Les actualités à Madagascar du Mardi 19 Novembre 2019

Modifier la date
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Les Mena du Niger humiliés par les Baréa de Madagascar dans son jardin à Niamey

Impossible n’est pas Barea. Les protégés de Nicolas Dupuis ne partaient pas du tout favoris dans le match leur opposant aux Mena du Niger dans le compte de la deuxième journée des éliminatoires de la coupe d’Afrique des Nations 2021 qui se tiendra au Cameroun. Les jeux de hasard ont mis à hauteur de 3.82 la cote de Madagascar en cas de victoire. C’est tout à fait l’inverse qui s’est passé sur le Stade Général-Seyni-Kountché. En effet, Les Barea ont terrassé le Niger avec le score de 6 buts à 2.
La bande à Anicet Abel a débuté timidement le match, les nigériens trompent le portier Malgache, Melvin Adrien dès les 5e Minutes de jeu avec un coup de pied arrêté trouvant la lucarne. 4 minutes plus tard, sur un centre de Voavy, Lalaina Nomenjanahary, a surpris le gardien adverse avec un tir fortement frappé. A la 15e minute, Bolida récidive avec une passe de Carolus. Le troisième but pour les Barea fut un penalty transformé par le capitaine Abel Anicet à la 34e minute suite à une faute commise par le gardien du Niger face à Carolus. Ce dernier s’offre un but à 38e minute suite à un oubli de la défense nigérienne. A la deuxième mi-temps, Voavy Paulin (53e) et Jeremy Morel (63e) ont tous les deux marqué un but chacun. A une dizaine de minute de la fin de la rencontre, les Mena sauvent l’honneur en inscrivant un second but.
Madagascar est en tête du groupe K suivi par l’Ethiopie qui a battu la cote d’ivoire 2 buts à 1 après leur défaite à Mahamasina, le Niger termine dernier. Rendez-vous en Aout 2020 pour le match Madagascar- cote d’ivoire pour la troisième journée des éliminatoires. Cette rencontre se tiendra à Abidjan.
Ino Vaovao0 partages

ANDRANOMANELATRA- ANTSIRABE II : Fiara iray nitsoaka rehefa nahafaty lehilahy avy nijery tolon’omby

Teo amin’ny toerana tsy lavitry ny Garan-damasinina no  niseho   ny  loza raha ny  fitantaran’ireo  nanatri-maso,  ary  sendra  handeha  hiampita tampoka ity  farany  no  voafaoka. Nambaran’ny olona  sasantsasany  fa ny firefotry ny fifandonana mafy no nanaitra  azy  ireo  nandeha  nivoaka ny trano  hizaha ny  zava-nitranga.   Tsy  nisy na  inona na  inona azon’izy  ireo  natao  intsony  anefa  fa  ilay  lehilahy  efa  nitsirara   teo ampovoan-dalana, nihosin-drà sisa no  hita.  

Taorian’izay, avy  hatrany  dia nanohy  ny  diany  nandeha nitsoaka  ilay  fiara  nahavanon-doza  ka tsy   hita popoka intsony avy  eo.  Ny  fanadihadiana nataon’ny  mpitandro  filaminana tonga nijery  ny razana vatana  no  nahitana fa  mponina  avy  ao  amin’ny  Fokontany  Ambolatsararano, Kaominina Andranomanelatra, handeha hamonjy  fodiana   ity  farany, raha toa ka avy  namonjy  savik’omby  tao  an-tanàna, hoy  ny  mponina. Mitohy  ny  fikarohana  ilay  fiara hatreto na dia somary  mananosarotra ihany  aza ny  fitadiavana azy,  hoy hatrany   ny  mpitandro  filaminana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ISOTRY : Sarona izy roa lahy ikoizana amin’ny resaka asa fanendahana sy harom-paosy

Ny  16 novambra  2019 lasa teo dia  lehilahy  miisa roa tompon’antoka  amin’ny  fanendahana  sy  harom-paosy  no  tra-tehak’izy  ireo  teny  Andranomanalina sy  teny Ambodin’Isotry. 

Voalaza hatrany  moa  fa  efa nahazoana  fitarainana  matetika  io  faritra io, betsaka  ny mpivezivezy  no  lasibatra. Nisy   anaran’ olona  voatonontonona  foana araka izany  teo  amin’ny  manodidina  ka  nanomboka nanatanteraka  ny fanadihadiana ny  Polisy. Rehefa natao ny fikarohana dia nanatanteraka vela-pandrika mba hahazoana ireto olon-dratsy ireto ny Polisy ka tra-tehaka teo amin’ny Epp Ambodin’Isotry ny tovolahy iray izay teo am-pikasana hangarom-paosy vehivavy iray. 

