Les actualités à Madagascar du Lundi 19 Décembre 2016

Modifier la date
Midi Madagasikara414 partages

Claudine Razaimamonjy : Affaire classée sans suite

A l’allure où vont les choses actuellement, la trêve politique risque de ne pas être respectée durant les fêtes de fin d’année.

Sauf changement de dernière minute, le procès de l’affaire Augustin Andriamananoro aura lieu demain au tribunal d’Anosy. Un évènement très attendu au niveau du microcosme politique dans la mesure où cette affaire est considérée comme un véritable acharnement contre les proches collaborateurs de l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina. Une vengeance politique en quelque sorte. Et ce, même si l’ancien ministre des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles Technologies a participé activement à la campagne électorale qui a permis à Hery Rajaonarimampianina d’accéder à la Magistrature suprême. Bon nombre d’observateurs estiment que cette affaire n’est que le début d’une longue série d’incarcérations d’opposants au régime HVM. En effet, plus d’un pointe du doigt la partialité des autorités dans la gestion des dossiers judiciaires impliquant différents acteurs politiques. Opposants et pro-régime ne sont pas traités sur un pied d’égalité. Accusé d’être l’instigateur de la réunion publique non autorisée qui s’est tenue à Soamahamanina dans le cadre du mouvement de contestation de l’exploitation aurifère opérée par une société chinoise, Augustin Andriamananoro a été arrêté et incarcéré. Son arrestation perpétrée en plein enterrement de sa belle-mère a d’ailleurs défrayé les chroniques.

« Intouchable ». Pourtant, de son côté, la femme milliardaire Claudine Razaimamonjy, suspectée d’être impliquée dans le détournement d’une somme de 390 millions d’Ariary à titre de subventions exceptionnelles pour la Commune rurale d’Ambohimahamasina, dans la Région Haute Matsiatra jouit jusqu’ici de son statut d’ « intouchable ». Son dossier semble avoir été étouffé. L’affaire a visiblement été classée sans suite. En essayant de coincer cet opérateur économique connu comme étant une proche du couple présidentiel, le Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) a finalement été dessaisi du dossier. Pourtant, au cours d’une rencontre avec la presse, le Directeur général de cet organisme indépendant, Jean Louis Andriamifidy a confirmé que Claudine Razaimamonjy a ignoré deux convocations du Bianco. Malgré les preuves publiées notamment par des agents de l’Inspection Générale de l’Etat (IGE), la milliardaire n’a pas du tout été inquiétée, ni enquêtée. Reste à savoir si cette situation a un lien avec son statut. D’ailleurs, d’après les rumeurs, elle disposerait d’un portefeuille inépuisable. Ce qui est sûr en tout cas c’est que sa fortune n’a cessé d’augmenter en trois ans de pouvoir du HVM. Contre toute attente, cette affaire a failli coûter son poste au DG du Bianco, puisque le Sénateur Riana Andriamandavy VII, un des proches de Claudine Razaimamonjy et non moins grande figure du parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » n’a pas hésité à réclamer publiquement sa démission. C’était lors du face-à-face Gouvernement – Sénat qui s’est déroulé au Palais de Verre d’Anosikely. Quoi qu’il en soit, cette Justice à deux vitesses ne peut qu’aggraver la situation de plus en plus délétère.

Davis R

News Mada396 partages

Appareil-Apparat : quand mode rime avec peinture

Une ode à la création féminine, «Appareil-Apparat» a rassemblé les passionnés de la peinture et de la mode, vendredi dernier, au Little Hennessy Ivandry. Des toiles, signées Misty et des vêtements prêt-à-porter de vice local, à différentes échelles, ont été présentés devant les yeux écarquillés des visiteurs aussi curieux qu’admiratifs face à de telles œuvres. Un véritable tape- à-l’œil sur une idée lumineuse de Little Hennessy.

«De manière plus précise, Appareil fait allusion au plus simple appareil qu’est notre corps. Apparat reflète ici l’éclat particulier de notre façon de s’habiller. Cette exposition s’attelle à démontrer un corps nu  dans une peinture et de ce que l’on peut en faire avec la mode», argumente  Nanie Andriantsiferana de Vice Local. «Notre objectif est de partager la passion de la mode et de la peinture au plus grand nombre et de susciter des vocations», a ajouté Misty de son vrai nom Miora Acker.

A travers cette épopée artistique, Nanie propose un «pop-store», dédié au wax, le tissu traditionnel africain par excellence. Misty, quant à elle, se démarque par ses peintures qui dégagent une approche «nu artistique», aux couleurs rassurantes, chaleureuses et épicées.  Pour les aficionados, l’exposition sera visible jusqu’au 26 décembre.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara376 partages

Football U15 – Tournoi UFFOI : Belle victoire de Fosa Juniors !

L’équipe de Fosa Juniors a fière allure avec des jeunes de bon gabarit.

Une première pour Fosa Juniors qui s’offre son tout premier titre régional chez les moins de 15 ans au cours du tournoi organisé par l’Union des Fédérations de Football de l’Océan Indien à la Réunion.

C’était au cours de la semaine dernière où la jeune équipe conduite par l’entraîneur Tony Rabarison a su rester invaincu dans un championnat où tout le monde rencontre tout le monde.

Une première victoire de 2 à 0 acquise avec autorité face aux Mauriciens, a fait de Fosa Juniors, l’équipe à battre. Les protégés de Tony Rabarison confirmèrent par la suite en battant les Mahorais sur un score sévère de 5 à 2.

Comme il a fallu par la suite gérer ce début encourageant, les jeunes de Fosa Juniors ont tour à tour contraint au partage les Réunionnais (2 à 2) et les Comoriens (1 à 1).

Une entrée réussie donc pour les Majungais, mais aussi un exploit qui va faire taire les critiques sur le choix de la Fédération Malgache de Football à opter pour une équipe de Fosa Juniors renforcée.

Clément RABARY

Midi Madagasikara227 partages

CAN Beach soccer : Les Barea ratent le coche au Nigeria !

Coup dur pour les Barea beach soccer qui ont dû se contenter du match pour la cinquième place contre les Eléphants ivoiriens. Pour des champions d’Afrique en titre, cela ressemble à un cuisant échec même si c’était prévisible, car Madagascar n’avait pas, mais pas du tout, les moyens de ses ambitions.

C’est fini pour les Barea beach soccer qui, s’ils parviennent à battre la Côte d’Ivoire, termineraient à une 5e place guère élogieuse tant on attendait plus de Jhorealy Rafalimanana et ses camarades pour cette deuxième édition de la Coupe d’Afrique des Nations de beach soccer qui s’est tenue au Nigeria.

Plus la même équipe. Auteur d’une entrée tonitruante face à la Libye, une large victoire de 9 à 5, Madagascar semble être bien parti pour tenter au moins de terminer à la seconde place qualification pour la Coupe du Monde. Mais c’était seulement en apparence, car à la lumière des cinq buts encaissés contre les modestes Libyens, on sentait que ce n’était plus la même équipe qui brillait de mille feux aux Seychelles en 2015 même après la victoire au match de classement de 8 à 4 devant le Ghana. Tous les cadres étaient pourtant là avec des renforts de poids comme le Réunionnais Christian, mais aussi l’étoile montante tamatavienne Del.

Et si la défaite d’après contre le Sénégal par 1 à 3 laisse encore une certaine marge de manœuvre pour la qualification en demi-finale, la déroute face au Maroc allait sonner le glas. Une défaite de 1 à 2 qui faisait mal, très mal, mais à l’heure des comptes, les yeux se tournent vers l’Etat malgache qui n’a rien fait pour aider les Barea beach soccer à se maintenir au plus haut niveau après leur titre gagné de haute lutte face à des adversaires coriaces comme ce Sénégal qui parvient aujourd’hui à prendre sa revanche sur Pierralit et les autres, car il s’était préparé avec le plus grand sérieux et avec sans nul doute de gros moyens.

Approche plus professionnelle. Par contre avec la préparation des Barea à Mahajanga face à des formations de seconde zone notamment les clubs locaux, on ne pouvait espérer mieux. Autant le dire si Ymelda, Toky, Dada, Tina, Chrétien, Anderson, Pierralit, Jhorealy, Giovanni étaient devenus champions d’Afrique c’est bien parce qu’avant, ils avaient pu bénéficier des matches internationaux de préparation en Afrique du Sud et à la Réunion puis plus tard sur leur route pour le Mondial du Portugal, d’autres rencontres à Marseille. Le grand jeu en fait sinon la logique d’une approche plus professionnelle et ce que cela suppose des gros moyens auxquels on ajoute les services de Claude Barrabé, l’ancien portier de l’équipe de France.

Inutile d’épiloguer plus longtemps, car tant que l’Etat ne s’implique pas réellement, notre sport continue de se couvrir de ridicule. Et on peut encore s’estimer heureux que ce ridicule ne tue pas…

Clément RABARY

L'express de Madagascar156 partages

Scoutisme – Un humaniste passe à l’Orient éternel

Le scoutisme malgache est en deuil. Narivelo Rakoto­niaina, ou « Nary », s’est éteint en France, la semaine dernière, après un long traitement consécutif à une mala­die.Nary est reconnu pour sa grande dévotion pour le scoutisme malgache, il est, également, un grand modèle d’humanisme. « C’est une personnalité connue par sa ferme défense des droits humains avec discrétion », soutiennent ceux qui l’ont connu.Il est formateur et fait partie des fondateurs du grade la plus élevée de Tily à Madagascar. Il était sur le point de terminer un ouvrage sur le Scout de Madagascar, avant qu’il ne décède. Nary baignait aussi dans le monde des médias. Il était le manager de l’agence de communication ARTCOM.Narivelo Rakotoniaina a laissé derrière lui une veuve et deux enfants. Ses amis, ses collègues de travail et ses proches sont venus nombreux pour lui rendre un dernier hommage.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara137 partages

Vatsin’Ankohonana : Une pluie d’ariary pour le Grand Sud

Les Partenaires Techniques et Financiers étaient bien représentés.

Pendant trois ans, les ménages victimes d’insécurité alimentaire vont bénéficier d’un appui financier, nutritionnel et sanitaire.   

Il y a 6 mois de cela, Onitiana Realy n’avait pu retenir ses larmes face à la détresse de la population du Grand Sud. Aujourd’hui, c’est la pluie qui est tombée. Une lueur d’espoir pour le « Deep South » trop souvent victime de la sécheresse. En plus de la nature devenue plus clémente, il y a cette fois-ci, le programme « Vatsin’Ankohonana » ou le Fiavota qui vient d’être lancé officiellement, samedi dernier, dans le chef lieu de district d’Ambovombe, région Androy. Un programme qui s’étale sur trois ans, à compter de ce mois de décembre, pour les cinq districts les plus touchés par la sécheresse (Ambovombe, Amboasary, Beloha, Tsihombe et Bekily) à Androy et à Anosy. 39 communes en sont visées.

Maintien des enfants à l’école. Les mêmes principes que ceux dans les autres localités sont maintenus: donner de l’argent aux ménages les plus vulnérables, en visant en particulier les femmes qui élèvent seules leurs enfants, ainsi que les veuves. Ceci, afin que ces ménages touchés par l’insécurité alimentaire puissent stabiliser leurs revenus, puis accéder en même temps aux services de Nutrition. Mais il s’agit surtout de maintenir les enfants à l’école. Probablement par la gravité des impacts du « kere », les populations ciblées dans le Grand Sud sont particulièrement gâtées. Le Fiavota leur permet de recevoir mensuellement le transfert monétaire non conditionnel de 60 000 Ariary par ménage, pendant la première année. A ceci s’ajoute le fonds de redressement de 180 000Ariary par ménage qui vise à créer des activités génératrices de revenus. A partir de la deuxième année, place au transfert monétaire conditionnel à 30 000 Ar par famille, suivi du fonds de redressement pour 20 000 ménages de plus.            

« Tso-drano ». Ce « Fiavota », sous le leadership du ministère de la Population, de la Protection Sociale, et de la Promotion de la Femme (MPPSPF), financé par la Banque mondiale, mobilise plusieurs partenaires de l’Etat malgache, dont le BNGRC, l’UNICEF, l’ONN, le PAM, le PNUD, et le FID. Son lancement officiel à Ambovombe, a vu la présence du président Hery Rajaonarimampianina, du PM Olivier Mahafaly, de la ministre de la Population, Onitiana Realy, d’autres membres du gouvernement et de tous les représentants des Partenaires Techniques et Financiers (PTF). « La lutte contre le “kere” fait partie de nos priorités. Nous allons apporter de l’eau, et permettre la réhabilitation de la RN 13 reliant Ambovombe à Fort-Dauphin. D’autres appuis seront effectués pour les secteurs liés à la santé publique, la pêche et l’élevage », a déclaré le chef de l’Etat. La population venue nombreuse, composée majoritairement d’enfants et issus de communes périphériques et aussi lointaines, ont bravé la pluie qui tombait comme un « tso-drano » durant la cérémonie de lancement.

Pluie d’ariary. Pour marquer le coup dans la lutte contre l’insécurité alimentaire dans le Grand Sud, l’Etat avec l’aide des partenaires, a remis divers matériels, entre autres, deux véhicules 4×4, l’un pour l’antenne régionale du BNGRC, et l’autre pour la direction régionale du ministère de l’Elevage. Sans oublier la remise du nouveau camion pour la commune d’Ambovombe. Avant de remettre également cinq tonnes de semences, ainsi qu’une cinquantaine de charrues. Après les larmes versées par Onitiana Realy lors de la Concertation nationale en février, une pluie naturelle et aussi d’ariary (à travers le « Vatsin’Ankohonana ») est tombée dans le Grand Sud.     

Arnaud R.

L'express de Madagascar122 partages

Iakora – La peste terrasse quinze personnes

L’épidémie de peste fait des ravages à Iakora. Une vingtaine de victimes, des malades et des morts, sont recensés.

Les premiers résultats de l’investigation du ministère de la Santé publique, sur la situation de l’épidémie de peste dans le district d’Iakora, ont dévoilé 23 malades dont 15 décès. « Les premiers cas se sont produits aux environs d’octobre, nous n’avons pu découvrirl’épidémie que maintenant », a indiqué le secrétaire général du ministère de la Santé publique, Josea Ratsirarson, joint au téléphone, hier.Le directeur de la Veille sanitaire et surveillance épidémiologique (DVSSE), Maherisoa Ratsitorahana, en mission sur place, précise qu’il s’agit, en grande partie, de peste bubonique, bien que des cas de peste pulmonaire soient également enregistrés dans le petit hameau de Tanambao Maha­noro, commune Begogo et district d’Iakora. Pour l’instant, le ministère de la Santé publique n’est pas encore en mesure de préciser les causes de cette épidémie dans cette région d’Ihorombe. « Il faut des analyses biologiques pour déterminer les facteurs de l’épidémie », ajoute Maherisoa Ratsitorahana.

Sous traitementLa découverte de ce foyer pesteux déclaré méconnu, fait suite à l’épidémie de peste qui a fait dix morts et dix-sept malades, à Befotaka Atsimo, en novembre.Les victimes de la maladie dans la commune d’Inosy Ambalarano de ce district, ont informé le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andria­manarivo lors de sa descente le 9 décembre qu’ils ont remarqué des cas similaires, avec des décès, à Begogo.Ayant recoupé l’information sur place, ce premier responsable du ministère de la Santé publique l’a pu confirmer, avec quelques témoignages, à savoir celui d’un homme âgé qui lui a raconté que ses neuf enfants ont succombé suite à de fortes fièvres accompagnées d’apparition de ganglions. L’État a ainsi déclaré une situation d’urgence d’épidémie de peste, dans trois districts du Sud, à savoir Midongy Atsimo, Befotaka Atsimo et Iakora, lors du conseil des ministres, le 15 décembre.Aux dernières nouvelles, des malades sont en cours de traitement à Iakora. Leur état ne serait plus inquiétant et l’épidémie serait contrôlée.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar121 partages

Karaté – Championnat de Madagascar – Nette domination d’Analamanga

Analamanga a largement dominé les débats au championnat national organisé à Fianarantsoa. La ligue a raflé en tout onze titres sur les seize en jeu.

La capitale du Betsileo a abrité pendant trois jours le championnat national de karaté version 2016, ainsi que l’assemblée générale ordinaire de la Fédération malgache de karate. Les karatekas d’Analamanga ont dominé les débats au championnat de Madagascar  en kumite et kata, individuel et par équipes, qui s’est déroulé du 14 au 17 décembre, au gymnase couvert d’Ambato­mena à Fianarantsoa.Cette ligue a raflé onze titres sur les seize en jeu chez les seniors. En combat, Analamanga a également remporté quatre victoires en six finales, remportées entre autres par  Tanjona chez les -60kg, Patrick chez les -84 kg et Fifi pour les lourds de plus de 84 kg. Quant à la finale en équipes, elle a été à 100% Analamanga puisque la formation 1 de la ligue a battu la formation 2 au terme du duel final.La ligue a aussi brillé en kata en arrachant à la fois la victoire en individuel, grâce à Tsiry, que par équipes.

Doublé en kataLes Tananariviennes ont, de leur côté, brillé en kata en gagnant les deux titres en jeu, celui en équipes et celui en individuel ravi par Fanja. En kumite, Analamanga a gagné trois sur six finales, œuvres de Tahiry en -50 kg, Eliane pour les -55 kg et Tiantsoa chez les -68kg. En combat par équipes, la ligue s’est inclinée face à son hôte, la Haute-Matsiatra en finale.Les karatekas de Cosfa ont, pour leur part, remporté trois titres, dont deux en kumite hommes ravis par Toky chez les -75 kg et Marcellin – 67 kg, et un par Felana chez les + 68 kg dames.Ce championnat de Madagascar a pu se tenir grâce à l’appui du directeur régional de la Jeunesse et des sports de la Haute-Matsiatra, Rabe Hary Tiana Rakotondratsimba. Le sommet a vu la participation plus de 300 karatekas issus de douze ligues régionales.Rideau donc pour ce sommet national, la version 2017 du championnat aura lieu à Toliara, ainsi que l’a décidé à Fianarantsoa l’assemblée générale.

Résultats des seniors

Hommes :Kumite individuel :-60kg : Tanjona (Analamanga) bat Sarobidy (Vakinankaratra)-67kg : Marcellin (Cosfa) bat Lalaina (Analamanga)-75kg: Toky (Cosfa) bat Herman (Cosfa)-84kg: Patrick (Analamanga) bat Randria (Haute Matsiatra)+84kg : Fifi (Analamanga) bat Tojo (Atsinanana)Kumite quipes :Analamanga 1 bat Analamanga 2Kata individuel :Tsiry (Analamanga) bat Toky (Cosfa)Kata quipes : Analamanga 1

Dames :Kumite individuel :-50kg : Tahiry (Analamanga) bat Angela (Anosy)-55kg : Eliane (Vakinankaratra) bat Gabriela (Analanjirofo)-61kg : Felana (Analamanga) bat Fanja (Analamanga)-68kg : Tianatsoa (Analamanga) bat Nathalie (Amoron’Imania)+68kg : Mira (Cosfa) bat Aniack (Analanjirofo)Kumite équipes :Haute Matsiatra 2 bat Analamanga 1Kata individuel :Fanja (Analamanga) bat Princly (Cosfa)Kata équipes :Analamanga 1 bat Cosfa 1

Serge Rasanda

L'express de Madagascar74 partages

Entrée dans la capital d’Air Madagascar – Ethiopian Airlines en lice

Ethiopian Airlines a fait une proposition pour participer au capital de la compa­gnie Air Madagascar. Ce, en vue du plan de redressement de cette dernière.

La direction de la compagnie aérienne Air Madagascar a annoncé que la compagnie Ethiopian Airlines figure aussi dans le short list des candidats à l’ouverture du capital, aux côtés d’Air Mauritius, Air Austral, Airlink et Kenya Airways. « La compagnie éthiopienne avait fait une proposition. Le processus poursuit son cours actuellement et on est encore dans les temps à propos du calendrier », a fait savoir Gilles Filiatreault, directeur général de Air Madagascar vendredi.Fondée en 1945, Ethio­pian Airlines est la compagnie aérienne qui connaît la croissance la plus rapide en Afrique, desservant 95 destinations internationales avec une flotte de 83 avions. La compagnie éthiopienne met actuellement en œuvre un plan stratégique quinquennal appelé Vision 2025 visant à faire de la compagnie le premier groupe aérien en Afrique. Dans ce sens, elle vient de bénéficier, la semaine dernière, d’un financement de 159 millions de dollars de la Banque africaine de développement pour financer le programme d’expansion et de modernisation de sa flotte aérienne.

NégociationsEn avril, la direction générale affirmait avoir envoyé 35 cahiers d’informations à l’endroit des investisseurs potentiels, des transporteurs aériens, des banques, des investisseurs privés. Cette démarche entre dans le plan de redressement de la compagnie aérienne. À en croire les explications recueillies auprès de la compagnie nationale aérienne, sept d’entre eux ont répondu positivement à l’appel.Et depuis, des discussions ont été engagées dans les couloirs feutrés du transport aérien. Les séances d’informations se multiplient. En novembre, sept candidats étaient en lice pour prendre les 49% du capital d’Air Mada­gascar, et ont fait un déplacement à Antananarivo pour assister à une réunion d’information avec les dirigeants de la compagnie malgache.Le processus de participation dans le capital d’Air Madagascar prendrait un certain temps après cette sélection. Dans ce sens, la compagnie bénéficie de l’expertise d’un soutien actif de la Banque mondiale.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara70 partages

Soamahamanina : Les habitants réclament la libération d’Augustin Andriamananoro

La grande famille Mapar présente à la messe de soutien à Augustin Andriamananoro à Soamahamanina.

Le procès d’Augustin Andriamananoro aura lieu demain et les habitants de Soamahamanina ne l’oublient pas.

« Vox populi, vox Dei ». En gros, c’était le message que le prêtre de l’ECAR Ste Dorothée Soamahamanina a fait passer, hier, aux fidèles de ce lieu devenu « historique » comme aux pairs d’Augustin Andriamananoro en l’occurrence sa famille et les membres du Mapar. Car, une messe a été organisée dans cette église pour soutenir l’ancien ministre des Télécommunications, en particulier et pour le pays en général.

Réitération. Les membres ainsi que les députés issus du Mapar ont préféré garder le silence. Par contre, à quelques minutes avant la fin de la messe, certaines personnes ont pris la parole dont le père de cet ancien ministre. « J’espère que la justice fera son travail correctement et qu’elle agira dans les règles de l’éthique et de l’honnêteté », a-t-il soulevé. Mais il n’y a pas que lui, l’association « Voina Fitiavan-tanindrazana Soamahamanina » a eu également son mot à dire en (re)mettant notamment l’accent sur le refus de donner aux étrangers l’accès au foncier de Soamahamanina. « Ni l’argent ni quoi que ce soit ne pourrait acheter l’amour de la patrie dont nous faisons preuve », a lancé un membre de cette association, avant de continuer que « la terre appartient aux habitants de Soamahamanina et le restera. Nous n’approuverons jamais que des étrangers y effectuent des exploitations ».  Notons qu’une banderole sur laquelle est écrit « L’amour de la patrie n’est pas un crime » illustrée par une photo d’Augustin Andriamananoro placardée sur un mur de l’église.

Stand by. Après la messe, les membres de la même association ont accordé une interview aux journalistes présents. Un dénommé Richard a prévenu que « même si les Chinois sont partis, nous restons vigilants. En ce moment, les mouvements sont en stand by, car nous attendons la récolte mais si jamais une nouvelle exploitation s’annonce, nous retournerons sur le terrain ».  De surcroît, il s’avère qu’ils reçoivent des menaces du genre « des arrestations se feront à l’endroit de ceux qui mèneront des mouvements ». Face à ce que la population qualifie d’« injustice » à l’endroit d’Augustin Andriamananoro, elle réclame qu’il soit remis en liberté dans la mesure où d’après les habitants, « il n’a jamais participé à leurs réunions et ne les a jamais financées ». Outre cette libération, les habitants de Soamahamanina exigent également que « les matériels et les engins utilisés par les Chinois et qui font l’objet d’une surveillance drastique par des éléments de force de l’ordre soient intégralement retirés ». A titre de rappel, quatre chefs d’inculpation engluent Augustin Andriamananoro à savoir réunion publique sans autorisation, provocation de feux de brousse, atteinte à la sûreté de l’Etat et violence à l’encontre des forces de l’ordre ayant provoqué la perte d’une arme.

Aina Bovel

L'express de Madagascar67 partages

Beach soccer – CAN – Madagascar termine au cinquième rang

La sélection malgache a pris la cinquième place de la Coupe d’Afrique des Nations. Et ce, après avoir battu lors de son dernier match, la Côte d’Ivoire (4-3), hier en début de soirée.

Renversement de situation. Tenante du titre, la sélection malgache n’aura donc pas réussi à garder son titre de champion continental. Cependant, après avoir été éliminée en phase de poule, elle a bouclé sa campagne, dans cette édition 2016 de la Coupe d’Afrique des Nations, avec une victoire arrachée dans les ultimes secondes face à la Côte d’Ivoire (4-3).Les Ivoiriens ont bien entamé la rencontre. Dominateurs, ils ont pris les devants dans le premier tiers-temps. Ils ont terminé devant à l’issue de cette première joute, deux buts à un, grâce à des réalisations de Djimi et d’Aka. Malmenés, les hommes de Claude Barrabé et Solofo Ramarolahy se devaient de réagir. Mais ils n’ont jamais réussi à trouver le chemin des filets durant la seconde période, au terme de laquelle le score n’a pas évolué.Il a fallu attendre le troisième tiers-temps pour voir l’égalisation malgache. Elle a été l’œuvre de l’attaquant Dadah. Entré en jeu en cours de match, il a redonné espoir aux siens. Des espoirs momentanément réduits à néant, quand la Côte d’Ivoire a repris l’avantage, trois buts à deux. Mais décidément, les Barea étaient décidés à ne rien lâcher. Après être revenus encore une fois, ils ont fourni un effort décisif dans les ultimes instants de ce dernier tiers-temps, qui a été récompensé par un but libérateur de Dadah.

Mondial aux BahamasSamedi, la sélection malgache avait remporté son match de playoffs contre le Ghana. Et ce, sur le score de huit buts à quatre. C’est grâce à cette victoire que Madagascar a obtenu le droit de disputer le match de classement pour la cinquième place, face à la Côté d’Ivoire.Les noms des deux futurs représentants du continent noir, lors de la prochaine Coupe du monde aux Bahamas, ont également été connus à l’issue de cette journée de samedi. Il s’agit du Sénégal et du Nigéria. Les Sénégalais ont écarté les Égyptiens dans la première demi-finale, cinq buts à deux. Par la suite, les Nigérians ont facilement sorti les Marocains dans l’autre rencontre du dernier carré, six buts à un. Pour le Sénégal plus particulièrement, il a déjà été présent au Mondial 2015 à Espinho (Portugal), en compagnie de Madagascar.

Haja Lucas Rakotondrazaka

News Mada66 partages

“Live your goal” : fampidirana ny tovovavy hilalao baolina

Notontosaina tetsy amin’ny kianja ST Michel Amparibe, ny asabotsy lasa teo, ny andiany faharoa amin’ny “Live your goal”. Tetikasan’ny federasiona iraisam-pirenena (Fifa), amin’ny fampidirana ireo tovovavy hilalao baolina kitra. Ankizy 380 avy amin’ny sekoly tsy miankina toy ny kolejy St Michel sy ireo sekolim-panjakana, ny  CEG Antanimbarinandriana sy ny avy amin’ny fikambanana 4FA, ny Fahazavana, ny SOS Village d’enfants, ireo nandray anjara.

Tamin’ny alalan’ny “festival” na fampilalaovana baolina kitra ranofitsiny ireo ankizy no natao, toy ny fitanisana baolina, ny fomba fitsarana sy izay rehetra ao anatin’ny tontolon’ny baolina kitra.

“Ny fanomezana azy ireo fahafinaretana, hilalao baolina ny tena atao. Aorian’izao, dia hanohy izany any amin’ireo sekoly niaviany avy izy ireo”, hoy Mahatovo Ranja, tomponandraikitra voalohany amin’ity Live your goal, ity. Raha tsiahivina, niainga tamin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany ho an’ny vehivavy, natao tany Alemaina ny taona 2011 ity tetikasa ity. Nisy ny fanandramana natao tamin’ireo firenena hafa, ka nahitana fahombiazana. Anisan’ny nisitraka izany i Madagasikara ka nanomboka tamin’ity ny fampiharana izany, izay haharitra efa-taona. Tanjon’ny Fifa, ny fampiroboroboana ny baolina kitra vehivavy.

 Torcelin

 

Midi Madagasikara65 partages

Déforestation : Les eaux de rivières réduites de moitié

Lancement officiel de la campagne de reboisement 2016-2017, vendredi dernier à Andekaleka.

40 000ha de terrain seront reboisés durant la saison 2016-2017, selon le ministre Johanita Ndahimananjara ; une surface qui demeure insuffisante pour les environnementalistes, vu qu’entre 100 000 à 200 000ha sont brûlés chaque année.

Feu de brousse et culture sur brûlis ! Ce sont les motifs avancés par la JIRAMA pour expliquer le délestage qui reprend actuellement. D’après le ministre de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts, Johanita Ndahimananjara,  les eaux de rivières sont actuellement réduites de moitié, à cause des changements climatiques engendrés par la déforestation. En effet, dans le central hydroélectrique à Andekaleka, qui devrait produire la plus grande partie de l’électricité sur le réseau électrique de la Jirama, seulement une turbine sur trois fonctionne. Selon les informations officielles, c’est le manque de débit d’eau qui cause cette faible production. D’après les informations que nous avons collectées sur les lieux, les deux turbines en panne ne sont toujours pas réparées. En d’autres termes, l’insuffisance en eau n’est pas le seul problème à résoudre.

Corruption. La campagne de reboisement 2016-2017 a été lancée officiellement à Andekaleka, vendredi dernier, par le président Hery Rajaonarimampianina, accompagné par quelques ministres et représentants de Ministères. 1,5ha de terrain a été reboisé durant ce lancement, avec 490 pieds de bambou, 4kg de grains de grévilléa et d’autres espèces. D’après les explications, des espèces à croissance rapide ont été plantés sur une zone dédiée, pour approvisionner la population locale en bois d’énergie. En effet, le grévilléa peut atteindre 1,5 à 2m de hauteur, en seulement une année. Par ailleurs, le président Hery Rajaonarimampianina a tenu à planter spécialement le « Hintsina », son préféré d’après ses dires. A noter que selon l’espèce chaque hectare de terrain à reboiser nécessite entre 800 à 1200 jeunes plants. Pour l’heure, les feux de brousse et les cultures sur brûlis sont les facteurs qui causent le plus de déforestation à Madagascar. D’après les témoignages que nous avons recueillis, des défaillances subsistent au niveau des contrôles. « La culture sur brûlis est facile à pratiquer. Nous savons que c’est interdit par la loi et qu’il y a des contrôles, mais en cédant une partie de notre production aux contrôleurs, nous pouvons quand même le faire », nous a confié un paysan de l’Alaotra Mangoro. Bref, la déforestation est loin d’être résolue.

Antsa R.

L'express de Madagascar56 partages

Semaine marathon – Le Président en pré-campagne

Au lendemain des sommets internationaux et de la conférence des bailleurs, le Chef de l’État enchaîne les tournées. Des voyages aux airs de précampagne.

D’une pierre deux coups. Il semblerait que ce soit l’objectif de Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, dans ses multiples tournées à travers toute l’île.Le chef de l’État, la semai­ne dernière, a engagé un road show dans diverses localités de Madagascar, qui a démarré mardi, où il a procédé à la pose de la première pierre d’un parc photovoltaïque d’énergie solaire. Il a enchaîné avec une série d’inau­gurations d’infrastructures agricoles et de traitement de déchets dans la région Sud-Ouest, le lendemain. S’ensuit, jeudi, une autre inauguration, cette fois-ci, de la réouverture d’une usine militaire, à Moramanga.Après une brève apparition, à Antananarivo, à l’occasion du 125e anniversaire de l’hôpital militaire de Soavinandriana, vendre­di matin, le chef de l’État a bondi dans son hélicoptère pour aller rejoindre Ande­kaleka, afin de procéder au lancement officiel de la saison du reboisement. Le road show présidentiel de la semaine dernière a pris fin, samedi, à Ambovombe, avec la mise en branle d’un filet de sécurité social pour les ménages victimes de sous-nutrition dans les régions Androy et Anosy.Outre la défense de sa politique sociale, sa politique économique, son programme environnemental, au lendemain des sommets internationaux accueillis par Mada­gascar, ou encore, de la Conférence des bailleurs de fonds et des investisseurs (CBI), Hery Rajaonari­mam­pianina, a, également, plaidé, dans la plupart de ses discours, durant ses tournées, sa politique internationale.

