Les actualités à Madagascar du Lundi 20 Mars 2017

Modifier la date
Tananews1118 partages

Pourquoi nous les Malgaches sommes aussi nuls ?

Nous avouons que nous nous sommes posés cette question à maintes reprises, en nous comparant à d’autres pays, en revisitant notre Histoire, nos origines, pour tenter de comprendre, de trouver des pistes.

Alors, « Pourquoi nous les Malgaches sommes aussi nuls ? »

La réponse qui revient souvent, quand on pose la question, est : « c’est à cause de notre mentalité« . C’est vrai et faux en même temps. Vrai, car avec une mentalité de merde, on ne produit que de la merde et c’est bien l’image du pays. Faux, car cette salle mentalité vient bien de quelque part, elle est une conséquence, elle est causée par quelque chose.

Mais quoi alors ? Nos origines exotiques, ce curieux mix d’Africain et d’Asiatique ? Non, le contre-exemple est qu’il y a des Africains qui réussissent très bien et nos cousins asiatiques réussissent aussi pour la plupart.

Alors, où est le problème ? Pêle-mêle on va encore prétexter que c’est la faute aux politiciens, que c’est la faute à la colonisation française, que c’est la faute de mon gardien. Mais comme l’histoire de mentalité, tout ceci n’est que des conséquences, pas des causes.

Mais nous commençons quand même à brûler. Quoi, c’est la faute de mon gardien ? Non, le gardien n’a rien à voir, mais c’est cette propension généralisée au cpasmafote qui est la source de nos problèmes. Enfin, l’une des sources du problème.

Prenons notre langue, prenons notre culture, prenons notre éducation. En général à Babakoto Land, dans notre expression, notre langage, nous tournons toujours autour du pot, nous ne savons dire ni oui ni non, nous lambinons, nous tergiversons, nous gagnons du temps.

Prenez le « kabary« , notre sport national favori qui illustre parfaitement bien cette réalité : on parlote, on blablate, on illustre, on métaphorise, on parabolise, on ne nomme jamais la chose, on y fait allusion, on effleure. C’est peut-être plaisant à écouter pour certains, mais du coup, ça se répercute sur le babakoto, dans son éducation. Et donc sa manière d’être au quotidien.

Pour appuyer ces propos, nous avons relu des dizaines de milliers d’articles écrits en français par des centaines de Malgaches et c’est confirmé : ces articles sont nuls, car pour la plupart, ça tourne trop autour du pot, reflet direct de la manière de penser en local. C’est pour cela d’ailleurs que les Malgaches sont maintenant quasiment blacklistés sur le marché de la rédaction offshore, ça écrit certes en français, mais ça ne reflète pas la culture française, beaucoup plus directe, incisive, pertinente.

On produit ainsi à la chaîne des individus hésitants, louvoyants, jamais nets et tranchés, toujours faux-fuyants, jamais responsables (tiens, tiens), mesquins, voire fourbes, et toujours .. cpasmafote ! Ils répondent sans doute au critère du « fahendrena » bien malgache (et encore), mais côté opérationnel, c’est zéro la barre. Et bonjour la frustration.

A contrario, prenons les babakoto qui évoluent à l’étranger. Et bien justement, ils ont réussi pour la plupart à s’émanciper de leur condition de babakoto car ils ne sont plus obligés d’évoluer dans ce carcan national d’us, coutumes et d’habitudes moyenâgeuses. Ils ne sont plus obligés d’avoir à hésiter entre le oui et le non, de faire semblant, de ménager le chou et la chèvre. Ils s’affirment, et quand c’est oui c’est oui et quand c’est non c’est non, sans avoir à se demander « mety sa tsy mety ». Et c’est pour cela que ceux qui sont allés voir si l’herbe est plus verte ailleurs y ont trouvé des hectares de verts pâturages où ils peuvent s’éclater royalement aujourd’hui.

Donc vous voulez que vos enfants d’aujourd’hui deviennent les champions de demain ? Laissez tomber la gasy attitude, ça vaut peanut, laissez vos gamins faire des conneries, s’affirmer haut et fort avec des oui et des non fermes, droits dans leurs bottes, qu’ils disent clairement ce qu’ils pensent et leur apprendre à s’en foutre royalement du qu’en-dira-t-on et du « sao dia tsy mety » et « sao dia bedy » ? Apprenez leur à vivre leur propre vie, et non pas par procuration à travers les yeux des autres qui de toutes les façons y trouveront toujours à y redire, ayant raté la leur de vie. Donc autant leur apprendre à s’en foutre très tôt, pour ne pas perdre du temps.

Attention, nous n’avons pas non plus dit qu’il fallait élever des gros rebelles imperméables à toute forme de respect, de civisme, de société, d’honnêteté et de légalité. Et c’est toute la difficulté de l’éducation parentale : trouver donc le juste milieu entre l’indécis incapable de dire ni oui ni non et le gros rebelle anarchiste jiolahymboto.

Si nous voulons que les choses évoluent à Babakoto Land, il faut commencer par la. Car sinon dans 50 ans Babakoto Land sera toujours Babakoto Land, dans une version encore plus médiocre. Mais ce ne sera plus de notre faute, car nous avons déjà donné aujourd’hui la solution pour nous en sortir, en 800 mots. A prendre. Ou à laisser.

Pour conclure, nous allons vous prouver la bizarrerie de la langue malgache : pour dire « dans le futur« , « à venir« , le babakoto dit : « any aoriana any« . Qui littéralement se traduit par « derrière moi« .

C’est grammaticalement prouvé : le babakoto avance en reculant.

Midi Madagasikara495 partages

Présidentielle de 2018 : Préparatifs très avancés pour Marc Ravalomanana

A la recherche de financements pour la campagne électorale, l’ancien président lance une véritable offensive de charme auprès des opérateurs étrangers.

Après être resté pendant deux jours à Paris, le clan Ravalomanana poursuit sa tournée européenne à Copenhague, dans la capitale du Danemark. Faut-il rappeler que jeudi et vendredi dernier, le Maire Lalao Ravalomanana a eu des rencontres avec les partenaires techniques et financiers de la Commune Urbaine d’Antananarivo dans la capitale française. A en croire les informations publiées par le député de Tana V, Guy Rivo Randrianarisoa qui est aussi du voyage aux côtés de la famille Ravalomanana, Marc Ravalomanana connait très bien le Danemark. Pendant 40 ans, durant l’époque de la création de « Tiko Madagascar », l’ancien président de la République aurait séjourné à maintes reprises dans cette ville. C’est la raison pour laquelle il dispose de nombreux « amis » dans ce pays. Dans le cadre de la recherche de financements pour la mise en œuvre des projets de développement de la Commune Urbaine d’Antananarivo, Lalao Ravalomanana a été reçue par le Maire de Copenhague, Franck Jensen samedi dernier. « Une rencontre axée sur le renforcement de la coopération entre les deux villes », d’après les informations. Franck Jensen, ancien ministre de la Justice de Danemark, élu Maire de Copenhague en 2010, serait un ami très proche de l’ancien président Marc Ravalomanana.

« Return of President ». Outre les rencontres avec les partenaires financiers, la délégation a également assisté à la sortie officielle du film « Return of a President – After the coup in Madagascar ». Un film qui raconte les cinq années d’exil en Afrique du Sud de Marc Ravalomanana, ainsi que ses nombreuses tentatives de retour au pays ratées durant la période transitoire. D’après les informations, « Return of a President » fait partie des films en lice pour le « FACT Awards » du Festival international du film documentaire de Copenhague. En tout cas, bon nombre d’observateurs estiment que Marc Ravalomanana a déjà pris une longueur d’avance sur ses adversaires politiques en vue de la Présidentielle de 2018. Les préparatifs sont déjà très avancés en ce qui concerne le « Tiako i Madagasikara ». Depuis quelques mois, « Dada » lance une véritable offensive de charme auprès des opérateurs économiques étrangers. Certainement à la recherche de bailleurs et de financements en vue de la campagne électorale. Après avoir été aux Etats-Unis, l’ancien président poursuit son périple en Europe. Nul n’ignore que lorsque Marc Ravalomanana est à Madagascar, il multiplie les descentes sur le terrain en visitant trois districts par semaine. Par ailleurs, d’après les informations, il serait même question de reprendre les manifestations hebdomadaires au Magro Behoririka. Décidément, Marc Ravalomanana est en train de tout mettre en œuvre pour revenir au pouvoir après l’élection de 2018.

Davis R

Ino Vaovao265 partages

ANTSIRABE - TAONA 2018 : Hankalaza ny faha-5 taonany ny Vondron’ny  mpanao gazety

Hetsika maro no nentina manamarika izany tsingerin-taona izany ka hisantarana izany dia ny fanatsarana ny tsangambaton’ny Holafitry ny mpanao gazety, eo amin’ny zaridaina eo Antsenakely.

Tapaka nandritra ny fivoriana notanterahina teny Andraikiba ny sabotsy faran’ny herinandro teo fa hofefena sy hovolena voninkazo ny manodidina izany tsangam-batao izany ka mialoha ny 3 mey, izay fanamarihana ny andro iraisam-pirenena momba ny asa fanaovan-gazety no hamitana azy. Amin’ny alalan’ny latsakemboka 2 000 Ariary isam-bolana ataon’ny mpikambana no hanatsarana ity tsangam-bato ity. Mbola maro amin’ireo mpikambana anefa no tsy nahavita io adidiny io ka nahatonga ny filohan’ny VMA, Caïus Raharison, nanentana ny mpikambana tsirairay mba hanefa ny adidiny.

Tsy ho amin’iny hetsika tahaka izao ihany, hoy izy, no ilaina ny vola fa eo dia eo tokoa ny fiahiana sy fijerena ny ara-tsosialin’ny mpikambana raha sanatria misy ny tsy salama sy namoy fianakaviana arakaraka izay voalaza ao anatin’ny lalana anatiny mifehy ny fikambanana.

Ankoatra izay dia mihevitra ny hanatontosa fety ihany koa ny mpikambana mba hanampiana ny vola eo am-pelantanana sy hoentina manamarika izay faha-5 taona nijoroany izay.

Marihina fa nandritra ny fivoriana teny Andraikiba, ny sabotsy teo, no nifampiarahaba noho ny fahatratrarana ny taona vaovao ny mpanao gazety teto Antsirabe niaraka tamin’ny vady aman-janany. Nisy ny fiarahana mikorana sy fety ary nisy ihany koa ny tatitry ny zava-bita nandritra izay fotoana nijoroany izay. Nandritra izany ihany koa no nampahafantarina ny rehetra ireo mpikambana vaovao hanampy isa ny fikambanana ka anisan’izany ny mpanao gaezetin’ny Ino Vaovao Faritra. Amin’izao fotoana izao dia efa amidy ao Vakinakaratra ity Gazety Ino Vaovao Faritra ity.

Tiaray R  

L'express de Madagascar209 partages

Film documentaire – Ravalomanana en vedette

Un film documentaire relatant la période d’exil de Marc Ravalomanana est à l’affiche, au Danemark. Le long métrage concourt au festival international de Copenhague.

Des scènes iné­dites. C’est ce que promet le film documentaire « Return of the President ». Diffusé samedi pour la première fois à Copenhague, Danemark, ce film documentaire réalisé par Lotte Mik-Meyer, cinéaste danoise, relate la vie de Marc Ravalomanana, ancien président, durant sa période d’exil en Afrique du Sud.« Le film raconte ce qu’a été la vie de l’ancien chef d’État durant son exil, jusqu’à son retour en 2014 », indique une source proche de l’ancien locataire d’Iavoloha. À elle d’ajouter que « ce documentaire propose des séquences inédites qu’aucun média n’a jamais pu filmer ».Les quelques secondes de la production cinématographique mettant en scène Marc Ravalomanana mon­trent, effectivement, des réu­nions pendant lesquelles l’ancien Président prépare les négociations politiques durant la Transition.Une scène où le résident de Faravohitra s’emporte contre Joachim Chissano, médiateur de la crise malga­che dépêché par la Commu­nauté des États d’Afrique australe (SADC), peut aussi être vue dans la bande annonce, qui circule sur les réseaux sociaux depuis quelques semaines.Ses tentatives de retour au pays durant la période transitoire font également partie de l’histoire racontée par Lotte Mik-Meyer dans son film.Pour la sortie officielle du film, l’ancien chef d’État et sa famille, accompagné de quelques membres de sa famille politique ont fait le déplacement à Copenhague. Le documentaire réalisé par la cinéaste danoise, justement, concourt au festival international des films documentaires dans cette ville.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar176 partages

Nosy Be – Le festival Donia maintenu aux dates prévues

La 24e édition du festival Donia aura bel et bien lieu à Nosy Be à la saison habituelle. Les préparatifs vont bon train.

xLa confirmation a été donnée à Nosy  Be par Sanna Vincenzo, président fondateur du  festival Donia, et non moins président  du comité d’organisation Cofestin. Les dates sont déjà fixées pour la semaine de la Pentecôte, plus précisément du 31 mai au 4 juin prochain. Le festival fête cette année ses 24ans. Il doit la pérennité de ce long succès à une exigence constante et très forte reposant sur des atouts majeurs et indissociables, à savoir la qualité et l’originalité sans cesse renouvelées de ses programmes. Il en est  de même de la qualité des artistes venant de tous horizons, ayant pour dénominateur commun une réputation et une notoriété nationale et internationale.Comme à chaque édition, Donia est l’occasion  de découvrir de nouveaux talents locaux, des artistes des pays voisins, et d’apprécier les grosses pointures du pays. Cette année, le comité fera venir des artistes de l’Afrique, dont ceux du Botswana. Citons Nnunu Ramogotsi, le diamant Africain, parmi tant d’autres. Cette meilleure artiste féminine de la région Afrique du Sud joue un style Afro Jazz très original. Elle fera sûrement vibrer le stade d’Ambivoanio de sa voix puissante.Queen Favie, encore un groupe de la gent féminine, a fixé son choix sur une fusion et une variété de sonorité Hip Hop, Reggae, R’n’B’, Dance Hall, Dub, Afro, Rap… Queen Favie considère toutes les femmes comme des reines, et d’ailleurs ses chansons leurs sont souvent dédiées afin de donner du courage, et dénoncer les actes de violence que certaines subissent.Côté malgache, le jeune Rajaoasalama Stéphanoelson Hervé dit Dady  Love, qui vient d’être sacré Artiste de l’année lors du «Mozika RDJ Awards», sera en tête d’affiche.

Une premièreLes festivaliers nosybéens ne tiennent plus en place, et il sera encore transporté comme un roi, comme au  festival Sorogno d’Ambanja.Il en est  de même pour Janga Ratah, ancien chanteur, danseur et accordéoniste du groupe folklorique Saramba, fondé et dirigé par Dina, l’épouse d’Eusèbe Jaojoby. Ces derniers temps, le groupe est attendu dans différentes festivités de la région Diana.  Cette fois, il montera sur la scène du  festival Donia avec un talent incroyable inspiré du « Maganja », un « vakodrazana » populaire de la tribu Antakarana chanté en version a capella accéléré, et mélangé à des sons d’accordéon et de battements de mains.L’île Rodrigues sera de retour avec  l’album Vallen et Macken, sorti par le groupe Eko Rod en 2017, et qui sera présenté au festival Donia 2017. En 2016, il a réalisé un clip vidéo à Madagscar, « Nifanena tamin’ny salegy ».Cette année, pour une première, Donia sera aussi accessible à toutes les personnes vivant avec un handicap. Une journée leur sera spécialement  dédiée. «  Être handicapé à Nosy Be n’est plus une fatalité, car les cas sociaux retiennent davantage notre attention, et celle du  Cofestin», explique Amida Moanassar Kaled, marraine de l’Association des Femmes et Enfants Handicapées de Nosy Be. Elle souligne que ce festival permettra de tirer profit des expériences des uns et des autres. Dans ce cas, Beriziky Bemamy, leader du groupe Fandrama, le célèbre prince du « salegy Goma », est  en train de composer une chanson qui leur est dédiée spécialement.Celui qui a remplacé le regretté Docteur JB dans le cœur des Nosybéens, Fandrama, clôturera le Donia 2017 pour la énième fois.

Raheriniaina

Midi Madagasikara137 partages

Bodo & Poopy : De belles retrouvailles au Palais des Sports

Bodo Poopy ont fait un tabac au Palais des sports hier. (Photo : Nary Ravonjy)

Elles ont chacune plus d’une vingtaine d’années de carrière à leur actif mais tel du vin d’un bon cru, leur professionnalisme et leur talent, s’accroissent avec l’âge. Hier, Bodo et Poopy ont fait un tabac et tenu un concert à guichets fermés, au Palais des sports.

C’était il y a dix ans. Un après-midi de dimanche, avec un temps clément comme celui d’hier et quelques milliers de personnes, heureux d’être à pareil rendez-vous. Le concert de ce 16 février 2007 s’est tenu à guichets fermés et a même été réédité, à la demande du public. A l’époque, elle avait encore les cheveux courts. N’excellant pas dans l’art de danser, elle n’avait pourtant pas peur d’affronter le regard de ses milliers de spectateurs. Elle suivait sans aucun complexe le rythme de ses danseurs et prenait le risque de faire de faux pas. Car de faux pas, il y en avait. Mais c’est probablement cela qui plaît tant à ses fans. Avec son air un peu candide, son sourire presque timide et ses nombreux titres à l’eau de rose, Poopy a su gagner le cœur de milliers de personnes. A côté d’elle, une autre chanteuse dont la personnalité est l’exact opposé de la sienne, ou la complétait plutôt. Extravertie, certes romantique mais maîtrisant à la perfection l’art de mettre de l’ambiance et de faire danser les gens, Bodo, partageait la scène avec elle.

Dix ans plus tard. Entourées d’une armée de musiciens et de choristes, les deux amies de longue date se retrouvent à nouveau sur la scène du Palais des sports Mahamasina, là où elles ont, dix ans plus tôt, réussi un exploit et fait un tabac. Sexy, sans en faire trop, Bodo dans sa robe rouge n’a pas pris une ride. Elle n’a pas changé. Elle est restée la même qu’à l’époque. Poopy, les cheveux longs ornés de son petit chapeau, dans sa très sage robe bleue, était fidèle à elle-même. En duo, elles entonnent « Tonga izao ilay ora nandrasantsika ela izay ». Une chanson qui décrit parfaitement l’état d’esprit du public qui attendait effectivement avec impatience de retrouver leurs idoles. Enchaînant les titres, Bodo et Poopy, à travers leurs prestations, ont replongé les spectateurs dans les années 80 et 90. Epoque où toutes deux commençaient à se faire connaître dans le milieu musical. Ceux qui les ont connues depuis peu n’ont pas été déçus puisque les titres les plus récents ont également composé le répertoire de ce spectacle musical où Bodo et Poopy mettaient également en avant leur talent de comédienne. Mahetsaka

L'express de Madagascar123 partages

Recrutement de paramédicaux – Résultat médiocre, une fois de plus

Les résultats provisoires du concours national publiés  sont décevants. Les résultats définitifs sont attendus pour bientôt.

Médiocre. C’est le moins qu’on puisse dire des résultats des épreuves écrites du concours national pour le recrutement d’infirmiers et de techniciens de laboratoires d’analyses issus des instituts privés, effectuées les 18 et 19 janvier. Seuls trois sur plus d’un millier de candidats ont eu la moyenne de 10/20, pour les 150 postes d’infirmiers. Vingt-et-un sont admissibles aux 40 postes de techniciens de laboratoires d’analyses.Le résultat définitif, qui sortira prochainement, pourrait être pire car ces admissibles ont encore passé des épreuves pratiques, il y a quelques jours, pour confirmer leur place. « Le niveau des formations ne cesse de diminuer, en plus, les étudiants se contentent des recherches sur Internet et s’abstiennent de lire les ouvrages qui sont très importants », déplore un paramédical, joint au téléphone, hier.Pour ce dernier, ces résultats sont pires que ceux de l’année dernière. À l’époque, quatre candidats sur le milliers de concurrents avaient obtenu la moyenne requise qui était de 12/20, ce qui a amené à baisser à 10/20, la moyenne requise, selon l’arrêté 22 813 du 27 octobre 2016. Malgré cela, le résultat reste encore catastrophique, pour les infirmiers et les techniciens de laboratoires.

Des postes vacantsPar contre, les candidats sages-femmes ont excellé. Deux cent trente-et-un ont eu la moyenne de 10/20, dans cette branche, alors qu’il y a 110 postes à pourvoir. « En général, le niveau des candidats est moyen. Mais le ministère de la Santé publique a mis la barre de passage haute, car des vies vont dépendre d’eux », positive le professeur John Bam Razafindrabe, président du comité d’organisation du concours.Il souligne qu’à la sortie du résultat définitif de ce concours, le nombre des infirmiers admis aux postes ne dépassera pas les trois, celui des techniciens de laboratoires d’analyses, ne dépassera pas les 21 et les sages-femmes admises seront 110. « Il appartiendra au ministère de la Santé publique de décider des postes vacants », souligne le professeur John Bam Razafindrabe.Deux mille huit cent neuf candidats ont participé à ce concours dans les six provinces de Madagascar. Les admis vont travailler dans des centres de santé de base des zones enclavées, à savoir dans la région de Melaky, Anosy, Androy et Ihorombe.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara123 partages

Ivato : Karohin’ny BC i Jiang Shao Wei, voarohiroy ho namono ireo sinoa mivady

Nivoaka omaly ny filazana fikarohana an’i Jiang Shao Wei, izy no voarohirohy voalohany ho namono ireo sinoa mivady tao amin’ny efitranony tao amin’ny hotely Paon d’or etsy Ivato, ny alin’ny alakamisy hifoha zoma teo. Ny pôlisy eo anivon’ny BC no miandraikitra ny fanadihadiana saingy afaka mampandre ny mpitandro ny filaminana izay akaiky azy izay manam-baovao. Novelesina tamin’ny zava-maranitra sy maritoa ireo mpivady, tao amin’ny efitrano fidiovana. Mbola hita tao amin’ilay efitra nisy azy ireo ny fitaovana nampiasaina tamin’ny famonoana. Ny anton’ny nahafantarana indray ny fisian’ny vonoan’olona dia noho ny fampandrenesan’ny olona akaiky ireo sinoa fa tsy hita izy mivady, niaraka tamin’ny fiara 4X4 izay nentiny. Teo no niainga ny fanadihadian’ny BC. Nahenoana feo fa ao amin’ny hotely etsy Ivato no mipetraka izy roa. Rehefa nohamarinina dia nitombina izany ary fantatra teo fa tamin’ny anaran’i Jiang Shao Wei ny anaran’ny efitrano. Io farany izany no nandoa ny saran’ny hotely. Rehefa nozahaina ny efitrano voatoandro dia fatin’olona roa mifatotra ary mihoson-drà no hita tao. Nozohina ihany fanadihadiana ary fantatra fa nitsoaka teny Amboanjobe sy niafina tany ilay sinoa ahiana ho nahavanon-doza. Hita teny an-toerana ilay fiara saingy izy kosa mbola tsy hita izay nanjavonany hatramin’ny omaly, raha araka ny vaovao azo tamin’ny pôlisy. Raha araka ny fantatra dia efa nisy olona notazonina hatao fanadihadiana momba ity raharaha ity. Miisa efatra izy ireo ary misy teratany sinoa ihany koa ao anatiny. Ny anton’ny famonoana indray dia mbola manjavozavo hatreto. Niainga tamin’ny fakàna an-keriny ireo sinoa izany raha araka ny vaovao novoizin’ny haino aman-jery ary izao niafara tamin’ny famonoana izao. Raha alaina an-keriny ve anefa dia ao amin’ny hotely lehibe etsy Ivato no notazomina ?

D.R  

Vaovao farany

Araka ny vaovao azo farany avy amin’ny mpitandro filaminana dia voasambotra tany Andranofasika-Ambondromamy omaly alina ilay sinoa. Notazomin’ny zandary ao an-toerana izy ary hampiakarina tsy ho ela aty an-drenivohitra araka ny fanazavana azo.

Tia Tanindranaza116 partages

Marc RavalomananaManetsika ny “Diaspora Malagasy” any Eoropa

Naseho voalohany tany Copenhague-Danemark ny sabotsy 18 martsa teo ilay horonantsary « Return of a president.. »,

RTT

L'express de Madagascar103 partages

#EnDirect : Une incendie s’est déclarée dans une usine à Andraharo

L’alarme a été déclenchée à 21h35, ce dimanche. Une usine située  dans l’enceinte de la Galaxy à Andraharo, un quartier d’affaire au coeur d’Antananarivo, a pris feu. Selon les pompiers interrogés sur place et encore  en action, il s’agit d’une usine de fabrication de savon et d’huile. Ils ne peuvent, par contre, encore se prononcer sur les causes de l’incendie.

Les brigades du feu  arrivées sur les lieux, regroupant à la fois celles d’Anosivavaka, Tsaralalàna et Andravoahangy, ont du mal à éteindre le feu.

Midi Madagasikara98 partages

Vols d’eau et d’électricité : Renforcement des contrôles inopinés de la Jirama

Parmi les agents de la Jirama qui ont renouvelé leur prestation de serment. (Photo : Nary Ravonjy)

Les affaires de fraudes débusquées récemment sont en cours de procédure juridique

Il faut réduire le déficit au niveau de la gestion de la Jirama. Raison pour laquelle, « nous allons renforcer les contrôles inopinés sur les vols d’eau et d’électricité des abonnés, aussi bien les petits bonnets que les gros bonnets », a assuré l’administrateur délégué de la Jirama, Lantoniaina Rasoloelison, lors de la prestation de serment des 234  releveurs et agents de recouvrement de l’entreprise samedi dernier à la salle de conférence du Plan à Anosy. En fait, « Le changement a besoin d’engagement et nous sommes pleinement conscients que le capital humain est le principal appareil productif de la Jirama. C’est pourquoi, nous avons renouvelé l’engagement de ces employés », a-t-il poursuivi.

Contrôleurs verbalisateurs. Le ministre de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène, Roland  Ravatomanga, le ministre de l’Economie et de la Planification, le Gl Raveloarison Herilanto ainsi que le Secrétaire général du ministère des Finances et du Budget, ont été présents lors de cette prestation de serment des agents de la Jirama. Notons que 34 contrôleurs verbalisateurs ont déjà prêté serment au Tribunal à Anosy le 6 mars 2017. « Ils ont la qualité d’un Officier de Police Judiciaire. Ils procèdent ainsi à la poursuite des opérations de ratissage que nous menons de manière inopinée », a-t-il enchaîné. Les affaires de fraudes débusquées récemment sont en cours de procédure juridique, selon les explications fournies par le service juridique de l’entreprise.

Huit dossiers. Interrogé sur la perturbation en alimentation en eau potable surtout dans la Capitale depuis ces derniers jours, l’Administrateur délégué de la Jirama a fait savoir que c’est dû notamment aux travaux liés au raccordement de la nouvelle centrale de production à Mandroseza. « Ce qui a nécessité l’arrêt de la machine », a-t-il expliqué. Quant au recrutement du nouveau directeur général de la Jirama, huit dossiers de candidature ont été reçus en ce moment. La date butoir est le 25 mars 2017. Par ailleurs, la Jirama continue à entreprendre des travaux de réparation des dégâts causés par le cyclone Enawo surtout dans la région de SAVA. « Plus d’une centaine de poteaux y sont acheminés via un bateau au départ de Toamasina. Par contre, un acte de sabotage est à craindre car plus de 300m de fils de la Jirama ont été volés  », a-t-il conclu.   

Navalona R.

Midi Madagasikara95 partages

CAF : Accueil triomphal pour Ahmad

De retour au pays après avoir gagné haut la main le poste de président de la Confédération Africaine de Football, Ahmad à été accueilli en héros au retour d’Addis-Abeba par une foule en liesse avec à sa tête l’ancien Premier ministre Kolo Roger.

Un retour triomphal et un accueil très coloré à l’image des natifs de Tambohorano, sa région d’origine, mais aussi une importante délégation de musulmans dont le Conseiller à la Présidence, Rachid Mohamed, sans oublier les membres de la grande famille sportive dont le ministre des Sports, Anicet Andriamosarisoa,  ainsi que le comité olympique conduit par son SG, Harinelina Randriamananarivo. 

Madagascar à la traîne. Il y avait aussi tous ses proches collaborateurs dont de nombreux présidents des ligues régionales et tous les membres du comité exécutif de la FMF.

Bref, il y avait du beau monde malgré l’heure tardive, il était 2h15 quand l’avion d’Ethiopian Airlines avait atterri sur le tarmac de l’aéroport d’Ivato, pour accueillir celui qui est devenu le grand patron du football africain.  C’est- à- dire, un homme très ému qui affirmait que la solution du ballon rond à Madagascar n’est pas pour demain. « Le football est rassembleur dans tous les pays sauf à Madagascar« , disait-il en réponse à la question d’un journaliste sur le devenir du football malgache,

Voie diplomatique. Un constat au goût amer certes mais qui n’a pas empêché Ahmad d’exprimer ses sincères remerciements à l’endroit du Président Hery Rajaonarimampianina car il sait qu’il a beaucoup contribué à faire pencher la balance de son côté par la voie diplomatique. Mais il a déclaré être comblé par l’attitude de ses amis africains dont les Égyptiens et les Éthiopiens qui ont mis en place des QG au Caire et à Addis-Abeba durant toute la campagne. Il n’a pas omis de remercier chaleureusement le noyau dur de sa campagne formé par les membres du COSAFA et le clan  anglophone obéissant aux doigts et à l’œil au Nigerian Amadjou Pinnick. 

Autant le dire même si Ahmad ne le dit pas que cette élection,  il la doit à un travail d’équipe avec qui il doit maintenant composer durant les quatre années de son mandat. La plus belle des manières en fait pour diriger la CAF aussi longtemps que c’est nécessaire. 

Clément RABARY

Tia Tanindranaza89 partages

Midangana ny vidim-baryTsy mahavaha olana ny mpitondra

Mampikaikaika ny rehetra ny fidangan’ny vidin-javatra ilaina andavanandro (PPN), indrindra fa ny vary amin’izao fotoana izao.

Toky R

 

 

Midi Madagasikara83 partages

Les préparatifs avancés de Marc Ravalomanana

L’ancien président Marc Ravalomanana semble bien décidé à retrouver ce poste qu’il a dû quiiter à son corps défendant en mars 2009. De tous les prétendants à cette charge importante, c’est celui qui est le plus actif ou du moins qui ne cache pas ses préparatifs ; A un an et demie de l’élection, comme un sportif de haut niveau, il est déjà dans les « starting blocks ».

Les préparatifs avancés de Marc Ravalomanana

Il ne craint pas d’annoncer la couleur. Marc Ravalomanana ne cache pas son désir de prendre sa revanche après avoir été chassé du pouvoir par un coup d’état militaire. Ses cinq  années d’exil en Afrique du Sud l’ont profondément marqué, mais de retour au pays, il a décidé de respecter le jeu démocratique et d’atteindre son objectif en respectant les règles. La première étape a été l’élection de Lalao, sa femme à la  mairie d’Antananarivo. Malgré les différends fréquents entre la CUA et l’Etat, l’ancien président a réussi à faire preuve d’une certaine habileté et a été très présent dans les médias. A la fin de l’année dernière, il a fait savoir qu’il était prêt à se lancer dans la course à l’élection présidentielle. Cela a commencé par la mobilisation de ses partisans et des déplacements en province. L’affirmation renouvelée des représentants de la communauté internationale de la nécessité d’une élection inclusive l’a renforcée dans sa détermination. C’est fort de cette assurance qu’il déroule aujourd’hui son plan d’action. Il a activé ses réseaux à l’extérieur et a entamé des voyages à l’étranger. Il était au début de l’année aux Etats Unis. Il est en ce moment en Europe. Le film qui lui est consacré, « return of a président » et qui est présenté au festival du film de Copenhague est une carte de visite importante auprès de tous ceux qu’il est en train de rencontrer actuellement.  L’ancien président est prêt et il ne le cache pas. Mais, ses concurrents ne le sont pas moins. Andry Rajoelina et les membres du MAPAR s’activent eux aussi et ils le font dans la discrétion. Ils mettent en place une machine bien huilée qui se mettra en branle  au début de l’année prochaine.

Patrice RABE

Midi Madagasikara72 partages

Rabetsaroana Willy Sylvain : «La vie récompense l’action»

Sylvain Rabetsaroana en famille.

Formé par les Jésuites au Collège Saint Michel, combinant programmes  Etudes-Sports, son éducation basée sur la « Culture de l’excellence »  a modelé son esprit de « battant ». Après son bac, il a accompli son service national et est parti à l’extérieur par la suite. Il a fait un passage en cours préparatoires au Collège Sainte Barbe (Paris V): discipline, organisation et professionnalisme sont les maîtres-mots de la gestion de son entreprise. Ce qui lui valait d’être cité souvent comme un exemple de réussite. «Précurseur, bâtisseur et passionné de psychologie», très vite, il a pu créer un véritable « empire ».

Pour  Rabetsaroana Sylvain « la vie récompense toujours l’action». Homme de réseaux, affable et direct, apprécié par ses pairs, il a été sollicité par presque tous les régimes successifs à Madagascar pour ses compétences afin de contribuer au développement du pays. Il est rentré à Madagascar en 1985 en tant que Dirigeant de Sociétés. De 2006 à ce jour, il est administrateur de Banques. En 1992, il est membre du Conseil pour le Redressement Economique et Social (CRES). Sénateur de Madagascar de 2001 à 2008, il est le Président-Fondateur du Groupe Parlementaire « Génération Entrepreneurs » (GPGE) au Sénat, en partenariat avec le Groupe Parlementaire  « Génération Entreprises » dirigé par son ami Olivier Dassault à l’Assemblée Nationale Française. De 2010 à 2013, il est membre du C.S.T.

Concepteur. Concernant ses compétences, il a effectué des stages au C.N.R.S France, associé aux Programmes informatiques : trajectoires balistiques, évolutions des cristaux… Concepteur du Programme de loisirs dans les transports en commun en France « De la musique dans le métro », un projet acheté et adopté par le R.A.T.P. Travaux et thèses sur « les études de marchés dans les pays en voie de développement », qui sont d’ailleurs utilisés par des Sociétés Financières actuellement. Ce qui a également permis à cet opérateur économique de créer et diversifier les Sociétés constituant son Groupe, dont il est le Président-Fondateur, opérant dans plusieurs domaines d’activités. Précurseur et fondateur de la radio privée à Madagascar, il est le Propriétaire-Fondateur de la Radio Lazan’Iarivo 106 FM (RLI). Issu d’une famille de sportifs, son père étant le Président de la Jeunesse Sportive de Mahamasina (J.S.M),  Rabetsaroana Sylvain  pratique plusieurs disciplines : le golf, le sport automobile, le tennis, l’art martial, le squash… Il a fait flotter plusieurs fois le drapeau national Malagasy dans des concerts internationaux. Joueur de golf : deux fois champion de l’Open de l’Ile Maurice (1998 et 2000), plusieurs fois en Europe et d’autres pays (Open de l’Oise en France, à Dubaï…).

Féru de jazz. Ancien Président de la FMMSAM (Fédération Malagasy de Sport Automobile). Champion de Madagascar de Rallye dans les années 80. Président-Fondateur de la Fédération Malagasy de ski, qui a contribué  à la première participation de Madagascar aux jeux Olympiques d’hiver de Turin en 2004. A part le sport, l’élevage de chien de race  fait partie de ses passions. Il a fait venir à Madagascar des races de chien en voie de disparition : les Matins de Naples, des molosses de 90kg. Bercé par la musique dès son enfance, il est un féru de  jazz. D’ailleurs, il est le fondateur de la radio RLI 106 FM. Sa grande passion de la chasse lui a valu de parcourir le pays et même le monde (Chasse Présidentielle en France…). A deux doigts de son ingéniorat en Informatique, il a quitté l’Université au grand regret de ses parents. Il a préféré poursuivre des études en Management, Commerce International. Rester devant un écran d’ordinateur toute sa vie pour élaborer des programmes n’est pas sa tasse de thé.

En signe de reconnaissance de ces parcours couronnés de réussites, l’Etat Malagasy lui a décerné les distinctions honorifiques de « Commandeur de l’Ordre National »  et « Grand Officier de l’Ordre National ». Sylvain Rabetsaroana est un homme d’affaires épanoui, homme d’Etat accompli, un père de famille comblé. Derrière ce sportif gentleman, une femme Docteur en Pharmacie et trois enfants, dont l’ainée est avocate en France, le cadet préparant son MBA actuellement et la dernière fait ses études en Pharmacie en Europe, après l’effort, c’est le réconfort. Respectueux des valeurs et traditions, il est un homme soucieux de l’expression de l’identité Malagasy. Il n’a jamais manqué de faire connaître et de promouvoir Madagascar sur le plan international lors de ses fréquents déplacements à l’extérieur. En 2013, il a sorti  son livre intitulé « Pour Une Révolution Douce à Madagascar ». Considéré comme l’incarnation de l’avènement d’une « nouvelle génération de politiciens » à Madagascar, il était Candidat aux élections Présidentielles de 2013 du parti PNJ-MAZAVA.

Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar68 partages

Jirama – Huit candidatures pour être DG

Huit candidats se sont manifestés. Ceux qui s’intéres­sent à ce poste auront jusqu’au 25 mars pour postuler.

Plus que quelques jours. L’appel à candidature au poste de directeur général de la Jirama devrait prendre fin ce vendredi. D’après Lantoniaina Rasoloelison, administrateur délégué de la société, huit candidats se sont manifestés jusqu’ici.« Il n’est plus question de report de cette date du 25 mars. Le candidat sélectionné devrait mettre en priorité le redressement de la compagnie d’eau et d’électricité, avec comme objectif le retour à l’équilibre d’ici 2020 », a déclaré ce responsable samedi lors de la présentation des agents de recouvrement et releveurs de la société.Le recrutement du DG de la Jirama est tellement attendu depuis plusieurs mois. Cette démarche entre dans le cadre du plan de redressement de la compagnie incité par le projetd’amélioration de la gouvernance et des opérations dans le secteur de l’électricité (Pagose) financé par la Banque mondiale. La nomination de tous les cadres supérieurs devrait se faire en toute transparence. Après la nomination du nouveau DG et le bouclage du nouvel organigramme, d’autres appels à candidature sont aussi attendus.

Fin de missionLe conseil des ministres du jeudi 19 janvier a nommé Lantoniaina Rasoloelison en tant que administrateur délégué de la Jirama. Cet ancien ministre des Finances de la Transition disposera de trois mois pour mener à terme sa mission, dont la mise en place des nouvelles structures de direction au sein de la Jirama. L’ancien candidat suppléant du parti Hery vaovao ho an’i Mada­gasikara (HVM) lors des sénatoriales, devait ainsi s’assurer la mise en œuvre de la procédure de nomination du DG de la JIrama par le biais d’un appel à candidature. Et une fois le DG nommé, la mission de Lantoniaina Rasoloelison devrait prendre fin.

