Les actualités Malgaches du Vendredi 20 Avril 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara277 partages

Hery Rajaonarimampianina : Départ en catimini hier ?

D’après les informations, le président Hery Rajaonarimampianina aurait quitté la Grande Ile « en catimini » hier. Ici, le conditionnel est de rigueur, puisqu’aucun responsable au niveau de la Présidence de la République n’a voulu confirmer ni infirmer l’information. Jointe au téléphone hier soir, une source auprès de la Police de l’Air et des Frontières (PAF) a laissé entendre que le Chef de l’Etat a pris un vol commercial de la Compagnie Air Mauritius hier, à 17 h pour rejoindre Paris, la capitale française. Du côté du Ministère des Affaires étrangères, l’on affirme qu’aucun déplacement officiel à l’étranger du Chef de l’Etat n’est prévu pour ce week-end. « Si Hery Rajaonarimampianina est réellement à Paris, ce n’est pas en voyage officiel », a-t-on laissé entendre. Il a probablement quitté le pays pour pouvoir se dégager de toute responsabilité au cas où la manifestation des députés TIM et MAPAR prévue demain tournerait mal.

Davis R

Midi Madagasikara119 partages

Recrutement de gros bras : Le TIM – MAPAR porte plainte

Des rumeurs sur le recrutement de « gros bras » au niveau des bas quartiers en vue de semer  des troubles dans le centre ville demain pour décrédibiliser la manifestation des députés TIM et MAPAR, circulent depuis le début de semaine. Hier, la députée de Tana I, maître Hanitra Razafimanantsoa a confirmé l’existence de ce projet machiavélique. Elle accuse des députés pro-régime et des personnalités proches du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » d’être derrière ce recrutement de « gros bras ». « Nous connaissons leur identité », a fait savoir la vice-présidente de l’Assemblée nationale. Hier vers 14 h, des individus dont un politicien natif de la Région Anosy et une personnalité connue et reconnue comme étant un homme de main pendant tous les régimes qui se sont succédé au pays, ont été aperçus au bord de la piscine d’un grand hôtel sis à Anosy, en train de distribuer de l’argent. Une dizaine d’individus ont été présents lors de cette réunion restreinte, certainement des chefs de file. Reste à savoir si cette rencontre n’a aucun lien avec ce qui aura lieu demain à Analakely. D’après les informations, des « gros bras » se donnent rendez-vous du côté d’Andavamamba samedi à 7 h du matin.

Menaces d’arrestation. Face aux risques engendrés par cette affaire, les députés élus sous les couleurs du TIM, ceux du MAPAR, ceux du MMM et des indépendants ont décidé de déposer une plainte auprès des forces de l’ordre. C’est ce qu’a annoncé hier Maître Hanitra Razafimanantsoa. En tout cas, les Tananariviens risquent de passer un week-end sous très haute tension. Bon nombre d’observateurs se posent également des questions sur la rencontre du Chef de Région Analamanga et non moins Coordonnateur régional du parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara », Ndrantonomena Rakotonanahary avec les chefs « Fokontany » qui aura lieu ce matin à Antanimena. Pourquoi cette convocation qui survient la veille de la manifestation des députés TIM et MAPAR ? Faut-il rappeler que le chef de Région Analamanga a été présent lors de la déclaration du Préfet de Police qui a brandi des menaces d’arrestation contre les parlementaires de l’opposition. Histoire à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara108 partages

Dérives autoritaires du régime HVM : Les députés TIM et MAPAR alertent la Communauté internationale

Les députés de l’opposition persistent et signent pour la tenue de la rencontre avec la population tananarivienne à Analakely.

Une délégation des députés MAPAR, TIM, MMM et indépendants a été reçue par les responsables au niveau des Ambassades des Etats-Unis, de l’Union  européenne et celle de la France hier.

« Pas question de faire machine arrière ». C’est ce qu’a déclaré hier le député de Toliara Tinoka Roberto concernant la rencontre des députés TIM et MAPAR avec la population tananarivienne prévue se tenir demain au parvis de l’hôtel de ville Analakely. Malgré les intimidations, les parlementaires issus des mouvances Ravalomanana et Andry Rajoelina sont déterminés à effectuer leur compte-rendu. Et ce, conformément à l’article 208 du Règlement intérieur de la Chambre basse autorisant les députés pour un compte-rendu à chaque fin de session. Face aux menaces d’arrestation brandies par le Préfet de Police d’Antananarivo, le général Angelo Ravelonarivo, les députés de l’opposition ont décidé d’alerter la Communauté internationale. Hier, une délégation des députés « Tiako i Madagasikara », ceux du « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina », ceux du « Malagasy Miara-Miainga » et des élus indépendants ont effectué un lobbying auprès des représentants du Corps diplomatique et consulaire résidant dans la Grande Ile. Aussi, une rencontre avec le Chargé d’Affaires des Etats-Unis, Stuart Wilson a eu lieu dans la matinée. D’après les informations, de nombreuses questions relatives aux élections de 2018 ont été évoquées durant la rencontre. Le Chargé d’Affaires a réitéré le plein soutien de l’Ambassade des Etats-Unis pour une élection présidentielle libre, équitable, inclusive et transparente.

« Au forceps ». Après Andranomena, les parlementaires de l’opposition ont été reçus par l’Ambassadeur de l’Union européenne à Ankorondrano. Une occasion pour les Hanitra Razafimanantsoa, Tody Arnaud, Tinoka Roberto, Irma Naharimamy, Rabenirina Maminiaina, Volahaingo Marie Thérèse et consorts d’interpeller le responsable de l’UE, un des bailleurs majeurs de l’organisation des élections, par rapport à l’adoption « au forceps » des lois électorales au niveau du Parlement. « Des lois votées sous le signe de la corruption et qui ne nous permettront pas d’organiser des élections crédibles, transparentes et acceptées par tous », a martelé la vice-présidente de l’Assemblée nationale. Faut-il rappeler que la Communauté internationale a toujours encouragé les parties prenantes malgaches à mettre en œuvre toutes les conditions nécessaires pour la tenue d’élections sans exclusion. Dans l’après-midi, la délégation a également été reçue par l’Ambassadrice de France à la Résidence de France à Ivandry. Avant la manifestation de compte-rendu sous haute tension prévu demain, les députés élus sous les couleurs du TIM, ceux du MAPAR, les MMM et les indépendants ont exprimé leur inquiétude auprès des responsables des Ambassades des Etats-Unis, de l’Union européenne et celle de la France. « Nous les avions avisé par rapport aux dérives démocratiques des tenants du régime et au non-respect des droits fondamentaux de la population », a déclaré maître Hanitra Razafimanantsoa. Avant de soutenir au passage que « le Préfet de Police n’est qu’un responsable désigné et ne peut pas proférer des menaces contre des députés élus démocratiquement par le peuple ». Quoi qu’il en soit, les parlementaires de l’opposition persistent et signent dans leur démarche. « La rencontre avec la population tananarivienne prévue demain est maintenue », a-t-on martelé.

Davis R

Midi Madagasikara97 partages

Travail : Le SMIG à environ 168 000 Ar/mois

Le Syndicat Autonome des Inspecteurs de Travail (SAIT) veut contribuer à l’amélioration de l’environnement du travail et à la sécurisation des investissements. Raison de l’organisation du concours « HR Trophy » en partenariat avec « World Trade Center Tanà » pour récompenser les meilleures sociétés qui font une bonne gestion de leurs ressources humaines. « Il est aussi de notre mission de vulgariser les lois régissant le travail telles que la récente publication du décret d’application fixant le salaire minimum d’embauche. Le SMIG est ainsi à environ 168 000 Ariary/mois, soit une hausse d’à peu près 8%. C’est appliqué depuis le début de l’année. Un rappel doit ainsi avoir lieu sur les salaires des employés », a annoncé Hanitra Razakaboana, la présidente du SAIT lors de l’ouverture du salon des Ressources Humaines organisé par le « WTC Tanà » hier, à la gare de Soarano. De son  côté, le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana y a soulevé l’importance de la valorisation des ressources humaines et le respect des droits des travailleurs. Notons qu’une affluence de jeunes y a été observée pour le « Job Fair ».

Navalona R.

Midi Madagasikara64 partages

Maibahoaka-Ivato : Le domicile d’un opérateur chinois attaqué, 200 millions d’ariary dérobés

Blessé dans l’attaque de son domicile à Maibahoaka-Ivato dans la nuit du 17 au 18 avril, un opérateur économique chinois se trouve actuellement à l’hôpital. Près de 200 000 millions d’ariary y ont été dérobés.  Cette nuit-là, sept bandits armés d’un pistolet automatique et d’armes blanches ont investi le domicile de cet opérateur œuvrant dans la collecte et le conditionnement de fruits de mer. Selon les informations émanant de la gendarmerie qui se charge de l’enquête, l’acte a été commis vers trois heures du matin. Pour investir les lieux, qui étaient entièrement clôturés, les malfrats dont cinq étaient cagoulés, ont escaladé les murs de clôture. Ils sont entrés par la fenêtre après avoir arraché la grille de protection de celle-ci. Pris au dépourvu, l’un des trois chinois qui étaient dans la maison aurait tenté de résister aux agresseurs. Pour le maîtriser, les assaillants l’ont asséné d’un coup de pied-de-biche qui l’a blessé à la tête. Puis ils ont ligoté la femme de ménage de la maison qui se trouvait dans une autre pièce. Les bandits auraient été déjà tenus au courant de l’existence d’une grosse somme d’argent chez cet opérateur. C’est la raison pour laquelle, il n’aurait eu du mal à la trouver.

Planifié d’avance. La gendarmerie de Talatamaty affirme n’avoir pas été alertée de cette attaque que deux heures plus tard. Débarqués sur place, les hommes en treillis ont tout de suite enclenché l’enquête. Leur premier constat  a permis de conclure que cette attaque était déjà planifiée d’avance. Les malfaiteurs savaient que l’endroit n’est pas sécurisé, sans gardien. Les malfaiteurs étaient véhiculés car des traces de pneus ont été trouvées à la sortie de l’enceinte qui borde la rue.  C’est pourquoi, le chien pisteur emmené par les enquêteurs a été inefficace. L’existence des individus cagoulés dans la bande laisse également penser que ces derniers ne seraient pas étrangers à la victime. L’enquête est en cours.

T.M.

Midi Madagasikara43 partages

Vaccination contre le cancer du col de l’utérus : Le besoin est réel à Madagascar

Le cancer du col de l’utérus est le deuxième cancer le plus fréquent à Madagascar après le cancer du sein, en prévention duquel il n’existe pas de vaccin, contrairement au cancer du col de l’utérus.

 A Madagascar, le vaccin en prévention du cancer du col de l’utérus ne figure pas parmi ceux proposés à grande échelle par l’Etat. Sachant pourtant que les cancers gynécologiques figurent parmi les plus fréquents dans le pays, le besoin est plus que réel dans la Grande Ile afin de réduire l’incidence de ce type de cancer, de contribuer à la réduction de la mortalité et d’alléger la charge économique d’une telle maladie pour le pays. Madagascar, disposant d’une politique nationale de lutte contre le cancer et d’un plan stratégique qui priorise la lutte contre le cancer utérin, a déjà fait un tout premier pas en mettant en place un programme pilote de démonstration du vaccin contre le cancer du col de l’utérus. La phase de démonstration de ce programme pilote dans plusieurs districts, a eu lieu en 2013. Actuellement, le pays n’en est pas encore à la phase de généralisation.

A la traîne. La situation à Madagascar en matière d’accessibilité du vaccin contre le cancer du col de l’utérus est similaire à quasiment l’ensemble des pays d’Afrique, excepté quelques-uns où la vaccination contre le papillomavirus humain (VPH), responsable des cancers du col de l’utérus, est devenue une priorité, à l’instar du Sénégal qui fait partie des pays d’Afrique ayant inclus le vaccin contre le cancer du col de l’utérus dans son calendrier de vaccination à grande échelle. C’était à l’occasion de la 7e semaine africaine de la vaccination (SAV), l’an dernier au cours de laquelle ce pays a lancé à l’échelle nationale une campagne de vaccination dont bénéficient les filles âgées de 9 à 15 ans pour 2017-2018, soit quelque 900 000 filles concernées. La majorité des pays d’Afrique, incluant Madagascar,  est ainsi à la traîne dans ce domaine de la vaccination contre cette maladie en particulier.

 VPH. Deux vaccins contre les VPH, actuellement certifiés par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), permettent de prévenir le cancer du col de l’utérus. Afin d’en optimiser les effets, il faut les administrer aux filles âgées de 9 à 13 ans, tranche d’âge durant laquelle le vaccin produit la réponse immunitaire la plus efficace. Selon les avis scientifiques, il est préférable de recevoir le vaccin avant l’exposition au VPH, soit avant leurs premières activités sexuelles. Par ailleurs, selon toujours les données scientifiques, la réponse immunitaire est meilleure lorsque le vaccin est administré avant 15 ans. Rappelons que le  cancer du col de l’utérus est favorisé par la pratique précoce de l’activité sexuelle et la multiplicité des partenaires sexuels, ainsi qu’à l’exposition à d’autres infections sexuellement transmissibles.

 Stratégies. D’ici à 2030, le cancer du col de l’utérus causera la mort de plus de 443 000 femmes chaque année dans le monde dont la majorité en Afrique subsaharienne, indique la Revue d’experts sur la thérapie anti-infectieuse. L’augmentation de l’incidence du cancer du col de l’utérus en Afrique pourrait contrecarrer les progrès réalisés sur le continent dans la réduction de la mortalité maternelle et de la longévité. Les avis sur le continent africain se rejoignent quant à la nécessité de mettre en œuvre d’urgence des stratégies d’intervention visant à éliminer le cancer du col de l’utérus en tant que problème de santé publique.

A Madagascar, c’est davantage le dépistage qui est le plus priorisé en prévention du cancer du col de l’utérus. La méthode la plus utilisée est l’inspection visuelle. Les tests en vue de dépister la présence de VPH existent également, mais encore peu accessibles à la majorité des femmes en raison de leur coût.

Hanitra R.

Midi Madagasikara37 partages

Toliara : Mpamaky trano voatondraka asidra

Ela nanaovan-dratsy ka sendra ny nahay azy. Mpamaky trano iray no voatodraka asidra teo amin’ny lohany sy tarehiny, afak’omaly alina, tao Antaninarenina Toliara. Raha ny fanazavana azo, dia nanohitra ary saika hanindrona zava-maranitra ny tompon-trano nisambotra azy ity mpangalatra. Niaro tena ilay raim-pianakaviana izay mpanao haihady, ka tsy naratra, ary nifampitolona ny roa tonta avy eo. Rehefa tsy naha hetsika intsony ilay jiolahy, dia nofafazan’ny tompon-trano ny asidra nentina nanafaizana azy. Araka ny tati-baovao azo, roalahy mpamaky trano no tafiditra tao amin’ity tokantrano iray, rehefa avy nisikotra ny varavarana, ny alin’ny alarobia teo, tokony tamin’ny 11 ora sy sasany. Raha vao naheno korontana tao amin’ny efitrano fandraisam-bahiny ny tao an-trano dia taitra tamin’ny torimasony, ka vao nahita ny tompon-trano ny iray tamin’ireo jiolahy tonga dia nitsoaka, fa ilay tovolahy niharan’ny fitsaram-bahoaka hafakely voatondraka asidra kosa nanohitra rehefa nosamborina saika handositra iny.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara32 partages

La communauté internationale officiellement prévenue

La communauté internationale est maintenant  prévenue officiellement de la situation qui prévaut à Madagascar. Ses représentants dans la Grande Ile sont bien évidemment au courant de ce qui se passe, mais la démarche des parlementaires  TIM-MAPAR permet de formaliser les inquiétudes de ces derniers. Elle permet de prévenir les velléités de répression que pourraient avoir les autorités. Tout le monde espère que la raison finira par l’emporter.

La communauté internationale officiellement prévenue

Les députés TIM et MAPAR ont par le biais de ce canal diplomatique alerté la communauté internationale sur les dérives autoritaires du régime. Ils ont dressé un tableau fidèle de la situation qui prévaut actuellement. Ils se sont donc prémunis en quelque sorte contre les tentatives de sabordement de la manifestation de demain sur le parvis de l’hôtel de ville. Les menaces et les intimidations sont nombreuses, mais cela ne semble pas faire reculer les parlementaires. Une partie importante de la population est prête à les soutenir car elle veut manifester sa lassitude. On parle d’une séance d’explications des lois électorales qui ont été votées à l’Assemblée, mais ce sera certainement un véritable réquisitoire contre le régime. Sous d’autres cieux, les autorités auraient accepté cela car c’est ce qu’on appelle la  démocratie. Mais  c’est une véritable fuite en avant que le régime semble opérer. Les dirigeants veulent arrêter le mouvement de contestation  en train de d’amplifier. Ils semblent décidés à y mettre fin. Mais comme dans le passé, la pression populaire semble très forte.  Les différentes crises qui ont eu lieu devraient servir de leçon aux dirigeants actuels. De nombreuses voix s’élèvent pour leur demander de revenir à la raison et de tempérer leurs ardeurs répressives. La communauté internationale est maintenant officiellement prévenue. Elle pourra ainsi juger avec objectivité le déroulement des événements à venir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara29 partages

Vovoka lakrimozena naparitaka tao am-pianarana : Niakatra fitsaràna omaly ilay mpianatra voarohirohy

Omaly no niakatra fitsaràna tao amin’ny tribonaly Arivonimamo ilay mpianatra eny amin’ny lycée izay voarohirohy ho nanaparitaka vovoka lakrimozena tao am-pianarana tapa-bolana lasa izay. Ity tovolahy ity, izay efa mananiky ny 21 taona no niantefan’ny ahiahy voalohany, hoy ny fanazavàna azo avy tamin’ireo mpanao fanadihadiana ho tao ambadik’izay asa ratsy izany. Nisy nahita mantsy ny fidirany voalohany tao amin’io kilasy nisy an’io vovoka lakrimozena io ka niteraka fahasemporana sy fahatoranana mpianatra vitsivitsy tao an-dakilasy. Ny talata lasa teo izy io no nosamborina ary nampidirina am-ponja vonjimaika rehefa nandalo teo anatrehan’ny Fampanoavana tany an-toerana ihany. Hatreto raha ny angom-baovao azo dia tsy fantatra loatra izay tena antony nanosika azy hanao ity zavatra ity. Ny azo heverina dia angamba gafy fanaon’ireo mpianatra sasantsany any an-dakilasy fotsiny, entina tsy hianarana, saingy tsy nosaintsainy mihitsy ho lasa lavitra izany zavatra izany ka ireo nampiditra hôpitaly ny ankizy sasany mpiara-mianatra aminy ireo. Izy rahateo, raha ny angom-baovao azo hatrany dia toa hoe ankizy somary mafy loha sy efa madiditra izay.

Raha tsiahivina tokoa ny zava-nitranga tamin’io fotoana io dia nisy nanaparitaka vovoka fotsifotsy tao amina kilasy iray tao amin’ny lycée Arivonimamo. Noheverina ho toy ny vovoka tsaoka izay ka tsy nampiraika ny rehetra. Saingy rehefa nofafana dia io niteraka fahasemporana ho an’ireo ankizy io. Taty aoriana rehefa nandeha ny fanadihadiana dia fantatra fa vovoka lakrimozena ity vovoka nitera-doza ity. Andrasana araka izany izay didim-pitsaràna avoakan’ireo mpitsara any an-toerana.

m.L

Madagate28 partages

Hery Rajaonarimampianina. Les défenseurs de l’indéfendable

Tout la famille Rajaonarimampianina recomposée est donc partie, "en plein jour", en mission à l'extérieur, le 19 avril 2018 via un vol d'Air Mauritius. Mais où diable était l'auteur du communiqué ci-après, et tous les membres du gouvernement d'habitude réquisitionnés pour dire au-revoir à sa majesté, heu son excellence le filoha hajaina, pardon. Et personne ne viendra donc les accueillir à leur retour, si retour il y aura, en rapport à ce qui se passera  demain 21 avril 2018 sur l'avenue de l'Indépendance à Antananarivo? C'est-à-dire dans quelques heures, après la publication de cet article

Décidément, quand on est con(s) c’est pour la vie. Mis sous pression par les fuites qui viennent des palais même (personne ne savait qu’il allait quitter le pays encore à 16h), ce n’est même pas le président Hery -sous d’autres cieux- qui a réagi plus que gauchement mais quelqu’un dont le style est inimitable, reconnaissable à mille lieues (et même 20.000 lieues sous les mers). Je ne le nommerai pas, mais cette ancienne main-d’œuvre pénale (MOP) à Maevatanàna fait honte à notre regretté ami Tsilavina Ralaindimby qui n’a pas été remplacé au poste de directeur de la communication de la présidence.

A présent donc, il existe une « Cellule de communication politique » au sein de la présidence de la république de Madagascar. Quel développement, hein ? Et celui-ci a été tellement rapide qu’il n’y a écrit aucune référence, ne serait-ce que pour le travail d’archivages. Et bien évidemment, puisqu’elle a été mise sur place en un temps record, personne ne veut être responsable. Donc, une date de publication mais aucun nom de l’auteur. Mais nous savons tous qui c’est. Cela c’est pour la forme.

Voyons le fond, à présent. Politique est sans doute synonyme de cachoterie pour l’auteur. Si bien que le caractère de la « mission à l’extérieur » (et le mot mission est au pluriel dans le titre de ce communiqué très « pro »…ximatif) n’est pas précisé, ni la raison de la présence au côté du Filoha hajaina de toute sa famille recomposée. Si monsieur MOP croit toujours que j’écris des articles sans preuves, regardez bien la photo à la Une.

C’est un vol d’Air Mauritius, « en plein jour » mais personne -même de son entourage proche- n’a été au courant de ce départ très précipité comme si la famille Rajaonarimampianina avait le diable aux trousses. En malgache, un dicton dit : « Na ny mpamosavy mpandeha alina aza misy mahita ». En bref, si ce régime tombe à une vitesse plus rapide que prévue, c’est l’auteur de ce communiqué de presse qui en sera l’artisan. Et qui se sent morveux se mouche. Mais il ne perd rien pour attendre car je déteste les créatures qui profitent d’un pouvoir usurpé pour prendre le peuple malgache pour des imbéciles congénitaux. « Misy fotoanany ny zava-drehetra » ry bandy a ! Mais remercions-le tout de même. Sans lui et ses conneries, celles de ce régime Hvm/Rajaonarimampianina ne seraient jamais mises à… jour, à travers ce genre « d’allégations fantaisistes ». Parfois, l'ami, certains actes nécessitent une absence diplomatique pour éviter de devenir un bouc émissaire déjà tout désigné.

Jeannot Ramambazafy – 20 avril 2018

Midi Madagasikara28 partages

Antsirabe : Jiolahy rain-dahiny maty voatifitry ny pôlisy

Nirefodrefotra indray ny basy tao an-drenivohitr’i Vakinankaratra. Lehilahy iray fantatra fa efa jiolahy rain-dahiny ary efa matetika miditra am-ponja no voatifitry ny mpitandro filaminana tao amin’ny fokontany Antanambao Est Ivohitra, afak’omaly alina tokony ho tamin’ny 8 ora tany ho any. Poa-basy in-droa no henon’ireo mponina tamin’io fotoana io saingy tsy nisy sahy nivoaka nijery izy ireo. Vao mainka aza nanamafy ny hidin-trano ny sasany. Araka ny fampitam-baovao mantsy dia isan’ireo faritra mena sy mafana amin’ny resaka tsy fandriampahalemana io faritra io, nahenoana poa-basy. Ny ampitso maraina (omaly) no re fa ilay jiolahy rain-dahiny efa ela notadiavina io nifanenjahan’ny mpitandro filaminana io ary dia maty voatifitra. Matetika voarohirohy amina resaka fanafihana mitam-piadiana izay nifanesy tao Antsirabe tao mantsy ity ranamana ity, araka ny fampitam-baovao hatrany. Efa nanomboka ny taona 2010 izy no efa nokarohin’ireo mpitandro filaminana. Tsy hita tany nanjavonana intsony anefa ingahirainy nanomboka teo. Misy amin’ireo mponina ihany ny milaza fa mahita azy mitondra cyclo-pousse rehefa antoandro ary dia io izy manao ny asa ratsiny rehefa alina. Ary dia io izy voatifitra io. Azo antoka araka izany fa mety mba hiaina am-pilaminana ireo mponina taorin’izao nahafatesana jiolahy rain-dahiny izao.

Andry N. / m.L

Midi Madagasikara28 partages

Halatra anaty « boutique » : Ramatoa telo nangalatra tetsy Analakely M.D

Ny roa tamin’izy telo vavy

Samy nidoboka am-ponja avokoa izy telo vavy rehefa nandalo teny amin’ny fampanoavana. Ny roa voalohany dia mpihavana ihany ary tena mivelona amin’ny halatra anaty toeram-pivarotana. Ny paoketran’ny olona mandalo na mividy zavatra anatin’ny toerana no tena hataon’izy roa lasibatra. Efa matetika tratra izy ireo saingy mbola mamerina ihany. Matetika mantsy ireo olona no mamela ny helok’izy roa rehefa averina fotsiny ny vola nalainy tamin’ny halatra, ary mandefa fotsiny tsy misy arakaraka. Toa izay nitranga tamin’ny asabotsy lasa teo : nahazo 450.000 ariary tao anaty paoketra izy roa. Saingy tratra ihany noho ny fahamailoan’ny mpivarotra. Tsy nanasaro-javatra ny tompon’ny vola fa rehefa naverina taminy fotsiny izany dia nilamina ny raharaha. Zatra izay angamba ireo mpangalatra ka dia tapa-kevitry ny namerin-keloka indray. Ny alatsinainy teo indray dia efa niverina nanao ny fanaony izy roa izay fantatra tamin’ny fanadihadian’ny polisy fa mpihavana ihany. Mbola niverina tao amin’ilay trano fivarotana ary nangalatra ny roa tapitrisa ariary tao anatin’ny paoketra. Dia mbola tratra indray koa. Teo anefa dia nanapa-kevitra ny mpivarotra ny nandray andraikitra tamin’ny fanolorana azy roa teny amin’ny polisy. Niaiky ny helony ireo no sady nanazava ny fomba fiadiny ihany koa amin’ny fanatontosana ny halatra. Ankoatr’izay dia mbola nisy ramatoa iray efa nahazo taona koa nosamborina teo Analakely noho ny fisolokiana. Faran’izay tsotra ny ataony : irahiny ny olona izay hitany fa somary tambanivohitra ka mandalo eo Analakely. Iangaviany mba hividy valopy sy taratasy satria izy efa lehibe ka manana olana ara-pahasalamana. Milaza izy fa ambenany ny entan’ireo olona. Kinanjo ao anatin’ny fotoana fohy, raha vao miala teo ny olona dia efa manjavona ny entana ary tsy hita intsony i ramatoa. Maro ny olona efa lasibatr’ity vehivavy nahazo taona ity. Nofandrihana ary voasambotra teo an-toerana ihany. Raha jerena amin’ireo tranga ireo, ny lehilahy sy ny zatovo izany no betsaka manendaka ary ny vehivavy kosa mangarom-paosy sy misoloky. Ahitan-javatra eo Analakely…

D.R

Midi Madagasikara24 partages

HVM : Les « Cravates bleues » affichent la couleur

Le bâtiment du ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques repeint aux couleurs du HVM

Dans son tube « Any ianao’zay », Samoela s’adresse à « I Kalamenavolo » qui s’est teint les cheveux en rouge. « Lokon’Arema », soulignait à l’époque le chanteur. Tel le bleu qui est aujourd’hui le « loko » et le « look » du HVM qui annonce la couleur.

Samoela faisait référence à la couleur de l’ancien parti au pouvoir fondé par « Deba » surnommé lui-même l’Amiral rouge. A l’instar des membres du HVM qui sont appelés aujourd’hui  « les Cravates bleues ». Un accessoire de mode qui est comme une corde au cou – au propre comme au figuré – pour les cadres du parti qui ne peuvent s’en défaire, à moins de retourner leur veste. Un membre du gouvernement affiche encore plus sa couleur en faisant peindre le bâtiment du ministère de la Pêche et des Ressources Halieutiques à Ampandrianomby en bleu et blanc, comme si ce portefeuille est réservé au HVM ou que ce dernier restera encore quelques années au pouvoir.

Politiquement neutre. En cas d’« alternance démocratique » pour reprendre le principe découvert sur le tard par les « Cravates bleues », il ne sera pas évident pour le prochain ministre de la Pêche d’effacer (dans tous les sens du terme) la couleur actuelle du bâtiment pour le recouvrir d’une couche de peinture politiquement neutre, comme le devrait être l’Administration. Surtout en cette année électorale où les candidats et leurs partisans vont nous en faire de toutes les couleurs. Même le Bleu pourrait être décliné dans différents tons et nuances avec tous ces partis et particules qui gravitent autour du pouvoir. Sans oser afficher ouvertement leur inféodation au HVM. A l’image de certains députés qui ont levé timidement la main à Tsimbazaza, lors de l’adoption des trois lois organiques relatives aux élections.