Précampagne« Ces matériaux viennent de l’État car, c’est ce qui convainc les partenaires internationaux à travailler avec nous », a-t-il soutenu, à Ambovombe. Certains mots, quelques codes couleurs aperçus sur les terrains, ou encore, certaines coïncidences apportent, par ailleurs, une touche de précampagne aux tournées présidentielles de ces derniers jours. « Ne vous laissez pas influencer par les rumeurs et les obstacles (…) le Président sera toujours avec vous, il est et reste à vos côtés », a lancé le locataire d’Iavoloha, pour conclure ses discours, notamment, à Ambatolampy et dans la capitale de la région Androy.Lors de la visite présidentielle, à Andekaleka, les organisateurs ont choisi le bleu comme code couleur pour la journée de reboisement. Une couleur qui permet aisément l’amalgame avec le bleu du parti « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM). Cette formation politique, justement, qui par le biais de son président nationale Rivo Rakotovao, a sollicité « officiellement » la candidature à la présidentielle de Hery Rajaonarimam­pianina, lors d’un congrès régional, à Fianarantsoa, samedi.À quelques reprises, le chef de l’État a été questionné sur une éventuelle intention de briguer un second mandat. Des questions qu’il a, systématiquement, esquivées. Martelant la mise en place de projets structurants, il est peu probable que le locataire d’Iavoloha, n’envisage pas un deuxième quinquennat. Les promesses d’une manne conséquente pour passer à la vitesse supérieure et engager concrètement ces projets durables, viennent d’être acquis, suite à la CBI. Des financements qui courrent, pour la plupart jusqu’en 2021.La somme de 10 milliards de dollars promise durant la CBI est, d’autant plus, présenté comme l’un des principaux faits d’arme de l’administration Rajaonari­mampianina. « La candidature du président Rajaona­rimam­pianina est sollicité pour la continuité du travail commencé », a été argué, à Fiana­rantsoa, le week-end dernier. À l’instar d’autre candidats déclarés, ou pressentis, à la présidentielle, le chef de l’État semble, aussi, vouloir prendre une longueur d’avance. Cela tout en défendant son bilan qui, pour l’heure, est grandement obscurci, entre autres, par les problèmes énergétique, l’insécurité et l’inflation.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara42 partages

Villa Pradon : Un véhicule des forces d’intervention crée la confusion totale

Il a fallu une conférence de presse de la part de la police nationale pour mettre un terme aux rumeurs sur une éventuelle arrestation de Lalatiana Rakotondrazafy, cette dernière est parmi les leaders de l’opposition. La semaine dernière, une équipe de l’unité d’intervention rapide de la police ont décidé de garer la voiture de service au parking de la villa Pradon à Antanimena. L’endroit abrite plusieurs groupes de presse de l’opposition dont la radio Free-Fm et le journal Free-news qui trouvent sa patronne en la personne de Lalatiana Rakotondrazafy. La présence du véhicule avec des éléments armés à bord a vite mis sur les nerfs les occupants des locaux de la villa rouge. La rumeur a circulé sur une éventuelle arrestation de la patronne du groupe Free communication. Relayée par les réseaux sociaux, la nouvelle a fait le tour des internautes et a pris une ampleur considérable pour l’opinion publique. Samedi dernier, le chef de la sécurité urbaine de la police centrale a mis les points sur les i pour éclaircir la situation. « Oui, nos éléments ont décidé de parquer la voiture à la villa Pradon avant de lancer une opération coup de poing visant des pick-pockets. C’était le seul endroit sûr pour que nos cibles ne nous aperçoivent pas au risque que notre intervention ne tournait au vinaigre » a-t-il expliqué. Il a continué dans la foulée que cette présence n’est aucunement liée à une arrestation de quiconque politicien ni motivée par la politique. « Que ce soit clair, notre unité ne fait pas de la politique. Nous étions descendus à Antanimena à la suite de plusieurs doléances sur des cas répétitifs de vols à la tire » a pour sa part expliqué le chef de l’unité d’intervention rapide. Cette situation a coïncidé avec la récente arrestation de l’ancien ministre Augustin Andriamananoro et il est bien naturel qu’une certaine inquiétude s’est installée avec le passage des forces de l’ordre dans ce fief de l’opposition…

D.R

L'express de Madagascar40 partages

Natation – Managing sacré meilleur club

Le club de Managing sacré meilleur club de la coupe de Noël version 2016. C’est la dernière compétition de l’année organisée par la Fédération malgache de natation. Les courses se sont tenues toute la journée d’hier, à la piscine olympique de l’Académie nationale des sports à Ampefiloha et a vu la participation de 318 nageurs, venant des ligues d’Atsinanana, Vakinan­karatra, Boeny et Analamanga.Le jeune club de Managing qui regroupe quelques meilleurs nageurs comme l’olympienne Estellah Fils Rabetsara, s’installe en tête du classement des clubs avec un cumul de 157 points. Devancé de peu, Saint-Michel se trouve en deuxième position avec 110 points, devant Cosfa qui a obtenu 66 points et a complété le podium.  Aucun record national n’a été battu, hier. En revanche, une meilleure performance signée Mamihaja Nathan Andriampenomanana de Managing a été enregistrée au 100 m nage libre dans la catégorie minime garçons, 1.11.93 contre 1.12.49.Point final aux activités locales de la Fédération, mais les clubs, en leur nom, pourront encore envoyer des nageurs au Meeting international de l’océan Indien qui se tiendra à La Réunion entre Noël et la fin d’année.

S. R.

Midi Madagasikara40 partages

Défilé de mode : Festin couture !

Chic et glamour ont été au menu de ce show couture dress organisé par la Maison Jetset couture.

Dentelle, guipure, soie, résine et voilage… le show dress couture en a mis plein les yeux aux mordus de mode samedi soir à la City Ivandry.

Un anniversaire en toute beauté ! Effluves de tulle, touches de dentelle et de guipure, sensualité de crêpe et d’organza, fronces, plissés et autres traînes… Samedi dernier, la Maison Jetset couture a emmené la gent féminine dans le monde merveilleux de la haute couture, à la City Ivandry. Les silhouettes jouaient d’envolées de superpositions et de transparence, tandis que les matières donnent des ailes à la démarche digne des princesses des temps modernes. Sensuelles et ultra-féminines, version robes du soir « grand jeu » et froufroutantes ou plus minimalistes, toutes se parent de détails plus précieux et travaillés les uns que les autres pour mettre, une fois de plus des étoiles plein les yeux aux amatrices de mode, venues assister au défilé à la City Ivandry. Les drapés et les détails de broderies s’associent aux plumes et à différentes accessoires pour une opulence festive. Les structures architecturales sont brodées, perlées, ou imprimées sur des volumes vaporeux. Une palette de prune, beige et blanc complète des nuances de bleu clair, cobalt et noir qui évoquent le paysage urbain. Colliers, ceintures, bracelets et broches sont très présents. Réinterprété, l’iconique jumpsuit s’orne d’une guipure rebrodée d’un motif floral ou se décline dans une coupe graphique superposé d’une jupe fendue. Certaines longueurs se raccourcissent, accompagnées d’une paire de ballerines pour des mariées dans le temps. Une soirée exceptionnelle qui a marqué à la fois le premier anniversaire de Dentelle Passion, la deuxième année d’existence de la marque IKYWI et le troisième anniversaire de la maison Jetset couture.Mahetsaka

L'express de Madagascar39 partages

Événement -L’ADN affiche son courage et sa détermination pour le changement

La formation politique libérale a tenu sa dernière réunion politique de l’année, à Ankorondrano, samedi. L’occasion pour le parti conduit par Edgard Razafindravahy d’affirmer son courage pour impulser le changement dans la société et dans la pratique politique.

Déterminé. Le parti Arche de la nation – Antoka sy dinan’ny Nosy (ADN), a tenu sa dernière réunion politique de l’année, au dôme RTA, Ankorondrano, samedi. Un rendez-vous qui a vu la participation des chefs de file régionaux de la formation libérale démocrate et des militants résidant à Antananarivo.En un peu plus d’une année d’existence, le parti ADN a fait du chemin, avec 15 régions visitées par la délégation conduite par Edgard Razafindravahy, chef de file national, et au moins, autant de branches régionales qui se sont constituées. Le rendez-vous de samedi, a été, entre autres, l’occasion de faire le bilan du parcours de la formation politique durant cette année qui arrive à terme.

Edgard Razafindravahy, chef de file de l’ADN, déterminé à aller de l’avant dans la conduite du changement.

Outre la dynamique positive du parti sur la scène nationale, l’acquisition de galons internationaux, avec son intégration comme membre part entière de la fédération mondiale des formations politiques libérales, avec le soutien actif du parti Venstre qui est au pouvoir au Danemark, est aussi, l’un des moments forts de l’année 2016, du parti ADN. « Rares sont les partis politiques qui ont osé proposer un contrat social, apporter des garanties à ses compatriotes, mais aussi, à faire pareil sur la scène internationale », a déclaré Edgard Razafindranvahy, dans son allocution.« Cela prouve que nous avons du courage. Que nous avons des valeurs que nous osons défendre et partager avec nos compatriotes. C’est ce qu’il y a de plus important », a ajouté le chef de file national du parti ADN. Dans sa prise de parole au dôme RTA, Ankorondrano, Edgard Razafindravahy, a justement, mis l’accent sur ce courage, cette volonté et cette détermination de continuer à partager les valeurs de la formation libérale qui consiste à lutter pour le bien-être et l’émancipation de tout un chacun.

L’ADN s’est réunie pour une séance de bilan mais aussi de partage avec son chef de file national.

Changement et refondation« Tant que Dieu m’en donnera la force, je m’armerai toujours de courage et ne reculerai devant rien pour convaincre mes proches, mon entourage, mes collaborateurs, mes concitoyens », a soutenu l’ancien candidat à l’élection présidentielle. Une candidature, justement, qui selon lui, prouve ce courage de trancher avec les pratiques et les acteurs politiques de tout bord qui n’ont fait qu’enfoncer le pays et ses habitants dans le marasme de la pauvreté.Le changement de la classe dirigeante, mais aussi, une refondation du système étatique pour parvenir à l’émancipation et le bien-être de tout un chacun, est, également, l’une des lignes que défend le parti ADN. « Ce sont toujours les mêmes politiciens qui se sont succédé au pouvoir. On ne peut plus compter sur eux, plus aucun d’eux ne peut libérer Madagascar du joug de la pauvreté. Il faut avoir le courage de dire qu’ils ne font qu’un, qu’ils soient au pouvoir, ou dans l’opposition », affirme le chef de file national du parti libéral.Un courage que l’Arche de la nation a, également, démontré en soutenant la nécessité d’une refonte du système étatique pour passer de l’Etat unitaire à un Etat fédéral. Un fédéralisme qui sera aménagé pour être approprié à la Grande île. « Contrairement à ce que certaines mafias politiques veulent faire croire, un système fédéral ne conduira pas à des conflits inter-ethniques », soutient Edgard Razafindravahy.

Le dernier samedi de formation de l’ADN pour 2016 a réuni tous les dirigeants régionaux du parti à Ankorondrano

Durant sa prise de parole devant les chefs de file régionaux et militants du parti ADN, à Antananarivo, samedi, l’ancien candidat à la présidentielle a, ainsi, rappelé que « c’est ce courage qui rassemble ici, c’est ce courage qui nous lie ». Les membres de la formation libérale qui ont rempli le dôme RTA, Ankorondrano, qui ont scandé à l’unisson leur courage et leur détermination « à affirmer la conviction et les valeurs qu’ils défendent et que défendent le parti ADN », et à ne pas tarir d’effort pour convaincre leurs proches, leurs compatriotes à y adhérer. Le courage et la détermination du parti libéral à amener le changement sur la scène politique dans la société ont été réaffirmés, samedi.

Texte : Garry Fabrice RanaivosonPhotos : MAMY MAËL

Midi Madagasikara37 partages

Toamasina : Tsy mifandefitra ny kamiao, tapaka adiny telo ny làlana

Samy olana goavana amin’ny fivezivezen’ireo kamiao eto Toamasina ny tsy fisian’ny fifanajana sy fifandeferana eo amin’izy ireo. Efa betsaka ny loza nateraka izany ka isan’izany ity nitranga ny sabotsy maraim-be ity tamin’ny lalana “boulevard de l’Ivondro” tao amin’ny fokontan’Anjoma ity. Fiara vaventy roa samy mitondra kaonterena hiazo an’Antananarivo, sy samy nandeha mafy no nifampisongona tao anatin’ny lalana efa tery noho ity kamiao iray mifanena amin’izy ireo hamonjy ny seranan-tsambon’i Toamasina. Vokany ny kamiao iray nivarina tao anaty lalan-drano saingy tsy naninona loatra, ny faharoa kosa nifandona mafy tamin’ilay kamiao nifanena taminy izay tena potika tanteraka ny lohan’ny fiara roa. Tsy nisy aloha ny maty nandritra ny fifandonana mafy teo amin’ireo kamiao roa, saingy ny fahasimba no betsaka izay tena mila fanamboarana tanteraka. Voabahana nandritra ny ora telo ny lalana izay fandehanan’ireo kamiao mamonjy ny seranan-tsambo maka entana, voatery nakana fitaovana fibatana entana mihintsy ireto kamiao roa nibahan-dalana sy nibatana ny kaontenera teo ambonin’ny iray an-dalana hiazo an’Antananarivo hanatitra entana tokony ho tonga ny alahady tamin’ny tompony…

Malala Didier

Midi Madagasikara37 partages

Soavimasoandro : Fiara telo nisy nandoro teo amin’ny parking

May kila forehitra ny fiara telo izay nipetraka teo amin’ny parking iray etsy Soavimasoandro. Fiara nindramina ilay iray nirehitra voalohany, manodidina ny tamin’ny iray ora maraina omaly. Nindramina dia nentina namonjy mariazy ilay fiara tsara tarehy. Raha mba nijanona kely teo amin’ilay parking no nisy nandrehitra. Niitatra tany amin’ireo roa hafa izany dia Renault Dacia sy Peugeot 307. Nifamonjen’ny fokonolona ny famonoana ny afo saingy nandamoaka izany satria vetivety foana dia nahazo vahana be. Niandry ny mpamonjy voina vao maty tanteraka saingy efa tara loatra. Tsy nisy noraisina intsony ireo fiara telo. Nomarihan’ny kaomisaria miandraikitra ny boriborin-tany fahavalo fa tena narehitra ireo fiara ireo, nisy nisompatra. Misokatra ny fanadihadiana momba izany.

 D.R

Midi Madagasikara35 partages

Ambovombe Androy : Milavonjy Philobert accule Hajo Andrianainarivelo

Guerre ouverte entre le président national du « Malagasy Miara-Miainga », Hajo Andrianainarivelo et le député d’Ambovombe Androy, Milavonjy Philobert qui n’est autre que son ancien président de Groupe parlementaire. En effet, ayant assisté à la cérémonie de lancement officiel du programme « FIAVOTA » dans la partie Sud de la Grande Ile, ce parlementaire élu sous les couleurs du VPM/MMM n’a pas hésité à acculer publiquement son ancien mentor. Il considère Hajo Andrianainarivelo comme « un verre à jeter dont il faut larguer après usage ». « Nous n’avons pas besoin de ces opposants qui ne servent à rien », a-t-il déclaré. Une véritable déclaration de guerre lancée en public à l’encontre de son ancien compagnon de lutte et qui a fait rire le président Hery Rajaonarimampianina et le Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana. En effet, les deux chefs de l’Exécutif ont été témoins de ce retournement de veste de l’ancien président du groupe parlementaire VPM/MMM. Apparemment, Milavonjy Philobert n’a pas digéré le fait qu’il ait été remplacé par le député Solaimana Mahamodo à la tête du GP VPM/MMM. La décision a été prise au mois de septembre dernier. Le député d’Ambovombe Androy est accusé de non-respect de l’éthique et de la discipline du parti.

Davis R

Midi Madagasikara32 partages

Grande Braderie : Jusqu’à 50% de remise pour les deux dernières journées

La Grande Braderie se poursuit aujourd’hui et demain au Palais des Sports.

Pour cette édition de Noël 2016, la Grande Braderie de Madagascar ne prend pas fin un dimanche, mais un mardi.  « Ce sont  les exposants qui ont choisi cette date, pour éviter les achats juste avant, ou durant Noël » explique un responsable de Madavision. Un  choix qui est visiblement le bon puisque, les trois premières journées de la Grande Braderie qui a commencé, rappelons-le vendredi dernier étaient très réussies. Les exposants ont réalisé de bons chiffres d’affaires, tandis que les visiteurs qui ont trouvé les produits qu’ils voulaient, ont bénéficié des remises de plus de 15%. Mais les deux dernières journées risquent encore d’être meilleures, puisque la plupart des participants annoncent encore plus de remise. « Par expérience, on sait que c’est pendant les deux dernières journées que les exposants font beaucoup plus de remise » selon toujours ce responsable de Madavision. Et lui d’ajouter que certains des participants vont jusqu’à plus de 50%  de remise, durant les deux dernières journées. En tout cas, la Grande Braderie de Madagascar se poursuit aujourd’hui et demain au Palais des Sports de Mahamasina. L’endroit idéal pour faire les achats de Noël.

R.Edmond.

L'express de Madagascar30 partages

Opposition – « Mitsangana ry Malagasy » s’effrite

Le mouvement d’opposition « Mitsangana ry Malagasy », semble être en perte de vitesse. Ces derniers temps, ses membres agissent, surtout, de manière individuelle.

Eparpillés. Les membres du mouvement « Mitsan­gana ry Malagasy » (MRM), ces derniers temps, tendent à agir en ordre dispersé. Des actions et prises de position individuelles qui amènent à se demander si le MRM comme à s’effriter.Les débuts de cette entité qui s’est déclarée d’opposition ont, pourtant, été tonitruants, avec des noms de l’arène politique à sa tête. Vraisemblablement, confiant de sa force, le mouvement, pour se faire entendre, a d’emblée mis le pied dans le plat par des discours séditieux. Face au tollé international, le pouvoir a qualifié ses membres de « putschistes », et n’a pas hésité à user des forces régaliennes pour les « museler ».L’interdiction de manifester au gymnase couvert de Mahamasina, en septembre, notamment, a mis du plomb dans l’aile des intentions du « Mitsangana ry Malagasy ». Ses ténors, depuis, se sont limités à des interventions médiatiques individuelles.

MultiplicationUn ordre de marche qui semble toujours de mise. Après l’arrestation d’Augustin Andriamana­noro, ancien ministre de la Transition, le MRM s’est fendu. Cela n’a, cependant, pas empêché quelques-uns de ses membres d’affirmer des réactions individuelles dans la presse.Étant donné la dynamique du MRM, l’« Antoko politika madio » (APM), présidé par Faniry Alban Rakotoarisoa, par exemple, a quitté ses rangs, en fin novembre. L’argument soulevé par l’APM était que sa défection était causée par « l’atermoiement », du MRM, ou encore, « son impuissance face au pouvoir ». Le parti « Malagasy miara-miainga », conduit par Hajo Andria­nainarivelo, lui, depuis quelques semaines, semble avoir décidé de tracer sa route et parvenir à peser contre le pouvoir en occupant le fauteuil du chef de l’opposition.S’étant déclaré comme opposant officiel au  ministère l’Intérieur, le MMM lorgne, désormais, le poste de septième vice-président de l’Assemblée nationale, et les privilèges constitutionnels et légaux que cela implique pour rester sous les phares de la scène politique. « Nous sommes un mouvement composé de plusieurs entités qui ont chacune leur thème de prédilection », soutient Holijaona Rabaonarijaona, porte-parole du « Mitsangana ry Mala­gasy ».Le chef de file d’Emer­gence Madagascar défend, par ailleurs, que « le fait que les membres émettent divers avis sur plusieurs fronts n’est pas une faiblesse. Au contraire, nous considérons cela comme une multiplication, une diversité d’opinions qui fait notre force. Cela signifie que le mouvement est présent sur plusieurs fronts ». Holijaona Raboanarijaona, soutient  qu’étant un mouvement, tous les membres ne peuvent pas être univoques sur tous les sujets.« Nous partageons, néanmoins, l’idéologie qu’une refondation, une réforme en profondeur est nécessaire. Chacun défend ses sujets de prédilection mais, lorsqu’il s’agit de grands sujets, nous savons unir nos voix », soutient-il. La marche en ordre dispersé serait, également, une manière de contourner les « représailles étatiques ».

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara30 partages

Financements extérieurs de 10,2 milliards USD : « Un mal nécessaire indispensable pour le développement...

Madagascar ne peut pas se passer de l’aide extérieure, selon Mamisoa Freddy Andriamalala, Economiste et Politologue, Professeur de Finances Publiques et de Politiques Publiques au Département Economie de l’Université d’Antananarivo. D’après lui, les 10,2 milliards USD de la Conférence des Bailleurs et des Investisseurs sont vraiment nécessaires pour promouvoir le développement. Interview.

 Midi Madagascar (MM). Que pensez-vous de la capacité du régime à négocier avec les bailleurs et investisseurs. ?

Freddy Andriamalala (Freddy A). D’abord, c’est un grand succès pour le Président de la République et le Gouvernement, voire le peuple malgache d’avoir persuadé les bailleurs de fonds et les investisseurs internationaux ; et surtout d’avoir gagné leur confiance. Le Président de la République, lui-même en tant qu’économiste, connaît bel et bien le mécanisme de financement international et a donc mis à profit son habileté pour défendre l’intérêt de son pays.

MM : Croyez-vous en l’effectivité de la promesse de financement de 10,2 milliards de dollars ?

Freddy A. Par rapport au montant de l’Aide Publique au Développement (APD) reçue par Madagascar depuis le début de l’an 2000 ; la promesse de financement public pouvant atteindre 6,4 milliards de dollars pour une période de quatre ans est énorme.

A titre de rappel, l’APD est  passée de 295,2 millions de dollars en 2002 (période de crise politique) à 605 millions de dollars en 2015 (dont aide multilatérale représentant près de 75% de l’APD) en passant de 850 millions de dollars en 2005, suite à l’effacement de la dette dans le cadre de l’Initiative des Pays Pauvres Très Endettés (IPPTE).

Le décaissement effectif de financement, surtout public se fait dans le cadre d’un processus souvent long et complexe. Les bailleurs fixent leurs directives  et leurs propres modes de financement, bien souvent sans prendre en considération des besoins prioritaires exprimés par le gouvernement et la population. Ils accordent l’aide avec des conditions souvent difficiles à réunir. Ce sont des exigences qui sont devenues  sources de pertes de temps et d’inefficacité.  

Pour ce qui est des IDE, leur effectivité dépend du plan d’affaires de chaque investisseur et de l’environnement favorable à leur  investissement dont  leur sécurisation et leur viabilité.

MM. Comment faire pour accélérer le déblocage des fonds ?

Freddy A : Par rapport au contexte actuel et dans une perspective à court et à moyen termes, les bailleurs de fonds tant privés que publics et le Gouvernement malgache devraient prendre des mesures  prioritaires  pour rendre effective dans un meilleur délai la promesse de financement, à savoir : 

– Les bailleurs de fonds devraient accélérer le décaissement de l’APD qu’ils accordent à Madagascar en diminuant les conditions exigées préalablement  pour débloquer les fonds.

– L’afflux de l’APD et des Investissements Directs Etrangers (IDE) exigent un environnement favorable pour accroître leur efficience et efficacité. En effet, le gouvernement malgache devrait concrétiser d’une manière précise et drastique les mesures  de gouvernance inscrites dans le Plan National de Développement(PND). Ces mesures vont permettre également d’accroître la motivation des opérateurs nationaux à allouer de manière optimale leur ressource dans des investissements productifs.

MM. Est-ce que le pays est toujours obligé de mendier auprès des bailleurs  publics?

Freddy A. Ce n’est pas une question de mendicité. La recherche de financement international est plutôt basée sur un principe de complémentarité pour renforcer la dynamique interne du développement.

A Madagascar, comme vous le savez bien que l’épargne aussi bien publique que privée est très faible; elle ne permet pas d’assurer le besoin de financement en matière d’investissement à cause de la faiblesse du système productif. Les ressources internes mises à disposition de l’Etat sont conditionnées par la structure du système fiscal, qui reste toujours en déséquilibre, malgré les réformes en cours. En effet, depuis plusieurs années,  les recettes douanières représentent en moyenne 50% des recettes fiscales totales. Environ 620 grandes entreprises paient près de 80% de recettes fiscales au niveau de la Direction Générale des Impôts (DGI). Environ 300 000 petits contribuables paient effectivement de l’impôt sur 4 000 000 agents économiques qui devraient être assujettis. A cela s’ajoute les fraudes fiscales et les activités informelles.   

Le Projet de loi de finances pour 2017 qui vient d’être adopté fixe à 6 784 milliards d’Ariary (2 150 millions de dollars) le budget de l’Etat. Pour ce budget 2017, le Programme d’Investissement Public (PIP) sera financé par l’emprunt et la subvention extérieurs jusqu’à hauteur de 2 295 milliards d’Ariary (730 millions de dollars – soit près de 90% du montant total du PIP).

Au vu de ce contexte, les ressources domestiques ne permettent pas au Gouvernement de financer la tranche annuelle du PND. En d’autres termes ; le gouvernement ne peut pas financer avec ses propres moyens les grands programmes de développement, notamment les dépenses nécessaires pour financer les infrastructures économiques et sociales. Le gouvernement est ainsi contraint de recourir à l’emprunt extérieur pour financer son plan de développement. L’afflux de l’APD et des IDE va changer la structure du « diamant de l’espace budgétaire » du pays.

 MM. Pour ce qui est des IDE, est-ce qu’ils apportent vraiment une croissance inclusive à Madagascar ?

Freddy A. Les IDE sont parmi les facteurs de la croissance. Ils permettent de produire des biens et services marchands, créent des emplois et accroissent le pouvoir d’achat de la population selon la demande effective.

L’histoire du développement  montre que la croissance économique enregistrée par des pays émergents est propulsée en grande partie par les IDE.  Par rapport aux benchmarks  des certains pays, il faut créer un environnement propice aux IDE pour les attirer.

Il ne faut pas se contenter seulement des IDE européens. La diplomatie économique trouve actuellement sa place pour attirer plus de diversités en ce qui concerne l’origine géographique des investisseurs. Dans le contexte actuel, la Chine, devenue première puissance mondiale et  grand réservoir des IDE,  est un partenaire intéressant si l’Etat malgache a la capacité d’analyser et de communiquer à la population les coûts et les avantages qui en découlent. Parmi ces avantages, on peut citer la croissance propulsée par l’utilisation d’un plus grand nombre possible de mains d’œuvre.

MM. L’aide extérieure n’est-elle pas source d’endettement pouvant renforcer la pauvreté ?

Freddy A. En se référent aux motifs d’interventions passées des bailleurs de fonds dans l’économie des pays sous-ajustement structurel dont Madagascar, l’aide extérieure est source d’endettement et de pauvreté. A titre d’exemple, durant la deuxième République, l’endettement a été une des causes du renforcement et de l’intensification de la pauvreté à Madagascar. Les expériences dans plusieurs pays, surtout les pays très pauvres endettés  montrent  l’existence de lien causal entre dette et pauvreté (cycle infernal dette-pauvreté). La plupart de l’aide obtenue par Madagascar n’a pas été utilisée de manière efficiente et efficace. L’aide a été gaspillée. Résultats : faillite et vente à prix bradés des entreprises publiques. En effet, endettement et pauvreté s’enchaînaient.

MM. Quelle stratégie d’utilisation de financement international alors ?

Freddy A. La mise en œuvre effective d’une Politique nationale cohérente dans l’utilisation de l’aide extérieure et l’existence d’un cadre institutionnel pour la coordination de financement extérieur sont primordiales afin de s’assurer que les intérêts de la collectivité à tous les niveaux (nationale, régionale, communale, etc.) soient bien identifiés et respectés dans le cadre des politiques publiques.

Ainsi, le moment est venu pour repenser la gestion de financement international  au développement si on veut sérieusement réduire la pauvreté dans notre pays. .

Mais il ne faut pas se contenter de recevoir une somme colossale de financement international. Le gouvernement devrait tenir compte de la stabilité  institutionnelle et de la soutenabilité de la dette. 

Côté négatif, les conditions des bailleurs de fonds  étrangers érodent la souveraineté nationale, mais leurs apports sont nécessaires pour promouvoir le développement. L’aide extérieure est donc un mal nécessaire.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara28 partages

Arics Tour : La 20e bougie soufflée hier

La joie était de mise lors de la coupe du gâteau marquant les 20 ans d’existence de la société.

« Madagascar est de plus en plus connu au Japon. Ce qui n’était pas le cas il y a dix. Et nous connaissons actuellement une hausse des nombres de touristes japonais venant visiter Madagascar. Il y en a 4 000 qui viennent chaque année. Cependant, l’année 2016 a connu une baisse sachant que le chiffre a diminué de moitié». Un message lancé par le Directeur Général d’Arics tour, Ren Kurokawa, lors de la cérémonie de célébration du vingtième anniversaire de la société hier à l’hôtel Carlton. L’ambassadeur du Japon à Madagascar, Ichiro Ogisawara, quant à lui, voit le tourisme comme un des outils de communication interpersonnelle le plus performant. Car selon toujours lui « le tourisme, à travers les activités d’Arics Tour permet « un mariage des cultures japonaises et malgaches à travers les échanges« . Ce qui est vrai étant donné que les échanges pouvant s’effectuer entre les visiteurs et les hôtes.

Bilan. « Le bilan est positif quant à l’exercice de ces dix dernières années» selon toujours Ren Kurokawa.Un succès que ce dernier expliquerait par les efforts fournis aussi bien par son équipe que par ceux fournis par les dirigeants de l’Etat dans la mise en place d’une stabilité économique, politique et sociale. Ce qu’il a tenu à appuyer par « ce qui pousse les touristes comme les investisseurs  à venir dans la Grande Ile, ce sont la stabilité politique, économique et sociale. Sans cela, et les années 2009 à 2013 l’ont prouvé, il n’y aura pas de touristes qui viendront visiter Madagascar ».  Ainsi, d’après toujours Ken Kurokawa, les Japonais s’intéresseraient de plus en plus à la Grande Ile. Ce qu’il qualifie d’opportunités s’ouvrant devant à nous, Malgaches. En effet, avec leurs technicités, leur savoir-faire et leur savoir-être, les Japonais constituent des modèles à suivre. Leur culture du respect mutuel est l’une des meilleures illustrations. Etant donné que le tourisme contribue de façon conséquente au développement, surtout local, il est peut-être temps d’appuyer les efforts fournis dans ce sens. Pour que l’éternel recommencement, que l’on a l’habitude de faire et de vivre, ne se fasse plus.

José Belalahy

Midi Madagasikara27 partages

Découverte : Valoriser le potentiel de l’usine militaire de Moramanga

Vue sur une partie des équipements produits par l’atelier d’ouvrage métallique.

Embarcation pouvant accueillir à son bord jusqu’à 20 personnes, mobiliers utiles en campement ou en déplacement, mobiliers de rangement et divers autres produits logistiques, etc. L’atelier d’ouvrage métallique de l’usine militaire de Moramanga constitue une véritable vitrine illustrant l’étendue du potentiel de cette unité de cartoucherie désormais ouverte vers d’autres perspectives, parallèlement à sa principale activité. En diversifiant ses activités, en effet, l’usine militaire s’offre la possibilité de valoriser, d’une part, ses potentiels résiduels et d’autre part, le potentiel de ses ingénieurs et techniciens, et ce, en s’investissant dans des projets de développement tout en s’assurant des ressources utiles à l’extension et à la pérennisation des activités de l’usine. En effet, les produits fabriqués dans l’atelier d’ouvrage métallique permettent de fournir en équipements logistiques aux militaires en déplacement, mais également, de satisfaire des besoins dans le milieu civil en lui faisant profiter le savoir-faire des techniciens de l’usine militaire à travers les produits qu’ils fabriquent.

 Témoins. Sur les plusieurs embarcations déjà sorties de l’atelier d’ouvrage métallique de l’usine militaire, deux unités sont déjà prévues d’être cédées au BNGRC (Bureau national de gestion des risques et catastrophes) dans une perspective d’usage par ce dernier dans le cadre de ses interventions en zone humide ou en milieu aquatique.  « Je suis particulièrement content de voir l’évolution de cette usine militaire, après plus de trois décennies d’atonie. J’en suis extrêmement fier, à présent », confie alors Rakotoarinoro Abel, technicien formé en Corée, du temps de l’ « ancienne vie » de l’usine militaire de Moramanga. Ce technicien, comme nombre de ses compagnons d’armes ne sont visiblement  pas peu fiers d’être encore témoins de ce nouvel élan de « leur » usine, bien des années après ses débuts. « Je suis tellement heureux de voir l’usine qui reprend vie et des employés avoir leurs chances de devenir fonctionnaires », n’a pu s’empêcher de dire Jean Louis Rabarijaona, ECD (employé de courte durée) retraité pour qui l’« emploi de courte durée » a tout de même duré… 34 ans ! Pour lui, sa satisfaction est de voir des employés intégrés au sein de la Fonction publique après six ans d’ancienneté et ne plus rester au même statut d’ECD pendant une trentaine d’années comme le fut son cas. Autant de changements au sein de l’usine militaire qui témoignent de la redynamisation déjà en marche.

Hanitra R.

Tia Tanindranaza24 partages

“Piratage informatique” nataon’i RosiaHamaly faty i Etazonia ?

Nampangain’ny filoha Amerikanina Barack Obama ho tao ambadiky ny fanakorontanana ny voka-pifidianana farany teo tany Etazonia ny filoha Rosianina Vladimir Poutine. Efa noresahako an’i Vladimir Poutine io

resaka « cyberattaque » na fanafihana amin’ny alalan’ny ordinatera io ny volana septambra lasa teo, hoy ny filoha Amerikanina ary efa nilaza taminy aho fa tsy afaka ny hanaiky fotsiny an’io i Etazonia ary tokony hatsahatra izy io, saingy mbola nitohy ihany. Mety hisy, araka izany, ny valifaty hataon’i Etazonia. Manao fanadihadiana lalina moa ny CIA sy ny FBI amin’izao fotoana ary milaza fa hampiseho porofo ny amin’ity resaka asa fampiorohoroana amin’ny alalan’ny ordinatera nanjo an’i Etazonia ity. Nosokajian’ny fampahalalam-baovao tandrefana fa fanombohan’ny ady mangatsiaka eo amin’ny Etazonia sy Rosia indray ity tranga ity. Ny tena raharaha dia ilay nahakasika ny voka-pifidianana notanterahana ny 8 novambra teo ilay fisomparana informatika. Filazana izay toa mifono hevitra fa tsy azo antoka ny voka-pifidianana nahalany an’i Donald Trump. Ity farany izay efa nilaza nandritra ny fampielezan-keviny fa hanatsara ny fifandraisana amin’i Rosia.

