Les actualités à Madagascar du Lundi 19 Octobre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara59 partages

Andry Rajoelina : Fin de l’Etat d’urgence sanitaire, dernier vol de rapatriement le 1er novembre

 » On peut désormais affirmer que nous avons réussi à vaincre la COVID-19 « . C’est ce qu’a déclaré hier soir le président Andry Rajoelina lors de l’émission spéciale diffusée sur les médias nationaux. Il s’agit de la dernière émission destinée à la lutte contre le COVID-19 car hier soir, le Chef de l’Etat a annoncé la fin de l’Etat d’urgence sanitaire sur toute l’étendue du territoire. D’ailleurs, contrairement à ce qui a toujours été le cas depuis le mois d’avril, samedi dernier, il n’y avait plus de Conseil des ministres spécial COVID. Après 7 mois de combat acharné contre la pandémie du coronavirus, le Chef de l’Etat annonce que la Grande île est sortie de l’auberge, ou enfin presque. Selon les dernières statistiques, Madagascar ne compte plus que 3 cas confirmés de COVID-19 durant la semaine écoulée, dont une personne contaminée à Antsiranana et 2 à Toliara. Pour ce qui est d’Antananarivo, l’on a recensé 2 cas le 11 octobre. Depuis le 12 octobre jusqu’à aujourd’hui, aucun cas de contamination de coronavirus n’a plus été détecté au niveau de la Région Analamanga, a fait savoir le président de la République. Il a cependant annoncé qu’actuellement, 348 personnes sont encore sous traitement dans tout Madagascar. Au total, le pays a connu 16834 cas de coronavirus et 16233 cas de guérison. A entendre les explications d’Andry Rajoelina, la Grande île a réussi une bonne opération si l’on s’en tient au taux de guérison car celui-ci dépasse les 96%, affirme-t-il. Selon ses dires, le pays occupe la 14e place. Le numéro Un d’Iavoloha affirme que nous avons pu vaincre cette pandémie grâce à toutes les mesures et stratégies mises en place. Et lui de citer entre autres, l’efficacité de la communication de sensibilisation auprès des gens, la mise en place de différents centres de dépistages massifs, notamment au CCI Ivato, au Jumbo Score Ankorondrano ayant permis de mettre tout de suite en quarantaine les personnes qui ont présenté des risques, l’installation du Centre de Commandement Opérationnel à Ivato et des CRCO dans les régions, ainsi que des centres de traitement COVID-19 (CTC) à Andohatapenaka, Alarobia et à Mahamasina, et la découverte des remèdes anti-COVID par nos chercheurs, notamment le Tambavy CVO par l’Institut Malgache des Recherches Appliquées (IMRA). D’après le président, plus de 7 millions de ménages Malagasy ont pris ce remède traditionnel amélioré. Mais la véritable fierté d’Andry Rajoelina pendant la lutte contre le coronavirus reste la mise en place du Laboratoire d’Analyses Médicales Malagasy (LA2M) à Androhibe qui a permis d’augmenter le nombre des tests au quotidien.  » Avec ce laboratoire, nous avons réussi pendant la gestion de cette pandémie mondiale, à mettre à l’avant notre fierté nationale « , a-t-il soutenu. Et de réitéré au passage que cet établissement est équipé de tous les matériels de pointe. Il affiche d’ailleurs la même considération en ce qui concerne l’usine pharmaceutique Pharmalagasy qui a été mise en place en trois mois et demi seulement.  » Si auparavant, nous avions eu l’habitude de demander de l’aide à l’étranger, durant cette pandémie, nous avons apporté de l’aide  à d’autres pays qui étaient venus à Madagascar pour récupérer du Tambavy CVO « , a martelé le Chef de l’Etat. Une manière à lui de reconfirmer et de défendre l’efficacité de ce remède découvert par l’IMRA.En tout cas, Andry Rajoelina a tenu sa dernière émission spéciale COVID-19 hier soir. Comme à l’accoutumée, c’était une occasion pour lui d’annoncer les nouvelles mesures comme la fin de l’Etat d’urgence sanitaire.  » Même si nous sommes en train de vaincre complètement la pandémie, le virus-lui, reste encore présent au niveau de la Société. Donc il faut continuer à respecter les gestes barrières et la distanciation sociale « , a-t-il soutenu. Et de laisser entendre au passage que le contrôle des mesures sanitaires sera renforcé afin d’éviter que la Grande île soit touchée par une deuxième vague de coronavirus. Aussi, le port de masque reste-t-il obligatoire sur toute l’étendue du territoire. Les réunions publiques sont autorisées mais l’assistance doit être inférieure à 200 personnes. Les préfets et gouverneurs des régions sont autorisés à prendre des mesures par rapport à l’évolution de la situation sanitaire au niveau de leur circonscription respective. Face aux risques d’une deuxième vague, comme c’est le cas dans les pays européens, le président Andry Rajoelina a déclaré que les frontières de Madagascar restent fermées. Les vols extérieurs restent donc suspendus. En ce qui concerne Nosy Be, les liaisons aériennes avec l’étranger se poursuivent mais les gens ayant séjourné dans les pays frappés par la deuxième vague de la pandémie sont interdits d’embarquer, a souligné le Chef de l’Etat. Il a aussi annoncé que les vols de rapatriement vont être suspendus. En effet, le dernier vol de rapatriement aura lieu le 1er novembre prochain. Par ailleurs, pour éviter les risques, le président Andry Rajoelina a aussi pris la décision de faire machine arrière en ce qui concerne la reprise des vols venant des Îles voisines. La réouverture des liaisons aériennes prévue pour le 29 octobre est donc annulée.Les examens du baccalauréat auront lieu ce jour. Aussi, le Chef de l’Etat n’a-t-il pas manqué d’adresser un message d’encouragement aux candidats, mais aussi à tous les zanaka Malagasy qui vont rejoindre le chemin de l’école d’ici le 26 octobre. Il a d’ailleurs réitéré que les inscriptions dans les écoles publiques sont gratuites. Une caisse école a d’ailleurs été ouverte pour assurer et financer la gratuité de la rentrée.  » Les parents d’élèves ne paieront aucun frais, du moins pour la première trimestre « , a déclaré le président. Il a aussi annoncé que la distribution des kits scolaires au profit des élèves des EPP et des lycées vont se poursuivre.Davis R

Midi Madagasikara3 partages

Jirama 45 ans : Nouveau départ à la recherche de la satisfaction des clients

La Jirama a lancé, le 17 octobre dernier, la célébration de son 45e anniversaire qui se déroulera sur toute une année.

Les dirigeants de la Jirama parlent d’une nouvelle naissance à 45 ans. Le défi, que cette société d’Etat veut relever, est de redevenir la fierté de tout le Peuple Malgache.

La Jirama célèbre son 45e anniversaire durant toute une année. Cette célébration a été lancée officiellement le 17 octobre dernier et sera marquée dans les 35 Centres de la société à travers le pays. « 17 octobre 1975 – 17 octobre 2020, la Jirama, en tant que société d’Etat, souffle ses 45 bougies. Le mot d’ordre durant la célébration sera : Les clients sont prioritaires. Chacune des Directions Interrégionales aura son programme de célébration, entre autres, la levée du drapeau, le culte œcuménique, carnaval tout en respectant les gestes barrières, actions d’assainissement dans les locaux de la Jirama, compétition sportive, voyage d’études dans les sites de la Jirama, actions civiles, etc. », a communiqué la Jirama. En effet, la célébration de ses 45 ans d’existence sera consacrée à la priorisation des clients.

45 millions ariary à gagner. Pour marquer cette importance des clients, la Jirama organise dans le cadre de la célébration un jeu baptisé Crispy45. D’après les explications, il s’agit d’un jeu Tombola avec lequel chaque vainqueur sera récompensé d’un million d’ariary, sous forme de bon de paiement, lui permettant de payer ses factures. « Ce ne sera pas une somme d’argent remise en espèce, mais des Avoirs auprès de la Jirama. Tous les clients qui paient leurs factures entre les 17 octobre et 17 novembre par Mobile Money, c’est-à-dire par  Airtel Money, Mvola et Orange Money, ou ceux qui paient auprès de la Paositra Malagasy, par Messenger via MyAccès (pour les clients d’Accès Banque) feront parties d’office des clients participants au tirage au sort. 45 gagnants seront récompensés d’un million d’ariary chacun, et il y aura encore d’autres prix. Le tirage se fera à la fin novembre. Avec cette action, la Jirama entend partager sa joie à ses clients, vulgariser les autres moyens de paiement des factures, simples et loin des longues files d’attente », ont expliqué les organisateurs du jeu.

Redressement. Certes, la Jirama a encore besoin de faire beaucoup d’efforts pour regagner la confiance et réussir à satisfaire ses clients. Dans cette optique, cette société d’Etat profitera des événements dans le cadre de la célébration, pour présenter son redressement en cours, les améliorations qui sont en marche et les résultats déjà enregistrés. Selon ses dirigeants, la Vision de la Jirama est de devenir une société productrice qui avance et donne une satisfaction aux clients sur la qualité de service et les produits à distribuer. D’ailleurs, les objectifs principaux de cette société dans le cadre de son redressement concernent l’amélioration de la relation clientèle ; de la production d’électricité ; de la production d’eau potable et le redressement financier. Plusieurs projets et activités sont déjà en cours, pour l’atteinte de ces objectifs. « Ce 45e  anniversaire déterminera la naissance de la JIRAMA pour les 45 ans à venir, suivant les valeurs ci-après : Les clients d’abord – Respect – Intégrité – Solidarité – Réussite et également la pleine expansion », a indiqué la société d’Etat. Celle-ci a noté qu’outre la recherche de la satisfaction des clients, elle occupe une place importante dans le développement du pays.

Antsa R.

Midi Madagasikara3 partages

Bilan hebdomadaire de la Covid-19 : 131 nouveaux cas, 1 décès et 223 guérisons

Comme il a déjà été annoncé, il n’y a plus de bilan journalier de la situation de la pandémie de Covid-19 émanant du CCO Ivato. Désormais, le rapport est communiqué chaque semaine. Du samedi 10 octobre au vendredi 16 octobre 2020, le pays a enregistré 131 nouveaux cas, 1 décès pour la région Analamanga et 223 guérisons. Le nombre de tests effectués durant la semaine est de 2 621 selon le rapport du Centre de commandement opérationnel.

Recueillis par Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara2 partages

Histoire de la ville : « …Antananarivo… une cité Malade »

Asinome Harimino Elisé a soutenu à l’Université d’Antananarivo au sein du département d’Histoire sa thèse de doctorat, “L’aide française au développement et la ville de Tananarive, l’équipement de la capitale dans le contexte du rapport postcolonial (1960-1973)”. Parallèlement à ses travaux de recherche et d’enseignements en sciences sociales, il a exercé des activités de consultance auprès des organismes internationaux de développement. Actuellement, il assure la fonction de coordonnateur des projets auprès du Secrétariat général de la Commune urbaine d’Antananarivo.

Les villes portent les stigmates des passages du temps, occasionnellement les promesses d’époques futures. Elle joue un rôle important dans l’histoire d’un pays car elle est témoin des événements du passé. 

Asinome Harimino Elisé, s’est intéressé à l’histoire des villes, notamment Antananarivo. ayant grandi   à Mananjary,   rien ne prédit à l’enfant qui a passé chaque année ses vacances dans un champ de café de ses parents, situé au pied de la colline rocheuse Vatovavy, à garder un attachement particulier pour la capitale malgache qu’il a découvert juste après le baccalauréat pour poursuivre ses études en Histoire.  Interviewé par l’équipe de Midi Madagasikara, il retrace l’histoire de la ville des mille.

MIDI Madagasikara: Comme toutes les capitales, la ville d’Antananarivo a connu un changement en termes d’urbanisation, elle avait un autre visage au XIXème siècle. Comment était l’urbanisation pendant la période précoloniale?

Asinome Harimino Elisé:  Parler d’Antananarivo au XXème siècle nous renvoie à l’histoire d’un processus d’urbanisation de la colline d’Analamanga, grâce aux contacts avec les Européens. Mais la transformation de cette petite contrée en un véritable centre urbain, remonte quelques siècles avant, sous le règne d’Andrianjaka, un souverain du royaume Merina.  Depuis le XVIIème siècle, Analamanga détient un rôle de premier plan dans les domaines politiques, économiques, religieux et militaires. C’est ainsi que l’ancienne cité Vazimba prend une nouvelle appellation Antananarivo, « la cité des mille guerriers », ce qui montre la force de la cité par le nombre de ses habitants depuis le règne d’Andrianjaka.

Andrianampoinimerina est aussi connu pour son sens de l’organisation en matière d’économie. Les activités commerciales sont fixées tous les vendredis, jour du marché, sur la place d’Andohalo où les paysans environnants de la région affluent pour vendre ou acheter des produits. Ces dispositifs montrent que le contrôle du royaume nécessite un aménagement de l’espace.  Radama Ier (1810 – 1827) donne surtout un coup d’envoi pour faciliter l’introduction des étrangers, surtout les Européens, sur le territoire merina. Leurs présences marquent la transformation du paysage de l’enceinte du rova et de nombreux quartiers des collines d’Antananarivo.

MM: D’après vous, le christianisme a contribué au processus de développement urbain dans les collines d’Antananarivo, mais les étrangers ayant fréquenté la cité royale ne sont pas tous de missionnaires.

AHE: Vous avez raison, les missionnaires ont effectivement joué un rôle clé dans la mutation du paysage de la cité d’Analamanga. Associée au développement du christianisme, l’affluence des biens manufacturés et les échanges commerciaux constituent également des attraits permettant à Antananarivo de démontrer son statut de capitale. De plus, dès le règne de Radama 1er, l’expansion du royaume favorise une image attrayante de ce chef-lieu, centre de toutes les affaires administratives, politiques et militaires de l’Imerina et de certaines parties de la Grande Ile. Le rôle commercial de la cité s’accroît aussi de manière exponentielle.

MM: La colonisation a fait d’Antananarivo la capitale de Madagascar. Les colonisateurs ont apporté leurs techniques et leur « savoir-faire ». À cette époque, la capitale malgache a changé de visage. Quels sont les apports des Français, pendant la période coloniale?

AHE.  La morphologie de la ville d’Antananarivo au moment de la colonisation reste encore marquée par les efforts de contrôle d’un territoire urbain de la capitale dans les années 1910 et 1920 par la concrétisation du projet colonial : entretenir l’image de la capitale en tant que vitrine du régime de l’époque.  Les infrastructures urbaines permettent certes d’améliorer en général les conditions de vie des tananariviens. Cependant, les travaux d’urbanisme de l’époque profitent plutôt à une catégorie d’habitants, surtout les cadres et les fonctionnaires du régime colonial. En 1918, est dressé par l’architecte -urbaniste, Géo-Cassaigne, un plan-programme d’aménagement et d’extension de la ville d’Antananarivo, contenant les dispositifs nécessaires pour l’amélioration des cadres de vie des tananariviens, surtout les fonctionnaires coloniaux.

MM: Quels sont essentiellement les faits marquants de l’aménagement urbain pendant cette période de l’administration coloniale ?

AHE:: Les premières décennies de la colonisation française à Madagascar sont marquées par un urbanisme d’État avec des grands travaux d’aménagement urbain. Afin d’exercer le réel contrôle sur les constructions, le pouvoir colonial a fait appel aux experts de l’aménagement urbain de l’époque pour une mission d’évaluation de l’ état des lieux de la capitale où se concentrent des édifices participants d’un « art urbain colonial ». L’architecte urbaniste envisage la spécialisation des quartiers où Analakely et Tsaralalana qui sont destinés aux  activités commerciales et Antaninarenina, Ambohitsorohitra et Isoraka sont voués à l’emplacement des blocs administratifs. La plaine de l’Ouest de la ville est prévue aux infrastructures sociales tandis que l’axe Nord Ouest (Antanimena, Ankorondrano et Ivandry) et l’axe Sud ( Fiadanana, Soanierana, Ankadimbahoaka et Tanjombato) sont essentiellement reservés aux activités industrielles.

MM: En 1960, Madagascar accède à l’indépendance. La capitale malgache se transforme en une ville « moderne« . La période post coloniale a-t elle fait d’ Antananarivo une ville « anarchique« ?

AHE:: Comme je viens de soulever tout à l’heure, le problème d’urbanisme de la capitale remonte après la Seconde guerre mondiale, à partir du moment où l’administration coloniale n’arrive pas à maîtriser le phénomène migratoire dans les zones marécageuses de la ville où l’État a perdu le contrôle. Ceci laisse le champ libre aux constructions illicites sur le long des digues et  celles des  ménages à faibles revenus. D’ailleurs, la situation s’est aggravée par les inondations de mars 1959 ayant provoqué 40 000 sinistrés. Au temps zéro de l’Indépendance, la capitale malgache rencontre déjà des contraintes diverses et éprouve des besoins particuliers où l’autorité publique doit apporter des réponses sérieuses. On peut dire qu’à la sortie du régime colonial, Antananarivo est une ville malade. Elle connaît une crise qui se manifeste par une dégradation des conditions de vie de la population.

MM: Que représente la ville d’Antananarivo pour les dirigeants de la jeune nation malgache de l’époque?

AHE:  Pour vous répondre, voici comment est qualifiée la ville d’Antananarivo par un journal de l’époque, Le Courrier de Madagascar, paru en juin 1962 : «  A la fois, la capitale historique de la nation ; le siège du Gouvernement ; le siège des assemblées politiques, le centre administratif de l’Etat ; le chef-lieu de la province centrale ; le centre universitaire, le principal centre économique et financier et enfin, surtout, l’agglomération de loin la plus importante par le nombre de ses habitants qui s’accroît de jour en jour et dépasse actuellement 240 000. » En effet, de sa position de ville primatiale dans la Grande Île, le gouvernement accorde à la ville d’Antananarivo un statut particulier lui permettant d’assurer au mieux la gestion des intérêts divers qui se trouvent mis en jeu sur son territoire, à l’instar de la plupart des capitales des Etats modernes et, plus particulièrement, des villes de Paris et d’Alger.

MM: Quel est le rôle de l’ancienne puissance coloniale en matière d’urbanisme, une fois que le pays ait accédé à l’Indépendance ?

AHE:  La diffusion de l’expérience coloniale en matière d’Aménagement reste encore ressentie même après l’Indépendance. La France dispose d’une offre à faire en matière de gestion et de développement urbains pour les anciens territoires. D’ailleurs, les compétences françaises en matière d’urbanisme s’exportent dans les villes des pays en voie de développement, comme Madagascar. Après l’indépendance, la ville d’Antananarivo devient en quelque sorte un terrain d’expérimentation pour les uns et d’acquisition d’expériences pour les autres en matière d’urbanisme.

MM: Comment se positionne la politique publique en matière d’urbanisme face à l’urgence du développement agricole pour répondre au « Politikan’ny kibo », prôné par le président Philibert Tsiranana, qui s’avère une grande priorité pour le pays?

AHE:  Depuis les années 40, la Seconde guerre mondiale a entraîné des bouleversements sur différents plans. Un changement est constaté au niveau du concept de la planification urbaine qui se trouve dans le contexte de biais anti-urbain. Cela se justifie par le premier argument reposé sur l’attention particulière portée sur le monde rural, du fait que « la très grande majorité des travailleurs était dans les zones rurales et que l’essentiel de la production était réalisé dans ces zones. Le bon sens suggérait qu’il fallait d’abord faire porter l’effort sur cet essentiel-là, c’est-à-dire sur l’agriculture et la campagne. » Ce qui fait, d’après le même auteur,que seul l’ingénieur agronome, l’agent du développement idéal peut réaliser ce défi. En effet, la ville est absente des politiques des États ayant explicitement préféré la campagne à la ville, et freiné ou cherché à freiner l’urbanisation. Du coup, tous les programmes de développement ont donné la priorité au développement des zones rurales. De plus, pour les dirigeants, le poids des électeurs ruraux pèse lourd et influence les choix.

MM: Enfin avant de terminer notre entretien, comment expliquer l’origine du phénomène “Quatre-mi” dans la capitale ?