Rehefa nentina tany amin’ny birao ny tenany  nalaina am-bavany  dia  fantatra fa ity lehilahy ity no  efa nanendaka tovovavy iray tamin’ny  04 novambra lasa teo  ary  azony tamin’izany ny finday iray izay efa namidiny  valo alina ariary. Nitohy  hatrany  ny fitsirihana nataon’ny Polisin’ny CSP4 taty  aoriana ka voasambotra teo amin’ny “ R+5” ny lehilahy iray izay tena ikoizana amin’ny resaka harom-paosy sy fanendahana. Ity lehilahy ity dia efa voasambotry ny Polisy efa in -telo farafahakeliny ary vao nivoaka ny fonja tsy ela akory dia izao tra-tehaka izao indray. Teo am-panarahana olona saika hoendahiny izy no izao tratran’ny Polisy nanao fanamiana sivily izao.

 Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MANERINERINA : Miandry fitsarana any am-ponja ilay ramatoa taorian’ny halatra gisa nataom-badiny

 Iray tanàna amin’ny ray aman-drenin’ilay lehilahy i Likany saingy tsy ny ray aman-dreniny no notanan’ny manam-pahefana fa i Likany rehefa tsy hita popoka ilay mpangalatra. Vao vetivety no niray trano izy ireo ary mbola tsy vita fomba na fisoratana akory fa amin’ny maha iray trano azy ireo no ilazana fa vadin’io lehilahy io izy. Rehefa tonga tao amin’ny Fitsarana dia naiditra am-ponja vonjimaika i Likany ary efa enim-bolana izy izao no miandry ny fitsarana azy ao amin’ny fonjan’i Marofoto ao. Ilay natao ho ‘vady’ kosa dia tsy hita popoka miaraka amin’ny gisa sy saribao.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTE PAPASOLO : “Tokony hitovy hevitra ny mpitondra sy ny mpitantana ny kaominina rehetra”

Antony mahatonga izay ny fisian’ny fiaraha-miasa matotra amin’ny mpitondra, hoy ny Depiote Papasolo na Rasolonjatovo Honoré, voafidy tany an-toerana. Tamin’ny fotoana nitantanan’ny Filoha Andry Rajoelina ny tetezamita ny taona 2009 mantsy no nanomboka ny fanamboarana ny lalam-pirenena faha43, mampitohy an’i Soavinandriana-Faratsiho sy Faratsiho-Sambaina. 

Vita nandritra izany ny ampahan-dalana mirefy 50 km mampitohy an’i Soavinandriana sy Faratsiho. Nihantona nandritra ny taona maromaro kosa ny famitana ny ampahany mampitohy an’i Faratsiho-Sambaina. Amin’izao fotoana izao, efa am-perinasa mamita ity ampahan-dalana farany ity ny orinasa nahazo ny antoka. “Raha ny tokony ho izy, efa tapitra tanteraka ny fe-potoana nofaritan’ny Fanjakana hamitan’ny orinasa ity lalana ity saingy nomena fe-potoana fanampiny izy ireo hamitany izany faran’izay haingana”, hoy ny Depiote Papasolo.Nisaotra ny vahoakan’i FaratsihoNidina ifotony nijery ny fanamboarana ity lalana ity sy nisaotra ny vahoakan’i Faratsiho izay nifidy azy ny Depiote Papasolo, tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo. Nanatrika azy tany an-toerana ny Depiote Tsiliva, voafidy tao Morondava sy ireo olo-manan-kaja maro avy ao amin’ny Faritra Vakinankaratra. Notsindriany manokana nandritra ny lahateniny fa avy amin’ny vahoakan’i Faratsiho ny fahefana nomena azy ary izany dia hampiasainy hampandrosoana manontolo ity Distrika ity. “Nofidian’ireo Depiote marobe ho Filoha lefitry ny antenimieram-pirenena ato amin’ny Faritanin’Antananarivo aho noho ny vato izay narotsakareo ho ahy, ny toerana azontsika dia entina hampandrosoana manontolo an’i Faratsiho”, hoy ny nambarany. Natolotra nandritra ity lanonana ity koa ny kandidan’ny Irk manerana ny kaominina miisa 9 ao amin’ny Distrikan’i Faratsiho. Nanantitrantitra ny Depiote Papasolo fa tokony hitovy loko ny mpitondra sy ny ben’ny tanàna mandritra izao fifidianana hotontosaina amin’ny 27 Novambra ho avy izao.