RTT

 

Midi Madagasikara24 partages

Action humanitaire : 150 personnes bénéficiaires d’une consultation sanitaire gratuite

Une mère de famille et son enfant bénéficiaires de l’action humanitaire.

Le quartier d’Anamalahitsy cité a été le théâtre d’une consultation publique et gratuite organisée par le centre de Santé Rakotonandrasana Analamahitsy durant la journée du samedi dernier. Une façon à ce centre de « veiller » à la santé des mères et enfants issues des familles défavorisées d’une post, mais également de « participer » aux efforts menés par tous les acteurs dans la lutte contre la mortalité mère-enfant d’autre part. Une situation qui touche les familles vulnérables dont le nombre ne cesse de croître d’année en année. En tout cas, l’évènement a été salué par les publics cibles qui sont venus nombreux répondre à l’invitation. « Je suis vraiment ravie par leur initiative, car étant donné notre situation financière, nous n’avons pas les moyens ne serait-ce que d’effectuer de simples visites médicales. Du coup, nous ignorons notre état de santé » a lancé Lantoniaina, une mère de famille habitante dudit quartier.  Outre la consultation médicale et la distribution de médicaments, les 150 bénéficiaires ont également profité de conseils alimentaires. Notamment sur ceux à fort apport sanitaire. A noter que l’action en question est la septième d’une succession d’initiative citoyenne. La première remontant à l’année 2011.

José Belalahy

Midi Madagasikara23 partages

Route Digue- Andohatapenaka : Un autre cadavre découvert

Après celui d’Ankazomanga mardi dernier, un autre cadavre  a été retrouvé presque dans la même situation. Hier après-midi,  un corps inanimé flottait dans  la rizière sise sur  la route de la digue juste à côté  d’un grand centre commercial. Tout de suite, les passants se sont rassemblés  autour pour l’identifier. Il n’ avait  aucune pièce d’identité sur lui, le corps était celui d’un homme d’une quarantaine  d’années, il portait des habits peu ordinaires, une chemise bleue tachée de boue, au moment du constat. En outre, il ne présentait aucune blessure sur le visage ni sur le corps  et semblait ne pas avoir séjourné longtemps dans l’eau. Selon le témoignage d’un passant, ses mains étaient courbées. Le corps n ‘était pas encore formellement identifié, mais une autopsie va être pratiquée afin de connaître la cause du décès. Les pompiers étaient venus sur place pour récupérer le corps.

Kanto R (Stagiaire)

Midi Madagasikara20 partages

42e AG de la CPCCAF : Antananarivo devenue capitale économique de la Francophonie

La rencontre au sommet des courants d’affaires africaines et francophones s’est  tenuE du 12 au 14 décembre dernier au CCI Ivato. Lors de l’ouverture officielle, le Premier ministre Olivier Mahafaly a noté que « le secteur privé est le moteur de développement, ce qui fait que grâce au partage durant cet événement, des améliorations sur le secteur industriel ont été apportées ». Après avoir été la capitale politique de la Francophonie, Antananarivo devient la capitale économique de celle-ci, d’après Soanorondriaka Andriamamonjiarison, présidente de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo (CCIA). « Aujourd’hui il faut reconnaître que le secteur privé en tant qu’acteur principal du développement économique contribue beaucoup à la relance économique du pays afin de chercher ensemble le développement économique, la croissance inclusive et la réduction de la pauvreté. » a soutenu Brice Andrianomenjanahary, président de la Fédération des Chambres de Commerce et d’Industrie de Madagascar (FCCIM).

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara20 partages

Vie de parti : Vers la création des médias HVM

Le congrès du parti Hery Vaovaon’i Madagasikara (HVM) a effectué un congrès samedi dernier à Fianarantsoa, au gymnase couvert d’Ambatomena où une foule a inondé la place. A l’issue, il a été décidé que les médias HVM (télévision, radio et journal) feront bientôt leur apparition. Le but est de renforcer la candidature de l’actuel chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina pour les élections de 2018. D’ailleurs, Rivo Rakotovao, secrétaire général du parti est d’ores et déjà confiant. « Le HVM est le parti le plus fort dans tout Madagascar », a-t-il argué lors de son intervention. Et lui de continuer : « Notre parti possède le plus d’élus et de nommés dans toute l’île. C’est pour cela que nous devrions participer aux élections ». D’autres résolutions ont également été lancées telles que l’amélioration des élections de proximité ou encore le respect de la Constitution. Outre les questions politiques, la sécurité de la Région Haute Matsiatra a été débattue. Pour cela, la proposition d’un comité de sages au niveau des « fokontany » et au niveau des communes a été avancée. Aussi, doivent-être construites des infrastructures afin d’améliorer l’économie de la région.

Aina Bovel

Tia Tanindranaza19 partages

Famahana ny delestazyMila miala izay tsy mahavita azy

Tsaroan’ny Malagasy tsara ny tenin’i Hery Rajaonarimampianina hoe “Telo volana ihany dia mivaha ny olan’ny delestazy” fony izy kandida filoham-pirenena, saingy 3 taona aty aoriana vao mainka nahery vaika.

Nilaza indray ny praiminisitra Mahafaly Olivier ny zoma 15 desambra lasa teo fa ho tapitra hatreo izany. Inona no fepetra tokony horaisina raha tsy tanteraka izany, izay midika fa fampanantenana poakaty sy tsy fanajana vahoaka ankitsirano ? Any ivelany dia mahatsapa tena mametra-pialana ny tompon’andraikitra tsy nahefa ny andraikiny. Eto amintsika kosa mifampiaro ny mpitondra, ka na efa hita izao aza fa olona manao ny tsy mety dia harovana, izay midika ho fanomezan-drariny sy fanomezana vahana azy hamotika ny firenena. Tsy mba hisy eto Madagasikara mihitsy ve ny kolontsain’ny asa sy ny fahavitan-javatra ka rehefa hita fa tsy mahavita azy dia manaja tena ka mametra-pialana ? Ny vahoaka etsy an-daniny efa tsy voafehin’izany lalàna izany intsony, fa samy manao izay tian-katao. Tsy mba misy intsony ny finiavana hanaja lamina ka rehefa mikorontana sy rotiky ny tsy fikorontanana ny fiarahamonina dia any amin’ny mpitondra ihany no ailika ny rihatra rehetra. Tsy ny mpitondra mihitsy, ohatra, no nanary fako eraky ny tanàna na tsy nanaja ny drafi-panajariana ny tanàn-dehibe, ka mahatsentsina ny tatatra amin’ny fotoam-pahavaratra, ka mahatonga ny toerana maro ho traboina. Ilay finiavana hivoatra mihitsy no tsy misy fa samy haetrin’ny foto-pisainana isika, ka lany andro mifanome tsiny lava eto.

Toky R.

Madagascar Tribune19 partages

Deux Africains parmi les personnes les plus puissantes du monde

Deux Africains figurent dans le classement Forbes 2016 des personnes les plus puissantes du monde. Il s’agit du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et du milliardaire nigérian Aliko Dangote.

Abdel Fattah al-Sissi occupe le 44ème rang dans la liste des 74 personnes les plus puissantes au monde recensées par le magazine américain. Il a ainsi gagné 5 rangs par rapport au classement 2015, pour se placer devant le président américain sortant Barack Obama (48ème) et le président turc Recep Tayyip Erdogan (56ème).

« Partisan des réformes économiques et ennemi de nombreuses libertés civiles et de la pensée extrémiste, al-Sissi soutient énergiquement la guerre contre l’Etat islamique. Il est à ce titre considéré par l’occident comme étant un allié et un élément clef de la stratégie de la stabilisation de la région », écrit Forbes.

Aliko Dangote a gagné 3 rangs par rapport au classement 2015, passant de la 71ème à la 68ème place. Classé 51ème dans la liste 2016 des milliardaires, publiée par Forbes, le patron de Dangote Cement Group reste l’homme le plus riche d’Afrique.

A l’échelle mondiale, le président russe Vladimir Poutine a été consacré, pour la quatrième année consécutive, homme le plus puissant de la planète par Forbes. Donald Trump arrive en deuxième position, devant Angela Merkel.

Viennent ensuite le président chinois Xi Jinping, à la 4ème place, et le pape François à la 5ème.

Les dirigeants du secteur privé qui figurent dans le haut de ce classement de 74 personnalités sont tous américains : Bill Gates, cofondateur de Microsoft et première fortune mondiale, arrive à la septième place. Il est suivi par Larry Page d’Alphabet (Google). Le dirigeant de Facebook Mark Zuckerberg est à la 10ème place, Jeff Bezos d’Amazon (14ème).

Les quatre principaux critères de sélection pour figurer sur la liste des personnes les plus puissantes du monde sont :

 Le nombre de personnes sur lesquelles les personnalités citées ont de l’influence (la population du pays pour les chefs d’Etat, le nombre de pratiquants pour les leaders religieux, le nombre d’employés pour les chefs d’entreprise etc.)

 Les capacités financières (le PIB pour les hommes d’Etat et la richesse personnelle pour les milliardaires)

 Les sphères d’influence mondiale

 L’énergie avec laquelle les personnalités développent l’exercice de leur pouvoir.

Agence Ecofin

Midi Madagasikara19 partages

Anosibe : Basy berreta sy ody gasy saron’ny pôlisy

 Ny talata lasa teo no nanomboka ny fifampiraharahana teo amin’ny lehilahy iray monina eny Anosibe sy ny pôlisin’ny UIR izay nisandoka ho olon-tsotra. Izany dia mahakasika ny fividianana basy Berreta (P.A) izay namidin’ilay olona etsy Anosibe. “Ny alarobia no natao ny fotoana ary izaho mihitsy no nidina teny an-toerana, nanao fanamiana sivily. Nitondra vola ary tena ohatry ny hividy ilay fitaovam-piadiana” raha araka ny fanazavan’ny ofisie Andriamampianina Heriliva, lehiben’ny UIR. Rehefa voamarina fa tena nisy ny basy dia niditra an-tsehatra amin’izay ny pôlisy namana ary nanao ny fisamborana. Lehilahy iray teo no voasambotra teo Anosibe. Nentin’ny Sécurité Urbaine de Tana natao fanadihadiana ary tao anatin’izany no nanome alàlana ny fitsarana ny hisavana trano teo Anosibe. Ody gasy marobe no hita nandritr’izany. Nandritry ny fanadihadiana dia tsy nety nanoro izay nipoiran’ny basy ireo roa lahy. Ny averimberin’izy ireo dia ny hoe nandritr’ireny krizy tamin’ny 2009 ireny no nahitànan’izy ireo ny fitaovam-piadiana. Fomba iray izay matetika hialàn’ny mpanao aferam-basy ihany izany rehetra tratra. Natolotra ny fampanoavana izy ireo ary samy nidoboka am-ponja vonjimaika mandram-piandry ny fotoam-pitsarana. Fitazomana basy tsy misy alàlana, fivarotana fitaovam-piadiana ary fitazomana ody gasy. Ireo ny fiampangana ireo roa lahy.

D.R

Midi Madagasikara18 partages

Tour de Mada cycliste : Le Français Vincent Graczyk de bout en bout !

Vincent Graczyk recevant le maillot « Midi » des mains de Clément Rabary.

Il n’y a pas de suspense pour l’édition 2016 du Tour de Mada cycliste avec le sacre attendu de Vincent Graczyk qui n’a fait que gérer la situation depuis Fénérive Est et Toamasina. Une course intelligente qui prive Mazoni Rakotoarivony d’une victoire qu’il méritait tant il a tout donné.

Le Tour de Mada cycliste a rendu son verdict en offrant la victoire à Vincent Graczyk, le grand champion de régularité qui n’a jamais baissé les bras en se mettant dès le départ dans les roues de Mazoni Rakotoarivony, son poursuivant immédiat, mais avec un retard de 1mn 25.

Ce dernier avait d’ailleurs tenté le tout pour le tout en signant le plus beau chrono à l’arrivée de l’étape reliant Dabolava à Mandoto mais rien n’y fit, puisque Graczyk ne lui laissa pas l’occasion de s’échapper. « Je me suis battu, mais je n’ai pas pu bénéficier du soutien d’un coéquipier contrairement à Graczyk qui avait Lecoq, et cela devait finir ainsi. J’attendais beaucoup de Roger Randrianambinina, mais il a, lui aussi, craqué », confie Mazoni avec une pointe de regret.

Pour revenir à Anosy avec cet incident notable qui obligeait les organisateurs à arrêter un moment la course, le critérium a offert son lot de surprises avec une très belle victoire du Réunionnais Bryand Maillot jusque là noyé dans le peloton mais qui a attendu, à l’instar de son mentor Henriette Armand, la dernière étape pour frapper un très grand coup. Un très grand coup, car il a relégué tous les autres coureurs à un tour d’Anosy, une situation qu’on n’avait pas vu depuis que le Tour existe. Et si ce n’est pas un sursaut d’orgueil, Dieu que cela lui ressemble avec une annonce à peine voilée comme quoi le cyclisme réunionnais arrive encore à tenir la route. Eh oui !

Clément RABARY

Tananews15 partages

« Les délestages sont inacceptables »

The phrase du week-end a été signée par le Premier Ministre Olivier Mahafaly.

« Les délestages sont inacceptables »

N’est-ce pas ? Et il serait peut-être temps, après 253 jours, que le « gouvernement de combat » aille au charbon ?

En commençant par nommer un Ministre de l’Energie digne de ce nom par exemple.

Madagascar Tribune15 partages

Pas de trêve de Noël ou de fin d’année

L’approche des fêtes de Noël et de fin d’année n’adoucit pas l’atmosphère politique ; au contraire elle est l’occasion pour les tenants du régime Rajaonarimampianina d’intensifier sa contre-offensive et sa campagne de séduction auprès de la population. Le parti HVM est accusé par les « opposants » et notamment par le MAPAR et consort de faire fi de la volonté des parlementaires de réconciliation et d’apaisement et d’ignorer la trêve politique du contexte de fin d’année. Le congrès régional du HVM organisé dans la Haute Matsiatra le week-end dernier a plutôt été l’occasion pour le président du HVM, d’enclencher une campagne de propagande de la présidentielle de 2018. Le HVM est le plus grand parti politique de Madagascar et il sera présent dans la course à la magistrature suprême a déclaré le président du parti, Rivo Rakotovao. Son candidat naturel annoncé par le président du parti HVM lors du rassemblement régional est Hery Rajaonarimampianina. Il aura comme concurrent l’ancien président Marc Ravalomanana qui, à plusieurs reprises et dans toutes ses apparitions médiatiques, a exprimé ses intentions de briguer lui aussi la magistrature suprême. En tout cas, Marc Ravalomanana veut tenir son pari et restaurer la discipline dans son parti ; il vient de radier deux parlementaires élus sous la bannière du TIM. Mais il faut compter aussi sur Hajo Andrianainarivelo et Andry Rajoelina et vraisemblablement sur Edgar Razafindravahy et son parti ADN. Le parti AREMA sera aussi de la partie comme l’a déclaré son président fondateur, Didier Ratsiraka.

Quant aux autres formations politiques, elles abondent plutôt dans les critiques du régime et aux appels pour les unes au changement de constitution, à des élections anticipées sinon aux partenaires techniques et financiers pour qu’ils déclenchent les mesures appropriées pour démettre le régime.

News Mada14 partages

Arrestation de Lalatiana Rakotondrazafy : démenti des forces de l’ordre

Depuis quelque temps, des rumeurs circulent selon lesquelles la directrice générale du groupe Free, Lalatiana Rakotondrazafy, serait dans la ligne de mire des forces de l’ordre. D’après toujours ces rumeurs, des éléments des forces de l’ordre auraient tenté de l’arrêter à la villa Pradon Antanimena, mercredi soir.

La présence des forces de l’ordre bien armées, notamment ceux de l’Unité d’intervention rapide (UIR), dans un véhicule 4×4, n’est pas passée inaperçue la semaine dernière aux alentours de la villa Pradon. A noter que l’endroit est très fréquenté puisqu’il s’agit du lieu où officient plusieurs journaux de la place. Mais très vite, sur les réseaux sociaux, les rumeurs ont commencé à circuler sur l’arrestation de Lalatiana Rakotondrazafy.

Démenti

Lors d’un point de presse, organisé par le Commissariat central, les éléments de la Police ont vite fait taire les rumeurs en indiquant qu’effectivement, ils étaient en mission pour une opération contre les vols à la tire dans cette localité. D’après la Police, le nombre de plaintes reçues et liées aux vols à la tire a augmenté, c’est pourquoi les éléments de force de l’ordre issus de l’UIR ont été présents à Antanimena.

D’après les explications, la villa Pradon est le seul endroit sûr pour garer leur véhicule en toute discrétion et pour mener à bien l’opération. « Nous ne faisons pas de politique », a fait savoir le chef de la sécurité urbaine de la police centrale. Pour dire qu’il n’y a aucun ordre d’arrestation contre Lalatiana Rakotondrazafy.

Dans tous les cas, si les rumeurs s’avèrent fondées, ce ne sera qu’une autre intimidation de plus, face à ceux qui osent critiquer le régime, particulièrement pour le journal Freenews et la radio Free Fm, réputés ne pas être tendres envers le régime en place. Comme l’a indiqué le président national du Leader fanilo, Antoine Rabesa Zafera, récemment, « à qui le tour pour se faire arrêter ? » Cela après l’arrestation de l’ancien ministre de la communication, Augustin Andriamanananoro.

Rakoto

Midi Madagasikara14 partages

Tour de roue : Houlder Mohamed frôle le pire

Samedi noir pour le vainqueur du Tour de Mada cycliste 2015 qui après une chute à l’étape reliant Dabolava à Mandoto après s’être télescopé avec Emile Randrianantenaina, Houlder Momahed a vécu la plus grande peur de sa vie. La voiture qui le transportait, une Renault Mégane, fut victime d’une crevaison de l’un de ses pneus avant et en voulant éviter une autre Renault Express, elle a fait un tonneau qui la propulsait dans les rizières, plusieurs mètres plus bas, pour se coucher sur le flanc. C’était à la sortie d’Ambatolampy sur la route vers Tana. Le chauffeur ainsi que Houlder et un autre coureur de l’équipe nationale sortirent toutefois indemnes. Un vrai miracle…

Alexandre Lecoq, le plus fort des doyens

Doyen du Tour de Mada cycliste, le Français Alexandre Lecoq possède encore de beaux restes même s’il avoue avoir arrêté la course en 2006. Il a même été pour beaucoup dans la victoire de Vincent Graczyk, car il a été pratiquement le seul à faire le boulot d’un équipier même si cela ne l’empêche pas de finir à la 11e place du général. Un exploit qui fait de lui le plus fort des doyens de toutes les éditions de ce Tour de Mada.

Aujourd’hui Lecoq n’a pas tout à fait quitté le haut niveau car il est dans l’équipe médicale du fameux club AG2R où il assure la fonction de masseur. Du coup on devine aisément pourquoi Vincent Graczyk a pu garder le rythme tout au long des 9 étapes de ce Tour de Mada 2016.

James, le roi de l’animation !

Le Tour de Mada 2016 a connu une meilleure animation dans chaque ville où le peloton s’arrête grâce à un artiste hors pair du nom de James. Associé à une autre chanteuse, James sait tout faire en interprétant des chansons célèbres allant de celles de Dadi Love à Firmin. Bref dans un style que raffole le public content d’être aux premières loges pour un spectacle, il est vrai, gratuit.

Avec en prime des jeux initiés par notre confrère Nathan Mahaiavy mi-sérieux mi-comique.

Recueillis par Clément RABARY

Midi Madagasikara13 partages

Mada Raid 2016

N’était-ce le ruban bleu HVM noué tout autour, le chapeau porté par Hery Rajaonarimampianina lors du lancement officiel de la campagne de reboisement 2016-2017 à Andekaleka, rappelle le fameux « satroka penjy » de l’un de ses prédécesseurs à Iavoloha, même si Zafy Albert car il s’agit de lui, n’avait pas emménagé dans le palais présidentiel de l’Atsimondrano.

Mada Raid 2016

Le Prof. ne quittait pour quelque temps sa « Villa La Franchise » à Ivandry que pour effectuer inlassablement du Mada Raid à travers le pays. A bord d’une cohorte de 4 x 4. Il préférait le plancher des vaches et prenait rarement sinon jamais l’avion pour changer d’air. Quitte à laisser le temps au temps dans ses tournées à l’intérieur du pays qui pouvaient durer plus d’une semaine. Et qui avaient au moins le mérite de lui faire connaître le pays profond et de se mettre à l’écoute des gens. Loin des brouhahas et des « wawawa » de Tana où ne régnait d’ailleurs pas à l’époque une psychose de coup d’Etat permanent. Ses absences répétées de la capitale témoignaient d’une certaine stabilité du régime, comme ce n’est pas le cas avec l’actuel régime en place qui voit des actes de déstabilisation partout. Y compris dans les rangs de ceux qui l’avaient fait Roi, au risque de faire le vide autour de lui et que ne pourront pas toujours combler des mallettes bien …pleines à l’horizon 2018. Un système de mallettes qui n’était encore qu’un paquet d’enveloppes du temps de Zafy Albert qui en avait bavé des ronds de chapeaux de paille. « Satria fa », il avait fait preuve de naïveté et de « fahamarinana », le premier président de la Troisième République a été empêché en cours de mandat pour des motifs somme toute véniels par rapport aux griefs reprochés à l’actuel titulaire du poste. Autre ton, autres mœurs pour la HCC qui n’avait pas tenu compte de la jurisprudence de 1996 dans la procédure de déchéance du tout aussi premier président de la Quatrième République.  Il s’agit évidemment de Hery Rajaonarimampianina qui vient de faire un survol du pays, d’Ambatolampy à Ambovombe, en passant par l’Atsimo Andrefana, Moramanga, Toliara et Andekaleka où il avait arboré un chapeau de paille. Un Mada Raid 2016 par la voie des …Hery.

 R.O

Midi Madagasikara12 partages

Le quitus pour Solofo Andrianavomanana

Pari tenu pour le président de la Fédération Malgache de karaté, Solofo Andrianavomanana, qui vient d’avoir le quitus des ligues à l’issue de l’assemblée générale ordinaire qui s’est tenue vendredi à Fianarantsoa.

Le contraire aurait étonné, car pour l’instant, Solofo Be comme on l’appelle, a réussi à ramener tout le monde autour de lui. Le vote de 15 ligues est presque un plébiscite pour ce président qui revient au premier plan après un petit break rendu nécessaire pour aplanir toutes les divergences dans ce petit monde du karaté à Madagascar.

La seule ombre au tableau c’est cette attitude incompréhensible du ministère des Sports à son égard. Pour la petite histoire en effet, le ministre Anicet Andriamosarisoa tenait une réunion dans une des salles du gymnase couvert de Fianarantsoa, mais il n’a pas daigné jeter un œil aux championnats de Madagascar de karaté qui se tiennent dans la salle d’à côté. Incroyable mais hélas vrai, car c’était la moindre des choses d’honorer ces sportifs qui se battent pour l’honneur du pays.

Ce n’est pas pour ce comportement indigne qui va arrêter le karaté d’aller de l’avant, puisque Dieu merci, le Comité Olympique, représenté pour l’occasion par son Secrétaire Général, Harinelina Jean Alex Randriamanarivo, avait fait le déplacement.

Ce dernier se réjouit du niveau du karaté malgache actuel, car malgré la présence d’Analamanga qui se taille la part du lion, on assiste aussi à une révolte des combattants d’Antsirabe et de Fianarantsoa.

Clément RABARY 

Midi Madagasikara11 partages

Littérature – « Le Tambour des larmes » : prix du roman Métis 2016

« Le choix du jury s’est porté sur « Tambour des larmes » de Mbarek ould Beyrouk qui se succède ainsi à Mohamed Mbougar Sarr (lauréat 2015).

Le jury a eu à choisir entre quatre romans dont un malgache : « Vol à vif ». Son choix s’est porté sur l’œuvre de Mbarek ould Beyrouk.

Il figurait parmi les auteurs en compétition ! Johary Ravaloson n’a malheureusement pas été récompensé, du moins pas encore cette année. Le Prix littéraire international lycéen 2016 est allé à Beyrouk pour son livre « Le Tambour des larmes » paru chez Elyzad. La condition féminine et les inégalités de genres abordée dans ce roman, épopée du désert contemporain où se télescopent modernité et traditions ancestrales, Etat et codes tribaux, oppression et désir de liberté des jeunes filles, tam-tam et téléphones portables… c’est cette thématique abordée avec brio par l’écrivain qui a touché les lycéens, membres du jury. « Le tambour des larmes » relate effectivement avec poésie le périple rebelle de la belle Rayhana, jeune femme issue de la tribu des Oulad Mahmoud dans le Sahara mauritanien, contrainte par sa famille d’abandonner son enfant et préférant la fuite au mariage forcé. Emportant dans sa fuite le tambour sacré de la tribu, Rayhana scelle son destin à la rage des hommes.

Et de deux pour « Tambour ». Fondateur du premier journal indépendant de Mauritanie en 1988, Mbarek ould Beyrouk s’est longtemps battu pour la liberté de la presse d’opinion. Il est aujourd’hui membre de l’instance de régulation des médias mauritaniens. Il a déjà écrit un premier roman, mais c’est avec le second : « Le tambour des larmes » qu’il est reconnu. Avant d’être couronné par  le Prix du roman métis, cet ouvrage a déjà reçu le prix Kourouma 2016. Créé en 2011, le Prix du Roman Métis des Lycéens mobilise depuis cinq ans des jeunes et des équipes pédagogiques de toute l’île autour d’une littérature contemporaine, ouverte sur le monde et porteuse de valeurs d’humanisme, de métissage et de diversité. Depuis 2015, des lycéens malgaches ont rejoint le jury lycéen, à l’initiative de l’Institut Français de Madagascar. Initié par la Ville de Saint-Denis, la Réunion des livres, l’académie de La Réunion et la DAC-OI, en partenariat avec le Rotary club Saint-Denis Bourbon, la Sofia et l’Institut Français de Madagascar, ce prix s’inscrit dans un parcours d’éducation artistique et culturelle proposé aux lycéens de seconde et première.

Quatre romans au choix. Lors de cette sixième édition, 303 élèves de 10 lycées réunionnais et 30 élèves de quatre lycées malgaches participaient au Prix du Roman Métis des Lycéens. Ces derniers ont envoyé leur vote, comptant pour deux voix, sous enveloppe cachetée. Les lycéens ont eu à choisir parmi quatre romans sélectionnés par le jury du Grand Prix du Roman Métis de la Ville de Saint-Denis:  Blick Bassy, Le Moabi cinéma (Gallimard), Alain Mabanckou, Petit piment (Seuil), Johary Ravaloson, Vol à vif (Dodo vole éditions), Beyrouk et  Le tambour des larmes (Elyzad). Beyrouk viendra rencontrer les lycéens réunionnais et malgaches en avril 2017.Mahetsaka

Tia Tanindranaza10 partages

Minisitra HVM manao propagandyNy asa tsy misy mandeha ?

Velezo ny vy dieny mafana ! Tontosa ny Comesa, tanteraka ny Frankôfônia, nampanantena hanome 10,4 miliara dolara an’i Madagasikara ny mpamatsy vola.

Jean D.

Midi Madagasikara10 partages

Slam : Tagman champion national !

Tagman a convaincu le jury par sa prestation et devient champion en individuel du slam national 2016. (photo : Kelly)

Il a l’art de manier les mots et les verbes. Comique la plupart du temps, sérieux quand il le faut, romantique quand il parle de celle avec qui il est en couple, mais également engagé… Tagman a, une fois de plus, convaincu le public, pas celui de facebook, mais celui du CGM Analakely et surtout, le jury et s’illustre. Samedi dernier, le champion national s’est illustré en individuel et reprend ainsi son titre de champion national pour cette édition 2016. Derrière lui, José Ricain Ranaivoson. La représentante de Majunga Leslie Jen Miller et Tokyo Harem de Tamatave se partagent la troisième place. Tous deux se retrouvent en ex-æquo.  Mahajanga brille en équipe. Leslie, Ilyas El Soyade et Prince Kevin Allain deviennent ainsi le groupe gagnant. Antananarivo, représenté par Zafimahaleo Jerry Benson et Tagman est vice-champion.  Le slam média, organisé quelques semaines auparavant voit l’œuvre de Seth seven récompensé.  Pour le slam à Madagascar, c’est également une nouvelle aventure qui commence avec Stella Andriarimino qui a été élue présidente pour 2017 !Mahetsaka

News Mada9 partages

Lutte contre la pauvreté : la BM renforce ses actions à travers l’Ida

L’Association internationale de développement (Ida) et le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres renforcent leurs interventions dans les trois prochaines années, grâce à un engagement record de 75 milliards de dollars convenus  par une soixantaine de pays donateurs et bénéficiaires le 15décembre dernier.

Ce nouveau financement permettra à l’Ida d’étoffer ses interventions pour remédier aux situations de fragilité, de conflits et de violence, de lutter contre les déplacements forcés, le changement climatique, les inégalités hommes-femmes, ainsi que pour promouvoir une bonne gouvernance et des institutions solides, l’emploi et la transformation économique. Ces efforts sont appuyés par un engagement plus général à investir dans la croissance, la résilience et les opportunités, indique-t-on auprès de la Banque mondiale.

En effet, l’Ida finance des projets destinés à fournir des services sociaux de base. Présente dans 39 pays d’Afrique subsaharienne, elle est le principal bailleur de fonds de la région. Entre 2006 et 2016, elle a financé plus de mille projets représentant un montant de 83 milliards de dollars. L’institution a par ailleurs dépensé 13 milliards de dollars pour fournir une aide médico-sociale d’urgence. Sur la seule année 2016, la Banque mondiale a octroyé 8,7 milliards de dollars au continent africain.

690 millions de dollars pour Madagascar

Madagascar  bénéficie également de ce mécanisme de financement dont le dernier accord a été signé en février dernier. La Banque mondiale a en effet accordé un financement d’aide au développement de 690 millions de dollars, réparti sur la période 2016-2018 à Madagascar et mis en place par l’Ida.

Les financements consentis pendant la période couverte par la 18e reconstitution des ressources de l’Ida (du 1er juillet 2017 au 30 juin 2020) devraient appuyer les interventions dans huit domaines, dont la plupart concernent les services sociaux.

Au total, 75 pays à faible revenu remplissent les conditions pour bénéficier de l’enveloppe de financement d’Ida-18. 48 pays se sont engagés à contribuer. A court terme, d’autres devraient leur emboîter le pas et la Banque mondiale continue de financer l’Ida sur ses propres ressources.

Riana R.

 

News Mada9 partages

Visite : la Thaïlande s’intéresse à Madagascar

Un membre de la famille royale thaïlandaise sera dans nos murs l’année prochaine. C’est ce qu’a confirmé l’ambassadeur, Dr Pornchai Danvivathana, lors de sa rencontre avec la ministre des Affaires étrangères Béatrice Atallah, vendredi dernier, à Anosy. Il prépare, en effet, la visite de la princesse thaïlandaise qui, sauf changement majeur, est attendu au pays en février prochain. « A priori, il s’agit d’une visite privée, mais cela devrait déboucher à une éventuelle coopération entre les deux pays à l’avenir », a déclaré, face à la presse, celui qui officie comme précurseur de cette délégation.

Même si la coopération entre les deux pays n’est pas encore bien avancée, la Thaïlande figure parmi l’une des destinations prisées des opérateurs malgaches. Pour le ministère des Affaires étrangères, la visite de cette haute personnalité signifie, du reste, que Madagascar est désormais une destination accueillante, que ce soit en termes touristique ou diplomatique.

« Après le succès des deux rendez-vous internationaux que sont le Marché commun des pays de l’Afrique orientale et australe (Comesa) et la Francophonie, le pays devra désormais s’attendre à accueillir de temps à autre des visites de ce genre », a expliqué Béatrice Atallah.

 

News Mada8 partages

Affaire Augustin Andriamanananoro : Soamahamanina se fait entendre

Les habitants de Soamahamanina ne lâchent pas prise. En attendant la suite des évènements liés à l’exploitation minière sur place, l’association Vona Soamahamanina réclame la libération immédiate et sans condition de l’ancien ministre, Augustin Andriamananoro.

Une messe spéciale à l’Ecar Soamahamanina, le temps d’une pensée pour l’ancien ministre, les autres détenus et le pays en général. Et mis à part les membres de l’association Vona Soamahamanina, plusieurs personnalités  ont également été aperçues sur les lieux, notamment, des députés et des membres du Mapar tels que Christine Razanamahasoa, Naivo Raholdina, Brunelle Razafitsiandraofa ou encore Sareraka.

La lutte pour Soamahamanina est loin d’être achevée. «Nous réclamons la libération immédiate d’Augustin Andriamananoro», a indiqué le Vona Soamahamanina,  après le culte. Il semblerait que ce dernier n’a rien à voir avec les évènements survenus à Soamahamanina ces derniers mois. Et ce, même si plusieurs évènements se sont succédé depuis le début de la lutte contre l’exploitation minière effectuée par la société chinoise.

