Les actualités Malgaches du Mardi 19 Décembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara458 partages

Cathédrale FJKM Analakely : Quid de l’Esprit de pardon ?

En cette veille de la Nativité, l’Esprit du pardon peut aussi régner à la Cathédrale FJKM Analakely.

Le Pasteur Dina Razafimamonjy de la Cathédrale FJKM Analakely traverse actuellement des problèmes et des épreuves.

D’après nos informations, l’instance dirigeante de la FJKM serait sur le point de le suspendre momentanément de ses fonctions, suite à des fautes que le Pasteur aurait commises. Les fidèles de l’Eglise sont pour leur part divisés. Si certains roulent pour cette suspension, d’autres prônent le pardon et militent pour le maintien du Pasteur Dina Razafimamonjy.

Base. Sans entrer dans les détails de ce conflit qui risque de miner la FJKM Katedraly Analakely, force est de reconnaître que cette épreuve remet sur le tapis la question du pardon qui est à la base même de la vie du chrétien. Le pardon revêt une importance particulière que dans la prière du « Notre Père » que l’on retrouve dans Mathieu 6.12, le  Christ nous demande de prier ainsi : « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. » En d’autres termes, nous n’avons pas le droit de demander pardon à Dieu si nous ne sommes pas disposés, nous-mêmes, à pardonner ceux qui ont commis des fautes contre nous, ou contre notre communauté. Et pour marquer l’importance extrême de ce verset sur le pardon, le Seigneur Jésus-Christ le répète tout de suite après le Notre Père en disant dans Mathieu 6. 14, 15 « Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi, mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos fautes.

La femme adultère. Bref, le croyant ne peut pas demander pardon auprès de Dieu s’il n’est pas disposé, lui aussi, à pardonner son prochain. Car en refusant de pardonner, il a par le fait même porté un jugement à l’égard de l’autre personne. Il s’est placé spirituellement au-dessus de son prochain en lui faisant sentir qu’il n’est pas digne de son pardon. Cette situation nous rappelle les passages de la Bible dans Mathieu 8 : 2 – 12 quand Jésus se rendit à la montagne des oliviers. « Mais, dès le matin, il alla de nouveau dans le temple, et tout le peuple vint à lui. S’étant assis, il les enseignait. Alors les scribes et les Pharisiens amenèrent une femme surprise en adultère; et, la plaçant au milieu du peuple, ils dirent à Jésus : Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes : toi donc, que dis-tu ? Ils disaient cela pour l’éprouver, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus, s’étant baissé, écrivait avec le doigt sur la terre. Comme ils continuaient à l’interroger, il se releva et leur dit : Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle. Et s’étant de nouveau baissé, il écrivait sur la terre. Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience, ils se retirèrent un à un, depuis les plus âgés jusqu’aux derniers ; et Jésus resta seul avec la femme qui était là au milieu. Alors s’étant relevé, et ne voyant plus que la femme, Jésus lui dit : Femme, où sont ceux qui t’accusaient ? Personne ne t’a-t-il condamnée ? Elle répondit : Non, Seigneur. Et Jésus lui dit : Je ne te condamne pas non plus: va, et ne pèche plus ».

Jésus n’aime pas le péché. Car le péché mène à l’enfer en cas de non repentance. Or son désir est qu’il y ait le plus grand nombre de sauvés. Quand il a commencé à prêcher, sa première phrase était d’inciter les gens à abandonner leur péché. Mathieu 4. 17 : « Dès ce moment Jésus commença à prêcher et à dire : Repentez-vous, car le royaume des Cieux est proche ». Si nous nous repentons et abandonnons nos fautes, Il pardonne. Il a pardonné. Le chrétien doit aussi avoir le même Esprit de pardon.

R.Edmond.

Midi Madagasikara420 partages

Compagnie « Tsaradia » : La nouvelle filiale d’Airmad qui va assurer le réseau domestique

Le PCA d’Air Madagascar nous a dévoilé le nom de la nouvelle filiale.

Le redressement de la compagnie nationale malgache est en marche. Le recrutement de pilotes est déjà en cours et les plus grands défis devraient être relevés d’ici à trois ans, d’après Eric Koller, président du Conseil d’Administration. Ce dernier nous a également dévoilé le nom de la nouvelle filiale d’Air Madagascar. Interview.

 Midi Madagasikara (MM). Quelles sont les priorités dans le cadre du redressement de la compagnie ?

Eric Koller. Nous avons établi comme priorité la redynamisation du réseau intérieur, à travers la mise en place d’une filiale qui appartiendra à 100% à Air Madagascar. D’ailleurs, un concours qui a fait ressortir 192 propositions de noms venant des collaborateurs a permis de trouver son nom. Je suis fier de l’annoncer que la filiale sera baptisée « Tsaradia ». Ce concours organisé en interne a mis en relief la vertu de la cohésion et de la remobilisation pour l’atteinte de l’objectif commun : la relance d’Air Madagascar. C’est une affaire de tous, mais pas seulement du CA ou du partenaire stratégique. Au fil de mes rencontres, j’ai ressenti cette volonté commune d’avancer. Dorénavant, il faut penser « client ». Il doit être le cœur de nos stratégies et de toutes nos actions, car la concurrence est de plus en plus rude.

Vous avez été nommé à la tête du Conseil d’Administration le 30 novembre dernier. Comment se présente le redressement de la compagnie ?

Eric Koller. Le plan de transformation est en marche conformément au Business plan établi. Pour mieux appréhender les défis au sein de la compagnie, j’ai effectué des visites au sein des différentes directions, en compagnie du Directeur général Rolland Besoa Razafimaharo. Elles m’ont permis de souligner l’abnégation des collaborateurs au sein de la compagnie, mais également de constater de visu les immenses défis qui nous attendent, aussi bien en matière d’organisation que d’infrastructures. La mission ne sera pas facile, mais nous y croyons. Nous nous donnons trois années pour rétablir les fondamentaux au sein d’Air Madagascar : il faut dorénavant juguler les retards, adapter les programmes de vols, maîtriser les coûts, etc. Ce travail commence à l’intérieur de la compagnie, au sein des collaborateurs. Le 9 décembre dernier, nous avons mis à profit toute une journée pour redonner un coup de jeune à une grande partie du Centre de Loisirs (CDL). C’était une journée mémorable, à plus d’un titre, qui symbolisait ce nouveau départ au sein d’Air Madagascar.

Où en sommes-nous par rapport aux engagements des différentes parties ?

Eric Koller. L’Etat a respecté ses engagements financiers et Air Austral également, soulignons aussi les efforts consentis par les actionnaires. La relance de la compagnie passe par ces efforts. Des fournisseurs de la compagnie ont également accepté des négociations dans le cadre du règlement des arriérés. Tous ces points positifs soulignent et renforcent notre responsabilité dans ce processus : le contribuable malgache et les investisseurs nous font confiance. Il ne faut pas dilapider ce capital confiance.

En tant que numéro Un du conseil d’Administration, quelle est votre vision pour la compagnie ?

Eric Koller. Ma vision épouse celle de l’Etat et de la compagnie. Air Madagascar est notre porte-étendard. C’est un flambeau qu’il ne faut pas laisser éteindre et je sens bien que les collaborateurs au sein de la compagnie sont motivés pour garder le cap. A travers l’apurement du passif d’Air Madagascar, l’Etat malgache a également réitéré sa volonté d’aller de l’avant. Durant les prochains mois, la flotte sera remise à niveau. Air Madagascar peut également profiter de la synergie établie avec son partenaire stratégique pour palier certaines carences. Ces derniers temps, le recrutement de pilotes a été lancé. Cela confirme la volonté de sortir de l’ornière et de mettre en œuvre un plan ambitieux.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara356 partages

Litchis malgaches : Le kilo à 4,99 euros dans les grandes surfaces en France

Le litchi malgache est de bonne qualité.

La campagne litchi 2017 bat son plein. A lire les informations publiées dans la Lettre du Litchi (une publication du Centre de Technique Horticole de Toamasina) il s’agit d’une campagne qui se présente plus ou moins bien.

Sur la période du 11 au 15 décembre, on assiste à une demande globalement modérée pour les fruits acheminés par voie aérienne. « Leur prix élevé au stade détail n’incite guère les consommateurs à effectuer des achats conséquents. Le  cours des fruits « frais » reste toutefois assez stable du fait d’approvisionnements réduits. L’arrivée à Sète, du premier navire en provenance de Madagascar, modifie le profil de la campagne de commercialisation. Les fruits proposés à des prix nettement plus abordables favorisent le développement de la demande.

Le Baltic Klipper, premier navire conventionnel, a été réceptionné à Sète le dimanche 10 décembre dans la matinée. Les opérations de déchargement ont débuté en milieu de journée. Le débarquement des conteneurs, positionnés en pontée, a été immédiatement dépoté permettant le chargement des premiers camions dans l’après-midi. Les premiers fruits étaient disponibles sur les marchés les plus proches dès le lundi 11 décembre. Le déchargement des cales du navire a été plus problématique en raison de facteurs divers. Tout d’abord, un avis de tempête et de submersion dans la région « Occitanie » a reporté les opérations de déchargement au lundi après-midi. Ensuite, le manque de pratique du port au traitement de ce type de navire, a également retardé la mise à disposition des marchandises. Les engins de manutention se sont aussi révélés peu adaptés au déchargement des palettes de litchis, allongeant les délais d’entreposage. Le déchargement s’est finalement achevé le jeudi 14 décembre. La lenteur du déchargement a notamment eu un aspect positif: peu de palettes abîmées par les manutentions. Quant à la marchandise, elle a été jugée qualitativement satisfaisante. Certes, le calibrage des fruits est inégal, mais la coloration attractive ».     

Qualité satisfaisante. En ce qui concerne les prix, ils ne sont pas encore satisfaisants à raison de 4,99 euros aux détails pour le litchi malgache, la semaine dernière, sur le marché français notamment. Le déchargement du premier navire de litchis de Madagascar a animé cette semaine. Les fruits du Baltic Klipper, jugés de qualité satisfaisante, ont été progressivement commercialisés au rythme lent du déchargement du navire. Dès le début du déchargement, une flotte de camions attendait au port de Sète pour prendre livraison des litchis et les diffuser sur les différents marchés européens. Les ventes se sont effectuées en majorité depuis le lieu de débarquement à destination des distributeurs ayant préalablement programmé leurs mises en rayon. Les ventes se sont faites sur la base de 2.75-2.85€/kg vers la grande distribution au départ de Sète. Prix de détail relevé en grandes surfaces:

4.99€/kg. Les expéditions par voie aérienne se sont poursuivies avec des fruits frais branchés, leurs prix sont restés stables pour les marchandises de bonne qualité. Quelques lots retardés en terme logistique ont été écoulés à moindre prix. Les derniers lots de litchis traités ont été écoulés en début de semaine. Cette semaine, par contre on peut s’attendre à une hausse des prix, en raison de l’approche des fêtes.

 R.Edmond.

News Mada345 partages

Eddy bessa : la peinture comme moyen d’« Expression »

« Expression », c’est à travers ce titre qu’Eddy Bessa présente une exposition de peinture aux couleurs survitaminées, sur les murs de l’AFT Andavamamba jusqu’au 29 décembre.

Jean Eddy Fananantsoa  est un artiste plasticien, peu connu du public. Diplômé de l’University Of Fine Art Indonesia, il rentre au bercail pour son premier one-man-show. Ses œuvres s’inspirent du style réalisme et la plupart de ses tableaux sont des portraits reposant sur l’acrylique et l’huile sur toiles.

« C’est un archipel chargé d’histoire, ce qui a d’ailleurs suscité tout mon intérêt. Il y a également le fait que notre culture est étroitement liée à celle de l’Indonésie », a-t-il souligné.

A travers une bonne trentaine de toiles, Eddy Bessa propose une énigme et un symbole  sur chaque tableau. Il a une préférence particulière pour le grand format. « Nous sommes beaucoup plus à l’aise dans une salle de sport spacieuse. Il en est de même pour le grand format, qui constitue un bon exercice afin de bousculer nos habitudes et sortir du traditionnel format A3 ou A4 mais aussi pour apprendre à dessiner autre que sur un petit format, puisque notre gestuelle est différente », argumente l’artiste peintre.

Anatomie et structure

Eddy Bessa  a baigné très tôt dans le milieu artistique.  Bercé par les dessins animés de son enfance, il gribouillait déjà, avec des crayons de couleurs, sur les feuilles de cahier non utilisées, au collège et au lycée, pour reproduire ses personnages préférés. Attiré plus tard par la nature et l’environnement,  il a élargi son champ d’inspiration et s’est essayé à la peinture à l’huile à l’acrylique en passant par l’aquarelle, tout en enrichissant sa technique sur l’anatomie et la structure.

« Une amie peintre à Analakely m’a proposé à l’époque d’intégrer un groupe d’artistes pour une exposition collective.  Parmi les 29 artistes participants, j’ai remporté le troisième prix lors d’un concours de dessin sur le portrait », se remémore-t-il.  Après un cursus en anglais  à l’Université d’Antananarivo, il a bénéficié d’une bourse d’études en Indonésie.

Joachin Michaël

Midi Madagasikara319 partages

Décès : Charmant, le batteur de Kiaka s’en est allé

Charmant (à l’extrême gauche) fait partie des membres fondateurs de Kiaka.

Le ciel du rock malgache  s’est assombri. Charmant Ranaivonirina, ancien batteur et non moins fondateur du groupe Kiaka a rendu l’âme hier à l’âge de 61 ans. Victime d’infarctus, le batteur a succombé après de brefs instants à l’hôpital.

Les condoléances fusent sur les réseaux sociaux, la plupart venant des rockeurs de Madagascar. « Je n’arrive pas à y croire » relate Jonny Raharinaivo, membre du groupe Kiaka et non moins frère du défunt. « Dimanche, on jouait encore au football comme d’habitude. Après il a passé la soirée avec sa famille sans signe de malaise ni quoi que ce soit. Lundi matin, il s’est encore réveillé en pleine forme. Ce n’est que vers 10h qu’il s’est plaint d’une douleur au thorax. Il a encore eu la force de parler avec les médecins . Ce n’est que trop tard que l’on a su que l’infarctus l’a frappé. Ensuite il est parti, juste comme ça » relate-t-il.

Batteur de Kiaka de 1986 jusqu’en 1991, avec, Jonny, Bita et Joce, il a fondé le groupe Kiaka. Batteur hors pair, il a su donner le rythme au rock et permis au groupe de se faire une place prépondérante dans le paysage du rock malgache . Pendant cinq ans, Charmant a sillonné les scènes malgaches  avec ses compères. En 1991, le jeune homme part à l’île Maurice pour poursuivre un stage. De là Zozo prend le relais avec ses baguettes. Cependant, Charmant était toujours présent presque à chaque spectacle et prestation de Kiaka. La plupart du temps, il prend ses baguettes sur deux ou trois chansons lors des grands spectacles.

La veillée funèbre se tient à son domicile à Ankerana, quant à l’inhumation, elle aura lieu au Caveau familial à Ambohijanaka après un dernier hommage au temple Fjkm Ambohijanaka.

Midi Madagasikara267 partages

Présidentielle 2018 : L’Arema aura son candidat

Didier Ratsiraka sera-t-il encore candidat en 2018 ?

Avec la Présidentielle qui approche à grands pas, le parti fondé par Didier Ratsiraka n’est pas en reste. L’Arema compte ainsi aligner des candidats pour les prochaines échéances électorales.

A l’instar des autres formations politiques, l’Arema a également annoncé qu’il va présenter des candidats aux prochaines échéances électorales. C’est ce qu’a d’ailleurs annoncé son Secrétaire national Simon Pierre. L’Arema va ainsi aligner des candidats, que ce soit pour les législatives et la présidentielle. Sur ce point d’ailleurs, qui va porter le fanion de ce parti ? Etant donné que l’Amiral rouge aura 82 ans en 2018, plus précisément le 4 novembre de l’année prochaine.

Noms. Vu son âge, on imagine mal qu’il va encore prétendre à la course à la Magistrature suprême. Mais avec l’amiral, il faut s’attendre à tout. Toutefois, le parti n’a pas encore avancé des noms. On se demande ainsi, si l’ancien Président va nommer son dauphin, notamment pour la présidentielle de 2018 ; ou sera-t-il encore dans la course ? Faut-il cependant rappeler que lors de la célébration du 40e anniversaire de ce parti, en juin 2016, dans le Grand Port de l’Est, les partisans de l’Arema ont sollicité la candidature de Deba en 2018.

Anciens barons. 41 ans après sa création, le parti n’est plus ce qu’il est. Des anciens barons de ce parti créé par l’amiral ont quitté le navire pour d’autres cieux. Cela a été surtout manifeste, lors de l’exil Didier Ratsiraka en 2002, en France. Toujours est-il que ce parti a lancé un appel à ceux qui ont adhéré à cette formation politique à rejoindre les rangs de l’Arema. Notons que la ville de Toamasina a été toujours considérée comme le fief des partisans et sympathisants de l’amiral. Mais la question se pose, cet appel sera-t-il écouté, étant donné que certains d’entre eux ont quitté ce parti depuis belle lurette ? Dans la plupart des cas, ils ont rallié le camp du parti au pouvoir.

Dominique R.

Midi Madagasikara196 partages

Voix de l’Océan Indien : Stéphanie, « meilleure artiste malgache »

Stéphanie, posant avec le Directeur de l’ONTM, avec son trophée.

Elle a été sélectionnée au même titre que Dadi Love et Elidiot, par l’équipe de la VOI. Le public s’est proclamé et Stéphanie devient donc « meilleure artiste malgache » pour la « VOI 2017 ».

Stéphanie, « meilleure artiste malgache » selon les Voix de l’Océan Indien. Samedi dernier, la chanteuse s’illustre à la Cité des Arts à Saint-Denis, La Réunion. Les résultats des votes ont été proclamés et la jeune femme remporte le concours haut la main. Elle est elle-même surprise de cette victoire. « J’avais et j’étais complètement dans le doute. J’étais partagée entre le désir de m’illustrer à un concours d’une telle envergure et la peur de ne pas être assez à la hauteur. Quand j’ai su avec qui j’étais en compétition, je me suis effectivement dit : oh, là, ça va être serré ! Dadi Love est quand même un poids lourd de la musique malgache qui a beaucoup fait parler de lui pendant l’année 2017. Et Elidiot ? C’est le jeune talent qui a su monter un à un les marches et s’est fait un nom dans le showbiz. Moi ? Ça fait quand même longtemps que je suis dans le milieu. Le public m’apprécie certes mais j’avais quand même des appréhensions. Quand j’ai entendu mon nom, je n’en revenais pas. J’ai été moi-même surprise ! », relate Stéphanie. La chanteuse a d’ailleurs été sollicitée pour interpréter deux de ses titres « Resaka tsaho » et « Mila fitiavana », les chansons avec lesquelles elle a été sélectionnée. Une grande première pour les Malgaches depuis les huit ans d’existence du concours.D’autres artistes comme Rakroots, ou encore Lion Hill ont été en course dans d’autres catégories, notamment, la meilleure production audiovisuelle et meilleure voix féminine. Malheureusement, ils ne se sont pas illustrés. Seule Stéphanie s’est démarquée. Ce vendredi, elle va se produire au Jao’s Pub, et investira Le Glacier le 29 décembre puis animera la Saint-Sylvestre au CCI.Mahetsaka

Midi Madagasikara139 partages

Ivato : Terantany vahiny iray sy malagasy telo, tratra saika hanondrana sokatra an-tsokosoko

Ny alahady lasa teo, mpanondrana harenam-pirenena an-tsokosoko indray nosaron’ny pôlisy misahana ny sisin-tany sy ny habakabaka. Miisa efatra izy ireo, no voarohirohy amina resaka fanondranana sokatra. Terantany Malagasy ny telo ary, terantany vahiny kosa ny iray tamin’ireto olon-dratsy ireto. “Ny 17 desambra 2017 maraina tamin’ny fiaramanidina mampitohy an’I Madagasikara sy Guangzou zotra MD 018 dia nahazo vaovao ny Polisy miasa ao amin’ny PAF fa nisy sokatra tafiditra ao anatin’io fiaramanidina io. Natao ny fitsirihana ilay fiaramanidina ka hita tao ambany seza ilay valizy nisy sokatra. Natao ihany koa ny fikarohana sy fitadiavana ireo olona ka tra-tehaka ny olona telo ka ny iray mbola hifampitadiavana : teratany sinoa ny iray ka teratany Malagasy ny roa izay saika hitondra ny sasany raha mpiray tsikombakomba kosa ny ambiny. Sokatra miisa 13 no tra-tehaka ka Angoroka ny efatra. Avy any amin’ny faritra Toliary sy Majunga ireto sokatra ireto izao saika haondrana any Sina izao” hoy ny fampitam-baovao avy amin’ny pôlisim-pirenena. Ny zavatra nahazendana teny an-toerana dia asa na inona no nahazo ity terantany vahiny ity fa niezaka nandratra tena ny anao lahy. “Nandritra ny fotoana nisamborana ity sinoa ity dia niezaka nanohatra sy nitrohatra mafy izy, ka nakapony tamin’ny goudron sy tamin’ny rindrina ny lohany izay niteraka ny faharatrany” hoy hatrany ny fampitam-baovao. Fantatra tokoa mantsy fa tsy vao izao ireto olona ireto no efa mpanao ity afera maloto ity fa efa fanondranana faninefany ity nataon’izy ireo ity , ary dia izao tratra izao. Mbola misy moa ireo olona mpiray tsikombakomba amin’izy ireo no mbola karohina amin’izao.

m.L

Midi Madagasikara126 partages

Général Randrianazary : Un grand spécialiste des renseignements

Le général Randrianazary était le père du GSIS.

Né le 1er juillet 1954, Randrianazary a décroché son bac au lycée d’Ambatondrazaka en 1976, avant d’être admis à l’Académie militaire d’Antsirabe au titre de la 10e promotion des élèves officiers. A l’issue de sa formation, il a choisi la gendarmerie nationale. Mais auparavant, il a suivi une formation juridique à l’université d’Antananarivo avant de rejoindre l’Ecole supérieure de la Gendarmerie de Moramanga. Il a débuté sa carrière d’officier en qualité d’adjoint au commandant de groupement de gendarmerie de Toliara en 1980, avant d’être promu commandant de compagnie à Toliara jusqu’en octobre 1985.

GSIS. Il a été ensuite nommé commandant de la compagnie de gendarmerie à l’aéroport international d’Ivato. Formé au GIGN (Groupe d’intervention de la Gendarmerie Nationale) en France, il a été appelé en 1989 à créer et à commander le GSIS ou Groupe de Sécurité et d’Intervention Spéciale de la Gendarmerie. Après cela, il sera affecté à Toamasina en tant que commandant de compagnie avant de devenir le directeur opérationnel de la sécurité présidentielle en juillet 2015.

SEG. Attaché de cabinet du général commandant la Gendarmerie nationale, il sera par la suite en poste au groupement d’Antsirabe. Détaché à la DGIDIE ou Direction Générale des Investigations et de la Documentation intérieure et extérieure, il en sera le Directeur général adjoint chargé de la police économique. Il a occupé ce poste jusqu’en juillet 2003 avant d’être muté au CIS ou « Central Intelligence Service » en tant que directeur adjoint chargé des opérations. Il s’est spécialisé dans les renseignements aux Etats-Unis et en Afrique. En février 2006, la fonction de Directeur général du Service des Renseignements de Madagascar lui a été confiée jusqu’en mai 2008. En octobre 2009, il était devenu conseiller militaire du Premier ministre, avant de faire son entrée dans le gouvernement en mai 2010, en qualité de Secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie (SEG). Et ce, jusqu’à son départ à la retraite le 1er juillet 2014. Le général de division Randrianazary est titulaire de plusieurs distinctions honorifiques. Il a été notamment élevé à la dignité de Grand croix de 2e classe de l’Ordre national en février 2014.

Marche à pied. Natif d’Ambatondrazaka, ce fils de paysans a passé son enfance à Didy et Ambatondrazaka. Effectuant à pied 53km séparant les deux localités. Une vie assez dure qui l’avait amené  parfois à étudier à la lumière d’un poteau électrique. Ces marches à pied l’ont vraiment marqué. C’était encore le cas à l’ACMIL où il avait fait plusieurs kilomètres à pied avec au bout du trajet, des ampoules. Marié et père de quatre enfants, son souhait de voir ces derniers devenir médecin, magistrat, membre des forces de l’ordre, ou entrepreneur, a été exaucé. L’éloge funèbre du général Randrianazary aura lieu ce jour très tôt au Toby Ramarolahy suivie d’une cérémonie religieuse à Antsobolo avant que sa dépouille ne soit acheminée vers Ambatondrazaka où il sera inhumé vendredi.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara124 partages

Projet de loi sur la présidentielle : La démission du président candidat remise en cause

Le projet de loi organique constitue une entorse aux dispositions constitutionnelles sur la démission du président candidat à sa propre succession.

L’article 46 alinéa 2 de la Constitution de la Quatrième République stipule : « Le président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel. Dans ce cas, le président du Sénat exerce les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau président. » Ces dispositions constitutionnelles sont remises en cause par l’article 2 alinéa 7 de la future Loi organique relative à l’élection du président de la République, qui est actuellement au stade de projet de texte au niveau du gouvernement. Les dispositions législatives en question prévoient : « A partir du lendemain du premier tour de scrutin, s’il (NDLR : président candidat) n’est pas candidat au second tour et, dans tous les cas, à partir du lendemain du deuxième tour de scrutin, la démission devient caduque. Le président de la République en exercice reprend les attributions présidentielles qui lui sont conférées par la Constitution jusqu’à la date de la passation officielle du pouvoir avec son successeur conformément aux dispositions de l’article 48 alinéa 1 de la Constitution. »

Démission et non suspension. En termes plus clairs, si Hery Rajaonarimampianina ne fait pas partie des deux candidats qui passent au second tour, il reprend immédiatement ses fonctions de président de la République. Mais, s’il figure parmi les deux finalistes, il peut également reprendre ses fonctions présidentielles tout de suite après le second tour, sans attendre le résultat officiel du scrutin et sans tenir compte du fait qu’il soit ou non réélu à la tête du pays. Non seulement, le comité interministériel chargé de la révision de l’encadrement juridique du processus électoral malgache confond démission et suspension, mais il est aussi en train d’interpréter la Constitution. Or, la Loi fondamentale doit être d’interprétation stricte et seule la Haute Cour Constitutionnelle est habilitée à l’interpréter sur saisine d’un organe compétent. Pire, le comité interministériel va jusqu’à remettre en question le principe de la démission. L’esprit de l’article 46 alinéa 2 de la Constitution veut que si un président de la République en exercice démissionne de son poste pour pouvoir se porter candidat, il ne doit plus revenir au pouvoir s’il n’est pas réélu à l’issue des scrutins. Dans le cas contraire, c’est-à-dire que s’il est réélu à la tête du pays, il ne peut reprendre ses fonctions qu’après une cérémonie d’investiture (Article 48 de la Constitution) qui marque le début de son nouveau quinquennat. Pour bon nombre d’observateurs, les dispositions de l’article 2 alinéa 7 de la Loi organique relative à l’élection du président de la République sont truffées de calculs politiques.

Panique et égalité de chances. Visiblement, la défaite du futur candidat Hery Rajaonarimampianina dès le 1er tour de l’élection présidentielle de 2018 figure parmi les éventualités des rédacteurs de ce projet de loi relatif à l’élection du président de la République. Par ailleurs, ils mettent en doute la capacité du président du Sénat Rivo Rakotovao, président national du parti au pouvoir HVM, à assumer jusqu’au bout les fonctions du président de la République par intérim. Certains analystes politiques vont même jusqu’à faire constater que Hery Rajaonarimampianina n’a pas confiance en l’ancien ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture, qui a déboulonné avec des micmacs hautement politiques Honoré Rakotomanana de la présidence de la Chambre haute, dans l’objectif d’éviter une éventuelle trahison à la tête du pays durant les soixante jours avant le scrutin présidentiel. L’article 2 alinéa 7 du projet de loi relatif à l’élection du président de la République porte atteinte également à l’égalité de chances des candidats au second tour de la présidentielle. Car si le président candidat est battu dès le 1er tour et qu’il reprend ses fonctions présidentielles immédiatement après ce scrutin, il pourra soutenir un candidat au second tour, avec toutes les prérogatives de puissance publique dont il dispose.

Dispositions anticonstitutionnelles. Tout est encore au stade d’avant-projet de loi. Le gouvernement qui refuse jusqu’à présent de satisfaire la revendication du Comité de Vigilance démocratique pour les Elections (CVDE) sur la nécessité d’une large consultation sur les avant-projets de loi relatifs aux élections a déjà recueillis les avis des parlementaires pro-régime qui n’ont pas caché leur frustration devant la démarche de l’Exécutif qui est loin de favoriser la transparence dans le processus d’élaboration du cadre juridique des futures consultations populaires. Force est cependant d’anticiper que si les dispositions de l’article 2 alinéa 7 de cet avant-projet de loi organique sur l’élection du président de la République sont maintenues, elles seront déclarées non conformes à la Constitution par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC).

R. Eugène

Madagascar Tribune102 partages

« D’autres usines devront être fermées »

La décision de fermeture par le ministère de l’industrie de l’usine de la société Triple A à Antsirabe n’a toujours pas connu d’évolution jusqu’à maintenant. Tout au contraire, le dossier semble avoir été écarté selon les responsables de la société. En effet, le passage de l’affaire devant les tribunaux vient d’être remis au mois de février de l’année prochaine. De quoi agacer les responsables au sein de cette société qui avaient pourtant demandé au ministère dès le départ d’annuler la fermeture de l’usine, estimant que cela n’est pas nécessaire et nuit à l’économie. Le Directeur général de Triple A affirme que la régularisation des dossiers a déjà été faite au niveau du ministère de l‘industrie. Sans toute fois que ce département daigne donner une réponse à la requête de la société concernée. Il y a quelques mois, le ministère de l’environnement avec le ministère de l’industrie ont décidé la fermeture de l’usine en arguant que celle-ci ne possédait pas encore de permis environnemental et donc non-conforme à la règlementation en vigueur actuellement.

La société devrait aussi quelques centaines de millions d’Ariary d’arriérés à l’administration malagasy et à la société Jirama pour des factures impayés. Face à cela, les responsables de la société Triple A ont fait appel au respect de l’article 6 de la Constitution qui dispose que « La loi est l’expression de la volonté générale. Elle est la même pour tous, qu’elle protège, qu’elle oblige ou qu’elle punisse. ».

Aussi, tous ceux qui ne respectent pas la loi et les dispositions nécessaires en ce qui concerne les usines doivent donc être fermées souligne le Directeur général de la société Triple A. Selon ce dernier, beaucoup d’autres usines seraient en infraction si l’on se réfère aux charges qui ont amené la fermeture de l’usine Triple A à Andranomanelatra. Soulignant au passage l’un de ses concurrents directs en matière de produits laitiers, la société Socolait. Ces accusations ne risquent pas de rester sans suite, qu’elles soient vraies ou fausses. Aussi, le ministère de l’industrie et de l’environnement devraient s’en enquérir. Selon la société Triple A, la prochaine étape qui devrait avoir lieu en ce qui concerne leur cas serait une descente de vérification de la part du ministère de l’industrie. Une descente que le ministère a décidé de ne pas effectuer jusqu’ici. Affaire à suivre.

Midi Madagasikara96 partages

Paik’adin’ny zandarimariam-pirenana : Tsy hitsitsy ireo mpanampatra fahefana, ireo mpifehy

Mitohy hatrany ny fidinana ifotony ataon’ireo tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny zandarimarim-pirenena. Paik’ady vaovao sy baiko nomen’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandary, ho famerenena indray ny fitokisan’ny vahoaka amin’ireto vondrona mpitandro filaminana ireto sy ho ady amin’ny tsy fandriam-pahalemana. Tamin’ity indray mitoraka ity dia tany amin’iny faritra Bongolava iny no notsidihan’ireo tompon’andraikitra ambony. Ny tao amin’ny kaompania Fenoarivobe manokana dia fantatra efa nisy ny fanadiovana teo anivon’ny vondron-kery ity. Etsy andanin’izay dia tsy hitsitsy ihany koa ireo mpifehy ho an’ireo zandary izay mbola zatra manao lalan-dririnina amin’ity fanamparam-pahefana sy fanaovana tsindry hazo lena ny vahoaka.  “Nisy laharana finday maromaro nozaraina tamin’ireo mponina mba hiantsoan’izy ireo avy hatrany raha misy tsy fahafaham-po na zavatra tsy mety hitan’izy ireo ataon’ny zandary” hoy ny fampitam-baovao. Marihana fa saika misy fihaonana amin’ireo olom-boafidy sy olom-panjakana any amin’ireo faritra ireo foana ireto tompon’andraikitra ambony ireto amin’ny fidinany ifotony toa izao. Samy mahatsapa avokoa rehetra fa tena ilaina ity fitsirihana ny zava-misy eny amin’iny fiaraha-monina ity, indrindra fa amin’ireto faritra voalaza fa lavitra andriana, ahafahana manomana tetik’ady manokana hiadiana amin’ny tsy fandriampahalemana manjaka amin’ireny faritra ireny. Maniry ny hitohizan’izany matetika moa ireto vahoaka sy ny olom-boafidy ireto.

m.L

Tia Tanindranaza88 partages

Rajaonarimampianina Resin’i Mailhol amin’ny 2018…

Miisa 711.534 ny vato azon’i Hery Rajaonarimampianina nahatafakatra azy tamin’ny fihodinana voalohany tamin’ny fifidianana 2013.

  Raha ny lojika politika eto amin’ny firenena amin’izao fotoana dia tsy hitombo fa vao mainka hilatsaka ambany ka tsy hahazo ny vato azony tamin’izany intsony i Hery Rajaonarimampianina, raha mandeha ara-drariny sy mangarahara ny fifidianana. Leo sy tofoka amin’ny afitsok’ity fitondrana ity  ny Malagasy ary azo antoka ny hisian’ny latsa-bato hatao handrarahana an’i Hery Rajaonarimampianina na ilay antsoina hoe : « Vote sanction ». Maromaro ireo mihevitra ny hirotsaka amin’ny taona 2018, ary tombanana hitovitovy ny tamin’ny taona 2013 na mety hihoatra aza ireo kandida. Samy manana ny mpanohana azy izy ireo, saingy tsy ny ho lany no tanjona fa hivarotra ny vato azo amin’izay kandida tafiditra amin’ny fihodinana faharoa sitrany ahay mahazo toerana ao amin’ny governemanta na koa tendrena amina toerana ambony hafa. Matetika efa somary hita soritra ny kandida matanjaka sy manana ny herijika ho lany. Izany indrindra no mahatonga ny HVM manamboatra ny kajy malotony amin’ny tsy hamelana ireo tena atahorany tsy hirotsaka. Kandida efa nanambara ny firotsahany i Mailhol André Christian Dieu Donné na pasitera Mailhol, izay efa nanangana ny antoko GFFM (Gideona Fandresena ny Fahantrana eto Madagasikara). Iray tapitrisa mahery ny mpino afaka mandrotsa-bato ho azy. Mety hanana herijika hiditra any amin’ny fihodinana faharoa i Pasitera Mailhol, raha tontosan’ny HVM ny fanakanana ny iray amin’ireo mpifaninana tena atahorany amin’ny 2018 dia i Marc Ravalomanana na i Andry Rajoelina. Sahiran-tsaina tanteraka ny fitondrana HVM satria tsy hisy mangirana ho azy mihitsy ny fifidianana 2018. Izay no mampiezaka mafy an’i Hery Rajaonarimampianina mitokan-javatra etsy sy eroa. Ny kapa ranjo ara-politika mandeha ihany. Mety hitombo ny isan’ireo hopotehina, ka anisany ny pasitera Mailhol, izay efa nisy resaka fa notambazan’ny HVM vola 5 miliara ariary mba tsy hirotsaka amin’ny taona 2018, fa nanda.

