Les actualités à Madagascar du Jeudi 19 Novembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara26 partages

RFC : 250 films diffusés en huit jours

Les trophées pour les compétitions officielles des Rencontres du Film Court ont été présentées lors de la conférence de presse hier (crédits photo : Tiaray)

RFC en est à sa 15e édition cette année. Du 20 au 28 novembre, les cinéphiles se donnent rendez-vous dans la capitale malgache.  Un événement d’ampleur international  qui a pour ambition de faire venir des publics de toute génération, et de toute origine  culturelle autour d’une activité  riche, fédératrice et de qualité. Action culturelle qui unit le continent noir, la RFC  est une manifestation proposée dans une démarche d’instruction, faite de relations humaines avec une volonté de faire se rencontrer les artistes professionnels et les passionnés de cinéma. RFC donne  la possibilité aux artistes et aux cinéphiles  de se rencontrer, et  d’assister à des spectacles variés et de qualité.

Selon les organisateurs, « une trentaine de faiseurs de  films d’ici  et d’Afrique sont en lice pour les zébus d’or. Près de 250 films seront  répartis en 65 séances dans divers endroits de la ville mais dont l’essentiel se déroulera à l’IFM  Analakely et au Cinépax Tana Water Front ».  Parce que la RFC  affiche sa volonté de promouvoir le mélange des genres artistiques, « les RFC  ont accueilli 276 candidatures venues de 31 pays d’Afrique  pour cette édition et en ont sélectionné une vingtaine ».  Réunies autour d’une même ouverture d’esprit, la programmation artistique et toutes les activités proposées sont imaginées dans le but de donner à chacun un moyen de s’épanouir et de s’exprimer.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara3 partages

Andry Rajoelina : Inauguration des minoteries LMOI à Toamasina

Rajoelina a inauguré, hier, les minoteries LMOI de Toamasina.

 » 12 infrastructures industrielles vont être inaugurées dans les brefs délais « . C’est ce qu’a annoncé hier la ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Lantosoa Rakotomalala.

Une démarche entrant dans la mise en œuvre du Velirano numéro 7 du président Andry Rajoelina qui consiste à l’industrialisation de Madagascar. Ce dernier a inauguré une usine de minoterie à Toamasina hier. Les Minoteries de l’Océan Indien (LMOI) est la quatrième grande entreprise que le régime inaugure cette année après la Société Agricole Sucrière Malagasy (SASM) de Brickaville, une usine de fabrication de pâtes alimentaires et l’usine de fabrication de médicaments, Pharmalagasy à Tanjombato qui a été inaugurée au mois d’octobre, en pleine période de pandémie.  » Si auparavant, nous avions importé 250 000 tonnes de farine par an, désormais, nous allons pouvoir en exporter « , a déclaré le Chef de l’Etat durant la cérémonie d’inauguration d’hier.

Satisfaire les demandes. En effet, équipée de machines et de matériels de production de pointe, l’entreprise LMOI produit actuellement 500 tonnes de farine par jour.  » L’usine ambitionne d’en produire 1200 tonnes par jour en 2021 « , a laissé entendre son Président Directeur Général. Et de laisser entendre au passage que l’usine envisage de satisfaire les demandes de l’Océan Indien. D’où son appellation.  » Nous allons produire localement tout ce dont nous avons besoin à Madagascar « , a réitéré le président Andry Rajoelina. Selon ses dires, avec cette initiative, LMOI apporte sa part de contribution à la mise en œuvre des Velirano, et au développement non seulement de la Région Atsinanana mais aussi de tout Madagascar. A entendre les explications du numéro Un d’Iavoloha, la mise en place de cette entreprise devrait entraîner une réduction jusqu’à environ 15% du prix de la farine sur le marché. Il convient de noter que pour le moment, les Minoteries de l’Océan Indien importent du blé venant notamment de la Russie. Outre l’industrialisation, l’entreprise contribue aussi au combat pour la création d’emplois. Il convient de noter en effet qu’actuellement, l’entreprise compte 250 employés.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Ministère de la population : 7 personnes MD pour détournement, cadeaux illicites, blanchiment de capitaux…

Il s’agit d’une affaire de marchés de prestation fictifs qui implique des hauts responsables au sein du ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion féminine.

La vigilance de la direction générale du contrôle financier a porté ses fruits et démonte une affaire de malversations financières orchestrées au niveau du ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion féminine. Durant une activité de routine relative au contrôle a posteriori des exécutions budgétaires, la police des finances publiques a pu déceler un certain nombre de faits illégaux en matière de gouvernance financière dans ce département. Le rapport de cette direction générale a donc  révélé, notamment durant l’exercice 2018, des cas de faux et usage de faux en écriture publique, abus de fonction, détournement d’usage de biens publics, cadeaux illicites et blanchiment de capitaux à l’occasion des marchés de prestation fictifs.

Directeur financier. Une fois les dossiers  constitués, la direction générale du contrôle financier a saisi, le 1er septembre 2020, la direction territoriale du bureau indépendant anti-corruption à Antananarivo pour mener une enquête qui a permis à mettre en lumière les dessous de l’orchestration. Plusieurs personnes sont impliquées, sait-on, dans cette affaire dont des hauts responsables du département de la population, en l’occurrence un directeur en charge des finances, qui, lui, a un homme de main pendant la manigance. Elle mouille également deux dépositaires comptables et deux personnes responsables de marchés publics ainsi qu’un autre gestionnaire d’activités du ministère. Nos sources révèlent également que plusieurs fournisseurs sont aussi cités dans l’affaire.

Les têtes sont tombées après avoir été rattrapées par la justice. 15 personnes ont été déférées au pôle anti-corruption dont 7 personnes ont été placées sous mandat de dépôt le 17 novembre 2020. Les 8 autres, en revanche, bénéficient d’une liberté provisoire en attendant la suite du traitement de cette affaire. L’investigation menée par le bianco a donc permis de démonter un pan entier des pratiques bien ancrées dans ce département, en l’occurrence des malversations commises par un collectif d’auteurs et de complices assez rompus dans ce genre d’exercice, des falsifications des documents officiels, des certifications des prestations et livraisons fictives, au cours des années 2017 et 2018.

Rija R.

Midi Madagasikara1 partages

Agenda du parlement : Le sénat toujours au point mort

Les députés sont attendus pour adopter la loi de finances initiale 2021

Les députés viennent de boucler leur agenda pour cette session ordinaire du parlement qui est prévue se clôturer le vendredi 18 décembre prochain. Depuis hier, l’Assemblée nationale a donc abordé la deuxième partie de la session et fixe de nouvel ordre du jour pour les cinq prochaines semaines.  Une grande partie du programme des députés sera consacrée, cette fois-ci, à l’examen et l’adoption de la loi de finances initiale 2021. En effet, le document budgétaire sera présenté, demain, aux députés par le ministre de l’Economie et des finances suivi d’un examen en commission dans l’après-midi. Cette séance se poursuivra lundi et jeudi prochains avant l’adoption du texte en séances plénières qui sera prévue le vendredi 27 novembre prochain.

Accusation. L’autre sujet qui préoccupera également les députés durant les premières semaines sera la mise en accusation devant la Haute cour de Justice. La présentation du rapport de la commission spéciale qui s’est penchée sur ce dossier délicat est repoussée pour ce mardi 24 novembre et jeudi 10 décembre prochains, si elle a été prévue se tenir mardi dernier. Ces séances devraient ainsi fixer le sort de quelques anciens ministres qui devraient apparaître devant la barre pour des affaires de malversations financières.   Dans la foulée, les députés, toujours soucieux de leurs conditions de travail, vont également examiner, mardi 08 décembre prochain, la proposition de loi portant régime de retraite parlementaire.

Grève. Au sénat, en revanche, le ton n’est même pas encore donné. « Nous allons commencer à travailler l’ordre du jour », a lancé à la presse, mardi dernier, le président du Sénat, Rivo Rakotovao. En d’autres termes, les sénateurs ne vont commencer à aborder la session que d’ici peu. Depuis presque un mois, ces parlementaires ont choisi de  boycotter les réunions et désertent le palais d’Anosikely. Des sénateurs ont toujours évoqué le problème de prise en charge des « frais liés au déplacement » dans le cadre de cette session du parlement, pour justifier leur absence. Et si ce n’est pas une grève, ça y ressemble beaucoup. La coupe budgétaire, orchestrée par le ministère de l’Economie et des finances selon les sénateurs, a été dure à avaler pour ces derniers. Le président de cette institution, Rivo Rakotovao, accuse même le ministre des Finances d’être à l’origine de ce « coup » qui paralyse l’administration au sénat.

Interpellation. Mais le sénat attire la foudre des critiques dans sa démarche. Le président de la Haute cour constitutionnelle, lui, a saisi l’occasion de l’inauguration d’un nouveau centre de documentation à Ambohidahy, pour lancer des piques à l’endroit des sénateurs. « La question budgétaire ne devrait pas constituer un blocage » pour tenir la session du parlement, ni servir de « chantage » contre qui que ce soit, a souligné Jean Eric Rakotoarisoa. Quelques jours après cette interpellation du président de la Haute cour constitutionnelle, les sénateurs ont choisi de mettre les points sur les « i », répondent aux critiques et clarifient, mardi dernier, leur position lors d’une séance publique à Anosikely. « Nous ne sommes pas à l’origine de ce blocage » a martelé, mardi, Rivo Rakotovao, qui souligne au passage que l’accès du sénat au système informatique qui débloque son budget reste verrouillé.

Rija R

Midi Madagasikara1 partages

Projet PAPRiz II : Plus de 115 000 paysans intéressés par la technique vulgarisée

Le projet PAPRiz (Projet d’Amélioration de la Productivité Rizicole et de Gestion de Bassins-versants et Périmètres Irrigués), dans sa phase II, touche actuellement à son terme.

Il s’agit notamment d’un projet de coopération technique entre le gouvernement Malgache et le gouvernement du Japon par l’intermédiaire de la JICA (Agence Japonaise de Coopération Internationale). Six nouvelles régions sont bénéficiaires des interventions de ce projet dans cette phase II, en plus des cinq régions qui ont été ciblées depuis son démarrage en 2009. A l’issue de la 5e réunion du comité conjoint de coordination du projet PAPRiz II, qui s’est tenue hier à l’hôtel Colbert, il a été évoqué que l’objectif a été atteint. Une production additionnelle de l’ordre de 550 000 tonnes par rapport à la production de 2015, est ainsi attendue.

Bénéfice net de 2,5 millions Ar/ha. Rappelons que ce projet a pour but d’améliorer la productivité rizicole des paysans dans ses onze régions d’intervention en développant des paquets techniques de la culture du riz irrigué. Cette technique leur permettra d’augmenter leur rendement de productivité à au moins 5 tonnes /ha tout en réalisant un bénéfice net moyen de 2,5 millions Ar/ha. En tout, plus de 57 000 paysans formateurs ont été formés. Et après vulgarisation de la technique, plus de 115 000 paysans ont été intéressés. Pour le cas de la région Boeny, qui fait partie des six nouvelles régions d’intervention du projet PAPRiz dans sa phase II, « nous avons pu former 77 paysans formateurs durant les deux dernières campagnes de production rizicole. Ce sont des paysans volontaires qui sont aptes à vulgariser à leurs pairs les techniques culturales qu’ils ont acquises dans le cadre de leur formation. Les récoltes, surtout pour cette campagne de grande saison, s’annoncent ainsi bonnes. En effet, ces 77 paysans formateurs ont atteint voire même dépassé le rendement de 5 tonnes/ha et plus de 2 000 paysans ont reçu leurs formations », a raconté Randriamanjato Tovo Niaina Faniry, Coordonnateur régional du projet PAPRiz II-Boeny.

Amélioration du niveau de vie. Et parlant du cas de la région Itasy qui a bénéficié des interventions du projet depuis la phase I, « une nette amélioration du niveau de vie des paysans ciblés, a été observée. Environ 20 000 paysans opérant dans 67 plaines ont adopté les techniques de PAPRiz. Nous leur avons appris à bien gérer les recettes issues de leurs récoltes afin qu’ils puissent réinvestir dans la préparation de la prochaine campagne culturale. Si le paysan cultive du riz sur un hectare, son coût de revient s’élève à environ 300 000 Ar. Et après calcul du rendement, son bénéfice se chiffre à peu près à 2 millions Ar. Certains paysans bénéficiaires ont pu constituer une épargne auprès des institutions de micro-finance, tandis que d’autres ont pu créer d’autres activités génératrices de revenu, dont le commerce. Il y en a également ceux qui ont pu construire une maison, ou acheter des zébus ou des charrettes ou des matériels et équipements agricoles. L’acquisition d’un véhicule de transport de marchandises n’est pas en reste. En revanche, les impacts du changement climatique et l’insécurité constituent un problème récurrent entravant le développement rural », a exprimé Razaiarimanga M. Vololomboahangy, coordinatrice régionale du projet PAPRiz –Itasy.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Sillon du passé : Maurice Beniowski, le Hongrois « roi » de Madagascar

De l’Europe centrale jusqu’à Madagascar, en passant par l’Asie, BENIOWSKI a fait parler de lui dans ces trois continents

Son Beniowski  est un nom   d’une rue à Diégo-Suarez.  Pourtant, rares sont ceux qui connaissent  l’histoire du personnage alors qu’il   a marqué l’histoire de Madagascar. Il est connu à l’Hexagone au XVIIIe siècle. Anti-esclavagiste pour les uns, aventurier pour les autres,  mais il est avant tout  un explorateur  hongrois. En s’autoproclamant roi de Madagascar, Maurice Beniowski  a été un personnage encombrant pour le royaume de France.

Maurice Beniowski  a marqué l’histoire de la Grande Île en général et la région orientale en particulier. Ce personnage a sillonné  cette partie de Madagascar et a  tissé des liens avec les autochtones. Ce Hongrois a été  envoyé à Madagascar par le roi de France pour y installer  un comptoir. Mais au fil du temps, il  se détourne de sa mission pour servir ses propres intérêts.

Arrivé à Madagascar, Beniowski informe par courrier des progrès rapides de sa conquête. En quelques mois, il s’allie à certains chefs locaux, il assèche des marais sur lesquels une ville, Louisbourg, est fondée, construit un fort à l’intérieur des terres, bâtit des hôpitaux, lève des troupes d’indigènes qui reconnaissent le roi de France pour leur suzerain. En peu de temps, l’île est conquise. Et Beniowski accompagne ses lettres d’une comptabilité détaillée des travaux, ainsi que les plans de chacun des bâtiments construits.