Une seule présence

«Augustin Andriamanananoro n’était présent sur les lieux qu’au moment de l’arrestation des six accusés par les forces de l’ordre, de plus, il était là uniquement pour prendre des photos», a indiqué Christophe Rakotonirina, un habitant de Soamahamanina. C’était d’ailleurs la seule journée où il y a été aperçu. Il a ainsi insisté sur l’innocence de l’ancien ministre de la Communication concernant les récents évènements à Soamahamanina.

« Il n’a pas participé à un quelconque mouvement et n’a pu initier aucun », a soutenu le Vona Soamahamanina en rejetant les accusations lancées contre le membre du Mapar. Présent durant la messe, le père d’Augustin Andriamananoro a tenu à remercier tous ceux qui ont soutenu la famille dans cette épreuve.

La lutte continue

Cependant, la lutte pour la restitution des terres à Soamahamanina est loin d’être terminée et les habitants de Soamahamanina ont profité de cette rencontre pour manifester leur volonté de tenir tête à l’Etat. « Nous réclamons la désinstallation de tous les matériels utilisés par les Chinois du temps de l’exploitation minière », ont déclaré ces derniers. Il faut noter que ces matériels sont encore bien gardés par les forces de l’ordre. «Ce qui implique la poursuite ultérieure de l’exploitation», craignent les habitants. Et si elle doit continuer, les habitants de la localité réclameront l’amélioration des conditions d’exploitation des terrains concernés.

T.N

Midi Madagasikara8 partages

Chronique de Mickey : « Mon Dieu, gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m’en charge ! »

Qu’importe de qui est cette citation, de Voltaire, du prophète Mahomet ou d’Antigone 2 ? Mais toujours est –il que les actualités récentes prouvent que les dirigeants politiques doivent toujours l’avoir à l’esprit.

D’abord,  au « Pays du matin calme », la Corée du Sud, où la présidente  Park Geun- hye, va faire les frais d’une procédure de destitution, car elle est impliquée dans une affaire de trafic d’influence. La  source  du scandale est, en fait, Choi Soo-sil, une amie très proche voire une confidente de la présidente. Celle-ci a été  arrêtée et doit être jugée pour extorsion et abus de pouvoir .Surnommée la « Raspoutine » sud-coréenne, cette dernière est accusée d’avoir utilisé ses relations d’amitié avec Park pour forcer les groupes industriels à verser  70  millions  de dollars à des fondations douteuses, et de s’être servie de ces dernières comme tirelire personnelle. Elle est aussi soupçonnée de s’être mêlée des affaires de l’État. Et pourtant, Park Geun-Hye n’a personne qu’elle au monde. Elle n’a ni mari ni enfant et donc peut se prétendre d’être invulnérable au népotisme. « Je n’ai pas de famille à surveiller, pas d’enfants qui hériteront de mes biens », avait-elle dit lors de sa campagne en 2012. « Je veux me consacrer à la Nation et au peuple ». Et voilà que son amie de longue date lui a fait un enfant dans le dos comme on dit vulgairement.

Puis, il est vrai qu’en politique, on est obligé d’être galvanisé pour  l’adversité, une tension permanente qui isole en fait et ,le recours à des amis soi-disant sincères  (ou qu’on croit comme tels) est indispensable pour se relâcher.  Les trahisons dans son camp font plus que mal quand elles se sont faites au nom de la confiance qu’on accorde à leurs auteurs. Ce qui a fait dire à Arthur Schopenhauer, philosophe allemand du  XIXe siècle : « Les amis se prétendent sincères, or ce sont les ennemis qui le sont »  ou le prophète  Mohamed qui a dit  » si tu aimes une personne, aime le avec modération, car elle sera peut-être un jour ton ennemi et si tu détestes quelqu’un fais-le avec modération, car il sera peut-être un jour ton ami »  Tenez ces paroles pour vrai politiciens !

Enfin, la dernière fois que l’expression en titre de cette chronique a été prononcée publiquement, ce fut  le 27 mars 1993, jour de l’investiture de Zafy Albert comme premier président de la IIIe République. Le Professeur aurait dû en tenir compte parce que l’empêchement qui l’a destitué du pouvoir trois ans plus tard  ne pouvait venir que de ses alliés. « Mon Dieu, gardez- moi de mes amis… »

M.Ranarivao

Tia Tanindranaza7 partages

Ravalomanana sy ny FJKMMatotra ny fiaraha-miasa

Na dia tsy be resaka firy aza ny Fjkm dia fantatra fa mandeha tsara ny asa fanorenana eny amin’ny kolejy Teolojika Ivato izay tsangambaton’ny faha-50 taonan’ny Fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara.

RTT

 

Tananews6 partages

Tiens, Parabole Madagascar fait dans l’internet aussi maintenant ?

Pas vraiment provider à proprement parler mais en passant donc par Airtel.

 

News Mada6 partages

Dossier – Apatrides : les invisibles du monde réel

Il est 8h, dans le hall d’un hôtel situé au cœur de la ville des Fleurs. Journalistes, artistes, juristes attendent impatiemment le coup de téléphone d’un contact,  parmi les personnes qui ont le pouvoir d’infiltrer la communauté des apatrides à Mahajanga. Une mission exploratrice en 2011, effectuée par Focus Développement, a permis de savoir qu’à Madagascar, des communautés indienne, comorienne, chinoise et même malgache vivent sans nationalité depuis les années 70. Leur nombre demeure jusqu’ici inconnu, mais les informations ont avancé que 60% des apatrides vivent à Mahajanga.

Peur d’être emprisonnés

Ces gens-là existent, participent au développement de leur communauté, mais sont invisibles aux yeux de la loi et des citoyens. Ils n’ont aucun moyen de prouver leur existence et aucun de leurs semblables ne pourra prouver leur mort. En un mot, les approcher n’est pas chose facile, d’ailleurs, après quelques heures d’attente, les concernés (Apatrides) se sont défilés de peur d’être reconnus et dans ce sens, d’être appréhendés par le service de l’immigration malgache. Au risque d’être emprisonnés car leur expulsion s’avère impossible vu qu’on ne connait pas leur pays d’origine.

Après maintes négociations appuyées par un juriste, certains apatrides d’origine indienne ont accepté de parler, à condition qu’ils ne soient pas filmés et qu’ils soient présentés sous un pseudonyme. Les autres ressortissants malgaches, chinois ou comoriens contactés se sont désistés à la dernière minute.

Commencent alors des rencontres express, dans des lieux secrets, à l’abri des regards et des badauds. Première visite chez la famille Ahmed avec des parents victimes d’une apatridie par ignorance et deux enfants handicapés apatrides, malgré eux également. Les parents sont mariés depuis 1984. Sans papier ni nationalité, ils n’ont aucun contrat de mariage. Ils ont demandé depuis une carte de résident permanent mais en vain.

«Actuellement, nos enfants ont besoin de partir à l’étranger pour suivre des soins adéquats à leur handicap, mais faute de papier, nous sommes condamnés à les voir vivre dans cet état», se plaint le père de famille, né à Madagascar et dont la famille vit au pays depuis trois générations.

A l’échelle internationale, les statistiques font état de 10 millions de personnes sans nationalité, sans pays d’origine, appelées communément les apatrides. Les chiffres sont effarants car, toutes les minutes, une personne naît apatride dans le monde.

Une identité qui coûte cher

Zakir raconte son enfer. «J’ai demandé ma carte de résident permanent pendant 21 ans environ. Ils m’ont donné, trois ans, puis cinq ans, puis dix ans, puis il m’ont donné une autre carte de résident pour trois années alors que selon la loi, je devrai obtenir mon séjour définitif après le séjour de dix ans. J’ai moi-même entrepris le voyage à Antananarivo pour implorer le responsable de m’octroyer ce papier long séjour».

Le coût de cette carte est assez onéreux et les apatrides n’ayant aucune situation  stable  préfèrent ne pas insister tout en étant en situation irrégulière. La carte de visa pour une durée de dix ans est de 840 euros depuis août 2015. La carte de séjour définitif est de 234,12 euros.

Ces apatrides revendiquent leur droit à la nationalité, leur droit de vivre une vie normale, leur droit d’être pris en considération comme tout être humain. «Notre faute, c’est de ne pas avoir été enregistrés, de ne pas avoir été reconnus comme enfants légitimes, d’être nés avec des parents apatrides» ont-ils révélé. «Nous aspirons à ne plus vivre dans l’ombre».

L’avis d’un juriste :

«Il existe un vide juridique dans notre loi. Le cas des apatrides n’est pas stipulé dans aucun article. Le code de nationalité a été formulé à la veille de l’Indépendance et met en exergue le droit du sang pour protéger le pays d’une invasion étrangère. Le droit du sol est au cœur du débat car il faut peser le pour et le contre. Si on accorde une liberté, une brèche pour l’entrée au pays, il nous  sera difficile de gérer cela. Madagascar regorge de richesses naturelles, l’on ne peut prévoir les raisons et intérêts de chaque demandeur.

L’autre problème c’est que la loi reste inconnue et aucun juriste n’entreprend de la faire connaître, d’autant que les juristes et les officiers d’Etat- civil ne la maitrisent pas. Par exemple, dans l’article 23 du code, il est formulé que «La déclaration que la femme entend prendre la nationalité malgache doit être faite devant l’officier de l’état civil au plus tard au moment de la célébration du mariage. Au moment où les époux déclarent à la mairie leur intention de contracter mariage, avis doit être donné à la femme étrangère de la faculté qu’elle a de réclamer la nationalité malgache». Mais la plupart des femmes apatrides n’ont pas été informées de cette loi lors de leur mariage civil».

Droit à une nationalité

«Nous ne demandons aucunement des intérêts économiques, nous implorons seulement le droit à la nationalité malgache afin que nous puissions jouir de nos droits, droit d’aller à la Mecque une fois dans notre piteuse vie, droit de sortir de Madagascar pour rendre visite à la famille». Selon les explications de ce père de famille, il connaît son origine mais ne peut aucunement la prouver.

Non loin de lui, Nashir, une femme ayant vécu son apatridie depuis 66 ans qui habite seule dans un appartement à deux chambres. Elle n’entretient aucune relation qu’avec les membres de la communauté indienne à laquelle elle appartient. «Ma vie est un désastre, je n’ai aucune descendance. Mon seul espoir est de pouvoir jouir de mes dernières heures avec ma nationalité malgache».

Née à Marovoay, Nashir n’a pas été enregistrée par ses parents. Victime de parents autoritaires qui n’ont fait que diriger sa vie, elle n’a pas alors eu l’opportunité de se marier, encore moins de choisir un mari afin de prétendre à une nationalité. Car, en effet, le code de nationalité malgache stipule que «La femme apatride qui épouse un Malgache acquiert la nationalité malgache» (article 22) et que «La déclaration que la femme entend prendre la nationalité malgache doit être faite devant l’officier de l’état- civil au plus tard au moment de la célébration du mariage» (article 23).

Une situation frustrante

A première vue, Nashir est une femme normale mais elle se plaint d’être vulnérable auprès de la population locale. «On m’évite lorsque je m’aventure à aller au marché par exemple, on me traite comme une aliénée. Cette nationalité me sauvera», a-t-elle déclaré entre deux sanglots.

Le cas d’Amir, un jeune garçon de 19 ans et de sa mère Lyra, fille adoptive d’un couple malgache, est assez courant. Lyra est de nationalité malgache, contrairement à son fils Amir qui est apatride. Parce que Madagascar figure parmi les 27 pays qui n’acceptent pas la transmission de la nationalité entre mère et son enfant. Aussi, malgré sa compétence et son désir de poursuivre les études en informatique en Inde, Amir se contente actuellement de petits boulots proposés par ses connaissances et qui ne requièrent aucunement de papiers.

Développement du pays

«La situation est frustrante car je suis en train de voir ma vie défiler devant moi sans que je puisse la saisir. Et la seule raison c’est que je suis un sans-papier », a-t-il déploré, tout en poursuivant que Madagascar est la terre de ses ancêtres et qu’il se considère désormais comme un Malgache. «Si j’obtiens ma nationalité, j’envisagerai de me spécialiser dans le domaine de l’informatique et je mettrai mes services au développement de mon pays, Madagascar».

Tous ces apatrides ont un point commun, celui de détenir une carte de résident non permanent dont l’octroi se fait «à la bonne volonté des responsables». Bon nombre d’apatrides, même ceux établis à Madagascar depuis plus de 30 ans, n’ont pas encore obtenu leur séjour définitif. Ceux qui arrivent après des années de lutte acharnée sont par la suite victimes d’une discrimination à cause de leur nom étranger.

Page réalisée par Nadia

 

News Mada5 partages

Fitakiana maromaro… : nentina am-bavaka ny hetsiky ny vahoakan’i Soamahamanina

 Notanterahina, omaly tao amin’ny fiangonana katolika Soamahamanina ny fotoam-pivavahana manokana ho an’ny firenena sy ny vahoaka any an-toerana ary i Andriamananoro Augustin, tanana am-ponja vonjimaika eny Antanimora. Niompanan’ny lohahevitra ny hoe « aleo very tsikalakalam-bola toy izay very tsikalakalam-pihavanana » ary nitarika izany ny pretra Rakotovao Raymond Jules avy any Miarinarivo. Nitondra ny teny fisaorana ny rehetra teo am-pamaranana i « Dada Zafy », rain’Andriamananoro Augustin. Nanamafy koa ireo avy amin’ny fiarahamonim-pirenena Vona fa tsy hanaiky hatramin’ny farany. « Hiady ho an’ny taninay sy ny tanindrazanay izahay ary mangataka sy mitaky koa ny hamoahana ny zanakay, notanana any am-ponja », hoy izy ireo. Teo koa ny filazan’ny vavolombelona fa naka sary ny nahatongavan’ity minisitra teo aloha ity tany an-toerana tamin’ireny fotoana ireny. « Tsy nitarika hetsika na fanakorontanana izy ary tsy niseho tany mihitsy koa teo aloha sy taorian’izany », hoy ihany izy ireo.

Hiakatra fitsarana rahampitso…

Tsiahivina fa naiditra am-ponja vonjimaika eny Antanimora, ny 15 desambra teo, ity filoha lefitry ny Mapar ity taorian’ny fiakarany fampanoavana tetsy Anosy. Hiakatra fitsarana avy hatrany ny 20 desambra izao. Anisan’ny vesatra hanenjehana azy ny fikononkononana fanonganam-panjakana. Nialohavan’ny fisamborana azy teny am-pandevenana ny rafozany teny Itaosy izany ary nentina tany Miarinarivo avy eo. Nifampitadiavana taorian’izany rehefa hiakatra fampanoavana ary niteraka honohono sy tsaho. Fanina hatramin’ny fianakaviana sy ny mpisolovava azy… Niafara amin’izao fitakiana ny hamoahana azy izao ny « Raharaha ». Ho fantatra rahampitso ny ho avin’ity mpanao politika sady efa minisitra ity.

Niatrika ny fotoam-pivavahana tany Soamahamanina, omaly, ireo lohandohany eo anivon’ny Mapar. Anisan’izany ireo avy amin’ny birao nasionaly sy ny depiote ary koa ireo mpiandany amin’ny filohan’ny Tetezamita.

Synèse R. sy Fano

 

News Mada5 partages

Kitra – Can U17 : omby ny sary famantarana

Nampahafantarina, tamin’ny fomba ofisialy ny asabotsy lasa teo, tetsy amin’ny efitranon’ny Cnaps Ampefiloha, ny sary famantarana “mascotte”-n’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, taranja baolina kitra na ny (Can 2017), sokajy U17. Fihaonana hatao eto Madagasikara ny 2 – 16 avrily ho avy izao.

Omby, izay efa nahalalana ny ekipam-pirenena malagasy ary harem-pirenen’i Madagasikara izany sary famantarana izany. Tsy mbola manana anarana aloha hatreto, ny sary famantarana fa mbola hanaovana fifaninanana.

Nanambara ny solontenan’ny kaonfederasiona afrikanina (Caf), nanatrika ny lanonana izay mijery ny fandrosoan’ny asa handraisana ity Can ity, fa tsy ny kianja hilalaovana ihany no tokony ho vonona sy hanaraka ny fepetra takian’ny Caf, fa eo dia eo koa ny fisian’ny kianja hanaovana fanazarantena.

Notsiahivin’ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny Fanatanjahantena kosa fa amin’ity herinandro ity dia hisy fivoriana iarahana amin’ny minisiteran’ny Teti-bola amin’ny famoahana ny vola hikarakarana ity Can U17 ity.

 Tompondaka

 

News Mada5 partages

Fête de la nativité : les enfants de Fazako vivent la magie de Noël

Noël irradie au-delà du centre ville où les décors lumineux, les articles cadeaux de toutes sortes …inondent les marchés. Sans avoir à sortir de l’enceinte de leur foyer, sis à Ambohijanahary Antehiroka, les enfants du Centre Fazako ont eu l’ opportunité de vivre la magie de Noël, lors d’une cérémonie organisée sur place, samedi dernier.

Certes une fête chrétienne, mais Noël est aussi une fête pour tous les enfants. Chaque année, ceux pris en charge au sein du Centre Fazako, vivent pleinement cet évènement. Pas plus tard que le week-end dernier, la présidente et fondatrice de ce centre, Ginette Andriantsitohaina – au nom du couple Andriantsitohaina – a renoué avec la tradition, celle d’offrir gracieusement des jouets à ses petits protégés à l’occasion de la fête de la Nativité.

Les membres de sa famille, ses proches, ses amis sont venus en masse sur les lieux pour partager avec elle et ses petits protégés ce merveilleux  moment, animé par les pensionnaires de Fazako eux-mêmes et le groupe folklorique «Ny Voninavoko ». Plusieurs partenaires, entre autres, l’association « Des amis de Fazako », siégeant à Paris, ont contribué à la réussite de cet événement de partage. « Grâce à ce précieux appui, les enfants ont chacun eu droit à des jouets de grandes marques, des friandises,  même des fournitures scolaires…», comme l’a souligné Ginette Andriantsitohaina.

 « Des amis de Fazako »

Ayant soutenu le Centre Fazako depuis plus de 18 ans, l’association  « Des amis de Fazako » renouvelle ses engagements en faveur des enfants. L’appui en question va au-delà de la dotation de jouets, comme l’ont fait savoir les représentants de l’association, le couple Dominique et François Bretonnet, qui ont honoré cet événement de leur présence.

Ladite association ne ménage pas ses efforts pour réunir des fonds pour appuyer le Centre dans son fonctionnement. « Chaque mois, un budget moyen de 8 millions d’ariary est versé au compte du centre. Ce montant est affecté  directement à ses dépenses, notamment l’achat de nourritures, les frais de scolarité des enfants, les factures d’électricité ou encore le salaire des employés…», a informé notre source.

Et de préciser que, « l’appui en question se poursuivra dans les années à venir. « Mis à part le bonheur de pouvoir faire quelque chose pour promouvoir un avenir meilleur à ces enfants vulnérables, la bonne gestion des aides financières dont font preuve les responsables incite l’association à faire encore plus », a fait remarquer Dominique Bretonnet.

Fahranarison

 

News Mada4 partages

CS-ANR… : « Atsaharo ny fanagadrana »

Tsy afaka hangina. « Takinay ny hampitsaharana ny fanagadrana sy fanenjehana ireo miaro ny tanindrazana. Foano koa ny sazy nomena ireo sahy mijoro maneho ny heviny ary takinay ny hamoahana madiodio an’Andriamananoro Augustin », hoy ny fanambaran’ny fikambanana maromaro, miara-dia amin-dRajoelina, tetsy Ampandrana ny faran’ny herinandro teo. Anisan’izany ny CS-ANR, ny Pro ANR ary ny TMH. Tsy vitan’izany fa mbola notakin’izy ireo ny hananganana fanjakana tan-dalàna sy ny hitantanana ny harem-pirenena ho an’ny tombontsoan’ny rehetra. Eo koa ny tsy fanekena ny tsimatimanota amin’ireo rehetra manana fahefana. Manoloana ireo rehetra ireo, miantso ny hery rehetra ireto fikambanana ireto. « Aoka samy hitodika amin’ny vahoaka ka hiaro azy ireo satria ny vahoaka no fanjakana. Manainga ny rehetra hijoro amin’ny tena fitiavan-tanindrazana », hoy izy ireo.

Notsiahivin’ireto fikambanana ireto  fa miverimberina ny tsy fanajana ny zon’olombelona sy ny ramatahora ary ny herisetra miaraka amin’ny fanamparam-pahefana atao amin’ireo sahy mijoro hiaro ny tanindrazany.

Synèse R.

 

News Mada4 partages

12 taona : mitaiza ankizy sembana 150 isam-bolana ny Fanarenana

 « Manamarika ny faha-12 taona nijoroany ny fikambanana Fanarenana. Asa sahaniny ny fandraisana an-tanana ny ankizy manana fahasembanana na ara-batana na ara-tsaina mila fitsaboana na fandidiana hatramin’ny « reéducation » indrindra ireo avy amin’ny fianakaviana marefo ara-pivelomana », hoy ny filohan’ny fikambanana, Patrice Raoul, ny faran’ny herinandro lasa teo, teny Antanimena. Efa manana foibe fandraisana ny ray aman-dreny sy ny ankizy manana fahasembanana izy ireo, eny Ampasanimalo-Tsiadana tao anatin’ny 10 taona. Manohana ny asa ny Vondrona eoropeanina sy ny governemanta frantsay. Mangataka fandraisana anjara kely koa amin’ny fianakaviana manana zanaka tonga ao amin’ny foibe ka arakaraka ny fahasahiranana ny vola aloa. Ho an’ny ankizy marary mila fandidiana na fitsaboana mavesatra, mangataka fanampiana manokana isaky ny tranga ny tomponandraikitry ny Fanarenana.

Manohana ny ezaky ny fikambanana ny minisiteran’ny Fanabeazana amin’ny fampidirina ny ankizy manana fahasembanana any an-dakilasy. Tanjona ny handraisana izy ireny eny anivon’ny EPP na CEG mahazatra ny zana-bahoaka, fa tsy atokana amin’ny sekoly ho an’ny manana fahasembanana, hoy ihany ny filoha. 150 isam-bolana ny ankizy raisina an-tanana na koa araha-maso ny fahasalamany. Tohanana mandra-pahaleotenany ny ankizy tsirairay.

Vinan’ny fikambanana ny ho lasa centre de réference amin’ny fitsaboana sy ny fanofanana ny ankizy manana fahasembanana ho an’ny 10 taona manaraka. Mampiasa kinésithérapeute, mpitsabo momba ny tongotra, mpanabe manokana… mikarakara ireo ankizy manana fahasembanana ny association.

Mahatsapa ity mpitantana ity fa tokony hanao ezaka ny fanjakana hijery ny olona manana fahasembanana. Efa nankato ny lalàna iraisam-pirenena momba ny zon’ny olona manana fahasembanana isika fa ny fampiharana sisa andrasana.

Vonjy A.

News Mada4 partages

Enseignement technique : 11 écoles et des matériels

Onze établissements d’enseignement technique dans la région Analamanga ont bénéficié d’une dotation  de matériel pédagogique de la part des partenaires du ministère de l’ Emploi de l’enseignement technique et de la formation professionnelle.

Depuis la déclaration de l’ Assemblée générale de l’ONU en 2009, la journée du 18 juillet est consacrée Journée internationale de Nelson Mandela. Connu sous le nom de Tata Madiba, Nelson Mandela est un modèle de paix, de démocratie, de leadership et de réconciliation nationale pour le monde entier. La promotion des jeunes constitue aussi une priorité pour Nelson Mandela.    C’est dans cette optique que la Première dame Voahangy Rajaonarimampianina, dans le cadre de la célébration de la Journée de Mandela, a doté une fois de plus de fournitures les apprenants des établissements techniques et de formation professionnelle.

C’est dans la continuité de cette célébration que le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle avec ses partenaires a offert des équipements pédagogiques tels des blouses, des combinaisons, des compas de précision, des machines calculatrices  pour les 1.893 étudiants dans le 11 établissements techniques dans la région Analamanga, à savoir, les lycées techniques d’ Ampasampito, d’Alarobia, d’ Ampefiloha, d’Ankazobe, de Tsiroanomandidy, de Mantasoa, de Manjakandriana, de Miarinarivo, d’Ambohidratrimo, de Mahamasina,  d’Ankazondady.

Fahranarison

News Mada3 partages

Jery todika 2016 – kitra ao Eoropa : mbola anjakazakan’ny klioba Espaniola ny fifaninanana

 Efa ao anatin’ny fanaovana tombanezaka amin’ny fifaninanana isan-tokony, natrehiny nandritra iny taom-pilalaovana 2016 iny avokoa ankehitriny, ireo kliobana baolina kitra any ivelany any. Hatreto aloha, raha ny tsapa mbola manjaka amin’ireo fifaninanana atao any Eoropa, ny klioba Espaniola, amin’ny fandrombahana ireo amboara sy anaram-boninahitra. Tsy tazana ao anatin’ny “Top 10” kosa ry zareo Frantsay amin’izany.

 Ny Real de Madrid no voalohany eo amin’ny fahazoana anaram-boninahitra betsaka indrindra tamin’ireo fifaninanana rehetra notanterahina tany Eoropa. In-11 nandrombaka ny tompondakan’i Eoropa “Ligue des champions”, tamin’ny taona  (2016, 2014, 2002, 2000, 1998, 1966, 1960, 1959, 1958, 1957, 1956). Indroa kosa nahazo ny amboaran’ny Uefa ary indroa nahazo ny «Mondial des clubs» ary intelo nahazo ny «super coupe de l’Uefa».

Mahasarika mpijery 70.411 isaky ny manao fihaonana ny Real de Madrid, tato anatin’ny roa taona (2015, 2016). Marihina fa mpilalao ao amin’ny Real de Madrid, amin’ny alalan’ilay Portiogey, Cristiano Ronaldo, nandrombaka ny “Ballon d’Or 2016”. Faninefany amin’izao ity mpilalaon’ny Real de Madrid ity, nahazo izany. Izy ihany koa ny anisan’ireo mpilalao mpamono baolina be indrindra ankehitriny amin’ny fifaninanana any Eoropa.

 Mbola ekipa avy any Espaina hatrany no mitana ny laharana faharoa dia ny FC Barcelone, amin’ny fandrombahana ny fandresena amin’ireo fihaonana karakarain’ny firaisamben’ny baolina kitra any Eoropa na ny Uefa.  Indimy nahazo ny “ligue des champions » dia ny tamin’ny taona (2015, 2011, 2009, 2006, 1992). Intelo efa tompondaka eran-tany ary indimy nahazo ny “super coupe de l’Uefa” ary inefatra nandrombaka ny “coupe des coupes”. Marihina fa  i Lionel Messi, mpilalaon’ny FC Barcelone nahazo ny “Ballon d’or” betsaka indrindra izay efa nahazo izany indimy nisesy.

 Nangonin’i Tompondaka

 

News Mada3 partages

Concours Vitantsika : «Business Tools» sacré

Le projet «Business Tools» a conquis le public et sera appuyé dans sa concrétisation. C’est le résultat du concours Vitantsika, un programme de soutien et d’appui aux jeunes entrepreneurs, initié par la Maison de l’Entrepreneur (MDE), Telma et BNI Madagascar, qui s’est déroulé du lundi 28 novembre au vendredi 2 décembre dernier.

Business Tools, un outil pour la gestion des stocks, la gestion des ressources humaines et la gestion de la comptabilité, compatible avec les appareils mobiles, les lap top et les PC, s’est démarqué des quatre autres projets. C’est pratique et fiable pour les petites et moyennes entreprises, Ainsi, pour soutenir le démarrage du projet, Telma Madagascar a attribué la somme de 1.000.000 d’ariary. Tous les participants se sont également vu attribuer des goodies pour les remercier de leurs efforts.

«L’effort continue. Nous espérons devenir une entreprise prospère, apportant une contribution essentielle au développement économique du pays», a déclaré le chef du projet Business Tools. D’autres concours sont en gestation, notamment pour l’accompagnement des start-up.

Arh.

 

L'express de Madagascar3 partages

Evénement – Le Slam National tient ses champions

Festif du début jusqu’à la fin, le « Slam National 7 » organisé par l’association Madagaslam a surpassé ses précédentes éditions, comme à son accoutumée.

«Restez vivants! », c’était là les mots de ralliement partagé tout au long de cette semaine par les slameurs de la Grande île qui ont participé à cette 7e édition du Slam National. Fidèle à lui-même, et fédérant les sommités du slam poésie national et international, le festival a enchanté grands et petits, en affirmant ses valeurs et en surprenant le public. Rendez-vous était donné à l’IFM Analakely vendredi à 16 heures pour jouir du talent de ces fameux poètes des temps modernes et pour connaître enfin les lauréats en individuel ou en groupe après ces moults échanges, de rimes et de vers chevelus et enchanteurs.En individuel donc, c’est le fameux Tagman Namgat qui s’est démarqué du lot en captivant le public et le jury à travers ses textes. Avec un genre de critique social tout aussi satirique qu’ironique, le tout saupoudré d’une bonne dose d’humour, le slameur s’est plu à décortiquer les méandres de la société par ses mots. « Soyez toujours présents et restez toujours vivants autant que possible », confie-t-il. De même, José Ricain Ranaivoson a remporté la seconde place et en troisième place ex-aequo, les jeunes Leslie Jen Miller et Tokyo Harem.En équipe, c’est le trio de la ville des fleurs Mahajanga qui a été la belle surprise de cette édition. Leslie Jen Miller, Ilyas El Soyade et Prince Kevin Allain ont remporté le titre en scandant, à travers leurs textes, les valeurs de leur région natale et celles de la Grande île. Vice championne, l’équipe de la ville des Mille formé, de Barry Benson et de Jerry Benson ainsi que de Tagman n’a pas non plus déméritée.

De bons niveauxDe belles découvertes étaient annoncées au programme, notamment à travers les innombrables talents issus de diverses régions de la Grande île qui ont su faire valoir leurs talents sur la scène du Slam National. Comme prévu, ces retrouvailles entre les férus de littérature contemporaine et la grande famille du slam, ont été enrichissantes et garnies de belles surprises. Cette grande finale de sa compétition à l’Institut français de Madagascar (IFM) à Analakely, vendredi après-midi, en est la preuve. Elle resplendissait, une fois de plus, de cette fraternité propre aux slameurs malgaches, mais surtout de leur créativité pour le choix des verves, des mots et des rimes en prose de toutes sortes. Pour cette édition, c’est une fois de plus un excellent cru de jeunes champions qui s’est découvert sur la scène du Slam National. « C’est une grande fierté pour nous que de pouvoir compter de plus en plus de jeunes talents parmi nous au fur et à mesure que les éditions passent. Le niveau continue constamment à s’élever à chaque fois, et ces jeunes slameurs-là en sont la preuve. De quoi nous permettre de nous affirmer encore plus sur la scène international », affirme Gianni Andriarimino dit Dadilahy, président de Madagaslam à l’initiative du festival. La remise des prix pour les lauréats de cette 7e édition s’est tenue au Cercle Germano-Malgache (CGM), le lendemain de cette finale. C’était l’occasion pour les lauréats et la famille du slam malgache de faire également la fête aux côtés de leurs invités internationaux.

Andry Patrick Rakotondrazaka

Madaplus.info2 partages

Menace d’embargo suite à une surdose de pesticide

Les aliments peuvent entraîner des maladies dans l'organisme depuis le champ et jusqu'à leur arrivée dans les assiettes.
Actuellement, les haricots que les opérateurs locaux exportent vers l'Union européenne seront menacés et d'embargo selon le rapport du CLAM au consortium des laboratoires agro-alimentaire de Madagascar. Cette menace est due aux taux élevés de pesticides prélevés dans les produits malgaches. En effet, les agriculteurs l'utilisateur et à tort et à travers les pesticides. Ils n'attendent pas non plus la durée nécessaire pour que le pesticide s’épuise avant de récolter les produits agricoles or le laboratoire destiné à l'analyse de la production alimentaire locale est tombé en panne depuis 2004. Un autre laboratoire est encore en train d’être mise en place en ce moment.
En attendant cette menace d'embargo, ce risque d'avoir des effets négatifs sur l'économie locale. Pour la production agroalimentaire, la traçabilité des marchandises devrait être plus claire afin de faciliter la détection des anomalies.
Tananews2 partages

« Le parti HVM est le parti le plus fort de Madagascar »

La phrase du jour est signée par Rivo Rakotovao, à Fianarantsoa, qui y a vu se dérouler un congrès HVM ce week-end.

« Le parti HVM est le parti le plus fort de Madagascar »

Ah oui effectivement 8 heures de delestages par jour, ça c’est fort, exploit inégalé à ce jour.

Et encore plus fort : pas d’électricité et pas d’eau en même temps, ça c’est monstrueusement fort !

News Mada2 partages

BMOI : masoivoho faha-17 eny Andraharo

Notokanana ny zoma lasa teo, ny masoivoho ny Banky malagasy aty amin’ny ranomasimbe InNdianina (BMOI) eny Andraharo. Masoivoho faha-17 ity hita eny amin’ny faritra Galaxy Andraharo ity, ao amin’ny tranobe Kube D. Tanjona ny hanatonana akaiky hatrany ny mpanjifa sy ny mpandraharaha, sady faritra be orinasa vaventy sy salantsalany rahateo eny amin’ity toerana ity. Nanatrika ny fotoana ny mpiara-miombon’antoka sy ny mpanjifa.