Lova Rafidiarisoa

Madaplus.info66 partages

The return of president: le film sur l’ancien président Ravalomanana est sorti

The return of president: after a coup in Madagascar ou, le retour du président après le coup d’état à Madagascar était sorti officiellement au Danemark samedi dernier.
Ce film a été réalisé par Lotte Mik-Meyer et raconte l’histoire de Ravalomanana depuis qu’il a été évincé du pouvoir en 2009. Si on résume un peu ce film documentaire en Anglais, tout commence en 2009, quand le jeune maire d’Antananarivo prend les rênes d’un des pays les plus pauvres au Monde : Madagascar. Ravalomanana et sa famille ont dû quitter la grande ile pour rejoindre le pays de l’arc-en-ciel. Il a habité en Afrique du Sud pendant plus de 5 ans et a tenté à mainte reprise de retourner au pays. C’est cette bataille qu’il a menée pour rentrer au pays que ce film met en exergue.
Midi Madagasikara66 partages

Chronique de Mickey : Chapeau l’artiste d’Ahmad

Il a fallu attendre près de cinquante sept ans  après l’indépendance pour voir un Malgache à la tête d’une organisation intégralement continentale. Il y a bien eu Jules Razafimbahiny prendre la destinée de l’OCAM, l’Organisation  Commune Africaine et Malgache, mais cette structure n’avait pas de compétence dans une grande partie du continent surtout chez  les anglophones. Ou Maurice Rajaofetra, tenant longtemps les rênes de l’ASECNA (Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne) une agence  partiellement panafricaine, et la liste s’arrête là. A croire que notre visibilité devient  petit à petit opaque pour  les autres  à mesure que notre économie décline et que notre situation politique joue le yoyo.

Puis ce jour de mars 2017, comme par enchantement  la lumière de Madagascar éblouit le continent, réveillant la fierté de tout un peuple trop longtemps sevré de voir un de ses fils porter haut son flambeau .La Grande Ile a été considérée autrefois comme le « Quartier Latin » (l’intellectuel) de l’Afrique, la voilà de nouveau réhabilitée. Les Malgaches ont toujours pudiquement voulu marquer leur particularité en Afrique et les voilà maintenant représentés au firmament de ce continent. Rien que pour cela, Merci Ahmad !

« Ce que j’ai fait, aucune bête ne l’aurait  fait » avait écrit Antoine Saint -Exupery après avoir échappé, après des efforts surhumains à la mort, suite à un crash d’avion dans la cordillère des Andes Et  de sa ville natale Tambohorano jusqu’au fauteuil de Président de la Confédération Africaine de  Foot-Ball, que de chemins parcourus , que d’embûches évitées par Ahmad, Il peut s’en vanter en vrai « mahery vintana»,d’avoir fait autant ,à croire qu’il soit né sous le signe « Alakaosy » .  On peut dire ce qu’on veut ,de lui, mais l’on ne peut nier que cet homme, qui, à force de tenacité, de niaque,  a su forcé son destin. Il aurait pu finir comme professeur d’EPS ou même comme sénateur, mais il en voulait plus. En bon stratège, il a su profiter  de ses  amis et des inimités entre ses ennemis. Autrement dit , comment il aurait pu abattre un vieux baobab comme le Camerounais  Hayatou , en poste depuis presque trente ans, à l’égal de ces dinosaures d’Afrique. Il a su aussi saisir l’opportunité du Tsunami survenu à la tête de la  planète foot  et a  du se dire  que  s’il s’en échappe, il   brandira le changement. Et ne dîtes pas, qu’il a été élu par hasard ou par défaut, parce qu’il savait qu’il fallait  gravir étape par étape, ainsi il s’accapara d’abord  de la tête de Zone Sud, puis s’allia avec les puissants dirigeants  des fédérations anglophones, le ventre mou du règne d’Hayatou. Enfin, il s’est appuyé sur le nouveau Président de la FIFA  qui n’a pas eu   l’onction du Camerounais lors des élections d’ après Blatter. Ainsi le maki a eu raison du lion indomptable. Enfin, la  presse internationale commet une méprise en le nommant Ahmad Ahmad. Non !non ! Messieurs il ne s’agit pas d’un clône mais de l’unique, le vrai de chez nous.

M.ranarivao

L'express de Madagascar61 partages

Secteur extractif – Madagascar non classé à l’international

Madagascar est  encore la lanterne rouge. Elle a du mal à se positionner en matière d’attractivité en investissement minier.

Non classé. Madagascar ne figure nulle part dans la dernière version 2016 du classement Fraser Institute qui a été publié ce mois-ci. En cause, l’insuffisance de données sur plusieurs critères, selon les explications publiées par l’institut. Or, c’est l’un des classements mondiaux les plus importants pour le secteur minier car il sert de document de référence pour les investisseurs miniers sérieux dans leur prise de décisions. On y classe les pays miniers suivant leur attractivité d’investissements.Il faut savoir que pour établir son classement, Fraser Institute prend entre autres en considération les critères tels que les données sur l’Administra­tion, l’interprétation des législations en vigueur;le système juridique, le régime fiscal, le foncier, les infrastructures, le développement socioéconomique et les exigences des communautés concernées, les législations concernant les douanes, le commerce, la stabilité politique ou encore la qualité de la main-d’œuvre…

CausesÀ ce sujet, Daniella Andriafeno, secrétaire exécutif de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) a avancé qu’: « actuellement on se retrou­ve dans une période transitoire, notamment sur le plan législatif. Madagascar est encore en plein processus de réforme en ce qui concerne par exemple le cadre légal, qui figure notamment parmi les critères pris en compte dans cette classification ». Néanmoins, concernant la publication des informations relatives au secteur minier du pays,  cette dernière a tenu à rassurer que « des efforts sont entrepris en ce sens à travers les rapports publiés par l’IETI », indique-t-elle.D’autre part, selon l’avis d’un consultant en droit des affaires exerçant à Madagas­car : « Les lois sur les investissements en vigueur dans le pays  freinent l’enthousiasme des investisseurs. Les lois sont trop rigides et inadaptées au contexte national actuel. On y ajoute la lenteur, notamment dans le processus de refonte du code minier par exemple », déplore t-il. À cet effet, une évolution législative est de mise « Madagas­car devrait accélérer sa réforme judiciaire et favoriser la mise en place d’un environnement juridique plus souple », préconise ce dernier.

Soa Mihanta Andriamanantena

Midi Madagasikara46 partages

Kidnapping : Nisy voasambotra indray

Nisy tambajotra mpanao fakàna an-keriny izay voasambotry ny zandary ny sasantsasany amin’ireo mpikambana ao anatiny. Raha ny fantatra dia mpiara-miasa akaiky amin’i Jaffar Younnous izy ireo. Io farany dia karàna fanta-daza amin’ny kidnapping ary raha ny fahafantarana azy dia mbola mihidy ao Tsiafahy rehefa voampanga an-taonany maro. Hisy ny fihaonan’ny zandary avy etsy Fiadanana amin’ny mpanao gazety anio mba hampahafantatra ny momba ireto andian-jiolahy mpanao kidnapping ireto alohan’ny hanolorana azy ireo eny amin’ny fampanoavana. 

D.R

Tia Tanindranaza45 partages

Fivorian’ny SADCTsy nanan-kambara afa-tsy rivodoza ny Filoha Malagasy

Nandray anjara tamin’ny fivoriana tsy ara-potoan’ny vondrona SADC tany Swaziland ny sabotsy 18 martsa lasa teo ny filoha Hery Rajaonarimampianina.

 Tamin’ireo lohahevitra lehibe 5 antom-pisian’ny fivoriana dia teboka iray ihany no tena nasongadin’ny filoha Malagasy nandritra ny lahateniny dia ny fisaorana sy fankatelemana ny SADC tamin’ny fanohanana sy fanampiana an’i Madagasikara noho ny fandalovan’ny rivodoza Enawo. Tafiditra ao anatin’ilay lohahevitra mahakasika ny fiovaovan’ny toetry ny andro moa izy io. Tena ilaina ary zava-dehibe tokoa ny fahafahana mandritra ny fomba fiasa amin’ny fiatrehana ireo loza voajanahary, hoy izy. Nasongadin’ny filoham-pirenena fa nahafahana nampihena ny aina nafoy ny fananan’i Madagasikara fandaharanasa fiomanana amin’ny fiatrehana rivodoza. Na izany aza, namela takaitra ho an’ny fiainana ara-tsosialy sy ara-toekarena ho an’ny firenena Malagasy ny rivodoza Enawo. Manantena hatrany ny fifanomezan-tanana eo amin’ireo firenena mpikambana ao amin’ny SADC ny filoha mba hiatrehana ny loza voajanahary mety hahazo ny firenena tsirairay avy. Tsy dia nasian’i Hery Rajaonarimampianina resaka ny lohahevitra 4 hafa izay tena anton’ny fivoriana tsy ara-potoana tao amin’ny Lapan’ny Mpanjakan’i Swaziland tao Lozitha, dia ny fampiroboroboana ny indostria, ny krizy politika ao Lesotho sy any amin’ny repoblika demokratikan’i Congo ary ny fananganana ilay Oniversiten’ny SADC izay handray mpianatra 300 isan-taona ka manana anjara toerana 20 mahery ao anatin’izany i Madagasikara.Taorian’ny fihaonana tany Swaziland moa dia nitodi-doha atsy amin’ny nosy Maorisy indray nanomboka omaly alahady ny Filoha Malagasy mba hanatrika ny fivoriana ara-toekarena iray lehibe handinihana indrindra ny ho avin’i Afrika, manomboka anio alatsinainy io fivoriana io.

RTT

Madagascar Tribune41 partages

Les enfants doublement sinistrés

Le bilan laissé par le cyclone Enawo s’alourdit de jour en jour. Derniers chiffres 81 morts, 18 disparus et près de 425 000 sinistrés, selon le BNGRC (Bureau national de gestion des risques et des catastrophes naturelles). Au moins 700 écoles détruites en totalité ou partiellement, 2 000 salles de classes en attente de réparation et qui laissent pas moins de 60 000 enfants sans cours. Sans oublier les écoles publiques occupées par les sinistrés qui privent les élèves de ces établissements de cours. Les enfants des sinistrés et des déplacés sont déjà privés d’école par la force des choses.

Autant de problèmes qui affectent lourdement les enfants notamment ceux des écoles publiques. Déjà qu’ils ont un faible niveau par rapport aux élèves des écoles confessionnelles ou privés, en plus ils ne peuvent pas jouir de cours pour ces nombreuses raisons, soit ils vont abandonner l’école trop tôt, soit ils vont accumuler leur retard scolaire. L’UNICEF vient de faire parvenir des matériels pour faire face aux urgences. Des tentes pour des écoles temporaires et des kits scolaires seront distribués dans les régions sinistrés en plus des médicaments contre le paludisme et la diarrhée, maladies qui font des ravages actuellement.

Midi Madagasikara41 partages

Vendredi joli : Princio met le feu au Piment Café !

Princio était entouré de toute son équipe.

Les femmes, il ne peut s’empêcher d’en parler, en bien, en mal… Princio en a fait son sujet de prédilection. Vendredi soir, les « Infirmiera », « Kathy », la « Sipa manja be bangaridana » ainsi que toutes les autres ont ainsi été au rendez-vous. Ce soir là, celui qui dévoilait son « Paradisa » en 2010 investissait le Piment Café pour partager un moment de convivialité avec ses inconditionnels. Un moment qui a permis à tous les fans du chanteur de retrouver leur idole. Malgré ses quelques mois de silence, tous ceux qui avaient été présents vendredi soir ont retrouvé le même Princio qui les avaient séduits il y a de cela dix ans. Drôle dans ses textes tout en restant parfois sérieux sur scène, le troubadour reprenait également toutes ses autres compositions qui ne parlent pas de femme. Des titres vieux de trois, cinq, dix ans qui sont plus que jamais au goût du jour et qui ont été repris en chœur par les noctambules du Piment Café. Princio sur le devant de la scène, un moment que ses inconditionnels ont savouré sans aucune modération !Mahetsaka

Madagascar Tribune37 partages

Ahmad, Airmad etc...

Ahmad. Faut-il se réjouir de son élection à la tête de la Confédération africaine de football (CAF), juste parce qu’il est Malgache ? Je laisserai cela aux ébaubis du nationalisme exacerbé, envers lequel j’ai autant de méfiance que pour les adeptes du corporatisme. Autrement dit, cette approche qui consiste à favoriser la protection mutuelle des membres de la même profession que soi (ou des compatriotes), sans nécessairement tenir compte des qualités et défauts, ainsi que des réussites et échecs des individus concernés.

Je ne connais pas Monsieur Ahmad, et ne me suis jamais vraiment intéressé à lui. La seule chose que j’ai en tête à son sujet, c’est cette vidéo le montrant menaçant un journaliste qui se faisait trop insistant sur un financement qatari qu’il aurait obtenu dans le cadre de l’attribution de la Coupe du Monde. Ahmad est donc quelqu’un qui connaît bien les rouages du football mondial, et a utilisé sa connaissance des réseaux pour vaincre Issa Hayatou. C’est une belle prouesse, mais qui ne m’empêche pas de me demander comment le Président d’une fédération nationale sans résultats pourrait être un bon Président de la CAF. Comme si le Ministre des finances d’un pays très pauvre pouvait avoir une légitimité à devenir Directeur général du Fonds monétaire international.

Bien entendu, à Madagascar ses partisans et amis tentent de faire passer le message d’un homme compétent, mais ayant dû travailler dans la limite des moyens donnés par l’Etat. Il est bien connu qu’à Madagascar, toute défaite sportive est toujours à mettre sur le dos d’un bouc émissaire : l’herbe était trop haute, les repas pas assez nutritifs, l’arbitre était partisan, et le décalage horaire était pesant. D’autres de ses amis avancent quelques succès comme la victoire au championnat d’Afrique de beach soccer pour tenter de cacher la déchéance continue de l’équipe-phare des Barea.

Airmad. Air Austral a donc été choisi par le Ministère des Transports et le Conseil d’Administration d’Air Madagascar pour être le partenaire stratégique, à hauteur de 49% du capital. On se sait trop quels sont les critères qui ont prévalu pour effectuer ce choix. Il est regrettable qu’au lieu de créer une alliance avec une compagnie africaine majeure telle qu’Ethiopian Airlines, Air Madagascar se soit précipitée dans les jupes de la France. L’ombre de l’achat des Airbus en 2012, décidé par Rajoelina pour faire plaisir à l’Hexagone, traine encore sur les comptes au rouge de la Compagnie nationale.

Le passager lambda espère que cela va se traduire par une amélioration des services, qui laissent plus qu’à désirer depuis le coup d’Etat de 2009. Après la « malgachisation » d’Air Madagascar en 1973, le personnel aura de bonnes raisons de méditer sur ce retour en force de capitaux français. Si cela pose bien entendu la question de la compétence des Présidents de Conseil d’administration malgaches et des Directeurs généraux qui se sont succédé depuis, elle pose de façon égale la question des syndicats de la Compagnie, qui ont représenté depuis des décennies une réelle force de nuisance, à coups de complots internes, de grèves inconsidérées et d’arrogance de certaine corporation qui se considère comme étant l’élite intellectuelle de l’entreprise. Air Austral apprendra très vite à ses dépens avec ce personnel frondeur, et pas nécessairement pour de bonne raisons.

They’re mad Ils sont fous. Adala ireo. Après un processus de dialogue avec la plupart des astrologues de notoriété publique à Madagascar, il avait été convenu du choix d’une seule et même date en Septembre pour marquer le Nouvel an malgache, afin de mettre fin aux incohérences des années antérieures où différents groupes le fêtaient à différentes dates. Mais certains irréductibles, soucieux de marquer leur différence à l’encontre des efforts de coordination, ont maintenu la date du 28 mars, semble-t-il au détriment de toute logique historique. En outre, le choix d’une date de Nouvel An malgache devrait se situer dans la logique de l’Hémisphère sud, où l’équinoxe de Printemps est en septembre, et non en mars comme dans l’Hémisphère nord. Mais notre propension à singer les vazaha semble avoir pris le dessus dans tous les domaines.

News Mada35 partages

Fihetseham-bahoaka tany Mananara Avaratra : saika nidiran’ny fokonolona an -keriny ny biraon’ny zandary

 Misesy tsy an-kiato ny fitsaram-bahoaka sy fitakiana fitsaram-bahoaka. Ny biraon’ny zandary ao Mananara Avaratra indray, ny alakamisy teo, no saika nidiran’ny fokonolona an-keriny nitakiana hamoahana lehilahy iray nahafaty olona tany an-toerana.

 

Ny ampitson’ilay zava-nitranga tao Ambanja momba ny fikasana nataona andian’olona marobe hamaky ny fonjan’Ambanja hamoahana jiolahy hanaovana fitsaram-bahoaka, nitrangana savorovo niafara tamin’ny fikasana hanafika ny biraon’ny zandary koa tao amin’ny fokontany Agnalampotsy Mananara Avaratra. Fototry ny olana ny fitakiana tamin’ny zandary hamoahana ilay jiolahy tompon’antoka tamin’ny vonoan’olona tao amin’io fokontany io no. Araka ny fampitam-baovao voaray avy amin’ny zandary, nitrangana vaky trano tao an-toerana, ny alakamisy 16 marsa 2017 tamin’ny 8 ora maraina. Teo am-panenjehana ilay mpamaky trano ilay raim-pianakaviana niharam-boina no voavely hazo tampoka ny lohany ka tsy nahatsiaro tena izy ary nitarika ny fahafatesany izany. Voasambotry ny polisy kaominaly ilay nahavanon-doza ka naterina avy hatrany ao amin’ny borigadin’ny zandary ao Mananara Avaratra. Tokony ho tamin’ny 11 ora antoandro, nahazo antso ny kaomandin’ny borigadin’ny zandary ao Mananara Avaratra fa misy olona mivorivory mikasa haka ilay jiolahy voarohirohy ho nahafaty ilay raim-pianakaviana tao an-toerana. Tsy nanaiky izany kosa anefa ny zandary sy ny lehiben’ny distrika ary ny ben’ny Tanàna.

Tezitra ireto andian’olona marobe ireto ka nobatain’izy ireo nankeo an-tokotanin’ny biraon’ny zandary ny fatin’ilay raim-pianakaviana ary nandrasana teo.

Efa nalefan’ny zandary any amin’ny borigadin’i Maroantsetra kosa anefa ilay jiolahy nokasain’ny olona hanaovana fitsaram-bahoaka. Nisy ny  fanelanelanana nataon’ny lehiben’ny faritra Analanjirofo, ny lehiben’ny distrika ary ny ben’ny Tanànan’i Mananara Avaratra. Nanaiky hitondra ny razana nody ihany ireto andian’olona nitokona manoloana ny biraon’ny zandary.

Tsy voafehy intsony ny fitsaram-bahoaka…   

Ireo tompon’andraiki-panjakana ao an-toerana, araka izany no niantoka ny fikarakarana ny razana sy nitondrana azy nihazo an’i Fenoarivo Atsinanana izay misy ny fasan-drazany ny asabotsy teo. Tsikaritra tato ho ato fa tsy voafehy intsony ity fitsaram-bahoaka sy fitakiana jiolahy hanaovana fitsaram-bahoaka ity. Fihetsika feno fahasahiana mihitsy ny an’ireo andian’olona satria miala amin’ny fikasana hamaky fonja, izao indray ity kasain’ny olona hidirana an-keriny ny biraon’ny zandary hakana ilay olona tadiavin’izy ireo. Taty Mananara Avaratra ihany koa, nisy ilay kaomisarian’ny polisy notafihin’ny andian’olona marobe toy izao. Toy izao koa no nanaovan’ny andian’olona ny biraon’ny zandary tao Namorona  Mananjary ka niafara tamin’ny fitsaram-bahoaka ny zandary GP2C Marcellin, ny 29 desambra 2016. Teo koa ny fanafihan’ny olona ny tobin’ny zandary tao Besalampy, ny 19 janoary 2017 teo.

Taratry  ny fipoahana ara-tsosialy ny firongatry ny fitsaram-bahoaka toy izao satria mikomy amin’ny mpitondra fanjakana ny vahoaka. Tsy misy azony ianteherana intsony manoloana ny fangirifiriana iainany isan’andro, isan’izany ny tsy fandriampahalemana izay mampikaikaika ny olona ankoatra ny fidangan’ny vidim-piainana. Tsy misy vahaolana matotra anefa raisin’ny mpitondra fa vitan’ny hoe efa mandray fepetra ny fitondram-panjakana. Fepetra inona izany? Tsy vitan’ny resaka ambony latabatra ny raharaha toy izao fa mitaky andraikitra goavana avy amin’ny mpitondra. Midina ifotony mihitsy fa tsy mametrapetraka toy ny tany amin’ny “Raharaha Antsakabary”.

J.C

(Tahirin-tsary)

Tia Tanindranaza30 partages

Honoré RakotomananaTsy salama ?

Nandeha be ny resaka ny herinandro lasa iny fa tsy salama ny filohan’ny Antenimierandoholona Honoré Rakotomanana, ary dia ny filoha lefitra Faritanin’i Fianarantsoa Riana Andriamandavy VII no nisolo toerana vonjimaika, nisahana ny fampandehanan-draharaha tetsy Anosikely.

 

 

Mpahazo ny olombelona ny tsy fahasalamana, tsy atao mahagaga ny amin’izany, saingy izy miseho taorian’ny namerenan’ny Fitsarana Avo momba ny Lalàmpanorenana amin’ny Antenimierandoholona ny andraikitra momba ny raharaha Senatera Lylison no miteraka fanehoan-kevitra samihafa, sao misy fanerena avy amin’ny HVM hanesorana an’i Lylison de Rolland tsy ho mpikambana Loholona intsony any aho any. Andraikitra hitambesatra eo an-tsorok’i Honoré Rakotomanana anefa izany, amin’ny maha filohan’ny Antenimierandoholona raha izay no ho fanapahan-kevitra ka mety hiteraka adin-tsaina hiantraika amin’ny fahasalamany. Tsy nanatrika ny fambolena zanakazo kininina 1 000 teny Tsimahabeomby Imeritsiatosika ny zoma 17 martsa teo ny fianakaviamben’ny antenimierandoholona, tsy tazana teny ny filoha fa i Kolo Roger no nisolotena azy. Ny fahitana an’i Honoré Rakotomanana niatrika ny lanonana niarahabana ny fahalanian’ny Loholona Ahmad ho filohan’ny kaonfederasiona afrikanina amin’ny baolina kitra ny sabotsy teo, tetsy amin’ny lapa maitso Anosikely anefa dia toa nandiso ny resaka niely fa tsy salama ny filohan’ny Antenimierandolohona. 88 taona moa ankehitriny Atoa Honoré Rakotomanana

 

Jean D.

 

Midi Madagasikara25 partages

Sénat : Démission d’Ahmad ce jour

Elu nouveau président de la Confédération Africaine de Football, le Sénateur Ahmad a rendu une visite de courtoisie auprès du président du Sénat Honoré Rakotomanana samedi dernier. La rencontre a été honorée par la présence de quelques membres du Bureau permanent de la Chambre Haute. Une occasion pour le nouveau patron de la CAF de remercier ses collègues sénateurs pour leur soutien. D’après les informations, avant de s’envoler pour le Caire, la capitale égyptienne où il est prévu prendre sa fonction à la Présidence de la CAF, le Sénateur Ahmad se présentera au Palais de Verre d’Anosikely ce jour pour déposer sa lettre de démission en tant que Sénateur de Madagascar. Le président du Sénat Honoré Rakotomanana a évoqué l’interdiction du cumul de fonctions, conformément à l’article 71 de la Constitution et l’article 123 de la loi organique n° 2015-007 fixant les règles relatives au fonctionnement du Sénat, ainsi qu’aux modalités d’élection et de désignation des sénateurs. Ahmad ayant été un Sénateur désigné parmi le quotta du président de la République, Hery Rajaonarimampianina devrait donc nommer un nouveau sénateur, après une constatation de vacance de poste par la Haute Cour Constitutionnelle.

Davis R

Midi Madagasikara23 partages

Exportation d’or : Une stratégie pour augmenter la quantité déclarée

Le ministre auprès de la Présidence chargé des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah a remis 2,4 millions Ar au profit des sinistrés de la SAVA. (Photo : Nary Ravonjy)

La plus grande quantité d’or exporté qui a été déclarée depuis l’Indépendance s’élève à 580kg. 

Près de 580 kg. C’est la quantité d’or exportée qui a été déclarée au niveau du ministère auprès de Présidence en charge des Mines et du Pétrole. « C’est la plus grande quantité enregistrée depuis l’Indépendance. Maintenant, nous mettons en œuvre une stratégie pour augmenter cette quantité de l’exportation aurifère déclarée. Raison d’ailleurs de la mise en place de l’Agence Nationale de l’Or », a annoncé le ministre de tutelle, Zafilahy Ying Vah, lors de la remise de don en numéraire dans le cadre d’un téléthon organisé par les natifs de la région de la SAVA, à la Bibliothèque nationale samedi dernier. En effet, cette région est fortement touchée par le cyclone Enawo.

Recoupement. A cette occasion, il a démenti qu’il n’y avait jamais eu de trafic de 3 tonnes d’or à Betsiaka véhiculé par certaines presses. « Si l’on calcule à raison de 100 000 le gramme d’or, cela pourrait représenter d’au moins 300 milliards d’Ariary et non pas 20 milliards d’Ariary tout court. Toutes ces informations inexactes peuvent ainsi induire en erreur le public. En plus, l’OMNIS n’est pas rattaché à la présidence mais à mon département. Et il se charge plutôt du domaine du pétrole et des substances stratégiques comme l’uranium et non pas de l’or. Notre porte est toujours ouverte pour tout recoupement », a-t-il précisé.

Donations. En revenant sur le téléthon, le ministre auprès de la Présidence chargé des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah, en tant que coach de la SAVA, a offert 2,4 millions Ar au nom de son département. Les organismes rattachés de ce département comme l’OMNIS, le KRAOMA, le BCMM et l’IGM  ont également contribué. L’OMNIS et le KRAOMA ont remis respectivement une somme de 3,5 millions Ar et de 5 millions Ar. « Il y aura encore d’autres donations que nous allons remettre au niveau du BNGRC la semaine prochaine au profit des sinistrés », a-t-il conclu.   

Navalona R.

Midi Madagasikara22 partages

Formation professionnelle : Les ressources éducatives libres à l’honneur !

L’amélioration de la qualité de l’enseignement professionnel et technique est tributaire des qualités des enseignants. Lesdites qualités devant permettre une facilitation des transferts de connaissances qui, eux, se feraient par des approches innovatrices. L’insertion des TIC dans l’éducation et la formation des enseignants pour répondre aux exigences du monde font partie des étapes déjà entreprises par l’INFor pour atteindre cet objectif. Ladite étape prenant en compte l’Approche par compétence ou ACP pourrait relever les défis grâce aux possibilités offertes par les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Et dans la continuité des efforts entrepris, l’Institut National de Formation du Personnel des Etablissements d’Enseignement technique et de la Formation Professionnelle (INFor) s’est tourné vers la promotion et l’introduction des Ressources Educatives Libres (REL) dans la formation des enseignants. Une initiative qui entre dans le cadre de la Politique Nationale de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation professionnelle. Par ailleurs, vu les importantes opportunités en termes d’utilisation ou d’adaptation (notamment dans les environnements où les ressources sont insuffisantes) les REL pourraient permettre une excellente occasion d’atteindre l’objectif d’une éducation de qualité pour tous. Ce qui se manifesterait par une meilleure employabilité des jeunes qui sont actuellement victimes de la crise du secteur emploi. En outre, ces matériels pédagogiques, d’apprentissage ou de recherche (REL) peuvent être utilisés dans le cadre d’une licence de propriété intellectuelle devant permettre la réutilisation ou l’adaptation. La licence Creative Commons en est une bonne illustration.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara21 partages

MEN-Japon : 88 salles de classe à construire dans l’Atsinanana

Le projet de construction d’écoles primaires vise à améliorer la qualité de l’éducation de la région Atsinanana dont Vatomandry.

La collaboration entre le ministère de l’Education Nationale et le gouvernement japonais continue par le lancement du projet de construction d’écoles primaires (Phase IV) dans la Région Atsinanana.

Base de tout développement, l’amélioration de la qualité de l’éducation requiert la prise de responsabilité de tous les acteurs. Ladite amélioration devant passer par un grand changement au niveau des infrastructures. C’est dans ce cadre qu’a été lancé le 17 mars dernier, le projet de construction d’écoles primaires (Phase IV) dans la région Atsinanana. Fruit du partena               riat entre le gouvernement japonais et le gouvernement Malgache, ledit projet consiste à construire 88 salles de classe avec des blocs sanitaires dans 21 écoles, à mettre en place des réservoirs d’eau de pluie, à aménager les bureaux des directeurs et des magasins. Devant également permettre l’acquisition de mobiliers scolaires adaptés, le projet vise à faire bénéficier 13 800 élèves et 480 enseignants issus des quatre circonscriptions scolaires de Vatomandry, de Toamasina I et II.   

Pilier. Les travaux de construction commenceront une fois les phases de passation de marché et la sélection des entreprises effectuées. L’initiative fait coïncider les priorités du gouvernement japonais qui met l’éducation à la base du développement humain et le Plan National de l’éducation, notamment dans le plan sectoriel de l’éducation qui vise à faciliter l’accès à l’éducation surtout au niveau primaire. Par ailleurs, le projet de construction d’écoles primaires pourrait également permettre aux bénéficiaires d’effectuer des activités de composante dite soft. Entre autres, des offres de formation sur la gestion et l’entretien des nouvelles constructions et l’application des techniques sur l’amélioration de l’accès à quelques écoles cibles.

Recueillis par José Belalahy

News Mada19 partages

“Mifampitantana” : Bodo et Poopy magistrales

Comme il fallait s’y attendre, Bodo et Poopy ont livré un concert à guichets fermés hier au palais des Sports et de la culture de Mahamasina à l’occasion de la 3e édition du « Mifampitantana ».

A chaque décennie, c’est devenu une tradition immuable pour Bodo et Poopy de fêter ensemble une longue et brillante carrière musicale le temps d’un concert sur scène. Et leur prestation  au palais des Sports et de la culture de Mahamasina ne fait pas exception à la règle.  Trois jours avant le rendez-vous, Bodo a déjà annoncé que la date affiche «Sold out», comme dans le jargon de l’événementiel.

Tous les ingrédients étaient réunis pour faire de ce concert un événement  magistral. Sur une scène avec une décoration épurée, le duo a donné le premier ton vers 15 heures, accompagné par un véritable orchestre et de musiciens talentueux. «C’est toujours un plaisir renouvelé d’être avec vous», aborde Poopy au début du spectacle. Sans attendre plus longtemps, les deux artistes ont inauguré la scène avec un «mashup» de  leurs titres «Ho iray» et «Satria».

Un duo de tous les records

«Nous osons espérer que la Grande île connaîtra des jours heureux. Mais en attendant, je vais vous emmener dans une épopée musicale aux quatre coins du globe», lance Bodo sur scène en fredonnant le titre «Mba ento». Comme elles l’ont promis, le concert s’est déroulé sous la forme  d’une comédie musicale. On citera «Safidiko», «Raha nofy», «Aina miray» comme une véritable déclaration d’amour à leurs inconditionnels admirateurs.

Elles ont également livré une véritable messe de patriotisme avec les titres «Taniko», «Hody», «Ambanivolo», sans oublier les domaines de la vie sous toutes ses coutures avec «Resa-be», «Ny marina tsy maty» ou encore «Mitatao». Que ce soit en duo ou en solo, les deux grandes dames de la musique malgache étaient toujours ensemble sur scène tout au long du concert.

Autant dire qu’après des longues années de musique, le duo n’a rien perdu de son charme ni se sa verve. Un jeune groupe qui commence à faire parler de lui, Rindra Tarika, s’est invité sur scène pour changer un peu le décor.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara19 partages

Sortie des élèves gendarmes : Un facteur de développement à Ambositra

En moins d’un mois de la sortie officielle des élèves gendarmes à Ambositra qui s’était déroulée le 17 mars dernier,  les hôtels de la ville ont déjà affiché « complets ». C’est du moins ce que nous ont laissé entendre ces hôteliers qui ne ménagent en rien pour satisfaire la clientèle et se faire une réputation de bouche à oreille afin de promouvoir le  tourisme local.

Redynamisation. L’école de la gendarmerie nationale d’Ambositra, outre son aspect d’établissement de formation, constitue pour la ville d’Ambositra, un levier à la redynamisation de  l’économie locale, pour ne parler  que du budget alloué à cet établissement militaire et la masse monétaire qu’il met en circulation pour l’approvisionnement de ces 1 200  soldats de 2e classe en nourriture, en achat des biens et services et en valeurs ajoutées. Ce qui est sûr, seulement pour les salaires de ces 1 200 élèves,  par mois, c’est que plus de 2 milliards d’ariary en argent liquide profitent directement ou indirectement à la population locale à travers la création des  activités génératrices de revenus.

Retombées économiques. Cette sortie des élèves gendarmes, comme tant d’autres auparavant, a contribué à faire de la ville d’Ambositra, la capitale de Madagascar, avec la venue des quatre coins de l’île des familles, des amis de ces élèves gendarmes. La  population locale quant à elle en général, n’a pas à se plaindre de ses retombées économiques pour ne parler que de cela. L’on a appris également du commandant de la gendarmerie nationale, le général Ramiandrisoa qu’avec la sortie de ces gendarmes stagiaires pour l’Amoron’i Mania, l’effectif sera révisé à la hausse pour la lutte contre l’insécurité. Nous en reparlerons.

Anastase

Midi Madagasikara19 partages

Football – Ligue des champions : Un nul très frustrant pour le CNaPS Sport

Le pressing des Camerounais sur chaque porteur du ballon, comme ici avec Bourahim, a fonctionné comme il faut pour enrayer toutes tentatives du CNaPS Sport.

Coup dur pour le CNaPS Sport qui a été tenu en échec,  samedi dans un stade de Vontovorona plein à ras bord, par les Camerounais du Coton Sport sur le score 1 à 1 synonyme d’élimination pour le porter fanion malgache. 

L’espoir d’être le premier club malgache à disputer les matches de poule de la Ligue des champions d’Afrique s’ est envolé hier pour le CNaPS Sport qui n’a pu faire qu’un score de parité de 1 à 1 devant une foule acquise et des arbitres pour une fois correctes car le contraire aurait étonné lorsqu’on sait que dans les tribunes il y avait Ahmad, le président fraîchement élu à la CAF.

But bête. C’est dire que le CNaPS Sport avait toutes les cartes en main mais les espoirs, nos espoirs, furent anéantis par ce but presque bête de Moussa Souleymanou à l’heure du jeu sur une sortie hasardeuse du gardien Leda pourtant étincelant à Garoua en s’offrant même le luxe d’arrêter un penalty

La faute, car il y en avait une, était imputable à l’entraîneur Tipe qui avait peut être cru bien faire en alignant deux novices dans les joutes africaines en l’occurrence Fanja et surtout Éric Dadamanga utilisé jusqu’ici comme joker dans les derniers quarts d’heure. L’effet de surprise voulu n’a pas marché devant des Camerounais venus pour défendre et tout heureux d’avoir marqué un but à Vontovorona.

Plus droit à l’erreur. La belle mécanique malgache finissait alors par s’enrayer au grand dam de Tahina qui a pu limiter les dégâts et qui finissait à bout de force pour avoir été au four et au moulin, du moins jusqu’à la rentrée de Ando à la place d’un Rija qui avait du mal à défendre même si le petit fils de Étienne Rasoanaivo a toujours ce toucher magique, le fruit d’un bel héritage familial.

Finalement,  le CNaPS Sport de samedi était moins bon que son onze de départ au match aller à Garoua même si Francis a pu marquer dans les ultimes secondes de cette partie qui laisse un goût amer.

Enfin  presque car l’aventure africaine se poursuit pour CNaPS qui est reversé aux 1/16e de finale de la Coupe de la Confédération. Une autre opportunité à saisir en fait pour le staff technique du club qui n’aura plus droit à l’erreur. Attendre et croire. 

Clément RABARY

Madagascar Tribune18 partages

Le MAPAR et le TIM, en front commun contre les nouvelles lois électorales

Les partis politiques TIM, MAPAR et certains députés indépendants ont fait une déclaration commune hier pour une mise en garde contre l’adoption des projets de loi organique sur les élections si les amendements durant les travaux de commission ne seront pas pris en compte. Selon ces derniers, il s’agit de projets de lois qui ont été concoctés spécialement pour rendre possible la réussite du parti au pouvoir dans les prochaines élections, quitte à mettre à l’écart les principes constitutionnels.

Les deux lois organiques portant régime générale des élections et référendums ainsi que celle relative à l’élection présidentielle devront normalement passer en séance plénière à partir de ce jour au niveau de l’Assemblée Nationale. Ils devront donc être voter d’ici la fin de la semaine. Pour la loi relative aux élections législatives, les discussions n’auraient pas encore été achevées en travaux de commission, son passage en séance plénière ne se ferait donc pas avec ces deux autres lois organiques.

Les Députés TIM, et Mapar ont formulé plusieurs amendements touchant le projet de loi sur le régime général des élections et les référendums et le projet de loi relative à l’élection du Président de la République. Parmi les articles touchés par les amendements figurent les projets de loi relative à la durée de la campagne électorale et référendum officielle, les dispositions sur les bulletins.

« Ces lois mèneront à une crise post-électorale » avait martelé hier la député TIM, Me Hanitra Razafimanantsoa. De même, des rumeurs sur la circulation de mallettes d’argent sur l’adoption de ces nouvelles lois électorales sans amendements se répandent déjà au niveau de cette institution.

Pour le député Arnaud Tody, ces projets de loi entraînent un recul de la démocratie. Ils renferment une présence massive de dispositions non conformes à la Constitution et favorisent les manœuvres frauduleuses. Ce porte-parole commun du TIM et MAPAR appelle l’Etat à ne pas négliger les affaires qui concernent les intérêts nationaux et à arrêter d’infantiliser les électeurs. Dans la même foulée, il appelle indistinctement tous les députés à ne pas voter ces projets de loi. Mécontents, ces députés de l’opposition ont déclaré ne pas être responsables au cas où les projets de lois seront adoptés en l’état et si elles entrainent une nouvelle crise électorale.

La majorité constituée par le MAPAR et le TIM semble donc résolu à bloquer l’adoption de ces deux lois organiques. Refus ou boycott, l’on s’interroge sur la stratégie de l’opposition. Le boycott des votes en séance plénière reviendrait pourtant à laisser le champ libre aux députés acquis à la cause de l’Exécutif.

De son côté, le Premier Ministre insiste sur l’adoption de ces projets de loi car la projection d’une nouvelle session extraordinaire ne permettra plus de faire respecter la date de convocation des électeurs. En effet, l’article 4 du projet de loi relative à l’élection du Président de la République dispose que : « (…) le décret de convocation des électeurs est pris en Conseil de Gouvernement quatre-vingt-dix (90) jours au moins avant la date du premier tour de scrutin et porté à la connaissance des électeurs par tous les moyens notamment par voie radiodiffusée et télévisée ».