“Ny tsy fitovian-kevitry ny mpitondra sy ny mpitantana ny tanàna no mahatonga an’i Madagasikara tsy mandroso satria variana mifaningotra sy mifanipy hoditr’akondro fotsiny”, hoy hatrany ny nambarany. Ankoatra ireo, nanohy ny asa sosialy efa natombony hatramin’ny taona 2003 koa ny Depiote Papasolo. Notolorany fanomezana avokoa ny mpianatra afaka Bakalorea rehetra tao amin’ity Distrika ity ka nahazo ny filazana tsara  mba hahafahany manohy ny fianarany eny amin’ny anjerimanontolo.

Ny A.

Ino Vaovao0 partages

KANDIDA NAINA ANDRIANTSITOHAINA : Hanao fitsirihana ny lalam-bolan’ny kaominina

Nanana 21 andro ny kandida ben’ny tanàna sy mpanolotsaina nandresen-dahatra ny mpifidy tamin’ny alalan’ny fampahafantarana ny tetikasa arosony hampandrosoana ilay Kaominina ilatsahany. Ny 5 novambra lasa teo no nanomboka tamin’ny fomba ofisialy izany ary hifarana ny 25 novambra izao. Izany hoe, ity no herinandro farany tena hampisehoan’ny Kandida ny faraheriny mba hahazoany ny fon’ny mpifidy ka handrotsaka vato ho amin’ny alarobia heriny.

Azo heverina anefa fa tsy maintsy hisy ny andro iray mialoha ny tena farany anaovan’ny Kandida tsirairay faradoboka. Raha atao tomban’ezaka ny zava-nitranga tao anatin’izay roa herinandro nisian’ny fampielezan-kevitra izay dia azo lazaina ho nizotra tamin’ny antsakany sy andavany tanteraka. Teo amin’ny herinandro voalohany no mbola nahitana tandrevaka manoloana ny tsy fanarahan-dalana maro samihafa. Tatitra manerana ny Nosy navoakan’ ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana io. Tamin’ny herinandro faharoa dia azo norefesina fa efa nihena izay tsy fanarahan-dalàna izay. Maro tamin’ny kandida sy ny mpanohana azy no nanaiky ny lamina napetraka. Ny teo anivon’ny Céni dia nanambana ny hanasazy ihany koa raha mbola mahita tsy fanarahan-dalàna sy fihoaram-pefy. Raha ho an’ny Kandidà eto Antananarivo Renivohitra manokana dia saika niompana tamin’ny fidinana ifotony sy ny fitetezana  ny boriborin-tany enina no nataon’ireo Kandida. Notanterahina indroa miantoana ihany koa ny fampihaonana ny kandida dimy mirahalahy.

Tao anatin’ izany no nahalalana ny paik’adin’izy ireo mazava ho an’ny tanànan’Antananarivo sy izay heverin’izy ireo ho laharam-pahamehana ho fampandrosoana ny tanàna.

Ny Kandida Naina Andriantsitohaina laharana faha4 ao anatin’ny bileta tokana dia nametraka fa rehefa tonga eo amin’ny toeran’ny ben’ny tanàna ny tenany dia tsy maintsy hataony voalohany ny fanaovana fitsirihana ny lalam-bola rehetra teo anivon’ny Kaominina. Manana vahaolana maro hamoahana ny Renivohitra ao anatin’izao lavaka mangitsokitsoky ny fahalotoana sy ny faharavana izao ihany koa ny Kandida n°4.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIKAMBANAN’NY TANORA MOZILIMANA : Manohana ny Kandida Naina Andriantsitohaina

Nanao fanambaràna, omaly, ny Fikambanan’ny tanora Mozilimana ho an’ny fampandrosoana fa hanohana sy hampandany ity kandida ity izy ireo. “Vonona hanohana ny Kandida Naina Andriantsitohaina izahay satria izy irery no kandida manana vina, maharesy lahatra anay mandritra izao fifidianana ben’ny tanàna izay hatao amin’ny 27 Novambra 2019 izao”, hoy Soamady Hansy Flavio, filohan’ny fikambanana. Nanterin’izy ireo fa manana traikefa amin’ny fampandrosoana sy fitantanana ny kandida laharana faha4 ka ho mora ho azy ny hanarina indray ny tanànan’Antananarivo. “Resy lahatra tokoa izahay fa olona azonay antenaina izy satria izahay dia tsy vahiny fa tompon-tanàna. Avy any amin’ny Faritra izahay saingy efa nonina teto Antananarivo nandritra ny taona maro. Mahatsapa izahay fa tompon’andraikitra feno amin’ny fampandrosoana ity renivohitr’i Madagasikara ity”, hoy hatrany ny fanambarana.

