Les actualités à Madagascar du Jeudi 19 Décembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara29 partages

Gospel : New Called fait peau neuve

New Called à découvrir samedi

Nouvelle onction pour les nouveaux jours ! Pas besoin d’attendre la nouvelle année pour entamer les changements. Pour New Called, samedi sera le moment parfait pour un redémarrage parfait.

De « The Called » à « New Called », le groupe de gospel se fait peau neuve. Après le rebranding qui s’est fait depuis le mois de septembre, la machine marche déjà à plein régime. Pour ce week-end, la bande retrouvera les grands amateurs du genre pour la toute première édition de la formule « Secret place ». Samedi, la fête commencera au « Tranon’ny kanto » Ivandry pour un après-midi d’adoration, de célébration et de redécouverte des morceaux de New Called. Le repertoire ? Un bon mélange des incontournables du playlist des chansons d’adoration, avec quelques titres de célébrations populaires et bien évidemment les compositions du groupe comme « Faly aho », « Fitiavanao », ou encore « Fiainako ianao ».

Adorateurs. Cette initiative met en scène une cinquantaine de jeunes, chanteurs, musiciens, techniciens issus de plusieurs églises de la capitale unis par la même passion pour la musique. D’après Njiva Andriamarondraibe, leader du groupe «New Called prend une autre tournure. Dorénavant, l’objectif est d’inviter les jeunes à avoir une relation personnelle avec Jésus en tant que sauveur personnel et devenir des adorateurs du Seigneur.» Faisant du Jean 15 :16 « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi; mais moi, je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne » leur leitmotiv, ils ont d’abord jeté leur dévolu sur la musique en premier lieu. « Nous avons choisi précisément le gospel, car les jeunes malgaches sont férus de musique. Et comme faire carrière dans la musique attire beaucoup, il est important pour eux de s’ouvrir à tous horizons artistiques »enchaîne toujours Njiva Andriamarondraibe. Etant une branche du Madagascar Christian ministries, (MCM), New Called fait partie d’une collectivité qui rassemble des groupes d’intercesseurs et d’intervenants d’actions sociales.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara15 partages

Ambassade de l’Inde et Association Fitia : Programme de réinsertion sociale des victimes de VBG

Des rayons de soleil qui sortent de l’obscurité, femmes en mesure d’apporter de la lumière à Madagascar.

Le tumulte à l’Assemblée nationale lors du vote du projet de loi concernant la violence basée sur le genre dernièrement ne représente en aucun cas une raison de ne pas avancer pour les acteurs de la lutte contre la VBG à Madagascar. La preuve, l’Association Fitia, fervente défenseure des droits de l’homme et de la lutte contre la violence basée sur le genre, en partenariat avec l’Ambassade de l’Inde vient de lancer une formation à destination des victimes de ces violences au centre spécialisé de prise en charge des victimes de VBG à Mahamasina.

Pour ce début, ce sont en tout huit femmes qui ont reçu une formation sur l’assemblage de kits scolaires le 16 décembre dernier au centre spécialisé de Mahamasina. Une initiative conjointe de l’ambassade de l’Inde à Madagascar et de l’Association Fitia de la Première Dame, Mialy Rajoelina dont l’objectif est la réinsertion sociale de ces victimes de VBG. En recevant les techniques pour la fabrication de kit scolaire, ces femmes pourront à leur tour transmettre leur savoir aux écoliers ou développer leurs propres activités. De plus, avec la situation actuelle de l’énergie à Madagascar, il paraît utile de connaître des méthodes pour devenir autosuffisant en énergie. Tout le matériel utilisé lors de cette formation vient de la Fondation Energy Swaraj dirigée par le professeur Chetan Solanki de l’IIT Mumbai.

Solidarité. Ces victimes de VBG sont également devenues solidaires. « J’invite toutes les femmes victimes de violences ou de maltraitance à prendre contact avec le centre, car laisser faire les choses ne résoudra rien !» a raconté l’une des huit femmes formées au centre anti-VBG de Mahamasina. Ce qui est logique puisque pour lutter contre ces actes de violence, s’unir est le seul moyen de se faire entendre. Et concernant ce centre qui a été mis en place depuis le mois de novembre, il s’agit d’une structure presque complète afin d’assurer une assistance de qualité aux personnes. On y trouve un personnel d’accueil, des avocats, des intervenants sociaux ainsi que des médecins. En à peine un mois d’existence, ce centre a déjà reçu une vingtaine de victimes de VBG selon les explications du directeur du centre, Gentiane Andrianisa. D’autres formations seront dispensées au sein de ce centre dans les jours à venir pour ne citer que la formation en communication sur la non-violence et la prévention de l’addiction qui se tiendra très prochainement.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara4 partages

COOPERATION MATHTP-PAGE GIZ : 15 communes rurales autour de Toliara appuyées pour 15 ans

L’environnement et l’appui aux associations sont pris en main par Page GIZ (Programme d’Appui à la Gestion de l’Environnement de Gesellschaft fur Internationale Zusammenarbeit) qui travaille en étroite collaboration avec le gouvernorat de la Région Atsimo Andrefana.

Quinze communes rurales, dans quatre districts (Toliara II, Sakaraha, Ampanihy et Morombe) bénéficient de l’aide de Page GIZ pour une durée de 15 ans. Pour contribuer à la mise en œuvre de la PNAT(Politique Nationale de l’Aménagement du Territoire), les communes rurales (CR) d’Ambohimahavelona, Efoetse, Beheloka, Andranovory, Tsifota, Manombo, Tsianisiha, Ankilimalinika, Sakaraha, Vineta, Bereketa, Ambinany, Mahaboboka, Ejeda, Antanimieva se sont dotées chacune d’un Schéma d’Aménagement Communal (SAC)  leur servant de cadre de référence pour les grandes orientations présentes et futures de leur développement, et aussi pour l’aménagement et la valorisation du potentiel économique et environnemental de leurs territoires. Il faut souligner que l’élaboration du présent programme d’aide, provient des souhaits des communautés locales des 15 CR. Tout un programme pour un développement consensuel. D’autant plus que SAC s’entend avec PNAT et encore avec SRAT (Schéma Régional d’Aménagement du Territoire). Tout se tient avec cohésion.

Pour concrétiser l’accord, une cérémonie a été organisée le 13  décembre à l’hôtel Amazone. Les 15 CR ont été dotés d’ ordinateurs, d’imprimantes et de panneaux solaires. Madame Nomenjanahary Sareine, nouveau SG de la Région, a été déléguée pour la signature sur la Charte de Responsabilités, aux côtés des maires bénéficiaires et des représentants du Ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux  publics.

Charles RAZA

Midi Madagasikara4 partages

Football- UFFOI U20 : Les Malgaches écrasent les Rodriguaises

L’équipe malgache en fête, à l’île Maurice, dans le cadre du tournoi de l’UFFOI.

L’équipe féminine malgache continue à s’imposer à l’île Maurice. Hier encore, les protégées de Haingo Ramiaramanana ont atomisé la formation rodriguaise sur un large score de 12 buts à 0 dans le cadre de la troisième journée du tournoi de l’Union des fédérations de football de l’Océan Indien (UFFOI).

En effet, elles ont marqué sept buts en première période. Solomampionona a ouvert le score dès la première minute du jeu. Prisca n’a pas attendu très longtemps pour doubler la mise à la 8e minute. Très à l’aise, elles creusent l’écart en défilant sur le festival de but (Solomampionona : 11e ; Tombo Jacques : 20e, 36e Mbolaniaina : 31e ; Tahiry : 43e ). Au retour des vestiaires, les Rodriguaises ont essayé d’entamer leur jeu mais la bande à Tombo Jacques ne leur laisse aucune chance. Cette dernière a réalisé un triplé à la 58e minute. Ainsi, l’équipe malgache n’a plus cessé de faire trembler le filet adverse au stade Saint-François Xavier. Fabienne a marqué le neuvième but à la 61e minute, et Mbolatiana a marqué le dixième. Ainsi, Tombo a réalisé un quadruplé à la 73e (11-0) et une Rodriguaise a terminé ce festival de buts contre son camp (12 à 0).

La rencontre avec Mayotte clôturera les matches pour Madagascar le 20 décembre. Mayotte qui a toujours été sortie vainqueur lors de chaque match auquel elle a participé.  Elle se classe  deuxième après Madagascar, avec ses six points lors des deux matchs. Avec trois matches au cours desquels on a pu constater un match nul et deux victoires, l’équipe malgache est actuellement et provisoirement en tête du classement avec sept points. La Réunion a terminé troisième après avoir remporté une seule victoire, hier, face à Maurice par 7 buts à 0.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara2 partages

Polémiques autour de la loi sur les VBG : Idealson dénonce une manœuvre pour créer des psychoses

« Le mariage pour tous n’est stipulé dans aucun des 22 articles de la loi n°009/2019 du 4 décembre 2019 relative à la lutte contre les violences basées sur le genre ». C’est ce qu’a déclaré hier Idealson, le président de la Commission Juridique au niveau de l’Assemblée nationale. Face aux polémiques autour de l’adoption de cette loi, ce juriste qui vient d’être élu représentant de la Chambre basse au sein de la Haute Cour de Justice, a tenu à mettre les points sur les « i ». Selon le député d’Ampanihy, « l’adoption d’une loi favorisant le mariage entre personnes de même sexe à Madagascar est inenvisageable ». « Il est inconcevable qu’une telle loi soit adoptée en terre malgache », a-t-il martelé.

Déstabilisation. En effet, faisant référence à la culture, ainsi que les us et coutumes malgaches, ce parlementaire natif du Grand Sud de la Grande île estime que la population malgache n’acceptera jamais l’adoption d’une loi favorisant le mariage pour tous. Idealson considère les manœuvres des gens de l’opposition, notamment du député d’Ambatondrazaka élu sous la bannière du « Tiako i Madagasikara », Fidèle Razara Pierre, comme « de la diffusion de fausses nouvelles ». « Cette manœuvre est faite uniquement pour créer des psychoses au niveau de la population », dénonce le député d’Ampanihy. Lors d’une manifestation au Magro Behoririka, le député d’Ambatondrazaka a accusé ouvertement le régime Rajoelina de vouloir favoriser le mariage pour tous. Une déclaration qui a incité les observateurs à se demander si avant de procéder à l’adoption de cette loi, les députés ont pris le temps de la lire. En tout cas, de son côté, Idealson lance un appel à l’endroit des autorités en place pour prendre des mesures face aux manœuvres de déstabilisation.

Davis R

Midi Madagasikara2 partages

Remous à Ankatso et Ambohipo : Les grévistes réclament la démission de la ministre de l’Enseignement ...

Les étudiants revendiquent le départ de la ministre de l’Enseignement Supérieur du gouvernement.

La démission de la ministre chargée de l’Enseignement Supérieur est réclamée depuis hier par les étudiants.

Deuxième journée de grève tendue hier à l’université d’Ankatso et à Ambohipo, où la situation a pris une nouvelle tournure. En effet, si pendant la première journée de grève, les étudiants n’ont fait qu’exprimer les maux qu’ils endurent dans la réalisation de leurs études, ils ont réclamé hier la démission de la ministre chargée de l’Enseignement Supérieur Blanche Nirina Richard. Les étudiants ont également revendiqué la libération de leurs camarades arrêtées lors de la première journée de manifestation. Hier, pour accentuer la pression, les grévistes ont pris en otage un policier qui a finalement pu retrouvé sa liberté en début de soirée. Visiblement, les étudiants ne sont pas prêts à abandonner leur combat pendant que les enseignants-chercheurs et les chercheurs-enseignants du SECES observent une « semaine morte », une semaine sans cours à l’université.