L'express de Madagascar17 partages

Théâtre – La négritude scandée en une pièce

Une pièce à la fois intellectuelle et folklorique, c’est une création unique en son genre qui a hypnotisé l’audience de l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely dans la soirée du samedi. Vers 19h tapantes, le rideau s’est levé sur la pièce « Regard noir et langue de feu », une pièce exclusive de la part de la compagnie Suisse Théâtre Ad Hoc. Illustré avec verve, prestance et passion par trois acteurs de théâtre haut en couleurs, à savoir Mathieu Chardet et Papa Meissa Gueye, ainsi que Ayser Vançin à la musique, la pièce se découvre comme une autobiographie transcendante de cet illustre homme de lettres, poète, écrivain, politicien et par dessus tout grand humaniste qu’est Léopold Sédar Senghor.Durant plus d’une heure, l’auditoire s’est ainsi laissé embarquer dans une épopée dans le temps et l’espace, dans laquelle un dialogue s’instaure. Mathieu Chardet interprétant à la fois le narrateur et l’interlocuteur principal de Papa Meissa Gueye qui joue le rôle de l’éminent poète, s’est ainsi plu à échanger à travers une joute oratoire fraternelle. Entre poésies, chants et danses, ils ont relaté les péripéties de la modeste vie de Léopold Sédar Senghor à travers les âges, et durant laquelle il s’est engagé à promouvoir activement les valeurs de la Négritude.« Fraternité, dignité, égalité et liberté. Ce sont les valeurs auxquelles je m’attache, auxquelles je voue mon être et mon existence et que je perpétuerai toujours. La Négritude est la somme de ces valeurs auxquelles j’adhère. C’est un fait où les valeurs culturelles, sociales, politiques se conjuguent pour nous rassembler, nous fédérer et forger notre fraternité en tant qu’homme », scande le personnage de Léopold Sédar Senghor. Le public est alors en émoi, songeur et subjugué par la pièce dans le silence le plus total.« Militant de la francophonie, des valeurs africaines et de la fraternité universelle, l’homme conjugue sa foi religieuse à sa dévotion au socialisme. Un humaniste exemplaire, aux pensées poétiques et un combattant infatigable de la paix », souligne le narrateur. Évoquant le sujet de l’immigration, du racisme et de la discrimination en général, avec « Regard noir et langue de feu » et l’histoire de Léopold Sédar Senghor, la compagnie Théâtre Ad Hoc illustre la Négritude comme le soleil de l’âme. Une idéologie à travers laquelle l’homme forge son caractère pour le bien de son pays et d’autrui. « Je chante un paradis de paix », affirme le personnage humaniste pour clôturer la pièce, et comme dernier message à faire passer aux générations futures.

Andry Patrick Rakotondrazaka

Midi Madagasikara15 partages

Hery Rajaonarimampianina : De retour au pays

Le président Hery Rajaonarimampianina est rentré au pays hier après avoir assisté au Sommet extraordinaire de la SADC qui s’est déroulé au Swaziland. Durant ce déplacement, le Chef de l’Etat a rencontré de nombreux dirigeants africains, en l’occurrence du Roi du Swaziland Mswati III et du ministre angolais de la Défense Joao Manuel Gonçalves. L’industrialisation, le changement climatique, la crise politique au Lesotho et en République démocratique du Congo et la mise en place de l’Université de la transformation de la SADC qui recevra 300 étudiants cette année dont une vingtaine de ressortissants malgaches. Ce sont entre autres, les principaux sujets évoqués durant ce Sommet extraordinaire. Une occasion également pour les pays membres de la SADC d’exprimer leur solidarité au peuple malgache touché par le cyclone Enawo. D’après les informations, le président Hery Rajaonarimampianina s’envolera ce jour vers l’île Maurice où il assistera  du 20 au 22 mars, à la Réunion inaugurale de la Plateforme économique africaine. Un voyage en Chine figurerait également dans l’agenda du président de la République. Apparemment, le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » a décidé de reprendre son « tour du monde » en cette période où le pays vient d’être frappé de plein fouet par le cyclone Enawo.

Davis R

Madagascar Tribune13 partages

Salon du livre à Mahajanga

Le salon du livre est un événement attendu par les passionnés de littérature à Mahajanga. Cette année, le rendez-vous du 13 au 18 mars 2017 à l’Alliance Française de Mahajanga a vu la participation des libraires, des bibliothécaires, des éditeurs et des auteurs. L’amour du livre, l’amour de la lecture et de la littérature ont été partagé avec les visiteurs et surtout avec les enfants à travers différentes manifestations. Des conférences sur la chaîne du livre par les auteurs et les éditeurs, des séances de « racontation » (contes improvisés par les enfants à partir de dessins choisis au hasard) par la Bibliothèque Municipale de Mahajanga, des rencontres avec les lauréats des concours de romans et de nouvelles organisés lors du XVIème sommet de la Francophonie, ont été au programme de ce salon du livre de Mahajanga.

Lecture sur place, vente et découverte ont marqué les journées. En particulier pour la SYNAEL (Synergie nationale des auteurs, éditeurs et libraires) qui a choisi de visiter les écoles pour une animation auprès des collégiens et des lycéens afin de perpétuer cet amour du livre et pourquoi pas la découverte des écrivains en herbes et des futures auteurs de la région. Le lycée Philibert Tsiranana, le lycée Antanamalandy, le collège français, le collège Charles Renel, le CEG Mahabibo, le CEG Belobaka, l’EPP et le CEG et des Ampitolova ont pu avoir cet honneur. Les Mpikabary, les poètes ainsi que les animateurs de radio ont éveillé la curiosité des enfants et des jeunes sur la littérature et les livres à travers différentes formes d’amusement comme les chants, les contes, les poèmes, les « Ankamantatra » ou devinettes et divers jeux de la culture Malagasy.

« On a encore de l’espoir que les gens puissent s’intéresser aux livres, vu leur engouement et leur curiosité quand ils voyagent à travers les stands. Oui, l’écrit n’a pas encore perdu sa place auprès de la génération actuelle, seulement, il faut préserver et regrouper toutes les forces, de plus que cette génération a un goût particulier. » nous confie un des libraires participants.

News Mada13 partages

Mpahay lalàna, mpiaro ny zon’olombelona… : « Mampirongatra ny fitsaram-bahoaka ny kolikolin’ny m...

« Tsy foana fotsiny ny fitsaram-bahoaka, fa foanana ny antony mahatonga azy: ny tsy fandriampahalemana ary ny ao amin’ny fitsarana sy ny fitandroana filaminana. Raha tena hiady amin’ny fitsaram-bahoaka, tsy vitan’ny kabary, lalàna, seminera. »

Io ny nambaran’ny mpahay lalàna, minisitry ny Fitsarana teo aloha, Imbiki Anaclet, tamin’ny vela-kevitra teny Faravohitra, afakomaly. Tsy maintsy fitsaram-bahoaka sa misy vahaolana hafa azo atao, raha misy olana eo amin’ny fiarahamonina?

Tsy mijery fotsiny ny tsy fandriampahalemana sy ny firoboroboan’ny kolikoly ny vahoaka. Raha tiana hofoanana ny fitsaram-bahoaka, tsy maintsy misy vahaolana hafa hahazoan’ny vahoaka miaro tena: ny Dina izay nivoaka avy amin’ny vahoaka ary efa nataony.

Mahatezitra vahoaka ny fanamparam-pahefana

« Mahatezitra vahoaka ny ataon’ny mpitandro filaminana sy ny mpitondra fanjakana. Efa tsarain’ny vahoaka ny rafitra misy, matoa tsarainy ny zandary sy ny polisy », hoy ny avy amin’ny CNIDH, Rasamoely Andrianirainy. Misy mpitandro filaminana mamono fotsiny amin’izao koa, nefa tsy sazina. Mahasorena vahoaka izany.

Eo koa, ohatra, i Jean Pierre nodarohin’ny zandary teny Ankatso. Nakarina ho jeneraly ilay nanome baiko, fa tsy voasazy. « Ahoana no tsy hahatezitra vahoaka amin’izany? » hoy izy. Misy olona tazonin’ny mpitandro filaminana elaela tsy amin’ny antony. Rehefa tsy mahatanty ny havany, manome vola.

Vahaolana ny fampahafantarana sy ny fampiharana lalàna ho an’ny rehetra, famakiana bantsilana ny tsy mety, fanafoanana ny kolikoly, fampiharana dina, tsy tokony hisy tahotra valifaty… Tsy ampy ny fanasaziana ho ohatra fakan-tahaka amin’ny vahoaka. Ho sahy ve ny fanjakana?

Mahatonga fitsaram-bahoaka koa ny fahantrana

 « Ny fahantrana sy ny kolikoly no mampirongatra ny fitsaram-bahoaka », hoy ny mpanao gazety, Rakotondrasoa Fetra. Inona, ohatra, no nandehanan’ny polisy roa dia an-tongotra 130 km tany Antsabakary? Tsy raharahana dokotra, fa misy zavatra hafa: kolikoly. Nahatezitra vahoaka ny fihetsik’ireo polisy teny an-dalana: naka volan’olona, nandrava fananan’olona.

Eo koa ny fahantrana: diso fanantenana ny vahoaka, raha ny fitsaram-bahoaka nahazo ireo mpizahatany tany Nosy Be, ohatra. Azon’ny fitondrana hararaotina hamerenana ny fahatokisan’ny vahoaka ny « Raharaha Antsakabary« , raha tena mampihatra lalàna izy: mitovy lenta ny namono ireo polisy sy ireo nandoro sy nandroba tanàna, nampijaly…

R. Nd.

Midi Madagasikara13 partages

Rencontre de partis africains : Monja Roindefo à Tunis

L’ancien Premier ministre Monja Roindefo s’est envolé le 17 mars dernier à destination de la Tunisie. En effet, le président national du parti Monima a reçu une invitation du parti « NIDAA Tunis » et « AL NAH DA » pour assister à la Rencontre constructive du Conseil économique et du Conseil des partis politiques africains. Cette rencontre s’est déroulée le week-end du 18-19 mars à Tunis. D’après les informations, l’objectif de cette réunion consiste à la recherche de solutions pour le développement de chaque pays, la lutte contre la pauvreté, l’amélioration du climat des affaires en Afrique et le renforcement de la Coopération Sud-Sud. L’on aura certainement plus de détails sur cet évènement au retour de l’ancien Premier ministre Monja Roindefo prévu ce mercredi.

Davis R

Midi Madagasikara13 partages

Droit au but

Un échec, un de plus pour le football malgache malgré les gros efforts du CNaPS Sport à mettre toutes les chances de son côté.

Une issue imprévisible car pour une fois, on était sûr que les arbitres ne verseront pas dans des coups tordus puisque le grand patron du football africain, Ahmad, était aux premières loges et que c’était risqué de faire des fautes même involontaires envers le champion malgache.

Autant donc le reconnaître que Madagascar a perdu à la régulière et que la série reste en cours tant que l’Etat ne met pas sa main à la pâte. Car partout ailleurs, le sport et le football en particulier est une affaire d’Etat.

Démotivation

Faut-il rappeler qu’avant de partir pour la Coupe d’Afrique des Nations dernièrement au Gabon, chacun des 23 joueurs du Cameroun avait reçu du président Paul Biya la coquette somme de 43 000 euros. On n’a pas dit combien ces Camerounais ont gagné après leur sacre mais toujours est-il que la formation pourtant privée de ses stars a disputé chacun de ses matches comme si sa vie en dépendait.

Une attitude qu’on ne voit ou qu’on ne sent pas chez les Barea et qui explique peut-être tout, même si on n’épouse pas l’idée d’Abel Anicet Randrianantenaina qui a demandé à bénéficier d’un plus de confort et des primes pour, il l’a dit, les locaux. L’ancien de l’Ajesaia parti d’un rien avant d’atterrir à Auxerre, fait ainsi fi du sens du collectif voire d’un groupe supposé vivre et mourir ensemble. Ce genre de fighting spirit bien irlandais n’est pas malheureusement vécu par nos sportifs et à fortiori par certains joueurs expatriés qui ne se donnent pas à fond quand ils portent les couleurs nationales sans doute par peur de se blesser pour ne pas dire à cause de l’absence des primes même si c’est forcément lié.

Pour appeler un chat un chat, cette démotivation prend sa racine sur le comportement de l’Etat et du ministère des Sports qui n’aident pas comme il faut le sport à Madagascar et les sportifs.

Clément RABARY

Midi Madagasikara13 partages

LES CHEFS D’ÉTAT DÉCHUS CES DIX DERNIÈRES ANNÉES

Qu’il s’agisse d’une initiative populaire ou de celle d’une Cour Constitutionnelle, la déchéance d’un chef d’État, durant ces dix dernières années, a été courante presque dans la totalité des quatre coins du globe. De 2007 à 2017, les peuples ont décidé de refaire l’Histoire de leurs pays en « balayant » les dirigeants qui ont agi à l’encontre de l’intérêt général et ceux qui paraissaient « indociles » par rapport à la satisfaction de l’intérêt général et de la nation. Il en est de même pour les Cours Constitutionnelles qui n’ont pas hésité à éjecter les gouvernants qui ne se sont pas conformés sciemment  aux lois et règlements en vigueur sur le territoire national.

Marc Ravalomanana à Madagascar

À Madagascar en 2007, Marc Ravalomanana venait de briguer un second mandat. En parallèle, Andry Rajoelina – candidat du TGV (Tanora Gasy Vonona) était également élu à la tête de la Mairie d’Antananarivo, la capitale contre Hery Rafalimanana, candidat du parti au pouvoir, le TIM (Tiako i Madagasikara). Ravalomanana était taxé de vendre des terrains aux étrangers, à des Sud-Coréens plus précisément dans le fameux contrat avec Daewoo Corporation, son règne est déstabilisé. La fermeture de la chaîne Viva appartenant à Andry Rajoelina, était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Par voie de conséqunce, Andry Rajoelina et ses partisans revendiquaient le départ des Ministres du Budget et de la Communication dans leurs meetings quotidiens. Avec des mouvements populaires soutenus par le Capsat, le président du TGV a évincé Marc Ravalomanana du pouvoir en 2009 qui a choisi l’Afrique du Sud comme lieu d’exil. Le Directoire Militaire auquel Marc Ravalomanana a remis les pleins pouvoirs l’a confié à Andry Rajoelina.

Zin El-Abidine Ben Ali en Tunisie

En 2011, la cherté de la vie impactait amplement sur les Tunisiens qui, pour la plupart, ont vécu sous les jougs du chômage. Le chef d’État de l’époque n’était autre que Zin El-Abidine Ben Ali, celui qui a gouverné la Tunisie pendant 24 ans. Accusé d’être un grand dictateur, les Tunisiens se sont soumis aux commandements du despote jusqu’à ce qu’en 2011, sur la Place historique de Sidi Bouzid, un jeune homme Tunisien dénommé Mohamed Bouazizi, vendeur ambulant, s’est immolé par le feu pour exprimer la souffrance du peuple à cause du chômage. Il est décédé des suites de ses blessures. Cela conduisait les Tunisiens à un mouvement de « désobéissance civile » revendiquant le départ de Ben Ali et qui a été réprimé par les forces tunisiennes. Le 14 janvier 2011, Ben Ali quitte le pouvoir et s’est réfugié en Arabie Saoudite.

Hosni Moubarak en Égypte

Hosni Moubarak ou le grand raïs Égyptien. Il était à la tête de l’Égypte depuis 1981 et accusé également d’être un grand oppresseur. En 2011, le peuple égyptien – inspiré par ce qui s’est passé en Tunisie et qui ressentait un profond ras-le-bol à l’endroit de Moubarak – a décidé de descendre dans la rue à partir du 25 janvier 2011, sur la notoire Place Tahrir. Hosni Moubarak ne s’est pas fléchi face aux revendications populaires quotidiennes en les réprimant. Finalement, le 11 février 2011, il a fini par quitter le pouvoir grâce à un transfert du pouvoir à l’armée.

Muammar El Kadhafi en Libye

On lui a attribué le surnom de « Guide Suprême ». Car Muammar El Kadhafi était également réputé d’être un tyran qui gouverne seul et qui véhiculait le concept d’une Afrique émancipée avec son «États-Unis d’Afrique ». Arrivé au pouvoir en 1969 par un coup d’État, il l’a quitté en octobre 2011, par un coup de force des Libyens. En effet, la Tunisie et l’Égypte – initiateurs du Printemps arabe, inspiraient également le peuple Libyen à faire tomber le guide suprême. Des mouvements populaires se sont déroulés sur le sol libyen mais ont été sévèrement réprimés par Kadhafi. Ce dernier qui aurait pu rester au pouvoir si la France de Sarkozy n’y intervenait point avec son « opération Licorne ». En août 2011, Kadhafi devait prendre la fuite. Le 20 octobre 2011, les Libyens –  emportés par leur colère – l’ont capturé, lynché et tué.

Amadou Toumani Touré au Mali

Le président Amadou Toumani Touré, connu également sous les initiales « ATT », était le 4e président du Mali de 2002 à  2007 puis de 2007 à 2012. En effet, ATT devait quitter le pouvoir face à un coup d’État militaire mené dans la nuit du 21 au 22 mars 2012 par le capitaine Amadou Sanogo et Amadou Konare du Comité National pour le Redressement de la Démocratie et de la Restauration de l’État. Le coup d’État se justifiait dans l’incapacité de l’Administration ATT à faire face aux rebelles d’Ansar Dine et du Mouvement National pour la Libération de l’Azawad (MNLA). Dans la nuit du 21 au 22 mars, le Palais présidentiel a été attaqué par des hommes armés, par des mutins qui réclamaient le départ d’ATT. La Télévision nationale a également été attaquée et les insurgés y ont même fait une allocution selon laquelle toutes les institutions de l’État sont suspendues. Face à cette situation, le Président ATT devait prendre la fuite pour s’exiler au Sénégal abandonnant le pouvoir à Sanogo.

François Bozizé en Centrafrique

En 2002, François Bozizé a d’ores et déjà tenté un coup d’État dans la République de la Centrafrique dirigée par Ange-Félix Patassé. Mais cela n’a pas abouti. En 2003, quand Patassé n’était pas sur le sol centrafricain, il a été renversé par le même François Bozizé qui a pris le contrôle du pays. En 2005, il était officiellement élu à la tête du pays et réélu en 2007. Le 24 mars 2013, il a été renversé, comme il avait pris le pouvoir, par un coup d’État militaire mené par Michel Djotodia et les rebelles de la Seleka et devait prendre la fuite au Cameroun.   

Blaise Compaore au Burkina Faso

Blaise Compaore était également l’un des plus anciens chefs d’État Africains au pouvoir. Arrivé à la tête du pays en 1988, il l’a quitté en 2015, soit 27 ans. Justement en 2015, il projetait d’amender la Constitution qui ne lui a plus permis de se représenter pour un nouveau mandat par voie référendaire. Mais la société civile était solidement mobilisée à l’instar du mouvement « Balai citoyen ». Le 22 octobre, des barrages ont été érigés dans la capitale, et des places stratégiques ont été occupées pour mettre la pression aux députés. Le 28 octobre, plus de 50 000 manifestants descendaient dans la rue pendant 3 jours. De surcroît, l’armée n’était pas à même d’agir face à une grande foule. Le 31 octobre, après avoir su que l’Assemblée Nationale a été brûlée et que plus rien ne peut être fait, Blaise Compaore démissionne et s’exile au Ghana.

Dilma Rousseff au Brésil

Dilma Rousseff succède à Lula Da Silva en 2011 et est la première femme à occuper la magistrature suprême brésilienne. Mais l’affaire Petrobras  a chamboulé l’administration Rousseff. Ce vaste scandale politico-économique a trait à une grande corruption au niveau de la société pétrolière nationale Petrobras et qui accable quelques entourages de la présidente voire elle-même. Tout a été révélé en 2014 quand l’entreprise nationale, Petrobras  et quelques entreprises privées auraient formé un cartel pour se partager de gros marchés de BTP pour ensuite les surfacturer. Les pots-de-vin récoltés auraient été versés aux partis de la coalition gouvernementale de centre gauche, au pouvoir depuis 2003. Et les malversations seraient destinées à financer les campagnes électorales. En Mai 2016, le Sénat – après avoir accusé Dilma Rousseff de faire partie du réseau – a voté pour la suspension de la présidente tout en enclenchant le procès en destitution. Le 30 Août 2016, Dilma Rousseff est officiellement destituée par le Sénat.

Park Geun-Hye en Corée du Sud

 Park Guen-Hye était à la tête de la Corée du Sud en février 2013 jusqu’en mars 2017. En novembre 2016, des centaines de milliers de Sud-Coréens défilent dans la rue pour réclamer sa destitution suite à un grand scandale de corruption dans lequel elle est engluée. Ce scandale de corruption impliquait la confidente de Park Geun-Hye, Choi Soon-sil – femme d’affaires sud-coréenne – qui influence la présidente dans sa prise de décision : nomination au gouvernement, correction des discours de la présidente, et extorsion de 65 millions de dollars aux conglomérats coréens. Le 9 décembre 2016, la suspension de ses pouvoirs a été votée par l’Assemblée Nationale. Le 10 mars dernier, la Cour Constitutionnelle prononce sa destitution.

Dossier réalisé par Aina Bovel

News Mada12 partages

Moto – 4 H Honda ELF 2017 : Ranty et Navin s’imposent au scratch

Le circuit de Total racing kart (TKM) à Imerintsiatosika a été le théâtre de grosses bagarres entre les figures de proue de deux-roues hier malgré les caprices de la météo. Plus de 70 pilotes se sont lancés dans cette course folle sur un parcours de 8 km. Et ce, dans toutes les catégories. Au scratch, le team Husqvarna a tapé dans l’œil des spectateurs avec la prestation de Ranty Ernest et Franck Navin (Husqvarna SE 250) qui ont devancé leurs principaux protaginistes Claudio Tida et Ted Boyaval (Honda CRS 250), en bouclant les 4 heures d’endurance au terme de 23 tours.

Deux visages à ne plus présenter ont complété le podium de cette 4 Honda Elf 2017 : Aina Razakasoa et Thomas Boyer (Husqvarna SC 350). A noter que le team Husqvarna a aligné trois équipes de minivert en TC 85, Tommy-Stéphane, Marco-David et Conrad, qui a décidé de rouler en solo. Au scratch, l’équipe a également misé sur le talent de Aina et Titom ainsi que des jeunes motards de Nosy Be, Fofo et Elvis outre les duos Antonio-Benjamin, Nic-John et Yohann-Jaona.

Rojo N.

 

Tananews12 partages

Une Malgache a fait son jogging à moitié à poil

Où ça donc ? A Babakoto Land ?

Non Koweït City.

Aïe aïe aïe. L’ispice di counasse a été lapidée ?

Non, internée d’office à l’hôpital pour trouble comportemental.

L'express de Madagascar11 partages

Catastrophes naturelles – Mutualiser les moyens de la SADC

Le Président malgache appelle à la mise en commun des moyens des pays membres de la Sadc. De quoi atténuer les impacts sur l’économie.

Mutualisation. Au lendemain du passage dévastateur du cyclone Enawo dans la Grande île, Hery Rajaonari­mam­pianina, président de la République, a plaidé pour une mise en commun des moyens de résilience de la Communauté des États d’Afrique austral (SADC). « Cet avenir commun nous renvoie à notre vulnérabilité collective face aux fréquentes catastrophes naturelles, amplifiées par les effets du changement climatique. (…) Nous voudrions dire que nous gagnerons ainsi à mutualiser nos moyens et nos stratégies pour y faire face, allant au-delà des actions ponctuelles d’urgence (…) », a déclaré le chef de l’État devant l’assemblée générale de l’organisation régionale, le 18 mars au Swaziland, selon le communiqué de presse de la présidence de la République.Dans son argumentation, le locataire d’Iavoloha a soutenu qu’avec la mutualisation des moyens de résilience des États membres de la SADC, face aux aléas climatiques, « il est possible d’atténuer les impacts des catastrophes naturelles sur l’économie, l’environnement et les communauté humaines ». Ceci, par le biais d’un partage de compétences et d’expériences entre les pays dans la planification et des investissements dans le domaine de la prévention et de la préparation.« Une mutualisation des moyens sur le long terme, dont le coût serait moindre comparé aux initiatives d’urgences », a ajouté le président de la République, selon la missive présidentielle. Une stratégie régionale pour la préparation et la réponse aux catastrophes, a été adoptée par la Communauté des États d’Afrique australe, en novembre 2016. Un programme dont la concrétisation attend la mobilisation des ressources.

FinalisationLe communiqué final du sommet extraordinaire de la SADC, au Swaziland, rapporte que suite au constat des dégâts causés par le passage d’Enawo dans la Grande île, il a notamment été demandé au secrétariat de l’organisation de « finaliser d’urgence avec le concours des États membres, les mécanismes régionaux de préparation et de réponse aux catastrophes et l’opérationnalisation du fonds régional y afférent ».Le passage d’Enawo et ses dégâts, surtout dans la partie Nord-Est de la Grande île, a mis en exergue les limites de ses moyens de résilience. Pareillement pour les moyens à la disposition des entités internationales présentes à Madagascar, pour faire face aux urgences causées par les catastrophes naturelles. Ce qui a amené certaines représentations diplomatiques à s’interroger sur le temps qu’a mis le pouvoir Exécutif pour faire une déclaration officielle d’urgence.Le temps nécessaire pour la collecte des données afin de pouvoir faire une déclaration d’urgence a été l’explication avancée, en réponse à l’attente internationale. Dans un décret adopté le 15 mars, le gouvernement a officiellement fait une déclaration de sinistre national afin d’ouvrir les frontières de Madagascar aux aides d’urgence et au relèvement suite aux dégâts. Une mutualisation des moyens des pays membres d’organisations régionales tel que la SADC et ayant sa propre procédure de mise en œuvre pourrait permettre d’avoir plus de moyens pour subvenir aux urgences causées par les catastrophes naturelles, et commencer le relèvement, en attendant l’armada internationale.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara11 partages

FIM : La 12e édition aura lieu en mai

Créée en 2005, la Foire Internationale de Madagascar, mondialement connue sous l’acronyme FIM, va présenter sa 12e édition du 18 au 21 mai 2017 au Parc des Expositions Forello Expo. Soutenue dès sa création par diverses institutions françaises, la FIM est labellisée UBIFRANCE depuis 2006 en parvenant à conserver depuis cette labellisation désormais dénommée Business France.

Focus France. Classée par le MOCI (Moniteur du Commerce International/FRANCE) dans le top 100 des évènements économico-commerciaux, la FIM est de fait devenue une véritable institution tant à Madagascar que dans le Sud-Ouest de l’Océan Indien. Constituant un marqueur majeur dans la vie économique et commerciale de la Grande Ile, la FIM dans un mouvement perpétuel au profit de l’amélioration du climat des affaires et de l’attractivité économique de celle-ci, a amené les organisateurs à prendre l’initiative d’acter des bons résultats de l’année 2016 en matière d’agenda économique international en particulier avec la tenue réussie, fructueuse et consécutive à Madagascar des sommets de la COMESA, de la Francophonie et de la Conférence des Bailleurs de fonds et des Investisseurs (CBI) de Paris, pour désigner la France comme pays focus de cette prochaine édition.

 Ce focus France de cette 12e édition de la FIM sera l’occasion pour toutes les entreprises françaises, toutes les marques françaises de faire valoir du niveau exceptionnel de professionnalisme de chacune d’entre elles.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara10 partages

CAN 2019 : 17 joueurs retenus pour Sao Tomé

Une liste de 17 joueurs est sortie pour le match comptant pour la Coupe d’Afrique des Nations  2019. Nicolas Dupuis et Raux Auguste ont arrêté leur liste avec seulement sept joueurs locaux notamment le gardien d’Elgeco, Eddit Bastia, Bakary Mario, Lolody et Dax de Fosa Juniors, Toby, Tantely et Rija du CNaPS Sports.

Pour les expatriés et outre les incontournables tels Faneva Ima (Sochaux), Carolus (USM Alger) et Rinjala (FC Sion), il y aura ceux qui sont en France dont Bapasy (Arras), Dabo Ibrahima (US Créteil), Dafé (Fletchi), Dada (Red Star) et Deba Kely (US Tourcoing) auxquels on ajoute  Zotsara (Viton Belgique) et Voavy Paulin (Makasa Egypte).

Bref une première fournée marquant le retour aux affaires de Nicolas Dupuis déjà aux commandes des Barea lors du déplacement en RDC mais on attend les résultats pour voir.

Clément RABARY

News Mada8 partages

Riz : tendance haussière des prix

Une dizaine de jours après le passage du cyclone Enawo, le prix du riz touche à nouveau la barre des 2.000 ariary le kilo dans certains quartiers. Les grossistes de la capitale justifient cette hausse par la difficulté d’approvisionnement.

Au marché d’Anosibe, le makalioka de choix s’achète à 1.900 ariary le kilo alors qu’il y a juste une semaine, le prix était de 1.750 ariary. Le Dista et le riz zanatany s’affiche à 1.840 ariary le kilo. Sur les étals des détaillants comme à Tanjombato ou à Itaosy, le kapoaka vaut 600 ariary, soit 2.100 Ar/kg tandis qu’à Analamahitsy et ses environs, le kilo coûte entre 1.800 et 1.950 ariary.

Pour le vary gasy, la hausse est moins importante sur l’ensemble du marché avec des prix variant de 1.800 à 1840 ariary le kilo au niveau des grossistes. Mais certains commerçants affirment que ce type de riz se fait rare sur le marché et cette situation pourrait être à l’origine d’une hausse plus importante dans les prochains jours. Le riz importé commence également à afficher une hausse avec actuellement 1.700 Ar/kg au niveau des détaillants. Le riz de moindre qualité se vend néanmoins à 1.650 Ar/kg.

Le Réseau national de défense des consommateurs (RNDC) a rappelé la semaine dernière qu’il faut procéder au contrôle des magasins de stockage des importateurs, voire de tous les magasins de la capitale pour y voir plus clair. Au mois de février, des opérateurs de la filière riz ont annoncé l’importation de 40 000 tonnes pour assurer l’approvisionnement du marché local.

Arh.

 

L'express de Madagascar8 partages

Sauvegarde de l’environnement

Vendredi 17 mars 2017, à Ambodiakondro Ambatondrazaka,  l’association ARIAL (association régionale des intellectuels de l’Alaotra) a planté cinq mille jeunes plants de vétiver  afin d’éviter l’érosion sur l’étendue entourant la zone où jaillit la source d’eau naturelle alimentant la ville d’Ambatondrazaka.

News Mada7 partages

Education citoyenne : « Masoivoho » agit

En déclin. Le concept de  citoyenneté et de «Soatoavina malagasy» perd au fil des temps de sa valeur. Ce triste constat a amené les jeunes réunis au sein de l’association «Maosivoho» à agir en menant des actions ciblant les jeunes lycéens. Une convention allant dans ce sens vient d’être conclue avec le ministère de l’Education nationale (Men). Il s’agit précisément de la mise en place de «Club Masoivoho» dans quatre lycées dans les régions Boeny et Analamanga pour une phase pilote. Ce projet est mené en collaboration avec le Service de coopération et de communication culturelle (Sacac) auprès de l’ambassade de France à Madagascar.

D’après les explications de Felamboahangy Ratsimisetra, présidente de l’association «Masoivoho», ce sont les jeunes lycéens qui vont intégrer ce «Club Masoivoho». Les membres inscrits serviront comme référence de travail le livre intitulé «Le guide de la citoyenneté» produit par l’association elle-même pour sensibiliser leurs amis en matière de droit et devoir du citoyen. Le ministre Paul Rabary a loué cette initiative des jeunes volontaires qui se montrent sensibles à la question de la citoyenneté. «Cela facilite la tâche du ministère pour enseigner et former des jeunes conscients des droits et devoirs qui les attendent au sein de leur pays», a-t-il soutenu.

Fahranarison

Agence de Presse de l'Ocean Indien7 partages

FIM : la 12ème édition focalisée sur la France

La Foire Internationale de Madagascar (FIM) présentera sa 12ème édition du 18 au 21 mai 2017 au parc des expositions Forello Expo dans la capitale malgache. Soutenue dès sa création par diverses institutions françaises, la FIM est labellisée UBIFRANCE depuis 2006. Elle est parvenue à conserver cette labellisation désormais dénommée Business France.

Classée par le MOCI (Moniteur du Commerce International/FRANCE) dans le top 100 des événements économico-commerciaux, la FIM est, de fait, devenue une véritable institution tant à Madagascar que dans le Sud-Ouest de l’océan Indien.

Les organisateurs ont désigné la France comme pays focus de cette prochaine édition. « De fait, considérant que les attendus d’un développement se doivent être le plus décomplexés possibles, la présence de plusieurs pays – une moyenne de 30 nationalités recensées à chaque édition –, en accompagnement de ce focus France, ne seront pas de trop pour remettre Madagascar sur le chemin de la croissance et in fine de l’émergence économique » explique le comité d’organisation.

En vérité, une telle plateforme constitue une véritable opportunité pour nouer des partenariats, pour présenter la production de son entreprise, pour conquérir des marchés à l’export avec une demande toujours plus importante et au final être partie prenante des multiples flux commerciaux proposés par les marchés de la SADC, du COMESA, de la COI, de l’Union Européenne et autres points d’échanges très opportuns.

Ce focus France de cette 12è édition de la FIM sera l’occasion pour toutes les entreprises françaises et toutes les marques françaises de faire valoir le niveau exceptionnel de professionnalisme de chacune d’entre elles.

 

Midi Madagasikara7 partages

Basket-ball – Play off : Sebam prend la tête !

Les matches du play off de la Coupe du Président de basket-ball se tiennent à Fianarantsoa depuis samedi. Une échéance qui permet à Sebam d’affirmer son potentiel notamment en battant avec de la marge les militaires du COSFA par 70 à 54.

Le TMBB d’Analamanga a aussi confirmé tous les biens qu’on pensait de lui en disposant des Gendarmes de Morondava par 83 à 50.

Quant à l’ASC Boeny, elle confirme le retour au premier plan du basket-ball majungais avec cette victoire de 61 à 41 devant le BCT Toliara.

Match très serré par contre entre BCA Ihorombe et ASB Itasy. Finalement cette dernière s’est imposée par 83 à 75.

C.R.

News Mada6 partages

Famonoana mpivady sinoa : olona dimy voasambotra, Sinoa ny telo

 Olona dimy indray voasambotra ka Sinoa ny telo amin’ireo raha Malagasy kosa ny roa izay voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ny famonoana ireo mpivady sinoa hita faty teny amin’ny hotely lehibe iray eny Antanetibe Ivato, ny alakamisy alina teo…

 

Saron’ny zandary tao Andranofasika Ambondromamy, omaly hariva, ilay Sinoa antsoina hoe Jiang Shao Wei, iray amin’ireo atidoha nikotrika ny famonoana ireo mpivady sinoa hita faty tao amin’ny hotely iray eny Antanetibe Ivato. Nahazo loharanom-baovao ny zandary ao an-toerana fa lasa nihazo an’i Mahajanga izy rehefa avy nifampitadiavana teny Amboanjobe, ny zoma alina teo. Nametraka sakana avy hatrany ny zandary tamin’iny RN 4 iny ka tratra teo am-pitadiavana hotely hatoriana tao Ambondromamy izy, saingy tsy tapa-kevitra hatory tao amin’ilay hotely fa hoe tsy misy jiro. Nandray taksiborosy nihazo an’i Mahajanga indray ilay Sinoa ka narahin’ny zandary avy aoriana. Tratra tao Andranofasika, 27 km miala an’Ambondromamy, ilay taksiborosy nitondra azy. Nandositra tany anaty ala avy hatrany ilay Sinoa raha vantany vao nijanona ny fiara ka nifanenjehan’ny zandary ary noraisim-potsiny. Mbola nahitana vola 5 tapitrisa Ar tany aminy nandritra ny fisavan’ny zandary. Mbola tazonina ao amin’ny borigadin’Ambondromamy ity Sinoa ity mialoha hanolorana azy ny ny polisy misahana ny heloka bevava.

Tsiahivina fa tratra teny Tsimbazaza, ny zoma, kosa ny vehivavy gasy vadin’i Jiang Shao Wei. Nanao ny vela-pandrika ny zandary ka nasaina nifamotoana tao amin’ny hotely iray eny Amboanjobe izy mivady. Tonga tokoa i Jiang Shao Wei niaraka tamin’ilay fiara 4×4 an’ireo mpivady sinoa hita faty teny Ivato, saingy tafaporitsaka izy, kanjo tratra tany Ambondromamy ihany. Nisy ny fitifirana nataon’ny ireo zandary sy polisy ny kodiaran’ny fiara. Nitohy indray ny fikarohana ka niafara tamin’ny fisamborana sinoa roa hafa teny Nanisana sy Malagasy iray hafa teny Antsahameva.

J.C

News Mada6 partages

Affaire Andohatapenaka : Lalatiana R et consorts interpellent la préfecture

L’utilisation du terrain d’Andohatapenaka à usage de fourrière a été adoptée une seconde fois en conseil municipal le mois de février dernier. Le conseil a ainsi délibéré en faveur du groupe Tiko, malgré la décision du tribunal statuant sur l’irrégularité de cette décision prise lors du conseil municipal de juillet dernier.

De ce fait, les conseillères communales de l’opposition se tournent vers la préfecture. Il s’agit de Lalatiana Rakotondrazafy, Lalatiana Ravololomanana et de Véronique Rajerison. Ces dernières demandent ainsi au préfet de police de bien reconsidérer les faits avant de prendre sa décision sur le contrôle de légalité. Il s’agit en effet d’une procédure obligatoire.

D’autre part, Lalatiana Ravololomanana déplore le fait que les conseillers municipaux soient utilisés à des fins politiques. Pour elle, étant donné que le Tim est majoritaire au sein de la CUA, toutes les délibérations sont toujours prises en leur. Par conséquent, ces délibérations donnent une certaine marge de manœuvre à l’ancien chef de l’Etat Marc Ravalomanana et non moins membre du conseil municipal, pour les élections de 2018.

T.N

Tananews6 partages

Befandriana nord : alors, cette “enquête mixte” ça en est où ?

Oui les jeunes, nous connaissons votre réponse, dans notre c**, comme d’habitude.

Et c’est pas faux car la CNIDH elle, a terminé son enquête depuis belle lurette, avec les conclusions accablantes que nous connaissons.

Lesdits membres du CNIDH qui auraient d’ailleurs été pris en photo au cours de leur mission par lesdits membres de la commission d’enquête mixte.

Ce qui ressemble fort à une tentative d’intimidation n’est-ce pas ?

Avec des forces de l’ordre comme ça, les vindictes ont de beaux jours devant elles.

Madaplus.info5 partages

Projection d’un film documentaire sur des « travestis » d’Antananarivo - 23 mars 2017 à Paris

Une projection de film documentaire sur des « travestis » d’Antananarivo, en présence de Mikael Rabetrano, le réalisateur, est prévue ce jeudi 23 mars 2017, à partir de 18 heures 30, à l’INALCO (65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris), amphi 2 (2e étage).
Cette conférence s’inscrit dans les activités du Centre de recherche sur l’océan Indien occidental et le monde austronésien (CROIMA-ASIEs, INALCO).
Retrouvez l'affiche ci-joint.
News Mada5 partages

Fivoriana tany Soazilandy : irahin’ny Sadc hamaha ady an-trano any RDC ny filoha

Anisan’ny nivoitra tamin’ny fihaonana an-tampon’ny Sadc natao tatsy Soazilandy ny faran’ny herinandro teo, ny famahana ireo krizy sy ady an-trano eo anivon’ireo firenena mpikambana amin’ity vondrona ara-toekarena ity. Niraisan’ireo mpivory hevitra ny tokony hanelanelanan’i Madagasikara amin’ny alalan’ny filoha Rajaonarimampianina ny ady an-trano atsy RDC Congo. Antony anirahana azy ny maha filohan’ny Vondron-tany miteny frantsay (OIF) ny filoha Rajaonarimampianina. Mpikamban’ny Frankofonia kosa ny RDC. Anisan’ny tranga miseho any RDC ny vono olona faobe sy ny fifandonana eo amin’ireo milisy mitam-piadiana sy ny miaramila. Eo koa ny fizirizirian’ny filoha, Kabila, mbola hikiribiby hilatsaka hofidina ho filoham-pirenena, hiditra amin’ny fe-potoam-piasana fahatelo.

Ankoatra izany, krizy hafa koa ny any Lesotho. Lasa nilefa nanao sesitany politika ny tenany  any ivelany ny praiminisitr’io firenen’ny Sadc iray io. Tsiahivina fa nisy ny fihaonan’ny filoha Rajaonarimampianina tamin’ny minisitry ny Fiarovana angoley, Joao Manuel Gonçalves sy ny mpanjanak’i Soazilandy, Mswati III, nialoha ny niverenany an-tanindrazana, omaly maraina teny Ivato.