Dans le même temps, il demande à l’île de France des moyens toujours plus élevés en hommes, en vaisseaux, en marchandises, en argent, ce que l’intendant général Maillart refuse en l’absence de justification des dépenses. Beniowski s’indigne auprès du ministre et accuse Maillart de vouloir faire échouer son entreprise et de soutenir des intérêts privés dans le commerce avec Madagascar. Alors que des bœufs par centaines, du riz par milliers de livres, des esclaves, attendent seulement des vaisseaux pour passer à l’île de France, pourquoi le gouverneur préfère-t-il se tourner vers les Indes pour commercer à des conditions bien moins avantageuses?

À Paris, les demandes de Beniowski restent sans effet. Turgot, durant son bref passage au ministère de la Marine, tente de lui rappeler les limites de sa mission, mais sa lettre ne lui parviendra jamais. Toutefois, le destin de Beniowski finit par croiser celui de quelques noms illustres. En 1773, alors que le Kerguelen mouille dans la baie d’Antongil dans le nord de Madagascar, il ne trouve pas la moindre provision auprès de l’établissement français. En revanche, Beniowski lui demande son aide pour incendier un village d’indigènes voisins.

Deux ans après l’installation de Beniowski à Madagascar, Antoine de Sartine, le nouveau ministre, finit par mettre en place une commission d’enquête, conduite par Guillaume Léonard de Bellecombe et Étienne Claude Chevreau, et à laquelle participe La Pérouse. Cette commission révèle la supercherie : les constructions dessinées par le baron dans ses lettres n’ont jamais existé; les forts se résument à quelques cabanes entourées d’une palissade pourrie, le corps des Volontaires a été décimé par les maladies, l’intérieur de l’île n’a jamais été vraiment exploré, les indigènes ont déserté le littoral et ne veulent plus commercer avec les étrangers. Même le choix de l’implantation de la ville de Louisbourg, les pieds dans l’eau, n’aurait pas pu être plus mauvais. Finalement, trois cents hommes de Beniowski sont morts et deux millions de livres ont été dépensés. Il faut se résigner, conclut la commission avec l’intendant Maillart, à considérer la comptabilité de notre établissement à Madagascar comme celle d’un navire perdu corps et biens. Pourtant, Beniowski n’est pas inquiété dans l’immédiat. Il émigre en Angleterre, puis à Saint-Domingue (Haïti). Partout, il cherche des capitaux pour reprendre son œuvre à Madagascar. C’est à cette époque de sa vie qu’il écrit ses mémoires. Ses fables prennent de l’ampleur : de la chasse à l’ours blanc en Sibérie jusqu’à son sacre comme roi de Madagascar, le grand nombre de ses exploits impressionne quelques crédules.

Il réussit à monter une nouvelle expédition, débarque sur la côte occidentale de Madagascar, où il est attaqué par les indigènes. La plupart de ses compagnons sont massacrés. On le tient pour mort, mais il réapparaît à l’Est de l’île, ayant réussi à faire le tour de l’île en pirogue. Là, il s’en prend à un établissement français. Un régiment part de l’île de France à sa poursuite, et il est abattu au cours d’une brève échauffourée.

Recueillis  par Iss Heridiny

Midi Madagasikara1 partages

Délégation ivoirienne : Un membre positif à la Covid-19

Ils ont été débarqués à la dernière minute de l’avion qui devait les ramener vers la capitale malgache avant de retourner à Yamoussoukro. Le test a révélé que l’une des 45 personnes issues de la délégation ivoirienne est positive à la Covid-19. Un véritable casse-tête pour le groupe puisque le temps était compté pour eux lors de l’embarquement sur le vol d’Air Côte d’Ivoire dont l’avion attendait à Antananarivo. A Toamasina, le commandant de bord d’une compagnie aérienne malgache a refusé l’embarquement de la délégation à la suite de l’information liée à un passager contaminé par la Covid-19. Il a fallu toute une négociation en haut lieu et de nature diplomatique pour dénouer le problème. D’après des sources concordantes, mais qui ont décidé de ne pas être citées dans l’article, l’avion a pu décoller après le protocole sanitaire pour éviter la transmission du virus aux autres passagers. Dans un processus normal, l’individu contaminé devrait être isolé dans un lieu sûr. Mais la délégation a décidé d’être solidaire avec son cas de Covid-19. Dans le cadre de la négociation, les membres de la délégation ont choisi, soit de rester avec lui soit de partir ensemble. Ils ont eu gain de cause. Vers une heure du matin et des poussières, l’avion conduisant la délégation ivoirienne a atterri à Antananarivo. Par précaution et suivant le protocole de transport des patients de la Covid-19, le patient a été placé en premier  dans un lieu isolé notamment à l’arrière de l’avion. De source aéroportuaire, l’avion a pris le large de la Grande Île, hier vers une heure et demie du matin. Les autorités restent évasives sur le sujet. On a appris par d’autres sources informées que le patient n’est pas parmi les joueurs. Il est membre du staff technique et s’assure de l’entraînement des gardiens de but ivoiriens. A Toamasina, l’après-match a été une véritable liesse populaire. Des milliers de gens sont accourus dans le centre-ville pour regarder leurs héros nationaux sans pour autant respecter les gestes élémentaires dont le port de cache-bouche et la distanciation sociale. Quid de la santé de la délégation ivoirienne ? Quid des gens en contact avec cette délégation durant leur séjour, notamment le personnel de l’hôtel qui les ont hébergé ? Une enquête mérite d’être approfondie plutôt que de se réduire au mutisme…

D.R/Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Taux de réussite du bac : 46,89% dans tout le pays, baisse de 5,6 % cette année

La comparaison des statistiques officielles sur les résultats du baccalauréat de ces trois dernières années suggère une baisse du nombre de candidats inscrits.

 77 085 sur les 164 396 candidats inscrits à la session du baccalauréat de cette année ont réussi à décrocher leur premier diplôme universitaire. Soit un taux global de 46,89%. Une baisse de 5,6% par rapport à celui de l’année 2019 tablé à 52,49%. Une baisse qui pourrait également être expliquée par la situation dans laquelle le monde et le pays se trouvent depuis le mois de mars dernier. Les troubles, la suspension des cours ou encore la situation socio-économique des ménages malgaches durant cette période de pandémie de Covid-19 en seraient quelques exemples. Il conviendrait de noter que le taux de réussite global de cette année se rapproche légèrement de celui de l’année 2018 (45,5%).

Idem. Les données statistiques recueillies auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique relatives aux résultats du baccalauréat des trois dernières années font savoir que le nombre des candidats inscrits a considérablement baissé. De 2018 à 2020, ce nombre est, en effet, passé de 184 807 à 164 396. L’année 2019 ayant enregistré 174 822 candidats. Deux causes expliquent cette situation si l’on s’en tient aux explications émanant du ministère de tutelle. La première correspond à l’interdiction pour les élèves en classe de seconde ou encore en classe de première à candidater aux épreuves du baccalauréat. Une interdiction appliquée depuis l’année 2019.  La seconde, quant à elle, concerne la situation socio-économique des ménages malgaches. Le faible pouvoir d’achat des ménages entraînerait des conséquences néfastes sur la scolarité des enfants.

José Belalahy

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Exploitation des espèces endémique – Zéro tolérance de la part du Ministère de l’Env...

Plus de 80 rondins de bois de roses ont été trouvés à Antanambao, district d’Amparafaravola, dans la commune d’Ambohimandroso. Les forces de l’ordre ont été alertées et les enquêtes ont commencé, avec l’interrogation du chef Fonkotany et le gardien des lieux où les bois ont été localisés. Deux personnes ont été révélées responsables et sont actuellement recherchées.
Le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable a fermement déclaré la non tolérance face à l’exploitation des espèces endémiques. La « Campagne Zéro Tolérance » s’applique à tous les trafiquants de bois précieux à Madagascar, a également précisé le président de la République et le Chef du Gouvernement.
Ino Vaovao0 partages

ANTENIMIERANDOHOLONA : Nanaiky hiverina an-dapa hiatrika fivoriana ireo Senatera

Antony tsy nanatanterahan’izy ireo ny fivoriana ny tsy fahazoana ny vola izay tokony hositrahan’ireo Loholona amin’ny fotoam-pivoriana tahaka izao. 

Nihitsoka ny fandehanan-draharaha teo anivon’ny Antenimieran-doholona. Tsy nisy nety hanatrika ny fivoriana ara-potoana faharoa ny ankamaroan’ ireo senatera satria tsy naharay ny vola tokony hiantoka ny fivezivezen’izy ireo sy ny vola tokony horaisin’ireo Loholona rehefa miatrika fivoriana tahaka izao. Ankilany, voalaza ho tsy nampiantso fivoriana ihany koa ny filohan’ny Antenimieran-doholona, Rivo Rakotovao noho io antony io. Nampiaka-peo ireo Loholona indrindra fa ireo avy amin’ny mpanohitra izay nilaza fa tsy hivory raha tsy maharay an’io vola tokony ho azy ireo io. Efa herinandro maromaro aty aoriana anefa nanaiky hiatrika ny fivoriana sy handinika an’ireo volavolan-dalàna izay handalo eo anivon’ny antenimiera roa tonta mandritra ity fivoriana ara-potoana faharoa ity ihany ireo senatera. Omaly, vao nanomboka izay fivoriana izay izy ireo.  Ao anatin’ny iray volana monja no fantatra fa hanenjehan’ireo senatera ny fandinihana an’ireo volavolan-dalàna izay tsy voadinik’izy ireo nandritra ny fivoriana teo aloha. Araka ny fanazavana noentin’ny filohany, Rivo Rakotovao nandritra ny lahateny fanokafana omaly dia maromaro ihany ireo volavolan-dalàna ho -jerena.  «  Misy ny vary mangatsiaka hodinihintsika ka voalohany amin’ izany ny resaka volavolan-dalàna momba ny Antenimieran-doholona nentin’ ny Loholona Rakotovazaha Olivier, izay isika mihitsy no nisafidy hoe aleo amin’ ny fivoriana ara-potoana. Faharoa, momba ny Pac. Fahatelo momba ny lalàna mifehy ny tetibola. Fahefatra ny toaka gasy. Fahadimy ny lalàna mikasika ny fananan-tany, izay tsy mbola tonga aty amintsika fa ho hita any amin’ ny fandaharam-potoanan’ ny Antenimieram- pirenena”, hoy ny nambarany.

Nolazainy fa ampy tsara ny fotoana hahafahana mandinika ireo volavolan-dalàna. Ankoatra ireo dia anisan’ireo hodinihina mandritra izao fivoriana izao koa ny lalàna mifehy ny mpanohitra sy ny lalàna momba ny tetibolam-panjakana. Raha ny teny anivon’ny antenimieram-pirenena manokana dia nizotra tamin’ny an-tsakany sy an-davany ny fivoriana. Fanehoan-kevitra maro no niantefa ho an’ireo Loholona manoloana ny tsy nanarahan’izy ireo ny fotoam-pivoriana izay mifanipaka tanteraka amin’ny voalazan’ny Lalàmpanorenana. Mampametra-panontaniana ireo mpanaraka akaiky ny raharaham-pirenena ny hoe, hatao tery vay manta ve ny fandaniana ireo volavolan-dalàna miisa fito izay tsy maintsy vitaina ao anatin’ny iray volana  ?

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

OLOM-BOAFIDY TIM : Hoterena hanaraka ny baikon-dRavalomanana Marc ?

Nisy fivoriana sy fikaonan-doha nataony teny an-toerana. Votoatin’ny fihaonana nandritra io ny fandrefesana ny tanjaky ny antoko “resy lava”, ny fifehezana ireo olom-boafidy lany tamin’ny alalan’ity antoko ity tsy hiara-hiasa amin’ny Fanjakana sy hanaraka ny baikon’ny mpitarika azy. Na tsy holazaina mivantana eto aza, efa mazava sy “vakiana fotsiny” ny tanjon’ny mpitarika ity antoko ity izay tsy iza fa Ravalomanana.

Ataon-dRavalomanana sy heveriny ho toy ny saribakoly ankehitriny ny olom-boafidy Tim, ampiasaina hikononkonona korontana ary terena an-kolaka na terena mivantana mihitsy aza hanaraka izay lazainy. Afenina ao anatin’ny hoe : “Lalàna mifehy ny antoko” sy ny hoe “« honnêteté intellectuelle  » ireo rehetra ireo. Ireto farany ireto no nohizingizinin-dRavalomanana, omaly. Toy ireny mpanjaka kely ireny mihitsy ity farany nibedy sy namatrapatratra ireo ben’ny tanàna sy solombavambahoaka Tim niara-niasa tamin’ny Fitondram-panjakana. 

Raha ny tiany izany, tsy asiana tetikasa mandeha na iray aza any amin’ireo Faritra vitsy misy olom-boafidy Tim, ampikatsoina tanteraka ny fampandehanan-draharaham-panjakana hahatonga ny olona hikomy. Tsy hisy vahoaka hanaiky an’izany intsony anefa. Kirin’antitra ny azy no betsaka ary ny “halako bika tsy tiako tarehy” no mameno ny fony.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

GOVENORAN’I BONGOLAVA : “Tsy hisy kaominina ho hadino intsony, hipaka any ifotony ny fampandrosoana”

Tonga tany an-toerana nanome voninahitra ny lanonana, sady nitokana ireo fotodrafitrasa iarahan’ny Faritra miasa amin’ny kaominina ny Govenoran’ny Faritra Bongolava, ny Jeneraly Ramiaramanana Joseph. Efa azo tsapain-tanana ny asa fampandrosoana any an-toerana amin’izao fotoana. 

Ohatra amin’izany ny fahavitan’ilay tetezana mirefy 50m tao amin’ny fokontany Analasoa izay mampifandray amin’ny renivohitry ny Kaominina Andriampotsy sy ny fahavitan’ny biraon’ny Zandarimariam-pirenena any an-toerana. Ezaky ny vahoaka sy ny kaominina, niampy tohana avy amin’ny Faritra sy ny Fitondram-panjakana no nahavitana ity tetikasa ity, hoy ny ben’ny tanàna, Ramanantenasoa Mamitiana. Fanamby napetraky ny Faritra Bongolava amin’ny alalan’ity governorany ity kosa ny hampandroso ireo kaominina telopolo mandrafitra ny Faritra. “Tsy hisy kaominina ho hadino intsony fa tsy maintsy hipaka aty ifotony ny fampandrosoana satria izay no tanjona amin’ny fametrahana fitsinjaram-pahefana tena izy”, hoy ny Jeneraly Ramiaramanana Joseph.