Défaillance. Doctorant du département d’Economie de l’université d’Antananarivo,  Zafinjaka Ratovoherinavalona dénonce la défaillance flagrante de la ministre de l’Enseignement Supérieur Blanche Nirina Richard dans la gestion des universités. « Cette défaillance s’est manifestée au début par les fuites de sujets à l’examen du baccalauréat. Le texte souligne que le ministère se charge de la conception et de la sécurisation des sujets. Les universités, quant à elles, s’occupent des examens proprement dits, de la correction et des résultats. », affirme Zafinjaka Ratovoherinavalona pour asseoir la responsabilité du ministère de l’Enseignement supérieur dans cette affaire de fuites de sujets. Par ailleurs, cet étudiant évoque la note circulaire sur le LMD (Licence, Master, Doctorat) récemment prise par le ministère. « Le système LMD a été institué par un arrêté. Or, le ministère a annulé cet arrêté par une note circulaire. Ce qui n’est pas correct administrativement. Pire, le ministère a pris cette note sans être passé par la Conférence des présidents des Universités. » martèle-il.

Destitution. Zafinjaka Ratovoherinavalona  dénonce également le fait qu’un projet de destitution des six présidents des universités serait en gestation. « Ces présidents des universités sont des élus. Actuellement, le ministère se prépare à les destituer. C’est contraire à la loi. », fustige-t-il.  En ce qui concerne l’assainissement des Cités universitaires, ce porte-parole des étudiants grévistes déplore que le ministère ne propose aucune mesure alternative. « Nous ne sommes pas contre cette assainissement, mais c’est la maniere de procéder que nous critiquons. La ministre a imposé que les étudiants quittent leurs logements dans trois mois. Or, certains étudiants sont encore en période d’examen. Par ailleurs, chaque département a son propre calendrier d’examen. La décision du ministère peut être tolérable s’il propose des mesures alternatives permettant de reloger les étudiants qui quittent les cités. », précise notre interlocuteur. Avant d’enchainer sur la grève du SECES : « Ce bras de fer entre les enseignants et le ministère s’explique par le manque de dialogue. » Ainsi, si le ministère de l’Enseignement Supérieur s’enlise dans la recherche de solutions, les étudiants et les enseignants restent fermés sur leurs revendications.

R. Eugène

Midi Madagasikara2 partages

Journée scientifique : Valorisation des compétences des jeunes filles dans les filières scientifiques

Une journée scientifique a été organisée par les membres du noyau dur du programme STEM ( Science Technology Engineering Mathematics), qui est composé du MENETP, de l’UNESCO, le COMNAT/UNESCO, le FAWE, le FAFED, la JCI et l’IKALA STEM, hier mercredi 18 décembre 2019 au niveau des 3 régions, notamment aux Lycée Jean Joseph Rabearivelo (LJJR) pour Analamanga, Lycée Privé Avenir (LPA) pour Itasy et Collège Sainte Jeanne d’Arc pour Boeny.

Au Lycée Rabearivelo, plus de dix lycées ont participé à la journée scientifique. Traitement des eaux usées, énergie renouvelable au service de la vie quotidienne, inciter les jeunes filles à avoir un esprit créatif, tel est l’objectif de la journée scientifique. « Beaucoup de gens pensent que les matières scientifiques sont fait pour les garçons. Pourtant, j’ai remarqué que les filles obtiennent en moyenne de meilleures notes que les garçons aux examens » a commenté Rova Andrianantoandro, enseignante aux Lycée Andranonahoatra. « En 2018, les filles ne représentent que 4% des étudiants en série C, cette année il y a eu une légère augmentation. On voit bien que les filles s’intéressent de plus en plus aux matières scientifiques » a affirmé Laingoharimiadana Ralison professeure de SVT au lycée Nanisana.

Lors de son discours, Monsieur Manda Herilaza RAVELOJAONA, Secrétaire général de la COMNAT/UNESCO a précisé qu’à travers ce projet, les jeunes filles comprendront l’importance de choisir la filière scientifique dans leurs cursus scolaires. Véritables catalyseurs de la réalisation du programme de développement durable à l’horizon 2030, les STEM sont aussi des moteurs puissants d’innovation et proposent des approches et des solutions novatrices face aux enjeux présents et à venir du développement durable de la croissance et du bien-être social.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara1 partages

La natation en deuil : Narivonjy Randrianjafy n’est plus

Consternation dans le petit monde de la natation à l’annonce de la mort de Narivonjy Randrianjafy appelé affectueusement Nary Goma par ses nombreux amis. Ce capenien sorti de l’ENS Éducation Physique et Sportive a consacré sa vie entière à la natation où il s’est surtout spécialisé dans la formation. Sa vie tournait d’ailleurs autour de la piscine de l’Académie Nationale des Sports où il enseignait avec un très grand dévouement doublé d’une passion sans commune mesure qui le rendait le plus sympathique aux yeux de tous. A sa famille, Midi Madagasikara adresse ses sincères condoléances. Repose en paix Nary !

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

Fandikan-dalàna : Zandary efatra nahiditra am-ponja tany Toamasina

Nivoaka ny tatitra voalohany teo amin’ny vondrom-pileovan’ny zandarimariam-pirenena Atsinanana. Nandritra izany no namoahan’izy ireo fa tamin’ity taona 2019 ity dia zandary 04 no voatery naiditra am-ponja noho ny fandikan-dalana nataon’izy ireo. Nisy ireo nifandray tendro tamin’ny andian-jiolahy. Teo kosa ireo nandika ny lalam-piarahamonina tsotra izao. Zandary iray koa, araka ny voalazan’ny tatitra, no voatery nafindra toerana noho ny sazy, ary miisa 45 ireo zandary voatery nosazina anatiny noho ny fandikan-dalana mifehy ny zandarimariam-pirenena. Nisy zandary Atsinanana 20 ihany koa nahazo fankasitrahana ny asany sy ny andraikitra tontosa nankinina taminy. Ankilan’izay, araka ny voalazan’ny tatitra hatrany, dia antso vonjy miisa 98 no voarain’ny zandary Atsinanana ka ny 78 tamin’izany nanaovan’izy ireo fisahanana izay saika nahazoam-bokatra avokoa. Nahitana fitomboana ihany koa ny fisahanana ny halatra lavaninina tamin’ity taona ity, satria raha 19 izany ny taona 2018 dia niisa 56 be izao izany tamin’ity taona ity. Ireo heloka hafa kosa dia nahitana fihenana teo anivon’ny zandary. Isan’izany aloha ny tsy fisian’ny fakana an-keriny tamin’ity taona ity. Teo koa ny fihenan’ny fanafihana toerana misy vola izay tsy nisy afa-tsy 02 tamin’ity taona ity raha niisa 07 izany ny taona 2018. Ny halara taolam-paty izay 03 monja tamin’ity taona ity raha 09 izany ny taona lasa. Ary ny fitsaram-bahoaka dia nihena ho 04 ny raharaha nosahanin’ny zandary raha niisa 09 izany ny taona 2018, ka ny tao Vatomandry – Mahanoro no tena nahitana izany, hoy ny zandary Atsinanana. Ankoatra izany dia nahitam-bokatra koa ny fiaraha-miasa teo amin’ny zandary Atsinanana sy ny andrimasom-pokonolona tamin’ny fisahanana ny filaminam-bahoaka isam-pokontany teto Toamasina tampon-tanàna. Fokontany 04, Tsarakofafa – Tsararivotra – mangarano – Ambalamanasy, no nametrahan’ny zandary ny olombelony tao anatin’ny 02 volana ny “poste fixe”. Mbola tohizana ny ezaka, hoy ny zandary, raha mangataka “poste avancée” ny andrimasom-pokonolona, noho ny tsy fandriampahalemana sy ny fampiasana basy ataon’ireo jiolahy.

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Décentralisation : Déblocage de 1,4 milliard d’ariary pour chaque gouverneur

Vue partielle des participants à la table ronde.

C’est une innovation en matière de décentralisation. L’idée vient du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation. 250 participants comprenant des gouverneurs, des responsables issus des services techniques déconcentrés et des 22 ministères sectoriels, ainsi que les partenaires techniques et financiers ont pris part à la table ronde sur la décentralisation qui s’est tenue les 17 et 18 décembre.

L’objectif est de coordonner les politiques sectorielles pour une décentralisation émergente. A cet effet, le Gouvernement malgache relance le processus de Décentralisation dans la Grande Ile en tenant compte des priorités établies dans l’Initiative Emergence Madagascar (IEM), la Politique Générale de l’Etat (PGE) et le Plan Emergence Madagascar (PEM). Pour ce faire, 1,4 milliard d’ariary seront débloqués pour chaque gouverneur. La signature entre le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation et les 11 gouverneurs a été effectuée, hier, au Carlton. Notons que cela rentre dans le cadre du transfert des moyens pour les Collectivités Territoriales Décentralisées tout en tenant compte des textes en vigueur.

Echanges interministériels. Sous le leadership du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation et avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), de la Coopération technique allemande (GIZ), et la Banque Mondiale à travers le Pôle Intégré de Croissance (PIC), des échanges interministériels sur la Décentralisation se sont tenues durant deux jours à l’Hôtel Carlton Anosy. Le thème a porté sur les «Politiques sectorielles coordonnées pour une décentralisation émergente». Cette initiative vise notamment l’appropriation de la nouvelle vision du processus de décentralisation et l’identification des axes stratégiques de la future lettre de politique de décentralisation émergente.

Personnes ressources. Les représentants de l’Exécutif, du Parlement, des Collectivités territoriales décentralisées dont les gouverneurs des Régions, les Représentants de l’Etat au niveau déconcentré ainsi que les Préfets, les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) et les personnes ressources des projets et programmes accompagnant le processus de décentralisation à Madagascar étaient attendues pour cet événement clé. Deux thématiques ont été approfondies lors de cette rencontre à travers des sessions en panel et des discussions de groupes dont les questions relatives à la Territorialisation des politiques publiques ainsi qu’aux Finances et Décentralisation.

Réforme en profondeur. Après 25 années de mise en œuvre de la décentralisation à Madagascar, le constat a fait état d’un processus qui reste inachevé. Les effets escomptés sur l’amélioration de la vie de la population sont mitigés. La vision actuelle de l’IEM en matière de décentralisation préconise une réforme en profondeur, structurante et ambitieuse dans le processus de décentralisation. La Politique Générale de l’Etat accorde une priorité à « l’autonomie et la responsabilisation des collectivités territoriales décentralisées », visant à assurer d’une part une stabilité politique et une modernisation des structures et des procédures administratives pour relancer la décentralisation, et d’autre part un ancrage territorial solide des politiques publiques pour une émergence réussie et équilibrée du pays.

Recueillis par Dominique R

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Navaze Veldjee libéré.

Après 6 jours de détention, le numéro un de Vel’optic a retrouvé la liberté. C’est le (CFOIM) Collectif des français d'origine indienne qui a partagé cette information sur sa page Facebook. Rappelons que cet opérateur économique indien a été enlevé le 12 décembre dernier pour la deuxième fois, à Soavimbahoaka, par des hommes armés, devant chez lui.
Les conditions de libération de Navaze Veldjee n’ont pas été données par le collectif. Mais il se pourrait qu’une rançon ait été versée pour les ravisseurs. En effet, dans ce genre de situation, la famille n’ose pas porter plainte par peur de perdre leur proche. En 2018, la détention de Navaze Veldjee a duré 15 jours.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : GNBC a perdu leur troisième match face au Rwanda, le pays hôte

La GNBC (Gendarmerie Nationale Basket-ball Club) a montré une bonne prestation et bon jeu de Basketball pendant les trois premières journées des éliminatoires du TOP 16 du Basket AfroLeague pour la division Est au Rwanda. Après avoir battu les Tanzaniens et les Zambiens, La bande à Elly a perdu face aux Patriots BBC du Rwanda.
La GNBC (Gendarmerie Nationale Basket-ball Club) a montré une bonne prestation et bon jeu de Basketball pendant les trois premières journées des éliminatoires du TOP 16 du Basket AfroLeague pour la division Est au Rwanda. Après avoir battu les Tanzaniens et les Zambiens, La bande à Elly a perdu face aux Patriots BBC du Rwanda.
Ino Vaovao0 partages

HERISETRA TAO SAMBAVA : Jiolahy telo matin’ny fitsaram-bahoaka, efa-dahy voasambotra

Raha tsiahivina dia nitrangana fanafihana narahana famakiana trano, ny alin’ny zoma 13 desambra hifoha sabotsy 14 desambra tao amin’ny tanàna voalaza eo ambony.Araka ny fampitam-baovao voaray dia jiolahy miisa valo no nahavanona ny fanafihana. Avy hatrany dia nofirain’ireo olon-dratsy tamin’ny antsibe ilay rangahy tompon-trano ka voa teo amin’ny lohany. Ninia tsy nihetsika ity farany ka noheverin’ireo jiolahy maty, ka nalalaka tamin’ny asa ratsiny naka entana izay tiany hatramin’ny vola tahiry ireto olon-dratsy tsy mataho-tody ireto.