Le président de la République au volant d’un des 4 x 4 avec le nom du ministère des Travaux Publics inscrit bleu sur blanc

Fins électorales. A propos de couleur toujours, force est de remarquer que le régime HVM annonce indirectement la sienne, à travers les véhicules 4 x 4 remis hier à Iavoloha par le président de la République. Des Nissan double cabine de couleur blanche frappés côté portière du nom du Ministère des Travaux Publics inscrit en bleu sur blanc, alors que la couleur traditionnelle des TP est l’Orange. Ceci expliquant peut-être cela. Le fait que 22 des 25 véhicules  soit destiné aux 22 Régions amène du reste certains observateurs à penser, à tort ou à raison, qu’ils risquent de servir à des fins électorales alors que l’article 63 de la loi organique relative au régime général des élections et des référendums stipule que « l’usage de ressources administratives, notamment l’accès à des équipements publics dont les véhicules et les bâtiments administratifs, visant à promouvoir des activités de campagne électorale ou référendaire, est interdit ».

Slogan de campagne.  En tout cas, force est aussi de se demander pourquoi cette dotation de 4 x 4 coïncide avec l’année électorale 2018. Pourquoi « l’action qui s’inscrit dans l’esprit même de la Renaissance », dixit le président candidat qui en fera certainement son slogan de campagne, intervient-elle sous le ministre Eric Razafimandimby qui est une « Cravate Bleue » et non pas du temps de son prédécesseur Roland Ratsiraka qui est le président national du MTS. Tout cela amène à penser que ces véhicules acquis sur fonds propres de 2 milliards d’Ariary de l’Etat pourraient avoir un …fond électoral. Si Samoela devait revisiter son tube, « I Kalamenavolo » deviendrait « I Kalamanga ». Et la voiture Hyundai  avec la fille aux cheveux « Lokon’Arema » sur la Route des Hydrocarbures serait une Nissan 4 x 4 « Look HVM » au fin fond de la …campagne.

R. O

Midi Madagasikara22 partages

ABA : Naissance d’un parti politique

Un nouveau parti politique vient de voir le jour. Il s’agit de l’« Antokom-Bahoaka Malagasy » (ABA) présidé par Rakotoson Herintsoa Dany. La proclamation officielle de la naissance du parti s’est tenue hier à Antsahabe. Le parti a été créé le 3 novembre 2017. « Madagascar pour chaque Malgache ». Tel est le slogan du parti. ABA a pour mot d’ordre de promouvoir le peuple malgache, le patriotisme, la solidarité, le « Fihavanana », le travail et le développement. Le parti envisage d’apporter des solutions concrètes aux problèmes socioéconomiques existant actuellement dans la Grande Ile. Le bureau du parti ABA estime qu’actuellement, la majorité des Malgaches est mise à l’écart par rapport à la vie politico-économique du pays. Le parti ambitionne aussi d’apporter un changement à la pratique politique à Madagascar.

Davis R

Midi Madagasikara16 partages

Analalava : Olona telo maty nokaikerin’ny alika romotra

Nanomboka ny volana janoary lasa teo no nahitana trangana haromotan’ alika tany amin’ny Distrikan’ Analalava, Faritra Sofia, ka olona telo voakaikitry ny alika mirenireny voalaza fa romotra no namoy ny ainy. Trangana haromotana miisa enina kosa no voamarina fa niseho tany amin’ny Distrikan’i Befandriana-Avaratra. Afak’omaly, tovolahy iray no naratra mafy niboba rà teo amin’ny tongony havanana nokaikerina alika mirenireny teny an-dalana. Novonoin’ny fokonolona teo no ho eo ilay alika nanaikitra, ka novelesina tamin’ny vantan-kazo “bois rond” in-dimy vao maty, hoy ny vaovao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara16 partages

Seranan-tsambon’i Toamasina : Vary 1.000 kaontenera mihitsoka ao, efa maro ireo simba aminy

Miezaka mandamina ny olana misy eo anivon’ny orinasa Mictsl sy ny mpandraharaha noho ny fitarazohan’ny famoahana entana misy, efa nanaovan’ireo mpandraharaha sy ny mpitatitra fitarainana sy fitokonana, ny praiminisitra, izay tonga teto Toamasina mihitsy ny alarobia tapany maraina teo, niaraka tamin’ny minisitry ny vola sy ny tetibola, ny minisitry ny fitaterana sy ny famantarana ny toetr’andro, ary ny minisitry ny varotra sy ny fanjifana; notron’ireo mpandraharaha sy ny mpitatitra ary ny lehiben’ny faritra izay nandray ny fihaonana tao amin’ny lapan’ny faritra Atsinanana. Milaza ny handray didim-pitondrana hanaovana lavanty sy hanapotehana ireo entana tsy misy mpaka ireo ny fanjakana, tsy ho ela aorian’ny fampahalalana ataon’izy ireo amin’ireo tompon’entana hakany ny fananany. Teo koa ny vahaolana amin’ny famindrana ireo kaontenera 2.194 tsy misy mpaka ireo amin’ilay tany malalaka namboarin’ny Spat manokana ho amin’izany, izay mbola hiampy toerana 05ha ihany koa ny volana aogositra izao. Na izany aza dia manao antso avo amin’ny Mictsl ny fanjakana sy ny Spat mba hiezaka amin’ny fanatsarana sy fampitomboana ny fibatana entana ao aminy, izay olana mahatonga ny fitarazohana amin’ny famoahana izany. Efa nisy ny ezaka nanampy fitaovana 02 fibatana entana saingy mbola tsy mahavaha olana ilay izy hatreto, noho ny fitarazoahana nisy efa ela ka tsy mety voavaha hatramin’izao. Ao anatin’ireo kaontenera 2.194 mihitsoka ao amin’ny seranan-tsambo ireo anefa, miisa 1.000 amin’izay dia vary avokoa izay efa voaloa vola saingy tsy alain’ny tompony, ka manomboka efa simba noho ny toerana misy azy ireo eo anivon’ny Mictsl. Ny tena nahagaga amin’izao raharaha izao, izay mahatonga ny maro mihevitra fa misy “fanadiovam-bola maloto” ity resaka fanafarana vary eto amintsika izao ity, satria tsy misy olana amin’ireo tompony ny madoa ny fijanonan’ny entana (magasinage) azy ireo eo anivon’ny seranantsambo. Ankoatra izany dia efa ho simba sy ho lo avokoa ihany koa ny vary nohafaran’ny Phoenix sy Enac tany Azia, izay ny filoham-pirenena mihitsy no niatrika ny fahatongavany teto Toamasina, nandritra ireny fotoana nisian’ny olana ara-bary teto amintsika ireny. Ny antony dia misy olana izao ireto mpanafatra ny vary sy ny orinasa nanafarana izany ka miakatra fitsarana ny raharaha noho ny olana ara-bola sy ara-trosa, ka nogiazan’ny orinasa nanafarana ny vary ilay izy dia izao simba fotsiny izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara16 partages

Aéroport international d’Ivato : La piste et le tarmac en pleine rénovation

La rénovation de la piste d’Ivato se fait en travaux de nuit.

L’achèvement  des travaux prévus en mi-juin 2020 marquera un renouveau pour l’aéroport international d’Ivato.

Au mois de juin 2020, le nouveau terminal de l’aéroport international  d’Ivato sera fonctionnel. La livraison des travaux se fera probablement avant le ­ 26 juin 2020, puisque « Ravinala Airports » affirme être en mesure de respecter le calendrier jusqu’à  la phase finale des travaux. Mais en attendant, les usagers ne tarderont pas, d’ici peu, à bénéficier des retombées positives des travaux de rénovation qui accompagnent la construction du nouveau terminal. En effet, d’ici à fin juin, les chaussées aéronautiques, comprenant la piste, le « taxiway E » et le tarmac II seront entièrement rénovées et renforcées.

Normes  internationales. Pour ces travaux  de renforcement de la piste,  des aires de roulage et de stationnement des avions « Ravinala Airports » investit au total 23 millions d’euros.  Les travaux sont réalisés par le consortium Colas Madagascar Bouygues International (CMBI) et emploient pas moins de 120 ouvriers et des équipes de sous-traitants qui travaillent quatre nuits par semaine de 18 heures à six  heures 15, puis pendant certains jours de six  heures à 17 heures.  Des travaux faits dans les règles de l’art et qui utilisent 70 000 tonnes de bitume pour renforcer la piste  d’une longueur de 3 100 mètres et d’une largeur de 45 mètres. Une piste aux normes internationales, bien évidemment et qui pourra accueillir le plus gros avion civil du monde qu’est l’Airbus A 380. « A terme, avec la construction du nouveau terminal, l’aéroport d’Ivato sera, à même d’améliorer significativement le traitement des avions et les services aux passagers, pour les porter au niveau des normes internationales en vigueur »  a déclaré Vincent Devauchelle, lors de la visite de chantier qui a eu lieu, hier sur la  piste d’Ivato.

Notam. Bien évidemment, les travaux  qui nécessitent des fermetures et des réouvertures de l’aéroport provoquent des perturbations, en ce qui concerne  les vols. « Des procédures spécifiques ont été mises en place concernant la fermeture  et la réouverture du trafic aérien de l’aéroport international d’Ivato. Un Notam a été envoyé aux entités aéroportuaires un mois avant le début des travaux ». Le Notam en question indique notamment les périodes de travaux divisés en deux phases : la première phase va du 25 mars au 1er juin et nécessite la fermeture de l’aéroport tous les dimanches, lundis, mercredis et vendredis de 20 heures à six  heures. La seconde phase va du 12 au 30 juin pour les mêmes horaires, sauf le dimanche. Ces fermetures provoquent la perte d’un certain nombre de vols régionaux. Des dispositions particulières sont prises pour la gestion des vols notamment pour le cas des évacuations sanitaires qui sont autorisées à plein temps. Cette gestion se fait grâce à l’harmonieuse collaboration entre « Ravinala Airports », Colas et l’ASECNA.

Bref, les travaux d’extension et de rénovation de l’aéroport international d’Ivato se font à la vitesse grand V.  « Actuellement, le projet Ravinala affiche déjà un avancement de plus de 40% de son projet global » Des travaux qui sont bien évidemment créateurs d’emplois. « Le projet ‘Ravinala Airtports’ a déjà permis de créer près de 1 000 emplois directs et indirects »   selon toujours Vincent Devauchelle.

R.Edmond.

Midi Madagasikara13 partages

Groupe « Vidy Varotra » : Quinze années d’existence

Mercredi 18 avril dernier, ce groupe qui évolue dans le monde de la presse et de l’éducation a célébré solennellement à l’hôtel Carlton la parution du premier numéro de « Vidy Varotra ». Et le groupe qui porte désormais ce nom a fait du chemin depuis avril 2003. Cette entreprise malgache évolue vers quatre grandes activités. A savoir, la presse audio visuelle d’abord ;  puis l’éducation ; la formation aux NTIC  et enfin le développement à l’étranger. L’historique du groupe fait figure de sa vitalité et de sa rigueur. Au départ, il y a eu « Vidy Varotra », un hebdomadaire à ses débuts, pour paraître trois fois par semaine aujourd’hui. Puis petit à petit, des titres apparaissent comme « Job », « Jejo » et enfin un quotidien d’informations générales « Tia Tanindrazana », un des plus lus à Madagascar. Dans le même sens, « Top Radio » qui émet sur 102,8 est apparu l’an dernier. Parallèlement, le groupe détient deux  centres de formation, l’un en Afrique du Sud dénommé «  Pretoria Montessori Prescholl »dans les villes de Garsfontein et de Brooklyn où l’on enseigne 150 élèves, l’autre l’ITUniversity, cette fois-ci à Andoharanofotsy, une université spécialisée dans les nouvelles technologies et ce en partenariat avec des instituts étrangers. Enfin et non des moindres, il y a le « BICI » un cabinet de services et de conseils informatiques. Ce développement est à mettre sous la houlette de monsieur Tahina Razafinjoelina, un jeune PDG (parrain du groupe Ambondrona) Qui malgré son jeune âge tient toujours comme leitmotiv, la qualité et la persévérance.

Mickey Ranarivao

Midi Madagasikara12 partages

Madagascar – Chine : 1,2 milliard USD d’échanges commerciaux par an

Colloque sur l’initiative « Ceinture et Route » et les relations sino-malgaches, hier, au Carlton Anosy.

Le deuxième colloque sur la coopération sino-malgache  a été lancé hier, au Carlton Anosy. Cette rencontre est axée sur les relations entre les deux pays et sur l’initiative « Ceinture et Route ».

 Plus de 80 organisations internationales et pays, dont Madagascar, ont déjà approuvé l’initiative « Ceinture économique et Route de la soie ». D’après le premier conseiller de l’Ambassade de Chine à Madagascar, Chen Xiaolei, la Grande Ile joue un rôle important dans le processus d’avancement de cette initiative, si l’on ne cite que sa participation incontournable au Forum qui se déroulera en septembre en Chine. « L’initiative Ceinture et Route a été proposée par la Chine, il y a cinq  ans. Les entreprises chinoises ont investi plus de 50 milliards USD dans les pays concernés par cette Route. Pour Madagascar, les Chinois apportent également des technologies, des expertises, des progrès techniques, et on espère que tout cela contribueront au développement du pays », a-t-il indiqué. De son côté, le conseiller économique de l’Ambassade, Liang Shaomin a noté que la balance commerciale globale entre la Chine et Madagascar se chiffre à 1,2 milliard USD, soit environ 3 840 milliards Ariary, dont il s’agit de près d’un million USD  d’importations et 200 millions USD d’exportations malgaches. Ces flux augmentent encore de 10% par an, d’après les informations.

Colloque. Pour faire connaître davantage l’initiative « Ceinture et Route », l’expert chinois, Pr Li Dan, est venu spécialement de Chine pour le colloque au Carlton, organisé par l’Ambassade de Chine avec l’ENAM (Ecole Nationale d’Administration de Madagascar). Présent à la cérémonie d’ouverture de la rencontre, le ministre de la Fonction  publique, Maharante Jean  de Dieu, a évoqué l’importance des échanges techniques et culturels de ce genre. « La Chine est la deuxième puissance économique du monde. Pour se développer, Madagascar doit s’allier avec des pays développés et se tourner vers un nouvel horizon. Il faut également que nos élites s’ouvrent au monde, grâce aux rencontres de ce genre », a-t-il soutenu. Pour les représentants  chinois, l’objectif est de stimuler les réflexions collectives chinoises et malgaches.   En effet, les interventions du Pr Li Dan se réalisent  dans l’apparence de formation académique et universitaire.

Antsa R.

La Vérité11 partages

Amical - CNaPS Sport et A.E Ramassa - Un match de gala mais aussi pour une bonne cause

La délégation espagnole  du club A.E. Ramassa de Barcelone (Espagne) est arrivée à Madagascar dans l’après-midi du jeudi 19 avril pour disputer un match amical international contre la CNaPS Sport qui aura lieu le dimanche 22 avril 2018 au Complexe culturel et sportif de Vontovorona, et fait partie d'un grand évènement de portée mondiale organisé par la Fédération et la CNaPS. Cet événement entre également dans le cadre de la promotion de la jeunesse et de la résolution pacifique des conflits, de la lutte contre la corruption, de la participation citoyenne et de la non-violence.

Ce sera un moment de rassemblement de la jeunesse malagasy pour la promotion des valeurs de l’objectif de développement durable n°16 qui sont la paix, la justice et les institutions efficaces au bénéfice du peuple malagasy.  Un concept qui rime avec la devise de la CNaPS «  C'est un héritage pour les générations futures ». Une raison de plus pour la CNaPS Sport de s’engager pour une bonne cause. « Nous sommes surpris de l’accueil et de l’organisation du match que le peuple malagasy a réservés pour nous. En plus, nous sommes contents de jouer contre une grande équipe  malagasy. Pour Ramassa, c’est un honneur de jouer contre  l’équipe championne de Madagascar qu’est  la CNaPS Sport ».A.E Ramassa est un club, devenu ambassadeur des Nations unies en Afrique grâce à ses actions. Après Ethiopie, le Bénin, l’Ouganda et le Cameroun, c’est au tour de Madagascar de bénéficier du match à travers l’ONG Yamuna dans le cadre de ses activités d’aide à l’enfance. Le club va effectuer une dotation de matériels sportifs à la CNaPS Sport à l’issue du match. A.E Ramassa ne prend pas à la légère le match que le club va disputer contre la CNaPS Sport. « L’année dernière, nous étions au Cameroun pour jouer contre le Dragon de Luanda et on a perdu (5-1). Il faut souligner que la condition climatique ne nous est pas favorable, nous ne sommes pas vraiment habitués à jouer dans des conditions très difficiles mais nous ferons de nos mieux à Madagascar », avance Jordi Gravé, l’entraineur de l’équipe. L’entrée sera gratuite pour les  deux mille premiers arrivés tandis que des cadeaux seront offerts pour les 1000 premiers tickets achetés. Notons que la recette du match sera versée à l’ONG Yamuna pour aider les enfants bénéficiaires.  « A part le sport, le plus important pour nous c’est de travailler et d’aider les jeunes du pays.  Comme au Cameroun nous avons aidé les enfants de l’ONG Yamuna à travers la construction d’une bibliothèque. A Madagascar nous envisageons d’acheter un bus scolaire pour faciliter le transport des enfants ».Ce match se déroulera sous le patronage du ministère de la Jeunesse,  la Fédération malagasy de football, le consul honoraire d’Espagne, le programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et le groupe Filatex. Elias Fanomezantsoa

Midi Madagasikara11 partages

RN4 : Voatery nasiana « déviation »

Eo akaikin’Andranofeno, amin’ny lalam-pirenena faha-efatra, no voatery nasiana làlana vonjimaika. Ny anton’izany dia noho ny fisian’ny kamiao lehibe iray izay nivoaka ny làlana ka naha-potika ny tetezana eo an-toerana. Nijanona teo am-povoan’izany aza ilay fiarabe ary niteraka ny fahatapahan’ny RN4 tamin’ny alarobia teo. Nihodina ny lalàna ary somary mamakivaky rano izay vao mahazo ny arabe indray.

D.R

Midi Madagasikara10 partages

Examen du baccalauréat : Bientôt un centre d’examen à Beroroha

L’annonce de la mise en place du centre d’examen de Beroroha s’est faite dans les bureaux du MESUPRES, hier matin.

Le problème lié à la distance aussi bien par rapport aux établissements scolaires que les centres constitue une des causes qui démotivent les candidats aux examens scolaires.

C’est une grande première pour l’enseignement supérieur et la recherche scientifique. Un centre d’examen va être mis en place à Beroroha. Situé dans la partie sud-ouest de Madagascar, plus particulièrement dans la région Atsimo-Andrefana, le district ne dispose pas de centre d’examen permettant aux candidats aux examens officiels de composer. Une situation qui handicape les élèves qui se retrouvent démotivés quant à l’idée même de poursuivre leurs études. Outre les kilomètres à faire, ils doivent faire face aux risques d’être attaqués par des « dahalo » sur le chemin menant vers les centres d’examen. Pour le district de Beroroha, les candidats qui veulent se présenter aux examens officiels du baccalauréat doivent, soit aller à Tuléar, soit à Ankazoabo. Des distances énormes à parcourir qui sont dissuasives pour les personnes concernées. Les soucis causés par l’inexistence de centre dans le district de Beroroha concernent également le côté financier des parents des candidats. Comme l’a fait savoir Dieudonné Razafimahatratra, directeur de l’enseignement supérieur public et privé auprès du Mesupres (ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique): «pour qu’un lycéen puisse concourir aux examens du baccalauréat, il faut que ses parents prennent en compter les frais de transports, les frais d’hébergement, et autres frais divers en plus des facteurs à prendre en compte». Ce qui n’est pas évident pour de nombreux ménages habitant le district. La mise en place du centre d’examen pourrait changer la situation dans le district en question. Ne serait-ce que pour encourager les jeunes à poursuivre leurs études.

Cas. Le cas du district de Beroroha n’est pas isolé. Il existe actuellement de nombreux districts qui disposent d’établissements scolaires mais qui sont dépourvus de centre d’examen. Un cas qui est le plus souvent observé dans les zones enclavées de la Grande Ile, selon toujours le directeur de l’Enseignement supérieur public et privé. Des paramètres doivent être remplis pour les districts voulant se voir doter des centres d’examen. Entre autres, un nombre de candidats qui ne doit pas être inférieur à 100. La sécurisation du centre et des sujets d’examen fait également partie des conditions d’obtention de centre. Le directeur de l’Enseignement supérieur public privé de noter que certaines zones enclavées qui ne peuvent pas remplir la première condition peuvent toutefois bénéficier d’un centre. «Le ministère peut faire des concessions quant au nombre de candidats. Il convient à noter que bon nombre de zones enclavées ne peuvent pas remplir cette condition et que si le ministère reste intransigeant, il y a fort risque que les jeunes se ruent vers d’autres préoccupations» a-t-il ajouté. Par ailleurs, il convient de noter que la population de Beroroha a fait la demande d’ouverture de centre depuis quelque temps. Dieudonné  Razafimahatratra explique que «des représentants de la population de Beroroha, conduits par le député, le chef de district, des représentants des parents d’élèves sont venus auprès du ministère de tutelle pour faire la demande». Demande qui a abouti à l’ouverture – pour bientôt – du centre d’examen du district. Une bataille gagnée pour la population locale.

José Belalahy

Midi Madagasikara10 partages

Football Match amical international : Les Espagnols de l’A.E. Ramassà sont là

Le président de la Mutuelle de la CNaPS, Théophile Randriamanantena, accueillant la délégation espagnole.

Des Espagnols au grand cœur. Ce qualificatif résume à lui seul la venue du club de football de l’AE Ramassa pour une belle mission de solidarité autour d’un match avec le club champion de Madagascar en l’occurrence la CNaPS Sport.

Au delà de ce choc CNaPS Sports-A E Ramassà de ce dimanche à Vontovorona, on notera tout le travail qui est autour de la mission de ce club récemment nommé ambassadeur des Nations unies par son geste empreint de solidarité envers plusieurs pays africains à qui le club remet,  chaque fois, du matériel sportif et éducatif.

Chaîne de solidarité. L’aventure avec un grand A commence en 2014 en Ethiopie où le club espagnol au sein de la troisième division catalane, a décidé de mettre en place une véritable chaîne de solidarité à laquelle participaient tout le staff du club, les joueurs et les membres de l’encadrement en récoltant des dons pour ces pays africains dont le nombre ne cesse de s’agrandir au fil des ans. Un bel exemple à suivre surtout que le concept vient encore de s’améliorer grâce aux échanges avec les Africains. Un vécu sur place et plus particulièrement en Afrique du Sud quand des dirigeants de l’AE Ramassà ont compris la philosophie d’Ubunti vantant l’amour et la solidarité avec cette phrase bien connue « Je suis parce que nous sommes et puisque nous sommes, alors je suis ».

Contacts fraternels. Depuis le début de cette virée humanitaire en Afrique, les Espagnols n’ont jamais cessé de s’améliorer au fil des contacts, il faut le dire, fraternels.

Au Bénin en 2015 où l’AE Ramassà a disputé un match contre les Panthères FC Djongui puis en Ouganda l’année d’après avec l’adversaire de la CNaPS Sport en Ligue des champions notamment le « Kampala City Council ».

Il est revenu en 2017 mais cette fois au Cameroun avec un match contre les mythiques Dragons de Yaoundé.

Cette année, l’AE Ramassà a choisi Madagascar et bien évidemment l’équipe plusieurs fois championne de Madagascar qu’est la CNaPS Sport.

Mais bien avant le match, les liens se sont tissés dès l’arrivée du groupe à l’aéroport d’Ivato. Une forte délégation de la CNaPS conduite par le président de la Mutuelle, Tex Randriamanantena était venue accueillir la délégation espagnole aux côtés du Consulat d’Espagne mais aussi de Tody Ramanantsoa. Le tout avec ce légendaire sens de l’hospitalité bien malgache.

Clément RABARY

Midi Madagasikara9 partages

Sambava : Lahiantitra 60 taona tra-tehaka nangalatra lavanila

Lahiantitra fotsy volo iray sahabo 60 taona eo no tra-tehaky ny miaramilam-pokontany nivarotra lavanila halatra tsy matoy, afak’omaly antoandro tokony tamin’ny 11 ora, tao Ambohimanarina Lokoho, Distrikan’i Sambava. Araka ny tati-baovao voaray, dia teo am-pitadiavana mpividy ity lahiantitra ity no nifanehatra tampoka tamin’ireo “quartier mobile”, ka nosamborina avy hatrany. Rehefa teny an-dalana hihazo an’i Sambava tampon-tanàna mba hatolotra ny mpitandro filaminana ity rangahibe ity, dia tafaporitsaka ka nifanenjehan’ny miaramilam-pokontany roalahy matanjaka nitondra azy, ary tany Amboangibe vao tratra.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara9 partages

Germoirs biodégradables : Vers une application à une échelle de 200 000 ha

Une technique innovante a été expérimentée par le ministère en charge de l’Agriculture via le programme FORMAPROD en partenariat avec le FOFIFA et la société 4F dans le district d’Anjozorobe. Il s’agit de la combinaison de l’utilisation des germoirs biodégradables avec la motorisation du repiquage en mottes. « Les résultats ont été concluants car un rendement de plus de 7 tonnes/ha a été enregistré. Nous prévoyons d’appliquer cette technique innovante à une échelle de 200 000 ha tout en facilitant l’accès du petit paysannat aux machines de repiquage. Cette action entre dans le cadre de la mécanisation agricole prônée par le ministère », a déclaré le ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Harison Randriarimanana, lors de la présentation officielle de ces résultats de l’expérimentation, hier, à l’hôtel Carlton.

Très avantageux. Notons que les grandes plaines de Madagascar dont entre autres, Alaotra, SOFIA, Andapa, Mahabo et Marovoay seront priorisées. En outre, « nous aidons à émerger ce petit paysannat via un accompagnement dégressif sur une période de  cinq ans en vue d’une transformation de l’agriculture, et ce, en mobilisant le Fonds de Développement Agricole ou les différents projets sans oublier la formation des jeunes à devenir des entrepreneurs ruraux », a-t-il poursuivi. Et parlant de cette technique innovante promue par la société 4F, c’est très avantageux pour pouvoir augmenter la production rizicole. « Il s’agit notamment de l’application des germoirs biodégradables ou une mise en pot des plantules dans les pépinières pour faciliter leur transplantation dans  les champs  tout en évitant une perte à la culture, et ce, suivant la technique SRI. Ensuite, une motorisation du repiquage en mottes est effectuée. La machine est adaptée même à une petite superficie de 10 mX10 m. C’est à haut rendement mais avec un coût de revient réduit car elle a une performance de plus de 2 ha par jour. On n’aura plus ainsi besoin de payer une main d’œuvre de 70 personnes pour le repiquage », a fait savoir Juslain Raharinaivo, le directeur général de 4F et initiateur de cette invention.

Variété résistante. Par ailleurs, « l’utilisation de cette machine est moins coûteuse que les salaires de la main d’œuvre. Et on n’a besoin que 12kg/ha de semences améliorées », a-t-il enchaîné. Et le directeur général de la société 4F entend améliorer cette technique en effectuant un déplacement en Chine en vue d’acquérir des machines agricoles bien appropriées servant à faire une diffusion à grande échelle.  Parlant de semences améliorées, le centre de recherche FOFIFA a produit la variété FOFIFA 160 résistante à la maladie pyriculariose, au manque de phosphore et au changement climatique pour cette expérimentation. « Cette variété a également un potentiel de rendement », a conclu le Pr Razafinjara Lala,  directeur général du FOFIFA

Navalona R.

Midi Madagasikara7 partages

SADC : Un centre régional de surveillance de pêche

Pour une meilleure gestion durable des ressources halieutiques partagées, un centre régional de contrôle et de surveillance de pêche sera mis en place au niveau de la SADC. C’est ce qui ressort de la rencontre entre le ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche, Gilbert François et le ministre de la Mer, des Eaux Intérieures et de la Pêche de Mozambique dernièrement à Maputo. Ce dernier a demandé le soutien technique de Madagascar dans la réalisation de ce projet étant donné que le centre sera installé au Mozambique. Une convention de partenariat entre les deux parties sera ainsi signée prochainement.  Ce partenariat prometteur sera matérialisé par les échanges et le partage d’expériences entre les deux techniciens. En outre, une possibilité de coopération en matière de pêche et d’aquaculture est en vue. L’harmonisation des actions à mener et le partage des expériences  entre les ministres de la région du sud-ouest de l’Océan Indien  ne sont pas en reste en vue de gérer d’une manière durable les ressources partagées et hautement migratrices comme le thon. Madagascar s’enquiert ainsi des expériences mozambicaines sur la gestion de la pêche au thon.

Navalona R.