Efa nisy ny fifampiresahana

Nisy fifampiresahana teo amin’ny kandida Naina Andriantsitohaina sy ireto Tanora Mozilimana ho an’ny fampandrosoana ireto. Tapaka nandritra ny dinika nifanaovan’ny roa tonta fa hifanome tanana izy ireo hanarina an’Iarivo sy hampandany ny Kandida laharana fahefatra. “Manome toky izahay fa hanohana ny Kandida Naina Andriantsitohaina hatramin’ny farany. Manentana ireo mbola tsy resy lahatra koa izahay hifidy azy, tsy mbola tara raha izao isika no miara-mirona manoha ity kandidan’ny fampiraisana ity. Izy no mendrika hitondra an’Iarivo satria olona tsy mba manavakavaka izy na ara-poko izany na ara-pinoana”, hoy hatrany ny nambaran’izy ireo. 

Olona akaiky ny Filoha Andry Rajoelina ny Kandidan’ny Irk eto Antananarivo ka ho mora ny fiaraha-miasan’ny roa tonta raha izy no lany, hoy hatrany Soamady Hansy Flavio. “Hitantsika ny velirano efa nataon’ny Prezida tamin’ny fampielezan-kevitra izay nataony, mora amin’ny Filoha ny manatanteraka ny velirano izay efa nampanantenainy raha toa ka i Naina no apetraka eo amin’ny toeran’ny ben’ny tanàna”, hoy hatrany izy ireo. Ankoatra izay, nanamafy koa ireto Tanora Mozilimana ireto fa hiara-hiasa akaiky amin’ny Ben’ny tanàna Naina Andriantsitohaina izy ireo rahatrizay ka tonga eo amin’ny toerana ity farany. Ny fitantanana ny fako sy ny fanodinana izany ho tonga angovo no hatao amin’izany. Tsiahivina fa manana manam-pahaizana sy teknisiana maro eo amin’ity sehatra ity ny tanora Mozilimana ho an’ny fampandrosoana.

Ny A.

La Vérité0 partages

Eliminatoires CAN 2021 - Exploit des Barea face au Nigériens

Carton plein pour Madagascar qui enchaine une deuxième victoire à l’extérieur après le succès à domicile face à l’Ethiopie. Surprenant mais logique, les Barea ont eu une envie de supériorité. Le score était très lourd en faveur de Madagascar. Les hommes de Dupuis, coach de l’équipe malagasy,  étaient comme à l’entrainement en battant largement le Niger par 6 buts à 2 lors de la deuxième journée des éliminatoires de la CAN 2021, Cameroun, à Niamey hier.  Avec la maitrise parfaite du match, les Barea ont mené   par  4 buts à 1 dès la première période.  Les Nigériens ouvrent le score  à la 5e minute sur un coup franc axial transformé par Amadou Moutari mais ils n’ont pas eu le temps de savourer leur avantage. En effet, Lalaina Nomenjanahary a marqué  un but (à la 9e) seulement 4 minutes après celui des Nigériens,  sur une passe de Voavy Paulin. Grâce à un autre coup franc lancé par Carolus, Lalaina enfonce le clou à la 25e sur  une déviation de son pied gauche. Les Barea prennent l’avantage après avoir mené en début de rencontre. Deux minutes plus tard, Oussama trouve la barre transversale de Melvin Adrien, gardien malagasy, après une tête déviée suite à un corner. A la 32e,  Carolus trouve un penalty transformé par Anicet grâce à une faute de Daouda Kassaly le gardien nigérien,  qui écope un carton jaune.

Carolus rend l’addition plus salée en marquant un autre but à la 38eme. Au retour des vestiaires, Voavy Paulin marque le cinquième but à la 53e minute sur un contrôle de la poitrine et une frappe du pied gauche.  Jeremy Morel marque son premier but dans la sélection sur un corner de Lalaina Nomenjanahary, avec une tête intelligemment placée à la 64e. Le Niger réduit le score (6 buts  à 2) grâce à Moussa Yusif à la 76e.  Dans l’autre match du groupe K, la surprise était au rendez-vous. Les Eléphants de la Côte d’Ivoire ont trébuché durant son déplacement à Addis Abeba devant les Walya. Ils n’étaient pas capables de récolter le moindre point aux Ethiopiens bien concentrés durant le match. Les Ivoiriens ont ouvert le score à 4e minute mais les Walya ont renversé la vapeur et dominé le match à la fin de la première période et ont mené 2 buts à 1. Le score restait inchangeable jusqu’au coup de sifflet final. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Disparition de Taniah - Une séquestration orchestrée par la concubine de son père