Synèse R.

L'express de Madagascar5 partages

Atsimondrano – Deux cas d’agression sexuelle en une semaine

Deux cas de viol ont été enregistrés la semaine dernière dans la ville selon le  service central de la Police des Mœurs et de la Protection des Mineurs (PMPM), samedi.À part le viol, en décembre 2016 dans le district d’Antananarivo Atsimon­drano, un autre a été signalé très tôt, vendredi dernier, à Tanjombato. Suite à une plainte portée par les parents de la victime d’attouchements sexuels, l’auteur présumé a été arrêté par la PMPM.Il s’agit d’un homme de 24 ans. La fillette de 14 ans est déjà enceinte de six mois, selon une source proche de la famille. lors de l’enquête policière, la victime a confirmé avoir été agréssée par cet homme lorsque tout le monde est allé au travail. Le violeur n’est autre que son beau-frère, d’après les explications.L’autre viol, vers la fin de l’année 2016, s’est conclu par l’intervention de la police chargée de la protection des mineurs. L’auteur principal de celui-ci a violé trois fois sa fille de neuf ans. En fait, il est son beau-père selon les informations policières. Il est tombé dans le piège tendu par les forces de l’ordre en arrivant au stationnement de taxi-brousse à Ambodivona vendredi dernier.«Nous prions les victimes d’agressions sexuelles de nous faire parvenir les plaintes. Éradiquer les exploitations des mineurs est notre objectif», a communiqué le service central de la PMPM. Les deux violeurs ont été déférés à Anosy, tous deux placés en détention pour actes sexuels sur des mineurs.

H.L.

Madaplus.info4 partages

Visionnez ici le journal quotidien de la RTA Madagascar


Tananews4 partages

Ils sont intègres nos gouvernants

Entre 33 députés qui refusent de déclarer leur patrimoine et un Président de la République qui n’a toujours pas mis en place la Haute Cour de Justice 3 ans après son élection, ils sont beaux nos gouvernants dites donc.

Voilà donc les magnifiques exemples qui viennent d’en haut.

Il est donc tout à fait normal que ceux d’en bas n’en fassent aussi qu’à leur tête.

Ka jerevo aza zalahy ao ambony ao“..

Tananews4 partages

Infrastructures : les Chinois ont investi 300 millions de dollars en 2016

Ah oui mine de rien quand même ?

Pendant qu’on fantasme sur l’Arlésienne CBI et ses hypothétiques 10 milliards de dollars, les Chinois eux injectent silencieusement leur pognon à Babakoto Land.

Par contre la contrepartie est tout aussi silencieuse et c’est cela qui pose problème. Qu’ont bradé les dirigeants en échange de ces 300 millions de dollars ?

Combien de cas comme Soamahamanina dans tout le pays ? C’est son Tanindrazana, le citoyen lamba babakoto est en droit de savoir tout ce qui s’y rapporte.

L'express de Madagascar3 partages

Des prérogatives spéciales pour des Collines sacrées

Les Collines sacrées ont au départ un privilège commun, leurs habitants sont sujets directs du roi. Mais en plus, elles ont chacune leurs prérogatives spéciales, précise Bruno Razafindrakoto-Hasina.Les aînées des Douze montagnes ont le privilège d’être les seules invoquées dans les prières, à savoir les Six premières collines de la liste des « Tantara » (1953, Tome I). Il s’agit d’Ampandrana, Imerimanjaka, Alasora, Ambohidrabiby, Antananarivo et Ambohimanga.Les montagnes à « ombivolavita» sont les montagnes vouées aux ancêtres. Lors du Fandroana, le roi offre de son cheptel bovin, les « ombivolavita », mais la livraison elle-même des victimes suit un ordre établi. Ambohidrabiby a le privilège d’être servie la première car elle est dite « Hasin’Imerina ». Viennent ensuite et dans l’ordre Ambohimanga, Antananarivo, Ambohidrontsy, Alasora, Ambohidratrimo, Ilafy et Namehana. « Ny ombivolavita no hanasinako azy, ary Vonizongo sy Vakinankaratra tsy nasiany trano sy rova. »D’après les « Tantara » de 1953, Andriatsoba et Andria­tsileondrafy ont leur « Trano­manara », mais leur résidence n’est pas au rang des collines sacrées car ces seigneurs n’ont pas droit aux « ombivolavita ». En revanche, Ralainanahary et Andriamasyreçoivent des « ombivolavita ».Bruno Razafindrakoto-Hasina propose une liste « présumée arrêtée par Andrianampoini­merina ». « À mon avis, cette liste correspond à celle des Tantara, car elle est plus conforme aux volontés d’Andrianampoinimerina. » Elle comprend 15 collines : les six déjà citées auxquelles s’ajoutent Ambohi­dratrimo, Ilafy, Namehana (celles des ancêtres royaux parents), Ambohidrontsy (celle des ancêtres parents), Ambohiniazy (ancêtres royaux alliés), Ambohi­trondrana (ancêtres royaux vassaux, roi, ami), Kaloy (fils et femme du roi), Amboatany et Merimandroso (chefs militaires).Bruno Razafindrakoto-Hasina interprète ensuite le concept de colline sacrée.D’abord, elle est une projection du pouvoir royal et constitue son assise. Rendue sacrée, une colline voit s’édifier sur l’esplanade sommitale le Tranomasina ou le Tranomanara si le tombeau n’en porte pas encore, la pierre où le sacrifice du « ombivolavita » se fait lors du Fandroana, et bien d’autres objets de vénération.Ceux-ci ne sont pas seulement symbole du pouvoir royal pour les habitants. « Ils apparaissent en outre comme sources du charisme du souverain (ou hasina) ». La Colline sacrée acquiert le « hasina »  du fait qu’elle abrite en son sein les restes d’un ancêtre royal reconnu. « Le roi l’acquiert de deux façons différentes mais conjuguées ». Lors du « fisehoana », monté sur le « vatomasina », le futur roi se proclame  héritier des « Douze qui ont régné ». Il revêt ensuite le caractère sacré, divin par émanation d’une « effluve magico-religieuse » du « vatomasina » (Louis Michel).Ce « hasina » se concrétise par deux actes. Le premier est la réception du « toky » de tous les hauts dignitaires andriana et hova, en gage de soumission et de reconnaissance ducaractère divin du roi. Le second est la réception du « hasina » (volatsivaky).Poursuivant son explication, Bruno Razafindrakoto-Hasina précise qu’Andria­nampoini­merina sait relever la dignité royale que plusieurs de ses prédécesseurs auraient avilie par leurs dissensions, voire par leurs injustices. « Le roi doit être dévoué au peuple, plein d’humanité et de clémence, juste et impartial. De son côté, le peuple l’accepte comme étant maître absolu des personnes, des biens et des terres. »La souveraineté du roi se matérialise ainsi par l’offrande des « hasina », tels les « vidin’aina», le « volatsivaky », la circoncision d’un enfant du roi, l’affranchissement d’esclave, le « vodihena », l’impôt sur la terre (Malzac, 1930).« Par extension, le peuple adoptera aussi comme fondement de sa pensée l’idée de transfert depouvoir à tous les niveaux. Le culte des ancêtres en découle naturellement. »Bruno Razafindrakoto-Hasina conclut : « Cette notion de hasina ne laisse pas de nous surprendre  tant est grande son emprise sur la pensée malgache ; on la retrouve encore malgré l’impact de nouveaux systèmes de valeurs voulus par les relations avec l’étranger ou imposés par la colonisation française.»

Texte : Pela Ravalitera – Photo : archives personnelles

News Mada2 partages

Min. Harena an-kibon’ny tany : tohanana ny asa fanarenana any Sava

Mandalo fahasahiranana lalina ny faritra Sava taorian’ny fandalovan’ny rivodoza Enawo farany teo. Mijery izay fomba rehetra hanarenana ny faritra ny fikambanana Ased (Association sambavienne de l’entraide et de développement), firaha-miasa amin’ny fanjakana, ny orinasa tsy miankina, ny fikambanana hafa na olon-tsotra. Nanao téléthon teo amin’ny Tranombokim-pirenena Anosy ny Ased, ny herinandro lasa teo, niantso tolo-tanana hoentina hanampiana ny any an-toerana.

Nitondra ny anjara birikiny tamin’izany, ny faran’ny herinandro teo, ny minisiteran’ny Harena an-kibon’ny tany sy ny solika miaraka amin’ireo sampana eo ambany fiadiadiany, ny BCMM, ny Omnis,  ny IGM, ny Anor, ny Kraoma. « Coach » any amin’ny faritra Sava rahateo ny minisitra Zafilahy Ying Vah, nitarika ny minisitera nanolotra vola ho an’ny Ased. Efa misy tonga any an-toerana ny famatsiana fitaovana sy kojakoja samihaha ary manomboka izao ny asa fanarenana.

Anisan’ny mandray sy manara-maso ny asa, toy ny fanarenana ny fotodrafitrasa, ankoatra izay ataon’ny fanjakana foibe, ny fikambanana Ased.  “Ahitana endrika izany fiaraha-miasa izany manomboka any amin’ny fokontany hatrany amin’ny faritra”, hoy ny ny filohan’ny fikambanana, Rambeloson Tony, sy ny depiote Behavana Vonjy.  Manana ny toerany sy ny lanjany ny faritra Sava eo amin’ny toekarem-pirenena, hozahana avokoa ny fambolena potika, lalana tapaka sy ireo fotodrafitrasa simba.

“Betsaka ny tarehimarika tsy mitombina…”

Nohararaotin’ny minisitra Zafilahy Ying Vah io fotoana io nitondrana fanazavana momba ilay vaovao naparitaka “volamena 3 t mitentina 100 miliara Fmg…”, ny 18 marsa teo. Ny 19 marsa, nitondran’ny namoaka azy fanitsiana io tarehimarika io ka nilazany fa “180 kg fa tsy 3 t”. “Betsaka ny vaovao tsy marina, tarehimarika tsy mitombina manimba ny saim-bahoaka. Koa na nisy aza ny fanitsiana efa miparitaka hatrany ivelany ireny voasoratra ireny, noho izany, aoka mba vaovao azo antoka no avoaka. Misokatra ny minisitera ho an’ny fampahalalam-baovao ary heveriko fa rariny sy hitsiny izany ”, hoy ny minisitra.

R.Mathieu

News Mada2 partages

Boky tantara foronina : namoaka ny « Angentsan’olombelona » Ratsifa

Boky voalohany amin’ny tantara foronina mirakitra ny sanganasan-dRatsifa. Nampahafantarina, ny asabotsy teo tetsy amin’ny efitrano Gisèle Rabesahala Tranombokim-pirenena Anosy, ny fivoahan’ny boky « Angentsan’olombelona » mirakitra tantara foronina nosoratan-dRatsifa. Tantaram-pitiavana izy io, raha ny fanazavan’ny mpanoratra. « Fomba fambaboan’ny lehilahy ny vehivavy tiany ho azo », hoy Ratsifa.  Nambarany fa tsy tantara niainany akory ny « Angentsan’olombelona ». Na izany aza, tantara misy eny anivon’ny fiarahamonina no nasiana asa famoronana hananany endrika kanto sy tsara.

Fantatra fa hirona kokoa any amin’ny fanoratana tantara foronina ity mpanoratra manana ny maha izy azy ity ato ho ato. « Aingam-panahy efa manosika izy io ka tsy azo lavina », hoy izy. Nomarihiny ihany koa anefa fa tena tsy ampy ny mpanoratra tantara foronina eto Madagasikara.

Tao anatin’ny 15 taona, 300 eo ho eo ny tononkalo nosoratany. 10 taona kosa ny naha mpikambana Faribolana Sandratra azy.

HaRy Razafindrakoto /Sary : Fanou

La Vérité2 partages

Meurtre de Rehavana Michel - 39 policiers bientôt devant la Justice

39 policiers impliqués dans le meurtre,  survenu à Toliara le 9 décembre 2011, du premier substitut du procureur de la République Michel Rehavana, vont comparaître devant le juge les 23 et 24 mars prochains au Tribunal d’Anosy dans la Capitale. D’ores et déjà, on assiste à  une vague de protestations parmi les notables mais surtout des proches des incriminés à Toliara. Ils demandent la suspension tout court de la poursuite judiciaire contre ces policiers, étant donné que certains d’entre eux ont déjà croupi en prison depuis 5 ans maintenant et à titre préventif.

Pour le porte-parole de ces notables, le moment est venu afin que les deux ministères concernés par cette affaire aplanissent le problème ou règlent à l’amiable le différend qui fait s’entredéchirer les magistrats et les Forces de l’ordre. Au même intervenant d’ajouter encore qu’il serait inutile de réveiller le fantôme d’un drame, qui était à l’origine d’un conflit fratricide car l’heure est à la réconciliation, selon ses propos.

5 ans après

Il est à rappeler que l’assassinat par des policiers de Michel Rehavana remonte le 9 décembre 2011. Mais le rapport d’autopsie a été tout autre car privilégiant une crise cardiaque. Ce jour-là, ces policiers ont pris d’assaut la prison de Toliara en vue de libérer leur collègue, qui a été condamné à 5 ans d’emprisonnement ferme pour avoir loué son arme de service à un gang. Les garde-pénitenciers se sont opposés aux policiers, mettant ainsi les deux parties en affrontement. En effet, les protagonistes, pour s’intimider, faisaient crépiter leurs armes chacun de leur côté. En revanche, les policiers qui ont quitté les lieux auraient voulu s’expliquer avec le procureur de la République, qui n’était pas sur place. Les premiers ont donc finalement déversé leur colère sur le substitut du procureur, qui aurait été roué de coups jusqu’à ce que mort s’ensuive. L’affaire n’en était pas restée là car après l’annonce du décès de la victime, les pourparlers réunissant des ministres et les parties en conflit, ont échoué. Le limogeage du  directeur  régional et celui du commissariat de la Cité du soleil, n’ont pas apaisé les esprits. Finalement, l’enquête menée par la Police a déterminé la responsabilité d’une cinquantaine de policiers dans l’affaire. Rappelons que le Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) avait haussé le ton au début du mois dernier. Lors de sa prise de fonction officielle, la toute nouvelle présidente de Smm Fanirisoa Ernaivo avait interpellé les responsables au niveau du ministère de la Justice par rapport à la suite de cette affaire enfouie depuis cinq ans. Franck Roland

L'express de Madagascar2 partages

Affaire Betsiaka – Discrétion au ministère des Mines

« Attendons le rapport du Bianco avant toute déduction ». Interrogé par la presse samedi, en marge de l’opération Téléthon organisée par son ministère, Ying Vah Zafilahy, ministre auprès de la présidence chargé des Mines et du pétrole, a préféré rester discret sur l’affaire de trafic d’or de Betsiaka.À peine s’est-il contenté de dénoncer des « incohérences » dans les chiffres révélés par la presse, et de rappeler que la société d’Etat citée dans l’affaire dispose bien d’un permis en bonne et due forme. « Il  n’est pas possible d’obtenir une quantité de 3 tonnes d’or avec 22 mil­liards d’ariary », a-t-il lancé, se référant à l’article publié par un journal local vendredi. « Si l’on fait un rapide calcul mental, cela donnerait 7 400 ariary pour un gramme d’or », poursuit-il.Mais le ministre n’a pas révélé lequel des deux chiffres ne colle pas. « D’où proviennent ces chiffres   » se demande-t-il. Une source généralement bien informée persiste sur le montant de plus de 20 milliards d’ariary de devises non rapatriés  suite à des exportations illicites d’or provenant de Betsiaka, une commune située dans le Nord. Dans cette affaire, des opérateurs miniers malgaches et chinois, avec la complicité d’élus et de responsables d’une société d’État, sont mis en cause.En attendant les conclusions du Bianco et la décision de la justice dans cette affaire, les acteurs du secteur minier ont exprimé samedi leur solidarité avec les victimes du cyclone Enawo. Suite aux descentes effectuées à Farahalagna, Ambodi­manga, Andapa, Antalaha et Maroantsetra, Ying Vah Zafilahy, en tant que ministre Coach de la région Sava a mobilisé son ministère pour aider les victimes du passage du cyclone Enawo. Le ministère et les organismes qui lui sont rattachés ont offert près de 10 millions d’ariary à l’association Ased (Association sambavienne pour l’entraide et le développement) qui se chargera de la répartition de ce don, sur place.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar2 partages

Énergie – La consommation de carburants en baisse

La demande fléchit. Certaines stations-services  dans la capitale constatent une diminution de la demande en carburants depuis quelques semaines. La hausse continue du prix à la pompe s’avère l’une des raisons indiquées par les opérateurs pétroliers comme source du changement de comportement des consommateurs, surtout chez les particuliers. L’essence est la plus affectée par cette chute.« Les automobilistes font des économies. Il y a deux semaines, nous avons constaté que la demande en carburant a diminué de l’ordre de 5% à notre station-service. Pour le super sans-plomb, la demande a fléchi jusqu’à 20%. Certains automobilistes n’utilisent leur voiture qu’en cas d’urgence car à part le temps  perdu dans les embouteillages, la hausse consécutive du prix des carburants, les pénalise », explique le gérant d’une station-service dans la capitale.Les transporteurs essaient également de gérer leurs dépenses surtout ceux qui ont encore choisi de garder le frais de transport à 400 ariary.  « Depuis la hausse du prix à la pompe au mois de février, nous avons réduit à environ  5 litres le volume de carburant dans notre réservoir. Avant, en rentrant le soir nous avons une réserve de gasoil de deux à trois litres mais maintenant il ne reste plus qu’un litre et c’est dans la matinée que nous nous approvisionnons dans les stations sur notre passage », affirme Benja Rakotoson, un transporteur.

Sandra Miora Hafalianavalona

L'express de Madagascar2 partages

Cyclone Enawo – Deux avions d’aide pour les sinistrés

Les actions de l’industrie du transport aérien en faveur des sinistrés du cyclone Enawo continuent. Deux avions sont partis samedi matin pour transporter des vivres, des couvertures et du matériel. Ainsi, Air Austral, le nouveau partenaire de la compagnie Air Madagascar, a remis des couvertures, des kits de première nécessité pour femmes et hommes, des kits bébé… Le tout d’une valeur totale de 94 500 000 ariary.Ethiopian Airlines, quant à elle, s’est chargée de transporter 30 tonnes de cargo depuis le Qatar aloes que l’Aviation Civile de Madagascar a donné 3 157 litres de carburants d’une valeur de 12 000 000 d’ariary. Rogers Aviation a offert 658 litres de carburant d’un montant de 2 500 000 ariary. Le dernier décompte donne un total de 180 000 000 ariary de dons à ce jour.

Herisetra

L'express de Madagascar2 partages

Des exportateurs certifiés

Une réussite. Les entrepreneurs ayant participé à la formation modulaire organisée par l’International Trade Board of Madagascar ont reçu leur certificat de fin de formation vendredi à Antaninarenina. 20 opérateurs, producteurs et exportateurs ont suivi une formation sur les outils du commerce international et l’animation de stand pendant deux jours.

L'express de Madagascar2 partages

Une nouvelle agence de la BFV-SG

La Banque BFV-Société Générale étend son réseau d’agence. Elle vient d’ouvrir sa 56ème agence à Imerinafovoany, dans la commune de Talatamaty. Implantée dans un quartier très fréquenté de cette périphérie de la capitale, tout près d’un centre commercial, la banque démontre, une fois de plus sa volonté d’investir au quotidien pour se rapprocher de sa clientèle.

Tananews2 partages

Toulouse : rencontre avec Lalao et Marc Ravalomanana

Madaplus.info1 partages

Visionnez ici le journal quotidien de la RTA Madagascar


News Mada1 partages

Jirama : réduire les pertes non techniques

La compagnie d’eau et d’électricité ambitionne de réduire les pertes non techniques dans ses productions.

La présentation des 34 contrôleurs-verbalisateurs, en tant qu’officiers de police judiciaire (OPJ), ainsi que la prestation de serment de 230 releveurs et agents de recouvrement de la Jirama se sont tenues samedi dernier. Ces agents sont tous issus du personnel de la Jirama et se sont engagés à effectuer leur mission comme il se doit.

«Cette étape constitue une grande première pour la Jirama et marque un grand pas vers le redressement de la société d’Etat. L’objectif est de réduire les pertes non techniques liées aux vols d’eau et d’électricité», a déclaré à cette occasion Lantoniaina Rasoloelison, administrateur délégué de la Jirama avant d’ajouter que «Le changement se conjugue avec l’engagement et nous sommes pleinement conscients que le capital humain est le principal appareil productif de la Jirama (…). Stopper les hémorragies de la Jirama est un dispositif qui s’inscrit dans le temps et dans l’espace et doit avant tout être mené de l’intérieur». Pour ce dirigeant de la société, «La corruption n’est pas admise».

Hormis les pannes techniques causant des gaps énormes dans l’approvisionnement en électricité et en eau dans le pays, les dirigeants de la Jirama dénoncent notamment les vols d’eau, d’électricité, ainsi que des matériels jusqu’au point de qualifier ces actes de «sabotages».

L’on apprend néanmoins que les travaux divers suite aux dégâts laissés par le passage du cyclone Enawo se poursuivent.

Quid des approvisionnements ?

Par ailleurs, concernant l’approvisionnement en eau de la capitale, l’administrateur délégué a mentionné que la Jirama commence à faire le raccordement entre les réseaux existants et entamera bientôt l’essai au niveau de la nouvelle station de Mandroseza, d’où les coupures dans certains quartiers la semaine dernière. La station d’Ankadivoribe ne sera opérationnelle que vers le second semestre de l’année.

4.000 demandes de nouveau branchement en eau sont en attente actuellement dans tout Madagascar et moins de 24.000 pour l’électricité. Une réunion technique devrait se tenir prochainement pour étudier comment traiter ces demandes.

Le général Herilanto Raveloharison, ministre par intérim de l’Energie et des hydrocarbures a noté au passage que la Jirama fait partie des thèmes discutés avec la délégation du FMI, actuellement dans nos murs. Davantage de précisions seront apportées à l’issue de cette mission.

Arh.

 

News Mada1 partages

Appui aux PME : l’ITBM confirme son engagement

Dans sa mission de promotion du commerce, l’International Trade Board of Madagascar (ITBM) organise jusqu’au mois de juin prochain des sessions destinées aux PME primo-exportateurs et exportateurs. Il s’agit de renforcer les capacités de ces entreprises sur les techniques du commerce international et développer leurs connaissances sur les démarches à l’exportation.

La première session qui s’est tenue jeudi et vendredi derniers, se rapportait  aux outils du Centre de commerce international (ITC) ainsi qu’à l’animation et tenue de stand. Les 18 participants se sont vu remettre leur certificat de la part de l’ITBM vendredi dernier. A noter que les formations, adaptées au profil des participants, étaient dispensées par des  spécialistes issus de différents secteurs comme dans le domaine de l’exportation et du commerce international ou encore les techniques bancaires.

En effet, les opportunités existent bel et bien pour les exportateurs malgaches, ce que confirment les participants à cette formation. Pour  Pachisco Nirina Antenaina, un étudiant de Mahajanga, cette formation lui a permis de s’acquérir les outils de commerce comme le Trademap ainsi que la technique d’animation de stand. Mitantsoa Andriamananjara de l’ONG AgriSud qui appuie des paysans œuvrant dans l’exploitation de fruits et légumes, a confié que les acquis de cette formation lui permettront d’aider à la professionnalisation des producteurs tout en renforçant leur visibilité.

La session de la semaine prochaine sera consacrée au business plan.

Arh.

Ino Vaovao1 partages

MANANDONA ANTSIRABE II : Hitrangana aretina hafahafa  ny mpianatry ny CEG

Tao anatin’ny andro maromaro izao dia hihetsehan’ny aretina hafahafa ny mpianatra ka ireo ankizivavy manodidina ny 12 ka hatramin’ny 15 taona ao amin’ny kilasy faha-4 sy faha-3 no tena hianjadian’izany aretina hafahafa izany.

Araka ny fanazavan’ny ray aman-dreny izay nanan-janaka niharan’ity aretina hafahafa ity dia mihinjitrijitra tahaka ireny itoeran-javatra ireny ny ankizivavy ary very saina tahaka ny adala izay voany. Ny tena mahatalanjona ny olona dia isaky ny alatsinainy sy alarobia ihany no mihetsika io aretina io ary mitombo isa hatrany isaky ny amin’ireo andro ireo ihany koa ny mpianatra voany.

Nanatona toeram-pitsaboana ihany ny ray aman-dreny saingy niala maina tamin’ny fitsaboana ny dokotera. Misy aza no nanatona ireny mpitsabo nentim-paharazana ireny saingy tsy nahafa-piry ihany koa fa ny volan’ny ray aman-dreny fotsiny no lany. Manoloana izany dia niditra an-tsehatra ny mpitondra fivavahana any an-toerana ka nandray an-tanana ireo tsy salama. 

Vavaka sy fametrahan-tanana ataon’ireo Mpiandry no nentina nampahery ireo mitondra ny aretina ary tsapa tamin’izany fa toa nidiran’ny devoly ireto ankizivavy ireto ary aorian’ny vavaka dia mitony ny hadalany. Nisy ireo efa sitrana saingy mbola misy koa anefa ireo izay tsy salama ary izy ireo dia miteny anaran’olona iray avokoa rehefa iny izy mihetsika aretina iny. Manoloana izany dia nandray ny andraikiny ary niditra an-tsehatra amin’ny fanadihadiana ny mpitandro filaminana sy ny Ben’ny tanàna mba hahafantarana izay tena tompon’antoka marina mikasika ity fisian’ny aretina hafahafa ity.

Tiaray R

Tia Tanindranaza1 partages

8 volana any am-ponja RamarosonTsy misy miraharaha intsony

Taraiky tanteraka i Alain Ramaroson, izay efa 8 volana no migadra any am-ponjan’Antanimora. Tena adinon’ireo manodidina azy tanteraka ity mpanao politika fanta-daza tamin’ny raharaha fanonganam-panjakana tamin’ny taona 2009 ity.

  Resaka ady lova no nambara ho nampidoboka am-ponja azy, saingy tsikaritra ho misy ambadika politika ihany. Tsy arakaraka ny anjara toerany tamin’ny andron’ny tetezamita ny zava-manjo azy ankehitriny satria miady irery sy tsy misy mpiahy  ara-bakiteny. Ny olona akaiky tao an-trano ihany aza no voalaza fa tompon’antoka amin’ny fandentehana azy noho izy tsy mety miova hevitra, ka hangina sy tsy hanakiana intsony ny fitondrana HVM, raha toa ka maniry an’izany mafy io olona akaiky azy io. Voalaza fa tokony ho navoaka i Alain Ramaroson tamin’ny fotoana nanaovana ny Frankofonia saingy nijoro hatrany tamin’ny heviny, ka dia izao vao mainka nilentika tanteraka izao. Voalaza ihany koa fa nahazo tsenam-barotra tamin’ireny asa tamin’ny frankofonia ireny mihitsy ilay olona akaiky azy, ka naleony namoy an’i Alain Ramaroson higadra any am-ponja, toy izay ho very fihinanana. Ireo namana aman-tsakaiza niara-nitolona sy niara-dalana taminy ihany koa efa nanadino ary tsy miaraka amin’ny tsy afaka, ara-bakiteny satria reraka sy resy tanteraka ity namana, ka tsy misy tombontsoa azo antenaina intsony any aminy. Re ankehitriny fa aleon’i Alain Ramaroson manamafy orina ny fihavanana amin’ireo mpiara-migadra aminy satria efa tena naloan’ny fiarahamonina aty ivelany ny tenany.

Toky R

 

Tananews1 partages

“On se demande s’il y a un Président, un gouvernement”

La vérité sort toujours de la bouche des enfants.

Lire : Madagascar : ” Tananarive, le choc “

Et revenez en 2023 les enfants, après le deuxième mandat de sa Seignhery, pour nous faire part de vos impressions.

A ce moment, l’objectif sera atteint, nous serons sur la plus haute marche du podium des pays les plus pauvres au monde.

L'express de Madagascar1 partages

Assainissement – L’adduction en eau potable décentralisée

Beaucoup de districts et de communes n’ont pas encore accès à l’eau potable. « Le ministère de l’Assainis­sement, de l’eau et hygiène se déconcentre sur les 22 régions mais il n’existe pas encore de services déconcentrés dans les districts. Nous devons mettre en place alors des services techniques de l’eau et de l’assainissement et hygiène au niveau des communes », préconise Lovy Rasolofomanana, directeur-pays de WaterAid à Madagascar.Le responsable suggère que Madagascar mette en place la décentralisation budgétaire sur ce volet afin d’atteindre l’accès universel en eau, assainissement et hygiène (EAH). C’est pourquoi WaterAid  vient de lancer le projet Fandio Rano (Fandre­sen-dahatra iombonana hisian’ny rano ampy ho an’ny rehetra), la semaine dernière, qui vise à renforcer la société civile et à contribuer à l’amélioration de l’accès en EAH dans six communes de la région Analamanga dont Soavina, Anosizato Andrefana, Anosiala, Ambohidratrimo, Ankazobe et Manjakan­driana. L’Union européenne a financé ce projet.« Le financement dans le domaine de l’eau et assainissement est très bas car il s’élève à 9 millions de dollars alors que notre besoin est de 20 fois plus », déplore Lovy Rasolo­fo­manana .Le responsable rassure : des blocs sanitaires ont été mis en place au niveau des communes qui jouissent du financement de ces deux partenaires, en plus de la mise en place des infrastructures d’accès en EAH.

Fanomezana Rasolomahery  

Madaplus.info0 partages

Nouveau!! Visionnez ici le journal quotidien de la RTA Madagascar


Tananews0 partages

Ministère de l’aménagement du territoire : les manoeuvres de derrière les fagots

Dernière trouvaille en date : exiger des fokontany la suppression de tous les logo de la CUA dans toute les paperasseries.

Il y a des gens qui n’ont rien d’autre à foutre de leurs journées semble-t-il dans ce pays ?

Et on ne s’étonnera justement pas que ce pays n’a eu de cesse de régresser ces 50 dernières avec des petites mentalités de merde comme ça.

Tananews0 partages

2018 : “si Andry Rajoelina se présente”

Beaucoup d’observateurs et chroniqueurs s’interrogent si l’ancien Président de la Transition ira au charbon en 2018.

Pour notre part, nous sommes sûrs à 99% qu’il ira.

Car il suivra à la lettre ce qu’un certain Laurent Fabius lui a sussuré à l’oreille il y a exactement 3 ans et demi : “Vous êtes très jeune, vous pouvez passer votre tour en 2013 et vous présentez le coup d’après en 2018″

Donc il se présentera.

 

Orange Madagascar0 partages

Journée de la Francophonie : message du président Rajaonarimampianina

MESSAGE de Monsieur le Président de la République de MadagascarJournée Internationale de la Francophonie20 mars 2017

Chers Amis de la Francophonie,

Aujourd’hui, nous célébrons la Journée Internationale de la Francophonie. Je suis particulièrement fier de partager avec vous cette date du 20 mars, où notre communauté, une grande famille de 274 millions de personnes réparties sur tous les continents, rend hommage à la langue française et aux valeurs qu’elle véhicule.

Au mois de Novembre dernier, nous avons réaffirmé notre engagement à respecter et à porter haut ces valeurs, pour l’atteinte de notre objectif d’une « Croissance partagée et développement responsable, les conditions de la stabilité du monde et de l’espace francophone », et qui constitue notre fer de lance pour les deux prochaines années. Cela nécessite l’implication de chacun d’entre nous : du secteur public au secteur privé, de la société civile aux acteurs économiques, des plus jeunes aux plus chevronnés.

La Francophonie représente pour chacun de nous une opportunité ! Une occasion de mettre en avant nos talents, nos compétences, nos connaissances, notre créativité et notre imagination, pour l’intérêt de nos pays et de notre Organisation. Il nous appartient de saisir cette opportunité qui est d’autant plus renforcée grâce à l’innovation numérique.

Rappelons-nous que la stratégie économique et la stratégie numérique de l’OIF soutiennent toutes initiatives des jeunes et des femmes, porteurs de projets innovants et vecteurs de développement. 

Parallèlement, l’OIF s’assure que le numérique, en tant que puissant outil de communication et de développement soit au service de l’ensemble de ses programmes de coopération. Et c’est là tout le sens du thème de cette Journée, « J’aime, je partage#mon20mars ». Faisons tomber les frontières, partageons les bonnes pratiques et les réussites, réfléchissons ensemble sur le changement, l’innovation et le développement durable.

Continuons à impliquer la jeunesse dans les affaires du monde comme nous l’avons fait lors du Sommet d’Antananarivo. Encourageons les initiatives comme « Libres ensemble » qui soutiennent les jeunes dans leurs engagements et les initiatives citoyennes.

Je voudrais saisir cette occasion pour remercier la Communauté Internationale, ainsi que toute la Famille francophone, pour leur solidarité et leur soutien à Madagascar après le passage du cyclone Enawo.

Au-delà des épreuves que vivent des pays et des peuples faisant partie de notre communauté, je vous invite en cette Journée internationale de la Francophonie, à fêter partout, avec allégresse et avec une conviction renouvelée, le pouvoir de notre langue partagée, la langue française.

Bonne célébration et merci de votre attention.

News Mada0 partages

Réconciliation nationale : des concepteurs du texte réticents

Les membres du Conseil du Fampihavanana malagasy (CFM) seront désignés par un comité de sélection national qui est à son tour, nommé par le président de la République en conseil des ministres. Sous cet angle, certains manifestent déjà de la réticence quant à la suite même du processus de la réconciliation nationale.

Le projet de décret fixant la composition, le fonctionnement et les attributions du comité de sélection national des membres du Conseil du fampihavanana malagasy (CFM) a été adopté en Conseil des ministres le 9 mars dernier. D’après les informations, il appartient au président de la République de désigner les membres dudit comité en conseil des ministres. Et sous cette optique, les membres du comité d’élaboration du texte sur la réconciliation nationale n’ont pas caché leur doute.

« Comme c’est le chef de l’Etat qui désigne les membres de ce comité, il y a des doutes que le processus aille dans un sens objectif », a indiqué un des membres du comité d’élaboration du texte. Il explique que normalement, ce sont les membres de la société civile qui devraient désigner les membres composant la nouvelle structure, car étant en connaissance de cause.

« Malheureusement, cette tâche revient au chef de l’Etat et il sera difficile de penser que les nouveaux membres de la nouvelle structure pour la réconciliation nationale soient impartiaux, notamment dans le sens où les décisions seront prises en fonction de la volonté du chef de l’Etat ». « Si une personne demande l’amnistie, cela pourrait dépendre de l’aval du président de la République » a-t-il souligné. Mais jusqu’ici, aucune précision sur la composition des membres n’a été apportée.

A rappeler que la nouvelle structure pour la réconciliation sera composée de 33 membres dont 11 seront également désignés par le chef de l’Etat.

Un texte changeant

D’autre part, des membres du comité d’élaboration du texte affichent également leur réticence par rapport au nouveau texte en question, adopté par les parlementaires le mois de décembre dernier avec quelques amendements. Pour les concepteurs du texte, de grands changements ont été effectués et certains favorisent le pouvoir. Bien que la loi

soit passée sans difficulté au Sénat, elle a créé de grands débats au sein de l’Assemblée nationale. On pourrait citer à titre d’exemple la composition des membres ou encore les modalités d’obtention des indemnisations et les conditions d’amnistie.

En tout cas, ce texte n’a pas obtenu l’aval du Tim et du Mapar pour la simple raison qu’il semble écarter leur leader respectif du processus de réconciliation. Et étant donné que la période de mise en œuvre de la réconciliation va de 2009 à la fin de la Transition, les deux parties estiment que le nouveau texte empêchera Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina de participer aux élections de 2018.

Tahina Navalona

 

News Mada0 partages

KMF/Cnoe : »Mila fanabeazana ho olom-banona koa ny mpitondra »

Mirongatra ny fitsaram-bahoaka etsy sy eroa. Vahaolan’ny fitondrana ny fampahafantarana lalàna.  Mila fanabeazana ho olom-banona koa ny mpitondra, raha ny fijerin’ny KMF/Cnoe. 

« Iaraha-mahita ny gaboraraka manjaka eto amin’ny firenentsika amin’izao… Mampanontany tena ny rehetra hoe: misy ve ny fitondram-panjakana ary misy ve ny fampiharana ny lalàna eto amintsika manoloana ny tsy fandriampahalemana? »

Izay ny fanontaniana naroson’ny sekretera jeneralin’ny KMF/Cnoe, Raharisoamalala Patricia, manoloana ny toe-draharaham-pirenena amin’izao fotoana izao sy ny fitsaram-bahoaka tato ho ato. Eo koa ireny zava-nitranga toy ny tany Befandriana Avaratra, mampanontany tena hoe: aiza ho aiza ny fampiharan-dalàna eto amintsika?

« Matetika, rehefa miresaka isika hatramin’izay: saika ireo vahoaka madinika hatrany no tenenina amin’ny hoe tokony hobeazina amin’ny fanarahan-dalàna », hoy izy.

Tsy azo odian-tsy hita, anisan’ny olom-pirenena miaina eny anivon’ny vahoaka ireo tomponandraiki-panjakana rehetra: manomboka amin’ny lehibem-pokontany izany, ny mpitandro filaminana, ny mpampihatra lalàna, ny mpanao lalàna, ny mpitsara, ny mpitondra fanjakana… Indraindray, hadinon’izy ireo hoe tokony hanara-dalàna ihany koa izy ireo amin’ny fampiharana lalàna.

Mila fampiharan-tsazy ireo mpitondra tsy manara-dalàna

 Tsy hoe ny vahoaka irery ihany no omena fanabeazana, fa eo koa ireo olom-boafidy sy olom-boatendry eny anivon’ny rantsa-mangaikan’ny rafi-panjakana tsirairay avy. Mila hamafisina koa ny fanabeazana azy ireny mba hahay tsara ny fampiharan-dalàna. « Raha misy ny mandika lalàna, tokony mba ho hita ampahibemaso ho fantatry ny vahoaka ny sazy ampiharina amin’izy ireo », hoy izy.

Amin’izany, misy ny fanabeazana ifanaovan’ny eny anivon’ny rafitra tsirairay avy. Misy koa ny fitsipi-pitondrantena. Tokony hisy rafitra iray manara-maso sy manasazy, raha misy ny fandikan-dalàna. Mba tena hitovy tokoa ny lalàna ho an’ny rehetra, fa tsy hisy olona hitan’ny vahoaka madinika hoe ambonin’ny lalàna. Ary tsy maintsy ianjadian’ny fampiharan-dalàna hatrany ireo tsy manan-katoraka manoloana ny kolikoly.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Kitra – «Can 2019» : mpilalao 17 ireo hiatrika an’i Sao Tomé

Nanainga, omaly nihazo an’i Sao Tomé et Principe, ireo mpilalaon’ny Barea hiatrika ny lalao mandroso amin’ny fifanintsanana ny «Can 2019», hikatrohana amin’ny Os Verde-Amarelos. Fihaonana, hatao ao amin’ny kianja Estadio Nacional 12 de Julho, ny alarobia ho avy izao manomboka amin’ny 6 ora 30 mn, hariva eto Madasikara,.

17 ny isan’ireo mpilalao nantsoin’i Nicolas Dupuis sy i Raux Auguste  ka 10 ny mpila ravinahitra ary 7 avy eto Madagasikara. Tsy mahafeno ny “feuille de match” akory ny isan’ny mpilalao, izay tsy fantatra ny anton’izany. Tsy nisy ihany koa ny fanazarantena niarahan’izy ireo fa any an-toerana vao hizatra izany.