Midi Madagasikara7 partages

Basket-ball – All-Star du Président : Les équipes reçues par Rajaonarimampianina

Cela a été hier le tour de Rakotomamonjy Neypatraiky, ministre de la Jeunesse et des Sports par intérim d’emmener la délégation de basket-ball auprès du président de la République pour lui présenter le « All-Star » du Président. « Vous êtes sélectionnés pour représenter le pays, montrez votre savoir-faire et capitalisez les rencontres à l‘extérieur. Qu’importe la force de vos adversaires, je vous souhaite plein succès pour le match de demain. « All-star » ce sont les étoiles, espérons que vous allez briller » a déclaré le président et à lui d’offrir à l’équipe « All-star du Président » des maillots, des survêtements et 200 000 Ariary d’argent de poche chacun. A la clé, après les rencontres de ce jour, l’équipe féminine championne gagnera quatre millions Ar et la vice-championne de deux millions Ar. Car ce jour il y aura au menu la rencontre contre l’équipe de St-Petersbourg de Russie avec en matche d’ouverture, la Super Coupe du Président pour quatre équipes féminines.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara7 partages

Rija Ramanantoanina an-XXX : Un concert grandiose avec 800 choristes

Rija Ramanantoanina concocte un évènement unique et spectaculaire pour ses 30 ans de scène au Palais des Sports le 6 mai.

Grandiose et spectaculaire ! C’est ce qui résume l’évènement que concoctent Rija Ramanantoanina et « Gasy events » pour les 30 ans de scène du crooner au Palais des  Sports le 6 mai prochain.

800 choristes, 25 musiciens et trois arrangeurs pour un spectacle, du jamais vu dans l’histoire musicale malgache ! Un défi surtout. Un défi que Rija Ramanantoanina a pourtant décidé de relever pour ses 30 ans de scène. « Ça m’a toujours fait rêver de voir ces monuments de la musique comme Aznavour  se produire avec de nombreux chœurs et un big band derrière eux. C’est tout simplement merveilleux », s’exclame le chanteur. Pour ses 30 ans de scène, l’interprète de « Fiainana » s’est donc mis à rêver. « Je me suis dit, pourquoi pas moi ? ». Il a expliqué son concept à « Gasy events » qui a été séduit et s’est associé à l’évènement. Rija a alors commencé à réunir les gens autour de son projet. « J’ai fait mes débuts dans une chorale. Et même quand j’ai commencé à devenir un chanteur de variétés, je n’ai jamais rompu le contact avec les chorales avec lesquelles je collabore très souvent. Pour cet évènement, il m’est donc venu l’idée de  les réunir toutes, autour de cette grande manifestation ».

Magique. Le 6 mai, le public découvrira donc Rija Ramanantoanina sous un autre angle. Plus connu sous ses airs jazzy, le chanteur, cette fois, se dévoilera sous une nouvelle casquette et avec un autre genre que son public ne lui connaissait pas vraiment. Ces compositions vont effectivement prendre des airs plus classiques. Pour coordonner l’évènement et pour que rien ne soit laissé au hasard, Rija a d’ailleurs fait appel à une équipe de musiciens : Samy Andriamanoro et Seta Ramaroson pour diriger la section cuivre, Andry Mika pour cadrer les musiciens à cordes. Lui, il se retrouve à la tête des chœurs. « Tout ce beau petit monde a commencé à travailler et à répéter, chacun dans son coin, il y a deux mois. Nous avons commencé à répéter ensemble il y a deux mois. Les premières impressions et les premiers essais sont géniaux. Ce sera encore meilleur le jour J », souligne Rija qui est déjà sur son petit nuage. Pour le chanteur, le rêve est effectivement à moitié réalisé.

Mahetsaka

News Mada6 partages

Guide du week end

Du roots avec Mafonja au Le Terrace Antanimena

La soirée à ne pas rater de la semaine se tiendra, ce soir, au Le Terrace Villa Pradon Antanimena. Le groupe Mafonja animera les lieux. Etant un artiste engagé, Mafonja emmènera son public dans son univers de roots en interprétant ses morceaux incontournables, tel «Gasikara» ou encore le fameux «Drako»… De nouvelles compositions seront aussi dévoilées durant la soirée.

Du vakodrazana avec Remby à l’Is’art

Pour ce soir, Is’art galerie à Tsiadana propose une soirée folklorique avec le groupe Remby. En stand by depuis plusieurs années, le groupe lance son grand retour, ce soir. Le vakodrazana, qui adopte un mélange de chant et de danse acrobatique, sera donc au rendez-vous. Par ailleurs, Remby a songé à moderniser quelques points pour se différencier des autres groupes de vakodrazana.

Din Rotsaka au Glacier

Comme à l’accoutumée, la soirée s’annonce chaude, ce soir, au Le Glacier Analakely. Le groupe de Din Rotsaka est à l’affiche. Du rythme, de la danse, du salegy… l’artiste mettra tous ses atouts pour satisfaire ses fans de la capitale. Ainsi, le répertoire sera composé des titres tels que «Ravoravo» ou encore «Kakalahy».

Smaven et Joudas, ensemble pour une cause humanitaire

Les deux jeunes artistes Smaven et Joudas se produiront, ce soir, au Jao’s Pub Ambohipo, pour un cabaret humanitaire au profit d’un de leurs amis, dénommé Juve, qui est actuellement gravement malade. En partageant la scène ensemble, ils promettent d’enflammer la salle avec des tubes, tels que «Mafana» de Smaven ou encore «Aleo izy handeha» de Joudas.

 Mage 4 au palais des Sports

Un après-midi dominical teinté de soft rock, c’est ce que le groupe Mage 4 réserve au public du palais des Sports et de la culture Mahamasina pour clôturer ses 25 ans de scène. Attendue de pied ferme par ses inconditionnels admirateurs, la formation va reprendre ses plus grandes succès, pour ne citer que «Taratasy farany»,  «Aza hitserana» ou encore.  «Valin’ny ditra». Sur scène, la bande sera composée de Beback à la batterie, Elysé au clavier, Gégé aux riffs, Titan, Lita et Davids aux guitares solos, Tins à la guitare basse et le dernier et non le moindre, Ken, au micro.

Recueillis par Holy Danielle

Midi Madagasikara6 partages

Extension du Port de Toamasina : Un atelier pour réduire les risques de corruption

Le Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) a organisé hier un atelier de sensibilisation et de mobilisation au profit du staff élargi du Ministère des Transports et de la Météorologie. Un atelier qui a pour objectif global de contribuer à prévenir les risques de corruption liés à l’octroi de marchés publics dans le cadre du projet d’extension du Port de Toamasina. La séance vise également l’implication davantage des membres du staff élargi dudit Ministère sur les enjeux de la lutte contre la corruption dans la gestion de ce projet, les  informer sur le cadre de la collaboration avec le JICA ; sensibiliser sur la mise en place future de la Cellule Anti-Corruption (CAC) ; renforcer les connaissances des membres du staff sur la lutte contre la corruption et les approches y afférentes ; établir une ébauche de cartographie de risques de corruption dans le processus de passation des marchés publics  et informer les participants sur le dispositif d’alerte spécifique : comité de Veille Informationnelle (CVI) au niveau des acteurs impliqués dans la gestion du projet. Cette initiative a été initiée par l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) qui est le principal bailleur du projet d’extension du Port de Toamasina. Elle cherche surtout à réduire les risques de corruption en matière de passation de marchés. Ainsi, la collaboration entre la JICA et le PNUD dans le domaine de la formation, de la sensibilisation et de la mobilisation à l’attention du Ministère des Finances et du Budget (MFB) et celui des Transports et de la Météorologie (MTM) ainsi que les membres du staff de la SPAT à Toamasina contribue à la mise en œuvre du projet Institutions Démocratiques Intègres, Représentatives et Crédibles (IDIRC) – financé par le Fonds pour la Consolidation de la Paix (PBF)- dont l’objectif est de renforcer la confiance des citoyens envers les institutions publiques à travers un appui aux institutions de lutte contre la corruption et de redevabilité.

Davis R

Midi Madagasikara6 partages

Anjara Rakotozafiarison : jazzman fougueux avec du rock dans le sang

Anjara Rakotozafiarison, guitariste à suivre de près.

Virtuose ? Il ne le pense pas en être un, pourtant, il a gagné la première édition du concours de la « Grande Ile guitare talent ». Lui c’est Anjara Rakotozafiarison, un jeune homme plein de fougue qui a la chance de vivre  de sa passion.

Il y a un mois, Anjara Rakotozafiarison n’en revenait pas. Il a ramené chez lui la guitare « Stratocaster » signature Jimi Hendrix, le gros lot du concours « Grande Ile guitare talent ». Un concours qui a permis la découverte de talents cachés qui pourraient cependant avoir un bel avenir dans la musique.  Pourtant, il y a cinq ans de cela, il n’osait pas dire qu’il comptait faire de la musique son gagne-pain.

Dernier d’une fratrie de onze enfants, Anjara Rakotozafiarison  a la musique dans le sang. Bien que la plupart de ses frères jouent de  la guitare, il suit les pas de Joro Rakotozafiarison en choisissant de faire carrière dans la musique. En son genre, son cœur balançait entre le jazz et le rock mais son intégration dans l’Aft jazz, et le jeu de son frère ont finalement teinté sur lui. Anjara a alors fait ses premiers pas sur la scène du Jazz@tohatohabato en 2016 puis au festival Madajazzcar avec diverses formations. Repéré par Désiré Razafindrazaka, le directeur du festival, il devient alors le guitariste d’Andy Razafindrazaka quartet.

Lutte. Si la guitare coulait de source, Anjara a lutté avant de se consacrer à sa passion. «  Comme tous mes frères gratouillaient la guitare, moi j’ai commencé avec un harmonica diatonique. Peu de temps après, j’en avais eu marre et finalement j’ai commencé avec la vieille guitare de mon père.  Contrairement à mes aînés, je ne savais pas en  jouer. Comme je n’avais aucune notion, j’ai tâché d’arriver à  jouer par cœur un morceau. En usant de tous  mes sens j’y suis quand même arrivé, tant bien que mal » racontait-il.

Ce n’est que bien plus tard que sa passion s’est réveillée. « Je me souviens bien lors d’un spectacle de Hyphen, j’ai vu Deba et Andry Ramamonjisoa donner le ton, avec leur guitare en main, j’étais subjugué par toute cette virtuosité, leur musique m’a tout simplement touché, j’étais devenu un fan depuis ces instants. Il y a eu ce déclic et j’ai tout simplement pris la décision de devenir guitariste. Mais comment y arriver, telle était la grande question ! ». En prenant exemple sur les superstars, comme tout adolescent en quête d’identité, il a trouvé en Slash de « Guns N’Roses » le guitariste idéal. En voulant copier cette légende, son passage à l’âge adulte l’a aidé à sortir de cette image pour peaufiner son jeu et trouver sa voie sur sa lancée. Anjara Rakotozafiarison a alors élargi ses horizons en se laissant influencer par  Joël Rabesolo, Benkheli Ratri, Jimmy Hendrix, Pat Metheny, Nick Johnston…

« Avant de prendre la décision de faire de la musique, il m’a fallu bien réfléchir et vaincre cette peur constante de ne pas pouvoir y arriver. Mais c’est là que la vie m’a appris que peu  importe le métier qu’on choisit, le meilleur moyen de réussir est d’y mettre du sien. Investir du temps, faire preuve de patience, persévérer… tôt ou tard, les investissements paient.  D’autant plus que pour moi la réussite n’est pas seulement de gagner de l’argent mais surtout d’inspirer les gens à mon tour. Comme ces nombreux musiciens que j’admire et qui m’ont insufflé cette passion » relate-t-il.

le lauréat du concours « Grande Ile guitare talent ».

Deux styles. Depuis qu’il a découvert le rock progressif, il a tout simplement été enchanté de combiner les deux styles. Une révolution de sa vision sur la musique. Il casse alors le cliché de jazzman bien sage ou le rockeur déjanté, souvent marginalisé, car lui, il était les deux à la fois. Son style devient alors sa signature, d’autant plus que ses goûts musicaux s’élargissent, le musicien met de la couleur, en prenant un peu d’électro en s’inspirant des Dj tels que  Martin Garrix… dans une certaine mesure. Son projet, visiter  des collèges, pour implanter chez les adolescents cette graine qui pourrait croître et leur permettre de réaliser leurs rêves, et devenir ainsi une inspiration pour les autres à son tour. Prochainement, le jeune homme sillonnera la Grande Ile avec Edgard Ravahatra et Marc Demelemester alias Rocky.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara4 partages

Ambatofinandrahana : Mitombo isa ireo marary matin’ny tazomoka mahery

Rehefa nandravarava nandritra ny taona maro ny dahalo mitam-basy any amin’ny Distrikan’ Ambatofinandrahana, Faritra Amoron’i Mania, dia mampandamaka ny mponina ihany koa ankehitriny ny aretina tazomoka mahery, ka anisan’ny tena lasibatra amin’izany, ary ahitana sy ahenoana olona maty betsaka ny ao amin’ny Kaominina ambanivohitr’i Fenoarivo, Ambondromisotra ary Talata Vohimena. Raha ny fanazavana azo, dia feno marary avokoa ireo tobim-pahasalamana, ka tsy maharaka ny fitsaboana intsony ny mpitsabo, ary misy amin’ireto farany ihany koa marary noho ny havizanana, satria tsy latsaky ny 50 isa isanandro ny olona tsaboin’ny dokotera iray. Vokatr’izany, feno hipoka marary ny efitrano, ka misy amin’ireo marary tsaboina no matory ivelan’ny hopitaly. Noho ny halaviran-toerana misy ihany koa, dia maro amin’ireo marary mamonjy toeram-pitsaboana no maty an-dalana, hoy ny tati-baovao voaray.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara4 partages

11es Jeux de la CJSOI : La cérémonie d’ouverture ce soir

Le village des Jeux Haramous.

Le coup d’envoi de cette édition 2018 des Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports sera donné cet après-midi, au Stade Gouled.

850 jeunes âgés de 14 à 17 ans de la région Océan Indien sont réunis à Djibouti à l’occasion des 11es Jeux de la CJSOI. Les sept pays membres sont tous présents, Madagascar, La Réunion, Comores, Maurice, Mayotte, Seychelles et Djibouti. Une première victoire pour le comité d’organisation d’avoir réuni la grande famille de la jeunesse francophone de l’Océan Indien.

Un défi. Dans toute l’histoire des Jeux de la CJSOI, c’est la première fois que Djibouti accueille l’évènement après l’édition ratée de 2014. Un défi lancé par le chef d’Etat, Ismaïl Omar Guelleh de réunir les jeunes de la zone indianocéanie. « En tant que président en exercice de la CJSOI, je félicite les efforts fournis par la République de Djibouti dans l’organisation » a indiqué le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa à son arrivée à l’aéroport de Djibouti, mercredi. Lors de la cérémonie d’ouverture au Stade Gouled à partir de 18 heures, 30 Malgaches de Djibouti assureront le spectacle quant à la présentation des pays participants.

Village des Jeux. Dans le souci de préserver la devise de la CJSOI, la fraternité, l’amitié et le fair-play, toute la délégation est logée au village des jeux à Haramous. Avant le début des jeux, les experts se sont réunis mardi et mercredi pour parler du déroulement de l’évènement. Comme à chaque édition, la réunion des ministres de la CJSOI se tiendra ce matin en prélude de l’ouverture, une réunion dirigée par le président de la CJSOI également ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa. Cette réunion penchera sur la tenue des prochains jeux en 2021 ainsi que le changement de programme quant à la formule de la compétition. A partir de 2021, les jeux seront organisés tous les quatre ans au lieu de deux ans actuellement, mais, surtout le renouvellement des membres du bureau de la CJSOI. Comme annoncé dans nos précédentes éditions, Madagascar est engagé dans cinq disciplines à savoir l’athlétisme, le tennis de table, le handball filles, le football garçons et la pétanque. Dans le volet jeunesse, les activités culturelles débuteront à partir de dimanche 22 avril avec la danse traditionnelle et le théâtre. L’assemblée des jeunes se tiendra le 26 avril. « Toutes les activités sont organisées au Palais du peuple. Nous entamons depuis hier la dernière ligne droite de la préparation. Cette année, l’environnement sera au cœur du débat, une préoccupation de tous les pays de la région » a fait savoir, Nathalie Rakotovololona, encadreur.

T.H

Football

Poule A

Maurice, La Réunion, Comores et Mayotte.

Poule B                  

Madagascar, Djibouti et Seychelles

Handball

Poule A

Mayotte, Seychelles et Madagascar.

Poule B

La Réunion, Maurice et Djibouti.

News Mada2 partages

Fehinkevitry ny atrikasa K 3F : « mila havaozina ny rafi-panjakana sy ny fitantanana »

 Hanao ahoana ny ho tohin’ny toe-draharaham-pirenena amin’izao? Mila havaozina ny rafi-panjakana sy ny fitantanana, raha ny fihenkevitra tamin’ny atrikasan’ny K 3F.

 « Very hasina sy tsy mahatanteraka andraikitra ireo rafitra natao hampihatra ny fahamarinana. Noho izany, takina ny fahafantarana ny marina eto amin’ny firenena, hapetraka ny rafitra sy ny rindran-damina hahatonga ny fahamarinana ho soatoavin’ny rehetra. »

Fehinkevitry ny atrikasa « Fanarenam-pirenena tena izy », nokarakarain’ny Komitin’ny fahamarinana sy ny fandriampahalamena ary ny fiadanana (K 3F), tany Fianarantsoa, ny 17 sy 18 avrily, io. Ao anatin’izay rafitra sy lamina izay, ohatra, ny fitsarana madio, ny fananan-tany miaro ny zon’ny tompon-tany, fanavaozana ireo lalàna manandevo…

Andraikitry ny fanjakana feno sy tanteraka ny miaro ny olona sy ny fananany. Mba hampijoroana ny fandriampahalemana, hatsaraina amin’ny alalan’ny lalàna ireo rafitra sy fandraisana andraikitra miainga avy any ifotony, ary hankatoavina ara-panjakana ny dinam-pokonolona. Ampiana sy tsinjaraina ara-drariny ireo enti-manana izany. Hatsangana ny rafitra mahaleo tena ivondronan’ny olon-kendry sy ny olo-marina.

 Hajoro isam-paritra ny K 3F

Mba tsy hahavery maina ny ezaka efa natomboka: adidin’ny rehetra ny fanaovan’ny mpizaika tatitra any amin’ny vahoaka mba hahazoany mandray andraikitra. Eo koa ny fananganana ny rafitra K 3F isam-paritra sy isan-tsehatra. Hanatanterahana ny fehinkevitry ny atrikasa izany. Tandrovina ny  K 3F ho sehatra ivondronana sy ifanakalozan-kevitra, araka ny soatoavina malagasy.

Niharihary ny firaisankina tamin’iny atrikasa tany Fianarantsoa iny, ary nisy fanamafisana hatrany ny fiombonana sy ny fandrindrana mba hanatanterahana ireo ny dingana mbola miandry amin’ny fanarenam-pirenena tena izy.

Efa miaina ao anaty krizy lalina ny firenena ankehitriny. Koa tsy azo ihodivirana ny fifampidinihan’ny samy Malagasy. Mba hahazoana mametraka fototra hiarahan’ny rehetra mientana sy manaiky amin’ny famolavolana lalàmpanorenana sy lalàm-pifidianana vaovao. « Aza mety ho resin’ny ratsy, fa reseo amin’ny soa ny ratsy. » (Rom 12: 21).

Fehinkevitra toy izay efa nisy sy vita hatramin’izay? Raharaha izay fomba hanatanterahana azy…

R. Nd.

Midi Madagasikara2 partages

« Vendredi joli »

# Remby à l’Is’Art Ampasanimalo

Du « Vakodrazana » à l’Is’Art Galerie ! Le groupe Remby entraînera les habitués des lieux dans cette atmosphère aux rythmes de la musique du terroir. Composé de plusieurs musiciens et danseurs, le groupe transportera le public dans les « vibes » de la musique traditionnelle, avec les titres comme « Be tsy misaraka ». Une découverte pour certains et redécouverte pour d’autres, ce qui est sûr, c’est de passer un bon moment culturel au gré des sons de la musique des Hauts-Plateaux.

# Din Rotsaka au Glacier Analakely

Du « salegy », et du bon, résonnera au Glacier Analakely ce soir. Avec Din Rotsaka à l’affiche, la soirée promet d’être chaude. Le metteur d’ambiance, fidèle à son image, reprendra sûrement ses morceaux comme « Ravoravo »,  « Maman’i Dolorès » ou encore « Safia ». La destination idéale pour les amateurs de musique tropicale à ne pas rater.

#  « Smaven » et « Joudas » au Jao’s Pub Ambohipo

Ambiance « mafana » au Jao’s Pub ! « Smaven » et « Joudas » entrent dans la place pour ramener ce petit bout de SAVA. Ces deux talents en pleine ascension feront vibrer la tanière du roi du « salegy » avec cette musique urbaine qui fait fureur actuellement.  On peut compter sur les titres entraînants comme « Mafana » et « Mihetsiketsika ». Un « feeling » qui mettra sûrement les noctambules en quête de soirées endiablées  dans une euphorie sans borne.

# Mafonja au « Le terrace » Antanimena

Mafonja promet une soirée de découverte et de redécouverte à travers son engagement lyrique et musical. L’intimité et l’échange entre l’artiste et le public seront  à leur  comble lors de cette prestation qui vous est proposée et grâce aussi à l’atmosphère qui se dégage au « Le Terrace » Antanimena. Troquant le style « boy’s band » contre du « ragga » et du « roots », le musicien acquiert une maturité artistique avec un duo piano / voix qui l’a emmené à faire équipe avec Silo. En attendant un autre album, place à la musique et à la bonne ambiance.

# Rolly et Mireille au Trass Tsiadana

Rolly comme Mireille sont connus dans le milieu de l’interprétation. Si le chanteur a fait ses armes aux côtés des grosses pointures telles que Lilie et Mahery, la chanteuse nous vient de loin. Ce soir, les deux voix se rejoignent au Trass Tsiadana avec Mika au clavier. Encore plus d’épice pour pimenter la soirée de retrouvailles entre artistes.

Zo Toniaina

News Mada1 partages

Syndicat des artistes : le ton monte

Plusieurs artistes se sont réunis, hier, au Kianjan’ny Kanto Mahamasina, pour manifester leur mécontentement envers le gouvernement. «Nous ne sommes pas d’accord du fait que l’Office malgache du cinéma (Omaci) empoche les droits d’auteur. Cette décision est inadmissible»,  a annoncé Princio. Selon les artistes, l’Omaci prendrait une recette qui devrait être versée uniquement à l’Office malgache des droits d’auteur (Omda).

Un deuxième sujet a été à l’ordre du jour concernant les annulations répétitives des concerts des artistes. Un petit rappel, la tournée de Rossy qui aurait dû se tenir l’année dernière à Soanierano Ivongo a été annulée au dernier moment. Ensuite, le grand concert, le 1er mai prochain, au Coliseum d’Antsonjombe, est aussi supprimé. «Et pourtant, tous les papiers d’autorisation sont déjà signés et accordés  par les responsables», a expliqué Rossy.

Divers syndicats étaient présents, hier, pour démontrer la solidarité des artistes sur ces décisions qui nuisent aux revenus des artistes. «A part les chanteurs et les organisateurs évènementiels, divers autres métiers sont également pénalisés avec l’annulation des concerts, entre autres, les techniciens de son…», a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

Madaplus.info0 partages

JIRAMA : Les coupures de l’électricité sont dues à la vétusté des équipements

Depuis quelque temps les coupures de l’électricité de la JIRAMA à Antananarivo sont devenues très fréquentes et pénalisent la population de la capitale et ces environs.
Pas plus tard que dimanche dernier, un blackout, une coupure générale, est survenu dans la ville d’Antananarivo et ses environs jusqu’à Antsirabe. Pendant plus de 45 minutes, la population a dû se passer de l’électricité, vers 19 h qui plus est. Les ruelles d’Antananarivo plus une coupure d’électricité le soir: le duo de choc pour faire régner l’insécurité. La JIRAMA a apporté une explication selon laquelle, la société est en train de faire la rénovation des équipements qui engendre des coupures fréquentes. Le Blackout de dimanche s’explique par une panne d’une machine qui a engendré d’autres pannes.
Madaplus.info0 partages

Le gouvernement lance un ultimatum aux opérateurs économiques qui laisse leur container au port de Toama...

L’extension du port de Toamasina fait grand bruit dans les Medias. Cette extension sera financée par les Japonais et le gouvernement malgache. La pose de la première pierre pour cette extension se fera la semaine prochaine.
Ainsi, une descente a été effectuée par le gouvernement dirigé par le premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana. Il a expliqué qu’on est en train d’assainir le port et d’accélérer le mouvement des containers qui partent et qui arrivent. Mais il y a plus de 2000 containers qui sont laissés par les opérateurs économiques alors que ces derniers sont déjà dédouanés. Le premier Ministre de dire que le port n’est pas un dépôt et ces containers ralentissent le processus de sortie et d’entrée des autres containers. De ce fait, le gouvernement lance un ultimatum à ces operateurs sinon les produits dans les produits qui se trouvent dans ces containers seront détruits ou vendus aux enchères.
News Mada0 partages

Ketsa amin’ny milina : andrana voalohany nahazoam-bokatra 7,3 t/ha

Nahitam-pahombiazana ny andrana voalohany momba ny fanatsarana ny voly vary nataon’ny minisiteran’ny Fambolena sy ny fiompiana, amin’ny alalan’ny fiaraha-miasan’ny Formaprod, Fofifa ary ny orinasa 4F. Distrikan’Anjozorobe nanaovana ny andrana, nampahafantarina omaly, haparitaka manerana ny Nosy.

Ampiharina amin’izao fanamby ho fampitomboana ny voka-bary eto amin’ny Nosy izao ny teknika batatany sy fanaovana ketsa amin’ny milina. Ny faran’ny volana oktobra 2017, natomboka ny asa, herinandro fahatelo ny volana novambra, ny fanetsana, ary ny faran’ny volana marsa 2018 teo, ny fijinjana ny vokatra. Fahombiazana tanteraka no hita, nahazoana 7,3 t/ha, vokatra tsara indrindra any amin’iny faritra iny. Resy lahatra ny amin’ny hanohizana izany teknika izany ireo tantsaha any an-toerana.

Noho ny fikarohana nataon’ny teknisianina malagasy iray, Raharinaivo Juslain, ao amin’ny orinasa 4F ny fampiasana izao teknika vaovao nahazoana vokatra tsara izao. Nohatsaraina ny masomboly, 12 kg /ha ; tsy voatery mando be ny tany, 10 kg ny zezika natoraly ho an’ny taninketsa, ary 50 kg/ha ny zezika mineraly ho an’ny tanimbary, arahina fampiasana “milina mpanetsa”, mahavita 2 ha isan’andro. Hisy politika faritan’ny fanjakana ho fanampiana ny tantsaha amin’izany fampiasana milina izany. Fanampiana hahazoan’izy ireo fahaleovantena feno.

Mihena ny vola mivoaka

Vokatr’ireo rehetra ireo, mihena ny fotoana lany sy ny olona ampiasana rehefa manetsa. Raha ketsa amin’ny milina, olona telo ihany ho an’ny tanimbary 2 ha ; olona 35 kosa ho an’ny tanimbary 1 ha amin’ny fomba mahazatra. Koa voavaha tanteraka ny olana amin’ny fampiasana olona maro.  Mihena, araka izany koa, ny vola mivoaka amin’ny mpamboly.

Mifameno amin’ny fomba fanavaozana ny fambolem-bary (SRI) izao teknika batatany sy ketsa amin’ny milina izao. Fanamby hoentin’ny minisiteran’ny Fambolena sy ny fiompiana hampitomboana ny vokatra eto an-toerana ity teknika ity, hahavitan-tena amin’ny vary mialoha ny taona 2020. Tsiahivina fa manodidina 2,5 t /ha monja ny vokatra eto an-toerana, tsy ahitana fiovana firy, nefa tsy mitsaha-mitombo ny vary hafarana, 250.000 hatramin’ny 500.000 t nandritra ny 10 taona.

R.Mathieu

News Mada0 partages

“Fepa 2018” : fanomezan-danja ny fiompiana

Hatao ny 3-6 mey ho avy izao ny “Tsenaben’ny fiompiana sy ny vokatra azo avy aminy”, Fepa 2018, andiany faha-10. Eny amin’ny Foibe By-Pass Alasora ny hanatanterahana azy, ahitana mpandray anjara miisa 88 amina tranoheva 162. Mikarakara azy ny fikambanana Malagasy matihanina amin’ny fiompiana (MPE).

Ho hita mandritra ireo fotoana ireo ny varotra fampirantiana, fifanakalozana eo amin’ny samy mpandraharaha samihafa (mpiompy, mpiantoka, mpamatsy na mpampindram-bola, …), famelabelaran-kevitra arahina adihevitra ary fisakafoana sy fialamboly.