Toky R

News Mada72 partages

Suspicion de corruption a la jirama : le PCA explique

«Depuis quelques années, le litre de gasoil acheté par la Jirama est supérieur au prix du gasoil à la pompe chez le distributeur détaillant. La situation a été redressée. Une estimation du Trésor en juillet 2014 donne qu’en éliminant les trafics de gasoil et en passant au fuel lourd, la Jirama aurait pu avoir l’équivalent de 15 centrales hydroélectriques du type Sahanivotry. Cette centrale a une capacité de 15 MW et une génération moyenne de 90 GWh pour le coût de 13 millions de dollars. En se ravitaillant en fuel lourd  de Tsimiroro auprès de Madagascar Oil, la Jirama diviserait au moins par deux le coût du litre de carburant». Des remarques émises par Serge Zafimahova sur les réseaux sociaux. Et ce dernier de poursuivre que «ce sont les consommateurs qui paient les vols et la corruption des décideurs de cette société d’Etat».

Le président du Conseil d’administration (PCA) de la Jirama, Hyacinthe Befeno Todimanana, a apporté ses explications portant sur ces remarques. Selon lui «En 2018, environ la moitié des sites de la Jirama, actuellement en diesel, passera au solaire en hybride avec du fioul lourd à faible coût (HFO).  Il faut savoir que, quand la Jirama fait en moins d’un an 250 milliards d’ariary d’économie opérationnelle, elle demande moins du quart de cet effort à ses clients. Dans la Loi de finances initiales pour 2018, le budget est passé de 450 milliards (2017) à 209 milliards d’ariary, à périmètre d’activité constante, soit une réduction de 240 milliards d’ariary sur les dépenses d’exploitation.

En effet, tous les contrats ont pu être renégociés, la facture carburant a été allégée de 40% en moins d’un an, les indicateurs financiers ont permis d’améliorer la notation de cette société et donc, de relancer des investissements en propre dans l’eau et l’électricité ».

Le PCA a reconnu les difficultés, concernant notamment le délestage, mais la période de longue coupure durant des heures est révolue. Puis, il a conclu que la Jirama a mis tout en œuvre (moyens humains, financiers et matériels) pour concrétiser le plan de redressement qui s’étalera jusqu’en 2020, et  qui a été adopté par les Partenaires techniques et financiers.

Nadia

Tia Tanindranaza65 partages

Vokatra AAA TikoAmbimbava ireo mbola hita eny an-tsena

Mbola nanana tahiry na ambimbava maharitra 3 volana ao amin’ny magazay fitehirizam-bokany ao Andranomanelatra ny orinasa AAA izay mamokatra ny vokatra Tiko amin’izao fotoana, raha ny fanazavan’ny mpisolovava misahana ny raharaha.

 

 Na dia nisy aza ny fanakatonana ireo vavahady fidirana ao amin’ny orinasa nataon’ny Emmoreg ny 12 oktobra teo dia manana vavahady 1 hafa afaka misokatra avy any ambadika ahafahana mikarakara ireo biby fiompy ireo mpiasan’ny orinasa, raha ny fanazavana hatrany. Raha tsiahivina moa dia mbola nisy bemidina nataon’ny Emmoreg indray tao Andranomanelatra ny 13 desambra teo taorian’ny fankalazana ny faha-68 taonan’ny filoham-pirenena teo aloha, Marc Ravalomanana, teny amin’ny Magro Tanjombato ny 12 desambra teo. Resaka fahitana Olympiko 30 tavoahangy sy yaourt 10 boaty teo ambonin’ny masinina, hoy ny fanazavana, no nilan’ireo nitsirika vaniny nentina nilazana fa mbola mamokatra ihany ny orinasa ka nidin’izy ireo tanteraka ny orinasa iray manontolo. An’arivony, hoy ity mpisolovava ity, no atao hoe vokatra farafahakeliny, ao anatin’itony orinasa goavana itony fa tsy resaka am-polony toy io. Tsy handray fepetra ivelan’ny lalàna izahay, hoy izy, fa mbola mangataka hatrany ny hanakatonana ihany koa ireo orinasa 5 hafa lazaina ho tsy manaja tontolo iainana toa anay.

J. Mirija

 

 

 

Midi Madagasikara65 partages

Madagascar -Union européenne : Décaissement d’un appui budgétaire de 13,5 millions d’euros

Le renforcement des réserves de change figure parmi les critères de performance du FMI.

L’appui budgétaire est une modalité d’aide versée directement au Trésor public malgache afin de financer les politiques économiques et sociales du gouvernement.

 L’Union européenne (UE) continue d’appuyer financièrement le développement de Madagascar. En application de l’engagement qu’elle a pris lors du dialogue politique d’avril dernier, le  bailleur de fonds communautaire a versé hier 13,5 millions d’euros de dons au trésor malgache.

11e FED.  Ce décaissement correspond à la première tranche du deuxième programme d’appui budgétaire pour 2017-2018 prévu dans le cadre du second « Contrat d’appui à la consolidation des services de l’Etat à Madagascar (SBC2) ». Financé dans le cadre du 11e FED, ce programme est composé de deux tranches annuelles d’un montant total de 30 millions d’euros et est inclue dans le Programme indicatif national (PIN) signé entre Madagascar et l’Union européenne d’un montant de 518 millions d’euros. Il fait suite au versement de 65 millions d’euros effectué en décembre 2014 et au versement de 11,5 millions d’euros en décembre 2015, dans le cadre du précédent contrat à la consolidation de l’Etat. L’appui budgétaire est une modalité d’aide versée directement au Trésor public malgache afin de financer les politiques économiques et sociales du gouvernement.

Performances. Le décaissement intervient en fonction des performances constatées dans la mise en œuvre de ces politiques et de l’atteinte des objectifs identifiés conjointement avec le gouvernement. Parmi ces objectifs figurent, entre autres, l’accroissement des capacités financières de l’Etat pour renforcer la stabilité macro-économique et atteindre les objectifs de politiques à court terme ; l’amélioration de la gouvernance et notamment de la gestion des finances publiques, du contrôle et la transparence budgétaire et de la lutte contre la corruption et la fraude ainsi que la gouvernance démocratique ; et enfin le renforcement de l’exécution des dépenses budgétaires pour assurer la délivrance des services sociaux de base (éducation et santé). En décrochant ce décaissement, le gouvernement a démontré qu’il a été capable de mener à bien le maintien de la stabilité macro-économique, en dépit des chocs exogènes qui ont frappé Madagascar et en particulier les chocs climatiques. L’inflation a été globalement maîtrisée, la dette est restée soutenable et les réserves de changes se sont renforcées. La poursuite du programme du gouvernement avec le FMI atteste de la qualité des politiques économiques et financières menées.

Réformes structurelles. Des avancées ont été également enregistrées dans les réformes structurelles, en vue de réduire les besoins en subvention des entreprises publiques, en particulier de la JIRAMA et d’Air Madagascar. Les progrès dans la gestion des finances publiques. En particulier, la mobilisation des recettes fiscales a dépassé les objectifs en 2016 et sur les six premiers mois de 2017, les arriérés intérieurs ont été apurés à un rythme satisfaisant, les retards dans la production des lois de règlement ont été rattrapés et la discipline budgétaire a été globalement respectée en dépit des dépenses exceptionnelles liées aux chocs climatiques qu’a connus le pays. La plupart des réformes convenues ont été mises en œuvre.

La priorité budgétaire accordée aux secteurs sociaux. L’augmentation des dotations a été accordée aux secteurs sociaux, notamment au niveau déconcentré. Les objectifs du programme en la matière, convenus avec le gouvernement ont été dépassés avec l’augmentation annuelle des dépenses de fonctionnement hors solde engagées dans les secteurs éducation et santé de 36% en 2016 et l’augmentation des budgets des structures déconcentrées au niveau district et périphérique de la santé et de l’éducation de 41 % dans le cadre de la LFI 2017. Toutefois, l’amélioration de la qualité des dépenses sociales fera un objet de suivi rapproché pour la poursuite du programme en 2018.

 Recueillis par R.Edmond.

News Mada55 partages

Sport auto : la FSAM se lance dans une fuite en avant

La bataille sur le terrain a pris fin le week-end dernier à l’issue de la dernière manche du championnat national de rallye. Mais sur le papier, notamment au niveau juridique, le litige opposant le président de la fédération  malgache, Jimmy Rakotofiringa et les quatre pilotes  (Sandy, Solo, Yachine et Teddy) est encore loin d’un dénouement.

A titre de rappel, les quatre noms sus-cités ont réclamé à vive voix un audit à propos du compte de la fédération suite à une suspicion d’affaires louches. Mais comme réponse, ils ont été traduits en conseil de discipline et suspendus de toute compétition pendant deux ans et de toute activité au sein du club et de la fédération pendant 4 ans.  Ils ont décidé de faire appel du verdict qui aurait dû être prononcé  hier (18 décembre),  mais une fois encore, le Tribunal administratif du sport (Tas) et la fédération ont fait faux bond.

De report en report donc, car, avant la date du 18 décembre,  le Tas a déjà fixé la date du 15 novembre pour régler une bonne fois cette histoire. Sauf que le moment venu, les membres de la cour n’étaient pas au rendez-vous.

Malgré tout, les quatre pilotes et leur avocat  ont toujours honoré l’audience. Comme c’était le cas hier au siège de la fédération  à Analakely. En fait, à 14 h tapantes, Sandy Solo, Yachine et Teddy accompagnés de leur avocat, sont arrivés sur les lieux, mais grande fut leur surprise en voyant un local clos.

Après quelques minutes d’attente, Teddy a reçu un mail annonçant le report du procès à une date ultérieure. Quand aux autres, ils  n’étaient au courant de rien car, ledit mail notifiant le report du tribunal a été envoyé  le jour même, (hier). Alors que vers 11 heures, l’avocat de la défense a reçu la confirmation que le rendez-vous de 14 heures est maintenu. Furieux contre le comportement du président du tribunal d’appel, ils se sont enquis auprès du président de la FSAM de la véracité de ce report. Ce dernier a répondu qu’il n’était au courant que du rendez-vous d’hier et c’est tout. De qui se moque-t-on?

Les quatre acteurs du sport automobile se retrouvent ainsi dans l’expectative! La saison 2018 commencera bientôt.. Pourtant, la sanction qui pèse sur Sandy et consorts n’a pas été levée.

TMF joue le fair-play

Autre dossier chaud entre les mains de la FSAM, la réclamation faite par le team Mika Faniry après la pénalité obtenue par Yves lors du rallye international de Madagascar (Rim), l’empêchant de finir la course en première position. Mais d’après Hery Be, président du club, TMF a retiré sa plainte. Ce qui laisse le champ libre à Ndrianja Rajemison pour remporter le Rim 2017.

Naisa

 

L'express de Madagascar54 partages

XIVe Tour cycliste international de Madagascar – Le mérite sportif l’emporte sur l’organis...

Le Tour cycliste international de Madagascar (TCIM) s’est achevé avec un excellent comportement des coureurs malgaches devant l’adversité étrangère. Le côté organisationnel, cependant, a un goût d’inachevé.

Bilan sportif positif. C’est ce qu’on peut dire de la XIVème édition du TCIM 2017 qui a démarré à Toliara le 7 décembre et qui s’est achevé au lac Anosy le 17 décembre.Pour tout dire, le niveau des coureurs étrangers à l’instar des Angolais et des Hollandais était bien en dessus de celui des meilleurs coureurs malgaches du moment comme Mazoni Rakotoarivony ou encore Dama Miarintsoa et Dino Mohamed Houlder.Les Angolais étaient venus avec une grande équipe, qui a gagné le classement par équipe, mais aussi le maillot Canal Plus du vainqueur au temps avec Bruno César do Amaral de Araujo. Ils gagnent aussi six étapes sur dix.Après les Hollandais, qui étaient une équipe de six coureurs a été réduite à trois. Mais même avec cet énorme handicap au niveau de l’effectif, ils ont réussi à effectuer un tour de force en enlevant le maillot jaune du leader au temps avec Engelen Van Aden mais aussi trois victoires d’étapeIl faut savoir que le niveau de ces coureurs hollandais et angolais reste vraiment exceptionnel. Ils effectuent en moyenne pas moins de cent trente courses dans l’année.

Engelen Van Aden a endossé le maillot jaune Bank of Africa depuis l’étape 7 Irondro – Ambohimahasoa.

Engelen Van Aden, qui a 23 ans, attend une promotion en 2018 pour passer au niveau professionnel. Les Angolais effectuent les grands Tours en Afrique, comme celui du Burkina Faso, mais s’expérimentent aussi au Portugal. Ce sont des coureurs semi-professionnels mais qui ont tendance à passer vers le cap du professionnalisme.Face à cette adversité, les coureurs malgaches n’ont pas démérité avec une troisième place au général par le biais de Mazoni Rakotoa­rivony, qui est aussi le meilleur grimpeur du TCIM. Et que dire de la prestation de Nambinintsoa Randria­nan­tenaina, de l’équipe Unicef Madagascar qui s’est adjugée la seule victoire d’étape d’Ambohimahasoa Ambo­sitra (Étape 8).« On a couru avec des coureurs qui étaient meilleur que nous. Une petite opportunité s’est présenté à nous durant l’étape 7 Irondro-Ambohi­mahasoa mais cela s’est soldé par la distinction d’Engelen Van Aden. C’est sur cette étape aue le Tour s’est joué. En somme, courir avec les Hollandais et les Angolais demeure une vraie expérience. Comme on dit souvent, c’est en courant avec les meilleurs qu’on progrèsse », témoigne Mazoni Rakotoarivony.

Organisation à revoir Le TCIM 2017 en est à sa 14ème édition et il faut le dire que l’organisation de cette édition 2017 n’a pas trop convaincu par rapport aux précédentes éditions. Passons en revue ce qui a été bon et acquis et les choses qui doivent être améliorées pour mieux préparer l’édition 2018, qui se ruera vers le coté Nord de Mada­gascar avec un départ à Mahajanga.

Mazoni Rakotoarivony, 3e au général, meilleur grimpeur du Tour mais aussi meilleur Malgache avec le Maillot Unicef

Le positifComme au fil des éditions, le coté technique dirigé par Laurent Bezault, consultant au niveau de l’Union cycliste international, a satisfait. Intransigeant et professionnel dans sa démarche, ce directeur de course s’est montré pointilleux avec son équipe de chronométreurs ainsi que les commissaires à l’arrivée. Même constat pour le responsable de la photo finish Joachim Nikiema qui a toujours pu livrer dans un temps record les résultats officiels.Un besoin capital pour l’ensemble de la presse écrite, les radios et les chaines de télévisions qui ont pu couvrir le TCIM.C’est un duo utile et incon­tournable qui apporte l’aspect positif de ce TCIM 2017.Outre le coté technique, le côté médical aussi est à féliciter. Avec un médecin et une équipe médicale avec l’ambulance médicalisée, ce n’était pas facile d’être au petit soin pour toute la caravane du Tour qui comptait pas moins de deux cents personnes. Il faudrait donc motiver les personnes qui travaillent dans ce secteur et les rémunérer davantage pour 2018.

Le négatifIl y a beaucoup à dire mais citons les principaux points utiles pour une meilleure organisation de l’édition 2018.Le livre de route : Les données contenues dans le livre de route sont très importantes pour tout le monde, allant de la presse, passant par les équipes et les officiels. Plusieurs données étaient fausses. On peut citer, par exemple, des prix de la montagne réels sur les étapes qui ne correspondaient pas sur ceux qui étaient inscrits sur le livre de route.Le transbordement inadéquat : On a effectué la seconde étape du Tour de Sakaraha à Ilakaka avec une arrivée à Ilakaka vers 16h30. Le lendemain, on a effectué un transbordement pour rejoindre Ihosy pour le départ de l’étape 3. Tout le monde s’est demandé une seule question capitale. Pourquoi avoir fait l’arrivée en fin d’après-midi à Ilakaka ?…… Il a fallu donc faire un départ matinal à Sakaraha pour arriver vers midi à Ilakaka et ensuite prendre la route tranquillement l’après-midi pour rejoindre Ihosy, où l’hébergement est meilleur que celui d’Ilakaka où, dans plusieurs chambres, il n’y avait pas de prise éléctrique et de l’eau courante pour se laver.Restauration, dépenses inutiles : La restauration du Tour n’a pas satisfait comme durant les prédédentes éditions. On se souvient de la prestation de Tiana, le cuisinier, ancien joueur de basket-ball du Sebam. A l’époque, ce service de la restauration a été cité comme un point positif du Tour. Ce qui n’est plus le cas cette année.Dépenses inutiles car les organisateurs pouvaient mettre la restauration au service des restaurateurs de chaque ville ou commune qui ont  accueilli le TCIM chez eux. Cela aurait été bien mieux car les restaurateurs de ce TCIM 2017 n’ont pas eu le temps de concocter de bons menus. Ils n’ont pas eu le temps de préparer des entrées et de fournir des desserts.Il fallait que le personnel mettent en place le couvert, servir, puis débarasser et cuisiner de nouveau et ainsi de suite. En plus de cela, les organisateurs ont dû payer le personnel de la restauration, payer la location du local pour servir les repas et payer le carburant de la voiture du personnel de la restauration.En résumé, on peut dire déjà que le TCIM sera meilleur en accentuant les points positifs et en considérant les points négatifs comme une priorité dans l’organisation. Les sponsors comme la Bank of Africa a déjà renouvelé publiquement son désir de soutenir financièrement le TCIM 2018.Même chose pour les principaux sponsors comme l’Unicef Madagascar ou encore Canal Plus Madagas­car et les autres comme la brasserie Star, Madauto, Signal, Ecoprim, Shell, PMU Madagascar, Hôtel White Palace, l’organisation international de la francophonie. Des engagements qui enchantent les organisateurs et qui les motivent à innover l’édi­tion 2018.« On sera présent pour 2018 », a rappelé le Directeur général de la Bank of Africa qui a promis aux organisateurs la participation d’une délégation marocaine pour 2018.S’il y aura le Maroc et que les Angolais, les Hollan­dais, les Belges et les meilleurs Français reviennent, le TCIM 2018 sera international, plus que jamais.

Le classement général au temps 

1    Engelen Van Aden (Equipe Pays-Bas)    26h52mn08s2    Dario Manuel Antonio (Equipe BAI/Sicasal Angola)    +1mn29s3.    Mazoni Rakotoarivony (Equipe Bank of Africa Madagascar)    +4mn34s4.    Bruno César do Amaral de Araujo (Equipe BAI/Sicasal Angola)    +6mn38s5.    RUI César Ferreira da Costa (Equipe BAI/Sicasal Angola)    +9mn17s6.    Emile Randrianantenaina (Equipe Unicef Madagascar)    +12mn45s7.    Miarintsoa Dama (Equipe Bank of Africa Madagascar)    +12mn55s8.    Kyaviro Jimmy Mohindo (Equipe de la RD Congo)    +18mn07s9.    Dino Mohamed Houlder (Equipe Bank of Africa Madagascar)    +42mn10s10.    CRUZ Kussengue Tuto(Equipe BAI/Sicasal Angola)    +45mn01s

Le classement des équipes 

1.    Equipe BAI/Sicasal Angola     80h40mn20s2.    Equipe malgache Bank of Africa Madagascar    +55mn43s3.    Equipe malgache Unicef Madagascar    +2h04mn52s4.    Equipe de la RD Congo    +2h48mn18s5.    Equipe des Pay-Bas    +2h57mn24s6.    Equipe Canal Plus Madagascar    +6h12mn45s7.    Equipe malgache XXL    +6h38mn33s8.    Equipe White Palace     +8h24mn38s9.    Equipe de France    +10h30mn27s

Dina Razafimahatratra

Midi Madagasikara45 partages

Flambée des prix : Le FITEFA organise un forum économique

Le bureau du FITEFA dirigé par Bekasy Johnfrince a rencontré la presse hier au Carlton Anosy. (Photo : Yvon Ram)

« Trop ». Cette réaction est du président national de l’Association FITEFA (Fikambanan’ny Teraky ny Faritanin’Antsiranana), Bekasy Johnfrince qui trouve que la flambée des prix du riz actuellement est insupportable pour la majorité des Malgaches. Selon ses dires, le sac de riz s’achète à 800.000 Fmg dans les régions SAVA et DIANA. Cet opérateur économique estime que les solutions qui ont déjà été apportées par les tenants du pouvoir sont insuffisantes pour résoudre définitivement les problèmes d’approvisionnement de riz et la hausse des prix en général. Face à la situation actuelle et afin d’apporter sa contribution pour alléger les difficultés vécues au quotidien par la population, le FITEFA a décidé d’interpeller les autorités politiques issues de la Province d’Antsiranana. Comme solution, l’association prévoit d’organiser un forum économique à Diégo l’année prochaine. Il s’agit de la deuxième édition de cet évènement.

Centre d’accueil. Hier, les membres du bureau du FITEFA ont organisé un point de presse au Carlton Anosy pour présenter un bilan des travaux réalisés de l’année écoulée, mais aussi pour faire le tour d’horizon des programmes prévus pour 2018. Renforcement des structures de l’association au niveau des six provinces et à l’étranger, soutien aux étudiants natifs de Diégo par un guide d’orientation et les encadrements, promotion et sensibilisation dans le cadre de la lutte contre la dégradation de l’environnement et contre les feux de brousse, poursuite de l’organisation de rencontres sportives, et création du site-web de l’association. Ce sont entre autres, les projets prévus pour l’année prochaine. Il convient de rappeler que le FITEFA célèbrera son 45e anniversaire l’année prochaine. Dans le cadre de cette célébration, l’équipe dirigeante dirigée par Bekasy Johnfrince prévoit la construction d’un centre d’accueil à Antananarivo. Actuellement, les natifs d’Antsiranana sont à la recherche de financement pour concrétiser la mise en œuvre de ce projet. Parmi les travaux réalisés cette année figurent entre autres, l’organisation de rencontres sportives à l’Université d’Ankatso, la participation active de l’association au carnaval de Madagascar qui s’est déroulé à Tana du 22 au 24 juin dernier et la participation à l’organisation à Antananarivo et à Sambava, du concours Miss vanille. Hier, le bureau du FITEFA a offert une somme d’argent aux étudiants qui vont partir dans leur district d’origine respectif pour passer les fêtes de fin d’année auprès de leurs familles.

Davis R

Midi Madagasikara41 partages

Ikongo : Evacuation par hélicoptère des magistrats

L’évacuation des magistrats et du personnel de l’Administration pénitentiaire pris en otage à Ikongo après l’émeute de mercredi dernier s’est finalement effectuée hier. Le régime a dépêché deux hélicoptères pour récupérer le Procureur, le président du tribunal de première instance, un autre magistrat et les agents pénitentiaires, pour les ramener à Fianarantsoa. Cette affaire risque cependant de provoquer un nouveau bras de fer entre le ministère de la Justice et les magistrats. Selon les informations, après l’évacuation des magistrats ayant travaillé à Ikongo, le ministère de tutelle aurait réquisitionné deux  magistrats, dix agents pénitentiaires et un  greffier en poste à Fianarantsoa pour les obliger à reprendre les services à Ikongo. Une initiative contestée par le Syndicat des Magistrats de Madagascar et le Syndicat des agents pénitentiaires qui estiment que la situation n’est pas encore maitrisée et le risque est encore très élevé du côté d’Ikongo. Ces derniers exigent en effet la fermeture du tribunal de cette localité. Histoire à suivre.

Davis R

Tia Tanindranaza39 partages

Fanadiovana ny karaman’ny fonksioneraMisy olana ilay “Logiciel” AUGURE

Mety hangidy ny fetin’ny noely sy ny taom-baovao ho an’ny mpiasam-panjakana maromaro amin’ity indray mitoraka ity satria ankoatra ny polisy dia mbola misy mpiasam-panjakana hafa toy ny zandary, mpampianatra no tapaka karama na banga karama tamin’ity volana desambra ity.

 

 Ambositra sy Antananarivo Renivohitra aloha no tena nahazoana vaovao hatry ny omaly hariva. Nisy tompon’andraikitra miisa 2 izao tonga dia tapaka karama tanteraka eo anivon’ny DREN Analamanga. Nisy koa no tapaka karama teo anivon’ny minisiteran’ny fahasalamana. Misy ireo tonga dia tapaka 100% ny karama, misy kosa ireo banga 30 000 ariary ka hatramin’ny 70 000 ariary. Fanohizana ny fanadiovana ny karama eo anivon’ny asam-panjakana no antony raha ny fikaroham-baovao notanterahana. Nahatsapa ny fanjakana fa mavesatra ilay karama satria 41,1%-n’ny tetibolam-panjakana amin’ny ankapobeny tsy mbola misy famatsiambola avy any ivelany dia lasa karama na koa 45%-n’ny vola ampidirin’ny fanjakana amin’ny alalan’ny hetra dia lasa karama avokoa. Nisy ary ny tetikasa natomboka ny taona 2015 nanaovana io fanadiovana io ka voakasik’izany ny momba ny karama sy ny vola fisotroan-drononon’ny mpiasam-panjakana. Nampiasaina nanomboka tamin’ity taona ity ny rindram-baiko (logiciel) AUGURE (Application Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources Humaines de l’Etat) izay afaka mijery ny resaka famindran-toerana (affectation) an’ny mpiasam-panjakana sy ny karamany. Ny “Direction Générale de la Gestion Financière du Personnel de l’Etat », departemanta iray eo anivon’ny minisiteran’ny vola sy ny tetibola eny Antaninarenina no miandraikitra azy io amin’ny alalan’ilay tetikasa PAGI na tantsoroka amin’ny fanatsarana ny fitantanan-draharaham-panjakana. Efa nisy tamin’ny fiandohan’ity taona 2017 ny mpiasam-panjakana sokajiana ho tsy manara-dalàna miisa 5472, niampy mpiasam-panjakana ambony efa nesorina tamin’ny toerany  miisa 1480 tapaka karama avy hatrany rehefa natao ny fitsirihana. Mbola mitohy ny fampiasana io rindram-baiko AUGURE io amin’izao fotoana, ka nahatonga ireo fanapahana karama notaterina tetsy ambony ireo.Re anefa fa nisy ny kajy diso tamin’ity volana desambra ity ka niteraka fikorontanana tamin’ny fandoavana ny karaman’ny mpiasam-panjakana.Nisy noho izany ireo olona tsy tokony ho tapaka karama kanefa dia tapaka karama; fantatra anefa fa efa nokarohana ny vahaolana, ary efa tonga any amin’ny banky omaly hariva ny vola ho an’ireo mpiasam-panjakana. Ny mampieritreritra fotsiny dia ny ny momba ireo fonksionera tsy tokony ho tapaka karama kanefa tapaka noho ny fahadisoan’ny kajy na fifamadihan’ny tarehimarika. Inona no anton’ny nanesorana 30 000 ariary ka hatramin’ny 70 000 ariary ny karaman’ny sasany ? Io ve ilay fanadiovana sa mbola kajy diso ihany koa ?

RTT 

 

Midi Madagasikara38 partages

Fanaparam-pahefana : Mitaraina ny olona noho ny afitsoky ny miaramila iray

Nofefeny ny barazin-drano. Izany anefa no mamatsy rano ny tanimbary amin’ny hekitara maro eo amin’ny manodidina. Vokatr’izany dia lasa tsy mamboly vary intsony ny olona fa lasa voly mangahazo sisa no azo ampiasaina ny tany izay maina. Any Bekongo no misy izany trangan-javatra izany. Ny alatsinainy teo ary dia nipoaka ny sarom-bilany ary nivoaka ny fahanginany ireo olona maro noho ny afitsok’ilay miaramila izay tompon’antoka tamin’ny tsy fahazoan’ny tanimbary rano izay mazava hoazy fa misy fiantraikany amin’ny asa fiveloman’ireo mpamboly. Nitokona izy ireo tamin’ny andro izay voalaza etsy ambony. Nahatezitra ilay miaramila izany ka raha araka ny fanazavan’ny mponina dia nambanana basy izy ireo. Tsy izay iany aza fa mbola nodarohina sy nosamborina koa ny roa tamin’ireo vatan-dehilahy. Nidoboka am-ponja izy ireo hatramin’izao, raha araka ny filazan’ny solontenam-pokonolona hatrany. Mitaraina mafy ireo olona izay mahita fa fanaparam-pahefana tanteraka no ataon’ilay miaramila, misalotra ny galona serza, raha ny fanampim-panazavana avy amin’izy ireo. Toe-javatra toa izao matetika no miteraka hatezeram-bahoaka raha tsy misy ny fifanatonana ary hidiran’ny tangalamena an-tsehatra. Tsiahivina fa ady tany no niandohan’ny raharaha Ikongo ary niafara tamin’ny vonoan’olona izay niteraka hatezeram-bahoaka…

D.R

Midi Madagasikara36 partages

Personnel navigant commercial : G2ACAMAS, une valeur sûre

Dans les prochaines années, l’Aéroport international de Madagascar et ses démembrements sont appelés à se moderniser radicalement. Ce changement nécessite un personnel hautement qualifié, ce pour quoi œuvre G2ACAMAS (Ground 2 Air CAMAS).

G2ACAMAS. Lancé en janvier 2014, le centre de formation fait partie du groupe IBL. Il représente une valeur sûre en ce qui concerne la formation de Personnel navigant commercial. C’est la raison pour laquelle, nombre de jeunes malgaches ont opté pour elle. En partenariat avec « l’International Air Transport Association » (IATA), il délivre des certificats et des diplômes mondialement reconnus. Samedi dernier, G2ACAMAS a organisé un double-évènement à l’American Center Tanjombato. En premier lieu, s’est tenue la remise des diplômes pour ceux qui ont suivi la filière Management en Aviation IATA-Harvard et Opérations au sol. En seconde partie, une séance de présentation de G2ACAMAS a été effectuée, avec un accent particulier sur les formations offertes, relatives aux métiers de l’Aviation et des métiers de bateaux de croisière. Le centre de formation possède deux représentations à Madagascar -à Arcadia Travel dans la Capitale et au siège d’IBL dans la capitale du Betsimisaraka- ouvertes à tout moment pour tout renseignement.

Diplômes et diplômés. Lors de cette conférence, nous avons eu l’occasion de rencontrer deux des étudiants fraîchement diplômés en Management en Aviation IATA-Harvard et Operations au sol : Sandra R. et Radoniaina R. En effet, comme dans quasiment tous les domaines, les formations dispensées au sein du G2ACAMAS se divisent également en deux dimensions : la dimension opérationnelle (pour tout ce qui relève des opérations, de l’exécutif) et la dimension managériale (qui a trait  au leadership, au management, à la gestion des ressources humaines, etc.). Si toute la formation est co-certifiée par l’IATA, la partie managériale, elle, est en plus certifiée par Harvard. Et le prestige mondial de cette université n’est plus à démontrer ! Radoniaina R. par exemple a exprimé sa joie, tout en affirmant fièrement souhaiter travailler pour le compte de l’Aéroport de Madagascar. Des indiscrétions ont laissé filtré que les dossiers de ces fraîchement diplômés ont déjà été transmis aux autorités concernées.

Luz R.R

Midi Madagasikara31 partages

Pétanque- Inter Nations : Nouvelle victoire de Toutoune à la Réunion

Les vainqueurs du tournoi Inter Nations de pétanque avec de gauche à droite Toutoune, Havana et Alcide.

Rien n’arrête plus Toutoune depuis son titre de champion d’Afrique. Dimanche encore et au boulodrome de l’Ermitage à La Réunion, il a encore ravi la victoire finale avec l’aide de son habituel coéquipier Havana, mais aussi du Réunionnais Alcide Dabreton.

Ce dernier est content comme tout, car il n’espérait pas aller au bout avec une belle brochette de boulistes de renom dont Sarrio qui fut associé à Tiana Tonerre et Azad Banjee ainsi que le redoutable Sénégalais Fara Ndiaye aux côtés du « Thailandais » Jean Luc Rosticci et Kevin Philppson.

Comme il y avait 84 triplettes au départ, cela a donné lieu à une belle bagarre d’où sont sortis vainqueurs Toutoune, Havana et Alcide qui n’ont pas tremblé avec dans l’ordre et comme pointeur le Réunionnais Alcide Dabreton tandis que Toutoune laissait la place de tireur à Havana pour évoluer au milieu où il peut tout contrôler.

Ce tournoi Inter Nations fut très relevé par la présence des boulistes malgaches, sénégalais, mahorais, mauriciens et français. Comme il y avait 10 000 euros de primes à partager, tout le monde s’est surpassé pour offrir des rencontres de qualité.

Clément RABARY

Midi Madagasikara27 partages

Asan-jiolahy : Voatetika antsy ny tompon’ny « bar »

Samy miady amin’ny fahafatesana izy mivady izay mitazona toeram-pivarotana toaka ao Antentezantaona, fokontany iray ao Toamasina. Efa-dahy mitam-basy sy antsy lava no tonga nanafika tao amin’io toerana io ny alin’ny asabotsy hifoha alahady. Nivezivezy nividy toaka tao amin’ilay « bar » ny iray tamin’izy ireo nefa rehefa tena zohiana dia mitsirika ny olona ao anatiny. Rehefa hitan’izy ireo fa tsy nisy olona intsony tao an-toerana dia niditra amin’izay izy efatra. Nambanana basy aloha izy mivady. Taorian’izay dia nanaovana herisetra indray : notsatohana antsy. Samy voa mafy izy roa ary tsy maintsy nentina eny amin’ny hopitaly mba ho fanavotana ny ainy. Raha araka ny fanampim-panazavana dia mboka tsy mahatsiaro tena ireo olona. Ny vola maty indray andro tao amin’ilay bar no lasan’ireo olon-dratsy. Tsy izay ihany anefa satria nobatain’ireo koa izay entana hitan’ny masony fa mora alaina. Lasa hatramin’ny fitaovana fijerena fahitalavitra satelita izay asa raha mba fantatr’ireo jiolahy fa hahamora ny fahafantarana azy ireo izany. Miverina mafampana indray ny tsy fandriam-pahalemana ao Toamasina amin’izao ankatoky ny fety izao, ary tsy ao irery no hiharan’izany rehefa amin’ny vanim-potoana toa izao.

D.R

Midi Madagasikara21 partages

Lutte contre la malnutrition : Mise en place du GRSE dans l’Amoron’i Mania

Le chef de Région (à gauche) assure le parrainage du GRSE, rattaché à l’ORN et le coordonnateur Rajaonarivony Julien Bernard (à droite).

Une structure de travail vient d’être créée au sein de la Région d’Amoron’i Mania, celle du Groupe régional de Suivi-Evaluation (GRSE) de la Politique nationale de Nutrition et du Plan national d’Action pour la Nutrition. Une structure de travail qui est rattachée à l’ORN Amoron’i Mania et sous le parrainage du chef de Région.

La raison d’être du GRSE est de renforcer le système de suivi-évaluation de la Politique nationale de Nutrition déjà existante au niveau régional et national. D’assurer la coordination multisectorielle et multi-acteurs pour le renforcement de la nutrition de la région.

Mission. Le GRSE a pour mission principale de concevoir et opérationnaliser un système de gestion de suivi d’informations techniques et financières. Il produit les informations sur la nutrition et la sécurité alimentaire dans la région d’Amoron’i Mania. Le GRSE se charge de produire une base de données fiable, de qualité et accessible, grâce à la collaboration étroite de toutes les parties prenantes du secteur nutrition, notamment, les responsables projets/programmes nationaux, des institutions nationales, du secteur privé, des agences de coopération, des communautés et des entités décentralisées au niveau de la région d’Amoron’i Mania. Dorénavant donc, la région d’Amoron’i Mania sera en mesure de fournir à ses partenaires des informations crédibles sur la situation de nutrition à travers ses banques de données bien nourries.