Asinome Harimino Elisé. Le phénomène “Quatre-mi” remonte avant l’Indépendance même, plus précisément dans les années 40-50, après la Seconde guerre mondiale. J’ai eu l’occasion d’effectuer des travaux de recherche sur le phénomène de pauvreté en milieu urbain, particulièrement dans la ville d’Antananarivo, à travers mon parcours universitaire. Je peux conclure que, après la Seconde guerre mondiale, pour des raisons nécessairement économiques, des familles originaires des districts périphériques et des provinces viennent dans l’échiquier urbain de la capitale, dans l’espoir de trouver un avenir meilleur. Faute de revenus stables, dans leur mode d’insertion urbaine, elles s’installent dans des terrains accidentés ou insalubres. Loin de la surveillance du pouvoir public qui se montre inerte et impuissante face à cette situation, ceux qui ne peuvent pas s’installer sur un terrain public dans leur démarche d’occupation illicite, construisent des abris de fortune sur les digues ou des sites accidentés. Certains envahissent même le centre ville la nuit par des petites installations à côté des grands bâtiments, dans ou près des jardins publics. Ils forment le groupe de personnes vulnérables appelés “Quatre-mi”. Ce vocable est apparu sous le régime socialiste du président  Didier  Ratsiraka pour désigner les personnes en situation de pauvreté qui vivent dans la rue.

Propos recueillis par Iss Heridiny

Midi Madagasikara1 partages

Douanes : Les ventes aux enchères des marchandises non dédouanées bientôt en ligne

Les ventes aux enchères publiques sur le chemin de la digitalisation

Les personnes intéressées par les ventes aux enchères publiques organisées par l’administration des douanes pourront d’ici peu soumissionner en un seul clic. 

Le ministère de l’Economie et des Finances, à travers ses directions générales  continue  en effet d’innover  en matière de services publics.  C’est le cas, notamment au niveau de la Direction Générale des Douanes qui est en train de mettre en place une  nouvelle procédure de ventes aux enchères en ligne.

Digitalisation. Annoncée dans un article paru dans la page facebook de la Direction Générale des Douanes, cette nouvelle constitue un pas de plus vers la digitalisation des services opérée au niveau des démembrements du ministère de l’Economie et des Finances. On rappelle qu’après un certain délai, les marchandises non dédouanées par les importateurs sont mises en vente aux enchères. D’après l’article 237 du code des douanes,  « les marchandises qui n’ont pas été enlevées dans le délai de deux mois à dater de leur inscription au registre de dépôt sont vendues aux enchères publiques » Les procédures de ventes aux enchères ont évolué avec le temps. Il y a eu tout d’abord la traditionnelle vente à la criée, qui  compte tenu de la logistique assez lourde a été remplacée par le système de  la soumission cachetée. Ces deux procédures ont toutes nécessité les déplacements physiques, affiches et autres publications des avis dans les journaux. Mais avant la fin de l’année,  les opérations physiques céderont la place car tout se fera en ligne, via le site web de l’administration douanière.

Réformes. Grâce en tout cas à cette digitalisation, les ventes aux enchères considérées quelque part comme l’apanage de ceux qui ont les moyens de s’informer, se feront d’une manière plus transparente.  En effet,  le public visé sera plus large puisque  les soumissionnaires des  localités ayant accès à Internet peuvent visiter  le site web de la douane et participer, ainsi aux ventes aux enchères publiques.   Cette action entre dans le cadre des réformes entreprises au niveau de l’administration douanière malgache qui continue ainsi sa marche vers l’innovation.  Sur ce point d’ailleurs, la Direction Générale des Douanes a organisé récemment une table ronde virtuelle avec les partenaires techniques et financiers. Sous l’appui du ministère de l’Economie et des Finances, cette réunion était destinée à présenter  le programme de modernisation de la Direction Générale des Douanes. Une occasion de plus pour confirmer la confiance des  bailleurs car plus de la moitié des projets ont obtenu des promesses d’appui. Notamment de la part de  l’Organisation Mondiale des Douanes, de  l’Afritac South, de  la Banque Africaine de Développement,  de la Banque Mondiale,  de  la Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement  ( CNUCED) , de la Global Alliance Trade Facilitation et de Gasynet. Ces projets touchent la gestion des ressources humaines, les opérateurs agréés, la gestion des risques, le renforcement des capacités en matière de surveillance et en matière de contrôle de la valeur, et bien d’autres.

R.Edmond.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Sous-alimentation dans le Sud , une priorité absolue

La région Sud de Madagascar est une zone rouge de la famine. Plusieurs décès ont été signalés ce mois-ci dans la région. Plusieurs organisations, dont des organisations onusiennes ont déjà établi des programmes d’aide pour la population dans le Sud du pays. Le président de la République est descendu sur les lieux, dernièrement, afin de voir la situation de près.
Cette fois ci, ce sont les idées des ministres qui sont attendues. Les membres du gouvernement sont invités à donner des projets afin de lutter contre la malnutrition dans le Sud. Dans une semaine, les projets seront soumis, selon le dernier conseil de ministre. Ces projets seront financés par la mutuelle panafricaine de gestion de risqueAfricanRiskCapacity (ACR)
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Fin de l’état d’urgence sanitaire pour le pays

Sept mois que Madagascar a été placé en état d’urgence sanitaire : depuis le 21 Mars 2020. Le communiqué de la part du gouvernement, publié tous les 15 jours, a été attendu ce samedi 17 octobre mais aucun conseil de ministre n’a été réalisé. Ce dimanche 18 octobre, c’était le président de la République qui a pris la parole, sur la chaine nationale, annonçant la fin de l’état d’urgence sanitaire pour Madagascar, après plus d’une demi-année.
La fin de la situation d’état d’urgence sanitaire est un grand pas vers l’avant dans le combat du pays contre l’épidémie. Néanmoins, le virus est toujours à craindre. Les mesures barrières sont, alors, maintenues, telles que le port obligatoire de masque, suspension de la réouverture des frontières et l’interdiction des rassemblements de plus de 200 personnes. Un vol de rapatriement, le dernier, en provenance de la France est attendu pour le 1er Novembre.
Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus tao anatin’ny herinandro131 voa, 16 marary mafy, 01 maty

Iray namoy ny ainy vokatry ny valanaretina covid-19 teo anelanelan’ny 10-16 oktobra 2020, araka ny tatitry ny Pr Vololontiana Hanta, izay isaky ny sabotsy sisa no hanaovana azy.

Teto amin’ny Faritra Analamanga izy io, izay nampiakatra ny lavo hatramin’izay ho 238, manome taham-pahafatesana 1,41% mitaha amin’ny isan’ny voa hatramin’izay. Niisa 131 ny voa tao anatin’izay 7 andro izay, manome taha 18,71% isan’andro ny olona voa. 2261 ny fitiliana nahazoana ireo 131 ireo, manome taham-pahavoazana 5,79%. Toy izao ny fitsinjarany isaky ny faritany sy ny faritra: 26 Antananarivo (22 Analamanga, 04 Vakinankaratra) 07 Toamasina (01 Atsinanana, 06 Alaotra); 17 Fianarantsoa (07 Ambony, 02 Amoron'Imania , 08 Vatovavy Fitovinany); 06 Mahajanga (01 Boeny, 05 Melaky); 18 Toliara (06 Atsimo Andrefana, 02 Anosy, 08 Menabe) ; 39 Antsiranana (08 SAVA, 31 DIANA). Tany Antsiranana izany no nahitana ny voa be indrindra manome 29,77% tamin’ny tranga vaovao. 85 407 ny fitiliana hatrizay, nahitana 16 810, manome taham-pahavoazana ankampobeny 19,68%.

357 SISA TSABOINA, 16 MARARY MAFY

203 ny sitrana, ka 99 Analamanga, 02 Vakinankaratra, 20 Alaotra Mangoro, 04 Matsiatra Ambony, 01 Amoron'Imania, 03 Boeny, 04 Melaky, 09 Atsimo Andrefana, 12 Anosy, 02 Menabe, 08 SAVA, ary 49 DIANA. 16215 ny fitambaran’ny sitrana hatrizay, manome taha 96,46%. Miisa 357 sisa no mbola manaraka fitsaboana, manome taha 2,12%. Miisa 16 kosa ny marary mafy, ka 05 Analamanga, 08 Matsiatra Ambony (Fianarantsoa), 03 Atsimo Andrefana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Andry Rajoelina“Ny fahamehana no mijanona fa ireo fepetra mitohy…”

Nambaran’ny Filoha ankehitriny Andry Rajoelina omaly, fa resintsika ankehitriny ity valanaretina ity na mbola misy aza eto, ary mila mitandrina. An-dalam-pandresena,

 

 ary ahafaha-miteny izany ny antontan’isa. 16 834 ny olona voatily, 16 233 ny sitrana, vitsy sisa ny andalam-pitsaboana. 348 sisa %tsaboina, 3 ny tranga vaovao omaly. Ambony be ny taham-pahasitranana 96%, faha-14 amin’ny firenena be sitrana indrindra isika, hoy I Andry Rajoelina. Noho izany, tsy misy intsony ny fahamehana ara-pahasalamana satria eto Antananarivo Analamanga manontolo dia tsy nisy tranga. Tsy midika hoe tsy arahana ny fepetra ara-pahasalamana. Mitohy ary tsy maintsy manao arovava ny rehetra izay mivoaka ny trano, ny elanelana iray metatra indrindra ireo mbola misy toy ny any Ihorombe miakatra 10 isan’andro. Voarara ary tsy mbola azo atao ny famoriam-bahoaka mihoatra ny 200 mba tsy hiverenenan’ny “2ème vague” tahaka ny any amin’ny firenena maro, hoy izy. Heverina ho paikady politika io satria ny Filoham-pirenena tany amin’izay nalehany, dia tsy nihantra velively io tamin’ny ankampobeny. Azon’ny governora miaraka amin’ny Prefe ny mandray fepetra any amin’ny distrika rehetra manerana ny Nosy.

MBOLA MIKATONA NY SISIN-TANY

Miakatra be ny olona voa any Eoropa ary miverina mihiboka, ka mbola mikantona ny sisin-tanin’i Madagasikara, mbola tsy mandray ny sidina avy any ivelany. Ny any Nosy dia efa manomboka misokatra ny fandraisana ny fizahantany, fa ireo firenena misy ny “phase 2” dia tsy afaka ny horaisina. Ny olona tavela any ivelany, toy ny avy any Frantsa, dia hatramin’ny 01 novambra ny sidina farany. Foana ny fanokafana sisin-tany amin’ny 29 oktobra, ary ny fampodiana ihany no azo atao. Omaly ny fandaharana farany fanao isan-tapa-bolana. Hiompana bebe kokoa amin’ny fametrahana ivon-toerana ara-tsakafo sy ara-pitsaboana hiadiana amin’ny mosary any Atsimo ny fanjakana, hoy Rajoelina.

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Vatsy tsinjo sy tosika fameno7,80% n’ny Malagasy no nahazo fanampiana

Miisa 421 415 tokantrano no nizarana an’ireny tosika fameno sy vatsy tsinjo ireny tamin’ny faritra izay tena voa mafy tamin’ny valanaretina: Analamanga, Alaotra, Analajnjirofo, Diana, Amoron’i Mania,…

 hoy ny Filoha Rajoelina omaly. Tsy ny faritra angamba fa distrika sasantsasany tamina faritra satria raha eto Analamanga, ohatra, dia misy distrika maro tsy nisitraka. Raha kotiana ho misy olona 5 isaky ny tokantrano, dia 2 107 075 izany ny Malagasy nisitraka izany manerana ny Nosy. Raha heverina ho 27 tapitrisa ny Malagasy amin’izao dia 7,80% tamin’ny Malagasy izany no nisitraka izany nanerana ny Nosy, ary 26% eo kosa no nisotro ny CVO, raha mitombina tokoa ilay hoe 7 tapitrisa mahery nizarana azy. Mbola baraingo mandrak’androany ny fatra sy ny isa tamin’ny novokarina tamin’io tambavy io. Ny nozaraina izany no fantatra raha tena marina? Fa firy marina no novokarina? Firy no nalefa tany ivelany? Firy no lafo? Ny hita aloha, dia nahena 1000 Ar ny vidiny teny amin’ny Grande Surface, nahena ho 300Ar indray avy eo. Tsy naharisika ny olona ve na nanaka-danitra aza ny doka matoa nahena? Nilaza ny Filoha omaly fa niova ny fijerin’izao tontolo izao an’I Madagasikara hoe: mamonjy namana, ary firenena maro no tonga naka ny CVO+. Amidy sa zaraina? Ohatrinona marina ny vola natontona tamin’io? Iza no mampiasa vola ao? Maro ny zavatra tsy mazava.

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mpivarotra amoron-dalana etsy AnalakelyMiantso fifampiresahana haingana

Raikitra indray ny fangalam-piery teny Analakely sy manodidina. Rehefa tonga eny an-toerana ny polisy nasionaly sy ny polisy monisipaly dia vaky tady mandositra ireo mpivarotra.

Mifanenjika ny roa tonta mandrampaharivan` ny andro izany. Raha tsiahivina dia nanomboka ny sabotsy 10 oktobra teo no nanomboka ny fanesorana ireo mpivarotra amoron-dalana sy ireo mpanamboatra finday izay manamorona ny “avenue” etsy Analakely. Nanome toky ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) fa omena toerana izy ireo saingy hatreto aloha dia mbola manjavozavo izany fanapahan-kevitra izany ka raisin` izy ireo ho fanesorana azy ankolaka. Herinandro aty aoriana mantsy dia mbola tsy misy toerana voafaritra. Miantso ny famahana ny olana haingana ireo mpivarotra amoron-dalana nanaovana fanadihadiana. Raha ny fitarainana ataon` izy ireo mantsy dia izay entana lasan`ireo polisy nasionaly monisipaly dia tsy misy miverina intsony izay lasa fatiantoka. Ny hita aloha, tsy mahafaka ireo mpivarotra amoron-dalana ireo polisy sy ny mpiasan`ny kaominina.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’i TsihombeNizara sakafo sy rano ny Minisiteran’ny mponina

Nizara Sakafo manta sy masaka ary Rano, niaraka tamin-dy Masera tany Tsihombe ny Minisitry ny mponina Rtoa Bavy Angelica sy ny Depiote voafidy tany an-toerana Rtoa

 

Masy Goulamaly ny faran’ny herinandro teo. Raketa mena, azo atao sakafo sy azo atao fanafody ihany koa. Isaorana betsaka ry Masera eto Tsihombe amin'ny fanateran'izy ireo ny rano ho an'ny vahoaka aty amin'ny toerana izay tena lavitra tokoa, hoy ny Minisitra. Fokontany 3 no voatsidika dia n tao Ambanivohitr'Imongy, Distrikan'i Tsihombe; ny fokontanin'Imongo tampon-tanàna, ny fokontanin'Andranovato ary ny fokontanin'Ambaro Nord. Niarahana hatrany tamin-dry Masera sy ny Solombavambahoakan'i Tsihombe Ramatoa Masy Goulamaly izany, izay nitondrana rano fisotro madio sy sakafo vonjimaika ho an'ireo mpiray Tanindrazana aty an-toerana. Nisy ihany koa ny fifandrimbonan'ny ekipa eo anivon'ny Minisiteran’ny mponina sy ny Minisiteran'ny ati-tany amin'ny fanamboarana ny kopia ho an'ireo zaza izay mbola tsy manana an'izany amin'ny tampon-tanànan'i Tsihombe ka maimaim-poana ny fanaovana azy. Fanombohana ihany izao natao izao fa rariny loatra raha toa ka misy ny fitohizan'io hetsika io ho tombontsoan'ny vahoaka ka tsara raha mba mijery izany akaiky ny tompon'andraikitra isan-tokony ary maneho ny fiaraha-mientana anatin'izany, hoy ny Minisiteran’ny mponina, fa ny raketa mena, dia azo atao sakafo sy azo atao fanafody ihany koa. Any amin'ny faritra Atsimon'ny Nosy no tena misy azy io, toy ny ao amin'ny Distrikan'i Tsihombe, Faritra Androy. Zava-dehibe ny fizarana zavatra tahaka izao, ary mety mahavita izay ho vitany, fa ny hirariana dia hisian’ny vahaolana mafonja sy maharitra.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

AmbohijatovoEfa-dahy mitam-basy nanendaka vehivavy

Vehivavy iray novelesin` ireo jiolahy miisa efatra teo amin’ny lohany, notaritaritina tamin’ny tany.

Naratra mafy ilay niaran-doza. Izany no herisetra nateraky ny asan-jiolahy nitranga ny sabotsy teo tetsy Ambohijatovo manakaiky ny tonelina, tokony ho tamin’ny fito ora sy sasany hariva, jiolahy izay voalaza fa nitazona basy. Nitsoaka moa izy rehefa vita ny asa ratsy. Taorian`izay dia nanatona polisy ilay voaendaka. Ankona ity farany raha namaly ny mpitandro filaminana fa tsy sahy amin`izany jiolahy efatra mitondra basy izany izy ireo ka niala tsiny. Omaly alahady kosa dia nandray tsara ilay niharan-doza ny polisy ary nanomboka ny fanadihadiana.Tsy mandry fahalemana ny tanàna. Vao harivariva milenti-masoandro dia efa fitaintainana ny an’ny mponina amin’ny tsy fandriampahalemana. Manao ny ataony ireo mpanao sintomahery, ny mpanendaka, ny mpanolana, ny mpanao herisetra amin’ny endriny samihafa. Azo atao tsar any mametraka paikady mahomby kokoa amin` ny fanatsaràna ny fitandroana ny filaminana. Eo ohatra ny fametrahana ireo “camera” fitiliana eto an-dRenivohitra. Atomboka amin` izay toerana tena mafana sokajiana ho faritra mena mba hanarahamaso 24 oa amin’ny 24 ora ny zavamisy. Zavadehibe ihany koa ny fampitomboana ireo andrin-jiro mirehitra tsara ary manazava tanàna amin’ny alina, ary farany dia tokony atao mazava sy aparitaka ho fanta-bahoaka hoe firy marina ny laharana maintso ahafahana miantso raha mila vonjy amin’ny mpitandro filaminana.

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihana tany Est VinanyLasa ny basy sy ny vola rehetra

Mpandraharaha iray mipetraka sy monina ao amin'ny Fokontany Est Vinany any Ambositra, toerana fantatra amin’ny hoe: ampitan'ny Tany Malalaka, notafihan'ny dahalo mitam-basy ny sabotsy alina tamin'ny 12 ora sy sasany teo ho eo, raha ny vaovao azo.

 

 Lasan'ireo olon-dratsy ny vola tao an-trano, izay tsy fantatra mazava ny isany. Lasany ihany koa ny basy fiarovan-tenan'ilay tompon-trano. Tsy nisy naratra, tsy nisy aina nafoy. Tonga teny an-toerana ny Zandary avy amin'ny Borigady Ambositra sy ny Polisy avy ao amin'ny DRSP Amoron'i Mania saingy efa lasa ireo Dahalo. Omaly maraina ihany koa dia tonga teo ny Ekipan'ny Zandary miaraka amin'ny alika mpitsongo, dia saingy efa voahosihosy ilay toerana dia mety handiso ny fanaraha-dian'ilay alika ka tsy afaka natao ilay izy, ny tompontrano rahateo miompy alika ihany koa. Mitohy kosa anefa ny fanadihadiana ataon'ireo mpitandro filaminana ireo mikasika ity raharaha ity, hoy izy ireo. Isan’ny mety ho hirika ny fisian’ny taim-bala latsaka, izay balana kalaky, misy laharana ny bala mety afahana ny nipoirany, indrindra sanatria avy amin’ny mpitandro filaminana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Vonjy aina any AtsimoTsy mikely soroka ny tafika

Mirindra araka ny lamina efa napetraka ny iraka sahanin'ny BMM sy ireo ministera tompon'andraikitra amin'ny famonjena ireo mponina ianjadian'ny kere any atsimo, hoy ny tatitra avy amin’ny Minisiteran’ny fiarovam-pirenena.

Mitohy hatrany ny fitsirihana sy fidinana isan-tokantrano ataon'ireo miaramila mpitsabo sy ny mpanampy azy amin'ny fitadiavana ireo olona voa mafy sy marefo vokatry ny tsy fahampian-tsakafo ka tsy afaka manantona ny toerana voatokana handraisana azy ireo. Miara miasa akaiky amin'ny mpiasan'ny fahasalamana ireto miaramila ireto ary ny fiaran'ny Tafika no ampiasaina andraisana an-tanana izay mila izany mialohan'ny andefasana azy eny anivon'ny CSBII Amboasary Atsimo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Baobab Malagasy Ampirantiana any Seoul – Korea Atsimo

Isan’ny anaovana fampirantiana ao Seoul any Korea Atsimo ny sarin'ny baobaban i Madagasikara ao Seoul- Korea.