Araka ny fampitam-baovao hatrany dia haingana ny antso vonjy nataon’ilay rangahy tompon-trano ka niezaka nanara-dia ireo jiolahy ny fokonolona ary efa misy ny niantso ny zandary. Fotoana vitsy taty aoriana tamin’io andro nitrangan’ny fanafihana ny maraimbe ny sabotsy io ihany  dia voasambotra ny telo tamin’ireo jiolahy. Fa ny sasany izay voalaza fa nirongo basy dia tafatsoaka. Fantatra nandritra izany fa olona iray avy tao an-tanàna ihany no nitarika ireo jiolahy namany ka nanafika ilay tranom-barotra.

Niakatra araka izany ny hatezeram-bahoaka ka nitora-bato narahana daroka natao tamin’ireo jiolahy telo tratra ireo. Tsy voasakan’ireo zandary izany teny an-dalana ka niafara tamin’ny famoizana ny ain’ireo jiolahy. Araka ny voalaza ihany fa mbola tratra niaraka tamin’ireo olon-dratsy, ireo entana sasany avy nangalariny.

Andro vitsy nitrangan’ny fanafihana izao dia voasambotry ny zandary, ny alatsinainy lasa teo ny efa-dahy anisany nanafika tamin’ilay tranom-barotra. Atolotra ny Fampanoavana ao Antalaha ireto farany aorian’ny fanadihadiana ataon’ny zandary.Marihina fa mbola mitohy hatrany ny fikarohana ataon’ny zandary, satria araka ny voalaza dia mbola karohina ny iray izay mbola tsy tratra hatramin’izao.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

TSY FANDRIAM-PAHALEMANA ISOTRY : Tra-tehaka ilay jiolahy mpamaky trano

Raha  ny  tatitra voaray avy  amin’ny  Polisim-pirenena omaly, tovolahy iray no voasambotry ny polisy ao amin’ny boriborintany fahaefatra Isotry tao Manarintsoa Isotry, ny 17 desambra 2019 nohon’ny resaka vaky trano, ny 16 desambra 2019 dia tonga nametraka fitoriana tao amin’ny kaomisaria ny ramatoa iray izay monina ao Manarintsoa Isotry fa nisy olona namaky ny lakoziany ka very tamin’izany ny entana sy fitaovana maro samihafa. Nolazainy fa fantany ilay namaky ny tranony, nisy olona ihany koa nahita ilay tovolahy teo am-panaovana ny asa ratsiny, tokony ho tamin’ny 01 ora maraina tany  ho any.  

Avy  hatrany  dia nampandre ny tompon-trano ny vavolombelona, niandry ny andro mazava moa ny tompon-trano vao nanatona ny polisy ary nametraka fitoriana. Nandray ny andraikiny rahateo  koa ny  polisy ka nanao ny fikarohana ary fantatra fa io tovolahy voalaza etsy ambony io no nanao ny asa ratsy. Tamin’ny famotorana natao azy dia niaiky ny heloka vitany  ny  lehilahy. Hentitra    hatrany  moa  ny  mpitandro  filaminana   amin’ny  fisafoana  ny  tanàna  indrindra  eny  amin’ny  faritra  iva. Raha ny  zava-misy    eny  amin’ny  fiarahamonina dia   maro  ireo  iharan’ny  fanendahana, fisolokiana  amin’ny  toerana  be olona  rehefa  ankatoky ny  fety  tahaka izao  eto  an-drenivohitra.

Tatianà R.  

Ino Vaovao0 partages

FANABEAZAM-PIRENENA : Nahazo provizera vaovao ny lisea teknika Antsiranana

Araka izany, notanterahina ny alatsinainy teo ny famindram-pahefana teo amin’izy  mirahalahy izay natrehan’ny filohan’ny komity mpandridra ny fampianarana teknika any amin’ny Faritra Diana na Pcc Bemena Albert. 

«  Izao fifamindram-pahefana izao tsy midika fa tsy nahavita tamin’ny andraikitra napetraka taminao ianao fa mpiasam-panjakana isika ary maro ny andraikitra hafa miandry antsika tsirairay  », hoy Randriamilahatra Rémi tamin’ny provizera teo aloha nandritra ny  kabary nataony. Nambarany ihany koa fa tsy natao hireharehana ny toerana provizera ary tsy manana fahavalo ny tenany. 

«  Tsy misy afa-tsy ny habadoana ny fahavalontsika rehetra mpanabe ka andao isika hiara-hientana hampandroso ny lisea tekinikan’i Antsiranana  », hoy hatrany Randriamilahatra Rémi.  Velirano nataon’ity farany araka izany  ny hampandroso sy hampisongadina ny lisea tekinika izay tantaniny ho reharehan’i Antsiranana. Nisaotra ny Minisitry ny fanabeazam-pirenena sy fampianarana ara-teknika sy arak’asa, Volahaingo Marie Thérèse ihany koa ny tenany noho ny fitokisana napetrany taminy.

Faly ireo mpianatra

Taorian’ny fifamindram-pahefana natao dia natolotry ny Pcc Bemena Albert ny mpianatra ny provizera vaovao. Naneho ny hafaliany tamin’ny alalan’ny «  goma  » sy dihy ireo mpianatr’ity sekoly ity ary nisaotra ny minisitera mpiahy ny solontenany tamin’ny nanendrena an-Randriamilahatra Rémi amin’izany toerana izany.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

CNFPPSH : Mahavita mamorona asa ho azy manokana ny olona manana fahasembanana

Nohamafisiny fa tsy tokony hatao tsinontsinona ny olona manana fahasembanana satria mila fanohanana sy tohana eo amin’ny lafiny rehetra izy ireny. Ireo antony ireo indrindra no nahatonga ny OIT nanampy ny olona manana fahasembanana hioitra sy hahavita tena amin’ny fiainana.

Manodidina ny 30 ireo andiany indray mihira nahavita fiofanana navoakan’ny sekoly fanabeazana sembana  tetsy Ampandrianomby, omaly. Nomena fiofanana mahakasika ny fandraharahana sy ny famoronana asa ho azy ireo manokana izy ireo ary nanohana azy tamin’izany ny OIT sy ireo mpiara-miombon’antoka hafa. “Laharam-pahamehana ny  fampananan’asa ho an’ny tanora ka mampirisika ny fitondram-panjakana hanosika ny fiarovana ny zon’ny olona manana fahasembanana mba hahafahan’izy ireo mivelatra eo amin’ny tontolon’ny asa”, hoy ny talen’ny Oit eto Madagasikara. 

Nizara telo ny fiofanana narahin’ireo mpiofana. Teo ny niofana mahakasika ny tontolon’ny fikarakarana sakafo, teo koa ireo niofana mahakasika ny asa tanàna ary ny fahatelo nefa lehibe indrindra dia ireo nanaraka fiofanana mahakasika ny famokarana angovo azo havaozina.

Mahavita tena ny olona manana fahasembanana navoakan’ny ivon-toeram-piofanana saingy tsy maintsy mbola arahi-maso sy tohanana hatrany mandra-pitsangan’ny orinasany manokana, hoy ny talen’ny CNFPPSH, Andrianainarivelo Mahandry.  Nambarany koa fa  “afaka mandray anjara amin’ny fampandrosoana ny tanora manana fahasembanana na inona na inona kilemany satria manana manam-pahaizana manokana miandraikitra azy ireo ity ivon-toerana ity.” Porofon’izany, maro amin’ ireo mpiasa raikitra maherin’ny  40  ao amin’ny CNFPPSH amin’izao  no manana fahasembanana avokoa kanefa mahavita tsara ny andraikitra sahaniny.

Tsiahivina fa efa tamin’ny taona 1991 no nisokatra voalohany ity ivon-toerana ity ary natao hoe “Centre de Réadaptation” ny anarany tamin’izany. Novaina ho «  Centre National de Formation Professionnelle des personnes Handicapée  » indray izy tamin’ny taona  2001 ary tamin’ny taona 2011 no nanovana farany ny anarany ankehitriny ho CNFPPSH na “Centre National de Formation Professionnelle des Personnes en Situation de Handicap ».  Nivoatra nanaraka ny toetr’andro ny ivon-toerana ary tsy nitsaha-nitombo koa ireo ratsam-piofanana niforona. Efa mahatratra 10 mahery izany ankehitriny ka tafiditra ao anatiny ny fikarakarana sakafo, zaitra,  ny informatika, asa tanana sy ireo maro hafa.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

MANDRITRA NY FETY : Hojerena manokana ny lafiny fitohanan’ny fifamoivoizana

Nanatanteraka valan-dresaka tamin’ny mpanao gazety, omaly alarobia faha 18 desambra 2019 araka izany ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny Minisiteran’ ny fitaterana sy ny famantarana ny toetrandro, ny ministeran’ny Filaminam-bahoaka, ny tompon’andraikitra eo anivon’ny Zandarimariam-pirenena, ny Minisiteran’ny serasera sy ny kolontsaina, ny avy eo anivon’ny Antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety na ATT, ny avy eo anivon’ny Prefektioran’ny tanànan’Antananarivo ary ny ny kaominin’ Antananarivo Renivohitra . 

Taorian’ny fihaonana maromaro teo amin’ireo vondrona ireo dia nisy ny fandraraisana fepetra handrindrana ny fifamoivoizana  : -Fampitomboana ny isan’ny Polisy nasionaly miasa mandrindra ny fifamoivoizana amina fihaonan-dalana miisa 10 manaraka ireto  : Filatex, Anosizato, Ampasika, Tsarasaotra, Ambodimita, Analamahitsy, Ambanidia, Ampasapito, Antanimena ary Ambohijatovo. -Hisy ny fampitana mivantana amin’ny haino aman-jery mahakasika ireo toerana tena ahitana fitohanana lava reny. 

Hohamafisina amin’ny alalan’ny Polisy monisipaly ny fandaminana ny fiantsonan’ny fiara fitateram-bahoaka. -Hisy ny fanalana ireo fiara miantsona amin’ny toerana tsy tokony hiantsonany mba hisorohana ny mety ho fitohanan’ny fifamoivoizana. -Ahetsika ny mpitandro filaminana mba hamaha avy hatrany ireo olana ara-pifamoivoizana -Marihina fa tsy  maintsy hisy ny fanasaziana ireo izay tsy manara-dalàna .

 Miantso ny  rehetra  mba hanara-dalàna, Polisy  miisa 1700 no hahetsika

Miantso ny rehetra mba hanaraka ny fandaminana apetraky ny tompon’andraikitra isan’ambaratongany mba hahafahantsika mifety am-pilaminana. Fantatra nandritra ity fotoana ity  moa fa efa  manankery nanomboka ny talata faha 17 desambra 2019 ka hatramin’ny faha 04 janoary 2020 izao fepetra manokana noraisina izao. Voakasik’izao fanambarana izao avokoa moa ny mpampiasa lalana rehetra, ary ny fanasaziana hatao dia voafaritra tanteraka ao amin’ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana.