Anastase

Midi Madagasikara19 partages

Mangabe Maevatanana : Mpandraharaha notafihan’ny dahalo

Tena faritra anjakan’ny tsy fandriam-pahalemana ny any amin’ny Kaominina Tsararano sy ny Mangabe. Saika andrenesana vonoan’olona sy asan-jiolahy hatrany ny any amin’ireo kaominina roa ireo. Jamà iray indray mantsy no maty voatifitry ny jiolahy. Tao amin’ny fokontany Bevilany, Kaoimina Tsararano, disitrikan’i Maevatanàna, ny Alarobia 13 desambra lasa teo, tokony ho tamin’ny 05 ora sy sasany maraina, no nisehoan’izany. Araka ny fanazavana voaray avy Atoa Jocylin izay monina ao Amboabary, dia dahalo dimy lahy nitondra basim-borona sy zava-maranitra no nangalatra omby 100 ana mpandraraha iray monina any amin’ny Kaominina Mangabe iny. Nisy avy hatrany ny fanarahan-dia nataon’ny vatan-dehilahy teo an-tanàna. Tamina tanàna kely iray tsy lavitra ity toerana nisehoan’ny fandroba no nifankatratra ny roa tonta. Teo no nisian’ny fifandonana ary naharitra 15 minitra teo izany. Tsy naresy tosika ny dahalo ireo vatan-dehilahy, ka vaky nandositra no sady nampandre antso an-telefaonina ny jamà iray tany Bevilany, satria mizotra hoan’ny ny lalan’ireo malaso ireo. Nisy malaky ny sakana nataon’nilay Jamà sy ireo fokonolona teo amin’ny manodidina. Vao natazana azy ireo ny dahalo dia nitsoaka, ka raikitra ny fifanejehana sy ny fifampitifirana, ary naharitra adiny iray izany. Vaky lefa kosa ireo fokonolona nanoloana izany, ka teo no nanaraotan’ireo malaso an’ilay Jamà, lavo ihany izy nandritra ny fifanjevona. Nidina ifotony nanao ny fizahana sy fanadihadiana ary fikarohana ireo jiolahy ny Zandary ao amin’ny « Poste Fixe Bevilany.»

Ratantely

Madagascar Tribune18 partages

8 prisonniers seulement se sont rendus

Une semaine après l’invasion dans la prison d’Ikongo qui a entrainé la sortie forcée des 120 détenus qui y étaient, seuls 8 détenus se sont rendus aux forces de l’ordre et ont regagné le lieu de détention. 112 détenus sont donc encore libre dans la nature jusqu’à maintenant. En ce qui concerne les 10 personnes qui ont causé le mécontentement et la requête de vindicte populaire à Ikongo, entrainant l’invasion de la prison par la population, ils ont été transférés à Fianarantsoa depuis la semaine dernière. Les magistrats d’Ikongo ont également été évacués par hélicoptère afin d’éviter que la population ne s’en prenne à eux. Les responsables sur place ont assuré que les tensions sont redescendues et la situation maîtrisée, il n’y aurait plus rien à craindre. Actuellement, une centaine d’éléments des forces de l’ordre ont été mobilisés afin d’assurer la sécurité dans la localité. La question et les affaires de vindictes populaires s’étaient plus ou moins calmés ces derniers temps avant le cas d’Ikongo. Sauf que cela dénote encore une fois la perte de confiance de la population en la justice et en l’Etat en général d’une part, mais aussi la volonté de cette population à s’émanciper des règles de droit qui semble ne pas convenir à certaines régions. La recherche des 112 autres détenus devrait être une priorité pour les responsables et les forces de l’ordre, ces derniers représentant plus ou moins un danger permanent pour la population.

Tia Tanindranaza18 partages

Zandary manampatra fahefanaTsy andeferana mihitsy, hoy ireo lehibe

Tobin’ny Zandarimariam-pirenena maromaro tao amin’ny Faritra Bongolava no notetezin’ireo tompon’andraikitra ambonin’ny Zandarimaria notarihin’ny Jeneraly Mosesy Randrianarimanana,

 

 Talen’ny Fikarohana ny fandikan-dalàna eo anivon’ny Fibaikoana ny Zandarimariam-pirenena sy ny Jeneraly Willy Soamaharo Rakotobe, lehiben’ny sampana miady amin’ny kolilkoly eo anivon’ny sekreteram-panjakana miadidy ny Zandarimaria. Tao amin’ny Kaompanian’ny zandarimaria  Fenoarivobe no nisantarana izany ka ankoatra ny famoriana ireo zandary miasa ao dia nisy ihany koa ny fihaonana tamin’ireo tompôn’andraikitra manampahefana sivily any an-toerana sy ny vahoaka. Nohamafisina tamin’izany, fa tokony hiara-hiasa hatrany ny Zandarimariam-pirenena sy ny vahoaka ary ny manam-pahefana isan-tokony ho amin’ny fandriam-pahalemana. Misy ny fanadiovana efa atao eo anivon’io vondron-kery io ka ny fanomezan-tanan’ireo rafitra hafa ireo sisa no andrasana, hoy ny fanazavana. Tsy mitsitsy kosa ireo mpifehy ny zandarimariam-pirenena, hoy ireto Jeneraly ireto, raha toa ka mbola misy zandary mikiry manao tsindry hazo lena amin’ny vahoaka. Nisy ny nomerao finday maromaro no nozaraina tamin’ireo mponina mba hiantsoan ‘izy ireo avy hatrany raha misy tsy fahafaham-po na zavatra tsy mety hitan’izy ireo ataon’ny zandary.

J. Mirija

 

    

 

 

 

Midi Madagasikara18 partages

Innovation : Appel à projets jusqu’au 21 décembre

Mettre en lumière les compétences, les acquis et la créativité des innovateurs malgaches. Tel est l’objectif du « Jardin des innovations Malagasy » (JDIM) initié lors du Forum Diaspora de septembre dernier, par l’association ARLEM basée en France. « Nous voulons soutenir le lancement de projets innovants et novateurs. L’objectif étant aussi d’encourager l’émergence d’initiatives exemplaires et reproductibles, conjuguant les enjeux de la mise en œuvre des ODD et de l’innovation », a affirmé Angélique Moguet De Giovani, vice-présidente de l’association ARLEM. Organisé en partenariat avec plusieurs partenaires, dont Orange, entre autres, le JDIM récompensera donc les trois meilleurs projets qui seront connus le 27 décembre prochain. D’après les organisateurs, les porteurs de projets peuvent encore candidater en déposant leurs dossiers avant le 21 décembre à minuit.

Antsa R.

Midi Madagasikara18 partages

CNaPS – FJKM dans le Vakinankaratra : 128 hommes d’église formés en protection sociale

Une photo prise sur le vif lors de la formation dans le Vakinankaratra.

Les pasteurs et autres individus travaillant dans le secteur confessionnel ont droit à une sécurité sociale efficiente, ce qui n’est pas encore le cas à Madagascar. Toutefois, des efforts allant dans ce sens sont fournis par la Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS) et les églises concernées, notamment par le biais de formations.

Obstacles à double sens. La semaine dernière, ce fut au tour de la région Vakinankaratra d’en bénéficier à travers deux synodes de l’église protestante réformée (FJKM) à Ambatolampy et à Antsirabe. Du 12 et 13 décembre dernier, des enseignants et des chefs d’établissements scolaires, des pasteurs issus de ces deux synodes ont été formés sur le b-a-ba de la sécurité sociale à l’Akany Vohitsoa. Ce fut également l’occasion pour les concernés d’évoquer les principales raisons de cette protection sociale « peu effective ». Selon Emile J.W. Nirinarison, président synodal, cela est dû à deux facteurs principaux : le manque d’informations des travailleurs qui entraîne donc peu d’intérêt pour la prévoyance sociale et également le manque d’enthousiasme des employeurs à déclarer leurs collaborateurs à la CNaPS en raison des dépenses et obligations que cela implique. Ainsi, des leaders religieux comme le pasteur Zoly Ramangarivo officiant à la FJKM Ambatolampy cherchent à motiver leurs fidèles à être plus prévoyants en matière de protection sociale. Cela commence par des choses simples, comme la vérification et la consultation de leur compte individuel auprès de la CNaPS.

Midi Madagasikara17 partages

Alliance Française d’Ambositra : « Veloma » à Mme Gisclard Mariette

Au terme d’une mission de deux ans bien remplie, la directrice de l’Alliance française d’Ambositra, Gisclard Mariette quitte définitivement la Grande Ile. Pour marquer cet évènement, l’équipe a tenu à organiser une réception le 25 novembre dernier au sein même de cet établissement. Une rencontre bien solennelle à laquelle ont pris part les autorités locales et la grande famille de l’Alliance française de la localité.

Espace audiothèque. Ce fut encore, pour Mme Gisclard Mariette, une ultime occasion de présenter au public, l’espace audiothèque financé conjointement par la Fondation Alliance de Paris et l’Alliance française d’Ambositra, la dernière acquisition de cet établissement. Une fierté et une porte d’ouverture vers la technologie moderne, non seulement pour l’Alliance française d’Ambositra, comme l’a mentionné le directeur régional de l’Education nationale d’Amoron’i Mania, mais pour toute la population de cette région. Le président sortant du conseil d’Administration de l’Alliance française d’Ambositra, Andrianampianiarivo Rodin Georges, par la suite a illustré les nombreuses activités réalisées par Mme Gisclard Mariette au sein de cette Alliance dont la principale mission était entre autres, de ramener la frange adulte à l’AF et de renforcer la fidélisation du jeune public qui constitue les 70% des membres.

Promotion. Les autorités présentes conduites par le chef de région n’ont pas manqué de saluer le rôle joué par l’établissement pour la promotion de la langue de Molière, de l’art et de la culture et de se réjouir de l’ouverture à Manandriana, depuis cette rentrée scolaire, de l’annexe de l’Af d’Ambositra et que des soutiens seront dispensés également pour que Ambatofinandrahana soit également doté de la même structure, comme la ville de Fandriana qui depuis 1984 dispose d’une Af. Pour la circonstance, Le DREN a décerné un certificat de reconnaissance émanant du ministre de l’Education nationale à Gisclard Mariette. Pour clore cette cérémonie, la nouvelle équipe du conseil d’administration de l’Af d’Ambositra, présidé par Radilahy Robert, un des piliers de l’Af d’Ambositra, a été présenté au public pour un mandat de deux ans renouvelable. On a appris que Margot Braud succèdera à Gisclard Mariette à l’Af d’Ambositra à partir de janvier 2018. «Tongasoa ! »CHAN-MOUIE Jean Anastase

Midi Madagasikara16 partages

Ambassadeur des Pays-Bas : Présentation des lettres de créance au Président Hery Rajaonarimampianina

Le nouvel ambassadeur du Royaume des Pays-Bas à Madagascar, Verheul Jeroen, a présenté ses lettres de créance au Président Hery Rajaonarimampianina.

Le nouvel ambassadeur du Royaume des Pays-Bas à Madagascar, Verheul Jeroen, a présenté ses lettres de créance au Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, hier, au Palais d’Etat Iavoloha. L’entretien qui a suivi la cérémonie a porté sur la coopération entre les deux pays, plus particulièrement dans le domaine de l’élevage pour la production laitière. Par ailleurs, l’ambassadeur Verheul Jeroen a fait part de la volonté de son pays d’apporter son expertise en la matière, il en est de même en ce qui concerne l’appui au commerce extérieur et au secteur privé. Il a indiqué d’ailleurs que ce point serait traité lors du Dialogue politique entre Madagascar et l’Union européenne qui a lieu ce 18 décembre.

La journée d’hier a été également marquée par le Dialogue politique, Madagascar / Union européenne, à Iavoloha, ainsi que par l’inauguration de la salle de cinéma, sise à l’ANS Ampefiloha.

Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar13 partages

Agriculture – Investissements de 250 millions de dollars

Le programme de Développement de filières agricoles inclusives (DEFIS) s’étalera sur dix ans. Il soutient les ménages ruraux.

Appui conséquent. Le financement permettra de pallier la faiblesse des investissements dans l’agriculture.  Huit régions seront concernées par le programme. 250 mil­lions de dollars serviront à appuyer le programme DEFIS (Développement de filières agricoles inclusives) qui a pour mission de soutenir les structures nationales de développement agricole tels que le Fonds de développement agricole, la Chambre d’agriculture et les Centres de services agricoles. Ce grand chantier  sera cofinancé par l’État malgache, la banque africaine de Développement, le fonds de l’OPEP, le fonds vert pour le climat et par les bénéficiaires. La signature d’accord avec le FIDA (Fonds international de développement agricole) d’un montant de 53 millions de dollars a été effectuée le 13 décembre à Rome entre Harison Randriarimanana, ministre en charge de l’Agriculture et de l’élevage et Gilbert Houngbo, président du FIDA. Un financement qui a pour objet d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et renforcer la résilience face aux changements climatiques.« La reproduction à plus grande échelle des programmes nationaux financés par le FIDA  et ses partenaires de développement à Madagascar, ayant porté leurs fruits, fera partie de ce programme décennal », apprend-on d’un communiqué du ministère de l’Agriculture et de l’élevage.

Exploitations familialesIl s’agit, par ailleurs, d’améliorer la productivité des petites exploitations familiales et mieux les relier aux marchés. « Les investissements seront concentrés sur huit filières prioritaires à savoir le riz, le maïs, le manioc, l’arachide, le café, l’oignon, les petits ruminants et le miel. Des investissements encourageant la culture du sorgho permettront de renforcer la résilience des systèmes de production, au profit des exploitations familiales des zones semi-arides des régions de l’extrême Sud du pays », précise encore le communiqué.  Le programme DEFIS devrait permettre, entre autres, de remettre en état 20 000 ha de périmètres d’irrigation, d’aménager 8 000 ha de nouveaux périmètres irrigués et d’installer des micro-aménagements desservant une superficie de 7 000 ha. En outre, il appuiera la construction de 300 points d’eau et de 50 réservoirs enterrés permettant de capter l’eau afin d’abreuver les petits ruminants. 800 kilomètres de routes rurales seront remises en état. Ce programme permettra, en outre, de renforcer les capacités des prestataires de services financiers opérant dans les zones d’intervention afin qu’ils soient à même de mettre au point et de diffuser largement des produits et services financiers adaptés aux besoins des petites exploitations familiales.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara13 partages

Billard- Grand Open de Noël : Farhen Rambahy sacrée chez les dames

Une première compétition fédérale réussie. Les férus de billard se sont donné rendez-vous le week-end dernier au Gymnase de Mahamasina à l’occasion du Grand Open de Noël (GON). 134 participants ont partagé leurs joutes pendant ces trois jours dont 116 hommes et 18 dames à Mahamasina. Dans les joutes féminines, c’était une finale 100 % Stone club. Après une partie très disputée, le sacre est revenu à Farhen Rambahy après sa victoire devant sa coéquipière K-reen Heriharison. Les finales chez les hommes et équipe de trois  seront prévues pour ce vendredi 29 décembre 2017 à 17h00 au Dôme Ankorondrano. Du côté des hommes, la finale opposera Jonathan Randrasantsoa de l’ISBC à Franck Aina Rasoanaivo d’ « Ulteam’Eight ». Dans la catégorie équipe de trois ,ce sera une confrontation entre les Mickaël Adil Rossanaly, Angelo Rakoto Ranjamaharo, Dina Andrianarimanana de l’ « Ulteam’Eight » et de Mahery Nicolas Ranaivoson, Dedane Andrianjafinavalona et Aina Franck Rasoanaivo du PCB. Comme déjà annoncé, cette compétition a servi de détection pour les futurs membres de l’équipe nationale en vue des échéances internationales pour 2018. Lors de la présentation de l’équipe dirigeante de la fédération malgache de billard (FMBL), son président, Stéphane Razafinimanana a annoncé que la Grande Ile sera présente aux Championnats du monde de Chine en janvier 2018, au Championnat d’Europe par équipe en février et aux Championnats d’Afrique en novembre.

T.H

Midi Madagasikara12 partages

NATATION / Meeting de l’Océan Indien : Une quinzaine de nageurs pour la Réunion

Ils partiront pour la Réunion ce 24 décembre pour participer au meeting de la Réunion de natation, après avoir nagé à l’open de Noël de ce week-end.

Une sorte de tournoi d’ouverture. C’est ainsi que Saint-Michel pourra qualifier sa participation à l’open de natation de ce week-end à Ampefiloha à l’Académie nationale des Sports. Trois ligues avec Boeny, Vakinankaratra et Analamanga y ont participé alignant plus d’une dizaine de clubs. La coupe de Noël est allée à Saint-Michel avec trois  titres sur les quatre  en relais programmés. « Nous n’avons lâché que le relais des jeunes chez les minimes filles » a expliqué Jaona Rabary, président du club de Saint-Michel. Côté performance, Jonathan a réalisé une meilleure performance. Au relais comme nous l’avons déjà dit, les 4 x 50m nage libre des benjamins, des minimes garçons et des benjamines sont tous allés à Saint-Michel.

Ce 24 décembre, Jaona Rabary sera à la tête de la délégation des nageurs qui participeront au meeting de la Réunion. Saint-Michel enverra quinze nageurs et il y aura aussi des nageurs de Cosra Antsirabe et du Lycée français de Tana. La fédération malgache de natation ouvre les invitations à tous les clubs, mais Saint-Michel sera le « lead » de la délégation.

Cette 28e édition du Meeting de l’Océan Indien attirera plusieurs têtes d’affiche de taille mondiale entre autres Ranomi Kromowidjojo, Néerlandaise, triple médaillée d’or olympique, triple championne du monde grand bassin et huit fois championne du monde petit bassin, Ferry Weertman, Néerlandais, champion olympique 2016 du 10 km nage libre hommes, Damien Joly, Français, huit fois champion de France et recordman de France sur 1 500 mètres nage libre, Lorys Bourelly, Français (Martinique), champion du monde du 4×100 mètres nage libre en 2015 et champion d’Europe sur la même épreuve à Londres en 2016, Jordan Coelho, Français six fois champion de France sur 200 mètres papillon…

L’édition 2017 se passera au Plateau caillou sur une piscine de 50m. Saint-Michel comprendra entre autres nageurs, les habitués Johary Andriamanalina, John Rakotomavo, Francky Ramiakatrarivo, Dylan Ramiakatrarivo, Jonathan Rakotozafy, Murielle Rabarijaona, Sandratra Rakotoarivelo,Johanna Rabary, Miotisoa Rakotoarivelo, Diavolana et Meva. Il ne s’agit pas de gagner l’or face aux Mondiaux, mais d’améliorer les performances côté chrono. L’Océan Indien aussi verra la participation des meilleurs nageurs qui pourront être en face lors des Jeux des Iles de 2019.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara12 partages

Journée internationale des migrants : Thème 2017 – « Migrations sans danger dans un monde qui bouge »

La journée internationale des migrants a été célébrée mondialement hier. Parmi les effets de la globalisation, le dynamisme des flux migratoires figure parmi les plus notoires. Nous sommes sans conteste dans un monde qui bouge ! Bien qu’inhérente à l’humanité pour les Historiens, la migration n’est pourtant pas exempte de risques.

L’Organisation des Nations unies a institué la Journée internationale des migrants pour une meilleure sensibilisation de masse quant aux retombées économiques et socioculturelles de la migration (ou plutôt des migrants). Une migration qui si tous les cadres socio-juridiques et les infrastructures le permettent, devrait profiter autant au pays d’origine qu’au pays d’accueil. Par ailleurs, voici entre autres raisons, celles qui boostent ce phénomène social, « incontournable » : les études, le regroupement familial, le chômage et la recherche d’emploi, la quête d’une vie meilleure assimilable au « rêve américain », etc. A Madagascar, par exemple, les statistiques révèlent que 45% des jeunes sont concernés par la migration. Toutefois, les migrations peuvent également être motivées par des raisons négatives : telles que les conflits, la criminalité et autres génocides, l’insécurité, les cataclysmes naturels, ou la violence, etc.

Perception d’un officiel. « Les migrations existent depuis toujours. Et elles continueront à exister, à cause des changements climatiques, de l’évolution démographique, de l’instabilité, des inégalités croissantes, des marchés du travail et de la volonté de mener une vie meilleure. La réponse passe par l’instauration d’une coopération internationale qui aidera à encadrer les migrations de sorte que les bénéfices qu’elles apportent soient plus largement répartis et que les droits fondamentaux de toutes les personnes concernées soient protégés. » rappelle António Guterres, Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies. D’ailleurs, les préjugés -avérés ou non- ont la dent dure en ce qui concerne les migrants.

Exigences du contexte. Bon gré mal gré, l’interdépendance résultant de la globalisation est amenée à booster et répandre la migration internationale. La pénurie de main-d’œuvre dans certains pays conjugué au chômage accru dans d’autres intègre par exemple les raisons de migration dite économique. Autres facteurs importants, les réseaux sociaux étendus et intenses, particulièrement actifs ; sans oublier les transports qui sont de plus en plus démocratisés, car moins chers. Autant imprévisible, risquée que complexe et urgente, la migration internationale suscite de plus en plus l’intérêt de la communauté internationale : les actions et collectives allant dans ce sens sont peu à peu renforcées.

Recueillis par Luz R.R

Midi Madagasikara11 partages

Football- Elections : L’ingérence de l’Etat complique les débats

Quand un responsable de la Commission électorale nationale chargée de diriger les élections au sein du football est convoqué à la Brigade de recherche de la Gendarmerie ou lorsque le ministre des Sports invite la FMF à ouvrir toutes les portes afin de permettre à tous les candidats de se présenter, c’est que les choses deviennent très graves.

Dès lors on comprend que les élections au sein de trois ligues notamment Bongolava, Haute Matsiatra et Vatovavy Fitovinany, tardent à rendre leur verdict.

Car cette pression étatique, loin de résoudre cette crise, ne fait que rajouter de l’huile sur le feu à tel point que tout risque de s’embraser d’un moment à l’autre.

Section en veilleuse. En fait, les dés étaient pipés dès le départ quand la Ligue de Bongolava sort d’on ne sait où, une section de Fenoarivobe alors que ce n’est pas un secret pour personne que cette section a été en veilleuse depuis longtemps. Contrairement à la section de Nosy Varika qui, preuve à l’appui, a bel et bien organisé des compétitions durant l’année, mais c’est plutôt le directeur régional des Sports qui a décidé de la mettre en veilleuse.

A Fianarantsoa et pour montrer qu’on est contre l’éviction de la candidature de Maman’i Gan, on est allé jusqu’à fermer le stade d’Ampasambazaha. Pire, certains hommes de la Place Goulette vont jusqu’à proposer de nouveaux textes pour régir les élections en football alors qu’ils ont bien servi lors des élections de 2013. Selon certaines confidences, le MJS serait partisan d’une élection « Portes ouvertes » qui est contraire à l’éthique d’une structure fédérale.

Des élus fonctionnaires. Quand on sait que certaines personnes font pression sur des élus fonctionnaires au sein des sections avec des menaces d’affectation de poste, on se dit qu’il serait temps d’y mettre un frein.

Bref, il y a des coups bas sans doute pour faire élire un candidat à la présidence de la Fédération malgache de football. Reste à savoir qui, car sur ce dernier point, l’avis des férus du football se rejoint sur un point comme quoi le nouveau président du football malgache devrait être un homme du terroir à même de maîtriser tous les rouages de la scène mondiale afin de permettre à cette discipline de se développer davantage. Bref, un homme intègre issu de ce milieu du ballon rond malgache et qui possède suffisamment d’expérience en la matière.

Un profil qui ne se discute pas et encore moins qu’on ne marchande pas, car acheter des voix n’est pas le meilleur moyen d’aider le football. Il faut avoir la conviction et surtout avec une certaine autonomie pour ne pas se mettre au service de la politique. Et croyez-le, un tel profil ne court pas les rues et qu’il ne serait pas difficile de trouver «the right man at the right place ».

Clément RABARY

L'express de Madagascar6 partages

L’apparition d’une cuisine spécifique tananarivienne

Àla veille des fêtes de fin d’année, avons-nous écrit, les Notes reviennent sur certaines de ses anciennes publications. Toujours concernant la tradition alimentaire des Tananariviens, les auteurs des articles du Spécial Tananarive de la Revue de Madagascar (1952), reprennent deux documents relatant les deux festins offerts par le Premier ministre Rainilai­arivony, à dix ans d’intervalle, à l’occasion de banquets nuptiaux de deux de ses héritiers.Le 26 août 1880, le chef du gouvernement  marie son fils Ramariavelo, ou Rainiharovony, avec la demoiselle Razafimalala. Le banquet nuptial se tient sur une prairie du domaine familial d’Amboditsiry, richement décorée et recouverte de tapis et de lamba. Il réunit 178 garçons d’honneur, 60 demoiselles d’honneur,  1 000 invités au nombre desquels toute la colonie européenne, française et anglaise, de Tananarive », tandis que 1 916 bourjanes assurent le service des filanjana.« L’Anglais Clark qualifia de surnaturelles, les agapes lorsqu’il apprit qu’on avait abattu 57 bœufs engraissés en fosse pour les préparer. » Il est vrai que les viandes en sont distribuées à tous ceux- « et ils sont légion »- qui ont apporté des cadeaux aux jeunes mariés. La reine Ranavalona II et le Premier ministre parcourent les tables pour s’assurer du bien-être de tous, tandis que l’élite de la jeunesse européenne et malgache de la capitale surveille l’ordonnance du repas.« Tout ce qu’on avait pu trouver de meilleur était sur les tables, mais l’attraction inouïe du festin, fut la présentation de six bœufs gras rôtis entiers ; des écriteaux qui les accompagnaient, portaient la mention : Tolomy aho fa matavy : mangez-moi je suis gras.» Les invités prélèvent eux-mêmes les morceaux de leur choix, tandis que se font entendre chanteurs et musiciens. Ce menu dans le genre traditionnel ne doit plus être suivi, puisque dix ans plus tard, à l’occasion d’une cérémonie identique, les mets changent du tout au tout.Un chroniqueur malgache relate cet autre énorme festin que donne, en 1891, le Premier ministre Rainilaiarivony, à l’occasion du mariage de son petit-fils Ratelifera. « Il n’est pas possible actuellement de savoir si, parmi les invités, il n’y en a pas eu qui soient tombés malades ou morts d’indigestion en raison de l’abondante excellence de la chère… » Effectivement, il n’y a guère que 55 plats de viandes et de poissons sans les hors-d’œuvre, légumes, pâtisseries et desserts…Tous les plats sont mentionnés en français, « ce qui est très significatif ». Des noms français « transformés selon la phonétique et l’orthographe malgaches, la même d’ailleurs qui s’inscrit toujours sur les ardoises des gargotes du Zoma ». Le chroniqueur relève alors au hasard : « befitaika », « lomilety » et le « benier serivel » qui désignent respectivement le beefsteak, l’omelette et le beignet de cervelle. Si le plat désigné « akoho mifahy amin’ny sampaina » porte un nom malgache, sa traduction poulet sauce champagne en indique l’origine française. Tout comme le « omar grantin », la « volay crapodine » et les « tripe alamode dika » (tripes à la mode de Caen). « Certes, les convives du Premier ministre se classaient, parmi l’aristocratie, évolués, mais leur faculté d’assimilation au propre et au figuré, suscite l’admiration. »D’après les auteurs des articles du Spécial Revue de Madagascar de 1952, l’exemple et l’enseignement européens, « renforcés par l’engouement malgache », produisent ainsi trois ou quatre générations d’émérites maîtres-queux. L’apprenti devenu maitre voire virtuose, ne se contente plus de préparer les mets d’une manière orthodoxe. Il les transpose trop souvent à son goût propre, et « l’on doit dire à la vérité que les préparations ne répondent pas toujours à l’appellation classique dont elles sont affublées ».Ils citent alors l’exemple des tripes à la mode de Caen très appréciées par Rainilaiarivony. « Il conviendrait plutôt de dire à la mode de Tananarive. Car si l’œil du maitre Vazaha ne surveille pas, le cuisiner Rakoto aura tôt fait d’incorporer à la préparation normande de base un peu de tomates et d’oignons, de cet ail qu’il affectionne et, pour finir, une pointe de gingembre. Et comme ce serait encorefade à son goût, un peu de sakay, de piment, donnera un relief exotique à l’accommodement. Ainsi, insensiblement, on évolue de l’imitation à la création presque originale : une cuisine spécifique ayant dégagé ses caractères propres est en train d’apparaitre. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

Midi Madagasikara5 partages

Tentative de garder l’emprise sur l’Etat

On peut dire que le régime ne renonce jamais et quand il s’est fixé un objectif, il n’en dévie jamais. Il a changé plusieurs fois son fusil d’épaule et a adapté sa démarche aux, réactions provoquées par ses tentatives de révision de la Constitution. Aujourd’hui, il a préparé un projet de loi sur l’élection présidentielle qui provoque déjà des remous avant sa présentation officielle.

Tentative de garder l’emprise sur l’Etat

A Madagascar, nous avons aussi des lanceurs d’alerte. L’un d’entre eux a fait circuler sur les réseaux sociaux le texte du projet de loi organique relative à l’élection du président de la République. A sa lecture, tous les internautes ont multiplié les commentaires ironiques sur la posture que va adopter le président candidat. L’équipe qui l’entoure avait déjà lancé l’idée d’une révision de la Constitution et à la suite des fortes réticences de la communauté internationale, elle avait abandonné le projet. Poursuivant sa logique, elle a décidé d’installer à la présidence du Sénat l’un des hommes forts du HVM qui remplacerait le président candidat à la tête de l’Etat comme le prévoient les textes. Cependant, la société civile et les partis politiques ayant accepté une concertation sur les modifications du code électoral ont décidé d’avancer des propositions. Mais le gouvernement, après avoir feint d’accepter, a préparé un projet de loi qui a été discuté et adopté en conseil des ministres. Le Premier ministre, devant les protestations des membres de la société civile, a redit sa volonté d’établir une large concertation. Mais personne n’ayant eu accès à ces textes, les observateurs ont commencé à parler de la politique du fait accompli du régime. En effet, ces projets de loi seront présentés à l’Assemblée pour être discutés et soumis à l’approbation des députés sans être modifiés. Aujourd’hui, la diffusion du document sur les réseaux sociaux permet de voir quelle stratégie va adopter le régime pour garder l’emprise sur l’appareil d’Etat pendant l’élection présidentielle. Les analystes ont commencé déjà leur travail et ils vont le continuer dans les jours à venir pour éclairer l’opinion.

Patrice RABE

News Mada3 partages

Sport scolaire : monaco à la rescousse

Le Consulat général de Monaco a doté de kits sportifs, vendredi dernier au lycée moderne d’Ampefiloha, une quarantaine d’établissements, dont 24 Epp, 9 CEG et 7 lycées issus des 8 Circonscriptions scolaires (Cisco) d’Analamanga. Le don est composé de 120 ballons de foot, 48 ballons de volley, 64 de basket, 48 de handball, ainsi que 432 maillots.

«Cela fait sept ans que le vice-consul de Monaco a travaillé avec le ministère de l’Education nationale (Men)», a précisé le ministre du Men, Paul Rabary, Dans sa perspective pour l’année prochaine, le consulat envisage de doter de la même manière d’autres Dren.

Sera R.

Tia Tanindranaza3 partages

Etika sy deontolojiaTsy raharahan’ny mpanao politika, hoy ny DFP

Vitsy amin’ny mpanao politika no mandraharaha izany atao hoe etika sy deantolojia izany, hoy ny avy eo anivon’ny vovonana politika Dinika fanavotam-pirenena na DFP,

J. Mirija

 

La Vérité2 partages

Toamasina - Un opérateur économique dépouillé de son milliard

 Le secteur de Tanamakoa 12/12, ce quartier de Toamasina fait de plus en plus parler de lui en ces derniers temps à cause de l’insécurité. Vendredi matin dernier, un opérateur économique dans la filière « girofle », a été totalement bouleversé, pour ne pas dire perdu la raison. Deux bandits armés et qui ont roulé en moto,  l’ont dépossédé de la somme de 180 millions d’ariary soit près d’un milliard de francs. Le comble, c’est que cet opérateur issu de la Commune de Fotsialanana à Soanierana-Ivongo, venait de  toucher cette somme à la banque. L’agression s’est produite juste au moment où la victime a quitté un taxi spécialement loué pour ses différentes courses et qui l’a déposé devant un magasin de literie et de quincaillerie à Tanamakoa.  

 

Le déroulement de la scène de l’agression est digne d’un film policier, du moins selon des témoins. Les assaillants qui ont opéré à visages découverts,  lui ont braqué les canons de leurs armes de poing. Leur objectif  était de forcer l’homme d’affaires pour qu’il leur refile le sac contenant les liasses de billets.  Terrifié, celui-ci a dû s’exécuter rapidement pour remettre le sac contenant le magot aux assaillants. Tout cela s’est passé en une poignée de secondes et sous les regards médusés des passants. Sitôt le butin entre les mains des bandits, ils ont pris la fuite en moto pour foncer vers une destination inconnue. Ils auraient planifié leur sale coup et ont évité soigneusement de faire des victimes. A preuve, les riverains affirment ne pas avoir entendu aucun coup de feu. 

Ce braquage montre que le quartier de Tanamakoa devient de plus en plus dangereux. Déjà le lundi 11 décembre dernier, une motocycliste, en voulant ramener sa progéniture à l’école, y a été visée par une agression. Des témoins racontent que les malfaiteurs n’ont pas hésité à faire basculer la moto et ses passagers. Une fois que les victimes se trouvaient à terre, ils s’étaient emparés de force du deux-roues. Ces faits auraient été un signe annonciateur de ce qui allait arriver à cet opérateur.

Franck Roland 

L'express de Madagascar2 partages

Droit de réponse

En réponse à la lettre de Monsieur Jean Razafindambo, parue le 11/12/2017 dans le journal Express de Madagascar, l’Autorité Scientifique CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction) de Madagascar aimerait apporter quelques éclaircissements aux lecteurs.

Tout d’abord, Dalbergia est un genre, c’est-à-dire une sorte de catégorie, incluse dans la grande famille des Fabaceae, comme le sont d’ailleurs les tamariniers bien connus à Madagascar sous le nom de « Kily » ou « Madiro ». Il existe environ 250 espèces de Dalbergia dans le monde, réparties en Afrique, Asie, et en Amérique Latine.

À Madagascar, le genre Dalbergia est représenté par 48 espèces dont 47 sont endémiques (rencontrées exclusivement à Madagascar à l’état naturel), dont Dalbergia trichocarpa. « Palissandre » et « bois de rose » sont des appellations génériques désignant différentes espèces de Dalbergia possédant des caractéristiques communes notamment au niveau de la couleur, de l’odeur et/ou des propriétés technologiques du bois. Un « palissandre » ne devient donc pas « bois de rose » une fois âgé.

Dalbergia nigra est une espèce du Brésil connue sous son nom local de « Palissandre de Rio » ou « Jacaranda », et bien connue pour ses qualités acoustiques exceptionnelles pour la fabrication de guitare. Elle est différente des jacarandas du Lac Anosy, dont le nom scientifique est Jacaranda mimosifolia appartenant à la famille des Bignoniaceae. Cette dernière est appelée « faux palissandre » par les ébénistes à cause des propriétés du bois comparables à celles des palissandres.

Toutes les espèces de Dalbergia du monde sont maintenant inscrites dans les annexes de la CITES, depuis la CoP17 à Johannesburg, en 2016. Ce besoin de régulation émanant des pays producteurs est partiellement lié au problème d’identification du bois commercialisé, car il est hautement possible qu’une espèce non identifiée, faisant l’objet de commerce, soit aussi en danger d’extinction. Plusieurs techniques d’identification du bois sont actuellement en cours de validation par un consortium de laboratoires de différents pays. Pour Madagascar, l’interdiction est motivée par l’absence d’un avis de commerce non préjudiciable pour les espèces commercialisées et par le manque de transparence concernant le stock de bois abattus.

Il importe de signaler que les bois dits « précieux » sont dotés de propriétés exceptionnelles (couleur, densité, texture) leur conférant une haute valeur ajoutée sur le marché. Ce sont des essences à longue rotation dont l’abattage intervient après plusieurs années de croissance (contrairement aux essences dites à croissance rapide comme l’eucalyptus ou le pin). Elles font partie des patrimoines de nos forêts et leur gestion doit intégrer impérativement un programme de repeuplement des différentes espèces.