 

 "Sendra mba nandeha nitsangatsangana an-tongotra ny hariva aty Seoul iny no nahita ny lalana miravaka sary eraky ny tanana. Dia mba faly ery ny tena fa nisy toerana iray manontolo momba ny baobab an'i Madagasikara. Ny Koreana tena tia an'i Madagasikara, tsy dia nahagaga ihany koa ny nahitana ireo sary satria misy namana Koreanina vitsy vitsy izay mpaka sary tany Madagasikara ihany koa”, hoy ny fitantarana. “Rehefa tena nojerena anefa hoe iza ilay mpaka sary, nientana ny fo nahita ny anarana Malagasy, tsy iray tsy roa fa maro. Anisan'izany i: Fidisoa Ramanahadray, Toky Rasolofoarimanana, Toky Lytah,...”, hoy hatrany ny fitantarana momba ity fankafizan’ny vahiny ny harena voajanahary mampiavaka an’i Madagasikara ity. Marihina fa misy ireo mpikarakara dia ara-pizahantany Koreanina Tatsimo mametraka ho isan’ny tolo-kevitra voalohany amin’ny toerana tsara sy mahafinaritra tokony hotsidihina, dia ny allée de baobab Morondava sy ireo toerana misy baobab, izay milahatra amin’ireo toerana malaza tahaka ny Lac de Rotorua any Nouvelle Zélande, ny Bougainvilleas any Bodrum Turquie,…

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra BoenyMiteraka disadisa ny fitrandrahana drakaka

Nikatona ny 15 oktobra lasa teo ny tsena fitrandrahana drakakaka manerana ny fari-dranomasina eto Madagasikara ary tsy hisokatra raha tsy amin` ny 15 desambra izao.

Toa mitanila anefa izany, hoy ireo mpandraharaha misehatra amin`ny fitrandrahana drakakaka ao Boeny, satria tsy misy fampahafantarana ofisialy amin`ny fikatonanan`ny tsena izay. Nanao fanambarana ireo mpandraharaha rehefa nandraisana fanapahan-kevitra tampoka amin`ny fanakatonana ny tsena. “Fanakatonana tsisy fampilazana fa ireo sinoa indray no milaza tapitra ny fangalanay izany. Gaga sy velom-panotaniana ihany izahay raha naheno izany satria tsy mba ireo tomponandraikitra ao amin`ny jono no mampilaza mialoha fa ny Sinoa indray”. Nambaran`izy ireo fa mpandraharaha sinoa no matetika no manangom-bokatra any an-toerana. Noho ny bizina samihafa iarahana amin` ireo tompoandraikitra ara-panjakana amin`ity sehatra ity dia mitaraina ireo mpandraharaha miezaka manara-dalàna. Tsy mbola misy ny fanambarana ofisialy no sady tsy misy fiomanana taorian`ireny hamehana ara-pahasalamana ireny, hoy hatrany ny fanazavana. Etsy ankilany, ny fitondrana dia nanamafy tsy maintsy mihatra ny lalàna fanakatonana ny fitrandrahana drakaka nanomboka ny 15 oktobra teo amin`ny alalan` ny didim-pitondrana na dia tsy nivoaka aza ny lalàna mamaritra izany hatreto, hoy Jaozandry René, talem-paritry ny jono ao Boeny. Marihana fa ny volana oktobra dia manatody ny drakaka ka izay no antony hanakatonana ny fotoam-pihazàna.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fifaninanan’ny “Thai League 2”Namono baolina 4 i Njiva omaly

Mandravarava ry Njiva Rakotoharimalala ao anatin’ny fifaninanan’ny Thai League 2 any Thailande.

 Nomantsin-dry Njiva izay mpanafika ikoizana sy mamiratra ao anatin’ny Klioba Nong Bua Pitchaya tamin’ny isa 5-0 ny Chiang Mai FC. I Njiva avokoa no namono ny baolina 4 ho an’ny kliobany. Teo amin’ny andro faha-10 amin’ny fifaninanam-pirenena any an-toerana izy io, ary mametraka azy ireo ho eo amin’ny laharana voalohany vonjimaika hatrany.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

SECES Sampana Antananarivo “Sazio mafy ny mpanakorotana ny bakalorea”

Nisy ny fanambarana nataon’ny SECES Sampana Antananarivo omaly 18 oktobra noho ny hiatrehana ny fanadinam-panjakana Bakalorea, izay vavahady sy kihon-dalana hidirana eny amin’ny anjerimanontolo ho an’ireo mpianatra kilasy famaranana.

 Misaotra sady midera ny herim-po ananana sy ny ezaka tsy roa aman-tany nataon’ny Ray aman-dReny tsirairay ho fitsinjovana ny menaky ny aina; Mankahery sy mirary ny soa sy tsara indrindra ho an’ny mpanala fanadinana rehetra mba ho samy hiatrika izany ao anatin’ny fitonian-tsaina tanteraka sy fahasalamana ka samy hahazo vokatra tsara. Aza manahy fa tsy mivaona velively amin’ny lesona sy ny fampiasana efa nampianarin’ireo mpampianatra mpanabe anareo nandritra ny taom-pianarana no hanadinana anareo, hoy ny SECES. Miantso ny tompon’andraiki-panjakana isan-tsokajiny mba samy handray ny andraikitra manandrify azy ka tsy hilefitra na hiraviravy tànana eo anatrehan’ny mety ho fisian’ny zatra làlan-dririnina, fanetribem-pirenena izay sahy misoloky ny mpiara-belona, mampisavorovoro ny saim-bahoaka, mamboly korontana eto amin’ny fuirenena iombonana ary manasoketa ny ezaka ataon’ny tompon’andraikitra rehetra ho fandavorariana an-tsakany sy an-davany ny saim-bahoaka, mamboly korontana eto amin’ny firenena, ary manasoketa ny ezaka ataon’ny tompon’andraikitra rehetra ho fandavorariana io fanadinana io. Saro-pady sy masina loatra aminay SECES ny fanabeazana sy fampianarana, koa dia takianay ny hampiharana ny sazy faran’izay henjana amin’ireny fahavalom-pirenena ireny, ary indrindra ho an’ireo atidoha milotrika ireny asa ratsy ireny, hoy ny SECES.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Sekolim-panjakanaTsy mandoa vola aloha ny ray aman-dreny…

Nanokana tetibola ny fitondrana hanamaivana ny Ray aman-dReny, indrindra ny eny amin’ny sekolim-panjakana.

 Nisy vola nalefa any amin’ny sekoly tsirairay manamarika ny maha maimaimpoana ny fampidirana, hoy i Andry Rajoelina omaly. Nambara fa maro be ireo miverina an-tsekoly noho ny fanapahan-kevitra noraisina. Miezaka izahay ny hanome ny ankamaroan’ny mpianatra eny amin’ny EPP ny “Kits scolaires” ka ezahina mba ho maro no hahazo. Tsy voatery hahazo daholo, fa izay tratra dia tokony hataon’ny Ministera avokoa, hoy indray ny filoha. Tsy tokony hisy vola mihitsy aloan’ny Ray aman-dReny. Misy ihany ireo mpampianatra FRAM “non subventionné”. Matetika dia ny Ray aman-dReny no manao “cotisation”, ka efa misy ny “caisse école” homena ny EPP rehetra. Tsy tokony hisy vola alohan’ny Ray aman-dReny amin’izao telo volana voalohany izao. Midika ve izany fa any amin’ny telo volana faharoa sy fahatelo dia tsy maintsy hiverina handoa latsakemboka ho an’ny mpampianatra ihany ireo Ray aman-dreny ? Nirary soa ny mpianatra hiditra amin’ny 26 oktobra i Andry Rajoelina. Tahaka izany ihany koa ireo hanala ny fanadinam-panjakana anio.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitra Assoumacou Béatrice“Aleo hiatrika fanadinana am-pitoniana ny mpianatra”

Anio, 19 oktobra, no hiatrika ny fanadinam-panjakana bakalorea ireo mpiadina miiisa 164 338 manerana ny nosy.

 Manoloana izany, miantso ny olom-pirenena rehetra mba hamela ny mpianatra hiatrika ny fanadinana ampitoniana. Izany no antoka hananan'ny mpiadina fifantohana amin'izany fanadinana hatrehiny izany, hoy Pr Assoumacou Elia Béatrice, mininistry ny Fampianarana Ambony sy ny Fikarohana ara-Tsiansa. Misaotra sy midera ny ezaka nataon'ny mpitandro ny filaminana sy ny fitsarana izy amin` ny fitsinjovana hatrany ny hoavin'ireo zanatsika. "Tsy ho tombotsoan'iza na iza ny fanakorontana ny mpianatra hanala fanadinana fa fanapotehana ny hoaviny. Aleo hiatrika am-pitoniana ny fanadinana ny mpianatra mba hananan'ny firenena olona vanona sy vonona any aoriana, mba tsy ho raraka an-tany ihany koa ny ezaka nataon'ireo mpianatra nandritra ny taona maro, indrindra ny tamin'ity taona ity izay sarotra tokoa noho ny fiatrehana ny covid-19”. Manameloka tanteraka ny fanakorontanana amin'ny endriny maro samihafa ny fanadinana bakalorea ny ministry, araka ny fanambarana nataony. Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanapariahana laza adina sandokaMpampianatra 1 sy mpianatra 3 nidoboka am-ponja

Nampidirina amponja vonjimaika ny sabotsy 17 oktobra lasa teo tokony ho tamin’ny 7ora sy sasany hariva ireo olona 4 voarohirohy ho nanaparitaka laza adina Bakalorea sandoka tany Antalaha, taorian’ny fiakarany fampanoavana.

 

 Ny iray tamin'izy ireo dia mpampianatra tantara sy jeografia ary ny 3 dia samy mpianatra hanala bakalorea avokoa. Nosamborina sy natolotra ny fampanoavana izy ireo taorian’ny fipariahana laza adina sandoka tamin'ny tambajotra “facebook”. Laza adina sandoka noforonin'izy ireo ihany, ka tamin'ny alalan'ny hafatra miafina na “MP” tao anatin'ny “groupe” antsoina hoe "Cours Tsikely Antalaha" no nanaparitahana azy. Taranja Malagasy, Philosophie, Histo-Géo ary Mathématiques no nanaovan'izy ireo laza adina sandoka nezahina naparitaka mba hanakorontanana ny mpianatra any Antalaha ka hilazana hoe misy fivoahana laza adina mialoha ny bakalorea, hoy ny fanazavana. Efa eo ampelatanan'ny mpitandro filaminana sy ny fitsarana ny raharaha ka mahazo matoky ny mpanala fanadinana ao Antalaha hiatrika am-pitoniana ny fanadinana, satria milamina tsy misy ahiahiana ny mety hisian'izany fivoahana laza adina mialoha izany, hoy ny fampanantenan’ny manam-pahefana. Fampidirana am-ponja vonjimaika no natao, fa ny 02 novambra ho avy izao no hiakatra fitsarana ireo olona 4 ireo. Hentitra ny mpitandro filaminana notarihin’ny Kolonely Ravoavy Zafisambatra ny faran’ny herinandro teo, fa tsy helefitra amin’ny fanakorontanana, indrindra fa ny fanelezana resaka momba ny fipariahana laza adina mialohan’ny fotoana. Tsiahivina fa nikorontana ny bakalorea tamin’ny taon-dasa noho ny tandrametaky ny mpitondra. Hanomboka anio ny “Bakalorea 2020”, ka irariana mba handeha antsakany sy andavany, ary mirary soa ireo mpiadina manerana ny Nosy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tsena-barom-panjakana Be ny teny midina ka mahatonga ny kolikoly

Tsy vitsy ireo velon-taraina noho ny kolikoly momba ny tsena-barom-panjakana. Misy aza ny tsena tsy hanaovana tolotra mihitsy fa ifanarahana fotsiny amin` izao. Misy ireo mpandraharaha sasany nahazo tsena nefa tsy nahafeno fepetra takiana amin` ny bokin` andraikitra

 

. Ny tolotra sasany aza dia tsy ampy fanaraha-maso. Maro ireo mpandraharaha milaza fa misedra olana matetika noho izay kolikoly eo amin`ny tsenam-panjakana izay. Mbola sarotra anefa no hifehy izany. Ny SAMIFIN aza dia nanamafy nandritra ny tatitra nataony “isan`ireo mbola sarotra eto amintsika ny momba ny fanomezana tsenam-barom-panjakana izay hisian`ny teny midina matetika”. Anisan’ny famotsiam-bola mantsy ny fandefasana vola vahiny tsy ara-dalàna izay natao hialana amin’ny fanaraha-maso sy/na ny fitsirihana ataon’ny sampan-draharahan’ny hetra eo an-toerana. Raha tsiahivina dia miisa 430 ireo fanambarana famotsiam-bola mampiahiahy tonga teo amin` ny SAMIFIN, ka 267 dia avy amin` ny banky, araka ny tatitra nataon` ny SAMIFIN ny taona 2019.

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Midoka tena toa papelika

Manga ny lanitra, nahomby ny ezaka, tena nahay ny mpitondra ankehitriny tamin’ny pakaidy nentiny niatrehana ny krizy, raha ny valan-dresaky ny filoham-pirenena omaly.

 

Rehefa miaraka, hono, dia tafita ny firenena, ary ohatra velona izao. Asa tena tafita tokoa ve isika? Ambara fa resy ny valanaretina, saingy na inona na inona ambara dia resy ny vahoaka Malagasy. Sambany tao anatin’ny 60 taona angamba no nisy tahan’ny harin-karena niiba izany. Niova, hono, ny fomba fijerin’izao tontolo izao antsika satria isika lasa mpamonjy namana. Indrisy anefa, fa isika ilay hamonjy ity no tena mila vonjy sy efa “sous-sérum” raha marary any amin’ny hopitaly. Marary ny ariary, mikorosy fahana ny firenena, sahirana ny vahoaka, mitombo ny tsy an’asa, tsy milamina ny tany,… Ilay Filohan’ny mpamonjy izao tontolo izao no mitalaho fanafoanana trosa, tsy manana vahaolana raha tsy misy ny Banky iraisam-pirenena sy ny sampan-draharaha maneran-tany momba ny sakafo,… Tena fijery miabo tokoa ve no hijeren’ny vahiny an’i Madagasikara sa zary ataon’ny olona fihomehezana indraindray? Efa zava-dehibe aloha na izany aza ny fahataperan’ny hamehana, fa hafahafa ihany ity resaka fahalalahana mamory olona ity. Rehefa ny Filoha, dia tsy olana, fa rehefa ny hafa tsy mahazo mihoatra ny 200. Toa miharihary fa kajikajy politika no ao ambadika. Asa aloha izay zavatra hiova, fa ny tsy azo lavina dia miakatra ny maripana ara-politika eto. Mihenjana amin’ny mpanohitra ny Fanjakana, ary mandrangaranga hery, manenjika, misambotra, managadra,… Hitohy io fomba fiady io ka horahonana izay miana-kendry manakiana ny fanjakana sa hiova amin’ny amin’izay ny fomba fanao ?

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fifaninanan’ny Ligue 1 sy Ligue 2 Frantsay Nandresy ry Morel sy Fontaine, Bolida, Rayan

Nandresy 1-0 nanoloana ny FC Pau ny Paris FC ilalaovan’i Nomenjanahary Lalaina na Bolida ny sabotsy teo, nandritra ny andro fahafito iadiana ny tompondakan’ny Ligue 2 any Frantsa.

 Mpisolo toerana i Bolida, izay teo amin’ny minitra faha-65 no niditra an-tsehatra, ka ny 93% tamin’ny tolotra nataony nandritra ny 25 minitra nilalaovany, dia nahomby avokoa. Mitazona hatrany ny laharana voalohany vonjimaika ny Paris FC amin’izao fotoana izao. Mbola ao anatin’ny Ligue 2 hatrany dia nandresy 1-0 ihany koa ny Troyes misy an’i Rayan Raveloson nanoloana ny Rodez. Nilalao hatramin’ny farany i Rayan tamin’io, ary ny toeran’ny irakiraka afoavoany amin’ny sisiny havia no nametrahan’ny mpanazatra azy. Laharana faha-4, ary latsaka isa 3 manoloana an-dry Bolida ry Rayan amin’izao fotoana izao. Ho an’ny Ligue 1 kosa, dia nahazo ny fandresena voalohany tao anatin’ny lalao 5 ho azy ihany koa ry Jeremy Morel sy Thomas Fontaine, izay nandavo an’i Nimes 3-1 teo amin’ny andro faha-7. Tompon-toerana sy kapiteny i Morel tamin’io, raha toa ka mpiandry toerana sy tsy nilalao mihitsy kosa i Fontaine. Samy niatrika ny fampivondronana ny Barea farany teo ry zalahy voatanisa ireo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mponin'Ambodiranon’Ambilona“Vonjeo fa tadiavina horobaina ny tanindrazanay”

Miantso vonjy amin’ny ambaratongam-pahefana isan-tsokajiny ny mponina an-jatony maro ao amin’ny Fokontanin’Ambodiranon’Ambilona, Kaominina Ambohidronono, Distrikan’i Moramanga.

 

Misy olona mahitahita mibodo sy manao an-keriny ny tanin’izy ireo, ka 70ha amin’ny 175 ha no efa nofaritany, hoy ny fitarainana. Tany nindramin’ny vazaha nambolena sy nitahirizina omby izy io tany aloha, ary naverina tamin’ny vahoaka rehefa lasa izy ireo. Tsatohana izay sokajiana ho “baorina fotsy”” ny tany satria rehefa jerena any amin’ny sampan-draharahan’ny fananan-tany, dia tsy mbola misoratra aminy ara-dalàna velively io, hoy ireo mponina. Efa tamin’ny taona 1973 ny Ray aman-dReniko no nanajary an’io, tamin’ny taona 1977 aho no teo, ary 10 mianadahy ny zanako, ka aiza no halehanay sy hiafaran’ny taranako, tadiavin’ny mpanam-bola hofangitana tsotr’izao ny tany, hoy ny Raim-pianankaviana iray. Mody ataony ataony kelikely no faritana, kanefa rehefa nojerena tany amin’ny Fananan-tany ny katsahany hofangoina, dia voafaoka ao avokoa ny tanin-drazan’ireo vahoaka, ny fasana, ny tanimboly, tanimbary,… raha ny ambaran’izy ireo. Velon-taraina ireo mponina eo anatrehan’ny tsindrihazolena satria izay sahy mijoro hanohitra ny tsy rariny, dia rahonana hogadraina, hoy ny fitarainan’izy ireo. Efa am-polony no tratran’izany, ary vao tsy ela no nisy nolazainy fa nandrahona azy tamin’ny antsy sy famaky, ary tadiavina hogadraina ankehitriny, hoy ny fanazavana. Mba efa manana ny hoenti-manana kely amin’ny fanoratana ny taniny izahay, ka ampio, aza avela hobodoin’ny mpanam-bola ny taninay, fa havereno aminay, jereo izahay madinika fa tratry ny tsindrihazolena, hoy ny antso avo amin’ny ambaratongam-pahefana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tapany atsimon’ny nosy55 ka hatramin’ny 60km/h ny tafio-drivotra

Hahatratra 55 ka hatramin’ny 60km/h ny tafio-drivotra amin’iny tapany atsimon’ny nosy iny, ny marimarina kokoa eo anelanelan’i Toliara sy Taolagnaro,

 

raha ny fampahafantaran’ny sampana mpamantatra ny toetr’andro. Ho toy izany foana, raha ny fanazavana, no mety hitranga hatramin’ny marainan’ity alatsinainy ity. Mety hitera-doza ho an’ireo mpiandriaka madinika, noho izany, ny tsy fitandremana. Manentana hatrany ireo mpanarato, noho izany, ny Meteo mba tsy hiandrika aloha.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Feno 45 taona ny JIRAMA Hisy ny lalao goavana hahazoana 1 tapitrisa Ar

Feno 45 taona katroka tamin’ny sabotsy 17 oktobra teo ny naha JIRAMA ny JIRAMA. Nosokafana tamim-pomba ofisialy, tamin’io andro io, ary haharitra herin-taona ny fankalazana manerana ireo ivon-toerana 35-n’ny JIRAMA eto Madagasikara.