Hisy ihany koa ny fepetra hentitra horaisina manoloana ireo posy sy sarety tsy manaraka ny fandaminana apetraka mba hisorohana ny mety ho fitohanana aterany. Raha ny avy eto anivon’ny Minisiteran’ny Filaminam-bahoaka manokana dia Polisy miisa 1700 no hiara-hiasa sy hitandro ny filaminana mandritra ny fety. Efa misy ihany koa ankehitriny ny fifanaovan-tsoniam-piaraha-miasa amin’ireo tambazotram-pifandraisana mba hamerenana indray ny laharana maitso ahafahana miantso ny Polisy maimaim-poana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FITOKONAN’NY MPIANATRA TENY AMBOHIPO : Nilanja sora-baventy nitaky ny fialan’ny Minisitra izy ireo

Nitohy  ny  fandorana kodiarana, fanapahana  lalana narahina tabataba sy  horakoraka. Teo anelanelan’ Ambolokandrina sy "3 chemins" ireo mpianatra no  nitangorona  nanao fitokonana  ary  tapaka tanteraka ny lalana rehetra manodidina an’ Ankatso sy Ambohipo tamin’izay  fotoana izay. Efa tazana niatrana teny amin’ny "3 chemins" ihany koa ny mpitandro filaminana.  Nilanja   sora-baventy  ireto  mpitokona izay  manambara  hoe  "Mialà ny Minisitra fa tsy mahavaha olana".  

Nohamafisin’izy  ireo   ny  fitakiana  ny  fanalana  ny   Minisitra ny  Fampianrana  Ambony  sy  ny  Fikarohana ara-tsiansa noho ny  fahatsapan’ireto farany  fa  tsy  mahavaha olana.    Etsy  andanin’izay  dia nitaky ihany koa ireto mpianatra ireto ny tokony hametrahana ny filohan’ny Oniversiten’ Antananarivo, ho amin’izany toerana izany. Azo   lazaina    aloha  hatreto  fa  mbola tsy  voavaha  ny  olana   ary  vao mainka niha nahazo  hery  aza izany. Arahina  akaiky   ny  fivoarany  sy  ny  tohin’ny  toe-draharaha   ankehitriny.

Tatianà R.

La Vérité0 partages

Industries extractives - Un changement dans le calcul des bénéfices de l’Etat

En plein cœur de la réforme du Code minier. Le Premier ministre Ntsay Christian ressent une sorte d’ « injustice » dans l’exploitation de nos ressources minières au point de procéder à l’audit de Qit Madagascar Minerais (QMM) dernièrement. En effet, la dette de l’Etat envers la société Rio Tinto dans le cadre de l’extraction d’ilménite à Taolagnaro s’élève aujourd’hui à 93 millions de dollars. « Une situation illogique puisque l’exportation de ces ressources se poursuit» selon les propos de Premier ministre Ntsay Christian durant l’ouverture du salon des mines au Mining Business Center Ivato, hier. Malgré la situation, le chef du Gouvernement reconnait que le pays a besoin de l’exploitation minière pour son développement. Toutefois, l’Etat ne pourra la valoriser qu’à l’aide de la bonne gouvernance. Et ce, en commençant par les réformes du code minier. « Nous allons redresser le secteur minier pour qu’il y ait des impacts tangibles sur la vie de la population. Ce redressement commence par les réformes du code minier. Nous allons modifier les bénéficies de l’Etat. Elles seront désormais déterminées en fonction de la quantité de l’exploitation et non plus à partir des parts de l’action comme auparavant », avance-t-il.

Madagascar possède des ressources naturelles abondantes pourtant sa trajectoire est contrastée en matière de développement. Les zones d’exploitation demeurent en majorité pauvres contrairement à la valeur des matières exploitées dans le sous sol. « Je cite le cas d’Ambilobe. La Région ne connait aucun progrès social que ce soit en matière d’infrastructures routières, d’accès à la santé et à l’éducation. En résumé, la population est pauvre. Alors que 80% de l’or du pays proviennent de cette Région. En plus de cela, le secteur minier contribue seulement à 4% de la richesse nationale », souligne le Premier ministre.

L’objectif du salon des mines consiste surtout à favoriser l’échange entre le public et le privé. Un atelier de consultation de toutes les parties prenantes se déroule aujourd’hui dans le cadre de cette réforme du Code minier. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Fêtes de fin d’année - Des tarifs promotionnels chez Baolai

A l’approche des fêtes de Noël et de fin d’année, les grandes enseignes rivalisent d'ingéniosité pour satisfaire le public, à l’instar de la société « Baolai ». « Les idées cadeaux ne manquent pas chez nous, avec un large panel d'articles de premier choix en électroménagers, proposés à des tarifs promotionnels, comme les Subwoofer, Smartphone, table de mixage, réfrigérateur, machine à laver, panneaux solaires, four micro – onde etc. En bonus, les prix cassés sur nos Smart Tv et Télé Led (disponibles entre 19’’ et 75’’ avec garantie 1 an) continuent jusqu'au 31 janvier 2020, dans la limite du stock disponible » dixit un responsable.

Exceptionnellement, les boutiques de cette grande enseigne seront ouvertes toute la journée des dimanches 22 et 29 décembre 2019 prochains. Les points de vente de la société « Baolai » se situent, notons-le, à Analakely en face du siège de la CUA (à côté de l’arrêt bus 137), sur l’avenue de l' Indépendance, à Soarano en face de la Mairie du 1er Arrondissement, au SEG et en face de l’Epp Soarano et à Bazar Be Toamasina. Ce douzième mois de l'année promet d'être joyeux avec cette grande enseigne qui a pignon sur rue.

La Vérité0 partages

Vonjy Andriamanga - Sur des charbons ardents !

Une nomination surprise, inattendue et assez critiquée. Vonjy Andriamanga, l’ancien ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures, vient d’être nommé à la tête de la JIRAMA, mercredi dernier. Désormais, il sera donc la tête pensante de cette entreprise à problèmes. Effectivement, entre les délestages incessants et l’amplification des problèmes d’approvisionnement en eau potable, sans oublier les innombrables plaintes des usagers, ce nouveau directeur général de la société nationale d’eau et d’électricité aura alors du fil à retordre. Pourtant jugé incompétent au mois d’octobre dernier, notamment sur les problèmes rattachés au carburant avec la fausse pénurie, il a été démis de ses fonctions de ministre. Aujourd’hui, le Président de la République, Andry Rajoelina, et le Gouvernement lui offrent  une seconde chance pour faire ses preuves avec un poste plus spécifique correspondant mieux à son profil.

Maintenant, au sein de la JIRAMA, il ne sera plus en charge que des problèmes d’électricité et d’eau. Alors qu’au sein du ministère, il était éparpillé entre les contrats de la JIRAMA, le domaine de l’énergie, le carburant ainsi que l’approvisionnement en eau. Face à cette restriction de problèmes à gérer, Vonjy Andriamanga est donc condamné à réussir pour prouver à tous ses détracteurs et ceux qui l’ont choisi qu’il est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. En termes de formations, il possède en effet les compétences nécessaires pour être à la tête de la JIRAMA notamment avec son diplôme d’études approfondies en énergétique et combustion et celui d’études supérieures spécialisées en système de distribution de l’électricité. Il en va de même sur les questions d’expérience avec des fonctions techniques et managériales dans de grandes entreprises énergétiques comme EDF ou encore ENGIE.

En tout cas, la passation de service s’est déjà faite hier entre le DG entrant et le directeur général par intérim, Albert Ravelojaona. Pour l’occasion, Vonjy Andriamanga s’est déjà fixé des objectifs à atteindre comme le redressement de la JIRAMA pour arriver à son indépendance financière, l’apurement de toutes les dettes ainsi que la mise en place d’une bonne gestion des ressources humaines. Des objectifs ambitieux rejoignant notamment la demande du Président de la République : le redressement de la JIRAMA d’ici 2021. La Rédaction

La Vérité0 partages

Des montages sur scène

Ankatso s’agite ! Ambohipo s’embrase ! Vontovorona s’enflamme ! Des usagers de la JIRAMA s’insurgent ! Bref, le pays serait-il en crise ? Existe-t-il réellement de vives tensions ? Sinon, quelques « têtes pensantes » maniganceraient-elles quelque part des troubles ?  Et cela dans un but diabolique de faire coller à Madagasikara cette image d’un « pays à problèmes », infréquentable et à terme ferait fuir les investisseurs ou tout au moins découragerait les partenaires à  accompagner la Grande Ile dans ses efforts de redressement. A la rigueur, on veut véhiculer le message selon lequel Madagasikara vit les mêmes tensions que connaissent certains pays. Entre autres, l’Algérie où les jeunes rejettent le « système Bouteflika » et contestent l’élection présidentielle remportée par Abdelmadjid Tebboune, un ancien proche du Président déchu. Les Algériens ne décolèrent pas et battent les pavés d’Alger ou dans d’autres grandes villes du pays. Au Liban, malgré la démission du Premier ministre Saad Hariri, on continue de descendre dans la rue. On s’en prend à la classe politique autour du Général Aoun. De même en Irak, le départ forcé du chef de Gouvernement n’a pas suffi à calmer les tensions. On fustige le régime englué dans des affaires de corruption tout en dénonçant la mainmise de l’Iran sur la gestion des affaires irakiennes. En France, la tension ne faiblit point en créant de vrais ennuis au système macronien. La grève des syndicats et des simples salariés, agents de l’Etat ou du secteur privé confondus, contre la réforme de la retraite voulue ou …imposée par Edouard Philippe gagne en intensité. Et les festivités de fin d’année risquent d’être gâchées. Disons sans ambages que tous ces problèmes tant décriés par les manifestants existent réellement dans ces pays susmentionnés.

Pour ce qui est de Madagasikara, qu’en est-il exactement ? Pour le peu qu’on scrute de près, on clame dans la plupart des cas  des faux-problèmes. Les vrais problèmes du pays se résument en quelques termes : la pauvreté, l’insécurité, la corruption, l’impunité, l’indiscipline, … Des « ennemis » qu’il faut combattre sans pitié et pour toujours. Les nouveaux tenants du pouvoir issus de récentes  élections sont déterminés plus que jamais à mener  une bataille farouche et sans état d’âme pour les éradiquer, les neutraliser de leurs capacités de nuisance jusqu’à leurs dernières tanières.    Seulement, on est à peine à un an de l’anniversaire de la prise de pouvoir du régime IEM. Rajoelina et son équipe n’ont pas ménagé leurs efforts pour jeter les bases de lutte en vue de sauver le pays. Et voilà que les détracteurs sèment la pagaille en montant de toutes pièces des mobiles pour attiser la tension.

On peut partager volontiers l’avis de Mme Perrine Louart, chef de la délégation régionale du Comité international de la croix- rouge (CICR), à son départ quand elle a déclaré que « les contestations reflètent le jeu normal de la démocratie ». Oui mais, il faut faire la part des choses  car à force de cogner, l’arbre finit par s’ébranler ! Certes, on ne peut ignorer certaines maladresses de quelques hauts responsables dont des membres du Gouvernement auxquels les deux têtes de l’Exécutif sont appelées à prendre les mesures qui s’imposent.Dans l’ensemble, on a affaire à des montages sur scène.  Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Nativité - Antananarivo s'illumine pour les fêtes

Antananarivo se pare de lumière à l'approche de Noël. Hier, le Président de la République et son épouse ont lancé les festivités. Pendant les fêtes, Antaninarenina et Ambohitsorohitra, et plusieurs autres endroits de la Capitale s'illumineront. Antananarivo met ses habits de fête. Les rues d'Antaninarenina et ses environs, s'illumineront pour mettre des étoiles plein les yeux des Tananariviens.  Le Président Andry Rajoelina et son épouse Mialy Rajoelina ont donné le coup d'envoi des festivités  à l'occasion des fêtes de la Nativité. Le Chef de l'Etat a lancé officiellement les illuminations dans la Capitale. Et ce, devant un parterre d'invités. Une manière pour le numéro Un de l'Etat de marquer à sa façon son désir de remplir le Noël des Malagasy d'amour et de lumière.