Taniah, la petite fille âgée de  9 ans, déclarée disparue à Avarabohitra Soavimasoandro Itaosy (Antananarivo) la semaine dernière, a été retrouvée saine et sauve avant –hier  à …Antanifotsy (Antsirabe), à 90 km de la Capitale.  Elle y a été séquestrée par la concubine de son père, d’après la Police nationale qui s’est exprimée hier à  travers le commissaire Fidy Andrianiandra, chef de division de la Police des mœurs et de la protection des mineurs (PMPM) à Tsaralalàna. C’est d’ailleurs auprès de cette entité que les proches de la petite Taniah ont déposé plainte. Notons que les parents de Taniah se sont divorcés. Tout a commencé  le lundi 12 novembre 2019. En rentrant de l’école aux alentours de midi, Taniah a été soustraite devant ses amies par la concubine de son père. La petite connait très bien la femme, du fait que dès fois, ils passaient  ensemble tous les trois le week-end. Depuis, plus de nouvelles après les recherches effectuées auprès des amies de la petite et de ses proches. Un avis de disparition a été de suite lancé sur les réseaux sociaux et repris par la presse le lendemain. La concubine de son père a expliqué son geste comme une vengeance à l’endroit du père de la petite. Durant l’enquête policière, elle a raconté qu’elle a subi des violences physiques perpétrées par son concubin quand ils étaient encore ensemble. Suite à ces brutalités, elle aurait fait une fausse couche. C’est pour faire comprendre au père de Taniah la souffrance de perdre un enfant qu’elle a accompli cet enlèvement, suivi d’une séquestration. Selon toujours le commissaire Fidy Andrianiandra, la petite Taniah, d’après ses déclarations, n’avait pas subi de mauvais traitement durant son « séjour forcé » avec l’ex- compagne de son père. Elle aurait toutefois émis son souhait de rentrer auprès de sa mère pendant sa séquestration à Antanifotsy.  Le père de Taniah était mis au courant par sa concubine de la présence de sa fille à ses côtés mais n’a pipé mot à qui que ce soit.

« Ne portez pas plainte parce que nous sommes tous des chrétiens », aurait –elle écrit au père de Taniah. Ce dernier n’a cessé de l’appeler pour savoir où elles se trouvaient mais il était toujours mené en bateau par son ex qui lui donne des faux endroits comme Mahajanga, Toamasina ou autres. Elle lui aurait également demandé de lui envoyer de l’argent pour qu’elles puissent rentrer.  C’est à partir de la localisation du  téléphone de la dame que la Police a pu découvert l’endroit où elle se trouvait avec la petite fille. « Une réquisition a été faite auprès de l’opérateur mobile très tôt dans la matinée de lundi. Une fois le numéro localisé, des éléments de la Police se sont rendus à Antanifotsy pour effectuer les recherches. La mission  a été couronnée de succès, la petite y a été retrouvée et ramenée à Antananarivo en fin d’après-midi avec la concubine de son père et ses complices qui les ont hébergés » révèle le commissaire Fidy Andrianiandra. Outre la concubine du père, d’autres personnes mêlées de près ou de loin dans l’affaire ont été présentées devant le Parquet hier dont le père de Taniah. Et après leur audition, seule la compagne du père a été placée en détention préventive à Antanimora.Kanto R.

La Vérité0 partages

Gianni Infantino - Rencontre prévue avec le partenaire numéro 1 du foot malagasy

Le président de la Fédération internationale de football association (FIFA), Gianni Infantino, est attendu à Madagascar à la fin de cette semaine. Sa visite à Madagascar entre dans le cadre de la réunion à Mahajanga de la commission des associations nationales présidée par Ahmad, vice-président de la FIFA et non moins président de la Confédération africaine de football (CAF). Au programme du patron du football mondial, une visite de courtoisie au Président de la République, Andry Rajoelina, au lendemain de son arrivée. Sitôt, Gianni Infantino rencontrera les principaux acteurs du football malagasy et principalement Patrick Pisal Hamida, administrateur directeur général de Telma. L’histoire du ballond rond malagasy de ces dernières années est liée étroitement avec cette société de télécommunication qui a toujours soutenu son développement à travers les compétitions nationales et ses sélections nationales.