Ho hita mandritra ny “Fepa 2018” avokoa ny karazana fiompiana misy eto amintsika, toy ny omby, ny kisoa, ny osy sy ny ondry, ny akoho amam-borona, ny trondro, ny tantely, ny landy, sns. Eo koa ny fitaovana sy ny kojakoja ilaina amin’ny fiompiana, na ny fanodinana azy, ny fambolena mifandraika amin’ny fiompiana, ny taozavatra vita amin’ny biby fiompy, sns.

Hasongadina ny bitro

Manome lanja seha-pihariana iray isaky ny hetsika ny MPE, ka ny lalam-pihariana bitro ny hasongadina manokana amin’ity andiany ity. Hisy mpandray anjara avy any Bongolava  hampiseho karazam-bitro hafa tsy toy ny fahita.

Tanjona ny hampiroboroboana ny sehatry ny fiompiana sy ny fanapariahana ity sehatra ity. Eo koa ny fampihaonana sy fampifandraisana mivantana ny matihanina amin’ny fiompiana sy ny seha-pihariana mifandraika aminy. Hampirisihina rahateo ny mpitsidika sy ny Malagasy hisehatra amin’ny fiompiana sy hanjifa ny vokatra azo avy aminy. Mifanandrify amin’izany ny lohahevitra noraisina hoe : “ny fiompiana loharanom-bola haingana sy maharitra”.

Homen’ny mpikarakara MPE vahana manokana ny mpianatra sy ny tanora mandritra ireo fotoana ireo, tsy mandoa vidim-pidirana, mba hahalalan’izy ireo bebe kokoa ity sehatra ity sy hanomanany ny hoaviny.

Njaka A.

News Mada0 partages

Fambolena sy fiompiana : tohanan’ny FAO amin’ny CPP i Madagasikara

Vita sonia, omaly, tao amin’ny Carlton, ny fifanarahana eo amin’ny FAO sy ny governemanta momba ny tetikasa atao eto amin’ny firenena na ny CPP (Cadre de programmation pays), andiany faharoa, 2018-2021. Nanao sonia izany ny solontenan’ny FAO eto amintsika, Patrice Talla Takoumkam, sy Randriarimanana Harison, minisitry ny Fambolena sy ny fiompiana. Faritana fa laharam-pahamehana amin’io CPP io ny fanatsarana ny voly hahitam-bokatra tsara, hahampy ny sakafo sy tsara kalitao ; fikarakarana ny tontolo ambanivohitra manoloana ny fiovan’ny toetr’andro ; ary ny fitantanana maharitra ny harena voajanahary.

Asan’ny minisitera tsy latsaky ny 10 ny mifameno amin’izao CCP izao, toy ny Fiarovana ny tontolo iainana, hatramin’ny minisiteran’ny Fanabeazana. Nanao ny tombanezaka ny CCP andiany voalohany, 2014-2017, ny FAO ary izao tohizana izao. Toekarena eto Madagasikara, miankina betsaka amin’ny tontolo any ambanivohitra, ahitana mponina maro anisa, mbola ao anatin’ny fahantrana. Koa, tanjona ny hahasompitra an’i Madagasikara aty amin’ny ranomasimbe Indianina amin’ny taona 2030.

Maro ny asa miandry, mitentina 60 tapitrisa dolara, iarahan’ny fanjakana sy ny sehatra tsy miankina, mpamatsy vola, ONG, sns). Tetikasa telo, ohatra, hatao sonia tsy ho ela : momba ny fambolena sy fiompiana, ady atao amin’ireo biby mpanimba voly (chenilles légionnaire), indrindra ny voly katsaka sy vary. Eto amintsika aloha izao, betsaka simban’izany biby izany ny voly katsaka ; fanarenana sy fiarovana ny ala; ary fanangonana antontanisa momba ny fambolena, izay tany amin’ny taona 2004 nanaovana izany farany. Ilaina ny fananana antontanisa azo antoka, hahazoana mamaritra tetikasa iray.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Tatitry ny depiote mpanohitra : ”hampiasa « gros bras » handrava ny hetsika ny mpitondra”

« Mahafantatra izahay amin’izao fotoana izao hoe misy depiote sy olona ao amin’ny fitondram-panjakana manao fandraisana « gros bras » any ambany tanàna rehetra any. Izay no hitenenana raha sanatria misy ny mandroba, mandoro fiara… Efa fantatray hoe iza ny manao an’izany, ary iza ny olona noraisina. »

Io ny fanazavan’ny mpitondra tenin’ireo depiote mpanohitra, Tim-Mapar-MMM-tsy miankina, Razafimanantsoa Hanitra, teny Andraharo, omaly, momba ny hanaovan’izy ireo tatitra momba ny fandaniana ny lalàm-pifidianana, manoloana ny lapan’ny Tanàna, Antananarivo Renivohitra, Analakely, rahampitso.

Horaisin-dry zareo  ho tomponandraikitra tanteraka amin’izay zava-kitranga ireo « gros bras » sy izay mampiasa azy. Hametraka fitoriana fanoherana izany ireo depiote, na fitoriana fiandry. Tsy misy ny eritreritra handroba na hanimba zavatra, fa adidy sy andraikitra ary zo tsy maintsy  hiantsorohan-dry zareo. Tatitra eo amin’ny tokotanin’ny lapan’ny Tanàna mifefy izany.

Tsy hoeken’ny vahoaka malagasy izay fifidianana eo…         

« Mampahafantatra ny fiombonambe iraisam-pirenena ny zava-misy izahay: mba tsy hionona fotsiny amin’ny fanomezam-bola amin’izay fifidianana tsy hoeken’ny vahoaka malagasy », hoy izy ny amin’ny fanetsehan-dry zareo ireo masoivoho. Eo ny masoivoho frantsay, amerikanina, Vondrona eoropeanina… Ireo no mpamatsy vola ny fifidianana.

Ampahafantarina azy ireo ny zava-misy teny amin’ny Antenimierampirenena, ny hetsika hatao rahampitso. Mibirioka any amin’ny tsy izy ny demokrasia eto Madagasikara. Potehina ny fahafahana fototra amin’izao fotoana izao. Atao tsinontsinona ny olom-boafidy. Préfet de Police, izay olom-boatendry, no mandrahona olom-boafidy. Tsy azo ekena amin’ny firenena tan-dalàna izany.

Mila hampiharina ny lalàna

 « Natao hampiharina ho an’ny rehetra ny lalàna. Misy lalàna koa manery ny depiote hanao tatitra, tamberin’andraikitra amin’ireo nifidy azy. Efa fanao izany, tsy mahagaga. Misy fomba maro azo anaovana azy », hoy ihany izy.

Tamin’ity indray mitoraka ity, hafa loatra fa nolanina tamin’ny kolikoly ny lalàm-pifidianana. Tsy mitondra any amin’ny filaminana koa ny ao anatiny. Tsy mitondra amina fifidianana azo antoka, mangarahara, tsy manilika na iza na iza…

Hanao ahoana izany ny raharaha? Ho hita eo…

R. Nd.

News Mada0 partages

Fanaovana tatitra : tsy hihemotra ireo depiote

Tsy  hiverin-dalana  intsony  sady  efa nahazo tohana amin’ireo masoivoho  vahiny. « Nampahafantarinay ireo masoivoho vahiny miasa  sy monina eto amintsika ny hanaovanay tatitra  amin’ny vahoakan ‘Antananarivo  etsy Analakely  ny asabotsy izao.  Tsy mihemotra  intsony io”, hoy ny depioten’ny boriborintany I, Razafimanantsoa Hanitra,  nitatitra ny fihaonany tamin’ny masoivoho Amerikanina sy ny  Vondrona  eoropeanina  ary koa ny Frantsay, omaly. Samy nanana solontena tamin’izany fihaonana  izany  avokoa  ny depiote avy amin’ny  Tim  sy ny Mapar  ary koa ny Malagasy miara-miainga sy ny  tsy  miankina. Mbola  nanamafy izy  ireo fa  tsy miova ary  tsy mihemotra ny tatitra rahampitso etsy Analakely.

Prefet  mandrahona hisambotra ireo  depiote

Ankoatra izany, anisan’ny tsy  levon’ny vavon’ireto depiote ireto ny fihetsiky ny tompon’andraikitra  sasany. “Mandrahona fisamborana anay olom-boafidy ny  prefet. Aiza ny  fanajana  ny tany  tan-dalàna. Tsy misy lalàna mandrara anay tsy hanao tatitra amin’ny  vahoaka…”, hoy ireto  depiote ireto.

Tsiahivina  fa anisan’ny fotokevitra  voizin’izy ireo amin’ny  hetsika  ny asabotsy izao ny  tsy fanekena intsony ny fandikan-dalàna na fanodinkodinana izany ahafahana mifikitra eo amin’ny fitondrana. Ny fanitsakitsahana ny lalàmpanorenana. Eo koa ny tsy fanekena intsony ny fijaliana sy ny tsy fitsinjovana ny besinimaro.  Ny tsy fanekena  ny kolikoly sy  ny fivarotana tanindrazana…

Synèse R. 

News Mada0 partages

Komity mpanomana – Solo Tsiala : “tsy nitsanga-menatra i Vohipeno “

Tontosa  soamantsara. “Navesatra tanteraka ny  nanomanana  iny fananganana ho  olon-tsambatra  an-dramose Botovasoa  Lucien, iny.  Nijery antsika izao tontolo izao. Mipetraka eo amin’ny tantaran’ny  fiangonana  izany.  Na izany aza anefa,  tsy nitsanga-menatra i Vohipeno sy  i Matitana ”, hoy ny eo anivon’ny komity mpanomana, Solo Tsiala. Anisan’ny tena nampahomby ny hetsika ny resaka fampitaovana ary nitondran’izy  mivady koa  ny anjara birikiny izany, mba hahatomombana  kokoa ny fikarakarana  rehetra. Analiny rahateo ireo mpino kristianina tonga niatrika iny fananganana ho olon-tsambatra ny zanak’i  Vohipeno  iny, ka  tsy maintsy nojerena avokoa ny fanomanana sy ny fikarakarana  izany,  indrindra ny lafiny fitaovana rehetra, araka ny nambarany. Nanampy izany  koa ny  fiaraha-mientan’ny tompon’andraikitra  rehetra.

Synèse R.

News Mada0 partages

Rapport des élus du 21 avril : la C.I mise au parfum

Les élus de l’opposition ont rencontré des responsables auprès de l’Ambassade de l’Union européenne, de France et des Etats Unis, hier. Les textes électoraux et le rendez-vous de samedi avec la population de la capitale ont été les principaux sujets abordés.

Un éclairage. C’est ce que les élus au sein de l’opposition, dont le Tim, le Mapar, le MMM ou encore des indépendants, ont tenu à faire à la rencontre de quelques représentants des partenaires techniques et financiers du pays, hier. « Pour qu’ils puissent être au courant de la situation au niveau de l’Assemblée nationale, de la tenue de la réunion de samedi mais aussi des dérives démocratiques du régime. Ils ont aussi partagé leurs inquiétudes », a plaidé hier Me Hanitra Razafimanantsoa pour expliquer leur motivation.

« Certes, la souveraineté impose que les représentants de la Communauté internationale ne s’immiscent pas dans nos affaires internes. Sauf qu’ils sont les principaux bailleurs des élections », ont ajouté les élus.

Craintes

Sur ce, ils ont pu faire part de leur appréhension par rapport aux textes électoraux, récemment adoptés dans un environnement chaotique par l’Assemblée nationale et le Sénat, mais aussi expliquer les tenants et les aboutissants de la rencontre de samedi avec la population de la capitale. « Cette manière du régime n’apportera pas de stabilité car il faut préciser que la population attend aujourd’hui une élection sans ni…ni.  C’est aussi le cas de la Communauté internationale. Nous avons fait cette démarche pour renforcer ce point de vue », a fait savoir Me Hanitra Razafimanantsoa, élue du 1er arrondissement et vice-présidente de l’Assemblée nationale.

En effet, l’un des effets immédiats de la loi relative à l’élection du président de la République ainsi que la loi relative au régime général des élections et des référendums, est la mise à l’écart de certains candidats potentiels aux présidentielles à venir. Sans oublier les divers méandres de ces textes qui bafouent le droit des électeurs ainsi que la liberté d’entreprendre, notamment pour les médias privés. C’est donc plus de précisions sur le fond de ces textes, qui continue d’alimenter les débats, que les députés sont venus apporter auprès des partenaires internationaux. « Le chargé d’affaires a entendu les préoccupations des parlementaires et a réitéré le plein soutien de l’Ambassade des Etats-Unis pour une élection présidentielle libre, équitable, inclusive et transparente », a par ailleurs posté l’ambassade américaine sur les réseaux sociaux.

Alerte

Dès l’année dernière, les représentants de la Communauté internationale avaient déjà alerté les responsables étatiques à ce propos. « Ce ne sont que les élections inclusives, transparentes et crédibles qui respectent les règles du jeu démocratique, qui se déroulent dans un climat pacifique et qui sont perçues comme légitimes, qui consolideront la démocratie et qui marqueront le retour à une démocratie normale – après les élections de sortie de crise en 2013 », avait indiqué l’ambassadeur de l’Union européenne, Antonio Benedito-Sanchez, lors d’un discours en novembre 2017. Quant à l’ancien ambassadeur des Etats-Unis, il avait milité pour des élections inclusives à chaque fois qu’il prenait la parole en public. « Je pense que ces élections sont les plus importantes que Madagascar n’ait jamais connu… et faire ce qui est bon pour le pays et pour le peuple. On voudrait s’assurer  que ces élections vont être ouvertes, libres, transparentes et inclusives. C’est ce que tout le monde veut et ce dont nous avons besoin. En contribuant au basket Fund, les Etats-Unis sont toujours prêts à appuyer la Ceni et à apporter son assistance électorale », avait-il soutenu en marge d’une rencontre avec le ministère des Affaires étrangères à Anosy, l’année dernière. Mais tout porte à croire que, notamment, par rapport aux textes électoraux actuels, ce ne sera pas le cas.

Par ailleurs, à l’issue de la rencontre d’hier, la coalition des députés a insisté sur la tenue de la rencontre avec la population de la capitale, ce 21 avril. Et ce, en dépit des menaces d’arrestation scandées par le préfet lors de la rencontre avec la presse récemment. « Nous allons faire notre rapport d’activités dans le calme et dans un endroit clôturé », a répliqué Me Hanitra  Razafimanantsoa. Cette dernière n’a d’ailleurs pas manqué d’égratigner les dérives démocratiques du régime à travers  un préfet, représentant de l’Etat, qui ose intimer des élus.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Basikety – lalao fihantsiana : tonga halina ny ekipan’ny “Les Armées de Nevada” avy any Rosia

 Hifantoka etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, avokoa ny sain’ny mpitia fanatanjahantena rehetra, amin’ity zoma ity. Hotanterahina eny mantsy ny lalao fihantsiana eo amin’ny “All Star du Président” sy ny Les Armées de Nevada -n’i Rosia.

Hotanterahina, anio etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, ny lalao fihantsiana hikatrohan’ny ekipa voafantin’ny “Amboaran’ny filoha” na ny All Star du Président sy ny miaramilan’i Rosia “Les armées de la Nevada”, avy any St Petersbourg. Tonga halina, ry zareo Rosianina. Nambaran’izy ireo fa tsy hitsangantsangana izy ireo fa tena hilalao toy ny efa nataony, tamin’ireo fifaninanana isan-tokony.

Raha tsiahivina, saika nivoaka ho mpandresy hatrany ity ekipan’ny “Les armées de la Nevada”,  ity tamin’ireo “tournoi” malaza natrehiny. Anisan’ireny, ny tao amin’ny “ligue superieure de St Petersbourg”, ligy mafy indrindra any Rosia. Toy izany koa ny fandraisana anjara voalohan’ity ekipa miaramila rosianina ity, amin’ny “tournoi IABL” na ny «ligue internationale amatrice de Basket-ball». Fihaonana hivondronan’ireo firenena hafa toa an’i Lituanie, Lettonie, Estonie, Soeda, Polonina, Alemaina, Okraina, Bielorosia, ary i Rosia. Ankoatra ny basikety lalaovina olona dimy, mandray anjara amin’ny fifaninanana basikety 3×3 koa ry zareo saingy Ska Basket, ny anarana entin’izy ireo. “Andraikitra goavana hiantsorohan’ny mpilalao tsirairay ny fihaonana hataonay, eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena ary voninahitra lehibe izany, na dia lalao firahalahiana aza, no atao. Vonona ary tapa-kevitra ny handresy izahay”, hoy ny kapitenin’ny ekipa.

Tsiahivina fa manomboka amin’ny 6 ora 30 hariva io fihaonana io. Mialoha izay kosa hisy ny “super coupe du président”, hikatrohan’ny MB2 All sy ny SBBC, eo amin’ny sokajy vehivavy.

Torcelin

News Mada0 partages

Tenisy sokajy 3 : resy fanintelony ry Manuela

Mitohy ny tsy fahombiazana, ho an’ny mpilalao malagasy, eo amin’ny fiadiana ny “Fed cup”, taranja tenisy sokajy vehivavy, iraisan’i Afrika sy i Eoropa, sokajy fahatelo. Resy fanintelony indray ny Malagasy, omaly alakamisy. Lavon’i Tonizia mpampiantrano indray i Madagasikara. Samy tsy nisy tafavoaka ireo solontena Malagasy, teo amin’ny lalao ho an’olon-tokana. Teo amin’ny fihaonana voalohany, niala an-daharana, teo amin’ny seta voalohany, Robinson Manuela, rehefa nisaraka, tamin’ny “jeu” 2 no ho 2, tamin’i Bechri Chiraz. Mbola vao 25 mn monja ny lalaon’izy mirahavavy. Tsy fantatra aloha ny antony fialan’i Manuela, tsy nanohy ny lalao, tamin’izany.

Teo amin’ny lalao faharoa, niondrika teo anatrehan’i Jabeur Ons, i Tsantaniony Iariniaina. Nisaraka, tamin’ny seta 2 no ho 0 (6/0 ; 6/2). Tsy niady mihitsy ny fihaonan’izy mirahavavy satria toy ny nanao fanazarantena fotsiny, i Jabeur Ons. Porofon’izany, tsy naharitra afa-tsy 40 mn, ny faharetan’ny fihaonana, teo amin’izy ireo.

Hitohy anio, ny lalao ka hifandona amin’i Alzeria ny Malagasy. Fihaonana, mamarana ihany koa ny fifanintsanana ao amin’ny vondrona, misy an’i Madagasikara.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

« Lire en fête » : homem-boninahitra ireo andrarezin’ny literatiora malagasy

Manatontosa hetsika mikasika ny vaky boky, miompana amin’ny lohahevitra hoe « Lire en fête », ny sampana « médiathèque » ao amin’ny Alliance française (AFT) etsy Andavamamba. Tafiditra indrindra ao anatin’ny fanamarihana ny Andro eran-tany ho an’ny boky sy ny zon’ny mpanoratra izy ity. Azo lazaina ho misongadina ary inoana fa hahaliana ny maro, ao anatin’ny fandaharam-potoana ny fampirantiana, ny 24 hatramin’ny 27 avrily.

Homem-boninahitra ao anatin’ity fampirantiana ity ireo andrarezin’ny literatiora malagasy, ireo antsoina amin’ny teny frantsay hoe « Les classiques de la littérature malgache », izay lohahevitra noraisina. Miisa 12 ireo mpanoratra ireo ka iray ihany ny vehivavy, Clarisse Ratsifandriamanana. Andry Andraina, Dox, Rado, Randja Zanamihoatra, Samuel Ratany, Siméon Rajaona, Jean-Joseph Rabearivelo, E.D Andriamalala, Jacques Rabemananjara, Jean Narivony ary Ny Avana Ramanantoanina kosa ny lehilahy.

Hampahafantarina na hampahatsiahivina indray ny tantaram-piainan’izy ireo, ny lalana nodiavin’ny tsirairay teo amin’ny tontolon’ny asa soratra. Tsy Hadinoina ny fanehoana ny sombiny amin’ny asa sorana. Hiara-dalana amin’izany ny fandefasana ny horonam-peo mirakitra ny fiantsana ny santionany amin’ny asa soratry ny tsirairay.

Ankoatra ity fampirantiana miavaka ity, marobe ireo hetsika ao anatin’ny “Lire en fête”, etsy amin’ny AFT. Anisan’izany, ohatra, ny fifaninanana manoratra, izay ho fantatra bebe kokoa amin’ny fanokafana ny hetsika, ny talata hariva izao.

Landy R.

News Mada0 partages

Sendikan’ny mpanakanto : « voahelingelina ny asan’ny mpanakanto »

Misesisesy ny fanafoanana ny fampisehoana an-tsehatra. Misy « Décret » any ho any, mahakitika ny zon’ny mpamorona… Manomboka misy fiantraikany any amin’ny zavakanto sy ny tontolony izany. Nanao fanambarana ny Sendikan’ny mpanakanto.

 Nofoanana ny fampisehoana tany Mahajanga, Soavinandriana, sns… « Zava-baovao aminay ny tranga tahaka izany. Voahelingelina tsy misy toy izany ny asa fiharianay. Kanefa mamelona olona anjatony maro io asa io. Avelao izahay hiasa ! »,  hoy i Rossy. Nohamafisiny hatrany fa tsy ny mpanakanto ihany no mivelona amina fampisehoana iray fa ao ny mpivarotra,  ny mpitandro filaminana, ny mpitendry zavamaneno, ny mpandihy, sns. Nanteriny ihany koa fa nandalo ny vanim-potoan’ny pesta sy ny rivodoza ny firenena. Vokatr’ireo, tsy afaka nanao fampisehoana an-tsehatra ny mpanakanto. Ankehitriny anefa, tojo sakantsakana indray. « Toherinay sy tsy azo ekena intsony ny fanafoanana sy fandravana fampisehoana tsy amin’antony. Aleo ny artista hanao ny asany. Tsy mandà ny hiresaka izahay », hoy hatrany i Rossy, filohan’ny Sendikan’ny mpanakanto.

Antony faharoa niantsoan’ny Sendikan’ny artista ny mpanao gazety ihany koa ny fahitan’izy ireo ilay « Décret » na didim-panjakana mandehandeha any ho any hanome alalana ny Omaci haka ny 50%-n’ny vola miditra ao amin’ny Omda, raha ny fanazavana teny amin’ny Kianjan’ny Kanto Mahamasina, omaly. « Lavinay tanteraka ny fidiran’ny Omaci amin’ny Omda. Toherinay ny fakana ny volanay ao amin’ny Omda. Ajanony iny « Décret » iny », hoy i Princio. Nanao antso avo amin’ny firaisankinan’ny mpanakanto ihany koa ireo rehetra nandaha-teny, omaly.

Hiditra lalindalina kokoa amin’ny asa sendikaly

Tazana teny an-toerana ihany koa ireo mpitantana ny Fivondronamben’ny sendika amin’ny maha mpiaro ny zo sy ny tombontsoan’ny mpiasa azy ireo. Manana zo ny hihary ny mpiasa. Anisan’izany ny artista. Asa fihariana io ka tsy tokony ho sembantsembanina amina resaka hafa, toy ny politika, raha ny fanazavan’izy ireo hatrany. « Atsaharo ny fanelingelenana tahaka izao mahazo ny artista izao mba tsy ho laza ratsy ho an’ny fitondrana », hoy ny Fiombonamben’ny sendika.

Nanamafy izany i Princio, « aleo tsy mifampijery loko fa ny politika, politika foana. Alamino izay azo alamina. Hiditra lalindalina amin’ny asa sendikaly izahay satria asa toy ny asa rehetra ny anay io ». Samy nanao antso avo na ny Sendikan’ny mpanakanto na ny Fivondronamben’ny sendika ny amin’ny tsy tokony hisian’ny fanelingelenana eo amin’ny fanaovana ny asa. Hisy ny fiaraha-miasa akaiky eo amin’ny Sendikan’ny mpanakanto sy ny Fivondronamben’ny sendika, manomboka izao.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Clarisse (Ny Voanio) : hotanterahina anio ny fandevenana

Notontosaina, omaly, tetsy amin’ny Tranompokonolona Analakely ny fiandrasana ny nofomangatsiakan’i Clarisse (Ny Voanio). Fotoana nahafahan’ny olona niondrika sy nitsapa alahelo teo anoloan’ny fianakaviana ihany koa. Natao veloma farany ity andrarezina nahavita be teo amin’ny tontolon’ny hira malagasy ity. Anio amin’ny 11 ora sy sasany, hoentina any amin’ny fasan-drazany ao Namehana (Amorondria). Amin’ny 3 ora tolakandro kosa no hanitrihana azy ao Sabotsy Namehana ihany.

Marihina fa ny 16 avrily  no nodimandry teo amin’ny faha-70 taony, tany Toamasina, Rasoloharilala Sahondrarisoa Clarisse na i Clarisse (Ny Voanio).

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

RFC : feno 10 taona ny « Ti’Kino gasy »

Anisan’ny mampiavaka ny « Festival Rencontres du film court » (RFC) ny « Ti’Kino gasy », fotoana iray hanatontosana horonantsary fohy (latsaky ny 10mn), ao anatin’ny efatra andro monja sy amin’ny fitaovana tsotra. Feno 10 taona, amin’ity taona ity, ny namoronana ny « Ti’Kino gasy », mandritra ny RFC.

Araka izany, tsy ho toy ny teo aloha ny fandefasana ireo horonantsary, vita nandritra ny “Ti’Kino” fa hiara-dalana amin’ny fanentanana mikasika ny aretina “autisme”, miaraka amin’ny fikambanana Autisme Madagascar. Hotanterahina, anio hariva, etsy amin’ny zaridainan’Antaninarenina ireo rehetra ireo.

Tsara ny manamarika fa, ankoatra ireo horonantsary notontosaina nandritra ny RFC, halefa ihany koa ireo natao tany amin’ny Alliance française samihafa, any amin’ny faritra. Thomas Lesourd, mpanoratra sady matihanina amin’ny fanatontosana sarimihetsika, no mandrindra ny “Ti’Kino”.

Etsy ankilan’ity hetsika ity, ao anatin’ny fandaharam-potoan’ny RFC, androany, koa ny fandefasana ireo horonantsary fohy mifaninana, ao amin’ny sokajy “fiction”. Etsy amin’ny IFM hatrany no hanatanterahana izany. Tsiahivina fa nosokafana amin’ny mpanatontosa aty Afrika ny fifaninanana, amin’ny sokajy rehetra. Tsy misy horonantsary malagasy ao amin’ity sokajy ity.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Andraisoro : tratran’ny polisy teny ambony moto halatra ilay tovolahy

Nihevitra ny tsy hisy hisakana! Lehilahy iray 29 taona no voasambotry ny polisin’ny boriborintany fahatelo eny Antaninandro, ny alatsinainy 16 avrily teo, tokony ho tamin’ny 8 ora alina teny Andraisoro noho ny halatra moto. “Naharay fitarainana avy amina rangahy iray monina eny Andraisoro ny polisy Antaninandro, ny alatsinainy maraina, fa nisy nangalatra teo an-tokotaniny ny moto iray marika BWS miloko mena”, hoy ny fanazavana.

 Ny alin ’ny alatsinainy, raha iny nanao fisafoana teny Andraisoro iny ny polisy no nahatsikaritra lehilahy iray nitondra moto tsy nisy taratasy. Nosamborina avy hatrany ilay lehilahy ary nentina natao fanadihadiana teny amin’ny biraon’ny polisy. Fantatra, taorian’izay, fa ilay moto BWS menamena nisy nangalatra teny Andraisoro ilay nentiny.

 Nilaza ilay tovolahy avy hoe fa efa fantany hatry ny ela fa misy moto tsy misy hidiny mipetraka foana eo amin’ilay tokotany. Nitsambikina tamboho izy, nalainy ilay moto ary nivoaka teo amin’ny vavahady niaraka tamin’ilay moto. Napetrany tany amin’ny dadatoany monina eny Soavimbahoaka ilay moto avy eo fa ilay alina nahatrarana azy vao nentina saika hitadiavany mpividy. “Fantatra ihany koa fa efa nipetraka tao amin’ity trano ity izy taloha ary izay ny nahalalany ny entana miditra sy mivoaka ao amin’io trano io”, hoy ny polisy. Natolotra ny fampanoavana ary naiditra am-ponja eny Antanimora ilay tovolahy.

Mampitandrina ny rehetra ny mpitandro filaminana amin’ny moto, izay mora angalarina no maro mpangalatra. Eo ihany koa ny amin’ny taratasy, izay tokony ho ara-dalàna tsara. Ankoatra izay ny fametahana aroloha ara-dalàna ihany koa.

Yves S.

News Mada0 partages

Andranofeno Avaratra : kamiao sy Sprinter saika nifandona teo amin’ny tetezana

Raha nisy kely, nifadona ny kamiao sy ny Sprinter iray teo amina tetezana lalam-pirenena fahefatra. Afaka ny loza, fa nanapaka ny fifamoivoizana nandritra ny iray andro kosa izany.