 

« Notre souhait est que l'étoile qui a apporté la lumière à Bethléem apporte la lumière qui conduira notre pays vers le développement », a confié le Président de la République lors du lancement de ces illuminations. Et lui de formuler le vœu que « les fêtes de Noël apportent la lumière et la paix pour le pays » et que celles-ci « soient emplies d'amour, d'entraide, de pardon, de tolérance, de solidarité pour les Malagasy ». Pour leur première fête de Noël en tant que couple présidentiel, le Chef de l'Etat et son épouse n'ont pas fait les choses à moitié. Depuis le début de cette semaine, des guirlandes lumineuses habillent somptueusement le Palais d'Etat d'Ambohitsorohitra. Ampoules multicolores, guirlandes et décorations lumineuses revêtent dorénavant également les avenues jouxtant le Palais.  Ambohitsorohitra et d'Antaninarenina, ainsi que de certains endroits de la Capitale malagasy comme les alentours du lac Anosy se transforment et plongent dans une atmosphère féérique. Des concerts se tiendront chaque soir jusqu'au 24 décembre la veille de Noël à Antaninarenina. Le podium sera animé chaque jour à partir de 19 heures par des chorales et des artistes de renom. Une vitrine de Noël est également installée à proximité. Exceptionnellement, le Palais d'Etat d'Ambohitsorohitra, une zone rouge, sera ouverte au public.

L'esplanade de cet endroit accueillera les visiteurs qui voudront regarder la crèche installée pour l'occasion.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Kidnapping - Navaze Veldjee libre

 Alors que ses proches et les médias locaux  ont annoncé non sans inquiétude que l'otage de l'Indopakistanais Navaze Veldjee allait entamer sa septième journée de détention,  voilà que ses ravisseurs l'ont relâché dans la nuit du mercredi, précisément vers 22h sur la route du By-pass. Cet opérateur de la filière, qui avait été enlevé pour la seconde fois, est donc sain et sauf. Et il a pu déjà retrouver les siens, selon une information. La nouvelle de sa libération semble être pourtant rapportée  presque sans grand tapage. A peine, la source l'a révélée en une ou deux phrases sur Facebook.

 

Interrogée,  la section de recherche de Gendarmerie de Fiadanana n'a pas officiellement confirmé cette information hier. A notre source de préciser qu'il n'y eut aucune intervention des Forces de l'ordre pour contribuer à la mise en liberté de l'otage « Sans doute, le CFOIM possède plus de renseignements sur la nouvelle de la libération de la victime comme Facebook l'a avancé depuis. De plus, nous ignorons totalement si la famille de l'otage a porté plainte ou non, ou bien si elle a accepté de payer une rançon », a ajouté notre source.

Pour sa part, l'organe de communication, actuellement en plein chamboulement du Collectif des Français d'origine indienne de Madagascar (CFOIM), n'a pas non plus confirmé, ni infirmé. « Jusque- là, nous n'avons pas reçu confirmation de la plus haute hiérarchie », a-t-on appris de ce côté-là. Même silence radio total au niveau de la commission mixte anti-kidnapping.

Notons  que les ravisseurs l'ont enlevé vendredi matin l'autre semaine, et ils l'ont donc relâché plus récemment. Et qu'une promesse de forte récompense était prévue pour ceux ou celles qui ont des informations fiables, permettant aux enquêteurs d'avancer dans leurs investigations, selon toujours les membres du collectif.

Un bref rappel des faits s'impose. La victime avait été enlevée en milieu de matinée près de chez lui à Soavimbahoaka, vendredi dernier.  D'après des témoins, quatre ravisseurs  ayant opéré à visage découvert mais équipés d'armes à feu, ont perpétré l'acte.  Ils l'ont rapidement  obligé à monter dans un 4x4 avant de prendre la fuite vers une destination inconnue.

C'est la seconde fois que Navaze Veldjee a été kidnappé, la première fois c'était en 2018 où il n'a recouvert la liberté qu'après une quinzaine de jours.

Franck R.

Midi Madagasikara0 partages

La nécessité d’une  : décentralisation effective

La décentralisation est cette structure idéale évoquée par tous les régimes, mais qui n’a jamais été appliquée. Le pouvoir central n’a jamais voulu se séparer de ses prérogatives pour permettre aux collectivités la libre utilisation de leurs ressources financières. L’état jacobin a ainsi étouffé toutes les initiatives des autorités locales pour la gestion de ces ressources et il est devenu ainsi un frein au développement. Aujourd’hui, la politique de l’état est en train de s’assouplir et les autorités ambitionnent de réaliser une décentralisation effective. La réalité est encore tout autre, mais la volonté est là. L’atelier qui a été organisé par le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation cette semaine a déterminé les clés essentielles pour y parvenir.

La nécessité d’une  : décentralisation effective

Les discours prononcés à l’ouverture de cet atelier sont sans ambiguïté. Il a été rappelé qu’après 25 années de mise en œuvre, le processus de la décentralisation est inachevé. Les effets escomptés sur l’amélioration de la vie de la population sont mitigés Le régime actuel préconise « une réforme en profondeur, structurante et ambitieuse ». La politique générale de l’état accorde une priorité à « l’autonomie et à la responsabilisation des collectivités territoriales décentralisées » pour assurer une stabilité politique et un ancrage territorial solide des politiques publiques. C’est la vision de l’IEM qui guide ce processus. Tous les représentants de l’exécutif, du Parlement, des collectivités territoriales décentralisées étaient présents et ont mené des discussions approfondies sur différentes problématiques. Un premier pas a déjà été accompli avec la nomination par l’état de gouverneurs dont les pouvoirs ont été élargis. D’autres étapes vont par la suite être franchies et à terme on devra avoir une véritable décentralisation permettant un développement au niveau local. Le chemin est long, mais la volonté est réelle.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Tanjombato : Rongony maherin’ny 20 kilao sarona, olona efatra voasambotra

Mitohy hatrany ny ady amin’ny fiparitahan’ny rongony ataon’ireo pôlisy misahana izany. Ny alatsinainy lasa teo dia rongony mahatratra hatrany amin’ny roapolo kilao tany ho any no saron’ny mpitandro filaminana teny amin’iny faritra Tanjombato iny. Olona iray no voasambotra tamin’izany, niaraka tamin’ny roa lahy hafa, izay mbola teo am-pifohana izany. Raha ny vaovao voaray dia isan’ireo mpamatsy rongony eny amin’iny faritra iny sy ny manodidina ity ranamana tompon’ny « entana » ity. Niainga tamin’ny vaovao tonga teny am-pototsofin’ireo pôlisy moa ny fanadihadiana ka nahafahana nahazo izao vokatra izao. « Olona mivarotra rongony eny Ankeniheny Tanjombato ». Nidina teny an-toerana avy hatrany ireo mpitandro filaminana ka lehilahy iray manodidina 21 taona no tra-tehaka teo am-pivarotana rongony. « Rehefa natao ny famotorana azy dia fantatra fa misy olona fangalany ireo rongony amidiny ireo. Nanoro ilay olona izy ary nandeha nakany an-tranon’io mpamatsy rongony azy io ny polisy ». Tratra tao moa ny lehilahy izay mbola niaraka tamin’ny rongony roa gony izay milanja eo amin’ny 19 kilao mahery kely teo. Ambonin’izay dia mbola nahitàna fonosana miisa 84 (1,260 kg) ihany koa tao aminy, izay efa vonon-kamidy ho an’ireo mila izany. Nanaiky hatrany moa ilay rangahy fa azy ireo zava-mahadomelina ireo ary olona avy eny amin’iny faritra Andoharanofotsy iny no nahazoany azy. Ity farany moa izay tsy mbola fantatra hatreto fa eo an-dalam-pikarohana azy ireo pôlisy.

Fa ankoatra izay dia tovolahy miisa telo ihany koa no voasambotra teny amin’iny faritra Mascar Anjanahary iny noho izay fifohana zava-mahadomelina izay hatrany, mbola io alatsinainy io hatrany. « Nikasa ny handositra izy ireo saingy voasambotra avy hatrany. Rehefa nosavaina dia nahitana rongony iray fonosana teny amin’izy ireo ». Natolotra teny anivon’ny Fampanoavana moa ireo mpamatsy sy mpifoka rongony ireto ary nadoboka am-ponja avy hatrany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Circulation pendant la fête de la fin d’année : 1 700 policiers à mobiliser pour atténuer les emboute...

Comme chaque fin d’année, la circulation dans les rues de la Capitale devient de plus en plus problématique. Les embouteillages s’intensifient. Pour satisfaire les usagers, le ministère chargé des Transports, l’Agence des transports terrestres, le ministère de la Culture et de la Communication, le ministère de la Sécurité publique, la préfecture de la ville d’Antananarivo, et la commune urbaine d’Antananarivo ont pris de nouvelles dispositions pour faire face à ce problème devenu chronique dans la vie quotidienne des Tananariviens. Cela est rendu possible grâce à une série de concertations entre ces entités qui ont rencontré la presse hier pour faire une déclaration commune. Parlant au nom des conférenciers, le ministre de la Sécurité publique (MSP), le Contrôleur général de police, Roger Rafanomezantsoa a annoncé les quatre points essentiels des mesures à prendre. D’après lui, le contrôle et la gestion de la circulation au niveau des 10 ronds-points les plus touchés par les embouteillages dans la Capitale (Ampasika, Tanjombato (Filatex), Analamahitsy, Ampasampito, Ambanidia, Ambodimita, Antanimena, seront renforcés. Tsarasaotra, Ambohijatovo, Anosizato), à travers la multiplication du nombre de policiers installés à ces endroits. Ces ronds-points sont déjà pris comme des zones pilotes dans le programme « Quick win » du ministère de la Police nationale pour alléger les embouteillages dans la ville d’Antananarivo. Des policiers municipaux se chargent de la régulation des cadences des bus au niveau des arrêts. La commune urbaine procédera au ramassage des voitures illégalement stationnées sur les trottoirs et dans les endroits interdits dont la présence perturbe la fluidité de la circulation. Le ministre affirme que des sanctions seront immédiatement appliquées lorsqu’il y a infraction flagrante. Les récalcitrants seront verbalisés sur le champ. Parlant particulièrement de la Police nationale, 1.700 policiers sont affectés à l’application de ces nouvelles dispositions qui sont déjà en vigueur depuis le 17 décembre et ce jusqu’au 4 janvier 2020.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Football : L’Académie de Filatex opérationnelle en juillet 2021

Les nouveaux talents du football malgache seront formés au sein cette académie avec l’expertise de l’ancien joueur de l’olympique Lyonnais et de Chelsea.

Une bonne nouvelle pour le monde du football malgache. Le Groupe Filatex en collaboration avec l’international français, Florent Malouda va créer une académie de football à Madagascar. La présentation du projet s’est déroulée hier au siège de Filatex à Ankadimbahoaka en présence du Directeur du groupe Hasnaine Yavarhoussen et Florent Malouda. Les deux parties ont pris conscience de l’importance du sport dans le développement durable et se sont lancés dans ce vaste projet qui sera une référence et pilote dans la région Océan indien. La mise en place de cette académie est dans la perspective de former, de professionnaliser et d’encadrer de jeunes joueurs malgaches de tous horizons. Les jeunes seront accompagnés par une expertise-technique et internationale qui les mettra à un niveau de compétitivité au moins régionale. Le début des travaux et le travail sur la programmation se fera en juillet 2020 et l’académie sera opérationnelle en juillet 2021.  » Le projet va se faire quelque soit les problèmes » a lancé Florent Malouda face à la presse. Ce projet malgache est pour les Malgaches et par les Malgaches a martelé le Groupe Filatex. « La majorité des joueurs des Barea actuellement a été formée dans les clubs et les académies du pays. Il y a un savoir-faire malgache et dans ce sens il faut accompagner les techniciens locaux » a souligné, Hasnaine Yavarhoussen. Au futur cette académie va former des joueurs professionnels qui feront la fierté de la Grande Île. Le Groupe Filatex et la fédération malgache de football peuvent faire confiance à l’expertise de Malouda qui vient de décrocher son Master pour le management de sport.

T. H

Midi Madagasikara0 partages

Showcase : Les rappeurs « underground » secoueront les têtes au Fitia sy Kalo

Abdo-Bra interprètera Korontany, ce samedi.

Tempoly et Abdobra, deux groupes de rap de la Capitale livreront un concert au Fitia sy Kalo à Ankadifotsy ce samedi 21 décembre à partir de 14 heures. Deux grands groupes qui ont marqué le rap malgache « underground ». Maken, Cultur, Liliscarnivor, participeront également à la fête.