 Tompondaka

Ny anaran’ireo mpilalao :

 

Mpiandry tsatoby : Bastia Eddit (Elgeco Plus) ; Dabo Ibrahima (US Créteil Frantsa)

Vodilaharana : Bapasy (Arron Frantsa) ; Toavina Deba Kely (US Tourcoing Frantsa) ; Mario (Fosa Junior) ; Tantely (Cnaps Sport) ; Toby (Cnaps Sport)

Irakikaraka : Jean Stephan Dada (Red Star Frantsa) ; Dafe (US Fléchoix Frantsa) ; Dax (Fosa Junior) ; Lôlôdy (Fosa Junior) ; Rija (Cnaps Sport) ; Zotsara (Virton Belzika)

Lohalaharana : Carolus (USM Algerie) ; Faneva Ima (Sochaux Frantsa) ; Paulin (Makasa Egypta) : Rinjala (FC Sion Soisa)

News Mada0 partages

Kitra – Tompondakan’i Afrika : raraka tamin’ny ady sahala ny Cnaps Sports

Vita hatreo ny lalan’ny Cnaps Sports eo amin’ny fiadiana ho ny tompondakan’i Afrika, taranja baolina kitra. Nirava sahala 1 no ho 1, tamin’ny Coton Sport n’i Kameronina, izy ireo teo amin’ny lalao miverina. Efa nanantombo 1 no ho 0 anefa ny Kamerone, tamin’ny lalao mandroso.

 

Nampiditra ny baolina voalohany ny Kameroney tamin’ny alalan’i Souleymanou (N°7) teo amin’ny minitra faha-60, rehefa tsy nifankahazo ny mpiandry haraton’ny Cnaps, i Leda, sy ny vodilaharana, i Tantely. Voatsoriakan’ity mpanafika ity ny baolina ary nodakany ambony ka tafiditra rehefa nivoaka ny faritra nisy azy i Leda. 1 no ho 0 teo ny lalao. Nifamaliana ny fanafihana teo amin’ny roa tonta taorian’izany. Nanantombo anefa ny Cnaps Sports ka nahatafiditra ny baolina naha sahala ny isa tamin’ny alalan’i Francis (N°7), tamin’ny lohany, tany amin’ny fe-potoana fanampiny,  (+90 mn), rehefa nahazo tolotra avy amin-dRaoly.

Amin’ny ankapobeny, nofehezin’ny mpilalaontsika ny minitra vitsy nanombohan’ny lalao. Tokony ho nahatafiditra baolina aza i Njiva (N°12) tamin’ny daka « coup-franc » nataony teny amin’ny 25m, minitra faha-15, saingy voadonan’ilay mpiandry harato ary tafavoaka izany.  Nokorontanin’ny Kameroney amin’ny alalan’ny daka ambony ny lalao ka karazan’ny nanaraka izany ny mpilalaontsika.

Mbola afaka miatrika ny amboaran’ny Caf

Nanova mpilalao ny Cnaps Sports teo amin’ny fidirana faharoa. Tokony ho nahatafiditra baolina roa isika, saingy tsy tao hatrany amin’ny famonoam-baolina.  Raraka izany ny Cnaps Sports. Efa resy 1 no ho 0 isika ary izao nirava sahala tamin’ny lalao miverina izao.

Araka izany, any amin’ny fiadiana ny amboaran’ny Caf indray manarina. Ho fantatra  rahampitso  ny ekipa hifandona amin’izy ireo amin’ny lalao ampaha-16-n-dalana…

Tsiahivina fa anisan’ny niatrika izao lalao izao ny filohan’ny Caf vaovao, Ahmad saingy nivoaka mialoha fa tsy nijery hatramin’ny farany. Lalao voalohany natrehiny amin’ny maha filohan’izany andrin’ny baolina kitra afrikanina azy izany rahateo iny.

Synèse R. /Sary : Mamiherison

 

News Mada0 partages

Fifindran-toerana : hosedraina any Frantsa i Njiva

Handeha hanao lalao fitsapana any amin’ny klioban’ny Montpellier, “Ligue 1” any Frantsa,  Rakotoharimalala Njiva, lohalarahan’ity ekipa tompondakan’i Madagasikara, Cnaps Sports.

Fantatra izany, taorian’ny fihaonan’ny Coton Sport avy any Kameronina sy ity ekipa ilalaoban’i Njiva ity, ny asabotsy lasa teo. Mety ho izany, ny antony tsy naha tao anatin’ny lisitry ny Barea de Madagascar, nandeha nankany Sao Tomé et Principe, azy. Hatreto aloha, tsy mbola fantatra ny andro hiaingany sy ny faharetan’izany fitsapana any an-toerana izany. Raha tsiahivina, anisan’ny mpilalao mpamono baolina ao amin’ny Cnaps Sport ny tovolahy ary tena mampisongadina azy ny fahaizany mamakivaky ny vodilaharana sy ny manome tolotra tsara ho an’ireo namany.

25 taona ankehitriny i Njiva ary efa in-13 nanatevina ny Barea. Efa niatrika lalao iraisam-pirenena maro koa. Anisan’izany ny “Cosafa Cup”, ny “Caf champions league” ny fifanintsanana ho an’ny “Can” sy ny tompondaka eran-tany.

 Synèse

 

News Mada0 partages

Boxe Analamanga : nisongadina ny ekipan’ny Metropole

Tontosa, ny asabotsy lasa teo tetsy amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina, ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ligin’Analamanga, eo amin’ny taranja ady totohondry sokajy “elite”. Anisan’ny nisongadina ny ekipan’ny Metropole, izay nahatafavoaka tompondaka miisa 3, tamin’ireo famaranana 12 notanterahina. Anisan’izany ny nandavoan’i Claudia an’i Jenny avy amin’ny BOI, teo amin’ny sokajy – 51 kg vehivavy. Nanjaka ny fahaiza-manaon’i Claudia ka nisy mihitsy ny fotoana saika naha-“KO” an’i Jenny, ary nahatonga ny mpitsara nanisa. Teo koa ny nandavoan’i Mioratiana anisa an’i Fabricha, avy amin’ny JSA, teo amin’ny sokajy – 48 kg . Nifampizarana kosa ny fandresena, ho an’ny lehilahy. Lasan’i Herman (BOI) ny fandresena raha nikatroka tamin’i Marcel (Cosfa) izy. Tompondaka kosa i Nirina Aimé avy amin’ny miaramila, rehefa nandavo anisa an’i Ny Aina (Metropole). Lasan’i Kalve Pascal (Metropole) kosa ny amboara teo amin’ny – 56 kg izay nandresy an’i Faneva (ABC).

Tsikaritra fa niakatra ny haavo teknikan’ny fifaninanana, tamin’ity, araka ny nambaran’ny tale teknika nasionaly nanatrika ny fihaonana. Marihina fa nahatratra 62 mianadahy avy amin’ny klioba 15 izay niady ity fifaninanana ho an’Analamanga ity. Hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, hatao any Matsiatra Ambony ny 20 – 23 avrily izao, ireo rehetra nandresy tamin’ity fifaninanana ity. Nanotrona ny hetsika Andriamanampisoa Gégé Bosco, filoham-boninahitry ny federasiona.

Torcelin / Sary : Fano

News Mada0 partages

Moto – «4 Heures Honda ELF 2017» : voalohany i Ernest sy i Franck Navin

 Lasan’i Ranty Ernest sy i Franck Navin, nitondra ny moto Husqvarna SE 250, ny voalohany teo amin’ny fifaninanana “4 Heures Honda ELF 2017”, izay notanterahina, omaly alahady teny amin’ny Total Karting Madagascar, Imerintsiatosika. Nisongadina ny traikefa ananan’izy mirahalahy. Hainy tsara mantsy ny nampifandrindra ny fotoana sy ny fifandimbiasana teo amin’ny fitondrana  moto, nandritra ny ora efatra nihodidinana ny halaviran-dalana mirefy 8 km. Nahatontosa fihodidinana 23 izy ireo, tamin’izany.

Nanaraka azy ireo  i Claude Boyaval sy i Claudio Tida, nitaingina ny moto Honda CRS 250. Naneho ny fahaizany sy ny fahakingany eo amin’ity kodiaran-droa ity ihany koa i Tida, tompondakan’i Madagasikara. Natanjaka rahateo ny moto nentin’izy mirahalahy ka nahavariana ny mpijery ny hafainganam-pandehany.

Fahatelo, teo amin’ny filaharana ankapobeny kosa Razakasoa Aina sy i Thomas Boyer, nitondra ny moto Husqvarna SC 350. Tsy nandiso fanantenana ny olona ny seho na teo aza ny toetr’andro. Marihina fa nahatratra 70 ireo nisoratra anarana, tamin’ity andiany faha-15 ity.

Torcelin /Sary : Fano

News Mada0 partages

Rugby à VII – «Aroi 2017» : noraofin’i La Réunion avokoa ny amboara

Tsy voatazon’i Madagasikara ny anarana maha tompondakan’ny ranomasimbe Indianina (Aroi) azy, eo amin’ny taranja rugby lalaovina olona fito. Lavon-dry zareo Reonioney avokoa mantsy ny sokajy roa nifaninanana.

 

Norombahin’ny ekipan’i La Réunion avokoa ny amboara teo amin’ny sokajy U16 sy U18 lehilahy, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina (Aroi), eo amin’ny rugby à VII. Fihaonana, notanterahina tetsy amin’ny kianjan’Alarobia, ny asabotsy sy omaly alahady.

Nomontsanin’ireo boaikelin’i La Réunion, tamin’ny isa mazava 19 no ho 12, ny Makis, teo amin’ny U16. Niady ny lalao, saingy tombony ho an-dry zareo Reonioney, ny haben’ny vatana. Vao mahazo baolina ry zareo vahiny, manao “regroupement” avy hatrany ka manosika fotsiny avy eo.

Tsy nifanalavitra tamin’izany koa ny teo amin’ny U18, izay nandavoany ny Makis, tamin’ny isa 22 no ho 15. Marihina fa henjankenjana ny lalao ka nahazoan’ny mpilalao malagasy karatra mena, teo amin’ireo sokajy roa ireo.

Nahazo ny amboara “Plate”, U16, ny Makis 6 izay nanilika ny Makis 2, tamin’ny isa 25 no ho 5 ary nandrombaka izany ny Makis 5 teo amin’ny U18 rehefa nandresy ny Makis 3, tamin’ny isa 22 no ho 17.

Lasan’ny Makis vehivavy kosa ny amboara teo amin’ny “senior”. Fandresena telo tamin’ny lalao telo no azony, rehefa nandavo nisesy an’i Maorisy (43 – 0) sy i Mayotte (61 – 5)  ary nanoloana an’i La Réunion (24 -10).

 Tompondaka / Sary : Fano

News Mada0 partages

Tsipy kanetibe : nanjaka ny ekipan’ny CBT

Fantatra avokoa ireo ekipa 16 hiatrika ny famaranana lehibe eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja tsipy kanetibe ho an’olon-droa lehilahy. Vita, ny asabotsy sy omaly alahady tetsy amin’ny kianja CBT Mahamasina, ny dingana faharoa, nifantenana ireo ekipa 8 farany.

Anisan’ny nisongadina ny ekipan’Analamanga, izay nahatafiditra ekipa dimy ka anisan’izany  i Tita sy Nanah. Teo koa i Lova sy i Haja Kely ary i Jeanni sy i Mamy, niampy an’i Eric sy i Rado niaraka tamin’i Steph sy i Tojolalaina. Ankoatra izay, tafita amin’izany famaranana izany koa ny klioban’ny BIC Ambohimahasoa, nahitana an’i Jex sy i Hery (Radoko) ary i Tselonina sy i Jean-Michel. Tokana ihany kosa ny an’i Moramanga : i Dina sy i Belly. Tsy manana solontena amin’ity fifaninanam-pirenena ity i Vakinankaratra.

Ny asabotsy 25 sy ny alahady 26 marsa ho avy izao, etsy amin’ny kianjan’ny CBT Mahamasina hatrany, ny hanatontosana ny famaranana lehibe. Hiatrika ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany hatao any Belzika izay tompondaka eo.

 Tompondaka / Sary : Mamiherson

News Mada0 partages

Kidnapping : voasambotra atolotra ny fitsarana anio ny naman’i Djaffar

 Hatolotra ny fampanoavana anio ireo jiolahy tompon’antoka tamin’ny fakana an-keriny ilay Karana Amine Dinmamod tompon’ny orinasa Caromad. Ny herinandro teo, saron’ny zandary misahana ny heloka bevava eny Fiadanana ireto jiolahy ireto. Fantatra, araka ny loharanom-baovao marim-pototra fa naman’i Djaffar ilay teratany karana malaza ratsy amin’ny fakana an-keriny izay efa nidoboka eny amin’ny fonjaben’i Tsiafahy ry zalahy ireto. Tsiahivina fa nalain’ny jiolahy an-keriny teo an-tokotanin’ny orinasany ity teratany karana ity, ny volana janoary 2017.Tompon’antoka tamin’ny fakana an-keriny azy ny jiolahy miisa dimy nitondra basy. Tao anatin’ny fotoana no nakan’ireo jiolahy azy teny an-toerana ary tsy nisy fifanoherana na poa-basy. Efa fanindroany nisy nikasa haka an-keriny ity Karana ity izao. Nisy anarana nandeha tamin’izany fa ny tarik’i Lama sy i Djaffar, mpanao fakana an-keriny nalaza ny taona 2005 sy 2006 no nikasa hanao izany.

J.C

 (Tahirin-tsary)

News Mada0 partages

Ambositra : nivoaka ireo mpianatra ho zandary

 Notanterahina tao amin’ny sekolin’ny zandarimariam-pirenena Ambositra, ny zoma teo ny famoahana tamin’ny fomba ofisialy ireo mpianatra ho zandary andiany faha-72 nisalotra ny anarana hoe “Fivoarana”. Naharitra 13 volana tsy ankiato ny fiofanana ka zandary mpiana-draharaha izy ireo manomboka eo ary voasokajy ho : agent de police judiciaire de 1ère Categorie verbalisateur (APJ 1) sy Officier de police judiciaire rehefa amin’ny raharaha famotorana momba ny halatra omby (ord. 60. 106).

Nohamafisin’ny kaomandin’ny zandarimariam-pirenena nandritra ny fandraisam-pitenenana nataony fa manohy hatrany ny ezaka amin’ny fanadiovana anaty sy ivelany eo anivon’ny zandarimariam-pirenena izy indrindra fa ny ady amin’ny kolikoly, ny famindran-toerana, ny fiofanana isan-karazany ary ny fanondrotana galona. Hentitra kosa izy raha niteny ny fahaiza-manao tokony hananan’ireto zandary mpiana-draharaha ireto manomboka izao mba hanatevina sy entina hanatsarana ny fanatanterahana ny adidy nankinina amin’ny zandarimariam-pirenena.

J.C

News Mada0 partages

Fiangonana Advantista : nanome ra ireo tanora anjatony

Nanaporofo ny fitiava-namana mivantana ny tanoran’ny advantista Antananarivo sy Toamasina omaly. Nanome ra maimaimpoana, tetsy amin’ny HJRA ireo tanora an-jatony izay efa fanaon’izy ireo isan-taona izany.

Tafiditra ao anatin’ny fomba fiasan’ny fiangonana adavantista maneran-tany izao fanomezan-dra izao raha ny fanazavan’ny pastora Andriamparatiana Fanera, filohan’ny federasiona eto Madagasikara faritra afovoany.

“Manome aina ny manome ra ka anisan’ny fanomezana tsara indrindra ataon’ny tanora izao hetsika androany izao, toriteny velona ho an’ny hafa izany” hoy kosa ny filohan’ny tanora advantista Rakoto Jean.

Efa nisy ny hetsika teny anivon’ny fiangonana tamin’ny alalan’ny fizarana PPN ho an’ny sahirana. Hitohy amin’ny hetsika fizaham-pahasalamana maimaimpoana izay hatao etsy amin’ny Esplanade Analakely izany atsy ho atsy.

Tatiana A

News Mada0 partages

Toetr’andro : mitondra orana ilay andian-drahona

Nanaitra ny mponin’Antananarivo ny fisian’ny ora-mikija tamin’ny faramparan’ny herinandro iny. Nitondra fanazavana ny mpamantatra ny toetr’andro etsy Ampandrianomby fa misy andian-drahona mitoetra eo afovoany atsinanan’i Madagasikara ka miteraka orana sy andro maloka ary fidinan’ny mari-pana.

Tany an-dranomasina izy io ary natosiky ny rivotra avy atsinanana na atsimo atsinanana ka tafiditra aty amin’ny faritry ny afovoan-tany. Mandalo io andian-drahona io ka hanomboka hisava izany anio alatsinainy.

Anisan’ny faritra hahazo rotsak’orana betsaka ny any amin’ny ilany atsinanan’ny Nosy vokatr’io andian-drahona io. Anisan’izany ny any Sava, Analanjirofo, Atsinanana, Alaotra Mangoro ary Vatovavy Fitovinany.

Tatiana A

News Mada0 partages

Météo Malagasy : fifaninanana maro hanamarika ny faha-115 taona

Mamarana ny fankalazana ny faha-115 taonany ny Météo Malagasy. Maro ireo fifaninanana hanamarihana izany izay misokatra ho an’ny rehetra.

Manomboka anio ary tsy hifarana raha tsy ny zoma izao ny varavarana misokatra ho an’ny rehetra karakarain’ny Météo Malagasy etsy Ampandrianomby hampahafantarany ny tantaran’ny Météo tao anatin’ny 115 taona nisiany.

Eo koa ny fampahafantarana ny asan’izany Météo izany ho an’ny mpianatra sy ireo mpanao fikarohana. Hisy ny famelabelaran-kevitra arahina adihevitra ary ny karazan-kilalao sy fanentanana samihafa.

Hisy fandraisan’anjaran’ireo mpitsidika ihany koa amin’ny fanamboarana sary rahona izay alefa amin’ny pejin’ny Météo Malagasy ao amin’ny facebook ka hifaninanana izay mahafantatra ny karazana endriky ny rahona eny an-habakabaka. Misokatra ho an’ny rehetra hatramin’ny 1 marsa 2018 ity fifaninanana ity ka hahazo loza izay mahamarina.

Afaka aterina eny amin’ny Meteo Ampandrianomby ny sarina rahona izay nalainao, na ny sary izay nataonao, na koa ny hosodokona rahona nataonao. Marihina fa harakitra ao anatin’ny « Atlas des Nuages » ny sary omen’ny mpandray anjara ny Méteo.

Ankoatra izany, hisy ny finaninanana “slam-poezia” manondidina ny fiovan’ny toetr’andro. Hatao hatramin’ny 22 marsa sy 23 marsa ny fisoratana anarana amin’izany. Hotanterahina ny 1 jona kosa ny famaranana sy fizarana ny loka ho an’ireo mpandresy.

Hotanterahina ny asabotsy izao eo amin’ny minisiteran’ny Fitaterana sy ny famantarana ny toetr’andro ny Diabe ho an’ny toetr’andro.

Tatiana A

News Mada0 partages

Rock and roll : nodimandry i Chuck Berry

Iray amin’ireo rain’ny mozika rock and roll ! Nindaosin’ny fahafatesana, omaly, teo amin’ny faha-90 taony, i Charles Edward Anderson Berry na i Chuck Berry, raha ny filazan’ny polisy any Missouri Etazonia. Mpamorona tononkira, mpihira sady mitendry gitara rahateo ity teratany amerikanina ity. Anisan’ireo sanganasany malaza eran-tany ny « Roll over Beethoven » na « Johnny B. Goode ». Ankoatra ireo, marobe ny hira noforoniny nanana ny lazany tamin’ny taona 1950 ka hatramin’ny taona 1970, toy ny « Sweet Little Sixteen« , « School Days » na « My Ding a Ling », sns.

Teraka tao Saint Louis (Missori) ny 18 oktobra 1926 i Chuck Berry. Efa nianatra gitara raha mbola zaza. Niainga tamin’ny mozika jazz izy tamin’izany. Ny taona 1955, namoaka voalohany ny hira « Maybellene » izay nitarika ny lazany hanakoako maneran-tany… Niato anefa izany noho ny nahavoaheloka azy higadra roa taona an-tranomaizina, ny taona 1961. Nanomboka teo, sarotra ny lalan’ity mpanakanto ity. Efa nisy rahateo ireo tarika mpanao rock nanana ny naha izy azy tamin’izany. Anisan’ireny ry Beatles, Rolling Stones.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

« Mifampitantana 2017» : naneho ny maha andrarezina azy i Bodo sy i Poopy

Voavaly ny hetahetan’ny mpankafy. Nahita indray ilay fiarahana mihira teo amin’i Bodo sy i Poopy izy ireo tetsy amin’ny lapan’ny Kolontsaina sy ny Fanatanjahantena Mahamasina. Niraisana ny fahatsapana ny zava-nisy teny an-toerana…

« Mifampitantana 2017 », fampisehoana naneho ny maha andrarezina an’i Bodo sy i Poopy eo amin’ny tontolon’ny hira. Tonga maro ny mpijery. Feno ny lapan’ny Kolontsaina sy ny Fanatanjahantena etsy Mahamasina. Na teo amin’ny fihirana irery na nandritra ny fampiraham-peo, niseho hatrany io maha andrarezina ireto mpanakanto ireto io.

Tsy nisy ny fiatoana naharitra teny anelanelan’ny hira fa nisesy avy hatrany taorian’ny fanentanana fohy ho fampidirana ny hira manaraka.

Nahomby ihany koa ny fandrindrana ny teny an-tsehatra satria natao hifanaraka tsara amin’ny firafitry ny ho fizotry ny fampisehoana. Sehatra lehibe nahafahan’ny ekipan’i Bodo sy i Poopy niray sehatra, hany ka tsy nisy mihitsy ny fotoana very. Tahaka izany koa ireo hira natolotra ny mpijery. Saika ireo nampalaza azy mirahavavy hatramin’izay no nokaloina teny an-tsehatra na teo aza ny fanovana kely tamina fandrindrana vitsivitsy.

Raha ny nahitana azy teny an-toerana, tsikaritra ho nanana endrika « comédie musicale » ihany koa ity fampisehoana ity… Miandry ny fiarahana manaraka indray ny mpankafy !

HaRy Razafindrakoto /Sary : Mamiherison

News Mada0 partages

Tennis de table – Critérium Français : Fabio Rakoto sur la plus haute marche 7

En clôture du Critérium fédéral de l’élite B du National 1 de tennis de table en France le week-end dernier, Fabio Rakotoarimanana s’est emparé de la première place  du tournoi final.

Le phénomène Fabio Rakotoarimanana continue de créer la sensation en France. Après avoir brillé à l’Open jeunes de Lignano en Italie où il a terminé au 3e rang lors de la compétition par équipe garçon,  synonyme de médaille de bronze, le jeune pongiste franco-malgache a continué sur sa lancée le week-end dernier. En effet, il a gagné haut la main le Tour 4 du Critérium fédéral de l’élite B du National 1 de France en dominant lors de la finale Enzo Leguistin. Alors que ce dernier est mieux classé que lui dans cette division, classé 32.

Une performance qui ne passe pas inaperçue dans l’Hexagone dans la mesure où ce pongiste surdoué joue dans la cour des grands à seulement 14 ans. A ce rythme, sa présence en haut du tableau de l’élite B ne sera plus qu’une question de temps. Actuellement, dans le milieu du tableau chez les séniors, il continue de grappiller des points qui lui permettent d’améliorer son rang. Alors que chez les -16 ans N1, grâce à ces performances, il figure dans le Top 10 au classement général. Et en sénior élite B, il se trouve à la 6e place.

Résultats contrastés

Bien que gagnant du dernier tournoi du Critérium fédéral de l’élite B du National 1, le pongiste franco-malgache a néanmoins mal débuté cette compétition. En octobre 2016, première étape de ce critérium, il n’a pas pu accéder à la phase finale et termine à la 37e place. Le mois de novembre de la même année, lors du deuxième round de la joute, il a complètement sombré pour ne terminer qu’au 55e rang. Puis, il a rectifié son tir durant le tournoi 3, le mois de janvier dernier, en ouverture de la saison 2017 et a renversé la vapeur.

Naisa

News Mada0 partages

Cyclisme – RN2 : Ravoatabia sur sa lancée

Il a déjà fait sensation lors de la précédente course en ligne sur l’axe RN1 et continue de mener la danse sur la RN2 hier sur un parcours de 100 km. Il, c’est Jean de Dieu Rakotondrasoa (FCSA), plus connu sous le pseudonyme de Ravoatabia qui est sorti vainqueur des la bataille à trois entre les plus grands clubs de la ligue d’Analamanga (VCA, FCSA et Mbike). Ravoatabia a rallié la ligne d’arrivée en un temps de 2h51’53 », suivi du coureur du même club, Tojonirina Rabemanajara (2h51’53″10) et Célestin Rakotohasimbola (VCA) qui a bouclé la boucle en 2h51’55″07.

Le représentant de Mbike Bruno Randrianarimanana a beau tenir le coup mais arrive au pied du podium au sprint final (52’30″04). « Nous avons mis l’accent sur la sécurité routière et les ajustements techniques pour rameuter le plus grand nombre de passionnés. A ce sujet, le leader de Mbike, le coureur étranger Realdo a manqué la course d’aujourd’hui (ndlr, hier) mais a promis de prendre le départ pour la course du 2 avril prochain sur la RN2 : 110 km avec une équipe de choc », a précisé le président de la ligue régionale d’Analamanga, Naly Ravelonarivo.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Basket- Coupe du président : les équipes de la N1A en difficulté

Engagées au playoff de la coupe du président qui se déroule actuellement à Fianarantsoa, les deux équipes classées 5e et 6e en N1A en l’occurrence Cosmos (Diana) et Cosfa (Analamanga) ont du mal à tenir leur rang face aux formations de la division inférieure.

Après deux journées de compétition en effet, Cosmos et Cosfa ont déjà essuyé des revers. Les militaires ont trébuché devant Sebam (Boeny) hier sur le score net de 64-76 après un début réussi samedi dernier en battant d’entrée ASB (Itasy). Il y a pire du côté de Cosmos où les deux premières journées étaient placées sous le signe de la défaite. Effectivement, l’équipe numéro 5 à Madagascar a vécu deux rencontres cauchemardesques face respectivement à TMBB (Analamanga) et USF (Matsiatra ambony).

Et le calvaire risque de se poursuivre ce jour. Pour cause, Cosmos affrontera l’ASCB (Boeny) qui a fait un parcours sans faute jusqu’à maintenant. Quant à Cosfa, il devra en découdre contre le numéro un de la zone centre à savoir MB2All dans un duel fratricide entre formations d’Analamanga.

5 équipes en force

Après deux journées, le playoff tient en haleine le public ! Cinq formations se disputent les meilleurs places dans les deux poules en faisant un parcours sans faute. Outre ASCB et Sebam de Boeny, MB2All et TMBB portent haut les couleurs d’Analamanga sans oublier USF qui défend avec ardeur le fanion de Matsiatra ambony.

Les quatre meilleurs de chaque groupe accèderont en quarts de finale qui auront lieu ce vendredi après une journée de pause la veille.

Naisa

Résultats du samedi

18 mars :

ASCB Boeny-GNBBCM Menabe : 85-57

MB2All Analamanga-BCA Ihorombe : 80-66

Cosfa Analamanga-ASB Itasy : 115-86

Sebam Boeny-Fandrasa Matsiatra ambony : 76-64

USF Matsiatra ambony-BCTT Atsimo Andrefana : 76-46

TMBB Analamanga-Cosmos Diana : 94-67

Résultats du dimanche

19 mars :

ASB Itasy-BCA Ihorombe :

83-75

TMBB Analamanga-GNBBCM Menabe : 83-50

ASCB Boeny- BCTT Atsimo Andrefana : 61-41

Sebam Boeny-Cosfa Analamanga: 70-54

MB2All Analamanga- Fandrasa Matsiatra ambony: 78-50

USF Matsiatra ambony-Cosmos Diana: 80-76

 

News Mada0 partages

Pétanque – Sommet National : 16 équipes en lice pour la grande finale

Le deuxième tour de qualification pour la grande finale du championnat de Madagascar doublette a rendu son verdict hier au boulodrome de CBT à Mahamasina. Les huit dernières formations qualifiées pour ce tableau sont connues. La ligue d’Analamanga a régné à domicile grâce à la prouesse technique de Tita, Lova, Haja, Eric, Mamy,…qui vont en découdre avec des boulistes de renom venant des autres localités comme Radoko, Jex, Dina…

16 équipes vont s’affronter les 25 et 26 mars prochains toujours au boulodrome de CBT Mahamasina pendant cette finale avec un grand F. A noter que ce championnat est un tremplin pour le sommet mondial individuel, doublette hommes et dames prévu du 13 au 16 avril prochain à Gand (Belgique).

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Volley-Maurice : Ange Ramdoss fait sensation

A 37 ans, la volleyeuse malgache Ange Ramdoss fait encore des merveilles ! Pour sa première compétition avec sa nouvelle équipe, Quatre-Bornes, elle a ouvert son compteur titre. En fait, battu par Azur l’année dernière lors de la finale du Charity Cup, Quatre-Bornes a renversé la tendance cette saison en prenant le dessus durant la finale sur le score de 3 sets à zéro.

Certes, cette victoire est celle d’une équipe en pleine possession de ses moyens, mais la présence de Ange dans l’effectif y est pour quelque chose. Sans elle, Quatre-Bornes VBC a perdu en 2016, mais maintenant qu’Azur évolue sans Ange, ce club est tombé de son piédestal cette année. Autrement dit, là où elle passe, le succès est toujours au rendez-vous.

Ses adversaires sont donc prévenus ! Avec Ange endossant le nouveau numéro 15, Quatre-Bornes VBC visera le carton plein au niveau national où deux compétitions phares les attendent à savoir la coupe de la République et la joute nationale.

Naisa

 

News Mada0 partages

Rugby – AROI : la Réunion a dicté sa loi

Le tournoi de l’Association rugby de l’océan Indien (Aroi) a fait le bonheur des rygbmen réunionnais qui ont dicté leur loi sur la pelouse du stade d’Alarobia le week-end dernier. Cette compétition de rugby à 7 a été teintée de bémols pour le camp malgache, notamment chez les U16 et U18 garçons. Les Makis U16 se sont inclinés sur le score de 19 à 12 face à de jeunes Réunionnais largement supérieurs physiquement et qui savent exploiter leur point fort. Ils ont écrasé sous le poids de leur ruck les Makis de Madagascar qui peinaient visiblement à les repousser.

Comme il fallait s’y attendre, on a assisté au même scénario lors de la recontre entre les deux pays en finale de la catégorie U18. Encore une fois, la Grande île a concédé une défaite évidente sur le score de 22 à 15. Par contre, les Makis féminins (seniors) ont sauvé les meubles en faisant un parcours sans faute. Elles ont tout d’abord terrassé les Mauriciennes sur le score fleuve de 43 à 0 avant de s’occuper du cas de Mayotte (65 à 10) et La Réunion (24-10).

Rojo N.

 

News Mada0 partages

CAF – Ligue des champions : CNaPS sport écarté par Coton Sport

Les Caissiers de l’Itasy plient bagages à la Ligue des champions de la Caf après la défaite en aller et retour face à Coton Sport. Les protégés de Patrick Randriambololona sont tombés après avoir concédé le nul samedi dernier à Vontovorona au terme d’âpres batailles (1-1).

Le match nul n’a pas changé grand-chose pour la CNaPS Sport face au Coton Sport de Garoua (Cameroun) qui a déjà eu l’avantage avec une victoire à domicile en match aller (1-0). Leda et compagnie sortent par la grande porte pendant cette Ligue des champions après avoir concédé le nul dans leur propre jardin, au complexe sportif de la Cnaps à Vontovorona.

Les deux ensembles se sont séparés sur le score de 1 but partout au terme d’un match aussi palpitant que tendu. Les Camerounais ont frappé le premier avec un but signé par Souleymanou à la 60e minute. En véritable renard de surface, ce dernier a piqué le ballon en profitant d’une incompréhension entre le portier malgache Leda et ses défenseurs. Il a réalisé un superbe lob à cause de la sortie précoce du gardien (1-0).

Les Caissiers ont éveillé l’âme de guerrier qui sommeillait en eux avec des attaques foudroyantes mais les Camerounais ont visiblement fermé boutique après ce but tout en lançant des contre-offensives plus ou moins dangereuses pour le camp malgache. Buteur lors de la rencontre face au Botswana, Francis Rafaralahy a sauvé l’honneur de l’équipe en égalisant dans les temps additionnels (1-1). Ainsi, Coton Sport se qualifie pour la phase de groupe de la Ligue des champions de la Caf tandis que CNaPS Sport est versée en 16e de finale de la Coupe de la Confédération. Les deux joutes sont prévues au mois d’avril. Le tirage au sort sera effectué demain.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Chronique : il est toujours utile de relire les classiques

Le monde appartient aux audacieux. Dans sa version locale, cette jolie phrase se décline aussi comme un mot d’ordre dans les petites annonces. En quelques mots et sans vergogne, l’audace se fait impertinente. De «Homme de 37 ans cherche femme charmante et chrétienne, célibataire et sans enfant. Entre 29 et 35 ans. Longs cheveux. Style vestimentaire classique. Non fumeuse et pas d’alcool. Sans photo de profil, pas de réponse. Rencontre sérieuse et durable si affinités*» à «Homme français 60 ans rencontre dame 30/42 ans, mince, parlant français. Ecrire avec photo entière récente*», tous les coups sont permis.

On devine que le monsieur de 37 ans est en quête d’une épouse respectueuse des traditions, qui lui fera de beaux enfants et que le dimanche, ils iront tous ensemble à l’église ou au temple. Sans jouer les prophètes de mauvais augure, on pressent que l’heureuse élue ne rigolera pas tous les jours, surtout si elle s’avise de rafraîchir sa coupe chez le coiffeur.

Ce devrait être moins austère pour la dame de 30/42 ans, si elle n’est pas trop gironde et qu’elle a de la conversation, juste un peu, pas trop. Le monsieur de 60 ans se gardera bien de lui avouer que la douceur du climat lui a rappelé ses lectures du temps qu’il était au collège et a réveillé le Corneille qui sommeillait en lui. Ami lecteur, relisons ensemble :

Marquise, si mon visage

A quelques traits un peu vieux,

Souvenez-vous qu’à mon âge

Vous ne vaudrez guère mieux.

Le temps aux plus belles choses

Se plaît à faire un affront,

Et saura faner vos roses

Comme il a ridé mon front.

Le même cours des planètes

Règle nos jours et nos nuits

On m’a vu ce que vous êtes;

Vous serez ce que je suis.

Classique pour classique, la femme de 37 ans et la dame de 30/42 ans se souviendront avec intérêt de la réponse de Tristan Bernard :

Peut-être que je serai vieille

Répond Marquise, cependant

J’ai vingt-six ans mon vieux Corneille

Et je t’emmerde en attendant.

Kemba Ranavela

*Midi Madagasikara du 5 octobre 2015 et Jejoo du 17 mars 2017

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : la mobilisation à Madagascar (2)

(Suite.)

Cette proportion ne saurait être accentuée. Il ne faut pas oublier que dans le total de

la population française, sont compris plusieurs milliers de créoles de la Réunion qui, affaiblis par le climat tropical et en proie aux nombreuses maladies des pays chauds et, d’autre part, non précédemment préparés au Service Militaire, ne présentent pas la même résistance que leurs compatriotes de la Métropole et ont fourni une très forte proportion de réformés, ce sont donc les Européens chez lesquels se recrutent en majeure partie les techniciens et les spécialistes qui ont supporté le poids le plus lourd de la mobilisation.

Il y a, d’autre part, nécessité absolue, non seulement de maintenir, mais aussi d’intensifier la vie économique du pays, et cela tant dans un but de sécurité intérieure que dans l’intérêt supérieur de la Défense Nationale. Les quelques Français non mobilisés de la Grande Île doivent être considérés comme les agents de pénétration et de maintien de l’œuvre française dans une population de plus de trois millions d’indigènes disséminés sur un territoire de 600 000 kilomètres carrés. Ils constituent les cadres de la main-d’œuvre indigène, masse encore inexpérimentée et dépourvue de toute initiative. Leur mobilisation générale entraînerait une désorganisation complète de la plupart des entreprises, vu l’impossibilité actuelle de les remplacer dans les postes comportant des connaissances techniques ou une expérience spéciale. La récupération de quelques centaines d’individus serait donc, pour la Colonie, la cause d’un préjudice économique et politique des plus graves, qui équivaudrait à son évacuation partielle.

En conséquence, il a paru au Comité qu’accroître encore cette forte proportion de mobilisés constituerait un danger pour notre influence et entraînerait un arrêt de la vie économique de la Grande Île. C’est la raison qui a incité les colons qui le composent à faire une démarche auprès du Chef de la Colonie pour lui exposer la situation qui précède.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Us et coutumes : savez-vous où se trouve le nord ?

On perd le nord avec subtilité parfois mais de plus en plus souvent avec brutalité. On oublie d’abord que telle rue est à sens unique, que les trottoirs sont normalement destinés aux piétons et que les bouches d’égout ne sont pas des poubelles. Puis on trouve normal de payer un service normalement gratuit.  Quand il est réellement gratuit, on est tellement heureux qu’on récompense celui qui fait simplement son travail. On se fâche quand ce cadeau est refusé : « Mais pour qui se prend-il ? ». On fronce à peine le sourcil quand le fokonolona rend une fois de plus sa justice à coups de pierres et de machette. Et on ne s’étonne plus que les forces de l’ordre tirent sur des enfants pour disperser la foule. On perd le nord et de plus en plus vite.

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tsy ho ory hava-manana

Asa na nohon’ny fahasahiranana mihoa-pampana mianjady amin’izao fotoana izao fa maro no tsy taitra tsy mihetsi-bolomaso tsy voakasiky ny fahalasanan’Andriamatoa Ahmad ho Filohan’ny Fikambanambe Afrikana eo amin’ny Baolina Kitra. Tsy mahatsiaro ho voakasik’izany angamba ireo tsy mpankafy na tsy mpanaraka ny tranga ao amin’ny sehatr’io taranja io. Na izany aza ny fisondrotan’ny mpiray tanindrazana iray eo amina fiadidina tampon’ny sehatra iray manerana ny continanta afrikanina manontolo dia azo heverina ho zava-dehibe iombonan’ny rehetra entina iaraha-mifaly. Tsy hita homen-tsiny ireo tsy resy lahatra amin’izany, fa tsy fantatra kosa izay mifono any am-pon’ireo mifendro eo am-pahenoana an’ilay vaovao. Vitsy ankehitriny ny seho mampiely laza tsara an’ny firenena malagasy ity fahatongavan’i Ahmad amin’izany fiadidina ambony izany anefa dia manakoako eran-tany tsy vitan’ny hoe eo amin’ny tontolon’ny baolina kitra ihany, fa nivarina hatrany amin’ny sehatra fandinihana pôlitika. Dingana iray afaka araraotina ahazon’ny firenena bahana eo anivon’ny fifandraisana ao anatin’ny fikambanambe-pirenena. Solontenan’ny Afrika ny iray amin’ny Malagasy, to-teny toy izay raha anao tsilintsofina na mikasika raharaha ivelan’ny sehatra feheziny. Azo heverina fa ny firaiketam-pon’ny mpiray tanindrazana aminy dia ampitombo ny faharisihany hiaro lalandava ny tombotsoan’i Madagasikara. Eo ny adidiny amin’ny maha voaosotra azy ho Filoha Afrikana fa tsy manala ny maha Malagasy ny tenany izany. Noho izay na tsara na ratsy ny tarehy asehony eo am-panatanterahany ny andraikiny dia Ambasadaoro maharitry ny firenena malagasy ny tenany. Tsy irak’olona tokana na

irak’antoko izy fa solontena lalandava itarafan’ny any ivelany an’izany firenena sy vahoaka malagasy. Mitaky fitandremana sy fifehezan-tena entitra izany, toerana avo ka alan-drivotra, toerana avo koa anefa ka afaka ahitana ny lavitra no sady ahafahana itsinjovana ny akaiky eo ambany maso.

