au général. Cette fois-ci, c’était en quelque sorte une punition de devoir rouler sur la Saxo, dont les trains sont plus fragiles notamment. On avait comme objectif de décrocher la première place en M10, mais on a fait mieux en gagnant également en deux roues motrices. On est plus que satisfait. D’autant plus que les spéciales étaient très roulantes et qu’il y a eu bon nombre de passages par le parc de réparation. Ainsi, tous les pilotes ont pu attaquer au max sans penser à gérer la mécanique et on a eu une belle bagarre chez les deux roues.

Justement, votre avis sur la passe d’armes de cette catégorie ?C’était vraiment super. Beaucoup de pilotes préfèrent rouler en deux roues car c’est plus accessible au niveau budget. Et avec un tel plateau forcément, on a de belles bagarres en course. De ce fait, on prend plus de plaisir avec autant d’adversaires.

Quelles différences y a-t-il entre la C2 et la Saxo ?La C2 est supérieure dans tous les domaines sur la Saxo. Durant ce Rallye Asacm, c’est la symbiose entre Herz et moi, qui a fait la différence. Et aussi, on a l’habitude d’attaquer à outrance. Cette fois-ci, on a su temporiser quand c’était nécessaire. Ce qui fait qu’on n’a pratiquement rencontré aucun souci mécanique sur la Saxo.

Vous roulez avec cette Saxo en championnat de slalom. Quels en sont les avantages  ?En slalom, il faut vraiment faire corps avec la voiture, puisqu’on s’affronte à coup de centièmes et de millièmes de seconde. Je suis bien habitué à la Saxo. Et donc, j’ai su comment l’exploiter de la meilleure des manières durant ce Rallye Asacm, car je connais son potentiel et son comportement.

Pour le prochain rallye, à Fianarantsoa, vous serez aux commandes de quelle voiture  ?On prévoit de rouler sur une Citroën DS3 R3. Pour l’instant, elle est encore en phase de préparation. On attend de voir si elle sera livrée à temps. Normalement, elle devait déjà être là en début d’année. Mais le carnet de commande de notre préparateur était plutôt chargé et elle n’est pas encore prête.

Propos recueillis par Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Consommation – La hausse du prix du sucre stagne

Le prix du kilo du sucre est de 3 600 ariary chez les épiciers, en cette fin de semaine. Visiblement, ce prix n’a plus baissé, depuis le retour de ce produit de première nécessité (PPN) sur le marché. Il y a à peu près un mois, il disparaissait du marché. Les grossistes et les détaillants sont confus.« Nous avons encore acheté à 131 000 ariary, le sac de cinquante kilos, pour vendre à2 800 ariary le kilo, il y a deux mois de cela. Maintenant, nous l’achetons à 156 000 ariary, et le vendons à 3 400 ariary. Nous ne savons pas vraiment la raison de cette hausse. Nos fournisseurs n’évoquent pas de pénurie », déplore Bodo Randriantsoa, un demi-grossiste à Mahazo, ce samedi.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Volleyball – Analamanga – Quatre formations de la GNVB en finale

Les demi-finales des catégories jeunes comptant pour le championnat d’Anala­manga se sont déroulées ce dimanche jusqu’à tard le soir au gymnase couvert de Mahamasina. La Gendar­merie Nationale volleyball, a arraché quatre tickets pour la finale sur les cinq formations alignées.Pour les plus petites, les benjamines de la GNVB ont battu AFA par 2 sets à 0, et dans l’autre demie, BI’AS a écarté CCVB par 2 à 0 également. La finale benjamine mettra aux prises, l’école d’Ampahibe et BI’AS. Chez les minimes, les Gendarmes retrouvent en finale 3FANS. En demi-finales, la GNVB s’est imposée 2 sets  à 1 face à AFA et 3FNANS a, pour sa part, éliminé l’Akany Sambatra Itaosy par 2 à 1.Pour les minimes filles,  GNVB sera opposée à CCVB en finale. Et chez les cadets, les gendarmes ont eu leur qualification en battant en demi l’AFA Ambohimanoro par  3 sets à 1 (28-26, 25-15, 17-25, 25-18). La gendarmerie  rencontrera en finale l’AS Itaosy qui a écarté en demi-finale l’ASSM par 3 sets a rien.Les cadettes d’Ampahibe ratent le ticket pour la finale, après la défaite de 0 à 3 sets contre VBC Diamant. Ce dernier n’a aligné que six joueuses, et l’une d’elles était aussi surclassée. Les finales sont programmées pour le 15 juillet, avec celle de la deuxième division masculine.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Attaques successives à Ambalavelona