Raper c’est frappé. Ce n’est pas qu’ils se font rare qu’ils ne rappent plus ni ne sont plus à la mode. Certaines de leurs musiques figurent dans le classique du rap malgache de la fin des années 2000. Pourtant, ces messieurs « ne naviguent pas dans le sens de l’argent ». C’est le cas d’Abdo-Bra, composé de deux rappeurs Abdoz et Brage, le groupe a vu le jour en 2018. Membre du clan Sad Dynasty en 2006, Abdoz et Brage étaient entourés par les rappeurs talentueux comme Etni-K, K-sad. Leur jeunesse, ils l’ont consacré pour le rap. Ces deux jeunes hommes avaient TSB, Xcrew, Youssoupha, Medine comme répertoire musical. En fait, il n’y a pas que le rap qui les inspire, ils écoutent également les textes poignants des « mpihira gasy ». « Nous nous sommes inspirés de Ravelosainina et Ramilison Be Sigara. le hira gasy est la source de notre inspiration» dixit Abdoz. Militants de première heure le collectif ne mâche pas les mots dans les chansons. Pour eux il faut être direct pour que tout le monde sans exception comprenne le message. La corruption, la pauvreté, le chômage, la cherté de la vie sont les thèmes d’Abdobra. Ils ne rappent pas pour vite vendre. Une des devises du groupe, rapper pour conscientiser les jeunes malgaches. « La jeunesse malgache en général et celle des reculées souffre de beaucoup. Ainsi, ils extériorisent leur peine par la violence. Pourtant ce n’est pas une bonne idée. Il faut lutter intelligemment. C’est ce qu’on dit souvent dans nos chansons. On ne doit pas utiliser la force, on doit évoquer cela autrement », a expliqué Brage. Souvent, leurs clips et leurs chansons reflètent la vie dans les bas –quartiers et les régions reculées de Madagascar. Ce live est une occasion pour ces deux messieurs d’exprimer leur belle colère.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Eau de la Jirama : Extension de la station de traitement de Mandroseza

40.000m3 par jour ! C’est la capacité supplémentaire de la station de traitement d’eau à Mandroseza, après la fin des travaux d’extension qui ont déjà commencé en mi-novembre. En effet, cette extension s’impose face à la demande croissante en eau potable, dans la ville d’Antananarivo. « Ce projet est le fruit d’une collaboration entre la Jirama et l’Etat. L’ouvrage comprend quatre compartiments de 10.000m3 chacun. Après traitement, l’eau sera conduite dans les réservoirs de Mandroseza avant l’alimentation des consommateurs. Les ouvriers de l’entreprise des Travaux publics SCB y travaillent jour et nuit, comme l’illustre le bétonnage des quatre compartiments, effectué durant la nuit du 17 décembre. Les travaux se font en utilisant la technologie de pointe comme la pompe à béton, un camion- toupie,…pour que l’ouvrage soit aux normes et le béton utilisé a fait l’objet d’analyse par le Laboratoire National des Travaux Publics et des Bâtiments (LNTPB). La durée des travaux est de cinq mois », a indiqué Feno Randrianarison, directeur par intérim de la Communication et des  Relations publiques de la Jirama.

Insuffisant. La station de Mandroseza fournit les 93% de l’eau potable pour la population  tananarivienne et ses environs, selon toujours les informations fournies par la Jirama. Sa production journalière actuellement de 200.000m3 n’arrive plus à satisfaire les besoins de la population qui sont estimés à 300.000m3 par jour. Certes, cette extension de la station de Mandroseza ne suffira pas pour résoudre le problème d’approvisionnement de la Capitale. Outre ce projet, d’autres alternatives sont également en cours de mise en œuvre, notamment les forages à Laniera, Ivato et à Ampirika Ambohidrapeto, doté chacun d’une capacité de 100m3 par heure. « Actuellement, les travaux sont en phase de mise en place des cabines de forage et des équipements hydrauliques. En ce qui concerne la station de production et de traitement d’eau à Amoronakona, la capacité de fournir 100m3 par heure n’est pas encore atteinte, à cause des équipements hors-normes, utilisés par l’entreprise prestataire. Sous contrôle des techniciens de la Jirama, celle-ci est contrainte de réparer ces anomalies pour pouvoir remettre la station en marche », a affirmé le représentant de la Jirama. Espérons qu’une fois opérationnelles, ces différentes unités de traitement d’eau mettront fin à la crise d’eau à Antananarivo.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – AfroLeague : La GNBC invincible !

Les joueurs de la Gendarmerie Nationale Basket-ball Club (GNBC) ont signé leur deuxième victoire hier, lors de la deuxième journée des éliminatoires du TOP 16 du Basket AfroLeague pour la division Est, qui se déroule actuellement à Kigali Arena. La troupe à Danz Kely a pris le dessus sur les Tanzaniens du J.K. sur le score de 87 à 63. En deux rencontres, ils ont réalisé jusqu’à présent un parcours sans faute. En effet, les protégés de Lova Raharidera ont mené par 24 à 20 au premier quart-temps. Ils ont un peu souffert lors de la deuxième période. Cependant, les Tanzaniens ont pu réduire l’écart, mais les Malgaches ont toujours mené. Les deux équipes se sont séparées sur le score de 42 à 43 à la pause. Au retour des vestiaires, la Bande à Elly a imposé un jeu rythmé et a mené par 63 à 51 à la fin du troisième quart-temps. La victoire s’est vite dessinée pour les gendarmes au cours du dernier quart-temps. Ils ont complètement maîtrisé le match avec un écart de 24 points à la fin de la rencontre. La GNBC entamera son troisième match contre les Patriots BBC du Rwanda cet après-midi.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping : Navaze Veldjee toujours introuvable 7 jours après son enlèvement

Sept jours de détention. Silence total malgré le déploiement des forces de l’ordre, les appels à témoin lancés. Les groupements et associations s’indignent de la situation, mais en vain, aucune nouvelle jusqu’à ce jour. Les criminels agissent comme bon leur semble mais policiers sont partout pour qu’ils osent se manifester en plein jour, non cagoulés (selon les témoignages). Cette situation qui s’annonce très délicate doit interpeller les autorités concernées. Selon les informations, beaucoup de ces malfaiteurs sont des personnes évadées ou sorties de prisons, des personnes déjà recherchées par les forces de l’ordre et la  Justice. En tout cas, l’affaire est à suivre de près. Rappelons que Navaze Veldjee a déjà été séquestré pendant 15 jours en mai 2018. Une promesse de forte récompense est toujours d’actualité pour ceux ou celles qui ont des informations fiables, permettant aux enquêteurs d’avancer dans leurs investigations.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

DHL Madagascar : Family Day le 14 décembre dernier

Family Day de DHL Madagascarcélébrée au Karibo Hôtel le 14 décembre dernier.

Réputée pour sa stratégie basée sur la performance du personnel, DHL Madagascar a organisé un événement dédié à ses employés et à leurs familles. « Le soutien infaillible de nos conjoints respectifs, les sourires de nos enfants, notre foyer est le seul endroit qui nous permet de nous ressourcer – notre famille fait partie intégrante de la réussite de notre société » a soutenu, Yves Andrianaharison, directeur général de DHL Madagascar. C’était lors de la Family Day qui s’est tenue le 14 décembre dernier, au Karibo Hôtel Manerinerina. A l’occasion, cette société a également récompensé ses collaborateurs pour leurs réalisations. Des médailles de travail et « Long Service Awards » ont été attribués à ceux qui ont effectué plus de 5 ans, 10 ans et 15 ans de service. « Grâce au dur labeur des employés, à leur engagement dans la vie de la société, tous problèmes ont eu des solutions et nous sommes sur la bonne voie pour continuer l’histoire du succès que nous avons commencé ensemble » a poursuivi le DG de DHL Madagascar. A noter que cette société vient de gagner pour la 6e année consécutive le trophée Top Employer 2020, un succès également célébré durant la Family Day. Selon les représentants de DHL, cette culture d’excellence doit être transmise aux jeunes. Ainsi, la multinationale a récompensé les enfants de ses employés, qui ont réussi les examens nationaux.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Airtel Madagascar : Renouvellement du partenariat avec MHM pour la promotion de la santé pour tous.

Tanja Hock, présidente de MHM et Eddy Kapuku, DG d’ Airtel Madagascar ont renouvelé le partenariat pour la promotion de la santé pour tous.

Depuis 2012, le 3e opérateur mobile mondial accompagne Mobile Hilfe Madagaskar (MHM) dans ses activités, notamment en matière de santé maternelle.

Airtel Madagascar confirme son statut d’opérateur dynamique, respectueux et solidaire. L’opérateur soutient depuis plusieurs années des projets en faveur de la santé et du bien-être de la population malgache et continue sur sa lancée en renouvelant son partenariat avec Mobile Hilfe Madagascar (MHM).

Efficacité

Dans cet élan de solidarité, Airtel Madagascar met à la disposition des équipes de MHM les moyens de communication permettant d’assurer le bon fonctionnement de leurs activités. La collaboration se fait sous forme d’octroi de matériels et de connexion Internet permettant aux équipes sur terrain de rester connectées même dans les zones d’interventions les plus reculées. Une aide qui a démontré son efficacité depuis le début du partenariat parce qu’elle a permis de sauver de nombreuses vies. « Cette action conjointe que nous réalisons avec Airtel Madagascar a permis jusqu’à ce jour de sauver des milliers de vie et de redonner du sourire aux patients qui avaient perdu tout espoir de guérison. Grâce à notre camion de mission humanitaire MidMob, nous sillonnons les quartiers de la ville où vivent les personnes démunis et les sans- abri  pour leur apporter des soins médicaux faute de moyen financier. Nous sommes aujourd’hui fiers des résultats de notre mission et de notre contribution dans l’amélioration des conditions de vie de la population malgache ». a déclaré Tanja Hock, présidente de MHM.

Méritoire

Le geste est, en tout cas, méritoire pour Airtel Madagascar qui continue d’afficher sa détermination à œuvrer pour le bien-être de la population « Les initiatives qui ont trait à la promotion de la santé sont des sujets qui nous touchent et pour lesquels nous sommes très sensibles. C’est la raison pour laquelle nous renouvelons notre partenariat avec MHM car la santé constitue une composante essentielle du capital humain : des individus en meilleure santé sont de fait plus productifs et participent activement au développement du pays » a déclaré Eddy Kapuku, Directeur Général d’Airtel Madagascar. Une manière, en somme, de reconnaître que « la santé est comme un puissant instrument de développement durable, et un domaine impactant la vie de l’enfant et de l’adolescent dans sa globalité, et celle de la mère en particulier » Raison pour laquelle, d’ailleurs, Airtel Madagascar a une fois de plus manifesté son engagement à soutenir les activités de Mobile Hilfe Madagascar pour les prochaines années.

Mobile Hilfe Madagaskar est une Organisation Non Gouvernementale œuvrant dans le domaine de l’aide humanitaire et développement rural créée en 2010 en Allemagne. Etablie à Madagascar en 2011, l’ONG emploie en permanence une trentaine de salariés locaux ainsi qu’une dizaine de volontaires bénévoles internationaux. Les activités de l’ONG sont axées sur des objectifs spécifiques dont l’amélioration des soins et des équipements médicaux, la formation continue et le perfectionnement des personnels médicaux…

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Littérature : Une Mauricienne remporte le prix Indianocéanie 2019

: Davina Ittoo (deuxième à gauche), la lauréate du prix Indianocéanie 2019 entourée de sa famille.

Le prix Indianocéanie 2019 a été décerné à la Mauricienne Davina Ittoo mardi, maître de conférences à l’Open University of Mauritius. Son roman, « Misère », a été plébiscité par le jury régional du prix Indianocéanie parmi 49 manuscrits.

La cérémonie de remise du prix s’est déroulée le 17 décembre 2019 à l’Alliance française d’Antananarivo en présence de Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy, ministre de la Culture de Madagascar, de Hamada Madi, Secrétaire général de la COI, et de Malik Sarr, Ambassadeur et représentant régional de l’Organisation internationale de la Francophonie.