Fanadiovana ny tontolon’ny baolina kitra izay malaza nitoeran’ny fifaneken’ny tompon’andraikitra anaovana an’

izao tetika maizina sy asa maloto rehetra izao, no nametrahan’ny mpilatsaka Ahmad ny fanambiny ka nahatafita azy ho filoha Ahmad. Raha mandroso amin’ny fanatanterahana an’

izany izy, tsy afaka no tsy hiantefa amin’ny faninanana fametrahana tanjona manahatahaka an’izany ny mpilatsaka ho fidina amin’ny 2018 ny sangan’ny vokatra tazana. Toy ny ao anatin’ny fitantanana ny kitra moa ny tontolo pôlitika eto an-toerana sady tsy mangarahara no tsy madio : kianja maloto ao anaty aizina, mila kofafa sy fanilo.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Maninday-Toliara : le campus universitaire squatté

Le campus universitaire de Maninday-Toliara ne l’est plus que de nom  déplorent les étudiants qui y vivent au milieu des squatteurs avec les risques engendrés par cette promiscuité nuisible au bon déroulement de leurs études.

Plus de la moitié du domaine de l’université de Maninday, dans la province de Toliara, est occupée illégalement par des particuliers actuellement, ont révélé des étudiants résidents du campus. La décision du régime de transition de l’époque «Ratsirahonana» ayant autorisé la cession des biens immobiliers de l’Etat aux fonctionnaires a accéléré le mouvement par lequel des enseignants de Maninday ont construit sur les terrains de l’université.

Les riverains et les particuliers ont profité aussi de la gabegie qui s’ensuivit pour s’implanter impunément sur le domaine de l’université. Des cabanons en matériaux locaux ont vu ainsi le jour pour héberger le trop-plein des cités universitaires moyennant une mensualité de 15.000 ariary pour une pièce d’environ 4m2.

Violation de la franchise universitaire

L’occupation illégale du campus par des non étudiants nuit à l’environnement estudiantin, selon des représentants des étudiants de l’université de Toliara. La situation favorise la recrudescence de l’insécurité, selon eux, mais des responsables de cette université ont de très gros intérêts dans cette affaire de squatterisation des terrains de Maninday et les protègent. La limite du campus n’étant plus définie comme il se doit à cause de la présence des squatteurs dans la place, la police fait irruption au gré de la situation dans le domaine de l’université pour faire des arrestations ou des actions policières.

De plus de 120 hectares à son début, le terrain attribué par le régime socialiste au centre universitaire de Toliara à l’époque est réduit à moins de 20 hectares et se rétrécit encore actuellement, déplore les étudiants résidents de cette université.

Manou

 

News Mada0 partages

Eau, assainissement et hygiène : des lacunes dans le mode de gouvernance

Défaillant. Le mode de gouvernance du secteur eau, assainissement et hygiène (Eah) accuse une nette lacune tant au niveau administratif que sur le plan financier. Le faible taux d’accès à ces services sociaux de base reflète la défaillance en la matière.

La déconcentration du secteur de l’Eah n’est pas effective et accuse un certain retard par rapport à d’autres départements ministériels. Seuls les chefs-lieux des 22 régions disposent d’une représentation régionale  du ministère de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (Meah), laissant ainsi les districts et les communes à l’écart de tout processus de développement du secteur qui devrait pourtant partir de la base.

Jusqu’ici, même pas le tiers des communes à travers le pays dispose d’un service déconcentré en Eah, alors que dans le domaine de la Santé par exemple, des services déconcentrés sont présents jusqu’au niveau des communes, voire au sein des fokontany, avec la mise en place des Centres de santé de base (CSB). «Une telle lacune dans la gouvernance de ce secteur aussi crucial explique en partie la défaillance dans la gestion de ce secteur», selon le directeur-pays de WaterAid à Madagascar, Lovy Rasolofomanana, lors d’une interview.

En se référant aux dernières statistiques issues des études menées dans le cadre du Budget programme par objectif régional (BPOR), le taux d’accès à l’eau se situe actuellement à 30% dans 17 régions et le taux d’accès aux latrines améliorés, à 7,62%.

Une décentralisation budgétaire s’impose

Certes, ces statistiques ne représentent pas encore la situation au niveau national, vu que celles des cinq régions restent à savoir, mais il faut reconnaître que d’énormes gaps restent à combler pour honorer l’objectif relatif à l’accès universel à l’Eah d’ici 2030. Mis à part ce problème de gouvernance, l’insuffisance de financement alloué à ce secteur demeure un problème à résoudre. Le Pip se situe seulement  à 9 millions de dollars alors que les besoins s’élèvent à 20 fois plus.

Malgré tout, ces indicateurs sont loin d’être réjouissants, notre source reste confiants quant à la possibilité d’atteindre l’objectif 2030. Ce, à condition que toutes les ressources soient mobilisées, et que tous les jalons soient mis en place dès maintenant. A ce propos, le directeur-pays de WaterAid à Madagascar de souligner qu’il s’avère nécessaire d’instaurer un mécanisme de financement à part entière au niveau déconcentré et décentralisé, en donnant entière responsabilité aux communes et en instaurant

une décentralisation budgétaire effective.

« Fandio rano » à la rescousse

Le projet «Fandresen-dahatra iombonana hisian’ny rano ampy ny rehetra», en abrégé «Fandio rano», lancé la semaine dernière à Andrainarivo, répond à ces besoins. Cofinancé par l’Union européenne et Wateraid Madagascar, respectivement à 75% et 25%, et mis en œuvre en partenariat avec le ministère de l’Eah et le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation (Mid), ce projet  se focalise dans la gouvernance du secteur Eah qui nécessite encore des efforts considérables.

Mené sur une période de trois ans dans sept communes dans la région Analamanga à savoir Ampanefy, Soavina, Anosizato Andrefana, Anosiala, Ambohidratrimo, Ankazobe et Manjakandriana, «Fandio rano» va assurer le renforcement des capacités des Organisations de la société civile (Osc) afin qu’elles puissent mener un plaidoyer en faveur d’une meilleure gouvernance du secteur de l’Eah, tant sur le plan technique que financier envers les autorités locales. L’objectif consiste à instaurer un espace de dialogue bien institué entre ces dernières, les Osc et la population en vue de l’élaboration d’une politique claire et adaptée aux besoins de la population.

Fahranarison

News Mada0 partages

Vih, Paludisme, Tuberculose : le besoin de financement s’élève à 76 millions de dollars

Le processus de recherche de financement pour appuyer la prise en charge des trois pandémies jugées les plus meurtrières dans le monde, à savoir le VIH/Sida, le paludisme et la tuberculose ainsi que le Renforcement du système de santé (RSS) pour la période 2018-2020 est enclenché. Les entités concernées ainsi que l’Instance de Coordination nationale des subventions du Fonds mondial à Madagascar ou Country coordinating mécanism (CCM) viennent de signer la demande de subventions y afférentes auprès du Fonds mondial, lesquelles s’élèvent à hauteur de 76 millions de dollars.

Cet organisme international de subvention ait déjà annoncé le montant de son appui en faveur de ces quatre rubriques dans les trois prochaines années pour permettre à la Grande île de faire sa propre planification répondant au Plan stratégique du ministère de la Santé y afférent.

«Mais dans cette demande, les négociations portent sur les montants des  budgets alloués à chacun de ces secteurs selon les priorités du pays», a souligné un responsable auprès du CCM.  A ce propos, les parties prenantes proposent à ce qu’une bonne partie de ce financement sera allouée à la lutte contre le paludisme et le VIH/Sida, soit respectivement de 41.600.000 dollars et 13.936.980 dollars. 12.227.553 dollars sont proposés pour être affectés au renforcement du système de santé, et les 9.021.000 dollars restants pour la lutte contre la tuberculose. Notons que plus de 70% de ce financement seront alloués à l’achat de médicaments, de moustiquaires et d’insecticides.

Fahranarison

News Mada0 partages

Téléthon-SAVA : 15 millions d’ariary récoltés

L’initiative de l’association sambavienne de l’entraide et de développement (Ased) a porté ses fruits. Selon son président Tony Rambeloson, «l’Ased a pu réunir une somme de plus de 15 millions d’ariary jusqu’à samedi matin, mis à part les dons en nature, durant le Téléthon qu’elle a organisé durant la semaine dernière dans la capitale pour aider les sinistrés de la région Sava affectés par le cyclone Enawo».

La grande famille du ministère des Mines et du pétrole, y compris celle de ses organismes rattachés, à savoir le BCMM, l’Omnis,  l’IGM, l’Anor ou encore le Kraoma, a accompli son devoir de citoyen en apportant sa contribution. Samedi dernier, une forte délégation dirigée par le ministre Ying Vah Zafilahy et non moins Coach de la région Sava s’est dépêchée à la Bibliothèque nationale pour remettre des enveloppes financières pour soutenir le processus de relèvement après le cyclone Enawo dans cette partie de l’île.

«L’appui du ministère des Mines et du pétrole ne se limite pas uniquement en faveur de la population de la Sava. Nous verserons nos contributions financières pour tous les sinistrés à travers le pays  auprès du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) cette semaine» a informé le ministre Ying Vah Zafilahy.

  Fahranarison

 

News Mada0 partages

Rock : Kambana Metal souffle ses 15 bougies

Kambana Metal a fêté ses 15 ans de scène à l’occasion d’un concert qui s’est tenu hier au Cercle franco-malgache à Anosy.

Un duo uni par le rock et notamment par le sang, Kambana Metal nous revient plus mature et plus en forme que jamais après quelque moment d’absence sur la scène tananarivienne. Riri et Daddy ont donc choisi le CFM Anosy non seulement pour inaugurer leurs 15 ans de scène, mais aussi pour se rapprocher davantage de leurs inconditionnels admirateurs.

Tout de noir  vêtu et bien coiffé, le groupe est monté sur scène vers 15 heures. D’entrée, le duo fraternel a fait sensation avec «Mba rahoviana», «Ianao no tiako», «Voaloham-pitia» sans trop chercher à faire participer le public, mais plutôt à le convaincre. «Chaque morceau que nous avons fredonné nous a permis de se remémorer les bons comme les mauvais moments que nous avons vécus ensemble», lancent-ils sur scène.

Et comme un anniversaire ne se fête pas tout seul, les jumeaux ont convié Jacquot du groupe Green  et Ken du groupe Mage 4 à partager la scène avec eux. D’entrée, les mélodies de «Vetivety» et «Veloma farany» étaient instantanément captées et partagées par la foule présente. Ce concert n’est qu’un avant-goût. D’autres dates sont à confirmer.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

La photographie au 20e siècle : un élément de distinction sociale

La «Rencontre avec un chercheur», un événement périodique à l’IFM Analakely, a eu l’honneur d’accueillir, samedi dernier à l’occasion d’une conférence portant sur «Les usages sociaux de la photographie à Antananarivo du milieu XIXe au milieu XXe», la présidente de l’association Musée de la photographie de Madagascar, le Pr. Helihanta Rajaonarison.

C’était une véritable invitation au voyage vers la fin de l’époque  royale et au temps de la colonisation que le Musée de la photographie de Madagascar à proposé aux passionnés de la photographie. Les Malgaches ont pu se faire photographier au 20e siècle malgré que poser devant un appareil photo  n’était pas réservé à tout le monde, à en croire les recherches entreprises par le Pr. Helihanta Rajaonarison, «La photographie a été un élément de distinction sociale. Raison pour laquelle les familles de rang social élevé et les souverains  sont les seuls à avoir le privilège de poser devant l’objectif».

Dans l’objectif de Ramilijaona

S’il y a un nom ou plus précisément un photographe qui a en quelque sorte révolutionné la photographie au pays, on note tout particulièrement Ramilijaona (1887-1948). Il a immortalisé les installations ferroviaires de Tananarive, en particulier la construction de la gare en 1909. Pour dire que Ramilijaona a marqué d’une pierre blanche l’histoire de la photographie à Madagascar. Il faut reconnaître qu’être photographe n’était pas donné à tout le monde, mais à l’orée des années 30, il disposait déjà d’un studio professionnel.

«Dans une époque où la photographie en noir et blanc a connu son heure de gloire, le jeune photographe qu’il était, a mis au point une ingénieuse technique de colorer ses photos avec un pétale de fleur», a souligné Helianta Rajaonarison.

La séance a été clôturée par une présentation de diaporama d’anciennes photographies privées et inédites comme celles du prince Ratsimamanga, du premier ministre Rainilaiarivony ou encore de  l’illustre Rainandriamampandry sur lesquelles les objets de décoration étaient presque tous  identiques, balustrades, tapis et chaises ornées. «Il faut savoir que la chaise, comme d’autre série de meubles, a été introduite  à Madagascar en ce temps-là. Avoir ces objets de décoration était en quelque sorte une forme de réussite sociale», a-t-elle expliqué.

Joachin Michaël

 

Ino Vaovao0 partages

TSIROANOMANDIDY : Vehivavy iray manodidina ny 38 taona maty nofaohin’ny fiara

Nanapaka ny arabe ity niharan-doza, tsy afa-niala azy intsony ny mpamily ka teo no nahatonga ny fahavoazany.

Manodidina ny tamin’ny 10 ora maraina tany ho any no nisehoan’io loza io ny sabotsy teo. Fiara mpitatitra olona iray mampitohy an’Ambararatabe sy Tsiroanomadidy no nahavanon-doza. Araka ny nambaran’ireo mpandeha tao anatiny dia nandeha mafy ny mpamily, tafiditra tao anaty fiolahana ry zareo kanefa mbola tsy nampihena hafangainam-pandehany ihany ilay mpamily. 

Rehefa hivoaka ny fiolahana izy ireo no nisy vehivavy nanapaka ny arabe tampoka izay tsy nahita ny fisian’ilay fiara nipoitra tampoka. Ny mpamily ihany koa tsy nahatana ny tsindry hisatra intsony ka avy hatrany dia voadona mafy ilay renim pianakaviana. Goavana ny ratra nahazo azy, nokasaina hoentina any toeram-pitsaboana ihany kanefa efa tsy nisy aina intsony ilay vehivavy  no nitangoronan’ny olona teo. Nidina nijery ifotony ny zava-nitranga ny Zandary avy ao an-toerana. Noentina hanaovana fanadihadiana ilay mpamily, ny razana kosa efa natolotra ny fianakaviany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FAMONOANA SINOA TENY IVATO : Karohina fatratra i Jiang Shao Wei, tera-tany sinoa

Fantatra izao fa lehilahy iray teratany sinoa ihany antsoina hoe Jiang Shao Wei no tompon’antoka tamin’ny famonoana azy ireo. Ity farany izay mbola tsy hita popoka ary karohin’ny Polisy fatratra amin’izao.

Araka ny vaovao azo dia io lehilahy io no nanofa ilay efitrano natorian’izy mivady tao amin’ny hotely. Ny fiaran’izy ireo ihany no noentiny nitsoaka avy eo rehefa vita ny habibiana rehetra. Tamin’ny fikarohana natao no nahalalana  fa nitsoaka eny Amboanjobe ilay nahavanon-doza kanefa tamin’ny fotoana nahatongavan’ny mpitandro filaminana teny an-toerana dia efa tsy tratra tao intsony ity nokarohina fa ilay fiara 4x4 azy mivady no hita teo ivelan’ny trano ary efa voasolon’ilay olon-dratsy soa aman-tsara ny laharany. Raha ny fanazavana nomen’ny Polisy misahana ny fanadihadiana dia tsy vitan’olon-tokana ny namono azy mivady ireto izay tamin’ny fomba feno habibiana tanteraka.

Tao amin’ny efitrano fidiovana no nanaparena ny ainy tamin’ny alalan’ny tsindron’antsibe sy maritoa. Mbola tavela nihosin-dra tao amin’ny toerana namonoana azy ireo fitaovana ireo. Ny alakamisy ny zanak’izy mivady ireto no tonga nametraka fitoriana tetsy amin’ny BC Anosy mahakasika ny tsy fahitana ny ray aman-dreniny. Teo no nanomboka ny fikarohana rehetra ka niafara tamin’izao fahitana ny fatin’izy ireo. Raha tsiahivina mpiasa mpanadio trano teo anivon’ny hotely no nahita ilay rangahy sy ny vadiny nihosin-dra tao anaty trano, izy ireo no nampilaza ny tompon’andraikitra ary ireto farany indray no niantso Polisy. Karohana fatratra ilay Sinoa nahavanon-doza amin’izao.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Nankalaza ny andro iraisam-pirenena ho an’ny zon’ny mpanjifa tao amin’ny...

Nisy ny valandresaka narahina adihevitra momba ny lalàna mifehy ny fifaninanana ara-barotra, ny fahalalahana ara- toekarena ary ny fiakaran’ny vidim-piainana. Ny sabotsy teo izany no natao satria andro iasana ny 15 marsa no ankalazaina izany andro iraisam-pirenena ho an’ny zon’ny mpanjifa izany. Marihina fa mpilatsaka an-tsitrapo avokoa ireo mpikambana ao amin’ity tambajotra miaro ny zon’ny mpanjifa ity. 

Miezaka hatrany izy ireo manelanelana sy mitady vahaolana amin’ny olan’ny mpanjifa. Efa betsaka ireo tompon’andraiki-panjakana no miara-miasa amin’izy ireo ka nahitam-bokatra izany tamin’ny fanaraha-maso ireo mizàna ampiasaina eny an-tsena. Ny fanaraha-maso ihany koa ireo sakafo tsy ara-pahasalamana amidy... tsy ireo ihany fa ny olan’ny delestazy sy ny Jirama ary ireo ady tany marobe eto Mahajanga. 

Tato anatin’ny volana vitsivitsy dia ny fidangan’ny vidim-bary no tena nitadiavan’izy ireo vahaolana.  Mbola tsy voavaha anefa ny olana hatreto,  indrindra fa mila mitandrina mafy izy ireo. Mora ho an’ireo voakasika tombontsoa mantsy ny mitory fa nahazo vola ny tambajotra miaro ny zon’ny mpanjifa, indrindra ny filohany. Marihina fa efa voaantso tany amin’ny Bianco i Gabin noho ny raharaha ady tany teny Antanimasaja avaratra ka ilay olona efa nofoanan’ny Kaominina ny fanomezana azy ny tany noho izy tsy mahafeno fepetra, nefa mbola afaka nandroaka ireo tena nanao fanamaintisamolaly, indray no nitory...

Tsy mora ny asan’izy ireo satria betsaka amin’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny no mampiasa ny lalàna araka ny tombontsoany manokana fa tsy mijery intsony ny rariny sy ny hitsiny.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

AMBADIKY NY EPP TODIVELONA RAPHAEL : Miakatra hatrany an-tokantrano  ny rano eny Andran...

Ny faran’ny herinandro teo, nitombo avy roa heny ny fikijany. Mitondra faisana voalohany ireo faritra iva, toy ny any Mangarano faharoa iny, ny toerana sasany ao Ambolomadinika, ary ny any Andranomadio.

Ao amin’ity farany no tena hita voa mafy, toy ny ao ambadiky ny EPP Todivelona Raphael. Tafahoatra ny zava-misy : miaina ao anaty ranobe ny trano maromaro, indrindra ny manodidina tatatra iray lehibe avy eny amin’ny tsena Ankirihiry, mamakivaky ity fokontany iray ity. Fijaliana ny an’ireto tokantrano dibo-drano ireto : hatreo amin’ny sisim-pandriana ny rano ary manahy mafy izy ireo sao lasan’ny rano izy ireo amin’ny alina, asesiky ny torimaso be loatra.Ailiky ny mponina any amin’ny Kaominina ny rihitra. 

“Tokony hisy ny ezaka atao amin’ny fanokafana ireo tatatra tototry ny fako fa tsentsina eny an-toerana sy izay tatatra hikorinan’ny rano avy amin’ity fokontany ity”, hoy izy ireo. Ny tena olana iray goavana, hoy ny fokonolona ireto dia ny fanorenan-trano eo ambony tatatra, ka miteraka ny fitohanan’ny rano ary izao izy lasa an-tranon’olona izao. Manoloana izany rehetra izany, tra-boina tsy fidiny ireto vahoaka ireto ary manaitra ny sain’ny tompon’andraikitra mba hijery akaiky izao voina mahazo azy ireo izao ny fokonolona amin’ity toerana ity.

Ravo

Tananews0 partages

Même mort on vous emmerde encore dans ce pays

Dernière victime en date, le Pasteur Richard Andriamanjato.

Décédé en 2013.

Et Caveau familial profané la semaine dernière selon la Gazette de la grande île.

Mais qui est l’imbécile qui a abolit la peine de mort dans ce pays ?

Nous Président de la République, nous vous promettons de rétablir la peine de mort. On pend ces pilleurs de tombes et on laisse leurs cadavres pourrir pendant 3 jours sur la place du village, à titre d’exemple.

Ça calmera un peu ces sauvageons de babakoto.

Orange Madagascar0 partages

Echos de Mahajanga du 20 mars 2017

MAHAJANGA. Le nouveau président de la Caf, Ahmad Ahmad était accueilli en fanfare dans l'après-midi du 19 mars, à Mahajanga. Des séries de discours ont eu lieu devant l'hôtel de ville, puis un cocktail a été offert à l'hôtel Les Roches Rouges.

MAHABIBO. Un jeune homme de 24ans a été percuté de plein fouet par un tricycle vers 23h samedi 18 mars, à Mahabibo. Il a ensuite été projeté sur la parebrise qui a volé en éclats. La victime, dans un état grave était évacuée à Androva.

DROITS DES CONSOMMATEURS. Une conférence-débat a été organisée par le Réseau provincial des droits des consommateurs Boeny à la salle de réunion ex-Don Bosco dans la matinée du samedi 18 mars, pour célébrer la journée mondiale des droits des consommateurs. Litiges fonciers et inflations ont été surtout discutés durant les débats.

JIRAMA. Les séries de délestage ont de nouveau frappé la ville de Mahajanga depuis vendredi 17 mars dernier.

TSARAMANDROSO AMBANY. Le maire de Mahajanga a rencontré les fokonolona de Tsaramandroso ambany dans l'après-midi du dimanche 19 mars pour présenter et expliquer le projet citoyen.

RENTRÉE UNIVERSITAIRE 2017. L’année universitaire a débuté ce 20 mars au campus d`Ambondrona par la levée de drapeau, la présentation du corps enseignant et les chefs de département.

Tia Tanindranaza0 partages

Very finiavana

Tsy hoe tsy ampy fa very ary tsy ananan’ireo tompon’andraikitra intsony ny fahitana ny fandehan’ny toe-draharaham-pirenena ankehitriny ny finiavana hitady vahaolana amin’ny zava-mitranga mitady hieli-patrana manerana ny nosy.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Vehivavy hita faty teny AmbatofotsyMitady hiitatra ho fitsaram-bahoaka

Nolazaina tao anaty lahatsoratra an-gazety maromaro ny faran’ny herinandro teo fa namoaka vava ny notoriana tamin’ity raharaha ity fa tsy matahotra ny fitsarana Malagasy satria mahafantatra olona matanjaka ao.

     Ny zava-nisy anefa, araka ny loharanom-baovao hafa dia ny mifanohitra amin’izay. Nisy nitonona ho jeneraly ny havan’ny ilay ramatoa  maty izay niaraka  nanao ny fisamborana tamin’ny polisy sady nanao teny fandrahonana henon’ny olona hoe “aina solon’ny aina”. Ankoatra izay, nandritra ny famotorana teny amin’ny polisy dia tsapa fa tsy nohajaina ny zon’ny voarohirohy hiaro tena satria nolavina ny fihainoana ireo vavolombelona sasany nentiny, olona nahita azy ny andro  nahafatesan’ilay ramatoa. Raha mitanila ny famotorana dia ho voa mafy ny voapanga. Ny alakamisy maraina tamin’ny folo ora dia nolazaina tamin’ny mpisolovava fa tapitra ny fanadihadiana fa tsy hihaino vavolombelona no atao mandra-pahariva ny andro, kanefa tsy nentina teny amin’ny fampanoavana ny raharaha fa  mbola notazonina teny amin’ny polisy ka notohizana tsy nisy antony ny “garde à vue” nanidiana azy natory tany. Ny vavolombelona nohainoana dia efa nolazaina sahady ho tonga eny amin’ny fitsarana ny sabotsy fa amin’izay vao handeha ny raharaha. Maro ny zavatra tsy milamina, toa misy hatramin'ny resaka fizaram-bola ka aoka handinika tsara ny mpitsara, hoy ny fianakavian'ilay voarohirohy fa tsy sanatria hihinana am-bolony. Mbola mitohy ny famotorana lalina ka aoka havela hanao ny asany ankalalahana ny Fitsarana mba hisehoan’ny tena marina.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Lalam-pirenena faha-2Nivadika ilay fiarabe, nirehitra avy eo

Zava-doza no niseho tany amin’ny lalam-pirenena faha-2 (RN2) ny faran’ny herinandro teo. Fiarabe iray, fantatra amin’ny anarana hoe « Sémi-remorque » irony no nivadika ary nisy tariby misy herinaratra nifampikasoka, ka niteraka firehetana teo amin’ny lohany.

  Tsy voavono anefa ny afo izay nirehitra tao anatin’ny ora maromaro, ka niitatra tsikelikely nankany amin’ireo entana tao anaty kaontenera, ary may kila forehitra tsy nisy noraisina intsony tao anatiny izay mora mirehitra rahateo satria « bal fripérie » no tao anatiny. Tsy nisy kosa ny aina nafoy. Raha ny fitantaran’ny mpanampy ny mpamily, dia tsy nisy ny fifanampiana teo amin’ireo samy fiarabe nitandahatra fa navelan’ireo namana teo izy ireo raha vao vantany nitsingidina ny fiaran’izy ireo. Zava-dehibe ny tokony hametrahana ireny tavoahangy lehibe misy famonoan’afo ireny ao anatin’ny fiara, ka tokony ho hentitra ny mpitandro ny filaminana amin’ny fisavana azy ireny. Helohin’ny lalàna ihany koa ny tsy famonjena olona tra-doza eny amin’ireny lalam-pirenena ireny, ka tokony hohamafisina ny fampiharana sy ny fampianarana izany ho an’ny mpitatitra sy ny mpampiasa fiara.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalàna mifehy ny fianakavianaManentana ny fiarahamonina ny Pot’enCiel Organizing

Nanao fanentanana ho an’ireo fikambanana tsy miankina tao Toamasina ny alakamisy teo ny fikambanana Pot’enCiel Organizing na ny PCO avy any Antananarivo.

Nangonin’i Jean D.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sosoa voatapo-drano !

Salama ve ry Jean a ? Dia tena sosoa voatapo-drano indray r’ise ny mpitia kitra teto an-tanàna tamin’ny sabotsy teo an !

Marco diso fanantenana

 

La Vérité0 partages

Promotion de la jeunesse malagasy - Le groupe Sodiat et « Kopi Kolé » se rallieront

Le groupe Sodiat sera de nouveau le sponsor officiel de l’émission de téléréalité « Kopi Kolé », cinquième édition. L’officialisation de ce partenariat s’est tenue hier à la villa Pradon sise à Antanimena. Cette signature a eu lieu entre le président-directeur général (Pdg) du groupe Sodiat, Mamy Ravatomanga et celui de la Tv Plus Madagascar, Nicolas Rabemananjara.

 « Depuis quelques temps, j’ai sollicité les entrepreneurs malagasy afin de me soutenir dans la promotion de la jeunesse à travers cette émission « Kopi Kolé », a avancé le Pdg de la Tv Plus Madagascar, à l’occasion de cette cérémonie. Le groupe Sodiat a déjà annoncé en premier, sa volonté de soutenir cette cinquième édition, lors de la grande finale qui s’est tenue au mois d’octobre de l’année dernière au Coliseum d’Antsonjombe. A travers cet accord, le groupe apportera des soutiens financiers et matériels tout au long de la compétition.L’émission « Kopi Kolé» a été créée en 201, à l’initiative de la chaîne Tv Plus Madagascar. Depuis, les candidats ne cessent de surprendre le jury à travers leurs talents et savoir-faire en matière de chant. Cette émission a ainsi pour objectif de mettre en valeur les nouveaux jeunes talents malagasy, ainsi que leurs artistes imités. En parallèle avec cette émission de téléréalité, un autre concours de chant dénommé « Découverte Madagascar » sera en lice pour la nouvelle génération de la chanson malagasy. Outre les six ex-Provinces de la Grande île, le territoire de la « Kopi Kolé » va s’élargir. D’autres Districts comme Ambanja et Antsohihy seront de la partie. L’année dernière, la « kopi kolé » Olombelo Ricky a remporté le sacre, suivie de celle de Mireille Mathieu dans la catégorie « Francophonie », et Dadi Love pour le coup de cœur du jury.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Kidnapping du Dg de Caromad - 6 acolytes de Djaffar arrêtés, 4 autres en cavale

La bande à Djaffar, tristement célèbre pour les affaires d’enlèvement d’Indo-pakistanais dont celui du directeur général (Dg) de Caromad en janvier dernier à Tanjombato, a été démantelée. Le week-end dernier, les gendarmes ont réalisé un coup de filet en mettant 6 autres présumés acolytes du chef de gang hors d’état de nuire.

Ce coup de filet serait le fruit de la collaboration d’informateurs anonymes mais aussi de certaines entreprises de communication. Ces six individus ont été pointés du doigt pour avoir été directement impliqués dans le rapt dudit chef d’entreprise. D’ailleurs, une source auprès de la Gendarmerie a affirmé que les suspects ont avoué leur participation dans le forfait en ayant mis en captivité l’otage dans leur planque, quelque part dans la localité d’Ambohijanaka. « Ces bandits ont avoué faire partie du groupe de Djaffar actuellement détenu à Tsiafahy », renchérit la même source. A part ces malfaiteurs, quatre autres membres de la bande seraient encore en cavale et que la Gendarmerie a promis de les retrouver tôt ou tard. Parmi ces bandits recherchés figurent les commanditaires présumés. Ces derniers détiennent toujours entre leurs mains des armes telles qu’un fusil d’assaut « Kalachnikov » et deux pistolets automatiques. Il est à noter que le propriétaire de Caromad a été enlevé un soir du mois de janvier dernier devant l’entrée même de cette entreprise. Le véhicule des ravisseurs lui a barré la voie. Par la suite, les bandits l’ont emmené de force à bord de sa propre voiture jusqu’à Ambohijanaka. Les proches de la victime ont dû payer une forte rançon pour obtenir sa libération quelques jours après son rapt. 

Affaire Toamasina

Un autre rebondissement dans les affaires de kidnapping concerne le cas de Stéphanie Roger Lala. L’année dernière, elle a défrayé la chronique. Soupçonnée d’être l’une des commanditaires du double enlèvement d’adolescents vers la fin de l’année 2015 à Toamasina, cette femme croupit à titre provisoire à la prison d’Arivonimamo. Toutefois, une récente information avance qu’elle serait tombée gravement malade. Les membres de sa famille se seraient vus interdire toute visite dans sa cellule de détention.Arrêtée par des hommes de l’Unité spéciale d’intervention de la Police (Usi) un matin de février 2016 à Manjakaray alors qu’elle rejoignait l’aéroport d’Ivato pour vouloir partir en cachette à l’étranger, la dame a été alors soumise à une enquête, puis déférée au Parquet avant d’être provisoirement écrouée le 1er mars 2016. A part sa participation supposée dans l’enlèvement des cousins Arnaud (16 ans) et Annie (14 ans), Roger Lala Stéphanie a été notamment soupçonnée d’avoir commandité le meurtre atroce de l’adolescente. Elle est également poursuivie pour évasion de prison. Elle jouirait d’une grande influence dans le milieu judiciaire et pénitentiaire, du moins selon certaines sources.

Franck Roland

La Vérité0 partages

A bout de souffle !

Le régime s’essouffle. Cible des tirs croisés, le pouvoir en place ignore par quel moyen ou quelle arme efficace devrait-il emprunter pour parer aux attaques, souvent, légitimes des « adversaires ». L’immobilisme teinté d’inefficience, dont fait preuve nos dirigeants, témoigne de leur incapacité à maîtriser une situation qui, à terme, devient de plus en plus critique et ingérable. Pour ne citer que cette dramatique affaire d’Antsakabary, des voix concordantes s’élèvent.

Le « Vovonana mampiray », la plate-forme fédérant des entités associatives ou des formations politiques qui militent pour les vrais intérêts de la Nation, par le biais d’Arlette Ramaroson, « la Dame de fer », un des ténors du mouvement, dénonce la responsabilité entière de l’Etat. Elle accable le Chef de l’Etat, en personne, comme étant le responsable central. La Commission nationale indépendante des droits de l’homme (Cnidh), présidée par Irène Rabenoro, la « Dame de poigne », suite aux enquêtes… indépendantes dépêchées sur place par ses propres soins, décrie à travers les rapports sans complaisance des commissaires le phénomène de non droit. Des violations des droits élémentaires de l’Homme ont été constatées selon les témoignages recueillis auprès des victimes. La Cnidh demande à ce que l’Etat prenne ses responsabilités en sanctionnant, sévèrement, les fautifs des deux côtés, soit de la Police nationale, soit de la part des habitants, responsables des crimes.

Lalatiana Rakotondrazafy, leader du parti « Freedom », la « Dame de combat », par la voix de l’émission radiophonique quotidienne « Anao ny fitenenana », pilonne tous les jours les positions des tenants du pouvoir de par leurs turpitudes liées à cette triste histoire d’Antsakabary. Et la presse indépendante qui, par l’intermédiaire du Mouvement pour la liberté d’expression (Mle), n’arrête point d’interpeller le régime sur ce cas d’infraction grave au respect des droits humains et aux atteintes à la liberté d’opinion, en général, dans le pays. Sur le plan global, à travers le pays tout entier, l’Etat ne sait plus où se donner la tête pour venir à bout de toutes ces velléités de vindictes populaires qui, en fin de compte, ont tendance à se généraliser sur le territoire national. Il faut s’attendre, si rien d’efficace ne serait pondu d’ici peu, à l’embrasement total dont personne ne pourrait identifier l’issue.

Doit-on relever aussi que le peuple n’en peut plus, n’en veut plus ! Le contexte qui s’offre à ses yeux, en ce moment, dépasse les limites de la patience, de la tolérance et de l’acception du citoyen lambda. Les vindictes populaires, transformées en phénomène social, révèlent l’effectivité du constat. En fait, le seuil de l’endurance est atteint. Le pays se trouve au bord de l’explosion sociale. Le « rotaka » général ne tient que sur un fil. Tout le monde est à bout de nerfs. Le drame se complique avec l’impertinence des actions des responsables étatiques. Ils donnent l’impression de tourner en rond. Prise dans un cercle vicieux, l’équipe gouvernementale tergiverse et hésite par quel bout entamer. Dans la mesure où le Gouvernement s’est donné trop de temps pour réagir, le tout devient urgent au même moment. Le Chef d’Etat traine les… pattes pour se résoudre à insuffler de l’air nouveau pour une nouvelle équipe. Et donc, le pays est à bout de souffle !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Baccalauréat 2017 - Des équipes spécialisées dans l’élaboration des sujets

Nouvelle disposition. Cette année, des équipes spécialisées sont en charge de l’élaboration des sujets d’examen du baccalauréat. Il s’agit, en fait, d’une « équipe pédagogique de l’établissement » (Epe) ou encore une « équipe pédagogique inter-établissement » (Epie). Cette mesure a été adoptée en vue d’améliorer la méthode de travail et d’éviter de mettre des erreurs dans les contenus d’un sujet. Pour cela, 114 lycées publics et privés sont choisis par le ministère de l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique (Mesupres) afin d’adresser les demandes de proposition des sujets ainsi que des concepteurs. De ce fait, toute proposition  doit être adressée à ces lycées.

Le ministère de tutelle a déjà fait circuler des notes relatives aux examens du baccalauréat auprès des établissements. Le respect de ces notes circulaires doit être d’une grande importance surtout dans la proposition des sujets. Les dépôts se poursuivent actuellement et ne se clôtureront qu’à la fin du mois de mai prochain.

Aucune dérogation

L’inscription pour la participation au baccalauréat de cette année prendra fin le 31 mars prochain. Au-delà de cette date, aucune candidature ne sera plus acceptée. « Aucune dérogation ne sera livrée cette année. Ainsi, les responsables d’établissement ainsi que les candidats qui n’ont pas encore déposé leurs dossiers devraient se dépêcher. Ils ont encore une semaine pour ce faire », confirme le directeur général de l’Enseignement supérieur auprès du ministère de tutelle, Blanchard Randrianambinina, lors d’une rencontre avec la presse hier à Fiadanana. Jusqu’à maintenant, environ 53 000 candidats ont déposé leurs dossiers auprès de l’Office du baccalauréat implanté dans l’enceinte de l’université d’Antananarivo sise à Ankatso. Par ailleurs, les droits d’inscription resteront les mêmes pour tous les candidats nationaux et étrangers. Les candidats issus des écoles privées et publiques sont toujours privilégiés en ne payant qu’une somme de 15 000 ariary en gage de leur inscription à cet examen officiel. Les candidats libres et les étrangers ayant fait leur scolarité à Madagascar doivent par contre verser respectivement 50 000 et 100 000 ariary. Notons que la session de l’enseignement général se déroulera du 24 au 28 juillet prochain. La seconde partie pour la session de l’enseignement technique s’enchaînera du 31 juillet au 3 août.Kanto R. et Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Périple des Ravalomanana en Europe - Le député Guy Rivo Randrianarisoa précise

Le couple Ravalomanana et sa suite, en déplacement en Europe depuis mercredi, quittent Danemark ce jour pour une autre destination. Le député Guy Rivo Randrianarisoa qui fait partie de la délégation l’a précisé hier au cours d’un bref entretien en ligne. Leur voyage se poursuivra dans d’autres pays sans pour autant que l’informateur ait daigné révéler lesquels. Selon lui, la consolidation des relations avec les partenaires constitue le vrai motif du périple européen.