 

Hovoizina mandritra ny fankalazana ny fanamafisana fa ny « mpanjifa no laharam-pahamehana». Samy hanana ny fandaharam-potoana fankalazany ny Direksiona iraisam-paritra tsirairay avy, toy ny fananganan-tsaina, fiaraha-miombom-bavaka, filaharana manaraka ireo fihetsika sakana, hetsika fanadiovana ny ivon-toeran’ny JIRAMA, fifaninanana ara-panatanjahan-tena, fitsidihana fampahafantarana ny JIRAMA amin’ireo mpianatra, fanaovana hetsika sosialy, … Hiompana betsaka amin’ny fanaovana ny mpanjifa ho laharam-pahamehana ny fankalazana ny faha 45 taonan’ny orinasa. Niaraka tamin’ny mpanjifa no nanamarihana izany voalohany nanomboka ny sabotsy 17 teo amin’ny alalan’ilay lalao Crispy. Lalao tombola hahazoana 1 tapitrisa Ariary hahazoana mandoa Jiro sy Rano, izany hoe : tsy lela-vola fa "avoir" ka maromaro ny fitsipi-dalao amin’izany . Ho an’ ireo mpanjifa rehetra mandoa ny faktioran’ny JIRAMA-ny ao anatin'ny 17 oktobra ka hatramin’ny 17 novambra amin'ny alalan’ny mobile money dia avy hatrany dia isan'ireo hanaovana ankitsapaka. Miisa 45 izy ireo manerana ny Nosy no hahazo ilay 1 tapitrisa Ar. Misy ihany koa ireo hahazo loka maro samihafa. Amin’ny faran'ny volana Novambra no hanatanterahana ny fisarihana. Tanjona ny hiarahan’ny JIRAMA mifaly amin’ny mpanjifa, hampiasan'ny mpanjifa ireo tolotra hafa fandoavana faktioran'ny JIRAMA sady mora no tsy milahatra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ho tapitra ihany koa ny oktobraAhoana ny fidinan’ny vidin-tsolika ?

Dimy volana lasa izay ny 28 mey nilazan’ny Praiminisitra, fa hatramin’ny volana septambra na oktobra eo no hahafaha-manefa ny 170 miliara ariary, trosan’ny orinasa mpaninjara solika amin’ny Fanjakana.

Tsy azo atao izany amin’izao fotoana izao, na midina be aza ny vidiny iraisam-pirenena noho io trosa mbola ananan’ny mpandraharaha amintsika io, hoy ny Praiminisitra. Amin’izany vao antenaina fa mety hidina ny vidin-solika, hoy ny fanazavana tamin’izany. Tapitra ny septambra, ho dila ihany koa ny oktobra ka voaloha ve ny trosa ? Aiza ihany izay mba fiantraikany amin’ny Malagasy ? Mazava ny fialana bala amin’ny resaka fitotonganan’ny sandan’ny ariary, ny tsy fahafahana manao tahiry izay 45 andro farafahabetsany,… Tsy misy hadisoan’ny vahoaka izany, fa ny tsy fahaiza-mitondran’ny Fanjakana ankehitriny ka vokatra miantraika aminy no andrasan’ny olona, fa tsy ala bala sesilany. Tsy ny vahoaka Malagasy velively no nanao fitantanana tsy mahomby amin’ity kizarazara ho ana ampahan’olona ho an’ny tombotsoa politika ity, ka zary lany amin’izany ny vola vahiny. Tsy hadisoan’ny vahoaka no mampitotongana ny harin-karena ho miiba -1,2%. Ny firenen-drehetra, saika nisitraka ny fidinan’ny vidin-tsolika ny ankamaroany ka nahona no isika lazaina ho sangany no miraviravy tànana eto fotsiny ?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fampihorohoroana anaty aterinetoMiantso fijoroana vavolombelona ny rafitra Omena

Ao anatin’ny fampahafantarana ny tetikasa “cyber-empathie” dia manatontosa fanentanana hiadiana amin’ny fampihorohoroana mitranga anaty aterineto ankehitriny na “cyber-harcèlement” ny avy eo anivon’ny rafitra antsoina hoe Omena.

 Nanao antso, araka izany, ity rafitra miady amin’ny horohoron-tserasera ity mba hijoro vavolombelona ireo tanora efa niharan’izany fampihorohoroana amin’ny aterineto izany. Ho tsiambaratelo tanteraka ny mombamomba ireo izay manaiky hanao izay fijoroana vavolombelona izay, hoy ny fanamarihana. Ny rohy http://cutt.ly/Cyber-Empathy-MLG kosa no hahafahana manaraka ireo tororalalana ny amin’ny fanatontosana izay fijoroana vavolombelona izay, hoy hatrany ny fampahafantaran’izy ireo.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanolanana zaza teny IvatoMpiambina telolahy nidoboka am-ponja

Zazavavikely roa samy dimy taona, zanaka olona mirahavavy no samy niharan’ny fanolanana ny alin’ny alarobia, 07 oktobra teo teny Ivato.

Mpivarotra ny asan’ny Ray aman-drenin’ireto zaza iretoTamin’io andro io anefa dia tratra alina tany am-pivarotana iretsy voalohany. Lasa nitady azy ireo tany an-tsena araka izany izy mirahavavy kely tokony ho tamin’ny 08 ora alina kinanjo nifandiso. Nandritra ny fotoana nandehanan’izy mirahavavy tany an-tsena mantsy dia efa tafody tany an-tranony ireo Ray aman-dreniny ka tsy nifankahita. Rehefa tsy nahita azy roavavy tany an-trano ireo Ray aman-dreniny dia nikoropaka nitady niaraka tamin’ireo mponina teo an-tanàna. Tokony ho tamin’ny 11 ora alina dia nahazo antso ny Ray aman-drenin’ireto zaza fa tonga any an-trano izy mirahavavy. Tamin’izany vao hita fa samy niharan’ny fanolanana izy roavavy fa ny iray no tena voa mafy. Nanatona ny Centre Vonjy eny amin’ny Maternité Befelatanana avy hatrany ireto Ray aman-dreny nitondra ireo zaza natao fizahana ary nametraka fitoriana olona tsy fantatra tamin’ny fanolanana nihatra tamin’ny zanak’ izy ireo. Nandray andraikitra avy hatrany ny Polisy miasa ao amin’ny Sampan-draharaha misahana ny heloka mamoafady sy ny fiarovana ny tsy ampy taona ka nanokatra fanadihadiana sy nanao ny fikarohana ireo nahavanon-doza. Nidina teny ifotony teny Ivato nanao ny fanangonam-baovao izy ireo ka telolahy manao asa « Agent de Sécurité » eny an-toerana no nipetrahan’ny ahiahy. Taorian’ny fanadihadiana natao tamin’izy telolahy dia natolotra ny fitsarana ny zoma teo izy ireo. Voatana eny am-ponja vonjimaika ny iray tamin’izy ireo raha nahazo fahafahana vonjimaika kosa ny 2.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Talen’ny fitarainana - PrezidansaNiaiky ny ezaka vitan’ny FITRAMA

Tonga nitsidika sy nijery ny foiben’ny orinasa Mpitsabo Malagasy FITRAMA etsy amin’ny 67 ha ny Sabotsy lasa teo ny talen’ny fitarainana eo anivon’ny fiadidian’ny Repoblika Rakotomanana Richardson.

 Nandritra izany no nijereny manokana ny fomba fandraisana ny marary, ny efitrano fanorana, ny ekipa mpanara-maso ny fivoaran’ny fahasalaman’ireo marary, ny fanaovana ny fanafody ho ao anaty tavoahangy , ny fitaovana rehetra hampiasaina hikarakara ny marary ary farany izay tsy kely akory dia ny antontan-taratasin’ireo marary efa noraisin’ity orinasa iray ity hatramin’izay. Niaiky ity talen’ny fitarainana eo anivon’ny fiadidian’ny Repoblika ity nandritra izany fa mila ezaka goavana ny fanandratana ny vita Malagasy, indrindra taorian’ny antso avo nataon’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina. Niara-nanaiky ihany koa ny roa tonta fa tena mahay ny Malagasy ary mahavita zavatra tsara ka tokony hiara-hientana hifanome tanana hiaro ireo zava-maniry manana ny maha-izy azy mba ho lovain’ny taranaka faramandimby. Niezaka nampianatra ny FITRAMA ny fomba ho enti-mampandroso ny firenena araka izany ny talen’ity talen’ny fitarainana eo anivon’ny fiadidian’ny Repoblika ity izay tsy natao ho an’ireo olom-boafidy sy voatendry ihany fa ho an’ny olon-drehetra mihitsy. Notsindriany manokana moa fa tena nahavita ny orinasa Mpitsabo Malagasy FITRAMA tamin’ny fanandratana ny vita Malagasy amin’ny alalan’ny fitsaboana nentim-paharazana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

BNGRCAtomboka dieny izao ny fiatrehana ny fahavaratra

Raha ny tombana nomen` ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro dia vinavinaina ho telo hatramin` ny dimy eo ho eo ny rivo-dizo hananontanona ny sisin-dranomasin`i Madagasikara mandritra ity fotoam-pahavaratra ity.

 

 Ho betsaka kokoa ny rotsak`orana indrindra any amin`ny faritra morontsiraka. “Miteraka fahavoazana indrindra ho an`ny mponina nipetraka tamin`ny toerana avo teto an-drenivohitra sy ny manodidina. Tsiahivina ny momba ny fihotsan`ny tany sy ny vato be. Ankoatra ny fiakaran`ny rano any amin`ny fotoam-pahavaratra any amin`ny faritra iva. Voakasika ihany koa ny morontsiraka izay mahabetsaka ny tahan`ny traboina an-tapitrisany isan-taona” hoy ny Jeneraly Elack Olivier Andriankaja, tale jeneralin` ny BNGRC. Antony tsy maintsy hanamafisina ny fiomanana miainga avy amin` ny olom-pirenena tsirairay indrindra eo anivon` ny sampandraharaha miantsoroka ny vonjy voina sy ny birao nasionaly misahana ny loza voajanahary (BNGRC). Namafisiny hatrany fa atomboka dieny izao ny fiomanana amin` ny fiatrehana ny vanim-potoana ny fahavaratra ho fisorohana ny loza goavana. “Hamafisina ny fametrahana saina mena , marika famantarana manokana ireo faitra tandidon-doza izay mbola mitoetra hatramin` izao”. Miara miasa akaiky moa ny CUA sy ny BNGRC ary efa vonona ny fitaovana rehetra amin`ny vonjy voina amin`ny fotoana fahavaratra. Efa natomboka ny fanentanana ny mponina amin`ny fiomanana amin`ny tokony atao rehetra niarahana tamin`ny rantsamangaiky sy mpiara-miombon`antoka.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana loholona14 ireo lisitra kandidà hifaninana

Hanenjika ny maro an` isa ny fitondrana amin` ny fifidianana loholona izay tanterahina ny 11 desambra izao tahaka ny Antenimieram-pirenena. Raha ny isa vonjimaika navokan`ny CENI dia miisa 14 ireo lisitra kandidà hiatrika izany fifidianana izany.

 

Ho an`Antananarivo, ny lohalisitra hitarika ny IRMAR, vondrona politika manohana ny fitondrana, dia i Razafimahefa Herimamanana. Rabetsaroana Sylvain no eo amin`ny lisitra faharoa, izay tsiahivina fa efa nirotsaka tamin` ny fifidianana filoham-pirenena farany teo. Hifaninana aminy ny antoko Malagasy Miara Miainga (MMM) izay tarihan` i Rakotondrainibe Michel izay fantatra fa mpitambola eo anivon`ny antoko ihany. Ho an`ny faritanin` Fianarantsoa dia lohalisitry ny IRMAR i Edmond Rasolondratsimba sy Nicolas Rabemananjara. Kandidà avy amin`ny tsy miankina kosa no hifaninana aminy. Manana kandidà telo kosa ny faritanin`i Toliara: ny depiote lany tao Ihosy, Neypatraiky Rakotomamonjy, izay filohan` ny vondron` ny parlemantera GPR eo anivon` ny Antenimieram-pirenena no sady efa minisitry ny paositra sy ny fifandraisana an-davitra nandritra ny fitondrana teo aloha, no lohalisitra ho an`ny IRMAR. Hifaninana aminy ny fikambanana VMM (Vahoaka Miara Mandroso) Bernardine Razafimalala, vadin` ny solombavambahoaka am-perinasa lany tao Toliara II. Ho an`i Toamasina indray dia ny ben`ny tanàna voafidy ao Mahanoro, Donnat Tong Manasoa, sy Emiline Rakotobe Ramarosoa, solombavambahoaka voafidy taoamin`ny distrikan` Amparafavaravola, no sady efa loholona teo ihany koa, no hitarika ny IRMAR. Hifaninana aminy kosa ny MMM izay tarihan` i Sidonie Raharinirina sy Joel Bevoavy. Any Antsiranana dia i Minose Ramila, izay miasa akaiky amin`ny filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena faritanin`Antsiranana eo amin`ny fanaovana asa sosialy no mitarika ny vondrona IRMAR. Kandidà roa hafa avy amin`ny tsy miankina no fantatra fa hifaninana aminy. Any Mahajanga indray dia mandeha irery ny IRMAR amin`ny hazakazaka ho eny amin`ny lapan`Anosikely. Ao anatin` ny fandinihana ny antontan-taratasy ny OVEC amin`izao fotoana izao ka ny alakamisy 29 oktobra izao no hamoahan` ny CENI ny lisitra ofisialin` ireo kandidà hifaninana amin`ny fifidianana loholona.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana loholona “Saritsarin-datsa-bato sisa atao”

Naneho ny heviny manoloana ny valitenin` ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC) mikasika ny fifidianana loholona sy ireo fitoriana samihafa ny loholona Luc Rabarison.

Nambarany fa efa nampoizina ireny valin-teny ireny. Mahatsapa fa iharan` ny antsojay ireo loholona am-perinasa. “Saritsarim-pifidianana no atrehina amin` ny 11 desambra izao. Manome vahana amin`ny tsy fanarahan-dalàna ny HCC”. Nohitsiany hatrany fa manafangaro ny politika sy ny fampiharan-dalàna ity fitsarana ity. Notsipihany ihany koa fa efa mazava ny olona ho laniana eo amin` ny Antenimierandoholona. Ny mpanohitrra rahateo nisafidy tsy handrotsaka kandidà, hoy ihany izy.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Rivo Rakotovao “Efa ny HCC sy ny primatiora no manao ny asanay ”

Naneho ny heviny manoloana ny valitenin` ny Fitsarana momba ny lalàmpanorenana (HCC) mikasika ny fifidianana loholona ny filohan`ny Antenimierandoholona, Rivo Rakotovao.

“Tsy mahagaga. Efa nampoizina. Ny filohan`ny HCC aza efa namoaka didy mialohan`ny fitsarana. Niara nahita izany. Ny HCC izany dia lasa mpanao lalàna ihany koa. Mifangaro ny fahefana mpanao lalàna sy fahefam-pitsarana. Mbola manao ny asan` ny mpanatanteraka aza izy ireo. Ankoatra izay dia kely sisa dia Andriamanitra. Izahay kosa mijoro foana rehefa misy zavatra eritreretinay tsy mety eo amin`ny firenena”. Mahakasika ny tetibola voasoratra ho an` ny Antenimierandoholona dia nambarany hatrany fa tsy fanarahan-dalàna ny fanakànana ny fampiharana izany. “Tokony hafindra eny amin`ny HCC sy ny primatiora ny fivoriana ara-potoanan`ny parlemantera manaraka. Efa zareo no manao ny asanay. Atao inona ary izahay? Sary vongana fotsiny? Sa fantatra hoe hay izay ilay repoblika? Mila senatera ilay izy? Atao kilalaony fiainam-pirenena. Aleo tsorina amin`ny vahoaka dia mamoka didy ny HCC dia milaza hoe aleo atao aty aminay dia tapahina ilay izy. Lasa kisarisarin-javatra ny hoe demokrasia, isika repoblika nefa misy fahefana mibodo ny fahefan`olon-kafa amin`ny fotoana izay hitadiavany azy”, hoy hatrany ny fanazavana. Marihana fa ny lalàna no mamaritra tetibolan` ny antenimeirandoholona izay voadinika anatin` ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana mandritra ny fotoam-piviorian`ny parlemantera.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko DHD“Hay fahefana tsy refesi-mandidy no tanjona ?”

Ny tena nambara dia hoe foanana ny antenimierandoholona fa mandany vola be eto Madagasikara, hoy ny filohan’ny antoko politika DHD, Hary Naivo Rasamoelina, nampahatsiahy ny nambaran’ny filoham-pirenena,

 Andry Rajoelina, tamin’ny fampihelezan-kevitra sy nampifandray izany amin’ny zava-misy ankehitriny. Efa saika hanaovana fitsapan-kevi-bahoaka mihitsy, hoy izy. Izao ny Mapar sy ny fatidrany daholo no mirotsaka ho kandida. Azony atao tsara ny tsy misy milatsaka dia foana ny ilay antenimierandoholona ary tanteraka ny tiany. Hay fahefana tsy refesi-mandidy no tanjona dia mody miolakolaka eo. Izay no fandehan’ilay izy. Kobokobonin’ny marina, milaza tsy anontaniana, hoy hatrany ny DHD. “

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Maitre Hanitra“Izahay tsy maintsy miteny”

Vao maraina dia efa rakotra mpitandro ny filaminana tao amin’ny Magro Mahajanga ny sabotsy lasa teo.

 

Norarana ny hetsika famoriam-bahoaka, saika hataon’ny TIM notarihin’ny Birao politika sy ny olom-boafidy. Izahay tsy hikorontana fa hampita ny zava-marina. Efa nanolo-kevitra fa hofefena ny ferana, saingy mbola narirarira, hoy ireo mpitarika. Ny zavatry ny tena dia azonay ampiasaina satria “propriété privée” ity. Ilay toerana mihitsy no olana tamin’ny manam-pahefana, hoy ny Depiote Hanitra Razafimanantsoa. Tamin’ny 4ora tolakandro ny fotoana tena nifanomezana tamin’ny vahoaka, saingy tonga ny mpitandro filaminanana ary efa nihantrana. Ny lapihazo sy ny fanamafisam-peo rahateo nasaina nesorina. Antsika kanefa tsy azontsika hanaovana zavatra, hoy ny Depiote Fidèle Razara Pierre. Nihaona tamin’ny prefe tany an-toerana, ka dia tapaka fa hafindra ny toerana. Nafindra amina toeran-kafa mety satria hoe tsy mety ny ao amin’ny Magro satria “symbolique” ho an’ny TIM, ho an’ny RMDM, ho ann’ny vovonana PANORAMA, kanefa tsy nekena, ka hiverenantsika izy amin’ny fotoana mampety azy, hoy I Fidèle Razarapiera. Nambara fa olana indray mantsy ny fialana tao amin’ny Magro handeha amin’ny lalàm-bahoaka hamonjy toeran-kafa. Ny fahalalahana haneho hevitra mihitsy no voasakana. Ny lalàmpanorenana no mametra ny depiote hanao tatitra, ka asa ny depiotenareo aty raha manao izany, hoy izy.

IZAHAY TSY MAINTSY MITENY

 Raha resaka hamehana izany, dia fantatray ny olana eto Mahajanga fa tsisy resaka tosika fameno. Nopotehina ny “gymnase” ahafahantsika manao zavatra. Isika tsy maintsy hiteny ny marina, ary demokrasia no hirahiraina, kanefa tsy misy izany. Miha mahantra, miha sahirana ny vahoaka. Ny fampananterana tsisy tonga, ka isika tsy maintsy miteny ny marina na hotapenam-bava aza. Tsy izay akory no hahatazona ny fitondrana ka diso ianareo, hoy ny Depiote Hanitra. Ny olona rehetra hampanaovina raha manjary. Ny Magro dia anay, raha tsy efa nalainareo sy nosoratanareo aminareo antsokosoko. Mazava ny lalàna, fa rehefa hanao famoriam-bahoaka amina toerana an’olon-tsotra tsy mila fahazoan-dàlana, fa mampahafantatra fotsiny. Isika mitondra anio, fa rahampitso tsy hay, hoy izy nanaitra ny mpitondra. Mahazaka fisiana mpanohitra tena mijoro sy manao ny asany ve ny mpitondra ? Mbola afaka mitono-tena ho mandala ny demokrasia ve ny mpitondra ankehitriny ? hoy ny mpanohitra.