Nampahafantarina tamin’ity fotoana ity koa ny tale jeneraly vaovao ny BMOI,  i Alain Merlot, tsy vahiny eto Madagasikara sy eo anivon’ny vondrona BPCE iraisam-pirenena, orinasa renin’ny BMOI. Nambaran’ny filohan’ny filankevi-pitantanan’ny BMOI, Andriantsitohaina Naina, fa « nomena olona manan-danja avy ao amin’ny vondrona BPCE izahay hampiroboroboana ny BMOI, hikarakarana sy hanomezana tolotra sahaza ny mpanjifa ».

Banky malagasy nahazo voalohany ny Iso 9001-2015

Nampahatsiahivin’ny tale jeneraly, i Alain Merlot, hikarakara ny mpanjifa eto Madagasikara sy manerana ny tambajotran’ny BMOI. Ao anatin’izany ny fanajana ny kalitao, ny fiarovana ny tsiambaratelon’ny mpanjifa, fototry ny tarigetran’ny BMOI. Avy amin’ireo ny nahatonga azy ho banky malagasy voalohany nahazo ny mari-pamantarana Iso 9001-2015. Manamarina izany fa anisan’ny banky mavitrika sy matanjaka eto Madagasikara izy amin’ny fitsinjovana ny mpanjifa.

Nanatrika ny fotoana, ny zoma teo koa, ny admnisitratera vaovaon’ny vondrona BCPE iraisam-pirenena, Sylvain Fort. Maherin’ny 8.000 ny maosivohony maneran-tany. « Endriky ny fanantenana mitsiry vaovao ho an’ny ho avy ny fisokafan’ny masoivoho vaovao toy izao », hoy izy.

Marihina fa mivoha amin’ny 8 ora hatramin’ny 4 ora hariva ny BMOI eny Andraharo. Ahitana ny tolotra rehetra, toerana manokana fakam-bola aotomatika (Gab).

Njaka A.

News Mada2 partages

Vatomandry : nifarana ny taom-panofanana ho an’ny fiahiana ara-tsosialy

Nametraka laminasa ny fiadidiana ny Tahirim-pirenena misahana ny fiahiana ara-tsosialy (Cnaps), tarihin’ny tale jeneraly, i Arizaka Rabekoto Raoul. Ao anatin’izany ny fanatonana akaiky ny vahoaka, ny mpampiasa, ny mpiasa, hanazavana ny tombontsoa azo ao amin’ny Cnaps, sy ny fananana fiahiana ara-tsosialy. Nofaranana tany Vatomandry ny fitetezam-paritra amin’ity taona 2016 ity, natao ny 13-15 desambra teo. Nandray anjara ny solontenan’ny sendikà, ny mpiasa, ny mpampiasa, ny olomboafidy, sns.

Nambaran-dRandrianarijaona Charles Emilison, lehiben’ny sampandraharaha asa sosialy sy ny fahasalamana (Sass) ao amin’ny Cnaps, fa nahatratra  19 ny fiofanana vita nanerana ny Nosy ny taona 2016. Niompana tamin’ny fampahalalana ny lalàna amin’ny fiahiana ara-tsosialy. Niisa 1.385 ny olona voaofana. Nahatratra dimy kosa ny fiofanana mikasika ny fisorohana ny loza am-perinasa sy ny fiarovana ny ain’ny mpiasa, niisa 135

fahasalamana eo amin’ny tontolon’ny asa, ka ny 135 nahavita fiofanana.

Resy lahatra ny mpanatrika

Nilaza Rtoa Razanabavy Alphonsine, isan’ny mpiofana, fa “nanaitra ahy ny filazana fa mandray an-tanana ny mpiasa tra-doza eo am-perin’asa ny Cnaps. Eo koa ny fanonerana ny saram-pitsaboana. Ankehitriny, fantatray ny tokony hatao sy ny dokotera hatonina. Faharoa mikasika ny fisotroan-dronono, anisan’ny niadian-kevitra be nandritra ny fivoriana. Santionany, maka vehivavy tanora matetika ny lehilahy maty vady, koa ahoana ilay madimozely vao 18 taona? Mazava aminay ny valiny satria tsy manan-tsiny ny ankizy ka tsy mety very zo ».

Mpitantana ny hotely Rose Vao Vatomandry, nandray ny fiofanana Randriamanana Olivier. Nambarany fa “araka ny lesona azo tamin’ny fiofanana, hisy ezaka ataonay ao anatin’ny vondron’ny mpandraharaha amin’ny fisakafoana sy ny fiantranoana, hampahafantaranay azy ireo ny fiahiana ara-tsosialy ho an’ny mpiasa. Mazava aminay ny ilàna ny Cnaps, ny fanampiana omeny ny mpiasa,…Azo itokisana hametrahana ny tongotra voalohany ny Cnaps rehefa tonga ny fahanterana…”.

Njaka A.

News Mada2 partages

Valorisation des déchets : une alternative à l’assainissement des agglomérations

Le recyclage des déchets dans les agglomérations urbaines de Madagascar est devenu  une alternative pour résoudre le problème des ordures actuellement. Après six mois de travaux, la ville de Toliara est dotée d’un Centre de stockage et valorisation de déchets, lequel a été inauguré la semaine dernière.  Près de 5 hectares de terrain d’exploitation peuvent désormais accueillir une plateforme de compostage, des unités de recyclage, des bassins d’enfouissement et des installations solaires pour alimenter le site d’autres équipements dans ce processus de valorisation de déchets.

Bénéfique

D’autres grandes villes se sont déjà lancées au recyclage  des ordures à l’instar de Toliara, notamment, Antsirabe et Mahajanga. Pour le cas d’Antananarivo,  des projets sont en gestation, mais la réalisation se fait encore attendre.

D’après les études faites par Association pour la gestion durable et la valorisation des déchets et des matières premières minérales (GEVALOR), Antananarivo  produit environ  250 000 tonnes par an de déchets dont seulement 37% sont collectés, contre 80% à Dakar ou 60% à Lagos. Il est évident que la collecte et le dépôt d’ordures dans la capitale posent toujours problème.

Pourtant, selon des études menées par les chercheurs auprès du Centre national de recherche en environnement (CNRE), 70% des ordures dans le pays peuvent être transformées en compost ou en biomasse, 22% peuvent être recyclées en d’autres produits et 8% peuvent faire l’objet d’une recherche. Mais en plus de cela, la valorisation des ordures peut rapporter beaucoup aux collectivités décentralisées.

Riana R.

News Mada2 partages

Cyclisme – Tour de Mada : Vincent Graczyk au sommet de son art

Le Français Vincent Graczyk a tenu le coup jusqu’à la 9e et dernière étape du 13e Tour cycliste international de Madagascar (TCIM), hier, lors du critérium du lac Anosy. Mazoni Rakotoarivony avait beau être sur ses talons tout au long de la course, le sort en a décidé autrement.

La messe est dite. Véritable dur à cuire sur plusieurs pistes, Vincent Grazcyk a finalement remporté le maillot jaune du 13e Tour de Mada, hier, après un parcours sans faute. Il a bouclé les 857 km en 22h 23mn 40s. Mazoni Rakotoarivony est à la deuxième marche du podium avec un temps de 22h 25mn 05s contre  22h 26mn 43s pour Van Der PIJL Niels. Pour ce qui est des résultats du critérium d’Anosy, le coureur réunionnais Bryan Maillot a mis tout le monde d’accord. Le succès de Graczyk est lié à sa gestion de course et à chaque étape. De plus, il n’est pas étranger aux différents circuits de Madagascar.

Il est imbattable dans les plats. Maillot a signé un chrono de 1h 14mn 43s devançant ainsi le Hollandais Van Den Hengel Bob et l’autre Réunionnais Jean François Chrislain qui ont enregistré un temps de 1h 16mn 44s. Cette bataille à trois a été gagnée d’avance pour Bryan Maillot qui a doublé presque tout le peloton à Anosy. Cependant, ses efforts n’ont pas suffi pour qu’il puisse intégrer le top 10 du classement général au temps.

L’homme se place effectivement à la 31e position en accusant un retard de 1h 35mn 08s par rapport au leader. Pour le camp malgache, outre Mazoni Rakotoarivony, Roger Randrianambinina, Hasina Rakotonirina, Tojonirina Rabemananjara, Emile Randrianantenaina, le maillot jaune 2015 Houlder Mohamed ainsi que Joharivelo Andrianjaka figurent dans le top 10 après de vains efforts à l’issue de cette 9e étape.

Rojo N.

Classement général au temps :

1-Vincent Graczyk : 22:23:40

2-Mazoni Rakotoarivony : 22:25:05

3-Van Der PIJL Niels : 22:26:43

4-Van Den Hengel Bob : 22:27:07

5-Roger Randrianambinina : 22:33:05

6-Hasina Rakotonirina : 22:33:38

7-Tojonirina Rabemananjara : 22:34:15

8-Emile Randrianantenaina : 22:34:34

9-Houlder Mohamed : 22:34:52

10-Joharivelo Andrianjaka : 22:35:58

News Mada2 partages

Karaté : Analamanga reste intraitable

Malgré le chamboulement au niveau du calendrier, le Championnat de Madagascar de karaté s’est terminé sur une bonne note vendredi dernier au gymnase couvert de Fianarantsoa à Ambatomena. En guise de clôture, des beaux combats et des figures de katas époustouflants ont été à l’affiche, rendant cette journée magnifique pour les inconditionnels de la discipline. Et au chapitre des résultats, la ligue d’Analamanga a encore une fois manifesté sa suprématie.

Après avoir fait la mainmise des sacres à Vavatenina la saison passée, Analamanga a ainsi prouvé que pour l’heure, elle reste le maître sur le tatami. Les 11 titres nationaux qu’elle a obtenus à Fianarantsoa aussi bien chez les jeunes que chez les séniors,  en sont la preuve. Le karaté d’Analamanga est au mieux de sa forme.  La ligue de Vakinankaratra occupe la deuxième place avec quatre sacres dans son escarcelle. Haute Matsiatra, la ligue hôte s’est contentée de deux palmes.

A noter que des formation et stage ont été prévus se dérouler en même temps que le sommet national, mais le programme n’a pu être mené à son terme au grand dam des acteurs de la discipline, parce que le gymnase d’Ambatomena a été occupé par le parti HVM, samedi dernier.

Naisa

 

News Mada2 partages

Foot : la mascotte de la Can U17 dévoilée

La présentation officielle de la mascotte de la Coupe d’ Afrique des nations (Can) U17 en 2017 a été effectuée, samedi dernier, au siège de la Cnaps à Ampefiloha. Et comme il fallait s’y attendre, on a choisi l’animal emblématique de Madagascar, le zébu. Dans son allocution, le représentant de la Caf a précisé que la Can est une compétition qui est un peu comme l’image de l’Afrique et du football africain.

« Il faut un standing pour les normes d’organisation et nous sommes venus ici pour cette mission. Rien ne doit être laissé au hasard et toutes les conditions doivent être réunies pour protéger cette image de l’Afrique », a-t-il souligné. Pour sa part, Lovatiako Ralaivao, le secrétaire général du ministère de la Jeunesse et des sports (MJS), a déclaré que le budget relatif à l’organisation de cette compétition est déjà dans la loi de finances 2017. « Une réunion avec le ministre des Finances et du budget a eu lieu récemment pour accélérer la procédure de décaissement en vue de la finalisation des travaux », a-t-il rassuré.

Rojo N.

 

News Mada2 partages

Manjakandriana : une représentation de la Cnaps opérationnelle

La politique de proximité se concrétise davantage. Pour se rapprocher un peu plus des usagers, la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnaps) vient de mettre en place un nouveau bureau à Manjakandriana, dans la région d’Analamanga. Les 45 kilomètres séparant cette ville à la capitale rend difficile l’accès des quelque 36.900 habitants de cette région aux services de la Cnaps. Il leur est encore pénible de regagner la  Délégation régionale de la Caisse à Moramanga.

Inauguré officiellement lors d’une cérémonie qui s’est déroulée sur place, jeudi dernier, « ce bureau est le 3è à être implanté dans la région Analamanga, après ceux installés à Tanjombato et Talatamaty », a informé le coordonnateur des Antennes et des délégations régionales de la Cnaps, Joslina Tsaboto. Le chef de district de Manjakandriana, Andriamanana Razafinantoanina, a rappelé que « la sécurité sociale figure dans la politique générale de l’Etat, et que la Cnaps en tant qu’institution publique, pratique et s’engage profondément dans l’application de cette politique ».

Outre les bureaux, l’on compte actuellement 21 antennes et 19 délégations régionales.  Beaucoup de districts demandent à avoir une représentation de la Caisse, mais les critères sont multiples.  Et après Manjakandriana, où 24 fokontany bénéficieront de cette politique de proximité de la Cnaps et auront leur prestations sociales, ce sera le tour d’Ankorondrano, où l’on a recensé  beaucoup d’entreprises et plusieurs employés, d’abriter une telle infrastructure.

Fahranarison

 

Tananews2 partages

Les habitants de Soamahamanina exigent la libération d’Augustin Andriamananoro

Et sinon ?

Et bien sinon ils retourneront dans la rue.

Augustin, Soamahamanina, la petite étincelle qui mettra le feu aux poudres dans cet océan généralisé de colère et de mécontentement ?

8 heures de delestages par jour : dans les pays civilisés, on démissionne pour beaucoup moins que ça. A Babakoto Land, ce n’est la faute de personne bien entendu, et surtout pas la sienne.

L'express de Madagascar2 partages

Le déodorant d’Usain Bolt à Madagascar

Succès-ambition, pure adrénaline ou voyage découverte   L’arrivée du nouveau déodorant Body Spray Puma pour homme sur le marché malgache permettra à son utilisateur de sentir en fonction de ses aspirations. Six parfums de la marque représentée par l’athlète Usain Bolt et le footballeur Antoine Griezmann sont dispo­nibles dans les magasins malgaches. Le produit, importé par Oddis, repré­sentant exclusif de L’Oréal à Madagascar, a été officiel­lement présenté la semaine dernière à ses partenaires.

L'express de Madagascar2 partages

L’Exposition de 1931 bercée par les chœurs malgaches

Le Musée permanent de la France d’Outre-mer , garde le prestige de l’Exposition internationale de 1931. Dans le décor d’un Parc national, le zoo et les vieilles traditions populaires attirent un très gros public.« Il seyait de montrer là, dans plusieurs salles disponibles, un premier accomplissement decollaboration entre des institutions officielles et des personnalités ou sociétés d’initiative privée, entre l’Administration, l’Art, la Littérature, la Presse et l’Économie, pour retenir la faveur de la Métropole que se disputent tant de soucis », écrit un chroniqueur d’art de la Revue de Madagascar ». L’objectif est qu’à Paris, on puisse voir en ce temps préoccupé de réalisations prochaines, ce qu’offrent, sous la direction française, « les dons d’une des races de notre Empire les plus souples au progrès ».Dès que le gouvernement général est sollicité par le conservateur du Musée parisien, il répond avec promptitude. L’Agence économique donne, de son côté, des aloalo, des lamba et des poteries sakalava, des valiha, des tambours, des pirogues. Le Muséum également prête une collection des Lémuriens les plus caractéristiques de la Grande ile.« De cette première base devait se constituer un rassemblement chaleureux d’œuvres et d’actions, de représentations et de concours, d’images et d’atmosphère, tout ce concert de soins, vœux, offrandes et appels à un bel avenir que doit être une Exposition. Aux produits malgaches, la standardisation assure un état civil qui rassure, mais pour les bien marier à la clientèle européenne, il faut leur donner une dot: la publicité et un trousseau chatoyant des plus belles couleurs exotiques, des expositions ! »La consécration officielle de cet effort coordonné est donnée par le ministre des Colonies, Louis Rollin, qui préside l’inauguration de l’Exposition. À cet évènement, accourent « les boursiers de voyage, tant de sculpteurs et donateurs qui n’ont jamais quitté la France, des écrivains notoires, le charmant cosmos intercolonial des administrateurs avec leurs femmes et leurs enfants. »C’est avec empressement que le flot des visiteurs se porte d’un diorama à un écrin de minerais, enchanté par la variété des petits stands, l’animation scénique de diverses présentations d’objets, le chatoiement des étoffes malgaches.D’après le chroniqueur artistique de la Revue de Madagascar, dès l’arrivée du ministre Louis Rollin, tous sont enveloppés par la musique des chœurs malgaches. « Ces mélopées (sont) harmonieusement exaltées de voix perçantes qui ensorcellent l’oreille et la mémoire d’une incantation de cérémonies rythmiques pour la naissance, la circoncision, les mariages ou les enterrements rustiques. » Car, explique le chroniqueur, le conservateur veut que le public ait non seulement la couleur locale à quoi il est déjà habitué, mais accompagnée de ce ton local et de son local car, se demande-t-il, « Madagascar n’est-il avant tout pas toute musique   ».Le centre de l’Exposition rassemble les numéros primés du dernier Salon d’art d’Antananarivo. « Ce salon a pris un tel développement qu’on ne pouvait le transporter tout entier.» En effet, sous l’égide du gouvernement général, le couple Heydman déploie une École d’arts appliqués qu’il fait rayonner dans la vannerie et la sparterie, la dentelle et la tapisserie, l’aquarelle et la sculpture. L’atelier laisse toute liberté à ses élèves voire cultive leur indépendance. C’est-à-dire la fantaisie, « les inspirations qui renouvellent d’invention la trame des traditions autochtones, les naïvetés malicieuses ou sentimentales des races ».C’est ainsi que l’École protège l’essor artistique d’un « ancien razzieur de bœufs » et fait du Bara Tsida, un lauréat. D’ailleurs, toutes les belles dames, épouses des chefs de service d’Antananarivo, s’arrachent ses statuettes primitives- « et non primaires »- de pugilistes ou de bœufs qui s’affrontent. « Tout un joli monde animal de franche création indigène complète ainsi dans la céramique et la verrerie citadines la délicieuse et humoristique faune des jouets taillés par les campagnards dans la corne : ces incomparables animaux dignes des fabulistes les plus originaux faisaient l’administration d’Élémir Bourges  quand nous lui en rapportions, de nos premiers voyages, les échantillons achetés pour quelques sous au Zoma. »De vieilles lampes taillées avec un grand style archaïque dans la pierre massive attestent que ces races ne sont pas seulement « éveillées par un génie satiriste et câlin, mais par un sentiment décoratif capable de majesté. »

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

Madaplus.info1 partages

Anicet Abel, de Madagascar à la Bulgarie

Anicet Abel est un milieu de terrain malgache, âgé de 26 ans, qui évolue à Ludogorets, en Bulgarie, pour la troisième saison consécutive.
Ce natif d’Antananarivo a eu un parcours plutôt atypique, qui l’a propulsé en Ligue des champions avec le club bulgare. On reverra Anicet Abel en 2017 en Ligue Europa.
Anicet Andrianantenaina Abel, né le 13 mars 1990 à Antananarivo, fait ses gammes sur le sol malgache au sein du club de l’Ajesaia. Il est alors repéré par Auxerre, qui l’intègre à son centre de formation. L’expérience auxerroise s’arrête en 2011, l’année du grand saut vers le championnat bulgare.
Le milieu de terrain malgache, sans club après son départ d’Auxerre, nous raconte comment il est arrivé au, peu connu, championnat bulgare. « J’ai joué à Auxerre pendant 9 ans. En 2011, le club n’a pas voulu renouveler mon contrat, donc j’ai décidé de partir. Un agent m’a emmené en Bulgarie. J’ai décidé d’y aller car je n’avais pas d’équipe. Depuis cette année-là, je suis là-bas, je suis bien installé et je gagne bien ma vie. C’est ça le plus important », souligne Anicet Abel.
L’international malgache prend un pari sur l’avenir en allant expérimenter un championnat qui lui est inconnu. « Au départ je ne savais pas très bien où se situait la Bulgarie. On m’a proposé, je me suis dit que je pouvais aller voir et essayer de jouer là-bas. J’ai atterri sur le sol bulgare et je n’ai eu aucun problème. Le football en Bulgarie est très physique. Ce qui est dommage, c’est que les stades sont souvent un peu vides. Mais l’essentiel, c’est que Ludogorets gagne le championnat depuis cinq ans, c’est-à-dire depuis qu’ils sont montés en première division », affirme le joueur de 26 ans.
Après le Chernomorets Bourgas, le CSKA Sofia et le Botev Plovdiv, trois clubs en trois ans, Anicet Abel s’est installé à Razgrad pour représenter Ludogorets. « Tout se passe bien pour Ludogorets, on veut aller chercher un sixième titre, et le président investit beaucoup. Il achète par exemple beaucoup de brésiliens. On veut gagner le maximum de titres possible. En Bulgarie, le club qui a de l’argent finit toujours premier, parce qu’il achète les meilleurs joueurs », assure le milieu de terrain, qui admet que « le plus important, c’est que je joue. Tout se passe bien et j’aime être en Bulgarie ». Ludogorets a participé à la phase de groupes de la Ligue des champions cette saison, mais le club a fini à la troisième place du groupe A derrière Arsenal et le Paris Saint-Germain. Une position qui permet aux Bulgares d'être reversés en Ligue Europa, où ils affronteront les Danois du FC Copenhague en février 2017.
Anicet Abel a déjà participé à cinq matches avec la sélection de Madagascar. Toutefois, les Barea n’ont pour l’instant pas de rencontres officielles comme nous l’a confirmé le milieu de terrain de Ludogorets. « On ne sera pas à la prochaine CAN 2017, donc maintenant on doit attendre les éliminatoires pour la CAN 2019 pour pouvoir jouer avec la sélection. Pour l’instant on n’a pas de match ».
Au micro de RFI, Anicet Abel a assuré que le football malgache a de l’avenir. « Notre pays n’est pas encore très connu au niveau du football. Mais quand on joue des matches avec notre sélection, on se donne toujours à fond, que ce soit les joueurs qui sont à l’étranger ou les locaux. A Madagascar il y a beaucoup de bons joueurs. Il faudrait que plus de joueurs viennent jouer en Europe. Pour avoir une équipe plus compétitive, il faut que des joueurs malgaches évoluent en Europe, pour engranger de l’expérience ».
L’international malgache, qui a fait le chemin entre son pays natal et la Bulgarie, reconnaît qu’il est difficile de savoir ce que les Bulgares connaissent de Madagascar. « Ils savent très bien que je suis Malgache depuis que je suis arrivé en 2011, après je ne sais pas s’ils savent le situer sur une carte ». En attendant les matches avec les Barea, Anicet Abel devra se concentrer sur le championnat, que Ludogorets mène avec 47 points, quatre longueurs devant le Levski Sofia, qui a un match en plus par rapport au club de Razgrad.
Sources RFI
News Mada1 partages

Kick-boxing – Mada 2016 : mangataka «combat de défi» i Séverin

Tontosa soa aman-tsara ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja kick-boxing. Tsy nampoizina ny naharesy an’i Severin Mamonjisoa, tompondaka eran-tany. Mangataka “combat de défi” ny tenany.

 

Anisan’ny vokatra tsy nisy nanam-po ny nandresen’i Fazarally, an’i Mamonjisoa Séverin, tompondaka eran-tany amin’ny taranja kick-boxing, teo amin’ny – 63, 5 kg, nandritra ny fifaninanam-pirenena 2016, natao teny amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, ny zoma lasa teo.

Taorian’ny fahavitan’ny adin’izy mirahalahy, mangataka “combat de défi”, i Séverin Mamonjisoa ary i Fazarally hatrany no tiany hiady aminy. Raha ny fanambarany hatrany, tsy mbola tena ao anatin’ny heriny tsara ny lehilahy, taorian’ny fahavoazana nahazo azy.

Ankoatra izay, nanjakan’ny ligin’Analamanga ny fifaninanana satria saika mpikatroka avy amin’izy ireo avokoa no nibata ny fandresena na ho an’ny sokajy “junior” na teo amin’ny “sénior” lahy sy vavy.

Na izany aza, mbola  misongadina ihany koa ny fahaizan’ireo mpiady ao anaty ekipam-pirenena. Anisan’izany, i Lava kely, teo min’ny -54 kg “junior”, izay nanilika an’i Dominique avy amin’Analamanga ihany. Nahaliana ny rehetra ny adin’izy mirahalahy satria nanohitra hatramin’ny farany i Dominique, saingy tombony ho an’i Lava kely ilay traikefa amin’ny fahazarana ady goavana. Ankoatra izay, i Francklin avy amin’ny ligin’Antsinanana, nandresy teo amin’ny sokajy – 67 kg rehefa nanilika an’i Fréderic avy amin’Analamanga.

 Tompondaka

News Mada1 partages

Manjakandriana, Brickaville, Ambalavao : namoa-doza hatrany ny taksiborosy, olona iray maty, 13 naratra mafy

Andro fety, ankatoky ny fety, miseho lany ny lozam-pifamoivoizana. Tany amin’ny lalam-pirenena, taksiborosy telo niharan-doza, ka nahafaty olona. Tsy latsak’izay ny naratra vokatr’izany.

Tsy tapitra hatreo ny loza ateraky ny taksiborosy, fa mitohy hatrany. Loza telo be izao niseho ny faran’ny herinandro teo. Ny voalohany, tany Mandraka, kaominina Ambatolaona, taksiborosy Sprinter  ho any Toamasina no tapaka hisatra tamin’ny fidinana iny ka nifadona tamin’ny kamiao nijanona tamin’ny sisin-dalana. Mafy ny fifandonana ka naharatrana olona dimy izany. Nalefa haingana tany amin’ny hopitaly Moramanga ireo naratra, izay maromaro ny voa tamin’ny lohany sy ny tongony.

Ny faharoa tany, Brickaville, taksiborosy marika Ford, no nivadika tampoka noho ny kodiarana aloha vaky. Voalaza fa nandeha mafy io fiara io ka izay ny nahavaky ilay kodiarana aloha ary nampivadika azy. Ambony ambany mihitsy ilay fiara. Vokany, olona iray maty teo noho eo, ary efatra hafa naratra mafy. Notsaboina any amin’ny hopitaly Brickaville ireo naratra ireo.

Tsy tany amin’ny lalam-pirenena faharoa ihany ny nisehoana loza, fa tany amin’ny lalam-pirenena fahafito ihany koa, taksiborosy Sprinter iray nivadika ambony ambany, tany Andonaka Ambalavao. Olona efatra naratra mafy vokatr’ity fivadihana ity ary voatery naiditra hopitaly any Ambalavao. Raha ny fanazavana azo, mitovitovy ihany ny anton’ny loza, dia ny fandehanana mafy, ny tsy fahatomombanana eo amin’ny fiara. Efa manao ny famotorana rehetra ny zandary any amin’ireo faritra nisehoan’ny loza ireo.

Fotoan’ny loza

Amin’izao volon’andro fety izao, matetika tena isehoan’ny loza. Indrindra ny lozam-pifamoivoizana. Antony mahatonga izany, hoy ny mpamily nanontaniana, ny fahamehana eo amin’ny mpitatitra mba hahavita “tour” haingana, noho ny hamaroan’ny mpandeha. Eo no miteraka ny loza satria ny fiara tsy voaaramaso ny lafiny teknika, ny mpamily mety ho reraka.

Fotoana tokony anamafisana ny fanaraha-maso ny fiara miasa sy ny mpamily izao, mba ho fisorohana ny loza. Eo ihany koa ny mpitandro filaminana, hampahatsiahy ny fanarahan-dalana tokony ataon’ny fiara mpitatitra na ny taxi-be eto an-dRenivohitra ihany koa aza.

Yves S.

News Mada1 partages

Fanafihana tao Andodabe : sarona tao Andilamena ireo jiolahy

Roa volana taty aoriana raikitra ny fifampitifirana teo anivon’ny polisim-pirenena sy ny dahalo tao Andilamena, ny alin’ny talata hifoha alarobia. Vokany dahalo miisa telo no ravan’ny polisy niaraka tamin’ny fitaovam-piadiana mahery vaika sy kojakojana fanafody gasy, fitafiana miaramila. Raha tsiahivina, ny alin’ny talata 11 oktobra lasa teo no nitrangan’ny fanafihana mitam-piadiana mahery vaika tao amin’ny Kaominina ambanivohitra Andodabe, distrikan’i Toamasina faharoa,  21 km miala an’i Foulpointe ka nahavoatifitra nylefitry ny ben’ ny Tanàna sy zanany iray ary nandoran’ ireo jiolahy ny tranon’ ity farany. Samy tsy nisy nisaron-tava izy telo lahy tamin’ izany.Nandritra ny fanadihadiana nataon’ny polisim-pirenena, araka ny fampitam-baovao voaangona tamin’ny kaomisera Randria, nahalalana fa tovolahy vao 25 taona zanak’ olona ao Andodabe ihany i Justin, nitarika ireo dahalo avy any ivelany nanafika tao amin’ny kaominina fiaviany.  Resaka lonilony ara-politika ny fiandohan’ny raharaha ka izao lasa asan-jiolahy izao.

Sajo

News Mada1 partages

Nisy nandoro… : fiara telo indray nirehitra teny Soavimasoandro

Sahin’ny sasany ny nandoro ny fiaran’olona mipetraka eny amin’ny Parking. Fiara telo indray kila forehitra. Mandeha ny fanadihadian’ny polisy manoloana izany.

Fiara telo indray nirehitra teo amin’ny Parking iray teny Soavimasoandro, omaly tokony ho tamin’ny 1 ora maraina. Tsy nisy noraisina ireo fiara telo fa lasa lavenona sy vy sisa tavela.  Fiara Merecedes Benz, Peugeot 307, ary ny iray Dacia ireto may ireto.

Araka ny fanazavan’ny kaomiseran’ny boriboritany fahavalo eny Analamahitsy, Bemana Rafenoarison Vigor, ilay fiara Mercedes Benz, no nirehitra voalohany ary niitatra tamin’ireo fiara roa hafa izany. Voalaza fa nindramin’ilay mpamilin’ny trano fisakafoana iray eny Ankorondrano fa hoentiny hamonjy mariazy io fiara Mercedes Benz io. Rehefa avy namonjy mariazy izy, napetrany  teo amin’ny fiantsonan’ny fiara eny Soavimasoandro ilay fiara. Taorian’izay ny nahamay ny fiara telo teny an-toerana. Ny fokonolona nihazakazaka namono ny afo. Somary taraiky ny mpamonjy voina vao tonga teny an-toerana.

Tokony ho voavonjy ihany ny fahamaizana raha toa ka tonga ara-potoana ny mpamonjy voina”, hoy ny olona. Torana avy hatrany kosa ilay mpamily ilay fiara Mercedes Benz raha vao nahita ilay fiara nindraminy, may kila tanteraka.

Nambaran’ny kaomiseran’ny Vigor, fa tsy tongatonga ho azy ny afo fa nisy nandrehitra ilay fiara. “Efa misokatra ny fanadihadiana amin’izao fotoana izao ary efa misy ahiahina ho nahavanon-doza”, maninona no ireo fiara ireo ihany no nirehitra?”, hoy hatrany ny kaomisera.

Voalaza ihany fa nahitana afokasoka, hety, radio, fiara vaky fitaratra tsy lavitra io Parking io. Vao haingana ny nampisy ity parking ity ka tsy mbola misy mpiambina manokana. Andrasana ny famotorana momba ity tranga hafahafa ity.

Yves S.

 

News Mada1 partages

Nahazo kilalao sy fitaovam-pianarana : nankalaza ny Noely ny ankizin’ny Akany Fazako

 Afaka hifaly sahala amin’ny ankizy rehetra ireo beazina ao amin’ny Akany Fazako. Notolorana kilalao, sakafo, fitaovam-pianarana izy ireo.

Toy ny fanao isan-taona, rehefa ankatoky ny fetin’ny Krismasy, nizarana kilalao ireo ankizy kamboty na avy amin’ny fianakaviana sahirana raisina an-tanana ao amin’ny Akany Fazako eny Ambohijanahary Antehiroka. Ny mpanorina ny akany miaraka amin’ny Association les amis de Fazako à Paris no nanao izany, ny faran’ny herinandro lasa teo. 53 taona no nikarakara izany akany izany Andriantsitohaina Charles sy Ginette, araka ny nambarany. Ankoatra ny kilalao, misy fitaovam-pianarana, sakafo avy amin’ny orinasa sy olona malala-tanana maro mpanohana ny akany.

Tonga teny an-toerana mihitsy ny filohan’ny Association les amis de Fazako à Paris sy ny mpiara-miasa aminy, i Dominique sy François Bretonnet nizara ny kilalao nentin’izy ireo avy any Frantsa. Nanomboka nanampy ny Akany Fazako ny taona1998 ny Association. Nanangan-jazalahy malagasy izy mivady 33 taona lasa izay ka teo no nahalala an’i Madagasikara voalohany. Isam-bolana mandefa vola hatramin’ny 8 tapitrisa Ar ny Association avy any Frantsa ahafahana manome ny karaman’ny mpiasa, hividianana ny sakafon’ny ankizy ary ny saram-pianarana isam-bolana. « Malagasy ny iray ampahatelon’ny mpikambana ary Frantsay kosa ny ambiny », hoy ny fanazavan’ny filohany, Dominique Bretonnet. Miezaka manentana olona maro izy ireo hanohana ny Akany Fazako ka nanokatra tranonkala manokana fampahafantarana ny Association sy ny akany malagasy manokana.

30 ny ankizy raisina an-tanana ao amin’ny akany amin’izao fotoana izao, 10 amin’izy ireo efa mahaleo tena tanteraka ka niverina any amin’ny fianakaviany. Enina efa miasa rahateo, hoy ny mpiandraikitra ny akany, Rasoarimalala Michèle Claire. Nisy zazalahy kely 4 taona vao noraisina tao amin’ny akany ny herinandro lasa teo, satria efa kamboty ray ary sahirana ny reniny. Nandritra ny fety ny asabotsy teo, nanao fampisehoana koa ny ankizy rehetra nanamarihana ny fetin’ny Noely.