Tendro Radanielina

Tia Tanindranaza1 partages

Fitsarana misahana ny kolikolyMinisitra am-perinasa iray voaantso

Minisitra iray ao anatin’ny governemanta no nahazo fampanantsoana teny amin’ny fitsarana manokana misahana ny ady amin’ny kolikoly na ny « Chaine Pénale » ka tokony ho nohadihadiana omaly, saingy nahemotra ho amin’ny volana janoary.

 

 Resaka tsy mazava momba ny fananganana sekoly tany Ambalavao no antony nampanantsoana azy. Mety ananan’ny Bianco dosie izy ary tombanana avy hatrany fa mamofompofona kolikoly ny raharaha matoa ny fitsarana manokana momba ny raharaha kolikoly no nampiantso. Tsy hay anefa na hitohy ity raharaha ity na ho levona sy hanjavona tampoka ho toy ny tsy nisy. Olona ambony ao anatin’ny fanjakana rahateo, ary minisitra am-perinasa no hanaovana fanadihadiana, ka dia tsy hay izay mety ho tsindry bokotra miainga any. Tsiahivina fa raharaha fanodinkodinam-bola hoenti-manangana fotodrafitrasa, toy ny sekoly sy biraom-panjakana tamin’iny faritra Fianarantsoa iny no nanenjehana an’i Claudine Razaimamonjy. Mety ho avy indray ny « Claudine II » amin’ity raharaha kolikoly ity. Ny mahagaga, dia any amin’ny faritra Fianarantsoa no tena ahitana azy. Ny any an-toerana ihany ve no tena hisian’ny fanaraha-maso noho ny raharaha efa nampalaza an-dry Claudine Razaimamonjy sy ny ekipany ? Sa misy ihany any amin’ny faritra hafa fa tsy tratra ? Raharaha vaovao indray ity resaka mahasaringotra minisitra ity, ka dia miandry ny tohiny ny rehetra. Hizotra an-tsakany sy andavany ve ny fanadihadiana sa hosakantsakanana ? Raha voaporofo ny fisian’ny kolikoly avo lenta, dia hizaka ny saziny ve io minisitra io sa ho avy indray ny adim-borontsilozan’ny mpitondra ambony amin’ny fiarovana mivantana na ankolaka ny mpanao kolikoly, toy ny raharaha Claudine Razaimamonjy ?

Toky R

 

La Vérité1 partages

Golf- Championnat de Madagascar 2017 - Du lourd, rien que du lourd !

Reculer pour mieux sauter. C’est ce que ressent certainement la fédération nationale à la 2e édition du championnat de Madagascar. Prévu de se tenir au mois d’octobre dernier mais annulé à cause de l’épidémie de peste, le sommet national aura lieu finalement la semaine prochaine, plus précisément du 27 au 29 décembre sur le parcours amélioré de l’Azura golf club de Foulpointe.Ce report n’a pas eu pourtant un impact sur la qualité du plateau. Mieux, à entendre Johary Raveloarison, directeur technique national, il s’est amélioré annonçant ainsi des belles empoignades. C’est le cas notamment en 1ère série Hommes et Dames  ainsi que dans la catégorie Pro et celle des Juniors.  Luc Ratsimbazafy, champion en titre chez les hommes, aura fort à faire pour conserver son bien. Il est annoncé en effet la présence des compétiteurs venus des pays avoisinants à l’instar de l’île de la Réunion et de l’Afrique du Sud à cette 2e édition du championnat national.

« Trois golfeurs malagasy basés à l’île de la Réunion et un licencié de Madagascar établi en Afrique du Sud compléteront la liste des 10 engagés de la 1ère série », révèle le Dtn de la fédération. Il s’agit entre autres de la clique à Mamy Rajerinera de l’île de la Réunion et de Mavrick Faber. Ce dernier qui vit actuellement en Afrique du Sud s’annonce, avec un handicap 2,  comme l’épouvantail du tournoi et figure parmi les potentiels champions de l’année 2017. A part ces « étrangers », il faudrait également compter sur les locaux à l’instar de Memmi Benjamin, Ramarolahy Christian ou Douessy François. Bien que Djawad, un des animateurs du tournoi masculin de l’année dernière, soit absent, du moins à l’heure actuelle, le plateau chez les hommes de l’édition 2017 s’annonce relevé. Bref, il y aura du lourd. Côté Dames, un air de revanche plane sur le championnat. Tout comme son époux, Manitra Ratsimbazafy ne passera pas des journées tranquilles à l’Azura Golf de Foulpointe étant donné que ses éternels adversaires répondront présent. Ony Marchand, qui semble retrouver sa forme d’antan, les sœurs Raveloarison, Riana et NyVoara, ainsi que Valérie Viard ne feront pas le déplacement pour  effectuer du tourisme. Déjà que la bataille féminine a été âprement disputée au dernier championnat, celle de l’année en cours ne sera pas en reste. Lutte sans merci attendue également chez les pros. Dans cette catégorie, Johary Raveloarison et Jean Baptiste Ramarozatovo tenteront d’ébranler la suprématie incontestable du détenteur du titre national, Emmanuel Roalahy. Ils sont une vingtaine à disputer le championnat des pros cette année. Chez les juniors, l’absence d’Ansermet Noé, vainqueur de l’édition 2016, une nouvelle tête, parmi les 11 inscrits dont Matteo Douessy et Tity annoncés comme les principaux duellistes, sera ainsi sacrée cette année. A suivre de très près aussi à la 2e édition du championnat national, le tournoi des seniors Hommes avec un duel Rabetsaroana Sylvain et Théo Raveloarison en filigrane. Pour la réalisation du championnat de Madagascar, la fédération malagasy a bénéficié le soutien d’Air Mauritius, Caltex, Dhl, Huawei, Pirelli comme sponsors officiels, Canal Plus, Comacat, Ct Motors, Socolait, Galana, Sdmo et Sharp sur la liste des partenaires premium. Une voiture neuve offerte par Ct Motors et un autre gros lot de Comacat Moto primeront le trou en 1. Chaque journée de compétition est clôturée par une soirée festive toujours à l’Azura golf ResortSpa de Foulpointe.

Rata

L'express de Madagascar1 partages

Financement – Treize millions d’euros pour le trésor

Chose promise, chose due l’UE qui s’est engagée à soutenir la politique écono­mique et sociale de l’État a décaissé une partie de l’argent destiné à cet effet.

Rassurant. Avec des indicateurs de croissance affichant une généralité positive dans presque tous les domaines, l’État malgache s’est vuverser, hier, la somme de 13,5 millions d’euros dans les caisses du trésor. Effectué, sous forme de dons, par l’Union Européenne, ce versement entre dans le cadre du programme d’appui budgétaire sur lequel l’Union s’est engagée au mois d’avril dernier. Le décaissement de cette somme a pour objectif de soutenir les politiques économiques et sociales du gouvernement par rapport à des objectifs que les deux parties se sont fixés au préalable.Selon l’Union « La notion de performance étant de mise, l’octroi de cette somme pour le trésor public n’a donc pu se faire sans l’accomplissement de certains résultats ». On ne citera, entre autres, que le maintien de stabilité macro-économique, la maîtrise globale de l’inflation, les avancées des réformes structurelles, notamment, concernant les entreprises publiques à l’image de la Jirama et d’Air Mada­gascar. Sans mentionner les progrès réalisés en matière de transparence concernant le budget de l’État ou encore la mobilisation des recettes fiscales qui ont déjà dépassé les objectifs, depuis l’année dernière, ainsi que pendant le premier semestre de cette année.

Du concretToutefois, malgré des indicateurs affichant tous les feux au vert, quelques points restent encore à améliorer. Notamment en ce qui concerne le programme relatif aux secteurs sociaux dont les subventions aux communes concernant les centres de santé de base et les écoles publiques. Raison pour laquelle le décaissement a été limité à la somme de 13,5 millions d’euros au lieu des 15 millions prévus au départ de la prise d’engagement de l’Union Euro­péenne.Pour rappel, pour l’année 2014, dans le cadre du même programme, le versement a atteint un pic de 65 millions pour redescendre à 11,5 millions, l’année d’après. Par ailleurs, l’Union Européenne reconnaît les efforts déjà accomplis par rapport au contrat de consolidation de l’État mais reste toujours dans l’attente de résultat beaucoup plus significatif dans certains domaines de gouvernance, plus particulièrement des évolutions concrètes en matière de lutte contre la corruption.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Déclaration de patrimoine – Le sort des récalcitrants entre les mains du PAC

Les six parlementaires restants qui n’ont pas encore fait leur déclaration de patrimoine sont, désormais, en état d’infraction. Malgré les avertissements et les rappels qui leur ont été envoyés, les trois députés et trois sénateurs n’ont toujours pas daigné expliquer les raisons de ce manquement. Selon une source auprès du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), deux de ces parlementaires ne pourront pas se présenter au siège du Bianco de si tôt. « Parmi eux, un des trois députés est malade et ne peut pas se déplacer, tandis qu’un des trois sénateurs est à l’étranger. Les quatre restants ne se sont jamais présentés, pour des raisons qu’eux seuls connaissent », a confié la source. De ce fait, les récalcitrants sont désormais en infraction.Cependant, les sanctions ne seront appliquées qu’après la mise en place du Pole anti-corruption (PAC). « Nous attendons la mise en place du PAC pour pouvoir trancher », a soutenu la source. Le 31 août était la date butoir où les récalcitrants devaient faire leur déclaration. Dès lors, le Bianco a effectué les dernières vérifications pour enclencher les prochaines étapes.

Session extraordinaireLe Pôle anti-corruption doit être opérationnel d’ici début janvier. Aux dernières nouvelles, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) doit convoquer une session extraordinaire dans les jours qui viennent en vue de confirmer les magistrats qui composeront le PAC. S’il devait être opérationnel depuis le 4 décembre, le nombre de magistrats intéressés à intégrer le PAC a fait que cette date n’a pas pu être respectée. Le vrai problème se situe au niveau du nombre de magistrats qui ne semblent pas être très alléchés par les postes proposés. « Certains critères, notamment le nombre d’années d’expériences, ont  été revus à la baisse pour encourager les candidatures », a expliqué le directeur général du Bianco, Jean Louis Andriamifidy, le 11 décembre. Toutefois, le ministre de la Justice aurait déjà donné son accord pour organiser une session extraordinaire, vu le caractère urgent de la situation. Le PAC doit, ainsi, voir le jour au plus tard au début 2018.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar1 partages

Transfert – Njiva s’installe au Ratchaburi FC

Njiva Rakotoarimalala a finalement trouvé sa voie, en Thaïlande. Le transfert du désormais ancien ailier de la CNaPS Sport au Ratcha­buri Mitr Phol Football Club est définitivement acté, a-t-on confirmé auprès du club quintuple champion de Madagascar.C’est un nouveau départ pour le joueur de vingt-cinq ans, qui a déjà tout gagné dans son pays et qui se tourne maintenant vers de nouveaux horizons. Avec la CNaPS Sport, Njiva compte des victoires en THB Cham­pions League, Telma Coupe, Supercoupe et en Coupe des Clubs Champions de l’océan Indien. Sans oublier plusieurs apparitions en Ligue des Champions de la CAF. Il n’a plus rien à prouver dans la Grande île.En Thaïlande, Njiva évoluera en Thaï League, avec le Ratchaburi Mitr Phol FC. Il aura notamment comme adversaire le FC Sukhothai de Baggio Rakotonomen­janahary. « Je suis ici depuis environ une semaine. Les matches officiels reprendront en février. Mes nouveaux coéquipiers m’ont bien accueilli. Je suis venu pour tracer ma voie et je donnerai le meilleur pour remplir ma mission sur le terrain », souligne-t-il.

Niveau plus relevéL’ailier des Barea de Mada­gascar découvre donc un nouveau championnat. Un nouveau défi dans sa carrière. « La Thaï League, c’est la division ultime ici. Le style de jeu n’est pas si différent de celui à Madagascar. Cependant, le niveau est nettement plus relevé. De ce fait, je dois faire des efforts considérables pour être à la hauteur. Mais je suis prêt pour ce nouveau challenge », poursuit-il.Concernant le Ratchaburi Mitr Phol, fondé en 2004, il s’agit d’une bonne équipe de première partie de tableau, sixième de la Thaï League plus précisément. Les joueurs, qui disposent de trois jeux de maillots orange, blanc et noir, sont également surnommés The Dragons.Sponsorisé par l’entreprise Mitr Phol, le club dispose de moyens conséquents, notamment d’un stade de 14 000 places dénommé Mitr Phol Stadium.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Les voix de l’Océan Indien – Kénaelle primée dans deux catégories

Les 8es Voix de l’océan Indien ont tenu leur finale le 16 décembre 2017. À La Réunion mais aussi dans les îles voisines, une sélection a été effectuée par des professionnels de la filière musicale, ce qui a permis de remettre des récompenses pour les voix féminines, masculines et meilleurs artistes de Madagascar, Maurice, les Comores et Mayotte.Nominée dans 3 catégories, la chanteuse réunionnaise Kénaelle a obtenu deux prix, celui de la Meilleure Artiste Chanson World 2017 et celui de la chanson de l’année 2017 avec son titre «Bon Dié».Les primés 2017 :•Meilleur Artiste Maloya 2017 : Héritaz Maloya (Réunion)•Meilleur Artiste Séga 2017 : Fami Mélody (Réunion)•Meilleur Artiste Musique Urbaine 2017 : Kosla (Réunion)•Meilleur Artiste Chanson World music/pop 2017 : Kénaelle (Réunion)•Meilleur Artiste Electro 2017 : Do-moon (Réunion)•Chanson de l’année 2017: Kénaelle (Réunion)•Meilleure Voix Masculine 2017 : Hans Nayna (Maurice)•Meilleure Voix Féminine 2017 : Jane Constance (Maurice)•Meilleure Production Audiovisuelle 2017 : Sega’el Ft. Dimix Staya (Réunion)Meilleur Artiste Maurice 2017 : Alain Ramanisum•Meilleur Artiste Mada­gascar 2017 : Stéphanie•Meilleur Artiste Mayotte 2017 : Rekman seller•Meilleur Artiste Comores 2017 : Dadi poslimPrix Hommage 2017 : Jean Pierre Laselve (Réunion)Prix Espoir 2017 : Kaloune (Réunion).

© JIR

L'express de Madagascar1 partages

L’homme sans visa

Mieux vaut tard que jamais. Le ministère de l’Intérieur et celui de la Sécurité publique ont décidé de prendre le taureau par les cornes. Du moins à travers un communiqué rappelant aux étrangers qu’un visa touriste de moins de trois mois ne donne pas à son détenteur d’exercer une quelconque activité professionnelle. Une réaction qui fait suite à la découverte de « touristes » arpentant les rues de la capitale trimballant des smartphones ou d’autres marchandises de pacotille. Une dizaine d’entre eux ont dû être expulsés, faute de titre de séjour adéquat.Il s’agit de la même pratique que font beaucoup de Malgaches qui débarquent en France avec un visa touriste et qui y restent de façon clandestine survivant avec de petits métiers avant d’avoir un papier. La différence est qu’ils ont obtenu un visa en bonne et due forme délivré par le consulat de France à  Antananarivo dont on sait la rigueur dans l’octroi d’un titre de séjour même pour du tourisme, pour un regroupement familial, pour des études ou pour des déplacements sportifs. Même pour un déplacement officiel d’une délégation malgache, un engagement de se présenter au consulat de France dès le retour est exigé. Et il n’y a plus de délivrance de visa à 24 heures du départ.C’est la règle et aucune exception n’est faite. Et c’est là où le bât blesse, du côté malgache, puisque le visa touriste est accordé à l’aéroport avec ce que cela suppose de précipitation, de manque de rigueur et de contrôle. Le tout, bien évidemment, favorise la corruption. Par contre, la plupart des compagnies refusent d’embarquer un passager avec visa à destination au départ d’Ivato.La pratique est peut-être inévitable du fait de l’absence de consulat malgache dans beaucoup de pays mais il faut une certaine cohérence entre les objectifs et les moyens. On ne peut pas entrer dans l’ère de l’open sky en visant un million de touristes par an et oublier d’ouvrir au moins un consulat là où une compagnie aérienne a choisi la destination Madagascar. On ne peut pas adopter l’open sky et râler, par la suite, contre une  invasion d’immigrants arabes, turcs, pakistanais au pays. Ouvrir les frontières pour les besoins du tourisme, c’est accepter tous les risques. Il aurait tout simplement fallu adapter les moyens administratifs et consulaires pour mieux contrôler ce flux d’étrangers composés, à la fois, de vrais touristes que de faux investisseurs. Il y va également de la sécurité du pays face aux menaces terroristes, lesquelles ne sont pas à negliger.C’est peut-être la nouvelle orientation diplomatique qui sera prise et qui retarde la nomination des nouveaux ambassadeurs. Si, du moins, il y a une cohérence entre la politique touristique et les intérêts diplomatiques. Il faut en finir avec la diplomatie politique complètement inutile et qui servait uniquement à raffermir « l’amitié entre les peuples » et la guerre froide entre les deux blocs.Le temps est venu de faire du pragmatisme diplomatique et d’avoir des objectifs précis dans l’ouverture d’une ambassade. C’est d’autant plus nécessaire qu’étant donné le coût exorbitant du fonctionnement d’une ambassade, il est obligatoire de faire un tri. En attendant, il va falloir revoir, de façon sérieuse, l’octroi de visa à l’aéroport d’Ivato pour limiter les dégâts et empêcher l’homme sans visa d’agir à visage découvert.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara1 partages

Développement numérique : Un bilan positif selon le ministère de tutelle

Le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy a apporté des présents pour remercier ses collaborateurs.

Les télécommunications et le numérique figurent parmi les secteurs les plus performants durant cette année 2017. Réduction des fractures numériques, amélioration de la qualité des services liés à Internet et à la téléphonie, promotion des technologies numériques au niveau d’établissements scolaires et universitaires, etc. autant de réalisations ont été évoquées par Neypatraiky André Rakotomamonjy, ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique, qui a remercié le personnel de son département (MPTDN) pour ces réalisations. « Tout cela a nécessité de grands efforts et je vous encourage en fournir davantage pour l’année à venir », a-t-il adressé aux membres du personnel, hier, en leur offrant également un sac de riz, du sucre et de l’huile, outre la prime annuelle de gratification. Par ailleurs, le ministre a soutenu que le bien-être social de la population figure parmi les premières priorités du Gouvernement actuel. « Ces allocations sont octroyées pour que tous puissent passer les fêtes de fin d’année dans la joie », dit-il. Pourvu que ce souhait se réalise également pour le reste de la population malgache.

 Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Projet « Fiavota » : 65.000 ménages sauvés du « Kere » dans le Sud

Les bénéficiaires du projet « Fiavota », lors d’une descente sur terrain effectuée par les autorités et les promoteurs du projet.

De nombreuses victimes du « Kere » dans les régions Anosy et Androy ont réussi à lancer des activités génératrices de revenu et de ressources alimentaires. Avec peu de moyens, le Projet « Fiavota » a abouti à d’importants résultats.

La malnutrition reste un vrai casse-tête à Madagascar. Ses impacts laissent, en effet, des conséquences graves sur le développement humain et sur l’économie nationale qui ne dispose que d’un faible capital humain. Dans le Sud, où la malnutrition aiguë frappe fort avec le « Kere » périodique, la relance économique commence à donner des résultats dans les régions Anosy et Androy. Ce relèvement bénéficie surtout aux ménages vulnérables qui souffrent depuis toujours du cercle vicieux de la pauvreté, mais commencent désormais à se réintégrer dans le circuit économique et social, suite à la mise en œuvre du projet « Fiavota ». Ce projet comprend des transferts monétaires de 30.000 Ariary par mois pour les ménages bénéficiaires, pour leur permettre de reconstituer leurs actifs et améliorer leur nutrition, surtout pour les enfants. « Avec les 90.000 Ariary, première tranche du fonds de redressement, les bénéficiaires ont commencé à réaliser des activités familiales qui constitueront une source de revenu pérenne pour leur permettre de sortir définitivement de la situation de vulnérabilité initiale », a expliqué Rindra Rakotoarisoa, directeur interrégional du Fonds d’Intervention pour le Développement (FID), qui a mis en œuvre le projet « Fiavota » avec l’Office national de Nutrition (ONN).

Changements. « A cause du Kere, ma vie était comme un cauchemar. Mais grâce au Fiavota, j’ai pu me relever de la pauvreté. Contrairement à ma situation d’avant, mes enfants sont maintenant mieux nourris et tous scolarisés. De plus, j’ai pu financer mon projet d’élevage de chèvres avec le fonds de redressement », a témoigné Marie Antoinette, une des bénéficiaires du site Morafeno, dans la commune Amboasary Sud. Pour sa part, le chef de Région Anosy, Tanjaniaina Juliot a indiqué, lors d’une descente à Amboasary Sud avec près de 3.500 bénéficiaires, que ce projet « Fiavota » du Gouvernement malgache s’inscrit dans le cadre de la politique de protection sociale coordonnée par le Ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme. A noter que le projet est financé par la Banque mondiale et le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (UNICEF) sur trois ans, et touche près de 65.000 ménages vulnérables dans les 39 communes des régions Anosy et Androy.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Evénement : J-1 pour la Grande Braderie

L’événement à ne pas rater de la veille de Noël et de fin d’année est sans conteste la Grande Braderie de Madagascar qui débutera  demain au Palais des Sports. A J-1 tout est fin prêt pour cette manifestation que le public apprécie en raison du professionnalisme de l’organisateur et des participants. Ces derniers promettent en tout cas de proposer des produits de qualité à prix réduit. En effet la règle sera encore et toujours l’application obligatoire d’au moins 15% de remise. Pour cette édition de Noël 380 stands attendent les visiteurs, les exposants qui vont brader des marchandises de tous les secteurs d’activité : les articles de cadeaux et les jouets, les habillements et accessoires ainsi que tout ce qui a trait aux fêtes de fin d’année. Mais il y aura également les meubles, la téléphonie, le multimédia, les produits alimentaires, les cosmétiques, les ustensiles de cuisine. En tout, il y aura 36 secteurs d’activité qui satisferont les visiteurs qui, une fois de plus, viendront en masse pour faire des achats de Noël et de Nouvel An.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Flash Eco

“Build Operate and Transfer » (BOT). C’est le modèle de financement dont ont finalement convenu l’entreprise chinoise Hydrochina et le gouvernement camerounais, dans le cadre du projet de construction du barrage de Song Dong (280 MW) sur le fleuve Sanaga. Le ministre de l’Eau et de l’Energie, Basile Atangana Kouna, explique que depuis 2016, année de début des négociations, « ce projet a été transformé en BOT au regard de la soutenabilité de la dette par l’Etat ». D’après le membre du gouvernement, le « Build Operate and Transfer » est une technique de financement où les prêteurs (la Banque de Chine, dans le cas d’espèce) acceptent de financer un projet en se basant uniquement sur sa rentabilité et sa valeur propre. Le remboursement du prêt pour le barrage de Song Dong, d’un montant de 375 milliards FCFA, dépendra alors principalement du « cash-flow » généré par le projet lui-même.« Les études d’avant-projet détaillé sont terminées et doivent être validées par le gouvernement, ceci après le recrutement d’un bureau d’études techniques. Un accord de développement du projet est en cours d’élaboration entre le gouvernement et la partie chinoise », explique le ministre de l’Eau.

News Mada0 partages

Fampandrosoana ny faritra : manomana fihaonambe ara-toekarena ny Fitefa

Miditra amin’ ny  andiany faharoa mba hanomezana vahana ny toekarena any avaratra. “Anisan’ny fanamby sy tetikasa hatao amin’ny taona  ho avy ny hanaovana  ny fihaonambe momba  ny toekarena  “Forum économique” , hatao any Antsiranana. Efa nisy ihany teo aloha saingy nangingina izany ary hetsehina izao indray”, hoy ny eo anivon’ny Fikambanan’ny teraky  ny faritanin’Antsiranana (Fitefa), omaly, tetsy  Anosy. Anisan’ny fandaharanasa koa ny fametrahana ny sinibe (site web) momba ny fikambanana. Ny fikarakarana ny fivoahan’ireo mpianatra zanaky ny Fitefa. Manampy ireo ny fanamarihana ny faha-45 taon’ity fikambanana ity sy ny hananganana foiben-toerana  eto Antananarivo.

Notsiahivina koa ny ezaka vita ho an’ny enim-bolana nanomboka ny volana mey teo nandraisana ny fitantanan’ny birao. Anisan’izany ny hetsika sosialy sy ny fanatanjahantena ary ny kolontsaina. Ohatra ny fanohanana  sy  ny fanampiana ny “Miss Vanille” sy ny  fifaninanana fanatanjahantena. Fandraisana anjara tamin’ny “Carnaval de Mada”, ny fanomezana fanampiana ny silamo ary ny fanavaozana ny sata mifehy ny fikambanana. “Misy andininy efa nilaozan’ny toetr’andro satria efa tamin’ny taona 1972 izany”, hoy izy ireo.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fitsarana tampony : tohizana ny ezaka na atokisana na tsia ny fitsarana

« Raha mandeha ny feo hoe: atokisan’ny vahoaka sa tsy atokisan’ny vahoaka intsony ny fitsarana? Ny ezaka ataonay no tsy maintsy banjinanay sy tohizanay ary hatsarainay », hoy ny  filoha voalohan’ny Fitsarana tampony, Randrianantenaina Modeste, teny Anosy, omaly, tao anatin’ny fanombohana ny fankalazana ny faha-56 taon’ny fitsarana tampony.

Toy ny hoe tsy misy ezaka nataon’ny fitsarana hatramin’izay tamin’ireny zava-nitranga tany Ikongo ireny. Nefa iaraha-mahalala fa tsy kolontsaina malagasy ny hamoaka olona any am-ponja hovonoina. « Mahatonga antsika hanontany tena izany: iza na inona loatra re no manosika izany olona izany hanao fihetsika tena mamoafady toy ireny? » hoy izy momba ny nitakiana ny hamoahana voafonja hanaovana fitsaram-bahoaka.

Natao hampiharina ho an’ny olona rehetra ny lalàna. Mety tsy ho afa-po avokoa ny olona rehetra amin’izany. Nefa tsy azo hadinoina fa fampiharana ny lalàna ny eto amin’ny fitsarana: misy faly, misy tsy faly.                          

Manara-maso ny fitsarana rehetra ny fitsarana tampony

Ireo raharaha avy any amin’ny fitsarana ambony efa azo amoahana matoan-didy no tena tsaraina eo anivon’ny fitsarana tampony, araka ny fanazavany. Na izany aza, manara-maso ny fandehan’ny fitsarana manerana an’i Madagasikara izy ireo: manoro hevitra amin’ny fanatsarana ny asam-pitsarana, mijery ny fifandraisan’ny mpitsara amin’ny vahoaka any ifotony.

Voatsaran’ny fitsarana ambony araka ny lalàna ve ny raharaha? Izay no jeren’ny fitsarana  tampony, fa tsy mitsara ny vontoatin’ady izy. Be dia be ny raharaham-pitsarana amin’izao, araka ny ny nambarany. Raharaha 30 isam-bolana no noraisin’ny mpitsara iray isam-bolana, tany amin’ny taona 2000, ohatra: tafakatra 300 izany amin’izao fotoana izao. Olana ny lafiny fitaovana sy ny fiarovana ny mpitsara amin’ny asany.

Hifarana rahampitso ny hetsika fankalazana ny faha-56 taon’ny fitsarana tampony.

R. Nd.

News Mada0 partages

Kitra – “Ligue des champions d’Europe” : Afrikanina 13 hiatrika ny ampahavalon-dalana

 Efa fantatra avokoa ireo klioba 16, hiatrika ny lalao ampahavalon-dalana amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa “ligue des champions”, taranja baolina kitra. Ndao ho fantarina ireo mpilalao Afrikanina, mbola miatrika izany.

 Mbola betsaka ireo mpilalao Afrikanina, manatevin-daharana ireo ekipa manohy ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa “ligue des champions”, taranja baolina kitra, izay hiditra amin’ny dingan’ny ampahavalon-dalana.

Miisa 13 izy ireo, ka anisan’ireny, ilay Nizerianina Abdullahi Nura, ao amin’ny AS Rome. Hatreto aloha, tsy mbola niakatra kianja mihitsy izy, nandritra ity fifaninanana ity. Ny Romana, izay hifandona amin’ny Shakhtar Donetsk, eo amin’ny lalao mandroso ny 21 febroary 2018.

Eo koa ilay Egyptianina, Omar Gaber sy ilay Ivoarianina Serey Dié ary ilay Maraokanina Mohamed Elyounoussi, mandrafitra ny FC Bale. Ny ekipan’i Soisa, izay handray ny Manchester City, ny 13 febroary. Ity ekipa anglisy ity, ahitana ilay Ivoarianina, Ya Ya Toure.

Mpilalao Afrikanina tokana ihany kosa ny ao amin’ny Chelsea, amin’ny alalan’i Victor Moses, teratany Nizerianina. Ny tovolahy izay nanavao ny fifanarahany amin’ny Chelsea, hatramin’ny taona 2021. Hikatroka amin’ny FC Barcelone ny Chelsea, ny talata 20 febroary ho avy izao.

Kwadwo Asamoah, teratany ganeanina sy ilay Maraokanina, i Mehdi Benatia, no ao amin’ny Juventus de Turin. I Benatia, izay voahosotra ho mpilalao mendrika ny volana novambra lasa teo, tany Italia. Ry zareo Italianina, izay hidona amin’ny Totthenam, hilalaovan’ilay Ivoarianina Serge Aurier sy ilay Kenyanina, Victor Wanyama.

Telo mirahalahy ny ao amin’ny Liverpool, dia ilay Kamerone, i Joel Matip sy i Mohamed Salah, avy any Egypta ary i Sadio Mané, Senegale. Hikatroka amin’ny FC Porto, ny Liverpool, eo amin’ity ampahavalon-dalana ity. Ny FC Porto, misy ilay Kameroney, Vincent Aboubakar ary ilay Alzerianina, Yacine Brahimi sy ilay Malianina, Moussa Marega.

Tompondaka

News Mada0 partages

«Coup de cœur au Féminin 2017» : nomen’ny Fondation Orange 4.000 euros Rasoa

Voasokajy ho isan’ny renim-pianakaviana mendrika ny hotohanana ary tafiditra ao anatin’ny « Coup de Coeur au féminin 2017 », Rasoa, mipetraka ao Antsohihy.

Notoloran’ny Fondation Orange vola mitentina 4.000 euros izy hanohanany ny tetikasany sy hampazoto azy hatrany amin’ny asany.

Manan-kilema Rasoa ary manan-janaka roa. Tonga matetika ao amin’ny “Maison digital pour les femmes” ao Antsohihy izy. Sady manovo fahalalana no manitatra ny fahaizana momba ny tontolo nomerika izy amin’izany.

Tanjon’ity “Maison digitale” ity  ihany koa ny hampiroborobo ny fananan’asa eo amin’ny vehivavy hahatonga azy hahaleotena ara-pivelomana.

Hanampy an-dRasoa amin’ny fanatsarana sy fanitarana ny tetikasa fanamboarana savony hataony ny vola 4.000 euros, azony. Hanampy azy amin’ny fiainana tsaratsara kokoa sy hananan’ny zanany ho avy mamiratra ny firoboroboan’izany orinasa keliny izany.

Natao ho an’ny renim-pianakaviana 15 avy amin’ny firenena maromaro ny vatsy “Coup de coeur” ary anisan’ny mahazo izany tohana avy amin’ny Fondation Orange izany ny eto Madagasikara.

Tatiana A

News Mada0 partages

Rugby any Frantsa : tsy hilalao intsony i Michalak

Nanao fanambarana, tamin’ny mpanao gazety, ilay mpilalao rugby frantsay,  Fréderic Michalak fa hijanona tsy hilalao intsony, aorian’ny fahataperan’ny taom-pilalaovana. Marihina fa 35 taona izy ankehitriny. Anisan’ny mpilalao malaza sy misongadina indrindra i Michalak, raha ny baolina lavalava frantsay no lazaina.

Efa intelo nandrombaka ny tompondakan’i Frantsa ny taona 2001, 2011 niaraka tamin’ny Toulouse ary ny taona 2014, tamin’ny Toulon. Indroa nahazo ny tompondakan’i Eoropa ihany koa ny taona 2003 sy ny 2005.

In-77 voaantso tao amin’ny ekipam-pirenena frantsay ary efa intelo niatrika ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany (2003, 2007, 2015). Anisan’ny nisongadina indrindra izy, nandritra ny fiatrehany io “Mondial” voalohany io. Nanomboka teo, fanta-daza eran-tany ny anarany ary izy no Frantsay voalohany, lasa mpilalao matihanina. Toerana roa no tena manavanana azy rehefa milalao izy dia ny “demi de mêlée” sy ny “ouverture”.

Tompondaka

News Mada0 partages

“ Les Voix de l’Océan Indien 2017”: Stéphanie, mpanakanto malagasy mendrika indrindra

Efa nahazo ny loka ry Black Nadia, Tence Mena ary Jazz MMC. Nisongadina nandritra ny « Les Voix de l’Océan Indien » kosa i Stéphanie tamin’ity taona ity.

Nivaly ny fifidianana. Voahosotra ho mpanakanto malagasy mendrika indrindra, tao anatin’ny fifaninanana «  Les Voix de l’Océan Indien » i Stéphanie. Tontosa ny asabotsy teo, tany Saint Denis, La Réunion, ny lanonam-pamaranana sady fanolorana ny fankasitrahana ireo mpanakanto izay nisongadina tamin’ity andiany fahavalo ity.Nofantenan’ireo mpitsara hisolo tena an’i Madagasikara ho an’ity taona 2017 ity i Elidiot, Dadi Love ary Stéphanie. Ito farany kosa no lanin’ny mpankafy, izay nifidy tamin’ny alalan’ny “internet”. Tonga nanotrona ny lanonana tao amin’ny Cité des Arts tao Saint-Denis i Stéphanie, nandray ny amboara.“Nitaintaina mafy aho satria efa henjana be sy malaza avokoa ireo mpanakanto nifaninana tamiko. Tsy nanampo intsony mihitsy ny tena marina, ka tena faly raha vao voatonona”, hoy ny nambaran’i Stéphanie. Marihina mantsy fa ankoatra ny maha mpanakanto malagasy mendrika indrindra azy, voafantina nifaninana tao amin’ny sokajy “Voix feminine de l’Océan Indien” ary nahazo ny laharana fahatelo ihany koa izy.Fisokafana eo amin’ny tsena iraisam-pirenena indray izany ho an’i Stéphanie. Tsy niandry ela fa avy dia nahazo fifanarahana amina dokambarotra izy, taorian’izay. Mbola maromaro ihany koa ny vaovao tsara handrasana amin’io taona ho avy io, raha ny nambaran’ny mpikarakara ny tarika.Mialoha izany, hisy ny fiaraha-mifaly amin’ireo mpankafy, izay homanin’i Stéphanie sy ny tariny, ny zoma 22 desambra izao, ao amin’ny Jao’s Pub Ambolonkandrina. Hitohy ny 29 desambra izany ao amin’ny Le Glacier Analakely. Eny amin’ny CCI Ivato kosa ny fotoana amin’ny fetin’ny faran’ny taona sy fandraisana ny taom-baovao.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Misaona ny tarika Kiaka… : nodimandry, omaly, i Charmant

Hatairana ho an’ny namana sy ny mpankafy. Nanambara teo amin’ny pejy “Facebook” omaly, i Nini, fa nodimandry i Charmant. Anisan’ny mpikambana nanangana ny tarika Kiaka niaraka tamin-dry Johnny sy Bita izy, ary mpitendry amponga maroanaka tao izy, hatramin’ny taona 1990.Araka ny vaovao azo, mbola nanao baolina sy nikorana tsara izy ny alahady. Somary nitaraina narary izy ka nangataka tamin’ny dokotera hiditra hopitaly teny Soavinandriana.  Ny tany kosa no nandefa azy nihazo an’i Befelatanana, kanefa tsy tana ny ainy fa nisy lalandrà lehibe tsentsina tany amin’ny fony.Mbola tazana amin’ireo rakitsary voalohan’ny tarika Kiaka i Charmant. Nandeha nanao “stage” tany amin’ny Nosy Maorisy izy, ny taona 1990, ka nosoloin’i Zôzô ny toerany, taty aoriana. Na izany aza, tazana mandritra ny fampisehoana nataon’ny tarika hatrany i Charmant, rehefa mifanaraka amin’ny fandaharam-potoany. Mandray anjara amina hira roa na telo hatrany izy amin’izany, indrindra rehefa seho goavana no hataon’ny tarika.Fantatra fa andrasana eny amin’ny tranony eny Ankerana izy, avy eo hoentina eny amin’ny fiangonana eny Ambohijanaka ary halevina eny ihany. Mirary fiononana ho an’ny fianakaviana sy ny tarika Kiaka.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Toamasina : mpivady naratra mafy notafihin’ny jiolahy

Mpivady iray indray maratra mafy tsaboina ao amin’ny hopitaly be Toamasina, vokatry ny fanafihana mitam-piadiana nataona andian-jiolahy mirongo fiadiana, ny alin’ny asabotsy hifoha alahady tao amin’ny tokantranon’ ireto mpivady ireto, tao Antetezatona Toamasina. Raha ny loharanom-baovao voaangona, nentina nampihorohoroana ihany ny basy teo ampelatanan’ ireo jiolahy efa-dahy fa tombok’ antsy no tena namonoana ireo mpivady. « Mpivarotra zava-pisotro izy mivady ary nisy nividy toaka, ka taorian’izay, no nisy efa-dahy no indray niditra ary avy hatrany dia nandrahona tamin’ny basy ny iray. Ny telo

hafa kosa namono tamin’ny tombok’ antsy ary toy ireny nitetika hena ireny natao ilay rangahy izay naratra mafy teo amin’ny lohany, lamosina, ary sandry raha teo amin’ny maso kosa ilay ramatoa”, hoy ny fanavazana. “Tsy mbola mahatsiaro tena ilay raim-pianakaviana » hoy loharanom-baovao.