« Il est en partie vrai de dire que le parti Tim a besoin de financements pour affronter les élections auxquelles il participera. Mais il ne s’agit pas de trouver des financements. Il (ndlr : Marc Ravalomanana) a plusieurs partenaires », a-t-il dit. C’est une autre manière pour le président national de l’ancien parti au pouvoir de confirmer à leurs yeux qu’il n’est jamais question pour lui de faire machine arrière. Celui qui a prêché depuis des années le « minoa fotsiny ihany » devait avoir obtenu des assurances en béton quelque part pour enclencher la vitesse supérieure.Dur labeurSauf changement de dernière minute, le groupe sera de nouveau à Paris le week-end prochain où les irréductibles du « Gasy Tia Tanindrazana » organiseront une manifestation destinée à collecter une aide pour les victimes du cyclone Enawo. Le passage de l’ancien couple présidentiel sera l’occasion pour eux de le faire. Samedi prochain, le poulain du parti Tim est prévu donner une conférence à leur intention après le visionnement du film documentaire consacré à son sujet. Justement, aux critiques faisant croire que les Ravalomanana sont en vacances en famille aux frais des habitants d’Antananarivo, le parlementaire et non moins un des hommes de confiance de l’ancien Chef d’Etat a répondu qu’on ne peut pas empêcher les gens de dire ce qu’ils pensent. « C’est du dur labeur par ici », a-t-il tout simplement lâché. Ceci, pour signifier que les membres de l’équipe ne chôment pas même s’ils ne manquent pas de se faire photographier de temps à autre devant des monuments de leur choix.Calendrier électoralL’ultralibéral Marc Ravalomanana pourrait tout de même subir une cure idéologique désormais. La sortie du film évoqué ci-haut en est la cause. Guy Rivo Randrianarisoa a dit que les Nordiques (Danois, Suèdois, Norvègiens…) sont des socio-démocrates et sont très sensibles à ce genre de production artistique. De ce fait, celle-ci pourrait être utilisée comme une arme de persuasion de plus pour le futur candidat. De leur côté, ses éventuels adversaires, dont le leader en exercice Hery Rajaonarimampianina, bougent beaucoup également. L’actuel titulaire du pouvoir qui, visiblement, cherche à tout prix à rester à son siège, devait mettre le cap sur la Chine pour y trouver aussi des partenaires. « Il est réellement en quête de financements. Leur disponibilité lui amènera à fixer à sa guise le prochain calendrier électoral », chuchote-t-on dans l’entourage immédiat de l’ancien exilé d’Afrique du Sud.Manou Razafy

La Vérité0 partages

Tantara an’onjam-peo - Tsy mahaleo ny sarany ny vidiny!

Am-polo taona maro dia ny “Sary indray mipika”’ny Radio Madagasikara no mitana ny laharana voalohany teo amin’ny mpihaino. Amin’izao vanim-potoana izao anefa, dia ny tantara no maka izany filaharana izany. Ao anatin’ny herinandro, dia misy hatrany ny tantara an’onjam-peo, ka ao ny mitohy isan’andro, ny tantara indray na indroa miseho.

Samy manana ny fandaharam-potoanany araka izany ny mpihaino, ary tsy anavahana na zaza, tanora, lehibe, eny fa na dia ireo efa nahazo taona aza. Ireo mpanoratra rahateo efa maharaka ireo horonan-tsary malaza any ivelany any, ka afaka mampiaina izany ny mpihaino. Ao ohatra ireo tantaram-pitiavana, mampalahelo, mahatsikaiky.  Tsy latsa- danja amin’izany koa anefa ireo tantara mampangitakitaka, mampatahotra, ary indrindra ny tantara foronina na “fiction”.  Fa ankoatra izay, dia be mpankafy ihany koa ny tantara fanabeazana sy fanentanana, izay iarahana amin’ireo mpamatsy vola avy any ivelany. Ao ambadik’izany fahafinaretan’ny sofina izany anefa, dia mbola sarotra ny dingana lalovana vao afaka miaina izany ny mpihaino ireny tantara ireny. Tsy mahasahana ny famoronana ny sarany Araka ny nambaran’ny mpanoratra iray izay nitafa taminay, dia mandany eo amin’ny telo ka hatramin’ny  herinandro eo ny fanoratana tantara iray, indraindray aza dia any amin’ny tapa-bolana any mihitsy rehefa tena tsy misy ny ainga-panahy. “Rehefa tena ao anaty ny aingam-panahy dia na ataoko aza hoe iray andro dia efa mahasoratra tantara iray. Izaho izao efa nahasoratra tantara iray tao anatin’ny  iray andro monja, nefa koa efa nisy amam-bolana tsy vita sady tsy hita hoe entina mankaiza ity tantara ity”, hoy Holiravaka Rakotoarisaona, mpanoratra . Tantara izay manodidina ny 20 pejy ary lalaovina ao anatin’ny adiny iray. Fotoana sy ron-doha anefa izay sandaina manodidina ny 25 000 ka hatramin’ny 100 000 ariary arakaraka ny fahefa-mividin’ny onjam-peo tsirairay. Ary raha any amin’ny famerenana kosa dia ny an-tsasabidy no efain’izy ireo. Ankoatra izany anefa, ny tantara efa lafo, dia fananan’ny onjam-peo mandritra ny roa taona, ary tsy hananan’ny tompony fahefana ny mampiasa azy. Na dia izany aza anefa dia iraisan’izy ireo ny fahafaham-pon’ny mpihaino. “Fialam-boly ny tantara amin’ny onjam-peo, fa tsy natao itadiavam-bola ary tsy mahavelona ihany koa.  Matetika aza ny ampahany betsaka amin’ny vola raisina dia lany amin’ny fanoratana ny tantara iray ho sora- milina. Tombony kosa ny traikefa na amin’ny fanoratana, na amin’ny fanatontosana, na amin’ny filalaovana, ka any aoriana any, mety ho afaka mamokatra ho anay manokana izahay”.

La Vérité0 partages

Retrait des logos de la Municipalité dans les « Fokontany » - Le torchon brûle de nouveau entre la Cua ...

Les relations souvent tumultueuses entre la Commune urbaine d’Antananarivo (Cua) et le pouvoir central se sont encore détériorées ces derniers jours. Il y a eu notamment les dissensions autour du terrain d’Antaninarenina, puis autour de la construction d’une bibliothèque à Antanimbarinandriana, et très récemment les divergences autour du terrain à Andohatapenaka.

La dernière péripétie en date dans ce feuilleton est celle provoquée par le retrait des drapeaux, des armoiries, des cachets et de l’en-tête de la Commune urbaine d’Antananarivo sur les actes administratifs délivrés par les Fokontany. Hier, le deuxième adjoint au maire, Julien Andriamorasata a tenu à donner son point de vue sur le sujet. D’après ses explications, l’ordre d’enlever ces nombreux signes distinctifs de la Cua aurait été donné aux chefs « Fokontany » par voie verbale et non écrite, jusqu’ici. C’était hier en marge d’une rencontre entre le deuxième adjoint au maire, le président du conseil communal et le secrétaire général de la Municipalité, le directeur de cabinet et les représentants des 6 chefs de District, la Préfecture de police et les 192 chefs « Fokontany » d’Antananarivo Renivohitra, destinée par ailleurs à discuter du problème. « L’utilisation de ces signes distinctifs par la Municipalité respecte pourtant les textes en vigueur », s’est insurgé Julien Andriamorasata. « 90 % des travaux effectués dans les "Fokontany" sont de la compétence de la Cua. C’est stipulé dans la Constitution », a soulevé le second adjoint au maire, au cours d’une interview donnée à la presse locale. « Il n’y a que certains cas tels que le recensement militaire pour lesquels les signes distinctifs de la Cua ne sont pas obligatoires, contrairement aux actes administratifs tels que les actes d’état civil qui sont du ressort exclusif de la Municipalité », soutient-il. Dessous politiquesD’après les informations véhiculées dans la presse, la décision du pouvoir central de se passer des logos de la Commune sur les documents administratifs des « Fokontany » serait basée sur le décret 2009-890 du 2 juillet 2009. Ce texte, qui régit les organisations, le fonctionnement et les attributions des « Fokontany », stipule que  ces derniers sont des circonscriptions administratives déconcentrées, donc sous tutelle du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation et non des Communes. « Il est vrai que les "Fokontany" sont des subdivisions de base. Cependant, il est à noter que ce sont les attributions qui prédominent », a rétorqué Julien Andriamorasata. « Si ce sont des actes de la Commune, le cachet de la Municipalité doit être apposé. Il serait ridicule de voir l’Etat délivrer des certificats de résidence ou encore des certificats de célibat. C’est du domaine de la société », renchérit-il. La principale crainte de ce dernier serait notamment que cette initiative de l’Etat recèle des dessous politiques en vue de la présidentielle de 2018. Recueillis par L.A.

La Vérité0 partages

Trafic de tortues « Angonoka » - Plus de 20 trafiquants derrière les barreaux

Amélioration. Le trafic de tortues issues de l’espèce « Angonoka », endémique dans la Grande île, a connu une régression depuis la mise en œuvre du projet Alarm par l’Organisme non gouvernemental (Ong) « Alliance Voahary Gasy » (Avg) en 2016. Huit affaires ont été traitées suite à la collaboration de l’Avg, la Direction régionale des eaux et forêts (Dref) dans la Région d’Analamanga, la Gendarmerie et la Justice ainsi que les Ong Durrell et « Turtle Survival Alliance » (Tsa). Les entités publiques et privées ont montré leur détermination dans l’application de la loi contre les abus en matière de trafic des ressources naturelles de Madagascar.

Actuellement, plus de 20 trafiquants de tortues sont derrière les barreaux. Les contrevenants sont punis d’une peine de deux à dix ans d’emprisonnement et d’une amende de 100 millions à 200 millions d’ariary, selon la loi. Toutefois, l’Avg réclame « l’application effective des lois pour une meilleure volonté politique de l’Etat dans la lutte contre les trafics de nos ressources naturelles », souligne le communiqué de presse.Une affaire au Parquet ce jourLa neuvième affaire qui concerne la tentative d’exportation illicite de huit bébés tortues « Angonoka » sera jugée ce jour au Tribunal d’Anosy. Quatre personnes dont deux hommes et deux femmes ont été arrêtées par les agents de la Douane, le 2 mars dernier à l’Aéroport international d’Ivato. Ils avaient prévu de partir à Bangkok (Thaïlande) en prenant l’avion via La Réunion. Un agent de police aurait été impliqué dans cette affaire. 2 500 à 5 000 dollarsD’après les statistiques de l’Organisation de conservation « Durrell Wildlife Conservation Trust » en 2015, près de 400 tortues vivent au Parc national de la Baie de Baly, à Soalala, dans la Région de Boeny. 2 000 tortues ont été exportées et vivent actuellement à Soalandy, car elles n’ont pas été tuées, comme l’ont expliqué les responsables au sein de l’Avg, hier, lors d’une conférence de presse. « Les gens les adoptent dans la plupart des cas comme animaux de compagnie », ont-ils affirmé. Ces tortues sont évaluées à 2 500 jusqu’à 5 000 dollars, sur le marché national, par les acheteurs. Elles sont ensuite envoyées dans les pays de l’Asie du Sud-est, notamment en Chine, en Thaïlande ou à Hong-Kong, et rachetées à dix fois plus de leur prix dans la Grande île. Elles pourraient être destinées à devenir des animaux de compagnie, ou à des études scientifiques. Rappelons que seulement neuf intrusions ont été enregistrées auprès du Parc national de la Baie de Baly, lors du deuxième semestre de l’année 2016. Cela contre 53 intrusions ayant pour objectif le vol de tortues de l’espèce « Angonoka », enregistrées de décembre 2015 à juin 2016, dont 11 intrusions rien qu’en décembre 2015. A la fin de l’année 2015, le trafic d’« Angonoka » a été très important. Au mois de février 2016, l’Avg a appelé l’Organe mixte de conception (Omc) de Mahajanga à la rescousse, mais aussi l’Organisme « Madagascar National Parks » et l’Organisation de conservation « Durrell Wildlife Conservation Trust  », afin de renforcer la protection du parc.Tiasoa Samantha

La Vérité0 partages

Salon « Asia-Io » - Un espace consacré à la Route maritime de la soie

Le salon « Asia-Io » qui aura lieu ce jeudi prochain à Tanjombato consacrera un espace à la Route maritime de la soie. En effet, le projet de la Route de la soie, qui fait partie actuellement des projets envisagés par la Chine et Madagascar dans le cadre de la coopération entre les deux pays, possède une place prépondérante dans l’économie malagasy, et demeure une opportunité pour les investisseurs asiatiques mais aussi malagasy. Ainsi, l’espace consacré à ce projet durant l’« Asia-Io » sera accessible aux visiteurs du salon. La présentation des promoteurs identifiés par l’Histoire par l’Amiral chinois Zheng He, sera également visible sur place durant les quatre jours d’exposition à Tanjombato. L’ambassade de la République populaire de la Chine exposera également dans un stand durant ce salon.

Lors de sa visite à Madagascar en janvier dernier, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a indiqué à plusieurs reprises que « dans l’histoire ancienne, Madagascar faisait partie de la Route de la soie, et ferait partie de la Route maritime de la soie du 21e siècle ». Il a également martelé la participation de Madagascar à l’initiative « La ceinture et la route » qui serait la bienvenue, « que la Chine souhaitait travailler ensemble avec Madagascar en faisant de ce dernier un pont qui relierait  La ceinture et la route et le continent africain ». Une affirmation renforcée par le diplomate chinois, vendredi à Nanisana.

Proposée en 2013 par le Président chinois Xi Jinping, la Route de la soie consiste à retracer la carte déjà utilisée il y a plusieurs siècles, qui désignait un réseau ancien de routes commerciales entre l’Asie et l’Europe, reliant la Chine et la Syrie médiévale, qui est aujourd’hui la Turquie. La soie étant la principale marchandise de transit. Dans la version du 21e siècle, la Route de la soie sera accompagnée d’importants projets d’infrastructures maritimes et terrestres, en Chine et également dans les pays concernés par le projet. De nouvelles infrastructures pourraient donc également être construites dans la Grande île.Tiasoa Samantha

Madagascar Tribune0 partages

Grève des agents pénitentiaires hier à Antanimora

Les agents pénitentiaires de la prison d’Antanimora ont observé une grève d’avertissement hier. Le motif serait la non-considération de l’État par rapport à leurs revendications. Une grève qui pourrait se prolonger sur une période indéterminée si l’on se réfère à la déclaration du Syndicat des pénitentiaires.

Ainsi, aucun transfert de prisonniers ne s’est effectué hier au niveau de la prison d’Antanimora et l’établissement n’a reçu également aucune nouvelle admission. Des membres du staff du ministère de la Justice, auquel l’établissement est rattaché, se sont déplacés à Antanimora pour négocier avec le Syndicat. Vaine rencontre car les responsables du ministère ont dû repartir bredouille, n’ayant pour seul argument que la lettre de revendication des agents pénitentiaires soit entre les mains du Président Hery Rajaonarimampianina.

Ces revendications concernent trois points à savoir la libération provisoire des agents pénitentiaires arrêtés dans le cadre de l’affaire Houcine Arfa, le paiement des arriérés et des diverses indemnités de fonction, et enfin un traitement égalitaire par rapport aux autres agents de l’Etat. Des revendications qui ont depuis longtemps été évoquées par les agents pénitentiaires mais qui n’ont reçu aucune suite jusqu’à maintenant.

Madagascar Tribune0 partages

Ahmad, Airmad etc...

Ahmad. Faut-il se réjouir de son élection à la tête de la Confédération africaine de football (CAF), juste parce qu’il est Malgache ? Je laisserai cela aux ébaubis du nationalisme exacerbé, envers lequel j’ai autant de méfiance que pour les adeptes du corporatisme. Autrement dit, cette approche qui consiste à favoriser la protection mutuelle des membres de la même profession que soi (ou des compatriotes), sans nécessairement tenir compte des qualités et défauts, ainsi que des réussites et échecs des individus concernés.

Je ne connais pas Monsieur Ahmad, et ne me suis jamais vraiment intéressé à lui. La seule chose que j’ai en tête à son sujet, c’est cette vidéo le montrant menaçant un journaliste qui se faisait trop insistant sur un financement qatari obtenu dans le cadre de l’attribution de la Coupe du Monde. Ahmad est donc quelqu’un qui connaît bien les rouages du football mondial, et a utilisé sa connaissance des réseaux pour vaincre Issa Hayatou. C’est une belle prouesse, mais qui ne m’empêche pas de me demander comment le Président d’une fédération nationale sans résultats pourrait être un bon Président de la CAF. Comme si le Ministre des finances d’un pays très pauvre pouvait avoir une légitimité à devenir Directeur général du Fonds monétaire international.

Bien entendu, à Madagascar ses partisans et amis tentent de faire passer le message d’un homme compétent, mais ayant dû travailler dans la limite des moyens donnés par l’Etat. Il est bien connu qu’à Madagascar, toute défaite sportive est toujours à mettre sur le dos d’un bouc émissaire : l’herbe était trop haute, les repas pas assez nutritifs, l’arbitre était partisan, et le décalage horaire était pesant. D’autres de ses amis avancent quelques succès comme la victoire au championnat d’Afrique de beach soccer pour tenter de cacher la déchéance continue de l’équipe-phare des Barea.

Airmad. Air Austral a donc été choisi par le Ministère des Transports et le Conseil d’Administration d’Air Madagascar pour être le partenaire stratégique, à hauteur de 49% du capital. On se sait trop quels sont les critères qui ont prévalu pour effectuer ce choix. Il est regrettable qu’au lieu de créer une alliance avec une compagnie africaine majeure telle qu’Ethiopian Airlines, Air Madagascar se soit précipitée dans les jupes de la France. L’ombre de l’achat des Airbus en 2012, décidé par Rajoelina pour faire plaisir à l’Hexagone, traine encore sur les comptes au rouge de la Compagnie nationale.

Le passager lambda espère que cela va se traduire par une amélioration des services, qui laissent plus qu’à désirer depuis le coup d’Etat de 2009. Après la « malgachisation » d’Air Madagascar en 1973, le personnel aura de bonnes raisons de méditer sur ce retour en force de capitaux français. Si cela pose bien entendu la question de la compétence des Présidents de Conseil d’administration malgaches et des Directeurs généraux qui se sont succédé depuis, elle pose de façon égale la question du comportement des syndicats de la Compagnie, qui ont représenté depuis des décennies une réelle force de nuisance, à coups de complots internes, de grèves inconsidérées et d’arrogance de certaine corporation qui se considère comme étant l’élite intellectuelle de l’entreprise. Air Austral apprendra cela très vite à ses dépens avec ce personnel frondeur, et pas nécessairement pour de bonne raisons.

They’re mad. Ils sont fous. Adala ireo. Après un processus de dialogue entre la plupart des astrologues de notoriété publique à Madagascar, il avait été convenu du choix d’une seule et même date en Septembre pour marquer le Nouvel an malgache, afin de mettre fin aux incohérences des années antérieures où différents groupes le fêtaient à différentes dates. Mais certains irréductibles, soucieux de marquer leur différence à l’encontre des efforts de coordination, ont maintenu la date du 28 mars, semble-t-il au détriment de toute logique historique. En outre, le choix d’une date de Nouvel An malgache devrait se situer dans la logique de l’Hémisphère sud, où l’équinoxe de Printemps est en septembre, et non en mars comme dans l’Hémisphère nord. Mais notre propension à singer les vazaha semble avoir pris le dessus dans tous les domaines.

Madagascar Tribune0 partages

Salon du livre à Mahajanga

Le salon du livre est un événement attendu par les passionnés de littérature à Mahajanga. Cette année, le rendez-vous du 13 au 18 mars 2017 à l’Alliance Française de Mahajanga a vu la participation des libraires, des bibliothécaires, des éditeurs et des auteurs. L’amour du livre, l’amour de la lecture et de la littérature ont été partagé avec les visiteurs et surtout avec les enfants à travers différentes manifestations. Des conférences sur la chaîne du livre par les auteurs et les éditeurs, des séances de « racontation » (contes improvisés par les enfants à partir de dessins choisis au hasard) par la Bibliothèque Municipale de Mahajanga, des rencontres avec les lauréats des concours de romans et de nouvelles organisés lors du XVIème sommet de la Francophonie, ont été au programme de ce salon du livre de Mahajanga.

Lecture sur place, vente et découverte ont marqué les journées. En particulier pour la SYNAEL (Synergie nationale des auteurs, éditeurs et libraires) qui a choisi de visiter les écoles pour une animation auprès des collégiens et des lycéens afin de perpétuer cet amour du livre et pourquoi pas la découverte des écrivains en herbes et des futures auteurs de la région. Le lycée Philibert Tsiranana, le lycée Antanamalandy, le collège français, le collège Charles Renel, le CEG Mahabibo, le CEG Belobaka, l’EPP et le CEG et des Ampitolova ont pu avoir cet honneur. Les Mpikabary, les poètes ainsi que les animateurs de radio ont éveillé la curiosité des enfants et des jeunes sur la littérature et les livres à travers différentes formes d’amusement comme les chants, les contes, les poèmes, les « Ankamantatra » ou devinettes et divers jeux de la culture Malagasy.

« On a encore de l’espoir que les gens puissent s’intéresser aux livres, vu leur engouement et leur curiosité quand ils voyagent à travers les stands. Oui, l’écrit n’a pas encore perdu sa place auprès de la génération actuelle, seulement, il faut préserver et regrouper toutes les forces, de plus que cette génération a un goût particulier. » nous confie un des libraires participants.

Madagascar Tribune0 partages

Ahmad, Airmad etc...

Ahmad. Faut-il se réjouir de son élection à la tête de la Confédération africaine de football (CAF), juste parce qu’il est Malgache ? Je laisserai cela aux ébaubis du nationalisme exacerbé, envers lequel j’ai autant de méfiance que pour les adeptes du corporatisme. Autrement dit, cette approche qui consiste à favoriser la protection mutuelle des membres de la même profession que soi (ou des compatriotes), sans nécessairement tenir compte des qualités et défauts, ainsi que des réussites et échecs des individus concernés.

Je ne connais pas Monsieur Ahmad, et ne me suis jamais vraiment intéressé à lui. La seule chose que j’ai en tête à son sujet, c’est cette vidéo le montrant menaçant un journaliste qui se faisait trop insistant sur un financement qatari obtenu dans le cadre de l’attribution de la Coupe du Monde. Ahmad est donc quelqu’un qui connaît bien les rouages du football mondial, et a utilisé sa connaissance des réseaux pour vaincre Issa Hayatou. C’est une belle prouesse, mais qui ne m’empêche pas de me demander comment le Président d’une fédération nationale sans résultats pourrait être un bon Président de la CAF. Comme si le Ministre des finances d’un pays très pauvre pouvait avoir une légitimité à devenir Directeur général du Fonds monétaire international.

Bien entendu, à Madagascar ses partisans et amis tentent de faire passer le message d’un homme compétent, mais ayant dû travailler dans la limite des moyens donnés par l’Etat. Il est bien connu qu’à Madagascar, toute défaite sportive est toujours à mettre sur le dos d’un bouc émissaire : l’herbe était trop haute, les repas pas assez nutritifs, l’arbitre était partisan, et le décalage horaire était pesant. D’autres de ses amis avancent quelques succès comme la victoire au championnat d’Afrique de beach soccer pour tenter de cacher la déchéance continue de l’équipe-phare des Barea.

Airmad. Air Austral a donc été choisi par le Ministère des Transports et le Conseil d’Administration d’Air Madagascar pour être le partenaire stratégique, à hauteur de 49% du capital. On se sait trop quels sont les critères qui ont prévalu pour effectuer ce choix. Il est regrettable qu’au lieu de créer une alliance avec une compagnie africaine majeure telle qu’Ethiopian Airlines, Air Madagascar se soit précipitée dans les jupes de la France. L’ombre de l’achat des Airbus en 2012, décidé par Rajoelina pour faire plaisir à l’Hexagone, traine encore sur les comptes au rouge de la Compagnie nationale.

Le passager lambda espère que cela va se traduire par une amélioration des services, qui laissent plus qu’à désirer depuis le coup d’Etat de 2009. Après la « malgachisation » d’Air Madagascar en 1973, le personnel aura de bonnes raisons de méditer sur ce retour en force de capitaux français. Si cela pose bien entendu la question de la compétence des Présidents de Conseil d’administration malgaches et des Directeurs généraux qui se sont succédé depuis, elle pose de façon égale la question du comportement des syndicats de la Compagnie, qui ont représenté depuis des décennies une réelle force de nuisance, à coups de complots internes, de grèves inconsidérées et d’arrogance de certaine corporation qui se considère comme étant l’élite intellectuelle de l’entreprise. Air Austral apprendra cela très vite à ses dépens avec ce personnel frondeur, et pas nécessairement pour de bonne raisons.

They’re mad. Ils sont fous. Adala ireo. Après un processus de dialogue entre la plupart des astrologues de notoriété publique à Madagascar, il avait été convenu du choix d’une seule et même date en Septembre pour marquer le Nouvel an malgache, afin de mettre fin aux incohérences des années antérieures où différents groupes le fêtaient à différentes dates. Mais certains irréductibles, soucieux de marquer leur différence à l’encontre des efforts de coordination, ont maintenu la date du 28 mars, semble-t-il au détriment de toute logique historique. En outre, le choix d’une date de Nouvel An malgache devrait se situer dans la logique de l’Hémisphère sud, où l’équinoxe de Printemps est en septembre, et non en mars comme dans l’Hémisphère nord. Mais notre propension à singer les vazaha semble avoir pris le dessus dans tous les domaines.

Madagascar Tribune0 partages

Andry Rajoelina au chevet des travailleuses malgaches au Koweit

C’est dans une conversation vidéo via internet avec les travailleuses malgaches en détresse au Koweit qu’Andry Rajoelina a annoncé les dispositions qu’il va prendre à leur égard. Après plusieurs minutes d’échanges pour s’enquérir notamment de la situation de ces 58 femmes, le Président malgache a annoncé qu’il fera le nécessaire pour les rapatrier au pays le plus vite possible.

« J’enverrai quelqu’un au Koweït d’ici peu pour constater de visu de votre situation et pour vous faire rentrer au pays dans l’immédiat », a-t-il déclaré. Une déclaration que ces travailleuses a reçu avec enthousiasme et beaucoup d’espoirs. « Nous vous en remercions et nous vous en faisons confiance, monsieur le Président », déclarent-elles.

Ces travailleuses malgaches au Koweït se trouveraient depuis plusieurs mois dans une situation très difficile, victimes de la maltraitance de leurs employeurs. Elles ont alors quitté leur lieu de travail, le plus souvent chez leur employeur, pour se loger groupé dans un appartement, voire un local d’une ambassade d’un pays d’Afrique dans le pays.

« Certaines d’entre nous ont pris la fuite et se sont rendues directement à la police où elles se trouvent actuellement parce qu’elles n’ont aucun papier d’identité », explique une représentante de ces travailleuses. Elle précise également que les agences qui les ont envoyé dans ce pays ne feraient plus rien pour elles d’où leur situation actuelle.

Madagascar Tribune0 partages

La démission des deux membres du gouvernement attendue

La démission des deux (02) membres du gouvernement qui se portent candidates aux législatives est obligatoire. C’est ce que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a déclaré hier. Leur dossier de candidatures étant validé, et la liste officielle publiée hier, elles devaient déjà déposer leur démission depuis hier. Ce sont notamment, Irmah Lucien Naharimamy, ministre de la Population, candidate dans le district de Toamasina I et Marie Thérèse Volahaingo, ministre de l’Education nationale, candidate dans le district de Bealalana.

Contrairement à certains juristes qui évoquent l’absence de texte stipulant la démission des membres du gouvernement candidat aux élections législatives dans la loi organique 2018-008 relative au régime général des élections et des référendums, la Ceni précise que c’est la Constitution en vigueur qui l’exige.

En effet, dans son article 64, la Constitution indique que « Les fonctions de membre du Gouvernement sont incompatibles avec l’exercice de tout mandat public électif, de toute fonction de représentation professionnelle, de l’exercice de toute fonction au sein d’institutions religieuses, de tout emploi public ou de toute autre activité professionnelle rémunérée ». Ainsi « Tout membre du Gouvernement, candidat à un mandat électif, doit démissionner de ses fonctions sitôt sa candidature déclarée recevable. »

Concernant les maires et fonctionnaires dont la situation est définie par la loi organique sur le régime général des élections et des référendums, ils doivent déposer une demande d’autorisation spéciale d’absence à partir de la date de publication de la liste officielle des candidats jusqu’à la date du scrutin. Ce, conformément à l’article 6 de ladite loi. S’ils ne sont pas élus, ils peuvent ainsi reprendre leur fonction. Dans le cas où ils sont élus, ils sont placés de plein droit en position de détachement trente (30) jours au plus tard après la proclamation officielle des résultats.

Ce même article de la loi organique relative au régime général des élections indiquent par ailleurs qu’entre la date de publication de la liste officielle des candidats et le jour du scrutin, il est interdit à ces agents de l’Etat et des collectivités territoriales décentralisées ainsi que tout fonctionnaire « d’user des moyens et prérogatives octroyés dans le cadre de leurs fonctions à des fins de propagande électorale ».

Madagascar Tribune0 partages

803 dossiers sur les 862 reçus sont validés

Sur les 862 dossiers de candidatures reçus pour les élections législatives, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) en a rejeté 59. Ainsi, le nombre officiel des candidatures acceptées pour la députation est 803 pour 151 sièges. Plusieurs motifs sont à l’origine de ce rejet, explique Thierry Rakotonarivo, vice-président de cet organe en charge de l’organisation des élections lors de la présentation officielle de la liste. Une cérémonie qui s’est déroulée hier au siège de la Commission à Nanisana.

La pièce justificative du paiement de la caution de 5 millions d’ariary manque dans la plupart des dossiers rejetés. La somme étant trop exorbitante a constitué un écueil insurmontable pour ceux qui ont voulu se présenter à cette élection. D’autant plus qu’il n’est pas sûr que la somme puisse être remboursée à cause de l’importance des concurrents. Il sera difficile pour chaque candidat d’obtenir les 10% des suffrages exprimés exigés pour bénéficier du remboursement de la caution.

Le vice-président de la Ceni explique également que des candidats ayant déjà été condamnés, ne jouissant plus de la plénitude de leurs droits civiques ont été disqualifiés d’office. Il y a également des candidats qui n’ont pas pu fournir certains dossiers dans les temps comme le certificat de résidence ou encore le certificat de nationalité malgré les 48h supplémentaires qui leur sont accordées pour compléter leur dossier. Ainsi, l’organe en charge de l’organisation des élections était obligé de les écarter de la liste.

Thierry Rakotonarivo explique que les candidats qui ne sont pas satisfaits de cette de la Ceni peut encore saisir la Haute cour constitutionnelle (HCC) pour la reconsidération de leur candidature. Ainsi, deux candidats, à savoir Pierre Razafimandimby d’Anosibe An’Ala et André Baozandrivelo de Vondrozo ont déposé des requêtes à Ambohidahy en ce sens. Mais après avoir étudié leur demande, les hauts commissaires constitutionnels ont à leur tour rejeté les deux candidatures.

Bien que le nombre des candidatures reçues pour ces prochaines élections reste peu nombreux par rapport aux législatives de 2014, les 119 districts, voire circonscriptions électorales ont tous reçus des candidatures. Mais c’est le district d’Ambatondrazaka qui a le plus grand nombre de candidats avec 21 dossiers reçus. Le district de Mahajanga I en a reçu 15 candidatures. Ceux de Miarinarivo, Vohémar et Arivonimamo ont par ailleurs 13 candidats chacun. Les districts ayant reçu très peu de candidatures sont Ambatomainty et Morombe.

Thierry Rakotonarivo annonce ainsi que la liste officielle de ces candidats retenus pour les élections législatives du 27 mai prochain pourra être consulté sur le site de la Ceni d’ici peu, le temps que les techniciens la mettent en ligne, précise-t-il.

Madagascar Tribune0 partages

La démission des deux membres du gouvernement attendue

La démission des deux (02) membres du gouvernement qui se portent candidates aux législatives est obligatoire. C’est ce que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a déclaré hier. Leur dossier de candidatures étant validé, et la liste officielle publiée hier, elles devaient déjà déposer leur démission depuis hier. Ce sont notamment, Irmah Lucien Naharimamy, ministre de la Population, candidate dans le district de Toamasina I et Marie Thérèse Volahaingo, ministre de l’Education nationale, candidate dans le district de Bealalana.

Contrairement à certains juristes qui évoquent l’absence de texte stipulant la démission des membres du gouvernement candidat aux élections législatives dans la loi organique 2018-008 relative au régime général des élections et des référendums, la Ceni précise que c’est la Constitution en vigueur qui l’exige.

En effet, dans son article 64, la Constitution indique que « Les fonctions de membre du Gouvernement sont incompatibles avec l’exercice de tout mandat public électif, de toute fonction de représentation professionnelle, de l’exercice de toute fonction au sein d’institutions religieuses, de tout emploi public ou de toute autre activité professionnelle rémunérée ». Ainsi « Tout membre du Gouvernement, candidat à un mandat électif, doit démissionner de ses fonctions sitôt sa candidature déclarée recevable. »

Concernant les maires et fonctionnaires dont la situation est définie par la loi organique sur le régime général des élections et des référendums, ils doivent déposer une demande d’autorisation spéciale d’absence à partir de la date de publication de la liste officielle des candidats jusqu’à la date du scrutin. Ce, conformément à l’article 6 de ladite loi. S’ils ne sont pas élus, ils peuvent ainsi reprendre leur fonction. Dans le cas où ils sont élus, ils sont placés de plein droit en position de détachement trente (30) jours au plus tard après la proclamation officielle des résultats.

Ce même article de la loi organique relative au régime général des élections indiquent par ailleurs qu’entre la date de publication de la liste officielle des candidats et le jour du scrutin, il est interdit à ces agents de l’Etat et des collectivités territoriales décentralisées ainsi que tout fonctionnaire « d’user des moyens et prérogatives octroyés dans le cadre de leurs fonctions à des fins de propagande électorale ».

Madagascar Tribune0 partages

Les travaux de réhabilitation n’ont pas eu l’aval de l’UNESCO

Le directeur du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, Mechtild Rössier, a interpellé l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, déléguée permanente de la République de Madagascar auprès de l’UNESCO à Paris, Yvette Sylla. Cette interpellation en date du 24 février a un rapport avec les travaux de réhabilitation et de rénovation du palais de la Reine, à Antanananarivo ou le fameux Rova de Manjakamiadana. Cette Organisation des Nations unies pour la culture n’aurait pas été informée de l’existence des travaux.

« Selon nos informations, des travaux de bétonnage et de maçonneries seraient en cours au sein du palais et plusieurs composantes de ce dernier seraient actuellement rénovées. Ces travaux, incluant la construction de bibliothèques, de salles d’archives et d’un Colisée, pourraient, si réalisés, avoir un impact sur la valeur universelle exceptionnelle et l’intégrité de la Haute ville d’Antananarivo, bien inscrit sur votre liste indicative depuis février 2016 », indique Mechtild Rössier dans sa lettre envoyée à Yvette Sylla.

Les travaux de réhabilitation et de rénovation du palais ont pourtant déjà débuté depuis plusieurs mois. Le Rova d’Antananarivo qui est inscrit dans la liste du patrimoine national et qui devrait être classé dans l’avenir parmi les patrimoines mondiaux de l’UNESCO devrait même être inauguré avant la célébration de la fête nationale du 26 juin cette année. Malgré tout, l’Organisation des Nations unies pour la culture affirme qu’elle n’a appris ces informations que par une tierce partie.

Le pire est à craindre, car, « Ces travaux pourraient avoir un impact notable sur le dossier de nomination du patrimoine mondial (du site) qui est en cours de préparation par votre gouvernement », indique ce responsable de l’UNESCO. Il rappelle par ailleurs que « conformément aux dispositions du paragraphe 172 des Orientations, le comité du patrimoine mondial invite les États parties à informer, par l’intermédiaire du centre du patrimoine mondial, de leur intention d’entreprendre des restaurations importantes ou de nouvelles constructions qui pourraient affecter la valeur universelle exceptionnelle d’un bien ».

L’UNESCO demande ainsi des réponses et exige surtout à vérifier les informations auprès des autorités compétentes, les sources et leurs contenus. Un délai de deux mois à partir de la date de réception de cette missive de l’ UNESCO a ainsi été donné à l’ambassadrice malgache pour faire le point sur cette situation.

Tananews0 partages

Orange Madagascar : une connexion exécrable le week-end

Un signal qui fait du yoyo, un débit lamentable, voilà ce à quoi on eu droit samedi et dimanche.

C’est bien beau de parler 3G, H+, 4G voire 5G mais dans les faits c’est pas stable du tout. 

Si on est chez Orange, que l’on paie un peu plus cher un forfait limité, c’est bien pour que ça marche correctement.

Autrement on utiliserait Telma.

Merci.

Tananews0 partages

A propos du sondage “2018 vous votez”

Fin du scrutin ce soir à minuit donc si vous n’avez pas encore voté, il est encore temps.

Petite nouveauté, nous présenterons demain des statistiques détaillées sur ce scrutin et notamment la répartition géographique mondiale de vos votes

L'express de Madagascar0 partages

Oncologie – Un nouveau centre en vue

A Madagascar, 2 000 cas de cancer par an sont recensés. Dont la majorité à un stade avancé.

Besoin urgent de mettre en place un centre de radiothérapie public. Les centres hospitaliers universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona, Mangarivotra Tambohobe Fianarantsoa, Androva Mahajanga et Antanambao enregistrent de nombreux cas de cancer dans toute l’île. Or, soixante pour cent des 2 000 cas dépistés devront bénéficier d’une radiothérapie. À Antananarivo, seule la polyclinique d’Ilafy dispose d’une radiothérapie qui traite quinze patients par jour. Ce centre privé travaille avec un professeur titulaire en oncologie-radiothérapie, deux oncologues radiothérapeutes, deux oncologues assistants, deux physiciens médicaux et deux manipulateurs en radiothérapie. Les cas traités touchent particulièrement l’endomètre, la vessie, le lymphome, la prostate, les poumons, l’ORL, la métastase osseuse, le rectum, le cerveau, le col de l’utérus et le sein. À partir de ce constat, les responsables du service d’oncologie du CHU JRA, à savoir les docteurs et professeurs Tovo Harivony, Malala Razakanaivo, L. Tika, Léontine Rabarijaona et Florine Rafaramino avancent le projet de construction d’un centre de radiothérapie public pour mieux servir la population.

AmbitionLe projet qui comprend plusieurs volets est à mettre en œuvre avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). « Nous prévoyons la formation de deux nouveaux thérapeutes, deux nouveaux physiciens médicaux, six manipulateurs et un ingénieur biomédical. En matière d’équipements, il faut acquérir un appareil de curiethérapie, deux accélérateurs linéaires,un système de planification de traitement (TPS) et un scanner dédié », soulignent les responsables. Le projet nécessite également une expertise technique  d’architecte et un physicien médical radiothérapeute. La construction d’un bunker est déjà en bonne voie et les médecins sollicitent la mobilisation de l’État avec l’AIEA pour l’obtention de matériel et la formation du personnel.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Ivato – Le présumé tueur identifié

Un jeune chinois est suspecté être l’auteur du meurtre d’un couple chinois. À l’issue d’une course-poursuite à Amboanjobe, le suspect a pu s’échapper.

La recherche de l’auteur présumé de l’enlèvement et l’assassinat d’un couple chinois à Ivato, vendredi dernier, est en cours. Les éléments des forces de l’ordre ont obtenu des renseignements. Ils se sont dépêchés de se rendre sur les lieux pour traquer l’assassin. Le suspect s’est caché dans les environs d’Amboanjobe, selon une source proche des enquêteurs. Il a été retrouvé avec le 4×4 des victimes à Amboan­jobe dans la nuit de vendredi à samedi.La course-poursuite a duré une quinzaine de minutes. Des coups de feu ont été entendus. Mais la cible a pu se glisser hors des mailles des filets de la police. «La plainte de la famille des victimes a été reçue mercredi 15 mars. Vendredi, les corps ont été découverts dans un hôtel de renom à Ivato», explique le commissaire, Alexandre Ranaivoson. «Le tueur a emporté leur voiture et a pris la fuite en direction d’Amboan­jobe. D’après l’enquête, il s’agit d’un jeune chinois», poursuit-il.