Vonjy A.

News Mada1 partages

Badminton : le Volant d’or prend son envol

Pari tenu pour le Sporting club d’Itaosy, initiateur  d’un nouveau tournoi dénommé, Volant d’or. Malgré les changements en cours, la compétition s’est déroulée sans incident majeur. Après les jeunes qui ont ouvert le bal, la semaine dernière au Saint-Michel Itaosy, c’était au tour des grands de clôturer la joute, samedi dernier, au gymnase d’ Ankorondrano.

Contrairement au premier acte qui a vu la domination des deux clubs, VTTK Ivato et Baobad, ce deuxième a pris une autre tournure, d’autant  le club d’Ivato a brillé par son absence. Une occasion pour les autres clubs de se singulariser, à l’image du club hôte qui a pris sa revanche après une entrée ratée chez les jeunes. Le Sportingt Club d’ Itaosy a en effet obtenu trois titres chez les seniors. Deux d’entre eux sont l’œuvre des badistes féminines qui ont dominé le débat en simple de la série A et en double. Quant au troisième sacre, il constitue l’unique victoire masculine du club en série B.

Pour autant, Baobad  reste le club le plus titré de cette compétition, grâce à ses quatre victoires dont deux chez les dames, en série C et en double. Ce club reste également le maître dans la série A, l’élite, grâce à Haja Marc. Le quatrième succès de la bande à Johary Tiana a été obtenu en double mixte. Parmi les grands artisans de la réussite de ce club figurent en bonne place Sahondra Ramanandraisoa et Haja Marc qui ont gagné chacun deux coupes.

Situation contrastée

Outre les tournois internationaux et le calendrier de la fédération au niveau national, autant dire le badminton peut se targuer d’avoir au moins trois compétitions d’envergure annuellement grâce à la naissance de ce Volant d’or. Toutefois, la discipline souffre du manque d’infrastructures, entrainant certains clubs à louer des terrains pour pouvoir s’entrainer.

Naisa

Résultats hommes :

Série A :

1- Haja (Baobad)

2 – Hery Zo (ABC Antsirabe)

3 – Keman (Baobad/Juvibad)

Double Mixte:

1 – Haja/Sahondra (Baobad)

2 – Nanah/Julio (Baobad)

Résultats dames:

Série A:

1 – Aina (Sporting Club Itaosy)

2 – Nanah (Baobad)

3 – Sahondra (Baobad)

Série B:

1 – Dolly (Sporting Club Itaosy)

2 – Tony (Baobad)

3 – Pifanie (Baobad)

Série C:

1 – Célestine (Baobad)

2 – Violette (ABC Antsirabe)

Double Dame:

1 – Sahondra/Nanah (Baobad)

2 – Aina/Hanitra (Sporting Club Itaosy)

3 – Aina/Pifanie (Sporting club Itaosy/Baobad)

News Mada1 partages

Foot féminin – Live your goals : 380 jeunes réunies au Saint-Michel

Après une première édition couronnée de succès, le 10 août dernier, au stade de Mahamasina, les initiateurs du projet Fifa Live your goals sont passés à la seconde étape, samedi, sur le terrain de Saint-Michel à Amparibe. En tout, on a recensé près de 380 jeunes filles issues de l’établissement hôte, 4FA, SOS Village d’enfants, Fahazavana, CEG Antanimbarinandriana,…Divers ateliers ont été au programme dont le jonglage et l’arbitrage. « Pour rappel, le projet Fifa Live your goals a été lancé officiellement en 2011 en Allemagne, parallèlement au Championnat du monde de foot féminin. C’est seulement en 2016 que Madagascar est entré dans la danse pour un programme de 4 ans. Cette fois, le volet compétition a été laissé de côté pour faire place au volet amusement. Le but est de faire connaître le foot féminin dans toutes les régions de la Grande île et toutes les écoles voulant se rallier à notre cause sont les bienvenues », a déclaré Ranja Mahatovo, première responsable du projet Fifa Live your goals. Pour sa part, Patricia Rajeriarison, présidente de la Commission football féminin au sein de la fédération malgache, a laissé entendre qu’à long terme, ce projet devra mener vers des compétitions régionales pour parvenir ainsi à la vulgarisation du foot féminin tant souhaitée.

Rojo N.

 

News Mada1 partages

Insécurité dans le sud : les forces de l’ordre dénoncées

Les attaques de dahalo se multiplient dans le Sud, particulièrement dans le district de Betroka et ses environs, malgré la présence des éléments de l’Unité spéciale anti-dahalo (Usad) dans la commune rurale de Mahabo, située dans cette circonscription.

Evitée par les dahalo au début de son installation, l’unité spéciale ne leur inspire aucune crainte depuis quelques mois déjà. Ils la défient carrément en osant perpétrer des attaques à quelques centaines de mètres de sa base, rapportent les villageois qui expliquent que ces éléments ne représentent nullement la force dissuasive annoncée au début, à cause du dysfonctionnement de leur gestion. Le chef de poste de gendarmerie de Mahabo doit être avisé du mouvement des éléments de l’Usad avant de s’en référer au commandant de la compagnie qui, à son tour attend le feu vert émanant du commandant de groupement ordonnant l’intervention de cette unité, selon nos sources.

La présence  d’un matériel lourd et l’annonce de l’utilisation du matériel de détection moderne, tels  les radars, ont eu d’effets sur le moral des dahalo qui ont eu peur de se frotter aux éléments de l’Usad au début. Se rendant compte, à la longue, de la supercherie, les malfaiteurs bravent actuellement ces matériels, qui ne servent pas à grand-chose, déplore la population locale.

Matériels de parade

«Cette base fait figure d’épouvantail dans le décor et les dahalo ont fini par s’en apercevoir», déplorent des chefs ancestraux des localités environnantes. Le maire de Mahabo, Delphin Rasolomanjato, a confirmé ces assertions indirectement en révélant que les réactions en urgence dépendant d’une longue procédure, les matériels de parade qui sont exposés à la base favorisent l’insécurité.

La population du district de Betroka appuie actuellement les exigences du député Jean Nicolas Randrianasolo sur la nécessité des interventions héliportées pour l’efficacité de l’Usad. Les effets psychologiques de la rapidité des interventions et la réduction des risques de dommages collatéraux au sein de l’unité revalorisent l’opération aux yeux de la population, selon ce parlementaire.

Manou

L'express de Madagascar1 partages

Sofitrans – Six boutiques fermées

Sofitrans a fermé six de ses boutiques à Madagascar. L’interdic­tion d’exploitation de magasin hors taxe en ville en est la cause.

Un coup dur. La décision d’interdiction d’exploitation de magasin hors taxe en ville prise par l’administration, l’année dernière fut un coup de massue pour les activités de certaines entreprises. C’est le cas de Sofitrans qui a dû fermer une partie de ses boutiques. « Nous avons dû fermer six boutiques se trouvant dans les grandes villes de Madagascar, cette année. Ce qui nous a conduits aujourd’hui à une stratégie de diversification pour pallier cet énorme manque à gagner », a fait savoir vendredi Meva Randrianary, directeur général de Sofitrans.Seules les magasins « duty free » des aéroports d’Ivato Antananarivo, d’Ambalamanasy Toamasina, de Fascène Nosy Be et de l’aéroport de Philibert Tsiranana de Mahajanga sont encore ouverts et à la disposition des passagers en transit dans ces aéroports sur présentation de la carte d’embarquement.Dans cette optique de diversification, l’ancienne boutique hors taxe d’Anko­rondrano est transformée en une zone de vente de produits de luxe. L’Otenti Cité, une boutique de luxe et authentique par ses produits reste ouvert au grand public. Une autre boutique, ItStyle, vient d’ouvrir ses portes vendredi. « C’est une franchise italienne présente dans plusieurs pays comme les Etats-Unis, le Brésil, et bientôt l’île Maurice. Plusieurs gammes de produits sont disponibles ici avec des services de bar à ongles, de make-up. Tous les articles vendus dans cet endroit sont en Ariary  », a expliqué cette responsable. ItStyle est bien l’endroit idéal pour la gent féminine qui pourra y choisir produits, couleurs et accessoire, innovants.Dans le but d’améliorer la recette douanière et d’assainir le milieu de la vente hors taxe, le gouvernement a pris une mesure interdisant l’exploitation et la vente de produits hors taxe en ville. Les « duty free shop » disposaient jusqu’au 31 décembre 2015 pour vendre en détail hors taxes toutes ses marchandises se trouvant dans leurs magasins.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Banque – Une nouvelle agence BMOI à Andraharo

La Banque malgache de l’océan Indien (BMOI) a procédé à l’inauguration de sa 17e agence au sein de la zone Galaxy Andraharo, Antana­narivo vendredi. « C’est une banque de détail avec toutes les opérations courantes d’une banque tels que le placement, le crédit, la domiciliation de salaire, l’ouverture de compte », a expliqué un responsable de la Banque.L’implantation au sein d’un quartier d’affaires comme la zone Galaxy, un secteur en pleine expansion commerciale et industrielle, s’inscrit dans la stratégie de cette institution financière en matière d’expansion  et de développement, et bien évidemment pour être plus proche de ses clients.C’est cette proximité qui est, d’ailleurs, l’une des motivations de la banque. « Servir ses clients, à Madagascar comme dans tout le réseau BMOI, en respectant son engagement de qualité, de sécurité et de confidentialité qui constitue l’ADN de la banque », a déclaré Alain Merlot, le directeur général de la BMOI lors de son discours. C’est ce qui fait de cette institution financière la première banque malgache à recevoir la certification ISO9001-2015 sur toutes ses activités de production bancaire en septembre.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Affaire Soamahamanina – La libération d’Andriamananoro réclamée

« Libérez Augustin Andriamananoro », ont réclamé, hier, les membres de l’association Vona Soamahamanina. Ils avaient pris la parole lors d’une messe organisée à Soamahamanina à l’intention de ce dirigeant du mouvement politique proche d’Andry Rajoelina.Pour les militants de Soamahamanina, la détention de l’ancien ministre chargé des Télécommu­nications n’est ni légitime ni légal. Ils ont ainsi annoncé un mouvement de contestation de l’incarcération ce jour, jour prévu pour le début du procès d’Augustin Andriamananoro.De nombreux dirigeants du Mapar (Miaraka amin’ny prezidà Andry Rajoelina – Avec le président Andry Rajoelina) étaient présents à la messe au cours de laquelle le père d’Augustin Andriamananoro, originaire de la localité, a prononcé un discours de remerciement.

Juliano Randrianja

L'express de Madagascar1 partages

Le délestage continue

Le délestage continue encore de sévir. Des quartiers d’Antananarivo étaient encore privés d’électricité. Pourtant, le Premier ministre Olivier Mahafaly avait annoncé vendredi la fin du délestage à Antananarivo. «Le ton est donné. Ce problème n’est plus acceptable », a –t-il déclaré vendredi face à la presse. La semaine dernière, le problème d’étiage au niveau des centrales hydro-électrique avaient causé des pannes d’électricité pendant plusieurs heures dans la capitale et ses périphéries.

L'express de Madagascar1 partages

Football – Un zébu en mascotte de la CAN U 17

La Coupe d’Afrique des Nations U17 de 2017 a choisi comme mascotte un zébu. Celle-ci a été présentée par le Comité d’organisation, samedi matin, dans les locaux de la CNaPS à Ampefiloha. « Le zébu fait partie intégrante de la culture malgache. Il renvoie également à l’image du football à Madagascar », souligne Lovatiako Ralaivao du ministère de la Jeunesse et des Sports, pour expliquer ce choix. Pour l’instant, la mascotte n’a pas encore été baptisée. Ce sera aux journalistes sportifs de soumettre des noms. Par la suite, le public sera invité à en choisir un.Actuellement, un représentant de la Confédération africaine de football est  en visite à Madagascar. Son séjour dans la Grande ile coïncide avec la présentation de la mascotte. « C’est la deuxième visite. Les travaux en vue d’accueillir la compétition sont sur la bonne voie. Je tiens à préciser que les CAN sont toujours de grands événements, peu importe la catégorie. Ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un tournoi pour les jeunes qu’il n’est pas pour autant important qu’une CAN séniors», indique Ibrahim Elhtiemogo. La compétition se tiendra à Antananarivo au mois d’avril 2017.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Tananews1 partages

www.jirama.mg : pan dans les gencives

Madaplus.info0 partages

Helène Segara à Madagascar

C’est tard cette nuit que la star francophone, Helène Segara, devait avoir atterri à Ivato. 
Attendue à Madagascar dans le cadre de la célébration du centenaire du Lions Club international, l’interprète de Belle dans la comédie musicale Notre Dame de Paris, donne rendez-vous à ses fans de Madagascar au Centre de conférence internationale d’Ivato dès demain à partir de 20h. Mercredi, elle sera au Carlton pour une soirée de partage et d’échanges exclusifs en faveur des enfants malgaches.
Tananews0 partages

« Milavonjy Philobert accule Hajo Andrianainarivelo »

Quelques fois, les titres dans la presse malgache font un peu peur quand même.

Et nécessitent une deuxième relecture pour bien s’assurer qu’il n’y a pas d’erreur.

Non il n’y a pas d’erreur, l’article dit ensuite : « ce parlementaire élu sous les couleurs du VPM/MMM n’a pas hésité à acculer publiquement son ancien mentor. »

Tananews0 partages

JIRAMATY : ah 6 heures de coupure en continu carrément ?

Donc que préférez-vous, au choix : 2 coupures de 4 heures chacune ou une seule de 6 heures ?

Et en général, cette coupure de 6 heures est programmée de 9:00 à 15:00

On aimerait bien que sa Seignhery soit privée de courant de 09:00 à 15:00, juste pour qu’il voit l’effet que ça fait.

Et comme nous, sans eau non plus ?

News Mada0 partages

DFP : « Fanamparam-pahefana ny fisamborana an’i R. Augustin »

Mbola resabe ny amin’ny « Raharaha Andriamananoro Augustin ». Fanamparam-pahefana ny fisamborana, raha ny fijerin’ny DFP.

« Efa fanamparam-pahefana amin’ny fahafahana maneho hevitra ny fisamborana an’Andriamananoro Augustin. Izay mety amin’ny fanjakana hatrany no atao: samborina izay manao hetsika an-dalambe. Nefa voaaron’ny Fifanarahana Cotonou izany. Tsy voahaja eto amintsika ny fahafahana fototra, ny zon’olombelona…  »

Io ny fanehoan-kevitry ny mpitarika ny hetsika Dinika ho fanavotam-pirenena (DFP), Ratolojanahary Maharavo, teny Ambohipo, ny faran’ny herinandro teo. Fanosihosena an-karihary ny Fifanarahana Cotonou ny « Raharaha Andriamananoro Augustin ». Ny didy 62-048, izay mifehy ny hetsika fidinana an-dalambe eto Madagasikara: tsy azo atao, mila maka fahazoan-dalana. Zavatra tsy azo atao, akana fahazoan-dalana.

Hetsika an-dalambe no anenjehana azy

Enjehina Andriamananoro Augustin fa nanao hetsika an-dalambe tany Soamahamanina. Nefa mifanohitra amin’ny Fifanarahana Cotonou izany. Manome lanja ny zon’olombelona sy ny fahafahana fototra rehetra amin’ny fanehoan-kevitra io Fifanarahana io. Ao anatin’izany ny fahafahana manao hetsika.

Nitenenan’ny DFP fametrahana fitarainana amin’ny Vondrona eoropeanina izay. Tsy raharahan’ny mpitondra io, rehefa atao samy raharahantsika eto. « Izay ny olantsika. Tsy mijery afa-tsy ny lalàna ato anatiny isika, ataon’ny mpitondra amboletra: gadragadraina eto avokoa isika rehetra », hoy izy.

 

Tsy hahazoana famatsiam-bola ny fitondrana ratsy tantana

Tsy nahazontsika famatsiam-bola hatramin’izay ny fitondrana ratsy tantana amin’ny lafiny rehetra: tsy misy fanajana zon’olombelona, ny foto-kevitra demokratika, ny tany tan-dalàna, ny fitantanana tsara ny raharaham-panjakana, ny ady amin’ny kolikoly.

Vao notakin’ny Vondrona eoropeanina ny fananganana ny Fitsarana avo (HCJ), fa misy ny halatra azo itsarana ny mpitondra. Mila mandinika lalina ny fanjakana, hiantso ny hery politika hanarenana izany: hahatonga ny famatsiam-bola.

Nefa mifanohitra amin’izany ny fihetsiky ny fanjakana: nanaiky ny fepetra hahazoam-bola, ny 1 sy 2 desambra, nanaiky tamin’ny dinika politika fa tsara ny fiaraha-miasa, ny 9 desambra. Tsy matotra ny fanjakana fa tsy te hisahirana amin’ny programa fanarenana.

R. Nd.

News Mada0 partages

Leader Fanilo : « Toherinay ny tsy rariny »

Nivoitra tamin’ny fihaonamben’ny Leader Fanilo ny faran’ny herinandro teo, tany Mantasoa ny fanoheran’izy ireo ny tsy mety eto amin’ny firenena. « Tsy maintsy ampanjakana ny mangarahara eo amin’ny fitantanana ny firenena. Ohatra, ny tokony hampahafantarana ny vahoaka mialoha ny tolo-dalàna momba ny tetibola… Takina ny hanaovana dinika haingana handaminana ny  olana noho ny tsy fitoviana sy ny tsy rariny eo amin’ny fiaraha-monina momba ny fanabeazana, ny fahasalamana, ny kolikoly, ny fandriampahalemana, ny tany tan-dalàna », hoy izy ireo. Nanao antso avo koa ity antoko ity momba ny lalàna mifehy ny fitsinjaram-pahefana mba hampihenana haingana indrindra ny tsy fitoviana amin’ny fampivoarana ny faritra rehetra. Takin’izy ireo koa ny hanambaran’ny mpitondra ny daty marina hifaranan’ny fifidianana ho an’ny dimy taona niasana (2013-2018). Momba ny fifidianana ihany, mangataka ny hanaovana ny fifidianana ny filohan’ny fokontany. « Tsy ekena ny fanendrena ataon’ny lehiben’ny distrika izany… Angatahinay koa ny fampitsaharana ny fanesorana ny ben’ny Tanàna voafidy ataon’ny fitsarana… », hoy ihany izy ireo. Ho an’ny Leadre Fanilo,  antoko miasa ho an’ny mateza izy ireo.

Synèse R.

News Mada0 partages

Faran’ny herinandro an-tsary

: Nisokatra ny 16 desambra teo ary tsy hifarana raha tsy ny 26 desambra ny « Appareil-Apparat », fampirantiana miavaka etsy amin’ny Little Hennessy etsy Ivandry. Iarahana amin’i Misty sy Vice Local ny hetsika. Araka izany, hiaraka ny hosodoko sy ny lamaody.

 

I Beyrouk, izy no nandrombaka ny « Prix du roman métis des lycéens 2016 », tamin’ny alalan’ny boky « Le tambour des larmes ». Anisan’ny nitsara ity fifaninanana ity ny mpianatry ny lycée malagasy.

News Mada0 partages

Slam national fahafito : nandresy ny avy any Mahajanga, nisongadina i Tagman

Nikatona tanteraka ny andiany fahafito amin’ny fifaninanana « slam poésie ». Nisongadina ny fankafizan’ny tanora ity karazana literatiora vaovao ity. Teo amin’ny fifaninanana, nibata ny fandresena ny ekipa avy any Mahajanga ary namiratra i Tagman Namgat.

Tontosa ny zoma alina teo ny dingan’ny famaranana tamin’ny fifaninanam-pirenena « slam poésie », andiany fahafito. Raha tsiahivina, tanàn-dehibe folo no nanana solontena ka nivoaka mpandresy tamin’ity famaranana ity ny ekipa avy any Mahajanga, ahitana an’i Leslie, Ilyas El Soyade ary i Prince Kevin Allain. Nahazo ny laharana faharoa kosa ny avy eto Antananarivo, misy an’i Zafimahaleo Barry Benson, Zafimahaleo Jerry Benson ary i Tagman.

Teo amin’ny sokajy olon-tokana, nambabo ny fon’ny mpitsara ny sanganasan’i Tagman Namgat, anarana tsy vaovao intsony, indrindra, ho an’ireo mpankafy « slam ». Norombahin’i José Ricain Ranaivoson kosa ny laharana faharoa raha toa ka samy fahatelo « ex-aequo » i Leslie Jen Miller sy Tokyo Harem. Ankoatra ireo, nisy koa ny fifaninanana « slam » sokajy « média » ka nibata ny fandresena tamin’izany i Seth Seven. Ekipa « fair-play » indrindra kosa ny avy Taolagnaro.

Tsara ny manamarika fa nanomboka ny 10 desambra teo, teto Antananarivo, ny « Slam national » andiany fahafito. Marobe ireo hetsika nokarakaraina tao anatin’izany ary nivelatra tamina foibe ara-kolontsaina samihafa, ankoatra ny fifaninanana, mazava hoazy. Nisy koa ny vahiny avy any ivelany nasaina hanatrika izany, toy ny avy any Frantsa sy Alemaina.

Tsy ny fiakarana an-tsehatra ihany no nataon’izy ireo teto fa nisy koa ny fitsidihana foibe fiahiana ankizy. Vaovao lehibe ho an’ny mpiangaly « slam », nandritra iny « festival » iny koa ny nahazoan’izy ireo filoha vaovao, hiasa mandritra iny taona 2017 iny, izay tsy iza fa i Stella Andriarimino.

Landy R.

News Mada0 partages

Slam : Tagman sur le toit national

Rideau sur la 7e édition du Slam national qui s’est tenue du 10 au 17 décembre dans la capitale. Sacré champion au tournoi individuel, Tagman défendra les couleurs du pays lors de la Coupe du monde de slam poésie, qui se tiendra en France l’année prochaine.

Une semaine dédiée à l’oralité, aux textes dits avec ou sans musique, l’occasion aussi de naviguer entre slam malgache et ceux des autres horizons. En quelques chiffres, le festival compte 30 slameurs nationaux, 5 invités internationaux, 8 grandes villes participantes. Après Zen l’année dernière, le titre de champion national revient cette année à Tilahimena Antonello Geraldi, plus connu sous son nom de plume Tagman Namgat.  Quant au tournoi par équipe, ils ont été quatre dans la course, mais l’équipe de Mahajanga a raflé cette année la mise.

«Le meilleur exploit que nous avons réussi jusqu’ici a été d’occuper le troisième rang lors de la Coupe du monde du Slam en 2010. Cette année, les poètes ont gagné en maturité comme en niveau, mais beaucoup reste à faire pour remporter un meilleur titre à l’échelle internationale», a avancé Gianni Andriarimino, président de l’association Madagaslam lors de la cérémonie de clôture du festival, samedi dernier, au CGM Analakely.

Les moyens du bord

Le Slam national a rameuté les amateurs de beaux mots à travers une programmation éclectique qui s’articule autour d’une exposition de photographies, de scènes ouvertes et spectacles, de coachings et ateliers slam mastering et de performances poétiques impromptues dans les rues de la capitale.

 «L’Etat sollicite souvent les slameurs à l’occasion d’un événement marquant comme lors de la cérémonie du 26 juin à Iavoloha ou encore le récent Sommet de la Francophonie, mais en retour nous, comme tous les artistes d’ailleurs, sommes souvent laissés de côté. Nous ne pouvons compter que sur nos propres moyens pour pouvoir participer  à une compétition d’envergure comme la Coupe du monde de slam poésie», a déploré Gianni Andriarimino.

L’association Madagaslam a déjà annoncé les couleurs de la 8e édition. «La précédente édition aurait dû avoir lieu dans la cité des Fleurs, mais par souci technique et potentiel, elle a été maintenue dans la ville des Mille. Cependant, nous souhaitons vivement faire tout notre possible pour délocaliser le festival, l’année prochaine», a-t-il conclu.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Chronique : l’arbre de Noël, modèle pour une adaptation réussie

C’est reparti pour un tour ! Mon beau sapin roi des forêts enneigées… Quand nous étions des amateurs de produits naturels, insensibles à la question environnementale, nous achetions des pins coupés dans ce qu’il reste d’îlots de verdure. Depuis, la protection de la nature et le développement durable ont fait une percée dans nos préoccupations habituelles.

Il a fallu trouver une solution pour remplacer le classique pin de Noël. Elle s’est imposée sans problème. Nous nous sommes très vite convertis au sapin en plastique made in China, vert comme les forêts ou blanc comme la neige. Les années passent, son succès ne se dément pas. Mais le kitsch des aiguilles en plastique ne plaît pas à tout le monde.

Pour les irréductibles de l’arbre plus vrai que nature, et il en reste, l’araucaria avec ses branches qui s’étendent comme des ailes est celui qui se rapproche le plus du sapin de Noël. S’il s’est bien acclimaté à Madagascar, il n’est pas aussi prolifique que l’eucalyptus et n’a pas vocation à remplacer près de la cheminée tous les pins qui sont maintenant épargnés pour les fêtes.

On a alors lancé la mode de l’arbre minimaliste, simple ramure décorée de quelques boules rouges ; il est aussi proche du traditionnel arbre croulant sous les guirlandes qu’un top modèle contemporain ressemble à une plantureuse sculpture de Botero. Au « roi des forêts » dont la verdure ne craint pas le froid on a préféré le symbole des lumières qui scintillent dans la longue nuit de l’hiver.

Perdus entre tous ces symboles, on en oublie que c’est le début de l’été austral, de la saison des pluies et que dans la plupart des pays de notre hémisphère, c’est aussi le début des grandes vacances. Nous avons réussi à perpétuer la tradition de l’arbre de Noël et à l’adapter aux réalités de notre flore et de notre climat. Nous devrions sur le même modèle adapter le principe des vacances scolaires avec notre climat. Le succès est assuré.

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : à travers la ville

Il y a trois semaines environ que notre Administrateur-Maire, se rendant enfin compte de l’état de malpropreté et d’abandon dans lequel se trouve notre ville, fit connaître à la population, par vois d’affiches et par un communiqué à la presse locale, que certains articles de l’arrêté municipal du 25 mars 1915 – arrêté demeuré jusqu’ici lettre morte – allaient être mis en vigueur dans les huit jours.

Bien avant l’échéance du jour où les procès-verbaux devaient, dit-on, pleuvoir, nos citadins ont pour la plupart obtempéré aux instructions administratives ; quelques-uns pour éviter les rigueurs de la loi, mais le plus grand nombre dans l’intérêt général.

On pouvait donc remarquer que, comme jadis, il y a de cela plusieurs années, dès le matin, immondices et ordures ménagères étaient déposées dans des récipients sur le bord de la route. Si les contribuables se sont conformés à l’arrêté en question, il n’en est pas de même du service chargé de l’enlèvement de ces immondices et qu’arrive-t-il déjà ? c’est que las de voir s’étaler à leurs yeux pendant plusieurs jours ces tas d’immondices et de respirer leurs odeurs fétides, beaucoup n’observent plus ces règlements.

Si l’administration tient à ce que ces arrêtés soient respectés, il faut qu’elle aussi remplisse ses engagements vis-à-vis de la population.

Actuellement et plus que jamais, nous devons veiller à la propreté de la ville si nous voulons que cette terrible maladie qu’est la méningite cérébro-spinale et qui a fait déjà plusieurs victimes ne dégénère en épidémie.

En dehors de la propreté, ce qu’il faut absolument à Tamatave, c’est de l’air et ce principal moteur de l’existence ne circule pas, notre ville est une vraie forêt.

Pour s’en faire une idée, qu’on monte seulement dur la tour des Messageries ou sur la terrasse de l’hôtel Colomp et qu’on jette un coup d’œil sur la ville. Qu’y voit-on ? Quelques rares toits émergeant au-dessus d’un vaste couvert d’arbres de toutes sortes. Comment l’air pourrait-il circuler même lorsqu’il vente frais sur les bords du rivage ?

L’abattage ou tout au moins l’élagage des arbres s’impose et nous osons, encore une fois, demander à l’Administration l’application de l’article 42 de l’arrêté municipal du 25 mars 1915.

La Dépêche malgache

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Us et coutumes : crécelles, taisez-vous !

Lisez les petites annonces des journaux. Parmi les offres et les demandes d’emplois en tous genres, il faudrait en ajouter une pour un métier très à la mode : crieur. Il y a les crieurs du commun autour des arrêts de bus ou des stations de taxi-brousse. Une voix tonitruante fait assez bien l’affaire. Dans la même famille, on peut compter les gardiens de place de parking qui font également office de rétroviseurs parlants. Pour la catégorie supérieure des crieurs des braderies, platement appelés animateurs, on demandera des voix mélodieuses et harmonieuses. Surtout, ne pas oublier de préciser en caractères gras : voix de crécelle s’abstenir.

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : ny didy efa mipetraka

Mibaribary izao ny tsy mety fisin’izany fihavanana izany eo amin’ny sehatra pôlitika. Fifaninana no atao ao, samy miezaka ampanjaka ny hevitra toanan’ny tenany ary mba afahana anantaterahana an’izany dia tsy misy afa tsy ny fazaona ny fitondrana na fandraisana anjara amin’ny fitantanana. Fifaninana fandresen-dahatra ny vahoaka izay vaolaza loharanon’ny fahefana any mahefa amin’ny alalan’ny fifidianana anolotra fahefana andraiketana amin’ny anarany. Raha tsy tsanga-kevitra no toanan’ny mpanao pôlitika dia mazava fa tsangan’olona no any sisa vonto atin’ny fifaninana. Tsy mampalefaka ny fifaninana anefa izany fa vao miha mandrangitra firafesana. Mbola eo amin’izany ambaratonga izany amin’izao fotaona izao ny eto an-toerana, tsy misy foton-kevitra mampisaraka nohon’ny hevitra atao resadresaka ambangovangony fotsiny, tsy misy rafitra fandaminana ny làlana ombaina sy ny tetika ampiasaina. Rahefa azo ny faleovantena izay tanjona niombonan’ny maro dia toa ritra teo ny fandinihan-kevitra mitaiza famporosiana hitolona ho an’ny firenena. Resaka matavy iray sisa no nifandrotahana dia ny fampandrosona. Inona moa no ho fandrosona eo raha izany hevitra fandrosona izany aza tsy nandroso avy amin’ny fandinihana sy fandalinana. Atrany ka atraty ny androany dia mbola ny teo ihany no avadibadik’izay ray tonga, mitovy amin’ny hirahira nandrotsorotsona omaly ny vetsovetso ventibetesina heno androany.

Tsangan’olona sy ady seza no mibahan-toerana eo amin’

ny sehatra pôlitika. Diso làlana raha fampihavanana no antenaina hitondra fadiovana sy filaminana. Tsy efa mazava ve izao fa samy maramara saina daholo ireo niady hevitra tamin’ny fandanina an’ny lalàna fitantanana ny fifampiavanana. Manidina ambony tsy tratran’ny hery misy izany fadiovana izany, any tanjona afaka tratrarina dia ny filaminana. Tsy mbola hita izay fepetra mafehy filaminana ara-drariny toy ny lalàna miatra amin’na herin-dalàna azy. Tazana nefa fa nohon’ny fatsapana an’izany dia miseho ny afetsifetsena mirona any amin’ny filalaovana ny lalàna izay atao fitaovana famoretana sy fanjakazakana. Korontana indray ve no andrasana amerina ny amin’ny làla-mahisty ? Izany izy hoe korontana izany. Impiry izay no efa niantefan’ny vokadratsin’io fitaka io.

Léo Raz

News Mada0 partages

Incendie à Ambohimirary : les sapeurs-pompiers hués

Le manque de professionnalisme des sapeurs-pompiers de la ville d’Antananarivo a provoqué la colère de la majorité des habitants du fokontany d’Ambohimirary, hier.

Les soldats du feu, alertés dès les premiers signes de l’incendie qui s’est déclaré dans une chambre fermée d’une maison à étages du quartier, ne sont apparus sur les lieux que pour constater les ravages après que les riverains aient circoncis le drame. En effet, le fokonolona a réussi à maîtriser le feu en faisant une chaine humaine pour se passer des seaux d’eau jusqu’au deuxième étage du bâtiment où se trouvait le foyer de l’incendie avant l’arrivée tardive des sapeurs-pompiers.

L’épaisse fumée se dégageant des portes et fenêtres fermées d’une des pièces de cet étage a alerté des passants qui ont vite compris qu’il y avait le feu à l’intérieur puisque les propriétaires des lieux, très connus du quartier, n’utilisaient ni réchaud à charbon ni bois de chauffe. Ils étaient à l’église à l’heure du drame et l’employé de maison, confiné dans les dépendances dans le côté opposé de la pièce, n’a été au courant de l’incendie que par les riverains qui ont tapé à la porte principale. La pièce étant fermée à clé, de ce fait, l’explosion d’une bouteille de gaz qui y était entreposée a compliqué l’intervention des secouristes de fortune.

L’arrivée des propriétaires, appelés de l’église, a permis de sauver les mobiliers en ouvrant les portes de la maison. Les dégâts sont énormes, selon eux, et l’origine de l’incendie reste encore à déterminer.

Manou

 

News Mada0 partages

Attaque à Andodabe : arrestation des auteurs à Andilamena

Un litige politique tourne à l’attaque à main armée à Andodabe, dans le district de Toamasina II.