Le poste de Marotolona reconstitué le 8 novembre 1898, le capitaine Laverdure poursuit son chemin. « Le 10 novembre, il trouva le squelette carbonisé de l’interprète du garde Ettori et il reçut quelques renseignements sur l’attaque du poste et la désertion de huit miliciens dès le début de l’attaque » (rapport du chef de bataillon Lamolle).Le lendemain, il se met à la recherche des traces d’Ettori, mais tous les villages traversés sont abandonnés dans une fuite précipitée, et le 12 novembre, la reconnaissance rentre à Marotolana.Enfin, le 13 novembre, apprenant qu’Ambalavelona a été attaqué, le capitaine Laverdure décide d’y revenir et désigne le sous-lieutenant Sautel pour commander à Marotolana.Effectivement dans la nuit du 7 au 8 novembre, le lieutenant Gautier, adjoint du commandant du Cercle annexe, arrive à Ambalavelona. Au petit matin, « deux cents Marofelana, dont une trentaine armée de fusils et les autres de sagaies, attaquaient le poste après avoir incendié le village. Ils criaient: Vazaha! Vazaha! »Le lieutenant repousse l’attaque et poursuit les fuyards qui abandonnent deux des leurs, dont l’un armé de fusil est abattu d’un coup de revolver. Cinq autres corps sont emportés.Le poste est de nouveau attaqué le 8 novembre, en début d’après-midi, « par cent cinquante Marofelana divisés en trois groupes, mais sans beaucoup de dommages ».Le capitaine Laverdure  commence alors à sillonner la région pour faire des reconnaissances.Dans la nuit obscure du 22 novembre, le poste d’Ambalavelona commandé par l’enseigne de vaisseau Calemard, est une fois de plus attaqué. Il est cependant difficile de suivre les traces des agresseurs, mais un tirailleur est mortellement blessé.Du 24 au 27 novembre, le capitaine Laverdure reçoit un canon de 37, dix mulets et une pièce de 80m/m de montagne. Fort de son nouvel armement, il se prépare à marcher de concert avec le commandant de Bealanana, dont le poste a été enlevé par l’insurrection qui gagne toute la région de l’Ankaizina.Le 28 novembre, il se dirige vers Bealanana avec des officiers, sous-officiers, quatre vingt trois tirailleurs, vingt deux miliciens, quatorze artilleurs.Le 29 novembre, le groupe arrive à Marotolona bien que l’artillerie supporte de grosses difficultés de marche. Les habitants de ce gros village reviennent en nombre appréciable. « Félicités et rassurés par le capitaine, ils prennent l’engagement d’aller chercher leurs amis pour les faire rentrer. Le 30, on a quitté Marotolona. »Après une marche rendue difficile par la pluie et le froid dans les montagnes très élevées, le groupe du capitaine Laverdure arrive, le 5 décembre dans la matinée, en vue de Bealanana. Un immense marais les sépare de la ville.« Aucune colonne n’était en vue et on ne reçut aucune nouvelle du groupe Mondon dépêché auparavant. Quelques coups de canon étaient tirés sur le village. Ils ne déterminaient aucun mouvement apparent. »Le groupe décide alors de traverser le marais qui le sépare du village avec précaution. Quand il y pénètre, il le trouve complètement abandonné, la moitié des cases incendiées: tout dénote une fuite précipitée.Du poste, il ne reste rien. On n’y trouve que des étuis de cartouches 74 et de fusils à piston ainsi que des effets de miliciens. « Au sud-ouest du village, on avait trouvé un poteau au sommet duquel était attaché un casque d’Européen et une mallette en fer contenant divers objets ayant appartenu au garde Gouraud! »

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Football-Analamanga – CNaPS Sport Tana en première division