Toky R

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA "BIJOUTERIE" TAO SAMBAVA : Mpiambina iray naratra mafy nodarohan’ireo jiolahy

Araka ny fampitam-baovao marim-pototra voaray avy any an-toerana dia efa tafiditra tao anatin’ity trano fivarotana fivaraka volamena sy volafotsy ity tao Ambodisatrana ireo andian-jiolahy nirongo fitaovam-piadiana ireo. Araka ny fampitam-baovao hatrany dia tazan’ilay mpiambina mifanila tamin’ilay toerana voatafika ireo olon-dratsy, tokony ho tamin’ny 1 ora maraina, ka nanamparan’ireto farany ny hatezerany ary nodarohana narahina vono ka naratra mafy.

Niezaka niantso vonjy ity farany, ka nahatonga ireo dahalo nirifatra nitsoaka. Araka ny voalaza hatrany dia miisa telo ireo jiolahy nanafika ity fivarotana firavaka ity ary voalaza fa ny roa tamin’izy ireo dia manao fiteny tsy avy ao Sambava. Araka ny fantatra hatrany dia efa voafatotr’ireo dahalo ilay mpiambina ny toerana fa ilay mpiambina mpifanila kosa indray dia voafira antsy ka naratra mafy.

Fotoana vitsy taorian’ny nitrangan’ny fanafihana dia tonga teo an-toerana ny mpitandro filaminana avy tamin’ny Zandarimariam-pirenena sy Polisim-pirenena. Avy hatrany dia nitondra ilay mpiambina naratra teo anivon’ny tobim-pahasalamana ny polisy. 

Efa nisokatra avy hatrany ny fanadihadiana mahakasika ity raharaha ity nanomboka ny sabotsy 17 oktobra teo, ary samy nandray an-tanana izany ny avy amin’ny zandary sy ny polisy. Ho fantatra miandalana eo izay mety ho tohiny.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

SAHATSIHO ANTSIRABE : Lehilahy iray nampiahiahy nahitana basy sy bala ary ody gasy marobe

Tao Sahatsiho Antsirabe no nahatrarana io lehilahy io, ny sabotsy 17 oktobra lasa teo. Basy vita gasy miisa roa niampy bala miisa 12 ary mohara, ody gasy marobe no hita tao anaty sakaosiny rehefa nosavaina. Taksiborosy hiakatra eto Antananarivo renivohitra moa no nosakanana tamin’io fotoana io ka rehefa noahiahiana ralehilahy dia nosavaina avy hatrany ny entany. 

Noentina namonjy ny biraon’ny Polisy mba hatao famotorana lalina momba ireo fitaovam-piadiana tratra ireo izy. Fantatra tamin’izany ihany fa 28 taona ity farany ary avy any Ambovombe Androy izy ka hihazo an’i Mampikony izay mbola tsy hay mazava ny tena anton-diany. Mbola eo am-panohizana ny fanadihadiana mahakasika azy io ny mpitandro filaminana ao an-toerana ankehitriny. Anio alatsinainy 19 oktobra kosa no hatolotra ny fampanoavana ny raharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ZAZAVAVIKELY ROA VOAOLANA TENY IVATO : Mpiambina sivily iray nigadra, roa hafa navotsotra

Natao fanadihadiana lalina izy ireo ka natolotra ny Fampanoavana ny 16 oktobra lasa teo. Ny iray tamin’izy telo lahy no naiditra am-ponja raha toa ka nahazo fahafahana vonjimaika ny roa lahy hatreto. Ny sampan-draharaha misahana ny heloka mamoafady sy ny fiarovana ny zaza tsy ampy taona no nandray an-tanana ny famotorana, raha vao nahare ny zava-niseho izy ireo. 

Raha tsiahivina, zazavavikely roa samy dimy taona, zanaka mpirahavavy teny Ivato, no samy niharan’ny herisetra ara-nofo. Ny iray tamin’ireto farany no hita fa tena voa mafy rehefa tafody tao an-tranony noho ny fahitana ireo ra very betsaka tamin’ny pataloa nanaovany.  Araka ny fantatra dia mpivarotra ny asan’ny ray aman-drenin’ireto zaza, ka tokony ho tamin’ny valo ora alina tany ho any, ny 07 oktobra lasa teo io dia nandeha tany an-tsena izy mirahavavy kely ireo mba hitady an-dreniny kinanjo nifandiso ny lalana. 

Nandritra ny fotoana nandehanan’izy ireo hamonjy an-dreniny tany an-tsena kosa dia efa tafody ireo ray aman-dreniny ka tsy nifankahita izy ireo. Teo vao nikoropaka nitady ireo zaza ireo ny mponina iray tanàna, ka tamin’ny 11 ora alina tany ho any vao hita izy ireo.  Avy hatrany dia nanatona ny “Centre Vonjy “ teny Befelatanana ary koa nametraka fitoriana momba ny raharaha ny fianakaviana, ka ireo telo lahy voalaza etsy ambony ireo no noahiahiana ho nahavanon-doza nandritra ny famotorana lalina.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

BNI MADAGASIKARA : Afaka manokatra kaonty amin’ny alalan’ny “aterineto” ny mpanjifa

Misy, araka izany, ny tolotra vaovao indray dia ny “fahafahana manokatra kaonty amin’ny alalan’ny aterineto, afaka misitraka izany avokoa manomboka eto ireo mpanjifa na ireo izay vonona amin’izany. Miditra avy hatrany ao amin’ny “alefa. bni.mg” moa ireo izay liana mba hahafantatra ny toromarika rehetra tokony harahina. 

Tombontsoa maro no azo sitrahana amin’ity tolotra vaovao ity, raha ny fanazavana voaray hatrany avy amin’i Lanja Randriatsimialona, Talen’ny Serasera ara-barotra eo anivon’ny BNI Madagasikara, nandritra ny tafa nifanaovany tamin’ny mpanao gazety, ny faran’ny herinandro lasa teo. 

Mety amin’ny fotoana rehetra izay mampalalaka ny mpanjifa, na aiza na aiza manokatra sy manara-maso ny mombamomba ny kaontiny, ny fitsirihana ny “carte visa international harmonia” ary koa ny “ assurance MIARINA”. Mahazo matoky mandrakariva kosa ny mpanjifa fa voara-mason’ny tompon’andraikitra ary tsy misy atahorana ny fampiasana ity tolotra vaovao ity.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FAKO : “Mahalany potika plastika 125g isam-bolana ny mpanjifa hazan-dranomasina ”

Anisany toerana mampalaza an’i Mahajanga izy io amin’ny zahatany nasionaly sy fitsangantsanganan’ireo mponina. Teny amin’i Petite Plage no nosafidian’ny sampan-draharaham-paritry ny tontolo iainana sy fampandrosoana lovain-jafy hanaovana io fanentanana io, ny sabotsy maraina teo, ka niantsoana ireo mpanao ny asa fitadiavam-bolany eny amin’ny torapasi-dranomasina  toy ny mpivarotra sy mpanjono, tao amin’ny Waterfront. Anisany notsindriana tamin’izany ny fanariana fako anaty ranomasina ataon’ireo mpampanofa elo. Efa ady ataon’ny fikambanana Mahajanga ville propre moa izy io isanandro. Fikambanana ahitana an’i Agostino Montalti Ago, manao tee-shirts volomboasary miaraka amin’ireo ankizy zanaky ny mpanjono no mitsimpona ireo fako eny amin’ny torapasi-dranomasina ka manary izany eny amin’ny fanariam-pakobe... Nandritra ny fanentanana dia nanambara ireo mpampanofa elo sy mpivarotra, fa tsy olana amin’izy ireo ny manadio, ary efa ataon’izy ireo rahateo izany, fa ny hanatitra ny fako amin’ny fanariam-pakobe izay zato metatra maromaro miala ny torapasi-dranomasina no olana. Nambaran’izy ireo ihany koa fa 300 metatra monja no sahanin’izy ireo, ka tsy tompon’andraikitra amin’ny fako amin’ny toerana hafa ankoatra ny 300 metatra io izy ireo.

Nahazo fiarabe vaovao mpanala fako ny kaominina

Nambaran’ny filohan’ny fikambanana koa fa mandoa hetra 8 ka hatramin’ny 2 400 000 Ariary isan-taona eo izy ireo, ka tokony hanana andraikitra ihany koa ny kaominina amin’ny fanadiovana. Nambaran’izy ireo mantsy fa tsy maintsy mandoa 25 000 Ariary amin’ny lehilahy iray milaza fa tompon’andraikitra ao amin’ny kaominina izy ireo teo aloha raha te-hanala ny fanariam-pako. Nanome toky kosa ny tompon’andraikitra avy ao amin’ny kaominina tonga teo fa manomboka izao dia hisy foana ny fanalana ireo fako araka ny ilàna azy... Nivohitra nandritra ny adihevitra mantsy fa tsy feno io fanariam-pako io noho ny havitsian’ny mpanary fako ao, ka lasa isan-kerinandro vao alaina... "Vao nahazo fiarabe vaovao mpanala fako ny kaominina, hoy izy, ary mikasa ny hanitatra ny toerana fandraisany fako ka hampidirina ao Amborovy, Petite plage. Nanitrikitrika i Ago fa any amin’ny 100 taonina isa-taona ny fako ariana any anaty ranomasina eo amin’i Petite Plage. Mihoatra ny 1 000 000 isan-taona ny mpitsangantsangana tonga eny, hoy izy, ka ilàna ny fitantanana ireo fako indrindra ny plastika. Nanambara kosa ny mpandrindra ny tetikasa SWIOSAP fa 688 000 taonina isa-taona ny fako very anaty ranomasina isan-taona ka ny 20% amin’ireo dia fako plastika avokoa... 

Ny olona mihinana hazan-dranomasina matetika, hoy izy, dia mahalany potika plastika 125g izany hoe toy ny haben’ny ’carte bancaire ’ isam-bolana. Potika plastika izay mitondra aretina maro ka anatin’izany ny homamiadana. Efa saika misy plastika madinika avokoa ireo zava-manan’aina anaty ranomasina, hoy hatrany izy, ary betsaka ny biby toy ny dauphins, fano sy trozona no maty noho ireo fako plastika. Mifantoka amin’ny ranomasina anefa ny velontenan’ny olona maro, hoy kosa i Malala tompon’andraikitra ao amin’ny faritra na jono na mampanofa elo na varotra sakafo na fizahantany ka tokony harovana. Mandrora mitsilany isika manary fako anaty ranomasina, satria tsy maintsy averin’ny ranomasina foana ny fako ariana any...

Hapetraka ny fitsipi -pifehezana

Tsy fanariam-pako ny ranomasina, hoy i Ihando Andrianjafy, talem-paritry ny sampan-draharaham-paritry ny tontolo iainana sy fampandrosoana lovain-jafy. Hohanin’ny filao ny plastika rehefa potika ka lasa “microplastique” ary poizina amin’ny fahasalamam-bahoaka. Mitaky fandraisana anjaran’ny kaominina sy ny Faritra ary ny sampan-draharaham-paritra tompon’andraikitra kosa ny fikambanana Majunga ville propre. Nilaza ny talem-paritra fa tsy tokony hiandrasana fampiharana lalàna fa hapetraka ny fitsipi -pifehezana. Nanome toky ny mpampanofa elo fa hametraka siny tsirairay isaky ny elo hanariana fako... 

Ny fikambanan’ny mpivarotra sy mpampanofa elo kosa dia nilaza hividy sobika 20 hanariana fako. Ny tompon’andraikitry ny kaominina kosa dia vonona hanome borety hitaomana ny fako avy amin’ny torapasi-dranomasina ho eny amin’ny fanariam-pako. Tsy ny mpivarotra mpampanofa elo ihany anefa no mampiasa ny torapasi-dranomasina, fa ny mpanjono koa ka hanome daba fanariana fako azy ireo ny fikambanana Mahajanga ville propre... dia miara-miasa amin’ny fikambanana mpivarotra amin’ny fanaterana ny fako eny amin’ny fanariam-pako. Ny tompon’andraikitra ny kaominina kosa dia nanome toky fa hanala ny fako eny amin’ny fanariam-pako na isanandro aza raha ilaina izany, mba hanamora ny fanariana fako eny amin’ny toerana voatokana kosa dia nangatahana sarety tarihin-tanana na “charrette à bras’ fakana fako ny tetikasa SWIOSAP izay tetikasa mahazo famatsiam-bola amin’izay ady sy fitantanana ny fako plastika izay... 

Tsy dia nanampo ny fahavononana avy hatrany loatra ny mpandrindra ny tetikasa. Nilaza moa izy fa hampidiriny anatin’ny fandaharan’asany ny sosokevitra sy lahasa neken’ny sehatra rehetra hatao mandritra ny fanentanana ary hitadiavany mpamatsy vola ny ahazoana io "charette à bras” io. Nilaza izy fa ao anatin’ny fandaharan’asany ny fametrahana rafitra amin’ny fitantanana ny fako plastika. Efa lasa aloha anefa ny Petite Plage satria efa misy ny rafitra azo ampiasaina ... Andrasana kosa ny fanajan’ny tsirairay ny teny nomeny sy ny fandraisany andraikitra.

Vanessa

La Vérité0 partages

Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »

Le directeur de cabinet du ministère de la Justice, Raby Ainarimanga Savatsara, est intervenu, hier à Ampefiloha, lors des ateliers du Haut Conseil pour la défense de la démocratie et de l'Etat de droit (HCDDED). Elle a crevé l'abcès et affirma que c'est le système judiciaire qui est corrompu.

 

Les ateliers du HCDDED en collaboration avec l'Organisation internationale de la Francophonie se poursuivent au Sweety Pastry Ampefiloha. Hier, le ministère de la Justice a participé à l'atelier à travers le directeur de cabinet du ministère, Raby Ainarimanga Savatsara. Lors de son intervention, elle a crevé l'abcès en affirmant clairement que « c'est le système judiciaire qui est corrompu ».

Elle a expliqué que le système judiciaire n'est pas seulement composé de magistrats. Il existe des sous-ensembles qui composent le système judiciaire, entre autres les magistrats, les agents de l'administration pénitentiaire, les avocats, les greffiers, les huissiers, les notaires, les officiers de police judiciaire et les auxiliaires de justice.

Dans la lutte contre la corruption au sein de la justice, il ne faut pas prendre par secteur mais avoir une vue d'ensemble du système et agir sur le système. Il est indéniable en effet que lutter contre la corruption dans un corps déterminé n'apportera pas les résultats escomptés puisque les autres secteurs baignent dans celle-ci.

Face à ce constat, le ministère de la Justice développe une stratégie pour lutter contre ce fléau qui en gangrène l'administration. Cette stratégie tient compte des racines même qui font germer la corruption au sein du système judiciaire. D'ailleurs, les responsables au niveau du ministère tentent ainsi de déraciner la corruption pour l'affaiblir au maximum.

Dans tous les cas, le ministère de la Justice est toujours pointé du doigt quand on évoque le phénomène au sein de l'administration publique. Le directeur de cabinet a expliqué que les responsables actuels déploient des moyens incommensurables pour rétablir la confiance des usagers envers la Justice.

Elle a cité, entre autres, les affectations massives au sein du ministère. Il y a eu une vague d'affectations au sein des magistrats et d'autres corps. Les campagnes de sensibilisation et d'éducation se multiplient pour faire connaître à la population le système judiciaire et les lois en vigueur, des réformes sont en cours pour améliorer le système judiciaire en général.

Comme Rome ne s'est pas fait en un jour, la réforme du système judiciaire ne se fera pas en un jour également. Il faut de la constance dans l'application de la loi, de la volonté dans les actions à entreprendre. Le rétablissement de la confiance de la population et des usagers du service public de la justice réduira sensiblement l'insécurité dans le pays.

La Vérité0 partages

JIRAMA - Les impayés des fournisseurs s’élèvent à 1 000 milliards d’ariary

La moitié des arriérés de la JIRAMA auprès de ses fournisseurs a été réglée au cours des derniers mois. « Au départ, ces arriérés ont atteint les 2 000 milliards d’ariary. Toutefois, nous avons pu les réduire de manière significative. Aujourd’hui, la JIRAMA ne doit plus que moins de 1 000 milliards d’ariary. L’Etat nous a beaucoup aidé dans le règlement de ces comptes. Pour la suite, nous allons toujours collaborer avec l’Etat mais aussi avec les différents partenaires techniques et financiers », a expliqué Vonjy Andriamanga, directeur général de la société d’eau et d’électricité.

Ces arriérés se sont en effet accumulés au fil des années parce que le coût de production est bien trop élevé par rapport au prix de vente d’un kWh. « Les revenus tarifaires n’ont permis de couvrir que la moitié des coûts. Le coût moyen opérationnel était de 983 ariary par kWh, alors que le tarif moyen était de 516 ariary par kWh. La JIRAMA a perdu 290 milliards d’ariary en 2018, malgré une subvention de 315 milliards d’ariary. Sans intervention rapide, le déficit de l’entreprise va se creuser, et les pertes annuelles culmineront à près de -1 400 milliards Ar en 2025 », avait évoqué la Banque mondiale, l’année dernière, dans son rapport sur les activités de la JIRAMA.

En se basant aux chiffres présentés par le Dg de la JIRAMA, les arriérés ont nettement augmenté durant le premier semestre de l’année sachant qu’à la fin du mois de juin 2019, ils se sont situés à 1 600 milliards d’ariary. Dans tous les cas, cette réduction des dettes de la JIRAMA contribuera notamment à l’atteinte de l’équilibre opérationnel de la compagnie d’ici la fin de l’année 2021. De plus près, après la renégociation de tous les contrats avec les prestataires, la JIRAMA ne devrait plus accumuler les arriérés nuisant au bon équilibre financier de l’entreprise. Dans tous les cas, cette collaboration avec l’Etat se traduit par l’octroi de subventions. « Pour

la Loi de finances initiale de 2021,nous avons demandé une subvention d’exploitation de 100 milliards d’ariary. Et l’Etat nous l’a accordée. Nous avons également abordé la question des subventions d’investissements. Mais cela est encore en pleine discussion avec les autorités malagasy ainsi que toutes les parties prenantes. Jusque-là, la JIRAMA utilise ses propres ressources financières pour investir dans l’amélioration des infrastructures tant dans le secteur de l’électricité que de l’eau », soutient le DG de la JIRAMA.

Vu l’évolution de la situation, le règlement de tous les arriérés de la JIRAMA devrait alors se faire bien avant le délai de l’atteinte de l’équilibre opérationnel.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Bataille acquise !

Zéro décès, nombre de contaminés en traitement stationnaire. Le Président Rajoelina est en passe de gagner son pari, son combat. C’est le cas de le dire, il a pris la lutte contre la pandémie de Covid-19 pour « son » combat, défi et pari personnel. Il a de quoi à être fier ! L’Etat met fin à l’état d’urgence sanitaire. Pour un Chef d’Etat, perdre ou gagner la bataille contre la Covid-19 équivaut à perdre ou gagner son combat politique personnel. La mauvaise gestion de la réponse à la pandémie traduit un échec politique d’un dirigeant qui va perdre, de fait, la confiance de son peuple. Le cas risque de se produire quelque part en Amérique en cette veille de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain.

Par contre, la réussite de la stratégie contre la pandémie répercute sur la cote de popularité ou de crédibilité du dirigeant en place. Le cas de l’Australie conforte l’assertion. Le Premier ministre a toutes les chances de rempiler. Il a bien géré la réponse à la pandémie en Australie.

Bref rappel des huit mois de crise sanitaire. Le soir du 20 mars 2020, le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina annonça aux malagasy, par les antennes nationales, l’apparition de trois premiers cas de contaminés de la Covid-19 à Madagasikara. Des cas « importés » dit-on ! Ce fut un moment tragique pour tous les concitoyens. Fallait-il noter que durant les quatre premiers mois d’apparition de la pandémie, la Grande île réussit à l’éviter.