Le mystère de l’attaque ayant blessé l’adjoint au maire de la commune rurale d’Andodabe et son fils par les bandits qui ont aussi incendié leur maison dans la nuit du 11 octobre est en train d’être élucidé après l’arrestation de ses auteurs à Andilamena, mardi dernier. Les limiers de la Police ont pu remonter la piste des 3 malfaiteurs à partir d’informations fiables les ayant aiguillés vers le cerveau du forfait, un jeune homme de 25 ans habitant le village d’Andodabe qui a recruté 2 autres individus suite à un différend politique avec la victime.

La bande est tombée dans les rets de la Police après une fusillade nocturne à Andilamena. Des armes de guerre, des uniformes de l’Armée et des fétiches ont été saisis sur ces malfaiteurs qui se sont éloignés du lieu car Andodabe se trouve à 21 kilomètres de Foulpointe.

Manou

 

News Mada0 partages

Boeny : dons de la Somapêche aux EPP

La société Somapêche marque la fête de fin d’année par des actions sociales dont les écoles primaires publiques de la ville de Mahajanga sont les bénéficiaires cette année, conformément à une convention passée au mois dernier entre le chef de région du Boeny, Saïd Ahamad Jaffar et le directeur général de la société de pêche.

Les écoles primaires publiques (EPP) d’Antanambao Sotema, de Tsararano Ambany et de  Tsaramandroso ont été sélectionnées puisque la majorité des marins de la Somapêche résident dans ces régions, selon les explications des responsables de cette société. Les 3 établissements scolaires ont donc reçu respectivement un micro baffle alimenté par batterie, une sonnerie à haute diffusion, 6 cartons de craies, 10 tableaux noirs, 40 feuilles de tôles ondulées et une boîte de confiseries. Le chef de région Boeny a promis d’inciter les autres sociétés de sa circonscription à de telles démarches par redevabilité.

Manou

 

News Mada0 partages

IFM : la magie « Casse-noisette » opère

Madagascar Mozarteum a programmé, samedi dernier, à l’IFM Analakely, l’illustre ballet «Casse-noisette» projeté en différé depuis  le Théâtre académique d’Etat Bolchoï, en Russie. Un spectacle qui sort du lot.

Pour la 6è année consécutive, le grand ballet de Moscou a été présenté dans près de 1400 salles de spectacles à travers le monde. Madagascar Mozarteum et l’Institut français de Madagascar ont travaillé de concert pour immortaliser l’événement.

En deux actes, cette œuvre de Piotr Ilitch Tchaïkovski, qui date de 1892, nous entraîne dans un monde magique et féérique inspiré d’un conte d’Hoffmann. L’intrigue est centrée sur une petite fille du nom de Clara.  Elle reçoit de son oncle comme cadeau de Noël, un casse-noisette en bois en forme de soldat.  La veille de Noël, la poupée casse-noisette se métamorphose en un beau prince qui l’entraîne dans un voyage féérique ponctué de spectacle et de danse classique.

«Casse-noisette est l’un des ballets les plus merveilleux et les plus célèbres au monde. Nous avons pu obtenir au préalable une licence de droit de projection publique, un droit qui n’est pas donné à tout le monde aujourd’hui», confie un responsable auprès de Madagascar Mozarteum, en marge de la projection.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Fin d’année : Dih’Art propose un festival de danse

Le Centre de formation et de loisirs Dih’art clôt en apothéose son 15e anniversaire par un festival de danse, ce mois-ci. Une sorte de grand spectacle en guise de fin d’année.

Sous cet angle, un atelier et échange autour d’une dizaine de disciplines sera organisé, pour ne citer que la danse du monde, solo danse, danse de couple, danse classique. «Cette formation s’étalera du 22 au 30 décembre au CFL Dih’art Antanimena», a fait savoir Rijamanitra Randrianarisoa. Le but étant d’initier tout un chacun au 5e art.

Depuis sa création en 2001, le club de danse  a accueilli et  partagé sa passion à plus de 1 000 danseurs. «Au tout début, nous avons rassemblé une proportion importante de jeunes inoccupés dans les quartiers.  De fil en aiguille, nous avons appris la danse à de simples ouvriers en passant par des femmes de ménage et même à des personnalités haut placées de l’Etat», a-t-il ajouté. Pour l’année prochaine, Dih’art prévoit d’organiser un grand concours de danse sportive.

Joachin Michaël

 

Tananews0 partages

Augustin en taule et Claudine libre comme l’air ?

Excusez-nous monsieur Rajaonarimampianina mais votre tan-dalana misy fanjakana c’est du pipeau là non ? On met en taule celui qui protège son village natal et on laisse dans la nature en liberté une « crapuldine » convoquée à deux reprises par le Bianco ?

Une belle Justice à deux vitesses qui plaira beaucoup aux bailleurs de la CBI.

Et à toutes fins utiles on rappelle que l’Union européenne attend avec impatience la mise en place de la Haute Cour de Justice.

Ino Vaovao0 partages

MAROANTSETRA : Zazavavikely 8 taona novonoina tamin’ny fomba feno habibiana

Voalaza fa tovolahy 18 taona no nahavanon-doza ary niharan’ny fitsaram-bahoaka ity farany ka naratra mafy vokatry ny daroka nahazo azy.

Noentin’ny Zandary notsaboina tao amin’ny hôpitaly ao an-tampon-tanànan’i Maroantsetra kosa ilay tovolahy na efa tara aza ny fahatongavan’ireo Zandary tao an-toerana . Araka ny loharanom-baovao avy any an-toerana dia efa fanaon’ilay zazavavy ny mivoaka isaky ny alina mandeha mijery fahitalavitra any amin’ny havan’izy ireo, izay tsy lavitra ny trano fonenany.

Tamin’io alakamisy io kosa anefa dia tsy tonga tamin’ilay toerana fijeriny fahitalavitra ilay zaza nefa tsy nody tany amin’ny trano misy azy ihany koa rehefa tamin’ny ora tokony ho fodiany. Kinanjo ny zoma maraina nijery azy io tamin’ilay havany ny ray aman-dren’ilay zazavavy ary dia tsy hita tao ity ary nanao fikarohana avy hatrany izy ireo sy ny fokonolona tao amin’io tanàna io izay.

Hita tao anaty bozaka tsy lavitra ny tanàna ny fatin’ilay zaza. Nahitana ratra ny vatany sy ny fivaviany ary tsy hita teny an-kodiny avokoa ny akanjony.Nisy nahatsikaritra kosa ny fihetsik’ilay tovolahy tao an-tanàna satria somary hafahafa tsy toy ny isan’andro ny fihetsiny ka nampamahamahana ny fokonolona. Avy hatrany nosamborin’ireo mponina izy ary nanotanian’izy ireo, ka avy hatrany niaiky ny heloka vitany.

Tsy niandry ela fa avy dia raikitra ny daroka nataon’ny mponina mandra-pahatonga ny Zandary teo an-toerana.

Naratra mafy ilay nahavanon-doza ka noentina teny amin’ny hôpitaly ary rehefa sitrana izy vao mandeha ny fanadihadiana rehetra.

Pounie

Tia Tanindranaza0 partages

Mila mijery fitaratra

Mimenomenona ireo mpanao politika efa ela nietezantsika rehefa ataon’ny naman’izy ireo hoe dinozaoro kanefa ny fihetsika sy ny resaka atao dia mbola mirona any amin’ny fiezahana ny famerenana ireo fitantanana efa tsy nahomby tamin’ny fotoan’andron’izy ireo hatrany

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Aretina “Alzheimer”120 no voany tato anatin’ny enim-bolana

120 isa ireo zokiolona voan’ny aretina Alzheimer tato anatin’ny enim-bolana teto an-drenivohitra. Nentin’ny fianakaviany nanatona ny “Association Madagascar Alzheimer Masoandro Mody”

 

 etsy Fenomanana avokoa izy ireo mba hokarakaraina sy horaisina an-tanana. Olana anefa ny tsy fahampian’ny toerana handraisana azy ireny intsony, hoy ny tompon’andraikitra eo anivon’ity ivontoerana ity. Tsy mahazaka zokiolona afa-tsy 20 anefa ny toerana ary isaky ny talata sy ny alakamisy ihany no azo  raisina ao noho ny fahanteran’ny fotodrafitrasa. Vokany, lasa miparitaka any ivelany avokoa ireo zokiolona ambiny sisa tsy voakarakara. Nambaran’ny tompon’andraikitra iray fa tsy mbola manam-panampy izy ireo hatreto fa ny herim-pon’ny fikambanana ihany no hivelomany. Tsy mbola nijery azy ihany koa ny fitondram-panjakana na dia efa misy aza ny tany hahafahana manangana ny fotodrafitrasa mifandraika amin’izany. Marihina moa fa mbola mahavita zavatra tsara toy ny olon-drehetra ihany ireo zokiolona mararin’ny Alzheimer rehefa ara-dalàna ny fandraisana an-tanana azy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Asa sosialyTafajoro ny “ho maitso ny tontolo”

Mijoro ao Antsirabe ankehitriny ny fikambanana “Ho Maitso ny Tontolo”, fikambanana mpanao asa soa sy hiaro ny tontolo iainana.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanampiana ho an’ny mpitatitraBetsaka ireo tsy mbola nahazo

Mitaraina noho ny fitarazoan’ny fanampiana omen’ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety amin’ny alalan’ny minisitera miadidy azy ny ankamaroan’ireo kaoperativa eto an-drenivohitra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zotra 152Nivaky ho roa

Nivaky ho roa ny zotra 152 Miarana mampitohy an’Amboditsiry sy Tanjombato. Efa ho tapa-bolana izao no nitrangan’izany vokatry ny tsy fifankahazoana nisy teo amin’ny mpitantana ny kaoperativa sy ireo tompona fiara.

 

Niezaka niroso tamin’ny fanatsarana mantsy ny mpitantana ity kaoperativa ity nanomboka tamin’ity taona 2016 ity, taorian’ny 18 taona izay fantatra fa tsy nahitany vokatra firy. Tafiditra tao ny fikasany mba hamadika ho orinasa kely iray mihitsy ity zotra ity saingy betsaka ireo tsy nanohitra. Mba hahafahana miditra amin’io lalana io anefa dia tsy maintsy noravana ny kaoperativa 152, antony nanosika ireo tompona fiara hanangana ny zotra 154 Miorina izay nakan’izy ireo fahazoan-dalana teo anivon’ny fiadidian’ny tanànan’Antananarivo Renivohitra. Niasa ara-dalàna toy ny mahazatra izy ireo taorian’izay ary foana kosa  ny zotra 152 izay nahazatra ny maro ka nampitaraina fatratra  mpitantana azy. Tsy hijanona hatreo ny raharaha fa nampiakatra ho amin’ny ambaratonga ambonimbony kokoa ireo voakasika. Andrasana ny fanapahan-kevitry ny Fitsarana, didy izay fantatra fa hivoaka amin’ity herinandro diavintsika ity, raha tsy misy ny sampona.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadiovana faobe eny amin’ny fokontanyLasa bizin’ireo tompon’andraikitra

Raikitra ny fikomian’ireo mponina sasany teny amin’ny fokontanin’Ambohitrakely ny sabotsy teo nandritry ny fanadiovana faobe nasaina nataon’ireo mponina teny an-toerana.

Toy ny mahazatra ireo tompon’andraikitra dia vatran’izy ireo mihitsy no maniraka ireo mponina hanadio any amin’ireo fokontany manodidina ity toerana ity, toy ny fokontanin’i Mahatazana, Betongolo ary Avaradoha, raha ny fitarainan’ireo mponina. Tamin’ity indray mitoraka ity anefa dia nisy tamin’ireo mponina no nilaza ho naheno fa misy amin’ireo tompon’andraikitra ao amin’ity fokontany ity no manao fifanarahana ambadika sy maka vola mialoha amin’ireo mponina sasany izay manam-bola ary io no antony hanirahana ireo fokonolana hanadio ireo mponina any amin’ireny toerana ireny. Tsy vitsy ireo mponin’ity fokontany ity no nisafoaka ka avy dia niteny tamin’ireo tompon’andraikitra fa aleo ireo manodidina ny trano fonenany ihany no dioviny. Efa ela moa ny adihevitra mikasika ity resaka fanadiovana faobe eny amin’ny fokontany ity no niteraka fimenomenon’ny mponina satria dia karamaina avokoa na mpiasan’ny kaominina na ireo mpaka fako amin’ireny rafitra misahana ny fanadiovana ny tanàna ireny kanefa dia mbola ireo mponina efa sahirana amin’ny fitadiavany isan’andro ihany no mbola elingelenina amin’ny zavatra toy izany.

Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tranom-pody no vitan’ny vava e !

Miarahaba ry Jean a ! Faly tokoa ny tena naheno ilay fanambarana miezinezina hoe ho tapitra hatreo ny delestazy, ka dia tehaka mirefodrefotra no setriny tamin’iny fotoana iny.

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Hery RajaonarimampianinaMisy manajabaka

Ao anatin’ny vanim-potoanan’ny fety tanteraka isika amin’izao fotoana izao, saingy mitady hafampana ny rivotra politika.

Mbola mitana ny sain’ny maro ny raharaha Augustin Andriamananoro izay nampidirina am-ponja vonjimaika ary hiakatra fitsarana rahapitso. Raha ny lojika politika dia ny fitondrana no tokony handamina sy handranto fihavanana amin’ireo ambara ho mpanohitra, saingy tsy izay no misy. Tsy azo lavina fa misy tokoa ny mpanohitra eto amin’ny firenena saingy ny iaraha-mahita aloha dia tsy manana herijika hahavita hanongana na hampiozongozona ny fitondrana amin’ny toerany akory aza izany. Toa nangina aza izy ireo satria izay natao rehetra tsy dia nahomby avokoa. Nandeha ny resaka fitarihana vahoaka hidina an-dalambe saingy nitsefotra. Nisy ny fivoriana tamina toerana voafefy kanefa tsy sarotra tamin’ny fitondrana ny nandrava izany. Nanomboka teo dia tsy dia hita intsony izay tena paikadin’ny mpanohitra afa tsy ny fanehoan-kevitra amin’ny alalan’ny haino aman-jery. Tetsy an-kilany, hita ho ny mpitondra indray no manao fihetsika mahery vaika ao anatin’ny fotoana tokony hisian’ny fitoniana. Mahagaga ny finiavana avy any amin’ny filoham-pirenena izay tompon’ny teny farany ny haneho hery sy hihantsy indray ny mpanohitra. Toa efa kajikajin’ny samy mpitondra no misy, ka kendrena izay hampijabaka ny filoham-pirenena hanaotao foana sy hanangam-pahavalo andro aman’alina mba hahafahana misongona azy aoriana. Efa maro amin’ireo manodidina azy rahateo no voalaza fa te hisongona ny filoha amin’ny lafiny rehetra toy ny fifidianana ho avy, ka manomana hevi-petsy hamotehana azy tsikelikely.

Toky R.

Tia Tanindranaza0 partages

Rajoelina sy ny MAPARVoa tamin'ny kely foana

Nirehareha fatratra ny fanjakana tetezamita fa nahavita niasa na tsy nisy famatsiam-bola avy any ivelany aza. Satria betsaka ny tahirim-bola vahiny tamin’ny andron’i Marc Ravalomanana izay efa nahatratra hatrany amin’ny 2 miliara dolara, ka namatam-bonona ny mpanongam-panjakana.

 Nisy ihany koa ny volabe 100 tapitrisa dolara avy amin’ilay orinasa Wisco nitrandraka vy tany Soalala lasan’ny HAT tamin’izany. Ny tetikasa lehibe tahaka ny SE/CNLS Sida sy ny ONN nahazoana vola an-tapitrisany dolara dia lasan’izy ireo avokoa. Manginy fotsiny ny aferana boaderozy sy ny famarotana tanindrazana natomboky ny tetezamita, izay mbola mitohy mandrak’ankehitriny. Izany no nireharehana tao anatin’ny 5 taona, fa hoe afaka niasa na dia fambotriana sy fanaovana tantely afa-drakotra aza no natao. Lasa mpanefoefo avokoa izy ireo saingy tsy nisy nahavita nanangana orinasa ahafahana manome asa ny malagasy tahaka izao ataon’i Marc Ravalomanana amin’ny alalan'ny orinasa tiko AAA izao. I Marc Ravalomanana anefa sady avy sesitany 6 taona, nopotehina ny fananany rehetra, nohenjehina tamina fitsarana mitanila, nogadraina fa tsy nihemotra ary nanao politika mba hanavotany ny fireneny sady manome ary mbola hanome asa ny olona. Ny fitondrana HVM notohanan'ny Mapar tamin'ny fifidianana 2013 moa dia io manenjika sy managadra misesy ny olony io ankehitriny.

Toky R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

PM Mahalafy OlivierTsy misy mihaino

Hentitra ny tenin’ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly Olivier ny zoma lasa teo fa tsy azo ekena intsony ity delestazy ity ka nanome baiko hentitra izy fa tapitra manomboka androany (zoma) ny delestazy eto Antananarivo.

Jean D.

Ino Vaovao0 partages

AMPANDRANA : Nilaza ho tanora kristianina sy andrimasom-pokonolona, nefa mpanendaka

Teo am-pijorojoroana teo amin’ny elankelan-trano niandry olona hoendahiana iny indrindra izy no nosamborin’ny olona, ny talata lasa teo.

Teo no nandaingany fa sampana tanora kristianina izy. Avy eo indray niboredika ka nanambara fa mpiambina ary andrimasom-pokonolona eny Antaninandro. Tsy afa-maina anefa ny lehilahy, satria nisy ramatoa iray nendahiny talohan’izao, nahatadidy tsara ny endriny, ka noraisim-potsiny izy.

Nandritra izany anefa dia nisy namany anankiroa nitangorona niaraka tamin’ny olona teo, kanjo nanao tongotra an-katoka tampoka rehefa nahita fa azo babo ilay namany. Efa ela no nampikolay sy nampihorohoro ny mponina manodidina ireto mpanendaka izay mitilitily izay hopetahana ary mijorojoro eran’ny elankelan-trano maizimaizina rehetra ary manatsatoka antsy ireo mpandalo miakatra na midina amin’ireo tohatra etsy Antaninandro sy Ampandrana.

RaJean

Ino Vaovao0 partages

FAMINGAVINGANA OLONA : Lietnàn’ny Zandary nifona teny imasom-bahoaka

Tamin’ny 11 ora alina, sendra nandalo mijery ny zava-misy eto Toamasina amin’ny alina ny ben’ny tanàna Elysé Ratsiraka dia nibahan-dalana teny moron-dranomasina ny fiaran’ilay zandary.

Vokany, nangata-dalana moramora ny ben’ny tanàna saingy tsy niala mihitsy ilay Zandary. Tsy vitan’ny tsy niala fa sady namingavinga.

Raikitra noho izany ny fifamaliana teo aminy sy ny ben’ny tanàna Elysé Ratsiraka. Voatery niantso ny Jeneraly Paza Didier ingahy Elysé Ratsiraka. Nanome baiko i Jeneraly Paza ny amin’ny handraisan’ny teo anivon’ny « Groupement de la Gendarmerie » andraikitra.

Tonga teny amin’ny biraon’ny « Groupement de la Gendarmerie Atsinanana » ny fifamaliana teo amin’ny ben’ny tanànan’i Toamasina sy ilay Lietnà. Nanaiky nifona ihany anefa ilay Lietnà saingy nametraka fepetra i Elysé Ratsiraka dia ny anaovana ilay fifonana eny amoron-dranomaisina toerana nisehoan’ny famingavingana.

Nanaiky ilay Lietnà ka nifona teo imasom-bahoaka teny amoron-dranomasina.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FAMINDRANA PASITORA : Nitokona ireo kristianina tao amin’ny FLM Voajanahary

Taorian’ny tranga tao Andranomanelatra vao tsy ela akory izay, dia raikitra indray ny disadisa eo amin’ny kristianina Loterana ao amin’ny fiangonana Voajanahary-Antsirabe.

Raha ny fanazavana nomen’ireo kristianina dia olona vitsivitsy nanao taratasy nangataka antsokosoko ny hamindrana ny mpitandrina, ka voalaza fa nangalarin’izy ireo ny sonian’ilay mpitandrina nanaovany ilay taratasy. Tsy nisy nanam-po ny krisitianina fa taitra rehefa tonga ny taratasy avy any amin’ny Synodam-paritany nilaza ny fifindran-toeran’ilay mpitandrina ka raikitra ny savorovoro sy ny fitakiana ny tsy handehanan’ny mpitandrina.

Voalaza fa efa nisy ny fifampidinihana teo anivon’ny tompon’andraikitry ny Synodam-paritany teo amin’ireo krisitianina ihany saingy nilaza ny tsy hihemotra intsony ny tompon’andraikitra ary hanohitra hatramin’ny farany ireo mpino.

Amin’izao fotoana dia nametrahan’ireo kristianina sora-baventy ny eo am-piangonana ary intelo alahady izay dia tsy nety nanao rakitra intsony izy ireo fa mivoaka ny fiangonana ary any ivelany no tantazina ny rakitra ka olon-kafa no mitantana ny vola satria voalazan’izy ireo fa ampahan’ny tao amin’ny komitim-piangonana no nanao ilay taratasy hosoka no fototry ny olana.

Raha ny re dia tokony hiala ao an-toerana mialoha ny Noely ilay pasitora ao ankehitriny saingy nambaran’ireo krisitianina fa tsy hilefitra izy ireo ka dia ho hita eo ny tohiny.

Raha ny nambaran’izy ireo dia antony roa no tokony hisian’ny famindran-toerana mpitandrina dia mety ny fisian’ny disadisa ka ny mpino no mangataka ny hanesorana azy, na ilay mpitandrina no mangataka fifidran-toerana, kanefa dia tsy izany no nitranga satria dia taratasy hosoka no namindrana toerana ilay mpitandrina ao amin’izao fotoana.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

ASA SOSIALY ANKATOKY NY FETY : Mijoro ny fikambanana “Ho Maintso ny Tontolo”

Mijoro eto Antsirabe ankehitriny ny fikambanana “Ho Maintso ny Tontolo”, izay mpanao asa soa sy hiaro ny tontolo iainana. Nisy avy hatrany ny hetsika ara-tsosialy nataon’ity fikambanana ity ho fampahafantarana ny fisiany sady ho fanampiana sahady ireo kilonga amin’izao fetin’ny Noely izao, ka nisy ny fampisakafoanana ankizy 300 tamin’ny Epp roa dia ny tao Antanambao Est Ivohitra sy ny Epp Ambohimena.

Raha ny fanazavana nomen’ny filohan’ny fikambanana, Razakarivo Armando dia antony nifidianana ny sekolim-panjakana ny fisian’ireo ankizy tena sahirana ao aminy, izay tsy mba misy mpiahy. Eo ihany koa ny fanohizana ny hetsika satria manana tany malalaka azo trandrahana ity sekoly ity ka afaka hanaovana hetsika fiarovana ny tontolo iainana amin’ny famokarana ho an’ny sekoly.

Tanjona ho azy ireo ny fiarovana ny tontolo iainana sy fanabeazana ary ny lafiny sosialy ka hisy ny fanomezana masomboly sy zezika hiatrehan’ireo mpianatra izany asa izany sady efa ho fampianarana ny ankizy ho tia miaro ny tontolo iainana ihany koa.

Nankasitrahan’ireo mpampianatra moa izao hetsika sy asa fanasoavana izao ka naneho fahavononana amin’ny hitohizan’izany sahady izy ireo.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

SOAMAHAMANINA : Mbola iharan’ny fandrahonana hatrany ireo mponina

“Efa lasa ireo Sinoa, saingy ireo kamiaobe sy milina fitrandrahana mbola tazanay ao avokoa. Tsy hanaiky hatramin’ny farany izahay fa tsy maintsy mody miaraka amin’izy ireo ihany koa ireo fitaovana rehetra ireo”, hoy Rakotonirina Christophe, mponina ao Soamahamanina.Araka ny fanazavana nomen’ity farany hatrany dia mahazo fandrahonana hatrany avy amin’ireo mpitandro filaminana izy ireo fa “raha mbola misy ny manao fihetsiketsehana na manao fitarihana an-dalam-be dia tsy maintsy hisy avy hatrany ny fisamborana”. Fantatra fa ao anatin’ny fotoana fanetsana ireo mponina amin’izao fotoana izao ka izay no mahatonga ny hetsika mangingina fa rehefa vita izany dia hiverina hanao ny hetsika indray izy mba tsy hisian’ny firoroan-tsaina amin’ny mety hiverenan’ireo Sinoa ireo indray.Fotoam-bavaka ho an’ny TanindrazanaNy alahady antoandro teo nanomboka tamin’ny 2 ora dia nisy fotoam-bavaka lehibe izay notanterahina tao amin’ny Ekar Mb Dorothé ao Soamahamanina. Ny mpikambana avy eo anivon’ny vondrona Mapar no nanatanteraka izany tany an-toerana mba ho fitondrana am-bavaka ny Tanindrazana, ny vahoaka malagasy ary indrindra indrindra fa nitondrana am-bavaka manokana an’i Augustin Andriamananoro izay hiatrika Fitsarana anio.

Ankoatra ireo olon’ny Mapar dia tonga marobe nanotrona ny fotoana ny fianakaviany sy ny mponin’i Soamahananina. Ireto farany izay manameloka an-kitsirano izao antsojay mianjady amin’ity minisitra teo aloha ity. Nambaran’izy ireo fa “tsy misy nidiran’i Augustin Andria- mananoro velively ny hetsika rehetra teo Soamahamanina. Sady tsy namatsy vola izy no tsy nitarika fa nanampy tamin’ny fitondrana ireo naratra tany amin’ny hôpitaly fotsiny”. Noho izany, mangataka ny mponina ao an-toerana indrindra fa ireo mivondrona ao anatin’ny Vona fitiavan-tanindrazana, mba hamoahana azy tsy misy fepetra any am-ponja.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FARITRA SAVA : Voaroaka amin’ny asany ny Talem-paritry ny orinasa Otiv ao an-toerana

Nisy iraka avy any Antananarivo tonga any an-toerana ary tsy vitsy ireo olona mitaraina amin’ny fomba fiasan’ity tompon’andraikitra ity. Tsy vitan’ny voaroaka amin’ny asany fa natao famotorana ihany koa ity Talem-paritra ity taorian’ny nahatratrarana ilay olona naka sy tsy namerina vola mitentina 105 tapitrisa Ariary tao amin’ny Otiv Antalaha, tamin’ny taon-dasa. 

Tao amin’ny seranam-piaramanidina ao Antalaha no voasambotry ny mpitandro filaminana ity farany tamin’ny herinandro teo.

Nambaran’ilay olona nahazo io volabe io fa nahazo ampahany tamin’izany ny Talem-paritra Otiv Sava ka izany nahatonga ny famotorana natao an’ity farany. Raha mitombona ny voalazan’ity voalohany dia mety hiafara amin’ny fanagadrana io tompon’andraikitra io ny raharaha.

Vola very tao amin’ ny Otiv Ampanefena

Mahakasika izay olan’ny Otiv any amin’ny Faritra Sava izay ihany dia mbola mitohy ny fanadihadihana mahakasika ny halatra vola mitentina 160 tapitrisa Ariary tao amin’ny Otiv Ampanefena, tamin’ny alarobia teo. Nasain’ny Tonian’ny mpampanoa lalàna nidina tao Ampanefena ny Zandary misahana ny heloka bevava, ao Sambava tamin’ny herinandro teo ka natao famotorana ihany koa ny mpiambina ny biraon’ny Otiv Ampanefena sy ny tompon’andraikitra vonjimaika ao amin’io rafitra fampindramam-bola madinika io, izay voalaza fa zaobavin’ny Talem-paritry ny Otiv Sava teo aloha. 

Naiditra am-ponja vonjimaika ilay mpiambina taorian’ny famotorana natao azy fa mbola tsy niatrika Fampanoavana kosa araka ny loharanom-baovao ity farany. «  Milaza ny tenany fa marary ny Tale mpisolo toerana vonjimaika an’ny Otiv Ampanefena ka nahazo fiatoana tsy hiasa tany amin’ny mpitsabo ary niakatra any Antananarivo ny alarobia teo, fotoana izay nisian’ilay hala-bola. Ny tena mahagaga amin’ity raharaha ity, raha tsy nangataka ny fianakavian’ny «  caissière  » izay naiditra am-ponja vonjimaika miaraka amin’ny vadiny tsy natao famotorana ilay mpiambina amin’ny alina sy ny zaobavin’ny Talem-paritra.

 Tsy mazava ny fomba fiasan’ny Kaomandin’ny zandary ao Ampanefena mahakasika ity raharaha ity. Soa ihany fa  nandray andraikitra ny Tonia mpampanoa lalàna  »,  hoy ny fanazavana nataon’ny mpikambana vitsivitsy ao amin’ny Otiv Sambava.

«  Hitanareo mba rariny ve ny fanaovan’ny olona iray milaza fa marary «  Aller et retour  » Sambava-Antananarivo- Sambava ao anatin’ny telo andro ? Amiko manokana tokony hanaovana fanadihadiana lalina ity raharaha ity. Iza no milaza amitsika fa tao tokoa ny vola mitentina 160 tapitrisa Ariary voalaza fa nisy nangalatra tamin’io andro io  ? 

Sora-bola milaza izany fa tsy nisy nahita na nanamarina izany. Aza hadinoina fa io tompon’ andraikitra vonjimaika io no mitana ny fanalahidin’ny «  coffre-fort  »n’ny Otiv Ampanefena izay nolazainy fa hadinony tany an-trano rehefa nanontany ilay «  caissière  ». Naiditra am-ponja vonjimaika ity farany sy vadiny satria nambaran’ny mpiambina amin’ny alina fa izy ireo no naniraka azy hiala amin’ny toeram-pisany. Nefa tsy izay ny zava-misy araka ny volazan’ny «  caissière  ». 

Tsy fantatra iza no mandainga amin’izy ireo ka izany mahatonga anay milaza fa tokony samborina izy rehetra ary hatao fanadihadiana lalina. Maninona ohatra ny mpiambina amin’ny alina irery no nakan’ny Otiv «  avocat  » hiaro azy  ?  », hoy ihany ireto farany.  Ho taterina amitsika eto  ny mety ho tohin’ity raharaha ity.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

« POCLAIN » 47 T NANDALO TEO KAMORO : Andrasana ny fepetra horaisin’ny Fanjakana mahefa

«  Ampiasaina amin’ny fanamboarana lalana Ambilobe-Betsiaka kosa io fitaovana io  », hoy ny tompon’andraikitra iray, miara-miasa akaiky amin’ny orinasa mpitrandraka volamena ao Mantaly Maro, Kaominina ambanivohitra Betsiaka, nefa rehefa nanontaniana ny tompon’andraikitra iray ao amin’ny minisiteran’ny Asa Vaventy, dia nilaza fa tsy marina izany.

Ny fantatra fa izy mihitsy no nanome baiko hisakanana ny fandalovan’izany «  Poclain  » izany ambonin’ny tetezana Kamoro izay tsy mahazaka afa-tsy 35t. Araka ny loharanom- baovao voaray, niantso an’io olon’ny minisitera io ireo tompon’andraikitra misahana ny filanjana  fiara sy «  engin  » ao Maevatanàna tamin’ny fandalovan’ity «  Poclain  » ity tany an-toerana ka tamin’izany no nanambarany fa tsy nahazo alalana avy amin’ny minisitera ny tompon’ ilay «  Poclain  » sy ny mpamily azy ary tsy mitombona ny filazana fa hampiasaina amin’ny fanamboaran-dalana Ambilobe-Betsiaka no antony nalehany any.

Mahitahita

Mahitahita, izay no azo ilazana ireo olona ambadika izao fandefasana ity fiara vaventy ity any amin’ny tapany Avaratry ny Nosy matoa sahy mandà ny baikon’ny tompon’andraikitra ao amin’ny minisiteran’ny Asa Vaventy. Tsara ihany no nahafantarana izany mba hialana amin’ny ahiahy tsy havanana.  Satria raha tsy izay mety ho voatonontonona amin’ny raharaha fitrandrahana volamena tsy mazava loatra ataon’ny orinasa iray sy Sinoa  ao amin’ny faritra Betsiaka ny minisitry ny Asa Vaventy. Mazava kosa ny resaka ankehitriny. 

Tena marina hatramin’izao na dia eo aza ny fanazavana nentin’ireo iraky ny orinasa mpitrandraka volamena iray ao Mantaly Maro, izay milaza fa mifantoka amin’ny fanaovana asa soa no ataony ary  manara-dalàna nandritra ny valandresaka nataon’izy ireo tamin’ny mpanao gazety tao Antananarivo herinandro vitsivitsy lasa izay, dia mbola maro ny zavatra mifamahofaho anatin’izany. Porofon’ izany araka ny loharanom- baovao voaray eo anivon’ny minisiteran’ny harena an-kibon’ny tany tsy manaiky ny fidiran’izany «  Poclain  » izany ao Mantaly Maro sy ny faritra manodidina ny mponina ka mahatonga izany fitaovana izany mbola mijanona ao Ambilobe, hatramin’ ny alahady teo.

 Matoa tsy manaiky ny fokonolona misy zavatra tsy mety any ho any. Andrasana kosa ny fepetra horaisin’ny Fanjakana mahefa manoloana ny tsy fanarahan- dalàna nataon’ny mpamily sy tompon’ity «  Poclain  » ity.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

FAMPIANARANA AMBONY : Manambana hitokona ny Sendikan’ny mpampianatra mpikaroka

Tamin’ity taona 2016 ity anefa dia tsy nitohy intsony ny fandovana io tambim-karama  io, ka dia manambana ny hitokona ireo mpampianatra. Nilaza izy ireo fa ataon’ny Fanjakana tsinontsinona ny mpampianatra mpikaroka Malagasy eo amin’ny fanatanterahana ny asany ka avy amin’izy ireo no manosika ny olona sy ny sendika hitokona noho ny tsy famaliana ny hetahetan’izy ireo. 