Ankoatra izay, niara-nanohana ny Barea niaraka tamin’ny mponina tany an-toerana ihany koa ny Governora. Araka ny voalaza, “nitondra fifandraisam-po ho an’ny olona rehetra ny Barea. Ny mifankahazo nanamafy ny fifankahazoana ; ny nanana disadisa nifampizara tsiky ho mariky ny fihavanana…”. Tomefy olona teo amin’ny “Residence Bongolava” nandritra ny lalao roa notanterahin’ny Barea. Vokatry ny ezaky ny olom-panjakana isan-tsokajiny, izay notarihin’ny governoran’ny Faritra Bongolava sy finiavan’ny Fanjakana no nahafahana nanaraka mivantana iny lalao iny ho an’ny tany an-toerana, hoy hatrany ny fanazavana.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

AMBATOBOENY : Ahiana hitoka-monina noho ny fahapotehan’ny lalam-pirenena faha-33 Bis

Tsy nisy fanamboarana hatramin’izao na efa nodradradradraina mafy ny hanamboarana io lalana io, hoy ny mponina. Efa nisy ny  taratasy izay nanaraka an-tanan-tohatra amin’ny fangatahana ny hanamboarana ity lalam-pirenena ity, ary nisy fotoana efa tonga tany an-toerana ny praiminisitra saingy tsy nisy zava-bita. Mitaraina araka izany mponina izay manahy mafy amin’ny fitokana-monina ateraky ny fahatapahan-dalana raha sanatria tsy misy fanamboarana. Koa manaitra hatrany ny tompon’andraikitra mba hijery akaiky sy hitondra vahaolana amin’ny fahasahiranany mponina ao Ambatoboeny. 

Mitaraina amin’ny Filoha Andry Rajoelina sy ny praminisitra Ntsay Christian izy ireo ary manainga ny solombavambahoaka sady filoha lefitry ny antenimieram-pirenena Rahantanirina Lalao sy Mokhtar Andriantomanga governoran’i Boeny, mba hanetsika ny fangatahana efa any amin’ny tompon’andraikitra. “mba ataovy sonia tompoko ny dosie mahakasika ny fanamboarana lalana Ambatoboeny 18 km fa dia hitokamonina tanteraka izahay Ambatoboeny amin’ity taona ity raha tsy vita io lalana io ary efa tonga tany aminareo ny taratasy fa nampalahelo anay dia niverina tsy vita sonia ilay dosie”, hoy hatrany izy ireo.  

Ampio tosika tompoko ny fangatahana ataon’ny tompon’andraikitra any an-toerana sy ny vahoaka ao Ambatoboeny.  Manao antso avo ihany koa amin’ireo rehetra zanaka Ambatoboeny tsy an-kanavaka hatramin’ireo any any ampitan-dranomasina ireo mponina mba hanohana ny fangatahana ataon’i Jeannot Fernand Solombavambahoaka sy Jean Valérien Rakoto Ben’ny tanàna. Tsy fotoan’ny ady sy loko politika tsy mitovy intsony izao fa andao hatambatsika ny hery ho an’ ity tanàna malala ntsika ity, hoy hatrany izy ireo.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA : Notokanana ny orinasa mpamokatra lafarina LMOI ao Betainomby

Orinasa lehibe mamaly ny filàn’ny mponina ity notokanana ity. Afaka mamokatra lafarina hatrany amin’ny 500 taonina isan’andro amin’izao fotoana ary manana tanjona hamokatra hatrany amin’ny 1 200 taonina amin’ny taona 2021.

Araka ny fanazavan’ny tale jeneraly mpitantana ny orinasa, mbola manafatra varimbazaha karazana roa ny orinasa LMOI amin’izao fotoana. Tsy mahasahana ny filàn’ny ozinina mantsy ny varimbazaha vokarin’ny tantsaha. Ny karazany iray amin’io dia fanamboarana lafarina fanaovana mofo dipaina. Ny faharoa kosa, lafarina azo anaovana mofo karazany maro. 

Mpiasa manodidina ny 250 no miasa ao amin’ny LMOI. “Vonona izahay hiara-hiasa amin’ny Fanjakana amin’ny fanatanterahana ny velirano. Fanamby hapetrakay ny fanomezana tosika ny tantsaha hamboly ny akora fototra. Tsy tokony hanafatra avy ivelany intsony isika atsy ho atsy fa ny vokatra eto an-toerana ihany no ahodina”, hoy ny Tale jeneralin’ny Orinasa.

Anaty velirano

Ho an’ny Filoham-pirenena, notsoriny avy hatrany fa ny fametrahana sy fampiroboroboana ny Indostria eto Madagasikara tahaka izao dia ao anatin’ny velirano. “Mandray anjara amin’ny fampandrosoana an’i Madagasikara tokoa ny LMOI, hatramin’izay isika manafatra lafarina 250 000 taonina isan-taona. Amin’izao fotoana izao dia afaka mamokatra lafarina eto Madagasikara ihany. Tokana ny tanjona napetraka, ny zavatra rehetra ilain’ny Malagasy dia tokony hahodina eto avokoa”, hoy ny Filoham-pirenena. Nambaran’ny Filoha ihany koa fa tokony hidina 15 isan-jato ny vidin’ny lafarina eto an-toerana manomboka izao noho ny fisian’ity orinasa ity. 

Tafiditra anatin’ny fampiroboroboana ny indostria izao fitokanana ny LMOI izao. Araka izany, mizotra mankany amin’ny fampiroboroboana ny fananganana orinasa ny eto Madagasikara amin’izao fotoana. Orinasa 4 izany izao no efa tafatsangana sy am-perinasa nandritra ity taona 2020 ity na teo aza ny covid-19. Ao anatin’izany ny orinasa mpanao paty, ny orinasa Sasm mpanao siramamy ao Brickaville, ny LMOI vao notokanana ity ary ny orinasa mpanao fanafody Pharmalagasy. Marihina, ny LMOI no orinasa mpanodina lafarinina lehibe indrindra aty amin’ny oseana Indiana. Manara-penitra izy ity ary manaja ny fenitra ara-pahasalamana. “Manampy sy manosika ny mpandraharaha ny Fanjakana amin’ny fampiroboroboana ny indostria. Mitondra tombontsoa ara-ekonomika ho an’ny Faritra Atsinanana sy ho an’i Madagasikara iray manontolo ny LMOI”, hoy hatrany ny Filoham-pirenena.

Fahavitan-tena ara-tsakafo

Niaraka tamin’ny Filoham-pirenena nitokana ity ozinina ity tany an-toerana ny Minisitry ny Indostria sy ny varotra, Lantosoa Rakotomalala. Araka ny nambarany, “ny fampiroboroboana ny Indostria no isan’ny velirano goavana indrindra entina hamahana ny olan’ny fahavitan-tena ara-tsakafo eto Madagasikara”. Tsy tokony hiakatra, hoy ity Minisitra ity, ny vidin’ny mofo dipaina satria efa vita eto an-toerana amin’izao fotoana ny lafarina. Nambarany koa fa efa nifanaraka tamin’ny fikambanan’ireo mpanao mofo sy tompona orinasa eto an-toerana ny Minisitera mikasika izay. 

Nanantitra ny Minisitra fa hisy orinasa matanjaka miisa 12 hatsangana manerana an’i Madagasikara ato anatin’ny fotoana fohy. “Mankahery ny mpandraharaha mbola manana fikasana hametraka ozinina. Manohana anareo ny Fitondram-panjakana satria izay no tena ilain’ny Firenena amin’izao fotoana”, hoy hatrany ny Minisitra.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

SAMBAVA : Notoherin’ny mponina ny hananganana orinasa hanodina felan-davanila

Araka ny fantatra dia nidina ifotony nifandinika an-databatra boribory niaraka tamin’ireo voalaza ho tompon’andraikitra sy ireo ray aman-dreny an-tanàna ny ben’ny tanàna tao an-toerana, raha naharay vaovao momba io fananganana io orinasa io, andro vitsy lasa izay. Na dia teo ny fijerena ny marimaritra iraisana, ny fisian’ny fandresen-dantatra dia nandamoka ihany izany tamin’ny farany. Araka ny vaovao voaray hatrany dia nilaza ny hividy 100Ariary isaky ny felan-davanila ireo mpandraharaha voakasika ka tsy naharesy lahatra ny vahoaka.

Taorian’ny fivoriana nandamoka ity dia tapaka, araka ny vaovao azo farany avy tao Sambava, fa najanona tanteraka ny fikasana ny hanangana ilay orinasa hanodinana felan-davanila ho lasa menaka ity ao an-toerana. 

Niteraka ahiahy tamin’ny mponina izany ary samy nilaza fa hitarika tsy fandriampahalemana, indrindra ny hampirongatra ny halatra vaovao hafa indray ny hisian’ny mpividy felan- davanila. 

Mbola tsy voafehy hatreto ny halatra tahon-davanila, efa tsy lazaina koa ny halatra lavanila maitso any amin’ny Faritra Sava, ka izany no antony nanoheran’ny vahoaka sy ny tompon’andraikitra mikasika ity fikasana hanangana orinasa tao an-toerana ity.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FANONDRANANA OLONA ANY MAYOTTE : Vehivavy iray karohin’ny mpitandro filaminana

Voalaza mantsy fa tompon’ny “coque” na vedety matetika ampiasain’ireo olona mitatitra olona an-tsokosoko mihazo an’i Mayottes izy. Efa notaterina teto amin’ny pejin’ny Ino Vaovao Faritra fa lasa fiaingan’ny fifindra-monina an-tsokosoko ho any amin’ity departemanta frantsay iray ity i Nosy be sy Ambanja. Efa maro ireo saron’ny mpitandro filaminana saingy betsaka ihany koa ny tafaporitsaka. 

Ny manaitra ny mpanara-baovao dia tsy Malagasy ihany ireo mpifindra monina an-tsokosoko ireo fa betsaka ny Afrikanina. Tonga eto Madagasikara miaraka amin’ny pasipaorony sy ‘visa tourisme’ ary mihazo any avaratr’i Mahajanga avy hatrany. Araka ny vaovao azo dia ny tambazotra facebook no ifandraisan’izy ireo amin’ireo olona hampiampita azy eto Madagasikara fa tsy fantany akory ireo olona handray azy. Ranomasina 339km eo no vakivakian’izy ireo amin’izany ary 2 000 000Ariary ka hatramin’ny 3 000 000Ariary ny saran-dalana. 

Marihina moa fa tafiditra amin’ny atao hoe fivarotan’olona ny fitaterana ireo mpifindra monina an-tsokosoko ireo, ka sandaina volabe ary anisan’ny iadian’ny Firenena mikambana. Araka ny fanamarihana avy any Mayotte kosa dia lasibatry ny fifindra-monina tsy ara-dalàna izy ireo amin’ny maha anatin’i Frantsa azy ireo. Ny Kaomôrianina no mpifindra monina tsy ara-dalàna voalohany any an-toerana avy amin’ny Grandes Comores, Mohéli sy Anjouan. Misy maro ihany koa ny Malagasy ary mihamaro ny Afrikanina. 

Araka ny nambaran’ireo Mahorey anefa dia dingana ihany no ataon’ireo mpifindra monina indrindra Malagasy sy Afrikanina ao, fa ny ho any Frantsa no tena tanjon’izy ireo. Ny an’ny Kaomôrianina kosa dia ny mba hahazoana ireo tombontsoa ara-tsosialy omen’i Frantsa an’i Mayotte amin’ny maha departemanta frantsay azy, toy ny fanabeazana sy ny fahasalamana maimaimpoana ary ny maro hafa.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ANDRONDRAKELY : Lehilahy roa tratra namatsy rongony sy toaka gasy ny mpianatra

Mpianatra ao amin’ny Sekoly “SEKINA” eny Androndrakely no fantatra fa mpanjifa an’ireo zava-mahadomelina ireo, manakaiky ny faritra misy ny sekoly ihany koa ny toeram-pivarotana. Hany ka roboka manjifa tokoa ireo ankizy. Nidina ifotony teny an-toerana moa ny mpitandro filaminana nijery ifotony ny raharaha rehefa nahazo fitarainana ka voasambotra tao ireto roa lahy tompon’ antoka tamin’izany. 

Nandritra ny fisavana dia mbola nahitana rongony telo fonosana sy toaka gasy dimy litatra tao amin’izy ireo. Voararan’ ny lalàna tanteraka ny asa ratsy vitan’ireto roa lahy, indrindra moa fa ireo mpianatra mihitsy no namarotany ireo rongony sy toaka ireo. Taorian’ny fanadihadiana sy niakarana fampanoavana  ary efa naiditra am-ponja avy hatrany eny Antanimora ireto farany amin’izao fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

AMBILOBE : Nifamely totohondry ny depiote sy Sekretera jeneralin’ny kaominina

Araka ny fampitam-baovao marim-pototra avy ao Ambilobe dia noho ny resaka fanesorana ireo mpivarotra amin’ny fanamboarana ireo lakan-drano no nampifanolana ireo tompon’andraikitra roa ireo.

Araka ny vaovao voaray hatrany dia nandritra ny fivoriana niarahana tamin’ny OMC tao Ambilobe, ny talata 17 novambra teo dia niafara tamin’ny ady totohondry teo imasom-bahoaka ny tsy fifankahazoan-kevitra teo amin’ny depiote voafidy tao Ambilobe sy ny tompon’andraikitry ny kaominina ity.

Araka ny fantatra hatrany dia misy ny manely tsaho ao Ambilobe fa misy hamarotra ilay toerana misy ireo mpivarotra esorina ireo ka nahatonga ireto farany nidrinkina tsy mety hiala ary nametraka fitarainana tamin’ ny solombavambahoaka mba hiaro azy ireo. Voalaza fa noho izany no nahatonga ny fifampikasihan-tanana teo amin’ny manam-pahefana roa ireto. Niezaka ny nanasaraka azy ireo ny tompon’andraikitra ny filaminana niara-nivory nandritra izany, nefa tsy voatana ka tafavoaka ivelan’ny birao nanatanterahana ny fivoriana. Tavela resabe ao an-tampon-tanànan’Ambilobe ny tranga misy ka andrasana araka izany izay mety ho tohiny.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA : Sady nanohana Barea no nametraka ny tetikasa “Miami” ny Filoha Rajoelina

Isan’ny tetikasa tanterahin’ny Fanjakana any an-toerana, amin’ny alalan’ny Minisiteran’ny Fanajariana ny tany sy ny asa vaventy ny famitàna ny lalana, “boulevard Ratsimilaho” izay manemitra ny moron-dranomasin’i Toamasina. Hohajariana tanteraka ity toerana ity noho izy efa rava tanteraka taorian’ny fandalovan’ny rivo-doza nifanesy.