Immédiatement, le Gouvernement décréta l’ « état d’urgence sanitaire » sur toute l’étendue du territoire national. Un ensemble de mesures draconiennes ont été prises illico. Entre autres, le confinement total, à cent pour cent, mesure de base valable à tout le monde sans exception, les frontières aériennes fermées à tout circuit d’entrée et de sortie, à l’intérieur comme à l’extérieur. Le port du masque à bouche/nez obligatoire pour tous sur les lieux publics, au bureau, etc. Le respect strict des gestes barrières (distanciation de un mètre, réunions publiques ou cultuelles interdites). Les transports en commun (taxi-be et taxi-brousse) suspendus. Les Forces de défense et de sécurité prêtèrent main-forte dans la mise en application de ces mesures.

Parallèlement, en partenariat avec le laboratoire national (IMRA), l’Etat soutient à fond la recherche et la mise en évidence d’un protocole de traitement par le biais d’un remède traditionnel amélioré (RTA), le CVO, à partir des plantes médicinales locales. Lequel protocole qui a été soumis au contrôle de principe de l’OMS et mis à la portée du grand public. Simultanément, l’Etat met en place et multiplie autant que possible les Centres perfectionnés de dépistage de même les hôpitaux respectant les normes internationales (« Manara-penitra ») pour traiter la maladie. Le côté social n’a pas été occulté. Des appuis auprès des populations vulnérables ont été apportés. Ainsi, les efforts déployés ont porté leurs fruits. En huit mois de bataille sans relâche, l’ennemi finit par battre en retraite.

En toute modestie et humilité, on peut dire que Madagasikara est sorti de l’auberge. Toutefois, la prudence conjuguée avec la vigilance reste toujours de mise. En tout cas, le pays se félicite de la bataille acquise tout en gardant l’esprit aux aguets. La menace de la deuxième vague plane toujours.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Loi de Finances initiale 2021 - La suppression de la taxe sur le marché public attendue par le secteur p...

La Loi de Finances initiale (LFI) 2021 est le document le plus important à présenter aux Parlements. La deuxième session ordinaire débute ce jour. La stratégie de relance économique du Gouvernement sera la plus attendue dans ce budget prévisionnel de l’Etat. Effectivement, cette année sera exceptionnelle puisqu’il s’agit de se redresser après la crise. Le secteur privé, de son côté, attend une baisse des impôts pour relancer ses activités. Le président du Groupement des entreprise de Madagascar (GEM), Thierry Rajaona a apporté des recommandations, en particulier la baisse de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur les produits de première nécessité (PPN). Par ailleurs, il a mis l’accent sur la suppression de la taxe sur le marché public (TMP).

Ce dernier étant un impôt de 8 % prélevé à la source, le président du GEM juge préférable de le supprimer afin de diminuer le coût d’exécution des marchés publics. D’ailleurs, le Gouvernement prévoit des grands projets d’infrastructures dans le plan Marshall. Ce point représente un aspect très important dans le cadre de la relance.

Le directeur général des impôts, Germain, quant à lui, n’a pas encore dévoilé le maintien ou non de la TMP. Il a seulement souligné que cette taxe facilite le prélèvement d’impôts auprès des opérateurs, sans pour autant évoquer les décisions prises.

En tout cas, le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandrato, a déjà avancé qu’il n’y aura pas de hausse d’impôts cette année à cause des impacts de la crise sanitaire. « Des allègements sont mêmes envisageables pour certains impôts », laisse-t-il entendre.

Selon le document de performance de la loi de Finances rectificative 2020, le Gouvernement prévoit un taux de croissance économique de 4,1 % l’année prochaine. Et ce, en mobilisant tous les secteurs d’activité. Pour le secteur primaire, les perspectives à moyen terme s’établissent sur un taux de croissance de 4 % si elles étaient révisées à 3,5% cette année. Le secteur secondaire, quant à lui, connaîtra une croissance de 4 % grâce à la prospection de nouveaux investisseurs et la promotion de la production locale. L’Etat prévoit également des mesures de relance du secteur tertiaire l’année prochaine. Une reprise à hauteur de 3,9 % est prévue.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Direction générale des douanes - La modernisation des services en cours

Pour améliorer ses performances, la douane malagasy entend se moderniser notamment dans le domaine de la gestion des ressources humaines, des opérateurs agréés, des risques ainsi que le renforcement de ses capacités en matière de surveillance et de contrôle de la valeur. Un atelier virtuel de présentation du projet, d’une durée de trois jours, a ainsi été organisé la semaine dernière, en présence des partenaires techniques et financiers. Plusieurs partenaires ont déjà confirmé leur soutien à la Direction générale des douanes (DGD) du pays dans la concrétisation de ce projet de modernisation des services, à savoir la Banque mondiale, la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds monétaire international (FMI), le Centre régional d’assistance technique en Afrique (AFRITAC) pour l’Afrique australe, la « United States Agency for International Development » (USAID) et la « Global Alliance for Trade Facilitation ».

« Madagascar occupe une position stratégique dans différentes filières commerciales. Il est donc important d’utiliser la technologie pour sécuriser les frontières et d’investir dans la formation pour veiller à faire en sorte que le personnel douanier reste paré à toute éventualité. A cet égard, les administrations des douanes doivent s’approprier de leur processus de réforme et d’élaborer leur propre plan stratégique et de mise en œuvre. Pour une réforme réussie, la consultation des différents interlocuteurs de ce genre est un passage obligé », a soutenu le secrétaire général de l’Organisation mondiale des douanes, Kunio Mikuriya en marge de l’ouverture des échanges. Cette modernisation des services de la douane profitera surtout aux opérateurs. Elle facilitera le commerce légitime tout en protégeant l’économie des trafics illicites, en particulier à un moment où l’économie mondiale se trouve fragilisée, avec la pandémie de coronavirus.

En tout cas, ce programme s’inscrit parfaitement dans la lignée du plan national d’urgence de Madagascar. La DGD entend mettre en œuvre ce programme sur trois ans. Cet atelier n’est donc qu’une introduction. Il sera ensuite suivi de la planification et de la réalisation.  

Rova Randria

La Vérité0 partages

Prisons - Reprise de la visite des détenus

Environ 5 mois de suspension temporaire. Aucune visite des détenus n'a été autorisée dans les prisons ces derniers temps à cause du coronavirus et des risques de propagation de l'épidémie. Cette situation a impacté sur les conditions de vie des prisonniers puisque, sans la visite de leurs familles et proches, ils n'avaient plus droit aux ravitaillements que ces derniers leur fournissent habituellement. Toutefois, le ministère de la Justice a dernièrement sorti une note levant cette suspension et autorisant la visite des prisonniers. Pour la maison centrale d'Antanimora, les visites se font trois fois par semaine, précisément chaque jeudi, samedi et dimanche. Les détenus peuvent rencontrer et discuter avec les visiteurs, mais avec une barrière séparative.

 

« L'application des mesures sanitaires reste maintenue, dont le lavage des mains, le port de masque obligatoire ou encore la distanciation sociale et le nombre limité des visiteurs, pour éviter toute propagation de la Covid-19 », informe Tahiana Rakotonanahary, chef d'établissement. A cela s'ajoutent la poursuite du contrôle régulier de la température des prisonniers et des agents pénitentiaires, ainsi que la désinfection des cellules de détention et des salles de visite.

Suppression sollicitée de la quarantaine

Plus de 600 tests PCR effectués. La maison centrale d'Antanimora a enregistré une douzaine de cas positifs du coronavirus durant la pandémie. Cependant, ces détenus sont tous guéris en ce moment, à en croire le chef de l'établissement. Ladite prison continue à appliquer la quarantaine des nouveaux entrants, quoi que cette situation entraîne divers obstacles. « Nous sollicitons la suppression de la mise en quarantaine de nouveaux détenus, chiffrés entre 15 et 20 par jour en moyenne. En fait, l'isolement se fait dans 4 salles de classe et d'activité de l'établissement. Nous envisageons toutefois de reprendre les activités d'ici peu et avons besoins de salles pour ce faire », demande le responsable.

Faut-il rappeler que la prison d'Antanimora enregistre une surpopulation carcérale depuis des années. Ceci malgré les diverses activités entreprises pour son désengorgement, dont l'accélération des audiences pour les prévenus incarcérés depuis 2019. Actuellement, plus de  3 600 détenus y sont recensés alors que sa capacité d'accueil est d'environ 1 000 prisonniers.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Baccalauréat 2020 - 8 candidats mis en quarantaine dans leur centre d’examen !

Pour cette session 2020 du baccalauréat, le centre d’examen « Lycée Morarano Ihosy » a enregistré 8 candidats testés positifs à la Covid-19. Et suivant les recommandations du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES), des dispositifs se rapportant au respect des mesures sanitaires liées à la Covid-19 ont été aussitôt appliqués. De ce fait, ces 8 porteurs du virus ont été mis en quarantaine auprès dudit centre, non seulement afin de préserver leur état de santé mais aussi celui des autres candidats.

 

Selon une source locale, comme mentionné dans leurs convocations, ces futurs bacheliers sont enregistrés auprès de trois centres d’examen distincts. Afin d’éviter toute propagation du coronavirus, les responsables les ont groupé au lycée d’Ihosy. A cette occasion, trois salles de classe leur ont été mises à disposition. L’une d’elle les accueille lors des épreuves écrites. L’autre pièce sert à prendre les trois repas.  La troisième est destinée exclusivement à passer la nuit puisqu’ils vont y rester confinés jusqu’à la fin de l’examen. « Ces candidats sont isolés des autres et sont accueillis dans des chambres à part. Leur salle d’examen est désinfectée deux fois par jour. Aussi, ils disposent de leurs propres membres de jury et sont équipés d’équipements de protection individuelle dotés par la Direction régionale de la santé publique (DRSP) d’Ihorombe. A cela s’ajoute la séparation de leurs feuilles de copie de celles des autres candidats dans des plis à part. Pendant leur séjour à Ihosy, une partie du repas de ces 8 candidats est également prise en charge par le Centre régional de commandement opérationnel (CRCO) », précise Mbarison Maxime Nasondrojanahary, directeur de l’Education nationale (DREN) dans la Région d’Ihorombe. Et d’ajouter que suite à une conversation avec le MESUPRES, ces candidats à l’examen du baccalauréat 2020, confirmés positifs au coronavirus, doivent avoir une égalité des chances comme les autres. D’où la préconisation de ces dispositifs par le CRCO d’Ihorombe.

D’après des explications venant d’une autre source, ces futurs bacheliers ont passé leur année scolaire 2019-2020 auprès du lycée de Ranohira. Récemment, ils ont été en contact avec un de leurs enseignants infectés par le SARS-CoV-2. A l’approche des épreuves écrites du baccalauréat, les autorités sanitaires locales ont décidé de dépister tous les lycéens issus de la même classe. Après une analyse en laboratoire utilisant la technique GèneXpert, la contamination au coronavirus de ces 8 élèves s’est avérée. Cependant, après 6 jours de traitement, ces individus infectés ne présentent pas de forme symptomatique. Néanmoins, un médecin suit de près l’évolution du virus dans leur organisme.

K.R.

La Vérité0 partages

Insécurité dans l'Atsimondrano - Coup dur pour des membres supposés de la « bande des 4 »

Entre le 15 et le 17 octobre dernier, les limiers du Poste de police de Soavina ont porté un rude coup sur la « bande des 4 » qui a longtemps semé la terreur dans les quartiers du District d'Antananarivo-Atsimondrano, dans la banlieue sud de la Capitale. A commencer par l'arrestation d'un suspect à Bevalala.  Deux jours après cela, c'était au tour de deux autres de tomber dans les filets de la Police. Ces derniers étaient encore surpris en train d'agresser et voler une victime sur les rives d'un lac à Anosimahavelona, juste en face du « Fasan'ny Karàna ».

 

Mais revenons aux faits. Les malfaiteurs ont opéré dans les parages du centre professionnel appartenant aux prêtres religieux, secteur situé non loin du stade de football où il a pris pour cible une jeune étudiante de 20 ans, laquelle s'était fait déposséder de son telephone portable d'une valeur de 250 000 ariary. Mais un cycliste de 25 ans était aussi dans leur collimateur. Ils lui ont pris son vélo. Les victimes, de leur côté, n'ont pas croisé les bras. Elles ont donné l'alerte aux Forces de l'ordre. Leurs éléments qui étaient dépêchés assez rapidement sur place, ont aussitôt engagé une course-poursuite avec les bandits. Ces derniers ont essayé de s'échapper à travers une rizière. Au bout de cette chasse à l'homme, les policiers ont finalement réussi à attraper l'un des fugitifs dans les parages de l'entreprise Salone. S'il a dû abandonner le vélo sur place, ses trois acolytes ont réussi à fuir avec le téléphone de l'étudiante.

Cependant, la traque menée par la Police afin de retrouver les traces des trois larrons, s'était poursuivie. C'était dans ces circonstances que, deux jours après, ses limiers étaient parvenus à mettre la main sur deux autres suspects au « Fasan'ny Karàna », tôt dans la matinée du samedi dernier. « Les suspects ont argué que le téléphone était  tombé dans l'eau », confie une source policière.

Néanmoins, les trois lascars ont reconnu les faits. L'opinion les connaît plutôt comme faisant partie de la « bande des quatre » qui a longtemps semé la terreur dans les localités de Tongarivo, Forello Tanjombato, Bevalala mais aussi du côté du pont de Soavina. A part le déferrement annoncé des suspects pour la journée d'hier, la Police continue les recherches actuellement.

Franck R.

La Vérité0 partages

Soarano - Une dizaine de box démolis

La décongestion et l'assainissement d'Antananarivo est au centre des priorités de la Municipalité de la ville. Après l'expulsion des commerçants ambulants, des revendeurs et réparateurs de téléphones, ainsi que des voitures encombrantes du côté d'Analakely, Soarano, Behoririka et l'avenue de l'Indépendance, la Commune urbaine d'Antananarivo (CUA) a procédé, hier, à la démolition des box illicites se trouvant à Soarano, à côté du marché Pochard. Il s'agissait d'environ une dizaine de box, composés de boutiques conçues pour la vente de téléphone et d'accessoires, gargotes, service de « Mobile Money », etc.

 

D'après une explication émanant de la Direction des transports et de la mobilité urbaine (DMTU), les propriétaires de ces box ont déjà reçu une notification, datant du mois de juin dernier. Cependant, ils ont saisi le Tribunal administratif afin que la démolition soit suspendue. Sitôt après, le verdict est tombé et les propriétaires des box n'ont pas eu gain de cause. Sur ce, les équipes du DMTU et celles juridiques de la CUA se sont rendues sur place, hier, afin d'exécuter la démolition. Mais avant cela, les commerçants disposaient encore de quelques heures pour libérer les lieux et transporter leurs marchandises ailleurs.

D'autres quartiers comme Ankorondrano, Ivandry et Alarobia sont également concernés par cet assainissement. Les commerçants longeant les rues ont été expulsés des lieux après un avertissement. Ils ont été sensibilisés afin d'intégrer le secteur formel, d'autant plus que chaque Fokontany dispose d'un marché public.

L'objectif étant de libérer les trottoirs afin que les usagers puissent respecter le Code de la route stipulant que les rues sont destinées aux véhicules et les trottoirs sont conçues pour les piétons. D'ailleurs, cette confusion dans le respect dudit code est la principale cause des embouteillages monstres qui minent la Capitale.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Nécrologie - Le judo malagasy en deuil

Un grand monsieur du judo malagasy est décédé à son domicile, hier matin. C'est avec un immense regret que le Judo club Saint-Michel a annoncé cet évènement douloureux sur les réseaux sociaux. Il s'agit de maître Jean Andriamasy. Une icône, une encyclopédie de la discipline qui vient de disparaître. Lui qui a appris l'ABC du judo au premier membre de ce club. C'était un moniteur éducateur du club. Ce statut lui a permis de jouir le rôle de doyen de la Fédération malagasy de judo. 6e Dan ceinture rouge.

Il avait déjà occupé plusieurs postes dans l'instance nationale de Judo et ce d'entraîneur national au secrétaire général de la Fédération. Maître Andriamasy était aussi, de son vivant, un arbitre international.

« C'est avec une immense tristesse que nous vous annonçons le décès de notre Maître, Père, Grand-Père mais aussi Ami. Il était tout pour nous, notre inspiration, notre modèle. La force tranquille qui nous guide toujours subtilement et avec une pointe d'humour pour faire passer le fond du message. Il a consacré une grande partie de sa vie à l'éducation, au développement du Judo à Madagascar sans pour autant oublier son club, l'AS Saint-Michel. Nous pleurons son départ et nous aurions aimé l'avoir encore avec nous pour la rentrée. Très cher Maître, nous ferons tout pour que l'histoire continue et nous retenions vos enseignements. A jamais dans nos cœurs Cher Maître », regrette un de ses disciples.

Le président du Comité Olympique, qui n'est autre que le président de la Fédération malagasy de Judo, Siteny Andrianasoloniaiko et le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto ont présenté leurs sincères condoléance à la famille du défunt au nom de la grande famille du sport malagasy.

Recueillis par Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Club des journalistes doyens - Le ministère de la Communication à la rescousse !

Des stèles vivantes. Les journalistes doyens continuent à véhiculer la paix au niveau de la société. De plus, ils ne cessent de partager leurs vécus et expériences aux nouvelles générations de journalistes, tout en leur passant le flambeau et les valeurs acquises au cours de leurs années d'exercice. Toutefois, ils deviennent vulnérables une fois retraités à cause des ressources limitées. Raison pour laquelle le Club des journalistes doyens (CJD) fait souvent appel au ministère de la Communication et de la Culture (MCC) pour soutenir ses projets ou activités.

Le ministère de tutelle vient à la rescousse, entre autres à travers l'octroi d'un bureau à Anosy où ces journalistes doyens peuvent mener des activités et se concerter durant leurs rendez-vous de mardi et vendredi. D'un autre côté, ils ont reçu des vivres « Vatsy Tsinjo » spécial durant le confinement.

Hier, 19 membres du CJD ont reçu des distinctions honorifiques, lors d'une cérémonie organisée par le MCC à Anosy, suite à leur demande. 4 d'entre eux ont été promus Grand Croix de 2ème classe, 2 élevés au grade de Grand officier de l'ordre national, 4 au titre de Commandeur de l'ordre national, un Officier et 8 Chevaliers de l'ordre national. « Suite à une lettre que le CJD a fait parvenir au ministère, nous avons envoyé

une demande auprès de la Chancellerie pour l'octroi de distinctions honorifiques à ses membres. Le parcours et les apports de chaque journaliste doyen postulant sont mis en exergue dans son dossier, avant que la Chancellerie définisse le grade ou titre lui convenant. Le ministère a également pris en charge toutes les dépenses engagées pour la cérémonie en leur honneur », fait part le ministre Lalatiana Andriatongarivo.