« Misère » a retenu l’attention des membres du jury par son atmosphère mystérieuse, la complexité des personnages aux destins entremêlés et sa capacité à entraîner le lecteur jusque dans les ruelles des villages de Maurice et le subconscient de ses habitants.

« Misère est né du désir de raconter mon pays, cette île Maurice dont le visage a tant changé depuis l’avènement de l’indépendance. Misère, c’est le cheminement de multiples personnages, suspendus entre leur élan vers l’absolu et les contradictions qui les habitent. J’ai voulu rendre un hommage vibrant à la beauté de mon pays natal, celui qui a, à la fois, enfanté mes rêves et bercé mes angoisses. Misère, c’est également la quête d’un Dieu évanescent, ce même Dieu qui se loge dans l’abîme intérieur du cœur humain. Ecrire ce roman a été pour moi, une véritable descente en moi-même », explique la lauréate, Davina Ittoo, visiblement émue de cette reconnaissance.

Publié par la maison d’édition l’atelier des nomades, le roman de Davina Ittoo est disponible en librairie dans tous les Etats membres de la COI ainsi que dans certains points de ventes en France.

Pour sa première édition, le prix Indianocéanie avait été décerné à titre posthume à l’écrivain malgache Jean-Pierre Haga Andriamampandry pour son roman « Le jumeau ».

Le prix Indianocéanie est une initiative culturelle qui promeut l’identité singulière de l’Indianocéanie à travers la création littéraire. Cette initiative de la Commission de l’océan Indien et de l’Organisation internationale de la Francophonie à travers son bureau régional océan Indien est conduite en partenariat avec le Conseil départemental de La Réunion et avec le soutien de l’Agence BlueSky. L’Alliance française d’Antananarivo s’est associée à cette action collective en accueillant la cérémonie de remise du prix Indianocéanie 2019.

Recueillis par Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Suspicion de corruption : Des dossiers de 400 milliards d’ariary traités par le SAMIFIN

Plus de 40% des dénonciations concernent les échanges commerciaux. Les transactions dans les procédures de marchés publics, les exportations de vanille, de girofle et de l’or figurent aussi en tête de liste.  

Une nette évolution est observée dans la lutte contre le blanchiment d’argent. Hier, le directeur général du SAMIFIN, Lamina Boto Tsaradia, l’a confirmé. En marge de la cérémonie de remise de matériels informatiques au SAMIFIN par le PNUD, ce haut responsable a annoncé que plus de 60 dossiers de blanchiment d’argent ont été déférés au parquet du Pôle Anti-Corruption (PAC) durant cette année 2019. Il s’agit des 6% des dossiers traités au niveau de cette juridiction spécialisée sise aux 67Ha.  À entendre les explications de Lamina Boto Tsaradia, pour cette année 2019, les dossiers traités liés à des suspicions de blanchiment d’argent s’élèveraient à 400 milliards d’ariary. Là aussi, on enregistre une nette augmentation car en 2018, le montant total des dossiers traités était de 100 milliards d’ariary. 40% des dénonciations sont liées à des affaires d’échanges commerciaux. Parmi les infractions les plus répétées figurent aussi les fraudes fiscales. D’après les explications, la collaboration du SAMIFIN avec les banques ont facilité le traitement des dossiers. Le numéro Un de l’organe en charge de la lutte contre le blanchiment d’argent a aussi annoncé que des dossiers relatifs à des affaires de blanchiment à propos de transactions au niveau des marchés publics et les exportations de vanille, de girofle, ou d’or ont également été appréhendés. Ces affaires figurent parmi les soixantaines de dossiers qui ont déjà été déférés devant le Pôle Anti-Corruption. Hier, Lamina Boto Tsaradia a fait savoir que l’adoption cette année de la loi n°2018-043 du 13 février 2019, relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, a joué un rôle crucial dans le combat mené par le SAMIFIN. Cette loi encourage les dénonciateurs. C’est ce qui a entrainé l’augmentation des requêtes reçues, a-t-il annoncé. Et lui de déclarer au passage que si en 2016 aucune condamnation n’a été prononcée en ce qui concerne les affaires de blanchiment de capitaux, cette année, il y en a eu. 

Hier [ndlr : mercredi] a eu lieu aux 67Ha la cérémonie de remise de matériels informatiques au SAMIFIN par le PNUD. L’objectif étant d’opérationnaliser une plateforme numérique centralisée, nécessaire pour faciliter l’accès direct aux informations liées aux blanchiments d’argent, et la collaboration à distance menées par les acteurs opérationnels de la lutte tels que les enquêteurs, les analystes, les investigateurs, les policiers, les gendarmes et les différents représentants de l’Administration publique. Ces nouveaux matériels tendent aussi à l’amélioration de la rapidité et la fiabilité du processus de demande de réponse, ainsi que le renforcement de l’efficacité du système de détection et de prévention dans la lutte contre la corruption liée aux questions financières. Dans son allocution, la Représentante résidente du PNUD, Marie Louise Dimond, a salué l’engagement pris par le régime actuel concernant la lutte contre le blanchiment des capitaux. « Cet effort s’inscrit dans la mise en œuvre de l’engagement présidentiel de ne plus tolérer la corruption sur le territoire de Madagascar. Nous saluons ce leadership au plus haut niveau de l’Etat Malagasy pour garantir le succès de cette lutte que nous soutenons pleinement », a-t-elle déclaré. 

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Sambava : Telo lahy nitam-piadiana tra-tehaka nandroba sy namono mpivarotra, matin’ny fitsaram-bahoaka

Taorian’ny fanafihana nitam-piadiana nitranga tamin’ny tokantranon’ny mpivarotra iray, tao Andranomifotitra, any amin’ny kaominina ambanivohitra Maroambihy, distrikan’i Sambava, izay nahaverezan’ny vola sy entana sarobidy, ny alin’ny zoma teo, ary nandratra mafy nandritra ny fanafihana, nodidin’ny jiolahy tamin’ny antsy teo amin’ny tendany ny raim-pianakaviana tompon-trano, ary nitetehan’ireo olon-dratsy ny lohany. Rehefa nokarohina fatratra, dia voasambotry ny fokonolona afak’omaly ny telo tamin’ireo valo lahy nandroba, ka maty niharan’ny fitsaram-bahoaka notetitetahana tamin’ny antsy. Rehefa nihosin-drà ity raim-pianakaviana voatafika, dia nody maty tsy nihetsika ka niliba ireo jiolahy nandroba ny entana tian’izy ireo tsy zakany tao an-trano. Rehefa nahatsiaro tena ity rangahy voatafika, dia nitantara ny nanjo azy, ary nilaza fa olona mpiara-monina aminy eo an-tanàna ihany ny iray tamin’ireo mpanafika. Taorian’izay, raikitra ny savahao sy hazalambo an’ireo jiolahy, ka tra-tehaka ny telo lahy, raha tafaporitsaka niaraka amin’ny basy kosa ny ambiny, izay mbola karohina fatratra hatramin’izao, raha ny vaovao voaray.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Fanimbàna sakana tetsy Soanierana : Nosamborina ny mpamily ny fiara sy ny mpanampy azy

Omaly ihany dia efa nandeha ny fitsirihana ny anaran’ny tompon’ny fiara. Kamiao kely miloko fotsy izay nitondra ny laharana XX82 TAU. Ny anton’izany dia noho ny fanimbàna ny fananam-bahoaka dia ny « traverse » na koa ny andry natao avo mba tsy hahafahan’ny fiarabe mivezivezy eo amin’ny làlana mba hampaharitra izany. Io mihitsy anefa no nesorin’ireo mpitaingina ilay fiara rehefa tsy afaka ny fitaovam-pitaterany. Sakana izay ny injenera no nametra ny haavony ary ny olom-pirenena no nametaka azy avy amin’ny alàlan’ny hetsika notontosain’ny Minisiteran’ny Serasera sy ny Kolontsaina izay antsoina hoe Tagnamaro. Nandany fotoana ela mihitsy ny fanamboarana io làlana izay nihotsaka io kanefa tsy nisy niraharaha nandritra ny volana maro. Lavaka be efa ho folo metatra ary manana halava am-polony metatra ihany koa no notsentsemana  araka ny fenitra fanamboaran-dàlana. Izany rehetra izany dia ny hatsembohan’ny olom-pirenena no niraraka tao ary ny Minisitera voalaza etsy ambony no nikononkonona ara-pitaovana sy araka olona. Izao indray dia tsy taitra akory ny mpamily sy ny mpandeha tamin’ilay fiara nanala fotsiny, tsy naka sarotra, ny fepetra natao niarovana ilay làlana. Nihazakazaka ny fanadihadiana omaly rehefa nitory ny minisitera tompon’andraikitra. Ny zandarimaria no nanatontosa ny fikarohana ny mpamily sy ny fahafantarana ny anarany avy amin’ny laharan’ny fiara. Araka izany dia omaly ihany dia hita ilay mpamily ny fiara sy ny mpanampy azy ary avy hatrany dia notazomin’ny zandarimaria vonjimaika ary nanokafana fanadihadiana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Madagascar à la COP25 : Signature du Plan National d’adaptation à Madrid

Le ministre de l’Environnement et du Développement Durable Alexandre Georget a rappelé devant l’Assemblée les grands défis que son département aura à relever en 2020.

La 25ème Conférence des parties sur le changement climatique s’est tenue à Madrid (Espagne) du 2 au 14 décembre derniers. Madagascar y a été représentée par une  délégation conduite par le ministre de l’Environnement et du Développement Durable Alexandre Georget. Ce rendez-vous planétaire a été une occasion pour ce membre du gouvernement de signer au nom de l’Etat malagache, le 11 décembre 2019, le fameux Plan National d’Adaptation ou PNA. Au cours de la cérémonie de signature de cet important accord, le ministre Alexandre Georget a déclaré que « Madagascar a montré sa volonté politique à lutter contre le changement climatique et s’est engagé à mettre en œuvre toutes les activités pour s’y adapter ». « Les documents stratégies nationaux qui ont été élaborés priorisent l’adaptation aux changements climatiques à savoir la politique générale de l’Etat, le Plan d’Emergence Madagascar, la politique nationale de lutte contre le changement climatique, les contributions déterminées au niveau national, et particulièrement le plan national d’adaptation que nous allons signer aujourd’hui pour marquer l’engagement irrévocable de Madagascar dans sa détermination à s’impliquer avec force dans cette lutte contre les changements climatiques. », a-t-il fait savoir à Madrid. Par rapport au processus d’élaboration du PNA, le ministre de l’Environnement et du Développement Durable de rappeler : « Madagascar s’est engagé en 2011 à l’élaboration de son PNA. Plusieurs ateliers ont été organisés et une feuille de route pour la mise à terme du processus a été établie en 2015 (…) Nous nous trouvons maintenant à la phase finale de sa signature (…). Nous avons choisi ce lieu historique pour donner un signal fort quant à la détermination de Madagascar d’aller de l’avant vers la lutte contre l’urgence climatique. »

Campagne de dénigrement.  Dans sa déclaration solennelle faite devant l’Assemblée de la COP 25 à Madrid, le ministre Alexandre Georget a spécifié : « Notre président de la République Andry Rajoelina a annoncé clairement l’ambition de transformer l’île rouge de Madagascar en île verte. Cette année, l’objectif de planter 40.000 ha de forêt a été atteint en seulement six mois de gouvernance. Une grande opération de mise en place de plusieurs pépinières géantes pour la production de 80.000.000 de jeunes plants a été lancée dans toute l’île. Le 19 janvier 2020, une grande opération de reboisement à l’échelle nationale sera lancée pour pouvoir planter en une journée 60.000.000 de jeunes plants en célébration du 60ème anniversaire de l’Indépendance de Madagascar. » Le chef de la délégation malgache a profité de son intervention pour lancer un appel : « La promesse des pays développés d’injecter 100 milliards de dollars USD destinés à la lutte contre le changement climatique est vivement souhaitée. J’exhorte alors les pays industrialisés à soutenir les pays en voie de développement. » Pendant que le ministre Alexandre Georget se trouvait à Madrid à la tête de la délégation malgache, une campagne de dénigrement était dirigée contre lui par un groupe de responsables au sein de son propre département.  Interrogé sur cette situation, ce membre du gouvernement s’est contenté de répondre : « Laissons les gens bavarder. Moi, je travaille. On a déjà atteint les objectifs. On est toujours prêt à relever les défis annoncés par le président de la République. » D’après nos sources, les quelques responsables à l’origine de cette campagne de dénigrement ne digèreraient pas le fait de ne pas avoir fait partie de la délégation du ministère à la COP25 de Madrid.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque : BIC met la barre très haute