Natolotra tamin’ny fomba ofisialy omaly koa ny fanajariana ny lalana miainga avy eo Morafeno mivoaka eo amin’ny Hopitaly Be, izay hanala ny fitohanana ao an-tampon-tanànan’i Toamasina. Araka ny ny toromarika nomen’ny Filoha, Andry Rajoelina, dia narafitra natao "béton" ity lalana ity mba hateza sy haharitra an-taona maro. Manaraka ny fenitry ny lalan-dehibe rehetra ihany koa ity ampahan-dalana ity izay natao malalaka tsara hahafahan’ny fiara hivezivezy ary nasiana lalana natokana handehanan’ny mpandeha an-tongotra.

Miami…

Natomboka omaly koa ny dingana voalohany amin’ny tetikasa “Miami”, fanamby efa nampanantenain’ny Filoha. Ny fanajariana ny tapany avaratra manomboka amin’ny Hopitaly Be mifarana eo amin’ny “Neptune” izay mirefy 560m no hatao amin’io. Ity dingana voalohany ity dia hametraka ny rarivato mirefy 800m izay manaraka ny endriky ny sisin-dranomasina ary hiaro ny fotodrafitrasa amin’ny onjan-dranomasina sy ny rivo-doza. Hohajariana tanteraka ny moron-dranomasina hahafahana mametraka ny fototra ijoroan’ireo fotodrafitrasa dia   : ny "jardin des amoureux", ny "skate-park", ny fanaovana fanatanjahan-tena an-kalamanjana sy ny tapany voalohany amin’ny toerana ipetrahan’ireo mpivarotra voanio. Haharitra 5 volana ny fanatanterahana ity dingana voalohany ity ary hitohy avy hatrany ny dingana faharoa hatrany amin’ny fahaefatra farany. Nohamafisin’ny Filoha Andry Rajoelina fa ankoatra ny fanatsarana ny endriky ny tanànan’i Toamasina dia natsangana ity tetikasa Miami ity mba ho fampiroboroboana ny sehatry ny fizahan-tany izay isan’ny fanoitry ny fampandrosoana ara-toekarena eto Madagasikara. Nampahatsiahivin’ny Filoham-pirenena ihany koa fa ankoatra ireo fotodrafitrasa ireo dia homena sehatra manokana ihany koa ny varotra fampirantiana ny asa tanana vita malagasy.

Notokanana ny PACT

Notokanana nandritra ity dian’ny Filoha tao amin’ny Faritra Atsinanana ity koa ny  "Port Academy Center Toamasina" (PACT) izay ivon-toerana hanome fiofanana ireo mpiasa misehatra eo anivon’ny seranana. Ankoatra ireo fiofanana teknika isan-karazany, ny PACT dia ivon-toerana manara-penitra afaka mandray fivoriana sy fifanankalozan-kevitra eo amin’ny samy mpisehatra eo anivon’ny seranana eto amin’ny faritra Oseana Indianina sy Afrika Atsinanana. Ny fananganana ity fotodrafitrasa ity dia avy amin’ny kitapom-bolan’ny SPAT madio ary natao indrindra hanatsarana ny fahaiza-manaon’ ny mpiasa Malagasy izay mifanindra an-dalana amin’ny fanatsarana sy fanitarana ny seranan-tsambon’i Toamasina. 

EPP manara-penitra Analankininina

Ankoatra ireo, nitsidika ny EPP manara-penitra ao Analankininina Toamasina ihany koa ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina mivady. Efa mandray mpianatra ity sekoly ity ary efa misy mpandraharaha maro sy mpampianatra mampihodina azy. Fanamby nataon’ny Filoha ny hanatsarana ny kalitaon’ny fampianarana ary ahitana taratra izany ity sekoly mitsangana any an-toerana ity. Maimaim-poana ny fampidirana ny mpianatra tao amin’ny sekoly, misy toeram-pamakiam-boky, efitrano fianarana informatika, toeram-pisakafoana ary toerana malalaka hilalaovan’ny ankizy ity toerana nanorenana ny sekoly ity.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

FIFANINTSANANA CAN 2022 : Nisaraka ady sahala iray noho iray ny Barea sy ny Ivoariana

Tafiditra ao anatin’ny lalao fifanintsanana hizorana ho any amin’ny Can ity lalao ity. Tamin’ny ankapobeny, niady mafy ny Barea saingy hita taratra teny hatrany ny fahabangan’ny Ekipa indrindra ireo lohandohany nahazatra hatramin’izay. Tsy isan’ny niakatra an-kianja intsony mantsy ry Abel Anicet, sy ry Bolida. Ny Kapiteny Abel Anicet moa dia iny niaraha-nahalala iny nahazo azy, voan’ny covid-19 izy,  tsy afaka nandray anjara  na tamin’ny lalao mandroso natao tany Côte d’Ivoire na tamin’ny lalao niverina natao tatsy Toamasina, omaly iny. I Bolida kosa indray, nandray anjara ihany tamin’ny lalao mandroso saingy tsy afa-nikofoka intsony tamin’ny lalao miverina noho ny olana tamin’ny tongony nahazo azy. 

Tao anaty fitaintainana tanteraka no niandrasan’ny mpitia kitra sy ny mpakafy Barea iny lalao omaly iny. Tsy nety tafiditra tao anaty lalao mihitsy ny Barea tany am-piandohana, ka ry zareo Ivoariana indray no nisantatra nampidi-baolina voalohany na taty amin’ny tanintsika aza no natao izany. Teo amin’ny minitra faha-15, naharay baolina tsy nahy, tao anaty faritra tsy azo ivalozana manakaiky ny tsivalan-kazo ny mpilalaon’ny Barea.

Nahazoan’ny Ivoariana daka fahadisoana io. Ilay mpilalao Ivoariana, Franck Kessié  no nandaka. Tsy voatohan’ny mpiandry tsatokazo Melvin Adrien ny daka am-pitaka nataony ka avy hatrany dia nigorobaka ny harato. Tsy niova intsony io isa nandritra ny fizaràm-potoana voalohany na nifamaly teny aza ny fanafihana avy amin’ny an-daniny sy ny an-kilany. Taty amin’ny fizaràm-potoana faharoa, samy nanova paikady ny roa tonta,  tsikaritra ho nahazo aina kokoa ny Barea ary teo vao tena tafiditra tao anaty lalao tanteraka.  Teo amin’ny minitra faha-51 isika no nahita isa iray tamin’ny alalan’i Ibrahim Ahmada. Tsy niova intsony ny lalao taorian’io ary izay hatrany no nisarahana.

Raha mahakasika ny lalao amin’ny ankapobeny kosa indray, mbola mitarika ny Barean’i Madagasikara ao amin’ny “Vondrona K” izay misy antsika. Raha atontaly tsotsotra izany dia samy manana isa fito mitovy isika sy “Côte d’Ivoire” Manatombo kosa anefa isika amin’ny"Goal Average".

Toy izao ny mpilalao 11 voalohany Malagasy nalahatry ny mpanazatra Nicolas Dupuis : Mpiandry tsatokazo : Melvin Adrien ; Vodilaharana, Romain Metanire, Jérémy Morel, Thomas Fontaine ary Jérôme Mombris. Ry  Ibrahim Amada sy  Marco Ilaimaharitra hatrany kosa no teo afovoan’ny kianja ary nanampy azy ry Rayan Raveloson, Andriamahitsinoro Carolus, Voavy Paulin . Hakim Abdallah kosa no irakiraka.  Tsy ratsy ireny lalao ireny saingy mbola mila ezaka hatrany ny mbola ho avy. Farafaharatsiny izany isika, manao ady sahala mandritra ny lalao ifandonana amin’ny ekipam-pirenena etiopianina any Addis-Abeba amin’ny volana marsa. Raha azontsika izay dia efa mazava indray aloha ny lalana hiakarana amin’ny CAN 2022 any Cameroun.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FAMPANDROSOANA NY KAOMININA NOSY BE : Vonona hiara-hiasa ny Ben’ny tanàna sy ireo mpanolotsaina

Izany dia vokatra ny fanelanelanana nataon’ny Governoran’ny faritra Diana, Daodo Arona Marisiky niaraka tamin’ny ekipa notarihiny nandritra ny fitsidihana nataony tao an-toerana ny alatsinainy teo. Samy naneho ny fahavononany hiara-hiasa ho tombontsoan’ny tanàna iombonana sy ny vahoaka ao aminy ny roa tonta. Vao mainka nanamafy ny finiavan’izy ireo hiara-hiasa ny disadisa teo amin’izy ireo teo aloha. Nijoro amin’ny maha raiamandreny azy ny Governoran’ny faritra Diana, Daodo Arona Marisiky nampihavana ny roa tonta. 

Tsy nananosarotra ny fampihavanana azy ireo satria samy vonona hampandroso ny kaominina ambanivohitra Nosy Be ny roa tonta. Ny talata teo nisy fanaovan-tsonia taratasy fifanarahana sy fiaraha-miasa matotra teo amin’ny Ben’ny tanana sy ny filohan’ny mpanolotsain’ny tanàna ary natrehan’ny Governoran’ny faritra Diana sy ny prefe. Nosy Manitra mandroso no tanjona.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

SALAMA BNI : Nisitraka tobim-pahasalamana ny Kaominina Antanetibe Mahazaza

Tonga nanatrika izany avokoa ireo solontenam-panjakana isan-tsokajiny sy ireo mpiara-miombon’antoka tamin’io fotoana io. 

Tetikasa ara-tsosialy iray izay isan’ny nandraisan’ny BNI Madagasikara anjara ny fikarakarana sy famatsiana ara-bola tamin’ny fanamboarana rehetra. Niarahany tamin’ireo mpiara-miombon’antoka “fondation axian” sy ny “ Madagascar Health”. Tanjona iray hitsinjovana sy hijerevana manokana ary fampandrosoana ny sehatry ny fahasalamana hanampiana ny mpiara-belona eto no napetraky ny banky BNI Madagasikara amin’ny alalan’ny fandaharan’asa “Salama BNI”. Ity kaominina ity no nisitraka voalohany ny fandaharan’asa izay hotanterahina ao anatin’ny dimy taona ka hahenika faritra maro. 

Mponina mahatratra 12 000 ao anatin’ny Fokontany miisa 18 amin’ity kaominina ity, araka izany no mahazo tombontsoa maro amin’ny fampiasana azy. 

Manara-penitra, ampy fitaovana tsara ireo dokotera, mahavita mitsabo sy mandray ara-dalàna ireo marary, ireo vehivavy bevohoka ary ny momba ny reny sy ny zaza ao an-toerana. 

Manohy ny ezaka mandrakariva moa ny banky BNI amin’ny lafiny ara-tsosialy sy fampandrosoana, hiditra bebe kokoa amin’ny fanatsarana ny lafiny fahasalamana eto Madagasikara ankoatra ny fanomezana fahafaham-po ireo mpanjifany hatramin’izay.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANARIANA ZAZA, HERISETRA ARA-NOFO : Misesilany hatrany ireo zaza vao teraka nisy nanary an-davapiringa

Tranga iray mahonena ihany koa ny mahazo ireo zaza menavava vao teraka arian’ireo reny tsy mataho-tody any anaty lava-piringa. 

Ny tolakandron’ny talata 17 novambra lasa teo iny izao dia tao Andranonahoatra Antsirabe iny indray no nahitana io tranga io. Zazalahikely vao teraka, mbola niaraka tamin’ny tadim-poitra no nisy nanary tao an-davapiringa. Ireo ankizy teo amin’ny manodidina sendra nilalao no nahare feon-jaza nitomany, ka avy hatrany dia nampandre ireo olon-dehibe teo an-tanàna. Raha ny fanampim-panazavana voaray dia lavaka kely antonona loha fotsiny ihany no nanariana azy io, ka rehefa novakiana ilay toeram-pivoahana dia nihorirana ilay zaza. Nifamonjena, nojerevana haingana ka noentina tobim-pahasalamana aloha mba hovonjena ny ainy ary avotra soa aman-tsara ity farany. 

Tsy fantatra moa hatreto ireo olona nahavanon-doza nanary azy, ka misokatra ny fanadihadiana ao an-toerana manoloana ny raharaha. 

Raha tsiahivina hatrany, ny alin’ny alatsinainy 16 novambra lasa teo ihany koa dia zazalahikely vao am-bolana no nisy nanary teny amoron-dalana tao Antanamandroso Moramanga. Tsy mbola hita popoka rahateo koa ny reniny sy izay fianakaviany. Ny tsikaritra aloha eto dia mahazo vahana amin’ny Faritra maro manerana ny Nosy ny fanariana zazakely, ny herisetra ara-nofo mahazo ireo tsy ampy taona ankehitriny efa diso tafahoatra.

Tatianà R.