Saika ratsy, hoy ny fitenin’ny olona! Kamiao iray sy taksiborosy Sprinter no saika nifandona nanao katro-doha teo amin’ny tetezana iray, tany Andranofeno Avaratra, teo amin’ny PK 135, lalana mihazo an’i Mahajanga, afakomaly tokony ho tamin’ny 6 ora sy sasany hariva. Nahay niala ihany ny roa tonta, saingy ilay kamiao no niala lalana tamin’ny ankavian-dalana. Ilay taksiborosy tsy naninona fa afaka nanohy ny lalany.

Niteraka fitohanana teo amin’ny lalana anefa izany nandritra ny alina sy omaly tontolo na ho an’ny ho aty Antananarivo na ny ho any Mahajanga. Tsy afaka ireo fiara vaventy noho ny fahateren’ny arabe.

Nisy ireo nitady lalana teo akaiky teo ihany saingy sahirana vao afaka. Anisan’izany ny fiaran’ny banky iray. Tonga teny an-toerana ny zandary maromaro nandrindra ny fifamoivoizana, avy any Ankazobe. Nivaha ihany ny olana saingy nilaza ireo mpampiasa ny lalam-pirenena fa fatiantoka ny fahalanian’ny fotoana tany an-toerana.

Tranga mpiseho amin’ny lalam-pirenena rahateo ny fahatapahan-dalana tahaka izao, indrindra rehefa andro fahavaratra. Amin’ny lalam-pirenena faharoa tena isehoany matetika, ny loza ateraky ny kamiao.

Sprinter nivadika

Nisehoana loza ihany koa tany amin’ny lalam-pirenena fahefatra iny ihany, ny alarobia tokony ho tamin’ny 7 ora sy sasany alina. Voalaza fa fiara Sprinter iray, nitondra olona telo no nivadika tamin’izany. Latsaka tany amin’ny 10 metatra miala ny lalana ilay fiara. Tsy nisy ny aina nafoy fa simba kosa ny fiara. Tonga teny an-toerana ny mpitandro filaminana nanao ny fizahana ny loza.

Fampitandremana hatrany no ataon’ny mpitandro filaminana mba handehanan’ny fiara mora amin’ny lalam-pirenena fa manampy amin’ny fisorohana ny loza izany. “Izay tonga soa ihany no arahabaina”, hoy ny mpitandro filaminana.

Yves S.

News Mada0 partages

Tratra tao amin’ny tranombarotra etsy Analakely : telo vavy mpangalatra poketra sady misoloky

 Naiditra am-ponja vonjimaika eny Antanimora ireo telo vavy tratra teo am-pangalarana poketra sady nisoloky tao amin’ny tranombarotra eny Analakely, ny talata 17 avrily 2018 teo. Efa maro ny fitoriana voarain’ny polisy momba azy telo vavy ireto.

Telo vavy indray saron’ny polisy avy ao amin’ny boriborintany voalohany noho ny halatra miharo fisolokiana tao amin’ny tranombarotra iray eny Analakely. Araka ny fanazavan’ny polisy, ny iray mpisoloky fa ny roa ambiny kosa mangalatra anaty tranombarotra. Tamin’io fotoana io, voasambotry ny mpivarotra tao amina magazay iray eo Analakely ireo roa vavy. Tratra teo am-pangalarana poketra iray nisy vola izy ireo. Nisavoritaka ny mpivarotra tao amin’ilay tranombarotra satria tratran’ny olona teo am-pangalarana poketra iray nisy vola 450 000 Ar izy ireo, ny 14 avrily 2018 lasa teo saingy navotsotry ny olona izy ireo rehefa naverina ilay poketra. Voasambotry ny mpivarotra tao amin’ilay tranombarotra io ihany nangalatra poketra nisy vola 2 tapitrisa Ar koa ny iray amin’izy ireo, ny alatsinainy teo. Nalefan’ny olona koa izy taorian’izay rehefa avy namerina ny poketra nangalarina.

Mitondra faisana ireo avy any ambanivohitra…

Tsy mety fay anefa fa mbola nanohy ny asa ratsiny indray ka noraisim-potsiny tao amin’ny tranombarotra iray indray izy ireo. Tsy nanaiky intsony ny olona fa niantso polisy avy hatrany. Nilaza izy ireo nandritra ny fanadihadian’ny polisy fa zanak’olo-mianadahy. Miara-miditra ao amin’ilay tranombarotra izy roa vavy rehefa hanao ny asa ratsiny ka ny iray ihany no manao ny fangalarana. Matetika tratra eo am-panaovana ny asa ratsiny izy ireo fa avotsotry ny olona hatrany rehefa avy mamerina ny entana nangalarina. Ny talata teo kosa olona maromaro indray tonga tao amin’ny biraon’ny polisy nametraka fitoriana fa nosolokina ramatoa iray. Nanao fikarohana ny polisy ka tratra taorian’izay ilay ramatoa mpisoloky notondroin’ireo olona. Voasambotra teny Analakely ihany ity ramatoa efa 53 taona ity. Nambarany tamin’ny fanadihadian’ny polisy fa ireo olona avy any ambanivohitra miakatra eto an-drenivohitra no tena ataony mitondra faisana. Ampiresahiny eo ilay olona sady rebirebeny amin’ny toerana misy sary sy taratasy. Amin’ny farany, asainy ajanona eo aminy ny entan’ilay olona hotazominy fa miandry eo hono izy. Rehefa lasa anefa ilay olona, lasa izy mitsoaka miaraka amin’ilay entan’ilay olona notazoniny. Maro ny olona efa lasibatr’ity ramatoa mpisoloky ity fa izao izy vao tratra raha tsy ireo olona nametraka fitoriana momba azy.

Vao tsy ela koa, nisy ireo andiam-behivavy mandraoka telefaonina finday anaty fitaratra ao amin’ny tranombarotra ao Behoririka. Efa any Antanimora rehefa avy nosamborin’ny polisy izy ireo. Tsy anavahana intsony fa efa manao ny ataony koa izany ireo vehivavy lehibe. Sarotra tokoa ny fiainana satria tsy anavahana intsony izao ny mpanao ratsy.

J.C

News Mada0 partages

Fanadinana bakalorea : mbola vitsy ny mpiadina nandefa ny antontan-taratasy

Hifarana afaka herinandro (27 avrily amin’ny 6 ora hariva) ny fandraisan’ny mpiandraikitra ny ofisin’ny bakalorea isaky ny faritany ny antontan-taratasy fisoratana anarana ho mpiadina amin’ny bakalorea taona 2018. Tsy misy intsony ny fanitarana ny fe-potoana, araka ny fanazavan’ny tale jeneralin’ny fampianarana ambony, ao amin’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony, Randrianambinina Blanchard, omaly teny Fiadanana. Tokony ho tonga eny amin’ny ofisin’ny bakalorea amin’io andro io far fahatarany ny antontan-taratasy rehetra. Entanina noho izany ny “proviseur” ho an’ny lycée miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana handefa ny dossier fa tsy hiandry ny ora farany. « Mila manamarina ny anaran’ny zanany ao amin’ny lisitra eny anivon’ny lycée ihany koa ny ray aman-dreny ka hanadihady tsara raha voaloan’ny mpitantana ny sekoly ny saran’ny fandraisana anjara amin’ny fanadinana bakalorea », araka ny fanamarihan’ny talen’ny fampianarana ambony miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana, Razafimahatratra Dieudonné. Tranga mpiseho any amin’ny ambanivohitra lavitra : Marovoay, faritra Sofia, faritra Atsimo izany tamin’ny taon-dasa ka tokony ho mailo ny ray aman-dreny.

 Latsaky ny 50%  any Antsiranana

Mizotra tsara ny fanomanana ny fanadinana amin’izao fotoana izao. Ho an’ny fisoratana anarana, milamina ny eto Antananarivo sy Fianarantsoa. Ho an’ny any Toamasina, ireo sekoly nahazo ny fahazoan-dalana hisokatra sy handray mpianatra ihany no afaka misoratra ho mpiadina atolotry ny sekoly fa ny sisa rehetra tsy maintsy misafidy ny mpiadina manolo-tena.

Ho an’i Mahajanga, misy fahatarana ny fahatongavan’ny antontan-taratasy ho an’i Maintirano ka entanina ny tomponandraikitra any an-toerana hanafaingana ny fanomanana.

Any Antsiranana, mbola tsy ny 50% amin’ny antontan-taratasin’ny mpiadina no tonga any amin’ny ofisin’ny bakalorea amin’izao fotoana izao.

Momba ny fikarakarana ny laza adina, misy lycée nosafidin’ny minisiteran’ny Fanabeazana handrafitra ny ekipa pedagojika hanomana ny laza adina arakaraka ny “analyse des épreuves”. Efa manomboka ny fandrafetana ny laza adina ary hifarana ny volana jolay ho avy izao.

Ny 2 jolay ny taranja fanatanjahantena

« Hanomboka ny 2 jolay ny taranja fanatanjahantena « épreuves pratiques » amin’ny bakalorea manerana ny Nosy. Hanomboka ny 17 septambra -21 septambra ny bakalorea ho an’ny fampianarana ankapobeny sy ny andiany voalohany ho an’ny fampianarana teknika. Hitohy ny 24 septambra-27 septambra ny andiany faharoa na ho an’ny sampana teknika”, hoy ny tale jeneralin’ny tranon’ny seraseran’ny oniversite, Rajoharison Hanta.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Fitantanana fiangonana : nodimandry ny Mgr Randriambololona Philibert

Nodimandry, afakomaly teo  amin’ny faha-91  taony, ny Mgr Randriambololona Philibert.   Niditra tao amim’ny Fikambanan’i Jesoa, ny 10 oktobra 1952. Nohamasinina ho pretra ny 30 jolay 1961. Nanonona ny voady mandrakizay tao amin’ny Fikambanan’i Jesoa ny 2 febroary 1968.

Voatendry ho « évêque coadjuteur » tao amin’ny diosezy Antsirabe, ny 1 septambra 1988.  Nohamasina ho eveka ny 27 novambra 1988.

Nandimby ny eveka tompon-toerana tao Antsirabe izy ny 19 jona 1989. Voatendry ho arsevekan’i Fianarantsoa, ny 17 desambra 1992.  Nisotro ronono, ny 1 oktobra 2002. Ho entina any Fianarantsoa ny herinandro  io ny nofo  mangatsiakany ary  hanaovana Sorona masina  amin’ireo diosezy  holalovana.  Anisan’izany ny ao Antsirabe. Hitarika izany ny eo anivon’ny Fivondronamben’ny eveka.

Synèse R.  

News Mada0 partages

Baccalaureat : la conception des sujets en cours

Les préparatifs au baccalauréat battent leur plein. L’heure est actuellement à la conception des sujets des épreuves. Cette phase s’étalera jusqu’à la fin du mois de juillet, selon les informations.

«Cette-fois, des critères d’excellence ont été mis en place pour le choix des lycées dans chaque région, où on sélectionne les enseignants qui forment l’équipe  pédagogique qui confectionne les sujets, dans le souci d’améliorer davantage le niveau de l’examen», a informé le directeur général de l’Enseignement supérieur au sein du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres), Blanchard Randrianambinina, hier, à l’occasion d’un point de presse organisé à Fiadanana.

Des descentes dans les établissements sélectionnés ont été menées en vue d’inculquer aux concepteurs de sujets les attentes du ministère y afférentes, selon l’analyse des épreuves précédentes. Parallèlement à cette étape, le dressage de la liste des enseignants, qui vont participer à la correction des feuilles de copies des candidats, est également en cours, notamment pour la province d’Antananarivo.

Une semaine

En se conformant à la date limite du dépôt de dossiers, prévue pour le 27 avril à 18h, les candidats n’auront plus qu’une semaine pour faire cette démarche.  Le directeur de l’Enseignement supérieur public et privé au sein du Mesupres, Dieudonné Razafimahatratra, n’a pas manqué d’interpeller les candidats et les proviseurs des lycées à accélérer l’acheminement de leurs dossiers de candidature auprès de leur office du baccalauréat d’appartenance, tout en rappelant qu’aucune dérogation ne sera accordée aux retardataires.

Cet appel s’adresse particulièrement aux concernés dans les régions, notamment ceux d’Antsiranana où moins de 50% des dossiers sont parvenus auprès de l’Office du bac local. Même situation pour Mahajanga ou encore Maintirano… Notre source incite particulièrement les parents à vérifier auprès des établissements si les droits d’examen de leurs progénitures sont bel et  bien honorés, tout en réclamant les quittances de paiement. Toujours est-il que, des responsables d’école détournent les sommes payées par les candidats, qui se trouvent privés de leur convocation, comme cela a été le cas l’an dernier à Marovoay, Sofia ou dans le Sud du pays… A titre de rappel, les examens se dérouleront du 17 au 21 septembre, pour le baccalauréat général, et du 24 au 27 septembre, pour le baccalauréat technique, et les épreuves d’EPS débuteront le 2 juillet.

Un centre d’examen de baccalauréat à Beroroha

Le Mesupres a adopté une mesure particulière pour permette aux candidats au baccalauréat à Beroroha, dans la région Atsimo Andrefana, de passer les épreuves dans la sérénité, en prévoyant d’y créer un centre d’examen à part entière. Ce, en dépit du fait que les critères d’implantation d’un tel centre ne sont pas tout à fait remplis, notamment l’effectif des élèves qui vont participer aux épreuves qui doit dépasser une centaine puisque l’endroit ne compte que quelque 80 candidats. Cette mesure a été prise dans le souci de donner une chance aux jeunes locaux de pouvoir passer leur examen sans avoir à affronter une quelconque difficulté d’accès au Centre d’examen habituel, situé à Ankazoabo, vu l’éloignement, le mauvais état des routes et l’insécurité…Les responsables au sein de l’Office du baccalauréat de Toliara effectuent actuellement une descente sur les lieux pour assurer le fonctionnement de cette structure, qui présente une importance capitale aux candidats locaux.

Fahranarison

News Mada0 partages

Malnutrition chronique : le taux à 56% dans l’Alaotra Mangoro

Le taux de la malnutrition est de 56% dans la région Alaotra Mangoro, si la moyenne nationale tourne autour de 47%.

Une situation qu’on peut qualifier d’incroyable, au vu de la production nutritive remarquée dans la région, notamment les produits maraîchers, tant en qualité qu’en quantité, sans parler des fruits qui sont très variés. «La première raison est l’ignorance ou le non respect des 5 codes de couleur nutritionnel», a indiqué le responsable de l’Office régional de nutrition (ORN) d’Alaotra Mangoro, Ialitiana Randrianandrasana, hier, en marge du lancement officiel du programme nutrition scolaire dans la région, à l’EPP Manakana nord, de la commune rurale de Morarano Gare, district de Moramanga. A cela s’ajoute la préférence des paysans à vendre la totalité de leurs produits, sans penser à leurs propres besoins, ainsi que l’ignorance des centres de santé en cas de maladie. «Des situations qui correspondent à l’insécurité alimentaire, expliquant ainsi la hausse de ce taux de malnutrition chronique», a-t-il fait savoir.

Nutrition scolaire

Comme ce contexte réduit considérablement la productivité de la population et constitue ainsi un obstacle à l’émergence et au développement humain, un projet intégré de nutrition, sécurité alimentaire et alimentation scolaire est mis en œuvre dans la région, dans l’objectif d’améliorer la situation nutritionnelle. Cela en partenariat et avec l’appui du ministère auprès de la Présidence en charge de l’agriculture et l’élevage, du ministère de l’Education nationale et de l’Office national de nutrition (ONN).

Diverses approches sont considérées dans ce projet, entre autres, l’éducation nutritionnelle et sanitaire, jardin et cantine scolaires, ainsi que des activités de soutien communautaire pour sa pérennisation. Sur ce dernier point, la Société d’exploitation Ranopiso et Sotramex, deux entreprises exerçant dans la région, apportent leur soutien financier, à titre de redevabilité sociétale.

Une vingtaine d’EPP et plus de 5.000 élèves sont actuellement les bénéficiaires du projet dans les districts de Moramanga et d’Amparafaravola.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Itaosy : une fillette déjoue les plans de ses ravisseurs

Une fillette de 11 ans a été victime d’un enlèvement dans le quartier d’Itaosy mercredi dernier. Elle raconte ce qu’elle a vécu avant son évasion.

Les parents des élèves de l’école de la petite fille victime de l’enlèvement sont terrorisés en ayant appris  le drame.

Une tentative d’enlèvement a en effet eu lieu avant-hier dans la matinée à Itaosy. Aux environs de 7 heures, un individu à bord d’un 4×4 a brusquement saisi la fillette pour l’embarquer à bord de son véhicule. Mais sa tentative a échoué.

Selon les explications, une voiture tout terrain noire a fait marche arrière devant la petite fille lorsqu’elle était en route pour l’école. Elle a pensé que le 4×4 allait se garer sur le trottoir. Mais un individu est sorti du véhicule et l’a embarquée violement à l’intérieur. «L’homme l’a saisie en lui fermant la bouche et la menaçant avec une seringue», selon un témoignage.

Elle a ensuite été conduite dans un bâtiment aux alentours du Fasan’ny Karana. «Ils ont remis la fille à une femme de ménage à l’intérieur de la maison car ils ont dit avoir encore une réunion à assister», selon une source. Elle a donc été emmenée dans une chambre où six autres enfants étaient déjà séquestrés depuis longtemps dont, cinq filles et un garçon. Par la suite,  d’après toujours notre source, elle a réussi à persuader la femme de ménage de les laisser partir. «Moi et les autres avions sauté d’une fenêtre du premier étage et avions réussi à nous évader». L’écolière a été conduite par la femme de ménage dans le quartier du Fasan’ny Karana, chez la grand-mère de la petite fille. Un appel à la prudence a été lancé par les parents car, selon eux, l’identité de la petite fille est inscrite sur son carnet de correspondance à l’intérieur de son cartable qui est entre les mains des malfaiteurs.

Ando Tsiresy 

News Mada0 partages

Analakely : les voleuses sévissent

Deux jeunes filles ont été prises en flagrant délit de vol de sacs à main dans un magasin sis à Analakely, mardi. Elles ont été épinglées par les vendeurs du magasin avant d’être remises entre les mains de la police du 1er arrondissement. Selon ces vendeurs, les deux voleuses n’en sont pas à leur premier méfait. Elles ont déjà tenté de s’emparer des sacs où se trouvait une certaine somme d’argent, dans le même magasin, le 14 et le 16 avril derniers. Mais vu qu’elles ont remis les sacs à leur propriétaire, les vendeurs les ont relâchées. Mais pour le cas de mardi, ce fut la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Les vendeurs ont décidé de signaler la police.

Il n’y a pas si longtemps, quatre femmes, d’un âge moyen de 50 ans, ont été arrêtées dans un magasin de téléphonie mobile à Behoririka. Elles se sont emparées de plusieurs téléphones portables mais les vendeurs ont réussi à attraper trois d’entre elles. La quatrième de la bande qui a pu s’enfuir avec les téléphones a été capturée le lendemain par la police.

ATs.

 

News Mada0 partages

Analamanga : le « Vahoaka madinika » interpelle

La population de la capitale sent l’imminence d’une nouvelle crise dans la situation actuelle. La plateforme «Vahoaka madinika» a appelé à la sagesse des parties en lice, hier, dans l’intérêt de la masse.

Les membres de la plateforme «Vahoaka madinika», constituée d’associations apolitiques de différentes régions, sont intervenus pour recadrer  la vision des différentes factions en lice actuellement.  La population a été l’éternelle victime des crises successives, selon Tsirinirainy Todisoa Rakotondramanana, porte-parole de la plateforme, et ne mérite plus d’être sacrifiée. Dans une objectivité totale,  «Vahoaka madinika» a interpellé le pouvoir sur le vécu des Malgaches depuis l’avènement du régime, en appelant le camp d’en face à plus de retenue pour préserver l’apaisement, nécessaire au redressement social.

La plateforme a félicité par ailleurs l’initiative de l’alliance politique, procédée actuellement par des  anciens rivaux, qui illustre concrètement la réconciliation nationale prônée par les politiciens.

Manou

News Mada0 partages

Jirama Ambohimanambola : réhabilitation de la Centrale thermique n°2

Certaines négligences, comme le manque de maintenance, ont coûté cher à la Jirama. En effet, une centrale devant durer 40 ans n’a pu fonctionner que 6 ans. Ainsi, la Jirama avec la société Aksaf Power procède actuellement à la réhabilitation de la Centrale thermique n°2 d’Ambohimanambola (CTA 2) d’une capacité de 26 MW.

Mise en service en 2008, cette centrale à fuel lourd a cessé de fonctionner en 2015, faute de maintenance, comme l’a fait savoir Olivier Jaomiary, directeur général de la Jirama, lors d’une descente sur les lieux, hier. Pour faire fonctionner à nouveau cette unité de production, Aksaf Power prend en charge la restauration de la centrale et la gestion pour les cinq années à venir. La société effectue en même temps un transfert de compétences aux techniciens de la Jirama afin que ces derniers puissent à leur tour prendre en main la maintenance de la centrale. La gestion et l’exploitation reviendront entièrement à la Jirama après ces cinq ans.

A l’issue de cette visite, l’accord de partenariat pour la gestion et l’exploitation de la CTA 2 a été signé entre la Jirama et Aksaf Power.

«Aksaf Power entame actuellement la réhabilitation de la centrale qui devra être à nouveau fonctionnelle d’ici au mois d’octobre. Parallèlement, d’autres centrales de 19 MW en province seront réhabilitées jusqu’à la fin de l’année», a souligné le DG de la Jirama. «Ces actions devront permettre à la Jirama de réduire les coûts de production, dans la mesure où ces centrales sont des propriétés de la Jirama», a noté pour sa part Hyacinthe Befeno, président du Conseil d’administration de la Jirama.

D’autres projets en cours

A l’occasion de cette visite à Ambohimanambola, le ministre Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, a soulevé les difficultés auxquelles a toujours fait face la compagnie d’eau et d’électricité. Il a rappelé le fait que la Jirama vend toujours à perte.

«La moyenne du coût de production est actuellement de 22 cent de dollars le KWh, mais la Jirama vend à 16,5 cent. Les dettes de la Jirama s’élèvent en ce moment à plus de 800 milliards d’ariary, à cause des subventions allouées depuis un certain temps ou encore la mauvaise gouvernance… Ces trois dernières années, les subventions allouées à la Jirama s’élèvent à près de 1.000 milliards d’ariary», a-t-il soulevé.

Et certaines négligences ont pourtant coûté cher à la société d’Etat. Comme ce fut le cas à Andekaleka dimanche dernier, le groupe n°2 s’est arrêté, toujours à défaut de maintenance, entrainant une coupure presque généralisée. «Tant la rénovation que la maintenance de cette centrale nécessitent pas moins de 5 millions de dollars», a précisé le ministre. «La maintenance des centrales de Mandraka, Tsiazompaniry ou encore de Manandona suivra, toujours dans une perspective de meilleur coût de production suivant le plan de redressement de la Jirama. D’ici 2020, les subventions de l’Etat pour la Jirama devront cesser», a noté pour sa part le PCA de la Jirama.

Arh.

News Mada0 partages

BOA Madagascar : partenariat avec le ministère de la Justice

La BOA Madagascar poursuit sa campagne portant sur l’insertion bancaire des fonctionnaires à travers le pack «Fonxionaria». Elle a signé un nouvel accord avec le ministère de la Justice, hier, pour proposer un service bancaire destiné aux 5 500 agents de ce ministère, avec dix produits.

«L’objectif de cette convention est de définir les conditions et les modalités des relations bancaires entre la BOA et le ministère de la Justice, en proposant ce pack destiné aux fonctionnaires qui souhaitent s’y souscrire», a avancé Vololomanitra Rakotondralambo, directeur général adjoint de la banque. Celle-ci de poursuivre que «plusieurs avantages sont offerts au personnel du ministère de la Justice car cette convention donne accès à des conditions préférentielles, notamment, un taux d’intérêts réduit pour tous les prêts personnels. Ces réductions s’appliquent à tous les crédits octroyés par la banque».

La banque a signé près de cent accords avec des établissements publics et privés pour proposer des offres bancaires avantageuses. Près de 750 000 comptes bancaires sont ouverts auprès de la BOA  actuellement, dont 600 000 appartiennent à des particuliers et 70% d’entre eux sont des agents de l’Etat.

R.R.

News Mada0 partages

Aéroport d’Ivato : la piste en cours de rénovation

Parallèlement à la construction du nouveau terminal international d’Ivato, le consortium Ravinala Airports, en charge de l’exploitation de l’aéroport, se fixe trois mois pour consolider les chaussées aéronautiques comprenant la piste, le taxiway E et le tarmac II de la première porte d’entrée du pays. La première phase des travaux a débuté le 25 mars dernier.

 Des procédures spécifiques ont alors été mises en place, concernant la fermeture et la réouverture du trafic aérien au sein de l’aéroport d’Ivato, durant cette période de travaux. Les responsables au niveau du consortium ont évoqué, hier, l’envoi d’un Notam (Notice to Airmen) aux entités aéroportuaires, un mois avant le début des travaux, indiquant les périodes de travaux divisées en deux phases.

La première part du 25 mars au 11 juin, concourant à des fermetures les dimanches, lundis, mercredis et vendredis de 20h00 à 06h00 heure locale. La seconde va du 12 au 30 juin pour les mêmes horaires, sauf le dimanche.

Un investissement de 23 millions d’euros

Un investissement total de 23 millions d’euros est consacré au renforcement de la piste de l’aéroport d’Ivato et des aires de roulage et de stationnement associées. Sous l’égide de CMBI (regroupant Colas Madagascar et Bouygues Bâtiment international) en charge des travaux, plus de 120 ouvriers et des équipes de sous-traitants travaillent quatre nuits par semaine sur le chantier.

Par ailleurs, «70.000 tonnes de bitume vont être utilisées pour renforcer la piste. Cette dernière fait 3.100 mètres de long et 45 mètres de large. La piste pourra accueillir un A380 ou tout autre avion de code F. A terme, avec la construction du nouveau terminal, l’aéroport d’Ivato sera à même d’améliorer significativement le traitement des avions et les services aux passagers, pour les porter au niveau des normes internationales en vigueur», a avancé

le directeur général de Ravinala Airports, Vincent Devauchelle.

Actuellement, le projet Ravinala Airports affiche un avancement de plus de 40% de son projet global.

Riana R.

News Mada0 partages

« Ceinture et route » : le sujet débattu

La Grande île consolide son ouverture au monde. Avec l’appui de l’Ambassade de Chine à Madagascar, le pays étudie la faisabilité de son intégration dans l’initiative «Ceinture et route», un projet phare chinois qui vise à revitaliser les «anciennes routes de la soie», afin de désenclaver une partie de son territoire. Un débat sur le sujet a été initié, hier, à l’occasion d’un Colloque international sur le thème «Madagascar dans l’initiative Ceinture et route : essai d’analyse anthropologique», qui s’est déroulé au Carlton.

Des experts nationaux et chinois ont dirigé le débat, mené en collaboration avec l’Ecole nationale d’administration de Madagascar (Enam). «L’objectif étant d’offrir plus d’informations aux parties prenantes, en vue de susciter une réflexion commune sur la manière dont Madagascar peut participer à cette initiative et en tirer profit», a souligné le premier conseiller auprès de l’Ambassade de Chine, Xiaolei Chen. Selon notre source, «Ce chantier de très grande envergure, qui va redessiner le paysage géopolitique mondial, vise à rouvrir et aménager des routes commerciales qui, pour certaines, empruntent les célèbres et antiques «Routes de la Soie» suivies par les caravaniers du IIe siècle avant notre ère au XVe siècle». Le projet se fera dans l’esprit gagnant-gagnant. «Cela ne fait que renforcer la coopération sino-malgache, qui touche différents domaines, notamment en matière d’échanges commerciaux, culturels, sociaux et économiques…», a conclu Xiaolei Chen.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Tendance : les vêtements pour hiver envahissent déjà les marchés

Même si l’hiver n’est prévu qu’à partir du mois de mai par la météo, les rues et les magasins de la capitale reflètent déjà cette saison. En effet, les vêtements et tenues d’hiver envahissent actuellement les marchés d’Antananarivo et ses périphéries. Les manteaux, les blousons, les pulls, les vestes, les anoraks ainsi que les châles sont les plus exposés. Des articles qui s’obtiennent à partir de 30.000 ariary, à l’exemple des chandails, soit pour hommes, soit pour femmes. Les prix proposés varient selon le type, l’origine et surtout la qualité de l’article. Les plus abordables concernent toujours les produits importés d’Asie, en particulier les anoraks et les blousons, à partir de 50.000 ariary. Ceux importés d’Europe, comme les blousons et les manteaux, affichent des prix largement au dessus de 200.000 ariary.