Ce partenariat qui a fait de Telma le sponsor historique et numéro un du football malagasy, a été récompensé par un titre continental des Barea « beach soccer » et leur participation à la Coupe du monde. La dernière en date de ce fruit du partenariat n’est autre que la première qualification des Barea à la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019 en Egypte. Gianni Infantino et l’Adg de Telma se connaissent depuis longtemps à travers la FIFA et la CAF. Durant leur rencontre à ce passage du président de l’instance suprême mondial du football, il est certain que les discussions tourneront autour du sport Roi de la Grande île et notamment sur la question du sponsoring.La Rédaction

La Vérité0 partages

Tanà et Tana-Masoandro

A l’heure où il est question de renouveler l’équipe dirigeante d’Antananarivo sous la houlette d’un nouveau maire, il s’avère opportun d’apporter sur la place publique d’utiles éclairages sur  l’opportunité permettant d’envisager en perspective un devenir sous les meilleurs auspices de la Ville des Mille, la Capitale de Madagasikara. Antananarivo se noie! Le bateau  battant pavillon « Antananarivo » coule. Un « naufrage » difficilement perçu par les pauvres passagers. Depuis son existence, il y a cinq cents ans, on peut être sûr d’une chose que la cité créée par Andrianjaka et qui est jusqu’à nos jours le centre névralgique du pays n’a jamais connu une situation aussi catastrophique qu’aujourd’hui. La ville ne s’en sort plus. Les dirigeants n’ont pas su suivre le rythme de croissance de la population d’Antananarivo. Les études sociologiques de l’Institut de sociologie de l’université de Bruxelles en 1968 montrent que la population d’Antananarivo connut une croissance poussive jusqu’en 1965. En effet, à la mort d’Andrianampoinimerina en 1810, la population de la cité fut estimée à 30.000 âmes. Environ un siècle et demi après, en 1945, elle était de 140.000 habitants. Et vingt ans après, en 1965, elle fut multipliée par deux, 321.000. Tandis que la population nationale est estimée à 6.355.810 habitants y compris les étrangers résidents à Madagasikara 101.377. Jusque- là, la vitesse de croissance des habitants de la Capitale ne pose pas tellement de problème. Seulement, depuis la dégradation économique et sociale du pays en particulier à partir de la Deuxième République, la situation commence à dégénérer. Concernant Antananarivo, la population fuit la misère et les insécurités des campagnes et vient s’agglutiner dans les parages et même à l’intérieur de la ville. Le plan d’urbanisme conçu à l’époque coloniale n’avait pas prévu qu’un effectif d’au plus 400.000 à 500.000 habitants, au grand maximum. Même topo pour les infrastructures routières à l’intérieur d’une superficie de 8700 ha (87 km2).

La dernière statistique de la population d’Antananarivo, publiée par l’INSTAT en 2014, s’élève à 2.200.000 habitants dans une population nationale estimée à 25.000.000 habitants. Résultats, la Capitale est surpeuplée dans tous les sens. La population s’étouffe. On ne peut plus circuler. Tout est bloqué ! Saletés, pollution et violence sont le lot quotidien des citoyens.Rajoelina Andry Nirina, à son retour gagnant au pays, soumet à la population bien avant la campagne électorale présidentielle en décembre 2018, l’Initiative pour l’Emergence de Madagasikara (IEM) pour sauver la Grande île notamment Antananarivo, la Ville des Mille. Les experts de l’IEM ont conçu un projet « révolutionnaire », Tana-Masoandro » pour finalement venir à bout de tous ces maux qui étranglent la cité et les citoyens. Il faut désengorger Antananarivo. A cela donc, une ville nouvelle s’impose. Mamy Rajaobelina, l’expert en urbanisme, dans une interview accordée à un confrère d’un quotidien de la Capitale ne va pas par quatre chemins pour affirmer que « Tana-Masoandro est vital pour le futur de la Capitale ». Lui qui avait déjà dirigé en son temps le bouclage du dossier Grand Tanà, connait bien ce qu’il avance. A propos du choix d’Ambohitrimanjaka, l’urbaniste enfonce le clou en disant que « la localisation de Tana-Masoandro à Ambohitrimanjaka-Ambohidrapeto est un choix judicieux ».En somme, l’avenir de Tanà est étroitement lié avec le sort réservé à Tana-Masoandro.

La Vérité0 partages

Randriamasinoro Ny Rina - Quid de sa gestion financière de la CUA ?