Tsy fantatra izay isan’ny vola maty tao am-pivarotana fa lasa avokoa ny vola rehetra

Miampy ny « canalsat », fahitalavitra lehibe, entam-barotra isan-karazany. Hatreto tsy mbola fantatra kosa izay nahavanon-doza fa efa eo am-panaovana fanadihadiana ny mpitandro filaminana.

Sajo

 

News Mada0 partages

Milamin-dratsy any Ikongo : Nalaina tamin’ny helikoptera ny Procureur sy ny mpitsara

Milamina ? Milamin-dratsy ? Fantatra fa nandefa helikoptera tany Ikongo, omaly maraina, ny fitondrana haka ny tonia mpampanoa lalàna (procureur), ny lehiben’ny Fitsarana ary mpitsara iray.

Araka ny fanazavana, baiko avy amin’ny fitondram-panjakana ny fangalana ireo mpitsara telo ireo tany an-toerana mba ho fiarovana ny ainy, ary nalefa niakatra aty Antananarivo avy hatrany. Efa hatry ny afakomaly no nandrasana tany an-toerana io helikoptera io, fa omaly maraina vao tonga. Nasaina nanakaton-trano sy nanakaton-tsena avokoa ny olona rehetra tany Ikongo, nandritra ny fakana ireo tompon’andraikitry ny fitsarana telo ireo.

Tsiahivina fa nalefan’ny fitsarana any Fianarantsoa ireo fito voarohirohy tamin’ny famonoan’olona tany Tsaralanitra Ambalabe, kaominina ambanivohitra Sahalanona. Ireo izay anton’ny rotaka tany Ikongo, ka namakian’ny olona ny fonja, ny nakana takalon’aina ireo mpiandry fonja efatra, ny nikarohan’ny olona ireo mpitsara ka nahatonga azy ireo nisitri-belona ary izao niafara tamin’ny fakana azy ireo tamin’ny helikoptera izao. Efa any an-toerana ihany koa hatramin’ny alakamisy ny mpitandro filaminana marobe. Mbola niampy ihany izany ny asabotsy teo sy omaly.

Nilaza ny depiote Brunelle fa efa milamina any an-toerana, ary ny ampitson’ny korontana ihany dia efa nilamina fa tsy araka ny vaovao naely tamin’ny tambajotra sosialy sy taty Antananarivo. Ny mpitandro filaminana koa efa nilaza fa milamina any an-toerana, ary efa nisy ny fifampiresahana teo amin’izy ireo sy ny olobe tany an-tanàna. Tsy nisy ny olona nosamborina, sns. Mahagaga anefa ny antony nandefasana ireo mpitandro filaminana marobe. Toy ny hoe tany miady, kanefa tsy nilaina tokoa ve ny fahatongavan’izy ireo raha voalamin’ny manampahefana tany an-toerana ihany ny raharaha. Tsy nisy resaka firy kosa ny momba ireo gadra nitsoaka tao amin’ny fonja.

Tsy mbola hita ny razana enina

Hatramin’ny ora nanoratanay, tsy mbola hita ireo razana enina, izay nahitana miaramila sy zandary ary polisy iray, raha ny vaovao voaray avy amin’ny mpitandro filaminana. Mbola ireo razana telo ihany izany no hita raha ny fanazavana. Anisan’ny namoy ny ainy ireo polisy roa, Ap1 Lauréat, andiany Hasina sy ny Ap3 Dinalalaina, andiany Ainga.

Efa any an-toerana ny miaramila avy amin’ny “corps de protection civile” manampy ny fokonolona amin’ny fikarohana ireo razana sisa, ary ireo fitaovam-piadiana nentin’ireo miaramila sy zandary ary polisy. Miandry ny tohin’ny fikarohana sy ny filaminan’ny raharaha ny rehetra.

Yves S.

News Mada0 partages

Belobaka : dahalo 6 maty voatifitra, basim-borona 3 tratra

 Tsy afa-manohy ny asa ratsiny intsony ny enina amin’ireo dahalo lavon’ny zandary nandritra ny hetsika manokana amin’ny tsy fandriampahalemana tany Belobaka, ny herinandro teo. Tratra tamin’izany koa ny basim-borona telo…

 Ankoatra ireo dahalo maty voatifitra, marobe koa ireo naratra nandritra ny fifampitifirana teo amin’ny zandary sy ny dahalo tao Marovitsika, kaominina Belobaka, ny herinandro teo. Dahalo fito lahy nitondra basim-borona no nifanehatra tamin’ny zandary sy miaramila Das. Voalaza fa very teo amin’io toerana voalaza etsy ambony io ireo omby rehefa avy nangalarin’ireo dahalo. Nanao fanarahan-dia ny zandary ka raikitra ny fifampitifirana rehefa nifankatratra tamin’ireo malaso tsy lavitra ny toerana nahavery ireo omby. Vokany, dahalo roa lahy maty voatifitra ka azo tamin’izany ny basy iray.

Nisy fifandonana koa teo amin’ny zandary sy ny dahalo tao Beanamamy ny herinandro teo ihany. Dahalo iray koa maty voatifitra ka azon’ny zandary koa ny basim-borona iray teny aminy.

Namita iraka indray ny zandary avy ao amin’ny borigadin’i Belobaka, ny alarobia teo ka nifanena tamin’ny dahalo. Raikitra koa ny fifampitifirana ka maty ny dahalo iray, azo ny basy iray fanintelony tamin’ity dahalo ity. Voatifitra tao amin’ny ranon’Itondy koa ny dahalo iray rehefa avy nifanenjehan’ny zandary. Tratra koa ny basim-borona iray.

Jean Claude

News Mada0 partages

Manodidina ny 4.000 Ar ny 1 euro : hidangana ny vidin-javatra amin’ny taona 2018

Hafarana any ivelany avokoa ny ankamaroan’ny zavatra ilain’ny mponina andavanandro (PPN) eto amintsika. Antony, tsy maharaka ny fifaninanana iraisam-pirenena ny vokatra eto an-toerana ka tsy mandroso ny indostria, indrindra ny manodina vokatra avy amin’ny fambolena sy ny kojakoja ilaina andavanandro. Mila vola vahiny avokoa izany, ka tsy maharaka ny vokatra aondrana ny hafarana any ivelany. Mitohy ny fitotongan’ny vola ariary miohatra amin’ny vola vahiny, midika fa vao mainka hidangana izaitsizy ny vidin-javatra sy ny vidim-piainana amin’io taona 2018 hitsidika io. Tafakatra amin’ny sanda ambony indrindra ny euro, manodidina ny 4.000 Ar, tamin’ity taona 2017 ity. Misanda 3.835 Ar ny 1 euro ny 18 desambra 2017 raha 3.499 Ar ny 16 desambra 2016.

Nanaraka ny vidin-tsolika

Tsy araka izany anefa ny dolara satria nidina mihoatra ny tamin’ny herintaona, nisanda 3.255 Ar, ny 18 desambra 2017 raha tafakatra 3.355 Ar ny 16 desambra 2016. Na izany aza, tsy nitsaha-niakatra ny vidin-tsolika (vidiana amin’ny dolara), ary ambony indrindra koa ny  tamin’ity taona 2017 ity, tafakatra 3.190 Ar ny litatry ny gazoala, 3.840 Ar ny lasantsy SP. Azo antoka fa hitohy koa io fisondrotry ny vidin-tsolika io satria manaraka ny vidiny iraisam-pirenena.

Iankinan’ny vidin-javatra rehetra eto amintsika ny vidin-tsolika, miainga any amin’ny fitaterana olona, entana ary miantraika any amin’ny vidin’entana rehetra avy eto an-toerana sy ny avy any ivelany. Mibaribary ny vidim-bary tafakatra 3.000 Ar ny kilao tamin’ity taona ity raha nihoatra ny 2.000 Ar ny taona 2016. Samy nidangana avokoa ny vary avy eto an-toerana sy ny hafarana any ivelany.

Misondrotra ny hetra

Manampy trotraka ny fitotongan’ny Ariary ny fisondrotry ny vidin-tsolika, ny fisondrotry ny hetra alain’ny fanjakana, miantraika mivantana any amin’ny vidin-javatra rahateo. Eo koa ny fisondrotry ny faktioran’ny Jirama, indrindra ho an’ny orinasa, ka tsy maintsy hampiakatra ny vidin-javatra sy ny tolony.

Zava-misy tsy azo ialana ireo, midika fa hipaka any amin’ny fiainan’ny Malagasy isan-tokantrano. Ny asa anefa, tsy mitombo mifanaraka ny asa very tamin’ny krizy 2009. Azo antoka fa ho maro ny tokantrano hiaina anaty fahantrana indray amin’ny taona 2018, tsy araka ny fijery ambony latabatra tarafin’ny mpamatsy vola iraisam-pirenena ny lafiny toekarena. Faheno isan-taona ny hijeren’ny fitondrana ny sosialy nanomboka ny taona 2014, mandritra ny kabary eny Iavoloha amin’ny fiandohan’ny taona, saingy tsy hita soritra isan-tokantrano izany.

Randria

News Mada0 partages

Ivato : efa tao anaty fiaramanidina vao hita ireo zana-tsokatra

Tandrevaka sa firaisana tsikombakomba? Tao ambany sezan’ilay fiaramanidina zotra mampitohy an’i Madagasikara sy Guangzhou zotra MD 018, ny alahady maraina teo no hita ireo zana-tsokatra Angonoka miisa 13 saika haondran’ireo teratany sinoa an-tsokosoko. Araka ny fanazavan’ny polisy, olona telo ka teratany sinoa 34 taona no indray voasambotry ny polisy miasa eny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato (police de l’air et de frontière) tamin’io fotoana io.

Nahazo loharanom-baovao ny polisin’ny Paf Ivato fa nisy sokatra tafiditra ao anatin’io fiaramanidina io. Natao ny fitsirihana ilay fiaramanidina ka hita tao tokoa ireo zana-tsokatra ireo. Olona iray hafa mbola ifampitadiavana. Saika hihazo an’i Guangzhou ireto mpanondrana sokatra ireto. Nilaza ny polisy fa nanohatra ilay Sinoa nandritra ny fisamborana azy ka nakapony tamin’ny “goudron”-n’ny seranam-piaramanidina ny lohany ka naratra.

Gaboraraka tanteraka ny eny Ivato satria efa fanondranana faninefany ity vao tratra ireto Sinoa ireto. Aiza ny fitiliana ny entan’ireo mpandeha amin’ireo fitaovana raitra ao an-toerana?

Jean Claude

News Mada0 partages

Zandarimariam-pirenena : mitohy ny fanatsarana sy ny fanadiovana anatiny

Tobin’ny zandarimariam-pirenena maromaro ao amin’ny faritra Bongolava no notetezin’ireo tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny zandarimariam-pirenena notarihin’ny Jly Randrianarimanana Mosesy, talen’ny fikarohana ny fandikan-dalàna eo anivon’ny fibaikoana ny zandarimariam-pirenena sy ny Jly Rakotobe Willy Soamaharo, lehiben’ny sampana miady amin’ny kolikoly eo anivon’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena (Seg).

Nisantarana izany tao amin’ny kaompania Fenoarivobe ka ankoatra ny famoriana ireo zandary miasa ao an-toerana, nisy koa ny fihaonana tamin’ireo tompon’andraiki-panjakana ao an-toerana. Nohamafisin’ireto manamboninahitra ireto fa tokony hiara-hiasa hatrany ny zandary sy ny vahoaka ary ny manam-pahefana isan-tokony ho amin’ny fandriampahalemana. “Misy ny fanadiovana efa atao eo anivon’io vondron-kery io, koa ny fanomezan-tanan’ireo rafitra hafa ireo sisa andrasana. Tsy hitsitsy ireo zandary manao tsindry hazolena amin’ny vahoaka na manampatra fahefana izahay”, hoy hatrany izy ireo. Nisy ny fanomezana laharan’ny telefaonina finday maromaro tamin’ireo mponina mba hiantsoan’izy ireo avy  hatrany raha misy tsy fahafaham-po na zavatra tsy mety hitan’izy ireo ataon’ny zandary.

Voatsidika avokoa ireo borigady, “poste avancé” na “poste fixe” rehetra (Miantso, Firavahana, Tsiroanomandidy, Belobaka) izay nanaovana fitsirihana sy nanamafisana ny toromarika amin’ny fanovana toe-tsaina sy fomba fiasa vaovao takina amin’ny zandary.

Jean Claude

News Mada0 partages

Vacances de noël : les départs pour les provinces très limités

Les longues «vacances de peste» qui ont duré près d’un mois ont porté atteinte aux gagne-pains des transporteurs qui espèrent récupérer leur manque à gagner durant ces fêtes de fin d’année.

Les clients se font rares. C’est le cas en ces jours de fête de la Nativité, a témoigné quelques coopératives desservant les zones nationales. «Actuellement, on arrive à peine à remplir un à deux véhicules par jour à destination de Mahajanga et Toamasina, contrairement aux années précédentes  où on assistait à un boom de voyageurs à la même période», a déploré un guichetier d’une coopérative siégeant à Ambodivona, hier lors d’une interview.

Ce n’est plus un cas isolé vu que la quasi-totalité des opérateurs dans ce domaine est affectée par le même problème, alors que les frais de transport n’ont connu aucune hausse, en restant par exemple à 20.000 ariary par personne pour le trajet Antananarivo-Toamasina. «L’an dernier, plus de quatre véhicules de notre coopérative partent par jour à destination de Mahajanga, Toamasina ou  Antsiranana  deux semaines avant les fêtes de fin d’année», a confié un autre guichetier. «Ce sont plutôt les revendeurs de produits et accessoires pour les fêtes dans les provinces qui constituent la majorité  de nos clients, mais pas les vacanciers», a ajouté un autre.

Courtes vacances…

«La réorganisation du calendrier scolaire, due aux longues pauses observées au mois d’octobre à cause de la recrudescence de l’épidémie de peste dans le pays,  y est pour beaucoup de chose», a soulevé un président de coopérative de transporteurs à Ambodivona. Une disposition qui a écourté les vacances de Noël. D’après le calendrier rectificatif établi par le ministère de l’Education nationale, les vacances de Noël ne commencent que le 23 décembre pour prendre fin le 3 janvier 2018. Du coup, avec la cherté de la vie actuelle, les gens évitent de  faire des dépenses supplémentaires pour seulement quelques jours de vacances, même si rendre visite aux parents et familles durant les festivités de fin d’année et du nouvel an est important pour plus d’un.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Club UNESCO : sensibilisation à l’Epp de Mandraka

La Commission nationale malgache pour l’Unesco a organisé, vendredi dernier,  une journée de sensibilisation sur les droits de l’homme, plus particulièrement sur les droits des enfants, auprès des élèves de l’école primaire publique (Epp) de Mandraka (Manjakandriana). A noter que cet établissement est membre du Système des écoles associées et Club Unesco (SEA/CU).

La solidarité sociale, la prise de responsabilité et surtout l’égalité entre les individus en matière de droits de l’homme ont été les thèmes développés. «Pour nous, il s’agissait avant tout de créer des moments de partage pour une amélioration du vivre-ensemble», a souligné le Président de la CU, Paul Rabary, non moins ministre de l’éducation nationale.

La distribution de jouets, de friandises, de manuels ludiques ainsi que diverses animations ont marqué cette journée.

Sera R.

 

News Mada0 partages

« Coup de cœur ô féminin » 2017 : Rasoa remporte une bourse de 4.000 euros

Un rêve devenu réalité. Rasoa, une mère de deux enfants originaire d’Antsohihy, souffrant d’un handicap physique, peut désormais donner vie à son projet d’usine de savon artisanal.  Elle vient de rafler une bourse de 4.000 euros et d’un accompagnement personnalisé du «Coup de Cœur ô féminin» de la Fondation Orange Madagascar. La cérémonie de remise officielle de cette bourse s’est tenue hier sur les lieux en présence de la présidente d’Orange solidarité Madagascar, Josie Randriambeloma, et des autorités locales.

Une telle bourse est octroyée à 15 femmes sélectionnées vivant en France, Cameroun, Côte d’Ivoire, Tunisie et Madagascar. «Elles ont un rêve, nous croyons en elles ! Nous croyons en la capacité des femmes à réussir si on leur en donne les moyens. Elles vont bénéficier d’une bourse pour poursuivre leur projet d’insertion et réaliser leur rêve», a précisé le Secrétaire général de la Fondation Orange, Brigitte Audy.

Recueillis par Fahranarison

News Mada0 partages

METEO : le risque d’activité cyclonique levé

Tout risque cyclonique est écarté, pour le moment.

«La perturbation tropicale qui s’est formée au large des côtes nord-est de Madagascar au début de la semaine dernière n’est plus à craindre», a informé la météo hier dans son bulletin de prévision pour cette semaine. De ce fait, le risque d’activité cyclonique pour Madagascar est ainsi levé.

Actuellement, cette perturbation fait place à une simple masse nuageuse. Toutefois,  sa présence accentuée par la mousson signifie que dame pluie va continuer à faire des siennes sur la partie nord de la Grande île, du moins jusqu’à mercredi.

Sur les hautes terres, en particulier pour la région Analamanga, la pluie va s’estomper un peu. Cependant, selon toujours les prévisions de la météo, à partir du jeudi, les pluies orageuses vont reprendre de plus belle, jusqu’à la fin de la semaine, c’est-à-dire la veille de la fête de noël. Cette situation s’explique par la présence de l’alizé qui régit le temps qu’il fait, notamment sur la partie Est de l’île. Par contre, c’est un régime de mousson qui influencera la météo sur la pointe Nord de Madagascar.

Concernant les températures, on notera une hausse des maximales dans les prochaines 48 heures sur les hautes terres. Elles n’observeront une baisse qu’à partir de ce jeudi. Quant aux régions côtières, il n’y aura pas de grand changement.

Sera R.

News Mada0 partages

Vente de litchis : une opportunité de revenu pour les démunis

La semaine dernière, une baisse de prix du litchi a été observée au marché d’Anosibe.  La saison bat son plein non seulement pour les collecteurs, les transporteurs, mais également pour les marchands de détail de la capitale. A vrai dire, en cette période, vendre du litchi en tant qu’une activité saisonnière permet à plusieurs familles d’avoir une source de revenu, notamment pour les familles démunies, en dehors de leurs activités habituelles.

En effet, selon leurs dires, c’est un moyen de faire de bénéfice et à moindre coût, car il arrive que la vente d’un panier rapporte le double. Une aubaine à l’approche de la fête de la Nativité jusqu’aux festivités de fin d’année.

Comme le capital investi est seulement de 5 000 à 10 000 ariary, en cas de perte, le risque est ainsi moindre et facile à rattraper le lendemain.

Dernière ligne droite

Cette baisse de prix s’explique par l’arrivée quotidienne d’au moins une dizaine de camions à Anosibe.  «La dernière ligne droite de la vente au rabais», ont affirmé des collecteurs sur les lieux. En effet, la semaine dernière, un panier de 12 kg était proposé à 6 000 ariary, celui de 20 kg à 10 000 ariary et le panier de 30 kg à 15 000 ariary. Toutefois, le prix dépend également de la grosseur, de la couleur et surtout de la fraîcheur des fruits.

Selon des dockers, 100 à 150 tonnes de litchis débarquent à Anosibe depuis mardi dernier. Les litchis abondent ainsi et certains collecteurs n’hésitent pas à brader leurs produits à moitié prix.

Sera R.

News Mada0 partages

Insécurité a andraisoro : le député Raholdina à la rescousse

Figurant parmi les zones rouges d’insécurité dans la capitale, le quartier d’Andraisoro, dans le Ve arrondissement, vient de recevoir un coup de pouce du député, Naivo Raholdina. Ce dernier a rénové le local du Comité de vigilance du quartier, équipé d’un «violon».

La clé de cette infrastructure, dont le coût des travaux s’élève à hauteur de 6.000.000 ariary, a été remise officiellement au président de cette entité lors d’une cérémonie, hier.

«Ce bâtiment servira de siège pour le futur «poste de police» à installer sur les lieux prochainement. A ce sujet, une demande a été déposée au mois de novembre au sein du ministère de la Sécurité publique», a fait savoir le député Naivo Raholdina. En attendant, ce dernier n’a pas omis d’équiper  les membres de Comité de vigilance d’Andraisoro, pour qu’ils puissent mener à bien leur mission, en leur donnant des  lampes torches ou encore des tenues de travail.

Des dons pour les enfants…

Le couple Raholdina, via l’association «Fanantenana Fafi V» dirigée par son épouse, a remis des cadeaux aux enfants vulnérables au sein de l’école Asama à Andraisoro en cette veille de la fête de la Nativité. Ces derniers ont eu droit à des friandises, sapin, jouets et fournitures scolaires. Les enseignants n’étaient pas en reste, puisque chacun d’eux ont été dotés de riz, de l’huile et de sapin de Noël.

Ces derniers verront leur condition de travail s’améliorer avec la réhabilitation et le coup de peinture de l’établissement. Le tout, mené gratuitement par Fafi V. Cette dernière a annoncé à cette occasion la tenue de l’événement annuel, le marché «Fanantenana», qui consiste à vendre des jouets à des prix abordables pour les familles qui n’ont pas les moyens d’acheter des articles chers pour leurs progénitures pour Noël. Rendez-vous est donné vendredi à Ambohimirary.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Andapa : un directeur d’EPP assassiné

La ville d’Andapa, situé dans le Nord-Est de la Grande Île, a été la scène d’une découverte macabre, hier dans la matinée. En fait, à cette période de la journée, les cribleurs quittent leurs maisons, mais un d’entre eux a été attiré par un homme placé dans un caniveau au bord de la route.

A sa grande stupeur, l’homme ne montrait plus aucun signe de vie. Il a toute de suite signalé les villageois qui se sont rendus en masse sur les lieux. Alertées, les forces de l’ordre de la localité, accompagnées de médecin légiste sont arrivées sur les lieux pour faire les premières constatations.

A la suite de l’examen du corps, l’on sait qu’il s’agit du Directeur de l’Ecole primaire publique (EPP) Beanana, Jaonina Tsaramanana, instituteur 2e classe et 2e échelon. Des traces d’agression ont été retrouvées sur lui ainsi qu’un profond trou au-dessus de sa nuque. Il s’agit donc d’un meurtre.

Selon les informations recueillies, le défunt était attendu ce jour là au sein de son établissement pour dispenser une formation .

ATs.

News Mada0 partages

Ambalavao : un dahalo bénéfice d’une LP, la police dénonce

Même en avouant le meurtre d’un militaire, un présumé dahalo arrêté la semaine dernière, a bénéficié d’une liberté provisoire.  La tension monte d’un cran à Ambalavao.

Traqué puis arrêté par les éléments du commissariat d’Ambalavao, dans le village de Volafotsy (Commune Volamena) l’individu  a été placé en garde à vue. Et lors de son audition, il a avoué sa participation au vol de zébus qui a coûté la vie à un militaire. Suite à le défèrement d’hier au tribunal, le juge chargé de l’affaire a décidé de lui accorder la liberté provisoire à cause d’une insuffisance des charges contre lui.

Du coup, le commissariat de police d’Ambalavao a contesté. «Pourquoi mettre en liberté l’individu s’il a avoué son crime» a déclaré le commissaire principal, Mahavonjy. «Cela peut mettre en cause notre travail» a-t-il ajouté.

«Si le tribunal a constaté des anomalies dans le dossier, il aurait pu le renvoyer pour que l’on puisse approfondir l’enquête. Bien que cette décision me contrarie, je ne ferais pas comme le cas de Brickaville. On attend la suite» a-t-il conclu hier soir, joint au téléphone.

Rappel des faits

Le 3 août dernier, des gens en provenance de Mahasoabe sont venus acheter 14 zébus à Ambalavao. Sur la route du retour, à hauteur du village de Mahaditra, ils ont été pris en embuscade par 8 dahalo,  armés de 3 fusils de chasse.

Après que  les voleurs se sont enfuis aves les bétails, les victimes ont alerté les militaires de Morafeno. La course-poursuite se termine par des coups de feu qui avaient blessé à mort un élément de l’armée.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Développement : un forum économique à Antsiranana

«Cette année, l’un de nos principaux défis est de réaliser la seconde édition du Forum économique dans cette localité», a déclaré les natifs d’Antsiranana, hier au Carlton à Anosy, lors d’un point de presse.

Les natifs de cette province, réunis au sein de l’association Fitefa, ont, en effet, établi les bilans et perspectives qu’ils comptent atteindre au cours de l’année à venir. Dans cette optique, ils mettent l’accent sur le développement.

«Il s’agit de la suite logique de la première édition réalisée au début de l’année», ont-ils indiqué. Cette grande première a réuni du lourd, notamment avec la présence des personnalités étatiques et du secteur privé. Plusieurs sujets ont été abordés, comme le secteur touristique, le climat des affaires ou encore les activités agricoles.

En dépit de leur volonté d’aller de l’avant, les opérateurs économiques de la région font effectivement face à divers défis, notamment l’état des infrastructures régionales qui constitue un facteur de blocage du développement. C’est le cas de la route, reliant Ambilobe à Vohémar, dont le mauvais état handicape la circulation entre les régions Diana et Sava.

Lors de la récente rencontre Afrique-Union européenne, la Présidence a annoncé que     la signature d’un accord de financement de la réhabilitation de la RN6, entre Ambanja et Antsiranana, a été abordée à travers une enveloppe de 235 millions. Sauf qu’à l’heure actuelle, rien de concret à l’horizon.

Quoi qu’il en soit, les natifs d’Antsiranana, à travers l’association Fitefa, ont signalé hier que le volet social sera à l’honneur l’année prochaine. A travers, la prise en main de la sortie des étudiants issus de cette province, la préparation du 45e anniversaire de l’association ou encore la contribution de l’association dans la préservation de l’environnement.

J.P

 

News Mada0 partages

Jirama Toamasina : antenaina hivaha ny olana

Voatendry ho talem-paritry ny Jirama any Atsinanana sy Analanjirofo i Toto Jean Claude, nisolo an’i Veloson Léonard. Nanome toky izy fa vonona hanala ny fahasahiranan’i Toamasina sy ny faritra iadidiany hampandeha ny herinaratra.

Andraikitra nosahaniny teo aloha, ny lehiben’ny sampana famokarana ny herinaratra teto Toamasina, ary nesorina avy eo, ka tsy nisy nitazona io toerana io nandritra ny sivy volana, fa nafindra ho lehiben’ny sampana tany Vatomandry ny tenany.

Anisan’ny fifanarahana natao fony izy lehiben’ny izy lehiben’ny famokarana herinaratra teto Toamasina ny fifanarahana nanomezan’ny orinasa Tetikasa Ambatovy ny milina mamokatra herinjiro, ny taona 2014. Niaiky ny talem-paritra teo aloha, Veloson Léonard, fa maro ny olana eto Toamasina, asa miandry ity handimby azy ity.

Tsiahivina fa tsy foana ny fahatapahan-jiro eto Toamasina, Fenoarivo Atsinanana, Brickaville, sns. Eo koa ny fisian’ny fofona gazoala any amin’ny rano fisotro, rano maloto, sns. Nanatrika ity famindram-pahefana ity ny tale jeneraly lefitry ny Jirama, Randriamanana Henri. Nomarihiny fa misy ny paikady vaovao hataon’ny Jirama ho an’ny eto Toamasina. Efa misy milina vaovao koa any Mananara Avaratra.

Sajo sy Njaka A.

News Mada0 partages

Alaotra-Mangoro : olana ny ambioka

Tsy ny ambiokam-bary ihany no tsy ahitana firy fa ny hafa koa, any amin’ny faritra Alaotra sy Mangoro. Miovaova eo anelanelan’ny 550 sy 600Ar ny kilaon’ny ambiokam-bary any amin’iny faritra iny izao, izay tsy ahitana firy ihany koa. Lasa mamboly tsaramaso ny toerana maro, na nisy fanajariana lakandrano toy ny ao Ambohijanahary.

Misy ambiokam-bary 13 t sy ambioka tsaramaso 15 t. Afaka maka amin’ireo ny tantsaha ho voleny. Tsy vidina fa kosa raha tsaramaso 100 kapoaka no alainy, haveriny 150 kapoaka izany rehefa miaka-bokatra. Ho an’ny vary ririnina kosa, haverina fotsiny ny ambioka nalaina rehefa miaka-bokatra. Ny Foibem-paritra misahana ny fambolena sy fiompiana  (DRAE) no manao tantsoroka  ary mivarotra ny vokatra tafaverina amin’ny 2018 ary mampiasa izay vola izay hividianana masomboly vaovao hiasana 2018-2019, araka ny fanazavan’ny talem-paritra any an-toerana.

Tsy ampy ny orana

Efa nampoizina. Tena maina iny taom-pambolena 2016-17 iny tany Alaotra sy Mangoro. Mba nisy orana kely ny volana desambra, avy eo tsy nisy intsony. Teo ny andro ratsy nentin’ny rivodoza Enawo, fa ny marina, nojerem-potsiny ny tanimbary manerana an’Anjiro-Gara, Amboasary, Bembary (distrikan’i Moramanga) …kaominina tokony hahavatsy tena.

Ny tapany atsimon’ny distrikan’Ambatondrazaka sy Amparafaravola ihany no ilatsahan’ny orana. Maina ny any Ambatosoratra, Imerimandroso, Tanambe ary Amboavory. Nomen’ny fanjakana masomboly ity farany. ”Ilay tohodrano raha mba voajary no tena vahaolana”, hoy ny bitsibitsiky ny  solontenan’ny  mponina.

Rarivo

News Mada0 partages

Aide budgétaire : un décaissement partiel de 13,5 millions d’euros de l’UE

L’Union européenne a accordé, hier, une aide budgétaire de 13,5 millions d’euros au gouvernement malgache. Mais, la Grande île aurait pu bénéficier d’un appui budgétaire de 15 millions d’euros si toutes les conditions avaient été réunies.

Des progrès en demi-teinte pour Madagascar. La délégation de l’Union européenne dans le pays a constaté des performances dans le cadre du programme d’appui budgétaire 2017-2018 inclus dans le Programme indicatif national (PIN), signé avec l’institution en novembre 2015. Toutefois, toutes les conditions ne sont pas réunies pour le décaissement des 15 millions d’euros prévus pour la première tranche du programme. Voilà pourquoi, l’Union européenne a accordé un décaissement partiel de 13,5 millions d’euros, hier. Comme il s’agit d’une aide budgétaire, le financement sera versé directement au compte du Trésor public. Celui-ci fait suite à l’engagement de l’UE lors du dialogue politique du mois d’avril dernier.

Le programme d’aide budgétaire 2017-2018, financé par le onzième Fonds européen de développement (11e Fed), est constitué de deux tranches annuelles d’un montant total de 30 millions d’euros. Il fait suite au décaissement de 65 millions d’euros, effectué en décembre 2014, et celui de décembre 2015 d’un montant de 11,5 millions d’euros.

L’UE revient sur la lutte contre la corruption

Dans son communiqué officiel publié hier, l’UE a indiqué que certains objectifs prévus dans ce programme n’ont pas été atteints. En effet, le Gouvernement n’a pas pu apurer des arriérées de subventions aux communes affectées aux secteurs sociaux (CSB, EPP). Le versement de ces subventions, pour l’année 2016, n’a pas été non plus intégralement réalisé. Par ailleurs, la recrudescence de la corruption dans tous les domaines d’activités à Madagascar reste un point faible pour le pays. Là-dessus, l’UE se félicite des efforts entrepris par l’Etat, entre autres, la mise en place d’un cadre légal et institutionnel, mais «l’institution reste dans l’attente de résultats encore plus concrets en matière de lutte contre la corruption», peut-on lire dans le communiqué. En outre, l’UE a émis une remarque sur la qualité des informatio ns budgétaires qui restent à améliorer. Elle a également touché mot sur le pouvoir des Organisations de la société civile (OSC), du Parlement et de la Cour des comptes, qui reste faible.

Néanmoins, l’UE reconnaît l’atteinte de plusieurs résultats dans le cadre de ce programme. Il s’agit, entre autres, du maintien de la stabilité macro-économique en dépit des chocs exogènes que le pays a dû faire face, la réduction des subventions allouées aux sociétés d’Etat, particulièrement la Jirama et la compagnie Air Madagascar, le progrès enregistré dans la gestion des finances publiques, notamment à travers la mobilisation des recettes fiscales, la priorité budgétaire accordée aux secteurs sociaux et le renforcement du cadre légal dans la lutte contre la corruption.

Riana R.

 

News Mada0 partages

GERP : la protection des lémuriens discutée

Le Groupe d’études et de recherches sur les primates (GERP) a organisé, la semaine dernière,  un colloque international sur la protection des lémuriens de Madagascar. Les débats ont été  focalisés sur la conservation et la sensibilisation en faveur de ces primates, animaux emblématiques de la Grande île.

Le but du colloque est de mettre à jour une base de données internationale pour la sauvegarde des lémuriens. Pour le GERP, la priorité est à une action concertée : «Les chercheurs, les étudiants, les organisations, mais aussi les décideurs, doivent se donner la main et travailler ensemble, pour la conservation de l’animal».

Par ailleurs, cette rencontre a pour objectif de sensibiliser sur l’importance  de la conservation des lémuriens à Madagascar, seul endroit au monde où on peut les voir évoluer dans leur milieu naturel. Il existe environ une centaine d’espèces dans la Grande île, toutes étant endémiques de chaque région. Les lémuriens ont la particularité de s’adapter à tout type d’habitat, autant les climats humides que secs et désertiques.

R.R

News Mada0 partages

Trail de la liberté : deux Malgaches dans la course

D’une distance de 15 km, la première édition du Trail de la liberté sur la piste demain, dans la ville de Hell Bourg (La Réunion), verra la participation de deux Malgaches, en la personne de Mampitroatsy, chez les hommes, et Mbolatiana Ramindrisoa, chez les dames.