Les friperies toujours en vogue

A cause de leur pouvoir d’achat, beaucoup de gens se tournent vers les friperies. En effet, auprès des commerçants de vêtements chauds de deuxième main, on peut affronter convenablement le froid à partir de 3.000 ariary, presque 1/5 du prix des habits neufs. Ce qui justifie ainsi cette tendance. Actuellement, une balle de friperie de tenues d’hiver, dont le poids avoisine la cinquantaine de kilos, vaut entre 600.000 et un million d’ariary auprès des grossistes. Ce prix varie également selon le genre d’article, de son origine et de sa qualité.

Cependant, des grossistes de ce genre de friperie à Isotry et Tsaralalàna se désolent de la mévente de leurs articles. Par rapport à l’année dernière, à la même époque, ils affirment ne vendre actuellement qu’une dizaine de balles de fripes quotidiennement, contre une trentaine auparavant.

Sera R

News Mada0 partages

Fidimalala : un jubilé jubilatoire à l’AFT Andavamamba

Du haut de ses 90 piges, Fidimalala affiche une santé insolente et prévoit même de célébrer, comme il se doit, ce jubilé ce 29 avril, à l’AFT Andavamamba, avec R’Imbosa, Ny Angolan’Imerina et Kolibera.

Robert Rafidimalala, ou bien Fidimalala une fois au micro, est un nom qui sonne bien aux oreilles des passionnés de kalon’ny fahiny et de ba gasy. Cet artiste vient de souffler ses 90 bougies le 15 avril.

L’histoire remonte à l’orée de 1947. La passion commune pour la guitare réunit Fidimalala et Barijaona, année où ils avaient à peine 15 ans. Tous deux font leurs armes au sein de la troupe théâtrale Lisin’Iarivo, tout en s’initiant à la performance vocale et à l’expression scénique. «C’était une époque où le micro et toute forme de sonorisation n’avaient pas encore leur place au théâtre d’Ambatovinaky», se remémore-t-il. En 1952, il intègre la troupe Analamanga qui présente pour la toute première fois sur les planches la pièce «Imaitsoanala» de Rabearivelo.

Concert live 

Porté par sa passion, il décide de s’envoler pour la France au mois de décembre 1953. «Il faut reconnaître que la vie n’était pas du tout facile. Nous avons animé de petits cabarets pour une modique somme, mais c’était mieux qu’ici. A Madagascar, il n’y a jamais eu d’artistes professionnels qui vivent de leur passion. Ce n’était pas un métier et c’est encore le cas aujourd’hui», poursuit-il.  En parallèle, il anime une émission culturelle sur les ondes de Deutsche Welle en tant que collaborateur libre.

Après 25 ans passés sous d’autres cieux, il rentre au bercail en 1979. La carrière de Fidimalala se résume à 3 disques 45 tours et 6 disques 78 tours. Avec ses compagnons de longue date, ce précurseur de «kalon’Imerina» va revisiter ses plus grands succès à l’instar de «Embona», «Iza loatra moa ianao» et «Satriko». «Ce sera mon premier concert live», conclut-il.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Centre culturel : l’IKM souffle ses 5 bougies

Antre de promotion de l’art et de la culture dans toute sa diversité, l’Ivontoeran’ny kolontsaina malagasy (IKM) à Antsahavola a inauguré, hier, la célébration de ses 5 ans d’existence.

«Depuis sa création, l’IKM Antsahavola a mis un point d’honneur à promouvoir l’identité culturelle malgache. N’empêche que nous avons, dans nos champs d’activités, d’autres disciplines qui intéressent de plus en plus la jeune génération, pour ne citer que l’IKM Chess Club», soutient Ando Rabenantoandro, président de l’IKM Antsahavola, avant d’enchaîner que  «l’IKM est encore jeune comparé à d’autres centres culturels implantés dans la capitale mais il faut aussi tenir compte que la jeunesse est le présent et l’avenir de la nation».

Exposition de peintures signées Dina Rabearivelo, défilé de mode mettant sous les feux de la rampe la dernière collection de Eva Rakotoarivony et représentation en tout genre ont rythmé cette première journée de célébration à Antsahavola.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

13e rencontres du film court : la pratique de la critique cinématographique prend racine

L’atelier de critique cinématographique prend fin ce jour. Bilan, le travail ne fait que commencer mais désormais, les chemins sont dégagés. Deux journalistes, un passionné de cinéma et un étudiant en communication audiovisuelle partagent la même conviction, la critique est essentielle dans le milieu du cinéma à Madagascar.

Du 16 au 20 avril, l’atelier de critique de cinéma a sélectionné quatre participants, dont deux journalistes culturels, un passionné de cinéma et étudiant en gestion-comptabilité et un étudiant en communication audiovisuelle. Au terme d’une semaine d’intense travail, de discussions et d’écriture, le bilan est positif. L’envie d’aller plus loin est encore plus grande. Tout au long de la semaine, l’atelier a abordé les enjeux de la critique et ses perspectives, mais il a aussi évoqué les réflexions sur la manière d’appréhender un film et d’entrer dans son univers. L’écriture et la quête d’un style ont été aussi au cœur des discussions.

Ainsi, l’atelier a laissé beaucoup de place aux discussions favorisant les échanges et les confrontations entre les participants. L’expérience leur a aussi permis d’enrichir leur filmographie avec plus de séances collectives au programme. Les RFC étant une fenêtre ouverte sur l’Afrique et le monde, le festival a facilité l’accès aux films et ouvre un espace de découverte de l’Afrique et d’ailleurs, à travers le point de vue des réalisateurs.

Lovatiana Fanomezana Raharinaivo revient pour la deuxième année consécutive et dit « vouloir approfondir l’écriture ». Son domaine de prédilection relève de la communication audiovisuelle mais il est convaincu que la critique peut lui apporter une plus-value pour ses ressources intellectuelles. Valéry Andrianary-Seheno arrive pour la première fois et se félicite de cette entrée en la matière dans le monde du cinéma local à la fois enrichissante et valorisante.

« L’atelier m’a permis d’entrer dans le milieu du cinéma malgache. J’ai vu ce qui se fait au niveau local, j’ai fait des rencontres ! Ca fait plaisir ! Quant à l’atelier, il m’a permis d’avoir une idée plus claire sur comment parler d’un film au public et de m’éclairer sur la mission du (ou de la) critique. Il m’a aussi orienté vers la quête d’un style d’écriture personnel. Par rapport à mes projets futurs, créer un site web où on ne parlera que de cinéma, les acquis sont considérables » témoigne le jeune homme.

L’atelier a été mené en partenariat avec la revue panafricaine des critiques de cinéma, Awotélé. La Société malgache des magasins, par le biais de Jumbo Score, s’est associée aux RFC cette année et se positionne comme étant le premier partenaire de l’atelier de critique. Son soutien à l’atelier témoigne cet engagement. Un partenariat à renouveler lors de l’édition prochaine !

News Mada0 partages

Kick boxing – Afrique : mise sur pied de la sélection malgache

Après avoir suivi à la loupe le niveau technique et physique de chaque tireur présélectionné,  la Fédération malgache de kick boxing a levé le voile sur la liste des combattants qui vont défendre les couleurs nationales au Championnat d’Afrique de kick boxing.

Seuls les meilleurs et ceux qui sont au top de leur forme ont été retenus par la Direction technique nationale qui a rendu son verdict, hier. Madagascar va aligner 12 combattants au Championnat d’Afrique de kick boxing, prévu se dérouler du 23 au 28 avril, au Cameroun. Une liste homogène qui mêle tireurs chevronnés et champions en herbe. Notons qu’une phase de présélection a eu lieu après le Championnat de Madagascar à Fianarantsoa pour repérer les boxeurs. Et ce, dans plusieurs catégories et disciplines.

En low kick, on retrouvera Vazaha (-51 kg), un tireur qui vient de faire parler de lui au sommet national. Sans surprise, le champion du monde Justin Zafy Mariamo va batailler dur chez les -54 kg. Le natif de Fianarantsoa, Rojolalaina, sera en lice chez les -60 kg. Tahiry, Tafita et Jimmy complètent l’équipe masculine. Il n’y a pas également eu de surprises chez les dames. La championne du monde, Faratina, sera engagée chez les -52 kg, Fahendrena combattra chez les -56 kg et Larissa chez les -60 kg. De belles figures de proue qui n’ont rien à envier aux autres combattantes africaines.

Madagascar alignera également des tireurs dans la discipline K1 Rules. Il s’agit de Figo (-51 kg), la fille unique du groupe, Mioratina (-52 kg) et le vaillant Alain (-60 kg). Une équipe de choc qui devrait faire le poids face aux Africains. L’heure est au regroupement national pour suivre des entraînements intensifs.

Rojo N.

News Mada0 partages

COSAFA cup : Madagascar-Mozambique en prélude

Fin du suspense. Le calendrier du tournoi Cosafa Cup, du 27 mai au 9 juin, en Afrique du Sud, a été dévoilé et Madagascar est dans le groupe A avec des équipes qui ne sont pas les moindres. Les Barea de Madagascar ouvriront le bal pour cette édition. Ils vont défier les footballeurs mozambicains pendant leur premier match au stade Old Peter Lokaba. Ils seront ensuite au coude-à-coude avec les Seychellois, le 29 mai, avant de retrouver les Comores, le 31 mai.

Notons que les équipes participantes à ce plateau sont composées  uniquement de joueurs locaux. La Zambie, la Namibie, le Swaziland, le Lesotho, l’Afrique du Sud et le Zimbabwe sont qualifiés d’office pour les quarts de finale les 2 et 3 juin. Le vainqueur de la phase de poule du groupe A défiera les Sud-Africains et celui du groupe B rencontrera le Zimbabwe. C’est l’occasion pour Madagascar de d’engranger des points au classement de la Fifa.

Rojo N.

News Mada0 partages

Rugby – top 6 : FTM face à l’ESRC, Cosfa retrouve RCSP

Les organisateurs du Top 6 océan Indien entament la sixième journée, ce dimanche, au stade Julius Bernard-Saint-Paul, à La Réunion. Ces deux matchs clôtureront la phase de groupe et sont considérés comme de véritables demi-finales. Les représentants malgaches devront repousser la mêlée adverse bien que leurs adversaires aient l’avantage du terrain. FTM Manjakaray retrouvera les géants de l’Etang Salé rugby club tandis que Cosfa va en découdre avec RC Saint-Paul.

Le match aller du groupe B opposant FTM, champion de Madagascar, à l’Etang Salé (vice-championne de La Réunion) s’est soldé par un match nul. Les deux formations se sont séparées sur le score de 20 partout. Quant aux militaires de Cosfa, malheureux finalistes du Championnat national, ils sont obligés de sortir l’artillerie lourde après leur défaite à domicile. Les protégés de Noe Imboasalama se sont effectivement inclinés face au RC Saint-Paul. Ils peuvent encore renverser la situation vu le score à la fin du temps réglementaire (26-20).

Rojo N.

News Mada0 partages

Chronique : fonction publique : recherche d’adéquation avec sa vocation

La pauvreté accable une grande majorité de la population, on ne peut conclure pour autant que le pays ne possède richesses ni n’offre des potentialités de s’enrichir. Cohabite en effet avec les miséreux une minorité de privilégiés qui ne s’encombrent pas d’état d’âme pour jouir de leurs biens au grand jour, certains parfois avec arrogance, attitude qui ne peut que contribuer à accentue un sentiment de frustration voire de jalousie dans la classe des démunis. Nombreux avis suspectent à tort un peu vite les richesses voyantes rapidement amassées, et font un amalgame injuste entre brusque enrichissement et biens mal acquis. Toutefois on remarque que le pays ne dispose pas d’un nombre de fonctionnaires pour exercer un suivi ni sur les sources de fortune ni sur le bien-fondé de tous les revenus. Le personnel des services techniques ayant la double vocation, d’une part de taxer la part qui revient à l’Etat en taxes et impôts et d’en assurer la perception, d’autre part de traquer les récalcitrants et de sanctionner les infractions, reste largement insuffisant en rapport à l’immensité de ces charges. Ainsi une importante partie des recettes qui lui sont dues échappe à l’état, resquilleurs et délinquants en col blanc s’engraissent au vu et au su de tous sauf à ceux des services intéressés. Pourtant il semble bien que les gendarmes financiers internationaux ont exigé un effort particulier en vue d’une réduction drastique du nombre de fonctionnaires, tout en imposant une amélioration du taux de pression fiscale.

A première vue ces deux «directives» se contredisent, avec moins on ne peut réussir plus. Cependant à bien y regarder, on peut s’interroger à propos de la charge de travail affectée à nombre de fonctionnaire planqués dans les bureaux de plusieurs ministères, encore que faire une relation entre travail et bureau nécessite ici de faire appel à l’imagination : certains services recensent un nombre de fonctionnaires plus élevé qu’ils ne possèdent de places assises. A décharge on peut noter que l’on utilise improprement l’appellation «fonctionnaire», le personnel que salarie l’Etat n’est pas composé que de fonctionnaires, il existe des catégories qui ne répondent pas aux critères, telles celle des ELD (employé de longue durée) et celle des ECD (employé de courte durée). Des Eld particulièrement on sait l’usage abusif qu’en font les hautes autorités politiques autant à but électoral que par inclination vers le népotisme.

Dans un esprit de justice on aurait tort à vouloir plus qu’il ne faut porter en dérision les fonctionnaires, il n’en reste pas moins que les hauts responsables de la Fonction publique n’ont pas fait et ne font pas leur vrai boulot : mener une réflexion et établir une politique pour que la Fonction publique réponde aux vraies nécessités du pays et de l’Etat, sa fonction est de servir d’outil pour donner à l’Etat les capacités de satisfaire avec efficacité à ses multiples obligations. Or tout démontre plus qu’une tendance, une dérive à une instrumentalisation de la Fonction publique à des fins politiciennes voire à des profits particuliers.

Réformer la Fonction publique constitue une priorité, le dire ne fait pas nécessairement des amis. Il y va pourtant de l’intérêt de tous, y compris des fonctionnaires, au moins de ceux qui possèdent le sens de l’Etat et donc conscience de leur rôle. Une évolution voire une révolution dans cet esprit ne peut que jouer en leur faveur : davantage de considération et en conséquence une légitimité de révision de leur statut et des accessoires ni tout à fait ni simplement accessoires.

Tous les candidats n’auront sûrement ni l’audace d’en parler, ni les moyens ne serai-ce que d’imaginer la manière de l’entreprendre. Cela ne se fera évidemment pas en un jour, mais plus on tarde à s’y atteler plus on éloigne les circonstances indispensables au démarrage du développement. Le prochain président a la lourde charge de devoir imprimer une dynamique à cette révolution, et pour bien faire de savoir au préalable convaincre de l’urgence de cette opération indispensable pour briser le cercle vicieux de la pauvreté avec lequel on ne parvient pas à rompre et que la population vit comme s’il s’agissait d’une fatalité.

En parlant de ça on se rappelle un candidat qui avait en son temps claironner comme slogan «la pauvreté n’est pas une fatalité», bien sûr que cette affirmation concerne une hypothèse qui peut s’avérer juste, encore faut-il s’en donner les moyens et au préalable inventorier ceux-ci.

La Fonction publique constitue un outil indispensable pour le fonctionnement de l’état, jusqu’ici elle n’a pas bien rempli son rôle, s’il est indispensable d’y apporter une nouvelle politique on revient encore au même constat, les dirigeants et particulièrement le Président doivent opérer à commencer par eux une véritable transformation de leur état d’esprit, condition indispensable pour espérer réussir le changement que réclame le peuple. «Osez, osez, pour l’intérêt de tous autant que certains l’ont osé, mais malheureusement pour des profits personnels, particuliers et partisans.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Madagascar et son nouveau gouverneur général (2) (Suite.)

Schrameck ne s’embarque pas sans biscuit. Sa colonie est lointaine. Pendant la guerre, les communications sont difficiles. Il faudra qu’il fasse œuvre personnelle, qu’il gouverne. Il doit donc avoir «les pouvoirs forts» qui lui éviteront la pénible obligation d’employer toutes les cinq minutes le câble pour demander des instructions… ou recevoir des contre-ordres.

Son premier devoir, semble-t-il, à moins que les événements ne changent bien rapidement, c’est de se consacrer aux problèmes complexes du ravitaillement, d’autant qu’en solutionnant ceux-ci on peut préparer «l’après-guerre».

Production, main-d’œuvre, achat ou réquisition, transports intérieurs, expédition, frets. C’est la banalité même d’un programme plus facile à énoncer qu’à réaliser. Madagascar possède à cet égard des ressources considérables qui ont déjà été mises à profit. On peut les développer… mais il faut transporter. Ce ne sont pas ces premières opérations, indispensables cependant, qui enrichiront la colonie, ni alimenteront à proprement parler ses budgets.

Le nouveau gouverneur général qui vient d’être préfet à Marseille pendant plusieurs années, années de guerre, doit bien être au courant de toutes ces questions de négoce, de transport et d’armement ; il y apportera l’esprit subtil des grands Phocéens, les connaissances acquises et l’autorité d’un chef.

Parmi les productions grâce auxquelles la Grande Île peut, tout en vivant et se développant par l’agriculture intensifiée selon les méthodes les plus modernes, aider la métropole, il faut songer aux matières premières industrielles, nécessité de guerre d’aujourd’hui, espoir commercial de demain. Madagascar a fourni largement la viande et les légumes, son sol immense (585 583 kilomètres carrés) à peu près égal à celui de la France, très riche et très varié, peut, sans abandonner ces éléments primordiaux, fournir d’autres aliments à la lutte économique en perspective. On n’a pas «industrialisé» Madagascar ; on ne l’a pas exploitée, on l’a saignée : tout ce qui était à prendre a été pris, il reste… ce qu’il faut chercher, ce qui nécessite du travail et des capitaux.

(À suivre.)

Boulland de l’Escale.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

La Vérité0 partages

Transport aérien - Air Madagascar sur la bonne voie en termes de ponctualité

Des efforts colossaux. Dans le cadre de son plan de redressement, « Alefa 2027 », en partenariat avec Air Austral, la compagnie aérienne nationale a relevé le défi d'être ponctuelle. Et actuellement, elle est sur la bonne voie. « Nous avons déployé les mesures nécessaires pour que sur les 100 vols exécutés, 85 soient ponctuels », explique Rolland Besoa, directeur général d'Air Madagascar. Et les efforts de la compagnie portent ses fruits.

« Nous avons déjà eu des échos positifs par rapport à l'amélioration de notre gestion du temps. Toutefois, il existe encore des clients insatisfaits. C'est pour cette raison que nous continuons à faire des efforts. Nous voulons qu'Air Madagascar retrouve sa bonne réputation d'autrefois », continue-t-il. Pour précision, un vol est encore considéré comme ponctuel quand le décollage ou l'atterrissage s'effectue un quart d'heure après l'horaire prévu. Une évolution a également été constatée en ce qui concerne les annulations. La compagnie fait encore face actuellement à des problèmes techniques, d'où l'annulation de certains vols. Cependant, elle essaie de réduire autant que possible la durée de report de ces vols.  Recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Encore intacte !

Les quatre longues années d'absence d'Andry Nirina Rajoelina, ancien Chef d'Etat intronisé au moment de la Transition, n'ont pas eu raison de la popularité de ce jeune meneur d'hommes  auprès des Malagasy. Le capital-confiance dont il jouissait  n'a jamais fait l'objet de la moindre écorchure ni montré la trace d'aucune égratignure.

A Ambilobe, durant  la célébration de la Journée mondiale de la femme, le 8 mars 2018, Andry Nirina Rajoelina avait fait le plein, littéralement parlant, sur le stade municipal de la ville. Hommes et femmes, jeunes et ainés envahirent le lieu. Profondément acquis et sérieusement intéressés par les voies et les moyens que le leader de la Révolution Orange devait présenter pour débarrasser le pays de ce « merdier » où il s'était embourbé, ils étaient venus très nombreux. Un engouement populaire tellement inattendu, en haut lieu, qu'il déclenchait la colère des chefs. La population d'Ambilobe, ayant voté en 2015 un maire de la couleur MAPAR, restait fidèle à son choix et éprouvait un attachement indéfectible à l'endroit de l'ancien locataire d'Iavoloha. La gigantesque mobilisation lors de la descente de Rajoelina témoignait l'effectivité de la popularité dont ce dernier bénéficiait dans cette localité et ses environs.A Mahajanga, la population éprouva le même sentiment vis-à-vis du jeune fondateur et dirigeant du MAPAR. Le maire de Mahajanga, de la couleur « Orange », Mocktar Andriatomanga, tenait à faire venir son « patron » dans sa ville pour inaugurer des « zava-bita », fruits des efforts propres de la Commune. Et la population, mise au parfum de l'initiative du jeune premier magistrat de la ville, exultait, seulement, à l'idée voir venir sur place l'hôte de marque qui ne manquerait, certainement pas d'exposer l'Initiative pour l'émergence de Madagascar (IEM) comme ce fut le cas à Ambilobe. Le pays en a vraiment besoin d'un salut apte à le faire sortir de cette situation déroutante. Comme nous le savions tous, le régime empêchait, par tous les moyens, la tenue des cérémonies. Les tenants du pouvoir, manifestement aux abois et par des méthodes cavalières, ont tout fait pour que la population majungaise,  acquise à la cause du MAPAR, soit privée de son droit et de sa liberté.A Vohipeno, à l'invitation de l'église catholique, de la place, à l'occasion de la béatification de « Ramose » Julien Botovasoa, Andry Nirina Rajoelina prenait pour une grande estime et un sacré devoir à honorer de sa présence la cérémonie. Lui-même un fervent catholique ! Toute la population de la région environnante (Manakara, Farafangana) s'était mobilisée pour l'accueillir. Partout où il se déplaçait, la foule voulait lui manifester son soutien. Elle l'avait affiché publiquement d'ailleurs le jour même de la cérémonie ! Une vive popularité que n'importe quel dirigeant politique rêverait en goûter surtout en cette veille des élections.Gageons que les populations des autres chefs- lieux de Régions ou Districts se démèneraient à organiser la venue du jeune concepteur de l'IEM.   En somme, en dépit des sept cent soixante jours, environ, d'absence dans le pays, le lien d'amitié et la relation de confiance qui unissent l'ancien président de la Transition, Andry Nirina Rajoelina, avec son peuple restent vivaces.  La cote de popularité, avoisinant l'acmé, que le jeune leader de la Révolution Orange bénéficiait auprès de la population est encore intacte.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

SECES Tanà - « La crise est imminente »

Les syndicalistes de l’université d’Antananarivo reviennent à la charge. Le Gouvernement actuel n’est plus en mesure d’appliquer  les lois en vigueur. Il  n’arrive plus à honorer ses obligations et ses responsabilités envers le Syndicat des enseignants-chercheurs et des chercheurs enseignants de l’Enseignement supérieur (SECES) section Antananarivo.  Cela fait des mois que le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES) a entamé les procédures afin de régler les arriérés de ces enseignants-chercheurs et chercheurs- enseignants mais elles ont été insatisfaisantes.

En particulier, le  paiement des indemnités des enseignants-chercheurs retraités a été promis depuis le mois de janvier 2016. Des entrevues ont successivement eu lieu.  Des dates  ont été indiquées pour la paie. Or,  jusqu’à maintenant, les concernés n’ont pas encore perçu leur part. En outre, la mise en application des décrets  faisant référence au système Licence-Master-Doctorat reste des propositions. Or, ces décisions ministérielles ont pour but de résoudre les problèmes rencontrés dans l’enseignement supérieur notamment sur l’obligation de service qui demeure irrecevable. Ces faits les amènent à dire que la crise est imminente. Dans ses propos, le SECES section Tanà fait appel à la conscience des dirigeants à prendre la bonne décision. « La démission constitue une responsabilité et non un crime dans ce genre de situation » , évoque-t-il. Depuis des mois, les insécurités règnent sans oublier les  corruptions qui gagnent de terrain. Ce sont les paramètres qui indiquent l’ampleur de la situation à Madagascar. Dernièrement, ces syndicalistes ont interpellé le pouvoir étatique pour la tenue d’une concertation régionale suivie d’une rencontre nationale. Ils émettent un doute sur une véritable crise. Etant donné que des minorités essaient de tirer profit des différentes péripéties agitant le pays en le détruisant tout en amenant la population vers la ruine. Cette proposition se veut de mettre en place une solution durable et efficace et qui requiert la participation de tous les acteurs indispensables. Les résultats de la rencontre doivent être acceptés par les différentes entités opérant dans les domaines politiques, sociaux, culturels, économiques,  religieux et  diplomatiques.  Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Analakely - Deux voleuses et une arnaqueuse jetées en prison

Les limiers du commissariat du 1er Arrondissement ont toujours beaucoup  à faire pour sévir contre les auteurs d’infractions  de tout acabit dans le secteur d’Analakely. Mardi, leurs gibiers étaient cette fois trois femmes, qui furent jetées en prison depuis. Deux d’entre-elles  prénommées Nathalie et Haingotiana ont été interpellées par un commerçant car elles étaient prises en flagrant délit de vol du sac à main contenant une somme d’argent d’une cliente dans son magasin.

Les négociants étaient en effervescence. Pas plus tard que le 14 avril dernier,  ils ont déjà épinglé ladite Haingotiana lorsqu’elle a  essayé de voler encore un autre sac à main contenant 450 000 ariary. Cependant, l’assistance l’a relâchée après qu’elle eût remis l’objet. Deux jours plus tard, c’était au tour de Nathalie d’être en état d’arrestation au moment où elle a voulu s’emparer d’un sac avec 2 millions d’ariary à l’intérieur. Exactement comme avec le cas de Haingotiana, elle fut libérée après qu’elle eut restitué le sac en question.Mais loin de s’assagir, les deux ont récidivé plus récemment, obligeant ainsi les commerçants à appeler la Police.Durant leur audition, les concernées ont expliqué qu’elles sont cousines germaines. Le mode opératoire consiste le plus souvent pour elles à s’introduire ensemble dans le centre commercial. Mais seule l’une d’elles commet le vol. Elles semblent ne s’être trop inquiétées en cas d’arrestation car les gens les relâchent toujours. Mais la même journée du 17 avril, une poignée de personnes était venue déposer une plainte au bureau de la Police en déclarant avoir été arnaquée par une femme de 53 ans prénommée Lala Marie. Les victimes sont généralement des ruraux qui rejoignent la Capitale et tombent dans le piège.  Le mode opératoire de cette quinquagénaire relève du puérilisme qu’il ne puisse paraître. Elle feint d’abord d’engager la conversation avec sa victime avant de la supplier de remettre une enveloppe sous pli fermé à un endroit situé pas très loin. Et Lala Marie propose qu’elle va rester sur place et  suggère son  interlocuteur (trice) de garder sur elle les effets ou autres objets de valeur appartenant à   la personne dupe, le temps que cette dernière remette le colis comme son interlocutrice l’a lui recommandé. Or, une fois que la victime tourne le dos, Lala Marie profite pour s’enfuir avec les effets de la première. Il a donc fallu que ces personnes aient réagi pour que les manèges de la quinquagénaire s’arrêtent finalement. Comme les deux premières, celle-ci était placée sous mandat de dépôt à Antanimora. Franck Roland

Tia Tanindranaza0 partages

CubaMiguel Díaz-Canel no filoha vaovao

Miguel Díaz-Canel indray no filoha mitantana an’i Cuba nanomboka omaly alakamisy.Tapitra hatreto izany ny fitondrana Castro izay efa naharitra 60 taona ka nifandimbiasana mpirahalahy dia Fidel sy Raul Castro.

Injeniera amin’n’ny herinaratra , mpampianatra eny amin’ny oniversite ary efa avy ministry ny fampianarana ambaratonga ambony i Miguel Díaz-Canel, tsy dia be resaka firy fa anisan’ireo manampahaizana Kiobanina manana ny maha izy azy kosa anefa, ary matetika izy no misolo tena an’i Cuba amin’ireo fihaonana iraisam-pirenena.Filoha lefitra izy mialohan’izao ary mpikambana mavitrika ao amin’ny antoko kaominista.Voalaza fa niasa mangina ary nanampy hatrany an’’i Raul Castro izy, olona azo ambara hoe tsotra ary 58 taona izy ankehitriny.  

Maherin’ ny 100 000 ny olona nidina an-dalambe manerana faritra maro tany Frantsa omaly .Mampiseho ny tsy fahafaliany noho ny fihenan’ny fahefa-mividy izy ireo; maro no mahatsapa fa miha sahirana.”Macron filohan’ny mpanakarena… saribakolin’ireo tompona orinasa”.Izany sora-baventy nolanjain’ireo mpigrevy ireto.Nahery vaika ny hetsika omaly satria nisy tao Paris renivohitra ny fifandonana teo amin’ny mpanao fihetsiketsehana sy ny mpitandro filaminana.