Parmi les récipiendaires de distinctions honorifiques, Vero Rabakoliarifetra a été promue Commandeur de l'ordre national. « J'ai pu passer par différentes étapes, de la censure à la liberté de la presse, durant mes 35 années de journalisme au sein de la TVM. Mon reportage à la prison d'Antanimora en 1993 m'a le plus marqué puisque cela a constitué à la fois un défi et un chemin de non retour vers la liberté, après avoir brisé le mur de la censure », nous confie cette journaliste doyenne. Elle n'a pas manqué d'adresser un message aux nouvelles générations de journalistes. « Ayez de la valeur et de l'honnêteté intellectuelle et surtout privilégiez la vérité au profit de tous, et non pour une minorité », lance-t-elle. Cette ancienne journaliste et productrice d'émissions sur la chaîne nationale reconnait l'effectivité de la liberté de presse en ce moment, rien qu'en comptant le nombre de stations de radio, de télévision et presse écrite ainsi que la diversité des informations qu'ils diffusent…

Patricia Ramavonirina

Midi Madagasikara0 partages

Ambositra : Attaque d’un opérateur économique

Nuit de terreur et d’angoisse pour les riverains du quartier d’Est Vinany en général, et pour un opérateur économique particulièrement. En effet, une attaque armée d’une bande organisée s’est produite samedi dernier aux environs de minuit, dans le domicile d’un opérateur économique. Selon les informations recueillies, les malfaiteurs ont pu pénétrer dans le domicile de la victime et ont pu dérober une somme d’argent et un fusil lui appartenant. Ce qui laisse penser que ces malfrats étaient bien renseignés. Aussitôt  alertés,  les éléments des forces de l’ordre, composés de policiers et de gendarmes, se sont rendus sur les lieux, mais les malfaiteurs avaient déjà pris le large. Heureusement, aucune perte en vie humaine n’était à déplorer, malgré les coups de feux qui se sont faits entendre, selon les riverains. Ces derniers ont aussi été témoins de la brigade cynophile venue opérée le lendemain sur les lieux. Celle-ci avait cependant peu d’espoir de trouver des indices, puisque l’endroit a été très fréquenté au cours de la nuit, perturbant ainsi le bon déroulement des investigations.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Tous pour la lecture : Deuxième édition du 22 au 24 octobre 2020

Nous en avons déjà parlés dans nos colonnes, la collecte de livres pour inciter les enfants malgaches à lire qui s’est tenue la semaine dernière, et qui  se poursuivra à Antananarivo avec une deuxième édition. Cette fois-ci, les donateurs pourront remettre leurs livres dans les points de collecte durant trois jours, c’est-à-dire les 22,23, et 24 octobre 2020. Les romans, bandes dessinées, contes, livres d’illustration et autres ouvrages ludiques seront réceptionnés par les responsables sur cinq sites, à savoir Jumbo Ankorondrano, Jumbo Smart Tanjombato, Shoprite Antaninarenina, Shoprite La City, et Shoprite Tsiadana, ceci de 8 h à 16 h comme lors de la première édition.  Pour la liste des établissements bénéficiaires, le ministère de l’Education nationale, initiateur de ce projet, avance qu’elle sera rendue disponible de manière transparente dans les prochains jours.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

ORTANA : A la découverte d’Ambohimanoa-Manjakazafy, le village de la Reine Ranavalona III

La randonnée organisée par l’Office Régionale du Tourisme d’Analamanga (ORTANA) est un produit phare permettant d’attirer aussi bien les touristes nationaux  qu’étrangers à choisir cette destination. Compte tenu des impacts de la crise économique liée à la pandémie de Covid-19, la promotion du tourisme national est en vogue. Cette activité est maintenant reprise depuis quelques semaines. Organisée par l’ORTANA tous les samedis, les randonneurs seront cette fois-ci à la découverte d’Ambohimanoa – Manjakazafy, un village dans lequel la Reine Ranavalona III eut grandi. Le programme est prévu le samedi 24 octobre 2020.

Connaître l’histoire. Il faut également rappeler que connaître davantage l’histoire d’une zone à visiter constitue le principal objectif de la randonnée, à part les activités de loisirs et de sport proprement dites. En fait, Ambohimanoa –Manjakazafy se trouve à une quarantaine de kilomètres à l’ouest du centre-ville en prenant la Route Nationale No 4. Les randonneurs auront l’occasion d’apprécier la vue panoramique à 1 545m d’altitude sur la rivière d’Ikopa qui arrose les plaines qu’elle traverse. Pour en revenir à la petite histoire, Ambohimanoa –Manjakazafy était également une zone aurifère dans laquelle provenaient les métaux précieux utilisés pour la fabrication de la couronne de la Reine Ranavalona III. Il est à noter que cette couronne, disparue au Palais de Manjakamiadana, n’a pas encore été retrouvée jusqu’à maintenant.

Source de bien-être. Parlant de la randonnée, les participants vont effectuer un parcours de 10 km, soit une marche pendant trois heures et demi de temps au total. Ils vont en même temps découvrir une source illimitée de bien-être. Le kiosque d’informations touristiques de l’ORTANA qui est localisé au Jardin public à Antaninarenina, est disponible pour toutes les personnes qui désirent participer à cette prochaine randonnée, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Albert, Philibert et Didier

Il y a une vingtaine d’années, notre quotidien a demandé à ses lecteurs quelles sont les 3 personnalités qui ont marqué le XXéme siècle malgache. Le résultat ne fut pas surprenant, en donnant Rakoto Ratsimamanga en premier, puis Tsiranana Philibert en seconde position et enfin Ratsiraka Didier en troisième. On peut avancer que le savant l’est à juste titre d’abord, parce que malgré lui, il a été proche de par son Etat civil de la monarchie. Il va de soi qu’il a vécu aussi  la période coloniale  et bien sûr l’ère de la restauration de l’Etat de Madagascar. Son  prolifique vécu scientifique étant ce qu’il était ne peut pas  pour autant faire oublier l’activiste politique qu’il était, en étant parmi les artisans  de la fondation des grands mouvements politiques comme le MDRM et l’ AEOM et enfin premier ambassadeur à Paris.

Le choix portant sur le Tsiranana est tout aussi évident puisqu’on le veuille ou non, il a une place importante dans la rupture historique avec l’avènement de l’indépendance du pays et surtout la reconnaissance internationale de l’Etat de Madagascar. Enfin, Didier Ratsiraka doit sûrement cette reconnaissance d’être la personnalité ayant marqué le siècle précédent parce n’était-il pas à la tête du pays  pendant presque 25 ans. Avec la rupture idéologique qu’a connue  la société malgache, il est indéniable qu’il a sa place dans l’histoire du pays. D’ailleurs n’a –t-il pas dit lui-même qu’il est un des rares malgaches à figurer dans le dictionnaire Larousse.

La question que l’on se pose aujourd’hui est si l’usure du temps n’a pas eu raison de leurs images, c’est-à-dire à leur insu, est ce qu’on les voit encore comme avant ? Quand on voit l’effigie de Ratsimamanga sur l’étiquette du Covid Organics ou les marchandages autour du patronage de sa fondation de ce remède, n’étant pas  en train de ternir son image quand ce « médicament » n’a pas encore l’onction des grandes instances scientifiques ? Quand l’usage de l’image du bouvier devenu président est fait (soudainement) dans un but de clientélisme politique, n’est-ce pas entacher sa figure historique. Enfin, l’Amiral en faisant de la résistance actuellement, sans le vouloir ne fait-il lui-même en train  de resurgir les sombres moments de son long passage au pouvoir ? Qui sait ce qu’on retiendra d’eux  à la fin de ce siècle.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara0 partages

Ivato : « Agent de sécurité » nanolana zazavavy roa

Zanak’olo-mirahavavy eny Ivato eny, zazavavy kely roa vao dimy taona monja, no nampiharan’ity mpiambina ity ny habibiana ny herinandro lasa teo. Samy niharan’ny fanolànana izy ireo fa ny iray no tena voa mafy, hoy ny fampitam-baovao avy ao amin’ny sampan-draharahan’ny pôlisy misahana ny heloka mamoafady sy ny fiarovana ny zaza tsy ampy taona etsy Anosy. Efa nandray ny valin’asany moa ity « agent de sécurité » ity ary miandry ny fotoam-pitsaràna azy any am-ponja. Ny zava-nisy. Ny alin’ny alarobia lasa teo iny dia nifampitadiavana eraky ny tanàna ireto roa vavikely ireto rehefa tsy tafody tao an-tranony toy ny mahazatra. Raha ny vaovao dia mpivarotra ny asan’ireo ray aman-drenin’izy ireo. « Tokony ho tamin’ny 8 ora alina dia lasa nitady ny ray aman-dreniny tany an-tsena izy mirahavavy kely kanjo nifandiso. Nandritra ny fotoana nandehanan’izy mirahavavy tany an-tsena, ireo ray aman-dreniny kosa efa tafody tany an-trano ka tsy nifankahita ». Taitra tamin’izay ireto farany ary teo no nanomboka ny fikarohana azy roa vavy kely ireto teo an-tanàna niaraka tamin’ireo fokonolona. Araka ny voalaza hatrany dia tokony ho tamin’ny 11 ora alina tany ho any no nahazo antso ireto ray aman-dreniny, izay mbola nitady azy ireo fatratra teny rehetra teny, fa efa tonga any an-tranon’izy ireo ihany izy roa vavy. Hafaliana ny azy ireo saingy nivadika ho hatairana sy hatezerana tampoka tao anatin’ny fotoana fohy monja rehefa hita fa tsy nandeha araka ny tokony ho izy ireto zaza no sady malemilemy. Ny iray tamin’ireto ankizy ireto no tena voa mafy indrindra, hoy hatrany ny fanazavàna. Nentiny namonjy toeram-pitsaboana avy hatrany ary fantatra tamin’izay fa niharan’ny fanolànana tokoa ireto zaza ireto. Nametraka fitoriana ho an’olona tsy fantatra avy hatrany ireo fianakaviana taorian’izay. « Eo anatrehan’ny heloka bevava mihatra amin’ny tsy ampy taona toy izao dia manokatra fanadihadiana avy hatrany ny polisy na misy ny fitoriana na tsia ». Araka izany dia efa nisy ny fikarohana izay nahavanon-doza tamin’ireo zazakely ireto nataon’ireo mpitandro filaminana. Natao ny fanangonam-baovao ka telo lahy manao asa « agent de sécurité » eny an-toerana no nipetrahan’ny ahiahy. Nosamborina avy hatrany izy ireo ary nanaovana famotorana. Taorian’ny fakàna am-bavany azy ireo dia natolotra ny Fampanoavana, ny zoma lasa teo. Fantatra araka izany ary, raha ny vaovao hatrany fa ny iray tamin’izy telolahy ihany no nadoboka am-ponja avy hatrany, fa ireo roa lahy hafa namany, nomena fahafahana vonjimaika, mandra-piandry ny fotoam-pitsaràna azy ireo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Journée internationale de la fille : Marche blanche à Antanikatsaka Itaosy

(crédit photo : Kelly)

La Journée internationale des filles a été célébrée cette année avec une marche blanche à Antanikatsaka Itaosy, le samedi 17 octobre 2020. Initiative de la Fianakaviana Sambatra ou FISA qui s’est alignée au thème choisi par les Nations Unies pour cette journée : « Ma voix, l’égalité pour l’avenir ». La crise sanitaire due à la Covid-19 aurait entraîné une hausse des grossesses précoces et des violences à l’égard des jeunes filles, mais aussi une plus forte propagation des maladies sexuellement transmissibles selon ce que rapporte la FISA. De ce fait, il est plus que nécessaire de remédier à tout cela en sensibilisant tout un chacun sur les droits des filles et de la place importante qu’elles occupent au sein de la société. D’ailleurs, les pancartes brandies lors de la marche blanche affichaient des messages allant dans ce sens, le plus marquant étant : « Andraso aloha, aleo aho hiteny » qui peut signifier « Attendez, je n’ai pas encore donné mon avis ».

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Sports Universitaires : Des formations en basket 3×3 et de rugby à VII en vue

La redynamisation est en marche. Les Championnats Universitaires ou l’« ancien inter-fac » seront organisés avec une nouvelle formule. Mais avec la situation liée au coronavirus, la tenue des Championnats n’est plus possible pour cette année universitaire. La Direction de l’office des sports et de la culture (Dosc) de l’Université d’Antananarivo s’attèle à la redynamisation et à la campagne de promotion. Pas plus de 1% des étudiants participent aux compétitions sportives. Avec le concours de l’Ambassade de France et la Maison du Sports, des formations seront organisées dans le courant du mois de décembre.« Ces formations s’avèrent indispensables pour la promotion de ces disciplines et la sensibilisation auprès des étudiants des différentes mentions. Ces étudiants vont par la suite sensibiliser leurs camarades à travers la constitution d’équipes pour les Championnats Universitaires » a indiqué, Souleman Ibrahim Andriamandimby, directeur de l’Office des Sports et de la Culture de l’Université d’Antananarivo. Ces formations concernent surtout le basket 3 x 3 et le rugby à VII en partenariat avec les fédérations à travers les appuis techniques et l’Université avec la mise à disposition des infrastructures. Deux représentants par mention homme et femme participeront à la formation. Douze autres disciplines sportives seront également au programme et pas moins de 68 mentions sont recensées au sein de l’Université d’Antananarivo.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Baccalauréat 2020 : Ouverture des hostilités !

Jour J. Les candidats au baccalauréat démarrent leur semaine d’examens ce matin dans des dispositions particulières au niveau sanitaire. Deux heures avant le début des épreuves, les centres d’examen devront être en mesure d’accueillir les premiers candidats arrivés afin d’éviter tout attroupement autour des lieux, notamment près des portails. Sur le plan sanitaire, les mesures barrières (principalement le port du masque, le lavage des mains avec du savon et la distanciation sociale) ainsi que l’ensemble des dispositions afin d’éviter tout risque de contamination du coronavirus, seront observés dans tous les centres d’examen. Rappelons que les candidats confirmés Covid+ peuvent passer les épreuves, avec, toutefois, quelques mesures de précautions telle leur séparation des autres candidats et les autres mesures de protection au niveau de la surveillance dans la salle à part qui leur sera consacrée.

De leur côté, les éléments de la gendarmerie, qui assurent la sécurisation de ces examens, voient leur nombre doubler par rapport aux précédentes sessions du baccalauréat. L’entrée dans les salles d’examen sera bien entendu interdite, tout comme les attroupements autour des centres d’examen. Les candidats, quant à eux, auront cinq jours pour donner le maximum, espérant décrocher le sésame qui leur ouvriront les portes des universités.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Fin de l’état d’urgence : nécessité de redoubler de vigilance

La messe est dite. C’est de manière officielle que les autorités ont procédé à la levée de l’état d’urgence. Le pays a définitivement abandonné les mesures coercitives que nécessitait la pandémie, mais c’est le sens de responsabilité de chacun auquel il est fait appel pour que la propagation du virus ne reparte pas de plus belle. La fausse assurance d’être tiré d’affaire risque cependant de voir un relâchement total des  habitudes des Malgaches. Il est donc utile de toujours mettre en garde la population et lui répéter qu’il faut être responsable de ses actes.

Fin de l’état d’urgence : nécessité de redoubler de vigilance

Le bilan hebdomadaire présenté par le Professeur Hanta Vololontiana est presque passé inaperçu, et pourtant les chiffres montrent que le virus est toujours là. C’est le cumul du nombre de cas d’une semaine, et on a l’impression que rapporté à toute la population, il n’est pas très élevé. Mais il montre qu’il ne faut pas relâcher sa vigilance. Il faut craindre qu’une partie  de la population se dise que tout danger est écarté et qu’il n’est plus nécessaire de prendre des précautions. Les recommandations sont toujours les mêmes, et elles doivent être faites sans relâche à la télévision et à la radio. On a plutôt l’impression que c’est vers la politique que l’attention du public va se tourner à présent. Le verrouillage organisé par le pouvoir dans ce domaine engendre un certain malaise, mais l’opinion semble résignée. Les citoyens paraissent beaucoup plus préoccupés par leur lutte pour la survie.  Les sénatoriales se trouvent en ligne de mire des membres de la majorité présidentielle, mais elles ne suscitent aucun regain d’intérêt chez le public. La vie a déjà repris son cours normal, mais tout le monde doit garder à l’esprit que le danger de la Covid-19 n’est pas écarté. Il faut être conscient de la présence du virus qui rôde toujours.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Seranan-tsambon’i Toamasina : Hiverina tsy ho ela ny asa fanitarana

Nahitana fiatoana ny asa fanitarana ny seranan-tsambo eto Toamasina, vokatry ny valanaretina Covid-19 nitranga. Voatery nalefa nody noho ireo fepetra ara-pahasalamana noraisin’ny fanjakana malagasy tamin’ny hamehana ara-pahasalamana, tamin’ny alalan’ny fiaramanidina manokana nofain’ny orinasa Penta-Daiho Joint-Venture, ireo mpiasa japonais amin’ny fanitarana ny seranan-tsambo teto Toamasina. Vokatry ny fifampiresahana amin’ny alalan’ny “Visio-Conférence” ifanaovan’ny mpitantanana ny Spat sy ny orinasa Penta-Daiho Joint-Venture matetika, dia fantatra izao fa hiverina any amin’ny volana novambra na desambra any ny asa niato. Tao anatin’ny fiatoana anefa dia efa nahatratra 62,85% ny asa fanamboarana, ireo “Dolos” milanja 50T no vita, fitaovana entina manakana ny onja any an-dranomasina, izany hoe ny 1.484 amin’ny 2.361 no vita hatreto. Ho an’ny “Dolos” milanja 30T miisa 800 kosa dia efa ny 541 no vita hatreto, izany hoe ny 67,62%. Eo amin’ny fanotofana ny tany malalaka eo anivon’ny seranan-tsambo kosa dia efa vita 100%  ny asa hatreto, araka ny fanazavan’ny Spat. Ho an’ny Spat, araka ny nambaran’ny tale jeneralin’ny orinasa, Atoa Avellin Christian Eddy, dia tokony ho ny volana aogositra teto no nanomboka ny andiany faharoa amin’ny asa fanitarana ny seranan-tsambo, dia ny fandrotsahana ireo “Dolos” any an-dranomasina ataon’ny orinasa Penta-Dahio Joint-Venture; saingy nisy ny fahatarana amin’ny asa ka ny volana novambra na ny volana desambra izao no hiverina izany, araka ny hevitra tapaka teo amin’ny Spat sy ny orinasa mpanao ny asa. Ankoatra ny fifampiresahana amin’ny “Vidéo-Conférence” eo amin’ny orinasa mpanao ny asa sy ny Spat, dia efa nandefasan’ny tale jeneraly Atoa Avellin Christian Eddy taratasy, mba hiverina eto Toamasina ihany koa amin’izao efa fisokafana saingy mbola ao anatin’ny fahamehana ara-pahasalamana i Madagasikara izao, ireo “Consultants” mikasika ny asa fanitarana ny seranan-tsambo rehetra mpiara-miasa amin’izy ireo. Natao izao mba hahafahana manenjika ny asa niato sy ny asa efa tara raha ny tondrozotra ny asa napetraka tany am-piandohana no jerena.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Ligue 2- Victoire de Paris FC : « Notre force c’est de tout donner pour l’équipe » dixit Bôlida

Le Paris FC s’est imposé de justesse face à Pau FC.

Le Paris FC de Lalaina Nomenjanahary confirme son hégémonie en Ligue 2. Les protégés de René Girard se sont imposés face à Pau sur le score de 1 but à 0, lors de la 7e journée du Championnat, ce samedi. En effet, c’était un duel des extrêmes entre le premier et le dernier du classement. La victoire s’est tournée en faveur des Parisiens. Pourtant, le Pau FC a bien maîtrisé le leader, puisqu’il a fallu attendre le dernier quart d’heure pour la bande à Bôlida de pouvoir marquer le seul but de la rencontre. A la 79e minute, Laura a trouvé une faille face aux deux défenseurs de Pau sur le côté gauche de la pelouse et a servi à hauteur du point de penalty son coéquipier Saïd Arab qui n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des filets. Après sept journées, Paris FC garde sa place de leader au classement avec 16 points, tandis que Pau FC reste lanterne rouge avec trois petits points.

Bolida, à peine rentré de Maroc, a remplacé son coéquipier Mario Jason à la 56e minute. Il a délivré plusieurs passes décisives. « Ça fait plaisir de gagner ce match là, même si ça était vraiment dur. Comme s’il fallait vraiment aller le chercher. D’ailleurs, il faut surpasser des matchs comme ça, faire des efforts… tout ça, pour espérer d’aller plus loin dans le championnat et si on veut atteindre notre objectif. On a gagné, donc félicitations à l’équipe qui n’a pas lâché jusqu’à la fin, même si on a marqué très tard. C’est la victoire qui compte et ça fait plaisir les 3 points », a fait savoir le milieu de terrain des Barea, avant d’ajouter que « Oui je suis rentré en 2e mi-temps mais c’est ça notre force. Notre force c’est de donner tout pour l’équipe. Et peu importe qui jouent en premier, on fait le taf ensemble. On est tous concerné même ceux qui entrent en 2e mi-temps. Le plus important c’est de donner tout pour l’équipe et c’est ça notre force ». Le Paris FC affrontera Châteauroux ce samedi pour le compte de la huitième journée du championnat.

Pour Rayan Raveloson et Troyes, ils ont défait Rodez sur le score de 1 but à 0. A l’issue de cette journée, Troyes se trouve à la 4e place du classement pour ce Championnat, à 3 points du leader. L’international malgache a été titulaire et a réalisé, lui aussi, un bon match.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Entrepreneuriat et Innovation : Création d’une plateforme des professionnels

Les dirigeants de la plateforme veulent apporter leur contribution au développement économique du pays.