La Vérité0 partages

Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne

La liste Isika rehetra miaraka amin’ny prezida Andry Rajoelina (IRMAR) candidate aux élections sénatoriales du 11 décembre prochain lance sa campagne électorale. Une cérémonie s’est tenue à l’Arena Ivandry en présence notamment de Christine Razanamahasoa, présidente de la plateforme IRMAR et présidente de l’Assemblée nationale ainsi que certains des leaders de cette coalition présidentielle comme Norbert Lala Ratsirahonana. La liste sera pour rappel conduite par Herimanana Razafimahefa. L’ancien Secrétaire général du ministère de l’Education nationale sera notamment accompagné par l’ex-sénateur Sylvain Rabetsaroana qui figurera en tant que second dans la liste numéro 1 sur la liste électorale. L‘IRMAR a pris l’engagement de soutenir les Communes, les maires et les conseillers municipaux ou communaux dans leurs activités, indique Herimanana Razafimahefa. Une priorité sera aussi d’aider à la recherche de financements pour les Communes. Les craintes vécues par les élus ont été entendues. La liste IRMAR a affirmé que l’une de ses priorités sera de garantir plus de sécurité pour les élus communaux contre les pressions de toutes sortes afin de permettre à ces élus de se focaliser sur les projets de développement. Redonner ses lettres de noblesse aux élus communaux, apporter son appui technique et financier aux Communes, renforcer la communication entre les collectivités et l’Etat central ainsi que les partenaires techniques et financiers, favoriser le développement harmonieux, équitable et inclusif, apporter un soutien à la lutte contre l’insécurité, sont des points figurant dans un pan du programme de la liste IRMAR dévoilé hier. Un programme issu de descentes sur terrain à la rencontre des acteurs de la Province d’Antananarivo. La liste IRMAR se veut justement être à l’écoute et relayer les besoins des élus, des citoyens et des acteurs publics comme privés. La liste IRMAR se dit par ailleurs ouvert à l’idée d’élaborer une proposition de loi issue de la base. Durant les 20 prochains jours, jusqu’au 9 décembre, la liste de candidats de l’IRMAR compte venir écouter les grands électeurs des 20 Districts que compte la Province d’Antananarivo. Une campagne qui devrait commencer ce jour dans le District de Miarinarivo. Notons que Christine Razanamahasoa a tenu à faire une mise au point durant la cérémonie d’hier. Elle indique ainsi qu’il n’y a aucune liste, à part l’IRMAR, qui peut se prévaloir d’avoir eu la bénédiction du leader de la coalition, l’actuel Chef de l’Etat. La tenante du perchoir de la Chambre basse de Tsimbazaza appelle ainsi les élus sous la bannière Orange à faire preuve de vigilance afin d’obtenir la victoire. L’espoir formulé par l’ancienne ministre de la Justice est un coup double dans la Province d’Antananarivo. La rédaction

La Vérité0 partages

Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation

La nomination d’un nouveau coordonnateur résident des Nations unies à Madagascar marque une étape importante dans la coopération entre la Grande île et cette organisation.  En effet, un plan cadre des Nations unies pour le développement durable sur la période 2021-2023 est en gestation. D’après les informations obtenues auprès du système des Nations unies, ce plan cadre de coopération constitue un outil crucial pour l’accélération et l’innovation en vue de l’atteinte des ODD (Objectifs de développement durable) dans cette décennie d’action « Horizon 2030 ».  D’ailleurs, le nouveau coordonnateur résident, Issa Sanogo n’a pas manqué d’évoquer ce sujet au cours de la présentation de sa lettre d’accréditation au ministre des Affaires étrangères, Tehindrazanarivelo Djacoba Oliva, mardi dernier à Anosy. Ce fut la première rencontre après sa nomination par le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres et sa prise de fonction à Madagascar.  Dans le contexte de crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, le coordonnateur résident a manifesté la volonté du Système des Nations unies à Madagascar d’accompagner l’Etat et le Gouvernement malagasy dans cette lutte à travers le plan de réponse socio-économique du SNU   dont la mise en œuvre se fait à travers ses différentes agences ainsi que dans la lutte  contre la malnutrition et le « Kere » dans le Sud du pays avec les partenaires.  « Nous devrions pouvoir reconstruire en mieux pour l’après-Covid pour que nous ne rations pas la décennie d’action pour l’atteinte des ODD qui sont inclus dans l’agenda 2030 », a – t – il déclaré. Réaffirmation de l’engagement onusienLors de cette rencontre, Issa Sanogo a réaffirmé l’engagement des Nations unies à Madagascar à coopérer avec les institutions de la République de Madagascar, en vue de faire avancer les intérêts diplomatiques de Madagascar dans la vision exprimée par le Plan pour l’émergence de Madagascar (PEM) et la Politique générale de l’Etat (PGE). Il a également exprimé  la volonté du Système des Nations unies à contribuer à la coordination de l’aide au développement sous le leadership du Gouvernement malagasy et soutenir tous les efforts qui tendent à l’amélioration des conditions de vie de la population malagasy. Ce nouveau coordonnateur compte dans son parcours professionnel plus de 25 ans d’expérience dans le domaine du développement et de l’action humanitaire, acquise aux Nations unies et à l’extérieur. Il a occupé des postes de direction au sein du Programme alimentaire mondial (PAM), y compris, plus récemment, en tant que directeur du Centre régional d'excellence contre la faim et la malnutrition (CERFAM) en Côte d'Ivoire, ainsi que directeur de pays adjoint au Liban, puis au Tchad, chef de l'unité d'analyse économique en Italie, et conseiller régional en évaluation des marchés en Thaïlande.Avant de rejoindre les Nations unies, il était économiste à la Banque mondiale en Guinée et a occupé des postes gouvernementaux en Côte d'Ivoire, notamment en tant que conseiller technique auprès du ministre de l'Industrie et de la Promotion du secteur privé et en tant qu'économiste au Bureau des études techniques et développement.La Rédaction

La Vérité0 partages

Elu ou nommé, faux débat !

Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite aussi au sein du camp du régime et perturbe sinon ébranle tant soit peu le socle IRD/IRK. A court d’arguments crédibles pouvant susciter l’intérêt de l’opinion, l’opposition s’embourbe dans de vulgaires sujets. La Haute Cour Constitutionnelle (HCC) et la Commission électorale nationale indépendante (CENI) encaissent des tirs croisés. Les barons du RMDM renforcés, pour la circonstance, par d’autres formations politiques, jusque-là discrètes, telles que le Leader Fanilo, le Teza, Malagasy Tonga Saina (MTS), l’UNDD, le Renouveau pour la démocratie sociale (RDS), le Kintana, un certain Fetison Rakoto Andrianirina, de Dieu-Donné Maihol, et bien d’autres comme le MFM et l’ancien ministre HVM Vonison Andrianjato, le porte-parole, réunis à l’Hôtel Panorama fustigèrent un véritable réquisitoire contre le régime en place en cette journée du jeudi 17 septembre. Les thèmes abordés manquent de solidité. Ils condamnent les décisions de la HCC comme étant « illégales et illégitimes » notamment, entre autres, celles relatives à la réduction des membres du Sénat de 63 à 18 et la convocation des grands électeurs pour le 11 décembre 2020. Ils remettent en cause les dispositions prises par la CENI. Des arguments mineurs. Ils défendent uniquement les petits intérêts de certains acteurs relevant de la minorité. Un faux débat qui plane dans les nuées.L’autre thème qui manque de consistance aussi mais qui agite la classe politique à même dans le camp du régime repose sur la confusion entre « élu » et « nommé ». C’est un faux débat mais qu’on s’obstine à véhiculer sur la place publique tout juste pour créer des vagues inutiles ou des fantasmes contre-productifs.  Le président national du Malagasy Miara-Miainga, Hajo Andrianainarivelo, pour des raisons obscures, claironne haut et fort qu’il rejette catégoriquement les agissements de certains responsables nommés, « olom-boatendry », dans l’entourage du Président à l’encontre de certains élus « olom-boafidy ». D’après ce « olom-boatendry », ministre de son état, les « olom-boafidy » n’ont pas d’instructions à recevoir des « olom-boatendry ». Bizarre ! Un argument fallacieux que les brisquards, des élus de l’opposition, en profitaient et n’ont pas raté de sauter sur pour vitupérer les autorités locales, « olom-boatendry », leur interdisant à tenir des réunions publiques.Elu ou nommé, on est tous citoyens d’une même République où le respect de la hiérarchie et le sens des responsabilités constituent la pierre angulaire de l’édifice.    Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Salon international de l’habitat - Les logements sociaux comme produits phares

Le Salon international de l’habitat (SIH) a entamé sa 22ème édition, hier, au Parc des expositions Forello Tanjombato. Après tout ce qui s’est passé cette année, avec la pandémie de coronavirus et ses impacts sur l’économie nationale mais aussi mondiale, cette édition tend alors vers la relance ainsi que la mise en chantier de tout Madagascar. Le SIH s’active alors pour relancer la consommation mais surtout pour faciliter l’accès de toute la population malagasy à un logement décent. L’Etat projette de construire 50 000 logements d’ici 2023. Dans cet esprit, l’Agence nationale d’appui au logement et à l’habitat (ANALOGH) avec le vice-ministère de l’Habitat et des Nouvelles villes sont donc sur tous les fronts. « 800 logements sont actuellement en construction dans plusieurs villes du pays comme Antsirabe, Antsiranana, Nosy-Be, Morondava mais aussi Toamasina et Toliara. Pour la Capitale, un programme développé par l’ANALOGH visera à construire des logements similaires à ceux sur l’axe Tsarasaotra-Ivato dans d’autres quartiers», a annoncé le vice-ministre en charge de l’Habitat et des Nouvelles villes hier, au cours de l’ouverture officielle du salon. Ainsi, les logements sociaux présentés par ANALOGH sont alors les produits phares de cette édition. Ils seront particulièrement mis en avant dans plusieurs stands pour offrir la possibilité aux visiteurs d’envisager d’avoir un jour sa propre maison. Chacun pourra alors découvrir dès aujourd’hui, toutes les offres disponibles et accessibles selon son budget. Toutefois, pour atteindre cet objectif, « le secteur privé et le secteur public doivent travailler main dans la main, ainsi que les collectivités locales et les structures de toute sorte», rajoute ce responsable. Reliant tous les acteurs du domaine de la construction, « le SIH met alors en place tous les leviers nécessaires pour que ces programmes de logements sociaux puissent être concrétisés et répondre aux besoins de la population» renchérit Michel D. Ramiaramanana, président du comité d’organisation de l’événement. Mais, le Salon international de l’habitat offre également aux visiteurs les outils pour mettre en œuvre leurs projets de construction ou faire avancer leur idée qui a été mise en pause durant le confinement.   

Un jour, un sponsor...

CNAPS: Une attention particulière pour les acteurs dans la constructionLa Caisse nationale de prévoyance sociale (CNaPS) participe à la 22ème édition du Salon international de l’habitat, en tant que sponsor officiel. Pour cette édition, la CNaPS portera une attention particulière aux acteurs dans le domaine de la construction. « Récemment, nous avons signé une convention de partenariat avec le Syndicat des entrepreneurs en bâtiments et Travaux publics (SEBTP). C’est une des raisons qui motivent notre présence à cet événement, sachant que parmi nos membres, nous avons beaucoup de cotisants travaillant dans le secteur, employés et employeurs confondus. Ces quatre jours sont alors une occasion pour les rencontrer directement», soutient un responsable au niveau de la CNaPS. Ainsi, ces personnes pourront demander conseil au niveau du stand de la CNaPS. L’équipe présente sur les lieux peut également traiter directement des dossiers ou des demandes.  Cette démarche s’inscrit notamment dans la volonté de la CNaPS à placer ses adhérents au centre de toutes ces préoccupations. A l’aube de l’année 2020, elle a effectivement pris une décision importante de changer sa culture d’entreprise. « Parce que couverture sociale veut aussi dire accompagner chaque personne et chaque famille tout au long de sa vie, depuis la naissance jusqu’à la retraite, cette perspective parfois oubliée deviendra le centre des préoccupations de chaque employé» soutient Mamy Rakotondraibe, directeur général de la CNaPS.Malgré ces personnes cibles, la CNaPS reste quand même à l’écoute de tous les visiteurs souhaitant avoir des informations ou des conseils.  

La Vérité0 partages

Marché public - 25 milliards de dépenses engagées depuis la crise sanitaire

Place à la publication des dépenses. Le ministère de l’Economie et des Finances s’est limité auparavant la mise à la disposition au public les financements reçus dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Afin de faire preuve de plus de transparence, un rapport sur les dépenses est disponible dans le site web. Il s'agit du montant précis du total des marchés publics attribués depuis le mois de mars jusqu’à la fin du mois d’octobre. Les informations dévoilent la base de l’engagement jusqu'à la base du paiement en passant par les marchés publics attribués, et les bénéficiaires des contrats. Le total du chiffre s’élève à 25 309 015 039 ariary. Près de 90 marchés ont été effectués au cours des sept derniers mois dont la majorité est allouée à la fourniture comme les matériels d’urgence, les habillements dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, les fournitures ménagères. Le mode de passation s’est généralement déroulé en appel d’offres. Provisoire     Selon les responsables, certaines données issues de ces différents logiciels n'ont pas été forcément saisies par les organismes avec une indication précise de "Covid-19". C’est le cas de l’achat de fournitures de bureau qui n'est pas indiqué s'il est fait dans le cadre de la Covid- 19 ou dans le cadre normal des activités de l'organisme. Il faut encore procéder à une validation ex-post de ces données par chaque ministère, ordonnateur de ces dépenses. « Les informations contenues dans cette plateforme restent encore provisoires et à analyser avec fine précaution. Elles se mettront automatiquement à jour au fur et à mesure de l’obtention de la validation des données par les organismes publics ayant exécuté ces dépenses. Nous osons espérer que cette plateforme contribue de manière significative à l’objectif de transparence budgétaire, et mène vers une meilleure optimisation de la gestion des finances publiques », soulignent les responsablesVers une priorisation de l’entrepreneuriat localDans le projet de Loi de finances initiale (LFI) 2021 et dans le cadre du Plan Marshall, le Gouvernement priorisera les entreprises locales lors de l’octroi de marché public à compter de l’année prochaine. La promotion de l’entrepreneuriat des femmes et des jeunes sera particulièrement mise en avant, entre autres via l’appui aux métiers artisanaux et aux petites manufactures agro-alimentaires. A l’instar de la construction de la maison de la vanille à Antalaha, le Gouvernement compte également prioriser les filières pourvoyeuses de devises afin de valoriser les avantages comparatifs de Madagascar et améliorer sa position géoéconomique. L’optimisation du mécanisme de rapatriement de devises est par la même occasion renforcée.Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Trafic de drogue dure aux 67ha - Deux suspects dans le filet de la Police

Vers le début de l’après-midi jeudi dernier, les éléments de la brigade des stupéfiants Anosy ont procédé à l’arrestation de deux jeunes hommes de 18 ans chacun pour usage et trafic d’héroïne aux 67ha.En effet, les suspects auraient été surpris en train même de démarcher. Ce double coup de filet de la Police serait le fruit d’une dénonciation de la part de certains informateurs qui agissent sous le couvert d’anonymat.Bien que la Police n’ait trouvé qu’une infime quantité de cette drogue dure sur les concernés, on peut dire que ces derniers sont des spécialistes en la matière. Car s’ils achètent le gramme à 50 000 ariary auprès du fournisseur, ils fractionnent ensuite l’héroïne en 7 petits fragments dont l’un est ensuite proposé à 5 000 ariary au client.Le cas de ces deux jeunes démarcheurs n’est qu’un exemple parmi tant d’autres qu’a connu le quartier des 67ha. Bien avant eux, plusieurs autres petits dealers, Africains inclus, ont été déjà arrêtés, sinon emprisonnés depuis. Mais cela semble n’avoir pas d’effet chez les trafiquants, qui travailleraient pour un réseau occulte auquel toute une zone d’ombre persiste encore à leur sujet.F.R.

La Vérité0 partages

Spectacle d’inauguration d’Anatirova - Reconnaissance du MCC envers les artistes !