Avis de rechercheDes avis de recherche ont été lancés dans toute la ville.  Cette action est accompagnée de la sollicitation de tout individu susceptible de livrer des informations le concernant. Les dépouilles sont encore à la morgue de l’hôpital à Ampefiloha, en attente des résultats de l’autopsie et de l’enquête policière.Le numéro d’immatriculation du véhicule a été changé. Les éléments des forces de l’ordre en charge de la circulation ont été tenus informés en vue de faciliter la poursuite. La brigade criminelle a annoncé samedi dernier qu’elle met les fers au feu et ne laissera plus le malfaiteur sortir de ses filets. Ils préviennent que toute vélléilté d’héberger le suspect est considérée comme un signe de complicité. Les responsables chargés de l’enquête ont alerté toutes les branches de services de la police de la ville afin de surveiller tous les secteurs suspects.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Palais des Sports et de la Culture – Bodo et Poopy s’illustrent en beauté

Les retrouvailles très attendues de ces deux divas de la scène musicale ont tenu leurs promesses hier après-midi. Le concert a été mélodieux et agréable.

Fidèles à elles-mêmes, elles se sont ornées de cette grâce et de ce charme intarissables qui forgent chacune leur caractère. Bodo et Poopy ont émerveillé le public du Palais des Sports et de la Culture Mahamasina pour leur concert à deux, hier après-midi. Ce rendez-vous exceptionnel fait suite à une belle série de concerts qu’elles ont entamé ensemble tous les dix ans, depuis 1997 puis en 2007 pour en arriver à celui de cette année.Le concert de ce week-end, sobrement intitulé « Mifampitantana », a aussi bien ému que satisfait tous ceux qui ont eu le plaisir d’y assister. Le pari est gagné pour Bodo et Poopy, puisque le palais des Sports et de la Culture a littéralement été rempli comme un œuf à l’occasion. Littéralement à guichets fermés, le concert supposé débuter à 15h a même démarré plus tôt que prévu sous le poids de l’impatience du public, d’ores et déjà venu en nombre pour assister au spectacle. Comme l’indique ainsi l’intitulé du concert, c’est main dans la main que les deux chanteuses sont montées sur scène, illustrant cet amour intemporel qu’elles ont pour leur fans et le public en général. Poopy a ainsi chanté « Ho iray », auquel Bodo a répondu avec « Satria », pour un moment d’entrée orné de douceur.

Étincelles pétillantesAvec chacune trente ans de carrière au compteur et resplendissant toujours d’autant de dynamisme, les deux chanteuses ont alors entamé le spectacle. Elles ont affiché de part et d’autres leur personnalité et leur musicalité propres, mais sont restées complémentaires sur scène. Bodo et Poopy ont enchainé l’un après l’autre les tubes qui ont façonné leurs carrières au fil des décennies, de même qu’auprès de toute une génération d’inconditionnels.« C’est un instant féerique et festif que l’on partagera avec vous sur cette scène aujourd’hui. On revivra ensemble ces moments de douceur qui nous ont toujours rapprochés », a souligné Poopy au micro. Une affirmation à laquelle Bodo a rajouté, comme pour donner le ton « On vous promet un concert garni d’émotions, on voyagera ensemble à travers ces chansons que vous affectionnez particulièrement, et on communiera dans cet amour de la musique qui nous lie ».Le répertoire du concert a ainsi affiché une histoire qu’elles racontent à deux, allant de leur amour pour leurs fans à celui de la Grande île, tout en chantant l’espoir et la rédemption à travers leurs compositions. Moment mélodieux, mais également glamour, « Mifampitantana » s’est plu à surprendre le public à travers la prestation des deux chanteuses. La scène a été divisée en deux parties. D’un côté, l’on retrouve Bodo, ses musiciens et ses choristes, tandis que de l’autre, Poopy chante avec son équipe. Le temps des duos, le tout se conjugue. La gent féminine s’est laissé éblouir par la garde-robe que les deux artistes ont fait défiler, en se changeant entre deux ou trois chansons.De «Resy» à «Tambitamby» en passant par « Ny marina tsy maty », « Fitia voarara » pour se conclure avec « Tia foana » et « Tena namana », Bodo d’humeur taquine et Poopy timide et enjouée ont sublimé le concert de leurs duos. En attendant la prochaine fois, elles se retrouveront pour le concert d’un autre fameux groupe, qu’elles accompagneront à Antsahamanitra au mois de mai.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Football – Ligue des Champions – Les caissiers tenus en échec

Match nul entre la CNaPS Sport et le Coton Sport, samedi à Vontovorona. Les Caissiers sont éliminés et seront reversés en Coupe de la CAF.

La CNaPS Sport devait gagner par deux buts d’écart, pour renverser la situation face au Coton Sport et atteindre la phase de groupes de la Ligue des Champions. Mais le club quadruple champion de Madagascar a été tenu en échec par la formation camerounaise, samedi à Vontovorona, au terme de leur deuxième confrontation (1-1). Une semaine auparavant, le Coton Sport l’avait emporté sur le score d’un but à rien à Garoua, lors du match aller. Sur les deux rencontres, ce dernier a l’avantage, deux à un. Ce qui lui permet de poursuivre son chemin dans cette C1. Pour sa part, la CNaPS Sport est reversée en Coupe de la CAF.Les Caissiers devaient marquer au moins à deux reprises, pour ce match retour. Pour ce faire, le coach Tipeh a placé Eric et Fanja sur le front de l’attaque, avec Njiva et Boura sur les ailes. Ce qui n’a pas vraiment porté ses fruits toutefois, puisqu’aucun d’entre eux n’a réussi à trouver le chemin des filets jusqu’à la mi-temps. Moment choisi pour l’entraineur de la CNaPS Sport,  pour jouer son va-tout.

But de FrancisTipeh a effectué deux remplacements coup sur coup, Ando pour Rija au milieu et Francis pour Fanja devant. Et c’est Francis, déjà buteur lors du tour préliminaire disputé à Vontovorona face au Township Rollers FC, qui a inscrit l’unique but de la rencontre pour le porte-fanion malgache, dans les arrêts de jeu (90è+1), en reprenant dans la surface de réparation un centre venu de la gauche. Bien insuffisant quand on sait qu’auparavant, le défenseur Souleymanou a ouvert le score à l’heure de jeu d’un lob sur une sortie hésitante de Leda (60è).Comme l’an dernier face au Wydad Athletic Club du Maroc, la route de la CNaPS Sport s’arrête au stade du deuxième tour de cette Ligue des Champions, sortie par le Coton Sport. Néanmoins, le club quadruple champion de Madagascar peut encore se refaire, puisque sa campagne continentale n’est pas définitivement bouclée. Le règlement des compétitions ayant subi quelques modifications à partir de cette saison, il sera reversé en Coupe de la CAF.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Galaxy Andraharo – Une usine s’embrase

L’alarme a été déclenchée à 21h35, hier. Une usine située dans l’enceinte de la Galaxy à Andraharo a pris feu. Selon les pompiers interrogés sur place et encore en action, il s’agit d’une usine de fabrication de savon et d’huile. Ils ne peuvent, par contre, encore se prononcer sur les causes de l’incendie.Les brigades du feu sont rapidement arrivées sur les lieux, regroupant à la fois celles d’Anosivavaka, Andra­haro et Andravoahangy. Elles se sont cependant heurtées à une difficulté majeure, celle du manque d’eau. Toutes les bouches d’incendies et sources aux alentours ont été sollicitées. La tâche des pompiers a également été sérieusement compliquée par le fait que les produits stockés dans l’usine sont extrêmement inflammables et très difficiles à éteindre.Par précaution, les vi­tres des voitures garées aux alentours ont été brisées pour pouvoir les déplacer d’urgence. Alertés, les propriétaires des autres bureaux et entreprises voisines de l’usine se sont également dépêchés sur les lieux, craignant que le feu ne se propage aux autres bâtiments.Malheureusement, leurs craintes semblent se justifier. À l’heure où nous mettons sous presse, le brasier, visible depuis nos bureaux d’Ankorondrano, continue de gagner en ampleur.Les éléments des forces l’ordre sont venus prêter main forte aux pompiers pour sécuriser les lieux.

Soa Fianatra

L'express de Madagascar0 partages

Motocross – 4 Heures Honda – Deuxième succès pour Ranty 

Ranty Ernest a remporté les 4 Heures Honda, cette fois-ci, en compagnie de Franck Navin. Les duos Ted-Claudio et Aina-Boyer ont complété le podium.*

Et de deux pour Ranty Ernest. Le jeune motard a signé une deuxième victoire de rang, dimanche à Imerintsiatosika, lors des 4 Heures Honda. Cette année, il était associé à Franck Navin, avec qui il a partagé le guidon d’une Husky FE 250 du team Husqvarna-Motostore. Comme à l’accoutumée, le départ a été donné sur la piste de karting. Et les motos étaient placées en épi. Après les premiers kilomètres, Ranty était déjà en tête, devant Ted Boyaval sur une Honda CRF 250 du team Honda-Madauto. « Ted m’a dépassé sur la portion roulante et j’ai voulu répliquer immédiatement. C’est là que j’ai légèrement chuté et perdu quelques secondes », a concédé Ranty.Malheureusement pour Ted, lui aussi est tombé quelques instants plus tard. Touché au genou droit, il a mis plusieurs minutes pour reprendre la course. « Devant moi, Ted est également tombé. J’ai repris la tête et j’ai réussi à creuser un écart conséquent après », a rajouté Ranty. Une fois bien installé dans le fauteuil de leader, il ne l’a plus lâché. Et son équipier, Franck Navin mérite tout aussi bien les éloges. Lui aussi a bien assuré lors de ses relais, pour permettre au duo de s’envoler vers le succès, avec 23 tours bouclés au total.

Moto denduroÀ l’arrivée, les félicitations ont plu de toutes parts pour Ranty et Navin. « Gagner une fois, c’est déjà bien. Alors deux fois, je suis vraiment très content. Contrairement à l’an dernier, on a roulé sur une moto d’enduro. La FE 250 est tout aussi performante. Merci à Motostore de nous avoir permis de courir avec », s’est exclamé Ranty.Derrière, après sa chute, Ted a immédiatement laissé sa Honda aux mains de Claudio Tida, son équipier pour ces 4 Heures Honda 2017. Mais faisant preuve de beaucoup de courage, il a repris la course par la suite. Auteur d’une belle remontée, la paire Ted-Claudio a finalement pris la deuxième place du classement général. La troisième place du podium a été trustée par Aina Razakasoa et Thomas Boyer sur Hysky 350. Ce qui a permis au team Husqvarna-Motostore de placer deux de ses équipages dans le top 3.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – Participation des autorités locales à la gestion des EPP

Fini la gabegie. Le ministère de l’Éducation nationale (MEN) et ses partenaires lancent la gestion participative et décentralisée des écoles primaires publiques (EPP), grâce au projet d’appui à la gestion participative et décentralisée de l’école ou TAFITA, financé par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA).Désormais, la gestion des caisses écoles n’appartient plus aux parents d’élèves ni aux directeurs d’école. Les autorités locales et la communauté toute entière sont mobilisées pour y participer, avec le programme participation collective pour une année de développementde l’éducation de base ou « Farimbon’ezaka ho an’ny taom-pampandrosoana ny fanabeazana eny ifotony » (FEFI).« Il n’y avait pas de transparence dans la gestion des subventions dans les EPP, auparavant. Grâce au FEFI, la bonne gestion des caisses écoles n’attendra plus l’audit du ministère central », explique le Dr Todisoa Andriamam­pandry, directeur général de l’Education fondamentale et de l’alphabétisation (DGEFA) au sein du MEN, hier.Cette gestion participative et décentralisée est accompagnée par la mise en place du projet d’établissement contractualisé (PEC). Tous les établissements doivent avoir des projets qui justifieront l’utilisation des fonds. « Ce seront des projets décidés au niveau des membres du FEFI, élus dans une assemblée générale. Il peut s’agir de la création d’une cantine scolaire ou d’un jardin scolaire, selon la priorité au niveau de chaque établissement », poursuit le DGEFA.Selon ce responsable du MEN, les établissements qui n’ont pas de projet ne pourront pas bénéficier de subventions.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Aide au sinistrés – Le secteur privé se manifeste

La Plateforme humanitaire du secteur privé (PHSP)  a réalisé sa première action, vendredi. Elle a remis hier au BNGRC des vivres et du matériel pour les sinistrés du cyclone Enawo à Anala-manga.  Une descente dans les sites d’accueil à Ankadi-toho et à Ambohimanambola où les aides ont été distribuées a été effectuée. La présidente de la plateforme Isabelle Salabert entourée d’une cinquantaine de bénévoles, employés des sociétés et entreprises membres de la plateforme, ont participé aux distributions.La PHSP a pu réunir une somme de 267 millions ariary qui lui permettra de venir en aide à cinq mille cinq cent familles dans les régions de la Sava, Analamanga, Analanjirofo, et Atsinanana.La PHSP a pour objectif principal d’augmenter l’efficacité de l’aide humanitaire en particulier dans le cadre de la gestion des risques et catastrophes. La PHSP prévoit une soirée de levée de fonds bientôt pour financer les travaux de forage afin d’améliorer l’accès à l’eau potable dans le Sud durement frappée par la sécheresse.

Herisetra

L'express de Madagascar0 partages

Dôme RTA – Samoela, toujours la forte impression

Samoela a donné un concert  plus que magistral au Dôme Ankorondrano vendredi dernier. Un avant-goût du grand rendez-vous à Antsahamanitra pour le mois prochain.

L’enfant terrible de «Bandy akama» a pu encore une fois drainer du monde vendredi dernier, dans la grande salle du Dôme Ankorondrano. Un caractère et une présence scéniques qui n’étonnent plus ses admirateurs. Samoela régit le spectacle avec sa guitare. En une soirée, il a repris tous ses meilleurs succès pour le plaisir des yeux et des oreilles de l’assistance. On notera tout particulièrement une ardente « Sexy girl » à grands coups de guitare. L’instrument a résonné à tel point qu’un amplificateur sonore aurait été inutile. S’en sont suivis les « Hafaliana », «Kofa tia, taraiky» qui ont fait trembler les murs du Dôme, tout en incitant le public à chanter en chœur. Tous les morceaux contenus dans les albums « ‘Ty et Bandy akama » ainsi que les anciens titres ont été joués.Avec lui, l’ambiance est toujours explosive. Quelques minutes avant le concert, les habitués des lieux ont eu du mal à trouver une place. Car quand ce grand monsieur est à l’affiche quelque part, c’est toujours à guichets fermés quelques heures avant le spectacle.

Homme de parolesLa soirée a été plus que réussie. L’assistance n’a vidé les lieux qu’à une heure tardive, avec mélancolie mais très satisfaite. Beaucoup se rappelleront agréablement ce concert tenu au Dôme Ankorondrano.Samoela fait partie de ceux qui portent un nouveau souffle dans le milieu musical malgache depuis une dizaine d’années. Avec son inspiration de « révolte des jeunes », il a toujours dit tout haut ce que les autres pensent tout bas, évoquant des sujets brûlants de la société dans le quotidien. Derrière le masque du provocateur se cache un excellent parolier, balançant entre tradition folk et modernité, dont les thèmes relèvent surtout du vécu. L’originalité de son style et son franc parler l’ont rapproché de son public, et lui ont valu la reconnaissance de ses pairs. Toujours au top de sa forme, ce « Bandy Akama » continue de caracoler dans le cœur des Tananariviens.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Soirée mauricienne – Chaude ambiance avec Bohjpuri Boys

La grande famille des Mauriciens de Madagascar s’est retrouvée au Louvre Antaninarenina samedi dernier. Un événement organisé dans le cadre du 12 mars, date de la célébration de l’indépendance de l’île. Le groupe Bohjpuri Boys a animé la soirée. Un groupe célèbre pour ses chansons en langue Bohjpuri, une des anciennes langues parlées par les Mauriciens venant de l’Inde et du Népal.Le groupe musical a entre autres entonné Baigun Bagee, Naiya Sirey, Nisa Nisa, Pot puri et Baje baje. Le cocktail dinatoire a été marqué par les traditionnels « chapati »,« briani » et « dholl puri » ou encore le « mine frit », sans oublier les brochettes de filet de poisson et des desserts à base de glace. Les grands opérateurs mauriciens, transitaires, financiers, géants immobiliers, textiles, et distribution tels que MCB, Soredim, Velogic, Aquarelle, Ariva logistics, Filatex ont honoré la soirée festive.

M.I.

L'express de Madagascar0 partages

Football – CAF – Prise de fonction immédiate pour Ahmad

Accueilli en grande pompe à l’aéroport d’Ivato, dans la nuit de vendredi à samedi, Ahmad, le nouveau président de Confédération Africaine de Football (CAF), ne reste à Madagascar qu’un bref moment. Il est prévu repartir pour Le Caire en Egypte, ce lundi, où il prendra immédiatement ses fonctions, après son élection en tant que nouveau président de la CAF, jeudi dernier à Addis-Abeba. En effet, il n’y a pas de longues procédures de passation au niveau de la CAF. Questionné sur la première tâche à effectuer, il a évoqué un état des lieux. « La première chose à faire est d’effectuer un état des lieux et un audit. Cela ne signifie pas que nous n’avons pas confiance en nos prédécesseurs, mais c’est règle », a-t-il expliqué, dans le salon VIP de l’aéroport.Auparavant, son avion a atterri vers deux heures du matin. Mais l’heure tardive n’a pas empêché une foule immense, de venir le féliciter. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Jean Anicet Andriamosarisoa,  Roger Kolo, vice-président du Sénat, les membres du comité exécutif de la Fédération Malgache de Football et plusieurs présidents de Fédérations, étaient notamment présents à Ivato.Dans son allocution, Ahmad a également exprimé sa reconnaissance envers tout un chacun, notamment ceux qui l’ont aidé au niveau logistique durant la campagne et le scrutin. Concernant les plus pour Madagascar, suite à son  élection à la tête de la CAF, il a répondu qu’ « un changement de mentalité est nécessaire, sinon il n’y aura aucun résultat, peu importe ce que j’apporterai pour Madagascar. »Après le scrutin d’Addis-Abeba, Gianni Infantino n’a pas manqué de féliciter le nouveau président de la CAF. Le patron de la FIFA a également affirmé qu’il était « impatient de travailler avec lui ». Une très bonne chose pour la Confédération. « Ma relation avec lui est au beau fixe », a confirmé Ahmad.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Océan Indien – Triplé réunionnais

Les jeunes Makis n’ont pas accompli leur mission. Les Réunionnais ont dominé la quatrième édition de la coupe de l’AROI (Association de rugby de l’océan Indien) qui s’est tenue ce week-end au stade d’Alarobia. La Réunion a réalisé un doublé chez les garçons.En finale Cup, les Réunionnais ont défait l’équipe nationale Mada 1 sur un score de 19 à 12. Les premiers ont écarté en demi-finale, par 21 à 15, l’équipe Mada 5, et Mada 1 a, de son côté, écrasé Mada 4 sur un score large de 32 à rien. Chez les U18, la Réunion a battu en finale Mada 1 par 22 à 15. Cette équipe Malgache s’est imposée 10 à 5 face aux Mauriciens en demie, et les Réunionnais ont renversé de justesse Mada 2 par 15 à 12.Les finales Plate étaient ensuite entre Malgaches. Mada 6 bat Mada 2 par 25 à 5 chez les U16 et Mada 5 a, pour, sa part défait Mada 3 sur un score de 22 à 12 en finale Plate des U18. Chez les filles, les Réunionnaises, terminent en tête du classement final lors de la première journée du samedi devant Madagascar, Mayotte et Maurice.Mais, hier, les filles ont sauvé l’honneur du pays hôte en remportant la première place au terme d’un tournoi à poule unique. Madagascar a battu en finale la Réunion sur un score de 25 à 10. Lors de cette finale, les Malgaches ont aplati en tout cinq essais dont trois transformés. Maurice et Mayotte finissent respectivement troisième et quatrième.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Solidarité – Orange Madagascar au chevet des victimes d’Enawo

Du temps, de l’argent et de la chaleur humaine. Pendant trois jours, la société Orange Madagascar, avec sa branche humanitaire, Orange Solidarité Madagascar, et ses salariés bénévoles ont offert et servi des repas solidaires à plus de 500 sinistrés d’Antananarivo dans trois quartiers de la capitale : Ambodivoanjo, Ampefiloha Ambodirano et Ankorondrano Andranomahery.Vendredi, c’est le directeur général de la société, Michel Degland, la présidente de l’association Orange Solidarité, Josie Andriam-beloma, et le directeur technique, qui ont fait le service avec les employés bénévoles. « Orange, en tant qu’entreprise responsable et citoyenne, répond aux besoins fondamentaux de la Communauté et de la population malgache au nom du firaisankina. Nous apportons notre soutien aux familles sinistrées et  aux personnes qui se trouvent dans  une extrême vulnérabilité après le passage de ce cyclone dévastateur », a déclaré le directeur général de la compagnie, en marge du service.Mais Antananarivo ne sera pas le seul à bénéficier du soutien de Orange Madagascar et de son équipe.

Bodo Voahangy

L'express de Madagascar0 partages

Mananara Nord – La foule réclame la tête d’un suspect.

Vendredi dernier, vers dix heures, 500 individus se sont massés devant la brigade de la gendarmerie de Mananara nord. Ces derniers ont réclamé la tête d’un présumé  assassin placé en garde à vue dans la gendarmerie. C’est le ras-le-bol d’un peuple contre l’impunité.Tout a commencé le jeudi 16 mars. Un bandit a cambriolé un appartement dans la commune d’Analampotsy. Le propriétaire a été blessé. Suite à cette attaque, la victime a succombé à ses blessures. Les policiers municipaux ont intercepté le malfaiteur. Ils l’ont livré à la brigade de la gendarmerie de Mananara nord pour enquête. Les rumeurs d’une vindicte populaire se sont répandues. Par conséquent, ils ont transféré le criminel  à  Maroantsetra.En effet, la famille de la victime ainsi que les habitants du village se sont réunis le matin vers onze heures pour ruer dans les brancards. Selon les informations d’une source locale, ils étaient 500 personnes à partager la même opinion sur le sujet. Il s’agit de faire sortir le meurtrier pour que la justice, populaire, soit faite. « Puisque l’auteur a déjà été envoyé à Maroantsetra, ils ne l’ont plus retrouvé. Ils ont donc déposé le défunt devant le portail de la brigade de la gendarmerie», a indiqué le chef de la brigade locale.L’intervention du chef de district de Mananara nord, du commandant de compagnie de la gendarmerie de Maroantsetra et du maire d’Analampotsy a pu résoudre le problème. La population a repris le corps et est rentrée chez elle. L’enquête sera conclue bientôt, selon les informations de la gendarmerie.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Incendie à Ampitatafika

Un logement a pris feu vendredi dernier vers 5 heures dans le fokontany d’Antsimbohitra, commune rurale d’Ampitatafika.  La défaillance d’une installation électrique a été l’origine de l’incendie. Les dégâts sont estimés d’une valeur de vingt millions d’ariary.  Aucun mort ni blessé n’a été signalé.

L'express de Madagascar0 partages

Thriller

Que réservent les deux journées Knowlege fair organisées par la Banque mondiale aujourd’hui et demain à Anosy ?  Le thème de ces deux journées est fort alléchant en l’occurrence «Développement de Madagascar: réalités et potentialités». Le communiqué rajoute que c’est l’occasion pour la Banque mondiale de présenter les résultats de ses dernières recherches sur la pauvreté, la gouvernance locale, l’éducation et la santé, l’énergie et l’agriculture.Des domaines sensibles où le tableau est plutôt noir partout. On connaît les réalités qui défraient la chronique tous les jours. On a peu d’espoir que la Banque mondiale présente un autre visage que celui que l’on vit et l’on voit au quotidien depuis au moins huit ans. Annoncer que la pauvreté a reculé semble utopique. Avec le passage du cyclone Enawo, le cours de l’ariary, la vérité des prix des biens et services en général, il y a de fortes chances que l’ancien revenu moyen de deux dollars se soit davantage effrité. Comme il n’y a pas presque pas de création d’entreprises donc d’emplois, ou plutôt avec les exploitants miniers informels chinois, on voit mal comment il peut s’améliorer. Ce serait absolument un miracle si la situation a changé en bien alors que les richesses sont pillées à travers l’exploi­tation minière sans règle, les trafics d’or , de bois de rose et de tortues chaque semaine.Il n’y a rien à attendre non plus de la gouvernance locale toujours minée par la corruption et l’impunité. La série de vindictes populaires étendues sur tout le pays montre l’impuissance de l’État à appliquer la loi et la rupture incontestable de la relation entre le pouvoir et ses sujets. À force de laisser régner la corruption au sein de la Justice et des forces de l’ordre, on en arrive à une situation où la population retire le pouvoir qu’il a remis à l’État. Et il semble compliqué de rétablir la situation qui paraît irrépressible.On a l’impression qu’il n’y a pas de gouvernance du tout, à en juger le drame d’Antsakabary où les policiers ont joué les  justiciers. L’affaire se corse et il se chuchote que la communauté internationale va s’en mêler. En tout cas, il est difficile de parler de gouvernance en occultant l’affaire Antsakabary dans laquelle l’État est pour le moment resté silencieux. Sa seule action reste le limogeage du ministre de la Sécurité publique mais c’est plutôt une prudence cauteleuse car on a préféré se débarrasser d’un ventre mou du gouvernement longtemps sur la sellette plutôt que de sanctionner les acteurs de cette expédition punitive, ce qui risque de secouer toute la caserne des policiers, voire la stabilité du gouvernement assise sur l’omnipotence des forces de l’ordre.Les chiffres ne sont guère meilleurs concernant l’éducation et la santé. Certes, la Banque mondiale a été pour beaucoup dans le recrutement de dix mille enseignants sans qualification chaque année depuis 2014, mais cela n’empêche pas un taux de dépérdition scolaire et de déscolarisation inquiétant qui empire d’une année à l’autre. Pareil pour la santé où les organismes onusiens n’ont de cesse de tirer la sonnette d’alarme concernant le taux de mortalité à la naissance, le taux de mortalité infantile avant l’âge de cinq ans… En outre, le taux de vaccination reste faible surtout après les grosses rumeurs concernant certains types de vaccin qui ont refroidi l’ardeur des parents.L’énergie est ce qu’elle est. On a hâte de savoir si la position de la Banque mondiale a changé à ce propos. Pourquoi s’attarder sur un domaine qui ne concerne que 15% de la population en majorité tananarivienne   La «réalité» est que les délestages ont complètement paralysé la vie socio-économique de tout le pays.Enawo a certainement hypothéqué la production pour cette année. La culture de vanille a été massacrée a Antalaha alors que les rizières ont été inondées dans plusieurs endroits. Les prix au détail ont déjà été boostés par la sécheresse avant d’être éperonnés par Enawo. Le riz risque d’être hors de prix pendant la période de soudure qui s’annonce dure pour les sous.Quand aux potentialités, on sait qu’elles sont là depuis l’époque du Gondwana. Elles ne sont jamais devenues réalités et restent fictives comme le développement. Les potentialités dépassent toujours hélas, les réalités.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Une femme a péri dans un accident

Une femme âgée de 38 ans a perdu sa vie dans un accident. Ce dernier a eu lieu à Andranomadio commune rurale de Tsiroanomandidy Fihaonana, vendredi dernier. Un taxi-brousse, de marque Mazda, l’a percutée. La gendarmerie s’est rendue sur les lieux, avec un médecin, pour les constats.

L'express de Madagascar0 partages

Natation-Analamanga – Domination de St Michel et Managing 

Les deux clubs phares de la capitale ou même du pays, St Michel club natation et Managing dominent les débats au championnat d’Anala­manga de natation. Le crachin de samedi matin n’a pas empêché la tenue de ce premier sommet organisé par l’équipe de la nouvelle présidente, Tojohanitra Andriamanjatoharimanana, olympienne de Beijing, à la piscine olympique de l’académie nationale des sports à Ampefiloha. Le numéro un au classement national, Michael Rasolonjatovo SMCN confirme sa suprématie et a été élu meilleur nageur du championnat.De son côté, l’olympienne de Londres et Rio, Estellah Aina Fils Rabetsara de Managing a été élue meilleure nageuse en catégorie open. Chez les jeunes, Mamihaja Nathan Andriampeno­manana de Managing était le meilleur benjamin et Johane Razafimaharo de SMCN la benjamine. Aux relais, SMCN et Managing ont raflé chacun deux coupes.Un record national a été enregistré lors de ce cham­pionnat, celui des  4×100 m quatre nages hommes, réalisé par l’équipe de St Michel, composée de Michael, Stéphane, Johane et Johanna. Ces collégiens ont bouclé cette épreuve en 4’42’’33 contre 4’59’’77 effectué le 11 avril 2015. Ce championnat d’Analamanga a réuni 103 participants venant des neuf clubs de la capitale.« Nous avons désormais mis en place les minimas comme critères ou conditions departicipation pour rehausser le niveau technique… Mais chaque club a eu tout de même droit à six wild-cards surtout pour les catégories jeunes », a souligné la présidente de la ligue, Tojohanitra Andriamanjatoharimanana.Les prochaines activistes pour cette saison seront, le championnat réservé aux pupilles, avenirs de la natation et d’autres nouveautés comme la compétitions inter-entreprises et de water polo.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Piment Café – Princio séduit dans la joie et la bonne humeur

Ses spectacles en solo se sont faits assez rares ces derniers temps. Toujours aussi taquin, Princio a une fois encore su gagner le cœur de ses fidèles à travers ses chansons à texte, au Piment Café dans la soirée du vendredi. Ses textes poétiques ont encore réjoui les aficionados noctambules présents dans  cet antre de la musique à Behoririka.Toujours avec la même verve, Princio a séduit ses admirateurs en investissant la scène. À l’écoute de ses classiques comme « Eo an-tratranao » ou encore « Izay tiana mitombo tarehy », le public s’est retrouvé transporté une demi-douzaine d’années dans le passé. Quand l’artiste initiateur du « Lasa mpihira daholo » se produit en cabaret-concert, c’est toujours entouré de ses meilleurs musiciens. Et parfois, il réserve même de très belles surprises.Durant la soirée, tous ceux qui ont eu le bonheur d’être présents ont été satisfaits. Artiste de référence du « Vazo miteny », il a tout simplement fait le bonheur de ses inconditionnels. Avec en plus, un répertoire composé de ses plus grands tubes, allant des titres ayant composé « Paradisa » à « Mademozely tavohangy», les fans ne pouvaient pas demander mieux. De l’humour absolu à partir de chansons à textes. Le chanteur qu’est Princio a parfaitement respecté son contrat. Bref, la fin de la semaine a été tout simplement exceptionnelle du côté de Behoririka.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Éliminatoires CAN – Premières sélections pour Dabo, Deba Kely et Dax

Trois nouveaux éléments honoreront leur toute première sélection en match officiel, à l’occasion du déplacement des Barea, à Sao Tomé et Principe. Madagascar affrontera cette petite île du golfe de Guinée, ce mercredi, dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. En premier lieu, on a le gardien Dabo Ibrahima, qui évolue à l’US Créteil, en France. En défense, Toavina Rambeloson évoluera en équipe nationale pour la première fois, en compétition officielle, après avoir déjà disputé un match amical. Surnommé Deba Kely, cet arrière évolue à l’US Tourcoing, également en France. Enfin, il y a Arohasina Andrianarimanana dit Dax. Ce milieu de terrain offensif s’était fait remarquer chez Tana Formation, à partir de 2014. Transféré chez Fosa Juniors par la suite, il en est devenu l’une des pièces maîtresses.Au total, Nicolas Dupuis et Auguste Raux ont convoqué 17 joueurs, pour affronter le match aller, face à Sao Tomé et Principe.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Jao’s Pub Ambohipo – Din Rotsaka fait un retour « Ravoravo »

Il a été le grand absent de la scène, que ce soit celle de la capitale ou celles des provinces depuis un certain temps maintenant. Din Rotsaka est revenu en force et a fait vibrer les murs de l’antre du salegy d’Ambohipo, le Jao’pub dans la soirée du vendredi. Prince du salegy comme il se l’est affirmée, Bernardin Rabeharison dit Din Rotsaka n’a pas changé, affichant toujours cette générosité musicale et ce dynamisme qu’on lui reconnaît. Il a toujours le rythme dans le sang et les habitués ont alors pleinement apprécié ces retrouvailles avec Din Rotsaka et son « Salegy motro », littéralement salegy en feu.La salle a, comme à l’accoutumée, été vite remplie de ses fans, fêtards et connaisseurs à la recherche de bonne ambiance. D’autant que pour une fois, on avait affaire à un artiste respectant la ponctualité. L’interprète de « Papango be », « Safia », « Ravoravo » et « Kakalahy » a réservé aux noctambules une soirée festive de taille. Il a fait feu de tout bois durant cette soirée, et le public n’a pas ainsi résisté à son tempérament de feu.Poussé par le rythme endiablé caractérisant la musique du Nord de Madagascar, le public n’a pas tardé à envahir la piste tout au long de la nuit. Din n’a rien perdu de sa poigne, restant une véritable bête de scène.

S. R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambatofotsy : Mihenjana ny tady eo amin’ny fianakaviana roa

“Tokony ho tamin’ny enina ora  ramatoa T. no nandalo tao amin’ny tranon’i A.M tao Tsiadana ary nitaky trosa ny ambim-bolany 4 hetsy ariary. Entiny hitsaboana ny rainy izany raha araka ny teniny” raha araka ny fanazavan’ny fianakavian’i A.M izay namaly ny lahatsoratra momba ny fahafatesan’i T., monina eny Ambatofotsy ka nilazan’ny fianakavian’i T. fa i A.M no tompon’antoka. Nanontany tena koa izy ireo fa raha nomena asidra ve izy tamin’ny 6ora maraina, ahoana no mbola nahafahany nandehandeha nifampiantso an-telefaonina tamin’ny zanany mipetraka lavitra ny renivohitra ora maro taty aoriana ary koa mbola afaka niresaka tamin’ny fotoana nahitana azy teny Ambatofotsy tamin’ny 4ora hariva. Etsy ankilan’izany, ny fianakavian’i T. indray dia nanohitra ny didy famotsorana vonjimaika an’i A.M. Mihenjan-droa tanteraka ny tady momba ity raharaha ity ary samy mitaky ny fitsarana hiasa am-pitoniana sy hijery ambony ambany ny fikirakirana ity dosie ity ny roa tonta.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Mananara avaratra : Nentina teo amin’ny zandary ny razana hitakiana ny namono azy

Tsy mbola milamina ny raharaha Antsakabary, mbola ao anatin’ny “couvre feu” ny ao Ambanja, izao dia nitrangana raharaha hafa indray ny ao Mananara avaratra, ny zoma 17 martsa, mikasika ity resaka fitakiana fitsaram-bahoaka olona efa eo am-pelan-tanan’ny mpitandro ny filaminana ity.

Raha ny fanazavan’ny lehiben’ny distrikan’i Mananara avaratra Mahatody Jocelyn Henri, dia resaka vaky trano nitranga ny alakamisy 16 martsa nataon’ity tovolahy iray tao amin’ity raim-pianakaviana monina tao Agnalagnampotsy Mananara avaratra, no niatombohan’ny olana. Ren’ilay tompon-trano ny famakiana ny tranony, nivoaka ny trano nanenjika ity jiolahy ilay rangahy ka teo no voavelin’ny hazo ny lohany ka tsy nahatsiaro tena izy. Ren’ny mponina manodidina ny zava-nisy ka raikitra ny fanenjehana ity jiolahy ity. Tratran’ireo fokonolona izy ka naterin’izy ireo teo anivon’ny polisy kaominaly, izay ireto farany indray no nanatitra izany teny amin’ny zandary. Ilay rangahy tsy nahatsiaro tena noho ny daroka nahazo azy kosa dia tsy tana ny ainy na nentina hopitaly aza noho fahaverezan-drà be loatra nahazo azy.

Mitaky fitsaram-bahoaka. Noho ity raim-pianakaviana ity maty, dia nanomboka niakatra ny mari-pana tamin’ny fahatezeran’ny mponina tao Agnalagnampontsy Mananara avaratra; koa tokony ho tamin’ny iray ora tolakandro dia nirohotra nankeny amin’ny biraon’ny zandary izy ireo nitaky ny famoahana ilay jiolahy nefa tsy nanaiky izany ireto zandary. Taorian’izay dia nentin’izy ireo teo an-tokotanin’ny zandary ny fatin’ilay tompon-trano, no mbola nitaky ny fitsaram-bahoaka tamin’ity namono azy ireo vahoaka. Niezaka nandamina ny raharaha ny lehiben’ny distrika sy ny ben’ny tanana ary ny lehiben’ny zandary tany an-toerana, ka ora efatra taty aoriana dia nisy ny marimaritra niraisana ka nentin’ireto fokonolona nody ihany ny fatin’ilay rangahy, nisy ihany koa zandary avy any Maroantsetra nanampy ireo namany tao Mananara avaratra, efa nisy koa ny fandefasana ilay jiolahy any Maroantsetra.

Efa milamina ny raharaha ankehitriny, Nisy ny fanampiana nataon’ny lehiben’ny faritra Analanjirofo Ramaroson Jacques, izay mitondra fanampiana hoan’ireo traboina ao Maroantsetra, ka nanolorany vola Ar.1.600.000; teo koa ny fanampiana avy amin’ny lehiben’ny distrika sy ny ben’ny tanana Ar.1.000.000, izay nitondra ilay rangahy maty hihazo ny fasan-drazany ao Fenoarivo atsinanana, izay niala tany an-toerana ny sabotsy 18 martsa. Nandritra ny sakoroka anefa dia tsy nisy ny poa-basy sy ny olona voasambotra na nisy ny fanafarana zandary avy any Maroantsetra nanampy ireo namany tao Mananara avaratra…

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Bazary be : Saika zava-doza noho ny herinaratra nitselatra

Tsy nisy nanampo na inona na inona ny rehetra fa ny setroka mainty be nivoaka tamin’ity trano karana, izay fipetrahana ny ao ambony raha fivarotana ny ao ambaniny, no nampikoropaka ny rehetra, izay nitranga ny sabotsy tolakandro teo. Avy hatrany dia ny fiantsoana mpamonjy voina sy hain-tranon’ny kaominina, izay haingana ihany ny fahatongavany, no nataon’ny tompon-trano sy ireo mpivarotra manodidina rehetra. Raha nataon’ny mpamonjy voina ny fanadiadiana tao amin’ity trano misy fivarotana an’ny karana tao Bazary be “rue amiral billard” ity, dia resaka herinaratra nitselatra tao an-trano no nahatonga ny fiherehetana, soa fa mbola tsy nahazo ireo fitaovana mora miheritra tao an-trano ny afo nahatonga ny setroka mainty be naterany aloha. Ho an’ny tompon-trano anefa dia tsy nazava tamin’izy ireo ny fitselaran’ny herinaratra nitranga, satria manana ireo fitaovana rehetra hahafahana mijery sy misoroka izany izy ireo. Ho an’ireo trano sy tranom-barotra mifanakaiky sy mifanety amin’ity trano nirehitra ity dia voasoroka ny zava-doza saika niseho, satria raha nisy kely monja dia tranom-barotra sy trano fonenana tsy latsaky ny am-polony no may kila hatramin’ireo entam-barotra. Ankoatra izay, dia nanao ny fiarovana ireo tranom-barotra manodidina noho ny fitangoronan’ny olona ny polisim-pirenena, nisorohana ny mety ho fanararaotana ho an’ny sasany, izay voatery nanapahana ny lalana manoloana ireto tranom-barotra manodidina ilay trano nirehitra. Adiny roa teo ny zava-nisy tamin’izay hain-trano voasoroka mialoha saika nitera-doza goavana tao Bazary be “rue amiral billard” ny sabotsy tolakandro…

Malala Didier