Hamoaka tondrozotra momba ny fanarenana an’i eoropa sy fanomezana hainga vao ny toekarena ny Alemana sy ny Frantsay amin’ny volana jona.Tompon-kevitra amin’ity asa goavambe ity ny filoha Frantsay Emmanuel Macron izay nitsidika an’I Berlin sy nihaona tamin’ny Chancelière Alemana Angela Merkel omaly.Ampitomboina ny tetibola ary hanana minisitry ny vola tokana ny  Eurozone, izany hoe ireo firenena Eoropeana 19 mampiasa ny vola euro.Misy ny zavatra tsy maintsy amboarina taorian’ny nialan’ny Anglisy tao amin’ny vondrona eoropeana.Hita ihany anefa fa misy ny tsy fitovian’ny fomba fijery eo amin’ny Frantsay sy ny Alemana momba ity vola euro ity, ny roa tonta anefa no ambara fa firenena avokavoky ny vondrona eoropeana ary manana ny toekarena matanjaka indrindra.Mbola hitohy ny fifampidinihana sy fifandresen-dahatra. 

 

Tia Tanindranaza0 partages

VEHIVAVY MPANGALATRA

Nidoboka am-ponja eny Antanimora ireo vehivavy roa izay mpangalatra anaty toeram-pivarotana etsy Analakely. Ny roa dia mpihavana ihany ary mivelona amin’ny fangaronana ny paoketran’ny mpividy. Efa im-betsaka sarona izy ireo saingy mamindra fo ny olona ka afaka hatrany. Tamin’ity indray mitoraka dia ny mpivarotra mihitsy no nisambotra ary nanatitra azy roa vavy teny amiin’ny polisy.

LALANA RN4

 Voatery namoronana làlana tany ambany tetezana misy rano tetsy amin’ny RN4 izay mifanandrify amin’Andranofeno, noho ny fisian’ny kamiao lehibe izay nanao lozam-pifamoivoizana ny alarobia teo ka nanimba ny tetezana. Niteraka fitohanana izany ary nikorontana arak’izany ny fifamoivoizana. Sahirana ireo fiara kely satria mandeha anaty renirano ilay làlana vonjimaika.

 

BASY NIREFOTRA TANY ANTSIRABE

Nirefodrefotra ny basy tao Ivohitra Antsirabe ny alin’ny alarobia teo. Samy nanidy ny tranony ny olona noho ny fatahorana sao ho voatafika. Ny maraina vao samy nahafantatra ny fisian’ny lehilahy iray izay maty voatifitry ny polisy. Izy io dia efa malaza ratsy eo an-tanàna noho ny fanaovany fanafihana mitam-piadiana. Efa im-betsaka niditra ny fonja koa kanefa afaka hatrany fotoana fohy aty aoriana.

 

SINOA VOATAFIKA TENY MAIBAHOAKA

Notafihan’ny jiolahy miisa fito ny sinoa mipetraka etsy Maibahoaka-Ivato. Vola 200 tapitrisa ariary no lasan’izy ireo tamin’izany, omaly tamin’ny  telo maraina. Nofatorana ny mpiasa an-trano ary nodarohina kosa ireo sinoa miisa telo. Mbola tsaboina eny amin’ny hopitaly hatramin’ny omaly ny iray tamin’ireo vahiny. Tao anaty baoritra roa no nisy ny vola ary avy hatrany dia hitan’ireo jiolahy avy hatrany ny toerana nisy izany.

HALATRA MOTO

 

Nobatainy ny moto izay nipetraka teo an-tokotanin’olona ary napetrany tany amin’ny dadatoany. Tetsy Andraisoro no very izany ary tetsy Soavimbahoaka kosa no nafenina. Navoaka tao ihany ary natosika saika haterina eny amin’ny mpividy no saron’ny polisy. Tsy nisy taratasy mihitsy na ny kely aza ary voatery nosamborina ilay olona. Teo no nahafantarana fa entana halatra izany. Efa nisy fitoriana nifandraika tamin’ny bikabika, ny marika ary ny lokon’ilay moto rahateo hany ka nanamora ny fanamarinana izany.

 

VONO AFO POLITIKA

 

Manahy mafy, hono, ireo mpitarika ny fikambanan’ny mpianatra eny Ankatso ny hisian’ny fanakorontanana mandritry io hetsika ataon'ny Solombavambahoaka rahampitso io, ka hiteraka savorovoro eto amin'ny firenena. Tsy atao tohatra fiakarana ahazoana seza isaky ny misy hetsika tahaka izao izy ireo, hoy ny fanambarana. Afaka manao ny tatitra am-kahalalahana ireto Solombavambahoaka fa aoka kosa tsy hitarika fanakorontanana ny firenena. Tsy nisy angamba nilaza ny hanao tohatra fiakarana ny mpianatra na niantso azy ireo manokana, saingy toa asaina miteny dia miteny e! Mpitarika mpianatra sa mba efa te ho lasa mpikarama an’adin’ny fanjakana ihany koa? FANAKORONTANANA

 

Efa misy sahady ny vola mitosaka eny ambany tanàna mba hanohitra izay olona ho tonga eny amin’ny lapan’ny Tanàna amin’ny sabotsy hoavy izao. Nisy nahazo sary mihitsy aza ny mpanao politika sasany izay iraky ny mpomba ny fitondràna. Midika izany fa raha misy ny korontana amin’io fotoana io dia tsy ny olona ho tonga eny velively no tompon’andraikitra fa kosa ireo nokaramaina hanakorontana.

 

ALAOTRA

 

Namaky bantsilana ireo antony heverin'izy ireo tsy mampahomby ny fiarovana ny zetra ao Alaotra ny vondrona olona eny ifotony. Nanambara ny tao Andreba gara fa rehefa tonga eny amin'ny fitsarana ny raharaha momba ny zetra dia very anjavony. Nomarihan’izy ireo fa toa atao ho an'ny olo maventy ny lalàna fa tsy any olo madinika. Miezaka mikajy ny tontolo iainana izahay hoy ny mponina ao andreba saingy tsy vitsy ihany koa ireo be lamosina manimba.

 

Nandritra ny fakan-kevitra omaly teny ifotony dia samy nilaza ny tao am-pony ny rehetra ka nivoitra avy amin'izany fa sakana amin'ny fikajiana tontolo iainana ny tsy fahatanterahana ny fampiharana ny lalàna.Tiana ny mampahafantatra fa amin'ny velaran-jetra 83 ha izay natao ho fonenana bandro teo aloha dia tsy misy afa tsy 40 ha sisa ankehitriny.

 

HISY NY FEHIN-KEVITRA

Isantaona dia misy hatrany ny fanapotehana ao alaotra ka tsy mahagaga raha miha ratsy hatrany koa ny lafiny tontolo iainana.Hisy ny fehin-kevitra hivoaka amin'ity herinandro ity hitadiavana vahaolana mahomby mba hanatsarana ny fomba fiasa amin'ny fikajiana ny tontolo iainana. Ry zareo avy eo anivon'ny Durell sy ny Gerp no fantatra hanome tananana amin'izany.

 

BAKALOREA                                                                       

Mampatsiahy ireo tompon-tsekoly, ireo Ray aman-dReny ary ireo mpianatra ny Ofisim-pirenena ho an’ny Bakalorea, fa ny 27 Aprily 2018 ho avy izao amin'ny 6 ora hariva no fara fandraisana ny antontan-taratsay fisoratana anarana isaky ny " Office du Baccaloréat" manerana ny faritany. Hanomboka ny 02 jolay 2018 kosa ny adina ara-panatanjahantena.

 

Tia Tanindranaza0 partages

IKM Antsahavola5 taona nampiroboroboana ny kolontsaina Malagasy

Feno dimy taona sahady ny Ivon-toeran’ny Kolontsaina Malagasy (IKM) etsy Antsahavola. Omaly no nanokafana ny fankalazana tamim-pomba ôfisialy notarihin’ny Minisitry ny kolontsaina sy ny fiarovana ny vakoka.

 

Nambaran-dRabenatoandro Andry, filohan’ny komity mpanatanteraka eo anivon’ny IKM nandritra izany fa anisan’ny antom-pisian’izy ireo ny hampiroborobo ny kolontsaina Malagasy. Tafiditra ao anatin’izany ny fanomezan-danja  ireo karazana kilalao sy fomba amam-panao Malagasy izay tokony ho fantatry ny taranaka faramandimby ankehitriny. Eo ihany koa ny resaka vaky boky amin’ny alalan’ny fametrahana ny médiathèque… Diso variana loatra any amin’ny firoborobon’ny teknolojia avo lenta mantsy ny ankizy sy tanora ankehitriny hany ka tsy maintsy tantanana sy hampiana. Hitohy anio zoma sy rahampitso Sabotsy ny hetsika izay misokatra ho an’ny rehetra raha mandritra ny herin-taona kosa no hanaovana ny fankalazana. Hisy ohatra amin’ity andro anio ity ny fandraisana ireo mpianatra avy amina lisea vitsivitsy eto an-drenivohitra ho fampahafantarana ny IKM sy hahafahan’izy ireo mihaona mivantana amin’ireo mpandraharaha. Hitohy amin’ny fitantarana angano ho an’ny ankizy izany rahampitso sabotsy iarahana amin’ny mpanoratra ny Eja raha eo ihany koa fampisehoana lamaody miaraka amin’ny Modus Mode.

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanitarana ny seranan-tsambon’i ToamasinaManara-maso akaiky ny tetikasa ny BIANCO

Notanterahana omaly tetsy amin’ny Ministeran’ny fitaterana sy ny fampahafantarana ny toetry ny andro Anosy ny atrikasa fanentanana sy fanetsehana hisorohana ny mety hisian’ny kolikoly amin’ny tetikasa fanitarana ny seranan-tsambon’ny Toamasina.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vokatra ronono eto MadagasikaraMbola ambany dia ambany

Hiditra amin’ny andiany faha 4 ny 18 ka hatramin’ny 20 mey izao ny foira ekonomika lehibe ao Vakinankaratra na ny « Zovy 2018 » atao ao Antsirabe.

 Nisy ny fampahafantarana tamin’ny ankapobeny momba ity hetsika ity tetsy amin’ny FDL Anosy omaly no sady nanararaotan’ny lehiben’ny faritra avy any an-toerana, William Rakotonarivo, sy ireo mpikarakara ny hetsika ihany koa moa nilazana ny tontolom-piainan’ireo tantsahan’i Vakinankaratra, izay mameno ny 85%n’ireo mponina. Isan’ny mampalaza iny faritra iny moa ny famokarana ronono saingy nanambara izy ireo fa mbola tsy ampy hahafahana manenika ny famokarana vokatra vita amin’ny ronono manerana an’i Madagasikara hatreto ilay 24.000 litatra isan-taona. Ny 60%n’ny filana ronono amin’ireo orinasa mila izany hatreto no sarona fa ny 40% kosa dia mbola ilantsika ny fanafarana vovo-dronono avy any ivelany. Ilaina araka izany, hoy izy ireo, ny fitadiavana fiaraha-miombon’antoka sy fampianarana ireo tantsaha hiditra bebe kokoa amin’ny fiompiana omby vavy be ronono satria mbola malalaka ny tsena anatiny amin’iny sehatra iny. Ankoatr’izay moa dia ho maro lafy ireo vokatra avy any amin’iny toerana iny ho aranty anaty tranoheva miisa 120 eo ho eo, toy ny paiso sy ny ovy ary ny kaki. Ny tanjona dia nahafahan’ireo tantsaha sy mpandraharaha mahazo tombony sy hamokatra avo 100 na 1000 heny amin’ny ankehitriny, hoy hatrany ny mpikarakara.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

CEG Amboatavo ItaosyNahazo solosaina hampianarana informatika ny mpianatra

Nahazo solosaina feno miisa dimy avy amin’ny Consulat de Monaco omaly ny CEG eny Amboatavo, kaominina Ambavahaditokana distrikan’Antananarivo Atsimondrano. Tonga nanolotra izany teny an-toerana Rtoa Niry Rabemananolontsoa,

 

 filoha lefitry ny  Consul de Monaco izay nanazava fa tafiditra ao anatin’ilay tetikasa  solosaina  izay efa notanterahin’izy ireo hatramin’ny taona 2005 izao  ezaka fanampiana izao. Sekoly miisa 200 hatreto no efa nahazo tombontsoa tamin’izany teto Antananarivo raha mihoatra ny 1.000 isa kosa solosaina efa nozaraina. Tanjon’ny mpanome ny hanatsarana ny fahaizan’ny mpianatra mikirakira solosaina, indrindra amin’izao vanim-potoana hiainantsika izao. Nambaran’ny talen-tsekoly  Rabesandratana Seraphins moa fa ireo mpianatra ao amin’ny taona fahafito no tena hahazo tombontsoa amin’ny fampiasana ireo fitaovana ireo aloha amin’ity taom-pianarana ity. Hiitatra amina kilasy hafa izany amin’ny taona ho avy. Mbola manana olana amin’ny resaka foto-drafitrasa mantsy izy ireo ka anisan’ireny ny tsy fahampian’ny efitranon-tsekoly hianarana. Toraka izany koa ny resaka mpampianatra  izay miisa 19 saingy handeha hisotro ronono ihany koa ny efatra amin’ity taona 2018 ity. Miisa 557 moa ireo mpianatra manovo fahalalana ao amin’ny CEG Amboatavo ankehitriny raha 13 kosa ireo mpandraharaha.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ho hitan’ny havany eo

Mandragaranga hery sahady ny HVM, fa vonon-kiady raha mbola minia mirisika hamory vahoaka hanohy ny fampibaribariana ny tetikady malotony amin’ny lalàm-pifidianana ireo depiote mpanohitra.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ligue des Champions Matsiatra AmbonyMitarika miaraka ny Zanakala Fc sy ny Fomela Ambalavo

Taorian’ny andro faha-3 amin’ny fiadiana ny ho tomponkan’ny baolina kitra na ny “ligue des champions” any Matsiatra Ambony tontosa tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo dia mitarika vonjimaika manana isa 9 avy ny Zanakala Fc

Any amin’ny kianjan’Ampasambazaha ny 21/04/18

13:00-ZANAKALA FC # MARIA MAN JAKA FC

15:00-AS JIRAMA # FC B

Kianja Ampasambazaha 22/04/18

13:00-VAS-Y BOAIKELY # SUCA FOOT

15:00-LE RELAIS FC # AKON'AMBATOMENA

Kianja Ambalavao 22/04/18

15:00-FOMELA CLUB # FC LAM

 

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalaon’Iarivo andiany voalohanyEkipa 147 avy amin’ny orinasa 40 no handray anjara

Fantatra tao amin’ny dinika ara-teknika notontosaina tetsy amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina tamin’ny alarobia 18 aprily lasa teo fa ekipa miisa 147 avy amina orinasa manodidina ny 40 latsaka kely any ho any no handray anjara amin’ilay “jeux corporatifs” karakarain’ny Kaominina Antananarivo-Renivohitra nampitondrainy ny anarana hoe :

 "Lalaon'Iarivo" andiany 1 ho tontosaina manontolo ao anatin’ny faritry ny kianjan’i Mahamasina rahampitso sabotsy  21 sy amin’ny alahady 22 aprily 2018 tontolo andro. Lalao natokana ho an’ireo mpiasa tsy manan-kara-pilalaovana matihanina (non licencés) eny anivon’ireo toeram-piasana samihafa nisoratra anarana izy ity ka ny ekipa 32 amin’ireo dia hifaninana amin’ny lalao baolina kitra, ny 27  amin’ny taranja basket mixte, 19 hifaninana amin’ny tsipy kanetibe, 18 hilalao lawn tennis, 17 hanao volley ball mixte, 15 hilalao belote, 12 hilalao tenisy ambony latabatra ary ekipa 7 no hifaninana amin’ny basket vehivavy. 21 et 22 aprily2018.

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana Mampiely Baiboly MalagasyMamarana ny fandoavana ny trosa ivelany sisa

Rehefa nandalo olana ara-bola nandritry ny 1 taona sy tapany ny fikambanana mampiely baiboly malagasy na ny FMBM, hoy ny sekretera jeneraliny, Ny pasitera Hubert Rakotoarivony, dia isaorana an’Andriamanitra fa efa manomboka miarina.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ministeran’ny asa vaventyFividianana fiara “4x4” miisa 25 ve no tena laharampahamehana

Nanolotra fiara miisa 25 ho an'ny Ministeran'ny Asa Vaventy ny Filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina omaly maraina teny.

 Ny Minisitry ny asa vaventy Eric Razafimandimby, tompon’andraikitra voalohany no nanao ny fandraisana ara-teknika izany teny Iavoloha. Ireto fiara ireto dia noviadiana tamin'ny volam-panjakana madiodio. Voalaza moa fa hanohizana ny fanamboaran-dàlana eto an-drenivohitra sy any amin'ny faritra izy ireo. Endriky ny fisandratana sy fampandrosoana izao, hoy kosa ny Filoha. Natolotra ho an'ny Ministeran'ny Asa Vaventy izy ireo, ka 22 ho an'ny rantsa-mangaikan’ny ministera isam-paritra, ary ny 3 ho an'ny ministera foibe eto Antananarivo. Tena tanjona ho amin’ny fampandrosoana tokoa sa firobarobana? Sa kosa mety ho fanadiovam-bola maloto? Toa mampieritreritra ihany mantsy hoe ao anatin’ny fotoan-tsarotra tahaka izao ve hividianan’ny fanjakana fiara tsy mataho-dàlana raitra. Raha kotiana tsotsotra hoe 120 000 000 tapitrisa ariary ny iray, dia manome 3 000 000 000 Ariary izany ireo. Fanompana vahoaka an-kitsirano no handraisan’ny maro izany satria tsy laharam-pahamehana mihitsy izany hividy fiara 25 ho ana ministera izany mitaha amin’ny fidangan’ny vidim-piainana. Fanamboaran-dàlana ahoana ihany koa moa no hilana fiara tsy mataho-dàlana? Raha fanamboarana sy fikojakojana ny làlana izany eto amintsika dia resaka no betsaka, ary na misy aza toa feno bizina sy tsy dia mangaraharaha. Nambaran’ny minisitra, fa ankoatra ny any amin’ny faritra dia efa manomboka ny fanamboarana ireo lalana eto Antananarivo. Moa ve mifanaraka amin’ny volabe alaina amin’ny fiara sy ny mpandraharahan’ny solika amin’ny alalan’ny kitapom-bola ho an’ny tahiry ho fikojakojana ny làlana na ny FER  ny asa nolazaina fa efa natao sy mbola atao ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanajariana ny tany eny AmpitatafikaAntoky ny fampandrosoana ny kaominina

Nankatoavin`ny Fanjakana Malagasy, araka ny didim-panjakana nivoaka teo anivon`ny Filan-kevitry ny ministra ny alarobia 18 Aprily lasa teo, ny drafitra hanajarian`ny Tany na Plan d`Urbanisme de Détail (PUDé) ho an`ny lemaka ao amin`ny Kaominina Ampitatafika.

 

 Tetikasa lehibe mikatsaka ny fanatsarana ny seha-pampandrosoana sy ny lafiny ara-toekarena no voizin’ny tetikasa amin’ny alalan’ny famolavolana drafitra maty paika eo amin’ny sehatry ny fanajariana ny tany. Manana fanamby lehibe amin’ny fanitarana ny tanàna ny ben`ny tanàna an`Ampitatafika, Rado Ramparaoelina, entina hampiroboroboana ny lanjan` ny Kaominina izay sahaniny amin’ireo hafa manerana an’i Madagasikara, izay ho tombodahiny ho an’ny seha-pampandrosoana. Mizara telo ny vinan`asa, dia ny fanavaozana ny  drafi-panorenana  eto Ampitatafika. Hisy ny fananganana trano maro manaraka ny fenitra iraisam-pirenena. Eo ihany koa, ny vinavina amin`ny fananganana orinasa lehibe mba hahafan`ny vahoaka ao an-toerana migoka an`izany eo amin`ny sehatry ny asa. Efa nisy hatrany ny fihaonana teo amin`ny Kaominina sy ny mpiara miombon`antoka.Nohamafisin’ingahy ben’ny tanana fa tsy maintsy manaraka an-tsakany sy an-davany nydrafitra hanajarian`ny tany izany mba hisorohana ny tondra-drano. Naharitra telo taona ny famolavolana izany politikan`ny fanajarian`ny tany ary maro ny fivoriana natao hatramin`izay.85% tokoa ireo tanimbary ao amin`ny lemaka eny Ampitatafika no tena lasa biriky fotsiny ka teo nikarohana hevitra hoe ahoana ny fomba atao mba hahafahana mametraka tomba-bidy na ``valeur ajoutée`` an`ireo tanimbary ireo hoy hatrany ny ben`ny tanàna. Raha mijanona ho tanimbary izy ireo dia efa miakatra ny ``nappe phréatique`` izany hoe misy an`ilay rano trambo, izay enti-milaza rano tondraka be vetivety noho ny orana avy tampotampoka. Fahombiazana hatrany izao satria higoaka ny voka-tsoa amin`izay ny mponina ao Ampitatafika sy ny manodidina hoy hatrany, Atoa Rado Ramparaoelina.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Kaontenera 1000 mihitsoka ao ToamasinaEfa mamoaka fofona ireo vary lo

Nitsidika an’i Toamasina ny alarobia tapak’andro maraina ny praiminisitra niaraka tamin’ireo minisitry ny vola sy teti-bola, ny minisitry ny varotra sy ny fanjifana, ny minisitry ny fitaterana, notronin’ireo mpandraharaha sy ny mpitatitra ary ny ekipan’ny lehiben’ny faritra atsinanana.

 

 Nisy ny fihaonana natao tao amin’ny lapan’ny faritra nandinihana ny olana amin’ny fikatsoan’ireo kaontenera miisa 2.194 eo anivon’ny orinasa Mictsl, sy ny fidinana ifotony teny an-tseranan-tsambon’i Toamasina nijerena ifotony ny tena zava-misy marina, izay miteraka fitarainana sy fatiantoka goavam-be ho an’ny mpandraharaha sy ny mpitatitra ary ireo mpisahana famoahana entana.

 

Avela ho lo?

 

Hagagana ny an’ny rehetra nihatrika ny fihaonana tamin’ny praiminisitra ity tamin’ny filazan’ny tale jeneralin’ny Spat, fa misy vary tsy latsaky ny 1.000 kaontenera mihitsoka eo anivon’ny Mictsl tsy havoakan’ny tompony nefa efa nandoavana haba sy hetra. Raha ny fanazavana dia efa misy lo ny ampahany amin’ireo vary ireo ankehitriny noho ny resaka toetr’andro, satria tsy toerana fitehirizana entana ny seranan-tsambo fa toerana fandalovan’izany fotsiny. Fantatra ihany koa fa ilay vary nafaran’ny Phoenix sy Enac izay ny filoham-pirenena mihitsy no nitsena sy nandray ary nanazava ny momba izany tao amin’ny magazain’ny orinasa Smmc nandritra ireny olana ara-bary teto amintsika teo aloha ireny, dia ankehitriny misy olana ihany koa ity vary ity izao noho ny olana teo amin’ny Phoenix sy ny Enac tamin’ny orinasa nividianany ny vary izay nitory azy teny amin’ny fitsarana noho resa-vola sy resaka trosa; ka mihitsiko eo anivon’ny seranan-tsambo koa ireto vary an’aliny taonina, izay efa mamoaka fofona maimbo be ihany koa noho izy ireo efa manomboka miha-lo amin’izao fotoana izao.Tao anatin’ny ora roa nisian’ny fihaonana tao amin’ny lapan’ny faritra atsinanana notarihan’ny praiminisitra, dia isan’ny teny niverimberina nolazainy dia hoe “mandray andraikitra” ny fanjakana izao, ka hisy ny didim-pitondra havoakany tsy ho ela hampahalalana ireo tompon’ny entana tsy misy mpaka eo anivon’ny Mictsl ireo, ka mahatonga ny fahateren’ny toerana fanatobiana kaontenera izay feno amin’ny 95% amin’izao fotoana; koa aorian’izay dia hiroso amin’ny lavanty ireo entana mbola azo amidy sy hanapotika ireo entana efa simba ny fanjakana. Ny ankamaroan’ireo entana ireo anefa dia sakafo sy filana an-davanandron’ ny mponina avokoa.

 

Rakoutou

Tia Tanindranaza0 partages

Salon HR TROPHY Hanampy ny tanora mba hanana asa mendrika

Nosokafana tamim-pomba ôfisialy omaly etsy amin’ny garan’i Soarano hifarana anio zoma 20 Aprily ilay Salon HR Trophy andiany karakarain’ny World Trade Center sy ny “syndicat autonome des inspecteurs de travail” .

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiaraha-miasa amin’ny FAOTombony ho an’ny tontolo ambanivohitra

Omaly no natao tetsy amin’ny Hotel Carlton ny hetsika fampahafantarana sy fanaovan-tsonia ny tahirin-kevitra CPP (Cadre de Programation de Pays) momba ny fiaraha-miasan’i Madagasikara sy ny FAO (sampan-draharahan’ny firenena mikambana momba ny sakafo) manomboka ny taona 2018 hatramin’ny 2021.

  Anisan’ny votoatin-dresaka amin’izany ny fanampiana ny tontolo ambanivohitra ny amin’ny fiovaovan’ny toetr’andro. Iaraha-mahalala fa marefo ny any ambanivohitra rehefa misy ireny loza ara-boajanahary mifandraika amin’ny toetr’andro ireny. Eo ihany koa ny fitantanana maharitra ny harena ara-boajanahary ka nanetsehana ireo ministera tompon’andraikitra isan-tsokajiny. Fantatra fa mbola mirongatra eto Madagasikara ny fanodikodinana antsokosoko sy fanondranana ireo harena ara-boajanahary. Vao  tsy ela no nisy ireny sokatra 10 000 tratra ireny ary maro ihany koa no mety mbola mitahiry izany fa mbola tsy tratra hatreto. Arak’izany dia nisy ny komity natsangana mandamina sy  manaramaso izany rehetra izany. Ho hentitra tanteraka ny fanaraha-maso eny amin’ny seranan-tsambo sy ny seranam-piaramanidina mba hisorohana ny fahaverezan’ny harena ara-boajanahary. Natao koa ity fiaraha-miasa ity mba hanavaozana ny antontan’isa momba ny fambolena sy fiompiana ary ny jono. Efa tamin’ny 2004 no nanaovana izany farany ary efa tara i Madagasikara satria  tokony havaozina isaky ny folo taona izany. Inoana fa mba hisy vokany amin’ny vahoaka indrindra ny tambanivohitra indray izao fiaraha-miasa hanaovan-tsonia izao fa tsy ho resaka ambony latabatra fotsiny.    

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Groupe Vidy VarotraHanitatra ny orinasany any Afrika

Nankalazaina teny amin’ny hotely Carlton Anosy tamin’ny fomba manetriketrika, izay nafanain’I Bodo sy Rija Ramanantoanina, ny Tambour Gasy ary ny tarika mpanao soradia Dih’vin ny alarobia 18 aprily lasa teo ny faha 15 taonan’ny gazety Vidy Varotra; orinasa Malagasy, manao loha laharana ny foto-kevi-dehibe 4, dia ny asa fanaovan-gazety sy ny haino aman-jery, ny fanabeazana, ny teknolojia vaovaon’ny fifandraisana ary ny fisokafana amin’ny any ivelany ny “Groupe Vidy Varotra”.

 

Anisan’ny gazety be mpanjifa indrindra

Ny gazety  Vidy Varotra no nipoitra voalohany, tao anatin’ny vondrona, tamin’ny 16 aprily 2003, mivoaka isan-kerinandro izy io tany am-piandohana ary lasa mivoaka in-telo isan-kerinandro ankehitriny .Nihitatra tsikelikely ny orinasa, ary nivoaka nanaraka azy ireo gazety hafa : ny gazety “job” sy  ny gazety “jejoo” ary ny gazety “tia tanindrazana” izay efa tafiditra ao anatin’ireo gazety be mpamaky indrindra eto Madagasikara. Tamin’ny taon-dasa dia nanokatra onjam-peo “Top Radio” 102.8 FM ny orinasa. Ankoatra ny resaka haino aman-jery dia manana ivon-toeram-panabeazana 2 ny orinasa, dia ny “Pretoria Montessori Preschool” any Afrika Atsimo, ao Garsfontein sy Brooklyn, izay manabe zaza sy ankizy miisa 150, ary ny ITUniversity etsy Andoharanofotsy, sekoly ambony manofana momba ny infôrmatika sy miara-miasa amina mpisehatra ara-infômatika any ivelany. Ary satria manome lanja ny fivoaran’ny teknôlôjia ny “Groupe Vidy Varotra”, dia nanangana ny BICI, ivon-toerana manome torohevitra ara-infôrmatika. Ary ny farany indrindra dia manohana ny mpanakanto ihany koa ny vondrona, isan’izany ny tarika Ambondrona.