Après leurs bels exploits en semi-marathon où ils ont ravi les deux titres dans les deux catégories, les deux athlètes vont  de nouveau en découdre avec les coureurs réunionnais. Une prime de 1500 euros à la clé attendra les trois meilleurs dans chaque catégorie. Une motivation de plus pour les deux Malgaches.

D’après les informations émanant des organisateurs, l’itinéraire comprend : «Une partie sur route en ville, une première montée vers Bé Mahot, en partant du stade de football, ensuite, retour en ville pour prendre le sentier descendant des Anciens Thermes, puis la route vers îlet à Vidot et après, la partie difficile et délicate à cause des racines et de la végétation , c’est Terre Plate. Après Terre Plate, de nouveau la courte montée de Bé Mahot, descente sur la route, passage dans l’hôtel les Jardins d’Héva et enfin, direction le stade de football pour l’arrivée».

Naisa

 

News Mada0 partages

Justice : à la recherche de la confiance perdue

La Cour suprême célèbre cette année ses 56 ans d’existence. Une occasion de rappeler la place de la justice, qui se trouve dans une mauvaise posture vis-à-vis de la société.

La commémoration en grande pompe du 56e anniversaire de la Cour suprême, a débuté hier pour prendre fin aujourd’hui. «Est-ce que la population a confiance ou pas en la justice ? Le plus important,  c’est que nous allons continuer à faire notre devoir et faire un effort pour aller dans le bon sens», a indiqué Modeste Randrianantenaina un haut gradé au sein de la magistrature.

La Cour suprême qui demeure comme la pierre angulaire de la justice à Madagascar a déjà participé, par ailleurs, à la promotion et à la consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit, toujours est-il que la réalité est difficile à surmonter pour la simple raison que la population ne fait plus confiance en la justice.

2017 est l’année des vindictes populaires, celle également de la guerre intestine au sein de la Justice, de la quête d’indépendance réclamée par le Syndicat des magistrats de Madagascar, sans oublier le dernier et pas de moindre, l’affaire Claudine Razaimamonjy. En termes de bilan, la Justice n’a pas fait bonne impression auprès des contribuables.

Autres faits récents

A titre d’illustration, cette célébration coïncide d’ailleurs avec l’«affaire Ikongo», où une centaine de détenus ont été relâchés par la population locale, suite à une décision judiciaire. D’ailleurs, cette situation explosive a mis en péril la vie des magistrats officiant sur les lieux.

«Pourquoi ces gens agissent-ils ainsi au point de commettre des actes ignobles» s’est demandé Modeste Randrianantenaina». Mais la raison est toute simple et encore une fois, la population  malgache a perdu confiance en sa justice qu’à moindre verdict inculpant un de leur, elle n’hésite pas à sortir de leurs gonds. Il s’agit d’un exemple parmi tant d’autres car force est aussi de constater que cette révolte populaire à l’encontre de la justice gagne du terrain dans les régions.

Indépendance

Jusqu’à l’heure, après des mois de revendications du SMM, l’indépendance de la justice prônée par le régime n’est qu’un vain mot.  Le syndicat continue encore à dénoncer par le biais d’une grève «d’indignation» et illimitée l’ingérence des hauts responsables du régime dans les affaires de la justice, l’absence de l’Etat de droit.

Au centre de la revendication, le traitement exceptionnel de la femme d’affaires Claudine Razaimamonjy, impliquée dans des affaires de corruption. La lutte du SMM avait par la suite abouti à une alliance avec le Syndicat des greffiers de Madagascar. Sauf que, jusqu’ici et malgré que la situation s’envenime, le régime continue à se pousser du col.

Le chemin reste encore long avant de redorer le blason de la justice

 Rakoto

News Mada0 partages

Valiha mitety vazan-tany : Rendez-vous l’année prochaine

La semaine dernière, les Mpamaliha ont été à l’unisson à travers l’évènement dénommé «Valiha mitety vazan-tany». Après une exposition et quelques conférences débats, un grand concert a clôturé la manifestation à l’Alliance française d’Antananarivo (AFT), à Andavamamba vendredi, où se sont retrouvés tous les passionnés et amateurs de cet instrument.

Sept mpamaliha ont investi la scène de l’AFT, vendredi dernier, à savoir Doné Andriambaliha, Ratovo, Moda, Piarakandro, Ndriana, Naivoarivelo et Zamba. Ayant chacun leur propre style, ils ont mis le paquet. «A chaque fois que j’assiste à un concert de valiha, j’entends presque les mêmes sonorités. Pour la première fois, j’ai découvert d’autres rythmes qui s’accordent parfaitement avec cet instrument», a annoncé Nivosoa Andriamahaly, l’une des spectatrices présentes lors du grand concert.

L’objectif est donc atteint pour les organisateurs. Durant une semaine, ils ont pu promouvoir la valiha dans tous ses états, depuis la fabrication jusqu’au concert. Ainsi, selon l’un des mpamaliha, il est probable qu’une suite de l’évènement

se tienne l’année prochaine. «Nous souhaitons garder les efforts effectués», a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Film : « Telo sa iray » sortira demain

Produit par Iriela Production, « Telo sa iray », un film de Rakemba, est déjà prêt depuis le mois de septembre de cette  année. « Mais nous avons décidé de ne le sortir officiellement que demain pour que les cinéphiles malgaches puissent l’offrir comme cadeau pour Noël », a annoncé Gégé Rasamoely, le responsable d’Iriela Production. Ainsi, la version DVD se verra dans les bacs, à partir de demain, dans tout Madagascar.

Rakemba est un écrivain qui se spécialise dans les contes malgaches. «Telo sa iray» est une de ses œuvres.  C’est l’histoire de trois rois et une jeune fille dénommée Baotsara. Ayant atteint l’âge de se marier, celle-ci doit choisir entre trois jeunes hommes de sang royal (Andriamahefa, Andrianjaka, Andriatsaralova).

Le film se base donc sur les jeux d’amour entre les quatre personnages. Et ironie du sort…d’abord, Andriamahefa se transforme en chien, ensuite, Andrianjaka se change en porc. Le roi Andriatsaralova reste ainsi le seul cœur à prendre. Bref, c’est un film plein d’humour et d’éducation, qui dure moins d’une heure environ.

«Le conte est une histoire qui a pour objectif d’éduquer les enfants et non de les endormir. Jadis, il servait d’outil spécial pour transmettre certains messages aux nouvelles générations, entre autres, la relation entre le monde visible et l’invisible ou encore les sagesses et traditions de nos ancêtres», a expliqué Rakemba. Ce film a été créé pour sensibiliser les jeunes femmes actuelles à bien choisir leur futur mari.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Rock : Kiaka perd l’un des siens

L’univers du rock est actuellement en deuil. Victime d’une crise cardiaque, Charmant, l’ancien batteur du groupe Kiaka, a tiré sa révérence. D’après les informations  fournies par le groupe, le corps du défunt se trouve actuellement à Ankerana et les funérailles se dérouleront, demain, à Ambohijanaka.

« Personne ne meurt avant son heure, comme on dit. La mort de Charmant est bien une preuve de cette citation », a annoncé l’un des membres du groupe. En effet, le batteur tenait encore debout, dimanche dernier. « Tout se passait comme d’habitude. Il a encore joué au foot puis pratiqué son entraînement quotidien. A 10h30, il a commencé à se sentir mal et a appelé le docteur. Et voilà, après le trajet jusqu’à l’hôpital, son cœur a lâché », a-t-il raconté.

Charmant était en fait l’un des membres fondateurs du groupe Kiaka en 1986, avec Ninie, Jonny et Bita. En 1990, il a décidé de suivre un stage à Maurice et depuis Zozo l’a remplacé. « A chaque fois que le groupe donnait un concert, il prenait toujours les baguettes pour assurer une ou deux chansons », a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Chronique : fin de session parlementaire, temps de réflexion populaire

Durant quelques quarante jours et plus (période type faite de privations et de réflexions en préparation d’un événement : traversée du désert, carême…) les parlementaires ont planché principalement sur le budget nécessaire à l’Etat pour fonctionner. A cet effet on qualifie cette 2ième session ordinaire de l’année, session budgétaire. Dans les faits pourtant, sans que cette année ne soit plus extraordinaire que d’autres, au final ni les députés ni les sénateurs n’ont consacré le plus clair de leur temps à examiner les finances publiques de 2018. Comme de coutume le projet de loi des finances a enregistré un retard avant de parvenir sur les bureaux respectifs des deux chambres, comme si les membres de ces assemblées n’avaient d’obligation qu’à survoler les comptes et qu’à donner un avis sur l’ensemble en adoptant ou non le projet.

Or il s’agit d’une loi avec toute la valeur que cela entend, de plus une loi destinée à organiser tous les nerfs de l’action publique durant une année. Il n’y a ainsi aucun chapitre aussi important que périodique qui saurait autant concerner l’Assemblée Nationale pour exercer son rôle de représentation du peuple. Aucun centime, qu’il soit question de recette ou de dépense, dans le principe ne devrait échapper ni à l’attention du peuple pour approbation ni à son contrôle après exécution. Les parlementaires ont fait officiellement leur job, autour des populations qui les ont élus respectivement dans leur circonscription, de s’enquérir si chacun de leurs élus a exécuté sa part. Il n’y a plus lieu de leur demander des détails, il suffit de les questionner par exemple sur le montant global du budget, sur la part réservée à tel ou tel département. Nombreux sécheraient ou inventeraient.

Les députés n’ont pas nécessairement besoin d’être des techniciens, le minimum serait pourtant qu’ils se sentent concernés en « Bon Père de Famille » pour réagir en bon citoyen, fonction honorable que leur a confiée l’ensemble de leurs concitoyens. Comment se comporte un B.P.F. ? Simple, il se soucie de ne laisser aucun espace pour que ne règne la gabegie. La confiance règne : à mains levées les yeux bandés, en un tour de table le projet est passé et fait loi.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : aux courses d’Antsirabe (2) (Suite et fin.)

Il n’y avait qu’une ombre au tableau : la crise des transports avait trouvé moyen de sévir comme pour reprocher aux assistants leur allégresse ; le service automobile n’avait pu mettre à la disposition du public un nombre suffisant de véhicules, de sorte que beaucoup d’amateurs, qui s’étaient promis une journée agréable, n’ont pu se rendre à Antsirabe et grossir ainsi la foule déjà dense des spectateurs.

Le soir, une fête donnée dans le parc de la résidence clôturait gaiement la solennité hippique d’Antsirabe.

Des cerfs pour Madagascar

Merlin, gouverneur général de Madagascar, a décidé de faire venir d’Anjouan plusieurs couples de cerfs dont l’acclimatement sera tenté dans les forêts de reboisement des mimosas de la région d’Antsirabe.

Mais y a-t-il des cerfs à Anjouan ? Les colons de cette île eux-mêmes en doutent.

Un joli geste de la princesse Ramasindrazana

Ranavalo, la feue reine de Madagascar, avait légué à la princesse Ramasindrazana, sa tante, ses deux rivières de diamants. Celle-ci vient de les vendre afin d’en consacrer le prix au troisième emprunt national.

C’est un bien joli geste qui fait honneur à la délicatesse ainsi qu’au loyalisme de la princesse Ramasindrazana, et qui servira assurément d’exemple à l’heure présente où chacun doit donner contre l’ennemi, soit de son or, soit de son sang.

La France n’oubliera pas le geste de la princesse malgache.

Le Courrier colonial

Administration provinciale et communale

Par décision provinciale du 11 octobre 1917 du chef de la province du Vakinankaratra, approuvée par le Gouverneur Général, une amende administrative de 5 francs par tête est infligée à 49 membres de fokonolona des villages de Miadana et d’Antsofombato, dont les noms sont portés sur la liste annexée à la présente décision, pour avoir refusé de désigner le ou les auteurs des incendies de brousse des villages de Miadana et d’Antsofombato.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Hevitra mandalo , Resaky ny mpitsimpona akotry : tantely amam-bahona

Isan-taona izao toa mitombo hatrany ny fahasahiranana mianjady amin’ny ankamaroan’ny mponina. Ho an’ny vahoaka malagasy anefa dia manan-danja izany fety mamarana ny taona sady fitsenana ny taom-baovao. Ambonin’izany ho an’ireo kristianina dia andro lehibe koa ny Krismasy, izay lasa ataon’ny mpanao vazivazy ratsy hoe krizy mafy. Mamy ho an’ny olona avokoa ireo fety ireo, toy ny hoe hifanosotra tantely mihitsy mifampiarahaba tratry ny taona. Mangidy anefa ny vava raha toa andro firavoravoana avy noho ny tsy fisiana dia voatery hifehy tena. Tany mena mantsy tsy mirehitra.

Aiza no azo heverina fa hisy ny fihavanana eo amin’ny fiaraha-monina izay mitresatresaka ity? Maro no miafy tsy manan-kataina fa ambonin’izay dia misy ireo sokajin’olona mitandahatra toy ny zana-tohatra samy manana ny haavony arakaraky ny fananany. Ao ny tena ory, ao ny mahantra, ao ireo manatonkatona ny fahantrana, ao ny tototry ny fahasahiranana, ao ireo manomboka no afaka, ao ny manana ho entimisetra ny fahasahiranana, ao ny tsy voakasiky ny fahasarotan’ny fiainana.

Ataonareo ahoana ry zalahy mpitondra sy manam-pahefana ny fitazana izany? Aiza ho aiza ny famarinana ny fahasahianareo hanao safobemantsina rehefa hiarahaba ny vahoaka tratry ny taona sy hirary soa ho azy? Fomba tsy azo ialana anefa izany, ka samy hifampiatsaravelatsihy eo indray. Sa mba hiova filamatra kely ka tsinjaraina ny fiarahabana samy homena ny mendrika azy? Ny fanomezan-toky moa efa tsy mandaitra intsony, ela izay nahenoana an’Ambatobevohoka izay fa mbola ao izy, bekibo ao tsy mbola teraka. Ny vary aza anefa dia efa manahirana ny maro no mahita izay hamenoana ny vilia rehetra ao an-tokantrano amin’ny andro firavoana ireo.

Ny vahona hono toy ny maro amin’ny zava-mangidy dia mitondra fahasitranana. Ny vahona manokana dia malaza ho fanafody manaitra atao fanefitry ny homamiadana. Noho izy efa ela izay no nikiky ny ankamaroan’ny mponina, andeha atao hoe homamiadana ny tsy fahampian’ny tsakafo hohanina noho ny fahantrana, dia azo heverina ho fanafody ve ny ngidy ao am-bava noho ny hanoanana ? Aoka tsy hatao vazivazy kosa ny fahorian’ny sasany ! Noho izany, ho anareo mpahay zava-drehetra hatramin’ny fahagagana, ijereo vahaolana ny fahantrana.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : un nouveau style pour s’adresser à la population

Dimanche soir sur une chaine nationale de télévision le Chef de l’Etat a inauguré un nouveau style pour s’entretenir familièrement avec la population. Que l’on se rassure ce n’était pas ici, ça s’est passé en France. Pour le décorum qui sied à l’Etat l’entretien s’est déroulé dans plusieurs bureaux de l’Elysées, l’attitude, debout se déplaçant avec son interlocuteur, a suffi  au Président Macron de donner un ton familier comme s’il discutait avec chaque téléspectateur. Evident que le genre n’est permis que si l’on connait son dossier et que si le questionneur possède du répondant. Les meilleure improvisations sont celles les mieux préparées laissant toute latitude à d’autres impros.

Tia Tanindranaza0 partages

MADAGASIKARA SY EOROPA

Tontosa omaly hariva teny Iavoloha ny dinika ara-politika teo amin’ny fitondrana Malagasy sy ny vondrona eoropeana.

 Hamoaka ny tapany voalohany amin’ny fanampiana ara-bola ho an’ny tetibolam-panjakana ny Vondrona Eoropeana ka mitentina 13,5 tapitrisa euros izy io. Izany dia noho ny ezaka nataon’ny fanjakana malagasy eo amin’ny lafiny fanavaozana sy ny fandaminana ara toe-karena na dia teo aza ireo loza voajanahary nifanesy teto Madagasikara.Samy niaiky ny maha zava-dehibe ny fanatanterahana fifidianana madio sy mangaraharaha ary tsy misy fanilikilihana amin’ny 2018 ny vondrona eoropeana sy ny fitondram-panjakana Malagasy, raha ny resaka omaly ary nilaza ny hanolotra vola 3,7 tapitrisa euros hikarakarakarana ny fifidianana ny eoropeana.Vonona ihany koa izy ireo hanampy an’i Madagasikara amin’ny fametrahana fitsarana marina sy moderna kokoa ary mahaleotena mba hahafahana manatsara ny ady amin’ny kolikoly.Tsy maintsy tafapetraka eto ny Pôle anti-corruption sy ny Haute Cour de Justice afaka hitsara ireo mpitondra ambony hoy kosa ny filoham-pirenena .

FITATERANA

 

Tsy mitovy ny filazàn'ny kaoperativa Cotisse sy ny tatitry ny zandary momba ny isan'ny maty tamin'ny lozam-pifamoivoizana tao Bemalandy ny alin'ny zoma teo. Ny voalohany milaza fa iray no namoy aina ary izany dia araka ny tatitry ny zandary, hoy ny fanambaràna ofisialin'ny Cotisse. Ny zandary kosa anefa dia nizara vaovao ny alahady teo ary nilaza fa telo no namoy ny ainy tamin'ny mpandeha miisa 13.

 

Betsaka ny mpandeha taxi-be mitaraina amin'izao fotoana ankatoky ny fety izao fa tsy tonga eny amin'ny fiantsonana farany ny fiara mitondra azy ireo dia miverina, nefa saran-dàlana feno hatrany no takiana. Endrika fanararaotana ankitsirano ny mpanjifa izany ary voamariky ny fitarainana fa bus mampitohy an'Ambatobe no tena mpanao izany tato ho ato.

 

ASA FANAOVAN-GAZETYMitety orinasa fanaovan-gazety ny talem-paritry ny minisiteran'ny serasera ary manery an-kolaka ny tompon'andraikitra mba hanome lisitry ny mpanao gazety azy. Miaraka amin'ny taratasim-panjakana izy manao izany. Dia mbola hisy hiteny ihany ve, manoloana ny zava-misy fa tsy misy fitsabahan'ny fanjakana amin'ny fanomezana karatra ny mpanao gazety?

IVATO

olona 3 no naratra vokatry ny lozam-pifamoivoizana nitranga omaly hariva teny amin’ny Polisy-Ivato. Fiara sprinter 1 niala mpianaka niampita arabe no nifatratra tamina fiaran'olontsotra. Niforitra tanteraka ity fiara ity, izay tsy nisy olona tao anatiny. Tsy nisy ny aina nafoy fa ireto olona 3 teo amin’ny “taxiphone” no naratra, ary nisy mihitsy ny vaky loha. Tapaka ny tanan’ilay mpamily.10 minitra taty aoriana no tonga ny zandary avy ao Mandrosoa.

TRANGAM-PIARAHAMONINA

 

Karana iray namono olona roa tamin'ny fiara nentiny, teny amin'ny RN5 mifanandrify amin'Ambalamanasy. Nitsoaka izy rehefa voadona mafy ny moto teo anoloany izay nitondra lehilahy roa izay maty tany amin'ny hopitaly. Hita ihany ny nisy ilay karana satria nisy nahita ny laharan'ny fiarany. Ny olana dia lasa mifandrirotra indray ny polisy sy zandary ao an-toerana, samy te-hanao ny fanadihadiana ilay karana.  Notetehin'ny jiolahy tamin'ny antsy izy mivady izay mitazona Bar ao Antetezatona-Toamasina. Efa-dahy mitam-basy sy antsy no nanafika. Tsy nananana antra izy mivady ary nalaina ny vola sy ny fitaovana sasantsasany, toa ny finday sy ny décodeur. Mbola miady amin'ny fahafatesana ao amin'ny hopitaly ao an-toerana izy mivady.

 

RAHARAHA IKONGONivezivezy ny helikoptera roa omaly nankany Ikongo ary nankao Fianarantsoa. Notaterina avokoa ireo mpiasam-panjakana ambony eo anivon'ny fitsarana (filohan'ny fitsarana sy ny tonia mpampanoa lalàna), ary koa ny mpiandry fonja. Niampy ny kamiao feno mpitandro filaminana any an-toerana. Raikitra izany ny fampandrian-tany, mifanohitra amin'ny filazàna hoe efa milamina.

MIARAMILA MISETRASETRA 

Nofefen'ny miaramila serza iray ny toerana misy ny tohodrano izay mamatsy ny tanimbarin'ny Bekongo. Raha nanao fihetsiketsehana ny olona ny alatsinainy lasa teo dia nambanany basy ary nosamboriny izay mafimafy loha. Lehilahy roa no nadobony am-ponja taorian'ny fitoriana. Mitaraina ny olona noho ny fanaparam-pahefana ataon'ity miaramila ity.

SAMBAVA

 Niantso ny mpivarotra hidina an-dalambe ny depiote Mamangy Norbert omaly noho ny famotehana ny tranoheva sy fanilihana mpivarotra efa an-taonany. Efa niatrana am-bava basy kosa ny avy amin’ny EMMOREG, izay ampiasain’ny olona ambony HVM any an-toerana hamoritra vahoaka.

FANOFANANA ARAK’ASA

Rehefa avy nianatra 8 volana tao amin'ny IFProG nanaraka fiofanana momba ny zaitra sy lamaody ireo ankizy monina tao amin'ny boriboriboritany I eto Antananarivo renivohitra dia nandray maripakasitrahana sy “Certificat” ankatoavin'ny fanjakana. Ny Solombavambahoaka Hanitra Razafimanantsoa no niantoka manontolo ny sarampianaran'izy ireo sy ny kojakoja rehetra nilaina tamin'izany. Faly izy ireo fa nitombo fahalalana ka afaka mitady asa na miasa tena na koa manangana orinasa kely. Mankasitraka ny Me Hanitra nitsinjo ireo sahirana ireo. Tsy nanome trondro fa harato ahafahana miasa.

 

FAMATSIAM-B0LA

Hampitomboina ny isan’ny zandary hiantsoroka ny fampandriana fahalemana eto Analamanga mandritra ny vanim-potoanan’ny fety, hoy ny lehiben’ny Emmoreg, Kolonely Ravoavy Zafisambatra. Tafiditra ao anatin’ny ampahany voalohany amin’ny programa andiany faharoa momba ny fanampiana ara-bola ho an’ny taona 2017-2018 izy io, ary mifandraika amin’ny fifanarahana faharoa momba ny fanamafisana sy ny tosika ho an’ny asan’ny fanjakana Malagasy na ny SBC2. Famatsiam-bolan’ny FED andiany faha-11 izy ity.

 

AMBALAVAO

Tra-tehaky ny polisim-pirenena ao Ambalavao ny herinandro lasa teo ny lehilahy iray anisan'ny mampikaikaika ny mponina amin'ny asan-dahalo. Tamin’ny 3 aogositra 2017 dia nisy mpividy omby avy any Mahasoabe kaominina ambanivohitra Ambalavao nividy omby tao Ambalavao. Notafihin’ny dahalo izy ireo rehefa tonga tao Mahaditra, ka lasa ny omby 14 novidiana. Raikitra ny fanarahan-dia notarihin’ny miaramila, ka nisy fifandonana izay nahalavo ny miaramila iray. Afaka nilefa daholo ireo dahalo fa ny omby no tavela. Nalefa teo am-pelatanan'ny polisim-pirenena tany an-toerana ny raharaha ka raikitra ny fikarohana. Tratra tamin'izany ny iray tamin'ireo dahalo ireo ny alarobia lasa teo, ary niaiky fa anisan'ireo valo lahy ireo.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Esplanade AnalakelyZazalahy tsy ampy taona manendaka amin’ny alina

Zazalahy kely roa tsy ampy taona indray no voasambotry ny polisy avy ao amin'ny boriborintany voalohany etsy Analakely nanendaka teny amin'ny Esplanade Analakely ny sabotsy alina lasa teo.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tovolahy nivoaka ny fonja telo androNangalatra dia matin’ny fitsaram-bahoaka

Tovolahy iray no matin’ny fitsaram-bahoaka tao Mangarivotra Manakara omaly maraina. Vao nivoaka ny fonja ny zoma 15 desambra teo noho ny asa ratsy efa fataony tany aloha izy, raha ny fampitam-vaovao.

 Efa tanana zatra mitsotra ara-bakiteny angamba  satria tsy vaovao amin’ny olona ao an-tanàna fa efa malaza ratsy amin’ny halatra, hany ka 72 ora monja taorian’ny nivoahany ny fonja, dia namerina ny asa ratsiny, saingy tratra. Nihatra ny fitsaram-bahoaka ka voadaroka izy, izay niteraka ny fahavakisan’ny lohany, ary nohetezana ihany koa ny ravin-tsofiny ilany. Tapitra noho ny ratra nahazo azy ny ainy. Efa nalain’ny fianakaviany tao amin’ny tranom-patin’ny hopitaly be Manakara ny razana. Mandeha ihany koa ny fanadihadian’ny mpitandro ny filaminana. Miha miverina sy miha mahery vaika indray ny resaka fitsaram-bahoaka. Ny olona ve no efa tofoky ny tsy fandriampahalemana ka mahavita manaotao foana ? Eo ihany koa anefa ny mety ho tsy fahatokisana intsony ny mpitondra fanjakana mahefa, toy ny mpitandro ny filaminana sy ny mpitsara. Tena inian’ny olona tsy raharahaina intsony fa heloka sy helohin’ny lalàna ny fitsaram-bahoaka. Efa mitady ho kolontsaina raiki-tapisaka ny tsy mahatoky manampahefana sy ny aina solon’ny aina ary maso solon’ny maso. Tamin’ny fanjakana Rajaonarimampianina ity no tena nampirongatra ny tsy fahatokisana mpitondra sy firongatry ny fitsaram-bahoaka amin’ny ankapobeny noho ny resaka kolikoly sy afera maloto. Toa hamaivanina ireny, indrindra fa olona ambony ao anaty fitondrana na ireo efa tena havanana amin’ny afera maloto no tra-tehaka ary maro ireo afera nanjavona amin’izao fotoana. Maro tamin’ireo raharaha fitsaram-bahoaka na fametavetana ny zon’olombelona teto amintsika no nangina tsy nisy tohiny, ka toy ny milaza amin’ny vahoaka fa azo atao sy tsy dia mampaninona ny fandinkan-dalàna matoa hamaivanina sy hampanginina ny raharaha. Mila tezaina hanara-dalàna ny vahoaka, fa ny tena goavana dia mila maneho fa tena miasa sy tsy mitanila ny mpitondra mba hatokisan’ny olona, raha tiana ny hahafoana io fitsaram-bahoaka sy fandikan-dalàna io.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Trano fijerena sarimihetsikaNotokanan’ny filoham-pirenena ny “Plaza” etsy Ampefiloha

 Notokanana omaly alatsinainy 18 desambra  ny toerana fijerena sarimihetsika vaovao Plaza eny Ampefiloha, izay moderna sy manara-penitra tokoa ary mahazaka olona 800. Ny Ampithéatre d’Ampefiloha teo aloha, ao anatin’ny toerana misy ny ENS (Ecole Normale Supérieure) ity nohavaozina ka lasa toeram-pialamboly ity. Fiaraha-miasa eo amin’ny fanjakana sy ny sehatra tsy miankina nosoniavina ny taona 2016 teo amin’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena sy ny orinasa Canal 7 Events tantanan’i Andry Raobelina filoha tale jeneralin’ny Dream’in TV sy ny Dream’on Radio izy ity. Tonga teny an-toerana nitokana ny Plaza omaly ny filoha Hery Rajaonarimampianina izay nilaza fa ny fiaraha-miasa sy fiaraha-miombon’antoka ihany no hahafahana miatrika ireo fanamby maro be amin’ny fampandrosoana ny firenena. Natao toeram-pitahirizana ny taratasin’ny minisitera maro nandritra ny 20 taona mahery ity toerana ity. Ny Canal 7 Events no niantoka manontolo ny lany tamin’ny fanamboarana sy fanavaozana azy ary hitantana azy koa moa mazava ho azy. Manana traikefa am-polony taona amin’ny resaka sarimihetsika ny Canal 7 Events koa miandry ny havoakany amin’ity efitrano goavana ity ny rehetra.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Ben’ny tanàna Lalao RavalomananaNampifalifaly ireo ankizy teny Analakely

Ankatoky ny fetin’ny krismasy isika amin’izao fotoana ka tsy adinon’ny eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ny nampifalifaly ireo ankizy miisa 150 isaky ny boriborintany,

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fialantsasatry ny noelyMbola vitsy ireo olona mihazo ny faritra, mikaikaika ny mpitatitra

Raha efa niaina tanteraka tao anatin’ny fety ireo mpitatitra mihazo ny Faritra rehefa ankatoky ny fety tahaka izao noho ny hamaroan’ny mpandeha dia ny mifanohitra amin’izay ny zava-misy iainan’izy ireo ankehitriny.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Findramam-bola madinikaMaro no tsy mahatafaverina

Tsy misy afa tsy 5% amin’izao fotoana izao ny tahan’ny mpanjifan’ny banky eto Madagasikara, raha toa ka efa tafakatra hatrany amin’ny 29% kosa ny an’ireo orinasa na ivontoerana miantsehatra amin’ireny fampindramam-bola madinika ireny.

  Efa maherin’ny 1 tapitrisa ireo mpanjifan’ny mpampindram-bola madinika manerana ny Nosy. Anisan’ny olana sedrain’ireo mpampindram-bola madinika anefa ny tsy fisian’ny rafitra mazava mifehy azy ireo na dia efa misy aza ny fanaraha-maso ataon’ny Banky Foibe. Maro ny raharaham-pitsarana momba ny findramam-bola amin’izao fotoana raha ny fanamarihan’ireo mpandraharaha misehatra amin’izany. Ny raharaha rehefa tsy mamerina vola ny mpindrana na misy ny fanodinkodinam-bola dia tsy maintsy mandeha eny amin’ny Fitsarana, hoy Rajaonarison Serge, isan’ny mpikambana ao anatin’ny Fikambananan’ireo mpampindram-bola madinika na ny APMF. Tsy afaka ny hanao didy ho azy irery izy irery ny rafitra mpampindram-bola madinika, fa tsy maintsy ny rafitra na natokana ho amin’izany, dia ny fitsarana no manao azy. Nisy atrik’asa nataon’ny mpiantsehatra ny faran’ny herinandro teo, ary nifanaraka izy ireo fa hisy ny tondro zotra nifanarahana mba ho lasitra ampiasain’ny tsirairay any amin’ny faritra iasany avy rehefa tsy maintsy hiditra amin’ny sehatry ny fitsarana ny raharaha. Hiara-hiasa amin’ny sekoly manofana ho mpitsara sy ny OPJ (Officier de police judiciaire) eo anivon’ny mpitandro filaminana ireo mpisehatra amin’ny fampindramam-bola madinika amin’izany. Porofon’ny fahantran’ny Malagasy sy ny tsy fahampian’ny hoenti-manana eo am-pelantanany intsony ny fitomboan’ny findramam-bola ataony, saingy mihamaro izany izao no tsy mahatafaverina ny volany nindraminy. Antony goavana mety hahatonga izany ny fitotonganan’ny seha-pihariana rehetra, ka zary tsy mahaleo ny sarany intsony ny vidiny amin’ny asa fihariana hatao. Toy ny fihariana rehetra, dia misy tombony halain’ny mpampindram-bola madinika, kanefa ny sehatra hampiasan’ny mpindrana azy tsy mandeha amin’ny laoniny, ka dia tafidi-kizo ara-bakiteny. Ny politikan’ny fananan’asa eto amintsika koa tsy tena misy aryy hatrany amin’ny 5 hetsy isan-taona ny tanora mitady asa, saingy tsy maharototra ny mpitondra.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

RN 1 Anosizato - FenoarivoHitarina ny arabe

Tsy maintsy hitarina ny lalam-pirenena voalohany manomboka etsy amin’ny tetezan’Anosizato ka hatreny amin’ny kaominina Fenoarivo ialana amin’ny fitohanana lavareny mampijaly ny mpandeha isan’andro.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tobim-pitsaboana ao Ambohimandroso AmpasinaNahazo fitaovana raitra avy amin’ny GIZ

Nahazo fitaovana raitra avy amin’ny GIZ notarihin’ireo dokotera roalahy avy any Alemana ny tobim-pitsaboana « Centre de santé communautaire » ao Ambohimandroso,

Raha tsiahivina, efa tamin’ny taona 2013 no nisokatra ity tobim-pitsaboana iray ity ahitana dokotera iray, mpitsabo mpanampy iray, mpampivelona iray ary efa manana laboratoara iray ihany koa izy ireo. Laharam-pahamehan’ny ben’ny tanàna moa ankoatra ny fanatsarana ny fahasalamam-bahoaka tahaka izao ny sehatry ny fanabeazana sy ny fanatsarana ny fandriampahalemana. Hosoloina tafo fanitso avokoa ireo sekoly tafo bozaka amin’ny faran’ny taona. Marihina fa ahitana mponina miisa 24.000 ao amin’ity kaominina iray ity misandrahaka amina fokontany 15.

 

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lany henatra tanteraka !

Mbola nabaribarin’ny lehiben’ny antokon’ny fitondrana indray ny fankahalana sy ny hanakanana kandida iray atahorany mafy amin’ny taona 2018.

Toky R

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Marathon international de TanaNanimba saina atleta ny pesta

Naneho fisaorana ireo rehetra nitoto nahafotsy sy nahandro nahamasaka ny hetsika Marathon international de Tana andiany faha 17 teo tetsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy fanatanjahantena Mahamasina ny faran’ny herinandro teo ireo mpikarakara ny hetsika.

 

 Isan’ny nahavelom-bolo ny nandrombahana atleta malagasy medaly maro na dia nanemban-drahona ny hetsika aza ny fandalovan’ny valan’aretina Pesta teto amintsika, raha ny fanazavana. Vokatr’iny toe-draharaha iny dia nisy fihemorana 15 andro ny fikarakarana izay hita ho somary nanimba ny sain’ireo atleta ihany, hoy ny mpikarakara. Nisy delegasionina renioney sy seiseloi koa tsy tonga kanefa dia atleta niisa 612 be izao. Niisa 1270 toy ny tamin’ny andiany faha 16 ihany sisa ireo nandray anjara na dia tokony nahatratra 2000. Efa hita ny lesoka rehetra ary ho arenina ka amin’ny oktobra 2018 indray no fotoana manaraka.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kianja filalaovam-baolinaLasa olana lehibe eto an-drenivohitra

Maro ireo mpilalao baolina kitra eto an-drenivohitra, indrindra fa ny any amin’ny faritra iva no tsy manana kianja filalaovam-baolina intsony.