Les demi-finales du championnat d’Analamanga de deuxième division se jouaient samedi, sur la pelouse de Carion. Dans le premier match, la CNaPS Sport Tana a disposé du 4FAA sur le score de deux buts à un. La deuxième rencontre, entre Fosa Juniors Tana et Jupiter, n’a pas pu être conclue. Les deux équipes étaient à égalité, deux buts partout, quand celle-ci a été arrêtée.Elle sera à rejouer, probablement ce mercredi. Ainsi donc, la CNaPS Sport Tana accèdera à la première division régionale la saison prochaine. Un dirigeant de la Ligue d’Analamanga tient à clarifier cette situation : « Il n’y a aucun souci concernant le fait qu’il y ait déjà une équipe de la CNaPS Sport évoluant en première division à Itasy et une autre qui jouera en Ligue 1 à Analamanga la saison prochaine. Les deux clubs n’ont rien en commun à part cette appellation. Et encore, la nomination est bien déterminée comme étant CNaPS Sport Tana. Chacun d’entre eux possède ses propres joueurs et sa propre organisation. »En suivant cette explication, il en sera de même aussi pour le Fosa Juniors Tana donc, quand on sait qu’il existe déjà un club dénommé Fosa Juniors évoluant dans la ligue du Boeny.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Boeny et Betsiboka – Hanta Sainana nommée directeur de la Communication

La direction interrégionale de la Communication et des relations avec les institutions couvrant Boeny et Betsiboka fait « peau neuve ». Hanta Sainana Tsievanga, ancienne responsable de la cellule de communication de la commune urbaine de Mahajanga, vient d’être nommée directeur interrégional de la Communication dans Boeny et Betsiboka. Elle est la première femme à assurer cette fonction dans la région Boeny.La passation de services avec Anziz Jean Ferlin Tiandrainy s’est tenue vendredi après-midi, au bloc administratif d’Ampisikina. Le remplacement des équipements audiovisuels de la direction sera son objectif prioritaire, face au manque et à la vétusté constatés dans les stations de la RNM et de TV Boeny. Mais sa principale mission consistera au renforcement des liens de fraternité et de la cohésion des journalistes des deux régions.Le conseiller technique du ministre de la Communi­cation, Christophe Rasoloniaina, a, lui aussi, souligné cet état de dénuement de l’audiovisuel public. « L’audiovisuel privé est plus en avance et est équipé de matériel plus performant que celui du public. Votre mission est difficile, mais il faudra faire preuve de plus de rigueur dans toutes vos décisions», conseille l’ancien chef de la région Boeny pour conclure la cérémonie.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Valoriser le capital humain à Madagascar