 

Asa tsara kalitao

Tafiditra ao anatin’ny tetikasa irosoan’ny Groupe Vidy Varotra manaraka indray eo amin’ny resaka teknolojia ny Smart Car, fiara azo baikoana amin’ny finday sy ny Smart Home na trano rakotra teknolojia hampandehanana ny fitaovana ampiasaina ary ny Ketrika.mg ahitana kilalao sy hahafana mividy entana eto an-toerana sy any ivelany.Mieritreritra ny hanangana sekoly any Senegal sy Cote d’Ivoire ihany koa  ny Groupe Vidy Varotra ary andrasana amin’ity taona ity ny fanombohan’ny fiaraha-miasa amina oniversite Amerikanina. “Zava-dehibe voizina, fototra amin’ny fivoaran’ny orinasa iray, ny fanetren-tena ananana sy ny fanomezan-danja ny kalitaon’ny asa, fa tsy ny voninahitra” hoy Atoa Tahina Razafinjoelina, filoha tale jeneralin’ny Groupe Vidy Varotra raha nanome torohevitra ireo maniry ny hananganana orinasa ny tenany.Zava-dehibe ihany koa, hoy izy ny finoana sy ny fikirizana satria tsy misy zavatra azo moramora foana izany ary tsy maintsy misy ny fisedrana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vidy Varotra

Dimy ambin'ny folo taona katrokaNo nahaterahan'ny vondrona Vidy VarotraNahitana ny tena tsara sy ireo nananosarotraIsaorana ilay Nahary noho ny fitantanany maharitra

 

 

Maneho fisaorana ihany koa an'ireo nahitany masoandro

Ireo mpiara-miombon'antoka isan'andro isan'andro

Ny mpiara-miasa rehetra manao ny ainy tsy ho zavatra

Ary ny tapaka sy namana manampy tsy misasatra.

 

Mamporisika hatrany ny vita malagasy

Mba ho reharehan'ny firenena ka tsy hangasihasy

Hampitombo ny asa ho an'ireo taranatsika

Ka ho lovasoa no ho dimbiasina fa tsy vary mangatsiaka.

 

Ianareo mpanjifa sy mpandefa tolo-barotra

Mankatelina re tompoko izahay Vidy varotra

Mampanantena ny tsara hatrany ho anareo izahay

Vidy varotra omaly anio ary mandrakizay

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vondron’ny fikambanan’olon-tsotraTsy ekena intsony ny korontana eto amin’ny firenena

Hatahoran’ny vondrona mpomba ny fitondrana HVM hivadika korontana eto amin’ny firenena indray ny fikasan’ireo depiote 11 eto Iarivo hotronin’ireo namany avy any amin’ny Faritra hafa mivondrona ao amin’ny solombavambahoaka mpanohitra eny amin’ny Antenimieram-pirenena Tsimbazaza,

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanao politika MalagasyDonton’ny fitiavan-tseza

Tsy azo iadian-kevitra, fa ny mpanao politika no tena mpamotika ity firenentsika ity. Ny vahoaka etsy andaniny, toa nohabadoina sy nampahantraina hatrany, ka tsy mahalala izay tokony hataony intsony.

 Simba ny soatoavina sy ny toe-tsaina, ka samy manao izay saim-patany sy sarotra entina. Hararaotin’ny mpanao politika izany ka hatramin’izao aloha, dia ny politikan’ny seza no tena ady eo. Ny hahazo fahefana ao hanao izay hihinana no tena tanjon’ny ankamaroany. Tsy dia mbola misy rahateo eto amintsika ny famolavolana olona ho lasa mpitantana na mpitondra firenena, fa toa mandeha amin’ny kisendrasendra aza indraindray, raha toa ka tsy tongatonga ho azy izany any amin’ny firenena mandroso, fa misy antanan-tohatra maro lalovan’ny olona iray vao tonga eo amin’izay toerana maha mpitondra izay. Tsy vonona tena hihavana sy hiara-hikatsaka ny soa hiombonana ny mpanao politika amin’ny ankapobeny. Ny matanjaka mihevitra fa tsy maintsy izy foana no ilaina, ary miezaka mampiseho fa mafy sy matanjaka tsy azo atao na inona na inona. Ireo madinika mitabataba etsy sy eroa, miandry tataka fotsiny mba hahazo toerana. Zara aza indraindray misy savorovoro sy krizy, ka mipi-kelika ery ny sasany hijapy masinina manantena fizarana seza rehefa mandeha ny fifandaminana. Betsaka izay atrikasa sy fikaonan-doha natao izay nanomboka 2009 fa tsy mety hita ilay fitoniana. Nisy ireny ny tondrozotra ny taona 2010, saingy niniana tsy norarahiana. Nandeha ny fampihavanan’ny FFKM ny taona 2014, fa ny teo ihany no teo. Asa ato ho ato raha mba hisy ihany ny fiovana, fa toa karazana revolisionina kely ihany, ohatra, io ataon’ny vondrona politika lehibe roa nifamotika teo aloha, ary mifanantona ankehitriny io. Mba ahoana ny hafa?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Miaramila misotro rononoTsy maintsy hanohana kandida

Efa 10 taona mahery izao no nitakian’ireo miaramila misotro ronono ny zo tokony nisitrahany nanomboka ny tetezamita no nankaty, raha ny fanazavan’ny filoha nasionalin’ny fikambanan’izy ireo, Jean Solo Randrianasimanana.

 

 Nampanantena ny filoham-pirenena ankehitriny, Hery Rajaonarimampianina, fony izy mbola minisitry ny tetibola, fa aleo anatin’ny repoblika faha 4 no tanterahana ny fampiarana ny didim-panjakana mikasika ity fangatahan’ny miaramila misotro ronono ity. Hatramin’izao anefa, hoy hatrany ny fanazavana, dia mbola mitohy ny fandrirarirana na dia efa nisafidy ny niandry ny repoblika vaovao aza ireto miaramila ireto. Misy efa mahatratra hatrany amin’ny 10 tapitrisa ariary anefa ny an’ny sasany ny vola mbola tsy voaray. Tsy maintsy hanatevin-daharana ny hetsiky ny randrambaon’ireo sendika amin’ny 1 may miainga eo Mahamasina mihazo an’Analakely koa izahay, hoy ny tenany, ary tsy maintsy hanohana kandida iray fa efa latsaka an-davaka ny firenena.

J. Mirija

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ravalomanana sy RajoelinaHany mbola misongadina

Ny filohan’ny antoko Tiako i Madagasikara, Marc Ravalomanana, izay efa nanambara tamin’ny fomba ofisialy ny filatsahan-kofidiany ho filoham-pirenena sy ny filoha nasionalin’ny vondrona politika MAPAR, Andry Rajoelina, hatreto no hita hany mbola misongadina amin’ny fihetsiketsehana maneho ny fahavononany hiatrika fifidianana na dia mbola tsy nanambara ny filatsahany aza moa itsy farany.

   Manoloana izany dia tsy miafina, indrindra, eny amin’ireo tambazotran-tserasera ny kiana maro samihafa, izay raha fehezina dia milaza hoe tsy misy afa-tsy izy mirahalahy ireo ve ? Niharihary nandritry ny fotoan-dehibe teo amin’ny finoana Katolika natao tany Vohipeno farany teo fa mbola mitana ny lohalaharana izy mirahalahy ireto eo amin’ny lafiny vahoaka mpanara-dia azy. Ny filoham-pirenena teo aloha, Marc Ravalomanana, aza moa dia hany tokana nodidinin’ireo Ampanjaka mihitsy. Midika zava-dehibe eo amin’ny lafiny kolontsaina sy fomba amam-panao any amin’iny faritra iny ity tranga farany ity raha ny tantaran’i Madagasikara mikasika izany foko Antemoro izany sy ny manodidina azy no iverenana atao jery todika. Ny zava-tsikaritra ankilan’izay anefa dia toa tsy hita be eny ihany ireo mpitarika politika hafa, tsy misy serasera, tsy mba hita amina hetsika na fivoriana, tsy re maneho hevitra momba ny raharaham-pirenena. Sa ve any anaty propagandy vao hamovokovoka

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko politika ABAMiainga amin’ny fianakaviana ny fampandrosoana

Omaly no nampahafantarina tamin’ny fomba ofisialy tetsy amin’ny foibeny Antsahabe ny fitsanganan’ny Antoko politika ABA (Antokom-Bahoaka Malagasy).

 

Niorina tamin’ny 03 novambra 2017 ary manana ny vinany enti-mampandroso ny firenena ity antoko ity. Hovoizina ny fampivoarana maharitra ny Malagasy amin’ny alalan’ny politika miainga amin’ny fianakaviana araka ny tatitry ny filoha Mpitarika Rakotoson Herintsoa Dany. Ankoatr’izay dia hiezaka hitondra vahaolana manoloana ny fahantrana misy eto Madagasikara ny antoko mba hampivoarana haingana ny fiainam-pianakaviana isan-tokantrano. Milaza ny handray anjara ny amin’ny fifidianana rehetra misy ary efa manana ny olona feno traikefa sy mahalala tsara ny fahasahiranam-bahoaka ihany koa izy ireo. Tanjona ny tena hananan’ny vahoaka fahefana feno fa tsy ho anjorom-bala sy voafitaka lava tahaka ny zava-misy ankehitriny. Rehefa izay dia hanana ny ampy ny olon-drehetra ary mba miaina araka ny tokony ho izy ny Malagasy. Mbola ho avy ny fotoana hamelabelarana ny vina rehetra ankoatra ity fampahafantarana amin’ny fomba ofisialy ity hoy hatrany ny filohan’ny antoko.

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Guy Maxime Ralaiseheno“Aoka tsy ho sakanana ny hetsiky ny depiote”

Aza sakantsakanana amin’ny famoriam-bahoaka hanaovany tatitra mikasika ny zava-misy eto amin’ny firenena ny solombavambahoaka na iza izy na iza hoy Rahaiseheno Guy Maxime, mpanao pôlitika, omaly. Hiantohan’ny lalampanorenana sy ny lalana mifehy ny olom-boafidy, indrindra ny lalana mifehy ny antoko mantsy ny fanaovan’ny solombavambahoaka izany hoy izy.

 

Io  fihaonan’ny solombavambahoaka amin’ireo vahoaka nifidy azy io hoy hatrany Atoa Guy Maxime Ralaiseheno   no endrika voalohany sy fomba hanaovana tatitra ho an’ny olom-pirenena noho izany tena zo fototr’ izy ireo  ny manatontosa izany. Miantso ireo mpitandro ny filaminana mba  ho tonga saika ka hiaro ireo solombavambahoaka hanao tatitra etsy amin’ny lapan’ny tananan’Analakely araka izany ity mpanao pôlitika iray ity rahampitso sabotsy. Mikasika ny tenin’ny prefektiora manokana ny amin’ny fangatahana alalana moa vao mahazo mamory vahoaka dia nomarihiny manokana moa fa tsy misy lalana mifehy fa tokony hangataka alalana ny olom-boafidy vao afaka manao tatitra amin’ny vahoaka tahaka izao fa malalaka tanteraka izy ireny. Manentana sy miantso ny vahoakan’Antananarivo sy ny manodidina mba ho avy  hihaino ny tatitra hataon’ireo solombavambahoaka voafidy eto an-drenivohitra sy ny manodidina  etsy amin’ny lapan’ny tananan’Analakely araka izany ity mpanao pôlitika iray ity, rahampitso Sabotsy.

 

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famoriam-bahoaka eny AnalakelyAlefa handoto ny hetsika ireo “gros bras”

Mafampana ny toe-draharaha, ary miandry izay hiseho rahampitso eny anoloan’ny Lapan’ny tanàna Analakely, hisian’ny famoriam-bahoakan’ny depiote mpanohitra ny rehetra. Malaza fa kotrehina hokorontanina izany, ary efa mandeha ny fanangonana vatan-dehilahy na “gros bras” handrava sy handoto ny hetsika.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote mpanohitraNihaona tamin’ny Amerikanina sy Frantsay

Mandeha ny rahom-bava avy amin’ny fitondram-panjakana momba ny hanakanana ny famoriam-bahoaka hataon’ny depiote TIM, MAPAR, MMM, aryny tsy miankina hanao tatitra amin’ny vahoaka eny anoloan’ny Lapan’ny Tanàna Analakely rahampitso sabotsy.

Toky R

 

News Mada0 partages

Les clichés de la semaine

Les députés de l’opposition comptent bien maintenir la rencontre de samedi au parvis de l’Hôtel de ville.

Veillée funèbre pour Clarisse Sahondraharisoa Rasoaharilala à la Tranompokonolona Analakely.

Série de passations de commandement au sein de la gendarmerie nationale.

 

Des experts nationaux et chinois ont dirigé le débat, mené en collaboration avec l’Ecole nationale d’administration de Madagascar (Enam).

La courte victoire à Mahajanga n’a pas permis aux joueurs de Fosa Junior de poursuivre leur périple africain.

Visite à la Centrale thermique n°2 d’Ambohimanambola.

Les travaux de construction du nouveau terminal international à l’aéroport d’Ivato avancent.

Photo : Tiana R., Fanou et Mamiherison

La Vérité0 partages

Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !

L’heure est grave ! 24 heures avant la rencontre entre les députés de Tanà et la population au parvis de l’hôtel de ville à Analakely, les épouses de gendarmes (Vady zandary) sont montées au créneau hier au cours d’une déclaration faite à la presse. « Nous lançons un appel à votre endroit, mères, épouses, appelons nos maris à revenir », ont – elles déclaré. Sur cette lancée, elles ont lâché  un appel vibrant à l’endroit de leurs propres époux.  « A nos maris, prenez conscience de la situation qui frappe le pays. N’acceptez plus d’être des forces de répression et levez – vous en tant que rempart  (« Tandroka aron’ny vozona)», a encore soutenu le porte-parole de ces épouses de gendarmes. En tant que mères, elles ne manquent pas de déplorer les nombreuses vies qui sont sacrifiées pour les différentes opérations de sécurisation.  « On envoie nos enfants stagiaires à Ambositra, et décèdent après seulement un mois. Idem à Bongolava, et dans le Sud », soutiennent encore les Vady Zandary. Une fois de plus, les forces  de l’ordre sont appelées à assurer leur véritable mission qui est de protéger la population et ses biens. Elles ont également fait part du quotidien douloureux qu’elles vivent dans la société. « Parfois, les gens nous pointent du doigt en affirmant que nous sommes les épouses des gendarmes, des forces de l’ordre  qui font du mal au peuple », confient – elles. Et d’appeler les citoyens à ne plus les marginaliser.

 

Les camps militaires consignés

Depuis hier, des mesures de sécurité drastiques ont été prises par le régime. Ainsi, un nombre important d’éléments lourdement armés ont été déployés au centre – ville et ses alentours. Les passants n’ont pu s’empêcher de remarquer la présence de véhicules remplis d’éléments des forces de l’ordre postés dans les parties environnantes de l’hôtel de ville à Analakely. Des mesures de sécurité qui laissent présager la répression réservée aux citoyens qui aspireront à répondre à l’appel des députés en vue du compte rendu sur les lois électorales. Selon des sources bien informées, les camps militaires sont déjà consignés depuis plusieurs jours. Une mesure prise dans des contextes de tension ou en cas de menace sur la sécurité nationale. D’après toujours nos sources, des militaires qui ne sont même pas à leur tour de garde ont été rappelés au poste ce jour. En tout cas, reste à savoir si les forces de l’ordre vont prêter l’oreille à cet appel de leurs épouses ou non.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Basketball- Super Coupe du Président - SBBC prend sa revanche sur Mb2All

Rien n’est calculé d’avance en sport. Cette fois, ce sont les Majungaises qui ont  eu le dernier mot.  C’était un remake plus réussi pour le Sôma Beach Basket ball (SBBC) vient de le prouver hier au Palais des sports Mahamasina, lors de la Super Coupe du Président face à Mb2All. Le SBBC a pris à sa revanche sur le Mb2All cinq jours après sa défaite (49-62) à  la finale  de la Coupe du Président dimanche dernier.  L’avantage avec le basket, c’est qu’on peut  être un poil meilleur.  Le remake entre SBBC  et MB2All, programmé cinq jours après la défaite des majungaises en finale de la coupe du Président, a ainsi tourné à l’avantage de la formation de Boeny 56-42.  Comme un air de déjàvu malgré tout. « Il y a des relâchements que l’on ne peut pas se permettre, fulmine le technicien. Je pense que le SBBC était fatigué. J’ai trouvé cette équipe-là moins en rythme que la semaine passée, mais on n’en a pas profité suffisamment », explique le coach du Mb2All. 

 

 Le long passage à vide de Mb2All a permis au SBBC de croire en ses chances et de corriger le score. Mais s’il envisage de jouer les premiers rôles dans les mois à venir, le SBBC devra éviter de servir à chaque fois le même scénario. Effectivement, SBBC vient d’empocher les quatre millions d’ariary promis par le président tandis que Mb2All s’est contenté  de deux millions Ar.   Rappelons que Telma, Partenaire N°1 du basketball à Madagascar,  a pris part à l’organisation de l’événement au côté de la FMBB. L’opérateur a encore une fois tenu à afficher son soutien, à travers la prise en charge de l’hébergement de tous les joueurs (hommes et dames) ainsi que les indemnités des entraîneurs malagasy. Ceci, afin d’assurer leur confort et bien-être, avant le rendez-vous sportif important d’hier. 

E.F.

La Vérité0 partages

Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans

Dans notre édition du 24 mars 2018, en s’adressant aux opportunistes qui ont rejoint le camp du Hvm par pur intérêt personnel, nous avions titré  qu’ « il est temps de quitter le navire ». Le départ précipité du Chef de l’Etat et de ses proches, avant-hier, semble rappeler subitement ce conseil à ceux qui l’ont ignoré au même titre que l’avertissement donné en fin d’article selon lequel « Tandremo sao tratra farany eo » (Attention à ne pas être le dernier, traduction littérale).

 

Il est plutôt difficile de faire croire en effet que ce départ subit du pays de Hery Rajaonarimampianina rentrerait dans le cadre d’une « mission », comme le soutient un communiqué du ministère de la Communication publié hier. A voir la composition de la délégation (officielle donc), on penserait plutôt à des vacances familiales. Ce qui serait inopportune vu le contexte explosif qui prévaut au pays. Pour bon nombre d’observateurs,  la concomitance de ce voyage avec la manifestation de ce jour projetée par les 73 députés s’opposant aux lois électorales controversées ne relève nullement de la simple coïncidence. On serait plutôt enclin à penser que la famille présidentielle s’est mise à l’abri. Ce qui amène à se poser des questions. Aurait-on fait comprendre au Chef de l’Etat que, ce samedi 21 avril 2018, sa sécurité et celle des siens ne sont pas assurées au pays, du moins pas à 100%. Si tel est le cas, il est clair qu’en prenant la décision extrême de mettre à l’abri hors du pays le Président et ses siens, les forces de l’ordre en général et le service de sécurité de la Présidence en particulier craignent que leurs dispositifs ne soient pas à la hauteur de la situation. De deux choses l’une : soit l’on craint d’être submergé par un gigantesque mouvement populaire ce jour, soit l’on n’est plus certain de maîtriser l’ensemble des hommes en uniforme. Ou, pourquoi pas, les deux à la fois. Ce qui devrait inquiéter au plus haut point ceux qui auraient dû, mais n’ont pas pu être du voyage présidentiel d’avant-hier. En effet, si le Chef de l’Etat, ayant tout un régiment pour assurer sa protection, a dû être évacué daredare, il est clair que ses partisans - membres du gouvernement, parlementaires ou simples zélateurs - qui ont un dispositif de sécurité moindre ou n’en ont pas du tout, sont encore beaucoup plus exposés aux risques qui auraient été encourus par le numéro Un du régime si celui-ci était resté au pays.  Quoi qu’il en soit, cette vraie-fausse fuite de Hery Rajaonarimampianina, outre qu’il donnerait à ce dernier une image pas très valorisante de « lâcheur », devrait faire réfléchir ceux qui persistent encore à ignorer le conseil que nous avions prodigué il y a quelques semaines. Si le capitaine lui-même ne s’est pas gêné de quitter le navire face à ce qui n’est, pour l’instant, qu’une menace de tempête, que devraient faire les rats ?

 La Rédaction 

La Vérité0 partages

Béatification de Lucien Botovasoa - Des pèlerins aux artisans, chacun en tire profit

Lucien Botovasoa est un apôtre de la charité et de la vérité. Il avait vécu dans le village de Vohipeno. Témoin de la souffrance des habitants et de sa patrie durant l’insurrection de 1947, il s’offrait à la mort pour les sauver. En 2017, le Vatican a reconnu son martyr. La cérémonie de béatification de celui-ci s’est tenue dimanche dernier à la place Saint-Benoît, Vohipeno. Une grande messe qui a réuni des centaines milliers de pèlerins… 

 

Le maître Lucien Botovasoa est né en 1908 à Vohipeno, une ville située entre Mananara et Farafangana, dans la côte Sud-est de Madagascar. Il était issu d’une famille chrétienne, l’une des toutes premières chrétiennes malagasy. A l’âge de 14 ans, il avait été baptisé à l’église catholique Notre-Dame de l’Assomption, Vatomasina. Il était l’aîné des neuf enfants de Behandry Joseph et Neviantsoa Philomène. Après avoir étudié dans une école primaire publique, Botovasoa avait poursuivi ses études au collège Saint-Joseph de Fianarantsoa avant de devenir instituteur au collège des Pères de Vohipeno. En 1930, il s’était marié avec Suzanne Soazana, et ils avaient eu 8 enfants. Toute sa vie, il avait renforcé sa foi en Dieu et rêvé de devenir un religieux, et ce, sans ruiner son mariage. Lucien Botovasoa avait alors intégré le groupe des Croisés du Cœur de Jésus à Vohipeno, en août 1935 avant de fonder la première communauté de tertiaires franciscains malagasy. Ainsi, il avait aidé sa femme de devenir membre de  l’association catholique  « Enfants de Marie ». Depuis, il s’était baigné dans la prière. Il jeûnait deux fois la semaine et se levait à minuit pour prier, outre une méditation à l’église. Il était un parfait laïc qui cherchait toujours la perfection supérieure.  Durant la cérémonie de béatification, dimanche dernier, ses quatre enfants encore en vie ainsi que ses sœurs et frères ont été présents. 

« Mon sang… pour la rédemption de ma patrie »

La politique ne lui intéressait pas. Pourtant, à cause de sa cote de popularité et la confiance des habitants en lui, le Parti des déshérités de Madagascar (PADESM) sous la présidence de Marson Robert, avait voulu que Lucien Botovasoa soit candidat à l’élection de l’Assemblée provinciale, en janvier 1947. Son refus avait provoqué la colère de l’administrateur du parti.  Quand l’affaire de 1947 avait été déclenchée, Botovasoa était parmi les 6 personnes membres du PADESM qui avaient été condamnées à mort. Il avait été considéré comme un traître.  Le chef du clan ainsi que sa famille avaient voulu le sauver, mais il avait refusé. Il était prêt à mourir pour sa famille, afin qu’aucun de ses proches ne soit tué. « S’il y a quelqu’un qui doit mourir, je serai le premier », avait-il déclaré. Après avoir confié sa femme et ses enfants à son frère cadet, il était parti. Dans la soirée du 17 avril 1947, vers 22 heures, Lucien Botovasoa avait été décapité au bord du fleuve de Matitanana. Son corps, jeté dans le fleuve, n’a jamais été retrouvé. Ramose Lucien n’a jamais été complice des dirigeants corrompus. 

La Vérité0 partages

Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent

Les députés du Tiako i Madagasikara, du Miaraka amin’ny prezida Andry Rajoelina élus à Antananarivo qui comptent tenir ce jour, à l’Hôtel de Ville d’Analakely, un compte rendu devant leur électeurs se veulent rassurant malgré les rumeurs de possibles perturbations. Depuis le début de la semaine, une opération de communication est menée par les gens du régime pour dénigrer la rencontre entre les parlementaires et les Tananariviens qui engendrerait des troubles. Au cours d’une conférence de presse en son bureau, le Préfet de Police Angelo Ravelonarivo avait indiqué que cette manifestation était purement et simplement un acte de déstabilisation. Une formule reprise telle une litanie par les zélateurs du régime Hvm jusqu’à hier pour tenter de dissuader les tananariviens de rallier Analakely.Face à cette campagne de terreur, les leaders des députés d’opposition multiplient les discours tendant à rassurer l’opinion publique sur le fait que le meeting se tiendra dans le calme. Les députés du TIM et du MAPAR, à l’instar de Maître Hanitra Razafimanantsoa, soutiennent que « contrairement à ce qui est soutenu par certains courants, les participants au rendez-vous de  demain (ndlr : ce jour) à Analakely n’ont aucunement l’intention de causer des troubles ».

  Le député élu dans le premier arrondissement de la Capitale sous les couleurs du TIM évoque également les bruits ayant circulé cette semaine, selon lesquels des partisans du pouvoir compteraient dépêcher des « gros bras » pour perturber le meeting de ce jour. « Nous avons des photos. Et certains d’entre ces gens sont venus chez nous pour affirmer qu’on les a payés pour fomenter des troubles. Cela serait inacceptable. Nous n’allons pas créer des troubles. Nous n’allons pas piller et détruire le pays. Notre objectif est d’avoir une élection propre, apaisée et inclusive. Ces lois électorales sont pourtant de nature à créer des troubles et à ne pas apporter un climat d’apaisement », affirme Me Hanitra Razafimanantsoa, hier au cours d’une rencontre à la presse hier à l’Hôtel de Ville. Lanto Rakotomanga, député du MAPAR, rappelle pour sa part les nombreux comptes rendus tenus par d’autres députés dans les autres circonscriptions de la Grande île. « Aucun trouble n’a eu lieu. C’est une pratique universelle que les députés présentent un rapport à leurs électeurs devant l’Hôtel de Ville. Nous respectons la loi et le compte rendu est sacré », soutient la députée de Madagascar élue dans le second arrondissement. 

Et de rappeler également la marche effectuée par les députés du TIM et du Mapar vers la Haute Cour constitutionnelle et le Bureau indépendant anti-corruption récemment. « Il n’y a eu aucune casse ni débordement (…) Il n’est pas dans notre intérêt et celui des dirigeants de créer des troubles», remémore Lanto Rakotomanga. Les 11 députés du TIM, du MAPAR élus ont réitéré hier que la rencontre aura bel et bien lieu. Ils seront épaulés par les députés issus des autres circonscriptions de la Grande île. Outre les lois électorales, le compte rendu concernera également la loi sur les Zones économiques spéciales adoptée lors des 4 sessions extraordinaires consécutives du parlement. Depuis hier en tout cas, les éléments de l’État major mixte opérationnel (EMMO) étaient en nombre à Analakely et ses environs. Ce jour, pour parer à tout débordement, ils seraient beaucoup plus nombreux. 

La Rédaction

La Vérité0 partages

Bataille rangée

Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très remontés contre les récurrentes erreurs du régime, montent au créneau.

Ils dénoncent sans ménagement les bourdes sans limite commises par les dirigeants du pays. L’Eglise catholique romaine ne tolère, nullement, l’indifférence sinon l’insouciance des tenants du pouvoir face à la misère chronique des masses populaires et à la recrudescence de l’insécurité qui sévit sans distinction, ainsi que le braquage des richesses naturelles et du sous-sol du pays. Toutes les recommandations et les mises en garde émises par les chefs d’Eglise, essentiellement émanant de la Conférence épiscopale des évêques, demeurent lettre morte. Une sourde oreille qui déclenche l’ire des hommes en soutane. Selon certains observateurs, il s’agit tout simplement d’une déclaration de guerre à l’endroit des catholiques. L’« incident » de Vohipeno n’est que l’illustration de ce profond malaise. Faut-il noter que le régime n’a rien à gagner en entretenant des hostilités à l’encontre de cette institution religieuse bi-millénaire. Plutôt, il a beaucoup à perdre ! Mais les barons aux « cravates bleues » ignorent-ils la toute-puissance du Vatican sur le plan international. L’histoire nous enseigne que nombre de dictateurs, en Amérique latine, en Afrique ou ailleurs, ont trébuché sinon payé fort de leurs fauteuils en snobant les avertissements répétés en provenance de ces représentants, sur place, du Vatican.Une partie assez importante des acteurs de la société civile, très inquiète de l’évolution compromettante de la gestion des affaires nationales, surtout celles relatives aux préparatifs des élections de la fin d’année, élève la voix, à plusieurs reprises, pour « avertir » les dirigeants sur le danger qui guette le pays. La généralisation des pratiques qui favorisent la corruption met tout le monde sur une position embarrassante, et l’effet nuisible de ce « cancer » sur l’ensemble de l’économie nationale. La corruption gangrène tous les secteurs stratégiques du pays. Et ce Code électoral adopté au forcing gêne au plus haut point les citoyens avertis.Ce jour, les députés élus TIM, MAPAR et des indépendants des six Arrondissements de Tanà-ville devraient rendre compte aux électeurs leurs activités en tant que tels. Un sacré devoir auquel tout élu doit s’acquitter. Et un droit aussi à tout un citoyen-électeur d’entendre le rapport de son élu. Mais, le pouvoir voit autrement. C’est une guerre qu’il déclare, non seulement aux élus mais aussi au peuple-électeur. L’ambiance se surchauffe et aboutirait à une bataille rangée !

 Ndrianaivo