 Anisan’ny manampy ny olom-pirenena tsirairay avy hiala voly anefa ny fisian’izy ireny sady miaro ny tanora tsy hanaotao foana ihany koa. Ho an’ny Stade de l’Ikopa etsy Anosizato Andrefana manokana, toerana efa nohajarian’ny fikambanana HAFARI Malagasy hatramin’izay dia fanirian-dRafanomezantsoa Jean Nirina ny hahatonga azy io ho kianja lehibe indrindra hilalaovana baolina kitra sy baolina lavalava. Nisy ny lalao famaranana notanterahina teny an-toerana ny alahady teo ka nanoloran’ny fikambanana omby  iray ho an’ny mpandresy. Nambaran-dRafanomezantsoa  Jean Nirina nandritra izany fafony tsy nigadra ny tenany dia efa nanajary io toerana io ary  hatramin’izao dia mitohy hatrany ny asa sosialy hiantsorohany  entina hanampiana ny mpiara-belona.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fiangonana FJKMNanomboka omaly ny Herinandro Sambatra

Toy ny fanao isan-taona hatrizay dia nanomboka omaly alatsinainy 18 desambra 2017 manerana ny fiangonana FJKM eto amintsika ka tsy hifarana raha tsy ny zoma 22 desambra izao ny hetsika “Herinandro Sambatra 2017”.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana ny tondra-dranoNodiovina ny tatatra eny Andohatapenaka III

Iray amin’ny faritra iva sy mora tondraka rehefa fotoam-pahavaratra ny eny amin’ny fokontany Andohatapenaka III, ka nanao fidinana teny an-toerana ny ekipa teknikan’ny boriborintany voalohany, ny RF2 (Rafitra Fidiovana sy Fanadiovana) ary ireo « Association »,

 izay mpitantana fotodrafitrasa eo anivon’ny boriborintany omaly alatsinainy 18 desambra 2017. Raha araka ny hita teny an-toerana dia zary lasa toerana anarian’ny olona fako sy maloto ny lakandrano ka somary manahirana ny fanadiovana ny azy. Raha ny tokony ho izy, hoy ny tompon’andraikitra dia anjaran’ny fokontany sy ireo mponina ny manadio ny lakandrano madinika kanefa noho ny habetsahan’ny loto diso tafahoatra dia tsy maintsy midina manao fanadiovana faobe ny kaominina Antananarivo Renivohitra mba ho fisorohana ny fiakaran’ny rano rehefa fotoam-pahavaratra toy izao. Ny alarobia 20 desambra 2017 dia hitohy eny amin’ny Cité Ambodinisotry indray ny fanadiovana ireo lakandrano madinika eo anivon’ny boriborintany voalohany. Mila fahatongavan-tsaina io resaka fahadiovana io, ary fomba fiteny mahazatra hatramin’izay ny hoe rehefa tsy mandoto, dia naman’ny manadio. Sarotra ho antsika Malagasy anefa ny manatanteraka izany.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Dizina vao hijanona

Mbola ao tsara ve ry Jean aa ! Dia tsy mitsinjo ny ho avy mihitsy mantsy ianareo fa dia mihinana ny azo foana hatramin’izao aa !

 Taolana sisa no mba omenareo ho anjaranay. Fa ny tena mampiomehy anie ry Jean dia toa isika mianankavy no tompon’ireny zava-tsarobidy be dia be nataonareo varoboba ireny ee! Izany hoe tsy mihinana ny azo akory kay izany ianareo fa mihinana ny ambin’ny nomena. Tena mamon’ny olona ianareo izany anie ry Jean ee? Tsapatsapao matetika ihany aloha ho aho ny paosy! Sodokan’ny endrika ivelany eo ianareo fa mpanataka anie ireo kely maso sy lava orona manjakely ireo ee! Jerijereo ihany aloha ny any am-bata any fa tena hanao dizina tanteraka mihitsy ve ianareo ity ry Jean vao hijanona aa! Eny ee! Ataovy ary ny revinareo koa! Tsy hisava ho azy eo ihany ve io rehefa tsy hisy ho raisina intsony? Ny antsika marina kay moa izany ry Jean hampirevenao ny olon-kafa fa ny ampidramin’olona sy ilay mody hoe hanampiany antsika kosa no hampirevenao anay ny 5%ny raha be indrindra. O ry Jean a! Tena ohatry ny efa ho trosa tanteraka anie izany fiainantsika izany ee! Sao dia efa lafonareo ambongadiny ary izahay sy ny biby fiompinay e ?

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Afrika AtsimoNahazo filoha vaovao ny ANC

Lany ho Filohan'ny antoko naorin’i Nelson Mandela dia ny ANC (African National Congres) any AfrikaAtsimo i Cyril Ramaphosa,

Filoha lefitr’i Afrika atsimo, izay nifanandrina tamin'i  Nkosazana Dlamini-Zuma, vadin’ny filoha ankehitriny Jacob Zuma teo aloha. I Cyril Ramaphosa, izany no hisolo toerana an’i Jacob Zuma, izay efa tena ratsy toerana sy nidina tanteraka ny fankafizan’ny Afrikanina Tatsimo azy noho ny raharaha kolikoly sy afera maizina. Azo antoka fa raha vao miala tsy ho filoham-pirenena intsony ny tenany, dia hiandry azy ny fanenjehana sesilany ara-pitsarana.

Nampangain’ny filoha syriana Bachar al Assad ho mpanohana ny asa fampihorohoroana i Frantsa ka tsy tokony hanome ny heviny momba ny dinika fikatsaham-bahaolana ho an’i Syria atao any Genève. Nanohana ny mpioko nikasa hanongana ny fitondranaara-dalàna ao Syria nanomboka tamin’ny 2011 ny Frantsay, hoy izy ka tsy tokony  ho be filaza sy hanome lesona. Nifarana ny  alakamisy  teo ary tsy nahita navahaolana mivaingana moa ity dinika tany  Genève ity. 

 

« Le coup de Chapeau » ! Izay indray no lohatenin’ny sarimihetsika holalaovin’i Jean Paul Belmondo, 84 taona ankehitriny. Atomboka amin’ny 23 janoary 2018 ny fanodidinana azy io ary i  Fabien Onteniente no mpanatontosa. Ny taona 2008 , izany hoe efa folo taona lasa izay no tsy nilalao tao anaty sarimihetsika intsony ity andrarezin’ny sarimihetsika frantsay ity.

Nandaroka baomba ny faritra avaratr’i Gaza izay toerana fanaovan’ireo vondrona Hamas fanazaran-tena ny tafika ana habakabaka Israelianina taorian’ny nitifiran’ny Hamas balafomanga 2 tany amin’ny faritra  atsimon’i Israely.

Nitrangana fipoahana tao amin’ny foibe fampiofanana ny sampam-pitsikilovana Afghan any andrefan’i Kaboul omaly alatsinainy. Nilaza ny vondrona mampihorohoro “Etat Islamique” fa ry zareo no tompon’antoka tamin’izany tamin’ny alalan’ny olona 2 nanao vy very ny ainy ka nanapoaka tena

Navoakan’ny “Conféderation Africaine du Foot-ball”  na CAF omaly alatsinainy  ny anaran’ireo  mpilalao Afrikanina 3 nisongadina tamin’ity taona 2017 ity, dia ilay Gaboney Pierre-Emmerick Aubameyang sy ilaySénégalais Sadio Mané ary ilay Ejipsiana Mohamed Salah.  Amin’ny 3 janoary 2018 no ho fantatra ny mety handrombaka ny Baolina volamena Afrikanina

Nanambara tamin’ny fomba ofisialy ny hitsaharany amin’ny filalaovana baolina kitra ilay mpilalao Brezilianina Kaka, 35 taona, izay efa nahazo ny amboara eran-tany na ny “Mondial” niaraka tamin’ny nibata ekipam-pirenen’i Brésil ny taona 2002, amboaran’ny Kaonfederasionina ny 2005 sy 2009. Marihina fa izy no nahazo ny “ballon d’or” ny taona 2007. Efa nilalao tao amin’ny AC Milan, Real de Madrid, Orlando City,…izy.

Mivoaka any amin’ny fampahalalam-baovao maro amin’izao fotoana izao ny tsy hilalaovan’i Neymar Junior ao amin’ny PSG any Frantsa, ary voalaza fa ny volana jona izao izy no hiala ary mihevitra ny hifindra ao amin’ny Real de Madrid, araka ny resaka ambarany amin’ny namany sy ny rainy. Tsy te hijanona herintaona akory ao Paris ity kintana Brezilianina, izay novidiana 222 tapitrisa Euros tamin’ny FC Barcelone ity.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’i MiandrivazoFandrika ho an’ny mpanao afera ny tsy fandriampahalemana

Fandrika efa nahafatesana mpanao afera maromaro no misy any Miandrivazo, hoy ireo mpisehatra mpandraharaha madinika amin’ny harena an-kibon’ny tany maro indrindra ny avy aty an-drenivohitra, ka mahatofoka azy ireo tanteraka hatramin’ny namonoan’olona ny “légionnaire”

Ino Vaovao0 partages

MAROANTSETRA : Tsy mahalala ireo lalàna mifehy ny hetra ny 82% ny mpandoa hetra

Mpianatra amin’ny sampam-pianarana fitantanana eo anivon’ny Oniversiten’i Toamasina i Be Otrica. Lohahevitra nofidiny nanaovany boky ny momba ireo olana sy vahaolana amin’ny fampidiran-kevitra ao Maroantsetra. Mbola olana goavana ao Maroantsetra mantsy io lafiny fampidiran-ketra io, izay lasa sakana amin’ny fampandrosoana. Izy izay zanak’iny distrika iny rahateo. 

Misy mponina manodidina ny 22 270 ny distrikan’i Maroantsetra. Anisany olana amin’ny fampidiran-ketra ny tsy fahampian’ny mpiasa misahana izany. Tsy ampy ny fanofanana ireo mpiasa. Eo koa ny tsy fahampian’ny fitaovana. Tsy misy antontan’isa mazava momba ireo olona tsy maintsy tokony handoa hetra. Toy ny amin’ny faritra maro, dia misy kiantranoantrano ny fomba fampidiran-ketra any Maroantsetra. Kiantranoan-trano izao miteraka faty antoka ho an’ny kitapom- bolam-panjakana izao. Misy antony politika koa ny tsy fahatomombanan’ny fampidiran-ketra. Olana izay saika hita manerana ny Nosy. Misy mpanao politika manao fitaovana politika ny tontolon’ny hetra.

Misy antony avy amin’ny vahoaka sy ny mpandoa hetra koa ny tsy mahatomombana ny fampidiran-ketra any Maroantsetra io. Tsy mazoto mandoa hetra intsony ny olona na dia eo aza ny ezaka ataon’ny tompon’andraikitra misahana izany. Maro lafy io antony io. Ohatra amin’izany ny tsy fahitan’ny mpandoa hetra tamberin’andraikitra anatin’izay ny fotodrafitrasa nefa dia mandoa hetra ara-dalàna izy ireo. Eo koa ny tsy fahalalana. 

Ny fanadihadiana nataon’i Be Otrica no nilazany ao anatin’ny bokiny fa amin’ny mpandoa hetra ao Maroantsetra 192 nanontaniana dia ny 47 amin’ireo ihany no mahalala momba ny hetra tambatra, izay manome salan’isa 24,5%. Momba ireo tamberim-bidy (ristourne), dia 23 amin’ny 192 nanontaniana ihany no mahafantatra, izay manome salan’isam-pahalalana 11,9%. Mahakasika ireo hetran-tany (IFT/IFPB), dia 100 amin’ny 192 nanontaniana no mahalala ny fisiany, izay manome salan’isa 52%. Mbola maro amin’ny mponin’i Maroantsetra ihany koa no tsy mahalala ireo lalàna mifehy ny hetra eto Madagasikara. Ny 82% mpandoa hetra ao Maroantsetra no tsy mahalala na ny kely momba ireo lalàna mifehy ny hetra. Ny 10% no mahalala kely raha 8% kosa ireo tena mahalala amin’ny antsipiriany. Nomarihin’i Be Otrica tao anatin’ny bokiny fa tsy ampy ny fampahafantarana ny vahoaka momba ny lalan’ireo hetra aloan’ny vahoaka ka mahatonga azy ireo tsy marisika amin’ny fandoavana izany.

Ampahany amin’ireo olana momba ny fampidiran-ketra ao Maroantsetra ireo, hoy Be Otrica nandritra ny fanazavana nentiny tamin’ny fanohanana ny bokiny ny alakamisy lasa teo tao Barikadimy. Maro kosa anefa ireo vahaolana narosony, toy ny tokony hanatonan’ny sampandra harahan’ ny hetra ny vahoaka misimisy kokoa. Eo koa ny tokony fitondrana hevi-baovao ho fanatsarana ny fampidiran-ketra. Saika ireo fomba fampidiran-ketra efa ela avokoa mantsy no mbola ampiharina ankehitriny. Mila manamafy ny fahaiza-manao koa ireo mpiasa eo anivon’ny fampidiran-ketra mba hifanaraka amin’ny toe-trandro ny fomba fiasa. Mila hamoraina ny fomba fandoavan-ketra mba hamparisika ny mpandoa hetra.

Naharesy lahatra an’ireo mpitsara ny tohan-kevitra nataony ka nahazo «  mention bien  » i Be Otrica. Boky nataony izay azo iasana ho fanatsarana ny tontolon’ny fampidiran-ketra eto Madagasikara, indrindra fa ny ao Maroantsetra. Fanirian’i Be Otrica ny mba tsy hijanonany ho boky fotsiny fa mba tena ho tahirin-kevitra ampiasain’ny fanjakana malagasy amin’ny fanatsarana ny tontolon’ny fampidiran-ketra ho fampandrosoana ny firenena.

Kamy

La Vérité0 partages

Santé - Les travailleurs indépendants et informels au premier soin.

Facilité d’accès aux soins médicaux.  Compte tenu du faible revenu et du pouvoir d’achat, la santé se place en dernier lieu en matière de priorité pour les Malagasy.  Ce sont notamment les travailleurs indépendants et informels qui adoptent cette mentalité. Ils ont du mal à dépenser une énorme somme pour une prise en charge médicale.  Dans le cadre de la couverture santé universelle (Csu), le minsitère de la Santé publique s’engage à offrir des soins à tous les Malagasy. C’est ainsi que le  projet d’extension de la couverture santé de ces travailleurs a été lancé.  Pour ce faire, le ministère de tutelle et ses collaborateurs ont commencé la réalisation dans trois endroits différents. Il s’agit de Vatomandry de la région Est, Faratsiho pour la partie de Vakinankaratra ainsi que Manandriana d’Amoron’i Mania.

  « L’on entre actuellement en pleine phase de lancement de ce projet pilote à Vatomandry », indique le Dr Adrien Andriamboavonjy, coordonnateur géneral du Bureau central de coordination des projets (Bccp) auprès du Msp. D’après ses explications, cette couverture santé consiste à prendre en charge les personnes qui se sont inscrites. « Il suffit de payer une cotisation pour obtenir une carte de consultation.  Cette dernière s’effectuera au niveau des centres de santé de base (Csb) et les centres de santé de District (Csd).  La somme allouée sera versée auprès d’une caisse nationale de solidarité en santé », poursuit-il.  Par ailleurs, depuis le mois d’août, les  médecins libres, les pharmaciens et les dépositaires de médicament  réunis au sein d’un Réseau de soins coordonnés (Rsc) se sont déjà mis à l’œuvre pour vérifier la viabilité de ce projet qui vise les travailleurs indépendants et informels.  « Les 12 membres  du Rsc se sont convenus sur le traitement d’une maladie, des médicaments à prescrire », a fait savoir le Dr Christina Elison, chef de projet.  Selon ses dires, 222 familles regroupant 944 personnes ont répondu favorablement  au cours des ses quatre mois de réalisation.

Kanto R. 

La Vérité0 partages

Azura Golf Resort & Spa - Soirées spéciales « Championnat de golf »

En bonne et due forme. L’Azura Golf Resort Spa, sis à Foulpointe, organise durant 3 jours consécutifs, à savoir les 27, 28 et 29 décembre prochains, des soirées spéciales « Championnat de golf ». Et oui, puisque cet établissement est le lieu de prédilection du golf à Madagascar, il se doit de mettre en valeur le championnat de cette année. Dans cette optique, l’Azura entamera les festivités sous le thème de « Soirée marine ». Cette soirée débutera d’ailleurs à partir de 19 heures et sera animée par le groupe « Five music ». A l’occasion de cet évènement, il y aura un grand buffet où la cuisine européenne sera à l’honneur.

Etant donné que la soirée est axée sous le thème de la mer, les invités devront arborer les couleurs de l’océan, notamment le blanc et le bleu.  Pour rester dans cette ambiance festive, l’établissement continuera dans ce sens en organisant le 28 décembre prochain, à partir de 19 heures, une soirée baptisée « Océan Indien ». Animée par le groupe « Five music », cette fameuse soirée fera vibrer les invités sous les meilleures ambiances des îles. Fidèle à l’aspect exotique des pays de l’océan Indien, le « dress code » exigé est la chemise à fleurs ainsi que la robe à fleurs. Et pour terminer en beauté le championnat de golf, l’Azura Golf Resort Spa présente, le 29 décembre, à partir de 19 heures, la soirée de « Gala et remise des trophées » qui sera d’ailleurs animée par deux artistes de renom, à savoir Denise et Shyn. Pour mettre un peu plus de piquant à l’évènement, de nombreux lots prestigieux seront à gagner. Le « dress code » de cette dernière soirée spéciale « Championnat de golf » est évidemment la tenue de soirée.Propos recueillis par  Marinà R.

La Vérité0 partages

Déjà à la course !

 L’église luthérienne fête ses 500 ans. La Grande île, une de ces « terres d’accueil », vit l’arrivée des premiers missionnaires luthériens via le royaume de Norvège vers la fin du XIXème siècle. Des missionnaires comme Dale ou Vial en étaient parmi les pionniers.   Martin Luther, théologien et réformateur, de ces « 95 Thèses » publiées en 1517 en Allemagne, donna naissance à une nouvelle confession, réformée et protestante, portant son nom  « l’Eglise luthérienne ». L’Allemagne, post-Luther, fut acquise à cette nouvelle église qui durant un certain temps fut considérée comme une religion d’Etat. D’ailleurs, une certaine Angela Merkel, la Chancelière allemande, est la fille d’un pasteur protestant luthérien dans l’ex-Rda. La nouvelle église se répandait en Europe. Elle atteignit la Norvège et c’est de là qu’elle se répercutait vers Madagascar.

Antsirabe, doté d’un type de micro-climat se rapprochant à celui de la Norvège, accueilla les pionniers. Et l’Eglise luthérienne s’implanta, pour la première fois, dans le Vakinankaratra. Le choix de Betafo comme site du Jubilé du 500ème anniversaire de l’Eglise luthérienne reflète la primauté accordée à cette riche région. Une fierté que l’Eglise luthérienne malagasy (le Flm) voulait marquer d’une pierre blanche. Le Chef de l’Etat, ne voulant rater aucune occasion, en or, en ces temps-ci, tenait à honorer de sa présence à ce grand jubilé de Betafo. L’autre aussi, Marc Ravalomanana, non plus ! Il était parmi les invités présents ! Le Flm, membre influent du Ffkm, compte dans les rangs de ses fidèles un gros « paquet » d’électeurs que le régime ne sous-estimait point. De ce fait, la présence à Betafo faisait partie d’une des priorités des barons aux cravates bleues. Mais Ravalomanana, un des dirigeants de l’église-sœur protestante, un cheveu dans la soupe, ne voulait pas non plus rater l’occasion. Il comptait bien grignoter sa « part » de …gâteau. A nous de s’interroger si Betafo serait-il un cadre d’une grande fête religieuse ou un endroit de prédilection à une propagande politique ? Ou bien les deux à la fois ? Les choux et la chèvre pourraient-ils cohabiter ? A Betafo, Rajaonarimampianina et Ravalomanana prêchèrent les bonnes paroles. Attention, non pas pour l’Evangile mais pour… le pouvoir ! Chacun choisit les jolis mots. Un attrape-nigaud faisant la honte à l’église et est  indigne à celui à qui appartient l’œuvre. Ils ont un but, en commun, Iavoloha. Si pour le premier, la démarche consiste à y résider autant que l’on veut, tandis que pour le second, à le reconquérir. C’est ignoble de rabaisser l’église à de telles sales besognes ! Le régime, en place, ne fait pas grand cas d’user la puissance publique à des fins de campagne électorale. Se cachant derrière les inaugurations officielles et les cérémonies à caractère religieux, le Président profite de toutes les opportunités offertes pour marteler, c’est bien le cas de le dire, les bienfaits de son premier mandat et claironner voire miroiter à tout vent, le paradis au cas où le peuple l’accorderait un second, cinq années de plus ! Bordel de situation, on ne connait même pas la date du scrutin. Avant même que les autres ne puissent s’aligner au starting-block, le Chef de l’Etat, candidat à sa propre succession, se lance déjà à la course.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

« Le Complexe » - Une année de partage et d’authenticité

3 en 1. Tel est le concept que le restaurant « Le Complexe » a voulu mettre en valeur afin de se démarquer des autres et de rester original. De ce fait, il fait découvrir à sa clientèle la restauration sous trois angles bien distincts, plus précisément celui de la gastronomie asiatique, la cuisine du bistro ainsi que la cuisine française et locale, sans oublier le rayon de la saladerie et du sandwich. Pour ce faire, le restaurant est ainsi formé de trois boxs différents qui ont chacun sa spécialité. Toute cette authenticité est une manière d’offrir des expériences gustatives uniques à chaque client.  Cela fait maintenant un an que tout le personnel de l’établissement se donne à fond afin de répondre aux besoins des clients. Et cette première année, il l’a fêtée en grande pompe vendredi dernier dans ses pavillons. Un premier anniversaire durant lequel le gérant a relaté toutes les situations auxquelles le restaurant a dû faire face, « plus particulièrement durant l’épidémie  de peste où nous avons constaté une diminution des clients ».

Toutefois, il en est sorti indemne et « cette année a quand même été un vrai succès », a ajouté le gérant.  Durant cette soirée d’anniversaire, tous les partenaires du « Complexe » ont été présents, de même que sa clientèle pour célébrer l’année qui s’est écoulée mais aussi pour s’encourager pour les années à venir. Pour 2018, « Le Complexe » va créer une nouvelle carte, toujours dans l’objectif de donner une entière satisfaction aux clients. Mis à part cela, le personnel du restaurant s’efforce également de toujours améliorer la qualité de son service que ce soit en salle ou au niveau des menus afin de maintenir sa place de prestige par rapport aux concurrents.  Il faut rappeler que « Le Complexe » se localise dans les locaux de la villa Pradon, sise à Antanimena  et qu’il est composé du  « Jap’ » pour la fusion asiatique, de la « Bistronomie »  pour le bistrot authentique et de « L’an K » pour le snacking et la saladerie. Propos recueillis par  Rova R.

La Vérité0 partages

Contrôle des états de paie - Le salaire du ministre de la Police nationale suspendu…

Le ministre de la Sécurité publique Mamy Jean Jacques Andrianisa a vu son solde suspendu, d’après les informations révélées par une source proche du dossier. Autrement dit, le numéro un de la Police nationale n’a pas perçu son salaire pour ce mois en cours. Le contrôleur général de la Police nationale fait donc partie des nombreux fonctionnaires au sein de son département et des autres départements ministériels qui ont vu leurs soldes suspendus ce mois de décembre. A priori, le nom du ministre Mamy Jean Jacques Andrianisa figurerait dans la liste des fonctionnaires non déclarés, raison pour laquelle son solde aurait été suspendu. Une situation ridicule sachant que le ministre travaillait quotidiennement dans ses bureaux. En tout cas, le ministère des Finances et du Budget (Mfb), par le biais de la Direction générale de la gestion financière du personnel de l’Etat (Dggfpe) a justement tenu hier une conférence de presse pour réagir suite à la grogne provoquée par les suspensions de solde. D’après Ihanta Razafintsalama, Dggfpe, cette décision de suspendre certains soldes fait suite à un contrôle des états de paie mené par le Mfb dans le cadre de l’amélioration de la bonne gouvernance en matière de solde. 

Lancée en février dernier, ce contrôle des états de paie s’effectue par le biais de l’application unique pour la gestion des ressources humaines de l’Etat  ou Augure.  Un logiciel qui permet au ministère employeur de dresser une liste de ses agents. Une fois les listes des ministères remises au Mfb, ce département ministériel procède alors à une comparaison entre les agents listés par les ministères et les agents qui figurent dans le fichier de paie du Mfb.  Les agents non déclarés dans les listes des ministères mais présents malgré tout dans le fichier de paie voient alors leurs soldes suspendus.

 

Agents non déclarés

 

Avant de procéder à la suspension à proprement parler, des sensibilisations ont été menées de mars à septembre 2017 dans les Régions et dans la Capitale, selon le Dggfpe. Par la suite, un délai avait été donné jusqu’à la fin du mois d’octobre à tous les départements ministériels pour remettre la liste des membres de leurs personnels. Un délai  qui avait été prorogé jusqu’à la fin novembre sur demande des ministères.  Après que les listes ont été remises au Mfb et après une comparaison avec le fichier de paie du Mfb, 17 204 agents non déclarés ont ainsi été enregistrés. Tous les départements ministériels ont été notifiés de cet état des faits, selon le Dggfpe Ihanta Razafintsalama. Après une contre-vérification auprès des ministères employeurs, 9782 agents par les employeurs restaient encore non déclarés pour des raisons multiples et ont vu leur salaire suspendu. Le ministre de la Sécurité publique ferait ainsi partie de ces agents non déclarés raison pour laquelle son solde aurait donc été suspendu.  En tout cas, cette suspension de solde a provoqué la grogne sourde entendue auprès de certains départements ministériels. « Il y a plusieurs raisons qui peuvent expliquer qu’un agent n’est pas déclaré par son employeur », précise Ihanta Razafintsalama. De prime abord, la suspension du solde du ministre de la Sécurité publique pourrait donc venir d’une faille provenant de son propre ministère et non du Mfb…

 

Fonctionnaires  fantômes

 

Selon le Dggfpe, une sensibilisation auprès des responsables des ministères concernés est menée actuellement afin que ces derniers entament les démarches pour attester et certifier de l’emploi de ces agents non déclarés.  Immédiatement après que cette démarche sera accomplie, les soldes de ces agents seront débloqués, éventuellement avant même la fin de cette année. Les responsables au niveau du ministère de la Sécurité publique pourront donc rectifier le tir en ce qui concerne leur numéro un.  Ces agents non déclarés sont-ils des fonctionnaires fictifs ou fantômes ?  Le Dggfpe se veut prudent.  « A priori, on ne peut pas dire que ce sont des fonctionnaires fantômes, mais cela reste quand même présent dans un coin de la tête. Ceci étant dit, il faut surtout prendre cela comme une amélioration. Nous l’avons déjà fait pour les pensions de retraite. Nous faisons des efforts en matière de bonne gouvernance et nous faisons en sorte d’arriver à cet objectif », précise Ihanta Razafintsalama.  Force est de se demander en tout cas si certains agents peu scrupuleux au niveau des ministères et du ministère des Finances et du Budget n’auraient pas profité du système pour s’en mettre plein les poches…Il faut savoir en tout cas que si ces nombreux agents non déclarés représentent une masse conséquente pour les caisses de l’Etat. A titre d’exemple, à raison de 500 000 ariary par mois, pour environ 9000 agents non déclarés, fictifs ou fantômes,  c’est selon, cela fait approximativement 4,5 milliards d’ariary de perte pour l’Etat par mois. Ce chiffre de 9000 agents non déclarés devrait toutefois être revu à la baisse après les dernières contre vérifications. 

Recueillis par A.R.

La Vérité0 partages

2nd mandat pour Rajaonarimampianina - Une continuité dans la médiocrité !

« Hery Rajaonarimampianina : un second  mandat au nom de la continuité », pouvait – on lire en titre d’un article publié dans  les colonnes d’un quotidien très proche du pouvoir. Une publication qui confirme, une fois de plus, l’intention déjà  explicite du Président Hery Rajaonarimampianina à briguer un second mandat à la tête de la magistrature suprême du pays. D’ailleurs, au cours de ses récents déplacements, le Chef de l’Etat ne cesse de marteler qu’il a encore besoin de plus de temps pour travailler et continuer ses efforts pour le développement. De quoi donner le frisson en cette période d’été.  Alors que du côté de l’opinion publique, les 4 années passées et particulièrement cette dernière année de mandat du régime Hvm constituent un véritable supplice, les tenants du pouvoir s’entêtent à vouloir rester à tout prix.

 

Ayant entamé un véritable marathon d’inaugurations depuis quelques mois, le locataire d’Iavoloha persiste et signe quant à une avancée de la situation de la Grande île. Une avancée qui peine à se faire sentir par le citoyen lambda. Au contraire, l’arrivée au pouvoir de Hery Rajaonarimampianina rime avec croissance de la pauvreté, inflation, dévaluation de l’ariary, baisse continue voire dégringolade du pouvoir d’achat, montée en puissance de la corruption, violations répétées de la Constitution, insécurité, délestage à n’en plus finir, etc. La liste est encore très longue. Mais ces exemples suffisent à rappeler qu’une journée en moins sur les 365 jours (moins les 60 jours de démission pour raison de candidature) qui restent à Rajaonarimampianina pour rester au pouvoir est une délivrance.

Des chiffres qui font peur

En tout cas, les chiffres parlent d’eux – mêmes. D’après les dernières données publiées par la Banque mondiale durant cette année 2017, près de 80 % de la population vit avec moins de 1,90 dollars par jour, un enfant de moins de 5 ans sur deux souffre d’un retard de croissance et Madagascar est le 5ème pays au monde avec le plus grand nombre d’enfants non scolarisés. Et ce n’est pas tout. Le taux d’inflation est passé de 7 % à la fin de 2016 à 8,6 % en mai 2017 et ce, suite à la flambée des prix des denrées alimentaires et des logements, d’après toujours la Banque mondiale. Des faits désolants qui se font ressentir au quotidien par la majorité des Malagasy. Quotidien qui se résume désormais à la survie. Comme le dit si bien l’expression « il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir », les hommes en cravate bleue risquent de se heurter à un mur s’ils persistent à avancer les yeux fermés. Avec la cote de popularité de l’actuel Président et futur candidat qui se trouve déjà au plus bas de l’échelle, rien ne permet d’affirmer que la population s’apprête encore à vivre 5 nouvelles et longues années de cauchemar. A dire vrai, une continuité dans la médiocrité n’est certainement pas le rêve de développement auquel aspire la population. Soyons sérieux !

 S.R.

Madagascar Tribune0 partages

« D’autres usines devront être fermées »

La décision de fermeture par le ministère de l’industrie de l’usine de la société Triple A à Antsirabe n’a toujours pas connu d’évolution jusqu’à maintenant. Tout au contraire, le dossier semble avoir été écarté selon les responsables de la société. En effet, le passage de l’affaire devant les tribunaux vient d’être remis au mois de février de l’année prochaine. De quoi agacer les responsables au sein de cette société qui avaient pourtant demandé au ministère dès le départ d’annuler la fermeture de l’usine, estimant que cela n’est pas nécessaire et nuit à l’économie. Le Directeur général de Triple A affirme que la régularisation des dossiers a déjà été faite au niveau du ministère de l‘industrie. Sans toute fois que ce département daigne donner une réponse à la requête de la société concernée. Il y a quelques mois, le ministère de l’environnement avec le ministère de l’industrie ont décidé la fermeture de l’usine en arguant que celle-ci ne possédait pas encore de permis environnemental et donc non-conforme à la règlementation en vigueur actuellement.

La société devrait aussi quelques centaines de millions d’Ariary d’arriérés à l’administration malagasy et à la société Jirama pour des factures impayés. Face à cela, les responsables de la société Triple A ont fait appel au respect de l’article 6 de la Constitution qui dispose que « La loi est l’expression de la volonté générale. Elle est la même pour tous, qu’elle protège, qu’elle oblige ou qu’elle punisse. ».

Aussi, tous ceux qui ne respectent pas la loi et les dispositions nécessaires en ce qui concerne les usines doivent donc être fermées souligne le Directeur général de la société Triple A. Selon ce dernier, beaucoup d’autres usines seraient en infraction si l’on se réfère aux charges qui ont amené la fermeture de l’usine Triple A à Andranomanelatra. Soulignant au passage l’un de ses concurrents directs en matière de produits laitiers, la société Socolait. Ces accusations ne risquent pas de rester sans suite, qu’elles soient vraies ou fausses. Aussi, le ministère de l’industrie et de l’environnement devraient s’en enquérir. Selon la société Triple A, la prochaine étape qui devrait avoir lieu en ce qui concerne leur cas serait une descente de vérification de la part du ministère de l’industrie. Une descente que le ministère a décidé de ne pas effectuer jusqu’ici. Affaire à suivre.

L'express de Madagascar0 partages

Dialogue politique – Le Président réplique au Parlement européen

Le président de la République a réagi aux résolutions du parlement européen du 15 novembre. Il a également interpellé la lourdeur des procédures de décaissement du XIe FED lors du dialogue politique d’hier.

Franc et loyal. Tels sont qualificatifs appliqués sur les échanges entre l’Union européenne et les autorités malgaches lors du sixième dialogue politique d’hier. Le ton est donné par le président de la République dès le discours d’ouverture.En rappelant la nécessité du renforcement de la stabilité, Hery Rajaonarimam­pianina a répliqué aux critiques acerbes du Parlement européen du 15 novembre. « (…) Toute communication doit être claire et objective », a-t-il soutenu.Dans sa missive, le Parlement européen a souligné que (…) le président malgache s’est dit favorable à une réforme constitutionnelle (…), et [le parlement européen s’inquiète] qu’il ne s’agisse d’une manœuvre pour reporter les élections et rester au pouvoir au-delà de son mandat constitutionnel. D’un revers de la main, le président de la République a effacé cette inquiétude. « Les élections auront bien lieu en 2018 et je n’ai jamais laissé planer le doute qu’elle n’aura pas lieu », a-t-il soutenu.Dans son allocution, l’ambassadeur de l’Union européenne (UE) Benedito Sanchez a tempéré le jeu en soulignant que les débats politiques au niveau du parlement européen font partie de son mandat et que l’UE partage les objectifs de Madagascar dans l’instauration de la stabilité et au renforcement de la démocratie. (…). Par ailleurs il a confirmé sa volonté d’accompagner les élections à hauteur d’EUR 3,7 millions.Dans un autre registre, Hery Rajaonarimampianina a également soulevé la lourdeur de la procédure de déblocage des fonds issus des accords signés entre les deux parties.

Retard Une remarque déjà soulevée lors du dernier dialogue politique en avril 2017 et réaffirmée hier. Signé en février 2016, le XIe Fonds européen pour le développement (FED) d’un montant de cinq cent dix-huit millions d’euros arrive au compte gouttes. « Nous devons travailler vite, rapidement par rapport aux priorités, afin d’arriver à voir des résultats », a-t-il continué.Cette interpellation a été prise en compte à entendre l’ambassadeur de l’UE qui a affirmé que quatre vingt pour cent de l’allocation initiale du Programme indicatif national du XIe FED étant déjà engagé et vingt-cinq pour cent payé. Lors du dialogue politique d’hier, il a annoncé le décaissement d’un appui budgétaire d’un montant de treize millions cinq cent mille euros.Depuis 2014, la rencontre d’hier à Iavoloha constitue le sixième dialogue politique entre Madagascar et l’Union Européenne. Dans ce cadre, les ambassadeurs de l’UE, de France, d’Alle­magne, du Royaume Uni et des Pays-Bas ainsi que les ministres-conseillers de la Suède et de la Pologne ont rencontré le président de la République, Hery Rajaonari­mampianina, qui était accompagné par le Premier Ministre, quinze ministres, ainsi que des hauts responsables.La réunion d’hier consiste au suivi des engagements pris à Antsiranana, la situation et les actualités politiques nationales, la protection des droits de l’Homme, un état des lieux de la gouvernance et la situation économique ainsi que les perspec­tives de la coopération entre l‘UE et Madagascar.

Andry Rialintsalama 

L'express de Madagascar0 partages

Violence policière – Les patrouilleurs tirent sur un mineur

Quatre policiers de la compagnie urbaine d’intervention ont abattu un jeune de 17 ans de trois balles, hier à 2h du matin, à Anosibe. 

Charges de la police. Les éléments de la compagnie urbaine d’intervention (CUI) ont froidement fusillé un mineur de 17 ans, hier à l’aube, à son domicile, à Anosibe. La victime a reçu trois balles, dont l’une dans le cou et les deux autres au dos. Sa femme a été également touchée par le projectile ayant transpercé son bras gauche. Elle a été acheminée au service d’urgence de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) et s’y trouve toujours. Les quatre policiers, selon les témoins oculaires de la scène, ont soupçonné la victime et ses deux voisins de vol à la tire.« Ils étaient trois, munis de sabre et d’arme à feu. Ils se sont enfuis et ont ouvert le feu dès qu’ils ont croisé nos éléments dans la rue. Ces derniers ont riposté. L’un des suspects est décédé, mais les deux autres ont pu prendre la poudre d’escampette », a indiqué le commandant de l’unité d’intervention rapide, hier, au téléphone. Il n’a pas pourtant eu l’identité de la victime. « Leur butin a été encore pris sur eux. Aucune carte d’identité nationale ni autre pièce n’a permis de connaître celui tué », se désole-t-il avant de décrocher l’appel de but en blanc.Le directeur général de la police nationale (DGPN), le commissaire divisionnaire Eric Michel, a affirmé ne pas avoir été encore tenu informé, hier soir.Le chef de la brigade criminelle section 5 (BC5) saisie de l’enquête n’en a pas touché mot. « Appelez le chef de service central des affaires criminelles ou celui de notre communication », a-t-il répondu. Il n’a pas révélé le mobile du crime.