163 danseurs, chanteurs et musiciens ont été à l’origine du show culturel et artistique en marge de la cérémonie d’inauguration du Palais de Besakana et celui de Manjakamiadana le 6 novembre dernier. Grâce à leurs prestations, le ministère de la Culture et de la Communication (MCC) leur a remis une « attestation de validation des acquis de l’expérience des trois disciplines suite à leur participation au stage bloqué de 50 heures », hier au Bibliothèque nationale Anosy.  « Vous vous êtes donnés corps et âme durant les 50 heures de répétition. Vous vous êtes surpassés de danseurs interprètes en amenant de la créativité à vos arts. Vous avez validé vos acquis d’où la remise de cette attestation », lance la ministre Lalatiana Andriatongarivo. Pour Jonah Safidy, l’un des danseurs, sa contribution à cette promotion de la culture a été une expérience positive, non seulement il a découvert d’autres figures de la danse notamment la danse d’inspiration traditionnelle mais a validé son deuxième cycle. « Je suis danseur auprès du service de la culture de l’université d’Antananarivo depuis 2016. J’ai déjà participé à d’autres événements mais jamais de telle envergure. Cette attestation certifie qu’il me reste ainsi le dernier cycle pour décrocher une licence de danseur reconnu au niveau international », se réjouit-il. Dans son intervention hier, Holy Razafindrazaka, actuelle directrice du CNEMD chargée de piloter la partie artistique et culturelle de l’inauguration du Palais de Besakana et du Palais de Manjakamiadana, a remercié le ministère de la Communication et Culture en la personne de Lalatiana Andriatongarivo d’avoir accordé au centre une confiance tout au long de cette mission à haut niveau comparant aux concerts programmés habituellement. La renaissance de l’Anatirova nouvellement appelé Rovan’ny Madagasikara est entrée dans l’histoire du Centre national d'enseignement de musique et de danse (CNEMD) à Ampefiloha. Jamais dans l’histoire de centre, récemment réhabilité et restructuré, de telle prestation culturelle et artistique réunissant tous les disciplines n’a été organisée. K.R.

La Vérité0 partages

« Kaly Tsinjo » à Antananarivo - Du repas quotidien pour 16 000 bénéficiaires

Plus de 16 000 personnes bénéficient chaque jour des repas chauds dans la Commune urbaine d’Antananarivo, c’est-à-dire, 925 par Arrondissement. L’opération « Kaly tsinjo », afin de soutenir les personnes vulnérables, a été entamée dans la ville d’Antananarivo, hier. Initié par le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme, le projet durera 78 jours. Après la crise sanitaire due à la Covid-19, la majorité d’entre les ménages malagasy font face à des difficultés financières. Ainsi, ils n’arrivent plus à se nourrir correctement et deviennent fragiles face à la propagation de diverses maladies. Pour cette première phase, les 6 Arrondissements de la Capitale, outre les 11 Districts de Madagascar à savoir Toamasina, Fénérive Est, Fianarantsoa, Toliara, Betroka, Bekily, Ampanihy, Beloha, Tsihombe, Ambovombe et Amboasary, sont les principales cibles. « En tant que mesure d’urgence, ce sont les familles les plus défavorisées qui seront les principaux bénéficiaires de ce projet. D’ailleurs c’est le critère pour recevoir les tickets « Kaly Tsinjo » », explique Randriamanjara Andrianiaina, directeur de la promotion au sein de ce ministère. Et bien évidemment, les autres Régions recevront ainsi leur part, continue –t-il. Afin de lutter contre la gabegie, le ministère travaille en étroite collaboration avec le Fokontany et les députés de chaque Arrondissement. Ces derniers sélectionneront les bénéficiaires. Pour rappel, le "Kaly Tsinjo" est un projet destiné aux plus vulnérables dans le cadre de l'urgence sanitaire. Le Président de la République Andry Rajoelina avait indiqué que cette aide sera octroyée gratuitement à ces bénéficiaires et viendra en complément des "Vatsy Tsinjo", "Tosika Fameno", "Vary mora" et autres "Tsena mora".A ce sujet, pour la Région Sud de Madagascar, qui est la plus touchée par le Kere, la population ne recevra pas des repas chauds, mais plutôt des vivres, selon les consignes du Président de la République. Pour la troisième fois, le ministre de tutelle et son équipe ont effectué une descente dans le Sud afin d’apporter un soutien à la population. Anatra R.

La Vérité0 partages

«Instantanés de Résilience » - Nantenaina Fifaliana et Inès Ramerison exposent le renouveau

L’esprit est particulièrement perturbé par cette période inédite. Les deux artistes, Nantenaina Fifaliana et Inès Ramerison ont donc voulu matérialiser leur ressenti à travers leur exposition, «Instantanés de Résilience », actuellement à Asàra, au sein de l’immeuble Atrium Ankorondrano, jusqu’à l’année prochaine. Vu l’intitulé, l’exposition se centre ainsi sur le renouveau, la reconstruction ou encore la réparation. « Résilience est un mot puissant, maintes fois galvaudé mais qui trouve tout son sens ici et maintenant. Nantenaina fusionne alors son regard photographique avec son style cinématographique où l’humain et l’environnement restent au cœur de ses œuvres » exprime Ihoby Lysiane Rabarijohn, consultante en ingénierie culturelle. «Cette exposition met en exergue l’obsolescence de l’amour. Je voulais raconter la résilience de ceux qui ont perdu quelque chose dans cette vague de consommation, que ce soit seul ou ensemble, nous passons tous par ce processus de guérison. Au départ, je voulais valoriser les métiers " qui réparent" mais au fur et à mesure, cela s’est étendu vers d’autres domaines. Dans le contexte actuel, je voulais montrer qu’on peut se reconstruire et devenir encore plus beau et plus fort » décrit ce photographe et réalisateur, qui a obtenu le premier prix aux Rencontres du Film Documentaire de l’océan Indien, en 2015, à Toamasina avec Anay ny Lalana.Dans cet esprit de réparation, Inès Ramerison s’est inspiré du «Kingutsi», the Art of Broken Pieces. « C’est un art très courant au Japon. Il consiste à réparer des vases avec de l’or. Une fois réparé, ils deviennent alors plus valeureux et plus beaux. C’est une métaphore que j’ai transposée sur les photographies de Nantenaina. Nous voulons surtout transmettre aux gens que même après une grosse blessure, on peut renaître », rajoute la plasticienne. Les douze photos composant «Instantanés de Résilience » seront présentées par Asàr’Art en partenariat avec Atria à partir d’aujourd’hui. Une rencontre avec les artistes sera même organisée demain pour que le public puisse échanger avec le thème de la résilience, mais surtout créer un lien.        Rova Randria

Midi Madagasikara0 partages

Troisième art : Ramy expose « la différence »

Pendant une semaine, Ramy exposera sa peinture 2.0

Le restaurant la Fabrik Ambondrona abritera les toiles de Ramy pendant une semaine.  Ramy  est une peintre. Depuis deux ans, son travail s’articule autour d’une interférence entre ce qui est lu et ce qui est vu. Un parcours où les mots se jouent des objets et des images. L’artiste présente des œuvres de différents corpus cheminant dans le temps avec des textures et des médiums différents, tout en s’entrelaçant obstinément, comme toujours, avec le pouvoir des mots.

“ Différence ”  tel est le thème de l’exposition de la jeune fille. «  Cela parle de ce qui  est à l’intérieur de nous. Et  nous sommes tous différents.  La différence est une force qui nous permet de vivre en harmonie», a-t-elle expliqué. Sept toiles seront présentées. « I live », «  Don’t hide your flaws »,  » Calm down « ,  » Fall with me « ,  » Look at me « ,  » J’explose « ,  » Speak « , sont les titres des tableaux exposés. La plupart des couleurs utilisées sont des  couleurs vives.

Pour peindre, Ramy utilise une tablette  graphique.  Cette exposition d’art  présente de nouveaux genres visuels apparus dans les contextes urbains rassemblant des gens d’une multitude.

Ramy ne voit pas l’art comme les autres. Cette conception n’a qu’une conséquence pratique : une démarche originale. Celle-ci  consiste à utiliser de la technologie pour s’exprimer.  Dans sa performance, elle peint tout ce qu’elle pense.  Dans le culte de sa création, elle s’inspire des faits sociaux en se basant sur la culture  malgache (à sa manière). La jeune peintre  prône pour  les capacités  qui sont cachées dans le cerveau de l’homme, qu’il faut présenter au monde.

La peinture commence à envahir le cœur des citadins malgaches.  D’après les peintres, de nos jours, la peinture intéresse toute catégorie de personnes. Ainsi,  il est difficile de croire que  la fresque est uniquement  réservée aux étrangers.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Santé publique : Début de chantier pour quelques nouveaux CSB II

Pose des premières pierres du CSB II Manara-penitra du district de Miarinarivo. (Photo :DRSP Itasy)

Le ministère de la Santé publique, conformément au Velirano numéro 5 du Président de la République d’améliorer le système de santé à Madagascar, procède actuellement à la construction de Centres de santé de base de niveau II dans plusieurs localités. Le lundi 16 novembre 2020, la délégation du ministère était par exemple à Mananjary pour poser les premières pierres du futur CSB II Manara-penitra Mananjary. Mais les premières pierres ont été également posées pour le CSB II de la commune Alatsinainikely dans le district de Miarinarivo le même jour. Rappelons que l’accès aux soins de qualité demeure problématique dans les communes reculées de Madagascar. Certes, les infrastructures en cours de construction en ce moment ne sont pas assez, mais elles pourront déjà améliorer la situation sanitaire du pays. D’autres sont d’ailleurs prévus être construites très bientôt.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Ministère de la population : 7 personnes MD pour détournement, cadeaux illicites, blanchiment de capitaux…

Une affaire à suivre de près au niveau du ministère de la Population.

Il s’agit d’une affaire de marchés de prestation fictifs qui implique des hauts responsables au sein du ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion féminine.

La vigilance de la direction générale du contrôle financier a porté ses fruits et démonte une affaire de malversations financières orchestrées au niveau du ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion féminine. Durant une activité de routine relative au contrôle a posteriori des exécutions budgétaires, la police des finances publiques a pu déceler un certain nombre de faits illégaux en matière de gouvernance financière dans ce département. Le rapport de cette direction générale a donc  révélé, notamment durant l’exercice 2018, des cas de faux et usage de faux en écriture publique, abus de fonction, détournement d’usage de biens publics, cadeaux illicites et blanchiment de capitaux à l’occasion des marchés de prestation fictifs.

Directeur financier. Une fois les dossiers  constitués, la direction générale du contrôle financier a saisi, le 1er septembre 2020, la direction territoriale du bureau indépendant anti-corruption à Antananarivo pour mener une enquête qui a permis à mettre en lumière les dessous de l’orchestration. Plusieurs personnes sont impliquées, sait-on, dans cette affaire dont des hauts responsables du département de la population, en l’occurrence un directeur en charge des finances, qui, lui, a un homme de main pendant la manigance. Elle mouille également deux dépositaires comptables et deux personnes responsables de marchés publics ainsi qu’un autre gestionnaire d’activités du ministère. Nos sources révèlent également que plusieurs fournisseurs sont aussi cités dans l’affaire.

Les têtes sont tombées après avoir été rattrapées par la justice. 15 personnes ont été déférées au pôle anti-corruption dont 7 personnes ont été placées sous mandat de dépôt le 17 novembre 2020. Les 8 autres, en revanche, bénéficient d’une liberté provisoire en attendant la suite du traitement de cette affaire. L’investigation menée par le bianco a donc permis de démonter un pan entier des pratiques bien ancrées dans ce département, en l’occurrence des malversations commises par un collectif d’auteurs et de complices assez rompus dans ce genre d’exercice, des falsifications des documents officiels, des certifications des prestations et livraisons fictives, au cours des années 2017 et 2018.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Imerintsiatosika : Diabète chez 6% des personnes dépistées

Même les enfants sont venus se faire dépister du diabète, comme cette fillette de 12 ans.

Les diabétiques qui s’ignorent sont, hélas, la réalité du terrain, aussi bien dans les structures sanitaires que dans le cadre des dépistages de proximité.

Samedi dernier encore, dans le cadre de la journée mondiale du diabète (14 novembre), le Lions Club Antananarivo Ilohasina en a fait le constat dans le cadre de son action en faveur de la population d’Imerintsiatosika où une séance de dépistage gratuit a été proposée. En effet, sur 75 personnes dépistées lors de cette journée, 8 cas de diabète ont été découverts, soit 6% de l’ensemble des personnes dépistées. Parmi ces cas de diabète figure une personne avec un taux de glycémie à jeun atteignant 18g/l. Soit plus de 25 fois le taux normal de sucre dans le sang, à jeun, lequel doit être compris entre 0,7g/litre et 1g/litre de sang.

Complications invalidantes. Ce constat des diabétiques qui s’ignorent, constitue un véritable danger pour la santé des personnes concernées, au regard des complications qui pourraient survenir en l’absence d’une prise en charge adéquate de leur diabète. Raison pour laquelle les sensibilisations se multiplient à l’endroit du public sur la nécessité de contrôler régulièrement le taux de glycémie afin de prendre en charge le plus tôt possible les éventuels cas de diabète et éviter ainsi les complications, souvent invalidantes telles la cécité et les amputations. Pour ce qui est des cas de diabète dépistés lors de la séance d’Imerintsiatosika, ils ont été aussitôt orientés vers le CSB II sur place pour être pris en charge. C’est alors dans cette optique d’assurer le suivi des patients que le LCA Ilohasina a remis deux testeurs de glycémie au CSB II d’Imerintsiatosika et au Centre hospitalier d’Arivonimamo.

Dons scolaires aux enfants. Cette journée de dépistage gratuit a été le fruit d’une collaboration entre le LCA Ilohasina, le service de district de la Santé publique d’Arivonimamo et le CSB II d’Imerintsiatosika. Rappelons que le 14 novembre dernier, le Lions club International, sous la tutelle du ministère de la Santé publique par le biais de la direction de la lutte contre les maladies non transmissibles, a célébré la journée mondiale du diabète, à l’instar de nombreuses autres organisations et forces vives.

Parallèlement, le club a également remis à plus de 70 élèves ayant réussi leur examen de CEPE cette année, des kits scolaires comprenant un sac à dos imperméable ; 12 cahiers de 100p ; 4 cahiers de 200p ; 2 cahiers de 50p ; des carnets de vocabulaire ainsi que des stylos, crayons et gommes.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Fasan’ny karana : Mpamaky trano niharan’ny hatezeram-bahoaka

Soa fa tonga haingana ny polisy rehefa nandre izao tranga izao, raha tsy izany dia tsy hay izay nahazo ity lehilahy 48 taona ity. Efa voadarodaroka sy naratra izy no norombahan’ireo mpitandro ny filaminana teo am-pelatanan’ireo vahoaka efa romotry ny hatezerana, ny 17 talata teo. Araka ny loharanom-baovao, dia voarohirohy ho namaky trano tesy amin’ny Fasan’ny Karana-Anosizato izy ity ka voasambotry ny fokonolona. Mbola hita teny aminy daholo moa ireo kojakojan-dakozia izay nangalariny ary efa naverina tamin’ny tompony ireo entana ireo. Fantatra ihany koa fa efa mpameri-keloka izy ka rehefa natolotra ny Fitsarana ny andron’io talata io ihany dia naiditra am-ponja vonjimaika eny Antanimora.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre la Covid-19 : Les gestes barrières ignorées par les supporteurs durant le match

Sa joie aurait pu infecter les autres supporteurs s’il était porteur de la Covid-19. (crédit photo : Princy)

Avant le match retour opposant les Bareas de Madagascar et les Eléphants de la Côte d’Ivoire, le ministère de la Santé publique avait fait savoir qu’elle déployait 35 agents de santé à Toamasina I durant et après le match pour assurer le respect des gestes barrières. Mais face à une foule en délire après l’égalisation du score, les gestes barrières sont vite passés inaperçus. Plus de distance d’un mètre, plus de masques, et avec les cris, les postillons ne se faisaient pas rares. Tout ceci, dans une ville qui figure parmi celles qui ont enregistré un taux important de cas positifs à la Covid-19.