Raha nanatona ny minisiteran’ny teti-bola ny solontenan’ireo mpampianatra mpikaroka ireo dia nilaza fa tsy manam-bola ny Fanjakana andoavana io vola io. Mahagaga anefa fa manam-bola ny Fanjakana tamin’ny fandrasaina ny fihaonana an-tampon’ireo Firenena miteny amin’ny fiteny frantsay ka natao ankilabao ny fandoavana ny volan’ny mpampianatra malagasy.

Tsy mbola namaritra ny andro sy ny fotoana hanatanterahina io fitokonana io ireo mpam- pianatra mpikaroka eo anivon’ny ambaratonga ambony. Fa nanamafy hatrany izy ireo fa tampoka ny fitokonana hatao ka miandry ny mety ho famaliana ny fangatahan’izy ireo avy amin’ny Fanjakana foibe.

Tolin

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

BMOI : une nouvelle agence à la zone Galaxy

L’inauguration de la 17ème agence de la BMOI* s’est tenue ce vendredi 16 décembre dernier. C’était une occasion pour la direction de cette banque primaire de Madagascar de rencontrer sa clientèle d’entreprises, d’institutionnels et de particuliers haut de gamme. Son président du conseil d’administration, Naina Andritsitohaina, a également présenté son nouveau directeur général, Alain Merlot, qui a pris sa fonction au cours du mois de novembre.

« Cette implantation dans la zone Galaxy d’Andraharo, un secteur en pleine expansion commerciale et industrielle de la capitale, s’inscrit dans notre stratégie d’être toujours plus proche de nos clients et de leur offrir des services de qualité dans le meilleur des cadres » a mentionné Alain Merlot, directeur général de la BMOI, durant son discours.

FR

*BMOI appartient au groupe BPCE, deuxième groupe bancaire en France.

Madagascar Tribune0 partages

Deux Africains parmi les personnes les plus puissantes du monde

Deux Africains figurent dans le classement Forbes 2016 des personnes les plus puissantes du monde. Il s’agit du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et du milliardaire nigérian Aliko Dangote.

Abdel Fattah al-Sissi occupe le 44ème rang dans la liste des 74 personnes les plus puissantes au monde recensées par le magazine américain. Il a ainsi gagné 5 rangs par rapport au classement 2015, pour se placer devant le président américain sortant Barack Obama (48ème) et le président turc Recep Tayyip Erdogan (56ème).

« Partisan des réformes économiques et ennemi de nombreuses libertés civiles et de la pensée extrémiste, al-Sissi soutient énergiquement la guerre contre l’Etat islamique. Il est à ce titre considéré par l’occident comme étant un allié et un élément clef de la stratégie de la stabilisation de la région », écrit Forbes.

Aliko Dangote a gagné 3 rangs par rapport au classement 2015, passant de la 71ème à la 68ème place. Classé 51ème dans la liste 2016 des milliardaires, publiée par Forbes, le patron de Dangote Cement Group reste l’homme le plus riche d’Afrique.

A l’échelle mondiale, le président russe Vladimir Poutine a été consacré, pour la quatrième année consécutive, homme le plus puissant de la planète par Forbes. Donald Trump arrive en deuxième position, devant Angela Merkel.

Viennent ensuite le président chinois Xi Jinping, à la 4ème place, et le pape François à la 5ème.

Les dirigeants du secteur privé qui figurent dans le haut de ce classement de 74 personnalités sont tous américains : Bill Gates, cofondateur de Microsoft et première fortune mondiale, arrive à la septième place. Il est suivi par Larry Page d’Alphabet (Google). Le dirigeant de Facebook Mark Zuckerberg est à la 10ème place, Jeff Bezos d’Amazon (14ème).

Les quatre principaux critères de sélection pour figurer sur la liste des personnes les plus puissantes du monde sont :

 Le nombre de personnes sur lesquelles les personnalités citées ont de l’influence (la population du pays pour les chefs d’Etat, le nombre de pratiquants pour les leaders religieux, le nombre d’employés pour les chefs d’entreprise etc.)

 Les capacités financières (le PIB pour les hommes d’Etat et la richesse personnelle pour les milliardaires)

 Les sphères d’influence mondiale

 L’énergie avec laquelle les personnalités développent l’exercice de leur pouvoir.

Agence Ecofin

Tananews0 partages

Sa Seignhery s’excite beaucoup ces derniers temps

Ça pose la première pierre de centrales solaire par ci, ça inaugure des dépôts de pesticides par la, une usine militaire à Moramanga ou encore des centres de valorisation de déchets et on en passe.

En d’autres temps on aurait pris la peine de s’y intéresser.

Mais pour le moment on ne voit qu’une chose : jusqu’à 8 heures de delestages par jour.

Donc pour le moment les inaugurations de sa Seignhery on s’en fout mais grave.

Tananews0 partages

Papyzano : 10 jours d’hospitalisation déjà

En plus avec une sonde naso-gastrique, tout ceci est bien inquiétant.

Nous réitérons nos voeux pour un prompt rétablissement.

 

L'express de Madagascar0 partages

Soavimasoandro – Trois véhicules incendiés

Incendie criminel et casse de véhicules à Soavimasoandro, trés töt hier tôt le matin. Trois véhicules ont été détruits par le feu, dont une Mercedes empruntée comme tête de cortège.

La panique s’est emparée des riverains de Soavimansoandro hier aux petites heures. Aux alentours d’une heure du matin, une colonne de fumée s’est dressée dans un parking du quartier, suite à un incendie criminel. Trois véhicules sont calcinés, dont une Mercedes berline qui, la veille, a fait office de tête de cortège à mariage. À première vue, c’est ce premier véhicule qui a été pris pour cible. En se propageant, les flammes se sont ensuite déchaînées sur une Peugeot 305, ainsi qu’une Daewoo Damas, également garées dans le parking. La vitre d’une quatrième voiture a aussi été fracassée.Les habitants des environs affirment reconnaître l’œuvre d’un cambrioleur de voiture. Derrière une clôture, ils ont retrouvé une autoradio, des ciseaux ayant été très certainement utilisés pour sectionner des câbles, ainsi qu’une boîte d’allumettes. Autant d’indices qui laissent croire que le malfaiteur ne se contente pas seulement de dérober des pièces et accessoires de véhicules mais y met également le feu.Des carcasses carbonisées et des ferrailles couvertes de suie, voilà tout ce qui reste des trois véhicules après le passage du feu. D’après les propriétaires des trois véhicules vandalisés, l’autoradio retrouvée n’appartiendrait à aucun d’eux.

État de chocLe parking théâtre du sinistre n’a été ouvert que récemment. De ce fait, il n’est pas encore gardé. Aucun incident majeur n’y était pas survenu jusqu’à celui d’hier.Chaque nuit, une dizaine de véhicules y sont garés. Il s’en est fallu de peu pour que la demi-douzaine de voitures, qui y étaient garées, ne subissent le même sort que les trois, anéanties par l’embrasement. Lorsque l’alerte a été donnée, des riverains se sont rués sur le parking pour mettre les véhicules à l’abri des flammes. Avertis, les sapeurs-pompiers se sont dépêchés sur place, mais à leur arrivée, il ne restait plus des trois véhicules qu’un amas de tôles fumantes et du plastique carbonisé.Face à ce spectacle de désolation, le chauffeur de la Mercedes, tête de cortège a perdu connaissance. Il ne serait pas le propriétaire de la voiture mais qu’il l’aurait juste empruntée à l’occasion du mariage. En état de choc, il se trouve dans un état préoccupant.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Développement – Un auditorium pour renforcer le leadership

Les formations en leadership se multiplient. Un auditorium vient d’être récemment inauguré à Ampitatafika, afin d’élargir le panel des bénéficiaires de la formation en leadership offerte par l’association Leadership Chrétien et Développement à Mada­gascar (LCDM). « Cela fait deux ans que nous dispensons des formations en leadership. Or, l’infrastructure existante ne suffit plus pour accueillir nos membres, d’où cette extension qui va permettre la valorisation du capital humain, à Madagascar », explique Hery Rajoelison, président fondateur du LCDM.Toujours dans cet esprit de la valorisation du capital humain, une conférence internationale sur le leadership a été organisée au Centre de conférence internationale à Ivato, le 10 décembre. Des leaders provenant des pays les plus développés à savoir l’Europe, l’Afrique, la Chine ainsi que des îles voisines, ont été invités pour partager leur savoir-faire à des leaders malgaches, représentés, entre autres, par des leaders chrétiens issus des églises, des leaders paysans ainsi que des leaders d’entreprise.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – Le « Couteau émotionnel » de Mahefa Rasamuel 

Une année finit et une autre commence par une seule et même exposition. C’est la plus belle des manières pour un artiste-peintre de dresser son bilan annuel. Pour Mahefa Rasamuel, le choix du lieu d’expression est tombé sur l’Urban Café à Antsahabe. Quelques convives ont assisté, samedi, au vernissage de l’exposition intitulé « Couteau émotionnel ». Cette exposition est accessible au public depuis la soirée du samedi jusqu’au 6 janvier de la nouvelle année.L’ambiance Jazz Bar choisie pour accompagner le vernissage cadre parfaitement, aussi bien avec l’endroit qu’avec la thématique véhiculée par l’artiste en guise de ligne de conduite pour son exposition. Nombreux sont les artistes proches du peintre qui ont témoigné, par leur présence, leur soutien à l’initiative de Mahefa. Pour ne citer que Nicolas Vatomanga, Rado Manantsoa, Poun des Dizzy Brains, Miora Ratsitohaina, Mathieu Rajaofetra et bien d’autres qui ont tous assuré une grande partie de la soirée pour un bœuf comme on les aime à l’Urban.Par ailleurs, si cette atmosphère a ravi l’ouïe des convives, c’est surtout cette peinture abstraite et spontanée qui a grandement surpris les invités. Ce fut un moment de partage plein de ressentis, avec autant d’ambition que d’émotions, diront certains. « La particularité de cette exposition repose sur la diversité picturale exprimée un an durant, une rétrospective de l’année 2016, en somme », s’enthousiasme le peintre. Autant dire qu’après une année d’absence dans l’expression artistique, l’artiste n’a rien perdu, ni de son talent, ni de sa créativité, ni de sa capacité à en mettre plein la vue.En effet, « Mahefa a bien failli ne rien entreprendre, artistiquement parlant, pour cette année », confie-t-il. Mais sa créativité débordante a eu le dessus. Ainsi, ce fut des retrouvailles émotionnelles avec les couteaux à peindre, l’acrylique, le travail des matières, les couleurs. Le tout a été servi par l’artiste à son public, samedi, dans un style plus expressif que contemporain.En tout, près d’une trentaine de tableaux aussi divers que variés, à l’image de ce « Calm before strom » ont été peints avec une technique mixte ou encore « À toute allure » tout simplement acrylique.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Vohémar – Plus de trois kilos de bijoux dérobés

Un gang armé s’est abattu  sur Ampenefena Vohémar dans la nuit de jeudi à vendredi aux alentours d’une heure du matin. Une bijouterie en a fait les frais.  Les préjudices déclarés aux forces de gendarmerie révèlent que les malfaiteurs se sont emparés de trois kilos de bijoux en argent, de trois millions d’ariary en liquide, ainsi que de l’or, d’une valeur de huit millions d’ariary.Cette attaque à main armée est l’œuvre de quatre bandits, munis d’armes à feu. Les assaillants opéraient à visage découvert selon les informations communiquées. Aucun blessé n’est, en revanche, à déplorer, bien que le gang  ait tiré plusieurs coups de feu, plongeant ainsi le quartier dans la terreur. Après avoir fait main basse sur les objets de valeur qu’ils ont trouvés à portée de mains , les voleurs ont aussitôt pris la fuite.Avertie, la gendarmerie s’est rendue sur les lieux et la recherche des brigands a été aussitôt lancée. Des éléments de la brigade territoriale d’Ampanefena,  ainsi que  d’autres hommes conduits par le commandant de la compagnie de gendarmerie à Vohémar, ont remonté les traces de la bande.

A. M.

L'express de Madagascar0 partages

Étape 9 – Critérium du Lac Anosy – Bryan Maillot triomphe, Vincent Graczyk aux anges

Absent sur l’ensemble du Tour, les Réunionnais réagissent par l’intermédiaire de Bryan Maillot, en gagnant à Anosy. De son côté, Vincent Graczyk gagne enfin, après deux deuxièmes places en 2013 et 2014.

Une victoire mémorable. Le Réunionnais Bryan Maillot réussit un tour de force durant la neuvième et dernière étape du Tour cycliste international de Madagascar (TCIM). Prévu totaliser 45 tours, le critérium du lac Anosy a été raccourci à 30 tours. Le directeur de course, Laurent Bezault, a  arrêté la course au bout de quatre tours car la sécurité des coureurs a été menacée par l’euphorie de la population malgache que les agents de la police nationale et ceux de la gendarmerie nationale n’ont pas pu contenir. Finalement la course a pu reprendre.Bryan Maillot a ainsi bouclé les 30 tours du lac Anosy, totalisant 60 kilomètres, en 1h 14mn 44s. Un succès phénoménal, car il a réussi à dépasser d’un tour le peloton du maillot jaune Vincent Graczyk. Ses poursuivants ont été le Hollandais Bo Van Den Hengel (2e) et son compatriote Jean François Chrislain (3e) qui se sont retrouvés avec le même temps, 1h 16mn 43s.« Sur ce TCIM 2016, j’avais envisagé de gagner au moins une étape et cela s’est fait. Nous n’étions  que trois coureurs dans l’équipe et c’était dur. Je suis assez content d’autant que Jean Francois Chrislain qui m’a beaucoup aidé, termine troisième de l’étape », explique le vainqueur de l’étape en maillot Eau vive, Bryan Maillot.

ConsécrationAu classement général, Vincent Graczyk est aux anges. Même s’il y a quelques semaines, il a perdu de très peu le Tour du Burkina Faso, il gagne enfin le TCIM. « C’est ma quatrième participation au TCIM. En 2013 et 2015, j’étais deuxième et en 2014, j’ai dû abandonner car j’étais malade. J’avais une équipe qui n’était pas forcément la plus forte, mais elle était très solidaire. Ma victoire, je la dédie aussi aux coureurs malgaches, car à certain moment, il a fallu contenir l’assaut des Hollandais. Je féliciterai spécialement Mazoni Rakotoarivony pour sa prestation. Il a le potentiel pour courir en Europe. Durant ce Tour, il n’a été ni entouré ni assez soutenu par ses coéquipiers sinon ils auraient largement gagné le TCIM », estime Vincent Graczyk.Pour les Hollandais, l’objectif est atteint, selon le directeur sportif de l’équipe Theo Wennekes. « Pour une première expérience à Madagascar, je peux dire que je suis assez satisfait. Nous terminons troisième et quatrième au classement général, nous avons eu le classement aux points ainsi qu’au classement par équipe. Nous tenterons une nouvelle expérience sur le TCIM 2017 », rappelle-t-il.Le rideau est ainsi tombé sur le TCIM 2016. On retiendra une belle compétitivité entre Malgaches, Hollandais, Français, Réunionnais et Congolais. Un Tour propre, techniquement bien mené en général. L’heure est au bilan pour tout le monde, y compris pour notre journal qui en présentera un dans une de ses prochaines parutions.

Bryan Maillot suit l’exemple de son compatriote Armand Henriette (quatre fois vainqueur)en remportant le fameux tour du lac Anosy.

Les maillots du jour

Maillot jaune Bank of Africa du vainqueur au classement au temps : Vincent Graczyk (Équipe française Airtel)Maillot Canal Plus du vainqueur aux points : Niels Van Der Pijl (Équipe des Pays-Bas)Maillot Eau Vive du vainqueur de l’étape : Bryan Maillot (Équipe de La Réunion)Maillot Unicef du premier Malgache : Mazoni Rakotoarivony (Équipe nationale malgache Bank of Africa)Maillot PMU de la plus longue échappée : Mazoni Rakotoarivony (Équipe nationale malgache Bank of Africa)Maillot Caprice du meilleur jeune : Dino Mohamed Houlder (Équipe nationale malgache Bank of Africa)Maillot l’Express de Madagascar de la plus longue remontée au classement général : Bryan Maillot (Équipe de la Réunion)Maillot Airtel Madagascar du plus dynamique malgache : nbJean Freddy Ramanampisoa (Équipe malgache XXL)Maillot Shell du Fair-Play : Jean Marc Rakotonirina (Équipe malgache XXL)Maillot Midi Madagasikara ducombiné : Vincent Graczyk (Équipe française Airtel)Maillot Mon Savon de l’élégance : Dino Mohamed Houlder (Équipe nationale malgache Bank of Africa )Maillot Madauto du meilleur grimpeur : Mazoni Rakotoarivony (Équipe nationale malgache Bank of Africa)Maillot Allianz du meilleur jeune malgache : Dino Mohamed Houlder (Équipe nationale malgache Bank of Africa)Maillot Hôtel White Palace du plus ancien : Alexandre Lecoq (Équipe française Airtel )

Mazoni Rakotoarivony porte le maillot Unicef du premier Malgache.

Etape 8 – Miandrivazo-Mandoto – Un jamais deux sans trois pour Mazoni

On attendait une réaction de sa part et il a réagi. Mazoni Rakotoarivony est vraiment le plus en forme de la sélection malgache sur cette 13e édition du Tour cycliste international de Madagascar (TCIM). Samedi, il a gagné l’étape 8 reliant Miandrivazo à Mandoto qui devait faire 115 km, mais qui a été amputée de 35 km par le directeur de course, Laurent Bezault, à cause d’un trop mauvais état de la route. Cette victoire d’étape est la troisième pour Mazoni après celle de l’étape 2 (Critérium de Fenoarivo-atsinanana) et de l’étape 3 ( Brickaville –Moramanga). Il boucle la distance en 2h 12mn 49s et punit les Hollandais Bob Van Den Hengel et Niels Van Der Pijl au sprint avec deux longueurs d’avance.Durant l’étape 8, on a assisté à un duel d’envergure entre Mazoni Rakotoarivony et le Français Vincent Graczyk, le porteur du maillot jaune. Essayant des attaques à répétitions sur quelques séries de montées, le Malgache a juste pu prendre une dizaine de mètres avant d’être à chaque fois repris par le Français. Un marquage qui a payé, puisque le Malgache a juste pu prendre une seconde sur le Français à l’arrivée à Mandoto.« J’ai tout donné, mais Vincent Graczyk s’est tout de suite mis dans ma roue à chaque tentative. J’avais besoin de l’aide de l’un de mes équipiers qui, au final, n’avaient pas les jambes pour attaquer le maillot jaune  Celui-ci a, au contraire, profité des efforts de son équipier Alexandre Lecoq. J’étais tout seul dans mes efforts et revenir prendre le maillot jaune dans ces conditions était trop dur. Le vélo, c’est avant tout un sport d’équipe », regrette Mazoni Rakotoarivony, le dauphin de Vincent Graczyk, qui reste le meilleur grimpeur de ce TCIM 2016.Un grand mérite pour Mazoni Rakotoarivony, qui a non seulement animé la course avec ses efforts mais qui s’est permis le luxe de gagner l’étape avec toute sa hargne.

Textes et photos : Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Badminton – Haja et Aina confirment leur suprématie

La première édition du tournoi dénommé « Volant d’or » a réuni soixante-quinze participants de catégories seniors A, B et C ainsi que les jeunes U15 et U17 garçons et filles. La compétition a été organisée, ce samedi au gymnase couvert d’Ankorondrano, par le Sporting Club d’Itaosy, sous l’égide de la Fédération malgache de badminton. C’est aussi la dernière compétition de la saison.Les trois ligues existantes, Analamanga, Vakinankaratra et Atsinanana y ont été toutes représentées. Le tournoi a été marqué par la domination du multiple champion  national, Haja Marc du club Baobad qui s’est imposé par deux sets à rien (21/18, 21/15) en finale de la série A face à Herizo de l’ABC Antsirabe. Chez les dames, la victoire est revenue à Aina du club organisateur, qui a battu sans difficulté en finale Nanah de Baobad, par deux à zéro (21/8, 21/8).Le SCI, fondé il y a quinze ans, compte actuellement 40 licenciés et travaille désormais en étroite collaboration avec le Badminton club d’Aubagne à Marseille. Celui-ci a doté le club d’Itaosy d’équipements tels des volants et prochainement, il subventionnera des échanges en termes d’encadrement technique. Des joueurs locaux performants pourront bénéficier de stages et disputer des compétitions à l’étranger.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Boxe olympique – Stage – Quinze entraîneurs en quête du grade «Étoile 1»

Afin d’obtenir un diplôme «Étoile 1», 15 entraîneurs ont suivi le stage organisé par la Fédération malgache de boxe olympique, sous l’égide du Comité olympique malgache, et subventionné par la Solidarité olympique. Cela s’est déroulé du 10 au 18 décembre, à l’Académie nationale des sports à Ampefiloha. Le stage a été animé par un expert de l’AIBA, le Tunisien Makrem Grani.Plusieurs anciens grands boxeurs comme Heritovo Rakotomanga, Soloniaina Razanadrakoto, Augustin Célestin Félice, Elie Randrianjanaka, ainsi que le président de la Fédération, Hery Mamy Rabarisoa, y ont participé. Le stage a été axé sur la méthodologie de gestion d’un entraînement, la préparation générale et scientifique d’une compétition, recyclage et actualisation des règlements.« Les coaches devront désormais être titulaires de ce grade pour pouvoir accompagner nos combattants dans les compétitions internationales. L’ancien grade de niveau 3 de nos entraîneurs n’ont donc plus de valeur à l’international, et c’est pour cette raison qu’ils ont dû assister à ce stage», précise le président, Hery Mamy Rabarisoa.Les stagiaires ont effectué hier, un test d’évaluation et les dossiers d’examen seront envoyés à l’AIBA, qui publiera plus tard la liste de ceux qui méritent le diplôme « Étoile 1 ». Le stage a pour objectif de redynamiser et donner un nouveau souffle à la boxe malgache, après des années sans activités ni sorties internationales. La saison 2017 sera « l’année de l’Afrique », comme l’a décidé la Fédération internationale et plusieurs activités seront concoctées pour promouvoir la discipline sur le continent.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Météorologie – Noël arrosé par de fortes précipitations

Dame pluie sera au rendez-vous durant Noël. « S’il n’y a pas de changement au niveau de l’atmosphère, des précipitations abondantes sont attendues pendant le weekend de Noël, à Antana­narivo », a affirmé Oméga Raharimalala, technicien du service de la Prévision météorologique à Ampandrianomby, joint au téléphone, hier. Elle précise que c’est un phénomène normal, en cette saison d’été.« Une ligne de convergence en Afrique est reliée à un front dans la partie Sud-Est de la Grande île », explique-t-elle.Ce jour, le temps sera sec à Antananarivo. La pluie reprendra en petites quantités dans les nuits de mardi et mercredi, et ce, jusqu’à la fin de la semaine.« Ce sont des pluies fines d’environ 4 à 5 millimètres », a précisé ce prévisionniste. Par contre, cette semaine, le Deep South sera encore arrosé par la pluie.Par ailleurs, un amas nuageux est détecté dans le canal de Mozambique. « Pour l’instant, il n’y a rien à craindre, la pression est encore très élevée. Toutefois, nous surveillons de près le phénomène car la formation d’un cyclone y est très rapide », explique Oméga Raharimalala.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Dô Rajohnson – Des retrouvailles chargées d’émotion

Trop longtemps. Cela fait bien des lustres que son public ne l’a pas vu et entendu au micro. De mémoire, Dô Rajohnson s’est aventuré sur scène, la dernière fois, en août de l’année dernière au CCESCA. Un pari risqué qu’il avait brillamment réussi en ce temps-là. Un exploit qu’il a réédité vendredi soir, au restaurant Telozoro à Andrefana Ambohijanahary, aux côtés de Farakely et Laza.Comme tout bon cabaret du vendredi qui se respecte, le rideau s’est levé vers 21 heures. Un public mélomane de tout horizon s’est joint à la fête pour redécouvrir le trio. Les fans du chanteur n’ont pas eu besoin d’attendre bien longtemps pour voir Dô investir la petite scène des lieux. Une ambiance des plus conviviales s’est d’emblée installée au premier étage d’Andrefana Ambohijanahary. Pas étonnant, presque toutes les âmes présentes ce soir-là étaient des fans de premier ordre. Une atmosphère limite familiale dans le sens où tout le monde se connaissait et que tout le monde n’avait qu’une seule et même passion. Et c’est l’amour de la variété et du style du modeste mais non moins talentueux chanteur qu’est Dô Rajohnson qui s’est particulièrement démarqué à l’occasion.Ce dernier n’a pas non plus démérité cette admiration de ses fans. En effet, avec son instrument à six cordes, le chanteur a sublimé toute la salle. Dès la première note de « Tsy Anjarantsika », le public chante déjà en chœur. Sans compter les « Gasikara » « Ho antsika » ou encore le fameux « Injany ny hiranay » repris il fut un temps avec Njakatiana. Inutile de dire que l’assistance était aux anges. « Cependant, elle ne devrait pas attendre aussi longtemps pour renouer à chaque fois avec la scène », s’attriste un de ces fervents admirateurs dans la salle.

H. R.

L'express de Madagascar0 partages

Ar 20 millions dérobés

Sept bandits armés de pistolets automatiques ont sévi au foyer d’un commerçant à Ampasina Maningory Fenerive-Est dans la nuit de jeudi à vendredi aux alentours de minuit. Près de vingt millions d’ariary en liquide ont été dérobés ainsi que 20 grammes de bijoux en or selon la gendarmerie.

L'express de Madagascar0 partages

Is’Art Galérie – Et rebelote pour Lova Mpagnesa 

Sa réputation le précède. Il y a encore quelques mois, il était méconnu du grand public. Lova Mpagnesa a littéralement explosé la scène artistique d’Ampasanimalo, vendredi. On se souviendra de cette timide mais talentueuse présentation de son précédent opus intitulé « Nord au Sud », au cercle Germano malgache en octobre dernier.Cette fois-ci, l’artiste a joué la carte de la nouveauté en présentant quelques œuvres d’un nouvel album en pleine construction. En tout cas, avec l’intitulé « Renirano », Lova Mpagnesa reste fidèle à ses principes. Des principes qui se basent surtout sur le concept d’invitation au voyage et qui ont, effectivement, transporté le public de l’Is’Art Galerie, sur des airs de Jazz avec un gros soupçon de folk sur un fond de style classique, tout en s’imprégnant de la world music, la soirée du vendredi.Ainsi, la conjugaison du talent de Dil Mandresy à la guitare basse, de Miora Rabarisoa à la batterie, de Gala aux percussions et bien sûr, de Lova Mpagnesa avec son instrument à six cordes, n’a eu d’effet que de faire monter la température de toute l’assistance. Rien d’étonnant à ce que le public ne se mette donc à réclamer du chanteur qu’il refasse des bis repetita de quelques-uns de ces nouveaux morceaux.

H. R.

L'express de Madagascar0 partages

Empoisonné par son ami

Un homme de quarante-trois ans a trouvé la mort après avoir bu avec l’un de ses amis à Amboaboa Mandritsara dans la matinée de jeudi matin, vers6 heures. L’examen du médecin révèle que le quadragénaire a succombé à un empoisonnement. Soup-çonné d’en être l’auteur, l’ami quil’a accompagné est placé en garde à vue à la gendarmerie.

L'express de Madagascar0 partages

Un mort sur la RN2

Un taxi-brousse de marque Ford est parti en tonneaux sur la RN 2 à hauteur d’Andorananga Brickaville dans la soirée de jeudi, suite à l’explosion de la roue avant-gauche. Une femme qui se trouvait à bord n’a pas survécu et quatre autres passagers sont blessés.

L'express de Madagascar0 partages

Délestage…

Le délestage est revenu en force, la semaine dernière, paralysant Antananarivo pendant plusieurs heures, de jour comme de nuit. La Jirama, sans doute histoire de donner du grain à moudre à la foule de révoltés du délestage, accuse la sécheresse causée par la pratique du tavy qui tarit les grands fleuves. Pas de pluie, pas d’électricité, en somme. Une explication qui pouvait se concevoir, il y a encore quelques années, voire peut-être soulever une petite indignation empathique de la part du grand public – si par « grand public », l’on désigne les 14% de Malgaches théoriquement bénéficiaires de l’électricité… Mais en l’occurrence, le petit com­muniqué énerve plus qu’autre chose. Ils en sont là, tous ces usagers malmenés : à l’énervement.Après dix heures sans pouvoir ni travailler, ni utiliser les appareils basiques, ni vaquer à ses occupations quotidiennes, tout en recevant sa facture mensuelle – et pour ceux qui auraient eu le malheur d’accuser un retard de paiement, se voir couper du peu d’électricité qu’ils pouvaient glaner – il n’y a pas vraiment de place à la compréhension. On ne lit pas un tel communiqué en se tapant le front et en se disant « Ah oui, c’est donc cela… ». Bien au contraire : on se demande si l’on ne serait pas le dernier pigeon à plumer dans la grande volière de Madagascar.Puisque de tout temps, la pratique du tavy est connue pour sa haute nuisibilité environnementale, sociale et économique, et maintenant pour ses impacts ahurissants sur l’approvisionnement en électricité, on aurait pu prévoir des années auparavant, des actions plus soutenues contre ces feux de brousse et ces cultures sur brûlis. Un président de la République qui promettait, autrefois, de solutionner le délestage en trois mois, aurait pu se battre plus que ça pour que ces pratiques cessent, puisque voilà que leurs consé­quences atteignent des pics quasiment insurmontables pour tous. Mais à quoi bon s’étaler sur la question qui ressemble, d’ailleurs, à une petite diversion, puisque les racines du fléau sont ailleurs. Le tavy n’est-il pas la petite flamme au milieu du bûcher d’une gouvernance qui laisse à désirer  ?La grande chance de la Jirama – car elle reste chanceuse, en comparaison aux usagers qui paient pour l’obscurité -, c’est que ces consommateurs sont si fatigués qu’ils ont du mal à se mobiliser pour contester ensemble et bruyamment. Mais c’est un autre problème, sans doute, plus culturel et social qu’autre chose, n’accusons pas les feux de brousse pour notre propre incapacité à rester solidaires.Au bout de plusieurs années de ce rythme difficile, 2017 a intérêt à devenir une année de vraies solutions. Mais qu’elles soient des solutions qui résolvent réellement le délestage et non quelques pirouettes de propagande à la veille de l’année électorale, comme l’on sait si bien faire pour attirer une foule aux abois dans son escarcelle. Que ces ratés et ces promesses foireuses soient l’aune de la décision des urnes : quand une fourchette de trois mois devient un râteau de trois ans, les candidats de 2018 devraient réfléchir à deux fois avant de trop la ramener.On pourrait écrire bien des choses sur cette calamité de délestage mais… oh, juste ciel, plus d’électricité !

Par Mialisoa Randriamampianina

L'express de Madagascar0 partages

Hélène Segara en terre malgache

C’est tard cette nuit que la star francophone, Helène Segara, devait avoir atterri à Ivato. Attendue à Madagascar dans le cadre de la célébration du centenaire du Lions Club international, l’interprète de Belle dans la comédie musicale Notre Dame de Paris, donne rendez-vous à ses fans de Madagascar au Centre de conférence internationale d’Ivato dès demain à partir de 20h. Mercredi, elle sera au Carlton pour une soirée de partage et d’échanges exclusifs en faveur des enfants malgaches.

L'express de Madagascar0 partages

Live Your Goals – Des jeunes filles initiées au football

Le projet « Live Your Goals » en était à sa deuxième édition, samedi matin au Collège Saint-Michel à Amparibe. Après avoir effectué un défilé, 380 jeunes filles, âgées de 8 à 20 ans, ont été initiées aux bases même du football. Au programme, 20 ateliers différents comprenant notamment une sorte de babyfoot humain, une séance de toucher de balle, un apprentissage des bases de l’arbitrage, ou encore une formation sur le rôle et le jeu d’une gardienne de but.Pendant deux heures, elles ont découvert ce qu’est la pratique du ballon rond. Certaines ont avoué qu’elles  n’ont jamais touché au cuir auparavant. « C’est la première fois que je joue au football. J’ai pris du plaisir et je pense que je vais rejouer encore et encore », confie notamment l’une d’elles, choisie au hasard.Les 380 jeunes filles sont issues du Collège Saint-Michel, de l’école primaire publique et du collège d’enseignement général d’Antanimbari­nandriana, du 4FA d’Alasora, du SOS Village d’Enfants de Vontovorona et de l’Association Fahazavana. Il est certain qu’après cette initiation de deux heures, elles continueront à jouer au football quand elles retourneront dans leurs établissements respectifs.« Pour accompagner ce projet ‘Live Your Goals’, il faudra créer une compétition où elles pourront s’exprimer. Nous sommes en train d’étudier la faisabilité d’un championnat féminin jeunes », lance pour sa part Patricia Rajeriarison, présidente de la Commissionfootball féminin au sein de la Fédération malgache de football.

H.L.R.

Tananews0 partages

Internet Orange Madagascar : connexion complètement à la ramasse

Depuis le sommet de la Francophonie, la connexion internet est complètement à la ramasse.

Débit instable, couverture aléatoire, on se croirait revenu chez Telma d’il y a quelques années.

Il serait peut-être temps de communiquer car la ça commence à faire long. Un requin a bouffé le câble Lion ou quoi ?