Avant de prétendre à la fonction de premier magistrat de la Ville des Mille, Randriamasinoro Ny Rina, le candidat-maire du TIM dans la Capitale, devrait rendre compte sur la gestion financière de la CUA du temps où il en était le DAF puis Secrétaire général. Des zones d’ombre continuent en effet de planer sur bon nombre d’initiatives de l’équipe dirigeante de la Municipalité, notamment l’opération de régularisation de permis de construire, les scandales des marchés d’Anosibe et d’Andravoahangy, celui des trottoirs transformés en espaces de vente ou en parkings privés, etc. pour ne citer que ces cas.On se demande, en effet, où sont passés les 200.000 ariary par construction qui ont été collectés dans le cadre de l’opération permis de construire lancée par l’équipe de Lalao Ravalomanana en 2016 et censée permettre aux propriétaires de constructions illicites de régulariser leur situation. Jusqu’ici, on n’en connaît pas la suite alors que, selon les chiffres avancés à l’époque, près de 167 600 constructions étaient visées.Rappelons que ladite opération de régularisation a été déclenchée le 20 octobre 2016 pour une durée initiale de 15 jours, laquelle a par la suite été prolongée jusqu’au 4 novembre de la même année. Il a été demandé aux concernés, en sus des pièces justificatives du terrain, le paiement de la somme forfaitaire de 200.000 ariary, au titre d’on ne sait quoi au juste. Afin de convaincre les récalcitrants, la CUA avait brandi la menace de démolition des constructions de ceux qui n’auront pas profité de cette opportunité de régularisation. Ce qui a certainement eu pour effet de faire bousculer les contrevenants au portillon. Alors que la maire est à la fin de son mandat, cette opération semble être définitivement tombée aux oubliettes et l’on ignore à quoi ont bien pu servir les 200.000 ariary par construction collectés par la Commune. Or, si on suppose que seulement la moitié des cibles a été atteinte, la CUA a donc engrangé pas moins de 83 milliards de francs malagasy (soit un peu moins de 17 milliards d’ariary). A se demander d’ailleurs si cette recette, non prévue par les textes, a figuré dans le budget de la Mairie. 

La grande braderie  de Tana Citons également ce que les mauvaises langues qualifient de « grande braderie de Tana » et qui a consisté pour l’équipe sortante de la CUA à mettre à profit le moindre recoin de la Capitale (Parkings, îlots, trottoirs, etc.)  pour ériger des box à usage commercial qui sont cédés et/ou loués, dit-on, à prix d’or. Plus généralement, la Commune urbaine d’Antananarivo semble avoir décidé de soutirer un maximum de profit sur tous les espaces possibles et imaginables de la Ville des Mille relevant de sa compétence. Deux scandales avaient particulièrement défrayé la chronique, ceux des marchés d’Anosibe et d’Andravoahangy. A quelques nuances près, les deux  cas semblent sortir du même moule. Le mode opératoire est pratiquement le même : des constructions à usage commercial sont érigées dans l’enceinte des marchés en question et elles sont destinées à être cédées contre des sommes s’élevant à des dizaines de millions de francs.Face à la levée de boucliers des marchands déjà en place, des délégués aux marchés se lèvent pour en défendre la légalité, laquelle est confirmée par la CUA. Cette dernière de déclarer en effet que les constructions litigieuses ont bel et bien reçu son autorisation. L’intérêt de la déclaration est qu’elle vient confirmer l’implication étroite de la Mairie de Tana dans cette aberration. Dès lors, l’on ne peut que soupçonner une affaire de gros sous derrière l’autorisation délivrée complaisamment par la Municipalité. Trottoirs privatisés Outre les bords de rue concédés à la société Easy Park  -  un point sur lequel l’on attend des comptes  - l’on a assisté également, durant le mandat de Lalao Ravalomanana, à des privatisations abusives de la voie publique en des endroits inimaginables. L’on n’a jamais vu en effet des trottoirs transformés dans leur totalité en parking privé ou en espaces de vente pour les marchands informels et ce, avec l’autorisation officielle de la Municipalité. Sur la rue allant d’Ambohidahy à Amparibe, par exemple, un établissement hôtelier a pu obtenir les deux côtés des trottoirs sur toute leur largeur pour les besoins de son exploitation. De même, sur la descente d’Ambatonakanga menant vers Ambohijatovo, une partie de la chaussée fraîchement goudronnée entièrement par le pouvoir central ainsi qu’une partie du trottoir ont été cédées à un autre établissement hôtelier riverain, lequel les a repavées pour son parking privé. Dernièrement, c’est la Commune elle-même qui a matérialisé la partie de trottoir réservée aux marchands de rue, ne laissant qu’une portion congrue aux piétons. Quels que soient les arguments avancés pour justifier ces inepties, l’on ne peut que demander s’il existe un barème pour bénéficier de telles faveurs et surtout, où sont comptabilisées les recettes ainsi générées. Randriamasinoro Ny Rina se doit d’abord d’apporter des explications claires et convaincantes sur les questions évoquées ci-dessus, lesquelles relèvent des fonctions qu’il a occupées au sein de la CUA, avant de prétendre en devenir le numéro Un. A moins qu’il ne se mette à se réfugier derrière l’argument selon lequel il n’a fait qu’obéir aux ordres du couple Ravalomanana. Ce qui laisse supposer que ce sera le cas si jamais il est élu.L’on se souvient que, pour ne pas hériter du bilan catastrophique du mandat de la maire sortante, le candidat du TIM s’est dédouané en soutenant qu’il n’était pas le maire, confirmant ainsi malencontreusement l’échec de Lalao Ravalomanana et son conseiller spécial de mari à la tête de la Capitale.   Hery Mampionona