Antananarivo. Les tananariviens ont aussi vécu le même périple à Analakely. Les bouteilles de bière passaient de bouche en bouche. Même si les personnes qui ne portaient pas de masque de protection ne pouvaient accéder à l’espace aménagé devant l’hôtel de ville, de nombreuses personnes ont suivi le match le long de l’Avenue de l’Indépendance. Et là encore, masque et distance physique d’un mètre étaient invisibles chez certains supporteurs. Les autorités étaient bel et bien sur place mais n’ont rien pu faire face à la fougue de la foule. Malgré cela, l’organisation a essayé de diffuser des messages de sensibilisation avant le match et pendant la pause. Comme la Covid-19 sévit toujours au pays, il se peut que les événements du 17 novembre 2020 aient favorisé sa propagation. Néanmoins,  le nombre de cas recensés dépend du nombre de tests effectués. Et comme aujourd’hui, le pays ne procède plus à un dépistage massif de cette maladie, tout semble aller pour le mieux et tant pis pour ceux qui ont le malheur de la contracter.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Nouvelle étape

La pandémie de Covid-19 a fortement frappé l’économie malgache. Les blocages des activités provoqués par les restrictions sanitaires ont eu des conséquences désastreuses sur pratiquement tous les secteurs économiques.

Nouvelle étape

Plus particulièrement les branches liées au tourisme comme l’hôtellerie et la restauration  qui ont connu une chute vertigineuse de -79.4%. Il en est de même des industries extractives qui ont été et qui continuent d’être marquées par la fermeture des grandes unités minières. La loi de finances initiale 2021 fait état d’une régression de -53.2% des industries extractives. Avec ce que tout cela suppose d’impacts négatifs sur l’économie. Pour ne citer, entre autres, que la dépréciation de la monnaie nationale provoquée notamment par la chute de ces  deux secteurs du tourisme et des mines qui sont les deux principaux pourvoyeurs de devises étrangères.  En somme, comme tous les autres pays du monde, Madagascar n’a pas échappé à cette crise. Au bilan final, l’année 2020 se terminera avec une récession économique de -3.8%. Et là encore,  la situation de Madagascar n’est pas aussi dramatique qu’on pourrait le croire puisque d’autres pays émergents comme Maurice et l’Afrique du Sud ont connu pire en termes de récession économique. Quoiqu’il en  soit, le pays va encore traverser une période difficile  dans les mois qui viennent. L’on s’attend encore, par exemple, à une inflation de +6,2% consécutivement à une probable hausse du cours du pétrole brut. L’ariary continuera également à se déprécier à un taux de -3,7%. Mais l’avenir n’est pas aussi sombre qu’on peut le croire. D’abord, il y a cette détermination du régime actuel à remettre le pays sur le chemin de l’émergence, avec un accent particulier sur le développement régional.  Mais également et surtout,  les perspectives sont plutôt bonnes pour les autres secteurs économiques. Plus particulièrement le secteur primaire qui a été le moins touché par la pandémie. Le taux de croissance économique escompté pour 2021 est de 4.5% . En somme, dès le courant de l’année prochaine, la période sombre de la crise sanitaire fera certainement place à une nouvelle ère marquée par un rebond économique qui sera une nouvelle étape dans cette marche vers l’émergence de Madagascar.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Infrastructures routières : Travaux de réhabilitation en cours dans la ville d’Antsirabe

Le Gouvernement intensifie davantage les travaux de réfection des routes et des ponts, pour améliorer la qualité des réseaux routiers dans la Grande-île. La semaine dernière, c’était dans la région Vakinankaratra que la délégation officielle conduite par le ministre de l’Aménagement du territoire et des Travaux publics, Hajo Andrianainarivelo, a effectué une descente pour constater de visu l’avancement des travaux. A noter que le lancement officiel de ces travaux à Antsirabe date déjà du 29 août 2020. Six axes au niveau du rond point « Voire », quatre chemins de la voirie, l’intersection Ambohimiandrisoa et celle d’Andranomadio devant la station Total, ainsi que le rond-point route d’Ambositra sont concernés par ces travaux de réhabilitation. Selon le MATP (Ministère de l’Aménagement et des Travaux publics), ces infrastructures ont été refaites en béton armé, dans l’optique d’une meilleure durabilité et d’une meilleure résistance aux pluies et aux passages fréquents des poids lourds. Aujourd’hui, 6 km de route dans la ville d’Antsirabe sont également en cours de réfection. Ce chantier concerne la rue Maréchal Foch, depuis le rond-point Andranomadio, passant devant la Gendarmerie, jusqu’à l’hôtel des Thermes. D’après les explications, ce segment sera fait en pavé. En outre, la route depuis l’intersection au niveau de la station Total jusqu’au bâtiment de la Jirama sera bitumée. Un autre axe allant d’Antsenakely jusqu’à la sortie de la RN7 sera reconstruit en pavé, de même pour l’axe depuis le rond-point route d’Ambositra jusqu’à Ambohimena. Comme à l’accoutumée, le ministre Hajo Andrianainarivelo a identifié les éventuels problèmes à résoudre sur terrain et a émis des indications pour accélérer la réalisation des travaux tout en assurant la qualité.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Ady amin’ny herisetra sy fanolanan-jaza : Nanao fanentanana ifotony eny amin’ny sekoly ny polisim-pirenena

Ho fampiharana ny toro-marika nomen’ny Filoham-pirenena nandritra ny filan-kevitry ny Minisitra tamin’ny 11 novambra 2020 teo mikasika ny ady atao ho fampitsaharana ny herisetra mianjady amin’ny olona marefo, indrindra ny resaka fanolanana mihatra amin’ny ankizy izay toa nahazo vahana tato ato dia nanome baiko ny mpiara-miasa aminy ny Minisitry ny Filaminam-bahoaka ny Contrôleur General de Police Randrianarison Fanomezantsoa mba hirotsaka an-tsehatra hanao fanentanana eny ifotony, eny anivon’ny sekoly samihafa na miankina na tsy miankina amin’ny Fanjakana, eny anivon’ny fokontany sy ireo fikambanana maro samihafa. Mandray anjara mavitrika amin’izany ny filoham-pokontany izay miahy mivantana ireo vahoaka ao aminy ary toa-teny ao amin’ny faritra misy azy.  Ny tanjon’ny hetsika dia hampahafantatra amin’ny besinimaro ny fototry ny ady, ny tokony hatao ho fisorohana ny asa ratsy tsy hitranga ary ny fanentanana ny olona mba ho sahy hiteny, hitoroka ary hitory raha mahita trangana herisetra sy fanolanana miseho. Ho fananterahana izany dia ny Controleur General de Police Rakotozanany Dany Marius mihitsy no nitarika ny fanentanana tany amin’ny Distrika Antananarivo avara-drano, ny omaly alarobia 18 novambra.Fidinana ifotony izay nahitana ireo Filohan’ny Fokontany avy amin’ny Commune efatra  Ankadikely, Sabotsy Namehana, Manandriana ary Anosy Avaratra. Filoham-pokontany maro  no tonga nanatrika izany miampy ny avy amin’ireo sekoly maro avy any an-toerana sy ny fikambanana maro samihafa.  Ny tolakandron’io kosa dia ny Tale Jeneralin’ny Polisim-pirenena no nitarika ny fanentanana. Manodidina ny 200 olona teo no tonga nanatrika izany ka ireo indray no hitondra fanentanana any amin’ny misy azy avy.

Tsy ny eto amin’ny faritra Analamanga  ihany no hanaovana izao hetsika izao fa ny faritra rehetra manerana ny Nosy. Efa nanomboka ny azy ny faritra Vakinankaratra, ny 03 novambra 2020 ka tao amin’ny sekoly La Providence, ny LARA (Lycee Andre Resampa Antsirabe), ny 09 novambra. Tany amin’ny faritra Betsiboka kosa, ankoatry ny fanentanana natao tao amin’ny Radio iray tany an-toerana dia ny natao CEG Benoit Bevava no nanaovana izany, ny 16 novambra teo ka mpianatra miisa 1226 no nahazo fanentanana  tamin’izany. Nanao ny azy ihany koa ny ao Ihorombe sy Menabe ny 18 novambra. Ny Talem-paritry ny Filaminam-bahoaka any Alaotra Mangoro  dia efa nanao ny  fanentanana tao amin’ny radio Barawa any an-toerana nandritra ny  fandaharana atao hoe « zava-misy ». Marihina fa ankoatry ny resaka ady amin’ny herisetra atao amin’ny olona marefo dia voaresaka mandritra izao fidinana ifotony izaao ihany koa ny ady amin’ny zava-mahadomelina.

T.M

Midi Madagasikara0 partages

Basket-Championnats Analamanga : 26 équipes en lice

C’est parti. Les Championnats Analamanga du basketball débuteront ce week-end, sur le terrain du 1er RFI à Ivato. Il s’agit du championnat N1B hommes et dames, et du championnat des vétérans et super vétérans. La compétition se déroulera chaque week-end jusqu’au 10 janvier. La réunion technique d’hier a confirmé que 26 équipes seront en lice pour ce sommet régional, dont 14 N1B et  16 vétérans. En N1B, les deux meilleures équipes de chaque catégorie représenteront la ligue au sommet national. Parmi les cinq sections d’Analamanga, seule la section Manjakandriana n’aura pas de représentant. La répartition du groupe et les calendriers sont aussi désormais connus. En effet, sept matchs seront programmés pour cette première journée : trois N1B et quatre vétérans. « Ce sera l’unique championnat d’Analamanga pour cette saison 2020. Pourtant, une coupe de nouvel an sera organisée pour les autres catégories », a souligné Haingo Mampionona, le secrétaire général.

Tous les programmes de ce week-end :

 

Samedi 21 novembre

Vétérans hommes :

-ASSM contre FOBB

-Tafaray FC contre ATNB

-CCR contre BBCM

Vétérans dames

-PMBC contre Tafaray BC

N1B hommes

-NGB contre DTSC

-ASF contre AMBB

N1B dames

-ASF contre JCBA

 

Dimanche 22 novembre

Vétérans hommes

-DMBC contre UASCM

-Tafaray BC contre BBCM

Vétérans dames

-MMBC contre ASF

N1B hommes

-RED BC contre ASA

-Fandrefiala contre ABB

-AMBB contre Challenger

N1B dames

-Akamasoa contre Fandrefiala

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Ambatovy : Pas encore de date précise pour la reprise des activités

L’Ambassadeur du Japon Yoshihiro Higuchi et le vice-président d’Ambatovy Philippe Beaulne (Ambatovy)

Ambatovy qui est le plus grand investissement japonais en Afrique joue un rôle primordial dans le développement économique de Madagascar

Il n’y pas encore de date précise pour la reprise des activités  de l’usine de transformation d’Ambatovy. C’est ce qu’a notamment déclaré Philippe Beaulne,  le Vice-président chargé du développement durable d’Ambatovy.

Processus complexe

C’était hier, lors de la visite que l’ambassadeur du Japon, Yoshihiro Higuchi, a effectuée à Toamasina.   « On doit poursuivre un processus complexe entre la mine, le pipeline et l’usine.  Pour l’instant, nous sommes en train de faire revenir nos employés tant nationaux que ceux qui sont  à l’extérieur.  Après cela, il y aura des travaux préparatifs qui dureront  quelques mois et, ensuite, on pourra reprendre la production. »,  a précisé le vice-président d’Ambatovy qui a rappelé que  « c’est un projet de classe mondiale et nous espérons bientôt reprendre la production d’ici quelques mois et nous comptons sur le soutien de tous pour cette reprise ».

Le plus grand investissement

Cette visite était également l’occasion pour le chef de la diplomatie japonaise à Madagascar de rappeler que   l’entreprise japonaise Sumitomo est l’actionnaire majoritaire d’Ambatovy, qui est aussi le  plus grand investissement du Japon en Afrique.  « On doit travailler ensemble pour la  réussite  d’Ambatovy car cela incitera d’autres investisseurs étrangers à venir à Madagascar », selon toujours l’ambassadeur japonais. « En tant qu’ambassadeur du Japon, moi et mes collègues de l’ambassade continuerons à travailler pour la création de conditions favorables pour le succès de ce grand projet conjoint international qui est bénéfique, non seulement pour  l’investisseur, mais aussi pour le peuple et le gouvernement malgache», a-t-il ajouté. Sur ce point, d’ailleurs, on rappelle qu’Ambatovy joue un rôle très important  dans l’économie malgache. Pour ne citer que la création d’au moins 9 000 emplois directs ou encore la rentrée de plusieurs centaines de millions de dollars de devises étrangères. « En 2019, on peut citer parmi les retombées positives d’Ambatovy les achats de biens et services locaux d’un montant d’environ 220 millions de dollars, ou encore, les formations octroyées à près de 7 000 employés », a précisé le vice-président d’Ambatovy.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Afrobasket 2021 – Qualifiers : Les 12 joueurs pour le Rwanda dévoilés

C’est la dernière ligne droite pour l’équipe nationale de basket en partance pour le Rwanda pour disputer les qualifications pour l’Afrobasket 2021.

 

10 mois après leur dernière rencontre, les basketteurs malgaches retrouveront le terrain continental. L’équipe nationale de basket participera aux joutes aller des éliminatoires de l’Afrobasket 2021 dans la capitale rwandaise Kigali, du 27 au 29 novembre, pour le compte du groupe A.  Après presque huit semaines de regroupement, la direction technique nationale a publié la liste des 12 joueurs sélectionnés, mardi, dernier. Ndranto Ramorasata alias Danz Kely et John Prince Ravelomanantsoa sont les deux nouveaux joueurs qui font partie des porte-fanions malgaches à Kigali, si, les deux autres ont disputé la préqualification au Zimbabwe.  La délégation quittera le pays, ce lundi 22 novembre via Nosy-B. « Nous rejoindrons Nosy-Be, samedi et nous entamerons la dernière ligne droite de la préparation là-bas » a souligné, Tojo Rasamoelina.