Idealisoa Ravaohelimanana, 25 ans et mère de deux enfants, se rend régulièrement au centre de nutrition communautaire du village d’Andafiavaratra pour contrôler la croissance de son bébé, Tinah, 18 mois. Elle envoie également son fils de quatre ans à l’école maternelle, car elle estime que cela le rend plus éveillé et plus curieux que les autres enfants.Les mères ont toujours su et senti qu’il est important d’investir dans les premières années de la vie de leurs enfants, sans toujours comprendre pourquoi. Aujourd’hui, de plus en plus d’études scientifiques et économiques montrent que ce qui se passe chez les enfants entre le moment de leur conception et leur cinquième anniversaire – leur état de santé et de nutrition, la nature des soins qui leur sont apportés, leur exposition à la langue, leur exposition au stress – a un impact profond sur leur capacité d’apprentissage future, leur capacité à interagir avec les autres et même leurs revenus à l’âge adulte. En fin de compte, cela a une incidence sur l’accumulation de capital humain et la compéti­tivité des pays.Certes, nous ne savons pas quelles seront les nouvelles technologies et les découvertes scientifiques qui vont remodeler le monde au cours des prochaines décennies, mais une chose est certaine : les économies du futur auront besoin d’une main-d’œuvre capable de raisonner, d’analyser, de collaborer et de s’adapter rapidement au rythme de l’innovation.Or, en dépit de ces conséquences évidentes, des millions d’enfants ne sont pas en mesure de réaliser pleinement leur potentiel en raison d’une nutrition insuffisante, d’une stimulation et d’un apprentissage précoces inadéquats, ou de l’expo­sition à la violence et à l’abandon. À l’échelle mondiale, 25 % des enfants de moins de cinq ans présentent des signes de malnutrition chronique, souffrent d’un retard de croissance, et ne connaissent pas encore l’école maternelle. À Madagascar, 47% des enfants de moins de cinq ans ont un retard de crois­sance, et 28 % des enfants fréquentent l’école maternelle.Cela implique que le pays ne pourrait pas atteindre son développement économique sur le long terme. S’il n’optimise pas les capacités de ses ressources humaines, un pays ne peut ni transformer durable­ment la trajectoire future de sa croissance et de sa compétitivité ni préparer sa population active aux emplois les plus qualifiés du futur. Les enfants qui bénéficient de soins de santé de qualité, d’une bonne nutrition, de l’apprentissage précoce et d’éducation sont bien équipés pour acquérir des connaissances et gagner un revenu plus élevé une fois adultes.L’État malgache a conscience qu’il faut prendre des mesures drastiques pour inverser la tendance et pouvoir tirer bénéfice de ces avantages. L’État se montre de plus en plus déterminé, non seulement à accroître les investissements stratégiques dans la jeune enfance (il a élargi la couverture de l’enseignement préscolaire, passée de 9 % à 28 % en 2015) mais aussi à essayer de s’inspirer des pays qui ont rencontré du succès dans ce domaine.En avril dernier, par exemple, une délégation de Madagascar s’est rendue au Pérou pour appendre des autorités de ce pays comment elles se sont prises pour réduire de moitié la malnutrition chronique en moins d’une décennie. L’exemple du Pérou qui a réussi à combattre le retard de croissance a montré au reste du monde que beaucoup peut être fait en peu de temps.D’autres succès nous parviennent aussi d’autres pays africains. Les stratégies nationales les plus efficaces sont celles qui donnent aux familles du temps, des ressources et des aptitudes à prendre soin de leurs enfants et de leur offrir une bonne nutrition, des soins de santé de qualité et de l’educa­tion. Elles ciblent un ensemble d’interventions à grands impacts sur les jeunes familles les plus vulnérables et optimisent la prestation de services.Le Sénégal est l’un des pays où ce modèle a fait ses preuves. Sous la houlette des plus hauts dirigeants politiques, ce pays a mis en place un système de prestation de services peu onéreux et a travaillé en coordination avec des ONG et un vaste réseau de bénévoles communautaires afin de ramener le taux de retard de croissance qui était supérieur à 30 % à la fin des années 1990 à environ 18-19 % en 2014, l’un des plus bas en Afrique subsaharienne.Que faudra-t-il faire pour que Madagascar emboîte le pas ?  La première leçon à retenir est que l’investissement dans l’enfance constitue un tout, une vaste entreprise faisant appel à une approche impliquant toutes les composantes de l’État et permettant de coordonner la prestation de services essentiels dans tous les secteurs – santé, nutrition, éducation, protection sociale, eau et assainissement. En second lieu, on retiendra que les gouvernements peuvent y arriver d’une manière plus efficace et plus rapide en travaillant avec la société civile, le secteur privé, les partenaires au développement.La valorisation du capital humain est au cœur de la stratégie adoptée par le Groupe de la Banque mondiale pour mettre fin à l’extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée. Et ce n’est pas seulement parce que l’institution sait qu’investir dans l’être humain – à commencer par les jeunes enfants – répond à un besoin moral, mais aussi parce qu’elle a conscience que c’est la chose intelligente et stratégique à faire. Le capital humain représente jusqu’à deux tiers de l’écart de revenu entre les économies nationales. Comme des investissements intelligents et opportuns dans les premières années de la vie jouent un rôle central dans la trajectoire de croissance des pays, nous sommes ravis d’aider Madagascar à redoubler d’efforts à ce stade clé du cycle de la vie. Tout simplement parce que nous restons convaincus qu’en investissant à ce stade précoce, on obtient des personnes en bonne santé, instruites, productives et résilientes, capables, à leur tour, d’entretenir des enfants plus forts, des ménages plus solides et des économies plus fortes.

Par Keith Hansen, Vice-président pour le Développement humain du Groupe de la Banque mondiale