Une démocratisation de l’entrepreneuriat est observée à Madagascar. Et d’aucuns reconnaissent que c’est un des piliers de développement de la nation.

Compte tenu du développement de ce secteur, une plateforme des professionnels de l’accompagnement en entrepreneuriat et innovation (PPAEI), a été récemment créée. « Notre objectif vise à dynamiser l’écosystème de cet entrepreneuriat dans le pays. En effet, chacun doit avoir une responsabilité afin de contribuer au développement économique de la nation », a expliqué Noussyh Seheno Ranoarivony, la vice-présidente de cette plateforme.

Renforcement de capacités. « Nous servons d’interface entre les différents partenaires dans ce domaine. Nos actions consistent à fédérer les Structures d’Accompagnement en Entrepreneuriat et Innovation (SAEI). Nous facilitons entre temps les interventions au niveau de chaque structure. En fait, la PPAEI interviendra essentiellement dans le renforcement de capacités des structures identifiées comme bénéficiaires ainsi que leurs incubés », a-t-elle poursuivi.  A cet effet, cette plateforme des professionnels mettra en place deux types de formations. Le premier constitue une formation des SAEI et des accompagnants en matière de méthodologie d’accompagnement ou de suivi des projets entre autres tandis que le second consiste à former et accompagner des incubés. « La culture entrepreneuriale, l’éducation financière, la gestion de projets, le marketing et la préparation d’un plan d’affaire, font ainsi partie de nos domaines d’intervention au profit de ces incubés», d’après toujours ses explications.

Mutualiser les expériences. Par ailleurs, la plateforme des professionnels de l’accompagnement en entrepreneuriat et innovation aura pour principal rôle de mutualiser les expériences de chaque SAEI regroupée. Ses actions visent à les développer davantage à travers la mise en œuvre des programmes de renforcement de compétences basés notamment sur la culture entrepreneuriale, l’innovation, les finances et la technologie. « Nos zones d’intervention  pour nos premiers bénéficiaires se situent à Antananarivo, Taolagnaro, Antsiranana, Toamasina et Antsirabe », a conclu la vice-présidente de cette plateforme.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Parti vert et sénatoriales : Soutien aux candidats de la plateforme présidentielle

La coordinatrice nationale du parti Vert « Hasin’i Madagasikara », Haingosoa Hortençia.

La coordinatrice nationale du parti Vert « Hasin’i Madagasikara », Haingosoa Hortençia, a discuté de la position de ce parti face aux sénatoriales. Elle a annoncé notamment que son parti allait soutenir les candidats de la plateforme présidentielle lors des élections du 11 décembre prochain, et qu’effectivement il [le parti] n’allait pas présenter de candidats aux sénatoriales. Dans la foulée, elle a affirmé que la présentation des candidats par le parti MMM n’affectera pas la coalition ARMADA, tout en soulignant au passage qu’une formation politique légalement constituée a le droit de présenter des candidats.  Ces déclarations ont été faites à Vangaindrano, la semaine dernière.

Protection de l’environnement. Par ailleurs, la coordinatrice nationale de faire savoir également que le parti Vert a offert des masques et des fournitures scolaires aux candidats du baccalauréat du district de Vangaindrano. Et comme il fallait s’y attendre, elle a aussi souligné que le parti Vert est connu et reconnu surtout pour la protection de l’environnement et le reboisement. Elle a tenu en outre à préciser que personne n’a pu concourir le parti Vert dans ces domaines.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Caravane médicale : Les cliniques mobiles en escale à Betafo durant le weekend

La Caravane médicale est partie d’Antananarivo le 15 octobre 2020 pour rejoindre la partie Sud de Madagascar. Elle est prévue offrir ses prestations dans trois régions, à savoir Vakinankaratra, Vatovavy Fitovinany, et Haute Matsiatra. Durant le week-end, elle aurait effectué une escale à Betafo pour offrir des services de santé gratuits à 1 495 personnes. Les services en question concernent la consultation médicale, les soins oculaires et auditifs, les soins bucco-dentaires et extraction dentaire, le dépistage de drépanocytose, le dépistage du diabète, le dépistage des IST/VIH, le planning familial, l’échographie gynéco-obstétricale, l’échographie abdomino-pelvienne, la vaccination, ainsi que le dépistage du cancer du col de l’utérus. Notons que cette caravane voit la participation de plusieurs entités : la Direction des Affaires sociales et politiques de la Présidence, le ministère de la Santé Publique, l’UNFPA, l’OMS, le Peuple Japonais, Wish2Action, SE CNLS, World Diabetes Foundation ainsi que d’autres acteurs qui œuvrent dans le secteur de la santé à Madagascar. La Caravane médicale devrait arriver dans les prochains jours au deuxième lieu de rendez-vous.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Commerce à Antananarivo : Les nuisances sonores de plus en plus amplifiées

(photo d’archives).

La capitale malgache a enregistré ces dernières années un nombre important  de magasins d’électronique, et d’appareils électroménagers, ainsi que des boutiques de vêtements. Des commerces, qui en plus de déranger le trafic routier, amplifient grandement les nuisances sonores en centre-ville notamment en raison de l’utilisation massive de matériels de sonorisation.  

« Impossible de s’entendre pour les piétons qui passent par Andravoahangy, Behoririka, Ambodifilao, ou encore Besarety » s’est plainte Mme Harinivo. En effet, presque tous les commerces de ces quartiers recourent à l’utilisation de matériels de sonorisation qui fonctionnent dès l’ouverture du magasin jusqu’à sa fermeture. Et pire encore, les magasins et boutiques en question sont parfois placés côte à côte que les oreilles du passant ne connaissent aucun répit. Mais ce marketing semble convaincre les propriétaires des magasins puisqu’aujourd’hui, il est hors de question d’ouvrir un commerce sans disposer d’un budget pour un ampli de puissance ou des baffles capables de rivaliser avec la concurrence. En d’autres termes, c’est celui qui fera le maximum de bruit qui est plus susceptible d’attirer la clientèle. Or, ceci n’est pas tout à fait vrai, ces bruits rebutent parfois la clientèle qui sont à la recherche de calme.

Les personnes handicapées. Après, il faut aussi noter que le fait de diffuser de la musique à un volume très élevé est un manque de considération à la fois à la tranquillité publique mais aussi envers les personnes souffrant d’un handicap. Selon Josoa Radafiniantsoa, directeur exécutif de la Fédération des personnes handicapées (FPH) : « les personnes handicapées sont grandement troublées par ces bruits. Nous sollicitons nos sens pour pouvoir nous repérer dans la rue, or ces bruits ont le don de les perturber ». Mais les propriétaires et gérants de magasins n’ont que faire de qui leurs bruits peuvent gêner, tant que l’enseigne reste visible, c’est tout ce qui compte pour eux.

Code municipal d’hygiène. Dans le code municipal d’hygiène qui entrera en vigueur bientôt, « l’utilisation des outils ou appareils, de quelque nature qu’ils soient ; susceptibles d’occasionner un bruit ou une vibration intense nécessite l’autorisation du Service municipal outre celles exigées par d’autres réglementations » selon l’Article 73. Autrement dit, il faut obtenir une autorisation auprès de la CUA pour utiliser un matériel de sonorisation. Ce qui n’arrange pas vraiment le problème de la tranquillité publique sauf si les autorités sont très sévères sur les critères d’accord de l’autorisation en question.

Souvenons-nous que le problème de la nuisance sonore en centre-ville n’est pas un problème qui date d’aujourd’hui. Depuis, longtemps, les administrations successives d’Antananarivo ont tenté de résoudre le problème en promulguant divers textes de loi qui finalement, ont été laissés aux oubliettes. Aujourd’hui, on peut même dire que la ville d’Antananarivo est devenue un vaste centre commercial ; encore faut-il que les produits commercialisés d’une boutique à l’autre soient variés.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

EEDD : Nouveaux outils pour la sensibilisation et la formation

Un aperçu des outils de sensibilisation à utiliser dans le cadre de la sensibilisation et de la formation des élèves et des enseignants.

La démarche de promotion et d’amélioration de l’éducation environnementale pour le Développement durable (EEDD) est liée au concept « Ecoles en route vers la durabilité ».

Porte-clefs, planches et guides pour les enseignants, entre autres, sont autant d’outils qui seront utilisés lors des activités de sensibilisation et de formation des élèves et des enseignants, dans le cadre de la démarche du ministère de l’Education nationale (MEN) pour l’amélioration de la qualité de l’Education Environnementale pour le Développement Durable (EEDD) à Madagascar. Cette démarche, qui a bénéficié de l’appui de l’UNICEF, a ainsi permis à l’équipe technique du service de l’Education environnementale et d’autres directions techniques du MEN et du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, de concevoir ces matériels didactiques. L’UNICEF de souligner alors que ses programmes, en appui au Plan Sectoriel de l’Education (PSE) et au Plan d’Emergence de Madagascar, contribuent à renforcer la résilience des individus et des communautés à agir en faveur de l’environnement et à réduire les risques posés par la dégradation de l’environnement, le changement climatique et les catastrophes naturelles.

Ces matériels didactiques contribuent également au renforcement de la connaissance et de la participation des élèves et des enseignants en matière d’éducation à l’environnement et au développement durable à travers la promotion et l’opérationnalisation des écoles publiques et privées, de la quatrième année du primaire à la classe de troisième. La cérémonie de lancement officiel de ces outils, qui s’est tenue la semaine dernière à l’EPP Analamahitsy, était alors une occasion de faciliter la compréhension du concept « Écoles en route vers la durabilité », par les responsables des écoles publiques et privées et les inciter à agir en conséquence.

Neuf régions de Madagascar bénéficieront de cette initiative du MEN. Il s’agit des régions d’Analamanga, Boeny, Analanjirofo, Atsimo Andrefana, Atsimo Atsinanana, Anosy, Vatovavy Fitovinany, Androy et Melaky.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Foot : Dons de Plâtre pour la FMF

Les équipements pour la FMF composés de 7 colis différents.

Après une info parue dans un journal, ce vendredi, et qui a créé de tensions polémiques dans le monde du ballon rond malgache, Justin Randriatsoaray alias Plâtre a expliqué que la Fédération Malgache de Football n’a pas du tout refusé les dons de sa part. « Ces dons ont été destinés à la  FMF et elle ne les a jamais refusés. Pourtant, il y avait eu deux autres valises, l’une pour Fianarantsoa-Manakara-Farafangana, et l’autre pour Mandrabanga Soatanana, qui n’ont pas encore été réceptionnées par leurs destinataires. C’est probablement la raison de la confusion du côté information, mais  la FMF n’a jamais refusé ces dons » a-t-il expliqué sur son compte Facebook. 

Manjato Razafy 

Midi Madagasikara0 partages

Education environnementale : « Un arbre, un élève » lancé dans la région Vakinankaratra

Décidé lors du conseil des ministres d’il y a un mois, le projet « Un arbre, un élève » dont le but est de reverdir la Grande île, débute déjà dans la région Vakinankaratra. Du vendredi 09 octobre jusqu’au 24 octobre 2020, les chefs CISCO de la région (Betafo, Mandoto, Antsirabe I, Antsirabe II, Faratsiho, Antanifotsy, et Ambatolampy)  ont reçu une formation sur l’éducation environnementale sous la houlette conjointe des directeurs Tojotsara Ratefason (DREDD), et Heriniaina Rakotoarimanana (DREN). Selon les explications, les valeurs liées à la protection de l’environnement seront inculquées par ces chefs CISCO auprès de 310 000 élèves dans la région. La formation en question comprenait une pratique directe dans les pépinières de la DREDD en y plantant des arbres fruitiers et des essences à croissance rapide comme l’Eucalyptus citriodora.

Recueillis par Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Kere dans le Sud : L’armée malgache en pleine action dans un autre combat

Entrant dans le cadre de la nouvelle restructuration de l’armée malgache depuis la prise de fonction du ministre de la Défense nationale (MDN), le général de corps d’armée Richard Rakotonirina, le rapprochement de cette institution auprès de la population, qui est le fer de lance de cette nouvelle stratégie, est en marche. Mis à part le redéploiement d’éléments dans la pacification des diverses régions frappées par l’insécurité suite aux actes de banditisme ruraux à travers la mise ne place des zones prioritaires rurales de sécurité (ZRPS), le MDN intervient également dans la lutte contre l’insécurité alimentaire (Kere). L’armée s’y met grâce à l’existence de structures prédisposées à ce genre de situation dont elle dispose à l’heure actuelle. Créé au sein de l’Etat-Major général de l’armée malgache, le bataillon multi-missionnaire (BMM) basé à Imerintsiatosika est voué à  cette opération. Regroupant des spécialistes dans tous les secteurs d’activités relatifs au quotidien de la population, ce bataillon a envoyé des éléments pour contribuer à la lutte contre le Kere qui sévit actuellement dans le Sud de la Grande île. Depuis déjà un mois, soit à partir du moment où cette région a été déclarée en état d’urgence en matière d’insécurité alimentaire, les militaires affectés par le bataillon dans la localité sont en pleine action et n’ont jamais failli à leurs obligations. Ces soldats se chargent de la détection et de l’évacuation des personnes souffrant de ce fléau et restées chez elles, faute de prise en charge pour les amener dans les centres spécialisés en la matière (CSB etc.). Dans cette entreprise, et en collaboration avec des fonctionnaires du ministère de la Santé publique, ils utilisent des véhicules de l’armée malgache dans l’accomplissement de leur mission.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Mahajanga : Meeting du TIM empêché par les forces de l’ordre

Décidément, le parti TIM a du mal à organiser des meetings. Ce fut le cas notamment la semaine dernière à Mahajanga, puisque que les forces de l’ordre sont intervenues pour empêcher la tenue d’un meeting. Pourtant, selon les explications de Me Hanitra Razafimanantsoa, cette manifestation devait avoir lieu au Magro Mahajanga, qui est une propriété privée. De leur côté, les autorités locales ont avancé que l’on ne devrait pas encore procéder à des manifestations, étant encore en situation d’urgence sanitaire. Et d’enchaîner que ce meeting n’a pas eu l’autorisation de la préfecture de Mahajanga.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Parlement : Une session qui risque d’être mouvementée

L’enveloppe financière destinée à financer les projets d’infrastructures en 2021 devrait être adoptée durant cette session.

Il va entrer ce mardi en session ordinaire, comme l’a prévu la Constitution. Mis à part les sujets de routine et l’adoption habituelle de la loi de finances, la question relative à la création de la nouvelle région intéressera également les deux chambres pour cette occasion. Le projet de texte portant sur la création de la 23ème région est déjà préparé par l’exécutif. Et ce nouveau texte entérinera cette promesse faite par Andry Rajoelina durant sa campagne électorale. Le chef de l’Etat, quant à lui, a déjà effectué une large consultation auprès des notables de l’actuelle région Vatovavy Fitovinany, laquelle va être alors scindée en deux prochainement, pour faire passer le message. En effet, « cette  séparation  prévoit d’accorder respectivement aux régions Vatovavy et Fitovinany trois districts chacune ; et propose que le district d’Ikongo forme la région Fitovinany avec Manakara et Vohipeno ; tandis que la région Vatovavy sera composée de Ifanadiana, Nosy Varika et Mananjary », a noté la présidence de la République.

Polémique. Toutefois, le découpage fait polémique, et même la majorité est partagée sur la question. Le député d’Ikongo issu du parti présidentiel à l’Assemblée nationale, Brunel Razafintsiandraofa, roule pour l’intégration de son district dans la région Vatovavy, et non dans celle de Fitovinany, si la création de la nouvelle région est effective. À Ikongo, des voix s’élèvent aussi pour défendre cette position du vice-président de l’Assemblée nationale. Mais la machine semble être déjà en marche pour le camp de l’exécutif, qui va présenter sans nul doute un texte qui s’alignera avec l’annonce du président de la République. Le débat sur le sujet risque alors d’être vif à la chambre basse. En tout cas, concernant le découpage envisagé, Andry Rajoelina a annoncé qu’ « il s’agit d’une division administrative et non d’une division ethnique ».

Répression. De son côté, l’opposition va profiter du passage de l’exécutif aux deux chambres pour se manifester sur des cas qui ont accentué ces derniers temps les tensions dans le microcosme. Le parti Tiako i Madagasikara (TIM) ne ratera pas cette session pour affronter l’exécutif sur l’affaire Tiko S.A. La firme agroalimentaire de Marc Ravalomanana a connu des déboires avec l’administration fiscale, avec des milliards d’arriérés d’impôts qui sont en jeu. Et récemment, des bâtiments du groupe ont été démolis dans le port de Toamasina après la publication d’une décision de justice. Face à cette situation, les parlementaires du parti TIM, soutenus par d’autres formations politiques de l’opposition, sont montés au créneau pour dénoncer une « répression à fort relent politique ». Une délégation de parlementaires du parti et d’autres personnalités de l’opposition ont alors organisé un voyage « politique » la semaine dernière à Toamasina pour aborder ce sujet.

Grand déballage. Au niveau du Sénat, la température est déjà montée à quelques jours de la rentrée parlementaire de ce mardi. La réunion politique tenue  jeudi dernier par le parti majoritaire au Sénat, le Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM), a  déjà annoncé un avant-goût de l’ambiance qui attendra le gouvernement dans cette chambre. Les sénateurs sont remontés contre l’exécutif après l’effectivité de la coupe budgétaire dont devrait faire face l’institution jusqu’à la fin de cette année, qui correspond, notons-le, à la fin également du mandat de l’actuel Sénat. La réaction a été très vive pour le président du Sénat, Rivo Rakotovao, qui n’a pas mâché ses mots devant la presse, jeudi dernier, pour assimiler le coup à « une autre forme de discrimination faite par le régime ». Le coordonnateur du HVM et consorts ne seront pas alors tendres face au gouvernement, qui devrait défendre auprès des deux chambres parlementaires le budget 2021. Et le grand déballage risque alors d’atteindre son summum pour ce dernier rendez-vous institutionnel entre le gouvernement Ntsay et les opposants dirigés par Rivo Rakotovao au Sénat.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Rafenomanana Léonard Lucien : « On gagnerait plus avec un stade omnisport à Betafo ».

Rafenomanana Léonard Lucien, une grande figure du sport à Betafo.

Il n’est jamais trop tard pour bien faire. C’est le cri de cœur de Rafenomanana Léonard Lucien, cet ancien président de la section rugby qui est devenu membre de la section football de Betafo. Une ville qu’il entend remettre sur orbite par le biais de plusieurs disciplines sportives. Il se confie à Midi Madagasikara.

Midi Madagasikara: Le tapis synthétique du stade de Betafo tarde à venir pour des raisons liées à la sécurisation des lieux et à la construction de la clôture promise par le Gouverneur Vy Vato.

Rafenomanana Léonard Lucien: « Si le gouverneur du Vakinankaratra a annoncé qu’il va le faire, ce ne serait donc qu’une question de timing et c’est tant mieux pour notre stade qui gagnerait toutefois de notoriété en s’ouvrant à tous les autres sports. Ce serait encore mieux et plus économique en choisissant du gazon et en se faisant aider par Sacimem qui possède le meilleur gazon à Madagascar à l’aide des engrais naturels. »

Midi Madagasikara : Et en choisissant le gazon, vous plaidez pour le rugby dont vous êtes le pionnier à Betafo ?

R.L.L : « C’est en partie vrai mais il ne faut pas perdre de vue que le climat de Betafo favorise la pousse du gazon. À preuve, l’ancien gazon anglais du stade date de l’époque coloniale mais il repousse sans entretien aux premières gouttes de pluie. Et avec du gazon, le rugby gagne au change mais surtout l’athlétisme qui se contenterait volontiers d’une piste en cendrée mais avec l’économie gagnée en optant pour du gazon, on pourrait avoir une piste synthétique conférant ainsi à ce stade de Betafo le statut d’un vrai stade olympique. On gagnerait plus avec un stade omnisport à Betafo. »

Midi Madagasikara: Et les autres disciplines dans tout ça ?

R.L.L: « Il y a de la place pour tout le monde. Si on veut, on peut y ériger un terrain polyvalent utilisable pour le basket, le volley et le handball. Mais je pense que pour rendre hommage aux trois natifs de Betafo qui ont été champions du monde de pétanque, un boulodrome ne serait pas de trop. »

Propos recueillis par Clément RABARY