Le traditionnel tournoi du Bouliste Ialatsara Club d’Ambohimahasoa ne cesse de nous étonner au fil des ans. Cette année encore, Zozo Rakotovazaha a mis les petits plats dans les grands en primant tous les quarts finalistes  des trois catégories allant des triplettes hommes en passant aux doublettes dames jusqu’aux doublettes vétérans. D’abord chez les hommes et moyennant le droit de 60.000 ariary, les vainqueurs recevront 3 scooters Jog 90 en sus des coupes. Les deuxièmes reçoivent outre une prime de 400.000 ariary et trois jeux de boule Obut. Les troisièmes et les quatrièmes reçoivent 240.000 ariary contre 60.000 ariary aux 5es jusqu’ aux 8es. Chez les dames, les gagnantes auront aussi deux scooters Jog 50 et des coupes. Les malheureuses finalistes auront des boules Obut et deux rice-cookers contre des réchauds pour les troisièmes et les quatrièmes. 60.000 ariary soit le double du droit d’inscription seront offerts aux 5es jusqu’au 8es. Les vétérans de plus de 55 ans et non 60 comme la majorité le demande, auront à payer 40.000 ariary de droit. Et là aussi, les vainqueurs recevront deux scooters, une première pour cette catégorie, mais aussi des coupes. Les seconds gagnent des boules Obut et 200.000 ariary. La même somme sera offerte pour les troisièmes et quatrièmes. Du 5e au 8e, BIC va encore donner 40.000 ariary. Du jamais en fait mais prévisible car Zozo Rakotovazaha a promis de faire les choses en plus grand. Rendez-vous donc à Ankatso et au CBT pour les quarts de finale.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Accident de moto à Anosipatrana : Un gendarme grièvement blessé, une femme tuée sur le coup

Le sang a coulé à Anosipatrana, mardi 17 décembre. Le drame a eu lieu vers 17 heures. La moto qui avait à bord un homme et une femme roulait sur l’axe reliant Anosizato et Ampasika quand un camion l’a brusquement percuté par derrière, au niveau d’Anosipatrana. Propulsés par le choc, le « deux-roues » et ses passagers se sont renversés sur le bord droit de la rue. Poursuivant sa course, le poids lourd a écrasé la femme qui a été tuée sur le coup. Le motard, un adjudant de la gendarmerie, en détachement à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à Alarobia, est grièvement blessé. Venus à sa rescousse, des passants l’ont alors évacué d’urgence à l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona à Ampefiloha. Pendant ce temps, d’autres passants ont immobilisé le camion et son chauffeur en attendant l’arrivée de la gendarmerie. Débarqués sur les lieux, des éléments de la brigade territoriale d’Antananarivo-ville ont appelé le Bureau municipal d’hygiène (BMH) de la commune urbaine d’Antananarivo pour se charger du corps de la défunte après constat. Puisqu’il s’agissait d’un accident mortel, le chauffeur a été placé en garde à vue à la brigade de Betongolo pour la suite de l’enquête avant d’être déféré au Parquet du Tribunal Anosy. Hier, le corps de la victime, qui avait 40 ans, est encore resté à la morgue de l’hôpital Ravoahangy-Andrianavalona.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Fondation BOA – OMS : Un projet de mise en place de centres de vaccination à Analamanga

Les représentants de la Fondation BOA et de l’OMS lors de la signature de la convention pour la mise en place des centres de vaccination

La Fondation BOA et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ont signé, hier une convention pour la mise en place de centres de vaccination dans la région Analamanga. Signé, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée, hier à la Maison des Nations Unies à Andraharo, ce projet est initié pour répondre à la difficulté d’accès aux vaccins pour les enfants en bas âge. En effet, les enquêtes menées par le ministère de la Santé démontrent que 64,22% des enfants de moins de 23 mois ne reçoivent pas les doses de vaccins requises dans les centres de santé. Par ailleurs, les mères parcourraient jusqu’à 18 heures de trajet pour faire vacciner leurs enfants. Grace à ce projet dont le nombre de bénéficiaire est estimé à 1 million d’enfants et de femmes enceintes, les vaccinations sont possibles auprès du Centre hospitalier universitaire (CHU) mère – enfant de Tsaralalàna, et à l’hôpital mère-enfant de Befelatanana.

La Fondation BOA prendra en charge la réhabilitation de ces centres de vaccination dans les centres de santé, et ce, dans le respect des normes et standards indiqués par le ministère de la Santé. L’OMS se chargera pour sa part de la formation des acteurs au niveau des centres de santé et de tous les aspects techniques du projet.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Musique urbaine : « Managna Espoir » reflète la vie de Nathy

« Les larmes de peine se font chasser par le sourire » Nathy.

Nathy a sorti un nouveau single il y a deux semaines. « Managna espoir », une chanson qui réconforte les personnes qui ont la tête baissée reflète la vie de la chanteuse. Périlleux était son chemin. En 2009, alors que Nathy venait d’avoir son bac, son père rejoint l’Eternel. C’est avec le cœur lourd que la jeune fille raconte qu’elle doit quitter sa ville natale pour aller à Antananarivo. « Je n’avais rien en poche. Mais je me suis dit que Dieu est a mes cotés » a –t-elle raconté. Après un an, elle s’installe dans la capitale malgache et forme un groupe. Ensuite, elle participe à des concours de chants. Talentueuse, elle s’est fait repérer par une diva malgache. Cette dernière lui a appris énormément de choses. En 2015, elle a interprété à sa manière la chanson de John Legend. Dès lors, la jeune femme commence à être connue par le public. Mais, la chance n’était pas encore de son côté. En 2016, sa grand-mère s’est éteinte. Bouleversée, la jeune femme ne sait quoi faire, mais ne perd pas espoir. L’année suivante, elle sort « Malilo ». La chanson ne récoltait qu’un millier de vues sur Youtube. Nathy a pris une pause pendant presque un an. Elle fait son comeback en sortant « Antsova ». La chanson a fait le tour de Madagascar. Grâce à ce morceau, la jeune femme a vu sa popularité accroître en flèche. Depuis, elle enchaîne des spectacles un peu partout à Madagascar et même à l’extérieur. Bref sa musique dépasse les frontières du pays.

Ce parcours singulier, elle l’a évoqué dans sa nouvelle chanson mais d’une autre manière. Une femme quittée par son conjoint alors qu’elle est enceinte. « Aie de l’espoir. Il n’est jamais trop tard… après la pluie le beau temps… à toi d’écrire ton histoire », chante-elle dans son refrain. Après avoir économiser le peu qu’elle a, à la fin du clip, la jeune mère célibataire a pu ouvrir une gargote. Et elle a réalisé son rêve. Nathy a également réalisé le sien. Devenir chanteuse était son rêve le plus cher. Cette formation d’Antsiranana est actuellement une étoile montante de la musique urbaine malgache.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

PAM : Assistance alimentaire renforcée pendant la période de soudure

230.000 personnes souffrant d’insécurité alimentaire dans le Sud de Madagascar, principalement en raison de la sécheresse, sont ciblées par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) pour bénéficier d’une assistance alimentaire et nutritionnelle durant la période de soudure.

 

Des séries de distributions de rations alimentaires – incluant du riz, de l’huile végétale et une bouillie fortifiée riche en nutriments appelée Supercereal – ainsi que des distributions d’argent en espèces, seront effectuées au profit des populations souffrant d’insécurité alimentaire dans les régions  du Sud de Madagascar. S’ensuivra une série d’activités de relèvement précoce telles que la réhabilitation ou la création de biens communautaires indispensables dans la préparation aux urgences et de réduction des risques et de catastrophes (reboisement, protection des bassins versants, pistes rurales…) et des formations en techniques agricoles. Une assistance nutritionnelle en prévention de la malnutrition aiguë  chez les enfants de moins de deux ans et les femmes enceintes et allaitantes, sera également fournie. Ces groupes vulnérables recevront ainsi des suppléments nutritionnels pendant la période de soudure.

 

Aide alimentaire d’urgence. En complément des rations alimentaires et une certaine  somme  d’argent, des activités de sensibilisation et de formation sur l’hygiène, ainsi que des dépistages des enfants malnutris et la préparation aux futurs chocs et réduction des risques et de catastrophe, seront mises en place. Dans la même foulée, des séances de partage de bonnes pratiques de santé et des séances des démonstrations culinaires et d’éducation nutritionnelle sont prévues pour les mères et les enfants. Ainsi, l’assistance du PAM qui arrive durant la période de soudure dont le pic, ce mois de décembre et au mois de janvier 2020, coïncide avec la période culturale, permettra aux ménages de se concentrer sur leurs activités agricoles. « Les efforts coordonnés des différents acteurs ont contribué à éviter une dégradation de la situation alimentaire et nutritionnelle des familles les plus désœuvrées dans les régions du sud, cependant les dernières évaluations indiquent que certains districts comme Ampanihy, ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence, du fait d’une sècheresse prolongée qui a affecté les dernières récoltes », souligne Moumini Ouedraogo, représentant du PAM à Madagascar.

Plusieurs acteurs et partenaires contribuent à la concrétisation de cette assistance alimentaire et nutritionnelle du PAM, dont notamment le Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC), l’Office national de nutrition (ONN), le ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme, ainsi que des pays et organisations donateurs tels l’Allemagne, la Corée du Sud, les Etats-Unis à travers l’USAID, la France, le Japon, la Principauté de Monaco et l’Union  européenne par le biais de ECHO (Protection civile et Opérations d’aide humanitaires européennes).

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

SGM – Solidis : Une caution immobilière pour faciliter l’accès au logement

Une convention de partenariat a été signée hier entre la Société Générale Madagasikara (SGM) représentée par son directeur général, Zdenek Metelak et Solidis Garantie représenté par son directeur général, Jean Marc Ravelomanantsoa.

« L’objectif de cette convention de partenariat est de faciliter l’accès des particuliers qui sont des clients de la banque, à la propriété d’un logement grâce à une caution immobilière apportée par Solidis », a expliqué Jean Marc Ravelomanantsoa, le directeur général de cette entreprise. De son côté, la Société Générale Madagasikara a lancé depuis mars dernier l’Agence Prêts Immobiliers qui propose spécialement un produit d’accès au crédit immobilier grâce à ses partenaires immobiliers et des services personnalisés offerts. « Avec cette caution immobilière, les procédures de demande de crédit immobilier seront allégées. Au lieu de demander aux clients l’inscription d’une hypothèque ferme, nous ne leur réclamons plus qu’une promesse d’hypothèque », a assuré le directeur général de cette banque.

Obstacle. En outre, les particuliers peuvent effectuer un emprunt auprès de la Société Générale Madagasikara même si le terrain sur lequel ils envisagent de bâtir leurs maisons ne leur appartient pas, grâce toujours à cette caution immobilière fournie par Solidis Garantie. Il faut savoir également que l’Agence Prêts Immobiliers propose un taux d’intérêt promotionnel s’élevant à 10,90% depuis son ouverture. Il a été également évoqué qu’aucun critère d’éligibilité n’est exigé pour pouvoir accès à ce crédit immobilier. Il suffit que l’emprunteur, un particulier client de la banque, dispose d’une source de revenu permanente s’il effectue une profession libérale ou bien s’il est un salarié. Et le montant de financement contracté par la Société Générale Madagasikara varie suivant le montant du salaire mensuel du demandeur de crédit. Toutefois, force est de remarquer que les parties prenantes effectuent toujours une étude des dossiers avant d’accorder un prêt immobilier. En tout, cette convention de partenariat entre les deux parties contribue à aider les clients particuliers à surmonter l’obstacle de la recherche de garantie.

Navalona R.