La Vérité0 partages

Faniry Alban Rakotoarisoa - L’agression en guise d’arguments

Les deux débats organisés dans le cadre de la campagne électorale pour les élections communales à Antananarivo Renivohitra étaient l’occasion pour les prétendants à la Mairie de faire connaître leurs programmes pour se faire élire. Ce n’était toutefois pas le cas de tous les aspirants maires. Le candidat Rakotoarisoa a passé le clair de son temps à lancer des piques à l’endroit des candidats Naina Andriantsitohaina et Ny Rina Randriamasinoro. Des attaques qui vont souvent au-delà des aspects relatifs à la gestion de la Capitale. Au cours du premier débat organisé par les employés de la Commune, le candidat Rakotoarisoa s’est longuement attardé sur la fortune du candidat Naina Andriantsitohaina. Lors du second débat, ce fut au tour du candidat Ny Rina Randriamasinoro d’en prendre pour son grade en raison de ses liens familiaux avec le couple Ravalomanana. A trop vouloir critiquer, ce Mpikabary en a oublié l’essentiel : présenter son programme. Pire, il a donné aux spectateurs l’image d’un candidat sérieux juste présent pour amuser la galerie. Bien que ses interventions soient appréciées par un certain nombre de personnes, pour beaucoup, il a juste fait valoir ses talents oratoires. Le candidat veut surfer sur la défiance des Tananariviens envers la classe politique. Antoko politika madio, le nom du parti et l’un de ses slogans de campagne, laisse d’ailleurs sous-entendre sa volonté de se casser avec les pratiques politiques du pays. Mais la manière d’atteindre ces objectifs reste pour beaucoup à revoir.

Un certain nombre de personnes estiment que le candidat n’arrive pas à se décider s’il est comédien ou candidat. Faut-il en effet rappeler que cet homme est devenu célèbre pour son rôle dans la sitcom « Izy M’tsam », une pâle copie de « Un gars une fille » et pour ses chansons à base de « kabary » dont certaines ont créé la polémique à l’image de son clip Atosika Tsara. Un clip retiré par l’auteur en raison des nombreuses accusations de perversion voire d’incitation à la pédophilie en raison notamment de la présence d’enfants dansant de façon très suggestive.  Les Tananariviens aiment bien tout ce qui est nouveau. Faniry Alban Rakotoarisoa aurait pu en faire son cœur de campagne. Il aurait pu jouer à fond son rôle d’outsider. En mettant principalement en avant sa vision pour le développement de la Capitale.  Toutefois, les idées et le programme de ce candidat restent pour l’heure toujours flous. Il semble pourtant évident que le candidat a un programme. La candidature de Faniry Alban Rakotoarisoa à la course pour la Mairie de la Capitale n’est d’ailleurs pas une décision prise sur un coup de tête. Le comédien avait annoncé plus d’un an avant les communales son intention de briguer la Mairie de la  Capitale. En ne faisant qu’agresser ses adversaires, il se décrédibilise. Sa candidature n’est pas prise au sérieux. Il est difficile de voir en lui la carrure d’un homme à même de diriger Antananarivo.  Faniry Alban Rakotoarisoa a choisi de ne pas s’aider des médias. Mais ses deux apparitions dans les médias ne jouent pas en sa faveur, loin s’en faut.  La Rédaction

Madagate0 partages

Madagascar-France, îles malagasy. Prochain round à Paris