T.H

La liste

Joueurs

-Loubacky Rick-Ley (Ricky)

-Botou Valley Olivier

-Mory Francis Ramanampamonjy

-Ravelomanantsoa John Prince

-Faralahy Monja Romain

-Solondrainy Alpha Jean Arnol

-Randriamampionona Elly

-Ralison Andriantsoa Hajamaminiaina (Mamy)

-Mandimbison Constant Fabrice

-Ramorasata Solonirina Ndranto Fanomezantsoa (Danz Kely)

-Ratianarivo Livio Rocheteau

-Lahontan Rija (France)

Staff

Coach 1: Rasamoelina Tojo

Coach 2: Raharidera Lova

Docteur: Randriamihaja Pierrot

Chef De Délégation: Randriamandimby Harinirina Jimmy Désiré

Midi Madagasikara0 partages

Football -CAN 2022 : Victoire impérative des Barea contre le Niger

Finalement le score de parité face aux Éléphants ivoiriens n’est pas du tout mauvais pour les Barea. Les calculs mathématiques sont pour l’instant à leur avantage.

Les dés sont pratiquement jetés dans cette course à la qualification pour la Coupe d’Afrique des Nations. Il suffirait que les Ivoiriens et les Malgaches gagnent leurs matchs à domicile. La Côte d’Ivoire, sur un air revanchard, devra battre l’Éthiopie et se qualifier directement sans tenir en compte de son déplacement au Niger avec ses 10 points. Cette défaite des Ethiopiens est également favorable aux Malgaches puisqu’une victoire à domicile contre les Nigériens suffirait à leur bonheur. Avec 10 points de chaque, Madagascar et la Côte d’Ivoire sont hors d’atteinte car au mieux, l’Éthiopie se trouve à 9 points. Un schéma envisageable mais encore faut-il qu’on arrive à battre le Niger, et que dans la foulée Serge Aurier et ses amis battent à leur tour l’Éthiopie à Abidjan. Cependant, rien ne peut faire plus plaisir aux supporters des Barea que d’aller directement se qualifier en battant les Ethiopiens chez eux. Reste à espérer que Nicolas Dupuis parvienne à trouver la formule gagnante notamment une animation offensive plus efficace. Pour l’instant, l’option Hakim Abdallah ne marche pas. Jusqu’à preuve du contraire, cette place de Faneva Ima devrait revenir à Carolus. Le retour d’Abel Anicet permettrait ainsi à Rayan Raveloson de se mettre sur le flanc opposé à celui de Voavy Paulin. Qui sait, le jeune de l’ESTAC pourrait retrouver ses marques contrairement à son match de mardi où il a été moins tranchant. La charnière centrale des Barea a été moins convaincante. Les critiques s’acharnent injustement sur Jérémy Morel alors qu’il a fait preuve d’un sens du placement et sauvé le camp malgache de nombreuses situations difficiles. La solution pourrait alors venir de Bapasy mais curieusement on lui a préféré Fontaine. Dans la foulée, on s’interroge aussi sur le sort de Dax qui pourrait être l’animateur qui manque aux Barea. Et à défaut, si Dax est devenu indésirable, pourquoi ne pas tout faire pour avoir Njiva. Autant d’interrogations dont la solution pourrait nous mener droit au Cameroun en 2022. Attendre et voir…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Berikely, Nostalgique dans « Ela Ela »

Berikely, en studio en ce moment pour produire une bonne musique et satisfaire ses convaincus.

Depuis janvier 2019, Berikely a déjà annoncé son retour. En produisant son album « c’est le moment », il est désormais prêt à revenir sur la scène musicale malgache, voire à l’international.   En fait, le chanteur n’a pas tellement changé. Sa voix est restée la même depuis « Tara avion ». Une chanson qui a traversé les époques et a fait couler les larmes des sentimentaux. Du « salegy » soft, du « bahoejy », « antosy », il a appris cela presque à tous ces jeunes chanteurs célèbres de nos jours.  Et il est encore là pour apprendre les proverbes malgaches à la jeune génération.

Il confirme  qu’il n’a pas encore pris sa retraite.  Certains ont  oublié son existence, alors qu’il était en France depuis 2004. Pendant plus de 15 ans, il a pris beaucoup de temps pour travailler ses compositions.  Satisfait de son arrangement, Berikely certifie sa présence en sortant le nouveau clip « Ela ela». « Je parle du déracinement, ce long voyage qui m’éloigne de ma famille. La famille est un arbre auquel on s’accroche », a confié l’artiste. Jean-Yves Boucherie, membre du groupe BerikelyZama, a exprimé ses sentiments,   « j’aime beaucoup  cette chanson.  Et en regardant le clip , j’avais une sensation qui se dégage  dans le clip,  l’amitié, la   retrouvaille et la chaleur humaine.

Un accord entre la rythmique et la vidéo. Tourné au Mans, le clip est réalisé par « Doboka » . Berikely  compte également améliorer ses anciennes chansons. Le chanteur travaille étroitement avec des musiciens français pour qu’ils puissent donner leurs touches.  L’artiste n’a pas encore changé de veste.  Partager la musique malgache à l’extérieur.  Résidant en France depuis plusieurs années, Berikely essaie de transmettre ses sentiments à travers ses mélodies afin de communiquer avec les auditeurs qui ne parlent pas malgache. Dès lors, il s’ouvre à d’autres sonorités. «  Je fais de la World music à présent, mais la base reste toujours le salegy », a-t-il fait savoir. En effet, connu par le rythme  « antosy », « bahoejy »,  Berikely chante d’une manière  plus spirituelle que dansante.  Par ailleurs, le blues et le  jazz figurent dans son répertoire.

Un groupe…. Collectif. « Ela ela » figure dans l’album, « c’est le moment ».  Actuellement son collectif, Berikely zama réalise un projet pour peaufiner le nouvel album.  Ceci  est arrangé par le franco-malgache guitariste Eric Doboka,  qu’il a qualifié de grand technicien qu’il n’a jamais connu auparavant.  « Berikely Zama » est composé  également de  Samuel Ratovondrahery alias Bema à la percussion, Beriziky Damien alias Berikely lead vocal et deux Français, Jean Yves Boucherie à la batterie, Thomas Boucherie à la guitare basse.

Berikely est né d’un père musicien joueur de « valiha » et d’une mère chanteuse folklorique du Nord-est de la Grande Ile. En 1985, il sort son premier disque. En 1990, il obtient le prix « Afrique Musique Traditionnelle découverte ». De la Réunion jusqu’aux Seychelles, de l’Hexagone aux Etats-Unis, Berikely a porté haut le drapeau malgache.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

IT University : L’industrie créative via la communication visuelle

Des professionnels de l’imprimerie, des médias et du marketing, des diplômés en arts graphiques, des spécialistes en créations artistiques, des graphistes expérimentés en création de marque/publicité/édition/packaging/design d’interfaces et des consultants experts dans le domaine de la communication visuelle et connexe. Cette armada de spécialistes se relayeront pour une formation poussée de six mois à IT University pour former des professionnels en graphic design. Tout passe par le développement de la créativité visuelle par la maîtrise des outils nécessaires (process, logiciels…). Selon les responsables, l’objectif principal est de pousser les jeunes à s’intégrer dans le secteur de l’industrie créative. Néanmoins, la formation n’écarte pas les professionnels qui souhaitent acquérir des compétences supplémentaires, la technologie étant un domaine qui évolue très vite. Coup d’envoi de la première promotion pour le 20 novembre dernier avec un déroulé des cours sous  forme présentielle de huit heures par semaine et en ligne grâce à  une plateforme dédiée. L’offre a été décidée à la suite du rapport de OB Graph citant que « les 66 % de la population mondiale considèrent que l’existence d’un logo sur un produit, constituant les prémices d’une communication visuelle responsable et durable, est importante (…) pourtant 32 % n’en connaissent même pas la signification! », selon le recteur de cette université privée.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Lotomobile : Un nouveau jeu de loto sur téléphone mobile.

Lancement, hier du nouveau jeu Lotomobile

Lotomobile. C’est le nouveau jeu  de loto que lance actuellement la société du même nom. Il s’agit d’un loto classique qui consiste à choisir 6 numéros sur 36. Mais ce qui le distingue du loto traditionnel c’est qu’il se joue directement sur le téléphone mobile.  Un concept révolutionnaire en somme. « Avec Lotomobile, nous révolutionnons le jeu du loto en permettant aux gens de jouer sans se déplacer, directement sur leur téléphone mobile », a expliqué, hier, lors d’une conférence de presse Mamy Ramanantoanina, directeur des opérations de Lotomobile.  Il suffit en effet d’entrer dans un menu dédié au téléphone mobile et de suivre les directives pour jouer. Et ce, avec une mise de base de 1 000 ariary pour 6 numéros. « Le joueur gagne à partir de 2 numéros »  a précisé Renaud Peccoud, directeur commercial de Lotomobile. Par ailleurs, le joueur a la possibilité d’augmenter ses chances en jouant 7, 8 ou même 9 numéros. L’avantage de Lotomobile réside par ailleurs dans le fait qu’en cas de gain, le paiement se fait très rapidement via le compte Airtel Money, l’opérateur mobile money avec lequel Lotomobile travaille pour le lancement de ce nouveau jeu. « Notre objectif est de permettre aux Malgaches de jouer facilement avec des chances de gagner »,  selon toujours Mamy Ramanantoanina. Pendant cette phase de lancement, il y aura deux tirages quotidiens. « Ces tirages qui ont été préparés avec des commissaires des jeux se feront en toute  transparence et conformément aux réglementations en vigueur »,  selon toujours les responsables de Lotomobile.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Marc Ravalomanana : « L’opposition ne va jamais se taire »

Juste après une brève trêve suite au match des Barea, le domaine politique a repris de plus belle. En effet, le parti TIM a tenu une réunion, hier, en son siège à Bel Air.  Et effectivement, il a fait des déclarations qui ont trait aux affaires nationales. Ce fut une occasion pour le président national de ce parti, en l’occurrence Marc Ravalomanana , d’annoncer que « vu la situation actuelle, l’opposition ne va jamais se taire ». Il a ainsi cité qu’il devrait y avoir une bonne gouvernance tout en soulignant au passage les intimidations et les emprisonnements. Faisant sans doute allusion à Rolly Mercia et Johary Ravoajanahary. A lui d’ajouter qu’« on nous persécute lorsque nous ne partagions pas les points de vue des tenants du pouvoir ». Et d’enfoncer le clou qu’« il n’y ait pas de stabilité politique et encore moins de solidarité nationale ». 

Redynamisation. Pour en revenir à la rencontre d’hier, ce fut une réunion du collectif des élus dont les maires et conseillers issus du parti TIM.  Lors de son intervention, le secrétaire général de ce parti Rina Randriamasinoro de réitérer  que «  nous sommes actuellement dans le cadre de la redynamisation du parti ». Il a cité ainsi, entre autres, le rôle de l’opposition et la discipline du parti.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Antananarivo : Trois incendies dans trois quartiers différents en une nuit

Alors que les habitants de la capitale étaient en train de savourer la réussite de l’équipe nationale malgache face aux Eléphants de la Côte d’Ivoire, à la fin de ce match, des familles pleuraient leurs biens décimés par le feu suite à une série d’incendies survenue dans trois quartiers de la commune urbaine d’Antananarivo. Les événements ont eu lieu la nuit du 17 novembre. Le premier a eu lieu à Ambohimitsimbina vers 19 heures 30 minutes. Une maison située près du site des pylônes de la direction des infrastructures et technique de l’ORTM a pris feu. L’embrasement s’est propagé très vite et a ravagé la totalité du bâtiment malgré l’intervention des éléments de la gendarmerie et des soldats du feu de la commune urbaine d’Antananarivo.  A la même heure, un autre incendie s’est déclaré à Isotry, près du bureau de l’Etat civil de la CUA implanté dans la localité. 13 maisons en bois et un magasin de vente en gros sont partis en fumée durant cette catastrophe qui n’a été maîtrisée que vers 22 heures 30. Le bilan fait état des 13 foyers composés et de 35 personnes sinistrés. Les dégâts matériels sont évalués à 1 000 000 000 ariary. Le troisième s’est produit vers une heure du matin dans le quartier d’Andravoahangy où deux cases en bois ont été totalement détruites. Pour ce dernier, l’état de ces constructions a rendu l’intervention des sapeurs-pompiers difficile. Ce cas réitère de nouveau la nécessité de la révision en profondeur du plan urbain d’urbanisme appliqué jusqu’ici dans la ville d’Antananarivo. Il serait temps pour les autorités compétentes en la matière de trouver un moyen pour empêcher la multiplication des constructions en bois, qui sont souvent à l’origine de ce type de désastre. Heureusement, aucun blessé ni aucune perte de vie humaine n’est à déplorer.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Nations-Unies : Un nouveau coordonnateur résident

Le Coordonnateur Résident des Nations Unies, Issa Sanogo (à gauche sur la photo) a présenté sa lettre d’accréditation au ministre des Affaires étrangères, Tehindrazanarivelo DJacoba.

Le coordonnateur résident des Nations Unies, Issa Sanogo a présenté sa lettre d’accréditation au ministre des Affaires étrangères, Djacoba Tehindrazanarivelo , avant-hier, à Anosy.

Lors de cette rencontre, Sanogo a réaffirmé l’engagement des Nations Unies à Madagascar à coopérer avec les institutions de la République de Madagascar, en vue de faire avancer les intérêts diplomatiques de Madagascar dans la vision exprimée par le Plan pour l’Emergence de Madagascar (PEM) et la Politique Générale de l’Etat (PGE). Il a également exprimé la volonté du système des Nations Unies à contribuer à la coordination de l’aide au développement sous le leadership du gouvernement malgache et à soutenir tous les efforts  qui tendent à l’amélioration des conditions de vie de la population malgache.

Engagement. Il a également saisi cette occasion pour remercier le ministre des Affaires étrangères pour sa disponibilité et son engagement pour la réussite de cette célébration du 75e anniversaire des Nations Unies. Le coordonnateur résident des Nations Unies n’a pas manqué de parler du processus d’élaboration du nouveau cadre de coopération avec Madagascar, le plan-cadre des Nations Unies pour le Développement Durable (2021-2023) qui est en cours. Ce plan-cadre de coopération constitue un outil crucial pour l’accélération et l’innovation en vue de l’atteinte des ODD dans cette décennie d’action « Horizon 2030 ».

Recueillis par Dominique R.