AntinomiqueLa version de la police a été indubitablement antinomique à celle de la famille et des témoins. Tout a commencé par un larcin. « Nous nous sommes fait voler notre marmite. Mon mari a tenté de la récupérer chez un voisin suspect, mais cela s’est soldé par une rixe. Ce dernier nous a juré de se venger et d’aller à la police », a raconté l’épouse de la victime à l’HJRA, sur son lit d’hôpital. Il était à peine 2h du matin lorsque quatre policiers de patrouille, pris de boisson ont forcé la porte avec leur kalachnikov, selon les témoignages obtenus sur les lieux. Tiré du sommeil, Augustin Solofonan- tenaina Randriamalala, la victime, s’est immédiatement mise à genoux, les mains en l’air.Néanmoins, l’un des policiers lui a toujours mis une balle dans le cou et deux dans le dos. Augustin n’en est pas sorti vivant. « Ma fille (ndlr : l’épouse de la victime) blessée allait se cacher chez un voisin, lorsque des éléments du renfort de la CUI sont venus nombreux sur un 4×4 de la police », a souligné sa mère, Hortense Rasoanirina. Le matin, la blessée a été conduite à l’HJRA. La dépouille a été transportée à la morgue avec le 4×4 de la police pour autopsie. En se rendant sur le terrain, des couvertures et des sandales ensanglantées ont été découvertes au domicile du couple.« Le vengeur a, dans la foulée, détruit sa maison et s’est évanoui dans la nature après avoir indiqué la maison à ces éléments des forces de sécurité », a précisé Tojonirina Randria­malala, frère de la victime. « La BC nous a dit que ce vengeur s’est déjà fait  arrêter et a été placé en garde-à-vue, alors qu’il a été aperçu à Paraky vers 10h », a révélé Jacqueline Sahondra Ravoniarisoa, la mère d’Augustin.

Le conseil de la CNIDH

Seth Andriamarohasina, membre de la commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH) encourage la famille à porter plainte auprès de la commission pour permettre une investigation y afférente. Deux violences policières ont été enregistrées en l’espace de dix-neuf jours. À Bemasoandro-Itaosy, vendredi 1er décembre, ils ont exécuté un joueur de rugby qu’ils ont accusé être bandit. Le tireur dans ce dernier cas à Anosibe, bordant le chemin de fer n’est pas allé se récuser à sa compagnie. « Il m’a seulement donné vingt mille ariary pour me soigner, mais pas assurer entièrement les dépenses », a soulevé la blessée. Les proches d’Augustin et les habitants de ce quartier font à présent appel à l’autorité concernée face à la violence et au corporatisme favorisant l’impunité.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Émeutes à Ikongo – Le tribunal et la prison vidés du personnel

Extraction héliportée de trois magistrats, du gardien chef et d’autres membres du personnel ayant servi à Ikongo, hier. Ils seront affectés dans d’autres juridictions et pénitenciers. 

La paix et la sécurité reprennent peu à peu leurs droits à Ikongo après les émeutes ayant viré à la casse de prison mercredi. Hier matin, le Gouvernement a procédé à l’extraction en hélicoptère des magistrats ainsi que des fonctionnaires de l’administration pénitentiaire victimes de représailles et de menaces de mort, lorsque la ville a plongé dans le chaos mercredi. Ces fonctionnaires du ministère de la Justice ainsi que de l’administration pénitentiaire ont été héliportés à Fianarantsoa à bord d’une Alouette II de l’armée malgache. Le procureur de la République, le président du tribunal, le chef d’établissement ainsi qu’un juge faisaient partie des douze personnes évacuées. Un gendarme blessé était aussi du voyage. Les informations communiquées révèlent qu’ils seront transférés dans d’autres localités de service avec le personnel judiciaire et pénitentiaire traumatisés, après les cauchemars qu’ils ont vécus. L’extraction réussit enfin après de vaines tentatives. La veille, l’hélico n’a pas pu atterrir à Ikongo en raison des conditions météo.« La libellule de fer a fait quatre voyages hier. Elle s’est posée à Fianarantsoa hier  matin vers 11 heures avec ces derniers passagers. Ces déplacés sont sains et saufs », confie le général de brigade Théophile Rakotonirina, 2e adjoint du chef d’État-major général de l’armée malgache.En saisissant la balle au bond, il précise que les forces mixtes envoyées à Ikongo pour assurer le rétablissement de la paix ainsi que le maintien de l’ordre public et de la sécurité n’ont pas démérité, bien que neuf de leurs frères d’arme aient été emportés par des crues mortelles lors de la traversée du radier d’Ambinanitromby samedi aux alentours des 13 h30.« Les éléments mixtes dépêchés sont bel et bien sur place. Ils ont déjà été déployés. Les aléas ne doivent pas les détourner de leur mission principale. Les mesures qui s’imposent ont été, en revanche, prises pour faire face aux imprévus », lance d’un ton confiant le général Théophile Rakotonirina.« La fait d’évacuer le personnel ne signifie pas que le tribunal et la prison sont laissés à l’abandon. C’est impensable. Des dossiers y sont précieusement gardés. Des éléments des forces de l’ordre renforcés assurent la sécurité de ces établissements en attendant l’arrivée du personnel de relève », souligne pour sa part, l’inspecteur d’administration pénitentiaire Napou Jérémie, directeur de la communication auprès du ministère de la Justice.Sur cette même lancée, il met en avant que la commission d’affectation au sein de l’administration pénitentiaire se penche sur l’affaire Ikongo. Elle a, de ce fait, tenu une réunion, hier.

Grenades introuvables« Une triple action a été menée simultanément. Ce sont la protection des personnes en danger, l’apaisement ainsi que la sécurisation articulée de mobilisations pour que le système judiciaire et pénitentiaire refonctionne normalement dans les meilleurs délais», lance Napou Jérémie.La recherche des disparus bat son plein à Ambinanitromby. Jusqu’à hier après-midi, le bilan n’a pas, en revanche, beaucoup évolué. Sur les neuf éléments des forces de l’ordre emportés par les eaux déferlantes, le sort de seulement trois d’entre eux est scellé après que les crues ont rejeté, dimanche, les dépouilles de deux militaires et d’un policier. Le sort d’un gendarme, un policier et de six militaires est incertain, quoique leur chance de survie soit de plus en plus mince, plus de 48 heures après le drame.De son côté, l’armée malgache a envoyé une dépanneuse militaire pour remonter le poids-lourd emporté par les eaux avec ses passagers. Un autre camion de l’armée a été mobilisé pour l’acheminement des corps.Pour plus d’efficacité,  le corps de protection civile au sein de l’armée a apporté un appui matériel si des  plongeurs du corps des sapeurs-pompiers d’Antananarivo passent également le cours d’eau au peigne fin. La recherche des armes disparues s’est  par contre avérée fructueuse.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Voix de l’Océan Indien – Le prix de « La meilleure artiste » pour Stéphanie

Un événement d’envergure internationale honore le talent des musiciens de la zone océan Indien. La cérémonie « Les Voix de l’océan Indien » a récompensé le parcours de Stéphanie.

Une année bien fructueuse s’est clôtuirée sur une belle consécration pour cette artiste populaire, à la fois charmante et sulfureuse. Il s’agit de Stéphanie qui s’est vu être couronnée du prix de « La meilleure artiste Madagascar », ce week-end, dans le cadre du prestigieux concours Les Voix de l’océan Indien (VOI). C’est dans la soirée du 16 décembre que la cérémonie s’est déroulée à la Cité des arts à Saint Denis, capitale de l’île de La Réunion. Événement exclusif qui rassemble la crème des artistes de la chanson et de la musique de l’océan Indien, Les Voix de l’océan Indien ont, cette année, mis un point d’honneur à valoriser l’exotisme et le charme des artistes sélectionnés. Des qualités que Stéphanie, qui s’y est représentée en tant que porte étendard de la Grande île, arbore depuis ses débuts.Une belle consécration pour la chanteuse de « Dontsiky » qui a longtemps enflammé les pistes de danse et « Mahatsiaro » et qui surprend par sa poésie ainsi que son romantisme. Elle se voit ainsi décernée l’un des prix de la « La meilleure artiste », lors de ce VOI. « Je ne m’y attendais pas, j’en suis surprise. D’autant plus que la concurrence était rude, notamment, avec mes compatriotes Élidiot et Dadi Love qui étaient aussi en lice pour ce prix. J’en suis très fière, car, désormais, ça m’aidera à apporter plus de visibilité à mon art et à mon pays sur la scène internationale », souligne la chanteuse.

Une égérie de la modeMadagascar, La Réunion, Maurice, Seychelles, Mayotte et Comores, toutes les îles de l’archipel de l’océan Indien étaient dignement représentées dans le cadre de cet événement. Les artistes malgaches se sont particulièrement distingués du lot, cette année. Outre Stéphanie en grande gagnante ainsi que Élidio et Dadi Love dans la catégorie « Meilleur artiste», le jeune Lion Hill concourait aussi dans la catégorie « Meilleur voix masculine ». Par ailleurs, Stéphanie était aussi sélectionnée dans la catégorie « Meilleure voix féminine » cette année, mais le premier prix fut remporté par la jeune Jane Constance de l’île Maurice dont elle salue le talent.« Ce fut une belle aventure riche en rencontres, qui m’a grandement aidée à m’épanouir et qui me permettra, sans aucun doute de me surpasser encore plus à l’avenir », affirme Stéphanie. Une aubaine pour la ravissante chanteuse. Les Voix de l’océan Indien lui ouvrent effectivement de nouvelles perspectives, puisque sans nous en dire plus, elle confie « J’ai déjà été approchée pour être l’égérie d’une grande marque, mais on en reparlera ».La chanteuse a réussi à conquérir le cœur du public, lors de cette cérémonie.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Football - Élections fédérales  – Nouvelle ingérence de l’État

Le ministère des Sports veut contrôler les élections de la Fédération malgache de football. Une ingérence qui ne dit pas son nom.

Après le rugby, c’est le tour du football. Le ministère de la Jeunesse et des sports veut mettre visiblement la main sur la prochaine élection du président de la Fédé­ration malgache du football.C’est du moins ce qu’il a laissé entendre en convoquant des responsables de la FMF. La pression du ministère de la Jeunesse et des sports s’est exercée depuis les élections au niveau des sections puis celles des ligues.Face à l’élimination de certains candidats par la commission électorale, pour dossiers incomplets ou dépôt de candidature hors délai, le ministère des Sports aurait tout simplement demandé pour ne pas dire ordonné, de laisser tout le monde se présenter et de changer le texte électoral en vigueur depuis 2013, de ne pas mettre de délai dans le dépôt de candidature. Une élection libre et anarchique en somme.N’ayant pas eu gain de causes le ministère des Sports a recouru à d’autres moyens et a ordonné à son représentant dans le Bongolava de ne pas donner un certificat de conformité à un président de section élu qui n’a pas pu, de ce fait, participer à l’élection du président de la ligue.

Le monde à l’enversDans la région Vato­vavyFitovinany, des présidents de sections élus, qui sont des fonctionnaires, seraient menacés d’affectation. Des manières peu orthodoxes qui rappellent les années noires du football en 2002 et en 2008 quand l’ingérence de l’État, qui avait dissout la FMF, finissait par une suspension par la FIFA.Une décision qui serait très malvenue à un moment où les Barea sont en quête de leur première qualification pour la CHAN et la CAN. Le ministère des Sports qui n’a jamais mis un sou pour le football, ne mesure visiblement pas les méfaits de ses interventions. Ce qui n’est guère étonnant pour un département qui se dit satisfait d’une quatrième place aux Jeux des îles et de deux misérables médailles aux Jeux de la Francophonie.Le ministère des Sports a mieux à faire que de vouloir manipuler les élections. On se demande ce que fait la direction du sport fédéral face à cette immixtion qui risque de coûter cher.Curieusement, le ministère des Sports se tait quand le Comité olympique malgache se permet de sanctionner certaines fédérations qui l’ont mis en place. C’est le monde à l’envers. Le sport marche sur la tête.

 

L'express de Madagascar0 partages

Antananarivo – La discipline chez les transpor­teurs urbains

Fini le laisser-aller. Les usagers des transports en commun, dans la ville d’Anta­nanarivo, pourront espérer une amélioration du service. De nouvelles organisations s’opéreront, prochainement, au sein de l’Union des coopératives de transport urbain (UCTU), selon son nouveau président, Lanto Randrianan­toandro, élu vendredi.« Nous allons dresser la base de données des receveurs et des chauffeurs. Chacun sera doté d’un badge. Ainsi, nous allons pouvoir surveiller de près chaque transporteur dans l’exercice de sa fonction », souligne ce successeur de Bernardin Andriam­binintsoalomora, l’ancien président décédé en septembre.Dans cette nouvelle organisation, les « Taxi-be » doivent aller jusqu’au terminus. Ils ne peuvent pas, non plus, transporter de marchandises. La sanction tombera aux transporteurs qui ne respectent pas ces mesures. « Ceux qui ne se conforment pas aux règles ne pourront pas travailler pendant dix jours. Cette sanction se prolongera à deux mois, en cas de récidive. Le chauffeur ou le receveur pourra, enfin, être rayé totalement de la liste des membres de l’UCTU, si les fautes persistent », enchaîne Lanto Randrianantoandro.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Le CHU de Tanambao s’équipe

Les dirigeants de l’« Hopital manara-penitra » présentent un bilan satisfaisant au terme des cinq premières années d’existence de l’établissement.

L’actuel Centre hospitalier universitaire d’Antsiranana, connu localement par « Hôpital Manara-penitra » (hôpital aux normes)  célébre ses cinq ans d’existence. En cinq ans, l’établissement, construit pendant  la Transition, est devenu l’un des meilleurs au niveaurégional voire provincial. L’existence du CHU de Tanambao a résolu beaucoup de problèmes de la population antsiranaise en matière de soins, car l’établissement, situé au cœur de la ville, se veut être un pôle chirurgical d’excellence hébergeant des spécialités.« C’est une grande occasion pour nous, de nous mesurer face à nos réalisations, de réparer les échecs et de penser à l’avenir, pour que les cinq ans à venir soient sur de bons rails », affirme le Pr Alexandro Rabemazava, directeur du CHU de Tanambao, dans son intervention.Pour marquer l’évènement, de nombreuses animations ont rythmé toute la semaine,  débutant par des rencontres sportives inter-hospitalières et inter-établissements, suivies d’un culte œcuménique et de journées portes ouvertes dans la grande cour de l’hôpital, avec divers stands présentant les services de soins existants, les laboratoires pharmaceutiques… Don de sang par le personnel et dîner dansant ont clôturé les festivités durant le week-end.

Secteurs de pointeC’est durant la cérémonie officielle qui s’est déroulée jeudi que le Pr Alexandro Rabemazava a passé en revue les phases de développement du CHU. D’après lui, les quatre secteurs de pointe de l’hôpital sont la médecine interne et externe, la chirurgie, la maternité et la pédiatrie. Et d’ajouter que les techniques et technologies avancées sont appliquées afin de guérir les maladies dangereuses.Il a également présenté un bilan succinct des réalisations de l’hôpital, placées sous le slogan « Ho fitsaboana tsara kalitao » (Pour des soins de bonne qualité).Fin 2015, deux professeurs agrégés qui ont aussi dispensé des formations aux futurs médecins et aux étudiants de la Faculté de médecine d’Antsiranana ont rejoint l’hôpital . D’autres spécialistes ont grossi les rangs des un médecins en exercice, tels un pédiatre, médecin biologiste, un pharmacien et un gynécologue. Des neurochirurgiens ne tarderont pas à les rejoindre.Au niveau des infrastructures et de la logistique, on  note des changements avec le redémarrage du scanner et l’ouverture de la banque de sang, l’arrivée d’une ambulance, l’ouverture d’un  deuxième bloc opératoire bien équipé et bientôt un troisième destiné au service de gynécologique et un incinérateur électrique…C’est le seul hôpital malgache à en avoir.Pour l’accueil des patients, les services devront être équipés de matériel informatique pour être efficaces et rapides. Enfin, un projet de construction d’un espace pour les garde-malades est en gestation.

Raheriniaina 

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Mort subite  d’un ancien musicien  du groupe Kiaka

Charmant s’est plaint d’avoir eu mal dans la matinée du lundi vers 10 heures 30 et a demandé à son entourage de l’amener d’urgence à l’hôpital.« Il a encore pu parler au médecin expliquant son malaise, une fois arrivé à l’hôpital de Befelatànana. Mais il a succombé suite à une obstruction d’une des veines au niveau du cœur. Pourtant, Charmant a encore joué au football dimanche matin et a passé du temps avec ses potes le reste de la journée, sans aucun signe extérieur de maladie quelconque. Et sa disparition subite nous laisse sans voix », a expliqué un des membres de son ancien groupe Kiaka.Charmant est l’ancien batteur du groupe de rock local Kiaka. Il faisait partie des membres fondateurs du groupe avec Johnny et Bita. Parti à l’Ile Maurice, il a été remplacé par Zôzô.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Motocross – Ranty intraitable à Iavoloha

Le MX Husqvarna de dimanche a grandement marqué les esprits du grand public du circuit d’Iavoloha. Une course résumée en une démonstration de force de Ranty Ernest (Husqvarna FC-250). Le jeune pilote a démontré à quel point il avait progressé après son passage en Afrique du Sud, réduisant ses adversaires à de simples spectateurs.Roulant à un rythme incroyable, il a rapidement pris les devants dans la première manche. Et ce, après avoir réalisé un dépassement par l’extérieur sur Randy Rakotoarimanana (Kawasaki KXF-250), auteur du holeshot, dès le premier tour. Une manœuvre risquée mais maîtrisée, dans un trou de souris.Une fois devant, enchainant les whips à chaque saut, il a pris un tour à tous les coureurs, sauf à Claudio Tida (Kawasaki KXF-250), deuxième du classement au terme des trente minutes de course. Du jamais vu.Deux heures plus tard, Ranty a récidivé. Le scénario de la seconde manche était similaire en tout point à celui de la première. Il s’est ainsi assuré d’une deuxième victoire de rang, après celle décrochée au MX Antsirabe du début d’il y a deux semaines.Au championnat, la course de dimanche ne présentait plus aucun enjeu. Et ce, puisque Claudio Tida était déjà mathématiquement hors de portée.Il avait acquis son quatrième titre de rang à l’issue du rendez-vous d’Antsirabe. Toutes les discussions étaient déjà tournées vers 2018 dans le microcosme du motocross, car vu le niveau actuel de Ranty, il ne devrait avoir aucun mal à remporter le championnat l’année prochaine, s’il s’engage pour une nouvelle saison complète

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Route nationale 4 – Accident mortel à Antsiafabositra

La RN 4 qui relie Mahajanga à Antananarivo, a de nouveau été le théâtre d’un accident mortel, vendredi soir. Le bilan fait état de trois morts, le chauffeur du taxi-brousse de marque Sprinter de la coopérative Cotisse, et deux passagers. Une dizaine de voyageurs sont tous grièvement blessés.Un camion semi-remorque, roulant en direction de Mahajanga, a fauché violemment le car, près du pont Belamandy, à Tsiafabositra à environ trente minutes de Maevatanàna. « Le chauffeur du Sprinter a ralenti près du pont, dès qu’il a aperçu le camion. Mais le poids lourd n’a pas pu s’arrêter et a entraîné la Mercédès, après l’avoir percuté brutalement. Le camion ne s’est arrêté que 50 m plus loin, et a coincé le Sprinter contre un talus», raconte un pasteur de la FJKM qui rentrait à Mahajanga cette nuit-là.Le chauffeur de Cotisse a succombé durant son évacuation vers l’hôpital de Maevatanàna. Ce qui n’est pas étonnant vu l’état du véhicule après le choc. Le premier responsable de l’Agence de transport terrestre à  Mahajanga, Toky Rahaingo, figure parmi les victimes. Il s’est plaint d’une douleur lancinante au niveau du crâne et a demandé à son épouse restée à Mahajanga, d’envoyer une ambulance pour l’évacuer vers Antananarivo.D’après les responsables des Transports à Mahajanga, la défaillance de la compression d’air au niveau du frein du camion est à l’origine de cet accident tragique. La circulation a été totalement paralysée, durant quelques heures, là où la collusion s’est produite, dans la nuit duvendredi, au samedi matin.À l’approche des fêtes de  fin d’année, la prudence est de rigueur pour tous ceux qui circulent sur la RN 4. L’on y observe des camions qui roulent à une vitesse folle, surtout ceux qui rentrent à vide à Mahajanga.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Toamasina – Un 4×4 tue deux motards

Émoi à Ambalamanasy Toamasina, hier en début de matinée. Fauchés de plein fouet par un véhicule tout-terrain roulant à tombeau ouvert, deux motards ont trouvé la mort. Le drame est survenu aux alentours de 6h 30. Les victimes agonisaient lors de leur évacuation à l’hôpital, où elles ont succombé à leurs blessures.Des chocs en pleine tête ainsi que des fractures multiples leur ont été fatals. Sur le fait, le chauffeur du 4×4 a pour sa part commis un délit de fuite selon les informations communiquées.Avertis de l’accident, des gendarmes se sont dépêchés sur les lieux du drame pour faire le constat. Les signalements fournis par certains riverains révèlent que le véhicule fou a été conduit par un indien. Celui-ci avait un téléphone scotché à l’oreille selon les dénonciations. La gendarmerie a par ailleurs ouvert une enquête pour faire la lumière sur cette version.Aux dernières nouvelles, le chauffard s’est présenté à la police selon les informations communiquées. La gendarmerie demande pour sa part à se saisir de l’affaire et poursuivre son enquête.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Chansons – « Team Kalo A Capella » brille  à Analakely

La huitième édition du Team Kalo A capella a laissé la part belle à la fraternité, avec déjà un doux parfum de Noël en toile de fond. Les retrouvailles entre l’événement « Team Kalo A Capella » et les mélomanes, ont été des plus lumineuses, ce week-end, avec à l’affiche, trois groupes d’exception qui maîtrisent chacun leur art à la perfection, leurs voix constituant leur seul et unique instrument sur scène.Quartet Junior, Telo sy Telo et Feo ont enchanté grands et petits samedi au Tranompokon’olona Analakely. Vers 15h30, le rideau s’est levé. C’est un public passionné qui a  répondu présent dans ce mythique théâtre municipal de la ville pour jouir du talent de ces chanteurs, hors normes. Le groupe Quartet Junior a ouvert la scène en interprétant le genre « Negro spiritual », suivi du groupe Telo sy Telo qui conjuguait un style urbain, classique et jazz, pour se clôturer avec le groupe Feo qui a affirmé un genre a capella très contemporain. Animant aussi le public qui chante leurs chansons, les groupes envoûtent, par la seule force de leur voix.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Natation – ANS Ampefiloha – Vingt-et-un entraîneurs en formation 

Vingt-et-un entraîneurs représentants trois ligues régionales à savoir Anala­manga, Vakinankaratra et Boeny suivent depuis hier une formation. Elle se déroule à l’Académie nationale des sports à Ampefiloha jusqu’au vendredi 22 décembre.C’est une initiative de la fédération malgache de natation en collaboration avec l’Académie nationale des sports. Trois formateurs de l’ANS dirigent les cinq jours de formation, entièrement théorique.Le docteur Jimmy Rako­toharison dispensera les cours sur la psychologie du sport, la nutrition et la diététique des nageurs, tandis que l’ancien directeur technique national de la fédération, Randria­masimanana Andria­niaina, dit Doda, assurera, pour sa part, la théorie de l’entrainement et Harivola Sarah Razafindrainibe, actuelle DTN enseignera les techni­ques de nages et aussi la psychologie du sport.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Préavis de grève  du SECES

Le syndicat des ensei­gnants-chercheurs et chercheurs enseignants de l’ensei­gnement supérieur (SECES) section Antananarivo se réunira demain, pour décider de la suite de leur préavis de grève. Il n’aurait reçu aucune réaction des auto­rités compétentes, depuis l’annonce de cet ultimatum de 72 heures, jeudi.

L'express de Madagascar0 partages

Un mort dans un hold-up

Un épicier ayant reçu des coups de hache n’a pas survécu à ses blessures suite à un braquage survenu, vendredi, à Ambalamanga-Tanambao, district de Vangaindrano. La gendarmerie locale est actuellement sur les traces d’un gang de quatre individus. Des produits de première nécessité et des boissons ont été dérobés.

L'express de Madagascar0 partages

Vakinankaratra – Se nourrir mieux  en changeant de recettes 

L’objectif de la stratégie nationale sur la nutrition dans les cinq années à venir ; est de réduire le taux de malnutrition chronique des bébés et enfants de 0 à 24 mois, c’est-à-dire dès la grossesse. Pourtant, bien qu’elle soit la principale productrice de légumes, de fruits etd’autres aliments de base nutritifs comme le lait, la région Vakinankaratra occupe depuis quelques années, la troisième place en matière de malnutrition. Afin de réduire le taux de malnutrition chronique infantile, l’Office régional de la nutrition (ORN) a organisé une campagne de diffusion de messages intitulés « Seran-tsakafo », à travers une exposition.Pour assurer une alimentation saine aux enfants de moins de 5 ans, durant toute l’année, les messages diffusés pendant la sensibilisation ont été axés sur les méthodes de préparation de nourritures. Recettes exposées par les animateurs communautaires dans leurs stands respectifs. Ces derniers ont surtout insisté sur le fait qu’une bonne alimentation n’exige pas  forcément une dépense supplémentaire et que le  temps nécessaire à sa préparation est le même  que pour la cuisson d’un repas quotidien.« Pour préparer des aliments sains, chaque famille doit s’adapter à ce qu’elle a. Pour les repas des enfants de moins de 5 ans, par exemple, elle doit se contenter des produits existants, mais en suivant les conseils des agents communautaires », affirme le président du Bureau permanent du Conseil national de nutrition, Ambinintsoa Raveloharison. Il n’a pas manqué de préciser que la région Vakinankaratra est riche en produits agricoles et d’élevage, mais il faut de la volonté pour les préparer en adoptant  une bonne habitude d’alimentation.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Boeny – Comptabiliser la Nature pour la préserver

Comptes biophysiques et comptes monétaires feront, dorénavant, partie du vocabulaire des Verts. L’objectif étant de prendre des mesures durables de préservation de la Nature. 

Comment évaluer les services rendus par un écosystème dans un intervalle de temps donné? Comment comptabiliser la nature ? Telles ont été les questions posées durant l’atelier de formation sur la Comptabilité verte écosystémique du capital naturel. La rencontre a été organisée par l’Université d’Antananarivo, représentée par Solofoarison Rakotoniana et financée par le CEPF/Tany Meva. Elle s’est déroulée du 12 au 14 décembre, à la salle de réunion de l’hôtel Coco Lodge à Mahajanga-be.La formation dispensée à une vingtaine de participants issus d’Antananarivo et de la région Boeny, a été axée sur les comptes du capital naturel. Ils se déclinent, en général, en comptes biophysiques et monétaires. Le cas des nouvelles aires protégées de Bombetoka et d’Antrema, dans la région Boeny, a été étudié à l’occasion.« Les comptes biophysiques font l’inventaire physique des différentes composantes de l’environnement et du changement de stocks, tandis que les comptes monétaires transcrivent les éléments des comptes précédents en termes monétaires. La comptabilité nationale est un outil de décision, une opérationnalisation pour le développement durable. Ses activités de développement entraînent un impact sur la condition de vie de la population et son milieu, ainsi que sur le PIB, principal indicateur économique», explique un intervenant.

Enjeux à long termeLe développement durable doit répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à subvenir à leurs propres besoins (selon le rapport Bruntland en 1987).  L’économie doit être prise en compte ainsi que les aspects environnementaux et sociaux liés aux enjeux à long terme. « Des mesures durables de préservation de la Nature doivent être prises dans ce cas », ajoute le panéliste.La comptabilité écosystémique est une approche cohérente et intégrée pour l’évaluation de l’environnement grâce à la mesure des écosystèmes et des flux de service fournis par ceux-ci dans les activités économiques et d’autres activités humaines. Il est ainsi nécessaire d’inclure l’évolution du capital naturel dans la comptabilité nationale, car le PIB n’indique que les échanges monétaires, alors que les activités de développement utilisent les ressources provenant de la Nature (milieu naturel et capital naturel).La comptabilisation de la Nature s’effectue en se basant sur tout ce qui rentre et qui sort, en établissant des comptes entre deux dates et le flux de changement. L’intégration des données fait également partie de cette comptabilisation. Bref, la valorisation monétaire se calcule en affectant des valeurs monétaires aux différents éléments de l’écosystème, par exemple, le prix d’une plage, d’une forêt ou d’un plan d’eau.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Baisse de la fréquence du transport national

Le retard du début des vacances de Noël aurait eu un impact sur la fréquence des départs des véhicules de transport en commun pour les zones nationales comme à Mahajanga et Toamasina. Il n’y aurait qu’un à deux véhicules par coopérative qui quittent la gare routière d’Ambodi­vona. Les vacances de Noël ne débuteront que le 23 décembre.

L'express de Madagascar0 partages

Des pluies orageuses à partir de jeudi

La quantité des précipita­tions baissera cette semaine selon la prévision de la direction générale de la Météorologie. Les pluies orageuses ne sont prévues qu’à partir de jeudi et persisteront jusqu’à la fin de la semaine dans les régions centre.

L'express de Madagascar0 partages

Affrontement meurtrier

Un mort a été constaté lors d’une embuscade opposant quatre membres des forces de la gendar-merie à une horde des dahalo, vendredi aux environs de 19h à Befotaka-Ankijabe, district d’Ambatoboeny. La victime, un propriétaire de bétail a été frappé à coups de hache, selon les informations du poste fixe de la gendarmerie locale.

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Un nouveau dirigeant  à la ligue de football 

Nouvelle tête, nouveau défi. Les footballeurs et les adeptes de cette discipline du Vakinankaratra viennent d’élire leur nouveau dirigeant, en l’occurrence Fidinirina Andriatomponera. L’élection a eu lieu vendredi, en présence des représentants de la Fédération malgache du football et a vu la participation massive des sept sections existantes. Cinq personnes se sont proposées comme candidates et cinq sections ont voté pour le nouveau président qui, désormais, travaillera avec sept comités d’exécution au cours de son mandat de quatre ans.Outre la revalorisation du sport roi et l’amélioration du niveau technique des joueurs, Fidinirina Andriatomponera vise également à faire beaucoup d’amélioration et d’activités afin d’atteindre l’objectif et la vision de la fédération. « Beaucoup d’activités figurent dans nos projets, mais en priorité, nous allons nous mettre en relation avec les autorités locales et les partenaires privés », avance-t-il.Ainsi, pour améliorer le niveau technique, des sessions d’arbitrage et des formations techniques destinées aux responsables de la ligue et des sections figurent dans le programme d’activités du nouveau président et son équipe, en 2018. Il envisage également de leur fournir un appui en matériel et de former les joueurs en première division. Durant ce mandat, il prévoit enfin de mettre en place les U15 en première division et d’améliorer les infrastructures afin de motiver les joueurs et les adeptes du foot.Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Portés disparus.   

Deux enfants, dont une fillette de 13 ans ont été portés disparus, hier au large de la plage de Vinany, fokontany d’Antanimby, à Sambava. Le fokonolona et les agents du (BNGRC) se sont lancés à la recherche qui s’est avérée infructueuse, selon la gendarmerie.

Midi Madagasikara0 partages

Miandrivazo : Assassinat d’un légionnaire, deux personnes arrêtées

Selon les informations émanant de la gendarmerie, l’enquête sur la mort d’un légionnaire de l’Armée française, sauvagement abattu le 12 décembre aux environs du village d’Ankazondringitra, « fokontany » d’Ambalakida, commune rurale d’Ankorofotsy, district de Miandrivazo, suit son cours. Jusqu’à hier, deux personnes ont été arrêtées. Pourtant, la famille de la victime reste sceptique quant à l’aboutissement de cette enquête dans la mesure où dans cette affaire, elle soupçonne la possibilité de complicité de certaines personnalités locales.. Arrivé à Miandrivazo pour une affaire de mercure, ce jeune militaire de 34 ans constitue en effet l’énième victime des attaques ciblant des « affairistes » dans cette liste, d’après les informations recueillies dans ce milieu. D’autres « businessmen » ont été tués dans cette zone, mais leurs meurtres ayant été attribués aux « dahalo », leurs dossiers ont été classés sans suite. Selon l’explication d’un membre de la famille qui a rencontré la presse hier : « la similitude des modes opératoires font tiquer certains opérateurs. Des rabatteurs de la localité commencent par annoncer l’existence d’objets de valeur pouvant intéresser les « affairistes » à leurs homologues de la capitale et ses environs.  Appâtés, ceux-ci proposent l’affaire à des investisseurs qui saisissent l’occasion pour se faire des bénéfices, mais se font entraîner dans des guet-apens pour se faire attaquer dès leur arrivée sur place ». En effet, l’existence de « dahalo » dans le district de Miandrivazo sert de couverture à ces malfaiteurs d’un autre genre, pour noyer le poisson dans l’eau.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Affaire Ikongo : Déploiement massif des forces de l’ordre, les magistrats évacués par hélico

Enfin, le calme est revenu dans le chef-lieu du district d’Ikongo. Cette situation a été rendue possible grâce au déploiement massif des éléments des forces de l’ordre envoyés pour renforcer la sécurité dans la localité après l’émeute qui a provoqué l’évasion en masse de la prison de la localité, le 14 décembre dernier. Depuis samedi, toute la ville est investie par des centaines d’hommes en treillis issus de l’Emmo-Nat (policiers, gendarmes et militaires confondus pour rétablir l’ordre). Selon les informations, presque tous les hauts responsables des forces de la sécurité et de la défense, à savoir le commandant de la circonscription interrégionale de la Gendarmerie de Fianarantsoa, le commandant de groupement de la gendarmerie de Vatovavy-Fitovinany, le commandant de compagnie de Manakara, le commandant des Forces d’intervention de la Police nationale à Fianarantsoa, le commandant de la Région militaire n°2 de Fianarantsoa ont rejoint la localité. Hier, ils ont tenu une réunion avec les autorités locales pour évaluer la situation à l’issue de laquelle, il est décidé le retour à la normale du fonctionnement de l’administration publique à tous les niveaux. Selon toujours les informations, le risque d’une nouvelle crise est déjà évité même si, invité à cette réunion afin de résoudre une bonne fois pour toute ce problème, le groupe d’individus qui a réclamé l’application de la vindicte populaire à des suspects de meurtre et à l’origine de ce trouble n’a pas répondu présent. Un fait qui amène le député d’Ikongo à penser que ces gens-là auraient renoncé à leur idée  de départ, contraire au respect de la loi.

Evacuation par hélicoptère. Réclamée par le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) depuis le lendemain de l’émeute du 14 décembre, l’évacuation des trois magistrats travaillant au Tribunal de première Instance d’Ikongo et leurs familles a été effectuée, hier dans la matinée. Vers 10 heures, trois hélicoptères ont atterri à Ikongo pour les récupérer. « En effet, le SMM a campé  sur ses positions alors que la situation dans la localité est déjà maîtrisée », conclut le député de Madagascar élu dans le district d’Ikongo qui affirme avoir beaucoup œuvré dans le dénouement de cette crise. Il est à signaler qu’hier, les sauveteurs ont récupéré deux cadavres sur les six victimes de l’accident. En effet, il reste encore quatre à retrouver.

T.M.